Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 143
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1345--
Ms. Anne Minh-Thu Quach:
With regard to Budget 2012: (a) how many full-time equivalent (FTE) positions has Parks Canada eliminated of the approximately 500 FTEs that existed in the Parks Canada Service Centers before the remaining positions were transferred to other parts of the Parks Canada organization; (b) how many of the FTE reductions have been charged against the Strategic and Operating Review reductions announced in Budget 2012; (c) if Budget 2012 reductions included vacant positions, what are the number, title, group and level of each of the positions that existed in Parks Canada Service Centers before reductions were announced or implemented; (d) what is the number, title, group and level of each of the positions that have been eliminated; and (e) what is the number, title, group and level of those positions that were transferred to other Parks Canada organizational units as a result of elimination of the Service Centers?
Response
Hon. Peter Kent (Minister of the Environment, CPC):
Mr. Speaker, as announced in budget 2012, Parks Canada is consolidating and streamlining its service centres and national office as part of its efforts to help reduce the federal deficit. These efforts will improve internal efficiencies and reduce costs while allowing Parks Canada to continue to respect its core mandate and offer Canadians the quality services they expect. In addition to budget 2012, Parks Canada has also had to absorb increases to salaries and inflationary operational costs announced in budget 2010.
Parks Canada sites play a key economic development role in more than 400 communities across the country. National parks, national marine conservation areas and national historic sites are entering another exciting season and are looking forward to welcoming visitors from across the country and from around the world with a full complement of services to discover these special places at their best.
Parks Canada continues to tell the stories that are important to our national identity, manage species at risk, provide meaningful experiences that promote an understanding and appreciation of Canada and support communities through tourism, as it has done for the last 100 years.

Question No. 1347--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to Post Traumatic Stress Disorder (PTSD) in the Canadian Forces (CF), what is the number of CF members, both Regular and Reserves, which have been diagnosed as suffering from PTSD during calendar years 2008, 2009, 2010 and 2012, broken down by rank and base of affectation?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the most accurate information on post-traumatic stress disorder and other operational stress injuries is based on a recent study that examined the cumulative incidence of these illnesses attributable to deployment in Afghanistan. The study group included all Canadian Armed Forces members enrolled in the regular or primary reserve forces who returned from deployment of any duration in support of the mission in Afghanistan between October 1, 2001, and December 31, 2008. The Canadian Armed Forces identified 30,518 such personnel and examined the medical records of a random sample group of 2,045 personnel. Information available based on this recent study by the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces indicates that 8% of the entire cohort was diagnosed with post-traumatic stress disorder related to Afghanistan. As indicated above, this is based on a sample of Canadian Armed Forces members who deployed in Afghanistan and not a representation of the overall situation in the CAF as a whole.
The Canadian Armed Forces are currently conducting studies to further develop their understanding of the impact of operational stress injuries on their members, including those who deployed to Afghanistan, and on mental health among Canadian Armed Forces members more generally. These studies are ongoing and their results are not yet available.

Question No. 1348--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the Canadian Food Inspection Agency, since August 1, 2012, how many access to information requests have been received and of those, how many (i) were completed within 30 days, (ii) were extended for 30 days, (iii) were extended for 60 days, (iv) were extended for 90 days, (v) were extended for more than 90 days, (vi) missed the deadline to provide the requested information?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food and Minister for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, there were 286 access to information requests received since August 1, 2012. Please note that some requests have been extended for periods other than 30, 60 or 90 days. Others are still open or have not missed the deadline, so these numbers may not be captured in responses (i) through (vi). In addition, some requests that may have been extended by 30, 60 and 90 days may have also missed the deadline, so these would be reflected twice in the metrics.
Of the 286 access to information requests received, with respect to (i), 104 were completed within 30 days. With respect to (ii), two requests were extended for 30 days; this includes a total of 1125 pages released. With respect to (iii), 66 requests were extended for 60 days; this includes a total of 5648 pages released. With respect to (iv), 13 requests were extended for 90 days; this includes a total of 6494 pages released. With respect to (v), 20 requests were extended for more than 90 days; this includes a total of 50 717 pages released. With respect to (vi), 85 requests missed the deadlines, this could be for a number of reasons, including the volume and complexity of the requests, a requirement to conduct external consultations and the overall workload.

Question No. 1350--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the Department of National Defence (DND), what are the details of all contracts for consulting services or advice purchased by the department during fiscal years 2010-2011 and 2011-2012, including the name of the consultant, the nature of their services, their location, the amount paid, the file or reference number of the contracts, the file or reference number of any reports prepared by the consultant, and was the consultant a retired member of the Canadian Armed Forces or a former civil servant within DND?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces do not possess a central database containing all the contract data requested in this question. The authority to issue contracts resides with more than 20 organizations within the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces, each of which retains the contracts that it has issued. A manual search of the estimated several thousand contract records from 2010-11 and 2011-12 would be the only method to obtain the requested detailed information. Information regarding whether a consultant was a former civil servant within the Department of National Defence or a retired member of the Canadian Armed Forces is in many cases not readily available even through a manual contract search, and would require some organizations to contact the consulting companies directly. It is estimated that the research required to respond to this question could take at least six months of full-time work for several officials. Therefore, a response cannot reasonably be produced for this question. However, in accordance with the Treasury Board Secretariat’s policy on contracting with former public servants, the Department of National Defence is undertaking efforts to improve, as expeditiously as possible, the data integrity of the system in place to track contracts with former public servants.

Question No. 1352--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to the cost of post-secondary education paid for by the Department of National Defence, for all currently serving Deputy Judge-Advocate Generals: (a) what is the date of their nominations to the position of Deputy Judge-Advocate General; and (b) what are the direct and indirect costs paid for, including but not limited to (i) allowances of all types, (ii) travel and moving expenses for them and their families, (iii) salaries, (iv) reimbursement of the costs for academic books and materials, (v) the degrees obtained, (vi) tuition and academic fees?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), there are currently five serving Deputy Judge Advocates General in the regular force. To protect their privacy, their names were not included in the response. The dates of nomination for these Deputy Judge Advocates General were as follows: Deputy Judge Advocate General 1: September 4, 2009; Deputy Judge Advocate General 2: July 1, 2011; Deputy Judge Advocate General 3: August 2, 2005; Deputy Judge Advocate General 4: May 4, 2012; Deputy Judge Advocate General 5: August 13, 2010.
With regard to (b), these responses do not include post-secondary education provided at the Royal Military Colleges in Saint Jean and Kingston, as the Department of National Defence and the Canadian Forces own these institutions and do not reimburse any of the costs associated with the degrees obtained there.
With regard to (b)(i), information concerning allowances could not be generated within the allocated time.
With regard to (b)(ii), information concerning travel and moving expenses could not be generated within the allocated time.
With regard to Deputy Judge Advocate General 1, the salary range is $62,635 - $87,710; reimbursement of the costs for academic books and materials was $435; degree obtained was Master of Laws, LL.M., in legislative drafting, 1998; tuition and academic fees were $6,074.
With regard to Deputy Judge Advocate General 2, the salary range was $42,096 - $55,632; costs for academic books and materials were included in tuition and academic fees; degree obtained was Bachelor of Laws, LL.B., 1994; tuition and academic fees were $12,148. With regard to Deputy Judge Advocate General 2 as well, the salary range is $134,484 - $142,920; reimbursement of the costs for academic books and materials was $2,827; degree obtained was Master of Law, LL.M., in international law, 2007; tuition and academic fees were $26,938.
With regard to Deputy Judge Advocate General 3, salary range was $42,096 - $55,632; information on costs for reimbursement of academic books and materials could not be generated within the allocated time; degree obtained was Bachelor of Law, LL.B., 1993; information on tuition and academic fees could not be generated within the allocated time. With regard to Deputy Judge Advocate General 3 as well, salary range is $131,460 - $139,704; reimbursement of the costs for academic books and materials was $2,471; degree obtained was Master of Law, LL.M., in air and space Law, 2006; tuition and academic fees were $8,010.
With regard to Deputy Judge Advocate General 4, the question is not applicable.
With regard to Deputy Judge Advocate General 5, salary range is $138,552 - $147,240; reimbursement of the costs for academic books and materials was $2,024; degree obtained was Master of Law, LL.M., in international law, 2009; tuition and academic fees were $50,311.

Question No. 1355--
Hon. John McKay:
With regard to the latest edition of the Department of National Defence’s Investment Plan, what is contained within the current list of investments, including (i) description of the investment, (ii) expected costs, (iii) timeline for completion, (iv) current status of each investment?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the latest edition of the Department of National Defence’s investment plan is considered cabinet confidence. Neither the document nor extracts from it will be released.
Detailed information on defence investments has been reported in reports on plans and priorities and departmental performance reports, which can be found at the following links: for the report on plans and priorities 2013-14, http://www.vcds.forces.gc.ca/sites/internet-eng.aspx?page=15184; for the departmental performance report 2011-12, http://www.vcds-vcemd.forces.gc.ca/sites/internet-eng.aspx?page=14493.

Question No. 1356--
Hon. John McKay:
With regard to the ex gratia payments to Canadian Forces members in relation to the Home Equity Assistance (HEA) provisions: (a) how many members received a payment; (b) what is the rank of each recipient; and (c) what is the date and amount for each ex gratia payment that was made by the Department of Justice, Office of the Department of National Defence Canadian Forces Legal Authority, concerning HEA provisions, as governed by the Department of National Defence HEA, Integrated Relocation Program (CF IRP), between January 1, 2001, and December 31, 2013?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces searched their records and found no instances of ex gratia payments to Canadian Armed Forces members in relation to the home equity assistance provisions between January 1, 2001, and December 31, 2013.

Question No. 1357--
Hon. John McKay:
With regard to the Canadian Forces Medical Service and the treatment of ill and injured Canadian Forces personnel, between 2000-2012, what is: (a) the total number of members who were prescribed opioid narcotics for pain management; (b) the total amount spent on opioid narcotic drugs during this time; (c) the total number of Canadian Forces members treated for opioid narcotic drug abuse; (d) the number of Canadian Forces members that have been released from the military due to opioid narcotic drug abuse; and (e) which treatment methods are used to aid in the recovery of Canadian Forces members with opioid narcotic drug addiction?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b) and (c), the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces do not maintain a central database to track information related to the prescription of opioid drugs to Canadian Armed Forces members. It is not possible to produce a response in the time available, as this would require a manual search of medical files of all Canadian Armed Forces members who have served during the time period.
With regard to (d), Canadian Armed Forces personnel are not released for drug abuse. Personnel may be released as a result of a violation of the Canadian Forces drug control program, and this may involve the use of opiates. Between 2000 and 2012, eight members were released in relation to opiates under the Canadian Forces drug control program.
With regard to (e), all Canadian Armed Forces members diagnosed with substance abuse problems will be assessed for any underlying medical conditions, such as chronic pain, etc., and offered the appropriate level of treatment, including the opportunity to undergo a residential treatment program for substance abuse.

Question no 1345 --
Mme Anne Minh-Thu Quach:
En ce qui concerne le Budget de 2012: a) combien de postes équivalent temps plein (ETP) Parcs Canada a-t-il éliminés sur les quelque 500 ETP qui existaient dans ses centres de service avant que les postes restants soient transférés dans d’autres secteurs de Parcs Canada; b) combien de ces réductions en ETP ont été imputées à la réduction des dépenses de l’Examen stratégique et fonctionnel annoncée dans le Budget de 2012; c) si les réductions annoncées dans le Budget de 2012 incluaient des postes vacants, quels sont le numéro, le titre, le groupe et le niveau de chacun des postes qui existaient dans les centres de service de Parcs Canada avant l’annonce ou la mise en œuvre des réductions; d) quels sont le numéro, le titre, le groupe et le niveau de chacun des postes qui ont été supprimés; e) quels sont le numéro, le titre, le groupe et le niveau des postes qui ont été transférés à d’autres unités organisationnelles de Parcs Canada à la suite de la suppression des centres de service?
Response
L'hon. Peter Kent (ministre de l'Environnement, PCC):
Monsieur le Président, conformément à ce qui a été annoncé dans le budget de 2012, Parcs Canada regroupe ses centres de services et son Bureau national et en simplifie les activités afin de réduire le déficit fédéral. Ces efforts amélioreront son efficacité à l'interne et diminueront les coûts, tout en lui permettant de continuer à respecter son mandat fondamental et à offrir à la population canadienne les services de qualité auxquels elle s'attend. En plus des réductions du budget de 2012, Parcs Canada a dû absorber les augmentations salariales et la hausse de ses coûts opérationnels causées par l'inflation, tel qu'annoncé dans le budget 2010.
Les sites de Parcs Canada jouent un rôle clé dans le développement économique dans plus de 400 communautés aux quatre coins du pays. Les parcs nationaux, les aires marines nationales de conservation et les lieux historiques nationaux se préparent actuellement à amorcer une autre enthousiasmante saison et ont hâte d’accueillir les visiteurs de partout au pays, ainsi que du monde entier. Une gamme complète de services leur sera offerte pour leur permettre de découvrir ces endroits remarquables dans des conditions optimales.
Parcs Canada continue de présenter au public des récits d'importance pour notre identité nationale, de gérer les espèces en péril, d'offrir des expériences enrichissantes favorisant la compréhension et l'appréciation du Canada et de soutenir des communautés grâce au tourisme, comme elle l'a fait au cours des 100 dernières années.

Question no 1347 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le trouble de stress post-traumatique (TSPT) chez les membres des Forces canadiennes (FC), combien de membres de la Force régulière et de la Réserve des FC ont reçu un diagnostic de TSPT au cours des années civiles 2008, 2009, 2010 et 2012, par rang et base d’affectation?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, l’information la plus exacte sur le trouble de stress post traumatique et les autres blessures de stress opérationnel est fondée sur une récente étude consacrée à l’incidence cumulative de ces maladies à la suite d’un déploiement en Afghanistan. Le groupe étudié comprenait tous les membres des Forces armées canadiennes enrôlés dans la Force régulière ou la Première réserve qui sont revenus d’un déploiement entre le 1er octobre 2001 et le 31 décembre 2008, peu importe sa durée, dans le cadre de la mission en Afghanistan. Les Forces armées canadiennes ont retracé 30 518 militaires dans cette situation et examiné les dossiers médicaux d’un groupe échantillon aléatoire composé de 2 045 militaires. Selon l’information disponible, provenant de cette récente étude du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, 8 % de l’ensemble de la cohorte ont reçu un diagnostic de trouble de stress post traumatique lié à la mission en Afghanistan. Comme nous l’avons déjà mentionné, l’information est basée sur un échantillon de militaires des Forces armées canadiennes qui ont participé à un déploiement en Afghanistan, et ne représente pas la situation globale des Forces armées canadiennes prises dans leur ensemble.
Les Forces armées canadiennes mènent actuellement des études pour approfondir leur compréhension de l'impact des traumatismes liés au stress opérationnel sur leurs membres, y compris ceux qui ont été déployés en Afghanistan, et sur la santé mentale des membres des Forces armées canadiennes en général. Ces études sont en cours et leurs résultats ne sont pas encore disponibles.

Question no 1348 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne l’Agence canadienne d’inspection des aliments, depuis le 1er août 2012, combien de demandes d’accès à l’information ont été reçues et, de ce nombre, combien (i) ont été traitées dans les 30 jours, (ii) ont été prolongées de 30 jours, (iii) ont été prolongées de 60 jours, (iv) ont été prolongées de 90 jours, (v) ont été prolongées de plus de 90 jours, (vi) n’ont pas respecté l’échéance pour la communication des renseignements?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, PCC):
Monsieur le Président, 286 demandes d’accès à l’information ont été reçues depuis le 1er août 2012. Il faut noter que certaines demandes ont été prorogées pour des périodes autres que 30, 60 ou 90 jours; d’autres demandes sont toujours actives ou n’ont pas dépassé le délai établi, ce qui veut dire que ces données peuvent ne pas être représentées dans les réponses aux parties (i) à (vi) de la question. De plus, certaines demandes ayant été prorogées de 30, de 60 ou de 90 jours peuvent aussi avoir dépassé le délai établi; par conséquent, ces dernières peuvent être exprimées deux fois.
Des 286 demandes d’accès à l’information reçues: 104 ont été traitées dans un délai de 30 jours; 2 ont été prorogées de 30 jours, ce qui comprend un total de 1 125 pages diffusées; 66 ont été prorogées de 60 jours, ce qui comprend un total de 5 648 pages diffusées; 13 ont été prorogées de 90 jours, ce qui comprend un total de 6 494 pages diffusées; 20 ont été prorogées de plus de 90 jours, ce qui comprend un total de 50 717 pages diffusées; enfin 85 n’ont pas été traitées dans le délai établi — plusieurs raisons peuvent en être la cause, y compris le volume et la complexité des demandes, le besoin de consulter des sources externes et la charge de travail en général.

Question no 1350 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale (MDN), quels sont les détails de tous les contrats de services de conseil attribués par le Ministère au cours des exercices 2010-2011 et 2011-2012, y compris le nom de l’expert-conseil, la nature de ses services, son emplacement, le montant payé, le numéro de dossier ou de référence des contrats, le numéro de dossier ou de référence de tout rapport produit par l’expert-conseil, et l’expert-conseil était-il un membre retraité des Forces armées canadiennes ou un ancien fonctionnaire du MDN?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ne possèdent pas de base de données centrale contenant les données contractuelles demandées dans la question. Plus de 20 organismes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes ont le pouvoir d’octroyer des contrats, chacun conservant les contrats qu’il conclut. La seule méthode pour obtenir les renseignements détaillés demandés consisterait à effectuer une recherche manuelle dans les dossiers contractuels, estimés à quelques milliers pour 2010 2011 et 2011 2012. Dans de nombreux cas, l’information précisant si un consultant était un ancien fonctionnaire du ministère de la Défense nationale ou un membre à la retraite des Forces armées canadiennes ne peut pas être obtenue facilement, même au moyen d’une recherche manuelle des contrats, et il faudrait que certains organismes communiquent directement avec les cabinets de consultants. Nous estimons que la recherche nécessaire pour répondre à cette question pourrait occuper à temps plein plusieurs employés pendant au moins six mois. Par conséquent, nous ne pouvons pas raisonnablement fournir de réponse à la question. Toutefois, conformément à la politique du Secrétariat du Conseil du Trésor sur les marchés conclus avec d’anciens fonctionnaires, le ministère de la Défense nationale a entrepris des efforts pour améliorer, le plus rapidement possible, l’intégrité des données du système en place pour le suivi des marchés avec d’anciens fonctionnaires.

Question no 1352 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne les études postsecondaires payées par le ministère de la Défense nationale pour tous les juges-avocats généraux adjoints actuellement en service: a) quelle est la date de leur nomination au poste de juge-avocat général adjoint; b) quels sont les coûts directs et indirects payés pour, y compris, sans toutefois s’y limiter (i) tous les types d'indemnités, (ii) les frais de voyage et de déménagement pour eux et leur famille, (iii) les salaires, (iv) le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires, (v) le diplôme obtenu, (vi) les frais de scolarité?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, cinq juges avocats généraux adjoints servent actuellement dans la Force régulière. Afin d’assurer le respect de leur vie privée, leur nom n’est pas mentionné dans la réponse. Voici les dates de nomination de ces juges avocats généraux adjoints: le juge avocat général adjoint -- 1 a été nommé le 4 septembre 2009. Le juge-avocat général adjoint -- 2 a été nommé le 1er juillet 2011. Le juge avocat général adjoint -- 3 a été nommé le 2 août 2005. Le juge avocat général adjoint -- 4 a été nommé le 4 mai 2012. Enfin, le juge avocat général adjoint -- 5 a été nommé le 13 août 2010.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la réponse ne comprend pas les études postsecondaires suivies au Collège militaire royal Saint Jean et au Collège militaire royal Kingston, puisque ces établissements appartiennent au ministère de la Défense nationale et aux Forces canadiennes et que ces derniers n’ont donc pas à rembourser les frais associés aux diplômes obtenus à ces endroits.
Par ailleurs, en ce qui concerne la partie b)(i) de la question, l’information concernant les indemnités n’a pas pu être obtenue dans le délai accordé; et pour ce qui est de la partie b)(ii) de la question, l’information concernant les frais de voyage et de déménagement n’a pas pu être obtenue dans le délai accordé.
Voici maintenant, pour chacun des juges-avocats généraux adjoints, les réponses aux parties b)(iii) à b)(vi).
Dans le cas du juge avocat général adjoint -- 1, l’échelle salariale va de 62 635 $ à 87 710 $; le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires sont d’un montant de 435 $; le diplôme, obtenu en 1998, est une maîtrise en droit — LL.M. et en rédaction législative; enfin, les frais de scolarité sont d’un montant de 6 074 $.
Dans le cas du juge avocat général adjoint -- 2, l’échelle salariale allait de 42 096 $ à 55 632 $; le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires était inclus dans les frais de scolarité; le diplôme, obtenu en 1994, était un baccalauréat en droit — LL.B.; enfin, les frais de scolarité étaient d’un montant de 12 148 $; l’échelle salariale va de 134 484 $ à 142 920 $; le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires est d’un montant de 2 827 $; le diplôme, obtenu en 2007, est une maîtrise en droit — LL.M. et en droit international; enfin, les frais de scolarité sont d’un montant de 26 938 $.
Dans le cas du juge avocat général adjoint -- 3, l’échelle salariale allait de 42 096 $ à 55 632 $; l’information concernant le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires n’a pas pu être obtenue dans le délai accordé; le diplôme, obtenu en 1993, était un baccalauréat en droit — LL.B.; enfin, l’information concernant les frais de scolarité n’a pas pu être obtenue dans le délai accordé; l’échelle salariale va de 131 460 $ à 139 704 $; le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires était d’un montant de 2 471 $; le diplôme, obtenu en 2006, est une maîtrise en droit — LL.M et en droit aérien et spatial; enfin, les frais de scolarité étaient d’un montant de 8 010 $.
Dans le cas du juge avocat général adjoint -- 4, ces questions ne s’appliquent pas.
Dans le cas du juge avocat général adjoint -- 5, l’échelle salariale va de 138 552 $ à 147 240 $; le remboursement des frais pour les manuels et les fournitures scolaires sont d’un montant de 2 024 $; le diplôme, obtenu en 2009, est une maîtrise en droit — LL.M. et en droit international; enfin, les frais de scolarité sont d’un montant de 50 311 $.

Question no 1355 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne la plus récente édition du Plan d’investissement du ministère de la Défense nationale, que renferme la liste d’investissements actuelle, notamment (i) la description de chaque investissement, (ii) son coût attendu, (iii) son calendrier de réalisation, (iv) son état d’avancement à ce jour?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, la plus récente version du Plan d’investissement du ministère de la Défense nationale est considérée comme un document confidentiel du Cabinet. Le document ou des extraits de celui ci ne seront pas fournis.
Les rapports sur les plans et les priorités, ainsi que les rapports ministériels sur le rendement, présentent des renseignements détaillés sur les investissements de la Défense. Les documents peuvent être consultés sur le Web. Les Rapports sur les plans et les priorités 2013 2014 sont disponibles à l’adresse suivante: http://www.vcds.forces.gc.ca/sites/internet-fra.aspx?page=15184; le Rapport ministériel sur le rendement 2011 2012est disponible à l’adresse suivante: http://www.vcds-vcemd.forces.gc.ca/sites/internet-fra.aspx?page=14493.

Question no 1356 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne les paiements à titre gracieux versés aux membres des Forces canadiennes dans le cadre du Plan de garantie de remboursement des pertes immobilières (PGRPI): a) combien de membres ont reçu un paiement; b) quel est le grade de chaque bénéficiaire; c) quelle est la date et quel est le montant de chaque paiement à titre gracieux versé par le Cabinet du conseiller juridique auprès du ministère de la Défense nationale et des Forces canadiennes (ministère de la Justice) pour le PGRPI, aux termes du PGRPI de la Défense nationale, Programme de réinstallation intégré (PRI des FC), entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2013?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont fouillé leurs dossiers et n’ont trouvé aucun cas de paiements à titre gracieux versés à des membres des Forces armées canadiennes en ce qui concerne les dispositions de remboursement des pertes immobilières entre le 1er Janvier 2001, et le 31 Décembre 2013.

Question no 1357 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne le Service de santé des Forces canadiennes et le traitement du personnel blessé ou malade des Forces canadiennes, et pour la période 2000-2012: a) à combien de membres au total a-t-on prescrit des stupéfiants opiacés pour la gestion de la douleur; b) quelle somme totale a-t-on consacrée à l’achat de stupéfiants opiacés durant cette période; c) combien de membres des Forces canadiennes au total ont été traités pour abus de stupéfiants opiacés; d) combien de membres des Forces canadiennes ont été libérés en raison d’un abus de stupéfiants opiacés; e) quelles méthodes de traitement sont utilisées pour venir en aide aux membres des Forces canadiennes souffrant d’une dépendance aux stupéfiants opiacés?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b) et c) de la question, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ne disposent pas d’une banque de données centrale pour faire le suivi de l’information concernant les ordonnances de stupéfiants opiacés délivrées aux membres des Forces armées canadiennes. Il est impossible de fournir une réponse dans le délai imparti puisqu’il faudrait effectuer une recherche manuelle dans les dossiers médicaux de tous les membres des Forces armées canadiennes qui ont servi durant la période visée.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, les membres des Forces armées canadiennes ne sont pas libérés en raison d’un abus de drogue. Des militaires pourraient être libérés par suite d’une violation du Programme des Forces canadiennes sur le contrôle des drogues, ce qui peut inclure l’usage d’opiacés. Entre 2000 et 2012, huit militaires ont été libérés en vertu du Programme des Forces canadiennes sur le contrôle des drogues en raison d’un abus d’opiacés.
Enfin, en ce qui a trait à la partie e) de la question, tous les membres des Forces armées canadiennes chez lesquels on dépiste une dépendance aux stupéfiants opiacés sont évalués afin de vérifier s’ils ont des problèmes de santé sous jacents, par exemple des douleurs chroniques, et le traitement qui leur convient leur est offert, notamment la possibilité de participer à un programme de traitement de la dépendance aux drogues.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1343--
Mr. Matthew Dubé:
With regard to the Community Infrastructure Improvement Fund, since its creation: (a) what is the total amount awarded by all regional development agencies; (b) for each agency, how many applications were received and, of that number, how many applications were refused; (c) what was the selection criteria; and (d) for each agency, how many projects were funded and, for each project funded or refused by the Fund, what was the type of community infrastructure (based on the definitions of eligible infrastructure), the amount awarded or refused and the name and place (city, province) of the applicant organization?
Response
(Return tabled)

Question No. 1344--
Mr. Matthew Dubé:
With regard to the Children’s Fitness Tax Credit: (a) how much has this credit cost the government for each fiscal year since its introduction; and (b) how many Canadians have claimed this tax credit by household type, by income bracket and by province?
Response
(Return tabled)

Question No. 1349--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the Canadian Armed Forces, in each year since 2006 inclusive, what has been the number of: (a) harassment complaints other than that of a sexual nature; (b) sexual harassment complaints; and (c) harassment investigations, broken down by the following locations (i) Department of National Defence (DND)/Canadian Forces (CF) establishments located in the National Capital Region, including NDHQ, (ii) Canadian Forces Base (CFB) Halifax, (iii) CFB Cornwallis, (iv) CFB Gagetown, (v) CFB Valcartier, (vi) CFB Kingston (not including the Royal Military College), (vii) CFB Petawawa, (viii) CFB Borden, (ix) CFB Shilo, (x) CFB Edmonton, (xi) CFB Comox, (xii) CFB Esquimalt, (xiii) Royal Military College (Kingston), (xiv) Royal Military College (St-Jean)?
Response
(Return tabled)

Question No. 1351--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the Department of National Defence (DND), what is the detailed breakdown of: (a) Canadian Armed Forces executives by rank (General, Lieutenant-General, Major-General and Brigadier-General); and (b) DND executives by classification (DM-4, DM-3, DM-2, DM-1, EX-5, EX-4, EX-3, EX-2 and EX-1), on December 31, 2005 and December 31, 2012?
Response
(Return tabled)

Question No. 1353--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to the Department of National Defence (DND): (a) what are the ranks of each Canadian Armed Forces member and classification of each DND employee who, on December 31, 2012, attended post-graduate training at public expense at a Canadian or international educational institution; and (b) for each, what is (i) the actual yearly salary of the student, (ii) the program of study, (iii) the number of semesters of study paid for by the government since the start of their career, (iv) all the institutions attended, (v) the total cost of tuition paid with respect to the student’s training, (vi) whether relocation costs were paid with respect to the training and the amount of those costs, (vii) any other associated costs?
Response
(Return tabled)

Question No. 1354--
Mr. Yvon Godin:
With regard to the Centre of Excellence for Evaluation (CEE) of the Treasury Board Secretariat: (a) why is the 2012 Annual Report on the Health of the Evaluation Function not available online; (b) why are official languages not included in the 2011 Annual Report on the Health of the Evaluation Function; (c) how are official languages integrated into the work of the CEE; (d) does the CEE work closely with the Official Languages Centre of Excellence and, if so, how; (e) how are official languages integrated into the evaluation function as regards expenditure management in the public service as a whole; (f) why are official languages not included in the Leadership Competencies for Federal Heads of Evaluation; (g) why are official languages not included in the Policy on Evaluation; (h) how does the CEE ensure that federal institutions have access to external evaluators with official languages experience when necessary; (i) how many CEE employees work on files with an official languages component; (j) does the Framework for Professional Development for Evaluators have an official languages component and, if so, what is it; (k) why has the Audit and Evaluation Database been offline for a number of weeks, and when will it be working again; and (l) how does the CEE ensure that the tools it provides on its website take into account its official languages obligations?
Response
(Return tabled)

Question no 1343 --
M. Matthew Dubé:
En ce qui concerne le Fonds d’amélioration de l’infrastructure communautaire, depuis sa création: a) à combien s’élève le total des sommes octroyées par toutes les agences de développement régional; b) pour chacune des agences, combien de demandes ont été reçues et de ce nombre, combien de demandes ont été refusées; c) quels ont été les critères de sélection; d) pour chacune des agences, combien de projets ont été financés et, pour chacun de ces projets financés ou refusés par le Fonds, quels étaient le type d’infrastructure communautaire (selon les définitions des infrastructures admissibles), le montant accordé ou le montant refusé et le nom et le lieu (ville, province) de l’organisme demandeur?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1344 --
M. Matthew Dubé:
En ce qui concerne le Crédit d’impôt pour la condition physique des enfants: a) combien ce crédit a-t-il coûté au gouvernement, pour chaque exercice, depuis son instauration; b) combien de Canadiens se sont prévalus de ce crédit d’impôt, par type de ménage, par tranche de revenu et par province?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1349 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne les Forces armées canadiennes, pour chacune des années depuis 2006 inclusivement, quel a été le nombre: a) de plaintes pour harcèlement, autres que celles de nature sexuelle; b) de plaintes pour harcèlement sexuel; c) d’enquêtes sur des cas de harcèlement, réparti selon les endroits suivants (i) établissements du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces canadiennes (FC) dans la région de la capitale nationale, y compris le QGDN, (ii) la base des Forces canadiennes (BFC) Halifax, (iii) la BFC Cornwallis, (iv) la BFC Gagetown, (v) la BFC Valcartier, (vi) la BFC Kingston (exception faite du Collège militaire royal), (vii) le BFC Petawawa, (viii) la BFC Borden, (ix) la BFC Shilo, (x) la BFC Edmonton, (xi) la BFC Comox, (xii) la BFC Esquimalt, (xiii) le Collège militaire royal (Kingston), (xiv) le Collège militaire royal (Saint-Jean)?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1351 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale (MDN), quelle était la répartition détaillée: a) des dirigeants des Forces armées canadiennes selon le grade (général, lieutenant-général, major-général et brigadier-général); b) des cadres du MDN selon la classification (DM-4, DM-3, DM-2, DM-1, EX-5, EX-4, EX-3, EX-2 et EX-1), au 31 décembre 2005 et au 31 décembre 2012?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1353 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale (MDN): a) quel est le rang de chacun des membres des Forces armées canadiennes et la classification de chacun des employés du MDN qui, en date du 31 décembre 2012, ont poursuivi des études supérieures aux frais de l’État dans des établissements d’enseignement canadiens ou étrangers; b) pour chacune de ces personnes, quel est (i) le salaire actuel annuel de l’étudiant, (ii) le programme d’études, (iii) le nombre de semestres d’études payés par le gouvernement depuis le début de sa carrière, (iv) l’établissement fréquenté, (v) le montant total des frais de scolarité payés pour la formation de l’étudiant, (vi) le montant des frais de réinstallation liés à la formation s’il y a lieu, (vii) tous les autres frais connexes?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1354 --
M. Yvon Godin:
En ce qui concerne le Centre d’excellence en évaluation (CEE) du Secrétariat du Conseil du Trésor: a) pourquoi le rapport annuel 2012 sur l’état de la fonction d’évaluation n’est-il pas disponible en ligne; b) pourquoi les langues officielles ne font-elles pas partie du rapport annuel 2011 sur l’état de la fonction d’évaluation; c) comment les langues officielles sont-elles intégrées aux travaux du CEE; d) le CEE travaille-t-il étroitement avec le Centre d’excellence en langues officielles et, si oui, comment; e) comment les langues officielles sont-elles intégrées à la fonction d’évaluation en matière de gestion des dépenses dans l’ensemble de la fonction publique; f) pourquoi les langues officielles ne comptent-elles pas parmi les Compétences en leadership des chefs de l'évaluation fédéraux; g) pourquoi les langues officielles ne font-elles pas partie de la Politique sur l’évaluation; h) comment le CEE s’assure-t-il que les institutions fédérales ont recours, au besoin, à des évaluateurs externes qui détiennent des compétences en matière de langues officielles; i) combien d’employés du CEE travaillent à des dossiers qui contiennent une composante de langues officielles; j) le Cadre de perfectionnement professionnel des évaluateurs est-il doté d’une composante de langues officielles et, si oui, en quoi consiste-t-elle; k) pourquoi la Base de données de vérification et d'évaluation n’est-elle pas fonctionnelle depuis plusieurs semaines, et quand sera-t-elle à nouveau fonctionnelle; l) comment le CEE s’assure-t-il que les outils de travail qu’il propose sur son site Web tiennent compte de ses obligations en matière de langues officielles?
Response
(Le document est déposé)
View Barry Devolin Profile
CPC (ON)

Question No. 1332--
Hon. Stéphane Dion:
With regard to any funding dedicated to the promotion of Canada’s official languages that was not accounted for in the $1.1 billion dollars outlined in the Roadmap for Canada’s Linguistic Duality 2008-2013: (a) what departments or agencies contributed to the funding of official languages programs; (b) what are the names of the programs that delivered that funding listed by department or agency; and (c) what amount of money did each of those programs spend in fiscal years (i) 2007-2008, (ii) 2008-2009, (iii) 2009-2010, (iv) 2010-2011, (v) 2011-2012, (vi) 2012-2013?
Response
(Return tabled)

Question No. 1336--
Mr. Pierre Nantel:
With regard to Library and Archives Canada (LAC), since January 1, 2011: (a) what are the details of all the fonds and records held in custody by LAC that have been or are currently being de-accessioned to (i) provincial or territorial archives, (ii) university archives, (iii) regional or local archival institutions or organizations; (b) on what written policy or operational rationale were each of these de-accessions based on; (c) what are the details of all the fonds and records on deposit with LAC that have been or are currently under discussion or negotiation for referral to (i) provincial or territorial archives, (ii) university archives or libraries, (iii) regional or local archival institutions or organizations; and (d) in every case the LAC decided not to acquire archives or records being offered, what written policy or operational rationale was provided to the donor as the basis of this decision?
Response
(Return tabled)

Question No. 1338--
Mr. Pierre Nantel:
With regard to Library and Archives Canada (LAC), since January 1, 2005: (a) what sections and branches currently exist or have existed, broken down by year; (b) how many archivists work or have worked in each section and branch, broken down by year, including and specifying part-time and seasonal employees; (c) how many managers work for each section and department; (d) how many items were acquired; (e) what was the total value of items acquired; (f) how many interlibrary loans were registered; (g) what were the costs for operating interlibrary loans; and (h) how many international trips did the head of LAC take and what were the costs of those trips?
Response
(Return tabled)

Question No. 1340--
Mr. Matthew Kellway:
With regard to the issue of the proposed for-profit blood plasma clinics in Toronto and Hamilton, Ontario: (a) when was Health Canada approached by the operators of the proposed for-profit blood plasma clinics; (b) how many consultations took place between Health Canada and the operators of the proposed for-profit blood plasma clinics; (c) how many consultations took place between Health Canada and (i) Canadian Blood Services, (ii) the province of Ontario; (d) when did these consultations take place and if no consultations took place, how did Health Canada determine that consultations were not necessary; (e) when were the locations for the proposed clinics approved; (f) what process did the operators of the proposed for-profit blood plasma clinics follow to obtain approval for the location of the clinics; (g) what is Health Canada’s policy on the operation of for-profit blood plasma clinics in Canada; (h) what is Health Canada’s policy with regard to following the recommendations of the Royal Commission of Inquiry on the Blood System in Canada (“Krever report”); (i) what existing statutes, regulations, auditing processes, etc. are in place to ensure the safety of Canada’s blood supply; (j) with regard to ensuring the safety of Canada’s blood supply, what is the regulatory role of (i) Health Canada, (ii) the province, (iii) Canadian Blood Services; (k) what role does Canadian Blood Services play in the establishment or regulation of for-profit blood plasma clinics in Canada; (l) what does Health Canada’s auditing process for licensing for-profit blood plasma clinics in Canada involve; (m) what information is provided to Health Canada by the operators; (n) how often does Health Canada audit these clinics; and (o) what is the relationship between Health Canada and the U.S. Food and Drug Administration in ensuring the safety of blood plasma products purchased from the United States of America?
Response
(Return tabled)

Question no 1332 --
L'hon. Stéphane Dion:
En ce qui concerne le financement affecté à la promotion des langues officielles du Canada et ne faisant pas partie du montant de 1,1 milliard de dollars prévu dans la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013: a) quels ministères et organismes ont contribué au financement du programme des langues officielles; b) quels sont les noms des programmes qui ont versé le financement, répartis par ministère ou organisme; c) combien chacun de ces programmes ont-ils dépensé au cours des exercices (i) 2007-2008, (ii) 2008-2009, (iii) 2009-2010, (iv) 2010-2011, (v) 2011-2012, (vi) 2012-2013?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1336 --
M. Pierre Nantel:
En ce qui concerne Bibliothèque et Archives Canada (BAC), depuis le 1er janvier 2011: a) quels sont les détails de tous les fonds et dossiers détenus par BAC qui ont été ou sont actuellement retirés de l'inventaire et sont envoyés vers (i) des archives provinciales ou territoriales, (ii) des archives universitaires, (iii) des institutions ou des organisations archivistiques régionales ou locales; b) sur quelle politique écrite ou quelle justification opérationnelle était fondé chacun de ces retraits d'inventaire; c) quels sont les détails de tous les fonds et dossiers détenus par BAC dont on a discuté ou négocié ou dont on discute ou on négocie actuellement le renvoi vers (i) des archives provinciales ou territoriales, (ii) des archives ou des bibliothèques universitaires, (iii) des institutions ou des organisations archivistiques régionales ou locales; d) dans chacun des cas où BAC a décidé de ne pas acquérir d’archives ou de dossiers offerts, quelle politique écrite ou quelle justification opérationnelle a-t-on fournie au donneur pour expliquer cette décision?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1338 --
M. Pierre Nantel:
En ce qui concerne Bibliothèque et Archives Canada (BAC), depuis le 1er janvier 2005: a) quelles sont les sections et succursales qui existent ou ont existé, pour chacune des années; b) combien d’archivistes travaillent ou ont travaillé dans chacune des sections et succursales, pour chacune des années, en prenant soin d’indiquer le nombre d’employés à temps partiel et d’employés saisonniers; c) combien de gestionnaires travaillent pour chaque section et direction; d) combien d’articles ont été achetés; e) quelle était la valeur totale des articles achetés; f) combien de prêts interbibliothèques ont été enregistrés; g) quels ont été les coûts de fonctionnement liés aux prêts interbibliothèques; h) combien de voyages internationaux le chef de BAC a-t-il faits et combien ont coûté ces voyages?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1340 --
M. Matthew Kellway:
En ce qui concerne les centres de prélèvement de plasma sanguin à but lucratif proposés à Toronto et à Hamilton (Ontario): a) quand les exploitants des centres de prélèvement de plasma sanguin à but lucratif proposés ont-ils contacté Santé Canada; b) combien de consultations ont eu lieu entre Santé Canada et les exploitants des centres de prélèvement proposés; c) combien de consultations ont eu lieu entre Santé Canada et (i) la Société canadienne du sang, (ii) la province de l’Ontario; d) quand ces consultations ont-elles eu lieu ou, si aucune consultation n’a eu lieu, comment Santé Canada a-t-il déterminé que des consultations n’étaient pas nécessaires; e) quand l’endroit des centres de prélèvement proposés a-t-il été approuvé; f) quel processus les exploitants des centres de prélèvement proposés ont-ils suivi pour obtenir l’approbation de l’endroit choisi pour les centres de prélèvement; g) quelle est la politique de Santé Canada relative à l’exploitation de centres de prélèvement de plasma sanguin à but lucratif au Canada; h) quelle est la politique de Santé Canada relative à l’application des recommandations de la Commission d’enquête sur l’approvisionnement en sang du Canada (rapport Krever); i) quelles lois, règlements, processus de vérification, etc. sont actuellement en place pour assurer la sécurité de l’approvisionnement en sang au Canada; j) en ce qui concerne l’assurance de la sécurité de l’approvisionnement en sang au Canada, quel est le rôle de réglementation (i) de Santé Canada, (ii) de la province, (iii) de la Société canadienne du sang; k) quel rôle la Société canadienne du sang joue-t-elle dans l’établissement ou la réglementation des centres de prélèvement de plasma sanguin à but lucratif au Canada; l) que comporte le processus de vérification de Santé Canada lié à la délivrance d’une licence aux centres de prélèvement de plasma sanguin à but lucratif au Canada; m) quelle information les exploitants fournissent-ils à Santé Canada; n) à quelle fréquence Santé Canada procède-t-elle à une vérification de ces centres de prélèvement; o) quelles mesures Santé Canada et la Food and Drug administration des États-Unis prennent-ils pour assurer la sécurité des produits de plasma sanguin achetés aux États-Unis?
Response
(Le document est déposé)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1335--
Mr. Sean Casey:
With regard to the presence of foreign governments in Canada, specifically the operation or presence of any security, intelligence or law enforcement agencies: (a) what are the names of all law agencies operating with the permission and consent of the government within the sovereign territory of Canada, broken down by country; (b) is the government aware of any law enforcement agency present or operating without the consent and permission of the government; (c) what are the police powers of foreign law enforcement within Canada; (d) does the government allow any foreign law enforcement agency the power to act alone without the presence of a designated Canadian police or peace office present; (e) does the government grant power on a case-by-case basis to an agent of foreign law enforcement to stop any resident of Canada for questioning; (f) does the government allow agents of foreign law enforcement the power to present identification or a badge within Canada for the purpose of investigating within Canada; (g) does the government currently allow agents of foreign law enforcement agency the power to cross a Canadian border either by air, sea or land in possession of a weapon; (h) does the government intend to allow agents of a foreign law enforcement agency the power to enter, leave and operate in Canada with the power to enforce Canadian law, including the power to detain, questions and arrest a citizen or permanent resident of Canada; (i) does the government intend to extend the power to agents of a foreign government law enforcement agency the right of pre-emptive arrest or pre-emptive detention without warrant, as provided in Bill S-7; (j) does the government currently have a cap on the number of agents from a foreign law enforcement agency assigned to Canada and, if so, what is the maximum number of agents allowed; and (k) does the government allow agents of a foreign law enforcement agency the authority to operate their own police vehicles, including police boats, airplanes, or any motor vehicle, within Canada, including the use of sirens or other identifiable police markings?
Response
(Return tabled)

Question No. 1339--
Mr. Matthew Kellway:
With regard to military procurement projects, since 2001: (a) how many projects have been sole-sourced as opposed to following a competitive process; (b) which of these have been sole-sourced; (c) what was the rationale for each project being sole-sourced; (d) what is the Industrial and Regional Benefits (IRB) value for each sole-sourced procurement project; (e) does the IRB value for each sole-sourced project represent 100% of the project value (acquisition and in-service support); (f) what percentage of military procurement projects have been sole-sourced since 2001; (g) how many procurement projects have been sole-sourced each year between 2001 and the present year; and (h) which specific projects in each year have been sole-sourced between 2001 and the present?
Response
(Return tabled)

Question No. 1346--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to the Canadian Armed Forces, what was the breakdown of strength by rank for each Regular Force Unit of the Royal 22nd Regiment as of (i) January 1, 1995, (ii) January 1, 2000, (iii) January 1, 2005, (iv) January 1, 2010?
Response
(Return tabled)

Question no 1335 --
M. Sean Casey:
En ce qui concerne la présence de gouvernements étrangers au Canada, en particulier le fonctionnement ou la présence d’agences de sécurité, de services du renseignement ou d’organismes d’application de la loi: a) quels sont les noms de tous les organismes d’application de la loi qui exercent leurs activités sur le territoire souverain du Canada avec la permission et le consentement du gouvernement, ventilés par pays; b) le gouvernement sait-il si des organismes d’application de la loi sont présents au Canada ou exercent leurs activités au Canada sans son consentement et sa permission; c) quels sont les pouvoirs policiers des organismes étrangers d’application de la loi au Canada; d) le gouvernement permet-il aux organismes étrangers d’application de la loi d’agir seuls sans la présence d’un policier ou d’un agent de la paix canadien désigné; e) le gouvernement accorde-t-il des pouvoirs au cas par cas à un représentant d’un organisme étranger d’application de la loi pour qu’il puisse arrêter un résidant du Canada à des fins d’interrogation; f) le gouvernement permet-il à des représentants d’organismes étrangers d’application de la loi de présenter un insigne ou une carte d’identité pour pouvoir mener des enquêtes au Canada; g) le gouvernement permet-il actuellement à des représentants d’organismes étrangers d’application de la loi de franchir la frontière canadienne par voie aérienne, maritime ou terrestre en étant en possession d’une arme; h) le gouvernement a-t-il l’intention de permettre aux représentants d’organismes étrangers d’application de la loi d’entrer au Canada, de sortir du Canada et d’exercer leurs activités au Canada et d’appliquer les lois canadiennes, ce qui comprend le pouvoir de détenir un citoyen ou un résidant permanent du Canada, de l’interroger et de l’arrêter; i) le gouvernement a-t-il l’intention d’étendre aux représentants d’organismes étrangers d’application de la loi le pouvoir de procéder à des arrestations préventives ou à des détentions préventives sans mandat, comme le prévoit le projet de loi S-7; j) le gouvernement a-t-il actuellement un plafond quant au nombre de représentants d’organismes étrangers d’application de la loi en poste au Canada et, si oui, quel est le nombre maximal de représentants autorisés; k) le gouvernement permet-il à des représentants d’organismes étrangers d’application de la loi de posséder leurs propres véhicules de police, y compris leurs propres bateaux, avions ou véhicules automobiles au Canada, et leur permet-il d’utiliser des sirènes et/ou d’autres signes propres à la police?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1339 --
M. Matthew Kellway:
En ce qui concerne les projets d’acquisition de matériel militaire depuis 2001: a) combien ont été adjugés à un fournisseur unique plutôt que dans le cadre d’un processus concurrentiel; b) lesquels ont été adjugés à un fournisseur unique; c) pourquoi a-t-on choisi de les adjuger à un fournisseur unique; d) quelle est la valeur des retombées industrielles et régionales (RIR) de chaque projet adjugé à un fournisseur unique; e) la valeur des RIR de chaque projet adjugé à un fournisseur unique représente-t-elle 100 % de la valeur du projet (acquisition et soutien en service); f) quel pourcentage des projets d’acquisition de matériel militaire a été adjugé à un fournisseur unique depuis 2001; g) combien de projets d’acquisition ont été adjugés à un fournisseur unique chaque année entre 2001 et aujourd’hui; h) quels projets en particulier ont été adjugés à un fournisseur unique chaque année entre 2001 et aujourd’hui?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1346 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne les Forces armées canadiennes, quelle a été la répartition de l’effectif selon le rang pour chaque unité de la force régulière du Royal 22e Régiment au (i) 1er janvier 1995, (ii) 1er janvier 2000, (iii) 1er janvier 2005, (iv) 1er janvier 2010?
Response
(Le document est déposé)
View LaVar Payne Profile
CPC (AB)
View LaVar Payne Profile
2013-06-12 14:16 [p.18169]
Mr. Speaker, it is apparent that in the House our Conservative government stands alone in the fight against tax evasion. The New Democrats knowingly appointed a tax delinquent to be their revenue critic, and the Liberals will not ask why one of their senators is reportedly a beneficiary of a multi-million-dollar offshore bank account. The leaders of the NDP and the Liberal Party should explain to Canadians why they continue to protect these members over hard-working, law-abiding Canadian taxpayers.
Paying taxes is a reasonable responsibility shouldered by all Canadians. Not paying their fair share is irresponsible, inconsiderate and un-Canadian. The New Democrats and Liberals should demonstrate to Canadians that they take tax evasion seriously by ejecting reported tax delinquents from the Liberal and NDP caucuses.
Monsieur le Président, à la Chambre, nous, les conservateurs, sommes manifestement les seuls à lutter contre l'évasion fiscale. Après tout, les néo-démocrates ont, en toute connaissance de cause, nommé au poste de porte-parole en matière de revenu un député qui ne s'acquitte pas de ses impôts, et les libéraux refusent d'interroger une de leurs sénatrices à propos des millions de dollars qui auraient été mis à l'abri à son nom dans un compte bancaire à l'étranger. Les chefs du NPD et du Parti libéral devraient expliquer aux Canadiens pourquoi ils continuent à défendre ces individus plus que les vaillants et honnêtes contribuables canadiens.
Tous les Canadiens ont le devoir de payer leurs impôts. C'est raisonnable. Ne pas verser sa juste part au fisc, c'est irresponsable et c'est contraire aux valeurs canadiennes. Les néo-démocrates et les libéraux devraient expulser de leurs rangs les parlementaires qui se soustraient aux impôts, de manière à montrer aux Canadiens qu'ils prennent l'évasion fiscale au sérieux.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1326--
Ms. Kirsty Duncan:
With regard to homicides and attempted homicides among Somali-Canadian males in Canada since 2006: (a) what are the dates of each death, listed chronologically, and for each death, what is (i) the location where the death occurred, (ii) the Canadian home location if not the location of the death, (iii) the cause of death, (iv) whether the homicide was solved or not, and if unsolved, for how many years the death has remained unsolved, and how the time period compares with the average time to resolve homicides for the Canadian population as a whole, (v) whether a reward to solve the homicide was offered or not, and if a reward was offered, how much was offered, if the reward was ever claimed, (vi) whether in any given homicide case there is any on-going investigation, (vii) if this information cannot be provided, why not; (b) what are the dates of each attempted homicide, listed chronologically, and for each, what is (i) the location where the attempt occurred, (ii) the Canadian place of origin if not the location of the attempt, (iii) whether the attempted homicide was solved or not, and if unsolved, for how many years the attempt has remained unsolved, and how the time period compares with the average time to resolve homicides for the Canadian population as a whole, (iv) whether a reward was offered or not, and if a reward was offered, how much was offered, and if the reward was ever claimed, (v) whether in any given case there is any on-going investigation, (vi) if this information cannot be provided, why not; (c) for each year, what is the number of Somali-Canadian homicides that occurred by Canadian city, (i) what percentage did Somali-Canadian homicides comprise of the total homicides in the identified city by year, (ii) what percentage of Somali-Canadian homicides by city by year went unsolved compared with that of the general Canadian population, (iii) what percentage does the Somali-Canadian population comprise for each identified city, and how does this percentage compare with the percentage of Somali-Canadian homicides for the city for each year, (iv) if this information cannot be provided, why not; (d) for each year, what is the number of Somali-Canadian attempted homicides that occurred by Canadian city, (i) what percentage did Somali-Canadian attempted homicides comprise of the total attempted homicides in the identified city by year, (ii) what percentage of Somali-Canadian attempted homicides by city went unsolved compared with that of the general Canadian population in the identified city by year, (iii) what percentage does the Somali-Canadian population comprise for each identified city, and how does this percentage compare with the percentage of Somali-Canadian attempted homicides for the city, (iv) if this information cannot be provided, why not; (e) what research and investment has the government undertaken to explore these homicides and attempted homicides, and if any, what are the studies, dates, and monetary investment, and specifically (i) the total actual number of deaths and whether or not the violence is increasing, (ii) from what Canadian cities are the victims, (iii) what are the causes of the violence, and can they be reduced, (iv) what are solutions to stem the violence; (f) what, if any, research or investment has been given to consider whether (i) a federal judicial task force should investigate why so many Somali-Canadians are killed in Canada, many without corresponding charges or arrests, (ii) the Standing Committee on Public Safety and National Security or a special committee should investigate these deaths, and make recommendations to reduce the violence; (g) what research or investment has been given to consider whether a provincial-federal employment and opportunity program supporting Somali-Canadians might help reduce the violence, and if any, what are the studies, dates, and actual investment; (h) what research or investment has been given to support Somali-Canadians in accessing employment opportunities with the RCMP and the Ontario Provincial Police, and if any, what are the studies, dates, and actual investment; (i) what research or investment has been given to strengthening the witness protection program to encourage more witnesses to come forward, and if any, what are the studies, dates, and actual investment; (j) what research or investment has been given to reducing homicides and attempted homicides among the Somali-Canadian population and, if any, what are the studies, dates, and actual investment, and any recommendations to reduce the violence; and (k) what, if any, research or investment has been given to estimating (i) the direct and indirect health care costs of each attempted homicide, (ii) the costs to the mental health care and social care system to support the victim and family, (iii) how these costs compare with any federal inquiry or study by the Standing Committee on Public Safety and National Security or a special committee to study the issue and provide preventive recommendations, and what are studies, dates, and actual investment?
Response
(Return tabled)

Question No. 1327--
Mr. Sean Casey:
With respect to the Community Volunteer Income Tax Program (CVITP) in Charlottetown, Prince Edward Island: (a) what is the level of support the CVITP has received from Canada Revenue Agency (CRA) over the past five years, broken down by fiscal year, including (i) the nature of the support offered each year, (ii) the cost to CRA to provide this support; and (b) does CRA have plans to reduce, eliminate, increase, or restore support to the CVITP in Charlottetown?
Response
(Return tabled)

Question No. 1328--
Mr. Sean Casey:
With respect to correspondence from Parliamentarians addressed to the Minister of National Revenue, for the period September 1, 2010 to the present: (a) what is the amount of correspondence, initiated by Parliamentarians (MPs and Senators), that has gone unanswered (i) after three months, (ii) after six months; (b) what percentage of correspondence not answered after three months was from (i) Conservative MPs and Senators, (ii) Liberal MPs and Senators, (iii) NDP MPs, (iv) other MPs and Senators; (c) what percentage of correspondence not answered after six months was from (i) Conservative MPs and Senators, (ii) Liberal MPs and Senators, (iii) NDP MPs, (iv) other MPs and Senators; and (d) what is the average response time for correspondence received from (i) Conservative MPs or Senators, (ii) Liberal MPs or Senators, (iii) NDP MPs, (iv) other MPs or Senators?
Response
(Return tabled)

Question No. 1329--
Ms. Niki Ashton:
With regard to government funding specifically dedicated to ending violence against women, what was the total amount of funding, broken down by fiscal year, from fiscal year 2006-2007 up to and including fiscal year 2011-2012, broken down by (i) the department or agency responsible for the funding, (ii) the program or initiative from which the funding came, (iii) the project name, (iv) the total value of the project, (v) description of the project, (vi) entity responsible for delivering the project, (vii) length of the project, (viii) geographic target of the project, if applicable, by province and federal riding?
Response
(Return tabled)

Question No. 1330--
Mr. Francis Scarpaleggia:
With regard to the impact of Pierre Elliott Trudeau International Airport on the Bouchard Stream, in the City of Dorval, Quebec, that flows into Lac Saint-Louis: (a) does the government have data, obtained either through reporting to the National Pollutant Release Inventory, or by any other means, on (i) the quantity of the de-icing agent glycol used by the airport on an annual basis, (ii) the quantity of glycol that is recycled on an annual basis, (iii) the quantity that escapes into the surrounding environment near, or at, Bouchard Stream on an annual basis; (b) if the quantities in (a) are known, what are these quantities, by year, for every year since 2000; (c) does any department or agency monitor the quality of the water in the Bouchard Stream to ascertain whether it might contain deleterious substances harmful to fish that could originate from the operations of the airport or from surrounding industries; and (d) does the government work with provincial and municipal authorities in the City of Dorval and the City of Montreal to ensure that the Bouchard Stream and Lac Saint-Louis are not being polluted by deleterious substances harmful to fish?
Response
(Return tabled)

Question No. 1331--
Mr. Francis Scarpaleggia:
With regard to offenders admitted to the Correctional Service of Canada institutions since 2000: (a) by institution, how many offenders have been admitted each year; (b) by institution, how many offenders admitted each year had previously served a sentence in that, or another, federal institution; and (c) by institution, how many offenders admitted each year had previously served a sentence in a provincial correctional facility?
Response
(Return tabled)

Question no 1326 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne les homicides et tentatives d’homicide chez les hommes somalo-canadiens au Canada depuis 2006: a) quelles sont les dates de chaque décès, en ordre chronologique, et pour chaque décès, indiquez (i) le lieu du décès, (ii) l’adresse domiciliaire canadienne à défaut du lieu du décès, (iii) la cause du décès, (iv) si l’homicide a été élucidé ou non et, si non, depuis combien de temps la cause du décès demeure inconnu et comment ce délai se compare-t-il au délai moyen d’élucidation des homicides pour l’ensemble de la population au Canada, (v) si une récompense a été offerte ou non pour élucider l’homicide et, si oui, à combien s’élevait-elle et a-t-elle déjà été réclamée, (vi) si une enquête est en cours dans tout cas d’homicide, (vii) si ces renseignements ne peuvent être divulgués, pourquoi pas; b) quelles sont les dates des tentatives d’homicide individuelles, en ordre chronologique, et pour chaque tentative, indiquez (i) le lieu de la tentative, (ii) le lieu d’origine au Canada à défaut du lieu de la tentative, (iii) si la tentative d’homicide a été élucidée ou non et, si non, depuis combien d’années demeure-t-elle non élucidée et comment ce délai se compare-t-il au délai moyen d’élucidation des homicides pour l’ensemble de la population au Canada, (iv) si une récompense a été offerte ou non et, si oui, à combien s’élevait-elle et a-t-elle déjà été réclamée, (v) si une enquête est en cours dans tout cas de tentative d’homicide, (vi) si ces renseignements ne peuvent être divulgués, pourquoi pas; c) à l’égard de chaque année et de chaque ville canadienne, quel est le nombre d’homicides somalo-canadiens qui ont été commis, (i) à l’égard de chaque année et de chaque ville, quel pourcentage d’homicides somalo-canadiens représente le total d’homicides commis, (ii) à l’égard de chaque année et de chaque ville, quel pourcentage d’homicides somalo-canadiens n’ont pas été élucidés comparativement aux homicides chez la population canadienne en général, (iii) quel pourcentage représente la population somalo-canadienne dans chacune des villes figurant dans la liste et comment se pourcentage se compare-t-il au pourcentage d’homicides de somalo-canadiens commis dans la ville chaque année, (iv) si ces renseignements ne peuvent être divulgués, pourquoi pas; d) à l’égard de chaque année et de chaque ville canadienne, combien y a-t-il eu de tentatives d’homicide, (i) quel pourcentage de ces tentatives d’homicide ont-ils été commis par des somalo-canadiens, (ii) à l’égard de chaque ville et de chaque année, quel pourcentage de tentatives d’homicide commis par des somalo-canadiens n’ont pas été élucidés comparativement aux tentatives d’homicide chez la population canadienne en général, (iii) quel pourcentage représente la population somalo-canadienne dans chacune des villes figurant dans la liste et comment se pourcentage se compare-t-il au pourcentage de tentatives d’homicide de somalo-canadiens commis dans la ville, (iv) si ces renseignements ne peuvent être divulgués, pourquoi pas; e) quels travaux de recherche et quelles sommes le gouvernement a-t-il consacrés pour explorer ces homicides et tentatives d’homicide et, le cas échéant, quelles sont les études, les dates, ainsi que les fonds qui ont été consacrés, plus particulièrement (i) le nombre total de décès et si la violence augmente ou non, (ii) de quelles villes canadiennes sont les victimes, (iii) quelles sont les causes de la violence, et est-il possible de la réduire, (iv) quelles solutions propose-t-on pour l'endiguer; f) le cas échéant, quels travaux de recherche ou sommes a-t-on consacrés pour déterminer si (i) un groupe de travail fédéral possédant une capacité judiciaire devrait enquêter sur les raisons pour lesquelles un si grand nombre de somalo-canadiens sont tués au Canada sans que personne ne soit accusé ou détenu dans bien des cas, (ii) le Comité permanent de la sécurité publique et nationale ou un comité spécial devrait enquêter ces décès et formuler des recommandations afin de juguler la violence; g) quels travaux de recherche ou quelles sommes ont été consacrés en vue de déterminer si un programme provincial-fédéral de création d’emplois ou d’accès à l’emploi appuyant les somalo-canadiens contribuerait à contenir la violence et, le cas échéant, énumérez les études, les dates, ainsi que les fonds qui y ont été consacrés; h) quels travaux de recherche ou quelles sommes ont été consacrés pour faciliter l’accès à l’emploi des somalo-canadiens au sein de la GRC et de la Police provinciale de l’Ontario et, le cas échéant, énumérez les études, les dates, ainsi que les fonds qui y ont été consacrés; i) quels travaux de recherche ou quelles sommes ont été consacrés pour renforcer le programme de protection des témoins afin d’inciter un plus grand nombre de témoins à se faire connaître et, le cas échéant, énumérez les études, les dates, ainsi que les fonds qui y ont été consacrés; j) quels travaux recherche ou quelles sommes ont été consacrés afin de réduire le nombre d’homicides et de tentatives d’homicide au sein de la population somalo-canadienne et, le cas échéant, quelles sont les études, les dates, ainsi que les fonds qui ont été en vue d’endiguer la violence; k) le cas échéant, quels travaux de recherche ou quelles sommes ont été consacrés pour évaluer (i) les coûts directs et indirects en soins de santé de chaque tentative d’homicide, (ii) les coûts pour le système de soins de santé mentale et des services sociaux de venir en aide aux victimes et aux familles, (iii) comment ces coûts se comparent-ils aux enquêtes ou études fédérales menées par le Comité permanent de la sécurité publique et nationale pour étudier la question et formuler des recommandations préventives, et énumérez les études, les dates, ainsi que les sommes qui y ont été consacrées?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1327 --
M. Sean Casey:
En ce qui concerne le Programme communautaire des bénévoles en matière d’impôt (PCBMI) à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard: a) quelle est l’envergure du soutien que le PCBMI a reçu de l’Agence du revenu du Canada (ARC), par exercice financier, y compris (i) la nature du soutien offert au cours de chaque exercice, (ii) le coût que représente ce soutien à l’ARC; b) l’ARC prévoit-elle réduire, éliminer, augmenter ou rétablir le soutien offert au PCBMI à Charlottetown?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1328 --
M. Sean Casey:
En ce qui concerne la correspondance que les parlementaires ont adressée à la ministre du Revenu national du 1er septembre 2010 jusqu’à maintenant: a) combien de correspondance, expédiée par des parlementaires (députés et sénateurs), est restée sans réponse (i) après trois mois, (ii) après six mois; b) quel pourcentage de la correspondance restée sans réponse après trois mois provenait de (i) députés et sénateurs conservateurs, (ii) députés et sénateurs libéraux, (iii) députés néo-démocrates, (iv) d’autres députés et sénateurs; c) quel pourcentage de la correspondance restée sans réponse après six mois provenait de (i) députés et sénateurs conservateurs, (ii) députés et sénateurs libéraux, (iii) députés néo-démocrates, (iv) d’autres députés et sénateurs; d) quel est le temps de réponse moyen à la correspondance reçue de (i) députés et sénateurs conservateurs, (ii) députés et sénateurs libéraux, (iii) députés néo-démocrates, (iv) d’autres députés et sénateurs?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1329 --
Mme Niki Ashton:
En ce qui concerne les fonds du gouvernement pour mettre fin à la violence faite aux femmes, à combien s’élèvent au total les fonds versés de 2006-2007 à 2011-2012 inclusivement, avec ventilation par exercice et par (i) ministère ou organisme responsable du financement, (ii) programme ou projet d’où venaient les fonds, (iii) titre du projet, (iv) valeur totale du projet, (v) description du projet, (vi) entité responsable de l’exécution du projet, (vii) durée du projet, (viii) zone géographique visée par le projet, s’il y a lieu, par province ou circonscription fédérale?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1330 --
M. Francis Scarpaleggia:
En ce qui concerne les effets de l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau sur le ruisseau Bouchard, dans la ville de Dorval (Québec), qui se jette dans le lac Saint-Louis: a) le gouvernement dispose-t-il de données, obtenues au moyen de rapports à l’Inventaire national des rejets de polluants ou par n’importe quel autre moyen, sur (i) la quantité d’agent glycolique de dégivrage utilisé par l’aéroport chaque année, (ii) la quantité de glycol recyclé chaque année, (iii) la quantité qui se répand dans les environs immédiats, près du ruisseau Bouchard ou dans celui-ci, chaque année; b) si les quantités en a) sont connues, quelles sont ces quantités, par année, pour chaque année depuis 2000; c) un ministère ou organisme surveille-t-il la qualité de l’eau du ruisseau Bouchard pour s’assurer que celle-ci ne contient pas de substances nocives pour les poissons qui pourraient provenir des activités de l’aéroport ou des industries avoisinantes; d) le gouvernement veille-t-il, de concert avec les autorités provinciales et municipales de la Ville de Dorval et de la Ville de Montréal, à s’assurer que le ruisseau Bouchard et le lac Saint-Louis ne sont pas pollués par des substances nocives pour les poissons?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1331 --
M. Francis Scarpaleggia:
En ce qui concerne les délinquants admis dans les établissements du Service correctionnel du Canada depuis 2000: a) par établissement, combien de délinquants ont été admis chaque année; b) par établissement, combien de délinquants admis chaque année avaient déjà purgé une peine dans le même établissement ou un autre établissement fédéral; c) par établissement, combien de délinquants admis chaque année avaient déjà purgé une peine dans un établissement correctionnel provincial?
Response
(Le document est déposé)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1318--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to projects funded through the Global Peace and Security Fund, for each fiscal year from 2006-2007 to 2012-2013, how many projects were funded, broken down by (i) recipient of project, (ii) description of project, (iii) location of project, (iv) length of project, (v) value of project, (vi) sub-program and thematic area of project, (vii) type of funding?
Response
(Return tabled)

Question No. 1320--
Ms. Kirsty Duncan:
With regard to ongoing investigation into habitat conservation in Canada, and particularly the proposed National Conservation Plan: (a) what research, including all studies, findings and recommendations, and investment has the government undertaken to assess the full potential of the Species at Risk Act (SARA), in its current form, to contribute to national habitat conservation objectives; and (b) what research, including all studies, findings and recommendations, has the government undertaken to assess what will be required to ensure that the full potential of SARA to contribute to national habitat conservation objectives is realized?
Response
(Return tabled)

Question no 1318 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne les projets financés par le Fonds pour la paix et la sécurité mondiales, pour chaque exercice de 2006-2007 à 2012-2013, combien de projets ont été financés, ventilés par (i) bénéficiaire du projet, (ii) description du projet, (iii) endroit du projet, (iv) durée du projet, (v) valeur du projet, (vi) sous-programme et thème principal du projet, (vii) type de financement?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1320 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne l’enquête sur la conservation des habitats au Canada et notamment le projet de plan de conservation national: a) quelles recherches et études le gouvernement a-t-il menées, quelles constatations et recommandations a-t-il formulées et quels investissements a-t-il consentis pour évaluer la contribution possible de la Loi sur les espèces en péril à l’atteinte des objectifs de conservation des habitats; b) quelles recherches et études le gouvernement a-t-il menées et quelles constatations et recommandations a-t-il formulées pour assurer la pleine contribution de la Loi sur les espèces en péril à l’atteinte des objectifs de conservation des habitats?
Response
(Le document est déposé)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1317--
Mr. Scott Simms:
With regard to Bill C-11 from the 1st session of the 38th Parliament, “An Act to establish a procedure for the disclosure of wrongdoings in the public sector, including the protection of persons who disclose the wrongdoings”, what are the details of all codes of conduct that have been implemented, considered, modified, or withdrawn by the government under Chapter 46, clauses 5 through 7, of the bill since it received Royal Assent on November 25, 2005, and what is the current status of each code of conduct?
Response
(Return tabled)

Question no 1317 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne le projet de loi C-11 de la 1re session de la 38e législature, « Loi prévoyant un mécanisme de divulgation des actes répréhensibles et de protection des divulgateurs dans le secteur public », quels sont les détails des codes de conduite exécutés, examinés, modifiés ou supprimés par le gouvernement conformément aux articles 5 à 7 du Chapitre 46 depuis que le projet de loi a reçu la sanction royale le 25 novembre 2005, et quel est l’état actuel de chaque code de conduite?
Response
(Le document est déposé)
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)

Question No. 1311--
Mr. Malcolm Allen:
With regard to the horse meat contamination of imported goods: (a) what is the policy of the government in dealing with these products; (b) what percentage of imported meat is tested for horse meat contamination; (c) how many incidents of horse meat contamination have been discovered in the last 12 months, listed by product type, including all pertinent designations, port of discovery, date of discovery, total weight of contaminated goods, percentage of horse meat discovered in each case of contamination, all details about handling and packaging of each case of contamination, country of origin, shipper, receiver, distributor, intended destination, intended final product; (d) what action was taken upon discovery of each case of contamination; (e) how many cases of horse meat contaminated products were (i) sent back to the shipper, (ii) ordered destroyed, (iii) allowed to continue to their destination, (iv) made their way or were presumed to have made their way into the food system for human consumption; and (f) what are the brand names of products contaminated with horse meat sold to Canadians?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food and Minister for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), unidentified mixing of meat from different species is not permitted in Canada. Under the authority of the Meat Inspection Act and Regulations, the Food and Drugs Act and Regulations, and the Consumer Packaging and Labelling Act and Regulations, meat cuts, organs, and other carcass parts must be identified on labels with proper common names, including species names. This applies to meat from any species, including equine. The meat import program is designed to ensure imported meat products are equivalent to Canadian standards. The competent authority of the country of origin as well as any plant within that country must be CFIA approved before Canada will permit export of meat products into Canada. CFIA approval is only granted after an in depth and lengthy review to ensure that equivalency with Canadian standards can be achieved.
In addition, all types of imported meat products, including processed products, are subject to random testing to verify compliance with Canadian law. Random samples of all imported meat products are tested and, should a violation be identified, the shipment is rejected for entry into Canada. In such a case, the competent authority of the exporting country as well as the exporting plant must isolate the source of the problem, develop and implement a corrective plan and demonstrate that the appropriate corrective action has been taken. Once these steps have been satisfactorily completed, export of meat products to Canada may resume under intensified CFIA testing. Sampling and testing return to the normal frequency only once compliance with Canadian standards has been established through a series of consecutive acceptable test results.
With regard to (b), species verification testing is based upon risk and varies year to year. This testing is not carried out to ensure safety. This testing is primarily aimed at the detection of fraudulent practices. As Canada does not import a significant percentage of the meat consumed domestically, the sampling and testing is carried out in a prescriptive manner when shipments are received or when CFIA inspection staff feel there is a potential issue.
With regard to (c), (d), (e) and (f), no positive samples were identified with horsemeat in any products.

Question No. 1312--
Mr. Dennis Bevington:
With regard to Giant Mine in Yellowknife, Northwest Territories, from the time the mine entered production in 1948 until ceasing operations in 2004, what was the total amount (not adjusted for inflation) paid to Canada in royalties for the over seven million ounces of gold produced by the mine?
Response
Hon. Bernard Valcourt (Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development, CPC):
Mr. Speaker, based on an assessment of historical documents going back into the 1940s, the total royalties paid to the Government of Canada from all of the mines located on the Giant claim block, including Giant, Lolor and Supercrest, is approximately $4 million, based on the 4%-5% royalties in effect at the time.

Question No. 1313--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to the Agroforestry Development Centre: (a) have any studies been conducted, either internally within the government or by external consultants or advisors, to identify the costs or benefits of the proposed divestiture of the Agroforestry Development Centre at Indian Head, Saskatchewan, including any possible continuation of any science or research activity at the existing site or elsewhere; (b) who prepared the studies; (c) when were those studies completed; and (d) what were the detailed results of any such study?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food and Minister for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the answer is yes.
With regard to (b), the study was prepared by SEPW Architecture Inc. through a specific service agreement with Public Works and Government Services Canada on behalf of AAFC.
With regard to (c), the study was completed December 21, 2012.
With regard to (d), the report detailed options regarding the Agroforestry Development Centre.
AAFC is currently considering options for the agroforestry science and research activities at the Agroforestry Development Centre in the context of future requirements for research in agroforestry at AAFC while ensuring prudent stewardship of public funds.

Question No. 1315--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to the letter sent by Service Canada concerning changes to the Employment Insurance program entitled “Changes to Employment Insurance”: (a) how many letters were sent, broken down by (i) province, (ii) date sent; (b) on what date was the decision made to issue this letter; (c) on what date was the final draft of the letter approved by the office of the Minister of Human Resources and Skills Development; (d) how much did it cost to write, review and mail out these letters; and (e) how many other mass mailings have been conducted over the past 15 years regarding Employment Insurance and how large were they?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, with regard to the letter entitled “Changes to Employment Insurance” sent by Service Canada concerning changes to the employment insurance program and in regard to (a)(i), in Newfoundland and Labrador, there were 212,572 addressees; in Nova Scotia, 396,159 addressees; in Prince Edward Island, 60,720 addressees; in New Brunswick, 328,564 addressees; and in Quebec, 3,552,488 addressees.
With regard to (a)(ii), a total of 4,550,503 letters were sent. These letters were mailed on March 19, March 20 and March 25, 2013.
With regard to (b), the final decision to move forward with this project was taken on March 7, 2013. An assessment on cost of the mailing and discussions on the letter’s content and design took place prior to a decision being taken.
With regard to (c), the final draft was approved by the minister’s office on March 8, 2013.
With regard to (d), the letter was drafted internally by departmental staff. Therefore, there is no cost associated to the development of the letter. The total cost of mailing out the letters was $823,493.24 which includes printing and postage costs, excluding taxes.
With regard to (e), it is important that policy changes to our programs be communicated to Canadians as clearly as possible. While no other similar mailings have been conducted in the past six years on employment insurance, there have been mail-outs for other programs. An example is the future change in the age of eligibility for old age security last year. Financial records are only kept by the department for six years. Contracts or procurement conducted prior to the past six years require specific details for archive retrieval such as contractor name, contract number or financial codes.

Question no 1311 --
M. Malcolm Allen:
En ce qui concerne les produits importés contaminés à la viande chevaline: a) quelle est la politique du gouvernement par rapport à ces produits; b) quel pourcentage de viandes importées fait l’objet d’analyses pour déterminer si elles contiennent de la viande chevaline; c) combien de cas de contamination à la viande chevaline ont été détectés au cours des 12 derniers mois, énumérés par type de produit, incluant toutes les mentions pertinentes, le port de déchargement, la date du déchargement, le poids total des produits contaminés, le pourcentage de viande chevaline détecté dans chaque cas de contamination, tous les détails concernant la manutention et l’emballage pour chaque cas de contamination, le pays d’origine, le nom de l’expéditeur, du consignataire, du distributeur, la destination prévue et le produit final prévu; d) quelle mesure a été prise suite à la détection, pour chaque cas de contamination; e) combien de cas de contamination à la viande chevaline (i) ont fait l’objet d’un renvoi à l’expéditeur, (ii) ont fait l’objet d’une ordonnance de destruction, (iii) ont été autorisés à atteindre leur destination, (iv) ont atteint ou ont pu atteindre la chaîne alimentaire à des fins de consommation humaine; f) quelles sont les marques de commerce des produits contaminés à la viande chevaline vendus aux Canadiens?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le mélange non indiqué de viandes de différentes espèces n’est pas autorisé au Canada. Aux termes de la Loi sur l’inspection des viandes et de son Règlement, de la Loi sur les aliments et drogues et de son Règlement et de la Loi sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation et de son Règlement, les morceaux des viandes, les organes et d’autres parties des carcasses doivent être indiqués sur les étiquettes par les noms communs appropriés, dont les noms des espèces. Ces dispositions s’appliquent à toutes les espèces dont l’espèce équine. Le programme d’importation de la viande est conçu de telle sorte que les produits carnés importés au Canada répondent à des normes équivalant à celles du Canada. L’autorité compétente du pays d’origine ainsi que toute exploitation de ce pays doivent être agréées par l’Agence canadienne d'inspection des aliments, l’ACIA, avant que le Canada ne leur permette d’exporter des produits carnés vers son territoire. L’approbation de l’ACIA n’est accordée qu’après un long examen en profondeur pour confirmer qu’il leur est possible d’arriver à l’équivalence avec les normes canadiennes.
De plus, tous les types de produits carnés importés, y compris les produits transformés, sont assujettis à des analyses aléatoires pour vérifier qu’ils sont conformes aux lois canadiennes. Des échantillons aléatoires de tous les produits carnés importés sont analysés et, si une infraction est décelée, l’envoi est interdit d’entrée au Canada. Dans ce cas, l’autorité compétente du pays exportateur ainsi que l’exploitation exportatrice doivent isoler la source du problème, élaborer et mettre en œuvre un plan correcteur et prouver que la mesure de correction appropriée a été appliquée. Une fois ces étapes franchies à la satisfaction du Canada, les exportations de produits carnés peuvent reprendre tout en restant l’objet de tests intensifiés par l’ACIA. Les fréquences de l’échantillonnage et des analyses reviennent à la normale seulement lorsque la conformité aux normes canadiennes aura été établie par une série de résultats acceptables obtenus dans des épreuves consécutives.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la réalisation d’épreuves de vérification des espèces dépend du risque et varie d’une année à l’autre. Ces vérifications ne sont pas conduites à des fins d’assurance de la salubrité. Elles ont principalement pour objet de déceler les pratiques frauduleuses. Comme le Canada n’importe pas un pourcentage appréciable de viande pour la consommation nationale, l’échantillonnage et l’analyse sont effectués d’une manière normative lorsque les envois sont reçus et/ou lorsque le personnel d’inspection de l’ACIA juge qu’il existe un risque potentiel.
Enfin, en ce qui concerne les parties c), d), e) et f) de la question aucun échantillon n’a révélé la présence de viande de cheval dans un quelconque produit.

Question no 1312 --
M. Dennis Bevington:
En ce qui concerne la mine Giant à Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest), depuis que la mine est entrée en production en 1948 jusqu’à la fin de son exploitation en 2004, quelle a été la somme totale des redevances versées au Canada (sans correction en fonction de l’inflation) pour les sept millions d’onces d’or et plus produites par la mine?
Response
L'hon. Bernard Valcourt (ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, PCC):
Monsieur le Président, basé sur les document historiques datant des années 1940 et sur un taux de redevances de 4 à 5 % en vigueur à cette époque, le montant total payé en redevances minières pour la mine Giant est approximativement de 4 millions de dollars. Cela inclut la mine Giant-Lolor-Supercrest.

Question no 1313 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne le Centre du développement de l’agroforesterie: a) des études ont-elles été effectuées, à l’interne au gouvernement ou par des consultants externes, pour cerner les coûts ou les avantages du projet de désaisissement du Centre du développement de l’agroforesterie à Indian Head (Saskatchewan), ainsi que de la continuation éventuelle des activités de science ou de recherche à l’emplacement actuel ou ailleurs; b) qui a préparé les études; c) quand les a-t-on terminées; d) quels en ont été les résultats détaillés?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, PCC):
Monsieur le Président, la réponse à la partie a) de la question est oui.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, l’étude a été réalisée par SEPW Architecture Inc. dans le cadre d’une convention particulière de services avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada pour le compte d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, AAC.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, l’étude a pris fin le 21 décembre 2012.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, le rapport décrit les options concernant le Centre de développement de l'agroforesterie.
AAC examine actuellement les options relatives aux activités de science et de recherche au Centre du développement de l’agroforesterie en prévision de besoins futurs en matière de recherche dans le domaine de l’agroforesterie à AAC tout en veillant à une gestion prudente des fonds publics.

Question no 1315 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne la lettre envoyée par Service Canada au sujet des modifications au régime d'assurance-emploi intitulée « Changements à l'assurance-emploi »: a) combien de lettres ont été envoyées, ventilé par (i) province, (ii) date d'envoi; b) à quelle date la décision d'envoyer une telle lettre a-t-elle été prise; c) à quelle date la version finale de la lettre a-t-elle été approuvée par le bureau de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences; d) combien a coûté la rédaction, la révision et l'envoi de ces lettres; e) au cours des 15 dernières années, combien d'autres envois massifs au sujet de l'assurance-emploi ont été effectués et quelle fut l'ampleur de ces envois?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la lettre en question a été envoyée à: 212 572 destinataires de Terre-Neuve-et-Labrador; 396 159 destinataires de la Nouvelle-Écosse; 60 720 destinataires de l’Île-du-Prince-Édouard; 328 564 destinataires du Nouveau-Brunswick; et 3 552 488 destinataires du Québec.
Un total de 4 550 503 lettres ont été envoyées. Celles-ci ont été postées en trois vagues, soit les 19, 20 et 25 mars 2013.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la décision officielle de mettre en avant le projet a été prise le 7 mars 2013. La décision a toutefois été précédée d’une exploration du coût de l’envoi et de discussions sur le contenu et le design de la lettre.
En ce qui concerne la partie c) de la question, l’ébauche finale a été approuvée par mon cabinet le 8 mars 2013.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, la lettre a été rédigée à l’interne par les employés du ministère. Par conséquent, il n'y a pas de coût associé à l'élaboration de la lettre. Le coût total de l'envoi des lettres était de 823 493,24 $. Ce montant comprend les frais d'impression et de port sans les taxes.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, il est important que les changements politiques apportés à nos programmes soient communiqués aux Canadiens aussi clairement que possible. Bien qu’aucun autre envoi similaire au sujet de l’assurance-emploi n’ait été fait au cours des six dernières années, il y a eu des envois postaux pour d’autres programmes, tel que le changement futur quant à l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse l'année dernière. Le ministère ne conserve les dossiers financiers que pour une période de six ans. Ainsi, pour retracer des contrats ou achats faits au-delà de cette période de six ans, il nous faudrait des informations spécifiques pour faire des recherches dans les archives, soit le nom du fournisseur, le numéro du contrat ou le codage financier.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 1302--
Mr. Philip Toone:
With regard to funding in the electoral district of Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, what is the total amount of federal funding allocated to the electoral district from fiscal year 2011-2012 up to and including the current fiscal year, broken down by year, department, agency, initiative and amount?
Response
(Return tabled)

Question No. 1304--
Ms. Françoise Boivin:
With regard to the distribution of jobs with federal departments and agencies in the National Capital Region (NCR): (a) how many jobs were located in the Quebec part of the NCR in 2013; (b) how many jobs were located in the Ontario part of the NCR in 2013; (c) how many jobs in the Quebec part of the NCR will be eliminated as a result of the cuts introduced in the last budget; and (d) how many jobs in the Ontario part of the NCR will be eliminated as a result of the cuts introduced in the last budget?
Response
(Return tabled)

Question No. 1305--
Hon. Irwin Cotler:
With regard to Bill C-10, in the year after it received royal assent: (a) broken down by offence, how many people have been charged for offences created by the bill; (b) broken down by offence, how many people have been convicted of offences created by the bill; (c) broken down by offence, what sentences have been issued to people convicted of offences created by the bill; (d) broken down by offence, how many people have been charged under the provisions of the bill; (e) broken down by offence, how many people have been convicted under the provisions of the bill; (f) broken down by offence, how many people have been sentenced under the provisions of the bill; (g) broken down by offence, what sentences have been issued to people sentenced under the provisions of the bill; (h) in how many of the cases in (d) was a constitutional argument raised by the offender (i) at trial, (ii) on appeal; (i) broken down by geographic jurisdiction and instance, how many cases in (d) are pending (i) at the trial level, (ii) on appeal; (j) how much money has the government spent on prosecutions under the provisions of the bill; (k) how much money has the government spent defending the constitutionality of the bill; (l) in what cases, if any, did the bill provide for punishment where none was provided for under previously-existing provisions of the Criminal Code; (m) broken down by offence and length of sentence, in what cases, if any, did an offender sentenced under the provisions of the bill receive a longer sentence than what was allowed for under previously-existing provisions of the Criminal Code; (n) in what ways has the bill made streets and communities safer; (o) in what ways, if any, has the government reviewed the effectiveness of the bill; (p) what were the results of any such reviews; (q) what reviews of the effectiveness of the bill, if any, are ongoing; (r) when will the results of any such reviews be made available to Parliament; (s) what factors has the government considered when evaluating the effectiveness of the bill; (t) by what standard does the government determine whether repeal of the bill for ineffectiveness is appropriate; (u) what is the prosecution rate for offences created by the bill; (v) what is the prosecution rate for offences with one or more sentencing provisions modified by the bill; (w) what was the prosecution rate for the offences in (v) prior to the coming-into-force of the bill; (x) what is the prosecution rate for offences otherwise modified by the bill; (y) what was the prosecution rate for offences in (x) prior to the coming-into-force of the bill; (z) what is the prosecution rate for all federal offences in Canada; (aa) what is the projected rate of recidivism for offenders convicted under the provisions of the bill; (bb) in what ways has the government worked with provinces and territories to inform prosecutors and police services of the provisions of the bill; (cc) broken down by province or territory, what funding has the government provided to provinces and territories to assist with the implementation of the bill; (dd) what studies, if any, have been undertaken of the impact of the bill on the number of inmates in (i) federal custody, (ii) provincial custody; (ee) what are the results of any such studies; (ff) what is the projected impact of the bill on the number of inmates in (i) federal custody, (ii) provincial custody; (gg) what evidence exists to suggest that the provisions in the bill have deterred criminal activity; (hh) broken down by province and territory, which specific communities, if any, have been made safer by the bill; (ii) in what ways have the communities in (hh) been made safer; (jj) what evidence exists to demonstrate that the communities in (hh) have been made safer; (kk) broken down by province and territory, which specific streets, if any, have been made safer by the bill; (ll) in what ways have the streets in (kk) been made safer; (mm) what evidence exists to demonstrate that the streets in (kk) have been made safer; (nn) which First Nations, Métis, and Inuit communities, if any, have been made safer by the bill; (oo) in what ways have the communities in (nn) been made safer; (pp) what evidence exists to demonstrate that the communities in (nn) have been made safer; (qq) in what ways have people traditionally marginalized by the criminal justice system, such as women, aboriginal Canadians, and low-income Canadians, been made safer by the bill; and (rr) what evidence exists to demonstrate that the people in (qq) have been made safer?
Response
(Return tabled)

Question No. 1306--
Hon. Irwin Cotler:
With regard to the crisis in Syria: (a) what criteria does the government use to determine (i) whether to intervene, (ii) when to intervene, (iii) the nature and scope of any intervention; (b) who makes the determination in (a) and how; (c) what sources does the government rely upon in determining (a); (d) what legal obligations are considered with respect to (a) and in what ways does the Responsibility to Protect doctrine factor into decision making under (a); (e) in what ways has the government evaluated its obligations under the Responsibility to Protect doctrine with respect to Syria; (f) when were such evaluations done, by whom, and with what outcome; (g) have the criteria by which the government determines its official policy towards the crisis in Syria changed since 2012; (h) when the Minister of Foreign Affairs publicly expressed his support for an indictment of Bashar al-Assad by the International Criminal Court (ICC) in 2012, was this the position of the government and does it remain the position of the government that al-Assad ought to be indicted by the ICC; (j) with respect to Canada’s decision not to sign on to the request of 57 countries made in January, 2013, to ask the Security Council to refer the situation in Syria to the ICC, did Canada support this request; (k) with respect to (j), when, why, how, and by whom were the determinations made in this regard, and when was Canada approached to join in this endeavor and by what means; (l) what criteria were applied in determining whether to support this effort; (m) are there any specific policies or directives within the Department of Foreign Affairs and International Trade that guide decision-making with regard to Canadian intervention in situations of humanitarian crisis; (n) was the decision not to sign the Swiss-led letter asking the United Nations Security Council to refer the situation in Syria to the ICC made by the Minister of Foreign Affairs; (o) were any other officials at the Department of Foreign Affairs and International Trade involved in the decision-making process to determine whether to support the Swiss-led international request letter; (p) were any other cabinet officials involved in the decision-making process to determine whether to support the Swiss-led international request letter; (q) was the government made aware of this specific international initiative in advance of the official lodging of the request with the United Nations on January 14, 2013, and (i) if so, how was the government made aware of this initiative, (ii) when was the government made aware of this initiative; (r) did the decision-making process to determine whether to support the Swiss-led international request letter include (i) consultations with the Minister’s counterparts from any other countries, (ii) consultations with the Minister’s counterparts in any of the 56 countries that ultimately supported the Swiss-led initiative, (iii) consultations with any international or intergovernmental organizations; (s) did the government make submissions promoting a specific policy approach with regard to the Swiss-led initiative to (i) the governments of any other countries, (ii) the governments of any of the 50-plus countries that ultimately supported the Swiss-led initiative, (iii) any international or intergovernmental organizations; (t) what steps is the government taking to bring al-Assad before the ICC; (u) has Canada raised al-Assad’s conduct as an issue before the Security Council; (v) what legal remedies has the government invoked with respect to addressing the situation in Syria; (w) what legal remedies has the government invoked with respect to al-Assad in particular; and (x) does the government support an International Criminal Tribunal for Syria?
Response
(Return tabled)

Question No. 1307--
Ms. Kirsty Duncan:
With regard to Canada's submission under the Convention on the Law of the Sea: (a) what is the precise extent that will be included in the claim and what scientific research supports that claim; (b) does the government anticipate that Canada's submission will overlap with claims of other nations, (i) if so, has Canada begun consultation with other nations with which its submission may overlap, (ii) which countries has Canada consulted, (iii) what were the dates of those consultations, (iv) what briefings were prepared for those consultations, (v) what briefings were prepared for the Minister responsible after the consultations; (c) which department is the lead agency on Canada’s submission and which other departments are involved; (d) who are the external researchers and institutions involved in Canada’s submission; (e) how much money has been allocated for Canada’s submission and how much of that money has been spent to date; and (f) regarding any Requests for Proposals for research in support of Canada’s submission, (i) what was the process, (ii) what are the milestones, (iii) what reporting has been done so far, (iv) what oversight is in place?
Response
(Return tabled)

Question No. 1308--
Ms. Libby Davies:
With regard to government funding, what is the total amount of government funding allocated within the constituency of Vancouver East during the fiscal year 2012-2013, broken down by: (a) department or agency; and (b) for each body mentioned in (a), by initiative or project?
Response
(Return tabled)

Question No. 1309--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to the amalgamation of the Canadian International Development Agency (CIDA) into the department of Foreign Affairs and International Affairs (DFAIT): (a) what is the timeline for the amalgamation; (b) which officials within CIDA, DFAIT and other government Ministries, including the Privy Council Office, will be in charge of the amalgamation; (c) what are the expected job losses among CIDA staff and in which divisions; (d) what changes will be made at the senior management level, including CIDA president; (e) will there be a deputy minister for development; (f) will employees be re-located; (g) will the respective unions be consulted; (h) will there be further cuts to funding for development programmes for the purposes of poverty reduction; (i) will CIDA’s countries of focus be changing; and (j) will the promised legislation ensure that Official Development Assistance will continue to be provided only if it (i) contributes to poverty reduction, (ii) takes into account the perspectives of the poor, (iii) is consistent with an international human rights perspective?
Response
(Return tabled)

Question No. 1310--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to the Partnership with Canadians program at the Canadian International Development Agency (CIDA), for each year from 2006 to 2010: (a) how many proposals were received, broken down by year and type of call for proposal, if applicable; and (b) how many proposals were approved, broken down by (i) year, (ii) partner, (iii) CIDA priority theme or cross cutting theme, (iv) total dollar amount contributed by CIDA, (v) total dollar amount contributed by partner, (vi) description of project, (vii) recipient country, (viii) length of days of approval, (ix) length of project, (x) grant or contribution?
Response
(Return tabled)

Question no 1302 --
M. Philip Toone:
En ce qui concerne l'investissement dans la circonscription de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, quel est le montant total du financement accordé par le gouvernement depuis l’exercice 2011-2012, par année jusqu’à l'exercice en cours, dans la circonscription, par ministère ou organisme, initiative et montant?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1304 --
Mme Françoise Boivin:
En ce qui concerne la répartition des emplois du gouvernement et de tous les organismes publics fédéraux dans la région de la capitale nationale (RCN): a) combien d'emplois dénombrait-on en 2013 sur le territoire québécois de la RCN; b) combien d'emplois dénombrait-on en 2013 sur le territoire ontarien de la RCN; c) combien d'emplois sur le territoire québécois de la RCN seront abolis à la suite des compressions prévues dans le dernier budget; d) combien d'emplois sur le territoire ontarien de la RCN seront abolis à la suite des compressions prévues dans le dernier budget?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1305 --
L'hon. Irwin Cotler:
En ce qui concerne le projet de loi C-10, dans l’année qui a suivi sa sanction royale: a) quel est le nombre, ventilé par infraction, de personnes inculpées d’infractions créées par le projet de loi; b) quel est le nombre, ventilé par infraction, de personnes déclarées coupables des infractions créées par le projet de loi; c) quelles peines, ventilées par infraction, ont été infligées aux personnes déclarées coupables des infractions créées par le projet de loi; d) quel est le nombre, ventilé par infraction, de personnes accusées d’une infraction aux dispositions du projet de loi; e) quel est le nombre, ventilé par infraction, de personnes déclarées coupables à une infraction aux dispositions du projet de loi; f) quel est le nombre, ventilé par infraction, de personnes condamnées pour une infraction aux dispositions du projet de loi; g) quelles peines, ventilées par infraction, ont été infligées aux personnes condamnées pour une infraction aux dispositions du projet de loi; h) dans combien de causes, parmi celles visées au point d), un argument constitutionnel a-t-il été soulevé par l’accusé lors (i) du procès, (ii) de l’appel; i) combien de causes, ventilées par compétence territoriale et par instance, parmi celles visées au point d) sont pendantes (i) au stade de la première instance, (ii) de l'appel; j) combien le gouvernement a-t-il dépensé pour des poursuites fondées sur les dispositions du projet de loi; k) combien le gouvernement a-t-il dépensé pour défendre la constitutionnalité du projet de loi; l) le cas échéant, dans quels cas le projet de loi prévoyait-il des peines alors que les dispositions existantes antérieurement du Code criminel n’en prévoyaient aucune; m) le cas échéant, dans quelles causes, ventilées par infraction et par durée de la peine, le délinquant condamné pour une infraction aux dispositions du projet de loi s’est-il vu infliger une peine plus longue que ce que prévoyaient les dispositions existantes antérieurement du Code criminel; n) en quoi le projet de loi a-t-il rendu les rues et les collectivités plus sécuritaires; o) comment, le cas échéant, le gouvernement a-t-il examiné l’efficacité du projet de loi; p) quels ont été les résultats de tels examens; q) le cas échéant, quels examens de l’efficacité du projet de loi sont en cours; r) quand les résultats de ces examens seront-ils mis à la disposition du Parlement; s) quels sont les facteurs dont le gouvernement a tenu compte lors de l’évaluation de l’efficacité du projet de loi; t) sur quelle norme le gouvernement se fonde-t-il pour établir l’utilité d’abroger le projet de loi en raison de son inefficacité; u) quel est le taux de poursuites pour les infractions créées par le projet de loi; v) quel est le taux de poursuites pour les infractions dont les peines sont prévues par une ou plusieurs dispositions modifiées par le projet de loi; w) quel était le taux de poursuites pour les infractions visées au point v) avant l’entrée en vigueur du projet de loi; x) quel est le taux de poursuites pour les infractions autrement modifiées par le projet de loi; y) quel était le taux de poursuites pour les infractions visées au point x) avant l’entrée en vigueur du projet de loi; z) quel est le taux de poursuites pour l’ensemble des infractions à une loi fédérale au Canada; aa) quel est le taux de récidive projeté pour les délinquants condamnés à une infraction aux dispositions du projet de loi; bb) comment le gouvernement a-t-il travaillé avec les provinces et les territoires pour informer les procureurs et les services de police des dispositions du projet de loi; cc) quelle aide financière, ventilée par province et par territoire, le gouvernement a-t-il fournie aux provinces et aux territoires pour contribuer à la mise en œuvre du projet de loi; dd) quelles études, le cas échéant, ont été entreprises pour connaître l’incidence du projet de loi sur le nombre de détenus dans les établissements (i) fédéraux, (ii) provinciaux; ee) quels sont les résultats de telles études; ff) quelle est l’incidence projetée du projet de loi sur le nombre de détenus dans les établissements (i) fédéraux, (ii) provinciaux; gg) quelles preuves existe-t-il pour attester que les dispositions du projet de loi ont permis de prévenir les activités criminelles; hh) le cas échéant, quelles collectivités particulières, ventilées par province et par territoire, le projet de loi a-t-il permis de rendre plus sûres; ii) en quoi les collectivités visées au point hh) sont-elles devenues plus sûres; jj) quelles preuves permettent de démontrer que les collectivités visées au point hh) sont plus sûres; kk) le cas échéant, quelles rues particulières, ventilées par province et par territoire, le projet de loi a-t-il permis de rendre plus sûres; ll) en quoi les rues visées au point kk) sont-elles plus sûres; mm) quelles preuves permettent de démontrer que les rues visées au point kk) sont plus sûres; nn) le cas échéant, quelles collectivités des Premières Nations, des Métis et des Inuits le projet de loi a-t-il permis de rendre plus sûres; oo) en quoi les collectivités visées au point nn) sont-elles plus sûres; pp) quelles preuves permettent de démontrer que les collectivités visées au point nn) sont plus sûres; qq) en quoi les personnes habituellement marginalisées par le système de justice pénale, comme les femmes, les Autochtones et les Canadiens à faible revenu, sont-elles plus en sécurité; rr) quelles preuves permettent de démontrer que les personnes visées au point qq) sont plus en sécurité?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1306 --
L'hon. Irwin Cotler:
En ce qui concerne la crise en Syrie: a) sur quels critères le gouvernement se base-t-il pour déterminer (i) s’il doit intervenir, (ii) quand intervenir, (iii) la nature et la portée de son intervention, le cas échéant; b) qui détermine le point a) et comment; c) à quelles sources le gouvernement se fie-t-il pour déterminer le point a); d) quelles sont les obligations juridiques examinées relativement au point a) et en quoi le principe de la responsabilité de protéger intervient-il dans la décision relative au point a); e) de quelles façons le gouvernement a-t-il évalué ses obligations en vertu du principe de la responsabilité de protéger à l’égard de la Syrie; f) quand le gouvernement a-t-il fait ces évaluations, qui les a faites précisément, et quels en ont été les résultats; g) les critères sur lesquels le gouvernement se base pour décider de sa politique officielle à l’égard de la crise en Syrie ont-ils changé depuis 2012; h) quand le ministre des Affaires étrangères a publiquement exprimé son appui à la mise en accusation de Bashar al-Assad devant la Cour pénale internationale (CPI) en 2012, était-ce la position du gouvernement et le gouvernement est-il toujours d’avis qu’al-Assad devrait être traduit devant la CPI; j) en ce qui concerne la décision du Canada de ne pas adhérer à la demande déposée par 57 États, en janvier 2013, exhortant le Conseil de sécurité à saisir la CPI de la situation en Syrie, le Canada appuyait-il cette demande; k) en ce qui concerne le point j), quand, pourquoi et comment a-t-on pris les décisions à cet égard et qui en est responsable, et quand le Canada s’est-il fait demander d’adhérer à cette demande et par quels moyens; l) quels critères a-t-on appliqués pour prendre une décision à l’égard de cette demande; m) y a-t-il des politiques ou des directives au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international pour guider les décisions sur l’intervention du Canada dans les situations de crise humanitaire; n) est-ce le ministre des Affaires étrangères qui a pris la décision de ne pas signer la lettre émanant de la Suisse et demandant au Conseil de sécurité de l’ONU de saisir la CPI de la situation en Syrie; o) est-ce que d’autres représentants du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international ont pris part au processus décisionnel visant à adhérer ou non à la demande internationale émanant de la Suisse; p) est-ce que d’autres représentants du cabinet ont pris part au processus décisionnel visant à adhérer ou non à la demande internationale émanant de la Suisse; q) le gouvernement a-t-il été informé de cette initiative internationale avant que la demande ne soit officiellement déposée à l’ONU, le 14 janvier 2013, et (i) si oui, comment le gouvernement a-t-il été informé de cette initiative, (ii) quand le gouvernement a-t-il été informé de cette initiative; r) y a-t-il eu, dans le cadre du processus décisionnel pour adhérer ou non à la demande internationale émanant de la Suisse, (i) des consultations avec les homologues du ministre dans d’autres pays, (ii) des consultations avec les homologues du ministre dans l’un ou l’autre des 56 pays qui, à terme, ont appuyé l’initiative émanant de la Suisse, (iii) des consultations avec des organisations internationales ou intergouvernementales; s) le gouvernement a-t-il présenté des arguments préconisant une approche stratégique particulière à l’égard de l’initiative émanant de la Suisse (i) aux gouvernements d’autres pays, (ii) aux gouvernements de l’un ou l’autre de la cinquantaine de pays qui, à terme, ont appuyé l’initiative émanant de la Suisse, (iii) à des organisations internationales ou intergouvernementales; t) que fait le gouvernement pour faire comparaître al-Assad devant la CPI; u) le Canada a-t-il dénoncé la conduite d’al-Assad auprès du Conseil de sécurité; v) quels recours judiciaires le gouvernement a-t-il invoqués pour résoudre la situation en Syrie; w) quels recours judiciaires le gouvernement a-t-il invoqués à l’égard d’al-Assad en particulier; x) le gouvernement est-il en faveur d’un Tribunal pénal international pour la Syrie?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1307 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne la demande du Canada aux termes de la Convention sur le droit de la mer: a) quelle portée exacte sera incluse dans cette demande, et quelles recherches scientifiques appuient le Canada dans cette démarche; b) est-ce que le gouvernement considère que la demande du Canada va chevaucher les revendications d'autres pays, (i) dans l’affirmative, le Canada a-t-il entrepris des consultations avec les autres pays dont les revendications pourraient chevaucher sa demande, (ii) quels pays le Canada a-t-il consultés, (iii) de quand ces consultations sont-elles datées, (iv) quelles séances d’information ont été préparées en ce qui concerne ces consultations, (v) quelles séances d’information ont été préparées pour le ministre responsable après les consultations; c) quel ministère est l’organisme responsable de la demande du Canada et quels autres ministères sont concernés; d) quels sont les chercheurs de l’extérieur et les institutions en cause dans la demande du Canada; e) combien d’argent a été affecté à la demande du Canada et quelle part de cette somme a-t-on dépensée jusqu’à maintenant; f) en ce qui concerne les demandes de propositions de recherche à l’appui de la demande du Canada, (i) quel a été le processus suivi, (ii) quelles sont les étapes à franchir, (iii) quels rapports ont été faits jusqu’à maintenant, (iv) quel type de surveillance est en place?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1308 --
Mme Libby Davies:
En ce qui concerne le financement du gouvernement, quel est le montant total de financement du gouvernement accordé à la circonscription de Vancouver-Est au cours de l'exercice 2012-2013, ventilé par: a) ministère ou organisme; b) pour chaque ministère ou organisme mentionné en a), par initiative ou projet?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1309 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne la fusion de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) au sein du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI): a) quel est l’échéancier de la fusion; b) quels responsables de l’ACDI, du MAECI et d’autres ministères, y compris le Bureau du Conseil privé, seront chargés de la fusion; c) quelles sont les pertes d’emplois prévues parmi le personnel de l’ACDI et dans quelles divisions auront-elles lieu; d) quels changements seront apportés à la haute direction, y compris au niveau de la présidence de l’ACDI; e) y aura-t-il un sous-ministre au développement; f) des employés seront-ils réinstallés; g) les syndicats concernés seront-ils consultés; h) procèdera-t-on à d’autres réductions de financement pour les programmes de développement liés à la réduction de la pauvreté; i) les pays ciblés de l’ACDI seront-ils modifiés; j) la mesure législative promise prévoira-t-elle que l’Aide publique au développement continuera seulement si (i) elle contribue à la réduction de la pauvreté, (ii) elle tient compte des perspectives des pauvres, (iii) elle est conforme à une perspective internationale des droits de la personne?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1310 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne le programme des partenaires avec les Canadiens de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), pour chaque année de 2006 à 2010: a) combien de propositions a-t-on reçues, par année et par type d’appel de propositions, le cas échéant; b) combien de propositions a-t-on approuvées, ventilées par (i) année, (ii) partenaire, (iii) thème prioritaire ou thème transsectoriel de l’ACDI, (iv) montant total fourni par l’ACDI, (v) montant total fourni par le partenaire, (vi) description du projet, (vii) pays bénéficiaire, (viii) nombre de jours d’approbation, (ix) durée du projet, (x) subvention ou contribution?
Response
(Le document est déposé)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1284--
Hon. Dominic LeBlanc:
With regard to government communications: (a) what is the (i) headline or subject line, (ii) date, (iii) file or code number, (iv) subject matter of each press release that contains the phrase “Harper government” issued by Infrastructure Canada since February 6, 2006; (b) for each such press release, was it distributed (i) on Infrastructure Canada’s website, (ii) on Marketwire, (iii) on Canada Newswire, (iv) on any other commercial wire or distribution service, specifying which such service; and (c) for each press release distributed by a commercial wire or distribution service mentioned in (b)(ii) through (b)(iv), what was the cost of using that service?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities, Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, Minister of Intergovernmental Affairs and President of the Queen's Privy Council for Canada, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (b), links to all Infrastructure Canada press releases can be found by doing a search on the following websites: for Infrastructure Canada, http://www.infrastructure.gc.ca/media/media-eng.html#nr; for Marketwire, http://www.marketwire.com/?lang=en-US.
With regard to (c), Infrastructure Canada has a contract with Marketwire. Marketwire rates vary depending on the distribution; however, pursuant to paragraphs 20(1)(c) and 20(1)(d) of the Access to Information Act, information regarding rates and invoicing is considered third party information. As this information could reasonably be expected to prejudice the competitive position and the integrity of future competitions of a third party, the information requested in the above question cannot be disclosed without appropriate consultation.

Question No. 1285--
Hon. Dominic LeBlanc:
With regard to government communications: (a) what is the (i) headline or subject line, (ii) date, (iii) file or code number, (iv) subject matter of each press release that contains the phrase “Harper government” issued by Transport Canada since May 1, 2012; (b) for each such press release, was it distributed (i) on Transport Canada’s website, (ii) on Marketwire, (iii) on Canada Newswire, (iv) on any other commercial wire or distribution service, specifying which such service; and (c) for each press release distributed by a commercial wire or distribution service mentioned in (b)(ii) through (b)(iv), what was the cost of using that service?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities, Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, Minister of Intergovernmental Affairs and President of the Queen's Privy Council for Canada, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (b), links to all Transport Canada press releases can be found by doing a search on the following websites: for Transport Canada, http://www.tc.gc.ca/eng/mediaroom/releases-2012.htm; for Canada Newswire, http://www.newswire.ca/en/index.
With rebard to (c), Transport Canada has a contract with Canada Newswire, CNW. CNW rates vary depending on the distribution; however, pursuant to paragraphs 20(1)(c) and 20(1)(d) of the Access to Information Act, information regarding rates and invoicing is considered third party information. As this information could reasonably be expected to prejudice the competitive position and the integrity of future competitions of a third party, the information requested in the above question cannot be disclosed without appropriate consultation.

Question No. 1287--
Mr. Dany Morin:
With regard to the amendments to the Navigable Waters Protection Act in A second Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 29, 2012 and other measures: (a) what is the amount of funding provided by Transport Canada (TC) to First Nations organizations so they can follow through on the amendments; (b) which First Nations organizations participated in the decision-making process identifying which waterways would be protected under the Act; (c) what are the details of the commitments made by the Minister of Transport, Infrastructure and Communities to the First Nations and organizations consulted, namely (i) the meeting dates and times, (ii) the details of meeting minutes and agendas; (d) which First Nations groups or organizations received TC funding to analyze and comment on the bill; (e) how TC worked with First Nations organizations at the national, regional, provincial and international levels; and (f) what is the total amount of funding provided by TC to the Canadian industry so it could analyze and comment on the bill?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities, Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, Minister of Intergovernmental Affairs and President of the Queen's Privy Council for Canada, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a),Transport Canada does not provide funding to third parties to attend consultation sessions.
With regard to (b), (c), (e), and (f), in the fall of 2012, the government introduced Bill C-45 and offered technical briefings to aboriginal and other stakeholder groups once the bill was tabled before Parliament. The parliamentary process continues to be relied upon as the formal consultation process in law-making. Modifications made to the act in fall 2012 reflect long-standing consultation started in 2009 for minor works amendments with many groups across the country, such as the Federation of Canadian Municipalities, the Saskatchewan Association of Rural Municipalities, the Association of Manitoba Municipalities, the Alberta Association of Municipal Districts and Counties, the Alberta Urban Municipalities Association, the Association of Municipalities of Ontario, the Canadian Construction Association, the Assembly of First Nations and provincial governments.
With regard to (d), (d) is not applicable.

Question no 1284 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
En ce qui concerne les communications du gouvernement: a) quels sont (i) le titre ou la ligne de mention, (ii) la date, (iii) le numéro de dossier ou de code, (iv) le sujet de chaque communiqué contenant l’expression « gouvernement Harper » publié par Infrastructure Canada depuis le 6 février 2006; b) pour chaque communiqué, a-t-il été diffusé (i) sur le site Web d’Infrastructure Canada, (ii) sur Marketwire, (iii) sur Canada Newswire, (iv) sur tout autre fil de presse commercial ou service de diffusion, en précisant quel service en particulier; c) pour chaque communiqué diffusé par un fil de presse commercial ou un service de diffusion mentionné de b)(ii) à b)(iv), quel était le coût du service?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, les liens aux communiqués d’Infrastructure Canada sont disponibles. On les trouve en effectuant une recherche dans les sites Web suivants: http://www.infrastructure.gc.ca/media/media-fra.html#nr, pour ce qui est d’Infrastructure Canada; et http://www.marketwire.com/?lang=fr-ca, pour ce qui est de Marketwire.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, Infrastructure Canada a un contrat avec Marketwire. Les taux de Marketwire varient en fonction de la diffusion. Cependant, en vertu des alinéas 20(1)c) et 20(1)d) de la Loi sur l’accès à l’information, les renseignements sur les tarifs et la facturation sont considérés comme étant des renseignements de tiers. Étant donné que ces renseignements risqueraient vraisemblablement de nuire à la compétitivité d’un tiers ou à l’intégrité de la participation d’un tiers à de futurs processus concurrentiels, on ne peut pas divulguer les renseignements demandés dans la question susmentionnée sans avoir mener une consultation appropriée.

Question no 1285 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
En ce qui concerne les communications du gouvernement: a) quels sont (i) le titre ou la ligne de mention, (ii) la date, (iii) le numéro de dossier ou de code, (iv) le sujet de chaque communiqué contenant l’expression « gouvernement Harper » publié par Transports Canada depuis le 1er mai 2012; b) pour chaque communiqué, a-t-il été diffusé (i) sur le site Web de Transports Canada, (ii) sur Marketwire, (iii) sur Canada Newswire, (iv) sur tout autre fil de presse commercial ou service de diffusion, en précisant quel service en particulier; c) pour chaque communiqué diffusé par un fil de presse commercial ou un service de diffusion mentionné de b)(ii) jusqu’à b)(iv), quel était le coût du service?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, les liens aux communiqués de Transports Canada sont disponibles. On les trouve en effectuant une recherche dans les sites Web suivants: http://www.tc.gc.ca/fra/medias/communiques-2012.htm, pour ce qui est de Transports Canada; et http://www.newswire.ca/fr/index, pour ce qui est de Canada Newswire.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, Transports Canada a un contrat avec Canada Newswire, CNW. Les taux de CNW varient en fonction de la diffusion. Cependant, en vertu des alinéas 20(1)c) et 20(1)d) de la Loi sur l’accès à l’information, les renseignements sur les tarifs et la facturation sont considérés comme étant des renseignements de tiers. Étant donné que ces renseignements risqueraient vraisemblablement de nuire à la compétitivité d’un tiers ou à l’intégrité de la participation d’un tiers à de futurs processus concurrentiels, on ne peut pas divulguer les renseignements demandés dans la question susmentionnée sans avoir mener une consultation appropriée.

Question no 1287 --
M. Dany Morin:
En ce qui concerne les amendements apportés à la Loi sur la protection des eaux navigables dans Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 29 mars 2012 et mettant en oeuvre d'autres mesures: a) quel est le montant du financement accordé par Transports Canada (TC) aux organisations des Premières Nations pour qu’elles donnent suite aux amendements; b) quelles organisations des Premières Nations ont participé au processus de décision déterminant quels cours d’eau seraient protégés en vertu de la loi; c) quels sont les détails des engagements du Ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités envers les Premières Nations et les organisations consultées, c’est-à-dire (i) la date et l’heure des rencontres tenues,(ii) les détails des procès-verbaux des réunions et des ordres du jour; d) quels groupes des Premières Nations ou organisations ont reçu des fonds de TC afin de procéder à l’analyse du projet de loi et à des commentaires en lien avec celui-ci; e) comment TC a travaillé avec les organisations des Premières Nations aux niveaux national, régional, provincial et international; f) quel est le montant global du financement accordé par TC à l’industrie canadienne afin qu’elle procède à l’analyse du projet de loi et à des commentaires en lien avec celui-ci?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, Transports Canada ne finance pas les tiers pour assister à des séances de consultation.
Pour ce qui est des parties b), c), e) et f) de la question, à l’automne 2012, le gouvernement a présenté le projet de loi C-45, et après l’avoir présenté au Parlement, a fait des exposés techniques à l’intention des groupes autochtones et d’autres groupes d’intervenants. Le processus parlementaire continue de servir de processus de consultation officielle dans l’élaboration des lois. Les modifications apportées à la loi à l’automne 2012 reflètent les consultations de longue date qui ont commencé en 2009, soit les modifications relatives aux ouvrages secondaires, auprès de nombreux groupes à l’échelle du pays, comme la Fédération canadienne des municipalités, l’Association des municipalités rurales de la Saskatchewan, l’Association des municipalités du Manitoba, l’Association des districts et comtés municipaux de l’Alberta, l’Association des municipalités urbaines de l’Alberta , l’Association des municipalités de l’Ontario, l’Association canadienne de la construction, l’Assemblée des Premières Nations et les gouvernements provinciaux.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, elle est sans objet.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1277--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to the government’s answers to Order Paper questions in the current session of Parliament: (a) why did Transport Canada not provide the detailed response requested in Q-898 and Q-1131; (b) why did Infrastructure Canada not provide the detailed response requested in Q-654, Q-898 and Q-1131; and (c) why did the Economic Development Agency of Canada for Quebec Regions not provide the detailed response requested in Q-654, Q-898 and Q-1131?
Response
(Return tabled)

Question No. 1282--
Mr. Scott Simms:
With regard to all physical assets owned by the government, since 2006, what assets have been sold, broken down by (i) date sold, (ii) market value, (iii) sale price, (iv) purchaser, (v) initial purchase price, (vi) time planned for service, (vii) time actually in service, (viii) reason for sale?
Response
(Return tabled)

Question No. 1289--
Hon. John McCallum:
With respect to any repayable portion of contributions made under the Economic Action Plan in 2009-2010 and 2010-2011: (a) what businesses received funding; (b) when did they receive the funding; (c) how much repayable funding did they receive; (d) how much of the repayable funding has been repaid as of March 27, 2013; and (e) how much of the repayable contribution is expected to never be repaid?
Response
(Return tabled)

Question No. 1292--
Ms. Judy Foote:
With regard to the Joint Rescue Coordination Centre in Halifax, Nova Scotia: (a) how many employees are currently employed and how many were employed in the fiscal year 2010-2011; (b) what are the current base salaries for each individual employee and what were the base salaries for each individual employee in the fiscal year 2011-2012; (c) broken down by month, how many overtime hours and how much overtime pay did each employee receive from 2010-present; (d) broken down by month, how many hours of overtime were paid overall since 2010; (e) broken down by month, since 2010, how many days in a row does the average employee work before receiving two consecutive days off; and (f) how many days in a row does the average employee work before receiving one day off?
Response
(Return tabled)

Question No. 1296--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to foreign fishing vessels: (a) how many foreign fishing vessels have had permission to fish inside Canada's 200-mile limit off the east coast of Canada since 2003; (b) what are the names of the foreign vessels and their home countries; (c) what species have the foreign vessels fished; (d) of the foreign vessels that have fished inside Canada's 200-mile limit since 2003, have any been cited for illegal fishing violations; and (e) what are the names of the Canadian companies that have chartered the foreign fishing vessels since 2003?
Response
(Return tabled)

Question No. 1300--
Mr. David McGuinty:
With respect to advertising paid for by the government, broken down by fiscal year, for each fiscal year from fiscal year beginning April 1, 2006 up to and including the first half of fiscal year 2012: (a) how much was spent for each type of advertising, including, but not limited to (i) television, specifying the stations, (ii) radio, specifying the stations, (iii) print, i.e. newspapers and magazines, specifying the names of the publications, (iv) the internet, specifying the names of the websites, (v) billboards, specifying the total amount of billboards and the locations of the billboards, broken down by electoral district, (vi) bus shelters, specifying the locations, (vii) advertising in all other publically-accessible places; (b) for each individual purchase of advertising, who signed the contracts; (c) for every ad, who was involved in producing it; and (d) for every ad, what were the production costs, both direct and indirect, broken down per advertisement?
Response
(Return tabled)

Question no 1277 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne les réponses du gouvernement aux questions au Feuilleton de la session en cours: a) pourquoi Transports Canada n’a-t-il pas fourni la réponse circonstanciée demandée à Q-898 et à Q-1131; b) pourquoi Infrastructure Canada n’a-t-il pas fourni la réponse circonstanciée demandée à Q-654, à Q-898 et à Q-1131; c) pourquoi l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec n’a-t-elle pas fourni la réponse circonstanciée demandée à Q-654, à Q-898 et à Q-1131?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1282 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne les biens durables du gouvernement, lesquels ont été vendus depuis 2006, selon (i) la date de vente, (ii) la valeur marchande, (iii) le prix de vente, (iv) l’acheteur, (v) le prix initial d’achat, (vi) la durée prévue d’utilisation, (vii) la durée réelle d’utilisation, (viii) la raison de la vente?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1289 --
L'hon. John McCallum:
En ce qui concerne toute partie remboursable des contributions faites au titre du Plan d’action économique en 2009-2010 et 2010-2011: a) quelles sont les entreprises qui ont reçu du financement; b) quand ont-elles reçu ce financement; c) à combien s’élève la part de la contribution remboursable qu’elles ont obtenue; d) à combien s’élève le montant de la contribution remboursable qui a été remboursée en date du 27 mars 2013; e) à combien estime-t-on la part de la contribution remboursable qui ne sera jamais remboursée?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1292 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (JRCC) à Halifax (Nouvelle-Écosse): a) combien y a-t-il d’employés actuellement et combien y en avait-il durant l’exercice 2010-2011; b) quel est actuellement le salaire de base de chacun des employés et quel était-il durant l’exercice 2011-2012; c) par mois, depuis 2010, combien d’heures supplémentaires chaque employé a-t-il effectuées et quelle somme chacun a-t-il reçue en heures supplémentaires; d) par mois, depuis 2010, quel a été le nombre d’heures supplémentaires payées au total; e) par mois, depuis 2010, pendant combien de jours consécutifs l’employé moyen a-t-il travaillé avant de pouvoir prendre une journée de congé; f) pendant combien de jours consécutifs l’employé moyen travaille-t-il avant de pouvoir prendre une journée de congé?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1296 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne les navires de pêche étrangers: a) combien de navires de pêche étrangers ont obtenu un permis de pêcher à l’intérieur de la zone de 200 milles marins du Canada sur la côte est du Canada depuis 2003; b) quels sont les noms des navires de pêche étrangers et leurs pays d’origine; c) quelles espèces ces navires de pêche étrangers ont-ils pêchées; d) parmi les navires de pêche étrangers qui ont pêché à l’intérieur de la zone de 200 milles marins du Canada depuis 2003, combien ont été traduits en justice pour activités illégales de pêche; e) quels sont les noms des entreprises canadiennes qui ont affrété des navires de pêche étrangers depuis 2003?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1300 --
M. David McGuinty:
En ce qui concerne la publicité payée par le gouvernement, par exercice, pour chacun des exercices allant du 1er avril 2006 jusqu’à la première moitié de l’exercice 2012 inclusivement: a) quelle est la somme dépensée pour chaque type de publicité, y compris, sans s’y limiter (i) la télévision, en indiquant les stations, (ii) la radio, en indiquant les stations, (iii) les imprimés, c'est-à-dire les journaux et magazines, en indiquant le nom des publications, (iv) Internet, en indiquant le nom des sites Web, (v) les panneaux d'affichage, en indiquant le nombre total de panneaux d’affichage et leur emplacement, par circonscription électorale, (vi) les abribus, en indiquant leur emplacement, (vii) la publicité dans tous les autres endroits accessibles au public; b) pour chaque achat de publicité, qui a signé les contrats; c) pour chaque annonce, qui a participé à la production; d) pour chaque annonce, à combien s’élèvent les frais de production, directs et indirects, ventilés par publicité?
Response
(Le document est déposé)
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)

Question No. 1283--
Mr. Nathan Cullen:
With regard to the government’s Special Federal Representative on West Coast Infrastructure: (a) what are the terms of reference for the Special Representative's mandate; and (b) what is the Special Representative's budget?
Response
Mr. David Anderson (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources and for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the special federal representative’s mandate can be found on the Privy Council Office’s website at http://www.pco-bcp.gc.ca/oic-ddc.asp?lang=eng&Page=secretariats &txtOICID=&txtFromDate=2013-03-15&txtToDate=2013-03-31&txtPrecis=Special+Federal+Representative &txtDepartment=&txtAct=&txtChapterNo=&txtChapterYear=&txtBillNo=&rdoComingIntoForce =&DoSearch=Search+%2F+List&viewattach=27554&blnDisplayFlg=1.
With regard to (b), the special federal representative on west coast energy infrastructure will be paid a per diem within the range of $1,200–$1,400. Support will be provided by Natural Resources Canada using existing resources.

Question No. 1286--
Mr. Marc Garneau:
With regard to the required public consultation process by Canada Post following the announcement of the possible closure of a post office location: (a) how many times has the public consultation process taken place with citizen input received and responded to by mail, email or attendance at a public meeting; and (b) on how many occasions, after public consultation, has action resulted in an outcome other than the closure of a location?
Response
Hon. Steven Fletcher (Minister of State (Transport), CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), since the implementation of the Canadian Postal Service Charter in September 2009, the public consultation process has taken place 33 times.
With regard to (b), after public consultation, action has resulted in an outcome other than the closure of a location on zero occasions.
Canada Post regularly reviews its network of post offices to address issues such as population, housing and business development, as well as the shopping patterns of Canadians and finding ways to improve operations, enhance the customer experience, remain competitive and provide relevant postal service for all Canadians.
As part of the public consultation process, Canada Post carefully reviews all the feedback received as well as surrounding postal network coverage before making a final decision. The ultimate goal is to ensure the service Canada Post is providing is appropriate and meets its customers’ postal needs.

Question No. 1288--
Mr. Matthew Kellway:
With regard to the section of the Economic Action Plan 2013 starting on page 106 entitled “Creating Jobs by Building Equipment for the Canadian Armed Forces in Canada” and the estimate quoted in this section from the February 2013 Jenkins report of $49 billion in Industrial and Regional Benefits (IRB) obligations that foreign prime contractors are expected to accumulate as a result of defence procurements by 2027: (a) does the government concur with the estimate of $49 billion in IRB obligations as a result of defence procurements by 2027; (b) if not, what is the government’s estimate of IRB obligations as a result of defence procurements by 2027; (c) what specific defence procurements does the government’s estimate of IRB obligations pertain to; (d) for each specific defence procurement included in the government’s estimate of IRB obligations, what is the estimated dollar value (i) of the acquisition, (ii) of operation and maintenance, (iii) of total life-cycle costs, (iv) of the expected IRB obligations; and (e) what documents, reports, or other relevant information were provided by the government in the drafting of the February 2013 Jenkins report with regard to the planned acquisitions?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Public Works and Government Services and Minister for Status of Women, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the Government of Canada is committed to working with Canada’s defence-related industries to better leverage military procurements in support of Canadian jobs, economic growth and the competitiveness of these industries, particularly in regard to innovation and technology development. With this objective in mind, it has received the Jenkins report, including the industrial and regional benefits, IRB, context described therein. It is currently examining the various recommendations and supporting analyses.
The Jenkins report provides an overview of potential economic opportunities related to planned major acquisitions under the Canada First defence strategy. In support of this analysis, the report estimated that $49 billion in IRB obligations will accumulate by 2027.
As indicated in annex 3 of the Jenkins report, this estimate was calculated based on two key elements: data on planned major acquisitions and current IRB obligations, which was sourced from the Department of National Defence and Industry Canada, and assumptions that were based on observed patterns from past defence acquisitions projects.
As noted in the Jenkins report, the resulting estimate of $49 billion could only be considered as a rough estimate given substantial uncertainty on the annual rate of IRB fulfillment over the planning period of 2012-2027.
The validity of the estimate, and its interpretation, must therefore be understood within that context. At this time, and subject to the context, purposes and assumptions of the Jenkins report, this estimate is deemed to be reasonable.
With regard to (b), IRB obligations are part of contractual commitments, and for projects already under contract, specific obligations are listed on the IRB website at http://www.ic.gc.ca/eic/site/042.nsf/eng/h_00017.html.
As IRB obligations apply only to contract values rather than project values and will form part of any negotiated contracts, the government cannot determine IRB obligations that will apply to planned procurements. Therefore, the government cannot provide an estimate of IRB obligations that will be accumulated by 2027.
With regard to (c), as per the response to part (b), the government cannot provide an estimate of IRB obligations that will be accumulated by 2027.
With regard to (d), as per the response to part (b), the government cannot provide an estimate of IRB obligations that will be accumulated by 2027.
With regard to (e), two lists related to planned acquisitions were provided: Capital Equipment--Future Procurement--Beyond 2016, and Capital Equipment--Potential Contract Awards--Short Term, 2013-2015 estimated.
These lists were prepared by the Department of National Defence and were valid as of October 2012.

Question No. 1291--
Ms. Megan Leslie:
With regard to fossil fuels: (a) who has overall responsibility within the government for monitoring and reporting on Canada’s progress against the G-20 commitment to rationalize inefficient fossil fuel subsidies; and (b) what steps has the government taken to ensure that support of the fossil fuel sector is not contradicting or impeding policy objectives related to the environment and sustainable development?
Response
Hon. Ted Menzies (Minister of State (Finance), CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the Department of Finance has overall responsibility within the government for monitoring and reporting on Canada’s progress against the G20 commitment to rationalize inefficient fossil fuel subsidies.
With regard to (b), first and foremost, not only has the government never introduced any tax incentive favouring the oil and gas sector, but it has also formally committed to rationalize and phase out inefficient fossil fuel subsidies along with other G20 countries.
In support of that commitment, the government announced in 2007 and 2011 the phase-out of all tax preferences for oil sands producers relative to the conventional oil and gas sector. Indeed, due to the government’s action, the Income Tax Act does not include any tax preference specific to oil sands producers. As part of Economic Action Plan 2012, the government continued Canada’s efforts to meet our G20 commitment by phasing out the Atlantic investment tax credit for the oil and gas and mining sectors.
Moreover, the oil and gas sector faces the exact same general corporate income tax rate as all other sectors of the economy. Each year, the oil and gas sector pays billions of dollars in taxes, tax revenue used by governments to pay for health care and other social programs that Canadian families depend on. Furthermore, the oil and gas sector plays an important role in our economy, providing job opportunities for Canadians in communities across the country. The government will continually look for ways to further support global environmental commitments and eliminate inefficient fossil fuel subsidies.
Beyond the government’s recent steps outlined above to remove fossil fuel subsidies available in the oil and gas industry, it is also taking action through the tax system to encourage clean energy investments. Principally, the government has extended and expanded the scope of the accelerated capital cost allowance for clean energy generation equipment in recent years.
For instance, in 2011 the government expanded the incentive to include equipment that generates clean electricity using waste heat, while in 2012 it expanded the incentive to include a broader range of bioenergy equipment. Building on these measures, Economic Action Plan 2013 further expands eligibility for the incentive by including a broader range of biogas production equipment and equipment used to treat gases from waste.

Question No. 1294--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans: (a) how many commercial salmon licence holders remain in Newfoundland and Labrador; (b) when was the last time a buyout for commercial salmon licenses was instituted; (c) what has been the total cost to date of commercial salmon licence buyouts for the East coast of Canada by province; (d) is the department considering another buyout; and (e) what is the likelihood that the commercial salmon fishery will reopen?
Response
Hon. Keith Ashfield (Minister of Fisheries and Oceans and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), there are 57 licence holders remaining in Newfoundland and Labrador whose licences were never retired.
With regard to (b), the last commercial salmon licence retirement programs were announced in 1998, for northern Labrador and Quebec.
With regard to (c), the federal government offered a series of salmon licence retirement programs for Atlantic Canada and Quebec dating back to the early 1980s. The federal government spent $53 million to retire commercial Atlantic salmon licences. The costs were as follows: Newfoundland and Labrador--$41,700,000; Nova Scotia--$3,500,000; Prince Edward Island--$52,000; New Brunswick--$4,700,000; and Quebec--$2,900,000.
With regard to (d), there are no further salmon licence retirement programs planned for any part of Atlantic Canada or Quebec.
With regard to (e), no opening of the commercial salmon fishery is planned at this time.

Question No. 1297--
Mr. Hoang Mai:
With regard to new bridges over the St. Lawrence river: (a) what is the specific purpose of the $14 million in table 3.3.2 of Budget 2013 and what is the breakdown of the costs; and (b) with respect to the $124.9 million to build a bridge-causeway between Nun's Island and the Island of Montreal in Chapter 3.3 of Budget 2013, what is the breakdown of the cost?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities, Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, Minister of Intergovernmental Affairs and President of the Queen's Privy Council for Canada, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the $14 million identified in table 3.3.2 of budget 2013 reflects accrual costs of the temporary bridge-causeway to replace the Nuns’ Island Bridge. The total costs of the bridge-causeway construction, $124.9 million, will be amortized linearly over the expected lifespan of the bridge-causeway.
With regard to (b), the preliminary breakdown of the $124.9 million to build the temporary bridge-causeway cannot be shared at this time as the breakdown reflects the value of contracts to be awarded through public tenders. Sharing the breakdown at this point would jeopardize the upcoming competitive processes.

Question No. 1299--
Mr. Scott Simms:
With respect to Canada’s National Parks: (a) what is each park’s specific set of policies on the use of snowmobiles and other motorised off-road vehicles within the park’s boundaries; (b) for what reason is each policy in place; and (c) what studies have been conducted on any economic, environmental, cultural, or other effects of these vehicles within the parks, when used both within and outside the bounds of the policies?
Response
Hon. Peter Kent (Minister of the Environment, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (b), use of snowmobiles and other motorized off-road vehicles is restricted in Canada's national parks, except in specific circumstances where use associated with law enforcement, public safety or other administrative activities may be permitted, where use is associated with traditional aboriginal harvesting activities, where there are specific provisions permitting use within a park establishment agreement, and where limited area-specific recreational use of snowmobiles may be permitted.
Use of snowmobiles and other motorized off-road vehicles is subject to the provisions of the National Parks Highway Traffic Regulations and must be conducted in accordance with legislative requirements outlined in the Canada National Parks Act and the Species at Risk Act. Additionally, use must adhere to direction within the corresponding national park’s management plan, including zoning.
With regard to (c), all use of snowmobiles and other motorized off-road vehicles within national parks is conducted in accordance with national park legislation, regulations and operational policies where, if permitted, such use is deemed to not adversely affect wildlife, vegetation or terrain. Prior to permission being granted for such use, background studies are undertaken to assess wildlife, ecosystem and cultural resources considerations to ensure that there are no adverse environmental or cultural effects associated with the proposed activity.

Question no 1283 --
M. Nathan Cullen:
En ce qui concerne le représentant spécial fédéral concernant l’infrastructure de la côte Ouest: a) quel est son mandat; b) quel est son budget?
Response
M. David Anderson (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles et pour la Commission canadienne du blé, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le mandat du représentant spécial fédéral peut être consulté sur le site Web du Bureau du Conseil privé à l'adresse suivante: http://www.pco-bcp.gc.ca/oic-ddc.asp?lang=fra&page=secretariats &txtoicid=&txtfromdate=2013-03-15&txttodate=2013-03-31&txtprecis=special+federal+representative &txtdepartment=&txtact=&txtchapterno=&txtchapteryear=&txtbillno=&rdocomingintoforce =&dosearch=search+%2f+list&viewattach=27554&blndisplayflg=1.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le représentant spécial fédéral concernant l’infrastructure énergétique de la côte Ouest recevra une indemnité quotidienne variant entre 1 200 $ et 1 400 $. Ressources naturelles Canada l’appuiera à l’aide de ressources existantes.

Question no 1286 --
M. Marc Garneau:
En ce qui concerne le processus de consultation publique que doit entreprendre Postes Canada suite à l’annonce de la fermeture possible d’un bureau de poste: a) combien de fois le processus de consultation publique a-t-il été déclenché, des commentaires ayant été reçus des citoyens à qui on a répondu par lettre, par courriel ou en personne lors d’une assemblée publique; b) combien de fois la consultation publique a-t-elle donné lieu à des mesures autres que la fermeture d’un bureau de poste?
Response
L'hon. Steven Fletcher (ministre d'État (Transports), PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, depuis l’établissement du Protocole du service postal canadien par le gouvernement en septembre 2009, le processus de consultation publique a pris place 33 fois.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, ce n’est jamais arrivé.
Postes Canada examine de façon régulière son réseau de bureaux de poste afin de répondre à des préoccupations comme la population, le logement, le développement commercial et les habitudes d'achat des Canadiens, tout en trouvant des moyens d'améliorer ses opérations, de rehausser l'expérience de la clientèle, de demeurer concurrentiels et de fournir des services postaux pertinents à tous les Canadiens.
Dans le cadre du processus de consultation publique, Postes Canada étudie attentivement tous les commentaires reçus ainsi que le réseau de vente au détail avoisinant avant de prendre une décision. Le but ultime est d’assurer que le service de Postes Canada est approprié et répond aux besoins postaux des clients.

Question no 1288 --
M. Matthew Kellway:
En ce qui concerne la partie du Plan d’action économique de 2013 intitulée, « Créer des emplois en construisant de l’équipement pour les Forces armées canadiennes au Canada » et l’estimation extraite du rapport Jenkins de février 2013 selon laquelle les principaux entrepreneurs étrangers devraient accumuler 49 milliards de dollars d’obligations en retombées industrielles et régionales (RIR) d’ici 2027: a) le gouvernement est-il d’accord avec cette estimation de 49 milliards de dollars en RIR provenant de l’achat de matériel de défense d’ici 2027; b) sinon, à combien estime-t-il les obligations en RIR provenant de l’achat de matériel de défense d’ici 2027; c) quels sont les achats précis sur lesquels il s'appuie pour calculer l’estimation des obligations en RIR; d) pour chaque achat particulier de matériel de défense inclus dans l’estimation par le gouvernement des obligations en RIR, quelle est le cout (i) de l’acquisition, (ii) de l’utilisation et du maintien, (iii) du cycle de vie, (iv) des obligations en RIR projetées; e) quels documents, rapports ou autres renseignements pertinents le gouvernement a-t-il fournis lors de la rédaction du rapport Jenkins de février 2013 en ce qui a trait aux acquisitions prévues?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le gouvernement du Canada s’est engagé à travailler avec les industries liées à la défense du Canada pour mieux exploiter les achats militaires dans le but d’appuyer la création d’emplois au Canada, la croissance économique et la compétitivité de ces industries, en particulier en ce qui concerne l’innovation et le développement technologique. Dans cette perspective, le gouvernement du Canada a reçu le rapport Jenkins, y compris le contexte lié aux retombées industrielles et régionales, les RIR. Le gouvernement est en train d’examiner les diverses recommandations ainsi que les analyses à l’appui.
Le rapport Jenkins donne un aperçu des occasions économiques potentielles offertes par les grands projets d'immobilisation prévus dans le cadre de la Stratégie de défense Le Canada d'abord. Pour soutenir cette analyse, le rapport a estimé que 49 milliards de dollars d'obligations en matière de RIR seront accumulés d’ici 2027.
Cette estimation fut obtenue en se basant sur deux éléments clés, tel qu'indiqué à l'annexe 3 du rapport Jenkins: les données sur les grands projets d'immobilisation prévus et les obligations relatives aux RIR actuelles étaient fournies par le ministère de la Défense nationale et par Industrie Canada; et des hypothèses fondées sur des tendances observées à partir des projets d’immobilisation dans le passé.
Tel qu'indiqué dans le rapport Jenkins, le résultat, soit 49 milliards de dollars, ne peut que faire l'objet d'estimations grossières en raison de l'incertitude importante qui entoure le taux de réalisation relative aux RIR pour la période de planification, c’est-à-dire de 2012 à 2027.
La validité de cette estimation, ainsi que son interprétation, devront donc être vues dans ce contexte. Présentement, cette estimation est jugée raisonnable, si on tient compte du contexte, des buts et des hypothèses contenus dans le rapport Jenkins.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les obligations relatives aux RIR font partie des engagements contractuels. Pour les projets qui sont déjà sous contrat, des obligations précises sont indiquées sur le site des Politiques des RIR, à l’adresse suivante: http://www.ic.gc.ca/eic/site/042.nsf/fra/h_00017.html.
Puisque les obligations relatives aux RIR s’appliquent seulement aux valeurs contractuelles, et non aux valeurs de projet, et qu’elles feront partie des négociations contractuelles, le gouvernement n’est pas en mesure de déterminer quelles obligations en RIR seront appliquées aux achats prévus.
Par conséquent, le gouvernement n’est pas en mesure de fournir une estimation des obligations en RIR qui seront accumulées d’ici 2027.
En ce qui concerne les parties c) et d) de la question, conformément à la réponse à la partie b), le gouvernement n’est pas en mesure de fournir une estimation des obligations en RIR qui seront accumulées d’ici 2027.
Enfin, en ce qui a trait à la partie e) de la question, deux listes reliées aux approvisionnements prévus étaient fournies: « Biens d’investissement -- approvisionnements futurs -- après 2016 » et « Biens d’investissement -- Contrats potentiels -- Court-terme (2013/2015 estimé) ».
Ces listes étaient préparées par le ministère de la Défense nationale et étaient valides en date d’octobre 2012.

Question no 1291 --
Mme Megan Leslie:
En ce qui concerne les combustibles fossiles: a) qui au gouvernement a la responsabilité globale de la surveillance et du compte rendu des progrès du Canada à l’égard de l’engagement du G20 à rationaliser les subventions aux combustibles fossiles, qui sont inefficaces; b) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises pour s’assurer que l’appui au secteur des combustibles fossiles ne contrevient pas ou ne nuit pas aux objectifs liés à l’environnement et au développement durable?
Response
L'hon. Ted Menzies (ministre d'État (Finances), PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question le ministère des Finances du Canada a cette responsabilité.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, d’abord et avant tout, le gouvernement n’a jamais mis en place d’incitatif fiscal favorable au secteur pétrolier et gazier, et il s’est officiellement engagé à rationaliser et à éliminer graduellement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles, de pair avec les autres pays du G20.
À l’appui de cet engagement, le gouvernement a annoncé, en 2007 et en 2011, l’élimination progressive de toutes les dispositions fiscales préférentielles visant les producteurs de sables bitumineux par rapport à celles du secteur pétrolier et gazier traditionnel. C’est ainsi qu’en raison des mesures prises par le gouvernement, la Loi de l’impôt sur le revenu ne contient aucun traitement fiscal préférentiel particulier pour les producteurs de sables bitumineux. Dans le cadre du Plan d’action économique de 2012, le gouvernement a maintenu les efforts déployés par le Canada dans le but de respecter son engagement auprès du G-20 en éliminant graduellement le crédit d’impôt à l’investissement dans la région de l’Atlantique pour les activités pétrolières, gazières et minières.
De plus, le secteur pétrolier et gazier est visé par le même taux général d’imposition du revenu des sociétés que tous les autres secteurs de l’économie. Chaque année, ce secteur verse des milliards de dollars en impôts, impôts qui permettent aux gouvernements d’acquitter les coûts des soins de santé et des programmes sociaux sur lesquels les familles canadiennes comptent. En outre, le secteur pétrolier et gazier joue un rôle important dans notre économie, en offrant des possibilités d’emploi aux Canadiennes et aux Canadiens de toutes les régions du pays. Il convient toutefois de savoir que le gouvernement est continuellement à la recherche de moyens pour appuyer davantage les engagements mondiaux en matière d’environnement et pour éliminer les subventions inefficaces aux combustibles fossiles.
En plus des mesures, mentionnées ci-dessus, que le gouvernement a prises pour éliminer des subventions aux combustibles fossiles offertes au secteur pétrolier et gazier, ce même gouvernement prend aussi des mesures afin d’encourager, par l’entremise du régime fiscal, les investissements dans l’énergie propre. Au premier chef, le gouvernement a prolongé la durée et élargi la portée de la déduction pour amortissement accéléré dans le cas du matériel de production d’énergie propre au cours des dernières années.
En 2011, par exemple, le gouvernement a élargi la portée de cette mesure incitative pour l’étendre au matériel de production d’électricité propre à partir de chaleur résiduaire et, en 2012, il l’a étendu à un plus large éventail de matériel de production de bioénergie. Prenant appui sur ces mesures, le Plan d’action économique de 2013 propose d’élargir les conditions d’admissibilité à cette mesure incitative en incluant un plus large éventail de matériel de production de biogaz et de matériel servant à traiter les gaz générés par les déchets.

Question no 1294 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans: a) combien de détenteurs de permis de pêche commerciale au saumon reste-t-il à Terre-Neuve-et-Labrador; b) à quand remonte la dernière fois qu’un rachat de permis de pêche commerciale au saumon a eu lieu; c) à ce jour, quel est le coût total du rachat des permis de pêche commerciale au saumon sur la côte est du Canada, par province; d) le Ministère envisage-t-il un autre rachat; e) est-il probable que la pêche commerciale au saumon rouvre?
Response
L'hon. Keith Ashfield (ministre des Pêches et des Océans et ministre de la porte d'entrée de l'Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, il y a 57 détenteurs de permis qui restent à Terre-Neuve-et-Labrador qui ne se sont jamais fait retirer leurs permis.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les derniers programmes de retrait des permis de pêche commerciale du saumon ont été annoncés en 1998 et visaient le Nord du Labrador et le Québec.
En ce qui concerne la partie c) de la question, le gouvernement fédéral a offert une série de programmes de retrait des permis de pêche du saumon pour le Canada atlantique et le Québec à compter du début des années 1980. Il a dépensé 53 millions de dollars pour retirer des permis de pêche commerciale du saumon de l’Atlantique, montant réparti ainsi: 41 700 000 $ pour Terre¬Neuve-et-Labrador; 3 500 000 $ pour la Nouvelle-Écosse; 52 000 $ pour l’Île-du-Prince-Édouard; 4 700 000 $ pour le Nouveau—Brunswick; et 2 900 000 $ pour le Québec.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, aucun autre programme de retrait des permis de pêche du saumon n’est prévu pour le Canada atlantique et le Québec.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, aucune ouverture de pêche commerciale du saumon n’est prévue à l’heure actuelle.

Question no 1297 --
M. Hoang Mai:
En ce qui concerne les nouveaux ponts chevauchant le fleuve Saint-Laurent: a) à quoi exactement est destiné le montant de 14 millions de dollars dans le tableau 3.3.2 du budget de 2013 et quelle est la ventilation des coûts; b) dans le cas du montant de 124,9 millions de dollars destiné à la construction d’un pont jetée entre l’île des Sœurs et l’île de Montréal, dans le chapitre 3.3 du budget de 2013, quelle est la ventilation des coûts?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la somme de 14 millions de dollars indiquée au tableau 3.3.2 du budget de 2013 correspond aux coûts comptabilisés du pont-jetée temporaire qui remplacera le pont de l'île des Sœurs. Les coûts totaux des travaux de construction du pont-jetée, qui s’élèvent à 124,9 millions de dollars, seront amortis selon la méthode linéaire sur la durée de vie prévue du pont-jetée.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la ventilation préliminaire des 124,9 millions de dollars pour construire le pont-jetée temporaire ne peut être communiquée en ce moment, car celle-ci tient compte de la valeur des contrats qui seront attribués au moyen des appels d’offres publics. Le fait de communiquer la ventilation à ce stade ci compromettrait les processus concurrentiels à venir.

Question no 1299 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne les parcs nationaux du Canada: a) quelles sont les politiques précises de chaque parc sur l’utilisation de motoneiges et d’autres véhicules tout terrain motorisés dans les limites du parc; b) quelle est la raison d’être de chaque politique; c) quelles études ont été effectuées sur les impacts économiques, environnementaux, culturels et autres de ces véhicules dans les parcs, lorsqu’ils sont utilisés dans le respect ou non des politiques?
Response
L'hon. Peter Kent (ministre de l'Environnement, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, l'usage des motoneiges et d’autres véhicules motorisés hors route est restreint dans les parcs nationaux du Canada, sauf dans les circonstances suivantes: l’usage associé à l’application de la loi, à la sécurité du public ou à d’autres activités administratives peut être permis; l'usage est associé à des activités de récoltes traditionnelles effectuées par des membres de communautés autochtones; l'usage est permis en raison de provisions spécifiques dans une entente d'établissement de parc; et, dans des cas limités, l’usage récréatif des motoneiges peut être permis dans un secteur donné.
L’usage des motoneiges et autres véhicules motorisés hors route est sujet aux dispositions prescrites par le Règlement sur la circulation routière dans les parcs nationaux, doit être effectué en conformité avec les exigences prévues par la Loi sur les parcs nationaux du Canada et par la Loi sur les espèces en péril, et doit adhérer aux directives du plan directeur correspondant, y compris le zonage.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, tout usage de motoneiges ou d’autres véhicules motorisés hors route à l’intérieur des parcs nationaux est effectué en conformité avec les lois, les règlements et les politiques opérationnelles des parcs nationaux, où cet usage, s’il est permis, est réputé ne pas nuire à la faune, la végétation ou au terrain. Avant de permettre un tel usage, des études préliminaires sont menées afin d’évaluer les facteurs influant sur la faune, les écosystèmes et les ressources culturelles et s’assurer que l’activité proposée n’a pas d’incidences nuisibles environnementales ou culturelles.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)

Question No. 1278--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to infrastructure in Labrador: (a) has the federal government at any time since January 1, 2009, received from the government of Newfoundland and Labrador any proposals, requests, or other documentation in support of funding for the following projects or proposals, namely (i) Nain Airport, (ii) Port Hope Simpson Airport, (iii) other airports or airstrips in Labrador, specifying which airports or airstrips, (iv) a new ferry or ferries for the Strait of Belle Isle ferry service, (v) a feasibility study concerning the construction of a highway from central to northern Labrador; (b) when did the federal government receive any proposals, requests or documentation referred to in (a); (c) which department or departments have received any proposals, requests or documentation referred to in (a); (d) what federal funding share is the provincial government seeking on the part of the federal government in respect of the projects or proposals enumerated in (a); and (e) what has been the response of the relevant federal government department to each of the projects or proposals enumerated in (a)?
Response
(Return tabled)

Question No. 1295--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to Transport Canada and Marine Atlantic Incorporated: (a) by how much has the price of a round-trip ferry crossing, both personal and commercial, increased since 1986 for both the Argentina to North Sydney and the Port-aux-Basques to North Sydney runs; (b) what were the increases on a yearly basis from 1986 to 2013 for personal and commercial crossings for both the Argentina to North Sydney and the Port-aux-Basques to North Sydney runs; (c) what other fees have been added to both commercial and personal ferry crossing fares between 1986 and 2013; and (d) how many days were the new vessels the MV Blue Puttees and MV Highlander docked due to weather during the 2011-2012 season?
Response
(Return tabled)

Question No. 1298--
Mr. Brian Masse:
With regard to the automotive and manufacturing industry in Canada, what has the government done to attract new automotive and manufacturing investments since 2006?
Response
(Return tabled)

Question no 1278 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne l’infrastructure au Labrador: a) depuis le 1er janvier 2009, le gouvernement fédéral a-t-il reçu du gouvernement de Terre-Neuve et Labrador des propositions, des demandes ou d’autres documents concernant le financement des projets ou propositions qui suivent (i) l’aéroport de Nain, (ii) l’aéroport de Port Hope Simpson, (iii) d’autres aéroports ou bandes d’atterrissage au Labrador, en précisant quels aéroports ou quelles bandes d’atterrissage, (iv) un ou plusieurs nouveaux traversiers pour le service de traversiers du détroit de Belle Isle, (v) une étude de faisabilité de la construction d’une route reliant le centre et le nord du Labrador; b) quand le gouvernement a-t-il reçu les propositions, les demandes ou les documents mentionnés au point (a); c) quel ministère a reçu quelles propositions, quelles demandes ou quels documents mentionnés au point a); d) quelle part du financement fédéral le gouvernement provincial veut-il obtenir du gouvernement fédéral pour les projets ou les propositions mentionnés au point a); e) quelle a été la réponse du ministère fédéral compétent à chaque projet ou proposition mentionné au point a)?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1295 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne Transports Canada et Marine Atlantique Incorporée: a) de combien le prix d’une traversée aller-retour, pour les particuliers et les entreprises, a-t-il augmenté depuis 1986 à la fois pour les trajets entre Argentia et North Sydney et entre Port-aux-Basques et North Sydney; b) de combien ont augmenté chaque année de 1986 à 2013 les passages des particuliers et des entreprises à la fois pour les trajets entre Argentia et North Sydney et entre Port-aux-Basques et North Sydney; c) quels frais ont été ajoutés aux tarifs des traversées à la fois pour les particuliers et les entreprises entre 1986 et 2013; d) combien de jours les nouveaux navires MV Blue Puttees et MV Highlander ont-ils été attachés aux quais en raison des conditions météorologiques au cours de la saison 2011-2012?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1298 --
M. Brian Masse:
En ce qui concerne l’industrie automobile et l’industrie manufacturière au Canada, qu’est-ce que le gouvernement a fait depuis 2006 pour attirer de nouveaux investissements dans ces deux secteurs?
Response
(Le document est déposé)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 1266--
Mr. Frank Valeriote:
With respect to the organizations that officially requested the attendance of the Minister of Citizenship, Immigration and Multiculturalism at an event since January 1, 2011: (a) what were the names of the organizations, the names of the events, the organizers, the dates, times, and locations; (b) did the Minister attend the event and, if not, what is the name of the government representative who attended the event in lieu of the Minister; and (c) what were the costs of any government advertisements in event publications or greetings, and the description and costs of any gifts to the event or organizers?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, with regard to section (a) and section (b), a comprehensive response would require an arduous and time-consuming manual search of all of CIC’s reports and is not feasible in the requested time frame.
With regard to section (c), the information requested is not readily available through CIC’s financial system.

Question No. 1274--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the costs of the July 16, 2010, press conference in Ottawa, Ontario, at which the Minister of National Defence announced the government’s intention to procure F-35s for the Royal Canadian Air Force, what were the costs incurred by the government (not including the cost of $47,313 related to the model F-35 used at the conference and described in Order Paper question Q-596) for: (a) flying in a Canadian CF-18 as part of the press conference, including fuel, maintenance, storage, Departmental personnel, and transportation; (b) all personnel, including those from Department of National Defense or other Departments involved in the press conference; (c) audio-visual support, including Departmental personnel, equipment rentals, translation, and any contracting services provided; (d) venue setup and dismantling, including costs related to seating, catering, lighting, and accommodating media; and (e) the entire press conference inclusive, including those related to the model F-35 described in Order Paper question Q-596?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the costs related to the flight of a CF-18 during the press conference on July 16, 2010, were approximately $200 for the pilot’s hotel and per diem expenses. There were no costs associated with the aircraft itself, as it was using allocated annual flying hours related to the pilot’s training activities.
With regard to (b), the cost for personnel was $13,298, based on 230.25 hours of overtime that Department of National Defence civilian staff worked in support of, or in relation to, the conference. The temporary duty expenses for Royal Canadian Air Force personnel at this event were $5,362.
With regard to (c), audiovisual support for the press conference cost $22,603.
With regard to (d), the cost of a working lunch for subject matter experts totaled $113. Other venue costs included electricity at $2,178 and water and fruit platters at $236.
With regard to (e), the entire event cost the Government of Canada $47,513.

Question No. 1279--
Mr. Glenn Thibeault:
With regard to section 347 of the Criminal Code, broken down by fiscal year for each fiscal year since 2006-2007: (a) how many investigations has the RCMP carried out into contraventions of this provision; (b) how many charges have been laid; and (c) how many successful prosecutions have been carried out?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, section 347 of the Criminal Code is not an offence that falls solely under the RCMP mandate. It is an offence that is also reported to and investigated by the local police force. The RCMP is the police of jurisdiction in many smaller communities across the country, but not usually the police of jurisdiction in the larger urban municipalities.
In the RCMP’s former records management system, called “Police Information Retrieval System”, PIRS, section 347 of the Criminal Code is mapped to a general violation code called “Other Criminal Code” along with a multitude of other offences.
A manual case-by-case analysis of all these files would be required in order to provide a complete and accurate response to all parts of this question. Such an analysis cannot be completed within the time available, as a significant amount of time and resources would be required in order to do so.

Question No. 1293--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the National Geographic television program “Border Security: Canada’s Front Line”: (a) what is the total cost to the government for any support provided by the Department of Public Safety or by the Canadian Border Services Agency in relation to the program; (b) in what form or forms has this support been provided; (c) what are the contents of any agreements signed by the government related to this program; and (d) for both the (i) Department of Public Safety and (ii) Canadian Border Services Agency, what is the total cost of all resources that have been allocated to negotiating, researching, or communicating the government’s participation in this television program?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, Public Safety Canada did not incur any costs related to the National Geographic television program “Border Security: Canada’s Front Line”.
With regard to (a), the production takes place at no extra cost to the CBSA’s front-line operations. For season one of the production, the CBSA incurred an internal cost of less than $60,000, primarily for salary dollars for the required administrative support, including on-site oversight within one region. Season two will be twice the number of episodes and involve more than one region. As such, the CBSA has estimated internal costs to be approximately $160,000 for the required administrative oversight.
There is no exchange of monies between the production company and the CBSA. ¸
With regard to (b), the costs noted in part (a) relate to the CBSA providing administrative support such as regional on-site filming oversight to ensure privacy and operational security during production.
With regard to (c), there are three multimedia agreements between the CBSA and Force Four Productions related to the documentary series, one to govern the production of the demonstration reel and a separate one for each of the first and second seasons in which the CBSA has participated. The multimedia agreements detail the working relationship, responsibilities and requirements of each party and outline the precautions necessary to safeguard Canadian laws as well as CBSA employees, facilities, operations and procedures.
Further, the agreement stipulates that while editorial control rests with the production company, the CBSA will review the content of each episode before airing to verify that operational, legal and privacy considerations are met.
With regard to (d)(ii), no incremental costs were incurred by the CBSA for negotiating, researching or communicating the government’s participation in the documentary series.

Question no 1266 --
M. Frank Valeriote:
En ce qui concerne les organisations qui, depuis le 1er janvier 2011, ont officiellement demandé la présence du ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme à un événement a) quel est le nom des organisations, des événements en cause et des organisateurs, et quels étaient la date, l’heure et le lieu des différents événements; b) le ministre a-t-il participé à ces événements et s’il n’y était pas, quel est le nom de la personne qui l’a représenté; c) combien ont coûté les publicités du gouvernement dans les publications ou les messages d’accueil des événements, et quels cadeaux ont été offerts dans le cadre des événements ou directement aux organisateurs, et à quel prix?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne les parties a) et b) de la question, une réponse précise nécessiterait une recherche manuelle longue et ardue de tous les rapports de Citoyenneté et Immigration Canada, CIC, ce qui est irréalisable avec l'échéancier actuel.
En ce qui concerne la partie c) de la question, l'information demandée n'est pas disponible dans le système financier de CIC.

Question no 1274 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne les coûts de la conférence de presse tenue le 16 juillet 2010, à Ottawa (Ontario), lors de laquelle le ministre de la Défense nationale a annoncé que le gouvernement avait l’intention de faire l’acquisition d’avions F-35 pour l’Aviation royale canadienne, quelles dépenses ont été engagées par le gouvernement (sans compter la dépense de 47 313 $ liée à l’utilisation de la maquette du F-35 décrite dans la question Q-596 au Feuilleton des avis) pour: a) l’exploitation d’un CF-18 canadien aux fins de la conférence de presse, y compris le carburant, l’entretien, le stationnement, le personnel ministériel et le transport; b) tout le personnel, y compris les employés du ministère de la Défense nationale et des autres ministères ayant participé à la conférence de presse; c) le soutien audiovisuel, y compris le personnel ministériel, la location de matériel et tous services contractuels offerts; d) la préparation et la remise en état des locaux, y compris les coûts liés aux places assises, aux services de traiteur, à l’éclairage et aux installations pour les médias; e) l’ensemble de la conférence de presse, y compris les coûts associés à la maquette du F-35 décrite dans la question Q-596 au Feuilleton des avis?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les coûts liés à l’exploitation du CF-18 pendant la conférence de presse du 16 juillet 2010 se chiffraient à environ 200 $ pour l’hébergement et les frais de subsistance du pilote. Il n’y avait pas de coûts associés à l’utilisation de l’appareil lui-même, puisque cette utilisation était comptée dans le nombre d’heures de vol prévues annuellement pour les activités d’entraînement du pilote.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les coûts liés au personnel s’élevaient à 13 298 $, d’après les 230,25 heures supplémentaires que le personnel civil du ministère de la Défense nationale a dû fournir en appui à la conférence. Les dépenses liées au service temporaire du personnel de l’Aviation royale canadienne pour cette activité étaient de 5 362 $.
En ce qui concerne la partie c) de la question, les services d’audiovisuel pour la conférence de presse ont coûté 22 603 $.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, le coût d’un déjeuner de travail pour les experts en la matière s’est élevé à 113 $. Les autres coûts liés aux installations comprennent l’électricité, pour un montant de 2 178 $, l’eau embouteillée et les plateaux de fruits, pour un montant de 236 $.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, l’activité a coûté en tout, au gouvernement du Canada, 47 513 $.

Question no 1279 --
M. Glenn Thibeault:
En ce qui concerne l’article 347 du Code criminel, ventilé par exercice, pour chaque exercice depuis 2006-2007: a) combien d’enquêtes la GRC a-t-elle menées sur les infractions à cette disposition; b) combien d’accusations a-t-on portées; c) combien de poursuites ayant abouti ont été entamées?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, les infractions à l’article 347 du Code criminel ne relèvent pas exclusivement du mandat de la GRC, mais sont également signalées au corps policier local aux fins d’enquête. La GRC est le service de police compétent dans un grand nombre de petites collectivités partout au pays, mais ne l’est généralement pas dans les grandes municipalités.
Dans l’ancien système de gestion de dossiers, le Système de récupération de renseignements judiciaire, le SRRJ de la GRC, l’article 347 du Code criminel est englobé dans le code général utilisé pour les « autres infractions au Code criminel », au même titre qu’une foule d’autres infractions.
Il faudrait effectuer une analyse manuelle de chaque dossier pour être en mesure de fournir une réponse détaillée et précise à tous les éléments de cette question. Une telle analyse exigerait beaucoup de temps et de ressources et ne peut donc pas être effectuée dans le délai accordé.

Question no 1293 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne l’émission de télévision de National Geographic intitulée « Border Security: Canada’s Front Line »: a) quel est le coût total, pour le gouvernement, de tout soutien accordé par le ministère de Sécurité publique ou l’Agence des services frontaliers du Canada relativement à l’émission; b) au moyen de quel formulaire ce soutien a-t-il été accordé; c) quelle est la teneur de tout accord signé par le gouvernement relativement à cette émission; d) pour (i) le ministère de la Sécurité publique et (ii) l’Agence des services frontaliers au Canada, quel est le coût total de toutes les ressources qui ont été consacrées à la négociation, à la recherche ou à la communication de la participation du gouvernement à cette émission de télévision?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, Sécurité publique Canada, SP, n’a pas engagé de dépenses concernant l’émission de télévision de National Geographic intitulée Border Security: Canada’s Front Line.
En réponse à la partie a) de la question bien que la production n’entraîne aucun coût supplémentaire pour l’Agence des services frontaliers du Canada, l’ASFC, sur le plan des activités de première ligne, les coûts internes encourus pour la première saison étaient inférieurs à 60 000 $ et servaient principalement à fournir un soutien administratif, y compris la surveillance sur place dans une région. La deuxième saison comportera deux fois plus d’épisodes et sera tournée dans plus d’une région. Par conséquent, l’ASFC estime que le coût à l’interne du contrôle administratif pourrait représenter approximativement 160 000 $.
Par ailleurs, aucun échange monétaire n’a lieu entre la société de production et l’ASFC.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les coûts mentionnés à la partie a) sont liés au soutien administratif fourni par l’ASFC, notamment la surveillance sur les lieux de tournage dans les régions pour veiller à la protection de la vie privée et à la sécurité opérationnelle pendant la production.
En ce qui concerne la partie c) de la question, l’ASFC et Force Four Productions ont conclu trois ententes multimédia relatives à la série documentaire. La première régissait la production de la bande de démonstration et les deux autres, la production des deux saisons auxquelles l’ASFC a participé. Les ententes multimédia décrivent en détail la relation de travail entre les parties et les responsabilités et les exigences de chacune d’elles, et soulignent les précautions nécessaires pour respecter les lois canadiennes et protéger les employés, les installations, les opérations et les procédures de l’ASFC.
En outre, l’entente stipule que bien que le contrôle de la production appartienne à la société de production, l’ASFC examinera le contenu de chacun des épisodes avant leur diffusion afin de vérifier que toutes les exigences sur le plan des opérations, de la légalité et de la protection de la vie privée sont respectées.
Enfin pour ce qui est de la partie d)(ii) de la question, l’ASFC n’a engagé aucun coût différentiel en lien avec les négociations, la recherche et les communications relatives à la participation du gouvernement à la série documentaire.
Results: 1 - 15 of 143 | Page: 1 of 10

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data