Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I rise today to address Bill C-83. As we know, it is a bill that symbolizes the current government's approach to leadership in this country. It is an approach of ignoring the concerns of many, providing little in the way of moral leadership and transparency, and putting the safety of Canadians at risk for the benefit of political gain.
I have said many times in this place that it is and should be the top priority of the House to put the safety of Canadians first, ahead of any other issues or politics. With the bill, the House would fail to meet that expectation.
To paraphrase my NDP colleague from Beloeil—Chambly, I can think of no time when a bill has come before Parliament where there are no witnesses who support the legislation. That is exactly what happened with Bill C-83. The minister claimed the bill would end administrative segregation. The witnesses who refuted the bill included prisoner advocacy groups, civil liberties groups, former wardens, professors, correctional unions, the correctional investigator and a senator. The overriding sentiment was that the legislation lacked the detail and information needed to back up such a claim by the minister.
The minister claimed the bill responded to issues raised by the courts that segregation caused the death of two inmates. However, the facts are clear in these two unfortunate deaths that they were the result of operational and management failures in both circumstances.
The minister claimed safety and security of staff were the top priorities. However, correctional workers and former inmates testified that segregation is essential to managing violent and volatile inmates, and that the bill would create more risk to staff.
Civil liberties groups called the bill unconstitutional and said it would make things worse rather than better. They noted the bill lacked external oversight, a check against the authorities of Correctional Service Canada. The minister actually acknowledged this lack of oversight existed.
Senator Pate testified before the committee and indicated that Bill C-83 was a bad piece of legislation. The senator dismantled the minister's claims as to how the bill would end segregation. In a visit to a Nova Scotia Prison, Senator Pate noted that it had renamed the segregation unit, the “intensive intervention unit”. The minister will claim otherwise, of course. However, I will take the testimony of a senator and her eyewitness account over the minister's promise, especially given the minister's repeated track record of misleading Parliament and Canadians.
Perhaps the only accomplishment by the minister with respect to the bill is that he brought together the NDP, the Green Party and the Conservatives, who all oppose the legislation.
I would like to note the unexpected and very valuable contribution of written testimony from Mr. Glen Brown, someone who knows the system well. Mr. Brown is a highly experienced former warden and deputy warden, who now teaches criminal justice and criminology at Simon Fraser University and Langara College.
As someone once responsible for segregation units, he notes that the Ashley Smith and Edward Snowshoe cases were more about mismanagement of behavioural issues and neglect. These issues are not legislative problems. They are management, training and accountability issues. When in segregation, inmates should receive bolstered communication on current risks and mental health issues. They should have increased contact with officers and staff, and they should have an increased potential for services. All this should bring greater attention to an offender's rehabilitation plan.
Mr. Brown wrote:
The strength of a functioning administrative segregation process is that it should bolster all of those things: oversight is strengthened; case management should be more active; information sharing should be more robust; referral for clinical service should be prioritized and case management intervention to develop plans should be urgent.
After noting that science and research has shown that properly managed segregation units do not cause short- or long-term harm, Mr. Brown noted, “To respond to current circumstances with sweeping legislative reform is only to react ideologically, and to ignore science and evidence.”
On the minister's grand solution to segregation, which is to rename segregation units to “structured intervention units”, Mr. Brown noted that Bill C-83 described SIUs in such broad and vague language that the consequences of implementation were very uncertain, that the details were unknown and the details were the key. The current layout of many segregation units did not facilitate socialization and programming. The emphasis on programming suggested longer-term stays in SIUs, weeks or maybe months. SIUs would not be suitable for short-term management of volatile inmates, such as those under the influence. There was the inability to have specialized staff for particular subpopulations in a prison. Finally, he noted that given the current layout of many prisons, a wing may need to be deemed a structured intervention unit, meaning up to 96 inmates may be subject to 20 hours a day of confinement where before it would be only 16.
To be clear, someone who is an expert and has worked for years in prisons with segregation says that he cannot discern the minister's plan. Moreover, he says that prisons often lack the infrastructure, are inappropriate to what is needed and could have the opposite effect to what the minister claims.
Perhaps the only potential value in the legislation could come from an external review mechanism of segregation, because it could provide Canadians with greater confidence in offender management. The minister, however, told the committee that we did not have the authority to do this, an order the Liberal MPs on the committee followed, while the opposition members put forward mechanisms to provide such oversight, which were soundly rejected.
When we pushed the Liberals at committee to amend the worst parts of the legislation and pointed to the glaring issues raised by the many expert witnesses, we were told that Liberal MPs were voting with “faith in the minister”.
The role of committees is not to provide support and faith to a minister. It is to conduct detailed examinations on challenging issues, to hear from experts and impacted Canadians, to examine programs, spending and legislation to determine if it will meet the needs of Canadians or, at the very least, what the minister claims it will meet. On this, our committee has failed.
At the conclusion of committee debate on Bill C-83, my Conservative colleagues and I put our views on the record. We indicated that the committee failed in its role to review the legislation and ensure that it could make informed decisions. We also said that we believed the minister withheld information from committee that was clearly available to him at the time, namely the cost and how it would be used and implemented in the bill, which most witnesses said was essential to knowing if the bill would be useful. For the minister, it seemed more important that he withhold his plan from the committee. Half a billion dollars connected to a bill, where and how the money will be used is essential to know if the bill will work. We still do not have a plan necessarily for that money.
What was the response to the overwhelming criticism and skepticism of the bill? Government MPs stated that they were “making a leap of faith” and putting their trust in the minister. What was accomplished by the committee in reviewing this legislation? In my opinion, next to nothing. The Liberal members rejected amendments on how the money would be used. They rejected a requirement to publish the standards of the new SIUs. They rejected limits to reclassifying prisons. They rejected having the minister provide us with how he would implement this new plan.
On this legislation, the Liberals have turned their backs on Canadians. We are to trust the minister who has an extensive track record of misleading Canadians on things like the disastrous India trip, Bill C-59 and Bill C-71, failure to provide funding for police to tackle gangs, and I could go on.
We as a House can do better. We must do better. We can all rise to a higher level. Personally, I feel this committee failed its constituents, its communities and its country. Bill C-83 is yet another example of the many failures of the Liberal government.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi C-83. Comme nous le savons, c’est un projet de loi qui symbolise l’approche du gouvernement actuel en matière de leadership dans ce pays. Cette approche consiste à ignorer les préoccupations de nombre de personnes, à faire preuve de peu de leadership moral et de transparence, et à compromettre la sécurité des Canadiens pour réaliser des gains politiques.
J’ai dit à maintes reprises à la Chambre que la priorité absolue de la Chambre est — et devrait être — de faire passer la sécurité des Canadiens avant toute autre question ou tout autre enjeu politique. Avec ce projet de loi, la Chambre ne répondrait pas à cette attente.
Pour reprendre les propos de mon collègue néo-démocrate de Beloeil—Chambly, je ne peux penser à aucun projet de loi qui ait été présenté au Parlement sans être appuyé par des témoins. C’est exactement ce qui est arrivé avec le projet de loi C-83. Le ministre a prétendu que le projet de loi mettrait fin à l’isolement préventif. Parmi les témoins qui ont réfuté le projet de loi, mentionnons des groupes de défense des prisonniers, des groupes de défense des libertés civiles, d’anciens directeurs de prison, des professeurs, des syndicats d’agents correctionnels, l’enquêteur correctionnel et un sénateur. L’impression de la majorité était que le projet de loi n’est pas suffisamment précis et que l’information qu’il contient ne peut étayer une telle affirmation de la part du ministre.
Le ministre prétend que le projet de loi se veut une réponse aux préoccupations soulevées par les tribunaux comme quoi l'isolement aurait causé la mort de deux détenus. Or, les faits montrent clairement que ces deux malheureux décès sont attribuables à un mauvais fonctionnement et à une mauvaise gestion du système.
Le ministre prétend que la sûreté et la sécurité du personnel sont prioritaires. Or, des travailleurs du service correctionnel et d'anciens détenus ont déclaré, dans leur témoignage, que l'isolement est essentiel pour gérer les détenus violents et imprévisibles, et que le projet de loi exposerait le personnel à des risques accrus.
Des groupes de défense des libertés civiles soutiennent que le projet de loi est inconstitutionnel et qu'il aggravera la situation plutôt que de l'améliorer. Ils déplorent que le projet de loi ne prévoit pas de mécanisme de surveillance externe pour faire contrepoids aux autorités de Service correctionnel Canada. Le ministre a d'ailleurs avoué cette absence de surveillance.
La sénatrice Pate a témoigné devant le comité et indiqué que le projet de loi C-83 est mauvais. Elle a réfuté les arguments présentés par le ministre pour soutenir que le projet de loi mettrait fin à l'isolement, faisant remarquer qu'une prison de la Nouvelle-Écosse qu'elle a visitée avait simplement renommé son unité d'isolement « unité d'intervention intensive » et que cela n'avait rien changé. Le ministre le niera sans doute. Pour ma part, je préfère croire le témoignage d'une sénatrice qui raconte ce qu'elle a vu que la promesse d'un ministre qui, comme on le sait, a induit le Parlement et les Canadiens en erreur de manière répétée.
La seule réussite du ministre relativement au projet de loi, c'est peut-être d'avoir uni le NPD, le Parti vert et le Parti conservateur, qui s'opposent tous à celui-ci.
Je tiens à souligner la contribution inattendue et très précieuse de M. Glen Brown, qui connaît bien le système et qui a envoyé un témoignage écrit. M. Brown est un ancien directeur et sous-directeur d'établissement chevronné qui enseigne maintenant la justice pénale et la criminologie à l'Université Simon Fraser et au Collège Langara.
Étant donné qu'il a déjà été responsable d'unités d'isolement, il souligne que les cas d'Ashley Smith et d'Edward Snowshoe relevaient davantage d'une mauvaise gestion de problèmes de comportements et de négligence. Ces problèmes ne sont pas de nature législative. Il s'agit de problèmes de gestion, de formation et de reddition de comptes. Lorsqu'un détenu est placé en isolement, il devrait être mieux informé des risques et des problèmes de santé mentale inhérents à sa situation. Ils devraient avoir des échanges fréquents avec les agents et les employés et pouvoir recevoir davantage de services. Bref, cette situation devrait attirer l'attention sur le plan de réadaptation d'un délinquant.
M. Brown a écrit ceci:
Un processus d’isolement préventif fonctionnel est efficace lorsqu’il favorise tous les éléments suivants: une surveillance accrue, une gestion de cas plus active, un échange de renseignements plus soutenu, un aiguillage prioritaire vers des services cliniques et la rapidité de l’intervention de la gestion de cas dans l’établissement d’un plan.
Après avoir indiqué que les données scientifiques et la recherche montrent qu'une gestion adéquate des unités d'isolement ne cause pas de préjudice à court ou à long terme, M. Brown a ajouté que « réagir à la situation actuelle par une vaste réforme législative revient à réagir de manière idéologique et à ne pas tenir compte des recherches scientifiques et des données probantes ».
En ce qui concerne la grande solution du ministre en matière d’isolement, à savoir appeler les unités d’isolement préventif « unités d’intervention structurée », M. Brown a fait remarquer que le projet de loi C-83 décrit ces unités dans un langage si large et si vague que les conséquences de leur mise en place sont très incertaines et que les détails ne sont pas connus, alors qu’ils sont la clé. La configuration actuelle de nombreuses unités d’isolement ne facilitait pas la socialisation et la participation aux programmes. L’accent mis sur les programmes laisse supposer des séjours plus longs dans les unités d’intervention structurée, de l’ordre de semaines ou peut-être de mois. Les unités d’intervention structurée ne conviendraient pas à la gestion à court terme des détenus au comportement imprévisible, comme ceux sous l’influence de la drogue. Il y a aussi l’incapacité d’avoir du personnel spécialisé pour certaines sous-populations en milieu carcéral. Enfin, toujours selon M. Brown, compte tenu de la configuration actuelle de nombreux établissements carcéraux, une aile pourrait devoir être considérée comme une unité d’intervention structurée, ce qui signifie que jusqu’à 96 détenus pourraient être placés en isolement 20 heures par jour alors qu’avant, ce n’était que 16 heures.
En résumé, un expert, qui a travaillé pendant des années dans des établissements carcéraux avec unités d’isolement, dit ne pas comprendre le plan du ministre. Il ajoute que les prisons n’ont souvent pas l’infrastructure nécessaire et ne sont pas adaptées aux besoins, ce qui pourrait entraîner un effet contraire à ce que prétend le ministre.
La seule valeur potentielle de la loi pourrait peut-être venir d’un mécanisme d’examen externe de l’isolement préventif, qui pourrait donner aux Canadiens une plus grande confiance dans la gestion des délinquants. Cependant, le ministre a dit au comité que nous n’avions pas le pouvoir de faire cela, un ordre qui a été respecté par les députés libéraux membres du comité, alors que les députés de l’opposition ont mis de l’avant des mécanismes pour assurer une telle surveillance, qui ont été rejetés avec vigueur.
Lorsque nous avons poussé les libéraux à modifier les pires parties du projet de loi au comité et que nous avons souligné les problèmes flagrants soulevés par les nombreux témoins experts, on nous a dit que les députés libéraux votaient « en faisant confiance au ministre ».
Le rôle des comités n’est pas de soutenir un ministre et de lui faire confiance, mais plutôt de mener des examens détaillés sur des questions difficiles, d’entendre des experts et des Canadiens concernés, ainsi que d’examiner les programmes, les dépenses et les mesures législatives pour déterminer s’ils répondront aux besoins des Canadiens ou, à tout le moins, à ce que le ministre prétend qu’ils répondront. À cet égard, notre comité a échoué.
À la fin du débat en comité sur le projet de loi C-83, mes collègues conservateurs et moi avons fait connaître notre point de vue. Nous avons indiqué que le comité n’avait pas réussi à examiner la loi et à prendre des décisions éclairées. Nous avons aussi dit que, selon nous, le ministre avait caché au comité des renseignements auxquels il avait de toute évidence accès à l’époque, notamment le coût et les modalités de mise en œuvre dans le projet de loi, ce qui, selon la plupart des témoins, était essentiel pour savoir si ce dernier serait utile. Pour le ministre, il semblait plus important de ne pas présenter son plan au comité. Pour déterminer si un projet de loi représentant des dépenses d’un demi-milliard de dollars sera efficace, il faut que l’on sache où et comment l’argent sera utilisé. Nous n’avons toujours pas de plan à cet égard.
Quelle a été la réaction aux critiques et au scepticisme généralisés provoqués par le projet de loi? Les députés ministériels ont dit faire « un acte de foi » et ont fait confiance au ministre. Qu’est ce que le comité a accompli par l’étude de cette mesure? À mon avis, presque rien. Les députés libéraux ont rejeté des amendements sur la façon dont l’argent serait dépensé. Ils ont rejeté l’exigence de publication des normes des nouvelles unités d’intervention structurée. Ils ont rejeté les limites concernant la reclassification des prisons. Ils ont refusé que le ministre nous explique comment il allait mettre en oeuvre ce nouveau plan.
En ce qui concerne ce projet de loi, les libéraux ont tourné le dos aux Canadiens. Nous devons faire confiance au ministre, qui a souvent induit les Canadiens en erreur au sujet de choses comme le catastrophique voyage en Inde, le projet de loi C-59 et le projet de loi C-71, l’incapacité d’accorder le financement dont la police a besoin pour lutter contre les gangs, et j’en passe.
La Chambre peut faire mieux. Nous devons faire mieux. Nous pouvons tous atteindre un niveau plus élevé. Personnellement, j’estime que le comité a failli à sa tâche envers les électeurs, les collectivités et le pays. Le projet de loi C-83 est un autre exemple des nombreux échecs du gouvernement libéral.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data