Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 71177
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
I call this meeting to order.
This is meeting number 17, on Friday, February 26. Pursuant to the order of reference of Monday, February 1, 2021, we are studying Bill C-18, an act to implement the agreement on trade continuity between Canada and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland. Today's meeting is webcast and is taking place in a hybrid format, pursuant to the House order of January 25, 2021.
Welcome to all of the committee members, the staff and our witnesses. From 1 p.m. until 2:30 p.m., we have the following witnesses who will be presenting to the committee.
We have, from the Business Council of Canada, Trevor Kennedy, director, trade and international policy. From the Canadian Alliance of British Pensioners, we have Ian Andexser, chairman. From the Canadian Cattlemen's Association, we have Fawn Jackson, director, international and government relations; and Doug Sawyer, co-chair, international trade committee.
From the Canadian Federation of Independent Business, we have Corinne Pohlmann, senior vice-president, national affairs and partnerships; and from Canadian Manufacturers & Exporters, we have Matthew Poirier, director, trade policy.
Welcome to you all.
Mr. Kennedy, if you'd like, please lead off.
Je déclare la séance ouverte.
Il s'agit de la réunion numéro 17 du vendredi 26 février. Conformément à l'ordre de renvoi du lundi 1er février 2021, nous étudions le projet de loi C-18, Loi portant mise en œuvre de l'Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. La réunion d'aujourd'hui est diffusée sur le Web et se déroule en format hybride, conformément à l'ordre adopté par la Chambre le 25 janvier 2021.
Bienvenue à tous les membres du Comité, au personnel et à nos témoins. De 13 heures à 14 h 30, les témoins suivants prononceront des remarques liminaires devant le Comité.
Nous accueillons, du Conseil canadien des affaires, Trevor Kennedy, directeur, Commerce et politique internationale. De la Canadian Alliance of British Pensioners, nous recevons Ian Andexser, président. De la Canadian Cattlemen's Association, nous avons Fawn Jackson, directrice, Relations internationales et gouvernementales, et Doug Sawyer, coprésident, Comité du commerce international.
De la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, nous accueillons Corinne Pohlmann, vice-présidente principale, Affaires nationales et partenariats, et de Manufacturiers et exportateurs du Canada, nous recevons Matthew Poirier, directeur, Politique de commerce international.
Bienvenue à tous.
Monsieur Kennedy, vous pouvez commencer si vous le souhaitez.
Trevor Kennedy
View Trevor Kennedy Profile
Trevor Kennedy
2021-02-26 13:04
Thank you very much.
Madam Chair, committee members, thank you for the invitation to take part in your meeting on Bill C-18, an act to implement the agreement on trade continuity between Canada and the United Kingdom.
The Business Council of Canada is composed of 150 chief executives and entrepreneurs of Canada's leading enterprises. Our members directly and indirectly support more than six million jobs across the country and hundreds of thousands of small businesses. Representing different industries and regions, these men and women are united in their commitment to make Canada the best country in which to live, work, invest and grow.
It's been said many times before, but it bears repeating, that Canada is a trading nation, and many Canadian companies rely on the rules-based trading system, as well as our networks of bilateral free trade agreements, to provide certainty and access to global markets.
Given its prominent role in the economy, we expect international trade to be an important part of Canada's economic recovery. The facts speak for themselves. Merchandise exports to the world fell by 12.3% in 2020 because of the pandemic, a decline of $70 billion. Canada needs to work hard in the years ahead to restore and grow our exports from precrisis levels.
The potential loss of preferential market access to the U.K., secured under CETA, presented a serious risk to the recovery for Canadian exporters. The U.K. is Canada's third-largest merchandise export market. It was also one of the few markets in the world in which we were able to sustain our exports from last year despite the crisis.
The U.K., as part of the EU, has been a critical component of Canada's fast-growing transatlantic trade relationship. Before the pandemic, it accounted for 40% of Canada's merchandise exports and 36% of service exports to the EU. Merchandise exports to the U.K. grew by nearly 12% since provisional application. Canadian exporters had momentum in the U.K. before the pandemic, and it's important that we continue to grow our trade.
When I spoke to the committee during negotiations, I mentioned how time-sensitive a Canada-U.K. trade deal is. Not only did we risk losing preferential market access by reverting to the WTO most-favoured nation tariff rates, but many of our peers were negotiating bilateral deals that would have undermined our competitiveness in the market.
Given our existing trade relationship with the U.K. under CETA, and the uncertainty surrounding the future of U.K.-EU relations during the negotiations, the transitional trade deal approach taken by our negotiators was the best approach for Canada. The transitional approach provided Canada with an opportunity to take this new relationship into account when we negotiate a long-term trade deal.
As with Canada's existing free trade agreements, we want to ensure that we reach a conclusive deal in the future with appropriate consultation and assessment of the market opportunities for Canadian firms. The transitional approach will also allow us to do that while we maintain our position in the market.
We were pleased to see that a Canada-U.K. trade continuity agreement manages to preserve our gains under CETA. Like CETA, the TCA's benefits include the elimination of 98% of tariffs on Canadian merchandise exports to the U.K. and will eliminate 99% within a few years. This is in addition to important market access opportunities in government procurement and services, among others.
At the same time, because Canada and the U.K. agreed to negotiate a new deal in the future, the TCA does not require that our future trade relationship be based exclusively on our existing EU agreement.
Our priority today is to quickly ratify the TCA. The existing memorandum of understanding between Canada and the U.K. is a helpful stopgap measure but it is time-sensitive. The U.K. is retooling its international relationships and there is a clear opportunity to reimage our bilateral trade and investment ties with a comprehensive and ambitious trade agreement. We hope both parties can start working on this with stakeholders as soon as the TCA is in force.
The Business Council of Canada reiterates the importance of swiftly ratifying the TCA. This agreement provides certainty for businesses at a time of great uncertainty. It will help our economy to recover by driving trade and attracting the capital needed to innovate, grow and improve Canadians' quality of life through the creation of well-paying jobs.
Thank you for the opportunity to address your committee. I look forward to answering questions.
Merci beaucoup.
Madame la présidente, membres du Comité, je vous remercie de m'avoir invité à participer à votre réunion sur le projet de loi C-18, Loi portant mise en œuvre de l'Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.
Le Conseil canadien des affaires est composé de 150 chefs d'entreprise et entrepreneurs des principales entreprises canadiennes. Nos membres soutiennent directement et indirectement plus de six millions d'emplois dans tout le pays et des centaines de milliers de petites entreprises. Représentant différentes industries et régions, ces hommes et ces femmes sont unis dans leur engagement à faire du Canada le meilleur pays où vivre, travailler, investir et prospérer.
Il a déjà été dit à maintes reprises, mais il convient de le répéter, que le Canada est une nation commerçante. De nombreuses entreprises canadiennes comptent sur le système commercial fondé sur des règles, ainsi que sur nos réseaux d'accords de libre-échange bilatéraux, pour offrir une certitude et un accès aux marchés mondiaux.
Compte tenu de son rôle prépondérant dans l'économie, le commerce international constituera, selon nous, un élément important de la reprise économique du Canada. Les faits parlent d'eux-mêmes. Les exportations de marchandises ont diminué de 12,3 % en 2020 en raison de la pandémie, ce qui représente une baisse de 70 milliards de dollars. Le Canada doit travailler dur dans les années à venir pour rétablir et accroître ses exportations par rapport aux niveaux d'avant la crise.
La perte potentielle de l'accès préférentiel au marché du Royaume-Uni, obtenu dans le cadre de l'accord économique et commercial global, l'AECG, menaçait sérieusement la reprise pour les exportateurs canadiens. Le Royaume-Uni est le troisième plus grand marché d'exportation de marchandises du Canada. C'est aussi l'un des rares marchés au monde où nous avons pu maintenir nos exportations de l'année dernière malgré la crise.
En tant que membre de l'Union européenne, le Royaume-Uni a été un élément essentiel de la relation commerciale transatlantique du Canada, qui a connu une croissance rapide. Avant la pandémie, il représentait 40 % des exportations de marchandises du Canada et 36 % des exportations de services vers l'Union européenne. Les exportations de marchandises vers le Royaume-Uni ont augmenté de près de 12 % depuis l'application provisoire. Les exportateurs canadiens étaient déjà bien implantés au Royaume-Uni avant la pandémie, et il est important que nous continuions à développer nos échanges commerciaux.
Lorsque j'ai parlé au Comité pendant les négociations, j'ai mentionné à quel point un accord commercial entre le Canada et le Royaume-Uni est urgent. Non seulement nous risquions de perdre un accès préférentiel au marché en revenant aux taux tarifaires de la nation la plus favorisée de l'Organisation mondiale du commerce, mais nombre de nos pairs négociaient des accords bilatéraux qui auraient sapé notre compétitivité sur le marché.
Compte tenu de nos relations commerciales actuelles avec le Royaume-Uni dans le cadre de l'AECG et de l'incertitude entourant l'avenir des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne pendant les négociations, l'approche de l'accord commercial transitoire adoptée par nos négociateurs était la meilleure pour le Canada. Cette approche a donné au Canada l'occasion de tenir compte de cette nouvelle relation lorsque nous négocions un accord commercial à long terme.
Comme pour les accords de libre-échange existants du Canada, nous voulons nous assurer de signer un accord concluant à l'avenir. Pour ce faire, nous procéderons à une consultation et à une évaluation appropriées des possibilités de marché pour les entreprises canadiennes. L'approche transitoire nous permettra également de le faire tout en maintenant notre position sur le marché.
Nous avons été heureux de constater qu'un accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni parvient à préserver nos acquis dans le cadre de l'AECG. Comme l'AECG, les avantages de l'accord de continuité commerciale comprennent l'élimination de 98 % des droits tarifaires sur les exportations de marchandises canadiennes vers le Royaume-Uni et l'élimination de 99 % d'entre eux d'ici quelques années. Cette mesure s'ajoute à d'importantes possibilités d'accès au marché dans le domaine des marchés publics et des services, par exemple.
Parallèlement, comme le Canada et le Royaume-Uni ont convenu de négocier un nouvel accord à l'avenir, l'accord de continuité commerciale n'exige pas que nos futures relations commerciales soient exclusivement fondées sur notre accord existant avec l'Union européenne.
Notre priorité aujourd'hui est de ratifier rapidement l'accord de continuité commerciale. Le protocole d'entente existant entre le Canada et le Royaume-Uni est une mesure provisoire utile, mais il est tributaire du temps. Comme le Royaume-Uni est en train de renouveler ses relations internationales, il est clairement possible de repenser nos liens bilatéraux en matière de commerce et d'investissement grâce à un accord commercial complet et ambitieux. Nous espérons que les deux parties pourront commencer à travailler sur ce point avec les parties prenantes dès que l'accord de continuité commerciale sera en vigueur.
Le Conseil canadien des affaires réitère l'importance de ratifier rapidement l'accord de continuité commerciale. Cet accord a créé un climat de certitude pour les entreprises en cette période de grande incertitude. Il aidera notre économie à se redresser en stimulant le commerce et en attirant les capitaux nécessaires pour innover, croître et rehausser la qualité de vie des Canadiens grâce à la création d'emplois bien rémunérés.
Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m'adresser à votre comité. Je me réjouis à la perspective de pouvoir répondre à vos questions.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Kennedy.
We move on to Mr. Andexser, for the Canadian Alliance of British Pensioners.
Merci beaucoup, monsieur Kennedy.
Nous entendrons maintenant le témoignage de M. Andexser, de la Canadian Alliance of British Pensioners.
Ian Andexser
View Ian Andexser Profile
Ian Andexser
2021-02-26 13:09
Thank you, Madam Chair, and thank you to all committee members for the opportunity to address you today.
I am sure many of you are wondering why I have been given the opportunity to speak to a committee formed to discuss future trade agreements between the U.K. and Canada. I hope in the next few minutes to clearly explain why we feel there is an important connection.
I may be one voice, but I say “we” because I speak on behalf of approximately 136,000 British pensioners who have chosen Canada as their home in retirement. The vast majority of these people, like me, emigrated many years ago in response to Canada's request for certain skilled labour, such as nurses, teachers, firefighters and tradespeople, for the booming oil industry in the 1970s. Others came to Canada, after working all their lives in the U.K., to be with family members who had already emigrated.
Before leaving the U.K., we worked and we paid mandatory contributions into the British state pension scheme, which is the equivalent of CPP, assuming that upon retirement we would be treated equally to all British pensioners residing around the world.
However, we are not treated equally because we have chosen to live in Canada, and indeed neither are pensioners in most Commonwealth countries. This results in almost half a million pensioners never receiving the annual uprating in their British pensions. We are known as frozen pensioners.
You may ask why.
One answer is that the U.K. has continuously refused requests from Canada's officials to sign a reciprocal agreement to stop this discrimination. They argue that pension increases are to take into account inflation in the U.K., but they ignore the fact that they already index pensions for half a million expats overseas in many countries, including, just to the south of us, the United States.
A recent U.K. House of Commons briefing paper covering frozen overseas pensions states that the unfreezing of British pensions in Canada did not arise during the negotiation of a social security agreement with Canada in 1959. This is not surprising. The pension payable overseas was only introduced in 1946. Movement around the world was in its infancy. There were very few people affected in 1959, but here we are 61 years later, and the U.K. still clings to this piece of history.
As more people started to be affected during the high inflation days of the 1960s, more and more United Kingdom MPs began to receive correspondence from pensioners abroad protesting the unfairness of the freezing policy. This protest has magnified over the years as travel around the globe has exploded.
Let me give you a couple of examples of the impact of this policy here in Canada.
Peter Duffey, a 95-year-old from Vancouver, lives only 300 yards from the U.S.A. border. He worked for 40 years in the U.K. He flew bombers in the Second World War and he still receives 52 pounds per week, as he has done for 30 years. A similar individual in the U.S.A, however, is paid 134 pounds. Anne Puckridge, 95, of Calgary—also a war veteran—receives only 72 pounds a week instead of 134 pounds.
Both of these seniors have been cheated out of thousands of pounds of their rightful pension, and the same is true of countless others of the 136,000 frozen pensioners in Canada.
The standard boilerplate response that we receive from the U.K. is that this is a policy that has been continued by successive governments for many years. However, having a history doesn't mean something is right. What was applicable 70 years ago isn't in today's world. If something is morally wrong, it is wrong, plain and simple.
Some years ago, our association joined forces with a similar group in Australia to begin a consolidated approach to seeking justice, and the International Consortium of British Pensioners now advocates on behalf of frozen pensioners everywhere in the world.
Only two months ago, Sir Roger Gale, a Conservative MP in the United Kingdom for 38 years and chairman of the All-Party Parliamentary Group on Frozen British Pensions, released a report that was extremely critical of his own government for perpetuating this practice.
For decades, the U.K. has maintained that they are not entering into any new agreements covering frozen pensions, yet with Brexit, the U.K. recently signed new pension agreements with 23 countries to ensure uprated pensions continue for all expats in EU countries, as indeed they should. The U.K. can no longer claim it's not entering into new agreements, and Canada should most certainly be given the opportunity to enter into an updated agreement under the current trade negotiation discussions.
Earlier this week, Sir Roger Gale invited more than 30 MPs from the U.K. and Canada to discuss ways to advance talks on the frozen pension issue, and a number of Canadian MPs, including pensions minister Deb Schulte, suggested that your upcoming trade negotiations would certainly be a good starting point.
On behalf of the 136,000 frozen pensioners residing in Canada, we would be extremely grateful if you could raise this issue with your counterparts across the pond. As Canada enters into trade negotiations with the U.K., worth an estimated $27 billion annually, there is no better time to have this critical discussion.
This policy is estimated to cost the Canadian economy close to half a billion dollars every year, and the onus to support those struggling on very low incomes should not fall on the backs of the Canadian taxpayers, as it currently does through subsidies such as GIS and welfare.
One recent high commissioner to the U.K. told us that the only thorn in an excellent bilateral relationship was that of frozen pensions in Canada. Surely one would have thought that as a major Commonwealth partner, Canada would have been the last place where this immoral, unjust and discriminatory practice could have been allowed to perpetuate for so long.
I hope that I have demonstrated that the current policy is a cost to Canada and deeply impacts the well-being of many of the most vulnerable in our society.
In conclusion, I realize that this issue might not appear to fall within the parameters of normal trade discussions, but now more than ever, your committee is in an excellent bargaining position to demand that the U.K. quickly respond to the recent official request from Canada to sign a social security agreement.
One definition of the word “trade” is to willingly give things or services and get other things or services in return.
Merci, madame la présidente, et merci à tous les membres du Comité pour l'occasion qui m'est donnée de m'adresser à vous aujourd'hui.
Je suis sûr que beaucoup d'entre vous se demandent pourquoi on m'a permis de m'adresser à un comité chargé de discuter des futurs accords commerciaux entre le Royaume-Uni et le Canada. J'espère pouvoir expliquer clairement dans les prochaines minutes pourquoi nous pensons qu'il existe un lien important.
Je n'ai qu'une seule voix, mais je dis « nous » parce que je parle au nom d'environ 136 000 pensionnés britanniques qui ont choisi le Canada comme lieu de résidence pour leur retraite. La grande majorité de ces personnes ont, comme moi, émigré il y a de nombreuses années pour répondre à la demande du Canada en main-d'œuvre qualifiée, comme des infirmières, des enseignants, des pompiers et des ouvriers, dans l'industrie pétrolière en plein essor dans les années 1970. D'autres sont venus au Canada, après avoir travaillé toute leur vie au Royaume-Uni, pour être avec des membres de leur famille qui avaient déjà émigré.
Avant de quitter le Royaume-Uni, nous avons travaillé et nous avons versé des cotisations obligatoires au régime de pension de l'État britannique, qui est l'équivalent du RPC, en supposant qu'à la retraite, nous serions traités de la même manière que tous les pensionnés britanniques résidant dans le monde entier.
Cependant, nous ne sommes pas traités sur un pied d'égalité parce que nous avons choisi de vivre au Canada, et il en va de même pour les pensionnés dans la plupart des pays du Commonwealth. Il en résulte que près d'un demi-million de pensionnés ne reçoivent jamais l'augmentation annuelle de leur pension britannique. Nous sommes connus comme des pensionnés « bloqués ».
Vous vous demandez peut-être pourquoi.
Une réponse est que le Royaume-Uni a continuellement refusé les demandes des fonctionnaires canadiens de signer un accord réciproque pour mettre fin à cette discrimination. Ils affirment que l'augmentation des pensions vise à tenir compte de l'inflation au Royaume-Uni, mais ils font abstraction du fait qu'ils indexent déjà les pensions d'un demi-million d'expatriés à l'étranger dans de nombreux pays, y compris chez nos voisins les États-Unis.
Un récent document d'information de la Chambre des Communes du Royaume-Uni sur les pensions bloquées à l'étranger indique que le déblocage des pensions britanniques au Canada n'a pas été envisagé lors de la négociation d'un accord de sécurité sociale avec le Canada en 1959. Ce n'est pas surprenant. La pension payable à l'étranger n'a été introduite qu'en 1946. Les déplacements dans le monde n'en étaient qu'à leurs débuts. Il y avait très peu de personnes concernées en 1959, mais 61 ans se sont écoulés depuis, et le Royaume-Uni s'accroche toujours à cette décision historique.
Comme de plus en plus de personnes ont commencé à être touchées pendant la période de forte inflation des années 1960, de plus en plus de députés du Royaume-Uni ont commencé à recevoir des lettres de pensionnés de l'étranger qui protestaient contre l'injustice de la politique de blocage. Cette protestation s'est amplifiée au fil des ans, avec l'explosion des voyages dans le monde entier.
Permettez-moi de vous donner quelques exemples de l'incidence de cette politique ici au Canada.
Peter Duffey, 95 ans, de Vancouver, vit à 300 mètres seulement de la frontière américaine. Il a travaillé pendant 40 ans au Royaume-Uni. Il a piloté des bombardiers pendant la Deuxième Guerre mondiale et il reçoit toujours 52 livres par semaine, comme c'est le cas depuis 30 ans. Par contre, s'il vivait aux États-Unis, il toucherait 134 livres. Anne Puckridge, 95 ans, de Calgary — elle aussi une ancienne combattante — ne reçoit que 72 livres par semaine au lieu de 134 livres.
Ces deux personnes âgées ont été spoliées de milliers de livres de la pension qui leur revenait de droit, comme d'innombrables autres membres des 136 000 pensionnés « bloqués » au Canada.
La réponse standard que nous recevons du Royaume-Uni est qu'il s'agit d'une politique qui a été maintenue par les gouvernements successifs pendant de nombreuses années. Cependant, le fait que cette politique remonte à plusieurs années ne signifie pas pour autant qu'elle soit juste. Ce qui était applicable il y a 70 ans ne l'est plus dans le monde d'aujourd'hui. Si une chose est moralement répréhensible, elle est répréhensible, purement et simplement.
Il y a quelques années, notre association s'est liée à un groupe similaire en Australie pour rallier les gens afin de demander que justice soit faite. L'International Consortium of British Pensioners défend désormais les intérêts des pensionnés « bloqués » partout dans le monde.
Il y a seulement deux mois, Sir Roger Gale, député conservateur au Royaume-Uni depuis 38 ans et président du groupe parlementaire multipartite sur les pensions britanniques bloquées, a publié un rapport extrêmement critique à l'égard de son propre gouvernement pour avoir perpétué cette pratique.
Pendant des décennies, le Royaume-Uni a maintenu qu'il ne conclurait pas de nouveaux accords concernant les pensions bloquées. Pourtant, avec le Brexit, le Royaume-Uni a récemment signé de nouveaux accords sur les pensions avec 23 pays afin de garantir le maintien des pensions majorées pour tous les expatriés dans les pays de l'Union européenne, comme il se doit. Le Royaume-Uni ne peut plus prétendre ne pas conclure de nouveaux accords, et il est clair que le Canada devrait avoir la possibilité de conclure un accord actualisé dans le cadre des négociations commerciales en cours.
Au début de cette semaine, Sir Roger Gale a invité plus de 30 députés du Royaume-Uni et du Canada à discuter des moyens de faire avancer les pourparlers sur la question des pensions bloquées, et un certain nombre de députés canadiens, dont la ministre responsable des pensions, Deb Schulte, ont suggéré que vos prochaines négociations commerciales offriraient assurément un bon point de départ.
Au nom des 136 000 personnes dont les pensions sont bloquées et qui résident au Canada, nous vous serions vraiment reconnaissants de bien vouloir soulever cette question auprès de vos homologues de l'autre côté de l'océan. Alors que le Canada entame des négociations commerciales avec le Royaume-Uni, pour une valeur estimée à 27 milliards de dollars par an, il n'y a pas de meilleur moment pour tenir cette discussion cruciale.
On estime que cette politique coûte à l'économie canadienne près d'un demi-milliard de dollars chaque année, et la responsabilité de soutenir les personnes à très faibles revenus ne devrait pas retomber sur le dos des contribuables canadiens, comme c'est le cas actuellement avec des subventions telles que le Supplément de revenu garanti et l'aide sociale.
Un haut commissaire récemment arrivé au Royaume-Uni nous a dit que la seule épine dans une excellente relation bilatérale était celle des pensions bloquées au Canada. On aurait certainement pu penser qu'en tant que grand partenaire du Commonwealth, le Canada aurait été le dernier endroit où cette pratique immorale, injuste et discriminatoire aurait pu se perpétuer pendant si longtemps.
J'espère avoir démontré que la politique actuelle représente un coût pour le Canada et qu'elle a une incidence profonde sur le bien-être de nombreux membres les plus vulnérables de notre société.
En conclusion, je suis conscient que cette question peut sembler déborder le cadre des discussions commerciales normales, mais maintenant plus que jamais, votre comité est en excellente position de négociation pour exiger que le Royaume-Uni réponde rapidement à la récente demande officielle du Canada de signer un accord de sécurité sociale.
Une définition du mot « commerce » est de donner volontairement des choses ou des services et d'obtenir d'autres choses ou services en retour.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Chair, I apologize for interrupting Mr. Andexser, but the interpretation is not working.
Madame la présidente, excusez-moi d'interrompre M. Andexser, mais l'interprétation ne fonctionne pas.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Mr. Andexser, could you just hold for a moment?
Monsieur Andexser, pouvez-vous attendre un instant?
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
The interpretation is back.
Thank you very much.
L'interprétation est revenue.
Merci beaucoup.
Ian Andexser
View Ian Andexser Profile
Ian Andexser
2021-02-26 13:17
We feel that momentum to end this policy is now on our side. Please use your voices to help us.
Thank you. I would be pleased to answer any questions.
Nous pensons que la balle est maintenant dans notre camp pour mettre fin à cette politique. Merci d'utiliser vos voix pour nous aider.
Je vous remercie. Je me ferai un plaisir de répondre à vos questions.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Andexser. I appreciate that.
We'll go on to the Canadian Cattlemen's Association.
Ms. Jackson or Mr. Sawyer, whichever one of you would like to go forward, please begin.
Merci, monsieur Andexser. Je vous en suis reconnaissante.
Passons maintenant à la Canadian Cattlemen's Association.
Madame Jackson ou monsieur Sawyer, la parole est à celui ou celle de vous deux qui souhaite commencer.
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 13:17
Thank you, Madam Chair, to you and your fellow committee members.
I am Doug Sawyer. I'm a rancher out here in the west, in snowy Alberta. I am also a board member of the Canadian Cattlemen's Association, the national voice of Canada's beef farmers and ranchers. With me today is Fawn Jackson, director of government and international relations with the CCA.
Thank you for the opportunity to reappear before the committee regarding the act to implement the agreement on trade continuity between Canada and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland. We will refer to this agreement as the “continuity agreement”.
Today we advocate for two things. Firstly, we strongly encourage a swift return to the negotiating table to establish a permanent, progressive and ambitious free trade agreement, with a culmination in the U.K. joining the CPTPP. Secondly, we cannot replicate the trade agreement that we have under CETA in a Canada-U.K. FTA or CPTPP.
I will now expand on these points.
The beef industry is one of Canada's largest agricultural sectors, supporting a total of 228,000 jobs and a contribution of $17.9 billion to GDP. Canadian beef and livestock genetics are sold to 58 markets around the world and about 50% of what we produce is actually exported.
Although COVID has been extremely difficult for all Canadians, agriculture stands out as a vital and resilient part of our whole economy. I am pleased to report that while COVID was very difficult for the first part of the spring of 2020, we were able to recover and the value of trade was up 1.4% in 2020 over 2019. Having a record year, despite the difficult conditions, demonstrates the value of having robust and ambitious trade agreements in place.
Export Development Canada reports that Canada's agricultural exports are growing three times faster than the overall Canadian average, confirming that agricultural products are a net cash generator for Canada's economy and an area for future growth. This is important context indeed for the conversation we are having today about trade, both for recovery and for the long-term economic health of our great country.
Since it became clear that the U.K. would be exiting from the EU, CCA consistently communicated concerns with trade obstacles being carried over from CETA to the Canada-U.K. transitional agreement and any permanent trade agreement with them.
Last time we presented before this committee, the details of the continuity agreement were not available, but today we are able to share some thoughts on what the deal means for Canadian beef producers.
First of all, on access, Canadian beef will have 3,279 tonnes of access in 2021, and 3,869 tonnes in 2022. All beef must be hormone free.
In 2020, Canada exported 1,415 tonnes, which is within the total access we have gained, with some room for growth.
In the same time frame, the U.K. exported 5,393 tonnes to Canada, almost four times more than we exported to them, and significantly over the access we have in their market in this continuity agreement. Under the continuity agreement the U.K. has maintained duty-free access to the Canadian market, so even if we were able to resolve some of the trade limiting factors on our exports, beef will not be a net even trading partner with the U.K.
In 2020, Canada had a negative net beef trade of almost $14 million with the U.K., and a negative net trade of $83 million with the EU. This net trade deficit has grown since the implementation of CETA. The overall Canada-EU beef trade deficit, which includes the U.K., was a half a million dollars in 2018, $17.3 million in 2019 and an astounding $96.8 million for 2020. Needless to say, CCA is significantly concerned with how beef trade with the EU and the U.K. has actually progressed.
Unfortunately, because of the growing trade imbalance between Canada and the EU, we have had to ask the Government of Canada for some compensation. In future agreements, we must obtain reciprocal access. Anything less is unacceptable to our beef producers. It is disappointing to see that this reciprocity has not been obtained in the continuity agreement.
As you all know, CCA as an organization is a proud advocate of free trade, but we cannot have free trade in one direction without free trade in the other direction.
The continuity agreement does have some improvements. We are pleased with the tariff rate quota, TRQ, administration that will be handled on a first-come, first-served basis, which will make shipping to the U.K. less burdensome. Previously, the quota access was managed through a licensing system. We also recognize that this is a continuity agreement largely replicating CETA, and that without a trade agreement in place, the Canada-U.K. trading relationship could have fallen back to the MFN tariffs, which could halt trade between Canada and the United Kingdom.
For the reasons we have discussed today, CCA's highest priority is achieving a long-term FTA with the U.K. that resolves trade barriers and enables reciprocal trade. CCA is pleased to see both governments committed to negotiating a full FTA starting this year, and encourages both parties to do so, especially given the U.K.'s formal application for access into CPTPP.
Aside from reciprocal access, which we stress is imperative, there are a number of other factors that need to be addressed under a future trade agreement with the United Kingdom. We also advocate for a full systems approval. Canada has a world-renowned food safety and meat inspection system that is recognized throughout—
Merci, madame la présidente, et merci aux autres membres du Comité.
Je m'appelle Doug Sawyer. Je suis éleveur ici dans l'Ouest, dans l'Alberta enneigée. Je suis également membre du conseil d'administration de la Canadian Cattlemen's Association, porte-parole national des éleveurs et des producteurs de viande bovine du Canada. Je suis accompagné aujourd'hui par Fawn Jackson, directrice des relations internationales et gouvernementales de la CCA.
Je vous remercie de me donner l'occasion de me présenter à nouveau devant le Comité dans le contexte de son étude sur la Loi portant mise en œuvre de l'Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Nous appellerons cet accord « l'accord de continuité ».
Aujourd'hui, nous militons en faveur de deux choses. Primo, nous encourageons vivement un retour rapide à la table des négociations afin de mettre en œuvre un accord de libre-échange permanent, progressif et ambitieux, dont le point culminant sera l'adhésion du Royaume-Uni au Partenariat transpacifique global et progressiste. Secundo, nous ne pouvons pas reproduire l'accord commercial que nous avons conclu dans le cadre de l'AECG dans un accord de libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni ou dans le Partenariat transpacifique global et progressiste.
Je vais maintenant m'étendre sur ces points.
Le secteur de la viande bovine est l'un des plus grands secteurs agricoles du Canada; il génère un total de 228 000 emplois et contribue au PIB à hauteur de 17,9 milliards de dollars. La viande de bœuf et le matériel génétique du bétail canadien sont vendus sur 58 marchés dans le monde entier et environ 50 % de ce que nous produisons est effectivement exporté.
Bien que la COVID ait été très éprouvante pour tous les Canadiens, l'agriculture se distingue comme un élément vital et résistant de toute notre économie. Je suis heureux d'annoncer que, bien que la première partie du printemps 2020 ait été très difficile en raison de la COVID, nous avons réussi à nous rétablir. La valeur des échanges a augmenté de 1,4 % en 2020 par rapport à 2019. Le fait d'avoir connu une année record, malgré des conditions difficiles, démontre l'intérêt de mettre en place des accords commerciaux solides et ambitieux.
Selon Exportation et développement Canada, les exportations agricoles du Canada augmentent trois fois plus vite que la moyenne canadienne globale, ce qui confirme que les produits agricoles sont une source nette de liquidités pour l'économie canadienne et un domaine de croissance future. Ce contexte est en effet important pour la conversation que nous tenons aujourd'hui sur le commerce, tant pour la reprise que pour la santé économique à long terme de notre grand pays.
Depuis qu'il est devenu évident que le Royaume-Uni allait se retirer de l'Union européenne, le CCA a constamment exprimé ses préoccupations quant au report des obstacles commerciaux de l'AECG à l'accord transitoire Canada–Royaume-Uni et à tout accord commercial permanent avec ce pays.
La dernière fois que nous nous sommes présentés devant ce comité, nous ne connaissions pas les détails de l'accord de continuité, mais aujourd'hui, nous sommes en mesure de partager quelques réflexions sur ce que cet accord signifie pour les producteurs de bœuf canadiens.
Tout d'abord, le bœuf canadien aura un accès de 3 279 tonnes en 2021 et de 3 869 tonnes en 2022. Toute la viande bovine doit être exempte d'hormones.
En 2020, le Canada a exporté 1 415 tonnes, ce qui correspond à l'accès total que nous avons obtenu, avec une certaine marge de croissance.
Au cours de la même période, le Royaume-Uni a exporté 5 393 tonnes vers le Canada, soit près de quatre fois plus que ce que nous avons exporté vers eux, et nettement plus que l'accès que nous avons sur leur marché dans le cadre de cet accord de continuité. Dans le cadre de l'accord de continuité, le Royaume-Uni a maintenu un accès en franchise de droits au marché canadien. Ainsi, même si nous parvenions à résoudre certains des facteurs limitant nos exportations, les producteurs de viande bovine ne seront pas des partenaires commerciaux sur un pied d'égalité avec ceux du Royaume-Uni.
En 2020, le Canada avait un déficit commercial net pour le bœuf de près de 14 millions de dollars avec le Royaume-Uni, et un déficit commercial net de 83 millions de dollars avec l'Union européenne. Ce déficit commercial net a augmenté depuis la mise en œuvre de l'AECG. Le déficit commercial global pour le bœuf entre le Canada et l'Union européenne, qui comprenait le Royaume-Uni, était d'un demi-million de dollars en 2018, de 17,3 millions de dollars en 2019 et de l'ordre stupéfiant de 96,8 millions de dollars en 2020. Il va sans dire que la CCA est très préoccupée par la façon dont le commerce du bœuf avec l'Union européenne et le Royaume-Uni a actuellement évolué.
Malheureusement, en raison du déséquilibre commercial croissant entre le Canada et l'Union européenne, nous avons dû demander au gouvernement du Canada une certaine compensation. Dans le cadre des futurs accords, nous devons obtenir un accès réciproque. Toute autre solution est inacceptable pour nos producteurs de viande bovine. Il est d'ailleurs décevant de constater que cette réciprocité n'a pas été obtenue dans le présent accord de continuité commerciale.
Comme vous le savez tous, la CCA, en tant qu'organisation, est une fière défenseure du libre-échange, mais il ne peut y avoir de libre-échange dans un sens sans libre-échange dans l'autre sens.
Par ailleurs, l'accord de continuité commerciale comporte quelques améliorations. Nous sommes satisfaits de l'administration du contingent tarifaire (CT), qui sera géré selon le principe du premier arrivé, premier servi, ce qui rendra les expéditions vers le Royaume-Uni moins contraignantes. Auparavant, l'accès au contingent était géré par un système de permis. Nous reconnaissons également qu'il s'agit d'un accord de continuité qui reproduit en grande partie l'AECG, et que sans la mise en place d'un accord commercial, le Canada et le Royaume-Uni auraient pu recommencer à appliquer les tarifs NPF dans le cadre de leurs relations commerciales, ce qui aurait pu mettre un terme aux échanges entre le Canada et le Royaume-Uni.
Pour les raisons que nous avons évoquées aujourd'hui, la priorité absolue de la CCA est de parvenir à un accord de libre-échange à long terme avec le Royaume-Uni, un accord qui permet de lever les obstacles au commerce et de favoriser les échanges réciproques. La CCA se réjouit de voir les deux gouvernements s'engager à négocier un ALE complet dès cette année, et encourage les deux parties à le faire, compte tenu notamment de la demande officielle d'accès au PTPGP présentée par le Royaume-Uni.
Outre l'accès réciproque, dont nous soulignons le caractère impératif, il existe un certain nombre d'autres facteurs qui doivent être pris en compte dans le cadre de la négociation d'un futur accord commercial avec le Royaume-Uni. Nous préconisons également une approbation complète des systèmes. Le Canada dispose d'un système de salubrité des aliments et d'inspection des viandes de renommée mondiale qui est reconnu partout...
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Please deliver your closing remarks, Mr. Sawyer.
Veuillez formuler vos observations finales, monsieur Sawyer.
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 13:25
I'll skip right down to them.
CCA recognizes the importance of avoiding trade interruptions and the need for a transitional agreement. We are strongly advocating for a swift return to the negotiating table to establish an ambitious agreement. We are confident that Canada has the right team of negotiators, and look forward to achieving the same level of ambition that was achieved in the CPTPP agreement, with our U.K. partners.
I thank you and look forward to taking your questions.
Je vais passer directement à ces observations.
La CCA reconnaît l'importance d'éviter les interruptions des échanges commerciaux et la nécessité de mettre en place un accord transitoire. Nous préconisons vivement un retour rapide à la table des négociations afin d'établir un accord ambitieux. Nous sommes convaincus que le Canada dispose de la bonne équipe de négociateurs, et nous sommes impatients d'atteindre avec nos partenaires britanniques un degré d'ambition identique à celui qui a été atteint dans le cadre du PTPGP.
Je vous remercie, et je me réjouis de répondre à vos questions.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Sawyer. You have my apologies for having to interrupt you.
From the Canadian Federation of Independent Business, Corinne Pohlmann is next.
Merci beaucoup, monsieur Sawyer. Je m'excuse de vous avoir interrompu.
La prochaine intervenante est Corinne Pohlmann, et elle représente la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.
Corinne Pohlmann
View Corinne Pohlmann Profile
Corinne Pohlmann
2021-02-26 13:26
Good afternoon, everybody.
Thank you for the opportunity to be here today to share the CFIB's perspective on Bill C-18.
You should have a slide presentation that was sent to you by the clerk. I'm hoping to walk you through it, so I hope you'll have that in front of you as I present my speaking notes over the next few minutes.
First, I just want to say that the CFIB is a non-profit, non-partisan organization that represents about 110,000 small and medium-sized businesses across Canada. They come from every sector of the economy and are found in every region of the country.
It's important to remember that, normally, Canada's small and medium-sized enterprises employ about 90% of Canadians, and they're responsible for the bulk of new job creation. However, the last year has been particularly challenging for many small businesses right across the country, as they had to deal with shutdowns and limited capacity to help Canada deal with the pandemic.
As of early February, you should know that only 51% of businesses in Canada were fully open, that only 39% were fully staffed and that only 25% were back to normal revenues. The CFIB also released some new data just yesterday that found that seven in 10 businesses have taken on new debt during the pandemic, with the average debt being almost $170,000 per business.
I share these staggering numbers to highlight why it is so important to continue to find ways to bring stability and continuity to businesses trying to operate in these challenging times. I think that is what Bill C-18 aims to do.
I also believe that trade, both domestic and international, will be key to Canada's economic recovery. Agreements such as this one are essential in making sure that small and—to be fair—large businesses, as well, have some certainty when dealing with some of our largest trading partners.
To better understand why this is so important to small businesses, I'm going to be referring to a survey that we did back in 2017 that got almost 4,400 responses. As you can see, 31% of survey respondents had some experience with exporting, and 71% had some experience with importing.
These may be slightly higher than what is actually out there, as the survey likely attracted those, but they're not going to be too far off from what's actually the experience of many small businesses. For some, though, it's only an occasional thing. They maybe do it a couple of times a year. Others, though, do engage in trade daily. What's important, though, is that, regardless of the frequency of their trade experience, it needs to be as seamless and as easy as possible if we are to encourage more small businesses to continue to trade internationally.
Which countries do they trade with? Not surprisingly, the United States, of course, dominates the trading experiences of small businesses in Canada. However, as you'll see, more than 5% of small business owners import goods and services from the United Kingdom, and slightly more—closer to 6%—export to the U.K. In fact, amongst small firms, the U.K. is the third most likely region that Canadian small businesses will be exporting to—behind only the U.S. and the EU—and it's the fourth most likely country that Canadian small firms import from. Clearly, it's an important trading partner for small businesses.
We know also that governments around the world are interested in getting more small businesses involved in international trade. Therefore, understanding what motivates them to get involved in trade is still an important question. As you can see, most do it because they see a growing market demand for their product or service, want to expand their business or see good potential market opportunities. However, more than a third—36%—are also citing favourable trade agreements as having an influence on their intention to export. Having trade agreements address small and medium-sized business trade priorities would encourage even more to engage in trade.
That's why we've always welcomed the small business—or SME—chapters that were included in the CPTPP and the Canada-United States-Mexico Agreement, as they're a starting point in recognizing some of the challenges that may be unique to smaller firms.
While CETA did not expressly have an SME chapter, there was some work done through a joint committee to recognize the unique needs of small firms. We would strongly encourage a continued focus on SMEs in this trade continuity agreement. We would also highly recommend that the new Canada-U.K. negotiated trade agreement include a small business chapter that has within it the development of such tools and activities aimed at assisting smaller firms with their trading challenges. It's these types of initiatives that will ultimately encourage more smaller firms to engage in trade.
At the very least, of course, trade agreements have to help small businesses overcome some of the barriers they face. Those challenges can include everything from currency fluctuations to the cost of shipping, but they also include dealing with various duties and taxes and understanding rules and regulations—basically those non-tariff barriers.
We are pleased to see that Bill C-18 will honour the tariff elimination agreements made under CETA, which includes the elimination of 98% of tariffs on products exported to the U.K. right away. That, of course, will go up over the next couple of years.
We're also pleased to see that chapters remain on improving technical barriers to trade, as well as an emphasis on working together on regulatory co-operation. Also, it's important, though, to improve customs and trade facilitation, as this is often where small businesses can get discouraged. Efforts to help them better understand all the various rules, all the various customs processes, will be an important component of making this trade agreement and others really work for small businesses.
While much of the information I'm sharing today comes from a survey done prior to the pandemic, I did want to share some more recent data that illustrates that these issues remain important for small businesses, even during troubling times.
A survey was conducted just last August. In it we asked what the federal government priorities should be or what it should focus on. As you can see, over one-third wanted the government to focus on ensuring favourable trade conditions for small businesses. This actually jumps to more than one-half among manufacturing firms. This is despite all the challenges that were in place at the time.
We want to ask that you ratify Bill C-18 and then move quickly to negotiate a comprehensive trade agreement with the U.K. The trade agreement to be negotiated should include a small business chapter that addresses their unique needs and provides them with tools like a centralized website that has relevant information in plain language. It also should ensure that Canada and the U.K. provide tailored information for small and medium-sized enterprises on what changes to the agreement may impact their existing trade relationships, and how small businesses can benefit from the agreement. It should also focus on making customs processes easier, as this is often where the greatest stumbling blocks are for smaller companies.
Incorporating some of these ideas and moving quickly on this agreement will help make sure that businesses already trading into the U.K. can continue to do so with limited interruption, and could potentially attract even more smaller firms that are looking to expand into new markets to engage in trade.
I want to thank you for your attention. I look forward to answering any questions.
Bonjour à tous.
Je vous remercie de l'occasion qui m'est donnée de participer à la séance d'aujourd'hui afin de communiquer le point de vue de la FCEI sur le projet de loi C-18.
Vous devriez avoir reçu une présentation de diapositives que vous a envoyée la greffière. J'espère que vous l'aurez sous les yeux lorsque je vous présenterai mes notes d'allocution au cours des prochaines minutes.
Tout d'abord, je tiens à dire que la FCEI est une organisation sans but lucratif et non partisane qui représente environ 110 000 petites et moyennes entreprises de l'ensemble du Canada. Ces entreprises appartiennent à tous les secteurs de l'économie, et elles sont présentes dans toutes les régions du pays.
Il est important de rappeler que, normalement, les petites et moyennes entreprises du Canada emploient environ 90 % des Canadiens, et qu'elles sont responsables de la majeure partie des nouveaux emplois créés. Cependant, l'année dernière a été particulièrement difficile pour de nombreuses petites entreprises partout au pays, car elles ont dû faire face à des fermetures et à une capacité limitée, afin d'aider le Canada à lutter contre la pandémie.
Vous devez savoir qu'au début du mois de février, seulement 51 % des entreprises canadiennes étaient totalement ouvertes, que seulement 39 % d'entre elles comptaient un effectif complet et que seulement 25 % d'entre elles avaient retrouvé des revenus normaux. La FCEI a également publié hier de nouvelles données qui révèlent que sept entreprises sur dix ont contracté de nouvelles dettes pendant la pandémie, la dette moyenne s'établissant à près de 170 000 $ par entreprise.
Je partage ces chiffres stupéfiants pour souligner la raison pour laquelle il est si important de continuer à trouver des moyens d'apporter stabilité et continuité aux entreprises qui tentent d'exercer leurs activités en ces temps difficiles. Je pense que c'est ce que le projet de loi C-18 vise à faire.
Je crois également que le commerce, tant national qu'international, sera la clé de la reprise économique du Canada. Des accords comme celui-ci sont essentiels pour garantir que les petites entreprises et, à juste titre, les grandes entreprises bénéficient également d'une certaine certitude lorsqu'elles traitent avec quelques-uns de nos principaux partenaires commerciaux.
Pour mieux comprendre pourquoi cela importe tellement pour les petites entreprises, je vais me référer à une enquête que nous avons réalisée en 2017 et qui a obtenu près de 4 400 réponses. Comme vous pouvez le constater, 31 % des personnes interrogées avaient une certaine expérience de l'exportation et 71 %, une certaine expérience de l'importation.
Ces chiffres sont peut-être légèrement supérieurs à ce qui existe réellement, car l'enquête a probablement attiré ces personnes, mais ils ne sont pas très éloignés de l'expérience réelle de nombreuses petites entreprises. Cependant, pour certaines de ces entreprises, ces activités ne sont qu'occasionnelles. Elles les exercent peut-être deux ou trois fois par an. Par contre, d'autres entreprises effectuent des échanges commerciaux quotidiennement. Toutefois, ce qui importe, c'est que, quelle que soit la fréquence de leur expérience commerciale, cette expérience doit être aussi transparente et facile que possible, si nous voulons encourager un plus grand nombre de petites entreprises à poursuivre leurs activités de commerce international.
Avec quels pays commercent-elles? Il n'est pas étonnant que les États-Unis dominent bien sûr les expériences commerciales des petites entreprises canadiennes. Cependant, comme vous le verrez, plus de 5 % des propriétaires de petites entreprises importent des biens et des services du Royaume-Uni, et légèrement plus de propriétaires — soit près de 6 % — exportent vers le Royaume-Uni. En fait, le Royaume-Uni est la troisième région vers laquelle les petites entreprises canadiennes sont les plus susceptibles d'exporter — après les États-Unis et l'Union européenne — et le quatrième pays duquel les petites entreprises canadiennes sont les plus susceptibles d'importer. Il est clair que le Royaume-Uni est un partenaire commercial important pour les petites entreprises.
Nous savons également que les gouvernements du monde entier souhaitent que davantage de petites entreprises participent au commerce international. Par conséquent, la compréhension de ce qui les motive à participer au commerce international reste une question importante. Comme vous pouvez le constater, la plupart le font parce qu'ils observent une demande croissante du marché pour leur produit ou service, parce qu'ils veulent développer leur entreprise ou parce qu'ils voient de bons débouchés potentiels. Toutefois, plus d'un tiers des entreprises — soit 36 % — citent également les accords commerciaux favorables comme ayant une influence sur leur intention d'exporter. Le fait que les accords commerciaux tiennent compte des priorités commerciales des petites et moyennes entreprises encouragerait encore plus les entreprises à participer au commerce international.
C'est la raison pour laquelle nous avons toujours accueilli favorablement les chapitres sur les petites entreprises, ou PME, qui ont été inclus dans le PTPGP et l'accord Canada-États-Unis-Mexique, car ils constituent un point de départ en vue de reconnaître certaines des difficultés qui peuvent être propres aux petites entreprises.
Bien que l'AECG n'ait pas expressément prévu de chapitre consacré aux PME, un certain travail a été effectué par l'intermédiaire d'un comité mixte afin de reconnaître les besoins particuliers des petites entreprises. Nous vous encourageons vivement à continuer de mettre l'accent sur les PME dans cet accord de continuité commerciale. Nous recommandons aussi fortement que le nouvel accord commercial négocié entre le Canada et le Royaume-Uni comprenne un chapitre sur les petites entreprises qui prévoit l'élaboration d'outils et d'activités visant à aider les petites entreprises à relever leurs défis commerciaux. Ce sont ces types d'initiatives qui, en fin de compte, encourageront un plus grand nombre de petites entreprises à se lancer dans le commerce international.
À tout le moins, les accords commerciaux doivent bien sûr aider les petites entreprises à surmonter certains des obstacles auxquels elles font face. Ces défis peuvent aller des fluctuations monétaires au coût du transport maritime, mais ils comprennent également la gestion de divers droits de douane et taxes, ainsi que la compréhension de la réglementation — c'est-à-dire essentiellement les barrières non tarifaires.
Nous sommes heureux de constater que le projet de loi C-18 respectera les accords d'élimination des droits de douane conclus dans le cadre de l'AECG, lesquels prévoient l'élimination immédiate de 98 % des droits de douane sur les produits exportés vers le Royaume-Uni. Bien entendu, ce pourcentage augmentera au cours des deux ou trois prochaines années.
Nous sommes également heureux de constater que les chapitres sur l'amélioration des obstacles techniques au commerce ont été conservés, ainsi que l'accent mis sur la collaboration en matière de coopération réglementaire. Toutefois, il est également important d'améliorer la facilitation douanière et la facilitation des échanges, car c'est souvent à ce stade que les petites entreprises peuvent se décourager. Les efforts déployés pour les aider à mieux comprendre les différentes règles et les divers processus douaniers constitueront une mesure importante pour faire en sorte que cet accord commercial et d'autres accords fonctionnent réellement pour les petites entreprises.
Bien qu'une grande partie des informations que je vous communique aujourd'hui proviennent d'une enquête réalisée avant la pandémie, je souhaitais vous transmettre quelques données plus récentes qui montrent que ces questions restent importantes pour les petites entreprises, même pendant cette période difficile.
Une enquête a été menée pas plus tard qu'en août dernier, et dans le cadre de celle-ci, nous avons demandé quelles devraient être les priorités du gouvernement fédéral ou sur quoi il devrait se concentrer. Comme vous pouvez le constater, plus d'un tiers des personnes interrogées souhaitaient que le gouvernement se concentre sur la garantie de conditions commerciales favorables aux petites entreprises. En fait, ce chiffre passe à plus de la moitié dans le cas des entreprises manufacturières, et ce, malgré toutes les difficultés qui existaient à l'époque.
Nous voulons vous demander de ratifier le projet de loi C-18 et de négocier rapidement un accord commercial global avec le Royaume-Uni. L'accord commercial à négocier devrait comprendre un chapitre sur les petites entreprises qui répondrait à leurs besoins particuliers et leur fournirait des outils tels qu'un site Web centralisé contenant des informations pertinentes formulées en termes clairs. L'accord devrait également veiller à ce que le Canada et le Royaume-Uni fournissent des informations adaptées aux petites et moyennes entreprises sur les modifications de l'accord susceptibles d'avoir une incidence sur leurs relations commerciales existantes et sur la manière dont les petites entreprises peuvent bénéficier de l'accord. L'accord devrait également s'attacher à faciliter les procédures douanières, car c'est souvent à ce stade que les petites entreprises rencontrent les plus grandes difficultés.
L'intégration de certaines de ces idées et la mise en œuvre rapide de cet accord contribueront à faire en sorte que les entreprises qui commercent déjà avec le Royaume-Uni puissent poursuivre ces échanges sans interruption prolongée, et cela pourrait attirer un nombre encore plus important de petites entreprises qui cherchent à élargir leurs activités sur de nouveaux marchés afin de participer au commerce international.
Je tiens à vous remercier de votre attention. Je me ferai un plaisir de répondre à vos questions.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you, Ms. Pohlmann.
We move on to Canadian Manufacturers & Exporters, and Mr. Poirier.
Merci, madame Pohlmann.
Nous allons maintenant passer au représentant des Manufacturiers et exportateurs du Canada, M. Poirier.
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:33
Good afternoon, and thank you for inviting me to participate in today's discussion.
It's my pleasure to be here on behalf of Canada’s 90,000 manufacturers and exporters, and our association's 2,500 direct members to discuss Bill C-18, the implications for Canada’s manufacturing and exporting sector, and the future of this vital industry.
Our association’s members cover all sizes of companies, from all regions of the country and all industrial sectors. We represent the majority of Canada’s manufacturing output, as well as Canada’s value-added exports.
With over $20 billion in exports, the U.K. is one of Canada’s largest export markets. Canada-U.K. trade was one of our very first trade relationships and traditionally has been our doorway to the European market. According to our management issues survey, which is a large biennial survey of Canadian manufacturers, the European Union, and the U.K. in particular, is one of the top three markets that exporters see as having the most potential in the next five years.
As the committee knows, this is a unique situation. We've had a free trade agreement with the U.K. for many years under CETA, so the discussion today is all about maintaining that access and then, we hope, a discussion on how Canada can take advantage of a new bilateral trade agreement between Canada and the U.K. We, therefore, fully support the Canada-United Kingdom trade continuity agreement, and we urge swift passage of Bill C-18. This interim measure is required, obviously, while our negotiators hammer out a more permanent Canada-U.K. agreement, and like my fellow panellists, I urge that it happen as soon as possible as well.
However, beyond these mechanical trade agreement issues lies an even bigger problem that I must raise. That is the problem of our declining value-added export performance, a decline that has been accelerating despite signing more and more free trade agreements across the globe.
Let me explain what I mean. Two-thirds of Canada’s value-added exports, the types of exports that Canada makes the most money from, are manufactured goods. In other words, Canadian manufacturers take the raw ingredients, transform them into something of higher value and then sell these goods abroad. This “bigger bang for your buck” type of trade has been declining for years. In fact, with the U.K., manufacturing exports have been declining steadily for five years, even after we signed CETA. Canada can no longer afford to ignore the lost economic potential that the decline in value-added exports represents. It's simply not sustainable.
How do we fix that? We have ideas.
Simply put, Canada’s manufacturer-exporters are too small, and at full capacity. Generally speaking, Canada has a higher proportion of its businesses being smaller SMEs than most of our global competitors. From a fundamental structural perspective, we need to get our companies to invest in their businesses and help them grow and scale up. Larger companies are simply better positioned to take advantage of global trade. CME’s manufacturing survey results back this up. When asked what is holding them back from exporting to new markets, they told us that the risks are too high because they lack a competitive edge with foreign companies. They simply feel that they can’t compete and don’t bother.
It's important that we agree that this structural domestic business problem is driving our export underperformance. Landing new global customers through FTAs is rather pointless if we cannot produce the goods to sell to them at competitive prices.
Now, you might ask yourselves, isn’t this the point of EDC, BDC, CCC and the trade commissioner service? Aren’t they supposed to help derisk exporting and help SMEs get out there? The answer is yes, and we would argue that they are all quite good at doing that. The problem is the disconnect between these great programs and exporters knowing that they exist. When we polled manufacturers, we found that those who used these agencies and programs loved them, but a majority of respondents couldn’t even identify the agencies, let alone the programs they offer. This is a big problem.
Therefore, we have the dual challenge of our exporting companies being small, underinvested in and uncompetitive, and a big gap between government assistance and companies using that assistance.
Here are some concrete actions that we would like to put forward to address some of those problems.
Number one, create a manufacturing and export strategy for Canada that focuses on modernizing and growing our industrial sectors. It needs to help companies invest in the technology that will help them scale up and truly become global players. We happen to have such a plan, which we discussed with many of you in the past, and I would be happy to leave a copy with the clerk.
Number two, launch a made-in-Canada branding exercise at home and in international markets to celebrate our manufactured goods. This will boost awareness of Canadian capabilities and technologies as well as sales and exports. The maple leaf is a global brand with a sterling reputation that we don't take advantage of enough.
Number three, bridge government export agencies and exporters by leveraging the vast networks of business trade associations. This can be done by investing in Canada's trade associations' capacity to link the two sides and act as a concierge service for exporters. The government used to support these types of initiatives to great effect. We think they should again.
Number four, expand our efforts on SME exporter mentorship. Organizing and managing private peer-mentoring networks is another way Canada's trade associations can be used to maximize company-to-company learning.
All these actions are table stakes if we want to play a bigger role in global trade. They will also go a long way to helping current manufacturers maximize their export potential for years to come. However, while we at CME believe these solutions are something we need to work on now, the priority, of course, is ensuring we maintain current global market access.
Let me reiterate that CME fully supports Bill C-18. We need a transitional agreement in place between Canada and the U.K. as soon as possible and, in time, a permanent trade agreement between our two nations.
Thank you for inviting me. I look forward to the discussion.
Bonjour, et merci de m'avoir invité à participer à la discussion d'aujourd'hui.
Je suis heureux de comparaître au nom des 90 000 fabricants et exportateurs canadiens et des 2 500 membres directs de notre association, afin de discuter du projet de loi C-18, de ses conséquences pour le secteur manufacturier et exportateur canadien et de l'avenir de cette industrie cruciale.
Les membres de notre association possèdent des entreprises de toutes tailles, situées dans toutes les régions du pays et appartenant à tous les secteurs industriels. Nous représentons la majorité de la production manufacturière du Canada, ainsi que les exportations canadiennes à valeur ajoutée.
Comme le Royaume-Uni reçoit plus de 20 milliards de dollars d'exportations, il est l'un des plus grands marchés d'exportation du Canada. Le commerce entre le Canada et le Royaume-Uni a été l'une de nos toutes premières relations commerciales et a traditionnellement été notre porte d'entrée sur le marché européen. Selon notre enquête sur les questions de gestion, qui est une vaste enquête biennale menée auprès des fabricants canadiens, l'Union européenne, et le Royaume-Uni en particulier, est l'un des trois principaux marchés qui, selon les exportateurs, présenteront le potentiel le plus important au cours des cinq prochaines années.
Comme le Comité le sait, il s'agit d'une situation unique. Dans le cadre de l'AECG, nous avons un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni depuis de nombreuses années, de sorte que la discussion d'aujourd'hui porte sur le maintien de cet accès et ensuite, nous l'espérons, sur la façon dont le Canada peut tirer parti d'un nouvel accord commercial bilatéral entre le Canada et le Royaume-Uni. Nous soutenons donc entièrement l'accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni, et nous demandons instamment l'adoption rapide du projet de loi C-18. Cette mesure provisoire est évidemment nécessaire, pendant que nos négociateurs concluent un accord plus permanent entre le Canada et le Royaume-Uni. Et, comme mes collègues, je demande instamment que cela se fasse aussi le plus tôt possible.
Toutefois, au-delà de ces questions d'accords commerciaux liées aux corps de métier mécaniques, il y a un problème encore plus important que je dois soulever. Il s'agit du problème de la diminution du rendement de nos exportations de produits à valeur ajoutée, une réduction qui s'accélère, malgré la signature d'un nombre de plus en plus important d'accords de libre-échange avec des pays du monde entier.
Permettez-moi de vous expliquer ce que je veux dire. Les deux tiers des exportations à valeur ajoutée du Canada, c'est-à-dire les types d'exportations dont le Canada tire le plus d'argent, sont des produits manufacturés. En d'autres termes, les fabricants canadiens prennent des matières premières, les transforment en des produits ayant une valeur plus élevée, puis vendent ces biens à l'étranger. Ce type de commerce « plus rentable » est en déclin depuis des années. En fait, les exportations de produits manufacturés vers le Royaume-Uni sont en baisse constante depuis cinq ans, et cette diminution s'est poursuivie même après la signature de l'AECG. Le Canada ne peut plus se permettre d'ignorer cette perte de potentiel économique que représente le déclin des exportations à valeur ajoutée. Ce n'est tout simplement pas viable.
Comment pouvons-nous remédier à ce problème? Nous avons des idées à proposer à cet égard.
Pour dire les choses simplement, les fabricants-exportateurs canadiens sont trop petits, et fonctionnent à plein rendement. D'une manière générale, le Canada compte une proportion plus élevée de petites entreprises que la plupart de ses concurrents mondiaux. D'un point de vue structurel fondamental, nous devons amener nos entreprises à investir dans leurs activités et les aider à croître et à se développer. Les grandes entreprises sont tout simplement mieux placées pour tirer profit du commerce international. Les résultats de l'enquête des MEC sur l'industrie manufacturière le confirment. Lorsqu'on a demandé aux entreprises ce qui les empêchait d'exporter vers de nouveaux marchés, elles nous ont répondu que les risques étaient trop élevés, parce qu'elles ne disposaient pas d'un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises étrangères. Elles estiment simplement qu'elles ne peuvent pas rivaliser avec leurs concurrents étrangers et ne se donnent pas la peine d'essayer.
Il est important que nous convenions que ce problème structurel des entreprises nationales est à l'origine du faible rendement de nos exportations. Il est plutôt inutile d'attirer de nouveaux clients mondiaux par le biais des ALE si nous ne sommes pas en mesure de produire des biens que nous pouvons leur vendre à des prix compétitifs.
Vous vous demandez peut-être si ce n'est pas l'objectif d'EDC, de la BDC, de la CCC et du Service des délégués commerciaux. Ne sont-ils pas censés contribuer à réduire les risques à l'exportation et aider les PME à se lancer sur le marché? La réponse est oui, et nous ferions valoir qu'ils sont tous très doués pour ce travail. Le problème, c'est le décalage entre ces merveilleux programmes et le fait pour les exportateurs de savoir qu'ils existent. Lorsque nous avons interrogé les fabricants, nous avons constaté que ceux qui utilisaient ces organismes et ces programmes les aimaient, mais que la majorité des personnes interrogées ne pouvaient même pas nommer ces organismes, et encore moins les programmes qu'ils proposent. C'est un gros problème.
Par conséquent, nous faisons face à un double défi: nos entreprises exportatrices sont petites et non concurrentielles, et elles manquent d'investissements; et il y a un décalage important entre l'aide gouvernementale et les entreprises qui utilisent cette aide.
Voici quelques mesures concrètes que nous aimerions vous exposer pour résoudre certains de ces problèmes.
Premièrement, il faut élaborer une stratégie de fabrication et d'exportation pour le Canada qui met l'accent sur la modernisation et la croissance de nos secteurs industriels. La stratégie doit aider les entreprises à investir dans les technologies qui les aideront à se développer et à devenir de véritables acteurs à l'échelle mondiale. Il se trouve que nous disposons d'un tel plan, dont nous avons discuté avec bon nombre d'entre vous par le passé, et je serais heureux d'en remettre une copie à la greffière.
Deuxièmement, nous croyons qu'il faut lancer un exercice de promotion de l'image de marque « Fabriqué au Canada » au pays et sur les marchés internationaux pour célébrer nos produits manufacturés. Cela permettra de mieux faire connaître les capacités et la technologie canadiennes ainsi que les produits que nous vendons et nos exportations. La feuille d'érable est une marque mondialement connue qui jouit d'une excellente réputation, mais dont nous ne profitons pas assez.
Troisièmement, il faut mettre les organismes gouvernementaux en relation avec les exportateurs en tirant parti des vastes réseaux d'associations commerciales. Cela peut se faire en investissant dans la capacité des associations commerciales canadiennes à faire le lien entre les deux parties et à agir comme guichet pour les exportateurs. Le gouvernement avait l'habitude de mener ce genre d'initiatives avec beaucoup d'aplomb. Nous pensons qu'il devrait le faire à nouveau.
Quatrièmement, il faudrait élargir nos efforts au sujet du mentorat à l'intention des PME exportatrices. L'organisation et la gestion de réseaux privés de mentorat par les pairs sont un autre moyen d'utiliser les associations commerciales canadiennes pour maximiser l'apprentissage d'entreprise à entreprise.
Ces mesures sont celles que nous devrions être prêts à déployer dès le départ si nous voulons que le Canada joue un plus grand rôle dans le commerce mondial. Elles contribueront aussi grandement à aider les fabricants actuels à maximiser leur potentiel d'exportation pour les années à venir. Or, bien que notre organisation soit convaincue que ces solutions sont des choses sur lesquelles nous devons travailler maintenant, la priorité, bien sûr, est de préserver notre accès actuel au marché mondial.
Permettez-moi de réitérer que Manufacturiers et exportateurs du Canada appuie sans réserve le projet de loi C-18. Nous avons besoin qu'un accord de transition soit mis en place entre le Canada et le Royaume-Uni dès que possible et, à terme, un accord commercial permanent entre nos deux nations.
Je vous remercie de votre invitation. Je serai heureux de participer aux discussions.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Poirier. Thank you to all the witnesses.
We'll go on to Mr. Hoback for six minutes, please.
Merci beaucoup, monsieur Poirier. Merci à tous nos témoins.
Monsieur Hoback, vous avez la parole pendant six minutes. Allez-y, s'il vous plaît.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
Thank you, Chair, and thank you, witnesses, for coming out on a nice Friday afternoon to talk about trade. It's one of my favourite topics.
I'm going to start off with you, Mr. Sawyer. You raised quite a few concerns about the agreement that we have with the EU, yet this is a copycat agreement that's gone on to the U.K. As we look forward, we're not going to stand in front of this agreement. We're not going to hold it up. I think everybody understands that, but in the same breath, we have to make sure that when we go into our bilateral negotiations, all the sectors are properly represented.
As we go forward, what are the things that you'd key in on that would help the beef sector in Canada be part of that agreement?
Merci, madame la présidente, et merci à tous nos témoins d'être avec nous en ce beau vendredi après-midi pour nous parler de commerce, un de mes sujets préférés.
Je vais commencer par vous, monsieur Sawyer. Vous avez soulevé de nombreuses réserves au sujet de l'accord que nous avons avec l'Union européenne, et l'accord avec le Royaume-Uni en est une copie. Nous n'allons pas nous opposer à cet accord. Nous n'allons pas en retarder l'adoption. Je pense que tout le monde le comprend, mais nous devons en même temps penser à l'avenir et nous assurer que tous les secteurs seront bien représentés lors des négociations bilatérales.
Selon vous, quels sont les éléments sur lesquels il faut se concentrer pour aider le secteur du boeuf au Canada à faire partie de cet accord?
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 13:41
I think there are a few. We run into the non-tariff trade barriers that always give us grief. We need to equalize that. We also very much need to equalize our ability to trade in the same amount of tonnage. That's imperative. As you've seen, that huge trade imbalance, which has caused.... As you see, we still have some room to move upward on our quota there.
Those trade imbalances are caused by the non-tariff trade barriers that we're up against. We've been working through those for years, as you well know. We're not making the progress on those that we had certainly hoped for. If we had the non-tariff trade barriers removed, we would soon hit that quota limit. Free trade has to be free trade, so remove the quota limits.
I don't know if Fawn has anything to add to that or not.
Il y en a quelques-uns, à mon avis. Nous nous heurtons à des barrières non tarifaires qui nous causent toujours des problèmes. Il faut garantir l'égalité. Il faut aussi garantir l'égalité dans notre capacité de commercer en fonction du même tonnage. C'est essentiel. Comme vous avez pu le constater, le déséquilibre commercial est énorme, et c'est ce qui a causé... Comme vous le voyez, nous avons encore une marge pour atteindre notre contingent.
Ces déséquilibres commerciaux sont causés par les barrières non tarifaires auxquelles nous nous heurtons. Nous y travaillons depuis des années, comme vous le savez fort bien. Les progrès ne sont assurément pas à la hauteur de nos attentes. Si les barrières non tarifaires étaient levées, nous atteindrions rapidement notre limite de contingent. Pour que le libre-échange soit du libre-échange, il faut éliminer les limites de contingent.
Madame Jackson, aimeriez-vous ajouter quelque chose?
Fawn Jackson
View Fawn Jackson Profile
Fawn Jackson
2021-02-26 13:42
It's in a future FTA with the U.K. and also as we move into CPTPP. It has to be imperative in both of them.
J'ajouterais que cela s'applique à un futur accord de libre-échange avec le Royaume-Uni, de même qu'à l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste. C'est un aspect essentiel des deux accords.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
The odds are that we'll do the British agreement first. I agree with you, Fawn, that we then have to address the science-based approach on all our trade and how other countries are using non-tariff trade barriers and avoiding science to restrict Canadian access for beef or other goods.
As we look at this agreement, one of the things they've said is that they've made no concessions and they've given up no access to supply management. Supply management has been compensated in the past when they had to give up access. When you're talking about compensation, where is your justification for compensation? Where do you feel you need compensation and why?
Il y a de fortes chances que nous concluions celui avec le Royaume-Uni en premier. Je suis d'accord avec vous, madame Jackson, qu'il faut discuter de l'approche scientifique dans tous nos échanges et des moyens utilisés par des pays pour imposer des barrières non tarifaires sans preuves scientifiques dans le but de limiter l'accès au bœuf et à d'autres produits canadiens sur leur marché.
Pour revenir à l'accord, on a dit notamment qu'il n'y a pas eu de concessions, notamment du côté de la gestion de l'offre. La gestion de l'offre a fait l'objet d'une compensation par le passé lorsqu'il a fallu céder une part d'accès. Quand vous parlez de compensation, sur quoi vous appuyez-vous pour la justifier? Qu'est-ce qui nécessite une compensation et pourquoi?
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 13:43
Fawn, I think you're close to that file, closer than I am.
Madame Jackson, je pense que vous êtes plus au fait de ce dossier que moi.
Fawn Jackson
View Fawn Jackson Profile
Fawn Jackson
2021-02-26 13:43
I can tell you that it was a robust discussion for our board to go down that path, but it has been extremely frustrating that we have not been able to access the European market, including the U.K. market, as we had anticipated. Some of the problems are within Canada. We haven't been able to develop the supply chains, for which we need support from CFIA and AAFC to be able to do, to have the same sort of system, for example, that's readily available in the United States.
We're extremely frustrated, and the net trade balance has grown to a point where it is truly unbearable.
Je peux vous dire que les discussions ont été très animées au conseil pour emprunter cette voie, mais nous sommes très frustrés de ne pas avoir accès au marché européen, y compris celui du Royaume-Uni, comme nous l'avions prévu. Certains problèmes se trouvent au Canada. Nous n'avons pas été en mesure de mettre en place des chaînes d'approvisionnement, car nous avons besoin du soutien de l'Agence canadienne d'inspection des aliments et d'Agriculture et Agroalimentaire Canada pour le faire, afin d'avoir le même genre de système, par exemple, qui est déjà en place aux États-Unis.
Nous sommes extrêmement frustrés, et la balance commerciale nette est arrivée à un point où c'est carrément insupportable.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
Yes, it's amazing when I think we're importing more from the U.K. than we're sending there. When I look at our cost production, we should be beating them hands down. We're more competitive and we produce a better product in a more environmentally friendly atmosphere. I just can't believe that.
Mr. Poirier, I'm going to move over to you and the manufacturers and exporters. One of the things that we've always been talking about, and I'm hoping is getting addressed in this agreement, is the fact that we need to become more competitive. We need to take advantage of our trading partners and partnerships with our trading partners to become more competitive globally.
Do you see those opportunities coming forward with this interim agreement? What other things would be changed in a final agreement that you would like to see happen?
Oui, c'est incroyable de voir à quel point nous importons plus du Royaume-Uni que nous y exportons. Quand je regarde nos coûts de production, nous devrions remporter la mise haut la main. Nous sommes plus concurrentiels et nous produisons un produit de meilleure qualité dans un environnement plus écologique qu'eux. Je n'arrive pas à y croire.
Monsieur Poirier, je passe à vous et à Manufacturiers et exportateurs du Canada. Un élément qui revient tout le temps, et j'espère qu'on y remédie dans cet accord, est le fait qu'il faut accroître notre compétitivité. Nous devons profiter de nos partenariats avec nos partenaires commerciaux pour accroître notre compétitivité sur les marchés mondiaux.
Croyez-vous qu'il sera possible de le faire avec cet accord intérimaire? Quels autres changements souhaiteriez-vous voir dans un accord final?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:44
All of our agreements to a large extent give us access. That's the key point. The issue that I sort of touched on in my remarks was that, before we get out the gate, we're limiting ourselves here domestically in terms of our capacities. If we're speaking about manufacturing specifically, we're at our limit in terms of what we can produce. It's great that we get all this extra market access, but if we can't produce more goods, we're not going to be able to take advantage of the gains from exports.
In terms of the agreement itself, I know Ms. Pohlmann mentioned the SME chapter. We're big fans of these sorts of bilateral or whatever chapters. In the USMCA, for example, we have the competitiveness chapter, the SME chapter and others that are key mechanisms to have the two countries work out problems before they become trade issues. We would like to see that as well.
Tous nos accords, dans une large mesure, nous procurent un accès. C'est l'élément principal. Ce que j'ai dit en quelque sorte dans ma déclaration c'est que nous limitons nous-mêmes nos capacités ici au pays. Pour parler de fabrication plus précisément, nous avons atteint notre limite de production. C'est bien d'avoir un accès supplémentaire à un marché, mais si nous ne pouvons pas produire davantage, nous ne serons pas en mesure de profiter des gains sur les marchés de l'exportation.
Au sujet de l'accord en soi, je sais que Mme Pohlmann a parlé du chapitre sur les PME. Nous sommes fortement en faveur des chapitres bilatéraux ou peu importe leur nom. Dans l'Accord États-Unis-Mexique-Canada, par exemple, nous avons un chapitre sur la concurrence, un chapitre sur les PME et d'autres qui sont des mécanismes clés pour permettre aux deux pays de régler les problèmes avant qu'ils deviennent des enjeux commerciaux. Nous aimerions voir cela également.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
You've brought up a domestic problem, and you said it's the fact that our Canadian companies are at 80% to 90% capacity and that they're not reinvesting to take advantage of these new markets. What is holding them back? They're already exporting to the U.S. in most cases. Why aren't they reinvesting in Canada?
Vous avez soulevé un problème au pays, soit que les entreprises canadiennes produisent à entre 80 et 90 % de leur capacité et qu'elles n'investissent pas pour profiter de ces nouveaux marchés. Qu'est-ce qui les en empêche? La plupart d'entre elles exportent déjà aux États-Unis. Pourquoi n'investissent-elles pas au Canada?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:46
Our production with the U.S. is a trade relationship, but it's an integrated North American production, so that sort of masks our performances there.
When we look at other countries, other jurisdictions, Europe and the other ones around the globe, we see where we start to stumble. Yes, like I mentioned, we're at 89% or so, which is effectively our maximum production capacity. Until we have more favourable business conditions within Canada—and that problem lays at the feet of many governments, federal and provincial—we simply cannot compete.
Nous avons une relation commerciale avec les États-Unis, mais dans une production nord-américaine intégrée, ce qui masque en quelque sorte nos performances.
Quand on regarde du côté des autres pays sur la planète, de l'Europe, etc., on voit où les problèmes apparaissent. En effet, comme je l'ai mentionné, nous produisons à environ 89 % de notre capacité, ce qui correspond en fait à notre capacité maximale. Tant que nous n'aurons pas des conditions commerciales plus favorables au Canada — et de nombreux gouvernements sont à blâmer pour cela, tant du côté fédéral que provincial —, nous ne pouvons tout simplement pas soutenir la concurrence.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
That not competing is restricting the growth of our economy and the number of jobs we have in the manufacturing sector.
In what sectors do you see reinvestment happening here in Canada, where people say it makes sense to do it here because we have all the trade agreements, in fact, more than any other G7 country? We're positioned properly. It still comes back to that cost of production. Why are we not tackling that? What's holding us back?
En n'étant pas concurrentiels, on restreint la croissance de notre économie et du nombre d'emplois dans le secteur manufacturier.
Dans quels secteurs pourrait-on procéder à des réinvestissements au Canada, où les gens disent que c'est sensé de le faire ici parce que nous avons tous ces accords commerciaux, en fait, plus que la plupart des pays du G7? Nous sommes bien positionnés. Tout est une question, encore une fois, de coût de production. Pourquoi ne nous attaquons-nous pas au problème? Qu'est-ce qui nous en empêche?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:47
There are a number of things, but writ large, it's that the cost of doing business in Canada is too high. Whether it's our tax system, which is not as competitive, or whether it's our investment programs and incentives to get businesses to invest in tech adoption or our skill shortages. The number one issue for manufacturing is that they can't find workers. They can't find the basic number of workers to keep production at current levels, let alone be able to grow.
Until we tackle these challenges, and that's shared by the federal government and provincial governments as well when we're talking about cost of doing business, until we get serious about this.... What the pandemic has shown us is that we need manufacturing. These are good jobs, well-paying jobs. Frankly, if we don't do more than just pay lip service to how great it is, and if we don't help them by creating a more competitive business environment and stemming that flight out of Canada, the investment will go elsewhere.
Il y a divers éléments, mais de façon générale, c'est le coût de faire des affaires au Canada qui est trop élevé. Il s'agit peut-être de notre système fiscal, qui n'est pas concurrentiel, de nos programmes et nos incitatifs pour encourager les entreprises à investir dans les nouvelles technologies, ou de la pénurie de compétences. De plus, le principal problème des entreprises manufacturières est qu'elles ne trouvent pas de travailleurs. Elles n'arrivent pas à embaucher le nombre de travailleurs nécessaire pour continuer à produire aux niveaux actuels, alors elles ne pensent pas à croître.
Tant que nous ne nous attaquerons pas à ces problèmes, et il s'agit d'une responsabilité partagée entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux parce qu'il s'agit du coût de faire des affaires, tant que nous n'aurons pas décidé de nous attaquer sérieusement au problème... La pandémie nous a montré que nous avons besoin du secteur manufacturier, un secteur qui offre de bons emplois bien rémunérés. Honnêtement, si on se contente de parler de son importance sans plus, et si on n'aide pas les entreprises en instaurant un environnement d'affaires plus concurrentiel et en endiguant les fuites, les gens vont aller investir ailleurs.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Hoback.
We will move on to Ms. Bendayan, for six minutes.
Merci beaucoup, monsieur Hoback.
Nous passons à Mme Bendayan, pendant six minutes.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
Thank you very much, Madam Chair.
Thank you to all the witnesses for your excellent presentations on this beautiful Friday afternoon.
I'll begin with Mr. Kennedy and the Business Council of Canada.
Mr. Kennedy, you mentioned a few times during your opening remarks the importance of certainty. I have down here that it is a priority for your organization and the members you represent to quickly ratify the TCA, and that the Business Council of Canada reiterates its request for a speedy ratification of the TCA.
I was wondering if you could comment briefly, Mr. Kennedy, on proposals that I believe this committee will have before them shortly for amendments to the TCA, which would require us to go back to the negotiating table. Such amendments obviously would delay the ratification process but also, more importantly, create uncertainty for the business community.
Do you have any comments with respect to that, Mr. Kennedy?
Merci beaucoup, madame la présidente.
Merci à tous nos témoins de leurs excellents exposés par ce beau vendredi après-midi.
Mes questions s'adressent d'abord à M. Kennedy et au Conseil canadien des affaires.
Monsieur Kennedy, vous avez parlé à quelques reprises dans votre déclaration de l'importance de la certitude. On dit ici qu'il s'agit d'une priorité pour votre organisation et pour les membres que vous représentez que l'Accord de continuité commerciale soit ratifié le plus tôt possible et que le Conseil canadien des affaires demande à nouveau que cet accord soit ratifié rapidement.
Je me demande si vous pourriez nous dire brièvement ce que vous pensez des propositions d'amendement que le Comité recevra bientôt, je crois, et qui nécessiteront un retour à la table des négociations. Ces amendements vont, bien sûr, retarder le processus de ratification, et ils vont surtout créer de l'incertitude pour les gens d'affaires.
Avez-vous des observations à ce sujet, monsieur Kennedy?
Trevor Kennedy
View Trevor Kennedy Profile
Trevor Kennedy
2021-02-26 13:49
Thank you for your question.
Yes, swift ratification is a priority. We understand there are concerns with CETA, and I think there are sector-specific concerns that you've heard from other witnesses and in other settings.
We think that in this context the best thing Canada can do is to provide certainty around this trade relationship. We have built a trade relationship around CETA before Brexit, and after Brexit we want to continue that relationship to the greatest extent possible. That's what the TCA does.
Looking towards the future—and this is the key with ratifying this agreement—we have a clear commitment, and we have a timeline to start negotiating a permanent arrangement. As we've heard from many people, that agreement doesn't have to be based on CETA and the relationship with the EU. We have an opportunity to recreate that relationship.
I get a sense from counterparts in the U.K. that there is a lot of interest in working with Canada and building a new economic relationship, so I would just reiterate that it's very important that we move forward with this agreement, as is, and that we move quickly to start negotiating the next step in our relationship.
Merci de la question.
Oui, la priorité pour nous est de voir l'accord être ratifié rapidement. Nous comprenons que l'AECG inquiète, et je pense que vous avez entendu ici et ailleurs les préoccupations de divers secteurs.
Nous pensons que dans le contexte actuel, ce que le Canada a de mieux à faire, c'est d'offrir une certitude au sujet de cette relation commerciale. Nous avons mis en place une relation commerciale avec l'AECG avant le Brexit, et après le Brexit, nous voulons poursuivre cette relation dans toute la mesure du possible, et c'est ce que permet l'Accord de continuité commerciale.
Si on regarde vers l'avenir — et c'est l'aspect essentiel de la ratification de cet accord —, nous avons un engagement clair et nous avons un échéancier pour entamer les négociations en vue d'un accord permanent. Comme de nombreuses personnes l'ont souligné, il n'est pas nécessaire que cet accord soit basé sur l'AECG et la relation avec l'Union européenne. Nous avons la possibilité de créer une nouvelle relation.
J'ai l'impression que nos homologues au Royaume-Uni souhaitent ardemment travailler avec le Canada et établir une nouvelle relation économique, alors je vais me contenter de souligner à nouveau l'importance d'adopter cet accord tel quel, afin que nous puissions commencer rapidement à négocier les prochaines étapes de notre relation.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Kennedy.
Let me also say that we, too, are hearing a lot of interest on the part of the United Kingdom to return to the negotiating table, and as a government we certainly look forward to consulting you and the Business Council of Canada before entering into those negotiations.
If I can move quickly to Mr. Poirier and the Canadian Manufacturers & Exporters, I did note with great interest some of your recommendations around communications and the importance of supporting the scale-up of our manufacturers in this country. I really do thank you for being so eloquent on those points.
I also heard you mention that you urge the swift passage of Bill C-18. What do you think about the possibility of having to go back to the negotiating table? What effect would that have on the manufacturers you represent? Do they want us to move forward in a way that provides certainty?
Merci, monsieur Kennedy.
J'ajouterais que le Royaume-Uni nous manifeste aussi beaucoup d'intérêt pour un retour à la table des négociations, et en tant que gouvernement, nous avons assurément hâte de vous consulter et de consulter le Conseil canadien des affaires avant d'entreprendre ces négociations.
Si je peux passer rapidement à M. Poirier et à Manufacturiers et exportateurs du Canada, j'ai noté avec grand intérêt certaines de vos recommandations concernant les communications et l'importance de soutenir la croissance de nos manufacturiers au pays. Je vous remercie d'avoir soulevé ces points avec tant d'éloquence.
Je vous ai aussi entendu mentionner que vous étiez en faveur d'une adoption rapide du projet de loi C-18. Que pensez-vous de la possibilité d'un retour à la table des négociations? Quel effet cela aurait-il sur les manufacturiers que vous représentez? Souhaitent-ils que nous procédions de façon à leur offrir de la certitude?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:51
Yes. The transitional agreement is just that. For ultimate certainty, a final agreement is desirable. That's the main outcome.
We get it that the U.K. is trying to sign many free trade agreements in the meantime, so we'll fall into that order at some point with them, but the sooner the better for all involved. The longer it drags on, the less incentive and the less willingness there will be on behalf of businesses to expand and grow, until those fundamentals are nailed down.
Oui, et c'est ce que leur offre l'accord de transition. Pour une certitude absolue, un accord final est souhaitable. C'est le principal objectif.
Nous savons que le Royaume-Uni tente de signer de nombreux accords de libre-échange en attendant, alors notre tour viendra à un moment donné, mais le plus tôt sera le mieux pour toutes les parties concernées. Plus nous attendons, moins les entreprises seront tentées et désireuses de faire croître leurs entreprises, et ce, tant que ces bases ne seront pas jetées.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
Absolutely. I certainly concur with your comment with respect to not having this drag on.
If I may turn to the CFIB, I think you can see me coming already. Let me just begin by saying that you were mentioned a few times in question period today. We certainly appreciate your engagement on behalf of small businesses and also your encouragement that we should swiftly pass Bill C-14, which would continue to support our small businesses.
With respect to Bill C-18, which is before this committee today, I note that you would like to see a continued focus on SMEs, that you are happy with the chapter on removing technical barriers to trade in this transitional agreement, but that you would like to see a dedicated chapter for small businesses in a final free trade agreement. That certainly has been noted.
With respect to where we are today and the ratification process, you said that trade will be key to our economic [Technical difficulty—Editor].
Would you also urge us to move quickly on the passage of Bill C-18 and avoid any possible return to the negotiation table at this stage?
Tout à fait. Je suis bien sûr d'accord avec l'idée de ne pas faire traîner les choses en longueur.
Si je peux revenir à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, et je pense que vous pouvez déjà me voir venir. Je vais commencer par dire qu'on a parlé de vous à quelques reprises aujourd'hui pendant la période des questions. Nous vous sommes reconnaissants, bien sûr, de votre engagement au nom des petites entreprises et de votre appui en faveur de l'adoption rapidement du projet de loi C-14, pour continuer de soutenir nos petites entreprises.
Au sujet du projet de loi C-18, qui se trouve devant le Comité aujourd'hui, je remarque que vous souhaiteriez que l'on continue de mettre l'accent sur les PME, que vous êtes heureux du chapitre visant à supprimer les barrières techniques au commerce dans cet accord de transition, mais que vous aimeriez qu'un chapitre soit consacré aux petites entreprises dans l'accord de libre-échange final. J'en prends bonne note.
Au sujet du processus de ratification, vous avez mentionné que le commerce sera la clé de notre... [Difficultés techniques].
Nous encourageriez-vous aussi à adopter rapidement le projet de loi C-18 afin d'éviter un retour possible à la table des négociations à cette étape-ci du processus?
Corinne Pohlmann
View Corinne Pohlmann Profile
Corinne Pohlmann
2021-02-26 13:53
Thank you.
You did cut out briefly but I think I got the gist of your question.
Absolutely, we'd like to see Bill C-18 ratified quickly. Again, there are lots of ongoing trading relationships that are reliant on the rules that have been in place for the last few years with CETA. At the very least, we need to minimize disruption at a time when things are very challenging for many businesses out there. Moving into a new agreement, relatively quickly, I think, is also really important.
Again, we need stability and certainty when it comes to the trading relationships that are happening. Knowing that something is coming and that it's not going to dramatically change, or if it does, it will be to improve what's already been out there, is going to be an important message that has to be delivered as these negotiations go on. The quicker it can happen, the better, because that certainty is important.
Merci.
Votre son a été coupé brièvement, mais je pense avoir compris l'essentiel de votre question.
Nous souhaitons oui, tout à fait, voir le projet de loi C-18 ratifié rapidement. Je répète encore une fois qu'il y a beaucoup de relations commerciales en ce moment qui reposent sur les règles qui sont en place depuis quelques années dans l'AECG. Nous devons, à tout le moins, minimiser les perturbations à une période où les temps sont très difficiles pour de nombreuses entreprises. Je pense qu'il est donc très important également de mettre en place un nouvel accord relativement rapidement.
Nous avons besoin encore une fois de stabilité et de certitude dans les relations commerciales. Il est important d'envoyer le message qu'on est sur le point de conclure un accord et qu'il n'y aura pas de changement important, ou s'il y en a, qu'ils amélioreront ce qui existe déjà pendant ces négociations. Plus vite cela se produira, mieux ce sera, car la certitude est un élément important.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much.
We'll move on to Mr. Savard-Tremblay.
Merci beaucoup.
Nous passons maintenant à M. Savard-Tremblay.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Lemire is going to take my turn.
Monsieur Lemire va prendre mon tour de parole.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Chair, if I may, I will take this turn to speak on behalf of the Bloc Québécois.
My thanks to the witnesses for their testimony.
My colleague Ms. Bendayan, who is in the governing party and whose comments I particularly respect, talked to Mr. Kennedy about consultations.
What consultations have been conducted proactively as part of this strategy?
How do you want to be consulted moving forward? What mechanisms need to be put in place, and when should the consultations be held with the Business Council of Canada, for example?
Madame la présidente, si vous me le permettez, je vais prendre ce tour de parole du Bloc québécois.
Je remercie les témoins de leurs témoignages.
Ma collègue Mme Bendayan, qui est au gouvernement et dont je respecte particulièrement les interventions, a parlé à M. Kennedy de la question des consultations.
Quelles sont les consultations qui ont été faites en amont dans le cadre de cette stratégie?
De quelle façon voulez-vous être consultés pour la suite des choses? Quels sont les mécanismes à mettre en place, et à partir de quel moment ces consultations doivent-elles être menées auprès, notamment, du Conseil canadien des affaires?
Trevor Kennedy
View Trevor Kennedy Profile
Trevor Kennedy
2021-02-26 13:55
For this negotiation, our group and other groups have been in regular contact with the team at Global Affairs as well as in the minister's office. There were two stages of the negotiation at one point, dating back to about 2018—I don't want to misquote the year; perhaps it was 2019—when there would have been some of the initial negotiations, and then throughout the summer and fall, engaging with the negotiators.
We had a lot of discussions about the approach that Canada was taking in the negotiation. We understood it was meant to be a transitional approach to the negotiation. The priority was in maintaining and continuing the relationship as is and not so much about reimagining the relationship.
We fully understand in the documents that have been provided and in the standard process that I think the department follows that there's a lot of room for consultation. I've noticed there are many opportunities with the negotiators to interact and to share their thoughts, both in writing and verbally.
Dans le cadre de ces négociations, notre groupe et d'autres groupes ont été en contact régulier avec l'équipe d'Affaires mondiales et le cabinet de la ministre. Les négociations se sont déroulées en deux étapes, et cela remonte à 2018 — je ne veux pas me tromper d'année; c'était peut-être en 2019 — lorsque les premières négociations ont eu lieu, et elles se sont poursuivies pendant l'été et l'automne avec les négociateurs.
Nous avons beaucoup discuté de l'approche du Canada dans ces négociations. Nous savions qu'il s'agissait d'une approche transitoire. La priorité était de maintenir la relation et de la poursuivre telle quelle et non pas de la repenser.
Il est clair dans les documents qui ont été fournis et dans la procédure normale qui est suivie, je crois, par le ministère, que la consultation occupe une place importante. J'ai remarqué qu'il y avait beaucoup d'occasions d'interagir avec les négociateurs et d'échanger sur leurs idées, tant par écrit que verbalement.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Mr. Kennedy, if I may, I'm going to ask Mr. Poirier the same question.
Is it important for Canadian Manufacturers & Exporters to be consulted? Were you consulted beforehand? When and how do you want to be consulted on the permanent agreement?
Si vous me le permettez, monsieur Kennedy, je vais poser la même question à M. Poirier.
Est-ce que c'est important pour Manufacturiers et exportateurs du Canada d'être consulté? L'avez-vous été au préalable? À quel moment et de quelle façon voulez-vous être consultés en ce qui concerne l'accord permanent?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:56
At Canadian Manufacturers & Exporters, we always have our nose in these things. We're talking with elected representatives, with ministers and with officials.
For this one we've gone through the same motions as for other free trade agreements. We've also been active with our counterparts in the U.K. at the Make UK association. In coordinating with them, we don't see this as a hostile negotiation, by any means. It's an agreement amongst friends. Everyone has been rowing in the same direction, and we're pleased with where it's going. It could always be faster and it could always be better, but in the grand scheme of things it's moving in the right direction.
À Manufacturiers et exportateurs du Canada, nous surveillons ces choses de très près. Nous discutons avec des élus, avec des ministres et avec des fonctionnaires.
Nous négocions cet accord comme d'autres accords de libre-échange. Nous avons aussi communiqué activement avec nos homologues du Royaume-Uni de l'association Make UK. Nous coopérons avec eux. Nous ne considérons pas cela comme une négociation hostile, loin de là. C'est une entente entre amis. Nous allons tous dans la même direction, et nous sommes satisfaits de celle qui a été adoptée. Ces négociations pourraient toujours se dérouler mieux et plus rapidement, mais tout bien considéré, elles progressent dans la bonne voie.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
One aspect clearly stands out, namely the whole issue of mechanisms and the provisions applied to the dispute resolution between states and investors.
Are you concerned about that issue? How concerned are you? Should Canada move towards the permanent agreement?
I'm still talking to Mr. Poirier.
Il y a un aspect qui est évidemment important, et c'est toute la question des mécanismes et de l'application des dispositions relativement au règlement des différends entre les États et les investisseurs.
Est-ce que cette question vous préoccupe? À quel point cette question vous préoccupe-t-elle? Dans le cadre de l'accord permanent, est-ce que le Canada devrait aller dans cette voie ou pas?
Je m'adresse toujours à M. Poirier.
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:58
I'm sorry. Could you repeat the question?
Je suis désolé. Pourriez-vous répéter la question?
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
My question was about the mechanisms and the provisions applied to the dispute resolution between states and investors. The current situation is temporary. Should Canada move towards something permanent or should it withdraw, as it did with CUSMA?
What do you think?
Ma question portait sur les mécanismes et sur l'application des dispositions relativement au règlement des différends entre les États et les investisseurs. La situation actuelle est temporaire. Dans le cadre des réflexions permanentes, est-ce que le Canada devrait s'engager dans cette voie ou devrait-il s'en abstenir, comme il l'a fait dans le contexte de l'ACEUM?
Qu'en pensez-vous?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:58
To the largest extent possible, we want to be able to match our other trade agreements.
Between USMCA, for the most part, and CPTPP, we have mechanisms and structures that we fully support and that give businesses confidence in those structures. To the degree that we can replicate that, we're all for it.
Nous nous efforçons d'égaler nos autres accords commerciaux.
La plus grande partie de l'ACEUM et du PTPGP nous fournissent des mécanismes et des structures que nous appuyons pleinement et qui donnent confiance aux entreprises. Tant que nous obtenons cela, nous sommes satisfaits.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
So predictability and compliance become important. How important is that in the minds of the people you represent?
Les aspects de la prévisibilité et de la conformité deviennent donc importants. À quel point cela est-il important dans la tête des gens que vous représentez?
Matthew Poirier
View Matthew Poirier Profile
Matthew Poirier
2021-02-26 13:59
I would say it's issue number one. Most businesses, business leaders and manufacturers are not trade experts, and it's our job to monitor these things for them.
The more consistency possible between various trade agreements, the better, provided of course that they're matching good things, good elements of the trade agreements. However, we don't have any fundamental clause for our sector in any of our major agreements to date.
Je dirais que c'est l'enjeu principal. La plupart des entreprises, des chefs d'entreprise et des fabricants ne sont pas experts en commerce et savent que nous surveillons ces enjeux pour eux.
Nous désirons que les divers accords commerciaux contiennent le plus possible de dispositions communes, à condition bien sûr qu'elles soient bonnes pour le commerce. Nous n'avons cependant pas encore de clause fondamentale pour notre secteur dans les principaux accords conclus jusqu'à présent.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
I would also like to come back to what Ms. Pohlmann from the Canadian Federation of Independent Business said.
The statistics are really interesting. They remind us that our trade balance with the European Union is negative, while giving us a sense of what we need in terms of investors, in relation to taxes, duties, and the complexity of the rules and regulations on non-tariff barriers. That has a huge impact.
Your recommendations focus on communication and predictability with respect to our SMEs. How is the current situation falling short?
J'aimerais aussi revenir sur ce qui a été mentionné par Mme Pohlmann de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.
Les statistiques sont vraiment intéressantes. Elles nous rappellent que notre balance commerciale avec l'Union européenne est négative, et elles nous permettent connaître les besoins en ce qui a trait aux investisseurs, c'est-à-dire toute la question des taxes, des droits imposés et la complexité des règles et des règlements concernant les barrières non tarifaires. Cela a énormément d'influence.
Vos recommandations portent beaucoup sur des éléments de communication et de prévisibilité en ce qui concerne nos PME. En quoi la situation actuelle connaît-elle des ratés?
Corinne Pohlmann
View Corinne Pohlmann Profile
Corinne Pohlmann
2021-02-26 14:00
Historically trade agreements have often been focused on the larger firms and their needs, and I think in the last maybe five to 10 years we've been moving a little bit more to understanding that sometimes smaller businesses have very different needs.
They are even less trade experts than I think larger businesses are, when it comes to these particular issues. For smaller companies, you really have to think a little bit more about how to put things into plain language and how to make sure that they have information that is clear and concise. They don't mind if there are rules and duties that have to be paid. They just want to know the pathway to get to where they're going to go.
Frankly, it's rare that I've met a small business that has engaged in trade that has not faced penalties or fines of some kind, because it's such a complicated process. Anything that helps simplify that process for them—from trade facilitation to the customs processes, to the regulations and rules they have to follow, to the duties and taxes they have to pay—is going to help improve the number of small firms getting engaged. The last thing you want to do is make it more difficult for them. You want to make it as easy as possible.
Moving trade agreements to recognize that and to communicate that more clearly, and having governments work together to get that information across, is going to be essential to make sure we get small firms engaged in trade. That's when we are going to have a lot more growth happen, when we get those smaller firms into those trade agreements.
Jusqu'à maintenant, les accords commerciaux étaient plutôt axés sur les besoins des grandes sociétés, mais je crois que depuis cinq à dix ans, nous comprenons un peu mieux que les petites entreprises ont souvent des besoins très différents.
Elles ont moins d'expertise commerciale sur ces enjeux que les grandes sociétés, je crois. Pour les petites entreprises, nous devons nous efforcer de formuler les dispositions en termes simples et en présenter le contenu de façon claire et concise. Ces entreprises ne s'opposent pas à respecter les règles et à payer des droits. Elles veulent simplement que nous leur montrions le processus à suivre pour atteindre leurs objectifs.
Je vous dirai franchement que ce processus est si complexe que je ne vois que rarement de petites entreprises qui aient effectué des échanges commerciaux sans encourir de sanctions ou d'amendes. Toutes les simplifications que nous pourrons apporter au processus, en facilitant les échanges, les procédures douanières, les règles, les droits et les taxes à payer, contribueront à accroître le nombre de petites entreprises qui participeront aux échanges commerciaux. Nous ne voulons surtout pas leur compliquer la tâche. Il faut que les processus soient aussi faciles à suivre que possible.
Il est essentiel de tenir compte de cette réalité et de présenter les règles de façon claire en négociant les accords commerciaux. Les gouvernements devront collaborer pour communiquer cette information afin d'inciter les petites entreprises à participer aux échanges commerciaux. La croissance économique ne s'accélérera que lorsque les petites entreprises adhéreront à ces accords commerciaux.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much.
We now go to Mr. Blaikie, please.
Merci beaucoup.
Nous passons maintenant à la parole à M. Blaikie.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
Thank you, Madam Chair.
Mr. Andexser, I'm just wondering if you'd like to take a minute to explain what some of the economic benefits to Canada would be of resolving the issue for U.K. pensioners living in Canada.
Merci, madame la présidente.
Monsieur Andexser, pourriez-vous nous expliquer les avantages économiques que le Canada retirerait si le problème des retraités du Royaume-Uni qui vivent au Canada se réglait?
Ian Andexser
View Ian Andexser Profile
Ian Andexser
2021-02-26 14:02
Certainly, thank you for the question.
Currently, because of the policy, the fact that there are no pensions being indexed here, we all have to pay taxes in Canada.
With the 136,000 people who have been denied their rightful pension, it means that our incomes are obviously reduced and, therefore, we're not paying the taxes in Canada. This ultimately leaves some people in a situation where they're struggling to survive, and Canada is forced, through offering welfare and GIS supplements, to bail these people out.
The onus for supporting pensioners should not fall on the backs of Canadians. It should be the responsibility of Great Britain, and if this policy was to end, it's estimated it would save close to a half billion dollars to the Canadian economy every year. Pensioners tend to be spenders rather than savers, and it would just stimulate the economy.
Merci de me poser cette question.
La politique actuelle n'autorise pas l'indexation des pensions versées ici, et nous devons tous payer des impôts au Canada.
Les 136 000 personnes qui se sont vu refuser la pension à laquelle elles ont droit vivent d'un revenu tellement réduit qu'elles ne paient pas d'impôt au Canada. Certaines de ces personnes ont du mal à survivre, et le Canada est obligé de les soutenir en leur offrant de l'aide sociale et un Supplément de revenu garanti.
Ce n'est pas aux Canadiens qu'il incombe de soutenir ces retraités. Ce devrait être la responsabilité de la Grande-Bretagne. Si elle éliminait cette politique, on estime que chaque année, l'économie canadienne économiserait près d'un demi-milliard de dollars. Ces retraités ont tendance à dépenser et non à économiser et cela ne ferait que stimuler l'économie.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
Thank you very much for that testimony.
Mr. Sawyer, I know we've heard many times at this committee already, and this Parliament, some of the long-standing complaints of cattle producers with respect to access to the European market. We know that our trade deficit with our European trading partners has increased since CETA came into effect.
I know that you continue to be an ardent supporter of CETA, this transitional agreement, and having a new agreement. I'm just wondering, what kind of empirical evidence might cause you to express dissatisfaction and opposition to a free trade deal?
Merci beaucoup pour ce témoignage.
Monsieur Sawyer, je sais que nous avons entendu à maintes reprises, à ce comité et au Parlement, les éleveurs de bétail se plaindre du manque d'accès au marché européen. Nous savons que notre déficit commercial vis-à-vis de nos partenaires européens a augmenté depuis l'entrée en vigueur de l'AECG.
Vous êtes un ardent défenseur de l'AECG, qui est transitoire, et de la conclusion d'un nouvel accord. Quelles données empiriques vous amèneraient à exprimer votre insatisfaction et votre opposition à un accord de libre-échange?
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 14:04
It would be that it starts going in the wrong direction. Obviously we would not be supportive of a trade deal that would do us harm.
We're very supportive of the opportunities that are presented here. In this particular deal, and the direction we're talking about—working with friendly allies and some understanding because we too have worked closely with our governments, our trade negotiators, our industry, as well as working over there and with them—I see nothing on the horizon that in my view should throw a monkey wrench into it. We're trying to get improvements—better stuff.
Des données qui indiquent que l'accord s'est engagé dans une mauvaise direction. De toute évidence, nous n'appuierions pas un accord commercial qui nous ferait du tort.
Nous sommes très favorables aux possibilités présentées ici. Considérant la direction qu'ont prise les négociations de cet accord — le fait de collaborer avec des alliés qui nous comprennent, parce que nous avons aussi travaillé en étroite collaboration avec nos gouvernements, nos négociateurs commerciaux et notre industrie —, je ne vois rien à l'horizon qui pourrait mettre des bâtons dans les roues. Nous essayons tous d'améliorer les choses.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
Not being able to meet your export quotas and having increased competition in the domestic market from our trading partners, then, doesn't do harm to your industry, in your opinion.
Donc à votre avis, le fait de ne pas pouvoir respecter vos quotas d'exportation et de faire face à une concurrence intérieure accrue de nos partenaires commerciaux ne nuit pas à votre industrie.
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 14:05
It certainly does do harm, and that's why we're looking forward to the opportunities we can achieve here. The status quo is not acceptable with the non-tariff trade barriers. Certainly I think we have an opportunity to progress through them, but definitely we've been harmed with these non-tariff trade barriers, as we've seen through many years.
The numbers I was putting out there.... We went from a half a million dollars' difference to—what was it?—$98 million. That's huge. That's damaging to our industry and damaging to the economy here.
Cela fait certainement du tort, et c'est pourquoi nous sommes heureux de saisir ces occasions de régler la situation. Nous ne pouvons pas accepter le statu quo avec les barrières non tarifaires. Je suis convaincu que nous surmonterons cette situation, mais il est certain que les barrières non tarifaires nous ont nui pendant de nombreuses années.
Les chiffres que j'ai présentés... Nous avons passé d'une différence d'un demi-million de dollars à... combien? 98 millions de dollars. C'est énorme. Cela nuit à notre industrie et à notre économie.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
Despite the harm done, you're not prepared to say that you don't support the agreement. Even if the agreement is one that has been doing harm to your industry, it's one that you continue to support anyway.
One day I may be able to square that circle. We've heard similar testimony from the Canadian Manufacturers & Exporters: that we are getting paper access to markets, but when you look at the numbers, it is not producing for Canadian manufacturers, who still struggle to realize the opportunity of those markets.
What kind of empirical economic evidence might cause you to think that a free trade deal is not in the best interests of Canada, that it's not working out and that we should go back to the drawing board to figure out different kinds of agreements or a different approach to structuring our economic activity—or is there none?
Malgré tous ces torts, vous n'êtes pas prêt à dire que vous n'appuyez pas cet accord. Même s'il a nui à votre industrie, vous continuez de l'appuyer.
Je réussirai bien à concilier cela un jour. Nous avons entendu des témoignages semblables de Manufacturiers et exportateurs du Canada. Ils soutiennent que nous obtenons un accès papier aux marchés, mais que selon les chiffres, cet accès n'aide pas les fabricants canadiens, qui ont encore de la difficulté à saisir les occasions offertes dans ces marchés.
Quelles données économiques empiriques vous inciteraient à penser qu'un accord de libre-échange n'avantage pas le Canada et que nous devrions examiner les différents types d'ententes ou reconcevoir la structure de notre activité économique... est-il possible que ces données n'existent pas?
Fawn Jackson
View Fawn Jackson Profile
Fawn Jackson
2021-02-26 14:06
If I may jump in—
Si vous me permettez d'intervenir...
Doug Sawyer
View Doug Sawyer Profile
Doug Sawyer
2021-02-26 14:06
Thanks, Fawn. I was going to pass it to you, because I'm not getting the answer right.
Merci, Fawn. J'allais vous céder la parole, parce que je ne trouve pas la bonne réponse.
Results: 1 - 60 of 71177 | Page: 1 of 1187

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data