Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Matthew Dubé Profile
NDP (QC)
View Matthew Dubé Profile
2017-10-27 12:11 [p.14636]
Madam Speaker, I would like to pick up where I left off at the beginning of question period. I was talking about educating the public. At the risk of repeating myself, for those who are just tuning in, we can all see that the Liberals failed to really work with the provinces to ensure they have the planning time and resources they need to implement public education programs. These programs are so important to make sure people are educated about both marijuana use and, as we have been discussing, impaired driving.
I will move on to something else for now, but before I do, I think it is very important to emphasize something. Despite some of the comments I heard in this morning's debate that practically insinuated the opposite, all members in the House, across party lines, agree that impaired driving, whether involving drugs or alcohol, is a scourge. We want to eradicate it. There is no doubt about that.
As is the case with illness, these tragedies do not discriminate. Everyone here, across party lines, has been affected, or knows someone who has been affected, by the horrible consequences of someone making the tragic mistake of driving while impaired. It is important to acknowledge that, because we might not agree on how to go about, on the one hand, dealing with the new reality of legalized marijuana, and on the other hand, keeping our roads safe.
One of the big issues with the bill is this notion of mandatory stops and testing. This came up during the public safety committee hearings on a private member's bill that was tabled by a Conservative member, which sought to do something quite similar. Nothing in life is random, particularly, and unfortunately, in some of the work that is done in policing.
If we call for random mandatory testing, the odds increase exponentially for things like profiling, people of a specific socio-economic background being targeted. The New Democrats cannot accept that. I know my party's leader, Jagmeet Singh, considers this extremely important. It was central to the work he did in his leadership campaign, but also the work he now wants to do as leader of the New Democratic Party. He has said, much more eloquently than I can say in this place, that as a person of colour, he has been a victim of this.
When we put laws in place to ensure public safety, it always needs to be done in a way that ensures we will not be unfairly discriminating against certain segments of the population. I am not pulling this out of a hat. This was shared with the public safety committee by experts, although not on the specific line of study of this bill, even though that comment was raised by different members of civil society, notably the Canadian Civil Liberties Association and others. It was raised when other bills were tabled, both private members' bills and Conservative government bills that were discussed in the previous Parliament.
When we take this approach, we have to ensure we do not increase the risk of a problem that, let us face it, already exists, which is the problem of racial profiling. The is one of our concerns.
Another concern we have has to do with the THC levels that must be detected in a driver's blood before the driver can be charged with an offence. The bill barely mentions this, which is very troubling. How can police determine if an offence has been committed, or a crime in this case, if the law does not specify the precise quantity of THC that must be detected in the blood? That is extremely troubling.
In the United States, the various states that have legalized marijuana each take a different approach. Colorado and Washington state, for instance, have set a blood THC limit that must be detected before a driver can be charged with a traffic or criminal offence. Oregon, which has also legalized marijuana, decided to be more flexible and use the same test used for suspected alcohol-impaired drivers, that is, a test based on visual markers.
The lack of a fixed THC limit is compounded by the lack of police training. This is not to insult our men and women in uniform. It is something they themselves have said. This is yet another example of how the Liberals' planning fell short. Although we support the legalization plan in principle, we would have thought it was obvious that the consultation with police should have been much more thorough. The Liberals should have realized that police officers would need additional training, for example, to recognize the symptoms of marijuana impairment in drivers or to make proper use of roadside screening devices. They should have sat down with police to set a blood THC limit, something this bill does not cover. These are things they could have done in collaboration with police.
To go back to a question asked earlier by a Conservative MP, this also seems to be a case of too many players involved. There are the municipal police forces in some big cities, the Sûreté du Québec and the Ontario Provincial Police, some cities' own police services, and of course the RCMP, which serves outlying regions in the other provinces.
I am not questioning the hierarchy or the division of powers within Canada's different police forces, but there seem to be a lot of players at the table. There are many voices that still need to be heard, and these people think there is a lot of work left to be done, something that has not happened so far.
The importance of that training was brought up in committee. Also, the importance of training police officers to recognize the symptoms and use these technologies goes in two directions. First, it is obviously essential for public safety so they can do their jobs properly. It goes without saying they need to properly identify people who are driving under the influence. However, they must also know who is not driving under the influence, who has not reached the legal limit of what they are allowed to either drink or smoke, depending on which substance they are dealing with. It is not only a question of public safety; it is also a question of protecting and ensuring the rights of Canadians, which police officers are willing to do, but require the proper training to do that, as the representatives of the Canadian Association of Chiefs of Police mentioned.
The issue of training also extends to the technology used. When we hear the experts and look at different jurisdictions throughout the world, the jury is still out as to the efficacy of certain tools that can be used, particularly when it comes to marijuana, to measure someone's physical state after consuming marijuana. One great example of that, as we heard in committee and as has been mentioned in other platforms over the course of the debate, both here in the House and throughout civil society, is the issue of how long traces of marijuana can be found in someone's system. Traces of THC can still be found in someone's blood for days, even weeks in some cases.
It is difficult for me to fathom a situation where someone might use marijuana recreationally, in what will then be a legal and appropriate way in the privacy of their own home, make the responsible decision to save lives and not go behind the wheel. Then a couple of days later, while driving into work, could potentially be found as having a false positive, even though he or she is no longer under the influence and is at 100% of his or her mental faculties and physical abilities to drive a vehicle without putting anyone's life in danger. That is extremely problematic, particularly when we connect that with some of the issues and concerns we have with regard to certain types of profiling that might happen with these random mandatory tests. We are extremely concerned about that.
I heard the Minister of Justice talk about that this morning, when she said that there would be rigorous evaluation of the various technologies and that law enforcement would be properly informed and would participate in the process. The problem is that this is all happening very quickly, without the necessary consultations, and we are very concerned about how effective these technologies will be to ensure that the tests are viable.
For example, after a person provides an oral fluid sample, he or she could go to the police station and have to provide a blood sample. We are then talking about several types of tests, which shows a certain inefficiency and uncertainty relative to the samples taken for determining a driver's state and the levels of various substances in the person's blood. A number of experts have raised this serious concern, which the bill does nothing to address.
As I said, this is directly connected to our concerns about profiling. If someone who had allegedly consumed a substance long before being stopped, according to the proposed criteria, this individual could be be caught and suffer some serious lifelong consequences, even if he or she is a responsible citizen. This person could end up with a criminal record and could even go to prison. This could even lead to some very complicated legal proceedings that will have an impact on the legal system.
In Quebec, with the Jordan case and the shortage of judges, a number of violence and murder cases were thrown out because of delays in the legal system. We could draw a link between this reality and the challenges that could arise from this bill. We have to take that into account.
The Conservatives are talking a lot about mandatory minimum sentencing, a public policy that failed under their watch here in Canada, as well as elsewhere in the world. Judges are appointed to use their judgment on a case-by-case basis. Taking that discretion away from them is not one of the values we promote in our justice system and it is not something we want to promote as legislators. Mandatory minimum sentencing goes completely against those principles.
I mention that because the Conservatives keep bringing up this argument and, if I understand correctly, it is one of the reasons why they are opposed to Bill C-46. Meanwhile, a bill on random breath testing was introduced by a Conservative MP. The Standing Committee on Public Safety and National Security heard not only from legal experts, but also from psychologists, who explained to us the way of thinking of those who make the reckless decision to get behind the wheel when impaired, something that often proves to have tragic consequences.
Those experts shared something extremely interesting with us. They explained to us that the key thing we needed to look at as parliamentarians when it came to this issue was dissuading people. After all, that has to be the objective. If we are not dissuading people, then we already are dealing with the tragic consequences of driving under the influence. If we do not want to live with those kinds of consequences, then we need to dissuade people in the first place.
The argument is that punishment is one way of doing it. However, these experts told us that the magnitude of the punishment was not the disincentive to driving under the influence. The true disincentive was the likelihood of getting caught. That requires resources to the communities, to policing, and to education. This would allow us to teach fellow citizens that getting behind the wheel under the influence would not only be putting their own lives in danger, but they would be putting the lives of others in danger as well. This point is extremely important. Dissuasion and prevention are the objectives here. We do not want to see any more lives lost because of driving under the influence.
That is why we must invest in education. That is why we must ensure that our police have the resources they need to make arrests over the holidays, for example. Not every police force is able to do that because it takes human and financial resources. The numbers speak for themselves. We could work with organizations, such as Operation Red Nose, and support them. We know that, by putting these measures in place, we can reduce this alarming statistic, the scourge on our society that is impaired driving.
Let me conclude by saying that we will oppose Bill C-46 for the reasons I explained, because of the risks of profiling, because we feel these technologies are unreliable in measuring the level of THC in someone's blood, and because of the lack of a clear number of what the level of THC in someone's blood has to be in order to consider it a criminal offence.
However, let me be clear. That does not take away from the fact that no matter which party we may be in, we all agree that this is an alarming situation that needs to be dealt with.
We think that the government needs to focus on education and on giving the police the resources they need to eliminate this problem once and for all. I think everyone can agree on that.
Madame la Présidente, j'aimerais revenir à la question de l'éducation du public dont j'étais en train de discuter avant le début de la période des questions. Au risque de me répéter, je dirais, pour ceux qui viennent de commencer à écouter le débat, qu'il s'agit de reconnaître l'échec des libéraux à vraiment travailler avec les provinces pour s'assurer que celles-ci ont les ressources et le temps de planification nécessaires pour la mise en oeuvre des programmes d'éducation du public. Ces programmes sont tellement importants, non seulement concernant la consommation en tant que telle, mais aussi, comme on le mentionnait, en ce qui a trait à la conduite avec facultés affaiblies.
Je vais passer à autre chose pour l'instant. Toutefois, avant d'aller plus loin, je pense qu'il est très important de reconnaître une chose, malgré certains commentaires que j'ai entendus ce matin pendant le débat, et qui ont presque insinué le contraire: tous les députés à la Chambre, peu importe leur tendance politique ou la couleur du parti, sont tous d'accord pour dire que la conduite avec facultés affaiblies, que ce soit à cause de la drogue ou de l'alcool, est un fléau. Nous voulons l'éradiquer. Il n'y a aucun doute là-dessus.
Comme pour la maladie, ces tragédies ne font aucune discrimination. Il y a des gens, tous partis confondus, qui ont vécu ou qui connaissent des gens qui ont vécu les conséquences horribles de l'erreur tragique que quelqu'un a pu commettre en prenant le volant avec les facultés affaiblies. Il est important de reconnaître cela, parce que nous pouvons avoir un désaccord sur les moyens à prendre, d'une part, pour composer avec cette nouvelle réalité qu'est la légalisation de la marijuana et, d'autre part, pour nous assurer que nos routes sont sécuritaires.
L'un des grands enjeux de ce projet de loi est cette notion d'arrêts et de contrôles obligatoires. Ce sujet a été abordé dans le cadre des audiences du comité de la sécurité publique concernant un projet de loi d'initiative parlementaire présenté par un député conservateur qui souhaitait atteindre un objectif très semblable. Rien dans la vie n'est aléatoire, en particulier — et malheureusement — dans le cas de certaines activités policières.
Un contrôle aléatoire obligatoire augmenterait singulièrement les risques qu'on cible plus particulièrement des personnes d'une origine socioéconomique précise, autrement dit qu'on pratique le profilage. Les néo-démocrates ne peuvent accepter qu'une telle chose se produise. Je sais que le chef de mon parti, Jagmeet Singh, accorde une grande importance à cet enjeu, qui était au coeur de sa campagne au leadership, mais qui se retrouve également au coeur du travail qu'il souhaite maintenant accomplir en tant que chef du Nouveau Parti démocratique. Il a déjà dit, avec beaucoup plus d'éloquence que moi, qu'en tant que personne de couleur, il a déjà été victime de profilage.
Lorsque nous mettons en place des lois pour assurer la sécurité publique, il faut toujours veiller à le faire sans discriminer injustement certains segments de la population. Ce n'est pas une information nouvelle. C'est une opinion qu'ont exprimée des spécialistes aux membres du comité de la sécurité publique — même si ce n'était pas précisément dans le cadre de l'étude de ce projet de loi. Par ailleurs, ce commentaire a été formulé par divers membres de la société civile, notamment l'Association canadienne des libertés civiles. Il a aussi été émis lorsque d'autres projets de loi ont été déposés, qu'il s'agisse de projets de loi d'initiative parlementaire ou de mesures législatives du gouvernement conservateur qui ont fait l'objet de discussions pendant la législature précédente.
Lorsque cette approche est adoptée, il faut éviter d'augmenter le risque que se pose un problème qui, soyons honnêtes, existe déjà. Je parle ici du profilage racial. C'est une de nos préoccupations.
Une autre de nos préoccupations concerne le taux de concentration de THC qu'on doit retrouver dans le sang d'un conducteur pour que l'on constate une infraction. Le projet de loi est quasi muet sur cette question, et c'est extrêmement préoccupant. Comment peut-on déterminer réellement si une personne a commis une infraction — un acte criminel, dans ce cas-ci — si la loi ne précise pas quelle quantité précise de THC doit être détectée dans son sang? C'est extrêmement préoccupant.
Aux États-Unis, l'approche des États qui ont légalisé la marijuana varie entre eux. Par exemple, le Colorado et l'État de Washington ont fixé un taux de concentration de THC qui doit être retrouvé dans le sang pour constater une infraction routière ou criminelle. Dans l'État de l'Oregon, où on a aussi légalisé la marijuana, on a décidé d'être plus flexible et de considérer l'utilisation du même test employé pour les conducteurs soupçonnés d'avoir les facultés affaiblies par l'alcool, soit un test basé sur les repères visuels.
Par ailleurs, le problème que pose l'absence d'un taux fixe est exacerbé par le manque de formation de nos policiers. Je ne dis pas cela pour insulter les hommes et les femmes en uniforme. Ce sont eux-mêmes qui le disent. Cela démontre encore une fois que les libéraux ont raté la cible en matière de planification. Même si, en principe, nous appuyons le plan de légalisation de la marijuana, nous aurions cru évident qu'une consultation beaucoup plus étoffée que celle qu'on a menée auprès des services policiers était nécessaire. On aurait dû constater que les policiers avaient besoin d'une formation additionnelle pour qu'ils apprennent à reconnaître, par exemple, les symptômes d'une personne qui conduit avec les facultés affaiblies par la marijuana, et à bien manipuler les outils technologiques qu'ils devront utiliser pour faire ces tests. On aurait dû s'asseoir avec eux pour fixer un taux sanguin de THC, qui n'est pas fixé par ce projet de loi. Ce sont des choses qu'on aurait pu faire avec la police.
Pour revenir à une question qui a été posée par un député conservateur, on pourrait aussi considérer qu'il y a trop d'intervenants. Dans certaines grandes villes, il y a la police municipale. Au Québec et en Ontario, il y a la police provinciale, c'est-à-dire la Sûreté du Québec et la Police provinciale de l'Ontario. Ailleurs, il y a des services policiers dans les grandes centres, et bien sûr, dans d'autres provinces, la Gendarmerie royale du Canada dessert des régions plus éloignées.
Je ne suis pas en train de remettre en question la hiérarchie et la division des pouvoirs au sein des différents corps policiers du Canada, mais on constate qu'il y a beaucoup d'intervenants à la table. Plusieurs personnes qui ont un mot à dire doivent être consultées et considèrent qu'il y a énormément de travail à faire, chose qui n'a pas été faite jusqu'à présent.
L'importance de cette formation a été soulevée en comité. De plus, la formation des agents de police pour reconnaître les symptômes et utiliser les technologies compte deux volets. Elle est manifestement essentielle pour que les policiers puissent bien faire leur travail et assurer la sécurité publique. Il va sans dire qu'ils doivent être en mesure de déterminer les personnes qui conduisent sous l'influence de l'alcool ou la drogue. Cependant, ils doivent aussi reconnaître celles qui ne conduisent pas sous l'influence de l'alcool ou la drogue, celles qui n'ont pas atteint la limite permise de ce qu'elles peuvent boire ou fumer, selon la substance consommée. C'est non seulement une question de sécurité publique, mais aussi de protection et de respect des droits des Canadiens — ce que les agents de police sont prêts à faire, mais ils ont besoin de la formation appropriée, comme l'ont mentionné les représentants de l'Association canadienne des chefs de police.
Le même raisonnement vaut pour la technologie. Les experts confirment ce que l'expérience des autres pays nous apprend: on ne connaît pas avec certitude l'efficacité de certains outils servant à mesurer les facultés physiques d'une personne, et c'est particulièrement vrai dans le cas de la marijuana. Le meilleur exemple est sans doute celui que nous avons entendu un peu partout, que ce soit au comité, ici ou dans la société en général, à savoir la période durant laquelle l'organisme peut contenir des traces de marijuana. Eh bien, on peut trouver des traces de THC dans le sang d'une personne pendant des jours, voire des semaines.
J'ai bien du mal à concevoir qu'une personne qui consommerait de la marijuana à des fins récréatives de manière tout à fait légale, dans l'intimité de son foyer, et qui agirait de manière responsable et sauverait des vies en ne prenant pas le volant, puisse se faire pincer quelques jours plus tard, en se rendant au travail, avec un faux positif, même si elle n'est plus intoxiquée, qu'elle a toutes ses facultés, mentales et physiques, et qu'elle peut tout à fait conduire sans mettre la vie de qui que ce soit en danger. C'est grave, comme problème, surtout si on y ajoute les risques de profilage qui peuvent survenir lors des contrôles aléatoires obligatoires. Cette question nous inquiète profondément.
J'ai entendu la ministre de la Justice en parler ce matin, lorsqu'elle disait qu'on ferait une évaluation robuste des différentes technologies et que la police serait amplement informée et participerait au processus. Le problème, c'est que tout cela arrive très rapidement, et encore une fois, sans qu'on ait fait les consultations nécessaires, ce qui nous laisse très préoccupés par l'efficacité de l'utilisation de ces technologies pour assurer la viabilité des tests.
Par exemple, après avoir donné un échantillon buccal, une personne pourrait se rendre au poste de police et devoir se soumettre à une prise de sang. On parle donc de plusieurs types de tests, ce qui démontre une inefficacité et une incertitude par rapport à ces échantillons que nous prenons pour déterminer dans quel état se trouve un conducteur et le taux de concentration de différentes substances dans son sang. Cette grave préoccupation a été soulevée par plusieurs experts et on est loin de la résoudre.
Comme je l'ai dit en anglais, cela est étroitement lié à nos préoccupations concernant le profilage. Si on arrête un individu qui aurait consommé une substance à un moment antérieur extrêmement éloigné par rapport aux critères proposés, même s'il est un citoyen responsable, il pourrait se faire prendre et subir des conséquences très graves sur sa vie. Il pourrait avoir un casier judiciaire et même passer du temps en prison. Cela pourrait même entraîner des procédures judiciaires extrêmement compliquées qui ont une incidence sur le système judiciaire.
Au Québec, avec l'arrêt Jordan et le manque de juges, plusieurs procès concernant des cas de violence et de meurtre ont été jetés à la poubelle, si je peux m'exprimer ainsi, à cause des délais dans le système judiciaire. On peut tracer un lien entre cette réalité et les contestations qui pourraient découler de ce projet de loi, et on doit en tenir compte.
Les conservateurs parlent beaucoup des peines minimales obligatoires, une politique publique qui s'est avérée un échec autant sous leur gouverne, ici, au Canada, qu'ailleurs dans le monde. Le fait d'enlever à un juge le pouvoir discrétionnaire d'utiliser son jugement au cas par cas, soit la raison pour laquelle il a été nommé, ne s'inscrit pas dans les valeurs que nous prônons dans notre système judiciaire et que nous voulons véhiculer en tant que législateurs. L'idée des peines minimales obligatoires va totalement à l'encontre de ces principes.
Si j'en parle, c'est parce que les conservateurs évoquent cet argument, et si je comprends bien, c'est l'une des raisons pour lesquelles ils s'opposent au projet de loi C-46. Toutefois, un projet de loi sur les alcootests aléatoires a été proposé par un député conservateur. Au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, nous avons entendu non seulement des juristes, mais aussi des psychologues, qui nous ont expliqué la façon de penser d'un individu qui prend la décision insensée de se retrouver derrière le volant en état d'ébriété, ce qui entraîne souvent des conséquences tragiques.
Ces experts nous ont informés de quelque chose de très intéressant. Ils nous ont expliqué que, pour les parlementaires, le principal dans ce dossier est de dissuader les gens. Cela doit être l'objectif, en effet. Si nous ne décourageons pas les gens, nous continuerons d'être aux prises avec les conséquences tragiques de la conduite avec facultés affaiblies. Si nous ne voulons pas vivre avec ces conséquences, nous devons prendre les devants et dissuader la population.
On soutient que les punitions sont une bonne forme de dissuasion. Toutefois, les experts affirment que ce n'est pas la gravité des peines qui décourage les gens de conduire avec les facultés affaiblies. Le plus important facteur dissuasif, c'est la probabilité de se faire prendre. Il faut investir dans les collectivités, dans les services de police et dans l'éducation. Cela nous permettrait d'enseigner à nos concitoyens que la conduite avec facultés affaiblies met non seulement leur propre vie en danger, mais celle des autres également. Voilà un point qui est extrêmement important. La dissuasion et la prévention sont les deux objectifs. Nous ne voulons pas que d'autres vies soient perdues en raison de la conduite avec facultés affaiblies.
C'est pour cela qu'on doit investir dans l'éducation. C'est pour cela qu'on doit s'assurer que nos corps policiers ont les ressources nécessaires pour faire, par exemple, les arrestations pendant le temps des Fêtes. Ce n'est pas partout qu'on est en mesure de le faire, parce que cela nécessite des ressources humaines et financières. Il suffit d'examiner les chiffres. On pourrait travailler en collaboration avec d'autres organismes et les appuyer, comme Opération Nez rouge, par exemple. On sait qu'en mettant en place ces mesures, on peut réduire cette statistique alarmante, ce fléau présent dans notre société, soit la conduite avec facultés affaiblies.
Je vais terminer mon discours en disant que nous allons nous opposer au projet de loi C-46 parce que, comme je l'ai dit, il y a des risques de profilage, parce que nous avons l'impression que les technologies sont peu fiables pour mesurer la concentration de THC dans le sang, et parce qu'il n'y a pas de chiffre clair quant à la concentration de THC qu'une personne doit avoir dans son sang pour être considérée comme coupable d'une infraction criminelle.
Je veux cependant être bien clair. Tout cela ne change rien au fait que peu importe le parti que nous représentons, nous convenons tous qu'il s'agit d'une situation alarmante qui doit être réglée.
Notre position, c'est de s'occuper de l'éducation et des ressources policières nécessaires pour éliminer une fois pour toutes ce fléau. Nous pouvons être tous d'accord là-dessus,.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data