Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 12 of 12
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, when I was a junior air force officer, my first posting was as the procurement officer for 19 Wing Comox on Vancouver Island. I was responsible for everything that was bought or leased on the base. In other words, anyone working on the base who needed something had to get it through me.
My decisions were not arbitrary or made on a whim. Before I was assigned the job, I spent many months in training as a military logistician, studying over 20 volumes of the Canadian Forces publication 181, supply manuals, defence procurement policies, the Financial Administration Act and many other related documents. There were processes and procedures for everything. Just to obtain approval to procure a commercial coffee maker required 10 signatures on a material authorization change request, or MACR for short. Those 10 people included the base commander, a squadron commander, a flight commander and me, just to name a few.
This bureaucracy was tiresome to be sure, but it was essential to upholding that no one, not even the base commander, could use military funds, and by extension public money, to, for example, pay for an outrageously expensive coffee machine purchased sole-source, which happened to include a million-dollar administration fee for someone's husband. There was no room for misconduct.
As officers, we endured the necessary piles of paperwork to ensure that tax dollars were spent wisely and to preserve the honesty and integrity of the organization and everyone in it. If these were the high standards to which a junior air force procurement officer is held, should they be any less for the highest office in the land?
Let us talk about the Prime Minister and his pattern of behaviour of breaking the rules, giving money to his friends, using Liberal members to cover it up and firing anyone who dares to stand in his way. Let us talk about the Prime Minister's pattern of corruption.
His first transgression was the gift of an all-expenses-paid Christmas vacation for him, his family and his friends to an island in the Bahamas. The rules require that members of Parliament disclose any gift over $200. The Prime Minister was found guilty of breaking the Conflict of Interest Act. He apologized. Seamus O'Regan, a minister of the Crown who joined the Prime Minister on this trip, never disclosed the vacation as a gift.
Then came the SNC-Lavalin scandal. SNC was charged with fraud and corruption, and was seeking a way to get out of facing the full consequences of breaking the law. It looked to our Prime Minister to use his powers to circumvent the law and tip the scales in SNC's favour. A justice minister stood in his way and upheld the rule of law. For her efforts, she was fired as justice minister and thrown out of the Liberal Party. There was no place in the Liberal Party for honourable actions like that. The key adviser and friend to the Prime Minister, Gerry Butts, resigned.
Monsieur le Président, lorsque j'étais officière subalterne de la Force aérienne, ma première affectation a été agente d'approvisionnement de la 19e Escadre Comox sur l'île de Vancouver. J'étais responsable de tout ce qui était acheté ou loué sur la base. Autrement dit, n'importe quel employé de la base qui avait besoin de quelque chose devait passer par moi pour se le procurer.
Mes décisions n'étaient pas arbitraires ou prises sur un coup de tête. Avant d'obtenir cette affectation, j'avais passé de nombreux mois en formation pour devenir une spécialiste de la logistique militaire, étudiant plus de 20 volumes de la publication 181 des Forces armées canadiennes, des manuels d'approvisionnement, des politiques sur l'approvisionnement en matière de défense, la Loi sur la gestion des finances publiques et plein d'autres documents connexes. Il y avait des processus et des procédures pour tout. Le simple fait d'obtenir l'approbation pour acheter une cafetière commerciale nécessitait 10 signatures sur un formulaire de demande d'autorisation de changement de matériel. Parmi ces 10 personnes, on comptait le commandant de la base, un commandant d'escadre, un commandant d'escadrille et moi-même, entre autres.
De toute évidence, cette bureaucratie était lourde, mais elle était essentielle pour garantir que personne, pas même le commandant de la base, n'utilise les fonds des Forces armées, c'est-à-dire les deniers des contribuables, pour, par exemple, acheter une cafetière excessivement chère auprès d'un fournisseur unique, assortie par un heureux hasard de frais administratifs d'un million de dollars pour l'époux de quelqu'un. Il n'y avait aucune place pour l'inconduite.
Dans le cadre de leurs fonctions, les officiers devaient respecter les lourdes procédures bureaucratiques qui exigeaient que l'on remplisse des piles de formulaires pour veiller à ce que l'argent des contribuables soit dépensé judicieusement et de façon à préserver l'honnêteté et l'intégrité de l'organisation et de tous ses membres. Si les officiers subalternes de la Force aérienne sont tenus de se conformer à des normes aussi élevées, pourquoi le titulaire de la fonction la plus haute au pays ne devrait-il pas en faire autant?
Parlons du premier ministre et de sa tendance à enfreindre les règles, à garnir les poches de ses amis, à utiliser des députés libéraux pour camoufler le tout et à congédier quiconque ose lui tenir tête. Parlons de la tendance à la corruption du premier ministre.
Sa première transgression a été les vacances de Noël toutes dépenses payées sur une île des Bahamas qu'il a reçues en cadeau pour lui, sa famille et ses amis. Le Règlement exige que les députés déclarent les cadeaux d'une valeur de 200 $ et plus. Le premier ministre a été reconnu coupable d'avoir enfreint la Loi sur les conflits d’intérêts. Il s'est excusé. Seamus O'Regan, un ministre qui a accompagné le premier ministre lors de ce voyage, n'a jamais déclaré ces vacances comme un cadeau.
Ensuite, il y a eu le scandale SNC-Lavalin. Cette entreprise a été accusée de fraude et de corruption et elle cherchait un moyen d'éviter de subir toutes les conséquences de ses infractions à la loi. Elle s'est tournée vers le premier ministre pour qu'il utilise ses pouvoirs afin de contourner la loi et de faire pencher la balance en sa faveur. La ministre de la Justice de l'époque s'est opposée à lui et a défendu la primauté du droit. Pour ses efforts, elle a été congédiée de son poste de ministre de la Justice et expulsée du Parti libéral. De tels gestes honorables n'avaient pas leur place au sein du Parti libéral. Gerry Butts, le principal conseiller et ami du premier ministre, a quant à lui démissionné.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the head of our non-partisan, hard-working public service chose that moment to retire. Liberal members on the House of Commons committees attempting to investigate shut down all attempts to get to the truth.
The Prime Minister was found guilty of a second ethics violation, but this time he showed no remorse. He had no intention of acting differently. He refused to apologize and instead doubled down, trying to convince us that it was okay to break the law for the right reasons, like helping his corporate friends escape the long arm of the law.
The Prime Minister has again used the powers of his office for personal gain. The Prime Minister attempted to award the WE Charity a $912-million government contract, $912 million in taxpayer dollars, in a closed, directed, no competition selection process. During a pandemic that has millions of Canadians struggling to pay their bills, our Prime Minister attempted to give hard-earned tax dollars to an organization to do what exactly?
For starters, an administration fee of $43.5 million would be pocketed directly by the WE Charity, a charity that just happened to have paid the Prime Minister's family and the family members of other members of his cabinet significant sums of money. Once again, the House of Commons committees investigating were stonewalled and then ultimately shut down when the Prime Minister prorogued Parliament, leaving Canadians with no government at all.
For a third time, the Prime Minister is being investigated for ethics violations.
However, this is not just a story about the Prime Minister. It is unfortunately much worse than that. The Prime Minister's actions send a message to others who would seek to break the rules, cheat and take advantage of their positions of power for personal gain. It gives them permission to put their personal agendas before the best interests of the country. It becomes a culture of acceptance of corruption, because, after all, if the Prime Minister can do it, why should they not?
For example, the former finance minister, Bill Morneau, was investigated for conflict of interest violations for a corporation that held a French villa that he forgot to disclose. He was also investigated for failing to put the shares of his company in a blind trust and then introduced pension legislation changes that would benefit corporations like his. Morneau also forgot to disclose or pay back the all-expenses paid $40,000-plus vacation that WE Charity gave him and his family. Yes, that is the same WE Charity. Coincidentally, two of his daughters have worked extensively with WE. Morneau was about to be investigated for ethics violations but instead resigned as a minister and a member of Parliament.
The list goes on. What about when the President of the Queen’s Privy Council for Canada and Minister of Intergovernmental Affairs broke the law when, as fisheries minister, he approved an Arctic surf clam licence to the company his wife works for; or when the $84 million contract to administer the Canadian emergency commercial rent assistance program was out-sourced to the company that PMO chief of staff Katie Telford's husband works for?
What about the former Liberal Raj Grewal who allegedly received $6 million that he did not disclose to the Ethics Commissioner? Documents also claim that he solicited funds by deceit, falsehood or other fraudulent means in connection with his duties of office as a member of Parliament.
These are just the cases that have been uncovered. Like the tip of the iceberg, if this is the pattern of corruption that we can see, we can barely imagine the magnitude of what has not yet come to light or what the government wants to ensure never comes to light.
House of Commons committees are Parliament's version of the military's MACR, from a junior officer's time all those years ago. Committees are our checks and balances. The purpose of committees is to investigate and to problem solve. Committees hold governments to account, identify where they have failed. Committees are the work that members of Parliament get paid to do to deliver fair, equal and improved services for Canadians.
The Liberal members are shutting down committees. They are working to keep the full extent of the Prime Minister's transgressions hidden. They are determined to keep Canadians in the dark. Liberal MPs are complicit in the cover-up.
Monsieur le Président, le chef de la fonction publique canadienne, qui travaille fort et est non partisane, a choisi ce moment pour prendre sa retraite. Les députés libéraux membres des comités de la Chambre qui essaient de faire enquête ont coupé court à tous les efforts pour connaître la vérité.
Le premier ministre a été reconnu coupable d'une deuxième violation en matière d'éthique, mais cette fois il n'a aucun remords. Il n'aurait pas voulu agir autrement. Il refuse de s'excuser et il en rajoute en essayant de nous convaincre que, lorsque la situation le justifie, on peut enfreindre la loi et, par exemple, aider nos amis fortunés à échapper à la justice.
Le premier ministre s'est encore une fois servi des pouvoirs que lui confère son poste dans son intérêt personnel. Le premier ministre a tenté d'accorder un contrat gouvernemental de 912 millions de dollars à l'organisme UNIS, 912 millions de dollars des contribuables, au moyen d'un processus d'attribution fermé, dirigé et sans appel d'offres. Pendant une pandémie qui fait que des millions de Canadiens peinent à payer leurs factures, le premier ministre essaie de donner les deniers publics durement gagnés par les contribuables à un organisme pour faire quoi exactement?
D'abord, des frais d'administration de 43,5 millions de dollars allaient être perçus directement par l'organisme UNIS, un organisme qui, comme par hasard, venait de verser des sommes importantes à la famille du premier ministre et à celle d'autres membres du Cabinet. Encore une fois, les comités de la Chambre des communes qui faisaient enquête se sont heurtés à de l'obstruction et ils ont finalement été dissous lorsque le premier ministre a prorogé le Parlement et laissé les Canadiens sans gouvernement.
C'est la troisième fois que le premier ministre fait l'objet d'une enquête pour des manquements à l'éthique.
Toutefois, il n'est pas uniquement question du premier ministre ici. Malheureusement, c'est bien pire que cela. Les agissements du premier ministre envoient un message aux autres personnes qui chercheraient à enfreindre les règles, à tricher et à tirer avantage de leur position de pouvoir à des fins personnelles. C'est comme si le premier ministre leur donnait la permission de faire passer leurs intérêts personnels devant ceux du pays. Cela donne lieu à une culture où la corruption est acceptée parce que, après tout, si le premier ministre se permet de le faire, pourquoi les autres ne pourraient-ils pas le faire eux aussi?
Par exemple, l'ancien ministre des Finances, Bill Morneau, a fait l'objet d'une enquête de la commissaire aux conflits d'intérêts parce qu'il a omis de divulguer que sa villa française appartient à une société dont il est également le propriétaire. Il a aussi fait l'objet d'une enquête parce qu'il a choisi de ne pas déposer ses actions dans une fiducie sans droit de regard et a ensuite apporté des changements aux mesures législatives liées aux pensions qui servent les intérêts des sociétés comme les siennes. M. Morneau a également oublié de divulguer, ou de rembourser, le voyage tout compris d'une valeur de plus de 40 000 $ que l'organisme UNIS lui a offert, à lui et à sa famille. Oui, je parle ici du même organisme UNIS. Bill Morneau était sur le point de faire l'objet d'enquêtes pour avoir enfreint les règles en matière d'éthique, mais au lieu de cela, il a choisi de renoncer à son poste de ministre et à celui de député.
La liste se poursuit. Que dire de la fois où le président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales a enfreint la loi en approuvant, en sa qualité de ministre des Pêches à l'époque, l'octroi d'un permis de pêche à la mactre de Stimpson à l'entreprise pour laquelle son épouse travaille? Que dire de la fois où le marché de 84 millions de dollars pour l'administration de l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial a été confié en sous-traitance à l'entreprise pour laquelle travaille l'époux de la chef de cabinet du premier ministre, Katie Telford?
Que dire de l'ancien libéral Raj Grewal, qui aurait touché 6 millions de dollars et aurait omis de le déclarer au commissaire à l'éthique? Selon certains documents, il aurait, dans le cadre de ses fonctions de député, sollicité des fonds par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif.
Ce ne sont là que les cas qui ont été découverts. Ce n'est probablement que la pointe de l'iceberg. Si telles sont les habitudes de corruption que nous pouvons voir, nous pouvons à peine imaginer l'ampleur de ce qui n'a toujours pas été dévoilé ou de ce que le gouvernement souhaite garder bien enfoui.
Les comités de la Chambre des communes sont la version parlementaire de la demande de modification des attributions de matériel dans le milieu militaire, pour employer un terme de l'époque où j'étais un officier subalterne. Les comités sont nos freins et contrepoids. Leur objectif est de faire enquête et de résoudre les problèmes. Ils exigent des comptes du gouvernement et relèvent ses lacunes et ses manquements. Les comités sont l'endroit où les députés font le travail qu'ils sont payés pour faire afin d'assurer la prestation de services justes, égaux et meilleurs aux Canadiens.
Or, les libéraux musellent les comités. Ils cherchent à cacher l'ampleur des transgressions du premier ministre. Ils tiennent absolument à maintenir les Canadiens dans l'ignorance. Les députés libéraux se sont faits complices de cette tentative de camouflage.
View Yvan Baker Profile
Lib. (ON)
View Yvan Baker Profile
2020-10-20 17:54 [p.1013]
Madam Speaker, much like my colleague, I was surprised by what our colleague said. He said that MPs who are at home because of the pandemic are not doing anything. My colleagues and I are all working very hard. I was therefore surprised to hear my colleague's comments. I do not think members are working any less than they usually do.
My question is simple. The Parliament of Canada established the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner to conduct independent investigations. Members of Parliament do not investigate one another. Canadians trust that office.
Why not simply let the commissioner's office conduct an independent investigation and let members take care of the other issues that affect all Canadians?
Madame la Présidente, tout comme ma collègue, j'ai été surpris par ce qu'a dit mon collègue. Il a dit que les députés qui sont à la maison à cause de la pandémie ne font rien. Mes collègues et moi, nous travaillons très fort. J'ai donc été surpris d'entendre les propos de mon collègue. À mon avis, les députés ne travaillent pas moins que d'habitude.
Ma question est simple. Le Parlement du Canada a mis en place le commissariat aux conflits d'intérêts et à l'éthique, qui mène des enquêtes objectives. Ainsi, les députés n'enquêtent pas les uns sur les autres. Les Canadiens font confiance à ce commissariat.
Pourquoi ne pas permettre au commissariat de mener une enquête objective et permettre aux députés de s'occuper des autres enjeux qui concernent tous les Canadiens?
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for the question.
In Canada, we are lucky to have an Ethics Commissioner who has submitted reports on the Prime Minister on several occasions. Another one will be released shortly.
The work of the Ethics Commissioner is to verify matters of ethics. On our side, our work is to dig in and ask questions that go beyond the mandate of the Ethics Commissioner. That is the work we do in committee and in the House of Commons. This allows us to ask more in-depth questions.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Au Canada, nous avons la chance d'avoir un commissaire à l'éthique qui a soumis, à plusieurs reprises, des rapports portant le nom du premier ministre. Il y en aura un autre prochainement.
Le travail du commissaire à l'éthique est de vérifier ce qui concerne l'éthique. De notre côté, notre travail est de creuser et de poser des questions qui dépassent le mandat du commissaire à l'éthique. C'est le travail que nous faisons en comité et à la Chambre des communes. Cela nous permet de poser des questions qui vont plus loin.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I appreciate the opportunity to speak today to Bill C-3.
Before getting elected, I had the opportunity to serve on the board of an organization in my riding called the Saffron Centre, and I want to recognize the great work it is doing in providing counselling and education on bullying, sexual violence, boundaries and related points. I served on the board of that organization prior to the #MeToo movement. At the time, the board would have conversations about the lack of social awareness around these issues and some of the challenges of fundraising and engaging people in supporting our organization in the context of where the awareness was at that time.
There is still a long way to go, but I think a lot has changed. As a result of the #MeToo movement, there has been a real growth, awareness and recognition. It was interesting for me to speak with some of the people involved in the organization after the start of the #MeToo movement. They shared with me that there was a significant increase in the demand for counselling. A lot of it was cases of historic trauma, that is, people who had experienced sexual harassment and violence, perhaps decades ago, and had never come forward or sought help. They were empowered to seek help based on what they were hearing about in the media or on social media when other people were stepping forward and sharing their experiences. We probably all have stories about community-based organizations in our riding. The way that public conversations around the #MeToo movement encouraged people to come forward to seek counselling and support for historic trauma really reminds us of the importance of these conversations.
Some time today has been spent debating the debate, with members across the way challenging why we are having this debate and asking why we cannot just give unanimous consent at all stages of the bill. We have seen cases in which bills that maybe have one objective do not fulfill that objective or could be strengthened in other ways at committee, so the parliamentary process is important. We have also seen, even today, how the conversations around these issues can be important and inspiring for people. It is therefore important for us, as members of Parliament, to discuss these issues as we support Bill C-3 and work to move it forward.
In 2017, our former Conservative leader, Rona Ambrose, introduced the just act, a bill that would have required lawyers seeking a judicial appointment to undergo training about sexual assault. It would also have required courts to provide written reasons in sexual assault rulings. The House of Commons passed the bill unanimously, but it was delayed in the Senate, and as a result the just act was never passed.
In Canada, an estimated one in three women and one in eight men are victims of sexual violence at some time in their lives. That means approximately 5.73 million women and 2.3 million men will be victims. We can all agree that those numbers are too high. Statistics Canada reported in 2014 that, sadly, only 5% of sexual assaults were reported to the police. That means that fewer than 5% of sexual predators get the justice they deserve for their despicable acts.
The low number of reported cases is due to the fact that victims of sexual assault no longer have confidence in our justice system. A report published by the Department of Justice entitled “A Survey of Survivors of Sexual Violence in Three Canadian Cities” found that two out of three women had little or no confidence in the justice process. This is because the judges presiding over sexual assault cases had no knowledge of Canada's sexual assault laws. This led to incidents where judges unfairly questioned the character of the victims and completely ignored our sexual assault laws.
The just act would have improved this situation. Last Monday the Liberals decided to re-introduce this bill. Like the just act, Bill C-3 would require all newly appointed provincial superior court judges to participate in training on sexual assault and would amend the Criminal Code to require judges to provide written reasons or provide reasons in the record when making a decision in a sexual assault case.
Let us put politics aside. I am pleased that this bill has been brought forward again to protect the vulnerable victims of sexual assault. However, I think that we should take this opportunity to go even further. In February, I told the House that it would be useful to include sexual assault training for parole officers as well. I would like the government to add that to this bill.
We know that there have been problems in the past with the Parole Board of Canada. Dangerous criminals have committed more crimes after being released on parole. One example is the case of Eustachio Gallese, a convicted murderer who stabbed a woman after being released on parole. This incident could have been completely avoided had the Parole Board of Canada demonstrated good judgment. I am worried that this sort of thing could happen again when predators are released on parole. That is why it is essential that we give parole officers training on sexual assault and sexual predators. Victims must be protected.
I know that the current Liberal government likes to boast about being feminist. Here is a perfect opportunity to show Canadians that its feminist approach is legitimate and not just a political talking point. Going above and beyond the previous proposal by adding other measures to protect victims of sexual assault would be a worthwhile initiative. I know that we all want to ensure that Canadian women and men are protected from predators.
As legislators in this minority Parliament, I think it is important that we work together to ensure that we pass good, comprehensive legislation. I look forward to discussing the need for sexual assault training for our judges and our parole officers with my colleagues from all parties.
Having discussed now the substance and history of this particular bill and some related issues, I would like to add a few additional general comments about the vital work of combatting sexual assault and then respond to some of the other comments that have been made thus far in this debate.
While recognizing the value of educational initiatives, we also need to recognize their inherent limits. Criminal behaviour by some and callousness or indifference by others can, indeed, result from ignorance. Ignorance can be resolved through education, but ignorance is not the only cause of bad behaviour. Some people who are fully informed about what is right and wrong will still go on to commit heinous crimes or show indifference to the suffering of others. For such people, the problem is not awareness; rather, it is inclinations or patterns of behaviour that they have not brought under control.
It also might be a lack of empathy. For those who lack a requisite degree of empathy, no amount of information will change their behaviour. As author C.S. Lewis once observed, “Education without values, as useful as it is, seems rather to make man a more clever devil.” Lewis's point deserves reflection as we consider the importance, but also the limitations, of prescribing education and training in response to sexual assault and harassment. We need to ask ourselves what actions we can take and what actions other institutions can take to support the development of positive, as opposed to negative, patterns of behaviour, as well as the development of empathy. Without this necessary development of character and virtue, more education in terms of legal lines and processes will be ineffective.
Another way to consider this issue is through the lens of the old debate between virtue ethics and rule-based ethics. Rule-based ethics frames ethical actions being about adherence to rules. In the present case, a rule like, “Don't assault or harass another person” is the one being applied.
Virtue ethics, on the other hand, frames ethics in terms of the need to develop positive qualities of character that allow individuals both to know what is right and to be able to apply that knowledge in specific situations. Virtue ethics would emphasize the need to develop the virtues of justice and self-control. A person who has developed the virtues of justice and self-control will necessarily not engage in behaviour that hurts or threatens other people, justice being the virtue of giving to others what is due to them and self-control being the virtue of controlling one's own appetites or inclinations.
These two ethical frameworks, rule-based and virtue ethics, are not mutually exclusive, but there is a question of emphasis. Personally, I believe the virtue ethics framework is more important because it seeks to not only attend to questions of what we ought to do, but also attend to questions of how to develop the capacity to consistently do what we ought to do.
Efforts to combat sexual assault should not just involve education in the form of passing on information about standards of conduct and legal frameworks but should also involve the positive promotion of qualities of character like justice and self-control. Growing up, I do not specifically recall ever being directly told not to sexually harass or assault people. Instead, I was taught to recognize the innate dignity of all people and to exercise control over my impulses. When justice and self-control are fully absorbed, the specific rule in this case seems very obvious.
As a father, I obviously think a lot about how to raise my own children to be good people and good citizens. My own children are too young for discussions about sexual violence, but I already try to work to encourage the development of the virtues of justice and self-control as well as a sense of solidarity and empathy. The development of these intellectual and practical virtues will hopefully make it obvious how to behave in situations they may encounter in the future.
Much is said today about the idea of toxic masculinity. In my opinion, it is important for us to seek to replace toxic masculinity with a redefined masculinity. Toxic masculinity involves seeking power over others, but a redefined concept of masculinity means power and control over oneself and one's own appetites and the courage to work to protect vulnerable people and advance justice.
Winston Churchill once observed that the power of man has grown in every sphere except over himself. Here, Churchill puts his finger on one of the biggest problems we face today: People who may know what is right and have been fully educated in terms of what is right still do not always have the will or virtues required to exercise the necessary power over their whims and appetites. The exercise of that power over self is vitally important in order to be a good person and a good citizen. A person without the virtues of justice and self-control can never be truly happy or resilient.
A redefined masculinity would emphasize justice and control of self, not personal gratification and the domination of others. I worry that in so many domains modern governments emphasize rules but not virtues, training but not the development of character. We need to give more considerations to the lessons virtue ethics can provide for combatting evils like sexual harassment and assault. I hope those who are developing these training programs for judges as well as for young people, educators, former offenders, etc., will take into consideration the important insights of the virtue tradition.
I want to take the remainder of my speech today to just respond to some of the points made. My colleague from Sarnia—Lambton spoke very eloquently about many different issues. She spoke about the importance of jurisdictions. This bill is an action in federal jurisdiction but it reminds us as well that there is other action that needs to be taken in other levels of government. The debate we are having today can hopefully be an impetus for further conversations.
My colleague from Sarnia—Lambton also spoke about the issue of rape culture. It is worth revisiting the important work done in the last Parliament that was initiated by my colleague, the member for Peace River—Westlock, on understanding the impact violent sexual images can have on especially young boys who see those images. We need policy changes that specifically combat rape culture, such as having requirements for meaningful age verification on the Internet. We should not be allowing young boys to access violent sexual images on the Internet. By instituting mechanisms for meaningful age verification, we could provide greater protections to ensure there are not those aspects of rape culture shaping the early sexualization of young boys.
I want to salute the member for Sarnia—Lambton and the member for Peace River—Westlock for the work they have done on those issues. I hope we will see, in the spirit of meaningful action on these issues, things like meaningful age verification. I will be picking up my remarks when we return.
Madame la Présidente, je suis heureux d'avoir l'occasion aujourd'hui de parler du projet de loi C-3.
Avant d'être élu, j'ai eu l'occasion de siéger au conseil d'administration du Saffron Centre, un organisme qui se trouve dans ma circonscription, et je tiens à souligner l'excellent travail qu'il accomplit en fournissant des conseils et de la sensibilisation sur l'intimidation, la violence sexuelle, les limites et des sujets connexes. J'ai siégé au conseil d'administration de cet organisme avant la naissance du mouvement #MoiAussi. À l'époque, les membres du conseil d'administration tenaient des discussions sur le manque de sensibilité à ces questions sociales et sur certaines des difficultés que posaient la collecte de fonds et la mobilisation en vue de soutenir l'organisme dans le contexte du degré de sensibilisation de la société à ce moment-là.
Il reste encore beaucoup à faire, mais je crois que les choses ont beaucoup changé. Le mouvement #MoiAussi a favorisé la croissance, la sensibilisation et la reconnaissance. J'ai eu l'occasion de discuter avec certains membres de l'organisation une fois que le mouvement #MoiAussi a été lancé. Ces personnes m'ont confié que les demandes de counselling avaient grandement augmenté. Bon nombre de ces demandes concernaient des traumatismes liés à des événements s'étant déroulés dans le passé, pour des personnes ayant subi du harcèlement sexuel ou de la violence sexuelle, peut-être des décennies auparavant, mais dont elles n'étaient pas parvenues à parler. Ces personnes ont réussi à demander de l'aide, grâce à ce qu'elles ont entendu dans les médias traditionnels ou sociaux, où d'autres parlaient de leurs expériences. Nous avons probablement tous des histoires à raconter à propos d'organismes communautaires oeuvrant dans notre circonscription. À voir comment les discussions publiques entourant le mouvement #MoiAussi ont encouragé les gens à demander du counselling et du soutien pour des traumatismes liés à des événements s'étant déroulés dans le passé, on réalise toute l'importance de ces discussions.
Nous avons consacré une partie du débat à débattre du débat lui-même, et certains députés en face ont remis en question la nécessité de ce débat et ont demandé pourquoi nous ne pouvions pas tout simplement accorder un consentement unanime à toutes les étapes du projet de loi. Il est arrivé que des projets de loi qui n'avaient qu'un seul objectif n'atteignent pas cet objectif ou que les travaux d'un comité permettent de les renforcer d'une manière ou d'une autre. Le processus parlementaire s'avère donc important. Nous avons également constaté, même aujourd'hui, que les discussions entourant ces questions peuvent se montrer importantes et inspirantes pour les gens. Il est donc important que nous, les députés de la Chambre, discutions de ces questions pour soutenir le projet de loi C-3 et pour contribuer à le faire avancer.
En 2017, notre ancienne chef conservatrice, Rona Ambrose, avait présenté la loi juste, un projet de loi qui cherchait à obliger les avocats qui souhaitaient devenir juges à recevoir une formation sur les agressions sexuelles, ainsi qu’à obliger les tribunaux à fournir des motifs écrits dans les décisions d'agressions sexuelles. Ce projet de loi a été adopté à l'unanimité par la Chambre des communes, mais malheureusement il a été retardé au Sénat, et en conséquence la loi juste n'a jamais été adoptée.
Au Canada, on estime qu'une femme sur trois et un homme sur huit seront victimes de violence sexuelle au cours de leur vie. Ceci veut dire qu'environ 5,73 millions de femmes et 2,3 millions d'hommes canadiens seront des victimes. Nous pouvons tous convenir que ces nombres sont trop élevés, et, malheureusement, Statistique Canada a signalé en 2014, que seulement 5 % des agressions sexuelles avaient été signalées à la police. Cela signifie que moins de 5 % des prédateurs feront face à la justice qu'ils méritent pour leurs actes méprisables.
Ce faible nombre de cas signalés est dû au fait que les victimes d'agression sexuelle n'ont plus confiance en notre système de justice. Un rapport publié par le ministère de la Justice intitulé « Enquête menée auprès des survivantes de violence sexuelle dans trois villes canadiennes » a révélé que deux femmes sur trois faisaient peu ou pas confiance au processus judiciaire. C'est à cause des cas où les juges qui présidaient les affaires d'agression sexuelle n'avaient aucune connaissance des lois canadiennes sur les agressions sexuelles. Cela a donné lieu à des incidents où des juges ont injustement remis en question les caractères des victimes et ont complètement ignoré nos lois sur les agressions sexuelles.
La loi juste aurait amélioré la situation. Lundi passé, les libéraux ont décidé de déposer de nouveau ce projet de loi. Comme la loi juste, le projet de loi C-3 exigerait que tous les juges des cours supérieures provinciales nouvellement nommés participent à une formation sur les agressions sexuelles et modifierait le Code criminel pour obliger les juges à fournir des motifs écrits ou à consigner les motifs au dossier lorsqu'ils prennent une décision sur un procès d'agression sexuelle.
Mettons de côté la politique. Je suis heureux que l'initiative ait été reprise pour protéger les vulnérables victimes d'agression sexuelle. Cependant, je pense que nous devons profiter de cette occasion pour aller plus loin. En février dernier, j'ai dit à la Chambre qu'il serait utile d'inclure également une formation sur les agressions sexuelles pour les agents de libération conditionnelle. J'aimerais que le gouvernement ajoute cela à ce projet de loi.
Nous savons qu'il y a eu des problèmes dans le passé avec la Commission des libérations conditionnelles du Canada. Des criminels dangereux ont été mis en liberté conditionnelle et ont ensuite commis davantage de crimes. Un exemple de cela est le cas de Eustachio Gallese, un meurtrier condamné qui a poignardé une femme après avoir obtenu une libération conditionnelle. Il s'agit d'un incident qui aurait pu être totalement évité si la Commission des libérations conditionnelles du Canada avait fait preuve de bon jugement. Je crains qu'un incident similaire puisse se reproduire avec un prédateur mis en liberté conditionnelle. C'est pourquoi il est essentiel que nous donnions aux agents de libération conditionnelle une formation sur les agressions et les prédateurs sexuels. Les victimes doivent être protégées.
Je sais que le gouvernement libéral actuel aime se vanter d'être féministe. Voici une occasion parfaite de montrer aux Canadiens que leur approche féministe est légitime et pas seulement un point de discussion politique. Aller au-delà de la proposition précédente en ajoutant d'autres mesures qui protégeront les victimes d'agression sexuelle serait une bonne initiative. Je sais que nous voulons tous assurer que les femmes et les hommes canadiens sont protégés contre les prédateurs.
En tant que législateurs de ce Parlement minoritaire, il est important à mon avis que nous travaillions ensemble pour nous assurer qu'une bonne législation complète est adoptée. J'ai hâte de discuter avec mes collègues de tous horizons politiques de la nécessité d'une formation en matière d'agression sexuelle pour nos juges et également pour nos agents de libération conditionnelle.
Maintenant que nous avons abordé le fond et l'historique de ce projet de loi et que nous avons discuté de certains enjeux connexes, je veux ajouter quelques observations générales à propos du travail crucial qui consiste à lutter contre les agressions sexuelles. Je répondrai en outre à certains des autres commentaires exprimés jusqu'à maintenant au cours du débat.
Bien qu'il nous faille reconnaître l'importance des initiatives en matière de sensibilisation, il ne faut pas oublier leurs limites inhérentes. Certes, l'ignorance peut engendrer des comportements criminels chez certains et de l'insensibilité ou de l'indifférence chez d'autres. Bien qu'on puisse combattre l'ignorance par l'éducation, elle ne peut pas expliquer tout comportement répréhensible. En effet, certaines personnes qui n'ont aucune difficulté à différencier le bien du mal commettront tout de même des crimes haineux ou se montreront indifférentes à la souffrance d'autrui. Pour ces personnes, le problème n'est pas un manque de sensibilisation, mais plutôt l'incapacité de contrôler certaines propensions ou tendances comportementales.
Il peut s'agir aussi d'un manque de compassion. Pour ceux à qui celle-ci fait défaut, on aura beau les informer, leur comportement ne changera jamais. Comme l'a déjà fait observer l'auteur C.S. Lewis: « Une éducation sans valeurs, aussi utile soit-elle, semble plutôt faire de l'homme un diable plus intelligent. » L'argument de Lewis mérite réflexion alors que nous examinons l'importance, mais aussi les limites, de prescrire l'éducation et la formation comme remèdes aux agressions sexuelles et au harcèlement. Nous devons nous demander ce que nous pouvons faire et ce que d'autres institutions peuvent faire pour encourager les comportements positifs plutôt que négatifs et pour développer l'empathie. Sans le développement des qualités essentielles que sont la moralité et la vertu, une éducation plus poussée sur les aspects juridiques de la question s'avèrera inefficace.
Il est également possible d'étudier cette question sous un autre angle, soit l'éternel débat entre l'éthique de la vertu et l'éthique déontologique. L'éthique déontologique considère l'éthique en termes de respect des règles. Dans le cas qui nous occupe, c'est une règle du type « Ne pas agresser ni harceler autrui » qui s'applique.
L'éthique de la vertu, de son côté, aborde l'éthique du point de vue de la nécessité de développer des traits de caractère positifs permettant aux individus à la fois de savoir ce qui est bien et aussi de se servir de cette connaissance dans différents contextes. L'éthique de la vertu prête davantage attention au développement de vertus telles que la justice et la maîtrise de soi. Une personne qui a développé chez elle les vertus de la justice et de la maîtrise de soi n'adoptera jamais de comportements qui pourraient blesser ou menacer les autres, puisque la justice consiste à donner aux autres ce à quoi ils ont droit et que la maîtrise de soi consiste à pouvoir dominer ses désirs et ses envies.
Ces deux cadres de l'éthique, l'éthique déontologique et l'éthique de la vertu, ne sont pas mutuellement exclusifs, mais il y a une question de subordination. Personnellement, je crois que l'éthique de la vertu est plus importante, parce qu'elle ne fait pas qu'aborder la question de la façon dont nous devrions nous comporter, mais aussi de la façon d'acquérir la capacité de toujours nous comporter de la bonne façon.
Les efforts en vue de combattre l'agression sexuelle ne doivent pas seulement tenir à l'éducation sous forme de communication de renseignements sur les normes de conduite et les cadres législatifs. Ils doivent également comprendre la promotion positive de traits de caractère tels que la justice et la maîtrise de soi. En grandissant, je ne me souviens pas que l'on m'ait appris précisément qu'il est mal de harceler sexuellement ou d'agresser une personne. Plutôt, on m'a appris à reconnaître la dignité foncière de chacun et à maîtriser mes impulsions. Lorsque la justice et la maîtrise de soi sont pleinement assimilées, la règle précise semble, dans ce cas-ci, plutôt évidente.
En tant que père, je réfléchis bien sûr beaucoup à la façon d'élever mes propres enfants afin qu'ils deviennent de bonnes personnes et de bons citoyens. Mes enfants sont trop jeunes pour que je discute avec eux de violence sexuelle, mais j'essaie déjà de favoriser leur acquisition des vertus de la justice et de la maîtrise de soi, de même que de l'esprit de solidarité et de l'empathie. Espérons que l'acquisition de ces traits intellectuels et pratiques fera en sorte qu'ils sauront sans hésiter comment se comporter, quelles que soient les situations dans lesquelles ils se trouveront dans le futur.
On parle beaucoup de la notion de masculinité toxique. À mon avis, il est important que nous cherchions à la remplacer par une masculinité redéfinie. La masculinité toxique englobe le fait de chercher à détenir le pouvoir sur les autres, mais un concept redéfini de la masculinité signifie le fait d'avoir le pouvoir sur soi-même, de se maîtriser, de maîtriser ses envies et d'avoir le courage de s'employer à protéger les personnes vulnérables et à promouvoir la justice.
Winstor Churchill a un jour fait remarquer que le pouvoir de l'homme s'est accru dans tous les domaines, sauf sur lui-même. Par cette remarque, Churchill met le doigt sur l'un des plus graves problèmes de notre époque: les gens qui savent peut-être ce qui est juste et qui sont pleinement instruits sur ce qui est juste n'ont pas toujours la volonté ou les qualités requises pour maîtriser leurs caprices ou leurs appétits. Le pouvoir sur soi est d'une importance vitale pour être une bonne personne et un bon citoyen. Une personne qui ne possède pas les qualités de justice et de la maîtrise de soi ne pourra jamais être réellement heureuse ou résiliente.
Une masculinité redéfinie se fonderait sur la justice et la maîtrise de soi et non sur la gratification personnelle et la domination d'autrui. Je crains que dans de nombreux domaines, les gouvernements modernes mettent l'accent sur les règlements plutôt que sur les vertus, et sur la formation, plutôt que sur le développement du caractère. Nous devons accorder plus d'importance aux leçons qui peuvent nous être enseignées par l'éthique de la vertu pour combattre les fléaux que sont le harcèlement et les agressions sexuelles. J'espère que ceux qui élaborent les programmes de formation pour les juges, mais aussi pour les jeunes, les éducateurs, les anciens délinquants, etc., tiendront compte des enseignements importants qui découlent de la tradition de la vertu.
J'aimerais utiliser le temps qui me reste aujourd'hui pour répondre à certains des commentaires qui ont été faits. Ma collègue de Sarnia—Lambton a parlé avec beaucoup d'éloquence de différents sujets. Elle a parlé de l'importance des champs de compétences. Ce projet de loi est de compétence fédérale, mais il nous rappelle aussi que d'autres mesures doivent être prises par d'autres ordres de gouvernement. Espérons que le débat que nous avons aujourd'hui donnera lieu à d'autres conversations.
Ma collègue de Sarnia—Lambton a aussi parlé de la culture du viol. Je pense qu'il est important de revenir sur l'important travail commencé, pendant la dernière législature, par mon collègue, le député de Peace River—Westlock, pour bien comprendre les conséquences des images de violence sexuelle sur les jeunes hommes qui les consomment. Il faudrait des changements de politique pour combattre en particulier la culture du viol, par exemple l'obligation d'une vérification réelle de l'âge sur Internet. On ne devrait pas permettre à de jeunes garçons d'avoir accès à des images de violence sexuelle sur Internet. En mettant en place des mécanismes de vérification poussée de l'âge, on s'assurerait que la sexualité des garçons, dans leurs jeunes années, n'est pas façonnée par ces aspects de la culture du viol.
J'aimerais saluer le travail que les députés de Sarnia—Lambton et de Peace River—Westlock ont fait dans ce dossier. J'espère que des mesures concrètes, comme une vérification poussée de l'âge, seront prises. J'y reviendrai lorsque nous reprendrons le débat à ce sujet.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-29 14:25 [p.244]
Mr. Speaker, we could have debated this legislation for six weeks, but the back the Prime Minister had was his own when he shut down Parliament to cover up for the WE scandal. We will take no lessons from him on playing political games.
The Prime Minister refuses to listen to small businesses, farmers, energy workers, fishers, everyday Canadians and the members of Parliament they have elected. He is acting in a dictatorial way and is doing this primarily to avoid accountability and to cover up his own scandal.
Why does the Prime Minister put his own interests ahead of the interests of Canadians and democracy?
Monsieur le Président, nous aurions pu débattre de cette mesure législative pendant six semaines, mais le premier ministre a préféré songer à sa petite personne et proroger le Parlement dans le seul but d'étouffer le scandale UNIS. Il n'est pas en position d'accuser qui que ce soit de se livrer à des manoeuvres politiques, et nous n'avons pas de leçons à recevoir de lui.
Le premier ministre refuse d'écouter les chefs de petite entreprise, les agriculteurs, les travailleurs du secteur de l'énergie, les Canadiens ordinaires ainsi que leurs élus, les députés. Il se comporte comme un dictateur qui ne cherche qu'une chose: éviter d'avoir à rendre des comptes et faire oublier le scandale qu'il a lui-même causé.
Pourquoi le premier ministre fait-il passer ses intérêts avant ceux des Canadiens et de la démocratie?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-29 14:26 [p.244]
Mr. Speaker, we are facing a second wave of the pandemic right across the country and the Conservatives continue to want to talk about the WE Charity. We on this side of the House are focused on the pandemic. We are focused on delivering for Canadians.
While I am up here, allow me to take this opportunity to express to Canadians my encouragement to download the COVID Alert app. It is safe and free and an easy way to keep themselves and their loved ones safe. I encourage everyone across the country to download COVID Alert and do their part to keep us all safe.
Monsieur le Président, le pays entier est sur le point d'entrer dans la deuxième vague de la pandémie, et les conservateurs, eux, veulent continuer à parler d'UNIS. De ce côté-ci de la Chambre, c'est la pandémie qui nous préoccupe, et nous n'avons qu'une pensée en tête: voir aux besoins des Canadiens.
Pendant que j'y suis, j'aimerais profiter de l'occasion pour inviter les Canadiens à télécharger l'application Alerte COVID. Il s'agit d'un moyen sûr et gratuit d'assurer leur sécurité et celle de leurs proches. J'invite tous les Canadiens à télécharger l'application Alerte COVID et à faire ainsi leur part pour la sécurité de tous.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-28 14:22 [p.176]
Mr. Speaker, six weeks ago when Bill Morneau, the finance minister, resigned, it was clear the Prime Minister was going to do whatever it took to shut down the noise around the WE scandal. He was more concerned about himself and covering his own hide than governing, so he locked up Parliament, wasting precious time that could have been used doing work for Canadians.
Does the Prime Minister not know that his scandals are not going to go away and that by trying to cover them up, he has put his own interests above the interests of Canadians, their lives, their livelihoods and their peace of mind?
Monsieur le Président, il y a six semaines, quand le ministre des Finances Bill Morneau a démissionné, nous avons tout de suite compris que le premier ministre ne reculerait devant rien pour étouffer le scandale UNIS. Comme il était davantage désireux de préserver son image et son avenir que de gouverner, il a verrouillé les portes du Parlement, ce qui nous a fait perdre un temps précieux que nous aurions pu utiliser afin d'aider les Canadiens.
Le premier ministre est-il conscient que les scandales dont il est à l'origine ne s'envoleront pas en fumée et qu'en essayant de les balayer sous le tapis, il a fait passer ses intérêts avant ceux des Canadiens, au détriment de leur vie, de leur gagne-pain et de leur paix d'esprit?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I do not know about the members opposite, but speaking for the members on this side of the House, I can say that we have all been very hard at work over the past six weeks. We put together the safe restart agreement at the beginning of the summer because we knew that a second wave would be coming. That is why we knew we needed to give the provinces $19 billion to help us get ready together. Then, just a few weeks ago, we knew it was a priority to get kids safely back to school, which was another $2 billion.
Monsieur le Président, je ne peux pas m'exprimer au nom des députés d'en face, mais je peux dire que les députés de ce côté-ci de la Chambre ont travaillé de manière acharnée au cours des six dernières semaines. Nous avons mis sur pied le Cadre de relance sécuritaire au début de l'été, car nous savions qu'une deuxième vague frapperait. C'est pourquoi nous savions qu'il nous fallait verser 19 milliards de dollars aux provinces, de sorte que nous soyons tous prêts. Puis, il y a à peine quelques semaines, nous étions conscients que le retour sécuritaire des enfants à l'école était une priorité, ce qui exigeait une enveloppe supplémentaire de 2 milliards de dollars.
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2020-09-25 11:10 [p.115]
Mr Speaker, Parliament is back after six weeks of prorogation. The Prime Minister hopes Canadians have forgotten the investigations, but his government cannot escape the light that will shine on the truth of his scandals and the failures intertwined. At a time when we face a crisis that is so deep and sinister, the Prime Minister's follies have cost him his late finance minister. While Canadians look on wondering when it will end, Conservatives stand up for Canada to serve and defend.
To my constituents and to all Canadians, I do say that there is hope, hope for better days when trust, sense and patriot love are restored, and we shed this broken government that we have grown to abhor. More than hope, today we must believe that change is needed to vanquish those who deceive. Change that is stronger; change that will get the job done; change we believe in, and change to overcome.
Monsieur le Président, le Parlement est de retour au travail après six semaines de prorogation. Le premier ministre espère que les Canadiens ont oublié les enquêtes, mais son gouvernement ne peut pas échapper aux projecteurs qui feront la lumière sur les scandales et les échecs de celui-ci. À l'heure où nous traversons une crise grave et sinistre, les folies du premier ministre lui ont coûté son ancien ministre des Finances. Alors que les Canadiens se demandent quand cela prendra fin, les conservateurs se battent pour servir et défendre le Canada.
À mes électeurs et à tous les Canadiens, je dis qu'il y a de l'espoir; il y a de l'espoir pour des jours meilleurs où la confiance, le bon sens et l'amour de la patrie seront rétablis et où nous nous débarrasserons du gouvernement dysfonctionnel actuel que nous avons appris à abhorrer. Nous devons toutefois faire plus qu'espérer; aujourd'hui, nous devons reconnaître qu'il faut changer les choses pour vaincre ceux qui cherchent à nous tromper. Il faut de grands changements, des changements qui permettront d'obtenir des résultats, des changements dans lesquels nous pouvons croire, des changements qui nous permettront de surmonter la situation actuelle.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the Prime Minister locked the doors of Parliament to cover up his WE scandal under the guise of a Speech from the Throne that would address the pandemic. However, the throne speech was nothing but a litany of recycled Liberal broken promises that leaves countless numbers of people behind.
This Prime Minister has no plan to deal with the health crisis, no plan to deal with job losses and no plan to address divisions in our country. Why did the Prime Minister waste all of this time just to cover up his scandal, instead of using it to help Canadians?
Monsieur le Président, le premier ministre a mis le cadenas sur les portes du Parlement pour étouffer le scandale concernant UNIS en prétextant la présentation d'un discours du Trône qui s'attaque à la pandémie. Or, le discours n'était rien de plus qu'une litanie de promesses libérales non tenues et recyclées, et il abandonne à leur sort un nombre incalculable de Canadiens.
Le premier ministre n'a aucun plan pour gérer la crise sanitaire, ni pour remédier aux pertes d'emplois, ni pour mettre fin aux divisions au pays. Pourquoi le premier ministre a-t-il gaspillé tout ce temps à étouffer son scandale au lieu de l'employer à aider les Canadiens?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 14:20 [p.62]
Mr. Speaker, the pandemic is the most serious public health crisis Canada has ever faced. The last six months have revealed fundamental gaps in our society and in countries around the world. For those who are already struggling, the pandemic has been even more difficult.
We must address the challenges of today and support vulnerable people for the future. We will take bold action on health, on the economy, on equality and on the environment. Those are the things that Canadians expect while we continue to have their backs through this pandemic and chart a better course for a brighter future for all Canadians.
Monsieur le Président, la pandémie est la plus grave crise sanitaire que le Canada ait jamais connue. Au cours des six derniers mois, des lacunes fondamentales ont été mises au jour dans notre société et ailleurs dans le monde. Pour ceux déjà en proie à des difficultés, la pandémie s'est avérée encore plus pénible.
Nous devons relever les défis d'aujourd'hui et appuyer les personnes vulnérables pour l'avenir. Nous prendrons des mesures audacieuses en matière de santé, d'économie, d'égalité et d'environnement. Voilà à quoi les Canadiens s'attendent alors que nous continuons à défendre leurs intérêts tout au long de cette pandémie et élaborons une meilleure stratégie pour assurer un avenir meilleur à chacun d'entre eux.
Results: 1 - 12 of 12

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data