Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 45
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I grew up in a family where my father and my mother used to say that the best way to effect change is to start looking, and start with oneself.
The member talked about everybody enriching themselves, billionaires and whatnot, but on April 1 all of us in this chamber had a salary increase. Could he confirm whether he donated his salary increase to a local organization?
Monsieur le Président, j'ai grandi dans une famille où mon père et ma mère avaient l'habitude de dire que la meilleure façon de susciter le changement est de commencer à chercher, en commençant par soi-même.
Le député a parlé de tout le monde qui s'enrichit, des milliardaires et autres, mais le 1er avril dernier, nous tous dans cette enceinte avons eu une augmentation de salaire. Pourrait-il confirmer qu'il a fait don de son augmentation de salaire à une organisation locale?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, yes, I do that every year. It is fundamental that we support organizations in our community that do good work.
In the past, I have flagged in the House the Burnaby Firefighters Charitable Society, the New Westminster Firefighters Charitable Society, Caring During COVID in Burnaby, Helping Hands in New Westminster and many other organizations across the country that are struggling with this pandemic.
That is why we need to provide supports to people and families, and make sure that seniors and people with disabilities and students are taken care of. This is why I am so critical of the government. The Liberals should not be saying that the charitable sector can just pick that up. If they can give $750 billion in liquidity supports to Canada's big banks, they can make sure every Canadian is taken care of.
Monsieur le Président, oui, je le fais chaque année. Il est fondamental que nous soutenions les organisations locales qui font du bon travail.
Dans le passé, j'ai signalé à la Chambre diverses organisations, dont la Burnaby Firefighters Charitable Society, la New Westminster Firefighters Charitable Society, la Caring During COVID à Burnaby, la Helping Hands à New Westminster et de nombreuses autres partout au pays qui luttent contre la pandémie.
Voilà pourquoi nous devons apporter un soutien aux personnes et aux familles et veiller à ce qu'on s'occupe des personnes âgées, des personnes handicapées et des étudiants. Voilà pourquoi je suis si critique à l'égard du gouvernement. Les libéraux ne devraient pas dire que le secteur des organismes de bienfaisance peut tout simplement prendre le relais. S'ils peuvent donner 750 milliards de dollars en liquidités aux grandes banques canadiennes, ils peuvent aider tous les Canadiens.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-15 18:22 [p.8499]
moved:
That this committee take note of members not seeking re-election to the 44th Parliament.
propose:
Que le comité prenne note des députés qui ne se représentent pas comme candidats aux élections pour la 44e législature.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2021-06-15 18:23 [p.8500]
How come I am the first one up, Mr. Speaker?
Some hon. members: Oh, oh!
Hon. Wayne Easter: Will you bring this place to order, Mr. Speaker.
Madam Speaker, who was there before, is my floor mate on the 12th floor of the Valour Building. Congratulations to her in her role in the chamber.
It does seem rather strange to be making this kind of statement virtually rather than in the chamber, where I am so honoured to have served for nearly 28 years. As members know, I am currently the third-longest serving member of the House, a whole four hours ahead of the member for Vancouver Centre, my oftentimes seatmate and wonderful colleague for all those parliamentary sessions in government, in official opposition, as the third party and again in government now. I will not say anything about her shoes, the ones we pretty much need sunglasses for to sit beside her.
This chamber is a place of history and of decisions, good and sometimes not so good, that have built this country to what it is today, a country that is recognized as one of the best places in the world in which to live. Sometimes we, from all parties, often through strenuous debate and sometimes late-night votes, have the opportunity to influence the legislative mandate and governance of this country. We may not always get our way, but this is the place, in this chamber, where we can have our say. It is intimidating in the chamber and inspirational at the same time. I have been honoured, as we all have been honoured, as one of a small percentage of Canadians over time who has called the House his workplace.
When I ran for the Liberal Party nomination for Malpeque in June 1993, it was a fairly active nomination that went into the wee hours of the next morning. I must thank each and every one of the candidates who has actively supported me ever since. The Malpeque executive, the campaign managers, the campaign teams, the people in communication and supporters are every bit as responsible for me achieving nine electoral victories as I am. I sincerely thank them for their active support and encouragement.
To the constituents of Malpeque, what can I say? It has been an honour to serve as their MP for the past three decades. Their support is very much appreciated, from my heart. Their active involvement, whether through visits to the office or on the streets, always meant good advice to keep me grounded and in touch with issues that matter in Islanders' lives.
Sometimes a constituent would go a little overboard, like the time during an election that a farmer friend of mine put a four-by-eight plywood sign along the highway demanding that the minister of agriculture and I get our butts over to the GATT negotiations and protect supply management. We did and we were successful, but he was very, very demanding.
Words cannot be found to express my appreciation to my family for their support. I was not supposed to get emotional. As all members in this place know, as MPs our time is really never our own. Worse, families may have to put up with our political procrastinations, which sometimes we think on first blush are brilliant, but that may not be true.
I give a huge thanks to Helen, my spouse, our children Kimberley and Jamie, and their extended families with Marc and Gaya. We are fortunate to have four grandchildren born during my time as a member: Alexander, Sophia, Ila and Fiara. Immediate family members always were, as they still are, available with advice, even when it was not asked for.
The unsung heroes for any member of Parliament work in our constituency offices: our constituency and Hill staff. At the constituency level, they deal with real-life issues that impact people daily on the ground such as EI, CPPD, immigration, seniors issues and many more. Casework is what we call it. There are too many past employees to name, but I thank them along with current folks Robin Moore, Alan Waddell, Kim MacDonald and Krystal Rice for their work on behalf of Islanders.
Much appreciation goes to Hill staff for their efforts in casework, research, legislation and a multitude of responsibilities in support of my efforts at committees on issues, legislation and the Canada-U.S. IPG. I give a big thanks to current staff James Auer and Jeremy Wains for their work on behalf of Canadians. There were many late nights spent working on those issues on Parliament Hill.
I also appreciate all the work my previous employees on Parliament Hill have done and I want to mention one: Michael O'Neill, who passed away following the 2015 election. We worked together for 22 years and he was always happiest when we were challenging our own government. There are many employees on Parliament Hill who assist us in our work, from parliamentary pages to clerks, security guards, cafeteria staff and janitors, translators, interpreters and analysts with the Library of Parliament. Their work does not go unnoticed, and I thank them on behalf of all Canadians.
I want to recognize one Library of Parliament analyst whose work with the Canada-U.S. IPG over many years has made possible the personal relationships many of us have with our American counterparts today, which truly assist in leading to cross-border solutions. I know I speak for my co-chair, Senator MacDonald, and past co-chairs Rob Merrifield and the late Gord Brown. I want to thank June Dewetering for her exceptional service to Canadians as a result of her knowledge of U.S. politics and her friendships with congressional and Senate leaders.
I have been fortunate to have served in many roles in Parliament. I have served on numerous committees, and as parliamentary secretary to fisheries and parliamentary secretary to agriculture. I thank Prime Minister Chrétien for appointing me to cabinet as Solicitor General. I remember vividly the call to Attorney General John Ashcroft when cabinet made the decision not to join the war in Iraq. That was an interesting chat with my U.S. counterpart.
It has been my privilege to serve under three prime ministers while in government: Prime Minister Chrétien, Prime Minister Martin and the current Prime Minister. They carry a heavy responsibility, as all prime ministers do. I have sincerely enjoyed chairing the finance committee and working with members of all parties.
I will say that I came with tremendous experience from having been president of the NFU, and I had seen much of Canada. I firmly believe that Canada as a country can be stronger than the sum of its parts. I have seen the country from coast to coast, and I want to give a bit of advice. Members of Parliament have to know this country, and we are a little too restrictive on the travel that MPs are allowed to do. When I first started, before there was the Internet, members were able to take tours of the country. We could see it, meet people on the ground, understand it and see their lives in real life. This place has to get back to that again to give MPs the opportunity to know their country.
Lastly, Mr. Speaker, I want to recognize you and all of the previous Speakers for attempting to keep order in the House, mostly successfully, although one Speaker cut me off during the chicken dance I was doing with the member for Carleton.
Let me close with this. I said yesterday in remarks, and you say in your prayer, Mr. Speaker, that we are fortunate to have the freedom, opportunity and peace that we enjoy in Canada. That is so very true. It has been my honour to work with and serve the residents of Malpeque, and it has been my honour to work with all members across political lines. It is the discussion, it is getting to know each other and it is the debate that, at the end of the day, makes for better policy and a better country.
Pourquoi suis-je le premier à intervenir, monsieur le Président?
Des voix: Oh, Oh!
L'hon. Wayne Easter: Allez-vous rappeler la Chambre à l'ordre, monsieur le Président?
Madame la Présidente, qui était là auparavant, a comme moi un bureau au 12e étage de l'édifice de la Bravoure. Je la félicite pour le rôle qu'elle joue à la Chambre des communes.
Je trouve un peu étrange de faire un discours de ce genre à distance plutôt qu'à la Chambre, où j'ai eu le grand honneur de servir les Canadiens pendant près de 28 ans. Comme le savent les députés, j'occupe actuellement le troisième rang parmi les députés qui siègent depuis le plus longtemps à la Chambre. J'ai d'ailleurs quatre heures de plus d'ancienneté que la députée de Vancouver-Centre, qui a souvent été ma voisine de banquette et a été une collègue fantastique pendant toutes ces sessions parlementaires où notre parti a été le parti au pouvoir, puis l'opposition officielle, puis le troisième parti avant de revenir au pouvoir. Je ne commenterai pas ses chaussures, mais je dirai qu'il faut pratiquement porter des lunettes de soleil quand on s'assoit à ses côtés.
La Chambre des communes est un endroit où s'est bâtie l'histoire et où se sont prises les décisions, parfois bonnes, parfois moins bonnes, qui ont fait du Canada ce qu'il est aujourd'hui, un pays reconnu comme l'un des meilleurs endroits où vivre dans le monde. Quel que soit notre parti, il nous arrive tous, parfois au cours de débats ardus ou de votes tenus tard en soirée, d'avoir la chance d'influencer le programme législatif et la gouvernance du pays. Nous n'arrivons pas toujours à nos fins mais ici, à la Chambre, nous avons notre mot à dire. La Chambre peut à la fois nous intimider et nous inspirer. J'ai eu l'honneur, comme nous tous, de faire partie de ce petit pourcentage de Canadiens qui ont eu, au fil des ans, la Chambre des communes comme lieu de travail.
Lorsque j'ai brigué l'investiture du Parti libéral dans Malpeque, en juin 1993, la course a été relativement mouvementée et s'est prolongée jusqu'aux petites heures du matin. Je dois remercier tous les candidats qui m'ont soutenu activement depuis ce temps. L'exécutif de l'association de circonscription, les directeurs de campagne, les équipes de campagne, les responsables des communications et les militants ont contribué autant que moi à mes neuf victoires électorales. Je les remercie sincèrement de leur soutien actif et de leurs encouragements.
Que puis-je dire aux résidants de Malpeque? Ce fut pour moi un honneur de les servir en tant que député au cours des trois dernières décennies. Je les remercie du fond du cœur de m'avoir appuyé. Grâce à l'engagement actif de ceux qui m'ont rendu visite au bureau ou qui m'ont croisé dans la rue, j'ai toujours reçu de bons conseils qui m'ont permis de rester au fait des dossiers qui sont au cœur des préoccupations des Prince-Édouardiens.
Il est arrivé à l'occasion qu'un résidant de ma circonscription aille un peu trop loin, notamment lors d'une campagne électorale pendant laquelle un de mes amis, qui est agriculteur, a posé un panneau de contreplaqué de quatre pieds sur huit sur le bord de la route pour exiger que nous nous dépêchions, le ministre de l'Agriculture et moi, à prendre part aux négociations entourant l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce afin de protéger la gestion de l'offre. Nous l'avons fait, avec succès, mais il était extrêmement exigeant.
Les mots me manquent pour dire à quel point je suis reconnaissant du soutien que j'ai reçu de ma famille. Je n'étais pas censé me laisser emporter par l'émotion. Tous les députés savent que leur temps ne leur appartient jamais vraiment. Pire encore, il arrive que les familles doivent composer avec notre procrastination politique, une idée qui peut nous sembler géniale à première vue, mais ce n'est pas forcément le cas.
Je remercie infiniment mon épouse, Helen, nos enfants, Kimberley et Jamie, ainsi que les membres de leur famille élargie, Marc et Gaya. Nous avons la chance d'avoir quatre petits-enfants qui sont nés pendant ma carrière de député: Alexander, Sophia, Ila et Fiara. Les membres de ma famille immédiate ont toujours été et sont encore là pour me donner des conseils, même quand ils ne sont pas sollicités.
Les héros méconnus des députés sont les employés qui travaillent dans les bureaux de circonscription et de la Colline du Parlement. Dans la circonscription, ils s'occupent des questions qui touchent les gens au quotidien, comme l'assurance-emploi, le Programme de prestations d'invalidité du RPC, l'immigration, les questions liées aux aînés, et bien d'autres. On dit qu'ils traitent des dossiers. Il y a eu trop d'employés au fil des ans pour que je puisse les nommer, mais je les remercie du même souffle que les employés actuels, qui sont Robin Moore, Alan Waddell, Kim MacDonald et Krystal Rice, pour le travail qu'ils font au nom des insulaires.
Je suis très reconnaissant envers les employés de la Colline du Parlement pour tous les efforts qu'ils déploient pour traiter les dossiers, faire de la recherche, examiner les projets de loi et s'acquitter d'une multitude de responsabilités visant à soutenir mes efforts aux comités pour fouiller des enjeux et examiner des projets de loi, ainsi que pour le Groupe interparlementaire Canada-États‑Unis. Au nom des Canadiens, je remercie beaucoup James Auer et Jeremy Wains, les employés actuels, du travail qu'ils accomplissent. De nombreuses soirées ont été passées sur la Colline du Parlement à travailler sur divers enjeux.
Je suis également reconnaissant de tout le travail fait par mes anciens employés de la Colline du Parlement, et je veux en nommer un en particulier, Michael O'Neill, qui est décédé après les élections de 2015. Nous avons travaillé ensemble pendant 22 ans, et ce qu'il aimait par-dessus tout, c'était lorsque nous mettions notre propre gouvernement au défi de faire mieux. De nombreux employés nous fournissent de l'aide sur la Colline du Parlement, qu'il s'agisse des pages et des greffiers du Parlement, des gardiens de sécurité, du personnel de la cafétéria, des concierges, des traducteurs, des interprètes et des analystes de la Bibliothèque du Parlement. Leur travail ne passe pas inaperçu, et je les remercie au nom de tous les Canadiens.
Je tiens à rendre hommage à une analyste de la Bibliothèque du Parlement qui a travaillé au Groupe interparlementaire Canada—États‑Unis pendant de nombreuses années. Son travail nous aura permis, à moi et à de nombreux collègues, de créer les liens forts qui nous unissent aujourd’hui à nos homologues américains, ce qui nous a véritablement aidés à trouver des solutions transfrontalières. Je suis convaincu de parler aussi au nom du coprésident, le sénateur MacDonald, et des anciens coprésidents Rob Merrifield et le regretté Gord Brown, en félicitant June Dewetering pour son dévouement exceptionnel, sa fine connaissance de la politique américaine et les amitiés qu’elle entretient avec les responsables du Congrès et du Sénat.
J’ai eu le bonheur d’occuper de nombreuses fonctions au Parlement. J’ai siégé à de nombreux comités et j’ai travaillé comme secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture. Je remercie le premier ministre Chrétien de m’avoir nommé au Cabinet à titre de procureur général. Je n’oublierai jamais l’appel que j’ai passé au procureur général des États‑Unis, John Ashcroft, pour lui dire que nous avions décidé de ne pas prendre part à la guerre en Irak. À cette occasion, mes échanges avec mon homologue américain ont été des plus intéressants.
J’ai eu le plaisir de servir sous trois premiers ministres: le premier ministre Chrétien, le premier ministre Martin et l’actuel premier ministre. Ils portent une lourde responsabilité, à l’instar de tous les premiers ministres. J’ai sincèrement aimé présider le comité des finances et travailler avec les députés, tous partis confondus.
Je dirai que je suis arrivé à la Chambre fort de mon incroyable expérience à titre de président du Syndicat national des cultivateurs et du fait que j'avais déjà visité une grande partie du Canada. Je crois fermement que le Canada peut être un pays plus fort que la somme de ses parties. J'ai vu le pays d'un océan à l'autre, et j'ai un petit conseil à donner: un député doit connaître son pays. Nous sommes un peu trop restrictifs à l'égard des déplacements autorisés pour les députés. Lorsque j'ai commencé, avant l'arrivée d'Internet, les députés pouvaient faire une visite guidée du pays. Nous pouvions voir le pays, rencontrer les gens sur le terrain, comprendre et observer ce qu'ils vivent en temps réel. Cet endroit doit rétablir cette pratique afin de donner aux députés l'occasion d'apprendre à connaître leur pays.
Enfin, monsieur le Président, je tiens à vous féliciter, vous et tous les Présidents précédents, d'avoir réussi, du moins la plupart du temps, à maintenir l'ordre à la Chambre, quoiqu'un Président a interrompu la danse de la poule que je faisais avec le député de Carleton.
En terminant, comme je l'ai dit dans mon intervention hier, et comme vous, monsieur le Président, le dites dans votre prière, nous sommes chanceux d'avoir les libertés, les possibilités et la paix dont nous jouissons au Canada. C'est tellement vrai. Ce fut pour moi un honneur de travailler avec les résidants de Malpeque et de les servir. Ce fut un honneur de travailler avec tous les députés, quelle que soit leur allégeance politique. Au bout du compte, c'est à force de discuter, à force d'apprendre à nous connaître les uns les autres, et à force de débattre que nous prenons de meilleures décisions stratégiques et forgeons un meilleur pays.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
The Speaker is not supposed to take sides or show any partiality. The next person is someone I have had the pleasure to work with for the last six years. He has been an amazing Deputy Speaker. He is a gentleman, and I mean a gentleman by every meaning of the word.
Colleagues, the hon. member for Simcoe North.
Le Président n'est pas censé prendre parti ou faire preuve de partialité. Depuis six ans, j'ai le plaisir de travailler avec le prochain intervenant. C'est un fabuleux vice-président et un véritable gentleman, dans tous les sens du terme.
Chers collègues, le député de Simcoe-Nord a la parole.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-15 18:34 [p.8501]
Mr. Speaker, it is very difficult to believe that this is my last official speech in the House of Commons. Since 2011, I have generally participated in the debates in this august House only as the Chair occupant.
What a journey these last 15 years have been. My interest in politics started about a year or so after I graduated and joined the family business. As a young man I attended this huge nomination meeting for local federal Conservatives. There were more than 2,000 members in attendance, seven or eight candidates, speeches, placards and a political buzz that I had never seen or experienced before. After that, I was hooked.
That nomination event replaced the retiring member of Parliament, Philip Rynard, who had been the MP for my riding for eight consecutive terms. The candidate they chose to carry on after him was the Hon. Doug Lewis, who would go on to serve in former Prime Minister Mulroney’s cabinet until 1993. Doug remains a valued supporter and confidant, and I thank him for blazing the trail and being a great mentor to me.
Oddly enough, only one MP separated Doug and me. That was the Hon. Paul DeVillers, who served here from 1993 until just prior to my election. I quickly learned that the high standards of service they all provided set the tone for what kind of work would be expected of me.
I say all this because I am only the fourth member of Parliament for Simcoe North in my lifetime. The next MP for this amazing riding would be well advised to heed the lessons that Rynard, Lewis, DeVillers and I learned from the great people of Simcoe North.
May I take this moment to thank them all profoundly for the honour of being their voice in Parliament these 15-plus years.
I would now like to make some other acknowledgements. One of the things that I am very grateful for is having the opportunity to learn French. Since 2006, I have taken courses from the language training service, here, in the House of Commons. I have spent two hours per week to keep up my comprehension and vocabulary as well as to improve my language skills over time.
Thanks to Roseline Lemire, my teacher for 15 years, I can speak and understand this beautiful language. I thank her and the entire language training team very much.
I also want to thank Lorraine Bergeron, who was my part-time teacher in my riding.
They opened my heart to the richness of the francophone culture in my riding and across the country. I will always be proud of this particular life achievement.
I want to properly thank the people of my riding who helped me win these five consecutive elections. All of us, as MPs, can look back to the volunteers who helped fundraise, put up signs, knocked on doors, phoned and got the vote out.
I salute the hundreds of them who helped me win. I want to give special mention to several who led those efforts with extraordinary commitment: Wayne Edgett, Rod Williams, Phil DeBruyne, Steve McFadden, Claire and Dave Dusome, Charlene Anderson, Avery Bassett, Diane Bell, Kirk Farquhar, Alison Stoneman, Frank Takacs and Jim Hutchinson.
After serving these many years, I have inevitably had exceptional volunteer leaders in my campaigns who are no longer with us. I think, in particular, of George German, Edna Parker, Scott Macpherson, Andy Durnford and my eminent adviser and counsel, Dave Anderson. There is a quote attributed to Abraham Lincoln that says, “I'm a success today because I had a friend who believed in me and I didn't have the heart to let him down.”
As I reflect on these amazing women and men who gave their valuable time and energy to my success in politics, I am moved beyond words by their unfailing support.
When it came to the essential work of being a member of Parliament, I do not have to look any farther than the talented people in my riding and my parliamentary offices. For my constituents, these were the first people they would see: They were the first smiling faces, the first voices that would greet them and the first impression they would take of the courtesy and services of our office.
They earned the praise, the kind notes and the small gifts of chocolate and candies that constituents would leave for them, whether after solving a tough case or even for their simple courtesies. They are the best, and I am going to miss working with them.
I have to name some of them. Here in Ottawa right now is Connie Kennedy-Pearsall. Prior to Connie were Ashley Peyrard, Sarah Pendlebury and Linda Rudd. All of them helped me here on the Hill immensely. In the riding, Kurtis Schlueter, Christine Elsdon, Judy Fulsom, Kelly Banks, David Dalrymple and Diane Bell have been doing yeoman's work these past years and building upon the outstanding work of former staff members James Nicol, Judy Forma, Brooke Leishman and the volunteers and interns who helped along the way.
Mr. Speaker, you will realize that working as a presiding officer in this chamber teams you up with an impeccable group of professionals always on the administrative aspects of the House. I thank you, Mr. Speaker, and our fellow Chair occupants, the hon. members for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing and Brossard—Saint-Lambert, for their advice and friendship. What a pleasure it has been to work with you all.
Since 2011, we have had the honour to work with these remarkable clerks and table officers of the House. Their learned counsel, their deference to parliamentary traditions and practices and their untiring devotion to their work provides a constant source of confidence and integrity to the operations of the House. It is unbelievable each and every day what they do.
To the pages and page supervisors, you are an irreplaceable support to the work of presiding officers. I thank you for your kind and capable service, not just to us but to all members of the House.
To sergeants-at-arms, interpreters, TVOs and journals staff, who are not here but down below, I thank you for your quiet and meticulous attention literally to each and every second of our proceedings. While I am at it, may I finally salute all those in the operations of the parliamentary precinct, food services, maintenance, security and administration, who make this a safe and proficient workplace, even when the unusual or the perilous threatens to disrupt our work.
However, I could not have done this work without the support of family, especially my wife and best friend in the world, Heather. When we started, she was just finishing her teaching degree at York University. We did not know really what we were getting into, but we managed as best we could. Thank you, honey, for your love and devotion and for assuming the role of, by the way, a superb public servant by association these last 15 years, and for the support of your parents, Ian and Joan MacDougall.
Our kids have been incredibly patient and kind of proud of their old man in some ways. They helped us on campaigns, accepted weekly absences and busy weekends and were always completely supportive of the work that often put some distance between us.
Valerie and Lauren were age 10 and 7 when we started here, and now they are off on their own careers. Our older children, Stephanie and her husband John, and Jason and his wife Amanda, have families of their own, and we can hardly wait to spend a bit more time with them. To Carter, Sienna and Vivian, and to Lyla, Jack and Leo, nana and granddad are going to be around a little more in the years ahead, and what a blessing that will be.
My brother, Doug, and sisters Sandra and Dianne may be watching this. I want them to know how much I have appreciated their constant encouragement. They will know that our dad, Ron, was the inspiration for my entry into politics. Dad passed away in 2014, and I know he was immensely proud of my work and service. They know that his legacy lives on in us, and my mom has continued that interest and affection for public service that he taught us so well.
Now, as the late Jim Flaherty would say, I have probably gone on about as long as it seems, so let me finish by simply saying what an incredible privilege it has been to serve here since 2006, to work alongside and learn from the energy and dedication of members of Parliament from across our country, to be in our parliamentary caucus with Prime Minister Harper and party leaders since, Rona Ambrose and the honourable members for Regina—Qu'Appelle and Durham, and my fellow members of caucus who leave no task wanting when it comes to keeping our rather intricate Conservative coalition united and ready to serve as Canadians call upon us to do.
I will be taking my leave when the next election comes, whenever that may be, but I will always remember the friends that we made along the way and the special honour it has been to be a humble servant of this House and the member for Simcoe North.
Monsieur le Président, il est très difficile de concevoir qu'il s'agit de mon dernier discours officiel à la Chambre des communes, moi qui, depuis 2011, ai généralement participé aux débats en cette auguste Chambre seulement en tant que président de séance.
Quelle aventure que ces 15 dernières années! Environ un an après l'obtention de mon diplôme et mon entrée au sein de l'entreprise familiale, j'ai commencé à m'intéresser à la politique. J'étais encore un jeune homme quand j'ai assisté à l'impressionnante assemblée d'investiture du candidat conservateur de ma circonscription. Il y avait plus de 2 000 membres présents, de même que 7 ou 8 candidats. En plus des discours et des affiches, il y avait là une énergie politique qui m'était jusqu'alors inconnue. Depuis, j'ai la piqûre.
Organisée en raison du départ à la retraite de Philip Rynard après huit mandats consécutifs à titre de député de ma circonscription, cette assemblée d'investiture a permis à Doug Lewis de prendre le relais. Il a fait partie du Cabinet du premier ministre Mulroney jusqu'en 1993. M. Lewis aura été un excellent mentor et demeure un proche partisan et confident. Je le remercie de m'avoir ouvert la voie.
Étrangement, il n'y a eu qu'un député entre M. Lewis et moi, soit Paul DeVillers, qui a représenté la circonscription de 1993 jusqu'à mon élection. J'ai vite constaté que je devais me montrer à la hauteur de l'excellent service offert par mes prédécesseurs.
Je raconte tout cela parce que je ne suis que le quatrième député de Simcoe-Nord de mon vivant. Le prochain député de cette circonscription incroyable aurait intérêt à retenir les leçons que les Rynard, Lewis, DeVillers et Stanton ont apprises auprès des fabuleux résidants de Simcoe-Nord.
Je prends un instant pour remercier sincèrement tous ces gens pour le privilège d'avoir été leur voix au Parlement pendant plus de 15 ans.
Maintenant, j'aimerais faire d'autres remerciements. Une des choses pour lesquelles je suis très reconnaissant est d'avoir eu l'occasion d'apprendre le français. Depuis 2006, j'ai suivi des cours auprès du service de formation linguistique ici, à la Chambre, à raison de deux heures par semaine, afin de préserver ma compréhension et mon vocabulaire, ainsi que de les améliorer au fil du temps.
Grâce à Mme Roseline Lemire, ma professeure pendant 15 ans, je peux parler et comprendre cette belle langue. Je la remercie profondément, ainsi que toute l'équipe des services de formation linguistique.
Je tiens également à remercier Mme Lorraine Bergeron, qui était ma professeure à temps partiel dans la circonscription.
Elles ont ouvert mon cœur à la richesse de la culture francophone dans ma circonscription et partout au pays. C'est un accomplissement, dans ma vie, dont je serai éternellement fier.
Je tiens à remercier comme il se doit les gens de ma circonscription qui m'ont aidé à remporter ces cinq élections consécutives. En tant que députés, nous avons tous des bénévoles qui aident à collecter des fonds, à poser des affiches, à frapper aux portes, à téléphoner et à inciter les gens à aller voter.
Je salue les centaines d'entre eux qui m'ont aidé à gagner. Je tiens à décerner une mention spéciale à plusieurs d'entre eux qui ont fait preuve d'un engagement extraordinaire ce faisant: Wayne Edgett, Rod Williams, Phil DeBruyne, Steve McFadden, Claire et Dave Dusome, Charlene Anderson, Avery Bassett, Diane Bell, Kirk Farquhar, Alison Stoneman, Frank Takacs et Jim Hutchinson.
Ayant servi tant d'années, il est évident que j'ai eu des leaders bénévoles exceptionnels dans mes campagnes qui ne sont plus parmi nous. Je pense, en particulier, à George German, à Edna Parker, à Scott Macpherson, à Andy Durnford et à mon éminent conseiller et avocat, Dave Anderson. Il y a une citation attribuée à Abraham Lincoln qui dit: « Aujourd'hui, j'ai réussi parce que j'avais un ami qui croyait en moi et je ne voulais pas le décevoir. »
Lorsque je pense à ces femmes et à ces hommes remarquables qui ont consacré leur énergie et leur temps précieux à ma réussite en politique, les paroles ne suffisent pas pour exprimer à quel point je suis touché par leur soutien indéfectible.
Pour ce qui est du travail essentiel d'un député, je n'ai pas à chercher plus loin que les personnes talentueuses de ma circonscription et de mes bureaux parlementaires. C'était les premiers visages souriants et les premières voix que voyaient et entendaient les habitants de ma circonscription et la première impression qu'ils avaient des services offerts par notre bureau et de la courtoisie avec laquelle ils étaient offerts.
Ils ont mérité les éloges, les notes aimables et les petits cadeaux de chocolat et de bonbons que les concitoyens leur donnaient, que ce soit après qu'ils ont résolu un cas épineux ou simplement parce qu'ils avaient été courtois. Ils sont les meilleurs et cela va me manquer de travailler avec eux.
Je dois en nommer quelques-uns. Connie Kennedy‑Pearsall est ici à Ottawa en ce moment. Avant Mme Kennedy‑Pearsall, il y avait Ashley Peyrard, Sarah Pendlebury et Linda Rudd. Elles m'ont toutes énormément aidé sur la Colline. Dans ma circonscription, Kurtis Schlueter, Christine Elsdon, Judy Fulsom, Kelly Banks, David Dalrymple et Diane Bell ont effectué un travail inestimable ces dernières années en s'appuyant sur le travail exceptionnel d'anciens membres du personnel — James Nicol, Judy Forma et Brooke Leishman — ainsi que sur les bénévoles et les stagiaires qui ont apporté leur aide en cours de route.
Monsieur le Président, vous vous rendrez compte que votre rôle de Président de la Chambre vous permet de faire équipe avec un groupe de professionnels impeccables qui s'occupent toujours des aspects administratifs de la Chambre. Je vous remercie, monsieur le Président, et je remercie les autres occupantes du fauteuil, soit les députées d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing et de Brossard—Saint‑Lambert, de leurs conseils et de leur amitié. Ce fut un plaisir de travailler avec vous tous.
Depuis 2011, nous avons l'honneur de travailler avec ces remarquables greffiers de la Chambre. Leurs judicieux conseils, le respect qu'ils portent aux traditions et aux usages parlementaires, et leur professionnalisme inébranlable nourrissent continuellement la confiance envers l'intégrité des activités de la Chambre. Le travail qu'ils font au quotidien est incroyable.
Aux pages et aux superviseurs des pages, le travail que vous faites est indispensable pour les occupants du fauteuil. Je vous remercie de vos services et de votre gentillesse, non seulement pour nous, mais pour tous les députés.
Aux sergents d'armes, aux interprètes, aux agents des délibérations et de la vérification et aux fonctionnaires qui travaillent aux Journaux, qui ne sont pas ici, mais à l'étage plus bas, je vous remercie de l'attention discrète et méticuleuse que vous portez à chaque seconde de nos séances. J'en profite aussi pour saluer tous les employés qui s'occupent des travaux dans l'enceinte parlementaire, des services alimentaires, de l'entretien, de la sécurité et de l'administration. Ils rendent ce lieu de travail sûr et efficace, même lorsque des circonstances inhabituelles ou périlleuses menacent de nuire à notre travail.
Toutefois, je n'aurais pas pu accomplir ce travail sans le soutien des miens, surtout mon épouse, Heather, qui est aussi ma meilleure amie. Quand j'ai commencé, elle terminait ses études en enseignement à l'Université York. Nous ne savions pas ce dans quoi nous nous embarquions, mais nous avons donné le meilleur de nous-mêmes. Ma chérie, je te remercie pour ton amour, ton dévouement. Je te remercie d'avoir assumé avec brio le rôle de fonctionnaire par association durant ces 15 dernières années. Je remercie aussi tes parents, Ian et Joan MacDougall, de leur soutien.
Nos enfants ont fait preuve d'une patience indescriptible et ils sont assez fiers de leur paternel, d'une certaine manière. Ils nous ont aidés durant les campagnes électorales, ont accepté mes absences la semaine et mes horaires chargés la fin de semaine et ils ont toujours été très compréhensifs à l'égard d'un emploi qui, souvent, nous éloignait les uns des autres.
Valerie et Lauren n'avaient que 10 et 7 ans à nos débuts ici. Aujourd'hui, elles mènent leur propre carrière. Nos plus vieux, Stephanie avec son époux John, et Jason avec son épouse Amanda, ont maintenant leur propre famille. Nous avons très hâte de passer plus de temps auprès d'eux. À nos petits-enfants Carter, Sienna, Vivian, Lyla, Jack et Leo, j'aimerais dire que nana et grand-papa seront plus souvent là dans les années à venir. Que du bonheur en perspective.
Mon frère Doug et mes sœurs, Sandra et Dianne, nous regardent peut‑être. Je veux qu'ils sachent à quel point je leur suis reconnaissant de leurs encouragements constants. Ils savent que c'est notre père, Ron, qui m'a incité à me lancer en politique. Notre père est mort en 2014, et je sais qu'il était extrêmement fier de mon travail et de mes années de service. Mon frère et mes sœurs savent que son héritage se perpétue à travers nous et que notre mère continue de s'intéresser à la fonction publique et à lui vouer de l'affection, comme il nous l'a si bien appris.
Maintenant, comme le dirait le regretté Jim Flaherty, je parle probablement déjà depuis longtemps. Je veux donc simplement dire en terminant que cela a été un incroyable privilège de siéger ici depuis 2006, de travailler aux côtés de députés venant de partout au pays, de m'inspirer de leur énergie et de leur dévouement, ainsi que de faire partie du même caucus parlementaire que le premier ministre Harper, les chefs de parti qui lui ont succédé, soit Rona Ambrose et les députés de Regina—Qu’Appelle et de Durham, et les autres membres du caucus qui ne ménagent aucun effort pour maintenir l'unité au sein de notre coalition conservatrice plutôt complexe et pour servir les Canadiens.
Je tirerai ma révérence lors de la prochaine campagne électorale, dont on ne connaît pas encore la date, mais je me souviendrai toujours des amitiés que j'ai nouées au fil des années et de l'insigne honneur d'avoir été un humble serviteur de la Chambre et le député de Simcoe-Nord.
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-06-15 18:45 [p.8503]
Mr. Speaker, I want to start by thanking you and your colleagues, the Deputy Speaker of the House and the two Assistant Deputy Speakers of the House, for the dignity and efficiency with which you have honoured the function of Speaker of the House. Thanks to your vigilance and impartiality, you have enabled me, a 70-year-old novice, to speak in this place on behalf of the people of Trois-Rivières and defend their interests. Thank you for that.
I would like to thank all the House of Commons employees, the interpreters and the IT staff, who are doing amazing work in every way during these pandemic times.
I also want to mention the work my incredible riding office team has done, the one that was with me when I started as an MP and the one that is with me now. Some of them believed in me before I even put my name on the ticket. Their loyalty, their unconditional support and their confidence shaped me as a politician. Gabriel, Nicolas, Josée and André have dedicated themselves to serving constituents. They have done whatever it takes to meet our constituents' needs. An MP could never do this job alone without her team. I thank them from the bottom of my heart.
Because of the pandemic and the adjustments required as a result, this term will certainly have been one of the most extraordinary in recent years. I would even say that this term will go down in history. I am very proud to have been able to help many of my constituents before and during the pandemic.
I also had to adapt to the new reality imposed by the lockdowns. Specifically, I had to learn to use the technology needed to sit virtually and to vote using facial recognition. None of this is easy at my age. Because of COVID-19, I will miss out on the experience of typical parliamentary life on the Hill, which I must admit is something I will regret. That is why I wanted to be here, in the chamber, for my farewell speech.
This term has been especially difficult for me in many ways. This year, I lost my sister, Danielle, to COVID-19. It has also kept me away from my children, grandchildren and family. On top of that, one of my staffers is still suffering from the effects of two cancers after 50 weeks.
Despite this very difficult context, I have nevertheless noticed some wonderful things during my parliamentary activities.
Among other things, I have been pleased to see the considerable strides women have made for several years now in politics, but I also see how much work is left to do. I still hold the conviction that this different, feminist, open policy is the way of the future. I very much hope that the new generations will follow suit.
During parliamentary work and the periods of confinement, I learned, and I realized one thing: I still have so many dreams to fulfill. Being a member of Parliament was one of my biggest. In that sense, I still consider myself blessed. I still have tremendous energy that I will use in other areas of life. Thus, the reason behind this decision not to pursue a second mandate is an urgency to live. However, rest assured, my passion for politics remains intact. I intend to pursue my work as a member of Parliament with the same diligence, until such a time as the citizens of Trois‑Rivières are called to the polls and my successor is elected.
Of course, I have a special thought for the men and women who, by participating in the electoral process, chose to place their trust in me and afforded me the honour of representing them in the House of Commons. To the people of Trois‑Rivières, thank you.
On a more personal level, I am so grateful to my husband for his unconditional support through the hectic pace of political life. He has been there for me throughout my career as a canvasser, as president of the executive, as campaign director and, finally, as candidate and Bloc Québécois member of Parliament for Trois-Rivières. Thanks a million, Michel.
Thank you to my family, my friends, my fellow canvassers in Trois-Rivières, Nicole Philippe, and the Bloc Québécois executive, all of whom have supported me through this wild ride in politics.
Lastly, I want to thank my colleagues in the Bloc Québécois with whom I have had the honour and privileged of serving the people of Trois-Rivières. I do not think the House will mind if I acknowledge my mentor, the francophone dean of the House of Commons, Louis Plamondon. His leadership and advice were a huge help to me here, and it was his Plamondism, as I like to call it, that helped me stay connected to my constituents throughout the pandemic lockdowns. I have very much missed that feeling of closeness and human connection to my constituents during this time.
I also want to express my appreciation for my colleagues. I have been blown away so many times by their knowledge of the issues, their genuine commitment, their passion, their sincerity, and their hard work on their own files, all in the name of improving the lives of Quebeckers.
I will always cherish my memories of each of them.
Finally, I would like to give a shout-out to my leader, Yves‑François Blanchet, who continued to impress me every day with his public speaking and analysis skills and his leadership. He proved time and time again, both before and during the pandemic, that he is a true head of state, and he will go down in history as such. Thank you for everything.
In closing, I am very proud of what I have accomplished. I have changed and grown a lot since I was elected in 2019 and since I was sworn in as the Bloc Québécois member for Trois‑Rivières. I am proud of the woman and politician I have become. I am entering this final stage with enthusiasm and optimism. Like one of my friends often tells me, “Make a nice life for yourself”.
That is what I intend to do. Thank you, Mr. Speaker.
Monsieur le Président, d'entrée de jeu, je tiens à saluer la dignité et l'efficacité avec laquelle vous et vos collègues, le vice-président de la Chambre et les deux vice-présidentes adjointes de la Chambre, avez honoré la fonction de Président de la Chambre. Grâce à votre vigilance et à votre impartialité, vous m'avez permis, à moi, une débutante de 70 ans, de m'exprimer dans cette enceinte au nom des citoyens de Trois‑Rivières, et ainsi défendre leurs intérêts. Je vous en remercie.
J'aimerais remercier l'ensemble du personnel de la Chambre des communes, les interprètes et le personnel des TI, qui font un travail impeccable à tous les égards dans le contexte de la pandémie.
Je désire aussi souligner le travail de la formidable équipe de mon bureau de circonscription, celle qui a accompagné mes premiers pas comme députée et l'équipe actuelle. Certains ont cru en moi avant même que je me présente comme candidate à l'élection. Leur fidélité, leur appui inconditionnel et leur confiance ont façonné la politicienne que je suis devenue. Gabriel, Nicolas, Josée et André sont là pour se dévouer et servir les gens de la circonscription. Ils déploient tous les efforts nécessaires pour répondre adéquatement aux besoins de nos concitoyens. Une députée seule ne serait pas à la hauteur sans son équipe. Je les remercie du fond du cœur.
En raison de la pandémie et des réajustements qu'elle a nécessités, ce mandat aura certainement été l'un des plus extraordinaires des dernières années. Je dirais même que ce mandat passera à l'histoire. Je ressens une grande fierté d'avoir pu venir en aide à de nombreux concitoyens de ma circonscription avant et pendant la pandémie.
Je me suis aussi adaptée à cette nouvelle réalité imposée par le confinement. J'ai dû notamment apprendre à maîtriser la technologie nécessaire pour siéger virtuellement et pour voter par reconnaissance faciale. À mon âge, cela n'est pas évident. À cause de la COVID‑19, je n'aurai pas réellement vécu la vie parlementaire sur la Colline, ce qui, je l'avoue, demeure pour moi un regret. Je tenais donc à être présente ici, dans cette enceinte, pour mon discours d'au revoir.
Ce mandat aura été des plus éprouvants à plusieurs égards. Cette année, la COVID‑19 m'a enlevé ma sœur, Danielle, m'a éloignée de mes enfants, de mes petits-enfants et de ma famille. De plus, un de mes employés traverse encore, après 50 semaines, les effets de deux cancers.
Malgré ce contexte difficile, j'ai tout de même constaté de belles choses lors de mes activités parlementaires.
Entre autres, j'ai été heureuse de constater les avancées considérables qu'ont faites les femmes en politique depuis maintenant plusieurs années, mais également combien il reste de travail à faire. Je garde la conviction que cette politique, faite autrement, féministe, ouverte est la voie de l'avenir. Vivement que les nouvelles générations emboîtent le pas!
Durant le travail parlementaire et les périodes de confinement, j'ai appris, j'ai pris conscience d'une chose: j'ai encore tant de rêves à réaliser. Celui d'être députée était l'un de mes plus grands. En ce sens, je me considère malgré tout choyée par la vie. J'ai encore une énergie débordante que j'utiliserai dans d'autres sphères de la vie. C'est donc l'urgence de vivre qui motive ma décision de ne pas briguer un second mandat. Soyez sûrs, cependant, que ma passion pour la politique demeure intacte. Je compte donc poursuivre mon travail de députée avec la même assiduité, et ce, jusqu'à ce que les citoyens de Trois-Rivières soient appelés aux urnes et que mon successeur soit élu.
J'ai bien évidemment une pensée pour ces femmes et ces hommes qui, en participant au processus électoral, ont choisi de porter leur confiance en ma personne et m'ont offert l'honneur de les représenter à la Chambre des communes. Aux Trifluviennes et aux Trifluviens, je dis merci.
Sur un plan plus personnel, je tiens à dire toute ma reconnaissance à mon conjoint qui, par son appui inconditionnel, malgré le rythme infernal imposé par la politique, a été là pour m'appuyer tout au long de mon parcours de militante, de présidente d'exécutif, de directrice de campagne et, finalement, de candidate et de députée du Bloc québécois de Trois-Rivières. Mille mercis, Michel.
Aux membres de ma famille, à mes amis, aux militantes et aux militants de Trois-Rivières, à Nicole Philippe et à l'exécutif du Bloc québécois qui m'ont soutenue dans cette folle aventure politique, merci.
Finalement, je salue mes collègues du Bloc québécois avec qui j'ai eu l'honneur et le privilège de servir les citoyens de ma circonscription. La Chambre me permettra de saluer mon mentor, le doyen francophone de la Chambre des communes, M. Louis Plamondon. Son exemple et ses conseils m'ont grandement servie dans ma tâche. Ce que j'ai baptisé le « plamondisme » m'a permis de garder le contact avec mes électeurs malgré le confinement imposé pendant la pandémie. Cette proximité, ces contacts humains avec mes électeurs m'ont tant manqué durant cette période.
Je veux aussi dire toute mon admiration à mes collègues. Combien de fois ils m'ont épatée par leur maîtrise des dossiers, leur engagement sincère, leur fougue, leur sincérité, leur acharnement à défendre leurs dossiers respectifs, dans le but d'améliorer les conditions de vie des Québécoises et des Québécois!
Je garderai un souvenir impérissable de chacune et de chacun d'entre eux.
Enfin, un mot spécial à mon chef, Yves‑François Blanchet, qui n'a cessé de m'impressionner au quotidien par ses talents d'orateur et d'analyste et par son leadership. Il a prouvé maintes fois, avant et pendant la pandémie, qu'il est de la trempe des véritables chefs d'État. L'histoire ne l'oubliera pas. Merci pour tout.
En conclusion, je suis extrêmement fière du chemin parcouru. J'ai évolué et j'ai grandi depuis le jour de mon élection en 2019 et depuis le jour de mon assermentation comme députée du Bloc québécois de Trois‑Rivières. Je suis fière de la femme et de la politicienne que je suis devenue. J'entreprends cette dernière étape avec enthousiasme et optimisme. Comme une de mes amies me dit souvent, « fais‑toi une belle vie ».
C'est ce que j'ai l'intention de faire. Merci, monsieur le Président.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-06-15 18:57 [p.8504]
Mr. Speaker, I want to thank you, the House leaders and the whips for organizing this event this evening, to give me and the others who are not running again an opportunity to speak to Parliament and to make what has been called a farewell speech. However, a few things about that seem a little funny or odd to me. We may of course all be here again in September if there is no election, so it is a bit of an “in case” speech. Also, it is a farewell speech made from 1,500 miles away through Zoom and it is also for some of the people who I have not really come to know since 2019, when I was once again elected. It is a little unfortunate in that way because of the pandemic.
We have been hard at work despite the lack of personal contact, doing a lot of great things. We are continuing to do that even today when I had the honour of concluding the last speech on a private member's motion on dental care for Canadians. We have just completed a report that will be presented to the House on racism and policing in Canada, which I had the honour of initiating with others last July. We are very busy. We were very much enjoying our work in these last few days that we voted to stay open until midnight. One wonders who would want to leave all of this. It is so much fun and so dedicated, and we seem to be enjoying our work.
One might ask why would we want to leave. For me, part of the answer is that I came to the House in the 33rd Parliament, having been elected in a by-election when Ed Broadbent was in his prime as leader of the NDP and Brian Mulroney was the prime minister. At that time, I learned very early as a parliamentarian, and I think the member for Malpeque made note of this, that I could play a role even in a majority Parliament and be effective in amending legislation or contributing to the debate and influencing the course of events under debate in the House.
We had a very strong group of members of Parliament under Ed's leadership. I do not think anyone from the 33rd Parliament remains here. I know Wayne has 28 years of service, but he started in 1993. I am sorry to hear from the member for Malpeque that Mike O'Neill has passed away. He was my legislative assistant in 1987-88. The member for Malpeque had a great man to work with him. He understood Newfoundland and Labrador pretty well too. I am glad he served him for so long. I saw him many times over the years.
I was then defeated in the 1988 general election and I was not to return to the House as a member for 20 more years.
I will tell one little story. When I first ran in 1987, the seat I ran for was St. John's East. No New Democrat since Confederation in 1948 and hardly any Liberals had been elected to that seat. Maybe once or twice back in the sixties a Liberal was elected. I had offered myself to the nomination.
I was practising law at the time. When I went to see a judge to sign some papers, the judge, who had served provincially, said to me, “Well, Mr. Harris, I hear you're going into politics, if it could be said that running for the NDP was going into politics.” I was supposed to laugh because it was supposed to be a joke. Then he spent the next 45 minutes telling me what a great honour it was to be a politician. A “noble calling” he called it, to play a role in making the laws that govern our people. He talked about his experiences with Joey Smallwood, etc.
He was not right about the question of whether I was going into politics, although I never believed I would have the kind of career I did, with 10 years in the federal Parliament and 16 years provincially, but I never have forgotten the phrase “noble calling”, that we are here to serve our people, that we have a role to play, that it is an important one and it is a big honour to do that.
When I was defeated in 1988, I did not really think of a pause in the parliamentary sense. I took what I learned in Parliament and I brought it to the House of Assembly in Newfoundland and Labrador in 1990. I was elected five times, serving for nearly 16 years, most of which as leader of the New Democratic Party in the province of Newfoundland and Labrador.
I came back in 2008 at the behest of Jack Layton. I was here until 2015, serving mostly as the defence critic, with stints as public safety critic and justice critic. I really enjoyed the inspirational leadership of Jack Layton who brought us to official opposition status. He then very sadly and tragically died and was replaced by Thomas Mulcair, who, as we know, is considered one of the most effective opposition leaders in modern times.
I was, unfortunately, defeated again in 2015 and had a four-year hiatus as a former member of Parliament, but I did enjoy some time with the Canadian Association of Former Parliamentarians. I highly recommend that to anyone who is leaving the House. It is a great group of people and it is a good way to keep in touch with former colleagues as well as some people who we did not serve with but got to know. Whether we leave voluntarily or otherwise after the next election, it is a good idea to keep in touch with those with whom we have served.
I came back in 2019, which is why I am here today. I did not really want to belabour this story except to provide some background to my unique parliamentary experience with bookends that span a total of 34 years. The member for Malpeque served 28 years, but they were consecutive. He did not have the variety I had. He is a seasoned member of Parliament, having served all his time here. He had more significant experience to draw on in the House.
I have enjoyed all my years as a member of Parliament. It has been a great experience and, as everyone else who is to speak I am sure will say, it is an honourable profession. It is also a big honour and privilege to serve constituents in the House of Commons. We cannot do that without their support, and I thank very sincerely all the voters of St. John's East. Whether they voted for me or not, they were my constituents. I thank them for their support over the years, for the privilege of serving them in the House of Commons and being their voice, and doing my best to do that.
I also represent the people of Newfoundland and Labrador as the only New Democrat from our province, and, right now, I am the only opposition member from the province of Newfoundland and Labrador. The voters and the constituents are the heartbeat of politics. We communicate with them, work with them and help them when we can. I have always loved and enjoyed very much the people part of politics.
Ten minutes is not much time to say a lot other than to thank people, thank to the volunteers, campaigners and donors who made this possible. We also have to thank our families. Without the kind of support we get from them, we would not be able to do our jobs.
My wife Ann and our three children, Amelia, Sarah and John, have been a great support for me. They have encouraged me and have enjoyed my work. I thank my staff who helped me do my job. I could not do it without them. I thank my constituency staff and Ottawa staff who have helped my constituents as best they can. It is amazing what we can do for constituents in the system we have.
We also have great staff on the Hill. The Library of Parliament's resources have been fabulous for me and have helped with our committees, and we all know that.
I want to reiterate what the member for Malpeque said about our Parliament. It is not perfect. A lot of work needs to be done to make our world perfect and our Parliament perfect. However, it is a great system for the voices of the people to be heard, to work together with other parliamentarians to try to make things better. As I said, it is a noble calling.
I want to encourage young people who are thinking about a career in politics to take the torch, to carry the torch and to do the job. It is a noble calling. It is worth doing and it is a worthy way to work to make our country better and to try to make the world better and safer. There are plenty of things to do and not enough people to do them, so please take up the cause.
Monsieur le Président, je tiens à vous remercier, ainsi que les leaders parlementaires et les whips, d'avoir organisé le débat de ce soir pour nous donner, à moi et aux autres qui ne se présenteront pas aux prochaines élections, l'occasion de prendre la parole devant le Parlement et de prononcer ce qu'il est convenu d'appeler un discours d'adieu. L'idée me paraît toutefois, à certains égards, un peu étrange. Bien sûr, nous pourrons peut-être tous nous retrouver ici en septembre s'il n'y a pas d'élections. C'est donc plutôt un discours « au cas où ». Il s'agit également d'un discours d'adieu qui est prononcé à 1 500 milles de distance, au moyen de Zoom, et qui s'adresse aussi à certaines des personnes dont je n'ai pas vraiment eu l'occasion de faire la connaissance depuis ma réélection en 2019. C'est un peu dommage, mais la pandémie y est pour quelque chose.
Nous avons travaillé d'arrache-pied, malgré le manque de contact humain, et nous avons réussi à faire beaucoup de grandes choses. Nous poursuivons nos efforts dans ce sens, même aujourd'hui, lorsque j'ai eu l'honneur de faire la dernière intervention au sujet d'une motion d'initiative parlementaire sur les soins dentaires pour les Canadiens. Nous venons de terminer un rapport, qui sera présenté à la Chambre, sur le racisme et les services policiers au Canada, à l'issue d'une étude que j'ai eu l'honneur de lancer avec d'autres en juillet dernier. Nous n'avons pas chômé. Nous avons d'ailleurs beaucoup aimé siéger tard jusqu'à minuit ces derniers jours, conformément à la motion que nous avons adoptée. Il y a lieu de se demander qui voudrait abandonner tout cela. C'est tellement emballant, mais il faut beaucoup de dévouement, et nous semblons adorer notre travail.
Certains pourraient s'interroger sur la raison de notre départ. Pour moi, une partie de la réponse réside dans le fait que je suis arrivé à la Chambre au cours de la 33e législature, ayant été élu dans le cadre d'une élection partielle lorsque Ed Broadbent était au meilleur de sa forme à titre de chef du NPD et que Brian Mulroney était premier ministre. À cette époque, j'ai appris très tôt, en tant que parlementaire — et je crois que le député de Malpeque l'a souligné —, que je pouvais jouer un rôle même sous un gouvernement majoritaire et faire preuve d'efficacité en modifiant des mesures législatives ou en contribuant aux débats et en influençant ainsi le cours des discussions à la Chambre.
Nous avions un groupe solide de députés sous la direction d'Ed. Je ne pense pas qu’il y ait encore des députés de la 33e législature à la Chambre. Je sais que Wayne a servi pendant 28 ans, mais il a commencé en 1993. D’ailleurs, je suis désolé d’apprendre de la bouche du député de Malpeque que Mike O’Neill est décédé. Il a été mon adjoint législatif en 1987‑1988. Le député de Malpeque a eu la chance de travailler avec cet homme exceptionnel. Il connaissait aussi plutôt bien Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Je suis heureux de savoir qu’il a servi le député pendant si longtemps. Je l’ai rencontré de nombreuses fois pendant toutes ces années.
Puis, en 1988, j’ai été défait lors des élections et cela aura pris 20 ans avant que je ne revienne à la Chambre comme député.
Je vais raconter une petite histoire. Lorsque je me suis présenté pour la première fois, en 1987, le poste que je briguais était celui de St. John’s-Est. Aucun néo-démocrate n’y avait été élu depuis la Confédération en 1948, et presque aucun libéral n’avait remporté ce siège — peut-être un ou deux dans les années 1960. Alors, j’avais proposé ma candidature.
Je pratiquais le droit à cette époque. Lorsque je suis allé voir le juge pour signer certains papiers, ce dernier, qui avait été député provincial, m’a dit: « Alors, M. Harris, j’ai entendu dire que vous alliez vous lancer en politique, si tant est qu'être candidat pour le NPD équivaille à se lancer en politique. » J’étais censé rire à cette supposée plaisanterie. Puis, il a passé 45 minutes à m’expliquer quel grand honneur c’était d’être un politicien. C'était une « noble vocation » selon lui de participer à l’élaboration des lois qui gouvernent notre peuple. Il a parlé de ses expériences avec Joey Smallwood, etc.
Il avait tort de dire que je ne me lançais pas vraiment en politique, même si je n'aurais jamais cru avoir la carrière que j'ai eue, avec les 10 années que j'ai passées au Parlement fédéral et les 16 années à l'assemblée législative provinciale, mais je n'ai jamais oublié cette expression, « noble vocation », pour souligner que nous sommes ici pour servir la population, que nous avons un rôle à jouer, que ce rôle est important et que c'est un grand honneur que de le remplir.
Lorsque j'ai été défait, en 1988, je n'ai pas vraiment fait de pause dans ma carrière parlementaire. J'ai pris ce que j'avais appris au Parlement et je l'ai emmené à l'Assemblée législative de Terre‑Neuve‑et‑Labrador en 1990. J'ai été élu cinq fois et j'ai été député pendant 16 ans, en grande partie en tant que chef du Nouveau Parti démocratique de la province de Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Je suis revenu en 2008, à la demande de Jack Layton. Je suis resté jusqu'en 2015, surtout à titre de porte-parole en matière de défense, et pendant quelques temps, à titre de porte-parole en matière de sécurité publique et en matière de justice. J'ai vraiment aimé le leadership inspirant de Jack Layton, qui nous a fait progresser jusqu'à devenir l'opposition officielle. Il est malheureusement et tragiquement décédé et a été remplacé par Thomas Mulcair, qui, nous le savons, est reconnu comme étant l'un des plus efficaces chefs de l'opposition de l'époque moderne.
J'ai, malheureusement, essuyé une nouvelle défaite en 2015 et, pendant quatre ans, j'ai été un ex-député, mais j'en ai profité pour me joindre à l'Association canadienne des ex-parlementaires. Je recommande fortement à tous ceux qui cesseront d'être députés de joindre cette association. C'est un groupe formidable qui permet de garder le contact avec nos anciens collègues, ainsi qu'avec des gens que nous avons connus, mais qui n'ont pas été députés en même temps que nous. Que nous décidions de quitter la vie de parlementaire de notre propre chef ou en raison du résultat des élections, garder le contact avec ceux qui ont été députés en même temps que nous est une bonne chose.
Je suis revenu en 2019 et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui. Je ne voulais vraiment pas m'éterniser sur cette histoire, mais je souhaitais décrire le contexte de mon expérience unique de député, qui s'étend sur une période de 34 ans. Le député de Malpèque sert les Canadiens depuis 28 ans, mais ses années de service ont été consécutives. Sa carrière n'a pas été aussi variée que la mienne. Il est un député chevronné, qui a toujours siégé à la Chambre. Il a pu puiser dans son expérience ici, qui a été plus longue que la mienne.
J'ai aimé chaque année de ma carrière de député. Ce fut une formidable expérience et, comme tous ceux qui interviendront le diront sans doute, il s'agit d'une profession honorable. C'est également un grand honneur et un privilège de représenter les gens de sa circonscription à la Chambre des communes. Nous ne pouvons pas le faire sans leur soutien et je remercie sincèrement tous les électeurs de St. John's‑Est. Qu'ils aient voté pour moi ou non, ils habitaient ma circonscription. Je les remercie de m'avoir accordé leur appui au fil des ans de même que le privilège de parler en leur nom et de les servir à la Chambre des communes. J'ai tâché de faire de mon mieux en ce sens.
Je représente aussi les habitants de Terre‑Neuve‑et‑Labrador à titre de seul député néo-démocrate de la province. De plus, je suis actuellement le seul membre de l'opposition de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Les électeurs et nos concitoyens sont l'âme de la politique. Nous communiquons et collaborons avec eux et nous les aidons quand nous le pouvons. J'ai toujours beaucoup aimé l'aspect humain de la politique.
Dix minutes, c'est bien peu de temps pour faire autre chose que remercier les gens, les bénévoles, les militants et les donateurs qui m'ont permis d'être ici. Nous devons aussi remercier notre famille. Sans le soutien qu'elle nous fournit, nous ne pourrions pas faire notre travail.
Ma femme, Ann, et nos trois enfants, Amelia, Sarah et John, m'ont beaucoup appuyé. Ils m'ont encouragé et ont aimé mon travail. Je remercie mes employés, qui m'ont aidé dans mes fonctions. Je n'y serais pas arrivé sans eux. Je remercie le personnel de mon bureau de circonscription et mon personnel d'Ottawa, qui ont aidé mes concitoyens du mieux qu'ils l'ont pu. C'est incroyable de voir ce que nous pouvons faire pour nos concitoyens avec le système que nous avons.
Le personnel de la Colline est aussi incroyable. Les personnes-ressources de la Bibliothèque du Parlement ont été exceptionnelles avec moi et ont grandement aidé nos comités, et nous le savons tous.
Je souhaite réitérer ce que le député de Malpeque a dit concernant notre Parlement. Il n’est pas parfait. Cela prendrait beaucoup de travail pour rendre notre monde et le Parlement parfaits. Toutefois, c’est un excellent système pour faire entendre la voix du peuple, qui donne la possibilité de travailler avec d’autres parlementaires pour essayer d’améliorer les choses. Comme je l’ai dit, c’est une noble vocation.
Je souhaite encourager tous les jeunes qui souhaiteraient se lancer en politique de prendre le relais et de porter le flambeau aussi loin qu’ils peuvent. C’est une noble vocation. C’est un métier qui vaut la peine d’être fait et c’est très louable de contribuer à rendre notre pays meilleur, et à rendre le monde meilleur et plus sûr. Il y a tellement à faire et trop peu de candidats, alors je les invite à se consacrer à cette cause.
View Navdeep Bains Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, over the years I have risen to speak on many timely topics and pressing issues, including the pandemic we are dealing with, but today is different. Today will be the last time I address the House. I would like to share some reflections on my time in politics and what I have learned along the way as the member of Parliament for Mississauga—Malton.
I will begin by expressing how grateful I am to have had the opportunity to serve my vibrant community and this beautiful country for over 13 years.
First, I want to thank the people of Brampton and Mississauga, who put their faith in me as their federal representative on five separate occasions. I have tried to be worthy of their trust and never ever took it for granted.
As hon. members know all too well, politics is something that we do not do alone. It is a team sport, and I have been blessed with fantastic teammates throughout my career. I thank my colleagues in the House for their friendship and their guidance; my hard-working staff and our top-tier public servants; the relentless commitment shown by my riding association; and the hundreds of volunteers who donate their time to make this country a better place. I owe them more than I can express.
I would like to especially thank the Right Hon. Prime Minister for his confidence and friendship over the years. Serving as a member of his cabinet has been the honour of a lifetime. I am pleased to have had such a direct role in crafting economic policies and programs for all Canadians.
Politics is not easy on families. I want to single out my amazing, beautiful wife, Bram, and my remarkable daughters, Nanki and Kirpa, for all of the sacrifices they have made to make my service possible. I thank them very much. Their love and support have meant the world to me, and any possible reservations I have about leaving this place disappear when I think about spending more time with them together.
When my parents immigrated to Canada in the 1970s, they could never imagine in their wildest dreams that their son would end up here. My father moved to Canada from India, from a small village in Rajasthan. He spoke very little English and had five dollars to his name, but he came here for better economic opportunities. In a few years, my father learned carpentry from an Italian Canadian cabinetmaker who called him Vincenzo, which he thought sounded better than Balwinder. My father wore that handle as a badge of honour.
My mother worked the night shift at a cookie factory so that she could be home each morning to help make breakfast for my brother Harjot and I and help us tie our patkas, which is a head covering for young Sikh kids. She knew how important it was for me to play sports, and I loved sports. To do so confidently, I needed my patkas tied well. She worked all night but always made it home in time so that I could go to school feeling sure and confident about myself.
They both worked hard and did well, and my father eventually bought a cabinet company of his own and moved the family from Jane and Finch to Brampton. Even with that success, I do not think he ever expected our family to go from cabinetmakers to sitting at the cabinet table. Only in Canada.
My parents instilled in me at an early age the understanding that this country has been so good to us that we must give back to it. It was our responsibility to help create the same opportunities for others. That is not to say that I did not face my share of challenges. Looking a bit different as a kid, I had my share of unwelcome remarks and teasing. However, I grew up in the era of the Charter of Rights and Freedoms.
For me, a pivotal moment was the Baltej Singh Dhillon case, where an observant Sikh RCMP officer was granted the right to wear his turban with his uniform. There was controversy, for sure, but for a young Sikh boy, the message I heard was that I belong and I can play a meaningful role in our institutions. Looking back, I can see that these changes were the realizations of an inclusive and multicultural society that was the hard-fought vision of former prime minister Pierre Elliott Trudeau and many others. It showed a gradual willingness to accept, evolve and celebrate.
When I decided to run for office, I chose the party of the charter, the Liberal Party, as my political family. However, even there, I encountered those who felt I should hide my identity. “Don't put your picture in the brochure”, one very senior party voice told me. At that moment, I was taken aback, but I just took it in and stayed silent. However, I am pleased to report that my silence did not last too long and not only did I not take that advice, but I decided to put my picture in every single brochure. My view was that if I was going to be on the ballot, I wanted people to know the person they were putting their faith into. I was not going to hide my identity or conceal who I was. By the way, in case people were wondering, I won the first election with 57% of the vote, the widest margin in the region of Peel. It was not the first time I had stood up for equality, and it would not be the last.
Soon after my first election, the same-sex marriage debate tested my commitment to stand up. Many of my constituents did not agree with same-sex marriage, but to me the choice was clear: People love whom they love and we cannot decide what rights go to which people, end of story. I took a lot of flak for that position, but I am proud that I made it. For someone who has always looked different, I knew there was no other option. That is also how I defended it to those who would complain about their own discrimination in one breath while advocating discrimination against others in the next.
When I was appointed the Minister of Industry, I was acutely aware that I was the first person of colour to hold that role, and I was absolutely determined to leave the door open wider for others. While there were many initiatives that we took to create jobs and accelerate science and innovation, I am most proud of speaking up for equality and equity among decision-makers. I was proud to introduce the 50-30 challenge. This initiative asked that organizations in the private and public sector aspire to two goals: gender parity on Canadian boards and among senior management, and significant representation, at least 30%, among those same leaders representing under-represented groups, such as Black Canadians, persons living with disabilities, LGBTQ2S, and our first nations, Inuit and Métis people. To date, more than 1,000 Canadian organizations have taken up the challenge to move the under-represented into positions of economic influence and leadership.
While things are objectively better in this country for those marked as different, we still have a long journey ahead of us. I, like many Canadians, was heartbroken when I heard the tragic news about the 215 children found at a former residential school in Kamloops. It should remind all of us that there are still those on the outside looking in, and that Canada is very much a work in progress and we have much to do on reconciliation.
As we are dealing with this historic tragedy, we were horrified to see in London, Ontario that hate is alive and well. Hate is poisonous, and it is a thing that lashes out at those whose only crime is being different. I also wear my faith for the world to see, and that could have been my family.
While I know there is not a person in this House who would not condemn these crimes, we must remember that every time we stoke division, the seeds of hate are planted and watered. The country looks to us in these moments, but what we say and what we do in between these moments has just as much impact.
There are those in this country who claim to still serve the public interest by passing laws on discrimination and pitting Canadians against each other. That approach will end up failing, as it always has, but we need to make our leaders understand that this is not something that will be tolerated in today's Canada. Our diversity is our strength. To once again quote the former prime minister, “A society which emphasizes uniformity is one which creates intolerance and hate”.
I requested an additional 30 seconds to make this final remark, so I am grateful for the indulgence.
I am tremendously optimistic for the future. I see that my daughters' generation already thinks very differently about these challenges, and it brings me hope. Politics has taught me that progress is not linear. It happens when enough good people fight long enough and hard enough to make things right.
The most important lessons are the ones we learn again and again, and that surprised me. The advice I have for my daughters, despite all my experiences, boils down to what my parents taught me, which is to be thankful for all we have been given and to return the favour by lifting others up. Believe in yourself, but remember it is not all about you. Be kind to others and understand that those without kindness are the ones who need it the most. Finally, in politics, as in life, try to leave things a little better than they were found.
I hope, colleagues, that in our service we left our community and country better off for our efforts. I am confident that those who sit in this chamber and those who will fill these seats long after we are gone will do the same.
Monsieur le Président, au fil des ans, j'ai pris la parole à propos de nombreux sujets d'actualité et de questions urgentes, comme la pandémie, mais ce soir, c'est différent. Ce sera ma dernière intervention à la Chambre. J'aimerais exprimer quelques réflexions sur mon passage en politique et sur ce que j'y ai appris en tant que député de Mississauga—Malton.
Je vais commencer en disant à quel point je suis reconnaissant d'avoir eu l'occasion de servir ma communauté dynamique et ce beau pays pendant plus de 13 ans.
Je veux d'abord remercier les résidants de Brampton et de Mississauga, qui m'ont fait confiance pour les représenter dans cette enceinte durant cinq mandats. J'ai tenté de me montrer digne de leur confiance, que je n'ai jamais tenue pour acquise.
Comme les députés le savent très bien, on ne peut pas faire de la politique tout seul. C'est un sport d'équipe, et j'ai eu la chance d'avoir des coéquipiers fantastiques tout au long de ma carrière. Je remercie mes collègues à la Chambre de leur amitié et de leurs conseils; mon personnel travaillant et nos excellents fonctionnaires; les membres de mon association de circonscription de leur engagement sans faille; de même que les centaines de bénévoles qui donnent de leur temps pour rendre ce pays encore meilleur. Je ne saurais exprimer avec des mots toute la reconnaissance que j'ai envers eux.
J'aimerais surtout remercier le très honorable premier ministre de l'amitié et de la confiance qu'il m'a accordées au fil des années. Siéger au sein du Cabinet a été le plus grand honneur de ma vie. Je suis ravi d'avoir participé directement à l'élaboration des politiques et des programmes économiques pour l'ensemble des Canadiens.
La vie politique n'est pas facile pour les familles. Je tiens à remercier tout particulièrement ma belle et formidable épouse, Bram, ainsi que mes remarquables filles, Nanki et Kirpa, de tous les sacrifices qu'elles ont consentis pour me permettre de servir la Chambre. Je les remercie énormément. Leur amour et leur appui ont fait toute la différence pour moi. Toute hésitation que je puis avoir à quitter cet endroit s'estompe quand je pense que je pourrais passer plus de temps avec elles.
Quand mes parents ont immigré au Canada dans les années 1970, ils n'auraient jamais imaginé, même dans leurs rêves les plus fous, que leur fils se retrouverait dans cette enceinte. Mon père a quitté un petit village au Rajasthan, en Inde, pour venir s'établir au Canada. À son arrivée, il parlait très peu l'anglais, et il avait 5 $ en poche. Cependant, il était venu ici à la recherche de meilleures perspectives économiques. En quelques années, mon père a appris la menuiserie d'un ébéniste italo‑canadien qui l'appelait Vincenzo, ce qui, à son avis, sonnait mieux que Balwinder. Mon père a porté ce nom avec honneur.
Ma mère travaillait de nuit dans une usine de biscuits. Ainsi, elle pouvait être à la maison tous les matins pour préparer mon déjeuner et celui de mon frère, Harjot, et nous aider à attacher notre patka, le couvre-chef que portent les jeunes enfants sikhs. Elle savait combien je tenais à faire du sport, combien j'adorais le sport. Pour que je puisse jouer en toute confiance, il fallait que mon patka soit bien attaché. Elle travaillait toute la nuit, mais elle arrivait toujours à la maison à temps pour que je me sente bien prêt pour la journée d'école.
Mes parents travaillaient fort et réussissaient bien. Mon père a acheté une entreprise d'armoires, et ma famille a quitté le quartier Jane and Finch de Toronto pour s'installer à Brampton. Malgré cette réussite, je crois qu'il ne s'est jamais attendu à ce qu'un membre de la famille soit un jour assis à la table du Cabinet et contribue à fabriquer des lois plutôt que des armoires. Cela n'arrive qu'au Canada.
Dès mon plus jeune âge, mes parents m'ont fait comprendre que le Canada avait été très généreux envers nous, que nous devions y contribuer en retour et que nous avions la responsabilité de créer, à notre tour, des occasions de réussite pour d'autres personnes. J'ai tout de même eu ma part de défis. Comme j'avais une apparence un peu différente de celle des autres enfants, j'ai été la cible de commentaires désobligeants et de moqueries. J'ai toutefois grandi à l'époque de la Charte des droits et libertés.
Il y a un moment qui a été marquant pour moi, et c'est la décision dans l'affaire de Baltej Singh Dhillon, qui a autorisé l'agent de la GRC à porter son turban avec son uniforme. Cela a mené à une certaine controverse, bien sûr, mais pour un jeune sikh, le message envoyé favorisait mon sentiment d'appartenance et m'indiquait que je pouvais jouer un rôle important dans les institutions canadiennes. Avec le recul, je comprends que ces changements étaient le fruit d'une société inclusive et multiculturelle fondée sur la vision pour laquelle l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau et de nombreux autres s'étaient vaillamment battus. Cette vision a amené une volonté croissante d'acceptation, d'évolution et de célébration.
Lorsque je me suis décidé à me lancer en politique, j'ai choisi le parti de la Charte, le Parti libéral, comme famille politique. Par contre, même au sein de cette famille, il y en avait qui croyaient que je devais cacher mes origines. Une des grosses pointures du parti m'a même dit: « Ne mets pas ta photo dans le dépliant. » À l'époque, j'avais été décontenancé, mais j'ai gardé le silence et j'ai pris mon mal en patience. Par contre, je suis heureux de dire que mon silence n'a pas duré longtemps et que je n'ai pas suivi ce conseil; j'ai mis ma photo dans tous les dépliants. Je me disais que, tant qu'à me présenter, je voulais que les gens sachent qui était la personne à qui ils allaient accorder leur confiance. Je n'allais pas cacher mes origines ni qui je suis. En passant, pour ceux qui se le demandent, j'ai remporté ma première élection avec 57 % des votes, la plus importante majorité dans la région de Peel. Ce n'était pas la première fois que je me battais pour l'égalité, et ce ne fut pas la dernière.
Peu après ma première élection, le débat sur le mariage entre personnes de même sexe a mis à l'épreuve ma détermination à tenir mon bout. Nombre de mes concitoyens n'appuyaient pas le mariage homosexuel, mais pour moi, le choix était clair: les gens aiment qui ils veulent, et nous ne pouvons pas décider qui a le droit de faire quoi, point final. Cette position m'a valu beaucoup de critiques, mais je suis fier de l'avoir adoptée. Étant moi-même quelqu'un qui a toujours eu l'air différent, je savais qu'il n'y avait pas d'autres options. C'est également ce que j'ai fait valoir à ceux qui, d'une part, se plaignaient d'être eux-mêmes victimes de discrimination, mais qui, d'autre part, prônaient la discrimination contre d'autres personnes.
Lorsque j'ai été nommé ministre de l'Industrie, j'étais parfaitement conscient d'être la première personne de couleur à occuper ce poste, et je tenais absolument à laisser la porte ouverte à d'autres. Certes, nous avons pris de nombreuses initiatives pour créer des emplois et accélérer les progrès scientifiques et l'innovation, mais je suis surtout fier d'avoir défendu l'égalité et l'équité parmi les décideurs. C'est avec fierté que j'ai lancé le Défi 50‑30. Dans le cadre de cette initiative, nous avons demandé aux organisations des secteurs privé et public d'aspirer à atteindre deux objectifs: la parité hommes-femmes au sein des conseils d'administration et des hautes directions au Canada, et une représentation importante, d'au moins 30 %, parmi ces mêmes dirigeants, de personnes issues de groupes sous-représentés, comme les Canadiens noirs, les personnes handicapées, les membres de la communauté LGBTQ2S, ainsi les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Jusqu'ici, plus de 1 000 organisations canadiennes ont relevé le défi de faire accéder des personnes sous-représentées à des postes d'influence économique et de direction.
Bien que le sort réservé aux personnes jugées différentes soit objectivement meilleur au pays, nous avons encore un long chemin à parcourir. Comme beaucoup de Canadiens, j'ai eu le cœur brisé lorsque j'ai appris la nouvelle tragique des 215 enfants découverts sur le site d'un ancien pensionnat à Kamloops. Cela devrait nous rappeler à tous que le monde entier nous regarde, que le Canada est un pays en constante évolution et que nous avons beaucoup à faire en matière de réconciliation.
Tandis que nous composions avec cette cette tragédie historique, nous avons été horrifiés de constater qu'à London, en Ontario, la haine est toujours bien présente. La haine est pernicieuse. Elle s'en prend à ceux dont le seul crime est d'être différents. J'affiche également ouvertement ma foi. Ces victimes auraient pu être ma famille.
Bien que je sache que tous les députés condamnent ces crimes, nous devons nous rappeler que chaque fois que nous suscitons la division, nous plantons et alimentons les germes de la haine. Dans ces moments, le pays nous regarde, mais ce que nous disons et faisons dans l'intervalle a tout autant de répercussions.
En fait, il y a ceux dans ce pays qui prétendent encore servir l'intérêt public en adoptant des lois sur la discrimination et en dressant les Canadiens les uns contre les autres. Cette approche va finir par échouer, comme elle l'a toujours fait, mais nous devons faire comprendre à nos dirigeants que ce n'est pas quelque chose que nous allons tolérer dans le Canada d'aujourd'hui. C'est notre diversité qui fait notre force. Pour citer une fois de plus l'ancien premier ministre, « une société qui met l'accent sur l'uniformité est une société qui crée l'intolérance et la haine ».
J'ai demandé 30 secondes supplémentaires pour faire une dernière observation. Je suis reconnaissant de l'indulgence qui m'est accordée.
Je suis extrêmement optimiste pour l'avenir. Je constate que la génération de mes filles envisage déjà ces difficultés très différemment, et c'est une source d'espoir pour moi. La politique m'a appris que le progrès n'est pas linéaire. Il se produit lorsque suffisamment de bonnes personnes luttent suffisamment longtemps et suffisamment fort pour rectifier la situation.
Les leçons les plus importantes sont celles que nous apprenons encore et encore, et cela me surprend. Malgré tout ce que j'ai vécu, le conseil que j'ai à donner à mes filles se résume à ce que mes parents m'ont enseigné, c'est-à-dire d'être reconnaissant pour tout ce qui nous est donné et de rendre la pareille en redonnant au suivant. Il faut croire en soi, sans être égocentrique, être gentil envers les autres et comprendre que ceux qui ne sont pas gentils sont ceux qui ont le plus besoin de gentillesse. Enfin, en politique comme dans la vie, il faut tenter de laisser les choses un peu mieux qu'on les a trouvées.
Chers collègues, j'espère que, à la fin de nos années au service de la population, nos efforts auront permis à notre collectivité et à notre pays de se porter mieux. Je suis convaincu que ceux qui siègent à la Chambre et ceux qui occuperont les banquettes longtemps après notre départ feront de même.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2021-06-15 19:20 [p.8507]
Mr. Chair, for almost 16 years, I have had the honour of speaking in the House of Commons chamber to represent the interests of Canadians. As the adage goes, all good things must come to an end. On the day of the next election, I bid you and my colleagues adieu and express my appreciation for the many individuals who have made it possible for me to serve as a member of Parliament and to serve my country.
First and foremost, my thanks go to my amazing and beautiful bride of almost 40 years, Almut Sweet. She has had to tolerate too many absences, interruptions and stress that, unfortunately, our partners must endure for us to be present in Ottawa. In Almut's case, she also endured two cancer surgeries and the tragic loss of our daughter, Lara. My sweetheart not only has my undying love, but also gratitude and deep respect for her willingness to sacrifice for my service and for our country.
My next thanks go to all my children, who, along with my wife, suffered many absences due to my being here in Ottawa. All of them have been so gracious. They always referred to my absences as a mission they approved of and were thankful for my work representing our country. I am so looking forward to spending more time with them, more time with Theresa, Christopher, Lucian, Reuben, D.C., and grandchildren, far too many names to name.
Next are the constituents of Flamborough—Glanbrook, but also those of Waterdown, Westdale, West Hamilton, Dundas, and Ancaster, whom I served for quite some time as well. I ask them to accept my heartfelt thanks for placing their trust and confidence in me to represent them here in this House of Commons. Their vote gave me a privilege very few Canadians have been able to experience throughout the history of our great nation, and for that they have my sincere, undying gratitude.
I hope my colleagues forgive me, because one of the missions we had in my office was to launch young people into successful careers in politics. My staff over the years, and the list is long, deserve to be named: Doug, Carolyn, Diane, Steph, Laurie, Erin, Justin, Kesha, Michael, Katherine, Rebecca, Justin, Jacob, James, Nathan, Rachel, Monica, Alicia, Sandra, Lewan, Chris, Jacob, Colin, Tracey and presently Patricia, Liz, James, Simon, Denise, Alex and Dan.
All members should readily admit that without hard-working, dedicated, patient staff, they would accomplish very little. I thank team Sweet for all they did to make me look good, and more importantly for all they do for Canadians. They are a gift to our nation.
As I just said, all of my staff are amazing, but there are very special staff who believed in me and were with me from the very beginning, and they deserve special mention. Doug and Carolyn Brown took on the task of shepherding me through the process of establishing a constituency office, and by so doing they set the standard remarkably high for all future staff. Their professional, mature approach to constituent service meant that we had a stellar reputation throughout the entire greater city of Hamilton and consequently were able to successfully sort out the problems of thousands of people, everywhere from rescuing Canadians from despot dictatorships around the world to those dreaded CRA files. I am in Doug and Carolyn's debt for the rest of my days for their service and friendship. Canada is a better nation for them.
Stef Rose was my first legislative assistant, who had such a drive to excel that he interviewed many senior staff on the Hill to make sure he was able to serve in his capacity with excellence, and he sure did. Stef, three times, rewrote legislation for me that became one of the few private members' bills to pass with all-party support, the Fairness for Victims of Violent Offenders Act. He managed committee work and so much more, but ultimately always stood out because he was ready to go the extra mile. I am so happy that my friend Stef is where he always wanted to be, and Canada is a better and safer place due to his efforts.
Somehow I convinced a fine man named Dan Muise that I was the candidate who needed to be elected to serve Canadians alongside Stephen Harper. Dan started his career as a special assistant to Jean Charest, when he was elected as a member of this House.
The riding was known as Ancaster–Dundas–Flamborough–Westdale in those days, and, beginning in 2004, Dan helped me with virtually every aspect of my parliamentary career, including when I was able to dump my frustrations on him after particularly rough days.
Dan has served this country in ways that many will never know, and he will never be adequately rewarded for it, yet Dan is not the kind of person who does what he does for reward. His dedication to Canada is his love for the same. I thank Dan for his service, hard work and dedication, and for our deep friendship.
Then there are our best friends who help us keep our feet on the ground and bring us a better perspective to life than what we get within this thing we call the Ottawa bubble. They are the ones who helped us early in life, and who know who we are and who we are becoming. Bob Baxter and Reid Meyers have both departed this world for eternity, but they mentored a young man who had a fleet of tow trucks back in 1982 and encouraged him to grow in character, intellect and spirituality.
My best friends, Larry and Leslie Brune, have assisted me and my family in every imaginable way. Their generosity, hospitality, dedication and kindness are, in no small way, one of the substantial reasons I am here today. These two individuals I speak of have quietly helped hundreds of people, and they have done it so humbly and quietly that few know the amazing impact they have had on large groups of Americans and Canadians. Their selfless efforts to serve others is so great, the human language falters at trying to explain their love for others.
I extend a special thanks to my friend Franc, a reserve officer in the Israel Defense Forces, who always welcomed me to Israel. He is such a good friend and brother, who I get to see so seldom. I wish peace and protection to Franc and his family.
My thanks go to so many supporters and donors who gave of their time, their talents and their money to make sure I could continue to wage successive successful campaigns. Their assistance is so important in our democracy, and it often goes unnoticed, but they really are the engine behind every candidate and determine their ultimate success. I thank them.
I would now like to give a message to my colleagues. All of us in this chamber should reflect often on the magnitude of responsibility we have and the fact that we live in a nation that still, for the most part, elects individuals on their merit and not on their social status or their wealth, as we see in some other nations. We are blessed to live in a country where voters determine the outcome of an election and not individual political parties with the right to establish lists for voters or a regime of evil elites who tell voters how they should vote. This is a rich gift that has been carefully protected by past generations. It has been fought for with Canadian blood in past conflicts.
No matter which party members are from in this chamber, their individual responsibility as a member is to guard this cherished institution. That is exactly why we are obliged to swear an oath to Her Majesty the Queen of Canada. We do not protect this institution because we are privileged. We guard and protect this institution because this chamber is where critical issues that concern individual Canadians are debated and resolved.
I thought I had a good handle on what I was just talking about until the evening we were to vote on whether we would sustain our troops in Afghanistan. I knew the issues, and I knew the good work our troops had accomplished. I knew about the young girls and women who had never experienced freedom until our troops arrived.
However, when the bells began to ring, the weight of what we were about to vote on reached a much higher level of severity than it had in my entire life. I realized that my vote would not only allow a continued effort by our troops to accomplish their good work, but it also meant that our young men and women were going to continue to be placed in harm's way, and it meant Canadians would die.
There were many poignant times in my career that were transformative and gave me a deeper clarity regarding the magnitude of our responsibilities, but sustaining our troops in one of the most dangerous areas of Afghanistan, areas other countries had abandoned, was the most sobering. I encourage all of my colleagues to think for themselves, bearing in mind the oath we have taken, and their concerns for their constituents and all Canadians.
Political parties are great institutions in and of themselves, and I am very grateful for my party, the Conservative Party of Canada, and my band of brothers and sisters, my colleagues. Consequently, I want to encourage all members from all parties to, yes, be a team player but also be ready to think through all issues and steward their own integrity. Members want that confidence when they look in the mirror every day, that they are their own person.
Some of my colleagues have become good friends, and I will keep them long past politics.
The member for Niagara West is such a good friend. He phoned me up after I was elected and said, “Come on up here. I'm going to show you the ropes so you can hit the ground running and you're not going to have to figure everything out for yourself”. He has been profoundly generous, and I want to give Dino my gratitude.
The member for Brantford—Brant is a great gentleman, and I have appreciated his character and candour. When we have colleagues we can disagree with, debate and still be friends, it is priceless.
Dave Van Kesteren retired before the last election, but for all the time he served with me and was my seatmate, we became great friends and sorted out a lot of important issues, and we had a lot of fun.
The member for Coast of Bays—Central—Notre Dame made our trip to London and Scotland a special treat as did the member for Gatineau in joining me for the most scenic jog in my life down the River Thames in London.
For almost 15 years, I served with the member for Lanark—Frontenac—Kingston on the Subcommittee on International Human Rights and with two fine Liberal members, Mario Silva and Irwin Cotler. We worked together to stand up for people who were being jailed, persecuted, tortured and killed. We were able to save many lives working together. I am so grateful for their co-operation and work with me.
Finally, some have asked me why I am leaving Parliament. Well, the truth is, I am not fully well. I want to take this opportunity to encourage others who are not well to get help.
I thought a lot since January, when I made the decision not to run in the next election, about what caused my mental health jaundice. I do not know if it was the four years of incarceration in a juvenile institution when I was 12. It may have been when I was attacked by a knife-wielding assailant in Lockport, New York; or the betrayal of business partners when I was a young businessman; or losing two children, one who died in my hands while I was trying to deliver her and another who took her own life. Maybe the terrorist attack here on Parliament Hill played a role and the too many funerals I planned, because I was always looked to as the guy who could handle it. The fifteen years of hearing the worst stories of human suffering in the human rights committee, I know, played a role. Likely, the entire lot played a role as did the current draconian lockdowns.
We should all respect that everyone has a limit, and that it is different for everyone. Thankfully, there are many who have greater limits than us, like many who are in the Canadian Forces, and for those individuals, we are so grateful.
All of us need to be conscious of what our limit is and ensure that we get relief and help when needed well before it becomes crippling. This is what I am doing, and I encourage all those who can hear my voice and need help to seek it and be relentless to get what they need. They need not feel any shame. We all need help sometimes.
I also plead with those who do not currently need help to be patient and help others. Just this past weekend, my friend, Nicholas Lauwers, a psychotherapist himself, was there for me and helped me to get back on track just by being willing to listen. I thank Nick for that.
My final but most important thanks goes to the Lord Jesus Christ. The reconstruction of my life that happened after I made a commitment to Christ is what animates every aspect of my life. Of all I am grateful for, my gratitude to God is far beyond all the other thanksgivings I can give.
On the Centre Block arches are three scriptures, “Where there is no vision, the people perish; “Give the king thy judgments, O God, and thy righteousness unto the king’s son”; and on the other, “He shall have dominion also from sea to sea”.
These are words that guided principled people as imperfect as they were to build a nation that people from the four corners of the world want to get to, to call their home. People are not staying up all night thinking they have to plot and scheme on how to get to Iran. They are not saying if they could just get to Russia, everything would be okay.
All around the world, people are plotting, scheming and thinking if they could just get to Canada.
May God continue to bless Canada and make it glorious and free.
Monsieur le président, pendant presque 16 ans, j'ai eu l'honneur de prendre la parole à la Chambre des communes pour représenter les intérêts des Canadiens. Comme le dit l'adage, toute bonne chose a une fin. Le jour où les prochaines élections seront déclenchées, je ferai mes adieux à mes collègues et à vous. Aujourd'hui, je tiens à remercier les nombreuses personnes qui m'ont permis d'être député et de servir mon pays.
D'abord et avant tout, je remercie Almut Sweet, la belle et merveilleuse femme que j'ai épousée il y a presque 40 ans. Elle a dû tolérer trop d'absences, d'interruptions et de stress. C'est malheureusement le lot que doivent supporter nos partenaires pour nous permettre d'être présents ici, à Ottawa. Almut a aussi eu à subir deux chirurgies contre le cancer et à endurer la perte tragique de notre fille, Lara. Je souhaite exprimer mon amour éternel, ainsi que ma gratitude et mon respect profond à ma bien‑aimée, pour sa volonté de faire des sacrifices afin de me permettre de servir nos concitoyens et notre pays.
Je souhaite maintenant remercier tous mes enfants qui, comme ma femme, ont souvent dû supporter mon absence parce que j'étais à Ottawa. Ils ont tous été si bons envers moi, qualifiant toujours mes absences de mission à laquelle ils avaient donné leur aval. Ils ont toujours été reconnaissants de mon travail à titre de représentant de notre pays. J'ai vraiment hâte de passer plus de temps avec eux, plus de temps avec Theresa, Christopher, Lucian, Reuben, D.C. et mes petits-enfants, qui sont beaucoup trop nombreux pour tous être nommés ici.
Je remercie les résidants de la circonscription de Flamborough—Glanbrook, mais aussi ceux de Waterdown, Westdale, West Hamilton, Dundas et Ancaster, que j'ai également servi pendant longtemps. Je les remercie du fond du cœur de m'avoir accordé leur confiance et d'ainsi me permettre de représenter leurs intérêts à la Chambre des communes. Leur vote m'a donné un privilège réservé à bien peu de Canadiens au cours de l'histoire de notre grande nation, et pour cela, ils ont mon éternelle et sincère gratitude.
L'une des missions de mon bureau était de lancer avec succès la carrière politique de jeunes gens. Je prie donc mes collègues de me pardonner, car j'ai eu beaucoup d'employés au fil des ans et ils méritent d'être nommés: Doug, Carolyn, Diane, Steph, Laurie, Erin, Justin, Kesha, Michael, Katherine, Rebecca, Justin, Jacob, James, Nathan, Rachel, Monica, Alicia, Sandra, Lewan, Chris, Jacob, Colin, Tracey et, actuellement, Patricia, Liz, James, Simon, Denise, Alex et Dan.
Tous les députés devraient admettre sans hésiter que sans un personnel travailleur, dévoué et patient, ils n'accompliraient pas grand-chose. Je remercie les membres de l'équipe Sweet de tout ce qu'ils ont fait pour me faire bien paraître et, surtout, de tout ce qu'ils accomplissent pour les Canadiens. Ils sont un cadeau pour notre pays.
Comme je viens de le dire, tous mes employés sont extraordinaires, mais il y en a qui me sont très chers, parce qu'ils ont cru en moi et m'ont accompagné dès le début, et ils méritent une mention spéciale. Doug et Carolyn Brown ont accepté de me guider tout au long du processus de création d'un bureau de circonscription et, ce faisant, ils ont placé la barre très haut pour tous les futurs membres du personnel. Leur approche professionnelle et pondérée en matière de services aux gens de notre circonscription nous a permis de jouir d'une excellente réputation dans toute la région métropolitaine d'Hamilton et, par conséquent, de régler avec succès les problèmes de milliers de personnes, qu'il s'agisse de porter secours à des Canadiens dans un pays sous la dictature d'un despote ou de traiter ces redoutables dossiers de l'Agence du revenu du Canada. Je suis à jamais redevable à Doug et à Carolyn pour leur service et leur amitié. Le Canada est un meilleur pays grâce à eux.
Stef Rose, mon premier adjoint législatif, était tellement déterminé à exceller qu'il s'est entretenu avec de nombreux cadres supérieurs de la Colline pour s'assurer qu'il serait en mesure d'exercer ses fonctions avec excellence, et il a certainement été à la hauteur. À trois reprises, Stef a réécrit pour moi un projet de loi qui est devenu l'un des rares projets de loi d'initiative parlementaire à être adoptés avec l'appui de tous les partis. Il s'agit de la Loi sur l'équité à l'égard des victimes de délinquants violents. Stef a géré les travaux de comités, et bien plus encore, mais au bout du compte, il s'est toujours démarqué parce qu'il était prêt à aller plus loin. Je suis si heureux que mon ami Stef soit là où il a toujours voulu être, et le Canada est un endroit meilleur et plus sûr grâce à ses efforts.
J'ai réussi à convaincre un homme exceptionnel, du nom de Dan Muise, que j'étais le candidat qui devait être élu pour servir les Canadiens aux côtés de Stephen Harper. Dan a commencé sa carrière en tant qu'adjoint spécial de Jean Charest, lorsqu'il a été élu député à la Chambre.
La circonscription s'appelait à l'époque Ancaster‑Dundas‑Flamborough‑Westdale et, à partir de 2004, Dan m'a aidé dans pratiquement tous les aspects de ma carrière parlementaire, y compris en m'écoutant déverser mes frustrations sur lui lorsque j'avais eu une journée particulièrement difficile.
Bien des gens ne sauront jamais tout ce que Dan a fait pour le pays et on ne le remerciera jamais assez pour ses services, mais Dan n'est pas le genre de personne qui cherche les récompenses. S'il est dévoué pour le Canada, c'est parce qu'il l'aime. Je le remercie de ses services, de son vaillant travail et de son dévouement et de la profonde amitié que nous avons développée.
Puis, il y a nos meilleurs amis qui nous aident à garder les pieds sur terre et qui nous donnent une meilleure vision de la vie que celle qui prévaut dans la bulle d'Ottawa. Ce sont eux qui nous épaulaient dans la première partie de notre vie et ils savent qui nous sommes et qui nous devenons. Bob Baxter et Reid Meyers nous ont quittés pour rejoindre l'éternité, mais ils ont été les mentors d'un jeune homme qui avait un parc de dépanneuses en 1982 et ils l'ont encouragé à développer sa personnalité, son intelligence et sa spiritualité.
Mes meilleurs amis, Larry et Leslie Brune, m'ont aidé, ainsi que ma famille, de toutes les manières imaginables. Leur générosité, leur hospitalité, leur dévouement et leur gentillesse ont contribué dans une mesure non négligeable à mon succès et sont l'une des principales raisons pour lesquelles je suis ici aujourd'hui. Le couple dont je parle est venu en aide discrètement à des centaines de personnes et l'a fait si humblement et si discrètement que peu de gens sont au courant des effets remarquables qu'il a eu sur de grands groupes d'Américains et de Canadiens. Les efforts désintéressés déployés par le couple pour servir les autres sont si grands que le langage humain est incapable d'expliquer leur amour pour autrui.
Je remercie tout particulièrement mon ami Franc, officier de réserve dans les Forces de défense israéliennes, qui m'a toujours accueilli en Israël. C'est un très bon ami et un frère que je vois si rarement. Je lui souhaite paix et protection, ainsi qu'à sa famille.
Je remercie les nombreux partisans et donateurs qui ont donné temps et argent et qui ont mis à contribution leurs talents pour que je puisse continuer à mener des campagnes fructueuses successives. Leur aide est très importante pour notre démocratie et elle passe souvent inaperçue, mais ils sont vraiment la force motrice derrière chaque candidat qui détermine leur réussite ultime. Je les remercie.
Je tiens maintenant à transmettre un message à mes collègues. Tous les députés devraient réfléchir régulièrement à l'ampleur de leur responsabilité et au fait que nous vivons dans un pays où, dans la plupart des cas, les gens sont élus en fonction de leurs mérites et non de leur statut social ou de leur richesse, comme dans certains pays. Nous sommes chanceux de vivre dans un pays où ce sont les électeurs qui déterminent les résultats des élections, et non des partis politiques ayant le droit d'établir des listes pour les électeurs ou un régime dominé par une élite malveillante qui dicte aux électeurs comment voter. Il s'agit d'un cadeau précieux, que les générations précédentes ont protégé soigneusement. Des Canadiens ont versé leur sang dans des conflits passés pour le protéger.
Peu importe l'allégeance politique des députés, leur responsabilité individuelle est de protéger cette institution précieuse. C'est justement pourquoi nous sommes obligés de prêter serment à Sa Majesté la reine du Canada. Nous ne protégeons pas cette institution parce que nous sommes privilégiés. Nous la protégeons parce que c'est dans cette enceinte que nous débattons et que nous réglons les problèmes graves qui préoccupent les Canadiens.
Je croyais avoir les choses bien en main jusqu'au soir où nous devions voter pour décider si nos troupes allaient rester en Afghanistan. Je connaissais les enjeux, tout comme le bon travail que nos militaires avaient accompli. Je savais que des jeunes filles et des femmes n'avaient jamais connu la liberté avant que nos soldats arrivent.
Cependant, à l'appel de la sonnerie, le poids de ce que nous nous apprêtions à faire s'est mis à me peser sur les épaules comme jamais auparavant. Je me suis rendu compte que mon vote allait non seulement permettre à nos troupes de poursuivre leur bon travail, mais aussi que de jeunes femmes et de jeunes hommes allaient continuer d'être mis en danger et que des Canadiens allaient mourir.
Au cours de ma carrière, j'ai vécu de nombreux moments émouvants qui m'ont transformé et qui m'ont fait mieux comprendre l'ampleur de nos responsabilités, mais de laisser nos troupes dans une des régions les plus dangereuses de l'Afghanistan, que d'autres pays avaient abandonnée, s'est avéré le plus marquant. J'encourage tous mes collègues à penser par eux-mêmes, en gardant à l'esprit le serment que nous avons prêté, de même que les préoccupations qu'ils ont pour les résidants de leur circonscription et pour tous les Canadiens.
Les partis politiques sont eux-mêmes des institutions fantastiques. Je suis très reconnaissant à mon parti, le Parti conservateur du Canada, ainsi qu'à mes collègues, qui sont mes frères et sœurs d'armes. C'est pourquoi j'encourage les députés de tous les partis à faire preuve d'un bon esprit d'équipe, certes, mais aussi à être prêts à réfléchir aux enjeux et à prendre soin de leur intégrité personnelle. Quand les députés se regardent dans le miroir chaque jour, ils doivent avoir la conviction d'être fidèles à eux-mêmes.
Certains de mes collègues sont devenus des amis, et ces liens demeureront bien après mon départ de la politique.
Le député de Niagara-Ouest est un excellent ami. Après mon élection, il m'a téléphoné et m'a dit: « Viens faire un tour ici. Je t'apprendrai les ficelles du métier pour que tu puisses trouver rapidement ta vitesse de croisière sans avoir à tout démêler par toi-même. » Dino a été d'une grande générosité. Il a toute ma reconnaissance.
Le député de Brantford—Brant est un vrai gentleman dont j'apprécie la personnalité et la franchise. Quand on a la chance d'avoir des collègues avec qui ont peut débattre et être en désaccord tout en demeurant amis, c'est inestimable.
Dave Van Kesteren a pris sa retraite avant la dernière élection, mais nous avons longtemps servi ensemble et été voisins de banquette. Nous sommes devenus d'excellents amis. Nous avons démêlé beaucoup d'enjeux importants et nous nous sommes bien amusés.
Le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame a fait de notre voyage à Londres et en Écosse un événement spécial, tout comme le député de Gatineau qui s'est joint à moi pour le parcours de jogging le plus pittoresque de ma vie, le long de la Tamise, à Londres.
Pendant près de 15 ans, j'ai siégé au Sous-comité des droits internationaux de la personne aux côtés du député de Lanark—Frontenac—Kingston et de deux excellents députés libéraux, Mario Silva et Irwin Cotler. Nous avons travaillé de concert pour défendre des personnes emprisonnées, persécutées, torturées et tuées. Ensemble, nous avons réussi à sauver de nombreuses vies. Je suis très reconnaissant qu'ils aient collaboré et travaillé avec moi.
Enfin, certains m'ont demandé pourquoi je quitte la Chambre des communes. En vérité, je ne vais pas bien. Je veux profiter de l'occasion pour encourager ceux qui ne vont pas bien à obtenir de l'aide.
Depuis le moment où j'ai pris la décision de ne pas me présenter aux prochaines élections, en janvier, j'ai beaucoup réfléchi à ce qui a causé ma jaunisse mentale. J'ignore si elle est due aux quatre années où, à l'âge de 12 ans, j'ai été incarcéré en milieu juvénile. C'est peut-être l'agression au couteau dont j'ai été victime à Lockport, dans l'État de New York; la trahison commise par des associés à l'époque où j'étais un jeune homme d'affaires; la perte de deux enfants, l'une à la naissance, alors que je tentais d'accoucher sa mère, et une autre, qui s'est enlevé la vie. Peut-être que l'attaque terroriste sur la Colline du Parlement y est pour quelque chose, de même que les trop nombreuses funérailles que j'ai organisées, parce qu'on me considère comme le gars qui peut le supporter. Je sais que les quinze ans à écouter les pires histoires de souffrance humaine au comité des droits de la personne ont joué un rôle. L'ensemble de toutes ces expériences ont probablement joué un rôle, de même que les mesures draconiennes de confinement.
Nous devrions tous respecter le fait que nous avons chacun nos limites et que ces limites ne sont pas les mêmes pour tous. Heureusement, bien des gens ont des limites supérieures aux nôtres, comme de nombreux membres des Forces canadiennes, envers qui nous sommes reconnaissants.
Nous devons tous être conscients de nos limites et veiller à obtenir le soutien et l'aide nécessaires avant que le fardeau ne devienne trop lourd. C'est ce que je compte faire, et j'encourage tous ceux qui peuvent m'entendre et qui ont besoin d'aide à chercher le soutien nécessaire et à ne pas ménager les efforts pour l'obtenir. Ils n'ont pas à avoir honte. Nous avons tous besoin d'aide parfois.
Je prie également ceux qui n'ont pas besoin d'aide actuellement de se montrer patients et d'aider les autres. Pas plus tard que le week-end dernier, mon ami, Nicholas Lauwers, qui est psychothérapeute, m'a offert son soutien et m'a aidé à me remettre sur la bonne voie juste en étant à l'écoute. Je l'en remercie.
J'adresse mes derniers remerciements, mais les plus importants, au Seigneur Jésus-Christ. Le processus que j'ai entamé pour rebâtir ma vie après m'être engagé auprès du Christ guide tous les aspects de ma vie. Je suis par-dessus tout reconnaissant envers Dieu.
Sur les arcs de l'édifice du Centre se trouvent trois passages des Saintes Écritures: « Un peuple sans idéal est voué à mourir »; « Ô Dieu, donne tes jugements au roi, et ta justice au fils du roi » et « Il dominera d'une mer à l'autre ».
Ce sont des paroles qui ont guidé des gens de principe qui, même s'ils n'étaient pas parfaits, se sont efforcés de bâtir un pays où des gens des quatre coins du monde voudraient s'établir. Il n'y a personne qui reste éveillé la nuit en se demandant comment s'y prendre pour aller en Iran. Personne ne se dit que tout ira bien une fois en Russie.
En revanche, des gens de partout dans le monde rêvent de venir au Canada et font des pieds et des mains pour y parvenir.
Que Dieu continue de bénir le Canada et de protéger nos foyers et nos droits.
View Pat Finnigan Profile
Lib. (NB)
View Pat Finnigan Profile
2021-06-15 19:37 [p.8509]
Mr. Speaker, this is to my hon. colleagues, my dear constituents and supporters, my hard-working team and my beloved family and friends.
I saw this day coming for many months, but I have been feeling somewhat sad about it.
For over five and a half years, I have had the privilege and honour to sit in this House and represent the good people of Miramichi—Grand Lake. I am very proud of what our government and I have been able to accomplish for our riding, but of course, there is still a long list of more things that need to be done. However, that will be passed on to our next Liberal MP from Miramichi—Grand Lake to pursue and deliver because today I wish to announce that I will not be the candidate for the next general federal election, but I will remain their MP until such a call is made.
It is always risky to thank people and acknowledge their work, because most of the time we end up forgetting people we really should have thanked. I hope that, if I forget anyone, they will forgive me. I will always be very grateful to them.
At this stage of my life, six years is really but a small portion of the time I have been up on my feet. Most of my life I have spent in my community with my family, building our business and being involved in local, provincial and national organizations.
The voice I brought to this House was not one of an acclaimed politician or one with tremendous legal or political science background, which I respect and admire, and such expertise is absolutely necessary in the House. No, my voice, which I believe is just as important, was one of rural, smart, hard-working people, including our vibrant indigenous communities.
I am glad that I was able to have it heard in so many different ways, such as with the privilege of sitting as a member of the fisheries and oceans committee and the agriculture standing committee, which I had the opportunity and honour to chair throughout my time as MP.
I was also able to have my voice heard in the many conversations and meetings with our cabinet ministers, my caucus colleagues and as chair of the New Brunswick caucus with my provincial colleagues.
Finally, I had the great privilege to have my voice heard by the right hon. Prime Minister, who I want to thank personally for putting his trust in me and for his strong support and confidence during my time as member of Parliament for Miramichi—Grand Lake. He made many visits to my riding in times of crisis to provide commitment and support, such as during the 2017 ice storm and the dark days of the payroll centre in my riding, but he also dropped in many times just to meet and have conversations with the people of Miramichi—Grand Lake.
Thank you so much, Prime Minister.Thank you for your guidance and for carrying us through this awful pandemic.
I must also recognize that I have learned and benefited so much from the many conversations and debates with all members of the House, whose friendships I will cherish always.
Our government accomplished some great things for our country and for my riding of Miramichi—Grand Lake. Even though there is still a lot more to do, our region experienced a great period of economic and social growth during my term.
I would like to list a few of those many accomplishments that we have been able to achieve in my riding. Of course, again, the payroll centre, which had just been opened by the previous government in my riding and, everyone will agree, was totally dysfunctional. We were able to secure and stabilize it with an additional 400 local federal jobs in my riding and proper investments to fix it and make it work.
Just a few of the many investments the government and I were able to secure are the refurbishing of the Minto town hall in my riding; Chipman water sewage treatment; the Chatham wharf; the new Napan Agricultural Show building; the new Miramichi Airport terminal; the auditorium, the hall dedicated to Lisa LeBlanc in my community of Rogersville; the roof for the Neguac Sportplex; the refurbishment of the Tom Donovan Arena in Renous; the new Anderson Bridge; the new water system for the the Village of Doaktown; an elementary school for our indigenous community of Elsipogtog; water and sewage for the villages of Neguac, Minto and Rogersville; and the renovation of Kouchibouguac National Park.
On the strategic economic front, my riding also benefited greatly from millions of dollars invested in our fishery sector with processing-plant upgrades, small craft harbours and stability funding for our fishers. There were millions of dollars of investment in our primary sector, in such areas as peat moss, the forestry sector, agriculture and also great investment in our summer and winter tourism industry.
On the social front, unprecedented investment in the Canada child benefit brings over $3 million to over 5,000 families in Miramichi—Grand Lake every month, along with our increased new horizon program and disability accessibility program to name a few. The doubling of the Canada summer job program, mental health investments, housing and immigration programs are all record high investments.
Although much remains to be done, our steady work with our first nations in housing, clean drinking water, language and culture teaching, and work on truth and reconciliation has made great strides. Of course, I am so proud of our unwavering commitment for the environment, whether it is our oceans protection plan, polluter-pay legislation and our plastic bans, and also our commitments to net-zero emissions by 2050. These measures will secure a livable planet for the next generation.
I also want to take the time to thank the mayors, council, businesses and local leaders from all communities in my riding for all their hard work and great co-operation.
I now want to take the opportunity to personally acknowledge and thank my office team: Ashley, Hannah, Roger, Bertrand, Christine, Marie‑Paule and Peggy, as well as my former staffer Josée and the late Louise.
I want to say a big thank you to them on behalf of myself and the people of Miramichi—Grand Lake who received absolutely professional service when they knocked on our door for help. I want my office staff to know that they helped a lot of people.
I also want to thank my campaign team and all my constituents in Miramichi—Grand Lake to whom I owe the privilege of serving in the House.
I also want to thank the House of Commons team from security to cafeteria workers, and from pages to all the support staff. I want them to know they are appreciated, indispensable and I really want to thank them from the heart. I have had great conversations with them and enjoyed my sidebars with security and everyone else. It was just great.
Finally, I want to thank the people who mean so much to me in my life and who have sacrificed a lot for me. To my daughter Vicky, her husband Gerard, my son Derek, and Sarah, and to my grandchildren Tristan, James and Joelle, I thank them and say, “pépère is back”. To my mom, my eight brothers and sisters and their extended family, I thank them for their support.
I also want to inform this House that I was not the only one serving the good people of Miramichi—Grand Lake. My wife Lise also accompanied me to so many events and took care of so many things for me so that I could do my job. She also served. Just a note to the Ethics Commissioner, she was not on the payroll, so it is fine. Her relentless work in keeping our family and business together is simply amazing. I can never thank her enough. She has been my rock, my safe harbour and my eternal love. I will say, and I hope she is okay with it, “I am back”.
Monsieur le Président, je salue mes honorables collègues, mes chers concitoyens et partisans, les membres de mon équipe dévouée, ainsi que ma famille bien-aimée et mes amis.
Je voyais venir la journée d'aujourd'hui depuis plusieurs mois, mais je l'appréhendais avec un peu de tristesse.
Depuis plus de cinq ans et demi, j'ai l'honneur et le privilège de siéger à la Chambre des communes et d'y représenter les bonnes gens de Miramichi—Grand Lake. Je suis très fier de ce que le gouvernement libéral et moi-même avons réussi à accomplir dans la circonscription, mais il reste encore, bien sûr, une longue liste de choses à faire. Ce sera toutefois au prochain député libéral de Miramichi—Grand Lake de prendre la relève, car j'annonce aujourd'hui que je ne serai pas candidat aux prochaines élections fédérales. Je demeure toutefois député jusque-là.
Il est toujours risqué de remercier des personnes et de reconnaître leur travail, puisque, la plupart du temps, on oublie certaines personnes que l'on devrait absolument remercier. J'espère que, si j'oublie des personnes, elles me le pardonneront. Je leur en serai toujours très reconnaissant.
À cette étape de ma vie, les six ans passés ici représentent une petite partie de tout ce que j'ai fait jusqu'ici. J'ai passé la plus grande partie de ma vie dans ma communauté, avec ma famille, à bâtir notre entreprise tout en faisant partie d'organisations locales, provinciales et nationales.
La voix que j'ai fait entendre à la Chambre n'était pas celle d'un politicien renommé ni celle d'une personne ayant une vaste expérience en droit ou en sciences politiques, une expertise que je respecte et admire et qui est sans contredit nécessaire à la Chambre. Ma voix était en fait — et je crois que c'est tout aussi important — celle des gens brillants et travaillants qui vivent dans les régions rurales, y compris celle des communautés autochtones dynamiques de la région.
Je suis heureux d'avoir eu la chance de faire entendre cette voix de bien des façons, par exemple en ayant le privilège de siéger au comité des pêches et des océans et au comité permanent de l'agriculture, que j'ai l'honneur et la chance de présider depuis que je siège à la Chambre.
J'ai aussi pu m'exprimer pendant de nombreuses conversations et réunions avec les ministres et mes collègues du caucus, et à titre de président du caucus libéral du Nouveau-Brunswick, qui regroupe mes collègues néo-brunswickois.
Enfin, j'ai eu le grand privilège d'avoir l'oreille du très honorable premier ministre, que je tiens à remercier personnellement de m'avoir fait confiance et de m'avoir accordé son ferme appui durant mon mandat à titre de député de Miramichi—Grand Lake. Il a visité ma circonscription bien des fois en temps de crise afin de prendre des engagements et d'offrir son soutien, notamment à la suite de la tempête de verglas de 2017 et pendant les jours sombres du centre de paie situé dans ma circonscription. Toutefois, il a également fait de nombreuses visites impromptues simplement pour rencontrer les gens de Miramichi—Grand Lake et échanger avec eux.
Merci énormément, monsieur le premier ministre. Merci de vos conseils et d'être là pour nous durant cette épouvantable pandémie.
Je dois également admettre que j'ai beaucoup appris et beaucoup retiré des nombreux débats et conversations que j'ai eus avec tous les autres députés, dont je chérirai toujours l'amitié.
Notre gouvernement a réussi à accomplir de belles choses pour notre pays et pour ma circonscription de Miramichi—Grand Lake. Même s'il en reste encore beaucoup à accomplir, durant mon mandat, notre région a connu une belle période de croissance économique et sociale.
J'aimerais énumérer quelques-unes de nos nombreuses réalisations dans ma circonscription. Bien entendu, je mentionne encore une fois le centre de paie, qui venait tout juste d'être inauguré par le gouvernement précédent dans ma circonscription et qui, tout le monde en conviendra, était totalement dysfonctionnel. Nous avons réussi à le stabiliser en y créant 400 emplois fédéraux locaux supplémentaires et en y investissant des sommes adéquates pour redresser la situation et le rendre fonctionnel.
Parmi les nombreux investissements que le gouvernement et moi avons concrétisés, mentionnons: la rénovation de l'hôtel de ville de Minto, dans ma circonscription; la station de traitement des eaux usées à Chipman; le quai de Chatham; le nouveau bâtiment de la foire agricole de Napan; le nouveau terminal de l'aéroport de Miramichi; la salle Lisa LeBlanc, une salle de spectacle dédiée à la chanteuse dans mon village, Rogersville; la toiture du complexe sportif de Neguac; la rénovation de l'aréna Tom Donovan, à Renous; le nouveau pont Anderson; le nouveau système d'approvisionnement en eau potable du village de Doaktown; une école élémentaire pour notre collectivité autochtone d'Elsipogtog; des améliorations aux systèmes d'approvisionnement en eau potable et de traitement des eaux usées des villages de Neguac, de Minto et de Rogersville; et la modernisation des aires de service du parc national Kouchibouguac.
Sur le plan de la stratégie économique, ma circonscription a aussi bénéficié des millions de dollars investis dans notre secteur de la pêche, notamment par des mises à niveau de nos usines de transformation, les ports pour petits bateaux et un financement stable pour nos pêcheurs. Des millions de dollars ont été investis dans notre secteur primaire, par exemple dans les tourbières, la foresterie et l'agriculture. Un investissement considérable a aussi été fait dans notre industrie touristique pour les saisons estivale et hivernale.
Sur le plan social, des investissements sans précédent dans l'Allocation canadienne pour enfants permettent de verser plus de 3 millions de dollars à plus de 5 000 familles de Miramichi—Grand Lake chaque mois. Il y a aussi l'amélioration du programme Nouveaux Horizons et du programme d'accessibilité pour les personnes handicapées, pour ne nommer que ceux-là. Le financement du programme Emplois d'été Canada a été doublé, et les investissements dans les initiatives axées sur la santé mentale, le logement et l'immigration ont atteint des sommets inégalés.
Bien qu'il reste beaucoup de travail à faire, nos efforts soutenus auprès des Premières Nations ont permis de réaliser d'importants progrès dans les domaines du logement, de l'eau potable, de l'enseignement de la langue et de la culture, ainsi que des efforts sur le plan de la vérité et de la réconciliation. Je suis évidemment très fier de notre engagement soutenu à l'égard de l'environnement, que ce soit notre plan de protection des océans, les dispositions législatives axées sur le principe du pollueur-payeur et l'interdiction des plastiques, sans oublier notre engagement à atteindre la carboneutralité d'ici 2050. Grâce à ces mesures, nous pourrons faire en sorte de léguer une planète habitable à la prochaine génération.
Je tiens aussi à remercier les maires, les conseillers, les entreprises et les dirigeants locaux de toutes les communautés de ma circonscription pour leur travail remarquable et leur excellente collaboration.
Je veux maintenant profiter de l'occasion pour reconnaître et remercier personnellement mon équipe de bureau: Ashley, Hannah, Roger, Bertrand, Christine, Marie‑Paule et Peggy, mon ancienne employée Josée, et feu Louise.
De moi‑même, et de la part des gens de Miramichi—Grand Lake qui ont cogné à notre porte pour obtenir de l'aide et qu'ils ont servis professionnellement, je leur dis un gros merci. Qu'ils sachent qu'ils ont aidé beaucoup de gens.
Je dis aussi un gros à mon équipe de campagne et à tous les électeurs de Miramichi—Grand Lake auxquels je dois entièrement le privilège d'avoir servi à la Chambre.
Je souhaite également remercier toute l'équipe de la Chambre des communes, des agents de sécurité aux employés de la cafétéria, des pages à l'ensemble du personnel de soutien. Je veux que ces gens sachent qu'ils sont appréciés et indispensables. Je les remercie du plus profond de mon cœur. J'ai eu d'excellentes conversations avec eux, et j'ai aimé mes apartés avec les agents de sécurité et tous les membres de l'équipe. C'était super.
Enfin, je désire remercier certains des êtres qui me sont le plus chers et qui ont beaucoup sacrifié pour moi, notamment ma fille Vicky, son mari Gerard, mon fils Derek et Sarah. À mes petits‑enfants Tristan, James et Joelle, je dis: « Pépère est de retour ». Je remercie également ma mère, mes huit frères et sœurs et leur famille élargie de leur soutien.
En terminant, je tiens à informer la Chambre que je n'ai pas servi seul les bonnes gens de Miramichi—Grand Lake. En effet, mon épouse, Lise, m'a accompagné à tant d'activités et s'est occupée de tant de choses pour me permettre de faire mon travail qu'on peut dire qu'elle a, elle aussi, servi les habitants de notre circonscription. Le commissaire à l'éthique n'a pas à s'inquiéter: elle n'a obtenu aucune rémunération pour ses services. C'est grâce aux efforts inlassables de Lise que notre famille et notre entreprise ont survécu. Je ne la remercierai jamais assez. Cette femme incroyable a été mon roc et mon refuge, et je l'aimerai éternellement. Je lui dirai, et j'espère que cela ne l'ennuiera pas: « Je suis de retour ».
View Simon Marcil Profile
BQ (QC)
View Simon Marcil Profile
2021-06-15 19:46 [p.8510]
Mr. Speaker, here I am back again for the third time after what I thought was my last speech. If there is no election, then I will come back and give another one.
In 2015, I was elected as an MP. I was 30 years old and I had young children. I travelled back and forth for two years in order to make sure that I did not miss any part of my children's lives, and if I had the chance to do it all again, I would. My goal was always to give my children a better world and, for me, that meant giving them a country that is not Canada, but Quebec.
I have always been proud to be the member for Mirabel, but I was never proud of the land that was stolen by the federal government. The federal government took 97,000 acres of land in my riding, land that was owned by people I know, neighbours. I am proud to be the member for Mirabel and to have stood up for those people.
I thank my children for waiting for me so often. When I left home earlier, they knew I was coming here to give my farewell speech. They were looking forward to my return, but I will not see them until tomorrow morning because they will be asleep when I get home. That is okay. I thank my wife, Johanie, who has always been by my side, who has helped me and who believes in our cause.
I am not the Prime Minister, so I will not start crying, but now that I am done with my praise, it is time for a little criticism.
Canada is its own biggest problem. It claims to be a progressive state, and it jumps at the chance to write that into treaties and laws, but deep down, it is an archaic state ruled by a monarchy.
Canada's progressive message is that we are not all born equal under the law because royals are better than mere mortals and inherit their power as their birthright. That goes against democracy and everything this House claims to stand for. I understand tradition, but the metal in the House mace alone is so valuable that it could support a family for a year.
Canada claims to be a champion of human rights. It boasts all over the world about saving widows and orphans, but it is not even capable of providing clean water for the indigenous communities it is responsible for within its own borders. There are third-world conditions right here on Canadian soil. It is happening right there in front of them and they do not even see it.
Canada also created peacekeeping and boasts about its peacekeeping missions around the world. However, at the same time, the arms deals it signed with countries in the Middle East were supplying the Jeeps being used to kill civilians. Canada may be a peacekeeping country, but it is complicit with the totalitarian states that are decimating their populations.
Canada also claims to be an egalitarian state, but it refuses to enact legislation to combat tax havens and recover all kinds of lost tax revenue that could be put towards health transfers. Canada refuses to do this. That is the ethical problem. Another ethical problem is that Canada is a tax haven for mining companies because the laws do not apply.
Canada still claims it is green and says it is pro-environment, and it wants everyone to be well and for everyone to be able to breathe. It says it will plant two billion trees and that that is great. On the other hand, it is a petro-state that finances oil companies and the energies of the past, but that does not finance those of tomorrow. Quebec is greener than Canada, because we pay with our taxes.
Canada claims to be strong and unified, and says that the Canadian identity is great. However, the Canadian identity is fragile. It is a giant with feet of clay. Albertans are proud to be Albertans. Quebeckers are proud to be Quebeckers. Pierre Falardeau said to topple monuments to see the worms squirm. That is the problem.
Canada claims to be a democratic country. However, it stole the referendum of 1995—so says the Gomery commission—not to mention the sponsorship scandal and the irregularities Canada has introduced into a democratic election.
Canada also claims to be at the forefront of workers' rights, and yet this country cannot even pass preventive withdrawal legislation to protect women or legislation to protect the right to strike. There is no anti-scab legislation in Canada.
Canada's history was built on the conquest of indigenous peoples, on the will to assimilate them. Canada's founding father, John A. Macdonald, was an inveterate racist, although the member for Ahuntsic-Cartierville says he was a decent guy.
In order to create an identity for itself, Canada has usurped all the cultural symbols of Quebeckers, who used to be called “Canayens”. These symbols include the maple leaf, which hardly grows anywhere else in Canada, our music, the lyrics of the national anthem, the beaver, which Canada does not have, and even poutine. Can we agree that there is no edible poutine west of the Ottawa River? One thing is certain. The two cultural icons that remain Canadian and were never taken from anyone else are the bloody Rockies and the Toronto hockey team that just cannot win.
To quote Mononc' Serge, “Canada is not my country”. They said it in English so everyone would understand. I am a separatist MP, a member of the Bloc Québécois. I have been a separatist all my life. I want Quebec to be its own country. Vive le Québec libre.
Monsieur le Président, me revoici pour une troisième fois depuis que je pensais que c'était mon dernier discours. S'il n'y a pas d'élections, je vais revenir en faire un autre.
En 2015, j'ai été élu comme député, j'avais 30 ans et j'avais de jeunes enfants. J'ai voyagé aller-retour pendant deux ans afin d'être sûr de ne rien manquer dans la vie de mes enfants et, si c'était à refaire, je le referais. Mon objectif a toujours été de donner un monde meilleur à mes enfants et, pour moi, cela voulait dire leur donner un pays qui n'est pas le Canada, mais qui est bel et bien le Québec.
J'ai toujours été fier d'être le député de Mirabel, mais je n'ai jamais été fier des terres qui ont été volées par le gouvernement fédéral. Il s'agit de 97 000 acres de chez nous, des terres de gens que je connais, des voisins. Je suis fier d'être le député de Mirabel et d'avoir défendu ces gens-là.
Je remercie mes enfants de m'avoir attendu aussi souvent. Quand je suis parti tout à l'heure de la maison, ils savaient que je venais ici faire mon discours d'adieu. Ils avaient hâte que je revienne, mais je ne les verrai pas avant demain matin puisqu'ils vont être couchés quand je vais revenir. Ce n'est pas grave. Je remercie mon épouse Johanie, qui a toujours été là avec moi, qui m'a aidée et qui croit à notre cause.
Je ne suis pas le premier ministre et je ne me mettrai donc pas à pleurer, mais, maintenant que les fleurs sont lancées, c'est au tour du pot.
Le plus gros problème du Canada, c'est le Canada lui-même. C'est un État qui se dit progressiste, qui l'inscrit dès qu'il le peut dans un traité ou dans une loi, mais, au fond, c'est un État archaïque dicté par une monarchie.
Le message progressiste du Canada est que nous ne naissons pas tous égaux en droit puisque la royauté est au-dessus du commun des mortels et hérite de ses pouvoirs par sa naissance. C'est contraire à la démocratie, c'est le contraire de ce qu'on prône dans la Chambre. Je comprends les traditions, mais le poids en métal d'une masse comme celle de la Chambre peut faire vivre une famille pendant un an.
Le Canada se dit aussi un grand défenseur des droits de la personne. Il se targue sur la scène internationale de sauver la veuve et l'orphelin. Or, au fond, il n'est même pas capable de fournir de l'eau potable aux communautés autochtones dont il a la responsabilité sur son propre territoire. Le tiers-monde est présent sur son territoire, il lui pend au bout du nez et il ne le voit même pas.
Le Canada a aussi créé les Casques bleus et se vante d'être un vecteur de paix dans le monde. Or, pendant ce temps, les contrats d'armement qu'il a conclu avec des pays du Moyen-Orient fournissent des véhicules Jeep qui servent à tuer des civils. Le Canada est donc un vecteur de paix, mais complice des États totalitaires qui écrasent leur population.
Le Canada se dit aussi un État égalitaire, mais il refuse d'adopter une loi sur les paradis fiscaux afin de les contrer et de récupérer plein d'argent en impôts qui permettrait à l'État de faire des transferts en santé. Pourtant, il ne le fait pas. Voilà le problème éthique. Un autre problème, c'est qu’éthiquement le Canada est un pays et donc un paradis fiscal pour les compagnies minières parce que les lois ne s'appliquent pas.
Le Canada se dit quand même vert en se déclarant pour l'environnement et en disant qu'il veut que tout le monde soit bien et que tout le monde respire. Il dit qu'il va planter 2 milliards d'arbres et que c'est génial. D'un autre côté, c'est un pétro-État qui finance des compagnies pétrolières et l'énergie d'hier, mais qui ne finance pas celle de demain. Le Québec est plus vert que lui, puisque c'est nous qui payons avec nos impôts.
Le Canada se dit fort et uni et dit que l'identité canadienne est géniale. Cependant, l'identité canadienne est fragile. C'est un géant aux pieds d'argile. Les Albertains sont plus fiers d'être Albertains. Les Québécois sont plus fiers d'être Québécois. Pierre Falardeau disait de renverser les monuments pour voir les vers qui grouillent. Voilà le problème.
Le Canada se dit un pays démocratique. Or, il a volé le référendum de 1995, c'est la commission Gomery qui l'a dit, sans parler du scandale des commandites et des irrégularités que le Canada a amenées dans une élection démocratique.
Le Canada se dit aussi à l'avant-garde des droits des travailleurs, mais ce pays n'est même pas capable d'adopter une loi pour le retrait préventif des femmes et le droit de grève. Il n'y a aucune loi anti-briseurs de grève au Canada.
L'histoire du Canada s'est construite sur la conquête des peuples déjà présents, sur la volonté de les assimiler. Le père fondateur du Canada, John A. Macdonald, est un raciste invétéré, même si la députée d'Ahuntsic‑Cartierville dit que c'est un bon gars.
Pour se construire une identité, le Canada a usurpé tous les symboles culturels des Québécois, autrefois appelés les « Canayens », comme la feuille d'érable, qui ne pousse presque pas ailleurs au Canada, la musique, les paroles de l'hymne national, le castor que le Canada n'a pas, la poutine. Est-ce qu'on peut être d'accord pour dire qu'à l'ouest de la rivière des Outaouais, il n'y a pas de poutine mangeable? On va s'entendre sur une chose: les deux traits culturels qui restent au Canada et qui n'ont pas été pris à quelqu'un d'autre, ce sont les maudites rocheuses et l'équipe de hockey qui ne gagne jamais à Toronto.
Pour citer Mononc’ Serge, « Canada is not my country ». Je le dis en anglais pour que tous puissent comprendre. Je suis un député indépendantiste, un député du Bloc québécois. J'ai été indépendantiste toute ma vie. Je veux que le Québec soit un pays. Vive le Québec libre!
View Paul Lefebvre Profile
Lib. (ON)
View Paul Lefebvre Profile
2021-06-15 19:53 [p.8511]
Mr. Speaker, before I leave this chamber for what may be the last time as the MP for Sudbury, I would like to take this opportunity to reflect on my time here in the House and the dynamic community of Sudbury that I represent.
As everyone here knows, when you go into politics, you do not do it alone. It is above all a family decision. I have been honoured to serve the people of Sudbury with the support of my wife Lyne and my children Mylène, Henri and Théo. I am proud of them and I love them.
Yesterday was my 24th wedding anniversary. I want to thank Lyne for her continuous support and for sharing this unforgettable experience with me, as we journey through life together.
I also want to thank my team, hard-working supporters and all the voters who live in Sudbury for their ongoing confidence in me. The help I have received along the way, along with the friends I have made and the lessons I have learned, will stay with me forever. I thank all of them. The list is quite long, but I would like to thank Mike and Marie-Eve, who have been there with me since day one, and my team, with Funmibi, Lynn, Sophie and Bernard. I want to thank the Prime Minister for his confidence in appointing me Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources. It was a post I held for nearly three years.
As a member of Parliament, I have seen the amazing work that can be accomplished on various committees when partisanship is put aside. Yes, that does happen in the House. When we are all sitting here in the House on Wednesdays before the doors open, we all get together and sing O Canada. It is unfortunate that Canadians do not witness that most members of Parliament are proud Canadians first and members of political parties second.
I have also seen in this chamber the stark divisions of partisanship and the lasting damage caused by the denial of obvious facts, such as climate change and institutional racism faced by Canadians every day.
We have a duty as members to show all Canadians that we have learned from our own 153-year history and that we must all respect our differences. We must show that fear of our different languages, cultures, religions, races or sexual orientations has no place in our society.
This year has been very difficult for all Canadians, and I know the work of this government has made a very positive difference in Canadians' lives. I know my riding of Sudbury has been very well served by the programs we have put in place, and I am both honoured and humbled to have played a role in that.
To me, the role of the House and members is to listen to Canadians, to work and find the best way to help them. Having listened to Canadians and because of the changes that have been made since 2015, I have a lot of hope for Canada. Let me explain why.
First, I am hopeful because of the ingenuity of Canadians. Our governments must continue to foster the opportunities that this amazing Canadian talent offers us. Let me start with my riding of Sudbury. Our lakes were all polluted 40 years ago. The landscape was black rock and the trees were decimated because of pollution from mining. Ingenuity was building the tallest superstack in the world so that the pollution would go farther. We then planted 14 million trees on that black rock. Now, because of research, ingenuity, regulations and community, we have reduced the sulphur dioxide by 98% and all of our lakes have fish. We can drink the water, and the superstack is coming down in the next years.
We are ground zero for the environment and the economy going hand in hand.
Sudbury has become an international research centre.
In early 2016, Sudbury's SNOLAB, a world-class public-private research consortium located two kilometres underground in Vale’s Creighton mine, and its world-class team of researchers, led by Art McDonald, were awarded the Nobel Prize for physics.
In addition, many of Sudbury's mining supply companies are leading the way in electric underground vehicle technology, and new battery and energy storage tech is being pioneered in Sudbury at an industrial scale.
The mining industry is also leading the way in first nations economic partnerships. The Côté Gold Project, for example, in my neighbouring riding of Nickel Belt, which is well served in this House by my friend, the MP for Nickel Belt, includes two neighbouring first nations communities, the Mattagami First Nation and the Flying Post First Nation, as partners. In Sudbury, Wahnapitae and Atikameksheng first nations are also partners in the mining projects.
We must continue to support this ingenuity, and this gives me reasons for hope for scientific advancements, economic opportunities and jobs in Canada.
I have hope because Canadians want more to be done in the fight against climate change.
In September 2018, a young student named Sophia Mathur reached out to my office in Sudbury and asked me to participate in the first-ever Fridays for Future student strike in Sudbury. From then until now, Sophia and a dynamic group of young friends have organized more than 70 events, including sign waving, singing, Bollywood dancing and lots and lots of advocacy. These inspiring young people are leading by example, and there are so many of them in communities across our beautiful country. Sophia's message to me and to all of us in this chamber is simple: We can lead now on these important issues, or we can get out of the way.
With the price on pollution, an electric vehicle battery plan, a hydrogen plan, a Canadian minerals plan, planting two billion trees, clean fuel standards, clean-tech innovation supports, environmental accountability legislation and many more policies, we are on our way to reach our carbon targets of 2030 and 2050.
Thanks to Canadians like Sophia, I have hope for the future.
I am also hopeful because Canadians realize that now, more than ever, learning the truth and reconciliating with indigenous nations is a priority.
Another memory I have is from early 2016. I was invited to Whitefish River First Nation in northern Ontario to visit with the children of that nation. There I met Chief Shining Turtle, who filled me in on his nation's needs. He told me about his nation's water system, in desperate need of an upgrade to meet growing demand. He told me about health care in his nation, the school in his nation and how some families were being left behind. He told me his nation had waited years, sometimes decades, to have those addressed.
Working together, over time we tackled these issues. I returned to his nation in 2018 to announce an investment in the Waubetek centre of excellence for indigenous minerals development, led by Dawn Madahbee Leach. I took the opportunity to visit with the chief and saw how quickly improvements to the water system, which had been mired in red tape for years, had been made.
I saw first-hand how vital and effective Jordan's principle is to first nations communities, through the experience of children able to overcome health issues and attend school in Whitefish Lake First Nation for the first time. To them, I say chi-meegwetch.
With over 100 boil water advisories lifted, many nations recently connected to the grid, unprecedented training opportunities for first nations and unprecedented partnerships with natural resource projects, we are on our way to learning the truth and have started the path toward reconciliation. I am hopeful that, given the immensity of this path, this House, regardless of political stripe, will not waver and will continue to follow the path along with indigenous peoples.
I am very hopeful that we can have a strong, bilingual Canada. Francophone minority communities have asked for investments in their cultural, educational and community infrastructure. I have seen the results of these investments in Sudbury, with the construction of Place des Arts du Grand Sudbury, a project spearheaded by Paulette Gagnon and Regroupement des organismes culturels de Sudbury.
We will have our community arts centre and several community organizations will ensure the viability and the vitality of our community. I have seen this happen over and over across Canada in the past five years. I am therefore hopeful.
I especially want to thank the voters of Sudbury for placing their trust in me, twice. It has truly been one of the greatest honours in my life being Sudbury's voice in Ottawa. I will be forever grateful.
Sudbury is a microcosm of Canada. For the majority anglophone population and over 45,000 French-speaking residents, Sudbury has the third-largest francophone community outside of Quebec and a strong indigenous population. Sudbury was built on the backs of waves of immigrants from Italy, Finland, Poland, Ukraine, Greece, Croatia, Serbia and many more, and more recently, a strong South Asian, Syrian and African contingent. Members can see I am proud to be a Sudburian.
I grew up in a working-class home in Kapuskasing.
My father Jean was a welder at the Spruce Falls mill for 40 years. We were a foster family and after welcoming 18 children over five years into our home, my mother Paulette got her high school diploma and her bachelor's degree in social work at Laurentian and Université de Hearst while managing the household, together with my father, for me, my sister Roxanne and my brother Denis. They instilled in me the values of loyalty and hard work, and these values will always be part of me. I am proud to be their son.
I will miss my amazing colleagues in the House. I really will. It has been an honour to serve my constituents and Canadians with them.
In conclusion, because of the inspiration of Chief Shining Turtle; because of Sophia Mathur and the Fridays for Future gang, Paulette Gagnon and René Larocque; because of the world-class people attracted to Sudbury and Canada, and projects like SNOLAB and industrial battery technology, I am eternally optimistic about our future. It is because of all of them that I leave this chamber more hopeful than I entered it, hopeful that Canada and Canadians will continue to meet the challenges of the future, and hopeful that this chamber and the wonderful Canadians who sit in it will continue to lead the way.
Monsieur le Président, avant de quitter la Chambre pour ce qui pourrait bien être la dernière fois en tant que député de Sudbury, je voudrais saisir l'occasion pour parler du temps que j'ai passé à la Chambre et de la communauté dynamique de Sudbury, que je représente.
Comme on le sait, quand on se lance en politique, cela ne se fait pas seul. D'abord et avant tout, c'est une décision de famille. J'ai eu l'honneur de servir les gens de Sudbury grâce à l'appui de mon épouse Lyne et de mes enfants Mylène, Henri et Théo. Je suis fier d'eux et je les aime.
Hier, c'était notre 24e anniversaire de mariage. Je remercie Lyne de m'avoir appuyé continuellement et d’avoir partagé avec moi cette expérience inoubliable dans ce voyage de vie ensemble.
Je veux aussi remercier mon équipe, mes partisans, qui travaillent fort, et tous les électeurs de Sudbury de m'avoir accordé leur confiance de façon soutenue. L'aide que j'ai reçue en cours de route, de même que les amis que je me suis faits et que les leçons que j'ai apprises, ne me quitteront jamais. Je remercie tous ces gens-là. La liste est plutôt longue, mais je voudrais remercier Mike et Marie-Eve, qui m'ont accompagné depuis le début, ainsi que mon équipe: Funmibi, Lynn, Sophie et Bernard. Je veux remercier le premier ministre de la confiance qu'il m'a témoigné en me nommant au poste de secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, que j'ai occupé pendant presque trois ans.
En tant que député, j'ai constaté le travail incroyable qui peut être accompli par les divers comités quand la partisanerie est mise de côté. Il arrive en effet que cela se produise à la Chambre. Le mercredi, quand les députés sont à la Chambre juste avant le début des travaux, nous entonnons tous l'Ô Canada. C'est dommage que les Canadiens ne puissent pas être témoins du fait que la plupart des députés sont de fiers Canadiens au premier chef, avant d'être membres d'un parti politique.
Dans cette enceinte, j'ai également été témoin des divisions frappantes occasionnées par la partisanerie et des dommages durables causés par le déni de constats évidents, comme les changements climatiques et le racisme institutionnel auxquels les Canadiens sont confrontés chaque jour.
Nous avons le devoir, comme députés, de démontrer à tous les Canadiens que nous avons appris de notre propre histoire depuis plus de 153 ans et que nous devons tous respecter nos différences. Nous devons démontrer que la peur de nos différences linguistiques, culturelles, religieuses, raciales ou relatives à l'orientation sexuelle n'a pas de place dans notre société.
Cette année a été très difficile pour tous les Canadiens, et je sais que le travail de l'actuel gouvernement a eu une incidence très positive sur leur vie. Dans la circonscription de Sudbury, les gens ont beaucoup profité des programmes que nous avons mis en place. Je suis honoré et touché d'avoir joué un rôle à cet égard.
Pour moi, le rôle de la Chambre et des députés, c'est d'écouter les Canadiens, de travailler et de trouver la meilleure façon de les aider. Pour avoir écouté les Canadiens et à cause des changements apportés depuis 2015, j'ai beaucoup d'espoir pour le Canada et je vais dire pourquoi.
Premièrement, l'ingéniosité des Canadiens me donne espoir. Les gouvernements du pays doivent continuer à cultiver les possibilités que génère le formidable talent des Canadiens. Commençons par la circonscription de Sudbury. Il y a 40 ans, nos lacs étaient tous pollués. Les roches noires dominaient le paysage et la pollution des mines décimait les arbres. L'ingéniosité, c'est ériger une « supercheminée » pour que la pollution se dépose plus loin. Nous avons ensuite planté 14 millions d'arbres sur la roche noire. Aujourd'hui, grâce à la recherche, à l'ingéniosité, aux règlements et à la collectivité, nous avons réduit de 98 % la présence de dioxyde de soufre et tous nos lacs sont poissonneux. Nous pouvons boire l'eau et la supercheminée sera démantelée dans les prochaines années.
L'environnement et l'économie vont de pair, et c'est chez nous que ça se passe.
Ainsi, Sudbury est devenu un centre de recherche international.
Au début de 2016, le centre SNOLAB, à Sudbury, un consortium de recherche public-privé de premier ordre qui est situé à deux kilomètres sous terre dans la mine Creighton de Vale, et son équipe de chercheurs de renommée mondiale, dirigée par Art McDonald, ont reçu le prix Nobel de physique.
De plus, de nombreuses entreprises de l'approvisionnement minier à Sudbury sont à l'avant-garde des technologies pour les véhicules souterrains électriques. De nouvelles technologies pour le stockage d'énergie et les batteries sont développées à une échelle industrielle à Sudbury.
L'industrie minière ouvre aussi la voie en ce qui concerne les partenariats économiques avec les Premières Nations. Par exemple, le projet Côté Gold, qui est situé dans la circonscription voisine de Nickel Belt, laquelle est bien représentée par mon ami le député de Nickel Belt, a comme partenaires deux communautés locales des Premières Nations, les Premières Nations de Mattagami et de Flying Post. À Sudbury, les Premières Nations d'Atikameksheng et de Wahnapitae sont aussi des partenaires des projets miniers.
Nous devons continuer de soutenir cet esprit novateur. Il me permet d'espérer des percées scientifiques, des débouchés économiques et des emplois au Canada.
J'ai de l'espoir, parce que les Canadiens désirent que plus d'efforts soient consacrés à la lutte contre les changements climatiques.
En septembre 2018, Sophia Mathur, une jeune étudiante, a communiqué avec mon bureau à Sudbury pour me demander de participer à la toute première grève du mouvement Vendredi pour l'avenir dans la région. À partir de ce moment, Sophia et un groupe dynamique de jeunes amis ont organisé plus de 70 activités, y compris des manifestations avec pancartes, des chants, des danses à la Bollywood et de nombreux efforts de sensibilisation. Ces jeunes inspirants montrent l'exemple, et il y en a tant aux quatre coins de notre magnifique pays. Le message de Sophia pour moi et pour tous les députés est simple: nous pouvons maintenant montrer la voie dans ces dossiers importants ou nous pouvons laisser le champ libre.
Avec la tarification de la pollution, un plan sur les batteries pour véhicules électriques, un plan sur l'hydrogène, un plan canadien pour les minéraux, la promesse de planter 2 milliards d'arbres, les normes sur les combustibles propres, les incitatifs pour les technologies propres, les mesures législatives sur la responsabilité environnementale et bien d'autres politiques, nous sommes en voie d'atteindre nos cibles de réduction des émissions de carbone de 2030 et 2050.
Grâce à des Canadiennes comme Sophia, j'ai confiance en l'avenir.
Je suis aussi optimiste parce que les Canadiens savent maintenant, plus que jamais, qu'il est prioritaire d'apprendre la vérité et de promouvoir la réconciliation avec les nations autochtones.
J'ai un autre souvenir du début de l'année 2016. La Première Nation de Whitefish River, dans le Nord de l'Ontario, m'a invité à rendre visite aux enfants de cette nation. J'y ai rencontré le chef Shining Turtle, qui m'a informé des besoins de sa nation. Il m'a parlé du réseau d'aqueduc de sa nation, qui avait désespérément besoin d'améliorations pour répondre aux besoins croissants. Il m'a parlé des soins de santé offerts à sa nation, de l'école de sa nation, et il m'a expliqué que certaines familles étaient laissées pour compte. Il m'a dit que sa nation attendait qu'on règle ces problèmes depuis des années, et même des décennies, dans certains cas.
En travaillant ensemble au fil du temps, nous avons pu résoudre ces problèmes. Je suis retourné dans sa communauté en 2018 pour annoncer un investissement dans le centre Waubetek pour l'excellence dans les projets miniers autochtones, dirigé par Dawn Madahbee Leach. J'ai profité de l'occasion pour rendre visite au chef, et j'ai vu avec quelle rapidité on avait amélioré le réseau d'aqueduc, alors que les travaux étaient auparavant retardés par des formalités administratives depuis des années.
J'ai été à même de constater à quel point l'application du principe de Jordan est un moyen essentiel et efficace pour répondre aux besoins des communautés des Premières Nations en voyant les enfants de la Première Nation de Whitefish Lake surmonter leurs problèmes de santé et fréquenter l'école pour la première fois. Je leur dis chi-meegwetch.
Outre la levée de plus de 100 avis de faire bouillir l'eau, nombre de nations ont récemment été connectées au réseau, on a offert des possibilités de formation sans précédent aux Premières Nations et on a conclu des partenariats sans précédent dans le cadre de projets d'exploitation des ressources naturelles, et nous avons entamé le processus de vérité et de réconciliation. Étant donné l'ampleur de ce processus, j'espère que, dans cette Chambre, les députés de toutes les allégeances politiques n'abandonneront pas et continueront d'avancer avec les peuples autochtones.
J'ai bon espoir que nous pouvons avoir un Canada bilingue fort. Les communautés francophones en situation minoritaire ont demandé que des investissements soient faits dans leurs infrastructures culturelles, scolaires et communautaires. À Sudbury, j'ai vu les effets de ces investissements lorsqu'on a fondé la Place des Arts du Grand Sudbury, un projet mené par Paulette Gagnon et le Regroupement des organismes culturels de Sudbury.
Nous aurons notre place des arts dans la communauté et plusieurs organismes communautaires pourront assurer la pérennité et la vitalité de notre communauté. J'ai pu voir cette histoire se répéter durant les cinq dernières années partout au Canada. J'ai donc de l'espoir.
Je tiens à remercier tout particulièrement les habitants de Sudbury de m'avoir accordé leur confiance à deux reprises. Ce fut vraiment l'un des plus grands honneurs de ma vie d'être la voix de Sudbury à Ottawa. Je leur en serai éternellement reconnaissant.
Sudbury est un microcosme du Canada. Avec une population majoritairement anglophone et plus de 45 000  résidants francophones, Sudbury représente la troisième plus grande communauté francophone à l'extérieur du Québec et une forte population autochtone. Sudbury s'est construite grâce aux vagues d'immigrants venus d'Italie, de Finlande, de Pologne, d'Ukraine, de Grèce, de Croatie, de Serbie et de bien d'autres pays, et plus récemment, grâce à de nombreux immigrants de l'Asie du Sud, de Syrie et d'Afrique. Les députés peuvent voir que je suis fier d'être sudburois.
J'ai grandi dans une maison de la classe ouvrière à Kapuskasing.
Mon père, Jean, a travaillé comme soudeur pour l'usine Spruce Falls pendant 40 ans. Nous étions une famille d'accueil, et, après avoir accueilli 18 enfants en 5 ans dans notre foyer, ma mère, Paulette, a fini son secondaire et son baccalauréat en travail social à la Laurentienne et à l'Université de Hearst tout en gérant la maison avec mon père, pour moi, ma sœur Roxanne et mon frère Denis. Ils m'ont transmis comme valeurs la loyauté et le travail acharné, et ces valeurs seront toujours avec moi. Je suis fier d'être leur fils.
Mes extraordinaires collègues à la Chambre vont me manquer. Vraiment. Ce fut un honneur de servir les habitants de ma circonscription et les Canadiens.
Grâce au chef Shining Turtle, qui a été une source d'inspiration pour moi, à Sophia Mathur et à la bande des Vendredis pour l'avenir, à Paulette Gagnon, à René Larocque ainsi qu'aux personnes remarquables attirées par Sudbury et le Canada, mais aussi grâce à des projets comme SNOLAB et la technologie des batteries industrielles, je suis plus que jamais optimiste quant à notre avenir. C'est grâce à tous ces gens que je quitte cette Chambre avec plus d'espoir que je n'en avais en arrivant, espoir que le Canada et les Canadiens continueront à relever les défis de l'avenir, et espoir que la Chambre et les merveilleux Canadiens qui y siègent continueront de montrer la voie.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-06-15 20:04 [p.8513]
Mr. Speaker, matna.
Every time I walk onto the House of Commons grounds and speak in these chambers, I am reminded every step of the way I do not belong here.
I have never felt safe or protected in my position, especially within the House of Commons, often having pep talks with myself in the elevator or taking a moment in the bathroom stall to maintain my composure. When I walk through these doors not only am I reminded of the clear colonial house on fire I am willingly walking into, I am already in survival mode.
Since being elected, I expect to be stopped by security at my workplace. I have had security jog after me down hallways, nearly put their hands on me and racially profile me as a member of Parliament. I know what to do in these situations. My life in Canada, and especially through this experience, has taught me many things. As a brown woman, I do not move too quickly or suddenly, do not raise my voice, do not make a scene, maintain eye contact and do not hide my hands.
Every Inuk has survival mode. We have to. Not two generations ago, survival mode meant endurance of extreme temperatures and finding food throughout the winter. Now survival mode means being able to see that warmth in shelter and affordability in livelihood, but being denied it at the hands of the federal government.
The federal institution needs to change its own policies and procedures to reflect reality instead of creating barriers for people like me. I should not be afraid of going into work. No one should be afraid of going into work. It is possible to create change. It can be started here in the House of Commons and reflected in Canada. There is a refusal and unwillingness for change, not an inability to accomplish it.
People like me do not belong here in the federal institution. I am a human being who wants to use this institution to help people, but the reality is that this institution and country have been created off the backs, trauma and displacement of indigenous peoples. Even if we are told we should run, we still face huge barriers. Young people have been told they are not experienced enough, not ready to lead. Women have been told to sit pretty and listen. Disabled individuals have been shown they are not even worth the conversation. Inuit kill themselves at the highest rate in the country. We are facing a suicide epidemic and this institution refuses to care.
During my time in this chamber, I have heard so many pretty words, like reconciliation, diversity and inclusion. I have been called courageous, brave and strong by people outside of my party. However, let me be honest, brutally honest. Nice words with no action hurt when they are uttered by those with power over the federal institution who refuse to take action. The legacy this institution continues to not only maintain but to build and fuel is nothing to take pride in. People in power have choices and consistently choose priorities that uphold systems of oppression, leaving babies sick in mouldy homes and parents missing their passed-on children because these powerful individuals do not think change is worth the money.
Recently I asked a minister what he would do in my shoes. If his riding had the highest rates of suicide, with the most homes in need of repair, if women and girls were going missing in his community and children were being taken into foster care without regard for their well-being, how would he feel? I asked if the minister would change his answer if I told him to keep waiting. He could not answer me. He said he would never even try to place himself in my shoes. That is exactly what the problem is. Inuit have been telling those with the power and ability to make change to try and survive in their shoes for one day, one week, one month. They could not.
Maybe it is impossible for ministers to understand what we go through every day, but I am urging them and telling them to listen to us, believe us and do something about it. When we tell them to act now, they need to act now. If they do understand, then shame on them, because if they do understand how much this hurts, they understand how deep it cuts. It would be easier for me to be told that I am wrong and that they disagree than to be told that I am right and I am courageous but there is no room in their budget for the basic human rights that so many others take for granted.
I do not belong here, but my presence, I hope, is starting to crack the foundations of this very federal institution that started colonizing Inuit barely 70 years ago. I realize that this is difficult for some members to hear, but it is the reality and the truth. This place was built on the oppression of indigenous peoples, people like my grandfather, who was born and raised on the land but was forcibly relocated to a settlement that was financed and built by the federal institution.
Our history is stained with blood. It is the blood of children, youth, adults and elders. It is time to face the scales of justice. On one side we have a mountain of suffering, and whenever the government gives us a grain of sand of support, it seems to think the trauma from our past has been rectified and that somehow it deserves a pat on the back. However, it will take a mountain of support to even begin the healing process. As long as these halls echo with empty promises instead of real action, I will not belong here.
Although I may not belong in this institution, I do belong in my party. The NDP has always been a party committed to uplifting the voices of all those, of all different backgrounds, who are ignored by the federal institution.
I would like to thank my leader, the member for Burnaby South, for listening to me and making me feel safe and comfortable to voice what I needed to. Members from other parties have come to me asking me to advocate for an issue their party refused to touch, but I never felt muzzled by the NDP. I could never join another party and I am a proud New Democrat.
I thank my colleagues from New Westminster—Burnaby, North Island—Powell River and especially Hamilton Centre for always having my back. Without my NDP colleagues I would not have such a great platform that is true in the want to do more, to do better and to do right.
I would also like to thank my number one supports, my mother and father, Pia and Jimmy, and my brother Lars, for everything from day one.
I give a huge shout-out to my staff. I could not have survived without then. With all the things that have come out of my office, everything that I am so proud of, I know that I could not have done this without them. I am so grateful for them.
Of course, ultimately, from the bottom of my heart, I thank Inuit and Nunavummiut who believe in me and support me. The encouraging messages have meant more than people will know. I would like to thank Pauktuutit for always standing up for Inuit women and girls like me and for speaking truth to power, even when it is inconvenient.
I will always fight for the human rights of indigenous peoples in Nunavut and across the country. I believe that we are living through a shift in this country and Canadians are starting to wake up to the reality. I am looking forward to a time when people like me can belong here, a time when we can be here. I hope another young person, Inuk person, woman or all three will follow in my footsteps and continue pushing this institution to support indigenous peoples in Canada.
I have shown the nation and the world that impossible is possible, that hope can grow where it is purposely put out and that if we work together and use our voices we can influence real change. I will always believe politics can look, feel and be different. It can, it has and it has started. We will keep it going, and we all must ensure that it does.
Monsieur le Président, matna.
Chaque fois que j'entre dans l'enceinte de la Chambre des communes et que je prends la parole dans cette salle, on me rappelle sans relâche que je n'ai pas ma place ici.
Je ne me suis jamais sentie en sécurité ou protégée dans mon poste, surtout à la Chambre des communes, et j'ai souvent dû me donner des mots d'encouragement dans l'ascenseur ou prendre un moment dans les toilettes pour maintenir mon calme. Lorsque je franchis ces portes, non seulement cela me rappelle de la maison coloniale en feu dans laquelle j'entre volontairement, mais je suis déjà en mode survie.
Depuis j'ai été élue, je m'attends à être arrêtée par des agents de sécurité sur mon lieu de travail. Des agents de sécurité m'ont poursuivi en courant dans les couloirs et ont failli poser leurs mains sur moi et j'ai fait l'objet de profilage racial en tant que députée. Je sais quoi faire dans ces situations. Ma vie au Canada, surtout cette expérience, m'a appris beaucoup de choses. En tant que femme à la peau brune, je ne bouge pas trop rapidement ou soudainement, je n'élève pas la voix, je ne fais pas de scène, je maintiens le contact visuel et je ne cache pas mes mains.
L'instinct de survie est propre à tous les Inuks. Nous n'avons pas le choix. Il y a moins de deux générations de cela, on entendait par instinct de survie la résistance aux températures extrêmes et la capacité de trouver de la nourriture tout l'hiver. Aujourd'hui, l'instinct de survie, c'est être capable d'envisager un refuge chaud et une vie abordable pour voir le gouvernement fédéral nous en priver.
Les institutions fédérales doivent changer leurs politiques et procédures afin de tenir compte de la réalité plutôt que de créer des obstacles pour les personnes comme moi. Je ne devrais pas avoir peur d'aller travailler. Personne ne devait avoir peur d'aller travailler. Il est possible d'instaurer le changement en commençant à la Chambre des communes, pour qu'il se reflète ensuite à l'échelle du pays. Il y a une résistance au changement, un refus de changer, mais ce n'est pas parce que nous n'en sommes pas capables.
Les personnes comme moi n'ont pas leur place dans une institution fédérale. Je suis un être humain qui veut utiliser cette institution pour aider les autres, mais le fait est que cette institution et le pays qu'elle représente ont été créés aux dépens des peuples autochtones, qu'ils sont le fruit de leurs traumatismes et de leur déplacement. Même si on nous dit que nous devrions nous présenter aux élections, nous devons quand même surmonter des obstacles majeurs. Les jeunes se font dire qu'ils manquent d'expérience, qu'ils ne sont pas prêts à diriger. Les femmes, elles, doivent prendre place gentiment, puis se taire. Les personnes ayant un handicap ont pour leur part constaté à maintes reprises qu'on ne s'intéresse même pas à elles. Le taux de suicide chez les Inuits est le plus élevé au pays. Nous vivons une épidémie de suicides, et cette institution refuse de s'en soucier.
Depuis que je siège dans cette enceinte, j'ai entendu tant de jolis mots, comme « réconciliation », « diversité » et « inclusion ». Des gens de l'extérieur de mon parti m'ont qualifiée de courageuse, de brave et de forte. Je serai toutefois honnête, brutalement honnête. Les belles paroles, sans résultats concrets, font mal lorsqu'elles sont prononcées par ceux qui exercent un pouvoir sur l'institution fédérale et qui refusent d'agir. Il n'y a pas de quoi être fier de l'héritage que cette institution continue non seulement à maintenir, mais à bâtir et à alimenter. Les gens au pouvoir ont des choix à faire, et ils choisissent constamment des priorités qui maintiennent en place des systèmes d'oppression. Songeons aux bébés qui deviennent malades dans des maisons infestées de moisissures et aux parents qui ont perdu des enfants parce que ces individus puissants n'estiment pas que le changement en vaut le coût.
Récemment, j'ai demandé à un ministre ce qu'il ferait à ma place. Si sa circonscription affichait le taux de suicide le plus élevé et comptait le plus grand nombre de maisons ayant besoin de réparations, si des femmes et des filles disparaissaient dans sa collectivité et si des enfants étaient placés dans des familles d'accueil sans égard pour leur bien-être, comment se sentirait‑il? J'ai demandé si le ministre allait changer sa réponse si je lui disais de continuer à attendre. Il n'a pas su me répondre. Il a dit qu'il n'essaierait même pas de se mettre à ma place. Voilà justement le problème. Les Inuits ont demandé à ceux qui ont le pouvoir et la capacité d'apporter des changements d'essayer de se mettre à leur place et de survivre le temps d'un jour, d'une semaine, d'un mois. Ils n'ont pas pu.
Il est peut-être impossible pour les ministres de comprendre ce que nous vivons chaque jour, mais je les exhorte à nous écouter, à nous croire et à remédier à la situation. Quand nous leur disons d'agir maintenant, ils doivent agir maintenant. S'ils comprennent vraiment, alors ils devraient avoir honte, car s'ils comprennent à quel point cela fait mal, ils savent à quel point la blessure est profonde. Il serait plus facile pour moi de me faire dire que j'ai tort et que les ministres ne sont pas d'accord avec moi que de me faire dire que j'ai raison et que je suis courageuse, mais qu'il n'y a pas de marge de manœuvre dans le budget pour les droits fondamentaux de la personne que tant d'autres personnes tiennent pour acquis.
Je n'ai pas ma place ici, mais j'espère que ma présence commence à ébranler les fondements de l'institution fédérale qui a commencé à coloniser les Inuits il y a à peine 70 ans. Je sais que c'est difficile à entendre pour certains députés, mais c'est la réalité et la vérité. Cet endroit a été édifié en opprimant les peuples autochtones, des gens comme mon grand-père, qui est né et qui a grandi sur cette terre, mais qui a été réinstallé de force dans un établissement financé et construit par l'institution fédérale.
Notre histoire est tachée de sang, du sang d'enfants, de jeunes, d'adultes et d'aînés. Il est temps de regarder la balance de la justice: d'un côté, il y a une montagne de souffrance et chaque fois que le gouvernement nous donne un grain de sable en soutien, il semble croire que les traumatismes passés ont été effacés et qu'il mérite une tape dans le dos. Dans les faits, il faudra une montagne de soutien pour que le processus de guérison puisse seulement commencer. Tant que dans cette enceinte résonneront des promesses creuses plutôt que de véritables actions, ma place ne sera pas ici.
Bien que ma place ne soit peut-être pas dans cette institution, je suis à ma place dans mon parti. Le NPD a toujours eu à cœur de faire entendre la voix des personnes de différents horizons auxquelles l'institution fédérale ne porte pas attention.
Je tiens à remercier le chef de mon parti, le député de Burnaby-Sud, de m'avoir écoutée et de m'avoir fait sentir que je pouvais dire ce que j'avais à dire, en toute sécurité et sans hésiter. Quand des députés d'autres partis m'ont demandé de défendre un enjeu que leur parti refusait d'aborder, je ne me suis jamais sentie muselée par le NPD. Je ne pourrais jamais me joindre à un autre parti. Je suis néo-démocrate et fière de l'être.
Je remercie mes collègues de New Westminster—Burnaby, de North Island—Powell River et en particulier d'Hamilton Centre d'avoir toujours été là pour moi. Sans mes collègues du NPD, je n'aurais pas eu une si bonne plateforme, aussi sincère dans sa volonté de faire plus, de faire mieux et de faire ce qui s'impose.
Je voudrais aussi remercier mes meilleurs alliés, ma mère et mon père, Pia et Jimmy, ainsi que mon frère, Lars, de tout ce qu'ils ont fait pour moi depuis le début.
Je salue aussi bien bas tout mon personnel, sans qui je n'aurais pas pu survivre. Avec tout ce qui a été produit dans mon bureau, dont je suis très fière, je sais que je n'y serais pas arrivée sans eux. Je leur en suis très reconnaissante.
Bien entendu, je remercie du fond du cœur les Inuits et les Nunavummiuts qui croient en moi et qui m'appuient. Vos messages d'encouragement sont beaucoup plus importants que l'on pense. Je voudrais remercier Pauktuutit de toujours défendre les femmes et les jeunes filles inuites comme moi, et de dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir, même quand cela dérange.
Je lutterai toujours pour les droits des peuples autochtones du Nunavut et de partout au pays. Je crois que le pays vit une transformation, et que les Canadiens commencent à prendre conscience de la réalité. J'espère qu'un jour, les personnes comme moi auront leur place ici. J'espère qu'une autre jeune personne, une personne inuk, une femme, ou les trois à la fois, marchera sur mes traces et continuera à inciter cette institution à soutenir les peuples autochtones au Canada.
J'ai prouvé au pays et au monde que rien n'est impossible, que l'espoir peut naître là où on l'avait délibérément éteint, et que lorsque nous unissons nos forces et utilisons nos voix, nous pouvons ouvrir la voie à de réels changements. Je resterai toujours convaincue que nous pouvons faire de la politique différemment. Nous avons déjà commencé et nous allons continuer d'avancer dans cette voie en veillant à ne pas dévier en cours de route.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2021-06-15 20:14 [p.8515]
Mr. Speaker, it is with a heavy heart that I rise in the House of Commons today to give my farewell speech.
While I am very hopeful this will not be the last time I will speak in the House, I cannot be certain. Minority governments tend to be that way, unpredictable, and so I will take this opportunity to officially say goodbye.
This is not easy. Leaving something as important as this never is, but making the decision to get into politics was not easy either.
When I first started to consider running for politics in 2014, many of my friends and colleagues thought I had momentarily lost my mind, but I knew I had not. I knew in my bones that Canadians wanted change, and I wanted to be a part of that change. My only regret now is that I did not consider running for the Liberals much sooner, because it has been an absolute honour to represent the people of London West in the House, and I am proud of what we have accomplished.
When I was first elected in 2015, my twin grandsons, Harrison and Francis, were only two years old. Now they are eight years old, and I have decided to write my farewell speech with them in mind, hoping that one day they will watch this speech and understand its full meaning.
My memories of the past six years are a blur of highs and lows, of accomplishments that I am very proud of and of bitter heartache, especially after the recent horrific murder of four of my constituents, the Afzaal family, who were killed while walking along a street in London West on a Sunday night, killed simply because they were Muslim.
This terrorist attack has served to remind our community that we are not immune to hate. This hate manifested in destroying a wonderful Muslim family and leaving their nine-year-old son, Fayez, in hospital, wounded both physically and emotionally. His grandmother, Talat; mother, Madiha; father, Salman; and his 15-year-old big sister, Yumna were brutally taken from him. It is such a loss, all because of hate.
However, Londoners quickly turned hate into love. Thousands of Londoners from every culture and faith filled the streets on Friday night to pay their respects to the Afzaal family, who are forever in our hearts. Many people outside of Canada expressed shock that something like this could happen here. We are supposed to be a country that welcomes diversity with open arms, diversity is our strength, but heinous acts like this remind us how fragile that strength is. Many people in our community feel that if it can happen in London, Ontario, it can happen anywhere.
This has been an incredibly tough time for everyone in Canada. Just two weeks ago, we learned the details about the unmarked graves of 215 indigenous children at a former Kamloops residential school. These children were taken from their families and never came home. Our hearts ache as we are reminded, once again, of our callous disregard for indigenous people. So much grief to face and it would be too easy to say “Well, that happened years ago; that wouldn't happen today”, but we would be fooling ourselves. We need to reconcile our pride and our country with what we have done.
I want my grandsons to learn about Canada's true, blemished history, because we must face the truth before we can understand what it means to be Canadians. I urge all Canadians to use this upcoming Canada Day as an opportunity to reflect on how Canada can be a more loving, more educated and more accepting country.
As a child growing up in the 1960s, I was so proud of Canada as we celebrated our 100th birthday; 1967, what a glorious year. My dad drove our family to Montreal for Expo 67. My father was a new Canadian citizen and he was overflowing with love for his newfound home. What he did not know, and what we did not know, was the cost that indigenous people paid so we could be proud of our country.
I cannot sit in the House without feeling the weight of decisions made by members who sat here in the past, who somehow thought they were doing the right thing, taking children away from their families to force them to be assimilated to our way of thinking because they believed they were right, and they were so very wrong. What a shame, what a national shame, and I am so very sorry.
Despite all of this sadness, Harrison and Francis, I am proud to be Canadian, and I am so proud to have had the honour to sit in this House with good people and pass good laws. To be a member of Parliament during a pandemic is not something any of us expected, but despite this challenging time, we have accomplished so much. I do not have time to list everything, but I do want to talk about some of the areas I was most involved with.
I am very proud to have pushed our government to earmark $30 million to support childhood cancer research. Too many children are dying from cancer, and we need to do more research to determine how to treat them, so they can live long, healthy lives.
I am proud to have co-sponsored a study on indigenous housing in rural, urban and northern communities that will hopefully be a catalyst for changes that will ultimately see indigenous people get the housing they need and deserve.
People with disabilities have always been a focus of mine, even before I came into politics, and so I am proud of working to help pass the Accessible Canada Act through the House and the Senate. This act will pave the way for a more accessible Canada for this and future generations.
How we treat our seniors has always been important to me, and it struck me as odd that we did not have a seniors minister who would focus on their issues. As members of the seniors caucus, we pushed to have the Prime Minister name a cabinet minister who would work solely on issues facing this group of Canadians. On this World Elder Abuse Awareness Day, I am proud that we have launched consultations on this growing issue.
We know how important non-profits are to the fabric of our society, and I have been a strong advocate for our government to do more for groups that support thousands of Canadians across the country. COVID-19 shone a light on all the good work this sector has been doing throughout Canada, and we cannot let them falter. Therefore, I am proud to be part of a working group of MPs that continues to push our government to strengthen our support for charities and non-profits. Our latest budget proposes to spend $400 million to help charities and non-profits adapt and modernize, so they can better support the economic recovery in our communities.
As well, I am humbled to have been in place, serving as parliamentary secretary to science, when our government restored scientists to their rightful place in our decision-making. I want to thank the former science minister for always pushing to do what is right, no matter the obstacles. I thank the minister responsible for people with disabilities for showing me never to underestimate human potential, and also the economic development minister for teaching me that politics is filled with good people who want to do what is best for our country. I also want to say merci to her for pushing me to learn French. While I was not as successful as I had hoped to be, I do have a new-found appreciation for the French language, and I encourage anyone interested in getting into politics to start learning French now.
Of course, I want to thank my constituents of London West for putting their faith in me over the past six years. Going door to door and speaking to you about the things that really matter to you was a true joy, and I thank you for your support over the years. Whether you voted for me or not, thank you for allowing me to be your voice in Parliament.
Together, we have done great things for the city of London. We have opened our hearts, our arms and our homes to families from Syria, who are building new lives in our city. Construction of a new Maple Leaf Foods plant is under way, thanks to federal government funding. Sticking with the food industry, we are strong supporters of The Grove in London, an agriculture hub that will help us become a leader in agriculture manufacturing, and we cannot forget the millions of dollars in investments to the Greenway waste-water treatment plant, a critical infrastructure project for London West.
There are so many people to thank. To my family, who were supportive right from the beginning, my son, Billy; daughter-in-law, Kelly; daughter, Lauren; and soon-to-be son-in-law, Marc, you have been unwavering in your support and understanding. To my brother, Bill, and sister-in-law Johanna, thank you for reminding me how proud mom and dad would have been of what I have accomplished.
To my husband, Brian Meehan, thank you for being at my side as we ventured this path together. I cannot imagine doing this job without a supportive spouse, and he has been my cheerleader, a confidant and a shoulder to cry on. We really had no idea where it was going to take us, but he was there every step of the way and helped me make this final decision to step back.
I thank my staff, Devin Munro, Elaine Furie, Mack McGee, Pat Shanahan and Brendan Edge, for always being there for me and our constituents, to answer their calls and their emails day in and day out. It has not been easy, but they made me look good. I consider all of them friends and cannot imagine doing the job of an MP without their support.
Finally, I thank my grandsons, Harrison and Francis, who always find ways to make me smile. When I told Harrison that I was not going to run for re-election and that he would not have to go door-knocking with me again, he turned to me and said, “Does that mean you won't be going back to the Liberal tower ever again?” The Liberal tower. When he came to Parliament Hill two years ago for what was officially our last sitting day in the old place before the renovations began, he would have walked up to what would have seemed like a massive tower, the Peace Tower. I was a Liberal, so in his mind it was the Liberal tower.
One day, when the renovations are complete, I hope to return to the Liberal tower with my grandsons and marvel at the history of it all. Maybe they will look up and say, “Grandma Kate tried her best to make Canada a better country for everyone”.
Thank you, Mr. Speaker.
Monsieur le Président, c'est le cœur lourd que je prends la parole à la Chambre des communes pour prononcer mon discours d'adieu.
Si j'ai bon espoir de pouvoir prendre la parole de nouveau à la Chambre, je ne peux en être certaine. La durée de vie des gouvernements minoritaires a tendance à être imprévisible, alors je profite de l'occasion pour faire mes adieux officiels.
Ce n'est pas facile. Ce n'est jamais facile de quitter quelque chose d'aussi important, mais se lancer en politique n'était pas une décision facile à prendre non plus.
Lorsque j'ai commencé à songer à me lancer en politique, en 2014, bon nombre de mes amis et de mes collègues croyaient que j'avais perdu la raison, mais je savais que ce n'était pas le cas. Je savais au plus profond de mon être que les Canadiens voulaient du changement et je voulais contribuer à amener ce changement. Mon seul regret aujourd'hui, c'est de ne pas m'être présentée pour le Parti libéral beaucoup plus tôt, parce que ce fut un honneur absolu que de représenter les gens de London‑Ouest à la Chambre et je suis fière de ce que nous avons accompli.
Lorsque j'ai été élue pour la première fois, en 2015, mes deux petits-fils jumeaux, Harrison et Francis, n'avaient que 2 ans. Ils ont maintenant 8 ans, et c'est à eux que j'ai pensé en rédigeant mon discours d'adieu, dans l'espoir qu'un jour ils écouteront ce discours et en comprendront toute la signification.
Mes souvenirs des six dernières années sont une succession rapide de hauts et de bas, de réalisations dont je suis très fière et de chagrin amer, en particulier à la suite de l'horrible meurtre récent de quatre citoyens de ma circonscription, des membres de la famille Afzaal, qui ont été tués alors qu'ils marchaient en bordure de la rue dans London‑Ouest par un dimanche soir, tués simplement parce qu'ils étaient musulmans.
Cette attaque terroriste est venue rappeler à notre collectivité que nous ne sommes pas à l'abri de la haine. Cette haine s'est manifestée par la destruction d'une merveilleuse famille musulmane, et elle a laissé le fils de 9 ans, Fayez, à l'hôpital, blessé physiquement et émotionnellement. Sa grand-mère, Talat, sa mère, Madiha, son père, Salman et sa grande sœur de 15 ans, Yumna, lui ont été brutalement enlevés. C'est une perte incommensurable. Tout cela à cause de la haine.
Toutefois, les résidants de London ont rapidement transformé la haine en amour. En effet, des milliers de citoyens de London de toutes les cultures et de toutes les confessions ont envahi les rues vendredi soir pour rendre hommage à la famille Afzaal, qui restera à jamais dans notre cœur. Beaucoup de gens de l'extérieur du Canada ont exprimé leur consternation à l'idée qu'une telle chose puisse arriver ici. Nous sommes censés être un pays qui accueille à bras ouverts la diversité. La diversité fait notre force. Or, de tels actes odieux nous rappellent à quel point cette force est fragile. De nombreuses personnes dans notre collectivité estiment que si cela peut se produire à London, en Ontario, cela peut survenir n'importe où.
Les temps sont extrêmement difficiles pour tout le monde au Canada. Il y a seulement deux semaines, nous découvrions les restes de 215 enfants autochtones dans des tombes anonymes à l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops. Ces enfants ont été arrachés à leur famille et ne sont jamais rentrés. Nous avons le cœur lourd devant ce nouvel exemple de notre incroyable mépris à l'endroit des peuples autochtones. Tant de douleur à encaisser. Il serait si facile de prétendre que cela est arrivé il y a fort longtemps et que ce ne serait pas possible aujourd'hui. Ne nous faisons pas d'illusions. Nous devons réconcilier notre fierté et notre pays avec notre histoire.
Je veux que mes petits-fils apprennent la vraie histoire du Canada, sans fard, car, si nous voulons comprendre ce que signifie être Canadien, nous devons d'abord connaître la vérité. J'exhorte tous les Canadiens à profiter de la fête du Canada qui approche pour réfléchir à la façon dont notre pays peut être plus aimant, mieux sensibilisé et plus ouvert.
J'ai grandi dans les années 1960. J'étais si fière du Canada à l'occasion de notre centenaire; 1967 était une année glorieuse. Mon père a amené toute la famille à Montréal en voiture pour Expo 67. Mon père était un Néo-Canadien et aimait passionnément sa terre d'accueil. Ce qu'il ne savait pas, et ce que nous ne savions pas, c'était le prix payé par les peuples autochtones pour assurer notre fierté nationale.
Je ne peux siéger à la Chambre sans ressentir le poids des décisions passées, prises par des députés qui pensaient alors agir pour le bien commun en retirant les enfants de leur famille pour les forcer à s'assimiler, à adopter notre façon de penser. Ils croyaient avoir raison, mais ils avaient tellement tort. Quelle honte, quelle honte nationale, et j'en suis tellement désolée.
Malgré toute cette tristesse, Harrison et Francis, je suis fière d'être Canadienne, et je suis très fière d'avoir eu l'honneur de siéger à la Chambre, avec des personnes exceptionnelles, et d'adopter de bonnes lois. Exercer les fonctions de député en temps de pandémie était quelque chose d'inattendu pour chacun de nous, mais malgré cette période difficile, nous avons accompli tellement de choses. Je n'ai pas le temps de tout énumérer, mais j'aimerais parler de certains des dossiers dans lesquels je me suis le plus investie.
Je suis très fière d'avoir poussé le gouvernement à consacrer 30 millions de dollars à la recherche sur le cancer chez les enfants. Trop d'enfants meurent du cancer, et nous devons faire plus de recherches pour savoir comment les soigner, afin qu'ils puissent vivre longtemps et en bonne santé.
Je suis fière d'avoir coparrainé une étude sur le logement des Autochtones dans les régions rurales, urbaines et nordiques, et j'espère que cette étude provoquera des changements qui permettront aux Autochtones d'obtenir le logement dont ils ont besoin et qu'ils méritent.
Les personnes handicapées ont toujours été au centre de mes préoccupations, même avant de me lancer en politique, et je suis donc fière d'avoir contribué à l'adoption, à la Chambre et au Sénat, de la Loi canadienne sur l'accessibilité. Cette mesure législative ouvrira la voie à un Canada plus accessible pour la génération actuelle et celles qui suivront.
La façon dont nous traitons les aînés a toujours été très importante pour moi et je n'ai jamais compris pourquoi il n'y avait pas de ministre des Aînés pour s'occuper des dossiers qui concernent ces derniers. En tant que membres du caucus pour les aînés, nous avons fait pression sur le premier ministre pour qu'il nomme un ministre dédié aux enjeux qui concernent ce groupe de Canadiens. En cette Journée internationale de sensibilisation aux abus envers les aînés, je suis fière de pouvoir dire que nous avons entamé des consultations sur ce problème grandissant.
Nous connaissons l'importance des organismes sans but lucratif pour le tissu de la société canadienne et j'ai été de ceux qui ont travaillé pour que le gouvernement en fasse plus pour les organisations qui viennent en aide à des milliers de Canadiens partout au pays. La COVID‑19 a mis en lumière tous les bienfaits attribuables à ce secteur dans l'ensemble du pays et nous ne pouvons nous permettre de le laisser tomber. C'est pourquoi je suis fière de faire partie d'un groupe de travail de députés qui continuent de demander au gouvernement de renforcer le soutien des organismes de bienfaisance et des organismes sans but lucratif. Le dernier budget prévoit 400 millions de dollars pour aider ces organismes à s'adapter et à se moderniser afin qu'ils puissent mieux soutenir la relance économique des collectivités du pays.
En outre, c'est un grand honneur pour moi d'avoir occupé le poste de secrétaire parlementaire de l'ancienne ministre des Sciences au moment où le gouvernement libéral redonnait aux scientifiques le rôle qui leur revient dans le processus décisionnel. Je tiens à remercier l'ancienne ministre des Sciences, qui a toujours exigé que l'on fasse ce qui devait être fait, peu importe les obstacles. Je remercie la ministre responsable des personnes handicapées de m'avoir appris à ne jamais sous-estimer le potentiel de quiconque, de même que la ministre du Développement économique, qui m'a montré que la sphère politique regorge de bonnes personnes qui veulent faire ce qu'il y a de mieux pour notre pays. Je tiens également à la remercier de m'avoir poussée à apprendre le français. Même si je ne la maîtrise pas autant que je le voudrais, j'apprécie maintenant cette langue et j'encourage tous ceux qui sont intéressés à faire le saut en politique à apprendre le français dès maintenant.
Bien sûr, je tiens à remercier les résidants de London-Ouest qui m'ont accordé leur confiance au cours des six dernières années. J'ai adoré faire du porte-à-porte et échanger avec eux sur les sujets qui leur importent vraiment, et je les remercie de leur soutien au fil des ans. Qu'ils aient ou non voté pour moi, je leur suis reconnaissante de m'avoir permis d'être leur voix au Parlement.
Ensemble, nous avons fait de grandes choses pour la ville de London. Nous avons ouvert nos cœurs, nos bras et nos foyers à des familles syriennes qui se construisent une nouvelle vie dans notre ville. Par ailleurs, grâce au financement du gouvernement fédéral, une nouvelle usine des Aliments Maple Leaf est en cours de construction. Toujours dans le domaine de l'industrie alimentaire, nous appuyons sans réserve l'initiative The Grove, à London, un centre agricole qui nous aidera à devenir un chef de file dans le domaine de la fabrication agricole. Nous ne pouvons pas oublier non plus les millions de dollars investis dans l'usine de traitement des eaux usées de Greenway, un projet d'infrastructure essentielle pour London-Ouest.
Il y a tellement de gens à remercier. Il y a d'abord ma famille, qui m'a soutenue dès le début: mon fils, Billy; ma belle-fille, Kelly; ma fille, Lauren et mon futur gendre, Marc. Vous avez fait preuve d'un soutien et d'une compréhension inébranlables. À mon frère, Bill, et à ma belle-sœur, Johanna, merci de me rappeler à quel point maman et papa auraient été fiers de ce que j'ai accompli.
À mon mari, Brian Meehan, merci d'avoir été à mes côtés tout au long de cette nouvelle aventure dans laquelle nous nous sommes lancés ensemble. Je ne peux pas imaginer faire ce travail sans un conjoint sur qui compter, et il a été pour moi un fervent partisan, un confident et une source de réconfort. Nous n'avions vraiment aucune idée de ce qui nous attendait, mais il était là à chaque étape, et c'est lui qui m'a aidée à prendre la décision définitive de ne pas me présenter aux prochaines élections.
Je remercie les membres de mon personnel — Devin Munro, Elaine Furie, Mack McGee, Pat Shanahan et Brendan Edge — d'avoir toujours été là pour moi et nos concitoyens, et d'avoir répondu à leurs appels et à leurs courriels jour après jour. Cela n'a pas été facile, mais ils m'ont fait bien paraître. Je les considère tous comme des amis et je ne peux pas imaginer comment je m'en serais sortie dans mes fonctions de députée sans leur soutien.
Enfin, je remercie mes petits-fils, Harrison et Francis, qui trouvent toujours des façons de me faire sourire. Lorsque j'ai annoncé à Harrison que je n'allais pas me présenter aux prochaines élections et qu'il n'aurait pas à m'accompagner pour faire du porte-à-porte, il m'a répondu: « Est-ce que ça veut dire que tu ne retourneras plus jamais à la tour libérale? » Il l'appelle la tour libérale. Lorsqu'il est venu sur la Colline du Parlement il y a deux ans, à l'occasion du dernier jour de séance officiel dans l'ancienne enceinte de la Chambre avant le début des travaux de rénovation, il a marché vers ce qui lui a semblé une immense tour, la tour de la Paix. Comme j'étais une députée libérale, selon sa logique, ce devait être la tour libérale.
Un jour, lorsque les travaux de rénovation seront terminés, j'espère retourner à la tour libérale avec mes petits-fils et m'émerveiller de toute cette histoire. Ils lèveront peut-être les yeux en disant: « Grand-maman Kate a fait de son mieux pour faire du Canada un meilleur pays pour tous. »
Merci, monsieur le Président.
Results: 1 - 15 of 45 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data