Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 9 of 9
View Gerry Ritz Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, Canada is not an island when it comes to investments by companies developing new seed varieties. We are competing with a number of other venues around the world, so it is very important that we get this passed.
When we started talking about this, and the member for Welland made that point that, we were trying to get this through by August 1. We had some transportation logistics that took the House time, and I thank them for their help on that. However, at the end of the day, we have to get this passed. We have already seen some significant investments from several groups coming to Saskatchewan apparently and developing some of these research farms. We are seeing investments coming through our universities with other people partnering around the world, which is not a bad thing.
The parliamentary secretary also made reference to farmers in Quebec wanting to see this happen. It is not just farmers in Quebec; it is also dairy farmers across Canada who want to see this happen. They are very supportive of this because they know they need the best new corn and alfalfa varieties to keep the animals under their care well fed. Our dairy animals have the best genetics in the world. That is what they require of this, those new varieties, so they want to see this done very quickly too.
I cannot understand why the NDP continues to vote against supply management.
Monsieur le Président, le Canada n'est pas la seule option possible en ce qui concerne les investissements des entreprises qui développent de nouvelles variétés de semences. Nous sommes en concurrence avec d'autres pays. C'est pourquoi il est très important d'adopter ce projet de loi.
Quand nous avons commencé nos discussions, comme l'a signalé le député de Welland, nous espérions faire adopter cette mesure pour le 1er août. La Chambre a consacré du temps à la logistique des transports, et je l'en remercie. Cependant, il n'en demeure pas moins qu'il faut faire adopter cette mesure. Apparemment, plusieurs groupes ont déjà fait des investissements importants en Saskatchewan, pour développer des centres de recherche agricole. À cela s'ajoutent des investissements dans nos universités qui proviennent de partenariats internationaux, ce qui est excellent.
Le secrétaire parlementaire a également mentionné que les agriculteurs du Québec souhaitent que le projet de loi soit adopté. Ce ne sont pas uniquement les agriculteurs du Québec, ce sont tous les producteurs laitiers au Canada qui souhaitent que le projet de loi soit adopté. Ils y sont très favorables parce qu'ils savent qu'ils ont besoin des meilleures variétés de maïs et de luzerne pour bien nourrir les animaux dont ils sont responsables. Nos animaux laitiers ont le meilleur matériel génétique au monde. Ils attendent la meilleure qualité des nouvelles variétés. C'est pourquoi ils veulent que le projet de loi soit adopté le plus rapidement possible.
Je ne comprends pas pourquoi le NPD continue de s'opposer à la gestion de l'offre.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2014-11-19 15:51 [p.9551]
Mr. Speaker, it is very bizarre for the minister to talk about supply management. We presented a motion to protect supply management and the government supported it. I think our efforts are made at the right place.
We will wait to vote for about an hour. Almost a dozen MPs could have talked about agriculture and our farmers during that time. The minister has talked for the past 30 minutes on how he is proud of our farmers and our agricultural sector. We are all proud of this, but why is he preventing members to talk about our amazing agricultural sector and why is he preventing members who represent Canadian farmers to talk about this in the House? I would like to know.
Monsieur le Président, il est très curieux que le ministre aborde la question de la gestion de l'offre. Nous avons présenté une motion visant à protéger la gestion de l'offre, et le gouvernement l'a appuyée. Je crois que nous visons les bons objectifs.
Nous devrons attendre environ une heure pour voter. Près d'une douzaine de députés auraient pu parler de l'agriculture et de nos agriculteurs pendant cette période. Le ministre parle depuis 30 minutes du fait qu'il est fier des agriculteurs et du secteur agricole. Nous en sommes tous fiers, mais pourquoi empêche-t-il les députés qui représentent les agriculteurs canadiens de parler de cette question à la Chambre? J'aimerais le savoir.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2014-11-19 17:38 [p.9561]
Mr. Speaker, I suspect that if I asked to have the debate continue, it would probably be denied, so I will not ask.
However, I will pick up on the point the member just made reference to. Canada is a vast land. Our population is around 35 million, but land-wise we produce the best food in the world. If we look at our agricultural production as a whole, it is estimated that around 80% of all the food we produce here in Canada goes to foreign markets. Canada is very much the bread basket of the world, and our potential is so great.
When we look forward to the many Liberal Party policies, one of the ones I often refer to is the area of trade. We recognize the value of trade. For me, being from the Prairies, the bread basket of Canada, at least in good part, when we look at our agricultural communities, it is through trade that we will be able to increase opportunities and generate jobs in the future and provide good quality food and consumable products, not only here in Canada but also around the world.
The Liberal Party's agriculture critic has done a wonderful job in taking the bill from its origins, bringing it to committee, and even bringing forward amendments to the legislation, recognizing that we believe that our farmers, in particular our small farmers, need to have a strong advocate here in the House. The critic has done that. Even the chair of the agriculture committee just put on the record the point of about his consistency in being there for our small farmers. That is something I know he takes to heart.
We had him in Manitoba, where we had a wonderful tour of a chicken processing plant. There were thousands of birds being processed every day and then being distributed all over Canada, far beyond our Manitoba borders. This is a realization of jobs and economic activity and some of the best product in the world.
Our leader has asked us to go out and communicate with Canadians. A big part of that for me personally is to go out and meet other farmers. I have referred in the past to the dairy farm. We know how important supply management is to Canada and our economy in ensuring that we have good quality dairy products and many other products. I had taken the opportunity to tour a dairy farm just to get a better sense of supply management and the positive impact it has in Canada in providing protection for good quality product, protection for our farmers and so forth.
Bill C-18 is all about markets. One of the Conservative speakers mentioned international markets. In order to achieve success in our international markets, we have to make sure that our industry is going in the right direction. We have to have regulations to ensure quality. If a product has a maple leaf associated with it, consumers, no matter where they live in the world, can count on it being of world-class quality. Consumers all around the world will pay even that much more knowing it is coming from Canada.
Nowhere is that more significant than with wheat. I have had the opportunity, in different capacities, to witness its success. Driving on Highway 2, or Highway 1, one can see rows of combines harvesting tonnes of wheat in the fall. Here I could talk a little about the government's inability to get that product to the Pacific to get on to those empty ships, but that is for another day.
However, our farmers have a great sense of pride in the production of food. Many of us take this for granted. We go to a grocery store and we buy the consumer products we need, but it is our farmers who put those products on our tables. I do not think we give them enough recognition or the recognition they deserve. We, in the Liberal Party, believe we should acknowledge the important role of our farmers and stakeholders, those many industry representatives who came before the agriculture committee to make presentations and who wanted to improve the bill.
The Liberal critic brought forward several amendments. Unfortunately, they did not pass because the government was not open amendments. The New Democratic Party also attempted to make changes. However, the government does not recognize that overall this is a good bill, but it could have been better. Had the Conservatives listened to what the different stakeholders, including opposition critics, were saying, we would be debating and ultimately passing a better bill.
With the leadership that has been demonstrated from our critic, we will support Bill C-18 when it comes to a vote. On that note, the government could have done better.
Monsieur le Président, je suppose que, si je demandais à ce que le débat se poursuive, j'essuierais probablement un refus, alors je ne le ferai pas.
Je vais cependant revenir à ce que le député vient de dire. Le Canada est un vaste pays. Il compte environ 35 millions d'habitants, mais sur son territoire, on produit les meilleurs aliments au monde. On estime qu'environ 80 % de toute la production agricole canadienne est destinée aux marchés étrangers. Le Canada est pratiquement le grenier du monde, et son potentiel est énorme.
Parmi les nombreuses politiques mises en place par le Parti libéral, je cite souvent celles qui sont liées au commerce. Nous sommes conscients de l'importance du commerce. Étant originaire des Prairies, qui est en quelque sorte le grenier du Canada, je crois que c'est grâce au commerce que nous permettrons au secteur agricole canadien d'accroître ses débouchés, de générer les emplois de l'avenir et de fournir des produits alimentaires et de consommation de qualité, non seulement au Canada, mais partout dans le monde.
Le porte-parole du Parti libéral en matière d'agriculture a fait un travail remarquable au début de l'étude de ce projet de loi et à l'étape du comité, et il a même proposé des amendements, car, à notre avis, les agriculteurs canadiens, surtout les petits agriculteurs, doivent être bien représentés à la Chambre. C'est ce qu'a fait le porte-parole. Même le président du comité de l'agriculture vient d'admettre que le porte-parole s'est toujours porté à la défense des petits agriculteurs. Je sais que cela lui tient à coeur.
Il est venu au Manitoba et nous avons effectué une visite très intéressante d'une usine de transformation du poulet. Chaque jour, des milliers de volailles y sont transformées, puis les produits sont distribués partout au Canada, bien au-delà des frontières manitobaines. Cette industrie génère des emplois, des retombées économiques ainsi que des produits parmi les meilleurs au monde.
Notre chef nous a demandé d'aller rencontrer les Canadiens et de discuter avec eux. Personnellement, les Canadiens que je rencontre sont en grande partie des agriculteurs. J'ai déjà parlé des fermes laitières par le passé. Nous savons à quel point la gestion de l'offre est importante pour le Canada et pour notre économie, car elle fait en sorte que nous avons accès non seulement à des produits laitiers de bonne qualité, mais aussi à beaucoup d'autres produits. J'ai visité une ferme laitière simplement pour pouvoir mieux comprendre la gestion de l'offre, qui a des répercussions positives au Canada puisqu'elle sert notamment à assurer la qualité des produits et à protéger les agriculteurs.
Le projet de loi C-18 porte entièrement sur les marchés. L'un des intervenants du Parti conservateur a parlé des marchés internationaux. Pour que nous puissions avoir du succès sur les marchés internationaux, nous devons faire en sorte que notre industrie avance dans la bonne direction. Nous devons prendre des règlements pour garantir la qualité. S'il y a une feuille d'érable sur un produit, les consommateurs du monde entier sauront qu'il s'agit d'un produit d'excellente qualité et de classe mondiale. Partout dans le monde, les consommateurs accepteront de payer un peu plus cher pour un produit qui vient du Canada.
C'est particulièrement vrai en ce qui concerne le blé. J'ai eu l'occasion, dans l'exercice de diverses fonctions, de constater les réussites à cet égard. Ceux qui empruntent la route 2 ou encore la route 1 à l'automne peuvent voir de nombreuses moissonneuses-batteuses dans les champs, en train de récolter des tonnes de blé. Je pourrais parler un peu du fait que le gouvernement est incapable d'acheminer ces grains vers le Pacifique pour qu'ils puissent être chargés à bord de navires dont la cale est vide, mais je reviendrai sur ce sujet un autre jour.
Je peux affirmer que les agriculteurs canadiens sont très fiers de produire de la nourriture. Nous tenons souvent ces produits pour acquis. Nous allons à l'épicerie et nous y trouvons les produits dont nous avons besoin, mais s'ils peuvent se retrouver dans nos assiettes, c'est grâce aux agriculteurs. Nous ne les apprécions pas à leur juste valeur, je crois. Le Parti libéral croit qu'il faudrait souligner le rôle crucial que jouent les agriculteurs et les autres intervenants, notamment les nombreux représentants de l'industrie qui ont témoigné devant le comité de l'agriculture et souhaitaient améliorer ce projet de loi.
Le porte-parole libéral a proposé plusieurs amendements. Ils n'ont malheureusement pas été acceptés, puisque le gouvernement n'était pas réceptif aux amendements. Le Nouveau Parti démocratique a aussi tenté d'apporter des changements. Mais le gouvernement n'admet pas que, bien que ce projet de loi soit assez bien dans l'ensemble, il aurait pu être encore meilleur. Si les conservateurs avaient écouté les propos des intervenants, y compris ceux des porte-parole de l'opposition, le projet de loi que nous débattons et que nous nous apprêtons à adopter serait meilleur.
Inspirés par le leadership de notre porte-parole, nous voterons en faveur du projet de loi C-18. Cela étant dit, le gouvernement aurait pu faire mieux.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, we are entering the home stretch in the negotiations for the trans-Pacific partnership. New Zealand and the United States are demanding that we abandon supply management and yet the minister is saying that everything is going well. The stability provided by supply management allows us to maintain 215,000 jobs in the dairy industry in different parts of the country.
Will the government again sacrifice dairy producers on the altar of free trade, or will it protect supply management, which is so vital for our regions?
Monsieur le Président, nous entrons dans la dernière ligne droite des négociations du Partenariat transpacifique. La Nouvelle-Zélande et les États-Unis exigent que l'on renonce à la gestion de l'offre et, pourtant, le ministre nous dit que tout va bien. La stabilité de la gestion de l'offre permet de maintenir 215 000 emplois de l'industrie laitière dans différentes régions du pays.
Le gouvernement va-t-il encore sacrifier les producteurs laitiers sur l'autel du libre-échange, ou va-t-il protéger la gestion de l'offre, si vitale pour nos régions?
View Maxime Bernier Profile
CPC (QC)
View Maxime Bernier Profile
2014-11-18 15:01 [p.9470]
Mr. Speaker, I am happy to repeat what I said last week. My colleague and I were in Quebec City, and we met with people from the dairy and cheese industries. We told them that our government had signed 38 free trade agreements and that we had always preserved supply management and promoted it internationally.
The people who were with us, the people from the dairy and cheese industries, agree with us. They support our government, and we will continue to stand up for these people, as we have always done in the past.
Monsieur le Président, je me fais un plaisir de répéter ce que j'ai dit la semaine dernière. Avec ma collègue, nous étions à Québec, lorsque nous avons rencontré les gens des industries laitière et fromagère. Nous leur avons dit que notre gouvernement avait signé 38 ententes de libre-échange et que nous avions toujours préservé la gestion de l'offre et fait la promotion de la gestion de l'offre sur la scène internationale.
Les gens qui étaient avec nous, les gens des industries laitière et fromagère sont d'accord avec nous. Ils sont derrière notre gouvernement et nous allons continuer à défendre ces gens, comme nous l'avons toujours fait dans le passé.
View Mark Eyking Profile
Lib. (NS)
View Mark Eyking Profile
2014-06-19 14:14 [p.7162]
Mr. Speaker, today I rise to recognize the importance of our dairy farmers. Our 12,000 dairy farms produce wholesome and affordable products and create hundreds of thousands of jobs for Canadians. One of the reasons they are successful is our supply management system. Canadian dairy farmers sell almost eight billion litres of milk annually through processors and contribute over $16 billion to our GDP.
Many of my colleagues in the House know me as a vegetable farmer, but I can milk a cow. Last summer the Cape Breton farmers exhibition featured the dairy industry and held a milking competition, which I participated in. The MacIntyre Farm in my riding helped me improve my skills.
Members of the House, and all Canadians, should visit a dairy farm this summer and see not only how milk is produced but also the love and care provided to the cows that produce the milk. Most importantly, we should keep the fridge full of milk, yogourt, and cheese, and of course enjoy the best treat of summer with some real Canadian ice cream.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour reconnaître l'importance de nos producteurs laitiers. Nos 12 000 fermes laitières produisent des produits sains et abordables et créent des centaines de milliers d'emplois pour les Canadiens. Notre système de gestion de l'offre est l'une des clés de leur succès. Les producteurs laitiers canadiens vendent près de huit milliards de litres de lait par an par l'intermédiaire de transformateurs et contribuent plus de 16 milliards de dollars au PIB du Canada.
Bon nombre de mes collègues à la Chambre savent que je suis maraîcher, mais je sais comment traire une vache. L'été dernier, la foire agricole du Cap-Breton a mis en vedette l'industrie laitière et a organisé un concours de traite auquel j'ai participé. La ferme MacIntyre, située dans ma circonscription, m'a aidée à améliorer mes compétences.
Les députés et tous les Canadiens devraient visiter une ferme laitière cet été pour non seulement apprendre comment le lait est produit, mais voir l'amour et les soins qui sont prodigués aux vaches laitières. Plus important encore, je les invite à remplir leur réfrigérateur de lait, de yogourt et de fromage, et, bien sûr, à se régaler en mangeant l'une des meilleures friandises qui soient, une vraie crème glacée canadienne.
View Mark Eyking Profile
Lib. (NS)
View Mark Eyking Profile
2014-02-06 15:08 [p.2692]
Mr. Speaker, dairy farmers across this country are concerned about their livelihood. They are concerned about the future of supply management. They feel taken for granted by the Conservative government.
What assurances can the government give to the dairy farmers here today that the government is listening to their concerns and will not undermine their livelihood?
Monsieur le Président, les producteurs laitiers de partout au pays s'inquiètent pour leur subsistance. Ils ont des craintes quant à l'avenir de la gestion de l'offre. Ils ont l'impression de n'avoir aucune importance pour le gouvernement conservateur.
Comment le gouvernement pourrait-il, aujourd'hui même, rassurer les producteurs laitiers et leur faire savoir qu'il les écoute et ne nuira pas à leur gagne-pain?
View Gerry Ritz Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I spent 45 minutes this morning doing just that, directly with the dairy farmers.
Monsieur le Président, c'est exactement ce que j'ai fait ce matin, quand j'ai passé 45 minutes avec des producteurs laitiers.
View André Bellavance Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I wish to express my heartfelt congratulations to Roger Béliveau, of Warwick, on being inducted into Quebec's agricultural hall of fame.
For 50 years, Mr. Béliveau has owned a dairy farm along with his wife, Rita Jolibois, and their sons. He has earned an excellent reputation within the Quebec farming community. Mr. Béliveau has been active on several boards of directors for nearly 40 years and has made a mark particularly within the Coop fédérée, Agropur, Warwick Salt and Olymel. He was president of the Coop des Bois-Francs for six years.
As a mentor for members of the young farmers group, the Association des jeunes ruraux du Québec, he is also passing on his passion for agriculture to the next generation of farmers in our region and across Quebec. Mr. Béliveau has definitely earned this recognition. It is thanks to people like him that Quebec has become so renowned for agricultural excellence. Thank you, Mr. Béliveau, and keep up the good work.
Monsieur le Président, je tiens à féliciter chaleureusement M. Roger Béliveau, de Warwick, pour sa récente intronisation au Temple de la renommée de l'agriculture du Québec.
Propriétaire d'une ferme laitière depuis 50 ans en compagnie de sa conjointe Rita Jolibois et de ses fils, la réputation de M. Béliveau n'est plus à faire sur la scène agricole québécoise. Engagé au sein de plusieurs conseils d'administration depuis près de 40 ans, M. Béliveau a fait sa marque notamment au sein de la Coop fédérée, d'Agropur, de Sel Warwick et d'Olymel. Il a été président de la Coop des Bois-Francs pendant six ans.
À titre de mentor auprès des membres de l'Association des jeunes ruraux du Québec, il transmet également sa passion de l'agriculture à la relève agricole de chez nous et du Québec en entier. Cette reconnaissance, M. Béliveau la mérite pleinement. C'est grâce à des gens comme lui que nous reconnaissons l'excellence de l'agriculture au Québec. Merci à vous, monsieur Béliveau, et continuez votre bon travail!
Results: 1 - 9 of 9

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data