Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2019-05-14 17:11 [p.27782]
Madam Speaker, I am very excited to once again rise in this place to speak to Motion No. 203, a motion to combat seniors fraud.
Before I start, I would like to acknowledge once again the contributions of my dear colleague, the member for Langley—Aldergrove. Here, Madam Speaker, I would like to seek your special permission to mention his name. He is Mark Warawa. His passion in helping seniors and their families cannot be understated. I am thankful to be able to say that this is a passion we share, especially when it comes to the need for palliative care and the very serious issue of fraud against seniors.
To illustrate how prevalent seniors fraud has become across Canada, I want to highlight an example that has occurred since the last time I rose to speak in this place two months ago. In my home province of British Columbia, Cranbrook RCMP issued a warning to seniors about a scammer targeting local seniors over the phone, pretending to be a bank employee. This fraudster fakes a conversation, tricks the victim into thinking the phone is hung up by playing a fake dial tone, and then waits for the senior to immediately call back.
The senior, who believes he is dealing with a bank directly, is then persuaded to provide his personal banking information to the scammer. The authorities in Vancouver are also investigating the same scam, as it is thought that over $3 million has been stolen in this way from a number of separate individuals.
Far too often, seniors who are taken advantage of refuse to contact authorities, either out of a sense of bruised pride or out of a sense of not wanting to be a burden to others. I cannot stress this enough: If seniors are targets of attempted or actual fraud, they should go to the authorities. Not only are these seniors helping themselves, but they are helping dozens of future potential victims as well.
A recent case in Hamilton highlights the benefits of going to the police. When a senior was targeted by an international fraudster running a fake lottery scam, she had the forethought to take meticulous notes during the entire process, as a precaution. After she became aware that the fraud had taken place, she contacted the authorities, which in turn led to a relatively rare instance of a transnational fraud investigation. In this recent example, Jamaican authorities came to Canada as part of their own internal investigation.
We can talk about lofty, high-level policy changes and amendments to legislation, but we have to fully appreciate the human element as well. I could go on for hours listing specific cases of seniors fraud in Canada, from ridings in all provinces and members from all parties. This is why it is absolutely critical for us to stand in this place to acknowledge the growing number of fraud cases against the seniors community.
It is important that we not only acknowledge that but also coordinate a national response to this threat, establish tangible resources for these victims, and work with law enforcement agencies and other interested groups to bring in actual legislative changes.
On this point, I would like to thank my Conservative colleague from Yellowhead for introducing his private member's bill, Bill C-206, an act to amend the Criminal Code abuse of vulnerable persons.
While the bill has a greater scope than just seniors, it is a perfect example of one of the steps we as members need to take to address this abuse against seniors.
The seniors of this nation have spent their entire lives—
Madame la Présidente, je suis ravie de prendre de nouveau la parole à la Chambre au sujet de la motion M-203, qui vise à lutter contre la fraude envers les aînés.
Avant de commencer, je tiens à souligner encore une fois les contributions de mon cher collègue le député de Langley—Aldergrove. Madame la Présidente, j'aimerais obtenir la permission spéciale de dire son nom. Il s'appelle Mark Warawa. Je ne saurais trop vanter la passion avec laquelle il aide les aînés et leurs familles. Je suis heureuse de pouvoir dire qu'il s'agit d'une passion que nous partageons, surtout en ce qui concerne le besoin de soins palliatifs et le problème très grave de la fraude envers les aînés.
Voici un exemple qui illustre l’ampleur du problème de la fraude contre les personnes âgées au Canada. Cela s'est produit au cours des deux derniers mois, après la dernière fois que j'ai pris la parole dans cette enceinte. Dans ma province, la Colombie-Britannique, le détachement de Cranbrook de la GRC a diffusé un avertissement à l'intention des personnes âgées de l'endroit, pour les prévenir qu'elles risquaient d'être jointes au téléphone par un fraudeur se faisant passer pour l'employé d'une banque. Après avoir premièrement donné une impression de malhonnêteté à la victime, le fraudeur fait mine de raccrocher en faisant entendre une fausse tonalité. Puis, il attend un instant que la victime rappelle.
La personne âgée s'imagine alors qu'elle est en train de parler à la banque dont elle vient de composer le numéro de téléphone, ce qui permet au fraudeur de lui soutirer ses renseignements bancaires personnels. À Vancouver, les autorités enquêtent également sur la même escroquerie et estiment qu'au total, les fraudeurs sont parvenus à voler plus de 3 millions de dollars à leurs victimes.
Trop souvent, les personnes âgées qui sont victimes d’une telle fraude refusent de le déclarer à la police, soit parce qu’elles éprouvent de la honte ou parce qu’elles ne veulent pas déranger personne avec leurs problèmes. Je ne saurais trop insister sur ce point: les personnes âgées qui sont victimes de fraude devraient le signaler à la police. Non seulement elles se rendraient service à elles-mêmes, mais elles aideraient en plus des dizaines d’autres personnes à éviter le même piège.
Un cas récent à Hamilton met en lumière les avantages de s'adresser à la police. Une personne âgée a reçu un appel d’un fraudeur qui, depuis l'étranger, tentait de tromper les gens avec un stratagème de fausse loterie. Par mesure de précaution, elle a eu la bonne idée de commencer dès le début à prendre des notes soigneusement. Après avoir compris qu’il s’agissait d’une fraude, elle a communiqué avec la police, ce qui a permis aux autorités, pour une rare fois, de faire enquête sur une fraude transnationale. Les autorités jamaïcaines sont venues au Canada dans le cadre de leur enquête à elles.
Nous avons beau discuter avec de nobles intentions des modifications que nous souhaitons apporter aux politiques de haut niveau et aux lois, mais nous devons bien saisir la dimension humaine de ces fraudes. Je pourrais encore vous citer pendant des heures des cas de fraude dont des personnes âgées ont été victimes au Canada, dans toutes les provinces et dans des circonscriptions représentées par des députés de tous les partis. C'est pourquoi il est absolument essentiel que nous nous fassions entendre dans cette enceinte au sujet du nombre croissant de cas de fraudes contre les personnes âgées.
Il est important non seulement de souligner le problème, mais aussi de coordonner à l'échelle nationale les mesures pour s'y attaquer. Il faut mobiliser des ressources tangibles pour aider les victimes et collaborer avec les organismes d’application de la loi et les autres groupes intéressés pour effectuer des modifications législatives.
Sur ce, j’aimerais remercier mon collègue conservateur de Yellowhead d’avoir présenté son projet de loi d’initiative parlementaire, le projet de loi C-206, Loi modifiant le Code criminel (mauvais traitement de personnes vulnérables).
Bien que le projet de loi ait une portée qui va au-delà des seules personnes âgées, c’est un parfait exemple de mesure que nous devons prendre, en tant que députés, pour lutter contre les crimes qui visent les personnes âgées.
Les personnes âgées de notre pays ont passé toute leur vie...
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data