Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 707
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
View Peter MacKay Profile
2015-06-17 15:04 [p.15210]
Mr. Speaker, the member has been an outspoken advocate on this issue for many years.
Impaired drivers pose a significant risk to Canadians. It is the number one criminal cause of death in Canada.
To make offenders more accountable for their crimes, we have introduced legislation to increase mandatory minimum penalties for many transportation offences, including impaired driving involving bodily harm or death. This would also increase efficiency for police officers to investigate impaired driving and for the prosecution to go forward with these serious cases.
I encourage all members of this House to support this important bill, which targets the scourge of impaired driving that is causing carnage on Canadian highways.
Monsieur le Président, le député défend ce dossier avec une ardeur admirable depuis de nombreuses années.
La conduite avec les facultés affaiblies constitue un réel danger pour les Canadiens. Il s'agit en fait de la première cause criminelle de décès au Canada.
Pour que les contrevenants répondent davantage de leurs actes, nous avons présenté une mesure législative qui augmenterait les peines minimales obligatoires associées à de nombreuses infractions routières, y compris la conduite en état d'ébriété causant la mort ou des lésions corporelles. Elle facilitera en outre la tâche des policiers qui font enquête sur les conducteurs en état d'ébriété et celles des procureurs qui voudront les traîner en justice.
J'invite l'ensemble des députés à appuyer cet important projet de loi, qui s'attaque à un fléau qui est à la source d'un véritable carnage sur les routes du pays: la conduite avec les facultés affaiblies.
View Harold Albrecht Profile
CPC (ON)
View Harold Albrecht Profile
2015-06-17 16:43 [p.15223]
Mr. Speaker, I have the honour of presenting six petitions today on the same subject matter. The petitioners are asking us to implement tougher laws and new mandatory minimum sentences for persons convicted of impaired driving causing death. They also want the Criminal Code of Canada to be changed to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui six pétitions qui portent toutes sur le même sujet. Les pétitionnaires nous demandent d'adopter des lois plus sévères et de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Ils veulent aussi qu'on modifie le Code criminel du Canada de façon à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-06-16 10:14 [p.15116]
Mr. Speaker, I am usually honoured to present petitions. However, the petitions I present today sadly inform the House that the number one cause of criminal death in Canada is vehicular homicide. About 1,200 to 1,500 Canadians are killed every year by drunk drivers, people who decide to drive a vehicle while they are drunk.
Families for Justice is a group of Canadians who have had loved ones killed by an impaired driver. The petitioners believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. They are also calling upon Parliament to introduce mandatory sentences for vehicular homicide, which this Parliament has just done.
Monsieur le Président, c'est généralement un honneur pour moi de présenter des pétitions. Malheureusement, celles que je présente aujourd'hui informent la Chambre que les homicides commis au volant d'un véhicule automobile sont la principale cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada. En effet, chaque année, de 1 200 à 1 500 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété, par des gens qui décident de conduire un véhicule même s'ils ont trop bu.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Les pétitionnaires estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Ils demandent également au Parlement d'instaurer des peines minimales obligatoires pour ce type d'homicide, ce qu'il vient tout juste de faire.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
View Earl Dreeshen Profile
2015-06-15 15:29 [p.15073]
Mr. Speaker, it is an honour for me to present five identical petitions today. They have to do with drinking and driving, impaired driving, and many senseless deaths of young people. I am thinking specifically of Krystal Owchar, and the Owchar and Riley families and how they have been devastated, as well as Tyler Isbister, Jeremie LeBlanc, William Harris, Gwen Martin. These are young lives who were taken from us because of this senseless act.
Families For Justice is a group of Canadians who have had loved ones killed by impaired drivers. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient and want the crime to be called what it is, which is vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada; over 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families For Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter cinq pétitions identiques aujourd'hui. Elles portent sur l'alcool au volant, la conduite avec facultés affaiblies et le décès absurde de nombreux jeunes. Je pense en particulier à Krystal Owchar et aux familles Owchar et Riley, qui ont été durement éprouvées. Je pense aussi à Tyler Isbister, Jeremie LeBlanc, William Harris et Gwen Martin. Ces jeunes ont perdu la vie à cause d'un acte insensé.
Families for Justice est une association de Canadiens ayant perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces gens estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes et veulent que l'on appelle les choses par leur nom en disant que cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Au Canada, il s'agit de la principale cause de décès attribuable à une infraction criminelle. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 10:51 [p.14934]
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to speak to Bill C-35.
I am pleased to support this bill, and I think I speak for all of my colleagues when I say that all forms of animal cruelty are unacceptable.
There is no doubt that to us Bill C-35 acknowledges the importance and value of animals and especially our attachment to these animals, such as police or military dogs and horses and even service animals in general, such as dogs trained to help people with a disability or people who are visually impaired.
I think it is very important to highlight the crucial role these animals play indirectly in our lives. People may not be aware, but police dogs play a very important role.
The name Quanto's law is a reference to an incident that took place in Edmonton, in which a police dog named Quanto was stabbed to death.
These dogs, like Quanto himself, have played a role in many arrests and investigations. They play a role in our daily lives, and it is very important for us to be here together today to recognize the work not only of law enforcement dogs, but of service dogs who help people with disabilities on a daily basis. These animals support them, help them achieve their potential and accompany them every day.
In committee, we heard very moving testimony that showed us just how close an animal and a person can become and how much we are really all alike. In that sense, it is very important to recognize the merit of the bill, which I will explain in a little more detail.
The bill creates a new Criminal Code offence:
Every one commits an offence who, wilfully and without lawful excuse, kills, maims, wounds, poisons or injures a law enforcement animal while it is aiding a law enforcement officer in carrying out that officer’s duties, a military animal while it is aiding a member of the Canadian Forces in carrying out that member’s duties or a service animal.
This new offence will be added to the section of the Criminal Code on cruelty to animals.
It is important to note that this provision fully recognizes that law enforcement dogs are like police officers. Many witnesses mentioned that in committee as well. Obviously, these dogs do not talk or drink coffee, but they are like police officers because they are trained to do a specific job, such as detecting drugs or tracking a kidnapped child.
These animals are trained to do a job, one that police officers may not even be able to do given humans' limited sense of smell, for example.
These dogs are even trained to do some things that humans cannot do. Because of their special qualities, these animals play an extremely important role in our police forces, and so do service animals. We therefore support that clause because it is well written in that respect.
However, I do want to raise one concern. Numerous organizations and experts have recommended against minimum sentences on the grounds that they do not actually reduce the crime rate. Rather, prevention, education and other approaches solve the problem upstream rather than downstream. Unfortunately, minimum sentences never achieve the stated goal of reducing the crime rate.
The courts are quite capable of judging the severity of a crime and the aggravating factors. For example, in Quanto's case, the court sentenced the accused to 26 months in prison and made sure to mention that 18 of the 26 months were punishment for having stabbed the law enforcement dog to death. The sentence in Quanto's case was two times longer than what is set out in this bill. It is clear that the courts and judges can use their discretionary power to judge aggravating factors and the gravity of an offence. Forcing them to impose a minimum sentence removes that discretion.
Nevertheless, I will conclude my aside and my criticism by saying that subclause 445.01(1) is well written. Here is the first sentence:
Every one commits an offence who, wilfully and without lawful excuse...
This first subsection is written so as to ensure that mandatory minimum sentencing does not apply to those who are defending themselves. Furthermore, in committee, the witnesses said that at least that clause was written so that it will not apply in cases where people fear for their lives and have to defend themselves, which can happen in extreme situations, and those individuals will not automatically be sentenced to the mandatary minimum. This subparagraph is very well written and limits the cases that will be ultimately affected by mandatory minimum sentencing.
In some situations, we do not know how people will react. The witnesses made it clear that there are times when people fear for their lives and have to defend themselves against an aggressive animal. That clause is very well written. Adding the expression, “wilfully and without lawful excuse” means that only those who kill an animal in bad faith are targeted.
As the parliamentary secretary pointed out, someone could decide to drive their car straight into a police service horse. These people have an abnormal desire to kill an animal, as in the case of Quanto, where stabbing a dog to death was considered an aggravating factor.
Since that clause is actually very well written, the NDP will support the bill. However, I still wanted to raise that concern, because the Conservatives have passed many bills that amend the Criminal Code to impose mandatory minimum sentencing. This has been denounced by the Canadian Bar Association, the Barreau du Québec and many other associations, including defence lawyers associations.
A number of associations are saying that, unfortunately, minimum sentences do not produce the desired effect, which is to lower crime. What is more, they add an extra burden on the provinces and the justice system.
For example, last year, a Quebec justice system report noted an increase in costs associated with the number of mandatory minimum sentences. That is the case not just in Quebec, but also everywhere else, including the United States. The more mandatory minimum sentences are imposed, the heavier the financial burden on the provinces and the resources within Canada's justice system. Unfortunately, we are entering a vicious circle that is long on delays and short on resources. There are not enough judges and crown prosecutors. I think we need to take a balanced approach when it comes to our justice system. It is important to emphasize that, even though we recognize the importance of protecting animals.
That brings me to my second point. I think it is important to note that the witnesses unanimously agreed that the bill was necessary. We too often hear people talking about service animals. As I said, we are talking not just about police or military service dogs, but also service dogs for people with a disability or with reduced mobility. The witnesses unanimously confirmed the importance of recognizing the support these animals provide in our lives and how extremely important it is to protect them.
However, one witness from the Canadian Federation of Humane Societies, the CFHS, said that Bill C-35 was a step in the right direction. Unfortunately, that is often the case with the Conservatives. They take a step in the right direction, but they never see things through.
The fact remains that the section on animal protection should be revised and improved to protect all domestic animals. Far too often we hear in the news about people torturing animals. Videos on YouTube and even Facebook show puppy mills and mills for other animals. There are really some very troublesome cases of animal cruelty happening. It is important to go a bit further and establish better protection for all domestic animals in the Criminal Code.
That brings me to the initiatives brought forward in the House of Commons by my NDP colleagues. For example, my very hon. colleague from Parkdale—High Park introduced Bill C-232. I know that it is extremely important for her. She has been working very hard for many years to help protect animals and to bring this issue to Parliament's attention. I would really like to thank her for all of her hard work.
Her bill, Bill C-232, would make it possible to move animals out of the property section and create a separate section dealing with animal cruelty. They would not be recognized as people under this legislation, but they would no longer be considered property. Animals are living creatures.
Bill C-35 does this for law enforcement animals, military animals and service animals, but not for all domestic animals. My colleague's bill would address that issue and provide additional protection for animals by moving them out of the property section of the Criminal Code and creating a section for living creatures.
Her bill would also allow the justice system to better define such situations and to deal more effectively with animal cruelty offences, which would increase the possibility of conviction for such offences.
I would also like to thank my colleague from Notre-Dame-de-Grâce—Lachine. I know how much she cares about protecting all of our animals. She has worked extremely hard on this issue since she was elected. I would like to thank her for that. She also introduced Bill C-592, which would provide a better definition of “animal” and would change the definition of “animal cruelty offence” to include the notion of intent.
My colleague, the parliamentary secretary, mentioned this. Unfortunately, the notions of neglect and intent are currently unclear and remain undefined in the section dealing with animal cruelty. This means that people who commit animal cruelty offences can use different forms of defence. We must take this step to define what constitutes intent in the section dealing with animal cruelty offences.
I thank the parliamentary secretary for the interesting statistics he shared. These figures show that this phenomenon is much more common than we think. Unfortunately, when someone pleads guilty to other offences, the animal cruelty offences are often dropped. For example, this is the case when someone pleads guilty or signs a plea bargain with the crown. These measures could also make it possible to see more convictions in cases of animal cruelty.
With respect to sentencing, I would also like to mention that in Saskatchewan, for example, the maximum sentence for animal cruelty and for injuring a law enforcement animal is two years. This bill already has a five-year maximum. Accordingly, we see the legislator's clear intent to punish those who injure, mutilate or kill law enforcement animals during the course of their everyday work. I would like to thank all the police and customs officers who work with these animals. I know how important this bill is to them. We support them in their work and now through the bill being studied.
However, I would like to reiterate the two concerns I described. It is a step in the right direction, but it would now be appropriate to go further and to update the animal protection provisions. Minimum mandatory sentences are not always necessarily the solution for preventing crimes.
We will support the bill. I would like to thank the parliamentary secretary for his initiative and the good work he has done, which has allowed us to have this important debate in the House of Commons.
On that note, I thank you very much, Mr. Speaker, and I will now be pleased to answer my colleague's questions.
Monsieur le Président, je suis reconnaissante d'avoir la parole aujourd'hui pour m'exprimer sur le projet de loi C-35.
J'appuie ce projet de loi avec plaisir, et je pense pouvoir parler pour tous mes collègues en disant que la cruauté envers les animaux, c'est inacceptable, et ce, peu importe la forme qu'elle prend.
Il est sûr et certain que pour nous, le projet de loi C-35 permet de reconnaître l'importance et la qualité des animaux, et surtout l'attachement que nous avons envers eux, que ces animaux soient des chiens ou des chevaux d'assistance policière ou militaire, et même d'assistance générale, comme les chiens entraînés pour aider les gens victimes d'un handicap ou les gens aveugles.
À mon avis, il est très important de souligner le rôle essentiel que ces animaux jouent dans la vie, voire dans nos vies, indirectement. On ne le sait peut-être pas, mais les chiens policiers jouent un rôle extrêmement important.
Si je peux me permettre de le dire, la Loi de Quanto fait justement référence à un incident survenu à Edmonton, au cours duquel un chien des services policiers, appelé Quanto, a été poignardé à mort par un individu.
Ces chiens, comme Quanto lui-même, ont participé à de nombreuses arrestations et enquêtes. Ainsi, ils jouent un rôle au quotidien dans nos vies, et il est très important d'être ensemble aujourd'hui pour reconnaître le travail non seulement de ces chiens d'assistance policière, mais aussi des chiens d'assistance générale qui aident quotidiennement des gens victimes d'un handicap. Ces animaux les soutiennent, les aident à s'épanouir et les accompagnent tous les jours.
En comité, nous avons eu un témoignage extrêmement émouvant qui nous a démontré à quel point un animal et une personne peuvent vraiment s'unir et nous montrer à quel point nous ne sommes pas si différents les uns des autres. En ce sens, il est très important de reconnaître le bien-fondé du projet de loi, que je vais expliquer un peu plus en détail.
Le projet de loi crée une nouvelle infraction au Code criminel:
Commet une infraction quiconque volontairement et sans excuse légitime tue, mutile, blesse, empoisonne ou estropie un animal d’assistance, un animal d’assistance policière pendant que celui-ci assiste un agent de contrôle d’application de la loi dans l’exercice de ses fonctions ou un animal d’assistance militaire pendant que celui-ci assiste un membre des Forces canadiennes dans l’exercice de ses fonctions.
Il s'agit d'une nouvelle infraction qu'on ajoute à la section de la cruauté envers les animaux du Code criminel.
Dans cet article, il est important de noter qu'on reconnaît pleinement que les chiens d'assistance policière sont comme des policiers. Plusieurs témoins l'ont aussi mentionné au comité. De toute évidence, ils ne parlent pas et ne boivent pas de café, toutefois, ils sont comme des policiers, car ils sont entraînés pour faire un travail spécifique tel que l'identification de la drogue ou suivre les traces d'un enfant qui aurait été kidnappé.
Ces animaux sont vraiment entraînés à faire un travail, et même peut-être le travail qu'un policier ne pourrait pas faire, étant donné les capacités humaines limitées sur le plan olfactif, par exemple.
Ces chiens sont même entraînés à faire certaines choses que les humains ne peuvent pas faire. Alors, le caractère particulier de ces animaux fait en sorte qu'ils occupent une place extrêmement importante dans les forces policières, tout comme les animaux d'assistance. Nous allons donc accorder notre appui à cet article, car il est bien rédigé à cet égard.
Par contre, je voudrais soulever un bémol. L'instauration de peines minimales n'est pas recommandée par plusieurs organismes et experts, qui disent qu'elles n'atteignent jamais leur objectif de réduction des infractions. Ce sont plutôt la prévention et l'éducation, entre autres, qui permettent de régler le problème en amont plutôt qu'en aval. Malheureusement, les peines minimales n'atteignent jamais le but recherché, qui est de réduire les infractions.
Les cours sont capables de juger elles-mêmes de la gravité des infractions et des circonstances aggravantes. Par exemple, dans le cas de Quanto, la cour a condamné l'accusé à 26 mois de prison, prenant soin de mentionner que 18 de ces 26 mois étaient la punition pour avoir poignardé à mort le chien d'assistance policière. La peine donnée dans le cas de Quanto était donc déjà deux fois plus élevée que celle prévue par le projet de loi. Il est donc évident que les cours et les juges sont capables, avec leur pouvoir discrétionnaire, de juger des circonstances aggravantes et de la gravité des infractions. Or, en les obligeant à imposer une peine minimale, on leur enlève cette discrétion.
Cependant, je conclurai ma parenthèse et mon bémol pour dire que le paragraphe 445.01(1) est quand même bien écrit. Voici la première phrase:
Commet une infraction quiconque volontairement et sans excuse légitime [...]
Ce premier paragraphe est donc rédigé de façon à soustraire les personnes qui se défendent de la peine minimale obligatoire. D'ailleurs, en comité, les témoins m'ont dit que l'article était au moins rédigé de façon à ce qu'une personne qui craint pour sa vie et doit se défendre, ce qui peut arriver dans des situations extrêmes, ne soit pas visée par l'article et ne soit pas automatiquement assujettie aux peines minimales. Ce paragraphe est donc bien rédigé et viendrait circonscrire les cas qui seraient ultimement touchés par les peines minimales obligatoires.
Dans certaines situations, on ne sait pas comment les gens réagiront. Les témoins ont répondu clairement qu'il arrivait parfois que des gens qui craignent pour leur vie doivent se défendre contre un animal agressif. L'article est donc quand même bien rédigé à cet égard. L'ajout des termes « volontairement et sans excuse légitime » fait en sorte que seuls les gens de mauvaise foi qui ont tué un animal soient visés.
Comme le secrétaire parlementaire l'a mentionné, quelqu'un pourrait décider de foncer avec sa voiture sur un cheval d'assistance policière. Ce sont des gens qui ont l'intention malsaine de tuer un animal, comme dans le cas de Quanto, où le fait d'avoir poignardé un chien à mort était une circonstance aggravante.
Puisque cet article est quand même bien rédigé, le NPD va appuyer le projet de loi. Toutefois, je tenais quand même à soulever ce bémol, car les conservateurs ont adopté à plusieurs reprises des projets de loi qui modifiaient le Code criminel en imposant des peines minimales obligatoires, ce qui a été dénoncé par l'Association du Barreau canadien, le Barreau du Québec et plusieurs associations, comme les associations des avocats de la défense.
Plusieurs associations disent que, malheureusement, les peines minimales n'atteignent pas le but recherché, c'est-à-dire celui de diminuer les infractions. De plus, elles mettent un poids supplémentaire sur les provinces et sur le système judiciaire.
Par exemple, l'an dernier, un rapport du système de justice du gouvernement du Québec notait qu'il y avait eu une augmentation des coûts à cause du nombre de sentences minimales obligatoires. Cela est vrai non seulement au Québec, mais partout, aux États-Unis aussi. Plus il y a des sentences minimales obligatoires, plus il y a un poids financier sur les provinces et sur les acteurs du système judiciaire au Canada. Malheureusement, on entre dans un cercle vicieux où les délais sont de plus en plus longs et où les ressources manquent. Il n'y a pas assez de juges et de procureurs de la Couronne. Je pense qu'il faut adopter une approche équilibrée, lorsqu'il est question de notre système judiciaire. C'est important de le souligner, bien que nous reconnaissions l'importance de protéger les animaux.
Cela m'amène d'ailleurs à mon deuxième point. Je pense que c'est important de préciser que les témoins ont été unanimes sur le fait que ce projet de loi était nécessaire. On entend malheureusement parler trop souvent des animaux d'assistance. Comme je l'ai dit, il ne s'agit pas seulement des animaux d'assistance policière ou militaire, il y a également les animaux d'assistance pour les personnes ayant un handicap ou les personnes à mobilité réduite. Les témoins ont été unanimes à dire à quel point, il était important de reconnaître l'apport de ces animaux dans nos vies et que c'était extrêmement important de les protéger.
Par contre, un témoin représentant la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux, la FSCAA, a dit que le projet de loi C-35 était un bon pas, un pas dans la bonne direction. C'est malheureusement souvent le cas avec les conservateurs. Ils font un bon pas dans la bonne direction, mais ils ne vont jamais jusqu'au bout de la chose.
Il reste quand même que la section sur la protection des animaux devrait être ajustée et devrait être améliorée pour protéger tous les animaux de compagnie. En effet, on entend trop souvent parler de cas, dans les médias, où des gens ont torturé des animaux. Des vidéos sur Youtube, même sur Facebook, montrent des usines à chiots et des usines à animaux. On y voit vraiment des cas problématiques de cruauté envers les animaux. C'est important d'aller un peu plus loin et d'établir que tous les animaux domestiques devraient être mieux protégés dans le Code criminel.
Cela m'amène à parler des initiatives que mes collègues du NPD ont prises à la Chambre des communes. Par exemple, ma très honorable collègue de Parkdale—High Park a déposé le projet de loi C-232. Je sais que c'est extrêmement important pour elle. Elle travaille très fort depuis plusieurs années à la protection des animaux et pour mettre ce problème à l'avant-plan au Parlement. J'aimerais vraiment la remercier de tout son travail.
Son projet de loi C-232 permettrait de retirer les animaux de la section des biens du Code criminel pour créer une section sur la cruauté envers les animaux. Il ne s'agit pas de les reconnaître comme des personnes, mais de ne plus les considérer comme des biens. Ce sont des êtres vivants, ce sont des animaux.
Le projet de loi C-35 franchit ce pas pour les animaux d'assistance policière, les animaux d'assistance militaire et les animaux d'assistance, mais il reste encore tous les animaux domestiques. Le projet de loi de ma collègue viendrait franchir ce pas pour donner une protection supplémentaire aux animaux, pour les retirer de la section des biens et créer une section des êtres vivants.
Ce projet de loi permettrait aussi au système de justice de mieux circonscrire les situations et de mieux traiter les infractions de cruauté envers les animaux, ce qui augmenterait justement la possibilité de condamnation pour des infractions de ce genre.
J'aimerais remercier aussi ma collègue de Notre-Dame-de-Grâce—Lachine. Je sais à quel point il est important pour elle de protéger tous nos animaux. Depuis qu'elle a été élue, elle a travaillé extrêmement fort sur cette question. J'aimerais d'ailleurs la remercier. À cet égard, elle a déposé le projet de loi C-592 pour mieux définir ce qu'est un animal et pour vraiment changer la définition de ce qu'est une infraction de cruauté envers les animaux afin d'y intégrer la question de l'intention.
Mon collègue, le secrétaire parlementaire, l'a bien mentionné. Malheureusement, en ce moment, au sujet des infractions dans la section touchant la cruauté envers les animaux, les notions de négligence ou d'intention ne sont pas claires et ne sont pas définies. Cela veut dire que plusieurs éléments de défense peuvent être utilisées par les gens qui commettent des infractions de cruauté envers les animaux. Il serait donc important de faire ce pas pour venir définir ce que représente une intention dans la section relative aux infractions portant sur la cruauté envers les animaux.
Je remercie d'ailleurs le secrétaire parlementaire pour les statistiques intéressantes qu'il nous a fournies. Cela démontre à quel point c'est un phénomène plus courant qu'on le pense. Malheureusement, souvent, lorsque les gens plaident coupables à d'autres infractions, les infractions de cruauté envers les animaux sont enlevées. C'est le cas, par exemple, lorsqu'il y a un plaidoyer de culpabilité et où il y a une entente avec la Couronne. Ces mesures pourraient peut-être aussi permettre d'avoir plus de condamnations dans les cas de cruauté envers les animaux.
J'aimerais aussi mentionner que, par exemple, par rapport aux peines imposées, en Saskatchewan, la peine maximale pour la cruauté envers les animaux et pour avoir blessé un animal qui fournit une assistance policière est de deux ans. Ici, dans le projet de loi, on va déjà jusqu'à cinq ans. On voit donc quand même que le législateur est clair dans son intention de dénoncer ceux qui blessent, mutilent ou tuent les animaux d'assistance policière dans le travail qu'ils font tous jours. Je tiens à remercier tous les policiers et les agents des douanes qui travaillent avec ces animaux. Je sais à quel point ce projet de loi leur tient à coeur. Ils ont notre soutien dans le cadre de leur travail et dans ce projet de loi qui est à l'étude présentement.
Je tiens quand même à réitérer les deux bémols que j'ai formulés. C'est un pas dans la bonne direction, mais il serait maintenant pertinent d'aller un peu plus loin et de moderniser les dispositions touchant la protection des animaux. Les peines minimales obligatoires ne sont pas nécessairement toujours la solution pour éliminer les infractions.
Nous allons soutenir le projet de loi. Je remercie le secrétaire parlementaire de son initiative et du bon travail qu'il a fait pour permettre que nous ayons cet important débat à la Chambre des communes.
Sur ce, je vous remercie beaucoup, monsieur le président, et il me fera plaisir de répondre aux questions de mes collègues.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2015-06-11 11:15 [p.14937]
Mr. Speaker, I thank my colleague from La Pointe-de-l'Île for her speech, which I listened to carefully and which is especially meaningful now, since Quebec recently introduced a similar bill regarding animal welfare.
Obviously, I do not by any means oppose this bill, and of course I will vote to support it. However, there is one thing that concerns me about this bill, because, once again, the Conservatives are bringing in more mandatory minimum sentences. I wish to take advantage of my colleague's expertise as a member and as a lawyer to ask her whether this is another example of the Conservatives' tendency to confuse the legislative and judicial branches.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de La Pointe-de-l'Île de son discours que j'ai écouté avec attention et qui a d'autant plus de résonnance que dernièrement le Québec déposait aussi un projet de loi qui allait dans le sens de la protection des animaux.
Évidemment, loin de moi l'idée de m'opposer à ce projet de loi. Je voterai en faveur de celui-ci. Toutefois, il y quand même une question qui me préoccupe dans ce projet de loi, car on impose encore une fois des peines minimales obligatoires. Je veux profiter de l'expertise à la fois de députée et d'avocate de ma collègue pour lui demander s'il n'y a pas là, systématiquement de la part du gouvernement conservateur, une confusion entre le législatif et le judiciaire.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 11:16 [p.14937]
Mr. Speaker, as I said in my speech, when the government repeatedly removes the discretion of judges and the courts to judge specific circumstances and the relative gravity of an offence, that removes to some degree the power of the judicial system to make judgments. Mandatory minimum sentences prevent the courts from making appropriate decisions and striking a balance among several aggravating factors and the gravity of the offence.
More and more mandatory minimum sentences are making their way into the Criminal Code, something that has been criticized by many groups. Even in the United States, state governors in Texas and other extremely Republican states are reconsidering their mandatory minimum sentence policies. They say those policies do not work, cost too much and do not change a thing. It is obvious that we need a balanced approach because, unfortunately, there is no evidence that mandatory minimum sentences reduce the crime rate.
It might be time to do a study or take an overall look at what we can really do to address this problem upstream rather than downstream when it is too late. We would prefer that people not commit crimes, but mandatory minimum sentences are not the way to go.
Monsieur le Président, je l'ai mentionné dans mon discours: quand on enlève à répétition la discrétion des juges et de la cour de juger de circonstances particulières ou de juger de la gravité ou non d'une infraction, on vient un peu retirer le pouvoir de l'appareil judiciaire de rendre des jugements. Lorsqu'on impose une peine minimale obligatoire, cela empêche la cour de juger concrètement et d'assurer l'équilibre entre plusieurs circonstances aggravantes, par exemple, ou la gravité de l'infraction.
Le Code criminel comporte de plus en plus de peines minimales obligatoires, ce qui a été grandement dénoncé par plusieurs associations. Même aux États-Unis, des gouverneurs d'États, comme le Texas ou d'autres États extrêmement républicains, reviennent sur leur politique des peines minimales obligatoires et disent qu'elles ne fonctionnent pas, qu'elles coûtent trop cher et qu'elles ne changent absolument rien. De toute évidence, il faut avoir une approche équilibrée, car malheureusement, rien ne prouve que les peines minimales obligatoires diminuent le taux de criminalité ou le taux des infractions.
Il est peut-être temps de faire une étude ou de poser un regard général sur ce que nous pouvons vraiment faire pour traiter le problème en amont plutôt qu'en aval. Il est trop tard; nous voulons que les gens ne commettent pas d'infractions, mais ce n'est pas en imposant des peines minimales obligatoires que cela se réglera.
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2015-06-11 11:18 [p.14937]
Mr. Speaker, the bill, as I understand it, would protect all forms of service dogs, both service dogs in the forces of law enforcement, but also service dogs that are helping persons with disabilities, such as the blind, persons who use dogs as therapy, et cetera.
We really appreciate the fact that the government is trying to protect these animals, but we are concerned that the use of mandatory minimums, as always, goes too far with the current government. It could, in fact, result in judges being unable to hand down convictions because they realize the mandatory minimum would in fact be too harsh a penalty.
Would the member like to comment?
Monsieur le Président, si je comprends bien, le projet de loi protégerait tous les chiens d'assistance, y compris les chiens d'assistance policière, les chiens qui aident les personnes handicapées, comme les aveugles, et les chiens utilisés dans le cadre d'une thérapie.
Nous sommes tout à fait d'accord avec les efforts déployés par le gouvernement pour protéger ces animaux, mais nous estimons que, comme d'habitude, le gouvernement va trop loin en ayant recours à des peines minimales obligatoires. En fait, cela pourrait dissuader certains juges de condamner des contrevenants parce que la peine minimale obligatoire constituerait une sanction trop sévère.
La députée pourrait-elle nous dire ce qu'elle en pense?
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-11 11:19 [p.14937]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for the question. I know how important matters related to persons with disabilities are to him.
Diane Bergeron from the Canadian National Institute for the Blind came to committee to testify and said how extremely important the bill is to her because it acknowledges the value of service animals for persons with disabilities or reduced mobility. To her, it is essential that we finally recognize how important these animals are to people's daily lives.
As the hon. member said in the second part of his question, the problem that often comes up in animal cruelty cases is that these offences are withdrawn when there is an agreement between the Crown and the defence lawyers. Offenders often are not prosecuted because the offences are considered less serious than others.
Mandatory minimum sentences could cause a problem. If an agreement is made, a person will agree to plead guilty to some offences, but not to animal cruelty offences because they come with a minimum sentence. As I said, we should take a balanced approach to animal cruelty offences. We must ensure that there are more convictions and not prevent convictions.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de sa question. D'ailleurs, je sais toute l'importance qu'il accorde à la situation des personnes handicapées.
Mme Diane Bergeron de l'Institut national canadien pour les aveugles est venue témoigner et dire à quel point le projet de loi est extrêmement important pour elle, car il reconnaît la valeur des animaux d'assistance pour les personnes ayant un handicap ou à mobilité réduite. Pour elle, il est fondamental que l'on reconnaisse enfin l'importance qu'ont ces animaux au quotidien.
Comme le député l'a mentionné dans la deuxième partie de sa question, le problème qui survient souvent dans les cas de cruauté envers les animaux est que ces infractions sont retirées lorsqu'il y a entente entre la Couronne et les avocats de la défense. Il arrive souvent que les gens ne sont pas poursuivis parce qu'il s'agit d'infractions considérées comme étant de moindre importance par rapport à d'autres.
S'il y a une peine minimale, on pourrait voir un problème surgir. Lorsqu'il y aura une entente, on acceptera de plaider coupable à certaines infractions, mais pas à celle de cruauté envers les animaux parce qu'une peine minimale y est assujettie. Comme je l'ai dit, l'approche devrait être plutôt équilibrée lorsqu'on parle de cruauté envers les animaux. Il faut faire en sorte qu'il y ait davantage de déclarations de culpabilité et non d'empêcher de telles déclarations.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
View Peter MacKay Profile
2015-06-10 15:13 [p.14878]
moved for leave to introduce Bill C-69, An Act to amend the Criminal Code in response to the Supreme Court of Canada decision in R. v. Nur.
demande à présenter le projet de loi C-69, Loi modifiant le Code criminel pour donner suite à la décision de la Cour suprême du Canada dans l'affaire R. c. Nur.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)
View Joe Comartin Profile
2015-06-05 13:18 [p.14663]
There being no motions at report stage, the House will now proceed, without debate, to the putting of the question on the motion to concur in the bill at report stage.
Comme il n'y a aucune motion à l'étape du rapport, la Chambre passe maintenant sans débat à la mise aux voix de la motion d'adoption du projet de loi à l'étape du rapport.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
moved that the bill, as amended, be concurred in.
propose que le projet de loi modifié soit agréé.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)
View Joe Comartin Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
Des voix: D'accord.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:19 [p.14663]
moved that the bill be read a third time and passed.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
He said: Mr. Speaker, before I begin, I would like to thank the hon. member for Lethbridge for agreeing to trade his scheduled private members' business time with me, so that I could rise before my scheduled surgery next week. It is greatly appreciated. I would also like to thank all members of the Standing Committee on Justice and Human Rights for unanimously passing Bill C-590 at committee stage.
The committee amended Bill C-590 to address its concerns that the bill's very significant penalties, particularly for first offenders, could lead to many cases where the driver refuses to provide a breath sample because the penalty for refusal has only a mandatory minimum penalty of $1,000. The amendment passed by the committee classifies the offence of driving with a blood alcohol content of more than 0.16% as a hybrid offence. On indictment, the penalties would remain as proposed in the bill. On summary convictions, the mandatory minimum fine for the first offence would increase to $2,000, which is double the minimum fine for impaired driving. For a second and subsequent offence, the minimum penalty would be 30 days in prison.
The amendment would ensure in most cases where drivers have a blood alcohol concentration of over 0.16% but there is no injury or death that a $2,000 fine combined with a mandatory prohibition on driving for one year would be a sufficient deterrent. Further, very severe penalties on indictment would be reserved for the most serious cases where a motor vehicle operator's blood alcohol concentration is well above 0.16% or the driver caused significant property damage.
According to Stats Canada, almost half the fatally injured drivers in Canada had a blood alcohol content of more than twice the legal limit. This level of impairment has had a devastating impact on our youth as they make up 31% of the alcohol-related deaths.
A June 2009 report by the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights on alcohol use among fatally injured drivers also found that the bulk of the impaired driving problems lie with those drivers having a blood alcohol content over the current Criminal Code limit of 0.08%. Although the drivers with high blood alcohol content represent about 1% of the cars on the road at night and on weekends, they account for nearly 50% or half of all the drivers killed at those times.
My home community of Prince Albert, as most communities in our nation, has been scarred by the toll of this selfish but preventable crime.
In July 2013, Taylor Litwin and Brandi Lepine, who was pregnant at the time of the accident, were both killed when a 21-year-old drunk driver slammed into Taylor's vehicle. Brandi, who initially survived the crash, was able to give birth to her daughter Aurora before she succumbed to her injuries. The driver who took the life of these two ladies is to be sentenced this fall.
In May 2012, Prince Albert lost a strong community leader, Mr. Ben Darchuk. Ben was the owner of an auto glass business that is located next to my old constituency office location. The 22-year-old driver who pleaded guilty to impaired driving causing Ben's death received two years less a day at a provincial correctional centre for his sentence. He also received a three-year driving prohibition and was ordered to pay a $100 surcharge.
Bill C-590 would target these young drivers with high blood alcohol content by increasing specific penalties for their actions. The goal is to prevent these drivers from getting behind the wheel as they cause a greater number of fatalities and are more likely to be repeat offenders.
As time at the end of this Parliament session is quickly running out, I therefore ask that we pass Bill C-590 as quickly as we can to give the Senate enough time to deliberate and pass it before the fast-approaching summer is upon us.
— Monsieur le Président, d'entrée de jeu, j'aimerais remercier le député de Lethbridge d'avoir accepté que nous échangions nos périodes d'intervention respectives relativement aux initiatives parlementaires afin que je puisse prendre la parole avant mon opération prévue pour la semaine prochaine. Je lui en suis très reconnaissant. J'aimerais aussi remercier les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne d'avoir adopté à l'unanimité le projet de loi C-590 à l'étape de l'étude en comité.
Le comité a amendé le projet de loi C-590 afin de répondre aux inquiétudes voulant que les peines très lourdes qu'il prévoit, en particulier dans le cas des personnes qui en sont à leur première infraction, puissent inciter de nombreux automobilistes à refuser de produire un échantillon d'haleine parce que l'amende minimale obligatoire prévue pour un tel refus n'est que de 1 000 $. L'amendement adopté par le comité fait entrer dans la catégorie des infractions mixtes l'infraction liée à la conduite d'un véhicule automobile avec un taux d'alcoolémie de plus de 160 milligrammes d'alcool par cent millilitres de sang. Sur déclaration de culpabilité par mise en accusation, les sanctions seraient les mêmes que celles proposées dans le projet de loi. Sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, l'amende minimale obligatoire en cas de première infraction passerait à 2 000 $, soit le double de l'amende minimale imposée actuellement pour conduite avec facultés affaiblies. Dans le cas d'une deuxième infraction et des infractions subséquentes, la peine minimale infligée serait de 30 jours en prison.
Grâce à la modification, une amende de 2 000 $ conjuguée à une interdiction formelle de conduire durant un an suffirait à dissuader la plupart des conducteurs ayant une alcoolémie de plus de 0,16 % qui ont pris le volant, mais qui n'ont pas causé de blessure ni la mort. De plus, l'imposition de sanctions très lourdes dès la mise en accusation serait réservée aux affaires les plus graves, c'est-à-dire lorsque l'alcoolémie du conducteur dépasse amplement 0,16 % ou que celui-ci a causé des dommages matériels très graves.
Selon Statistiques Canada, l'alcoolémie de près de la moitié des conducteurs blessés à mort au Canada était de plus du double du seuil maximal légal. Conduire avec les facultés aussi affaiblies a d'ailleurs un effet catastrophique sur les jeunes, qui représentent 31 % des décès liés à l'alcool.
Selon le rapport de juin 2009 du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes sur la consommation d'alcool des conducteurs blessés à mort, la majorité des problèmes d'alcool au volant est attribuable aux conducteurs dont l'alcoolémie dépasse le seuil de 0,08 % que fixe actuellement le Code criminel. Bien que les individus en état d'ébriété avancée ne conduisent que 1 % environ des véhicules sur la route de nuit la fin de semaine, ils représentent près de 50 %, la moitié, de tous les conducteurs tués au cours de cette période.
Comme la plupart des localités au pays, celle où j'habite Prince Albert, garde les séquelles du lourd tribut prélevé par cet acte criminel aussi égoïste qu'évitable.
En juillet 2013, Taylor Litwin et Brandi Lepine, qui était enceinte au moment de l'accident, ont toutes les deux perdu la vie lorsqu'un conducteur de 21 ans en état d'ébriété a embouti le véhicule de Taylor. Brandi, qui a survécu quelque temps à l'accident, a pu donner naissance à sa fille Aurora avant de succomber à ses blessures. Le conducteur qui a fauché la vie de ces deux femmes connaîtra sa sentence cet automne.
En mai 2012, Prince Albert a perdu l'une de ses figures de proue, M. Ben Darchuk. Ben était propriétaire d'une entreprise d'installation et de réparation de pare-brise située tout près de mon ancien bureau de circonscription. Le conducteur de 22 ans a reconnu être coupable de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort; il a reçu une peine d'emprisonnement de deux ans moins un jour dans un centre correctionnel provincial. Il lui est aussi interdit de conduire pendant trois ans et doit payer une suramende de 100 $.
Le projet de loi C-590 cible les jeunes conducteurs dont le taux d'alcoolémie est élevé en alourdissant certaines peines. Il vise à dissuader ces conducteurs de prendre le volant, car ceux-ci provoquent beaucoup d'accidents mortels et sont très susceptibles de récidiver.
Comme la législature tire à sa fin, je demande aux députés d'adopter rapidement le projet de loi C-590 pour que le Sénat ait le temps d'en débattre et de l'adopter avant les vacances qui arrivent à grands pas.
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
View David McGuinty Profile
2015-06-05 13:23 [p.14664]
Mr. Speaker, I commend the member for bringing this bill forward. I wanted him to take a few more minutes of explanation, if he could, for Canadians who are deeply concerned about the question of driving under the influence, not only of alcohol of course but under the influence of other drugs, medications, prescription pills. Of course, there is some linkage as well to the whole question of distracted driving.
Could the member take a minute just to amplify a bit more on the net effect of what he is proposing in terms of how he sees it affecting potential prosecutions, convictions and penalties?
Monsieur le Président, je félicite le député d'avoir présenté ce projet de loi. J'aimerais, si possible, qu'il prenne quelques minutes de plus pour apporter des précisions aux Canadiens qui sont profondément préoccupés par la conduite avec facultés affaiblies, non seulement lorsque l'alcool est en cause, mais aussi lorsque ce problème est causé par la consommation de drogue et de médicaments, y compris les médicaments d'ordonnance. Évidemment, il y a aussi un lien avec les distractions au volant.
Le député pourrait-il simplement prendre un instant pour expliquer quels seront, à son avis, les effets directs que ce projet de loi pourrait avoir sur les poursuites judiciaires, les condamnations et les peines?
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:24 [p.14664]
Mr. Speaker, I thank the member for his question, and I thank the Liberals and the New Democrats for their co-operation in committee as we looked at improving and strengthening this bill.
I think every member in this House knows somebody who has been impacted, either through family members, through loved ones or through neighbours or friends, by drunk drivers. The reality is that we need to do what we can to educate our youth, when they are going through the system of learning how to drive, on the implications of drinking and driving. One of the things we would do here by having a tougher penalty is we would drive home to youth and to the people who are learning how to drive the importance of not drinking and driving, and that there are serious consequences if drivers should proceed to act that way.
The reality is, as I said, that 50% of motor vehicle fatalities are of people with over a blood alcohol content of 0.08%. If we look at the fact that there are drivers with blood alcohol content of 0.16%, these people are causing half the fatalities on the road. They need to be taken off the road.
There is no question whether they are drunk. When drivers are at blood alcohol content of 0.16% or higher, they are two sheets to the wind. They are not in a situation where they should be driving any vehicle, whether it is a car, a boat, a motorcycle or any type of vehicle that is operating. The reality is they should never be in that scenario. In this case, we would address those people and ensure that they are not going to get behind the wheel and hurt somebody else, because they tend to be repeat offenders.
Monsieur le Président, je remercie le député de sa question, et je remercie les libéraux et les néo-démocrates d'avoir fait preuve de collaboration au comité, lorsque nous avons étudié le projet de loi en vue de l'améliorer et de le renforcer.
Je pense que tous les députés connaissent quelqu'un qui a été touché par l'alcool au volant, que ce soit par l'entremise d'un membre de leur famille, d'un proche, d'un voisin ou d'un ami. La réalité, c'est que nous devons prendre des mesures pour éduquer nos jeunes au sujet des répercussions de la conduite avec facultés affaiblies lorsqu'ils apprennent à conduire. En imposant des peines plus strictes, nous pourrions notamment montrer aux jeunes et aux personnes qui apprennent à conduire qu'il est important de ne pas prendre le volant quand on a consommé de l'alcool et que ceux qui décident de le faire quand même s'exposent à des conséquences sérieuses.
Comme je l'ai mentionné, la réalité, c'est que 50 % des décès survenus à la suite d'accidents de la route sont causés par des gens dont le taux d'alcoolémie est supérieur à 0,08 %. Par ailleurs, certains conducteurs affichent un taux d'alcoolémie de 0,16 %, et ils sont responsables de la moitié des décès sur les routes. Ces gens ne doivent plus avoir le droit de conduire.
Il ne fait aucun doute que ces gens sont ivres. En effet, les conducteurs dont le taux d'alcoolémie est égal ou supérieur à 0,16 % sont en état d'ébriété. Ils ne devraient pas conduire un véhicule, que ce soit une voiture, un bateau, une motocyclette ou tout autre type de véhicule fonctionnel. En fait, ils ne devraient jamais faire partie de ce scénario. Grâce à ce projet de loi, nous pourrions nous occuper de ces gens et prendre les mesures nécessaires pour qu'ils ne puissent plus conduire et causer du tort à d'autres personnes, car ils sont généralement des récidivistes.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Prince Albert for introducing this bill. I have a personal interest in this issue. During one of the trips I made to my riding in the last four years—I will not to say when or where—I was driving at night and a car swerved into my lane. It ended up stopping behind me and did not cause an accident, but it was clear that the driver was drunk.
This is a very important issue. It affects all of us, and especially those of us who have children.
I have a very simple question for the member. Before he drafted his bill, and even as it was being drafted, did he have the opportunity to consult with organizations like MADD Canada, which deals with these issues first-hand? The additional information these organizations could have—such as personal stories or particular cases—could enhance the bill and make it more relevant.
Monsieur le Président, je remercie beaucoup mon collègue de Prince Albert d'avoir présenté ce projet de loi. C'est une question qui me touche directement. Je pourrais témoigner du fait que lors d'un des voyages que j'ai effectué dans ma circonscription au cours des quatre dernières années — je ne spécifierai ni le moment ni l'endroit —, à un moment donné, durant la nuit, une voiture s'est tassée et est arrivée dans ma voie. Elle s'est finalement arrêtée derrière moi. Elle n'a pas causé d'incident. Il était clair que le conducteur en question était en état d'ébriété.
C'est donc une question fondamentale.. Elle touche également l'ensemble d'entre nous, particulièrement ceux et celles qui ont des enfants, comme c'est mon cas.
J'aurais une question très simple pour le député. Avant de rédiger son projet de loi, et même pendant sa rédaction, j'aimerais savoir s'il a eu l'occasion de consulter des organisations, comme MADD Canada par exemple, qui s'occupe directement de ces questions. En tenant compte de l'information supplémentaire que ces organisations pourraient avoir, tant des témoignages que certaines situations, cela pourrait enrichir le projet de loi et le rendre plus pertinent.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-06-05 13:27 [p.14664]
Mr. Speaker, I did talk to different organizations like MADD. They would have liked to have seen it go even further. They would like to see a mandatory minimum sentencing of a greater degree. They would like to see even more punishment for those people who drink and drive.
As legislators, we have to balance the will of different parties in order to get legislation through the House. We had co-operation in committee, and we have ended up with legislation which is better than what we had but maybe does not quite meet what they expected or would like to see.
The reality is that if we can do anything to take these people off the road, anything to save the life of a youth or someone else hit by a drunk driver, if this bill saves one life, which is what it will do, we have done a better job and have put forward a good piece of legislation.
Should we stop here? No. Like the member from the Liberal Party said, there are other things we need to start looking at, such as prescription drugs, marijuana, and cocaine. Things like that need to be addressed. We need to find tools to address people who take those types of substances and drive.
The reality is that if people are intoxicated by any means, they should not be behind the wheel. In the next sessions, we, as parliamentarians, are going to have to find a way to deal with these other types of prohibited drugs.
As far as the people in my riding, just as the member has said, there are so many people who have had personal experiences when it comes to drinking and driving, whether it was losing loved ones or neighbours or friends, or are in the situation like Ben's Auto Glass. Not only did Ben's family lose a father, he was a business owner and his employees lost their boss. There was turmoil around that whole scenario. It was heart wrenching, and for what? It was so sad.
He had just bought a brand new boat. He was heading up to the lake to try it out for the first time. His family had gone up ahead of him to get a camping site. They never met again. It was a sad situation.
There are so many stories around Canada like that, and we need to do something to prevent this from happening again.
Monsieur le Président, j'ai parlé à différents organismes comme MADD. Ils auraient aimé que le projet de loi aille encore plus loin. Ils voudraient que les peines minimales obligatoires soient plus sévères. Ils voudraient que ceux qui conduisent en état d'ébriété soient punis plus sévèrement.
Nous, les législateurs, devons tenir compte de la volonté des différentes parties pour faire adopter un projet de loi. Il y a eu collaboration au comité, et nous avons fini par obtenir une mesure législative qui est meilleure que ce qu'elle était à l'origine, mais qui ne correspond peut-être pas tout à fait aux attentes ou à ce qu'on aimerait voir.
Il n'en demeure pas moins que, si nous réussissons à écarter de la route les gens qui prennent le volant après avoir bu, à sauver la vie d'une personne, jeune ou moins jeune, heurtée par un conducteur en état d'ébriété, si nous parvenons, grâce à ce projet de loi, à sauver une vie — ce qui sera le cas —, nous aurons fait du bon travail et présenté un bon projet de loi.
Devons-nous nous arrêter là? Non. Comme le député du Parti libéral l'a signalé, nous devons nous pencher sur la consommation d'autres substances, comme les médicaments d'ordonnance, la marijuana et la cocaïne. Il faut s'y attaquer. Nous devons trouver les moyens d'empêcher les personnes qui consomment ce genre de substances de prendre le volant.
Le fait est que les personnes qui sont sous l'effet de l'alcool ou d'une drogue ne devraient pas conduire. Au cours des prochaines sessions, nous devrons, tous les parlementaires, trouver une façon de procéder pour les autres types de drogues interdites.
Pour ce qui est des gens de ma circonscription, comme le député vient de le dire, un grand nombre d'entre eux ont vécu des expériences personnelles avec des conducteurs ivres, qu'ils aient perdu un être cher, un voisin ou un ami ou qu'ils aient vécu une histoire semblable à celle de Ben's Auto Glass. Non seulement la famille de Ben a perdu un père, mais il était propriétaire de son entreprise et ses employés ont perdu leur patron. Cette affaire a créé beaucoup d'émois. Elle a créé beaucoup de souffrance inutile. C'était tellement navrant.
Il venait de s'acheter un bateau flambant neuf. Il se rendait au lac pour le mettre à l'eau. Sa famille l'avait précédé pour repérer un terrain de camping. Ils ne se sont jamais revus. C'était une situation bien triste.
Il y a tellement d'histoires semblables partout au Canada. Nous devons faire quelque chose pour empêcher que ce genre de tragédie se reproduise.
View Rosane Doré Lefebvre Profile
NDP (QC)
View Rosane Doré Lefebvre Profile
2015-06-05 13:29 [p.14665]
Mr. Speaker, it is truly an honour for me to rise in the House today on behalf of the people of Alfred-Pellan in Laval, whom I have represented for four years, to talk about a private member's bill, Bill C-590, An Act to amend the Criminal Code provisions on blood alcohol content.
I would like to begin by telling my colleague who introduced this bill in the House that I will support it at third reading, and I will explain why we on this side have taken this stance.
In light of the Standing Committee on Justice and Human Rights' recent study of this bill, New Democrats believe that Bill C-590 is a step in the right direction to combat the scourge of drunk driving.
In essence, Bill C-590 amends section 255 of the Criminal Code to establish the possibility of imposing more severe penalties for offences committed under section 253 in circumstances where the offender has a blood alcohol content that exceeds 160 milligrams of alcohol in 100 millilitres of blood, which is double the amount that now constitutes an offence. It also raises the minimum penalties that apply to convictions for impaired driving causing bodily harm or death.
As a young mother of a two-year-old little girl, as a woman and as a New Democrat, I truly believe that drinking and driving is a very important issue. I also think that all parliamentarians in the House care deeply about this issue.
I do not mean to speak on behalf of all parents here, but I am sure that every father, every mother and every grandparent cares a great deal about the health and safety of their children, their family, their fellow citizens and the general public.
I am quite confident that everyone here in the House wants to address the problem of drinking and driving, and Bill C-590 is a step in the right direction.
I am not a member of the Standing Committee on Justice and Human Rights. However, I do have some wonderful colleagues, like the member for Gatineau and the member for La Pointe-de-l'Île, who are members of that committee. I looked at their work and the work done by my other colleagues, because I am always interested in what is happening at committee, and everyone wanted to ensure that these new measures were designed to eliminate the scourge that claims too many Canadians' lives every year.
I support the bill, but I know that it has some shortcomings, which is rather unfortunate. However, as I said, it is a step in the right direction.
Although Canada has very tough laws and penalties for impaired driving, more than 750 motorists, motorcyclists, pedestrians and cyclists were killed every year between 2003 and 2005 in traffic accidents involving drunk drivers. Even one death is one too many, but this is more than two people per day. That is far too many, and we need to implement measures to address this problem.
This is a relatively conservative estimate, since in some cases it was not possible to determine whether the driver had a blood alcohol level over the legal limit. Some road safety organizations estimate that the number of victims is actually much higher.
Although the exact number of victims is in question, no one doubts that impaired driving causes a large number of injuries and deaths that could be avoided.
My colleague's bill, Bill C-590, seeks to decrease the number of injuries and deaths by amending section 255 of the Criminal Code to establish more severe penalties for offences committed under the Criminal Code in circumstances where the offender's blood alcohol content exceeds 160 milligrams of alcohol.
As I mentioned previously, the bill also seeks to raise the minimum penalties that apply to convictions for impaired driving causing bodily harm or death.
I sincerely believe that we need to do more to combat impaired driving.
The NDP examined the measures proposed by the member for Prince Albert, and saw that they were a step in the right direction towards effectively fighting the scourge of drunk driving.
However, there remain some questions about minimum sentences, even though we had already raised them. The minimum sentences in this bill are substantially shorter than the current sentences that are imposed for these offences. I mentioned a few of this bill's flaws, including these shorter minimum sentences. I will talk later about why this matters.
For example, in 2011-12, the mean length of imprisonment was 277 days for impaired driving causing bodily harm, and 959 days for impaired driving causing death. Why are the proposed minimum sentences important and why do we need to discuss them? There is a tendency for a minimum sentence to become the default sentence, except in the worst cases. In other words, the minimum sentence ends up being the norm rather than a sentence reserved for less serious crimes. Therefore, it is reasonable to expect that defence lawyers will ask for the minimum sentence, unless the Crown can prove that their client's crime warrants a special punishment.
As I said, we absolutely must do more to address drunk driving. There are a number of things we can do as parliamentarians, but also as citizens in our communities.
I want to reiterate the question my NDP colleague asked about the type of consultations that were done with regard to the bill introduced by my colleague from Prince Albert. I would have liked more details on who was consulted on the bill. I know that MADD Canada works very hard on the issue of drunk driving. Everyone acknowledges the exemplary work that it does, but it would be good to know how MADD feels about this bill. It would also be good to get feedback from the many stakeholders across Canada who work on this issue that is so very important to our constituents. This is important input if we want to have leadership and crack down on drunk driving.
This bill deals with sentences for offenders, but we cannot forget that there is work to be done before things get to that point. I cannot stress this enough, but when it comes to topics that are this sensitive, it is often important to educate people. Whether we are talking about young drivers taking the wheel, starting their classes or applying for a licence, it is preferable for parents to get them started with good habits. We need to look at everything we can possibly do. We also need to ensure that people who already have a licence understand the negative impact that drinking and driving can have as well as all the potential consequences for our society. We cannot forget that education plays an important role in this issue.
I also want to mention that I am a young mother and that I have since become more interested in these issues. I think that is how it normally works. We all want to ensure that we do a good job of raising our family. As a young mother I must say that I really sympathize with all the victims and families of victims of drunk driving. It is never an easy thing. No one can understand what it means to lose a loved one, regardless of the circumstances.
I think that a fairly funded justice system would truly help them through the process. We can never forget the families, friends and loved ones of the victims of drunk driving.
I would like to make something clear. This bill does not specifically target young people. We need to avoid stereotypes here. It is very important that we not stereotype our youth. In this case, I think we really need to be careful. We need to remember that the statistics on young people and drunk driving have improved a lot in recent years. I think that is the result of the great work being done by parents and society in general.
In closing, I would like to thank all those who worked on this bill when it was before the Standing Committee on Justice and Human Rights, as well as my colleague from Prince Albert. I also want to acknowledge the incredible work done by our justice critic, my colleague from Gatineau, and her deputy critic, the member for La Pointe-de-l'Île. They worked very hard on this issue.
Monsieur le Président, c'est vraiment un honneur pour moi de me lever à la Chambre aujourd'hui au nom des citoyens d'Alfred-Pellan, à Laval, que je représente depuis quatre ans, pour parler d'un projet de loi émanant d'un député, le projet de loi C-590, Loi modifiant le Code criminel en ce qui concerne l'alcoolémie.
Tout d'abord, j'aimerais dire à mon collègue qui a déposé ce projet de loi à la Chambre que je vais appuyer ce projet de loi à l'étape de la troisième lecture, et je vais expliquer dans mes remarques pourquoi, de notre côté, nous avons adopté cette position.
Récemment, le projet de loi a été étudié par les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne, à la suite de quoi, les néo-démocrates considèrent que le projet de loi C-590 était un pas dans la bonne direction pour combattre le fléau qu'est l'alcool au volant.
En résumé, le projet de loi C-590 modifie l'article 255 du Code criminel, afin de prévoir des peines plus sévères à l'égard de l'infraction prévue à l'article 253, lorsque l'alcoolémie du contrevenant dépasse 160 milligrammes d'alcool par centilitre de sang, soit le double de ce qui est déjà prévu en matière d'infraction. Il rehausse également les peines minimales applicables en cas de conduite avec capacités affaiblies causant des lésions corporelles ou la mort.
En tant que jeune mère d'une petite fille de deux ans, et en tant que femme et néo-démocrate, je crois sincèrement que l'alcool au volant est un enjeu très important. Je crois aussi que cet enjeu est cher à tous les parlementaires de la Chambre.
Je ne veux pas me faire porte-parole des parents ici, néanmoins, je suis sûre que chaque père, chaque mère et chaque grand-parent ont non seulement la santé et la sécurité de leurs enfants à coeur, mais aussi la santé et la sécurité de leur famille, de leurs concitoyens et de la population en général.
Je suis persuadée que tous ceux qui sont ici, à la Chambre, veulent combattre les problèmes d'alcool au volant. Dans ce cas, le projet de loi C-590 est un pas dans la bonne direction.
Je ne fais pas partie du Comité permanent de la justice et des droits de la personne. Toutefois, j'ai des collègues incroyables qui en font partie. Je pense à ma collègue de Gatineau et ma collègue de La Pointe-de-l'Île. J'ai examiné leur travail et celui de mes autres collègues, parce que ce qui se passe en comité m'intéresse toujours, et tous ont veillé à ce que ces nouvelles mesures visaient à enrayer le fléau qui, chaque année, coûte la vie à beaucoup trop de Canadiens.
J'appuie le projet de loi, mais je sais qu'il contient certaines failles, ce que je regrette un peu. Par contre, comme je l'ai déjà mentionné, c'est un pas dans la bonne direction.
Bien que le Canada compte sur des lois et des sanctions très rigoureuses en ce qui a trait à la conduite en état d'ébriété, plus de 750 automobilistes, motocyclistes, piétons et cyclistes ont été tués chaque année, de 2003 à 2005, dans des accidents de la route mettant en cause un conducteur en état d'ébriété. Une seule personne, c'est déjà trop. Or c'est plus que deux personnes par jour. C'est beaucoup trop, et il faut des mesures pour s'y attaquer.
Bien sûr, il s'agit d'une estimation relativement conservatrice, parce que dans certains cas, il n'a pas été possible de déterminer si le conducteur avait un taux d'alcoolémie plus élevé que la norme prescrite. Certaines organisations de sécurité routière estiment que le nombre des victimes est, en fait, beaucoup plus élevé.
Bien qu'on puisse remettre en question le nombre exact de victimes, personne ne met en doute que l'alcool au volant cause un grand nombre de blessures et de décès qui pourraient être évités.
Le projet de loi C-590, proposé par mon collègue, cherche à diminuer ces blessures et décès en modifiant l'article 255 du Code criminel, afin de prévoir des peines plus sévères à l'égard de l'infraction déjà prévue dans le Code criminel, lorsque le taux d'alcoolémie dépasse les 160 milligrammes d'alcool.
Comme je l'ai aussi mentionné, il rehausse également les peines minimales applicables en cas de conduite avec capacités affaiblies causant des lésions corporelles ou la mort.
De mon côté, je crois sincèrement qu'il faut toujours en faire davantage contre l'alcool au volant.
Au NPD, nous nous sommes penchés sur les mesures proposées par le député de Prince Albert, et nous avons vu qu'elles étaient un pas dans la bonne direction pour lutter de façon efficace contre le fléau de l'alcool au volant.
Par contre, il reste certaines questions que nous avons déjà soulevées au sujet des peines minimales présentées dans ce projet de loi, et c'est le fait qu'elles sont sensiblement plus courtes que les peines actuellement imposées pour ces infractions. J'ai mentionné certaines failles du projet de loi, et selon moi, le fait qu'on diminue les peines minimales d'emprisonnement en est une. Je vais mentionner un plus loin pourquoi cela a un effet.
Par exemple, en 2011-2012, la durée moyenne d'emprisonnement était de 277 jours pour conduite avec facultés affaiblies entraînant des lésions corporelles et de 959 jours pour conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Pourquoi ces peines minimales proposées sont-elles importantes et pourquoi faut-il en discuter? C'est que la tendance veut que les peines minimales deviennent souvent la peine par défaut, sauf dans les pires cas. En d'autres mots, la peine minimale finit par devenir la norme plutôt qu'une peine réservée aux crimes moins sérieux. Il est donc raisonnable de s'attendre à ce que les avocats de la défense demandent la peine minimale, à moins que la Couronne puisse démontrer que le crime de leur client mérite une punition exemplaire.
Comme je l'ai mentionné, il faut absolument en faire davantage contre l'alcool au volant. Il y a plusieurs choses que nous pouvons faire en tant que parlementaires, mais aussi en tant que citoyens dans nos communautés.
Je vais souligner de nouveau la question qui a été posée par mon collègue néo-démocrate au sujet du genre de consultations faites par rapport au projet de loi proposé par mon collègue de Prince Albert. J'aurais aimé avoir plus de détails sur qui a été consulté pour la proposition du projet de loi. Je sais que le groupe MADD Canada travaille extrêmement fort sur le dossier de l'alcoolisme au volant. Tout le monde souligne le travail exemplaire de ce groupe dans ce dossier, mais il serait bon de savoir quelle est sa position face à ce projet de loi, tout comme celle de nombreux intervenants qui travaillent, partout au Canada, sur ce dossier si cher et si important pour nos concitoyens. C'est une part importante, si on veut avoir du leadership et sévir contre l'alcoolisme au volant.
On parle ici des peines imposées aux contrevenants, mais il ne faut pas oublier qu'il faut faire aussi du travail en aval de tout cela. Je ne le mentionnerais jamais assez, mais ce qui est important de faire, dans ce genre de situations si sensibles, c'est souvent un travail d'éducation. Que ce soit les jeunes conducteurs qui vont prendre le volant, qui s'apprêtent à suivre leur cours ou qui cherchent à avoir leur permis, c'est bon de leur montrer, entre autres, les bonnes pratiques, en tant que parents. Il faut examiner ce qu'il est possible de faire. Avec ceux qui ont déjà leur permis, il faut aussi s'assurer que les gens comprennent bien les effets négatifs que l'alcool au volant peut avoir et toutes les conséquences que cela peut avoir sur notre société. Il ne faut donc pas oublier de mettre l'éducation en avant-plan dans ce dossier.
Je tiens aussi à mentionner que je suis une jeune maman et que, depuis ce temps-là, tous ces enjeux me touchent de plus en plus. Je crois que c'est la suite normale des choses. On veut s'assurer que notre famille grandit bien. En tant que jeune mère, je dois dire que je sympathise grandement avec toutes les victimes et les familles victimes de l'alcool au volant. Ce n'est jamais quelque chose de facile. Personne ne pourra jamais comprendre ce que représente la perte d'un être cher, peu importe les circonstances.
Je crois qu'un système de justice financé de manière équitable les aiderait grandement dans leur cheminement. Il ne faut jamais oublier les familles, les amis et les proches des victimes de l'alcool au volant.
J'aimerais aussi envoyer un message: le projet de loi ne vise pas spécifiquement les jeunes. Il faut éviter de stéréotyper dans ce cas-ci. Il ne faut pas stéréotyper notre jeunesse. C'est absolument important. Dans ce cas, je crois qu'il faut faire extrêmement attention. Il faut rappeler que les statistiques au sujet des jeunes et de l'alcool au volant se sont beaucoup améliorées au cours des dernières années. Je pense que c'est un grand travail que tous les parents et toute la société a fait en général.
En terminant, j'aimerais remercier tous ceux qui ont travaillé sur ce projet de loi au Comité permanent de la justice et des droits de la personne et mon collègue de Prince Albert. Je veux aussi souligner le travail incroyable qui a été fait par notre porte-parole en matière de justice, ma collègue de Gatineau, et sa porte-parole adjointe, ma collègue de La Pointe-de-l'Île. Elles ont pris cet enjeu extrêmement à coeur.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2015-06-05 13:39 [p.14666]
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to speak to Bill C-590, an act to amend the Criminal Code with respect to blood alcohol content. This bill, from the member for Prince Albert, would allow for stiffer penalties for impaired driving where the offender was severely intoxicated. Specifically, the changes would apply to convictions where an offender's blood alcohol concentration exceeded 160 milligrams of alcohol in 100 millilitres of blood at the time of the offence. As the justice critic for the Liberal Party, I have recommended that my caucus colleagues support this bill.
Impaired driving is the leading criminal cause of death in Canada. Every life taken by a drunk driver is an avoidable tragedy. Getting behind the wheel while impaired is a reckless and selfish personal choice, and its predictable results cannot be undone.
Across the country, the number of bodily injuries and deaths caused by impaired driving continues to be unacceptably high. It has been a perennial and vexing problem in my province of Prince Edward Island, and I know that the same can be said for the home province of the member for Prince Albert.
I will say a few words later on about some creative strategies my province is trying, strategies that could be used beyond the simple solution of amending the Criminal Code, which seems to be the default tool of choice for just about everything for the government.
In spite of the inclusion of mandatory minimum sentences, I can support this legislation. By targeting drivers who are severely intoxicated, Bill C-590 would send a public message about the category of drivers who pose the greatest statistical risk.
The Traffic Injury Research Foundation has found that impaired drivers with a blood alcohol content of over 160 milligrams per 100 millilitres of blood represent close to 70% of impaired drivers killed in car accidents. When we are talking about this crime, I do think stiffer penalties may be an effective deterrent, since many people who get behind the wheel while impaired would not be prone to criminality in general.
Impaired driving is a crime people have taken more seriously over the years, in large part due to the advocacy of groups like Mothers Against Drunk Driving. My hope is that keeping a focus on this issue in Parliament can continue the cultural shift toward social condemnation of impaired driving. This is a crime where stigma is the real deterrent.
Far fewer people drive while intoxicated today, so we see that behaviours can change, and we see evidence to this effect. According to StatsCan, the rate of impaired driving causing death dropped 29% in 2011, reaching its lowest point in over 25 years. The number of incidents of impaired driving causing bodily harm also fell to half of what it was 25 years before. Of course, half the number of incidents is not good enough. Behaviours need to keep changing.
Everyone in the chamber understands what I am talking about. Every Canadian community has been touched by impaired driving.
Coming from Charlottetown, the way impaired driving has touched me is in the case of my neighbour, Kristen Cameron. This young lady used to babysit my children. She was a very talented and promising young hockey player who was recruited on a hockey scholarship to play in the United States. She excelled in the United States and was actually named to the all-American team for female hockey. She went on to share her talents as a coach at Mercyhurst College, one of the premier women's hockey programs in the country. During her time as a coach, she was driving her bike when she was struck by a drunk driver and rendered quadriplegic.
Unlike many stories involving drunk driving, however, this one, while it involves a tragedy, does not have a particularly sad ending. Kristen continues to inspire through her sheer determination. She is about to be named to the Canadian Paralympic rugby team. She is certainly someone who continues to make all Prince Edward Islanders proud.
Across the country, there are too many stories of lives lost or changed forever by impaired driving. Mothers Against Drunk Driving, or MADD, estimates that there are somewhere between 1,250 and 1,500 impairment-related crash deaths in Canada every year, which is 3.4 to 4.1 per day.
Then, there are the injuries. In 2010, MADD estimated that there were approximately 63,821 individuals injured in impairment related crashes. That same year, according to Statistics Canada, police reported 121 incidents of impaired driving causing death, though my understanding is that number only refers to the number of charges. According to Transport Canada, alcohol use was a factor in almost 30% of deaths from vehicle crashes during the 2003 to 2005 period. As I said, impaired driving is the leading criminal cause of death in Canada.
What would Bill C-590 change? This bill would amend the Criminal Code to create higher minimum sentences and allow the imposition of more severe penalties for impaired driving where the offender is acutely intoxicated. Again, we are talking about a blood alcohol content of over 160 milligrams per 100 millilitres of blood. To put that into perspective, I understand that that would mean approximately 8 drinks for a 160 pound individual.
Bill C-590 would also create minimum penalties for convictions for impaired driving causing bodily harm or death. The specific changes are as follows. Currently, if someone is caught with blood alcohol content over 80 milligrams per 100 millilitres, a summary conviction fine of $1,000 applies. With a level over 160 milligrams, it is an aggravated circumstance in sentencing. With Bill C-590, if the level is over 160 milligrams, it would be a minimum $2,000 fine, twice the current amount. In addition, the penalties on indictment would be much more severe, with a minimum fine of $2,000 and a minimum of 60 days in prison. The maximum period in prison would also be doubled, to ten years, on indictment. A second or subsequent offence would carry a minimum of 240 days in prison, which is again double the current amount.
These changes in Bill C-590 have been amended since the House last considered this bill. The change at committee was to retain a summary conviction option for acute intoxication. That change came out of concern for creating a loophole whereby drivers would simply refuse samples, which carries a lower penalty. The change that we settled on does not make for a perfect law, but it is an improvement that will affect some offenders.
I commend the mover and his colleagues on the justice committee for making amendments that have improved this bill and provided a mechanism for prosecutors to exercise discretion in such a manner as to avoid the one size fits all consequences of minimum mandatory sentences.
I would like to say a word about the situation in Prince Edward Island, where we have a chronic problem with drunk driving. That is in spite of guidelines within our provincial courts that make incarceration automatic in virtually 100% of DUI cases, regardless of the blood alcohol content reading. Along with Saskatchewan and the territories, we have one of the highest rates of impaired driving in Canada, I am sad to say.
In 2012, our provincial government did something about it, with three significant changes to the law. First, first-time offenders must have ignition interlocks installed. Second, offenders caught with children under 16 years of age in their vehicle will have to use ignition breathalyzers for two years. Third, the government introduced tougher rules for impounding vehicles. Mothers Against Drunk Driving was very supportive of those changes.
In addition, Prince Edward Island has introduced special discrete licence plates for police to recognize the vehicles of repeat drunk drivers, as well as a campaign for people to call 911 if they observe impaired driving. Again, Mothers Against Drunk Driving supported these changes.
There are potential solutions to problems other than amendments to the Criminal Code. We have seen promising results. From 2013 to 2014, the number of convictions for impaired driving decreased by nearly 20%. We need to do better, but I am pleased to see progress and I am hopeful for the future. In 2013, we had 297 convictions for impaired driving, and in 2014, we had 241. Compare that to 628 convictions in 1989, and 1,570 convictions in 1980.
I would encourage parliamentarians from all parties to take a look at these measures on the island and consider whether they could be useful in their respective regions. The parties in the House disagree on many issues, but the need to stop drunk driving in Canada is not one of them. That is why I will be supporting Bill C-590.
Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-590, qui vient modifier les dispositions du Code criminel relatives à l'alcoolémie. Ce projet de loi, proposé par le député de Prince Albert, prévoit l'imposition de peines plus sévères dans les cas de conduite avec capacités affaiblies où le contrevenant est en état d'ébriété avancé. Les modifications s'appliqueraient plus particulièrement lorsque l'alcoolémie du contrevenant dépasse 160 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang au moment de l'infraction. En ma qualité de porte-parole du Parti libéral en matière de justice, j'ai recommandé aux députés de mon caucus d'appuyer ce projet de loi.
La conduite avec facultés affaiblies est la principale cause criminelle de décès au Canada. Chaque vie perdue à cause d'un conducteur ivre est une tragédie qui aurait pu être évitée. Prendre le volant en état d'ébriété est un choix personnel irresponsable et égoïste dont les conséquences prévisibles sont irréversibles.
Le nombre de blessures et de décès causés par des gens qui conduisent avec des capacités affaiblies demeure à un niveau inacceptable partout au pays. C'est un problème constant et délicat dans ma province, l'Île-du-Prince-Édouard, et je sais que la situation est semblable dans la province du député de Prince Albert.
Je dirai quelques mots tout à l'heure sur certaines stratégies créatives que ma province tente de mettre en oeuvre, stratégies qui pourraient être utilisées au-delà de la solution simple qui consiste à modifier le Code criminel, ce qui semble être l'outil par excellence utilisé par défaut par le gouvernement pour pratiquement tous les problèmes.
Malgré l'inclusion de peines minimales obligatoires, je suis disposé à appuyer ce projet de loi. En ciblant les conducteurs en état d'ébriété avancé, le projet de loi C-590 indiquerait à la population quels sont les conducteurs qui, selon les statistiques, sont les plus dangereux.
La Fondation de recherches sur les blessures de la route a déterminé que les conducteurs en état d'ébriété qui ont un taux d'alcoolémie dépassant 160 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang représentent près de 70 % des conducteurs en état d'ébriété tués dans un accident de la route. En ce qui concerne ce comportement criminel, je crois que l'imposition de peines plus sévères pourrait avoir un effet dissuasif, puisque bon nombre des personnes qui conduisent avec des facultés affaiblies ne sont généralement pas susceptibles d'adopter un comportement criminel.
La conduite avec facultés affaiblies est un acte criminel qui a été pris plus au sérieux au cours des dernières années, en grande partie grâce aux efforts de sensibilisation de groupes comme Mothers Against Drunk Driving. J'espère qu'en continuant de s'attaquer à ce problème, le Parlement contribuera au changement de mentalité nécessaire pour que la société condamne la conduite avec facultés affaiblies. La condamnation est le moyen de dissuasion le plus efficace à l'égard de ce comportement criminel.
Beaucoup moins de gens maintenant conduisent après avoir consommé de l'alcool, ce qui signifie qu'il est possible de modifier les comportements. Nous avons des preuves à cet effet. D'après Statistique Canada, le taux d'incidents de conduite avec facultés affaiblies causant la mort a chuté de 29 % en 2011. C'est le taux le plus bas depuis 25 ans. Le nombre d'incidents de conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles a aussi chuté de moitié par rapport à ce qu'il était 25 ans plus tôt. Bien entendu, deux fois moins d'incidents, ce n'est pas suffisant. Les comportements doivent continuer de changer.
Tous les députés à la Chambre savent de quoi je parle. Chaque collectivité au Canada a été touchée par un incident de conduite avec facultés affaiblies.
Je viens de Charlottetown. L'incident qui m'a le plus touché est celui qui a trait à ma voisine, Kristen Cameron. Cette jeune femme gardait autrefois mes enfants. Elle était une joueuse de hockey très talentueuse avec un avenir prometteur. Elle avait été recrutée par une université américaine, qui lui avait remis une bourse pour jouer au hockey. Elle s'est démarquée aux États-Unis et a par la suite fait partie de l'équipe féminine américaine de hockey. Kristen a ensuite fait profiter le collège Mercyhurst, qui offre l'un des meilleurs programmes de hockey féminin au pays, de ses talents en tant qu'entraîneure. Alors qu'elle travaillait comme entraîneure, Kristen est sortie à vélo un jour et a été happée par un conducteur aux facultés affaiblies. Elle est devenue quadriplégique.
Contrairement à de nombreuses autres histoires impliquant des conducteurs aux facultés affaiblies, celle-ci, bien qu'elle comporte un élément tragique, ne se termine pas nécessairement mal. Kristen continue d'inspirer les gens grâce à sa féroce détermination. Elle est sur le point d'être nommée au sein de l'équipe canadienne de rugby paralympique. C'est une personne qui continue d'inspirer la fierté chez tous les habitants de l'Île-du-Prince-Édouard.
Partout au pays, on recense trop d'histoires de vies perdues ou changées pour toujours par des conducteurs aux facultés affaiblies. Selon l'organisation Mothers Against Drunk Driving, il y a de 1 250 à 1 500 accidents mortels chaque année au Canada, c'est-à-dire de 3,4 à 4,1 accidents par jour, qui sont attribuables à la conduite avec facultés affaiblies.
Et c'est sans parler des blessures. Selon MADD, 63 821 personnes ont été blessées en 2010 dans un accident dû à la conduite avec facultés affaiblies. Selon Statistique Canada maintenant, la même année, la police a signalé 121 accidents mettant en cause des conducteurs ivres et ayant causé la mort. Je crois cependant comprendre que ce chiffre correspond seulement aux cas qui ont donné lieu à des accusations. Selon Transports Canada, l'alcool a été un facteur dans près de 30 % des décès attribuables à des accidents d'automobiles survenus de 2003 à 2005. Comme je le disais, la conduite avec facultés affaiblies est la principale cause criminelle de décès au Canada.
Que changera le projet de loi C-590? Il va modifier le Code criminel afin d'instaurer des peines minimales obligatoires et d'imposer des peines plus sévères aux conducteurs lourdement intoxiqués. On parle ici des conducteurs ayant un taux d'alcool dans le sang dépassant 160 milligrammes par 100 millilitres de sang. Pour donner un exemple, ça donne environ 8 consommations pour une personne pesant 160 livres.
Le projet de loi C-590 créerait aussi des peines minimales obligatoires pour la conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions corporelles ou la mort. À l'heure actuelle, si une personne se fait pincer avec un taux d'alcool supérieur à 80 milligrammes par 100 millilitres, elle est condamnée par voie sommaire à payer une amende de 1 000 $. Si elle dépasse 160 milligrammes, il s'agira alors d'une circonstance aggravante et la peine sera plus lourde. Si le projet de loi C-590 était adopté, les personnes ayant un taux d'alcool supérieur à 160 milligrammes recevraient une amende minimale de 2 000 $, c'est-à-dire deux fois plus élevée que présentement. De plus, les sanctions imposées sur déclaration de culpabilité par voie de mise en accusation seraient elles aussi beaucoup plus sévères: au moins 2 000 $ d'amende et 60 jours d'emprisonnement. La période maximale d'emprisonnement sur déclaration de culpabilité par voie de mise en accusation serait quant à elle doublée, ce qui veut dire qu'elle passerait à 10 ans. Les récidivistes passeraient minimalement 240 jours en prison, ce qui correspond là aussi au double de ce que prévoit actuellement la loi.
Le projet de loi C-590 a été amendé depuis la dernière fois que la Chambre en a été saisie. Le comité a en effet choisi de maintenir les déclarations de culpabilité par voie sommaire pour les conducteurs lourdement intoxiqués. Il craignait en effet que le projet de loi ne crée une échappatoire, puisque, en refusant de fournir un échantillon d'haleine, les conducteurs étaient certains de s'en tirer avec une peine moins élevée. Le compromis sur lequel nous nous sommes entendus ne rend pas le texte du projet de loi parfait, mais il n'en constitue pas moins une amélioration qui touchera une partie des délinquants.
Je félicite l'auteur de l'amendement et ses collègues du comité de la justice d'avoir amélioré le projet de loi en proposant un mécanisme par lequel les procureurs peuvent exercer leur pouvoir de discrétion et éviter que les peines minimales obligatoires mènent toujours aux mêmes résultats.
Je tiens à parler de l'Île-du-Prince-Édouard, qui est aux prises avec un problème chronique d'ivresse au volant, malgré les directives transmises aux tribunaux provinciaux qui imposent l'emprisonnement pour presque tous les cas de conduite avec facultés affaiblies, peu importe le taux d'alcoolémie enregistré. Hélas, nous affichons le taux le plus élevé de cas de conduite avec facultés affaiblies, avec la Saskatchewan et les territoires.
En 2012, le gouvernement provincial a décidé d'agir en apportant trois modifications importantes à la loi. Premièrement, les auteurs d'une première infraction se voient obligés d'installer un système d'interrupteur d'allumage. Deuxièmement, les contrevenants arrêtés avec des enfants de moins de 16 ans dans le véhicule doivent utiliser un système d'interrupteur d'allumage avec éthylomètre pendant deux ans. Troisièmement, le gouvernement a mis en place des règles plus sévères en matière de saisie des véhicules. Soulignons que l'organisation Mothers Against Drunk Driving a fortement appuyé ces changements.
En outre, l'Île-du-Prince-Édouard a mis en circulation des plaques d'immatriculation spéciales qui signalent discrètement aux forces de l'ordre les véhicules des récidivistes de l'alcool au volant. De plus, une campagne a été lancée pour encourager les gens témoins d'ivresse au volant à communiquer avec le service 911. L'organisation Mothers Against Drunk Driving a appuyé ces changements également.
Les modifications au Code criminel ne sont pas la seule façon de résoudre des problèmes. Nous avons vu des résultats prometteurs. De 2013 à 2014, le nombre de condamnations pour conduite avec facultés affaiblies a diminué de presque 20 %. Nous devons faire mieux, mais je suis heureux de constater qu'il y a eu des progrès, et je suis optimiste pour l'avenir. En 2013, on a recensé 297 condamnations pour conduite avec facultés affaiblies, et ce nombre est passé à 241 en 2014. En comparaison, il y avait eu 628 condamnations pour ce crime en 1989, et 1 570 en 1980.
J'encourage les parlementaires de tous les partis à examiner ces mesures prises à l'Île-du-Prince-Édouard et à se demander si elles pourraient être utiles dans leur région. Les partis à la Chambre ne s'entendent pas sur de nombreux sujets, mais ils veulent tous éliminer la conduite avec facultés affaiblies au Canada. C'est pour cette raison que j'appuierai le projet de loi C-590.
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-06-05 13:49 [p.14668]
Mr. Speaker, as the justice critic for the official opposition, I have the honour of rising in the House on this Friday afternoon to speak to Bill C-590 on behalf of both my riding of Gatineau and my colleagues in the New Democratic Party. First of all, I would like to say that we too support Bill C-590, An Act to amend the Criminal Code (blood alcohol content). This bill seeks to establish more severe penalties for offences where the offender has a blood alcohol content that exceeds 160 milligrams of alcohol in 100 millilitres of blood and where driving under the influence results in serious consequences, such as bodily harm or even death.
I heard a number of my colleagues in the House mention that impaired driving is still a scourge even today in 2015. It is still a problem. People go out and they still think that they can drive a vehicle, which can actually be considered a weapon. A vehicle can cause considerable damage. Nevertheless, some people seem to think that they can get behind the wheel of their vehicle after they have been drinking, no matter how many drinks they have had.
The New Democratic Party obviously has a zero tolerance policy for impaired driving. We believe that even more can be done. Members may ask if I think that Bill C-590 will solve this problem. When members introduce a bill, they usually want to make sure that it accomplishes what it is supposed to. In this case, the member obviously wants to send a clear message, but I hope that the bill will do more than that because it does not seem that people really understand. There are many repeat drunk drivers who unfortunately do not seem to care about the Criminal Code.
Is Bill C-590 going to make every single Canadian understand the concept of zero tolerance once and for all? I highly doubt it. First of all, I doubt that this bill is that well-thought-out. Whether the Conservative member introducing this bill likes it or not, it definitely should have been fine-tuned a little more. For now, with this parliamentary session coming to an end and time running out, it is a half measure. Clearly, the person who introduced the bill had good intentions in relation to its objective, but he is not a legal expert. Few witnesses appeared before the Standing Committee on Justice and Human Rights to talk to us about Bill C-590, so the member left many questions unanswered.
We realize, and people from the Justice Department also realize, that this bill has a few gaps in it that should have been fixed before it was introduced. This is perhaps another reason why these kinds of files do not usually come from backbenchers, but rather the government, because they involve complex policies. Certain sections of the Criminal Code can lead to disputes as well as some confusion.
The main confusion here relates to a question I asked my colleague across the way when he first introduced the bill. When most offenders are first stopped by a police officer on the side of the road, they are asked to take a breathalyzer test. Knowing the penalties for someone who has more than 160 millilitres of alcohol in their blood, would the person not be better off to simply refuse to take the breathalyzer? Of course, refusing the test carries its own penalties, but, Mr. Speaker, since you are a lawyer like me, you know that those penalties are much less harsh than the penalties that would apply under Bill C-590 if it passes.
Someone who is very drunk would certainly have greater incentive to refuse to take a breathalyzer test, rather than giving the Crown evidence that they are above the new limit that comes with this new sentence.
As justice critic for the New Democratic Party, I have always believed that when we are drafting bills it is not a matter of taking a tough-on-crime approach—as the Conservatives love to say—but a matter of taking an intelligent approach. We need to ensure that the measures we take will truly achieve what we claim they will.
For example, if Bill C-590 passes, we could see games being played. As I mentioned in committee, in January or February this year, a judge in the riding of Gatineau dismissed some 30 impaired driving cases because the cases had not been tried within a reasonable amount of time. This made the news, and many people were shocked.
On occasion I go through my riding to talk about drunk driving and how, despite all of the awareness campaigns and the harsher sentences in recent years, people still do not seem to get the message. The problem is that the Conservatives have made all kinds of amendments to the Canadian Criminal Code.
Criminal justice experts, such as crown prosecutors, defence attorneys, police forces, judges and all stakeholders, tell me that there are so many delays in these cases that the Crown and the defence end up playing games.
Since sentences are more severe, the defence is less likely to negotiate a plea bargain with the Crown and more likely to go to court in all cases to avoid certain new sentences. This creates a tremendous backlog in our courthouses. Gatineau is not alone in this. We see it all across Quebec and Canada.
This backlog should not be the one thing preventing us from taking action. However, as we in the New Democratic Party often say, if the government wants to introduce new sentences and a new way of doing things, it has to give the police the tools they need. For example, there should be more officers on the ground so that offenders can be arrested. The government also has to ensure that our justice system can handle these people and hold their trials within a reasonable period of time instead of allowing unreasonable delays due to a shortage of judges, crown prosecutors and courtrooms.
Taken together, these elements result in an extremely dysfunctional system. Courts are begging for help, but nobody is responding. All the government does is give them new laws that they have to adapt to and interpret within the context of other laws. This complicates legal situations and sometimes results in the opposite of what the Conservatives are trying to achieve. Lots of people manage to slip through the cracks in the system. How many times have I read in the paper that somebody has been caught for the fifth time and been sentenced to the equivalent of a slap on the wrist?
One serious problem that the Conservatives have not yet fixed is the fact that criminal records are not always up to date because the RCMP lacks resources. We know there is a way to emphasize recidivism before the courts, but the criminal record and the history have to be properly identified. If they are not, the Crown cannot work miracles. It cannot say that a particular conviction has not yet been entered on the record but that the individual was convicted in such and such a year. That is not how it works. Sometimes there are more basic problems to fix.
This will not stop us from supporting Bill C-590, which is well-intentioned. Unfortunately, it certainly is not the answer to all our problems when it comes to zero tolerance for drunk driving.
Monsieur le Président, en ce vendredi après-midi, j'ai l'honneur de me lever à la Chambre pour parler du projet de loi C-590 au nom de mon comté, Gatineau, mais aussi au nom de mes collègues du Nouveau Parti démocratique à titre de porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice. D'entrée de jeu, je veux annoncer que, effectivement, nous aussi, nous appuyons le projet de loi C-590, Loi modifiant le Code criminel concernant l'alcoolémie. Il veut rendre plus sévères les peines lorsque quelqu'un a un taux d'alcoolémie qui dépasse 160 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang et qui causerait certains à-côtés extrêmement importants, comme des lésions corporelles ou même la mort.
J'ai entendu plusieurs de mes collègues de la Chambre mentionner que, encore aujourd'hui, en 2015, c'est un fléau. C'est encore un problème. Des gens se promènent et croient encore pouvoir conduire un véhicule qui peut être considéré comme une arme. C'est un objet qui peut causer des dommages. Or des gens pensent qu'on peut entrer dans ce véhicule avec de l'alcool dans le sang, peu importe la quantité d'alcool.
Au Nouveau Parti démocratique, il est clair que nous avons une tolérance zéro en matière d'alcool au volant. Nous trouvons même parfois qu'on peut sûrement faire encore autre chose. On pourrait me demander si je pense que le projet de loi C-590 réglera la question. En effet, en présentant un projet de loi, on cherche normalement à s'assurer qu'il accomplit ce qu'on vise. Dans le cas présent, on veut évidemment envoyer un message clair, mais j'ose espérer que ce sera plus que cela, car il semble que des gens ne comprennent pas. En effet, il y a beaucoup de récidivistes au volant qui ne semblent malheureusement pas avoir de crainte en regardant le Code criminel.
Le projet de loi C-590 va-t-il réussir à faire que le concept de tolérance zéro sera compris une fois pour toutes par tous les pans de la population canadienne? J'en doute fortement. Tout d'abord, je doute que ce projet de loi soit bien conçu. N'en déplaise au député conservateur qui le présente, ce projet de loi aurait certainement eu intérêt à être fignolé davantage. Pour l'instant, la session parlementaire achevant et le temps pressant, c'est une demi-mesure. Il est clair que la personne qui a présenté le projet de loi était bien intentionnée par rapport à l'atteinte de l'objectif, n'est pas un juriste, et bien qu'on ait eu peu de témoins au Comité permanent de la justice et des droits de la personne pour nous parler du projet de loi C-590, le député a laissé beaucoup de questions sans réponse.
On s'en rend compte, et les gens du ministère de la Justice s'en rendent compte aussi, il y a certains trous dans ce projet de loi qui n'étaient pas récupérables au moment où il a été présenté. C'est parfois une raison de plus pour que ce genre de dossier ne vienne pas des députés d'arrière-ban, mais plutôt du gouvernement, parce que ce sont des politiques complexes. Certains articles du Code criminel peuvent provoquer certaines contestations, mais aussi certaines confusions.
Or la confusion principale réside dans une question que je posais à mon collègue d'en face, lorsqu'il nous a présenté son projet de loi. La plupart des contrevenants, lorsqu'ils se font arrêter par un policier sur le bord de la route, se font demander de souffler dans l'ivressomètre. Connaissant les pénalités pour quelqu'un qui a plus que 160 millilitres d'alcool dans le sang, la personne n'aurait-elle pas intérêt à tout simplement refuser de souffler dans l'ivressomètre? Bien sûr, ce refus conduit à certaines sentences, mais, monsieur le Président, vous qui êtes avocat comme moi le savez, elles sont moins sévères que les sentences liées à l'infraction après l'adoption du projet de loi C-590.
Une personne en état d'ébriété assez avancé aurait donc certainement davantage intérêt à refuser de passer l'alcootest plutôt que de donner la preuve à la Couronne qu'elle a dépassé la nouvelle limite qui est accompagnée de cette nouvelle peine.
En tant que porte-parole en matière de justice pour le Nouveau Parti démocratique, j'ai toujours cru qu'il ne s'agissait pas d'être tough on crime dans l'élaboration des projets de loi, comme les conservateurs se plaisent à le dire, mais plutôt d'adopter une approche intelligente. Il faut s'assurer que les mesures que nous adoptons vont réellement faire ce que nous prétendons qu'elles vont faire.
Par exemple, l'adoption du projet de loi C-590 pourrait mener à des jeux. Comme je le mentionnais lors des audiences en comité, en janvier ou en février de cette année, un juge du comté de Gatineau a rejeté une trentaine d'accusations en matière d'ivresse au volant parce que ces dossiers n'avaient pas été traités dans des délais raisonnables. Cela a fait les manchettes et a estomaqué beaucoup de gens.
À l'occasion, je me promène dans mon comté pour parler du problème de l'alcool au volant et du fait que, malgré toutes les campagnes d'information et le durcissement des peines des dernières années, les gens ne semblent toujours pas comprendre le message. Le problème, c'est que les conservateurs ont commencé à modifier le Code criminel canadien de tous bords, tous côtés.
Ainsi, les spécialistes des causes criminelles, soit les procureurs de la Couronne et de la défense, les corps policiers, les juges et tous les intervenants, me disent qu'il y a tellement de retard dans les dossiers que des jeux se créent éventuellement entre la Couronne et la défense.
Les sentences étant plus dures, la défense est moins portée à conclure un accord de règlement avec la Couronne et davantage portée à plaider tous les dossiers pour éviter certaines nouvelles sentences. Cela crée un embourbement absolument phénoménal de nos palais de justice. D'ailleurs, cela n'a pas seulement lieu à Gatineau, mais partout au Québec et au Canada.
Or cet embourbement ne devrait pas être la seule chose qui nous empêche d'agir. Par contre, comme nous le disons souvent, au Nouveau Parti démocratique, si on veut mettre en place ces nouvelles sentences et créer une nouvelle façon de faire les choses, il faut d'abord donner les outils nécessaires aux policiers. Notamment, ceux-ci doivent être plus nombreux sur le terrain, afin d'être en mesure d'arrêter les contrevenants. Ensuite, il faut s'assurer que notre système de justice est en mesure de prendre en charge ces gens et de leur donner un procès dans un délai raisonnable, plutôt que dans un délai déraisonnable causé par un manque de juges, de procureurs de la Couronne et de salles dans les palais de justice.
La combinaison de tous ces éléments crée un système extrêmement dysfonctionnel, malheureusement, qui fait en sorte que les palais de justice crient à l'aide et que personne ne leur répond. On ne fait que leur donner des nouvelles lois auxquelles ils doivent s'ajuster et qu'ils doivent interpréter par rapport aux autres lois. Cela complexifie les situations juridiques et mène parfois à l'opposé du but recherché par les conservateurs, c'est-à-dire une situation où beaucoup de gens réussissent à se faufiler à travers les fissures du système. Combien de fois ai-je lu dans les journaux qu'un individu s'est fait attrapé pour la cinquième fois et qu'il a reçu une sentence bonbon?
Un grave problème qui n'a toujours pas été réglé par les conservateurs, c'est le fait que les casiers judiciaires ne sont toujours pas à jour, car la GRC manque de ressources. On sait qu'il existe une façon de faire valoir les récidives devant les tribunaux, mais le casier judiciaire et le dossier antérieur doivent être bien identifiés. Sinon, la Couronne ne peut pas faire de miracles. Elle ne peut pas dire que cela n'a pas encore été inscrit, mais que l'individu a été reconnu coupable en telle année. Cela ne fonctionne pas ainsi. Alors, il y a parfois des choses plus fondamentales à régler.
Cela ne nous empêchera pas d'appuyer le projet de loi C-590, qui part d'un bon sentiment, mais celui-ci ne sera certainement pas la solution à tous les maux, malheureusement, en matière de tolérance zéro concernant l'alcool au volant.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2015-06-05 14:00 [p.14669]
I am pleased to add my voice to those of the members for Gatineau and Alfred-Pellan, who both gave very eloquent speeches.
We support the bill. However, as the member for Gatineau said so well, it has some flaws. Unfortunately, in committee, the Conservatives rejected all the proposed amendments to this bill instead of improving it.
No doubt everyone in this House understands the importance of cracking down on drunk driving. I do not think there is a single member in this House who has not had a family member, neighbour, or friend involved in these tragedies that take place far too often on Canadian highways. What we see often is that they were entirely preventable.
Someone getting behind the wheel of a car and deciding to drive while having consumed alcohol is someone who is a risk to people throughout the community. Far too often, it results in serious injury and even death.
As members know, my riding of Burnaby—New Westminster is part of the north Fraser area, and we are connected to the south Fraser area by a number of bridges, including the Pattullo Bridge. I know a number of constituents who have had family members who have died or been severely injured because of drunk driving on the Pattullo Bridge. This is something that is repeated right across the country.
There is no doubt that having legislation is helpful, but what the legislation before us lacks is somewhat along the lines of what my colleague, the member for Gatineau, just expressed so eloquently a few minutes ago. What the Conservative government has done in terms of crime prevention, cutbacks to the RCMP, and refusing to adequately fund the judicial system has caused enormous prejudice to actually putting in place a smart policy on crime.
I think the most egregious is the government's slashing of crime prevention programs. For every dollar we invest in crime prevention programs, we save six dollars in policing costs, judicial costs, and penal costs. The investment for the Canadian taxpayers is extraordinarily large if one dollar invested in crime prevention saves money in a whole variety of other spheres. More importantly, it means that there are no victims, because the crime is not committed in the first place.
The current Conservative government has completely slashed and burned crime prevention funding right across the country. Crime prevention offices that were set up to prevent crime, to stop crimes like drunk driving from being committed, and to educate the population so that what we end up with is a population that understands the ramifications of these kinds of offences and does not commit them were slashed and burned by a government that, in some bizarre way, seems to want to triumph on fighting crime when it actually undermines all of the effective programs that would actually reduce crime rates.
This is the problem. We have seen it in the Lower Mainland of British Columbia and right across the country. We can ask members of Parliament from any part of the country, and we will get the same reaction.
The Conservative government has been utterly irresponsible when it comes to taking a smart approach to crime and reducing crime at its source by putting in place education programs on drunk driving, and even more importantly, by having an overall crime prevention strategy. The elimination of all of those programs has been distinctly unhelpful. As we are seeing now in various parts of the country, it has led to a rise in the crime rate.
The member for Surrey North and the member for Newton—North Delta have been raising consistently in this House the number of shootings taking place in Surrey, British Columbia.
As members know, what has happened in Surrey occurred primarily because the current Conservative government did not keep its commitment to put more front-line police officers in place across the country. It failed to keep that commitment. Also, as members well know, what we have is a government that has also actually clawed back from the RCMP. Our front-line police officers now have fewer resources than they used to have to combat drunk driving and other offences, again because the current government seems to want to put money into other things. Maybe it is the Senate; maybe it is special conferences, such as over the last one or two days, that cost a billion dollars. The Conservatives are eager to put money there.
However, when it comes to crime prevention programs, front-line police officers, or adequately funding the RCMP, what we have seen is a woeful lack of responsibility from these Conservatives.
I think that is the reason that in poll after poll, 70% of Canadians say they are finished with these Conservatives. They want nothing more to do with them. They are eagerly awaiting October 19, when they can toss the Conservatives out of office. The Conservatives have proven to be irresponsible at the one policy they said they would be good at.
Yes, there are some bills that may help, such as the bill we are discussing today, but when they cut and slash crime prevention, when they do not keep their commitments around front-line police officers, when they claw back from the RCMP, they are undermining the institutional foundations for actually putting a smart-on-crime strategy into place. The unfortunate victims of those incredibly short-sighted policies and incredibly mean-spirited, foolish, irresponsible approaches to being smart on crime are Canadian families.
When we look at a bill like this, we say, yes, the bill may move us forward. There are weaknesses in the bill that should have been addressed, but this government does not actually accept amendments from the opposition. More importantly, it is not the bill that counts; it is the overall actions. Every single time when the Conservatives had an ability to make the right decision over the last four years, they have chosen to make the wrong decision. Slashing crime prevention was a wrong decision. Refusing to keep a commitment to put front-line police officers into communities like Surrey, British Columbia, where we have seen a marked increase in the number of shootings, was a foolish, wrong decision. Clawing back from the RCMP was a foolish, wrong decision. We have simply seen too many foolish, wrong decisions
We will support the bill today. There is no doubt. However, Canadians who feel who strongly, as I do, that we need to crack down on drunk driving—including at the source, including putting in place smart strategies to educate the public on crime prevention strategies—will have to wait until after October 19 of this year, when we will have a government in place that will do the smart thing, the right thing, in battling crime and reducing the number of victims in this country.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir d'ajouter ma voix à celles de la députée de Gatineau et de la députée d'Alfred-Pellan, qui ont toutes deux fait un discours extrêmement éloquent.
Nous appuyons le projet de loi. Toutefois, comme la députée de Gatineau l'a si bien dit, il comporte des lacunes. Malheureusement, en comité, les conservateurs n'ont accepté aucun des amendements proposés à ce projet de loi, alors qu'ils auraient pu l'améliorer.
Il ne fait aucun doute que tout le monde à la Chambre comprend l'importance de sévir contre la conduite en état d'ébriété. Tous les députés connaissent un parent, un voisin ou un ami ayant été touché par ces tragédies qui se produisent beaucoup trop souvent sur les routes canadiennes. Le pire, c'est qu'elles sont souvent entièrement évitables.
Une personne qui a consommé de l'alcool et qui décide quand même de prendre le volant constitue une menace pour toute la collectivité. Ce genre de comportement se solde trop souvent par des blessures graves ou même par des décès.
Comme les députés le savent, ma circonscription, Burnaby—New Westminster, se trouve sur la rive nord du Fraser, et elle est liée à la rive sud du Fraser par plusieurs ponts, y compris le pont Pattullo. Je connais des habitants de ma circonscription qui ont vu des membres de leur famille mourir ou être gravement blessés parce que des gens conduisaient en état d'ébriété sur ce pont. Ce genre de tragédie se produit partout au pays.
Il ne fait aucun doute que le projet de loi est utile, mais celui-ci présente certaines lacunes, comme l'a exprimé avec grande éloquence la députée de Gatineau il y a quelques instants. Les mesures que le gouvernement a prises dans le dossier de la prévention du crime — les compressions imposées à la GRC, son refus d'accorder un financement adéquat au système de justice — ont considérablement miné notre capacité d'adopter des politiques réfléchies en la matière.
Les compressions les plus scandaleuses sont celles que le gouvernement a imposées aux programmes de prévention. Chaque dollar investi dans les programmes de prévention du crime nous permet d'économiser six dollars au titre des services de police, du système judiciaire et du système pénal. C'est un investissement considérable pour le contribuable canadien lorsqu'on considère que chaque dollar investi dans la prévention du crime nous permet de réaliser des économies dans toutes sortes d'autres domaines. Mais surtout, une telle approche réduit le nombre de victimes, car elle prévient la criminalité à la source.
L'actuel gouvernement conservateur a complètement sabré le financement consacré à la prévention de la criminalité partout au pays. Le gouvernement a sabré les bureaux de prévention de la criminalité mis sur pied pour prévenir les crimes, empêcher que certains crimes — comme la conduite en état d'ébriété — ne soient commis et éduquer la population afin qu'elle comprenne les ramifications de ce genre d'infractions et ne les commette pas. Ce qui est bizarre, c'est que le gouvernement affirme vouloir remporter la lutte contre la criminalité, alors que, dans les faits, il mine tous les programmes efficaces qui permettraient de réduire le taux de criminalité.
Voilà le problème. C'est ce qui s'est passé dans la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique, et partout au pays. Nous pouvons poser la question à n'importe quel député et nous obtiendrons la même réaction.
Le gouvernement conservateur a été tout à fait irresponsable. Il n'a pas adopté une approche intelligente à l'égard de la criminalité et de la réduction de la criminalité à sa source en mettant en place des programmes éducatifs sur la conduite en état d'ébriété et, plus important encore, en mettant en place une stratégie globale de prévention de la criminalité. L'abolition de tous ces programmes n'a vraiment pas aidé. Comme nous le voyons maintenant dans diverses régions au pays, cela a mené à l'augmentation du taux de criminalité.
Les députés de Surrey-Nord et de Newton—Delta-Nord ne cessent d'informer la Chambre du nombre de fusillades qui ont lieu à Surrey, en Colombie-Britannique.
Comme le savent les députés, les événements survenus à Surrey se sont produits, en grande partie, parce que le gouvernement conservateur n'a pas tenu son engagement: il n'a pas augmenté le nombre de policiers de première ligne partout au pays. Il n'a pas tenu promesse. Les députés savent aussi que le gouvernement a pigé dans le budget de la GRC. Les policiers de première ligne ont maintenant moins de ressources qu'auparavant pour lutter contre la conduite avec facultés affaiblies et d'autres infractions, parce que le gouvernement préfère investir ailleurs. Peut-être préfère-t-il investir dans le Sénat ou dans des conférences spéciales comme celle des derniers jours, qui a duré une journée ou deux et coûté un milliard de dollars. Voilà le genre d'activités pour lesquelles les conservateurs dépensent allègrement.
Mais quand il s'agit des programmes de prévention du crime, des policiers de première ligne ou du financement de la GRC, les conservateurs se montrent vraiment irresponsables.
Cela explique probablement pourquoi les sondages montrent, encore et encore, que 70 % des Canadiens disent en avoir assez des conservateurs. Ils ne veulent plus de ce gouvernement. Ils attendent impatiemment les élections du 19 octobre et la chance de chasser les conservateurs du pouvoir. Les conservateurs se sont montrés irresponsables à propos de la seule politique qui devait, supposément, correspondre à leurs talents.
Certaines mesures législatives pourraient certes avoir un effet positif, comme celle dont nous discutons aujourd'hui. Mais quand le gouvernement sabre allègrement dans la prévention du crime, quand il ne respecte pas ses engagements à propos des policiers de première ligne, quand il a pigé dans le budget de la GRC, il mine les bases institutionnelles sur lesquelles une stratégie judicieuse de lutte à la criminalité pourrait s'appuyer. Il adopte, dans la lutte à la criminalité, des politiques terriblement malavisées, mesquines, stupides et irresponsables, dont les victimes sont malheureusement les familles canadiennes.
Quand on examine un projet de loi comme celui-ci, on se dit, oui, ce projet de loi nous fera progresser. Le projet de loi comporte certaines lacunes qui auraient dû être prises en compte, mais le gouvernement n'accepte pas les modifications proposées par l'opposition. Le plus important n'est pas le projet de loi, mais les mesures prises. Chaque fois que les conservateurs ont eu l'occasion de prendre la bonne décision au cours des quatre dernières années, ils ont choisi de prendre la mauvaise. Sabrer les budgets des programmes de prévention du crime était une mauvaise décision. Refuser de respecter un engagement pour ce qui est d'affecter des agents de police de première ligne dans des collectivités comme celle de Surrey, en Colombie-Britannique, où nous avons relevé une augmentation considérable du nombre de fusillades, était une décision mauvaise et insensée. Retirer de l'argent du budget de la GRC était une décision mauvaise et insensée. Il y a tout simplement eu un trop grand nombre de décisions mauvaises et insensées.
Nous appuierons sans nul doute le projet de loi aujourd'hui. Cependant, les Canadiens qui croient fermement comme moi qu'il faut mettre un frein à la conduite avec facultés affaiblies — y compris à la source et en mettant en place des stratégies visant à sensibiliser la population  sur la prévention du crime — devront attendre jusqu'au 19 octobre prochain, lorsque sera élu un gouvernement qui saura prendre une décision judicieuse pour lutter contre le crime et réduire le nombre de victimes dans ce pays.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, although it is always difficult to follow the member for Burnaby—New Westminster, I am pleased to rise in the House to debate Bill C-590, An Act to amend the Criminal Code (blood alcohol content).
First of all I would like to say that I personally will be voting for the bill at third reading stage. However, I feel the need to repeat some of the very eloquent arguments made by the member for Gatineau, the official opposition's justice critic, and the member for Alfred-Pellan. They discussed some very important points that were completely ignored by the Conservative government. That is nothing new, as we have seen this repeatedly over the past four years.
This is a pertinent bill in that the issue of drunk driving is of concern to all Canadians. I am sure that all of us here in the House, and all Canadians, can think of examples of tragic events that have affected us directly or indirectly, within our family or in the community where we live.
Clearly we need harsher penalties for impaired driving, and the offence itself needs to be a more serious one. It was not so long ago that drunk driving was considered a minor offence, simply a car accident. It was not considered a criminal offence. I think that we on this side of the House can be pleased with the progress that has been made since that type of mentality was the norm.
However, there are certain approaches that are reminiscent of the Conservative government's old way of thinking. I am talking about minimum sentences. The hon. member for Gatineau said quite eloquently that such provisions could be counterproductive. For the past four years, the government has been adding minimum sentences to just about every serious offence. When we look at the U.S. experience, it is clear that minimum sentences show a lack of confidence in the judges and the justice system, and that they also come at a high cost to the community because the judges are prevented from taking the context of the offence into account.
When we are talking about drunk driving, the context is hard to deny. Someone who simply drank too much and lacked judgment must be held criminally responsible for his or her actions. However, if we look at all the other offences that have been brought in by this government and that are now subject to minimum sentencing, we can see that minimum sentences are often counterproductive, either because they do not leave room for potential rehabilitation or because they impose a general direction that later becomes automatically adopted. In other words, the minimum sentence becomes a standard, when the circumstances and the context might call for a harsher sentence. The justice system and the judges in whom the government is showing a lack of faith, might be tempted to go with the lowest common denominator, and they do it quite often, as demonstrated, once again, by the U.S. experience.
In that sense, we are opposed to minimum sentences, not because we think that criminals should not receive punishments that fit their crimes, but because the government has repeatedly gone down the wrong track by failing to put faith in our justice system. Once again, I want to make it clear that all of us in the House, or at least those of us on this side, believe that drunk driving is a serious criminal offence that often endangers the lives of others. I imagine those on the government side agree.
I would like to comment on another point raised by my colleague from Gatineau, who knows what she is talking about. Even if we had the strictest justice system in the world, if the government does not give the forces of law and order the resources they need, it will be very difficult to ensure compliance with Parliament's intention. If the RCMP and our police forces in general lack resources, if our legal system and our courts lack resources, we will have a flawed system that does not work well and does not have the technical means to enforce the sentences that fit the crimes.
The typical example that was raised by my colleague from Gatineau is the 50 or so cases where drivers were charged with impaired driving but then let off without ever going to court. Why? Too much time had passed between the time they were arrested and charged and their trial, so the case was thrown out. Is that responsible? No. These people were charged with a serious crime and society did not even have the chance to hear the cases and impose sanctions.
It is all well and good to say that we have tough laws and we want to make them even tougher, but if the legal system does not have the resources it needs, then tougher laws will be completely useless. This looks good on paper. On the surface, we seem to be doing our job, but when it comes right down to it, society is no better off.
Like the member for Prince Albert and the other members who spoke about this bill, I realize that there need to be tougher penalties for impaired drivers and that it should be left to our judges' discretion to impose those penalties. I agree that a person's faculties can be impaired by substances other than alcohol, and that is an issue we could consider.
I truly hope that, as much as possible, the legal system will continue to consider the serious consequences and harm caused by impaired driving in our communities and that sentences for these offences will serve more and more as examples. That is why I will be voting in favour of this bill at third reading.
However, I would have much preferred this bill to come from the government. We have so many private members' bills that should be part of the government's concerted law and order strategy, and impaired driving should be included in that in order to increase prevention and ensure that the issue of sentencing and harsher penalties is part of that established strategy.
I applaud the initiative of the member in question, but I would like to see a more elaborate strategy from the government on this issue. I have not seen that so far, which is unfortunate. Since I applaud the member's initiative, I will be pleased to vote in favour of the bill at third reading.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de me lever à la Chambre, même si c'est toujours difficile de suivre le député de Burnaby—New Westminster, pour parler du projet de loi C-590, une loi modifiant le Code criminel en ce qui a trait à l'alcoolémie.
D'entrée de jeu, je dois dire, de façon personnelle, que je voterai en faveur de ce projet de loi à l'étape de la troisième lecture. Cependant, je me vois obliger de répéter certains arguments avancés de façon très éloquente par la députée de Gatineau, également la porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, et par la députée d'Alfred-Pellan. Elles ont abordé des points extrêmement importants et qui sont ignorés de manière chronique par le gouvernement conservateur. Ce n'est pas récent, car nous l'avons constaté au cours des quatre dernières années.
C'est un projet de loi pertinent, dans le sens où la question de l'alcool au volant préoccupe l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes. Je pense que nous pouvons tous et toutes trouver, ici à la Chambre, mais également chez les Canadiens et les Canadiennes en général, certains exemples de tragédies qui nous ont touchés de près ou de loin, que ce soit au niveau de notre famille ou de la communauté dans laquelle nous vivons.
De toute évidence, nous devons rendre plus sévères les peines et les infractions relatives à l'alcool au volant. Il n'y a pas si longtemps que cela, ces infractions étaient considérées comme un délit mineur, un accident de la route simplement. Elles n'étaient pas considérées comme étant une action criminelle. Je pense que nous devons être heureux de ce côté-ci, à la Chambre-ci, des progrès effectués depuis le temps où cette mentalité était prévalente.
Cependant, il y a des façons de faire qui sont encore une fois des réminiscences des façons de faire passées du gouvernement conservateur. Il s'agit, entre autres, de la question des peines minimales. La députée de Gatineau a mentionné de façon très éloquente le fait que de telles dispositions pourraient être contre-productives. Depuis quatre ans, le gouvernement s'amuse à mettre des peines minimales sur à peu près toutes les infractions sérieuses. Il est clair, selon l'expérience américaine, que les peines minimales démontrent une absence de confiance envers les juges et le système judiciaire, mais qu'elles entraînent aussi des coûts importants pour la communauté, parce qu'on empêche les juges de tenir compte du contexte de l'infraction.
Lorsqu'on parle d'alcool au volant, évidemment, le contexte est difficile à nier. Quelqu'un qui a simplement trop bu a manqué de jugement et il doit être tenu criminellement responsable de ses actions. Cependant, si on examine l'ensemble des autres infractions qui ont été apportées par le gouvernement et qui sont maintenant sujettes à des peines minimales, on peut voir que la question des peines minimales est bien souvent contre-productive, soit parce qu'elles empêchent une possible réhabilitation, soit parce qu'elles imposent une direction générale qui est adoptée par la suite. Cela veut dire qu'on va utiliser la peine minimale comme étant une peine standard, alors que les circonstances et le contexte pourraient en fait entraîner une peine plus sévère. Le système judiciaire et les juges en qui le gouvernement démontre un manque de confiance pourraient tenter d'y aller au plus petit dénominateur commun, et ils le font bien souvent comme le démontre, encore une fois, l'expérience américaine.
En ce sens, nous sommes réfractaires aux peines minimales, non pas parce que nous jugeons que les criminels ne doivent pas recevoir une peine à la hauteur des crimes qu'ils ont commis, mais que le gouvernement fait fausse route de manière continuelle en n'offrant pas ou en n'étendant pas cette confiance à notre système judiciaire. Encore une fois, je dois préciser que nous considérons, tous à la Chambre, du moins de ce côté-ci, que l'alcool au volant constitue une infraction criminelle grave qui bien souvent met la vie des autres en danger, et je pense que c'est la même chose du côté du gouvernement.
J'aimerais revenir sur un autre point mentionné par ma collègue de Gatineau qui parle en connaissance de cause. C'est le fait qu'on a beau avoir le système judiciaire le plus stricte au monde, si on ne donne pas les ressources nécessaires aux instances de la loi et de l'ordre, ce sera très difficile de pouvoir s'assurer que l'intention du Parlement est effectivement respectée. Si la GRC et nos corps policiers en général manquent de ressources, si notre système judiciaire et nos tribunaux manquent de ressources, on aura un système déficient qui ne sera pas apte et qui n'aura pas les moyens techniques de pouvoir faire appliquer les peines justifiées par l'ampleur du délit.
L'exemple typique, tel qu'il a été soulevé par ma collègue de Gatineau, c'est cette cinquantaine de cas où des conducteurs et conductrices avaient été accusées de conduite avec facultés affaiblies, et qui n'ont même pas vu leur cause être apportée au tribunal parce qu'ils ont été relâchés. Pourquoi? Parce que les délais trop longs entre l'arrestation, l'accusation et leur procès ont fait en sorte que la cause a été rejetée. Est-ce responsable? Non. Ces gens ont été accusés d'un délit grave, et la société n'a même pas pu entendre les causes et faire appliquer une sanction.
Nous avons beau dire que nous avons des lois strictes et sévères, et que nous voulons les rendre plus strictes et plus sévères, mais si le système judiciaire manque des moyens nécessaires, cela sera tout à fait inutile. Nous avons une belle apparence. Superficiellement, nous faisons notre travail, mais au bout du compte, la société n'est pas plus avancée.
En ce sens, comme le député de Prince Albert et les députés qui ont parlé de ce projet de loi, je reconnais que la question de la conduite avec facultés affaiblies doit entraîner des peines plus sévères, laissées à la discrétion des juges. Je suis d'accord pour dire que les facultés peuvent être affaiblies avec d'autres substances que l'alcool, et nous pourrons nous pencher sur cette question
J'espère bien que le système judiciaire, dans la mesure de ses moyens, va continuer à prendre conscience des conséquences importantes et des dégâts qu'entraîne la conduite avec facultés affaiblies dans nos communautés, et que ces sentences seront de plus en plus exemplaires. C'est la raison pour laquelle je vais voter en faveur de ce projet de loi à l'étape de la troisième lecture.
Toutefois, je souhaiterais bien que ce projet de loi puisse venir du gouvernement. Nous avons quantité de projets de loi émanant des députés, et qui devraient toutefois faire partie d'une stratégie concertée de la part du gouvernement en matière de loi et d'ordre et de conduite avec facultés affaiblies, afin de s'assurer qu'il y ait plus de prévention à ce sujet et que la question des peines criminelles et de la plus grande sévérité des peines fassent partie de cette stratégie établie.
J'applaudis l'initiative du député en question, mais j'aimerais voir une stratégie plus élaborée de la part du gouvernement pour considérer cette question. Je ne l'ai pas vue jusqu'ici, et cela me désole. Puisque j'ai applaudi l'initiative du député, c'est avec plaisir que je voterai en faveur de ce projet de loi à l'étape de la troisième lecture.
View Joe Comartin Profile
NDP (ON)
View Joe Comartin Profile
2015-06-05 14:16 [p.14671]
The time provided for the consideration of private members' business has now expired and the order is dropped to the bottom of the order of precedence on the order paper.
It being 2:18 p.m., this House stands adjourned until Monday next at 11 a.m., pursuant to Standing Order 24(1).
(The House adjourned at 2:18 p.m.)
La période réservée à l'étude des initiatives parlementaires est maintenant écoulée, et l'article retombe au bas de la liste de priorité du Feuilleton.
Comme il est 14 h 18, la Chambre s'ajourne jusqu'à lundi prochain, à 11 heures, conformément au paragraphe 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 18.)
View Ron Cannan Profile
CPC (BC)
View Ron Cannan Profile
2015-05-27 15:17 [p.14227]
Mr. Speaker, I stand to present a petition and sadly inform this House that 19-year-old Kendra Cole was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Obviously, it is devastating for Kendra's family, and our thoughts and prayers are with them.
This petition is tabled through an organization called Families for Justice. It is a group of Canadians who have had loved ones killed by impaired drivers. The petitioners believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient, and they would like the crime to be called what it is: vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada.
Over 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families for Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je prends la parole pour présenter une pétition qui rappelle la triste histoire de Kendra Cole, âgée de 19 ans, qui a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. Évidemment, les proches de Kendra sont dévastés. Nos pensées et nos prières les accompagnent.
La pétition a été présentée par l'entremise de Families for Justice, une organisation qui regroupe des Canadiens ayant perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Les pétitionnaires estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes et ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Il s'agit de la principale cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada.
Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Kennedy Stewart Profile
NDP (BC)
View Kennedy Stewart Profile
2015-05-26 10:09 [p.14136]
Mr. Speaker, my third petition is presented on behalf of my constituent George Sojka. In 2005, George's sister, Helen Sonja Francis, was killed by an impaired driver. Due to unforeseen circumstances, the RCMP officers were unable to forward a warrant to the justice of the peace for approval within the four-hour time limit as legislated. As a result, the samples of the impaired driver's blood were ruled inadmissible.
The petitioner calls on this House to amend the Criminal Code of Canada to change the current four-hour time limit for warrant approval to a six-hour time limit.
Monsieur le Président, je présente la troisième pétition au nom d'un électeur de ma circonscription, George Sojka. En 2005, la soeur de George, Helen Sonja Francis, a été tuée par un conducteur en état d'ébriété. En raison de circonstances imprévues, les agents de la GRC n'ont pas pu transmettre un mandat au juge de paix pour qu'il soit approuvé dans le délai requis de quatre heures, comme le prévoit la loi. Par conséquent, les échantillons de sang du conducteur en état d'ébriété ont été jugés irrecevables.
Le pétitionnaire demande à la Chambre de modifier le Code criminel du Canada pour faire passer de quatre à six heures le délai d'approbation des mandats.
View Ron Cannan Profile
CPC (BC)
View Ron Cannan Profile
2015-05-25 15:16 [p.14067]
Mr. Speaker, my petition informs the House that a young person who was 18 years of age was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Obviously the family has been devastated by the loss of their son.
Families For Justice, a group of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver, believes that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They would like the crime to be called vehicular homicide.
It is the number one cause of criminal death in Canada. Over 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families For Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide, and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, les signataires de cette pétition informent la Chambre qu'un jeune homme de 18 ans a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire même si elle avait les facultés affaiblies. Il va sans dire que la famille est durement éprouvée par la perte du jeune homme.
L'organisme Families for Justice, un groupe de Canadiens ayant perdu un être cher à cause de l'alcool au volant, estime que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Il souhaite que cet acte criminel soit appelé homicide commis au volant d'un véhicule automobile.
Il s'agit de la principale cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2015-05-15 12:05 [p.14009]
Mr. Speaker, I am very pleased to present a petition on behalf of many Canadians. It is a petition organized by Families For Justice, which is a group of Canadians who have unfortunately had a loved one killed by an impaired driver. They are people like Sheri Arsenault from my riding, the mother of 18-year-old Bradley Arsenault, who was killed along with his two friends, Kole Novak, also 18, and Thaddeus Lake who was 22. This was a very tragic incident.
These families believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada. Over 1,200 Canadians are killed every year by a drunk driver. This group is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je suis très heureux de présenter une pétition au nom de nombreux Canadiens. La pétition est organisée par Families for Justice, un groupe de Canadiens qui ont malheureusement perdu un être cher à cause de la conduite avec facultés affaiblies. Le groupe est formé de personnes comme Sheri Arsenault, qui habite dans ma circonscription, la mère de Bradley Arsenault, 18 ans, qui a été tué avec ses deux amis, Kole Novak, qui avait aussi 18 ans, et Thaddeus Lake, qui avait 22 ans. Ce fut une véritable tragédie.
Ces familles estiment que les lois canadiennes sur la conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. C'est la principale cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Ce groupe réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Garry Breitkreuz Profile
CPC (SK)
View Garry Breitkreuz Profile
2015-05-14 10:08 [p.13910]
Mr. Speaker, I am presenting a petition today that sadly informs the House that Rayel MacDonald was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Rayel's family is devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is: vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada, where 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families for Justice are calling for mandatory sentences for vehicular homicide and for this Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je présente aujourd'hui une triste pétition qui informe la Chambre que Rayel MacDonald a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille de Rayel est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ils estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Au Canada, il s'agit de la principale cause de décès attribuable à une infraction criminelle. Chaque année, 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet loi C-652, la loi de Kassandra.
View Ron Cannan Profile
CPC (BC)
View Ron Cannan Profile
2015-05-14 10:12 [p.13910]
Mr. Speaker, it is great to see our hon. colleague from Fredericton back in the House.
I rise to table a petition with respect to the sad case of 19-year-old Kendra Cole, who was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Kendra's family is devastated. As we heard from the petition of one of the previous members, there is an organization called Families for Justice, which is a group of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver.
A lot of people may not be aware that research shows that more than 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families for Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for this Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je suis heureux de voir que notre collègue de Fredericton est de retour à la Chambre.
Je prends la parole pour présenter une pétition qui rappelle la triste histoire de Kendra Cole, âgée de 19 ans, qui a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille de Kendra est dévastée. Comme nous l'avons entendu lorsque les députés précédents ont présenté leurs pétitions, il existe une organisation appelée Families for Justice, formée de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant.
Beaucoup de gens ne le savent peut-être pas, mais les recherches montrent que chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Dave MacKenzie Profile
CPC (ON)
View Dave MacKenzie Profile
2015-05-13 15:32 [p.13844]
Mr. Speaker, I have the honour to present a petition which calls upon the Government of Canada to make changes to the current drinking and driving laws in Canada, and to make a change to the Criminal Code of Canada.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition qui demande au gouvernement du Canada de modifier les lois actuelles concernant la conduite avec facultés affaiblies ainsi que le Code criminel du Canada.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I am pleased to present three petitions signed by thousands of Canadians. The first proposes to update Canada's impaired driving laws.
Monsieur le Président, je suis heureux de présenter trois pétitions qui portent la signature de milliers de Canadiens. La première propose de moderniser les lois canadiennes à l'égard de la conduite avec les facultés affaiblies.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-05-13 15:35 [p.13845]
Mr. Speaker, I am honoured to present a petition that sadly informs the House that Duane Pearson was tragically killed by a drunk driver. The Pearson family has been left devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime called what it is: vehicular homicide. They call on the government to introduce legislation that will provide mandatory sentencing for vehicular homicide.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une triste pétition informant la Chambre que Duane Pearson a tragiquement perdu la vie à cause d'un conducteur ivre. La famille Pearson est très durement éprouvée.
Families for Justice est une association de Canadiens qui ont, eux aussi, perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Elles demandent donc au gouvernement de présenter un projet de loi qui imposera des peines obligatoires aux auteurs d'homicides commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2015-05-12 10:04 [p.13757]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the 23rd report of the Standing Committee on Justice and Human Rights in relation to Bill C-590, An Act to amend the Criminal Code (blood alcohol content).
The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 23e  rapport du Comité permanent de la justice et des droits de la personne, qui porte sur le projet de loi C-590, Loi modifiant le Code criminel (alcoolémie).
Le comité a étudié le projet de loi et a décidé d'en faire rapport à la Chambre avec des amendements.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-05-12 10:05 [p.13757]
Mr. Speaker, I am presenting a petition that sadly informs the House that Geoff Gaston was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. The Gaston family has been left devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones who were killed by impaired drivers. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. They also want mandatory sentencing for those convicted of this crime.
Monsieur le Président, je présente une triste pétition qui informe la Chambre que Geoff Gaston a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille Gaston est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Les membres de ce groupe estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Ils réclament aussi des peines obligatoires pour les personnes ayant commis un tel acte.
View Devinder Shory Profile
CPC (AB)
View Devinder Shory Profile
2015-05-12 10:08 [p.13758]
Mr. Speaker, I rise to present a petition signed by hundreds of Calgarians calling for a change in the law around drunk driving in memory of my constituent Francis Pesa, who was struck by a drunk driver on January 1, 2014, and died a few days later.
The petitioners ask Parliament to recognize the devastation caused by drunk driving, to respond by changing the definition of impaired driving causing death to that of vehicular manslaughter, and to attach minimum sentences upon conviction.
Drunk driving is a serious problem and requires serious sentences in response.
Monsieur le Président, je prends la parole pour présenter une pétition signée par des centaines de Calgariens en mémoire d'un électeur de ma circonscription, Francis Pesa, qui a été heurté par un conducteur en état d'ébriété le 1er  janvier 2014 et est décédé quelques jours plus tard. Les pétitionnaires réclament la modification de la loi concernant la conduite avec facultés affaiblies.
Ils demandent au Parlement de reconnaître les effets dévastateurs de la conduite en état d'ébriété, d'y réagir en modifiant la loi de façon à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile et de prévoir des peines minimales en cas de déclaration de culpabilité.
La conduite en état d'ébriété constitue un problème grave qui exige l'imposition de lourdes peines.
View Rob Clarke Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, my constituents are concerned about violent crime. They know that the first duty of any government is to protect Canadians from dangerous and violent criminals, particularly those in gangs. That is why we are pleased that our Conservative government passed over 30 measures to get tough on crime. Shockingly, most of these were obstructed and opposed by the Liberal leader. The leader for the Liberals even said that they would repeal all mandatory prison sentences in the Criminal Code.
Could the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety update the House on the actions this government is taking to address these serious issues?
Monsieur le Président, les électeurs de ma circonscription ont peur des crimes violents. Ils savent que la responsabilité première de tout bon gouvernement consiste à protéger ses citoyens contre les criminels dangereux et violents, et plus particulièrement contre les gangs. Nous nous réjouissons donc que le gouvernement conservateur ait fait adopter plus d'une trentaine de mesures visant à serrer la vis aux criminels. Étonnamment, la plupart de ces mesures se sont butées aux manoeuvres d'obstruction et à l'opposition du chef libéral. Ce dernier est même allé jusqu'à dire qu'il éliminerait toutes les peines minimales obligatoires du Code criminel.
La secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique pourrait-elle rappeler à la Chambre les mesures que prend le gouvernement pour s'attaquer à ces graves problèmes?
View Roxanne James Profile
CPC (ON)
View Roxanne James Profile
2015-05-12 14:59 [p.13796]
Mr. Speaker, that position is absolutely ridiculous. It is not only our government that says so. Here is a quote. “There is a place for mandatory minimums particularly for violent crimes”. Who said that? Why none other than Liberal candidate Bill Blair who also supports mandatory minimums for gun crimes in principle.
While the Liberals debate whether or not dangerous and violent criminals belong behind bars, on this side of the House our Conservative government will continue to keep Canadians safe.
Il s'agit d'une position tout à fait ridicule, monsieur le Président. Et il n'y a pas que le gouvernement qui le dise. Voici une opinion bien tranchée: « Les peines minimales obligatoires ont leur raison d'être, surtout lors qu'il s'agit de crimes violents. » Qui a tenu ces propos? Nul autre que le candidat libéral Bill Blair, qui se dit aussi favorable au principe voulant que les crimes commis au moyen d'une arme à feu soient assortis d'une peine minimale obligatoire.
Pendant que les libéraux se demandent si les criminels dangereux et violents doivent être derrière les barreaux ou non, le gouvernement conservateur va continuer de veiller à la sécurité des Canadiens.
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2015-05-07 10:05 [p.13577]
Mr. Speaker, I have the honour to rise in the House today to present several petitions signed by hundreds of Albertans who are calling upon the government to implement new mandatory minimum sentences for those convicted of impaired driving. The petitioners also want the Criminal Code of Canada to be changed to redefine the offence of impaired driving causing death, as vehicular homicide.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur d'intervenir à la Chambre aujourd'hui pour présenter plusieurs pétitions signées par des centaines d'Albertains qui demandent au gouvernement de mettre en place de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies. Les pétitionnaires demandent également que, dans le Code criminel du Canada, l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide commis au volant d'un véhicule automobile.
View Garry Breitkreuz Profile
CPC (SK)
View Garry Breitkreuz Profile
2015-05-07 10:06 [p.13577]
Mr. Speaker, I am presenting a petition today that sadly informs this House that Karmen Meyers and Lee Meyers, a brother and sister, were tragically killed 10 years apart by two separate drunk drivers who chose to drive while impaired. The Meyers family was devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired-driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is: vehicular homicide. It is the number-one cause of criminal death in Canada. More than 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers. Families for Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for this Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je présente aujourd'hui une triste pétition qui informe la Chambre que Karmen Meyers et Lee Meyers, qui étaient frère et soeur, ont tragiquement perdu la vie à 10 ans d'intervalle parce que deux personnes ivres ont choisi de conduire malgré leurs facultés affaiblies. La famille Meyers a été dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ils estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Au Canada, il s'agit de la principale cause de décès attribuable à une infraction criminelle. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété. Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet loi C-652, la loi de Kassandra.
View Garry Breitkreuz Profile
CPC (SK)
View Garry Breitkreuz Profile
2015-05-06 15:22 [p.13541]
Mr. Speaker, I am presenting a petition that sadly informs the House that Bradley Arsenault, age 18, Kole Novak, age 18, and Thaddeus Lake, age 22 were tragically killed by a drunk driver that chose to drive while impaired. The Arsenault, Novak and Lake families have been left devastated.
Families For Justice is a group of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver. These Canadians believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. It is the number one cause of criminal death in Canada. Over 1,200 Canadians are killed every year by a drunk driver.
Families For Justice is calling for mandatory sentences for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, je présente une triste pétition qui informe la Chambre que Bradley Arsenault, âgé de 18 ans, Kole Novak, âgé de 18 ans, et Thaddeus Lake, âgé de 22 ans, ont tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. Les familles Arsenault, Novak et Lake sont dévastées.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces Canadiens estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Au Canada, il s'agit de la principale cause de décès attribuable à une infraction criminelle. Chaque année, plus de 1 200 Canadiens sont tués par des conducteurs en état d'ébriété.
Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet loi C-652, la loi de Kassandra.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-05-05 10:08
Mr. Speaker, I am presenting a petition that, sadly, informs the House that Karen East was tragically killed by a drunk driver, a person who chose to drive while impaired. The East family has been left devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have lost loved ones to an impaired driver.
The petitioners believe that impaired driving laws in Canada are much too lenient. They want the crime to be called what it is, “vehicular homicide”, which is the number one cause of death in Canada. They want mandatory sentencing for those convicted of impaired driving causing death.
Monsieur le Président, je présente une triste pétition qui informe la Chambre que Karen East a tragiquement perdu la vie parce qu'une personne ivre a choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille East est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant.
Les pétitionnaires estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Il s'agit de la principale cause de décès au Canada. Les pétitionnaires demandent aussi au gouvernement de modifier la loi de façon à imposer des peines obligatoires pour ce crime.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
View Bev Shipley Profile
2015-05-04 15:12 [p.13390]
Mr. Speaker, I have two petitions to present. In the first petition the petitioners acknowledge that the current impaired driving laws in Canada are too lenient. In the interest of the public safety, they want to see tougher laws and the implementation of new mandatory minimum sentences for those persons convicted of impaired driving causing death. They also want the Criminal Code of Canada to be changed to redefine the offence of “impaired driving causing death” to “vehicular manslaughter”.
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter. Dans la première, les pétitionnaires soutiennent que les lois canadiennes en vigueur en matière de conduite avec facultés affaiblies sont trop clémentes. Dans l'intérêt de la sécurité publique, ils veulent que les lois soient plus sévères. Ils réclament que de nouvelles peines minimales obligatoires soient imposées aux personnes reconnues coupables de conduite avec capacités affaiblies causant la mort. Les pétitionnaires demandent également que, dans le Code criminel du Canada, l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-05-04 15:20 [p.13392]
Mr. Speaker, the second petition highlights, sadly, that 22-year-old Kassandra Kaulius was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Kassandra's family is devastated.
The Families For Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones through impaired driving. They believe that Canada's vehicular homicide laws are much too weak, and they are calling for mandatory sentencing for impaired driving causing death.
Monsieur le Président, la seconde déplore que Kassandra Kaulius, âgée de 22 ans, ait tragiquement perdu la vie parce qu'une conductrice ivre avait choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille de Kassandra est anéantie.
Families For Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de la conduite avec facultés affaiblies. Ces personnes estiment que les lois canadiennes sur les homicides commis au volant d'un véhicule automobile sont beaucoup trop clémentes et réclament des peines obligatoires pour conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, Canadians well know the government's role in defending victims of crime and being appropriately tough on serious offenders. This is why I was proud last week when my bill, fairness for victims of violent offenders and the victims bill of rights, received royal assent.
The NDP and Liberals have been clear that they do not support our agenda whatsoever. Therefore, when Bill Blair announced that he would run for the Liberals Canadians found this most bizarre. Could the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety please update the House on the measures the Conservative government has taken to crack down on crime?
Monsieur le Président, les Canadiens sont bien au courant du rôle que joue le gouvernement dans la défense des victimes d'actes criminels et dans l'adoption d'une ligne dure à l'endroit des délinquants dangereux. C'est pourquoi je suis fier que mon projet de loi, Loi sur l’équité à l’égard des victimes de délinquants violents, et que la Loi sur la Charte des droits des victimes aient reçu la sanction royale la semaine dernière.
Le NPD et le Parti libéral nous ont clairement fait comprendre qu'ils n'appuient pas du tout notre programme. Par conséquent, quand Bill Blair a annoncé qu'il se présenterait sous la bannière libérale, les Canadiens ont trouvé cela fort étrange. La secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique pourrait-elle informer la Chambre des mesures prises par le gouvernement conservateur pour sévir contre la criminalité?
View Roxanne James Profile
CPC (ON)
View Roxanne James Profile
2015-04-29 15:05 [p.13191]
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for that question. It is true. Our Conservative government has passed over 30 new measures to crack down on dangerous and violent criminals, including tough new prison sentences for drive-by shootings.
Shockingly, but not surprisingly, the Liberal leader has said that he would repeal all mandatory minimum sentences in the entire Criminal Code. The Liberal leader should instead listen to his new candidate, Bill Blair, who said that when we have minimum sentences and we keep criminals in jail and they're incapacitated, “our streets are safer”.
There seems to be a little conflict within the Liberal Party.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de sa question. Il a raison. Le gouvernement conservateur a fait adopter plus de 30 nouvelles mesures pour sévir contre les criminels dangereux et violents, y compris une mesure prévoyant l'imposition de lourdes peines d'emprisonnement pour les coups de feu tirés depuis une voiture.
Fait choquant, mais non surprenant, le chef libéral a affirmé qu'il annulerait toutes les peines minimales obligatoires prévues dans le Code criminel. Il devrait écouter son nouveau candidat, Bill Blair, qui a dit que l'imposition de peines minimales permet de garder les criminels en prison et de les empêcher de récidiver, ce qui « rend nos rues plus sûres ».
Il semble y avoir un peu de dissension au sein du Parti libéral.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
View Bev Shipley Profile
2015-04-27 15:12 [p.13058]
Mr. Speaker, I have two petitions. The first one is with regard to the current impaired driving laws which the petitioners say are too lenient. They request tougher laws and the implementation of new mandatory minimum sentences for those convicted of impaired driving causing death. They also request that the Criminal Code be amended to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, je souhaite présenter deux pétitions. La première porte sur les lois concernant la conduite avec facultés affaiblies, que les pétitionnaires trouvent trop clémentes. Ils réclament des lois plus sévères et la mise en place de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes déclarées coupables de conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Ils réclament également que le Code criminel soit modifié afin que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-04-21 10:05 [p.12799]
Mr. Speaker, I am honoured to present some petitions here.
The first notifies the House that 11-year-old Grace Wynen was tragically killed by a drunk driver, a person who chose to drive while impaired.
Gracie's family was devastated. Families For Justice is a group of Canadians who have lost loved ones to an impaired driver. They believe that Canada's driving laws are much too lenient. They want the crime called what it is, vehicular homicide.
The petitioners are calling on the government to introduce legislation that would require mandatory sentencing for those convicted of impaired driving causing death.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter quelques pétitions.
La première informe la Chambre que Grace Wynen, une jeune fille de 11 ans, a été tuée tragiquement par un conducteur en état d'ébriété, c'est-à-dire une personne qui a choisi de prendre le volant malgré ses facultés affaiblies.
La famille de Gracie a été dévastée. Families For Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de la conduite avec facultés affaiblies. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de présenter une mesure législative qui imposerait une peine obligatoire aux personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-04-21 11:14 [p.12807]
Mr. Speaker, I have to seize this opportunity. Actually, I have lots to say about the government's silence.
That said, let me first deal with the positive. I want to thank the NDP members on the Standing Committee on Public Safety and National Security, because, especially over these past few months, they have had an enormous amount of work to tackle. I thank the member for Esquimalt—Juan de Fuca, the member for Alfred-Pellan and the member for Compton—Stanstead. I congratulate them on their hard work. I understand the frustration that can set in when you have to deal with bills like Bill C-12.
It can be frustrating to know that, clearly, we could do so much better. It can also be frustrating—as my colleagues have said before me—to see grandiose titles like drug-free prisons act, as we can see written in the bill itself under “Short Title”:
This act may be cited as the drug-free prisons act.
This raises so much hope. People read that and think that that would be wonderful. Then, reality sinks in. After seeing such a grandiose title, I was expecting a rather lengthy, comprehensive bill, since it deals with such a complex issue. Ultimately, with one clause on the bill's short title and just four substantive clauses, the Conservatives are claiming they can eliminate drugs from prisons. This reminds me of the time that they studied the issue of prostitution following the Supreme Court ruling. That bill also had a grandiose title, indicating that, with that bill, the government was going to put an end to prostitution and abolish it in Canada. Well done. There will never be any prostitution ever again. Only, that is not what I am hearing in the street. It remains a thriving industry. It may be done differently, but it still exists.
As I was soaking up my colleagues' speeches—thank goodness they are here to speak in the House—I was reminded of what I dealt with over the past two weeks in my riding. Being in my riding is a much more positive experience than being in the House. Those watching us must be as disheartened as we ourselves can be. Sometimes we get the feeling we are howling in the wilderness, and this is one of those times because we really get the sense that just one side of the House is talking about this, and people are noticing that.
We all know, because lots of people were talking about it, that last week was National Volunteer Week. I made a lot of contacts and met with lots of people in Gatineau who are doing amazing work on all kinds of issues, such as helping people with drug addictions and helping former inmates reintegrate into society.
I sat down with these people and talked to them about the Conservative agenda. I explained to them that I would be giving a speech this week on the fact that the government says it will eradicate drugs from prisons. Mr. Speaker, you cannot imagine how much people laughed at that. They did not take me seriously. They asked me just how the government planned to do that.
I replied by reading clause 2:
If an offender has been granted parole under section 122 or 123 but has not yet been released and the offender fails or refuses to provide a urine sample when demanded to provide one under section 54, or provides under that section a urine sample for which the result of the urinalysis is positive, as that term is defined in the regulations, then the Service shall inform the Board of the failure or refusal or the test result.
They said, “All right, and then what?” I told them about clause 3:
Section 124 of the Act is amended by adding the following after subsection (3):
(3.1) If the Board is informed of the matters under section 123.1 and the offender has still not yet been released, the Board shall cancel the parole if, in its opinion, based on the information received under that section, the criteria set out in paragraphs 102(a) and (b) are no longer met.
They said, “All right, and then what?” I told them about clause 4:
The releasing authority may impose any conditions on the parole, statutory release or unescorted temporary absence of an offender that it considers reasonable and necessary in order to protect society and to facilitate the offender’s successful reintegration into society. For greater certainty, the conditions may include any condition regarding the offender’s use of drugs or alcohol, including in cases when that use has been identified as a risk factor in the offender’s criminal behaviour.
They said, “And then what?” I told them about clause 5:
The Governor in Council may make regulations providing for anything that by this Part is to be provided for by regulation,...
Members will understand that they laughed because they wondered how this would make prisons drug-free. They asked me to explain how that would happen.
They asked me to explain how that would happen. I told them that there was no explanation. This bill does absolutely nothing, aside from cancelling someone's parole. No one can be against virtue, which is why there is unanimity on Bill C-12. However, this government is once again missing an opportunity to do something good.
For four years now, the government has been giving us bills with fancy titles that sound great but actually accomplish very little. I think that people are starting to realize this. The best example may be Bill C-51. All of the polls showed how the New Democratic Party was seen to be on the wrong side of the fence: we supported terrorists, we were not to be taken seriously when it comes to security, and the government was right.
Those who are a bit more timid, such as the third party, the Bloc Québécois and others, jumped on the Conservative bandwagon. Everyone was unanimous because they thought it was the right thing to do. When the members opposite and the third party remain silent on a bill like this, I tell myself that the NDP is doing the right thing. At report stage and third reading, we should have something to say on behalf of our constituents. I am not saying that that is necessary for all bills, but when it comes to a bill about eradicating drugs in prisons, I cannot believe that the members of the House, who represent Canadians, have nothing to say about their respective ridings.
All of us, or almost all of us, have detention centres, prisons or penitentiaries in our ridings. We can talk to our constituents, our street outreach workers, the people who take care of those with drug addictions and those who take care of inmates. If we really want to make our communities safe, we need to know what we are talking about. We have to be able to read a bill to our constituents without having them laugh at us and ask us if we are serious and if we really believe that a bill will solve the problem. Where is the money for rehabilitation? Where is the money for programs? The Conservatives cut that funding over the past few years. We are constantly being told that we cannot be serious.
We are taking a stand. We are doing the work in committee. We are unequivocally telling the government that this does not make sense and that it is ridiculous to insult people by trying to sell them this. I am sure that this afternoon we will see even more rhetoric about what they are doing. I cannot wait to see what kind of budget the government will allocate to public safety and justice. Why? Because I still think—and I will be surprised if the government proves me wrong—that this government spends more on ads saying how wonderful and extraordinary it is than on programs that could help drug addicts in prison. It is one thing to be able to prove that someone consumed drugs, with a blood and urine test, and to cancel that person's parole, but do we simply want to punish that person or do we want to ensure that he will not continue to have drug problems after he is released? That is what we should be looking at.
This government has little interest in such things. That is ironic, because at the Standing Committee on Justice and Human Rights, one of the first bills that came to us from the Conservative benches, Bill C-583, covered the problems related to fetal alcohol spectrum disorder. It was a meaningful bill that showed it was possible to do something other than punish. It looked at a disorder, one from which many people in prisons suffer, and tried to find solutions tailored to their needs and their problems. There was unanimity, which was nice, but what did the government do? It withdrew the bill. It forced the MP who introduced it to withdraw it for further study. We took a close look at it in the time we were given. Everyone knows that the Conservatives do not give us much time for thorough study. The study will probably produce some conclusions. I am eager to see the final recommendations that will be submitted to the House.
Considering our past experiences with our colleagues across the aisle, I would be willing to bet that the recommendations will simply encourage a more thorough study and therefore do absolutely nothing. This is really just like what the Liberals used to do before them. It is mind-boggling how similar they are; there is no difference. It is astounding.
It is extremely frustrating because, actually, what is happening here today is a perfect example of what is leading the people of Gatineau to ask, when I meet them, what the point of Parliament is. People here do not even have five minutes to stand up in the House and at least explain how the four little clauses I read earlier are going to achieve what the title says, that is, ensuring that prisons are drug-free. Instead of telling us how wonderful and perfect they are, the Conservatives could simply tell us how they believe these clauses will be so successful, when everything else has failed. It is very frustrating.
Fortunately, things are balanced in Canada. Our democracy has an executive branch, a legislative branch, and a judicial branch. At present, unfortunately, Canadian democracy has to rely too heavily on the judicial branch to rebalance the principles of law, which those on the Conservative benches should be familiar with. The Conservative MPs all have the advantages of the Department of Justice: they can consult people ad nauseam and get legal opinions from the top legal minds in Canada. They do not even take advantage of that. They keep passing bill after bill that gets hammered in the courts all the way to the Supreme Court.
Some denigrate the Supreme Court by claiming that it is engaging in legislative activism. That is not the case at all. The Supreme Court tells us legislators that we cannot do certain things, and reminds us that there are laws in this country and that we have a Constitution and a Charter of Rights and Freedoms. It tells us that we can go ahead and pass the legislation that we want, that it is our highest prerogative, but that there is still a framework to be respected. If people are not satisfied with this framework, then it is up to us as legislators to change that. However, we have to work within the Charter of Rights and Freedoms and the Constitution. This is not about judicial activism.
I will digress for a moment to talk about Edgar Schmidt, a former public servant who is involved in a case against the Attorney General of Canada that is currently before the Federal Court. He said that he received orders not to follow the charter at all or to just aim for 5%. A 5% chance of winning was enough to move forward. That is ridiculous. This government does not take its role as the executive and as a legislator seriously. That leads to the results we get when we end up before the Supreme Court of Canada.
Bill C-12 will not end up before the Supreme Court of Canada. That is clear. We would not support it if that were the case. Nevertheless, in my opinion, this bill will not accomplish what it is supposed to. Unfortunately, the bill will only delay the action that could be taken to do much better. If only the government would listen to the heartfelt pleas of the people who told us in committee what the government should do instead of cutting rehabilitation and support programs for people with serious drug addictions, then we might achieve better results.
As the Commissioner of Penitentiaries told us, given all the bills with longer and longer mandatory minimum sentences, prisons have no incentive to place these people in rehabilitation programs until just a few years before they are released on parole. Take for example someone who is serving a sentence of seven or 10 years. That individual will not necessarily be placed in a rehabilitation program immediately. The prison might wait until that person has been incarcerated for five years or until he has only one or two years left before he is eligible for parole. What kind of hardened individual have we created in the meantime?
If we claim to want safer communities, what is our responsibility as legislators? When it is time for these people to leave prison, I would like them to be able to reintegrate into society. What will happen if we do nothing to help them? This is not about being a bleeding heart. I would say that there is a certain measure of self-interest. I want to make sure that these people will not be a threat to my family, my friends, my community or me. We must implement the kinds of measures that will achieve these results. This government does not see it like that and, after four years, we are familiar with their approach. We were not born yesterday. This government likes to use grand titles.
This afternoon, we will probably hear about tons of budget measures that earned us the Conservatives' ridicule just for mentioning them. The Conservatives are going to appropriate them to further their interests and to strut around in the next few months, in a manner that I will not even describe, simply to boast about their magnificent agenda, as though this was the best government Canada ever had. They will want to make everyone forget all those years in the past when they were unable to bring forward a balanced budget.
All the Conservatives have done, in fact, like the good economists they are, is to add to the national debt, after everyone had tightened their belts under the Liberal government of the 1990s. That will not stop them from having a splendidly grand title for their budget, as they did for BillC-12.That is unfortunate. I do not know whether this is what the Conservatives are looking for, or whether it just reaches a portion of the population that is on their side. However, even for those who claim they are tough on crime and believe what the government says, I would tell them to go and read the bill. It is worth doing. I was able to read the bill designed to get drugs out of our prisons in exactly one minute. That gives you a good idea.
If someone listening to me believes that Bill C-12 will help solve the problem, I take issue with that. We should talk because, seriously, no one in their right mind will believe that Bill C-12 will help eliminate drugs from prisons. This is what I call misleading the public.
In my opinion, it is shameful for a government that otherwise proclaims itself to be serious to think it will succeed in slipping this “quick fix” past Canadians. Again, it is unfortunate that when bills have some appeal, like Bill C-583 and others, the government succeeds, through all kinds of procedural tactics, in derailing it.
Moreover, when the Conservatives do not want us to talk too long about something, they bring in time allocation motions. People are no longer fooled, and I saw that firsthand on the ground over the last two weeks. People are aware of this. I am comfortable with that, because the message I am sending to the government is what we have succeeded in doing with BillC-51. That bill had a fairly strong measure of support when tabled in the House, but that is no longer the case. People are not fooled. They understand, because we explain it to them. We are doing our job as the official opposition. We do not do so just on the basis of polls. We do so on principle. We have stood firm.
Some parties may have changed their ideas along the way when they saw they were perhaps on the wrong side of the fence, like the Bloc Québécois. Others, like the Liberal party, decided to persist in their error and continue to support the Conservatives. That is not surprising, because they are much alike.
That said, people are not easily fooled. We too will have the time to explain what is going on, although we perhaps do not have the same budget as the Conservative government, which will spend millions of dollars, not to say hundreds of millions of dollars, on advertising during our hockey games, for example, to tell us how great its budget is.
However, people are not fooled, and they will be able to tell this government that the time has come to stop mocking them and making them believe it is doing things that it does not do at all.
Monsieur le Président, je saisis la balle au bond. Effectivement, j'ai beaucoup de choses à dire sur le mutisme du gouvernement.
Cela dit, je vais commencer par les fleurs. Je remercie donc les membres néo-démocrates qui siègent au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, parce que, surtout ces derniers mois, ils auront eu à abattre un travail colossal. Je remercie les députés d'Esquimalt—Juan de Fuca, d'Alfred-Pellan et de Compton—Stanstead. Je les félicite pour leur travail. Je comprends la frustration qui s'installe parfois lorsqu'on fait face à certains projets de loi, comme le projet de loi C-12.
Il y a frustration car c'est clair qu'on pourrait faire tellement mieux. Il y a aussi frustration, effectivement — et mes collègues l'ont dit avant moi —, quand on voit des titres ronflants comme: Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons.
C’est écrit tel quel dans le projet de loi, sous « Titre abrégé ».
Cela crée beaucoup d'espoir. On lit cela et on se dit que cela sera extraordinaire. Ensuite, on est obligé d'être réaliste. Après avoir vu ce titre ronflant, je m'attendais à un projet de loi assez volumineux et assez complet, parce qu'il s'agit d'une question complexe. Finalement, avec un article qui concerne le titre abrégé et quatre articles de fond, on prétend pouvoir éradiquer les drogues dans les prisons. Cela me rappelait le temps où on a fait l'étude de la question de la prostitution à la suite de la décision de la Cour suprême. Il y avait aussi un titre ronflant disant que le gouvernement, grâce à sa loi, mettait un terme à la prostitution et qu'il l'abolissait au Canada. Bravo! Il n'y aura plus jamais de prostitution. Jusqu'à présent, ce n'est pas ce que j'entends sur le terrain. C'est encore une industrie florissante. Elle se fait différemment, mais elle est toujours là.
Alors que je m'abreuvais des discours de mes collègues — heureusement qu'ils sont là pour parler à la Chambre —, cela m'a rappelé ce à quoi j'ai dû faire face au cours des deux dernières semaines dans ma circonscription. C'est beaucoup plus positif d'être dans son comté que d'être à la Chambre. Les gens qui nous regardent doivent être aussi découragés que nous pouvons l'être nous-mêmes. Nous avons parfois l'impression de prêcher dans le désert, et c'est le cas de le dire, parce que nous avons l'impression qu'un seul côté de cette Chambre parle de ce sujet, et les gens s'en rendent compte.
On se souviendra, puisqu'on en parlait un peu partout, que la semaine dernière était la Semaine de l'action bénévole. J'ai établi de nombreux contacts et rencontré de très nombreuses personnes de Gatineau qui font du travail extraordinaire dans des multitudes de dossiers, entre autres en aidant des personnes ayant des problèmes de toxicomanie et en aidant d'ex-détenus afin qu'ils se réinsèrent dans la société.
Je me suis assise avec ces personnes et leur ai parlé du programme conservateur. Je leur ai explique que cette semaine, j'aurais un discours à faire sur le fait que le gouvernement prétend éradiquer les drogues dans les prisons. Vous ne pouvez pas imaginer, monsieur le Président, l'éclat de rire que j'ai provoqué. Ces gens ne me prenaient pas au sérieux. Ils m'ont demandé comment le gouvernement prétendait faire cela.
Je leur ai répondu en leur lisant l'article 2:
Lorsque le délinquant à qui la libération conditionnelle a été accordée en application des articles 122 ou 123 refuse ou omet, avant sa mise en liberté, de fournir un échantillon d’urine exigé au titre de l’article 54 ou qu’il fournit un tel échantillon et que le résultat de son analyse est positif, au sens des règlements, le Service en informe la Commission.
Ils m'ont dit « d'accord, et après? » J'ai dit qu'il y avait l'article 3:
L’article 124 de la même loi est modifié par adjonction, après le paragraphe (3), de ce qui suit:
(3.1) Lorsque la Commission est informée d’une des situations prévues à l’article 123.1, avant la mise en liberté du délinquant, elle annule l’octroi de la libération conditionnelle si elle est d’avis que, en raison de cette situation, les critères prévus à l’article 102 ne sont plus remplis.
Ils ont dit: « d'accord, et puis? » J'ai dit qu'il y avait l'article 4:
L’autorité compétente peut imposer au délinquant qui bénéficie d’une libération conditionnelle ou d’office ou d’une permission de sortir sans escorte les conditions qu’elle juge raisonnables et nécessaires pour protéger la société et favoriser la réinsertion sociale du délinquant. Il est entendu que les conditions peuvent porter sur la consommation de drogues ou d’alcool par le délinquant, notamment lorsqu’il a été établi qu’elle est un facteur de risque dans le comportement criminel du délinquant.
Ils ont dit: « et puis? » J'ai dit qu'il y avait l'article 5:
Le gouverneur en conseil peut, par règlement, prendre les mesures d’ordre réglementaire prévues par la présente partie [...]
Alors on comprendra qu'ils ont bien ri car ils se demandaient comment cela éradiquerait les drogues dans les prisons. Ils m'ont demandé de leur expliquer comment cela allait se faire.
Ils m'ont demandé de leur expliquer comment cela allait se faire. Je leur ai dit qu'il n'y avait absolument pas d'explications à donner. C'est un projet de loi d'une nullité totale, à part le fait de retirer la libération à la personne. C'est pour cela que personne ne peut être contre la vertu. Il y aura donc une belle grande unanimité sur le projet de loi C-12. Cependant, ce gouvernement rate encore une fois une possibilité de faire quelque chose de bien.
Cela va faire quatre ans qu'on est ici et qu'on a des titres ronflants qui disent de grandes choses, mais qui, dans les faits, accomplissent très peu. Je pense que les gens commencent à le réaliser. Le meilleur exemple, c'est peut-être le projet de loi C-51, entre autres. On a vu comment, dans tous les sondages, le Nouveau parti démocratique était présenté comme étant du mauvais côté de la clôture: on était des proterroristes, on n'était vraiment pas à prendre au sérieux en ce qui concerne la sécurité et le gouvernement avait raison.
Ceux qui sont un peu plus craintifs, comme le troisième parti, le Bloc québécois et d'autres, se sont liés au défilé conservateur. Tout le monde était du côté de la belle unanimité, parce que les gens pensaient que c'était la bonne chose. Je m'encourage quand je vois le mutisme des gens d'en face et du troisième parti sur un projet de loi comme celui-là. À l'étape du rapport et à celle de la troisième lecture, on devrait pouvoir avoir quelque chose à dire au nom de nos concitoyens. Je ne dis pas que c'est nécessaire en ce qui concerne tous les projets de loi, mais quand un projet de loi parle d'éradiquer les drogues en prison, je ne peux pas croire que les députés à la Chambre, qui représentent des Canadiens, n'ont rien à dire par rapport à leur comté respectif.
On a tous, ou presque tous, des centres de détention, des prisons ou des pénitenciers dans nos comtés. On peut parler avec nos gens, nos travailleurs de rue, les gens qui s'occupent de ces problèmes de toxicomanie et avec des personnes qui s'occupent des détenus. Si on veut vraiment apporter la sécurité dans nos communautés, il faut savoir de quoi on parle. Il faut être capables de pouvoir lire un projet de loi à nos gens, sans qu'on rie de nous et qu'on nous demande si nous sommes sérieux et si nous croyons vraiment que nous allons régler ce problème avec un projet de loi. Où est l'argent pour contribuer à la réhabilitation? Où est l'argent pour les programmes? On les a supprimés au cours des dernières années. On se fait dire constamment qu'on n'est pas sérieux.
Nous, nous nous tenons debout. Nous faisons le travail en comité. Nous disons haut et fort au gouvernement que ce qu'il fait n'a pas de bon sens et que c'est ridicule de rire des gens et de leur faire croire cela. On va en voir un bel exemple cet après-midi, j'en suis convaincu, de ces grandes phrases disant qu'on fait ceci et cela. J'ai hâte de voir ce qu'ils vont mettre comme budget en matière de sécurité publique et de justice. Pourquoi? C'est parce que je pense encore — je vais être surprise si on réussit à me surprendre par le contraire — que c'est un gouvernement qui dépense plus dans ses propres publicités pour dire comment beau, fin et extraordinaire il est que dans les programmes qui peuvent être utiles aux personnes ayant des problèmes de toxicomanie dans les prisons. C'est une chose de démontrer qu'on est capables de prouver que quelqu'un a consommé de la drogue, avec une analyse de sang et d'urine, et qu'on lui enlève sa libération conditionnelle, mais veut-on juste punir ou s'assurer que cette personne n'aura plus de problèmes avec les drogues à sa libération? C'est cette question qu'on doit commencer à examiner.
Ce gouvernement se préoccupe très peu de ces questions. C'est assez ironique, parce qu'au Comité permanent de la justice et des droits de la personne, un des premiers projets de loi issus des banquettes conservatrices, soit le projet de loi C-583, traitait de l'ensemble des troubles causés par le syndrome d'alcoolisation foetale. C'était un projet de loi de fond qui démontrait enfin qu'on pouvait faire autre chose que punir. On se servait d'un syndrome, qui est un fléau vécu par beaucoup de personnes en milieu carcéral, et on tentait de trouver des solutions adaptées à leurs besoins et à leurs problèmes. Alors qu'il y avait une belle unanimité, qu'a fait le gouvernement? Il a retiré le projet de loi. Il a forcé le député qui l'avait présenté à le retirer pour faire une étude. On a fait cette étude sérieusement avec le temps qu'on nous avait alloué. On sait que les conservateurs ne nous allouent jamais beaucoup de temps pour faire nos études de fond. En fin de compte, cette étude présentera probablement ses conclusions. J'ai hâte de voir les recommandations finales qui seront déposées à la Chambre.
Étant donné notre expérience et notre vécu avec nos collègues d'en face, je parierais que les recommandations vont simplement encourager une étude plus approfondie et donc absolument ne rien faire. Cela ressemble vraiment à ce que les libéraux faisaient avant eux. C'est hallucinant de voir comment un blanc bonnet est devenu un bonnet blanc. C'est estomaquant.
C'est extrêmement frustrant parce que, en fait, ce qui se passe aujourd'hui est le parfait exemple de ce qui fait demander aux gens de Gatineau, quand je les rencontre, à quoi sert le Parlement. Les gens n'ont même pas cinq minutes pour se lever à la Chambre et nous expliquer au moins comment ils pensent que les quatre petits articles que j'ai lus plus tôt vont atteindre le but visé par le titre, soit l'éradication des drogues dans les prisons. Au lieu de nous dire qu'ils sont beaux, bons et absolument extraordinaires, ils pourraient simplement nous dire comment, selon eux, ces articles peuvent créer ce grand succès qui n'a jamais été atteint par qui que ce soit. C'est très frustrant.
Heureusement, les choses s'équilibrent au Canada. En effet, notre démocratie est composée d'un palier exécutif, d'un palier législatif et d'un palier judiciaire. Présentement, malheureusement, la démocratie canadienne doit beaucoup trop compter sur le palier judiciaire pour rééquilibrer les principes du droit, qui devraient pourtant être connus des banquettes conservatrices. Les députés conservateurs ont tous les avantages du ministère de la Justice: ils peuvent consulter des gens ad nauseam et obtenir les avis juridiques des plus grands cerveaux juridiques du Canada. Ils n'en profitent même pas; ils continuent d'adopter projets de loi par-dessus projets de loi qui se font malmener devant les tribunaux et jusqu'en Cour suprême.
Certains prétendent, pour nuire à la Cour suprême, que celle-ci fait de l'activisme législatif. Ce n'est pas du tout le cas. La Cour suprême nous dit, à nous, législateurs, que nous ne pouvons pas faire certaines choses, qu'il existe des lois au pays et que nous avons la Constitution et la Charte des droits et libertés. Elle nous dit que nous pouvons bien adopter les lois que nous voulons, que c'est notre plus grande prérogative, mais que nous avons quand même un cadre à respecter. Si les gens ne sont pas satisfaits de ce cadre, il nous appartient à nous, législateurs, de le modifier. Toutefois, tant qu'existe la Charte des droits et libertés et la Constitution, nous devons aller dans le sens de ces lois. Ce n'est pas de l'activisme judiciaire.
J'ouvre une parenthèse pour parler de l'ancien fonctionnaire Edgar Schmidt, qui est présentement devant la Cour fédérale contre le Procureur général du Canada. Il a dit qu'il recevait l'ordre de ne même pas suivre la Charte, ou de la suivre à 5 %. Cinq pour cent de chances de gagner suffisent pour aller de l'avant. Ce n'est pas sérieux. Ce gouvernement ne prend pas son rôle d'exécutif et de législateur au sérieux. Cela donne les résultats que nous avons quand nous nous retrouvons devant la Cour suprême du Canada.
Le projet de loi C-12 ne se rendra pas devant la Cour suprême du Canada, cela est clair. Nous ne l'appuierions pas si c'était le cas. Néanmoins, ce projet de loi, à mon avis, n'accomplira absolument pas ce qu'il prétend accomplir. Malheureusement, le projet de loi ne fait que retarder des gestes que nous pourrions poser pour faire beaucoup mieux. Si nous entendions les cris du coeur des gens qui sont venus au comité nous dire ce qu'il faudrait faire au lieu de couper dans les programmes de réhabilitation et d'appui pour aider les gens qui ont des problèmes sérieux de toxicomanie, nous arriverions peut-être à des résultats un peu plus sérieux.
Tous les projets de loi avec des peines minimales obligatoires de plus en plus longues font en sorte que, comme nous le disait le commissaire des pénitenciers, les prisons n'ont pas intérêt à placer ces gens dans des programmes de réhabilitation jusqu'à quelques années avant leur libération. Prenons l'exemple de quelqu'un qui purge une sentence de sept ou de dix ans. L'individu ne sera pas nécessairement immédiatement placé dans un programme de réhabilitation. Le pénitencier va peut-être attendre jusqu'à la cinquième année d'incarcération ou attendre que la personne se retrouve à un ou deux ans de sa possibilité de libération. Quel genre d'individu avons-nous endurci pendant ce temps?
Qu'en est-il de notre responsabilité comme législateurs, si nous prétendons vouloir avoir des communautés plus sécuritaires? Quand ces gens seront appelés à sortir de prison, j'aimerais que ce soit des citoyens capables de réintégrer la société. Que se passera-t-il si nous ne faisons rien pour les aider? Ce n'est pas une question d'avoir le coeur sensible; je dirais que c'est un peu d'égocentrisme. Je veux m'assurer que ces personnes ne seront une menace ni pour ma famille, ni pour mes amis, ni pour ma communauté, ni pour moi. Alors, prenons les moyens importants qui donneront ces résultats. Or ce gouvernement ne le voit pas comme cela, et après quatre ans, nous les avons vu faire. Nous ne sommes pas nés hier. Ce gouvernement se sert de grands titres.
Cet après-midi, nous allons probablement entendre des tonnes de mesures budgétaires pour lesquelles les conservateurs nous auront ridiculisés pour avoir même osé les exprimer. Ils vont les reprendre à leur profit pour se promener pendant les prochains mois, d'une façon telle que je n'ose même pas la qualifier, simplement pour prôner leur magnifique programme, comme s'il s'agissait du meilleur gouvernement que le Canada n'avait jamais eu. Ils voudront faire oublier toutes les années antérieures où ils ont été incapables de présenter des budgets équilibrés.
En effet, tout ce que les conservateurs ont fait, en bons économistes qu'ils sont, c'est d'en rajouter sur la dette des Canadiens, après que tout le monde se soit serré la ceinture sous le gouvernement libéral des années 1990. N'empêche qu'ils vont avoir un bon grand titre ronflant pour leur budget, comme ils l'ont fait pour le projet de loi C-12. C'est malheureux. Je ne sais pas si c'est ce que les conservateurs recherchent ou si cela n'atteint qu'une partie de la population qui leur est favorable. Toutefois, même à ceux qui se disent tough on crime et qui croient ce gouvernement quand il parle, je leur dis d'aller lire le projet de loi. Cela vaut la peine. J'ai pu lire le projet de loi visant à enlever les drogues des prisons en une minute exactement. Cela nous donne une bonne idée.
Si quelqu'un m'écoute et croit que le projet de loi C-12 va contribuer à la résolution de ce problème, cela me pose problème. Nous pouvons nous parler, parce que sérieusement, aucune personne saine d'esprit ne va croire que le projet de loi C-12 servira à éradiquer les drogues dans les prisons. C'est ce que j'appelle induire le public et la population en erreur.
À mon avis, il est honteux qu'un gouvernement, qui autrement se dit sérieux, pense réussir à passer cette « petite vite » aux Canadiens. Encore une fois, il est malheureux que lorsque des projets de loi ont de l'allure, comme le projet de loi C-583 et d'autres, le gouvernement réussit par toutes sortes de tactiques procédurales à les mettre de côté.
De plus, quand les conservateurs ne veulent pas que nous parlions trop longuement d'un sujet, ils présentent des motions d'attribution de temps. Les gens ne sont plus dupes, et je l'ai constaté sur le terrain au cours des deux dernières semaines. Les gens en sont conscients. J'en suis fort aise, parce que le message que je transmets au gouvernement, c'est ce que nous avons réussi à faire avec le projet de loi C-51. Ce projet de loi avait un pourcentage d'appui assez intéressant lors de son dépôt à la Chambre, mais ce n'est plus le cas. La population n'est plus dupe. Elle a compris, parce que nous lui expliquons. Nous faisons notre travail comme opposition officielle. Nous ne le faisons pas qu'en nous basant sur les sondages. Nous le faisons par principe. Nous nous sommes tenus debout.
Certains partis ont peut-être changé d'idée en cours de route quand ils ont vu qu'ils n'étaient peut-être pas du bon côté de la clôture, comme le Bloc québécois. D'autres, comme le Parti libéral, ont décidé de rester dans l'erreur et de continuer d'appuyer les conservateurs. Ce n'est pas surprenant, car ils se ressemblent beaucoup.
Cela étant dit, les gens ne sont plus dupes. Nous aurons nous aussi le temps d'expliquer ce qui se passe, bien que nous n'ayons peut-être pas le budget du gouvernement conservateur qui dépensera des millions de dollars, voire des centaines de millions de dollars, en publicités pendant nos matchs de hockey, entre autres, pour dire comment son budget est extraordinaire.
Toutefois, les gens ne sont pas dupes, et ils sauront dire à ce gouvernement que le temps est venu de cesser de rire des gens et de leur faire croire qu'il fait des choses quand il ne les fait pas.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2015-04-21 12:14 [p.12814]
Mr. Speaker, thank you for the opportunity to play a role in this debate. It is an important debate.
Although the bill itself is rather modest in scope it is rather expansive in title. It claims to be the drug-free prisons act, but it would actually amend a practice that is currently being carried out by the Parole Board, which is to take into account either a failure to take a drug sample or the results of a drug sample testing for someone who is about to be released on parole. Therefore, it would not actually change very much, except to put into law a practice that already exists. However, it is an opportunity for New Democrats to spend some time to talk about the approach the government has taken not only for legislation in general, but in particular, legislation as it relates to crime and punishment and the treatment of offenders.
We can be magnanimous today and say everyone in the House would like to have a safer society. We would like to have safer streets and communities. The question is, how do we go about that and is the government's approach one that works and actually creates safer communities or is it not? We on this side of the House, in particular New Democrats, believe that the government is an absolute failure when it comes to this issue. It is great at the rhetoric. We have one here today. “The act to amend the Corrections and Conditional Release Act” is the long title. The short title, the inaccurate propaganda title, is “the drug-free prisons act”. The government is good at propaganda. It actually puts propaganda into the names of legislation.
I do not know if this is unique to this particular government. Maybe the Liberals did it too. I do not remember that far back. I was not here then. I was here back in 1987 when the Progressive Conservatives were in power but I was not here during the Liberal regime.
To call this act “the drug-free prisons act” is an attempt to fool people. There is an old saying that is common enough, but we do not hear it that often these days as it is a bit of an old-fashioned saying. It is, “You can fool all the people some of the time, and some of the people all the time, but you cannot fool all the people all the time.” In fact, one cannot fool the majority of the people all of the time and the government is going to find that out in September of this year.
Let me go back to the first part of that saying, “You can fool all of the people some of the time”. The government believes it can get away with titles like this. It believes it can fool all of the people some of the time. By calling a bill “the drug-free prisons act”, it believes it can make people think the bill will remove drugs from prisons.
The government has spent $122 million on interdiction programs over a three-year period from 2012 on, the same period it took $295 million out of the corrections system. What was the result? Did it create drug-free prisons? It absolutely did not. In fact, there are just as many drugs in prisons these days as there were then. Therefore, is the government's approach working? No, it is not.
I would like to quote from the office of the correctional investigator, Howard Sapers, a very renowned expert on this matter. He is so renowned that the government decided not to renew his appointment after serving the position for some eight years or more and doing a magnificent job providing dispassionate, fact-based, evidence-based advice to government. In his 2011-12 annual report he said that a zero tolerance stance to drugs in prison is an aspiration rather than an effective policy that:
...simply does not accord with the facts of crime and addiction in Canada or elsewhere in the world. Harm reduction measures within a public health and treatment orientation offer a far more promising, cost-effective and sustainable approach to reducing subsequent crime and victimization.
The John Howard Society is working very hard at this but this is basically saying that it is not a realistic goal to even have. Therefore, the government really has the question put wrongly and it has the wrong answer.
What we are really trying to do to create a safer society and safer communities is to reduce the number of victims of crime. We know that the crime rates are going down, although we would not know that from the emphasis that the government is placing on it. Prisons are becoming more filled. The conditions in prison are getting worse with double-bunking and so forth. One of the consequences of that is we will not have safer communities. If we have people in prison longer without programs to assist with issues such as drug addiction and substance abuse, many of those prisoners will eventually be released into society once they have served their sentence. If they go out into those communities without those problems having been solved or tackled they will pose a bigger danger to society and there will be more victims of crime. That is just plain logic. I know that interferes with the views of some of the members opposite with respect to humankind and how we should deal with criminals.
I practised law for many years and practised criminal law for a number of those years. I understand the system. There are principles of sentencing. The idea of sentencing is to fit the sentence to the crime. There are a number of factors taken into consideration. We need to deter and punish crime but we also need to rehabilitate the offenders so that we have safer communities. Those factors are taken into consideration. Once they get into a prison those factors should be put to work. Once they are removed from society, as best we can we want to reduce the rate of recidivism, which is a complicated word for a simple thing. It means that we do not want these people who are in prison to commit crimes when they get out. How do we do that? By spending $122 million over a period to try to interdict and prevent drugs from getting into prisons, totally without serious effect, and then spend I think it was $9 million to $11 million over the same period on substance abuse programs in our prisons. That does not make sense. At the point in time when this bill was going through committee it was estimated that 2,400 prisoners in our corrections system were waiting to get access to a substance abuse program. One would ask what happened. One aspect is that they are in prison with no access to a substance abuse program and have access to drugs, because we know that there are drugs in the system. When those prisoners eventually come out of prison without having had an opportunity to deal with their drug addiction and without having an opportunity to move forward they will go back into the streets without the ability or the opportunity to be better serving members of society. That is really what we are dealing with.
One of the comments that was made by representatives of the John Howard Society was that this bill will not eliminate drugs from prisons and merely seems to be a tactic to ignore some of the real issues in prison, such as mental illness, double-bunking and prisoner self-harm. Prisoner self-harm is one aspect that we are reminded of as a result of the very tragic story of Ashley Smith, a young woman who died in prison at the age of 19. She was first arrested at the age of 14 for I believe throwing crabapples at a letter carrier, which was what got her in trouble with the law. She ended up in what turned out to be a death spiral from the ages of 14 to 19, which led her to desperation and maltreatment by the prison system. There have been reports on this. It is a tragic case.
It was well investigated, well reported on, but tragic nonetheless. She ended up killing herself under the watchful eye of corrections officials who were told not to interfere while she was strangling herself in prison. That is what it came to in that particular case. It was a sense of desperation that cried out for reform, cried out for change, and change is still required to take place. We are not getting it from the government. What we are getting instead is increased crowding in prisons and the closing down of some special facilities that dealt with mental health cases in prisons.
We do know that when we are talking about drugs in prison, a very high percentage of the offender population who abuses drugs is also currently struggling with mental illness as well. We do not have adequate programs in the prisons for that.
The Conservative government is closing down treatment centres for inmates dealing with serious mental illness. This is a very serious problem. Many times drug abuse and substance abuse occur with mental health problems. There are some figures that show the size of this issue. In 2011, it was estimated that 45% of male offenders and 69% of female offenders had received a mental health care intervention prior to going into prison.
That shows a level of serious need within prisons to provide access to care and access to programs. Prison can, in fact, be a positive experience for some people who are in desperate circumstances if the programs are available.
We need to have an attitude that recognizes that there is individual responsibility, and nobody is suggesting that everybody in prison is there because they have somehow been wronged. However, we do know there are socio-economic factors. We do know there are people with serious needs that are not being met in society, whether it be drug addictions that they have no way of dealing with or whether it be mental health issues that are improperly or inadequately addressed in society.
We do know there is high unemployment in many parts of this country. We have significant problems in the aboriginal communities as a result of many factors which I will not go into here. There is a whole series of issues that have led to that situation.
We cannot say the answer is to just increase the sentences, which we have often heard from the government. Putting in mandatory minimum sentences as a deterrent to people committing crimes is something we know does not work and has even been recognized very recently by the Supreme Court of Canada. The research shows, and has been confirmed by the Supreme Court of Canada, accepted by the highest court in the land in a recent decision, that mandatory minimum sentences as such do not in fact deter crimes.
The government is anxious to continue to make prison a situation which is negative, not only for the prisoner, obviously, but also for corrections guards. When the government starts talking about zero opportunities for parole forever, what will that do for the safety of corrections officers? What will it do if a prisoner has no hope whatsoever of ever getting out and nothing to lose? Even if there is a faint hope, it is still some sort of hope.
It the metrics of that are changed and we say to the prisoners that no matter what happens, no matter what they do, they are not getting out ever and the circumstances are going to be worse, will that help the safety of corrections officers? I think the answer is pretty obvious. It does not at all.
We have to do something different from what the government is doing, because what the government is doing, frankly, does not work.
We support the bill because it would in fact put to place in legislation a practice that already exists. We are okay with the legislation. We are happy to see it pass, but we do not want to let his opportunity go when we pass legislation that has a short title of drug-free prisons act, which is clearly a misnomer, is clearly a propaganda title and is clearly wrong. The long title of the bill An Act to amend the Corrections and Conditional Release Act, which is fine.
In fact, a motion was made in committee to amend the legislation and, of course, the motion was not allowed. We tried to fix it. I want Canadians to know that even though we support the actual terms of the legislation, what it stands for and what it says, we do not like the title. We tried to change it and it was ruled out of order because there was no amendment to the bill that would lead to a change in the title being required.
What do we have? As of March 14, 2012, the national penitentiary population was 15,000. If 20% of them, nearly 2,400 people, are waiting for a program for drug abuse and substance abuse, then we have a serious problem. If this legislation is followed through, those people would stay in prison longer, they still would not get the programs they need and eventually they would have to be released when their sentences ended. When that happens and they did not have access to the programs, we will have a continued problem for our society, despite the government's claim that it cares about victims. I think we all care about victims. In fact, we care about victims to the point that we want to see fewer of them. One way to do that is to ensure that people who are incarcerated get the rehabilitation programs and support they need to allow them a greater chance of living a life of less crime when they get out and to participate better in society.
Let us talk about some of our other programs. When we talk about a mandatory $15-a-hour minimum wage, that is really designed as well to allow people to have a decent opportunity to make a living and support themselves. When we talk about other programs we are promoting, that is also about ensuring that prisoners who get out of jail and want to be productive members of society can have proper rehabilitation programs so they have those opportunities and a better chance of not reoffending.
There was a lot of talk about supporting victims and victims' bills of rights, but the current government has done nothing to help the Criminal Injuries Compensation Board program that has existed in our country for many years. When it was established, the federal government support was based on the dollar formula of 90/10. It provided victims of crime with compensation for losses they incurred as a result of crime. The government has done nothing about that. It brought in its so-called victims' bill of rights, but it did nothing on the plus side to provide something that would help with their problems associated with the crimes against them.
We want prisons to be a safe workplace for correctional staff. We want prisoners to be rehabilitated. We want to have them access government programs so when they are released, they are in a better position to lead a crime-free life. If part of their problem is mental health or drug addiction and rehabilitation programs can help fix that, we need to put more money into prison programs to make that possible.
Monsieur le Président, je vous remercie de me donner l'occasion de participer à ce débat, car il est important.
Bien que le projet de loi ait une portée assez modeste, son titre a une portée plutôt vaste. On l'appelle la Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons, mais elle modifierait en fait une pratique de la Commission des libérations conditionnelles qui est déjà en vigueur, soit celle de prendre en considération l'omission de fournir un échantillon visant à détecter la présence de drogues ou les résultats d'un test de dépistage des drogues pour une personne sur le point d'être mise en liberté conditionnelle. Par conséquent, cela ne changerait pas grand-chose; on ne ferait qu'inscrire dans la loi une pratique qui existe déjà. Cependant, il s'agit d'une occasion unique pour les néo-démocrates de parler de l'approche adoptée par le gouvernement non seulement pour les lois en général, mais surtout pour celles qui concernent la criminalité et la répression, ainsi que le traitement des délinquants.
Nous pouvons dire aujourd'hui, de façon magnanime, que tout le monde à la Chambre souhaiterait rendre notre société plus sûre. Nous aimerions rendre les rues et les collectivités plus sûres. La question est de savoir comment y parvenir. L'approche adoptée par le gouvernement est-elle efficace ou non? Rend-elle les collectivités plus sûres? Les députés de ce côté-ci de la Chambre, en particulier les néo-démocrates, croient que le gouvernement a totalement échoué dans ce dossier. Il excelle dans les beaux discours. Nous en avons un exemple aujourd'hui. Le titre intégral est: « Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition ». Le titre abrégé, inexact et propagandiste, est: « Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons ». Le gouvernement est doué pour faire de la propagande. Il en fait même avec le titre des lois.
J'ignore si c'est unique à ce gouvernement. Les libéraux l'ont peut-être fait eux aussi. Je ne me souviens pas, car je n'étais pas ici à l'époque. J'étais ici en 1987, quand les progressistes-conservateurs étaient au pouvoir, mais pas durant le régime libéral.
Le titre du projet de loi, « Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons », vise à berner les gens. Il existe un vieux dicton bien connu que nous n'entendons pas souvent ces jours-ci, car il est plutôt ancien: « On peut tromper tout le monde à l'occasion et on peut tromper certaines personnes tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps. » En fait, on ne peut pas tromper la majorité des gens tout le temps, et le gouvernement va s'en rendre compte en septembre prochain.
Je reprends la première partie de ce dicton, « on peut tromper tout le monde à l'occasion ». Le gouvernement pense pouvoir s'en tirer avec des titres comme celui-ci. Il croit pouvoir tromper tout le monde à l'occasion. En intitulant le projet de loi « Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons », il pense faire croire aux gens que le projet de loi fera disparaîtra les drogues des prisons.
Le gouvernement a dépensé 122 millions de dollars pour les programmes de répression sur une période de trois ans, à partir de 2012. Au cours de cette même période, il a retranché 295 millions de dollars de l'enveloppe budgétaire du système correctionnel. Avec quel résultat? Les drogues ont-elles été éradiquées dans les prisons? Pas du tout. Il y a autant de drogues dans les prisons aujourd'hui qu'il y en avait avant. Alors, peut-on dire que l'approche du gouvernement est efficace? Non.
J'aimerais citer l'enquêteur correctionnel, Howard Sapers, un expert très réputé dans le domaine, au point où le gouvernement a décidé de ne pas renouveler son mandat alors qu'il assumé ce poste pendant quelque huit années ou plus et qu'il a effectué un travail exceptionnel en fournissant au gouvernement des conseils fondés sur des données et des faits objectifs. Dans son rapport annuel de 2011-2012, il a dit qu'une politique de tolérance zéro en ce qui a trait aux drogues en milieu carcéral constitue non pas une politique efficace, mais un objectif qui:
[...] ne correspond tout simplement pas aux réalités de la criminalité et de la toxicomanie au Canada et ailleurs dans le monde. Les mesures de réduction des préjudices dans le cadre d’une orientation axée sur la santé publique et le traitement offrent une démarche beaucoup plus prometteuse, rentable et viable pour réduire la criminalité et la victimisation subséquentes.
La Société John Howard travaille avec acharnement dans ce dossier, mais ce rapport dit essentiellement que ce n'est même pas un objectif réaliste. Le gouvernement propose donc la mauvaise solution à un problème mal défini.
Pour améliorer la sécurité de la société et des collectivités, on cherche surtout à réduire le nombre de victimes d'actes criminels. Or, nous savons que le taux de criminalité est en baisse, même si ça ne paraît pas compte tenu de l'attention que le gouvernement porte à cette question. Les prisons sont de plus en plus remplies. Les conditions carcérales se détériorent, notamment en raison de la double occupation des cellules. Cette situation aura notamment pour effet de ne pas rendre nos collectivités plus sécuritaires. Si les détenus restent plus longtemps en prison et n'ont pas accès à des programmes pour les aider à combattre des problèmes comme la toxicomanie, et si, après avoir purgé leur peine, ils sont relâchés dans la société sans qu'on ait résolu ces problèmes, ils poseront un plus grand danger pour la société, et il y aura plus de victimes d'actes criminels. Cela tombe sous le sens. Je sais que cela va à l'encontre de la façon dont certains députés d'en face conçoivent l'humanité et la façon dont on devrait traiter les criminels.
J'ai pratiqué le droit, notamment le droit criminel, pendant de nombreuses années. Je comprends bien le système. La détermination de la peine est guidée par des principes. Il faut choisir une peine qui correspond bien au crime, en tenant compte de divers facteurs. Il faut bien sûr décourager et punir la criminalité, mais il faut aussi réadapter les délinquants afin de rendre les collectivités plus sûres. On tient compte de tous ces facteurs, qui s'appliquent également après l'incarcération. Quand des délinquants sont incarcérés, on vise à réduire le taux de récidive. Autrement dit, on veut éviter que ces gens commettent d'autres crimes à leur sortie de prison. Comment s'y prend-on pour réduire les récidives? On dépense, pendant une certaine période, 122 millions de dollars pour tenter d'interdire et d'éliminer les drogues en milieu carcéral, sans que ces efforts portent fruit; et on investit seulement de 9 à 11 millions de dollars, si je me souviens bien, dans des programmes de lutte contre la toxicomanie dans les prisons. Cela n'a aucun sens. Au moment où le comité examinait ce projet de loi, 2 400 détenus attendaient de pouvoir participer à un programme de lutte contre la toxicomanie, selon les estimations. Le résultat? Ces détenus n'arrivent pas à avoir accès aux programmes de lutte contre la toxicomanie, mais ils ont accès à des drogues, puisqu'il y a de la drogue dans les prisons, comme on le sait. À leur sortie de prison, ces ex-détenus n'auront pas eu la chance de régler leur problème de toxicomanie et de se préparer un avenir plus prometteur; ils retourneront dans les collectivités sans avoir la chance ou la capacité de devenir de bons citoyens. Voilà la situation.
Des représentants de la Société John Howard ont notamment affirmé que le projet de loi n'éliminera pas la drogue en milieu carcéral, qu'il semble plutôt être une tactique pour ne pas tenir compte de véritables problèmes comme la santé mentale, la double occupation des cellules et l'automutilation des prisonniers. On n'a qu'à penser à la tragique histoire d'Ashley Smith, jeune femme morte en prison à l'âge de 19 ans. Elle a été arrêtée pour la première fois à l'âge de 14 ans pour avoir, je crois, lancé des pommettes à un facteur — c'est comme cela qu'elle s'est retrouvée aux prises avec la justice. Entre 14 et 19 ans, elle a sombré dans ce qui s'est révélé être une spirale de la mort, qui a causé son désespoir et le mauvais traitement dont elle a été victime dans le système carcéral. On a publié des rapports à ce sujet. C'est un cas tragique.
L'affaire, qui a fait l'objet d'enquêtes et de rapports sérieux, a été néanmoins tragique. Ashley Smith a fini par se suicider sous l'oeil vigilant des agents correctionnels, qui avaient eu pour consigne de ne pas intervenir pendant qu'elle s'étranglait elle-même en prison. Ce fut l'issue de ce cas particulier. Son sentiment de désespoir illustrait de façon criante l'urgence d'adopter des réformes et des changements, changements qui n'ont toujours pas été mis en place. Le gouvernement ne fait rien pour améliorer la situation; il accroît plutôt la surpopulation carcérale et ferme des installations spéciales offrant des soins aux personnes souffrant de troubles mentaux en prison.
Nous savons qu'un pourcentage très élevé de contrevenants qui consomment de la drogue en prison souffrent aussi de problèmes de santé mentale. Nous n'offrons pas de programmes adéquats pour traiter ces questions en milieu carcéral.
Le gouvernement conservateur ferme des centres de traitement pour les détenus souffrant de maladies mentales graves. C'est un problème très sérieux. Il arrive souvent que la toxicomanie aille de pair avec les troubles de santé mentale. Certains chiffres montrent l'ampleur de ce problème. En 2011, on estimait que 45 % des contrevenants et 69 % des contrevenantes avaient reçu des soins de santé mentale avant d'aller en prison.
Il ressort de ces chiffres qu'il est primordial d'offrir des soins et des programmes dans les prisons. En fait, si ces programmes sont disponibles, la prison peut être une expérience positive pour les personnes qui se trouvent dans une situation désespérée.
Nous devons bien sûr reconnaître la responsabilité individuelle, et personne ne prétend que tous les détenus sont en prison parce qu'ils ont été traités injustement. Nous savons toutefois qu'il existe des facteurs socioéconomiques. Nous savons qu'il existe des personnes qui ont de grands besoins que la société ne comble pas. Il y a des toxicomanes qui ne parviennent pas à s'en sortir ou des personnes atteintes d'une maladie mentale mal ou insuffisamment soignée dans la société.
Nous savons que le taux de chômage est élevé dans de nombreuses régions du Canada. Il existe d'importants problèmes dans les communautés autochtones attribuables à des facteurs que je n'aborderai pas aujourd'hui. Cette situation est le résultat d'une panoplie de problèmes.
La solution ne réside pas dans l'alourdissement des peines, quoi qu'en dise le gouvernement. Nous savons qu'il est inutile de recourir aux peines minimales obligatoires pour dissuader les gens de commettre des crimes; la Cour suprême l'a même reconnu récemment dans une décision. Il est confirmé à la fois par la recherche et le plus haut tribunal du pays que les peines minimales obligatoires n'ont pas d'effet dissuasif sur la criminalité.
Le gouvernement tient beaucoup à continuer de rendre les choses difficiles dans les prisons, non seulement pour les détenus, évidemment, mais aussi pour les agents correctionnels. Lorsque le gouvernement envisage d'abolir toute possibilité de libération conditionnelle, a-t-il seulement réfléchi aux conséquences d'une telle mesure sur la sécurité des agents correctionnels? Comment réagiront les prisonniers qui n'ont aucun espoir d'être libérés et qui, partant, n'ont rien à perdre? Même une lueur d'espoir peut suffire.
Si les paramètres changent et que les détenus se font dire que, peu importe ce qui arrive, peu importe leur comportement, ils ne sortiront jamais, et que les circonstances ne feront que s'aggraver, est-ce que les agents correctionnels seront plus en sécurité? La réponse est évidente: non, pas du tout.
Il faut adopter une approche différente à celle du gouvernement, parce que celle-ci est franchement inefficace.
Nous appuyons ce projet de loi parce, dans les faits, il va officialiser une pratique qui a déjà cours en l'inscrivant dans la loi. Nous n'avons rien contre le texte de la mesure législative. Nous sommes heureux de le voir adopté, mais nous nous en voudrions, puisqu'on nous en donne l'occasion, de ne pas dénoncer la propagande associée à un titre comme Loi concernant l'éradication des drogues dans les prisons. Le projet de loi est on ne peut plus mal nommé, et c'est inadmissible. Le titre long est très bien, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, et nous aurions dû nous en contenter.
Pour tout dire, le comité a été saisi d'une motion visant à amender le projet de loi. Ai-je besoin de préciser qu'elle a été jugée irrecevable? Nous avons essayé de corriger le problème. Je tiens donc à signaler aux Canadiens que, même si nous appuyons le projet de loi en tant que tel, ses objectifs et ses dispositions, nous n'en aimons pas le titre. Nous avons tenté de le modifier, mais notre motion a été jugée irrecevable sous prétexte qu'aucun autre amendement apporté au projet de loi ne justifiait la modification du titre.
Alors, où en sommes-nous? En date du 14 mars 2012, le réseau carcéral national comptait 15 000 détenus. Si 20 % d'entre eux, soit environ 2 400 personnes, attendent de suivre un programme de traitement de la toxicomanie, alors on a un grave problème. Si cette mesure législative est adoptée, ces gens demeureront en prison plus longtemps, mais sans pour autant suivre les traitements dont ils ont besoin avant la fin de leur peine, c'est-à-dire avant d'être relâchés. Or, que se passera-t-il si ces détenus sont remis en liberté sans avoir pu être traités? La société va se retrouver avec un problème sans fin, et que le gouvernement se proclame le grand défenseur des victimes n'y changera rien. Nous avons tous à coeur le sort des victimes, à un point tel que nous aimerions sincèrement qu'elles soient moins nombreuses. Une bonne façon d'y parvenir consiste justement à permettre aux détenus de suivre les programmes de réadaptation et d'obtenir le soutien dont ils ont besoin pour augmenter leurs chances de tourner le dos définitivement à la criminalité et de participer pleinement à la société une fois qu'ils sont remis en liberté.
Parlons maintenant de quelques-uns de nos autres programmes. Le salaire minimum obligatoire de 15 $ l'heure dont nous discutons aurait également pour but d'offrir aux gens l'occasion de gagner leur vie et de subvenir à leurs besoins. Quant aux autres programmes que nous préconisons, ils visent à ce que les détenus qui sortent de prison et qui veulent devenir des membres productifs de la société puissent participer à des programmes de réadaptation adéquats afin de bénéficier des possibilités et de réduire leur risque de récidive.
On a longuement discuté du soutien aux victimes et de la Charte des droits des victimes, mais le gouvernement actuel n'a rien fait pour soutenir le programme de la Commission d'indemnisation des victimes d'actes criminels qui existe depuis de nombreuses années. Lorsqu'il a été établi, l'aide financière du gouvernement fédéral était calculée selon le ratio 90-10. Il offrait aux victimes d'actes criminels une indemnisation pour les pertes subies. Le gouvernement n'a rien fait à cet égard. Il a présenté sa prétendue Charte des droits des victimes, mais n'a pris aucune mesure constructive pour aider les victimes à surmonter leurs problèmes associés aux crimes commis contre elles.
Nous voulons que les prisons soient des lieux de travail sécuritaires pour le personnel correctionnel. Nous voulons réadapter les détenus. Nous voulons qu'ils aient accès à des programmes du gouvernement de sorte qu'à leur libération, ils soient mieux équipés pour mener une vie sans criminalité. Si la maladie mentale ou la toxicomanie sont au nombre de leurs problèmes et que les programmes de réadaptation peuvent contribuer à les régler, nous devons investir davantage dans les programmes offerts dans les prisons pour aider les détenus.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
View Earl Dreeshen Profile
2015-04-20 15:13 [p.12758]
Mr. Speaker, I rise today to present a petition in honour of Colton TB Keeler and Tyson Vanderzwaag, teenagers from my riding of Red Deer who were tragically killed by a drunk driver in 2012.
Colton and Tyson's death are a tragedy, and sadly the Keeler and Vanderzwaag families are not alone. Thousands of families every year have to experience the same anguish and suffering because of the stupid decision by some to drive impaired.
That is why I am presenting a petition on behalf of Families For Justice, a group composed of Canadians who have had a loved one killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired driving laws are far too lenient. Families For Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for this Parliament to support Bill C-652, Kassandra's law.
Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui pour présenter une pétition en l'honneur de Colton TB Keeler et de Tyson Vanderzwaag, deux adolescents de ma circonscription, Red Deer, dont le décès tragique a été causé par un conducteur ivre en 2012.
La mort de Colton et de Tyson est une tragédie. Leurs familles ne sont malheureusement pas les seules à avoir vécu un pareil drame. Chaque année, des milliers de familles connaissent la même souffrance parce qu'un conducteur a pris une décision stupide, celle de conduire malgré des facultés affaiblies.
C'est ce qui m'amène à présenter une pétition au nom de Families For Justice, un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de la conduite avec facultés affaiblies. Ils estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Le groupe Families for Justice réclame des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652, la loi de Kassandra.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
View Bev Shipley Profile
2015-04-20 15:19 [p.12759]
Mr. Speaker, I have two petitions.
The petitioners deem the impaired driving laws to be too lenient. They want to see tougher laws and the implementation of a new mandatory minimum sentence for those persons convicted of impaired driving causing death. My colleague has just talked about his experience with people he knew. This is similar in that the petitioners ask that the Criminal Code of Canada be changed to redefine the offence of “impaired driving causing death” to “vehicular manslaughter”.
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter.
Les pétitionnaires sont d'avis que les lois relatives à la conduite avec facultés affaiblies sont trop clémentes. Ils aimeraient que des lois plus strictes soient adoptées et qu'une nouvelle peine minimale obligatoire soit imposée aux personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort. Mon collègue vient de parler de son expérience personnelle avec des personnes qu'il connaissait. C'est similaire, en ce sens que les pétitionnaires demandent la modification du Code criminel du Canada, afin que l'infraction de « conduite avec facultés affaiblies » devienne un « homicide involontaire coupable commis au moyen d'un véhicule automobile ».
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-04-01 15:25 [p.12660]
Mr. Speaker, I have two petitions to present.
First, I am sad to present a petition today that informs the House that 11-year-old Gracie Wynen was tragically killed by a person who was drunk, who chose to drive while impaired. Gracie's family is devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have had loved ones killed by an impaired driver. These Canadians believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime called what it is: vehicular homicide. They also believe that the laws of Canada need to include mandatory sentencing for those who are convicted of vehicular homicide.
Monsieur le Président, je présente deux pétitions.
Tout d'abord, je suis attristé de présenter aujourd'hui une pétition qui vise à informer la Chambre que Gracie Wynen, 11 ans, a été tragiquement tuée par un conducteur ivre qui a choisi de conduire même s'il était en état d'ébriété. La famille de Gracie est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Elles estiment aussi que les lois canadiennes devraient prévoir des peines obligatoires pour les personnes reconnues coupables d'un homicide commis au volant d'un véhicule automobile.
View Maurice Vellacott Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I am very pleased to rise today to speak about our government's decisive action to keep our streets and communities safe. I am proud to note that we have a particular focus on protecting the most vulnerable of all in our society, and that is our dear children.
Since 2006, we have taken a number of actions in this regard, including, among many others, enacting new and increasing existing mandatory minimum penalties for child sex offences and making it illegal for anyone to provide sexually explicit material to a child for the purpose of facilitating the commission of a sexual offence against that child.
Recently, as members of this House will know, we took action to crack down on cyberbullying. That has been mentioned in speeches here already. We have all been moved by several tragic cases we have heard about, from across the country and North America, where young lives have been lost due to the emotional torment caused by cyberbullying. That is why last year we passed legislation to give police and prosecutors new tools to effectively address cyberbullying.
Although our government has taken significant strides to protect our children, more work remains to be done. Of course, more work always remains to be done. Sadly, other threats to our children exist, perhaps none so disturbing as the threat from child sexual offenders, and that seems to be growing domestically and abroad. In 2013 alone in Canada, some 4,200 sexual violations against children were reported to police. Those were just those cases that were reported, not to mention the many others that have no doubt occurred and for one reason or another were not reported.
Child sexual exploitation is a horrible, evil crime. Although most of us could never fully imagine the extent of devastation caused by abuse of this sort, we understand that the impact on the victims endures long after the abuse ends. That is why we are committed to doing everything we can to protect our children, and that is why our government has introduced the comprehensive legislation before us.
The tougher penalties for child predators act would help us better address the enormity of this crime and further crack down on offenders convicted of child sexual abuse offences. It proposes a range of measures to protect our children. It will take a few moments for me to outline some of these changes we have proposed, beginning with the proposed changes to the Criminal Code.
The first is to ensure that those convicted of child pornography and child-contact child sexual offences serve their sentences one after another, consecutively, instead of discounting them, where we pile one sentence on the other and the offenders get a break and less time served. Particularly, this would be for offenders who have victimized multiple children. Further, this legislation would increase both maximum and minimum penalties for child sex offences and would increase penalties for the violation of conditions in supervision orders. Finally, it would ensure that the spouse of a person charged with child pornography offences could be obliged to testify in court. That is important, as often it is the spouse who can provide the testimony needed to secure convictions in these cases.
Now I would like to turn our attention to some of the important proposed amendments to the Sex Offender Information Registration Act.
Before I get to the changes, I would note that this act, which came into force in 2004, allowed for the establishment of a database containing information on convicted sex offenders across Canada. It is called the National Sex Offender Registry. It is administered by the RCMP and is used by police across Canada to help them prevent and investigate crimes of a sexual nature. There are currently approximately 37,000 sex offenders listed on the database, of which 25,000 have been convicted of a sex offence against a child.
Certainly some important reporting obligations are already in place in the current system. For example, offenders are required to report annually and any time they change their address or legal name, and all registered sex offenders are required to report absences of seven days or more for trips either within or outside of Canada.
It is also worth noting that significant reforms came into effect in 2011 to strengthen the registry and the National DNA Data Bank. Those changes include the automatic inclusion, and mandatory DNA sampling, of convicted sex offenders in the registry, proactive use of the registry by police to prevent offences, registration of sex offenders convicted abroad, and parallel amendments to ensure that reforms apply to those convicted of sex offences through the military justice system.
Nevertheless, legitimate concerns remain about our ability to know the whereabouts of sex offenders, particularly given offenders' mobility to travel abroad to other countries.
Internationally, approximately one million children are exploited by sex tourists and sex traffickers each year. Our government is committed to taking action to protect children from sexual exploitation no matter where in the world it may occur.
Indeed, the changes we are proposing to the Sex Offender Information Registration Act would allow us to better protect children from sexual exploitation, both in Canada and abroad, by ensuring that police have more information about the travel plans of sex offenders. One proposed change is to broaden the reporting requirements for registered sex offenders about their international travel plans.
I mentioned a moment ago that all registered sex offenders are required to report absences of seven days or more for trips within or outside of Canada. However, currently the requirement for them to provide specific destinations and addresses is for domestic trips only.
We are proposing that sex offenders convicted of child sex offences be required to report absences of any duration for trips abroad, and, again, provide specific travel dates and locations. Registered sex offenders travelling abroad would be required to report every address or location at which they expect to stay for a trip of seven days or longer, and the specific dates that they will depart and return.
This brings me to the next proposed change, which is one that would allow for the establishment of information sharing between officials with access to the National Sex Offender Registry and officials at the Canadian Border Services Agency. Although this may surprise some, there is currently no mechanism for information sharing regarding sex offenders between those two organizations. It goes without saying that it limits our knowledge of sex offenders when they travel.
To close this gap, the bill proposes to authorize registry officials to disclose information about certain registered sex offenders to officials at the Canadian Border Services Agency, particularly in cases of child sex offenders assessed as high risk, so that they can be placed on a lookout system. In addition, border officials would be authorized to collect travel information about these sex offenders upon their return to Canada and then share it with National Sex Offender Registry officials.
Finally, the bill includes provisions that would authorize the RCMP to establish and administer a publicly accessible national database of high-risk child sex offenders. Essentially this would be a separate database that would centralize public access to certain information on high-risk child sex offenders who have already been the subject of a public notification in a provincial or territorial jurisdiction.
In conclusion, these changes would allow us to further deliver on some of the worthy commitments we have made to Canadians, namely to ensure that those who break the law are punished accordingly for their actions, that penalties match the severity of the crimes, and that the rights of the victims come before the rights of the criminals. Above all, these changes would allow us to better shelter children, both in Canada and abroad, from the horrific crime of child sexual exploitation.
Therefore, I call on members of all parties in this House for their support of this very worthy measure.
Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet des mesures décisives que le gouvernement veut prendre pour garantir la sécurité de nos rues et de nos collectivités. Je suis fier de souligner que nous cherchons surtout à protéger les personnes les plus vulnérables de la société, c'est-à-dire nos chers enfants.
Depuis 2006, nous avons pris diverses mesures à cet égard. Par exemple, nous avons prévu de nouvelles peines minimales obligatoires et augmenté les peines existantes en ce qui concerne les infractions sexuelles visant des enfants, et nous avons aussi interdit à quiconque de fournir du matériel sexuellement explicite à un enfant en vue de faciliter la perpétration d'une infraction sexuelle contre cet enfant.
Comme les députés le savent, récemment, nous avons aussi pris des mesures pour lutter contre la cyberintimidation. Cet aspect a déjà été mentionné dans les interventions. Nous avons tous été bouleversés d'entendre parler de certaines situations tragiques, qui sont survenues un peu partout au pays et en Amérique du Nord. En effet, des jeunes sont décédés des suites de leurs souffrances émotives causées par la cyberintimidation. C'est pour cette raison que l'an dernier, nous avons adopté une mesure législative qui offre de nouveaux outils aux policiers et aux procureurs et leur permet de s'attaquer plus efficacement à la cyberintimidation.
Bien que le gouvernement ait déjà réalisé des avancées importantes au chapitre de la protection des enfants, il reste beaucoup à faire. Nous en sommes conscients. D'autres menaces planent malheureusement sur nos enfants, la plus troublante provenant probablement des agresseurs sexuels d'enfants, un problème qui semble gagner en ampleur tant au Canada qu'à l'étranger. Seulement au Canada, quelque 4 200 infractions sexuelles à l'égard d'enfants ont été signalées à la police en 2013. C'est sans compter tous les autres cas qui sont sans doute survenus mais n'ont jamais été signalés, pour une raison ou une autre.
L'exploitation sexuelle d'enfants est un crime horrible et odieux. Bien que la plupart d'entre nous ne puissent pas imaginer les conséquences dévastatrices de ces abus, nous savons que les victimes en ressentent les effets très longtemps. C'est pourquoi nous sommes résolus à faire tout en notre pouvoir pour protéger nos enfants. C'est ce qui amène le gouvernement à proposer la mesure législative globale dont nous sommes saisis aujourd'hui.
La Loi sur le renforcement des peines pour les prédateurs d’enfants nous aiderait à traiter plus adéquatement ces crimes graves et à sévir contre les délinquants reconnus coupables d'abus sexuels contre des enfants. Elle propose une variété de mesures conçues pour protéger les enfants. J'aimerais prendre quelques instants pour donner un aperçu des modifications proposées, notamment au Code criminel.
La première vise à faire en sorte que les contrevenants déclarés coupables d’infractions liées à la pornographie juvénile et d’infractions d’ordre sexuel contre des enfants purgent leurs peines l'une après l'autre, consécutivement, au lieu que celles-ci soient réduites, comme on le fait dans les cas où de multiples peines s'accumulent et l'on raccourcit la période d'emprisonnement. Cette modification vise notamment les délinquants qui ont agressé plusieurs enfants. Par ailleurs, le projet de loi augmenterait les peines minimales et maximales liées à certaines infractions d'ordre sexuel contre des enfants et alourdirait les peines découlant d’une violation des conditions d’une ordonnance de surveillance. Enfin, le conjoint d'une personne accusée d'infractions liées à la pornographie juvénile pourrait être tenu de témoigner en cour. Voilà qui est important, car c'est souvent le conjoint qui est en mesure de livrer le témoignage nécessaire pour obtenir une condamnation dans ce genre d'affaires.
Maintenant, j'aimerais attirer votre attention sur certaines modifications importantes proposées à la Loi sur l’enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels.
Avant de présenter ces modifications, je tiens à souligner que cette loi en vigueur depuis 2004 a permis la création d'une base de données sur les délinquants sexuels reconnus coupables partout au Canada, soit le Registre national des délinquants sexuels. Administré par la GRC, ce registre est employé par les services de police du pays, qui s'en servent pour prévenir les crimes de nature sexuelle et enquêter à leur sujet. Environ 37 000 délinquants sexuels sont actuellement inscrits au registre, dont 25 000 ont été reconnus coupables d'une infraction d'ordre sexuel à l'égard d'un enfant.
Le système prévoit déjà des mécanismes importants de reddition de comptes, je ne dis pas le contraire. Par exemple, les délinquants doivent se rapporter chaque année et signaler tout changement d'adresse ou de nom légal. De plus, tous les délinquants inscrits doivent prévenir les autorités quand ils s'absentent sept jours ou plus de leur domicile, qu'ils sortent du Canada ou non.
Le registre et la Banque nationale de données génétiques ont en outre fait l'objet de réformes importantes en 2011. Ainsi, les délinquants sexuels reconnus comme tels par la justice sont maintenant automatiquement inscrits au registre, et on leur prélève systématiquement un échantillon d'ADN. La police peut également utiliser proactivement le registre afin de prévenir les délits, et ce dernier contient désormais le nom des délinquants reconnus coupables par un tribunal étranger. Diverses autres modifications ont aussi été apportées afin que ces réformes s'appliquent également aux personnes reconnues coupables d'une infraction de nature sexuelle par un tribunal militaire.
Quoi qu'il en soit, d'aucuns doutent encore, avec raison, qu'il soit véritablement possible de savoir avec certitude où se trouvent les délinquants sexuels, surtout que rien ne les empêche de se rendre à l'étranger.
Sur l'ensemble de la planète, chaque année, environ un million d'enfants sont exploités par des touristes sexuels et des criminels s'adonnant au trafic sexuel. Le gouvernement s'est engagé à tout faire pour protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle, quel que soit l'endroit du monde où elle se produit.
En fait, les modifications proposées à la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels nous permettraient justement de mieux protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle, ici comme à l'étranger, en donnant aux policiers les moyens de mieux connaître les intentions de voyage des délinquants sexuels. Le projet de loi à l'étude obligera notamment ces derniers à signaler avec plus de précision leurs futurs déplacements à l'étranger.
Je disais il y a un instant que tous les délinquants sexuels inscrits sont déjà tenus de prévenir les autorités lorsqu'ils s'absentent sept jours ou plus de leur domicile, qu'ils quittent le Canada ou non. Or, à l'heure où on se parle, ils ne doivent divulguer leur destination et l'adresse où ils logeront que s'ils demeurent à l'intérieur des frontières canadiennes.
Nous proposons plutôt que les délinquants sexuels dont les crimes visaient des enfants soient tenus de prévenir les autorités dès qu'ils quittent le pays, peu importe pour combien de temps, et qu'ils soient toujours tenus de préciser leurs dates de départ et de retour ainsi que l'endroit où ils se rendent. Les délinquants sexuels inscrits qui sortent du Canada devront faire la liste de l'ensemble des adresses ou endroits où ils prévoient loger lorsqu'ils s'absenteront durant sept jours ou plus et préciser leurs dates exactes de départ et de retour.
Cela m'amène à parler de la prochaine modification proposée, qui permettrait l'échange de renseignements entre des fonctionnaires ayant accès au Registre national des délinquants sexuels et des agents des services frontaliers du Canada. Cela pourrait en surprendre certains, mais il n'existe actuellement aucun mécanisme d'échange de renseignements sur les délinquants sexuels entre ces deux organisations. Cela nous empêche évidemment d'être bien renseignés sur ce que font les délinquants sexuels quand ils voyagent.
Pour corriger cette lacune, le projet de loi propose d'autoriser les responsables du registre à divulguer aux agents des services frontaliers du Canada des renseignements sur certains délinquants sexuels inscrits, en particulier dans le cas des délinquants considérés à risque élevé ayant commis des infractions sexuelles visant des enfants, afin que ces renseignements soient intégrés à leur système de surveillance. L'Agence des services frontaliers serait également autorisée à recueillir des renseignements sur les délinquants sexuels à leur retour de tout séjour à l'étranger, de même qu'à communiquer ces renseignements aux responsables du Registre national des délinquants sexuels.
Finalement, le projet de loi comprend des dispositions qui autoriseraient la GRC à établir et à administrer une banque de données nationale accessible au public concernant les délinquants sexuels à risque élevé. Il s'agirait essentiellement d'une banque de données distincte qui centraliserait l'accès public à certains renseignements sur les délinquants sexuels à risque élevé ayant agressé des enfants qui ont déjà fait l'objet d'un avis public dans une province ou un territoire.
En conclusion, ces modifications nous permettraient de respecter d’autres de ces engagements valables que nous avons pris envers les Canadiens, soit de faire en sorte que ceux qui enfreignent la loi soient punis, que les peines correspondent à la gravité de leur crime, et que les droits des victimes passent avant ceux des criminels. Par-dessus tout, ces modifications nous permettraient de mieux protéger les enfants, au Canada et à l’étranger, contre ce crime horrible de l’exploitation sexuelle.
Par conséquent, je demande aux députés de tous les partis d’appuyer cette mesure très valable.
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I am very pleased to rise in this House today to speak to Bill C-26, the tougher penalties for child predators act.
Before I begin, I would like to thank the members of the Standing Committee on Justice and Human Rights for their important study of the bill and for moving it forward in an expeditious manner.
Since our government was elected, we have taken tremendous steps forward to ensure that streets and communities are safe places to live, work, and raise our families. We have worked tirelessly for these changes, especially when it comes to protecting the most precious and vulnerable members of our society, our children.
In 2011, we strengthened the National Sex Offender Registry through the implementation of the Protecting Victims from Sex Offenders Act. This legislation ensures that every individual convicted of a sexual offence is automatically registered with the National Sex Offender Registry and must provide a DNA sample to the National DNA Data Bank. It also added provisions to include on the National Sex Offender Registry those individuals who have been convicted of sex offences abroad and who then return to Canada.
In addition to these key reforms, the Protecting Victims from Sex Offenders Act addressed several important operational issues, such as the inclusion of registered sex offenders' vehicle information in the National Sex Offender Registry and allowing federal and provincial correctional services to notify registry officials when a registered sex offender is admitted into custody or is released into the community, including for temporary releases of seven days or more.
Through the Safe Streets and Communities Act, passed in 2012, we strengthened the Criminal Code's prohibitions against sexual exploitation by creating new mandatory minimum sentences for existing offences related to child exploitation and by increasing the mandatory minimum penalty for other existing offences; by prohibiting convicted child sex offenders from having any unsupervised contact with a young person under the age of 16 or having unsupervised use of the Internet or other digital devices; and by prohibiting convicted child sex offenders from being in public places where children can reasonably be expected to be present, requiring them to remain in specified geographic areas, and requiring them to abstain from drug and alcohol abuse or use.
We have also passed legislation that makes it illegal to provide sexually explicit material to a child for the purpose of facilitating the commission of an offence against that child.
We have increased the age of protection, the age at which a young person can legally consent to sexual activity, to 16 years of age, where previously it was 14.
We also continue to keep Canadians safe at the border with our Canada Border Services Agency officers employing effective border policies that prevent sex offenders from entering Canada. In fact, in 2014 alone, referrals provided by U.S. Customs and Border Protection concerning sexual offenders travelling to Canada led to 59 instances when the Canada Border Services Agency was able to refuse entry at the border.
We have reached significant milestones to make our streets and communities safer for everyone, but there is still work to do.
Canadians have the right to go about their daily lives without fear, and that is especially true when it comes to the fear of their children experiencing the emotional turmoil of sexual abuse.
In 2013, police reported approximately 4,200 incidents of sexual violations against children. That is a 6% increase from 2012. I am sure that all members can agree that one child victim is one too many.
We must ensure that our focus is balanced and that it protects the rights of victims and law-abiding citizens. This brings me to why I am speaking today. The changes proposed in Bill C-26 before us would allow our government to strengthen measures to better protect our children from sexual exploitation.
First and foremost, there are a number of amendments to the Criminal Code and the Canada Evidence Act, including requiring that those convicted of contact child sexual offences against multiple children serve their sentences consecutively, one after another, to recognize the serious nature of the offence against each victim; requiring that those convicted of child pornography and contact child sexual offences serve their sentences consecutively; increasing maximum and minimum penalties for child sexual offences; increasing penalties for violations of conditions of supervision orders; and allowing spouses to provide testimony that is often needed to secure convictions in these important cases.
This legislation will also make vital changes to the National Sex Offender Registry by enhancing law enforcement's knowledge of registered sex offenders who are travelling abroad. For example, a registered sex offender would be required to give advance notice of the dates and every address or location at which they expect to stay for travel of seven days or more outside Canada. Those with a conviction for a sex offence against a child would be required to provide this information for all travel, regardless of the duration of the trip.
As part of this legislation, we would improve information sharing about high-risk sex offenders between officials responsible for the National Sex Offender Registry and the Canada Border Services Agency. As it currently stands, officials in charge of the registry are not authorized to share information on registered sex offences with Canada Border Services Agency.
What is more, officers at the border are not able to provide information to the officials at the National Sex Offender Registry to confirm the date of a sex offender's departure and return and where the person has stayed outside Canada. It is of utmost importance that we give our border services officers the authority and information they need to do their jobs and keep Canadians safe.
Therefore, we are proposing that all registered sex offenders be required to report every driver's licence number and passport number they hold and the name of each respective issuing jurisdiction. This would enable officials to disclose this information to the Canada Border Services Agency with other identifying information about registered sex offenders, particularly in cases of high-risk child sex offenders, and ensure that they are included in the Canada Border Services Agency lookout system.
The final element in this bill would further contribute to the safety of our communities by providing the public with access to a database of information regarding high-risk child sex offenders. The high risk child sex offender database act would authorize the RCMP to establish and administer a national publicly accessible database containing information on high-risk child sex offenders who have been the subject of a public notification in a provincial or territorial jurisdiction. Public safety officials are consulting with their provincial and territorial counterparts to discuss public notifications for high-risk offenders and the criteria to be used to determine which high-risk child sex offenders would be included in the database.
In summary, the bill before us today would ensure that penalties for child sexual offences better reflect the serious nature of these crimes. We believe that all child sex offenders should be held fully accountable for their actions.
These heinous crimes cause unimaginable devastation in the lives of children and their families. This is why, as a government, we must do everything in our power to protect our most vulnerable. I am very pleased to know that all hon. members in this House support this important piece of legislation.
Monsieur le Président, c'est avec grand plaisir que je prends la parole aujourd'hui afin de parler du projet de loi C-26, Loi sur le renforcement des peines pour les prédateurs d'enfants.
Avant de commencer, j'aimerais remercier les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne, qui ont examiné cet important projet de loi dans les meilleurs délais.
Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures extraordinaires pour s'assurer de rendre les rues et les collectivités plus sûres, de façon à ce que les Canadiens puissent vivre, travailler et élever leur famille en toute sécurité. Nous avons travaillé sans relâche pour apporter ces changements, surtout ceux qui visaient à protéger les membres de notre société les plus précieux et les plus vulnérables: nos enfants.
En 2011, nous avons amélioré le Registre national des délinquants sexuels en adoptant la Loi protégeant les victimes de délinquants sexuels. Au titre de cette loi, toutes les personnes reconnues coupables d'une infraction sexuelle sont automatiquement inscrites au registre et doivent fournir un échantillon d'ADN à la Banque nationale de données génétiques. Cette loi comporte aussi de nouvelles dispositions visant l'inscription au Registre national des délinquants sexuels des personnes ayant été déclarées coupables d'infractions sexuelles à l'étranger et qui reviennent au Canada.
En plus de ces réformes clés, la Loi protégeant les victimes des délinquants sexuels a réglé plusieurs problèmes opérationnels importants, notamment en prévoyant l'inclusion des renseignements sur les véhicules des délinquants sexuels inscrits dans le Registre national des délinquants sexuels et en permettant aux services correctionnels fédéraux et provinciaux d'aviser les responsables du registre lorsqu'un délinquant sexuel inscrit est placé en détention ou mis en liberté dans la collectivité, notamment dans le cadre de permissions de sortir de sept jours ou plus.
Au moyen de la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, adoptée en 2012, nous avons renforcé les dispositions du Code criminel qui visent à lutter contre l'exploitation sexuelle en créant de nouvelles peines minimales obligatoires dans le cas d'infractions existantes liées à l'exploitation d'enfants et en alourdissant les peines minimales obligatoires dans le cas d'autres infractions existantes; en interdisant aux personnes reconnues coupables d'agression sexuelle contre des enfants d'avoir des contacts sans supervision avec un jeune âgé de moins de 16 ans ou d'utiliser Internet ou d'autres appareils numériques sans supervision; et en interdisant aux personnes reconnues coupables d'agression sexuelle contre des enfants de fréquenter des lieux publics où il est raisonnable de s'attendre à ce qu'il se trouve des enfants, en exigeant que ces personnes restent dans des secteurs géographiques précis et en les obligeant à s'abstenir de consommer de la drogue et de l'alcool.
Nous avons aussi fait adopter des mesures législatives qui rendent illégal le fait de fournir du matériel sexuellement explicite à un enfant en vue de faciliter la perpétration d'une infraction contre cet enfant.
En outre, nous avons fait passer de 14 à 16 ans l'âge de protection, c'est-à-dire l'âge à partir duquel une jeune personne peut légalement consentir à des activités sexuelles.
Nous continuons par ailleurs à assurer la sécurité des Canadiens aux frontières en faisant appliquer aux employés de l'Agence des services frontaliers du Canada des politiques frontalières qui empêchent bel et bien les délinquants sexuels de mettre le pied en sol canadien. En 2014 seulement, les renvois effectués par l'agence étatsunienne des douanes et de la protection des frontières ont ainsi permis à l'Agence des services frontaliers du Canada de refuser l'accès au territoire canadien à 59 délinquants sexuels.
Nous avons accompli de grandes choses pour rendre les rues et les collectivités plus sûres pour tous les Canadiens, mais il reste encore beaucoup à faire.
Les Canadiens ont le droit de vivre leur vie sans crainte et surtout sans redouter que leur enfant subisse les affres d'une agression sexuelle.
En 2013, les policiers ont signalé environ 4 200 cas d'infractions sexuelles envers des enfants, une hausse de 6 % par rapport à 2012. Les députés conviendront unanimement, j'en suis convaincue, qu'une petite victime, c'est déjà une de trop.
Nous devons cibler une approche dosée qui protège les droits des victimes et des honnêtes citoyens, ce qui m'amène à l'objet de mon intervention. Grâce aux changements que propose le projet de loi C-26, dont nous sommes saisis, le gouvernement serait à même de renforcer les mesures destinées à protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle.
Mentionnons d'abord un certain nombre de modifications au Code criminel et à la Loi sur la preuve au Canada, notamment pour que ceux qui sont déclarés coupables d'avoir agressé sexuellement plusieurs enfants purgent leurs peines l'une après l'autre — afin de tenir compte de la gravité de l'infraction pour chaque victime —, pour que ceux qui sont reconnus coupables dans une affaire de pornographie juvénile et coupables d'avoir agressé sexuellement un enfant purgent leurs peines consécutivement, pour accroître les peines maximales et minimales pour les infractions sexuelles visant des enfants, pour accroître les peines pour violation des conditions d'une ordonnance de surveillance et pour permettre aux conjoints de fournir les témoignages souvent nécessaires pour obtenir une condamnation dans ces affaires importantes.
Cette mesure législative apporte également au Registre national des délinquants sexuels des changements essentiels qui feront en sorte que les forces de l'ordre soient davantage au courant des déplacements à l'étranger des délinquants sexuels inscrits. Par exemple, un délinquant sexuel inscrit serait tenu de communiquer à l'avance les dates de son déplacement et toute adresse et tout lieu où il entend séjourner, lorsqu'il s'absente pendant au moins sept jours pour se rendre à l'étranger. Ceux qui ont été reconnus coupables d'une infraction sexuelle visant un enfant seraient tenus de fournir ces renseignements pour tous leurs déplacements, indépendamment de la durée de l'absence.
Dans le cadre de cette mesure législative, nous améliorerions la communication des renseignements sur les délinquants sexuels à risque élevé entre les responsables du Registre national des délinquants sexuels et l'Agence des services frontaliers du Canada. À l'heure actuelle, les responsables du registre ne sont pas autorisés à transmettre à l'Agence des services frontaliers du Canada des renseignements sur les infractions commises par des délinquants sexuels inscrits.
Qui plus est, les agents des services frontaliers ne peuvent pas fournir de renseignements aux responsables du Registre national des délinquants sexuels pour confirmer la date du départ et du retour d'un délinquant sexuel et le lieu où il a séjourné à l'extérieur du Canada. Il est de la plus grande importance que nous donnions aux agents des services frontaliers le pouvoir et les renseignements dont ils ont besoin pour faire leur travail et assurer la sécurité des Canadiens.
Par conséquent, nous proposons que tous les délinquants sexuels inscrits soient tenus de signaler les numéros de tout permis de conduire et de tout passeport dont ils sont titulaires, ainsi que le nom du territoire qui a délivré ces documents. Cela permettrait aux responsables de communiquer ces renseignements à l'Agence des services frontaliers du Canada, en plus d'autres renseignements signalétiques sur les délinquants sexuels inscrits, en particulier dans le cas des délinquants considérés à risque élevé ayant commis des infractions sexuelles visant des enfants, et de s'assurer que cette information est intégrée dans le système de surveillance de l'agence.
Le dernier élément du projet de loi contribuerait à accroître encore plus la sécurité de nos collectivités en donnant à la population accès à une banque de données sur les délinquants considérés à risque élevé ayant commis des infractions sexuelles visant des enfants. La Loi sur la banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé (infractions sexuelles visant les enfants) autoriserait la GRC à établir et à administrer une banque de données nationale accessible au public contenant des renseignements sur les délinquants sexuels à risque élevé qui ont déjà fait l'objet d'un avis public dans une province ou un territoire. Les agents de la sécurité publique consultent leurs homologues provinciaux et territoriaux afin de discuter de la diffusion d'avis publics pour les délinquants à risque élevé et des critères à utiliser pour déterminer les délinquants sexuels à risque élevé ayant agressé des enfants qui devraient être inclus dans la banque de données.
Bref, le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui veillerait à ce que les peines infligées pour les infractions d'ordre sexuel contre des enfants reflètent mieux la gravité de ces crimes. Nous croyons que tous les agresseurs sexuels d'enfants devraient être tenus pleinement responsables de leurs gestes.
Ces crimes odieux ont des effets dévastateurs inimaginables sur la vie des enfants qui en sont victimes et des membres de leur famille. C'est pourquoi le gouvernement doit tout faire en son pouvoir pour protéger les membres les plus vulnérables de notre société. Je suis très heureuse que tous les députés appuient cette mesure législative importante.
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2015-03-27 12:52 [p.12482]
Mr. Speaker, I wish to advise you that I will be sharing my time with the hon. member for Châteauguay—Saint-Constant.
I support Bill C-26 to amend the Criminal Code to do a number of things to deal with the scourge of child predators. It would amend the Sex Offender Information Registration Act and create a high-risk child sex offender database, as well as make a number of changes to the Criminal Code, which I will discuss during my remarks.
This bill is consistent with the zero tolerance policy that my party, the NDP, has with respect to child sexual crimes. Sexual crimes against children have to be dealt with in the most effective manner possible. The issue then before us is whether this bill will do what it says it is trying to achieve, a goal which we applaud. The question, then, is whether some of the mandatory new minimum sentences and the consecutive sentences provisions will do the job or whether judicial discretion, which has been the case before this, will still be a relevant way to proceed.
It will be my argument that although the bill is useful in some regard, it seems to ignore the evidence in a couple of key provisions, evidence that was brought before the committee that studied the bill, which I will refer to during my remarks.
It would increase existing mandatory minimum and maximum penalties. It would amend the Evidence Act to ensure that spouses of the accused would be competent and compellable witnesses where child pornography would be involved.
It would also amend the Sex Offender Information Registration Act to increase the reporting requirements when sex offenders travelled outside the country. There is some question as to wether the laudable end goal would be achieved in practice. It would enact a high-risk child offender database to establish a publicly accessible database containing information that police would have previously made accessible to the public in other places. We have that under the legislation in my province and in others, I understand. This would create that kind of accessibility across the country.
As I said at the outset, our party has a long-standing zero tolerance policy when it comes to sexual offences against children and we therefore wonder whether this bill will do the job, protect children and keep our communities safe. For reasons I will describe, I am not sure it will do so. Simply having a tough on crime rhetoric and building more prisons and the like will be ineffective, as many of the experts said when they testified.
It is a question of having the resources available in the communities to do the job, as well as having legislation, which in and of itself is a partial measure. However, if we give people the tools and they do not have the ability to implement them because they do not have the budget, what good have we done except disappoint Canadians in our response? Therefore, are the necessary resources available? The answer appears to be no.
We have suggested that necessary resources be earmarked for the RCMP registry and budgets be made available to support victims. For example, the NDP fought for the Circles of Support and Accountability program only to find out that the measly $650,000 in funding that Correctional Service Canada offered was simply all and that it would not do the job.
CoSA, which is the Circles of Support and Accountability to which I have referred, receives funding from the National Crime Prevention Centre, which will end this fall. It costs $2.2 million a year. CoSA has been extraordinarily successful in having people settle into normal lives. Just having coffee and ensuring people are on track has proven, as it has been studied, to actually work and make a difference. Will there be money available for such programs? I do not think so, and that is what is so problematic about the bill.
If the government really were tough on crime, aside from getting good talking points, it would put its money where its mouth is.
Let us talk about what some of the experts have said about the specifics of the bill and see whether it is evidence-based or merely populous.
The politics are that we all join in wanting to make our communities safer for children, but one of the ways the Conservatives think they will do so is to have what they call mandatory minimum sentences for various offences. A long list is created.
The law requires, however, that there be a proportionate sentence for the offender and the offence. That is what the Constitution tells us. Rather, the Conservatives have mandatory minimum sentences throughout this. The message from Mr. Michael Spratt, who testified on behalf of the Criminal Lawyers' Association to the Standing Committee on Justice and Human Rights, is that it will not work. From evidence on February 16, he said:
—the message that's being sent, that minimum sentences and harsher sentences make us safer. You know that's not true. You've been told that before. You've been told that by me, and you've been told that by other experts. The evidence suggests quite the opposite —minimum sentences don't make communities safer. They don't deter the commission of offences. They impede rehabilitation. They are costly, and they can be unconstitutional.
It looks good, sounds good, but it does not work.
Another witness from the Canadian Bar Association, a former crown attorney, Mr. Paul Calarco, said that there were very significant increases in this statute with respect to minimum offences, but stated:
I believe it is far more likely now that there will be constitutional challenges, there will be a finding of gross disproportionality, and that means the entire sentencing regime must be struck down.
Does that sound like a good way to protect our children?
It is not just these people. The famous Professor Anthony Doob from the University of Toronto testified that, “mandatory minimum penalties of this kind do not deter crime”. “Steve Sullivan testified, not only speaking to the ineffectiveness of minimum sentences but also how they can make the situation worse”. So many experts testified, asking and making the same point, that it would be likely to be held unconstitutional, therefore being a waste of time.
Also in terms of lack of evidence regarding the sexual offence registry, Mr. Calarco talked to the fact that:
There is little evidence to suggest that sexual offender registries, as they are presently constituted, prevent sexual assaults. This can be seen in both the reports of the Auditor General of Ontario and the John Howard Society....
[The] bill does not make the prevention of sexual exploitation any more likely. [Its] reporting requirements are unlikely to have any discernible effect on public safety, or will be unenforceable when they deal with matters outside [the] country....
He goes on to say that so many of the people involved in these horrible crimes are in family situations and that it will do nothing for them. A registry would not prevent these kinds of incidents. One of the most important ways to ensure a safe and just society is by rehabilitating the offenders.
Is that not what we want, to rehabilitate as opposed to simply show society's disgust with the crimes at issue?
If the experts and the evidence are saying that these kinds of measures, minimum mandatory sentences, simply will not work, if they are saying that we need more money to do the job, and if they are saying that the registries are not particularly effective, we need to address why in committee the Conservatives rejected the amendments that were proposed by the NDP to try to improve the bill.
The New Democrats suggested, for example, that the information in the new database could not be used to identify the victims and that it should be clarified. That was rejected. It was suggested to require that the minister report annually to Parliament on whether the bill was working. The Conservatives did not want that either. It is unclear why they would reject that kind of accountability. The Conservatives like to brag about accountability in their rhetoric, but when it comes to actually doing the job, they do not want to take those steps.
This is a position that puts us in great difficulty. Of course we support this bill because we have zero tolerance for sexual crimes involving children. However, we are dubious as to whether it will achieve its objectives. We wish it were more evidence-based because the evidence before the committee and before Parliament is that some of these measures will not do the job.
Nevertheless, we stand in support of the bill, wishing the Conservatives would allow a review, as they have done with other legislation, after a certain period of time so Parliament can assess whether it has been effective.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps avec le député de Châteauguay—Saint-Constant.
J’appuie le projet de loi C-26, qui modifierait plusieurs éléments du Code criminel en vue de contrer le fléau de l’exploitation sexuelle des enfants. Il modifierait aussi la Loi sur l’enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels, et créerait une banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé. Je reviendrai au cours de mon intervention sur les modifications qu’il apporte au Code criminel.
Ce projet de loi est conforme à la politique de tolérance zéro préconisée par mon parti, le NPD, concernant les crimes d’ordre sexuel commis contre des enfants. Ce type de crime doit être traité le plus efficacement possible. Donc, la question qui se pose est de savoir si ce projet de loi atteindra l’objectif qu'il prétend viser, un objectif que nous approuvons pleinement. Les nouvelles peines minimales obligatoires et les dispositions prévoyant des peines consécutives permettront-elles d’atteindre l’objectif, ou est-ce qu’on pourrait tout aussi bien continuer comme on le fait maintenant, en laissant le pouvoir discrétionnaire aux juges?
Selon moi, le projet de loi est utile à certains égards, mais certaines de ses dispositions clés semblent ne pas tenir compte de la réalité, une réalité qui a été décrite au comité chargé de son étude. J’y reviendrai.
Le projet de loi augmenterait les peines minimales obligatoires et les peines maximales. Il modifierait la Loi sur la preuve au Canada afin que le conjoint d'une personne accusée soit considéré comme un témoin habile à témoigner et contraignable pour le poursuivant dans une affaire de pornographie juvénile.
De plus, il modifierait la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels en vue d’accroître les obligations des délinquants sexuels voyageant à l’étranger. On peut se demander si le projet de loi permettrait d'atteindre l'objectif louable sur lequel il repose. Il mettrait en place une banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé accessible au public et contenant des renseignements préalablement rendus accessibles au public par un service de police dans d'autres endroits. À ce que je sache, c'est déjà prévu dans la loi de ma province et d'autres provinces. Ce projet de loi viserait à permettre ce genre d'accessibilité à l'échelle du pays.
Comme je l'ai dit d'emblée, notre parti adopte depuis longtemps la politique de la tolérance zéro à l'égard des infractions de nature sexuelle envers les enfants. Par conséquent, nous nous demandons si le projet de loi permettra de protéger les enfants et les collectivités. Or, je n'en suis pas convaincu, pour les raisons que je vais énumérer. Comme l'ont souligné bon nombre d'experts dans leur témoignage, il serait inefficace de se contenter de proposer une approche plus sévère à l'égard de la criminalité, de bâtir plus de prisons et de prendre d'autres mesures de ce genre.
Il est question ici d'avoir les ressources nécessaires dans les collectivités pour effectuer ce travail, et d'avoir une mesure législative qui, en soi, est une mesure partielle. Cela dit, si nous offrons aux gens les outils dont ils ont besoin, mais qu'ils n'ont pas la capacité de les mettre en oeuvre parce qu'ils n'ont pas le budget nécessaire, nous décevrons les Canadiens. Donc, est-ce que les ressources nécessaires sont disponibles? Il semblerait bien que la réponse est non.
Nous avons proposé que les ressources nécessaires soient allouées au registre de la GRC et que des budgets soient accordés pour appuyer les victimes. Par exemple, le NPD s'est battu pour assurer la survie du programme des cercles de soutien et de responsabilité, pour ensuite apprendre que la maigre somme de 650 000 $ accordée par le Service correctionnel du Canada était le seul financement consenti et qu'il ne suffirait pas.
Les cercles de soutien et de responsabilité, dont je viens de parler, reçoivent des fonds du Centre national de prévention du crime. Ce financement prendra fin cet automne. Le programme coûte 2,2 millions de dollars par année, et il a été un franc succès, car il a permis à des gens de reprendre une vie normale. Des études ont démontré que le simple fait de rencontrer des gens autour d'un café et de discuter avec eux pour s'assurer que tout va bien a des répercussions positives et permet de changer les choses. Est-ce que des fonds seront accordés à des programmes de ce type? J'en doute, et c'est là l'un des principaux problèmes du projet de loi.
Si le gouvernement voulait vraiment réprimer la criminalité, comme il aime le répéter, il investirait en conséquence.
Regardons un peu ce que certains experts pensent des caractéristiques du projet de loi, et voyons si cette mesure est fondée sur les données scientifiques ou si elle a des visées populistes.
Rappelons tout d'abord que, peu importe nos allégeances politiques, nous avons tous à coeur de rendre nos collectivités plus sécuritaires pour les enfants. L'une des méthodes que prônent les conservateurs consiste toutefois à imposer des peines minimales obligatoires pour différentes infractions, dont ils ont dressé une longue liste.
Selon la loi, la peine doit toutefois être appropriée eu égard au délinquant et à l'infraction. C'est la Constitution qui l'exige. Malgré tout, les conservateurs proposent des peines minimales obligatoires pour toutes ces infractions. Selon M. Spratt, qui a témoigné au nom de la Criminal Lawyers' Association devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne, cette approche ne fonctionnera pas. À la séance du 16 février, il a affirmé ceci:
C'est le message qu'on envoie, c'est-à-dire que les peines minimales et les peines plus lourdes contribuent à nous protéger davantage. Vous savez que ce n'est pas le cas. On vous l'a déjà dit. Je vous l'ai déjà dit et d'autres experts vous l'ont dit également. Les éléments de preuve indiquent tout le contraire — les peines minimales ne rendent pas nos collectivités plus sûres. Elles n'ont pas d'effet dissuasif et elles entravent la réadaptation. Elles sont coûteuses et elles peuvent être inconstitutionnelles.
Tout cela semble bien beau, mais cela ne fonctionne pas.
Selon M. Paul Calarco, un ancien procureur de la Couronne qui a témoigné au nom de l'Association du Barreau canadien, le projet de loi propose une hausse très importante des peines minimales obligatoires. Il a signalé ceci:
Je crois qu'il est maintenant beaucoup plus probable qu'on soulève des contestations constitutionnelles et qu'on juge que c'est extrêmement disproportionné, et cela signifie que l'ensemble du système de détermination de la peine doit être invalidé.
Est-ce là une bonne manière de protéger nos enfants?
Mais ce n'est pas tout. Anthony Doob, célèbre professeur à l'Université de Toronto, a dit au comité que « [...] les peines minimales de ce genre n'avaient pas d'effet dissuasif » et que « [...] Steve Sullivan a fait valoir que les peines minimales obligatoires sont non seulement inefficaces, mais elles contribuent aussi à empirer la situation. » Un grand nombre de témoins ont comparu, et ils ont tous fait valoir que les dispositions sont une perte de temps parce qu'elles seront probablement jugées inconstitutionnelles.
M. Calarco a dit ceci à propos du manque de preuves à l'appui de la création d'un registre des délinquants sexuels:
On n'a pas souvent réussi à démontrer que les registres des délinquants sexuels, tels qu'ils existent actuellement, contribuent à prévenir les agressions sexuelles. C'est ce que soulignent le rapport du vérificateur général de l'Ontario et celui de la John Howard Society [...].
Il n'y a rien dans le projet de loi qui pourrait contribuer à prévenir davantage l'exploitation sexuelle. Les exigences qu'il comporte en matière de rapports n'auront fort probablement pas un effet perceptible sur la sécurité du public ou elles ne pourront pas être appliquées dans des affaires qui concernent un autre pays. [...]
Il ajoute qu'une très forte proportion de victimes de ces crimes effroyables sont agressées par des membres de leur famille, et qu'un registre ne les aidera pas. Ce n'est pas un registre qui préviendra de tels abus. L'une des meilleures façons de bâtir une société sûre et juste est de réadapter les délinquants.
N'est-ce pas ce que nous voulons? Aider ces gens à se reprendre en main au lieu de ne parler de rien d'autre que du dégoût que ces crimes inspirent à la société?
Si les spécialistes et les données nous montrent que les mesures comme les peines minimales obligatoires ne donnent tout simplement rien, s'ils nous font comprendre qu'il faut plus d'argent pour parvenir à des résultats et s'ils disent que les registres ne sont pas particulièrement efficaces, nous devons savoir pourquoi, au comité, les conservateurs ont rejeté les amendements que le NPD avait proposés pour améliorer le projet de loi.
Les néo-démocrates ont par exemple proposé que l'information dans la nouvelle base de données ne puisse pas servir à identifier les victimes et qu'elle soit plus claire. Les conservateurs ont dit non. Nous avons proposé d'exiger du ministre qu'il fasse rapport annuellement au Parlement des résultats obtenus grâce au projet de loi. Les conservateurs n'ont pas voulu de cet amendement-là non plus. On ne sait pas exactement pourquoi ils s'opposent à une telle forme de reddition de comptes. Les conservateurs n'arrêtent pas de parler de reddition de comptes, mais quand vient le temps de passer de la parole aux gestes, ils se braquent.
Leur attitude nous place dans une position difficile. Nous appuierons bien évidemment le projet de loi, parce que nous n'avons aucune tolérance pour les crimes sexuels visant des enfants. Nous sommes cependant loin d'être convaincus qu'il produira les résultats escomptés. Nous aurions aimé qu'il repose sur des données plus tangibles, parce que, si on se fie aux documents et aux témoignages présentés au comité et aux parlementaires en général, certaines mesures ne donneront pas grand-chose.
Quoi qu'il en soit, nous appuyons le projet de loi, et nous continuons d'espérer que les conservateurs y ajouteront, comme ils l'ont fait pour d'autres mesures législatives, une disposition prévoyant la tenue d'un examen après un certain laps de temps afin que le Parlement puisse en évaluer l'efficacité.
View Sylvain Chicoine Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I am very pleased to speak to Bill C-26.
Like most members on this side of the House, I am a bit concerned. We will support this bill at second reading, but I would like my colleagues across the way to keep an open mind so that we can study the bill calmly and ensure that it does what it claims to do.
This bill is entitled An Act to amend the Criminal Code, the Canada Evidence Act and the Sex Offender Information Registration Act, to enact the High Risk Child Sex Offender Database Act and to make consequential amendments to other Acts. It is commonly referred to by the Conservatives as the tougher penalties for child predators act.
The Conservatives always try to make themselves look good by saying that they are against child sex offenders and depicting the members from the other parties as defending the offenders. I would say that everyone in the House is against child predators. It is often the government's approach to things that we disagree on.
This bill was introduced over a year ago with much fanfare. We soon realized that the cases mentioned in the many press conferences held by the Minister of Justice and the Prime Minister were more than 10 years old. The government is using certain cases that are already quite old. This is yet another bill that will essentially increase the existing mandatory minimum penalties. In recent years, this government has amended a lot of laws by adding mandatory minimums.
Furthermore, Bill C-26 increases the maximum penalties for violations of prohibition orders, probation orders and peace bonds. It clarifies and codifies the rules regarding the imposition of consecutive and concurrent sentences. I should point out that there is currently a case before the Supreme Court regarding the lawfulness of consecutive sentences. In the short or medium term, a lot of the decisions made here could be looked at from a whole other perspective. That is why we need to examine this bill calmly in order to eventually achieve what the government claims to want to do, which is to reduce the number of crimes committed against children.
The bill will require courts to impose, in certain cases, consecutive sentences on offenders who commit sexual offences against children. It will ensure that a court that imposes a sentence must take into consideration evidence that the offence in question was committed while the offender was subject to a conditional sentence order or released on parole, statutory release or unescorted temporary absence.
What is more, the bill will amend the Canada Evidence Act to ensure that spouses of the accused are competent and compellable witnesses for the prosecution in child pornography cases. It also amends the Sex Offender Information Registration Act to increase the reporting obligations of sex offenders who travel outside Canada.
What is new about this bill is that it enacts the high risk child sex offender database act to establish a publicly accessible database that contains information—that a police service or other public authority has previously made accessible to the public—with respect to persons who are found guilty of sexual offences against children and who pose a high risk of committing crimes of a sexual nature. It also makes consequential amendments to other acts.
The NDP has always had a zero tolerance policy when it comes to sexual offences against children, despite what the Conservatives would have people believe. One of the tactics they used to colour people's opinions with omnibus Bill C-10 was to refuse to split the bill since we disagreed with some of its provisions. Because we planned to vote against that bill, the Conservatives said that we were voting against a bill that goes after sexual predators. They wanted to make it look like we were defending these individuals, which is completely ridiculous.
It seems that it did not work because the provisions of Bill C-10 to implement several mandatory minimum sentences do not seem to have had the desired effect. I would like to hear the minister tell us, in committee, how these new mandatory minimum sentences will succeed this time when they failed in the past.
That is one of the serious concerns that I have about this file. Many Conservative bills do nothing but increase mandatory minimum sentences while claiming to solve the problem of a particular type of crime, and this does not have the desired effect.
Every time we debate this we ask the Conservatives to back up their statements. Is it because the sentences are not tough enough? If there is an increase in crime, is it because of the sentence or because of anything related to the services? We are given very few clear answers to these questions.
Canada now has 34 million inhabitants. Let us take a look at some sexual crime statistics. In 2008, 241 people were accused of sexual interference; in 2009, there were 574; in 2010, there were 818; in 2011, there were 918; and in 2012, there were 916. The number keeps going up. Still, this is probably the least serious sexual crime in the Criminal Code compared to sexual assault on a child, for example.
For invitation to sexual touching, there were 56 cases in 2008, and that number rose to 206 in 2012. For sexual exploitation, there were 17 cases in 2008, and that went up to 49. It was fairly stable from 2010 to 2012. Of course, we do not yet have any statistics about making sexually explicit material available to a child because that new offence was created in 2012. Luring a child using a computer rose from 54 cases in 2008 to 127 in 2012.
We must not lose sight of the fact that all of these statistics are from years under the Conservative reign. During that time, we have, on many occasions, instituted or increased mandatory minimum sentences. According to these statistics, that approach has not deterred criminals.
Scientists have shown that mandatory minimum sentences do not deter criminals from committing crimes. I agree with criminologists that the likelihood of getting caught is what deters people from committing crimes, not the remote possibility of being sentenced to 10, 15 or 20 years. That does not deter criminals. It is clear that mandatory minimum sentences have had no effect in this area either.
Moreover, RCMP personnel strength keeps dropping. Commissioner Paulson mentioned recently in committee that he has had to shut down large squads that fight organized crime and assign the staff to other positions. That is completely ridiculous. The government is also not giving the RCMP any additional resources to establish this new data bank that it wants to create. It makes no sense. The RCMP will once again be forced to make cuts to other squads in order to get it done.
We have been raising the problem of updating criminal records for years now. We are not moving in the right direction. Let us give the RCMP the power to carry out its mission and stop moving in a direction that is doing nothing to deter criminals.
Monsieur le Président, j'ai le grand plaisir de prendre la parole sur le projet de loi C-26.
Comme la plupart des députés de ce côté-ci de la Chambre, je suis un peu inquiet. Nous allons appuyer ce projet de loi en deuxième lecture, mais j'aimerais que mes collègues d'en face gardent l'esprit ouvert, afin que nous puissions étudier le projet de loi de façon sereine et s'assurer qu'il fait bien ce qu'il prétend faire.
Ce projet de loi s'intitule « Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur la preuve au Canada et la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels, édictant la Loi sur la banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé en matière d'infractions sexuelles visant les enfants et modifiant d'autres lois en conséquence ». Il est communément appelé par les conservateurs « Loi sur le renforcement des peines pour les prédateurs d'enfants ».
Les conservateurs se donnent toujours le beau rôle en disant qu'ils sont contre les prédateurs sexuels d'enfants, tout en tentant de dépeindre les députés des autres partis comme les défenseurs des agresseurs. Or, à mon avis, tout le monde à la Chambre est contre les prédateurs d'enfants. C'est souvent sur la façon de s'y prendre qu'on ne s'entend pas.
Ce projet de loi a été présenté en grandes pompes, il y a déjà plus d'un an. Nous nous sommes rendu compte que les cas mentionnés dans les nombreuses conférences de presse du ministre de la Justice et du premier ministre dataient d'il y a plus de 10 ans. Le gouvernement utilise donc certains cas qui sont déjà du passé. Essentiellement, ce projet de loi va augmenter les peines minimales obligatoires déjà existantes. C'est donc un projet de loi de plus qui va dans ce sens. En effet, au cours des dernières années, le gouvernement a procédé à beaucoup de modifications de lois en ajoutant des peines minimales obligatoires.
Par ailleurs, le projet de loi C-26 augmente les peines maximales prévues pour la violation d'une ordonnance d'interdiction, d'une ordonnance de probation ou d'un engagement de ne pas troubler l'ordre public. Il précise et codifie aussi les règles relatives à l'imposition de peines consécutives et concurrentes. Il faut noter qu'une cause chemine présentement devant la Cour suprême au sujet de la légalité des peines consécutives. À court ou à moyen terme, beaucoup de décisions prises d'ici là risqueront d'être vues sous un tout autre angle. C'est pourquoi il faut analyser ce projet de loi de façon sereine, afin de faire, au bout du compte, ce qu'on prétend vouloir faire, c'est-à-dire réduire le nombre de crimes perpétrés contre les enfants.
Le projet de loi veut exiger que, dans certains cas, les tribunaux imposent des peines consécutives aux délinquants ayant commis des infractions sexuelles contre des enfants; il prévoit que le tribunal qui inflige une peine à tout délinquant tiendra compte des éléments de preuve établissant le fait que l'infraction en cause a été perpétrée alors que celui-ci faisait l'objet d'une ordonnance de sursis ou qu'il bénéficiait d'une libération conditionnelle ou d'office, ou d'une permission de sortie sans escorte.
En outre, ce projet de loi modifie la Loi sur la preuve au Canada afin de veiller à ce que les conjoints des personnes accusées soient des témoins habiles à témoigner et contraignables pour les poursuivants dans les affaires en matière de pornographie juvénile. Il modifie également la Loi sur l’enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels en vue d'accroître les obligations des délinquants sexuels voyageant à l'étranger.
Ce qui est nouveau dans ce projet de loi, c'est qu'il édicte la Loi sur la banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé en matière d'infractions sexuelles visant les enfants, qui porte création d'une banque de données accessible au public qui contient des renseignements préalablement obtenus ou rendus plutôt accessibles au public par un service de police ou tout autre autorité publique sur des personnes qui sont déclarées coupables d'infractions sexuelles visant des enfants et qui présentent un risque élevé de commettre des crimes de nature sexuelle. Il modifie également d'autres lois en conséquence.
Le NPD a toujours eu une politique de tolérance zéro dans les dossiers de crimes sexuels contre les enfants, malgré ce que veulent bien nous faire croire les conservateurs. Une de leurs tactiques utilisées pour faire cela, avec le projet de loi omnibus C-10, avait été de refuser de diviser le projet de loi, puisque nous étions en désaccord sur certaines dispositions. Comme nous allions voter contre ce projet de loi, les conservateurs ont dit que nous allions voter contre un projet de loi qui s'attaquait aux prédateurs sexuels. Ils ont ainsi voulu nous dépeindre comme les défenseurs de ceux-ci, ce qui est totalement absurde.
Il semblerait que cela n'ait pas fonctionné, puisque les dispositions du projet de loi C-10 mettant en oeuvre plusieurs peines minimales obligatoires ne semblent pas avoir donné l'effet escompté. J'ai hâte d'entendre le ministre nous expliquer, en comité, comment ces peines minimales obligatoires vont réussir cette fois-ci, puisqu'elles ont toujours échoué dans le passé.
Cela dit, il s'agit d'une de mes inquiétudes sérieuses par rapport à ce dossier. Plusieurs projets de loi des conservateurs ne font qu'augmenter les peines minimales obligatoires en prétendant régler le problème de la criminalité dans un domaine en particulier, ce qui n'a pas l'effet escompté.
Chaque fois que nous tenons un débat sur le sujet, nous demandons aux conservateurs sur quoi ils se basent pour appuyer leurs affirmations. Est-ce que c'est parce que les peines sont trop clémentes? S'il y a une hausse de la criminalité, cela est-il dû à la peine ou à tout ce qui entoure les services? Nous obtenons très peu de réponses claires à toutes ces questions.
Le Canada compte aujourd'hui 34 millions d'habitants. Regardons un peu les statistiques en ce qui concerne les crimes sexuels. En 2008, il y a eu 241 accusés de contacts sexuels; en 2009, il y en a eu 574; en 2010, il y en a eu 818; en 2011, il y en a eu 918; et en 2012, il y en a eu 916. Nous constatons une nette progression. Par contre, c'est probablement le crime sexuel le moins grave du Code criminel, comparativement à une agression sexuelle contre un enfant, par exemple.
Pour ce qui est de l'incitation à des contacts sexuels, il y a eu 56 cas en 2008, et cela a grimpé à 206 en 2012. En ce qui concerne l'exploitation sexuelle, il y a eu 17 cas en 2008, mais cela a augmenté à 49 cas. Puis, cela était assez stable de 2010 à 2012. Nous n'avons évidemment pas encore de statistiques sur le fait de rendre disponible du matériel sexuellement explicite à un enfant, puisque cette nouvelle infraction a été créée en 2012. Le leurre d'un enfant au moyen d'un ordinateur est passé de 54 cas en 2008 à 127 en 2012.
Il ne faut pas perdre de vue le fait que toutes ces statistiques datent d'années de gouvernance conservatrice. Pendant ces années, nous avons, à de nombreuses reprises, instauré des peines minimales obligatoires ou augmenté celles-ci. Ces statistiques nous permettent de constater que cela n'a aucun effet dissuasif pour un criminel.
Les scientifiques nous démontrent que les peines minimales obligatoires ne dissuadent pas les criminels de passer à l'acte. Je pense plutôt, tout comme les criminologues, que c'est la certitude de se faire pincer qui va dissuader quelqu'un de passer à l'acte, et non l'infime possibilité d'obtenir une peine de 10, 15 ou 20 ans. Cela n'a aucun effet dissuasif sur les criminels. Il est donc évident que les peines minimales obligatoires n'ont eu aucun effet dans ce cas-ci non plus.
Par ailleurs, les effectifs de la GRC ne cessent de diminuer. Récemment, le commissaire Paulson a mentionné en comité qu'il devait démanteler de grandes escouades qui luttent contre le crime organisé pour les assigner à d'autres postes. C'est complètement ridicule. Le gouvernement n'accorde pas non plus de ressources additionnelles à la GRC pour établir cette nouvelle banque de données qu'il veut créer. Cela n'a aucun sens. La GRC sera encore obligée de couper dans d'autres escouades pour y arriver.
Cela fait des années que nous soulevons le problème de la mise à jour des casiers judiciaires. Nous n'allons pas dans la bonne direction. Donnons à la GRC le pouvoir de remplir sa mission et arrêtons d'aller dans une direction qui n'a aucun effet dissuasif sur les criminels.
View Dave MacKenzie Profile
CPC (ON)
View Dave MacKenzie Profile
2015-03-25 15:16 [p.12304]
Mr. Speaker, I am pleased to present a petition today from a number of Canadians requesting that the impaired driving laws of the country be strengthened. Petitioners feel they are too lenient and believe the laws, particularly impaired driving causing death, need to be strengthened.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter aujourd'hui une pétition signée par plusieurs Canadiens qui demandent le renforcement des lois canadiennes concernant la conduite avec facultés affaiblies. Les pétitionnaires considèrent que ces lois sont trop clémentes et qu'elles doivent être renforcées, notamment en ce qui a trait à la conduite avec facultés affaiblies causant la mort.
View Harold Albrecht Profile
CPC (ON)
View Harold Albrecht Profile
2015-03-25 15:17 [p.12304]
Mr. Speaker, I have two separate petitions today, both dealing with the issue of impaired driving. These citizens want to see tougher laws and the implementation of mandatory minimum sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death. They are also asking that the Criminal Code of Canada be changed to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, je souhaite présenter aujourd'hui deux pétitions distinctes qui portent toutes deux sur la conduite avec facultés affaiblies. Ces citoyens réclament des lois plus sévères et des peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort. Ils demandent également à ce que le Code criminel du Canada soit modifié de manière à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View David Anderson Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I have four petitions.
The first one calls on the government to bring in tougher impaired driving laws, particularly around the implementation of mandatory minimum sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death.
Monsieur le Président, j'ai quatre pétitions.
Dans la première, les pétitionnaires demandent au gouvernement d'adopter des lois plus sévères contre la conduite avec facultés affaiblies et, plus particulièrement, d'imposer des peines minimales obligatoires aux personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-03-25 15:23 [p.12306]
Mr. Speaker, the second petition sadly notifies the House that 25-year-old Danille Kerpan was tragically killed by a drunk driver, a driver who chose to drive while impaired. Her family was devastated. Danille's family is part of Families for Justice, a group that believes that the impaired driving laws in Canada are much too lenient. The petitioners want the crime to be called what it is, that is, vehicular homicide. They also want the government to introduce legislation that would have mandatory sentencing for that type of crime.
Monsieur le Président, la deuxième pétition rappelle à la Chambre un triste événement: Danille Kerpan, une femme de 25 ans, a été tuée tragiquement par un conducteur en état d'ébriété, qui a choisi de prendre le volant malgré ses facultés affaiblies. La famille de Danille fait partie du groupe Families for Justice, qui estime que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Les pétitionnaires veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Ils demandent aussi au gouvernement de modifier la loi de façon à imposer des peines obligatoires pour ces crimes.
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2015-03-24 10:51 [p.12213]
Mr. Speaker, I have three petitions to present today.
The first is from petitioners who believe that the current impaired driving laws are too lenient. They are calling on Parliament to put in place mandatory sentences for those convicted of impaired driving. The petitioners want the offence of impaired driving causing death to be redefined as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter aujourd'hui.
La première vient de pétitionnaires qui estiment que les lois sur la conduite avec facultés affaiblies devraient être plus sévères. Les pétitionnaires demandent au Parlement d'établir des peines obligatoires pour les personnes déclarées coupables de conduite avec facultés affaiblies. Ils souhaitent aussi que l'infraction de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort soit désormais considérée comme un homicide commis au volant d'un véhicule automobile.
View Harold Albrecht Profile
CPC (ON)
View Harold Albrecht Profile
2015-03-23 15:08 [p.12171]
Mr. Speaker, I have the honour to present two petitions today, signed by a number of citizens of Canada. Petitioners want to see tougher laws and the implementation of new mandatory minimum sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death. They are also asking that we redefine the offence of impaired driving causing death to vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter deux pétitions signées par des citoyens canadiens. Les pétitionnaires veulent que des lois plus sévères soient adoptées, de même que de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes déclarées coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort. Ils souhaitent aussi que nous redéfinissions la conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort pour que cette infraction soit désormais considérée comme un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-03-12 10:07 [p.12016]
Mr. Speaker, I am saddened to inform the House that 25-year-old Danille Kerpan was tragically killed by a drunk driver, a driver who chose to drive while impaired. Danille's family was devastated by this.
Families for Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is, vehicular homicide. Vehicular homicide is the number one cause of criminal death in Canada. Over 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers.
Families for Justice is also calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for Parliament to support Bill C-652.
Monsieur le Président, je suis triste d'annoncer à la Chambre que Danille Kerpan, une femme de 25 ans, a été tuée tragiquement par un conducteur en état d'ébriété, qui a choisi de prendre le volant malgré ses facultés affaiblies. La famille de Danille est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont, eux aussi, perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Les conducteurs ivres sont d'ailleurs la première cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada, car ils tuent plus de 1 200 Canadiens annuellement.
Le groupe Families for Justice réclame également des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652.
View Jinny Jogindera Sims Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the second petition is from my constituents in Newton—North Delta.
The petitioners call upon the Government of Canada to change the current drinking and driving laws. They want to implement mandatory minimum sentences for persons convicted of impaired driving causing death.
Monsieur le Président, la deuxième vient d'électeurs de ma circonscription, Newton—Delta-Nord.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de modifier les dispositions actuelles sur la conduite avec facultés affaiblies en mettant en oeuvre des peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
View Bev Shipley Profile
2015-03-09 15:10 [p.11855]
Mr. Speaker, the second petition acknowledges that current impaired driving laws are too lenient. Petitioners are looking for the implementation of new mandatory minimum sentences and want the Criminal Code to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, dans la deuxième pétition, les signataires reconnaissent que les dispositions législatives relatives à la conduite avec capacités affaiblies sont trop clémentes. Ils demandent que le gouvernement impose de nouvelles peines minimales obligatoires et modifie le Code criminel du Canada afin que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2015-03-09 15:12 [p.11855]
Mr. Speaker, it is my honour today to stand and present a petition on behalf of hundreds of Canadians who are concerned that the current impaired driving laws are too lenient. Petitioners call upon the Government of Canada to implement tougher laws, including new mandatory minimum sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death, and also to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur aujourd'hui de présenter une pétition au nom de centaines de Canadiens qui s'inquiètent du manque de sévérité des lois actuelles concernant la conduite avec facultés affaiblies. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de resserrer les dispositions juridiques actuelles, notamment en prévoyant de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes déclarées coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort. Ils demandent aussi au gouvernement de redéfinir l'infraction de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort pour la qualifier d'homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2015-02-27 12:09 [p.11798]
Mr. Speaker, in the second petition, the petitioners call upon Parliament to bring in tougher laws on impaired driving. One of the things they call for is to change the charge of impaired driving causing death to the offence of vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, dans la deuxième pétition, les signataires demandent au Parlement d'adopter des lois plus sévères contre la conduite avec facultés affaiblies. Ils veulent entre autres que la conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort donne lieu à une accusation d'homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2015-02-26 10:05 [p.11705]
Mr. Speaker, I am happy to present two petitions today. The first is on impaired driving. The petitioners want to toughen the laws for those who cause death through impaired driving. They want to do that through putting in place new mandatory sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death, and they also want the Criminal Code of Canada to be changed to redefine the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, je suis heureux de présenter deux pétitions aujourd'hui. La première porte sur la conduite avec facultés affaiblies. Les pétitionnaires demandent que l'on durcisse la loi dans les cas de conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Ils souhaitent que cela soit fait par l'imposition de nouvelles peines obligatoires aux personnes condamnées pour conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Les pétitionnaires souhaitent aussi qu'on modifie le Code criminel du Canada de façon à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-02-26 10:07 [p.11706]
Mr. Speaker, I present a petition that, sadly, informs the House that 22-year-old Kassandra Kaulius was tragically killed by a drunk driver who chose to drive while impaired. Kassandra's family was devastated.
Families for Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones who were killed by an impaired driver. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called what it is: vehicular homicide. It is the number one cause of criminal deaths in Canada. More than 1,200 Canadians are killed every year by drunk drivers.
Families for Justice is calling for mandatory sentencing for vehicular homicide and for this Parliament to support Bill C-652.
Monsieur le Président, je présente une triste pétition qui informe la Chambre que Kassandra Kaulius, âgée de 22 ans, a tragiquement perdu la vie parce qu'une conductrice ivre avait choisi de conduire malgré ses facultés affaiblies. La famille de Kassandra est dévastée.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont, eux aussi, perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle un chat, un chat: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Les conducteurs ivres sont d'ailleurs la première cause de décès attribuable à un acte criminel au Canada, car ils tuent plus de 1 200 Canadiens annuellement.
Le groupe Families for Justice réclame également des peines obligatoires pour l'homicide commis au volant d'un véhicule automobile et demande au Parlement d'appuyer le projet de loi C-652.
View Bruce Hyer Profile
GP (ON)
View Bruce Hyer Profile
2015-02-25 15:32 [p.11677]
Mr. Speaker, the second petition has to do with impaired driving; in other words, drunk drivers.
The petitioners call upon the House to pass tougher laws, so that new mandatory minimum sentences are available for people convicted of impaired driving causing death, and redefining the offence of impaired driving causing death as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, la deuxième pétition traite de conduite avec facultés affaiblies ou, en d'autres mots, des conducteurs ivres.
Les pétitionnaires demandent à la Chambre d'adopter des lois plus sévères: ils réclament de nouvelles peines minimales obligatoires pour les personnes déclarées coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort, et ils veulent que l'infraction de conduite avec facultés affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2015-02-25 15:32 [p.11677]
Mr. Speaker, I am pleased to rise today on behalf of the citizens of Fleetwood—Port Kells to present a petition signed by dozens of local residents who are outraged by the unnecessary death of a young woman killed by a drunk driver.
The petitioners call upon Parliament to enact tougher laws, including mandatory sentencing for those persons convicted of impaired driving causing death. The petitioners also ask that the offence of impaired driving causing death be redefined as vehicular manslaughter.
Monsieur le Président, je suis très heureuse de présenter, au nom des résidants de Fleetwood—Port Kells, une pétition qu'ont signée des dizaines de résidants outrés qu'une conductrice ivre ait causé la mort injustifiable d'une jeune femme.
Les pétitionnaires demandent au Parlement d'adopter des lois plus sévères prévoyant notamment des peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort. Ils veulent aussi que l'infraction de conduite avec facultés affaiblies causant la mort devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2015-02-25 15:33 [p.11677]
Mr. Speaker, I rise to present two petitions today.
The first petition is in relation to mandatory minimums. The petitioners are all constituents from my own riding, from North Saanich and Saltspring Island, and elsewhere in Saanich—Gulf Islands. They oppose the use of mandatory minimums as they are offensive to our Charter of Rights and Freedoms and lead to the construction of new prisons.
Monsieur le Président, je présente aujourd'hui deux pétitions.
La première porte sur les peines minimales obligatoires. Les pétitionnaires habitent tous dans ma circonscription, Saanich—Gulf Islands, notamment à North Saanich et sur l'île Saltspring. Ils s'opposent à l'imposition de peines minimales obligatoires, car elles portent atteinte à la Charte canadienne des droits et libertés et entraînent la construction de centres carcéraux.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-02-25 15:34 [p.11678]
Mr. Speaker, I sadly present this petition to inform the House that Bryan McCron, a 49-year-old single dad, was tragically killed by a drunk driver. As he lay dying along the side of the freeway with his son holding him, the drunk driver came over and started beating up on both of them.
Families for Justice is a group of Canadians who have also lost loved ones to impaired drivers. They believe that Canada's impaired driving laws are much too lenient. They want the crime to be called vehicular homicide, which is in Bill C-52, and they also want the government to introduce legislation that would require mandatory sentencing for those who have killed somebody while driving drunk.
C'est le coeur lourd, monsieur le Président, que je saisis l'occasion de la présentation d'une pétition pour informer la Chambre qu'un conducteur en état d'ébriété a causé la mort tragique de Bryan McCron, un père célibataire de 49 ans. Alors que le fils de M. McCron tenait son père mourant dans ses bras, au bord de l'autoroute, le conducteur ivre est venu les tabasser.
Families for Justice est un groupe de Canadiens qui ont, eux aussi, perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Ils réclament que cet acte criminel soit qualifié d'homicide commis au volant d'un véhicule automobile, comme le propose le projet de loi C-52, et que le gouvernement présente un projet de loi dans le but d'imposer une peine minimale obligatoire à quiconque cause la mort en conduisant en état d'ébriété.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2015-02-25 15:59 [p.11681]
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to pose a question to the Minister of Finance on this bill. Although he may not believe it, it is probably he, more than the Minister of Justice, who has a greater capacity to contribute to the goal that we all have of there being fewer victims.
I will tell the House what I mean by this. At committee, we heard from witnesses—and the academic literature is replete with the same conclusion—that mandatory minimum sentences do not work. They do not result in fewer victims.
What we heard at committee is that funding programs for rehabilitation and reintegration do work. One program that we specifically heard about at committee was circles of support and accountability, where the success rate of eliminating recurrence is 70% to 80%.
My question for the minister is why does the government insist on going back to mandatory minimum sentences to address this problem when we know that they do not work, while at the same time defunding a program that has an 80% success rate?
Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de poser une question au ministre des Finances au sujet de ce projet de loi. Même s'il ne le croit peut-être pas, c'est probablement lui, plus que le ministre de la Justice, qui est le mieux placé pour contribuer à notre objectif à tous, à savoir réduire le nombre de victimes.
Je vais dire à la Chambre ce que j'entends par là. Au comité, nous avons entendu des témoins dire — et les recherches universitaires en viennent à la même conclusion — que les peines minimales obligatoires ne fonctionnent pas. Elles n'entraînent pas une diminution du nombre de victimes.
Au comité, nous avons également entendu que le financement de programmes de réadaptation et de réintégration, lui, est efficace. Entre autres, des témoins nous ont parlé du programme des cercles de soutien et de responsabilité, dont le taux de réussite pour éliminer la récidive est de 70 à 80 %.
Ma question s'adresse au ministre. Pourquoi le gouvernement insiste-t-il pour constamment s'en remettre aux peines minimales obligatoires pour régler le problème, alors que nous savons qu'elles ne fonctionnent pas, et pourquoi, en parallèle, retire-t-il le financement alloué à un programme qui affiche un taux de réussite de 80 %?
View Joe Oliver Profile
CPC (ON)
View Joe Oliver Profile
2015-02-25 16:00 [p.11681]
Mr. Speaker, the mandatory minimum sentences and the maximum sentences are but a part of the legislation. I would invite the member to read the whole bill. He is focusing on a few sections, but it is important to read the entire bill to get a full understanding of it.
Statistics are a part of the story. The facts that we have had on more sexual offences cry out for tougher sanctions and more practical steps to put tools in the hands of police officers and the courts to help protect children. They cry for innovative solutions that would allow us to put in place a more protective perimeter around children when it comes to protecting their vulnerability. This is all part of a comprehensive approach by our government.
There are some 30 justice initiatives, some of which were raised by the previous member opposite, and many of which are designed to put in jail people who offend against and sexually abuse children, and to put them in jail for a longer time. We think this is in the best interests of our most vulnerable people.
Monsieur le Président, les peines minimales obligatoires et les peines maximales ne sont qu'une partie du projet de loi. J'invite le député à lire le projet de loi dans son intégralité. Il met l'accent sur quelques articles, mais il est important de lire le projet de loi en entier pour bien le comprendre.
Les statistiques sont un aspect de la question. Le nombre croissant d'infractions sexuelles fait qu'il est urgent d'imposer des sanctions plus sévères et de prendre des mesures concrètes afin de donner aux policiers et aux instances judiciaires des outils qui les aideront à assurer la protection des enfants. Des solutions novatrices s'imposent pour que nous puissions mettre en place un périmètre plus sûr autour des enfants et ainsi protéger leur vulnérabilité. Tout cela s'inscrit dans l'approche globale du gouvernement.
Le gouvernement a présenté une trentaine de projets de loi en matière de justice, dont certains ont été mentionnés par la députée d'en face. Beaucoup de ces projets de loi sont conçus pour mettre en prison les gens qui s'en prennent aux enfants ou les agressent sexuellement, et faire en sorte qu'ils y restent plus longtemps. Nous croyons que cela est dans l'intérêt des Canadiens les plus vulnérables.
View Mark Warawa Profile
CPC (BC)
View Mark Warawa Profile
2015-02-25 16:02 [p.11681]
Mr. Speaker, I really want to thank the minister for all the work he has done on this important file and this bill.
Why do the Liberals and the NDP have such a long legacy of focusing on the offender and not the victim? Why are they falsely telling the House that mandatory minimum sentences have no effect when, in fact, they do have a very strong effect?
Can the minister address those important questions about the reasons for the misleading information from the opposition and why they have a legacy of sticking up for the offender and not the victim?
Monsieur le Président, je tiens à remercier le ministre de tout le travail qu'il a fait dans cet important dossier et à l'égard du présent projet de loi.
Pourquoi les libéraux et les néo-démocrates s'obstinent-ils depuis si longtemps à mettre l'accent sur le contrevenant plutôt que sur la victime? Pourquoi disent-ils à tort à la Chambre que les peines minimales obligatoires n'ont pas d'effet alors que, en réalité, elles ont un effet très puissant?
J'aimerais que le ministre explique ce qui pousse l'opposition à induire ainsi la Chambre en erreur et à défendre depuis si longtemps le contrevenant plutôt que la victime.
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-02-25 16:07 [p.11682]
Mr. Speaker, I am tempted to begin my speech in the House on Bill C-26 by pointing out the latest attempt by the member for Langley to demonize the official opposition and the second opposition party.
Any time we examine a justice bill, whether it is Bill C-26 or any other justice bill, I look carefully at what the bill says. This bill is An Act to amend the Criminal Code, the Canada Evidence Act and the Sex Offender Information Registration Act, to enact the High Risk Child Sex Offender Database Act and to make consequential amendments to other Acts.
Sometimes I receive a letter from the Minister of Justice, but not always, explaining a little about the context of his bill, which I appreciate.
In the case of Bill C-26, the main objective is to deter criminals and denounce sexual offences against children. The next step is to examine the bill and see whether that is what the bill actually does.
When I hear the Conservatives say over and over again that we care more about offenders and criminals than we do about victims, I find that rather biased and I take offence to such comments, which add absolutely nothing to the debate.
Obviously we are talking about criminals when we are studying a bill like this. They are the main focus of the bill. Talking about them does not mean that we like them, or support them, or that we are behind them saying, “good job, do it again”, like a bunch of cheerleaders. Not at all.
However, if the government tells me that it is denouncing sexual offences against children in order to deter criminals, then I will look at the bill to see whether that is indeed what the government is doing.
It is rather sad that closure was invoked at second reading stage of such an extremely important and complex file, because we can see from the title of the bill alone that it affects a number of statutes at the same time. It introduces a specific database for offenders who are at risk of reoffending and committing more serious offences than the ones described in the current database.
As I was saying to the Minister of Finance, who was well informed but was perhaps not the person who worked directly on this file, the House has passed many laws regarding sexual offences against children.
In fact, we have to question why, by the Minister of Justice's own admission, there has been a 6% increase in offences in the past two years alone. That still bothers me somewhat because if one of the main objectives of the law is to deter criminals from committing crimes and to report sexual offences against children, there may well be some flaws. I do not want members to tell me that this did not exist before. Minimum sentences did exist.
Bill C-26 does not include any new minimum sentence or any new maximum sentence. All that happened was that the length of the sentences was increased. Both minimum and maximum sentences were increased. Perhaps these types of sentences did not work. In short, we could have done the analysis, but first there was closure in the House, then we went to committee.
I must confess that I was a bit wary in the beginning. We were under the impression that the members sitting on the government benches wanted to work very quickly and take shortcuts. Nevertheless, I admit that we were finally able to call the witnesses that we wanted to hear.
I am not quite so positive when it comes to the amendments. Only the government's amendments were accepted, which is always the case. I think that is unfortunate because one of our amendments was based on the very solid evidence given by a criminology expert.
She told us that the information the government wants to put in the new registry—or high risk sex offender database—that it wants to create and that is mentioned in clause 29 of Bill C-26 might be used to identify some victims. This government claims to be on the victims' side and tells us that we are the mean ones who always side with the criminals.
I presented a very simple amendment but the government decided it was too complicated and unnecessary because the notion was implied. When I studied law at the University of Ottawa I was taught that if it is clear, you spell it out. You write it and that is that. Leaving things open to interpretation is another story. All we were asking was that, “under no circumstances must the information referred to in subsection (1) be used to identify the victims”. The amendment was rejected.
This government likes to introduce all kinds of bills. Sometimes it seems as though it is lacking a plan or a person to make sure that the different bills do not contradict each other or that a bill, like Bill C-13 on cyberbullying, which amended a lot of other laws, is not affected in any way by Bill C-26. Sometimes I wonder whether the government is losing control and losing its way.
We presented a perfectly reasonable amendment, requesting that the minister of justice be required to prepare a report specifying the number of persons whose name has been added to the database and the information specified in paragraphs 5(f) and (g), which have to do with the type of offence. This information could have been interesting to look at with respect to each of these individuals. The amendment stipulated that the minister of justice would have to table the report to each house of Parliament within the first 15 sitting days after the report has been prepared.
Once again, this seems to me like a reasonable amendment. The Conservatives will probably give me the same answer. The answer that was given by the Department of Justice and the Conservatives is that it is a public registry—as if I did not know that. The word itself says it all. Since it is a public registry, it is up to me to find the information I need. Every year, I will have to go and check the registry to find the information. If the government was interested in promoting these things and ensuring that its bills work well, this is the type of work that would normally be done. They want to complicate our lives. That is fine. That is good. We will put that in our pipe and smoke it.
However, that being said, it would have been much simpler to do this the way we are proposing. It could also have been useful for the government, since it could have found some missing information right in this report. The government may well say that the 6% increase could be due to the fact that the minimum sentences were not yet harsh enough. On this side of the House, we think that the increase is more likely related to the fact that the government does not spend much and, even worse, it is making cuts to programs that are working really well and that have been successful. That is also what experts told us in committee.
As I said before on the radio and here in the House at second reading, it is all well and good to have a registry. We already have one. The person responsible for the registry at the RCMP came and told us in committee that the RCMP is already doing this. When a dangerous person moves into a community, the RCMP informs the people living there. The RCMP does not need the government to keep the public safe. The government created this registry saying that it would formalize what the RCMP is already doing.
I will digress for a moment. When we had the minister's press conference after the Prime Minister's presentation, everyone who talked about Bill C-26 made it sound as though it was the ultimate goal and that it would solve all of the world's problems. Finally, the Deputy Commissioner of the RCMP answered one of my questions and said that it would affect perhaps a dozen cases a year.
That brings us back to reality. The National Sex Offender Registry already exists for such offenders. The additional “high risk” aspect pertains to about a dozen people. One thing is clear, and I am surprised that the Conservative government has not paid more attention to it. In fact, instead of talking in glowing terms about this type of measure, it should instead be worried about the fact that these high risk offenders are in our communities. That worries me a lot. I sometimes feel that this government works a lot harder on paper, with words, because that goes hand in hand with its rhetoric that makes it appear to be tough and to be doing something. However, in reality, when we look at the resources available to the RCMP and police forces to conduct investigations, that is not the case. I shudder when I hear police services say that some types of crime will have to be ignored because combatting terrorism is now the priority. Perhaps the minister was right to specify the criteria for a sentence. Yes, there is rehabilitation, deterrence and all that, but one of the government's main purposes is to protect its citizens. Putting more eggs in one basket than in another is not necessarily good management.
There is nothing real there. As for minimum sentences—that is what the member opposite was talking about—I am of the same mind as a former Supreme Court justice who appeared before us and said, in the context of another justice-related file, that all minimum sentences are not necessarily unconstitutional. It is simply not a tool that should be overused. First of all, and this is very important, even the witnesses who appeared in committee, whether they were victims or people who work with organizations that support victims, told us that minimum sentences were not the issue. If, for the kind of offence and the seriousness of the crime committed, we were to impose the minimum sentences that the Conservatives proposed in Bill C-26, there is a problem somewhere. However, there could be a case that has absolutely nothing to do with the kind of stereotype we have of that kind of offence. Therein lies the problem. We heard it directly from legal experts. To say that we are against minimum sentences for this kind of offence does not mean we are defending criminals.
The fact is that, ultimately, the minimum sentence may not even be imposed by the court, because the court, as a general rule, will give more than that, and that is what we want. Look at the bill dealing with child kidnapping—it was clear from the case law that was brought before the committee that the average sentence exceeded the minimum sentence that the Conservatives wanted to impose.
Basically, this is mostly just smoke and mirrors; however, in some cases, it can lead to some strange outcomes. This is why there are constitutional challenges. With a constitutional challenge, all you need is one case that is flawed, that does not fit the minimum sentence formula, for the provision to be struck down; it will then be sent back here for us to do over again. That is one of the problems.
Obviously, the NDP supported Bill C-26 at second reading. We took our work seriously and sought the extra information we needed, even though the bill is far from perfect and is not necessarily the type of bill we would introduce. I think our analysis would be more thorough. Indeed, offenders need to be punished, but we must also ensure that the people who leave prison are not a danger to the public. Earlier, the Liberal member mentioned the circles of change program. In committee we learned that the program had a 70% to 80% success rate. Who would scoff at that? None other than the Conservative government, because it does not want to talk about that type of thing.
The government just wants to talk about things that create the impression that it is dealing with criminals. Of course, we are all against criminals.
When I return to my riding at the end of the day and talk to the people of Gatineau, because I like to connect with my community, I tell them I am proud of the work we did that week. In this case, we passed a victims bill of rights and we worked on a bill to deal with sexual predators. I would just like to add, for once in my life, that I am sure that this will be useful.
In any case, I can tell them I tried very hard in committee to have the government listen to reason, not to defend criminals, but to ensure that the bill will withstand the constitutional challenges that will test it in the coming years, that it is consistent with other bills, and that it achieves its objectives.
The government claims to be helping victims with the victims bill of rights, but they need real rights, as I said in my speech. The right to lodge a complaint cannot be hypothetical. The government brings in minimum penalties but it is cutting resources for police officers—the ones who catch criminals and bring them to justice. The justice system is crying for help, and we are in need of judges and crown prosecutors. How does this make any sense?
I weep for victims because they will never get the services they need. That will not change, even in one, two or three years. What is even sadder is that they will have been promised the world. It is even more disappointing when they are told that something will be fixed.
As for the registry, people from the RCMP have told us that they already have a hard time keeping criminal cases and criminal records up to date. The member for Langley presented a petition earlier regarding impaired driving. I agree that we still have a long way to go. When we hear in the papers that someone was convicted for the sixth time, we have to wonder how that can be possible. However, these situations happen because nothing is written in the records of these repeat offenders, even though everyone knows that they have been to court six times and that this is not their first conviction.
Civil and criminal justice need to be consistent. There needs to be some follow-up. The bill gives the governor in council the power to make regulations by establishing the criteria for determining whether a person who is found guilty of a sexual offence against a child poses a high risk of committing a crime of a sexual nature; and, in subclause (b), by prescribing anything that is to be prescribed by this act. This means that this legislation retains some harmful legal grey areas.
This is moving too fast even for the people at the Department of Justice. I asked them what impact Bill S-2 would have. People like me who follow justice issues know that this was the bill concerning statutory instruments and how to enact regulations. We all know that a law is one thing, but that three-quarters of the obligations are set out in the regulations.
When the government tells us that the Governor in Council, namely cabinet, will be establishing the criteria, that tells us who is going to be making the decisions and that we will not know exactly when and how those decisions will be made. I asked them whether Bill S-2 would apply since we are talking about delegation and regulation by reference. That means that we would not even have a separate list of criteria. The answer that I got from the expert at the Department of Justice was that he did not know and that he would check.
That means that the government is not making connections between its various bills. I got an answer today, just a few hours before I rose in the House for the debate, and I was told that, yes, Bill S-2 would apply.
There are ramifications, and I get the impression that we will be forced to revisit many of these bills. However, as it now stands, Bill C-26 is unfortunately a lot of talk, just like the Canadian victims bill of rights. As one of the victims, Mr. Gilhooly, so aptly stated, even if the bill were passed as it stands, it would not change what he experienced in any way.
Once again, the government is misleading victims by giving them the impression that it is tough on crime and imposing law and order, but in the end, the law will not be enforced.
Monsieur le Président, je serais portée à commencer mon discours à la Chambre sur le projet de loi C-26 par la nouvelle tentative du député de Langley de diaboliser l'opposition officielle et le deuxième parti de l'opposition.
Quand on étudie un projet de loi en matière de justice, qu'il s'agisse du projet de loi C-26 ou de n'importe quel autre, j'examine ce que dit le projet de loi. Celui-ci concerne la Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur la preuve au Canada et la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels, édictant la Loi sur la banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé de commettre des infractions sexuelles visant les enfants, et modifiant d'autres lois en conséquence.
Souvent, mais pas toujours, je reçois aussi de la part du ministre de la Justice une lettre qui explique un peu le contexte de son projet de loi, et je l'apprécie.
Dans le contexte du projet de loi C-26, l'objectif principal est de dissuader les criminels et de dénoncer les infractions d'ordre sexuel visan les enfants. Je l'examine donc, et je vois si c'est effectivement ce que le projet de loi fait.
Quand je me fais dire à répétition que nous nous préoccupons des délinquants et des criminels plutôt que des victimes, je trouve cela un peu tendancieux et je m'insurge contre ce genre de propos qui n'ajoutent absolument rien au débat.
Pendant l'étude d'un tel projet de loi, il est bien évident que nous parlerons des criminels, puisqu'ils sont l'objet principal du projet de loi. Or parler d'eux ne signifie pas qu'on les aime, ni qu'on les appuie ni qu'on est derrière eux en train de dire « allez, faites-le encore » comme des meneuses de claques. Pas du tout!
Par contre, si le gouvernement me dit qu'il dénoncera des infractions d'ordre sexuel à l'égard des enfants afin de dissuader les criminels, je vais examiner le projet de loi pour voir si c'est effectivement ce qu'il fait.
C'est un peu triste qu'à l'étape de la deuxième lecture, nous ayons eu un bâillon pour ce dossier extrêmement important et complexe, parce qu'en lisant seulement le titre du projet de loi, on constate qu'il touche à beaucoup de lois en même temps. Il introduit un registre particulier pour des délinquants qui pourraient refaire le même genre de gestes avec des qualificatifs un peu plus graves que le registre actuel.
Comme je le mentionnais au ministre des Finances qui a bien été mis au courant mais qui n'était peut-être pas la personne ayant directement travaillé au dossier, beaucoup de lois concernant des infractions sexuelles à l'égard des enfants ont été adoptées à la Chambre.
En effet, nous devons nous interroger sur le fait que, de l'admission même du ministre de la Justice, les infractions ont augmenté de 6 % au cours des deux dernières années seulement. Cela m'inquiète donc toujours un peu, parce que si un des principaux objectifs de la loi est de dissuader les criminels de commettre des crimes et de dénoncer les infractions d'ordre sexuel à l'égard des enfants, il y a peut-être quelques failles. Qu'on ne me dise pas que cela n'existait pas auparavant. Les sentences minimales existaient.
Le projet de loi C-26 ne comprend aucune nouvelle sentence minimale ni aucune nouvelle sentence maximale. On n'a fait que les augmenter d'un côté comme de l'autre. On a augmenté les sentences minimales et maximales. Ce genre de sentences ne fonctionnaient donc peut-être pas. Bref, ce sont des analyses que nous aurions pu faire, mais il y a d'abord eu le bâillon à la Chambre, puis nous sommes allés en comité.
J'avoue que j'ai eu un peu peur au début. En effet, nous avions l'impression que les députés qui siégeaient sur les banquettes gouvernementales voulaient travailler très rapidement et tourner beaucoup de coins ronds dans le dossier. Néanmoins, nous avons finalement pu faire entendre — et je l'admets — les témoins que nous voulions entendre.
Je n'ai pas autant de félicitations à faire en ce qui concerne les amendements. Mis à part les amendements du gouvernement, aucun autre amendement n'a été accepté, ce qui est toujours le cas. Je trouve cela regrettable, parce qu'un de nos amendements faisait quand même suite au témoignage très solide d'une spécialiste en criminologie.
Elle nous disait qu'en ce qui concerne le nouveau registre — ou banque de données concernant les délinquants sexuels à risque élevé — que le gouvernement veut créer et dont on parle à l'article 29 du projet de loi C-26, les informations qu'on voulait mettre dans ce registre permettraient peut-être d'identifier des victimes. C'est un gouvernement qui se targue d'être du côté des victimes et qui dit que nous sommes les méchants, toujours du côté des criminels.
J'ai présenté un amendement très simple, mais le gouvernement l'a décrété trop compliqué et pas nécessaire, parce que c'était implicite. On m'a enseigné en droit à l'Université d'Ottawa que si c'est clair, on l'énonce, on l'écrit et c'est fait. Laisser cela à l'interprétation des gens, c'est autre chose. Tout ce qu'on demandait, c'est que « les renseignements visés au paragraphe (1) ne doivent en aucun cas permettre d'identifier les victimes ». L'amendement a été rejeté.
Le gouvernement en place a tendance à déposer des tonnes de projets de loi. J'ai parfois l'impression qu'il manque un genre de filon ou une personne qui fait le suivi pour faire en sorte que les différents projets de loi ne soient pas contradictoires les uns avec les autres ou qu'un projet de loi, comme par exemple le projet de loi C-13 sur la cyberintimidation, qui a quand même changé beaucoup d'autres lois, ne soit pas touché à certains égards dans le cadre du projet de loi C-26. J'ai parfois l'impression que même le gouvernement perd un peu le contrôle et le nord à ce sujet.
Nous avons donc présenté un amendement tout à fait raisonnable, selon moi, voulant que dans l'année suivant l'entrée en vigueur de la présente loi et chaque année par la suite, le ministre de la Justice prépare un rapport précisant le nombre de personnes ajoutées à la banque de données, ainsi que les renseignements figurant aux alinéas 5f ) et 5g), soit la précision sur le genre d'infraction. Ces données auraient pu être intéressantes à suivre en ce qui concerne chacune de ces personnes. L'amendement stipulait que le ministre de la Justice serait tenu de déposer le rapport devant chaque Chambre du Parlement, dans les 15 premiers jours de séance de ces dernières, suivant l'élaboration du rapport.
Encore une fois, cela me semblait un amendement raisonnable. Le côté conservateur me donnera probablement encore la même réponse. La réponse des gens du ministère de la Justice et des banquettes conservatrices était que c'est un registre public, comme si je ne le savais pas. Le mot lui-même le dit: étant donné que c'est un registre public, c'est à moi de trouver les informations. Il va falloir que je me promène chaque année, que je fasse le tour du registre et que j'aille chercher les informations. Si le gouvernement était intéressé à faire la promotion de ces choses et de s'assurer que ses projets de loi fonctionnent bien, c'est le genre de travail qui devrait normalement être fait. Il veut nous compliquer la vie; parfait, c'est bon, nous allons mettre cela dans notre pipe et le fumer.
Toutefois, cela étant dit, il aurait été beaucoup plus simple de le faire de la façon que nous le proposions. En même temps, cela aurait pu être utile pour le gouvernement, car il aurait pu trouvé des informations manquantes grâce à ce rapport. Le gouvernement peut bien dire que le 6 % est peut-être dû au fait que les peines minimales n'étaient pas encore assez fortes. De ce côté-ci de la Chambre, nous pensons que c'est plutôt lié au fait que le gouvernement ne dépense pas beaucoup et que, pire encore, il coupe dans les programmes qui fonctionnent très bien et qui ont connu du succès. D'ailleurs, c'est aussi ce que les spécialistes nous ont dit pendant les travaux en comité.
Comme je l'ai déjà dit à la radio et que je l'ai mentionné ici lors du débat à l'étape de la deuxième lecture, un registre, c'est bien beau. Il en existe déjà un. La personne responsable de cela à la GRC est venue nous dire en comité que la GRC le fait déjà. Quand il y a une personne dangereuse qui va dans une communauté, la GRC en informe les gens de la communauté concernée. La GRC n'a pas eu besoin du gouvernement pour assurer la protection du public. Le gouvernement a instauré ce registre en se disant qu'il allait officialiser ce que la GRC faisait déjà.
Une parenthèse: quand nous avons eu la conférence de presse du ministre lors de la présentation du premier ministre, tous ceux qui ont parlé du projet de loi C-26 l'ont fait comme si c'était une finalité en soi et qu'il réglait tous les problèmes de la Terre. Finalement, la sous-commissaire de la GRC a répondu à une question que je lui ai posée en me disant que cela toucherait peut-être à une douzaine de cas annuellement.
Cela ramène les choses à un certain niveau. Le Registre national des délinquants sexuels existe déjà pour toutes les personnes reconnues à ce titre. L'aspect plus « à risque élevé » touche environ une douzaine de personnes. Un fait demeure et cela me surprend que le gouvernement conservateur n'y prête pas plus attention. En effet, plutôt que de se gausser de ce genre de mesures, il devrait davantage s'inquiéter du fait que ces personnes à risque élevée sont dans nos communautés. Cela m'inquiète beaucoup. J'ai parfois l'impression que c'est un gouvernement qui travaille beaucoup plus sur papier, avec des mots, parce que cela joue sur le plan de sa rhétorique d'avoir l'air dur et d'avoir l'air de faire des choses. Toutefois, dans le fin fond, quand on constate les moyens à la disposition autant de la GRC que des corps policiers, pour faire des enquêtes, ce n'est pas le cas. Quand j'entends des corps policiers nous dire qu'étant donné que la priorité est maintenant la lutte contre le terrorisme, il devront mettre de côté certains autres genre de crimes, cela me fait frissonner. Le ministre avait peut-être raison de donner les critères pour imposer une peine. Oui, il y a la réhabilitation, la dissuasion et tout ce qu'on voudra, mais une des principales raisons d'être d'un gouvernement, c'est de s'assurer de la protection de ses citoyens. De mettre plus d'oeufs dans un panier que dans un autre, ce n'est pas nécessairement de la bonne gestion.
Il n'y a pas d'éléments réels. En ce qui concerne les peines minimales — c'est de cela que le député d'en face parlait  — je suis de l'école d'un ancien juge de la Cour suprême du Canada qui est venu nous dire, dans le cadre d'un autre dossier du domaine de la justice, que toutes les peines minimales ne sont pas nécessairement inconstitutionnelles. Ce n'est pas un outil qu'on devrait nécessairement privilégié. Tout d'abord, et c'est très important de le souligner, même les témoins venus au comité, que ce soient des victimes ou des gens qui travaillent avec des associations d'appui aux victimes, nous ont dit ce n'était pas les peines minimales qui étaient en jeu. Si, pour le genre d'infraction et la gravité des crimes commis, on va chercher les peines minimales que les conservateurs ont mis dans le projet de loi C-26, il y a un problème quelque part. Par contre, il peut parfois y avoir un cas qui n'a absolument rien à voir avec le style de portrait robot qu'on se fait du genre d'infraction en question. C'est là que le bât blesse. On l'a entendu de la bouche des spécialistes juridiques. Ce n'est pas défendre les criminels que de dire qu'on est contre ce genre d'infraction avec peine minimale.
Le fait est que, dans le fin fond, cette peine minimale ne sera peut-être pas imposée par la cour, parce que la cour, en règle générale, donnera plus que cela, et c'est ce qu'on veut. En ce qui a trait à la loi qui traitait du kidnapping d'enfant, il était clair, selon l'analyse jurisprudentielle qui avait été faite devant le comité, que la moyenne des peines dépassait la peine minimale que le gouvernement conservateur voulait imposer.
Dans le fond, c'est de la frime plus souvent qu'autrement, sauf que dans certains cas, cela peut parfois mener à des résultats bizarres. Cela fait en sorte qu'il y a des contestations constitutionnelles. Avec la contestation constitutionnelle, il suffit d'un seul cas qui est tout croche, qui ne correspond pas au portrait robot de la peine minimale pour que la disposition tombe et qu'on soit ramené ici pour refaire nos travaux. C'est un des problèmes.
Dans le contexte du projet de loi C-26, au Nouveau parti démocratique, c'est clair que nous l'avons appuyé à l'étape de la deuxième lecture. Nous avons fait notre travail sérieusement et nous avons été cherché les compléme