Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 60
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Thank you, Chair.
Thank you for your statement, Minister. We greatly appreciate your presence here today.
I also want to thank you for having voted in favour of my motion M-496.
I would like to know when you are going to share the details with dairy producers everywhere in Canada, so as to reassure them and let them know we are not going to let them down. During the last recess week, with Minister Bernier and member of Parliament Mr. Gourde, I had the opportunity to take part in a round table regarding compensation for Quebec dairy and cheese producers. I would like to know when you might be ready to show us the details of a compensation plan for the dairy sector.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie, monsieur le ministre, de votre présentation. Votre présence aujourd'hui est fort appréciée.
Je veux aussi vous remercier d'avoir voté en faveur de ma motion M-496.
J'aimerais faire un suivi et savoir quand vous allez montrer les détails aux producteurs laitiers partout au Canada afin de les assurer qu'on ne les laissera pas tomber. Au cours de la dernière semaine de relâche, j'ai eu l'occasion de participer à une table ronde avec le ministre Bernier et le député Gourde au sujet des compensations pour les producteurs laitiers et fromagers du Québec. J'aimerais savoir quand vous serez prêt à nous montrer les détails d'un plan de compensation pour l'industrie laitière.
View Gerry Ritz Profile
CPC (SK)
While I understand your question and your concern, Ms. Brosseau, I'm a little puzzled by the timeliness. Certainly producers and processors know for certain that this government will be there to backstop them should there be any negativity around the CETA agreement that we have now signed off on.
We have an almost seven-year transition period in that timeframe to work out the details to make sure that processors and producers are well equipped to handle any potential negativity that may come their way. At the same time, they have unlimited access into the European market, and I know from the events that happened around the SIAL food show in Paris just a couple of weeks ago, the industry was well represented with some great cheeses produced in Quebec and other points in Canada. They received awards. They continue to make great inroads into that marketplace.
It's a bit of a balancing act. It's one of those situations in which there is no negativity at this point. There is nothing for us to offer up cash for at this point, but certainly we're working with the industry overall. I work with Dairy Farmers of Canada as well as with the processors to ascertain the best way forward to keep the industry strong.
Je comprends votre question et vos préoccupations, madame Brosseau, mais je suis un peu surpris que vous posiez cette question maintenant. Il est certain que les producteurs et les transformateurs sont convaincus que notre gouvernement sera là pour les aider advenant que l'accord économique et commercial global que nous venons de signer aurait des retombées négatives.
Nous disposons d'une période de transition de près de sept ans et nous en profiterons pour peaufiner les derniers détails de façon à nous assurer que les transformateurs et les producteurs sont bien outillés et peuvent faire face à toute répercussion négative potentielle susceptible de les affecter. En même temps, ils ont un accès illimité au marché européen, et comme me l'ont montré les événements qui se déroulés autour du Salon international de l'alimentation, qui a eu lieu à Paris il y a quelques semaines seulement, l'industrie était bien représentée; il y avait quelques excellents fromages produits au Québec et dans d'autres régions du Canada. Ils ont été récompensés. Ils continuent à faire de belles percées dans ce marché.
C'est en quelque sorte un jeu d'équilibre. Il s'agit d'une de ces situations où il n'y a pas, pour le moment, d'aspect négatif. Il n'y a rien qui indique que nous devons maintenant verser de l'argent, mais il est certain que nous travaillons avec l'ensemble du secteur. Je travaille avec les représentants des Producteurs laitiers du Canada ainsi qu'avec les transformateurs pour déterminer les mesures qu'il faudra prendre pour nous assurer que le secteur reste fort.
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:48
Thank you very much for the invitation, Mr. Chair and honourable members.
I'm going to talk on behalf of these guys or gals who are busy producing food, and on behalf of the staff at Dairy Farmers of Canada. Our president, Mr. Wally Smith, sends you his regrets for not being able to attend and comment on the bill dealing with important issues affecting the income of agricultural producers and affecting the entire agrifood industry.
Dairy Farmers of Canada's position on Bill C-18 is well reflected through comments made by Mr. Ron Bonnett, president of the Canadian Federation of Agriculture, soon after the bill was presented to Parliament. Referring to plant breeders' rights, Mr. Bonnett indicated that the legislation strikes a good balance between plant breeders' investment in the development of new varieties and the farmers' ability to save, store, and condition seed for their own use.
Dairy farmers depend on continuous improvement in forage and grain varieties to increase their productivity. One important element of Bill C-18 for dairy producers is the Feeds Act. Bill C-18 would result in a major renewal of feed regulations. Dairy Farmers of Canada, along with the animal nutrition industry and other animal and fish commodity producers, is involved in a thorough consultation, which will likely result in a set of regulations accommodating a modern animal and feed industry while protecting food safety and the health of consumers. Dairy Farmers of Canada acknowledges the Canadian Food Inspection Agency for its foresight and leadership in the modernization of the feed regulations.
Regarding animal health regulations, the proposed changes are addressing existing gaps in the current regulations. Dairy farmers are looking for a positive outcome. The changes require careful monitoring and analysis to ensure that they do not negatively affect other aspects of animal health regulations.
The concept of incorporation by reference introduced in Bill C-18 is an element of particular interest to dairy farmers. The rationale is excellent as long as the affected parties are adequately consulted and their observations are taken into consideration. It is clear that incorporation by reference will lead to a reduction in the period of time required for modifying relevant regulations. However, this new approach needs to be monitored very carefully by all parties involved.
Another concept introduced by Bill C-18 is the notion of preventive control plans. Over the last few decades, agricultural producers and the food industry with government support have developed food safety programs grounded in a series of principles based on hazard analysis and critical control points generally called HACCP. The Canadian food industry system rests on this basis. The concept of preventive control plans deals with sensitivities new to producers and requires careful discussions. Producers are concerned that they will be required to implement preventive control plans and they need clarifications. For example, the on-farm food safety program for dairies is named Canadian Quality Milk. It is evolving as a component of an integrated program involving milk quality, food safety, animal welfare, animal health including biosecurity, along with different aspects of sustainability, including the three pillars of sustainability, namely economic, societal, and environmental.
Producers are concerned that changing the basis of the on-farm food safety program may affect our national program named proAction. There are equivalent programs for all other commodities.
In conclusion, the process and criteria need to be clearly communicated. Producers need to see written evidence demonstrating that our on-farm food safety programs will be sufficient to meet the requirement of the preventive control plans, and producers are asking for producer-specific information from CFIA on the issues raised above.
Thank you for your attention.
Je vous remercie beaucoup pour votre invitation, monsieur le président et chers membres du comité.
Je vais m'exprimer au nom des producteurs agricoles et du personnel des Producteurs laitiers du Canada. Le président, M. Wally Smith, regrette de ne pas pouvoir être ici pour présenter ses observations sur le projet de loi, qui porte sur des aspects importants qui touchent le revenu des producteurs agricoles et qui concernent l'ensemble de l'industrie agroalimentaire.
La position des Producteurs laitiers du Canada sur le projet de loi C-18 est bien représentée par les remarques que M. Ron Bonnett, président de la Fédération canadienne de l'agriculture, a formulées peu après le dépôt du projet de loi devant le Parlement. S'exprimant sur les droits des sélectionneurs, M. Bonnett avait déclaré que la mesure législative créait un bon équilibre entre les investissements des sélectionneurs dans la mise au point de nouvelles variétés et le droit des agriculteurs de conserver, de stocker et de conditionner les semences pour leur usage personnel.
Les producteurs laitiers comptent sur l'amélioration continue des variétés de fourrage et de céréales pour accroître leur productivité. La modification de la loi relative aux aliments du bétail est un des éléments importants du projet de loi C-18 aux yeux des producteurs de lait. Le projet de loi C-18 va en effet entraîner un important remaniement de la réglementation régissant les aliments du bétail. Les Producteurs laitiers du Canada, à l'instar de l'industrie de la nutrition animale et d'autres productions animales et piscicoles, participent à des consultations exhaustives qui vont sans doute aboutir à un ensemble de règles adaptées à une industrie moderne de production et d'alimentation des animaux tout en protégeant la salubrité des aliments et la santé des consommateurs. Les Producteurs laitiers du Canada tiennent à souligner la prévoyance et le leadership dont l'Agence canadienne d'inspection des aliments a fait preuve à l'égard de la modernisation de la réglementation sur les aliments du bétail.
En ce qui concerne les règles sur la santé animale, les modifications proposées viennent combler des lacunes de la réglementation existante. Les producteurs de lait souhaitent une issue positive. Les modifications nécessitent une analyse et un examen minutieux afin de veiller à ce qu'elles n'aient pas d'effets négatifs sur d'autres facettes de la réglementation sur la santé animale.
Le concept d'incorporation par renvoi prévu dans le projet de loi C-18 est un élément d'intérêt particulier pour les producteurs de lait. Le raisonnement est excellent dans la mesure où les parties touchées sont consultées adéquatement et que leurs observations sont prises en compte. Il est clair que l'incorporation par renvoi va mener à une réduction de la période de temps voulue pour modifier la réglementation pertinente. Toutefois, cette nouvelle approche doit être surveillée très attentivement par toutes les parties concernées.
Le projet de loi C-18 prévoit aussi la notion de plans de contrôle préventif. Au cours des dernières décennies, les producteurs agricoles et l'industrie de l'alimentation ont élaboré, avec l'appui du gouvernement, des programmes de salubrité des aliments reposant sur un ensemble de principes d'analyse des risques et de maîtrise des points critiques mieux connus sous l'abréviation anglaise HACCP. C'est en quelque sorte la pierre angulaire du système canadien de salubrité des aliments. Le concept de plans de contrôle préventif aborde des points délicats qui sont nouveaux pour les producteurs et qui nécessitent des discussions éclairées. Les producteurs sont préoccupés à l'idée de devoir mettre en place des plans de contrôle préventif et ils ont besoin d'éclaircissements. À l'heure actuelle, les fermes laitières appliquent un programme de salubrité des aliments à la ferme qui s'appelle Lait canadien de qualité. Ce programme est en voie d'être intégré à un programme national englobant la qualité du lait, la salubrité des aliments, le bien-être des animaux, la santé animale incluant la biosécurité de même que les différents aspects de la durabilité, y compris les trois piliers que sont les ressources économiques, sociétales et environnementales.
Les producteurs sont préoccupés par l'idée qu'un changement du fondement de la salubrité des aliments à la ferme pourrait toucher un programme national appelé proAction. Il existe des programmes équivalents pour tous les autres produits.
En terminant, il convient de communiquer clairement le processus et les critères sous-jacents. Les producteurs souhaitent obtenir une preuve écrite que nos programmes de salubrité des aliments à la ferme vont suffire à satisfaire aux exigences des plans de contrôle préventif. Les producteurs souhaitent avoir davantage d'informations détaillées s'adressant directement aux producteurs au sujet des consultations de l'ACIA sur les enjeux qui viennent d'être mentionnés.
Je vous remercie de votre attention.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
From what we understand, an amendment will be coming to clarify stocking and saving seeds, which is something we've heard a lot about from witnesses and we are definitely looking at in terms of amendments.
I think it's also important to make sure that farmers' interests are consulted when a bill is being implemented, especially when looking at regulatory changes.
Mr. Bouchard, thank you for your presentation.
I represent a riding in Quebec that is home to a number of dairy farmers and therefore fine-cheese makers.
Why is it important to carry out consultations when food safety is at issue? Could you elaborate a bit on the concerns producers have?
D'après ce que nous savons, un amendement sera présenté en vue de clarifier les dispositions concernant le stockage et la conservation des semences. C'est ce qu'ont réclamé un grand nombre des témoins, et nous sommes ravis qu'un tel amendement soit proposé.
Je crois qu'il est également important que les agriculteurs soient consultés lorsqu'un projet de loi est présenté, surtout lorsqu'il contient des modifications réglementaires.
Monsieur Bouchard, je vous remercie de votre présentation.
Je représente une circonscription située au Québec où il y a plusieurs producteurs laitiers et où il y a donc des producteurs de fromages fins.
Pourquoi est-il important de mener des consultations quand il est question de salubrité des aliments? Pouvez-vous parler un peu plus des préoccupations des producteurs?
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:56
Thank you for the question.
When proper consultation is carried out, producers can see that they are being heard as the process moves along. This consultation leads to decisions that are, to a certain extent, recognized in Bill C-18. When producers become concerned is when they cannot see what is coming their way.
We are still in a comfortable situation and we hope it will stay that way.
Je vous remercie de la question.
Quand les consultations sont menées de façon adéquate, les producteurs peuvent voir que les choses progressent et qu'ils sont entendus. Ces consultations aboutissent à des décisions qu'on reconnaît jusqu'à un certain point dans le projet de loi C-18. C'est lorsque les producteurs ne peuvent pas voir ce qui s'en vient que cela devient préoccupant pour eux.
Nous sommes encore dans une situation confortable et nous espérons qu'elle le restera.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Dairy Farmers of Canada represents organic farmers as well. In Canada, do those farmers have worries and concerns?
L'association Producteurs laitiers du Canada représente aussi des producteurs biologiques. Au Canada, ces producteurs ont-ils des craintes et des préoccupations ici, au Canada?
Réjean Bouchard
View Réjean Bouchard Profile
Réjean Bouchard
2014-10-30 12:57
That is also a good question.
Organic farmers have learned to coexist with non-organic farmers. Some of our members have large organic farming operations in British Columbia. There are also some in Quebec, Ontario and other provinces. They don't have any major concerns, but adjustments still need to be made.
Our concerns regarding Bill C-18 mainly pertain to the clarifying of certain elements. Are the programs we've developed over the past 15 years at risk? New concepts have been introduced, and we'd like some clarity around them.
C'est également une bonne question.
Les producteurs biologiques ont quand même appris à coexister avec les producteurs non biologiques. Certains de nos membres sont de gros producteurs biologiques en Colombie-Britannique. Il y en a également plusieurs au Québec, en Ontario et dans d'autres provinces. Il n'y a pas de préoccupations majeures, mais des adaptations sont tout de même nécessaires.
Quant à ce qui nous préoccupe au sujet du projet de loiC-18, cela concerne davantage la clarification de certains éléments. Met-on en jeu nos programmes qui ont été développés depuis les 15 dernières années? De nouveaux concepts y sont présentés et nous aimerions qu'ils soient clarifiés.
View Mark Eyking Profile
Lib. (NS)
Thank you, Chair.
And thank you, guests, for coming.
This is the last day for witnesses because we're going to be putting amendments in by this evening. So, it's a very important day.
I'm going to start off with the Dairy Farmers of Canada. Before you came here, we had the Canadian Cattlemen, the beef farmers, who came forward with quite a concern about this preventative control plan. You've also mentioned in your briefing that the dairy farmers have a concern about it.
Now, the government is saying that it's just going to go after businesses probably, and not farmers. Recently I visited some big farms outside Halifax, Nova Scotia. These are big dairy farms and they're businesses. That concerns me about this whole program. It was also brought up by the cattlemen that this is the way they're being treated—like the government is a big referee and is coming in with a stick, instead of coaching and helping the food industry move forward.
If the Dairy Farmers were to put an amendment forward, would they want an amendment saying that this does not apply to on-farm...? Would that be something that your dairy farmers would accept? You already have a program that has quality and everything in it.
Je vous remercie, monsieur le président.
Je remercie aussi nos invités d'être venus.
C'est la dernière journée où nous entendons des témoins, car nous allons commencer à présenter des amendements ce soir. C'est donc un jour très important.
Je vais m'adresser d'abord au représentant des Producteurs laitiers du Canada. Nous avons reçu tout à l'heure des représentants des producteurs de boeuf du Canada, qui se sont dits très préoccupés par les plans de contrôle préventif. Vous avez aussi mentionné durant votre exposé que les producteurs laitiers sont également préoccupés à cet égard.
Le gouvernement affirme que ces plans viseront probablement seulement les entreprises et non pas les producteurs. Récemment, j'ai visité de grandes exploitations agricoles à l'extérieur d'Halifax, en Nouvelle-Écosse. Il y avait de très grosses fermes laitières, qui sont des entreprises. C'est un aspect qui me préoccupe. Les producteurs de boeuf nous ont parlé de la façon dont ils sont traités. Le gouvernement agit comme un arbitre qui peut donner des punitions, au lieu d'aider l'industrie alimentaire à progresser.
Si les producteurs laitiers avaient à proposer un amendement, proposeraient-ils que cette disposition ne s'applique pas à la ferme...? Est-ce que les producteurs laitiers seraient d'accord? Vous possédez déjà un programme qui assure notamment la qualité.
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 9:51
Thank you, Ron.
Mr. Chairman, members of the committee, Dairy Farmers of Canada is in fact pleased to appear before this committee to present our views with respect to the CETA deal.
As you may be aware, Dairy Farmers of Canada is the national lobby, policy, and promotion organization representing Canada's farmers living on more than 12,000 farms across the country. I would like to start by highlighting the fact that DFC leads generic dairy market development in Canada, with an annual marketing budget of $80 million, which is collected from dairy farms across Canada.
The domestic cheese market has been a priority market segment, with an annual strategic investment totalling $30 million dedicated to developing the cheese market across Canada. This investment both sustains and grows the cheese market. Studies have proven that without this yearly $30-million investment, market share would rapidly erode.
I'd like to add that this investment has resulted in an increase in per capita consumption over the past 20 years of two kilos per capita, now in the order of 12 to 12.2 kilos per capita.
I'd like to point out that the dairy sector contributes $16.2 billion to Canada's GDP, and sustains more that 218,000 jobs in Canada. It also contributes annually more than $3 billion in local, provincial, and federal taxes.
We'd like to be clear here: Dairy Farmers of Canada is not against the deal. We have, however, reacted strongly to the news of the new excessive access that was given to the European Union, in particular in the fine cheese segment of the Canadian cheese market. The access granted to the EU will have major impacts on the Canadian dairy industry, much more significant than what is being claimed by Canadian officials.
The Canadian dairy industry is one of the few industries that will be negatively impacted. That was also recognized by Prime Minister Harper, who recognized that there may be some impacts. Therefore, our strong reaction was justified, in our opinion.
Allow me to put the outcome of the agreement into perspective. The new access of 17,700 tonnes will be equivalent to 20% to 33% of the fine cheese market in Canada. It's equivalent to 4.2% of our total cheese consumption. That is equivalent to 2.2% of Canada's total milk production; equivalent to $150 million in farmers' pockets; and translates into a minimum of $300 million at the industry level.
The access for cheese will then increase from 5% to 9% of our total domestic consumption. There are no reasons to be pleased about supplying 91% of the Canadian market when compared with other countries. For example, the EU supplies 99% of its cheese market, and the U.S. supplies 97.5% of its cheese market.
If we look at Canadian cheese production, the growth in the cheese sector is not as significant as what has been reported. While certain segments of the market have grown faster than others, the reality is that cheese production in Canada has grown by only one-half of 1% these past four to five years.
The fine cheese market is the segment that will be most affected, as I pointed out earlier. Considering that this is the segment of the market that attracts the highest value, import strategies will be developed to compete primarily in this market. Failing to compete in the fine cheese market, we expect a cascading effect towards the specialty cheese and ultimately towards the mass cheese market, i.e., cheddar types. In other words, the fine cheese makers will be directly affected, and the impact at the producer's level, the farmer's level, will be spread across the country as farmers are working collectively to supply the Canadian market and are sharing returns collectively.
If the CETA agreement is implemented over a seven-year period, it will add up to a total of $595 million in cumulative losses at the farmer's level. Over a seven-year implementation period, the production of milk going into cheese production would decrease slightly. But most importantly, what Canadian farmers are losing is future growth, in which they have heavily invested.
Furthermore, if the deal were to be implemented over a five-year period, as we have heard might be the case, not only would this result in a production quota cut, but it would also result in an incremental loss of $151 million, for a total of $746 million after seven years. I think this justifies a longer implementation period.
With respect to tariff reduction, while the in-quota tariffs have been reduced to zero—and that wasn't something we were opposing—most over-quota tariffs have been maintained at their current levels, with the exception of the over-quota tariff for milk protein concentrate with a concentration of over 85%. This TRQ had been introduced following the invocation of GATT article XXVIII by the Canadian government back in 2007, and this has now been nullified.
Canada has also granted the EU geographical indicators on 50 cheeses. The protection to be afforded the EU on geographical indicators and their dairy products should be available also within this country. By that, we are talking about effective reinforcement and protection of our own standard of identity for dairy products.
I would also like to address the myth about unfettered access. We believe it is a myth. There is no doubt that Canadian cheese makers can compete on quality. However, in the early 2000s a WTO panel ruled that any export from Canada sold below domestic price be considered subsidized. Combined with a prohibition on the use export subsidies in the EU as a result of this agreement, the reality is that Canada is not in a position to benefit from the opening of the EU market. The reality is that subsidies in the European Union can make up as much as 40% to 50% of farmers' income, and they get a lower price for their milk. That puts Canadian milk and dairy products at a price disadvantage.
I will switch to French for the latter part of my presentation.
The reality is that the world market is highly distorted. The 2013  report by the International Farm Comparison Network (IFCN) highlighted that only 12% of the world’s total milk production has been produced at a cost equal to or lower than the world price. The IFCN initiative started 13 years ago and seeks to compile dairy farm financial data among over 95 countries around the world.
Furthermore, the reality is that not only are we facing higher production costs at the farm level in Canada, but this is also the case along the production chain, with processors' margins that are twice as much as in Europe
The reality is also that the European dairy industry is highly subsidized. The IFCN report provides an astonishing picture of the level of support and direct payments to European dairy farmers.
In conclusion, let us reiterate that we are not against the agreement that has been signed with the European Union. However, we are deeply concerned about the negative impact that comes with it.
Over the last few weeks, we have sat down with Canadian ministers and senior officials and we have presented options to mitigate the negative impact of the agreement, not only on the primary production of dairy farmers, but also on Canada’s entire dairy sector.
Thank you for your attention.
Merci, Ron.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du comité, les Producteurs laitiers du Canada sont effectivement heureux de comparaître devant vous pour présenter leur opinion sur l'accord économique et commercial global.
Comme vous le savez peut-être, nous sommes l'organisme national qui, pour le compte des agriculteurs canadiens qui vivent sur plus de 12 000 exploitations agricoles de partout au pays, s'occupe de leur promotion, élabore les politiques et fait du lobbying. Commençons par souligner le fait que nous dirigeons le développement du marché des produits laitiers génériques au Canada, avec un budget annuel de marketing de 80 millions de dollars, qui proviennent des exploitations laitières de partout au Canada.
Le marché du fromage canadien a été un segment prioritaire, dans lequel nous avons investi de manière stratégique un total de 30 millions de dollars par année, pour son développement partout au Canada. Cet investissement assure la croissance de ce marché. Des études ont prouvé que sans lui, la part de ce marché diminuerait rapidement.
J'ajoute que cet investissement a entraîné, ces 20 dernières années, une augmentation de la consommation de fromage de 2 kilogrammes par personne, et que cette consommation est de l'ordre, actuellement, de 12 à 12,2 kilogrammes.
Je voudrais souligner que la contribution du secteur laitier au PIB du Canada est de 16,2 milliards de dollars et que le secteur pourvoit à plus de 218 000 emplois au Canada. Chaque année aussi, il verse plus de 3 milliards de dollars en taxes et impôts locaux, provinciaux et fédéraux.
Soyons clairs: les Producteurs laitiers du Canada ne sont pas contre l'accord. Cependant, nous avons réagi vigoureusement aux nouvelles selon lesquelles un accès excessif était accordé à l'Union européenne, particulièrement dans le segment des fromages fins du marché canadien. Cet accès aura, sur l'industrie laitière canadienne, des conséquences beaucoup plus importante que ce qu'ont prétendu les porte-parole canadiens.
Le secteur laitier canadien est l'un des rares qui en souffrira. Le premier ministre Harper, en avouant que certaines répercussions étaient à craindre, l'a aussi reconnu. Notre réaction, donc, était justifiée.
Permettez-moi de relativiser les conséquences de l'accord. Le nouvel accès de 17 700 tonnes équivaudra à 20 à 33 % du marché des fromages fins au Canada, soit 4,2 % de notre consommation totale de fromage ou 2,2 % de la production totale de lait au Canada ou, encore, 150 millions de dollars de moins dans les poches des producteurs ou, pour l'ensemble de l'industrie, un manque à gagner d'au moins 300 millions.
L'accès accordé au fromage le fait passer de 5 à 9 % de notre consommation nationale totale. Il n'y a pas lieu, pour nous, de nous réjouir de pouvoir alimenter 91 % du marché canadien. À l'étranger, en effet, l'Union européenne alimente 99 % de son marché du fromage; les États-Unis, 97,5 %.
Examinons la production fromagère canadienne. La croissance de ce secteur n'est pas aussi considérable qu'on l'a prétendu. Si certains segments du marché ont crû plus vite que d'autres, en réalité notre production fromagère n'a augmenté que de 0,5 % au cours des 4 ou 5 dernières années.
Le marché des fromages fins sera le segment le plus touché, comme j'ai dit. Considérant que ce segment concentre les produits de plus haute valeur, c'est là surtout que la concurrence se fera sentir à la faveur des stratégies d'importation qui seront développées. Faute de neutraliser cette concurrence, nous craignons un effet domino aux dépens des spécialités fromagères et, en fin de compte, des fromages produits industriellement, c'est-à-dire les cheddars. Autrement dit, les producteurs de fromages fins seront directement touchés, et les répercussions chez les producteurs, les agriculteurs, se propageront dans tout le pays, puisque les agriculteurs travaillent collectivement à alimenter le marché canadien et qu'ils partagent entre eux, collectivement, les profits.
Une mise en oeuvre de l'accord étalée sur sept ans entraînera des pertes cumulatives totales de 595 millions de dollars pour les agriculteurs. Sur cette période, la production laitière affectée à la production fromagère diminuera légèrement. Mais, surtout, ce que les agriculteurs canadiens perdent, c'est les possibilités de croissance future, dans lesquelles ils ont beaucoup investi.
En plus, si la mise en oeuvre de l'accord s'étalait sur cinq ans, une éventualité dont nous avons entendu parler, non seulement cela entraînerait-il une diminution du contingent de production, mais cela entraînerait aussi une perte supplémentaire de 151 millions de dollars, soit, en tout, 746 millions après sept ans. Je pense que cela justifie un délai de mise en oeuvre plus long.
En ce qui concerne la réduction des tarifs, alors que les tarifs intra-contingent ont été abolis — et nous ne nous opposions pas à cette mesure — la plupart des tarifs hors contingent ont été maintenus à leurs taux actuels, à l'exception du tarif hors contingent pour le concentré à plus de 85 % de protéines du lait. On annule ainsi maintenant ce contingent tarifaire mis en place après que le gouvernement canadien a invoqué l'article XXVIII du GATT, en 2007.
Le Canada a aussi accordé à l'Union européenne le droit d'utiliser une indication géographique pour 50 fromages. La protection des indications géographiques et des produits laitiers de l'Union européenne devrait s'étendre aussi à notre pays. Cela nous amène à l'application et à la protection efficaces de notre propre norme d'identité pour les produits laitiers.
Parlons aussi du mythe de l'accès sans entraves. Je crois que c'est effectivement un mythe. Il est sûr que les producteurs canadiens de fromage peuvent supporter la concurrence sur le plan de la qualité. Cependant, au début des années 2000, un groupe spécial de l'OMC a jugé que tout produit exporté par le Canada qui se vendrait sous le prix canadien serait considéré comme subventionné. Si on ajoute à cela l'interdiction de l'utilisation de subventions à l'exportation dans l'Union européenne, en conséquence de cet accord, le Canada, en réalité, n'est pas en posture pour profiter de l'ouverture du marché de l'Union européenne. En réalité aussi, les subventions de l'Union européenne peuvent constituer jusqu'à 40 à 50 % du revenu des agriculteurs, et ils obtiennent un prix inférieur pour leur lait. Cela désavantage le lait et les produits laitiers canadiens.
Ce n'est pas tout.
La réalité est que le marché mondial est fortement déformé. Le rapport de 2013 de l'International Farm Comparison Network, une initiative lancée il a 13 ans qui compile des données financières sur les fermes laitières dans plus de 95 pays partout dans le monde, a clairement démontré que seulement 12 % de la production laitière totale à l'échelle mondiale était produite à un coût égal ou inférieur au prix payé sur le marché mondial.
Par ailleurs, la réalité est que non seulement nous faisons face à des coûts de production plus élevés à la ferme ici, au Canada, mais c'est aussi le cas pour la transformation. Les marges de transformation sont le double de ce qu'elles sont en Europe.
Également, la réalité est que l'industrie laitière européenne est fortement subventionnée. Le rapport de l'IFCN présente un portrait étonnant du niveau de soutien et des paiements directs reçus par les producteurs dans les pays européens.
En conclusion, permettez-nous de réitérer que nous ne sommes pas contre l'entente qui a été finalisée avec l'Union européenne. Nous sommes cependant fortement préoccupés par les conséquences négatives qui en découleront.
Nous avons eu des rencontres avec les ministres et les hauts fonctionnaires du gouvernement canadien, ces dernières semaines, et nous leur avons présenté des options afin d'atténuer les conséquences négatives de l'entente, non seulement pour ce qui est de la production primaire des producteurs laitiers eux-mêmes, mais aussi en ce qui concerne l'ensemble du secteur laitier canadien.
Merci de votre attention.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
Thank you, Mr. Chairman.
Thank you, to all the witnesses, for being here.
Mr. Leduc, every trade deal has winners and losers. There are gains and concessions. Is it fair to say that the dairy industry in Canada would be one of the losers under CETA? Is that a fair comment?
Merci, monsieur le président.
Merci à tous les témoins d'être ici.
Monsieur Leduc, chaque accord commercial fait des gagnants et des perdants. Il y a des gains et des concessions. Est-il juste de dire que le secteur laitier canadien serait l'un des perdants que fait l'accord?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:01
That's exactly how we are perceiving it. We are one of the very few losers in this agreement.
C'est exactement ainsi que nous le percevons. Nous sommes l'un des rares perdants que fait cet accord.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
Okay.
You talked about the subsidization. Is there anything in CETA you've seen that has dealt with the massive EU subsidization of their dairy farmers? Have we negotiated that successfully?
D'accord.
Vous avez parlé de subvention. Avez-vous vu, dans l'accord, des dispositions visant les subventions massives qu'accorde l'Union européenne à ses producteurs laitiers? Est-ce que nos négociateurs ont réussi sur ce point?
Yves Leduc
View Yves Leduc Profile
Yves Leduc
2013-11-21 10:03
No. That's an interesting point. When the negotiations started, it was done on the basis that there would be no exceptions a priori. However, one important element that was not added to the negotiating agenda was domestic support to the common agricultural policy that's in use in the European Union, and there has been no discipline whatsoever with respect to the direct payments that are being paid to dairy farmers in the European Union.
Non. C'est un point intéressant. Au début des négociations, tout était sur la table, il n'y avait pas, à priori, d'exceptions. Cependant, un élément important qui n'a pas figuré à l'ordre du jour des négociations a été le soutien à la politique agricole commune en vigueur dans l'Union européenne, et aucune mesure disciplinaire n'a visé les paiements directs versés aux producteurs laitiers de l'Union européenne.
View Devinder Shory Profile
CPC (AB)
What has been the percentage of growth in the last 10 years in the dairy industry here in Canada?
Quel a été le pourcentage de croissance au cours des 10 dernières années dans l'industrie laitière ici au Canada?
Ron Versteeg
View Ron Versteeg Profile
Ron Versteeg
2013-11-21 10:14
Ontario's pretty representative of the country. Since 2000 we've had about 10% more quota issued. That's been growth in the market over 13 years, so that's a growth rate of about 0.7% to 0.8% per year. That's not just cheese, that's all milk product.
L'Ontario est assez représentatif du pays. Depuis l'an 2000, on a émis environ 10 % de plus de quotas. Cela représente la croissance sur le marché pendant 13 ans, donc il s'agit d'un taux de croissance d'environ 0,7 à 0,8 % par année. Ce n'est pas seulement pour le fromage, mais aussi pour les produits laitiers.
Results: 1 - 15 of 60 | Page: 1 of 4

1
2
3
4
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data