Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 265
View Ryan Turnbull Profile
Lib. (ON)
View Ryan Turnbull Profile
2020-08-12 15:55 [p.2782]
Mr. Speaker, I want to begin by offering my sincere condolences to the people of Lebanon following last week's devastating explosion in Beirut. My heart goes out to everyone affected by this tragedy and the hundreds of thousands of Lebanese Canadians who are worried about their friends and family. Canada is working with the international community to identify how we can support urgent needs and continue to offer emergency supports such as medical aid, food and shelter.
Here at home, the Government of Canada is working with all levels of government to respond to the ongoing threat of COVID-19 and to reduce the impact it is having on families, communities and our economy. We have seen a decrease in the number of positive COVID-19 cases and associated deaths over the past few months, which shows that we have really flattened the curve. This downward trend is largely the result of two factors: one, governments working together in a coordinated pan-Canadian fashion, and two, the ongoing efforts of individual Canadians who are diligently following our public health advice.
As we safely and gradually reopen our economy, we need to remain vigilant. We need to learn from the experiences of other countries that are seeing a significant resurgence of cases, and prevent that from happening here at home.
For today's debate, I would like to highlight some of the actions that have been taken by the Public Health Agency of Canada since the onset of this pandemic. As members know, collaboration is the cornerstone of good public health. That is why the Government of Canada has taken a whole-of-government approach to managing this crisis and is committed to working with the provinces and territories and our international partners.
Public Health Agency of Canada officials have been working closely with international organizations such as the World Health Organization and the Pan American Health Organization, as well as with public health agencies such as the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, to protect the health and safety of Canadians and the global community.
We have been engaging with our G7 counterparts on a regular basis to share information on public health measures, to learn from their experiences, and to share best practices and identify possible joint actions to tackle this outbreak together. Of course, we have been working very closely with the provinces and territories throughout this time on vital issues such as developing guidance on infection prevention, conducting laboratory testing and ensuring that facilities are equipped with the personal protective equipment and ventilators they need.
It is important to recognize that the science around COVID-19 is rapidly evolving, which means that our public health guidance continues to evolve along with it. Researchers at PHAC are working with scientific experts in various fields across the country and around the world to continually review and evaluate the latest scientific evidence. When they determine that the body of evidence has gained sufficient credibility and acceptability with the scientific community, our advice and guidance is updated as quickly as possible to reflect the best current scientific knowledge and public health practices.
Since the beginning of the outbreak, PHAC officials have worked with provincial, territorial and international partners to detect signals and investigate transmission patterns of COVID-19 in communities across Canada. Multiple data streams are used to monitor and illustrate the current situation in Canada, including daily case information by province and territory in developing outbreak scenarios. PHAC analyzes this data on a daily basis to monitor trends for early detection of new patterns of transmission. PHAC also monitors early warning signs and systems to collect and exchange timely information on public health events with its members.
The Government of Canada, in collaboration with other orders of government and across sectors, has developed a new nationwide mobile app to let users know if they may have been exposed to COVID-19. The app, called COVID Alert, is free and available to all Canadians to download. COVID Alert uses strong measures to protect the privacy and confidentiality of any data it collects. The app does not track a user's location or collect personally identifiable information. It is another tool that Canadians can use to help slow the spread of infection, prevent future outbreaks and protect our communities as we ease restrictions and restart the economy. I urge all Canadians to download and use this app. Certainly, the more people who use it the more effective it will be.
The government has also taken strong measures at the border to limit the introduction and spread of COVID-19 and to protect the health of Canadians.
For example, emergency orders have been enacted under the Quarantine Act to restrict discretionary entry into Canada from abroad and to strengthen measures to reduce the importation risk from other countries. This means that people entering Canada, no matter their country of origin or their mode of entry, are required to quarantine for 14 days. Some exemptions to the mandatory quarantine are allowed so critical infrastructure, essential services and economic supply chains can continue between Canada and the United States.
All travellers entering Canada are required to provide certain information upon entry, including contact information and an appropriate quarantine plan. The government has developed a mobile app called “ArriveCAN” to allow travellers to input their information quickly, easily and securely before, during and after their arrival at the border.
I am pleased to see that thousands of travellers to Canada are using the “ArriveCAN” app. This means they are spending less time with border services officers, public health officers and other travellers and in lineups.
PHAC is increasing its public health presence to 36 points of entry across the country, which cover 90% of all traffic coming into Canada during normal operating circumstances. This positions us well to deal with increasing non-essential travel now that international travel is starting to resume.
I also want to mention vulnerable populations. The government recognizes that while public health measures are essential for stopping the spread of COVID-19, they have taken a toll on Canadians. COVID-19 is creating stress and anxiety for people, particularly for those who do not have ready access to their regular support networks. This has had an impact on mental wellness and has increased the risks associated with family violence and substance use. This is why our government created the wellness together Canada portal to connect Canadians with mental health and substance use supports.
PHAC has also announced new initiatives that can help reduce the risk and impacts of family violence, including funding for the Kids Help Phone, shelters and sexual assault services, income support initiatives and support for non-profit and charitable organizations. In addition, PHAC continues to work closely with Correctional Service Canada to strengthen measures to prevent the introduction and transmission of COVID-19 in federal correctional institutions across Canada.
This is just a snapshot of some of the actions that the Public Health Agency of Canada has taken to protect the health and safety of Canadians from COVID-19. As all members in the House can appreciate, an incalculable amount of work is going on behind the scenes across all orders of government and with our many partners in the public health, academic and research communities.
By continuing to work together, we will further our understanding of this novel coronavirus and gain the scientific evidence and data we need to inform our public health planning and response at local, national and international levels. We need to continue to be vigilant; operate based on scientific evidence, which is accumulating; and adapt our public health measures accordingly. This is part of being a responsive government. I am very proud to say I am part of a team that is being really responsive at a time when Canadians need us most.
Last, I would like to commend all our public health agency staff right across the country. We have professionals who are top-notch and they have done an incredible job of helping all our communities.
Monsieur le Président, je voudrais d'abord offrir mes sincères condoléances aux Libanais en raison de la terrible explosion survenue à Beyrouth la semaine dernière. Je suis de tout cœur avec ceux qui ont été touchés par cette tragédie et avec les centaines de milliers de Libano-Canadiens qui s'inquiètent du sort de leurs amis et de leur famille. Le Canada collabore avec la communauté internationale pour trouver des façons de répondre aux besoins criants et de poursuivre l'approvisionnement d'urgence en aide médicale, en nourriture et en abris.
Ici, au pays, le gouvernement du Canada travaille avec tous les ordres de gouvernement à répondre à la menace toujours présente de la COVID-19 et à réduire l'impact de cette dernière sur les familles, sur les collectivités et sur l'économie canadienne. Nous avons vu le nombre de cas avérés de COVID-19 et de décès connexes diminuer au cours des derniers mois, ce qui nous indique que nous avons réellement aplani la courbe. Cette tendance à la baisse est largement attribuable à deux facteurs: premièrement, les gouvernements travaillent main dans la main de façon coordonnée dans l'ensemble du pays et, deuxièmement, les Canadiens font des efforts individuels soutenus pour suivre à la lettre les indications de la santé publique.
Alors que nous relançons l'économie du pays de façon sécuritaire et graduelle, nous devons demeurer vigilants. Nous devons tirer des leçons de l'expérience vécue par d'autres pays qui connaissent une recrudescence marquée du nombre de cas afin d'éviter que cela ne nous arrive également.
Aux fins du débat d'aujourd'hui, j'aimerais souligner certaines des mesures prises par l'Agence de la santé publique du Canada depuis le début de la pandémie. Comme le savent les députés, la collaboration est la pierre angulaire d'une bonne santé publique. Voilà pourquoi le gouvernement du Canada adopte une approche pangouvernementale pour gérer cette crise et pourquoi il est résolu à collaborer avec les provinces et les territoires ainsi qu'avec nos partenaires de l'étranger.
En effet, les représentants de l'Agence de la santé publique du Canada collaborent étroitement avec des organismes internationaux tels que l'Organisation mondiale de la santé et l'Organisation panaméricaine de la santé, de même qu'avec des agences de santé publique telles que les Centers for Disease Control and Prevention, aux États-Unis, afin de protéger la santé et la sécurité des Canadiens et de la communauté mondiale.
De même, nous consultons fréquemment nos homologues du G7 afin d'échanger des renseignements au sujet de mesures de santé publique et de pratiques exemplaires, de nous inspirer de leur expérience ainsi que de cerner des mesures qui pourraient être prises conjointement pour lutter ensemble contre cette pandémie. Évidemment, nous collaborons aussi étroitement depuis le début avec les provinces et les territoires à l'égard de questions vitales telles que l'élaboration de lignes directrices sur la prévention des infections, la réalisation de tests en laboratoire et l'approvisionnement des établissements en équipement de protection individuelle et en respirateurs.
Il est important de reconnaître que les connaissances scientifiques entourant la COVID-19 évoluent rapidement, ce qui signifie que les consignes de santé publique continuent d'évoluer en même temps. Les chercheurs de l'Agence de la santé publique du Canada travaillent avec des experts dans divers domaines, partout au pays et aux quatre coins du monde, afin d'analyser et d'évaluer continuellement les dernières données scientifiques. Lorsqu'ils déterminent que l'ensemble des données ont suffisamment de crédibilité et d'acceptabilité au sein du milieu scientifique, les consignes sont mises à jour le plus rapidement possible pour tenir compte des connaissances scientifiques les plus à jour et des pratiques exemplaires actuelles en matière de santé publique.
Depuis le début de la pandémie, les fonctionnaires de l'Agence de la santé publique du Canada collaborent avec des partenaires provinciaux, territoriaux et étrangers pour détecter des signes et enquêter sur les modes de transmission de la COVID-19 partout au Canada. De nombreuses sources de données sont utilisées pour surveiller et illustrer la situation actuelle au Canada, notamment les données quotidiennes sur les cas, par province et par territoire, sur les nouvelles éclosions. L'Agence de la santé publique du Canada analyse ces données quotidiennement pour observer les tendances et détecter rapidement les nouveaux modes de transmission. L'Agence surveille aussi les systèmes d'alerte précoce pour recueillir des données sur les cas de santé publique et les mettre rapidement en commun avec ses membres.
En collaboration avec d'autres ordres de gouvernement et divers secteurs, le gouvernement du Canada a mis au point une nouvelle application mobile à l'échelle nationale pour informer les utilisateurs s'ils ont été exposés à la COVID-19. L'application Alerte COVID est gratuite et elle peut être téléchargée par tous les Canadiens. Elle applique des mesures rigoureuses pour protéger la vie privée et la confidentialité de l'ensemble des données recueillies. L'application ne permet pas de localiser un utilisateur ni de recueillir des données personnelles permettant de l'identifier. C'est un autre outil que les Canadiens peuvent utiliser pour contribuer à ralentir la propagation du virus, à prévenir d'éventuelles éclosions et à protéger les collectivités à mesure que nous assouplissons les restrictions et que nous relançons l'économie. J'invite tous les Canadiens à télécharger et à utiliser l'application. C'est certain que plus il y aura de personnes qui l'utiliseront, plus elle sera efficace.
Le gouvernement a aussi mis en place des mesures rigoureuses à la frontière afin de limiter l'entrée et la propagation de la COVID-19 et de protéger la santé des Canadiens.
À titre d'exemple, des interdictions d'entrer ont été édictées aux termes de la Loi sur la mise en quarantaine dans le but de restreindre l'entrée non essentielle de personnes de l'étranger et de renforcer les mesures de manière à réduire le risque d'une contamination provenant d'autres pays. C'est donc dire que les gens qui arrivent au Canada doivent, quel que soit leur pays d'origine et leur mode de transport, rester en quarantaine pendant 14 jours. On permet quelques exemptions à cette quarantaine obligatoire pour que les infrastructures essentielles, les services essentiels et les chaînes d'approvisionnement entre le Canada et les États-Unis puissent être maintenus.
À leur arrivée au Canada, tous les voyageurs doivent fournir certains renseignements, notamment des coordonnées pour les joindre et un plan de quarantaine approprié. Le gouvernement a créé une application mobile, ArriveCAN, grâce à laquelle les voyageurs peuvent entrer leurs renseignements rapidement, facilement et en toute sécurité, et ce, avant, pendant et après leur arrivée à la frontière.
Je suis heureux de constater que des milliers de voyageurs utilisent l'application ArriveCAN. Ainsi, ils passent moins de temps avec les agents des services frontaliers et les agents de santé publique, et moins de temps à attendre en file avec d'autres voyageurs.
L'Agence de la santé publique du Canada intensifie sa présence à 36 points d'entrée du pays qui reçoivent, en temps normal, 90 % de la circulation entrant au Canada. Ainsi, alors que les voyages internationaux commencent à reprendre, nous serons bien placés pour composer avec un nombre croissant de voyages non essentiels.
Je tiens également à parler des populations vulnérables. Le gouvernement comprend que même si les mesures de santé publique sont nécessaires pour empêcher la propagation de la COVID-19, elles ont mis les Canadiens à rude épreuve. La COVID-19 cause du stress et de l'anxiété pour les gens, notamment pour ceux qui n'ont pas facilement accès à leur réseau de soutien habituel. Cela a eu des répercussions sur le bien-être mental, en plus d'accroître le risque associé à la violence conjugale et la toxicomanie. Voilà pourquoi le gouvernement a créé le portail Espace Mieux-être Canada, qui sert à diriger les Canadiens là où ils pourront obtenir de l'aide dans le domaine de la santé mentale et de la toxicomanie.
L'Agence de la santé publique du Canada a aussi annoncé de nouveaux programmes pour réduire le risque de violence conjugale et les répercussions de cette violence, notamment grâce au financement de Jeunesse, J'écoute, de refuges, de services d'aide aux victimes d'agression sexuelle, de programmes de soutien du revenu et d'organismes caritatifs et à but non lucratif. De plus, l'Agence continue de collaborer étroitement avec Service correctionnel Canada pour renforcer les mesures destinées à empêcher l'introduction et la transmission de la COVID-19 dans les pénitenciers du Canada.
Ce n'est qu'un aperçu des mesures prises par l'Agence de la santé publique du Canada pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens contre la COVID-19. Tous les députés comprendront qu'une quantité incalculable de travail se fait en coulisse, par tous les ordres du gouvernement, en collaboration avec nos nombreux partenaires du secteur de la santé publique, du monde de la recherche et du milieu universitaire.
En continuant d'unir nos efforts, nous arriverons à mieux comprendre ce nouveau coronavirus et accumuler les preuves scientifiques et les données requises pour planifier et prendre des mesures de santé publique judicieuses à l'échelle locale, nationale et internationale. Nous devons maintenir notre vigilance, agir selon les preuves scientifiques, qui s'accumulent, et adapter nos directives de santé publique en conséquence. C'est ce que cela signifie d'être un gouvernement responsable. Je suis très fier de dire que je fais partie d'une équipe qui agit promptement en cette période où les Canadiens n'ont jamais eu autant besoin de nous.
En terminant, j'aimerais féliciter le personnel de l'Agence de santé publique du Canada dans l'ensemble du pays. Nous pouvons compter sur des professionnels de haut niveau, et ils ont accompli un travail remarquable pour aider leurs concitoyens dans toutes les collectivités.
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2020-08-12 16:06 [p.2783]
Mr. Speaker, in his speech, the member talked about the health response to the COVID-19 pandemic and vulnerable populations, but he did not mention the other national health crisis we are facing in Canada. Last week in Victoria, I went to a Moms Stop The Harm event that called for decriminalization and an end to the opiate crisis. I spoke with health care workers, community members and families who have lost loved ones.
The member highlighted the science-based and evidence-based approach that the government has taken to the COVID-19 pandemic. It is time for the government to do the right thing, to act with logic, compassion and courage, and take an evidence-based approach to decriminalizing drug use and medically regulating a safe supply.
As we deal with the COVID-19 pandemic, we cannot ignore the staggering death toll from the opiate crisis. When will the government listen to the experts, respect the evidence and treat addiction as a health issue, not a criminal one? These deaths are preventable. A safe supply saves lives.
Monsieur le Président, dans son discours, le député a parlé des mesures sanitaires visant la pandémie de COVID-19 ainsi que des populations vulnérables, mais il n'a rien dit sur l'autre crise sanitaire nationale qui touche le pays. La semaine dernière, à Victoria, j'ai participé à un événement organisé par l'association Moms Stop the Harm, qui milite pour la décriminalisation et pour que l'on mette un terme à la crise des opioïdes. J'ai parlé avec des travailleurs de la santé, des membres de la collectivité et des familles qui ont perdu des êtres chers.
Le député a souligné l'approche fondée sur les données scientifiques probantes que le gouvernement a adoptée à l'égard de la pandémie de COVID-19. Il est temps pour le gouvernement de prendre la bonne décision, d'agir de façon logique, avec compassion et courage, et d'adopter une approche fondée sur les données probantes à l'égard de la décriminalisation de la consommation de drogue et de la réglementation médicale pour un approvisionnement sûr.
Pendant que nous combattons la pandémie de COVID-19, nous ne pouvons pas faire fi du nombre effarant de morts causées par la crise des opiacés. Quand le gouvernement va-t-il écouter les experts, tenir compte des données probantes et traiter la toxicomanie comme un problème de santé plutôt qu'un problème de criminalité? Ces morts sont évitables. Offrir un approvisionnement sûr sauve des vies.
View Ryan Turnbull Profile
Lib. (ON)
View Ryan Turnbull Profile
2020-08-12 16:07 [p.2784]
Mr. Speaker, I understand the deep concerns the member has about substance use and the rise in the number of cases in her area.
From my perspective, our government has tried to implement numerous measures to address the many different segments of the population that are vulnerable during the pandemic. The Wellness Together Canada portal offers tech support, info and videos on mental health issues, modules people can use for coaching, community support and individual counselling. I know this does not adequately address the issue that the member has raised, but it is certainly a start. This is not to mention the fact that we have given $157.5 million to shelters and another $40 million to women's shelters and sexual assault services. We have also put out $350 million through the emergency community support fund, which non-profit agencies, many of which are doing the work on the front lines, can use for people who suffer from substance use or substance abuse issues.
In general, I am very proud of our government for adopting a harm-reduction approach. That gives me a lot of confidence.
Monsieur le Président, je comprends les vives inquiétudes de la députée à propos de la toxicomanie et de la hausse des cas dans sa région.
À mon avis, le gouvernement a essayé de mettre en œuvre de nombreuses mesures pour venir en aide aux multiples segments de la population qui sont vulnérables pendant la pandémie. Le portail Espace mieux-être Canada offre du soutien technique, de l'information et des vidéos sur des questions de santé mentale, des modules pouvant servir à l'encadrement, un soutien communautaire et des consultations individuelles. Je sais que cet outil n'est pas suffisant pour répondre adéquatement aux problèmes soulevés par la députée, mais c'est certainement un début. C'est sans compter le fait que nous avons remis 157,5 millions de dollars à des refuges et 40 millions de dollars à des services d'aide aux victimes d'agression sexuelle et à des refuges pour femmes. Nous avons également investi 350 millions de dollars dans le Fonds d'urgence pour l'appui communautaire. Les organismes sans but lucratif, dont bon nombre œuvrent en première ligne, peuvent y avoir recours pour aider les personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie.
En général, je suis très fier du gouvernement qui a adopté une approche de réduction des méfaits. Ce choix m'inspire une grande confiance.
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2020-07-22 12:40 [p.2707]
Mr. Speaker, I take it the answer to the Canadian Football League would be “no”.
The other question I have is this. Earlier this month, the government granted exemptions to allow hundreds of foreign National Hockey League players to enter Canada, specifically in Toronto and Edmonton, to allow them to participate in the upcoming NHL playoffs. Many of these players are coming from countries with far worse COVID-19 conditions than ours.
What steps is the government taking to protect Canadians, especially in Toronto and Edmonton, so this does not cause further breakouts of COVID-19?
Monsieur le Président, j'en déduis donc que la demande de la Ligue canadienne de football est refusée.
Ma deuxième question est la suivante. Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement a accordé des exemptions pour permettre à des centaines de joueurs étrangers de la Ligue nationale de hockey d'entrer au Canada, plus précisément pour aller à Toronto et à Edmonton, afin qu'ils puissent participer prochainement aux séries éliminatoires de la LNH. Beaucoup de ces joueurs viennent de pays où la pandémie de COVID-19 est bien pire qu'ici.
Quelles mesures le gouvernement prend-il pour protéger les Canadiens, en particulier ceux de Toronto et d'Edmonton, et éviter que cela n'entraîne d'autres éclosions de COVID-19?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, we know Canadians are eager to see their favourite sports team return to play. PHAC has assessed the National Hockey League's plan for pre-season training. When fully implemented, this plan offers robust measures to prevent new cases and the spread of COVID-19 in Canada. The league has obtained a written commitment from both these cities and public health authorities to support the proposed measures.
Monsieur le Président, nous savons que les Canadiens ont hâte que leur équipe de sport favorite recommence à jouer. L'Agence de la santé publique du Canada a évalué le plan de la Ligue nationale de hockey pour l'entraînement présaison. Lorsqu'il sera entièrement mis en œuvre, ce plan offrira des mesures robustes pour prévenir les nouveaux cas et la propagation de la COVID-19 au Canada. La ligue a obtenu un engagement par écrit de la part des deux villes en cause et des autorités de la santé publique afin d'appuyer les mesures proposées.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-07-22 13:14 [p.2713]
Madam Chair, there is not one pandemic in Canada; there are two. The number of Canadians dying from opioids in our country is staggering and growing. Over 15,000 mothers, fathers, sons and daughters have died in the last four years alone, and June saw the most opioid deaths in British Columbia's history.
What is the Liberal plan to address the overdose pandemic ravaging our country?
Madame la présidente, il n'y a pas une seule pandémie au Canada, mais deux. Le nombre de Canadiens qui meurent à cause des opioïdes dans notre pays est stupéfiant et ne cesse d'augmenter. Plus de 15 000 mères, pères, fils et filles sont morts au cours des quatre dernières années seulement et au mois de juin, le nombre de décès dus aux opioïdes a atteint des sommets jamais vus dans l'histoire de la Colombie-Britannique.
Quel est le plan des libéraux pour faire face à la pandémie de surdoses qui ravage notre pays?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, I share the member's complete devastation over the numbers of opioid overdoses coming out of B.C. Of course, we have known about this crisis for a very long time, and the Liberal government has taken strong steps over the last four or five years to ensure that communities and provinces have the tools they need, including expansive harm reduction supports, access to safe supply and funding for not-for-profit and health-based organizations that are working with people who use substances.
Our government will ensure that we continue to make all tools available to the provinces and territories as they work to support citizens—
Madame la présidente, je partage le désarroi absolu du député face au nombre de surdoses d'opioïdes en Colombie-Britannique. Bien sûr, nous sommes au courant depuis très longtemps, et le gouvernement libéral a pris des mesures rigoureuses au cours des quatre ou cinq dernières années pour que les collectivités et les provinces disposent des outils dont elles ont besoin, notamment une aide accrue à la réduction des méfaits, l'accès à du matériel sûr et une aide financière octroyée à des organismes sans but lucratif et des organismes dans le domaine de la santé qui œuvrent auprès des toxicomanes.
Le gouvernement veillera à ce que les provinces et les territoires continuent d'avoir à leur disposition tous les outils dont elles ont besoin pour aider les citoyens...
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-07-22 13:15 [p.2713]
Madam Chair, it is not working. The cause of the opioid carnage is clear for all to see: a toxic street supply sold by criminals who do not care about poisoning Canadians.
Public health officers, police chiefs and now premiers are calling on the government to do the right thing and act with logic, compassion and courage to decriminalize drug use and medically regulate a safe supply.
When is the government going to listen to the experts, respect the evidence and treat addiction as a health issue, not a criminal one?
Madame la présidente, ces mesures ne fonctionnent pas. La cause des ravages attribuables aux opioïdes est on ne peut plus claire: des criminels sans scrupules vendent dans la rue des substances toxiques qui empoisonnent des Canadiens.
Les agents de la santé publique, les chefs de police et, maintenant, les premiers ministres provinciaux pressent le gouvernement de faire ce qui s'impose, c'est-à-dire agir avec logique, compassion et courage pour décriminaliser la consommation de drogue et exercer un contrôle médical visant à assurer un approvisionnement sécuritaire.
Quand le gouvernement écoutera-t-il les experts, admettra-t-il la validité des preuves et traitera-t-il la toxicomanie comme un problème de santé plutôt que de criminalité?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, I would argue that this is exactly what the Liberal government has been doing for five years: working with experts, listening to experts and working with communities to make sure we have safe supply, safer consumption sites, overdose prevention programs and increased access to prescribed medications that support substance use recovery. We have been looking at other ways besides enforcement to deal with problematic substance use.
We know on this side of the House that this is, in fact, a health issue, not an issue of criminality. We will continue to work with the provinces and territories to ensure that they have all the tools they need to save more lives.
Madame la présidente, je soutiens que c'est précisément ce que fait le gouvernement libéral. Depuis cinq ans, nous travaillons avec des experts, nous tenons compte de leurs recommandations et nous collaborons avec les communautés pour assurer un approvisionnement sécuritaire et des centres de consommation sûrs. Nous avons également mis en place des programmes de prévention des surdoses et élargi l'accès aux médicaments sur ordonnance qui aident les toxicomanes. Par surcroît, mis à part l'application de la loi, nous cherchons d'autres moyens de gérer les problèmes liés à la toxicomanie.
De ce côté-ci de la Chambre, nous savons qu'il s'agit effectivement d'un enjeu de santé et non de criminalité. Nous continuerons de collaborer avec les provinces et les territoires pour assurer qu'ils disposent de tous les outils nécessaires pour sauver davantage de vies.
View Marc Dalton Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Calgary Centre.
The opioid crisis continues to spiral out of control, with 170 deaths in the month of May alone in British Columbia. That is about equal to how many people have died of COVID during the entire pandemic. Opioid use tears families apart, leads to homelessness and causes massive increases in street-level crime.
Residents and business owners in my riding are fed up and are looking for action and leadership. The government has had nearly five years to provide action and leadership, and instead the problem worsens.
How much worse does it need to get before words and virtue signalling are replaced by action, especially support for recovery.?
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Calgary-Centre.
La crise des opioïdes est toujours hors de contrôle: au mois de mai seulement, la Colombie-Britannique a enregistré 170 décès. Cela équivaut presque au nombre de personnes qui ont succombé à la COVID au cours de la pandémie en entier. La consommation d'opioïdes déchire les familles, mène à l'itinérance et fait monter en flèche la criminalité de rue.
Les habitants et les propriétaires d'entreprises de ma circonscription en ont assez et souhaitent que l'on fasse preuve de leadership et d'initiative. Voilà près de cinq ans que le gouvernement aurait pu passer à l'action et prendre les choses en main, mais le problème ne fait que s'aggraver.
À quel point la situation doit-elle se détériorer avant que l'on remplace les belles paroles et l'étalage de vertu par des gestes concrets, notamment de l'aide pour le rétablissement?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to thank the member for bringing forward an important question about the opioid crisis and overdoses.
As he knows, our government has been working over the last five years to undo a decade of damage to the work of substance use in this country, damage resulting from extremely restrictive Harper government policies. I was on the front lines in Thunder Bay at that time, watching people die of overdose time and again and pleading with the federal government to take action. It did not, but we have.
We will continue to work hard to ensure that we can prevent these deaths.
Monsieur le Président, je remercie le député de soulever une question importante liée à la crise des opioïdes et aux surdoses.
Comme il le sait, le gouvernement s'emploie depuis cinq ans à réparer les dégâts subis dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie qu'ont causés les politiques extrêmement restrictives du gouvernement Harper pendant une décennie. À l'époque, j'étais à Thunder Bay, aux premières lignes, témoin d'innombrables décès par surdose et priant le gouvernement fédéral d'intervenir. Il n'est pas intervenu, mais nous, oui.
Nous allons continuer de travailler d'arrache-pied pour prévenir ce genre de décès.
View Sherry Romanado Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, the supplementary estimates list an amount of $500 million for Public Services and Procurement Canada for statutory appropriations under the public health events of national concern. Can the minister please provide us more information on the nature of those funds?
Madame la présidente, en ce qui concerne Services publics et Approvisionnement Canada, le budget supplémentaire des dépenses prévoit 500 millions de dollars en crédits législatifs liés à la Loi sur les paiements relatifs aux événements de santé publique d’intérêt national. La ministre peut-elle donner des précisions sur la nature de ces fonds?
View Anita Anand Profile
Lib. (ON)
View Anita Anand Profile
2020-06-17 16:29 [p.2503]
Madam Chair, the funding has been requested to expand PSPC's procurement scope and to purchase supplies as quickly as possible.
The pandemic has meant that we need to have multiple supply chains operating in tandem, both domestically and internationally. As a result, our resources would go toward ensuring—
Madame la présidente, on a demandé les fonds afin d'élargir la portée des activités d'approvisionnement de Services publics et Approvisionnement Canada, de manière à pouvoir acheter des fournitures le plus rapidement possible.
En raison de la pandémie, nous devons faire fonctionner ensemble de multiples chaînes d'approvisionnement à l'échelle nationale et internationale. Nos ressources serviront donc à...
View Sherry Romanado Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I am pleased to rise in the House today to speak to these supplementary estimates and to the health portfolio.
It is no surprise that the supplementary estimates (A), 2020-21, were largely influenced by our government's response to the COVID-19 pandemic. This unprecedented crisis called for an unprecedented, timely, global and coordinated response. Our government took action on several fronts, but public health was one of our top priorities. The organizations in the health portfolio were instrumental in these efforts.
Early in the crisis, Health Canada responded quickly to support the Government of Canada's response. In total, these initial measures cost more than $9.2 million dollars and included support for specialized health services, drugs and medical devices, and funding for operations and coordination.
Since that time, the department's response has expanded and evolved. One of its top priorities has been keeping Canadians informed and helping them protect themselves during the pandemic. To do this, Health Canada has developed a number of digital tools to provide timely, reliable information to Canadians where and when they need it. This includes the Canada COVID-19 app, which provides up-to-date information on the pandemic, a symptom tracker and a self-assessment tool. It also includes the Wellness Together Canada portal, which links Canadians to mental health and substance use supports.
Innovative tools like these empower Canadians to stay healthy and to stop the spread of COVID-19. Health Canada is requesting a total of $240.5 million in additional funds to support these initiatives.
Right now, there is nothing more important than making sure Canada's health care system has the right tools to fight COVID-19. Throughout the pandemic, medication and essential equipment, such as personal protective equipment, have been in high demand around the world. As a regulatory body, Health Canada has found innovative solutions to source and ensure access to these essential supplies.
The department implemented a temporary measure to facilitate access to hand sanitizer, disinfectant and other PPE. In addition, the Minister of Health signed a number of emergency orders that facilitated access to tests, drugs and medical supplies.
Health Canada will continue to take measures like these if necessary, to ensure that Canada has the drugs and medical equipment it needs to fight the pandemic. The department will also continue to do the operational work needed to coordinate our COVID-19 response.
In total, Health Canada is requesting $12.8 billion in additional funding for this work.
Of course, even during the pandemic, Health Canada continues to carry out its regular activities, as it works to protect the health of Canadians. That includes supporting medical research. As part of these supplementary estimates, Health Canada is requesting more than $15 million for the Terry Fox Research Institute and Ovarian Cancer Canada. This investment will advance precision medicine in cancer, including ovarian cancer, for which there is still no reliable screening test and no vaccine to prevent it, even though it has the lowest survival rate of all other cancers in women, a fact that my family unfortunately knows too well.
The department is also requesting an additional $1.5 million to support a safe and non-discriminatory approach to plasma donation. Specifically, this funding will go toward research on reducing barriers to plasma donation by men who have sex with men.
Altogether, these supplementary estimates will increase Health Canada's statutory spending forecast by $262.6 million and its voted spending authorities by $16.6 million.
I will now turn to the Public Health Agency of Canada, or PHAC.
As members will recall, on March 11, the Prime Minister outlined Canada's whole-of-government response to COVID-19 by establishing the COVID-19 response fund.
As the agency responsible for preparing for and responding to public health emergencies, PHAC has played a key role in this response. As such, these supplementary estimates increase PHAC's statutory spending forecast by $2.3 billion and its voted spending authorities by $42.3 million. Of this, $177.1 million will support PHAC's early work to respond to COVID-19. This includes the immediate public health response and the acquisition of supplies for the provinces and territories. It also includes support for communication and public education initiatives.
An additional $74.7 million will be allocated to a more long-term response to the pandemic, which includes isolating travellers entering the country and strengthening the testing capacity of the National Microbiology Laboratory. Furthermore, $7.5 million will be allocated to the Kids Help Phone, which is providing mental health support to young Canadians during this difficult time. The Public Health Agency of Canada is also asking for $1.8 billion to procure protective gear and medical equipment.
With regard to the new funding, PHAC is asking for support to prepare for future pandemic-related challenges. For example, $37 million will be used to establish a Canadian supply of respirators and surgical masks. An additional $5 million will be allocated to the national medical research strategy. This initiative includes COVID-19 tracking and testing and the development of vaccines and treatments. It also includes strengthening Canada's capabilities in biomanufacturing, vaccine research and clinical trials, in co-operation with Health Canada; Innovation, Science and Economic Development Canada; the National Research Council of Canada; and the Canadian Institutes of Health Research.
Of course, the effects of COVID-19 are not limited to health care. This pandemic has had an impact on almost every aspect of our society. That includes the agri-food industry, which is dealing with unique pressures.
Throughout this crisis, the Canadian Food Inspection Agency, or CFIA, has been working diligently to protect the integrity of the food system to ensure that Canadians continue to have access to safe, high-quality foods. These supplementary estimates include just under $20 million in additional funding for the CFIA to carry out this important work. For example, the CFIA has been increasing the number of inspectors, reassigning staff to high-priority areas and finding innovative ways to conduct remote inspections.
As the organization responsible for supporting critical research to inform governments' actions in public health crises such as COVID-19, CIHR is receiving over $151 million in 2020-21 from the fiscal framework for COVID-19-related initiatives. Of this amount, over $147 million is being funded through these supplementary estimates, while CIHR is also allocating close to $4 million of existing funding. Following the Prime Minister's announcement of March 11, and in partnership with a number of provinces, CIHR was able to invest an additional $25.8 million in 53 more research grants.
We understood that we needed to do more to guarantee the best health outcomes for all Canadians dealing with the pandemic. That is why, on April 23, the Prime Minister announced additional funding for a solid research plan, a response to the pandemic and health emergencies.
Almost overnight, the COVID-19 pandemic has changed how we live our lives and put exceptional demands on our health care system and institutions. It is a challenge unlike any we have seen in our lifetime, but together we are rising to meet it. It has never been more important for us to work together as a government and as a country.
Madame la présidente, je suis heureuse de m'adresser à la Chambre aujourd'hui pour parler de ce Budget supplémentaire des dépenses et du portefeuille de la santé.
Il n'est pas surprenant que le Budget supplémentaire des dépenses (A) 2020-2021 ait été largement influencé par la réponse de notre gouvernement à la pandémie de la COVID-19. Cette crise sans précédent exige une réponse sans précédent, une réponse opportune, globale et coordonnée. Notre gouvernement agit sur plusieurs fronts, mais l'un des plus importants est celui de la santé publique. Les organisations du portefeuille de la santé ont joué un rôle déterminant dans ces efforts.
Dès le début de la crise, Santé Canada a réagi rapidement pour appuyer la réponse du gouvernement. Au total, ces mesures initiales ont coûté plus de 9,2 millions de dollars et comprenaient un soutien aux services de santé spécialisés, aux médicaments et aux dispositifs médicaux, ainsi qu'un financement des opérations et de la coordination.
Depuis lors, la réponse du ministère s'est élargie et a évolué. L'une de ses principales priorités a été de tenir les Canadiens informés et de les aider à se protéger pendant la pandémie. Pour ce faire, Santé Canada a développé un certain nombre d'outils numériques afin de fournir à la population des renseignements fiables en temps opportun. Il s'agit notamment de l'application Canada COVID-19, qui fournit des renseignements actualisés sur la pandémie, d'un dispositif de suivi des symptômes, ainsi que d'un outil d'auto-évaluation. Je pense également au portail Espace mieux-être Canada, qui dirige le public vers des services de soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie.
Des outils novateurs comme ceux-ci permettent aux Canadiens de demeurer en bonne santé et de freiner la propagation de la COVID-19. Santé Canada demande un total de 240,5 millions de dollars supplémentaires afin d'être en mesure d'appuyer ces initiatives.
Il n'y a rien de plus important en ce moment que de s'assurer que le système de santé canadien dispose de bons outils pour lutter contre la COVID-19. Tout au long de la pandémie, les médicaments et les équipements essentiels, tels que les équipements de protection individuelle, ont été très demandés dans le monde entier. En tant qu'organisme de réglementation, Santé Canada a trouvé des solutions novatrices pour garantir la découverte de ces fournitures essentielles et l'accès à celles-ci.
Le ministère a mis en place une approche provisoire pour faciliter l'accès aux désinfectants pour les mains, aux désinfectants et à d'autres types d'équipement de protection individuelle. De plus, la ministre de la Santé a signé plusieurs décrets d'urgence, ce qui a facilité l'accès aux tests de diagnostic, aux médicaments et aux dispositifs médicaux.
Santé Canada continuera à prendre des mesures comme celles-ci, si nécessaire, pour s'assurer que le Canada dispose des médicaments et des équipements médicaux dont il a besoin pour lutter contre la pandémie. En outre, le ministère continue d'effectuer le travail opérationnel nécessaire pour coordonner notre réponse à la COVID-19.
Au total, Santé Canada demande 12,8 millions de dollars supplémentaires pour soutenir ses efforts.
De toute évidence, même pendant la pandémie, Santé Canada poursuit ses activités habituelles, car le ministère s'efforce de protéger la santé des Canadiens. Ces activités incluent le soutien de la recherche médicale. Dans le cadre du budget supplémentaire des dépenses, Santé Canada demande plus de 15 millions de dollars pour l'Institut de recherche Terry Fox et Cancer de l'ovaire Canada. Cet investissement fera progresser la médecine de précision dans le domaine du cancer, y compris le cancer de l'ovaire, pour lequel il n'existe toujours pas de test de dépistage fiable ni de vaccin préventif. Pourtant, de tous les cancers, c'est celui où le taux de survie des femmes est le plus faible. Ma famille le sait malheureusement trop bien.
Le ministère demande également 1,5 million de dollars de plus pour que les dons de plasma puissent se faire de manière sûre et non discriminatoire. Plus précisément, ce financement sera consacré à des recherches visant à faciliter les dons de plasma par des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.
Dans l'ensemble, le budget supplémentaire des dépenses augmentera les prévisions de dépenses législatives de Santé Canada de 262,6 millions de dollars et ses crédits autorisés de 16,6 millions de dollars.
Je vais maintenant passer à l'Agence de la santé publique du Canada.
Comme les députés s'en souviendront, le 11 mars, le premier ministre a présenté la réponse pangouvernementale du Canada à la COVID-19 en créant le fonds d'intervention lié à la COVID-19.
En tant qu'agence responsable de la préparation et de l'intervention en cas d'urgence de santé publique, l'Agence de la santé publique du Canada a joué un rôle clé dans la réponse actuelle. En fait, le budget supplémentaire des dépenses augmente les prévisions des dépenses législatives de l'Agence de la santé publique du Canada de 2,3 milliards de dollars et ses pouvoirs de dépenser de 42,3 millions de dollars. De ce montant, 177,1 millions de dollars serviront à soutenir les efforts initiaux de l'Agence de la santé publique du Canada pour lutter contre la COVID-19. Cela comprend la réponse immédiate en matière de santé publique et l'achat de fournitures pour les provinces et les territoires. Cela comprend aussi des mesures d'appui pour des initiatives axées sur les communications et l'éducation du public.
Un montant supplémentaire de 74,7 millions de dollars sera consacré à une réponse à plus long terme à la pandémie, notamment à l'isolement des voyageurs entrant et au renforcement des capacités de tests du Laboratoire national de microbiologie. De plus, 7,5 millions de dollars seront alloués à Jeunesse, J'écoute, qui offre un soutien en matière de santé mentale aux jeunes canadiens pendant cette période difficile. L'Agence de la santé publique du Canada demande également 1,8 milliard de dollars pour l'acquisition d'équipement de protection et de matériel médical.
En ce qui concerne le nouveau financement, l'ASPC demande un soutien pour se préparer aux futurs défis liés à la pandémie. Par exemple, 37 millions de dollars seront utilisés pour établir un approvisionnement canadien en masques respiratoires et chirurgicaux. De plus, 5 millions de dollars supplémentaires seront consacrés à la stratégie nationale de recherche médicale. Cette initiative comprend le suivi et les tests de la COVID-19, ainsi que le développement des vaccins et des thérapies. Elle comprend également le renforcement des capacités de biofabrication, des recherches sur les vaccins et des essais cliniques au Canada, en collaboration avec Santé Canada, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, le Conseil national de recherches du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada.
Bien entendu, les effets de la COVID-19 ne se limitent pas aux soins de santé. Cette pandémie a touché presque tous les aspects de notre société. Cela inclut l'industrie agroalimentaire qui est confrontée à des pressions uniques.
Depuis le début de cette crise, l'Agence canadienne d'inspection des aliments fait preuve de diligence raisonnable pour protéger l'intégrité de la chaîne alimentaire pour veiller à ce que les Canadiens continuent d'avoir accès à de la nourriture saine et de qualité. Le budget supplémentaire des dépenses comprend un peu moins de 20 millions de dollars en fonds additionnels pour que l'Agence canadienne d'inspection des aliments effectue ce travail essentiel. Par exemple, l'Agence a accru le nombre d'inspecteurs, réaffecté du personnel aux secteurs hautement prioritaires et mis en place des moyens novateurs pour effectuer des inspections à distance.
En tant qu'organisation chargée d'appuyer les recherches indispensables sur lesquelles les gouvernements fondent leurs décisions lors de crises de santé publique comme la pandémie de COVID-19, les Instituts de recherche en santé du Canada recevront plus de 151 millions de dollars en 2020-2021 dans le cadre financier des initiatives liées à la COVID-19. De ce montant, plus de 147 millions de dollars proviennent du budget supplémentaire des dépenses, alors que les Instituts de recherche en santé du Canada versent près de 4 millions de dollars en fonds existants. À la suite de l'annonce du premier ministre le 11 mars dernier, et en partenariat avec certaines provinces, les Instituts de recherche en santé du Canada ont été en mesure d'investir un montant additionnel de 25,8 millions de dollars dans 53 autres subventions de recherche.
Nous avons compris qu'il fallait faire davantage pour garantir les meilleurs résultats sanitaires pour tous les Canadiens qui font face à la pandémie. C'est pourquoi, le 23 avril, le premier ministre a annoncé des fonds supplémentaires pour un solide plan de recherche, une réponse à la pandémie et les urgences sanitaires.
Presque du jour au lendemain, la pandémie de COVID-19 a changé nos vies et a soumis le système de santé et les établissements de soins de santé à des pressions exceptionnelles. Nous n'avons jamais vu un pareil défi de notre vivant, mais, ensemble, nous sommes capables de le relever. La collaboration n'a jamais été aussi importante pour le gouvernement et pour le pays.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:32 [p.2324]
Madam Speaker, I am happy to rise to speak to Motion No. 7. The hon. House leader gave a very impassioned speech about how we all worked together when this crisis first hit. We worked together immediately so that we would have a safe situation here in Ottawa, whereby the House was suspended on March 13 and we all went back to our ridings and began the hard work of dealing with this pandemic.
However, when the House was suspended at that time, I do not think any of us thought that the government would use that opportunity to circumvent democracy and shut Parliament down for this long a period of time. That was never what Conservatives wanted.
Motion No. 7 would continue the shutdown of democracy. It would continue the shutdown of Parliament. It would continue the shutdown of all members of Parliament who do the work that Canadians elected us to do. What Motion No. 7 would do is re-establish the special committee. Although the special committee is one in which questions can be asked, we certainly are not seeing questions answered. There are many things that the opposition can do when Parliament is actually sitting in order to try to get answers and hold the government to account. That is not going to be happening if this motion passes.
I want to remind Canadians that there are a number of things that we can do as opposition members, including opposition days where we can have full days to debate issues that members of the opposition parties feel are important. Private members' business is allowed to come forward when Parliament is sitting. Under this motion, no private members' business would come forward until probably the end of September. There are questions on the Order Paper that can be posed, whereby very specific and detailed questions are answered, and we have seen so much information come out over the years from questions on the Order Paper. The opposition is not going to be allowed to do that. There are debates and discussions around important committee reports that happen when Parliament is sitting. That will not be happening under this special committee.
Let us be very clear. For all Canadians, for everyone in the House, Parliament would not be resuming. A committee would be resuming and it would be resuming in this place, face to face. This begs the question: If we can resume here four days a week as a committee, why in the world can we not resume as parliamentarians and as a full Parliament?
We had a study done just recently by the PROC committee. It was a good study, but it was probably too short. The committee probably will need more time, and I think it will be getting more time, to do some work that it is doing. There was some fantastic testimony given on why Parliament is essential. Some might suggest this is just about people getting media coverage. What an insult that is to what every single one of us does every single day when Parliament has been sitting and has sat for the last 150 years. We are here to do a job, whether it is in government or in opposition; whether it is the main opposition party, the second opposition party or even that third opposition party over there. Those members are here to do a job as well, and I do not think any of us are going to insult the third party there, even though its numbers are reduced, by saying that the members are here just to get attention.
Let me quote Marc Bosc, former acting clerk of the House. He articulated Parliament's place. Here is what he said:
In too many countries around the world, dominant executive branches of government eclipse parliament. This makes parliaments weaker and less relevant. That imbalance needs to be addressed, especially in a time of crisis.
That is what we are in, Madam Speaker. He continued:
The House of Commons [not committee] needs to be functioning and needs to be seen by Canadians as functioning. I want to be clear. Parliament, particularly the House of Commons [not committee] is an essential service to the country, and members of Parliament are also essential workers.
These views are not just academic concerns. Veteran observers of Canadian politics have made similar points. John Ibbitson, for example, wrote:
Everything that is being debated on Twitter and Facebook and in the news media needs to be debated on the floor of the House [of Commons] and in Question Period.
Again, that is not a committee. He is talking about being in Parliament in the House of Commons and on the floor of the House of Commons. He continued:
Canada is a parliamentary democracy, health emergency or no health emergency....The opposition parties have every right to raise these issues, and the governing party has every right to defend its record. The place to do that is in Parliament, not just once a day in front of a microphone.
Who has been doing that every day in front of a microphone, getting out in front of his cottage, answering a few questions, smiling, telling everybody how he feels and that is it? That is not Parliament. That is not the way our democracy works.
Manon Cornellier, a Quebec journalist, said in Le Devoir, “The Conservatives…are right to require the government to be more accountable. Constant speeches and press conferences cannot replace the duty of ministers and the Prime Minister to be accountable before elected representatives. In a British type of Parliament, the existence of the government depends on the trust of the House”: not a committee but the House, Parliament. “Ultimately, the government must answer for its actions and decisions...”
A lot of academics and media ask this, but more importantly every day my constituents ask me why Parliament is not sitting. They say we are in a middle of a crisis and they have elected me to sit in Parliament. I have had to tell them that the government, together with the help of some of the other parties, has tied our hands behind our backs. We have still been able to do a lot of good work here in opposition. We have seen the work we have done. The government House leader has even acknowledged that pretty well every one of the programs that the government introduced, we as opposition made better, because we did not allow anyone to shut our voice down and we used every tool available.
That is why we want Parliament to sit. We want to deliver better results for Canadians. We know that in a democracy when the government is challenged, when it has to defend what it is doing and maybe improve it, when it has to listen to us on our opposition days and take a position, it is better for Canadians. That is the whole reason Conservatives want Parliament to sit.
That, then, comes to the question of why the government would not want Parliament to sit. Why would the Liberal government prefer to stand up every day, as the Prime Minister does in front of his cottage, answer a few questions and announce some programs for people, but not come back to Parliament? For a long time, the government was saying it was concerned about the health and safety of people in the precinct and members of Parliament. That wears very thin because its own motion calls us all back here four days a week.
Four days a week we are going to be here in the committee, face to face, practising physical distancing and being very responsible, which is what Conservatives have advocated for. However, the Prime Minister does not want Parliament. Therefore, the whole argument of safety is actually pretty thin. I would say it is a thin excuse and not a real reason.
I would suggest the real reason Liberals do not want Parliament to sit is because they do not want the full accountability, the full scrutiny and the full responsibility that will come when Parliament does sit. Make no mistake: We will sit again. Conservatives will stand ready any time to come back as Parliament and hold the government to account for its response to this pandemic, for its lack of response, for its lack of dealing with things in a timely way, for its lack of supporting and providing protection for Canadians.
Make no mistake: The day of reckoning will come for the Prime Minister. He may think he is going to escape Parliament now, but the day will come. Conservatives will hold the government to account. We will do our job. Conservatives stand ready, willing and able to do the job for Canadians that it seems nobody else in this place wants to do.
Madame la présidente, je suis heureuse d'intervenir au sujet de la motion no 7. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes a prononcé un discours enflammé sur la manière dont nous avons tous uni nos efforts lorsque la crise a frappé. Nous avons tout de suite collaboré afin d'assurer des conditions sécuritaires à Ottawa. Les séances de la Chambre ont été suspendues le 13 mars, et nous sommes tous rentrés dans notre circonscription pour entamer le dur travail qui consiste à faire face à la pandémie.
Lorsque la Chambre a suspendu ses travaux, je doute que quiconque ait pensé que le gouvernement profiterait de l'occasion pour contourner les processus démocratiques et fermer le Parlement pendant une aussi longue période. Les conservateurs n'ont jamais voulu qu'il en soit ainsi.
Avec la motion no 7, la démocratie resterait au point mort. Le Parlement demeurerait fermé. Tous les députés continueraient de ne pas pouvoir faire le travail que les Canadiens leur ont confié en les élisant. Concrètement, la motion no 7 rétablirait le comité spécial. Certes, on peut poser des questions au comité spécial, mais on ne peut vraiment pas dire qu'on y obtient des réponses. L'opposition peut accomplir beaucoup de choses, lorsque le Parlement siège en bonne et due forme, afin d'obtenir des réponses et de demander des comptes au gouvernement. Ce n'est pas ce qui se passera si la motion est adoptée.
Je rappelle aux Canadiens qu'il y a un certain nombre de choses que nous pouvons faire en tant que députés de l'opposition, notamment dans le cadre des journées de l'opposition, qui nous permettent de débattre des journées entières sur des questions que les partis de l'opposition jugent importantes. Des initiatives parlementaires peuvent être mises à l'étude lorsque le Parlement siège. Or, selon cette motion, de telles initiatives ne pourront probablement pas être mises à l'étude avant la fin de septembre. On peut inscrire des questions au Feuilleton pour obtenir des réponses à des questions très précises et détaillées, ce qui nous a permis d'obtenir beaucoup d'information au fil des années. L'opposition ne sera plus en mesure de le faire. Il y a des débats et des discussions sur d'importants rapports de comité lorsque le Parlement siège. Ce ne sera pas possible dans le cadre de ce comité spécial.
Soyons très clairs. Pour l'ensemble des Canadiens et des députés, le Parlement ne reprendrait pas ses travaux. Les membres d'un comité siégeraient en personne dans cette enceinte, ce qui m'amène à me poser la question suivante. Si nous pouvons nous réunir en comité quatre jours par semaine, dans cette Chambre, alors pourquoi tous les parlementaires ne pourraient-ils pas reprendre leurs travaux en bonne et due forme?
Le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a justement réalisé une étude sur le sujet dernièrement. Il s'agissait d'une bonne étude, quoique peut-être un peu courte. Le comité aura sans doute besoin de plus de temps pour venir à bout des tâches qui lui ont été confiées, et je crois qu'il en aura. Il a entendu plusieurs témoins qui sont venus expliquer de manière extraordinairement éloquente en quoi le Parlement est un service essentiel. Certains seront tentés de dire qu'il s'agit d'une simple tactique pour attirer l'attention des médias. Quelle insulte pour le travail que les députés accomplissent depuis 150 ans chaque fois que le Parlement siège. Que nous soyons sur les banquettes ministérielles ou sur celles de l'opposition — et j'englobe là-dedans autant l'opposition officielle que la deuxième et même la troisième opposition —, nous avons un travail à faire. Les députés sont ici pour faire leur travail, et j'ose espérer que personne ne souhaite insulter le troisième parti de l'opposition en affirmant que ses députés cherchent seulement à attirer l'attention sur eux, même s'ils sont en nombre réduit.
Marc Bosc, qui a déjà été greffier de la Chambre par intérim, a su mieux que quiconque résumer l'importance du Parlement:
Dans trop de pays, les organes exécutifs font de l'ombre au Parlement. Les Parlements finissent alors par être plus faibles et moins pertinents. On doit corriger ce déséquilibre, particulièrement en période de crise.
C'est le cas actuellement, madame la Présidente. M. Bosc a ajouté ceci:
Il faut que la Chambre des communes [et non un quelconque comité] fonctionne et qu'elle soit perçue comme étant une Chambre des communes qui fonctionne. Je veux être clair: le Parlement, particulièrement la Chambre des communes [et non ses comités], est un service essentiel pour le pays. Les députés sont également des travailleurs essentiels [...]
Il ne s'agit pas d'opinions purement théoriques. De nombreux observateurs chevronnés de la scène politique canadienne pensent la même chose. Voici par exemple ce qu'a écrit John Ibbitson:
Tout ce qui a été débattu sur Twitter, sur Facebook et dans la presse doit être débattu sur le parquet de la Chambre [des communes] et pendant la période des questions.
Là encore, il n'est pas question de comités. M. Ibbitson dit que les députés doivent se réunir et débattre de ces sujets à la Chambre des communes. Il ajoute ceci:
Le Canada est une démocratie parlementaire, urgence sanitaire ou pas [...] Les partis de l'opposition ont tout à fait le droit de poser ces questions, et le parti au pouvoir a absolument le droit de défendre ses décisions. Or, l'endroit pour ce faire est le Parlement, pas devant un micro une fois par jour.
Qui prend la parole tous les jours devant un micro, tout sourire, devant sa résidence, répond à quelques questions et explique comment il se sent à la galerie, mais sans plus? Pas le Parlement en tout cas. Ce n'est pas ainsi que fonctionne la démocratie canadienne.
La journaliste québécoise Manon Cornellier a écrit ceci dans Le Devoir: « Les conservateurs [...] n'ont pas tort d'exiger du gouvernement qu'il rende davantage de comptes. Les discours et les conférences de presse à répétition ne peuvent servir de substitut à l'obligation des ministres et du premier ministre d'être responsables devant les élus. En système parlementaire de type britannique, l'existence du gouvernement repose sur la confiance qui lui témoigne la Chambre — pas un comité de la Chambre, mais le Parlement. [Ultimement, le gouvernement] doit répondre de ses actes et décisions. »
Beaucoup d'universitaires et de journalistes posent la question, mais, surtout, beaucoup d'habitants de ma circonscription me demandent chaque jour pourquoi le Parlement ne siège pas. Ils font valoir que nous sommes en pleine crise et que j'ai été élue pour siéger au Parlement. J'ai été obligée de répondre que le gouvernement, avec l'aide de certains partis, nous a lié les mains. L'opposition a quand même été capable de faire beaucoup de très bon travail. On peut constater ce que nous avons accompli. Même le leader du gouvernement à la Chambre des communes a reconnu que l'opposition a amélioré pratiquement tous les programmes proposés par le gouvernement; c'est parce que nous avons refusé que quiconque nous contraigne au silence et nous nous sommes servis de tous les outils à notre disposition.
Voilà pourquoi nous voulons que le Parlement siège. Nous voulons livrer de meilleurs résultats aux Canadiens. Nous savons que, dans une démocratie, il est préférable pour les Canadiens que le gouvernement soit remis en question, qu'il doive défendre ses mesures et peut-être les améliorer, qu'il doive nous écouter lors des journées de l'opposition et prendre position. C'est la raison pour laquelle les conservateurs veulent que le Parlement siège.
La question qui se pose alors est de savoir pourquoi le gouvernement préférerait que le Parlement ne siège pas. Pourquoi le gouvernement libéral préférerait-il un point de presse quotidien, comme celui du premier ministre devant sa résidence, pour répondre à quelques questions et annoncer certains programmes à l'intention de la population, plutôt que la reprise des travaux du Parlement? Pendant longtemps, le gouvernement se disait préoccupé pour la santé et la sécurité des députés et des gens dans la Cité parlementaire. Ce prétexte n'est plus très valable, puisque sa propre motion nous convoque tous ici quatre jours par semaine.
Quatre jours par semaine, nous serons ici, face à face, en respectant les normes de distanciation physique et en étant très responsables, comme le réclament les conservateurs. Toutefois, étant donné que le premier ministre ne veut pas que le Parlement siège, nous formerons plutôt un comité. Par conséquent, l'argument de la sécurité ne tient pas la route. C'est une bien piètre excuse; ce n'est pas la vraie raison.
Selon moi, la vraie raison pour laquelle les libéraux ne veulent pas que le Parlement siège, c'est parce qu'ils ne veulent pas avoir à rendre des comptes en bonne et due forme, ils ne veulent pas se soumettre pleinement à l'examen du public et ils ne veulent pas être assumer pleinement la responsabilité de leurs actions, comme ce sera le cas lorsque le Parlement siégera. En effet, ne nous méprenons pas: nous siégerons de nouveau. Les conservateurs sont prêts à reprendre les travaux parlementaires n'importe quand, et nous exigerons des comptes du gouvernement pour sa réaction à la pandémie, ses défauts d'intervention, sa lenteur, et l'aide et la protection insuffisantes qu'il aura fournies aux Canadiens.
Il n'y a aucun doute, le jour du jugement viendra pour le premier ministre. Il pense peut-être échapper au Parlement en ce moment, mais le jour viendra. Les conservateurs exigeront qu'il rende des comptes. Nous ferons notre travail. Les conservateurs sont prêts, disposés et aptes à faire, pour les Canadiens, le travail que personne d'autre ici ne semble vouloir faire.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech.
That said, I am a little offended by her comments suggesting that we come back to the House as though it were business as usual. There have been some 4,000 deaths in Quebec.
Is it not the responsibility of elected officials, the representatives of the people, to lead by example, to listen to public health advice, to avoid bringing 300 or 330 MPs together in the House, and instead adapt our behaviour and our work to the current crisis? I do not understand the Conservative Party's position on this.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours.
Cela dit, je suis un peu offusqué par son propos voulant que nous revenions à la Chambre comme si tout était normal. Au Québec, il y a eu près de 4 000 décès.
La responsabilité des élus, des représentants de la population, ne devrait-elle pas être de montrer l'exemple, d'écouter les consignes de la santé publique, de ne pas rassembler à la Chambre 300 ou 330 députés et d'adapter les comportements et les travaux en fonction de la crise qui existe? Je ne comprends pas la position du Parti conservateur à cet égard.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:47 [p.2327]
Madam Speaker, I am very happy to clarify for that member.
We absolutely agree that we should not resume sitting business as usual. We should not have 338 of us here. We need to have a very much reduced setting. However, I think my colleague, who has been here for a while, understands the difference between the roles and powers of a committee and the roles and powers of Parliament.
We are calling for Parliament in a very reduced number to return in a responsible way. If the NDP members want to abdicate and sit on committee their whole careers, that is their choice, but we do not want to do that.
Madame la Présidente, c'est avec grand plaisir que je vais préciser mon propos pour le député.
Nous convenons tout à fait que la Chambre ne doit pas reprendre ses travaux comme si tout était normal. Il ne faut pas réunir les 338 députés ici. Nous devons être beaucoup moins nombreux en cette enceinte. Cela dit, je crois que mon collègue, qui est ici depuis un bon bout de temps, comprend la différence entre les fonctions et les pouvoirs d'un comité et ceux du Parlement.
Nous réclamons une reprise responsable des travaux parlementaires par un nombre très réduit de parlementaires. Si les députés néo-démocrates veulent se démettre de leurs fonctions et siéger à un comité pendant toute leur carrière, c'est leur choix, mais, pour notre part, ce n'est pas ce que nous souhaitons.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-05-25 14:29 [p.2352]
Mr. Speaker, we have seen that in this country Canadians have to make an impossible choice when they are sick. Without paid sick leave, they have to choose between going to work and potentially risking infecting their co-workers or staying at home and not knowing if they can pay their bills.
Will the Prime Minister commit to immediately putting in place a guarantee that all Canadians can receive paid sick leave?
Monsieur le Président, au Canada, des gens se retrouvent devant un choix impossible lorsqu'ils sont malades. S'ils ne disposent pas de congés de maladie payés, ils doivent choisir entre aller au travail et risquer ainsi d'infecter leurs collègues, ou bien rester à la maison, sans savoir s'ils pourront payer leurs factures.
Le premier ministre va-t-il s'engager immédiatement à faire en sorte que tous les Canadiens puissent bénéficier de congés de maladie payés?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-05-25 14:29 [p.2352]
Mr. Speaker, we agree that nobody should have to choose between staying home with COVID-19 symptoms and being able to afford rent or groceries. That is why the government will continue discussions with the provinces without delay on ensuring that, as we enter the recovery phase of the pandemic, every worker in Canada who needs it has access to 10 days of paid sick leave a year. We will also consider other mechanisms for the longer term to support workers with sick leave. We thank the leader of the NDP and the entire NDP caucus for working with us on this issue.
Monsieur le Président, nous convenons que personne ne devrait avoir à choisir entre rester à la maison en raison de symptômes liés à la COVID-19 ou pouvoir payer le loyer ou la nourriture. C'est pour cette raison que, alors que s'amorce la phase de la pandémie axée sur la relance, le gouvernement poursuivra sans tarder ses discussions avec les provinces pour que tous les travailleurs canadiens qui en ont besoin puissent bénéficier de 10 jours de congé de maladie payés par année. Nous allons aussi envisager d'autres mécanismes qui permettront d'appuyer à long terme les travailleurs malades. Nous remercions le chef du NPD et tous les membres de son caucus de leur collaboration dans ce dossier.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-04-20 11:04 [p.2159]
Mr. Speaker, I rise on a question of privilege. This is my earliest opportunity.
I must start by reflecting on the enormous tragedy that took place over the weekend in Nova Scotia. I am sure that none of us is unaffected by this horrific event. That tragedy only adds to the urgency of my request.
Your role, Mr. Speaker, is to protect the rights and privileges of every member in this place. Historically, the Speaker has also been responsible for the physical safety of members and indeed of all who work in Parliament. That we are currently in a global pandemic due to the COVID-19 virus is clear. The impact of that pandemic is the reason that this House, by unanimous consent on March 13, 2020, agreed to adjourn until this date.
However, I submit that the date of April 20 was a mere placeholder. No one knew on March 13 what living in a pandemic meant. We knew nothing about flattening the curve. Now we do. I submit that when we agreed to the adjournment on March 13, we placed in that motion a simple expedient to continue adjournment in keeping with public health advice. All that had to happen until any time yesterday, was for the House leaders of the four larger parties to sign a letter to you, Mr. Speaker, requesting further adjournment. The responsibility for such a letter not being sent rests on one party in this place, and now here we are.
The rights and privileges of many members are prima facie violated by any motion to proceed with regular sittings of the House in which they cannot participate. All members from Nova Scotia, New Brunswick, Prince Edward Island, and Newfoundland and Labrador cannot participate under provincial quarantine orders without having a 14-day quarantine upon returning to their home province and must isolate even from their families.
This is particularly painful, given that today, in the aftermath of those terrible murders, our colleagues from Nova Scotia cannot gather. They cannot console their bereaved constituents. None of us, from the Prime Minister to the Governor General, can go to Nova Scotia to console them. Our hearts go out to each and every Nova Scotian and those across Canada affected. My colleague from Saanich—Gulf Islands, a former Nova Scotia resident and proud Cape Bretoner, knows one of the family members of a victim. This is a terrible time to be debating procedural motions in Parliament.
For my other colleague, the hon. member for Fredericton, her rights and privileges are violated. Should she attempt to represent her constituents physically in this place, which is her duty and her right, she would be required to self-isolate from her husband and children on her return, for 14 days.
Quebec members have also been asked by their government not to travel. The idea of a small number of MPs meeting in Ottawa violates their privileges and offends the efforts of the Quebec government.
The rights of Quebec MPs have been violated.
Parliament is not a debating club for the benefits of large organized political groups or parties. Political parties are not mentioned in our Constitution. Parliament is an assembly of duly elected members. All MPs are equal, just as their constituents and constituencies are equal.
On this day we are in uncharted territory. As Green MPs, we seek to rely on the rules and procedures of this place that have protected Westminster parliamentary democracies for centuries. Those rules evolve, but most fundamentally, the Speaker's role is to protect the rights of each and every MP.
In a pandemic, this surely means that the Speaker should find a question of privilege and, in light of the affront to Parliament of continuing debate on the matters, I ask that you, Mr. Speaker, find a prima facie question of privilege and that you forthwith refer the matter to the Standing Committee on Procedure and House Affairs currently meeting virtually. I also ask that you take protection of the House into your own hands, deciding to adjourn immediately sine die and that you inform us when we shall resume sittings of the House, based on public health advice as to when it is possible for every MP to exercise his or her rights and privileges in this place. I also ask that you continue to pursue the unanimous wishes of those in this place under the existing unanimous consent orders of April 11, to pursue without delay a virtual question period and to reconvene only when a compelling legislative need is identified.
Monsieur le Président, je soulève une question de privilège. C'est la première occasion que j'ai de le faire.
D'entrée de jeu, je dois parler de l'énorme tragédie survenue au cours du week-end en Nouvelle-Écosse. Je suis convaincu que nous sommes tous touchés par cet horrible événement. Cette tragédie ne fait que rendre encore plus pressante ma demande.
Monsieur le Président, votre rôle consiste à protéger les droits et les privilèges de tous les députés. Traditionnellement, le Président est aussi responsable de la sécurité physique des députés, ainsi que de toutes les personnes qui travaillent au Parlement. Il est évident que nous faisons actuellement face à une pandémie mondiale attribuable au virus de la COVID-19. C'est en raison des conséquences de cette pandémie que, le 13 mars 2020, la Chambre a convenu à l'unanimité d'ajourner ses travaux jusqu'à aujourd'hui.
C'est cependant pour la forme que la Chambre s'est alors entendue pour fixer au 20 avril la date de la reprise de ses travaux. Le 13 mars, personne ne savait ce que signifiait en réalité la vie en période de pandémie. Personne ne connaissait l'expression « aplatir la courbe ». Nous le savons maintenant. À mon avis, lorsque nous avons convenu de l'ajournement le 13 mars, nous avons placé dans la motion un simple expédient pour poursuivre l'ajournement conformément aux conseils en matière de santé publique. Jusqu'à hier, il aurait suffi que les leaders à la Chambre des quatre principaux partis signent une lettre vous demandant, monsieur le Président, de prolonger l'ajournement. Or, si cette lettre n'a pas été envoyée, c'est à cause d'un seul parti représenté à la Chambre. C'est pour cela que nous sommes ici aujourd'hui.
Les droits et les privilèges de nombreux députés sont enfreints d'emblée par toute motion portant poursuite des travaux réguliers de la Chambre, travaux auxquels ils ne peuvent participer. Tous les députés de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador ne peuvent se présenter à la Chambre à cause des règles de quarantaine en vigueur dans ces provinces, qui les obligent à rester confinés pendant 14 jours lorsqu'ils rentrent chez eux. Ils doivent même s'isoler de leur propre famille.
La situation est particulièrement difficile pour eux aujourd'hui dans la foulée de ces terribles meurtres, car ils ne peuvent se rassembler. Ils ne peuvent réconforter leurs concitoyens affligés par le deuil. Aucun d'entre nous, du premier ministre à la gouverneure générale, ne peut aller en Nouvelle-Écosse pour les réconforter. Nous sommes de tout cœur avec tous les Néo-Écossais et les Canadiens touchés par cette tragédie. Ma collègue de Saanich—Gulf Islands, ancienne résidante de la Nouvelle-Écosse et fière Cap-Bretonnaise, connaît un membre de la famille d'une des victimes. Le temps est vraiment mal choisi pour débattre de règles de procédure à la Chambre.
On porte également atteinte aux droits et aux privilèges de ma collègue de Fredericton. Si elle voulait représenter en personne à la Chambre les habitants de sa circonscription, ce qui est son devoir et son droit, elle devrait s'isoler de son mari et de ses enfants pendant 14 jours à son retour chez elle.
Le gouvernement québécois a également demandé aux députés du Québec de ne pas voyager. L'idée que quelques-uns d'entre eux se rendent à Ottawa porte atteinte à leurs privilèges et aux directives du gouvernement du Québec.
Les droits des députés du Québec sont violés.
Le Parlement n'est pas un club de débats réservé à d'importants groupes ou partis politiques organisés. Les partis politiques ne sont pas mentionnés dans notre Constitution. Le Parlement est une assemblée de représentants dûment élus. Tous les députés sont égaux, tout comme le sont chacun des électeurs et chacune des circonscriptions.
Nous sommes aujourd'hui en territoire inconnu. Les députés du Parti vert se fondent sur les règles et les procédures qui protègent depuis des siècles les démocraties parlementaires fondées sur le modèle de Westminster. Ces règles évoluent, mais le rôle du Président consiste d'abord et avant tout à protéger les droits de chacun des députés.
En situation de pandémie, le Président devrait sûrement considérer qu'il y a matière à question de privilège. De plus, étant donné que le débat se poursuit, ce qui constitue un affront au Parlement, je vous demande, monsieur le Président, de conclure qu'il y a, de prime abord, matière à question de privilège et de renvoyer sans délai la question au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, qui tient actuellement une réunion virtuelle. Je vous demande aussi de prendre en main la protection de la Chambre, d'ajourner immédiatement et indéfiniment les travaux et de nous informer du moment où nous pourrons les reprendre selon l'avis des autorités de la santé publique quant au moment où il sera possible pour tous les députés d'exercer leurs droits et leurs privilèges à la Chambre. Je vous demande aussi de continuer de faire respecter la volonté que les députés ont exprimée le 11 avril en adoptant à l'unanimité un ordre toujours en vigueur actuellement, qui veut que l'on organise sans délai la tenue de périodes des questions virtuelles et que l'on convoque de nouveau les députés seulement lorsqu'il sera absolument nécessaire de légiférer.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-04-20 11:10 [p.2160]
Mr. Speaker, I have a couple of points with respect to the hon. member's question of privilege.
First, I would remind the House that the procedure and House affairs committee is dealing, in a very short time frame, with the issue of a virtual Parliament.
Second, we would reserve the right to respond to the member's question of privilege.
Monsieur le Président, j'ai deux points à soulever relativement à la question de privilège du député.
Primo, je rappelle à la Chambre que le comité de la procédure et des affaires de la Chambre doit s'occuper, en très peu de temps, du dossier du Parlement virtuel.
Secundo, nous nous réservons le droit de répondre à la question de privilège du député.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-04-20 11:35 [p.2162]
Mr. Speaker, greetings to all the members here today.
Before I begin, I would like to offer my condolences to the families of the many people who have been killed this weekend in Nova Scotia. This senseless violence has shocked all of us and has caused deep pain. To the families and friends of those who were killed, our thoughts are with them. To the people of Nova Scotia and all those in this country who are grieving, we are with them on this horrible day.
I want to express my most sincere condolences to family and friends of the victims of the absolutely senseless act that took place in Nova Scotia. Our hearts go out to them.
The horrible and incomprehensible tragedy that occurred in Nova Scotia comes on top of the coronavirus tragedy that all Canadians and people around the world are going through. The pandemic is a unique situation that is affecting everyone no matter where they live, especially older people, especially our seniors, who have devoted their lives to building the society we live in today. We owe them so much. This is a difficult situation for them, for their friends and for their family members.
This is also a very difficult situation for those who have lost a loved one. I know that first hand because I lost a very close friend two days ago. It is hard not being able to say goodbye to our loved ones, not being able to hug them before they go, not being with our loved ones, friends and family. As horrible and difficult as the crisis we are going through is, that makes it even worse.
I have spoken long enough about the motion. I would now like to hear what my colleagues have to say about it. In my opinion, this motion strikes a balance between letting Parliament play the fundamental role that all members of the House hold dear and respecting the public health guidelines. It also enables us to do what we are telling the public to do, and that is to self-isolate as much as possible and limit travel.
I would like to thank the members of the Bloc Québécois and the NDP for supporting the motion. I would also like to recognize the Green Party's support for virtual sittings. The government, the Bloc Québécois and the NDP have come to an agreement. We continue to reach out to the Conservative Party so that we can unite and work together.
We all agree that there is not a second to lose on partisanship, particularly today, in light of the dual crises affecting our nation, namely what happened in Nova Scotia and what continues to happen every day.
Once again, I am reaching out to my Conservative colleagues and asking them to join in the consensus reached between the government, the Bloc Québécois and the NDP. Together, we can continue to enable Parliament to play its absolutely fundamental role, while abiding by the guidelines issued by Health Canada and taking into account the health and safety of those in the House and all those who are there for us outside the House.
Monsieur le Président, je tiens à saluer tous les députés ici présents.
Avant de commencer, je tiens à offrir mes condoléances aux familles des nombreuses personnes qui ont été tuées cette fin de semaine en Nouvelle-Écosse. Cette violence insensée nous a tous choqués, et elle nous a affligés. Nos pensées accompagnent les familles et les amis des personnes qui ont été assassinées. Nous sommes de tout cœur avec les Néo-Écossais et tous les Canadiens éplorés en cette horrible journée.
J’offre mes plus sincères condoléances aux familles et aux amis des victimes de cet acte absolument insensé qui s’est déroulé en Nouvelle-Écosse. Nous sommes de tout cœur avec eux.
L’horrible et incompréhensible tragédie survenue en Nouvelle-Écosse s’ajoute à la tragédie du coronavirus, vécue par l’ensemble des citoyens canadiens et de la planète. La pandémie est une situation unique qui touche toutes les populations, les gens de tous les pays et, plus particulièrement, les gens plus âgés, soit nos aînés. Ces derniers ont tout donné au cours de leur vie pour bâtir la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui; nous leur devons tant. C’est une situation difficile pour eux, pour leurs amis et pour leurs familles.
C’est aussi une situation très difficile pour une personne qui vient de perdre un être cher. Je peux en témoigner, car j’ai perdu un ami très proche il y a deux jours. Ce qui est difficile, c’est de ne jamais pouvoir dire adieu à cette personne, de ne pas pouvoir la serrer dans nos bras avant son départ et de ne pas pouvoir être présent auprès des proches, des amis et de la famille. Tout cela s’ajoute à l’aspect horrible et difficile de la crise que nous traversons.
J’ai parlé assez longtemps de la motion. J’aimerais maintenant entendre ce que mes collègues ont à dire à ce sujet. À mon avis, au moyen de la motion, nous avons trouvé un équilibre entre le fait de permettre au Parlement de jouer le rôle fondamental que tous les députés de la Chambre chérissent et le respect des consignes de santé publique, tout en respectant ce que nous disons nous-mêmes à la population de faire, soit s’isoler autant que possible et limiter les déplacements.
Je tiens à remercier les députés du Bloc québécois et du NPD de leur appui à la motion. Je tiens aussi à souligner l’appui du Parti vert au concept de séance virtuelle. Nous avons une entente qui regroupe le gouvernement, le Bloc québécois et le NPD. Le Parti conservateur aura toujours la main tendue, pour que nous puissions nous unir et travailler ensemble.
Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il n’y a pas une seule seconde à perdre en partisanerie, particulièrement aujourd’hui, à cause de cette double crise que traverse notre nation, soit ce qui s’est passé en Nouvelle-Écosse et ce qui continue de se passer tous les jours.
Encore une fois, je tends la main à mes collègues conservateurs pour qu’ils se joignent au consensus entre le gouvernement, le Bloc québécois et le NPD. Ensemble, nous pouvons continuer à permettre au Parlement de jouer son rôle absolument fondamental dans le respect des consignes de Santé Canada, en tenant compte de la santé et de la sécurité des gens qui sont à l’intérieur de la Chambre et de tous ceux qui sont là pour nous, à l’extérieur de la Chambre.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-04-20 12:44 [p.2172]
Madam Speaker, I want to begin by expressing our sadness as New Democrats and all Canadians. We are grieving today as a nation for the horrible loss suffered by those living in Nova Scotia. The senseless violence and loss of life is all that much more painful given the safety precautions and measures that need to be taken with COVID-19 and how these will limit loved ones from coming together to mourn in the usual way.
I want to remember RCMP Constable Constable Heidi Stevenson for her bravery and for showing courage to help and save others, and she lost her life doing so. Again, I want to send a message to people in Nova Scotia: They are not alone. We are grieving together as a nation. We are reeling from the pain of this loss.
Today, we are talking about a motion that touches on the work of Parliament. During a global pandemic, when there are so many Canadians deeply impacted by this crisis through the loss of work and the impact on business, we need to be focusing all our efforts on doing whatever we can to help Canadians.
I also want to mention that I will be splitting my time with the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie.
The focus of our work in Parliament must be on keeping families, workers and small businesses safe and on saving lives. People are still in desperate need of help. There are still far too many people falling through the cracks.
Our position remains very clear. First, we believe that instead of having complicated criteria and tests for people to apply to themselves, we should send direct financial assistance to all Canadians, both immediately and during the crisis as it goes on. Second, we should make the CERB universal. The Prime Minister should stand in Parliament and make it very clear that if any people in our country need help, they should apply for the CERB.
We also need to ensure that those who are putting themselves at risk, the essential front-line workers who are risking their lives and safety and potentially endangering their families, are acknowledged with the equipment to stay safe but also with a courage bonus to acknowledge the risk and danger they are going through. People who are working low-wage jobs need a top-up. They need additional financial support to acknowledge the risk they are putting themselves in for the benefit of all of us.
We are still hearing many examples of people who are falling through the cracks. Although we are proud of the work that we were able to do in the last emergency session, when we obtained guarantees to close the gap for so many Canadians who were not able to access the CERB, we are still hearing many stories of Canadians who are are falling through the cracks. One group in particular that has been missed by the programs offered, and one that has been ignored by the government, is students.
The reality is that the proposals the government is talking about regarding Canada summer jobs, or additional funding for summer jobs, are not going to be enough. Students no longer have an opportunity to work. There are no longer those jobs they were hoping to work at this summer. In this upcoming summer, those jobs will not be available.
To fix this problem and make sure students are not ignored and left behind, we can make some simple changes. One of those is to change the wording in the current legislation from those who have ceased working as a result of COVID-19 to those who are unable to work as a result of COVID-19. It would address the students who are falling through the cracks. Many students were hoping to work this summer, but those jobs are simply unavailable. That is why we need to make sure they are not forgotten.
I wrote a letter to the Prime Minister outlining this amendment, asking him to ensure that students are not forgotten and that we do not leave students behind. While we have not received an adequate response, we will not give up on students. We will continue to fight to make sure they receive the supports they need.
Another concern that has been raised is that people are worried about the cost of rent. While people have lost their income, they still have to pay rent, and many people are worried about losing their homes. Many families are also worried about paying their mortgages. Small businesses are also worried about paying commercial rents and mortgages. We maintain that the simplest solution is to use the powers we have at the federal level to put a pause on mortgages and then work with provincial governments for a pause on rents.
While we are encouraged that the government has said it will take some steps to help people or businesses with rents, these are just not enough. There are significant powers we have at the federal level. We need to use them.
We also need to help renters. The housing crisis was already making it hard for people to find a safe place to call home. Being in danger of losing one's home because one cannot pay the rent is even harder.
What we need to do is ensure there is more help for more people, and do it faster. Our proposal allows us to do exactly that. We are proposing having a regular, planned meeting here in Parliament in person to give us the chance to vote on legislation that needs to be changed to help more people.
Two days of virtual sessions would ensure that people who are in regions across the country are represented, and their members of Parliament could ask questions on behalf of those constituents. In Parliament, we are limited to a small number, and that is often the people who are close to Ottawa. By having a virtual session, we can ensure that those MPs who represent communities far from Ottawa still have a voice, that their voice is heard and the stories of their constituents are shared, including stories that we continue to hear about health care workers who do not have adequate personal protective equipment to stay safe.
Those who are running to danger, putting their lives at risk for our lives, do not have the equipment they need to stay healthy. In addition, we are hearing stories of health care workers who are forced to sleep in their cars because they do not want to go home and put their families at risk. This is not the way health care workers should be treated in our country. We need to do more than just thank them. We need to ensure that they have the right equipment and conditions to be safe.
Small businesses have raised concerns about waiting weeks for help and not knowing if they are going to be able to continue with their livelihoods, if they are going to be able to continue to pay their staff, or if their businesses will remain open. They are waiting for help.
We have heard stories about people worried about their parents in long-term care homes. They are going through, in some cases, deplorable conditions. It is heartbreaking to think of seniors who have worked their whole lives and sacrificed so much ending up in long-term care homes with substandard conditions. This is the result of years of neglect by Liberal and Conservative governments at both federal and provincial levels. In long-term care homes, we are witnessing the horrific consequences of this neglect.
We have heard from indigenous leaders who have shared stories about their fears and worries about keeping their communities safe. They are worried about being able to keep their communities safe with no access to basic human rights, such as clean drinking water and adequate housing.
In the last weeks, we have seen Canadians rise to a challenge that none of us imagined months ago. Again and again we have seen Canadians show how much they want to take care of one another and how much they want to make sure government holds this value of caring for one another above all else. That should be the test of what we do as government. Government should make its decisions based on whether they actually help take better care of people.
Let us not hope for things to return to normal. Instead, let us chart a course forward to a new normal, where we measure the decisions we make and the wealth of our nations by how well we take care of one another.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à exprimer toute la tristesse des néo-démocrates et de la population canadienne en général. Aujourd'hui, c'est toute la nation qui pleure la terrible perte subie par les Néo-Écossais. Cet acte de violence est insensé. Ces pertes de vie seront d'autant plus douloureuses que toutes les précautions et les mesures de sécurité qui doivent être prises à cause de la COVID-19 vont empêcher les gens de pleurer leur perte avec leurs proches comme ils auraient pu le faire normalement.
Je tiens à souligner le courage de l'agente de la GRC Heidi Stevenson, qui a perdu la vie en tentant d'aider et de sauver d'autres personnes. Encore une fois, je veux transmettre un message aux gens de la Nouvelle-Écosse, leur dire qu'ils ne sont pas seuls. C'est toute une nation qui pleure avec eux. Nous partageons leur douleur.
Aujourd'hui, nous débattons d'une motion qui porte sur les travaux du Parlement. Alors qu'une pandémie sévit et qu'elle a de graves répercussions sur de nombreux Canadiens, sur les emplois et sur les entreprises, nous devons d'abord et avant tout faire tout ce qui est possible pour aider les Canadiens.
J'aimerais mentionner que je vais partager mon temps de parole avec le député de Rosemont—La Petite-Patrie.
Nos travaux doivent avoir pour objectif premier d'assurer la sécurité des familles, des travailleurs et des petites entreprises et de sauver des vies. Il y a encore des gens qui ont désespérément besoin d'aide. Il y a encore beaucoup trop de gens qui passent entre les mailles du filet.
Notre position demeure très claire. D'abord, à notre avis, au lieu d'imposer des critères compliqués à respecter, nous devrions envoyer une aide financière directe à tous les Canadiens, immédiatement et tout au long de la crise. Ensuite, la Prestation canadienne d'urgence devrait être universelle. Le premier ministre devrait prendre la parole à la Chambre et dire très clairement que toute personne au pays qui a besoin d'aide peut demander cette prestation.
De plus, nous nous devons de reconnaître la valeur du dévouement des personnes dont la sécurité est en jeu, ces travailleurs de première ligne qui assurent les services essentiels à leurs risques et périls — et qui mettent potentiellement leur famille à risque —, en leur donnant accès non seulement à de l'équipement adéquat pour préserver leur sécurité, mais aussi à une prime de courage pour refléter le danger auquel ils s'exposent. Les Canadiens qui occupent un emploi faiblement rémunéré ont besoin d'un supplément de revenu. Ils ont besoin d'une aide financière additionnelle pour compenser les risques qu'ils courent dans l'intérêt de toute la population.
Nous savons qu'il y a encore des citoyens qui sont laissés pour compte. Même si nous sommes fiers du travail remarquable qui a été accompli lors de la plus récente séance d'urgence, où nous avons obtenu des engagements pour combler les lacunes qui affectaient un si grand nombre de Canadiens non admissibles à la Prestation canadienne d'urgence, nous savons qu'il y a encore trop de citoyens qui sont laissés à eux-mêmes. Une catégorie de Canadiens est particulièrement exclue des programmes mis en place, et le gouvernement ne fait rien pour lui venir en aide. Ce sont les étudiants.
Dans les faits, les initiatives proposées par le gouvernement à propos des emplois d'été au Canada, y compris le financement additionnel pour les emplois d'été, sont insuffisantes. Les étudiants n'ont plus la possibilité de travailler. Les emplois qu'ils espéraient occuper l'été prochain n'existent plus. Au cours de la prochaine saison estivale, ces emplois ne seront pas offerts.
Pour résoudre ce problème et nous assurer que les étudiants ne soient pas ignorés et laissés pour compte, nous pouvons apporter quelques changements simples. Nous pourrions par exemple modifier le libellé de la législation actuelle de façon à ce qu'elle englobe non seulement les personnes qui ont cessé de travailler en raison de la COVID-19, mais également les personnes qui sont incapables de travailler en raison de la COVID-19. Cela permettrait d'aider les étudiants qui sont laissés pour compte. De nombreux étudiants espéraient travailler cet été, mais ils ne trouveront tout simplement pas d'emploi. C'est pourquoi nous devons veiller à ce qu'ils ne soient pas oubliés.
J'ai écrit une lettre au premier ministre pour lui présenter l'amendement et lui demander de veiller à ce que les étudiants ne soient pas oubliés et laissés pour compte. Bien que nous n'ayons pas reçu de réponse adéquate, nous n'abandonnerons pas les étudiants. Nous continuerons à nous battre pour qu'ils reçoivent le soutien dont ils ont besoin.
Les gens se disent également inquiets de ne pas pouvoir payer leur loyer. Ils sont toujours tenus de le payer même s'ils ont perdu leurs revenus, et beaucoup craignent de se retrouver sans logement. De nombreuses familles s'inquiètent aussi de ne pas pouvoir payer leur hypothèque. Il en va de même pour les petites entreprises, qui doivent payer leur loyer commercial ou leur hypothèque. Nous soutenons que la solution la plus simple est d'utiliser les pouvoirs dont nous disposons à l'échelon fédéral pour suspendre les paiements hypothécaires, puis de collaborer avec les gouvernements provinciaux afin de suspendre le paiement des loyers.
Même si nous sommes ravis que le gouvernement ait déclaré qu'il prendrait certaines mesures pour aider les personnes et les entreprises à payer leurs loyers, ces mesures ne sont pas suffisantes. Le gouvernement fédéral dispose de pouvoirs importants. Nous devons les utiliser.
Nous devons également nous engager à aider les personnes qui sont locataires. La crise du logement rendait déjà difficile pour les gens de trouver un endroit sûr où ils se sentaient chez soi. C'est encore plus difficile lorsqu'on risque de perdre son logement parce qu'on ne peut pas payer le loyer.
Nous devons offrir plus d'aide à davantage de gens, et ce, plus rapidement. C'est exactement ce que permet d'accomplir notre proposition. Nous proposons de nous réunir ici, au Parlement, de manière régulière et planifiée, afin de nous donner la possibilité de voter sur la mesure législative que nous devons modifier pour aider davantage de gens.
Deux jours de séances virtuelles permettraient aux gens des régions de l'ensemble du pays d'être représentés, et leurs députés pourraient poser des questions en leur nom. Au Parlement, nous sommes limités à un petit nombre, et c'est souvent les députés près d'Ottawa qui participent. En tenant une séance virtuelle, nous pouvons nous assurer que les députés qui représentent des collectivités situées loin d'Ottawa peuvent continuer d'être entendus, d'exprimer l'opinion de leurs concitoyens et de faire part à la Chambre de ce que vivent les électeurs de leur circonscription, notamment les travailleurs de la santé qui ne disposent pas d'équipement de protection individuelle adéquat pour assurer leur sécurité.
Ceux qui sont exposés au danger, qui mettent leur vie en péril pour nous, n'ont pas l'équipement nécessaire pour rester en bonne santé. Par ailleurs, nous entendons des histoires de travailleurs de la santé qui sont obligés de dormir dans leur voiture parce qu'ils ne veulent pas rentrer chez eux et mettre leur famille en danger. Ce n'est pas la façon dont les travailleurs de la santé devraient être traités dans notre pays. Nous ne devons pas nous contenter de les remercier. Nous devons veiller à ce qu'ils disposent de l'équipement approprié et qu'ils travaillent dans des conditions sécuritaires.
Les petites entreprises se disent préoccupées du fait qu'elles doivent attendre plusieurs semaines pour recevoir du soutien et qu'elles ne savent pas si elles seront en mesure de continuer à assurer leur subsistance et à payer leurs employés et si elles resteront ouvertes. Elles attendent de l'aide.
Nous avons entendu parler de gens qui s'inquiètent pour leurs parents, qui sont dans des foyers de soins de longue durée. Dans certains cas, ces gens vivent dans des conditions déplorables. Cela brise le cœur de penser aux aînés qui ont travaillé toute leur vie et qui ont tant sacrifié, mais qui se retrouvent dans des foyers de soins de longue durée où les conditions sont médiocres. Voilà le résultat de plusieurs années de négligence de la part des gouvernements libéraux et conservateurs, fédéraux et provinciaux. Dans les foyers de soins de longue durée, nous constatons les conséquences horribles de cette négligence.
Nous avons écouté des dirigeants autochtones nous faire part de leurs craintes et de leurs inquiétudes concernant la sécurité de leurs collectivités. Ils craignent de ne pas pouvoir garder leurs collectivités en sécurité dans un contexte où elles n'ont pas accès à des choses qui relèvent des droits fondamentaux, comme de l'eau potable et des logements convenables.
Au cours des dernières semaines, les Canadiens ont relevé un défi que personne parmi nous n'aurait pu imaginer il y a quelques mois. Ils ont montré, à maintes reprises, qu'ils veulent prendre soin les uns des autres et qu'ils tiennent à ce que le gouvernement accorde une priorité à cette valeur que nous partageons tous. Voilà qui devrait permettre de juger de notre travail comme parlementaires. Le gouvernement doit prendre des décisions en fonction de la mesure dans laquelle elles permettent de mieux répondre aux besoins des gens.
N'espérons pas que les choses reviennent à la normale. Définissons plutôt une nouvelle normalité, où nous évaluons les décisions prises et la richesse de notre pays en fonction de notre capacité à prendre soin les uns des autres.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-04-20 14:11 [p.2184]
Mr. Speaker, last week the government signed a statement expressing full support and confidence in the WHO. In the face of COVID-19, Canadians should ask why. This, after all, is the same WHO that ignored Taiwan's early warnings about human-to-human transmission. This is the same WHO that has repeatedly praised China. This is the same WHO that criticized early travel restrictions from COVID hot spots that saved countless lives, and this is the same WHO that waited until March 11 to declare a global pandemic after COVID had spread to 114 countries.
Instead of lavishing praise on the WHO, the government should be demanding answers.
Monsieur le Président, la semaine dernière, le gouvernement a signé une déclaration dans laquelle il exprime pleinement son soutien et sa confiance à l'Organisation mondiale de la santé. Face à la COVID-19, les Canadiens devraient se poser des questions. Après tout, c'est la même Organisation mondiale de la santé qui a ignoré les premiers avertissements de Taïwan concernant la transmission entre humains. C'est la même Organisation mondiale de la santé qui a fait l'éloge de la Chine à plusieurs reprises. C'est la même Organisation mondiale de la santé qui a critiqué les restrictions précoces visant les voyageurs en provenance des points chauds de la COVID — restrictions qui ont permis de sauver d'innombrables vies, et c'est la même Organisation mondiale de la santé qui a attendu jusqu'au 11 mars pour déclarer une pandémie mondiale après que la COVID se soit répandue dans 114 pays.
Plutôt que de faire l'éloge de l'Organisation mondiale de la santé, le gouvernement devrait exiger des réponses.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, public health measures are working to stop the spread of COVID-19, with the number of new cases starting to stabilize. Now is the time to begin to prepare to ensure we are ready at the earliest possible moment to restart our economy.
What is the national strategy for supporting virus and antibody testing? When will widespread contact tracing be available? How will the government address critical shortages of medical items? Canadians need to see a plan. When will the Liberals provide a national plan to get this country back to work?
Monsieur le Président, les mesures de santé publique pour contrer la propagation de la COVID-19 portent leurs fruits et le nombre de nouveaux cas commence à se stabiliser. Il est maintenant temps de commencer les préparatifs afin d'être prêts le plus tôt possible à relancer l'économie canadienne.
Quelle est la stratégie nationale de mise en place des tests de détection du virus et de détection des anticorps? Quand le suivi généralisé des contacts sera-t-il mis en place? Qu'entend faire le gouvernement en réponse aux pénuries d'équipement médical? Les Canadiens veulent connaître le plan. Quand les libéraux nous donneront-ils un plan national de retour au travail?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I agree with the member opposite that this needs to be a coordinated national plan, and that is why right now we are working with provinces and territories to address the many facets that she identifies. Whether it is research, support for public health or boosting our health care system across the country, these are steps we need to take together and in a coordinated fashion. We will continue that hard work and we will come back to Canadians when we have a plan that will protect their safety first and foremost and allow people to get back to work.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec la députée: il faut un plan national coordonné et c'est pourquoi nous travaillons avec les provinces et les territoires afin de répondre à chacun des éléments dont elle a parlé. Qu'il s'agisse de la recherche, des mesures de soutien de la santé publique ou de l'amélioration du système de santé partout au pays, ce sont des mesures qui doivent être prises de façon concertée et coordonnée. Nous allons continuer de travailler sans relâche et nous présenterons aux Canadiens un plan qui assurera d'abord et avant tout leur sécurité et qui permettra aux gens de retourner travailler.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the provinces, health professionals and front-line workers are doing incredible work to fight the virus and keep us safe.
Now the federal government needs to work with us to get Canada back to normal. Certain conditions must be met before restrictions are lifted. For example, the government needs to address the shortage of equipment and medication. When will the government share its plan to reopen Canada?
Monsieur le Président, les provinces, les professionnels de la santé et les travailleurs de première ligne font un travail incroyable pour combattre le virus et nous garder en sécurité.
Maintenant, le gouvernement fédéral doit collaborer pour que le Canada revienne à la normale. Avant de lever les restrictions, certaines conditions doivent être mises en place. Par exemple, le gouvernement doit régler le problème du manque d'équipements et de médicaments. Quand le gouvernement va-t-il nous fournir un plan national pour rouvrir le Canada?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I agree with the member opposite. It is extremely important that we work together with provinces and territories to ensure we have a strong fabric to protect Canadians' health and safety while we begin the long, hard work of restarting our economy and getting Canadians back to work. This will require research. This will require evidence. This will also require investments in public health and supporting local and provincial governments to do the hard work of contact tracing and isolating close contacts. I am looking forward to that work with my colleagues and we will continue to update the House as we do it.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec la députée d'en face. Nous devons absolument collaborer avec les provinces et les territoires pour assurer la cohésion qui sera nécessaire pour protéger la santé et assurer la sécurité des Canadiens au moment où nous entreprendrons les mesures ardues visant la relance de l'économie et le retour au travail des Canadiens. Cela demandera des recherches et des données probantes. Il faudra également investir dans la santé publique et aider les gouvernements locaux et provinciaux, qui auront la lourde tâche de retracer les contacts et d'isoler les contacts étroits. C'est avec plaisir que je ferai ce travail avec mes collègues. Nous continuerons à informer la Chambre à mesure que nous le ferons.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-04-20 14:59 [p.2194]
Mr. Speaker, the essential service personnel crossing our land borders to deliver the products we need and provide much-needed health care, including in hard-hit areas like Detroit, Michigan, make us all proud of our fellow citizens. However, Global News has reported, and the CBSA union has confirmed, that there are no health officers monitoring these borders.
Testing must be done to ensure that those most vulnerable to the spread of COVID-19 have not contracted this disease. When will the Liberals send health officers to our land borders to stop the spread and protect all Canadians?
Monsieur le Président, nous sommes tous fiers du personnel des services essentiels qui traverse notre frontière terrestre pour livrer les produits dont nous avons besoin et assurer des soins de santé fort nécessaires dans des zones durement touchées comme Detroit, au Michigan. Toutefois, selon Global News, aucun agent de santé publique ne surveille la frontière. Cela a été confirmé par le syndicat de l'Agence des services frontaliers du Canada.
Il faut effectuer des tests pour s'assurer que les personnes les plus exposées à la COVID-19 n'ont pas contracté la maladie. Quand les libéraux vont-ils envoyer des agents de santé publique à la frontière pour stopper la propagation et protéger l'ensemble des Canadiens?
Results: 1 - 30 of 265 | Page: 1 of 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data