Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 38800
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:09 [p.15334]
Mr. Speaker, before I speak to Bill C-53, the life means life act, I first want to thank the member for Edmonton—Leduc not only for his service to our country and to his riding for the last 15 years, but also for his friendship.
There is not a lot said about the relationships that are built here when we get elected. Those relationships are not just found among parties. There are relationships and friendships that are built over the period of time that we serve here on behalf of the people from our communities. The member has become one of my close friends, and I wish him all of the best in his future endeavours.
I also thank him for his time and his commitment to his riding, his community, and his country. It was clear when we heard him speak a moment ago that he is very passionate. He remains as passionate as he was as a young man entering this chamber 15 years ago. He may be a little older now and he may have a little more grey hair, but he is certainly just as passionate about his community and the country that we represent.
Turning to the bill before us, I am here today to speak in support of Bill C-53, the life means life act. I believe that providing sentences of life imprisonment without parole for high treason and the most reprehensible forms of murder would ensure that the most dangerous murderers would never be free to endanger Canadians or their communities. Importantly, Bill C-53 would align Canada's criminal justice system with those of other parliamentary democracies, like England, Australia, and New Zealand. It would also provide for sentences of life without parole for the most vicious murderers.
In this context, the English whole life murder sentencing regime was the object of considerable study and analysis during the development of Bill C-53. The measures proposed in the life means life act have been carefully crafted to reflect Canadian legal principles and the Canadian experience with murder sentencing, while at the same time seeking to avoid some of the pitfalls encountered by the English in implementing their sentencing regime.
Unlike in Canada where minimum parole ineligibility dates for first and second degree murder are mandatory and established by statute, in England the court assesses the seriousness of the murder and selects an appropriate parole ineligibility starting point. The normal parole ineligibility starting point is a presumptive 15 years, but more serious murders will lead to presumptive starting points of 25 years, 30 years, or even whole life. Once the starting point for calculating the parole ineligibility in any particular case has been determined, the court will then add or subtract from it after considering a list of aggravating or mitigating factors before arriving at a final minimum parole ineligibility period. At the expiry of that date, the convicted murderer may apply for parole.
Under this English scheme, if the seriousness of the murder is exceptionally high, the starting point will be a whole life order. A whole life order precludes the offender from ever applying for parole or being released from custody, except by order of the secretary of state on compassionate grounds, such as terminal illness.
In England, there are four categories of murder for which the seriousness is exceptionally high. The first is multiple murder involving premeditation, abduction, or sexual or sadistic elements. The second is the murder of a child that involves abduction or sexual or sadistic elements. The third is murder to advance a political, religious, or ideological cause. The fourth is murder by any offender previously convicted of murder.
Under the English system, once the starting point and all of the aggravating and mitigating factors have been accounted for, a convicted murderer could end up with a final parole ineligibility date ranging from less than 15 years or all the way to the end of natural life in the form of a whole life order.
If we compare the English scheme with what is proposed by Bill C-53, under Bill C-53, a sentence of life without parole would be mandatory for high treason and for the most morally repugnant murders, namely, premeditated murder committed against a police officer or correctional official, or committed during a sexual assault, kidnapping offence, or terrorist offence; or premeditated murder committed in such a brutal way as to indicate that the offender is unlikely to ever be restrained by normal standards of behaviour.
A discretionary sentence of life without parole would be available for all other first degree murders, whether premeditated or not, as well as for second degree murder where the murderer has previously either committed murder or committed an intentional killing under the Crimes Against Humanity and War Crimes Act.
In deciding whether to impose a sentence of life without parole, courts would consider “the character of the accused, the nature of the offence and the circumstances surrounding its commission” and the recommendation by the jury.
These are the same criteria the courts now use to decide whether a second degree murderer will serve a parole ineligibility period longer than 10 years, and whether a multiple murderer will serve consecutive periods of parole ineligibility.
There are clear similarities between what is proposed in Bill C-53 and the English whole life regime. Each penalizes the following categories of murders: those involving premeditation, abduction and sexual offences; those that are premeditated and involve sadistic elements, which Bill C-53 deals with under the heading of brutal murders; those committed in the context of terrorist activity, which the English refer to as murder to advance a political, religious or ideological cause; and those where the killer has murdered before.
Despite these similarities, there are several key differences between the proposed life means life scheme and the English whole life order regime.
First, while the English scheme requires that anyone who commits premeditated murder involving abduction and sexually oriented offences must have murdered more than one victim in order to receive a whole life order, Bill C-53 does not impose such a restriction. Thus, anyone who commits the premeditated murder of a single victim in the course of a kidnapping, forcible confinement, abduction, or sexual assault would be subject to a life sentence of imprisonment without parole under Bill C-53.
Yet another way in which the proposals in Bill C-53 differ from the English whole life order scheme lies in the nature of the criteria for the discretionary imposition of life without parole.
The English scheme contains a detailed list of aggravating and mitigating factors, whereas Bill C-53 does not allow for mitigating factors that would reduce the parole ineligibility period below the mandatory minimums set out in our Criminal Code. Nor does Bill C-53 rely on a list of such factors that may have to be updated from time to time. Instead, reliance is placed on the broad and flexible language capturing all such factors that is reflected in the long-established criteria referred to earlier that focus on the offender's character, the nature and circumstances of the murder and any recommendation in this regard by the jury.
It is clear that Bill C-53 is not only necessary, but its time has come. When an individual commits the horrific crime of murder in the way that I have described in regard to Bill C-53, their sentence should be whole life. The sentence should not be set in a position where any attempt at parole would be accepted.
As we know, certainly from the perspective of a victim's family, having to attend a parole hearing is a kind of torture in a way by having to replay and revisit a most terrible time in their lives. This is not something that is acceptable. It is not something that this government has ever spoken about in the last 10 years in terms of being acceptable. That is why Bill C-53 is one that should be enacted. It should certainly be part of our legislative process when it comes to justice, and it should be a bill that both sides of this House supports.
Monsieur le Président, avant de parler du projet de loi C-53, Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier, je tiens à remercier le député d'Edmonton—Leduc pour les services qu'il a rendus au Canada et à sa circonscription depuis 15 ans, ainsi que pour son amitié.
On n'a pas beaucoup parlé des liens qui se tissent à la Chambre lorsqu'on devient député. Ces liens ne s'établissent pas seulement parmi les membres d'un parti. Pendant tout le temps où nous représentons les gens de notre circonscription à la Chambre, il y a des relations et des amitiés qui se créent. Le député est devenu un des mes bons amis, et je lui souhaite bon succès dans tout ce qu'il entreprendra.
Je le remercie aussi pour le temps et l'énergie qu'il a consacrés à sa circonscription, à ses concitoyens et à son pays. Il a démontré beaucoup d'enthousiasme tout à l'heure. Il est toujours aussi fougueux qu'il y a 15 ans, lorsqu'il était un jeune homme nouvellement élu. Il est peut-être un peu plus vieux aujourd'hui et il a peut-être un peu plus de cheveux gris, mais ses concitoyens et notre pays le passionnent toujours autant.
Passons maintenant au projet de loi dont nous sommes saisis. Je prends la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-53, Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier. À mon avis, en condamnant à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle les personnes reconnues coupables de haute trahison ou d'un meurtre absolument sordide, on fait en sorte que les meurtriers les plus dangereux ne soient jamais remis en liberté pour menacer les gens de leur coin ou d'ailleurs au pays. Le projet de loi C-53 harmonisera notre système de justice pénale avec ceux d'autres démocraties parlementaires, notamment l'Angleterre, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Il établira des peines d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour les meurtriers les plus odieux.
Dans ce contexte, le régime britannique de condamnation à perpétuité pour meurtre a fait l'objet d'une étude et d'une analyse approfondies au cours de l'élaboration du projet de loi C-53. Les mesures proposées dans la Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier ont été soigneusement formulées afin de refléter les principes juridiques du Canada et l'expérience canadienne en matière de détermination de la peine pour les meurtres tout en évitant le plus possible les écueils rencontrés par les Britanniques dans la mise en oeuvre de leur système en cette matière.
Contrairement à ce qui se fait au Canada, où le temps d'épreuve minimal pour l'admissibilité à la libération conditionnelle dans les cas de meurtre au premier et au deuxième degré est obligatoire et fixé par voie législative, en Angleterre, le tribunal évalue la gravité du meurtre et décide d'une peine plancher appropriée. Celle-ci est normalement préétablie à 15 ans, mais pour les meurtres plus graves, elle peut être de 25 ou 30 ans, voire pour la vie. Une fois qu'a été établie la peine plancher servant à calculer le temps d'épreuve pour l'admissibilité à la libération conditionnelle dans un cas donné, le tribunal ajoute ou soustrait des années après avoir pris en considération les facteurs aggravants ou atténuants afin d'arriver à la détermination finale de la période minimale d'inadmissibilité à la libération conditionnelle. À la fin de cette période, le meurtrier peut présenter une demande de libération conditionnelle.
Dans le système britannique, si le meurtre est d'une extrême gravité, la peine plancher sera une peine d'emprisonnement à perpétuité. Dans un tel cas, le délinquant ne pourra pas présenter de demande de libération conditionnelle ni être remis en liberté, sauf en vertu d'une ordonnance du secrétaire d'État pour des considérations d'ordre humanitaire — si la personne est atteinte d'une maladie en phase terminale, par exemple.
En Angleterre, il y a quatre catégories de meurtres assorties de peines particulièrement sévères. La première est celle des meurtres multiples avec préméditation ou enlèvement ou avec des éléments à caractère sexuel ou sadique. La deuxième est constituée des meurtres d'enfant avec enlèvement ou avec des éléments à caractère sexuel ou sadique. La troisième est le meurtre pour promouvoir une cause politique, religieuse ou idéologique. La quatrième est le meurtre commis par une personne qui a déjà été condamnée pour meurtre.
Dans le système anglais, une fois pris en compte la peine plancher ainsi que tous les facteurs aggravants et les circonstances atténuantes, une personne condamnée pour meurtre peut se retrouver avec une période d'inadmissibilité à la libération conditionnelle allant de moins de 15 ans au reste de sa vie, en vertu d'une ordonnance à cette fin.
Par comparaison avec le régime anglais, le projet de loi C-53 propose qu'une condamnation à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle soit obligatoire dans les cas de haute trahison et pour les meurtres les plus répugnants, notamment le meurtre prémédité d'un policier ou d'un agent de correction ou un meurtre commis lors d'une agression sexuelle, un enlèvement, un attentat terroriste ou un meurtre prémédité d'une nature si brutale qu'on peut penser qu'il est peu probable qu’à l’avenir le délinquant soit réfréné par les normes ordinaires de comportement.
Le juge aurait le pouvoir discrétionnaire d’imposer une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour tous les autres meurtres au premier degré, prémédités ou non, et les meurtres au second degré lorsque l’accusé a déjà soit commis un meurtre soit tué intentionnellement aux termes de la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre.
Au moment de décider d'imposer une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, les tribunaux tiendraient compte « du caractère de l’accusé, de la nature de l’infraction et des circonstances de sa perpétration » ainsi que de la recommandation du jury.
Les tribunaux utilisent actuellement les mêmes critères pour déterminer si la période d'inadmissibilité à la libération conditionnelle de l'auteur d'un meurtre au deuxième degré dépassera 10 ans et si l'auteur de plusieurs meurtres se verra imposer des périodes consécutives d'inadmissibilité à la libération conditionnelle.
Il existe des ressemblances manifestes entre les mesures proposées dans le projet de loi C-53 et le régime britannique d'emprisonnement à vie. Tous deux sanctionnent les catégories de meurtre suivantes: les meurtres prémédités qui mettent en cause des infractions d'enlèvement et d'ordre sexuel; les meurtres prémédités qui comportent des aspects sadiques, qualifiés de meurtres brutaux dans le projet de loi C-53; les meurtres commis dans le cadre d'actes terroristes, que le régime britannique définit comme meurtres visant à promouvoir une cause politique, religieuse ou idéologique; et les cas où le tueur n'en est pas à son premier meurtre.
Malgré ces ressemblances, la Loi sur les peines de prison à vie purgées en entier proposée et le régime britannique d'emprisonnement à vie comportent plusieurs différences fondamentales.
Premièrement, dans le régime britannique, quiconque commet un meurtre prémédité mettant en cause des infractions d'enlèvement et d'ordre sexuel doit avoir tué plus d'une victime pour être passible d'un emprisonnement à vie. Par contre, une telle restriction ne figure pas dans le projet de loi C-53. Ainsi, en vertu du projet de loi C-53, quiconque commet avec préméditation le meurtre d'une seule victime mettant en cause un enlèvement, la séquestration ou une agression sexuelle est passible d'une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle.
Les propositions contenues dans le projet de loi C-53 diffèrent aussi du système britannique de peines à perpétuité par la nature des critères rattachés au pouvoir discrétionnaire d'imposer une peine à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.
Le système anglais comprend une liste détaillée de circonstances aggravantes et de circonstances atténuantes, tandis que le projet de loi C-53 ne prévoit aucune circonstance atténuante pouvant réduire la période d'inadmissibilité à une durée moindre que les durées minimales obligatoires établies dans le Code criminel. Le projet de loi C-53 ne contient aucune liste de circonstances qui pourrait devoir être mise à jour de temps à autre. Les dispositions sont plutôt formulées de manière générale et souple, afin d'inclure les critères dont les tribunaux tiennent compte depuis longtemps et dont il a été question tout à l'heure. Il s'agit principalement de la personnalité du délinquant, de la nature et des circonstances du meurtre et des recommandations éventuellement faites à cet égard par le jury.
Il est clair que le projet de loi C-53 est nécessaire et que le temps est venu de l'adopter. Lorsqu'un individu commet un meurtre horrible du genre qui est défini dans le projet de loi C-53, sa peine devrait être l'emprisonnement à perpétuité sans aucune possibilité de libération conditionnelle. Il ne devrait pas être possible, pour le délinquant, de présenter une demande de libération qui risquerait d'être acceptée.
Nous sommes bien conscients de la perspective de la famille de la victime. Pour ces gens, assister à une audience de libération conditionnelle est une forme de torture. Ils doivent chaque fois revivre un moment terrible de leur vie. Ce n'est pas acceptable. Au cours des 10 dernières années, le gouvernement n'a jamais dit que c'était acceptable. Voilà pourquoi le projet de loi C-53 devrait être adopté. Les dispositions proposées devraient certainement être intégrées à nos lois en matière de justice, et toute la Chambre devrait appuyer ce projet de loi.
View Denis Blanchette Profile
NDP (QC)
View Denis Blanchette Profile
2015-06-19 10:18 [p.15335]
Mr. Speaker, I thank my colleague across the way for his speech.
Something about the government's attitude toward this subject really bothers me. They are acting as though mechanisms to ensure public safety were not already in place. Specifically, I would like to talk about the Parole Board of Canada. Its mandate gives it the power to refuse parole when public safety is at risk, and victims have opportunities to have their say.
My question for my colleague across the way is therefore a simple one. What tools would his bill create that the Parole Board of Canada does not already have? I do not see what this bill adds.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'en face de son discours.
Quelque chose m'agace profondément dans le discours gouvernemental sur ce sujet. Ils font comme si des mécanismes permettant d'atteindre d'assurer la sécurité publique n'existaient pas déjà. Je veux parler plus précisément de la Commission des libérations conditionnelles du Canada. En vertu de son mandat, celle-ci a la possibilité de refuser une libération quand la sécurité publique est en jeu, et les victimes ont la possibilité de se faire entendre.
La question que je pose à mon collègue d'en face est donc très simple. Quels outils son projet de loi créerait-il que la Commission des libérations conditionnelles du Canada n'a pas déjà? Je ne vois pas ce que ce projet de loi apporte de plus.
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:19 [p.15335]
Mr. Speaker, I outlined that at the end of my speech. The fact is that there are such crimes and murders committed in this country by individuals who should not, for any reason, be allowed to sit at a table and request parole. Individuals should serve their sentences based on the murders they committed, and if that crime is so severe and significant that it requires life, then there should be no opportunity for parole.
I understand the member's question. The fact is that if a murder such as I have described that would be judged under Bill C-53 were to be committed, there is no reason the victim's family should ever have to face the perpetrator, the convicted murderer, at a parole board hearing on a regular basis and have to live through what would be indescribable and unacceptable.
If a person commits a crime as outlined in Bill C-53 and as I outlined today in my speech, there would be no opportunity for that individual to earn parole. There would be no opportunity for that person to ever deserve an opportunity to request parole.
Monsieur le Président, j'en ai parlé à la toute fin de mon discours. Dans notre pays, des crimes et des meurtres sont commis par des gens qui ne devraient, sous aucun prétexte, être autorisés à demander une libération conditionnelle. Ces gens devraient purger une peine proportionnelle à la gravité du meurtre qu'ils ont commis. Si le crime est grave au point de nécessiter une peine d'emprisonnement à vie, alors il ne devrait pas y avoir de possibilité de libération conditionnelle.
Je comprends la question du député. Comme je l'ai expliqué, pour ce qui est des types de meurtres ciblés par le projet de loi C-53, il n'y a aucune raison de forcer la famille de la victime à subir régulièrement l'expérience inqualifiable et inacceptable de faire face au condamné lors d'une audience de la Commission des libérations conditionnelles.
Comme je l'ai dit dans mon discours, en ce qui concerne les types de crimes ciblés par le projet de loi C-53, le délinquant n'aurait aucune possibilité d'obtenir une libération conditionnelle. Il n'aurait aucune possibilité de présenter une demande de libération conditionnelle.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-19 10:21 [p.15335]
Mr. Speaker, no government in recent memory has wanted to have so much talk and political spin. Let me use this bill as an example. If the bill had been law eight years ago, who in Canadian society would not be here today? I would be interested in knowing that.
The issue I face at the door that constituents are concerned about is safety in their communities. What they are looking for, for example, are ways young people can avoid getting into gangs. The national government has a role to play in working with stakeholders to try to get fewer young people involved in gangs. Maybe my collegue could comment.
Monsieur le Président, de mémoire récente, aucun gouvernement n'a jamais tenus autant de discours partisans. Prenons pour exemple ce projet de loi. S'il avait été adopté il y a huit ans, combien de Canadiens ne seraient plus parmi nous aujourd'hui? J'aimerais connaître la réponse.
Sur le terrain, mes électeurs se disent préoccupés par la sécurité dans leur collectivité. Par exemple, ils veulent qu'on trouve des façons d'empêcher les jeunes de se joindre à un gang. Le gouvernement fédéral doit collaborer avec les intervenants pour tenter de faire en sorte qu'il y ait moins de jeunes dans les gangs. Mon collègue pourrait peut-être me donner son avis à ce sujet.
View Rick Dykstra Profile
CPC (ON)
View Rick Dykstra Profile
2015-06-19 10:22 [p.15335]
Mr. Speaker, the member's question moves away from the discussion we are having on Bill C-53.
The member was not here in 2006 when I was elected and we became government. One of the first pieces of work we put it in in public safety was the opportunity for community organizations to access funding to assist young people, whether they were in or out of school, who were travelling down a wayward road. Those young people had the ability to be funded directly by the federal government to enter programs that would assist them in achieving a positive life goal, whether that be a job or continuing their education in high school.
I beg to differ with the member in the strongest of ways. This government has not only insisted on ensuring, as in Bill C-53, that individuals pay a significant price for crimes such as this that they commit. It has also been our goal for the last 10 years to ensure that we assist in preventing crime and assist in educating young people and getting them to understand a positive way of life. We have done that.
Monsieur le Président, la question du député s'écarte de notre discussion sur le projet de loi C-53.
Le député n'était pas ici en 2006, lorsque j'ai été élu et que nous sommes arrivés au pouvoir. L'une des premières mesures que nous avons prises pour améliorer la sécurité publique a été de permettre aux organismes communautaires d'avoir accès au financement pour aider les jeunes qui sortent du droit chemin, qu'ils fréquentent ou non l'école. Ces jeunes ont pu avoir directement accès aux fonds du gouvernement fédéral pour participer à des programmes qui les aideraient à atteindre des objectifs personnels positifs, comme décrocher un emploi ou poursuivre leurs études secondaires.
Donc, je ne suis pas du tout d'accord avec le député. Le gouvernement n'a pas seulement insisté pour que les contrevenants subissent de lourdes conséquences lorsqu'ils commettent des crimes de ce type, comme le prévoit le projet de loi C-53. Depuis 10 ans, son objectif consiste à contribuer à la prévention de la criminalité et à sensibiliser les jeunes pour qu'ils en viennent à adopter un mode de vie positif. C'est ce que nous avons fait.
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:23 [p.15336]
Mr. Speaker, before I begin, I would like to say that I will be splitting my time with the member for Trois-Rivières.
Today I rise in the House to speak to Bill C-53, which we will oppose. First though, since this is probably my last speech in the House for this 41st Parliament, I would like to thank all of the staff who have supported us over the past four years: House of Commons staff and the people working in my riding office and my parliamentary office, the interpreters, who do amazing work, the pages, and the people who work for my caucus.
A special thanks goes to my constituents in Rivière-des-Mille-Îles for placing their trust in me over the past four years. It was a tremendous privilege and an honour for me to meet them and talk to them about their concerns. I hope that they will support me again during the next Parliament.
Today we are talking about Bill C-53, a justice bill that was introduced by the government in power. This bill represents yet another step backward. I will digress for a moment to talk about this government's record on justice over the past few years.
First, let us talk about the issue of the missing and murdered aboriginal women. The current government is refusing to conduct an inquiry into this phenomenon, even though aboriginal groups across the country have been calling for such an inquiry. We know that an inquiry is necessary to put a stop to this terrible phenomenon in Canada. The NDP has already committed to conducting a national inquiry into missing and murdered aboriginal women. That is a priority for us, and it is one of the first things that we are going to do if we take office.
The Conservative government also introduced Bill C-51, which undermines our fundamental freedoms and violates our right to privacy. I received a number of letters on this subject from my constituents, who spoke out against the approach the government took with Bill C-51.
The NDP took a stand based on conviction and principles. Of the three main parties in the House, we are the only one that opposed this bill, which seriously infringes on the freedom of Canadians.
We can say that the Conservatives have fallen short when it comes to street gangs, whether it be in Montreal or Surrey, British Columbia. I talked with my colleagues from British Columbia about how a big a problem street gangs are. This is a serious and urgent problem that the government continues to ignore.
Bill C-53 is broadly based on misinformation and electioneering. What is more, we know that the Conservatives used this bill to stir up fear in order to raise more funds for their party. Right after this bill was introduced, the Conservative member for Scarborough Centre sent a fundraising email on behalf of the Conservative Party. The subject line was “Murderers in your neighbourhood”. That is obviously a campaign to spread fear and then capitalize on that fear to generate more support for the Conservative Party. That is the desperate act of a tired and ineffective government that is jeopardizing Canadians' safety.
The Conservatives should tell Canadians the truth. In the current system, the most dangerous criminals who pose a threat to public safety never get out of prison.
That is the current reality. We in the NDP want to protect victims and create an approach that puts victims first. We also believe in evidence-based policy. Any reforms made to the sentencing regime should focus on improving public safety, not playing political games. That is what the Conservatives are doing right now.
Decisions regarding people being released from custody must be based on an assessment of the risk each individual poses to the community and to public safety. The Conservatives introduced this bill, which, in fact, gives the minister control over these decisions. The Conservatives want to politicize the release process. We believe that this is a step backward for Canada.
The Attorney General has a duty to ensure that all of the bills put forward by the government are constitutional. As we know, since the Conservative Party has been in power, it has introduced a number of bills that could be considered unconstitutional. Once again, Bill C-53 will probably wind up being challenged in the courts. In other words, the Conservatives have introduced yet another problematic bill that is really much more about playing politics, instead of working to find solutions to the real problems.
Currently, if an offender gets parole, he will live the rest of his life under the conditions of his parole and the supervision of a CSC parole officer. Offenders who are sentenced to life never enjoy total freedom, since they have committed an offence resulting in a life sentence. Not all offenders who are given a life sentence get parole and some never will because of the high risk of recidivism they continue to present. We know that in the current system, there is legislation already in place to protect public safety and keep our neighbourhoods safe.
We know that the Conservatives are playing politics with this bill. The fact that they have been talking about this bill since 2013 further proves that point. They waited until just a few months before the election was called to introduce a real bill in the House. We know that this is an election bill. It has been criticized by eminent lawyers and experts because it is a complete botch-up.
In the past few days, we have had to discuss other bills that the Conservatives introduced in the House at the last minute. That is very undemocratic because we do not have enough time to debate these bills before the House rises at the end of the parliamentary session.
We also know that this same government invoked closure for the 100th time a few weeks ago in order to limit debate in the House. That move was strongly condemned by this side of the House, because Canadians want their MPs to do their homework, do their job and carefully study these bills. However, the Conservatives want to ram their platform down Canadians' throats without discussion and clear debate.
At present, it is the Parole Board of Canada, the PBC, an independent administrative tribunal free from political interference, that decides whether to grant or not grant parole. Taking this power away from independent experts and putting it in the hands of government is tantamount to turning back the clock 50 years. With this Conservative government we are going backwards.
The Parole Board of Canada was established in 1959, and Canadians rejected the politicization of the administration of justice a long time ago.
Canadians deserve better. They deserve a government that will take public safety seriously rather than using it for political purposes.
Monsieur le Président, avant de commencer, j'aimerais vous informer que je vais partager mon temps de parole avec le député de Trois-Rivières.
Aujourd'hui, je me lève en Chambre pour parler du projet de loi C-53 auquel nous allons nous opposer. Mais d'abord, puisque c'est probablement mon dernier discours à la Chambre dans le cadre de la 41e législature, j'aimerais remercier tous les employés qui nous ont appuyés durant les quatre dernières années: les employés de la Chambre des communes, ceux de mon bureau de circonscription et de mon bureau parlementaire, les interprètes, qui font un travail formidable, les pages, ainsi que les employés de mon caucus.
Je remercie particulièrement mes concitoyens de Rivière-des-Milles-Îles de m'avoir accordé leur confiance au cours des quatre dernières années. Cela a été pour moi un énorme privilège et un honneur de pouvoir les rencontrer et discuter avec eux de leurs préoccupations. J'espère ravoir leur appui à la prochaine législature.
Aujourd'hui, nous discutons du projet de loi C-53 qui concerne la justice et qui a été déposé par le gouvernement en place. Encore une fois, c'est un projet de loi qui nous ramène en arrière. Je me permettrai d'ouvrir une parenthèse pour parler du bilan de ce gouvernement, en matière de justice, au cours des dernières années.
Parlons d'abord du dossier des femmes autochtones assassinées et disparues. Le gouvernement actuel refuse d'entreprendre une enquête sur le phénomène des femmes autochtones assassinées et disparues, même si cela est revendiqué par les groupes autochtones, partout au pays. On sait que cela est nécessaire pour que ce phénomène horrible cesse au Canada. Le NPD s'est déjà engagé à mettre en place une enquête nationale au sujet des femmes autochtones assassinées et disparues. Cela fait partie de nos priorités et des premières choses que nous allons faire, si nous formons le gouvernement.
Le gouvernement conservateur est aussi celui qui a déposé le projet de loi C-51, ce projet de loi qui mine nos libertés fondamentales et qui nuit à notre droit à la vie privée. D'ailleurs, j'ai reçu plusieurs lettres à ce sujet de la part de mes concitoyens qui dénonçaient l'approche du gouvernement relativement au projet de loi C-51.
Le NPD a pris une position fondée sur la conviction et les principes. Nous sommes d'ailleurs le seul parti, parmi les trois principaux partis à la Chambre, qui s'est opposé à ce projet de loi extrêmement problématique pour la liberté des Canadiens.
Nous pouvons dire que les conservateurs n'ont pas répondu à l'appel dans le dossier des gangs de rue, qu'il s'agisse de Montréal ou de Surrey, en Colombie-Britannique. J'ai d'ailleurs discuté avec mes collègues de la Colombie-Britannique de ce problème énorme que sont les gangs de rue. La situation est grave et urgente. Le gouvernement actuel continue de ne pas répondre à l'appel.
Le projet de loi C-53 est largement fondé sur la désinformation et sur la propagande électorale. D'ailleurs, nous savons que les conservateurs ont utilisé ce projet de loi pour faire des collectes de fonds basées sur la peur des gens. La députée conservatrice de Scarborough-Centre a envoyé, tout de suite après le dépôt de ce projet de loi, un courriel destiné à récolter des fonds au nom du Parti conservateur. Le titre était « Murderers in your neighbourhood », qui peut être traduit par « Les meurtriers dans votre voisinage. » C'est évidemment une campagne qui vise à semer la peur et à capitaliser sur la peur des gens en vue de recueillir un nombre accru d'appuis au Parti conservateur. C'est le geste désespéré d'un gouvernement usé, inefficace et qui nuit à la sécurité des Canadiens.
Les conservateurs devraient plutôt dire la vérité aux Canadiens. Dans le système actuel, les criminels les plus dangereux qui posent un risque à la sécurité publique ne sortent jamais de prison.
C'est la réalité qui existe en ce moment. Au NPD, nous visons à protéger les victimes et à avoir une approche qui place les victimes au coeur de nos préoccupations. Nous préconisons aussi les politiques fondées sur les faits. La réforme du régime des peines devrait se centrer sur l'amélioration de la sécurité publique et non pas sur des jeux politiques. C'est ce que les conservateurs sont en train de faire en ce moment.
Les décisions concernant les personnes qui sont libérées devraient être basées sur l'évaluation du risque que pose un individu à la collectivité et à la sécurité publique. Les conservateurs ont déposé ce projet de loi qui, en fait, place ces décisions entre les mains d'un ministre. Les conservateurs veulent donc politiser ce processus de libération. Nous trouvons que c'est un pas en arrière pour le Canada.
En fait, c'est au procureur général d'assurer que les projets de loi mis en avant par le gouvernement sont constitutionnels. Nous savons qu'au cours de la gouvernance du Parti conservateur, les conservateurs ont déposé à plusieurs reprises des projets de loi pouvant être considérés comme anticonstitutionnels. Encore une fois, le projet de loi C-53 finira fort probablement par être contesté en justice. Ainsi, au lieu de faire leurs devoirs, les conservateurs ont déposé un autre projet de loi problématique qui vise surtout à faire de la politique, au lieu de trouver des solutions à de vrais problèmes.
Dans la situation actuelle, s'il obtient une libération conditionnelle, le délinquant restera toute sa vie soumis aux conditions de sa libération et à la surveillance d'un agent de libération conditionnelle de Service correctionnel Canada. Les condamnés à perpétuité ne jouissent jamais d'une liberté totale après avoir commis un crime ayant débouché sur une peine de prison à perpétuité. Les condamnés à l'emprisonnement à perpétuité n'obtiennent pas tous une libération conditionnelle et certains ne l'obtiendront jamais, à cause du risque élevé de récidive qu'ils continuent de présenter. Nous voyons que dans le système actuel, il y a déjà des règlements et des lois en place qui protègent la sécurité publique et font en sorte que nos voisinages peuvent être sécuritaires.
D'ailleurs, nous savons que les conservateurs font de la politique avec ce projet de loi. Le fait qu'ils parlent de ce projet de loi depuis 2013 déjà est une autre preuve de leur recours à cette approche. Toutefois, ils ont attendu seulement quelques mois avant le déclenchement des élections pour présenter un vrai projet de loi à la Chambre. Nous savons que c'est un projet de loi électoraliste qui a d'ailleurs été critiqué par d'éminents avocats et experts parce qu'il est complètement bâclé.
Dans les derniers jours, nous avons aussi dû discuter des autres projets de loi que les conservateurs ont attendu jusqu'à la dernière minute pour présenter à la Chambre. C'est une façon de faire extrêmement antidémocratique, parce que nous n'avons pas assez de temps pour discuter de ces projets de loi avant que la Chambre se lève pour la fin de la session parlementaire.
Nous savons aussi que ce même gouvernement a déposé, il y a quelques semaines, le 100e bâillon pour limiter le débat à la Chambre des communes. Nous avons vivement dénoncé cela de ce côté-ci de la Chambre, parce que les Canadiens veulent que leurs députés puissent faire leurs devoirs, faire le travail et étudier en profondeur ces projets de loi. Toutefois, les conservateurs veulent faire avaler leur plateforme aux Canadiens sans avoir de discussions et de débats clairs.
À l'heure actuelle, c'est la Commission des libérations conditionnelles du Canada, la CLCC, un tribunal administratif indépendant et à l'abri de toute ingérence politique, qui décide d'accorder ou non la libération conditionnelle. Retirer des mains des experts indépendants ce pouvoir et le donner au gouvernement nous fait revenir 50 ans en arrière. Sous ce gouvernement conservateur, on fait des pas en arrière.
Le CLCC a été créé en 1959, et les Canadiens ont depuis longtemps rejeté l'idée d'une politisation de l'administration de la justice.
Les Canadiens méritent mieux. Ils méritent un gouvernement qui va prendre au sérieux la sécurité publique au lieu d'en faire de la politique.
View Stella Ambler Profile
CPC (ON)
View Stella Ambler Profile
2015-06-19 10:34 [p.15337]
Mr. Speaker, I listened carefully to the speech by the member opposite. She talked about missing and murdered aboriginal women and girls, as well as street gangs, and then went on to say that this bill is based on misinformation and does not provide true solutions to real problems. I would argue that it is a real problem when victims in this country are not treated with the respect they deserve, and part of that respect includes receiving justice for those who have committed crimes against their loved ones.
My question is perhaps a more personal one for the member. I would like to know if she has heard any concerns from victims themselves, if people have told her it is fair that when criminals are given life sentences that they should indeed serve those life sentences.
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le discours de la députée d'en face. Elle a parlé des femmes et des jeunes filles autochtones portées disparues et assassinées, ainsi que des gangs de rue, puis elle a ensuite dit que ce projet de loi s'appuie sur des renseignements erronés et qu'il ne fournit pas de véritables solutions à de réels problèmes. À mon avis, il y a un réel problème quand les victimes ne sont pas traitées avec le respect qu'elles méritent ici, au pays, et si on souhaite leur témoigner le respect qui leur est dû, il faut notamment veiller à ce que ceux qui ont commis des crimes visant leurs proches soient punis comme il se doit.
La question que je vais poser à la députée est peut-être plus personnelle. J'aimerais savoir si les victimes elles-mêmes lui ont fait part de leurs inquiétudes. Lui ont-elles dit qu'il est juste que les criminels qui sont condamnés à la prison à perpétuité purgent leur peine en entier?
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:35 [p.15337]
Mr. Speaker, that is a good question.
When I go door to door in my riding, my constituents speak out about the cuts the Conservatives have made to the RCMP and border services, which are preventing officers from doing their jobs to protect us.
This Conservative government has done nothing but make cuts. It claims to stand up for victims, but we know that is not true. Furthermore, the comments by the member opposite do not reflect our public safety realities.
Last year, 99% of offenders released on day parole did not reoffend and 97% of offenders released on full parole did not reoffend either.
Instead of introducing a bill that could politicize the current situation, the Conservatives would be better off investing more in the public safety services that Canadians depend on.
Monsieur le Président, c'est une bonne question.
Lorsque je fais du porte-à-porte dans ma circonscription, les citoyens dénoncent les compressions effectuées par les conservateurs à la GRC et dans les services frontaliers, qui nuisent à la capacité des agents de remplir leur tâche, soit celle de nous protéger.
On ne voit que des compressions, sous ce gouvernement conservateur. Il prétend être à la défense des victimes, mais nous savons que ce n'est pas vrai. De plus, les propos de la députée d'en face ne concordent pas avec la réalité en matière de sécurité publique.
En effet, l'année dernière, 99 % des délinquants qui ont bénéficié d'une semi-liberté n'ont pas récidivé, et 97 % des délinquants qui ont obtenu une libération conditionnelle totale n'ont pas récidivé non plus.
Alors, au lieu de présenter un projet de loi qui risque de politiser la situation actuelle, les conservateurs doivent plutôt réinvestir dans les services sur lesquels les Canadiens comptent en matière de sécurité publique.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-19 10:36 [p.15337]
Mr. Speaker, I would like to pick up on two of the member's points.
We see that in the dying days of Parliament this legislation is being brought in. The member made reference, and she is not the only one, to the fact that for all intents and purposes this legislation has more to do with the Conservative Party raising money than it does with the bill actually passing in the House of Commons. The bill is more about trying to give the impression that the government wants to get tough on crime than trying to prevent crimes from taking place. I would ask the member to reflect on that.
I was also intrigued by her comment about Canada's murdered and missing aboriginal women and girls and what a travesty it is that the government has failed to recognize the need for a public inquiry.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur deux des sujets abordés par la députée.
Ce projet de loi est soumis à la Chambre alors que la législature tire à sa fin. Comme la députée l'a souligné, et elle n'est pas la seule, il est soumis à la Chambre non pas pour y être adopté, mais dans l'espoir qu'il pourra mousser le financement du Parti conservateur. Ce projet de loi vise à montrer que le gouvernement sévit durement contre les criminels, et non à réduire le nombre de crimes. J'inviterais la députée à y réfléchir.
J'ai aussi été intéressé par ses observations au sujet des femmes et des jeunes filles autochtones disparues et assassinées. Il est, en effet, scandaleux que le gouvernement ne voie pas l'utilité de tenir une enquête publique.
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:37 [p.15337]
Mr. Speaker, I completely agree.
I would like to share the opinion of many Canadian experts who have spoken out against this Conservative bill. One such expert is Allan Manson, a law professor at Queen's University. With respect to the current situation he said, and I quote:
The most heinous cases do not get out so this is not an issue of whether the Clifford Olsens will be released.
With an election looming this fall, this is political opportunism of the crassest sort. This is surely the worst approach to public policy-making, and to criminal justice policy-making in particular.
With respect to the changes in the bill he said, and I quote:
This change will not achieve a single penological objective.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord.
Je me permets de citer l'avis de plusieurs experts de ce pays qui ont dénoncé ce projet de loi conservateur, notamment Allan Manson, professeur de droit à l'Université Queen's. En parlant de la situation actuelle, il a dit, et je cite:
Les criminels les plus odieux ne sont pas libérés. Il n'est donc pas question que les Clifford Olson de ce monde sortent de prison.
[...] À mon avis, c'est de l'opportunisme politique de la pire espèce. Il y a des élections à l'automne prochain, et c'est assurément la pire façon de s'y prendre pour créer des politiques publiques, en particulier des politiques pénales.
Puis, en parlant des changements contenus dans ce projet de loi, il a dit, et je cite:
Ce changement ne servira pas un seul objectif pénal.
View Mathieu Ravignat Profile
NDP (QC)
View Mathieu Ravignat Profile
2015-06-19 10:38 [p.15337]
Mr. Speaker, since this is one of the last times I will rise in the House, I would like to thank the people of Pontiac for placing their trust in me. I humbly hope that they will do so again in the next election.
With respect to the question I would like to ask my colleague, it seems to me that this is not the first time public safety issues have been politicized. I would still like to know where to find the facts and the statistics that this bill is based on.
Did my hon. colleague find any?
Monsieur le Président, étant donné que c'est l'une des dernières fois que je peux me lever à la Chambre, j'aimerais remercier mes concitoyens du Pontiac de leur confiance. J'ose espérer humblement qu'ils m'accorderont cette confiance à nouveau aux prochaines élections.
En ce qui concerne la question que je voudrais poser à ma collègue, je pense que ce n'est pas le premier exemple de politisation des questions de sécurité publique. Je me demande toujours où sont les faits et les statistiques sur lesquels s'appuie un tel projet de loi.
Mon honorable collègue en a-t-elle trouvé?
View Laurin Liu Profile
NDP (QC)
View Laurin Liu Profile
2015-06-19 10:39 [p.15337]
Mr. Speaker, there are no facts, and the Conservatives are fearmongering. They want to use this bill to win political points for their campaign over the summer. This bill is flawed and very problematic.
Not only does the current system protect Canadians from the possibility of the most dangerous criminals returning to our communities, but studies also show beyond a shadow of a doubt that extreme penalties are not deterrents.
We would sure like to know why the government introduced a bill that has no basis in fact.
Monsieur le Président, effectivement, il n'y a pas de faits, et les conservateurs essaient de semer la peur. Ils veulent utiliser ce projet de loi pour gagner des points politiques lors de leur campagne cet été. Or ce projet de loi est mal ficelé et très problématique.
Par ailleurs, non seulement le système actuel protège déjà les Canadiens contre la possibilité que les criminels les plus dangereux réintègrent nos communautés, mais les études démontrent également, hors de tout doute, que les peines extrêmes ne sont pas dissuasives.
On se demande donc pourquoi le gouvernement dépose un projet de loi qui n'est aucunement fondé sur les faits.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2015-06-19 10:40 [p.15338]
Mr. Speaker, what a sensitive subject this is, and we are debating it in the context of a bill that was introduced at the very last minute. If there is one thing I find absolutely fascinating about my work here, which I feel very fortunate to do, thanks to the support and trust of the people of Trois-Rivières, it is the opportunity I have to learn so much about a whole range of subjects that are not necessarily in my area of expertise.
The subject we are dealing with this morning is a good example. I am not a lawyer or a criminal law expert, but in Ottawa, thank goodness, all members are lucky enough to have access to expertise, experience and relevant information. These things allow us not only to form an opinion, but also educate people who may be watching regarding the ins and outs of a bill like the one before us now.
If I were an ordinary citizen and a government said that its bill would enhance public safety, I imagine that I would probably start listening and I would likely believe that there must be some truth in there somewhere. Based entirely on facts, however, what we have before us is a bill that is designed purely to win votes and promote an ideology that is clearly the polar opposite of the NDP's ideology. The entire population, all Quebeckers and Canadians, will have to make their decision on October 19.
The Conservative government is proposing a vision of a society based on fear. I hope I will have time later to give some clear examples that directly relate to some election fundraising campaigns, for example, which have nothing to do with the substantive issue or the NDP's vision, which proposes developing a society based on public safety.
The Conservatives just introduced Bill C-53, which—to remind those who may not have been following this debate from the beginning—will make life imprisonment without parole mandatory for the crimes of first degree murder and high treason. However, life imprisonment without eligibility for parole is widely regarded as unconstitutional.
To plug the holes in their bill, the Conservatives included a clause that gives offenders a chance for parole after 35 years in prison. Parole will not be granted on the merits of the case or after a thorough review by the Parole Board, but after an application is made to the minister, because the minister is some sort of expert on this. I do not want to make any assumptions about the next Minister of Public Safety, but the current minister does not inspire a lot of confidence in me when it comes to making these types of decisions and leaving partisanship out of it.
Instead of spreading misinformation and electoral propaganda, the Conservatives should tell Canadians the truth. Under the current system, the most dangerous offenders who pose a risk to public safety never get out of prison. This bill is partisan to say the least, if not full-blown propaganda. The government's goal here is to give the impression that it is tough on crime, when it knows that these measures will have little to no real effect on the situation.
What is the current state of the situation in this area? For the benefit of those watching us I will briefly describe our system as it pertains to people convicted of first degree murder. An offender convicted of first degree murder is not eligible for parole for 25 years. I want to emphasize that “eligible” does not mean he will get parole, but that he can apply for it. It is up to the Parole Board to grant parole or not. We will come back to the conditions.
Protecting society is the primary criterion on which the Parole Board bases its decision to grant parole. Even if the offender is granted parole, he will spend his whole life reporting to a Correctional Service Canada officer. In other words, the current system already includes mechanisms for making public safety the priority.
The Criminal Code already includes special provisions to ensure that dangerous offenders do not threaten our safety.
If they are deemed to pose a serious risk to society, these inmates can be sentenced to an indeterminate prison term. That seems to be quite clear and strict. Public safety is the goal for this side of the House.
As we are on the eve of an election campaign, the Conservatives will use any means to fundraise and score political points, and there are still people who believe in that approach. I will just mention one example. On the day this bill was announced, the member for Scarborough Centre sent her constituents an email with the very moderate subject line: “Murderers in your neighbourhood?” That is their approach. Once again, the Conservatives' cynicism is in full view, and they are resorting to propaganda and fear-mongering. Instead, the NDP is focusing on safety.
Instead of engaging in blind partisanship, the government should instead listen to the findings of experts. I would like to elaborate on the expertise I mentioned earlier. A number of studies indicate that extreme sentences are not the solution to crime. That is backed up by statistics. After the death sentence was abolished, the murder rate dropped by 50%. That is rather curious. Here is what the Correctional Investigator of Canada had to say about that:
When you take all hope away from somebody, you don't give them any incentive to follow rules or to be at all productive and to contribute in any way.
A criminal can be released on parole and reintegrate into society. As I already mentioned, our current system has several provisions that protect society from the actions of these dangerous criminals.
In this case, there is no confusion. Everyone in the House agrees that it is important to protect society.
How will this bill protect us any better than the existing provisions of the Criminal Code? That is an interesting question. Did the government introduce this bill to do a better job of that? That is a question that the government has completely failed to answer.
According to Allan Manson, a law professor at Queen's University, there is a good chance that this bill is unconstitutional. Why? First, many studies have shown the negative effects of long-term incarceration. Prisons are becoming more dangerous for the people who work there. Second, this bill lacks a penal objective. The bill may in fact violate the very principle of fundamental justice.
If the Conservatives start breaking the backbone of our justice system, then they are doing exactly the opposite of what other democracies are doing in their legislation. It is often a good idea to compare ourselves to other countries to see whether we are heading in the right direction. However, is seems that the Conservatives are once again going against the tide.
Bill C-53 shows that public safety is not the Conservatives' primary concern. They would rather raise money through fearmongering and cobble together bills that are not based on evidence. The NDP is strongly opposed to that way of doing things. We want all criminal measures to be based on facts. We will ensure that our criminal measures seek only to enhance public safety.
We are deeply committed to the independence of justice. That is why only the appropriate authorities should decide whether an individual is eligible for parole. On the contrary, as they do in almost all of their bills, the Conservatives are once again placing more and more power in the hands of ministers, when those ministers are not necessarily qualified to exercise those powers.
I will stop there because time is flying by. That is too bad because I still had a ton of things to say. I will likely have a chance to talk more about this as I answer my colleagues' questions.
Monsieur le Président, quel sujet délicat que celui que nous abordons aujourd'hui dans le cadre de l'étude de ce projet de loi déposé à la toute dernière minute. S'il y a une chose absolument fascinante, dans le métier que j'ai la chance d'exercer, grâce au soutien et à la confiance que m'ont accordés les Trifluviens et les Trifluviennes, c'est de pouvoir m'informer en profondeur sur une panoplie de sujets qui ne sont pas nécessairement de mon domaine de spécialité.
Évidemment, celui dont on traite ce matin en est un exemple probant. Je ne suis pas avocat ni criminaliste, mais à Ottawa, Dieu merci, nous avons la chance, tous députés confondus, d'avoir accès à une expertise, à une expérience et à de l'information pertinente, qui nous permettent non seulement de se faire une idée, mais d'informer l'ensemble des citoyens qui nous écoutent des tenants et aboutissants d'un projet de loi comme celui qui nous est déposé.
Si j'avais été simple citoyen et qu'un gouvernement disait que son projet de loi visait à renforcer la sécurité publique, j'imagine que j'aurais eu tendance à prêter l'oreille et à me dire qu'il devait y avoir quelque chose de vrai là-dedans. Or, en se basant sur les faits, on s'aperçoit qu'on est en présence d'un projet de loi purement électoraliste et qui sert même la promotion d'une idéologie évidemment totalement différente de celle du NPD. Là-dessus, les citoyens et l'ensemble des Québécois et des Canadiens auront à trancher le 19 octobre prochain.
Le gouvernement conservateur nous propose une vision d'une société basée sur la peur. J'espère avoir le temps, plus tard, d'en donner de très bons exemples qui sont en lien direct avec des campagnes de financement pour une campagne électorale, par exemple, qui n'ont rien à voir avec le fond du sujet ou la vision néo-démocrate, qui propose de développer une société basée sur la sécurité publique.
Les conservateurs viennent de déposer le projet de loi C-53, qui rendra obligatoire — rappelons-le pour ceux qui ne suivent pas le débat depuis le début — l'emprisonnement à vie sans libération conditionnelle pour les meurtres au premier degré et les crimes de haute trahison. Pourtant, l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération est largement considéré comme étant inconstitutionnel.
Pour colmater les brèches de leur projet de loi, les conservateurs y ont inclus une clause qui ouvre la possibilité d'une libération conditionnelle après 35 ans d'incarcération, non pas en se basant sur des faits et une analyse rigoureuse faite par la Commission des libérations conditionnelles, mais en demandant la permission au ministre. Celui-ci est certainement un spécialiste! Je ne vais pas présumer du prochain ministre de la Sécurité publique, mais disons que celui qu'on a actuellement ne m'inspirerait pas la plus grande confiance quand viendrait le temps de prendre de telles décisions en faisant abstraction de la partisanerie.
Alors, plutôt que de faire de la désinformation et de la propagande électoraliste, les conservateurs devraient dire la vérité aux Canadiens. Dans le système actuel, les criminels les plus dangereux qui posent un risque à la sécurité publique ne sortent jamais de prison. On voit bien que ce projet de loi est pour le moins partisan, si on ne parle pas carrément de propagande. L'objectif du gouvernement est de donner l'impression qu'il sévit contre le crime, alors qu'il sait que ces mesures auront très peu, voire pas d'effets réels sur la situation.
Quel est l'état actuel de la situation, dans ce domaine? À l'attention de ceux et celles qui nous écoutent, j'exposerai brièvement notre système quant aux personnes condamnées pour meurtre au premier degré. Ce n'est qu'après avoir purgé 25 ans d'incarcération qu'un détenu condamné pour un meurtre au premier degré est admissible à la libération conditionnelle. J'insiste, « admissible » ne veut pas dire qu'il l'obtient, mais qu'il peut formuler une demande. C'est à la Commission des libérations conditionnelles que revient le rôle d'accorder ou non cette libération conditionnelle. On reviendra sur les conditions.
La protection de la société est le critère numéro un sur lequel se base la Commission des libérations conditionnelles pour accorder une mise en liberté sous condition. Quand bien même le détenu obtiendrait la libération conditionnelle, il serait toute sa vie soumis à la surveillance d'un agent du Service correctionnel du Canada. C'est pour dire que le système actuel prévoit déjà des mécanismes qui permettent de faire de la sécurité publique la priorité.
Pour veiller à ce que les criminels dangereux ne soient pas une source de nuisance pour notre sécurité, le Code criminel prévoit aussi un régime spécial à leur égard.
Si le risque qu'ils posent à la société est jugé élevé, ces détenus peuvent être condamnés à une peine de prison de durée indéterminée. Cela me paraît assez clair et rigoureux. C'est cet objectif que nous recherchons, de ce côté-ci de la Chambre, à savoir la sécurité publique.
Comme nous sommes à la veille d'une campagne électorale, pour les conservateurs, tous les moyens sont bons pour récolter des fonds et du capital politique, si tant est qu'il y ait encore des gens qui croient à cette approche. Je ne donnerai qu'un exemple au passage. La députée de Scarborough-Centre a profité du jour de l'annonce de ce projet de loi pour adresser à ses électeurs un courriel portant le titre suivant, très modéré: « Des criminels dans votre entourage ou dans votre voisinage? ». Il s'agit ici d'une traduction libre. C'est leur approche. Encore une fois, les conservateurs font preuve de cynisme, recourent à la propagande et misent sur le sentiment de peur, alors qu'au NPD, nous misons sur le sentiment de sécurité.
Au lieu de verser dans la partisanerie aveugle, ce gouvernement devrait plutôt prendre connaissance des conclusions de spécialistes en la matière. Je parlais d'expertise plus tôt, et en voici. Plusieurs études démontrent que les peines extrêmes ne sont pas la solution au crime. Cela se vérifie dans les statistiques. Depuis l'abolition de la peine de mort, le taux d'homicides a été divisé par deux. C'est quand même curieux. À ce sujet, je cite l'enquêteur correctionnel du Canada:
Lorsqu'on enlève tout espoir à quelqu'un, on ne l'incite pas à suivre les règles et encore moins à contribuer de quelque façon que ce soit à la société et à en être un membre actif.
Il peut arriver qu'un criminel obtienne une libération conditionnelle et réintègre la société. Comme je l'ai déjà mentionné, notre système actuel contient plusieurs clauses qui protègent la société contre les agissements de ces dangereux criminels.
Dans ce cas, il n'y a pas de confusion. Il y a unanimité, à la Chambre, quant à l'importance de protéger la société.
En quoi ce projet de loi va-t-il mieux nous protéger que ce que prévoient les clauses actuelles? Voila une question intéressante. Est-ce qu'on dépose un projet de loi pour faire mieux? C'est justement à cette question que le gouvernement a totalement omis de répondre.
Selon Allan Manson, qui est professeur de droit à l'Université Queen's, il y a de fortes chances que ce projet de loi soit inconstitutionnel. Pourquoi? D'une part, plusieurs études ont montré les conséquences néfastes de l'emprisonnement à long terme. Les prisons deviennent plus dangereuses pour les personnes qui y travaillent. D'autre part, aucun objectif pénal ne sous-tend ce projet de loi. Le principe même de la justice fondamentale pourrait être violé par ce projet de loi.
Si les conservateurs se mettent à briser la colonne vertébrale de notre système juridique, ils sont aussi aux antipodes des législations des autres démocraties. Souvent, se comparer permet de voir si on avance dans la bonne direction. Or il semblerait qu'encore une fois les conservateurs marchent à contre-courant.
Le projet de loi C-53 nous permet de constater que la sécurité publique n'est pas le premier souci des conservateurs. Ils préfèrent récolter des fonds en cultivant la peur et ils bricolent des projets de loi qui ne sont basés sur rien. C'est d'ailleurs ce à quoi s'oppose vivement le NPD. Nous exigeons que toute mesure pénale repose sur les faits. Nous veillerons à ce que nos mesures pénales n'aient comme but que d'améliorer la sécurité publique.
Nous sommes profondément attachés à l'indépendance de la justice. C'est pourquoi seules les autorités compétentes devraient juger de la libération conditionnelle d'un individu. Les conservateurs, au contraire, confient encore une fois, selon un mode avéré dans à peu près tous leurs projets de loi, de plus en plus de pouvoirs aux ministres, pouvoirs qu'ils n'ont pas nécessairement la qualité d'exercer.
Je m'arrêterai ici parce que le temps file à une vitesse folle. C'est malheureux parce que j'avais encore des tonnes et des tonnes de choses à dire. J'aurai probablement la chance d'en dire davantage en répondant aux questions de mes confrères.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-19 10:49 [p.15339]
Mr. Speaker, I want to pick up on a point that I had asked the Conservative member. That is in regard to the fact that here we have legislation that comes across as being really tough on crime, but in reality it is marginal at very best. It is well criticized. I believe that all opposition parties are in opposition to the legislation.
We are in the dying days of the session. Yet, we have very serious issues in our communities in the different regions of the country. I, for example, talk a great deal about what sort of programming we should be doing, and what sort of leadership Ottawa could be playing in terms of coming up with ideas and programs that would get youth out of gangs and into our communities in a more positive way. This is where I believe the government has fallen short.
I wonder if the member might want to take a side step from the bill and provide some comment in terms of the whole idea of preventing crimes from happening in the first place.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur une question que j'ai posée au député conservateur. Comme je le disais, bien que ce projet de loi donne l'impression de sévir durement contre les criminels, il est d'un intérêt très limité. Il est critiqué de toutes parts. Aucun parti de l'opposition de l'appuie, à ma connaissance.
La session parlementaire achève. Les diverses régions et collectivités du pays sont aux prises avec de graves problèmes. Pour ma part, je parle souvent des programmes qu'il faudrait mettre sur pied, et du leadership que pourrait exercer Ottawa dans la conception de solutions et de programmes qui nous aideront à sortir les jeunes des gangs et à mieux les intégrer à nos collectivités. Le gouvernement n'a pas été à la hauteur, dans ce domaine.
Le député pourrait-il laisser le projet de loi de côté pour un instant et parler de l'aspect prévention des crimes?
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2015-06-19 10:50 [p.15339]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question, and I have to tell him that he seems to have inadvertently fallen for the trap.
In the preamble to his question he mentioned that the Conservative government comes across as being really tough on crime, but they are not. They would love to have us believe that they are tough on crime and that they are stronger than all the other parties. However, it is Canada's own system that is strong, and the measures proposed in Bill C-53 contribute absolutely nothing to our existing public safety regime.
The Conservatives have launched a branding campaign and are trying to make the public believe that they are tougher on crime than the other parties, when that is not the case. The truth is that they are more partisan on crime issues than the other parties.
We will continue to protect public safety, as the existing measures already do. Bill C-53 adds nothing. Moreover, as members of Parliament from Quebec, I think we have made it quite clear that we must focus on real solutions such as prevention, support and rehabilitation measures in order to lower crime rates across the country and to ensure that our communities feel safe instead of afraid.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, et j'aurais presque envie de lui signaler qu'il semble malencontreusement être tombé lui-même dans le panneau.
En introduction à sa question, il nous parlait du gouvernement conservateur qui semble prendre la ligne dure, mais il n'y a pas de ligne dure. Le jeu des conservateurs, c'est exactement de tenter de nous faire croire qu'ils sont tough on crime et plus solides que tous les autres partis. Or c'est le régime lui-même qui est solide au Canada, et les mesures apportées par le projet de loi C-53 n'ajoutent rien au régime qui assure déjà la sécurité publique.
Nous sommes donc dans une campagne d'images avec laquelle les conservateurs vont tenter de faire croire à l'ensemble de la population qu'ils sont plus durs que tous les autres partis en matière de gestion du crime, alors que là n'est pas la question. Ils sont plus partisans que les autres partis sur la gestion du crime.
De notre côté, nous allons d'abord faire en sorte que la sécurité publique soit assurée, et elle l'est déjà grâce aux mesures actuelles. Le projet de loi C-53 n'y ajoute rien. Ensuite, bien sûr, en tant que députés du Québec, je pense que nous avons largement fait la preuve que les mesures de prévention, d'accompagnement et de réhabilitation étaient le véritable socle sur lequel nous pouvons diminuer la criminalité partout au pays, et nous assurer que nos collectivités vivent, non pas dans la peur, mais avec un sentiment de sécurité.
View Marc-André Morin Profile
NDP (QC)
View Marc-André Morin Profile
2015-06-19 10:52 [p.15339]
Mr. Speaker, this bill reminds me of pharmaceutical companies that are randomly searching for new molecules, and as soon as they make a discovery they try to match it with a disease. It is nothing but improvisation.
On the other side of the House, the Conservatives claim that hundreds of dangerous criminals will go out and murder people in their homes at night. This theory has absolutely no factual or scientific basis. Even if this theory had some kind of basis and if hundreds of criminals ended up in prison up to the age of 102, what does allowing these hypothetical hundreds of seniors to die in prison do for society? It makes no sense. It is designed solely to win votes, and that is its only merit.
Monsieur le Président, ce projet de loi me fait penser aux compagnies pharmaceutiques qui cherchent de nouvelles molécules au hasard et qui, au moment où elles font une découverte, cherchent la maladie qui va de pair avec cette découverte. C'est de l'improvisation totale.
De l'autre côté de la Chambre, les conservateurs prétendent que des centaines de criminels dangereux vont venir assassiner les gens dans leur maison le soir. Cette théorie n'a aucun fondement sérieux ni aucune base scientifique. Même si cette théorie avait un fondement quelconque, et que des centaines de criminels se retrouvaient en prison jusqu'à l'âge de 102 ans, qu'est-ce que le fait d'envoyer ces hypothétiques centaines de vieillards mourir en prison ferait pour la société? Cela ne tient pas la route. Cela n'a qu'une seule valeur, soit celle du point de vue électoral.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2015-06-19 10:53 [p.15339]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question and for his analogies, which always bring smiles to our faces or at least a bit of a smirk.
To pick up on his analogy about big drug companies, the big difference is that in their search for molecules, they sometimes find them, and while research aimed at finding a drug to treat one disease can fail, it can result in a drug to treat another disease. In the case before us today, for one thing, nothing is ever found, and for another, there is not much to fix because the parole system as a whole does not permit automatic parole for dangerous criminals after 25 years. That is all there is to it. Members of an organization not bound by politics judge whether applications can be approved, and their number one criterion is always public safety. Those people are not politicians. They are experts.
Parole is a conditional release. Offenders might not be granted parole, but if they are, it comes with conditions that they must fulfill for the rest of their lives.
As I said, the number one criterion is always public safety, not creating a climate of fear for the purpose of raising money.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, et particulièrement de ses analogies qui nous mettent toujours le sourire aux lèvres ou un petit rictus au coin de la bouche.
Si je poursuis avec son analogie sur les grandes pharmaceutiques, la grande différence, c'est qu'en cherchant des molécules, ces compagnies les trouvent parfois, et une recherche faite afin de trouver un médicament pour traiter une maladie peut s'avérer infructueuse, mais fructueuse pour soigner une autre maladie. Dans le cas qui nous préoccupe aujourd'hui, d'une part, nous n'y trouvons rien, et d'autre part, il n'y a pas beaucoup à corriger, parce que l'ensemble du régime des libérations conditionnelles n'autorise pas les libérations automatiques des criminels dangereux après 25 ans, et cela le dit bien. Ce sont les membres d'un organisme indépendant de toute question politique qui jugent de la pertinence de la demande, et leur premier critère est toujours la sécurité publique. Ces personnes ne sont pas politiciens. Ce sont des experts.
Le terme le dit: il s'agit d'une libération conditionnelle. Il se pourrait donc qu'on ne l'obtienne pas, et si elle est obtenue, elle l'est avec des conditions qu'on devra respecter à vie.
Le premier critère, je le rappelle, c'est toujours la sécurité publique, et non pas de semer un climat de peur pour ramasser de l'argent.
View Dave MacKenzie Profile
CPC (ON)
View Dave MacKenzie Profile
2015-06-19 10:54 [p.15340]
Mr. Speaker, before I begin, I would like to take a moment to thank all of my colleagues in the House for this last four years and a bit. This has been a great session of Parliament. I know a number of people have made a decision not to come back, but I would also recognize some of those people who have made decision to come here, in spite of ill health, to serve the country and their constituents. It has been a real pleasure to be here with them.
I rise today to talk about our government's highest purpose. What should that purpose be of any government? It is the protection of Canadians, ensuring our streets and communities, and our country are safe for honest, law-abiding people as we live, work and raise our families.
At all times, our government has endeavoured to ensure that our system of criminal justice reflects both this high purpose and the values and priorities of Canadians more broadly. For example, to give victims of crime a stronger voice we introduced and passed our Victims Bill of Rights Act. For too many years the welfare of the criminal was held up as a highest priority of criminal justice. This historic legislation, the Victims Bill of Rights, puts innocent victims back to where they should have been all along, at the very heart of our system of justice.
We have also changed laws regarding people deemed not criminally responsible for violent acts, ensuring that while dangerous offenders with mental illness receive the care they need, we also take care of the safety of the public.
Reflecting the values of Canadians also means that both the gravity of the offence and the need to protect Canadians must be considered in sentencing. That is why we got rid of the faint hope clause that allowed killers to apply for early parole. That is why when the criminal kills more than one person, under our law, judges can now impose consecutive sentences and take every lost life into account. That is why we have made it easier to deport foreign criminals from Canadian soil and have made it more difficult for them to enter the country in the first place. That is why we have made it easier to remove dangerous foreign criminals from Canada's shores and to make it more difficult for them to even get here in the first place. That is why we have toughened penalties, including creating mandatory prison sentences for many serious violent offences, in particular sex crimes against children.
When we say all of these things, let us be clear: we desire the rehabilitation of all criminals. However, certain criminals are too cruel and too dangerous to be released. When people break the laws and pay their debt to society, our hope is always for permanent rehabilitation. No one wants to see anyone degenerate into a lifetime of crime, but there are some criminals, the most dangerous and violent offenders, whose actions mean we cannot risk putting them back on our streets. However, as the law stands, sometimes we do.
Bill C-53 would end this practice, specifically for criminals who prey on society's most vulnerable, plotting kidnapping or sexual assault that ends in murder; criminals with such contempt for law and order that they kill correctional or police officers charged with that protection; criminals who so despise our values and our way of life that they carry out deadly acts of terrorism and high treason; and criminals whose crimes are so horrific that they shock the conscience of the entire community. The freedom of these criminals would compromise the freedom of everyone around them.
The suffering of the victims of such horrific crimes and the suffering of those who love them is bad enough. However, when the whole truth is known, they find out that the crime could have been prevented in the first place, that the crime should have been prevented but it was not, that the perpetrator was someone who could have been, should have been, securely behind bars. When that is discovered, at that moment their anguish, compounded by disbelief, becomes outrage, not just to them but to the entire country. Then we are all left to wonder what justice really means.
Canadians ask, rightly, why the most dangerous killers once in prison should ever be free again only to threaten our children, our families, our friends, our neighbours and our fellow citizens. It is very hard to argue with that, and our government has no intention of arguing with it. This sort of thing must end in our country.
The fact is that there are certain criminals who should never be allowed to walk the streets, where we and our neighbours live and work, or in the streets where our children play.
Monsieur le Président, tout d'abord, j'aimerais prendre un moment pour remercier tous mes collègues avec lesquels j'ai siégé à la Chambre pendant les quatre dernières années. Ce fut une excellente législature parlementaire. Je sais que certains d'entre nous ont décidé de ne pas revenir et je profite de l'occasion pour saluer ceux qui sont venus siéger ici, en dépit de leur état de santé, afin de servir leur pays et leurs électeurs. J'ai eu beaucoup de plaisir à les côtoyer.
Je prends la parole aujourd'hui au sujet de la cause la plus noble du gouvernement. De quelle cause s'agit-il pour un gouvernement? Protéger les Canadiens, assurer la sécurité dans les rues et les collectivités, faire du pays un endroit sûr où les gens honnêtes et respectueux des lois peuvent vivre, travailler et élever leur famille.
Le gouvernement a toujours voulu faire en sorte que le système de la justice pénale reflète cet objectif, de même que les valeurs et les priorités des Canadiens en général. Par exemple, nous avons présenté et fait adopter la Loi sur la Charte des droits des victimes, afin que les victimes d'actes criminels se fassent mieux entendre. Trop longtemps, le système de justice pénale a accordé la priorité au bien-être des criminels. La Loi sur la Charte des droits des victimes, qui marquera l'histoire, redonne aux victimes leur juste place, celle qu'elles auraient dû avoir depuis toujours, au coeur du système de justice.
Nous avons aussi modifié des lois concernant des personnes déclarées non criminellement responsables d'actes violents, de sorte que les délinquants dangereux atteints d'une maladie mentale puissent recevoir les soins dont ils ont besoin, mais que le public soit aussi protégé.
Tenir compte des valeurs des Canadiens signifie également qu'il faut tenir compte de la gravité de l'infraction ainsi que de la nécessité de protéger les Canadiens au moment de la détermination de la peine. C'est pourquoi nous avons supprimé la disposition de la dernière chance, qui permettait aux meurtriers de présenter une demande de libération conditionnelle anticipée. C'est pourquoi, lorsqu'un criminel tue plus d'une personne, le juge pourra maintenant, conformément à nos lois, imposer des peines consécutives et tenir compte de chaque vie perdue. C'est pourquoi nous avons fait en sorte qu'il soit plus facile d'expulser du Canada les criminels étrangers et qu'il soit plus difficile au départ pour les criminels d'entrer au Canada. C'est pourquoi nous avons fait en sorte qu'il soit plus facile de renvoyer du Canada les dangereux criminels étrangers et qu'il soit encore plus difficile au départ pour eux de venir ici. C'est pourquoi nous avons alourdi les peines et que nous avons prévu des peines d'emprisonnement obligatoires pour de nombreuses infractions graves avec violence, notamment les crimes sexuels contre des enfants.
Quand on parle de tout cela, comprenons-nous bien: nous souhaitons que tous les criminels puissent être réadaptés. Cependant, certains criminels sont trop cruels et trop dangereux pour être remis en liberté. Lorsque des gens enfreignent les lois et paient leur dette à la société, on espère toujours qu'ils pourront être réadaptés de façon permanente. Personne ne veut voir quiconque retomber dans une vie de criminalité, mais les actes commis par certains criminels, les délinquants les plus dangereux et les plus violents, font en sorte qu'on ne peut pas courir le risque de les laisser en liberté. Toutefois, dans l'état actuel de la loi, nous sommes parfois tenus de le faire.
Le projet de loi C-53 mettrait fin à cette pratique, tout particulièrement pour les criminels qui s'attaquent aux personnes les plus vulnérables de la société et qui commettent des enlèvements ou des agressions sexuelles qui finissent en meurtre; des criminels qui méprisent la loi et l'ordre à un point tel qu'ils tuent des agents de correction ou des policiers chargés de faire respecter la loi; des criminels qui méprisent nos valeurs et notre mode de vie à un point tel qu'ils n'hésitent pas à commettre des actes de terrorisme et de haute trahison; des criminels qui commettent des actes si horribles qu'ils ébranlent la conscience de toute leur collectivité. Accorder la liberté à ces criminels mettrait en péril la liberté de tous les gens autour d'eux.
La souffrance qu'éprouvent les victimes de crimes aussi répugnants et leurs proches est déjà suffisante. Or, quand la vérité éclate au grand jour et que ces gens se rendent compte que le crime dont ils ont été victimes aurait pu être prévenu si son auteur avait été derrière les barreaux, qu'il aurait dû être prévenu, à leur angoisse s'ajoute l'incrédulité, et c'est finalement la colère et l'indignation qui prennent le dessus, y compris dans le reste de la société. Dans ces cas-là, il y a franchement de quoi se demander quel sens on donne au mot justice.
Les Canadiens ont tous les droits de se demander pourquoi les tueurs les plus dangereux, une fois qu'ils sont en prison, devraient recouvrer un jour leur liberté, si c'est pour constituer de nouveau un danger pour nos enfants, nos proches, nos amis, nos voisins et nos concitoyens. C'est très difficile de répondre à une question comme celle-là, et le gouvernement n'a pas l'intention d'y répondre. Ces aberrations doivent cesser.
Certains criminels ne devraient jamais pouvoir circuler librement dans nos rues, là où nos voisins et nous-mêmes vivons et travaillons et où jouent nos enfants.
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
View Tim Uppal Profile
2015-06-19 12:05 [p.15353]
moved for leave to introduce Bill C-75, An Act to amend the Citizenship Act and to make a consequential amendment to another Act.
demande à présenter le projet de loi C-75, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté et une autre loi en conséquence.
View Peter Van Loan Profile
CPC (ON)
View Peter Van Loan Profile
2015-06-19 12:07 [p.15354]
Mr. Speaker, there have been discussions among the parties and I do believe you will find unanimous consent for the following motion:
That, not withstanding any Standing Order or usual practice of the House,
(a) Bill C-64, An Act to amend the Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Resources Accord Implementation Act, shall be deemed to have been read a second time and referred to a Committee of the Whole, deemed considered in Committee of the Whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed;
(b) Bill C-72, An Act to amend the Canada National Parks Act, shall be deemed to have been read a second time and referred to a Committee of the Whole, deemed considered in Committee of the Whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed;
(c) when the House adjourns today, it shall stand adjourned until Monday, September 21, 2015, provided that, for the purposes of any Standing Order, it shall be deemed to have been adjourned pursuant to Standing Order 28; and
(d) when, at any time the House stands adjourned until, and including, Tuesday, June 23, 2015, a Standing Committee has ready a report, that report shall be deemed to have been duly presented to the House upon being deposited with the Clerk.
Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que, nonobstant tout article du Règlement ou usage habituel de la Chambre:
a) le projet de loi C-64, Loi modifiant la Loi de mise en oeuvre de l'Accord Canada—Nouvelle-Écosse sur les hydrocarbures extracôtiers, soit réputé lu une deuxième fois et renvoyé à un comité plénier, réputé étudié en comité plénier, réputé avoir fait l'objet d'un rapport sans amendement, réputé adopté à l'étape du rapport et réputé lu une troisième fois et adopté;
b) le projet de loi C-72, Loi modifiant la Loi sur les parcs nationaux du Canada, soit réputé lu une deuxième fois et renvoyé à un comité plénier, réputé étudié en comité plénier, réputé avoir fait l'objet d'un rapport sans amendement, réputé adopté à l'étape du rapport et réputé lu une troisième fois et adopté;
c) à l'ajournement de la Chambre aujourd'hui, celle-ci demeure ajournée jusqu'au lundi 21 septembre 2015, sous réserve que, pour l'application du Règlement, la Chambre soit réputée ajournée conformément à l'article 28 du Règlement; et
d) si durant la période où la Chambre est ajournée jusqu'au mardi 23 juin 2015 inclusivement, un comité permanent prépare un rapport, lorsque ce rapport est déposé auprès de la greffière de la Chambre, il soit réputé avoir été présenté à la Chambre.
View Barry Devolin Profile
CPC (ON)
Does the government House leader have unanimous support to propose the motion?
Some hon. members: Agreed.
The Acting Speaker (Mr. Barry Devolin): Members have heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
Le leader du gouvernement à la Chambre a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter la motion?
Des voix: D'accord.
Le président suppléant (M. Barry Devolin): Les députés ont entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
Des voix: D'accord.
View Christian Paradis Profile
CPC (QC)
moved for leave to introduce Bill C-74, An Act to implement the accord between the Government of Canada and the Government of Quebec for the joint management of petroleum resources in the Gulf of St. Lawrence and to make consequential amendments to other Acts.
demande à présenter le projet de loi C-74, Loi portant sur la mise en oeuvre de l'Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec sur la gestion conjointe des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent et modifiant d'autres lois en conséquence.
View John Duncan Profile
CPC (BC)
View John Duncan Profile
2015-06-18 10:33 [p.15260]
moved that Bill S-2, An Act to amend the Statutory Instruments Act and to make consequential amendments to the Statutory Instruments Regulations, be read the third time and passed.
propose que le projet de loi S-2, Loi modifiant la Loi sur les textes réglementaires et le Règlement sur les textes réglementaires en conséquence, soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
View Bob Dechert Profile
2015-06-18 10:33 [p.15260]
Mr. Speaker, today I would like to speak about Bill S-2, the incorporation by reference in regulations act. Yes, this is riveting. While it may not be the subject of headlines, it is actually very important.
Bill S-2 has been studied by the Standing Committee on Justice and Human Rights and has been reported without amendment back to the House. Before that, the Senate Standing Committee on Legal and Constitutional Affairs also reported the bill, without amendment, to the House for consideration.
This bill deals with a regulatory drafting technique. Essentially, the bill clarifies when federal regulators can or cannot use the technique of incorporation by reference.
The technique of incorporation by reference is currently used in a wide range of federal regulations. Indeed, it is difficult to think of a regulated area in which incorporation by reference is not used to some degree.
Bill S-2 is about securing the government's access to a drafting technique that has already become essential to the way governments regulate. It is also about leading the way internationally in the modernization of regulations. However, more directly, Bill S-2 responds to concerns expressed by the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations about when incorporation by reference can be used. This bill would create the legal clarification that is needed so that regulators and the committee can ensure that there is no uncertainty in the process of incorporation by reference.
Incorporation by reference has already become an essential tool that is widely relied upon to achieve the objectives of the government. Both committees have heard that it is also an effective way to achieve many of the current goals of the cabinet directive on regulatory management, which are cabinet's instructions on how to ensure effective and responsive regulations. For example, regulations that use this technique are effective in facilitating intergovernmental co-operation and harmonization, a key objective of the Regulatory Cooperation Council established by the Prime Minister and President Obama. By incorporating the legislation of other jurisdictions with which harmonization is desired, or by incorporating standards developed internationally, regulations can minimize duplication. This is an important objective of the Red Tape Reduction Commission. The result of Bill S-2 would be that regulators would have the option of using this drafting technique in regulations aimed at achieving these objectives.
Incorporation by reference is also an important tool for the government to help Canada comply with its international obligations. Referencing material that is internationally accepted, rather than attempting to reproduce the same rules in the regulations, also reduces technical differences that create barriers to trade and is, in fact, something Canada is required to do under the World Trade Organization's Technical Barriers to Trade Agreement.
Incorporation by reference is also an effective way to take advantage of the use of the expertise of standards writing bodies in Canada. Canada has a national standards system that is recognized all over the world. Incorporation of standards, whether developed in Canada or internationally, allows the best science and the most accepted approach in areas that affect people on a day-to-day basis to be used in regulations. Indeed, reliance on this expertise is essential to ensuring access to technical knowledge across the country and around the world.
Testimony by witnesses from the Standards Council of Canada before the Standing Committee on Justice and Human Rights and the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs made it clear how Canada already relies extensively on international and national standards. Ensuring that regulators continue to have the ability to use ambulatory incorporation by reference in their regulations, meaning the ability to incorporate by reference a document as it is amended from time to time rather than just in its fixed or static version, means that Canadians can be assured that they are protected by the most up-to-date technology.
Incorporation by reference allows the expertise of the Canadian national standards system and the international standards system to form a meaningful part of the regulatory tool box.
Another important aspect of Bill S-2 is that it allows for the incorporation by reference of rates and indices, such as the Consumer Price Index or the Bank of Canada rates, which are important elements in many regulations.
For these reasons and more, ambulatory incorporation by reference is an important instrument available to regulators when they are designing their regulatory initiatives. However, Bill S-2 also strikes an important balance in respect of what may be incorporated by reference by limiting the types of documents that can be incorporated when they are produced by the regulation maker. Also, only the version of such documents as they exist on a particular day can be incorporated when the documents are produced by the regulation maker only. This is an important safeguard against circumvention of the regulatory process.
Although there was some testimony at the Standing Committee on Justice and Human Rights that suggested that the bill should go even further to allow more types of documents to be incorporated by reference, including documents produced by the regulation maker, we believe that Bill S-2 strikes the right balance, and where further authority is needed, Parliament can and has authorized incorporation by reference of additional material.
Parliament's ability to control the delegation of regulation-making powers continues, as does the oversight of the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations. We expect that the standing joint committee will continue its work in respect of the scrutiny of regulations that use incorporation by reference. The standing joint committee will indeed play an important role in ensuring that the use of this technique continues to be exercised in a way that Parliament has authorized.
One of the most important aspects of this bill relates to accessibility. Bill S-2 would not only provide a solid legal basis for the use of this regulatory drafting technique but would also expressly impose in legislation an obligation on all regulators to ensure that the documents they incorporate are accessible. While this has always been something the common law required, this bill clearly enshrines this obligation in legislation.
There is no doubt that accessibility should be part of this bill. It is essential that documents that are incorporated by reference be accessible to all those who are required to comply with them. This is an important and significant step forward in this legislation.
The general approach to accessibility found in Bill S-2 will provide flexibility to regulatory bodies to take whatever steps might be necessary to make sure that the diverse types of material from various sources are in fact accessible. In general, material that is incorporated by reference is already accessible. As a result, in some cases, no further action on the part of the regulation-making authority will be necessary. An example is provincial legislation, which is already generally accessible. Federal regulations that incorporate provincial legislation will undoubtedly allow the regulator to meet the requirement to ensure that the material is accessible.
Sometimes accessing the document through the standards organization itself will be appropriate. It will be clear that the proposed legislation will ensure that the regulated community will have access to the incorporated material, with a reasonable effort on their part. It is also important to note that standards organizations, such as the Canadian Standards Association, understand the need to provide access to incorporated standards. By recognizing the changing landscape of the Internet, this bill creates a meaningful obligation for regulators to ensure accessibility while still allowing for innovation, flexibility, and creativity.
Bill S-2 is intended to solidify the government's access to a regulatory drafting technique that is essential to modern and responsive regulation. It also recognizes the corresponding obligations regulators must meet when using this tool. The bill strikes an important balance that reflects the reality of modern regulation while ensuring that appropriate protections are enshrined in law. No person can suffer a penalty or sanction if the relevant material is not accessible to them.
This proposal is consistent with the position the government has long taken on the question of when regulations can and cannot use the technique of incorporation by reference. It will provide express legislative authority for the use of this technique in the future and will confirm the validity of existing regulations incorporating documents in a manner that is consistent with that authority.
We have many years of successful experience with the use ambulatory and static incorporation by reference in legislation at the federal level, and this knowledge will be useful in providing guidance in the future.
To conclude, the enactment of this legislation is the logical and necessary next step to securing access in a responsible manner to incorporation by reference in regulations. I would invite all members to support this legislative proposal and recognize the important steps forward it contains.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'aimerais parler du projet de loi S-2, Loi sur l'incorporation par renvoi dans les règlements, un sujet captivant s'il en est un. Or, même s'il ne fait pas les manchettes, ce projet de loi est très important.
Le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a étudié le projet de loi S-2 et l'a renvoyé à la Chambre sans proposition d'amendement. Avant cela, le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles avait aussi renvoyé le projet de loi à la Chambre, sans proposition d'amendement.
Le projet de loi porte sur une technique de rédaction des textes réglementaires et vise essentiellement à préciser les circonstances dans lesquelles les autorités réglementaires peuvent avoir recours à la technique de l'incorporation par renvoi.
La technique de l'incorporation par renvoi est actuellement utilisée dans un vaste éventail de règlements fédéraux. Il existe en effet peu de domaines réglementés où l'on ne l'utilise pas dans une certaine mesure.
Avec le projet de loi S-2, le gouvernement veut s'assurer qu'il peut avoir recours à cette technique de rédaction, qui est devenue essentielle à la façon de réglementer des gouvernements. Il cherche également à devenir un chef de file sur le plan international pour ce qui est de la modernisation de la réglementation. Plus précisément, le projet de loi répond aux préoccupations que le Comité mixte permanent d'examen de la réglementation a exprimées sur l'utilisation de cette technique. Il apporterait les précisions juridiques nécessaires pour dissiper l'incertitude des autorités réglementaires et du comité quant au processus de l'incorporation par renvoi.
L'incorporation par renvoi est déjà devenue un outil essentiel largement utilisé pour atteindre les objectifs du gouvernement. Les deux comités se sont fait dire que l'incorporation par renvoi est aussi une façon efficace d'atteindre un grand nombre des objectifs actuels de la Directive du Cabinet sur la gestion de la réglementation, c'est-à-dire les instructions du Cabinet qui visent à garantir l'efficacité et la souplesse de la réglementation. Par exemple, les règlements qui utilisent cette technique favorisent la coopération et l'harmonisation intergouvernementale, un objectif clé du Conseil de coopération en matière de réglementation, établi par notre premier ministre et le président Obama. L'incorporation par renvoi de textes législatifs d'autres administrations aux fins d'harmonisation, ou de normes élaborées à l'échelle internationale, permet de réduire les chevauchements, un important objectif de la Commission sur la réduction de la paperasse. Le projet de loi S-2 aurait pour effet de donner aux autorités de réglementation la possibilité de recourir à cette technique de rédaction dans les règlements qui visent ces objectifs.
L'incorporation par renvoi est aussi un important outil à la disposition du gouvernement afin de permettre au Canada de s'acquitter de ses obligations internationales. L'incorporation de documents internationalement acceptés, plutôt que leur reproduction dans les règlements, aplanit aussi les différences techniques qui nuisent au commerce. Il s'agit d'ailleurs d'une obligation du Canada aux termes de l'Accord sur les obstacles techniques au commerce de l'Organisation mondiale du commerce.
L'incorporation par renvoi est également un moyen efficace de tirer parti du savoir-faire des organismes de normalisation canadiens. Le système national de normes du Canada est reconnu mondialement. L'incorporation de normes dans la réglementation, que celles-ci aient été élaborées au Canada ou à l'étranger, permet de tenir compte des meilleures données scientifiques et des façons de faire les plus acceptées dans les domaines de la vie courante. Il est d'ailleurs primordial que l'on puisse se fier à cette expertise afin de pouvoir avoir accès aux connaissances techniques au Canada et à l'étranger.
Les témoignages des représentants du Conseil canadien des normes qui ont comparu devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne et le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles ont clairement fait ressortir le fait que les normes nationales et internationales sont déjà très largement utilisées au Canada. En autorisant les organismes de réglementation à continuer d'utiliser l'incorporation par renvoi dynamique — c'est-à-dire d'incorporer automatiquement les versions ultérieures d'un document plutôt qu'une version donnée et fixe —, on fait en sorte que les Canadiens bénéficient d'une protection assurée par les technologies les plus récentes.
L'incorporation par renvoi permet d'intégrer à la réglementation l'expertise qu'offrent le Système national de normes du Canada et les normes internationales. Il s'agit d'un outil de réglementation très utile.
Un autre aspect important du projet de loi S-2 est le fait qu'il permettra l'incorporation par renvoi de taux et d'indices, comme l'indice des prix à la consommation ou les taux fixés par la Banque du Canada, qui sont des éléments importants de nombreux règlements.
Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, l'incorporation par renvoi dynamique est un instrument important dans la rédaction des textes réglementaires. Cependant, le projet de loi S-2 établit un équilibre important relativement au contenu pouvant être incorporé par renvoi. Seuls certains types de documents peuvent être incorporés par renvoi lorsqu'il s'agit d'un document produit par l'autorité réglementaire elle-même. De plus, seule la version en vigueur à une date donnée d'un document produit par l'autorité réglementaire peut être incorporée par renvoi. Cette disposition est importante pour que l'autorité réglementaire ne se mette pas à contourner la procédure régulière de production des règlements.
Même si certains témoins entendus par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne préconisaient l'incorporation par renvoi d'autres types de documents, y compris des documents produits par l'autorité réglementaire elle-même, nous croyons que le projet de loi S-2 établit un juste équilibre. Au besoin, le Parlement pourra autoriser l'incorporation par renvoi de documents additionnels, comme cela est déjà arrivé.
Le Parlement continuera d'être le seul à pouvoir déléguer le pouvoir de faire des règlements, et le Comité mixte permanent d'examen de la réglementation jouera encore son rôle actuel de surveillance. Nous voulons que ce comité continue d'examiner les règlements comportant des incorporations par renvoi. Son travail sera important pour veiller à ce que la technique de l'incorporation par renvoi continue d'être employée conformément à ce que le Parlement autorise.
L'un des volets les plus importants de ce projet de loi est celui qui porte sur l'accessibilité. En plus de définir un solide cadre juridique pour l'utilisation de la technique de l'incorporation par renvoi dans la rédaction des règlements, le projet de loi S-2 prévoit l'obligation, pour toutes les autorités réglementaires, de voir à ce que les documents qu'elles incorporent par renvoi soient accessibles. Bien que cette obligation soit en fait déjà un principe de la common law, le projet de loi la rend encore plus explicite en l'énonçant clairement.
Le principe de l'accessibilité doit incontestablement faire partie de ce projet de loi. Il est essentiel que les documents incorporés par renvoi soient accessibles à tous ceux qui doivent s'y conformer. L'affirmer dans le projet de loi est un pas important dans la bonne direction.
À cet égard, l'approche générale du projet de loi S-2 est de donner aux organismes de réglementation la souplesse voulue en leur permettant de prendre les mesures qu'ils jugeront nécessaires pour que les documents, dont la nature et la source varient considérablement, soient dans les faits accessibles. Les documents qui sont incorporés par renvoi sont généralement déjà accessibles. Par conséquent, dans certains cas, aucune mesure particulière ne sera nécessaire. Par exemple, les lois provinciales sont déjà généralement accessibles. Si des règlements fédéraux incorporent par renvoi des textes législatifs provinciaux, l'obligation qui incombe à l'organisme de réglementation en matière d'accessibilité devrait être relativement facile à respecter.
Dans certains cas, il conviendra d'offrir un accès au document par l'intermédiaire de l'organisme de normalisation. Le projet de loi indiquera alors clairement que les administrés auront accès aux documents incorporés s'ils font un effort raisonnable en ce sens. Il est également important de souligner que les organismes de normalisation, telle l'Association canadienne de normalisation, sont conscients du besoin de rendre accessibles les normes incorporées par renvoi. Compte tenu de la constante évolution d'Internet, le projet de loi impose aux organismes de réglementation l'obligation réelle de veiller à l'accessibilité, tout en laissant place à l'innovation, à la souplesse et à la créativité.
Le projet de loi S-2 vise à renforcer l'accès, par le gouvernement, à une technique de rédaction qui est essentielle pour que la réglementation soit moderne et pour qu'elle puisse être adaptée aux circonstances. Il reconnaît également les obligations connexes que les organismes de réglementation doivent assumer lorsqu'ils utilisent cet outil. Le projet de loi établit un équilibre important, qui tient compte de la réalité de la réglementation moderne, tout en veillant à ce que les mécanismes de protection appropriés soient inscrits dans la loi. Personne ne pourra se voir infliger une peine ou une sanction s'il lui était impossible d'avoir accès aux documents pertinents.
Ce principe correspond à la position que le gouvernement défend depuis longtemps concernant les circonstances où l'incorporation par renvoi peut — ou non — être utilisée. Le projet de loi établira en toutes lettres le cadre juridique de l'utilisation de cette technique et confirmera la validité des règlements existants où des documents sont incorporés par renvoi, si tant est que ce cadre soit respecté.
Le gouvernement fédéral a recours depuis de nombreuses années déjà à l'incorporation par renvoi, qu'elle soit de type statique ou dynamique, et les connaissances que cette expérience nous a permis d'acquérir nous seront utiles pour la suite des choses.
En terminant, je dirais que l'adoption de cette mesure législative est la prochaine étape logique et nécessaire pour assurer l'accès, de manière responsable, à l'incorporation par renvoi dans les règlements. J'invite tous les députés à appuyer ce projet de loi et à reconnaître le grand pas en avant qu'il nous permettra de réaliser.
View Ève Péclet Profile
NDP (QC)
View Ève Péclet Profile
2015-06-18 10:42 [p.15261]
Mr. Speaker, in his speech, the parliamentary secretary spoke a lot about accessibility. However, there are no guidelines in the bill that would help determine the definition of accessibility. I therefore have the following questions. First, in the parliamentary secretary's view, what would be the definition of an accessible document? Second, does he believe that a document that the department charges Canadians for is an accessible document or not?
Monsieur le Président, dans son discours, le secrétaire parlementaire a beaucoup parlé d'accessibilité. Par contre, il n'y a aucune ligne directrice dans le projet de loi qui viendrait permettre de déterminer quelle serait la définition de l'accessibilité. Je lui pose donc les questions suivantes. Premièrement, quelle serait, selon lui, la définition d'un document accessible? Deuxièmement, croit-il qu'un document pour lequel le ministère exigerait des frais de la part des Canadiens et des Canadiennes serait considéré comme étant accessible ou non?
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
View Bob Dechert Profile
2015-06-18 10:42 [p.15261]
Mr. Speaker, the first point is that currently there is no requirement at all that documents incorporated by reference be accessible. This bill is actually enshrining that in law for the first time. That is very important.
With respect to accessibility, it really depends on what kind of information is being incorporated by reference. Obviously, some of this information is very technical and could go on for hundreds of thousands of pages. I am thinking of transport standards, aviation safety standards, and electrical standards as set out by the national standards organizations of Canada.
In each case, I think the regulators, when they incorporate by reference, need to state where that would be. I would imagine that in this day and age it is going to be on the Internet. It is going to be available in both official languages. When it is used in a regulation, they will indicate where it can be found.
Monsieur le Président, tout d'abord, rien n'oblige actuellement à ce que les documents incorporés par renvoi soient accessibles. C'est la première fois qu'un projet de loi inscrit cela dans la loi. C'est très important.
En ce qui concerne l'accessibilité, tout dépend du genre de renseignements incorporés par renvoi. De toute évidence, certains de ces renseignements sont très techniques et pourraient remplir des centaines de milliers de pages. Je pense notamment aux normes en matière de transport, aux normes de sécurité aérienne et aux normes relatives à l'électricité établies par les organismes de normalisation du Canada.
Chaque fois que des documents seront incorporés par renvoi, je pense que les organismes de réglementation devront indiquer à quel endroit on peut les consulter. À notre époque, j'imagine que ce sera sur Internet. Ils seront disponibles dans les deux langues officielles. Lorsqu'un document sera incorporé dans un règlement, les organismes de réglementation indiqueront à quel endroit le trouver.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2015-06-18 10:43 [p.15262]
Mr. Speaker, we often hear that things can best be found in the details. When I think of Bill S-2, I cannot help but look at this as a bill that provides a great deal of detail.
My question is with respect to the idea of international standards and the impact they have on different departments in terms of their responsibility to make sure that there are high standards. To what degree does Ottawa work with nations in dealing with trade agreements, as an example? To what degree has the Government of Canada worked with the EU or Ukraine, for example, to finalize agreements for which we would have regulations that would be more in sync?
Monsieur le Président, nous entendons souvent dire que c'est surtout dans les détails que l'on trouve ce que l'on cherche. Dans le cas du projet de loi S-2, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est un document qui contient beaucoup de détails.
Ma question concerne le concept des normes internationales et les répercussions qu'elles ont sur divers ministères en ce qui a trait à leur responsabilité de s'assurer que des normes élevées sont en place. À titre d'exemple, dans quelle mesure Ottawa travaille-t-il avec d'autres pays en ce qui a trait aux accords commerciaux? Dans quelle mesure le gouvernement du Canada collabore-t-il avec l'Union européenne ou l'Ukraine, par exemple, pour conclure des accords grâce auxquels nos règlements seraient davantage en harmonie?
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
View Bob Dechert Profile
2015-06-18 10:45 [p.15262]
Mr. Speaker, the Government of Canada incorporates many international standards and laws of different states by reference in regulations. A really good example would be the North American Free Trade Agreement. To harmonize trade between Canada, the United States, and Mexico, there are many pieces of legislation and international standards that are incorporated by reference in the regulations to the North American Free Trade Agreement.
He raises the question of the European Union comprehensive economic trade agreement. Those regulations are not yet drafted. That will come in time.
He also raises the question of a trade agreement with Ukraine, which is something our government is very interested in. I think it would be beneficial to both Canadians and the people of Ukraine.
On international standards, such as air transport and safety regulations, Canada is most famously home to the International Civil Aviation Organization, in Montreal, which is a UN body that sets civil aviation safety standards. Those standards are incorporated by reference into Department of Transport regulations, which regulate air safety in Canada.
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada incorpore par renvoi dans les règlements de nombreuses normes internationales et lois de différents États. L'Accord de libre-échange nord-américain en est un excellent exemple. Pour harmoniser le commerce entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, de nombreuses lois et normes internationales sont incorporées par renvoi dans les règlements pris en vertu de l'Accord de libre-échange nord-américain.
Le député a évoqué l'accord économique et commercial global avec l'Union européenne. Ces règlements n'ont pas encore été rédigés. Cela viendra.
Il a mentionné également l'accord commercial avec l'Ukraine, auquel le gouvernement s'intéresse beaucoup. Je pense que cet accord serait avantageux tant pour les Canadiens que pour les Ukrainiens.
En ce qui concerne les normes internationales, telles que la réglementation en matière de sécurité et de transport aériens, il est connu que l'Organisation de l'aviation civile internationale a son siège au Canada, à Montréal. C'est un organisme des Nations Unies qui établit les normes de sécurité de l'aviation civile. Ces normes sont incorporées par renvoi dans les règlements du ministère des Transports, qui régissent la sécurité aérienne au Canada.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
View Dan Albas Profile
2015-06-18 10:46 [p.15262]
Mr. Speaker, I want to thank the hon. member for his speech and for his work as a parliamentary secretary. He does a fantastic job for this government and also for his riding.
What I would like to ask him is actually further to what the previous member asked about: trade.
I believe that Canadians are fair and practical people. We want to see Canadian businesses succeed, not just here in Canada but abroad. I think many of those businesses would benefit by knowing that when we sign free trade agreements and see tariff-free access and see our services being able to go to those countries, and vice versa, there would not be gaps on the regulatory side. He mentioned international shipping issues and whatnot. Canadians know that, first, we can compete abroad, but if we do not have harmonization, those kinds of irritants will hinder Canadians from getting out and trading, and I think Bill S-2 would help set some guidelines for that.
Would the member please further explain in terms of trade and harmonization?
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de son discours et de son travail en tant que secrétaire parlementaire. Il fait un travail remarquable pour le gouvernement et sa circonscription.
La question que j'aimerais lui poser fait suite à celle du député précédent au sujet du commerce.
J'estime que les Canadiens sont des gens justes et pragmatiques. Nous voulons que les entreprises canadiennes réussissent non seulement au Canada, mais également à l'étranger. Je pense que bon nombre de ces entreprises seraient rassurées de savoir que lorsque nous signons des accords de libre-échange, établissons un accès en franchise de droits de douane et offrons nos services dans d'autres pays, et vice versa, il n'y aura aucun problème au chapitre de la réglementation. Le député a mentionné des problèmes liés au transport international, entre autres. Les Canadiens savent que nous pouvons soutenir la concurrence à l'étranger, mais s'il n'y a pas d'harmonisation, ce genre d'irritants empêcheront les Canadiens de faire du commerce à l'étranger. Je pense que le projet de loi S-2 aiderait à établir certaines lignes directrices à cet égard.
Le député pourrait-il nous parler plus en détail du commerce et de l'harmonisation?
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
View Bob Dechert Profile
2015-06-18 10:47 [p.15262]
Mr. Speaker, that is actually a very good question. In any trade agreement, access to thousands, perhaps hundreds of thousands, of products is open through the agreement. If the legislation of both countries, or multiple countries, in that trade agreement is not harmonized in the way they regulate technology and the way they regulate food, for example, that could actually end up causing an unnecessary barrier to trade, a technical barrier to trade.
Incorporation by reference allows legislators in each country to incorporate each other's legislation, which means that all of those products that are meant to be traded without tariffs would be able to be done that way.
C'est une excellente question, monsieur le Président. Chaque accord commercial facilite l'accès à des milliers, voire à des centaines de milliers de produits. Si la législation des pays participant à l'entente n'est pas harmonisée — s'ils n'ont pas la même façon d'encadrer la technologie ou les produits alimentaires, par exemple — ces divergences peuvent créer un obstacle technique et nuire inutilement au commerce.
L'incorporation par renvoi permet aux législateurs de chaque pays concerné d'incorporer les mesures législatives des autres pays. Ainsi, l'élimination des droits de douane pour une longue liste de produits peut se concrétiser tel que prévu.
Results: 1 - 30 of 38800 | Page: 1 of 1294

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data