Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 3423
View Jean-Pierre Blackburn Profile
CPC (QC)
moved that Bill C-55, An Act to amend the Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment and Compensation Act and the Pension Act, be read the third time and passed.
He said: Mr. Speaker, I thank you for giving me the opportunity to speak on this important day, because from now on our veterans will receive a positive response from a government that wants to help them.
We believe it is important to protect our modern-day veterans, for example, those who are returning wounded from Afghanistan. We must ensure that they and their families do not have any financial difficulties if they have the misfortune of being wounded during a mission, either in Afghanistan or elsewhere in the world.
It is also an important time for me because just over a year ago, I was named Minister of Veterans Affairs and I had no idea of the magnitude of the task ahead of me. Why am I bringing this up? When I started to listen to our veterans, our modern-day veterans, and realized the difficulties they were experiencing, I understood that we would have to make some changes and do so quickly.
What actually happened? Why, all of a sudden, did our modern-day veterans start publicly talking about and sharing their suffering, pain and financial difficulties?
Here in the House, in 2005, parliamentarians voted unanimously to create the new veterans charter. We said it would be a living charter that would reflect today's reality. When our modern-day veterans, who often are 20, 25 or 30 years old, come back injured, they do not wish to go home and wait and see what will happen. They want to return to their communities and be active members of society. They want to go on with their lives. Naturally, if they have any disability whatsoever, we must help them return to civilian life.
The new veterans charter is entirely focused on rehabilitation. When veterans are in a rehabilitation program, we must ensure that, financially, we do the right thing so that they are able to support their families and get through this difficult stage.
We realized that the new veterans charter had some shortcomings. So, we listened to the interested parties. We went to Valcartier and other military bases. We met with members of the Royal Canadian Legion and representatives of the seven associations. We attended their national convention and consulted them in order to identify the priorities we should emphasize to support our modern-day veterans. Almost everyone agreed that we had to take action on three fronts.
This is the first. If soldiers return injured, from Afghanistan for example, and go into a rehabilitation program, from now on, for the duration of the rehabilitation—whether it takes two, three, five or eight years—they will receive a minimum of 75% of their salary, or at least $40,000.
The second change concerns those who cannot return to work, those whose injuries are too serious. Once Bill C-55 has been passed by the Senate, they will receive a minimum of $58,000 a year. That is the minimum that a member of our military will receive if he or she is unable to return to work.
In addition, when our veterans are injured, they will also receive what is known as a permanent monthly allowance. This allowance—which is similar to the measure in the old system—is paid to them each month for life. The amount can vary from $543 to $1,631 per month for life. Bill C-55 also provides for an additional $1,000, which means that someone who cannot return to work will receive at least $58,000 per year.
There will be a third change to the new veterans charter. Essentially, Bill C-55 has added a whole new chapter to the new veterans charter that was passed in the House in 2005.
The other constant criticism that we have been getting is about offering a lump sum payment as compensation for pain and suffering.
This lump sum payment could be as much as $285,000. After having done some research, we found that the problem was that many of the people who suffered from psychological wounds, mental health issues or PTSD, for example, spent their money inappropriately.
It is our responsibility to protect those who could encounter difficulties. Through Bill C-55, people will be able to receive a cash payment or spread the payment over a certain number of years, be it 10, 15 or 20 years, depending on what they choose. They can also choose a combination of the two, meaning that they could receive part of it in cash and part of it spread out over time.
That means that each individual will need to talk to his or her spouse or family to determine the best decision for their particular situation.
There are three interconnected elements. There is rehabilitation, for which they will receive $40,000 per year, in addition to the lump sum payment. If they cannot return to work, they will receive $58,000 per year, in addition to the lump sum payment. On top of that, of course, there is a permanent monthly allowance of between $543 and $1,631 per month for life.
We cannot put a price on the cost of losing one or more limbs. There is nothing we can do when that happens. However, we can financially support those who are injured, in order to ensure that they and their immediate families do not experience financial difficulties. That is why the changes we are proposing are a step in that direction. We must help our modern-day veterans who, unfortunately, may come back wounded from a mission.
Earlier, I said we consulted soldiers. I even went to Afghanistan to hear what our soldiers there had to say. I am pleased to share with the House what the president of the Royal Canadian Legion, Patricia Varga, said:
This bill, as a first step, makes great strides in improving the New Veterans Charter and encompasses many of the recommendations made by the New Veterans Charter Advisory Group and the Standing Committee on Veterans Affairs.
I would like to thank parliamentarians for their support. We know there are rumours of an election in the air, but we must vote on this bill before the upcoming budget. We hope to have as much co-operation as possible from the Senate to ensure that any of our soldiers who unfortunately face such a situation are properly protected. We must also ensure that these corrective measures come into force as soon as possible and avoid delaying everything for another year.
I would also like to tell the members of this House that I am the only minister who, in an economic recession, managed to get $2 billion from the government in order to correct the shortcomings in the new veterans charter. Who will benefit from that $2 billion? Our veterans, their families and modern-day veterans who have particular needs because of the work they do to protect our values and our country and to defend oppressed nations.
I truly believe that this is a step in the right direction. It is our responsibility to support our soldiers, the people who defend our values. Thus, I would like to thank all parliamentarians for supporting our desire to help those in need.
propose que le projet de loi C-55, Loi modifiant la Loi sur les mesures de réinsertion et d'indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes et la Loi sur les pensions, soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Monsieur le Président, je vous remercie de m'accorder la parole en ce moment important puisque, aujourd'hui, nos anciens combattants vont recevoir un accueil favorable du gouvernement qui désire les aider.
Comme on le sait, il est important pour nous de protéger nos anciens combattants de l'ère moderne, par exemple ceux qui reviennent blessés de l'Afghanistan. Nous devons nous assurer que, financièrement, eux et les membres de leur famille, n'ont pas de difficulté si par malchance ils reviennent blessés lors d'une mission, que ce soit en Afghanistan ou ailleurs dans le monde.
C'est également un moment important pour moi puisque, il y a un peu plus d'un an, j'étais nommé à la tête du ministère des Anciens Combattants et je ne soupçonnais pas l'ampleur de la tâche qui m'attendait. Pourquoi est-ce que j'évoque l'ampleur de la tâche? Lorsque je me suis mis à écouter nos anciens combattants, nos vétérans de l'ère moderne, et à réaliser les difficultés qu'ils vivaient, j'ai compris qu'il fallait apporter des changements et rapidement.
Que s'est-il passé dans les faits? Pourquoi, tout à coup, nos vétérans de l'ère moderne se sont-ils mis à s'exprimer publiquement pour partager leurs souffrances, leurs douleurs et les difficultés qu'ils avaient également sur le plan financier?
Ici, en cette Chambre, en 2005, unanimement, les parlementaires ont voté pour mettre en place la Nouvelle Charte des anciens combattants. Nous avions dit que ce serait une charte vivante, et cette charte tenait compte de la réalité d'aujourd'hui. Donc, nos vétérans de l'ère moderne, qui ont souvent 20, 25 ou 30 ans, s'ils reviennent blessés, ils ne veulent pas s'en aller chez eux et attendre la suite des choses, bien sûr. Ils veulent redevenir actifs dans la société, être partie prenante de la société. Ils veulent continuer à s'épanouir. Or, bien sûr, s'ils ont un handicap quelconque, il faut que nous fassions en sorte de les aider justement à réintégrer la vie civile.
Alors l'ensemble de la Nouvelle Charte des anciens combattants est axé sur la réadaptation. Par contre, lorsque ces personnes suivent la réadaptation, il faut s'assurer que, financièrement, nous sommes corrects envers eux pour qu'ils seront en mesure de soutenir leur famille et de passer au travers de cette étape difficile.
On a constaté que la Nouvelle Charte des anciens combattants avait des lacunes. Alors, on a écouté les personnes intéressées. On s'est rendus à Valcartier et dans les bases militaires. On a rencontré les membres de la Légion royale canadienne et des représentants des sept associations. On a participé à leur congrès et on les a consultés pour savoir quelles étaient les priorités que nous devions mettre en place pour soutenir nos vétérans de l'ère moderne. Unanimement, ou presque, les gens convenaient qu'il fallait agir sur trois fronts.
Le premier, c'est celui-ci. À titre d'exemple, s'ils reviennent blessés de l'Afghanistan et qu'ils suivent un programme de réadaptation, dorénavant, pendant toute la durée de leur plan de réadaptation, que cela prenne deux, trois, cinq ou huit ans, ils recevront au minimum 75 p. 100 de leur salaire, mais au minimum 40 000 $ par année.
Le deuxième changement concerne ceux qui ne peuvent pas revenir au travail, ceux qui sont blessés trop gravement. Le minimum qu'ils recevront, conformément au projet de loi C-55, lorsqu'il sera adopté par le Sénat, ce sera une somme de 58 000 $ par année. C'est le minimum qu'un de nos militaires recevra s'il n'est pas en mesure de retourner au travail.
En plus de cela, lorsque nos vétérans ont des blessures, on accorde aussi ce qu'on appelle une allocation permanente mensuelle. Cette allocation — qui ressemble un peu à ce qu'on retrouvait dans l'ancien système — est un montant qui leur est accordé chaque mois, à vie. Ce montant varie de 543 $ à 1 631 $ par mois, à vie. En vertu du nouveau projet de loi C-55, nous allons y ajouter un montant de 1 000 $ additionnel. C'est ce qui fait que, au minimum, quelqu'un qui ne peut pas retourner au travail, recevra 58 000 $ par année.
Il y a aussi un troisième changement à la Nouvelle Charte des anciens combattants. Je rappelle qu'avec ce projet de loi C-55, c'est un peu comme si on inscrivait un tout nouveau chapitre à la Nouvelle Charte des anciens combattants qui avait été adoptée ici à la Chambre, en 2005.
L'autre critique que nous recevions constamment concernait le fait qu'on accorde un paiement forfaitaire pour compenser la douleur et les souffrances.
Ce paiement forfaitaire peut s'élever jusqu'à 285 000 $. Le problème, c'est qu'après certaines vérifications, on a constaté que parmi ceux qui souffraient de blessures psychologiques, de problèmes de santé mentale ou de SSPT, par exemple, plusieurs avaient dépensé leur argent de façon inappropriée.
C'est notre responsabilité de protéger ceux qui peuvent effectivement éprouver des difficultés. Dorénavant, par le bais de ce projet de loi C-55, les gens pourront recevoir le paiement en argent comptant ou étaler ce paiement sur un certain nombre d'années, que ce soit sur 10 ans, 15 ans ou 20 ans, selon ce qu'ils désirent. Ce pourrait aussi être un mélange des deux, c'est-à-dire qu'ils pourraient recevoir une partie en argent comptant alors que l'autre partie serait répartie dans le temps.
Cela implique que ces gens devront consulter leur famille, leur conjoint et leur conjointe, pour savoir quelle est la meilleure décision pour eux dans la situation qu'ils vivent.
Trois choses sont liées entre elles. Il y a la réadaptation, pour laquelle ils reçoivent 40 000 $ par année en plus du paiement forfaitaire. S'ils ne peuvent pas retourner au travail, ils recevront 58 000 $ par année, en plus du paiement forfaitaire. Bien sûr, à tout cela s'ajoute l'allocation permanente mensuelle qui se situe entre 543 $ et 1 631 $ par mois, à vie.
La perte d'un ou de plusieurs membres n'a pas de prix. On ne peut pas remédier à cette situation. Par contre, on peut aider financièrement ceux à qui c'est arrivé, pour faire en sorte que leur famille immédiate et eux-mêmes n'aient justement pas de difficulté sur le plan financier. C'est pour cette raison que les changements que nous proposons vont dans cette direction. Il faut aider nos vétérans de l'ère moderne qui, par malchance, pourraient revenir blessés.
Tout à l'heure, j'ai dit avoir consulté les militaires. D'ailleurs, je me suis même rendu en Afghanistan pour entendre ce que nos militaires avaient à dire. Je voudrais faire part à la Chambre d'un commentaire de la présidente de la Légion royale canadienne, Mme Patricia Varga. Elle disait:
Ce projet de loi constitue un premier pas dans la bonne direction en contribuant grandement à améliorer la Nouvelle Charte des anciens combattants. On y prend en considération de nombreuses recommandations qui ont été formulées par le Groupe consultatif sur la Nouvelle Charte des anciens combattants et le Comité permanent des anciens combattants.
Je tiens à remercier les parlementaires de leur appui. On sait qu'il y a une possibilité d'élection dans l'air, mais il faut que ce projet loi soit voté avant le prochain budget. Nous espérons avoir toute la collaboration possible du Sénat pour faire en sorte que nos militaires, ceux qui, par malchance, vivent une pareille situation, soient protégés. On doit aussi s'assurer que ces correctifs entrent en vigueur le plus tôt possible et éviter de reporter le tout d'une autre année.
Je tiens également à dire aux députés de la Chambre que je suis le seul ministre qui, en situation de récession, a obtenu 2 milliards de dollars du gouvernement pour corriger les lacunes actuelles de la Nouvelle Charte des anciens combattants. Qui profitera de ces 2 milliards de dollars? Ce sont nos anciens combattants, leur famille et les gens de l'ère moderne qui ont des besoins particuliers à l'égard du travail qu'ils font pour protéger nos valeurs et notre pays et pour défendre des nations opprimées.
Je pense sincèrement que nous allons dans la bonne direction. C'est notre responsabilité de soutenir nos militaires, ceux qui défendent nos valeurs. Ainsi, je tiens à remercier tous les parlementaires d'avoir appuyé notre désir d'aider ceux qui étaient dans le besoin.
View Diane Bourgeois Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, first I want to congratulate the minister. It is not often that we congratulate ministers.
He has answered some of the questions from our veterans. I have spoken with a number of veterans in my riding and there are still a number of other questions I would like the minister to answer.
I have no problem with adjusting the compensation amounts and the amounts to which people with psychological or social problems are entitled. Nevertheless, we know that our veterans are increasingly younger. A clause has been included whereby the sums will be indexed over time. The cost of living never stops increasing and veterans are a bit concerned about that. The sums are adequate for now, but will they be indexed in 5 or 10 years?
Until now, World War II veterans have received services from health care facilities. Modern-day veterans want to know whether those services will be maintained. Will health care institutions be provided for them? Will widows and wives of those who are no longer independent also have access to the services?
Monsieur le Président, tout d'abord, je voudrais féliciter le ministre. On ne félicite pas souvent les ministres.
Il a répondu à certaines interrogations de nos anciens combattants. Pour ma part, j'ai discuté avec plusieurs anciens combattants de ma circonscription, et il subsiste plusieurs interrogations auxquelles j'aimerais que le ministre réponde.
Pour ce qui est d'ajuster les montants compensatoires et les montants auxquels ont droit les gens qui ont des difficultés psychologiques ou sociales, ça va. Toutefois, on sait que nos anciens combattants sont de plus en plus jeunes. On a prévu une clause selon laquelle les montants seront indexés dans un certain temps. Le coût de la vie augmente sans cesse, et les anciens combattants sont un peu inquiets. Maintenant, les montants sont assez adéquats, mais a-t-on prévu de les indexer dans 5 ans ou dans 10 ans?
Ce qui soulève un questionnement, m'a-t-on dit, c'est que, jusqu'à maintenant, les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale disposent de services en termes d'établissements de santé. Va-t-on les maintenir? Fera-t-on des établissements de santé pour eux? Les veuves et les femmes de ceux qui ne sont plus autosuffisants auront-elles également accès à des services?
View Jean-Pierre Blackburn Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for her question.
I can say yes, the payments are indexed. For example, a few months ago, the lump sum payment was $276,000. It has just been indexed and is now $285,000. The same goes for our permanent monthly allocations. These sums have been indexed.
As far as the families are concerned, we must also ensure that the necessary facilities are available so that individuals who return injured and disabled can take part in a transition program. This allows our soldiers to go to the right place for their overall rehabilitation. It will be a kind of residence, adapted to their needs while they follow their transition plan.
What is more, if a seriously injured veteran cannot return to work and the spouse wants to take a training program, they can do that as part of the services we are offering. The spouse could take training, acquire new skills and provide additional support to the family. These things exist. It is indeed important that we provide this type of support to our veterans who need it.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
Je répondrai que oui, les paiements sont indexés. Je vais donner un exemple. Il y a quelques mois, le paiement forfaitaire était de 276 000 $. Il vient d'être indexé et il est maintenant de 285 000 $. Il en va de même pour nos allocations mensuelles permanentes. Ces montants sont indexés.
D'autre part, en ce qui concerne la famille, il faut également s'assurer qu'il y a les installations nécessaires pour qu'une personne revenant blessée et ayant un handicap puisse suivre un programme de transition. Cela permet à nos militaires d'aller dans un endroit approprié pour l'ensemble de leur réadaptation. Ça sera une résidence, en quelque sorte, qui sera adaptée à leurs besoins pendant qu'ils suivront leur plan de transition.
De plus, si un vétéran gravement blessé ne peut pas revenir au travail et que le conjoint souhaite suivre un programme de formation, cela fait partie des services que nous offrons. Le conjoint pourra suivre une formation, acquérir une nouvelle compétence et pourra peut-être apporter un soutien additionnel à la famille qui vit pareille situation. Ces choses existent dans les faits. Il est effectivement important que nous donnions cela à nos anciens combattants qui en ont besoin.
View Glenn Thibeault Profile
NDP (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2011-03-11 10:17 [p.8944]
Mr. Speaker, I, too, would like to commend the minister for bringing forward Bill C-55. Anything we can do to continue to help our veterans is something I know all members of Parliament greatly appreciate.
I have many veterans in my riding who come into my office to talk about some of the issues they are having in relation to getting the compensation. It is great to hear about the new compensation and some of the things the minister was talking about earlier, such as indexing, but it is the veterans who are being denied for whom we have to advocate.
Is there anything in this bill that will actually do something to help alleviate what veterans are having to go through right now in terms of being denied their claims when they legitimately have claims, and the processes that are there? Is this something the bill will address?
Monsieur le Président, je tiens aussi à féliciter le ministre d'avoir présenté le projet de loi C-55. Je sais que les députés sont toujours très heureux d'aider les anciens combattants.
Bon nombre d'anciens combattants de ma circonscription viennent à mon bureau nous faire part des problèmes qu'ils ont à obtenir une indemnisation. C'est bien beau d'entendre parler du nouveau programme d'indemnisation et, entre autres, des mesures d'indexation que le ministre a mentionnées tout à l'heure, mais nous devons défendre les intérêts des anciens combattants à qui ces prestations sont refusées.
En quoi le projet de loi atténuera-t-il les problèmes des anciens combattants dont les réclamations légitimes sont rejetées et qui doivent affronter les processus qui existent actuellement? Le projet de loi réglera-t-il ces questions?
View Jean-Pierre Blackburn Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I would like to clarify that until Bill C-55 comes into force, the amounts I mentioned will not be available. We are still operating under the charter that was adopted in 2005. As soon as Bill C-55 is in place, as soon as it is passed by the Senate, it will be five or six months before it takes effect. There are also measures for when a veteran contacts our department. We have just added 20 new case managers to respond more quickly to requests from our modern-day veterans.
We are significantly improving our department. We are reducing our processing times, improving our efficiency and decreasing red tape for our veterans and modern-day veterans. All of this is in the process of being implemented. We obviously had to set some priorities. Our priorities are the following: find ways to reorganize the fiscal or financial support we give these people with all of the necessary facilities for both physical and psychological problems. Now, other priorities will be determined in the future, since other changes still need to be made. But we are listening to their needs and the department is there to help them.
Monsieur le Président, je tiens à préciser que tant que le projet de loi C-55 n'est pas en vigueur, les sommes dont je parle ne sont pas disponibles. On est encore sous la charte qui a été adoptée en 2005. Mais dès que le projet de loi C-55 entrera en vigueur, qu'il sera adopté au Sénat, il faudra prévoir cinq ou six mois avant que la réglementation ne soit effective. Des mesures existent également lorsqu'un vétéran fait affaire avec notre ministère. On vient même d'ajouter 20 nouveaux gestionnaires de cas pour répondre plus rapidement et sans délai aux demandes de nos vétérans de l'ère moderne.
On est en train d'améliorer notre ministère de façon très importante. On réduit nos délais de traitement, on améliore notre efficacité et on réduit la paperasserie pour nos anciens combattants et nos vétérans de l'ère moderne. Tout ça est en processus d'implantation. Il a évidemment fallu procéder par priorité. Nos priorités sont les suivantes: réorganiser sur plan fiscal ou financier le soutien qu'on accorde à ces personnes avec toutes les installations nécessaires, que ce soit pour des problèmes physiologiques ou psychologiques. Maintenant, d'autres priorités vont devoir être établies dans le futur, car d'autres correctifs doivent encore être apportés. Mais on est attentif à leurs besoins, et le ministère est là pour eux et pour les aider.
View Michael Savage Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I am very pleased to have the opportunity to speak on third reading of Bill C-55, An Act to amend the Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment and Compensation Act and the Pension Act.
According to the Minister of Veterans Affairs, Bill C-55 is only the first step to addressing the concerns of veterans. However, we agree that it is a good first step and we congratulate the initiative.
The proposed legislation is a small step forward. We have supported the bill because our veterans need urgent help now and because the minister assures us that further changes will come. We hope this represents a significant change in thinking, in acting, that will address other gaps.
I would like to acknowledge our critic on veterans affairs, the member for Etobicoke North. In the short time that she has been in the House, she has earned admiration from all sides for her diligent and very capable work. She is passionate about the issue of veterans. She has travelled extensively and met with veterans. One only needs to chat with her to understand how seriously, deeply and personally she connects with our veterans.
Just before Christmas she was in Nova Scotia speaking in the town hall on veterans' issues with the member for Halifax West. I had a chance to have her meet with some of my constituents. I remember sitting at a Starbucks, chatting with Bruce Grainger, who many people in the House would know. I am sure the members for Sackville—Eastern Shore and Halifax West would know Bruce. Bruce is a veteran who served our country with distinction. Now his concern is for other veterans. He has put forward some ideas for the minister that perhaps we need to bring more veterans into Veterans Affairs and on the review and appeal boards. We need to respect that kind of passion from Canada's veterans.
What we owe our men and women who have put the uniform on is to honour our sacred trust and to be there for them when they come home. That means working to improve their pay and benefits so they feel secure knowing their families will be looked after. That means working to improve care for wounded warriors, especially those with post-traumatic stress disorder and traumatic brain injuries. What we owe them is to provide the care they need until the end of their lives, for example, ensuring long-term care so no veteran should have to suffer dementia and PTSD in a facility not equipped to meeting his or her needs.
Sadly, instead of trying to repay our obligation, we have let them down on many issues. For example, too many veterans go untreated for PTSD, too many veterans have nowhere safe to sleep at night, too many veterans suffer traumatic brain injury. It was shameful when a 92-year old veteran in Edmonton said, “There's a long road to go to make this right and you must not give up speaking to us because we never did”, speaking of himself and his colleagues.
The minister tabled Bill C-55 on November 17, 2010. The proposed legislation brought together several of the fall announcements and would make changes to the new veterans charter, as called for by several veterans organizations, including the Royal Canadian Legion, and would introduce changes to the administration of the lump sum disability award. Specifically, Bill C-55 would amend parts 1 to 3 of the new veterans charter as well as part IV of the Pension Act.
There are important changes in the proposed legislation: at least $58,000 per year for seriously wounded or ill veterans, those too injured to return to the workforce; a minimum of $40,000 per year no matter what the salary when serving in the CF for those receiving the monthly earnings loss benefit; an additional monthly payment of $1,000 for life to help our most seriously wounded veterans who are no longer able to work; and improved access to the permanent impairment allowance and the exceptional incapacity allowance, which will include 3,500 more veterans.
On behalf of veterans, I must ask why the government waited four years to propose any change to the new veterans charter, which has been hailed as a living document, a work in progress that would be continually adapted to meet the changing needs of veterans.
I must also ask why Veterans Affairs Canada did not live up to its 2006 commitment to review lump-sum awards for a disability pension within two years.
While the minister promised new improvements to the lump sum payment, the government merely divided up the payment differently, for example, as a partial lump sum and partial annual payments over any number of years the recipient chooses, or as a single lump sum payment.
Despite this, parties came together to ensure the passage of Bill C-55 and its extra support for veterans because our veterans need urgent help now and because veterans organizations across the country, including the Gulf War Veterans Association of Canada, the Canadian Association of Veterans in United Nations Peacekeeping and the Canadian Peacekeeping Veterans Association have asked us to do so.
I come from an area with a rich military history. We recently lost retired Brigadier-General Ned Amy, who had served with such distinction. We have had many giants in Nova Scotia in military history. One of the great giants was a diminutive man who barely cracked five feet tall but made such a difference.
I think of sitting at the Battle of the Atlantic dinner with Murray Knowles, Earle Wagner and some of the great heroes who have served our country, many of whom went across the cold North Atlantic in the corvettes, the last one of which is HMCS Sackville, which is nearing the end of its useful life in the water and has to come ashore. One way the government could support what veterans want in recognition of what they have done for us is put money into the proposal to bring HMCS Sackville ashore in Halifax.
Dominion president Pat Varga spoke of this bill, saying:
This bill, as a first step, makes great strides in improving the New Veterans Charter and encompasses many of the recommendations made by the New Veterans Charter Advisory Group and the Standing Committee on Veterans Affairs. The Legion considers that further improvements are needed to the Charter on which we look forward to continue the ongoing dialogue with [the] Minister...
Many things have been brought forward by the legion. In the future, the Royal Canadian Legion would still like the department to address the amount of the lump sum payment, the $276,000. In Canada, disabled workers receive, on average, $329,000, Australian service members received about $325,000. British service members receive many times that figure. The legion feels those injured, while serving their country, should expect to receive at least the same amount awarded to civilian workers whose lives have been drastically changed by circumstances beyond their control.
This is a bill that parliamentarians from all parties are happy to come together and speak in favour of.
I want to talk about where we are in Canada today.
It is no secret that Parliament is facing a volatile time. There are serious issues being discussed in the chamber that go to the heart of our traditions and customs. There is a hardening of opinion on all sides and the stakes are high, indeed. It is a tense time and yet a delicate time and I do not think anybody knows for sure where this will end up.
It is happening in Parliament where the people of Canada have a voice. In Canada, we use words and not swords and we determine who governs our nation by using ballots and not bullets. However, privilege did not come by default. It was not inevitable. It is the dividend of the blood and sacrifice of those who left their homes and families, went to lands many never heard of before and put their lives on the line. Some never came home, and it happens to this day.
As we pass Bill C-55 and parliamentarians consider their responsibilities, let us remember the men and women who have given up the opportunities they had so we could do this in a free country. It is appropriate in this tumultuous time in Canadian democracy to remember that the veterans have brought us all and Parliament together. Once again, it is the men and women who have fought for Canada who have showed us how democracy should work. We can do much more to honour that sacrifice. I hope today is just the start.
Monsieur le Président, c'est un immense plaisir pour moi de pouvoir prendre part au débat à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-55, Loi modifiant la Loi sur les mesures de réinsertion et d'indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes et la Loi sur les pensions.
Selon le ministre des Anciens Combattants, le projet de loi C-55 ne serait que la première de plusieurs mesures visant à répondre aux besoins des anciens combattants. Comme il s'agit d'un pas dans la bonne direction, nous tenons à l'en féliciter.
Signalons cependant qu'il s'agit seulement d'un petit pas dans la bonne direction. Si nous lui avons donné notre appui, c'est parce que nos anciens combattants ont besoin d'aide maintenant et parce que le ministre nous assure que d'autres mesures suivront. Nous espérons en fait que le projet de loi dont la Chambre est aujourd'hui saisie représente un changement radical de la façon de voir et de faire les choses et qu'il permettra de combler diverses autres lacunes.
Je tiens à signaler le travail de notre porte-parole pour les questions relatives aux anciens combattants, la députée d'Etobicoke-Nord. Même si elle a été élue il y a relativement peu de temps, la manière impeccable et empressée dont elle mène ses dossiers lui a attiré l'estime des députés de tous les partis. Ce sujet la passionne. Elle a beaucoup voyagé et rencontré un grand nombre d'anciens combattants. Il suffit de discuter quelques instants avec elle pour saisir la sincérité, la solidité et le caractère personnel de son attachement pour les anciens combattants.
Juste avant Noël, elle s'est rendue en Nouvelle-Écosse en compagnie du député d'Halifax-Ouest pour prendre la parole lors d'une rencontre informelle portant sur la question des anciens combattants. Elle en a profité pour rencontrer quelques-uns de mes électeurs. Je me souviens notamment d'une discussion que nous avons eue avec Bruce Grainger, dans un Starbucks de la région. Je suis sûr que de nombreux députés se souviendront de Bruce, surtout ceux de Sackville—Eastern Shore et d'Halifax-Ouest. Bruce est un ancien combattant qui a servi le Canada avec distinction. Il s'inquiète aujourd'hui du sort réservé aux autres anciens combattants. Il a soumis quelques bonnes idées au ministre, suggérant entre autres d'augmenter le nombre d'anciens combattants qui travaillent au ministère ou qui siègent aux divers comités d'examen et d'appel. La passion dont font preuve les anciens combattants du Canada mérite notre respect.
Nous devons aux hommes et aux femmes qui ont porté l'uniforme d'honorer le lien sacré de confiance qui nous unit à eux et d'être attentifs à leurs besoins quand ils rentrent au pays. Il faut pour cela améliorer la solde et les prestations qui leur sont versées, car ils ne doivent pas se demander si leur famille aura de quoi vivre. Il faut améliorer les soins offerts aux soldats blessés, particulièrement à ceux qui souffrent du trouble de stress post-traumatique ou d'un traumatisme cérébral. Nous leur devons de leur offrir les soins dont ils ont besoin jusqu'à la fin de leurs jours, notamment des soins de longue durée, afin qu'aucun ancien combattant souffrant de démence ou du trouble de stress post-traumatique ne se retrouve dans un établissement qui n'est pas équipé pour répondre à ses besoins.
Malheureusement, au lieu de tenter d'honorer nos obligations, nous avons trop souvent manqué à ces obligations. Par exemple, trop d'anciens combattants qui souffrent du trouble de stress post-traumatique ne reçoivent pas les soins dont ils auraient besoin. Trop d'anciens combattants n'ont pas d'endroit sûr où dormir la nuit. Trop d'anciens combattants souffrent de traumatismes cérébraux. Nous devrions avoir honte qu'un ancien combattant de 92 ans, à Edmonton, ait dû tenir ces propos en parlant de son sort et de celui de ses collègues: « Il reste encore beaucoup de choses à faire pour que justice nous soit rendue; mais n'abandonnez pas, parce que nous, de notre côté, n'avons jamais abandonné. »
Le 17 novembre 2010, le ministre a présenté le projet de loi C-55. La mesure législative proposée, qui réunit plusieurs des annonces faites à l'automne, modifierait la Nouvelle Charte des anciens combattants, ainsi que l'ont réclamé plusieurs organisations d'anciens combattants, dont la Légion royale canadienne, et apporterait des changements au versement de l'indemnité d'invalidité sous forme de paiement forfaitaire. En particulier, le projet de loi C-55 modifierait les parties 1 à 3 de la Nouvelle Charte des anciens combattants ainsi que la partie IV de la Loi sur les pensions.
Le projet de loi propose des modifications importantes: au moins 58 000 $ par année pour les anciens combattants gravement malades ou blessés, c'est-à-dire ceux qui ont des blessures trop graves pour pouvoir retourner sur le marché du travail; au minimum 40 000 $ par année pour les bénéficiaires de l'allocation mensuelle pour pertes de revenu, indépendamment de leur salaire lorsqu'ils servaient dans les forces armées; une prestation mensuelle supplémentaire de 1 000 $ à vie pour aider les anciens combattants les plus gravement blessés qui ne sont plus en mesure de travailler et un meilleur accès à l'allocation pour déficience permanente et à l'allocation d'incapacité exceptionnelle, afin d'inclure 3 500 bénéficiaires additionnels.
Au nom des anciens combattants, je dois demander pourquoi le gouvernement a attendu quatre ans avant de proposer quelque changement que ce soit à la Nouvelle Charte des anciens combattants, qui, aux dires de tous, est un document évolutif censé être continuellement adapté pour répondre aux besoins en constante évolution des anciens combattants.
Je dois également demander pourquoi le ministère des Anciens Combattants n'a pas respecté l'engagement qu'il a fait en 2006 de se pencher, dans un délai de deux ans, sur la question des paiements forfaitaires dans le cadre de la pension d'invalidité.
Alors que le ministre avait promis d'apporter des améliorations au paiement forfaitaire, le gouvernement s'est contenté de modifier le versement des paiements. En effet, le bénéficiaire a le choix entre un paiement forfaitaire partiel, des paiements annuels partiels répartis sur un nombre d'années prédéterminé ou un paiement forfaitaire unique.
Malgré tout, les partis se sont entendus pour que le projet de loi C-55, qui comprend des mesures de soutien supplémentaires destinées aux anciens combattants, soit adopté parce que les anciens combattants ont un urgent besoin d'aide et parce que des organisations d'anciens combattants d'un peu partout au pays, notamment l'Association du Canada des anciens combattants de la guerre du Golfe, l'Association canadienne des vétérans des forces de la paix pour les Nations Unies et l'Association canadienne des vétérans pour le maintien de la paix, nous l'ont demandé.
Je viens d'une région qui a une riche histoire militaire. Nous avons récemment perdu le brigadier-général à la retraite Ned Amy, qui a servi le pays avec beaucoup de distinction. L'histoire militaire de la Nouvelle-Écosse est remplie de géants. L'un d'entre eux n'était qu'un tout petit homme qui mesurait à peine cinq pieds, mais qui a accompli de grandes choses.
Je me souviens d'un dîner qui avait été organisé pour marquer la bataille de l'Atlantique et auquel avaient assisté Murray Knowles, Earle Wagner et quelques autres grands héros qui ont servi le pays, dont un grand nombre ont traversé les eaux froides de l'Atlantique Nord à bord de corvettes. La dernière de ces corvettes est le NCSM Sackville, qui a presque atteint la fin de sa vie utile et qui doit revenir à terre. Une des manières dont le gouvernement pourrait soutenir les demandes des anciens combattants en reconnaissance de ce qu'ils ont fait pour nous consisterait à investir dans le projet visant à ramener le NCSM Sackville à terre, à Halifax.
La présidente nationale, Pat Varga, a déclaré ceci:
Le projet de loi constitue un premier pas dans la bonne direction; il contribue grandement à améliorer la Nouvelle Charte des anciens combattants. On y prend en considération de nombreuses recommandations qui ont été formulées par le Groupe consultatif sur la Nouvelle Charte des anciens combattants et le Comité permanent des anciens combattants de la Chambre des communes. La Légion estime que la Charte nécessite d'autres améliorations, et nous avons hâte de poursuivre un dialogue continu à ce sujet avec [le ministre] [...]
La Légion royale canadienne a soulevé de nombreuses questions. Elle aimerait que le ministère règle tout de même la question du paiement forfaitaire de 276 000 $. Au Canada, les travailleurs handicapés touchent en moyenne 329 000 $, les militaires australiens, environ 325 000 $, et les militaires britanniques, beaucoup plus. La Légion est d'avis que les personnes qui se blessent en servant leur pays devraient recevoir au minimum le même montant que les travailleurs civils dont la vie a été chamboulée par des circonstances indépendantes de leur volonté.
Les parlementaires, tous partis confondus, se réjouissent de parler unanimement en faveur de ce projet de loi.
Maintenant, je vais parler de la situation qui règne aujourd'hui au Canada.
Ce n'est un secret pour personne que, à l'heure actuelle, le Parlement se trouve dans l'instabilité. La Chambre est saisie de questions graves qui touchent au coeur même de nos traditions et de nos coutumes. L'opinion se durcit des deux côtés, et les enjeux sont vraiment énormes. La tension est vive en ce moment pourtant extrêmement crucial, et, à mon avis, personne ne sait avec certitude où tout cela nous mènera.
Voilà le climat qui règne au Parlement, où les Canadiens font entendre leur voix. Au Canada, nous employons la parole au lieu des armes et nous élisons ceux qui nous gouvernent en appelant les électeurs aux urnes, et non sous les armes. Or, nous n'avons pas obtenu un tel privilège par défaut, par fatalité. Nous l'avons payé du sang versé et du sacrifice consenti par ceux qui ont quitté famille et maison pour aller risquer leur vie dans des endroits dont beaucoup n'avaient même jamais entendu parler avant. Certains ne sont jamais revenus au pays, et cette situation se produit encore de nos jours.
Alors que nous nous apprêtons à adopter le projet de loi C-55 et que les parlementaires se penchent sur leurs responsabilités, souvenons-nous des hommes et des femmes qui ont tout laissé derrière eux afin qu'une telle chose soit possible dans un pays libre. En cette période tumultueuse pour la démocratie canadienne, il convient de se rappeler que c'est grâce aux anciens combattants que nous sommes tous réunis au Parlement. Je le répète: ce sont les hommes et les femmes qui ont combattu pour le Canada qui nous ont enseigné comment devrait fonctionner la démocratie. Nous pouvons faire encore davantage pour honorer leur sacrifice. J'espère que ce n'est que le début aujourd'hui.
View Jean-Pierre Blackburn Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. member for his support, and take this opportunity to elaborate on an important point that must be taken into consideration.
Injured soldiers are still employees of the Department of National Defence when they return home. In compensation for their injuries, the Department of National Defence will pay them an amount of up to $250,000. Then, when they are no longer employed by DND, they will be under the jurisdiction of the Department of Veterans Affairs. In addition to the $250,000 from the Department of National Defence, they will also receive another lump sum payment that can reach up to $285,000 plus the amounts I mentioned. A veteran participating in a rehabilitation program will receive $40,000 per year. If they do not participate in a rehabilitation program because their injuries are too serious and they cannot return to work, they will receive a minimum of $58,000 a year.
Thus, there is an initial amount of $250,000 from the Department of National Defence; a second amount of up to $285,000, depending on the extent of the injuries, from the Department of Veterans Affairs; and the other measures that I just mentioned.
I know that no amount of money can compensate for the loss of a limb or another injury, but our responsibility is to ensure that veterans and their families are at least financially stable. For that reason, I urge all members to support Bill C-55 and thus improve the situation of our modern-day veterans.
Monsieur le Président, je voudrais remercier le député de son soutien. Je me permets de compléter un aspect important qui doit être pris en considération.
Lorsqu'un militaire revient blessé, il est toujours à l'emploi du ministère de la Défense nationale. En raison de ses blessures, il va recevoir du ministère de la Défense nationale un montant pouvant aller jusqu'à 250 000 $. Ensuite, lorsqu'il va cesser d'être à l'emploi de ce ministère, il va relever, en quelque sorte, du ministère des Anciens Combattants. Il reçoit aussi un autre montant forfaitaire, en plus du 250 000 $ du ministère de la Défense, pouvant atteindre 285 000 $ plus les montants que j'ai mentionnés. S'il suit un programme de réadaptation, il reçoit 40 000 $ par année. S'il ne suit pas un programme de réadaptation parce qu'il est blessé trop gravement et qu'il ne peut plus revenir au travail, il recevra au minimum 58 000 $ par année.
Comme on le voit, il y a un premier montant de 250 000 $ qui vient du ministère de la Défense, un deuxième montant pouvant atteindre 285 000 $ selon l'ampleur des blessures, qui vient du ministère des Anciens Combattants, et les autres mesures que je viens de mentionner.
Je sais que la perte d'un membre ou une autre blessure n'a pas de prix, mais notre responsabilité est de faire en sorte qu'au moins, les anciens combattants et leurs familles soient bien sur le plan financier. C'est dans cette optique que l'ensemble des parlementaires soutiennent notre projet de loi C-55 pour améliorer la situation de nos vétérans de l'ère moderne.
View Michael Savage Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, the point is when people serve in the Canadian Forces, that is their employer. The Canadian government is not only their employer, but also provides other benefits, just as it does to other people who get benefits from their employers and still are entitled to benefits from the Government of Canada. There is an awful lot of veterans in our country who are not receiving benefits, or cannot get benefits or have trouble getting benefits and they end up in the offices of parliamentarians. We can do a lot better.
Any time the minister has been in Halifax, he has been very gracious in ensuring that parliamentarians of all stripes are brought forward at meetings, commendation ceremonies and things like that. That does not happen with departments. It has been my experience that, as minister, he has been gracious in ensuring the veterans issue is as non-partisan as possible.
While we all support Bill C-55, any MP who meets with veterans in his or her office, and I meet with a lot of them, knows we need to do a lot more. This needs to be the start and not the end of the journey.
Monsieur le Président, ce qu'il faut comprendre, c'est que les militaires sont les employés des Forces canadiennes. L'État est leur employeur, mais il leur offre également d'autres prestations, tout comme il en offre aux autres travailleurs qui reçoivent aussi des prestations de leur employeur. Or, un très grand nombre d'anciens combattants qui ne reçoivent pas de prestations, qui ne peuvent pas en obtenir ou qui ont de la difficulté à en obtenir, aboutissent au bureau de leur député. Nous pourrions grandement améliorer la situation.
Chaque fois que le ministre est allé à Halifax, il a eu l'obligeance de veiller à ce que des parlementaires de toutes les allégeances participent aux réunions, aux soirées de reconnaissance et aux autres activités de ce genre. Ce n'est pas le cas pour les autres ministères. J'ai pu constater que le ministre a toujours veillé à ce qu'on traite la question des anciens combattants de manière non partisane dans la mesure du possible.
Nous appuyons tous le projet de loi C-55, mais tous les députés qui reçoivent des anciens combattants à leur bureau savent que beaucoup de choses restent à faire. Je peux vous dire, pour ma part, que bon nombre d'anciens combattants viennent me voir. Le projet de loi ne doit pas être l'aboutissement du processus. Ce n'en est que le commencement.
View Peter Stoffer Profile
NDP (NS)
Mr. Speaker, I want to correct my colleague from Dartmouth—Cole Harbour on one thing. In committee a senior department official told us that over 3,500 veterans would benefit from Bill C-55 over five years. That is actually incorrect. Careful research by the Parliamentary Library indicates that only 500 veterans would benefit from these changes. A possible 2,320 veterans would be subject to enhanced benefits from regulatory changes, not legislative changes. The government did not need to introduce legislation to make changes to the regulations to assist more veterans.
In fact, the minister said that this would be a $2 billion enhancement. That is like telling a guy who plans on working for 40 years and is making $30,000 a year that he is going to make $1 million. The reality is $2 billion will be spread over an incredibly long period of time. The average cost of Bill C-55 would be $50 million a year. We thank the minister for that very tiny increase.
My question for my colleague from Dartmouth—Cole Harbour is this. Why did the government not take a bigger lead in enhancing benefits—
Monsieur le Président, je tiens à corriger le député de Dartmouth—Cole Harbour sur un point précis. Au comité, un haut fonctionnaire du ministère nous a dit que sur cinq ans, plus de 3 500 anciens combattants bénéficieraient du projet de loi C-55. C'est inexact. Une recherche minutieuse de la Bibliothèque du Parlement indique que seulement 500 anciens combattants bénéficieront de ces changements. En modifiant la réglementation, plutôt que la loi, on rendrait environ 2 320 anciens combattants admissibles à des prestations bonifiées. Le gouvernement n'avait pas besoin de présenter une mesure législative pour modifier la réglementation et aider ainsi un plus grand nombre d'anciens combattants.
En fait, le ministre a dit qu'il s'agissait d'une bonification de 2 milliards de dollars. C'est comme dire à quelqu'un qui prévoit travailler pendant 40 ans pour un salaire de 30 000 $ par année qu'il va faire 1 million de dollars. En réalité, les 2 milliards de dollars seront répartis sur une période extrêmement longue. Le coût moyen du projet de loi C-55 sera de 50 millions de dollars par année. Nous remercions le ministre de cette minuscule augmentation.
Voici ma question pour le député de Dartmouth—Cole Harbour. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas pris davantage les devants pour augmenter les prestations...
View Michael Savage Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, my colleague from Sackville—Eastern Shore is a very passionate defender of veterans and veterans rights.
Last Friday I met with somebody who had been employed in the military in Gagetown. This individual had medical evidence indicating he had been afflicted with a disease that he contracted from serving in Gagetown. Because he finished his service a few months before the deadline of 1960 to 1970, he does not qualify. These arbitrary deadlines of who qualifies for programs and who does not leave a lot of veterans at home. They leave a lot of veterans without any support.
I do not dispute the number mentioned by the member. We were told at committee that the number was supposed to be 2,500. If it is less than that, then that is wrong.
Monsieur le Président, le député de Sackville—Eastern Shore défend avec beaucoup de passion les anciens combattants et leurs droits.
Vendredi dernier, j'ai rencontré un ancien militaire de Gagetown. Celui-ci a des preuves médicales qu'il souffre d'une maladie qu'il a contractée pendant qu'il était en poste à Gagetown. Il n'est pas admissible aux prestations parce qu'il a complété son service militaire quelques mois avant la période déterminée allant de 1960 à 1970. Ces dates limites arbitraires visant à déterminer l'admissibilité aux programmes laissent en plan et sans soutien de nombreux anciens combattants.
Je ne remets pas en question le chiffre mentionné par le député. Au comité, on nous a dit que ce chiffre devait être 2 500. Si c'est moins que cela, c'est qu'il y a une erreur.
View Nicole Demers Profile
BQ (QC)
View Nicole Demers Profile
2011-03-11 10:32 [p.8947]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House to debate Bill C-55. As the daughter of a soldier who served for six years in the last world war, I completely agree with the demands of our soldiers who return from the front. Their needs must be taken into consideration. When soldiers are at the front, everyone sings their praises and speaks about them with great enthusiasm. Everyone says how important their work is and how various countries would never achieve freedom if they were not there.
When our soldiers, both male and female, are at the front—there are more and more women enlisting—they are always being praised. However, when they return, we thank those who went to war for their efforts and then often we forget about them. But, their injuries are not just physical injuries; often they are injuries to the soul. These injuries may not be apparent, at least not when the soldiers first return from combat. Sometimes it takes them a number of years to discover just how much they have been affected by combat and the atrocities they witnessed on the ground. They do not want to talk to anyone about it because soldiers do not want to be seen as weak. Female soldiers have also been taught to be strong in order to defend people in various troubled countries.
My mother married my father in 1949. He was returning from war, where he fought from 1939 to 1945. He was a scout throughout the entire war. He participated in the campaigns in Italy, Poland, England and Africa. He slept in the trenches for six years, eating monkey meat, as he called it. He did that for six years—not six or eight months—before returning to Quebec, resting and returning to the front lines six months later. For six years non-stop, he was on the front lines. When he returned in 1949, he suffered from chronic bronchitis. He was told that it was not a result of the war and he was refused a pension.
My mother fought from 1949 to 1987 to for my father to receive something. It took 38 years for my father to finally get recognition from his country for what he had done. After 38 years, still today, we see men and women fighting to be recognized for what they have done for their country. They are not recognized. Now, the government will give $1,000 a month to wounded soldiers who cannot work for the rest of their lives, but that $1,000 is taxable. Big deal.
They will receive their lump sum payments, even though we know very well that when people get a lot of money all at once they spend it. Life is expensive. Soldiers return home from the war and their families are affected because these soldiers have gone to and from Afghanistan or other theatres of war several times. They see the most terrible things, such as seeing their fellow soldiers killed in front of them or blown up by a bomb. And we think that those scars are not permanent? Psychological wounds may not look as frightening, but they are permanent. And they are not adequately taken into account.
The people who evaluate returning soldiers work for the government. But the government wants to pay out as little as possible. That has been the case for years. They are giving less to our military personnel who are coming back from combat. Are they worth less because they are coming back from combat and are older? Is that it? When they are in combat, they are taken care of and are paid well, but as soon as they come back, it is a different story.
Of course, the Bloc Québécois will support this bill despite its lack of a broad approach to help soldiers regain what they deserve, like the lifetime pension, for example. How could the government have taken that away? The last survivor of the first world war died recently. They do not need to take care of them anymore.
My mother is 82, soon to be 83. Last year she became entitled to help, despite the fact that she had taken care of my father for many years and her health was failing. She did not want outside help because she said she was capable of doing it herself. It was her husband and her duty. She felt that she was capable.
In 1971, before my father received anything from the government, he was decorated by England, Poland and Italy. Three governments recognized the work he had done to free them. Our government did nothing, absolutely nothing for us. He got hearing aids. Hearing bombs and constant explosions will obviously affect your hearing eventually. He got his hearing aids a few months before he died. And that could not be blamed on the war either. He could not hear a thing, but that was normal deterioration.
I do not know what to say to make my colleagues across the floor understand that this bill must be improved, that we need to bring back the lifetime pension, that our soldiers deserve a lifetime pension, that when soldiers return home after fighting on the front lines, they deserve the respect of their fellow citizens, but more importantly, the respect of the government and MPs. I still hope that people will remember, that the government will correct the situation in order to give our soldiers as much support as possible and stop being tight-fisted. The government is not skimping on the F-35s. It is not skimping on money for arms. It is not skimping on money for Afghanistan. So it should stop skimping on the money it gives to our soldiers. They are entitled to that money. Our men and women in uniform fought for us. When they return home, they deserve a minimum of respect and they need to know that their efforts are appreciated.
I find it very unfortunate that we are still discussing this in 2011. I would have thought that the government would understand by now. Every year, we commemorate the armistice. We lay wreaths on Remembrance Day for our fallen soldiers. We lay wreaths, and then we go about our business for the rest of the day. The legion is the only organization that continues to care about our soldiers, and legions have fewer and fewer volunteers because people are dying. People are dying and those still with us are less enthusiastic than in the past and less able to defend their rights. And those who are returning from the mission in Afghanistan are also not able to defend themselves. It takes months and years to get over that.
I remember that my father never wanted to talk about the war. In 1978, McGill University asked him to do a series of interviews over a period of six months during which he talked about what he experienced in the war. These interviews were confidential. We were not allowed to attend and they remained confidential. The research has remained confidential. After his death, we tried to obtain copies in order to find out what happened. We never were able to get a copy, but I know that when he started talking about what he experienced during the war, he would cry every time he watched the armistice commemoration on television.
For our soldiers, I am calling on the House—
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je me lève à la Chambre pour débattre du projet de loi C-55. À titre de fille d'un soldat qui a servi six ans au front à la dernière guerre mondiale, je suis complètement d'accord sur les demandes de nos militaires qui reviennent du front et qui ont besoin d'être considérés. Quand les soldats sont au front, tout le monde les louange, parle d'eux avec beaucoup d'entrain et dit à quel point leur travail est important, et que s'ils n'étaient pas là, la liberté dans différents pays ne serait pas atteignable.
Quand nos soldats sont au front, ainsi que nos soldates — il y a de plus plus de femmes qui exercent ce métier —, on n'arrête pas de les louanger. Cependant, à leur retour, on remercie ceux et celles qui sont allés au combat de leurs efforts de guerre, et après, on les oublie souvent parce que leurs blessures ne sont pas seulement des blessures physiques, mais souvent des blessures à l'âme. Ces blessures ne sont pas apparentes, du moins pas immédiatement, quand les soldats et soldates reviennent du combat. Elles ne sont pas apparentes parce que ça prend plusieurs années à découvrir qu'on a été beaucoup affecté par les combats et par les choses atroces que nous avons vues sur le terrain. On n'ose en parler à personne parce qu'on ne veut pas être traité de faible, si on est un soldat. Quant à une soldate, on lui a aussi appris à être forte afin de défendre les personnes dans différents pays en difficulté.
Ma mère a marié mon père en 1949. Il revenait de la guerre, à laquelle il avait participé de 1939 à 1945. Il était éclaireur pendant tout le temps de la guerre. Il a fait les campagnes d'Italie, de Pologne, de l'Angleterre et en Afrique. Il était couché dans des tranchées pendant six ans à manger de la viande de singe, comme il le disait. Il a fait cela pendant six ans, et non pendant six ou huit mois et revenir au Québec, se reposer et retourner au front six mois plus tard. Pendant six ans sans arrêt, il était au front. En 1949, quand il est revenu, il souffrait d'une bronchite dite chronique. On lui a dit que ce n'était pas à cause de la guerre et on a refusé de lui donner une pension par rapport à ça.
Ma mère s'est battue de 1949 à 1987 pour que mon père reçoive quelque chose. Ça a pris 38 ans pour que mon père ait enfin droit à la reconnaissance de son pays pour ce qu'il avait fait. Après 38 ans, encore aujourd'hui, on voit des hommes et des femmes devoir se battre pour qu'on reconnaisse ce qu'ils ont fait pour leur pays. Ils n'ont pas plus de reconnaissance. Là, on va donner 1 000 $ par mois à ceux qui sont blessés et qui ne pourront pas travailler à vie, mais il s'agit de 1 000 $ imposables. La belle affaire!
On va leur donner un montant forfaitaire, alors qu'on sait fort bien que lorsqu'on a beaucoup d'argent soudainement, on le dépense. La vie, ça coûte cher. Les soldats arrivent de la guerre et leur famille est touchée par ce fléau parce qu'ils sont partis et revenus plusieurs fois d'Afghanistan ou d'autres théâtres de guerre. Ils y voient les choses les plus terribles, comme voir leurs collègues se faire tuer sous leurs yeux ou déchiquetés par une bombe. Et on pense que ce ne sont pas des blessures permanentes? Ce ne sont pas des blessures épeurantes, mais ce sont des blessures psychologiques permanentes. Et ça, on n'en tient pas compte suffisamment.
Les personnes qui évaluent les soldats et soldates à leur retour travaillent pour le gouvernement. Or le jeu du gouvernement est de payer le moins possible. On le voit depuis quelques années. On tend à en donner moins à nos militaires qui reviennent du combat. Valent-ils moins cher maintenant parce qu'ils sont revenus du combat et qu'ils sont plus âgés? Est-ce la réalité? Tant qu'ils sont au combat, on va s'en occuper et on va les payer correctement, mais aussitôt qu'ils reviennent, c'est une autre histoire.
Le Bloc québécois va évidemment appuyer ce projet de loi, bien qu'il y manque de grands pans pour pouvoir rétablir ce que les soldats auraient le droit de recevoir, comme la pension à vie, par exemple. Comment se fait-il qu'on leur ait enlevé la pension à vie? Le dernier des survivants de la guerre 1914-1918 est décédé dernièrement. On n'a plus besoin de s'occuper de cette bande-là.
Ma mère a 82 ans et va avoir 83 ans. Elle a commencé l'année dernière à avoir droit à de l'aide, bien qu'elle se soit occupée de mon père pendant toutes ces années alors que sa santé déclinait de plus en plus. Elle ne voulait pas avoir recours à des services extérieurs parce qu'elle se disait qu'elle était capable de s'en occuper. C'était son mari et c'était son devoir. Selon sa vision à elle, elle était capable de s'en occuper.
En 1971, avant que mon père ne reçoive quelque chose, il a été décoré par l'Angleterre, la Pologne et l'Italie. Trois gouvernements ont reconnu le travail qu'il avait fait pour les libérer. Notre gouvernement à nous n'a rien fait, absolument rien. Il a eu des appareils auditifs. Quand on entend des bombes et des déflagrations constantes, c'est sûr qu'à un moment donné, on entend moins bien. Il a reçu ses appareils auditifs quelques mois avant de mourir. Cela non plus, ce n'était pas la faute de la guerre. S'il n'entendait plus rien, c'était une dégradation normale.
Je ne sais pas quoi dire pour faire comprendre à mes collègues d'en face que ce projet de loi doit être amélioré, qu'on doit y réintroduire la pension à vie, que nos soldats et soldates méritent une pension à vie, que lorsqu'on est allé au front et qu'on revient chez soi, on mérite d'avoir le respect de ses concitoyens et de ses concitoyennes, mais surtout le respect de son gouvernement et des députés. J'ose espérer qu'on s'en souviendra, qu'on rétablira la situation pour que nos soldats puissent obtenir le maximum possible et qu'on arrêtera de lésiner. On ne lésine pas sur les F-35. On ne lésine pas sur l'argent à investir dans l'armement. On ne lésine pas sur l'argent à investir pour aller en Afghanistan. Qu'on arrête de lésiner sur l'argent qu'on doit donner à nos soldats. Ils ont droit à cet argent. Ils se sont battus, elles se sont battues. Quand ces gens reviennent, ils et elles doivent avoir un minimum de respect et être certains qu'ils sont reconnus pour ce qu'ils ont fait.
Je trouve très dommage qu'on ait à discuter encore de cela en 2011. Je pensais qu'en 2011, on aurait compris. Tous les ans, on souligne l'armistice. On dépose des couronnes le jour du Souvenir pour ceux et celles morts au combat. On dépose des couronnes et après cela on continue notre journée. Il y a seulement la légion qui continue à s'intéresser aux soldats et aux soldates, et les légions ont de moins en moins de bénévoles parce que les gens meurent. Les gens meurent, et ceux qui restent n'ont plus autant d'enthousiasme qu'auparavant ni la capacité de défendre leurs droits. Et ceux et celles qui reviennent maintenant du combat en Afghanistan n'ont pas non plus la capacité de se défendre. Cela prend des mois et des années à se remettre de cela.
Je me rappelle que mon père ne voulait jamais parler de la guerre. En 1978, l'Université McGill lui a demandé de faire des entrevues avec lui sur une période de six mois pour qu'il raconte ce qu'il avait vécu à la guerre. Ces entrevues étaient confidentielles. On n'avait pas le droit d'y assister et c'est resté confidentiel. La recherche est restée confidentielle. Après sa mort, on a essayé d'en obtenir des copies pour savoir ce qui s'était passé. On n'a jamais pu obtenir de copie, mais je sais que dès le moment où il a commencé à révéler ce qu'il avait vécu à la guerre, chaque fois que l'anniversaire de l'armistice arrivait et qu'il regardait le téléviseur, les larmes coulaient.
Pour nos soldats, je demande à la Chambre....
View Dean Del Mastro Profile
CPC (ON)
View Dean Del Mastro Profile
2011-03-11 10:42 [p.8948]
Mr. Speaker, I want to point out a number of things that have been accomplished under this government and under the leadership of the veterans affairs minister . Obviously, we have accomplished a number of significant things for veterans.
The member spoke about veterans quite a bit. We reintroduced the benefits for allied veterans, for example, under VIP, which had been terribly and shamefully stripped away under the previous Liberal government. We also extended VIP benefits to thousands and thousands of veterans who did not qualify under the Liberal government. We have done that.
The member seeks to impugn the government for our actions and our support for veterans, but in the death throes of the 38th Parliament, under the Liberal government, a bill was brought forward for the veterans charter. It was passed in the days just preceding the election with the unanimous approval of the House. Many of the things that member is complaining about and saying are unjust, her party voted unanimously in support of. I think all parties have come back and said that we should fix this, and there is goodwill on this.
Did the member support that veterans charter when it was brought in as the balance of her party did? I do not know if she was here in the 38th Parliament, but that was something that was enacted by a unanimous vote in Parliament.
Monsieur le Président, je désire mettre en lumière plusieurs réalisations du gouvernement actuel et du ministre des Anciens Combattants. Il est évident que nous avons accompli des choses remarquables pour les anciens combattants.
La députée a beaucoup parlé des anciens combattants. Par exemple, nous avons rétabli les prestations destinées aux anciens combattants alliés dans le cadre du Programme pour l'autonomie des anciens combattants, que l'ancien gouvernement libéral avait supprimées sans remords, ce dont il devrait avoir honte. Nous avons également élargi l'admissibilité au Programme pour l'autonomie des anciens combattants afin d'accorder à des milliers d'anciens combattants l'aide que le gouvernement libéral leur avait refusée. Voilà quelques exemples de nos réalisations.
La députée cherche à discréditer le gouvernement à l'égard des mesures qu'il a prises pour les anciens combattants et du soutien qu'il leur offre, mais sait-elle qu'aux derniers jours de la 38e législature, lorsque le gouvernement libéral était au pouvoir, un projet de loi a été présenté afin de proposer la Charte des anciens combattants? Il a été adopté à l'unanimité par la Chambre, quelques jours avant le déclenchement des élections. La députée se plaint de bon nombre de mesures et affirme qu'elles sont injustes, mais son parti s'est prononcé en faveur de celles-ci, à l'unanimité. Je crois que tous les partis sont revenus à la charge et ont dit que nous devrions corriger le tir; je signale que nous sommes disposés à faire preuve de bonne volonté à cet égard.
La députée a-t-elle accordé son appui à la Charte des anciens combattants lorsque celle-ci a été proposée, comme l'ont fait les autres députés de son parti? Je ne sais pas si elle était députée durant la 38e  législature, mais la Charte a été adoptée à la suite d'un vote unanime au Parlement.
View Nicole Demers Profile
BQ (QC)
View Nicole Demers Profile
2011-03-11 10:44 [p.8948]
Mr. Speaker, just because we made mistakes in the past, that does not mean we have to keep making them. That was a unanimous vote. The Conservatives, the Liberals, the Bloc and the NDP voted in favour because they thought that was best for the soldiers.
When we realize that a bill is no good, we change it. The hon. member forgot to mention something. I did not say that the Minister of Veterans Affairs was not doing a good job. I said the government could do more for our soldiers. I did not say that the government was doing nothing for our soldiers. I said it could do more and better, but that will cost more. If they can afford corporate tax cuts and tax gifts for the oil and gas companies, then they can afford to do more for our soldiers.
Monsieur le Président, ce n'est pas parce qu'on a commis des erreurs dans le passé qu'il faut continuer à en faire. C'était un vote unanime. Tant les conservateurs que les libéraux, les députés du Bloc et du NPD avaient voté en faveur de cela, car ils pensaient que c'était la meilleure chose à faire pour les soldats.
Quand on se rend compte qu'un projet de loi n'est pas bon, on le change. Le député a oublié de dire quelque chose. Je n'ai pas dit que le ministre des Anciens Combattants ne faisait pas un bon travail, mais qu'on pouvait faire plus pour nos soldats. C'est ce que j'ai dit. Je n'ai pas dit que le gouvernement ne faisait rien pour les soldats. J'ai dit qu'on pouvait faire plus et mieux, mais que cela coûtera plus cher. On peut se permettre d'accorder des baisses d'impôt aux grandes entreprises et de ne pas demander d'impôt aux compagnies gazières ou pétrolières. Alors, on peut se permettre de faire davantage pour nos soldats.
View Nicolas Dufour Profile
BQ (QC)
View Nicolas Dufour Profile
2011-03-11 10:45 [p.8949]
Mr. Speaker, my colleague raised a very interesting point. The Conservatives are always at the ready for photo ops with the military and to say that they defend the military and that it is a priority for them. Now we see that veterans who return to Canada unfortunately are not a priority for the Conservatives. We must defend the veterans. The Conservatives are willing to spend almost $30 million to purchase F-35 fighter jets, but nothing on veterans.
I would like to know how my colleague feels about this hypocrisy.The Conservatives are willing to have their photos taken with the military, and they say they are pro-military and prepared to defend soldiers, but when the time comes to help them after they return home, they do nothing.
Monsieur le Président, ma collègue a soulevé un point fort intéressant. Les conservateurs sont toujours prêts à se faire prendre en photo avec l'armée, à dire que, eux, ils sont là pour défendre l'armée et que c'est une priorité pour eux. Or on voit que les vétérans qui reviennent au Canada ne sont malheureusement pas une priorité pour eux. Ce sont les vétérans qu'on doit défendre. Les conservateurs sont prêts à consacrer près de 30 milliards de dollars à l'achat de F-35, mais zéro aux vétérans.
J'aimerais savoir ce que ma collègue pense de cette hypocrisie. Les conservateurs sont prêts à se faire prendre en photo avec l'armée et se disent pro-militaires et prêts à défendre les soldats, mais quand vient le temps de les aider lorsqu'ils reviennent à la maison, ils ne font rien.
View Nicole Demers Profile
BQ (QC)
View Nicole Demers Profile
2011-03-11 10:46 [p.8949]
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question. All of us appreciate the efforts of our troops on the front. When we oppose a measure that it wants to implement, this government says that we are against the troops. The opposite is true. That is a despicable response to questions about investments in Afghanistan and the F-35 fighter jets.
It is very nasty of the government to continue saying that we are against the soldiers because we want them to be treated better. It is not true.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Quand il est temps de faire valoir ce que nos soldats font au front, nous sommes tous là. Ce gouvernement dit que, lorsqu'on s'oppose à une mesure qu'il veut prendre, on est contre les soldats. C'est le contraire. C'est bas comme réponse à des questions qu'on lui pose sur les investissements qui se font en Afghanistan ou dans les F-35.
C'est très malsain qu'un gouvernement continue de nous dire que nous sommes contre les soldats parce que nous voulons qu'ils soient mieux traités. Ce n'est pas la vérité.
Results: 1 - 15 of 3423 | Page: 1 of 229

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data