Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 321
View Emmanuella Lambropoulos Profile
Lib. (QC)
Thank you, Madam Chair.
Thank you to our witnesses for coming to answer our questions today. My first questions will go to Ms. Davis.
You claim your stores were completely safe, and you've repeated it time and time again throughout this conversation today. As an individual, you are allowed to feel that way even though you're not in the stores yourself, but everybody I know considered grocery shopping to be the riskiest activity they engaged in throughout the pandemic. People were afraid of going. They were sanitizing their groceries the moment they got home so the virus didn't stay within their walls.
What makes you feel your stores were safe, considering that my colleague pointed out the fact that there was no soap in your washrooms? What do you feel made your stores safe?
Merci, madame la présidente.
Merci à nos témoins d’être venus répondre à nos questions aujourd’hui. Mes premières questions s’adresseront à Mme Davis.
Vous avez dit que vos magasins étaient sécuritaires et vous n’avez cessé de le répéter aujourd’hui pendant la discussion. À titre personnel, vous avez le droit de le penser même si vous n’êtes pas vous-même dans les magasins, mais tout le monde que je connais considère que faire l’épicerie a été l’une de leurs activités les plus risquées pendant la pandémie. Les gens avaient peur de faire leurs courses. Ils désinfectaient leur épicerie dès qu’ils arrivaient à la maison pour que le virus ne reste pas chez eux.
Qu’est-ce qui vous porte à croire que vos magasins sont sécuritaires étant donné que mon collègue a fait remarquer qu’il n’y avait pas de savon dans vos salles de bains? Qu’est-ce qui vous a donné l’impression que vos magasins étaient sécuritaires?
Sarah Davis
View Sarah Davis Profile
Sarah Davis
2020-07-10 15:12
I think we spent millions of dollars to put safety protocols into our stores. You have to understand that we were deemed to be an essential service. We didn't have the option to not operate, so we spent lots of money to make sure our stores were safe.
Je pense que nous avons dépensé des millions de dollars pour instaurer des protocoles de sécurité dans nos magasins. Vous devez comprendre qu'on a jugé que nous étions un service essentiel. Nous n’avions pas l’option de fermer, alors nous avons dépensé beaucoup d’argent pour nous assurer que nos magasins étaient sûrs.
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-07-10 15:58
Well, you be the judge here. We have heard various explanations from you. The one you've been quite emphatic about is that the wage increase was a show of appreciation, but Mr. Weston has a very different explanation here. It says in his letter, released on June 11, “After extending the premium multiple times, we are confident our colleagues are operating safely and effectively in a new normal.” That's the explanation he's providing.
Do you see the discrepancy between the justification that you provided and what Mr. Weston says here?
Eh bien, vous êtes le juge ici. Nous avons entendu diverses explications de votre part. Celle sur laquelle vous avez insisté est que l'augmentation de salaire était une preuve de reconnaissance, mais M. Weston a une explication très différente ici. Dans sa lettre, publiée le 11 juin, il a fait la déclaration suivante: « Après avoir prolongé la prime à plusieurs reprises, nous avons confiance que nos collègues travaillent de manière sécuritaire et efficace dans une nouvelle normalité. » C'est l'explication qu'il donne.
Voyez-vous la différence entre la justification que vous avez fournie et ce que M. Weston dit ici?
Sarah Davis
View Sarah Davis Profile
Sarah Davis
2020-07-10 15:59
No, I don't think so. I think what I was saying is that we paid the two dollars during those crazy times at the beginning of the pandemic, and we're now through, back to a new normal, so it seemed like an appropriate time to end it.
Non, je ne crois pas. Je pense que ce qu'il a dit, c'est que nous avons versé les 2 $ pendant cette période de folie au début de la pandémie, qui est maintenant terminée, et nous sommes maintenant revenus à une nouvelle normalité, et donc le moment semblait opportun pour mettre fin à la prime.
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-07-10 15:59
Do you mean there was never any talk about safety? You said your stores were absolutely safe, whereas Mr. Weston is saying the reason they feel comfortable removing that premium is that now you're operating safely and effectively. That's very different from the explanation we heard from you, would you agree?
Voulez-vous dire qu'on n'a jamais parlé de sécurité? Vous avez dit que vos magasins étaient parfaitement sécuritaires, alors que M. Weston dit que la raison pour laquelle vous vous sentez à l'aise avec l'élimination de la prime est que vous pouvez mener vos activités en toute sécurité et efficacement. L'explication que vous nous avez donnée est très différente, n'est-ce pas?
Sarah Davis
View Sarah Davis Profile
Sarah Davis
2020-07-10 16:00
The safety protocols were put in very early in the pandemic, and it is the change in the volumes—
Les protocoles de sécurité ont été mis en place très tôt au début de la pandémie, et c'est le changement dans les volumes...
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-07-10 16:00
These are explanations that are at odds with each other, would you not agree?
Ces explications sont contradictoires, ne pensez-vous pas?
Sarah Davis
View Sarah Davis Profile
Sarah Davis
2020-07-10 16:00
No, I don't think so.
Non, je ne pense pas.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Okay.
Now, Mr. Speaker, you have very helpfully laid out several detailed options for in-person voting. Can you confirm that every single one of your proposals would comply with public health guidelines?
D'accord.
Maintenant, monsieur le Président, vous avez très utilement exposé plusieurs options détaillées pour le vote en personne. Pouvez-vous confirmer que chaque proposition est conforme aux directives de santé publique?
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
They were done with that in mind, and we would have to check once we started implementing to make sure, but we have done our best.
As you mentioned earlier, we have very competent staff who have done their work and made sure that everything is in place, so I feel comfortable saying yes, but as we get closer and as things change, as things are shifting with the COVID-19 situation, we would have to examine as they were implemented, if that's what the committee and parliamentarians decided.
Elles ont été faites dans cette optique, avec l'idée de vérifier ce fait une fois la mise en œuvre effectuée pour nous en assurer, mais nous avons fait de notre mieux.
Comme vous l'avez dit plus tôt, nous avons un personnel très compétent qui fait son travail et qui s'assure que tout est en place, par conséquent je n'ai pas de problème à dire oui, mais à mesure que nous approchons de la date et à mesure que les choses changent, puisque tout change avec la situation de la COVID-19, il faudrait les examiner au fur et à mesure de leur mise en œuvre, si c'est ce que le Comité ou les parlementaires décidaient.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
Did you seek public health guidance in implementing these or in actually coming up with these proposals?
Avez-vous demandé des conseils de santé publique pour la mise en œuvre ou plutôt lorsque vous avez envisagé ces propositions?
Avery Shenfeld
View Avery Shenfeld Profile
Avery Shenfeld
2020-06-18 16:56
As I think I said in my opening remarks, the single most important thing is actually health policy, because what we're really trying to do here in terms of accelerating the recovery is to get both businesses and households comfortable with the idea that economic activity can resume without everyone getting sick.
It's about things like whether we have the right mask policy in place, for example. A major employer who we just had on one of our conference calls, a major real estate employer, had a policy that people using their bathrooms in their office towers had to have a mask. They were told by that province that masks weren't mandatory and that they basically couldn't impose them.
I think we need to have national policies designed to put us on a common footing. That's the most important thing.
One other thing that I don't read a lot about in Canada is that there is an international race not only to develop a vaccine but to get your hands on it first. I think one of the most important things we're going to do, again in the health area, is to make sure that.... It's going to be every country for themselves here, and that's not just a Donald Trump phrase. We're going to have to make sure that Canada is not waiting for the other billions of people around the world to be vaccinated while we're at the back of the line. That has nothing to do with banking, but in fact this recession has nothing to do with banking either and has everything to do with health policy.
I would add one other point. We've talked a lot about extending credit, but actually, a lot of small businesses don't want to borrow. They're in debt already. They don't want to put any more money on the debt side. If we have a hole in our financial system, I would say that it's more on the equity side. I think we need to come up with innovative ways for small and medium-sized businesses to actually have better access to pooled equity funds, because that's what they really need. They need more equity and less debt.
I would even go so far as to say that we also need to think about when they exit that and try to go public. Our public equity markets have really shrunk in terms of new issuance. We've seen that almost disappear. In the heydays of the income trusts—and I know that was a bad word in Ottawa—we had a lot of companies using that vehicle to go public, and that was a way for the owner to cash in. It may have been a flawed way in part and need rethinking, but I do think we have to think more broadly about not just big companies but smaller companies and getting more equity to them.
Je pense avoir dit au début de mon intervention, que la politique en matière de santé est ce qu'il y a de plus important, parce que ce que nous essayons réellement de faire pour accélérer la reprise, c'est de veiller à ce que les particuliers tout autant que les entreprises soient à l'aise avec l'idée que l'activité économique puisse reprendre sans que tout le monde soit contaminé.
Il s'agit de savoir si nous avons mis en place la bonne politique en ce qui concerne les masques, par exemple. Un employeur important que nous venons d'entendre dans l'un de nos appels conférences, un employeur important du secteur immobilier, a mis en place une règle obligeant tous les employés qui utilisent les toilettes de leurs tours de bureaux à porter un masque. Le gouvernement provincial leur avait dit que les masques n'étaient pas obligatoires et qu'il ne pouvait pas vraiment les imposer.
Je crois qu'il nous faut des politiques nationales qui nous placent sur un pied d'égalité. C'est le plus important.
Une autre chose que je n'ai pas beaucoup lue au Canada, c'est qu'il y a une course internationale non seulement pour concevoir un vaccin, mais pour être le premier à le faire. Je crois que ce qui est le plus important à mettre en place, encore dans le secteur de la santé, c'est de s'assurer que.... Cela va être chacun pour soi, et ce n'est pas qu'une déclaration de Donald Trump. Il faudra s'assurer que le Canada n'attende pas que des milliards de gens dans le monde soient vaccinés les premiers, pendant que nous attendons bons derniers dans la queue. Cela n'a rien à voir avec les banques, mais cette récession n'a rien à voir avec les banques non plus et a tout à voir avec la politique sur la santé.
Je voudrais ajouter un autre point. Nous avons beaucoup parlé d'accorder du crédit, mais en fait beaucoup de petites entreprises ne veulent pas emprunter. Elles ont déjà des dettes. Elles ne veulent pas en rajouter. Si nous avons un vide dans notre système financier, je dirais que c'est plutôt du côté des capitaux propres. Nous devons trouver des moyens novateurs pour que les petites et moyennes entreprises aient véritablement un meilleur accès aux fonds communs de capitaux, parce que c'est ce dont elles ont réellement besoin. Elles ont besoin de plus de capitaux propres et de moins de dettes.
J'irais même jusqu'à dire que nous devons aussi penser à la possibilité que ces petites entreprises sortent de ce cycle et tentent de s'introduire en bourse. Les nouvelles émissions de nos marchés publics d'actions ont vraiment beaucoup diminué. Elles ont pratiquement disparu. À la belle époque des fiducies de revenu, et je sais qu'alors à Ottawa c'était un gros mot, beaucoup d'entreprises utilisaient ce moyen pour s'introduire en bourse, et c'était un moyen pour le propriétaire d'encaisser de l'argent. Cela a peut-être été mal fait et il faudrait repenser tout cela, mais je crois que nous devons envisager de développer cette possibilité pas uniquement pour les grosses sociétés, mais encore pour les plus petites, et faire en sorte qu'elles aient davantage accès à des capitaux propres.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Finally, in the midst of the pandemic, our country's opioid crisis continues its deadly scourge in our communities, especially here in B.C. The street supply of drugs is toxic, with record amounts of fentanyl present. Every single one of those deaths is a black mark on federal drug policy.
It's time to declare a national health emergency. Will the Minister of Health do so?
Enfin, je signale que, au milieu de la pandémie, la crise des opioïdes continue de faire des ravages et de semer la mort dans nos collectivités, surtout ici, en Colombie-Britannique. La présence des drogues atteint un niveau toxique dans les rues, où le fentanyl est plus répandu que jamais. Chaque décès est une dénonciation de la politique fédérale en matière de drogues.
Il est temps de déclarer une urgence sanitaire nationale. La ministre de la Santé va-t-elle le faire?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I had an excellent conversation with Minister Darcy, the Minister of Mental Health and Addictions in British Columbia, just last night. We agreed to continue our shared work to ensure that people in B.C. and indeed across the country have access to harm reduction supports, including safer supply, community-driven treatment, access to safe injection—
Monsieur le président, j’ai eu une excellente conversation avec le ministre Darcy, le ministre de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances de la Colombie-Britannique, pas plus tard qu’hier soir. Nous avons convenu de poursuivre notre travail commun pour veiller à ce que les Britanno-Colombiens et tous les Canadiens aient accès à des mesures d'atténuation des préjudices: un approvisionnement plus sécuritaire, un traitement communautaire, un accès à l’injection sans danger...
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Thank you.
Mr. Murphy, you talked a little about CFIA. A federal organization such as the CFIA relies on information provided by the Public Health Agency of Canada to make its decisions with respect to COVID-19 measures. We've heard from many witnesses at this committee that there are huge gaps and contradictions in the data obtained from the Public Health Agency. One example is that the chief public health officer, Dr. Tam, initially said that the wearing of masks would do nothing to stop the spread of COVID, yet she is now encouraging all Canadians to wear masks when out in public.
I'm wondering if you know of any producers, other than the ones you mentioned, who have experienced difficulty or confusion in determining what measures they need to take with their operations. You could also expand on the ones you talked about, such as Cargill, etc.
Merci.
Monsieur Murphy, vous avez parlé un peu de l'ACIA. Un organisme fédéral comme l'ACIA se base sur l'information que fournit l'Agence de la santé publique du Canada pour prendre ses décisions sur des mesures liées à la COVID-19. De nombreux témoins ont dit à notre comité que les données qui proviennent de l'Agence de la santé publique du Canada comportent d'énormes lacunes et contradictions. Par exemple, l'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Tam, disait au départ que le port d'un masque ne contribuait pas à freiner la propagation de la COVID, mais elle encourage maintenant tous les Canadiens à porter un masque en public.
Je me demande si vous connaissez des producteurs, outre ceux dont vous avez parlé, qui ont eu de la difficulté à déterminer les mesures à prendre dans le cadre de leurs activités. Vous pourriez en dire davantage sur les entreprises dont vous avez déjà parlé, comme Cargill.
View Helena Jaczek Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Chair.
My first question will be for Ms. Barnes of the CFIA.
You're aware that the Agriculture Union appeared earlier during this committee meeting. Mr. Murphy made a clear request for some national standards.
You have also alluded to the fact that in terms of your employees and issues like personal protective equipment and so on, you were very reliant on individual public health units. I suppose this explains some of the lack of consistency in terms of some of the advice that was being given within each of...well, we'll say the meat packing plants or the processing plants.
Would you not find it preferable to have clearer national standards in terms of public health practice?
Just so you know, during this committee over the last many months, there has been a call for clearer national public health standards.
Could you speak to that a little bit? Certainly from the union perspective, this lack of consistency resulted in different outcomes in the plants themselves.
I'm sure, given your concern for your employees, that you would also be somewhat in favour of something clearer across the country.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Ma première question s’adresse à Mme Barnes, de l’ACIA.
Comme vous le savez, le Syndicat de l’agriculture a comparu plus tôt au cours de notre réunion d’aujourd’hui. M. Murphy a clairement demandé l’établissement de certaines normes nationales.
Vous avez également dit qu’en ce qui concerne vos employés et des questions comme l’équipement de protection individuelle et tout le reste, vous dépendiez beaucoup des unités locales de santé publique. Je suppose que cela explique, en partie, le manque d’uniformité de certains des conseils qui ont été donnés au sein de chacun des... eh bien, disons, des abattoirs ou des usines de transformation.
Ne pensez-vous pas qu’il serait préférable d’avoir des normes nationales plus claires concernant les pratiques de santé publique?
Sachez que, ces derniers mois, dans le cadre des délibérations de notre comité, un appel a été lancé en faveur de normes nationales plus claires en matière de santé publique.
Pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet? Du point de vue du syndicat, ce manque d’uniformité a certainement abouti à des résultats disparates dans les usines elles-mêmes.
Compte tenu de l’importance que vous accordez à la santé de vos employés, je suis sûre que vous seriez, vous aussi, plutôt en faveur de quelque chose de plus clair à l’échelle du pays.
Colleen Barnes
View Colleen Barnes Profile
Colleen Barnes
2020-06-17 18:00
We have heard those calls for a national approach. As we have worked through these issues over the past three months, what we've learned is that the approach can't be national. The reason is that in each community, those plants were either a hot spot within a broader community that was a hot spot or they were very localized.
The response that happened in each plant really depended on the extent of the health care resources that were available in each community. Sometimes there didn't have to be as stringent a response if there was greater capacity to deal with the issue. For us, it really became working with the local public health authorities in each instance to make sure we were responding and making sure our own employees were protected in that environment.
Nous avons entendu les appels en faveur d’une approche nationale. Au fil des travaux que nous avons effectués ces trois derniers mois pour régler ces questions, nous avons appris que l’approche ne pouvait pas être d’envergure nationale. La raison, c’est que, dans chaque collectivité, ces usines constituaient des points chauds au sein d’une zone névralgique plus vaste ou, encore, dans une zone très précise.
Les mesures d’intervention adoptées par chaque usine dépendaient, en fait, de l’ampleur des ressources disponibles en matière de soins de santé dans chaque collectivité. Parfois, il n’était pas nécessaire d’instaurer des mesures trop strictes si la capacité de gérer le problème était importante. Pour nous, il s’agissait vraiment de collaborer avec les autorités locales de santé publique, dans chaque cas, pour nous assurer de prendre des mesures d’intervention et de protéger nos employés dans un tel environnement.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Thank you, Chair.
As I am in Ottawa, I do want to acknowledge my presence today on the traditional territory of the Algonquin people.
Kwe, good afternoon, bonjour.
Before I begin, I would like to say a few words on the current social climate. Right now, we are in a moment when Canadians are recognizing that there's unfairness built into our systems and that these systems have always been unfair towards indigenous peoples.
I look to my colleagues on this committee among others and across government to reflect and question ourselves on why injustice towards indigenous peoples still happens and how we can move forward in the short, medium and long term.
This is obvious. We need to ensure that there is accountability and that policing services are committed to ensuring that they are always worthy of the trust we put in them. Indigenous peoples and their communities are entitled to the best, and the best there is of the RCMP.
We need to constantly question and reflect on the issues of systemic racism in institutions, particularly those that hold exceptional powers, ones, at times, of life and death. The exceptional powers exercised by police services across Canada come with correspondingly exceptional responsibilities. We must keep fighting to remove systemic racism from these institutions, institutions that are meant to serve everyone living in this country equally and fairly.
With that, I welcome the opportunity to provide you with an update on our continuing effort to confront the evolving COVID-19 pandemic and to answer your questions on supplementary estimates (A).
As of June 15, Indigenous Services Canada is aware of 247 confirmed cases of COVID-19 in first nations communities on reserves. Of these, 208 individuals are considered to have recovered. In terms of Inuit in Nunavik, all of the 16 cases reported have recovered.
Our commitment to supporting communities in their response to COVID-19 has never wavered. That is why our 2020-21 supplementary estimates (A) reflect a net increase of $1.7 billion. This was essential to address the needs of indigenous peoples during this global crisis. These supplementary estimates include $950.5 million of statutory funding, mostly related to the COVID-19 response measures, in addition to new funding support for key programs such as Jordan's principle and child and family services.
To date, the Government of Canada has made roughly $1.5 billion in distinctions-based funding available to indigenous peoples and northern communities to support their efforts to successfully battle COVID-19. Specifically, these estimates contain more than $280 million to support Indigenous Services Canada's health response in first nations and Inuit communities. This is essential funding that will help to provide first nations and Inuit communities with additional health care providers; personal protective equipment; health infrastructure, specifically retooling existing community spaces or purchasing mobile structures to support isolation, screening and/or accommodations; and community-level infection prevention and control measures that are essential.
In addition to this, these estimates also reflect $305 million for the distinctions-based indigenous community support fund. Of this amount, $215 million was dedicated to first nations, $45 million to Inuit, and $30 million to Métis nation communities, plus $15 million in proposals-based funding for first nations off reserve and urban indigenous organizations and communities.
An additional $75 million was also sought for organizations supporting first nations individuals off reserve and Inuit and Métis living in urban areas, as well as $10 million in funding for emergency family violence prevention shelters on reserve and in Yukon.
As part of our COVID-19 response, we are also providing $260 million to respond to financial pressures on income assistance.
Outside of funding to support our COVID-19 response, these supplementary estimates also include $232 million to support the ongoing implementation of Jordan's principle, and $468.2 million to support the ongoing delivery of the first nations child and family services program. These investments demonstrate the government's ongoing commitment to fully implementing the orders of the Canadian Human Rights Tribunal.
This investment more than doubles the program's budget, bringing it to nearly $1.7 billion. Funding will be used to ensure that first nations children and families are getting the services they need.
You'll note that we have also made a few other announcements recently. These items will be reflected in future supplementary estimates. These include $75.2 million in new investments to support first nations, Inuit and Métis nations post-secondary recent graduates impacted by the pandemic, and $440 million in funding in support of indigenous businesses and the indigenous tourism industry in response to the hardships created by COVID-19.
I will close by saying that we are committed to responding to the needs of first nations, Inuit and Métis and to stopping the spread of COVID-19. We're committed to getting more nurses, paramedics, nursing stations and health centres to help those who need it most.
I want to take a moment, as I close, to thank all health care professionals working in indigenous communities for their continued dedication and determination to ensure that quality and culturally appropriate care, testing and treatment are provided during this pandemic.
I want to thank members for this opportunity to meet with you today, albeit virtually.
Again, I am happy to answer any and all questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci.
Merci, monsieur le président.
Comme je suis à Ottawa, je tiens à souligner ma présence aujourd’hui sur le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin.
Kwe, bonjour.
Avant de commencer, j’aimerais dire quelques mots sur le climat social actuel. En ce moment, les Canadiens prennent conscience de l’injustice de nos systèmes et du fait que ces systèmes ont toujours été injustes envers les peuples autochtones.
J’attends de mes collègues de ce comité, entre autres, et de l’ensemble du gouvernement qu’ils se penchent et s’interrogent sur les raisons pour lesquelles l’injustice envers les peuples autochtones persiste et sur la manière dont nous pouvons aller de l’avant à court, moyen et long terme.
C’est une évidence. Nous devons nous assurer que l’obligation de rendre des comptes est respectée et que les services de police s’engagent à être toujours dignes de la confiance que nous leur accordons. Les peuples autochtones et leurs communautés ont droit à ce qu’il y a de mieux, y compris en ce qui a trait à la GRC.
Nous devons constamment nous interroger et réfléchir sur les questions de racisme systémique dans les institutions, en particulier celles qui détiennent des pouvoirs exceptionnels; il s’agit, parfois, d’une question de vie ou de mort. Les pouvoirs exceptionnels exercés par les services de police partout au Canada s’accompagnent de responsabilités exceptionnelles. Nous devons continuer à nous battre pour éliminer le racisme systémique de ces institutions, qui sont censées servir tous les habitants de notre pays de façon égale et équitable.
Cela dit, je tiens à vous remercier de l’occasion qui m’est donnée de faire le point sur nos efforts continus pour faire face à l’évolution de la pandémie de COVID-19 et de répondre à vos questions sur le Budget supplémentaire des budgets (A).
En date du 15 juin, Services aux Autochtones Canada est au courant de 247 cas confirmés de COVID-19 dans les communautés des Premières Nations. Parmi ceux-ci, 208 personnes sont considérées comme rétablies. En ce qui concerne les Inuits du Nunavik, 16 cas ont été signalés, et toutes ces personnes sont rétablies.
Notre engagement à soutenir les communautés dans leur réponse à la COVID-19 ne s’est jamais démenti. C’est pourquoi notre budget supplémentaire des dépenses (A) pour 2020-2021 prévoit une augmentation nette de 1,7 milliard de dollars. Une telle mesure était indispensable pour répondre aux besoins des peuples autochtones pendant cette crise mondiale. Ce budget supplémentaire des dépenses comprend 950,5 millions de dollars de financement prévu par la loi, principalement destiné aux mesures d’intervention relatives à la COVID-19, en plus de nouveaux fonds pour soutenir des programmes clés, tels que le principe de Jordan et les services à l’enfance et à la famille.
À ce jour, le gouvernement du Canada a mis à la disposition des peuples autochtones et des communautés du Nord environ 1,5 milliard de dollars en financement fondé sur les distinctions afin de soutenir leurs efforts pour venir à bout de la COVID-19. Plus précisément, ce budget prévoit plus de 280 millions de dollars pour appuyer l’action sanitaire de Services aux Autochtones Canada dans les communautés des Premières Nations et des Inuits. Il s’agit d’un financement essentiel qui permettra de fournir aux communautés des Premières Nations et des Inuits des fournisseurs de soins de santé supplémentaires, de l’équipement de protection individuelle, des infrastructures de santé — notamment, le réaménagement des espaces communautaires existants ou l’achat de structures mobiles pour soutenir l’isolement, le dépistage et l’hébergement —, ainsi que des mesures essentielles de prévention et de contrôle des infections sur le plan communautaire.
En plus de ces mesures, ce budget prévoit 305 millions de dollars pour le Fonds de soutien aux communautés autochtones, selon une approche basée sur les distinctions. De ce montant, 215 millions de dollars sont destinés aux Premières Nations, 45 millions de dollars aux Inuits et 30 millions de dollars aux communautés des nations métisses, en plus de 15 millions de dollars de financement fondé sur des propositions pour les organisations et les communautés autochtones situées hors réserve et en milieu urbain.
Un montant supplémentaire de 75 millions de dollars a également été demandé pour les organisations soutenant les membres des Premières Nations à l’extérieur des réserves et les Inuits et Métis vivant en milieu urbain, ainsi qu’un financement de 10 millions de dollars destiné aux refuges d’urgence pour la prévention de la violence familiale dans les réserves et au Yukon.
Dans le cadre de notre réponse à la COVID-19, nous fournissons également 260 millions de dollars pour répondre aux pressions financières qu'exerce la COVID-19 sur le programme d'aide au revenu.
En dehors du financement destiné à soutenir notre réponse à la COVID-19, ce budget supplémentaire des dépenses comprend également 232 millions de dollars pour soutenir l’application du principe de Jordan, et 468,2 millions de dollars pour soutenir la prestation du programme des Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations. Ces investissements démontrent l’engagement continu de notre gouvernement à mettre pleinement en œuvre les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne.
Cet investissement a permis de plus que doubler le budget du programme, ce qui le porte maintenant à près de 1,7 milliard de dollars. Les fonds seront utilisés pour veiller à ce que les enfants et les familles des Premières Nations reçoivent les services auxquels ils ont droit et dont ils ont besoin.
Vous noterez que nous avons également fait quelques autres annonces récemment. Ces postes budgétaires seront pris en compte dans le prochain Budget supplémentaire des dépenses. Il s’agit notamment de 75,2 millions de dollars en nouveaux investissements pour soutenir les étudiants de niveau postsecondaire et les nouveaux diplômés des Premières Nations, des Inuits et des Métis touchés par la pandémie, et de 440 millions de dollars de financement pour aider les entreprises autochtones et l’industrie touristique autochtone à surmonter les difficultés engendrées par la COVID-19.
Je conclurai en disant que nous sommes déterminés à répondre aux besoins des Premières Nations, des Inuits et des Métis et à stopper la propagation de la COVID-19. Nous sommes également déterminés à faire venir davantage de personnel infirmier et paramédical, à multiplier les postes de soins infirmiers et les centres de santé, à apporter une aide accrue à ceux qui en ont le plus besoin.
Enfin, j’aimerais prendre un instant pour remercier tous les professionnels de la santé qui travaillent dans les communautés autochtones, car c’est grâce à leur dévouement et à leur détermination que les communautés autochtones ont accès à des soins, des tests et des traitements de qualité et culturellement adaptés en cette période de pandémie.
Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de vous rencontrer, virtuellement, aujourd’hui.
Encore une fois, je serai heureux de répondre à toutes vos questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci.
Anne Kelly
View Anne Kelly Profile
Anne Kelly
2020-06-15 12:04
Good afternoon, Mr. Chair and members of the committee. We appreciate the opportunity to update you on the current status of COVID-19 cases in our institutions, before continuing with an overview of the Correctional Service of Canada's, or CSC's, testing approach and plans moving forward.
Mr. Chair, I am very pleased to be able to report that thanks to the tireless efforts of staff, and because of the exceptional measures taken, we have only one remaining active COVID-19 case among inmates across our 43 institutions.
Since the pandemic began, we have had outbreaks in five of our 43 institutions, with 360 inmates testing positive out of a total of 13,900 inmates. There are 357, or 99%, who have fully recovered. One inmate from the federal training centre in Quebec remains in hospital, but not in the intensive care unit, and we have had two deaths.
Of the five outbreaks, four are fully resolved, meaning that 28 days have elapsed since the last positive case. Our last outbreak at the federal training centre in Quebec will be declared over tomorrow, if there are no new cases. It is worth noting that we had no outbreaks in the Atlantic and the prairie regions, and the one in Ontario was limited to eight inmates in one institution.
Among CSC staff, out of 142 of our employees who have tested positive to date, 132, or 93%, have fully recovered.
I want to take this opportunity to recognize the extraordinary efforts made by our employees for their ongoing work under these exceptional and challenging circumstances.
From the outset of the pandemic, CSC took a proactive approach, guided by public health authorities and working closely with our union partners, to ensure the health and safety of staff and offenders in all of our institutions. When the pandemic was declared on March 11, we focused heavily on preventing the introduction of the virus in our institutions by quickly suspending visits from the public, temporary absences except when medically necessary, work releases and inter-regional transfers.
At the end of March, the virus was introduced into one of our facilities, and the goal became the prevention of its spread. Over time, that included measures such as strengthening infection and prevention control measures, and cleaning and disinfecting protocols; actively screening all staff at the front entrance; moving to unit-based staffing to prevent staff rotation throughout the institutions; training staff on donning and doffing PPE; limiting the movement of inmates; conducting daily wellness checks for signs of symptomatic inmates; immediately testing for COVID-19 anyone reporting symptoms; medically isolating, for 14 days, inmates with symptoms or who had tested positive for the virus, or who were being admitted to federal custody; working with local public health authorities to ensure inmates’ access to local hospital care, if required; issuing masks to staff, symptomatic and positive inmates, and then to all inmates; implementing our own tracing capability by training over 200 of our employees; and reconfiguring our CORCAN shops to produce disposable and washable masks and gowns.
CSC has also worked with the Public Health Agency and local health departments and community experts to have independent, expert-led reviews completed in all of its facilities. To date, all 43 of CSC’s institutions have had an infection prevention and control review or an environmental health review completed. The reviews acknowledge that COVID-19 is difficult to contain in closed environments and recognize the strong front-line leadership and the commitment of CSC staff to prevent and contain the spread of the virus.
There's also a reminder of the importance of training staff on donning and doffing PPE, having strong cleaning and disinfecting practices, and limiting the movement of staff and inmates to prevent spread. None of the findings are insurmountable but they will require continued focus to be sustainable in the months to come. Work is currently under way to ensure CSC is well positioned moving forward.
Now I'd like to speak briefly about CSC's testing strategy. First, health care staff actively screen and monitor all inmates for COVID-19 symptoms. As previously mentioned, CSC medically isolates inmates who are newly admitted to CSC or returning to CSC as a result of a suspension or revocation of their release, inmates who have symptoms or who have tested positive and their close contacts until medically cleared, and inmates who are released into the community from an institution in which there is an outbreak, on the recommendation of local public health.
With respect to staff, any employee who is symptomatic or who has tested positive as well as their close contacts must self-isolate for a minimum of 10 days including two consecutive days symptom-free. Currently, symptomatic inmates and staff get tested. Contact tracing is then completed and testing is offered to those in close contact. Inmates and staff who are at risk of contracting COVID-19 when there is an outbreak also get tested. Following any positive test, contact tracing is completed and testing is offered.
Moving forward, CSC will offer testing based on its recently expanded testing strategy. The strategy is responsive to CSC's closed environment, is well received by the unions and exceeds most, if not all, provincial testing strategies. In addition to the testing currently completed, the expanded testing strategy includes testing of all inmates at time of admission or return to federal custody. This is in addition to the 14-day medical isolation that will continue. It also includes testing of all inmates prior to their release into the community. Positive results will be reported to the local public health authorities and a plan jointly developed.
Finally, the expanded testing strategy also includes expanding the testing of staff and inmates in institutions located in areas where the rate of community transmission is elevated, which is called asymptomatic surveillance. For any positive tests, contact tracing will be completed and testing offered. The testing will be offered again over several weeks or months as long as communities in which the institutions are found continue to have elevated transmission. There are currently four areas in the Quebec region that have high rates of community transmission, and there are seven institutions located within those four areas. Testing has been offered to all staff working in the institutions in the Laval area.
CSC currently has sufficient capacity to test all symptomatic inmates, which it is currently doing. However, the expanded testing capacity will be achieved through partnerships. CSC has already begun reaching out to health partners to increase its capacity through MOUs with public health authorities as well as contracts with private labs. The strategy will be implemented in a phased approach over the next several weeks and months as MOUs and contracts are finalized. In order to prevent and contain the spread of COVID-19 in the months to come, especially as CSC starts easing some of the restrictions it has imposed, the expanded testing strategy will be of critical importance. Although the institutions were never closed, measures were taken to prevent and contain the spread of the virus. Visits were suspended and programming was curtailed.
To shape our new normal, I've put in place a governance structure made up of subject matter experts, union partners and senior managers from different sectors of CSC, including regional representatives. External stakeholders are also involved, including our citizens' advisory committee chair and non-governmental organizations. This approach allows us to examine what needs to resume and when, as well as the safeguards that need to be put in place. Our approach will be gradual, likely vary across different regions, and take into account public health advice.
As a first step, we would be looking at reinstating small group programming for inmates at some institutions, as this is key to their successful rehabilitation and to public safety.
In conclusion, as I say often, there is no greater responsibility than having the care and custody of other human beings. As commissioner, I appreciate the work of our staff, partners, stakeholders and volunteers for their amazing efforts during these extraordinary times.
Thank you, Mr. Chair and members of the committee. I'll be happy to respond to any questions you may have.
Monsieur le président, honorables membres du Comité, bonjour. Je suis heureuse d'avoir l'occasion de vous présenter une mise à jour sur la situation actuelle liée aux cas de COVID-19 dans nos établissements, ainsi qu'un aperçu de l'approche de dépistage du Service correctionnel du Canada, le SCC, et nos plans pour l'avenir.
Monsieur le président, je suis très heureuse de signaler que, grâce aux efforts inlassables de notre personnel et aux mesures exceptionnelles mises en place, il ne reste qu'un seul cas actif de COVID-19 parmi les détenus dans nos 43 établissements.
Depuis le début de la pandémie, il y a eu des éclosions dans cinq de nos 43 établissements. Parmi les 13 900 détenus, 360 ont été déclarés positifs; sur ce total, 357 détenus, soit 99 %, en sont pleinement rétablis. Un détenu du Centre fédéral de formation au Québec se trouve toujours à l'hôpital, mais pas aux soins intensifs, et nous avons enregistré deux décès.
Sur les cinq éclosions, quatre ont été complètement étouffées, ce qui signifie que 28 jours se sont écoulés depuis le dernier cas positif. Notre dernière éclosion au Centre fédéral de formation au Québec sera déclarée terminée demain, s'il n'y a aucun nouveau cas. Il convient de souligner qu'il n'y a eu aucune éclosion dans les régions de l'Atlantique et des Prairies et que l'éclosion survenue en Ontario était limitée à huit détenus dans un seul établissement.
En ce qui concerne le personnel du SCC, sur les 142 employés déclarés positifs à ce jour, 132, soit 93 %, en sont pleinement rétablis.
J'aimerais profiter de l'occasion pour souligner les efforts extraordinaires déployés par nos employés et leur travail continu dans des circonstances exceptionnelles et difficiles.
Depuis le début de la pandémie, le SCC a adopté une approche proactive, s'inspirant des directives des autorités de santé publique et travaillant étroitement avec ses partenaires syndicaux, afin d'assurer la santé et la sécurité du personnel et des détenus dans tous ses établissements. Lorsque la pandémie a été déclarée le 11 mars, nous avons concentré nos efforts principalement sur la prévention de l'introduction du virus dans nos établissements en procédant rapidement à la suspension des visites du public, des permissions de sortir, sauf celles nécessaires pour des raisons médicales, des placements à l'extérieur et des transfèrements régionaux.
À la fin du mois de mars, le virus s'est introduit dans un de nos établissements, et l'objectif est devenu la prévention de sa propagation et, au fil du temps, la prise de mesures, à savoir: le renforcement des mesures de prévention et de contrôle des infections et des protocoles de nettoyage et de désinfection; la vérification active de tous les membres du personnel à l'entrée principale; la dotation par unité afin de prévenir la rotation du personnel dans l'ensemble des établissements; la formation du personnel sur les pratiques d'enfilage et d'enlèvement de l'EPI; la réduction des déplacements des détenus; des vérifications quotidiennes de l'état de santé pour identifier les détenus symptomatiques; l'administration immédiate de tests de dépistage de la COVID-19 à toute personne présentant des symptômes; la mise en isolement médical pendant 14 jours des détenus présentant des symptômes ou ayant été déclarés positifs au virus ou admis dans un établissement fédéral; la collaboration avec les autorités locales de santé publique pour garantir l'accès des détenus aux soins hospitaliers locaux, si nécessaire; la distribution de masques aux membres du personnel, aux détenus symptomatiques ayant été déclarés positifs, puis à tous les détenus; la mise en oeuvre de notre propre capacité de recherche des contacts en formant plus de 200 de nos employés; la reconfiguration des ateliers de CORCAN afin de produire des masques et des blouses jetables et lavables.
Le SCC a également travaillé avec l'Agence de la santé publique, les services sanitaires locaux et des experts de la collectivité pour assurer la tenue d'examens indépendants, sous la direction d'experts, dans toutes ses installations. À ce jour, tous les 43 établissements du SCC ont fait l'objet d'un examen des mesures de prévention et de contrôle des infections ou d'un examen de santé environnementale. Les examens ont permis de reconnaître que la COVID-19 est difficile à contenir dans des environnements fermés et de souligner le leadership de première ligne solide et l'engagement du personnel du SCC pour ce qui est de prévenir et de contenir la propagation du virus.
Ils rappellent également l'importance de former le personnel sur les pratiques d'enfilage et d'enlèvement de l'EPI, de mettre en place de solides pratiques de nettoyage et de désinfection, de limiter les déplacements du personnel et des détenus pour prévenir la propagation. Aucune des conclusions n'est insurmontable, mais elles nécessiteront une attention continue pour être durables dans les mois à venir. Des travaux sont actuellement en cours pour veiller à ce que le SCC soit bien positionné pour aller de l'avant.
J'aimerais maintenant décrire brièvement la stratégie de dépistage du SCC. Tout d'abord, le personnel des soins de santé soumet tous les détenus à une surveillance et à un dépistage actifs des symptômes de la COVID-19. Comme je l'ai déjà mentionné, le SCC place en isolement médical les détenus qui sont nouvellement admis ou sont réincarcérés dans un établissement du SCC en raison de la suspension ou de la révocation de leur mise en liberté, les détenus qui présentent des symptômes ou ont été déclarés positifs et leurs contacts étroits, et ce, jusqu'à ce qu'ils reçoivent une autorisation médicale, et les détenus qui sont mis en liberté dans la collectivité de l'établissement où il y a une éclosion, sur la recommandation des autorités locales de santé publique.
En ce qui concerne le personnel, tout employé symptomatique ou déclaré positif, ainsi que ses contacts étroits, doit s'isoler pendant au moins 10 jours, dont deux jours consécutifs sans symptôme. À l'heure actuelle, les détenus et les membres du personnel symptomatiques sont soumis à des tests de dépistage. La recherche des contacts est ensuite effectuée et des tests sont offerts aux personnes ayant été en contact étroit avec un cas positif. Les détenus et les membres du personnel qui sont à risque de contracter la COVID-19 en cas d'éclosion sont également soumis à des tests de dépistage. En cas de résultats positifs, la recherche des contacts est effectuée et des tests sont offerts.
À l'avenir, le SCC offrira des tests en fonction de sa stratégie de dépistage qui a récemment été élargie. La stratégie est adaptée à l'environnement fermé du SCC, est bien accueillie par les syndicats et est plus ambitieuse que la plupart, sinon la totalité, des stratégies de dépistage provinciales. En plus du dépistage qui est actuellement effectué, la stratégie de dépistage élargie prévoit l'administration de tests de dépistage à tous les détenus au moment de leur admission ou leur réincarcération dans un établissement correctionnel fédéral. Cette mesure s'ajoute à l'isolement médical de 14 jours qui se poursuivra. Elle prévoit également l'administration de tests de dépistage à tous les détenus avant leur mise en liberté dans la collectivité. Les résultats positifs seront communiqués aux autorités locales de santé publique et un plan sera élaboré conjointement.
Enfin, le dépistage sera étendu aux membres du personnel et aux détenus des établissements situés dans des zones où le taux de transmission communautaire est élevé, ce qui s'appelle la surveillance asymptomatique. En cas de résultats positifs, on effectuera la recherche des contacts et on offrira des tests de dépistage. De nouveaux tests de dépistage seront offerts pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, tant que les établissements se trouvent dans les collectivités où il y a un taux de transmission élevé. On dénombre à l'heure actuelle quatre zones dans la région du Québec qui ont des taux élevés de transmission communautaire, et sept de nos établissements sont situés dans ces quatre zones. Des tests de dépistage ont été offerts à tous les membres du personnel travaillant dans les établissements de la région de Laval.
Le SCC dispose actuellement d'une capacité de dépistage suffisante pour faire passer des tests à tous les détenus symptomatiques, ce qu'il fait présentement. Toutefois, la capacité de dépistage élargie sera réalisée au moyen de partenariats. Le SCC a déjà commencé à prendre contact avec les partenaires de la santé pour accroître sa capacité au moyen de protocoles d'entente conclus avec les autorités de santé publique, ainsi que de contrats avec des laboratoires privés. La stratégie sera mise en œuvre selon une approche progressive au cours des prochaines semaines et des prochains mois, à mesure que les protocoles d'entente et les contrats seront finalisés. La stratégie de dépistage élargie sera d'une importance capitale pour prévenir et contenir la propagation de la COVID-19 dans les mois à venir, en particulier lorsque le SCC commencera à assouplir certaines des restrictions qu'il a imposées. Bien que les établissements n'aient jamais été fermés, des mesures ont été prises pour prévenir et contenir la propagation du virus. On a notamment suspendu les visites et réduit les programmes.
Dans le but de façonner notre nouvelle normalité, j'ai mis en place une structure de gouvernance composée d'experts en la matière, de partenaires syndicaux et de cadres supérieurs de différents secteurs du SCC, ainsi que de représentants régionaux. Des intervenants externes, dont la présidente des comités consultatifs des citoyens et des organisations non gouvernementales, participent également aux travaux. Cette approche nous permet d'examiner les activités qui doivent reprendre et à quel moment, ainsi que les mesures de protection à mettre en place. Notre approche sera graduelle, variera sans doute d'une région à l'autre et tiendra compte des conseils de santé publique.
Dans un premier temps, nous nous pencherons sur le rétablissement des programmes en petits groupes destinés aux détenus dans certains établissements, car ils sont essentiels à la réussite de leur réadaptation et à la sécurité publique.
En conclusion, comme je le dis souvent, il n'y a pas plus de grande responsabilité que celle d'être chargé des soins et de la garde d'autres êtres humains. En tant que commissaire, je suis reconnaissante du travail de nos employés, de nos partenaires, des intervenants et des bénévoles, qui déploient des efforts extraordinaires durant cette période exceptionnelle.
Monsieur le président, mesdames et messieurs, merci. Je serais heureuse de répondre à vos questions.
Stanley Stapleton
View Stanley Stapleton Profile
Stanley Stapleton
2020-06-15 14:37
Good afternoon. My name is Stan Stapleton. I am the national president of the Union of Safety and Justice Employees, also known as USJE. As a national organization representing employees working on the front lines of the pandemic, I am immensely appreciative of the opportunity to be here with my colleague David Neufeld, who is the national vice-president.
USJE represents over 16,000 federal public service employees who work for 18 federal departments and agencies in a safety or justice capacity. However, the largest number of our employees work for the Correctional Service of Canada.
Unlike the Union of Canadian Correctional Officers, UCCO, which plays a security function at federal penitentiaries, USJE represents a diverse range of employees with crucial rehabilitative and administrative functions. These include food service officers, parole and program officers, teachers, managers of assessment and intervention, facilities and maintenance crew, and licensed practical nurses. Hundreds of federal parole officers and case management teams from coast to coast oversee the reintegration of federal offenders. Their job is to ensure that federal offenders across the country adhere to their supervision plans and are not at risk of reoffending.
I will be very honest with you. When COVID-19 hit, I do not believe we were prepared. Whatever pandemic protocols may have been in place were not immediately applied within CSC. On March 18 I wrote a letter to Commissioner Anne Kelly, appealing to her to immediately implement proactive measures to minimize the spread of COVID in federal prisons and contain the footprint in the community. We needed CSC to do what was effectively being done in Canada's long-term homes—namely, heavily control who was coming in and out of federal penitentiaries; significantly increase cleaning and sanitization protocols; ensure appropriate use of PPE, and encourage face coverings within; begin widespread testing; stop employees from working at multiple sites; and isolate presumptive cases among employees or offenders.
For several weeks, we found that new protocols were not always applied consistently. For example, there was limited access to testing and PPE, sanitization was inadequate, employees were moving between sites, food delivery within affected prisons was presenting opportunities for further infection, and there were not enough laptops to enable work from home. Quite frankly, when considering the living and working conditions at CSC during this pandemic, it is remarkable that major outbreaks were contained to five federal sites and two deaths. Although extremely unfortunate, it could have been much worse.
USJE's senior leaders worked around the clock for several weeks to highlight the challenges, gaps, oversights and opportunities to do things better when it came to COVID. One could say we were relatively lucky this time. However, many CSC employees working at full capacity and under enormous stress during the past few months would not view the situation so favourably.
Thankfully, at this stage CSC and its union partners are in a much better place. This is in part because of the creation of a joint transition task force established by CSC, USJE and other labour partners. The task force is something that USJE called for in order to keep employees and offenders safe. The work of this task force has been very encouraging in terms of the level of respect and engagement. We commend Bev Arsenault's leadership with this task force. I believe it could represent a new direction in how CSC treats its labour partners, who have first-hand knowledge of the challenges on the ground.
I will now turn it over to my colleague David Neufeld.
Bonjour. Je m'appelle Stan Stapleton, et je suis le président national du Syndicat des employé-e-s de la Sécurité et de la Justice, aussi appelé le SESJ. Puisque notre organisation nationale représente des employés qui travaillent aux premières lignes de la pandémie, je vous suis énormément reconnaissant de me donner l'occasion d'être ici avec mon collègue, David Neufeld, qui est le vice-président national.
Le SESJ représente plus de 16 000 employés de la fonction publique fédérale qui travaillent pour 18 ministères et organismes fédéraux intervenant dans les domaines de la sécurité ou de la justice. Cependant, la plupart de nos membres travaillent pour le Service correctionnel du Canada.
Contrairement au Syndicat des agents correctionnels du Canada, le SACC, dont les membres jouent un rôle lié à la sécurité dans les pénitenciers fédéraux, le SESJ représente un éventail diversifié d'employés jouant des rôles cruciaux dans les domaines de la réadaptation ou de l'administration. Ce sont les agents des services d'alimentation, les agents de libération conditionnelle et les agents de programmes, les enseignants, les gestionnaires, Évaluation et interventions, les équipes chargées des installations et de l'entretien, et les infirmières auxiliaires autorisées. Des centaines d'agents de libération conditionnelle et d'équipe de gestions de cas d'un bout à l'autre du pays supervisent la réinsertion des délinquants sous responsabilité fédérale. Leur travail est de veiller à ce que les délinquants sous responsabilité fédérale de partout au pays se conforment à leurs plans de surveillance et ne risquent pas de récidiver.
Je serai très honnête avec vous. Quand la COVID-19 a frappé, je ne crois pas que nous étions prêts. S'il existait déjà des protocoles en cas de pandémie, ils n'ont pas été immédiatement mis en œuvre au sein du SCC. Le 18 mars, j'ai écrit une lettre à la commissaire, Anne Kelly, pour l'implorer de mettre immédiatement en œuvre des mesures proactives visant à minimiser la propagation de la COVID dans les établissements fédéraux ainsi qu'à en contenir l'étendue dans la collectivité. Il fallait que le SCC fasse ce qui a effectivement été fait dans les résidences de soins de longue durée au Canada, notamment, contrôler étroitement les allées et venues dans les pénitenciers fédéraux; resserrer considérablement les protocoles de nettoyage et de désinfection; veiller à l'utilisation appropriée de l'équipement de protection individuelle et encourager le port du couvre-visage à l'intérieur; entreprendre le dépistage à grande échelle; empêcher les employés de travailler à plusieurs emplacements; et isoler les cas présumés parmi les employés et les délinquants.
Pendant plusieurs semaines, nous avons constaté que les nouveaux protocoles n'étaient pas toujours mis en œuvre de façon uniforme. Par exemple, l'accès au dépistage et à l'équipement de protection individuelle était limité, la désinfection était inadéquate, les employés se déplaçaient d'un site à l'autre, la livraison d'aliments dans les établissements touchés présentait des risques de propagation du virus, et il n'y avait pas assez d'ordinateurs portatifs pour permettre le travail à domicile. Bien franchement, compte tenu des conditions de vie et de travail au SCC pendant cette pandémie, il est remarquable qu'on ait pu limiter les éclosions majeures à cinq établissements fédéraux et à deux décès. C'est extrêmement malheureux, mais cela aurait pu être bien pire.
Les hauts dirigeants du SESJ ont travaillé sans relâche pendant plusieurs semaines afin de mettre en évidence les enjeux, les lacunes, les oublis et les possibilités, de sorte qu'on puisse mieux faire les choses concernant la COVID. On pourrait dire que nous avons été relativement chanceux, cette fois-ci. Cependant, les nombreux employés du SCC qui ont travaillé à plein régime et subi énormément de stress, ces derniers mois, ne voient probablement pas la situation d'un si bon œil.
Heureusement, en ce moment, le SCC et ses partenaires syndicaux sont en bien meilleure position. C'est en partie grâce au groupe de travail mixte sur la transition créé par le SCC, le SESJ et les autres partenaires syndicaux. Le groupe de travail est une chose que le SESJ a réclamée pour assurer la sécurité des employés et des délinquants. La contribution de ce groupe de travail est très encourageante sur le plan du respect et de l'engagement. Nous félicitons Bev Arsenault de son leadership à cet égard. Je crois qu'il peut se faire le reflet d'une nouvelle orientation dans la façon dont le SCC traite ses partenaires syndicaux, lesquels ont une connaissance directe des défis sur le terrain.
Je vais maintenant céder la parole à mon collègue, David Neufeld.
Marlene Orr
View Marlene Orr Profile
Marlene Orr
2020-06-15 14:47
Good afternoon, Mr. Chairperson and members of Parliament.
I am honoured to speak to you today. My name is Marlene Orr, and I am speaking to you from Treaty 6 territory. As a member of the Beaver Lake Cree Nation in Treaty 6, I am especially proud to acknowledge the traditional territory of my people.
I am the director of corrections for Native Counselling Services of Alberta, a not-for-profit that, for over fifty years, has provided and continues to provide programs and services for indigenous people in conflict with the law. Native Counselling Services of Alberta runs the largest healing lodge for male federal offenders in Canada and the first section 81 healing lodge for female federal offenders.
Healing lodges are minimum-security federal institutions, in which the care and custody of minimum-security indigenous federal offenders is transferred to the indigenous community under the Corrections and Conditional Release Act. Focusing on indigenous culture and ceremony, section 81 healing lodges work to reintegrate indigenous federal offenders into the community using an indigenous world view. Our healing lodges are better equipped to deal with indigenous offenders than are Correctional Service Canada or their other partners because we understand historic trauma. We take guidance from our elders on how we should address those issues of trauma and the relationship those issues have to criminal activity. We are better at the reintegration of indigenous federal offenders than are Correctional Service Canada. Section 81 healing lodges are the face of reconciliation and indigenous reintegration for federal corrections.
Today I will speak about the impacts of COVID-19 on indigenous people in general and on indigenous offenders and service providers in particular. It's important to understand the wider impacts so that we can understand the impact on offenders.
Since the Truth and Reconciliation Commission hearings and calls to action, we've become better informed regarding the social issues seen in the indigenous community and the direct link those issues have to historic trauma. We understand that the myriad impacts, such as loss of culture, fragmented families, lack of parenting models, addictions, poverty and violence in all forms, are directly tied to legislation in Canada that sought to strip indigenous people of their very cultural and legal identity in order to have access to their lands.
The onset of COVID-19 left us all unprepared for the upheaval in day-to-day life. Rapidly changing government and corporate policies left us in fear, anxiety and isolation for months. The impact was widely felt amongst Canadians but particularly amongst indigenous people and communities, who still struggle with poverty and other historic trauma impacts.
With the measures put in place by Canada, the provinces, municipalities and first nations communities, mental health concerns and loneliness have added increased stress. The impact on our communities, where the intergenerational effects continue, has exacerbated existing mental health concerns for indigenous people, perhaps to a greater degree than for others. Unresolved issues of trauma have surfaced and have been magnified. Lack of access to the cultural and spiritual community have left many indigenous people unable to cope with their emotional and mental health challenges without supports. That is especially true for indigenous offenders in institutions.
As restrictions ease, the use of masks and gloves has been stressed by provincial and federal authorities. With many provinces moving into relaunch, the use of masks will become increasingly necessary for people to access services. For example, in Alberta, persons attending court are required to wear masks, yet no masks are supplied by government agencies. Given the level of poverty many indigenous people experience, they are not likely to have the resources to purchase this protective equipment. Many indigenous not-for-profits are expected to bear the cost of providing this.
Very early on in the pandemic, schools closed down, and the expectation was that classrooms would move online. Students were expected to continue their studies while isolating. While laudable, these efforts come from a very privileged perspective.
According to the Canadian Poverty Institute, indigenous peoples in Canada experience the highest levels of poverty. A shocking one in four indigenous peoples are living in poverty. Speaking from lived experience, I can assure you that luxuries like electronic devices and Wi-Fi or phone data are not financially attainable for those in poverty.
This need for devices and data to stay connected became an issue for us as well. The online supports necessary for marginalized people excluded indigenous people because of their lack of access to connectivity. As we've seen here today, those are issues that our organization faces providing services out of a federal building.
Funders forced many organizations to bear the real cost of setting up online services and, when you consider that many indigenous people are too poor to stay connected virtually, it does not really make sense. Many indigenous communities have connectivity issues because of the lack of quality internet within their communities. One example is a Métis settlement in Alberta, where the Wi-Fi services do not extend beyond the governance office because of lack of internet infrastructure in their remote community.
This lack of connectivity was felt by us as well. At the very start of the pandemic, corrections staff were ordered to work from home, using Correctional Service Canada laptops to remain connected to the offender management system. Staff were kept safe and supported by corrections supplying them the equipment necessary to do their jobs in isolation.
Indigenous community partners in corrections didn't have the same assets and, as a result, couldn't work from home. Healing lodge staff had to go to work daily and risk exposing themselves and offenders in a residential facility. Despite numerous requests for laptops and connectivity, the two healing lodges I oversee were not provided with them. We were told by CSC that there was no equipment available, yet we received reports that approximately 20,000 laptops were purchased during the pandemic by CSC and are sitting stockpiled in Ottawa. The unspoken message is that the government is concerned about the safety of its staff, but not concerned about the safety of its indigenous partners.
While corrections staff were working at home, some of their responsibilities were deemed too unsafe for them to undertake. One example is the urinalysis testing performed on inmates and conditionally released offenders. This responsibility was devolved to my staff because, apparently, the task is not unsafe for indigenous people.
One of our healing lodges is in this old federal building. CSC is responsible for the maintenance. We had an electrical fire that burned out our entire camera security system. Correctional maintenance staff refused to enter our building, even though we implemented precautions long before CSC did. We were left to deal with that on our own.
CSC was slow to implement a COVID-19 response. We couldn't get answers to questions we had about policy, practice or testing. As our healing lodges are also, in part, community residential facilities, we have both inmates and conditionally released offenders. We were the only Alberta-based community residential facility that has remained open during the pandemic. We implemented policies around COVID-19 weeks before CSC did, and we continued to accept offenders released from the federal institution.
Our policies included a requirement for institutional health care to attest that offenders being released were COVID-free, or at least symptom-free. For three solid weeks institutional and community parole staff were dismissive of our policy and fought us on every transfer case. We asked that they attest that the transfer of released offenders occurred in a CSC vehicle that had been sanitized after the previous use. For three weeks, every federal institution we received released offenders from fought my staff about this. This speaks to the lack of pandemic policies and practices within CSC. It also speaks to the lack of health and safety practices in general.
The pandemic exposed cracks in the relationships among CSC, the indigenous community and community partners.
With tremendous political pressure mounting, CSC and the Parole Board rushed to depopulate the prisons for fear of COVID-19 spreading. In this rush there was little understanding of the reality of how this would affect indigenous people in communities. The rush to depopulate was a rush towards displacement and increased risk of offender exposure to the virus and to poverty.
It is well documented that my people are predisposed to a number of health issues like diabetes, tuberculosis and respiratory issues. Because of this, indigenous people in our communities are particularly vulnerable to COVID-19, and the risks of contracting the virus are much greater in the presence of these health concerns. This led to first nations taking unprecedented steps to safeguard their communities by locking down their borders and restricting access to those who did not live in the community. The increased cost of implementing security and ensuring food sovereignty has been enormous and a challenge for our communities.
If you did not live in the community when the pandemic hit, you were not likely allowed to go there. CSC did not have the relationship with indigenous communities to fully understand the impact of releasing indigenous offenders to closed communities.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les députés, bonjour.
C'est un honneur pour moi de m'adresser à vous. Je m'appelle Marlene Orr. Je suis actuellement sur le territoire du Traité no 6. En tant que membre de la nation crie de Beaver Lake visée par le Traité no 6, je suis particulièrement fière de souligner que je me trouve sur le territoire traditionnel de mon peuple.
Je suis directrice des services correctionnels aux Native Counselling Services of Alberta, un organisme à but non lucratif qui offre depuis plus de 50 ans des programmes et des services aux Autochtones ayant des démêlés avec la justice. Les Native Counselling Services of Alberta exploitent le principal pavillon de ressourcement pour les hommes délinquants sous responsabilité fédérale et le premier pavillon de ressourcement visé par l'article 81 pour les délinquantes sous responsabilité fédérale.
Les pavillons de ressourcement sont des établissements fédéraux à sécurité minimale dans lesquels la communauté autochtone prend en charge et détient des délinquants de niveau de sécurité minimale sous responsabilité fédérale en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. En mettant l'accent sur la culture et les cérémonies autochtones, les pavillons de ressourcement visés par l'article 81 s'efforcent de réintégrer dans la communauté des délinquants autochtones sous responsabilité fédérale à l'aide d'une vision du monde autochtone. Nous sommes mieux outillés que le Service correctionnel ou ses autres partenaires pour gérer ces délinquants puisque nous comprenons le traumatisme du passé. Nous écoutons les conseils de nos aînés concernant la façon d'aborder les questions de traumatisme et les liens qui existent entre ces problèmes et l'activité criminelle. Nous sommes plus efficaces que le Service correctionnel du Canada pour ce qui est d'assurer la réintégration des délinquants autochtones sous responsabilité fédérale, car nous connaissons nos collectivités. Les pavillons de ressourcement visés par l'article 81 sont le visage de la réconciliation et de la réintégration des délinquants autochtones sous responsabilité fédérale.
Je vais parler aujourd'hui des répercussions de la COVID-19 sur les Autochtones en général, et sur les délinquants autochtones et les fournisseurs de services en particulier. Les répercussions à grande échelle sont importantes pour comprendre l'incidence sur les délinquants.
Depuis les audiences et les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, nous sommes mieux informés des problèmes sociaux dans les collectivités autochtones ainsi que du lien direct entre ces problèmes et le traumatisme historique. Nous comprenons que la myriade d'effets, comme la perte culturelle, la fragmentation des familles, l'absence de modèles parentaux, la toxicomanie, la pauvreté et la violence sous toutes ses formes, est directement liée aux mesures législatives adoptées au Canada dans le but de priver les peuples autochtones de leur identité culturelle et légale afin d'avoir accès à leurs terres.
Personne n'était préparé aux bouleversements que l'apparition de la COVID-19 causerait dans nos vies quotidiennes. Les changements rapides dans les politiques des gouvernements et des entreprises ont suscité la peur et l'anxiété, et causé l'isolement pendant des mois. Les Canadiens ont largement ressenti les effets de cela, mais c'est particulièrement le cas des peuples et collectivités autochtones, toujours aux prises avec les effets de la pauvreté et du traumatisme historique.
Avec les mesures mises en place par le Canada, les provinces, les municipalités et les collectivités des Premières Nations, les préoccupations relatives à la santé mentale et la solitude ont ajouté au stress. Les incidences sur nos collectivités, où se font encore sentir les effets intergénérationnels, ont exacerbé les problèmes de santé mentale pour les peuples autochtones, peut-être dans une plus grande mesure que pour d'autres. Les problèmes non résolus du traumatisme ont fait surface et se sont amplifiés. Faute d'avoir accès à leur communauté culturelle et spirituelle, de nombreux Autochtones se retrouvent incapables de faire face à leurs problèmes de santé émotionnelle et mentale sans aide. C'est particulièrement vrai pour les délinquants autochtones dans les établissements carcéraux.
Avec le relâchement des restrictions, l'importance de porter un masque et des gants a été soulignée par les autorités provinciales et fédérales. Maintenant que de nombreuses provinces se préparent à la reprise, le port de masques deviendra de plus en plus nécessaire pour les personnes qui veulent accéder à des services. Par exemple, en Alberta, les personnes qui vont en cour sont tenues de porter le masque, mais les organismes gouvernementaux n'en fournissent pas. Compte tenu du degré de pauvreté de nombreux Autochtones, ceux-ci risquent peu d'avoir les ressources nécessaires pour se procurer cet équipement de protection. On s'attend à ce que de nombreux organismes autochtones sans but lucratif doivent fournir cet équipement à leurs frais.
Très tôt dans la pandémie, les écoles ont fermé et on s'attendait à ce que les cours se donnent en ligne. On attendait des élèves qu'ils poursuivent leurs études tout en étant en isolement. Ce sont des efforts louables, mais ils viennent d'une perspective très privilégiée.
Selon le Canadian Poverty Institute, les Autochtones au Canada connaissent les plus hauts taux de pauvreté. Ce qui est troublant, c'est qu'un Autochtone sur quatre vit dans la pauvreté. Je peux vous affirmer, l'ayant moi-même vécu, que les objets de luxe comme les appareils électroniques, l'accès WiFi ou les données cellulaires sont inaccessibles, financièrement, pour les personnes qui vivent dans la pauvreté.
La nécessité d'avoir des appareils et des données pour demeurer connectés est devenue problématique pour nous également. Le soutien en ligne qui est nécessaire pour les personnes marginalisées exclut les Autochtones parce qu'ils n'ont pas accès à la connectivité. Comme nous l'avons vu aujourd'hui, ce sont des problèmes auxquels notre organisation fait face quand il s'agit de services provenant d'un édifice fédéral.
Les bailleurs de fonds ont forcé de nombreux organismes à assumer le coût réel de la mise en place de services en ligne, et quand vous savez que de nombreux Autochtones sont trop pauvres pour être connectés virtuellement, ce n'est pas vraiment sensé. De nombreuses collectivités autochtones ont des problèmes de connectivité à cause de la qualité médiocre du service Internet auquel elles ont accès. Il y a par exemple un établissement métis en Alberta où les services WiFi ne vont pas au-delà du bureau de gouvernance à cause du manque d'infrastructure Internet dans cette collectivité éloignée.
Nous avons également subi les effets de ce manque de connectivité. Au début de la pandémie, les membres du personnel correctionnel ont reçu l'ordre de travailler à domicile et d'utiliser les ordinateurs portatifs du Service correctionnel du Canada pour rester connectés au Système de gestion des délinquants. Ils étaient donc en sécurité et profitaient du soutien du Service correctionnel qui leur fournissait l'équipement nécessaire pour faire leur travail en isolement.
Les partenaires autochtones des services correctionnels communautaires n'avaient pas le même équipement et, par conséquent, ne pouvaient pas travailler à domicile. Les membres du personnel des pavillons de ressourcement ont dû se rendre tous les jours au travail au risque de s'exposer et d'exposer les délinquants dans un établissement résidentiel communautaire. Malgré les nombreuses demandes d'ordinateurs portatifs et de connectivité, les deux pavillons de ressourcement que je supervise n'en ont pas obtenu. On nous a dit, au SCC, qu'il n'y avait pas d'équipement disponible, mais nous avons appris que le SCC avait acheté environ 20 000 ordinateurs portatifs pendant la pandémie et que ces ordinateurs étaient stockés à Ottawa. Le message implicite, c'est que le gouvernement se préoccupe de la sécurité de ses employés, mais pas de la sécurité de ses partenaires autochtones.
Tandis que les membres du personnel du Service correctionnel travaillaient à la maison, certaines de leurs responsabilités étaient jugées trop risquées pour qu'ils s'en acquittent, par exemple les prises d'échantillons d'urine des détenus et des délinquants en liberté sous condition. Cette responsabilité a été dévolue à mon personnel, car apparemment, cette tâche n'est pas risquée pour les Autochtones.
Un de nos pavillons de ressourcement se trouve dans un vieil édifice fédéral. Le SCC a la responsabilité de l'entretenir. Un incendie d'origine électrique a complètement endommagé notre système de caméras de surveillance, mais le personnel d'entretien du Service correctionnel a refusé d'entrer dans notre édifice même si nous avions pris des précautions bien avant que le SCC le fasse. Nous avons dû nous arranger par nous-mêmes.
Le SCC a été lent à mettre en œuvre sa réponse à la COVID-19. Nous ne pouvions pas obtenir de réponses à nos questions sur les politiques, les pratiques ou le dépistage. Étant donné que nos pavillons de ressourcement sont également, en partie, des établissements résidentiels communautaires, nous avons des détenus et des délinquants en liberté conditionnelle. Nous sommes le seul établissement résidentiel communautaire de l'Alberta à être resté ouvert pendant la pandémie. Nous avons mis en place des politiques liées à la COVID-19 des semaines avant que le SCC le fasse, et nous avons continué d'accepter des délinquants libérés de l'établissement fédéral.
Nos politiques exigent que le service de santé en établissement atteste que les délinquants libérés n'ont pas la COVID ou, du moins, qu'ils n'en ont pas les symptômes. Pendant trois bonnes semaines, le personnel des libérations conditionnelles en établissements et dans la collectivité n'ont fait aucun cas de nos politiques, et nous avons dû nous débattre pour chacun des transferts. Nous avons demandé qu'ils attestent que le transfert des délinquants libérés se faisait dans un véhicule du SCC qui avait été désinfecté après l'utilisation précédente. Pendant trois semaines, chacun des établissements fédéraux d'où nous sont arrivés des délinquants libérés s’est obstiné à ce sujet avec mon personnel. Cela vous donne une bonne idée de l'absence de politiques et de pratiques concernant la pandémie au SCC. Cela vous donne aussi une bonne idée de l'absence de pratiques en matière de santé et de sécurité en général.
La pandémie a révélé les fissures dans les relations entre le SCC, les Autochtones et les partenaires communautaires.
Subissant l'incroyable pression politique qui allait en croissant, le SCC et la Commission des libérations conditionnelles se sont dépêchés de réduire les populations des prisons par crainte de voir la COVID-19 se propager. On a agi dans la précipitation sans comprendre la façon dont cela toucherait les Autochtones dans les collectivités. Cette précipitation à réduire la population a plutôt servi à déplacer les délinquants et a augmenté leur risque d'être exposés au virus et à la pauvreté.
Il est bien connu que mon peuple est prédisposé à divers problèmes de santé comme le diabète, la tuberculose et les problèmes respiratoires. À cause de cela, les Autochtones de nos collectivités sont particulièrement vulnérables à la COVID-19, et les risques de contracter le virus sont nettement supérieurs en présence de tels problèmes de santé. Cela a poussé les Premières Nations à prendre des mesures sans précédent pour protéger leurs collectivités en fermant l'accès à leur territoire aux personnes qui n'y vivent pas. Les coûts supplémentaires de la mise en œuvre de mesures de sécurité et de mesures pour assurer la souveraineté alimentaire sont énormes et représentent un défi pour nos collectivités.
Si vous ne viviez pas dans la collectivité quand la pandémie a frappé, vous risquiez fort de ne pas y avoir accès. Le SCC n'avait pas avec les collectivités autochtones les liens qui lui auraient permis de bien comprendre l'effet de la libération de délinquants autochtones dans des collectivités fermées.
Marlene Orr
View Marlene Orr Profile
Marlene Orr
2020-06-15 14:59
Sure.
What we are recommending is that a number of things take place.
Ensure that indigenous communities have good-quality Internet access. Ensure stockpiles of PPE are for not-for-profits. Ensure work-at-home policies for government workers apply to contractors as well. Ensure a thorough review of the fast-tracking of indigenous offender releases and ensure that a return to the systemic barriers faced by people in corrections does not happen again. Ensure that indigenous offenders remain connected to their families and cultural supports, keeping in mind community issues of connectivity. Ensure solid health and safety practices in corrections that are sustainable during normal and/or non-pandemic times.
Thank you for hearing me out today. I am open to any questions you may have.
Bien sûr.
Nous recommandons un certain nombre de choses.
Veiller à ce que les collectivités autochtones aient accès à un service Internet de qualité. Veiller à ce qu'il y ait des réserves d'équipement de protection individuelle pour des organismes sans but lucratif. Veiller à ce que les politiques de travail à domicile pour les travailleurs du gouvernement s'appliquent également aux contractuels. Veiller à ce qu'il se fasse un examen approfondi du traitement accéléré visant la libération de délinquants autochtones et veiller à ce que les Autochtones dans le Service correctionnel ne se butent pas encore une fois à des obstacles systémiques. Veiller à ce que les délinquants autochtones maintiennent leurs liens avec leurs familles et les mécanismes de soutien culturel, sans oublier les problèmes de connectivité des collectivités. Veiller à ce que le Service correctionnel applique des principes robustes de santé et de sécurité en temps normal aussi bien qu'en temps de pandémie.
Je vous remercie de m'avoir entendue. Je suis prête à répondre à toutes vos questions.
View Kirsty Duncan Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Chair.
Good morning to all of our witnesses. Thank you for coming and for your tremendous expertise.
I'll start by saying that democracy does not have to stop in the face of a crisis. We can rise to this challenge. We can evolve during this unprecedented time, and I think we have been evolving.
I have a limited amount of time for questions, so for the first few questions I'm going to be looking for yes-or-no answers. I'll begin with Mr. Morden, if I may.
Mr. Morden, do you believe it's possible for members of Parliament to regularly attend Parliament in person right now, with the travel restrictions, health vulnerability and concerns that their returning home from Ottawa will expose constituents in vulnerable areas? I'd like a yes or no, please.
Merci, madame la présidente.
Bonjour à tous nos témoins. Merci d’être venus et de nous faire part de votre expertise extraordinaire.
Je dirai d’abord que la démocratie n’a pas à s’arrêter en temps de crise. Nous pouvons relever ce défi. Nous pouvons évoluer pendant cette période sans précédent, et je pense que nous l’avons fait.
Comme mon temps est limité, je poserai d’abord des questions auxquelles on peut répondre par oui ou par non. Je vais commencer par M. Morden, si vous me le permettez.
Monsieur Morden, croyez-vous qu’il est possible pour les députés de se rendre régulièrement à la Chambre en personne en ce moment, avec les restrictions imposées aux voyages, les vulnérabilités en matière de santé et le souci qu’ils risquent d’exposer leurs électeurs des zones vulnérables au virus en rentrant d’Ottawa? J’aimerais que vous répondiez par oui ou par non, je vous prie.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Our planet is dealing with the COVID-19 pandemic. Our daily lives have been turned upside down. I am thinking of you, our seniors, valuable individuals who built our country. You have gone through a very restrictive confinement. You have had to sacrifice time spent with your families.
Our students also had to adapt. Their school year was turned on its head. Our graduating class, especially, saw their dream of a proper graduation vanish. The future belongs to them. They must follow their dreams.
I want to say to all the essential staff and the many support organizations that they are really changing things. We have all taken on our important responsibility, that of following the guidelines. The results have been most compelling in my riding.
I want to say how proud I am to represent you here, in the Canadian Parliament. I thank each and everyone of you. You are helping Portneuf—Jacques-Cartier flourish. You have shown resilience, creativity, innovation and solidarity. That is commendable. Together, we will get through this ordeal and come out stronger.
Je vous remercie, monsieur le président.
Notre planète fait face à la pandémie de la COVID-19. Notre quotidien a été chambardé. Je pense à vous, nos aînés, personnes précieuses qui ont bâti notre pays. Vous avez eu à vivre un confinement des plus exigeants. Vous avez dû sacrifier du bon temps avec les vôtres.
Nos étudiants ont, eux aussi, su s'adapter. Leur année scolaire a été chamboulée. Nos finissants, en particulier, ont vu s'envoler leur rêve d'une graduation en bonne et due forme. L'avenir leur appartient. Ils doivent poursuivre leurs rêves.
Je tiens à dire à tout le personnel essentiel et aux nombreux organismes d'entraide qu'ils changent réellement les choses. Nous avons tous assumé l'importante responsabilité qui nous incombe, celle de respecter les consignes. Les résultats ont été des plus convaincants dans ma circonscription.
Je tiens à exprimer ma fierté de vous représenter ici, au Parlement canadien. Je vous remercie tout un chacun. Vous faites rayonner Portneuf—Jacques-Cartier. Vous avez fait preuve de résilience, de créativité, d'innovation et de solidarité. Cela est tout à votre honneur. Ensemble, nous allons traverser cette épreuve et en sortir plus forts.
View Patrick Weiler Profile
Lib. (BC)
Thank you.
I'm going to switch gears quickly here.
Construction on Parliament Hill has been able to continue throughout the period of social isolation. Can you tell us how you worked with the construction industry to ensure that extra health and safety measures were put in place for government projects and how that has translated into private projects?
Merci beaucoup.
Je vais rapidement passer à un autre sujet.
Les travaux de construction sur la Colline du Parlement se poursuivent malgré l'isolement physique qui est imposé. Pouvez-vous nous dire de quelle façon vous avez travaillé avec l'industrie de la construction afin de veiller à ce que des mesures supplémentaires de santé et de sécurité soient mises en place pour les projets gouvernementaux et nous préciser de quelle façon cela s'est répercuté sur les projets privés?
View Anita Anand Profile
Lib. (ON)
PSPC temporarily demobilized 85 projects in the precinct. This included projects taking place in occupied space, including fit-up and building improvement. However, construction activities continued on the Centre Block and the East Block, though to mitigate the transfer of COVID-19, they were limited to activities undertaken in unoccupied spaces. Both projects are able to facilitate social distancing and compartmentalization.
SPAC a temporairement démobilisé 85 projets dans la Cité parlementaire, dont des projets qui se déroulaient dans des locaux occupés et qui comprenaient des travaux de finition et d'amélioration. Cependant, les activités de construction se poursuivent dans l'édifice du Centre et l'édifice de l'Est, bien qu'elles se limitent aux travaux réalisés dans des locaux inoccupés, l'objectif étant de restreindre la propagation de la COVID-19. Pour ces deux projets, il est possible de faciliter la distanciation physique et le cloisonnement.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
It's a simple question, Mr. Chair. Canadians have been told that they cannot visit their loved ones, that they cannot attend funerals. Tragically, so many Canadians have had to say goodbye to relatives over Skype.
Is the Deputy Prime Minister now saying that all of those precautions no longer need to be followed and that people can visit relatives who are in care homes or who are facing illness?
La question est simple, monsieur le président. On a dit aux Canadiens qu'ils ne pouvaient pas visiter leurs proches et qu'ils ne pouvaient pas assister à des funérailles. Malheureusement, un grand nombre de Canadiens ont été forcés de dire adieu à des membres de leur famille par Skype.
La vice-première ministre soutient-elle maintenant que toutes ces précautions ne sont plus requises et que les gens peuvent visiter les membres de leur famille qui vivent dans des maisons de soins ou qui sont atteints de maladies?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Let me be clear about something the Leader of the Opposition said in his previous question. I strongly support the action that our Prime Minister took on Friday in joining the anti-black racism protest. The fact that our Prime Minister was there sent an essential message to Canadians and the world. He was also wearing a mask, which is very important.
In my own comments last week—
Permettez-moi de clarifier quelque chose que le chef de l'opposition a mentionné dans sa question précédente. J'appuie fermement le geste que notre premier ministre a posé vendredi dernier en participant à la manifestation contre le racisme anti-Noirs. Le fait que notre premier ministre était présent a transmis un message essentiel aux Canadiens et au monde entier. Il portait aussi un masque, ce qui est très important.
Dans mes propres commentaires de la semaine dernière...
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
It was sending a message, Mr. Chair. It was sending a double-standard message. The government has been telling small business owners that they have to watch their life savings disappear. It has been telling Canadians that they cannot visit their loved ones in hospital and have to say goodbye over Skype to relatives who are dying.
Are all of those precautions and public health advice now ended? In other words, is it okay for people to start gathering in large public gatherings, patronizing restaurants and visiting relatives?
Cela a transmis un message, monsieur le président, un message qui révèle l'application deux poids, deux mesures. Le gouvernement a dit aux propriétaires de petites entreprises qu'ils devaient regarder disparaître toutes leurs économies. Il a dit aux Canadiens qu'ils ne pouvaient pas visiter leurs êtres chers à l'hôpital et qu'ils devaient dire adieu aux membres de leur famille mourants par Skype.
Tous ces conseils de santé publique et ces précautions sont-ils maintenant inutiles? Autrement dit, est-il acceptable que les gens commencent à participer à de grands rassemblements publics, à fréquenter des restaurants et à visiter des membres de leur famille?
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
No one is denying that Canadians have the right to protest, but what is at question is Prime Minister Justin Trudeau on the one hand telling Canadians that they have to follow public health advice and on the other hand attending a large public gathering.
Is the Deputy Prime Minister now saying that Canadians should pick and choose when they listen to public health advice?
Personne ne conteste le fait que les Canadiens ont le droit de manifester. Toutefois, ce qui est remis en question, c'est le fait que d'une part, le premier ministre, Justin Trudeau, dit aux Canadiens qu'ils doivent suivre les conseils de santé publique et que, d'autre part, il participe à un grand rassemblement public.
Est-ce que la vice-première ministre soutient maintenant que les Canadiens devraient choisir les moments où ils suivent les conseils de santé publique?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, in my comments last week and in the comments from our chief public health officer last week, clear advice was offered to Canadians who wanted to exercise their right to peaceful protest. The advice was to wear masks. The advice was to bring hand sanitizer. The advice was to be careful. That is very important, so is the—
Monsieur le président, au cours des observations que j'ai formulées la semaine dernière et au cours des observations que notre administratrice en chef de la santé publique a formulées la semaine dernière, des conseils clairs ont été donnés aux Canadiens qui souhaitaient exercer leur droit de manifester de façon pacifique. Ces conseils consistaient à porter un masque, à apporter du désinfectant pour les mains et à être prudent. Ces conseils étaient très importants, tout comme le...
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Chair, there have also been very clear messages to the public public regarding advice.
I think it’s extremely important that Canadians continue to behave as we have largely in social distancing and staying home, in keeping ourselves, our loved ones, our families, our extended families, our seniors, our health care workers, and our essential workers safe from rapid spread of COVID-19.
Do you know who said that? Justin Trudeau said that, and yet on the weekend he attended a large public gathering, flying in the face of his own advice.
Also on the weekend, a local business here in Ottawa received an $880 ticket for providing takeout food to customers who then were seated on a patio just near, blocks away, from where thousands of people were gathering in close quarters with each other.
Does the government think that the ticket to that business was fair?
Monsieur le président, des messages très clairs ont aussi été communiqués au public en ce qui concerne les conseils à suivre.
Je pense qu'il est extrêmement important que les Canadiens continuent de se comporter comme nous l'avons fait en grande partie, c'est-à-dire en respectant la distanciation sociale, en demeurant à la maison et en assurant notre propre sécurité et celle de nos proches, de notre famille, de notre famille élargie, de nos aînés, de nos travailleurs de la santé et de nos travailleurs essentiels, en les mettant à l'abri de la propagation rapide de la COVID-19.
Savez-vous qui a dit cela? C'est Justin Trudeau et, malgré cela, il a participé pendant le week-end à un grand rassemblement public en faisant fi de ses propres conseils.
De plus, pendant le week-end, une entreprise locale d'Ottawa a reçu une contravention de 880 $ pour avoir fourni des plats à emporter à des clients qui, par la suite, ont été assis à des tables installées sur une terrasse, à quelques coins de rue de l'endroit où des milliers de personnes s'étaient rassemblées très près les uns des autres.
Le gouvernement croit-il que la contravention que l'entreprise a reçue était juste?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I would like to be extremely clear about our government's position, and I would like to invite the official opposition to be equally clear about its position.
Now is a time in the world when all of us have to state our views. All of us have to be clear on whether we stand against anti-black racism or not. To be silent is to be complicit.
In attending that protest, in being visible for Canadians and the world, the Prime Minister sent an essential message to everyone in our country.
Monsieur le président, j'aimerais présenter très clairement la position du gouvernement, et j'aimerais inviter l'opposition officielle à décrire tout aussi clairement sa position.
Dans le monde entier, le moment est venu pour nous tous d'exprimer notre point de vue. Nous devons tous dire très clairement si, oui ou non, nous nous élevons contre le racisme anti-Noirs. En gardant le silence, nous nous rendons complices.
En participant à la manifestation et en étant visible aux yeux des Canadiens et du monde entier, le premier ministre a transmis un message essentiel à tous les citoyens de notre pays.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Chair, the Deputy Prime Minister just invited the opposition to clearly state its position, so allow me to do that.
Conservatives are clearly and unequivocally opposed to racism in all its forms and support calls to eliminate it. We are also clear on calling out hypocrisy, the hypocrisy of a government led by someone who wore blackface so many times that he lost count; a Prime Minister who fired the first indigenous Canadian to hold the position of Minister of Justice because she refused to go along with his interference in a criminal court case; a public servant who was disciplined because they dared to speak out against the government's handling of the blackface controversy; and, of course, the Minister of Public Safety, the chief of police who introduced card-checking in the city of Toronto.
We will absolutely and unequivocally call out the hypocrisy of this government when it comes to these kinds of issues. So, one more time, I will point out that Canadians have been told that they have to endure great hardship watching loved ones die alone, missing graduations and watching their life's work and small businesses evaporate. Is the government now telling Canadians that they can pick and choose which health advice they follow?
Monsieur le président, la vice-première ministre vient d'inviter l'opposition à énoncer sa position de façon claire; permettez-moi donc de le faire.
Les conservateurs s'opposent manifestement et sans équivoque à toute forme de racisme et soutiennent des appels à l'éliminer. Nous souhaitons aussi dénoncer l'hypocrisie, l'hypocrisie d'un gouvernement dirigé par quelqu'un qui s'est si souvent maquillé en Noir qu'il en a perdu le compte, un premier ministre qui a congédié la première Canadienne à occuper le poste de ministre de la Justice parce qu'elle a refusé d'accepter son ingérence dans une affaire criminelle. Et c'est sans compter le fonctionnaire qui a été sanctionné pour avoir osé s'élever contre la manière dont le gouvernement gérait la controverse du maquillage en Noir et, bien entendu, le ministre de la Sécurité publique, qui est le chef de police qui a instauré la vérification des pièces d'identité dans la ville de Toronto.
Nous dénoncerons certainement et sans équivoque l'hypocrisie du gouvernement dans ce genre d'affaires. Une fois de plus, donc, je ferai remarquer que les Canadiens et les Canadiennes se sont fait dire qu'ils devaient endurer de grandes difficultés en regardant des êtres chers mourir seuls, en manquant la collation des grades et en voyant l'œuvre de leur vie et leurs petites entreprises disparaître. Le gouvernement leur signale-t-il maintenant qu'ils peuvent choisir quels conseils sanitaires ils suivent?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, let me start by saying that I welcome the clear and unequivocal statement against anti-black racism by the leader of the official opposition.
I think we in Canada need to understand that we are at a watershed moment for our country and the world. We are at a moment when we all have to take a stand. We have to take a stand either against racism, against anti-black racism...we have to say something that is painful for many of us to admit—
Monsieur le président, permettez-moi de commencer en disant que j'accueille favorablement la déclaration du chef de l'opposition officielle, qui est manifestement et sans équivoque contre le racisme envers les Noirs.
Je pense que nous, au Canada, devons comprendre que notre pays et le reste du monde se trouvent à un moment charnière. Nous en sommes à un moment où nous devons tous prendre position contre le racisme, le racisme contre les Noirs. Nous devons dire quelque chose qui est difficile à admettre pour nombre d'entre nous...
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
—which is that systemic discrimination exists in our country.
I do have to say to the member opposite and to members of all parties here, this is such a monumental challenge. It is a challenge that calls on us to transform our society and our country, and I think we need to work together on that challenge and not fall victim, fall prey, not minimize it and belittle it with partisan bickering.
... c'est-à-dire que la discrimination systémique existe dans notre pays.
Je dois dire au député de l'opposition et aux députés de tous les partis ici présents que le défi est monumental. C'est un défi qui exige que nous transformions notre société et notre pays, et je pense que nous devons unir nos efforts pour relever ce défi et ne pas tomber dans un piège en minimisant le problème et en ternissant la cause par des disputes partisanes.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Shall I start over? Maybe that would be easier.
Four weeks ago I received a message that my niece's wedding was no longer going ahead as planned this summer due to COVID-19.
Does Minister Hajdu believe that wedding celebrations continue to pose a serious health risk to the community?
Est-ce que je reprends depuis le tout début? Peut-être que ce serait plus facile.
Il y a quatre semaines, j'ai reçu un message m'indiquant que le mariage de ma nièce n'aurait pas lieu comme prévu cet été en raison de la COVID-19.
Est-ce que la ministre Hajdu estime que les noces continuent de représenter un risque important pour la santé publique?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, I would just like to remind the member that it is very important to follow the local public health advice. As we know, it is different across the country, depending on the epidemic in any particular region.
I have great faith and also a great respect for the hard-working local public health officers and public health nurses, and I want to thank them for being so thoughtful in the advice they are giving to the people in their own communities in terms of how to protect themselves.
Madame la présidente, je veux seulement rappeler à la députée qu'il est très important de suivre les indications des autorités locales de la santé publique. Comme nous le savons, ces directives peuvent varier d'une région à l'autre selon la situation qui y prévaut par rapport à la pandémie.
J'ai la plus grande des confiances et aussi le plus grand des respects envers le personnel infirmier et les agents des autorités locales de la santé publique. Ces gens-là ne ménagent pas leurs efforts et je tiens à les remercier pour les excellents conseils qu'ils donnent à la population quant aux moyens à prendre pour assurer la protection de chacun.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Recently I attended an outdoor Eid ceremony and the first outdoor call to prayer in Canada. Only a handful of people were given permission to attend due to COVID-19.
Does the minister believe that outdoor religious gatherings continue to pose a serious health risk to the community?
J'ai participé récemment à une cérémonie de l'Aïd en plein air et au premier appel à la prière à se tenir à l'extérieur au Canada. En raison de la COVID-19, seulement quelques personnes étaient autorisées à y prendre part.
Est-ce que la ministre estime que les rassemblements religieux en plein air continuent de représenter un risque important pour la santé publique?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, what is clear is that crowded situations where people are very close to each another, where they are in prolonged contact and have no ability to physically distance, do pose an elevated risk for COVID-19. That's why we reminded all people who took part in the many protests across the country this weekend to monitor themselves very closely for symptoms. I would remind all people who have attended any gathering to make sure that at the first sign of any symptom, they should contact their local public health—
Madame la présidente, il est clair que les situations de rassemblement où les gens sont rapprochés les uns des autres pendant une période prolongée sans pouvoir se distancier physiquement entraînent un risque élevé de transmission de la COVID-19. C'est la raison pour laquelle nous avons rappelé à tous les Canadiens qui ont participé aux nombreuses manifestations tenues au pays le week-end dernier de surveiller de très près l'apparition d'éventuels symptômes. Je profite de l'occasion pour rappeler à tous ceux qui ont participé à quelque rassemblement que ce soit de communiquer avec leurs autorités locales de la santé publique dès qu'ils éprouvent des symptômes...
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Three weeks ago, a local high school made plans to hold a drive-by graduation in a large parking lot, with arrangements for all attendees to remain in their cars. Unfortunately, the restrictions did not permit this due to COVID-19. Does the minister believe that drive-by graduations actually pose a serious health risk to the community?
Il y a trois semaines, une école secondaire locale a établi des plans pour la tenue d'une cérémonie de remise de diplômes au volant dans un grand terrain de stationnement en prévoyant des dispositions pour que tous les participants demeurent dans leur voiture. Malheureusement, les restrictions imposées en raison de la COVID-19 n'ont pas permis que ce projet se concrétise. Est-ce que la ministre estime que la remise de diplômes au volant peut vraiment représenter un risque important pour la santé publique?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
What the minister believes is that our local public health officers and health officials are working incredibly hard to make sure they protect the health of the Canadians they serve. I also believe it's important that we follow the local public health advice and that if we are in a gathering, we make sure that we monitor ourselves for symptoms and report to public health should we suspect that we are at all ill.
J'estime en fait que les agents et les autorités locales de la santé publique mettent absolument tout en oeuvre pour s'assurer de protéger la santé des Canadiens. J'estime également qu'il est important que nous suivions les directives de ces autorités locales et que nous nous assurions, si nous avons participé à un rassemblement, de bien surveiller l'apparition de symptômes et de communiquer avec les autorités sanitaires si nous avons quelque doute que ce soit.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Last week my niece gave birth to a beautiful baby boy. No visitors were allowed in the hospital due to COVID-19. Does the minister believe that visiting new mothers in the hospital continues to pose a serious health risk to the community?
La semaine dernière, ma nièce a donné naissance à un beau petit garçon. Aucune visite n'était autorisée à l'hôpital en raison de la COVID-19. Est-ce que la ministre estime que le fait de visiter une nouvelle maman à l'hôpital continue de représenter un risque important pour la santé publique?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
It appears that the member opposite is not understanding my response. My response is that we have incredibly hard-working public health officers and medical officers of health who are balancing the need for Canadians to continue their lives with some sense of normality, and the need to protect them from the risk of contracting COVID-19.
I stand with those public health officers as they make those incredibly difficult decisions every single day. I also thank Canadians for the sacrifices they're making to protect their neighbours, their friends and their loved ones.
Il semblerait que la députée d'en face ne comprenne pas bien mes réponses. J'essaie de lui expliquer que nous avons partout au pays des agents et des médecins hygiénistes en santé publique qui redoublent d'ardeur pour parvenir à concilier le besoin des Canadiens de poursuivre leur vie de façon à peu près normale et la nécessité de les protéger contre le risque de contracter la COVID-19.
Je suis de tout coeur avec ces responsables de la santé publique qui doivent prendre au quotidien des décisions extrêmement difficiles. Je veux aussi remercier les Canadiennes et les Canadiens pour les sacrifices qu'ils consentent afin de protéger leurs voisins, leurs amis et leurs proches.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
This summer, the annual Cloverdale Rodeo Parade in my riding has been cancelled due to COVID-19. Does the minister believe that outdoor parades continue to pose a serious health risk to the community?
Dans ma circonscription, la parade annuelle du rodéo de Cloverdale a été annulée cet été en raison de la COVID-19. Est-ce que la ministre estime que les parades tenues à l'extérieur continuent de présenter un risque important pour la santé publique?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
We know that [Technical difficulty--Editor] be in place based on the biggest activities and risks in their communities. We know that people are heeding public health advice to protect their loved ones, and I want to thank all Canadians for continuing to do so.
Nous savons que [Difficultés techniques] en place en fonction des activités principales et des risques les plus importants dans les collectivités locales. Nous savons que les gens respectent les directives de la santé publique afin de protéger leurs proches, et je veux remercier tous les Canadiens de continuer à le faire.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Dr. Tam recently stated that attending a protest with hundreds of masked and unmasked people walking through town is safe, as long as they don't yell too loudly. Does the minister concur with Dr. Tam that large crowds of protesters gathered in downtown streets do not pose a serious threat to the health of our community, as long as they don't yell too loudly?
La Dre Tam a récemment affirmé qu'il était sans danger de participer à une marche de protestation avec des centaines de personnes, masquées ou non, pour autant que les gens ne crient pas trop fort. Est-ce que la ministre est d'accord avec la Dre Tam pour dire qu'une foule de manifestants rassemblés dans les rues du centre-ville ne représente pas une menace sérieuse pour la santé publique, tant et aussi longtemps qu'ils ne crient pas trop fort?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, I think it's inappropriate for the member opposite to put words in Dr. Tam's mouth. She did not say that attending a large gathering was safe. She said that when people were exercising their democratic right to protest racist conditions that exist across the world, there were in fact ways to do so more safely. She advised people not to yell loudly and to carry signs instead to reduce the risk of spreading droplets among one another.
Madame la présidente, je crois que la députée d'en face devrait éviter de prêter des propos à la Dre Tam. Celle-ci n'a pas dit qu'il était sans danger de participer à un grand rassemblement. Elle a dit en fait qu'il était possible d'agir de façon plus sécuritaire lorsque les gens exercent ainsi leur droit démocratique de protester contre les attitudes racistes qui ont cours un peu partout dans le monde. Elle a conseillé aux gens de ne pas crier à pleins poumons et de porter plutôt des pancartes afin de réduire les risques de transmission de gouttelettes entre les participants.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
If Canadians are allowed to take a knee in a large protest, they should be allowed to take a knee in prayer. If we do not see a COVID-19 outbreak in seven to 10 days following these protests, will the minister commit to allowing Canadians from all faith communities to go back to their places of worship for open air services, as long as they don't sing too loudly?
Si l'on permet aux Canadiens de faire une génuflexion lors d'une manifestation, on devrait aussi les autoriser à le faire pour prier. Si nous n'assistons pas à une nouvelle éclosion de la COVID-19 dans les 7 à 10 jours suivant ces manifestations, est-ce que la ministre s'engage à permettre aux Canadiens de toutes les confessions de retourner à leur lieu de culte pour participer à des services religieux en plein air, pour autant qu'ils ne chantent pas trop fort?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
The member opposite is very confused about who actually places restrictions on local activities. In fact, the federal government does not have any jurisdiction, nor has it put any restrictions on people's activities in terms of what is and isn't allowed in a particular jurisdiction.
I would refer her back to her local public health unit, and she can ask those questions of her local public health unit. It is very important to follow local public health advice to members of communities on how to—
La députée d'en face ne semble pas bien comprendre d'où viennent les restrictions imposées relativement aux activités locales. Dans les faits, le gouvernement fédéral n'a absolument pas compétence en la matière et n'a donc imposé aucune restriction quant aux activités des gens dans les différentes régions du pays.
Je l'inviterais donc à poser ses questions aux autorités de la santé publique dans sa région. Il est primordial que tous les citoyens suivent les directives des responsables locaux de la santé publique quant à la façon de...
Fanny Sie
View Fanny Sie Profile
Fanny Sie
2020-06-05 14:23
This pandemic has exacerbated many existing gaps in our health care system while showing the immense value that the life sciences sector brings. Issues such as system capacity, lack of virtual care and data fragmentation across the country are igniting a pressing demand for sustainable change. We have started to see incredible flexibility and leadership in our health system's immediate response to the pandemic. However, it's important to use learnings from this crisis to catalyze meaningful long-term change.
As we shift the focus to recovery, there are great opportunities to accelerate innovation and move our country forward. The future of life sciences in Canada is extraordinarily bright. There are many actions that the government can take to promote growth at home and abroad.
First, the federal government should revive the health and biosciences economic strategy table. The announcement of the industry strategy council is a good start, but we encourage the government—with input from industry, patients and other sector stakeholders—to revitalize this work to identify specific and measurable next steps. It's also important to acknowledge the need to rethink some of the recommendations in the context of pandemic planning and of building our capacity for the next potential crisis.
Second, a strong data ecosystem is a key success factor in the response to COVID-19. The pandemic has exposed significant limitations in the ability to collect, access, integrate, share and analyze high-quality data. It has also magnified concerns that data cannot be easily compared between jurisdictions, as each province uses different data collection methodologies, standards and policies. Furthermore, most provincial data is publicly inaccessible and incomprehensive. We believe that we can win this fight through the sharing of safe and secure health care data and knowledge, abiding by local privacy laws, to better inform patient care and health system decision-making.
Lastly, there needs to be an increase in investments in programs like the Scale AI and the digital superclusters that Roche is very proud to be a part of. COVID-19 has demonstrated the catastrophic effects to both patient health and the economy as a result of a lack of constant innovation in our sector. By rewarding innovation and increasing investment into innovative technologies, such as genomic sequencing, cloud computing, digital health tools for remote patient care and monitoring, as well as medicines that deliver superior outcomes, we stand to deliver unprecedented value in both health benefits for patients and economic growth for our country. These technologies will position Canada as a leader in personalized health care and allow us to provide patients with exactly what they need from their health care systems.
Whether through diagnostics, medicines or insights, Roche is a committed partner, helping to navigate and ultimately end the COVID-19 pandemic. The life sciences sector has the amazing potential to lead the economic recovery of this country. Healthy Canadians bring a healthy economy. Through collaboration with patients, patient organizations, companies like Roche and the government, we can mobilize these ideas into action.
Thank you very much for your time today. We are happy to address any questions you may have.
Cette pandémie a fait ressortir plusieurs lacunes latentes dans notre système de soins de santé tout en révélant l'immense valeur apportée par le secteur des sciences de la vie. Les enjeux, tels que la capacité du système, le manque de soins virtuels et la fragmentation des données au Canada, déclenchent une demande impérative pour des changements durables. Une flexibilité et un leadership étonnants se sont manifestés dans la réponse immédiate de notre système de santé à la pandémie. Cependant, il est important d'utiliser les leçons de cette crise afin de concrétiser un changement significatif et à long terme.
En changeant de cap vers le rétablissement, de grandes possibilités voient le jour pour accélérer l'innovation et aller de l'avant. Les sciences de la vie au Canada sont pleines d'avenir. Le gouvernement peut prendre toute une série de mesures pour promouvoir la croissance au Canada et à l'étranger.
Tout d'abord, le gouvernement fédéral devrait relancer la Table de stratégies économiques des sciences de la santé et de la vie. L'annonce du conseil sur la stratégie industrielle est un bon début, mais nous encourageons le gouvernement, tout en écoutant également les avis émanant de l'industrie des patients et des parties prenantes d'autres secteurs, à remettre ce travail sur les rails, afin de déterminer pour la suite des étapes précises et mesurables. Il est également important de repenser certaines des recommandations dans un contexte de planification de la pandémie et du renforcement de notre capacité pour la prochaine crise.
En deuxième lieu, un écosystème de données solide est un facteur essentiel de réussite pour répondre à la COVID-19. La pandémie a révélé à quel point nous étions limités dans notre capacité à recueillir des données de grande qualité, à y accéder, à les intégrer, à les mettre en commun et à les analyser. Elle a également amplifié l'incertitude des comparaisons de données interprovinciales, puisque chaque province utilise différentes méthodologies, normes et politiques de collecte des données. De plus, la plupart des données provinciales ne sont ni complètes ni accessibles au public. Nous pensons pouvoir gagner ce combat si nous mettons en commun de façon sécuritaire des données et des connaissances sur les soins de santé, tout en respectant les lois locales de la protection des renseignements personnels, afin de prendre des décisions plus éclairées sur le système de santé et les soins aux patients.
En dernier lieu, nous devons investir davantage dans des programmes tels que le Scale AI et la supergrappe numérique auxquels Roche est très fière de participer. La COVID-19 a révélé les effets catastrophiques d'un manque persistant d'innovation dans notre secteur, tant sur la santé des patients que sur l'économie. En récompensant l'innovation et en investissant davantage dans des technologies novatrices, comme le séquençage génomique, l'infonuagique, les outils de santé numériques pour les interventions et la surveillance à distance, tout comme les médicaments qui donnent des résultats supérieurs, nous serons en mesure d'ajouter une valeur sans précédent aux prestations aux patients et à la croissance économique de notre pays. Ces technologies placeront le Canada à l'avant-garde des soins de santé personnalisés et nous permettront de fournir aux patients exactement ce dont ils ont besoin de la part de leur système de santé.
Que ce soit par des diagnostics, des médicaments ou des idées, Roche reste un partenaire engagé, qui aide à traverser la pandémie de la COVID-19 et à y mettre fin. Les secteurs des sciences de la vie possèdent un énorme potentiel pour mener la reprise économique de ce pays. Des Canadiens en bonne santé signifient une économie en bonne santé. Grâce à la collaboration entre les patients, les organisations de patients, les entreprises telles que Roche et le gouvernement, nous pouvons réaliser ces idées.
Je vous remercie de votre temps. Nous sommes prêts à répondre à vos questions.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Chair, it's an honour to bring this petition forward on behalf of people from Courtenay—Alberni. They're concerned about the 12,000 deaths of their brothers, sisters, daughters, fathers and other family members who have died due to preventable overdose from fentanyl-poisoned sources. This is timely, Mr. Chair, as the community action team in Port Alberni identified that we've had 10 times as many deaths from opioid poisoning since the COVID outbreak. In fact, in April, in British Columbia alone, we had 117 people die of overdose, Mr. Chair.
They're calling on the government to declare the current opioid overdose and fentanyl poisoning crisis a national public health emergency under the Emergencies Act in order to manage and resource it, with the aim to reduce and eliminate preventable deaths; to reform current drug policy to decriminalize personal possession, which is supported by the B.C. chief medical health officer Dr. Bonnie Henry; and, to create with urgency and immediacy a system to provide safe, unadulterated access to substances so that people who use substances experimentally, recreationally or chronically are not at imminent risk of overdose due to a contaminated source.
Mr. Chair, I would also like to give a shout-out to our chief medical health officer on central Vancouver Island, Dr. Hasselback, who is retiring and has done great work in standing up for people who are suffering from opioid addiction and for the most marginalized.
Monsieur le président, je suis honoré de présenter cette pétition au nom des habitants de Courtenay—Alberni. Ils sont inquiets de voir que 12 000 de leurs frères, sœurs, filles, pères et autres membres de leur famille sont morts d'une surdose après avoir consommé une substance contaminée au fentanyl, une mort que l'on aurait pu éviter. Cette pétition arrive à point nommé, monsieur le président, car l'équipe d'action communautaire de Port Alberni a constaté que depuis l'éclosion de la COVID, le nombre de personnes qui sont mortes des suites d'un empoisonnement aux opioïdes a été multiplié par 10. En fait, monsieur le président, 117 personnes sont mortes d'une surdose en avril, et ce, en Colombie-Britannique seulement.
Les pétitionnaires demandent donc au gouvernement de déclarer que la crise actuelle de surdoses d'opioïdes et d'empoisonnements au fentanyl constitue une urgence nationale de santé publique en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence, de manière à pouvoir gérer cette crise et disposer de ressources pour la combattre, dans le but de réduire et d'éliminer les décès évitables. Ils demandent au gouvernement de réformer les politiques actuelles sur les drogues afin de décriminaliser la possession aux fins de consommation personnelle, une mesure qui a l'appui de la médecin en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry. Enfin, ils veulent, de toute urgence et sans délai, un système permettant d'offrir un accès à des substances sûres et non altérées pour que les personnes qui en consomment de façon expérimentale, récréative ou chronique ne soient pas exposées à un risque imminent de surdose due à une substance contaminée.
Monsieur le président, j'aimerais également saluer le médecin en chef du centre de l'île de Vancouver, le Dr Hasselback, qui prend sa retraite et qui a défendu de façon remarquable les gens qui souffrent d'une dépendance aux opioïdes et ceux qui sont les plus marginalisés au sein de notre société.
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Yes, and again, it's the whole forcing of an update onto somebody's phone so it would automatically have that update. I get the consent piece, but for it to work in practice, you would have to force the system onto people's devices.
Moving on, recently an epidemiologist and associate professor at the University of Ottawa stated, “public health issues take precedence over individual rights issues”. Does your office share this belief that public health trumps individual rights?
Oui, et c'est encore une fois le fait de rendre obligatoire une mise à jour automatique du téléphone de quelqu'un. Je comprends la nécessité du consentement, mais pour que le système fonctionne bel et bien, il faudra qu'il soit installé de force sur les appareils des gens.
Par ailleurs, un épidémiologiste et professeur agrégé de l'Université d'Ottawa a récemment déclaré que les considérations liées à la santé publique ont préséance sur les droits individuels des citoyens. Est-ce que votre bureau est du même avis?
Daniel Therrien
View Daniel Therrien Profile
Daniel Therrien
2020-05-29 14:55
No, we believe that both of these objectives are very important. We do not in any way question the importance of protecting public health, especially at this time. We don't think it's a question of one interest over another. We think it is entirely possible to protect both interests at the same time.
Non, nous croyons que ces deux objectifs sont très importants. Nous ne mettons aucunement en doute l'importance de la protection de la santé publique, surtout à l'heure actuelle. Nous ne pensons pas qu'il s'agit de privilégier un intérêt par rapport à un autre. Nous pensons qu'il est tout à fait possible de protéger ces deux intérêts en même temps.
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Do you think the government is operating under the assumption, though, that public health takes precedence over individual rights?
Estimez-vous cependant que le gouvernement agit à partir du principe que la santé publique l'emporte sur les droits individuels?
Daniel Therrien
View Daniel Therrien Profile
Daniel Therrien
2020-05-29 14:56
That's not what I'm hearing from ministers and public servants. What I am hearing is that privacy is very important, even paramount, according to some. I'm not questioning the interest or the intentions. Rather, I am questioning the fact that it is possible for certain players, including companies, to ignore the principles we are promoting and not protect privacy.
What I'm hearing are goals and intentions that I think are laudable. The question is whether they will be put into practice. That's why we are offering our services to look at exactly how these technologies would be designed.
Ce n'est pas ce que j'entends des ministres et des fonctionnaires. Ce que j'entends, c'est que la vie privée est très importante, même primordiale, selon certains. Je ne remets pas en cause l'intérêt ou les intentions. Je remets plutôt en cause le fait qu'il soit possible pour certains acteurs, dont des compagnies, de faire fi des principes que nous mettons en avant et de ne pas protéger la vie privée.
Ce que j'entends, ce sont des objectifs et des intentions qui me semblent louables. La question est de savoir si ce sera mis en pratique. C'est pour cela que nous offrons nos services pour examiner la façon dont ces technologies seraient conçues exactement.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2020-05-25 14:45
Thank you, Mr. Chair.
I'd like to thank all the witnesses for their insightful contributions to the hunt for solutions, because solutions are indeed what we are looking for. I'm going to set the scene. Then, I'd like Dr. Quach-Thanh and Dr. Tremblay to comment.
We still don't know much about the virus. We don't have a vaccine. Since the focus has shifted to reopening the economy, some people have told us that we're going to have to learn to live with the virus, much like we learned to live with AIDS. We're turning to antiviral drugs, but we don't have anything meaningful yet. What's more, we still haven't taken full advantage of serological testing. The country isn't self-sufficient. Various parts of the health care system shut down, only now starting to get back on track. Some health care settings have outbreaks. Front-line workers have had to stop working because they've been infected. Lastly, we know nothing about the quality and longevity of natural immunity.
With all those unknowns, it feels as though we have no choice but to buy time to lessen the impact. That's what is referred to as flattening the curve.
What's the safest pace for easing restrictions?
Is Quebec on the right track, or is it following the path taken by countries that have had to shut things down again?
Je vous remercie, monsieur le président.
Je voudrais remercier tous les témoins pour leurs contributions éclairantes dans la recherche de solutions, car c'est bien cela que nous cherchons. Je vais faire une mise en contexte. Docteure Quach-Thanh et docteure Tremblay, j'aimerais que vous interveniez par la suite.
On ne sait pas encore grand-chose du virus. On n'a pas de vaccin. Depuis qu'on parle de déconfinement, certains nous disent qu'il faudra peut-être apprendre à vivre avec le virus, comme on a appris à vivre avec le sida. On se tourne vers les antiviraux, mais on n'a pas encore d'antiviraux signifiants. Par ailleurs, on n'a pas encore déployé de manière optimale les tests sérologiques. Le pays n'est pas autosuffisant. Les systèmes de santé ne fonctionnent plus; ils arrivent à peine à redémarrer. Certains milieux de soins sont contaminés; des travailleurs de première ligne ont été mis sur la touche parce qu'ils sont contaminés. Enfin, on ne sait rien de la qualité et de la durabilité de l'immunité naturelle.
Compte tenu de toutes ces inconnues, j'ai l'impression qu'on doit gérer le temps pour amoindrir les effets. C'est ce qu'on appelle l'aplatissement de la courbe.
Quel est le rythme de déconfinement le plus sécuritaire?
Est-ce que le Québec est sur la bonne voie ou est-il sur la voie des pays qui ont dû revenir au confinement?
Cécile Tremblay
View Cécile Tremblay Profile
Cécile Tremblay
2020-05-25 14:47
As for an appropriate pace, I would say the conditions set out by the World Health Organization, or WHO, for lifting restrictions are appropriate. They include a decline in the number of new cases for a period of at least 14 days and the capacity to test people and prevent the movements of incoming travellers.
In Quebec, two different epidemics are at play: the one affecting the greater Montreal area and the one affecting the rest of Quebec. The WHO conditions were met in the rest of Quebec, meaning, outside Montreal. However, in Montreal, that's taken more time. Although we are now seeing a slight decline, it's actually more of a plateau.
If the easing of restrictions that began today isn't done in an orderly way, there is a risk that the daily number of new cases could be higher than we'd hoped, which could spark new outbreaks and infections more easily.
Overall, then, I think things have been handled well, in that the government waited until certain conditions were met before it began lifting restrictions. As for Montreal, it will be necessary to keep a very close eye on what happens in the next few weeks.
Pour ce qui est du rythme acceptable, les conditions qui avaient été mises en avant par l'Organisation mondiale de la santé pour encadrer la planification du déconfinement m'apparaissaient acceptables. Il s'agissait de voir une courbe de décroissance du nombre de nouveaux cas sur au moins 14 jours et d'avoir la capacité de tester les gens et d'empêcher les déplacements de l'extérieur, entre autres.
Au Québec, on voit qu'il y a deux épidémies différentes: celle qui touche la grande région de Montréal et celle qui touche le reste du Québec. Les conditions avaient été réunies dans le reste du Québec, c'est-à-dire à l'extérieur de Montréal. À Montréal, cela a pris plus de temps. D'ailleurs, si l'on observe maintenant une pente légèrement décroissante, on constate qu'il s'agit plutôt d'un genre de plateau.
Si le déconfinement qui a commencé aujourd'hui ne se fait pas dans l'ordre, il y a un danger que le nombre de nouveaux cas par jour soit plus important qu'on le souhaiterait, ce qui pourrait plus facilement causer de nouvelles éclosions, puis des étincelles.
Alors, en général, je pense que les choses ont été bien faites, en ce sens qu'on a attendu de remplir certaines conditions avant de procéder au déconfinement. Pour la région de Montréal, il va falloir observer de très près ce qui va se passer au cours des prochaines semaines.
Results: 1 - 60 of 321 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data