Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 477
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Last week the commissioner talked of her concern about piecemeal solutions. She certainly sees that we have major problems.
You pointed out that Canada is slipping further and further behind. There are third world countries that have better responses for citizens than we do right now.
One of the things she's looking for is the issue of order-making powers, so that she would not be sitting around fighting about this all the time but would have real power.
Would you support that as a way of beginning to overhaul the issue of people's right to information?
La semaine dernière, la commissaire a fait part de sa préoccupation à propos des solutions fragmentaires. Selon elle, nous sommes aux prises avec de graves problèmes.
D'après vous, le Canada est de plus en plus à la traîne des autres pays. Des pays du tiers monde s'en tirent mieux que nous à ce chapitre.
Elle a préconisé notamment qu'on lui donne le pouvoir de rendre des ordonnances de sorte qu'elle pourrait passer aux choses sérieuses.
S'agit-il là selon vous d'un premier pas afin d'accorder vraiment aux citoyens le droit à l'information?
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
I do conceptually believe that the Information Commissioner, who is independent of government—she's an officer of Parliament—ought to have order-making authority.
In fairness, Mr. Angus, I must tell you that my bill will not achieve that.
En théorie, j'estime que la commissaire, qui ne relève pas du gouvernement même si elle est une agente du Parlement, devrait avoir le pouvoir de rendre des ordonnances.
Monsieur Angus, je dois vous avouer que mon projet de loi ne lui accorde pas un tel pouvoir.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-05-29 15:56
Thank you, Mr. Chair.
Thank you for inviting me to speak to you today in relation to your study of Bill C-461.
This bill proposes the repeal of section 68.1 of the Access to Information Act, which excludes information relating to the Canadian Broadcasting Corporation's journalistic, creative, or programming activities, subject to an exception for information relating to its general administration.
The bill would replace that exclusion with a new exemption, which would allow CBC to withhold records that could reasonably be expected to prejudice the journalistic, creative, or programming independence of the CBC.
At the outset, I would like to describe briefly the general structure of the act, the limits to the right of access and the powers given to my office.
To that end, Mr. Chair, I have circulated a document to committee members which sets out in a little more detail the various exemptions and exclusions, and explains the difference between the two. The document also explains the general provisions of the legislation as applied to my powers. It provides committee members with more information.
The legislation creates a right to access information under the control of government institutions, subject to specific and limited exceptions. The act limits access by way of exemptions and exclusions.
Exclusions provide that the act does not apply to certain records or information. The act also includes various exemptions that permit or require institutions to withhold a range of records and information.
The act gives the commissioner broad investigatory powers, including access to all the documents under the control of the federal institution to which the act applies. The commissioner has broad powers to require the production of these records.
Thus, when an exemption is invoked by an institution, the commissioner has access to the documents in their entirety. However, where an institution invokes an exclusion, access to the underlying information or records depends on the nature of the exclusion relied on by the institution.
The commissioner's access to records and information, which had been identified by the CBC as falling within the exclusion found in section 68.1, was at issue before the Federal Court of Appeal at the time of my appearance in October 2011. In November 2011, the Federal Court of Appeal rendered its decision.
The question of the extent of the commissioner's powers to examine documents for which an exclusion is invoked was raised in the investigations of the many complaints about the CBC's use of section 68.1 of the act.
As the result of the CBC's challenge to my power to compel the production of documents mentioned in that section, the Court of Appeal confirmed that the commissioner is allowed access to documents covered by the exclusion in order to determine whether the exception fell within the exception for information relating to the administration of the CBC.
With respect to information that would reveal a journalistic source, the Federal Court of Appeal's explanation was:
The identity of journalistic sources cannot clash with the exception relating to general administration, regardless of the scope attributed to this exception. In these circumstances, the only conclusion possible if one gives effect to the Federal Court judge’s reasoning is that the exclusion for journalistic sources, like the exclusions provided in sections 69 and 69.1, is absolute. It follows that in the event that a request seeking the disclosure of journalistic sources was made, a record—or the part thereof—revealing this type of information would be exempt from the Commissioner’s power of examination.
In its decision, the Court of Appeal resolved the scope of the commissioner's powers to compel the production of the records to which CBC has applied section 68.1. What the decision does not resolve is the scope of the exception to the exclusion and the meaning of the terms used in section 68.1, such as “journalistic, creative or programming activities”. So this does not preclude subsequent litigation on the scope of the exception or the exclusion.
Before I discuss the specific modifications proposed by Bill C-461, it is important to emphasize that the challenges related to access to information are complex. They demand thoughtful, unified action, and are not easily amenable to a piecemeal solution.
Like my predecessors, I have more than once observed that the act requires modernization to bring it in line with more progressive and international models. While it is true that the act was considered state-of-the-art legislation when it received royal assent in 1982, it is now significantly outdated. While acknowledging the need to amend the law, I maintain that it should not be done in a disjointed way, since this leads to issue-specific amendments that erode the act's status as a law of general application.
At the very least, the structure of the act as a whole must be considered when amendments are proposed. We must examine not only the specific interests to be protected by changes or additions to the law, but also the spirit of the law, the way in which it is structured, and its general framework. The chosen approach must, in my view, preserve the law's character as one of general application.
The amendments proposed in Bill C-461 in relation to the CBC reflect what I suggested when I appeared before this committee in October 2011.
Since the committee has been having hearings, I have been following the comments of the stakeholders very closely, as well as the comments of parliamentarians in the House of Commons, and I'll be happy to discuss some of the issues that have been raised by various parties.
At this time, Bill C-461 proposes the repeal of section 68.1 and the insertion of a discretionary, injury-based exemption that would permit the CBC to withhold information that “could reasonably be expected to prejudice the corporation's journalistic, creative, or programming independence”. A discretionary, injury-based exemption will ensure requesters' rights to an independent review process in all matters.
To be clear, any information or records obtained by my office are reviewed solely for investigative purposes. Indeed, the access act's confidentiality requirements are very strict and do not allow the disclosure of any information during the performance of my duties.
In concluding, I ask the committee to consider how these proposed amendments to the Act will apply to the more than 200 complaints currently under investigation. Will the new provisions be applicable to ongoing files, that is, requests and complaints to CBC, or only to new requests? The bill in its current form makes no mention of transitional measures for dealing with existing files. So I invite the committee to consider that matter as it deliberates.
In my view, it would be better that the new provisions be applicable to existing complaints and requests since a requester may simply make a new request, thereby benefiting from the application of the new provisions. But, for that to be the effect, a specific provision is needed, in my view.
With that, Mr. Chair, I would be pleased to answer your questions.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie de m'avoir invitée à prendre la parole dans le contexte de votre étude sur le projet de loi C-461.
Ce projet de loi propose l’abrogation de l’article 68.1 de la Loi sur l’accès à l’information qui prévoit l’exclusion des renseignements qui se rapportent aux activités de journalisme, de création ou de programmation de la Société Radio-Canada qui font l’objet d’une exception en ce qui a trait aux renseignements se rapportant à son administration.
Le projet de loi propose le remplacement de cette exclusion par une nouvelle exception permettant à la SRC de refuser de communiquer des documents demandés si leur divulgation risque vraisemblablement de nuire à l’indépendance de la Société en matière de journalisme, de création ou de programmation.
D'abord, permettez-moi de vous expliquer brièvement la structure générale et les limites au droit d'accès contenues dans la loi ainsi que mes pouvoirs.
D'ailleurs, monsieur le président, à cet effet, j'ai distribué à l'intention des membres du comité un document qui passe en revue de façon plus détaillée les différentes exemptions et exclusions et qui explique la différence entre les deux. Ce document explique aussi les dispositions générales de la loi relativement à mes pouvoirs. Cela donne plus d'information aux membres du comité.
L'objet de la loi prévoit le droit du public à la communication de documents d'institutions fédérales, sous réserve d'exceptions précises et limitées. Les limites prévues à la loi sont sous forme d'exceptions et d'exclusions.
Les exclusions prévoient que la loi ne s’applique pas à certains documents ou renseignements. Le projet de loi comporte aussi des exceptions diverses qui permettent aux institutions de refuser la communication d’un éventail de documents et de renseignements ou qui les y obligent.
Pour ce qui est des pouvoirs de la commissaire, la loi prévoit qu’elle détient, dans le cadre de ses enquêtes, de larges pouvoirs, incluant l’accès à tous les documents qui relèvent d'une institution fédérale et auxquels la loi s'applique. La commissaire détient un large pouvoir d’ordonner la production de ces documents.
Lorsqu’une exception est invoquée par une institution, la commissaire a accès intégralement à tous les documents. Par contre, pour ce qui est des exclusions, l’accès aux documents ou renseignements visés varie en fonction de la nature de l’exclusion invoquée par l’institution.
En ce qui concerne l’accès de la commissaire aux documents et renseignements pour lesquels la SRC réclamait l’exclusion prévue à l’article 68.1, cette question était devant la Cour d’appel fédérale lors de ma comparution en octobre 2011. Depuis, la décision de la cour a été rendue en novembre 2011.
Cette question de la portée des pouvoirs de la commissaire de revoir les documents pour lesquels l'exclusion est invoquée s'est manifestée lors des enquêtes sur de nombreuses plaintes ayant trait à l'utilisation que la SRC avait faite de l'article 68.1 de la loi.
À la suite d'une contestation de la SRC de mes pouvoirs de contraindre la production de documents visés à cet article, la Cour d'appel a confirmé que la commissaire a accès aux documents visés par l'exclusion afin de déterminer si l'exception visant les renseignements ayant trait à l'administration de la SRC s'applique.
Pour ce qui est des renseignements qui révéleraient une source journalistique, la Cour d'appel fédérale a expliqué ce qui suit:
[...] L'identité de sources journalistiques et l'exception portant sur l'administration ne peuvent s'entrechoquer quelle que soit l'étendue que l'on donne à cette exception. Dans ces circonstances, la seule conclusion possible si l'on donne effet au raisonnement du juge de la Cour fédérale [de première instance], est que l'exclusion visant les sources journalistiques, comme celles prévues aux articles 69 et 69.1 [de la loi], est absolue. Il s'ensuit que dans l'éventualité d'une demande visant le dévoilement d'une source journalistique, un document — ou la partie d'un document — qui révèle ce type de renseignement échapperait au pouvoir d'examen de la Commissaire.
Cette décision a résolu la question du pouvoir de la commissaire de contraindre la production de documents visés par l'article 68.1. Par ailleurs, la cour n'a pas déterminé, ni au moment du jugement ni depuis ce temps, la portée de l'exception à l'exclusion et la signification des termes employés à l'article 68.1, tels que les « activités de journalisme, de création ou de programmation ». Des litiges subséquents sur la portée de l'exception ou de l'exclusion ne sont donc pas exclus.
Avant de m’exprimer sur les modifications précises proposées par le projet de loi C-461, je crois qu’il est important de souligner que les défis qui touchent l'accès à l'information sont complexes. Ils exigent une intervention réfléchie et complète et ne se prêtent pas facilement à une solution « à la pièce ».
D’ailleurs, et tout comme mes prédécesseurs l’ont fait avant moi, j’ai, à plusieurs reprises, indiqué la nécessité d’une modernisation de la loi, et ce, afin de l’harmoniser avec des normes nationales et internationales plus progressistes. Même si la loi était qualifiée d’avant-gardiste lors de son édiction en 1982, elle est maintenant considérablement dépassée. Tout en reconnaissant le besoin de modifier la loi, il n’est pas souhaitable qu’elle le soit de façon fragmentaire, puisque cela mènerait à des modifications mettant l’accent sur des aspects précis, ce qui érode le statut de la loi comme loi d’application générale.
À tout le moins, la structure de l’ensemble de la loi doit être considérée lorsque des modifications sont proposées. Il faut examiner non seulement les intérêts précis que nous cherchons à protéger par des modifications et des ajouts dans la loi, mais aussi l’esprit de la loi, la façon dont elle est structurée et son cadre général. À mon avis, l’approche choisie doit préserver le caractère de la loi en tant que loi d’application générale.
Les modifications mises de l’avant par le projet de loi C-461 relativement à la SRC reflètent ce que j’avais suggéré lors de ma comparution devant votre comité en octobre 2011.
Depuis le début des audiences du comité, j’ai suivi très attentivement les commentaires des intervenants et des parlementaires à la Chambre des communes, et je serai ravie de discuter de certains enjeux qui ont été soulevés.
À l’heure actuelle, le projet de loi C-461 propose l’abrogation de l’article 68.1 et son remplacement par une exception discrétionnaire fondée sur un critère subjectif qui permettrait à la SRC de ne pas divulguer des renseignements qui risqueraient « vraisemblablement de nuire à l’indépendance de la société en matière de journalisme, de création ou de programmation. » Une exception discrétionnaire fondée sur un critère subjectif protégera les droits des demandeurs à un processus d’examen indépendant dans tous les cas.
Il convient de préciser que tous les renseignements et documents obtenus par mon commissariat le sont seulement aux fins d’enquête. Également, les obligations de confidentialité prévues à la loi sont très strictes et ne permettent pas la divulgation de renseignements obtenus dans l’exercice de mes pouvoirs et de mes fonctions.
Finalement, j'invite le comité à considérer de quelle façon toute modification à la loi sera appliquée, étant donné l'existence de plus de 200 plaintes sous enquête présentement relativement à la Société Radio-Canada. De nouvelles dispositions seront-elles appliquées aux dossiers en cours à mon bureau, c'est-à-dire les demandes à Radio-Canada et les plaintes, ou seulement aux nouvelles demandes? Le projet de loi tel qu'il existe ne fait aucune mention de mesures transitoires pour traiter des dossiers présents. J'invite donc le comité à considérer cet aspect dans ses délibérations.
À mon avis, dans la mesure où un demandeur peut déposer à nouveau la même demande d'accès pour bénéficier de l'application d'une nouvelle disposition, il serait probablement préférable qu'une nouvelle disposition s'applique aux dossiers en cours. Cependant, à mon avis, pour que cela arrive, il faudrait avoir une disposition particulière.
Sur ce, monsieur le président, c'est avec plaisir que je répondrai à vos questions.
Emily McCarthy
View Emily McCarthy Profile
Emily McCarthy
2013-05-29 16:20
It would just clarify the application of the statute. If you have a transitional provision, then it would be clear to all involved which law would be applicable, whether the ongoing cases would be governed by the new provision or whether we would continue to investigate based on the previous provision. But as the commissioner mentioned earlier, that raises a difficulty in the sense that the requester could then make a new request for the same information under the new provision.
So you can see where there would be potentially a difficulty, where we would be required to make a finding under the existing language, as it is right now, but also have a complaint relating to the new provision—in a sense, a use of resources that might not be entirely productive.
Cela préciserait seulement l’application de la loi. Si vous avez une disposition de transition, la loi applicable serait alors claire pour tous les intervenants, à savoir si les dossiers en cours seront touchés par la nouvelle disposition ou si nous continuerons d’enquêter en nous fondant sur l’ancienne disposition. Néanmoins, comme la commissaire l’a mentionné plus tôt, cela crée une difficulté, parce qu’une personne pourrait alors présenter une nouvelle demande concernant les mêmes renseignements en vertu de la nouvelle disposition.
Vous pouvez donc voir le problème que cela pourrait poser, si nous devions mener une enquête en nous fondant sur le libellé actuel, tout en ayant une autre plainte concernant la nouvelle disposition — c’est en quelque sorte une utilisation des ressources qui ne serait pas vraiment productive.
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
I must interrupt you so that I can ask you another question.
In terms of the production of documents, would you have not preferred that the Information Commissioner have that power as well?
Je dois vous interrompre pour vous poser une autre question.
En ce qui a trait à la production de documents, n'auriez-vous pas préféré qu'on ajoute ce pouvoir à ceux de la commissaire à l'information?
Gregory Thomas
View Gregory Thomas Profile
Gregory Thomas
2013-05-29 17:04
Our principal interest here is to....
The CBC/Radio-Canada issue is not our main concern, given our mandate. The issues related to the Access to Information Act are uniquely specialized. Mr. Rathgeber is a lawyer. He is very familiar with those issues. According to him, the wording of the current legislation is not specific enough.
We have not thoroughly examined this. But Mr. Rathgeber's point is that an exemption is a bad way to address the issue of the independence of the CBC. He believes that an injury test will give the courts and the Information Commissioner a better tool to protect the independence of the CBC, while ensuring that the CBC complies with access to information requirements.
Ce qui nous intéresse surtout...
La question de Radio-Canada n'est pas centrale pour nous, compte tenu de notre mandat. Les questions concernant la Loi sur l'accès à l'information sont exceptionnellement spécialisées. M. Rathgeber est avocat. Il connaît vraiment bien ces sujets. Or selon lui, la loi existante n'est pas formulée de façon suffisamment précise.
Nous n'avons pas examiné cet aspect en profondeur, mais M. Rathgeber affirme qu'il n'est pas judicieux de se servir d'une exemption pour résoudre la question de l'indépendance de la SRC. Il croit que les tribunaux et la commissaire à l'information pourraient mieux la protéger à l'aide d'un critère subjectif, tout en s'assurant que la SRC respecte les exigences en matière d'accès à l'information.
Maryse Bertrand
View Maryse Bertrand Profile
Maryse Bertrand
2013-05-27 15:37
Thank you, Mr. Chair.
Chairman, members of the committee, on behalf of CBC/Radio-Canada, I would like to thank you for the opportunity to be here today to discuss our concerns about Bill C-461 and its potential effect on the public broadcaster.
We are concerned that this bill as currently drafted will have some unintended consequences that may undermine CBC/Radio-Canada's ability to do its job as mandated by Parliament.
First, the bill would remove the current protections for journalism programming and creative activities under the Access to Information Act. There was much discussion in 2010 and 2011 about section 68.1, which is the exclusion for these activities, and how it needed to be clarified. In fact, it has been clarified. In November 2011, the Federal Court of Appeal made it crystal clear. The Information Commissioner can review documents held by CBC/Radio-Canada to determine whether the exclusion applies, except when it comes to journalistic sources.
I would like to read what the court of appeal said:
...the exclusion for journalistic sources, like the exclusions provided in sections 69 and 69.1, is absolute. It follows that in the event that a request seeking the disclosure of journalistic sources was made, a record – or the part thereof – revealing this type of information would be exempt from the Commissioner’s power of examination.
That decision is extremely clear and at the time, both CBC/Radio-Canada and the commissioner expressed their satisfaction with it. The government, in its response to this committee's study, wrote that the decision, and I am quoting: “settled the dispute between CBC and the Information Commissioner”.
Indeed, since then, we and the commissioner have been working together to resolve the files which had been awaiting the court's decision. As you have heard from the commissioner, that work could be completed by the end of this year and we are collaborating closely with the Commissioner's Office in order to meet our goals.
This bill is proposing to do away with 68.1 completely and to replace this exclusion with an injury-based exemption. That change will introduce a great deal of uncertainty regarding its application as the commissioner, CBC/Radio-Canada and third parties will have to debate not one, but two elements now: whether the material is journalistic, creative or programming information, and secondly, whether the release would prejudice the corporation's independence. This will be the case even where there are confidential sources. We are loosing ground, going backwards, where sources are concerned.
Introducing an additional requirement of “prejudice to independence” which is untested in any current case law in Canada will inevitably bring us to a new level of uncertainty that will likely require several cases and years to resolve before a sufficient body of legal decisions exist to give us all the necessary guidance.
Parliament must balance the desire for more access to information for federal institutions, with the requirement that media organizations such as ours operate effectively and independently.
The specific protections in both the Broadcasting Act and Access to information Act for journalism, programming and creative activities, exist to ensure independence.
Incidentally, those protections are not unique. As the commissioner pointed out in the comparison document that she shared with you in 2011, public broadcasters in Ireland, England, and Australia, all have specific exclusions from their access to information laws for their journalism programming and creative activities, and all without any test in order to demonstrate a negative impact on their independence. Why would Canadians want to change that for their own public broadcaster? Why is such a change necessary when CBC/Radio-Canada is among the strongest performers under access to information?
Here are some facts about that. We have taken the lead among organizations in posting on our website much of what we release under access. That's in addition to the board minutes and the business travel and hospitality expenses that we post proactively. CBC/Radio-Canada earned an A from the commissioner in her most recent review for its performance under the act. Last fall, the corporation was recognized for improving transparency and accountability in the 2012 IPAC/Deloitte Public Sector Leadership Awards.
But that accountability goes beyond access to information. Every year we provide detailed financial information to the CRTC, which oversees our licence conditions. Every year the Auditor General of Canada signs off on our financial statements. Every five to 10 years he conducts a comprehensive special audit. In his most recent audit tabled in Parliament this year, the Auditor General gave CBC/Radio-Canada a clean audit opinion. That's the best result a federal agency can obtain.
We also report to our minister, to parliamentarians, and to Canadians through our corporate plan, our annual report, and our quarterly financial statements published on our website. We also have an independent board of directors, including an audit committee and a governance committee, all appointed by the government to oversee our budgets and our operations. It's their job to ensure that our programming and journalistic resources are being spent wisely.
This means while we are accountable under access to information for the general administration of our corporation, the law also draws the line at publicly releasing those things that would undermine our independence, or prejudice our competitive position—things like how much Peter Mansbridge gets paid, or how much we paid for the upcoming Olympics, or the details of our promotional strategies for new shows. For those things, it is the responsibility of our board of directors to protect both the public interest and the corporation's arm's-length independence.
There are two other unintended defects of C-461 I would like to mention with respect to proposed changes to the Privacy Act. These are the consequences I would now like to discuss.
First, the bill proposes to strip away the existing Privacy Act protections for journalism, programming and creative activities—but only for CBC/Radio-Canada. It would allow the subject of a CBC/Radio-Canada investigation to demand all information about them held by one of our journalists, even before we broadcast. Only CBC/Radio-Canada journalists would be subject to this provision. You can imagine what this would do to the investigative journalism that Canadians value.
Finally, with respect to salaries, C-461 proposes to make public the exact salary of the highest earners working for a government institution—rather than the salary ranges of their position, which is the current law. This has a much broader impact than just on CBC/Radio-Canada.
The Privacy Commissioner has established four tests to determine whether an invasion of privacy is justified, and one of those tests is whether there is a less privacy-invasive way of achieving the same end. The commissioner has put it this way:
...disclosing salary ranges or aggregate salary amounts for relevant groups, as opposed to specific salaries of individuals, could prove just as effective in achieving enhanced transparency and accountability without incurring the corresponding loss of individual privacy.
In our case, we would suggest that the combination of our salary ranges being public—they're available proactively and under access to information—the aggregate of our senior executive salaries being available in our annual report, and a specific salary being the express responsibility of our board of directors, all of that achieves the goal of enhanced transparency and accountability. It does so without undermining our ability to maximize public value in our highly competitive business environment where other broadcasters' salaries are protected.
Should CBC/Radio-Canada be accountable? Absolutely, and it is. Should there be oversight? Absolutely, and there is. But in addition to accountability and oversight, CBC/Radio-Canada needs to be able to do the job it is being asked to do by Parliament. In our view, this bill will not help us do that.
Thank you very much.
Merci, monsieur le président.
Monsieur le président, madame et messieurs les membres du comité, au nom de CBC/Radio-Canada, je vous remercie de nous avoir invités aujourd'hui afin que nous puissions vous faire part de nos préoccupations sur le projet de loi C-461 et des effets qu'il pourrait avoir sur le radiodiffuseur public.
Nous craignons que ce projet de loi, dans sa formulation actuelle, n'ait des conséquences involontaires qui pourraient nuire à la capacité de CBC/Radio-Canada de remplir le mandat qui lui a été confié par le Parlement.
Tout d'abord, ce projet de loi aurait pour effet de supprimer les protections actuellement prévues par la Loi sur l'accès à l'information et qui s'appliquent aux activités de journalisme, de création et de programmation. En 2010 et en 2011, il a beaucoup été question de l'article 68.1, qui prévoit l'exclusion de ce type d'activités et de la nécessité de le clarifier. L'article a été clarifié. En novembre 2011, la Cour d'appel fédérale a été très claire sur ce point: la commissaire à l'information peut prendre connaissance des documents détenus par CBC/Radio-Canada pour déterminer si l'exclusion s'applique ou non, sauf en ce qui concerne les sources journalistiques.
J'aimerais vous lire un extrait de la décision rendue par la Cour d'appel:
... l'exclusion visant les sources journalistiques, comme celles prévues aux articles 69 et 69.1, est absolue. Il s'ensuit que, dans l'éventualité d'une demande visant le dévoilement d'une source journalistique, un document — ou la partie d'un document — qui révèle ce type de renseignement échapperait au pouvoir d'examen de la commissaire.
CBC/Radio-Canada et la commissaire à l'information ont tous deux exprimé leur satisfaction face à cette décision, qui est effectivement très claire. En réponse à l'étude de ce comité, le gouvernement a d'ailleurs indiqué par écrit que cette décision, et je cite: « [...] a réglé le différend entre la SRC et la Commissaire à l’information. »
Du reste, depuis lors, nous avons collaboré avec la commissaire à l'information pour résoudre les dossiers en attente de la décision de la cour. Comme la commissaire vous l'a souligné, ce travail devrait être terminé d'ici la fin de l'année et nous sommes en lien étroit avec le Commissariat à l'information pour y parvenir.
En fait, le projet de loi propose de supprimer totalement l'article 68.1 et de remplacer l'exclusion par une exception fondée sur le préjudice probable. Ce changement entraînerait tout son lot d'incertitudes quant à l'application de cette exception puisque la commissaire, CBC/Radio-Canada et les tierces parties devraient se poser non pas une seule question, comme c'est le cas présentement, mais deux. Il s'agirait de savoir, premièrement, si les renseignements demandés portent sur des activités de journalisme, de création ou de programmation et, deuxièmement, si leur divulgation nuirait à l'indépendance de la société, et cela, même lorsque les sources sont confidentielles. On revient en arrière en ce qui a trait aux sources.
Cette obligation de prouver le caractère préjudiciable ou nuisible, qui ne s'appuie sur aucune jurisprudence canadienne, nous plongerait inévitablement dans une autre situation d'incertitude puisqu'il faudrait vraisemblablement attendre encore plusieurs années et plusieurs litiges devant les tribunaux pour que l'on puisse s'appuyer sur un ensemble de décisions judiciaires suffisamment robustes.
Le Parlement doit trouver un juste équilibre entre sa volonté d'inciter les institutions fédérales à donner plus d'accès à l'information et la nécessité pour les organisations médiatiques comme la nôtre d'exercer leurs activités de manière efficace et indépendante.
Les protections particulières prévues par la Loi sur la radiodiffusion et la Loi sur l'accès à l'information, qui s'appliquent aux activités de journalisme, de création et de programmation, constituent le rempart de cette indépendance.
D'ailleurs, ces protections ne sont pas uniques dans le monde. Comme la commissaire vous l'a fait remarquer dans le document comparatif qu'elle vous a présenté en 2011, les lois sur l'accès à l'information de l'Irlande, de l'Angleterre et de l'Australie prévoient elles aussi une exclusion particulière pour les activités de journalisme, de programmation et de créativité de leur radiodiffuseur public, et cela sans qu'il ait à prouver le caractère nuisible à son indépendance. Pourquoi les Canadiens voudraient-ils que la situation soit différente en ce qui concerne leur radiodiffuseur public? Pourquoi vouloir appliquer un tel changement, alors que dans les faits, CBC/Radio-Canada se classe parmi les organisations les plus performantes au chapitre de l'accès à l'information?
Voici quelques faits: nous avons pris l'initiative d'afficher sur notre site Web la plupart des documents divulgués en vertu de la loi. À cela s'ajoutent les procès-verbaux des réunions du conseil d'administration et les frais de déplacement et de représentation que nous affichons de manière proactive; la commissaire à l'information a accordé à CBC/Radio-Canada la note « A » dans son dernier rapport, pour ses résultats en vertu de la loi. L'automne dernier, la société a été reconnue pour ses efforts en matière de transparence et de responsabilisation lors de la remise des prix IPAC/Deloitte de leadership dans le secteur public en 2012.
Cependant, en matière de responsabilisation, nous allons plus loin que ce que la loi exige de nous. Nous présentons chaque année de l'information financière détaillée au CRTC, l'organisme qui régit nos conditions de licence. Le vérificateur général du Canada approuve chaque année nos états financiers, en plus de réaliser un examen spécial tous les cinq à dix ans. Dans son récent examen spécial déposé au Parlement cette année, le vérificateur général a exprimé une opinion sans réserve sur CBC/Radio-Canada. C'est le meilleur résultat que puisse obtenir un organisme fédéral.
Nous rendons également des comptes à notre ministre, aux parlementaires et aux Canadiens en publiant notre plan d'entreprise, notre rapport annuel et nos états financiers trimestriels sur notre site Web. Nous avons également un conseil d'administration indépendant, qui comprend un comité de vérification et un comité de la gouvernance, et dont tous les membres sont nommés par le gouvernement. Ces membres ont pour tâche de surveiller nos budgets et nos activités, en plus de s'assurer que nos ressources consacrées aux activités journalistiques et de programmation sont dépensées de manière judicieuse.
Concrètement, cela signifie que nous devons rendre des comptes sur notre administration en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, mais que la loi ne va pas jusqu'à nous obliger à divulguer des renseignements qui nuiraient à notre indépendance ou qui pourraient porter préjudice à la position concurrentielle de la société — des renseignements comme le salaire de Peter Mansbridge, le montant que nous avons payé pour diffuser les prochains Jeux olympiques ou les stratégies promotionnelles de nos nouvelles émissions. Pour ce type d'information, notre conseil d'administration a la responsabilité de protéger l'intérêt du public et l'indépendance de la société.
Le projet de loi C-461 aurait deux autres conséquences involontaires en ce qui concerne la Loi sur la protection des renseignements personnels. Ce sont des conséquences que j'aimerais maintenant aborder.
Ce projet de loi propose tout d'abord de retirer les protections actuellement prévues par la Loi sur la protection des renseignements personnels pour les activités de journalisme, de programmation et de création, mais uniquement dans le cas de CBC/Radio-Canada. Ainsi, un individu, visé par une enquête de CBC/Radio-Canada, pourrait potentiellement exiger qu'on lui remette toute l'information le concernant qui serait en la possession de l'un de nos journalistes avant même la diffusion du reportage. Seuls les journalistes de CBC/Radio-Canada seraient visés par cette disposition. Vous pouvez donc imaginer les répercussions sur le journalisme d'enquête de CBC/Radio-Canada, qui est tant apprécié par les Canadiens.
Ensuite, en ce qui concerne la question des salaires, le projet de loi C-461 propose de rendre public le salaire exact des plus hauts salariés travaillant pour une institution fédérale, plutôt que les échelles salariales respectives visées actuellement par la loi. Cette disposition aurait elle aussi potentiellement de grandes répercussions, et ce, non seulement sur CBC/Radio-Canada.
La commissaire à la protection de la vie privée se sert d'un cadre analytique basé sur quatre questions pour déterminer si une intrusion dans la vie privée est justifiée. Elle cherche notamment à savoir s'il y a un moyen moins envahissant de parvenir aux même fins. Or, la commissaire s'est exprimée en ces termes:
[...] ainsi, le fait de divulguer les échelles salariales ou des montants de salaire agrégés pour les groupes particuliers, au lieu des salaires précis des personnes, pourrait s'avérer un moyen tout aussi efficace d'améliorer la transparence et la reddition des comptes sans porter la même atteinte à la vie privée des personnes.
En ce qui nous concerne, nous faisons valoir que nos échelles salariales sont publiées de manière proactive et en conformité avec la Loi sur l'accès à l'information, que le total des salaires versés à nos cadres supérieurs figure dans notre rapport annuel et que la divulgation de salaires donnés relève de la responsabilité du conseil d'administration. Tout cela est conforme à notre objectif qui consiste à améliorer la transparence et la responsabilisation; cela ne nuit pas à la capacité de la société de maximiser la valeur publique dans un environnement extrêmement concurrentiel, où les autres radiodiffuseurs ne sont pas tenus de divulguer le salaire de leurs employés.
CBC/Radio-Canada doit-elle rendre des comptes? Oui, elle le fait déjà. Doit-elle être surveillée? Absolument. Et c'est déjà le cas. Mais outre la reddition de comptes et la surveillance dont elle fait l'objet, CBC/Radio-Canada doit avoir les moyens de mener à bien la mission que lui a confiée le Parlement. À notre avis, ce projet de loi ne nous y aide pas.
Merci infiniment.
View Patricia Davidson Profile
CPC (ON)
Thank you very much, Mr. Chair.
Thanks very much for being here, Mr. Rathgeber, and for presenting your Bill C-461 to us. I certainly appreciated your presentation and the outline that you went through as you explained what your intent was with the bill.
I know that you're well aware that this committee did an extensive study of section 68.1 of the Access to Information Act when we were doing an earlier study. We recommended that section 68.1 be amended to comply with the Federal Court and Federal Court of Appeal's decisions on the matter of 68.1.
Do you think that your bill responds to the committee's recommendations? Would you also tell me why you feel that way or not?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Merci beaucoup d'être là, monsieur Rathgeber, et de nous présenter le projet de loi C-461. J'ai beaucoup aimé votre exposé et l'explication des intentions qui sous-tendent le projet de loi.
Je sais que vous savez pertinemment que notre comité a examiné de très près l'article 68.1 de la Loi sur l'accès à l'information, lors d'une étude antérieure de cette loi. Nous avons recommandé que cet article soit modifié pour qu'il soit conforme aux décisions de la Cour fédérale et de la Cour d'appel fédérale le concernant.
Croyez-vous que votre projet de loi répond aux recommandations du comité? Que ce soit le cas ou pas, pouvez-vous aussi m'expliquer les raisons qui motivent votre réponse?
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
I absolutely do. The Information Commissioner testified that she does not fancy exclusions. She prefers exemptions because an exclusion takes the subject-matter out of the operation of the act and, therefore, takes away any ability for her to objectively review the decisions of the information officers.
I can't take credit for the discretionary exemption. The credit for that belongs to the Information Commissioner who is going to testify in front of this committee next week.
I'm trying to find her exact words, but it's almost verbatim what the new section 28.1 would say. This committee recommended that section 68.1 of the Access to Information Act be repealed in accordance with the expert testimony heard during the study. In so doing, the government should consider international models as presented by the Information Commissioner.
It was the Information Commissioner who came up with the injury-based test and changed the exclusion to a discretionary exemption. I don't take credit for that. There has been some slight wordsmithing with respect to her testimony in front of this committee. But yes, I do believe this amendment is in accordance with the committee's study, which was an important study in light of the litigation between the Information Commissioner and the Canadian Broadcasting Corporation.
Je suis convaincu que oui. La commissaire à l'information nous a fait savoir qu'elle n'était pas portée sur les exclusions. Elle préconise plutôt les exemptions, puisqu'une exclusion force à sortir le sujet en cause du cadre opérationnel de la loi, ce qui lui coupe tous ses moyens pour examiner objectivement les décisions des agents d'information.
Je n'ai aucun mérite pour l'exemption discrétionnaire. Non, cette disposition est le fait de la commissaire à l'information, qui viendra d'ailleurs témoigner devant ce comité la semaine prochaine.
J'essaie de retrouver ses mots exacts, mais c'est presque textuellement ce que dirait le nouvel article 28.1. Le comité a recommandé que cet article 68.1 de la Loi sur l'accès à l'information soit abrogé, conformément à ce qu'en avaient dit les experts entendus pendant l'examen. S'il fait cela, le gouvernement devrait envisager les modèles étrangers présentés par la commissaire à l'information.
C'est elle qui a proposé le recours au préjudice probable et qui a proposé de remplacer l'exclusion par une exemption discrétionnaire. Ces dispositions ne sont pas de moi. Il y a eu une reformulation mineure par rapport à ce qu'elle avait dit devant ce comité. Mais, oui, je pense que cette modification s'aligne sur l'étude effectuée par ce comité, laquelle a eu une incidence importante sur le litige opposant la commissaire à l'information et la Société Radio-Canada.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-05-08 16:06
Good afternoon, Mr. Chair and members of the committee.
I'm accompanied today by Layla Michaud, who is my director general of corporate services and the office's chief financial officer.
I will briefly review my office's achievements, our priorities for the next year, and some of the challenges we face.
Overall, I'm must say that I'm very proud of the incredible work being done by my very dedicated staff.
In 2013-14, we will have $10.5 million available to carry out our work. An added $2.6 million was provided to my office to cover the costs of relocating our offices next fall. We must repay this increase in appropriations over 15 years. In the 2014-15 fiscal year, our budget will be just under $10 million, which includes a $500,000 reduction as a result of the deficit reduction action plan. By the end of 2014-15, we will have fully implemented the budget 2012 cuts and the cost containment measures, which in total will amount to 8% of our budget.
For 2013-14, 77% of our financial resources have been allocated to our program and 23% to our corporate services. In terms of our human resources, I have 93 full-time equivalents on staff, down from 106 at this time last year. Of the 93, 70 work for the program and 23 for corporate services.
As you know, over the last four years, I have made significant changes to streamline our entire operations. I think the results are very positive.
On the program side, we have resolved 7,300 complaints since April 2009, including some of our oldest and most complex cases that had accumulated over the years. For a fourth year in a row, we have completed more files than we received during the year. Our median turnaround time is now 215 days and, more importantly, 86 days from the day cases are assigned to an investigator. I have strengthened our legal capacity to assist with formal investigations and litigations. That helped reduce our outsourcing costs for legal expertise.
In internal services, we are completing our information management and information technologies strategy, which we began four years ago. In the past year, I have also outsourced all our human resources activities to Shared Services Canada.
As you have seen from my report on plans and priorities, I have set ambitious performance targets for our program, and our internal services will be facing a challenging year in 2013-14.
That being said, my focus remains on the realization of the key results area of my strategic plan, which will be in its third and final year. I will hence, in this fiscal year, renew this strategic direction for the following three years, to lead the OIC through to the end of my mandate in 2017.
On developing a leading access to information regime, my focus in the next fiscal year will be to complete our three systemic investigations: into consultations, interference with the access to information process, and on text-based messaging. I also plan to complete the investigation I launched recently in response to the environmental law clinic complaint.
To coincide with the 30th anniversary of the Access to Information Act, and building on 30 years of experience at the OIC, we will issue recommendations for modernizing the act by way of a special report to Parliament in the fall of 2013.
We will continue to strive to provide exemplary services to Canadians. As you saw in our report on plans and priorities, I have a dedicated team, with difficult targets. Those targets are to complete 85% of the administrative complaints within 90 days and 75% of priority or early resolution complaints within six months. My goal is to leave, at the end of my term, a manageable and up-to-date inventory of cases to my successor.
As part of our work in this regard, we will target the complaints in our inventory that deal with special delegations—national security, the Canadian Broadcasting Corporation and the Canada Revenue Agency. We will also continue to work towards the resolution of the oldest complaints in our inventory and to closely follow the progress of our investigations.
In addition, we will keep seeking ways to be an exceptional workplace. To that end, we will roll out a comprehensive talent management program, a new human resources plan, as well as a code of values and ethics, with excellence in all aspects of our work as our goal.
Our internal services will be responsible for the relocation of our office in the fall, the completion of our information management and information technologies strategy, and for exploring further the opportunities for shared services with other agents of Parliament.
Mr. Chair, one of the fundamental principles underpinning access to information is having an independent oversight of government decisions on disclosure. The Access to Information Act explicitly prescribes that the Information Commissioner “shall receive and investigate”—it's a positive legal obligation, which leaves me no discretion—the complaints of individuals who believe that their rights under the act have not been respected.
Even though I was able to decrease my inventory of complaints by close to 29% in the last four years, I still have about 2,000 files in my inventory at this time. At the same time, we are receiving more administrative complaints. We are up by 38% in the last fiscal year. In the last month alone, in April 2013, my office registered 277 complaints. The additional efficiencies I can now make will remain marginal.
When I appeared last year on the 2012-13 main estimates, I did not know whether my office's budget would be cut. In a letter to the Minister of Justice at the time, I wrote:
The overall conclusions of my review indicate that any reductions to the Office's existing funding envelope will potentially have significant adverse impacts on program results, including eroding the significant progress made over the last two years in reducing the inventory of longstanding cases and our ability to deal with the demands of our current inventory.
Hence, if you ask me today the question whether my budget is enough to accomplish my mandate, my answer is no.
In the coming months I will continue, however, to work to improve our performance to meet our ambitious targets, but I will also—and I feel I must—be seeking additional funds to ensure that the Office of the Information Commissioner can meet its obligations under the act. Frankly, Mr. Chair, I think if I did not do that, I would be acting irresponsibly.
With that, Mr. Chair, my colleague and I are here to answer your questions.
Bonjour, monsieur le président, et bonjour à tous les membres du comité.
Je suis accompagnée aujourd'hui par Mme Layla Michaud, directrice générale des Services organisationnels et chef des Services financiers au commissariat.
Je vais présenter brièvement les réalisations du commissariat, nos priorités pour l'an prochain et certains des défis que nous devons relever.
Dans l'ensemble, je dois dire que je suis très fière de l'incroyable travail réalisé par mon personnel dévoué.
En 2013-2014, nous disposerons de 10,5 millions de dollars pour accomplir notre travail. Le Commissariat a obtenu 2,6 millions de dollars supplémentaires pour couvrir les coûts du déménagement de nos bureaux l'automne prochain. Nous devons rembourser cet accroissement des crédits sur une période de 15 ans. En 2014-2015, notre budget s'élèvera à un peu moins de 10 millions de dollars, ce qui tient compte d'une réduction de 500 000 $ découlant du Plan d'action pour la réduction du déficit. D'ici la fin de l'exercice 2014-2015, nous aurons mis en oeuvre l'ensemble des réductions budgétaires prévues dans le budget de 2012 ainsi que les mesures de limitation des coûts, qui s'élèveront à 8 % de notre budget.
En 2013-2014, 77 % de nos ressources financières ont été consacrées à notre programme et 23 % à nos services organisationnels. Pour ce qui est de nos ressources humaines, mon personnel compte 93 équivalents temps plein, par rapport à 106 à la même date l'an dernier. De ce nombre, 70 travaillent au programme et 23 aux services organisationnels.
Comme vous le savez, au cours des quatre dernières années, j'ai apporté d'importantes modifications à l'ensemble de nos activités afin de les améliorer. Les résultats, à mon avis, sont très positifs.
En ce qui concerne le programme, nous avons réglé 7 300 plaintes depuis avril 2009, dont certains de nos dossiers les plus vieux et les plus complexes qui s'étaient accumulés au fil des ans. Pour la quatrième année consécutive, nous avons fermé plus de dossiers que nous en avons reçu au cours de l'année. Notre délai médian de règlement est maintenant de 215 jours, et, chose encore plus importante pour moi, ce délai est de 86 jours une fois que le dossier est assigné à un enquêteur. J'ai augmenté notre capacité juridique afin de faciliter les enquêtes officielles et les poursuites judiciaires. Nous avons ainsi réduit nos coûts de sous-traitance pour l'expertise juridique.
Au sein des services internes, nous finalisons notre stratégie de gestion de l'information et des technologies de l'information que nous avons commencée il y a quatre ans. Au cours de la dernière année, j'ai aussi imparti toutes nos activités relatives aux ressources humaines à Services partagés Canada.
Comme vous avez pu le remarquer dans mon Rapport sur les plans et les priorités, j'ai fixé des objectifs ambitieux pour notre programme, et l'exercice 2013-2014 sera rempli de défis pour nos services internes.
Cela étant dit, je demeure concentrée sur l'obtention des résultats clés figurant dans mon plan stratégique, qui en est à sa troisième et dernière année. Au cours du présent exercice, je renouvellerai donc cette orientation stratégique pour les trois années à venir, afin de diriger le Commissariat à l'information du Canada jusqu'à la fin de mon mandat, soit en 2017.
En ce qui concerne la mise en place d'un régime d'accès à l'information de premier plan, je me concentrerai au cours du prochain exercice sur l'achèvement de nos trois enquêtes systémiques sur les consultations obligatoires, les ingérences dans le processus de la loi et les services de messagerie en mode texte. Je compte également achever l'enquête que j'ai lancée en réponse à la plainte déposée par l'Environnemental Law Clinic.
Afin de coïncider avec le 30e anniversaire de la Loi sur l'accès à l'information et de tirer avantage de 30 années d'expérience au sein du commissariat, nous émettrons des recommandations visant la modernisation de la loi dans le cadre d'un rapport spécial présenté au Parlement à l'automne 2013.
Nous continuerons de nous efforcer de fournir des services exemplaires aux Canadiens. Comme vous l'avez vu dans notre rapport sur les plans et les priorités, le commissariat peut compter sur une équipe dévouée qui se fixe des objectifs ambitieux. Ces objectifs consistent à régler 85 % des plaintes administratives dans un délai de 90 jours et 75 % des plaintes à résolution rapide dans un délai de six mois. À la fin de mon mandat, je souhaite laisser à mon successeur un nombre gérable et à jour de plaintes à traiter.
À cet égard, dans le cadre de notre travail, nous ciblerons les plaintes à traiter qui ont trait aux délégations spéciales, c'est-à-dire à la sécurité nationale, à la Société Radio-Canada et à l'Agence du revenu du Canada. En outre, nous poursuivrons notre travail afin de régler les plaintes les plus anciennes et nous continuerons à assurer le suivi de nos enquêtes.
Nous poursuivrons également notre recherche de moyens pour offrir un milieu de travail exceptionnel. Pour ce faire, cette année nous instaurerons un programme complet de gestion du talent, un nouveau plan en matière de ressources humaines ainsi qu'un code de valeurs et d'éthique, l'excellence étant notre objectif dans tous les aspects de notre travail.
Nos services internes seront responsables du déménagement du commissariat à l'automne, de l'achèvement de la stratégie de gestion de l'information et des technologies de l'information et de la recherche approfondie d'occasions en matière de services partagés avec d'autres agents du Parlement.
Monsieur le président, la surveillance indépendante des décisions du gouvernement en matière de divulgation est l'un des principes fondamentaux sur lesquels repose l'accès à l'information. La Loi sur l'accès à l'information prescrit explicitement au commissaire à l'information de faire enquête sur les plaintes des particuliers qui estiment que leurs droits en vertu de la loi n'ont pas été respectés.
Bien que j'aie réussi à réduire l'inventaire de plaintes à traiter de près de 29 % au cours des quatre dernières années, il compte toujours environ 2 000 dossiers. Parallèlement, nous recevons un nombre plus élevé de plaintes administratives. Celles-ci ont augmenté de 38 % au cours du dernier exercice. Au cours du dernier mois seulement, le commissariat a reçu 277 plaintes. À l'heure actuelle, les améliorations en efficacité pouvant être réalisées demeurent minimes.
L'an dernier, lors de ma présentation au sujet du Budget principal des dépenses 2012-2013, je ne savais pas si le budget du commissariat serait réduit. Dans une lettre adressée au ministre de la Justice, j'ai écrit:
Les conclusions générales de l'examen indiquent que toute réduction de la présente enveloppe budgétaire du commissariat pourrait avoir une incidence négative marquée sur les résultats du programme, y compris un recul important par rapport aux progrès réalisés au cours des deux dernières années en matière de réduction du nombre des plaintes déposées de longue date et une réduction de notre capacité à répondre à la demande découlant des plaintes à traiter actuelles.
Ainsi, si vous me demandez si mon budget me permet de réaliser mon mandat, la réponse est non.
Au cours des prochains mois, je continuerai de m'efforcer d'accroître notre rendement afin d'atteindre nos objectifs ambitieux, mais j'estime qu'il est également de mon devoir de demander des fonds supplémentaires afin de veiller à ce que le commissariat puisse répondre à ses obligations en vertu de la loi. En toute honnêteté, monsieur le président, j'estime que je n'agirais pas de façon responsable si je négligeais de le faire.
Merci, monsieur le président. Ma collègue et moi-même serons heureuses de répondre aux questions des membres du comité.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-04-24 15:31
Thank you kindly, Mr. Chair.
Good afternoon. Thank you for your invitation to appear in relation to your study on my annual reports for the years 2010-11 and 2011-12. These two years represent the first two years following my official nomination as Information Commissioner, on the heels of having served in the position for an interim year in 2009-10.
Preparing for this appearance caused me to reflect on the work the OIC team has accomplished in the last three years. It also caused me to review the conditions that existed at the time I took the helm of the office, conditions that have informed and guided my actions since then.
Let me review these briefly.
First, when I took over as interim commissioner in 2009, the OIC was literally crippled by an unprecedented inventory of old cases, dating as far back as 2002. The number in the inventory at the beginning of that year stood at over 2,500 cases. This is compounded by the fact that the OIC has received in the last four years an average of 1,600 additional cases a year. The average turnaround time for a case at that time was around 450 days.
Second, the Federal Accountability Act had recently come into effect. It brought 69 new institutions under the purview of the act, most notably, as you know, a number of crown corporations, along with new exclusions and exemptions, which added a new level of complexity.
Third, there had been a steady decline in two key performance measures in accessing federal government information. In terms of timeliness, only slightly more than half of all requests made to federal institutions were completed within 30 days. In terms of disclosure, less than one-fifth of all requests resulted in all information being disclosed.
Fourth, the open government movement was developing rapidly at the time, in countries like the United States, the United Kingdom, and Australia.
And fifth, the office's corporate governance was in need of a serious makeover.
Given these challenges, I set out a clear direction in 2010-11 in the OIC Strategic Plan, which has three key result areas: exemplary service to Canadians, a leading access to information regime, and an exceptional workplace. The annual reports of 2010-11 and 2011-12, as well as the upcoming 2012-13 annual report, highlight our achievements in addressing these key result areas.
When I first took on the role of information commissioner, I made a commitment to maximize the effectiveness and timeliness of my office to meet the needs and expectations of Canadians. As the annual reports show, we have made great strides towards the achievement of this objective through sustained and ongoing efforts.
Let me give you some of the key numbers.
Our inventory now stands at—and allow me to do this—1,796 files. I know people tell me I'm not supposed to use exact numbers, but if you lived in my world, one less file is one more accomplishment. That amounts to a reduction of 28.5%.
We've had close to 7,300 complaints since April 2009, including some of our oldest and most complex cases that had accumulated in the office over the years.
Our average turnaround time is now 380 days, which is just slightly over 12 months. More importantly, if you take out the outlier, which is the old cases that we are continuing to close, our median turnaround time now stands at 215 days.
The one measure I'd like you to keep in mind for my next appearance on the main estimates is that our median turnaround time, once a case is actually assigned to an investigator, is now around 86 days. That means that when I have somebody to assign a case to, people can expect a result in 90 days. Unfortunately, I don't have sufficient people to assign all the cases to at this time.
One of the challenges we now face is the changing composition of our complaints. Our caseload is almost exclusively composed of complex refusal files. Really, about 88% of our files are now complex files, a large proportion of which deal with issues of national security and international affairs, complaints against the Canada Revenue Agency, and complaints against the CBC.
During the period of time under review, we dealt with some key investigations, such as the first referral to the Attorney General under section 67.1 and the special report dealing with interference in the processing of access requests.
During that time, we also had some key court decisions, such as the Bronskill decision, clarifying cases dealing with national security. There was also the Federal Court of Appeal's decision confirming the commissioner's authority to compel the production of documents under the control of the CBC. In addition, the Supreme Court of Canada issued a decision stating that ministers’ offices are not part of the government institutions for which they are responsible. These decisions are now being applied through our investigations, and our upcoming annual reports will shed light on their implications for requesters' rights.
On the key result area of a leading access to information regime, we have been active on several fronts. It is, of course, not a secret that I am a strong believer in the need for the Access to Information Act to be reformed. But the focus of our activities for the period under review was on the overall performance of the access regime and on open government.
During this period I completed the three-year plan on report cards, which specifically looked at timeliness. In the course of this project, we reviewed 32 institutions among those that receive the most requests.
We made a number of recommendations, both at the institutional level and at the Treasury Board Secretariat, the body responsible for the administration of the act. Most of these recommendations have been implemented and have achieved positive results, the most noteworthy being the collection of detailed statistics with a view to better diagnosing the problems in the system and the various modifications to Treasury Board policies dealing with delegation of authority in mandatory consultations.
The scrutiny of this committee over the years has also played an important role in prompting institutions on to better compliance with the act. I have asked institutions in the most recent report cards to report their progress in implementing our recommendations in their mandatory annual reporting to Parliament under the Access to Information Act. That request was granted by the Treasury Board Secretariat, which, to my knowledge, is going to require that institutions indicate their response to our recommendations in their reports to you.
It is my hope that this committee will review these reports and follow up on them as you see fit, to ensure ongoing scrutiny of the performance of institutions in meeting their access to information obligations under the act.
We also completed the investigation into the coordination of access to information request system, called CAIRS, where I recommended to the President of the Treasury Board that all federal institutions post the summaries of completed requests on their websites, and that a central search feature be enabled to allow the public to search the lists of requests.
Since January 2012, all federal institutions have to post this information on their website, and the government is planning to have searchable summaries by next year.
During the two years under review, I spent considerable effort on promoting the benefits of the open government movement—in speeches, before this committee in 2012, and through a joint resolution of all information and privacy commissioners in 2010, which called on all governments to embrace open government principles for greater transparency and accountability.
I was really happy to see that the government adopted an open government platform in the spring of 2011.
On behalf of all the information and privacy commissioners of Canada, I also sent a letter to the President of the Treasury Board last year to provide recommendations for the government's action plan for its work as a member of the open government partnership. The key recommendation, which was supported by all commissioners across the country, was to update the Access to Information Act.
In the fall of 2011, I hosted the 7th International Conference of Information Commissioners in collaboration with the Canadian Bar Association. This was the first time that the conference was held in Canada. This event brought together more than 250 participants, including 36 international, provincial and territorial commissioners. The conference culminated in the release of a joint resolution signed by commissioners of 23 countries, calling on governments to enshrine the right to information in national laws.
On the key result area of an exceptional workplace, we focused on developing an integrated human resources plan and modernizing the corporate governance of the office with the leading initiative of modernizing our IM/IT systems. This five-year strategy started in 2009 and is slated to finish in 2013-14. So far we are on time, on target and on budget.
This is but a snapshot of the work conducted at the OIC during the period of time under review today. As you can see by now, I'm actually very proud of everything we have accomplished. However, as you will see in my upcoming annual report for the year 2012-13, which will be published likely in June, much remains to be done, especially since the modest gains at the system level, which I reported upon in 2011-12, appear to have disappeared. After all, 2013 marks the 30th anniversary of the coming into force of the Access to Information Act, the key driver of democracy, transparency, and accountability. Let's make sure that we actually have cause to celebrate.
You will find in the package that was distributed a number of documents that provide a lot of additional information on the work of the office. I hope these documents will actually be helpful in answering your questions this afternoon.
With that, Mr. Chair, I'm ready to answer your questions.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Bonjour, et merci de m'avoir invitée à prendre la parole dans le cadre de votre étude sur mes rapports annuels pour les années 2010-2011 et 2011-2012. Ces deux années sont les deux premières qui suivent ma nomination officielle en tant que commissaire à l'information du Canada, après avoir occupé ce poste un an à titre intérimaire en 2009-2010.
La préparation de cette allocution m'a amenée à réfléchir au travail que l'équipe du Commissariat à l'information du Canada a accompli au cours des trois dernières années. Ce travail de préparation m'a aussi fait repenser au contexte qui prévalait au moment où j'ai pris la tête du bureau, un contexte qui a éclairé et guidé mes actions depuis lors.
Si vous me le permettez, je vais dire quelques mots sur ce contexte.
Premièrement, lorsque j'ai pris la relève à titre de commissaire par intérim en 2009, le commissariat était littéralement paralysé par un nombre jamais atteint de vieux dossiers qui remontaient jusqu'à 2002. Au début de cette année-là, il y avait plus de 2 500 dossiers en inventaire. À cela s'ajoute le fait que le commissariat a reçu, au cours des quatre dernières années, une moyenne de 1 600 dossiers supplémentaires par année. Le délai moyen de traitement d'un dossier était de 450 jours.
Deuxièmement, la Loi fédérale sur la responsabilité était récemment entrée en vigueur, assujettissant quelque 69 nouvelles institutions, notamment un certain nombre de sociétés d'État, avec de nouvelles exceptions et exclusions, ajoutant un nouveau niveau de complexité.
Troisièmement, on avait observé une baisse régulière de deux mesures du rendement clés en matière d'accès à l'information du gouvernement fédéral. Du point de vue des délais, à peine plus de la moitié de l'ensemble des demandes d'accès présentées aux institutions fédérales était traitée dans un délai de 30 jours. Du point de vue de la divulgation, moins d'un cinquième de l'ensemble des demandes donnait lieu à une divulgation complète de l'information.
Quatrièmement, le mouvement vers un gouvernement ouvert prenait rapidement de l'ampleur dans des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie.
Cinquièmement, il était nécessaire de réformer en profondeur la gouvernance organisationnelle.
Compte tenu de ces défis, j'ai défini une orientation claire, en 2010-2011, dans le plan stratégique du commissariat. Elle comporte trois domaines de résultats clés, soit un service exemplaire aux Canadiens, un régime d'accès à l'information de premier plan et un milieu de travail exceptionnel. Les rapports annuels de 2010-2011 et de 2011-2012 de même que le prochain rapport, qui traitera de l'année qui vient de se terminer, soulignent nos réussites à l'égard de ces domaines de résultats clés.
Lorsque j'ai accepté le rôle de commissaire à l'information pour la première fois, j'ai pris l'engagement d'améliorer l'efficacité et les délais du commissariat afin de répondre aux besoins et aux attentes des Canadiens. Comme le montrent les rapports annuels, nous avons accompli des progrès considérables à l'égard de la réalisation de cet objectif grâce à nos efforts soutenus.
Laissez-moi vous donner quelques chiffres à ce sujet.
Aujourd'hui, nous avons 1 796 dossiers en inventaire. On me dit que je ne devrais pas donner de chiffres exacts, mais dans mon monde, un dossier de moins est une réussite de plus. C'est donc une baisse de 28,5 p. 100.
Nous avions près de 7 300 plaintes depuis avril 2009, dont certains de nos dossiers les plus anciens et les plus complexes, que le commissariat avait accumulés au fil des ans.
Désormais, notre délai moyen de traitement est de 380 jours, soit un peu plus de 12 mois. Plus important encore, si on soustrait les valeurs aberrantes — c'est-à-dire les anciens dossiers que nous continuons de régler — notre délai de traitement médian est désormais de 215 jours.
Ce que j'aimerais que vous gardiez en tête en vue de mon prochain témoignage sur le Budget principal des dépenses, c'est que notre délai de traitement médian une fois le dossier attribué à un enquêteur est maintenant de 86 jours. Cela veut dire qu'on peut s'attendre à obtenir des résultats dans les 90 jours, si les enquêteurs sont disponibles. Malheureusement, je n'ai pas suffisamment de personnel à l'heure actuelle.
L'un des défis auxquels nous devons maintenant faire face, c'est l'évolution de la nature des plaintes. Notre charge de travail est presque exclusivement composée de dossiers complexes liés à un refus d'accès. En fait, 88 p. 100 des plaintes sont des dossiers complexes, qui visent principalement des questions de sécurité nationale et d'affaires internationales, des plaintes contre l'Agence du revenu du Canada et des plaintes contre la Société Radio-Canada.
Pendant la période examinée, nous avons complété plusieurs enquêtes majeures, comme le premier renvoi au procureur général en vertu de l'article 67.1, et le rapport spécial sur l'ingérence dans le traitement des demandes d'accès.
Il y a également eu, au cours de cette période, des décisions judiciaires clés, comme la décision dans l'affaire Bronskill. Celle-ci a clarifié les dossiers ayant trait à la sécurité nationale, la décision de la Cour fédérale d'appel confirmant le pouvoir de la commissaire d'ordonner la production de documents sous le contrôle de la Société Radio-Canada et la décision de la Cour suprême du Canada énonçant que les bureaux des ministres ne font pas partie de l'institution fédérale dont ils sont responsables. Nous appliquons maintenant ces décisions dans le cadre de nos enquêtes. Nos rapports annuels à venir décriront les répercussions de ces décisions sur les droits des demandeurs.
Pour ce qui est du domaine du résultat clé sur un régime d'accès à l'information de premier plan, nous avons été actifs durant cette période sur plusieurs fronts. Évidemment, et ce n'est un secret pour personne, je suis profondément convaincue de la nécessité d'une réforme législative de la Loi sur l'accès à l'information. Toutefois, au cours de la période dont nous parlons aujourd'hui, nos efforts ont porté sur le rendement global du régime d'accès et sur l'ouverture du gouvernement.
Au cours de cette période, j'ai terminé le plan triennal concernant les fiches de rendement, qui portait principalement sur les délais. Pendant ce projet, nous avons examiné 32 institutions qui avaient reçu le plus de demandes.
Nous avons adressé un certain nombre de recommandations à la fois à ces institutions et au Secrétariat du Conseil du Trésor, étant donné que c'est l'organisme responsable de l'administration de la loi. La majorité de ces recommandations ont été mises en oeuvre et ont donné des résultats positifs. Les plus importantes étaient la collecte de statistiques détaillées en vue de mieux diagnostiquer les problèmes du système, et diverses modifications des politiques du Conseil du Trésor concernant la délégation de pouvoir et les consultations obligatoires.
La surveillance exercée par votre comité au fil des ans a également fortement incité les institutions à mieux respecter la loi. Dans les toutes dernières fiches de rendement, j'ai demandé aux institutions d'indiquer leurs progrès par rapport à la mise en oeuvre de nos recommandations dans le rapport annuel qu'elles ont l'obligation de remettre au Parlement en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Cette demande a été acceptée par le Secrétariat du Conseil du trésor et, à ma connaissance, celui-ci va obliger les institutions à indiquer leurs réponses à nos recommandations dans les rapports qu'ils vous présentent.
J'espère que votre comité examinera ces rapports et assurera le suivi qu'il juge à-propos afin de garantir une surveillance constante des résultats des institutions pour ce qui est de respecter leurs obligations en vertu de la loi.
Nous avons également terminé une enquête sur le Système de coordination des demandes d'accès à l'information, également appelé SCDAI, dans le cadre de laquelle j'ai recommandé au président du Conseil du Trésor que toutes les institutions fédérales affichent le résumé des demandes traitées sur leur site Web et qu'un moteur de recherche central soit créé pour permettre au public d'effectuer une recherche dans la liste des demandes.
Depuis janvier 2012, l'ensemble des institutions fédérales doit afficher ces renseignements sur leur site Web. Le gouvernement planifie des résumés interrogeables d'ici l'an prochain.
Au cours des deux années examinées, je me suis efforcée de promouvoir le mouvement vers un gouvernement ouvert dans mes discours, auprès de votre comité en 2012, et par l'intermédiaire d'une résolution conjointe de l'ensemble des commissaires à l'information et à la protection de la vie privée en 2010, qui appelait le gouvernement à adopter les principes d'ouverture gouvernementale afin d'améliorer la transparence et la responsabilisation.
J'ai été heureuse de voir le gouvernement adopter une plateforme de gouvernement ouvert au printemps 2011.
L'année dernière, j'ai également envoyé une lettre au président du Conseil du Trésor au nom de tous les commissaires à l'information et à la protection de la vie privée pour formuler des recommandations à l'égard du plan d'action du gouvernement, et plus particulièrement de son travail en tant que membre du Partenariat pour un gouvernement transparent. L'une des principales recommandations adressées était d'actualiser la Loi sur l'accès à l'information.
À l'automne 2011, j'ai organisé la 7e Conférence internationale des commissaires à l'information, en collaboration avec l'Association du Barreau canadien. C'était la première fois que cette conférence avait lieu au Canada. Cet événement a rassemblé plus de 250 participants, dont 36 commissaires internationaux, provinciaux et territoriaux. La conférence a abouti à la communication d'une résolution conjointe signée par les commissaires à l'information de 23 pays qui appellent les gouvernements à inscrire le droit à l'information dans leurs lois nationales.
Quant au résultat clé d'un milieu de travail exceptionnel, nous nous sommes efforcés d'élaborer un plan intégré des ressources humaines et de moderniser la gouvernance du commissariat grâce au projet de modernisation de nos systèmes de gestion de l'information. Cette stratégie quinquennale a été lancée en 2009 et devrait prendre fin en 2013-2014. Jusqu'à présent, nous respectons les délais et le budget et nous atteignons les objectifs de ce projet.
Il ne s'agit là que d'un aperçu du travail réalisé au commissariat pendant cette période, et comme vous avez pu le constater, je suis très fière de tout ce que nous avons accompli. Cependant, comme vous le verrez dans le rapport annuel à venir pour l'année 2012-2013, qui sera publié en juin, il reste beaucoup à faire. C'est particulièrement vrai du fait que les modestes avancées réalisées au niveau du système, dont j'avais parlé dans mon rapport annuel 2011-2012, semblent avoir disparu pour la plus grande part. Après tout, l'année 2013 marque le 30e anniversaire de l'entrée de vigueur de la Loi sur l'accès à l'information, un élément clé de la démocratie, de la transparence et de la responsabilisation. Assurons-nous d'avoir une bonne raison de célébrer cet anniversaire.
Dans la trousse d'information qui vous a été distribuée, vous trouverez un certain nombre de documents donnant des renseignements supplémentaires sur le travail du commissariat. J'espère qu'ils vous seront utiles.
Monsieur le président, je serai heureuse de répondre aux questions du comité.
View John Carmichael Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, Commissioner, for your reports today.
Commissioner, in your 2011-12 report you referred to the portfolio approach that you've adopted to bring a more efficient resolution, let's say, to the number of complaints. Over 30% of your inventory involved two institutions, the CBC and the CRA.
I wonder if you could first go a little more in depth in explaining the approach and how it works. Is it a bundling process? Is it consistently people who can work on specific accounts, for lack of a better term? Also, could you provide us an update on these two situations? Are we seeing progress? Is it working? How are you feeling about it?
Merci, monsieur le président.
Madame la commissaire, je vous remercie pour votre compte rendu de la situation.
Dans votre rapport de 2011-2012, vous avez parlé de l'approche de portefeuille que vous avez adoptée pour régler de manière plus efficace, par exemple, le nombre de plaintes. Plus de 30 p. 100 de votre inventaire concernaient deux institutions, la Société Radio-Canada et l'ARC.
Je me demande si vous pourriez d'abord nous expliquer un peu plus en détail votre approche et la façon dont elle fonctionne. S'agit-il d'un processus de regroupement? Est-ce que des comptes particuliers, faute d'avoir un meilleur terme, sont systématiquement assignés à certains employés? Pouvez-vous également nous dire où en est la situation par rapport à ces deux organismes? A-t-elle progressé? Votre approche fonctionne-t-elle? Quelles sont vos impressions?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-04-24 16:07
Let me explain a little bit how I work these files. We're a very small office. Every Friday morning I sit down with the assistant commissioner and the intake director and we go through all the new files. It seems strange for a commissioner to do that, but it gives us a sense of file groupings. We have the case management system, which is a database, and we look at that, but by looking at what's coming in, we actually have a pretty good grasp of groupings. For instance, in a matter of two or three weeks we'll see several complaints in relation to a specific topic. We then assign these files to one investigator, or two, or we keep track of where they are so that they're consistent and they move along at the same pace. Or we'll get one complainant making a large number of complaints to one institution. We'll group those and assign them to one person.
We do these kinds of things as they come in, because we see the trends. For instance, when hot topics come up we'll see an influx of complaints, or, as I was saying in relation to the RCMP, in the course of a short period of time we'll see that there seems to be a problem in the institution because of the types of complaints we're getting.
Depending on what these situations are, we address them differently. We assign them to specific investigators, or I'll keep a closer eye on these files and their progress because of the nature of the topic. If it's something that seems to be wrong administratively in the institution, I'll call the head of the institution and give them a heads up. I find sometimes it hasn't necessarily come to the attention of the head of the institution at that time, so I serve as a heads up. I'll basically phone them and say “Something's not going right in your access shop.” Usually people respond and address it fairly quickly.
We have specific groupings, a special delegation, as I was saying to your colleague, such as national security files. A lot of them are with Library and Archives, CSIS, National Defence, or Foreign Affairs. We have a very small group of people that work on these files. These people are followed; I follow the group of these files and the progress on them.
I'm particularly mindful of those because of the sensitivity of the material. I've been quite concerned that the office has accumulated a large number of them. That's why I have this special project to deal with them, because I don't want those files to linger very long. I think it actually becomes problematic because of the sensitive nature of these files.
Laissez-moi vous expliquer un peu comment je traite ces dossiers. Le commissariat compte très peu d'employés. Chaque vendredi matin, j'examine tous les nouveaux dossiers avec la commissaire adjointe et le directeur responsable de la réception des demandes. Il peut sembler étrange qu'une commissaire effectue cette tâche, mais nous pouvons ainsi nous faire une idée du regroupement des dossiers. Nous consultons également le système de gestion de cas, qui est une base de données, mais le fait de se pencher sur les nouveaux cas nous aide à y voir plus clair. Nous pouvons par exemple recevoir en l'espace de deux ou trois semaines plusieurs plaintes sur un sujet précis. Nous les remettons alors à un seul enquêteur, ou deux, ou nous tâchons de savoir qui sont ceux qui s'en occupent pour qu'elles soient traitées de la même façon et au même rythme. Il arrive également qu'un plaignant dépose un grand nombre de plaintes contre une seule institution. Elles sont alors regroupées et remises à une même personne.
Nous voyons les tendances, et nous pouvons donc procéder ainsi à mesure que nous recevons les dossiers. Par exemple, certains sujets brûlant peuvent susciter un afflux de plaintes, ou, comme je le disais à propos de la GRC, nous constatons parfois qu'une institution semble avoir un problème en raison du type de plaintes que nous recevons en peu de temps.
Nous traitons chaque cas en fonction du contexte. Des enquêteurs peuvent s'occuper de certains dossiers, tandis qu'il y en a d'autres dont je vais suivre de plus près les progrès compte tenu de la nature du sujet. S'il semble y avoir quelque chose qui cloche dans une institution sur le plan administratif, je communique avec son chef pour le mettre au courant. Il arrive parfois qu'il n'ait pas nécessairement encore été informé de la situation. En gros, je l'appelle et lui dit: « Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ton bureau d'AIPRP. » En général, on réagit sans tarder.
Nous avons des regroupements précis, une délégation spéciale, comme je le disais à votre collègue, tels que les dossiers sur la sécurité nationale. Il y en a beaucoup qui concernent Bibliothèques et Archives, le SCRS, la Défense nationale ou les Affaires étrangères. Nous avons un très petit groupe d'employés qui traitent ces dossiers. Leur travail fait l'objet d'un suivi; je m'informe du progrès réalisé par rapport à ces dossiers.
Je leur porte une attention particulière compte tenu de leur nature délicate, et je suis très préoccupée du fait que nous en avons accumulé beaucoup. C'est d'ailleurs pourquoi j'ai préparé un projet spécial, car je ne veux pas que leur traitement prenne trop de temps. À vrai dire, je pense qu'il pose problème compte tenu de la nature délicate des dossiers.
View Yvon Godin Profile
NDP (NB)
Thank you, Mr. Chair.
Ms. Legault, welcome to the committee.
Earlier, you said something that bothered me a bit. It had to do with your responsibilities as commissioner, especially with a government that was elected on the promise of transparency. It seems to me that things should be going better than what we are seeing now. When the rate drops by 10%, it's vital to examine what's happening.
You mentioned earlier that you meet with your colleagues on Friday morning and you go through your files. You said that was something you shouldn't do. I'd like you to explain that practice because it bothers me. I would think the commissioner has more important things to do. The next thing we know you'll be doing the janitor's job.
Merci, monsieur le président.
Je souhaite la bienvenue à Mme Legault au comité.
Tout à l'heure, vous avez dit quelque chose qui m'a un peu dérangé relativement à vos responsabilités en tant que commissaire, surtout avec un gouvernement qui s'est fait élire pour en promettant de la transparence. Il me semble que cela devrait aller mieux que ce que l'on constate présentement. Quand on tombe de 10 points de pourcentage, c'est important de regarder ce qui se passe.
Tantôt, vous avez dit que le vendredi matin, vous rencontrez vos collaborateurs et que vous passez au travers des dossiers. Vous avez dit que c'est quelque chose que vous ne devriez pas faire. J'aimerais que vous m'expliquiez cette façon de faire parce que cela me dérange. Je pense que la commissaire a autre chose à faire que cela. C'est à peine si vous ne faites pas le travail du concierge.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-04-24 16:32
This is a personal management style. I am sure that every commissioner has their own management style. On a daily basis, there are 2,000 active files at the Office of the Information Commissioner of Canada. There are 2,000 files in the inventory. I have an excellent memory, so when we receive new files, I have a good idea of what kind of work I need to do. That is very personal. I probably shouldn't be doing that, and leadership experts would probably say that I micromanage too much. That's why I said this. It could be seen as self-criticism. That approach has been working very well for me, and I am very comfortable with it.
Vous savez, c'est un style de gestion personnel. Chaque commissaire a, j'en suis certaine, son propre style de gestion. Tous les jours, au Commissariat à l'information du Canada, il y a 2 000 dossiers qui sont actifs. Il y a 2 000 dossiers dans l'inventaire. J'ai une excellente mémoire, alors quand les dossiers entrent, j'ai une bonne idée de ce que j'ai comme travail à accomplir. C'est très personnel. Je vous dis que probablement je ne devrais pas faire cela et que les experts en leadership vous diraient probablement que je fais trop de microgestion. C'est pour cette raison que j'ai dit cela. C'est peut-être une autocritique. C'est quelque chose qui fonctionne très bien pour moi et cela me rend très à l'aise.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
View Earl Dreeshen Profile
2013-04-24 16:36
Thank you, Mr. Chair, and thank you, Ms. Legault, for being here today.
I remember back in 2009 I was also on this committee. You were here and we talked a lot about report cards, and we talked a lot about the different types of issues that were taking place. Of course, one of the discussions had to do with staff turnover. I would like to kind of draw that out just a little bit.
You want to make sure you have that institutional knowledge, so that it's easy for you when you group all of these different files together, that it's working well. I'm just wondering, when you're talking about your strategic plan, and you talk about how the organization is almost fully staffed...I wonder if you can talk about your staffing situation, plus the concept of the institutional knowledge that actually does exist.
Merci, monsieur le président, et merci, madame Legault, d'être ici aujourd'hui.
Je me souviens avoir déjà siégé à ce comité, en 2009. Vous étiez là et nous avions beaucoup parlé des fiches de rendement, et des différents problèmes que vous aviez. Bien entendu, nous avons entre autres discuté du roulement de personnel. J'aimerais revenir là-dessus un instant.
Vous voulez vous assurer d'avoir la connaissance institutionnelle voulue, afin que ce soit facile pour vous, au moment de regrouper tous ces différents dossiers, que le tout fonctionne bien. Or, lorsque vous parlez de votre plan stratégique, et que vous dites que l'organisation a pourvu presque tous ses postes... Je me demandais si vous pourriez parler de la situation de la dotation, ainsi que du concept de la connaissance institutionnelle qui existe déjà.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2013-04-24 16:37
Actually this past year has been quite difficult in terms of staffing because of the cuts in my office. Two years ago, because we had the cost containment measures, I significantly reduced our internal services quite a lot, and we were able to find positions for all the people where we had to cut positions.
This past fiscal year, though...I must be very honest, I wasn't expecting my office to have cuts to its budget, given our financial situation. We had to go through a workforce adjustment process, and because I wanted to protect my employees, I actually kept vacant positions for them; I cut positions in the chiefs and the higher levels in the organization. I didn't cut any investigator positions, but I had vacant investigator positions. In order to secure my employees' employment, I kept those positions open.
That process finished in late January, and we have started a staffing process now. I have eight vacant positions in my investigative functions now. I knew I was going to cut some, and I kept the lower-level positions empty until people had decided what they were going to do. Now we're going to staff those positions
I still try to reallocate some funding to investigations out of the internal services. We have 42 positions now just to do investigations. I'm hoping to increase that a little bit within the allocated budget. I have eight vacant positions, which I have basically staffed with consultants since the end of the fiscal....
En fait, cette année a été très difficile en matière de dotation, en raison des coupures qui ont été faites à mon bureau. Il y a deux ans, les mesures de limitation des coûts m'ont contrainte à réduire considérablement nos services internes, et nous avons été en mesure de trouver de nouveaux postes à toutes les personnes dont le poste avait été supprimé.
Mais au cours du dernier exercice... Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce que le budget de mon bureau soit coupé, étant donné notre situation financière. Nous avons dû nous soumettre à un processus de réaménagement des effectifs. Or, comme je voulais protéger mes employés, j'ai gardé des postes à pourvoir pour eux; j'ai supprimé des postes de chef et d'autres aux échelons supérieurs de l'organisation. J'ai gardé tous mes enquêteurs, mais j'avais déjà des postes d'enquêteur à pourvoir. Pour préserver les emplois de mes employés, j'ai gardé ces postes vacants.
Ce processus s'est terminé à la fin de janvier, et nous venons de démarrer un processus de dotation. J'ai maintenant huit postes à pourvoir dans le secteur des enquêtes. Je savais que j'allais en couper quelques-uns. Je me suis donc abstenue de pourvoir les postes des échelons inférieurs jusqu'à ce que chacun ait décidé de ce qu'il allait faire. Maintenant, nous allons pourvoir ces postes.
J'essaie encore d'affecter aux enquêtes une partie des ressources des services internes. Nous disposons maintenant de 42 postes, seulement pour les enquêtes. J'espère augmenter légèrement ce nombre tout en restant fidèle au budget. Depuis la fin de l'exercice, j'ai pourvu les huit postes vacants avec des experts-conseils...
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-11-22 12:05
Thank you, Mr. Chair.
I'm accompanied today by Ms. Emily McCarthy. She is the Assistant Information Commissioner of Canada. Thank you for asking me to appear before you today. I've been following the committee's work on this matter, as I was notified of the application to the Federal Court that triggered the study before your committee, so I welcome this opportunity to provide information about the Access to Information Act.
Mr. Chair, how access to information rights intersect with parliamentary privilege is a complex matter, and I certainly do not purport to be an expert in the field of constitutional law or parliamentary privilege. Our representations are drawn from my perspective as the independent oversight on disclosure decisions of government institutions that are covered under the Access to Information Act.
As Information Commissioner, I have a statutory duty to investigate any complaint made in relation to requesting or obtaining access to records under the Access to Information Act.
The act contains a number of exemptions and exclusions upon which disclosure may or, in some instances, must be refused. These include exemptions for personal information, for information that could reasonably be expected to threaten the safety of individuals, information that is an account of consultations or deliberations involving government employees, and information protected by solicitor-client privilege.
However, there is not currently an exemption or exclusion in the act addressing explicitly parliamentary privilege.
The act also provides that a request must be responded to within 30 days. This period may be extended for a reasonable period of time to consult other government institutions or third parties in two circumstances.
First, an institution may consult a third party if consultations are necessary to comply with the request. The validity of such extensions, including the reasonableness of the length of time and the necessity of the consultation, is considered on a case-by-case basis by my office. When such consultations are conducted, there is no recourse set out in the act should the institution disagree with the recommendations made by the consulted third party.
Second, a government institution may extend the 30-day response period to consult a third party when the record at issue may contain third party information that is confidential commercial, technical, or financial information or when the disclosure of the information could result in injury to contractual negotiations or the competitive position of a third party. The third party consultation process set out in the act in these circumstances has strict statutory timelines and provides a specific judicial recourse should the institution not agree with the response of the third party to the consultation.
As an aside, it is not readily apparent to me that the type of information that may be protected by parliamentary privilege would qualify as the type of primarily commercial information that is protected under section 20 of the Access to Information Act.
I mention this specifically, Mr. Chair, because this seems to have been the process that was followed in the case with the Office of the Auditor General, but it's really not clear to me how that process was actually appropriate under the act.
Given that the act is silent with respect to parliamentary privilege, its intersection with access to information rights raises a number of pragmatic issues. The list of examples I am providing you with today is certainly not exhaustive.
For instance, in the absence of a specific statutory provision for parliamentary privilege under the act, there is currently no obligation for government institutions to consult Parliament prior to making a disclosure decision.
This means that there is no way for Parliament to know whether information that could be protected under parliamentary privilege is being identified as such or released by government institutions. There is no process for government institutions to determine who has the authority to invoke or wave parliamentary privilege. It appears that, in the few cases Mr. Bosc brought up before this committee during his testimony, representations were made concerning the existence of parliamentary privilege by individuals other than the Speaker of the House.
I am not an expert on parliamentary privilege or parliamentary procedure. That is why all of you here may correct me if I am wrong, but, according to my readings, the Speaker of the House is the only person with the jurisdiction to make a prima facie determination of what constitutes an issue of parliamentary privilege. When he is unable to determine whether the issue is a prima facie parliamentary privilege, that question or decision must be transferred to the House of Commons.
In the face of an assertion of parliamentary privilege, government institutions are faced with a dilemma because there are no specific exemptions or exclusions dealing with parliamentary privilege under the act. However, such a decision affects third parties that submit requests to institutions covered by the act.
If the assertion of parliamentary privilege is the basis for not releasing information to a requester, is the decision to refuse disclosure by a government institution a valid one under the Access to Information Act?
If the assertion of parliamentary privilege is the basis for not releasing information to a requester but the government institution listening to an assertion made by someone who works in the House of Commons or the Senate uses other exemptions or exclusions to withhold the information, notwithstanding that no exemption or exclusion under the act applies directly, what is the impact on requesters' rights when they are provided with, in effect, a false reason or a misleading reason to refuse disclosure?
Would this information have been provided to the requester in the absence of this assertion of parliamentary privilege?
What is the impact on transparency in the process, and further on the ability of my office to effectively review a government decision to withhold information when a false pretence might have been used?
These are only a few of the questions, Mr. Chair, that actually come to mind when one considers some of the instances that have been referred to this committee in its review of this issue. In my view, the best way to protect requesters' rights and to ensure transparency, accountability, and effective oversight would be to amend the act to cover the administrative records under the control of Parliament, while adding a specific exemption to deal with parliamentary privilege.
This amendment should also clarify who has authority to assert the privilege for purposes of the act. Both the Standing Committee on Justice in 1986 and the access to information review task force in 2002 have made this recommendation.
Internationally—and I believe I've provided the committee with a table with a short international benchmarking—two Westminster jurisdictions have actually addressed this issue specifically in their freedom of information legislation. The U.K. legislation applies to Parliament and exempts records if their disclosure would infringe the privileges of Parliament. In Australia, the Freedom of Information Act specifically addresses the question of parliamentary privilege as well.
Within Canada the provinces of Alberta, Prince Edward Island, and Newfoundland and Labrador have an exemption for parliamentary privilege. In addition, other jurisdictions cover, in one form or another, the parliamentary institutions. Quebec and Ontario, for example, cover some specific records.
Thank you, Mr. Chair.
I will now yield the floor to Mr. Drapeau.
I would be happy to answer your questions.
Merci, monsieur le président.
Je suis en compagnie de Mme Emily McCarthy. Elle est commissaire adjointe à l'information du Canada. Je vous remercie de m’avoir invitée à témoigner devant vous aujourd’hui. Je suis les délibérations du comité sur la question, car on m’a signifié de la demande présentée à la Cour fédérale qui a déclenché l’étude entreprise par votre comité, alors je suis ravie de cette occasion de fournir au comité, au sujet de la Loi sur l’accès à l’information, des renseignements qui, je l’espère, pourront l’aider dans ses délibérations.
Monsieur le président, la convergence entre l’accès à l’information et le privilège parlementaire constitue une question complexe et je ne prétends pas être experte du droit constitutionnel ou du privilège parlementaire. Mes propos s’inspirent de mon point de vue de commissaire chargée de la surveillance indépendante des décisions relatives à la divulgation prises par les institutions gouvernementales en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.
En tant que commissaire à l'information, la loi m'oblige à enquêter sur toute plainte déposée relativement à la demande ou à l'obtention de documents en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.
La loi contient de nombreuses exceptions et exclusions sur lesquelles il est possible ou même requis, dans certaines circonstances, de refuser la divulgation. Il y a notamment des exceptions portant sur les renseignements personnels, les renseignements dont on pourrait raisonnablement s'attendre à ce qu'ils mettent en danger la sécurité des personnes, les renseignements qui constituent des comptes rendus de consultations ou de délibérations mettant en cause des employés ou encore des renseignements protégés par le secret professionnel de l'avocat.
La loi, cependant, ne contient aucune exception ou exclusion portant directement sur le privilège parlementaire.
La Loi prévoit aussi qu’il faut répondre à une demande dans les 30 jours. Ce délai peut être prorogé d’une période que justifient les circonstances de façon à permettre de consulter d’autres institutions gouvernementales ou des tierces parties dans deux cas.
Tout d’abord, une institution peut consulter une tierce partie si les consultations sont nécessaires pour donner suite à la demande. Mon bureau étudie dans chaque cas la validité de ces prorogations, y compris le caractère raisonnable de la période et la nécessité de la consultation. Lorsque de telles consultations ont lieu, la loi ne prévoit aucun recours si les institutions ne s’entendent pas sur les recommandations formulées par la tierce partie consultée.
Deuxièmement, une institution gouvernementale peut proroger le délai de réponse de 30 jours pour consulter une tierce partie lorsque le dossier en cause peut contenir des renseignements sur des tiers qui sont de nature commerciale, technique ou financière confidentielle, ou lorsque la divulgation des renseignements pourrait nuire à des négociations contractuelles ou à la position concurrentielle d’une tierce partie. Ce processus de consultation de tiers prévu dans la loi comporte des délais rigoureux et un recours judiciaire précis si l’institution n’accepte pas la réponse de la tierce partie à la consultation.
Entre parenthèses, il n’est pas très évident que le type de renseignements que le privilège parlementaire veut protéger est admissible comme type de renseignements principalement commerciaux protégés en vertu de l’article 20 de la Loi sur l'accès à l'information.
Je le mentionne en particulier, monsieur le président, parce que cela semble être la procédure qui a été suivie dans l'affaire concernant le Bureau du vérificateur général, mais j'ignore en quoi cette procédure était vraiment opportune sous le régime de la loi.
Étant donné que la loi est muette au sujet du privilège parlementaire, la convergence avec les droits à l'accès à l'information soulève de nombreuses questions pratiques. Les exemples que je vous propose aujourd'hui ne sont certainement pas une liste exhaustive.
Par exemple, comme la loi ne contient pas de disposition précise sur le privilège parlementaire, rien dans la loi telle qu'elle existe maintenant n'oblige une institution gouvernementale à consulter le Parlement avant de prendre une décision sur la divulgation.
Cela signifie que le Parlement n'a aucun moyen de savoir en ce moment si des renseignements qui pourraient être protégés par le privilège parlementaire sont identifiés par les institutions gouvernementales couvertes par la loi ou s'ils sont dévoilés. Aucun processus ne permet aux institutions gouvernementales de déterminer qui a le pouvoir d'invoquer le privilège parlementaire ou d'y renoncer. Il semble que dans les quelques cas mentionnés devant ce comité par M. Bosc lors de son témoignage, des représentations ont été faites sur l'existence du privilège parlementaire par des personnes autres que le Président de la Chambre.
Je ne suis pas une experte en matière de privilège parlementaire ou de procédure parlementaire. C'est pourquoi vous tous ici pouvez me corriger s'il y a lieu mais, d'après mes lectures, le Président de la Chambre est le seul à avoir la compétence pour faire une détermination prima facie de ce qu'est une question de privilège parlementaire. Lorsqu'il ne peut déterminer s'il s'agit prima facie d'une question de privilège parlementaire, cette question ou cette décision doit être transférée à la Chambre des communes.
Face à une revendication du privilège parlementaire, les institutions gouvernementales se trouvent devant un dilemme car la loi ne prévoit aucune exception ou exclusion précise qui porte sur ce privilège. Pourtant, une telle décision affecte les tiers que sont les requérants qui font des demandes aux institutions couvertes par la loi.
Si la revendication du privilège parlementaire constitue la raison invoquée pour ne pas divulguer des renseignements à un demandeur, la décision prise par une institution gouvernementale de refuser de divulguer des renseignements sous le contrôle de l'institution est-telle valide en vertu de la Loi sur l'accès à l'information?
Si la revendication du privilège parlementaire constitue la raison invoquée pour ne pas divulguer des renseignements à un demandeur, mais l'institution gouvernementale qui accueille la revendication faite par une personne travaillant à la Chambre des communes ou au Sénat se prévaut d’autres exceptions ou exclusions pour retenir des renseignements, mais si aucune exception ou exclusion prévue par la loi ne s'applique directement, quelle est l'incidence sur les droits du demandeur lorsqu'on lui donne, dans les faits, une raison fausse ou trompeuse pour refuser de divulguer l'information?
S’il n’y avait pas eu revendication du privilège parlementaire, les renseignements auraient-ils été communiqués au demandeur?
Quel en est l’effet sur la transparence de la procédure et sur la capacité de mon bureau de revoir efficacement les décisions gouvernementales de retenir des renseignements lorsqu'un faux prétexte a peut-être été invoqué?
Ce sont là quelques-unes seulement des questions qui se posent, monsieur le président, lorsque l'on examine certains des cas qui ont été renvoyés au comité pendant son examen de la question. Selon moi, la meilleure façon de protéger les demandeurs et d’assurer la transparence, la responsabilité et la surveillance efficace consisterait à modifier la loi pour couvrir les dossiers administratifs contrôlés par le Parlement, tout en y ajoutant une exception précise portant sur le privilège parlementaire.
Cet amendement préciserait aussi qui a le pouvoir d’affirmer le privilège aux fins de la loi. Le Comité permanent de la justice en 1986 et le Groupe d’étude de l’accès à l’information en 2002 ont tous deux formulé cette recommandation.
À l’étranger — et je crois avoir remis au comité un tableau contenant une courte analyse comparative internationale —, deux administrations de Westminster se sont, en fait, penchées sur la question précisément dans le contexte de leur loi sur l'accès à l'information. La loi du Royaume-Uni sur l’accès à l’information s’applique au Parlement et exempte les dossiers si leur divulgation empiéterait sur le privilège du Parlement. En Australie, la Loi sur l’accès à l’information traite spécifiquement de la question du privilège parlementaire.
Au Canada, l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador prévoient des exceptions liées au privilège parlementaire. En outre, d'autres administrations couvrent, sous une forme ou une autre, les institutions parlementaires. Le Québec et l'Ontario, par exemple, couvrent des dossiers précis.
Je vous remercie, monsieur le président.
Je vais maintenant céder la parole à Me Drapeau.
Je serai heureuse de répondre à vos questions.
View Jean Crowder Profile
NDP (BC)
Welcome, committee members, to meeting number 31.
I call vote 40, under Justice. We will now commence debate.
I welcome Madam Legault, the Information Commissioner of Canada, who will present to the committee.
Bienvenue, chers membres du comité, à la 31e réunion.
Nous allons examiner le crédit 40, sous la rubrique Justice. Nous allons maintenant commencer la discussion.
J'aimerais souhaiter la bienvenue à Mme Legault, la Commissaire à l'information du Canada, qui fera un exposé.
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:00
Thank you, Madam Chair.
I want to thank you for inviting me to speak about the main estimates of the Office of the Information Commissioner of Canada, this morning. I am accompanied by Layla Michaud, Interim Director General of Corporate Services.
Your invitation provides me with a timely opportunity to talk to you about some of our key achievements, challenges and priorities as I begin the third year of my mandate in June.
As detailed in the documents before you, the salary and operating budget for my office in 2012-13 is approximately $10.348 million, excluding employee benefit plans. I have 106 full-time equivalents. Close to 75% of my budget is allocated to salaries. Of the remaining 25% for operating and maintenance costs, a third relates to fixed costs.
Madam Chair, I can assure you that since I became commissioner, I have worked to do better with less across all of our activities.
On the program side, we started three years ago to implement a new way of doing business. We have been guided on this path by the clear direction and focus of the strategic plan we adopted at the onset of my mandate. I'm encouraged with the results thus far.
We made a substantial dent in the inventory of complaints that had built up over the years. We reduced it from 2,500 at the end of 2008-09 to 1,800 by the end of this fiscal year. From 1,600 cases that were there from pre-2008, this number is now down to 61.
There has been a substantial reduction in administrative complaints in our year-end inventory.
Six months ago, we started implementing a new strategy for more complex investigations dealing with highly sensitive national security issues. As a result, we expect to close approximately 100 cases. This represents a 33% increase over last year.
This past year, I have strengthened our legal capacity to assist with formal investigations and litigation. This has also reduced outsourcing costs for legal expertise and professional services. These are outcomes that we expected, and we worked hard to achieve them. They confirm that our business model is sound and that we are heading in the right direction.
Our internal services have been key to facilitating these operational successes. The guidance and assurance provided by our internal audit function, as well as the development of a new case management system, have been instrumental in improving our overall performance.
However, more work needs to be done. In completing the tasks at hand, we face significant risks and challenges.
We must further refine our strategies to deal with a higher percentage of more complex refusal complaints. These have steadily increased from 73% of the inventory at the end of 2008-09 to 88% currently. Approximately 55% can be characterized as follows: 385 deal with national security issues; 253 involve voluminous and highly technical Canada Revenue Agency files; and the others result from the Federal Accountability Act, extending coverage to the Canadian Broadcasting Corporation. We still have 253 cases in our inventory, 135 of which pertain to section 68.1, which has been studied previously by this committee.
The higher percentage of refusal complaints increases the likelihood of time-consuming and formal processes. They also increase the risk of costly litigation.
Treasury Board statistics for 2010-11, which have just recently been published, indicate an increase of 18% in the number of access requests received by institutions in the last year. Historically, out of this number, 5% to 6% of requests generate complaints to my office. If this trend materializes, we could be faced with an influx of 2,000 to 2,500 new complaints this coming fiscal year.
However, I must say, Madam Chair, that this year the level of complaints has been declining. It has not been increasing. So far this year we are looking at about 1,500.
Moreover, several of the top ten institutions to receive access requests, according to the Treasury Board statistics, are also among the top ten institutions generating complaints; hence, a potential risk in terms of increased workload. A very good example is the Canada Revenue Agency, which apparently has had an increase of 44% in its access to information requests. According to Treasury Board statistics, it is one of the main institutions generating complaints to my office.
This risk is compounded by the fact that institutions, in times of restraint, tend to cut in their internal services, including access to information and privacy programs. The risks from such cuts could include failure to meet legal requirements, declining performance, and an increase in complaints to my office. This is worrisome to the extent that it could adversely affect Canadians' fundamental right of access.
Human resources also presents another significant element of risk. As a small organization, my office is disproportionately impacted by workforce characteristics. For example, according to our statistics, 31% of our investigative workforce will reach pension eligibility within the next three years. Three staff members have already retired this year.
We also face uncertainty owing to the fact that we have to relocate our offices in 2013. Preliminary estimates from Public Works and Government Services Canada show that the cost could be as high as $3 million. We have yet to secure a source of funding. Relocating also entails other risks in terms of sustained productivity and human resources retention.
Given these risks and challenges, here are some of my main priorities for 2012-13.
First, in terms of governance, there are two key positions that I must stabilize within my office. A selection process is already under way to appoint an assistant commissioner, who will be responsible for all investigations and complaints resolution. The process has been initiated with the Privy Council Office. I must also staff on a permanent basis the position of director general of corporate services.
On the program side, I will continue to streamline our operations with a view to increasing the effectiveness and timeliness of our investigations. Regarding administrative complaints, my goal is to move closer to our target of 85% of cases completed within 90 days. The quick resolution of administrative complaints allows us to work more intensely or quickly to resolve new refusal cases.
Regarding refusal cases, my goal is to complete priority cases within six months. We will continue with our strategy for national security cases, building on the successes so far. In the spirit of results-based management, I will establish processes and service standards for all types of investigations. We have done so for administrative complaints. We now have to move to our refusal complaints.
With respect to internal services, implementation of talent management is a key priority for corporate memory purposes. Our talent management program will help us develop, attract, and retain talent, thereby mitigating some of our human resources risks. It will also contribute to our strategic objective of creating and maintaining a workplace of choice.
We will continue to streamline internal services to minimize risks and improve service delivery. For example, we are currently exploring different shared services opportunities with other institutions, including agents of Parliament. As a start, we have undertaken discussions to procure compensation services and staffing monitoring from the shared services unit at Public Works and Government Services Canada.
In closing, I thank you for your continued interest and support. I also wish to acknowledge the unabated commitment and dedication of my staff in this process of continuous improvement, as we strive to deliver exemplary service to Canadians.
Thank you, Madam Chair. I will be pleased to answer your questions.
Merci, madame la présidente.
Je vous remercie de m'avoir invitée à parler du Budget principal des dépenses du Commissariat à l'information du Canada, ce matin. Je suis accompagnée aujourd'hui de Layla Michaud, directrice générale par intérim des services organisationnels.
Votre invitation arrive au bon moment pour me permettre de vous parler de certains de nos principaux défis, de nos réalisations et de nos priorités au début de la troisième année de mon mandat qui débutera en juin 2012.
Comme le montrent en détail les documents que vous avez sous les yeux, le budget salarial et de fonctionnement du commissariat en 2012-2013 est de 10,348 millions de dollars approximativement, sans compter les régimes d'avantages sociaux des employés. J'ai 106 équivalents temps plein. Près de 75 p. 100 de mon budget est affecté aux salaires. Un tiers des 25 p. 100 de dépenses de fonctionnement et d'entretien correspond à des dépenses fixes.
Madame la présidente, je peux vous assurer que depuis ma nomination au poste de commissaire, je me suis employée à faire mieux avec moins dans toutes nos activités.
Du côté des programmes, nous avons commencé, il y a trois ans, à instituer une nouvelle façon de faire les choses. Nous avons été guidés dans cette voie par l'orientation et l'articulation claires découlant du plan stratégique que nous avons adopté au début de mon mandat. Je suis encouragée par les résultats obtenus jusqu'ici.
Nous avons réduit considérablement l'inventaire des plaintes accumulées au fil des ans. Nous l'avons ramené de 2 500 plaintes à la fin de 2008-2009 à 1 800 en 2011-2012. De 1 600 cas, nous avons ramené à 61 le nombre de plaintes d'avant 2008.
Il y a eu une réduction importante du volume de plaintes sur des questions administratives dans notre inventaire de fin d'année.
Il y a six mois, nous avons commencé à appliquer une nouvelle stratégie pour les enquêtes plus complexes sur les questions très névralgiques de sécurité nationale. Par conséquent, nous prévoyons fermer une centaine de cas. Cela représente une augmentation de 33 p. 100 sur l'année dernière.
Au cours de l'année écoulée, j'ai raffermi notre capacité juridique pour faciliter les enquêtes formelles et les poursuites. Cela a aussi permis de réduire nos coûts de sous-traitance pour l'expertise juridique et les services professionnels. Ce sont là les résultats que nous attendions et nous avons travaillé fort pour les obtenir. Ils confirment que notre modèle d'activité est sain et que nous allons dans la bonne direction.
Nos services internes comptent pour beaucoup dans ces succès opérationnels. Les conseils et l'assurance donnés par notre fonction de vérification interne, de même que l'élaboration d'un nouveau système de gestion des cas, ont contribué à améliorer notre rendement global.
Mais il reste encore du travail à faire. Pour mener nos tâches à bien, nous avons d'importants risques et défis à affronter.
Nous devons raffiner encore nos stratégies pour traiter un pourcentage plus élevé de plaintes plus complexes pour refus. La proportion n'a pas cessé d'augmenter, passant de 73 p. 100 de l'inventaire à la fin de 2008-2009 à 88 p. 100 à ce jour. Environ 55 p. 100 peuvent être caractérisées comme suit: elles concernent des questions de sécurité nationale, c'est-à-dire 385 dossiers; elles mettent en cause de volumineux dossiers très techniques avec l'Agence de revenu du Canada, soit environ 253 dossiers; ou elles découlent de la Loi fédérale sur la responsabilité, qui assujettit, entre autres, la Société Radio-Canada à la Loi sur l'accès à l'information. Nous avons encore en inventaire 253 cas, dont 135 se rapportent à l'article 68.1 de la loi, lequel a fait l'objet d'une étude précédente de ce comité.
Le pourcentage plus élevé de plaintes pour refus augmente la possibilité de longs processus formels. Il augmente aussi le risque de coûteuses poursuites.
Selon les statistiques de 2010-2011 du Secrétariat du Conseil du Trésor — qui ont été publiées tout récemment —, les demandes d'accès présentées auprès des institutions ont augmenté de 18 p. 100 au cours de la dernière année. Historiquement, 5 ou 6 p. 100 des demandes donnent lieu à des plaintes au commissariat. Si la tendance se confirme, nous pourrions avoir à composer avec un afflux de 2 000 à 2 500 nouvelles plaintes dans le prochain exercice.
Cependant, madame la présidente, je dois dire que cette année, le volume de plaintes est en déclin. Il n'y a pas eu d'augmentation. Jusqu'à présent, nous prévoyons en recevoir environ 1 500 cette année.
En outre, selon les statistiques du Conseil du Trésor, plusieurs des 10 principales institutions à recevoir des demandes d'accès sont aussi parmi les 10 principales institutions qui génèrent des plaintes. Il y a donc risque d'accroissement de la charge de travail. Un très bon exemple est celui de l'Agence du revenu du Canada qui, semble-t-il, a une augmentation de 44 p. 100 au chapitre des demandes d'accès à l'information. Selon les statistiques du Conseil du Trésor, il s'agit d'une des principales institutions à générer des plaintes au commissariat.
À ce risque s'ajoute le fait que les institutions, en période de contraintes, ont tendance à réduire leurs services internes, qui comprennent les programmes d'accès à l'information et de protection des renseignements personnels. Les risques découlant de ces compressions pourraient comprendre l'incapacité de respecter les exigences de la loi, une baisse de rendement et la multiplication des plaintes au commissariat. Voilà qui est inquiétant, dans la mesure où cela pourrait avoir des effets négatifs sur le droit fondamental des Canadiens d'accéder à l'information.
Les ressources humaines présentent aussi un autre important élément de risque. Les caractéristiques de la main-d'oeuvre ont un impact disproportionné sur les petits organismes comme le commissariat. Par exemple, selon nos statistiques, 31 p. 100 de nos enquêteurs pourront faire valoir leurs droits à la retraite d'ici trois ans. Il y en a d'ailleurs trois qui ont pris leur retraite cette année.
Nous sommes aussi confrontés à l'incertitude du fait que nous devons réinstaller nos bureaux en 2013. Selon les estimations préliminaires de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, cela pourrait coûter jusqu'à 3 millions de dollars. Nous n'avons pas encore obtenu le financement nécessaire. La réinstallation entraîne aussi d'autres risques sur le plan du maintien de la productivité et de la fidélisation des ressources humaines.
Compte tenu de ces risques et de ces défis, voici certaines de mes principales priorités pour 2012-2013.
Tout d'abord, au chapitre de la gouvernance, il y a deux postes clés que je dois stabiliser au commissariat. Il y a déjà un processus de sélection en cours pour nommer le commissaire adjoint, qui sera responsable de toutes les enquêtes et de la résolution des plaintes. Le processus est engagé avec le Bureau du Conseil privé. Je dois aussi pourvoir de façon permanente le poste de directeur général des services organisationnels.
Du côté des programmes, je continuerai de rationaliser nos opérations en vue d'accroître l'efficacité et la rapidité de nos enquêtes. Pour ce qui est des plaintes portant sur des questions administratives, mon objectif est de nous rapprocher de notre cible de 85 p. 100 de fermeture des cas dans les 90 jours. Le traitement rapide des plaintes portant sur des questions administratives nous permet de travailler de façon plus intensive à la résolution rapide des nouveaux cas de refus.
En ce qui a trait aux plaintes pour refus, mon objectif est de traiter les cas prioritaires dans les six mois. Nous poursuivrons notre stratégie pour les cas de sécurité nationale en nous appuyant sur les succès obtenus jusqu'ici. Dans l'esprit d'une gestion axée sur les résultats, j'établirai des processus et des noms de services pour tous les types d'enquêtes. C'est ce que nous avons fait pour les plaintes administratives. Nous devons maintenant passer aux plaintes pour refus.
Quant aux services internes, la mise en oeuvre de la gestion des talents est une grande priorité sur le plan de la mémoire institutionnelle. Notre programme de gestion des talents nous aidera à développer, attirer et conserver les talents et ainsi atténuer certains de nos risques liés aux ressources humaines. Cela contribuera aussi à notre objectif stratégique de créer et de maintenir un milieu travail de choix.
Nous continuerons de rationaliser les services internes pour garder les risques au minimum et améliorer notre prestation de services. Par exemple, nous explorons actuellement différentes possibilités de services partagés avec d'autres institutions, y compris des agents du Parlement. Au départ, nous avons engagé des discussions pour acheter nos services de rémunération et de surveillance de la dotation à l'Unité des services partagés de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
En terminant, je remercie le comité de l'intérêt et de l'appui qu'il continue de nous témoigner. Je tiens aussi à reconnaître l'engagement et le dévouement soutenus de mon personnel dans ce processus d'amélioration continue qui nous incite à assurer un service exemplaire aux Canadiennes et aux Canadiens.
Je vous remercie, madame la présidente. Je suis prête à répondre à vos questions.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Thank you, Madam Chair.
Thank you, Madam Legault, for once again coming to our committee. You know that we have immense respect for you on all sides of the table, and that you perform a vital function for ensuring accountability and ensuring that Canadians' right to have access to information is responded to by government departments.
I'd like to talk with you about a couple of the subjects you raised. I'm looking at vote 40 in the estimates, and I see that there will be a net cut of $267,000 to program expenditures from the $10.3 million that you described.
Now, with regard to those dollars that are being cut, are they being targeted on technological infrastructure? How will that affect your need to actually be modernizing your capacity to handle complaints? What are you going to do with that cut there?
Merci, madame la présidente.
Madame Legault, merci d'être venue au comité encore une fois. Vous savez que peu importe notre allégeance, nous vous vouons tous un immense respect. Vous jouez un rôle crucial, celui d'assurer la reddition de comptes et de veiller à ce que le droit des Canadiens à l'accès à l'information soit respecté par les ministères.
J'aimerais vous parler de deux ou trois sujets que vous avez abordés. Lorsque je regarde le crédit 40 du budget, je constate qu'il y aura une compression nette de 267 000 $ au chapitre des dépenses du programme par rapport aux 10,3 millions de dollars dont vous avez parlé.
La réduction budgétaire cible-t-elle les infrastructures technologiques? Quelle incidence cela aura-t-il sur la modernisation nécessaire de votre capacité en matière de traitement des plaintes? Qu'allez-vous faire par rapport à cette compression?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:11
Well, the funding was received in 2009-10 for IM/IT strategy. We are starting our fourth year of implementation of the strategy. We are on time and on target. It was a normal decrease in the actual funding for this year.
Obviously it has an impact on our operating costs, but this is something that we had planned for. The development is under way and is functioning quite well. This year we actually rolled out our new case management system as part of the strategy.
Eh bien, le financement de la stratégie en matière de GI/TI a été reçu en 2009-2010. Nous commençons la quatrième année de la mise en oeuvre de la stratégie. Nous respectons le calendrier et les objectifs. Pour ce qui est du financement réel pour cette année, il s'agissait d'une réduction normale.
Manifestement, cela a une incidence sur nos charges d'exploitation, mais cela était prévu. Le développement est en cours et se déroule plutôt bien. Cette année, dans le cadre de la stratégie, nous avons mis en oeuvre notre nouveau système de gestion de cas.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Thank you.
I was reading the report on plans and priorities for 2011-12, and it talked about the increasingly complex nature of investigation and litigation. We have cases like the CBC—on section 68.1—going up through the federal courts, and we've had ministers taking issues to court.
What is the added expense that you're dealing with now in terms of the complexity of litigation, how does that factor into your overall budget, and how are you offsetting it in terms of moving dollars around in your other files?
Merci.
Je lisais le rapport sur les plans et les priorités pour 2011-2012, et on y abordait la question de la nature de plus en plus complexe des enquêtes et des procédures. Des cas comme celui de la SRC — sur la question de l'article 68.1 — sont devant les tribunaux fédéraux, et des ministres ont porté des causes devant les tribunaux.
Quelles dépenses supplémentaires la complexité des procédures vous impose-t-elle actuellement, quelle incidence ont-elles sur votre budget global et de quelle façon les contrebalancez-vous en redistribuant l'argent dans d'autres secteurs?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:12
The inventory right now in terms of complex cases is 88%. The ability to pursue matters in courts under the legislation is related to these refusal cases. Normally, on administrative cases, although there have been some examples, these do not go to court.
What happens is that we used to have about a 50-50 inventory; we're now at 88%, as we speak. This means that most of these cases are more difficult, more complex. The possibility of these cases going to court is unpredictable as the files unfold.
We are doing better, actually, in terms of the outsourcing of legal costs, because this year I've increased the legal capacity. We have now, as of this year, internal litigation capacity. We are intervening more, in some cases, than we normally would have, so we are having a voice in terms of third party interventions. We're also having a heightened capacity to manage our litigation costs. In fact, our outsourcing of professional services for litigation has decreased this year because of that. We've shifted a little bit on the program.
So far we're managing it. Last year we had to get $400,000 in emergency funding because we had complex cases and litigation. There is an element of uncertainty to that aspect of things. This year we have managed it without needing to seek additional funding. As I said, this increased internal litigation capacity seems to make quite a good difference in managing that uncertainty.
Actuellement, l'inventaire de cas complexes est de 88 p. 100. En vertu de la loi, la capacité de régler ces questions devant les tribunaux est liée aux cas de refus. Habituellement, même s'il y a eu des cas, les plaintes portant sur des questions administratives ne se retrouvent pas devant les tribunaux.
Ce qu'on constate, c'est qu'autrefois, notre inventaire était à peu près réparti à parts égales; nous sommes maintenant à 88 p. 100, au montant. Cela signifie que la plupart des cas sont plus difficiles, plus complexes. À mesure que les dossiers progressent, la possibilité que ces cas se retrouvent devant les tribunaux est difficile à prévoir.
En fait, nous avons de meilleurs résultats en matière d'externalisation des frais de justice parce que cette année, j'ai augmenté notre capacité sur le plan juridique. Nous avons maintenant un service interne de contentieux, qui a été mis en place cette année. Dans certains cas, nous intervenons plus que nous l'aurions fait habituellement; donc, par rapport aux interventions de tiers nous avons voix au chapitre. Nous avons aussi amélioré notre capacité de gérer nos frais de justice. En réalité, c'est ce qui explique la baisse que nous avons enregistrée au chapitre de l'externalisation des services professionnels aux fins de contentieux. Nous avons quelque peu modifié le programme.
Jusqu'à maintenant, nous arrivons à le gérer. L'an dernier, nous avons dû obtenir un financement d'urgence de 400 000 $ en raison de cas et de procédures complexes. Il y a un élément d'incertitude entourant ces questions. Cette année, nous avons réussi à gérer le tout sans avoir à demander du financement supplémentaire. Comme je l'ai indiqué, l'amélioration de nos services internes de contentieux semble avoir une assez bonne incidence sur la gestion de l'incertitude.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
I find that a very interesting approach. It seems to be counterintuitive to some of the common wisdom of the day, which is that you cut the civil service and then you hire staff when you need them. I saw how Mike Harris's common sense revolution went through numerous departments and then ended up actually having to hire back the civil servants, now that they were independent consultants, at a higher rate.
You're telling us that by bringing your own in-house capacity, you're reducing costs and you're able to manage the case files better? Is that...? Do you think that's a model that might work in other departments?
Je trouve que c'est une approche très intéressante. Elle semble aller à l'encontre du mode de pensée actuel, qui consiste à réduire les effectifs de la fonction publique, puis à engager du personnel au besoin. Pendant la révolution du bon sens de Mike Harris, j'ai vu de quelle façon de nombreux ministères ont été touchés; on a ensuite été obligé de réengager les fonctionnaires devenus experts-conseils indépendants à un salaire plus élevé.
Vous nous dites qu'en ayant votre propre capacité interne, vous arrivez à réduire les coûts et à mieux gérer les dossiers? Est-ce cela? Pensez-vous qu'il s'agit d'un modèle qui pourrait fonctionner dans d'autres ministères?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:14
We're constantly looking at ways to gain efficiencies and to deal with the risk of unpredictability that we are facing.
Another example, as well, is that I have a lawyer who is actually in charge of the national security files, and this lawyer is working very closely with the investigators who have special delegation files. What I'm finding is that it's actually working better. The investigators are better counselled in a more timely manner.
It's early, we started six months ago. But what I'm seeing now, I'm very pleased with the way the files are handled and I'm very pleased with the ongoing support that the investigators are getting on these files. We've developed more templates, it's going faster, and I think the work is moving faster on these files. By shifting some of the way the teams are organized within the program, I think it is generating efficiencies and I think that will continue.
The investigative function is still not where I would like it to be, so I'm constantly trying to see how I can make it more efficient to deal with the change in our inventory, in our caseload. What we've done this year seems to have worked, and so we'll see in the next fiscal how that is going to unfold. It's a little bit too early to tell, but certainly this year it seems to have worked.
Nous cherchons constamment des façons de gagner en efficacité et de composer avec le risque d'incertitude auquel nous sommes confrontés.
Voici un autre exemple: j'ai un avocat chargé des dossiers de sécurité nationale, et il travaille très étroitement avec les enquêteurs qui ont des dossiers comportant des délégations particulières. En fait, je constate que cela fonctionne mieux. Les enquêteurs sont mieux conseillés, et ce, plus rapidement.
Il est tôt pour se prononcer; nous avons commencé il y a six mois. Mais d'après ce que je vois en ce moment, je suis très satisfaite de la façon dont les dossiers sont traités et du soutien continu qu'obtiennent les enquêteurs à cet égard. Nous avons créé plus de modèles, c'est plus rapide et je pense que cela accélère le traitement des dossiers. À mon avis, modifier l'organisation des équipes au sein du programme entraîne des économies et je pense que cela se poursuivra.
La fonction d'enquête n'est pas encore au niveau où j'aimerais qu'elle soit. Donc, j'essaie constamment de trouver des façons d'en améliorer l'efficacité afin de composer avec les changements dans notre inventaire, dans le nombre de dossiers. Ce que nous avons fait cette année semble avoir fonctionné; nous verrons donc comment cela se déroulera au cours du prochain exercice. Il est un peu trop tôt pour le dire, mais il semble sans aucun doute que cela a fonctionné cette année.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Thank you.
Finally, we have two bills before the House that could have huge implications for Canadian privacy rights: the update to the PIPEDA, Bill C-12; and then Bill C-30, Minister Vic Toews' snooping law.
Have you done any analysis of the potential impact on your department in terms of information?
Merci.
Enfin, deux projets de loi qui ont été présentés en Chambre ont d'énormes répercussions sur les droits à la protection de la vie privée des Canadiens: la mise à niveau de la LPRPDE, le projet de loi C-12; et le projet de loi C-30, la loi d'espionnage du ministre Vic Toews.
Par rapport aux renseignements, avez-vous procédé à une analyse des répercussions possibles sur votre organisme?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:16
No, I have not. Madame Stoddart, the Privacy Commissioner, is very much on top of those files in terms of input from the privacy side.
Non. Pour ce qui est de l'incidence sur la protection de la vie privée, la commissaire à la protection de la vie privée, Mme Stoddart, est très au fait de ces dossiers.
View Dean Del Mastro Profile
Cons. Ind. (ON)
Thank you very much, Madam Chairman.
Thank you, Commissioner, for attending today and for your presentation. I have a couple of questions for you.
I noted in the main estimates, the Office of the Information Commissioner actually has a small decrease in its overall estimates from the previous year. It looks to be about 2.5%. According to the Library of Parliament, it's made up of a decrease in “other operating costs”.
Can you describe for me a little bit about what the “other operating costs” are? Where did you find those savings?
Merci, madame la présidente.
Commissaire, je vous remercie d'être venue aujourd'hui et de nous avoir présenté un exposé. J'ai deux ou trois questions.
Dans le Budget principal des dépenses, j'ai remarqué que le budget global du Commissariat à l'information du Canada était légèrement réduit par rapport à l'année précédente. La réduction semble être d'environ 2,5 p. 100. Selon la Bibliothèque du Parlement, il s'agirait d'une diminution des « autres frais de fonctionnement ».
Pouvez-vous m'expliquer un peu en quoi consistent ces autres frais de fonctionnement? Où avez-vous trouvé ces économies?
Suzanne Legault
View Suzanne Legault Profile
Suzanne Legault
2012-03-27 11:17
It's really mostly the IM/IT strategy and this was, as I indicated, already planned when we got the funding. There was a decrease in funding over a five-year period, and we're entering the fourth year, so that's totally consistent with what we had projected. That's essentially the big chunk of that.
En réalité, cela concerne principalement la stratégie en matière de GI/TI et, comme je l'ai indiqué, c'était déjà prévu lorsque nous avons reçu le financement. Il y a eu une diminution du financement sur cinq ans et nous en sommes à la quatrième année. Donc, cela correspond à ce que nous avions prévu. Il s'agit essentiellement de la majeure partie de ce montant.
Results: 1 - 30 of 477 | Page: 1 of 16

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data