Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 61479
View Barry Devolin Profile
CPC (ON)
The hon. member for Edmonton—Leduc is rising on a point of personal privilege.
Le député d'Edmonton—Leduc soulève une question de privilège parlementaire.
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2015-06-19 10:05 [p.15333]
Mr. Speaker, it is truly an honour to rise in the House today for my last statement in this beautiful chamber, a place where I have had the good fortune of serving for 15 years.
At the outset, let me thank all of those within this House and outside the House for their tremendous good wishes over the last number of days.
I want to thank a number of people today. I want to thank the people of the ridings of Edmonton—Leduc and Edmonton Southwest, whom I have been privileged to represent over the last five terms. I thank them for their confidence and for their support for me.
I wish to thank the many volunteers and supporters who helped me during this period: the constituents who provided me constant feedback and guidance and the supporters who are like a family to me, many of whom supported me for the entire time.
I would like to thank my present and past colleagues on both sides of this House for their passionate love of our country, their commitment to making it better and their kindness toward me. They are friends for life.
I would like to thank and express my sincere appreciation to the many wonderful people who have worked in my offices in Edmonton and Ottawa for their incredible service to our constituency and our country.
I may get very emotional here. I want to thank Debbie Healy for 15 years of amazing service to me. Debbie and I are part of the same family now. I just love being part of her extended family and I thank her so much. I thank Kim Dohmann, who has served me for 15 years as well in such an extraordinary capacity. I thank Willii Burgess, who served me for 10 years and worked with me for another five years. I thank all of my current staff, Samantha Johnston, the communications whiz, Lene Jorgensen, Carmel Harris, Trevor Rogers, who have done such an outstanding job for all the constituents. They are so much part of my success.
Two of my staff who were very colourful in my past are here today: the lovely and talented Michele Austin, and Bryan Rogers, about whom I will not tell any stories here because that would not be appropriate in this chamber, but I thank them so much for being here today.
I also want to thank my family and friends for their unconditional love, their support, the friendship they have given me in this fantastic journey through politics, particularly my heroes: my parents, Ron and Elaine Rajotte. I am more like my dad today than my mom. My mom is the strong one; my dad is the guy who cries at everything.
I believe more profoundly today than I did when I entered Parliament that Canada is the best country in the world, a place where we can fulfill our deepest hopes and aspirations and be a light and example for the world.
I want to end by saying this. There are a lot of comments about political life and politicians that occur here today and a lot of cynicism. After 15 years of serving with people in this place, people who volunteer in politics, I have more faith in those people who are in politics, who volunteer in politics. It is a noble endeavour. It is making this country a better place. This is the best country in the world. We can continue to make it better.
I thank all those in the chamber and outside of the chamber for their service. It has been a wonderful path for me. I genuinely appreciate it.
Thank you very much, and goodbye.
Monsieur le Président, c'est vraiment un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui. Ce sera ma dernière intervention en cette Chambre, où j'ai eu la chance de travailler pendant 15 ans.
Pour commencer, j'aimerais remercier tous ceux qui, à la Chambre ou ailleurs, m'ont transmis leurs meilleurs voeux au cours des derniers jours.
Je tiens à remercier un certain nombre de personnes aujourd'hui. Je veux remercier les résidants des circonscriptions d'Edmonton—Leduc et d'Edmonton-Sud-Ouest. J'ai eu le privilège de les représenter pendant cinq mandats et je les remercie de m'avoir fait confiance et de m'avoir appuyé.
Je veux aussi remercier les nombreux bénévoles et partisans qui m'ont aidé quand j'étais en poste, les électeurs, qui n'ont jamais cessé de me transmettre leurs commentaires et leurs conseils, ainsi que les partisans qui sont devenus comme ma famille — bon nombre d'entre eux m'ont appuyé du début à la fin de ma carrière.
J'aimerais remercier mes collègues des deux côtés de la Chambre, anciens et actuels, pour leur amour inconditionnel du Canada, pour leur engagement à en faire un meilleur pays, et pour leur gentillesse à mon égard. Nous sommes maintenant amis pour la vie.
Je remercie sincèrement les nombreuses personnes extraordinaires qui ont travaillé au sein de mes bureaux d'Edmonton et d'Ottawa. Elles ont servi notre circonscription et notre pays de façon remarquable.
Il se peut que l'émotion m'étreigne. Je tiens à remercier Debbie Healy, qui, pendant 15 ans, m'a servi de façon exceptionnelle. Debbie et moi sommes maintenant membres de la même famille. Je suis ravi de faire partie de sa famille élargie et la remercie du fond du coeur. Je remercie Kim Dohmann, qui a travaillé pour moi de façon remarquable pendant 15 ans. Je remercie Willii Burgess, qui m'a servi pendant 10 ans et qui a travaillé avec moi pendant cinq autres années. Je remercie également les membres de mon personnel actuel: Samantha Johnston, une as des communications, Lene Jorgensen, Carmel Harris et Trevor Rogers, qui ont fait un travail extraordinaire pour les résidants de ma circonscription. Ils ont tellement contribué à mon succès.
Deux membres de mon personnel, qui ont joué un rôle unique dans mon passé, sont ici aujourd'hui: la charmante et talentueuse Michele Austin, ainsi que Bryan Rogers, à propos duquel je ne raconterai pas d'anecdotes, car cela ne conviendrait pas à la Chambre. Je les remercie beaucoup d'être ici aujourd'hui.
Je tiens également à remercier ma famille et mes amis de l'amour inconditionnel, du soutien et de l'amitié dont ils m'ont gratifié tout au long de ce voyage fantastique dans l'univers politique, plus particulièrement mes héros, c'est-à-dire mes parents, Ron et Elaine Rajotte. Aujourd'hui, je me sens plus comme mon père que ma mère. Ma mère est la plus forte des deux; mon père pleure pour un rien.
Aujourd'hui, encore plus qu'à mon arrivée au Parlement, je suis convaincu que le Canada est le meilleur pays du monde, un phare et un exemple pour le reste du monde, un endroit où nous pouvons concrétiser nos espoirs les plus grands et nos aspirations les plus profondes.
Pour conclure, je tiens à mettre quelque chose au point. Il se dit beaucoup de choses de nos jours sur la vie politique et les politiciens. Le cynisme est grand. Or, après 15 ans de service dans cette enceinte, je crois plus que jamais en ces gens qui évoluent dans la sphère politique, qui font don de leurs temps pour la politique. C'est noble. Ils font de ce pays un endroit où il fait bon vivre. Aucun autre pays n'arrive à la cheville du Canada, mais nous pouvons continuer à l'améliorer encore davantage.
Je remercie de leur travail toutes les personnes qui se trouvent dans cette enceinte et à l'extérieur de la Chambre. Je leur suis sincèrement reconnaissant de m'avoir permis de suivre une voie aussi inoubliable.
Merci beaucoup et au revoir.
View Barry Devolin Profile
CPC (ON)
The Chair thanks the hon. member for Edmonton—Leduc, and I think I can speak on behalf of all members that he will be missed. He has made a positive contribution to this place.
La présidence remercie le député d'Edmonton—Leduc. Je pense m'exprimer au nom de tous les députés en disant qu'il nous manquera, car il a beaucoup apporté à cet endroit.
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:09 [p.15334]
Mr. Speaker, before I speak to Bill C-53, the life means life act, I first want to thank the member for Edmonton—Leduc not only for his service to our country and to his riding for the last 15 years, but also for his friendship.
There is not a lot said about the relationships that are built here when we get elected. Those relationships are not just found among parties. There are relationships and friendships that are built over the period of time that we serve here on behalf of the people from our communities. The member has become one of my close friends, and I wish him all of the best in his future endeavours.
I also thank him for his time and his commitment to his riding, his community, and his country. It was clear when we heard him speak a moment ago that he is very passionate. He remains as passionate as he was as a young man entering this chamber 15 years ago. He may be a little older now and he may have a little more grey hair, but he is certainly just as passionate about his community and the country that we represent.
Turning to the bill before us, I am here today to speak in support of Bill C-53, the life means life act. I believe that providing sentences of life imprisonment without parole for high treason and the most reprehensible forms of murder would ensure that the most dangerous murderers would never be free to endanger Canadians or their communities. Importantly, Bill C-53 would align Canada's criminal justice system with those of other parliamentary democracies, like England, Australia, and New Zealand. It would also provide for sentences of life without parole for the most vicious murderers.
In this context, the English whole life murder sentencing regime was the object of considerable study and analysis during the development of Bill C-53. The measures proposed in the life means life act have been carefully crafted to reflect Canadian legal principles and the Canadian experience with murder sentencing, while at the same time seeking to avoid some of the pitfalls encountered by the English in implementing their sentencing regime.
Unlike in Canada where minimum parole ineligibility dates for first and second degree murder are mandatory and established by statute, in England the court assesses the seriousness of the murder and selects an appropriate parole ineligibility starting point. The normal parole ineligibility starting point is a presumptive 15 years, but more serious murders will lead to presumptive starting points of 25 years, 30 years, or even whole life. Once the starting point for calculating the parole ineligibility in any particular case has been determined, the court will then add or subtract from it after considering a list of aggravating or mitigating factors before arriving at a final minimum parole ineligibility period. At the expiry of that date, the convicted murderer may apply for parole.
Under this English scheme, if the seriousness of the murder is exceptionally high, the starting point will be a whole life order. A whole life order precludes the offender from ever applying for parole or being released from custody, except by order of the secretary of state on compassionate grounds, such as terminal illness.
In England, there are four categories of murder for which the seriousness is exceptionally high. The first is multiple murder involving premeditation, abduction, or sexual or sadistic elements. The second is the murder of a child that involves abduction or sexual or sadistic elements. The third is murder to advance a political, religious, or ideological cause. The fourth is murder by any offender previously convicted of murder.
Under the English system, once the starting point and all of the aggravating and mitigating factors have been accounted for, a convicted murderer could end up with a final parole ineligibility date ranging from less than 15 years or all the way to the end of natural life in the form of a whole life order.
If we compare the English scheme with what is proposed by Bill C-53, under Bill C-53, a sentence of life without parole would be mandatory for high treason and for the most morally repugnant murders, namely, premeditated murder committed against a police officer or correctional official, or committed during a sexual assault, kidnapping offence, or terrorist offence; or premeditated murder committed in such a brutal way as to indicate that the offender is unlikely to ever be restrained by normal standards of behaviour.
A discretionary sentence of life without parole would be available for all other first degree murders, whether premeditated or not, as well as for second degree murder where the murderer has previously either committed murder or committed an intentional killing under the Crimes Against Humanity and War Crimes Act.
In deciding whether to impose a sentence of life without parole, courts would consider “the character of the accused, the nature of the offence and the circumstances surrounding its commission” and the recommendation by the jury.
These are the same criteria the courts now use to decide whether a second degree murderer will serve a parole ineligibility period longer than 10 years, and whether a multiple murderer will serve consecutive periods of parole ineligibility.
There are clear similarities between what is proposed in Bill C-53 and the English whole life regime. Each penalizes the following categories of murders: those involving premeditation, abduction and sexual offences; those that are premeditated and involve sadistic elements, which Bill C-53 deals with under the heading of brutal murders; those committed in the context of terrorist activity, which the English refer to as murder to advance a political, religious or ideological cause; and those where the killer has murdered before.
Despite these similarities, there are several key differences between the proposed life means life scheme and the English whole life order regime.
First, while the English scheme requires that anyone who commits premeditated murder involving abduction and sexually oriented offences must have murdered more than one victim in order to receive a whole life order, Bill C-53 does not impose such a restriction. Thus, anyone who commits the premeditated murder of a single victim in the course of a kidnapping, forcible confinement, abduction, or sexual assault would be subject to a life sentence of imprisonment without parole under Bill C-53.
Yet another way in which the proposals in Bill C-53 differ from the English whole life order scheme lies in the nature of the criteria for the discretionary imposition of life without parole.
The English scheme contains a detailed list of aggravating and mitigating factors, whereas Bill C-53 does not allow for mitigating factors that would reduce the parole ineligibility period below the mandatory minimums set out in our Criminal Code. Nor does Bill C-53 rely on a list of such factors that may have to be updated from time to time. Instead, reliance is placed on the broad and flexible language capturing all such factors that is reflected in the long-established criteria referred to earlier that focus on the offender's character, the nature and circumstances of the murder and any recommendation in this regard by the jury.
It is clear that Bill C-53 is not only necessary, but its time has come. When an individual commits the horrific crime of murder in the way that I have described in regard to Bill C-53, their sentence should be whole life. The sentence should not be set in a position where any attempt at parole would be accepted.
As we know, certainly from the perspective of a victim's family, having to attend a parole hearing is a kind of torture in a way by having to replay and revisit a most terrible time in their lives. This is not something that is acceptable. It is not something that this government has ever spoken about in the last 10 years in terms of being acceptable. That is why Bill C-53 is one that should be enacted. It should certainly be part of our legislative process when it comes to justice, and it should be a bill that both sides of this House supports.
Monsieur le Président, avant de parler du projet de loi C-53, Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier, je tiens à remercier le député d'Edmonton—Leduc pour les services qu'il a rendus au Canada et à sa circonscription depuis 15 ans, ainsi que pour son amitié.
On n'a pas beaucoup parlé des liens qui se tissent à la Chambre lorsqu'on devient député. Ces liens ne s'établissent pas seulement parmi les membres d'un parti. Pendant tout le temps où nous représentons les gens de notre circonscription à la Chambre, il y a des relations et des amitiés qui se créent. Le député est devenu un des mes bons amis, et je lui souhaite bon succès dans tout ce qu'il entreprendra.
Je le remercie aussi pour le temps et l'énergie qu'il a consacrés à sa circonscription, à ses concitoyens et à son pays. Il a démontré beaucoup d'enthousiasme tout à l'heure. Il est toujours aussi fougueux qu'il y a 15 ans, lorsqu'il était un jeune homme nouvellement élu. Il est peut-être un peu plus vieux aujourd'hui et il a peut-être un peu plus de cheveux gris, mais ses concitoyens et notre pays le passionnent toujours autant.
Passons maintenant au projet de loi dont nous sommes saisis. Je prends la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-53, Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier. À mon avis, en condamnant à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle les personnes reconnues coupables de haute trahison ou d'un meurtre absolument sordide, on fait en sorte que les meurtriers les plus dangereux ne soient jamais remis en liberté pour menacer les gens de leur coin ou d'ailleurs au pays. Le projet de loi C-53 harmonisera notre système de justice pénale avec ceux d'autres démocraties parlementaires, notamment l'Angleterre, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Il établira des peines d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour les meurtriers les plus odieux.
Dans ce contexte, le régime britannique de condamnation à perpétuité pour meurtre a fait l'objet d'une étude et d'une analyse approfondies au cours de l'élaboration du projet de loi C-53. Les mesures proposées dans la Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier ont été soigneusement formulées afin de refléter les principes juridiques du Canada et l'expérience canadienne en matière de détermination de la peine pour les meurtres tout en évitant le plus possible les écueils rencontrés par les Britanniques dans la mise en oeuvre de leur système en cette matière.
Contrairement à ce qui se fait au Canada, où le temps d'épreuve minimal pour l'admissibilité à la libération conditionnelle dans les cas de meurtre au premier et au deuxième degré est obligatoire et fixé par voie législative, en Angleterre, le tribunal évalue la gravité du meurtre et décide d'une peine plancher appropriée. Celle-ci est normalement préétablie à 15 ans, mais pour les meurtres plus graves, elle peut être de 25 ou 30 ans, voire pour la vie. Une fois qu'a été établie la peine plancher servant à calculer le temps d'épreuve pour l'admissibilité à la libération conditionnelle dans un cas donné, le tribunal ajoute ou soustrait des années après avoir pris en considération les facteurs aggravants ou atténuants afin d'arriver à la détermination finale de la période minimale d'inadmissibilité à la libération conditionnelle. À la fin de cette période, le meurtrier peut présenter une demande de libération conditionnelle.
Dans le système britannique, si le meurtre est d'une extrême gravité, la peine plancher sera une peine d'emprisonnement à perpétuité. Dans un tel cas, le délinquant ne pourra pas présenter de demande de libération conditionnelle ni être remis en liberté, sauf en vertu d'une ordonnance du secrétaire d'État pour des considérations d'ordre humanitaire — si la personne est atteinte d'une maladie en phase terminale, par exemple.
En Angleterre, il y a quatre catégories de meurtres assorties de peines particulièrement sévères. La première est celle des meurtres multiples avec préméditation ou enlèvement ou avec des éléments à caractère sexuel ou sadique. La deuxième est constituée des meurtres d'enfant avec enlèvement ou avec des éléments à caractère sexuel ou sadique. La troisième est le meurtre pour promouvoir une cause politique, religieuse ou idéologique. La quatrième est le meurtre commis par une personne qui a déjà été condamnée pour meurtre.
Dans le système anglais, une fois pris en compte la peine plancher ainsi que tous les facteurs aggravants et les circonstances atténuantes, une personne condamnée pour meurtre peut se retrouver avec une période d'inadmissibilité à la libération conditionnelle allant de moins de 15 ans au reste de sa vie, en vertu d'une ordonnance à cette fin.
Par comparaison avec le régime anglais, le projet de loi C-53 propose qu'une condamnation à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle soit obligatoire dans les cas de haute trahison et pour les meurtres les plus répugnants, notamment le meurtre prémédité d'un policier ou d'un agent de correction ou un meurtre commis lors d'une agression sexuelle, un enlèvement, un attentat terroriste ou un meurtre prémédité d'une nature si brutale qu'on peut penser qu'il est peu probable qu’à l’avenir le délinquant soit réfréné par les normes ordinaires de comportement.
Le juge aurait le pouvoir discrétionnaire d’imposer une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour tous les autres meurtres au premier degré, prémédités ou non, et les meurtres au second degré lorsque l’accusé a déjà soit commis un meurtre soit tué intentionnellement aux termes de la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre.
Au moment de décider d'imposer une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, les tribunaux tiendraient compte « du caractère de l’accusé, de la nature de l’infraction et des circonstances de sa perpétration » ainsi que de la recommandation du jury.
Les tribunaux utilisent actuellement les mêmes critères pour déterminer si la période d'inadmissibilité à la libération conditionnelle de l'auteur d'un meurtre au deuxième degré dépassera 10 ans et si l'auteur de plusieurs meurtres se verra imposer des périodes consécutives d'inadmissibilité à la libération conditionnelle.
Il existe des ressemblances manifestes entre les mesures proposées dans le projet de loi C-53 et le régime britannique d'emprisonnement à vie. Tous deux sanctionnent les catégories de meurtre suivantes: les meurtres prémédités qui mettent en cause des infractions d'enlèvement et d'ordre sexuel; les meurtres prémédités qui comportent des aspects sadiques, qualifiés de meurtres brutaux dans le projet de loi C-53; les meurtres commis dans le cadre d'actes terroristes, que le régime britannique définit comme meurtres visant à promouvoir une cause politique, religieuse ou idéologique; et les cas où le tueur n'en est pas à son premier meurtre.
Malgré ces ressemblances, la Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier proposée et le régime britannique d'emprisonnement à vie comportent plusieurs différences fondamentales.
Premièrement, dans le régime britannique, quiconque commet un meurtre prémédité mettant en cause des infractions d'enlèvement et d'ordre sexuel doit avoir tué plus d'une victime pour être passible d'un emprisonnement à vie. Par contre, une telle restriction ne figure pas dans le projet de loi C-53. Ainsi, en vertu du projet de loi C-53, quiconque commet avec préméditation le meurtre d'une seule victime mettant en cause un enlèvement, la séquestration ou une agression sexuelle est passible d'une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle.
Les propositions contenues dans le projet de loi C-53 diffèrent aussi du système britannique de peines à perpétuité par la nature des critères rattachés au pouvoir discrétionnaire d'imposer une peine à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.
Le système anglais comprend une liste détaillée de circonstances aggravantes et de circonstances atténuantes, tandis que le projet de loi C-53 ne prévoit aucune circonstance atténuante pouvant réduire la période d'inadmissibilité à une durée moindre que les durées minimales obligatoires établies dans le Code criminel. Le projet de loi C-53 ne contient aucune liste de circonstances qui pourrait devoir être mise à jour de temps à autre. Les dispositions sont plutôt formulées de manière générale et souple, afin d'inclure les critères dont les tribunaux tiennent compte depuis longtemps et dont il a été question tout à l'heure. Il s'agit principalement de la personnalité du délinquant, de la nature et des circonstances du meurtre et des recommandations éventuellement faites à cet égard par le jury.
Il est clair que le projet de loi C-53 est nécessaire et que le temps est venu de l'adopter. Lorsqu'un individu commet un meurtre horrible du genre qui est défini dans le projet de loi C-53, sa peine devrait être l'emprisonnement à perpétuité sans aucune possibilité de libération conditionnelle. Il ne devrait pas être possible, pour le délinquant, de présenter une demande de libération qui risquerait d'être acceptée.
Nous sommes bien conscients de la perspective de la famille de la victime. Pour ces gens, assister à une audience de libération conditionnelle est une forme de torture. Ils doivent chaque fois revivre un moment terrible de leur vie. Ce n'est pas acceptable. Au cours des 10 dernières années, le gouvernement n'a jamais dit que c'était acceptable. Voilà pourquoi le projet de loi C-53 devrait être adopté. Les dispositions proposées devraient certainement être intégrées à nos lois en matière de justice, et toute la Chambre devrait appuyer ce projet de loi.
View Denis Blanchette Profile
NDP (QC)
View Denis Blanchette Profile
2015-06-19 10:18 [p.15335]
Mr. Speaker, I thank my colleague across the way for his speech.
Something about the government's attitude toward this subject really bothers me. They are acting as though mechanisms to ensure public safety were not already in place. Specifically, I would like to talk about the Parole Board of Canada. Its mandate gives it the power to refuse parole when public safety is at risk, and victims have opportunities to have their say.
My question for my colleague across the way is therefore a simple one. What tools would his bill create that the Parole Board of Canada does not already have? I do not see what this bill adds.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'en face de son discours.
Quelque chose m'agace profondément dans le discours gouvernemental sur ce sujet. Ils font comme si des mécanismes permettant d'atteindre d'assurer la sécurité publique n'existaient pas déjà. Je veux parler plus précisément de la Commission des libérations conditionnelles du Canada. En vertu de son mandat, celle-ci a la possibilité de refuser une libération quand la sécurité publique est en jeu, et les victimes ont la possibilité de se faire entendre.
La question que je pose à mon collègue d'en face est donc très simple. Quels outils son projet de loi créerait-il que la Commission des libérations conditionnelles du Canada n'a pas déjà? Je ne vois pas ce que ce projet de loi apporte de plus.
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:19 [p.15335]
Mr. Speaker, I outlined that at the end of my speech. The fact is that there are such crimes and murders committed in this country by individuals who should not, for any reason, be allowed to sit at a table and request parole. Individuals should serve their sentences based on the murders they committed, and if that crime is so severe and significant that it requires life, then there should be no opportunity for parole.
I understand the member's question. The fact is that if a murder such as I have described that would be judged under Bill C-53 were to be committed, there is no reason the victim's family should ever have to face the perpetrator, the convicted murderer, at a parole board hearing on a regular basis and have to live through what would be indescribable and unacceptable.
If a person commits a crime as outlined in Bill C-53 and as I outlined today in my speech, there would be no opportunity for that individual to earn parole. There would be no opportunity for that person to ever deserve an opportunity to request parole.
Monsieur le Président, j'en ai parlé à la toute fin de mon discours. Dans notre pays, des crimes et des meurtres sont commis par des gens qui ne devraient, sous aucun prétexte, être autorisés à demander une libération conditionnelle. Ces gens devraient purger une peine proportionnelle à la gravité du meurtre qu'ils ont commis. Si le crime est grave au point de nécessiter une peine d'emprisonnement à vie, alors il ne devrait pas y avoir de possibilité de libération conditionnelle.
Je comprends la question du député. Comme je l'ai expliqué, pour ce qui est des types de meurtres ciblés par le projet de loi C-53, il n'y a aucune raison de forcer la famille de la victime à subir régulièrement l'expérience inqualifiable et inacceptable de faire face au condamné lors d'une audience de la Commission des libérations conditionnelles.
Comme je l'ai dit dans mon discours, en ce qui concerne les types de crimes ciblés par le projet de loi C-53, le délinquant n'aurait aucune possibilité d'obtenir une libération conditionnelle. Il n'aurait aucune possibilité de présenter une demande de libération conditionnelle.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-19 10:21 [p.15335]
Mr. Speaker, no government in recent memory has wanted to have so much talk and political spin. Let me use this bill as an example. If the bill had been law eight years ago, who in Canadian society would not be here today? I would be interested in knowing that.
The issue I face at the door that constituents are concerned about is safety in their communities. What they are looking for, for example, are ways young people can avoid getting into gangs. The national government has a role to play in working with stakeholders to try to get fewer young people involved in gangs. Maybe my collegue could comment.
Monsieur le Président, de mémoire récente, aucun gouvernement n'a jamais tenus autant de discours partisans. Prenons pour exemple ce projet de loi. S'il avait été adopté il y a huit ans, combien de Canadiens ne seraient plus parmi nous aujourd'hui? J'aimerais connaître la réponse.
Sur le terrain, mes électeurs se disent préoccupés par la sécurité dans leur collectivité. Par exemple, ils veulent qu'on trouve des façons d'empêcher les jeunes de se joindre à un gang. Le gouvernement fédéral doit collaborer avec les intervenants pour tenter de faire en sorte qu'il y ait moins de jeunes dans les gangs. Mon collègue pourrait peut-être me donner son avis à ce sujet.
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:22 [p.15335]
Mr. Speaker, the member's question moves away from the discussion we are having on Bill C-53.
The member was not here in 2006 when I was elected and we became government. One of the first pieces of work we put it in in public safety was the opportunity for community organizations to access funding to assist young people, whether they were in or out of school, who were travelling down a wayward road. Those young people had the ability to be funded directly by the federal government to enter programs that would assist them in achieving a positive life goal, whether that be a job or continuing their education in high school.
I beg to differ with the member in the strongest of ways. This government has not only insisted on ensuring, as in Bill C-53, that individuals pay a significant price for crimes such as this that they commit. It has also been our goal for the last 10 years to ensure that we assist in preventing crime and assist in educating young people and getting them to understand a positive way of life. We have done that.
Monsieur le Président, la question du député s'écarte de notre discussion sur le projet de loi C-53.
Le député n'était pas ici en 2006, lorsque j'ai été élu et que nous sommes arrivés au pouvoir. L'une des premières mesures que nous avons prises pour améliorer la sécurité publique a été de permettre aux organismes communautaires d'avoir accès au financement pour aider les jeunes qui sortent du droit chemin, qu'ils fréquentent ou non l'école. Ces jeunes ont pu avoir directement accès aux fonds du gouvernement fédéral pour participer à des programmes qui les aideraient à atteindre des objectifs personnels positifs, comme décrocher un emploi ou poursuivre leurs études secondaires.
Donc, je ne suis pas du tout d'accord avec le député. Le gouvernement n'a pas seulement insisté pour que les contrevenants subissent de lourdes conséquences lorsqu'ils commettent des crimes de ce type, comme le prévoit le projet de loi C-53. Depuis 10 ans, son objectif consiste à contribuer à la prévention de la criminalité et à sensibiliser les jeunes pour qu'ils en viennent à adopter un mode de vie positif. C'est ce que nous avons fait.
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:23 [p.15336]
Mr. Speaker, before I begin, I would like to say that I will be splitting my time with the member for Trois-Rivières.
Today I rise in the House to speak to Bill C-53, which we will oppose. First though, since this is probably my last speech in the House for this 41st Parliament, I would like to thank all of the staff who have supported us over the past four years: House of Commons staff and the people working in my riding office and my parliamentary office, the interpreters, who do amazing work, the pages, and the people who work for my caucus.
A special thanks goes to my constituents in Rivière-des-Mille-Îles for placing their trust in me over the past four years. It was a tremendous privilege and an honour for me to meet them and talk to them about their concerns. I hope that they will support me again during the next Parliament.
Today we are talking about Bill C-53, a justice bill that was introduced by the government in power. This bill represents yet another step backward. I will digress for a moment to talk about this government's record on justice over the past few years.
First, let us talk about the issue of the missing and murdered aboriginal women. The current government is refusing to conduct an inquiry into this phenomenon, even though aboriginal groups across the country have been calling for such an inquiry. We know that an inquiry is necessary to put a stop to this terrible phenomenon in Canada. The NDP has already committed to conducting a national inquiry into missing and murdered aboriginal women. That is a priority for us, and it is one of the first things that we are going to do if we take office.
The Conservative government also introduced Bill C-51, which undermines our fundamental freedoms and violates our right to privacy. I received a number of letters on this subject from my constituents, who spoke out against the approach the government took with Bill C-51.
The NDP took a stand based on conviction and principles. Of the three main parties in the House, we are the only one that opposed this bill, which seriously infringes on the freedom of Canadians.
We can say that the Conservatives have fallen short when it comes to street gangs, whether it be in Montreal or Surrey, British Columbia. I talked with my colleagues from British Columbia about how a big a problem street gangs are. This is a serious and urgent problem that the government continues to ignore.
Bill C-53 is broadly based on misinformation and electioneering. What is more, we know that the Conservatives used this bill to stir up fear in order to raise more funds for their party. Right after this bill was introduced, the Conservative member for Scarborough Centre sent a fundraising email on behalf of the Conservative Party. The subject line was “Murderers in your neighbourhood”. That is obviously a campaign to spread fear and then capitalize on that fear to generate more support for the Conservative Party. That is the desperate act of a tired and ineffective government that is jeopardizing Canadians' safety.
The Conservatives should tell Canadians the truth. In the current system, the most dangerous criminals who pose a threat to public safety never get out of prison.
That is the current reality. We in the NDP want to protect victims and create an approach that puts victims first. We also believe in evidence-based policy. Any reforms made to the sentencing regime should focus on improving public safety, not playing political games. That is what the Conservatives are doing right now.
Decisions regarding people being released from custody must be based on an assessment of the risk each individual poses to the community and to public safety. The Conservatives introduced this bill, which, in fact, gives the minister control over these decisions. The Conservatives want to politicize the release process. We believe that this is a step backward for Canada.
The Attorney General has a duty to ensure that all of the bills put forward by the government are constitutional. As we know, since the Conservative Party has been in power, it has introduced a number of bills that could be considered unconstitutional. Once again, Bill C-53 will probably wind up being challenged in the courts. In other words, the Conservatives have introduced yet another problematic bill that is really much more about playing politics, instead of working to find solutions to the real problems.
Currently, if an offender gets parole, he will live the rest of his life under the conditions of his parole and the supervision of a CSC parole officer. Offenders who are sentenced to life never enjoy total freedom, since they have committed an offence resulting in a life sentence. Not all offenders who are given a life sentence get parole and some never will because of the high risk of recidivism they continue to present. We know that in the current system, there is legislation already in place to protect public safety and keep our neighbourhoods safe.
We know that the Conservatives are playing politics with this bill. The fact that they have been talking about this bill since 2013 further proves that point. They waited until just a few months before the election was called to introduce a real bill in the House. We know that this is an election bill. It has been criticized by eminent lawyers and experts because it is a complete botch-up.
In the past few days, we have had to discuss other bills that the Conservatives introduced in the House at the last minute. That is very undemocratic because we do not have enough time to debate these bills before the House rises at the end of the parliamentary session.
We also know that this same government invoked closure for the 100th time a few weeks ago in order to limit debate in the House. That move was strongly condemned by this side of the House, because Canadians want their MPs to do their homework, do their job and carefully study these bills. However, the Conservatives want to ram their platform down Canadians' throats without discussion and clear debate.
At present, it is the Parole Board of Canada, the PBC, an independent administrative tribunal free from political interference, that decides whether to grant or not grant parole. Taking this power away from independent experts and putting it in the hands of government is tantamount to turning back the clock 50 years. With this Conservative government we are going backwards.
The Parole Board of Canada was established in 1959, and Canadians rejected the politicization of the administration of justice a long time ago.
Canadians deserve better. They deserve a government that will take public safety seriously rather than using it for political purposes.
Monsieur le Président, avant de commencer, j'aimerais vous informer que je vais partager mon temps de parole avec le député de Trois-Rivières.
Aujourd'hui, je me lève en Chambre pour parler du projet de loi C-53 auquel nous allons nous opposer. Mais d'abord, puisque c'est probablement mon dernier discours à la Chambre dans le cadre de la 41e législature, j'aimerais remercier tous les employés qui nous ont appuyés durant les quatre dernières années: les employés de la Chambre des communes, ceux de mon bureau de circonscription et de mon bureau parlementaire, les interprètes, qui font un travail formidable, les pages, ainsi que les employés de mon caucus.
Je remercie particulièrement mes concitoyens de Rivière-des-Milles-Îles de m'avoir accordé leur confiance au cours des quatre dernières années. Cela a été pour moi un énorme privilège et un honneur de pouvoir les rencontrer et discuter avec eux de leurs préoccupations. J'espère ravoir leur appui à la prochaine législature.
Aujourd'hui, nous discutons du projet de loi C-53 qui concerne la justice et qui a été déposé par le gouvernement en place. Encore une fois, c'est un projet de loi qui nous ramène en arrière. Je me permettrai d'ouvrir une parenthèse pour parler du bilan de ce gouvernement, en matière de justice, au cours des dernières années.
Parlons d'abord du dossier des femmes autochtones assassinées et disparues. Le gouvernement actuel refuse d'entreprendre une enquête sur le phénomène des femmes autochtones assassinées et disparues, même si cela est revendiqué par les groupes autochtones, partout au pays. On sait que cela est nécessaire pour que ce phénomène horrible cesse au Canada. Le NPD s'est déjà engagé à mettre en place une enquête nationale au sujet des femmes autochtones assassinées et disparues. Cela fait partie de nos priorités et des premières choses que nous allons faire, si nous formons le gouvernement.
Le gouvernement conservateur est aussi celui qui a déposé le projet de loi C-51, ce projet de loi qui mine nos libertés fondamentales et qui nuit à notre droit à la vie privée. D'ailleurs, j'ai reçu plusieurs lettres à ce sujet de la part de mes concitoyens qui dénonçaient l'approche du gouvernement relativement au projet de loi C-51.
Le NPD a pris une position fondée sur la conviction et les principes. Nous sommes d'ailleurs le seul parti, parmi les trois principaux partis à la Chambre, qui s'est opposé à ce projet de loi extrêmement problématique pour la liberté des Canadiens.
Nous pouvons dire que les conservateurs n'ont pas répondu à l'appel dans le dossier des gangs de rue, qu'il s'agisse de Montréal ou de Surrey, en Colombie-Britannique. J'ai d'ailleurs discuté avec mes collègues de la Colombie-Britannique de ce problème énorme que sont les gangs de rue. La situation est grave et urgente. Le gouvernement actuel continue de ne pas répondre à l'appel.
Le projet de loi C-53 est largement fondé sur la désinformation et sur la propagande électorale. D'ailleurs, nous savons que les conservateurs ont utilisé ce projet de loi pour faire des collectes de fonds basées sur la peur des gens. La députée conservatrice de Scarborough-Centre a envoyé, tout de suite après le dépôt de ce projet de loi, un courriel destiné à récolter des fonds au nom du Parti conservateur. Le titre était « Murderers in your neighbourhood », qui peut être traduit par « Les meurtriers dans votre voisinage. » C'est évidemment une campagne qui vise à semer la peur et à capitaliser sur la peur des gens en vue de recueillir un nombre accru d'appuis au Parti conservateur. C'est le geste désespéré d'un gouvernement usé, inefficace et qui nuit à la sécurité des Canadiens.
Les conservateurs devraient plutôt dire la vérité aux Canadiens. Dans le système actuel, les criminels les plus dangereux qui posent un risque à la sécurité publique ne sortent jamais de prison.
C'est la réalité qui existe en ce moment. Au NPD, nous visons à protéger les victimes et à avoir une approche qui place les victimes au coeur de nos préoccupations. Nous préconisons aussi les politiques fondées sur les faits. La réforme du régime des peines devrait se centrer sur l'amélioration de la sécurité publique et non pas sur des jeux politiques. C'est ce que les conservateurs sont en train de faire en ce moment.
Les décisions concernant les personnes qui sont libérées devraient être basées sur l'évaluation du risque que pose un individu à la collectivité et à la sécurité publique. Les conservateurs ont déposé ce projet de loi qui, en fait, place ces décisions entre les mains d'un ministre. Les conservateurs veulent donc politiser ce processus de libération. Nous trouvons que c'est un pas en arrière pour le Canada.
En fait, c'est au procureur général d'assurer que les projets de loi mis en avant par le gouvernement sont constitutionnels. Nous savons qu'au cours de la gouvernance du Parti conservateur, les conservateurs ont déposé à plusieurs reprises des projets de loi pouvant être considérés comme anticonstitutionnels. Encore une fois, le projet de loi C-53 finira fort probablement par être contesté en justice. Ainsi, au lieu de faire leurs devoirs, les conservateurs ont déposé un autre projet de loi problématique qui vise surtout à faire de la politique, au lieu de trouver des solutions à de vrais problèmes.
Dans la situation actuelle, s'il obtient une libération conditionnelle, le délinquant restera toute sa vie soumis aux conditions de sa libération et à la surveillance d'un agent de libération conditionnelle de Service correctionnel Canada. Les condamnés à perpétuité ne jouissent jamais d'une liberté totale après avoir commis un crime ayant débouché sur une peine de prison à perpétuité. Les condamnés à l'emprisonnement à perpétuité n'obtiennent pas tous une libération conditionnelle et certains ne l'obtiendront jamais, à cause du risque élevé de récidive qu'ils continuent de présenter. Nous voyons que dans le système actuel, il y a déjà des règlements et des lois en place qui protègent la sécurité publique et font en sorte que nos voisinages peuvent être sécuritaires.
D'ailleurs, nous savons que les conservateurs font de la politique avec ce projet de loi. Le fait qu'ils parlent de ce projet de loi depuis 2013 déjà est une autre preuve de leur recours à cette approche. Toutefois, ils ont attendu seulement quelques mois avant le déclenchement des élections pour présenter un vrai projet de loi à la Chambre. Nous savons que c'est un projet de loi électoraliste qui a d'ailleurs été critiqué par d'éminents avocats et experts parce qu'il est complètement bâclé.
Dans les derniers jours, nous avons aussi dû discuter des autres projets de loi que les conservateurs ont attendu jusqu'à la dernière minute pour présenter à la Chambre. C'est une façon de faire extrêmement antidémocratique, parce que nous n'avons pas assez de temps pour discuter de ces projets de loi avant que la Chambre se lève pour la fin de la session parlementaire.
Nous savons aussi que ce même gouvernement a déposé, il y a quelques semaines, le 100e bâillon pour limiter le débat à la Chambre des communes. Nous avons vivement dénoncé cela de ce côté-ci de la Chambre, parce que les Canadiens veulent que leurs députés puissent faire leurs devoirs, faire le travail et étudier en profondeur ces projets de loi. Toutefois, les conservateurs veulent faire avaler leur plateforme aux Canadiens sans avoir de discussions et de débats clairs.
À l'heure actuelle, c'est la Commission des libérations conditionnelles du Canada, la CLCC, un tribunal administratif indépendant et à l'abri de toute ingérence politique, qui décide d'accorder ou non la libération conditionnelle. Retirer des mains des experts indépendants ce pouvoir et le donner au gouvernement nous fait revenir 50 ans en arrière. Sous ce gouvernement conservateur, on fait des pas en arrière.
Le CLCC a été créé en 1959, et les Canadiens ont depuis longtemps rejeté l'idée d'une politisation de l'administration de la justice.
Les Canadiens méritent mieux. Ils méritent un gouvernement qui va prendre au sérieux la sécurité publique au lieu d'en faire de la politique.
View Stella Ambler Profile
CPC (ON)
View Stella Ambler Profile
2015-06-19 10:34 [p.15337]
Mr. Speaker, I listened carefully to the speech by the member opposite. She talked about missing and murdered aboriginal women and girls, as well as street gangs, and then went on to say that this bill is based on misinformation and does not provide true solutions to real problems. I would argue that it is a real problem when victims in this country are not treated with the respect they deserve, and part of that respect includes receiving justice for those who have committed crimes against their loved ones.
My question is perhaps a more personal one for the member. I would like to know if she has heard any concerns from victims themselves, if people have told her it is fair that when criminals are given life sentences that they should indeed serve those life sentences.
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le discours de la députée d'en face. Elle a parlé des femmes et des jeunes filles autochtones portées disparues et assassinées, ainsi que des gangs de rue, puis elle a ensuite dit que ce projet de loi s'appuie sur des renseignements erronés et qu'il ne fournit pas de véritables solutions à de réels problèmes. À mon avis, il y a un réel problème quand les victimes ne sont pas traitées avec le respect qu'elles méritent ici, au pays, et si on souhaite leur témoigner le respect qui leur est dû, il faut notamment veiller à ce que ceux qui ont commis des crimes visant leurs proches soient punis comme il se doit.
La question que je vais poser à la députée est peut-être plus personnelle. J'aimerais savoir si les victimes elles-mêmes lui ont fait part de leurs inquiétudes. Lui ont-elles dit qu'il est juste que les criminels qui sont condamnés à la prison à perpétuité purgent leur peine en entier?
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:35 [p.15337]
Mr. Speaker, that is a good question.
When I go door to door in my riding, my constituents speak out about the cuts the Conservatives have made to the RCMP and border services, which are preventing officers from doing their jobs to protect us.
This Conservative government has done nothing but make cuts. It claims to stand up for victims, but we know that is not true. Furthermore, the comments by the member opposite do not reflect our public safety realities.
Last year, 99% of offenders released on day parole did not reoffend and 97% of offenders released on full parole did not reoffend either.
Instead of introducing a bill that could politicize the current situation, the Conservatives would be better off investing more in the public safety services that Canadians depend on.
Monsieur le Président, c'est une bonne question.
Lorsque je fais du porte-à-porte dans ma circonscription, les citoyens dénoncent les compressions effectuées par les conservateurs à la GRC et dans les services frontaliers, qui nuisent à la capacité des agents de remplir leur tâche, soit celle de nous protéger.
On ne voit que des compressions, sous ce gouvernement conservateur. Il prétend être à la défense des victimes, mais nous savons que ce n'est pas vrai. De plus, les propos de la députée d'en face ne concordent pas avec la réalité en matière de sécurité publique.
En effet, l'année dernière, 99 % des délinquants qui ont bénéficié d'une semi-liberté n'ont pas récidivé, et 97 % des délinquants qui ont obtenu une libération conditionnelle totale n'ont pas récidivé non plus.
Alors, au lieu de présenter un projet de loi qui risque de politiser la situation actuelle, les conservateurs doivent plutôt réinvestir dans les services sur lesquels les Canadiens comptent en matière de sécurité publique.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-19 10:36 [p.15337]
Mr. Speaker, I would like to pick up on two of the member's points.
We see that in the dying days of Parliament this legislation is being brought in. The member made reference, and she is not the only one, to the fact that for all intents and purposes this legislation has more to do with the Conservative Party raising money than it does with the bill actually passing in the House of Commons. The bill is more about trying to give the impression that the government wants to get tough on crime than trying to prevent crimes from taking place. I would ask the member to reflect on that.
I was also intrigued by her comment about Canada's murdered and missing aboriginal women and girls and what a travesty it is that the government has failed to recognize the need for a public inquiry.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur deux des sujets abordés par la députée.
Ce projet de loi est soumis à la Chambre alors que la législature tire à sa fin. Comme la députée l'a souligné, et elle n'est pas la seule, il est soumis à la Chambre non pas pour y être adopté, mais dans l'espoir qu'il pourra mousser le financement du Parti conservateur. Ce projet de loi vise à montrer que le gouvernement sévit durement contre les criminels, et non à réduire le nombre de crimes. J'inviterais la députée à y réfléchir.
J'ai aussi été intéressé par ses observations au sujet des femmes et des jeunes filles autochtones disparues et assassinées. Il est, en effet, scandaleux que le gouvernement ne voie pas l'utilité de tenir une enquête publique.
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:37 [p.15337]
Mr. Speaker, I completely agree.
I would like to share the opinion of many Canadian experts who have spoken out against this Conservative bill. One such expert is Allan Manson, a law professor at Queen's University. With respect to the current situation he said, and I quote:
The most heinous cases do not get out so this is not an issue of whether the Clifford Olsens will be released.
With an election looming this fall, this is political opportunism of the crassest sort. This is surely the worst approach to public policy-making, and to criminal justice policy-making in particular.
With respect to the changes in the bill he said, and I quote:
This change will not achieve a single penological objective.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord.
Je me permets de citer l'avis de plusieurs experts de ce pays qui ont dénoncé ce projet de loi conservateur, notamment Allan Manson, professeur de droit à l'Université Queen's. En parlant de la situation actuelle, il a dit, et je cite:
Les criminels les plus odieux ne sont pas libérés. Il n'est donc pas question que les Clifford Olson de ce monde sortent de prison.
[...] À mon avis, c'est de l'opportunisme politique de la pire espèce. Il y a des élections à l'automne prochain, et c'est assurément la pire façon de s'y prendre pour créer des politiques publiques, en particulier des politiques pénales.
Puis, en parlant des changements contenus dans ce projet de loi, il a dit, et je cite:
Ce changement ne servira pas un seul objectif pénal.
View Mathieu Ravignat Profile
NDP (QC)
View Mathieu Ravignat Profile
2015-06-19 10:38 [p.15337]
Mr. Speaker, since this is one of the last times I will rise in the House, I would like to thank the people of Pontiac for placing their trust in me. I humbly hope that they will do so again in the next election.
With respect to the question I would like to ask my colleague, it seems to me that this is not the first time public safety issues have been politicized. I would still like to know where to find the facts and the statistics that this bill is based on.
Did my hon. colleague find any?
Monsieur le Président, étant donné que c'est l'une des dernières fois que je peux me lever à la Chambre, j'aimerais remercier mes concitoyens du Pontiac de leur confiance. J'ose espérer humblement qu'ils m'accorderont cette confiance à nouveau aux prochaines élections.
En ce qui concerne la question que je voudrais poser à ma collègue, je pense que ce n'est pas le premier exemple de politisation des questions de sécurité publique. Je me demande toujours où sont les faits et les statistiques sur lesquels s'appuie un tel projet de loi.
Mon honorable collègue en a-t-elle trouvé?
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:39 [p.15337]
Mr. Speaker, there are no facts, and the Conservatives are fearmongering. They want to use this bill to win political points for their campaign over the summer. This bill is flawed and very problematic.
Not only does the current system protect Canadians from the possibility of the most dangerous criminals returning to our communities, but studies also show beyond a shadow of a doubt that extreme penalties are not deterrents.
We would sure like to know why the government introduced a bill that has no basis in fact.
Monsieur le Président, effectivement, il n'y a pas de faits, et les conservateurs essaient de semer la peur. Ils veulent utiliser ce projet de loi pour gagner des points politiques lors de leur campagne cet été. Or ce projet de loi est mal ficelé et très problématique.
Par ailleurs, non seulement le système actuel protège déjà les Canadiens contre la possibilité que les criminels les plus dangereux réintègrent nos communautés, mais les études démontrent également, hors de tout doute, que les peines extrêmes ne sont pas dissuasives.
On se demande donc pourquoi le gouvernement dépose un projet de loi qui n'est aucunement fondé sur les faits.
Results: 1 - 15 of 61479 | Page: 1 of 4099

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data