Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 707
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
View Peter MacKay Profile
2015-06-17 15:04 [p.15210]
Mr. Speaker, the member has been an outspoken advocate on this issue for many years.
Impaired drivers pose a significant risk to Canadians. It is the number one criminal cause of death in Canada.
To make offenders more accountable for their crimes, we have introduced legislation to increase mandatory minimum penalties for many transportation offences, including impaired driving involving bodily harm or death. This would also increase efficiency for police officers to investigate impaired driving and for the prosecution to go forward with these serious cases.
I encourage all members of this House to support this important bill, which targets the scourge of impaired driving that is causing carnage on Canadian highways.
Monsieur le Président, le député défend ce dossier avec une ardeur admirable depuis de nombreuses années.
La conduite avec les facultés affaiblies constitue un réel danger pour les Canadiens. Il s'agit en fait de la première cause criminelle de décès au Canada.
Pour que les contrevenants répondent davantage de leurs actes, nous avons présenté une mesure législative qui augmenterait les peines minimales obligatoires associées à de nombreuses infractions routières, y compris la conduite en état d'ébriété causant la mort ou des lésions corporelles. Elle facilitera en outre la tâche des policiers qui font enquête sur les conducteurs en état d'ébriété et celles des procureurs qui voudront les traîner en justice.
J'invite l'ensemble des députés à appuyer cet important projet de loi, qui s'attaque à un fléau qui est à la source d'un véritable carnage sur les routes du pays: la conduite avec les facultés affaiblies.
View Harold Albrecht Profile
CPC (ON)
View Harold Albrecht Profile
2015-06-17 16:43 [p.15223]
Mr. Speaker, I have the honour of presenting six petitions today on the same subject matter. The petitioners are asking us to implement tougher laws and new mandatory minimum sentences for persons convicted of impaired driving causing death. They also want the Criminal Code of Canada to be changed to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui six pétitions qui portent toutes sur le même sujet. Les pétitionnaires nous demandent d'adopter des lois plus sévères et de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Ils veulent aussi qu'on modifie le Code criminel du Canada de façon à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-06-16 10:14 [p.15116]
Mr. Speaker, I am usually honoured to present petitions. However, the petitions I present today sadly inform the House that the number one cause of criminal death in Canada is vehicular homicide. About 1,200 to 1,500 Canadians are killed every year by drunk drivers, people who decide to drive a vehicle while they are drunk.
Families for Justice is a group of Canadians who have had loved ones killed by an impaired driver. The petitioners believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. They are also calling upon Parliament to introduce mandatory sentences for vehicular homicide, which this Parliament has just done.
Monsieur le Président, c'est généralement un honneur pour moi de présenter des pétitions. Malheureusement, celles que je présente aujourd'hui informent la Chambre que les homicides commis au volant d'un véhicule automobile sont la principale cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada. En effet, chaque année, de 1 200 à 1 500 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété, par des gens qui décident de conduire un véhicule même s'ils ont trop bu.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Les pétitionnaires estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Ils demandent également au Parlement d'instaurer des peines minimales obligatoires pour ce type d'homicide, ce qu'il vient tout juste de faire.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
View Earl Dreeshen Profile
2015-06-15 15:29 [p.15073]
Mr. Speaker, it is an honour for me to present five identical petitions today. They have to do with drinking and driving, impaired driving, and many senseless deaths of young people. I am thinking specifically of Krystal Owchar, and the Owchar and Riley families and how they have been devastated, as well as Tyler Isbister, Jeremie LeBlanc, William Harris, Gwen Martin. These are young lives who were taken from us because of this senseless act.
Families For Justice is a group of Canadians who have had loved ones killed by impaired drivers. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient and want the crime to be called what it is, which is vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada; over 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families For Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter cinq pétitions identiques aujourd'hui. Elles portent sur l'alcool au volant, la conduite avec facultés affaiblies et le décès absurde de nombreux jeunes. Je pense en particulier à Krystal Owchar et aux familles Owchar et Riley, qui ont été durement éprouvées. Je pense aussi à Tyler Isbister, Jeremie LeBlanc, William Harris et Gwen Martin. Ces jeunes ont perdu la vie à cause d'un acte insensé.
Families for Justice est une association de Canadiens ayant perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces gens estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes et veulent que l'on appelle les choses par leur nom en disant que cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Au Canada, il s'agit de la principale cause de décès attribuable à une infraction criminelle. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 10:51 [p.14934]
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to speak to Bill C-35.
I am pleased to support this bill, and I think I speak for all of my colleagues when I say that all forms of animal cruelty are unacceptable.
There is no doubt that to us Bill C-35 acknowledges the importance and value of animals and especially our attachment to these animals, such as police or military dogs and horses and even service animals in general, such as dogs trained to help people with a disability or people who are visually impaired.
I think it is very important to highlight the crucial role these animals play indirectly in our lives. People may not be aware, but police dogs play a very important role.
The name Quanto's law is a reference to an incident that took place in Edmonton, in which a police dog named Quanto was stabbed to death.
These dogs, like Quanto himself, have played a role in many arrests and investigations. They play a role in our daily lives, and it is very important for us to be here together today to recognize the work not only of law enforcement dogs, but of service dogs who help people with disabilities on a daily basis. These animals support them, help them achieve their potential and accompany them every day.
In committee, we heard very moving testimony that showed us just how close an animal and a person can become and how much we are really all alike. In that sense, it is very important to recognize the merit of the bill, which I will explain in a little more detail.
The bill creates a new Criminal Code offence:
Every one commits an offence who, wilfully and without lawful excuse, kills, maims, wounds, poisons or injures a law enforcement animal while it is aiding a law enforcement officer in carrying out that officer’s duties, a military animal while it is aiding a member of the Canadian Forces in carrying out that member’s duties or a service animal.
This new offence will be added to the section of the Criminal Code on cruelty to animals.
It is important to note that this provision fully recognizes that law enforcement dogs are like police officers. Many witnesses mentioned that in committee as well. Obviously, these dogs do not talk or drink coffee, but they are like police officers because they are trained to do a specific job, such as detecting drugs or tracking a kidnapped child.
These animals are trained to do a job, one that police officers may not even be able to do given humans' limited sense of smell, for example.
These dogs are even trained to do some things that humans cannot do. Because of their special qualities, these animals play an extremely important role in our police forces, and so do service animals. We therefore support that clause because it is well written in that respect.
However, I do want to raise one concern. Numerous organizations and experts have recommended against minimum sentences on the grounds that they do not actually reduce the crime rate. Rather, prevention, education and other approaches solve the problem upstream rather than downstream. Unfortunately, minimum sentences never achieve the stated goal of reducing the crime rate.
The courts are quite capable of judging the severity of a crime and the aggravating factors. For example, in Quanto's case, the court sentenced the accused to 26 months in prison and made sure to mention that 18 of the 26 months were punishment for having stabbed the law enforcement dog to death. The sentence in Quanto's case was two times longer than what is set out in this bill. It is clear that the courts and judges can use their discretionary power to judge aggravating factors and the gravity of an offence. Forcing them to impose a minimum sentence removes that discretion.
Nevertheless, I will conclude my aside and my criticism by saying that subclause 445.01(1) is well written. Here is the first sentence:
Every one commits an offence who, wilfully and without lawful excuse...
This first subsection is written so as to ensure that mandatory minimum sentencing does not apply to those who are defending themselves. Furthermore, in committee, the witnesses said that at least that clause was written so that it will not apply in cases where people fear for their lives and have to defend themselves, which can happen in extreme situations, and those individuals will not automatically be sentenced to the mandatary minimum. This subparagraph is very well written and limits the cases that will be ultimately affected by mandatory minimum sentencing.
In some situations, we do not know how people will react. The witnesses made it clear that there are times when people fear for their lives and have to defend themselves against an aggressive animal. That clause is very well written. Adding the expression, “wilfully and without lawful excuse” means that only those who kill an animal in bad faith are targeted.
As the parliamentary secretary pointed out, someone could decide to drive their car straight into a police service horse. These people have an abnormal desire to kill an animal, as in the case of Quanto, where stabbing a dog to death was considered an aggravating factor.
Since that clause is actually very well written, the NDP will support the bill. However, I still wanted to raise that concern, because the Conservatives have passed many bills that amend the Criminal Code to impose mandatory minimum sentencing. This has been denounced by the Canadian Bar Association, the Barreau du Québec and many other associations, including defence lawyers associations.
A number of associations are saying that, unfortunately, minimum sentences do not produce the desired effect, which is to lower crime. What is more, they add an extra burden on the provinces and the justice system.
For example, last year, a Quebec justice system report noted an increase in costs associated with the number of mandatory minimum sentences. That is the case not just in Quebec, but also everywhere else, including the United States. The more mandatory minimum sentences are imposed, the heavier the financial burden on the provinces and the resources within Canada's justice system. Unfortunately, we are entering a vicious circle that is long on delays and short on resources. There are not enough judges and crown prosecutors. I think we need to take a balanced approach when it comes to our justice system. It is important to emphasize that, even though we recognize the importance of protecting animals.
That brings me to my second point. I think it is important to note that the witnesses unanimously agreed that the bill was necessary. We too often hear people talking about service animals. As I said, we are talking not just about police or military service dogs, but also service dogs for people with a disability or with reduced mobility. The witnesses unanimously confirmed the importance of recognizing the support these animals provide in our lives and how extremely important it is to protect them.
However, one witness from the Canadian Federation of Humane Societies, the CFHS, said that Bill C-35 was a step in the right direction. Unfortunately, that is often the case with the Conservatives. They take a step in the right direction, but they never see things through.
The fact remains that the section on animal protection should be revised and improved to protect all domestic animals. Far too often we hear in the news about people torturing animals. Videos on YouTube and even Facebook show puppy mills and mills for other animals. There are really some very troublesome cases of animal cruelty happening. It is important to go a bit further and establish better protection for all domestic animals in the Criminal Code.
That brings me to the initiatives brought forward in the House of Commons by my NDP colleagues. For example, my very hon. colleague from Parkdale—High Park introduced Bill C-232. I know that it is extremely important for her. She has been working very hard for many years to help protect animals and to bring this issue to Parliament's attention. I would really like to thank her for all of her hard work.
Her bill, Bill C-232, would make it possible to move animals out of the property section and create a separate section dealing with animal cruelty. They would not be recognized as people under this legislation, but they would no longer be considered property. Animals are living creatures.
Bill C-35 does this for law enforcement animals, military animals and service animals, but not for all domestic animals. My colleague's bill would address that issue and provide additional protection for animals by moving them out of the property section of the Criminal Code and creating a section for living creatures.
Her bill would also allow the justice system to better define such situations and to deal more effectively with animal cruelty offences, which would increase the possibility of conviction for such offences.
I would also like to thank my colleague from Notre-Dame-de-Grâce—Lachine. I know how much she cares about protecting all of our animals. She has worked extremely hard on this issue since she was elected. I would like to thank her for that. She also introduced Bill C-592, which would provide a better definition of “animal” and would change the definition of “animal cruelty offence” to include the notion of intent.
My colleague, the parliamentary secretary, mentioned this. Unfortunately, the notions of neglect and intent are currently unclear and remain undefined in the section dealing with animal cruelty. This means that people who commit animal cruelty offences can use different forms of defence. We must take this step to define what constitutes intent in the section dealing with animal cruelty offences.
I thank the parliamentary secretary for the interesting statistics he shared. These figures show that this phenomenon is much more common than we think. Unfortunately, when someone pleads guilty to other offences, the animal cruelty offences are often dropped. For example, this is the case when someone pleads guilty or signs a plea bargain with the crown. These measures could also make it possible to see more convictions in cases of animal cruelty.
With respect to sentencing, I would also like to mention that in Saskatchewan, for example, the maximum sentence for animal cruelty and for injuring a law enforcement animal is two years. This bill already has a five-year maximum. Accordingly, we see the legislator's clear intent to punish those who injure, mutilate or kill law enforcement animals during the course of their everyday work. I would like to thank all the police and customs officers who work with these animals. I know how important this bill is to them. We support them in their work and now through the bill being studied.
However, I would like to reiterate the two concerns I described. It is a step in the right direction, but it would now be appropriate to go further and to update the animal protection provisions. Minimum mandatory sentences are not always necessarily the solution for preventing crimes.
We will support the bill. I would like to thank the parliamentary secretary for his initiative and the good work he has done, which has allowed us to have this important debate in the House of Commons.
On that note, I thank you very much, Mr. Speaker, and I will now be pleased to answer my colleague's questions.
Monsieur le Président, je suis reconnaissante d'avoir la parole aujourd'hui pour m'exprimer sur le projet de loi C-35.
J'appuie ce projet de loi avec plaisir, et je pense pouvoir parler pour tous mes collègues en disant que la cruauté envers les animaux, c'est inacceptable, et ce, peu importe la forme qu'elle prend.
Il est sûr et certain que pour nous, le projet de loi C-35 permet de reconnaître l'importance et la qualité des animaux, et surtout l'attachement que nous avons envers eux, que ces animaux soient des chiens ou des chevaux d'assistance policière ou militaire, et même d'assistance générale, comme les chiens entraînés pour aider les gens victimes d'un handicap ou les gens aveugles.
À mon avis, il est très important de souligner le rôle essentiel que ces animaux jouent dans la vie, voire dans nos vies, indirectement. On ne le sait peut-être pas, mais les chiens policiers jouent un rôle extrêmement important.
Si je peux me permettre de le dire, la Loi de Quanto fait justement référence à un incident survenu à Edmonton, au cours duquel un chien des services policiers, appelé Quanto, a été poignardé à mort par un individu.
Ces chiens, comme Quanto lui-même, ont participé à de nombreuses arrestations et enquêtes. Ainsi, ils jouent un rôle au quotidien dans nos vies, et il est très important d'être ensemble aujourd'hui pour reconnaître le travail non seulement de ces chiens d'assistance policière, mais aussi des chiens d'assistance générale qui aident quotidiennement des gens victimes d'un handicap. Ces animaux les soutiennent, les aident à s'épanouir et les accompagnent tous les jours.
En comité, nous avons eu un témoignage extrêmement émouvant qui nous a démontré à quel point un animal et une personne peuvent vraiment s'unir et nous montrer à quel point nous ne sommes pas si différents les uns des autres. En ce sens, il est très important de reconnaître le bien-fondé du projet de loi, que je vais expliquer un peu plus en détail.
Le projet de loi crée une nouvelle infraction au Code criminel:
Commet une infraction quiconque volontairement et sans excuse légitime tue, mutile, blesse, empoisonne ou estropie un animal d’assistance, un animal d’assistance policière pendant que celui-ci assiste un agent de contrôle d’application de la loi dans l’exercice de ses fonctions ou un animal d’assistance militaire pendant que celui-ci assiste un membre des Forces canadiennes dans l’exercice de ses fonctions.
Il s'agit d'une nouvelle infraction qu'on ajoute à la section de la cruauté envers les animaux du Code criminel.
Dans cet article, il est important de noter qu'on reconnaît pleinement que les chiens d'assistance policière sont comme des policiers. Plusieurs témoins l'ont aussi mentionné au comité. De toute évidence, ils ne parlent pas et ne boivent pas de café, toutefois, ils sont comme des policiers, car ils sont entraînés pour faire un travail spécifique tel que l'identification de la drogue ou suivre les traces d'un enfant qui aurait été kidnappé.
Ces animaux sont vraiment entraînés à faire un travail, et même peut-être le travail qu'un policier ne pourrait pas faire, étant donné les capacités humaines limitées sur le plan olfactif, par exemple.
Ces chiens sont même entraînés à faire certaines choses que les humains ne peuvent pas faire. Alors, le caractère particulier de ces animaux fait en sorte qu'ils occupent une place extrêmement importante dans les forces policières, tout comme les animaux d'assistance. Nous allons donc accorder notre appui à cet article, car il est bien rédigé à cet égard.
Par contre, je voudrais soulever un bémol. L'instauration de peines minimales n'est pas recommandée par plusieurs organismes et experts, qui disent qu'elles n'atteignent jamais leur objectif de réduction des infractions. Ce sont plutôt la prévention et l'éducation, entre autres, qui permettent de régler le problème en amont plutôt qu'en aval. Malheureusement, les peines minimales n'atteignent jamais le but recherché, qui est de réduire les infractions.
Les cours sont capables de juger elles-mêmes de la gravité des infractions et des circonstances aggravantes. Par exemple, dans le cas de Quanto, la cour a condamné l'accusé à 26 mois de prison, prenant soin de mentionner que 18 de ces 26 mois étaient la punition pour avoir poignardé à mort le chien d'assistance policière. La peine donnée dans le cas de Quanto était donc déjà deux fois plus élevée que celle prévue par le projet de loi. Il est donc évident que les cours et les juges sont capables, avec leur pouvoir discrétionnaire, de juger des circonstances aggravantes et de la gravité des infractions. Or, en les obligeant à imposer une peine minimale, on leur enlève cette discrétion.
Cependant, je conclurai ma parenthèse et mon bémol pour dire que le paragraphe 445.01(1) est quand même bien écrit. Voici la première phrase:
Commet une infraction quiconque volontairement et sans excuse légitime [...]
Ce premier paragraphe est donc rédigé de façon à soustraire les personnes qui se défendent de la peine minimale obligatoire. D'ailleurs, en comité, les témoins m'ont dit que l'article était au moins rédigé de façon à ce qu'une personne qui craint pour sa vie et doit se défendre, ce qui peut arriver dans des situations extrêmes, ne soit pas visée par l'article et ne soit pas automatiquement assujettie aux peines minimales. Ce paragraphe est donc bien rédigé et viendrait circonscrire les cas qui seraient ultimement touchés par les peines minimales obligatoires.
Dans certaines situations, on ne sait pas comment les gens réagiront. Les témoins ont répondu clairement qu'il arrivait parfois que des gens qui craignent pour leur vie doivent se défendre contre un animal agressif. L'article est donc quand même bien rédigé à cet égard. L'ajout des termes « volontairement et sans excuse légitime » fait en sorte que seuls les gens de mauvaise foi qui ont tué un animal soient visés.
Comme le secrétaire parlementaire l'a mentionné, quelqu'un pourrait décider de foncer avec sa voiture sur un cheval d'assistance policière. Ce sont des gens qui ont l'intention malsaine de tuer un animal, comme dans le cas de Quanto, où le fait d'avoir poignardé un chien à mort était une circonstance aggravante.
Puisque cet article est quand même bien rédigé, le NPD va appuyer le projet de loi. Toutefois, je tenais quand même à soulever ce bémol, car les conservateurs ont adopté à plusieurs reprises des projets de loi qui modifiaient le Code criminel en imposant des peines minimales obligatoires, ce qui a été dénoncé par l'Association du Barreau canadien, le Barreau du Québec et plusieurs associations, comme les associations des avocats de la défense.
Plusieurs associations disent que, malheureusement, les peines minimales n'atteignent pas le but recherché, c'est-à-dire celui de diminuer les infractions. De plus, elles mettent un poids supplémentaire sur les provinces et sur le système judiciaire.
Par exemple, l'an dernier, un rapport du système de justice du gouvernement du Québec notait qu'il y avait eu une augmentation des coûts à cause du nombre de sentences minimales obligatoires. Cela est vrai non seulement au Québec, mais partout, aux États-Unis aussi. Plus il y a des sentences minimales obligatoires, plus il y a un poids financier sur les provinces et sur les acteurs du système judiciaire au Canada. Malheureusement, on entre dans un cercle vicieux où les délais sont de plus en plus longs et où les ressources manquent. Il n'y a pas assez de juges et de procureurs de la Couronne. Je pense qu'il faut adopter une approche équilibrée, lorsqu'il est question de notre système judiciaire. C'est important de le souligner, bien que nous reconnaissions l'importance de protéger les animaux.
Cela m'amène d'ailleurs à mon deuxième point. Je pense que c'est important de préciser que les témoins ont été unanimes sur le fait que ce projet de loi était nécessaire. On entend malheureusement parler trop souvent des animaux d'assistance. Comme je l'ai dit, il ne s'agit pas seulement des animaux d'assistance policière ou militaire, il y a également les animaux d'assistance pour les personnes ayant un handicap ou les personnes à mobilité réduite. Les témoins ont été unanimes à dire à quel point, il était important de reconnaître l'apport de ces animaux dans nos vies et que c'était extrêmement important de les protéger.
Par contre, un témoin représentant la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux, la FSCAA, a dit que le projet de loi C-35 était un bon pas, un pas dans la bonne direction. C'est malheureusement souvent le cas avec les conservateurs. Ils font un bon pas dans la bonne direction, mais ils ne vont jamais jusqu'au bout de la chose.
Il reste quand même que la section sur la protection des animaux devrait être ajustée et devrait être améliorée pour protéger tous les animaux de compagnie. En effet, on entend trop souvent parler de cas, dans les médias, où des gens ont torturé des animaux. Des vidéos sur Youtube, même sur Facebook, montrent des usines à chiots et des usines à animaux. On y voit vraiment des cas problématiques de cruauté envers les animaux. C'est important d'aller un peu plus loin et d'établir que tous les animaux domestiques devraient être mieux protégés dans le Code criminel.
Cela m'amène à parler des initiatives que mes collègues du NPD ont prises à la Chambre des communes. Par exemple, ma très honorable collègue de Parkdale—High Park a déposé le projet de loi C-232. Je sais que c'est extrêmement important pour elle. Elle travaille très fort depuis plusieurs années à la protection des animaux et pour mettre ce problème à l'avant-plan au Parlement. J'aimerais vraiment la remercier de tout son travail.
Son projet de loi C-232 permettrait de retirer les animaux de la section des biens du Code criminel pour créer une section sur la cruauté envers les animaux. Il ne s'agit pas de les reconnaître comme des personnes, mais de ne plus les considérer comme des biens. Ce sont des êtres vivants, ce sont des animaux.
Le projet de loi C-35 franchit ce pas pour les animaux d'assistance policière, les animaux d'assistance militaire et les animaux d'assistance, mais il reste encore tous les animaux domestiques. Le projet de loi de ma collègue viendrait franchir ce pas pour donner une protection supplémentaire aux animaux, pour les retirer de la section des biens et créer une section des êtres vivants.
Ce projet de loi permettrait aussi au système de justice de mieux circonscrire les situations et de mieux traiter les infractions de cruauté envers les animaux, ce qui augmenterait justement la possibilité de condamnation pour des infractions de ce genre.
J'aimerais remercier aussi ma collègue de Notre-Dame-de-Grâce—Lachine. Je sais à quel point il est important pour elle de protéger tous nos animaux. Depuis qu'elle a été élue, elle a travaillé extrêmement fort sur cette question. J'aimerais d'ailleurs la remercier. À cet égard, elle a déposé le projet de loi C-592 pour mieux définir ce qu'est un animal et pour vraiment changer la définition de ce qu'est une infraction de cruauté envers les animaux afin d'y intégrer la question de l'intention.
Mon collègue, le secrétaire parlementaire, l'a bien mentionné. Malheureusement, en ce moment, au sujet des infractions dans la section touchant la cruauté envers les animaux, les notions de négligence ou d'intention ne sont pas claires et ne sont pas définies. Cela veut dire que plusieurs éléments de défense peuvent être utilisées par les gens qui commettent des infractions de cruauté envers les animaux. Il serait donc important de faire ce pas pour venir définir ce que représente une intention dans la section relative aux infractions portant sur la cruauté envers les animaux.
Je remercie d'ailleurs le secrétaire parlementaire pour les statistiques intéressantes qu'il nous a fournies. Cela démontre à quel point c'est un phénomène plus courant qu'on le pense. Malheureusement, souvent, lorsque les gens plaident coupables à d'autres infractions, les infractions de cruauté envers les animaux sont enlevées. C'est le cas, par exemple, lorsqu'il y a un plaidoyer de culpabilité et où il y a une entente avec la Couronne. Ces mesures pourraient peut-être aussi permettre d'avoir plus de condamnations dans les cas de cruauté envers les animaux.
J'aimerais aussi mentionner que, par exemple, par rapport aux peines imposées, en Saskatchewan, la peine maximale pour la cruauté envers les animaux et pour avoir blessé un animal qui fournit une assistance policière est de deux ans. Ici, dans le projet de loi, on va déjà jusqu'à cinq ans. On voit donc quand même que le législateur est clair dans son intention de dénoncer ceux qui blessent, mutilent ou tuent les animaux d'assistance policière dans le travail qu'ils font tous jours. Je tiens à remercier tous les policiers et les agents des douanes qui travaillent avec ces animaux. Je sais à quel point ce projet de loi leur tient à coeur. Ils ont notre soutien dans le cadre de leur travail et dans ce projet de loi qui est à l'étude présentement.
Je tiens quand même à réitérer les deux bémols que j'ai formulés. C'est un pas dans la bonne direction, mais il serait maintenant pertinent d'aller un peu plus loin et de moderniser les dispositions touchant la protection des animaux. Les peines minimales obligatoires ne sont pas nécessairement toujours la solution pour éliminer les infractions.
Nous allons soutenir le projet de loi. Je remercie le secrétaire parlementaire de son initiative et du bon travail qu'il a fait pour permettre que nous ayons cet important débat à la Chambre des communes.
Sur ce, je vous remercie beaucoup, monsieur le président, et il me fera plaisir de répondre aux questions de mes collègues.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2015-06-11 11:15 [p.14937]
Mr. Speaker, I thank my colleague from La Pointe-de-l'Île for her speech, which I listened to carefully and which is especially meaningful now, since Quebec recently introduced a similar bill regarding animal welfare.
Obviously, I do not by any means oppose this bill, and of course I will vote to support it. However, there is one thing that concerns me about this bill, because, once again, the Conservatives are bringing in more mandatory minimum sentences. I wish to take advantage of my colleague's expertise as a member and as a lawyer to ask her whether this is another example of the Conservatives' tendency to confuse the legislative and judicial branches.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de La Pointe-de-l'Île de son discours que j'ai écouté avec attention et qui a d'autant plus de résonnance que dernièrement le Québec déposait aussi un projet de loi qui allait dans le sens de la protection des animaux.
Évidemment, loin de moi l'idée de m'opposer à ce projet de loi. Je voterai en faveur de celui-ci. Toutefois, il y quand même une question qui me préoccupe dans ce projet de loi, car on impose encore une fois des peines minimales obligatoires. Je veux profiter de l'expertise à la fois de députée et d'avocate de ma collègue pour lui demander s'il n'y a pas là, systématiquement de la part du gouvernement conservateur, une confusion entre le législatif et le judiciaire.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 11:16 [p.14937]
Mr. Speaker, as I said in my speech, when the government repeatedly removes the discretion of judges and the courts to judge specific circumstances and the relative gravity of an offence, that removes to some degree the power of the judicial system to make judgments. Mandatory minimum sentences prevent the courts from making appropriate decisions and striking a balance among several aggravating factors and the gravity of the offence.
More and more mandatory minimum sentences are making their way into the Criminal Code, something that has been criticized by many groups. Even in the United States, state governors in Texas and other extremely Republican states are reconsidering their mandatory minimum sentence policies. They say those policies do not work, cost too much and do not change a thing. It is obvious that we need a balanced approach because, unfortunately, there is no evidence that mandatory minimum sentences reduce the crime rate.
It might be time to do a study or take an overall look at what we can really do to address this problem upstream rather than downstream when it is too late. We would prefer that people not commit crimes, but mandatory minimum sentences are not the way to go.
Monsieur le Président, je l'ai mentionné dans mon discours: quand on enlève à répétition la discrétion des juges et de la cour de juger de circonstances particulières ou de juger de la gravité ou non d'une infraction, on vient un peu retirer le pouvoir de l'appareil judiciaire de rendre des jugements. Lorsqu'on impose une peine minimale obligatoire, cela empêche la cour de juger concrètement et d'assurer l'équilibre entre plusieurs circonstances aggravantes, par exemple, ou la gravité de l'infraction.
Le Code criminel comporte de plus en plus de peines minimales obligatoires, ce qui a été grandement dénoncé par plusieurs associations. Même aux États-Unis, des gouverneurs d'États, comme le Texas ou d'autres États extrêmement républicains, reviennent sur leur politique des peines minimales obligatoires et disent qu'elles ne fonctionnent pas, qu'elles coûtent trop cher et qu'elles ne changent absolument rien. De toute évidence, il faut avoir une approche équilibrée, car malheureusement, rien ne prouve que les peines minimales obligatoires diminuent le taux de criminalité ou le taux des infractions.
Il est peut-être temps de faire une étude ou de poser un regard général sur ce que nous pouvons vraiment faire pour traiter le problème en amont plutôt qu'en aval. Il est trop tard; nous voulons que les gens ne commettent pas d'infractions, mais ce n'est pas en imposant des peines minimales obligatoires que cela se réglera.
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2015-06-11 11:18 [p.14937]
Mr. Speaker, the bill, as I understand it, would protect all forms of service dogs, both service dogs in the forces of law enforcement, but also service dogs that are helping persons with disabilities, such as the blind, persons who use dogs as therapy, et cetera.
We really appreciate the fact that the government is trying to protect these animals, but we are concerned that the use of mandatory minimums, as always, goes too far with the current government. It could, in fact, result in judges being unable to hand down convictions because they realize the mandatory minimum would in fact be too harsh a penalty.
Would the member like to comment?
Monsieur le Président, si je comprends bien, le projet de loi protégerait tous les chiens d'assistance, y compris les chiens d'assistance policière, les chiens qui aident les personnes handicapées, comme les aveugles, et les chiens utilisés dans le cadre d'une thérapie.
Nous sommes tout à fait d'accord avec les efforts déployés par le gouvernement pour protéger ces animaux, mais nous estimons que, comme d'habitude, le gouvernement va trop loin en ayant recours à des peines minimales obligatoires. En fait, cela pourrait dissuader certains juges de condamner des contrevenants parce que la peine minimale obligatoire constituerait une sanction trop sévère.
La députée pourrait-elle nous dire ce qu'elle en pense?
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 11:19 [p.14937]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for the question. I know how important matters related to persons with disabilities are to him.
Diane Bergeron from the Canadian National Institute for the Blind came to committee to testify and said how extremely important the bill is to her because it acknowledges the value of service animals for persons with disabilities or reduced mobility. To her, it is essential that we finally recognize how important these animals are to people's daily lives.
As the hon. member said in the second part of his question, the problem that often comes up in animal cruelty cases is that these offences are withdrawn when there is an agreement between the Crown and the defence lawyers. Offenders often are not prosecuted because the offences are considered less serious than others.
Mandatory minimum sentences could cause a problem. If an agreement is made, a person will agree to plead guilty to some offences, but not to animal cruelty offences because they come with a minimum sentence. As I said, we should take a balanced approach to animal cruelty offences. We must ensure that there are more convictions and not prevent convictions.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de sa question. D'ailleurs, je sais toute l'importance qu'il accorde à la situation des personnes handicapées.
Mme Diane Bergeron de l'Institut national canadien pour les aveugles est venue témoigner et dire à quel point le projet de loi est extrêmement important pour elle, car il reconnaît la valeur des animaux d'assistance pour les personnes ayant un handicap ou à mobilité réduite. Pour elle, il est fondamental que l'on reconnaisse enfin l'importance qu'ont ces animaux au quotidien.
Comme le député l'a mentionné dans la deuxième partie de sa question, le problème qui survient souvent dans les cas de cruauté envers les animaux est que ces infractions sont retirées lorsqu'il y a entente entre la Couronne et les avocats de la défense. Il arrive souvent que les gens ne sont pas poursuivis parce qu'il s'agit d'infractions considérées comme étant de moindre importance par rapport à d'autres.
S'il y a une peine minimale, on pourrait voir un problème surgir. Lorsqu'il y aura une entente, on acceptera de plaider coupable à certaines infractions, mais pas à celle de cruauté envers les animaux parce qu'une peine minimale y est assujettie. Comme je l'ai dit, l'approche devrait être plutôt équilibrée lorsqu'on parle de cruauté envers les animaux. Il faut faire en sorte qu'il y ait davantage de déclarations de culpabilité et non d'empêcher de telles déclarations.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
View Peter MacKay Profile
2015-06-10 15:13 [p.14878]
moved for leave to introduce Bill C-69, An Act to amend the Criminal Code in response to the Supreme Court of Canada decision in R. v. Nur.
demande à présenter le projet de loi C-69, Loi modifiant le Code criminel pour donner suite à la décision de la Cour suprême du Canada dans l'affaire R. c. Nur.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)
View Joe Comartin Profile
2015-06-05 13:18 [p.14663]
There being no motions at report stage, the House will now proceed, without debate, to the putting of the question on the motion to concur in the bill at report stage.
Comme il n'y a aucune motion à l'étape du rapport, la Chambre passe maintenant sans débat à la mise aux voix de la motion d'adoption du projet de loi à l'étape du rapport.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
moved that the bill, as amended, be concurred in.
propose que le projet de loi modifié soit agréé.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)
View Joe Comartin Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
Des voix: D'accord.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
moved that the bill be read a third time and passed.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
He said: Mr. Speaker, before I begin, I would like to thank the hon. member for Lethbridge for agreeing to trade his scheduled private members' business time with me, so that I could rise before my scheduled surgery next week. It is greatly appreciated. I would also like to thank all members of the Standing Committee on Justice and Human Rights for unanimously passing Bill C-590 at committee stage.
The committee amended Bill C-590 to address its concerns that the bill's very significant penalties, particularly for first offenders, could lead to many cases where the driver refuses to provide a breath sample because the penalty for refusal has only a mandatory minimum penalty of $1,000. The amendment passed by the committee classifies the offence of driving with a blood alcohol content of more than 0.16% as a hybrid offence. On indictment, the penalties would remain as proposed in the bill. On summary convictions, the mandatory minimum fine for the first offence would increase to $2,000, which is double the minimum fine for impaired driving. For a second and subsequent offence, the minimum penalty would be 30 days in prison.
The amendment would ensure in most cases where drivers have a blood alcohol concentration of over 0.16% but there is no injury or death that a $2,000 fine combined with a mandatory prohibition on driving for one year would be a sufficient deterrent. Further, very severe penalties on indictment would be reserved for the most serious cases where a motor vehicle operator's blood alcohol concentration is well above 0.16% or the driver caused significant property damage.
According to Stats Canada, almost half the fatally injured drivers in Canada had a blood alcohol content of more than twice the legal limit. This level of impairment has had a devastating impact on our youth as they make up 31% of the alcohol-related deaths.
A June 2009 report by the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights on alcohol use among fatally injured drivers also found that the bulk of the impaired driving problems lie with those drivers having a blood alcohol content over the current Criminal Code limit of 0.08%. Although the drivers with high blood alcohol content represent about 1% of the cars on the road at night and on weekends, they account for nearly 50% or half of all the drivers killed at those times.
My home community of Prince Albert, as most communities in our nation, has been scarred by the toll of this selfish but preventable crime.
In July 2013, Taylor Litwin and Brandi Lepine, who was pregnant at the time of the accident, were both killed when a 21-year-old drunk driver slammed into Taylor's vehicle. Brandi, who initially survived the crash, was able to give birth to her daughter Aurora before she succumbed to her injuries. The driver who took the life of these two ladies is to be sentenced this fall.
In May 2012, Prince Albert lost a strong community leader, Mr. Ben Darchuk. Ben was the owner of an auto glass business that is located next to my old constituency office location. The 22-year-old driver who pleaded guilty to impaired driving causing Ben's death received two years less a day at a provincial correctional centre for his sentence. He also received a three-year driving prohibition and was ordered to pay a $100 surcharge.
Bill C-590 would target these young drivers with high blood alcohol content by increasing specific penalties for their actions. The goal is to prevent these drivers from getting behind the wheel as they cause a greater number of fatalities and are more likely to be repeat offenders.
As time at the end of this Parliament session is quickly running out, I therefore ask that we pass Bill C-590 as quickly as we can to give the Senate enough time to deliberate and pass it before the fast-approaching summer is upon us.
— Monsieur le Président, d'entrée de jeu, j'aimerais remercier le député de Lethbridge d'avoir accepté que nous échangions nos périodes d'intervention respectives relativement aux initiatives parlementaires afin que je puisse prendre la parole avant mon opération prévue pour la semaine prochaine. Je lui en suis très reconnaissant. J'aimerais aussi remercier les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne d'avoir adopté à l'unanimité le projet de loi C-590 à l'étape de l'étude en comité.
Le comité a amendé le projet de loi C-590 afin de répondre aux inquiétudes voulant que les peines très lourdes qu'il prévoit, en particulier dans le cas des personnes qui en sont à leur première infraction, puissent inciter de nombreux automobilistes à refuser de produire un échantillon d'haleine parce que l'amende minimale obligatoire prévue pour un tel refus n'est que de 1 000 $. L'amendement adopté par le comité fait entrer dans la catégorie des infractions mixtes l'infraction liée à la conduite d'un véhicule automobile avec un taux d'alcoolémie de plus de 160 milligrammes d'alcool par cent millilitres de sang. Sur déclaration de culpabilité par mise en accusation, les sanctions seraient les mêmes que celles proposées dans le projet de loi. Sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, l'amende minimale obligatoire en cas de première infraction passerait à 2 000 $, soit le double de l'amende minimale imposée actuellement pour conduite avec facultés affaiblies. Dans le cas d'une deuxième infraction et des infractions subséquentes, la peine minimale infligée serait de 30 jours en prison.
Grâce à la modification, une amende de 2 000 $ conjuguée à une interdiction formelle de conduire durant un an suffirait à dissuader la plupart des conducteurs ayant une alcoolémie de plus de 0,16 % qui ont pris le volant, mais qui n'ont pas causé de blessure ni la mort. De plus, l'imposition de sanctions très lourdes dès la mise en accusation serait réservée aux affaires les plus graves, c'est-à-dire lorsque l'alcoolémie du conducteur dépasse amplement 0,16 % ou que celui-ci a causé des dommages matériels très graves.
Selon Statistiques Canada, l'alcoolémie de près de la moitié des conducteurs blessés à mort au Canada était de plus du double du seuil maximal légal. Conduire avec les facultés aussi affaiblies a d'ailleurs un effet catastrophique sur les jeunes, qui représentent 31 % des décès liés à l'alcool.
Selon le rapport de juin 2009 du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes sur la consommation d'alcool des conducteurs blessés à mort, la majorité des problèmes d'alcool au volant est attribuable aux conducteurs dont l'alcoolémie dépasse le seuil de 0,08 % que fixe actuellement le Code criminel. Bien que les individus en état d'ébriété avancée ne conduisent que 1 % environ des véhicules sur la route de nuit la fin de semaine, ils représentent près de 50 %, la moitié, de tous les conducteurs tués au cours de cette période.
Comme la plupart des localités au pays, celle où j'habite Prince Albert, garde les séquelles du lourd tribut prélevé par cet acte criminel aussi égoïste qu'évitable.
En juillet 2013, Taylor Litwin et Brandi Lepine, qui était enceinte au moment de l'accident, ont toutes les deux perdu la vie lorsqu'un conducteur de 21 ans en état d'ébriété a embouti le véhicule de Taylor. Brandi, qui a survécu quelque temps à l'accident, a pu donner naissance à sa fille Aurora avant de succomber à ses blessures. Le conducteur qui a fauché la vie de ces deux femmes connaîtra sa sentence cet automne.
En mai 2012, Prince Albert a perdu l'une de ses figures de proue, M. Ben Darchuk. Ben était propriétaire d'une entreprise d'installation et de réparation de pare-brise située tout près de mon ancien bureau de circonscription. Le conducteur de 22 ans a reconnu être coupable de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort; il a reçu une peine d'emprisonnement de deux ans moins un jour dans un centre correctionnel provincial. Il lui est aussi interdit de conduire pendant trois ans et doit payer une suramende de 100 $.
Le projet de loi C-590 cible les jeunes conducteurs dont le taux d'alcoolémie est élevé en alourdissant certaines peines. Il vise à dissuader ces conducteurs de prendre le volant, car ceux-ci provoquent beaucoup d'accidents mortels et sont très susceptibles de récidiver.
Comme la législature tire à sa fin, je demande aux députés d'adopter rapidement le projet de loi C-590 pour que le Sénat ait le temps d'en débattre et de l'adopter avant les vacances qui arrivent à grands pas.
Results: 1 - 15 of 707 | Page: 1 of 48

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data