Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 5 of 5
Michel Bédard
View Michel Bédard Profile
Michel Bédard
2013-03-21 10:16
The next bill is C-479. It will make amendments to the Corrections and Conditional Release Act respecting parole review hearings.
This bill is not outside federal jurisdiction, it does not clearly violate the Constitution, and there is no similar bill on the order paper.
Le prochain projet de loi est le projet de loi C-479. Il modifiera la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition à l'égard des audiences de libération conditionnelle.
Ce projet de loi est visé par la compétence fédérale, il ne viole pas manifestement la Constitution et aucun autre projet de loi semblable n'est inscrit au Feuilleton.
Harvey Cenaiko
View Harvey Cenaiko Profile
Harvey Cenaiko
2013-03-21 10:12
Thank you, Mr. Chair.
Mr. Garrison, there are approximately 21,500 pardon applications currently in our backlog. Of course, you're all aware that the legislative changes over the last few years have increased the fee from $50 to $150, and the user fee to $631, under the User Fees Act, which is the true cost of administering a pardon for an applicant.
The board has hired and trained temporary staff, in determinate positions, to deal with this backlog. The applications have now been screened up to the eligibility stage, and we are proceeding to the inquiry stage for backlogged applications, processing them in the month in which they were accepted so one is not getting preferential treatment over another.
We are currently processing applications that were accepted in March 2011 for summary offences, and as well indictable offences going back into 2010. My goal is to ensure that the backlog is completed within the next two years, by 2014-15. We're looking at about 1,000 decisions per month on each one of those—an investigative background on it, as well as the screening as per the new legislation, and the review of those pardons as per the new legislation and regulations in relation to each of those applications.
Merci, monsieur le président.
Monsieur Garrison, il y a environ 21 500 demandes de pardon qui sont en attente. Bien sûr, vous êtes tous au courant des changements législatifs apportés depuis quelques années, qui ont fait passer les frais de 50 à 150 $ et les frais d'utilisation à 631 $ en vertu de la Loi sur les frais d'utilisation, ce qui correspond aux véritables coûts d'administration d'une demande de pardon.
La commission a embauché et formé du personnel temporaire, nommé à des postes à durée déterminée, dans le but d'éliminer cet arriéré. Nous avons donc terminé d'évaluer l'admissibilité des demandes et nous entreprenons l'étape de l'enquête sur les demandes en attente. Nous les traitons dans le mois au cours duquel elles ont été acceptées, donc nous n'accordons de traitement préférentiel à aucune demande.
Nous sommes actuellement en train de traiter des demandes qui ont été acceptées en mars 2011 pour des délits mineurs ainsi que des demandes acceptées en 2010 pour des actes criminels. Mon but est d'éliminer l'arriéré d'ici deux ans, soit d'ici 2014-2015. Nous rendons environ 1 000 décisions par mois sur chacune: nous examinons les données d'enquête puis nous les évaluons en fonction des nouveaux critères législatifs et réglementaires.
Harvey Cenaiko
View Harvey Cenaiko Profile
Harvey Cenaiko
2012-12-05 17:11
With the changes in the legislation, they now are called record suspensions instead of pardons. There were basically two areas in that process. June 29, 2010 was when the major legislation changed and new decision processes came into place for record suspensions. It really talks about two concepts. The first is whether the record suspension would provide a measurable benefit for the applicant. The second involves a series of factors that board members have to determine to ensure that the granting of a record suspension would not bring the administration of justice into disrepute.
Compte tenu des changements à la loi, on parle maintenant de suspension de casier plutôt que de réhabilitation. Les changements portent sur deux concepts. Le 29 juin 2010, une importante modification législative a été apportée, et de nouveaux processus de décisions relatifs à la suspension des casiers ont été mis en oeuvre. Tout d'abord, la suspension du casier doit constituer un avantage mesurable pour le demandeur. De plus, les membres de la commission doivent tenir compte d'une série de facteurs pour que la suspension ne nuise pas à la réputation de l'administration de la justice.
View Vic Toews Profile
CPC (MB)
Thank you, Mr. Chair and members of the committee. l'm very pleased to have had this invitation to appear here to discuss the Public Safety portfolio's main estimates for this fiscal year.
As you indicated, senior officials from Public Safety and the agencies I am responsible for are here as well. I'm truly a fortunate person in terms of the quality of individuals who assist me in protecting Canadians on a day-to-day basis.
The committee has before it the main estimates for fiscal year 2012-13 which, if ratified by Parliament, will result in funding approvals of $8.37 billion for the portfolio. This represents a net decrease of $323.8 million, or 4%, from the 2011-12 main estimates.
The main estimates for this fiscal year, I should point out, do not reflect anticipated savings for the portfolio under the deficit reduction action plan, as outlined in the economic action plan of 2012.
As a result of its strong work on safety and security issues, this committee is very familiar with the portfolio and the vital role it plays in tackling crime, strengthening our borders, protecting our children, and making our communities safe. You would also know that protecting Canadians is a priority for our government.
Getting safety and security right matters in a very practical way. The first duty of any government is the safety of its citizens. The right to be secure from harm is at the foundation of every other right of citizenship. It is the essential condition for every other freedom. Our government remains firmly committed to protecting the safety and security of Canadians.
We remain firmly committed to cracking down on crime and to strengthening the security of our borders while working to accelerate the legitimate flow of goods and people across our joint border with the United States.
In an era of fiscal restraint, we are focused on the core responsibilities of government while finding all possible efficiencies and savings. This is what the main estimates for fiscal year 2012-13 will allow us to accomplish.
The total funding sought in main estimates for Public Safety Canada this fiscal year is $432.7 million, which represents a modest increase of $18.1 million over the previous fiscal year. The net spending increase of the total departmental authorities is due to an increase in grants of $8.4 million as well as an increase in contributions of $21 million, which is offset by a net decrease in operating costs of $11.3 million.
The increase in grants and contributions includes $15 million for the sustainability of the first nations policing program; $7.9 million for the ex gratia payments to the families of the victims of Air India flight 182; $6.1 million for the renewal of the youth gang prevention fund; as well as $1 million for the Kanishka Project research initiative. Yesterday, as some of you may know, I announced the first round of funding worth just over $1 million. This goes toward six innovative research projects that will help build Canada's knowledge and understanding of the complex issue of terrorism. That fund is actually $10 million over five years.
Honourable members will know that our government recently completed successful negotiations with the provinces and territories for a renewed 20-year contract policing agreement with the RCMP. I certainly want to thank officials from the Public Safety department who worked very closely with the RCMP and with the heads of the relevant provincial authorities in making that a reality. It was a challenging but very worthwhile exercise.
I'm also pleased to hear that the committee has decided to undertake a study into the economics of policing. This is a timely study, and I look forward to hearing of your deliberations and eventual report in this matter.
The main estimates for this fiscal year reflect a decrease of $205.6 million due to the expiry of the previous 20-year policing services agreement that expired on March 31. Funding requirements for the new agreement will be met through supplementary estimates as the individual contracts are ratified with the provincial and territorial governments.
The total funding sought in main estimates for the RCMP this fiscal year is $2.55 billion. This represents a decrease of $329 million, or 11.4%, over the previous fiscal years, the majority of which, as I indicated, is comprised of the adjustment to the funding for contract police services that will then be dealt with in the supplementary estimates.
One of our government's top priorities since we were first elected has been cracking down on crime and holding offenders to full account for their actions. That is why the main estimates for fiscal year 2012-13 seek funding of $3.03 billion for Correctional Service of Canada, an increase of $44.2 million, or a slight 1.5% increase over the previous fiscal year.
As the committee knows, our government's new laws to tackle crime are starting to end the revolving door of justice by keeping dangerous criminals behind bars longer. But what is more important to note is that our efforts have not resulted in the significant increase in the number of federal prisoners predicted by officials or indeed in the outrageous figures that certain members of the opposition predicted. They indicated that there would be a $19 billion increase in capital costs and $3 billion to $4 billion in operating costs.
Now, due to this reality, the determination was made to close two federal prisons—Kingston and Leclerc. Despite the misinformation being put out by various special interest groups, I can confirm for all the committee that our government has not built a single new prison and has no intention of building a single new prison. We did build the 2,700 individual units in various prisons, and that was announced in early 2010. These closures will save the government approximately $120 million per year, and combined with the fact that the offender population has not increased as CSC expected, we expect that CSC's future appropriation requests will be significantly reduced.
The main estimates for 2012-13 also request funds of $1.78 billion for the Canada Border Services Agency. This represents a decrease of $70.4 million, or 4% over the previous year. The CBSA's decrease in net spending is due to a decrease in operating costs of $61.8 million, a decrease in capital costs of $9.2 million, and an increase of $0.6 million in statutory costs.
This fiscal year's main estimates request moderate increases or decreases in funding for the other Public Safety portfolio agencies. The funding requests are: $520.6 million for CSIS, and that's an increase of $11.6 million over the previous year; $51.5 million for the National Parole Board, an increase of $2.3 million, or 4.5%, over the previous year; $4.7 million for the Office of the Correctional Investigator, an increase of 8% over the previous year; $0.9 million for the RCMP external review committee; and $5.4 million for the Commission for Public Complaints Against the RCMP, a decrease of less than 1% over the previous fiscal year.
Mr. Chair and members of the committee, Canadians have made it clear that protecting our children and our communities is one of their top priorities. Our government is listening, and it has made that its priority as well. l'm sure you would agree that this is one of the most important responsibilities of government. The spending plans outlined in these main estimates will help us meet that obligation. These expenditures are critical to ensuring that the men and women on the front lines of the Public Safety portfolio continue to have the tools and resources they need to do their job in a time of fiscal restraint.
I trust that we can count on this committee's continued support for this work. I welcome any questions you may have at this time.
Thank you.
Merci, monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du comité. Je suis très heureux d'avoir été invité à comparaître devant vous aujourd'hui pour discuter du Budget principal des dépenses du portefeuille de la Sécurité publique pour l'exercice en cours.
Comme vous l'avez dit, des hauts responsables de Sécurité publique Canada et des cinq organismes dont je suis responsable sont également présents avec nous. Je suis très privilégié d'être épaulé par des personnes de leur trempe en vue d'assurer au quotidien la protection des Canadiens.
Le Budget principal des dépenses pour l'exercice 2012-2013 a été présenté au comité et, s'il est ratifié par le Parlement, un financement de 8,37 milliards de dollars sera alloué au portefeuille. Ce montant représente une baisse nette de 323,8 millions de dollars, ou de 4 p. 100, par rapport au Budget principal des dépenses de 2011-2012.
Je dois également souligner que le Budget principal des dépenses pour le présent exercice ne tient pas compte des économies envisagées pour le portefeuille dans le cadre du plan d'action de réduction du déficit, conformément au Plan d'action économique du Canada 2012.
Fortement impliqué dans les questions liées à la sécurité publique, le Comité est très familier avec le portefeuille et le rôle fondamental qu'il joue pour lutter contre le crime, renforcer la frontière, protéger nos enfants et assurer la sécurité dans nos collectivités. Vous savez aussi que la protection des Canadiens est une priorité pour le gouvernement.
Le fait de veiller à la sécurité de façon pertinente est très utile sur le plan pratique. La première préoccupation de tout gouvernement est la sécurité de ses citoyens. Après tout, le droit d'être protégé est le fondement même de tous les droits inhérents à la citoyenneté. Il s'agit de la condition essentielle à toutes les libertés. Notre gouvernement demeure fermement résolu à assurer la sécurité des Canadiens.
Nous demeurons fermement résolus à sévir contre le crime et à renforcer la sécurité de nos frontières, tout en accélérant la circulation des marchandises et des personnes légitimes à la frontière commune avec les États-Unis.
En cette période de restrictions budgétaires, nous nous concentrons sur les principales responsabilités du gouvernement, en cherchant à réaliser toutes les économies possibles. C'est ce que le Budget principal des dépenses de l'exercice 2012-2013 nous permettra d'accomplir.
Le financement total demandé dans le cadre du Budget principal des dépenses pour Sécurité publique Canada s'élève à 432,7 millions de dollars pour le présent exercice — ce qui représente une modeste augmentation de 18,1 millions de dollars comparativement au dernier exercice. L'augmentation des dépenses nettes liées à tous les pouvoirs ministériels est due à un accroissement des subventions de 8,4 millions de dollars, et des contributions de 21 millions de dollars. Ces montants sont compensés par une réduction nette des coûts de fonctionnement de 11,3 millions de dollars.
L'augmentation des subventions et des contributions comprend 15 millions de dollars pour la durabilité du Programme des services de police des Premières nations; 7,9 millions de dollars pour les paiements à titre gracieux à verser aux familles des victimes du vol 182 d'Air India; 6,1 millions pour le renouvellement du Fonds de lutte contre les activités des gangs de jeunes; et 1 million de dollars pour l'initiative de recherche du projet Kanishka. Hier, comme certains d'entre vous le savent peut-être, j'ai annoncé le premier cycle de financement d'une valeur d'un peu plus de 1 million de dollars accordé à six projets novateurs de recherche qui permettront au Canada d'accroître ses connaissances et sa compréhension sur l'enjeu complexe qu'est le terrorisme. Ce fonds est en réalité de 10 millions de dollars sur cinq ans.
Les honorables membres savent que notre gouvernement a récemment mené des négociations réussies avec les provinces et territoires pour le renouvellement des ententes sur les services de police de la GRC pour une période de vingt ans. Je tiens à remercier les fonctionnaires du ministère de la Sécurité publique qui ont travaillé très étroitement avec la GRC et les responsables des autorités provinciales pertinentes pour que ces négociations aboutissent. Cela a été un exercice difficile, mais très fructueux.
Je suis également heureux d'apprendre que les membres du comité ont décidé de mener une étude sur les paramètres économiques des services de police. Cette étude arrive à point nommé, et j'ai hâte d'entendre vos discussions et de lire un rapport éventuel sur le sujet.
Le Budget principal des dépenses du présent exercice affiche une baisse de 205,6 millions de dollars en raison de l'expiration des ententes sur les services de police précédentes de la GRC, le 31 mars. Le financement des nouvelles ententes se fera à même le Budget supplémentaire des dépenses, à mesure que les contrats auront été individuellement ratifiés par les gouvernements provinciaux et territoriaux.
Le financement total demandé pour la GRC dans le cadre du Budget principal des dépenses du présent exercice est de 2,55 milliards de dollars. Ce montant représente une baisse de 329 millions de dollars, ou de 11,4 p. 100 comparativement aux exercices précédents. Cette baisse est due, comme je l'ai déjà dit, à l'ajustement financier découlant des services de police à contrat, dont traitera le Budget supplémentaire des dépenses.
Depuis qu'il a été élu pour la première fois, notre gouvernement a établi la lutte contre le crime et la pleine responsabilisation des délinquants comme des priorités absolues. C'est pourquoi, dans le cadre du Budget principal des dépenses pour 2012-2013, on demande un financement de 3,03 milliards de dollars pour le Service correctionnel du Canada — une augmentation de 44,2 millions de dollars, ou d'un léger 1,5 p. 100, comparativement au dernier exercice.
Comme les membres du comité le savent, les nouvelles lois adoptées par notre gouvernement pour lutter contre la criminalité commencent à mettre fin au phénomène de la porte tournante en matière de justice en incarcérant les criminels dangereux plus longtemps. Mais il importe encore plus de remarquer que nos efforts n'ont pas entraîné la hausse importante prévue du nombre de délinquants sous responsabilité fédérale, pas plus qu'ils n'ont produit les chiffres extravagants qu'avaient prédits certains députés de l'opposition. Ceux-ci avaient annoncé une augmentation de 19 milliards de dollars des dépenses en immobilisations et de 3 à 4 milliards de dollars des coûts de fonctionnement.
C'est donc à la lumière de cette réalité que nous avons décidé de fermer deux établissements fédéraux — Kingston et Leclerc. Malgré les renseignements erronés émis par divers groupes d'intérêts, je peux confirmer au comité que notre gouvernement n'a pas construit de nouveaux pénitenciers et n'a aucunement l'intention de le faire. Nous avons construit les 2 700 unités individuelles dans différentes prisons, et cela avait été annoncé début 2010. Les fermetures permettront au gouvernement d'économiser environ 120 millions de dollars par année, et puisque la population carcérale n'a pas connu l'augmentation prévue par le Service correctionnel du Canada, nous prévoyons une importante baisse des demandes de crédit du Service correctionnel du Canada.
Dans le cadre du Budget principal des dépenses pour 2012-2013, on demande un financement de 1,78 milliard de dollars pour l'Agence des services frontaliers du Canada. Ce montant représente une baisse de 70,4 millions de dollars, ou de 4 p. 100 comparativement au dernier exercice. La réduction des dépenses nettes de l'ASFC est due à une baisse des coûts de fonctionnement de 61,8 millions de dollars, à une baisse des dépenses en immobilisations de 9,2 millions de dollars et à une hausse de 0,6 million de dollars en coûts statutaires.
Dans le cadre du Budget principal des dépenses du présent exercice, on demande un financement légèrement supérieur ou légèrement inférieur pour les autres organismes du portefeuille de la Sécurité publique. En voici le détail: 520,6 millions de dollars pour le Service canadien du renseignement de sécurité — une augmentation de 11,6 millions de dollars par rapport au dernier exercice; 51,5 millions de dollars pour la Commission des libérations conditionnelles du Canada — une hausse de 2,3 millions de dollars, ou de 4,5 p. 100 comparativement au dernier exercice; 4,7 millions de dollars pour le Bureau de l'enquêteur correctionnel — une hausse de 8 p. 100 par rapport au dernier exercice; 0,9 million de dollars pour le Comité externe d'examen de la GRC; et 5,4 millions de dollars pour la Commission des plaintes du public contre la GRC — une baisse de moins de 1 p. 100 par rapport au dernier exercice.
Monsieur le président et membres du comité, la population canadienne a clairement démontré que la protection des enfants et des collectivités constitue une priorité. Notre gouvernement est à l'écoute et en a fait une priorité. Je suis certain que vous serez tous d'accord qu'il s'agit de l'une des plus grandes responsabilités du gouvernement. Les plans de dépenses énoncés dans le Budget principal des dépenses nous aideront à nous acquitter de cette obligation. Ces dépenses sont cruciales, afin que les femmes et les hommes responsables du portefeuille de la Sécurité publique aient les outils et les ressources dont ils ont besoin pour s'acquitter de leurs fonctions en période de contrainte financière.
Je suis confiant que nous pouvons compter sur le soutien continu du comité, et je suis prêt à répondre à toutes questions que vous pourriez avoir.
Merci.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Yes. Thank you, Chair.
As I indicated earlier, I was going to look at the group of clauses between 137 and 166, for which there are no amendments, and all of which we are voting against. I won't refer to them all. These are what are known as consequential amendments that begin in clauses 137, 138, and 139, and refer to amendments related to the pardon issue and the imposition of record suspension into the Canadian Human Rights Act.
The effect of this is that the discriminatory practices, what they call the prohibitive grounds for discrimination, will continue to include pardon. However, as a result of the changes in this act, pardon does not have the same meaning. The only kind of pardon that the Canadian Human Rights Act now talks about is a pardon by royal pardon, or royal prerogative, which is essentially the Governor in Council—in other words, the state, not the Parole Board of Canada.
What's been added is “or in respect of which a record suspension has been ordered.” So the same protections for non-discrimination will be included in the Canadian Human Rights Act, but the word “pardon” is included with an entirely different meaning. I just wanted to point that out as a problem.
There's a whole series of other pieces of legislation that are referred to—the Contraventions Act. There's a whole series of matters in relation to the Criminal Code where this is mentioned. There's clause 141, for example, which changes the definition of pardon. This is the one I just referred to. The definition of pardon is changed to “a conditional pardon granted under Her Majesty's royal prerogative of mercy”. That's in the Criminal Code of Canada.
So what we're talking about here is that pardon remains in some sections, but it refers to a particular type of pardon granted by the royal prerogative, which I'm not aware, frankly, of any case in which it has been used in modern history. Somebody else might be able to enlighten me on that, but it's certainly not something that I'm familiar with the use of in Canada, so leaving it there is, in my view, just a bit misleading because of course pardons are not available as they were.
There's a whole series of other pieces of legislation that refer to pardons, which are also amended. There's an amendment to the National Defence Act, for example, in clause 152; there's a consequential amendment in that. This goes on to all of the Criminal Code matters, the DNA Identification Act in clause 148, the Immigration and Refugee Protection Act, the National Defence Act—as I pointed out before but also in clauses 152, 153, 154, and 155—and the Youth Criminal Justice Act is also amended. The name of the parole board is changed in one of these sections, but mostly we're dealing with transitional provisions related to record suspensions. And this goes on to clause 166, which is the coming into force.
We're opposed to all of these because they are the ones that set out the consequences of the changes from “pardon”, as it currently exists under the Criminal Records Act, to “record suspension”—a very regretful move being made by this government, and one that I think members opposite will also learn to regret when they see the consequences of it.
I frankly think there are an awful lot of people in this country who are going to be displeased with the fact that the notion of a pardon is missing from our criminal law, as is the sense of hope, I suppose, and encouragement that it gives to people to amend their conduct to become good citizens and to be treated in a way that says it's no longer in the interest of society to have that record hanging over their heads. It gives them an opportunity to reform their lives and to move on after paying their debt to society, as we pointed out.
I may be speaking for more than 10 minutes, but we're dealing with probably 40 clauses there, or maybe a little fewer than that. My stopwatch has run out of battery. It's only a 10-hour battery, and we've been here for more than 10 hours so far. I'll have to rely on the stopwatch the chair has. I'll take your advice into consideration when my time is running low, given the fact that we've also agreed to operate under good faith during these proceedings.
Having said that, Mr. Chair—and I don't think any of my colleagues have any comments—I would suggest we vote on clauses 137 to 166 as a block, if my colleagues opposite have no objection to that.
Oui, merci, monsieur le président.
Comme je l'avais indiqué précédemment, j'allais passer en revue le groupe des articles qui va de 137 à 166, pour lesquels il n'y a pas de modifications et que nous rejetons tous. Je ne vais pas les citer tous. Ce sont ce qu'on appelle des modifications corrélatives qui commencent aux articles 137,138 et 139 et se rapportent à des modifications liées à la question de la réhabilitation et à l'imposition de la suspension du casier dans la Loi canadienne sur les droits de la personne.
En conséquence, les pratiques discriminatoires — ce qu'on appelle les motifs de discrimination — continueront de comporter la réhabilitation. Toutefois, et en raison des changements apportés à la loi, la réhabilitation n'a pas la même signification. Le seul type de réhabilitation dont fait état la Loi canadienne sur les droits de la personne est la réhabilitation accordée en vertu d'un pardon royal, ou d'une prérogative royale, qui relève essentiellement du gouverneur en conseil — autrement dit, de l'État et non de la Commission nationale des libérations conditionnelles.
On a ajouté le texte suivant: « ...à l’égard de laquelle une réhabilitation a été accordée ou une suspension de casier a été ordonnée. » Ainsi, les mêmes protections de non-discrimination figureront dans la Loi canadienne sur les droits de la personne, mais le mot « réhabilitation » qui y figure a un sens totalement différent. Je voulais simplement signaler que cela présente un problème.
Il y a toute une série de lois qui renvoient à la Loi sur les contraventions. Il y a toute une série de questions qui se rapportent au Code criminel où cela est mentionné. Il y a l'article 141, par exemple, qui modifie la définition de réhabilitation. C'est l'article auquel je viens juste de me reporter. La définition de réhabilitation est modifiée par les termes suivants: « un pardon conditionnel accordé en vertu de la prérogative royale de clémence que possède Sa Majesté. » C'est ce qui figure dans le Code criminel du Canada.
Ainsi, la réhabilitation continue de figurer dans certains articles, mais elle se rapporte à un certain type de pardon accordé en vertu d'une prérogative royale et, franchement, je ne crois pas que cette prérogative ait été utilisée dans l'histoire moderne. On pourrait peut-être m'éclairer à ce sujet, mais à mon avis, on ne s'est certainement pas prévalu de cette disposition au Canada, et maintenir cette disposition est trompeur puisqu'il est évident que les réhabilitations ne sont plus disponibles comme elles l'étaient.
Il y a toute une série d'autres lois qui se rapportent aux réhabilitations et qui font également l'objet de modifications. Il y a une modification à la Loi sur la Défense nationale, par exemple, à l'article 152; il s'agit d'une modification corrélative. C'est le cas de toutes les lois se rapportant au Code criminel, à savoir la Loi sur l'identification par les empreintes génétiques, à l'article 148, la Loi sur la Défense nationale — à l'article dont j'ai parlé, mais aussi aux articles 152,153,154 et 155 — et la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents qui est aussi modifiée. Dans un de ces articles, le titre de la Commission des libérations conditionnelles est modifié, mais il s'agit essentiellement de dispositions transitoires liées aux suspensions de casier. Et cela concerne l'article 166, qui porte sur l'entrée en vigueur.
Nous nous opposons à tous ces articles parce que ce sont eux qui établissent les conséquences du changement apporté à la notion de « réhabilitation » de la Loi sur le casier judiciaire, qui devient « suspension du casier » — décision très regrettable que prend le gouvernement et que les membres de l'opposition viendront à regretter aussi quand ils en verront les conséquences.
Franchement, bien des gens vont être mécontents de constater l'absence de pardon dans notre droit pénal. Ce pardon donne un sentiment d'espoir, je suppose, encourage les gens à modifier leur conduite pour devenir de bons citoyens et être traités de façon à ce que cela ne soit plus dans l'intérêt de la société d'avoir un casier judiciaire. C'est pour eux, comme nous l'avons mentionné, l'occasion de se réformer et de tourner la page après avoir payé leur dette à la société.
Peut-être que cela fait plus de 10 minutes que je parle, mais nous avons probablement 40 articles à traiter, peut-être un peu moins. La pile de mon chronomètre est morte. Elle ne dure que 10 heures et cela fait plus de 10 heures que nous parlons. Je vais donc devoir compter sur le chronomètre du président et je me fierai à ce dernier lorsqu'il me dira qu'il ne me reste plus beaucoup de temps, puisque nous avons convenu de faire preuve de bonne foi au cours de ces délibérations.
Cela dit, monsieur le président — et je ne pense pas que mes collègues aient des observations à faire à ce sujet —, je propose de voter en bloc sur les articles 137 à 166, si mes collègues d'en face n'y voient pas d'objection.
Results: 1 - 5 of 5

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data