Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 23
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
View Dan Albas Profile
2013-06-04 17:30 [p.17673]
Mr. Speaker, I rise today to speak on Bill C-478. I would like to begin by recognizing the member for Selkirk—Interlake for his considerable efforts in bringing this important bill forward. I would also like to share with all the members of this place why Bill C-478 is of great importance to the citizens of Okanagan—Coquihalla.
As some members may well know, Westbank, sometimes referred to as West Kelowna, is a community in the heart of my riding. Many years ago a local Westbank family set off to the back country for a scenic family camping trip. The family was made up of proud grandparents George and Edith Bentley, their daughter Jackie and her husband Bob Johnson, along with their granddaughters Janet, who was 13 at the time, and her 11-year-old sister Karen. The destination was scenic Wells Gray Provincial Park for a two-week camping adventure. We can imagine how close and tightly knit this family was in planning for two weeks together, enjoying all of the special moments that life brings us.
A little over two weeks later, Bob Johnson failed to show up for work. This would be the first time in over 20 years that Bob Johnson had missed a day of work.
I will apologize to the House in advance. The details I am going to share next are unpleasant. They are vile. They are disturbing. However, I believe they are necessary, for it is precisely these situations that speak to the necessity and importance of Bill C-478.
After the Johnson-Bentley family disappeared, a large-scale search and rescue operation was led by the RCMP. If ever there were a reminder of the challenging and difficult work that RCMP members perform, this would be it. One cannot fathom the shock and horror of finally locating the family vehicle of Bob Johnson after a month of searching. Inside the car were the burnt bodies of Bob, his wife Jackie, and her parents George and Edith.
Sadly, it did not end there. Located inside the trunk were the burnt bodies of the grandchildren, 13-year-old Janet and her 11-year-old sister Karen. All had been executed. They had been murdered: shot in the head with a .22 calibre bullet.
It still did not end there. The RCMP later learned that the monster responsible had first killed the four adults and then abducted the two granddaughters. For six days, this monster did unspeakable things to the girls, before finally murdering them and burning them in the Johnson family car along with their parents and grandparents.
Truly, this is one of the most horrific and disturbing acts imaginable.
In 2008, the monster responsible for these heinous acts, David Shearing, applied for parole, only now he goes by a different name. His name is now David Ennis, assumedly so that if he obtains parole he can more easily disappear into an unsuspecting public.
When citizens in Westbank learned of this parole application, they were shocked, terrified and angry. They were again being victimized by the senseless murder that took away their family, friends, co-workers and neighbours. They took action, and soon a petition with over 9,000 names was sent to the Parole Board of Canada to oppose parole for this monster.
I was elected in 2011, and to this very day I hear from citizens in Logan Lake, Westbank and Merritt that they are fearful of this monster. They fear that he will be paroled and will return to the region where he once lived and committed these disturbing acts that took so many innocent victims. That is why I am here today speaking in strong support of Bill C-478 on behalf of the family, friends and co-workers, who went through the parole process and are forced to revisit this tragedy far too frequently.
I apologize for sharing these details with the House. However, all too often when we talk about bills like Bill C-478, I find the victims are often neglected, if not forgotten.
In fact, I have reviewed close to 20 different media stories on Bill C-478, and not one of them mentioned David Shearing, who now goes by David Ennis. However, murdering monsters like David Shearing are certainly not alone. Paul Bernardo, Robert Pickton, Russell Williams and Clifford Olson are other examples of people who have taken lives and continue to haunt the victims through the parole process. I submit that this is wrong and that Bill C-478 is a needed and necessary step to end the ongoing suffering of victims. It cannot and should not be allowed to continue to occur.
I believe it is also important that we recognize what Bill C-478 ultimately proposes to do. Bill C-478 would not guarantee a 40-year sentence, as some media stories have suggested. This bill is specific on applying to those individuals who have committed the most serious of combined crimes that include abduction, sexual assault and murder. This bill does not propose minimum sentences for those who have committed these disturbing acts, but rather would provide new tools for judges in sentencing.
I believe it is also important to recognize that research has indicated that individuals who commit these most serious of crimes have yet to be successful in being paroled. Some would ask why there should be a change of the parole eligibility if the most serious of criminals in fact are not successful at being paroled. The answer from the citizens of Okanagan—Coquihalla is to please stop this ongoing parole process that revictimizes innocent friends, family and neighbours, and causes citizens to live in fear. Bill C-478 would create legal tools that would allow judges the discretion to do precisely that, and that is why I encourage all members of the House to vote in support of it.
Before I close, I would like to share a few further thoughts with my hon. colleagues. In 2011, a life was tragically taken in a senseless and brutal act of domestic violence in my riding. The family members now wear a tattoo of a dragonfly in memory of their lost loved one as they seek justice for this tragedy. A tattoo, much like the scars of loss through victimization, is something that lasts a lifetime.
The final point I would like to share stems from last September. It was in September of last year that a parole hearing was held in Bowden, Alberta for David Shearing. Some 30 years after this horrific event occurred, over two dozen friends and family members of the Johnson and Bentley families were forced to travel a great distance to appear at a parole hearing to relive this brutal act of unspeakable tragedy. Let us all take a moment to reflect on that.
At a time of year when children and families are excitedly getting ready for a new year of school, the Johnson and Bentley families were forced on a journey of great distance, only to arrive in time to relive a life-altering tragedy and face the monster who forever destroyed their families. How many times should the Johnson and Bentley families be forced to make this journey and relive this horror? It should not have to be this way. No family should be forced to endure what has happened to the Johnsons and Bentleys and that continues to occur as they relive this horrific event over and over at parole hearings.
In closing, I would like to thank the members of the House for taking the time to listen to the concerns of my constituents. This is not a subject or speech that I take any pleasure in sharing. However, there are times where we, as parliamentarians, have an opportunity to speak out on the matters of great concern to the citizens we represent, and this is certainly important to my riding.
Let us never forget the victims. I ask that all members of the House support victims of very serious crimes by voting in favour of Bill C-478.
Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole relativement au projet de loi C-478. Avant toute chose, je tiens à souligner le travail du député de Selkirk—Interlake, qui n'a ménagé aucun effort afin de présenter cette mesure législative. Que les députés me permettent d'expliquer pourquoi le projet de loi C-478 revêt autant d'importance aux yeux des résidants d'Okanagan—Coquihalla.
Comme le savent certains députés, la localité de Westbank, qu'on appelle parfois West Kelowna, est située en plein coeur de ma circonscription. Il y a bien des années, une famille de Westbank est partie faire un voyage pittoresque dans l'arrière-pays: George et Edith Bentley, les fiers grands-parents, Jackie et Bob Johnson, leur fille et son mari, ainsi que Janet, 13 ans, et Karen, 11 ans, leurs petites-filles. Ils devaient passer deux semaines à faire du camping dans le parc provincial de Wells Gray. On peut imaginer à quel point cette famille était tricotée serrée; après tout, ses membres avaient prévu de passer deux semaines ensemble pour mordre à pleines dents dans la vie.
Or, un peu plus de deux semaines plus tard, Bob Johnson ne s'est pas présenté au travail, une première en plus de 20 ans.
Je demande à la Chambre de me pardonner à l'avance, car les détails que je vais vous communiquer sont pénibles à entendre. Ils sont ignobles et choquants. Toutefois, je pense qu'il est nécessaire de les mentionner, parce qu'ils décrivent précisément le genre de situations qui témoignent de la nécessité et de l'importance du projet de loi C-478.
Après la disparition de la famille Johnson-Bentley, une opération massive de recherche et de sauvetage a été menée par la GRC. Si un événement peut nous rappeler à quel point le travail des agents de la GRC est difficile, c'est bien celui-là. On ne peut pas imaginer l'horreur et le choc qu'ils ont dû éprouver quand ils ont finalement retrouvé le véhicule familial de Bob Johnson, après un mois de recherche. À l'intérieur de la voiture, ils ont découvert les corps brûlés de Bob, de son épouse, Jackie, et des parents de celle-ci, George et Edith.
Malheureusement, leur découverte ne s'est pas arrêtée là. À l'intérieur du coffre arrière de la voiture, ils ont retrouvé les corps des petites-filles de George et Edith: Janet, âgée de 13 ans, et sa soeur Karen, âgée de 11 ans. Toutes les victimes avaient été exécutées. Elles avaient reçu une balle de calibre 22 dans la tête.
Ce n'était toujours pas la fin de l'histoire. La GRC a appris plus tard que le monstre responsable de ces assassinats avait d'abord tué les quatre adultes, puis kidnappé les deux petites-filles. Pendant six jours, ce monstre a fait subir à ces fillettes des atrocités indescriptibles, avant de les assassiner et de brûler leur corps, ainsi que ceux de leurs parents et de leurs grands-parents, dans la voiture familiale des Johnson.
C'est vraiment l'un des actes les plus horribles et les plus troublants qu'on peut imaginer.
En 2008, David Shearing, le monstre responsable de ces actes odieux, a présenté une demande de libération conditionnelle, sauf que maintenant il porte un nom différent. Il s'appelle David Ennis. On peut présumer qu'il a changé son nom afin de pouvoir se fondre plus facilement dans la masse, qui ne se doutera de rien, si on lui accorde la libération conditionnelle.
Lorsque les habitants de Westbank ont appris qu'il avait demandé la libération conditionnelle, ils ont éprouvé un choc, de la terreur et de la colère. Ils étaient de nouveau victimisés par les meurtres insensés qui les avaient privés de membres de leur famille, d'amis ou de collègues. Ils sont passés à l'action et, peu de temps après, une pétition signée par plus de 9 000 personnes a été envoyée à la Commission des libérations conditionnelles du Canada pour s'élever contre la libération conditionnelle de ce monstre.
J'ai été élu en 2011 et, encore aujourd'hui, j'entends les habitants de Logan Lake, de Westbank et de Merritt dire qu'ils craignent ce monstre. Ils ont peur qu'on le mette en liberté conditionnelle et qu'il revienne dans la région, où il a vécu autrefois, et où il a perpétré ces actes choquants, qui ont ôté la vie à d'innocentes victimes. C'est la raison pour laquelle j'indique aujourd'hui que j'appuie fermement le projet de loi C-478, au nom de la famille, des amis et des collègues des victimes, qui ont pris part au processus de libération conditionnelle et qui sont forcés de repenser à cette tragédie beaucoup trop fréquemment.
Je m'excuse d'avoir communiqué ces détails à la Chambre. Cependant, je trouve que, lorsque nous parlons de mesures législatives comme le projet de loi C-478, les victimes sont souvent passées sous silence, voire oubliées.
J'ai examiné près de 20 reportages des médias sur le projet de loi C-478, et aucun ne mentionne David Shearing, qui s'appelle maintenant David Ennis. Pourtant, David Shearing n'est pas le seul monstre assassin. Paul Bernardo, Robert Pickton, Russel Williams et Clifford Olson ont, eux aussi, tué des gens, et ils continuent de hanter les victimes à cause de la procédure de libération conditionnelle. Je suis d'avis que c'est injuste et qu'il est nécessaire d'adopter le projet de loi C-478 pour mettre fin à la souffrance des victimes. La situation actuelle est intolérable et ne devrait pas perdurer.
Il me semble également important de comprendre ce que prévoit le projet de loi C-478. Il est faux de prétendre, comme l'ont dit certains médias, que les peines infligées seraient obligatoirement de 40 ans. Le projet de loi vise uniquement les individus ayant commis une combinaison des crimes les plus graves, c'est-à-dire un enlèvement, une agression sexuelle et un meurtre. Il ne prévoit pas de peine minimale obligatoire pour les personnes déclarées coupables d'avoir commis ces actes troublants, mais fournit aux juges de nouveaux outils pour la détermination de la peine.
Il est important de souligner que, selon les études effectuées, les auteurs de ces crimes très graves n'ont jamais réussi à obtenir une libération conditionnelle. Certains se demandent peut-être pourquoi changer les règles d'admissibilité à la libération conditionnelle puisque celle-ci n'est jamais accordée. La réponse vient des gens d'Okanagan—Coquihalla, qui nous demandent de mettre un terme à la procédure sans fin de demande de libération conditionnelle, qui a pour effet de victimiser de nouveau les amis, la famille et les voisins ainsi que de plonger les gens dans la peur. Le projet de loi C-478 créerait des outils juridiques qui accorderaient aux juges le pouvoir d'interdire toute demande de libération conditionnelle dans ces cas, et c'est pourquoi j'invite tous les députés à voter pour ce projet de loi.
Avant de terminer, je voudrais dire encore quelques mots à mes collègues députés. En 2011, une personne a perdu la vie brutalement en raison d'un acte de violence familiale dans ma circonscription. Les membres de la famille éprouvée, qui demandent que justice soit faite dans cette affaire, portent aujourd'hui un tatouage représentant une libellule en souvenir de l'être cher qu'ils ont perdu. À l'instar des cicatrices de la perte et de la victimisation, un tatouage reste gravé pour la vie.
Pour conclure, j'aimerais raconter ce qui s'est passé en septembre dernier. C'est à ce moment que l'audience de libération conditionnelle de David Shearing a eu lieu à Bowden, en Alberta. Une trentaine d'années après son crime horrible, plus de deux douzaines d'amis et de membres des familles Johnson et Bentley ont été forcés de parcourir de grandes distances pour comparaître à cette audience et revivre les événements brutaux de cette tragédie sans nom. Prenons tous un instant pour y penser.
À un moment de l'année où les enfants et les familles se préparent avec enthousiasme pour la nouvelle année scolaire, les membres des familles Johnson et Bentley ont été forcés de faire un long voyage pour revivre une tragédie qui a bouleversé leur vie et se retrouver face à face avec le monstre qui a détruit leurs familles à jamais. Combien de fois ces familles seront-elles forcées de faire ce voyage et de revivre cette horreur? Il ne devrait pas en être ainsi. Aucune famille ne devrait être obligée d'endurer ce que les familles Johnson et Bentley ont enduré, et ce qu'elles continuent à endurer quand elles doivent revivre sans cesse cette horrible tragédie lors des audiences de libération conditionnelle.
En terminant, j'aimerais remercier les députés d'avoir pris le temps d'écouter les préoccupations de mes électeurs. Ce n'est pas un sujet que j'aborde avec plaisir. Toutefois, il y a des moments où nous avons l'occasion de parler de questions qui préoccupent beaucoup les citoyens que nous représentons, et il va sans dire que cette question revêt beaucoup d'importance pour les gens de ma circonscription.
N'oublions jamais les victimes. Je demande à tous les députés d'appuyer les victimes de crimes très graves en votant en faveur du projet de loi C-478.
View Massimo Pacetti Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-478.
As my colleagues have already said, this bill amends the Criminal Code to provide that a person convicted of the abduction, sexual assault and murder of one victim is to be sentenced to imprisonment for life without eligibility for parole until the person has served a sentence of between 25 and 40 years as determined by the presiding judge after considering the recommendation, if any, of the jury.
As my Liberal colleague, the member for Halifax West, stated during the last debate on the bill, we Liberals will be supporting this matter at second reading. We support the principle behind the legislation—that is, we agree that those who are convicted of abduction, sexual assault and murder of one victim should not easily receive parole.
Many community organizations, including the Canadian Resource Centre for Victims of Crime, also support this bill.
While we are fortunate that such brutality is rare in Canada, we know all too well that this evil does exist. Just this time last year, the nation was gripped with headlines of Luka Magnotta, who is alleged to have killed, raped and dismembered his victim. He is presently awaiting trial on charges including murder and committing an indignity to a body.
Also at this time last year, a sentence was handed down in the case of Michael Rafferty of Woodstock, Ontario, who along with Terri-Lynne McClintic was arrested and charged in the abduction and murder of eight-year-old Victoria Stafford. Both are serving life sentences with no chance of parole for 25 years, Rafferty having been found guilty of first degree murder, sexual assault causing bodily harm and kidnapping.
These names and these cases, like those of Paul Bernardo, Russell Williams and Clifford Olson, clearly prove that this evil does exist in Canada and force us to evaluate the need to amend our Criminal Code accordingly.
Of course, the question might arise as to whether the existing regime is sufficient. All these individuals I have named have been punished, and many will not be out for parole for quite some time.
The answer is that this bill, as the mover noted, is not about punishment. Indeed, it does not increase penalties for any of the associated offences. What Bill C-478 does, however, is extend the period of parole ineligibility to relieve grieving families of the burden of having to relive their awful torment every two years once the offender becomes eligible to seek parole. Indeed, the bill is about ending the re-victimization of families.
It should be noted that the 40-year period that the bill speaks to is not a requirement. Judges are given necessary discretion on this particular point.
That is not to say that the bill is a flawless piece of legislation. These being private members' bills produced with the limited resources that we have as members of Parliament, there are going to be some flaws. Hopefully, at committee we will work hard to make sure that these are perfect bills when they come out of committee.
My colleagues from the NDP have raised concerns regarding its compliance with the charter and with the Rome statute. I am sure these will be questions put to the technical witnesses at the justice committee for which they will undoubtedly have well-researched answers. Surely amendments could then be moved if needed to clarify both our desire to comply with our domestic and international obligations and our desire to achieve our aim of a longer period of parole ineligibility for certain types of offenders.
It is not often that I am able to address the House on matters of criminal justice policy. I am delighted to do so today and I am delighted that the bill before us is not one of the usual mandatory minimum penalty bills that the Liberal Party opposes on policy grounds.
Much of the discussion in the House on justice policy of late has focused on the idea of victims' rights. I am proud to be part of a party that takes the rights of victims seriously and has matched this commitment in word and in action.
On November 1, 2005, the Government of Canada established the National Office for Victims at Public Safety Canada. This office is a single point of contact for victims who have concerns about offenders and questions about the federal correctional system and Canada's justice system.
The office provides victims with information and provides input on policy and legislative initiatives. It also attempts to educate members of the criminal justice system about victims' issues.
Further, although it has perhaps been overlooked in the current debate over Bill C-54, the Liberals proposed the initial amendments to the not criminally responsible regime that permitted a victim to read a victim impact statement at a review board hearing and required courts or review boards to advise a victim of his or her right to submit a victim impact statement at the initial disposition hearing for the accused.
Before closing, I must address one troublesome aspect of the bill as it is before us, not in substance but in form; namely, it is a piece of private member's business that has been endorsed by the Prime Minister and Minister of Justice as a worthwhile and necessary change to the law, yet it is something that would have been adopted much faster had it been introduced and advanced as government legislation. Indeed, why was this not part of the crime omnibus bill, Bill C-10? Or, more pertinently, why was this amendment not included in 2011 when Parliament debated Bill S-6, the serious time for the most serious crime act? Surely the government will agree these are serious crimes that deserve serious time.
My point is that the government has had ample opportunity to make this change to the law without having to use private members' hour to advance its agenda. It is a troubling trend because the use of private members' bills limits debate and circumvents charter review, something which is completed by the Department of Justice for only government bills and not private members' bills like Bill C-478.
Another troubling trend is that the Conservatives' justice agenda focuses on punishment without bearing in mind as well the need to adopt preventative measures designed to reduce the number of victims in the first place. Wow. For some types of offences, we should focus on root causes of crime, such as poverty, lack of education, and lack of access to affordable housing. For other types of crime, we should be looking at mental health initiatives for early screening and detection such that individuals may be diverted into the treatment programs they need.
Regrettably, changing sentencing and parole rules, however welcome some changes may be, does not prevent victimization. We must ensure a holistic approach is taken to justice, one that seeks to prevent crime, one that seeks to adequately punish the offender, and one that seeks to better reintegrate offenders into society once they have served their sentences.
In short, there is much more to be done, and Bill C-478 is not a magic bullet to solving the problem of crime in this country. However, as I stated at the outset, I believe the principle behind this bill has merit and thus I will be voting to send it to committee for further study and review.
Monsieur le Président, je me lève aujourd'hui pour m'exprimer au sujet du projet de loi C-478.
Comme mes collègues l'ont déjà dit, ce texte modifie le Code criminel afin de prévoir que le délinquant déclaré coupable de l'enlèvement, de l'agression sexuelle et du meurtre d'une personne reçoive une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant l'accomplissement de 25 à 40 ans de la peine, selon la décision du juge qui préside le procès après considération de toute recommandation formulée par le jury.
Comme l'a déclaré mon collègue libéral, le député d'Halifax-Ouest, lors du dernier débat sur le projet de loi, les libéraux appuieront cette mesure législative à l'étape de la deuxième lecture. Nous appuyons le principe du projet de loi. Autrement dit, nous convenons qu'il devrait être difficile pour les personnes qui sont déclarées coupables de l'enlèvement, de l'agression sexuelle et du meurtre d'une personne d'obtenir une libération conditionnelle.
Il faut noter aussi que de nombreux organismes communautaires, y compris le Centre canadien de ressources pour les victimes de crimes, ont donné leur appui à ce projet de loi.
Nous sommes chanceux qu'une telle brutalité soit rare au Canada, mais nous savons très bien que le mal existe. À la même époque l'année dernière, Luka Magnotta faisait les manchettes au pays. Ce dernier est accusé d'avoir tué, violé et démembré sa victime. Il est en attente de son procès pour meurtre et profanation d'un cadavre.
Également à la même époque l'année dernière, il y a eu le prononcé de la peine dans le cas de Michael Rafferty de Woodstock, en Ontario, qui avait été arrêté, à l'instar de Terri-Lynne McClintic, et accusé de l'enlèvement et du meurtre de Victoria Stafford, 8 ans. Tous deux purgent une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. M. Rafferty a été reconnu coupable de meurtre au premier degré, d'agression sexuelle causant des lésions corporelles et d'enlèvement.
Ces noms et ces cas, tout comme ceux de Paul Bernardo, Russell Williams et Clifford Olson, nous démontrent clairement que ce mal existe ici et nous forcent à évaluer la nécessité de modifier notre Code criminel en conséquence.
Bien sûr, on pourrait se demander si le régime existant ne répond pas aux besoins. Toutes les personnes que j'ai nommées ont été punies et plusieurs d'entre elles n'obtiendront pas une libération conditionnelle avant de nombreuses années.
En fait, ce projet de loi, comme l'a souligné le parrain, ne porte pas sur les sanctions. En effet, il n'augmente pas les peines imposées pour les infractions en question. Le projet de loi C-478 prolonge le délai préalable à la libération conditionnelle, afin d'éviter aux familles éplorées d'avoir à revivre — aux deux ans, lorsque le délinquant devient admissible à une libération conditionnelle — les souffrances horribles qu'elles ont endurées. En fait, ce projet de loi vise à mettre fin à la revictimisation des familles.
Je tiens à souligner que les juges ne sont pas tenus d'imposer le délai de 40 ans que propose le projet de loi. Ils ont le pouvoir discrétionnaire nécessaire pour décider de la durée du délai.
Cela ne veut pas dire que le projet de loi est parfait. Bien sûr, en raison des ressources limitées dont disposent les députés, les projets de loi d'initiative parlementaire ont quelques lacunes. J'espère que nous travaillerons fort à l'étape de l'étude au comité pour faire en sorte que le projet de loi soit parfait lorsque le comité le renverra à la Chambre.
Mes collègues du NPD se sont dits préoccupés de sa conformité à la Charte et au Statut de Rome. Je suis certain que ces questions seront posées aux spécialistes techniques à la réunion du Comité de la justice et qu'ils sauront y donner des réponses bien documentées. Probablement qu'il serait ensuite possible de proposer des amendements pour clarifier tant notre désir d'honorer nos obligations nationales et internationales que celui d'atteindre notre objectif de prolonger le délai préalable à la libération conditionnelle de certains types de contrevenants.
Il ne m'arrive pas souvent de pouvoir soulever à la Chambre des questions de politique en matière de justice pénale. Je me réjouis de le faire aujourd'hui et je suis ravi qu'il ne s'agisse pas d'un de ces projets de loi qui prévoient habituellement la peine minimale obligatoire et auxquels le Parti libéral s'oppose pour des raisons de politiques.
Dernièrement, la plupart des discussions sur la politique en matière justice à la Chambre ont porté sur les droits des victimes. Je suis fier d'être membre d'un parti qui prend les droits des victimes au sérieux et qui joint l'acte à la parole.
Le 1er novembre 2005, le gouvernement du Canada a mis sur pied le Bureau national pour les victimes d'actes criminels au sein du ministère de la Sécurité publique. Ce bureau est un point de service unique pour les victimes ayant des préoccupations relatives aux délinquants et des questions sur le système correctionnel fédéral et le système de justice du Canada.
Le bureau fournit de l'information aux victimes et offre également des commentaires sur les politiques et les mesures législatives. De plus, il essaie de sensibiliser les membres du système de justice pénale aux questions relatives aux victimes.
De plus, même si on a peut-être omis d'en discuter dans le cadre de l'étude du projet de loi C-54, les Libéraux ont proposé les amendements initiaux au régime de non-responsabilité criminelle qui permettait à une personne de lire une déclaration de la victime lors d'une audience de la commission d’examen et exigeait des tribunaux ou des commissions d'examen qu'ils informent la victime de son droit de prononcer pareille déclaration à l’audience relative à la décision initiale pour l'accusé.
Avant de terminer, je dois me pencher sur un aspect troublant du projet de loi dans sa version actuelle, pas sur le fond, mais sur la forme. Il s'agit, en l'occurence, d'un projet de loi d'initiative parlementaire dont le premier ministre et le ministre de la Justice ont dit qu'il apportait des modifications valables et nécessaires à la loi. Quoi qu'il en soit, c'est une mesure législative qui aurait été adoptée beaucoup plus rapidement si elle avait été déposée et traitée comme un projet de loi du gouvernement. En effet, pourquoi cette mesure ne s'est-elle pas inscrite dans le projet de loi omnibus sur la criminalité, le projet de loi C-10? Ou, plus pertinemment, pourquoi cet amendement n'a-t-il pas été présenté en 2011 lorsque le Parlement a discuté du projet de loi S-6, Loi renforçant la sévérité des peines d’emprisonnement pour les crimes les plus graves? Le gouvernement conviendra sûrement qu'il s'agit de crimes graves qui méritent des peines d'emprisonnement sévères.
Là où je veux en venir, c'est que le gouvernement a eu amplement l'occasion d'apporter cette modification à la loi. Il n'avait pas à utiliser un projet de loi d'initiative parlementaire pour faire avancer son programme. Il s'agit d'une tendance inquiétante, car le recours aux projets de loi d'initiative parlementaire restreint le débat et permet de contourner l'examen en vertu de la Charte, que le ministère de la Justice n'effectue que dans le cas des projets de loi d'initiative ministérielle, mais non lorsqu'il s'agit de projets de loi d'initiative parlementaire comme le projet de loi C-478.
Une autre tendance inquiétante, c'est que le programme en matière de justice des conservateurs est axé sur le châtiment, sans s'arrêter à l'idée qu'il faut aussi adopter des mesures préventives, conçues pour réduire dès le départ le nombre de victimes. Wow! Pour certains types d'infraction, nous devrions nous attaquer aux causes premières de la criminalité, comme la pauvreté, le manque d'éducation et un accès insuffisant à des logements abordables. Dans d'autres cas, il faudrait envisager des initiatives en matière de santé mentale, permettant un dépistage et une détection précoce. Ainsi, on pourrait diriger les gens vers les programmes de traitement dont ils ont besoin.
Malheureusement, modifier les règles sur la détermination de la peine et le régime de libération conditionnelle — même si certaines de ces modifications sont bien accueillies — n'empêchera pas qu'il y ait d'autres victimes. Il faut adopter une approche globale en matière de justice, qui vise à prévenir la criminalité, à punir adéquatement les contrevenants et à favoriser leur réinsertion dans la société une fois leur peine purgée.
En bref, il faut en faire beaucoup plus. Le projet de loi C-478 n'est pas une solution miracle qui permettra de résoudre le problème de la criminalité au Canada. Toutefois, comme je l'ai dit d'entrée de jeu, je crois que le principe qui sous-tend le projet de loi a du mérite. Par conséquent, je vais voter en faveur de son renvoi au comité, où l'on pourra l'étudier plus attentivement.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is an honour to speak in support of the private member's bill proposed by the member for Selkirk—Interlake this evening.
Bill C-478, the respecting families of murdered and brutalized persons act, addresses a critical flaw in the current parole process, the revictimization of victims and their families, most particularly when it comes to the most heinous of crimes of murder, abduction, and sexual assault. These are the most heinous of crimes.
Four weeks ago when I stood to speak to my own private member's bill which deals with fairness for victims of violent offenders, I spoke about my experiences when I attended the Parole Board of Canada hearings with two constituents and their extended families in 2010 and 2011. To say it was an experience of raw emotion would be a vast understatement. I do not think words can accurately describe the range of emotions that existed in that room. There was the anger and frustration, the injustice and fatigue of having to go through the process once again. More than anything else, there was the overwhelming grief, sorrow, and pain of loss.
While I can only draw on what I saw on those two separate occasions, what I saw told me very clearly that a loss or losses which occurred three decades previous seems like only yesterday to a victim or a victim's family.
I met the week before last with the Federal Ombudsman for Victims of Crime, Ms. Sue O'Sullivan. She agrees it is a revictimization inflicted by the parole process and is most disheartening according to the countless victims her office has interacted with to date.
In July, my constituents will be attending the next Parole Board of Canada hearing of the murderer of their sister, niece and nephew, and I will once again accompany them to observe the process. However, I have no doubt that the day will trigger all the emotions again, and my constituent will weep openly from the moment she begins to read her victim impact statement. I suspect she and her parents are already experiencing periods of great sadness and anxiety in anticipation of that day.
I talk about what I saw in those Parole Board hearings once again in this debate on Bill C-478 because I think it illustrates the issue of revictimization. Just as my colleague from Okanagan—Coquihalla had a very painful personal experience with a victim's family with respect to a murderous crime, so have I. Our stories are representative of thousands of victims and families, and this grows substantially every year.
The triple murder was the subject of the Parole Board hearings I attended with my constituents, fortunately not matters that included abduction and sexual assault. I can only imagine how much more emotionally taxing that would be on the families. I can only imagine it would be exponential no doubt.
In the specific types of cases that Bill C-478 addresses, those of abduction, sexual assault, and murder, the parole process is particularly cruel because it is unnecessary. The criminals who commit those types of crimes are never granted parole. They are so sadistic that the intent of the law is to lock them up for life to keep them off the streets.
Whether it is Paul Bernardo, Robert Pickton, or Clifford Olson, we as a society know that parole will never and must never happen. However, under the current law, the Parole Board of Canada must hold a parole hearing for these depraved murderers every two years after the 25-year parole ineligibility period has expired.
Clifford Olson, though now dead, was never going to get out of jail, nor should he, yet the families whose lives he changed forever had to face him every two years. They would be doing that today still, if not for his death. That is beyond cruel because it is completely unnecessary.
If we pass Bill C-478, the judge and the jury will have the discretion to extend the parole ineligibility period from 25 years to 40 years. That does not mean they will automatically choose the period of 40 years, but it will give the judge, as a professional determining the sentence for the crime, the tools to do so if she or he feels that should be the case in the best interests of society; if she or he feels it is warranted, given the inherent evil that would drive an offender to commit such a crime; if she or he feels this will spare the families of the victim, or in all too many types of cases, the victims from being victimized again and again.
As has been noted already in this debate, 40 years is what the maximum parole ineligibility period would be if each of the three crimes of abduction, sexual assault, and murder were treated consecutively; that is, 25 years for murder, 10 years maximum for abduction, and 4.6 years maximum for sexual assault.
The problem is clear and the solution proposed by the hon. member for Selkirk—Interlake in Bill C-478 is straightforward. It prevents further pain and suffering and it is just. I applaud him for bringing this bill forward.
As I have said many times before, I believe one of the fundamental responsibilities of the state is to keep its citizens safe. Those who abduct innocent victims for sex and then murder them have committed an unspeakable crime. We cannot give the families back their son or daughter, husband or wife, cousin, niece or nephew, but we can prevent them from being revictimized by the process.
Before closing, please allow me to reiterate some of the comments from victims that I referred to a few weeks ago, because it is the voice of those victimized that has been missing from this debate in the past, and it is what we must listen to in consideration of Bill C-478.
This was stated in the Toronto Star on April 9, 2007:
“Families have already been victimized once. They shouldn't have to be victimized every two years. Having to face a loved one's killer and to read what he did to her and how her death has affected our lives is something nobody should ever have to do once, never mind twice.”
In reference to the Clifford Olson case, which I spoke about already this afternoon, a journalist in the Vancouver Province said:
Olson, 70, who seems to take pleasure in revictimizing the families of those he killed, is automatically eligible for parole every two years until the day he dies.
In that same newspaper, the mother of one of Olson's victims put it quite simply:
“To have to relive this [parole hearing] every two years, it's so inhumane. It really is.”
Let us not forget those words as we continue to consider Bill C-478 and its efforts to prevent those unnecessary hearings in cases that really are the worst of the worst.
I have appreciated the opportunity to speak to Bill C-478. I thank my colleague for putting the bill forward. I hope that all members of this House, after thinking it through and understanding clearly what this means, will vote for Bill C-478.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi d'intervenir ce soir en faveur du projet de loi d'initiative parlementaire présenté par le député de Selkirk—Interlake.
Le projet de loi C-478, Loi sur le respect dû aux familles des personnes assassinées et brutalisées, permettrait de corriger un défaut grave constaté dans le processus actuel de libération conditionnelle, soit le fait que les victimes d'actes criminels et leur famille deviennent victimes une deuxième fois, en particulier dans le cas des crimes les plus odieux, comme le meurtre, l'enlèvement et l'agression sexuelle. Ce sont les crimes les plus abominables.
Il y a quatre semaines, quand je suis intervenu au sujet de mon projet de loi d'initiative parlementaire, qui porte sur l'équité à l'égard des victimes de délinquants violents, j'ai parlé de l'expérience que j'ai vécue lorsque, en 2010 et en 2011, j'ai assisté à des audiences de la Commission des libérations conditionnelles du Canada avec deux résidants de ma circonscription et des membres de leur famille élargie. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les émotions étaient à fleur de peau. Je ne pense pas qu'il soit possible de décrire avec des mots la gamme d'émotions qui ont été ressenties dans cette pièce. Il y avait de la colère et de la frustration dans l'air, ainsi qu'un sentiment d'injustice et de fatigue attribuable à l'obligation de devoir se prêter encore une fois au processus. Mais, ce qui était palpable avant tout, c'étaient des sentiments de tristesse et de peine liés à la perte d'un être cher.
Bien que je ne puisse fonder mes constatations que sur ces deux audiences, j'ai pu constater très clairement que, pour une victime ou sa famille, la douleur attribuable à la perte d'un être cher était toujours aussi vive 30 ans plus tard.
Il y a deux semaines, j'ai rencontré Mme Sue O'Sullivan, l'ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels. Elle convient du fait que le processus de libération conditionnelle victimise à nouveau les gens, situation des plus désolantes pour les innombrables victimes avec lesquelles son bureau est entré en contact.
Mes électeurs assisteront en juillet à la prochaine audience de la Commission nationale des libérations conditionnelles concernant le meurtre de leur soeur, leur nièce et leur neveu, et je les accompagnerai encore une fois pour observer le processus. Je n'ai aucun doute, cependant, que l'audience ramènera à la surface toutes les émotions qu'a déjà éprouvées mon électrice, qui pleurera à chaudes larmes dès le moment où elle commencera à lire sa déclaration. J'imagine qu'elle et ses parents ressentent déjà une grande tristesse et beaucoup d'anxiété lorsqu'ils pensent au jour de l'audience.
Dans le cadre du débat sur le projet de loi C-478, je répète ce que j'ai observé durant les audiences de la Commission nationale des libérations conditionnelles parce que je pense que cela illustre bien le problème de la revictimisation. À l'instar de mon collègue, le député d'Okanagan—Coquihalla, j'ai été personnellement éprouvé par l'effet d'un meurtre sur la famille de la victime. Nos histoires représentent très bien celles de milliers de victimes et de familles, chiffre qui augmente considérablement chaque année.
Les audiences de la Commission nationale des libérations conditionnelles auxquelles j'ai assisté avec mes électeurs portaient sur un triple meurtre. Fort heureusement, à ces meurtres ne s'ajoutait pas un enlèvement ou une agression sexuelle. J'ai peine à imaginer la réaction émotionnelle que cela doit entraîner chez les familles. J'imagine qu'elle serait infiniment plus grande.
Dans les affaires auxquelles le projet de loi C-478 s'intéresse, c'est-à-dire les enlèvements, les agressions sexuelles et les meurtres, le processus de libération conditionnelle est d'autant plus cruel qu'il est superflu. Les criminels qui commettent ce genre d'infraction n'obtiennent jamais la libération conditionnelle. Ils font preuve d'un tel sadisme que la loi cherche à les enfermer à jamais.
Qu'il s'agisse de Paul Bernardo, Robert Pickton ou Clifford Olson, la société comprend qu'ils ne devraient jamais être admissibles à la libération conditionnelle. Cependant, aux termes de la loi actuelle, la Commission nationale des libérations conditionnelles doit tenir une audience de libération conditionnelle pour ces meurtriers dépravés tous les deux après l'expiration de la période d'inadmissibilité de 25 ans.
De son vivant, Clifford Olson ne serait jamais sorti de prison, et c'est normal. Or, les familles dont il a transformé la vie à jamais ont dû lui faire face tous les deux ans. Il en serait encore ainsi aujourd'hui s'il n'était pas mort. C'est plus que cruel parce que c'est complètement inutile.
Si nous adoptons le projet de loi C-478, le juge et le jury auront le pouvoir discrétionnaire de fixer à 40 ans au lieu de 25 ans la période d'inadmissibilité à la libération conditionnelle. Cela ne signifie pas qu'ils choisiront automatiquement la période de 40 ans, mais cela donnera au juge, à titre de professionnel chargé de déterminer la peine infligée pour le crime, les outils pour le faire s'il a le sentiment qu'il devrait en être ainsi, dans le meilleur intérêt de la société; s'il a le sentiment que c'est justifié, étant donné le caractère intrinsèque du mal qui pousse un délinquant à commettre un tel crime; s'il croit que cela permettra d'éviter de victimiser de nouveau la famille de la victime, ou la victime elle-même, dans beaucoup trop de cas.
Comme on l'a déjà fait valoir au cours de ce débat, la période de 40 ans est la période maximale d'inadmissibilité à la libération conditionnelle si les trois crimes que sont l'enlèvement, l'agression sexuelle et le meurtre font l'objet de peines consécutives. On parle de 25 ans pour meurtre, d'au plus 10 ans pour enlèvement et d'au plus 4,6 ans pour agression sexuelle.
Le problème est clair et la solution proposée par le député de Selkirk—Interlake dans le projet de loi C-478 est très simple. Elle empêche d'ajouter à la douleur et à la souffrance et elle est juste. Je le félicite d'avoir proposé ce projet de loi.
Comme je l'ai déjà mentionné maintes fois, je crois que l'une des responsabilités fondamentales de l'État est d'assurer la sécurité de ses citoyens. Ceux qui enlèvent d'innocentes victimes pour assouvir leurs besoins sexuels avant de les assassiner commettent un crime innommable. Nous ne pouvons redonner aux familles l'être cher qu'elles ont perdu, le fils ou la fille, le conjoint ou la conjointe, le cousin ou la cousine, le neveu ou la nièce, mais nous pouvons empêcher le processus d'en faire de nouveau des victimes.
Avant de terminer mon intervention, j'aimerais relire quelques témoignages de victimes que j'ai lus il y a quelques semaines, car ce que nous n'avons pas toujours entendu dans le cadre du débat sur cette question par le passé, c'est la voix des victimes, et c'est ce dont nous devons tenir compte pendant l'étude du projet de loi C-478.
Permettez-moi de citer d'abord un extrait de l'édition du 9 avril 2007 du Toronto Star:
Ces familles ont déjà donné. Elles ne devraient pas avoir à revivre les mêmes épreuves tous les deux ans. Personne ne devrait avoir, ne serait-ce qu'une seule fois, à se retrouver en face de celui qui a tué une personne qui lui est chère, à lire le compte rendu de ce qu'il lui a fait subir et à vivre avec le fait qu'elle n'est plus là; alors imaginez deux fois.
En ce qui concerne le cas de Clifford Olson, dont j'ai déjà parlé cet après-midi, un journaliste du Vancouver Province a déclaré ceci:
Olson, qui semble, à 70 ans, s'amuser à victimiser de nouveau la famille des personnes qu'il a tuées, est automatiquement admissible, aux deux ans, à la libération conditionnelle, et ce, jusqu'à sa mort.
Toujours dans le même journal, la mère de l'une des victimes d'Olson a expliqué la situation en ces termes simples:
C'est inhumain de devoir revivre pareille situation [l'audience de libération conditionnelle ] aux deux ans.
N'oublions pas ces témoignages pendant que nous continuons à étudier le projet de loi C-478, qui vise à empêcher la tenue de ces audiences inutiles dans le cas des pires criminels.
Je suis heureux d'avoir eu la possibilité de prendre la parole au sujet du projet de loi C-478 et je remercie mon collègue de l'avoir présenté. J'espère qu'au bout du compte, après avoir mûrement réfléchi et bien compris ce que cela signifie, tous les députés appuieront le projet de loi C-478.
View Mathieu Ravignat Profile
NDP (QC)
View Mathieu Ravignat Profile
2013-05-29 15:02 [p.17243]
Mr. Speaker, the Parole Board's last meeting in Edmonton cost Canadian taxpayers a whopping $250,000. It flew in guest speakers and put everyone up in a five-star hotel. Then the government footed the bill to Canadians. This is yet another example of the Conservative government's double standards. The Conservatives are playing favourites by wasting resources on a three-day meeting for the Parole Board while they tell ministries to cut budgets and front-line staff.
For a government that is so set on reducing spending, how could the Conservatives let this happen?
Monsieur le Président, la dernière réunion de la Commission des libérations conditionnelles, qui s'est déroulée à Edmonton, a coûté 250 000 $ aux contribuables canadiens, une somme énorme. Ainsi, la Commission a fait venir des conférenciers par avion et logé tout le monde dans un hôtel cinq étoiles. Le gouvernement a ensuite refilé la note aux Canadiens. Voilà qui montre une fois de plus que pour les conservateurs, il y a deux poids, deux mesures. Les conservateurs font du favoritisme et gaspillent des ressources en organisant une réunion de trois jours pour la Commission des libérations conditionnelles, alors qu'ils disent aux ministres de faire des compressions visant les budgets et le personnel de première ligne.
Comment les conservateurs ont-ils pu laisser une telle chose se produire alors qu'ils sont plus déterminés que jamais à réduire les dépenses?
View Vic Toews Profile
CPC (MB)
View Vic Toews Profile
2013-05-29 15:03 [p.17244]
Mr. Speaker, the New Democrats opposed our measures to cut these conferences in half, in 2012. Because of the action taken by our Conservative government, spending on hospitality is down 25.5%. The opposition members have consistently opposed us in taking strong action to protect taxpayer dollars. In fact, when I indicate that there should be a measure of control over expenditures, the opposition members say I am interfering.
Monsieur le Président, en 2012, les néo-démocrates se sont opposés à toutes les mesures que nous avons présentées en vue de réduire de moitié le nombre de conférences. Grâce aux mesures prises par le gouvernement conservateur, les dépenses d'hébergement ont diminué de 25,5 %. Les députés de l'opposition n'ont pas cessé de s'opposer à ce que nous prenions des mesures rigoureuses pour protéger l'argent des contribuables. En fait, lorsque j'ai dit que nous devrions exercer un contrôle sur les dépenses, les députés de l'opposition ont affirmé que je faisais de l'ingérence.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
moved that Bill C-479, an act to amend the Corrections and Conditional Release Act (fairness for victims), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, it is an honour to be standing here to speak to important amendments to the Corrections and Conditional Release Act that I proposed in Bill C-479, an act to bring fairness for the victims of violent offenders.
I would first like to thank the Minister of Public Safety and Senator Boisvenu for their public show of support this week for this legislation. I appreciate their commitment and I am encouraged by their ongoing leadership to help bring about the fairness we are seeking for victims.
Strengthening the voice of victims of violent crimes and the proposed increased time between parole hearings are two aspects of this bill that act on the changes that victims, their families and advocates like the Federal Ombudsman for Victims of Crime have urged for many years. It is time to bring these to fruition.
Let us be clear. We are talking about instances of violent crime. I do not think words can ever adequately describe the repulsiveness of these crimes. They are heinous, are often calculated and always senseless.
It is an honour for me to be speaking to this bill today. I do so on behalf of my constituents and, tragically, thousands of Canadians like them, as well as the sacred memory of their loved ones. From the time I was elected in 2006, I have had many constituents share their concerns about the imbalance between the victims and the perpetrators in our justice system. However, my dedication to pursue this kind of legislation was galvanized when my constituents asked me to attend a Parole Board hearing with them in 2010. They wanted their federal representative to see first-hand what the process was like and the voice given to the victims, primarily through the victim impact statement.
When I agreed to attend, I knew it would be an emotional experience. I was hoping it would also be an educational experience. It was for sure. However, I do not think I could ever have begun to prepare myself for the raw emotion in that room that day. As long as I live, I will never forget it. Before even uttering a word, my constituent started to weep. The memories of a crime committed over 30 years previously came flooding back and the tears were endless. It was a grisly triple murder: her sister, niece and nephew had been brutally murdered by her sister's husband. After killing his wife, this violent criminal suffocated his two young children, a six-year-old and a five-year-old. The murderer meticulously concealed the bodies in the waterways of Hamilton, Ontario.
My constituent wrote her first victim impact statement on the eve of the funeral. Over the years, she and her family insisted on attending the Parole Board hearings to ensure the voice of victims was heard. They felt an incredible burden, a duty as a family. It was the least they could do to honour the victims: their sister, their daughter, their grandchildren, their niece, their nephew.
What struck me like a ton of bricks was the re-victimization of having to deliver the statement over and over, year after year. It was so cruel, so frustrating and so unnecessary. I watched the family endure the same process again in 2011. Again, the triple murderer was denied parole.
This experience inspired Bill C-479. I set about talking to victims, advocates, law enforcement officials, lawyers and others to ask what could be done.
Beyond the whole issue of re-victimization, I discovered that provisions in the Corrections and Conditional Release Act that may have made sense in the 1970s no longer reflected modern technology and the respect and dignity our system ought to afford victims.
From the work my office and I have done in preparation for the introduction of this bill, and the experts we have consulted, this bill has a sound legal and constitutional foundation. I believe it will have broad support as well.
In tabling Bill C-479 in February, I proposed nine changes to the Corrections and Conditional Release Act. They include: extend mandatory review periods for parole whereby if a violent offender is denied parole, the Parole Board of Canada would have to review the case within five years, rather than the current two years; increase the period to within five years in which the Parole Board of Canada must review parole following the cancellation or termination of parole; emphasize that the Parole Board of Canada must take into consideration the victims and the needs of the victim's family to attend hearings and witness the proceedings; and, require that the Parole Board of Canada consider any victim impact statement presented by victims.
One would think that this is already the case, that it is a bit of a no-brainer. However, the bill is necessary to enshrine in law the victim's voice.
Other straightforward changes proposed in Bill C-479 to protect and support victims include requiring the Parole Board of Canada to provide the victim, if requested, with information about the offender's release on parole, statutory release or temporary absence, and to provide victims with information about their offender's correctional plan, including progress toward meeting its objectives.
This is one of the things that Constable Michael Sweet's family, after 30 years of silence, requested.
I would like to remind members of Michael Sweet's story so that they can understand the family's depth of feeling with regard to these changes.
In the early morning hours of March 14, 1980, brothers Craig and Jamie Munro entered what was then George's Bourbon St. Bistro in downtown Toronto for the purpose of committing a robbery.
Both men were high on drugs and armed with guns. At the time, Craig Munro was on mandatory supervision from a penitentiary sentence for a previous gun-related offence.
The brothers gathered all of the people inside into one place. However, one of the victims managed to successfully flee. Once out on the street, he flagged down a passing police cruiser.
Constable Sweet—who, by the way, is no relation to me—who was 30 at the time, entered the restaurant and was immediately shot twice.
Then began a 90-minute standoff between the Munro brothers, with their hostages, and police.
The police later stormed the restaurant, and both brothers were shot and captured.
During the standoff, Sweet was conscious and slowly bleeding to death. He begged his captors to let him go to the hospital. He had three young daughters and he wanted to be with them at home. While Sweet pleaded for his life, they laughed and taunted him.
All three men were transported to the hospital after the police broke in. Craig and Jamie made full recoveries; Sweet died a few hours later.
I should note that many of the changes I am proposing in Bill C-479 have been enacted by our Commonwealth colleagues, such as Australia, New Zealand and the U.K.
I believe one of the fundamental responsibilities of the state is to keep our citizens safe. Violent offenders have committed unspeakable crimes. Families have suffered losses that are forever.
I hope these changes will help bring a measure of comfort to my constituents and thousands of other Canadian families who have been victimized in this way, people who have had their loved ones taken during the prime of their lives and who have lived with that pain day after day. The last thing they need is another gut-wrenching re-victimization through a parole system.
In closing, please allow me to read a few public comments from people impacted directly by violent crime.
Quoted in The Toronto Star is what a victim had to say about extending the review period:
Families have already been victimized once. They shouldn't have to be victimized every two years. Having to face a loved one's killer and to read what he did to her and how her death has affected our lives is something nobody should ever have to do once, never mind twice. We are asking the federal government to increase the time to five years, for a parole review instead of two years.
She also said:
We're asking the federal government to increase the time to five years [for a parole review], instead of two years.
Writing about Clifford Olson, a journalist in the Vancouver Province noted a few years ago:
Olson, 70, who seems to take pleasure revictimizing the families of those he killed, is automatically eligible for parole every two years until the day he dies.
A victim in a Toronto murder case commented that as difficult as it was to write the victim impact statement, it was also frustrating that she was required to submit the statement 30 days in advance so that the convicted murderer could read it, because the victims are not allowed to see the murderer's material in advance to find out what he wants to say.
Finally, an editorial on March 2, 2012, in my own hometown newspaper, the Hamilton Spectator, stated:
But the PBC has a responsibility to victims of crime. For those victims, the parole board is virtually the only source of information about the status of the person who committed the crime against them. Some local victims of crime don't feel well-served by the board. That must change.
Bill C-479 would give the Parole Board of Canada the tools it needs to do just that.
I look forward to the discussion with all members of this House on Bill C-479, this act to bring fairness for victims of violent offenders.
propose que le projet de loi C-479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l’égard des victimes), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
-- Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole au sujet des importantes modifications à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition que j'ai proposées dans le projet de loi C-479, Loi sur l'équité à l'égard des victimes de délinquants violents.
Je veux d'abord remercier le ministre de la Sécurité publique et le sénateur Boivenu pour l'appui public qu'ils ont manifesté cette semaine au sujet de cette mesure législative. J'apprécie leur engagement et je suis encouragé par leur leadership continu en ce qui concerne le traitement équitable que nous tentons d'accorder aux victimes.
Renforcer la voix des victimes de crimes violents et prolonger, tel que proposé, la période entre les audiences de libération conditionnelle sont deux aspects de ce projet de loi qui se conforment aux changements que les victimes, leur famille et des défenseurs comme l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels demandent depuis de nombreuses années. Il est temps de concrétiser ces changements.
Soyons clairs. Il est ici question de cas de crimes violents. Je pense que les mots ne permettront jamais de décrire le caractère repoussant de ces crimes. Ils sont odieux, souvent calculés et toujours insensés.
C'est un honneur pour moi de parler de ce projet de loi aujourd'hui. Je le fais au nom de mes électeurs et, malheureusement, au nom de milliers d'autres Canadiens et en mémoire de leurs êtres chers. Depuis que j'ai été élu en 2006, de nombreux électeurs m'ont fait part de leurs préoccupations à l'égard du déséquilibre qui existe entre les victimes et les criminels dans notre système de justice. Cependant, mon intérêt à l'égard de ce genre de mesure législative a été galvanisé lorsque mes électeurs m'ont demandé de les accompagner à une audience de la Commission des libérations conditionnelles en 2010. Ils voulaient que leur représentant fédéral voie de ses yeux comment se déroulait le processus et la place qu'on y accordait aux victimes, surtout au moyen de la déclaration de la victime.
Lorsque j'ai accepté de participer, je savais que ce serait une expérience émouvante. J'espérais également qu'elle soit instructive. Ce fut certainement le cas. Toutefois, je crois que je n'aurais jamais pu me préparer aux vives émotions que j'ai vécues dans cette salle ce jour-là. Je ne l'oublierai jamais, de toute ma vie. Avant même de prononcer une seule parole, l'électrice a fondu en sanglots. Les souvenirs d'un crime commis il y a plus de 30 ans l'ont envahie de nouveau, et elle pleurait sans arrêt. Il s'agissait d'un triple meurtre des plus horribles. Sa soeur, sa nièce et son neveu ont été brutalement assassinés par l'époux de sa soeur. Après avoir tué son épouse, ce violent criminel a asphyxié ses deux jeunes enfants âgés de 6 et 5 ans. Le meurtrier a méticuleusement dissimulé les corps dans des cours d'eau d'Hamilton, en Ontario.
Cette électrice a écrit sa première déclaration sur les répercussions du crime à la veille des funérailles. Au cours des années, sa famille et elle ont tenu à assister aux audiences de la Commission des libérations conditionnelles afin que la voix des victimes soit entendue. Ces gens sentaient un fardeau incroyable, un devoir familial. C'était le moins qu'ils pouvaient faire pour honorer les victimes: une soeur, une fille, des petits-enfants, une nièce, un neveu.
Ce qui m'a frappé de stupeur, c'est qu'en étant obligées de répéter leur déclaration d'année en année, ces personnes redevenaient des victimes. C'était si cruel, frustrant et inutile. J'ai vu la famille subir de nouveau le même processus en 2011. Une fois de plus, l'auteur du triple meurtre s'est vu refuser une libération conditionnelle.
Cette expérience a inspiré le projet de loi C-479. J'ai parlé à des victimes, à des intervenants, à des membres des forces de l'ordre, à des avocats et à d'autres personnes pour leur demander ce qu'on pouvait faire.
Au-delà de toute la question de la revictimisation, je me suis rendu compte que certaines mesures de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition qui avaient peut-être un sens dans les années 1970 ne tenaient pas compte de la technologie moderne, ni du respect et de la dignité que le système devrait accorder aux victimes.
À la lumière du travail que mon personnel et moi-même avons réalisé en vue de la présentation de ce projet de loi, et selon l'avis des experts que nous avons consultés, ce projet de loi s'appuie sur des assises juridiques et constitutionnelles solides. Je crois aussi qu'il sera largement appuyé.
Lorsque j'ai présenté le projet de loi C-479 en février, j'ai proposé neuf changements à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. Parmi ces changements, on compte les suivants: prolonger les périodes d'examen obligatoires pour une libération conditionnelle — si un délinquant se voyait refuser la libération conditionnelle, la Commission des libérations conditionnelles du Canada, ou CLCC, devrait examiner le cas dans les cinq ans plutôt que dans la période actuelle de deux ans; augmenter à cinq ans la période où la CLCC doit examiner la libération conditionnelle suivant son annulation ou sa révocation; mettre l'accent sur le fait que la CLCC doit tenir compte du besoin des victimes et du besoin de leur famille d'assister à une audience et d'être témoins de la procédure; et exiger que la CLCC tienne compte de toute déclaration de la victime présentée par les victimes.
On pourrait penser que les choses se passent déjà de cette façon et que c'est en quelque sorte une évidence. Or, le projet de loi est nécessaire pour inscrire dans la loi le point de vue des victimes.
Parmi les autres changements simples proposés dans le projet de loi C-479 afin de protéger et d'aider les victimes, on compte les suivants: exiger que la CLCC transmette à la victime, à la demande de celle-ci, des renseignements sur la libération conditionnelle, la libération d'office ou la permission de sortir du délinquant; et transmettre aux victimes des renseignements sur le plan correctionnel du délinquant, y compris les progrès en vue d'atteindre les objectifs qui y sont énoncés.
C'est l'une des choses que la famille de l'agent Michael Sweet a réclamées après 30 ans de silence.
J'aimerais relater de nouveau l'histoire de Michael Sweet aux députés afin qu'ils puissent comprendre les sentiments qu'éprouvent les membres de cette famille relativement aux changements proposés.
Aux petites heures du matin, le 14 mars 1980, les frères Craig et Jamie Munro se sont introduits dans le restaurant qui s'appelait alors George's Bourbon St. Bistro, au centre-ville de Toronto, pour y commettre un vol.
Tous deux étaient sous l'effet de la drogue et avaient en leur possession des armes à feu. À ce moment, Craig Munro était en liberté surveillée. Il purgeait une peine de pénitencier pour avoir commis une infraction avec une arme à feu.
Les frères ont réuni tous les gens à l'intérieur, en un seul et même endroit, mais l'une des victimes a réussi à s'échapper. Une fois à l'extérieur, elle a hélé un policier qui passait par là dans son auto-patrouille.
L'agent Sweet — avec qui je n'ai aucun lien de parenté, soit dit en passant — a reçu deux balles aussitôt qu'il est entré dans le restaurant. Il avait 30 ans.
Durant 90 minutes par la suite, la police et les frères Munro — qui avaient toujours leurs otages avec eux — sont demeurés campés sur leurs positions.
Ensuite, les policiers ont pris le restaurant d'assaut et ont réussi à capturer les deux frères, sur qui ils ont dû tirer.
Pendant tout ce temps, l'agent Sweet se vidait de son sang. Il n'a jamais perdu conscience. Il a supplié les deux hommes de laisser se rendre à l'hôpital. Il voulait seulement retourner chez lui et retrouver ses trois filles. Il a imploré ses assaillants de lui donner une chance de survivre, mais ils se sont contentés de rire de lui et de le narguer.
Les trois hommes ont ensuite été transportés à l'hôpital. Craig et Jamie se sont entièrement rétablis, mais l'agent Sweet est mort quelques heures plus tard.
Je signale que bon nombre des changements qui se trouvent dans le projet de loi C-479 ont déjà été adoptés par divers pays du Commonwealth, comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni.
Je crois que l'une des responsabilités premières d'un État consiste à protéger ses citoyens. Les délinquants violents commettent des crimes innommables, et les familles en souffrent le reste de leurs jours.
J'espère que ces changements apporteront un tant soit peu de réconfort à mes électeurs et aux milliers d'autres familles canadiennes qui ont subi une telle épreuve, qui ont vu un de leurs proches mourir dans la fleur de l'âge et qui souffrent, jour après jour. La dernière chose dont ces gens ont besoin, c'est de revivre leur calvaire à cause de la manière dont fonctionne notre système de libération conditionnelle.
En terminant, j'aimerais lire quelques témoignages de gens qui ont été victimes de crimes violents.
Voici ce que pense une victime de la prolongation de la période d'examen. L'extrait en question vient du Toronto Star:
Ces familles ont déjà donné. Elles ne devraient pas avoir à revivre les mêmes épreuves tous les deux ans. Personne ne devrait avoir, ne serait-ce qu'une seule fois, à se retrouver en face de celui qui a tué une personne qui lui est chère, à lire le compte rendu de ce qu'il lui a fait subir et à vivre avec le fait qu'elle n'est plus là; alors imaginez deux fois. Nous demandons au gouvernement fédéral de prolonger la période d'examen entre les demandes de libération conditionnelle afin qu'elle soit de cinq ans au lieu de deux.
Elle revient là-dessus un peu plus loin:
Nous demandons au gouvernement fédéral de prolonger [la période d'examen entre les demandes de libération conditionnelle] afin qu'elle soit de cinq ans au lieu de deux.
Voici maintenant un extrait d'un article sur Clifford Olson publié il y a quelques années dans le Province, de Vancouver:
Olson, qui semble, à 70 ans, s'amuser à victimiser de nouveau la famille des personnes qu'il a tuées, est automatiquement admissible, aux deux ans, à la libération conditionnelle, et ce, jusqu'à sa mort.
Selon une dame proche de la victime d'un meurtre commis à Toronto, il est déjà difficile de rédiger la déclaration des victimes sur les répercussions, c'est encore plus frustrant d'avoir à le faire 30 jours d'avance pour que le meurtrier puisse en prendre connaissance, alors que les victimes n'ont pas le droit de savoir d'avance ce que ce dernier entend dire lors de son audience.
Enfin, dans un éditorial paru le 2 mars 2012 dans le journal de ma ville, le Hamilton Spectator, on a déclaré:
La Commission nationale des libérations conditionnelles a une responsabilité envers les victimes d'actes criminels. Pour ces victimes, la commission est pratiquement la seule source de renseignements sur la situation de la personne qui a commis un crime contre elles. Certaines victimes de la région considèrent qu'elles sont mal servies par la commission. Il faut que ça change.
Le projet de loi C-479 donnerait à la Commission nationale des libérations conditionnelles les outils nécessaires pour accomplir cela.
Je suis prêt à discuter avec tous les députés du projet de loi C-479, Loi sur l'équité à l’égard des victimes de délinquants violents.
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2013-05-10 13:32 [p.16673]
Mr. Speaker, I want to thank the hon. member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale for introducing Bill C-479. This bill seems to address many of the recommendations made by the Federal Ombudsman for Victims of Crime.
The hon. member touched on the analysis he had done of his bill before introducing it. When it comes to private members' bills, more so than with government bills, I am always a bit concerned when they are introduced that they may not be consistent with the charter. Mind you, we should also be concerned about the bills introduced by the government, considering its approach to things.
I would like the hon. member to elaborate on the type of research he conducted or the analyses he had done of his bill, specifically with regard to the provision on the cancellation of a parole review hearing if an offender has repeatedly refused to attend previous hearings.
Did he really determine whether this was consistent with the charter, to see if there is a problem on that level? Is the hon. member reasonably sure about that?
Monsieur le Président, je remercie notre collègue d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale de nous avoir présenté le projet de loi C-479. Effectivement, ce projet de loi semble répondre à beaucoup de demandes provenant de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels.
Le député a abordé brièvement la question de l'analyse qu'il a fait faire de son projet de loi avant de le déposer. Quand il s'agit d'un projet de loi d’intérêt privé plutôt que d'un projet de loi émanant du gouvernement, je suis toujours un peu inquiète qu'on ne soit pas convaincu, au moment du dépôt, de la compatibilité du projet de loi avec la Charte, bien qu'on ne le soit pas plus avec ceux émanant du gouvernement, étant donné sa façon de procéder.
Je serais curieuse qu'il nous parle un peu plus du genre de recherches qu'il a menées ou d'analyses qu'il a fait faire relativement à son projet de loi, spécifiquement par rapport à la disposition qui permettra d'annuler des audiences de libération conditionnelle dans le cas de délinquants ayant à plusieurs reprises refusé d'être présents.
A-t-il vraiment fait évaluer cette compatibilité avec la Charte pour voir s'il y avait un problème sur ce plan? Le député se sent-il raisonnablement rassuré vis-à-vis de cette question?
View David Sweet Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, all of us here in Parliament have access to the lawyers who are drafting these bills. I actually tabled a bill in the last Parliament that died on the order paper. We spent the last couple of years making sure that these bills were constitutionally sound, were legally sound and were reasonable, as well.
I believe that the member is talking about the vexatious habit of scheduling them and then cancelling them.
Again, I want to make sure members know that this just gives the Parole Board of Canada discretion. I think there are very good people on the Parole Board of Canada, and they need the tools to have that discretion. Whether it is the case the member asked about or a case of it being within five years, it does not mean that a review will not happen before then. It just means that they have up to five years to schedule such a review. It gives them the discretion. Many of them have great experience, which I have witnessed myself at a Parole Board hearing, and are able to determine what the best course of action is.
Monsieur le Président, nous avons tous, ici présents, accès aux juristes qui rédigent les projets de loi. Au cours de la dernière législature, j'ai présenté un projet de loi qui est mort au Feuilleton. Voilà deux ans que nous travaillons pour faire en sorte que ces projets de loi soient solides aux points de vue constitutionnel et juridique, et qu'ils soient raisonnables également.
La députée a fait référence, je crois, à cette contrariante habitude qui consiste à devoir annuler les audiences prévues.
Encore une fois, je tiens à ce que les députés sachent que le projet de loi vise simplement à donner un pouvoir discrétionnaire à la Commission nationale des libérations conditionnelles. Je suis d'avis que la commission est formée de gens très compétents, qui ont besoin d'outils pour exercer ce pouvoir discrétionnaire. Qu'il s'agisse du genre de situations dont la députée a parlé ou de la tenue d'un examen dans les cinq ans, cela ne signifie pas qu'un examen n'aura pas lieu avant. Ça signifie seulement que la commission a jusqu'à cinq ans pour fixer la date d'un examen. Elle aura ce pouvoir discrétionnaire. Comme j'ai pu le constater à l'une de ses audiences, la commission compte de nombreuses personnes d'expérience, qui sont en mesure de déterminer la meilleure façon de procéder.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2013-05-10 13:35 [p.16674]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for introducing this bill and for being the kind of member of Parliament who stands up for his constituents and does not just talk about it. He really has put action to his words.
I want to follow up on my colleague's question on the issue of offenders cancelling their hearings. Could my colleague address how his bill would deal with that and what the problem has been? I think many Canadians do not know that offenders can cancel their parole hearings on very short notice and that it can have a horrible effect on victims. I wonder if my hon. colleague can explain that situation and why his bill is going to address that.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue d'avoir présenté ce projet de loi. Il ne s'est pas contenté de dire qu'il protégerait les intérêts de ses électeurs. Il a vraiment joint le geste à la parole.
Je veux revenir sur la question de mon collègue concernant les délinquants qui annulent leurs audiences. Mon collègue pourrait-il nous informer de la façon dont le projet de loi aborderait cette question et nous expliquer en quoi consiste le problème? Je pense que de nombreux Canadiens ne savent pas que les délinquants peuvent annuler leur audience de libération conditionnelle à très court préavis et que cela peut avoir un effet horrible sur les victimes. Je me demande si mon collègue peut expliquer la situation et nous dire pourquoi son projet de loi corrigera le problème.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question. I half spoke to the answer.
When a victim is going to go to one of these Parole Board hearings, it is months of getting the emotional fortitude it is going to take to go there. People review their victim impact statements, often with the entire family that was affected. As they get ready to do this, sometimes it is communicated to them that the whole thing has been cancelled, which is another huge emotional trauma for them, only to be scheduled at a later date and cancelled again.
It is painful enough for the victims to have to endure this process. They do this because they have a duty to the victim who was either killed or dealt with violently in some other way. They should not be re-victimized because someone wants to use the system in a way it was never intended to be used. The system is really a rehabilitative process for the convict and for ensuring the security of Canadian citizens.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question. J'y ai plus ou moins répondu.
Quand une victime doit assister à une audience de la Commission des libérations conditionnelles, cela lui prend des mois avant de rassembler le courage dont elle a besoin pour pouvoir s'y rendre. Elle examine sa déclaration, souvent avec l'aide de tous les membres de sa famille qui ont été touchés par le crime. Pendant qu'elle se prépare à l'audience, on l'informe parfois que celle-ci a été annulée, ce qui constitue un autre important traumatisme émotionnel pour elle. Dans certains cas, cette audience est remise à plus tard, puis annulée de nouveau.
Il est assez pénible pour les victimes d'endurer ce processus. Elles le font parce qu'elles ont une obligation à l'égard d'une personne qui a été tuée ou a subi un quelconque acte de violence. Elles ne devraient pas être victimisées de nouveau parce que quelqu'un veut utiliser le système d'une manière dont il n'était jamais censé être utilisé. Le système vise en fait à assurer la réinsertion sociale des condamnés et la sécurité des citoyens canadiens.
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2013-05-10 13:37 [p.16674]
Mr. Speaker, again, I want to thank the hon. member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale for introducing Bill C-479, which the NDP will support at second reading. I must admit that we will support it without much reservation.
Not only does the bill talk about helping victims, but, in practical terms, it will achieve the desired effect. Sometimes in the House, we hear grand speeches, great oratorical rhetoric from the government benches. It gives the public the impression that the government is doing something, when in fact it is not. It does a little bit here and there, but does not necessarily achieve what we are looking for.
That cannot be said about this bill. Of course, we have to take a good look at it, because I rarely write a blank cheque, especially not when it comes to the Conservative government's bills. I would like for us to study the bills in committee, go over them in greater detail, and ensure that we come back to the House at third reading with bills that make sense.
We think it is safe to say that the bill is legal and consistent with the charter and the Constitution. Regardless of the political side of the matter, it achieves the desired effect and even if it does not achieve the desired political effect, it makes sense.
The bill finally truly addresses the issue of victims. Anyone who has practised law and who has been inside Canada's courthouses from coast to coast has noticed some very specific things, above and beyond the money that the justice system costs and the financial burden that many victims face.
According to the government, Bill C-37, with regard to the surcharge, will solve almost all of victims' financial problems. However, when we dig a little deeper, we realize that, once again, this is only a drop in the bucket when it comes to what victims need. What do victims tell us on a regular basis? What does the Federal Ombudsman for Victims of Crime tell us? What recommendations did she make at the time?
In her 2010 report, among others, she recommended that the federal government shift the burden of responsibility to provide information to victims under the Corrections and Conditional Release Act from victims to the Correctional Service of Canada and the National Parole Board.
The member opposite's bill addresses part of that recommendation. It responds to the recommendation to give victims the right to attend National Parole Board hearings through the use of available technologies such as video conferencing.
It also responds to the recommendation to take into account the needs of victims when it comes to the timing, frequency and scheduling of parole hearings. However, these are not the only things that the ombudsman asked the federal government to do.
The Minister of Justice is on a tour of Canada to try to talk to victims. I thought that he had done this quite awhile ago and that he had a good idea of victims' needs. I can give him some suggestions that could be included in a possible charter.
Clearly, this type of bill could set out fundamental principles that show the respect that Canadians and the Government of Canada have for victims' needs, including during court cases and trials.
The problems are not limited to parole. They are sometimes related to the trials themselves, which can often seem to go on forever. We can implement all the measures we like under Bill C-479, Bill C-489 or any other bill, but if we do not resolve the problems related to accessing justice and awaiting trial, then victims will remain victims for a long time yet.
Not only are they victimized during sentencing and at parole hearings, for instance, but they are also victimized in the very process of reaching a verdict. This is a fundamental problem.
Often they are not even fully aware of what is going on. Sentences are negotiated between Crown attorneys and defence lawyers. Victims—who may have been summoned three, four, five or even 10 times during some exceptionally long trials—could find themselves back at square one. On top of that, they are told they have to appear before the parole board, which also takes time, and they are asked to stand in front of the person who victimized them. Thus, they are victimized all over again.
With government bills, whether they come from the back benches, the government itself or the Senate, a piecemeal approach is often taken, when a comprehensive approach is required. It always breaks my heart a little, because I have so much respect for our justice system. I also have a very hard time seeing how the public perceives its judicial system. Yes, it definitely has some flaws, but we are trying to correct them. Basically, every time we correct just one little thing, we open up a new Pandora's box and create imbalances. That is the problem.
In the context of Bill C-479, I do not think it is unreasonable to ask my colleague to clarify these changes, like the one to revisit parole reviews for offenders serving a sentence of less than two years.
We need to keep in mind that these are vile offences, as he said. When it comes to violent offences, some victims and their families may prefer not to attend parole hearings. Some victims, for example rape victims, should not be called to appear at all, not even through videoconference. Some of them need to completely close themselves off from that part of their lives. We need to be very respectful of that, while giving those who want to speak the opportunity to do so, since that is what some people need. They want to face their aggressor. For them, it is a way to get over the events of their past.
There is so much we can do to support victims if we really want to and if we go beyond talking. I believe that words revictimize these people, because words seem to promise solutions to their problems. In the end, however, five or 10 years later, they will realize that nothing has changed.
As for the surcharges suggested in the bill, they are peanuts. They will only add a few tens of millions of dollars to our coffers. Let us look at the numbers. I did not come up with them; Senator Boisvenu did. He enjoys showing up everywhere to remind us of these numbers, and rightly so.
In 2003 alone, crime cost $70 billion. Victims assumed 70% of the cost of crime, or $47 billion.
Professor Irvin Waller appeared before the committee when we were studying Bill C-37, which the government bragged about at length as the solution, the way to do the right thing for victims. The government set aside about $16 million in the budget for victims.
Professor Waller said that it did not mean much. The government should work with the provinces and fund a study on the remaining gaps between services and needs. All these things have been recommended. All the government has to do is decide to act.
I think victims deserve a little more respect from their government. The government should move from words to action. It should do more than just pretend and hold press conferences for the fun of it. We need to try to find lasting solutions that get to the heart of the issue of justice system accessibility, first and foremost. We need to ensure that trials take place much more quickly than they are now.
Some provinces, including Alberta, think the answer is more judges. Let us make that happen. We need to, if we believe in a system of justice, law and order that works and that respects victims.
I thank my colleague opposite for his bill. The NDP will study it carefully in committee, and we will be proud to support it at second reading.
Monsieur le Président, encore une fois, je remercie le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale d'avoir déposé le projet de loi C-479, que le NPD appuiera à l'étape de la deuxième lecture. Je dois avouer que nous l'appuierons sans trop de réserves.
Le projet de loi ne parle pas seulement d'aider les victimes; il aura, sur le plan pratique, l'effet escompté. Parfois, à la Chambre, on entend de grands discours, de grandes envolées oratoires de la part des banquettes gouvernementales. Cela donne au public l'impression qu'on fait quelque chose, alors que dans le fond, on ne le fait pas réellement. Ça aide plus ou moins ou ça ne remplit pas nécessairement les objectifs que l'on recherche.
On peut en dire autrement du projet de loi. Il faudra évidemment l'analyser, car je donne rarement un chèque en blanc, surtout pas au gouvernement conservateur, par rapport à ses projets de loi. J'aime bien qu'on puisse analyser les projets de loi en comité, les étudier sous toutes leurs coutures et s'assurer qu'on retourne à la Chambre, pour l'étape du rapport et de la troisième lecture, des projets de loi qui se tiennent.
On est à l'aise de dire que le projet de loi est légal et conforme à la Charte et à la Constitution. Peu importe le côté politique de la chose, il atteint les fins escomptées, et même s'il n'atteint pas les fins escomptées sur le plan politique, il se tient quand même.
Le projet de loi se penche enfin réellement sur le problème des victimes. Quiconque a pratiqué le droit et est allé dans les palais de justice canadiens, d'un océan à l'autre, a remarqué certains facteurs bien précis, au-delà de l'argent que coûte le système judiciaire et du fardeau monétaire auquel ont fait face beaucoup de victimes.
Selon les dires du gouvernement, le projet de loi C-37, concernant la suramende, réglerait à peu près tous les problèmes financiers des victimes. Or, quand on gratte, on réalise que ce n'est encore qu'une petite goutte dans une marre de besoins. Qu'est-ce que les victimes nous disent régulièrement? Qu'est-ce que l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels nous dit? Quelles recommandations a-t-elle faites à l'époque?
Dans son rapport de 2010, entre autres, elle a recommandé au gouvernement fédéral de transférer le fardeau de la responsabilité de l'information destinée aux victimes en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, de sorte qu'il passe des victimes au Service correctionnel du Canada et à la Commission nationale des libérations conditionnelles.
Le projet de loi du député d'en face rejoint une partie de cette recommandation. Il répond à la recommandation de donner aux victimes le droit d'assister aux audiences de la Commission nationale des libérations conditionnelles au moyen des technologies disponibles comme la vidéoconférence.
Il répond également à celle de prendre en compte les besoins des victimes dans le choix du moment, de la fréquence et de l'établissement du calendrier des audiences de libérations conditionnelles. Par contre, ce ne sont pas les seules choses que l'ombudsman a demandé au gouvernement fédéral.
Le ministre de la Justice effectue une tournée partout au pays pour tenter de discuter avec les victimes. Je pensais qu'il le faisait déjà depuis assez longtemps et qu'il avait une bonne idée des besoins des victimes. Je peux lui donner des suggestions qui pourraient faire partie d'une charte éventuelle.
Évidemment, ce genre de projet de loi pourrait constituer des principes de base fondamentaux qui démontrent le respect que les Canadiens et le gouvernement canadien ont envers les besoins des victimes, entre autres, lorsqu'on est devant les tribunaux et qu'il y a des procès.
Les problèmes ne se limitent pas aux libérations conditionnelles. Ils concernent parfois l'audition des procès eux-mêmes, qui peuvent durer une éternité. On peut bien prendre toutes les mesures qu'on voudra, en vertu du projet de loi C-479 ou de tout autre projet de loi, comme le projet de loi  C-489, si on ne règle pas les problèmes d'accessibilité à la justice et d'attente de procès, les victimes vont demeurer des victimes encore longtemps.
Non seulement sont-elles victimisées au moment des sentences et des audiences de libération conditionnelle et autres, elles sont victimisées dans le processus même d'en arriver à un verdict. C'est un problème fondamental.
Souvent, elles ne sont même pas au courant de ce qui se passe. Les sentences se négocient entre procureurs de la Couronne et avocats de la défense. La victime, qu'on a peut-être convoquée trois, quatre, cinq ou même dix fois à certains procès parfois extraordinairement longs, se retrouve Gros-Jean comme devant. En plus, on lui dit qu'elle doit se présenter devant le système des libérations conditionnelles, que cela prendra du temps et on lui demande de revenir devant la personne qui l'a victimisée. Elle se sent ainsi victime à nouveau.
Que les projets de loi du gouvernement proviennent des banquettes arrières, du gouvernement lui-même ou du Sénat, ils manquent souvent de vue d'ensemble, en ce sens qu'ils corrigent les choses à la pièce. Cela me crève toujours un peu le coeur, car j'ai un grand respect pour notre système de justice. J'ai aussi beaucoup de peine de voir comment le public perçoit son système judiciaire. Certes, il comporte des lacunes, mais nous tentons de les corriger. Au fond, chaque fois qu'on corrige à la pièce, on ouvre de nouvelles boîtes de Pandore et on crée certains déséquilibres. Voilà le problème.
Dans le cas du projet de loi C-479, je pense que ce n'est pas déraisonnable de demander à mon collègue de préciser ces changements, comme celui de revoir l'examen en vue de la libération conditionnelle des délinquants qui purgent une peine d'emprisonnement d'au moins deux ans.
Il faut bien comprendre qu'il s'agit, comme il le disait si bien, d'infractions assez viles. Quand une infraction s'accompagne de violence, ce ne sont pas toutes les victimes ou les membres de la famille qui veulent être présentes lors des audiences de libération conditionnelle. Dans certains cas, il ne faudrait absolument pas les convoquer, même par vidéoconférence, notamment dans le contexte d'un viol. Certains ont besoin de se fermer complètement à cette période de leur vie. Il faut être très respectueux de cela, mais donner aussi la possibilité à ceux qui veulent s'exprimer de le faire. Pour d'autres, c'est le contraire. Ils veulent faire face à leur agresseur parce que cela fait partie de leur façon de se libérer de ce passé.
On peut faire tant de choses pour les victimes, si on est simplement sérieux à leur égard et si on va au-delà des mots. À mon avis, les mots victimisent à nouveau ces personnes parce qu'on leur fait miroiter le fait que certaines situations vont régler leur problème. Au bout du compte, cinq ou dix ans plus tard, elles constateront que rien n'a changé.
Pour ce qui est de la suramende dans le projet de loi, ce sont des pinottes. Il s'agit d'un ajout de quelques dizaines de millions de dollars dans les coffres. Considérons les chiffres. Ce n'est pas moi qui les affiche, c'est le sénateur Boisvenu. Ce dernier s'amuse à se présenter partout pour les présenter, et il a raison!
En 2003 seulement, la criminalité a coûté 70 milliards de dollars. Une somme de 47 milliards de dollars a été assumée par les victimes, ce qui représente 70 % des coûts de la criminalité.
Le professeur Irvin Waller était au comité lorsqu'on analysait le projet de loi C-37 qui, pourtant, était vanté en long et en large par le gouvernement, qui disait que c'était la solution, la façon de faire pour le respect envers les victimes. Dans le budget, le gouvernement réserve une somme de 16 millions de dollars, ou à peu près, aux victimes.
Ce professeur disait que cela ne représentait pas grand-chose. Le gouvernement devrait financer une étude sur les écarts qui demeurent entre les services et les besoins en collaboration avec les provinces. Tout cela fait partie des recommandations émises. Il s'agit simplement de décider d'agir.
Je pense que les victimes méritent un peu plus de respect de la part de leur gouvernement. Il faut aller au-delà des mots. Il ne faut pas simplement faire semblant et tenir des conférences de presse pour le plaisir d'en tenir. Il faut tenter de trouver en priorité des solutions durables qui touchent le coeur du problème de l'accessibilité de la justice. Il faut s'assurer que les procès se déroulent à un rythme beaucoup plus rapide que ce que l'on voit actuellement.
Si cela veut dire plus de juges, comme le demandent certaines provinces, dont l'Alberta, qu'on le fasse! Il le faut si on croit en un système de justice de loi et d'ordre qui se tient et qui respecte les victimes.
Je remercie le député d'en face de son projet de loi. Au NPD, nous allons l'étudier attentivement en comité et nous serons fiers de voter en faveur de ce projet de loi en deuxième lecture.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
View Francis Scarpaleggia Profile
2013-05-10 13:47 [p.16675]
Mr. Speaker, as a rule we must analyze legislation such as Bill C-479 through the prism of the important overriding objective of ensuring the long-term public safety of Canadian society, and that means being smart about crime. We must also measure such legislation against the criterion of whether it harms or helps victims or, if neutral, whether more could be done to support victims.
It is worth mentioning, and it has been mentioned before in the debate today, that private members' bills do not obtain charter scrutiny as do bills that originate in the Department of Justice; although doubts have recently been planted that even government bills may not be benefiting from rigorous vetting through the prism of adherence to charter principles.
Liberals support sending Bill C-479 to committee precisely to better understand how it meets the above criteria.
Bill C-479 would make changes to specific aspects of the conditional release system in Canada. However, first it might be wise to briefly enumerate the kinds of conditional release available in this country. They are escorted and unescorted temporary absences, day parole, full parole and statutory release with supervision.
The bill deals more specifically with full parole for violent offenders, namely, for crimes cited under schedule 1 of the Criminal Code. In Canada, once an offender has served one-third of his or her sentence or seven years, whichever is less, he or she becomes eligible to apply for parole. Generally the offender's parole request is considered at a parole hearing before the Parole Board of Canada.
The bill, as I understand it, would not change the modalities and rules governing the initial parole request but rather the consequences that flow from being denied parole, which itself is seen as an indicator that the offender has not made progress toward rehabilitation.
Currently, as I understand the system, an offender, even after being denied parole, can reapply for parole on an annual basis. However, the Parole Board is not obliged upon review of the case to grant the hearing for as long as two years after the initial parole refusal.
The goal of the bill is to spare victims and their families the nightmare of attending repeated parole hearings. It is no secret that there are offenders who definitely are not on the road to rehabilitation but who wish to trigger repeated parole hearings for no other reason than to torment victims. I believe it is at these types of offenders that the bill is aimed.
Offenders serving time for schedule 1 offences, the most serious and often violent offences, whose parole is refused because they are not progressing under their rehabilitation plan would no longer automatically be eligible for a hearing two years after their initial parole refusal, as at present; rather, under the bill, the Parole Board of Canada would be permitted to deny a hearing for as long as five years after the offender was initially denied parole, even if he or she applied annually.
The bill attempts to clarify and reinforce victims' rights in other ways. I understand the member has developed the bill as a result of attending a parole hearing for an offender who was serving a sentence for multiple murders. This must have been a life-changing experience for the member, and there are no doubt elements of the bill rooted in the wisdom gained from that experience.
Bill C-479 would codify a number of existing practices that assist victims in various ways. Bill C-479 adds a declaration that every effort must be made to allow victims or victims' families to attend parole hearings. Currently the Corrections and Conditional Release Act does not contain a provision dealing with attendance by victims; they have to apply. However, I should mention that they are rarely, if ever, refused attendance at a hearing, as far as I understand.
Bill C-479 would also allow victims or their families to view a hearing via a one-way closed circuit connection, should they not be permitted to attend or they would prefer viewing from a distance where they would not need to be in the same room as the offender. Currently in a parole hearing victims may present a statement describing the harm done to them or loss suffered by them as a result of the offence, although this is not a right in law, as I understand it.
If they are not in attendance, the statement may be presented by way of audiotape or videotape, accompanied by a written copy of the statement. The bill seeks to entrench the consideration of victim impact statements in the Corrections and Conditional Release Act. The bill would also allow the victim impact statement to be submitted in writing only, rather than the current prescribed formats of videotape or audiotape accompanied by a written statement.
The bill would also give victims the legislated right to access certain information about the offender. As I understand it, victims would be able to register to receive information automatically. Certain on-request information would be automatically provided if the bill is passed, such as the conditions attached to the conditional release. Also, the information that victims could request would include information relating to the offender's treatment plan and progress toward the plan's objective.
Finally, it would be mandatory for the victim or family to be notified at least 14 days in advance of their offender receiving any form of conditional release, as well as being informed of the offender's destination upon release.
This bill appears to have many positive aspects, and I look forward, as do my other colleagues no doubt, to examining the bill in committee and also to examining the way the parole system works. It is very complicated, complex and technical. This would be an opportunity to better understand that system and to understand how it could be made fairer for victims. It looks like this bill would go a long way toward that.
Monsieur le Président, en règle générale, lorsque nous étudions des mesures législatives telles que le projet loi C-479, il faut tenir compte du principe fondamental qu'est la protection de la sécurité nationale à long terme de la société canadienne; autrement dit, il faut aborder la question du crime de façon intelligente. Il faut l'examiner en fonction du critère suivant: la mesure nuit-elle ou aide-t-elle les victimes? Et si elle n'a pas d'incidence, il faut se demander si on pourrait en faire davantage pour appuyer les victimes.
Il convient de souligner, et des députés en ont déjà parlé aujourd'hui, que les projets de loi d'initiative parlementaire ne sont pas examinés pour établir s'ils respectent la Charte, contrairement à ceux qui sont issus du ministère de la Justice, bien que d'aucuns aient prétendu dernièrement que même les projets de loi gouvernementaux ne sont pas examinés avec rigueur pour déterminer s'ils respectent les principes établis dans la Charte.
Les libéraux appuient le renvoi du projet de loi C-479 au comité parce que nous voulons justement que cette mesure législative soit étudiée au regard de ces critères.
Le projet de loi C-479 modifierait des éléments précis du régime canadien de libération conditionnelle. Il serait par contre peut-être judicieux de commencer par énumérer les types de libération conditionnelle qui peuvent être accordés au Canada. Il y a la permission de sortir avec ou sans surveillance, la semi-liberté, la libération conditionnelle totale et la libération d'office avec surveillance.
Le projet de loi porte plus précisément sur la libération conditionnelle totale des délinquants violents, soient ceux qui ont été déclarés coupables d'une infraction figurant à l'annexe 1 du Code criminel. Au Canada, lorsqu'un délinquant a purgé le tiers de sa peine, ou jusqu'à concurrence de sept ans d'emprisonnement, il peut demander une libération conditionnelle. La demande est d'ordinaire examinée lors d'une audience devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
Selon ce que j'ai compris, le projet de loi ne modifierait pas les règles visant la première demande de libération conditionnelle, mais plutôt les conséquences qui découlent du rejet de cette demande, ce qui est en soi considéré comme un signe que le délinquant n'a pas progressé sur la voie de la réadaptation.
À l'heure actuelle, selon ma compréhension du régime, même si le délinquant a déjà été débouté, il peut redemander une libération conditionnelle chaque année. Cependant, dans les deux ans suivant le rejet de la première demande, la Commission des libérations conditionnelles, après examen du dossier, n'est pas obligée de tenir une audience.
Le projet de loi veut éviter aux victimes et à leurs proches d'être obligés d'assister à de nombreuses audiences de libération conditionnelle, ce qui serait un cauchemar. Ce n'est un secret pour personne que certains délinquants qui sont à des lieues de la réadaptation souhaitent participer à de nombreuses audiences de libération conditionnelle simplement pour faire souffrir les victimes. Je crois que le projet de loi vise ces délinquants en particulier.
En vertu du projet de loi, les contrevenants purgeant une peine d'emprisonnement pour une infraction figurant à l'annexe 1 du Code criminel, c'est-à-dire les infractions les plus graves souvent accompagnées de violence, qui voient leur demande de libération conditionnelle rejetée faute de progrès dans leur plan de réhabilitation ne seraient plus automatiquement admissibles à une autre audience de libération conditionnelle deux ans plus tard, comme c'est le cas actuellement. En vertu du projet de loi, la Commission des libérations conditionnelles du Canada aurait le pouvoir de ne pas leur accorder une autre audience avant une période pouvant aller jusqu'à 5 ans à la suite du rejet initial, même s'ils en font la demande chaque année.
Le projet de loi tente de clarifier et de renforcer d'une autre façon les droits de la victime. Je crois comprendre que ce qui a inspiré le député à présenter le projet de loi est une audience de libération conditionnelle à laquelle il a assisté concernant un contrevenant qui purgeait une peine d'emprisonnement pour meurtres multiples. L'expérience a sans doute profondément marqué le député, et je suis convaincu que des éléments du projet de loi sont fondés sur les connaissances qu'il en a tirées.
Le projet de loi C-479 codifierait un certain nombre de pratiques existantes qui aident les victimes de diverses façons. Il ajoute une déclaration selon laquelle tous les efforts doivent être déployés pour permettre aux victimes ou à la famille des victimes d'assister aux audiences de libération conditionnelle. À l'heure actuelle, la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition ne compte aucune disposition portant sur la présence des victimes; ces dernières doivent en fait en faire la demande. Cela dit, je dois préciser qu'à ma connaissance, bien peu de demandes en ce sens, voire aucune, sont rejetées.
Le projet de loi C-479 permettrait également aux victimes ou à la famille des victimes d'observer le déroulement de l'audience par transmission vidéo unidirectionnelle en circuit fermé advenant qu'elles ne soient pas autorisées à y assister ou qu'elles préfèrent l'observer à distance pour éviter de se trouver dans la même pièce que le contrevenant. À l'heure actuelle, lors d'une audience de libération conditionnelle, les victimes peuvent présenter une déclaration décrivant les préjudices qui leurs ont été infligés ou les pertes qu'elles ont subies par suite de l'infraction commise, bien que, si je comprends bien, il ne s'agisse pas d'un droit inscrit dans la loi.
Lorsqu'elles n'assistent pas aux audiences, elles peuvent actuellement soumettre un enregistrement audio ou vidéo de leur déclaration accompagné d'une version écrite. Le projet de loi ferait en sorte que la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition exige qu'on tienne compte des déclarations des victimes. Le projet de loi permettrait aussi aux victimes de soumettre leur déclaration uniquement par écrit, au lieu de présenter un enregistrement audio ou vidéo accompagné d'une version écrite, comme on l'exige actuellement.
Le projet de loi permettrait aussi aux victimes d'avoir accès, aux termes de la loi, à certains renseignements sur le délinquant. Si j'ai bien compris, les victimes pourraient demander de recevoir automatiquement de l'information. Si le projet de loi était adopté, certains renseignements accessibles sur demande, par exemple les conditions devant être remplies pour obtenir la mise en liberté sous condition, leur seraient automatiquement communiqués. Parmi les renseignements demandés, on leur communiquerait aussi de l'information sur le plan de traitement du délinquant et les progrès réalisés.
Enfin, il serait obligatoire d'aviser la victime ou la famille, au moins 14 jours à l'avance, que le délinquant a obtenu une forme quelconque de mise en liberté sous condition, et de l'informer de l'endroit où il se trouvera.
Le projet de loi semble avoir beaucoup d'aspects positifs. Je suis impatient, comme le sont sûrement aussi mes collègues, d'examiner le projet de loi au comité et d'étudier le fonctionnement du système de libération conditionnelle, qui est très complexe et technique. Le projet de loi nous donnera l'occasion de mieux comprendre ce système et de mieux voir comment on pourrait l'améliorer pour qu'il tienne davantage compte des victimes. Il semble que le projet de loi y contribuera grandement.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2013-05-10 13:54 [p.16676]
Mr. Speaker, I welcome the opportunity today to rise and speak in support of private member's Bill C-479, which was brought forward by my colleague, the member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale.
I want to thank and commend my colleague for his strong commitment to placing the needs, rights and interests of victims ahead of criminals and for introducing this bill that would further strengthen victims' rights in this country. The bill includes measures that are in keeping with our government's strong commitment to support victims of crime and ensure that they have a strong voice in the justice system.
While we have made some very good progress over the past seven years to meet these commitments, we know that more work needs to be done. That is why the Minister of Justice and Attorney General of Canada recently outlined the next phase of the Government of Canada's plan for safe streets and communities.
Through this plan, our government will take further action in the following areas:
We will tackle crime by holding offenders accountable for their actions. This includes bringing forward legislation to further toughen penalties for child sexual offences and to better understand the risks posed by known child sex offenders.
As well, we have introduced Bill C-54, not criminally responsible reform act, which would better protect the public from accused persons who have been found not criminally responsible on account of mental disorder. Such legislation would ensure that public safety is the paramount consideration in these cases.
We also moved ahead with further measures to enhance the rights of victims by introducing legislation to implement a victims' bill of rights. This legislation would serve to further enhance the government's commitment to victims of crime by entrenching their rights into law at the federal level.
I want to again thank my colleague, because he mentioned this important piece. It is one thing to talk about victims' rights, but they need to be enshrined in federal law. My colleague's bill will move forward on this as will what our government is doing to support victims of crime.
Finally, we will increase the efficiency of our justice system by looking at measures to make our justice system more efficient through the “Economics of Policing” study.
Members may recall that the hon. member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale introduced a similar bill in 2011. He has been very committed to this cause and continues to be.
Since 2011, we have passed into law the Safe Streets and Communities Act, which included these important measures to enhance the participation of victims in the justice system and to increase offender accountability. As such, Bill C-479 proposes some important changes to the Corrections and Conditional Release Act, also known as the CCRA.
I will now look at how Bill C-479 would amend the CCRA. First, private member's Bill C-479 proposes to extend mandatory review periods for parole. For example, if a violent offender is denied parole, the Parole Board of Canada would then be obligated to review the case within five years rather than the current two years. Again, we have heard today the impact that would have on victims. Rather than having to come back every two years and relive the horror and tragedy of what they or their families went through, the bill would extend that period to five years.
The bill also proposes to hold detention reviews every two years rather than annually. Again, this considers the rights and interests of victims and what they go through when they are unfortunately re-victimized every time they have to go through this. This would not only affect offenders who are not ready to be released into the community at their statutory release date, at two-thirds of the sentence, but would also put victims' interests into the equation.
The second set of changes to the CCRA proposed in Bill C-479 relates to the attendance of victims and members of their families at parole review hearings.
There is no magic formula for healing from the traumatic experience of violent crime. There is no single set of counselling, time or things that can happen after one is victimized. There is no magic formula that can fix the pain and tragedy victims have gone through. Each victim, each family member, is affected differently and will cope in a unique way. With this in mind, Bill C-479 proposes to give more weight to the needs of victims in the justice system.
Specifically, Bill C-479 proposes that if victims are denied the opportunity to observe the hearings in person, they could follow the hearings by teleconference or one-way closed-circuit feed, again another way that the government and the Parole Board could show victims that their voices matter. Currently, there can be distance and time and it can be very difficult for victims to attend hearings, yet they want to see it or be a part of it. This bill would give them the opportunity to follow hearings by teleconference or one-way closed-circuit feed.
The bill would provide useful tools. However, we need to strike a balance between theory and practice. Therefore, there are some minor amendments to make it easier to implement this and we expect amendments would be required for this part of the bill.
Currently, the Corrections and Conditional Release Act gives victims the right to certain basic information about offenders and criminals. At the same time, it gives the Parole Board of Canada and Correctional Service Canada discretion to provide additional information if the interests of the victims clearly outweigh the privacy concerns for the offenders.
Bill C-479 proposes to expand the rights of victims ahead of the rights of criminals in order for information to be shared about offenders. Specifically, it would make the release of certain information mandatory rather than discretionary. This information would include the date, if any, when an offender would be released on either unescorted or escorted temporary absences. As well, a victim would be informed of any of the conditions attached to an offender's unescorted temporary absence, parole or statutory release and the reasons for any unescorted temporary absences. In addition, a victim would be informed of the destination of an offender when released on unescorted temporary absence or parole or statutory release. Again, one would assume this has already taken place, but it has not, and those are some of the provisions that the bill would provide.
Obviously, it is important for victims to have all this information well in advance of an offender's temporary release. Bill C-479 proposes that the chairperson of the Parole Board of Canada discloses this information at least 14 days before an offender is released. The bill would further provide victims with information about offenders' correctional plans, including progress toward meeting their objectives and providing transcripts of parole hearings, if they are produced. Should the bill be referred to committee, we would again seek to move certain amendments to ensure that any necessary public safety safeguards would be in place for the sharing of this information.
Again, I would like to commend my colleague for his strong commitment to victims and for introducing this bill to further strengthen the rights of victims. The changes proposed in Bill C-479 bring greater fairness to the justice system for victims. This is in keeping with our government's commitments and I am proud to indicate that we will be supporting this important legislation.
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-479, mesure d'initiative parlementaire présentée par mon collègue, le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale.
Je remercie et je félicite mon collègue de s'engager fermement à faire passer les besoins, les droits et les intérêts des victimes avant ceux des criminels et d'avoir présenté ce projet de loi qui renforcerait davantage les droits des victimes au Canada. Le projet de loi propose des mesures qui vont dans le sens de l'engagement solide du gouvernement d'aider les victimes d'actes criminels et de veiller à ce qu'elles puissent se faire entendre dans le système de justice pénale.
Même si nous avons fait beaucoup de progrès au cours des sept dernières années pour respecter ces engagements, nous savons qu'il reste du travail à faire. C'est pourquoi le ministre de la Justice et procureur général du Canada a récemment présenté la prochaine étape du plan du gouvernement du Canada pour la sécurité des rues et des communautés.
Dans le cadre de ce plan, le gouvernement prendra d'autres mesures dans les domaines suivants:
Nous allons lutter contre la criminalité en obligeant les délinquants à assumer la responsabilité de leurs crimes. Entre autres, le gouvernement entend proposer une loi pour durcir davantage les peines imposées aux auteurs d'infractions d'ordre sexuel contre les enfants et mieux comprendre les risques que posent les pédophiles connus.
En outre, nous avons présenté le projet de loi C-54, Loi sur la réforme de la non-responsabilité criminelle, lequel protégerait mieux le public contre les accusés déclarés non criminellement responsables pour cause de troubles mentaux. Une telle mesure législative garantirait que la sécurité du public est le critère prépondérant dans ces cas.
Nous avons également pris des mesures pour renforcer les droits des victimes en présentant un projet de loi visant à adopter une déclaration des droits des victimes. Cette mesure législative renforcerait l'engagement du gouvernement à l'égard des victimes d'actes criminels en inscrivant leurs droits dans la législation fédérale.
Je tiens encore une fois à remercier mon collègue, car il a mentionné cette importante mesure législative. C'est une chose de parler des droits des victimes, mais ils doivent être inscrits dans la législation fédérale. Le projet de loi de mon collègue fait avancer ce dossier, à l'instar des mesures prises par le gouvernement pour aider les victimes d'actes criminels.
En terminant, nous allons accroître l'efficacité de notre système de justice en examinant des mesures permettant de donner suite à l'étude sur les paramètres économiques des services de police.
Les députés se rappelleront peut-être que le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale avait présenté un projet de loi similaire en 2011. C'est une cause qui continue de lui tenir très à coeur.
Depuis 2011, nous avons adopté la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, qui comporte d'importantes mesures visant à accroître la participation des victimes au système de justice et la responsabilité des délinquants. Le projet de loi C-479, quant à lui, propose d'importantes modifications à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.
Voyons un peu comment le projet de loi C-479 modifiera la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. Le projet de loi prévoit la prolongation des périodes d'examen obligatoire en vue de la libération conditionnelle. Ainsi, si la libération conditionnelle est refusée à un délinquant violent, la Commission des libérations conditionnelles du Canada aura un délai de cinq ans, et non plus de deux, pour examiner le cas. On nous a parlé aujourd'hui de l'incidence que cela aura sur les victimes. Au lieu de devoir se présenter devant la commission tous les deux ans pour revivre l'horreur de la tragédie qu'elles et leur famille ont vécue, les victimes n'auront à le faire qu'au bout de cinq ans.
Le projet de loi propose également de procéder à l'examen des motifs de la détention aux deux ans et non pas chaque année. Cette disposition tient compte des droits et des intérêts des victimes et de ce qu'elles ont à endurer en devenant malheureusement de nouveau victimes chaque fois qu'il leur faut passer par ce processus. Cette disposition ne touchera pas uniquement les délinquants qui ne sont pas prêts à être remis en liberté à la date de leur libération d'office, lorsqu'ils ont purgé les deux tiers de leur peine, mais fera également entrer en ligne de compte l'intérêt des victimes.
La deuxième série de modifications à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition contenues dans le projet de loi C-479 concerne la présence des victimes et des membres de leur famille aux audiences de libération conditionnelle.
Il n'existe pas de remède miracle pour guérir de l'expérience traumatisante d'un crime violent. Les victimes ne suivent pas toutes le même cheminement dans le temps et ne peuvent toutes être conseillées de la même manière, selon le même moule. Aucune formule magique ne peut mettre fin à la douleur et faire oublier aux victimes leur sort tragique. Chaque victime et chaque membre de sa famille sont affectés différemment et traverseront l'épreuve à leur manière. Cela dit, le projet de loi C-479 nous propose d'accorder davantage d'importance aux besoins des victimes dans le système judiciaire.
Le projet de loi C-479 prévoit que toute victime se voyant refuser l'accès en personne à une audience pourrait y assister par téléconférence ou par transmission vidéo unidirectionnelle en circuit fermé, ce qui serait un moyen additionnel pour le gouvernement et la Commission nationale des libérations conditionnelles de montrer aux victimes que leurs voix importent. Actuellement, en raison de la distance à parcourir et des contraintes de temps, il peut être très difficile pour les victimes d'assister aux audiences même lorsqu'elles souhaiteraient y assister ou y prendre part. Ce projet de loi leur donnerait la possibilité de suivre les audiences par téléconférence ou par transmission vidéo unidirectionnelle en circuit fermé.
Le projet de loi prévoit des outils valables. Toutefois, nous devons trouver le juste équilibre entre la théorie et la pratique. C'est pourquoi nous pensons qu'il serait nécessaire d'apporter quelques amendements mineurs au projet de loi pour en faciliter la mise en oeuvre.
Actuellement, la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition permet aux victimes d'obtenir certains renseignements de base sur les délinquants. Elle permet aussi à la Commission nationale des libérations conditionnelles et au Service correctionnel du Canada de fournir de l'information additionnelle à une victime lorsque son intérêt justifie nettement une violation du droit à la vie privée du délinquant.
Le projet de loi C-479 ferait passer les droits des victimes avant ceux des criminels de sorte qu'il soit possible de communiquer de l'information sur les délinquants. Il rendrait notamment obligatoire la divulgation pour l'instant facultative de certains renseignements sur les délinquants, dont la date éventuelle des permissions de sortir avec ou sans escorte. De plus, la victime serait informée des conditions dont est assortie la permission de sortir sans escorte et des raisons de celle-ci, ainsi que des conditions de la libération conditionnelle ou d’office. La victime serait également informée de la destination du délinquant lors de sa mise en liberté provisoire. Encore une fois, on pourrait croire que tout cela se fait déjà, mais ce n'est pas le cas, et le projet de loi vise à corriger cette situation.
Il est bien entendu important que les victimes disposent de cette information bien avant la remise en liberté provisoire d'un délinquant. Le projet de loi C-479 propose que le président de la Commission nationale des libérations conditionnelles communique ces renseignements au moins 14 jours avant la libération du délinquant. De plus, le projet de loi prévoit qu'on transmette aux victimes les données concernant le plan correctionnel du délinquant, notamment les progrès accomplis par celui-ci en vue d’en atteindre les objectifs, ainsi que la transcription des audiences de libération conditionnelle, le cas échéant. Si le projet de loi est renvoyé au comité, nous chercherons à faire adopter certains amendements afin que cette communication d'information soit assortie de toutes les garanties pour la sécurité du public.
J'aimerais à nouveau féliciter mon collègue de son engagement ferme à l'égard des victimes et d'avoir présenté ce projet de loi visant à renforcer leurs droits. Les modifications proposées dans le projet de loi C-479 permettront de rendre le système de justice plus équitable pour les victimes. De plus, elles s'inscrivent dans la foulée des engagements pris par le gouvernement. Je suis donc fière d'annoncer que nous allons appuyer cette importante mesure législative.
View Pierre Jacob Profile
NDP (QC)
View Pierre Jacob Profile
2013-05-10 14:03 [p.16678]
Mr. Speaker, I am pleased to speak to Bill C-479, introduced by the member opposite. The NDP stands behind initiatives that promote fairness for victims of crime, as well as their families and their communities, which are often collateral victims.
We will study this bill at length in committee to ensure that it meets their needs.
This bill amends Part II of the Corrections and Conditional Release Act. Bill C-479 seems to respond to some of the recommendations that the Federal Ombudsman for Victims of Crime made in 2010.
In her report, the ombudsman suggests that we adopt some of the principles set out in the Youth Criminal Justice Act. The Declaration of Principle in the YCJA states that:
3(1)(d)(ii) victims should be treated with courtesy, compassion and respect for their dignity and privacy and should suffer the minimum degree of inconvenience as a result of their involvement with the youth criminal justice system,
(iii) victims should be provided with information about the proceedings and given an opportunity to participate and be heard,
The ombudsman found that the Corrections and Conditional Release Act must reflect the same principles. It remains to be seen, during our study in committee, whether Bill C-479 makes this law consistent with these principles in an effective and balanced manner.
The Corrections and Conditional Release Act was enacted in 1992. It was the first federal statute governing corrections and conditional release that officially recognized the victims. Bill C-479 seems to respond to two things the ombudsman considered.
I would like to address the first aspect of the question. In her report, the ombudsman pointed out that victims do not automatically receive information on offenders during the release process. In order to access that information, victims have to figure out for themselves how to get the information and how to register with the National Parole Board. Just imagine how very difficult it must be for a victim who has been severely traumatized to navigate through this red tape.
The ombudsman indicated that the registered victim-to-offender ratio is still quite low. There are over 20,000 offenders currently in federal custody, approximately 70% of which are serving sentences for violent crimes. Yet just over 6,000 victims are registered to receive information on fewer than 4,000 offenders.
It is impossible to determine whether the victims who are not registered chose not to be or whether they were simply unaware of their rights. Representatives from the parole system and the ombudsman think one of the primary obstacles of getting victims to sign up is that there is a lack of information.
The National Parole Board should take the initiative to give them this information and should automatically communicate with victims to inform them of their right to receive information. The proposed amendment in Bill C-479 would make it mandatory to provide transcripts of a parole review hearing to victims and members of their family and the offenders, and to provide victims with the information under consideration by the board during the offender's review.
I would like to talk about the second important aspect. In her report, the ombudsman pointed out that we must take the concerns of victims into account during decisions pertaining to the release and supervision of an offender.
Many victims have expressed concerns about an offender being released on parole when they live in the area. In some cases, this fear prevents victims from asking for information because they fear reprisals should the offender become aware that the victim is interested in the case.
Furthermore, according to the ombudsman, victims want to know that the information they provide will be considered. In light of that, Bill C-479 is designed to make it easier for victims or their family members to attend parole review hearings and for their statements to be taken into consideration in decisions regarding the offender's release.
The amendment to the act would also ensure that victims are informed if an offender is to be released on temporary absence, parole or statutory release.
Bill C-479 would also allow for the cancellation of a parole review hearing if an offender has repeatedly refused to attend, or waived his or her right to attend, previous hearings.
We are sensitive to victims' concerns. We will examine Bill C-479 carefully to ensure that it addresses the demands made by the ombudsman for victims of crime.
However, we have some concerns. First, we want to ensure that the bill does not in any way violate the Charter of Rights and Freedoms.
Can my colleague opposite confirm that he has done his homework and that he has verified that Bill C-479 complies with the charter and the Constitution?
Second, Bill C-479 should have been a government bill. I wonder why the Conservatives are using a private member's bill to push the government's agenda, which has always been focused on victims' rights.
Why did the Minister of Justice not introduce Bill C-479 himself? Why did the member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale take up this cause?
Third, private members' bills must assess and cost the changes they propose. They must assess the impact on the provinces and territories, especially with respect to parole boards. They must also provide proper compensation, if required.
Did my colleague opposite consult the provinces when drafting this bill? Can he tell what the bill will cost? Which level of government will pay these additional costs?
In closing, if our concerns are addressed in committee, and if there is clear proof that the bill respects the victim and judicial independence, I will be pleased to throw my full support behind this bill.
For that reason, we support the bill at second reading and its referral to committee for more in-depth study.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de prendre la parole au sujet du projet de loi C-479, à l'initiative de mon collègue d'en face. Au NPD, nous sommes en faveur des initiatives qui favorisent l'équité à l'égard des victimes de crimes, de leur famille et de leur communauté. Ces dernières sont souvent des victimes collatérales.
Nous allons étudier ce projet de loi en profondeur au comité pour nous assurer qu'il répond bien à leurs besoins.
Rappelons que ce projet de loi modifie la partie II de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. Le projet de loi C-479 semble inspiré de certaines recommandations du Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels faites en 2010.
Dans ce rapport, l'ombudsman suggère qu'on adopte certains principes prévus dans la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents. Ainsi, la déclaration de principes de cette loi stipule ceci:
3(1)d)(ii) les victimes doivent être traitées avec courtoisie et compassion, sans qu’il ne soit porté atteinte à leur dignité ou à leur vie privée, et doivent subir le moins d’inconvénients possible du fait de leur participation au système de justice pénale pour les adolescents,
(iii) elles doivent aussi être informées des procédures intentées contre l’adolescent et avoir l’occasion d’y participer et d’y être entendues
L'ombudsman considère que la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition doit faire état des mêmes principes. Il reste à voir, lors de notre étude en comité, si le projet de loi C-479 rend cette loi compatible avec ces principes de façon efficace et équilibrée.
Rappelons que la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition a été promulguée en 1992. Il s'agissait de la première loi fédérale régissant le système correctionnel et de mise en liberté à reconnaître officiellement les victimes. Le projet de loi C-479 semble répondre à deux considérations prises en compte par l'ombudsman.
J'aimerais aborder le premier aspect de la question. Dans son rapport, l'ombudsman rappelle que la victime ne reçoit pas automatiquement de renseignements sur le délinquant lors du processus de mise en liberté. Afin d'accéder à cette information, elle doit d'abord déterminer elle-même comment obtenir l'information et comment s'inscrire auprès de la Commission nationale des libérations conditionnelles. On imagine très bien qu'il peut être très pénible pour une victime ayant subi un traumatisme grave de naviguer à travers ces étapes administratives.
L'ombudsman signale que le pourcentage de victimes inscrites par rapport aux délinquants demeure faible. On dénombre présentement plus de 20 000 délinquants sous responsabilité fédérale, dont environ 70 % purgent une peine pour crime violent. Or 6 000 victimes à peine se sont inscrites pour obtenir des renseignements concernant moins de 4 000 délinquants.
Il est actuellement impossible de déterminer si les victimes non inscrites ont choisi de ne pas s'inscrire, ou si elles n'étaient tout simplement pas au courant de leurs droits. Les représentants du système de libération conditionnelle et l'ombudsman considèrent que le manque d'information des victimes à ce sujet constitue l'un des principaux obstacles à leur inscription.
La Commission nationale des libérations conditionnelles devrait prendre l'initiative de leur fournir ces renseignements et devrait communiquer automatiquement avec les victimes pour les informer de leur droit à recevoir les renseignements. La modification de la loi apportée par le projet de loi C-479 va rendre obligatoire la transmission de la transcription d'audiences de libération conditionnelle aux victimes et aux membres de leur famille ainsi qu'aux délinquants, et va fournir aux victimes les renseignements pris en considération par la commission dans ses examens sur les délinquants.
J'aimerais aborder le deuxième aspect important de la question. Dans son rapport, l'ombudsman rappelle qu'il convient de tenir compte des préoccupations des victimes dans les décisions relatives à la mise en liberté et à la surveillance d'un délinquant.
De nombreuses victimes ont fait part de leur crainte de la mise en liberté du délinquant lorsqu'elles habitent à proximité. Dans certains cas, cette peur empêche la victime de demander de l'information par crainte de subir des représailles si le délinquant apprend que sa victime s'intéresse à son cas.
De plus, selon l'ombudsman, les victimes veulent avoir la certitude que l'information qu'elles fournissent sera prise en compte. Face à ces cela, le projet de loi C-479 cherche d'abord à faciliter la présence des victimes ou des membres de leur famille aux audiences de libération conditionnelle et la prise en compte de leur déclaration dans les décisions relatives à la libération des délinquants.
La modification à la loi vise à aussi à informer les victimes lorsqu'un délinquant bénéficie d'une permission de sortie ou d'une libération conditionnelle ou d'office.
Enfin, le projet de loi C-479 permettra l'annulation des audiences de libération conditionnelle dans le cas de délinquants qui ont refusé d'être présents à une audience ou qui ont renoncé à leur droit à une audience à plusieurs reprises.
Nous sommes sensibles aux doléances des victimes. Nous étudierons le projet de loi C-479 avec attention pour nous assurer qu'il répond aux demandes de l'ombudsman des victimes.
Cependant, nous avons certaines préoccupations. Premièrement, nous voulons nous assurer que le projet de loi n'est en aucun cas contraire à la Charte des droits et libertés.
Mon collègue d'en face peut-il nous confirmer qu'il a fait ses devoirs et qu'il s'est assuré de la conformité du projet de loi C-479 à la Charte et à la Constitution?
Deuxièmement, le projet de loi C-479 aurait dû faire l'objet d'un projet de loi gouvernemental. Je me demande pourquoi les conservateurs utilisent les affaires émanant des députés pour pousser le programme gouvernemental qui a toujours mis l'accent sur les droits des victimes.
Pourquoi le ministre de la Justice n'a-t-il pas présenté lui-même le projet de loi C-479? Qu'est-ce que a amené le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale à se saisir de cette cause?
Troisièmement, les projets de loi émanant des députés doivent évaluer et chiffrer les coûts des changements qu'ils proposent. Ils doivent évaluer l'impact sur les provinces et territoires, en particulier en ce qui a trait aux commissions des libérations conditionnelles. Ils doivent aussi offrir une compensation adéquate, si nécessaire.
Mon collègue d'en face a-t-il consulté les provinces pour la rédaction de ce projet de loi? Peut-il nous informer des coûts de ce dernier? Quel palier gouvernemental paiera ces coûts additionnels?
Pour conclure, si nous avons les réponses à nos préoccupations après l'étude en comité et qu'il est clairement démontré que le projet de loi respecte la victime et l'indépendance judiciaire, il me fera plaisir d'apporter mon soutien plein et entier à ce projet de loi.
C'est pour cette raison que nous appuyons le projet de loi au stade de la deuxième lecture et son envoi au comité pour une étude plus approfondie.
View Rick Norlock Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I welcome the opportunity to continue the debate on Bill C-479, an act to bring fairness for the victims of violent offenders, a bill which I support, with amendments proposed by the government.
Let me begin by commending the hon. member for Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale for his tenacity in fighting for the rights of victims. The predecessor to this bill was introduced into the House of Commons during the previous Parliament and was debated for an hour prior to dissolution, yet the hon. member has held fast to his vision and deserves our admiration and respect for his hard work in bringing the bill forward.
Today's debate is an opportunity to reflect on the traumatic impact of violent crime on its victims and what our government is doing to support our victims and what more we can do.
I will not pretend to fully understand the harm that violent crime inflicts on a victim. Only those who have survived such a terrible experience have the right to speak of it. However, I have met with victims of crime and I have seen the toll of emotional trauma and the desire for meaningful participation in the justice system. They spoke because they needed to be heard. Giving voice to their experience empowers them because they are determined to gain control over their lives.
Our government is listening. Our government is committed to keeping our streets and communities safe and supporting victims, which includes strengthening legislation, protecting victims rights, tackling crime and ensuring fair and efficient justice. All of these will have a positive impact on the victims of crime and their families.
When our government was elected in 2006, we pledged to Canadians that we would work hard to address the needs of victims of crime and their families. I am proud to say that we have made significant progress. The National Office for Victims, Public Safety Canada is helping victims gain a greater voice in the corrections and conditional release process. It is helping victims get access to the information and services they might need.
Apart from the physical and emotional trauma of violent crime, victims may also carry a financial burden. Worries about money adds stress to families at the worst possible time. That is why, last November, our government announced a new income support program to ease the financial burden on parents who were struggling to cope with the death or disappearance of a child.
Even as we are helping victims of crime, we are working hard to prevent these crimes from happening in the first place. In our high speed culture it has never been easier for young people to go astray. If we can address the risk factors early, we may well prevent young people from falling in with the wrong crowd. One of the strategy's programs, for example, is the youth gang prevention fund. On the one hand, the fund helps communities develop programs to help youth at risk to make better choices and avoid criminal behaviour. On the other hand, it works with families that have been victimized. I am proud to note that in 2011 alone, our government funded 138 community-based crime prevention programs through this strategy. All told, these programs reached 16,000 youth at risk.
I have highlighted our government's support for victims of violent crime and our efforts to reduce the chance of violent crime occurring in the first place. We are also helping victims at the legislative level. Over the past seven years, our government has introduced and passed compelling and comprehensive changes to our legislation, changes that support crime prevention, that give police the tools they need to fight crime and increase offender accountability.
The centrepiece of our approach is the Safe Streets and Communities Act, which received royal assent last March. As part of the significant overhaul of our justice system, the act provided greater support for victims of crime. Victims are entitled to be kept better informed about the behaviour and management of offenders. An act of violence can touch many people. That is why the Safe Streets and Communities Act expanded the definition of a registered victim. This definition now includes the guardians and caregivers of dependents of victims who are deceased, ill or otherwise incapacitated.
Our government has tilted the justice system back to where it should be. Through our steady approach, we are strengthening legislation, protecting the rights of victims, tackling crime and ensuring justice is fair and efficient.
Private member's Bill C-479 would complement our drive toward making the justice system work better for victims of offenders. It proposes changes to the Corrections and Conditional Release Act that would complement the Safe Streets and Communities Act by: modifying parole and detention of review dates; facilitate victims observing hearings; and expanding the rights of victims to have access to information about the offender.
As we have heard, our government will seek to move minor amendments should the bill be referred to a committee for study.
I believe private member's Bill C-479 is important legislation that would support the rights of victims. I urge all hon. members to join me in supporting the bill before us today.
Monsieur le Président, je suis ravi de poursuivre le débat sur le projet de loi C-479, Loi sur l'équité à l’égard des victimes de délinquants violents, une mesure législative que j'appuie, avec les amendements proposés par le gouvernement.
Avant tout, je tiens à féliciter le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale de sa ténacité à défendre les droits des victimes. En effet, le prédécesseur du projet de loi avait été présenté à la Chambre des communes au cours de la dernière législature et n'a pu être débattu que pendant une heure avant la dissolution de celle-ci, mais le député a persisté. Il mérite notre admiration et notre respect pour son excellent travail en vue de soumettre le projet de loi à la Chambre.
Le débat d'aujourd'hui est l'occasion de réfléchir aux répercussions traumatisantes des crimes violents sur leurs victimes, à ce qu'accomplit notre gouvernement pour venir en aide à ces victimes et à ce que nous pourrions faire de plus.
Je n'ai pas la prétention de parfaitement comprendre le préjudice que subit la victime d'un crime violent. Seules les personnes qui ont survécu à une expérience aussi effroyable ont le droit de se prononcer à ce sujet. Cela dit, j'ai rencontré des victimes et j'ai été témoin des traumatismes émotionnels qu'elles ont gardés. J'ai aussi constaté la volonté de ces victimes d'avoir un rôle concret au sein du système de justice. Si elles s'expriment, c'est parce qu'elles veulent être entendues. Mettre des mots sur ce qu'elles ont vécu leur permet de se réapproprier leur vie, car elles sont résolues à la reprendre en main.
Le gouvernement est à l'écoute. Le gouvernement est déterminé à assurer la sécurité dans nos rues et dans nos collectivités et à soutenir les victimes. Pour ce faire, il renforce la loi, il protège les droits des victimes, il lutte contre la criminalité et il s'assure que la justice est équitable et efficace. Tous ces éléments auront des effets positifs sur les victimes d'actes criminels et leur famille.
Lorsque le gouvernement a été élu en 2006, nous avons promis aux Canadiens de travailler fort pour répondre aux besoins des victimes d'actes criminels et de leur famille. Je suis fier de dire que nous avons fait des progrès considérables. Le Bureau national pour les victimes d'actes criminels, qui fait partie du ministère de la Sécurité publique, aide les victimes à mieux se faire entendre dans le processus correctionnel et de mise en liberté sous condition. Il aide les victimes à accéder aux renseignements et aux services dont elles ont besoin.
Mis à part les traumatismes physiques et émotionnels liés à un crime violent, les victimes portent aussi parfois un fardeau financier. Les inquiétudes financières imposent un stress additionnel aux familles au pire moment possible. C'est pourquoi, en novembre dernier, le gouvernement a annoncé un nouveau programme de soutien du revenu destiné à alléger le fardeau financier qui pèse sur les parents qui tentent de surmonter le décès ou la disparition d'un enfant.
Alors même que nous aidons les victimes d'actes criminels, nous travaillons d'arrache-pied pour empêcher ces crimes d'être commis au départ. Dans notre culture axée sur l'instantanéité, il n'a jamais été aussi facile pour notre jeunesse de s'écarter du droit chemin. Si nous arrivons à éliminer les facteurs de risque assez tôt, nous pourrons fort probablement empêcher des jeunes d'avoir de mauvaises fréquentations. Par exemple, le Fonds de lutte contre les activités des gangs de jeunes est un des programmes offerts dans le cadre de la stratégie. D'une part, le fonds aide les collectivités à élaborer des programmes pour aider les jeunes à risque à faire de meilleurs choix et à éviter d'adopter des comportements criminels. D'autre part, il travaille avec les familles qui ont été victimes d'actes criminels. Je suis fier de signaler que, en 2011 seulement, le gouvernement a financé 138 programmes locaux de prévention du crime dans le cadre de cette stratégie. Au total, ces programmes ont rejoint 16 000 jeunes à risque.
J'ai souligné les mesures prises par le gouvernement pour appuyer les victimes de crimes violents et les efforts que nous déployons pour réduire les risques que des crimes avec violence soient commis au départ. Nous aidons également les victimes au moyen de mesures législatives. Au cours des sept dernières années, le gouvernement a présenté et fait adopter des changements convaincants et exhaustifs à des dispositions législatives. Ces changements favorisent la prévention du crime et accordent aux policiers les outils dont ils ont besoin pour lutter contre la criminalité et pour accroître la responsabilité des délinquants.
L'élément central de notre approche est la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, qui a reçu la sanction royale en mars dernier. Dans le cadre de la refonte de notre système de justice, cette loi prévoit un plus grand soutien pour les victimes de crime. Les victimes ont le droit d'être davantage tenues au courant du comportement des délinquants et de l'administration de leur dossier. Un acte de violence peut toucher un grand nombre de personnes. C'est la raison pour laquelle la Loi sur la sécurité des rues et des communautés élargit la définition d'une victime inscrite. Cette définition comprend maintenant les tuteurs et les soignants des personnes à charge des victimes décédées, malades ou incapables.
Le gouvernement a rééquilibré le système de justice. Par notre approche constante, nous renforçons la loi, protégeons les droits des victimes, luttons contre la criminalité et veillons à ce que la justice soit efficiente et équitable.
Le projet de loi d'initiative parlementaire C-479 compléterait notre démarche pour que le système de justice soit plus efficace pour les victimes de crime. Il propose des modifications à la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition qui compléteraient la Loi sur la sécurité des rues et des communautés en modifiant les périodes entre les examens des motifs de la détention ou en vue de la libération conditionnelle, en facilitant la présence des victimes aux audiences et en élargissant les droits des victimes de prendre connaissance de renseignements au sujet du délinquant.
Comme nous l'avons entendu, le gouvernement proposera des amendements mineurs si le projet de loi est renvoyé à un comité.
Je crois que le projet de loi d'initiative parlementaire C-479 est une mesure législative importante grâce à laquelle la loi tiendrait davantage compte des droits des victimes. Je recommande vivement aux députés de se joindre à moi pour appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Results: 1 - 15 of 23 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data