Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 198--
Mr. Scott Reid:
With regard to the National Arts Centre (NAC): (a) for each of the fiscal years from 2001-2002 to 2010-2011, how many complimentary tickets to NAC performances, including, but not limited to, NAC Orchestra, English theatre, French theatre, and dance performances have been given free of charge by the government to Members of Parliament, Senators, Ontario Members of Provincial Parliament, Quebec Members of the National Assembly, elected municipal officials, unelected officials, diplomats and public servants, broken down by category of recipient; and (b) what was the total value of these tickets in each of these fiscal years?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, for each of the more than 1,200 performances presented annually on its stages, the National Arts Centre, NAC, sets aside a small number of tickets for marketing, promotions and charitable giveaways. These tickets, which are called excess inventory, are often reserved for invited guests of the performing artists and guests of the show’s promoter, and for other marketing purpose, for example, radio contest giveaways, and for not-for-profit organizations to help them fundraise, as well as, on some occasions, to elected and unelected officials so they may attend NAC performances that showcase their regions or constituents.
In response to (a), the NAC does not have a system that tracks the number of, or who receives, excess inventory tickets, including giveaways, charitable fundraising, and guests of the artist, the promoter or the NAC.
In response to (b), as per standard industry practice, set by industry leaders such as Ticketmaster, excess inventory tickets provide no revenue, because they would not have been sold, and therefore have no monetary value.

Question No. 203--
Mr. Peter Stoffer:
With respect to the veterans health care services review undertaken by the government in 2005: (a) was the review cancelled and, if yes, why; (b) what were the total costs of the veterans health care services review; (c) was the health care services review completed; (d) if not, how close was the review to being completed; (e) what are the third party contractors who may have been contracted or sub-contracted to complete the veterans health care services review; (f) what are the draft recommendations from the health care services review; and (g) did Veterans Affairs Canada adopt any of these recommendations from the health care services review?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Veterans Affairs, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the veterans health care services review was not cancelled. It was completed in early 2008.
In response to (b), documentation regarding costs of the veterans health care services review was provided to the Minister of Veterans Affairs as advice.
In response to (c) and (d), the veterans health care services review was completed in early 2008.
In response to (e), Veterans Affairs Canada did not engage third party contractors. The department sought the advice and input of internal and external stakeholders and experts, such as the Gerontological Advisory Council and the Royal Canadian Legion.
In response to (f), recommendations, provided as advice to the Minister of Veterans Affairs, were developed as a result of the veterans health care services review.
In response to (g), yes, two significant changes were implemented to help veterans and their families as a result of the recommendations from the veterans health care services review.
Through budget 2008, the government expanded access to the housekeeping and grounds maintenance benefits under the veterans independence program to ensure that low-income or disabled survivors of the Second World War and the Korean War veterans, those who need these services the most, will have the help they need to remain independent in their homes.
In June 2009, the government introduced changes to the War Veterans Allowance Act to provide low-income allied veterans of the Second World War and the Korean War, and eligible survivors, with access to the war veterans allowance and associated assistance and health benefits. These changes were implemented in January 2010 and were a direct result of the veterans health care services review.

Question No. 205--
Ms. Libby Davies:
With regard to the Canada Pension Plan: (a) how many claims have been made by individuals who have applied to designate a beneficiary of their survivor pensions from the Canada Pension Plan to someone who is not their spouse or common-law partner; and (b) how many of these claims have been turned down?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, the Canada pension plan does not have a provision for designating beneficiaries before a contributor dies. The legislation defines who is eligible to apply for a survivor benefit after the death of a contributor.
Consequently, the administration does not track and collect claims that we may receive from contributors seeking to designate as a beneficiary someone who is not their spouse or common-law partner.

Question No. 208--
Ms. Judy Foote:
With respect to the Disaster Financial Assistance Arrangements announced by the Prime Minister on September 26, 2010, for Hurricane Igor victims in Newfoundland and Labrador (NL): (a) what was the exact financial commitment made to NL; (b) to date, how much money has been transferred to NL; (c) when will the government transfer the remaining funds owed; and (d) what criteria were used in judging applications for assistance as a result of Hurricane Igor?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), under the disaster financial assistance arrangements, DFAA, federal cost sharing will be provided for provincial response and recovery expenditures resulting from hurricane Igor. The total amount of federal cost sharing is determined according to the terms and conditions of the DFAA, and is calculated once all provincial documentation in support of a final payment has been submitted and the required federal audit process is complete.
In response to (b), to date, an advance payment of $16 million was made to the Province of Newfoundland and Labrador in April 2011.
In response to (c), subsequent federal payments will be made after the province submits additional documentation of expenditures for review by a federal auditor. The timing of the request for subsequent payments is entirely up to the province.
In response to (d), eligibility of provincial expenditures for federal cost sharing is based on established DFAA criteria, which are applied consistently to natural disasters across Canada. All assistance to individuals, businesses and local governments is provided under the provincial assistance program criteria.

Question No. 209--
Ms. Judy Foote:
With respect to the Marine Atlantic Canadian Forces Appreciation Fare: (a) is there a maximum number of military personnel or veterans that can travel on a particular crossing for free on the Port aux Basques-North Sydney ferry route and the Argentia-North Sydney ferry route, broken down by (i) walk-on passengers, (ii) vehicles; (b) what is the maximum number of military personnel or veterans that can travel on a particular crossing for free on the Port aux Basques-North Sydney ferry route and the Argentia-North Sydney ferry route, broken down by (i) walk-on passengers, (ii) vehicles; (c) has there ever been a maximum number of military personnel or veterans that can travel on a particular crossing for free on the Port aux Basques-North Sydney ferry route and the Argentia-North Sydney ferry route, broken down by (i) walk-on passengers, (ii) vehicles; (d) what is the process for when there is a paying customer and a military personnel or veteran who arrive at the same time for the last vehicle place on a vessel; and (e) will the Marine Atlantic Canadian Forces Appreciation Fare be continued in 2012-2013?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities and Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a)(i) and (ii) respectively, there is no limit on the amount of walk-on passengers, and, yes, there is a 10 vehicle limit. In response to (b)(i) and (ii) respectively, there is no limit on the amount of walk-on passengers, and there is a 10 vehicle limit.
In response to (c)(i), the answer is no, since there is no maximum for walk-on passengers.
In response to (c)(ii), during the summer of 2011, 31 out of 880 departures fully utilized the 10 vehicle limit for the military appreciation fare. This represents less than 5% of available crossings.
In response to (d), the majority of the corporation’s customers, the personal related vehicle customers, book their passage in advance of their desired crossing either online or by phone. If there were only one space left on a vessel, the first person to book a reservation would receive that space. The chance of two customers showing up at two separate ticket booths to book a ticket for the same crossing, for which there happens be only one space left, is extraordinarily unlikely. It should be noted that during the 2011 summer season, customers could drive up to one of the corporation’s terminals and book a ticket on the next crossing 99 per cent of the time.
In response to (e), Marine Atlantic’s decision will be communicated to the public on the corporation’s website in due course.

Question No. 210--
Ms. Judy Foote:
With regard to Maritime Rescue Sub-Centre St. John’s (MRSC St. John’s), operated by the Canadian Coast Guard and Maritime Rescue Sub-Centre Québec (MRSC Québec) operated by the Canadian Coast Guard and the consolidated Joint Rescue Coordination Centres (JRCC) in Trenton, Ontario or Halifax, Nova Scotia: (a) what is the planned timeline for MRSC St. John’s closure, including dates for (i) termination of operations, (ii) period designated for training, (iii) full operation of JRCC Maritime service, (iv) relocation of MRSC St. John’s employees, (v) new hiring to replace MRSC St. John’s employees refusing relocation; (b) what is the planned timeline for MRSC Québec closure, including dates for (i) termination of operations, (ii) period designated for training, (iii) full operation of JRCC Maritime service, (iv) relocation of MRSC Québec employees, (v) new hiring to replace MRSC Québec employees refusing relocation; (c) how many people were employed by the MRSC St. John’s including part-time, full-time and contractual workers, on May 2, 2011; (d) how many of MRSC St. John’s employees have accepted relocation to other government postings to date; (e) how many of MRSC St. John’s employees are expected to relocate to the JRCC and of those employees who will relocate to the JRCC, how much relocation compensation will be offered per employee; (f) with respect to the employees of MRSC St. John’s, what were the mandatory qualifications required for hire; (g) with respect to the new hires to replace the services of MRSC St. John’s at JRCC, what will be the required qualifications; (h) how many people were employed by the MRSC Québec, including part-time, full-time and contractual workers, on May 2, 2011; (i) how many of MRSC Québec employees have accepted relocation to other government postings to date; (j) how many of MRSC Québec employees are expected to relocate to the JRCC, and, of those employees who will relocate to the JRCC, how much relocation compensation will be offered per employee; (k) with respect to the employees of MRSC Québec, what were the mandatory qualifications required for hire; (l) with respect to the new hires to replace the services of MRSC Québec at JRCC, what will be the required qualifications; (m) what research was executed in order to determine that no loss of service would occur with MRSC St. John’s consolidation to the JRCC, and on what date did the relevant research commence; (n) on what date was the initial plan to close MRSC St. John’s discussed within the relevant departments; (o) what research was executed in order to determine that no loss of service would occur with MRSC Québec consolidation to the JRCC, and on what date did the relevant research commence; (p) on what date was the initial plan to close MRSC Québec discussed within the relevant departments; and (q) what is the complete breakdown of the initial investment for the cost to close the MRSC St. John’s and the MRSC Québec, broken down by region, and how was this figure estimated in terms of (i) allocation for relocation for current employees, (ii) allocation for closure or appropriation of buildings, (iii) new hires, (iv) language training, (v) Maritime Search Planning Courses, (vi) Search and Rescue (SAR) Mission Co-ordinator Courses, (vii) SAR Mobile Facilities or On-Scene Co-ordinator Courses, (viii) other training, (ix) severance packages for current employees, (x) infrastructure renovation or expansion of JRCC Trenton, (xi) infrastructure renovation or expansion of JRCC Halifax, (xii) all other estimated costs associated with consolidation and closure, (xiii) estimated ongoing annual costs with operation of consolidated service?
Response
Hon. Keith Ashfield (Minister of Fisheries and Oceans and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a) and (b), full implementation will occur when the Canadian Coast Guard is comfortable that the present level of safety and service can be maintained.
In response to (c), on May 2, 2011, there were eleven maritime search and rescue, SAR, coordinators and one regional supervisor maritime SAR employed on a full-time basis at the Maritime Rescue Sub-Centre, MRSC, St. John’s. There were no part time or contract workers employed there at that time.
In response to (d) and (e), to date, none of the MRSC St. John’s employees have accepted other government postings.
In response to (f) and (g), the essential qualifications to be hired as a coast guard SAR mission coordinator were posted to the Public Service Commission job postings site in August and September 2011.
In response to (h), on May 2, 2011, there were five maritime SAR coordinators and one regional supervisor maritime search and rescue employed on a full-time basis at MRSC Quebec. There were 2 contract or term workers employed as maritime SAR coordinators at that time.
In response to (i) and (j), as of December 13, 2011, one MRSC Québec employee has accepted a government posting. None have agreed to relocate to the joint rescue coordination centres, JRCCs.
In response to (k) and (l), the essential qualifications to be hired as a coast guard SAR mission coordinator were posted to the Public Service Commission job postings site in August and September 2011.
In response to (m)(n)(o) and (p), the MRSC consolidation is a strategic review proposal. In accordance with the rules for the development of these proposals, any information relating to their development and implementation is considered cabinet confidential.
In response to (q), a net annual and ongoing cost savings of $1,000,000 in salaries will be realized through the net reduction of fifteen full-time positions. Annual total overhead costs for telecommunications and informatics services and training, travelling and exercising will not change, and will be transferred from the MRSCs to the JRCCs. The total ongoing cost of consolidated JRCCs is not yet finalized.
One-time costs to implement the consolidation are dependent upon various factors, including the specific training and relocation requirements of each new hire and the scope of required upgrades to JRCC Halifax and JRCC Trenton. Renovation/upgrade costs for the JRCCs are under review, as there were several pre-existing renewal/upgrade projects under way at both JRCCs before the government announcement of this consolidation, that is, phone system upgrades, software/hardware upgrades and renovations.
Costs for any potential benefits paid to employees who choose to leave the public service are determined on a case-by-case basis in accordance with the union collective agreement. Should employees accept other employment within the public service, these costs will be avoided.

Question No. 212--
Ms. Joyce Murray:
With respect to executive recruiting firm Odgers Berndtson and the recent selection process for a new Auditor General: (a) who was responsible for selecting the recruiting firm; (b) was there a competition for the contract awarded to the firm and, if yes, what was the nature of the competition; (c) if there was no competition, who suggested or recommended Odgers Berndtson; and (d) what was the total cost incurred by the government in employing Odgers Berndtson to manage the Auditor General selection process?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, the selection processes for Governor in Council appointments, including agents of Parliament, comprise three main elements. The first is the establishment of selection criteria to reflect the key elements for a candidate to be considered qualified for the position sought.
The second is the development of a recruitment strategy, which outlines how candidates for the position will be sought. This can range from posting the position on the Governor-in-Council appointments website and publishing it in the Canada Gazette to a more elaborate strategy, which may include engaging an executive search firm, a national advertising strategy, a targeted outreach, for example, to professional groups and stakeholders.
The third is the assessment of candidates’ qualifications. Normally this would involve interviews with a short list of candidates and reference checks.
In the case of the selection process for the new Auditor General, the Office of the Auditor General, in consultation with the Privy Council, was responsible for identifying and selecting a search firm that would support the selection committee in its efforts.
The national master standing offer for executive search services established by Public Works and Government Services Canada, PWGSC, through a competitive process was used to obtain the services of Odgers Berndston.
The costs incurred by the Office of the Auditor General are disclosed on the Office of the Auditor General’s public disclosure website.

Question No. 215--
Hon. Mauril Bélanger:
With regard to the 2011 official visit by the Right Honourable David Cameron, Prime Minister of Great Britain, which African ambassadors and high commissioners were invited to attend the joint session of the Senate and the House of Commons of Canada to listen to the speech given by the aforementioned Prime Minister?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, the heads of mission accredited to Canada from the following African countries were invited to attend the joint session of the Senate and House of Commons of Canada to listen to the speech given by the Right Honourable David Cameron:
Arab Republic of Egypt Republic of Burundi Republic of Namibia Benin Republic of Cameroon Republic of Senegal Burkina-Faso Republic of Cape VerdeRepublic of Seychelles Central African RepublicRepublic of Chad Republic of Sierra LeoneDemocratic Republic of Sao Tomé and Principe Republic of Côte d'Ivoire Republic of South Africa Democratic Republic of the Congo Republic of Cyprus Republic of the Congo Federal Democratic Republic of Ethiopia Republic of Djibouti Republic of the Gambia Federal Republic of NigeriaRepublic of Equatorial Guinea Republic of the Niger Gabonese RepublicRepublic of GhanaRepublic of Tunisia Islamic Republic of Mauritania Republic of Guinea Republic of UgandaKingdom of LesothoRepublic of Guinea-Bissau Republic of Zambia Kingdom of Morocco Republic of Kenya ReunionKingdom of SwazilandRepublic of Liberia Rwandese Republic Libya Republic of Malawi State of EritreaPeople's Democratic Republic of Algeria Republic of Mali Togolese Republic Republic of Angola Republic of Mauritius United Republic of Tanzania Republic of Botswana Republic of Mozambique

Question No. 219--
Mr. Sylvain Chicoine:
With regard to fixed-wing observational aircraft owned by the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), since January 1, 2006: (a) how many aircraft are owned by the RCMP, broken down by the make, model, and age of the aircraft; (b) what are the dates of flights that these aircraft have taken; (c) what is the nature of the observational work these aircraft do; (d) what is the cost of this program, broken down by year; (e) what is the policy the RCMP applies with respect to the use of aircraft for the observation of civilian activity; (f) what is the RCMP policy on the use of aircraft for cellular surveillance; (g) what is the RCMP policy on the use of aircraft for the disruption of cellular signals; and (h) have these aircraft been lent to provinces to assist provincial police forces, and, if so, for each flight, what was or were (i) the flight date, (ii) the province using the aircraft, (iii) the cities in which the aircraft was used, (iv) the cost of each flight, (v) the nature of the flight and observation, (vi) all provincial agreements regarding this?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, the RCMP owns 12 fixed-wing aircraft of various makes and models, ranging from 3 to 26 years of age, for surveillance. Aircraft are deployed for use across the country, as and when required. Requests from outside police forces may be considered based on operational availability.
For security reasons and to maintain the integrity of police operations, the RCMP cannot further identify these resources or release additional details as to their usage without jeopardizing ongoing police operations and investigational techniques, as well as the safety of RCMP personnel and the public.

Question No. 221--
Mr. Don Davies:
With respect to immigration cases conducted through the Provincial Nominee Program (PNP): (a) other than security and medical approval, does the federal government exercise control over any of the criteria applied in the selection of individuals for approval under the program, and, if it does, what are these criteria, what government department enforces these criteria, and where are officials responsible for enforcement located; (b) in the case of a disagreement between a province and a consulate, where does the ultimate authority lie with regard to approval; and (c) once approved by a province, can an application be denied by any federal government body, and, if yes, on what grounds?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), roles and responsibilities for the provincial nominee program, PNP, are defined through bilateral agreements between the Department of Citizenship, Immigration and Multiculturalism, CIC, and provincial and territorial, PT, governments. All of the provinces and territories except Quebec and Nunavut have signed nominee agreements with the federal government. The legislation and agreements confirm provincial/territorial authority to assess and nominate candidates who will be of economic benefit to the province or territory and who have a strong likelihood of becoming economically established in Canada, and are not nominated on the basis of a passive investment scheme entered into for the primary purpose of facilitating immigration to Canada.
Each jurisdiction is responsible for the design and management of its respective program, including the development of its own nomination criteria. Consultation with CIC is stipulated in each agreement. PTs are responsible for due diligence in respect of their nomination decisions and for document verification.
In response to (b), the legislation requires that the federal visa officer determines whether the applicant nominated by the province or territory meets the requirements of the provincial nominee class, that is, the ability to economically establish, the intent to reside, and not to be engaged in passive investment. An application will be refused if it is determined that the nomination of the applicant by a province or territory was based on a passive investment scheme entered into for the primary purpose of facilitating immigration to Canada.
In addition, it is clearly stipulated that final authority for the selection of applicants and the issuance of visas rests with the federal government. If the visa officer is not satisfied that the nomination certificate is a sufficient indicator that a foreign national can economically establish themselves in Canada, an officer may substitute his or her evaluation of the likelihood of the foreign national becoming economically established in Canada for the nominating certificate. Such a substitution requires that the officer consult with the government that issued the certificate and also requires the concurrence of a second officer at the manager level.
In response to (c), CIC must consult with PTs if a nominee is likely to be refused on the basis of their inability to demonstrate they can economically establish. However, if the individual is likely to be refused because they do not meet the admissibility requirements under IRPA, that is, in regard to security, criminality, and health, et cetera, a refusal will be made without notifying the province before the final decision. Canada will forward a copy of the refusal letter to the province.
A permanent resident visa holder in the provincial nominee, PN, class seeking permanent resident status at a port of entry, POE, must establish that they still intend to reside in the province/territory that has nominated them. Individuals who indicate that they never intended, or no longer intend, to reside in the nominating province/territory may be denied permanent resident status at the POE because they have been deemed inadmissible due to non-compliance with the criteria associated with being a member of the PN class, or for misrepresentation.
The refusal rate for the PNP is fairly low. Between October 1, 2010 and September 30, 2011 the approval rate for applications from provincial nominees was 97%. This is because provinces and territories do an initial assessment of PNs against their program criteria. The Government of Canada is committed to working with provinces and territories to make the provincial nominee program a success. We have ongoing discussions with provinces and territories on how to improve the program design, integrity, selection standards and management of the provincial nominee programs.

Question No. 232--
Hon. Carolyn Bennett:
With regard to the Federal Review Panel appointed by the Federal Minister of the Environment in 2009, in accordance with the requirements of the Canadian Environmental Assessment Act, to conduct a review of the environmental effects of Taseko Mines Limited’s proposed Prosperity Gold-Copper Mine Project in the Cariboo-Chilcotin Regional District of British Columbia: (a) what was the total cost of the assessment of the original Prosperity Gold-Copper Mine project, the findings of which were published by the Federal Review Panel on July 2, 2010; and (b) what is the estimated cost of the assessment to be conducted on the new Prosperity Mine, which was announced by the Minister of the Environment on November 7, 2011?
Response
Hon. Peter Kent (Minister of the Environment, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the total cost incurred by the Canadian Environmental Assessment Agency for the federal review panel process for the prosperity gold-copper mine project was $2.2 million.
Of that total, $1.6 million is cost recoverable from the proponent,Taseko Mines Ltd., as per the Environmental Assessment Review Panel service charges order. The remaining $0.6 million includes the costs of panel legal support and aboriginal consultations, which are not covered by the order.
The $2.2 million does not include costs incurred by the proponent, other federal departments and other participants in the review panel process.
In response to (b), key process decisions that will determine the cost of the panel review of the new prosperity proposal have not yet been made, including setting the environmental impact statement guidelines and the terms of reference for the panel. I have directed the agency to ensure that information obtained during the previous environmental assessment be used to the extent possible in order to ensure a timely decision. This should have the effect of reducing the costs for all parties.

Question No. 233--
Mr. Philip Toone:
With regard to the government's involvement in private, medically-supervised detoxification treatment for First Nations, Inuit and Métis for each of the last ten years: (a) how many patients were referred to private services, by province and year, for treatment related to (i) solvents and inhalants, (ii) illegal drugs, (iii) prescription drugs, (iv) alcohol, (v) other; (b) what was the total cost for these services by (i) year, (ii) province; (c) what government departments and agencies have funded these services, and what was the cost for each such department and agency by (i) year, (ii) province; and (d) what government departments and agencies have referred clients or patients to these services by (i) year, (ii) province?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health and Minister of the Canadian Northern Economic Development Agency, CPC):
Mr. Speaker, Health Canada recognizes that alcohol, drug and solvent abuse remains a problem in some first nations and Inuit communities. Through the national native alcohol and drug abuse program, NNADAP, and the national youth solvent abuse program, NYSAP, Health Canada funds a national network of 58 addiction treatment centres in first nations communities. These services are available to both first nations and Inuit, and are distributed in communities across Canada in order to maximize accessibility. There are also over 550 community-based programs aimed at preventing alcohol and drug abuse problems from occurring, or recurring after someone has finished treatment.
As part of the national anti-drug strategy, Health Canada is investing $30.5 million over five years, 2008-13, with $9.1 million in ongoing funding, to improve access to quality addictions services for first nations and Inuit. A key investment under the national anti-drug strategy was a comprehensive needs-based review of on-reserve prevention and treatment services, carried out in partnership with first nations, which resulted in the development of a renewed framework for first nations addictions services.
The Government of Canada does not fund or track referrals to privately funded medical detoxification services for first nations, Inuit and Métis. Medically-based detoxification for addiction issues is the responsibility of provincial and territorial health services.

Question No. 236--
Ms. Joyce Murray:
With regard to injuries and fatalities attributed to firearms in British Columbia: (a) for each year from 2001 to 2010 (inclusive), what are the number of injuries and what are the number of fatalities attributed to firearms in British Columbia in each category of non-restricted, restricted, and prohibited firearms and any firearm prescribed under the Criminal Code and associated regulations (including long guns); and (b) what number of the injuries and fatalities in (a) involved (i) suicides, (ii) accidents, (iii) incidents involving domestic violence, (iv) incidents involving women as victims, (v) incidents involving Aboriginal Canadians as victims?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, the RCMP’s informatics systems, the Canadian firearms information system and the operational records management system, do not collect statistical data on injuries and fatalities related to firearms. They also do not have statistical information on injuries and fatalities where firearms were used in suicides, accidents, domestic violence situations or incidents where the victims were women or aboriginal Canadians.
The statistical data related to firearms that is collected is limited to the type of firearms offences committed.

Question No. 240--
Mr. Marc Garneau:
With regard to the issuance of visas for foreign students studying in Canada: (a) does the student’s country of origin affect what type of visa can be issued (that is, a single-entry or a multiple-entry visa); (b) what are the countries of origin of students who are eligible for single-entry visas but not multiple-entry visas; and (c) what are the countries of origin of students who are eligible for both types of visa?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, clients indicate on their application form if they are seeking a single-entry or multiple-entry visa. A client’s country of origin does not affect what type of visa he or she is eligible to apply for or receive.

Question No. 245--
Hon. Irwin Cotler:
With regard to the case of Sergei Magnitsky: (a) is the government preparing a list containing the names of any individual that it has reasonable grounds to believe (i) is responsible for the detention, abuse or death of Sergei Magnitsky, (ii) has conspired to defraud the Russian Federation of taxes on corporate profits through fraudulent transactions and lawsuits against the foreign investment company known as Hermitage and to misappropriate property owned or controlled by Hermitage, (iii) has participated in efforts to conceal the legal responsibility of those individuals involved in the detention, abuse or death of Sergei Magnitsky or the existence of the conspiracy referred to in point (ii); (b) if the government is preparing a list as per (a), does the list include the names of the 60 senior Russian officials included by the Commission on Security and Cooperation in Europe on its list entitled “Individuals involved in the tax fraud against Hermitage and the torture and death of Sergei Magnitsky”; (c) does the government plan to declare as ineligible for visas any foreign national whose name appears on the list referred to in (a), as well as the members of the foreign national’s immediate family; and (d) does the government plan to revoke the permanent or temporary resident status of any foreign national whose name appears on the list referred to in (a)?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a)(i), (a)(ii), (a)(iii) and (b), the promotion and the protection of human rights is an integral part of Canadian foreign policy, and the government will continue to take principled positions on important issues to ensure that freedom, democracy, human rights and the rule of law, values that define this country, are enjoyed around the world. The Government of Canada follows the human rights situation in Russia closely, and the promotion of Canadian values features prominently in our ongoing dialogue with the Russian authorities.
On October 28, 2011, the member for Mount Royal introduced Bill C-339, the Condemnation of Russian Corruption Act, which would require the government to take the same actions outlined in Q-245. DFAIT is still in the process of carefully reviewing the legislation, as is standard when these items are brought forward for introduction and debate.
With regard to (c) and (d), matters pertaining to visas and permanent or temporary residencies fall outside the purview of the Department of Foreign Affairs and International Trade.

Question No. 246--
Mr. Brent Rathgeber:
With regard to the Canadian Broadcast Corporation (CBC) and its employment of Peter Mansbridge, George Strombolopolous, and Hubert T. Lacroix: (a) what do the CBC’s employment agreements with each of these individuals provide each individual in terms of (i) salary, (ii) vehicle allowance or provision of car and/or driver, (iii) expense account for food, drink, alcohol and hospitality, (iv) out-of-town accommodations for the individual; (b) in each of the years between 2000 and 2011, how much did each of these individuals expense to the CBC for (i) food, (ii) travel, (iii) hotels, (iv) hospitality, (v) drink, (vi) vehicle use; (c) what were the itemized amounts and descriptions of each individual’s individual expenses as identified in the answers to (b); and (d) if the CBC provides any of these individuals with a vehicle for his use, as identified in the answers to (a)(ii), broken down by individual, (i) what is the model and make of the car, (ii) how much does this benefit cost the CBC on an annual basis?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, individuals employed by CBC/Radio-Canada are not government employees. As specified in subsection 44(2) of the Broadcasting Act, officers and employees employed by CBC/Radio-Canada are employed “on such terms and conditions and at such rates of remuneration as the Board deems fit”.
With regard to (a), (b) and (c), the employment agreements between CBC/Radio-Canada and chief correspondent and program host Peter Mansbridge, CBC/Radio-Canada and program host George Stroumboulopoulos are both competitive and programming information. The majority of expenses of Peter Mansbridge and George Stroumboulopoulos are incurred as part of their programming activities on behalf of CBC/Radio-Canada and are not public. It is not possible to separate programming from administrative expenses in the time provided for responding to this question. Their salary information is also protected in accordance with the federal Privacy Act.
The president of CBC/Radio-Canada is paid by the corporation remuneration at the rate fixed by the Governor in Council in accordance with subsection 43(1) in part III of the Broadcasting Act. Hubert T. Lacroix earns a salary in the CEO 7 range, which for 2011 was $358,400 to $421,600, as specified by the government at these websites: http://www.pco-bcp.gc.ca/index.asp?lang=eng&page=secretariats&sub=spsp-psps&doc=sal/sal2011-eng.htm and http://www.appointments.gc.ca/prflOrg.asp?OrgID=CBC&type-typ=3&lang=eng .
The president was appointed by Order in Council P.C. 2007-1658 of October 31, 2007, which is available on the government’s website of http://www.pco-bcp.gc.ca/oic-ddc.asp?lang=eng&Page=secretariats&txtOICID=2007-1658&txtFromDate=&txtToDate=&txtPrecis=&txtDepartment=&txtAct=&txtChapterNo=&txtChapterYear=&txtBillNo=&rdoComingIntoForce=&DoSearch=Search+%2F+List&viewattach=17438&blnDisplayFlg=1
With regard to (d), CBC/Radio-Canada does not provide Peter Mansbridge or George Stroumboulopoulos with a vehicle.
The president and CEO is provided with a vehicle and driver. In 2010, the vehicle was a 2007 Ford Five Hundred. In 2010 the vehicle was replaced with a 2011 Ford Taurus. The cost of the vehicle is approximately $10,900 per year. The salary range for the transportation assistant is $34,000- $56,500.
The expenses of the president and CEO are approved by the chair of CBC/Radio-Canada. They are also reviewed on a quarterly basis by CBC/Radio-Canada’s internal auditors. These expenses, dating back to 2007 when the president joined the corporation, are published each quarter on CBC/Radio-Canada’s public disclosure website at http://www.cbc.radio-canada.ca/docs/expenses/expenses_choice2.shtml.
The annual totals for the President’s claimed expenses since his appointment are as follows: 2007,$3,114.93; 2008, $59,324.70; 2009, $41,194.28; 2010, $48,913.23; and 2011, $29,810.51.
The corporation does not itemize expenses in the manner requested. The president’s claimed expenses, including copies of receipts, which have already been released through the access to information office, are publicly available on CBC/Radio-Canada’s websites: http://www.cbc.radio-canada.ca/docs/disclosure/pdf/A201100082.PDF, http://cbc.radio-canada.ca/PDF_files/expenses/2009/A200900221_2010-10-12_14-14-34.PDF, and http://cbc.radio-canada.ca/PDF_files/expenses/2008/A200800217_2010-10-19_10-15-01.PDF.

Question No. 247--
Mr. Brent Rathgeber:
With respect to contracts and costs associated with the development or acquisition of programming at or by the Canadian Broadcasting Corporation (CBC): (a) how much does CBC pay Rick Mercer or any company of which he is the proprietor; (b) did the CBC hold an open tender for a political satire show for the Mercer Report or was the contract untendered; (c) how much did the CBC spend on the rights for (i) Wheel of Fortune, (ii) Jeopardy, (iii) American movies; (d) what contracts has the CBC signed with Zaibe Shaikh or Governor Films in the last five years, if any, (i) for how much money (individually and in total), (ii) what was provided in return, (iii) which of these contracts were put out for open competition and which were not; and (e) how many untendered contracts has the CBC signed in the last five years, and, if it has signed any such contract, (i) with whom, (ii) for how much money (individually and in total), (iii) what did the CBC get for each of these contracts?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), contracts and costs associated with the development or acquisition of programming at or by the Canadian Broadcasting Corporation are programming information and of a competitive nature as referred to in part III, subsection 35(2) of the Broadcasting Act.
With regard to (b), broadcasters do not “tender” contracts for the development or acquisition of programming.
Over the past five years the corporation has concluded hundreds of contracts with independent producers for program pre-development, development, pilot production, and acquisition. CBC/Radio-Canada is always looking for smart, diverse, popular and relevant Canadian programming and provides two websites for independent producers to pitch programming ideas to the corporation: http://www.cbc.ca/independentproducers/ and http://projets.radio-canada.ca/.
Decisions to develop a specific program or not depend on a number of factors, including the corporation’s broadcast conditions of licence, the region where the program would be produced, the potential appeal of the program, the cost of the program, whether it is eligible for funding support from the Canada Media Fund, and how the proposed program would fit into the network’s planned program schedule for its designated season.
CBC/Radio-Canada is authorized to “make contracts with any person, within or outside Canada, in connection with the production or presentation of programs originated or secured by the Corporation” and “make contracts with any person, within or outside Canada, for performances in connection with the programs of the Corporation", as stated in paragraphs 46(1)(d) and 46(1)(e) of part III of the Broadcasting Act.

Question No. 248--
Mr. Brent Rathgeber:
With respect to the Canadian Broadcasting Corporation’s (CBC) bureaus, what is the itemized list of expenses for hospitality, food, drink, hotels and transportation for the CBC bureaus in (i) Paris, (ii) London, (iii) Washington, (iv) Rome?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, CBC/Radio-Canada operates 13 foreign news bureaus, including bureaus in Paris, London and Washington. The corporation does not have a bureau in Rome.
The bureaus are used as a base of operations for coverage of events in surrounding regions and countries as required and approved by the head of news and current affairs. Expenses incurred by these bureaus include travel to remote locations, hotels, accreditation and travel documentation. These expenses are part of the corporation’s journalistic programming activities and are not public. Expenses are not automatically separated into programming and non-programming categories; this would require a manual review of every expense. It is not possible to separate the programming from administrative expenses of these bureaus in the time provided for responding to this question. News budgets are approved by the vice-presidents of CBC and Radio-Canada.

Question No. 249--
Mr. Brent Rathgeber:
With respect to salaries at the Canadian Broadcasting Corporation (CBC), how many employees at the CBC earn more than $100,000.00, and what are their names and salaries?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, CBC/Radio-Canada currently has approximately 730 employees who earn more than $100,000 per year. Their names and precise salaries are protected as per the federal Privacy Act and Access to Information Act.

Question No. 251--
Ms. Élaine Michaud:
With regard to the wharf at Portneuf, Quebec, administered by Transport Canada: (a) does the department wish to maintain ownership of the wharf or does it intend to dispose of it; (b) in the event that Transport Canada wishes to keep the Portneuf wharf, (i) will the headblock be rebuilt, (ii) will environmental liability issues, particularly the water contamination from the structure, be corrected, (iii) is there a maintenance plan in place to maintain the wharf, (iv) what kind of operations does Transport Canada wish to conduct, (v) what is Transport Canada’s policy on working with the Municipality of Portneuf to develop its plans to operate the wharf; and (c) in the event that Transport Canada wishes to dispose of it, (i) does Transport Canada wish to transfer ownership to a private contractor, a provincial government, or a municipal or paramunicipal agency, (ii) what financial incentives will the government offer to the transferee, (iii) will the headblock be rebuilt, (iv) will environmental liability issues be corrected?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities and Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, CPC):
Mr. Speaker, a) Transport Canada wishes to dispose of the Portneuf wharf.
b) Not applicable; see a).
c) Information on the port divestiture program is available on the following website: http://www.tc.gc.ca/eng/mediaroom/backgrounders-b06-m001e-1837.htm.

Question No. 253--
Mr. Tyrone Benskin:
With regard to contracts and costs associated with the Prime Minister’s office (PMO) and ministerial exempt staff: (a) how much is paid to Nigel Wright or any company of which he was a proprietor or partner; (b) did the PMO hold an open tender for Dimitri Soudas’ job or was the contract untendered; (c) how much did the PMO spend on (i) Canada’s Economic Action Plan, (ii) the G8 and G20 summits, (iii) Canadian television productions; (d) what contracts has the PMO signed with Ezra Levant or any registered lobbyist, government relations or public opinion firm in the last five years, if any, (i) for how much money (individually and in total), (ii) what was provided in return, (iii) which of these contracts were put out for open competition and which were not; and (e) how many untendered contracts have been signed in the last five years, and, if the PMO or Minister’s office has signed any such contract, (i) with whom, (ii) for how much money (individually and in total), (iii) what was obtained for each of these contracts?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, with regard to part (a) of the question, an individual’s exact salary constitutes the personal information of that individual and is withheld in accordance with the principles of the Access to Information Act and the Privacy Act.
With regard to (b), (d) and (e), as stated at 7.1 of the Treasury Board "Policies for Ministers’ Offices", “…ministerial offices are subject to the Financial Administration Act , its regulations, and Treasury Board policies.” Only procurement officers within the Privy Council Office hold contracting authority under subsection 32(1) of the Financial Administration Act. The Prime Minister’s Office, PMO, does not hold the authority to contract directly for goods and services.
With regard to (c), the Prime Minister’s Office, PMO, does not fund government programs. The PMO did not provide funds for the Canada economic action plan, the G8 and G20 summits, or Canadian television productions. However, some financial expenditures related to the Canada economic action plan and the G8 and G20 summits can be seen in proactive disclosure on the Privy Council Office website at the following link: www.pco-bcp.gc.ca.

Question No. 254--
Mr. Tyrone Benskin:
With respect to the Prime Minister’s Office, ministerial exempt staff and Ministers, what is the itemized list of expenses for hospitality, food, drink, hotels and transportation in (i) Paris, (ii) London, (iii) Washington, (iv) Rome, (v) Boston?
Response
Hon. Tony Clement (President of the Treasury Board and Minister for the Federal Economic Development Initiative for Northern Ontario, CPC):
Mr. Speaker, the information requested is made available through proactive disclosure, which can be found on individual departmental websites and is updated quarterly.

Question No. 255--
Mr. Tyrone Benskin:
With respect to salaries at the Prime Minister’s Office and Ministers’ offices, how many employees earn more than $100,000.00, and what are their names and salaries?
Response
Hon. Tony Clement (President of the Treasury Board and Minister for the Federal Economic Development Initiative for Northern Ontario, CPC):
Mr. Speaker, under the Access to Information Act and the Privacy Act, the names and exact salaries of personnel cannot be released.
Salary maximums for exempt staff are equivalent to those of certain positions in the public service. The salary ranges for ministers’ offices are outlined in section 3.3 of the "Policies for Ministers' Offices", which can be found at http://www.tbs-sct.gc.ca/pubs_pol/hrpubs/mg-ldm/2011/pgmo-pldcm03-eng.asp#toc3-3. The equivalent salary ranges for the public service can be found at http://publiservice.tbs-sct.gc.ca/gui/prtt-eng.asp and http://publiservice.tbs-sct.gc.ca/pubs_pol/hrpubs/coll_agre/rates-taux-eng.asp.
Ministers’ office expenditures are reported annually in the Public Accounts of Canada. For the latest ministers’ office expenditures, members may refer to the Public Accounts, volume III, section 10.28, at www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/txt/72-eng.html.

Question No. 258--
Hon. Geoff Regan:
With respect to radio masts, antennas, and towers (henceforth each referred to simply as the “tower”) licensed or otherwise permitted to operate by Industry Canada: (a) what is the total number of such towers across the country; (b) what is the municipal street address, as well as latitude and longitude for each tower, and, for each tower, (i) who owns and operates the tower and for what purpose, (ii) at what radio frequencies and at what wattage are the transmitters on each tower operating, (iii) at what height above ground level is the tower, (iv) at what height above sea level is the tower, (v) what is the year of construction of the tower, (vi) when was the last structural inspection of the tower, (vii) does the tower conform to Health Canada guidelines, (viii) have there been any incidents reported relating to the tower, (ix) have there been any complaints lodged relating to the tower and what was the outcome or status of any associated investigation; and (c) how many towers remain standing that are no longer in use or operation, and, for each such tower, (i) who owns the tower, (ii) what purpose did the tower serve before being retired, (iii) at what height above ground level is the tower, (iv) at what height above sea level is the tower, (v) what is the year of construction of the tower, (vi) when was the last structural inspection of the tower, (vii) why was the tower retired, (viii) have there been any incidents reported relating to the tower, (ix) have there been any complaints lodged relating to the tower and what was the outcome or status of any associated investigation, (x) what plans exist to remove or restore the tower?
Response
Hon. Christian Paradis (Minister of Industry and Minister of State (Agriculture), CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b)(i), (b)(ii), (b)(iii), (b)(iv), (b)(v) and (c)(v), radio communication would not work without antennas, which, to function effectively, are often supported by towers or other tall structures such as buildings. The Canadian public, businesses, police, firefighters, ambulances, air navigation systems and national defence use antenna systems, including towers, to ensure reliable radio communication. Industry Canada’s interests relate primarily to managing the radio frequency spectrum, a limited resource. For this reason, no differentiation is made as to whether an antenna is, for example, located on a tower, on top of a building or is using some other structure such as a water tower. Accordingly, our database only records the location of radio stations in use.
Currently there are approximately 250,000 radio licences issued by Industry Canada. Available technical databases include current radio frequency assignments, including geographical coordinates; the name of the authorization holder, but not the use of the radiofrequency; radio frequency and wattage; the site elevation above sea level and the height of the antenna above ground level, but not the year of construction. These databases are available at http://www.ic.gc.ca/eic/site/sd-sd.nsf/eng/Home for all non-broadcasting towers, including cellular, but they do not include public safety and national security agencies.
Broadcasting tower databases are available at http://www.ic.gc.ca/eic/site/sp_dgse-ps_dggs.nsf/eng/gg00026.html.
With regard to (b)(vi), Industry Canada does not inspect towers for structural adequacy. This is the tower owner’s responsibility.
With regard to (b)(vii), (b)(viii) and (b)(ix), exposure levels emitted by towers vary. However, Industry Canada requires that, at all times, all towers must comply with Health Canada’s Safety Code 6 guideline for the protection of the general public from radio frequency exposure. Industry Canada requires the immediate submission of compliance information when it is concerned that a site may not be in compliance with Safety Code 6 for the purpose of protecting the general public. Alternatively, Industry Canada requires that the operator cease operation at the site in question pending Industry Canada’s receipt of information and departmental concurrence that Safety Code 6 is being respected. The vast majority of radio installations comply with the exposure limits by a very wide margin. Industry Canada has confirmed this by conducting directed radio frequency field measurements. Industry Canada does not keep a database of the number of complaints lodged relating to towers.
With regard to (c)(i), (c)(ii), (c)(iii), (c)(iv) and (c)(vi) through (c)(x), Industry Canada has no authority over towers that are no longer in use or operation for the purpose of radio communication. Such structures would fall under provincial and territorial authority.

Question No. 259--
Hon. John McKay:
With respect to the Treasury Board of Canada’s mandated cuts to each department, specifically the Department of National Defence: (a) what is the total number of dollars that the Department of National Defence will be cutting from its expenditures, by service (Navy, Air, Army), (i) how many staff will be cut and out of which group of employees (e.g., consultants, officers, reserves, etc.), and by service (Navy, Air, Army), (ii) how many military assets will be cut (e.g., armed forces vehicles), either in current operation or previously slated for procurement, as well as support equipment and personnel (e.g., for repairs and maintenance); (b) has the department conducted a study on how these cuts will affect the operational capacity of the armed forces, broken down by Navy, Air, Army, and its impact with respect to training capacity for all of the above services, and, if so, what were the conclusions; (c) what will the effect of the cuts be on the department’s provision of health services to military personnel; and (d) has the government adjusted its schedule for fulfillment of or financial commitment to the Canada First defence policy?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the Department of National Defence has undertaken a full review of its spending to ensure that all expenditures and programs were aligned to departmental and government priorities. This thorough review was followed by an analysis to ensure that programs and spending were effective and efficient, focused on core roles, and met the needs of Canadians. Programs were assessed with regard to their intended results, as defined in the program activity architecture, and in relation to their role within the delivery of the Canada First defence strategy. The results of this review continue to be assessed.

Question No. 265--
Hon. John McKay:
With respect to the opening of the Office of the Extractive Sector Corporate Social Responsibility (CSR) Counsellor: (a) how many requests for review have been submitted to the Office of the Extractive Sector CSR Counsellor; (b) of the requests for review that have been submitted as per (a), (i) how many have progressed to informal mediation, (ii) what is the overall cost for each individual review, (iii) what are each of the individual expenses associated with each review process, (iv) how many meetings were conducted related to each review process, who was present in each of the meetings, and who did each of those present at the meetings represent, (v) has the Extractive Sector CSR Counsellor provided interim reports regarding each of her request for reviews, and, if not, why has no report been provided, (vi) when can an interim report be expected for each review, (vii) what was the outcome of each of the review processes engaged in by the Extractive Sector CSR counsellor, (viii) if any review was closed without progressing to formal mediation and without resolution, what were the reasons for closing the case; and (c) has the Extractive Sector CSR Counsellor received any requests for review that she has declined to allow to progress to informal mediation, and, if yes, for what reasons was the request for review declined?
Response
Hon. Ed Fast (Minister of International Trade and Minister for the Asia-Pacific Gateway, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), there have been two requests for review submitted to the Office of the Extractive Sector CSR Counsellor, "the Office". One review pertained to Excellon Resources Inc. in Mexico, while the other pertains to First Quantum Minerals Ltd. in Mauritania.
With regard to (b)(i), both reviews progressed to informal mediation.
With regard to (b)(ii), each review requires administrative expenditures, such as those on telephone, courier, and office supplies, and uses a portion of the Office’s fixed costs, such as salaries and benefits, but outside of these costs, the most significant expenditures by the Office in both instances have been on external services related to travel and translation. For the Mexico-related review, the overall external costs to the Office totalled $22,438.72. The overall external costs to the Office for the Mauritania case total $435.50 thus far.
With regard to (b)(iii), costs for the review of the Mexico case include travel, visa fees, accommodation, local transportation, per diems, and interpretation costs for two field visits to Mexico by the counsellor and the senior advisor. The first field visit to Mexico City in May 2011 cost a total of $4,463.83 and the second field visit to the La Platosa mine site and surrounding community in July 2011 cost $7,416.99 in total. Total charges for translation into French and Spanish of the two field visits reports and the October 2011 closing report were $10,557.90. There have been no travel costs associated with the review in Mauritania to date. Communications with the requester have resulted in translation charges of $435.50.
With regard to (b)(iv), with respect to the case in Mexico, well over 100 conversations and meetings were held between April and October 2011, both by teleconference and in person. The majority of meetings held were either with some or all of the requesters at various times during the process or with various representatives of Excellon Resources Inc., either in an individual or group context. Other meetings were held with Canadian Embassy officials in Mexico City; Canadian and Mexican legal representatives of Excellon Resources; Mexican national, regional, and local government officials; third party experts; community members at site; ejido leaders in the community; mine employees at site; mine management at site; and other stakeholders with expertise in the issues.
In the Mauritania review, meetings by teleconference have occurred on numerous occasions with the requester and the responding party.
With regard to (b)(v), the Extractive Sector CSR Counsellor produced two interim reports and one final report on the review of the Mexico case. All three reports are available on the Office’s website at www.international.gc.ca/csr_counsellor-conseiller_rse. No reports have yet been produced for the case in Mauritania, as the Counsellor has determined that it is premature to do so at this time.
With regard to (b)(vi), the Order in Council that created the Office of the Extractive Sector CSR Counsellor, P.C. 2009-0422 of March 25, 2009, requires the Counsellor to produce a final report on each request for review as well as an annual report to Parliament. Interim reports are important and are produced in order to meet the Office’s public commitments to its key guiding principles, which are to be transparent, accessible, responsive, predictable, independent and effective. The Counsellor has produced an interim report at the conclusion of each field visit.
With regard to (b)(vii), the review process of the case in Mexico was closed in October 2011 following the decision by the responding party to withdraw from the process. The ongoing case in Mauritania is currently at step 4 of the Counsellor’s review process.
With regard to (b)(viii), the Office’s review process has five stages, including an optional avenue at the fifth and final stage for parties to engage in formal mediation outside of the Office’s process. The review of the case in Mexico closed at the fourth stage of the Office’s process following the decision by the responding party to withdraw.
With regard to (c), the Extractive Sector CSR Counsellor has not received any requests for review that she has declined to allow to progress to informal mediation.

Question No. 273--
Hon. Judy Sgro:
With regard to Bill C-25, An Act relating to pooled registered pension plans and making related amendments to other Acts (PRPP Act): (a) has the government secured the necessary provincial consent required to enact the appropriate companion legislation; (b) how will the government ensure that fees payable by plan members remain low, as required by the PRPP Act; and (c) how will the government define and control the fees charged in accordance with the PRPP Act?
Response
Hon. Ted Menzies (Minister of State (Finance), CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), at the December 2010 finance ministers’ meeting, all finance ministers agreed on a framework for pooled registered pension plans, PRPPs. Bill C-25 provides a legal framework for the establishment and administration of PRPPs for those who fall within the legislative authority of the federal government, including interprovincial transportation, banking and telecommunication. Provinces will need to introduce their own enabling legislation to make PRPPs available throughout Canada. The federal legislation is intended to be a model that the provinces can use to implement PRPPs within their own jurisdictions. A high level of harmonization of pension regulations across jurisdictions will be instrumental in increasing the availability of PRPPs and, more importantly, achieving lower costs. The federal government encourages provinces to implement the framework in a timely manner to help Canadians reach their retirement objectives.
With regard to (b) and (c), PRPPs will facilitate low costs through their scale and design. These plans will result in large pooled funds that will enable plan members to benefit from the lower investment management costs associated with such funds. The design of these plans will be straightforward, and these plans are intended to be largely harmonized across jurisdictions, which will facilitate lower administrative costs. In addition, the PRPP act requires the administrator to offer the PRPP at a low cost to plan members. The criteria for determining whether a PRPP is low cost will be set out in the accompanying regulations and will be monitored by the Superintendent of Financial Institutions. Finally, plain-language disclosure of all costs and fees will ensure transparency and facilitate price competition among administrators.

Question No. 274--
Hon. Judy Sgro:
With regard to Bill C-25, An Act relating to pooled registered pension plans and making related amendments to other Acts (PRPP Act), will the regulations allow for private-sector plan managers, other than banks and insurance companies, to manage PRPP assests?
Response
Hon. Ted Menzies (Minister of State (Finance), CPC):
Mr. Speaker, Bill C-25 specifies that eligible administrators must be corporations that can assume a fiduciary duty, such as regulated financial institutions and public pension plans. In order to offer a PRPP, administrators would need to obtain a licence from the Superintendent of Financial Institutions. The criteria for this licence will be set out in the regulations, and will not require administrators to be a bank or insurance company.

Question No. 275--
Hon. Judy Sgro:
With regard to Bill C-25, An Act relating to pooled registered pension plans and making related amendments to other Acts (PRPP Act), does the government plan to incorporate limited or specific situational exemptions in the locking-in rules to allow Canadians of modest means emergency access to the funds accumulated in their PRPP account?
Response
Hon. Ted Menzies (Minister of State (Finance), CPC):
Mr. Speaker, Bill C-25 includes locking-in provisions that are intended to ensure that funds are available for retirement income purposes. Funds in the members’ accounts are generally not permitted to be withdrawn. Subject to the regulations accompanying the Bill, plan members may be permitted to withdraw funds from their accounts under certain circumstances, such as disability.

Question No. 282--
Mr. Kevin Lamoureux:
With respect to the Minister of Citizenship and Immigration’s power to exercise discretionary authority under the Immigration and Refugee Protection Act (IRPA) to permit an individual, who would otherwise be inadmissible, to enter Canada: (a) how many times has the Minister exercised his discretionary authority in the last five years; and (b) in each such case, what reasons were provided to the Minister to explain why the individual had been deemed inadmissible?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), from 2005 to 2011, the minister exercised his authority to issue a temporary resident permit, TRP, a total of 2,167 times.
With regard to (b), given the number of cases involved, it would be extremely difficult and time-consuming for the Department of Citizenship, Immigration and Multiculturalism, CIC, to provide the reasons for refusal for each case in which a TRP was issued. However, the most prevalent reasons for refusal are non-compliance with the Immigration and Refugee Protection Act, IRPA. Non-compliance means an applicant directly or indirectly failed to satisfy the requirements of the act or the regulations.
Some examples are as follows: an individual was not examined when he or she entered Canada; an individual did not obtain a temporary resident visa (TRV) because a visa officer was not satisfied he or she was a genuine temporary resident to Canada who would leave at the end of an authorized stay; an individual’s visa expired before he or she entered Canada; an individual did not have a passport or it expired before he or she entered Canada;an individual overstayed his or her period of authorized stay; or an individual worked or studied without authorization, a permit.
The number of TRPs issued by the minister and delegated officials of both CIC and Canada Border Service Agency, CBSA, is included in the annual reports to Parliament on immigration, which can be found at http://www.cic.gc.ca/english/pdf/pub/annual-report-2011.pdf.

Question No. 284--
Mr. Kevin Lamoureux:
How many foreign nationals does the government estimate are currently in Canada without permanent or temporary working visas or student visas?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, it is currently not possible to provide an accurate estimate of the number of foreign nationals in Canada without permanent or temporary working visas or student visas. A more accurate picture would only be possible with exit tracking. The integrated entry and exit system that will be introduced under the Canada-U.S. perimeter security and economic competitiveness action plan will contribute to this objective.
However, it is important to note that there are a number of ways a foreign national could be in Canada without a permanent or temporary visa or student visa. Examples include students in an educational program of less than three months; temporary foreign workers covered by international agreements, e.g., NAFTA); refugee claimants; and tourists from exempt visa countries.

Question No. 285--
Mr. Kevin Lamoureux:
With respect to individuals in Canada on temporary resident visas, does the government record the number of individuals who return to their home countries after their temporary resident visa has expired and, if so, how many foreign nationals do not return to their home countries once the temporary resident visa has expired?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, the department tracks and has data on those who apply for temporary resident visas and their arrival into Canada. As Canada does not maintain exit controls or monitor temporary residents once in Canada, we are unable to provide statistics on overstays or returns.

Question No. 288--
Hon. Dominic LeBlanc:
With regard to the Gulf Fisheries Centre, located in Moncton, New Brunswick: (a) what are the terms and conditions of the shared ownership of the building between Public Works and Government Services Canada and SNC Lavalin; (b) what decision-making role does SNC Lavalin have in terms of requests for renovations and structural changes to the Gulf Fisheries Centre; (c) what decision-making role does SNC Lavalin have with regard to the potential sale of the Gulf Fisheries Centre; and (d) what are the terms and conditions of revenue sharing between Public Works and Government Services Canada and SNC Lavalin should the Gulf Fisheries Centre ever be sold?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Public Works and Government Services and Minister for Status of Women, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the facility is a wholly crown-owned facility; therefore, there is no shared ownership of the Gulf Fisheries Centre.
With regard to (b), SNC Lavalin is required to identify, on an annual basis, repair and capital project work plans that are based on recommendations from building technical inspections or audits. Public Works and Government Services Canada then determines which of those projects will be approved and funded.
With regard to (c), SNC Lavalin has no decision-making role related to any potential sale of the Gulf Fisheries Centre.
With regard to (d), as per the aforementioned, the Gulf Fisheries Centre is a wholly crown-owned facility and SNC Lavalin is not a co-owner; therefore, there are no terms and conditions of revenue sharing between Public Works and Government Services Canada and SNC Lavalin.

Question No. 291--
Hon. Dominic LeBlanc:
With regard to all expenditures under $10,000 by the Atlantic Canada Opportunities Agency since January 1, 2006, what are the details of these expenditures, categorized by (i) the names of the people or organizations to whom the expenditures were made, (ii) the amounts of the expenditures per recipient, (iii) the dates the expenditures were issued, (iv) the description of the purpose of each expenditure?
Response
Hon. Bernard Valcourt (Minister of State (Atlantic Canada Opportunities Agency) (La Francophonie), CPC):
Mr. Speaker, producing the information requested would involve translating and manually reviewing thousands of records and descriptions. In addition to being cost-prohibitive, producing and translating such a voluminous response is not feasible in the time period required for this reply.

Question No. 292--
Hon. Lawrence MacAulay:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans' (DFO) budget cuts, including the loss of approximately 275 jobs over the next three years: (a) in what regions will these job losses occur; (b) in what DFO branches will the job losses occur; (c) how many jobs will be lost through (i) attrition, (ii) retirement, (iii) relocation; (d) what is the total payroll for employees that are expected to be cut; (e) what levels of public service seniority are expected to be most affected; (f) what is the projected impact on services to (i) fishers, (ii) the aquaculture industry; (g) how will DFO integrated management plans be affected; (h) how will the output of scientific data, studies, and reports be affected; (i) have any senior DFO officials been offered or given salary bonuses based on how much is cut from their specific budgets; and (j) what is the total DFO expenditure for these types of bonuses thus far in 2011?
Response
Hon. Keith Ashfield (Minister of Fisheries and Oceans and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (b), staffing adjustments are the result of a national initiative and will occur in all regions and branches.
With regard to (c), at this time the department has only issued “affected” letters. As of now, we do not have indications from the employees if they are opting for retirement or other options. The department’s annual attrition rate is 2%-6%, depending on the position.
With regard to (d), savings in staff salaries is estimated to be $25,562,700.00.
With regard to (e), strategic review decisions were not based on the seniority of individual employees.
With regard to (f)(i) and (f)(ii), the implementation of this proposal will result in more transparent service standards for all stakeholders. Modernizing the fisheries management program and DFO in general will enable fish harvesters and the aquaculture industry to operate in an environment where stability, predictability and transparency will allow them to make more informed business choices and decisions for the long term.
With regard to (g), the use of multi-year integrated fisheries management plans will be expanded.
Where this approach does not already exist, fisheries management plans will be put on a stable, multi-year planning cycle, which means that plans are put in place for several years. This eliminates the instability for the industry that results from annual approaches. The industry will be better able to plan for the long term and maximize the potential of the harvest.
Many fisheries do not show significant variation in stock status from year to year. These fisheries do not require detailed annual re-evaluations of their management plans.
With regard to (h), Fisheries and Oceans Canada believes science is an essential contributor to all resource management decision-making and that the management of science must continue to build upon the transformation already under way in order to complement efforts to modernize fisheries management and to strengthen its regulatory role. To achieve these objectives, DFO is accelerating the implementation of multi-year science to include many of the commercial stocks that the department manages but which show little year-to-year variation. This action will result in greater predictability of resource access for commercial fish harvesters. The continued transition to an ecosystem approach to science will put greater emphasis on scientists working in teams to address complex interrelated issues affecting fish, fish habitat and the integrity of aquatic environments. While the department will cease to conduct research on fish production issues in the aquaculture industry as this task is not aligned with the Department’s core mandate, it will focus its aquaculture science activities in support of its regulatory duties related to fish health and environmental interactions. Finally, consolidation of the administrative management and priority-setting process with the Canadian Hydrographic Service will ensure that resources are focused on the high-priority charting activities that are most needed.
With regard to (i) and (j), there have been no salary bonuses based on budget cuts.

Question No. 297--
Mr. Massimo Pacetti:
With regard to the funding of enterprises and projects by the Canadian International Development Agency (CIDA): (a) which enterprises or which projects that received direct or indirect funding from CIDA for fiscal years 2009, 2010 and 2011 have declared bankruptcy; (b) of these enterprises, which ones have not paid their Canadian employees or subcontractors; and (c) is the department continuing to fund enterprises that have declared bankruptcy, knowing that they have not paid their employees or subcontractors following their bankruptcy?
Response
Hon. Bev Oda (Minister of International Cooperation, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the fiduciary risk of enterprises and partners is assessed by the Canadian International Development Agency, CIDA, as part of rigorous due diligence in advance of project investment and funding decisions. Agency corporate data systems do not retain information on enterprises or partners that received direct or indirect funding and have subsequently declared bankruptcy. A complete response would require additional time to compile the information requested, following a review of individual projects.
With regard to (b), the agency does not gather third party information related to enterprises’ agreements with their subcontractors, consultants or employees. The agency takes considerable care not to interfere in the commercial dealings between enterprises and their subcontractors, consultants or employees in order to mitigate risks as well as limit potential legal liability to the crown.
With regard to (c), the agency will not knowingly fund or make payments to a partner organization or enterprise that has declared bankruptcy. Furthermore, as a condition to release of holdbacks and final payment, contractual agreements signed with enterprises require prior certification that all financial obligations to employees, sub-contractors or suppliers have been fully discharged. When the agency has been made aware of false declarations on the part of enterprises, they will be pursued by the agency to the full extent of the law.
An important distinction should be made between enterprises that have declared bankruptcy and those that may have legally sought temporary protection from creditors through the courts in order to restructure operations to avoid bankruptcy. In such rare situations, the agency will work constructively with all stakeholders and will endeavour to ensure that enterprises in receipt of CIDA funding conduct their affairs in manner that abides with the laws of Canada, particularly with respect to Canadian subcontractors, employees and suppliers.

Question No. 299--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to the Department of National Defence, how much did the department spend to conduct the reconnaissance flight to find a suitable landing spot near the Burnt Rattle fishing camp on the Gander River to pick up the Minister of National Defence in July 2010?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, no dedicated reconnaissance flight was conducted for this mission. The reconnaissance was conducted by the standby crew on a normal training flight in Newfoundland. On their return to 9 Wing Gander, they overflew the area in question to conduct the reconnaissance. The added time to overfly the area was negligible and did not result in any additional costs.

Question No. 303--
Mr. Ted Hsu:
With regard to the criteria governing the granting of single and multiple entry visas: (a) what are the criteria used to determine whether an applicant is approved or rejected for a single-entry visa; (b) what are the criteria used to determine whether an applicant is approved or rejected for a multiple-entry visa; and (c) what are the reasons that an applicant might be granted a single-entry visa but denied a multiple-entry visa?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC)
Mr. Speaker, with regard to the criteria governing the granting of single and multiple entry visas and with regard to (a), the Immigration and Refugee Protection Act gives visa officers outside Canada the authority to review temporary resident visa applications and make their decisions based on the criteria outlined in the act and the regulations.
Visa officers consider several factors before deciding if a person is admissible. The person must be a genuine visitor to Canada who will leave at the end of the visit. In addition, the visa officer must be satisfied that the applicant is not inadmissible to Canada according to the Act. The applicant may be considered inadmissible under grounds related to security, human or international rights violations, criminality, organized crime, health, or financial reasons. A visa will be issued if all regulatory requirements and eligibility criteria are satisfied.
With regard to (b),the criteria for multiple entry visas are the same as above.
With regard to (c), the Immigration and Refugee Protection Act gives visa officers outside Canada the authority to review temporary resident visa applications and make their decisions based on the criteria outlined in the act and the regulations. Applicants indicate on their application form if they wish a single-entry or multiple-entry visa and pay the requisite fee. In Canadian dollars, the processing fee for a single-entry visa is $75, while a multiple-entry is $150. An applicant who has requested a multiple-entry visa but who has only paid the processing fee for a single-entry visa would be issued a single-entry visa.
If the applicant has requested and paid the processing fee for a multiple-entry visa, a multiple-entry visa would normally be issued. The departmental procedure, as outlined in the operational manual, is that if officers have doubts about issuing a multiple entry visa, they should normally refuse the application rather than compromise and grant a single-entry visa. However, in some circumstances, an officer may decide to issue a single-entry visa based on the particulars of the case and must justify this in the case notes. An example of such circumstance would be when the purpose of the applicant’s travel is to attend a singular event and is being funded by a credible third party.

Question No. 307--
Mr. David McGuinty:
With regard to the Department of Natural Resources and Atomic Energy of Canada Limited, as a follow-up to Q-85 and Q-92, given that the Low Level Radioactive Waste Management Office (LLRWMO) has a mandate to service all of Canada and the Port Hope Area Initiative Management Office has a mandate to service only the Port Hope area, what are the reasons why the Port Hope Area Initiative Management Office currently employs more than three times as many staff as the LLRWMO?
Response
Hon. Joe Oliver (Minister of Natural Resources, CPC):
Mr. Speaker, the low-level radioactive waste management office, the LLRWMO, was established by the Government of Canada in 1982, as a distinct unit within Atomic Energy of Canada Limited. The mandate of the LLRWMO when it was established was to clean up and dispose of historic wastes. Historic wastes are defined as those that have been managed in a manner that is no longer appropriate, for which the owner or producer cannot be identified or held reasonably responsible, and for which the Government of Canada has accepted responsibility.
The bulk of Canada’s historic wastes, more than 90%, are located in the Port Hope area of southeastern Ontario. In 2009, the Port Hope Area Initiative Management Office, the PHAI MO, was established as a limited-term, dedicated management office with the overall responsibility to plan, manage and implement the cleanup of historic low-level radioactive wastes within the Port Hope area. Once the cleanup is completed, the PHAI MO will be disbanded.
The LLRWMO continues to provide ongoing monitoring, inspection and maintenance at numerous smaller scale historic waste sites across Canada. The LLRWMO’s staff reflects its current level of activities.

Question No. 308--
Mr. David McGuinty:
Does the Department of Natural Resources have any plans to abolish the Low Level Radioactive Waste Management Office or merge it with another office?
Response
Hon. Joe Oliver (Minister of Natural Resources, CPC):
Mr. Speaker, the Low-Level Radioactive Waste Management Office, LLRWMO, was established by the Government of Canada in 1982, with a mandate to resolve federal and historic low-level radioactive waste responsibilities.
There are no plans to abolish the LLRWMO or to merge it with another office as there is an ongoing need to clean up and manage historic waste that is a federal responsibility.

Question No. 310--
Hon. Hedy Fry:
With regard to the Prime Minister’s Office and the Privy Council Office, for all correspondence they have received between February 6, 2006, and December 1, 2011, and which was addressed to the Prime Minister, how many pieces of correspondence had personal contact information recorded and transferred to the Conservative Party of Canada?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, the Privy Council Office, PCO, has not recorded and transferred any personal contact information from correspondence to the Conservative Party of Canada.

Question No. 315--
Mr. Massimo Pacetti:
With regard to the Department of Foreign Affairs and International Trade, does the department have any plans to close Canadian embassies, consulates or missions abroad and, if so, which ones?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, Foreign Affairs and International Trade Canada is committed to supporting a robust diplomatic role for Canada that focuses on key foreign policy priorities and services to Canadians.
We are constantly reviewing our network of missions, modernizing our practices, reallocating resources internally and seeking new ways of delivering on the government’s foreign policy objectives in an ever-changing world. Innovation, efficiency and effectiveness are the principles that guide the department as it serves Canadians in Canada and abroad.
The government continuously monitors its representation abroad and periodically shifts resources to meet Canada’s needs. We do this to fulfill our commitment to being responsible with taxpayer dollars while also doing our part to eliminate the federal deficit, as announced during the 2011 election campaign.
To this end and as part of the deficit reduction action plan, all departments, including DFAIT, are exploring options to find savings and deliver value for money, and working to reduce wasteful and ineffective spending. Many programs are under review. No decisions have yet been finalized.

Question No. 316--
Mr. Scott Simms:
With regard to the Northern Resident Deduction: (a) what is the current criteria for a community to qualify for the deduction; (b) what was the criteria for a community to qualify for the deduction before Tax Regulation 7303 was amended, as printed in the Canada Gazette Part II, Income Tax Regulations, amendment SOR/93-440; (c) what was the rationale for any change in criteria; and (d) what was the rationale for excluding all previously included remote areas in Newfoundland from the Northern Resident Deduction in both Zone A and Zone B after the change in policy?
Response
Mrs. Shelly Glover (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, the northern residents deduction assists Canada’s northern and isolated regions draw skilled labour to their communities by providing recognition for the additional costs faced by residents of these areas.
The current zonal system of tax benefits for northern residents was established following an extensive review of the former community-based system by the 1988 Task Force on Tax Benefits for Northern and Isolated Areas.
Under the former system, eligibility was as follows: all communities north of 60ºN latitude were eligible. Communities having a population of less than 10,000 located between 55ºN latitude and 60ºN were eligible if they were over 80 kilometres by all-weather road from the city or town hall of the nearest urban centre, or they had no all-weather road. Communities having a population of less than 10,000 located south of 55ºN latitude and scoring at least 50 points for factors relating to population, access, vegetation type and climate were eligible if: they had no all-weather road and were over 80 kilometres in a straight line from the city hall or the nearest urban centre with a population of 50,000 or more; or they had an all-weather road and were more than 160 kilometres from the town or city hall of the nearest urban centre with a population of 10,000 or more, and were over 320 kilometres from the city hall of the nearest urban centre with a population of 50,000 or more.
Starting in 1988, the task force held extensive consultations across the country and concluded that determining eligibility for the tax deductions for residents of northern and isolated areas was arbitrary and divisive. Residents of neighbouring communities were being treated differently for tax purposes, even though they often shared common workplaces, services, and cultural and recreational facilities.
In October 1989, the task force recommended a zonal approach, where only communities within a “northern zone” would qualify for tax benefits. The boundaries of the northern zone were delineated with a view to ensuring that communities in the zone had similar characteristics. The task force used objective criteria to compare communities on the basis of isolation, nordicity, community characteristics and environmental factors. The task force also attempted to minimize border delineation problems by having as much separation as possible between qualifying and non-qualifying communities.
The task force recommended a northern zone and, following further consultations, an intermediate zone was added to bridge the gap between the northern zone and the less isolated areas of the country. The approach used by the task force to design the northern zone was also applied in developing the intermediate zone. The same ranking system was used and efforts were made to minimize border problems.
It was recognized that the intermediate zone, in relation to the northern zone, covers regions in which the communities are characterized as being more populated, in greater proximity and less homogeneous, thereby making the task of setting borders more challenging. Given this reality, regardless of where the borders were set, there would inevitably be communities across the country that would be disappointed with their exclusion. It was determined at the time that the final border design incorporated fair trade-offs in difficult circumstances that were deemed workable in a broad-based, national tax system.
The new system of northern benefits took effect starting in 1991.
Since the implementation of the zonal boundaries, the underlying factors used to establish them have remained constant, even in regions where populations (the most variable indicator) have changed in the following years.

Question No. 318--
Hon. Denis Coderre:
With regard to the Department of Citizenship and Immigration, how many Temporary Residency Permit applications were submitted to the department by the current Member for Brampton—Springdale before May 2, 2011?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, the department does not track temporary residence permit, TRP, applications this way; therefore CIC cannot answer the member’s question.

Question No. 321--
Hon. Denis Coderre:
With respect to Minister’s Regional Offices, what is the itemized list of expenses for hospitality, food, drink, hotels and transportation for each Minister’s Regional Office since 2006?
Response
Hon. Tony Clement (President of the Treasury Board and Minister for the Federal Economic Development Initiative for Northern Ontario, CPC):
Mr. Speaker, ministers’ regional offices are subject to the “Policies for Ministers’ Offices--January 2011”. Information regarding hospitality, meals and incidentals, accommodation and transportation must be made available through proactive disclosure. This information can be found on individual departmental websites and is updated quarterly.

Question No. 322--
Mr. Rodger Cuzner:
With respect to the fiscal framework in the year 2015-2016 and the $600 million surplus identified in the 2011 Update of Economic and Fiscal Projections, how will the budgetary balance be affected by government plans to (i) double the value of the Children’s Fitness Tax Credit and make it refundable, (ii) introduce an Adult Fitness Tax Credit, (iii) allow spouses to share up to $50,000 of their household income for federal income tax purposes, (iv) double the Tax Free Savings Account limit?
Response
Mrs. Shelly Glover (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, the government’s tax-related campaign commitments, as clearly stated in the 2011 election platform “Here for Canada”, will be implemented when the federal budget is balanced and reflected at that time.

Question No. 323--
Mr. Justin Trudeau:
With regard to the 2006 Economic and Fiscal Update’s commitment to work towards the elimination of Canada’s total government net debt by 2021: (a) what progress has been made to date; and (b) what is the current target date to reduce Canada’s total government net debt to zero?
Response
Mrs. Shelly Glover (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, net debt differs from the federal debt as it is defined as total liabilities less financial assets, while the federal debt is defined as total liabilities less total assets. Furthermore, the target that was established in 2006 is for total government net debt on a national accounts basis (excluding government employee unfunded pension liabilities to conform with the Organisation for Economic Co-operation and Development measure of net debt), which includes not only the federal net debt, but also the net debt of provincial-territorial and local governments, as well as the assets of the Canada pension plan and Quebec pension plan.
Balanced budgets and low levels of public debt are critical to Canada’s long-term growth and prosperity.
That is why, since taking office in 2006, the government aggressively reduced the federal debt by nearly $40 billion from 2005-06 to 2007-08. However, in response to the deepest and most synchronized global recession since the Great Depression, the government made a difficult, but necessary, decision to run temporary deficits in order to make investments to protect Canadians under Canada’s Economic Action Plan, leading to a short-term increase in federal debt.
The Government of Canada is committed to returning to balanced budgets in the medium term. Budget 2010 announced a three-point plan to support a return to balanced budgets (for more information, please visit http://www.budget.gc.ca/2010/plan/chap4a-eng.html). Building on that plan, budget 2011 outlined further savings by delivering on the 2010 round of strategic reviews, as well as taking action to close tax loopholes (for more information, please visit http://www.budget.gc.ca/2011/plan/chap5-eng.html).
To maintain Canada’s solid fiscal position, in budget 2011, the government also announced its deficit reduction action plan, which will review direct program spending in order to achieve at least $4 billion in ongoing annual savings by 2014-15. This review will place particular emphasis on generating savings from operating expenses and improving productivity, while also examining the relevance and effectiveness of programs. Savings proposals are currently being assessed by a specially constituted committee of Treasury Board. The government will report on the results of this review in budget 2012. These savings will support a return to balanced budgets by 2015-16. The budgetary savings associated with the deficit reduction action plan will be reflected in the fiscal projections once these actions are determined and implemented in budget 2012.

Question No. 324--
Mr. Justin Trudeau :
With respect to Environment Canada’s water-monitoring stations in the Northwest Territories and Nunavut: (a) when did Environment Canada begin considering shutting down 21 stations in the Northwest Territories and 10 stations in Nunavut; (b) what studies were undertaken to estimate the impact of the closures; (c) what consultations, if any, were conducted with the territorial governments about the closures; (d) when were the territorial governments alerted that a decision had been made to shut the stations down; and (e) when was the decision to shut the stations down reversed?
Response
Hon. Peter Kent (Minister of the Environment, CPC):
Mr. Speaker, Environment Canada did not shut down water quality monitoring in the north. During July 2011, some data collection had been temporarily suspended while the department was undertaking the development of a risk-based assessment, RBA, framework for water quality monitoring. The new framework is part of EC’s commitment to improve its operations in response to a recommendation in the 2010 fall report of the Commissioner of the Environment and Sustainable Development.
However, as directed by the Minister of Environment in August, the department resumed all normal monitoring in the north while the risk-based assessment framework is being developed.
The RBA framework is a science-based tool that will help ensure scientific validity and value for Environment Canada’s water quality monitoring investments. Under the framework, sites that are rated as being a high risk to water quality will be monitored more frequently, while sites judged to be a low risk will be monitored less frequently. This approach will ensure that the department’s science and monitoring resources, including those devoted to our work in the north, are focused on monitoring the greatest risks to water quality in Canada’s lakes and rivers.
As the development of the RBA framework is nearing completion, Environment Canada is consulting with its stakeholders, including provincial and territorial governments, to ensure we have their input and perspectives before any final decisions on the water monitoring program are made.

Question No. 325--
Mr. Justin Trudeau:
With regard to the Department of Foreign Affairs and International Trade (DFAIT), how much has the department spent to install the portraits of Her Majesty the Queen, the Prime Minister and all DFAIT Ministers at all of Canada’s Embassies, High Commissions, Consulates and Foreign Missions?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, virtually every other country in the world displays pictures of their head of state in their diplomatic missions. All Canadian missions abroad are expected to display pictures of Canada’s head of state, the Queen, along with pictures of the Governor General, the Prime Minister and relevant ministers.
In September 2011, Canadian missions were asked to update, download and/or print official portraits, at no cost, using the departmental catalogue. For the 20 missions that needed to update photos already at mission, digital photos were provided free of charge and printed in place. Missions were responsible for framing. The overall cost for that is estimated to be less than $1,000.

Question No. 326--
Mr. Justin Trudeau:
With regard to the Department of Canadian Heritage and its plans to commemorate the War of 1812: (a) what is the complete list of planned events; (b) how much is the government spending on each event; and (c) where is each event located?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, the complete list of activities and events is yet to be finalized.
We invite you to visit the War of 1812 website at http://1812.gc.ca/eng/1305744041669/1305744100939 on a regular basis for the latest information regarding the commemoration, including the release of the calendar of events and federal department and agency initiatives and events, including those of Canadian Heritage.

Question No. 330--
Mr. Scott Andrews:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and, more specifically, Small Craft Harbours (SCH), how many properties under the ownership of SCH have been diversified each year from 2006 to 2011 inclusively, (i) in what community and province were each of these properties located, (ii) what was the assessed value of each of these properties at the time of diversification, (iii) what financial transactions took place (i.e., amounts) as part of the diversification plan, (iv) who received financial compensation and who paid financial compensation for the diversified properties?
Response
Hon. Keith Ashfield (Minister of Fisheries and Oceans and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, the small craft harbours program does not have a diversification strategy and does not manage its properties by diversifying them.

Question No. 341--
Hon. Gerry Byrne:
With regard to the Guaranteed Income Supplement (GIS) under the Old Age Security program and changes in the government’s policies dealing with Registered Retirement Income Funds for the purposes of exercising a GIS, GIS Allowance and GIS Allowance for the Survivor option since May, 2010: (a) how many requests for an option were received between May 17 and December 31, 2010, and how many requests for an option were received in 2011; (b) how many requests were rejected in each quarter of the calendar year as a result of the revised policy circulated on May 17, 2010; (c) how many of those requests which had been rejected in each quarter were subsequently reviewed and overturned in the course of each calendar year; (d) how many requests for an option are currently being reviewed for consideration; and (e) what is the average processing time for each application?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), for the period May 17 to December 31, 2010, the department received approximately 68,800 requests for an option. In 2011, the department received approximately 126,800 option requests.
In response to (b), statistics are not compiled quarterly. However, of the 6,752 beneficiaries who withdrew additional amounts from a registered retirement income fund, RRIF, in 2008 and 2009, 171 were not granted an option as a result of the revised policy. Of the 1,221 beneficiaries who withdrew additional amounts from a RRIF in 2010, 7 were not granted an option.
In response to (c), all 178 of the accounts not granted an option were reviewed and subsequently granted an option. These clients received an adjusted payment based on the February 2004 policy.
In response to (d), currently, there are 36,484 requests for an option to be reviewed in the Service Canada work item inventory distribution system.
In response to (e), in 2010-11, the average processing time for option requests was 33 days. For the current year, the average processing time is 29 days.

Question No. 343--
Hon. Gerry Byrne:
With regard to the operations and management of Marine Atlantic Incorporated (MAI) and consultants’ reports presented to MAI or Transport Canada by Fleetway Incorporated and by Oceanic Consulting Corporation since January 1, 2005, what are the details of these reports with respect to the consultants’ reviews, analysis, findings and recommendations on MAI’s ferry replacement options?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities and Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, CPC):
Mr. Speaker, the Marine Atlantic Inc., MAI, reports which summarize the extensive work done by the consultants can be found on the corporation’s website: http://www.marine-atlantic.ca/eng/publications.asp.

Question No. 344--
Hon. Stéphane Dion:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and the closing of the search and rescue centres in St. John’s, Newfoundland and Labrador, and Québec City, Quebec: (a) what is the cost of relocating people from St. John’s and Québec City to either Trenton or Halifax; (b) what is the cost of linking, with a secure telephone line, the Halifax and Trenton coordination centres to emergency centres in the provinces of Québec and Newfoundland and Labrador; (c) what are the bilingual capabilities of the centres in Halifax and Trenton and what is their capacity to answer two different emergency calls simultaneously in French for both centres; (d) what is the cost of adapting each centre in Halifax and Trenton to deal with the increase in the number of calls that they will have to handle; and (e) how will the territory be split between the centres in Halifax and Trenton?
Response
Hon. Keith Ashfield (Minister of Fisheries and Oceans and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), no employees from the St. John’s and Quebec Marine Rescue Sub-Centres elected to relocate to the Halifax or Trenton Joint Coordination Centres. Therefore, there are no relocation costs at this time.
In response to (b), annual total overhead costs for telecommunications services will not change. The costs of transferring lines to emergency centres from St. John’s and Quebec to Halifax and Trenton are still under review.
In response to (c), language requirements at Halifax and Quebec are currently set at the BBB level by the Coast Guard and deemed satisfactory by previous reviews conducted by the Office of the Commissioner of Official Languages. Following consolidation, both the Trenton and Halifax Joint Rescue Coordination Centres will have the capacity to provide services in both official languages and bilingual capacity at the CBC level, an increase above the levels that are now in place at both Halifax and Trenton. The level of bilingual service is regularly reviewed by the Office of the Commissioner of Official Languages.
In response to (d), one-time implementation costs for relocations, training, meetings with partners and project management are estimated at $700,000.
In response to (e), currently, the Quebec Marine Rescue Sub-Centre is responsible for a portion of both the Search and Rescue Region of Halifax and Trenton Joint Rescue Coordination Centres. The St. John’s Marine Rescue Sub-Centre is responsible for a portion of the Halifax Joint Rescue Coordination Centre search and rescue region. Following consolidation, Halifax and Trenton Joint Rescue Coordination Centres will be responsible for coordinating all incident responses within their own defined search and rescue regions.

Question No. 350--
Hon. Stéphane Dion:
With respect to every First Nation in Canada for which the government carries a fiduciary responsibility: (a) what is the total number of members belonging to each First Nation; (b) how many of these members actually live on each First Nation; (c) how many and what type of residential dwellings are available to house those members living on each First Nation; (d) what is the number of persons per dwelling; and (e) what is the average number of persons per dwelling for all other Canadians not living on First Nations?
Response
Hon. John Duncan (Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a) and (b), please refer to “Registered Indian Population by Sex and Residence 2010,” found on the department’s website at: http://publications.gc.ca/collections/collection_2011/ainc-inac/R31-3-2010-eng.pdf.
In response to (c), according to first nations’ reports, there were 106,373 houses on reserve as of 2010-11. Below is a list of the total number of homes on first nations broken down by region: Atlantic: 7,132--Quebec: 10,171--Ontario: 24,404--Manitoba: 16,046--Saskatchewan: 14,180--Alberta: 14,578--Yukon: 582--British Columbia: 19,280.
The provision and management of housing on reserve lands is the responsibility of first nations, and therefore chief and council are responsible for determining which types of dwellings should be constructed to meet the needs of band members. According to data from the 2006 census, 82.2% of households lived in single-family detached homes, 2.8% lived in apartments, 6.4% lived in other multiple dwellings, and 8.6% lived in movable dwellings.
In response to (d), according to 2006 census data, the average household size on reserve was 3.67 people. Below is a list of the average number of persons per dwelling broken down by region: Newfoundland and Labrador: 3.67; Prince Edward Island: 3.03; Nova Scotia: 3.03; New Brunswick: 2.84; Quebec: 3.89; Ontario: 3.24; Manitoba: 4.09; Saskatchewan: 4.14; Alberta: 4.09; British Columbia: 3.22; Yukon: 2.34; Northwest Territories: 3.53.
According to first nations’ reports, the average number of persons per dwelling on first nations across Canada was 3.57 as of 2010-11. Below is a list of average number of persons per dwelling broken down by region: Atlantic: 2.77; Quebec: 3.40; Ontario: 2.99; Manitoba: 5.03; Saskatchewan: 4.24; Alberta: 3.95; Yukon: 1.88; British Columbia: 2.76.
In response to (e), according to Census data, the average household size in Canada was 2.5 people in 2006.

Question No. 363--
Hon. Scott Brison:
With regard to the Department of Canadian Heritage, what is the (i) date, (ii) time, (iii) location, (iv) nature of all government business conducted by Saulie Zajdel since his employment started?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, Mr. Saulie Zajdel is a regional adviser to the Minister of Canadian Heritage in the minister’s regional office in Montreal, and an exempt staff member. The department does not manage the day-to-day activities of an exempt staff member in a minister’s office.

Question No. 364--
Hon. Scott Brison:
With regard to the Minister of Public Safety's Canadian Firearms Advisory Committee: (a) what is the complete membership list of this committee; (b) for every meeting held since January 1, 2008, what is the exact (i) time, (ii) date, (iii) place; and (c) how much has the committee spent on travel and hospitality since 2008?
Response
Hon. Vic Toews (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the following is the Canadian Firearms Advisory Committee membership list: 1. Ms. Linda Baggaley; 2. Mr. Steve Torino; 3. Mr. Tony Bernardo; 4. Mr. Alain Cossette; 5. Mr. Louis D’Amour; 6. Mr. Greg Farrant; 7. Mr. Gerry Gamble; 8. Mr. John Gayder; 9. Mr. Murray Grismer; 10. Mr. Kerry Higgins; 11. Professor Emeritus Gary Mauser; 12. Ms. Linda Thom.
In response to (b), the meetings held since January 1, 2008 are as follows: Meeting No. 1: i) 1:00 p.m. to 2:30 p.m.; ii) June 27, 2008; iii) Teleconference.
Meeting No. 2: i) Day 1, 9:00 a.m. to 4:00 p.m. and Day 2, 9:00 a.m. to 1:00 p.m.; ii) April 29 and 30, 2009; iii) Hotel Indigo Ottawa, Ottawa, Ontario.
Meeting No. 3: i) 7:15 p.m. to 8:15 p.m.; ii) June 16, 2010; iii) Teleconference.
Meeting No. 4: i) Day 1, 9:00 a.m. to 5:00 p.m. and Day 2, 9:00 a.m. to 2:00 p.m.; ii) November 30 and December 1, 2010; iii) Sheraton Ottawa Hotel, Ottawa, Ontario.
In response to (c), travel costs for meetings held since January 2008 total $19,863.13 and the associated hospitality costs total $4,238.36.

Question No. 378--
Mr. Kennedy Stewart:
With regard to consultations with Canadians by the Minister of Natural Resources on the subject of energy since May 18, 2011: (a) who did the Minister consult with and when did these consultations occur; (b) what events did the Minister attend that involved consultations, and where did these consultations occur; (c) which consultations involved discussion of a national energy strategy; (d) when will results of the aforementioned consultations be presented publicly; and (e) what is the government’s policy on developing a national energy strategy?
Response
Hon. Joe Oliver (Minister of Natural Resources, CPC):
Mr. Speaker, the minister has met with numerous stakeholders and Canadians regarding their energy priorities. These include industry, stakeholder, environmental and economist groups. The minister has also met frequently with his provincial counterparts.
In addition, the minister took part in the Energy and Mines Ministers’ Conference, EMMC, in July 2011. The EMMC includes a formal opportunity for invited stakeholders to meet with ministers around a particular theme and focus. The primary focus of the 2011 EMMC held on July 18 and19, 2011, in Kananaskis, Alberta, was the development of a collaborative approach to energy to guide federal, provincial and territorial government energy policies. The development of a pan-Canadian approach to greater energy collaboration was discussed.
In July 2011, ministers at the EMMC approved a document, “Canada as a Global Energy Leader: Toward Greater Pan-Canadian Collaboration”, and a corresponding action plan. This information, along with the official EMMC communiqué, has been publicly posted on the Canadian Intergovernmental Conference Secretariat’s website and can be accessed at the following website: www.scics.gc.ca/english/conferences.asp?x=1&a=view&id=2611&y=&m.
At the 2011 EMMC, a collaborative approach to energy was released, based on a set of common principles. These include a market-oriented approach to energy governed by effective regulatory systems, ensuring mutual respect for jurisdiction, recognizing the importance of sustainable energy development and use, and acknowledging the need for an adequate and reliable supply of energy.
The government will continue to work with provincial and territorial governments, industry stakeholders and all Canadians to further strengthen our approach and to ensure that our energy policies are coordinated and serve the best interests of Canadians.

Question No. 379--
Mr. Kennedy Stewart:
With regard to grants, contributions and contracts by Western Economic Diversification Canada since January 1, 2001: (a) what funding applications were approved by the Minister’s office, as identified by (i) project name, (ii) applicant name, (iii) number of times previously submitted, (iv) date approved, (v) amount requested, (vi) amount awarded, (vii) sector, (viii) federal electoral district determined by application address; (b) what funding applications were rejected by the Minister’s office, identified by (i) project name, (ii) applicant name, (iii) total amount of submitted applications, (iv) date rejected, (v) amount requested, (vi) sector, (vii) federal electoral district determined by application address; (c) for each federal electoral district, what is the total value of funding requests that were (i) approved, (ii) rejected; and (d) what untendered contracts were issued by or on behalf of the Minister?
Response
Hon. Lynne Yelich (Minister of State (Western Economic Diversification), CPC):
Mr. Speaker, Western Economic Diversification Canada is unable to respond to this request in the time allotted due to the volume of information requested.

Question No. 380--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the recommendation made by Jeremy Wallace, Deputy Director of Climate Change at the Department of Foreign Affairs and International Trade (DFAIT), that funding provisionally approved on April 29, 2011, by the DFAIT Planning, Advocacy, and Innovation Office, for the purpose of supporting an art exhibition by Canadian artist Franke James in Eastern Europe, be cancelled based on a determination that, “concerns that the funding proposed would not be consistent with our interests (…) and would in fact run counter to Canada’s interests more broadly”: (a) what specific criteria and evidence did the government use to determine that Ms. James’ art exhibition would constitute a threat to the interests of Canada; (b) for each correspondence, including e-mails, that relate to this determination, including those between Ministers’ exempt staff and departmental staff at DFAIT, (i) what are its details, (ii) what are the names of the sender and recipients, (iii) on what date was it sent; (c) on what evidence did DFAIT rely in order to justify the redactions, under Sections 20(1)(c), 21(1)(b), and 15(1) of the Access to Information Act, to the correspondence released to Ms. James under her Access to Information Act request on this matter on August 16, 2011; and (d) with regard to the Right to Freedom of Speech enshrined in the Canadian Charter of Rights and Freedoms, on what legal grounds did DFAIT base its decision to withdraw support and revoke Ms. James’ allotted funding?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), missions submit advocacy project proposals to the Planning, Advocacy and Innovation Division at the Department of Foreign Affairs and International Trade, which are then reviewed and assessed against Government of Canada priorities. It is common practice for the officials involved and our missions to have back and forth discussions regarding these proposals, before making final eligibility decisions. The recommendation from the Climate Change and Energy Division was based on current priority areas for climate change funding, including the provision of support to assist vulnerable countries in tangible ways to adapt to climate change, and to support their substantive participation in international climate change negotiations.
In response to (b)(i), on May 2, 2011, a request was forwarded by a public affairs counsellor at the Canadian embassy in Rome, enclosing exchanges with a cultural affairs officer at the Canadian embassy in Zagreb. The exchange provided further background and discussion on the proposal.
In response to (b)(ii), the above-mentioned email communication was from a public affairs counsellor at the Canadian embassy in Rome to the Climate Change and Energy Division, enclosing exchanges with a cultural affairs officer in the Canadian embassy in Zagreb.
In response to (b)(iii), May 2 and April 21, 2011.
In response to (c), in order to redact information requested under the Access to Information Act, DFAIT relies on recommendations from subject matter experts within the program areas who provided the records, recommendations from other involved program areas, as well as the review and discretion exercised by experienced officials within the Access to Information division. Information was redacted in certain instances where its release was determined to cause a specific, current and probably injury. Paragraph 20(1)(c) was invoked to exempt sensitive financial information belonging to a third party. Paragraph 21(1)(b) was invoked to protect the frank exchange of ideas between government officers. Subsection 15(1)--International was invoked in some instances to protect Canada’s position for the purpose of international negotiations, and in others to protect Canada’s relations with foreign governments.
In response to (d), Foreign Affairs and International Trade provides operational funds to Canadian missions to promote and defend Canada’s interests abroad in line with government priorities. While funding for the mission project proposal was identified and provisionally approved by DFAIT, upon further consultations, we did not provide funds to our mission in Zagreb. Thus funding to the artist was never given, nor was it withdrawn. Any implication of political interference involving DFAIT’s decision is false.

Question No. 382--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the current and projected impacts of anthropogenic climatic change and disruption including, but not limited to, increasing water scarcity, forest fire frequency and severity, degradation of permafrost-dependent infrastructure, frequency of extreme weather events including floods and heat waves, sea level rise, and the spread of vector-borne diseases such as Lyme Disease, for each department, what are the detailed current and projected economic costs associated with adapting to the aforementioned effects over the short, medium, and long term?
Response
Hon. Peter Kent (Minister of the Environment, CPC):
Mr. Speaker, there is no relevant program area within Environment Canada that may be in a position to provide relevant information and/or documents concerning the economic costs associated with anthropogenic climate change impacts.

Question No. 386--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the airports in Canada for which the lands or infrastructure are owned by the government: (a) what studies has Transport Canada or any entity under contract with a department undertaken regarding a review of the National Airport Policy, including the privatization of these airports and what airports are being considered for privatization in any such study; (b) what are the revenues for the government anticipated in any such study regarding the privatization of airports, (i) as a whole, (ii) listed individually by airport; (c) what advice have consultants KPMG or any other entity under contract with the government given on the privatization of airports currently owned by the government; and (d) what is the current annual revenue paid to the government by airports for rent?
Response
Hon. Denis Lebel (Minister of Transport, Infrastructure and Communities and Minister of the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), Transport Canada, TC, is committed to ensuring that its policy framework for airports allows the industry to meet the challenges and opportunities of the future. While a formal review of the national airports policy is not under way, internal work is ongoing including analysis, as well as stakeholder engagement. The issues being examined include those raised by stakeholders and commentators, and focus on the state of the air industry in Canada generally, and the competitiveness of the industry. TC has not contracted with external parties for any studies concerning the possible sale of the national airport system, NAS, airports. There are no plans at present to privatize and/or sell airports.
In response to (b), as noted above, there has been no work undertaken regarding the sale or potential valuation of any NAS airport.
In response to (c), Transport Canada has not contracted with any external consultants to provide advice regarding the privatization of airports.
In response to (d), the airport rent received by the federal government in 2010 was $243 million. The amounts can be found through the main estimates at http://www.tbs-sct.gc.ca/dpr-rmr/2010-2011/inst/mot/st-ts01-eng.asp.

Question No. 401--
Hon. Hedy Fry:
What is the estimated cost of the government's response to question 385 on the Order Paper?
Response
Mr. Tom Lukiwski (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, as many responses to MPs’ written questions referred to in Question No. 385 from the member for Fort McMurray-Athabaska are scheduled for tabling in the House of Commons on January 30, 2012, the cost of producing these responses is still being compiled and will be provided in a supplementary response to Question No. 385. As a result, the government is not currently in a position to provide a costing for Question No. 385 at this time.

Question No. 406--
Hon. Jim Karygiannis:
With respect to the three programs supported by the Global Peace and Security Fund: (a) concerning the Global Peace and Security Program, (i) what projects have been approved in the last fiscal year and this year, (ii) what has the budget been for the last fiscal year and this year, (iii) what is the proposed budget for next year; (b) concerning the Global Peace Operation Program, (i) what projects have been approved in the last fiscal year and this year, (ii) what has the budget been for the last fiscal year and this year, (iii) what is the proposed budget for next year; and (c) concerning the Glyn Berry Program, (i) what projects have been approved in the last fiscal year and this year, (ii) what has the budget been for the last fiscal year and this year, (iii) what is the proposed budget for next year?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a)(i), a total of 85 projects were approved during fiscal year 2010-11, and a total of 23 projects approved for fiscal year 2011-12.
In response to (a)(ii), the budget for fiscal year 2010-11 was $107,256,520 and for fiscal year 2011-12 is $91,396,000.
In response to (a)(iii), the budget for fiscal year 2012-13 is $92,696,000.
In response to (b)(i), a total of 11 projects were approved during fiscal year 2010-11, and a total of 4 projects approved for fiscal year 2011-12.
In response to (b)(ii), the budget for fiscal year 2010-11 was $13,700,000 and for fiscal year 2011-12 is $13,700,000.
In response to (b)(iii), the budget for fiscal year 2012-13 is $8,000,000.
In response to (c) (i),a total of 29 projects were approved during fiscal year 2010-11, and a total of 5 projects approved for fiscal year 2011-12.
In response to (c)(ii), the budget for fiscal year 2010-11 was $5,000,000 and for fiscal year 2011-12 is $5,000,000.
In response to (c)(iii), the budget for fiscal year 2012-13 is $5,000,000.
A project is considered 'approved' if it has gone through all of the required levels of approvals and is either initiated, ongoing, or closed within a given fiscal year.
Fiscal year 2011-12 is not yet complete therefore data provided is a partial response.
For specific information on the projects approved by START with a value of more than$ 25,000, please refer to the proactive disclosure section of the Department of Foreign Affairs and International Trade Canada website: http://w03.international.gc.ca/dg-do/index_fa-ae.aspx?lang=eng&p=3&r=r.

Question no 198 --
M. Scott Reid:
En ce qui concerne le Centre national des Arts (CNA): a) pour chacun des exercices financiers de 2001-2002 à 2010-2011, combien de billets de faveur à des représentations au CNA, notamment, mais sans s’y limiter, de l’orchestre du CNA, du théâtre anglais, du théâtre français, et de danse, ont été offerts par le gouvernement aux députés et aux sénateurs du Parlement, aux députés de l’Assemblée législative de l’Ontario, aux députés de l’Assemblée nationale du Québec, à des élus municipaux et à d’autres personnalités non élues, à des diplomates et à des fonctionnaires, et ce, par catégorie de destinataires; b) quelle était la valeur totale de ces billets pour chacun de ces exercices financiers?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, pour chacun des quelque 1200 spectacles présentés tous les ans sur ses scènes, le Centre national des Arts, le CNA, met de côté une petite quantité de billets, lesquels servent à des fins de marketing et de promotion, ou sont offerts à des œuvres de bienfaisance. Ces billets, désignés comme excédentaires, sont souvent mis de côté pour des invités d’artistes à l’affiche, des invités du diffuseur du spectacle, des personnes ayant participé à des initiatives de marketing, par exemple, des billets offerts dans le cadre d’un concours à la radio, des organismes sans but lucratif, qui les utilisent pour recueillir des fonds, et, parfois, des représentants, élus ou non, qui obtiennent ainsi une occasion d’assister à des spectacles du CNA qui mettent en valeur leur région ou leurs électeurs.
Pour ce qui est de la partie a), le CNA n’a pas de système qui assure le suivi du nombre de billets excédentaires ou des gens qui reçoivent ces billets, tels les gagnants de concours, les organismes de bienfaisance ainsi que les invités d’artistes, du diffuseur ou du CNA.
Pour ce qui est de la partie b), comme le veut la pratique courante dans l’industrie, établie par des chefs de file comme Ticketmaster, les billets excédentaires ne génèrent aucun revenu -- puisqu’ils n’auraient pas été vendus -- et n’ont pour cette raison aucune valeur monétaire.

Question no 203 --
M. Peter Stoffer:
En ce qui concerne l’examen des services de soins de santé aux anciens combattants entrepris en 2005 par le gouvernement: a) cet examen a-t-il été annulé et, si oui, pourquoi; b) quels ont été les coûts totaux associés à cet examen des services de soins de santé aux anciens combattants; c) cet examen des soins de santé a-t-il été achevé; d) sinon, quel était son degré d’achèvement; e) quels sont les tiers auxquels il a été fait appel au titre d’entrepreneurs, ou de sous-entrepreneurs, pour achever l’examen des services de soins de santé aux anciens combattants; f) quelles ébauches de recommandations renferment cet examen des services de soins de santé; g) Anciens combattants Canada a-t-il adopté certaines des recommandations de cet examen des services de soins de santé?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre des Anciens Combattants, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Anciens Combattants Canada à la question mentionnée ci-dessus: a) L’Examen des services de soins de santé aux anciens combattants n’a pas été annulé. Il a été effectué au début de 2008.
b) La documentation portant sur les coûts de l’Examen des soins de santé aux anciens combattants a été fournie au ministre des Anciens Combattants à titre d’information.
c) et d) L’Examen des services de soins de santé aux anciens combattants a été effectué au début de 2008.
e) Anciens Combattants Canada n’a pas eu recours aux services de tiers au titre d’entrepreneurs. Le ministère s’est adressé à des intervenants et des experts à l’interne et de l’extérieur, notamment le Conseil consultatif de gérontologie et la Légion royale canadienne, pour obtenir des conseils et de l’information.
f) Les recommandations, qui ont été fournies au ministre des Anciens Combattants à titre d’information, ont été formulées à la lumière de l’Examen des services de soins de santé aux anciens combattants.
g) Oui, deux changements importants ont été mis en œuvre pour aider les vétérans et leurs familles à la suite des recommandations découlant de l’Examen des services de soins de santé aux anciens combattants.
Dans le cadre du Budget 2008, le gouvernement a étendu l’accès aux services d’entretien ménager et d’entretien de terrain qui sont offerts dans le cadre du Programme pour l’autonomie des anciens combattants, afin de s’assurer que les survivants à faible revenu ou handicapés d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée -- soit ceux et celles qui ont le plus besoin de ces services -- obtiendront l’aide dont ils ont besoin pour continuer à vivre chez eux de façon autonome.
En juin 2009, le gouvernement a apporté des changements à la Loi sur les allocations de guerre aux anciens combattants pour permettre aux anciens combattants alliés de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée qui ont un faible revenu et aux survivants admissibles d’avoir accès à l’Allocation d’ancien combattant, au soutien connexe et à des avantages médicaux. Ces changements ont été mis en œuvre en janvier 2010 et sont attribuables directement à l’Examen des services de soins de santé aux anciens combattants.

Question no 205 --
Mme Libby Davies:
En ce qui concerne le Régime de pensions du Canada: a) combien de demandes ont été présentées par des particuliers voulant désigner un bénéficiaire de leur pension de conjoint survivant du Régime de pensions du Canada qui n’est ni leur époux ni leur conjoint de fait; b) combien de demandes de ce genre ont été refusées?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, le Régime de pensions du Canada ne renferme pas de disposition pour désigner des prestataires avant le décès d’un cotisant. La législation comporte une définition concernant les personnes admissibles à faire une demande de prestation de survivant après le décès d’un cotisant.
Par conséquent, les administrateurs ne contrôlent ni ne recueillent les demandes qu’ils peuvent recevoir de cotisants visant à désigner un bénéficiaire autre que son époux/épouse ou conjoint/conjointe de fait.

Question no 208 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne les Accords d'aide financière en cas de catastrophe annoncés par le premier ministre le 26 septembre 2010 pour les victimes du l’ouragan Igor à Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.): a) à combien s’est élevé exactement l’engagement financier pris à l’égard de T.-N.-L.; b) quel montant a été jusqu’à maintenant transféré à T.-N.-L.; c) quand le gouvernement transférera-t-il le reste de fonds promis; d) quels critères ont été utilisés pour l’examen des demandes d’aide présentées à la suite de l’ouragan Igor?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Sécurité publique Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), en vertu des Accords d’aide financière en cas de catastrophe (AAFCC), le gouvernement fédéral partagera une partie des coûts associés aux mesures provinciales d’intervention et de rétablissement mises en place dans la foulée de l’ouragan Igor. La part totale du gouvernement fédéral est établie conformément aux modalités des AAFCC et sera calculée une fois que la province aura envoyé tous les documents justificatifs concernant le paiement final et que le processus de vérification fédéral requis aura été réalisé.
Pour ce qui est de la partie b), jusqu’à maintenant, un paiement anticipé de 16 millions de dollars a été accordé à la province de Terre-Neuve-et-Labrador en avril 2011.
Pour ce qui est de la partie c), le gouvernement fédéral effectuera les paiements subséquents lorsque la province lui aura fait parvenir des documents supplémentaires justifiant les dépenses aux fins d’examen par un vérificateur fédéral. L’échéancier en ce qui concerne la demande des paiements subséquents repose entièrement entre les mains de la province.
Pour ce qui est de la partie d), l’admissibilité des dépenses provinciales à l’aide financière fédérale se fonde sur les critères préétablis des AAFCC, qui sont appliqués uniformément à toutes les catastrophes naturelles au Canada. Toute aide aux particuliers, aux entreprises et aux administrations locales relève des critères des programmes d’aide provinciaux.

Question no 209 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le tarif d’appréciation de Marine Atlantique à l’intention des Forces canadiennes: a) y a-t-il un nombre maximum de personnel militaire ou d’anciens combattants pouvant utiliser gratuitement le traversier entre Port aux Basques et North Sydney et entre Argentia et North Sydney, ventilé par (i) passager à pied, (ii) véhicule; b) quel est le nombre maximum de personnel militaire ou d’anciens combattants pouvant utiliser gratuitement le traversier entre Port aux Basques et North Sydney et entre Argentia et North Sydney, ventilé par (i) passager à pied, (ii) véhicule; c) y a-t-il jamais eu un nombre maximum de personnel militaire ou d’anciens combattants pouvant utiliser gratuitement le traversier entre Port aux Basques et North Sydney et entre Argentia et North Sydney, ventilé par (i) passager à pied, (ii) véhicule; d) comment procède-t-on lorsqu’un client payant et un membre du personnel militaire ou un ancien combattant arrivent en même temps et qu’il ne reste de place que pour un seul véhicule sur le traversier; e) le tarif d’appréciation de Marine Atlantique à l’intention des Forces canadiennes va-t-il être maintenu en 2012-2013?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités et ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Transports Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a)(i), aucune limite n’est en vigueur relativement au nombre de passagers à pied. (ii) Oui, une limite de 10 véhicules est en vigueur.
Pour ce qui est de la partie b)(i), aucune limite n’est en vigueur relativement au nombre de passagers à pied. (ii) Une limite de 10 véhicules est en vigueur.
Pour ce qui est de la partie c)(i), non, puisqu’il n’y a pas de limite en vigueur relativement au nombre de passagers à pied. (ii) Au cours de l’été 2011, la limite de 10 véhicules imposée au Tarif de reconnaissance des Forces canadiennes a été atteinte lors de 31 départs sur un total de 880. Cela représente moins de 5% des traversées disponibles.
Pour ce qui est de la partie d), la majorité des clients de la société, des clients avec véhicule personnel, prennent une réservation à l’avance pour la traversée souhaitée en ligne ou par téléphone. S’il ne reste qu’une place sur le navire, la première personne qui réserve a droit à cette place. La possibilité que deux clients se présentent à deux postes de péage pour réserver un billet pour la même traversée, alors qu’il ne reste qu’une place, est infime. Il faut prendre note qu’au cours de la saison estivale 2011, les clients pouvaient se rendre aux terminaux de la société et réserver une place pour la traversée suivante dans 99 p. 100 des cas.
Pour ce qui est de la partie e), on annoncera la décision de Marine Atlantique au public sur le site Web de la société en temps utile.

Question no 210 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le Centre secondaire de sauvetage maritime de St. John's (MRSC de St. John’s), exploité par la Garde côtière canadienne, le Centre secondaire de sauvetage maritime de Québec (MRSC de Québec), exploité par la Garde côtière canadienne, et les Centres conjoints de coordination de sauvetage consolidés (JRCC) à Trenton, en Ontario, ou à Halifax, en Nouvelle-Écosse: a) quel est le calendrier prévu pour la fermeture du MRSC de St. John’s, incluant les dates de (i) la cessation des activités, (ii) la période désignée pour la formation, (iii) la mise en activité complète du JRCC des Maritimes, (iv) la réinstallation des employés du MRSC de St. John’s, (v) l’embauche de nouvelles recrues qui remplaceront les employés du MRSC de St. John’s refusant de déménager; b) quel est le calendrier prévu pour la fermeture du MRSC de Québec, incluant les date de (i) la cessation des activités, (ii) la période désignée pour la formation, (iii) la mise en activité complète du JRCC des Maritimes, (iv) la réinstallation des employés du MRSC de Québec, (v) l’embauche de nouvelles recrues qui remplaceront les employés du MRSC de Québec refusant de déménager; c) combien y avait-il d’employés au MRSC de St. John’s, incluant les employés à temps partiel, à temps plein et à contrat, le 2 mai 2011; d) combien d’employés du MRSC de St. John’s ont accepté jusqu’à maintenant de s’établir ailleurs pour occuper un poste au sein du gouvernement; e) combien d’employés du MRSC de St. John’s devraient aller au JRCC et quel sera le montant de l’indemnité de réinstallation offerte par employé; f) en ce qui concerne les employés du MRSC de St. John’s, quelles étaient les qualifications obligatoires à l’embauche; g) en ce qui concerne les nouvelles recrues qui remplaceront les employés du MRSC de St. John’s au JRCC, quelles seront les qualifications exigées; h) combien y avait-il d’employés au MRSC de Québec, incluant les employés à temps partiel, à temps plein et à contrat, le 2 mai 2011; i) combien d’employés du MRSC de Québec ont accepté jusqu’à maintenant de s’établir ailleurs pour occuper un poste au sein du gouvernement; j) combien d’employés du MRSC de Québec devraient aller au JRCC et quel sera le montant de l’indemnité de réinstallation offerte par employé; k) en ce qui concerne les employés du MRSC de Québec, quelles étaient les qualifications obligatoires à l’embauche; l) en ce qui concerne les nouvelles recrues qui remplaceront les employés du MRSC de Québec au JRCC, quelles seront les qualifications exigées; m) quelles recherches a-t-on effectuées pour déterminer que l’intégration du MRSC de St. John’s au JRCC n’entraînera pas de perte de service et quand les recherches pertinentes ont-elles commencé; n) quand a-t-on discuté du plan initial de fermer le MRSC de St. John’s avec les ministères concernés; o) quelles recherches a-t-on effectuées pour déterminer que l’intégration du MRSC de Québec au JRCC n’entraînera pas de perte de service et quand les recherches pertinentes ont-elles commencé; p) quand a-t-on discuté du plan initial de fermer le MRSC de Québec avec les ministères concernés; q) quelle est la répartition complète des coûts liés à la fermeture du MRSC de St. John’s et à celle du MRSC de Québec, par région, et quels sont les coûts concernant (i) l’indemnité de réinstallation des employés actuels, (ii) l’allocation pour la fermeture ou l’appropriation des immeubles, (iii) les nouvelles recrues, (iv) les cours de langue, (v) les cours de planification des recherches maritimes, (vi) les cours pour coordonnateurs des opérations de recherche et sauvetage (SAR), (vii) les unités mobiles SAR ou les cours pour les coordonnateurs sur place, (viii) d’autres cours de formation, (ix) les indemnités de départ des employés actuels, (x) la rénovation de l’infrastructure ou l’expansion du JRCC de Trenton, (xi) la rénovation de l’infrastructure ou l’expansion du JRCC de Halifax, (xii) tous les autres coûts associés à l’intégration et à la fermeture, (xiii) les coûts permanents annuels estimatifs du service intégré?
Response
L'hon. Keith Ashfield (ministre des Pêches et des Océans et ministre de la porte d'entrée de l'Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, pour ce qui est des parties a) et b), la pleine mise en œuvre de ce projet se produira lorsque la Garde côtière canadienne jugera que le niveau présent de service et de sécurité pourra être maintenu.
Pour ce qui est de la partie c), le 2 mai 2011, il y avait 11 coordonnateurs de SAR maritime et 1 responsable régional de SAR maritime employés à temps plein au Centre secondaire de sauvetage maritime, le MRSC, de St. John’s. Il n’y avait pas d’employés à temps partiel ou contractuels à cette date.
Pour ce qui est des parties d) et e), à ce jour, aucun des employés du MRSC de St. John’s n’a accepté un autre poste au sein du gouvernement.
Pour ce qui est des parties f) et g), les qualifications essentielles pour être embauché comme coordonnateur des opérations de SAR à la Garde côtière canadienne ont été affichées sur le site de recrutement de la Commission de la fonction publique en août et en septembre 2011.
Pour ce qui est de la partie h), le 2 mai 2011, il y avait 5 coordonnateurs de recherche et sauvetage, SAR, maritime et 1 responsable régional de SAR maritime employés à temps plein au MRSC de Québec. Il y avait 2 employés contractuels, à période déterminée, comme coordonnateurs de SAR maritime à cette date.
Pour ce qui est des parties i) et j), en date du 13 décembre 2011, un employé du MRSC de Québec a accepté un poste au sein du gouvernement. Aucun n’a accepté de déménager à un Centre conjoint de coordination de sauvetage consolidé, JRCC.
Pour ce qui est des parties k) et l), les qualifications essentielles pour être embauché comme coordonnateur des opérations de SAR à la Garde côtière canadienne ont été affichées sur le site de recrutement de la Commission de la fonction publique en août et en septembre 2011.
Pour ce qui est des parties m), n), o) et p), la consolidation des MRSC est une proposition faite dans le cadre de l’examen stratégique. Conformément aux règles relatives à l’élaboration de ces propositions, tout renseignement concernant leur élaboration et leur mise en œuvre est jugé document confidentiel du Cabinet.
Pour ce qui est de la partie q), une épargne nette et continue de 1 million de dollars en salaires sera réalisée grâce à la réduction nette de 15 postes à temps plein. Les frais généraux totaux annuels pour les télécommunications, les services informatiques et la formation, les voyages et les exercices ne changeront pas et seront transférés des MRSC aux JRCC. Les coûts permanents totaux pour les JRCC consolidés ne sont pas encore finalisés.
Les coûts ponctuels pour mettre en œuvre la consolidation dépendent de divers facteurs, dont la formation particulière et les besoins de réinstallation de chaque nouvelle embauche, et la portée des améliorations requises aux JRCC d’Halifax et de Trenton. Les coûts pour le renouvellement / la mise à niveau des JRCC sont en cours de révision puisqu’il y avait plusieurs projets préexistants de renouvellement et de mise à niveau en cours aux deux JRCC avant l'annonce de cette consolidation par le gouvernement, par exemple, les mises à niveau du système téléphonique, de logiciels/matériel et des rénovations).
Les coûts de tous les avantages potentiels versés aux employés qui choisissent de quitter la fonction publique sont déterminés cas par cas, conformément aux conventions collectives. Si des employés acceptent un autre emploi dans la fonction publique, ces coûts seront évités.

Question no 212 --
Mme Joyce Murray:
En ce qui concerne la firme de recrutement de cadres Odgers Berndtson et le récent processus de sélection d’un nouveau vérificateur général: a) qui était responsable de choisir la firme de recrutement; b) le contrat de recrutement a-t-il fait l’objet d’un appel d’offres et, si oui, quelle était la nature de l’appel d’offres; c) si aucun appel d’offres n’a été lancé, qui a suggéré ou recommandé la firme Odgers Berndtson; d) quel est le montant total des dépenses engagées par le gouvernement pour que la firme Odgers Berndtson gère le processus de sélection d’un nouveau vérificateur général?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, la procédure de sélection suivie pour les personnes nommées par le gouverneur en conseil, notamment les agents du Parlement, comporte trois éléments principaux. Le premier est la définition des critères de sélection auxquels devra satisfaire un candidat pour être considéré comme qualifié pour occuper le poste.
Le deuxième élément est l’élaboration d’une stratégie de recrutement décrivant comment les candidatures seront sollicitées. Il peut s’agir de l’affichage du poste sur le site Web des nominations du gouverneur en conseil et de sa publication dans la Gazette du Canada ou d’une stratégie plus élaborée, pouvant consister à faire appel à une agence de recrutement de cadres, à une stratégie d’annonce à l’échelle nationale, à une intervention directe, par exemple auprès de groupes professionnels ou d’intervenants.
Le troisième élément est l’évaluation des qualifications des candidats. Normalement, cette évaluation, qui est limitée à une liste de candidats présélectionnés, se fait au moyen d’entrevues et de la vérification des références.
En vue de la nomination d’un nouveau vérificateur général, le Bureau du vérificateur général, en consultation avec le Conseil privé, a été chargé de trouver une agence de recrutement pour appuyer les efforts du comité de sélection.
L’offre à commandes principale et nationale pour les services de recrutement de cadres établie par voie de concours par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, TPSGC, a été utilisée pour obtenir les services d’Odgers Berndston.
Les dépenses engagées par le Bureau du vérificateur national sont affichées sur la page Web de la divulgation proactive du site Web du Bureau du vérificateur général.

Question no 215 --
L'hon. Mauril Bélanger:
En ce qui concerne la visite officielle, en 2011, du très honorable David Cameron, premier ministre de la Grande-Bretagne, quels ambassadeurs et hauts-commissaires du continent africain ont été invités pour assister à la séance conjointe du Sénat et de la Chambre des communes du Canada pour entendre le discours du Premier ministre ci-haut mentionné?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, les chefs de mission africains suivants accrédités auprès du Canada ont été invités à participer à la séance conjointe du Sénat et de la Chambre des communes du Canada pour entendre le discours du très honorable David Cameron:
République arabe d'Égypte République du Burundi République de Namibie Bénin République du Cameroun République du Sénégal Burkina-FasoRépublique du Cap-Vert République des Seychelles République centrafricaine République du Tchad République de Sierra Leone République démocratique Sao Tomé- et-PrincipeRépublique de Côte-d'Ivoire République sud-africaine République du CongoRépublique de Chypre République du Congo République fédérale démocratique d'ÉthiopieRépublique de Djibouti République de Gambie République fédérale du NigériaRépublique de Guinée équatorialeRépublique du Niger République gabonaiseRépublique du GhanaRépublique tunisienne République islamique de MauritanieRépublique de Guinée République de l'Ouganda Royaume du LesothoRépublique de Guinée-Bissau République de Zambie Royaume du MarocRépublique du Kenya Réunion Royaume du SwazilandRépublique du Libéria République rwandaise LibyeRépublique du Malawi État d’Érythrée République algérienne démocratique et populaireRépublique du Mali République togolaiseRépublique d'AngolaRépublique de Maurice République-Unie de Tanzanie République du Botswana République du Mozambique

Question no 219 --
M. Sylvain Chicoine:
En ce qui concerne les aéronefs d’observation à voilure fixe que possède la Gendarmerie royale du Canada (GRC), depuis le 1er janvier 2006: a) combien d’aéronefs la GRC possède-t-elle, par marque, modèle et âge d’aéronef; b) quelles sont les dates des vols effectués par ces aéronefs; c) quelle est la nature du travail d’observation de ces aéronefs; d) quel est le coût de ce programme, réparti selon l’année; e) quelle politique la GRC applique-t-elle en ce qui concerne l’utilisation d’aéronefs pour l’observation d’activités civiles; f) quelle est la politique de la GRC sur l’utilisation d’aéronefs pour la surveillance cellulaire; g) quelle est la politique de la GRC sur l’utilisation d’aéronefs pour l’interruption des signaux cellulaires; h) ces aéronefs ont-ils été prêtés à des provinces pour aider les services de police provinciaux et, si tel est le cas, qu’on précise (i) la date du vol, (ii) la province ayant utilisé l’aéronef, (iii) les villes dans lesquelles l’aéronef a été utilisé, (iv) le coût de chaque vol, (v) la nature du vol et de l’observation, (vi) toutes les ententes provinciales à cet égard?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, la GRC possède 12 aéronefs à voilure fixe de différentes marques et modèles, qui ont entre trois et 26 ans et qui servent à des activités de surveillance. Ces aéronefs sont déployés partout au pays en fonction des besoins. Les demandes d’autres services de police peuvent être considérées selon la disponibilité opérationnelle de ces aéronefs.
Pour des raisons de sécurité et afin d’assurer le maintien de l’intégrité des opérations policières, la GRC ne peut fournir plus de détails sur ces ressources ou sur leur utilisation sans compromettre les opérations policières actuelles et les techniques d'enquête ainsi que la sécurité du personnel de la GRC et du public.

Question no 221 --
M. Don Davies:
En ce qui concerne les dossiers d’immigration étudiés par l’entremise du Programme des candidats des provinces: a) sauf pour les approbations de sécurité et de nature médicale, le gouvernement fédéral exerce-t-il un contrôle sur les critères de sélection des candidats soumis à l’approbation dans le cadre du programme, et, s’il le fait, quels sont ces critères, quel ministère les applique, et où sont situés les fonctionnaires responsables de leur application; b) en cas de désaccord entre une province et un consulat, qui détient le pouvoir ultime en ce qui a trait à l’approbation; c) une fois une demande approuvée par une province, un organisme du gouvernement fédéral peut-il la refuser, et, dans l’affirmative, pour quels motifs?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Citoyenneté et Immigration Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), les rôles et responsabilités dans le cadre du Programme des candidats des provinces, PCP, sont définis à l’aide d’ententes bilatérales entre le ministère de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, CIC, et les gouvernements des provinces et des territoires, PT. En outre, toutes les provinces et tous les territoires, à l’exception du Québec et du Nunavut, ont conclu une entente relative aux candidats des provinces avec le gouvernement fédéral. La loi et les ententes confirment le pouvoir accordé aux provinces et aux territoires concernant la nomination de candidats qui pourront apporter un avantage économique à la province ou au territoire de destination et qui sont fort susceptibles de réussir leur établissement économique au Canada. Par ailleurs, la nomination des candidats ne doit pas se faire uniquement dans le but d’obtenir un investissement passif qui a été établi principalement pour faciliter l’immigration au Canada.
Chaque administration est responsable de la conception et de la gestion de son programme respectif, notamment de l’élaboration de ses propres critères de nomination. Chaque accord stipule que les administrations doivent mener des consultations auprès de CIC. Il incombe aux PT d’exercer toute la diligence raisonnable en lien avec les décisions relatives aux nominations ainsi que de vérifier les documents soumis.
Pour ce qui est de la partie b), en vertu de la législation, l’agent des visas du gouvernement fédéral doit établir si le demandeur nommé par la province ou par le territoire satisfait aux exigences de la catégorie des candidats des provinces, soit la capacité de réussir son établissement économique, son intention de résider dans la province ou le territoire, et ne pas participer à un investissement passif. La demande sera refusée s’il est conclu que la désignation du demandeur par la province ou le territoire a été faite en lien avec un stratagème d’investissement passif qui a été établi dans le but principal de faciliter l’immigration au Canada.
Par ailleurs, il est clairement stipulé que la décision définitive quant à la sélection des demandeurs et à la délivrance des visas incombe au gouvernement fédéral. Si l’agent des visas n’est pas convaincu que le certificat de nomination est un indicateur suffisant que l’étranger peut réussir son établissement économique au Canada, l’agent peut substituer son évaluation de la capacité de l’étranger de réussir son établissement économique au Canada par le certificat de nomination. Une telle substitution exige de l’agent qu’il consulte le gouvernement ayant délivré le certificat et qu’il demande l’aval d’un autre agent au niveau de gestionnaire.
Pour ce qui est de la partie c), CIC doit consulter les PT dans l’éventualité où un candidat pourrait être refusé du fait de son incapacité à démontrer qu’il peut réussir son établissement économique. Toutefois, si la raison du possible refus est que l’intéressé ne satisfait pas aux exigences de la LIPR en matière d’admissibilité, pour des raisons de sécurité, de criminalité, de santé, etc., le refus sera statué sans en aviser la province ou le territoire avant de rendre sa décision définitive. Le Canada fera parvenir une copie de la lettre de refus à la province ou au territoire.
Un titulaire d’un visa de résident permanent au titre de la catégorie des candidats des provinces, CP, qui tente d’obtenir le statut de résident permanent à un point d’entrée, PDE, doit convaincre l’agent qu’il a toujours l’intention de résider dans la province ou le territoire de désignation. Quiconque indique qu’il n’a jamais eu l’intention ou qu’il n’a plus l’intention de résider dans la province ou le territoire de désignation pourrait se voir refuser le statut de résident permanent au PDE pour interdiction de territoire découlant du non respect des critères associés au fait d’être membre de la catégorie des CP ou pour avoir fait de fausses déclarations.
Le PCP affiche un taux de refus relativement faible. Entre le 1er octobre 2010 et le 30 septembre 2011, le taux d’acceptation des demandes visant des candidats des provinces s’est élevé à 97 p.100. Cela tient au fait que les provinces et territoires effectuent une première évaluation des candidats en fonction des critères de leurs programmes. Le gouvernement fédéral est déterminé à collaborer avec les provinces et territoires pour assurer la réussite du Programme des candidats des provinces. Nous avons des discussions suivies avec les provinces et territoires sur la façon d’améliorer la conception, l’intégrité et la gestion des programmes des candidats des provinces, ainsi que les normes de sélection.

Question no 232 --
L'hon. Carolyn Bennett:
En ce qui concerne la commission fédérale que le ministre de l’Environnement a nommée en 2009, conformément aux exigences de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, afin d’examiner les effets environnementaux du projet d’exploitation de la mine d’or et de cuivre Prosperity par la société Taseko Mines Limited dans le district régional de Cariboo-Chilcotin en Colombie-Britannique: a) quel est le coût total de l’évaluation du projet original d’exploitation de la mine d’or et de cuivre Prosperity, dont les conclusions ont été publiées par la commission fédérale le 2 juillet 2010; b) quel est le coût estimé de l’évaluation du nouveau projet d’exploitation de la mine Prosperity, annoncé le 7 novembre 2011 par le ministre de l’Environnement?
Response
L'hon. Peter Kent (ministre de l'Environnement, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Environnement Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), le total des frais encourus par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale pour le processus fédéral d'examen par une commission du projet de mine d’or et de cuivre Prosperity s’est élevé à 2,2 millions de dollars.
De cette somme, 1,6 millions de dollars sont recouvrables auprès du promoteur, Taseko Mines Ltd., conformément à l’Arrêté sur les prix applicables aux services relatifs aux commissions d’évaluation environnementale. Le 0,6 million de dollars qui reste comprend les frais liés au soutien juridique pour la commission et aux consultations auprès des Autochtones, qui ne sont pas couverts par l’Arrêté.
Les 2,2 millions de dollars ne comprennent pas les frais encourus par le promoteur, d’autres ministères fédéraux ou d’autres participants au processus d'examen par une commission.
Pour ce qui est de la partie b), les décisions clés à l’égard du processus qui permettront d’établir le coût de la commission d’examen du projet New Prosperity, dont l’établissement des lignes directrices relatives à l’étude d’impact environnemental et le mandat de la commission, n’ont pas encore été prises. J’ai demandé à l’Agence de faire en sorte que les renseignements obtenus durant l’évaluation environnementale précédente permettent, dans la mesure du possible, de prendre une décision en temps opportun. Cela devrait aussi permettre de réduire les coûts pour l’ensemble des parties.

Question no 233 --
M. Philip Toone:
En ce qui concerne le rôle du gouvernement dans la désintoxication sous supervision médicale en établissement privé chez les Premières nations, les Inuits et les Métis pour chacune des dix dernières années: a) par province et par année, combien de patients ont été aiguillés vers des services privés, pour un traitement lié à la consommation (i) de solvants et d’inhalants, (ii) de drogues illicites, (iii) de médicaments sur ordonnance, (iv) d’alcool, (v) d’autres substances; b) quel a été le coût total de ces services ventilé par (i) année, (ii) province; c) quels ministères et organismes du gouvernement ont financé ces services, et quel a été le coût pour chacun de ces organismes et ministères, ventilé par (i) année, (ii) province; d) quels ministères et organismes du gouvernement ont aiguillés des clients ou des patients vers ces services, pour chaque (i) année, (ii) province?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé et ministre de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, PCC):
Monsieur le Président, Santé Canada est conscient que l’abus d’alcool, de drogues et de solvants est encore aujourd’hui un problème dans certaines communautés des Premières nations et des Inuits. Par l’intermédiaire du Programme national de lutte contre l'abus de l'alcool et des drogues chez les Autochtones, PNLAADA, et du Programme national de lutte contre l'abus de solvants chez les jeunes, PNLASJ, Santé Canada finance un réseau national de 58 centres de traitement des toxicomanies situés dans des communautés des Premières nations. Les services sont offerts aux Premières nations et aux Inuits dans des communautés de tous les coins du pays, de façon à ce qu’ils soient accessibles au plus grand nombre possible de personnes. Par ailleurs, il existe plus de 550 programmes communautaires dont l’objectif est de prévenir les problèmes d’abus d’alcool et de drogues et d’empêcher les rechutes après la fin d’un traitement.
Dans le cadre de la Stratégie nationale antidrogue, Santé Canada investit 30,5M$ sur cinq ans, pour la période de 2008 à 2013, incluant 9,1M$ en cours, pour améliorer l'accès à des services de qualité pour les problèmes de dépendance aux drogues chez les Premières nations et les Inuits. Un investissement clé sous la Stratégie nationale antidrogue a été une approche globale, fondée sur la révision des besoins de services de prévention et de traitement dans les réserves, réalisé en partenariat avec les Premières nations, qui ont abouti à l'élaboration d'un cadre renouvelé des services de qualité pour les problèmes de dépendance aux drogues chez les Premières nations.
Le gouvernement du Canada n’alloue pas de fonds et ne fait pas de suivi pour ce qui est des patients métis, inuits ou des Premières nations qui sont dirigés vers des services médicaux privés de désintoxication. Les services médicaux de désintoxication relèvent de la compétence des systèmes de santé provinciaux et territoriaux.

Question no 236 --
Mme Joyce Murray:
En ce qui concerne les blessures et les morts attribuées aux armes à feu en Colombie-Britannique: a) pour chaque année de 2001 à 2010 (inclusivement), combien y a-t-il eu de blessures et de morts attribuées aux armes à feu sans restriction, à utilisation restreinte et prohibées et aux armes à feu visées par le Code criminel et ses règlements d’application (y compris les armes d’épaule); b) dans combien des cas de blessure et de mort mentionnés en a) s’est-il agi (i) d’un suicide, (ii) d’un accident, (iii) d’incidents de violence familiale, (iv) de femmes comme victimes, (v) d’Autochtones canadiens comme victimes?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, les systèmes informatiques de la GRC, Système canadien d’information relative aux armes à feu et Système de gestion des dossiers opérationnels, ne recueillent aucune donnée statistique sur les blessures et les décès attribuables aux armes à feu. Également, ces systèmes ne recueillent pas de statistiques sur les blessures et les décès survenus lorsqu’une arme à feu est utilisée dans des affaires comme des suicides, des accidents, des cas de violence conjugale ou des incidents pour lesquels les victimes sont des femmes ou des Canadiens de descendance autochtone.
Les données statistiques ayant trait aux armes à feu recueillies se limitent aux types d’infractions commises avec une arme à feu.

Question no 240 --
M. Marc Garneau:
En ce qui concerne l’émission des visas pour les étudiants étrangers qui font des études au Canada: a) est-ce que le pays d’origine des étudiants est un critère influençant le type de visa (c’est-à-dire à entrées multiples ou à séjour unique) qu’ils peuvent recevoir; b) quels sont les pays d’origine des étudiants qui sont susceptibles de recevoir un visa à entrée unique, mais qui ne peuvent recevoir un visa à entrées multiples; c) quels sont les pays d’origine des étudiants éligibles aux deux types de visa?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le président, en réponse aux questions a), b) et c), les clients indiquent sur leur formulaire de demande s'ils désirent un visa à entrée simple ou à entrées multiples. Le pays d'origine d'un client n'affecte en rien le type de visa qu’il ou elle est éligible à demander ou à recevoir.

Question no 245 --
L'hon. Irwin Cotler:
En ce qui concerne le cas de Sergueï Magnitski: a) le gouvernement est-il en train de dresser la liste des individus dont il a des motifs raisonnables de croire qu’ils (i) sont responsables de la détention de Sergueï Magnitski, des mauvais traitements qui lui ont été infligés ou de sa mort, (ii) ont comploté en vue de frauder la Fédération de Russie d’impôts sur les bénéfices des sociétés en effectuant des transactions frauduleuses et en intentant des poursuites contre une société étrangère d’investissement appelée Hermitage et de détourner des biens qu’Hermitage possède ou contrôle, (iii) ont participé aux efforts à camoufler la responsabilité légale des individus responsables de la détention de Sergueï Magnitski, des mauvais traitements qui lui ont été infligés ou de sa mort, ou encore l’existence du complot visé en (ii); b) si le gouvernement est en train de dresser la liste mentionnée en a), celle-ci comprend-elle les 60 hauts fonctionnaires russes figurant sur la liste de la Commission sur la sécurité et la coopération en Europe intitulée « Individuals involved in the tax fraud against Hermitage and the torture and death of Sergei Magnitsky »; c) le gouvernement compte-t-il déclarer inadmissibles à des visas les ressortissants étrangers dont le nom figure sur la liste mentionnée en a) et les membres de leur proche famille; d) le gouvernement compte-t-il révoquer la résidence permanente ou temporaire des ressortissants étrangers dont le nom figure sur la liste mentionnée en a)?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est des parties a) (i) (ii) (iii) et b), la promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante de la politique étrangère du Canada, et le gouvernement continuera à adopter des positions de principe à l’égard d’enjeux importants pour assurer la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit, qui sont des valeurs fondamentales de notre pays, dans le monde entier. Le gouvernement du Canada suit de près la situation des droits de la personne en Russie, et la promotion des valeurs canadiennes revêt une grande importance dans le dialogue qu’il entretient avec les autorités russes.
Le 28 octobre 2011, le député de Mont-Royal a déposé le projet de loi C-339, la Loi sur la condamnation de la corruption en Russie, qui demande au gouvernement de prendre les mêmes mesures que celles décrites dans la Q-245. Le MAECI examine encore attentivement les dispositions législatives. Il s’agit de la pratique habituelle lorsque ces questions sont présentées et débattues.
Pour ce qui est des parties c) et d), les questions relatives aux visas ou à la résidence permanente ou temporaire ne relèvent pas de la compétence du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

Question no 246 --
M. Brent Rathgeber:
En ce qui concerne la Société Radio-Canada (SRC) et ses employés Peter Mansbridge, George Strombolopolous et Hubert T. Lacroix: a) quelles sont les dispositions du contrat d’emploi passé avec chacune de ces personnes concernant (i) le salaire, (ii) l’allocation de véhicule ou la mise à disposition d’un véhicule et d’un chauffeur, (iii) le compte de frais de nourriture, de breuvage, d’alcool et d’accueil, (iv) l’hébergement en voyage; b) entre 2000 et 2011, combien chacune de ces personnes s’est-elle fait rembourser par la SRC en frais (i) de nourriture, (ii) de déplacement, (iii) d’hôtel, (iv) d’accueil, (v) d’alcool, (vi) de véhicule; c) à combien s’élevaient et en quoi consistaient les diverses dépenses de chacune de ces personnes au titre des éléments mentionnés en b); d) si la SRC met à la disposition de chacune de ces personnes un véhicule, pour chacune d’entre elles, (i) quels sont le modèle et la marque du véhicule, (ii) combien cet avantage coûte-t-il à la SRC par an?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, les employés de CBC/Radio-Canada ne sont pas des employés « du gouvernement ». Voir la Loi sur la radiodiffusion, Partie III, par. 44(3). Comme il est indiqué au paragraphe 44(2) de la loi, « les conditions d’emploi et la rémunération du personnel [de CBC/Radio-Canada] sont […] fixées à l’appréciation du conseil d’administration. »
Les contrats d’emploi passés entre CBC/Radio-Canada et Peter Mansbridge, correspondant en chef et animateur, ainsi que George Stroumboulopoulos, animateur, constituent des renseignements de nature concurrentielle et touchent la programmation. Peter Mansbridge et George Stroumboulopoulos engagent des dépenses en grande majorité dans le cadre de leurs activités de programmation, au nom de CBC/Radio-Canada; ces dépenses ne sont donc pas des renseignements publics. Il est impossible de départager les dépenses de programmation et les dépenses administratives de ces bureaux dans le délai accordé pour répondre à cette question. L’information concernant leur salaire est également protégée conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels du gouvernement fédéral.
Le président de CBC/Radio-Canada reçoit de la Société une rémunération calculée au taux fixé par le gouverneur en conseil. Voir la Loi sur la radiodiffusion, Partie III, par. 43(1). La rémunération d’Hubert T. Lacroix correspond à celle du niveau CEO 7, qui allait de 358 400 $ à 421 600 $ en 2011, selon les indications du gouvernement: http://www.pco-bcp.gc.ca/index.asp?lang=fra&page=secretariats&sub=spsp-psps&doc=sal/sal2011-fra.htm http://www.appointments.gc.ca/prflOrg.asp?OrgID=CBC&type-typ=3&lang=fra
Le président a été nommé en vertu du décret CP 2007-1658 du 31 octobre 2007, que l’on peut consulter sur le site web du gouvernement. http://www.pco-bcp.gc.ca/oic-ddc.asp?lang=fra&Page=secretariats&txtOICID=2007-1658&txtFromDate=&txtToDate=&txtPrecis=&txtDepartment=&txtAct=&txtChapterNo=&txtChapterYear=&txtBillNo=&rdoComingIntoForce=&DoSearch=Search+%2F+List&viewattach=17438&blnDisplayFlg=1
CBC/Radio-Canada ne fournit aucun véhicule à Peter Mansbridge et à George Stroumboulopoulos.
Un véhicule et un chauffeur sont fournis au PDG. En 2010, ce véhicule était le modèle « Five Hundred » 2007 de Ford, mais a été remplacé par une Taurus 2011, de Ford. Le coût de ce véhicule est évalué approximativement à 10 900 $ par an. Le niveau de rémunération pour le chauffeur est entre 34 000 $ et 56 500 $.
Les dépenses du PDG sont approuvées par le président du Conseil d’administration de CBC/Radio-Canada et sont examinées chaque trimestre par les vérificateurs internes de CBC/Radio-Canada. Les dépenses de l’actuel PDG depuis son entrée en fonction à la Société en 2007 sont publiées chaque trimestre sur le site web de CBC/Radio-Canada, à l’adresse http://www.cbc.radio-canada.ca/documents/frais/frais_choix2.shtml
Depuis sa nomination, le PDG a présenté chaque année des notes de frais totalisant les montants suivants: 2007 3 114,93 $ -- 2008 59 324,70 $ -- 2009 41 194,28 $ -- 2010 48 913,23 $--2011 29 810,51 $.
La Société ne ventile pas les dépenses de ses employés comme il est demandé dans la question. Le public peut consulter les demandes de remboursement du PDG et les copies des reçus correspondants, lesquelles ont déjà été communiquées en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, sur le site web de la Société aux adresses suivantes: http://www.cbc.radio-canada.ca/docs/disclosure/pdf/A201100082.PDF http://cbc.radio-canada.ca/PDF_files/expenses/2009/A200900221_2010-10-12_14-14-34.PDF http://cbc.radio-canada.ca/PDF_files/expenses/2008/A200800217_2010-10-19_10-15-01.PDF

Question no 247 --
M. Brent Rathgeber:
En ce qui concerne les contrats et les coûts de développement ou d’acquisition d’émissions par la Société Radio-Canada (SRC): a) combien la SRC paie-t-elle Rick Mercer ou la société dont il est propriétaire; b) la SRC a-t-elle soumis à appel d’offres ouvert une émission de satire politique pour le Mercer Report ou le contrat a-t-il été passé sans appel d’offres; c) combien la SRC a-t-elle payé les droits de (i) Wheel of Fortune, (ii) Jeopardy, (iii) films américains; d) la SRC a-t-elle passé avec Zaibe Shaikh ou Governor Films dans les cinq dernières années des contrats et, si oui, (i) combien valaient-ils individuellement et en tout, (ii) en contrepartie de quoi, (iii) lesquels ont été passés après appel d’offres ouvert et lesquels sans; e) la SRC a-t-elle passé dans les cinq dernières années des contrats sans appel d’offres et, si oui, (i) avec qui, (ii) pour combien (chacun et en tout), (iii) en contrepartie de quoi?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, les contrats et les coûts de développement ou d’acquisition d’émissions par CBC/Radio-Canada sont des informations qui concernent la programmation et sont de nature concurrentielle. Voir la Loi sur la radiodiffusion, Partie III, par. 35(2).
Les radiodiffuseurs ne font aucun appel d’offres pour le développement ou l’acquisition d’émissions.
Au cours des cinq dernières années, la Société a passé des centaines de contrats avec des producteurs indépendants pour le pré-développement, le développement, la production de pilotes et l’acquisition d’émissions. CBC/Radio-Canada est toujours à la recherche d’émissions canadiennes intelligentes, diversifiées, populaires et pertinentes, et met à la disposition des producteurs indépendants deux sites web dans lesquels ceux-ci peuvent lui présenter des projets, soit les sites: http://www.cbc.ca/independentproducers/ et http://projets.radio-canada.ca/
De nombreux facteurs sont pris en considération dans les décisions de développer ou non une émission, notamment : les conditions des licences de radiodiffusion de la Société; la région dans laquelle l’émission serait produite; la capacité de l’émission de susciter l’intérêt; le coût de l’émission; l’admissibilité de l’émission au financement du Fonds des médias du Canada; et la place que pourrait occuper l’émission dans la grille-horaire prévue du réseau pour la saison de diffusion envisagée.
CBC/Radio-Canada peut « conclure des contrats, au Canada ou à l’étranger, relativement à la production ou à la présentation d’émissions produites ou obtenues par elle » et « conclure des contrats, au Canada ou à l’étranger, pour des représentations ayant un lien avec ses émissions ». Voir la Loi sur la radiodiffusion, Partie III, al. 46 (1) d), e).

Question no 248 --
M. Brent Rathgeber:
En ce qui concerne les bureaux de la Société Radio-Canada (SRC), quelle est la liste détaillée des dépenses au chapitre de l’accueil, des repas, des boissons, des hôtels et des transports pour les bureaux de la SRC à (i) Paris, (ii) Londres, (iii) Washington, (iv) Rome?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, CBC/Radio-Canada compte 13 bureaux journalistiques à l’étranger, notamment à Paris, Londres et Washington, mais aucun à Rome.
Les bureaux sont les bases auxquelles sont affectés les journalistes couvrant les événements dans les régions et les pays environnants, selon les besoins approuvés par le chef, Nouvelles et Affaires publiques. Ils engagent des dépenses pour les déplacements vers des endroits éloignés, l’hébergement, les accréditations et les documents de voyage. Ces dépenses se rapportent aux activités de programmation d’information de la Société et ne sont pas des renseignements publics. Afin de déterminer les dépenses associées à la programmation versus celles non liées à la programmation, il faudrait effectuer des recherches manuelles pour chacune des dépenses car elles ne sont pas comptabilisées comme telles. Il est impossible de départager les dépenses de programmation et les dépenses administratives de ces bureaux dans le délai accordé pour répondre à cette question. Les budgets du secteur des nouvelles sont approuvés par les vice-présidents de CBC et de Radio-Canada.

Question no 249 --
M. Brent Rathgeber:
En ce qui concerne le salaire des employés de la Société Radio-Canada (SRC), combien d’entre eux gagnent plus de 100 000 $ et quels sont leur nom et leur salaire?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, à l’heure actuelle, environ 730 employés de CBC/Radio-Canada gagnent plus de 100 000 $ par an. Leurs noms et leurs salaires exacts sont des renseignements protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels du gouvernement fédéral.

Question no 251 --
Mme Élaine Michaud:
En ce qui concerne le quai de Portneuf (Québec) administré par Transports Canada: a) le ministère souhaite-t-il conserver la propriété du quai ou a-t-il l’intention de le céder; b) dans l’éventualité où Transports Canada souhaiterait conserver le quai de Portneuf, (i) la réfection de la tête du quai sera-t-elle réalisée, (ii) les enjeux reliés au passif environnemental, notamment la contamination des eaux environnantes à la structure, seront-ils corrigés, (iii) un programme d’entretien est-il prévu pour assurer le maintien du quai, (iv) quel type d’exploitation Transports Canada veut-il entreprendre, (v) quelle est la politique de Transports Canada en ce qui concerne la collaboration avec la municipalité de Portneuf pour développer ses projets d’exploitation du quai; c) dans l’éventualité où Transports Canada souhaiterait le céder, (i) veut-il le céder à un entrepreneur privé, au gouvernement provincial, à un organisme municipal ou paramunicipal, (ii) quels seraient les incitatifs financiers du gouvernement envers l’entité qui le prendrait en charge, (iii) la réfection de la tête du quai sera-t-elle réalisée, (iv) les enjeux reliés au passif environnemental seront-ils corrigés?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités et ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Transports Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), le ministère souhaite se départir du quai de Portneuf.
Pour ce qui est de la partie b), cela ne s’applique pas; voir la partie a).
Pour ce qui est de la partie c), l’information sur le programme de cession des ports est disponible sur le site internet suivant: http://www.tc.gc.ca/fra/medias/documents-b06-m001f-1837.htm

Question no 253 --
M. Tyrone Benskin:
En ce qui concerne les contrats et les coûts associés au Bureau du premier ministre (BPM) et au personnel ministériel exonéré: a) combien paie-t-il à Nigel Wright ou aux entreprises dont il est propriétaire ou associé; b) le BPM a-t-il lancé un appel d’offres pour l’emploi de Dimitri Soudas ou le contrat a-t-il été accordé sans appel d’offres; c) combien le BPM a-t-il dépensé au titre (i) du Plan d’action économique du Canada, (ii) des sommets du G8 et du G20, (iii) de productions télévisuelles canadiennes; d) le BPM a-t-il passé avec Ezra Levant ou quelque autre lobbyiste enregistré ou firme de relations gouvernementales ou de sondage d’opinion dans les cinq dernières années des contrats et, si oui, (i) combien valaient-ils individuellement et en tout, (ii) en contrepartie de quoi, (iii) lesquels ont été passés après appel d’offres ouvert et lesquels sans; e) le BPM ou les bureaux de ministre ont-ils passé dans les cinq dernières années des contrats sans appel d’offres et, si oui, (i) avec qui, (ii) pour combien (chacun et en tout), (iii) en contrepartie de quoi?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, la réponse du Bureau du Conseil privé, BCP, est celle-ci, soit que concernant la partie a) de la question, le salaire exact d’une personne constitue une information personnelle. Conformément aux principes de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels, on ne peut donc le divulguer.
Concernant les parties b), d) et e) de la question, comme on peut le lire à la rubrique 7.1 des Politiques à l’intention des cabinets de ministres du Conseil du Trésor, les cabinets de ministres sont assujettis à la Loi sur la gestion des finances publiques, aux règlements qui en découlent et aux politiques du Conseil du Trésor. Seuls les agents responsables de l’acquisition au Bureau du Conseil privé ont le pouvoir de passer des marchés en application du paragraphe 32(1) de la Loi sur la gestion des finances publiques. Le CPM n’a pas le pouvoir de passer directement des marchés concernant des biens ou des services.
Concernant la partie c) de la question, le CPM ne finance pas les programmes du gouvernement. Le CPM n’a pas financé le Plan d’action économique du Canada, ni les sommets du G8 et du G20, ni des productions télévisées canadiennes. Cependant, certaines dépenses en lien avec le Plan d’action économique du Canada ainsi que les sommets du G8 et du G20 ont été divulguées proactivement sur le site Web du BCP au www.pco-bcp.gc.ca.

Question no 254 --
M. Tyrone Benskin:
En ce qui concerne le Bureau du premier ministre, le personnel ministériel exonéré et les ministres, quelle est la liste détaillée des dépenses au chapitre de l’accueil, des repas, des boissons, des hôtels et des transports à (i) Paris, (ii) Londres, (iii) Washington, (iv) Rome, (v) Boston?
Response
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor et ministre de l'Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario, PCC):
Monsieur le Président, les renseignements demandés sont disponibles dans la section de la divulgation proactive que l’on retrouve sur les sites Web de chaque ministère et qui est actualisée aux trois mois.

Question no 255 --
M. Tyrone Benskin:
En ce qui concerne les salaires des employés du Bureau du premier ministre et des bureaux de ministres, combien d'entre eux gagnent plus de 100 000 $ et quels sont leur nom et leur salaire?
Response
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor et ministre de l'Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario, PCC):
Monsieur le Président, les noms et les salaires exacts du personnel ne peuvent être divulgués en vertu de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels.
Les salaires maximaux du personnel exonéré sont équivalents à ceux de certains postes de la fonction publique. Les échelles salariales des cabinets des ministres figurent à la section 3.3 des Politiques à l'intention des cabinets des ministres, lesquelles peuvent être consultées sur http://www.tbs-sct.gc.ca/pubs_pol/hrpubs/mg-ldm/2011/pgmo-pldcm03-fra.asp#toc3-3. Les échelles salariales de la fonction publique sont disponibles aux adresses suivantes: http://www.tbs-sct.gc.ca/gui/prtt-fra.asp et http://tbs-sct.gc.ca/pubs_pol/hrpubs/coll_agre/rates-taux-fra.asp.
Les dépenses des cabinets des ministres figurent dans les rapports annuels des Comptes publics du Canada. Les dépenses des cabinets des ministres les plus récentes peuvent être consultées dans les Comptes publics, volume 3, section 10.28, sur www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/txt/72-fra.html.

Question no 258 --
L'hon. Geoff Regan:
En ce qui concerne les mâts d’antenne, les antennes et les tours (désignés ci-après simplement « tour ») pour lesquels Industrie Canada a délivré un permis ou une autorisation: a) combien y a-t-il de ces tours au pays; b) quelle est l’adresse municipale, ainsi que la latitude et la longitude de chaque tour, et, pour chacune des tours, (i) à qui appartient-elle, qui l’exploite et à quelles fins, (ii) quelles sont les fréquences et quelle est la puissance des émetteurs, (iii) à quelle hauteur du sol s’élève-t-elle, (iv) à quelle hauteur par rapport au niveau de la mer s’élève-t-elle, (v) en quelle année a-t-elle été construite, (vi) à quand remonte la dernière inspection de sa structure, (vii) est-elle conforme aux directives de Santé Canada, (viii) des incidents ont-ils été rapportés en lien avec la tour, (ix) des plaintes ont-elles été déposées et quels sont l’issue ou le statut de toute enquête connexe; c) combien de tours encore en place sont-elles inutilisées ou inopérationnelles, et, pour chacune de ces tours, (i) à qui appartient-elle, (ii) à quelles fins servait-elle avant d’être mise hors service, (iii) à quelle hauteur du sol s’élève-t-elle, (iv) à quelle hauteur par rapport au niveau de la mer s’élève-t-elle, (v) en quelle année a-t-elle été construite, (vi) à quand remonte la dernière inspection de sa structure, (vii) pourquoi la tour n’est-elle plus fonctionnelle, (viii) des incidents ont-ils été rapportés en lien avec la tour, (ix) des plaintes ont-elles été déposées et quels sont l’issue ou le statut de toute enquête connexe, (x) compte-t-on l’enlever ou la restaurer?
Response
L'hon. Christian Paradis (ministre de l'Industrie et ministre d'État (Agriculture), PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Industrie Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est des parties a); b) (i), (ii), (iii), (iv), (v); c) (v), la radiocommunication ne serait pas possible sans des antennes qui, pour fonctionner efficacement, sont souvent supportées par des tours ou d’autres hautes structures comme des immeubles. Au Canada, le public, les entreprises, les forces policières, les pompiers, les ambulances, les systèmes de navigation aérienne et la défense nationale utilisent des systèmes d’antennes, y compris des tours, pour assurer des radiocommunications fiables. Les intérêts d’Industrie Canada ont trait principalement à la gestion du spectre des radiofréquences, une ressource limitée. Pour cette raison, on ne fait pas de distinction pour ce qui est de savoir si une antenne est, par exemple, située sur une tour, sur le toit d’un immeuble ou est supportée par une autre sorte de structure comme un château d’eau. Par conséquent, dans notre base de données, ne sont enregistrés que les lieux des stations de radio en utilisation. Actuellement, on dénombre environ 250 000 licences radio délivrées par Industrie Canada.
Il existe des bases de données techniques qui comprennent : les fréquences radio attribuées actuellement, y compris les coordonnées géographiques, le nom du titulaire de l’autorisation, mais pas l’utilisation de la radiofréquence, la fréquence radio et le wattage, l’élévation du site par rapport au niveau de la mer et la hauteur de l’antenne au-dessus du sol mais pas l’année de construction. Ces bases de données sont disponibles pour tout ce qui ne concerne pas la radiodiffusion, y compris la téléphonie cellulaire sur les sites http://www.ic.gc.ca/eic/site/sd-sd.nsf/fra/Home Cela n’inclut pas la Sécurité publique Canada et les organismes de sécurité nationale.
Pour ce qui est de la radiodiffusion l’adresse du site est: http://www.ic.gc.ca/eic/site/sp_dgse-ps_dggs.nsf/fra/gg00026.html
Pour ce qui est des parties b) (vi), Industrie Canada n’inspecte pas les tours pour évaluer le caractère adéquat de la structure. C’est la responsabilité du propriétaire de la tour.
Pour ce qui est des parties b) (vii), (viii), (ix), les niveaux d’exposition émis par les tours varient. Toutefois, Industrie Canada exige que, en tout temps, toutes les tours soient conformes aux lignes directrices du Code de sécurité 6 de Santé Canada pour la protection du grand public contre l’exposition aux radiofréquences. Industrie Canada exige la présentation immédiate d’information sur la conformité lorsqu’il estime qu’un site peut ne pas être conforme au Code de sécurité 6, et ce, afin de protéger le grand public. De même, Industrie Canada exige que l’exploitant cesse les opérations au site en question en attendant qu’il reçoive l’information, puis jusqu’à ce que le ministère ait conclu que le Code de sécurité 6 est respecté. La vaste majorité des installations radio sont conformes aux limites d’exposition par une très grande marge. Industrie Canada a confirmé cela en effectuant des mesures des radiofréquences dirigées sur le terrain. Industrie Canada ne tient pas une base de données sur le nombre de plaintes déposées relativement aux tours.
Pour ce qui est des parties c) (i) (ii) (iii) (iv) (vi) (vii) (viii) (ix) (x), Industrie Canada n’a pas autorité sur les tours qui sont inutilisées ou non opérationnels aux fins de la radiocommunication. Les provinces et territoires sont responsables de ces structures.

Question no 259 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne les compressions prescrites par le Conseil du Trésor du Canada à l’égard de chaque ministère, particulièrement du ministère de la Défense nationale: a) de quel montant le ministère de la Défense nationale réduira-t-il ses dépenses, par service (marine, aviation, armée), (i) de combien de membres le personnel sera-t-il réduit et dans quel groupe d’employés les réductions seront-elles effectuées (p. ex., consultants, officiers, membres de la réserve, etc.), par service (marine, aviation, armée), (ii) les compressions toucheront combien de biens militaires (p. ex., véhicules des forces armées), actuellement utilisés ou dont l’achat est prévu, et quelle quantité de matériel et de personnel de soutien seront touchés (p. ex., aux fins des réparations et de l’entretien); b) le Ministère a-t-il mené une étude sur les effets de ces compressions sur la capacité opérationnelle des forces armées, selon qu’il s’agit de la marine, de l’avion et de l’armée, et sur leurs répercussions sur la capacité de formation pour tous les services indiqués ci-dessus, et, si tel est le cas, quelles en sont les conclusions; c) quels effets auront les compressions sur la prestation des services de santé au personnel militaire par le Ministère; d) le gouvernement a-t-il adapté son échéancier pour la réalisation de la politique de défense Le Canada d'abord ou pour le respect des engagements financiers à l’égard de cette politique?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale a effectué un examen exhaustif de ses dépenses pour s’assurer que ses programmes et ses dépenses sont alignés sur les priorités du Ministère et du gouvernement. Cet examen exhaustif a été suivi d’une analyse ayant pour objet de faire en sorte que les programmes et les dépenses soient efficaces et efficients, qu’ils soient axés sur les rôles principaux et qu’ils répondent aux besoins des Canadiens. Les programmes ont été évalués en fonction des résultats attendus, tels que définis dans l’Architecture d’activités de programme et en rapport avec leur rôle dans la réalisation de la Stratégie de défense Le Canada d’abord. Les résultats de cet examen continuent d’être évalués.

Question no 265 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne l'ouverture du Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises (RSE) de l’industrie extractive: a) combien de demandes d'examen ont été présentées au Bureau du conseiller en RSE de l’industrie extractive; b) en ce qui a trait aux demandes d'examen présentées telles qu'identifées en a), (i) combien ont atteint l'étape de la médiation informelle, (ii) combien coûte, en tout, chaque examen, (iii) en quoi les dépenses individuelles faites dans le cadre de chaque examen consistent-elles, (iv) combien de réunions ont eu lieu dans le cadre de chaque examen, qui assistait à chacune des réunions, et qui chacune des personnes présentes représentait-elle, (v) la conseillère en RSE de l’industrie extractive a-t-elle produit des rapports provisoires sur chacune des demandes d'examen, et si ce n'est pas le cas, pourquoi, (vi) quand peut on s'attendre à obtenir un rapport provisoire sur chaque examen, (vii) quel a été le résultat de chacun des examens entrepris par la conseillère en RSE de l’industrie extractive, (viii) si des examens ont pris fin sans aboutir à un règlement et avant même d'avoir atteint la médiation informelle, pourquoi ont-ils été abandonnés; c) la conseillère en RSE de l’industrie extractive a-t-elle reçu des demandes d'examen pour lesquelles elle n'a pas autorisé le traitement jusqu'à la médiation informelle, et si c'est le cas, pourquoi ces demandes ont-elles été rejetées?
Response
L'hon. Ed Fast (ministre du Commerce international et ministre de la porte d'entrée de l'Asie-Pacifique, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), deux demandes d’examen ont été présentées au Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises (RSE) de l’industrie extractive, le « Bureau ». Un examen portait sur Excellon Resources Inc. au Mexique, tandis que l’autre porte sur First Quantum Minerals Ltd. en Mauritanie.
Pour ce qui est des parties b)(i), les deux examens ont atteint l’étape de la médiation informelle. ii) Chaque examen entraîne des dépenses administratives, comme les frais de téléphone et de messagerie ainsi que les fournitures de bureau, et utilise une partie des coûts fixes du Bureau, comme les salaires et les avantages sociaux mais, en dehors de ces coûts, les plus importantes dépenses engagées par le Bureau dans les deux cas ont été les frais des services externes liés aux déplacements et à la traduction. Pour l’examen lié au Mexique, l’ensemble des coûts externes pour le Bureau a totalisé 22 438,72 $. L’ensemble des coûts externes pour le Bureau dans l’affaire concernant la Mauritanie a, jusqu’à maintenant, totalisé 435,50 $.
iii) Les coûts relatifs à l’examen de l’affaire concernant le Mexique comprennent les frais de déplacement, les droits de visa, l’hébergement et le transport local, ainsi que les indemnités quotidiennes et les coûts d’interprétation pour les deux visites sur le terrain, au Mexique, effectuées par la conseillère et le conseiller principal. La première visite sur le terrain dans la ville de Mexico en mai 2011 a coûté un total de 4 463,83 $ et la seconde visite sur le terrain au site minier La Platosa et à la communauté environnante en juillet 2011 a coûté, au total, 7 416,99 $. Le total des frais de traduction en français et en espagnol des deux rapports sur les visites sur le terrain et du rapport de fermeture d’octobre 2011 s’est élevé à 10 557,90 $.
À ce jour, il n’y a pas eu de frais de déplacement associés à l’examen en Mauritanie. Les communications avec le demandeur ont entraîné des frais de traduction de 435,50 $.
iv) En ce qui concerne l’affaire au Mexique, bien au-delà d’une centaine de conversations et de réunions ont été tenues entre avril et octobre 2011, par téléconférence et en personne. La majorité des réunions tenues étaient avec certains ou l’ensemble des demandeurs à divers moments du processus ou avec divers représentants d’Excellon Resources Inc., dans un contexte individuel ou de groupe. D’autres réunions ont été tenues avec des représentants de l’ambassade du Canada dans la ville de Mexico, des représentants juridiques canadiens et mexicains d’Excellon Resources, des représentants des gouvernements national, régionaux et locaux du Mexique, des tiers experts, des membres de la communauté sur le site, des dirigeants ejido dans la communauté, des mineurs sur le site, des responsables de la gestion minière sur le site et d’autres intervenants possédant une expertise sur ces questions.
Pour l’examen portant sur la Mauritanie, des réunions par téléconférence se sont déroulées à maintes occasions avec le demandeur et la partie visée.
v) La conseillère en RSE de l’industrie extractive a produit deux rapports intérimaires et un rapport final sur l’examen de l’affaire concernant le Mexique. Les trois rapports peuvent être obtenus sur le site Web du Bureau. Voir www.international.gc.ca/csr_counsellor-conseiller_rse. Aucun rapport n’a encore été produit sur l’affaire en Mauritanie, étant donné que la conseillère a déterminé qu’il est prématuré de le faire en ce moment.
vi) Le décret en conseil qui a créé le Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises, RSE, de l’industrie extractive -- Numéro C.P.: 2009-0422, date: 2009-03-25--, exige à la conseillère de produire un rapport final sur chaque demande d’examen, ainsi qu’un rapport annuel au Parlement. Les rapports intérimaires sont importants et sont produits afin de respecter les engagements publics du Bureau à l’égard de ses principes directeurs clés, soit la transparence, l’accessibilité, l’adaptation, la prévisibilité, l’indépendance et l’efficacité). La conseillère a produit un rapport intérimaire à la conclusion de chaque visite sur le terrain.
vii) Le processus d’examen de l’affaire au Mexique s’est clos en octobre 2011, suite à la décision de la partie visée de se retirer du processus. L’affaire en cours en Mauritanie est actuellement à l’étape 4 du processus d’examen de la conseillère.
viii) Le processus d’examen du Bureau comporte cinq étapes, y compris une option à la cinquième et dernière étape permettant aux parties d’entreprendre une médiation formelle à l’extérieur du processus du Bureau. L’examen de l’affaire au Mexique s’est clos à la quatrième étape du processus du Bureau, suite à la décision de la partie intimée de se retirer.
Pour ce qui est de la partie c), la conseillère en RSE de l’industrie extractive n’a reçu aucune demande d’examen pour laquelle elle a refusé le traitement jusqu’à la médiation informelle.

Question no 273 --
L'hon. Judy Sgro:
En ce qui concerne le projet de loi C-25, Loi concernant les régimes de pension agréés collectifs et apportant des modifications connexes à certaines lois (Loi sur les RPAC): a) le gouvernement a-t-il obtenu le consentement provincial nécessaire pour l’adoption des mesures législatives correspondantes; b) comment le gouvernement veillera-t-il à ce que les frais que paient les participants aux régimes demeurent peu élevés, comme l’exige la Loi sur les RPAC; c) comment le gouvernement définira-t-il et contrôlera-t-il les frais imposés conformément à la Loi sur les RPAC?
Response
L'hon. Ted Menzies (ministre d'État (Finances), PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère des Finances à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), lors de leur réunion de décembre 2010, les ministres des Finances se sont entendus sur un cadre des régimes de pension agréés collectifs, RPAC. Le projet de loi C 25 fournit un cadre légal concernant l’établissement et l’administration des RPAC pour les employeurs relevant de la compétence législative du gouvernement fédéral, notamment dans les domaines du transport interprovincial, des banques et des télécommunications. Les provinces devront adopter leurs propres lois habilitantes pour rendre les RPAC disponibles dans l’ensemble du Canada. Les mesures législatives fédérales sont conçues pour être un modèle que les provinces peuvent utiliser afin de mettre en œuvre des RPAC au sein de leurs propres administrations. Un degré élevé d’harmonisation des règlements en matière de pensions dans tous les ordres de gouvernement sera un facteur déterminant pour accroître l’accessibilité des RPAC et, surtout, faire en sorte que les coûts soient peu élevés. Le gouvernement fédéral encourage les provinces à mettre rapidement en œuvre le cadre pour aider les Canadiens à atteindre leurs objectifs de retraite.
Pour ce qui est des parties b) et c), en raison de leur taille et de leur conception, les RPAC faciliteront l’établissement de coûts peu élevés. Ces régimes de pension se traduiront par d’importants fonds communs qui permettront aux participants de bénéficier des faibles coûts de gestion des placements associés à de tels fonds. La conception de ces régimes de pension, qui devrait être largement harmonisée dans tous les ordres de gouvernement, sera simple, ce qui permettra de réduire les frais administratifs. En outre, aux termes de la Loi, l’administrateur doit offrir le RPAC aux participants à un coût peu élevé. Les critères permettant de déterminer dans quelle mesure un RPAC est offert à un coût peu élevé seront établis dans les règlements connexes et seront surveillés par le surintendant des institutions financières. Enfin, la divulgation en langage courant de l’ensemble des coûts et des frais permettra d’assurer la transparence et d’encourager la concurrence dans les prix entre les administrateurs.

Question no 274 --
L'hon. Judy Sgro:
En ce qui concerne le projet de loi C-25, Loi concernant les régimes de pension agréés collectifs et apportant des modifications connexes à certaines lois (Loi sur les RPAC), le règlement permettra-t-il aux gestionnaires de régimes du secteur privé, autres que ceux des banques et des compagnies d’assurance, de gérer les actifs des RPAC?
Response
L'hon. Ted Menzies (ministre d'État (Finances), PCC):
Monsieur le Président, selon le projet de loi C-25, les administrateurs admissibles doivent être des sociétés pouvant exercer des responsabilités fiduciaires, par exemple des institutions financières réglementées et des régimes de retraite publics. Pour pouvoir offrir des régimes de pension agréés collectifs, RPAC, les administrateurs devront obtenir un permis du surintendant des institutions financières. En vertu des critères d’obtention du permis, qui seront établis dans les règlements, les administrateurs n’auront pas besoin d’être une banque ou une compagnie d’assurances.

Question no 275 --
L'hon. Judy Sgro:
En ce qui concerne le projet de loi C-25, Loi concernant les régimes de pension agréés collectifs et apportant des modifications connexes à certaines lois (Loi sur les RPAC), le gouvernement prévoit-il incorporer des exemptions conjoncturelles limitées ou particulières aux règles d’immobilisation afin de permettre aux Canadiens ayant des revenus modestes d’accéder, en cas d’urgence, aux fonds accumulés dans le compte de leur RPAC?
Response
L’hon. Ted Menzies (ministre d’État (Finances), PCC):
Monsieur le Président, le projet de loi C 25 contient des dispositions d’immobilisation dans le but d’assurer la disponibilité des fonds aux fins d’un revenu de retraite. En règle générale, les fonds détenus dans les comptes des participants ne peuvent être retirés. Sous réserve de la réglementation rattachée à la loi, un participant peut retirer des fonds de son compte dans certaines circonstances, par exemple, l’invalidité.

Question no 282 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le pouvoir discrétionnaire que peut exercer le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés pour permettre à un individu, qui serait autrement non admissible, d’entrer au Canada: a) à combien de reprises le ministre a-t-il exercé son pouvoir discrétionnaire au cours des cinq dernières années; b) dans chacun de ces cas, quelles raisons ont été données au ministre pour expliquer la non-admissibilité de l’individu?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Citoyenneté et Immigration à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), de 2005 à 2011, le ministre a exercé son pouvoir discrétionnaire pour délivrer un permis de séjour temporaire, PST, au total 2 167 fois.
Pour ce qui est de la partie b), compte tenu du nombre de cas visés, il serait très difficile et chronophage pour le ministère de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, CIC, de fournir les raisons justifiant le rejet de chacun des cas pour lesquels un PST a été délivré. Toutefois, les raisons les plus couramment invoquées pour refuser une demande ont trait au non respect des dispositions de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, LIPR. Le non-respect signifie que, directement ou indirectement, le demandeur n’a pas été en mesure de satisfaire aux exigences de la loi ou de son règlement d’application.
Voici quelques exemples: l’intéressé ne s’est pas soumis à un contrôle lors de son arrivée au Canada; l’intéressé n’a pas obtenu un visa de résident temporaire, VRT, parce que l’agent des visas n’était pas convaincu qu’il était un résident temporaire authentique qui quitterait le Canada à la fin de la période de séjour autorisé; le visa de l’intéressé est venu à échéance avant l’arrivée de l’intéressé au Canada; l’intéressé n’avait pas de passeport ou son passeport est venu à échéance avant son arrivée au Canada; l’intéressé n’a pas quitté le Canada à la fin de la période de séjour autorisé; l’intéressé a travaillé ou étudié sans en avoir obtenu l’autorisation, soit un permis de travail ou d’études.
Les nombres de PST délivrés par le ministre et les délégué responsables de CIC et l’Agence des services frontaliers du Canada, ASFC, sont inclus dans les Rapports annuels au Parlement sur l’immigration, qui peuvent être consultés au : http://www.cic.gc.ca/francais/ressources/publications/rapport-annuel-2011/index.asp.

Question no 284 --
M. Kevin Lamoureux:
Environ combien y a-t-il actuellement au Canada de ressortissants étrangers qui ne possèdent pas de permis de travail temporaire ou permanent ou encore de visa d’étudiant?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, il n’est actuellement pas possible de fournir une estimation exacte du nombre d’étrangers non munis de visas de résident permanent ou temporaire qui se trouvent au Canada à titre de travailleurs temporaires ou d’étudiants. Seul un suivi des sorties permettrait d’obtenir une idée plus exacte de la situation. Le système de suivi intégré des entrées et des sorties, qui sera mis en place dans le cadre du Plan d’action canado-américain pour la Sécurité du périmètre et la compétitivité économique, concourra à cet objectif.
Cependant, il est important de mentionner qu’il existe différentes raisons pour lesquelles un ressortissant étranger peut se trouver au Canada sans permis de travail temporaire ou permanent ou sans visa d’étudiant. Par exemple, il peut s’agir d’étudiants inscrits à un programme d’éducation d’une durée inférieure à trois mois, de travailleurs temporaires couverts par des ententes internationales, par exemple, l’ALENA), de demandeurs d’asile ou de touristes de pays exemptés de visa.

Question no 285 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne les personnes qui détiennent des visas de résident temporaire au Canada, le gouvernement inscrit-il le nombre de personnes qui retournent dans leur pays à l’expiration de leur visa de résident temporaire et, dans l’affirmative, combien de ressortissants étrangers ne retournent pas dans leur pays à l’expiration de leur visa de résident temporaire?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, le ministère fait le suivi des personnes qui présentent une demande de visa de résident temporaire et de leur arrivée au Canada et compile des données à ce sujet. Puisque le Canada n’effectue pas de vérification des sorties ou ne surveille par les résidents temporaires une fois qu’ils se trouvent au Canada, nous ne sommes pas en mesure de fournir des statistiques au sujet des dépassements de la durée de séjour autorisée ou des retours dans le pays d’origine.

Question no 288 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
En ce qui concerne le Centre des pêches du Golfe de Moncton au Nouveau-Brunswick: a) quelles sont les conditions de la propriété partagée de l’immeuble entre Travaux publics et Services gouvernementaux Canada et SNC Lavalin; b) quel rôle décisionnel SNC Lavalin joue-t-elle à l’égard des demandes de rénovation et de changement de la structure du Centre des pêches du Golfe; c) quel rôle décisionnel SNC Lavalin joue-t-elle à l’égard de la vente éventuelle du Centre des pêches du Golfe; d) quelles sont les conditions du partage des revenus entre Travaux publics et Services gouvernementaux Canada et SNC Lavalin dans l’éventualité où le Centre des pêches du Golfe serait vendu?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, TPSGC, à la question mentionnée ci-dessus, qui concerne le Centre des pêches du Golfe de Moncton au Nouveau-Brunswick. Pour ce qui est de la partie a), l’immeuble appartient en totalité à l’État et, donc, il n’y a pas de partage de propriété du Centre des pêches du Golfe.
Pour ce qui est de la partie b), SNC Lavalin a pour rôle d’établir chaque année les plans des travaux de rénovation et des travaux d’immobilisations fondés sur les recommandations découlant des vérifications ou des inspections techniques de l’immeuble; il appartient ensuite à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada de déterminer lesquels de ces travaux seront approuvés et financés.
Pour ce qui est de la partie c), SNC Lavalin n’a aucun rôle décisionnel au sujet d’une vente éventuelle du Centre des pêches du Golfe.
Pour ce qui est de la partie d), ainsi que déjà indiqué, le Centre des pêches du Golfe est logé dans un immeuble qui appartient en totalité à l’État et dont SNC Lavalin n’est pas copropriétaire; par conséquent, il n’y a pas de conditions de partage des revenus entre Travaux publics et Services gouvernementaux Canada et SNC Lavalin.

Question no 291 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
En ce qui concerne toutes les dépenses de moins de 10 000 $ effectuées par l'Agence de promotion économique du Canada atlantique depuis le 1er janvier 2006, quels sont les détails de ces dépenses, classées par (i) le nom des personnes ou organismes à qui ces montants ont été versés, (ii) le montant des dépenses par destinataire, (iii) les dates auxquelles ces dépenses ont été faites, (iv) la description du but de chaque dépense?
Response
L'hon. Bernard Valcourt (ministre d'État (Agence de promotion économique du Canada atlantique) (la Francophonie), PCC):
Monsieur le Président, la production des renseignements demandés entraînerait la traduction et la révision manuelle de milliers de dossiers et de descriptions. En plus d’être trop coûteuses, la production et la traduction d’une réponse aussi volumineuse ne sont pas réalisables dans le délai demandé.

Question no 292 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
En ce qui concerne les réductions budgétaires du ministère Pêches et Océans, y compris la perte d’environ 275 emplois au cours des trois prochaines années: a) dans quelles régions se feront ces pertes d’emploi; b) dans quelles directions se feront les pertes d’emploi; c) combien d’emplois se perdront (i) par attrition, (ii) par départ à la retraite, (iii) par mutation; d) à combien au total reviennent les charges salariales des employés qui sont censés perdre leur emploi; e) quels niveaux d’ancienneté à la fonction publique seront les plus touchés; f) quelles conséquences prévoit-on que ces pertes d’emploi auront sur les services (i) aux pêcheurs, (ii) à l’industrie de l’aquaculture; g) quels en seront les effets sur les plans de gestion intégrée; h) quels en seront les effets sur les résultats des données scientifiques, des études et des rapports; i) a-t-on offert à des hauts fonctionnaires des primes fondées sur le pourcentage de réductions qu’ils auront apportées à leur propre budget; j) à combien s'élèvent pour le ministère les dépenses totales reliées à ce type de primes jusqu’à maintenant en 2011?
Response
L'hon. Keith Ashfield (ministre des Pêches et des Océans et ministre de la porte d'entrée de l'Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Pêches et Océans Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est des parties a) et b), des ajustements à la dotation résultent d’une initiative nationale et auront lieu dans toutes les régions et directions.
Pour ce qui est de la partie c), à l'heure actuelle, le ministère n'a fait qu'envoyer des lettres aux personnes « touchées ». Pour l'instant, nous ne savons pas si les employés optent pour le départ à la retraite ou s'ils envisagent d'autres possibilités. Le taux annuel d'attrition au ministère se situe entre 2 et 6 p. 100 selon le poste.
Pour ce qui est de la partie d), les charges salariales sont estimées à 25 562 700 $.
Pour ce qui est de la partie e), les décisions découlant de l'examen stratégique ne se fondaient pas sur le niveau d'ancienneté des employés.
Pour ce qui est de la partie f)(i/ii), la mise en œuvre de cette proposition mènera à des normes de service plus transparentes pour toutes les parties intéressées. Grâce à la modernisation du programme de gestion des pêches et du MPO en général, les pêcheurs et l’industrie de l’aquaculture pourront évoluer dans un environnement où la stabilité, la prévisibilité et la transparence leur permettront de faire des choix d'affaires et de prendre des décisions d'affaires en toute connaissance de cause à long terme.
Pour ce qui est de la partie g), l'utilisation de plans pluriannuels de gestion intégrée des pêches sera élargie.
Là où cette approche n'est pas déjà en place, les plans de gestion des pêches seront intégrés à un cycle de planification pluriannuelle stable, ce qui veut dire qu'ils demeureront en place pour plusieurs années, éliminant du même coup l'instabilité avec laquelle l'industrie doit composer lorsqu'on a recours à des approches fondées sur une planification annuelle. L'industrie sera ainsi mieux en mesure de planifier à long terme et de maximiser le potentiel de la pêche.
De nombreuses pêches ne présentent pas de variation importante des stocks d'année en année. De telles pêches n'ont pas besoin, chaque année, de se soumettre à une nouvelle évaluation détaillée de leur plan de gestion.
Pour ce qui est de la partie h), Pêches et Océans Canada juge que les sciences constituent un contributeur essentiel lors de toute prise de décision relative à la gestion des ressources, et que la gestion des sciences doit continuer à tirer parti de la transformation déjà en cours, qui vise à compléter les efforts de modernisation de la gestion des pêches et à renforcer son rôle sur le plan réglementaire. Pour atteindre ces objectifs, le MPO accélère la mise en œuvre de la science sur une base pluriannuelle, et ce, pour qu'il soit notamment tenu compte des nombreux stocks commerciaux qui, gérés par le ministère, varient peu d'année en année. Cette mesure permettra d'obtenir une plus grande prévisibilité quant à l'accès à la ressource pour les pêcheurs commerciaux. La transition continue vers une approche écosystémique en sciences fera que l'on mettra davantage l'accent sur le travail d'équipe des scientifiques, sur leur façon d'aborder les problèmes complexes, mais inter-reliés qui touchent tout à la fois les poissons et leur habitat, de même que l'intégrité des environnements aquatiques. Bien que le ministère cessera de mener des recherches sur les problèmes liés à la production de poissons dans l'industrie de l'aquaculture puisque cette tâche ne concorde pas avec son mandat de base, il n'en mettra pas moins l'accent sur ses activités scientifiques en aquaculture qui, relevant de ses fonctions d'ordre réglementaire, portent sur la santé des poissons et sur les interactions environnementales. Enfin, la consolidation de la gestion administrative et du processus d'établissement des priorités au sein du Service hydrographique du Canada permettra de s'assurer que l'utilisation des ressources est axée sur les activités de relèvement hydrographique hautement prioritaires qui sont le plus nécessaires.
Pour ce qui est des parties i et j), il n’y a aucune prime salariale fondée sur les réductions budgétaires.

Question no 297 --
M. Massimo Pacetti:
En ce qui concerne le financement d’entreprises et de projets par l’Agence canadienne de développement international (ACDI): a) quelles entreprises ou quels projets, ont reçu du financement, direct ou indirect, de l’ACDI pour les exercices 2009, 2010 et 2011 et ont déclaré faillite; b) de ces compagnies, lesquelles n’ont pas payé leurs employés ou leurs sous-traitants canadiens; c) le ministère poursuit-il son financement d’entreprises ayant déclaré faillite sachant que celles-ci n’ont pas payé leurs employés ou sous-traitants suite à leur faillite?
Response
L'hon. Bev Oda (ministre de la Coopération internationale, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), le risque fiduciaire des entreprises et partenaires est évalué par l'Agence canadienne de développement international, soit l’ACDI, dans le cadre d'une diligence raisonnable rigoureuse pour les projets d'investissements et les décisions de financement. Les systèmes de données corporatives de l'Agence ne détiennent pas d'information sur les entreprises ou les partenaires qui reçoivent du financement direct ou indirect et qui ont subséquemment déclaré faillite. Une réponse complète nécessiterait du temps supplémentaire pour colliger l'information demandée, en plus d'une révision pour chaque projet individuel.
Pour ce qui est de la partie b), l’Agence ne recueille pas l’information de tierces parties en vertu des ententes que les entreprises ont conclues avec leurs sous-traitants, consultants ou employés. L’Agence agit avec prudence et s’assure de ne pas s’immiscer dans les relations commerciales des entreprises avec leurs sous-traitants, consultants ou employés dans le but d’atténuer les risques et de limiter la responsabilité juridique de la Couronne.
Pour ce qui est de la partie c), l’Agence n’émet volontairement aucun paiement et ne finance aucune entreprise qui a déclaré faillite. De plus, les «retenues» ne sont relâchées et le paiement final n’est émis qu’à la condition que l’ACDI ne reçoive une certification établissant que l’entreprise s’est acquittée de toutes ses obligations financières envers ses employés, ses sous-traitants ou ses fournisseurs. En cas de fausse déclaration, l’entreprise sera poursuivie par l’Agence dans les limites prévues par la loi.
Une différence importante existe entre les entreprises qui ont déclaré faillite et celles qui se sont placées temporairement sous la protection de la loi sur la faillite dans le but de réorganiser ses opérations pour éviter la faillite. Dans ces rares cas, l’Agence travaillera de façon constructive avec tous les intervenants et s’assurera que les entreprises, qui reçoivent du financement de l’ACDI, opèrent de manière à ce que les lois du Canada soient respectées, notamment à l’égard des sous-traitants, employés et fournisseurs canadiens.

Question no 299 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale, combien le ministère a-t-il dépensé pour exécuter le vol de reconnaissance pour trouver un lieu d’atterrissage convenable près du camp de pêche Burnt Rattle à la rivière Gander pour pouvoir passer prendre le ministre de la Défense nationale en juillet 2010?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, aucun vol de reconnaissance dédié n’a été exécuté pour cette mission. La reconnaissance a été assurée par l’équipage en alerte lors d’un vol d’entraînement régulier à Terre Neuve. Lors du vol de retour à la 9e Escadre Gander, ils ont survolé la zone en question pour effectuer la reconnaissance. Le temps supplémentaire requis pour survoler le secteur était négligeable et n’a pas engendré de coûts supplémentaires.

Question no 303 --
M. Ted Hsu:
En ce qui concerne les critères régissant l’octroi de visas pour une seule entrée et pour de multiples entrées: a) quels sont les critères employés pour déterminer l’approbation ou le rejet d’une demande de visa pour une seule entrée; b) quels sont les critères employés pour déterminer l’approbation ou le rejet d’une demande de visa pour de multiples entrées; c) pour quelles raisons peut-on octroyer un visa pour une seule entrée et refuser l’octroi d’un visa pour de multiples entrées?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Citoyenneté et Immigration Canada à la question mentionnée ci-dessus en ce qui concerne les critères régissant l’octroi de visas pour entrée unique et pour entrées multiples.
Pour ce qui est de la partie a), La Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés confère aux agents des visas hors du Canada le pouvoir d’examiner les demandes de visa de résident temporaire et de prendre une décision selon les critères exposés dans la loi et dans son règlement d’application. L’agent des visas tient compte de plusieurs facteurs avant de conclure qu’une personne est admissible. Cette personne doit être un visiteur authentique au Canada qui quittera le pays à la fin de son séjour. En outre, l’agent des visas doit être convaincu que le demandeur n’est pas interdit de territoire au Canada en vertu de la loi. Le demandeur peut être jugé interdit de territoire pour des motifs liés à la sécurité, à l’atteinte aux droits humains ou internationaux, à la criminalité ou au crime organisé, ou pour des motifs sanitaires ou financiers. Un visa sera délivré si le demandeur satisfait à toutes les exigences réglementaires et à tous les critères d’admissibilité.
Pour ce qui est de la partie b), les critères justifiant l’approbation ou le rejet d’une demande de visa pour entrées multiples sont les mêmes que ceux susmentionnés.
Pour ce qui est de la partie c), la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés confère aux agents des visas hors du Canada le pouvoir d’examiner les demandes de visa de résident temporaire et de prendre une décision selon les critères exposés dans la loi et dans son règlement d’application. Les demandeurs précisent sur leur formulaire de demande s’ils souhaitent obtenir un visa pour entrée unique ou pour entrées multiples, et acquittent les frais exigés. Les frais de traitement pour l’obtention d’un visa pour entrée unique sont de 75 $ CAN, tandis que ceux pour l’obtention d’un visa pour entrées multiples sont de 150 $ CAN. Un demandeur qui présente une demande de visa pour entrées multiples, mais qui inclut les frais de traitement d’un visa pour entrée unique se verra délivrer un visa pour entrée unique.
Si le demandeur présente une demande de visa pour entrées multiples et inclut les frais le traitement d’un visa pour entrées multiples, un visa pour entrées multiples lui sera délivré; si un visa pour entrées multiples ne lui est pas délivré, l’agent doit préciser, dans les notes du cas, la raison pour laquelle un visa pour entrée unique a été délivré. Le procédé départemental, conformément au manuel opérationnel, est que si les agents ont des doutes d’émettre un visa d'entrée multiple, ils devraient normalement refuser l'application plutôt que de compromettre et accorder un visa d'entrée simple. Cependant, dans quelques circonstances, un agent peut décider d’émettre un visa d'entrée simple basé sur les conditions particulières du cas et doit justifier ceci dans les notes de cas. Un exemple d'une telle circonstance serait quand le but du voyage du demandeur est d'assister à un événement singulier et est financé par une tierce partie digne de foi.

Question no 307 --
M. David McGuinty:
En ce qui concerne le ministère des Ressources naturelles et Énergie atomique du Canada limitée, pour donner suite aux questions Q-85 et Q-92, étant donné que le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité (BGDRFA) a le mandat de servir tout le Canada et que le Bureau de gestion de l’initiative de la région de Port Hope a le mandat de servir la région de Port Hope seulement, pour quelles raisons le nombre d’employés du Bureau de gestion de l’initiative de la région de Port Hope est-il plus de trois fois supérieur à celui du BGDRFA?
Response
L'hon. Joe Oliver (ministre des Ressources naturelles, PCC):
Monsieur le Président, le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité, le BGDRFA, a été établi par le gouvernement du Canada en 1982, en tant qu’unité distincte au sein d’Énergie atomique du Canada limitée. Lorsqu’il a été établi, le BGDRFA avait pour mandat d’assainir et d’éliminer les déchets historiques. On entend par déchets historiques les déchets qui ont été gérés d’une manière qui n’est désormais plus considérée appropriée, dont les propriétaires ou les producteurs ne peuvent être identifiés ou tenus responsables et pour lesquels le gouvernement du Canada a accepté d’assumer la responsabilité.
La majorité des déchets historiques du Canada, plus de 90 p. 100, sont situés dans la région de Port Hope, dans le Sud-Est de l’Ontario. En 2009, le Bureau de gestion de l’Initiative dans la région de Port Hope, BG-IRPH, a été établi comme bureau de gestion spécialisé responsable de la planification, de la gestion et de la mise en œuvre des travaux d’assainissement des déchets radioactifs historiques de faible activité dans la région de Port Hope, et ce, pour une durée limitée. Une fois ces travaux terminés, le BG IRPH sera dissous.
Le BGDRFA continue de fournir des services permanents de surveillance, d’inspection et d’entretien à plusieurs petits sites de déchets historiques dans l’ensemble du Canada. Le BGDRFA dispose donc d’un personnel correspondant à l’ampleur de ses activités.

Question no 308 --
M. David McGuinty:
Le ministère des Ressources naturelles envisage-t-il d’abolir le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité ou de le fusionner avec un autre bureau?
Response
L'hon. Joe Oliver (ministre des Ressources naturelles, PCC):
Monsieur le Président, créé par le gouvernement du Canada en 1982, le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité, le BGDRFA, a pour mandat de s'acquitter des responsabilités du gouvernement fédéral dans le domaine de la gestion des déchets radioactifs de faible activité historiques.
Il n’est pas prévu de supprimer le BGDRFA ou de le fusionner avec un autre bureau, car il y a un besoin toujours présent de nettoyage et de gestion des déchets historiques qui relèvent de la compétence du gouvernement fédéral.

Question no 310 --
L'hon. Hedy Fry:
En ce qui concerne le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé, de toute la correspondance reçue entre le 6 février 2006 et le 1er décembre 2011 et qui était adressée au premier ministre, combien d’articles contenaient des coordonnées personnelles qui ont été enregistrées et transmises au Parti conservateur du Canada?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, le Bureau du Conseil privé, le BCP, n’a pas enregistré ni transmis au Parti conservateur du Canada des renseignements personnels tirés de pièces de correspondance.

Question no 315 --
M. Massimo Pacetti:
En ce qui concerne le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, le Ministère envisage-t-il de fermer des ambassades, des consulats ou des missions à l’étranger et, dans l’affirmative, lesquels?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, Affaires étrangères et Commerce international Canada s’engage à appuyer un rôle robuste sur le plan diplomatique pour le Canada, qui met l’accent sur les priorités et services clés en matière de politique étrangère à l’égard des Canadiens.
Nous avons pour objectif constant d’examiner notre réseau de missions, de moderniser nos pratiques, de réaffecter nos ressources à l’interne et de chercher de nouvelles façons de répondre aux objectifs du gouvernement en matière de politique étrangère dans un monde en constante évolution. L’innovation et l’efficacité sont les principes qui orientent le ministère dans le cadre de la prestation de ses services aux Canadiens au pays et à l’étranger.
Le gouvernement se tient continuellement au fait de sa représentation à l’étranger et réaffecte périodiquement des ressources pour satisfaire aux besoins du Canada. Nous procédons de cette façon afin de respecter notre engagement de gérer l’argent des contribuables de façon responsable tout en faisant notre part pour éliminer le déficit fédéral, comme nous l’avions annoncé au cours de la campagne électorale de 2011.
À cette fin et dans le cadre du plan d’action de réduction du déficit, tous les ministères, y compris le MAECI, examinent différentes options afin de réaliser des économies et d’optimiser les ressources et s’emploient à réduire les dépenses inutiles et inefficaces. De nombreux programmes font l’objet d’un examen. Aucune décision définitive n’a été prise jusqu'à présent.

Question no 316 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne la déduction pour les habitants de régions éloignées: a) quels sont les critères actuels que doit respecter une communauté pour y être admissible; b) quels étaient les critères que devait respecter une communauté pour être admissible à la déduction avant la modification de l’article 7303 du Règlement de l'impôt sur le revenu, telle qu’elle a été publiée dans la Gazette du Canada, Partie II, Règlement de l'impôt sur le revenu, DORS/93-440 modifié; c) pour quelles raisons des critères ont-ils été modifiés, le cas échéant; d) pour quelles raisons toutes les régions éloignées de Terre-Neuve qui étaient précédemment incluses ont-elles été exclues de la déduction pour les habitants de régions éloignées dans les zones A et B, à la suite de la modification à la politique?
Response
Mme Shelly Glover (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, la déduction pour les habitants de régions éloignées aide les populations des régions nordiques et isolées à attirer des travailleurs qualifiés en reconnaissant que les résidents de ces régions sont confrontés à des coûts supplémentaires.
Le système de zones actuellement utilisé pour calculer les avantages fiscaux accordés aux résidants de régions nordiques a été établi après un examen approfondi, par le Groupe de travail sur l’indemnisation fiscale des localités isolées et du Nord en 1988, de l’ancien système collectivité par collectivité.
Selon cet ancien système, l’admissibilité à la déduction était accordée de la façon suivante: Toutes les collectivités situées au nord du 60e parallèle étaient admissibles. Les collectivités de moins de 10 000 habitants situées entre les 55e et 60e parallèles étaient admissibles si elles étaient situées à plus de 80 kilomètres d’une ville ou de la mairie du centre urbain le plus proche à laquelle elles étaient reliées par une route praticable en tout temps; ou elles ne disposaient pas d’une telle route; Les collectivités de moins de 10 000 habitants situées au sud du 55e parallèle et obtenant au moins 50 points pour des facteurs se rapportant à la population, à l’accès, au type de végétation et au climat étaient admissibles aux conditions suivantes: ne pas disposer d’une route praticable en tout temps et être situées à plus de 80 kilomètres en ligne droite de la mairie ou du centre urbain le plus proche comptant une population d’au moins 50 000 habitants, ou disposer d’une route praticable en tout temps et être situées à plus de 160 kilomètres de la mairie ou du centre urbain le plus proche comptant une population d’au moins 10 000 habitants, et à plus de 320 kilomètres d’une mairie ou du centre urbain le plus proche comptant une population d’au moins 50 000 habitants.
À compter de 1988, le groupe de travail a organisé de vastes consultations dans toutes les régions du pays et a conclu que le fait de déterminer l’admissibilité des résidants des régions nordiques et isolées à une déduction fiscale était arbitraire et source de division: les résidants de collectivités voisines étaient souvent visés par des régimes fiscaux différents, même s’ils partageaient les mêmes lieux de travail, les mêmes services et les mêmes installations culturelles et récréatives.
En octobre 1989, le groupe de travail a recommandé une approche fondée sur les zones, portant que seules les collectivités situées dans une « zone nordique » auraient droit à ces avantages fiscaux. Les frontières de la zone éloignée ont été définies de manière à englober des collectivités présentant des caractéristiques semblables. Le Groupe de travail a utilisé des critères objectifs pour comparer des collectivités en fonction de leurs degrés d’isolement et de nordicité, de leurs caractéristiques particulières et de facteurs environnementaux. Le Groupe de travail a également tenté de réduire au minimum les problèmes de délimitation des frontières en prévoyant la plus grande distance possible entre les collectivités admissibles et les autres.
Le groupe de travail a recommandé l’établissement d’une zone nordique puis, à la suite d’autres consultations, l’établissement d’une zone intermédiaire pour combler l’écart entre la zone nordique et les régions moins isolées du pays. Le groupe de travail a défini la zone intermédiaire de la même façon qu’il avait défini la zone nordique, c’est-à-dire en utilisant le même système de classement et en s’efforçant de réduire au minimum les problèmes liés aux frontières.
On a reconnu que la zone intermédiaire, par rapport à la zone nordique, couvrait des régions dans lesquelles les collectivités sont en général plus peuplées, plus rapprochées et moins homogènes, ce qui a rendu la tâche d’établissement des frontières plus compliquée. Pour cette raison, et peu importe à quel endroit les frontières étaient tracées, il y aurait inévitablement au pays des collectivités déçues de leur exclusion. On a jugé que le tracé final des frontières intégrait des possibilités de compromis équitable, dans des cas particuliers, et on estimait qu’il était possible de s’en servir utilement dans un système fiscal national général.
Le nouveau système des déductions pour les résidants du Nord est entré en vigueur en 1991.
Depuis l’établissement des frontières des zones, les facteurs sous-jacents qui avaient servi au tracé sont demeurés assez stables, même dans les régions où la population, l’indicateur le plus variable, a évolué au cours des années suivantes.

Question no 318 --
L'hon. Denis Coderre:
En ce qui concerne le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, combien de demandes de permis de séjour temporaire le présent député de Brampton—Springdale a-t-il présentées au Ministère avant le 2 mai 2011?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, PCC):
Monsieur le Président, le ministère n’assure pas le suivi des demandes de permis de séjour temporaire de cette façon. Par conséquent, le ministère ne peut pas répondre à la question du député.

Question no 321 --
L'hon. Denis Coderre:
En ce qui concerne les bureaux régionaux des ministres, quelle est la liste détaillée des dépenses pour l’accueil, la nourriture, les boissons, les hôtels et le transport engagées par chaque bureau régional de ministre depuis 2006?
Response
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor et ministre de l'Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario, PCC):
Monsieur le Président, les bureaux régionaux des ministres sont assujettis aux Politiques à l'intention des cabinets des ministres -- janvier 2011, et les renseignements concernant l’accueil, les repas, les faux frais, l’hébergement et les déplacements doivent être accessibles en raison des exigences concernant la divulgation proactive. Ces renseignements sont affichés sur les sites Web des ministères et sont mis à jour tous les trois mois.

Question no 322 --
M. Rodger Cuzner:
En ce qui concerne le cadre financier pour 2015-2016 et l’excédent de 600 millions de dollars identifié dans la Mise à jour des projections économiques et financières de 2011, quelle incidence auront sur l’équilibre budgétaire les propositions du gouvernement (i) de doubler la valeur du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et d’en faire un crédit remboursable, (ii) d’introduire un crédit d’impôt pour la condition physique des adultes, (iii) d’autoriser les conjoints à partager jusqu’à 50 000 $ des revenus de leur ménage aux fins de l’impôt sur le revenu fédéral, (iv) de doubler la limite du compte d’épargne libre d’impôt?
Response
Mme Shelly Glover (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, les engagements d’ordre fiscal pris par le gouvernement pendant la campagne électorale et clairement énoncés dans le programme électoral de 2011, Ici pour le Canada, seront mis en œuvre lorsque le budget sera équilibré et ils seront pris en compte à ce moment-là.

Question no 323 --
M. Justin Trudeau:
En ce qui concerne l’engagement dans La mise à jour économique et financière de 2006 de travailler à l’élimination de la dette nette totale du gouvernement du Canada d’ici 2021: a) quels ont été les progrès réalisés jusqu’à maintenant; b) quelle est la date cible actuelle pour réduire à zéro la dette nette totale du gouvernement du Canada?
Response
Mme Shelly Glover (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, la dette nette diffère de la dette fédérale, puisqu’elle est définie comme étant l’écart entre le total des passifs et le total des actifs financiers, alors que la dette fédérale est définie comme étant l’écart entre le total des passifs et le total des actifs. En outre, la cible établie en 2006 vise la dette nette de l’ensemble des administrations publiques canadiennes fondée sur les comptes nationaux, excluant les engagements non capitalisés des régimes de retraite des employés du secteur public, afin de correspondre à la mesure de la dette nette au sens de l’Organisation de coopération et de développement économiques, qui comprennent non seulement la dette nette fédérale, mais également la dette nette des administrations provinciales, territoriales et locales, ainsi que les actifs du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec.
Il est primordial d’équilibrer les budgets et de maintenir la dette publique à un faible niveau pour assurer la croissance et la prospérité à long terme du Canada.
C’est pourquoi le gouvernement du Canada, depuis son arrivée au pouvoir en 2006, a pris des mesures dynamiques pour réduire la dette fédérale de presque 40 milliards de dollars entre 2005 2006 et 2007 2008. Toutefois, face à la récession mondiale la plus grave et la plus synchronisée depuis la Grande Crise, le gouvernement a pris, dans le cadre du Plan d’action économique du Canada, la décision difficile -- mais nécessaire -- d’enregistrer des déficits provisoires dans le but de faire des investissements pour protéger les Canadiens, ce qui a donné lieu, à court terme, à une augmentation de la dette fédérale.
Le gouvernement du Canada s’engage à rétablir l’équilibre budgétaire à moyen terme. Dans le budget de 2010, un plan en trois points visant à rétablir l’équilibre budgétaire a été annoncé. Pour plus de détails, consulter http://www.budget.gc.ca/2010/plan/chap4a-fra.html. Prenant appui sur ce plan, le gouvernement a annoncé d’autres économies dans le Budget de 2011 pour donner suite à la série d’examens stratégiques effectués en 2010 et intervenir afin d’éliminer les échappatoires fiscales. Pour plus de détails, consulter http://www.budget.gc.ca/2011/plan/chap5-fra.html.
Pour préserver la solide situation financière du Canada, le gouvernement a aussi annoncé, dans le Budget de 2011, son plan d’action de réduction du déficit aux termes duquel les dépenses de programme directes seront examinées afin de réaliser des économies annuelles d’au moins quatre milliards de dollars d’ici 2014 2015. Cet examen mettra particulièrement l’accent sur la réalisation d’économies au titre des dépenses de fonctionnement et sur l’amélioration de la productivité, et il porte également sur la pertinence et l’efficacité des programmes. Un comité spécial du Conseil du Trésor s’emploie actuellement à évaluer les propositions d’économies. Le gouvernement communiquera les résultats de cet examen dans le budget de 2012. Ces économies contribueront au rétablissement de l’équilibre budgétaire d’ici 2015 2016. Les économies budgétaires associées au plan d’action de réduction du déficit seront prises en compte dans les projections financières une fois que les mesures particulières auront été déterminées et intégrées au budget de 2012.

Question no 324 --
M. Justin Trudeau:
En ce qui concerne les stations de surveillance de la pollution de l’eau d’Environnement Canada dans les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut: a) quand Environnement Canada a-t-il commencé à envisager de fermer 21 stations dans les Territoires du Nord-Ouest et 10 stations au Nunavut; b) quelles études ont été réalisées pour évaluer l’impact de ces fermetures; c) quelles consultations y a-t-il eu, le cas échéant, avec les gouvernements territoriaux au sujet de ces fermetures; d) quand les gouvernements territoriaux ont-ils été avisés que la décision avait été prise de fermer les stations; e) quand la décision de fermer les stations a-t-elle été annulée?
Response
L'hon. Peter Kent (ministre de l'Environnement, PCC):
Monsieur le Président, Environnement Canada, EC, n’a pas arrêté la surveillance de la qualité de l’eau dans la Nord. Au cours du mois de juillet 2011, certaines collectes de données ont été suspendues temporairement alors que le ministère entreprenait l’élaboration d’un cadre d’évaluation axée sur les risques pour la surveillance de la qualité de l’eau. Le nouveau cadre fait partie de l’engagement d’EC d’améliorer ses activités à la suite d’une recommandation du commissaire à l’environnement et au développement durable, dans son rapport de l’automne 2010.
Toutefois, pour respecter les directives du ministre d’Environnement formulées au mois d’août, le ministère a repris toute surveillance normale dans le Nord pendant l’élaboration du cadre d’évaluation axée sur les risques.
Ce cadre est un outil scientifique qui contribuera à assurer la validité scientifique et la valeur des investissements d’Environnement Canada dans la surveillance de la qualité de l’eau. Selon ce cadre, les sites dont la qualité de l’eau sera classée à haut risque seront surveillés plus fréquemment, alors que les sites dont la qualité de l'eau sera jugée à faible risque seront surveillés moins fréquemment. Cette approche permettra de nous assurer que les ressources du ministère en matière de recherche scientifique et de surveillance, y compris celles qui sont consacrées à nos travaux dans le Nord, mettent l’accent sur la surveillance de l’eau des lacs et des rivières du Canada dont la qualité est le plus à risque.
Puisque le cadre d’évaluation axée sur les risques est presque terminé, Environnement Canada consulte actuellement ses intervenants, dont les gouvernements provinciaux et territoriaux, afin de s’assurer d’avoir leurs commentaires et leurs points de vue avant la prise de toute décision définitive concernant le programme de surveillance de l’eau.

Question no 325 --
M. Justin Trudeau:
En ce qui concerne le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), combien d’argent le Ministère a-t-il dépensé pour installer des portraits de Sa Majesté la Reine, du premier ministre et de tous les ministres du MAECI dans la totalité des ambassades, des hauts-commissariats, des consulats et des missions étrangères?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, presque tous les autres pays du monde affichent des photographies de leur chef d’État dans leurs missions diplomatiques. Toutes les missions canadiennes à l’étranger doivent afficher les photographies de la chef d’État du Canada, Sa Majesté la Reine, ainsi que du gouverneur général, du premier ministre et des ministres compétents.
En septembre 2011, les missions canadiennes ont été invitées à mettre à jour, à télécharger ou à imprimer les portraits officiels, sans frais, en utilisant le catalogue ministériel. Pour les vingt missions qui devaient mettre à jour les photographies qui se trouvaient déjà à la mission, des photographies numériques ont été fournies gratuitement et imprimées sur place. Les missions devaient assumer les frais liés à l’encadrement. Le coût total est estimé à moins de 1 000 $.

Question no 326 --
M. Justin Trudeau:
En ce qui concerne le ministère du Patrimoine canadien et son projet de commémoration de la Guerre de 1812: a) quelle est la liste complète de toutes les activités prévues; b) combien d’argent le gouvernement dépensera-t-il pour chacune; c) où se déroulera chaque activité?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, la liste complète des activités et des événements n’est pas encore finalisée.
Nous vous invitons à consulter régulièrement le site Web de la guerre de 1812, au http://1812.gc.ca/fra/1305744041669/1305744100939, afin d’obtenir les informations les plus récentes concernant la commémoration, y compris le calendrier des événements et les initiatives des ministères et organismes fédéraux incluant Patrimoine canadien.

Question no 330 --
M. Scott Andrews:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et plus précisément les Ports pour petits bateaux (PPB), combien de propriétés appartenant aux PPB ont fait l’objet d’une diversification chaque année, entre 2006 et 2011 inclusivement, (i) dans quelle communauté et province chacune de ces propriétés était-elle située, (ii) à combien avait-on évalué la valeur de chacune de ces propriétés au moment de la diversification, (iii) à combien se sont chiffrées les opérations financières requises dans la cadre du plan de diversification, (iv) qui a reçu ou versé une compensation financière pour les propriétés diversifiées?
Response
L'hon. Keith Ashfield (ministre des Pêches et des Océans et ministre de la porte d'entrée de l'Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, le programme des Ports pour petits bateaux n'a pas de stratégie de diversification et ne gère pas leurs propriétés en les diversifiant.

Question no 341 --
L'hon. Gerry Byrne:
En ce qui concerne le Supplément de revenu garanti (SRG) versé dans le cadre du Programme de la sécurité de la vieillesse (SV) et les changements dans les politiques du gouvernement concernant les Fonds enregistrés de revenu de retraite aux fins de l’exercice d’une option relative à la SV, à l’allocation de SV et à l’allocation au survivant de la SV depuis mai 2010: a) combien de demandes d’option ont été reçues entre le 17 mai et le 31 décembre 2010 et combien de demandes d’option ont été reçues en 2011; b) combien de demandes ont été rejetées au cours de chacun des trimestres de l’année civile en raison de la politique révisée diffusée le 17 mai 2010; c) combien des demandes qui avaient été rejetées au cours de chaque trimestre ont été revues par la suite et rejetées au cours de chaque année civile; d) combien de demandes d’option sont à l’étude actuellement; e) quel est le délai moyen de traitement de chaque demande?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Ressources humaines et Développement des compétences Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), entre le 17 mai et le 31 décembre 2010, le ministère a reçu 68 800 demandes d’option. En 2011, le ministère a reçu environ 126 800 demandes d’option.
Pour ce qui est de la partie b), les statistiques ne sont pas compilées tous les trimestres. Toutefois, des 6 752 bénéficiaires qui ont retiré des montants supplémentaires d’un fonds enregistré de revenu de retraite, FERR, en 2008 et en 2009, 171 d’entre eux n’ont pas reçu d’option en raison de la politique révisée. Des 1 221 bénéficiaires qui ont retiré des montants supplémentaires d’un FERR en 2010, 7 d’entre eux n’ont pas reçu d’option.
Pour ce qui est de la partie c), les 178 comptes pour lesquels aucune option n'a été accordée ont été examinés et une option leur a finalement été accordée. Ces clients ont reçu un paiement ajusté conformément à la politique de février 2004.
Pour ce qui est de la partie d), actuellement, 36 484 demandes d’option sont à l’étude dans le Système de distribution de l’inventaire des activités de Service Canada.
Pour ce qui est de la partie e), en 2010 2011, le délai moyen de traitement des demandes d’option était de 33 jours. Pour l’année courante, le délai moyen de traitement est de 29 jours.

Question no 343 --
L'hon. Gerry Byrne:
En ce qui concerne les opérations et la gestion de Marine Atlantique Incorporée (MAI) et les rapports de consultants présentés à MAI ou à Transports Canada par Fleetway Incorporated et Oceanic Consulting Corporation depuis le 1er janvier 2005, que contiennent ces rapports au sujet des études, analyses, constatations et recommandations des consultants touchant les options de remplacement des traversiers de MAI?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités et ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, PCC):
Monsieur le Président, les rapports de Marine Atlantique Inc., MAI, qui résument le vaste travail fait par les consultants peuvent être trouvés sur le site internet de la corporation, que voici: http://www.marine-atlantic.ca/fre/publications.asp.

Question no 344 --
L'hon. Stéphane Dion:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la fermeture de ses centres de recherche et sauvetage de St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) et de Québec (Québec): a) quel est le coût de réinstallation des employés, de St. John’s et Québec, vers Trenton ou Halifax; b) quel est le coût de la liaison, au moyen d’une ligne téléphonique protégée, des centres de coordination de Halifax et Trenton aux centres d’urgence des provinces de Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador; c) quelles sont les capacités des centres de Halifax et Trenton en matière de bilinguisme et sont-ils en mesure de répondre en français à deux appels d’urgence simultanément; d) quel est le coût d’adaptation de chacun des centres de Halifax et Trenton pour qu’ils puissent être en mesure de faire face à l’augmentation du volume d’appels; e) comment le territoire sera-t-il réparti entre les centres de Halifax et Trenton?
Response
L'hon. Keith Ashfield (ministre des Pêches et des Océans et ministre de la porte d'entrée de l'Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Pêches et Océans Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), aucun des employés des Centres secondaires de sauvetage maritime de St. John's ou de Québec n’a choisi de déménager aux Centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage de Halifax ou de Trenton. Par conséquent, il n'y a pas de frais de réinstallation à l'heure actuelle.
Pour ce qui est de la partie b), il n’y aura aucun changement aux coûts annuels totaux pour les services de télécommunication. Le coût du transfert des lignes de St. John’s et de Québec vers les centres d’urgence de Halifax et de Trenton est encore en cours d’examen.
Pour ce qui est de la partie c), les exigences linguistiques à Halifax et Québec sont fixées au niveau BBB par la Garde côtière et sont jugées satisfaisantes dans le cadre d’examens précédents menés par le Commissaire aux langues officielles. À la suite du regroupement, les Centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage de Halifax et de Trenton auront la capacité pour fournir des services dans les deux langues officielles et une capacité au niveau CBC, une augmentation au-delà des niveaux actuellement établis, tant à Halifax qu’à Trenton. Le niveau des services bilingues fait l’objet d’un examen régulier par le Commissaire aux langues officielles.
Pour ce qui est de la partie d), les coûts ponctuels de mise en œuvre pour la réinstallation, la formation, les rencontres avec les partenaires et la gestion de projet sont estimés à 700 000 $.
Pour ce qui est de la partie e), présentement, le Centre secondaire de sauvetage maritime de Québec est responsable d’une partie des régions de recherche et de sauvetage des centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage de Halifax et de Trenton. Le Centre secondaire de sauvetage maritime de St. John’s est responsable d’une partie de la région de recherche et de sauvetage du centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage de Halifax. Après le regroupement des centres, les centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage de Halifax et de Trenton seront responsables de la coordination de l’intervention pour tous les incidents à l’intérieur de leurs régions de recherche et de sauvetage respectives.

Question no 350 --
L'hon. Stéphane Dion:
En ce qui concerne les Premières nations du Canada à l’égard desquelles le gouvernement a une responsabilité fiduciaire: a) quel est le nombre total de membres appartenant à chaque Première nation; b) parmi ces membres, combien vivent effectivement sur chaque réserve des Premières nations; c) quel est le nombre et le type des habitations pouvant loger les membres vivant sur chaque réserve des Premières nations; d) quelle est le nombre des résidents par habitation; e) quelle est le nombre moyen des résidents par habitation pour tous les autres Canadiens ne vivant pas sur les réserves des Premières nations?
Response
L'hon. John Duncan (ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est des parties a) et b), veuillez vous référer à « Population des Indiens inscrits par le sexe et la résidence 2010 », disponible sur le site du ministère à l’adresse internet suivante : http://publications.gc.ca/collections/collection_2011/ainc-inac/R31-3-2010-fra.pdf.
Pour ce qui est de la partie c), d’après les rapports des Premières nations, il y avait 106 373 logements en 2010 2011. Voici une liste du nombre total des logements sur les Premières Nations par région: Atlantique: 7 132; Québec: 10 171; Ontario: 24 404; Manitoba: 16 046; Saskatchewan: 14 180; Alberta: 14 578; Yukon: 582; Colombie-Britannique: 19 280.
Comme les Premières nations sont chargées de fournir et de gérer les logements dans les réserves, il incombe au chef et aux conseillers de déterminer les types d’habitation qui doivent être construits afin de répondre aux besoins des membres de la communauté. Selon les données du Recensement de 2006, 82,2 p. 100 des ménages vivaient dans des maisons unifamiliales isolées, 2,8 p. 100 vivaient dans des appartements, 6,4 p. 100 vivaient dans des immeubles à logements multiples et 8,6 p. 100 vivaient dans des logements mobiles.
Pour ce qui est de la partie d), selon le Recensement de 2006, le nombre moyen de personnes par logement était de 3,67. Voici une liste du nombre moyen de personnes par logement par région: Terre-Neuve-et-Labrador: 3,67; Île-du-Prince-Édouard: 3,03; Nouvelle-Écosse: 3,03; Nouveau-Brunswick: 2,84; Québec: 3,89; Ontario: 3,24; Manitoba: 4,09; Saskatchewan: 4,14; Alberta: 4,09; Colombie-Britannique: 3,22 Yukon: 2,34; Territoires du Nord-Ouest: 3,53.
Selon les rapports des Premières nations, le nombre moyen de personnes par logement était de 3,57 en 2010-2011. Voici une liste du nombre moyen de personnes par logement par région: Atlantique: 2,77; Québe : 3,40; Ontario: 2,99; Manitoba: 5,03; Saskatchewan: 4,24; Alberta: 3,95; Yukon: 1,88; Colombie-Britannique: 2,76.
Pour ce qui est de la partie e), selon le Recensement de 2006, la taille moyenne des ménages dans l’ensemble du Canada était de 2,5 personnes.

Question no 363 --
L'hon. Scott Brison:
En ce qui concerne le ministère du Patrimoine canadien, quels sont (i) les dates, (ii) les heures, (iii) les lieux, (iv) la nature de toutes les activités que Saulie Zajdel a menées au nom du gouvernement depuis son entrée en fonctions?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, M. Saulie Zajdel est conseiller régional pour le ministre du Patrimoine canadien dans le bureau ministériel régional de Montréal, et est un membre exempté du personnel. Le ministère ne gère pas les activités quotidiennes des membres exemptés du personnel de bureau de ministre.

Question no 364 --
L'hon. Scott Brison:
En ce qui concerne le comité consultatif sur les armes à feu du ministre de la Sécurité publique: a) quelle est la liste complète de ses membres; b) quels sont (i) l’heure, (ii) la date, (iii) le lieu de chaque réunion tenue depuis le 1er janvier 2008; c) combien a dépensé le comité en déplacements et en frais d’accueil?
Response
L'hon. Vic Toews (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Sécurité publique Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), voici la liste des membres du Comité consultatif canadien sur les armes à feu: 1. Madame Linda Baggaley; 2. Monsieur Steve Torino; 3. Monsieur Tony Bernardo; 4. Monsieur Alain Cossette; 5. Monsieur Louis D’Amour; 6. Monsieur Greg Farrant; 7. Monsieur Gerry Gamble; 8. Monsieur John Gayder; 9. Monsieur Murray Grismer; 10. Monsieur Kerry Higgins; 11. Professeur émérite Gary Mauser; 12. Madame Linda Thom.
Pour ce qui est de la partie b), voici les réponses en ce qui concerne les réunions tenues depuis le 1er janvier 2008: Réunion no 1: i) De 13 h à 14 h 30; ii) Le 27 juin 2008; iii) Téléconférence.
Réunion no 2: i) Jour 1, de 9 h à 16 h, et jour 2, de 9 h à 13 h; ii) Le 29 et 30 avril 2009; iii) Hotel Indigo Ottawa, à Ottawa, en Ontario.
Réunion no 3: i) De 19 h15 à 20 h15; ii) Le 16 juin 2010; iii) Téléconférence.
Réunion no 4: i) Jour 1, de 9 h à 17 h, et jour 2, de 9 h à 14 h; ii) Les 30 novembre et 1er décembre 2010; iii) Sheraton Ottawa Hotel, à Ottawa, en Ontario.
Pour ce qui est de la partie c), les coûts associés aux frais de déplacement totalisent 19 863,13 $ et les frais d’accueil totalisent 4 238,36 $ pour les réunions tenues depuis janvier 2008.

Question no 378 --
M. Kennedy Stewart:
En ce qui concerne les consultations menées auprès des Canadiens par le ministre des Ressources naturelles au sujet de l’énergie depuis le 18 mai 2011: a) qui le ministre a-t-il consulté et quand ces consultations ont-elles été menées; b) à quels événements le ministre a-t-il assisté et où ces consultations ont-elles été menées; c) quelles consultations ont porté sur une stratégie énergétique nationale; d) quand les résultats des consultations susmentionnées seront-ils rendus publiques; e) quelle est la politique du gouvernement relativement à l’élaboration d’une stratégie énergétique nationale?
Response
L'hon. Joe Oliver (ministre des Ressources naturelles, PCC):
Monseur le Président, le ministre a rencontré plusieurs intervenants et citoyens canadiens, notamment des groupes industriels, des groupes d’études, des groupes environnementalistes et des groupes d’économistes, au sujet de leurs priorités en matière d'énergie. Le ministre a également tenu des rencontres fréquentes avec ses homologues provinciaux.
De plus, le ministre a participé à la Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines, la CMEM, en juillet 2011. La CMEM procure aux intervenants invités une occasion officielle de rencontrer les ministres au sujet d’un thème donné. Le thème principal de la CMEM de 2011, qui s’est tenue les 18 et 19 juillet 2011 à Kananaskis en Alberta, a été l’élaboration d’une approche de collaboration en matière d’énergie servant à guider l’élaboration des politiques énergétiques des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. L’élaboration d’une approche pancanadienne pour un renforcement de la collaboration en matière d’énergie a fait l’objet de discussions.
En juillet 2011, les ministres présents à la CMEM ont approuvé un document intitulé Le Canada comme chef de file mondial dans le domaine de l’énergie : vers une collaboration pancanadienne accrue et un Plan d’action correspondant. Cette information ainsi que le communiqué officiel de la CMEM ont été publiés sur le site Web du Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes et peuvent être consultés à l’adresse suivante: www.scics.gc.ca/francais/conferences.asp?x=1&a=view&id=2611&y=&m.
Lors de la CMEM de 2011, une approche de collaboration en matière d’énergie a été publiée en fonction d’un ensemble de principes communs. Ceux-ci comprennent l’adoption d’une approche à l’énergie axée sur le marché, régie par des systèmes de réglementation efficaces, assurant le respect mutuel des compétences et établie en tenant compte de l’importance du développement et de l’utilisation de l’énergie durable ainsi que du besoin d’un approvisionnement en énergie adéquat et durable.
Le gouvernement continuera à travailler avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les intervenants de l’industrie et tous les Canadiens pour renforcer notre approche et faire en sorte que nos politiques énergétiques soient coordonnées et servent l’intérêt des Canadiens.

Question no 379 --
M. Kennedy Stewart:
En ce qui concerne les subventions, les contributions et les contrats de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada depuis le 1er janvier 2001: a) quelles demandes de financement ont été approuvées par le cabinet du ministre, avec identification (i) du titre du projet, (ii) du nom du demandeur, (iii) du nombre de fois que la demande a été présentée, (iv) de la date d’approbation, (v) du montant demandé, (vi) du montant accordé, (vii) du secteur, (viii) du district électoral fédéral déterminé par l’adresse du demandeur; b) quelles demandes de financement ont été rejetées par le cabinet du ministre, avec indication (i) du titre du projet, (ii) du nom du demandeur, (iii) de la valeur totale des demandes soumises, (iv) de la date du refus, (v) du montant demandé, (vi) du secteur, (vii) du district électoral fédéral déterminé par l’adresse du demandeur; c) pour chaque district électoral fédéral, quelle est la valeur totale des demandes de financement qui ont été (i) approuvées, (ii) rejetées; d) quels contrats n’ayant pas fait l’objet d’un appel d’offres ont été attribués par le ministre ou en son nom?
Response
L'hon. Lynne Yelich (ministre d’État (Diversification de l’économie de l’Ouest), PCC):
Monsieur le Président, Diversification de l’économie de l’Ouest Canada est dans l’impossibilité de répondre à cette demande dans le délai attribué en raison du volume des renseignements demandés.

Question no 380 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne la recommandation que Jeremy Wallace, directeur adjoint des Changements climatiques au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), a formulée voulant que le financement approuvé à titre provisoire le 29 avril 2011 par la Direction de la planification, de la promotion des intérêts et de l'innovation du MAECI et visant à appuyer une exposition de l’artiste canadienne Franke James en Europe de l’Est soit annulé par « crainte que le financement proposé ne soit pas compatible avec nos intérêts […] et en fait même contraire aux intérêts plus larges du Canada »: a) selon quels critères précis et en se fondant sur quelles preuves le gouvernement en est-il arrivé à la conclusion que l’exposition de Mme James pouvait menacer les intérêts du Canada; b) pour chaque correspondance, courriels compris, portant sur cette conclusion, (i) quel est précisément le contenu, (ii) quels sont les noms de l’expéditeur et des destinataires, (iii) quelle est la date d’envoi; c) sur quelles preuves le MAECI s’est-il appuyé pour justifier les corrections, aux termes des alinéas 20(1)c) et 21(1)b) et du paragraphe 15(1) de la Loi sur l'accès à l'information, à la correspondance fournie à Mme James à la suite de la demande que cette dernière a formulée le 16 août 2011 en vertu de la Loi sur l'accès à l'information; d) en ce qui concerne la liberté d'expression garantie par la Charte canadienne des droits et libertés, sur quelle base juridique le MAECI a-t-il fondé sa décision de retirer son soutien et de revenir sur sa décision d’accorder une aide financière à Mme James?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), les missions transmettent des propositions de projets visant la promotion des intérêts à la Direction de la planification, de la promotion des intérêts et de l’innovation au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, qui sont par la suite examinées et évaluées en fonction des priorités du gouvernement du Canada. Il est courant pour les fonctionnaires concernés et nos missions d’avoir de nombreuses discussions en ce qui concerne ces propositions, avant de prendre les décisions d’admissibilité finales. La recommandation de la Direction des changements climatiques et de l'énergie est fondée sur les secteurs prioritaires actuels retenus aux fins de financement dans le domaine des changements climatiques, notamment l’octroi d’une aide aux pays vulnérables afin de les aider de manière tangible à s'adapter aux changements climatiques et de leur permettre de participer concrètement aux négociations internationales en la matière.
Pour ce qui est des parties b)(i), le 2 mai, une demande a été transmise par un conseiller aux affaires publiques de l'ambassade canadienne à Rome, qui comprenait des échanges avec un agent des affaires culturelles de l'ambassade canadienne à Zagreb. L’échange fournissait des renseignements et un examen plus détaillés relativement à la proposition.
Pour ce qui est des parties b)(ii) la communication par courriel susmentionnée provenait d’un conseiller aux affaires publiques de l'ambassade du Canada à Rome à la Direction des changements climatiques et de l'énergie, fournissant les échanges avec l’agent des affaires culturelles de l'ambassade du Canada à Zagreb.
Pour ce qui est des parties b)(iii) le 2 mai et le 21 avril 2011.
Pour ce qui est de la partie c), afin de supprimer les renseignements demandés en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, Affaires étrangères et Commerce international Canada, MAECI, se fonde sur les recommandations des spécialistes des secteurs de programme qui ont fourni les renseignements, les recommandations des autres secteurs de programme concernés ainsi que l’examen des fonctionnaires chevronnés au sein de la Direction de l’accès à l’information et la discrétion exercée par ces derniers. Dans certains cas, les renseignements ont été supprimés lorsqu’il a été déterminé que leur publication causait un préjudice spécifique, actuel et probable. L’alinéa 20(1)c) a été évoqué pour soustraire l’information financière sensible appartenant à un tiers. L’alinéa 21(1)b) a été invoqué pour protéger le franc échange d’idées entre les fonctionnaires. Le paragraphe 15(1) -- International a été invoqué dans certains cas pour protéger la position du Canada aux fins de négociations internationales, et dans d’autres cas pour protéger les relations du Canada avec les gouvernements étrangers.
Pour ce qui est de la partie d), le MAECI verse des fonds d’exploitation aux missions canadiennes afin de promouvoir et de défendre les intérêts du Canada à l’étranger conformément aux priorités du gouvernement. Bien que le financement de la proposition de projet de la mission ait été déterminé et approuvé provisoirement par le MAECI, à l’occasion d’autres consultations, nous n’avons pas versé de fonds à notre mission à Zagreb. Par conséquent, le financement à l’artiste n’a jamais été accordé ou retiré. Toute insinuation d’ingérence politique concernant la décision du MAECI est fausse.

Question no 382 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne les incidences actuelles et prévues des bouleversements et des changements climatiques anthropiques, notamment la pénurie grandissante d’eau, l’augmentation de la fréquence et de la gravité des feux de forêt, la dégradation des infrastructures liée à la fonte du pergélisol, la fréquence accrue de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations ou les vagues de chaleur, l’élévation du niveau de la mer et la propagation de maladies à transmission vectorielle comme la maladie de Lyme, pour chaque ministère, quels sont les coûts détaillés actuels et prévus se rattachant à l’adaptation à ces conséquences à court, à moyen et à long terme?
Response
L'hon. Peter Kent (ministre de l'Environnement, PCC):
Monsieur le Président, il n’y a aucun secteur de programme au sein d’Environnement Canada susceptible de fournir l’information/les documents pertinents concernant les coûts économiques liés aux impacts des changements climatiques d’origine anthropogénique.

Question no 386 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne les aéroports au Canada dont les terrains ou les infrastructures appartiennent au gouvernement: a) quelles études Transports Canada, ou toute entité sous-traitante d’un ministère, a-t-il entrepris au sujet de l’examen de la Politique nationale des aéroports, y compris la privatisation de ces aéroports et quels aéroports sont visés par ces études; b) quels revenus ces études sur la privatisation des aéroports prévoient-elles pour le gouvernement, (i) dans l’ensemble, (ii) par aéroport; c) quels conseils les consultants de KPMG, ou toute autre entité sous-traitante du gouvernement, ont-ils formulés sur la privatisation des aéroports appartenant au gouvernement; d) quelles recettes le gouvernement tire-t-il annuellement du loyer payé par les aéroports?
Response
L'hon. Denis Lebel (ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités et ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies Transports Canada à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a), Transports Canada, TC, s’engage à veiller à ce que son cadre stratégique pour les aéroports permette à l’industrie de relever les défis et de saisir les possibilités que nous apportera l’avenir. On ne procède pas à un examen officiel de la Politique nationale des aéroports, mais des travaux internes sont menés, notamment une analyse ainsi qu’un engagement des intervenants. Parmi les questions examinées, mentionnons celles soulevées par les intervenants et les commentateurs portant principalement sur la situation de l’industrie aérienne au Canada en général et la compétitivité de l’industrie. TC n’a passé aucun contrat avec des parties externes pour des études concernant la vente possible des aéroports du Réseau national d’aéroports, RNA. À l’heure actuelle, on ne prévoit ni la privatisation ni la vente des aéroports.
Pour ce qui est de la partie b), comme il a été mentionné précédemment, aucun travail n’a été entrepris relativement à la vente ou à l’évaluation possible des aéroports du RNA.
Pour ce qui est de la partie c), TC n’a passé aucun contrat avec des consultants externes pour obtenir des conseils concernant la privatisation des aéroports.
Pour ce qui est de la partie d), les recettes du gouvernement fédéral provenant du loyer des aéroports en 2010 s’élèvent à 243 millions de dollars. Les montants se trouvent dans le Budget principal des dépenses à l’adresse suivante : http://www.tbs-sct.gc.ca/dpr-rmr/2010-2011/inst/mot/st-ts01-fra.asp.

Question no 401 --
L'hon. Hedy Fry:
Combien en coûte-t-il approximativement au gouvernement pour répondre à la question 385 du Feuilleton?
Response
M. Tom Lukiwski (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, comme beaucoup des réponses aux questions écrites de députés mentionnées dans la question Q-385 – de la part du député de Fort McMurray-Athabaska – seront déposées à la Chambre des communes le 30 janvier 2012, le coût de la production de ces réponses est en cours de calcul et sera fourni ultérieurement dans une réponse supplémentaire à la question Q 385. Par conséquent, le gouvernement est actuellement dans l’impossibilité de fournir le coût estimatif demandé dans la question Q-385.

Question no 406 --
L'hon. Jim Karygiannis:
En ce qui concerne les trois programmes appuyés par le Fonds pour la paix et la sécurité mondiales: a) en ce qui concerne le Programme pour la paix et la sécurité mondiales, (i) quels projets ont été approuvées au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (ii) quel a été le budget au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (iii) quel est le projet budgétaire pour le prochain exercice; b) en ce qui concerne le Programme d'opérations mondiales de la paix, (i) quels projets ont été approuvés au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (ii) quel a été le budget au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (iii) quel est le projet budgétaire pour le prochain exercice; c) en ce qui concerne le Programme Glyn Berry, (i) quels projets ont été approuvés au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (ii) quel a été le budget au cours du dernier exercice et de l’exercice actuel, (iii) quel est le projet budgétaire pour le prochain exercice?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, vous trouverez ci-dessous les réponses qu’a fournies le ministère à la question mentionnée ci-dessus. Pour ce qui est de la partie a)(i), un total de 85 projets ont été approuvés au cours de l’exercice 2010-2011 et un total de 23 projets ont été approuvés pour l’exercice 2011-2012*.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) , le budget pour l’exercice 2010-2011 s’élevait à 107 256 520 $ et celui de 2011-2012 s’établit à 91 396 000 $.
Pour ce qui est de la partie a)(iii),le budget pour l’exercice 2012-2013 se chiffre à 92 696 000 $.
Pour ce qui est de la partie b)(i), un total de 11 projets ont été approuvés1 au cours de l’exercice 2010-2011 et un total de quatre projets ont été approuvés pour l’exercice 2011-2012*.)
Pour ce qui est de la partie b)(ii), le budget pour l’exercice 2010-2011 s’élevait à 13 700 000 $ et celui de 2011-2012 s’établit à 13 700 000 $.
Pour ce qui est de la partie b)(iii), le budget pour l’exercice 2012-2013 se chiffre à 8 000 000 $.
Pour ce qui est de la partie c)(i), un total de 29 projets ont été approuvés1 au cours de l’exercice 2010-2011 et un total de cinq projets ont été approuvés pour l’exercice 2011-2012*.
Pour ce qui est de la partie c)(ii), le budget pour l’exercice 2010-2011 s’élevait à 5 000 000 $ et celui de 2011-2012 s’établit à 5 000 000 $.
Pour ce qui est de la partie c)(iii), le budget pour l’exercice 2012-2013 se chiffre à 5 000 000 $.
Un projet est « approuvé » s’il a franchi toutes les étapes d’approbation nécessaires et qu’il est commencé, en cours, ou parachevé au cours d’un exercice donné.
* L’exercice 2011-2012 n’étant pas encore terminé, les données fournies représentent donc une réponse partielle.
Pour obtenir des renseignements plus précis sur les projets approuvés par le GTSR qui s’élèvent à plus de 25 000 $, veuillez vous reporter au site Web du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada sous l’onglet divulgation proactive, à l’adresse suivante: http://w03.international.gc.ca/dg-do/index_fa-ae.aspx?lang=fra&p=3&r=r.
Aboriginal peoplesAboriginal reservesAccommodation and hospitality servicesAddresses by distinguished visitorsAfricaAglukkaq, LeonaAircraftAirportsAmbrose, RonaAndrews, ScottAnniversary ...Show all topics
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data