Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 60
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Thank you, Chair.
Thank you for your statement, Minister. We greatly appreciate your presence here today.
I also want to thank you for having voted in favour of my motion M-496.
I would like to know when you are going to share the details with dairy producers everywhere in Canada, so as to reassure them and let them know we are not going to let them down. During the last recess week, with Minister Bernier and member of Parliament Mr. Gourde, I had the opportunity to take part in a round table regarding compensation for Quebec dairy and cheese producers. I would like to know when you might be ready to show us the details of a compensation plan for the dairy sector.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie, monsieur le ministre, de votre présentation. Votre présence aujourd'hui est fort appréciée.
Je veux aussi vous remercier d'avoir voté en faveur de ma motion M-496.
J'aimerais faire un suivi et savoir quand vous allez montrer les détails aux producteurs laitiers partout au Canada afin de les assurer qu'on ne les laissera pas tomber. Au cours de la dernière semaine de relâche, j'ai eu l'occasion de participer à une table ronde avec le ministre Bernier et le député Gourde au sujet des compensations pour les producteurs laitiers et fromagers du Québec. J'aimerais savoir quand vous serez prêt à nous montrer les détails d'un plan de compensation pour l'industrie laitière.
View Gerry Ritz Profile
CPC (SK)
While I understand your question and your concern, Ms. Brosseau, I'm a little puzzled by the timeliness. Certainly producers and processors know for certain that this government will be there to backstop them should there be any negativity around the CETA agreement that we have now signed off on.
We have an almost seven-year transition period in that timeframe to work out the details to make sure that processors and producers are well equipped to handle any potential negativity that may come their way. At the same time, they have unlimited access into the European market, and I know from the events that happened around the SIAL food show in Paris just a couple of weeks ago, the industry was well represented with some great cheeses produced in Quebec and other points in Canada. They received awards. They continue to make great inroads into that marketplace.
It's a bit of a balancing act. It's one of those situations in which there is no negativity at this point. There is nothing for us to offer up cash for at this point, but certainly we're working with the industry overall. I work with Dairy Farmers of Canada as well as with the processors to ascertain the best way forward to keep the industry strong.
Je comprends votre question et vos préoccupations, madame Brosseau, mais je suis un peu surpris que vous posiez cette question maintenant. Il est certain que les producteurs et les transformateurs sont convaincus que notre gouvernement sera là pour les aider advenant que l'accord économique et commercial global que nous venons de signer aurait des retombées négatives.
Nous disposons d'une période de transition de près de sept ans et nous en profiterons pour peaufiner les derniers détails de façon à nous assurer que les transformateurs et les producteurs sont bien outillés et peuvent faire face à toute répercussion négative potentielle susceptible de les affecter. En même temps, ils ont un accès illimité au marché européen, et comme me l'ont montré les événements qui se déroulés autour du Salon international de l'alimentation, qui a eu lieu à Paris il y a quelques semaines seulement, l'industrie était bien représentée; il y avait quelques excellents fromages produits au Québec et dans d'autres régions du Canada. Ils ont été récompensés. Ils continuent à faire de belles percées dans ce marché.
C'est en quelque sorte un jeu d'équilibre. Il s'agit d'une de ces situations où il n'y a pas, pour le moment, d'aspect négatif. Il n'y a rien qui indique que nous devons maintenant verser de l'argent, mais il est certain que nous travaillons avec l'ensemble du secteur. Je travaille avec les représentants des Producteurs laitiers du Canada ainsi qu'avec les transformateurs pour déterminer les mesures qu'il faudra prendre pour nous assurer que le secteur reste fort.
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:48
Thank you very much for the invitation, Mr. Chair and honourable members.
I'm going to talk on behalf of these guys or gals who are busy producing food, and on behalf of the staff at Dairy Farmers of Canada. Our president, Mr. Wally Smith, sends you his regrets for not being able to attend and comment on the bill dealing with important issues affecting the income of agricultural producers and affecting the entire agrifood industry.
Dairy Farmers of Canada's position on Bill C-18 is well reflected through comments made by Mr. Ron Bonnett, president of the Canadian Federation of Agriculture, soon after the bill was presented to Parliament. Referring to plant breeders' rights, Mr. Bonnett indicated that the legislation strikes a good balance between plant breeders' investment in the development of new varieties and the farmers' ability to save, store, and condition seed for their own use.
Dairy farmers depend on continuous improvement in forage and grain varieties to increase their productivity. One important element of Bill C-18 for dairy producers is the Feeds Act. Bill C-18 would result in a major renewal of feed regulations. Dairy Farmers of Canada, along with the animal nutrition industry and other animal and fish commodity producers, is involved in a thorough consultation, which will likely result in a set of regulations accommodating a modern animal and feed industry while protecting food safety and the health of consumers. Dairy Farmers of Canada acknowledges the Canadian Food Inspection Agency for its foresight and leadership in the modernization of the feed regulations.
Regarding animal health regulations, the proposed changes are addressing existing gaps in the current regulations. Dairy farmers are looking for a positive outcome. The changes require careful monitoring and analysis to ensure that they do not negatively affect other aspects of animal health regulations.
The concept of incorporation by reference introduced in Bill C-18 is an element of particular interest to dairy farmers. The rationale is excellent as long as the affected parties are adequately consulted and their observations are taken into consideration. It is clear that incorporation by reference will lead to a reduction in the period of time required for modifying relevant regulations. However, this new approach needs to be monitored very carefully by all parties involved.
Another concept introduced by Bill C-18 is the notion of preventive control plans. Over the last few decades, agricultural producers and the food industry with government support have developed food safety programs grounded in a series of principles based on hazard analysis and critical control points generally called HACCP. The Canadian food industry system rests on this basis. The concept of preventive control plans deals with sensitivities new to producers and requires careful discussions. Producers are concerned that they will be required to implement preventive control plans and they need clarifications. For example, the on-farm food safety program for dairies is named Canadian Quality Milk. It is evolving as a component of an integrated program involving milk quality, food safety, animal welfare, animal health including biosecurity, along with different aspects of sustainability, including the three pillars of sustainability, namely economic, societal, and environmental.
Producers are concerned that changing the basis of the on-farm food safety program may affect our national program named proAction. There are equivalent programs for all other commodities.
In conclusion, the process and criteria need to be clearly communicated. Producers need to see written evidence demonstrating that our on-farm food safety programs will be sufficient to meet the requirement of the preventive control plans, and producers are asking for producer-specific information from CFIA on the issues raised above.
Thank you for your attention.
Je vous remercie beaucoup pour votre invitation, monsieur le président et chers membres du comité.
Je vais m'exprimer au nom des producteurs agricoles et du personnel des Producteurs laitiers du Canada. Le président, M. Wally Smith, regrette de ne pas pouvoir être ici pour présenter ses observations sur le projet de loi, qui porte sur des aspects importants qui touchent le revenu des producteurs agricoles et qui concernent l'ensemble de l'industrie agroalimentaire.
La position des Producteurs laitiers du Canada sur le projet de loi C-18 est bien représentée par les remarques que M. Ron Bonnett, président de la Fédération canadienne de l'agriculture, a formulées peu après le dépôt du projet de loi devant le Parlement. S'exprimant sur les droits des sélectionneurs, M. Bonnett avait déclaré que la mesure législative créait un bon équilibre entre les investissements des sélectionneurs dans la mise au point de nouvelles variétés et le droit des agriculteurs de conserver, de stocker et de conditionner les semences pour leur usage personnel.
Les producteurs laitiers comptent sur l'amélioration continue des variétés de fourrage et de céréales pour accroître leur productivité. La modification de la loi relative aux aliments du bétail est un des éléments importants du projet de loi C-18 aux yeux des producteurs de lait. Le projet de loi C-18 va en effet entraîner un important remaniement de la réglementation régissant les aliments du bétail. Les Producteurs laitiers du Canada, à l'instar de l'industrie de la nutrition animale et d'autres productions animales et piscicoles, participent à des consultations exhaustives qui vont sans doute aboutir à un ensemble de règles adaptées à une industrie moderne de production et d'alimentation des animaux tout en protégeant la salubrité des aliments et la santé des consommateurs. Les Producteurs laitiers du Canada tiennent à souligner la prévoyance et le leadership dont l'Agence canadienne d'inspection des aliments a fait preuve à l'égard de la modernisation de la réglementation sur les aliments du bétail.
En ce qui concerne les règles sur la santé animale, les modifications proposées viennent combler des lacunes de la réglementation existante. Les producteurs de lait souhaitent une issue positive. Les modifications nécessitent une analyse et un examen minutieux afin de veiller à ce qu'elles n'aient pas d'effets négatifs sur d'autres facettes de la réglementation sur la santé animale.
Le concept d'incorporation par renvoi prévu dans le projet de loi C-18 est un élément d'intérêt particulier pour les producteurs de lait. Le raisonnement est excellent dans la mesure où les parties touchées sont consultées adéquatement et que leurs observations sont prises en compte. Il est clair que l'incorporation par renvoi va mener à une réduction de la période de temps voulue pour modifier la réglementation pertinente. Toutefois, cette nouvelle approche doit être surveillée très attentivement par toutes les parties concernées.
Le projet de loi C-18 prévoit aussi la notion de plans de contrôle préventif. Au cours des dernières décennies, les producteurs agricoles et l'industrie de l'alimentation ont élaboré, avec l'appui du gouvernement, des programmes de salubrité des aliments reposant sur un ensemble de principes d'analyse des risques et de maîtrise des points critiques mieux connus sous l'abréviation anglaise HACCP. C'est en quelque sorte la pierre angulaire du système canadien de salubrité des aliments. Le concept de plans de contrôle préventif aborde des points délicats qui sont nouveaux pour les producteurs et qui nécessitent des discussions éclairées. Les producteurs sont préoccupés à l'idée de devoir mettre en place des plans de contrôle préventif et ils ont besoin d'éclaircissements. À l'heure actuelle, les fermes laitières appliquent un programme de salubrité des aliments à la ferme qui s'appelle Lait canadien de qualité. Ce programme est en voie d'être intégré à un programme national englobant la qualité du lait, la salubrité des aliments, le bien-être des animaux, la santé animale incluant la biosécurité de même que les différents aspects de la durabilité, y compris les trois piliers que sont les ressources économiques, sociétales et environnementales.
Les producteurs sont préoccupés par l'idée qu'un changement du fondement de la salubrité des aliments à la ferme pourrait toucher un programme national appelé proAction. Il existe des programmes équivalents pour tous les autres produits.
En terminant, il convient de communiquer clairement le processus et les critères sous-jacents. Les producteurs souhaitent obtenir une preuve écrite que nos programmes de salubrité des aliments à la ferme vont suffire à satisfaire aux exigences des plans de contrôle préventif. Les producteurs souhaitent avoir davantage d'informations détaillées s'adressant directement aux producteurs au sujet des consultations de l'ACIA sur les enjeux qui viennent d'être mentionnés.
Je vous remercie de votre attention.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
From what we understand, an amendment will be coming to clarify stocking and saving seeds, which is something we've heard a lot about from witnesses and we are definitely looking at in terms of amendments.
I think it's also important to make sure that farmers' interests are consulted when a bill is being implemented, especially when looking at regulatory changes.
Mr. Bouchard, thank you for your presentation.
I represent a riding in Quebec that is home to a number of dairy farmers and therefore fine-cheese makers.
Why is it important to carry out consultations when food safety is at issue? Could you elaborate a bit on the concerns producers have?
D'après ce que nous savons, un amendement sera présenté en vue de clarifier les dispositions concernant le stockage et la conservation des semences. C'est ce qu'ont réclamé un grand nombre des témoins, et nous sommes ravis qu'un tel amendement soit proposé.
Je crois qu'il est également important que les agriculteurs soient consultés lorsqu'un projet de loi est présenté, surtout lorsqu'il contient des modifications réglementaires.
Monsieur Bouchard, je vous remercie de votre présentation.
Je représente une circonscription située au Québec où il y a plusieurs producteurs laitiers et où il y a donc des producteurs de fromages fins.
Pourquoi est-il important de mener des consultations quand il est question de salubrité des aliments? Pouvez-vous parler un peu plus des préoccupations des producteurs?
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:56
Thank you for the question.
When proper consultation is carried out, producers can see that they are being heard as the process moves along. This consultation leads to decisions that are, to a certain extent, recognized in Bill C-18. When producers become concerned is when they cannot see what is coming their way.
We are still in a comfortable situation and we hope it will stay that way.
Je vous remercie de la question.
Quand les consultations sont menées de façon adéquate, les producteurs peuvent voir que les choses progressent et qu'ils sont entendus. Ces consultations aboutissent à des décisions qu'on reconnaît jusqu'à un certain point dans le projet de loi C-18. C'est lorsque les producteurs ne peuvent pas voir ce qui s'en vient que cela devient préoccupant pour eux.
Nous sommes encore dans une situation confortable et nous espérons qu'elle le restera.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Dairy Farmers of Canada represents organic farmers as well. In Canada, do those farmers have worries and concerns?
L'association Producteurs laitiers du Canada représente aussi des producteurs biologiques. Au Canada, ces producteurs ont-ils des craintes et des préoccupations ici, au Canada?
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:57
That is also a good question.
Organic farmers have learned to coexist with non-organic farmers. Some of our members have large organic farming operations in British Columbia. There are also some in Quebec, Ontario and other provinces. They don't have any major concerns, but adjustments still need to be made.
Our concerns regarding Bill C-18 mainly pertain to the clarifying of certain elements. Are the programs we've developed over the past 15 years at risk? New concepts have been introduced, and we'd like some clarity around them.
C'est également une bonne question.
Les producteurs biologiques ont quand même appris à coexister avec les producteurs non biologiques. Certains de nos membres sont de gros producteurs biologiques en Colombie-Britannique. Il y en a également plusieurs au Québec, en Ontario et dans d'autres provinces. Il n'y a pas de préoccupations majeures, mais des adaptations sont tout de même nécessaires.
Quant à ce qui nous préoccupe au sujet du projet de loiC-18, cela concerne davantage la clarification de certains éléments. Met-on en jeu nos programmes qui ont été développés depuis les 15 dernières années? De nouveaux concepts y sont présentés et nous aimerions qu'ils soient clarifiés.
View Mark Eyking Profile
Lib. (NS)
Thank you, Chair.
And thank you, guests, for coming.
This is the last day for witnesses because we're going to be putting amendments in by this evening. So, it's a very important day.
I'm going to start off with the Dairy Farmers of Canada. Before you came here, we had the Canadian Cattlemen, the beef farmers, who came forward with quite a concern about this preventative control plan. You've also mentioned in your briefing that the dairy farmers have a concern about it.
Now, the government is saying that it's just going to go after businesses probably, and not farmers. Recently I visited some big farms outside Halifax, Nova Scotia. These are big dairy farms and they're businesses. That concerns me about this whole program. It was also brought up by the cattlemen that this is the way they're being treated—like the government is a big referee and is coming in with a stick, instead of coaching and helping the food industry move forward.
If the Dairy Farmers were to put an amendment forward, would they want an amendment saying that this does not apply to on-farm...? Would that be something that your dairy farmers would accept? You already have a program that has quality and everything in it.
Je vous remercie, monsieur le président.
Je remercie aussi nos invités d'être venus.
C'est la dernière journée où nous entendons des témoins, car nous allons commencer à présenter des amendements ce soir. C'est donc un jour très important.
Je vais m'adresser d'abord au représentant des Producteurs laitiers du Canada. Nous avons reçu tout à l'heure des représentants des producteurs de boeuf du Canada, qui se sont dits très préoccupés par les plans de contrôle préventif. Vous avez aussi mentionné durant votre exposé que les producteurs laitiers sont également préoccupés à cet égard.
Le gouvernement affirme que ces plans viseront probablement seulement les entreprises et non pas les producteurs. Récemment, j'ai visité de grandes exploitations agricoles à l'extérieur d'Halifax, en Nouvelle-Écosse. Il y avait de très grosses fermes laitières, qui sont des entreprises. C'est un aspect qui me préoccupe. Les producteurs de boeuf nous ont parlé de la façon dont ils sont traités. Le gouvernement agit comme un arbitre qui peut donner des punitions, au lieu d'aider l'industrie alimentaire à progresser.
Si les producteurs laitiers avaient à proposer un amendement, proposeraient-ils que cette disposition ne s'applique pas à la ferme...? Est-ce que les producteurs laitiers seraient d'accord? Vous possédez déjà un programme qui assure notamment la qualité.
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 9:51
Thank you, Ron.
Mr. Chairman, members of the committee, Dairy Farmers of Canada is in fact pleased to appear before this committee to present our views with respect to the CETA deal.
As you may be aware, Dairy Farmers of Canada is the national lobby, policy, and promotion organization representing Canada's farmers living on more than 12,000 farms across the country. I would like to start by highlighting the fact that DFC leads generic dairy market development in Canada, with an annual marketing budget of $80 million, which is collected from dairy farms across Canada.
The domestic cheese market has been a priority market segment, with an annual strategic investment totalling $30 million dedicated to developing the cheese market across Canada. This investment both sustains and grows the cheese market. Studies have proven that without this yearly $30-million investment, market share would rapidly erode.
I'd like to add that this investment has resulted in an increase in per capita consumption over the past 20 years of two kilos per capita, now in the order of 12 to 12.2 kilos per capita.
I'd like to point out that the dairy sector contributes $16.2 billion to Canada's GDP, and sustains more that 218,000 jobs in Canada. It also contributes annually more than $3 billion in local, provincial, and federal taxes.
We'd like to be clear here: Dairy Farmers of Canada is not against the deal. We have, however, reacted strongly to the news of the new excessive access that was given to the European Union, in particular in the fine cheese segment of the Canadian cheese market. The access granted to the EU will have major impacts on the Canadian dairy industry, much more significant than what is being claimed by Canadian officials.
The Canadian dairy industry is one of the few industries that will be negatively impacted. That was also recognized by Prime Minister Harper, who recognized that there may be some impacts. Therefore, our strong reaction was justified, in our opinion.
Allow me to put the outcome of the agreement into perspective. The new access of 17,700 tonnes will be equivalent to 20% to 33% of the fine cheese market in Canada. It's equivalent to 4.2% of our total cheese consumption. That is equivalent to 2.2% of Canada's total milk production; equivalent to $150 million in farmers' pockets; and translates into a minimum of $300 million at the industry level.
The access for cheese will then increase from 5% to 9% of our total domestic consumption. There are no reasons to be pleased about supplying 91% of the Canadian market when compared with other countries. For example, the EU supplies 99% of its cheese market, and the U.S. supplies 97.5% of its cheese market.
If we look at Canadian cheese production, the growth in the cheese sector is not as significant as what has been reported. While certain segments of the market have grown faster than others, the reality is that cheese production in Canada has grown by only one-half of 1% these past four to five years.
The fine cheese market is the segment that will be most affected, as I pointed out earlier. Considering that this is the segment of the market that attracts the highest value, import strategies will be developed to compete primarily in this market. Failing to compete in the fine cheese market, we expect a cascading effect towards the specialty cheese and ultimately towards the mass cheese market, i.e., cheddar types. In other words, the fine cheese makers will be directly affected, and the impact at the producer's level, the farmer's level, will be spread across the country as farmers are working collectively to supply the Canadian market and are sharing returns collectively.
If the CETA agreement is implemented over a seven-year period, it will add up to a total of $595 million in cumulative losses at the farmer's level. Over a seven-year implementation period, the production of milk going into cheese production would decrease slightly. But most importantly, what Canadian farmers are losing is future growth, in which they have heavily invested.
Furthermore, if the deal were to be implemented over a five-year period, as we have heard might be the case, not only would this result in a production quota cut, but it would also result in an incremental loss of $151 million, for a total of $746 million after seven years. I think this justifies a longer implementation period.
With respect to tariff reduction, while the in-quota tariffs have been reduced to zero—and that wasn't something we were opposing—most over-quota tariffs have been maintained at their current levels, with the exception of the over-quota tariff for milk protein concentrate with a concentration of over 85%. This TRQ had been introduced following the invocation of GATT article XXVIII by the Canadian government back in 2007, and this has now been nullified.
Canada has also granted the EU geographical indicators on 50 cheeses. The protection to be afforded the EU on geographical indicators and their dairy products should be available also within this country. By that, we are talking about effective reinforcement and protection of our own standard of identity for dairy products.
I would also like to address the myth about unfettered access. We believe it is a myth. There is no doubt that Canadian cheese makers can compete on quality. However, in the early 2000s a WTO panel ruled that any export from Canada sold below domestic price be considered subsidized. Combined with a prohibition on the use export subsidies in the EU as a result of this agreement, the reality is that Canada is not in a position to benefit from the opening of the EU market. The reality is that subsidies in the European Union can make up as much as 40% to 50% of farmers' income, and they get a lower price for their milk. That puts Canadian milk and dairy products at a price disadvantage.
I will switch to French for the latter part of my presentation.
The reality is that the world market is highly distorted. The 2013  report by the International Farm Comparison Network (IFCN) highlighted that only 12% of the world’s total milk production has been produced at a cost equal to or lower than the world price. The IFCN initiative started 13 years ago and seeks to compile dairy farm financial data among over 95 countries around the world.
Furthermore, the reality is that not only are we facing higher production costs at the farm level in Canada, but this is also the case along the production chain, with processors' margins that are twice as much as in Europe
The reality is also that the European dairy industry is highly subsidized. The IFCN report provides an astonishing picture of the level of support and direct payments to European dairy farmers.
In conclusion, let us reiterate that we are not against the agreement that has been signed with the European Union. However, we are deeply concerned about the negative impact that comes with it.
Over the last few weeks, we have sat down with Canadian ministers and senior officials and we have presented options to mitigate the negative impact of the agreement, not only on the primary production of dairy farmers, but also on Canada’s entire dairy sector.
Thank you for your attention.
Merci, Ron.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du comité, les Producteurs laitiers du Canada sont effectivement heureux de comparaître devant vous pour présenter leur opinion sur l'accord économique et commercial global.
Comme vous le savez peut-être, nous sommes l'organisme national qui, pour le compte des agriculteurs canadiens qui vivent sur plus de 12 000 exploitations agricoles de partout au pays, s'occupe de leur promotion, élabore les politiques et fait du lobbying. Commençons par souligner le fait que nous dirigeons le développement du marché des produits laitiers génériques au Canada, avec un budget annuel de marketing de 80 millions de dollars, qui proviennent des exploitations laitières de partout au Canada.
Le marché du fromage canadien a été un segment prioritaire, dans lequel nous avons investi de manière stratégique un total de 30 millions de dollars par année, pour son développement partout au Canada. Cet investissement assure la croissance de ce marché. Des études ont prouvé que sans lui, la part de ce marché diminuerait rapidement.
J'ajoute que cet investissement a entraîné, ces 20 dernières années, une augmentation de la consommation de fromage de 2 kilogrammes par personne, et que cette consommation est de l'ordre, actuellement, de 12 à 12,2 kilogrammes.
Je voudrais souligner que la contribution du secteur laitier au PIB du Canada est de 16,2 milliards de dollars et que le secteur pourvoit à plus de 218 000 emplois au Canada. Chaque année aussi, il verse plus de 3 milliards de dollars en taxes et impôts locaux, provinciaux et fédéraux.
Soyons clairs: les Producteurs laitiers du Canada ne sont pas contre l'accord. Cependant, nous avons réagi vigoureusement aux nouvelles selon lesquelles un accès excessif était accordé à l'Union européenne, particulièrement dans le segment des fromages fins du marché canadien. Cet accès aura, sur l'industrie laitière canadienne, des conséquences beaucoup plus importante que ce qu'ont prétendu les porte-parole canadiens.
Le secteur laitier canadien est l'un des rares qui en souffrira. Le premier ministre Harper, en avouant que certaines répercussions étaient à craindre, l'a aussi reconnu. Notre réaction, donc, était justifiée.
Permettez-moi de relativiser les conséquences de l'accord. Le nouvel accès de 17 700 tonnes équivaudra à 20 à 33 % du marché des fromages fins au Canada, soit 4,2 % de notre consommation totale de fromage ou 2,2 % de la production totale de lait au Canada ou, encore, 150 millions de dollars de moins dans les poches des producteurs ou, pour l'ensemble de l'industrie, un manque à gagner d'au moins 300 millions.
L'accès accordé au fromage le fait passer de 5 à 9 % de notre consommation nationale totale. Il n'y a pas lieu, pour nous, de nous réjouir de pouvoir alimenter 91 % du marché canadien. À l'étranger, en effet, l'Union européenne alimente 99 % de son marché du fromage; les États-Unis, 97,5 %.
Examinons la production fromagère canadienne. La croissance de ce secteur n'est pas aussi considérable qu'on l'a prétendu. Si certains segments du marché ont crû plus vite que d'autres, en réalité notre production fromagère n'a augmenté que de 0,5 % au cours des 4 ou 5 dernières années.
Le marché des fromages fins sera le segment le plus touché, comme j'ai dit. Considérant que ce segment concentre les produits de plus haute valeur, c'est là surtout que la concurrence se fera sentir à la faveur des stratégies d'importation qui seront développées. Faute de neutraliser cette concurrence, nous craignons un effet domino aux dépens des spécialités fromagères et, en fin de compte, des fromages produits industriellement, c'est-à-dire les cheddars. Autrement dit, les producteurs de fromages fins seront directement touchés, et les répercussions chez les producteurs, les agriculteurs, se propageront dans tout le pays, puisque les agriculteurs travaillent collectivement à alimenter le marché canadien et qu'ils partagent entre eux, collectivement, les profits.
Une mise en oeuvre de l'accord étalée sur sept ans entraînera des pertes cumulatives totales de 595 millions de dollars pour les agriculteurs. Sur cette période, la production laitière affectée à la production fromagère diminuera légèrement. Mais, surtout, ce que les agriculteurs canadiens perdent, c'est les possibilités de croissance future, dans lesquelles ils ont beaucoup investi.
En plus, si la mise en oeuvre de l'accord s'étalait sur cinq ans, une éventualité dont nous avons entendu parler, non seulement cela entraînerait-il une diminution du contingent de production, mais cela entraînerait aussi une perte supplémentaire de 151 millions de dollars, soit, en tout, 746 millions après sept ans. Je pense que cela justifie un délai de mise en oeuvre plus long.
En ce qui concerne la réduction des tarifs, alors que les tarifs intra-contingent ont été abolis — et nous ne nous opposions pas à cette mesure — la plupart des tarifs hors contingent ont été maintenus à leurs taux actuels, à l'exception du tarif hors contingent pour le concentré à plus de 85 % de protéines du lait. On annule ainsi maintenant ce contingent tarifaire mis en place après que le gouvernement canadien a invoqué l'article XXVIII du GATT, en 2007.
Le Canada a aussi accordé à l'Union européenne le droit d'utiliser une indication géographique pour 50 fromages. La protection des indications géographiques et des produits laitiers de l'Union européenne devrait s'étendre aussi à notre pays. Cela nous amène à l'application et à la protection efficaces de notre propre norme d'identité pour les produits laitiers.
Parlons aussi du mythe de l'accès sans entraves. Je crois que c'est effectivement un mythe. Il est sûr que les producteurs canadiens de fromage peuvent supporter la concurrence sur le plan de la qualité. Cependant, au début des années 2000, un groupe spécial de l'OMC a jugé que tout produit exporté par le Canada qui se vendrait sous le prix canadien serait considéré comme subventionné. Si on ajoute à cela l'interdiction de l'utilisation de subventions à l'exportation dans l'Union européenne, en conséquence de cet accord, le Canada, en réalité, n'est pas en posture pour profiter de l'ouverture du marché de l'Union européenne. En réalité aussi, les subventions de l'Union européenne peuvent constituer jusqu'à 40 à 50 % du revenu des agriculteurs, et ils obtiennent un prix inférieur pour leur lait. Cela désavantage le lait et les produits laitiers canadiens.
Ce n'est pas tout.
La réalité est que le marché mondial est fortement déformé. Le rapport de 2013 de l'International Farm Comparison Network, une initiative lancée il a 13 ans qui compile des données financières sur les fermes laitières dans plus de 95 pays partout dans le monde, a clairement démontré que seulement 12 % de la production laitière totale à l'échelle mondiale était produite à un coût égal ou inférieur au prix payé sur le marché mondial.
Par ailleurs, la réalité est que non seulement nous faisons face à des coûts de production plus élevés à la ferme ici, au Canada, mais c'est aussi le cas pour la transformation. Les marges de transformation sont le double de ce qu'elles sont en Europe.
Également, la réalité est que l'industrie laitière européenne est fortement subventionnée. Le rapport de l'IFCN présente un portrait étonnant du niveau de soutien et des paiements directs reçus par les producteurs dans les pays européens.
En conclusion, permettez-nous de réitérer que nous ne sommes pas contre l'entente qui a été finalisée avec l'Union européenne. Nous sommes cependant fortement préoccupés par les conséquences négatives qui en découleront.
Nous avons eu des rencontres avec les ministres et les hauts fonctionnaires du gouvernement canadien, ces dernières semaines, et nous leur avons présenté des options afin d'atténuer les conséquences négatives de l'entente, non seulement pour ce qui est de la production primaire des producteurs laitiers eux-mêmes, mais aussi en ce qui concerne l'ensemble du secteur laitier canadien.
Merci de votre attention.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
Thank you, Mr. Chairman.
Thank you, to all the witnesses, for being here.
Mr. Leduc, every trade deal has winners and losers. There are gains and concessions. Is it fair to say that the dairy industry in Canada would be one of the losers under CETA? Is that a fair comment?
Merci, monsieur le président.
Merci à tous les témoins d'être ici.
Monsieur Leduc, chaque accord commercial fait des gagnants et des perdants. Il y a des gains et des concessions. Est-il juste de dire que le secteur laitier canadien serait l'un des perdants que fait l'accord?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:01
That's exactly how we are perceiving it. We are one of the very few losers in this agreement.
C'est exactement ainsi que nous le percevons. Nous sommes l'un des rares perdants que fait cet accord.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
Okay.
You talked about the subsidization. Is there anything in CETA you've seen that has dealt with the massive EU subsidization of their dairy farmers? Have we negotiated that successfully?
D'accord.
Vous avez parlé de subvention. Avez-vous vu, dans l'accord, des dispositions visant les subventions massives qu'accorde l'Union européenne à ses producteurs laitiers? Est-ce que nos négociateurs ont réussi sur ce point?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:03
No. That's an interesting point. When the negotiations started, it was done on the basis that there would be no exceptions a priori. However, one important element that was not added to the negotiating agenda was domestic support to the common agricultural policy that's in use in the European Union, and there has been no discipline whatsoever with respect to the direct payments that are being paid to dairy farmers in the European Union.
Non. C'est un point intéressant. Au début des négociations, tout était sur la table, il n'y avait pas, à priori, d'exceptions. Cependant, un élément important qui n'a pas figuré à l'ordre du jour des négociations a été le soutien à la politique agricole commune en vigueur dans l'Union européenne, et aucune mesure disciplinaire n'a visé les paiements directs versés aux producteurs laitiers de l'Union européenne.
View Devinder Shory Profile
CPC (AB)
What has been the percentage of growth in the last 10 years in the dairy industry here in Canada?
Quel a été le pourcentage de croissance au cours des 10 dernières années dans l'industrie laitière ici au Canada?
Ron Versteeg
View Ron Versteeg Profile
Ron Versteeg
2013-11-21 10:14
Ontario's pretty representative of the country. Since 2000 we've had about 10% more quota issued. That's been growth in the market over 13 years, so that's a growth rate of about 0.7% to 0.8% per year. That's not just cheese, that's all milk product.
L'Ontario est assez représentatif du pays. Depuis l'an 2000, on a émis environ 10 % de plus de quotas. Cela représente la croissance sur le marché pendant 13 ans, donc il s'agit d'un taux de croissance d'environ 0,7 à 0,8 % par année. Ce n'est pas seulement pour le fromage, mais aussi pour les produits laitiers.
View Devinder Shory Profile
CPC (AB)
Another interesting fact I read somewhere is that 223,571 cows were slaughtered in Canada in 2012. Nearly 100% of the cows raised for veal in Canada are dairy calves. With more than 24,000 tonnes of veal, we'll be ready for an eager European market that is willing to pay more than $10,000 per tonne. Dairy farmers stand to benefit financially from access to this profitable and hungry European market. How can dairy farmers be opposed to access to this market? And how will this impact negatively? I'm trying to understand.
Un autre fait intéressant que j'ai lu quelque part, c'est que 223 571 vaches ont été abattues au Canada en 2012. Presque 100 % des vaches élevées pour le veau au Canada sont des veaux laitiers. Avec plus de 24 000 tonnes de veau, nous serons en mesure d'approvisionner un marché européen qui est prêt à payer plus de 10 000 $ par tonne. Les exploitants de ferme laitière auront la chance de profiter financièrement d'un accès à ce marché européen profitable et prêt à recevoir les produits. Comment les exploitants de ferme laitière peuvent-ils s'opposer à l'accès à ce marché? Et comment cela aura-t-il des répercussions négatives? J'essaie de comprendre.
Ron Versteeg
View Ron Versteeg Profile
Ron Versteeg
2013-11-21 10:15
I don't think we've ever said we were opposed to greater access for Canadian meats to the European market.
The other thing to remember, too, is that the subsidies they have in the EU for farmers are not limited to dairy farmers. These are programs that are decoupled from production, so they apply to all farm production.
Je ne crois pas que nous ayons dit que nous nous opposions à un plus grand accès au marché européen pour les viandes canadiennes.
Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que les subventions que l'Union européenne verse aux exploitants agricoles ne se limitent pas aux exploitants de ferme laitière. Ce sont des programmes qui sont dissociés de la production, et ils s'appliquent donc à tous les types de production agricole.
View Massimo Pacetti Profile
Ind. (QC)
Thank you, Mr. Chairman.
My thanks to the witnesses for joining us.
I have two quick questions for you, Mr. Leduc.
First, you represent dairy producers, but your presentation dealt more with cheese producers. Are they the same or are they two separate types of producers?
Merci, monsieur le président.
Merci aux témoins d'être venus.
J'aurais deux questions rapides pour vous, monsieur Leduc.
Tout d'abord, vous représentez les producteurs laitiers, mais votre présentation porte plutôt sur les producteurs de fromages. S'agit-il des mêmes personnes ou parle-t-on de deux différents genres de producteurs?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:16
The point we are trying to make is that the impact will be felt by both primary producers and cheese producers. Imported cheeses will directly compete with the cheeses produced by Canadian cheese makers. We expect fine cheeses to be competing directly with Canada’s fine products, particularly in the eastern part of the country, but—
Le point qu'on essaie de faire valoir ici est que l'impact sera ressenti non seulement par les producteurs dans la production primaire, mais également par les fromagers eux-mêmes. Effectivement, les fromages qui seront importés entreront directement en concurrence avec les fromages produits par les fromagers canadiens. Selon les attentes, ce seront les fromages fins qui entreront en concurrence directe avec les produits fins du Canada, surtout dans l'Est du pays, mais...
View Rob Merrifield Profile
CPC (AB)
Thank you.
We're through the first round and we're going into the second round. Before we do that, I'd like to use the chair's prerogative to ask a couple of questions.
I think what I've heard from the dairy industry is the idea of producers being subsidized in Europe and the United States and that the subsidization is hard to compete on. You try to square that with what the international community and many in Canada are saying, that the dairy industry is subsidized right now with the supply management system. One would argue that we're subsidized, and you would argue that Europe and the United States has a direct subsidy. I suppose it depends on whom you ask and how you see subsidization.
I don't know if you have any comments on how you see that. I think the previous questioner was really asking how we can compete—even though we see ourselves as somewhat subsidized, because we're limited in a supply management system—with the direct subsidy in Europe under this agreement.
Merci.
Le premier tour est terminé, alors nous allons entamer le deuxième. Mais juste avant, j'aimerais profiter de la prérogative du président pour vous poser quelques questions.
Ce que je retiens des témoignages de l'industrie laitière, c'est que les producteurs sont subventionnés en Europe et aux États-Unis, et qu'il est difficile de leur faire concurrence dans un tel contexte. Si on fait un parallèle avec ce qu'en disent la communauté internationale et bien des Canadiens, c'est que l'industrie laitière est subventionnée actuellement par le système de gestion de l'offre. Certains avanceront que notre industrie est subventionnée, et vous dites que les industries européenne et américaine reçoivent des subventions directes. Je présume que tout dépend du point de vue et de notre perception du subventionnement.
Je ne sais pas si vous avez des commentaires là-dessus. Je crois que l'intervenant précédent essayait de savoir comment nous pouvons être concurrentiels dans le cadre de cet accord — même si on considère que notre industrie est en quelque sorte subventionnée, parce qu'elle est limitée par un système de gestion de l'offre — face aux producteurs européens qui reçoivent des subventions directes.
Ron Versteeg
View Ron Versteeg Profile
Ron Versteeg
2013-11-21 10:30
My diesel fuel or farm equipment and labour cost is higher in Canada than it would be in the U.S.
Le diesel, l'équipement agricole et la main-d'oeuvre coûtent plus cher au Canada qu'aux États-Unis.
View Marc-André Morin Profile
NDP (QC)
Thank you, gentlemen. As you can see, I am not wearing rose-coloured glasses. It is good to face reality.
The agreement will allow European dairy products to enter Canada more easily. Since we know that the industry is heavily subsidized, will industrial producers of Canadian cheeses not be tempted to buy their milk products in Europe at a much lower price?
Je vous remercie, messieurs. Comme vous le voyez, je ne porte pas de lunettes roses, moi. C'est intéressant de regarder la réalité en face.
L'entente permettra aux substances laitières européennes d'entrer plus facilement au Canada. Comme on sait que l'industrie est grassement subventionnée, les producteurs industriels de fromages canadiens, par exemple, ne seront-ils pas tentés d'acheter leurs substances laitières en Europe à un coût beaucoup moindre?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:32
They already do so, because concentrated milk products imported from the United States are not subject to any constraints. The quota that was established in 2007, after the Canadian government invoked article XXVIII under the GATT rules, does not apply to imports from the United States.
Ils le font déjà, puisque les substances laitières concentrées importées des États-Unis ne sont assujetties à aucune limitation. Le contingent qui avait été mis en place en 2007, à la suite de l'invocation de l'article XXVIII par le gouvernement canadien en vertu des règles du GATT, ne s'appliquait pas aux importations en provenance des États-Unis.
View Marc-André Morin Profile
NDP (QC)
Earlier, you talked about the suggestions or options you have presented during the negotiations to help the dairy industry. Could you explain that a little?
Plus tôt, vous avez parlé de suggestions ou d'options que vous avez faites, au cours des négociations, pour aider le secteur laitier. Pourriez-vous précisez un peu de quoi il s'agit?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:33
I find myself in a fairly delicate situation. Since we are currently in talks with Government of Canada officials, I cannot really get into the details of what we have presented to them. However, we can say that we have presented constructive options to the Government of Canada that are in line with the way the supply management system works in Canada. The measures we have proposed would mitigate the negative impact not only on dairy farmers but also on the cheese processing sector in Canada.
We have tried to include the entire industry in the options we presented to the federal government, at no cost to the treasury of Canada.
Je me retrouve dans une situation passablement délicate. Comme nous sommes présentement en discussion avec les représentants du gouvernement canadien, je ne peux pas vraiment vous parler des détails de ce que nous leur avons présenté. Par contre, nous pouvons dire que nous avons présenté au gouvernement du Canada des options constructives qui s'alignent sur le fonctionnement du système de la gestion de l'offre au Canada. Les mesures que nous avons proposées atténueraient les conséquences négatives non seulement pour les producteurs laitiers, mais aussi pour le secteur de la transformation fromagère au Canada.
Nous avons essayé d'englober l'ensemble du secteur dans les options que nous avons présentées au gouvernement fédéral, sans pour autant que cela coûte quoi que ce soit au Trésor public canadien.
View Marc-André Morin Profile
NDP (QC)
In your view, should the compensation be for dairy farmers or cheese makers? Often, they are the same people.
D'après vous, les compensations devraient-elles s'adresser aux producteurs laitiers ou aux fromagers? Souvent, il s'agit des mêmes personnes.
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:35
We believe that the mitigation measures should be beneficial for both dairy and cheese producers because cheese producers will also be affected by this.
In terms of marketing strategies, we feel that cheeses imported to the Canadian market will first and foremost compete directly with the Canadian fine cheese sector, estimated at 50,000 tonnes a year. If, of the 17,500 tonnes of cheese that could end up in the retail market, 16,000 tonnes of high-quality cheese end up in the fine cheese sector, one-third of the market could be lost.
Nous croyons que les mesures d'atténuation devraient favoriser à la fois les producteurs laitiers et les fromagers, qui seront également touchés par cela.
Pour ce qui est des stratégies de mise en marché, nous estimons que les fromages qui seront importés sur le marché canadien vont, en tout premier lieu, entrer en concurrence directe avec le secteur des fromages fins au Canada, que l'on estime à 50 000 tonnes par année. Si, sur les 17 500 tonnes de fromages qui pourraient se retrouver sur le marché du détail, on retrouve 16 000 tonnes de fromages de haute qualité et que ces 16 000 tonnes additionnelles se retrouvent dans le secteur des fromages fins, c'est donc le tiers de ce marché qui pourrait être perdu.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2013-11-07 10:14
Thank you.
You referenced supply management in some of your earlier remarks. I have several dairy producers in my riding of Durham, and I've been talking to them one on one about CETA and the outcome, and the fact that the three pillars of supply management were maintained with an adjustment to import levels. On average, there have been around 6,000 tonnes of new growth in specialty cheese in Canada—the minister mentioned 1% growth—and the phase-in time for CETA should see the demand rise to an extent that it absorbs the new imports. Beyond that, on the mechanism that will be in place if those measures or those volume estimates don't come to pass—farmers will be made whole—was the dairy industry consulted? The three pillars of supply management, were they an important part of our negotiating posture?
Merci.
Vous avez précédemment fait référence à la gestion de l'approvisionnement. Ma circonscription de Durham compte plusieurs producteurs laitiers, et j'ai parlé individuellement avec eux de l'AECG, du résultat, et du fait que les trois piliers de la gestion de l'approvisionnement étaient maintenus grâce à un ajustement des niveaux d'importation. Le Canada a connu en moyenne une nouvelle croissance d'environ 6 000 tonnes de fromages de spécialité — le ministre a évoqué une croissance de 1 % —, et la période de mise en oeuvre de l'AECG devrait permettre à la demande de croître suffisamment pour absorber les nouvelles importations. Mais l'industrie laitière a-t-elle été consultée au sujet du mécanisme qui sera en place si les mesures ou les volumes estimés ne se concrétisent pas, pour que les agriculteurs soient indemnisés? Les trois piliers de la gestion de l'approvisionnement ont-ils joué un rôle important dans les négociations?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2013-11-07 10:15
Yes. The dairy farmers, the dairy industry more broadly, was also consulted very closely throughout the negotiations. I met with them regularly. We were somewhat constrained in terms of what we could tell them, particularly near the end of the negotiations, because those issues were sensitive inside the negotiations, but that consultation did take place.
I think we need to bear in mind that one of the early messages we have received not just in this negotiation but in any negotiation is the dairy farmers' position that under no circumstances should over-quota tariff cuts take place. Other than milk protein substances where we already provide duty-free access from the U.S., no over-quota tariff cut is going to take place under CETA.
Full protection is remaining at the border. We excluded poultry and eggs entirely from any kind of increased access or tariff cuts, so the only dairy commodities we're touching really are cheese, and to a lesser extent the milk protein substances. That's not to say cheese isn't an important commodity in dairy. Of course it is, which is why we've said that we would monitor any potential impact that may take place as this is being implemented. As you point out, cheese is also a product where consumption is continually rising, or has been over quite a period of time. If that trend continues, then we do anticipate that would be absorbed fairly quickly.
Oui. Les exploitants de ferme laitière et l'industrie laitière en général ont été très étroitement consultés tout au long des négociations. Je les ai rencontrés régulièrement. Il y avait des limites à ce que nous pouvions leur dire, particulièrement à la fin des négociations, puisqu'il s'agissait de questions délicates, mais nous les avons consultés.
Je crois qu'il faut garder à l'esprit que l'un des premiers messages que nous avons reçus, pas seulement dans le cas présent, mais dans toutes les négociations, c'est que les exploitants de ferme laitière considèrent que le droit hors contingent ne devrait en aucun cas être réduit. Exception faite des matières protéiques du lait en provenance des États-Unis, qui bénéficient déjà d'un accès en franchise, aucune réduction du droit hors contingent ne sera effectuée aux termes de l'AECG.
Toutes les mesures de protection restent en vigueur à la frontière. Nous avons complètement exclu la volaille et les oeufs d'une augmentation d'accès ou d'une réduction de droit; ainsi, seuls les produits laitiers qui sont véritablement touchés sont les fromages et, dans une moindre mesure, les matières protéiques du lait. Cela ne signifie pas que les fromages ne sont pas un produit laitier important. Bien sûr qu'ils sont importants; voilà pourquoi nous avons indiqué que nous surveillerions les répercussions potentielles qui pourraient se manifester quand l'accord sera mis en oeuvre. Comme vous l'avez souligné, les fromages sont un produit important dont la consommation augmente sans cesse, et, ce, depuis un bon moment. Si la tendance se maintient, nous prévoyons une absorption assez rapide des importations.
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 15:29
Mr. Chairperson, thank you for the opportunity to participate in the committee's study on the benefits to Canada of the Trans-Pacific Partnership.
The Dairy Farmers of Canada recognizes the importance of trade for this country and is on the record as supporting the government entering the talks based on the balanced trade negotiating position.
Our director of trade, Mr. Yves Leduc, who was originally scheduled to appear before this committee, is currently in Brussels, unfortunately—I don't know if it's fortunately or unfortunately, but he's in Brussels—following the CETA negotiations and I'll try to replace him and answer your questions, if I can.
The aim of the Canadian milk supply management system is to balance supply and demand, as well as balance market power among the supply chain stakeholders. Despite concentrating our effort on the domestic market, international trade talks are an important aspect when it comes to maintaining the integrity of the Canadian system in the future. Predictable imports are critical considering that dairy farmers discipline their production to ensure domestic demand is met without creating unnecessary surpluses.
Between 6% and 8% of our Canadian dairy consumption is supplied by imported dairy products coming in tariff-free, which makes Canada more generous than the U.S. or EU in terms of access. Predictability and import control are not equal to no imports. Dairy farmers are proud of the dairy sector's contribution to the Canadian economy, and we consider ourselves job sustainers, providing stability in the economy and supporting our rural communities.
It should also be noted that the Canadian dairy sector increased its number of Canadian jobs between 2009 and 2011. Dairy farmers are doing their part of the economic action plan to keep our economy strong and prosperous.
Essentially 100% of our dairy sales take place on the Canadian market. Exports only represent roughly 1% of Canada's milk production and export opportunities are virtually nil as a result of the negative decision in the late 1990s of the WTO panel on Canada's export policy. Any market opening, therefore, even if it were reciprocal, would come at the expense of Canadian dairy farmers.
Canada has negotiated 11 trade agreements with a number of negotiating partners over the past 20 years and has always maintained supply management for dairy and poultry. In other words, no concessions have been made with respect to TRQ expansion or over-quota tariff reduction. This is fully in line with the position defended by the Canadian government and which was clearly spelled out in the motion which was unanimously adopted in the House of Commons on November 22, 2005. The motion clearly states that Canada will accept no over-quota tariff reduction and no TRQ expansion for its supply-managed products as part of its balanced negotiating position in any trade discussions.
DFC would like to express its appreciation for the comments made by the Prime Minister, Minister Ritz, Minister Fast, and their parliamentary secretaries, who have consistently reiterated on a number of occasions that they will not make any concessions on supply management. We also very clearly want to acknowledge and appreciate the continued support of all parliamentarians for a system that is working well for Canada.
We've tabled with you a more detailed brief this afternoon, but I would like to address two issues with regard to the TPP trade talks.
First, negotiations like those on the TPP are often presented as being subject to no a priori exemptions. It is interesting to note, however, that domestic support in agriculture cannot be found on the negotiating agenda. Failing to discipline the use of such subsidies which can be very trade distorting goes against the principle of a no a priori exemption.
Second, I would like to mention that all countries, including New Zealand, Australia, and more particularly the United States, have a number of sensitive sectors. There are several examples outlined in our submission, but many more can be found. While we may be more up front about it, as Canadians, we don't have to be shy to defend what is in the best interests of Canadians and Canadian industries.
In conclusion, Mr. Chair, Dairy Farmers of Canada is on record as supporting the Canadian government entering the TPP trade talks as part of the government's trade agenda that is based on the balanced trade negotiating position. For dairy farmers, this means that the government will continue to defend supply management both domestically and internationally, in line with the June 3rd, 2011, Throne Speech and the November 2005 House of Commons motion.
Consequently, Canada must not give any concessions in the TPP or any other trade negotiation that would in any way undermine the credibility of the Canadian negotiating position at the international level with respect to Canada's right to maintain supply management.
Thank you for your attention. I will be happy to respond to your questions.
Monsieur le président, merci de nous donner l’occasion de participer à l’étude du comité sur les avantages du Partenariat transpacifique pour le Canada.
Les Producteurs laitiers du Canada reconnaissent l’importance des échanges commerciaux pour notre pays et ont publiquement soutenu le gouvernement lorsqu’il s’est joint aux pourparlers en se fondant sur une position de négociation commerciale équilibrée.
Notre directeur du commerce, M. Yves Leduc, qui devait au départ témoigner devant vous, se trouve malheureusement à Bruxelles — je ne sais pas si c’est heureux ou malheureux, mais il est à Bruxelles — pour suivre les négociations relativement à l’AECG, et je vais essayer de le remplacer et de répondre à vos questions, si je le peux.
Le système canadien de gestion de l'offre du lait vise à équilibrer l'offre et la demande, ainsi que le pouvoir de marché entre les intervenants de la chaîne d'approvisionnement. Bien que nous nous concentrions sur le marché intérieur, les pourparlers commerciaux internationaux sont un aspect important en vue de maintenir l'intégrité du système canadien pour l'avenir. Le contrôle des importations est fondamental, étant donné que les producteurs laitiers ajustent leur production de façon à répondre à la demande intérieure sans créer de surplus.
De 6 à 8 p. 100 de la demande en produits laitiers au Canada est comblée par les produits laitiers qui entrent en franchise de droits, ce qui fait que le Canada est plus généreux que les États-Unis et l'Union européenne en matière d’accès. La prédictibilité et le contrôle des importations ne veulent pas dire qu'il n'y a pas d'importations. Les producteurs laitiers sont fiers de la contribution de leur secteur à l'économie canadienne, et nous considérons notre industrie comme une source d'emploi qui assure la stabilité de l'économie et qui appuie nos collectivités rurales.
Il faut également noter que le nombre d'emplois dans le secteur laitier canadien s'est accru entre 2009 et 2011. Les producteurs laitiers contribuent relativement au plan d'action économique pour maintenir la vigueur et la prospérité de l'économie.
Le secteur laitier fait sensiblement 100 p. 100 de ses ventes sur le marché canadien. Les exportations représentent grosso modo 1 p. 100 de la production laitière du Canada, et les possibilités d'exportation sont à peu près nulles, en raison de la décision défavorable rendue par le Groupe spécial de l'OMC à la fin des années 1990 sur la politique d'exportation du Canada. Toute ouverture du marché, même réciproque, se ferait donc aux dépens des producteurs laitiers canadiens.
Depuis 20 ans, le Canada a négocié 11 accords commerciaux avec plusieurs partenaires commerciaux et a toujours maintenu la gestion de l'offre dans les secteurs du lait et de la volaille. Autrement dit, il n'a fait aucune concession sur l'accroissement des contingents tarifaires et la réduction des tarifs hors contingent. Cela va tout à fait dans le sens de la position que défend le gouvernement canadien et qui a été exprimée clairement dans la motion que la Chambre des communes a adoptée à l'unanimité le 22 novembre 2005. Cette motion énonce clairement que le Canada n'acceptera pas de réduction des tarifs hors contingent, ni d’augmentation des CT pour ses secteurs sous gestion de l'offre dans le cadre de sa position de négociation équilibrée, et ce, dans le cadre de tous les pourparlers commerciaux.
Les PLC sont reconnaissants des commentaires du premier ministre, des ministres Ritz et Fast et de leurs secrétaires parlementaires, qui ont réitéré à plusieurs reprises qu'ils ne feraient aucune concession quant à la gestion de l'offre. Les PLC savent gré à tous les parlementaires de leur appui continu à un système qui fonctionne bien pour le Canada.
Nous vous avons remis un document beaucoup plus détaillé, mais j’aimerais aborder deux enjeux au sujet des pourparlers commerciaux relatifs au PTP.
Premièrement, on présente souvent les négociations comme le PTP comme des pourparlers qui ne font pas l’objet d’exemptions a priori. Par contre, il est intéressant de noter que le soutien interne à l'agriculture ne figure pas au programme des négociations. Le fait de ne pas encadrer l'utilisation de telles subventions qui peuvent avoir des effets de distorsion sur le commerce va à l'encontre des principes d'absence d'exemptions a priori.
Deuxièmement, j’aimerais mentionner que tous les pays, y compris la Nouvelle-Zélande, l’Australie et plus particulièrement les États-Unis, ont des secteurs délicats. Notre document vous en donne plusieurs exemples, mais il y en a bien d’autres. Même si nous sommes, en tant que Canadiens, peut-être un peu plus directs à cet égard, nous ne devons pas avoir peur de défendre ce qui est dans l’intérêt supérieur des Canadiens et des industries canadiennes.
En conclusion, monsieur le président, les Producteurs laitiers du Canada appuient l'entrée du gouvernement canadien dans les pourparlers commerciaux du PTP. Cela se fait dans le cadre du programme commercial du gouvernement qui s'appuie sur la position de négociation commerciale équilibrée. Pour les producteurs laitiers, cela signifie que le gouvernement continuera de défendre la gestion de l'offre, au pays comme à l'échelle internationale, dans le sens du discours du Trône du 3 juin 2011 et de la motion de la Chambre des communes de novembre 2005, à laquelle j'ai fait allusion.
Le Canada ne doit donc faire aucune concession, dans le cadre du PTP ou de toute autre négociation commerciale, qui diminuerait de quelque façon que ce soit la crédibilité de sa position de négociation au niveau international concernant son droit de maintenir la gestion de l'offre.
Merci de votre attention. Je serai ravi de répondre à vos questions.
View Gerald Keddy Profile
CPC (NS)
Thank you, Mr. Chairman.
I welcome our witnesses. It's always good to have a few dairy farmers in the room. In the interests of full disclosure, my wife grew up on a dairy farm, so it's near and dear to me, and I think there's a few committee members who have some dairy experience.
I have a couple of questions. One is an overall question surrounding the importance of confidentiality when you're negotiating agreements and especially international agreements. Sometimes these agreements can take years, if a lot of information that gets out is, quite frankly, wrong.
The Dairy Farmers of Canada sat on the committee. You signed a waiver, which you mentioned, on confidentiality, but you were part of the process and you were briefed, and therefore your membership was briefed.
What's your membership? How many dairy farmers across Canada do you represent?
Merci, monsieur le président.
Bienvenue aux témoins. C’est toujours un plaisir d’avoir quelques producteurs laitiers au comité. Par souci de transparence complète, ma femme a grandi sur une ferme laitière; le sujet me tient donc vraiment à coeur, et je crois aussi que certains membres du comité ont de l’expérience dans le domaine laitier.
J’ai deux ou trois questions. Ma première est de nature générale et porte sur l’importance de la confidentialité lorsqu’on négocie des accords, en particulier des accords internationaux. Il arrive parfois que ces accords prennent des années à se concrétiser, si beaucoup de renseignements qui en transpirent sont, bien honnêtement, négatifs.
Les Producteurs laitiers du Canada siégeaient au comité. Vous avez signé une entente de confidentialité, comme vous l’avez dit, mais vous avez participé au processus et avez été tenus informés. Par conséquent, vos membres l’ont également été.
Combien avez-vous de membres? Combien d’agriculteurs laitiers représentez-vous au Canada?
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 15:54
Twelve thousand farmers—
Mr. Gerald Keddy: So there are 12,000—
Mr. Richard Doyle: —farms. There are more farmers than that.
Douze mille producteurs...
M. Gerald Keddy: Il y a donc 12 000...
M. Richard Doyle: ... fermes. Le nombre d’agriculteurs est plus élevé.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
The problem is, Richard, that they can't talk to the very representatives of the industry that they're supposed to be representing in the negotiation. My point still stands.
You mentioned, Mr. Doyle, that more access is allowed into Canada for dairy products versus access we have into Europe or the United States, but that's not well known. In fact, I mentioned it to some people this morning, and they were shocked, because Canada is seen as protectionist. We are more open on dairy access than these other countries. We've somehow lost the messaging fight.
The USTR is clearly using the TPP to try to break our system. The USTR publication on foreign trade barriers said, “supply management...severely limits the ability of United States producers to increase exports”. The Congressional Research Service said, “...to tackle outstanding non-tariff measures that have limited, and could further restrict, access for U.S. fluid milk...and cheese into Canada's market”.
Could you expand a little on what we do versus what they do? That information has to get out there. We're an open market even though we—
Le problème, Richard, c'est qu'ils ne peuvent parler aux représentants mêmes de l'industrie qu'ils sont censés représenter à la table de négociation. Mon argument tient toujours.
Vous avez mentionné, monsieur Doyle, que le Canada autorise davantage l'importation de produits laitiers comparativement à l'Europe ou aux États-Unis, mais ce fait n'est pas bien connu. J'en ai parlé à quelques personnes ce matin, et elles en étaient très étonnées, car le marché canadien est considéré comme un marché protectionniste. Or, nous sommes plus ouverts à l'importation de produits laitiers que ces autres pays. Nous n'avons donc pas réussi à faire passer le message.
L'USTR utilise de toute évidence le PTP pour tenter de briser notre système. Son article sur les obstacles au commerce extérieur disait que la gestion de l'offre limite grandement la capacité des producteurs américains d'augmenter les exportations. Le service de recherche du Congrès américain a dit s'attaquer aux mesures non tarifaires exceptionnelles qui ont limité et pourraient davantage limiter l'accès du lait de consommation américain et du fromage au marché canadien.
Pourriez-vous nous parler davantage de ce que nous faisons par rapport à ce qu'ils font? L'information doit se rendre là-bas. Nous sommes un marché ouvert, même si nous...
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 16:08
Very quickly, I think the U.S. is talking out of both sides of its mouth, to be quite frank. On the one hand they're saying that they don't want to reopen the free trade agreements they have with most of the partners in the TPP, but they do want to have access for dairy in Canada, and they do not want to have any access for New Zealand dairy products, which they claim to be very trade distorting. They don't want to reopen FTAs on sugar with Australia because they want to respect all FTAs they have, but they want to reopen the NAFTA, or the CUSTA, as we call it, with Canada on dairy.
I think it's unclear at this stage as to what is exactly the position. I think everybody's talking and listening to these consultations, which are public, but they are not talking at all about what the negotiators are actually offering on the table. We don't know that.
Je serai très bref. Pour être franc, je pense que les Américains tiennent un double discours. D’une part, ils prétendent ne pas souhaiter renégocier les accords de libre-échange qu’ils ont conclus avec la plupart des partenaires du PTP, mais ils veulent avoir accès au marché canadien de produits laitiers et refuser à la Nouvelle-Zélande un accès semblable parce que, selon eux, les produits laitiers de ce pays faussent les échanges commerciaux. Les Américains ne désirent pas renégocier leur ALE avec l’Australie concernant le sucre, parce qu’ils souhaitent respecter tous les ALE qu’ils ont conclus, mais ils veulent renégocier avec le Canada les clauses de l’ALENA, ou de l’accord commercial Canada-États-Unis, comme nous l’appelons, qui portent sur les produits laitiers.
À ce stade, nous ne savons pas exactement quelle est la position des États-Unis. Je pense que tous parlent de ces consultations et écoutent celles-ci, car elles sont publiques, mais personne ne parle des concessions que les négociateurs font. Nous ignorons en quoi elles consistent.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to our witnesses.
Maybe I am a little closer to the dairy industry than some of the others here. One of the things I find interesting is that when you talk about.... We've always been criticizing Canada because of the pricing. I'll use the context of $1.45 a litre for milk, whereas in New Zealand, where they've opened it up and taken it away, it's actually $1.65 a litre. In Australia, it's $1.55. In the United States, they have so many subsidies attached that it's hard to trigger down, but actually, across the board, the price per litre of milk is more than it is in Canada.
On turkeys, for example, we always hear about the cheap turkeys you can buy because of the lack of supply management in the States. Canada's price is actually $2.97 a kilogram and in the States it's $3.26. That's over a 13-year average.
Mr. Doyle, in terms of Canada's position, with the 11 trade agreements you referenced that are in place, have you been satisfied with the outcome, the end result of those agreements in terms of your producer organizations?
Merci, monsieur le président.
Je remercie également nos témoins.
Je suis peut-être un peu plus près de l’industrie laitière que certains des autres députés ici présents. L’un des aspects que je trouve intéressants a trait au fait que, lorsque l’on parle… Nous critiquons toujours le Canada, en raison des prix de ses produits. Mais prenons l’exemple du lait qui coûte 1,45 $ le litre au Canada, alors qu’en Nouvelle-Zélande, où ils ont ouvert leur marché et supprimé la gestion de l’offre, il coûte en fait 1,65 $ le litre. En Australie, son prix s’élève à 1,55 $. Aux États-Unis, les produits laitiers font l’objet d’un si grand nombre de subventions qu’il est difficile de décomposer le prix mais, dans l’ensemble, le prix du litre de lait est plus élevé à l’étranger qu’au Canada.
Passons maintenant aux dindes, par exemple. Nous entendons toujours dire qu’en raison de l’absence de gestion de l’offre aux États-Unis, on peut se procurer là-bas des dindes peu coûteuses. Au Canada, on paie la dinde 2,97 $ le kilo, alors qu’aux États-Unis, elle coûte 3,26 $ le kilo. Il s’agit là d’une moyenne de 13 ans.
Monsieur Doyle, en ce qui concerne la position que le Canada a adoptée relativement aux 11 accords commerciaux en vigueur que vous avez mentionnés, êtes-vous, vous et vos organisations de producteurs, satisfaits des résultats qu’ils ont donnés?
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 16:11
Yes. As I said before, supply management both for poultry and for dairy have been respected in terms of our TRQ and access.
Oui. Comme je l’ai indiqué auparavant, la gestion de l’offre de la volaille et des produits laitiers a été respectée, en ce qui concerne nos contingents tarifaires et l’accès.
View Bev Shipley Profile
CPC (ON)
One thing that was brought up I wasn't surprised about, but I think many.... In fact I'm glad my colleague across the way brought it up. It's about production in terms of supply management in Canada. We use domestically what we produce. I think you said we export outside of 1%.
You can be assured that the consumers and the academics out there do not, or choose not to, recognize that actually we import 6% to 8%. So it isn't that supply management is a closed system.
In many of the countries, Mr. Doyle, on a percentage basis or on a population basis, do we allow imports to the same extent that other countries do, and yet we're limited to the amount of exports we do? Is there any kind of an answer for that, particularly with our southern friends?
L’une des questions qui ont été soulevées ne m’a pas étonné, mais je pense que bon nombre de… En fait, je suis heureux que mon collègue d’en face l’ait soulevée. Elle concerne ce que nous produisons au Canada dans le cadre de la gestion de l’offre. Notre production est consommée au Canada. Je pense que vous avez dit que nous exportions un peu plus de 1 p. 100 de nos produits.
Vous pouvez être assuré que les consommateurs et les universitaires ne reconnaissent pas, ou choisissent de ne pas reconnaître, le fait que nous importons de 6 à 8 p. 100 de nos produits. Par conséquent, notre système de gestion de l’offre n’est pas fermé.
Monsieur Doyle, tout en limitant la quantité des produits qui peuvent être importés au Canada, autorisons-nous le même pourcentage ou le même volume d’importations par habitant que les autres pays? Connaissons-nous un peu la réponse à cette question, en particulier en ce qui concerne nos voisins du sud?
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 16:14
I know that the European Union does not provide as much access as Canada on dairy, and the same in the United States. I couldn't give you the list of all the countries. Europe is negotiating as a union, so the numbers are only available there.
Je sais que l’Union européenne ne donne pas accès à son marché de produits laitiers autant que le Canada, et il en va de même des États-Unis. Toutefois, je ne pourrais pas vous fournir la liste de tous les pays, car l’Europe négocie en tant qu’union. Par conséquent, ce sont les seuls chiffres disponibles.
View Marc-André Morin Profile
NDP (QC)
Mr. Doyle, during briefing sessions where you do not have access to the documents and the representatives have to sign confidentiality agreements, how does that work, in reality? You say you are reassured when it came to supply management, but since you have not seen the documents, are you just assuming things? I wonder about that.
Monsieur Doyle, dans le cadre d'une séance d'information où vous n'avez pas accès aux documents et où les représentants doivent signer des ententes de confidentialité, comment est-ce que cela se passe, en réalité? Vous vous dites rassuré quant à la gestion de l'offre, mais comme vous n'avez pas vu les documents, pouvez-vous seulement présumer des choses? Je me pose la question.
Richard Doyle
View Richard Doyle Profile
Richard Doyle
2013-05-27 16:16
As I said, clearly since I am not a committee member, I don't have access to the information provided in committee work. Without going into the legal details of the texts, I will say that the chief negotiator gives us a general idea of the position of various countries and the processes being followed. We are very much aware of the process. I am confident that if any issues affecting our industry in particular or major changes in that respect were to arise, we would get into much more serious discussions.
Comme je l'ai dit, il est évident que ce n'est pas moi qui ai accès à l'information fournie lors des travaux du comité, étant donné que je n'en suis pas membre. Sans entrer dans les détails légaux des textes, je vous dirai que la négociatrice en chef nous indique de façon générale la position des divers pays et le processus qui est suivi. Nous sommes beaucoup plus au courant du processus. J'ai confiance que si des questions touchant particulièrement notre industrie ou des changements majeurs à cet égard sont abordés, nous allons entamer des discussions beaucoup plus sérieuses.
View Ed Holder Profile
CPC (ON)
View Ed Holder Profile
2013-05-27 16:21
Thank you, Chair.
I'd like to thank both our guests for being here today.
Chair, I was listening to testimony from our guests. I heard less testimony than I heard a soliloquy from my colleague opposite, Mr. Easter. One thing struck me about that. I was thinking about his comments about transparency. I just want to make this statement, because transparency seems to be an issue among our guests, and certainly Mr. Easter has extended that conversation quite a lot.
I thought I'd do a little research. I went back to when Mr. Easter's party was the party in power. They did not have a lot of free trade agreements on which to base my conclusions because that wasn't as much the focus, but to be fair they did some, with Chile, Costa Rica, and Israel. I was struck by the fact that the Liberal government of the day was exceptionally careful not to share information. They knew if they had to do a deal there were going to be negotiations and discussions that had to be in private.
It's very curious that now that the member opposite is in a different position, he seems to make a different argument.
I'd like to ask Mr. Doyle a question. You made the comment in your testimony that you're concerned you haven't seen the text. Has it hurt you so far?
Merci, monsieur le président.
J’aimerais remercier nos deux invités de leur présence aujourd’hui.
Monsieur le président, j’ai écouté les témoignages de nos invités, mais j’ai surtout entendu le monologue de mon collègue d’en face, M. Easter. Un aspect de ce monologue m’a frappé, à savoir ses observations concernant la transparence. À cet égard, je tiens simplement à mentionner ce qui suit, parce que nos invités semblent préoccupés par la transparence, et il est clair que M. Easter a prolongé longuement cette discussion.
J’ai pensé à mener une petite étude. Je me suis reporté jusqu’à l’époque où le parti de M. Easter était au pouvoir. Je n’ai pas été en mesure de trouver de nombreux accords de libre-échange pour étayer mes conclusions, car ceux-ci ne faisaient pas vraiment partie des priorités du gouvernement de l’époque mais, pour être juste à son égard, il en a conclu quelques-uns avec le Chili, le Costa Rica et Israël. Ce qui m’a frappé, c’est le fait que le gouvernement libéral en question faisait extrêmement attention de ne pas divulguer de renseignements à leur sujet. Il savait que, s’il souhaitait conclure une entente, il fallait que les discussions et les négociations se déroulent en privé.
Je trouve très curieux que, maintenant que la situation du député d’en face a changé, il semble faire valoir un argument différent.
J’aimerais poser une question à M. Doyle. Vous avez déclaré au cours de votre témoignage que le fait de ne pas avoir vu le texte vous préoccupait. Cela vous a-t-il causé du tort jusqu’à maintenant?
View Gerry Byrne Profile
Lib. (NL)
What's the role of the commission within provincial management of farm systems? In terms of the number of producers, do you have no role to play whatsoever? If I could suggest, you provide an oversight on a national basis, but in terms of the number of quota holders, the amount of quota production, that's simply advice that you offer. Would that be correct?
Quel rôle votre commission joue-t-elle dans les systèmes de gestion provinciaux? Jouez-vous un rôle quelconque dans la détermination du nombre de producteurs? Je suppose que vous exercez une certaine supervision à l'échelle nationale, mais que vous vous bornez à donner de simples conseils au sujet du nombre de détenteurs de quotas et de la répartition de la production. Est-ce exact?
Randy Williamson
View Randy Williamson Profile
Randy Williamson
2012-11-29 11:46
I go back to what I said a moment ago.
We established what we call the MSQ, the milk supply quota requirements, to meet the needs of the Canadian market on a national basis. The provinces have quota allotments that they then take to their producers. We have no involvement in terms of the number of farms or where the quota is allocated within the provinces, none whatsoever.
Je vais revenir à ce que j'ai dit il y a quelques instants.
Nous avons établi ce que nous appelons le QMM, ou quota de mise en marché, afin de répondre aux besoins du marché canadien à l'échelle nationale. Les provinces reçoivent des quotas qu'elles répartissent entre leurs producteurs. Nous n'intervenons pas du tout au sujet du nombre d'exploitations ou de la répartition du quota provincial. Nous ne jouons absolument aucun rôle à cet égard.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
I will pick this up, Mr. Chair. There are some other questions I have as well.
I will say, Mr. McIver, I don't appreciate one bit—because I am a past dairy farmer—that you are leaving the impression that dairy farmers are out there with a few head of cattle and the iconic life. Have you ever been on a dairy farm?
Oui, monsieur le président. J'ai aussi d'autres questions.
Monsieur McIver, j'ai déjà eu une exploitation laitière et je regrette que vous laissiez entendre que les producteurs laitiers s'occupent de quelques vaches et qu'ils mènent une vie bucolique. Avez-vous déjà visité une exploitation laitière?
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
In any event, in terms of both the C.D. Howe Institute and AIMS, where would you say the gouging of the public is higher--in the dairy industry, or in the oil industry?
In the dairy industry the most efficient producers are losing money all the time at the bottom end, and it's based of cost of production. Oil gets up to $100, and I think that's $80 over the cost of production in some countries.
How about in the potash industry? At the agriculture committee we learned that it is an administrative supply system, where they try to short the system on potash in order to make greater profits.
So why in these other areas...? Why is it always supply management? How come these other areas are never talked about in terms of gouging the public?
Quoi qu'il en soit, j'ai une question pour les représentants de l'Institut C.D. Howe et de l'AIMS. Quelle industrie exploite le plus les consommateurs, l'industrie laitière ou l'industrie pétrolière?
Dans l'industrie laitière, les producteurs les plus efficaces ne font jamais leurs frais, au bout du compte. C'est en raison du coût de production. Le prix du baril de pétrole est de 100 $; je pense que c'est 80 $ de plus que le coût de production, dans certains pays.
Qu'en est-il de l'industrie de la potasse? Au comité de l'agriculture, nous avons appris qu'elle est régie par un système administratif pour réduire l'offre et augmenter les profits.
Alors, pourquoi dans de tels secteurs...? Pourquoi est-il toujours question de la gestion de l'offre? Pourquoi ne parle-t-on jamais de l'exploitation des consommateurs dans les autres secteurs?
View Frank Valeriote Profile
Lib. (ON)
View Frank Valeriote Profile
2011-11-22 16:28
Thank you, gentlemen and ladies, for coming today and taking time from your busy schedules to be with us.
The issue of supply management has been on everyone's radar. Ron, you've raised it unequivocally. In the last couple of weeks we've seen a lot of editorials precipitated by people in the restaurant industry, which frankly I find troublesome. We've looked at competitiveness for years here in the one area where farmers aren't receiving their incomes from cheques in the mail from the government to their mailboxes: the supply-managed industry. You're right, Ron: other countries such as the United States highly subsidize their farmers, well beyond what Canadians have ever done.
I go to the farmers' market in Guelph at least twice a month, sometimes more when I can get there on Saturday mornings. People from all socio-economic backgrounds are there. They are not complaining about the price of cheese, eggs, or milk. A hell of a lot more restaurants are opening there right now than there are people getting into the farming industry. So we're behind you, and you need to know we're behind you. You can comment on that, any of you: Mark, Ron, or Phil.
One of the issues that has arisen is the difficulty that young farmers have in getting into the industry because of the price of quota, which seems to rise. I'm wondering if any of you have thought how that might be addressed so we can encourage young farmers to get into the industry in some fashion.
Merci, messieurs dames, d'être venus aujourd'hui et d'avoir pris le temps nécessaire de vous joindre à nous malgré vos emplois du temps chargés.
La gestion de l'offre est une question omniprésente. Ron, vous l'avez soulevée sans équivoque. Au cours des dernières semaines, on a pu lire un grand nombre d'éditoriaux inspirés de gens qui travaillent dans le secteur de la restauration, et que j'ai trouvés très troublants. Pendant des années, on s'est intéressé à la compétitivité dans le seul domaine où les agriculteurs ne reçoivent pas leurs revenus au moyen de chèques envoyés par la poste par le gouvernement: le secteur soumis à la gestion de l'offre. Vous avez raison, Ron: d'autres pays comme les États-Unis subventionnent énormément leurs agriculteurs, bien au-delà de ce que le Canada a toujours fait.
Je me rends au marché fermier de Guelph au moins deux fois par mois, et parfois plus souvent lorsque je suis en mesure d'y aller les samedis matin. On y trouve des gens issus de tous les milieux socioéconomiques. Personne ne se plaint du prix du fromage, des oeufs, ou du lait. À cet endroit, il y a bien plus de restaurants qui ouvrent leurs portes qu'il n'y a de gens qui se lancent en agriculture. C'est la raison pour laquelle nous vous appuyons et il est important que vous sachiez que nous sommes là pour vous aider. Avez-vous des observations à faire à ce sujet, Mark, Ron ou Phil?
L'un des points qui ont été soulevés est la difficulté qu'ont les jeunes agriculteurs à intégrer ce secteur en raison du prix des quotas, qui semblent augmenter. Je me demande si vous avez des observations à faire sur la manière dont on pourrait répondre à ce problème afin d'inciter les jeunes agriculteurs à se lancer dans ce secteur, d'une manière ou d'une autre.
Ron Maynard
View Ron Maynard Profile
Ron Maynard
2011-11-22 16:41
I think in my circumstances, in Prince Edward Island our electrical rates are such that the cost was from 12¢ to 14¢ a kilowatt. It costs me somewhere around 8¢ to 9¢ a kilowatt that I get producing the power from my windmill. It's that rate because there is a government assistance program funded by both the federal and the provincial governments to assist in the capital purchase of that windmill. That makes that cost-effective.
If I were in another province, in the province of Quebec, for example, where they have a much lower electrical rate, then.... It's economics in many cases. It's the technology that's around, it's functions, but once again it comes back to the economics in the province where the individual producer is.
Je pense que dans mon cas, à l'Île-du-Prince-Édouard, les tarifs d'électricité varient de 12 à 14 ¢ le kilowatt. Cela me coûte environ 8 ou 9 ¢ le kilowatt pour l'électricité générée par mon éolienne. Ce coût s'explique par le programme d'assistance gouvernementale financé par les gouvernements fédéral et provincial, pour aider à l'achat de l'éolienne. C'est donc rentable.
Si j'étais dans une autre province, au Québec, par exemple, où les tarifs d'électricité sont beaucoup plus bas, alors... C'est une question d'économie dans de nombreux cas. C'est la technologie disponible, ses fonctions, mais encore une fois, c'est une question d'économie dans la province où se trouve le producteur.
Ian Lee
View Ian Lee Profile
Ian Lee
2011-11-22 12:17
I'd like to thank you for the opportunity to appear before your very important committee.
Before starting, I want to provide a disclosure statement concerning my own personal interests. I think every witness should in fact make such a disclosure statement.
First, I do not consult for any organization—government, union, non-profit, or business—directly or indirectly, anywhere in the world.
Second, I do not have any investments of any kind, except for my personal house in Ottawa and my share of the Carleton University pension plan. You could say that I'm just a poor professor.
Third, unlike non-profit organizations, I receive no donations or gifts of any kind from any person or any body.
Fourth, due to the first three disclosures, I appear before this committee with no conflicts of interest whatsoever.
Fifth, because I will be speaking very critically about supply management, I must disclose that I did grow up on a farm in eastern Ontario, in Lanark Country, Beckwith Township, in the pre-supply-management days of the 1960s. I know what it was like to be on a farm in those days.
Sixth, I volunteered to be a speaker with Carleton University's speakers bureau in 1988 and again in 1991, I think it was, during the FTA and NAFTA debates, in support of the free trade agreements. On several occasions I found myself debating the Council of Canadians.
Seventh, I am a tenured professor. That means that I can say what I wish without threat of being fired by anybody. I teach strategic management and international business.
Eighth, I have taught on every continent on the planet Earth, with the key and only exception of Africa, and not because I don't want to teach there but because I was turned down on several occasions when I applied. I've taught in pretty well every country in central and eastern Europe and in almost all the former communist countries. I've taught eight times in Iran and the Middle East, and I've been teaching once per year in China since 1997.
Finally, because of my travels to countries that have practised protectionism, and because of my research and teaching of international business, which includes comparative advantage and the advantages of trade, I strongly support liberalizing, expanding, and extending free trade agreements with both the European Union and the Trans-Pacific Partnership, and indeed with any country anywhere that wants free trade or trade with us.
I will now address two serious and significant barriers to an EU-Canada or CETA trade deal and possibly to a future TPP deal. I'm going to deal mostly with supply management practices, but I will touch at the end on intellectual property rights.
As background material for what I'm going to say on supply management, I refer you to my op-ed piece, which was published in this morning's Toronto Star, called “The Milking of Canadians.” Actually, I submitted the op-ed to the paper on the weekend, and I proposed calling it “The Plucking and Milking of Canadians Under Supply Management”. However, they condensed the title.
I also refer you to my paper on which the op-ed was based. It was published yesterday by the MacDonald-Laurier Institute, a think tank in Ottawa. It was called “Straight Talk: End Supply Management to Give Better Value to Consumers, Secure New Trade Deals”.
I'll run through this now very quickly.
The key metrics concerning supply management are that 34 million Canadians are being plucked and milked by approximately 14,000 dairy farmers, 2,800 chicken farmers, 1,200 egg producers, and 500 turkey farmers under a system of government protectionism called supply management. Farmers under supply management represent $8.6 billion, or 19% of the total 2010 farm income of $44 billion. And total farm income is 1.7% of GDP. It is very small. It is a very important sector, but it's a very small sector. These are all Stats Canada data, and I'd be more than pleased to provide the citations for those who want them. Notwithstanding that, these farmers in supply management, specifically in dairy, are earning, on average, $100,000 a year net profit under supply management.
A 2008 OECD report found that the price of dairy in Canada is more than double the market price, while the Conference Board of Canada found that, on average, consumers are paying 60¢ more per litre of milk than are Americans, where they have no supply management
This is rank protectionism. This is the 1% exploiting the 99%, and none are more exploited than low-income Canadians, who pay much more of their budget on food than the rest of Canadians.
This protectionism also makes the quotas very valuable and makes it more costly for a farmer to enter farming. For example, it now costs north of $25,000 to buy quota for one cow and about $140 for the quota for one hen. Indeed, Stats Canada 2010 reports that the total value of the supply management quotas across Canada is $31 billion.
It's argued that supply management is necessary to save the family farm. Yet the number of farms has been declining steadily for a half century, according to Stats Canada, from 574,000 farms in 1956 to 229,000 farms in 2006. That is a 60% reduction.
Je tiens à vous remercier de m'avoir donné l'occasion de me faire entendre devant votre comité fort important.
Avant de commencer, j'aimerais divulguer certains faits au sujet de mes intérêts personnels. En fait, je crois que tout témoin devrait d'abord commencer par ce type de déclaration.
Premièrement, je ne travaille pas comme consultant pour aucune organisation, qu'elle soit gouvernementale, syndicale, sans but lucratif ou d'affaires, que ce soit directement ou indirectement, et ce, même à l'échelle internationale.
Deuxièmement, outre ma propre maison à Ottawa et ma participation au fonds de pension de l'Université Carleton, je n'ai aucun investissement. Oui, on peut dire que je suis un pauvre professeur.
Troisièmement, contrairement aux organisations sans but lucratif, je ne reçois pas de dons ni de cadeaux sous quelque forme que ce soit de quiconque.
Quatrièmement, compte tenu de la divulgation des trois points précédents, ma comparution devant le comité ne sous-tend aucun conflit d'intérêts que ce soit.
Cinquièmement, puisque je me montrerai très critique à l'égard de la gestion de l'offre, je dois vous dire que j'ai grandi sur une ferme dans l'Est de l'Ontario, à Lanark Country, dans le comté de Beckwith, à une époque précédant la gestion de l'offre, soit dans les années 1960. J'ai donc une expérience personnelle de la vie à la ferme à cette époque.
Sixièmement, je me suis porté volontaire pour être un conférencier au Bureau des conférences de l'Université Carleton en 1988 et en 1991, si ma mémoire est bonne. J'exprimais mon appui aux accords de libre-échange dans le cadre de débats sur l'Accord de libre-échange et l'ALENA. À plusieurs occasions, j'ai eu à croiser le fer avec le Conseil des Canadiens dans le cadre d'un débat.
Septièmement, j'ai un poste de professeur permanent. Cela signifie que je peux m'exprimer comme je l'entends sans être menacé de congédiement par quiconque. J'enseigne la gestion stratégique et les affaires internationales.
Huitièmement, j'ai enseigné sur tous les continents de la planète Terre, à l'exception de l'Afrique, non pas parce que je ne veux pas enseigner là-bas, mais parce qu'on a rejeté ma candidature à maintes reprises. J'ai enseigné dans presque tous les pays de l'Europe centrale et de l'Est et dans presque tous les anciens pays communistes. J'ai enseigné huit fois en Iran et dans le Moyen-Orient. J'enseigne également une fois par année en Chine depuis 1997.
Enfin, compte tenu du fait que je me suis rendu dans des pays où on s'adonne au protectionnisme et grâce à ma recherche et à mon expérience dans l'enseignement des affaires internationales, y compris l'avantage comparatif et les avantages du commerce, je suis un grand défenseur du libéralisme, de l'expansion ainsi que des accords de libre-échange tant avec l'Union européenne que dans le cadre d'un partenariat transpacifique, et en fait avec n'importe quel pays qui voudrait faire affaire avec nous ou signer ce type d'accord.
J'aimerais maintenant parler de deux obstacles graves à un accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne ou à un AECG ainsi qu'à une future entente dans le cadre d'un partenariat transpacifique. Je vais surtout insister sur les pratiques de gestion de l'offre, mais j'aimerais également aborder la question des droits de propriété intellectuelle avant de terminer.
À titre de document d'information rattaché au sujet de la gestion de l'offre que je m'apprête à aborder, je vous invite à consulter dans le Toronto Star de ce matin un article voisin de la page éditoriale que j'ai rédigée et qui s'intitule The Milking of Canadians. En fait, j'avais envoyé cet article au journal durant la fin de semaine et le titre d'origine faisait référence au fait que les Canadiens se font plumer et exploiter par le régime de la gestion de l'offre. L'éditeur a toutefois décidé d'abréger le titre pour ne parler que de l'exploitation.
Cet article se fondait sur un document que j'ai également rédigé et qui a été publié hier par le MacDonald-Laurier Institute, un centre d'études et de recherches situé à Ottawa. Le document s'intitule Straight Talk: End Supply Management to Give Better Value to Consumers, Secure New Trade Deals.
Je vais le passer en revue très rapidement.
Voici les données de base concernant la gestion de l'offre: 34 millions de Canadiens se font plumer et exploiter par environ 14 000 producteurs laitiers, 2 800 producteurs de volaille, 1 200 producteurs d'oeufs et 500 producteurs de dinde dans le cadre d'un système de protectionnisme gouvernemental appelé la gestion de l'offre. Dans ce régime, les agriculteurs représentent 8,6 milliards de dollars, soit 19 p. 100 des revenus agricoles de 2010 qui s'élevaient à 44 milliards de dollars. Le total des revenus agricoles correspond à 1,7 p. 100 du PIB. C'est très peu. Pourtant, c'est un secteur très important, mais sa taille est minime. Toutes ces données proviennent de Statistique Canada, et il me ferait grand plaisir de vous donner les références si vous les voulez. Néanmoins, ces agriculteurs visés par la gestion de l'offre, surtout dans le secteur laitier, gagnent en moyenne 100 000 $ par année en profit net grâce à ce régime.
D'après un rapport de 2008 de l'OCDE, le prix des produits laitiers au Canada a plus que doublé sur le marché, et le Conference Board du Canada a établi qu'en moyenne, les consommateurs canadiens paient leur lait 60 ¢ de plus le litre que les Américains. Il n'y a pas de gestion de l'offre aux États-Unis.
Voilà un bel exemple de protectionnisme à l'état pur. On constate un scénario où 1 p. 100 des gens exploitent 99 p. 100 de la population, car les plus grandes victimes sont les Canadiens à faible revenu qui doivent consacrer un plus grand pourcentage de leur budget à la nourriture que les autres citoyens.
Cette forme de protectionnisme fait également en sorte que les quotas ont une grande valeur et qu'il en coûte davantage pour devenir un agriculteur. Par exemple, il coûte maintenant plus de 25 000 $ pour acheter un quota correspondant à une vache et environ 140 $ pour le quota d'une poule. En fait, dans le rapport de 2010 de Statistique Canada on a établi que la valeur totale des quotas reliés à la gestion de l'offre à l'échelle du Canada s'élevait à 31 milliards de dollars.
Certains affirment que la gestion de l'offre est nécessaire pour sauver les fermes familiales. Pourtant, le nombre d'exploitations agricoles a été en déclin constant depuis un demi-siècle, d'après Statistique Canada, passant de 574 000 fermes en 1956 à 229 000 en 2006, soit une baisse de 60 p. 100.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
I know for a fact that there are people losing money in dairy at the current prices level. How do you overcome—because our major competitor, the European Union.... CETA is one thing, in terms of cheeses, etc., coming in here. But the concern would be with the United States, to a great extent.
Do you see the fact—and I've been in some of these operations—that 8,000 or 12,000 cows are milked with cheap Mexican labour, poor little immigrants who are scared they'll be shipped out of the country, getting paid next to nothing a day? And every three or four years we have a cull cow program in the United States that is to assist the industry in the States, because it's a poorly run system.
Do you expect us to compete against that in the dairy industry?
Je sais pertinemment bien qu'il y a des personnes qui perdent de l'argent dans l'industrie laitière au prix du marché actuel. Comment fait-on pour compenser — parce que notre principal compétiteur, l'Union européenne... l'AECG c'est une chose en ce qui a trait au fromage entre autres qui pourrait être importé. Mais les préoccupations concerneraient essentiellement et dans une grande mesure les États-Unis.
Connaissez-vous les faits — et j'ai déjà visité certaines de ces installations — où 8 000 ou 12 000 vaches sont traites grâce à une main-d'oeuvre mexicaine bon marché, c'est-à-dire par de pauvres petits immigrants qui ont peur d'être renvoyés dans leur pays et qui ne reçoivent presque rien pour leur travail quotidien? Et tous les deux ou trois ans, il y a un programme de vache de réforme qui est établi aux États-Unis pour aider cette industrie, parce que le système est mal géré.
Vous attendez-vous à ce que l'industrie laitière au Canada fasse face à ce genre de concurrence?
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 15:32
Thank you.
My name is Pierre Lampron. I'm a dairy farmer from the Mauricie region. I live in Saint-Boniface-de-Shawinigan, in the heart of Quebec. I have an organic dairy farm. I'm a member of the board of directors of the Fédération des producteurs de lait du Québec and of the board of directors of the Dairy Farmers of Canada, or DFC. I deal with research files.
Mr. Chair, members of the committee, DFC is pleased to have the opportunity to provide our comments concerning the committee's study of Growing Forward 2 with a focus on the science and innovation pillar.
DFC is the national lobby, policy and promotion organization representing Canadas 13,000 dairy farms. Our mandate is to create stable conditions for the Canadian dairy industry, today and in the future. Dairy producers fund its operations, including promotional activities as well as research activities in human nutrition and health and in dairy production.
We have long recognized that science and innovation are essential to improving our farm businesses and their profitability. DFC has been investing in research in the field of human nutrition and health as well as dairy production since the 90s. Dairy farmers finance numerous projects at the national level in partnership with Agriculture and Agri-Food Canada and the Natural Sciences and Engineering Research Council.
We also provide funding for research chairs and networks in many Canadian universities. Our total yearly investment in research for the study of human nutrition and health and dairy production is $1.7 million. Of this, $750,000 is directed toward dairy producers' priorities to improve efficiency, on-farm sustainability, animal health and welfare, and dairy genetics.
Our partnerships supported hundreds of scientists, professors and students working in 22 dairy research centres and academic institutions across Canada. The contribution of research has led to tangible results year after year. Fewer cows are needed today to produce enough milk for Canadians. Since the introduction of supply management in 1971, the average herd size has increased from about 20 to 76 cows over the same period, shipments per farm have increased by about 600%. The average annual production of milk per cow has almost doubled and now exceeds 10,000 kg.
Science and innovation are important drivers for the industry's profitability. During the past year, we were pleased to be a partner under the agri-science clusters initiative. The dairy research cluster will receive close to $7.5 million, with a $1.5 million contribution from the Canadian Dairy Commission and $161,000 from the Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada. These investments support Dairy Farmers of Canada's 25% contribution of $3 million.
The dairy research cluster has 46 research projects in human health and nutrition, sustainable development, and animal health and welfare involving more than 100 scientific experts and students from Canadian universities and research centres. This program will end on March 31, 2013.
Besides addressing industry priorities, one of the major benefits of the cluster program has been the cost-sharing arrangement with a ratio of 25% in funding from the industry and a 75% contribution by government. Consequently this formula allowed us to expand our research investments considerably to address our priorities in the interest of Canadians. It also provided an opportunity to take a more coordinated, integrated and strategic approach to address these priority issues.
However, the new cluster program and requirements have created some challenges in administration, timing and fund allocating methods. This resulted in the implementation of a five-year plan in less than three years. DFC understands that the government process for administering public funds is complex. But administrative considerations should not become an impediment to the efficient execution of projects.
Funding and support for technology transfer and communications is vital in science and innovation programs. One of the most recent achievements was the creation of the Canadian dairy research portal, a website that contains information on all dairy researchers, associated institutions, and dairy production research projects funded since 1996.
DFC intends to maintain its leadership role in supporting dairy research. In November 2011, DFC is organizing a workshop with participation from producers, scientists, governments and other industry partners, to evaluate dairy production research projects under the current cluster and identify research priorities for 2013 to 2018.
DFC hopes that science and innovation programming like the cluster will be renewed for 2013 to 2018. Continuity and long-term planning in research are essential because students and researchers need an ongoing source of funding otherwise it may be a deterrent and drain Canadian specialists who will do research in areas other than agriculture.
Over and above the five-year program, DFC believes that Agriculture and Agri-Food Canada should also commit to core funding for agricultural research on a longer-term basis. The industry needs to assess results continuously and have the flexibility to either continue in a direction based on the findings or have the option to redirect the project.
A future research program should contain a more efficient and streamlined administration and auditing process to reduce the administrative burden. Programs aimed at partnering with industry need to be more flexible, particularly as they relate to the research and science cycles. The identification and hiring of highly qualified personnel and graduate students, for example, takes time. There are many factors outside of a researcher's control in dairy production, like the planting cycle and animal reproduction, that can cause delays in the project. The level of flexibility in the program should reflect the expertise of the fund recipient in managing research and programs.
DFC believes government and industry have a role in promoting and creating awareness of the progress made in research to maintain support for research as a public good. For its part, DFC has important investments in food safety at the farm level and the promotion of best management practices at the farm level to ensure that milk leaving the farm is safe. A few examples of our commitments include the Canadian quality milk program and the recent announcement of the Dairy Farm Sustainability Award, which honours those dairy farmers from Canada's four regions who make the most effort to apply sustainable development in the farm as a whole. We will announce these results.
We are proud of what we accomplished in partnership with industry and government. We wish to continue this close collaboration in the future to keep investing in research programs to continue to improve the efficiency of our farms and ensure Canadians receive a constant source of safe and high-quality dairy products.
With these remarks, Mr. Chair, I conclude my presentation and I would be happy to answer any questions.
Thank you.
Merci.
Je me nomme Pierre Lampron. Je suis un producteur laitier de la Mauricie. J'habite la municipalité de Saint-Boniface-de-Shawinigan, au milieu du Québec. Je possède une ferme laitière biologique. Je suis membre du conseil d'administration de la Fédération des producteurs de lait du Québec et du conseil d'administration des Producteurs laitiers du Canada, soit les PLC. Je m'occupe des dossiers de la recherche.
Monsieur le président, membres du comité, les PLC sont heureux d'avoir l'occasion de contribuer à l'étude du comité sur le cadre Cultivons l'avenir 2, axé sur les piliers de la science et de l'innovation.
Les PLC constituent l'organisme national d'élaboration de politiques, de lobby et de promotion qui représente les quelque 13 000 fermes laitières du Canada. Son mandat est de réunir des conditions stables favorisant l'industrie laitière canadienne d'aujourd'hui et de demain. Les producteurs laitiers financent le fonctionnement de l'organisme ainsi que ses activités de promotion et de recherche en nutrition, en santé humaine et en production laitière.
Nous reconnaissons depuis longtemps que la science et l'innovation sont essentielles à l'amélioration de nos entreprises agricoles et de leur rentabilité. Les PLC investissent dans la recherche en nutrition, en santé humaine ainsi qu'en production laitière depuis les années 1990. Les Producteurs laitiers du Canada financent de nombreux projets sur le plan national en partenariat avec Agriculture et Agroalimentaire Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.
Nous accordons également un financement à des chaires et à des réseaux de recherche dans des universités canadiennes. Notre investissement annuel total en recherche dans le domaine de la nutrition, de la santé humaine ainsi qu'en production laitière s'élève à 1,7 million de dollars. De cette somme, 750 000 $ sont consacrés aux priorités en production laitière, comme l'amélioration de l'efficacité, le développement durable des fermes, la santé et le bien-être des animaux et l'amélioration génétique des bovins laitiers.
Nos partenariats ont appuyé des centaines de chercheurs, de professionnels et d'étudiants qui travaillent dans les 22 centres de recherche et établissements d'enseignement du Canada. La contribution de la recherche a mené à des résultats concrets année après année. Nous avons maintenant besoin d'un moins grand nombre de fermes et d'un moins grand nombre de vaches pour produire suffisamment de lait pour la population canadienne. Depuis l'instauration de la gestion de l'offre en 1971, la taille du troupeau moyen est passé de 20 vaches à 76 vaches aujourd'hui. Durant cette même période, la livraison de lait par ferme a augmenté de 600 p. 100 alors que la production annuelle de lait par vache a pratiquement doublé pour atteindre 10 000 kilos aujourd'hui.
La science et l'innovation sont des facteurs importants pour la rentabilité de l'industrie. Depuis plus d'un an, nous sommes heureux de compter parmi les fiers partenaires de l'Initiative des grappes agro-scientifiques canadiennes. La Grappe de recherche laitière recevra près de 7,5 millions de dollars, avec une contribution de 1,5 million de dollars de la Commission canadienne du lait ainsi que 161 000 $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Ces investissements viennent appuyer la contribution de 25 p. 100 des Producteurs laitiers du Canada qui s'élève à 3 millions de dollars.
La Grappe de recherche laitière chapeaute 46 projets de recherche portant sur la santé humaine, le développement durable et la santé et le bien-être des animaux. Plus d'une centaine d'experts, de scientifiques et d'étudiants d'université et de centres de recherches du Canada sont impliqués. Ce programme prend fin le 31 mars 2013.
En plus d'aborder des éléments prioritaires de l'industrie, le programme compte parmi ses principaux avantages le partage des coûts, en fixant le financement venant de l'industrie à 25 p. 100 et la contribution du gouvernement à 75 p. 100. Cette formule nous a donné l'occasion d'étendre considérablement nos investissements afin de nous attaquer aux priorités, dans l'intérêt des Canadiens. On a également adopté une approche stratégique mieux coordonnée et intégrée en vue de s'attaquer à ces priorités.
Toutefois, le nouveau programme, qui possède des exigences connexes, demande beaucoup d'ajustements sur le plan de l'administration, de la programmation et des méthodes d'allocation des fonds. Au bout du compte, nous mettons à exécution un plan de cinq ans en moins de trois ans. Les PLC conviennent volontiers que le processus gouvernemental d'administration des fonds publics est complexe en soi, mais les exigences administratives actuelles ne devraient pas constituer un frein à l'exécution efficace des projets de recherche.
Le financement et le soutien du transfert de technologie et des communications sont indispensables aux programmes scientifiques et à l'innovation. Une de nos récentes réalisations, la création du Portail canadien de la recherche laitière, est un site Web proposant de l'information sur tous les chercheurs du domaine laitier, tous les établissements de recherche et tous les projets de recherche réalisés depuis 1996.
Les PLC ont l'intention de conserver un rôle de leadership dans la recherche laitière. En novembre 2011, les PLC organisent un atelier avec l'industrie pour évaluer tous les projets de recherche en cours dans le cadre de la Grappe de recherche laitière ainsi que les projets pour la période de 2013 à 2018.
Les PLC espèrent que la programmation en science et en innovation, à l'image de l'initiative des grappes, sera renouvelée pour la période de 2013 à 2018. En recherche, la continuité et la planification à long terme sont des facteurs indispensables. Les étudiants et les chercheurs ont besoin d'une source ininterrompue de financement, sans quoi on risque d'assister à l'exode des spécialistes canadiens qui feront alors de la recherche dans des domaines autres que l'agriculture.
Les PLC estiment qu'en plus de s'engager à l'égard du programme de cinq ans, le gouvernement devrait le faire à l'égard d'un financement de base pour la recherche agricole à plus long terme. L'industrie a besoin de réévaluer constamment les résultats obtenus et doit disposer de la souplesse voulue pour continuer dans une direction donnée, en fonction des résultats, ou avoir la possibilité de changer de direction si les circonstances l'exigent.
Le futur programme de recherche devrait bénéficier d'un processus d'administration et de vérification plus simple et plus efficace. Les programmes visant l'établissement de partenariats avec l'industrie devraient être plus souples, surtout lorsqu'ils touchent des cycles de recherche et des travaux scientifiques. Le recrutement et l'embauche de personnel hautement qualifié, souvent composé d'étudiants diplômés, prend du temps. Cela s'ajoute aux réalités incontournables de la recherche en production laitière. Il faut tenir compte des cycles de culture et des cycles de reproduction animale. Le programme devrait tenir compte de l'expertise démontrée par le bénéficiaire des fonds dans le cadre de la gestion des programmes et des projets de recherche.
Les PLC sont d'avis que le gouvernement et l'industrie ont un rôle à jouer dans la promotion et la sensibilisation à l'égard des progrès en recherche en vue de maintenir l'appui à la recherche à titre de bien d'intérêt public. Pour leur part, les PLC consentent d'importants investissements quant à la salubrité des aliments et la promotion de bonnes pratiques de gestion à la ferme afin de garantir l'innocuité du lait à sa sortie de la ferme. Par exemple, nous sommes en train de mettre sur pied dans toutes les fermes le programme Lait canadien de qualité. L'objectif de ce programme est de maintenir de façon constante la salubrité des produits sortant de la ferme. Il y a aussi eu récemment l'annonce de notre nouveau Prix de développement durable en production laitière. Celui-ci vise à honorer, parmi les producteurs laitiers des quatre régions du Canada, ceux qui font le plus d'efforts pour appliquer le développement durable dans l'ensemble de la ferme. Nous allons publiciser ces résultats.
Nous sommes fiers de nos réalisations en collaboration avec l'industrie et le gouvernement. Nous voulons continuer cette collaboration et investir en recherche pour améliorer l'efficacité de nos fermes laitières et nous assurer que le consommateur canadien reçoit des produits laitiers salubres et de grande qualité.
Ainsi se termine ma présentation, monsieur le président. Je serai heureux de répondre aux questions.
Merci.
View Pierre Lemieux Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
My first question is for Mr. Pierre Lampron.
With the dairy farmers, you said that about 46 projects have been approved as part of the Dairy Research Cluster. Could you tell the committee what these projects are in general? Could you describe the categories that these 46 projects fall under?
Merci, monsieur le président.
Ma première question s'adresse à M. Pierre Lampron.
En ce qui concerne les producteurs laitiers, vous avez dit qu'environ 46 projets avaient été approuvés dans le cadre de la Grappe de recherche laitière. Pouvez-vous dire au comité sur quoi portent les projets en général? Pouvez-vous décrire les catégories dans lesquelles s'insèrent ces 46 projets?
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 16:03
I listed them a little earlier, but I'll give them to you again.
Some of the projects touch on human nutrition. All the research done by the dairy producers to promote nutrition is used to fund part of the dairy research cluster research on that topic. Some other projects look at the life cycle of milk, so from the start to when it leaves the farm, which helps provide information about the environmental indicators of the life cycle. Other projects deal with animal health and welfare.
J'en ai fait l'énumération un peu plus tôt, mais je peux la refaire.
Une partie des projets touchent la nutrition humaine. Toute la recherche faite par les producteurs laitiers pour la promotion de la nutrition sert à financer une partie de la recherche de la Grappe de recherche laitière sur ce thème. Certains autres projets portent sur le cycle de vie du lait, soit du début à la sortie de la ferme. Ça permet de connaître les indices environnementaux du cycle de vie. D'autres projets traitent de bien-être animal et de salubrité.
View Pierre Lemieux Profile
CPC (ON)
Our committee is holding discussions on funding. It's important to conduct research and innovate to help farmers in the future. But we need to make sure that the results of that research are properly applied in the farming sector by the farmers themselves. We have also discussed research, implementing the results and funding to implement those results.
Do the Dairy Farmers of Canada have the mechanisms to ensure that the good ideas are implemented by the dairy producers?
Notre comité mène des discussions au sujet des fonds. C'est important de mener de la recherche et d'innover afin d'aider les agriculteurs dans l'avenir. Il faut toutefois s'assurer que les résultats de cette recherche sont bien appliqués dans le secteur agricole par les agriculteurs eux-mêmes. Nous avons aussi discuté de la recherche, de la mise en oeuvre des résultats et des fonds pour assurer cette mise en oeuvre.
Les Producteurs laitiers du Canada ont-ils des mécanismes pour veiller à ce que les bonnes idées soient mises en oeuvre par les producteurs laitiers?
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 16:05
Since we are part of the project selection process, this concern is already in our minds from the beginning, when we are choosing the projects. Certainly the financial aspect is always considered. If, in terms of environmental or animal welfare, it costs the farmer less, it will be easier to implement.
This concern is present when we are designing the program. We want the farms to put these good ideas into practice. If the idea is profitable for the farmer, there is a better chance that it will be implemented.
Étant donné que nous faisons partie du processus de choix des projets, cette préoccupation est déjà présente dès le début, lorsque nous choisissons les projets. C'est sûr que l'aspect financier est toujours considéré. Si, du point de vue du bien-être animal ou environnemental, ça coûte moins cher au producteur, ce sera plus facile à mettre en place.
Cette préoccupation est présente lorsque nous concevons le programme. On veut que les bonnes idées soient mises en pratique par les fermes. Si l'idée est rentable pour le producteur, il y a de meilleures chances qu'elle soit mise en pratique.
View Francine Raynault Profile
NDP (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My question is for Mr. Lampron.
Aside from dairy production, what areas do you intend to do research in over the next few years?
Merci, monsieur le président.
Ma question s'adresse à M. Lampron.
Dans quels domaines, mis à part la production laitière, comptez-vous faire des recherches au cours des prochaines années?
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 16:19
Since we represent all dairy farmers, all the research is related to the dairy industry. But we need to do research into animal welfare to meet the consumer's need. We also need to document the facts in this regard. We are hearing a lot of different things, but it's important to know what the cow really needs. These results will be easy to implement because it has been proven that if the animal's welfare is respected, production usually increases. This is a point that will need to be addressed in the coming years.
We will also continue to do research into the nutrients and benefits of dairy products, including vitamin B12 and other ingredients to find out what impact they may have on human health.
Comme nous représentons tous les producteurs laitiers, toutes les recherches sont liées au domaine laitier. Néanmoins, nous devons faire des recherches relatives au bien-être des animaux dans le but de répondre à un besoin du consommateur. Nous devons également documenter les faits à ce sujet. Nous entendons plein de choses différentes, mais il faut savoir ce dont la vache a vraiment besoin. Ces résultats seront faciles à mettre en oeuvre, car il est prouvé que si le bien-être de l'animal est respecté, normalement la productivité est améliorée. C'est un point qu'il faudra aborder dans les années à venir.
Également, nous continuerons la recherche sur les nutriments et les bienfaits des produits laitiers, entre autres la vitamine B12 et les autres ingrédients, pour savoir quelle influence ils peuvent avoir sur la santé humaine.
View Francine Raynault Profile
NDP (QC)
Earlier you talked about the welfare of animals. I live in the Lanaudière region, more specifically in Joliette, and I am seeing more and more animals out on pastures. This is something that we didn't see a few years ago. When I go to the countryside, I see that dairy farmers are leaving their animals outside in the fields. Does that have to do with the concept of animal welfare?
Vous avez évoqué un peu plus tôt la question du bien-être de l'animal. Je demeure dans la région de Lanaudière, plus précisément à Joliette, et je vois de plus en plus d'animaux à l'extérieur dans les pâturages, ce qu'on ne voyait pas il y a quelques années. Quand je passe dans les rangs, je constate que les producteurs laitiers laissent leurs animaux à l'extérieur dans les champs. Cela fait-il partie de la notion de bien-être de l'animal?
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 16:21
Research shows that animals need fresh air, water and light. Those are all major factors. That is why farmers follow those proven practices. It might be more complicated, but there are ways to make sure that it does not get more complicated. Research is good because it validates methods that have been tested and that work. That means that we don't need to proceed by trial and error.
C'est à la suite des recherches qui ont été effectuées selon lesquelles l'animal a besoin d'air, d'eau et de luminosité, tous des facteurs très importants. C'est pour cette raison que les producteurs adoptent ces pratiques éprouvées. C'est peut-être plus compliqué, mais il y a des manières de faire pour que ce ne soit pas plus compliqué. C'est bien qu'il y ait de la recherche, car elle fixe dans le temps les méthodes qui ont été éprouvées et qui fonctionnent. Cela nous évite de travailler par essais et erreurs.
Pierre Lampron
View Pierre Lampron Profile
Pierre Lampron
2011-11-01 17:07
What we would like in five years is to see more progress in what we have already started, meaning animal welfare and food safety. On the health side, we should show all the benefits of using dairy products and do studies that support the claim that milk is good, by giving such and such a reason.
Thank you.
En ce qui a trait à ce qu'on aimerait dans cinq ans, on voudrait être plus avancé dans ce qu'on a déjà entrepris, c'est-à-dire le bien-être animal et la salubrité des aliments. Il faudrait que, du côté de la santé, on fasse ressortir tous les bienfaits des produits laitiers et qu'on soit capable de réaliser des études qui appuient la prétention que le lait est bon, et ce, pour telle ou telle raison.
Merci.
Results: 1 - 60 of 60

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data