Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 6882
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Am I involved in the unanimous consent?
A voice: It was updated.
Dois-je consentir moi aussi?
Une voix: Il y a eu une mise à jour.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I am here for an hour.
J’ai une heure à vous consacrer.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Thank you very much, Mr. Chair, and good afternoon.
Members of the committee, I want to thank you for this opportunity to appear before the Standing Committee on Veterans Affairs for the first time. I certainly appreciate the great work the members have done on behalf of Canada's veterans and their families. I especially want to acknowledge the important work undertaken by the committee recently on issues such as indigenous veterans, ending veterans' homelessness and medical cannabis.
Mr. Chair, I also want to thank you for your motion on ending veterans' homelessness. All of us agree that having one homeless veteran is one too many, and it's important to shine a light on that issue. That's exactly what you have done, and I look forward to working with everybody on the committee to make sure that we can reduce homelessness.
I want to say that I was previously, 25 years ago, the secretary of state for Veterans Affairs, and it's certainly an honour and a privilege to be back here at this committee. I consider it an honour to have the position that I do and to have the privilege of representing the people who have done so much for our country.
Last week, I had the tremendous honour of accompanying the delegation of veterans to the shores of Normandy to commemorate the 75th anniversary of D-Day and the Battle of Normandy. I was accompanied by a number of members, and I think everybody involved would be nothing but proud of the ceremonies and our country.
D-Day was of enormous importance for our country and for the world, and also a day of tremendous loss. Three hundred and fifty-nine Canadian soldiers made the ultimate sacrifice that day and more than 700 were wounded. To walk these beaches with the people who fought there 75 years ago and who saw their friends fall there, to visit the memorials and the final resting place of thousands of comrades—there are really no words to describe it. Together, we laid wreaths, we saw old battlefields and we paid tribute to those who made the sacrifice. Quite simply, it was one of the greatest honours I've had in my life.
Also, with many young Canadians as well, the best way to learn about our history is to ensure it lives on and to hear it from the veterans themselves. It is so important. We all gained a deeper understanding of what our troops went through 75 years ago.
I think it's fair to say that we went through some understanding, but it's pretty near impossible to realize what it would be like at Juno Beach. My colleagues here were there too, and just to look at coming up that beach...can you imagine it 75 years ago with the Nazis shooting down at them? It was just something else. Because of what they did, that's why we're at this table: for them, for their families and for all the people who followed in their footsteps, from the hills of Korea to the mountains of Afghanistan, and now in Iraq and Mali and beyond.
Canadians are forever in debt to those who step forward in the service and defence of this country and in support of our friends and allies around the world. It is our job to remember them and to take care of them when they return.
Before I speak to the changes compared to last year's estimates, I'd like to take a step back.
As you know, Veterans Affairs is a different department than it was four years ago. It's driven by vision and with a clear focus on the overall well-being of our Canadian Armed Forces members, our veterans and their families. It's because of that vision that we have invested over $10 billion in new dollars since 2015. It is a vision that saw our government immediately reopen nine Veterans Affairs offices. In fact, we opened an extra one, giving veterans better access to the information and programs and the services that they've earned.
In budget 2016, we increased the maximum value of the disability award for Canadian Armed Forces members and veterans with service-related illnesses and injuries to $360,000, putting more money directly into the pockets of veterans. We also increased the earnings loss benefit, raising it to 90% of an injured Canadian Armed Forces member's military salary at the time of their release from the forces.
We reversed a decade of cuts in service, hiring 700 more staff to deliver services and benefits, answer questions and help veterans through the transition process. We need people at Veterans Affairs to deal with veterans when they come in. We have increased outreach in every part of the country, including a strong effort to reach our veterans in the Canadian north.
Budgets 2017 and 2018 introduced eight new and enhanced programs, including a new veterans education and training benefit, providing veterans with up to $82,000; the caregiver recognition benefit; a veterans and families well-being fund; and a new veterans emergency fund, which is a fund that's so important. It's $4 million—$1 million a year—and last year we had to add $300,000 to that. It's something that's used. Last is expanded access to military family resource centres and a centre of excellence on post-traumatic stress disorder.
More recently, through budget 2019, we continued to build on these important initiatives with investments of $41 million to improve the transition process to civilian life; $20 million for a centre of excellence on chronic pain research; $30 million to recognize the contribution of Métis veterans to this country in Second World War efforts and to commemorate the sacrifice and achievements of all Métis veterans; and $25 million to improve how we care for members of the military, veterans and their families.
There's one underlying purpose for all of these changes and in fact for everything that our government has done over the last four years. It's not just the well-being of veterans but that of their families, because a veteran cannot do well if his or her family does not do well. This is why we are committed to ensuring our veterans and their families are better informed, better served and better supported.
I am pleased to report that this approach is working and, in fact, that applications are on the rise. In fact, with the renewed trust in the department since 2015, we have seen an increase of 60% in disability benefit applications since we formed government. This is a good thing. It means that veterans are coming forward and getting the help they need.
Of course, this kind of increase demands a response, so we're taking concrete steps to improve our service. Our government is providing $42.8 million over two years, which started in 2018-19, to increase service delivery capacity and keep up with the rise in demand. We also refocused our efforts, and service delivery is now centred on the individual veteran: their circumstances, their needs and strengths and those of the family.
To help address these needs, we have hired hundreds of new caseworker managers, who work directly with veterans. We have hired more than 450 new case managers, up from a low of 194. This is a significant improvement from where we were four years ago, and we will continue to recruit to meet the demands of the veterans community, because we know there's always more work to do for veterans.
Of course, the recent implementation of the pension for life was critical and delivered on our promise to bring back a monthly pension. The pension for life combined what veterans and stakeholders asked for with the most up-to-date research and understanding of veterans' well-being, which brings us back to why we're here today.
If we look at the main estimates and the numbers themselves, the net increase of $25.4 million that Veterans Affairs Canada will receive compared to the 2018-19 estimates will directly benefit veterans and their families.
The increase in funding as a result of the pension for life includes $685 million for pain and suffering compensation, $628 million for the income replacement benefit and $102 million for the additional pain and suffering compensation. All of these changes are significant fundamental improvements to the many services, supports and benefit programs required by veterans and their families to make a successful transition from military life.
I want to remind the committee that over 90% of our budget represents payments to veterans and their families, because they are the single guiding focus for everything that we do.
It's our job to help them transition smoothly to life after service and to commemorate and recognize their sacrifice. We have come a long way since 2015—from improving benefits and services to restoring trust with the veteran community and shifting the focus of government from being one of cost savings to one of support for veterans and their families.
In the months that follow, we will continue the important work that veterans have asked us to do, because that is what they deserve and that's exactly what Canadians expect from their government.
Again, I want to say it's an honour to be here, and I again want to acknowledge the hard work and dedication of this committee and my deputy minister, Mr. Natynczyk, whom I neglected to introduce, but most people know him.
Thank you very much. These are my remarks and I'm open to questions.
Merci beaucoup, monsieur le président, et bon après-midi à tous.
Mesdames et messieurs les membres du Comité, je tiens à vous remercier de cette occasion de comparaître pour la première fois devant le Comité permanent des anciens combattants. Sachez que j’apprécie l’excellent travail que vous avez fait au nom des anciens combattants du Canada et de leurs familles. Je tiens en particulier à vous féliciter de vos travaux récents sur des sujets comme les anciens combattants autochtones, la lutte contre le sans-abrisme des anciens combattants et le cannabis thérapeutique.
Je tiens également à vous remercier, monsieur le président, de votre motion sur la lutte contre le sans-abrisme des anciens combattants. Nous convenons tous que lorsqu’un ancien combattant est sans-abri, cela en fait un de trop, et qu’il importe de traiter cette question en priorité. C’est exactement ce que vous avez fait et je souhaite collaborer avec tous les membres du Comité pour nous assurer de réduire le sans-abrisme de ces anciens combattants.
Je veux que vous sachiez que, il y a 25 ans, j’étais secrétaire d’État aux anciens combattants et c’est certainement pour moi un honneur et un privilège de me retrouver à nouveau devant ce comité. Je suis fier d’occuper ce poste et d’avoir le privilège de représenter des gens qui ont tant fait pour notre pays.
La semaine dernière, j’ai eu l’immense honneur d’accompagner une délégation d’anciens combattants sur les côtes de Normandie pour commémorer le 75e anniversaire du jour J et de la bataille de Normandie. J’étais accompagné d’un certain nombre de députés et je crois que toutes les personnes impliquées ne pouvaient qu’être fières des cérémonies et de notre pays.
Le jour J a marqué l’histoire de notre pays et du monde; et nous avons aussi subi ce jour-là des pertes considérables. Trois cent cinquante-neuf soldats canadiens ont fait ce jour-là le sacrifice de leur vie, et plus de 700 ont été blessés. Parcourir ces plages avec les gens qui y ont combattu il y a 75 ans, qui y ont vu leurs amis tomber à côté d’eux, visiter les mémoriaux et les cimetières où reposent des milliers de camarades, il n’y a vraiment pas de mots pour décrire tout cela. Ensemble, nous avons déposé des couronnes, vu les anciens champs de bataille et rendu hommage à ceux qui se sont sacrifiés. En toute simplicité, c’est l’un des plus grands honneurs que j’ai eus de toute ma vie.
N’oublions pas non plus que la meilleure façon d’enseigner notre histoire à de nombreux jeunes Canadiens est de nous assurer qu’elle reste vivante grâce à d’anciens combattants la racontant eux-mêmes. C’est tellement important. Grâce à cette expérience, nous avons tous beaucoup mieux compris ce que nos troupes ont vécu il y a 75 ans.
Je crois que l’on peut dire que nous avons acquis une meilleure compréhension de cette bataille, mais il me paraît pratiquement impossible de réaliser pleinement ce que c’était de se trouver sur la plage Juno ce jour-là. Mes collègues qui m’accompagnent étaient également là, et simplement s’imaginer grimper cette plage… pouvez-vous imaginer la situation de nos soldats avec les nazis qui les mitraillaient? Ils étaient plongés dans un autre univers. C’est grâce à ce qu’ils ont fait que nous sommes ici, assis à cette table: pour eux, pour leurs familles et pour tous ceux qui ont suivi leurs traces, des collines de Corée aux montagnes d’Afghanistan et maintenant en Irak, au Mali et ailleurs…
Les Canadiens seront toujours redevables envers ceux qui se sont portés à la défense de ce pays et qui sont venus en aide à nos amis et à nos alliés partout dans le monde. Il nous incombe de nous souvenir d’eux et d’en prendre soin quand ils reviennent au pays.
Avant de vous entretenir des changements survenus dans le dernier Budget principal des dépenses par rapport à celui de l’an dernier, j’aimerais remonter un peu dans le temps.
Comme vous le savez, Anciens Combattants Canada est un ministère différent de ce qu’il était il y a quatre ans. Il est maintenant animé par une vision et par la priorité manifestement accordée au bien-être global de tous les membres de nos Forces armées canadiennes et de tous nos anciens combattants et de leurs familles. C’est cette vision qui nous a conduits à investir en argent frais plus de 10 milliards de dollars depuis 2015. C’est aussi cette vision qui a amené notre gouvernement à rouvrir immédiatement neuf bureaux pour anciens combattants. Nous en avons même ouvert un de plus afin de donner aux anciens combattants un meilleur accès à l’information, aux programmes et aux services auxquels ils ont droit.
Dans le budget de 2016, nous avons relevé le montant maximal de l’indemnité d’invalidité des membres des Forces armées canadiennes et des anciens combattants souffrant de maladies ou de blessures liées au service jusqu’à 360 000 $, ce qui revient à verser directement davantage d’argent dans les poches des anciens combattants. Nous avons également augmenté l’Allocation pour perte de revenus pour qu’elle atteigne, au moment de sa libération des forces, 90 % de la solde d’un membre blessé des Forces armées canadiennes.
Nous avons inversé une décennie de coupures dans les services, en embauchant plus de 700 employés pour fournir les services et les diverses prestations, pour répondre aux questions et pour aider les anciens combattants à passer à travers le processus de transition. Il faut que nous ayons des gens à Anciens Combattants Canada pour nous occuper de ces anciens combattants quand ils franchissent nos portes. Nous avons accru nos activités de sensibilisation dans toutes les régions du pays, avec un effort particulier pour rejoindre nos anciens combattants se trouvant dans le Nord canadien.
Les budgets de 2017 et 2018 comportaient huit programmes nouveaux et améliorés, y compris une nouvelle Allocation pour études et formation à l’intention des anciens combattants leur permettant d’obtenir jusqu’à 82 000 $; l’Allocation de reconnaissance pour aidant; un Fonds pour le bien-être des vétérans et de leur famille; et un nouveau Fonds d’urgence pour les vétérans, qui est de la plus haute importance. Il sera doté pendant quatre ans de 1 million de dollars par année, donc d’un total de 4 millions de dollars, et nous y avons ajouté l’an dernier 300 000 $. C’est de l’argent qui se révèle fort utile. Enfin, on peut citer un accès élargi au Centre de ressources pour les familles des militaires et à un Centre d’excellence sur le trouble de stress post-traumatique.
Plus récemment, avec le budget de 2019, nous avons continué à nous appuyer sur ces initiatives importantes avec des investissements de 41 millions de dollars destinés à améliorer le processus de transition à la vie civile; 20 millions de dollars ont été versés à un centre d’excellence en recherche sur les douleurs chroniques; 30 millions de dollars ont été affectés à la reconnaissance de l’apport des anciens combattants métis à ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale et à commémorer les sacrifices et les réalisations de tous les anciens combattants métis; et 25 millions de dollars ont servi à améliorer la façon dont nous prenons soin des membres des forces armées, des anciens combattants et de leurs familles.
Toutes ces modifications sont sous-tendues par un objectif, et c’est en vérité le cas de tout ce que le gouvernement a fait pendant les quatre dernières années. Il ne s’agit pas uniquement de nous assurer du bien-être des anciens combattants, mais de celui de leur famille parce que, si sa famille va mal, un ancien combattant n’ira pas bien non plus. C’est pourquoi nous nous sommes engagés à garantir à nos anciens combattants et à leurs familles d’être mieux informés, mieux servis et mieux soutenus.
Je suis ravi de pouvoir vous dire que cette approche donne de bons résultats et que, en réalité, les demandes sont à la hausse. Dans les faits, avec le renouvellement de la confiance envers le ministère depuis 2015, nous avons enregistré une hausse de 60 % des demandes d’allocations d’invalidité depuis que nous constituons le gouvernement. C’est une bonne chose. Cela signifie que les anciens combattants s’adressent à nous et obtiennent l’aide dont ils ont besoin.
Bien évidemment, une hausse de ce niveau demande qu’on s’y adapte et c’est la raison pour laquelle nous prenons des mesures concrètes pour améliorer nos services. Notre gouvernement consacre, depuis l’exercice 2018-2019, 42,8 millions de dollars sur deux ans pour accroître notre capacité de prestation de services et nous adapter à la hausse de la demande. Nous recentrons également nos efforts et la prestation de nos services aux anciens combattants est maintenant axée sur la personne, sur les caractéristiques de sa situation, sur ses besoins et sur ses forces, ainsi que sur celles de sa famille.
Pour aider à répondre à ces besoins, nous avons embauché plus de 450 nouveaux gestionnaires de dossiers qui travaillent directement avec les anciens combattants, un chiffre en hausse par rapport au plancher antérieur de 194. C’est là une amélioration majeure par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvions il y a quatre ans et nous allons continuer à recruter du personnel pour répondre aux demandes de la collectivité des anciens combattants, parce que nous savons qu’il y aura toujours davantage de travail à faire pour eux.
Bien évidemment, la mise en oeuvre récente d’un régime de pension à vie a joué un rôle primordial. Il s’agissait pour nous de tenir notre promesse de revenir à une pension mensuelle. Cette pension à vie, combinée avec les demandes des anciens combattants et des autres intervenants a nécessité de disposer de recherches à jour pour bien comprendre les caractéristiques du bien-être des anciens combattants, ce qui nous ramène à la raison de notre présence ici aujourd’hui.
Si nous examinons le Budget principal des dépenses en nous concentrant sur les chiffres, le montant additionnel de 25,4 millions de dollars que recevra Anciens Combattants Canada en plus de ce dont il a disposé dans le Budget principal des dépenses de 2018-2019 profitera directement aux anciens combattants et à leurs familles.
Le financement additionnel accompagnant la mise en oeuvre du régime de pension à vie comprend 685 millions de dollars pour l’Indemnité pour douleur et souffrance, 628 millions de dollars pour la Prestation du remplacement du revenu et 102 millions de dollars pour l’Indemnité supplémentaire pour douleur et souffrance. Toutes ces additions vont se traduire par des améliorations fondamentales et importantes dans les nombreux programmes de services, de soutien et de prestations dont ont besoin les anciens combattants et leurs familles pour réussir leur transition de la vie militaire à la vie civile.
Je tiens à rappeler aux membres du Comité que plus de 90 % de notre budget sert à verser des fonds aux anciens combattants et à leurs familles, parce qu’ils constituent le fil directeur de tout ce que nous faisons.
C’est à nous qu’il incombe de leur permettre de faire une transition en douceur entre la vie militaire et la vie civile ainsi que de commémorer et de reconnaître leurs sacrifices. Nous avons parcouru beaucoup de chemin depuis 2015, de l’amélioration des prestations et des services à la restauration de la confiance de la collectivité des anciens combattants et en faisant passer la priorité du gouvernement de la recherche d’économies au soutien des anciens combattants et de leurs familles.
Dans les mois qui viennent, nous allons poursuivre le travail important que les anciens combattants nous ont demandé de faire, parce que c’est ce qu’ils méritent et c’est exactement ce que les Canadiens et les Canadiennes attendent de leur gouvernement.
Je tiens encore à vous dire combien je suis honoré d’être ici et je veux à nouveau vous féliciter pour le travail acharné et l’engagement de votre comité, et de mon sous-ministre, M. Natynczyk, que j’ai oublié de vous présenter, mais que la plupart d’entre vous connaissent.
Je vous remercie de votre écoute. C’était là mes commentaires préliminaires. Je suis maintenant prêt à répondre à vos questions.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Thank you very much.
Certainly I know you're very passionate and concerned about the issue. I was, of course, in the House when this was an issue in the House. I understand. I certainly want to pass my condolences on to the family. I think you're fully aware that the veteran's family is also qualified to receive benefits. It creates a difficult situation if you take it away from all the veterans' families. That is what the problem is.
I will let my deputy explain as to what—
Merci beaucoup.
Je sais fort bien que vous prenez ce sujet à coeur et qu’il vous préoccupe. J’étais bien évidemment en Chambre lorsque la question y a été abordée. Je comprends. Je tiens bien évidemment à offrir mes condoléances à la famille de Mme Campbell. Je crois que vous savez très bien que la famille d’un ancien combattant est également admissible à des prestations. La situation paraît difficile si vous omettez qu’il s’agit d’une famille d’ancien combattant. C’est là que réside le problème.
Je vais laisser mon sous-ministre vous expliquer la nature du problème.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—the facts are on it, but the thing is that, when you make a change on one issue, it can affect all veterans.
Just give me a minute. I would like to answer the question that you put forward.
I would not agree to make a change that would hurt veterans' families—
Les faits sont véridiques, mais si vous apportez des modifications aux critères d’admissibilité à des prestations à partir d’un cas particulier, cela peut toucher tous les anciens combattants.
Veuillez m’accorder une minute. J’aimerais répondre à la question que vous m’avez posée.
Je ne peux consentir à des modifications d'un programme qui nuiraient aux familles d’anciens combattants…
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—but I certainly couldn't be more sorry and more sympathetic to Catherine Campbell's family, and you know that I would be.
… mais je ne saurai être plus désolé pour la famille de Catherine Campbell ni éprouver plus de sympathie à son endroit, comme vous savez fort bien que c’est le cas.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
But I think it's fair, being that you asked the question—
Mais je crois qu’il serait juste, puisque vous avez posé la question…
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Thank you very much.
Yes, we have started the process and it will continue. The deputy might add to it, but it's something that we want to do.
The cards and recognizing veterans are something I want to look at down the road, too. There are many things that can be done in that area.
I'll let the deputy respond.
Merci beaucoup.
Oui, nous avons lancé le processus et nous allons continuer. Mon sous-ministre aura peut-être quelque chose à ajouter, mais c’est effectivement quelque chose que nous voulons faire.
Je tiens moi aussi à me pencher un peu plus tard sur ces cartes et sur la reconnaissance du statut d’ancien combattant. Il y a quantité de choses qui sont possibles dans ce domaine.
Je vais maintenant laisser le sous-ministre vous répondre.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Yes, $150 million has been dedicated over five years. Basically what we're trying to do is to work with the veterans organizations to put a formula together that will work to make sure that the distribution of funds is done in a proper manner. We want to make sure this is done in a proper way. In fact, we're into that process at the moment to make sure that we're able to deal with this issue.
Oui, 150 millions de dollars y ont été consacrés sur cinq ans. Ce que nous essayons de faire, pour l’essentiel, est de collaborer avec les organisations représentant les anciens combattants pour élaborer ensemble une formule garantissant que la répartition des fonds se fait comme elle doit l’être. Nous tenons à nous assurer qu’elle soit bien faite. En vérité, nous vérifions actuellement que nous sommes bien en mesure de faire face à ce problème.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I'm an associate minister of National Defence, and that's to try to have the transition a little smoother—to make it smooth, in fact. The card itself—I don't have an answer today—in other countries, helps in many ways.
When military people retire.... Let's say you go into the military after high school. You're there for 25 or 30 years and you come out. Number one, where do you find a doctor? There are so many things that have to be looked at in order to make sure the transition is as seamless as possible.
Also, that's where the education fund comes in, the $82 million. It's a very valuable workforce. They had a hiring session in Halifax and there were a lot of major companies there. We have so many people coming out of the military who are trained, but they could use this money in order to be valuable to the private sector. That's why this $82 million in the training program is so vitally important.
As you know, right across the country, we need workers. These people want to work, and this helps provide the qualifications that are needed for them to be able to work. When somebody leaves the military, they want to work—
Je suis aussi ministre associé de la Défense nationale et il s’agit de trouver les moyens pour que la transition se passe un peu plus en douceur, en vérité pour qu’elle se passe sans heurt. Quant à la carte en elle-même, et je n’ai pas d’autre réponse à vous donner aujourd’hui. Elle s’avère être utile à plus d’un titre dans les autres pays.
Lorsque les militaires prennent leur retraite… Disons que vous êtes devenu militaire à la fin de l’école secondaire. Vous avez passé 25 ou 30 ans dans l’armée et vous en sortez maintenant. La première question est: « Où trouver un médecin? » Il y a tant de choses dont vous devez vous occuper pour permettre une transition aussi en douceur que possible.
C’est aussi là que le Fonds pour l’éducation entre en jeu avec ses 82 millions de dollars. Les gens qui quittent l’armée constituent une main-d’oeuvre très précieuse. Une séance d’embauche a été organisée à Halifax et beaucoup de grandes entreprises y étaient présentes. Il y a tant de gens qui quittent les forces armées et qui y ont suivi une bonne formation, mais il y en a aussi qui pourraient aussi utiliser cet argent pour suivre une formation et devenir des atouts précieux dans le secteur privé. C’est pourquoi ce montant de 82 millions de dollars investis dans un programme de formation est de la toute première importance.
Comme vous le savez, partout au pays, nous avons besoin de travailleurs. Ces gens veulent travailler, et cela leur permet d’acquérir les qualifications qui leur seront utiles sur le marché du travail. Les gens qui quittent l’armée veulent travailler…
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—so we're making it a bit easier.
There are other problems too, but those are just a couple of issues that I'm trying to deal with at the moment. There are many others. We are trying to make the transition seamless.
… nous leur faciliterons un peu la tâche.
Il y a également d’autres problèmes, mais ce sont là simplement quelques questions que j’essaie de régler en ce moment. Il y en a beaucoup d’autres. Nous tentons de permettre à la transition de se faire en douceur.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Of course, the $10 billion is ongoing, but on the pension for life—I don't have the exact figure—all of this costs so much money. The education fund is so important, the top-up of wages.
Walter, I'll let you answer that.
These programs are so vitally important and these are new ventures that are taking place from Veterans Affairs so that the veteran, when he leaves active service—
Bien sûr, les 10 milliards de dollars sont un montant continu, mais en ce qui concerne la pension pour la vie, je n'ai pas le montant exact, tout ceci coûte tellement. Le fonds pour les études est très important, le supplément de salaire, etc.
Walter, je vais vous laisser répondre à cela.
Ces programmes sont cruciaux et ce sont de nouvelles initiatives lancées par Anciens Combattants pour que les vétérans, quand ils quittent le service actif...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
On the actual dollars....
Sur les montants eux-mêmes...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
There are more dollars being spent now than there were last year.
On dépense plus d'argent maintenant qu'on en a dépensé l'an dernier.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
It's an ongoing issue.
Will the $10 billion be spent this year? No. Down the road, the money will be spent improving.... We have wait times that are more than we should have. We're working hard to digitize the department to make sure that you can push a button and get the information from the doctor when a veteran applies for.... This is the kind of thing that costs money.
C'est une situation en constante évolution.
Les 10 milliards de dollars seront-ils dépensés cette année? Non. Plus tard, l'argent sera dépensé pour améliorer... Nos temps d'attente sont plus longs qu'ils ne devraient l'être. Nous travaillons fort à numériser le ministère pour veiller à ce que l'on puisse appuyer sur un bouton et obtenir l'information du médecin quand un vétéran présente une demande pour... C'est le genre de choses qui coûtent de l'argent.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Yes, it is important.
Oui, c'est important.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Number one, the wait time is not over a year. There are likely people applying today. There is a number there, without a question—
Premièrement, le temps d'attente n'est pas de plus d'un an. Il est probable que des personnes présentent une demande aujourd'hui. Le nombre est élevé, sans aucun doute...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I agree with you. The wait times are something that we definitely have to deal with, but you also understand that we have an over 60% increase in applications. The point is that in Veterans Affairs you can never be sure. You don't know exactly how many veterans are going to come to the door, but the doors are all open. That's why we opened the centres right across the country.
Je suis d'accord avec vous. Les temps d'attente sont assurément une chose que nous devons régler, mais vous devez aussi comprendre que nous avons une augmentation de 60 % dans le nombre des demandes. Le fait est qu'Anciens Combattants ne peut jamais savoir avec certitude. On ne sait jamais combien de vétérans vont entrer, mais les portes sont grand ouvertes. Voilà pourquoi nous avons ouvert des centres partout dans le pays.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
There is certainly going to be no decrease when we're behind the eight ball, but I'll let my—
Il n'y aura certainement pas de réduction tant que nous sommes en mauvaise posture, mais je vais laisser...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I feel that we're basically obliged to supply the service for veterans. The fact is that we started with under 100 caseworkers and now we have nearly 500, I believe. That's number one.
We've hired over 700 people of the 1,000 who were let go by the previous government, all of which created quite a problem. Is it all solved? No, but we have done an awful lot to get it in line. In fact, what we have done has increased the inflow of applications.
Go ahead, Walter.
Je considère, essentiellement, que nous avons l'obligation de fournir le service aux vétérans. Au départ, nous avions moins de 100 chargés de cas et nous en avons maintenant 500, je crois. Ça, c'est en premier lieu.
Nous avons embauché plus de 700 personnes sur les 1 000 qui avaient été renvoyées par le gouvernement précédent, ce qui avait créé tout un problème. Est-il entièrement réglé? Non, mais nous avons accompli un travail considérable pour nous rattraper. De fait, ce que nous avons fait a augmenté le nombre des demandes qui entrent.
Allez-y, Walter.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
First of all, having the 10 offices open across the country provides information for veterans right across the country, but in fact what it has done is that it has spurred the application process, because the fact is that—and the department is saying yes more often now, too—it has increased by over 60% the number of people who are applying for benefits. That's a good thing, because that's what we're supposed to do: provide benefits for the veterans. That's what we're here for. Over some 90% of what is spent at Veterans Affairs is spent on services to veterans.
Also, on the allocation of funds, if Veterans Affairs in the allocation of funds is short of funds, the government is obliged to supply the funding. There's always a question of estimation on how much will be needed, but I think there was a lapse last year.
Tout d'abord, les 10 bureaux ouverts dans le pays offrent aux vétérans la possibilité d'obtenir des renseignements, mais un des effets inattendus a été une stimulation du processus de demandes; en effet, le nombre des personnes qui présentent une demande de prestations a augmenté de 60 % — et le ministère répond plus souvent par l'affirmative maintenant. C'est une bonne chose, parce que c'est ce que nous sommes censés faire: accorder des prestations aux vétérans. C'est notre raison d'être. Plus de 90 % du budget d'Anciens Combattants Canada est consacré à des services aux vétérans.
D'autre part, en ce qui concerne l'attribution des fonds, si ACC est à court de fonds, le gouvernement est obligé de combler l'écart. C'est toujours par une estimation que l'on détermine les montants dont on aura besoin, mais je crois qu'il y a eu manquement l'an dernier.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
It was $300 million, and of course it came. Sometimes there is some left over. Now because of the vote in the House, it's been reverted back to be used by Veterans Affairs, all of which is helpful.
Do we have all the problems solved? No, we haven't. Do we have a wait-list of more than we should have? Yes, we do. Are we continuing to work on it? Yes, we are. We want to digitize the process. We want to make it faster. That's what we're attempting to do. We are hiring more staff, all of which makes it better for veterans. That's what we're trying to do.
C'était 300 millions de dollars, et, bien sûr, nous les avons reçus. Parfois, il en reste un peu. Maintenant, par suite du vote à la Chambre, ACC va pouvoir s'en servir, ce qui aide beaucoup.
Avons-nous réglé tous les problèmes? Non. Avons-nous une liste d'attente plus longue que nous devrions en avoir? Oui. Continuons-nous à travailler à son traitement? Oui, nous le faisons. Nous voulons numériser le processus pour l'accélérer. C'est ce que nous tentons de faire. Nous recrutons plus de personnel. Toutes ces choses améliorent le processus pour les vétérans. C'est ce que nous essayons de faire.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Quite honestly, you never repay somebody who is in that situation, but what Veterans Affairs has done, what the government has done has made it better. It was increased from 75% to 90% just to put more money in the pockets of veterans. That is why that was done.
Honnêtement, on n'indemnise jamais assez une personne qui est dans cette situation, mais le gouvernement, Anciens Combattants Canada, a amélioré la situation. L'allocation est passée de 75 à 90 % pour mettre plus d'argent dans les poches des vétérans. Voilà pourquoi on a fait cela.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
There are many other programs that they can apply to.
Walt, do you want to add to that?
Il y a de nombreux autres programmes auxquels ils peuvent demander de participer.
Walt, pouvez-vous en dire un peu plus?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Plus 1%.
Plus 1 %.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I can tell you that we're working full time in order to get to that ratio. You understand the situation that we inherited. We had less than 200. We now have just under 500, between 450 and 500. That's so vitally important. We're working hard to make sure that we get the ratio to 25:1, but to tell you exactly the date we get there—no. We're working continually.
Perhaps Walt can give an estimation. It's hard to give an estimation when you're not sure just what you're going to face, but we're working very hard to do that.
Je peux vous dire que nous travaillons sans relâche pour atteindre ce ratio. Vous connaissez la situation dont nous avons hérité. Nous avions moins de 200 gestionnaires de cas. Nous en avons maintenant un peu moins de 500, entre 450 et 500. C'est d'une importance cruciale. Nous travaillons fort pour atteindre le ratio de 25:1, mais je ne saurais vous dire exactement à quelle date nous y arriverons. Nous y travaillons sans relâche.
Peut-être que Walt peut vous donner une estimation. C'est difficile de produire une estimation quand on ne sait pas à quoi s'attendre, mais nous consacrons tous nos efforts à l'atteinte de ce but.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Of course, training is vitally important. I think that would be the deputy's line, but we're going to make sure that we have people well trained.
Bien sûr, la formation est d'une importance cruciale. Je pense que c'est ce que le sous-ministre dirait, mais nous allons veiller à ce que nos gens soient bien formés.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
About three or four weeks ago, we had a women veterans conference in the department in Charlottetown. We had women veterans from right across the country attend that conference. It was very successful. It spreads the word right across the country so that they're fully aware of what's open to women veterans. We are encouraging them all the time to become involved.
We also indicated quite clearly that this conference will continue so that women veterans feel comfortable and are fully aware that they played a major role. It's important that they're treated exactly the same, and that's what we want to do. Was there a problem? Yes, there was. We're trying to deal with it.
Il y a environ trois ou quatre semaines, nous avons eu une conférence des femmes vétérans dans le Ministère à Charlottetown. Des femmes vétérans des quatre coins du pays assistaient à cette conférence. Elle a été très réussie. Elle sert à diffuser l'information partout dans le pays pour que les femmes vétérans soient pleinement conscientes de ce qui s'offre à elles. Nous les encourageons tout le temps à participer.
Nous avons aussi dit très clairement qu'on continuera de tenir cette conférence pour que les femmes vétérans se sentent à l'aise et soient pleinement conscientes du fait qu'elles ont eu un rôle important. Il est crucial qu'elles soient traitées de la même façon exactement, et c'est ce que nous voulons faire. Y avait-il un problème? Oui. Nous nous attachons à le régler.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Are you talking about the centre of excellence?
Parlez-vous du centre d'excellence?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
We have one in Ste. Anne’s Hospital.
Nous en avons un à l'Hôpital Sainte-Anne.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Why can't we respond to that?
Pourquoi ne pouvons-nous pas répondre à cela?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
With any memorandum of agreement, or any money that's spent by the Government of Canada under our government, it's certainly analyzed as to what.... It's always step by step and seeing what progress has been made. I can assure you that would be made here too.
We also would have—
Comme pour tout protocole d'entente ou tout argent dépensé par le gouvernement du Canada sous le régime de notre gouvernement, c'est certainement analysé quant à... On analyse étape par étape, pour voir les progrès accomplis. Je peux vous assurer que cela se produit dans le cas présent aussi.
Nous aurions aussi...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I've asked my department to evaluate the situation and come up with the facts of what the situation is in Ste. Anne's—
J'ai demandé à mon ministère d'évaluer la situation et de présenter les faits de la situation à l'Hôpital Sainte-Anne...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—because we want to make sure that the—
... parce que nous voulons nous assurer que...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
We want to make sure, on the Ste. Anne's first—if you want me to answer—that they get the proper care, and we're going to make sure that happens. We have to have the facts first.
Nous voulons nous assurer, en ce qui concerne l'Hôpital Sainte-Anne d'abord — si vous voulez que je réponde — qu'ils obtiennent les soins adéquats, et nous nous assurerons que c'est le cas. Il nous faut disposer des faits d'abord.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Pardon...?
Pardon?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
First of all, we have to find out the facts and what we're going to do—
Tout d'abord, nous devons recueillir les faits et ce que nous allons faire...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
First of all, the well-being and security of veterans is our major priority.
The fact is that the Prime Minister indicated in the House...and the department is reviewing this very carefully to make sure there is nobody who gets less. We will make sure that every veteran receives more than they did under the previous government. That is what will take place. We have to get the facts—
Tout d'abord, le bien-être et la sécurité de nos vétérans sont notre priorité absolue.
Le fait est que le premier ministre a dit en Chambre... et le Ministère examine ceci très attentivement pour veiller à ce que personne ne soit lésé. Nous ferons en sorte que chaque vétéran reçoit plus qu'il ne le faisait sous le gouvernement précédent. C'est ce qui arrivera. Nous devons obtenir les faits...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
At the moment, right now—
Mrs. Cathay Wagantall: When?
Hon. Lawrence MacAulay: If you ask me a question, I have to be able to answer it.
The fact is, you asked me a question—
À l'heure actuelle ...
Mme Cathay Wagantall: Quand?
L'hon. Lawrence MacAulay: Si vous me posez une question, je dois pouvoir y répondre.
Le fait est que vous m'avez posé une question...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
When? Right now, we're looking at it—
Quand? À l'heure actuelle, nous examinons la situation...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—but you don't get the answer right now. What are we trying to do is get the facts.
... mais, vous n'écoutez pas la réponse. Ce que nous essayons de faire, c'est de recueillir les faits.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
We will make sure that anybody who receives this funding will have more financial security than they had under the previous government. That's a commitment.
Nous veillerons à ce que tous ceux qui reçoivent ce financement ont une plus grande sécurité financière que sous le gouvernement précédent. C'est un engagement.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
That will take place. That's why I was trying to tell you that we're evaluating the situation right now. I have directed my department to do so.
Cela se fera. Voilà pourquoi j'essayais de vous dire que nous évaluons la situation maintenant. J'ai ordonné à mon ministère de le faire.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Yes. We were down to less than 200—
Oui. Il ne restait plus que 200...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Pardon...?
Pardon...?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I just have to answer that question. The fact is that you fired a thousand people, employees from Veterans Affairs Canada.
Il faut que je réponde à cette question. Le fait est que vous avez mis à pied 1 000 personnes, des employés d'Anciens Combattants Canada.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Yes, we have. We have rehired near 500 caseworkers.
Oui, nous l'avons fait. Nous avons réembauché près de 500 chargés de cas.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I don't want to be political, but the facts are the facts. The point is that there were a thousand employees fired. There were less than 200 caseworkers in Veterans Affairs. Does that create a problem? Yes, it creates a problem. Are we working on it? You have to start where you are, and that's where we were when we took over government.
Now we have between 450 and 500 caseworkers. We have actually hired about 700 extra, but the fact is that the demand on the department is even larger than it was then. The application process has increased. There's the 60% increase in applications, which creates work, but then we want to digitize the process. We want to make it faster, and we will. It takes time. We want to be able to push a button and immediately get the papers from the doctor for the client. That's the type of thing. We have to digitize the system so that it works smoothly. When it all happens, it's more efficient, but we can't tell if it's going to continue to increase or to decrease. We don't know, but we have to be ready.
The deputy would like to add something.
Je ne veux pas faire de la politique, mais les faits sont là. Mille employés ont été mis à pied. Il restait moins de 200 chargés de cas à Anciens Combattants. Cela a-t-il créé un problème? Oui. Travaillons-nous là-dessus? Il faut commencer par le début, et c'était là où nous en étions quand nous avons pris le pouvoir.
Maintenant, nous avons entre 450 et 500 chargés de cas. En réalité, nous avons recruté près de 700 personnes de plus, mais le fait est que la demande est plus élevée qu'avant. Le processus de demande s'est intensifié. Il y a une augmentation de 60 % des demandes, ce qui crée du travail, mais nous voulons numériser le processus. Nous voulons l'accélérer et nous y arriverons. Cela prend du temps. Nous voulons pouvoir appuyer sur un bouton et recevoir immédiatement les documents du médecin du client. C'est ce genre de choses que nous voulons faire. Il nous faut numériser le système pour qu'il fonctionne en douceur. Une fois cela fait, ce sera plus efficace, mais nous ne pouvons pas savoir si les demandes continueront d'augmenter ou si elles diminueront. Nous ne le savons pas, mais nous devons être prêts.
Le sous-ministre aimerait ajouter quelque chose.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Number one, it's important for the ombudsman to highlight this. Number two, we had the conference for women veterans in Charlottetown. All of this brings together the issues they're facing. What we want to do as a government and as the Department of Veterans Affairs is to make sure that all programs are fully open and accessible and in the right setup for women veterans. That will be done. What problems are there will be dealt with.
Premièrement, c'est important pour l'ombudsman d'avoir mis cela en relief. Deuxièmement, nous avons eu la conférence des femmes vétérans à Charlottetown. Tout ceci touche les problèmes auxquels elles sont confrontées. En tant que gouvernement et ministère des Anciens Combattants, nous voulons faire en sorte que tous les programmes soient pleinement ouverts, accessibles et bien adaptés pour les femmes vétérans. Cela sera fait. S'il y a des problèmes, nous les règlerons.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
You're right. The fact is, as I said before, there's an over 60% increase in applications for the services of Veterans Affairs. I'm not going to repeat it again, but you know what the situation was with caseworkers and with employees. We have addressed that as well as we can. We're working on the digitization of the department to make sure we'll make it quicker.
The fact is that we have a lot more applications for service because we are saying yes to more customers at Veterans Affairs Canada. That's why it's so important that this money is properly used and we digitize the system and make it faster.
Vous avez raison. Le fait est, comme je l'ai déjà dit, que le nombre de demandes de service à Anciens Combattants a augmenté de 60 %. Je ne vais pas le répéter, mais vous savez quelle a été la situation avec les chargés de cas et les employés. Nous avons réglé cela de notre mieux. Nous travaillons à la numérisation du Ministère pour accélérer le processus.
Le fait est que nous recevons un plus grand nombre de demandes de service parce qu'Anciens Combattants Canada répond par l'affirmative à plus de clients. Voilà pourquoi il est tellement important que cet argent soit correctement utilisé, que nous numérisions le système et que nous le rendions plus rapide.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I have to answer—
Je dois répondre...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
In all fairness you have to let me answer the question. We're not throwing money away at all.
En toute justice, vous devez me laisser répondre à la question. Nous ne gaspillons pas de l'argent, pas du tout.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
You've kind of answered it. For some, it can be different from others. It's impossible to answer an individual case here, quite simply. If you have a veteran who has a difficulty with this, I wish you would make sure that I'm given the information and I will deal with it, I will assure you.
Vous avez répondu à la question en partie. C'est différent d'une personne à l'autre. Très franchement, c'est impossible de donner une réponse pour un cas en particulier. Si vous connaissez un ancien combattant qui éprouve des difficultés après un tel événement, je m'attends à en être informé et je vais m'en occuper, je vous le garantis.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Are you talking about caregivers?
Faites-vous référence aux aidants naturels?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
It's definitely an issue that needs to be addressed. I'll let the deputy expand on it, but it's vitally important, as I said when I spoke, that the veteran and the family are fully involved.
Il faut régler ce problème, c'est certain. Je vais demander au sous-ministre de nous en dire davantage à ce sujet mais, comme je l'ai dit tout à l'heure, la pleine participation des anciens combattants et de leur famille est extrêmement importante.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I would just add that being sure to have the programs in place for the veterans, certainly, is an asset to the family, and that's what we have to do, but our focus is on the veteran.
Je dirai simplement que pour la famille, la mise en place de programmes destinés aux vétérans est un atout et que c'est ce que nous nous efforçons de faire, mais toujours en mettant l'accent sur les vétérans.
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Chair. It's great to be back. As always, thank you for the land acknowledgement as we meet here as a committee on the traditional unceded territory of the Algonquin people.
I'm joined by Diane Lafleur, associate deputy minister; and Paul Thoppil, chief finances, results and delivery officer.
That's a really nice title, Paul.
I'm here to speak to the main estimates for Crown-Indigenous Relations as well as on behalf of my honourable colleague Minister Leblanc, who is responsible for northern affairs. We hope he will be well and back with us soon.
As you know, in August 2017 the Prime Minister announced the dissolution of Indigenous and Northern Affairs Canada and the creation of two new departments, Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada, and Indigenous Services Canada. Indigenous and Northern Affairs was a vestige of the colonial era. It was completely unsuited to support and partner with indigenous people based on their unique histories, circumstances and aspirations. The two new departments are designed and organized to better serve the needs of indigenous peoples and structured to better support first nations, Inuit and Métis peoples in implementing their visions of self-determination.
The Department of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs, the department for which I'm responsible, has been advancing forward-looking and transformative work to create a new relationship with indigenous peoples as well as support the self-reliance, prosperity and well-being of northerners.
I'm pleased to appear on my department's main estimates, which total $7 billion.
This year's main estimates reflect a net increase of $3.9 billion, or 126%, compared to last year. The increase is primarily attributable to the inclusion of $933.9 million for budget 2019 investments, as well as the following major items: an increase of $2 billion for the childhood claims settlement; an increase of $750 million for the sixties scoop settlement; and an increase of $141 million for infrastructure projects in indigenous communities, including solid waste and Inuit housing.
Budget 2019 investments are reflected in the department's main estimates under separate votes. As their Treasury Board submissions are approved, departments will be able to access funds from these votes for their investments.
These investments build upon the government's historic investments of $16.8 billion through three previous budgets to achieve the shared priorities of indigenous peoples in Canada, now totalling more than $20 billion of new funding.
Across the country, indigenous leadership, non-indigenous Canadians and the government are working in partnership to improve the quality of life for first nations, Inuit and Métis peoples. Together we are making progress.
Budget 2019 makes significant new investments that support indigenous peoples' plans for self-determination and their work of rebuilding.
These include concrete measures to remove impediments to reaching agreements that affirm indigenous rights and address past grievances.
The budget also includes investments to support the government's continued progress in implementing the Truth and Reconciliation Commission's calls to action.
Budget 2018 ended the practice of funding comprehensive claim negotiations through loans and replaced them with non-repayable contributions. Budget 2019 goes even further by including funding of up to $1.4 billion to forgive all outstanding comprehensive claim negotiation loans and to reimburse indigenous governments that had already repaid these loans. More than 230 indigenous communities will immediately benefit from having these loans off their books or reimbursed. This will allow them to take advantage of opportunities that were out of reach, and to focus on investing in their priorities, such as governance, infrastructure and economic development.
Budget 2019 also replenishes the specific claims settlement fund for another three years, and increases the funding for specific claims research by $8 million per year for five years. These investments will support the resolution of claims more efficiently and effectively, so we can move forward together in a good way.
The Truth and Reconciliation Commission's calls to action provide all Canadians a path forward for Canada's journey of healing and reconciliation.
Our government is working with its partners to accelerate progress on the 94 calls to action and has made significant progress on the calls to action under federal or shared responsibility.
I am very proud of the significant investments made by budget 2019 specifically through our department to support further progress on implementation. Budget 2019 provides $126.5 million in 2020-21 to establish the National Council for Reconciliation and endow it with its initial operating capital, which addresses calls to action 53 to 55.
To address calls to action 72 to 76, the budget invests $33.8 million over three years to develop and maintain the national residential school student death register, and to work with parties to establish and maintain an online registry of residential school cemeteries.
The budget provides $9.1 million over three years to support the construction of an indigenous legal lodge at the University of Victoria, and $10 million over five years in support of indigenous law initiatives across Canada. Through the justice partnership and innovation program, these investments support the implementation of call to action 50.
The budget supports call to action 66—this is one of my favourites—with $15.2 million over three years for an indigenous youth pilot program, delivered by the Canadian Roots Exchange. Funding will support the establishment of a distinctions-based national network of indigenous youth to help ensure that the Government of Canada's policies and programs are informed by the diverse voices of indigenous youth, and provides support to community events and gatherings for indigenous youth and reconciliation-focused, community-based indigenous youth activities.
The budget also provides $10 million over two years advancing call to action 80 to support communities to recognize and commemorate the legacy of residential schools on the proposed national day for truth and reconciliation.
Our government also understands that success will require taking a truly whole-of-government approach to the TRC's calls to action. I can assure you that every department is taking up the challenge to advance the calls to action in their areas of responsibility. For example, just last week, Minister Hussen introduced the change to the oath of citizenship, which responds to call to action 94.
Our government has been working with northerners and indigenous and territorial partners to build strong, diversified, sustainable and dynamic Arctic and northern communities.
Budget 2019 invests over $700 million in new and focused funding over 10 years to ensure that Arctic and northern communities continue to grow and prosper. Additionally, territorial formula financing transfers will total over $3.9 billion in 2019-20.
Budget 2019 investments, through Northern Affairs, include three important initiatives: cleaning up the largest and highest risk contaminated sites in northern Canada; supporting diversified post-secondary education options in the north; and building connections in Canada's Arctic and northern regions. We are committed to co-developing initiatives for the north with northerners and making the necessary investments to support those co-developed solutions.
I look forward to discussing these priorities in more detail through your questions.
Meegwetch. Thank you. Merci.
Merci, madame la présidente. Je suis ravie d'être de retour. Je vous remercie d'avoir reconnu, comme vous le faites toujours, que le Comité se rencontre sur le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin.
Je suis accompagnée de la sous-ministre déléguée, Mme Diane Lafleur, et du dirigeant principal des finances, des résultats et de l'exécution, M. Paul Thoppil.
Vous avez un très bon titre, monsieur Thoppil.
Je suis ici pour parler du Budget principal des dépenses pour Relations Couronne-Autochtones, ainsi qu'au nom de mon honorable collègue, le ministre LeBlanc, qui est responsable des Affaires du Nord. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et nous espérons qu'il sera de retour bientôt.
Comme vous le savez, en août 2017, le premier ministre a annoncé la dissolution du ministère des Affaires autochtones et du Nord canadien et la création de deux nouveaux ministères, à savoir Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, ainsi que Services aux Autochtones Canada. Affaires autochtones et du Nord était un vestige de l'époque coloniale. Il ne favorisait pas l'établissement de partenariats avec les peuples autochtones en fonction de leur histoire, de leur situation et de leurs aspirations. Les deux nouveaux ministères sont conçus et organisés pour mieux répondre aux besoins des peuples autochtones, et structurés pour mieux aider les Premières Nations, les Inuits et les Métis à concrétiser leurs visions de l'autodétermination.
Le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, dont je suis responsable, fait avancer le travail transformationnel prospectif pour créer une nouvelle relation avec les peuples autochtones et appuyer l'autonomie, la prospérité et le bien-être des résidants du Nord.
Je suis heureuse de participer au Budget principal des dépenses de mon ministère, qui s'élève à 7 milliards de dollars.
Le Budget principal des dépenses de cette année reflète une augmentation nette de 3,9 milliards de dollars ou de 126 % par rapport à celui de l'année dernière. Cette augmentation est principalement attribuable à l'inclusion de 933,9 millions de dollars pour les investissements prévus dans le budget de 2019, ainsi qu'aux principaux éléments suivants: une augmentation de 2 milliards de dollars pour le règlement lié aux expériences vécues dans l'enfance; une augmentation de 750 millions de dollars pour le règlement lié à la rafle des années 1960; et une augmentation de 141 millions de dollars pour les projets d'infrastructure dans les collectivités autochtones, y compris pour les déchets solides, ainsi que pour le logement des Inuits.
Les investissements prévus dans le budget de 2019 figurent dans le Budget principal des dépenses du ministère sous des crédits distincts. À mesure que leur présentation sera approuvée au Conseil du Trésor, les ministères pourront accéder aux fonds de ces crédits pour leurs investissements.
Ces investissements s'ajoutent aux investissements historiques de plus de 16,8 milliards de dollars réalisés par le gouvernement dans le cadre des trois budgets précédents pour concrétiser les priorités communes des Autochtones et du Canada, qui totalisent maintenant plus de 20 milliards de dollars en nouveau financement.
Partout au pays, les dirigeants autochtones, les Canadiens non autochtones et le gouvernement travaillent en partenariat pour améliorer la qualité de vie des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Ensemble, nous faisons des progrès.
Le budget de 2019 prévoit d'importants nouveaux investissements qui appuient les plans des peuples autochtones en matière d'autodétermination et de reconstruction des nations.
Il s'agit notamment de mesures concrètes visant à éliminer les obstacles à la conclusion d'accords qui affirment les droits des peuples autochtones et qui traitent des griefs du passé.
Le budget prévoit également des investissements pour appuyer les progrès continus du gouvernement relativement à la mise en œuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation.
Dans le budget de 2018, le gouvernement a mis fin à la pratique consistant à financer les négociations de revendications globales au moyen de prêts et a remplacé ces derniers par des contributions non remboursables. Le budget de 2019 va encore plus loin en prévoyant des fonds pouvant atteindre 1,4 milliard de dollars pour radier tous les prêts non remboursés visant la négociation de revendications globales et pour rembourser les gouvernements autochtones qui ont déjà remboursé ces prêts. Plus de 230 communautés autochtones bénéficieront immédiatement de la radiation ou du remboursement de ces prêts. Cela leur permettra de saisir des occasions qui étaient auparavant hors de leur portée et d'investir pour concrétiser leurs priorités, comme la gouvernance, l'infrastructure et le développement économique.
De plus, le budget de 2019 réapprovisionne le Fonds de règlement des revendications particulières pour une autre période de trois ans et augmente de 8 millions de dollars par année pendant cinq ans le financement de la recherche sur les revendications particulières. Ces investissements accroîtront l'efficacité du règlement des revendications, ce qui nous permettra d'aller de l'avant ensemble d'une manière positive.
Les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation offrent à tous les Canadiens un cheminement vers la guérison et la réconciliation au Canada.
Notre gouvernement travaille avec ses partenaires pour accélérer les progrès au chapitre des 94 appels à l'action et fait des avancées importantes dans le cas des appels relevant de la responsabilité fédérale ou partagée.
Je suis très fière des investissements considérables prévus dans le budget de 2019, versés précisément par mon ministère, pour favoriser l'avancement de leur mise en œuvre. Le budget de 2019 fournira un financement de 126,5 millions de dollars en 2020-2021 pour établir un conseil national de réconciliation et lui verser les coûts d'exploitation initiaux, pour répondre aux appels à l'action no 53 à 55.
Pour répondre aux appels à l'action no 72 à 76, le budget investit 33,8 millions de dollars sur trois ans pour élaborer et tenir à jour un registre national de décès des élèves des pensionnats indiens et collaborer avec les parties en vue d'établir et de tenir à jour un registre en ligne des cimetières des pensionnats.
En outre, le budget accorde 9,1 millions de dollars sur trois ans pour soutenir la construction de l'lndigenous Legal Lodge à l'Université de Victoria et 10 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer les initiatives juridiques autochtones partout au Canada dans le cadre du Programme juridique de partenariats et d'innovation. Ces investissements appuient la mise en œuvre de l'appel à l'action no 50.
Le budget soutient l'appel à l'action no 66 en accordant 15,2 millions de dollars sur trois ans pour mettre en œuvre un programme pilote destiné aux jeunes autochtones et offert par Échanges Racines canadiennes. C'est une de mes mesures favorites. Ce financement appuiera notamment l'établissement d'un réseau national de jeunes autochtones fondé sur les distinctions et aidera à faire en sorte que les politiques et les programmes du gouvernement fédéral tiennent compte des diverses voix des jeunes autochtones. Il soutiendra aussi des activités communautaires axées sur la réconciliation et fondées sur les jeunes autochtones.
Le budget prévoit également 10 millions de dollars sur deux ans pour donner suite à l'appel à l'action no 80 visant à aider les communautés à reconnaître et à commémorer l'héritage des pensionnats durant la Journée nationale de vérité et de réconciliation proposée.
Notre gouvernement comprend également que la réussite nécessitera d'adopter une véritable approche pangouvernementale pour répondre aux appels à l'action de la Commission, et je peux vous assurer que chaque ministère relève le défi de donner suite aux appels à l'action dans leurs domaines de responsabilité. Par exemple, la semaine dernière, le ministre Hussen a présenté un changement au serment de citoyenneté, en réponse à l'appel à l'action no 94.
Notre gouvernement travaille avec les habitants du Nord ainsi qu'avec ses partenaires autochtones et territoriaux afin de bâtir des communautés arctiques et nordiques fortes, diversifiées, durables et dynamiques.
Le budget de 2019 investit un financement nouveau et ciblé de plus de 700 millions de dollars sur 10 ans afin d'assurer la croissance et la prospérité continues des communautés de l'Arctique et du Nord. De plus, les transferts établis selon la formule de financement des territoires totaliseront plus de 3,9 milliards de dollars en 2019-2020.
Les investissements prévus dans le budget de 2019 pour les Affaires du Nord comprennent trois initiatives importantes: l'assainissement des sites contaminés les plus importants et les plus dangereux dans le Nord du Canada; l'appui à la diversification des options d'études postsecondaires dans le Nord; et l'établissement de liens dans les régions de l'Arctique et du Nord du Canada. Nous sommes déterminés à élaborer des initiatives pour le Nord en collaboration avec les résidants du Nord et à faire les investissements nécessaires pour appuyer ces solutions élaborées conjointement.
J'ai hâte de discuter plus en détail de ces priorités dans le cadre de vos questions.
Meegwetch. Merci. Thank you.
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Thanks very much for that.
We have been very impressed with the kind of work the Canadian Roots Exchange has been able to do in both indigenous and non-indigenous projects around reconciliation. I remember during the Toronto meeting of the Truth and Reconciliation Commission, the programming that was there was extraordinary—the history of the historic indigenous sites in Toronto. This is a really important program. I think that no matter what we do—asking people to reread history books, watch movies or read books—it's those relationships between indigenous and non-indigenous people, making new friends, that actually helps people go forward in eliminating stereotypes and racism and those things.
I think the work that the executive director, Max FineDay, has been able to do is remarkable, including the kind of speaking that he does, letting people know that the Environics survey has shown that over 80% of non-indigenous youth think they will see reconciliation in their lifetime. I'm not sure the indigenous people are quite so optimistic, but it is that optimism that I think can be the hope that we need there.
In call to action 66, it was very clear that this needed to be a network of youth coast to coast to coast. We appointed three ministerial special representatives, Maatalii, Gabby and André Bear, to look at what existed and what would be recommended, and they gave us a very good report. Now finally number 66 will be realized, with that housed at Canadian Roots Exchange, and I think it will really make a difference.
Merci beaucoup.
Nous sommes très impressionnés par le travail que l'organisation Échanges Racines canadiennes a réussi à accomplir au chapitre de la réconciliation au moyen de projets destinés à la fois aux Autochtones et aux non-Autochtones. Je me souviens que durant la séance de la Commission de vérité et réconciliation tenue à Toronto, la programmation était extraordinaire; elle portait sur l'histoire des sites autochtones de Toronto. Il s'agit d'un programme très important. À mon avis, nous pouvons demander aux gens de relire les livres d'histoire, de regarder des films ou de lire des livres, mais c'est en nouant des liens et des amitiés entre les Autochtones et les non-Autochtones que nous réussirons vraiment à déconstruire les stéréotypes et à combattre le racisme.
M. Max FineDay, le directeur exécutif de l'organisme, fait du travail remarquable, y compris sur le plan de la sensibilisation. Il informe les gens que selon les résultats du sondage effectué par Environics, plus de 80 % des jeunes non autochtones croient qu'ils verront la réconciliation au cours de leur vie. Je ne suis pas certaine que les Autochtones sont aussi optimistes, mais d'après moi, cet optimisme est une source d'espoir dont nous avons besoin.
L'appel à l'action no 66 stipule très clairement que le réseau de jeunes doit être national. Nous avons nommé trois représentants spéciaux du ministère, Maatalii, Gabby et André Bear, et nous leur avons demandé de se pencher sur les programmes existants et de formuler des recommandations. Ils nous ont présenté un très bon rapport. Maintenant, l'appel à l'action no 66 sera enfin mis en œuvre, par l'intermédiaire d'Échanges Racines canadiennes, et je pense que les choses vont vraiment changer.
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
I think in the way that the previous indigenous services or INAC used to work, we did this and we didn't do that.
By moving to a new approach, which is about the services the communities decide they need, we will move into a better place where these kinds of things, like assisted living for seniors, become a priority for these communities. We're seeing in certain communities that they're living in semi-detached housing or in seniors-looking condos, with a nurse who can visit, those kinds of things.
You have the fabulous new health centre there. I think it's great. And thank you for highlighting Chief Leroy Denny. When the Mi'kmaq got control of their education system, that's the day he decided to be a teacher. They were at a 30% graduation rate and now they're over 90%.
I also want to congratulate you with Sir Paul McCartney yesterday highlighting Eskasoni in terms of that beautiful young woman covering Blackbird in the Mi'kmaq language. These are highlights for all of us.
Avec les anciens services aux Autochtones ou l'ancien AANC, certaines choses étaient faites et d'autres non.
Avec la nouvelle approche axée sur les besoins cernés par les communautés elles-mêmes, les services comme les programmes d'aide à la vie autonome pour les aînés pourront devenir une priorité. Dans certaines communautés, les aînés vivent dans des logements jumelés ou dans des logements en copropriété, où ils peuvent recevoir la visite d'une infirmière ou d'autres services de ce genre.
Vous avez un nouveau centre de soins de santé magnifique. Je trouve cela formidable. Et je vous remercie d'avoir souligné le travail du chef Leroy Denny. Le jour où les Micmacs ont obtenu l'autonomie de la gestion de leur système d'éducation, il a décidé de devenir enseignant. Leur taux de diplomation est passé de 30 % à au-delà de 90 %.
Je tenais aussi à vous féliciter: Sir Paul McCartney a braqué les projecteurs sur Eskasoni hier en parlant de la reprise de Blackbird chantée en micmac par cette magnifique jeune femme. Ce sont de grands moments pour nous tous.
Results: 1 - 60 of 6882 | Page: 1 of 115

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data