Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 6886
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to section 79.2(2) of the Parliament of Canada Act, it is my duty to present to the House a report from the Parliamentary Budget Officer entitled “Labour Market Assessment—2020”.
Conformément à l'article 79.2(2) de la Loi sur le Parlement du Canada, il est de mon devoir de présenter à la Chambre un rapport du directeur parlementaire du budget intitulé « Évaluation de la situation du marché du travail — 2020 ».
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2020-02-25 10:05 [p.1471]
moved for leave to introduce Bill C-218, An Act to amend the Criminal Code (sports betting).
He said: Mr. Speaker, it is a great privilege to rise in the House this morning to introduce the safe and regulated sports betting act.
I have gotten great support from across the House. I would like to thank the member for Windsor West in particular for his assistance with this legislation and for the seconding of the bill here this morning.
There are others in our caucus who have given great support, such as the members for Essex, Niagara Falls and Calgary Shepard, and I would like to thank them.
This is a historic moment. This is the third time this bill has come to the House. As members know, it passed in 2015 but got stopped in the Senate. Last time, in the 42nd Parliament, it did not make it out. This is third time lucky, as we will join forces with everyone in the House to see if we can move this bill forward.
Let me be clear that single-event sport wagering already exists in this country, and if members do not think so, they are behind the curtains. The Canadian single-event sport wagering industry is worth over $14 billion, but most of it, 95% of it, exists underground on the black market or through offshore websites. These are unregulated sport-wagering sites. None of that activity is subject to government regulations or taxes; none of it is creating jobs in this country or economic opportunities; and none of it is contributing to consumer protection, education, harm reduction initiatives or support services, which are badly needed in this country.
This legislation would amend the Criminal Code to repeal the federal ban on single-event sport betting and allow the provinces to implement a safe and regulated betting environment within the provincial wagering and lottery systems. By passing this bill, we can put a stop to the billions of dollars going to organized crime and put that money back into our communities.
To wrap up, it has all changed since 2018. The United States has allowed it. Sport leagues, like the NHL and NBA, are in favour of sports betting being regulated. It is time this country follows forward. I will have more to say on this bill, but it gives me great pleasure to stand in the House this morning and introduce it.
demande à présenter le projet de loi C‑218, Loi modifiant le Code criminel (paris sportifs).
— Monsieur le Président, c'est pour moi un grand privilège d'intervenir à la Chambre ce matin pour présenter le projet de loi sur le pari sportif sécuritaire et réglementé.
J'ai obtenu un excellent soutien de députés appartenant à différents partis à la Chambre. Je tiens à remercier tout particulièrement le député de Windsor‑Ouest de m'avoir aidé et d'avoir accepté d'appuyer mon projet de loi ce matin.
D'autres membres du caucus conservateur m'ont offert un grand soutien, dont les députés d'Essex, de Niagara Falls et de Calgary Shepard. Je les en remercie.
C'est un moment historique. C'est la troisième fois que ce projet de loi est présenté à la Chambre. Comme les députés le savent, il a été adopté à la Chambre en 2015, mais il a ensuite été rejeté au Sénat. La dernière fois, pendant la 42e législature, il est mort au Feuilleton à la Chambre. Espérons que la troisième fois sera la bonne. C'est pourquoi nous tendons la main à tous les députés pour que le projet de loi soit enfin adopté.
Soyons clairs: les paris sur une unique épreuve sportive existent déjà au Canada, et les députés qui pensent le contraire font l'autruche. L'industrie canadienne des paris sur une seule épreuve sportive représente plus de 14 milliards de dollars, mais une grande partie de cet argent, soit 95 %, circule clandestinement sur le marché noir ou des sites Web étrangers. Il s'agit de sites de pari sportif non réglementés. Aucune de leurs activités n'est assujettie à la réglementation ni aux taxes de l'État, aucune d'entre elles ne crée d'emplois ou de débouchés économiques au Canada et aucune d'entre elles ne concourt à la protection du consommateur ou à la sensibilisation de la population ni ne contribue aux programmes de réduction des méfaits ou aux services de soutien, dont le pays a désespérément besoin.
Le projet de loi modifiera le Code criminel pour abroger l'interdiction fédérale sur les paris sur une seule épreuve sportive et pour autoriser les provinces à mettre en place un environnement de jeu sécuritaire et réglementé au sein de leur système de paris et de loteries respectif. L'adoption de ce projet de loi nous permettra d'empêcher le crime organisé de mettre la main sur des milliards de dollars et de réinvestir cet argent dans les collectivités.
En conclusion, tout a changé depuis 2018. Les États‑Unis autorisent ce type de pari. Les ligues sportives, comme la LNH et la NBA, appuient la réglementation des paris sportifs. Il est temps que le Canada emboîte le pas. J'aurai autre chose à dire au sujet de ce projet de loi, mais je suis très heureux de le présenter à la Chambre ce matin.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
That was very well done and very informative, but I would remind hon. members to give a succinct explanation of their bill.
C'était très éloquent et fort informatif, mais je rappelle aux députés qu'ils doivent expliquer brièvement leur projet de loi.
View John Nater Profile
CPC (ON)
View John Nater Profile
2020-02-25 10:09 [p.1471]
moved for leave to introduce Bill C-219, An Act to amend the Criminal Code (sexual exploitation).
He said: Mr. Speaker, it is an honour to introduce my private member's bill today, an act to amend the Criminal Code, sexual exploitation.
I would like to thank the member for Portage—Lisgar for seconding this bill.
This bill was introduced in the previous Parliament as Bill C-424. It is designed to better protect young people and persons living with disabilities from sexual exploitation. This is a direct result of the advocacy, comments and concerns of the people of Perth—Wellington. They were shocked in January 2018 to learn that a person who was employed to work with young people and persons living with disabilities was convicted of a serious sexual crime against a person living with a disability. As a sentence, he received a monetary fine.
This bill would ensure appropriate sentencing for anyone who commits a serious sexual crime against a young person or a person living with disabilities. It provides for guidance in sentencing if the crime is committed against a young person or a person living with disabilities.
I look forward to continuing debate on this matter, and I am seeking the support of all hon. members in the House.
demande à présenter le projet de loi C‑219, Loi modifiant le Code criminel (exploitation sexuelle).
— Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de présenter aujourd'hui mon projet de loi d'initiative parlementaire intitulé Loi modifiant le Code criminel, exploitation sexuelle.
Je remercie la députée de Portage—Lisgar d'avoir appuyé le projet de loi.
Le projet de loi a été présenté au cours de la législature précédente, il s'agissait du projet de loi C‑424. Il vise à mieux protéger les jeunes et les personnes ayant une déficience contre l'exploitation sexuelle. Il résulte directement des demandes pressantes, des commentaires et des préoccupations des habitants de Perth—Wellington, qui ont été choqués d'apprendre, en janvier 2018, qu'un homme employé pour travailler avec des jeunes et des personnes qui ont une déficience avait été reconnu coupable d'un crime sexuel grave contre une personne ayant une déficience. À titre de peine, il a été condamné à payer une amende.
Le projet de loi garantira l'imposition d'une peine appropriée à quiconque commet un crime sexuel grave contre un jeune ou une personne ayant une déficience. Il prévoit des directives sur la détermination de la peine dans le cas où un crime est commis contre un jeune ou une personne ayant une déficience.
J'ai hâte de poursuivre le débat sur ce sujet et je sollicite l'appui de tous les députés.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2020-02-25 10:11 [p.1472]
moved for leave to introduce Bill C-220, An Act to amend the Canada Labour Code (compassionate care leave).
He said: Mr. Speaker, almost seven years ago to the day I stood in the Alberta legislature to begin a journey to change compassionate care leave in this country. This legislation successfully passed, allowing thousands of Alberta caregivers to take time off work to care for their gravely ill loved ones.
Today, I am rising in this chamber to introduce my bill, an act to amend the Canada Labour Code (compassionate care leave). This legislation, if passed, would allow caregivers using the compassionate care leave program to take additional time off work following the death of their loved one. Currently, this leave ends immediately following a loved one's death, not leaving enough time for the caregiver to make the practical necessities like funeral arrangements and estate planning and to have the time to grieve. My bill would extend compassionate care leave so that caregivers can take up to three extra weeks off work following their loved one's death.
This is job-protected leave, so caregivers would not have to worry about losing their employment during this time.
Caregiving is exhausting work. I hope members on all sides of the House will see the need for this amendment to the Canada Labour Code and support the continued progress of compassionate care leave in our country.
demande à présenter le projet de loi C‑220, Loi modifiant le Code canadien du travail (congé de soignant).
— Monsieur le Président, il y a près de sept ans, j'ai pris la parole à l'Assemblée législative de l'Alberta pour entamer un processus visant à modifier les congés de soignant au Canada. La mesure législative a été adoptée, permettant à des milliers d'aidants en Alberta de prendre un congé pour s'occuper d'un proche gravement malade.
Aujourd'hui, je prends la parole ici pour présenter mon projet de loi, Loi modifiant le Code canadien du travail en ce qui a trait au congé de soignant. Si elle est adoptée, cette mesure législative permettra aux proches aidants qui font appel au programme de congés de soignant de prolonger leur congé après le décès d'un être cher. À l'heure actuelle, ce congé prend fin immédiatement après le décès de la personne, ce qui ne laisse pas assez de temps au proche aidant pour s'occuper des formalités, comme les arrangements funéraires et la planification de la succession, sans compter le temps de faire son deuil. Mon projet de loi prolongerait les congés en question pour que les soignants puissent en prendre jusqu'à trois semaines de plus à la suite du décès d'un proche.
L'emploi serait protégé pendant le congé; le soignant n'aurait donc pas à craindre de le perdre.
Prendre soin d'une personne est exténuant. J'espère que les députés de tous les partis verront la nécessité de cette modification du Code canadien du travail et qu'ils appuieront l'amélioration continue des congés de soignant dans notre pays.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-02-25 10:13 [p.1472]
moved for leave to introduce Bill C-221, An Act to amend the Income Tax Act (oil and gas wells).
She said: Mr. Speaker, today I introduce the environmental restoration incentive act. I thank many members and colleagues for their support.
Canadian energy producers lead the world in remediation and reclamation but struggling small and medium-sized oil and gas producers are collapsing in real time, leaving fiscal and environmental liabilities.
The 2019 Redwater decision means at-risk small companies now cannot raise money for that purpose. Municipalities lose major revenue and facilities are left in different conditions. It is not evasion nor neglect by small gas producers, but a stark reality of their precarious economic positions. The number of orphan wells rose more than 300% since 2015. There are more than 130,000 inactive wells in Canada. Cleanup costs are estimated between $30 billion and $70 billion. The current orphan well system is overwhelmed and risks are costing taxpayers 100% of those costs.
My bill would enable small producers to raise money from investors exclusively for decommissioning oil and gas wells. It would incentivize and ensure private sector proponents can fulfill environmental responsibilities at the lowest public cost.
My bill is not a perfect remedy for this complex challenge that requires co-operation and ongoing action from federal and provincial governments. I ask all members to partner and prioritize real solutions for all Canadians.
We can make a real difference right away with a tax credit that can only be used the year a well is decommissioned, will only exist for six years, and will only be for small and medium-sized producers that need it the most, with further measures later on.
My bill would help the environment, create immediate jobs for oil and gas workers, and protect taxpayers.
demande à présenter le projet de loi C‑221, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu (puits de pétrole ou de gaz).
— Monsieur le Président, je présente aujourd'hui la Loi encourageant la restauration de l'environnement et je remercie les nombreux députés et collègues qui m'ont manifesté leur appui.
Les producteurs canadiens d'énergie sont des exemples pour le reste du monde dès qu'il est question de réhabilitation et de remise en état des sites d'exploitation, mais les PME du secteur des hydrocarbures vivent des temps difficiles et, lorsqu'elles sont obligées de fermer leurs portes, elles laissent souvent un passif important derrière elles, que ce soit sur le plan financier ou environnemental.
Or, la décision Redwater, rendue en 2019, empêche les petites entreprises à risque de recueillir des fonds à cette fin. Les municipalités perdent ainsi des revenus importants, et c'est sans parler des installations, qui sont abandonnées dans toutes sortes de conditions. Ce n'est pas par négligence ni pour frauder le fisc que les petits producteurs gaziers agissent ainsi, mais plutôt parce qu'ils sont dans une posture économique extrêmement précaire. Le nombre de puits orphelins a plus que triplé depuis 2015 — il y en a présentement plus de 130 000 d'un océan à l'autre —, et les coûts de nettoyage estimés vont de 30 à 70 milliards de dollars. À l'heure où on se parle, le système est surchargé, et ce sont les contribuables qui assument la totalité des risques — et des coûts.
Mon projet de loi permettrait aux petits producteurs de solliciter de l'argent auprès des investisseurs dans le but exprès de mettre leurs puits de pétrole et de gaz hors service. Comme les promoteurs privés pourront plus facilement s'acquitter de leurs responsabilités environnementales, ils seront plus tentés de le faire, et ce, au plus faible coût possible pour l'État.
Ce projet de loi n'est peut-être pas la solution parfaite à un problème complexe nécessitant la collaboration et la concertation de tous les gouvernements, mais je crois que les députés doivent unir leurs efforts et accorder la priorité aux moyens qui se traduisent par des progrès concrets, pour le bien de tous les Canadiens.
Nous pouvons agir sans tarder en créant un crédit d'impôt qui pourra seulement être réclamé l'année où les puits concernés seront mis hors service, qui aura une durée de vie maximale de six ans, qui sera offert seulement aux petits et moyens producteurs qui en ont le plus besoin et qui sera ensuite suivi par d'autres mesures complémentaires.
Mon projet de loi serait bon pour l'environnement, il permettrait de créer des emplois maintenant dans le secteur des hydrocarbures et il servirait les intérêts des contribuables.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
moved for leave to introduce Bill C-222, An Act to amend the Expropriation Act (protection of private property).
She said: Mr. Speaker, there has been a disturbing trend in Canada toward what is referred to as regulatory or constructive taking of private property. This happens when government uses its statutory powers to regulate or restrict the property rights of an owner without acquiring title to the land being adversely affected.
The landowner feels the impact of the regulation as if the land had been expropriated. In Canada, government acquisition of land without owner's consent is not subject to the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Landowners' rights are found in expropriation legislation. The government must follow the law as to what land may be expropriated and must observe the procedures set out in legislation. By setting out exceptions in the Expropriation Act, my bill seeks to remove some uncertainty from the existing legislation as to whether owners can be compensated.
With this legislation, my goal is to protect the private property rights of average Canadians.
demande à présenter le projet de loi C‑222, Loi modifiant la Loi sur l’expropriation (protection de la propriété privée).
— Monsieur le Président, au Canada, on constate une tendance inquiétante appelée l'appropriation réglementaire ou de droit de la propriété privée. Cela se produit lorsque le gouvernement utilise les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi pour régir ou pour restreindre les droits de propriété d'un propriétaire sans l'exproprier de son terrain.
Le propriétaire subit l'incidence de la réglementation comme si la propriété avait été expropriée. Au Canada, si le gouvernement fait l'acquisition de terres sans le consentement d'un propriétaire, ce dernier n'est pas protégé par la Charte canadienne des droits et libertés. Les droits des propriétaires fonciers sont énoncés dans la législation qui régit l'expropriation. Le gouvernement doit respecter la loi en ce qui concerne les terres qui peuvent être expropriées et il doit observer les procédures prévues par la loi. En prévoyant des exceptions dans la Loi sur l'expropriation, mon projet de loi vise à clarifier les dispositions de la loi existante qui traitent de l'indemnisation des propriétaires.
Au moyen de ce projet de loi, je cherche à protéger les droits de propriété privée des Canadiens moyens.
View Sylvie Bérubé Profile
BQ (QC)
moved for leave to introduce Bill C-223, An Act to amend the Citizenship Act (adequate knowledge of French in Quebec).
She said: Mr. Speaker, I am pleased to introduce my first bill in the House of Commons, a bill seconded by the member for La Pointe-de-l'Île.
This bill amends the Citizenship Act to require that permanent residents who ordinarily reside in Quebec must have an adequate knowledge of French in order to obtain citizenship.
In Gilles Vigneault's masterfully chosen words, “The Francophonie is a vast, unbounded land, the realm of the French language. It exists within us. It is the invisible, spiritual, mental and emotional homeland within each one of you.”
I thank the House for its support.
demande à présenter le projet de loi C‑223, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté (connaissance suffisante de la langue française au Québec).
— Monsieur le Président, je suis heureuse de déposer mon premier projet de loi à la Chambre des communes et d'être appuyée par le député de La Pointe-de-l'Île.
Le texte de ce projet de loi modifie la Loi sur la citoyenneté afin d'ajouter à l'obtention de la citoyenneté par les résidents permanents qui résident habituellement au Québec l'exigence de la connaissance suffisante de la langue française.
Comme le dit si bien Gilles Vigneault, « [l]a francophonie, c'est un vaste pays, sans frontières. C'est celui de la langue française. C'est le pays de l'intérieur. C'est le pays de l'invisible, spirituel, mental, moral qui est en chacun de vous ».
Je remercie la Chambre de son appui.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-02-25 10:20 [p.1473]
moved for leave to introduce Bill C-224, An Act to amend An Act to authorize the making of certain fiscal payments to provinces, and to authorize the entry into tax collection agreements with provinces.
He said: Mr. Speaker, I am honoured to introduce in the House an act to amend An Act to authorize the making of certain fiscal payments to provinces, and to authorize the entry into tax collection agreements with provinces. I thank the member from Montarville for seconding my bill.
Tax season is approaching, and citizens and businesses in Quebec will have to file two income tax returns, with two different types of statements, two types of net income and two types of schedules. Everything needs to be done twice. Is it possible to simplify the lives of citizens and businesses by having them file a single income tax return? That is what we are proposing. It would be administered by Quebec, since Revenu Québec is present in every region and already manages the collection of GST and QST. Quebec finance minister Yves Séguin, a Liberal, was the one who first proposed this approach, which now has the support of every member of every party in the Quebec National Assembly.
This law would also enable Quebec to fight more effectively against the use of tax havens, since Ottawa is dragging its feet in that regard. We want to ensure we can protect and maintain all regional jobs.
We believe it is entirely possible to secure those jobs by reclassifying the public servants and putting them in other jobs that are currently understaffed.
The Research Institute on Self-Determination of Peoples and National Independence conducted a study. A single income tax return would save $425 million for individuals, businesses and the public administration. Can we stop making citizens, businesses and the public administration do everything twice? I am confident that we can.
demande à présenter le projet de loi C-224, Loi modifiant la Loi permettant de faire certains paiements fiscaux aux provinces et autorisant la conclusion d’accords avec les provinces pour la perception de l’impôt.
— Monsieur le Président, c'est avec honneur que je présente à la Chambre la Loi modifiant la Loi permettant de faire certains paiements fiscaux aux provinces et autorisant la conclusion d’accords avec les provinces pour la perception de l’impôt. Je remercie le député de Montarville d’appuyer cette première lecture.
La saison des impôts approche et, au Québec, les citoyens et les entreprises devront produire deux déclarations de revenus, avec deux types de relevés, deux types de revenus nets et deux sortes d’annexes. Tout doit être fait en double. Est-il possible de simplifier la vie des citoyens et des entreprises en leur demandant de produire une seule déclaration? C’est ce que nous proposons. Elle serait administrée par Québec, Revenu Québec étant présent dans toutes les régions et gérant déjà la perception de la TPS et de la TVQ. C’est le ministre des Finances Yves Séguin, un ministre libéral, qui avait fait cette proposition qui est aujourd’hui reprise par tous les élus de tous les partis à l’Assemblée nationale du Québec.
Aussi, cette loi permettrait à Québec de mieux lutter contre l’utilisation des paradis fiscaux, puisque Ottawa se traîne les pieds en la matière. Nous avons le souci de nous assurer que tous les emplois en région seront préservés et maintenus.
Selon nous, il est tout à fait possible de garantir ces emplois en reclassant les fonctionnaires dans d’autres fonctions qui sont actuellement en sous-effectifs.
L'Institut de recherche sur l’autodétermination des peuples et les indépendances nationales a fait une étude. On parle de 425 millions de dollars en économie de dédoublement pour les particuliers, les entreprises et l’administration publique. Peut-on arrêter de faire faire le travail en double aux citoyens, aux entreprises et à l’administration publique? J’ai bon espoir que oui.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-02-25 10:21 [p.1473]
moved for leave to introduce Bill C-225, An Act to amend the Aeronautics Act, the Fishing and Recreational Harbours Act and other Acts (application of provincial law).
He said: Mr. Speaker, I am very pleased to rise today to introduce my first bill in the House. I am particularly excited about this bill because it builds on what motivates my commitment to politics, namely, the self-government of my nation. I am therefore honoured to introduce my bill on land use and development and environmental protection. Under this legislation, a number of existing laws would be subject to Quebec's laws going forward.
Let us keep in mind that the protection of Quebec's territory essentially falls under the laws and regulations of Quebec and its municipalities. While Quebec cannot force the federal government to obey its laws, the federal Parliament can set strict parameters on the Government of Quebec in the enforcement of its own legislation. We have the ability to regulate matters pertaining to the environment and the development of our territory. It is inconceivable to me that Quebec should have to defer to the federal government on these matters, because what happens within our borders should be decided by us.
demande à présenter le projet de loi C-225, Loi modifiant la Loi sur l’aéronautique, la Loi sur les ports de pêche et de plaisance et d’autres lois (application du droit provincial).
— Monsieur le Président, c'est avec un grand plaisir que je dépose aujourd'hui mon premier projet de loi à la Chambre. Je suis d'autant plus enthousiaste que ce projet de loi s'inscrit dans la continuité de ce qui motive mon engagement politique, c’est-à-dire l’autonomie de ma nation. J’ai donc l’honneur de présenter mon projet de loi sur l’usage et l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement. Dans le cadre de ce projet de loi, plusieurs lois existantes seraient désormais assujetties au droit québécois.
Rappelons que la protection du territoire québécois relève pour l’essentiel des lois et des règlements du Québec et de ses municipalités. Si le Québec ne peut pas forcer le gouvernement fédéral à respecter ses lois, le Parlement fédéral, lui, peut poser des balises strictes au gouvernement du Québec dans l’application des siennes. Nous avons la capacité de réglementer en matière d’environnement et d’aménagement de notre territoire. C’est inconcevable pour moi que le Québec doive s’en remettre au gouvernement fédéral sur ces questions, parce que ce qui se passe chez nous doit passer par nous.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2020-02-25 10:24 [p.1473]
moved for leave to introduce Bill C-226, An Act to amend the Canadian Multiculturalism Act (non-application in Quebec).
He said: Mr. Speaker, I am pleased to introduce a bill to amend the Canadian Multiculturalism Act to provide that it does not apply in Quebec. Canadian multiculturalism is a political ideology imposed on Quebec. All it has done is juxtapose a multitude of cultural solitudes and ghettoize difference.
The Quebec nation wants to design its own integration model. We are open to diversity and we want to create a harmonious coexistence based on shared values, especially when it comes to protection of the French language, separation of church and state and gender equality.
demande à présenter le projet de loi C‑226, Loi modifiant la Loi sur le multiculturalisme canadien (non-application au Québec).
— Monsieur le Président, je suis heureux de déposer un projet de loi qui vise à modifier la Loi sur le multiculturalisme canadien pour la rendre inapplicable au Québec. En effet, le multiculturalisme canadien est une idéologie politique imposée au Québec et qui n'a réussi qu'à juxtaposer une multitude de solitudes culturelles et à ghettoïser la différence.
La nation québécoise veut décider elle-même de son propre modèle d'intégration. Ouverte à la diversité, elle veut développer un vivre-ensemble harmonieux, fondé sur des valeurs communes, notamment en ce qui a trait à la protection de la langue française, à la séparation de l'État et de la religion et à l'égalité des sexes.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
moved for leave to introduce Bill C-227, An Act to amend the Employment Equity Act.
He said: Mr. Speaker, I rise today to introduce a private member's bill entitled “an act to amend the Employment Equity Act”.
The Employment Equity Act was designed to ensure that we achieve equality in employment in the federal public service and for large employers in the private sector that come under federal jurisdiction. The fact is that the workforces in these areas still fail to represent the diversity of the Canadian population.
As it stands, the Employment Equity Act applies to only four groups: women, aboriginal people, persons with disabilities and visible minorities. Members of my community, lesbian, gay, bisexual and transgender Canadians, are left out of the act. This private member's bill would make sure we are counted in.
Once again, I would like to thank the Public Service Alliance of Canada for its strong advocacy on this issue, and in particular Paul Jones of the Union of National Defence Employees in my riding.
We know that so many Canadians remain under-represented in all levels of employment, and that transgender Canadians suffer particularly high levels of unemployment and underemployment. Adding transgender Canadians to the Employment Equity Act would force employers to address this fact and come up with concrete plans to remove the barriers to equal employment for all.
demande à présenter le projet de loi C‑227, Loi modifiant la Loi sur l’équité en matière d’emploi.
— Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour présenter un projet de loi d'initiative parlementaire intitulé « Loi modifiant la Loi sur l'équité en matière d'emploi ».
La Loi sur l'équité en matière d'emploi a été conçue de façon à assurer l'atteinte de l'égalité en matière d'emploi au sein de la fonction publique fédérale et dans les grandes entreprises du secteur privé qui relèvent de la compétence fédérale. Or, la composition des effectifs dans la sphère de compétence fédérale ne reflète toujours pas la diversité du Canada.
Présentement, la Loi ne s'applique qu'à quatre groupes: les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées et les minorités visibles. Les membres de ma communauté, c'est-à-dire les Canadiens gais, lesbiens, bisexuels et transgenres, ne sont pas visés. Ce projet de loi d'initiative parlementaire ferait en sorte que nous ne soyons plus omis.
Encore une fois, je tiens à remercier l'Alliance de la fonction publique du Canada de beaucoup militer pour ce dossier, et surtout Paul Jones, de l'Union des employés de la Défense nationale, dans ma circonscription.
Nous savons que de nombreux Canadiens demeurent sous-représentés à tous les niveaux d'emploi et que les taux de chômage et de sous-emploi des Canadiens transgenres sont particulièrement élevés. L'ajout des Canadiens transgenres à la Loi sur l'équité en matière d'emploi forcerait les employeurs à corriger cette iniquité et à trouver des solutions concrètes pour éliminer les obstacles à l'équité d'emploi pour tous.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-02-25 10:26 [p.1474]
Mr. Speaker, this petition calls upon the government to immediately commit to upholding the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and the calls to action from the Truth and Reconciliation Commission of Canada by halting all existing and planned construction of the Coastal GasLink project on Wet'suwet'en territory, ordering the RCMP to dismantle its exclusion zone and stand down, scheduling nation-to-nation talks between the Wet'suwet'en nation and the federal and provincial governments and prioritizing the real implementation of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.
Monsieur le Président, la présente pétition demande au gouvernement de s'engager à respecter immédiatement la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation en interrompant tous les travaux en cours et prévus dans le cadre du projet de Coastal GasLink sur le territoire de la nation des Wet’suwet’en; en ordonnant à la GRC de démanteler sa zone d’exclusion et de mettre fin à l’opération; en organisant des discussions de nation à nation entre les membres de la nation des Wet’suwet’en et les gouvernements fédéral et provincial; en mettant l’accent sur la véritable mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
View Tamara Jansen Profile
2020-02-25 10:27 [p.1474]
Mr. Speaker, I have a petition in support of Bill S-204 with regard to human organ trafficking.
Monsieur le Président, je présente une pétition en faveur du projet de loi S-204 concernant le trafic d'organes humains.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I am also presenting a petition today in support of Bill S-204 on combatting organ harvesting and trafficking.
Monsieur le Président, je présente moi aussi une pétition qui appuie le projet de loi S-204 pour la lutte contre le prélèvement et le trafic d'organes.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2020-02-25 10:27 [p.1474]
Mr. Speaker, I am presenting two petitions.
The first is from petitioners in my riding who are asking for the immediate repeal of Bill C-48 and Bill C-69. One is the anti-pipeline bill and the other is the tanker ban on the west coast. The petitioners from my riding remind the Government of Canada that over 100,000 jobs have been lost in the Alberta energy sector alone.
Monsieur le Président, je présente deux pétitions.
La première provient de pétitionnaires de ma circonscription qui demandent l'abrogation des projets de loi C-48 et C-69. L'un est un projet de loi antipipeline et l'autre vise l'interdiction des pétroliers sur la côte Ouest. Les pétitionnaires de ma circonscription rappellent au gouvernement du Canada que plus de 100 000 emplois ont été perdus dans le seul secteur de l'énergie de l'Alberta.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2020-02-25 10:28 [p.1474]
Mr. Speaker, the second petition also comes from petitioners in my riding. They are demanding that the government stop raising their taxes and immediately commit to rejecting all tax increases to leave more money in the pockets of the people who earn it.
Monsieur le Président, la seconde pétition a également été présentée par des habitants de ma circonscription. Ils demandent que le gouvernement cesse d'augmenter leurs impôts et s'engage immédiatement à rejeter toute hausse d'impôts afin de laisser davantage d'argent dans les poches des gens qui ont travaillé durement pour le gagner.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I am putting forward a petition on behalf of concerned Canadians who want to see Bill S-204 supported. They have concerns about international trafficking in human organs and want to see the government take swift action to make sure that Canadians cannot travel abroad, utilizing perhaps criminal behaviour, to receive organs harvested without consent. The petitioners would like the government to put an end to this, at least from the Criminal Code side.
Monsieur le Président, je présente une pétition au nom de Canadiens préoccupés qui souhaitent voir le projet de loi S‑204 appuyé. Ils s'inquiètent du trafic international d'organes humains et souhaitent que le gouvernement prenne rapidement des mesures pour interdire aux Canadiens de se rendre à l'étranger pour obtenir, en profitant d'un comportement criminel, des organes qui ont été prélevés sans le consentement du donneur. Les pétitionnaires s'attendent à ce que le gouvernement mette un terme à cette situation, du moins en ce qui concerne le Code criminel.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I bring members' attention to this petition signed by people from across the greater Toronto area. They want to bring attention to the harvesting of human organs. The petitioners want the government to take action by specifically supporting a number of bills: Bill S-204 and Bill C-350. The petitioners are urging Parliament to move quickly on this matter.
Monsieur le Président, j'attire l'attention des députés sur une pétition signée par des habitants de la région du Grand Toronto. Ils veulent mettre en lumière l'enjeu du prélèvement d'organes humains. Les pétitionnaires souhaitent que le gouvernement intervienne en appuyant expressément un certain nombre de projets de loi: le projet de loi S‑204 et le projet de loi C‑350. Les pétitionnaires exhortent le Parlement à agir rapidement dans ce dossier.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-25 10:29 [p.1475]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
The Chair has notice of a request for an emergency debate from the hon. member for Lakeland.
La présidence a reçu un avis de demande de débat d'urgence de la part de la députée de Lakeland.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-02-25 10:32 [p.1475]
Mr. Speaker, I am requesting an emergency debate on the economic impact on all of Canada caused by the cancellation of Teck Frontier.
It is an economic crisis for Canada, because energy is the biggest private sector investor in the economy and creates jobs in every province. However, nearly $200 billion in oil and gas projects have been cancelled or stalled, and 200,000 Canadian oil and gas workers have lost their jobs in the last five years. Every oil sands job creates five other indirect and induced jobs in other sectors in other provinces. Canada has the third-largest oil reserves in the world; 97.3% of which is in the oil sands.
Teck's cancellation is the 11th major multi-billion-dollar oil and gas project to be withdrawn, and Teck is the latest in a list of 18 companies that have cancelled or frozen their Canadian energy assets in the same time frame.
This flight of capital from Canada's energy sector represents a bigger loss of investment and jobs than at any comparable time frame in more than seven decades. It is the equivalent of losing both the automotive and aerospace sectors in Canada, which I am confident would rightly be considered a national economic catastrophe and a severe crisis by every member of every party in this House of Commons.
The cancellation of Teck Frontier will cost Alberta 10,000 badly needed jobs and $20 billion in investment. It will cost 14 indigenous communities, all locally impacted and all supportive, their agreements with financial, education and skills training opportunities. It will eliminate the potential of $70 billion in revenue to all levels of government, municipal, provincial and federal.
Its cancellation represents a crisis of investor confidence in the fairness, predictability, independence, and certainty of Canada's regulatory system, policy framework, and the economy overall. Teck invested $1 billion while meeting every requirement during eight years of a rigorous multi-jurisdictional review, and even recently took the unprecedented step of self-imposing a goal to be net zero by 2050, far beyond the already world-leading standards of Canada.
Seven months ago, Teck Frontier was recommended by the independent expert joint panel to be in the public interest of Canada, based on its science, evidence, technical, environmental and economic merits, but within a week of the final political decision, media reported that Teck board members concluded that public safety concerns and political risk in Canada made it impossible to continue to pursue the Frontier project.
Already this week, economists and commentators are wondering and warning whether any major energy projects can be proposed or built in Canada.
A painful truth is that it also represents an escalating national unity crisis from the perspective of western Canadians, who see political double standards for oil and gas compared to other sectors and other provinces.
All these factors combined present a national emergency that ought to seize the attention of every member of the House of Commons. An emergency debate is the bare minimum.
Previously, emergency debates were granted when Kinder Morgan announced its withdrawal from the Trans Mountain expansion and when General Motors announced the closure of their automobile assembly plant in Oshawa. Every member here agreed those were emergencies that deserved debate in Parliament, and it happens to be the case that Teck Frontier is larger, both in investment and in jobs.
For these reasons I request again, and thank you in advance for, your consideration for this important emergency debate.
Monsieur le Président, je demande un débat d'urgence sur les conséquences économiques pour le pays de l'annulation du projet minier Frontier de Teck Resources.
Nous sommes devant une crise économique pancanadienne, car le secteur de l'énergie constitue le plus important investisseur du secteur privé et il crée des emplois dans toutes les provinces. Or, des projets d'une valeur de près de 200 milliards de dollars ont été annulés ou bloqués dans le secteur du pétrole et du gaz et 200 000 travailleurs canadiens de ce secteur ont perdu leur emploi au cours des cinq dernières années. Chaque emploi dans le secteur des sables bitumineux crée cinq autres emplois indirects ou induits dans d'autres secteurs dans d'autres provinces. Les réserves pétrolières du Canada sont les troisièmes en importance dans le monde et 97,3 % de ces réserves se trouvent dans les sables bitumineux.
Avec l'annulation de ce projet, nous en sommes à 11 grands projets de plusieurs milliards de dollars dans le secteur pétrolier et gazier à avoir été abandonnés. Teck Resources est la dernière de 18 entreprises à avoir annulé ou bloqué ses actifs du secteur de l'énergie pendant la même période.
Cette fuite de capitaux du secteur énergétique canadien représente la plus importante perte d'investissements et d'emplois qu'ait connue le pays au cours d'une période semblable en plus de sept décennies. C'est comme si le Canada avait perdu les secteurs de l'automobile et de l'aéronautique en même temps, ce qui, j'en suis convaincue, serait considéré comme une catastrophe économique nationale et une grave crise par tous les députés, tous partis confondus, de la Chambre des communes.
L'annulation du projet Frontier de la société Teck fera perdre à l'Alberta 10 000 emplois dont elle a grandement besoin et 20 milliards de dollars d'investissements. De leur côté, les 14 communautés autochtones locales, toutes touchées et toutes favorables au projet, ne verront jamais se concrétiser les possibilités de financement, d'éducation et de formation de la main-d'œuvre. Enfin, l'annulation du projet fera perdre 70 milliards de dollars de revenus aux gouvernements provinciaux et fédéral, ainsi qu'aux administrations municipales.
L'annulation provoque une crise de confiance chez les investisseurs, qui ne croient plus dans l'équité, la prévisibilité et l'indépendance du système réglementaire, du cadre politique et, globalement, de l'économie du Canada. Teck a investi 1 milliard de dollars tout en satisfaisant à toutes les exigences imposées pendant huit ans dans le cadre d'un examen multigouvernemental rigoureux. Récemment, la société avait même pris l'initiative sans précédent de se fixer un objectif de zéro émission nette d'ici 2050, qui va bien au-delà des normes mondiales les plus avancées qu'applique déjà le Canada.
Il y a sept mois, à l'issue d'un examen des données scientifiques et probantes, ainsi que des avantages techniques, environnementaux et économiques du projet Frontier, le groupe mixte d'experts indépendants a déclaré que sa mise en œuvre était dans l'intérêt des Canadiens. Cependant, une semaine après l'annonce de la décision politique finale, les médias rapportaient que les membres du conseil d'administration de Teck avaient conclu que les préoccupations de sécurité publique et le risque politique au Canada rendaient impossible la poursuite du projet Frontier.
Cette semaine déjà, les économistes et les commentateurs se demandent si de grands projets énergétiques peuvent être proposés ou construits au Canada et ils lancent un signal d'alarme.
Cette triste réalité ne fait qu'aggraver la crise d'unité nationale aux yeux des Canadiens de l'Ouest, qui se considèrent victimes d'une politique de deux poids deux mesures dans les secteurs pétrolier et gazier par rapport à d'autres secteurs et à d'autres provinces.
Tous ces facteurs pris ensemble représentent une urgence nationale qui doit retenir l'attention de tous les députés et qui justifie, à tout le moins, la tenue d'un débat d'urgence.
Un débat d'urgence a précédemment été accordé lorsque Kinder Morgan a annoncé son retrait du projet d'expansion du réseau Trans Mountain et lorsque General Motors a annoncé la fermeture de son usine d'assemblage automobile d'Oshawa. Tous les députés étaient d'accord pour dire que ces situations étaient urgentes et méritaient que le Parlement en débatte. Or, il se trouve que le projet Frontier de la société Teck est de plus grande envergure, puisqu'il représente un investissement encore plus important et un nombre supérieur d'emplois.
Pour toutes ces raisons, je demande la tenue d'un débat d'urgence. Je vous remercie à l'avance de considérer ma demande.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I thank the hon. member for Lakeland for her intervention. I am prepared to grant an emergency debate concerning the Teck Frontier mine project.
This debate will held later today at the ordinary hour of daily adjournment.
Je remercie la députée de Lakeland de son intervention. Je suis disposé à autoriser la tenue d'un débat d'urgence concernant le projet de mine Frontier de la société Teck.
Le débat aura lieu plus tard aujourd'hui, à l'heure ordinaire de l'ajournement.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 10:33 [p.1475]
moved:
That the House call on the government to change its proposed tax cuts by targeting benefits to those who earn less than $90,000 per year, and use those savings to invest in priorities that give real help to Canadians, including dental coverage for uninsured families making less than $90,000 per year.
He said: Mr. Speaker, I will be sharing my time with someone who truly inspires me, the hon. member for Burnaby South. He will take the floor in the second part of my intervention.
What the NDP is offering today is an opportunity for all members of Parliament to get together to provide support for the one-third of Canadians who do not have access to basic dental care.
What we said in the motion, and what Parliament will be directing the government to do if it is adopted, is to cap the tax changes at $90,000 a year and to provide basic dental care to all those who are uninsured and earning less than $90,000 a year in this country.
I must say at the outset that Canadians already support this policy. A recent poll just last year indicates that 86% of Canadians support dental care for all those who are uninsured in this country. At the same time, other countries like the United Kingdom and the European Union have 100% dental coverage. Basic dental care is covered in those countries. Six million Canadians, when we put aside young people who have the opportunity to access provincial plans, are impacted by this lack of dental coverage.
That means that millions of Canadians will be affected by the motion being moved by the NDP today. Millions of Canadians will be able to access dental care once this motion has been adopted.
Let us hear some of the stories of Canadians who do not have access to basic dental care in this country. I would like to quote from a constituent, Jonathan, a man who works for minimum wage and who talked to me about the importance of having dental coverage in this country.
Jonathan works at minimum wage and cannot afford to get the basic cleaning that he needs as part of basic dental care. That means that because of bacteria in his mouth, he is often in pain. He tried to save up enough money to access the basic dental care that he needed, but then his car broke down. He needed it for work, so he had to make the tough choice between having transportation or getting his basic dental needs met. He simply could not do both.
He has tried borrowing money, but that has not worked either, because it puts him in a debt cycle that he simply cannot afford. He has looked into dental plans, as his family has, but they found that the cost was simply prohibitive.
In this country, half of Canadian families are $200 away from insolvency in any given month. Jonathan and his family are among them. A difference of $100 or $200 a month means the difference between managing to put food on the table, managing to keep a roof over their heads, and managing to pay the bills without going too much further in debt. They simply cannot afford the cost of a dental plan.
Canadian families are the most indebted of any families in the industrialized world, and we have the highest family debt loads in our country's history right now. The reality of Jonathan is a reality that many other people face across the length and breadth of this country.
One thing I should mention about Jonathan is that in addition to the pain, in addition to the struggles of trying to find resources to pay for basic dental care, he also says that he feels ashamed of himself, that because of his broken teeth and because he is in such pain, he simply is not able to smile. The adoption of the motion today would mean that Jonathan, like six million other Canadians, would get their smile back. That is extremely important.
I would like to talk about Elsie. Elsie is not her real name. She did not want me to use her real name because she works for a big corporation that makes a lot of profit and has been held just shy of the number of hours needed to access the company's dental plan. She works in the food and hospitality sector. Her teeth are literally rotting away, but because there is no basic dental care, she is unable to access the dental care that she desperately needs.
I will also talk about what I saw at the University of Montreal a few years ago. The dental clinic at the University of Montreal offers free dental care provided by students of the faculty of dental medicine who are studying to be dentists.
Fortunately, thanks to the University of Montreal, dental care is being provided, but there is a waiting list. People are lining up to get access and many of them are in pain because of the lack of basic dental care in this country.
That is the problem whether we are talking about Jonathan, Elsie or everyone else lining up to get care, not just at the University of Montreal, but all across the country. When there are free dental clinics, people are there because they are desperately trying to get badly needed dental care.
I recently had a meeting with working representatives from British Columbia, workers such as David Black, who is one of my bosses, a constituent of mine in New Westminster—Burnaby, as well as representatives from correctional workers, commercial workers and a teacher. They were all there in my office, and I mentioned that the NDP was bringing forward this motion. They said it was wonderful and that it could make a real difference in this country, and then they asked me what kind of dental plan members of Parliament had. I had to tell them that members of Parliament have granted themselves a good, effective dental plan that covers all of those basic needs.
Now those working people, who are here today, are saying through me to all members of Parliament that if dental coverage and dental plans are good enough for members of Parliament, they should be good enough for all Canadians across the length and breadth of this land.
In terms of cost, people may be wondering how much this dental plan will cost. The Parliamentary Budget Officer has already informed us that it will cost $800 million a year. The cost will be higher the first year, of course, because there are needs that will have to be met, but it should come to about $800 million, or rather $814 million, the first year.
If we take these amounts and compare them to the federal budget as a whole, we can see that they are not that high. Considering all the tax changes that the government wants to implement, this is something that would pay for itself.
Why is that? It is because we already know from emergency room physicians across this country that tens of millions of dollars every year go into last-minute care that is provided in emergency rooms by doctors who are not qualified. People who are desperately seeking dental care go into emergency rooms, and they are given pills or painkillers to get them through the following few days.
Emergency room doctors tell us that we need to have basic dental care in this country and that the absence of basis dental care is costing our health care system over $150 million a year. We are already paying the costs of this emergency care, as well as the costs for all of the people like Jonathan and Elsie who cannot even go to work because of the pain they are experiencing. The six million Canadians who do not have dental care are an incredible charge on our economy and our quality of life, without even considering the impacts on each of them.
Of course it makes sense to cap the tax changes and make sure we are taking care of basic dental care for all Canadians. This is a no-brainer. Members of Parliament need to get behind this idea. We need to make sure every Canadian has access to basic dental care in this country.
propose:
Que la Chambre demande au gouvernement de modifier les réductions d’impôts proposées en s’efforçant de procurer des avantages aux personnes qui gagnent moins de 90 000 $ par année et d'utiliser ces économies pour investir dans des priorités qui apportent une aide réelle aux Canadiens, y compris l’assurance des soins dentaires des familles qui n’ont pas d’assurance et dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $.
— Monsieur le Président, j'aimerais dire que je vais partager mon temps de parole avec quelqu'un qui m'inspire beaucoup, soit le député de Burnaby‑Sud. C'est donc lui qui aura la parole pendant la deuxième partie de mon intervention.
Le NPD offre aujourd'hui l'occasion à tous les députés de s'unir pour offrir un soutien au tiers des Canadiens qui n'ont pas accès à des soins dentaires de base.
S'il adopte la motion, le Parlement demandera au gouvernement de réduire la portée des réductions d'impôts pour qu'elles ne s'appliquent qu'aux Canadiens ayant un revenu annuel d'au plus 90 000 $ et de fournir des soins dentaires de base aux Canadiens qui n'ont pas d'assurance et qui gagnent moins de 90 000 $ par année.
D'abord, je dois préciser que les Canadiens appuient déjà cette politique. Selon un sondage réalisé l'an dernier, 86 % des Canadiens appuient la fourniture de soins dentaires pour les Canadiens qui n'ont pas d'assurance. Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont un régime couvrant les soins dentaires de base à 100 %. Si l'on omet les jeunes qui ont la chance d'être couverts par un régime provincial, l'absence d'un régime national d'assurance de soins dentaires au Canada touche six millions de Canadiens.
Cela veut dire que des millions de Canadiens vont être touchés par la motion présentée par le NPD aujourd'hui. Des millions de Canadiens vont pouvoir accéder à des soins dentaires à la suite de l'adoption de cette motion.
Voyons un peu ce que vivent les Canadiens qui n'ont pas accès aux soins dentaires de base dans ce pays. J'aimerais répéter ce que m'a dit Jonathan, un habitant de ma circonscription, qui travaille au salaire minimum, à propos de l'importance d'un régime de soins dentaires au pays.
Jonathan travaille au salaire minimum et n'a pas les moyens de payer le nettoyage dont il a besoin dans le cadre des soins dentaires de base. Il a souvent des douleurs à cause de bactéries qu'il a dans la bouche. Il a essayé de mettre suffisamment d'argent de côté pour payer les soins dentaires de base dont il avait besoin, mais alors, sa voiture est tombée en panne. Il en avait besoin pour son travail, et il a donc dû faire un choix difficile entre son moyen de transport et des soins dentaires de base. Il ne pouvait tout simplement pas avoir les deux.
Il a tenté d'emprunter de l'argent, mais cela n'a pas marché non plus: il ne peut simplement pas se permettre d'être pris dans un cycle d'endettement. Il s'est renseigné sur les régimes d'assurance dentaire, et sa famille aussi, mais les tarifs sont tout simplement prohibitifs.
Tous les mois, au Canada, la moitié des familles sont à 200 $ de l'insolvabilité. Jonathan et sa famille sont dans cette situation. Un écart de 100 $ ou de 200 $ par mois peut faire la différence entre avoir les moyens ou non de se procurer des aliments, de se loger et de payer les factures sans trop s'endetter. Ces gens n'ont pas les moyens de se payer un régime de soins dentaires.
Les familles canadiennes sont les plus endettées du monde industrialisé, et le taux d'endettement des ménages canadiens a maintenant atteint un sommet sans précédent. Nombre de Canadiens sont dans la même situation que Jonathan d'un bout à l'autre du pays.
Ce que je devrais dire à propos de Jonathan, c'est que, en plus de vivre avec la douleur et avec la difficulté de trouver les ressources nécessaires pour se payer des soins dentaires de base, il dit aussi avoir honte parce que ses dents cassées et la grande douleur qu'il ressent l'empêchent tout simplement de sourire. L'adoption de la motion d'aujourd'hui redonnerait le sourire à Jonathan et à six millions d'autres Canadiens. C'est extrêmement important.
Je vais maintenant parler de la situation d'une femme que j'appellerai Elsie. Elle ne veut pas que j'utilise son vrai nom parce qu'elle est employée par une grande entreprise très prospère et que ses heures de travail sont maintenues juste en deça du nombre requis pour qu'elle soit admissible au régime de soins dentaires de l'employeur. Elle travaille dans le secteur de la restauration et de l'hôtellerie. Ses dents sont tout simplement en train de pourrir, mais elle n'a pas accès aux soins dentaires de base dont elle a désespérément besoin.
Je vais aussi parler de ce que j'ai vu à l'Université de Montréal, il y a quelques années. La Clinique dentaire de l'Université de Montréal offre des soins dentaires gratuits dispensés par des étudiants de la Faculté de médecine dentaire qui apprennent le métier de dentiste.
Heureusement, grâce à l'Université de Montréal, des soins dentaires sont fournis, mais il y a une liste d'attente. Des gens font la file pour y avoir accès, et, souvent, ces gens sont en douleur à cause d'un manque de capacité de soins dentaires de base dans ce pays.
Le problème est là, que l'on parle de Jonathan, d'Elsie ou de tous ces gens-là qui font la file, non seulement à l'Université de Montréal, mais partout au pays. Quand il y a des cliniques dentaires gratuites, les gens sont là, car ils cherchent désespérément à obtenir ces soins dentaires dont ils ont tellement besoin.
J'ai récemment rencontré des représentants de travailleurs de la Colombie-Britannique, dont David Black — un de mes patrons, comme il habite la circonscription de New Westminster—Burnaby —, ainsi que des agents correctionnels, des travailleurs du commerce et un enseignant. Ils se sont tous rendus à mon bureau. J'ai parlé du fait que le NPD allait présenter la motion d'aujourd'hui. Ils m'ont répondu que c'était une idée merveilleuse qui pourrait véritablement améliorer les conditions de vie au Canada. Ils m'ont ensuite demandé à quel régime de soins dentaires les députés avaient droit. J'ai dû leur dire que les députés s'étaient accordé un régime approprié et efficace qui couvre tous les besoins de base.
Voici ce que ces travailleurs, qui sont ici aujourd'hui, ont à dire à tous les députés par mon entremise: si les députés méritent un régime de soins dentaires, ce devrait aussi être le cas de tous les Canadiens des quatre coins du pays.
Sur la question des coûts, les gens vont peut-être se demander combien coûtera ce régime de soins dentaires. Le directeur parlementaire du budget nous a déjà dit qu'il en coûtera 800 millions de dollars par année. Le montant de la première année sera plus élevé, bien sûr, parce qu'il y a des besoins qui doivent être comblés, mais cela devrait se situer autour de 800 millions de dollars — 814 millions de dollars, la première année.
Quand on regarde ces montants et qu'on les compare à l'ensemble du budget fédéral, on remarque qu'ils ne sont pas énormes. Quand on regarde l'ensemble des changements que le gouvernement veut mettre en place sur le plan fiscal, on parle ici de quelque chose qui se paie tout seul.
Pourquoi? Parce que nous savons déjà, grâce aux urgentologues canadiens, que des dizaines de millions de dollars sont consacrés chaque année à des soins de dernière minute prodigués dans des salles d'urgence par des médecins non qualifiés. Les gens qui ont désespérément besoin de soins dentaires se rendent à l'urgence, où on leur donne des pilules ou des analgésiques pour les aider à passer à travers les prochains jours.
Les urgentologues nous disent que nous avons besoin de soins dentaires de base au Canada, et que l'absence de ces soins coûte plus de 150 millions de dollars par année au système de santé. Nous payons déjà les coûts de ces soins d'urgence, de même que les coûts engendrés par l'incapacité de personnes comme Jonathan et Elsie d'aller travailler à cause de la douleur qu'elles ressentent. Les six millions de Canadiens n'ayant pas accès à des soins dentaires représentent une énorme charge pour l'économie nationale et notre qualité de vie, sans parler des répercussions qu'a sur eux l'absence de tels soins.
Il est bien sûr logique de plafonner les modifications fiscales et de s'assurer que tous les Canadiens bénéficient de soins dentaires de base. Cela va de soi. Les députés doivent appuyer cette idée. Nous devons faire en sorte que tous les Canadiens aient accès à des soins dentaires de base.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2020-02-25 10:44 [p.1477]
Madam Speaker, I would like to get clarification on the figures to make sure I am reading them right. On our tax bill, people who earn up to $210,000 get some relief, and everyone who makes less than $90,000 gets relief, as would be his case. I am assuming that people who earn less than $90,000 would get the same relief as in the proposed Liberal tax cut, and then the part that would be eliminated would be those over $210,000, because no one over that amount gets anything.
If I am reading it right, how much money would be saved by taking the tax cut away from people who earn between $90,000 and $210,000?
Madame la Présidente, j'aimerais avoir des précisions sur les chiffres afin d'être certain de les avoir bien lus. Dans notre projet de loi fiscal, tous ceux qui gagnent jusqu'à 210 000 $ bénéficient d'un allègement, tout comme d'ailleurs ceux qui gagnent moins de 90 000 $, comme dans le cas dont on parle. Je présume que les personnes qui gagnent moins de 90 000 $ obtiendraient le même allègement que dans la réduction d'impôt proposée par les libéraux et que les gens qui gagnent plus de 210 000 $ seraient exclus, puisqu'au-delà de ce montant on ne reçoit rien.
Si j'ai bien compris, combien pourrions-nous économiser en privant de réduction d'impôt les gens qui gagnent de 90 000 $ à 210 000 $?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 10:44 [p.1477]
Madam Speaker, when we hear the question from the member for Yukon, we certainly hope that means he will be supporting the motion directing the government to bring in basic dental care.
The savings are about $1.6 billion. The Parliamentary Budget Officer, as I said, talks about a yearly expenditure on basic dental care for those who are uninsured of just over $800 million a year. In other words, there is no additional expenditure for government.
We can look at the amount of money the government has thrown at the Trans Mountain pipeline, $17 billion and counting. We can look at overseas tax havens, $25 billion according to the PBO. We can look at the $14 billion given to the banking sector 15 months ago. This is a drop in the bucket, but one that makes a significant difference in the quality of life of so many Canadians.
I hope the member for Yukon will support our motion and we can get this done for Canadians.
Madame la Présidente, à entendre la question du député de Yukon, on a bon espoir qu'il appuiera la motion demandant au gouvernement d'instaurer une assurance des soins dentaires de base.
Les économies se chiffrent à environ 1,6 milliard de dollars. Comme je l'ai mentionné, le directeur parlementaire du budget estime à un peu plus de 800 millions de dollars la facture annuelle des soins dentaires de base pour les personnes qui ne sont pas assurées. Autrement dit, il n'y aurait pas de dépenses supplémentaires pour le gouvernement.
Pensons à tout l'argent que le gouvernement a gaspillé pour le pipeline Trans Mountain, à savoir 17 milliards de dollars et la facture continue de grimper. Pensons aux paradis fiscaux outremer, qui coûtent au pays 25 milliards de dollars selon le directeur parlementaire du budget. On peut aussi penser aux 14 milliards de dollars accordés au secteur des banques il y a 15 mois. On parlerait donc d'une goutte d'eau dans l'océan, mais une goutte qui pourrait améliorer la qualité de vie d'un grand nombre de Canadiens.
J'espère que le député de Yukon appuiera notre motion et que nous arriverons à mettre ce projet en œuvre pour les Canadiens.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-02-25 10:46 [p.1477]
Madam Speaker, I thank my colleague from New Westminster—Burnaby.
Historically, the fathers of Canadian Confederation decided that health should be the responsibility of the provinces and Quebec. The government has since revealed a very obvious thirst for centralization. Last year, the federal government intruded further and further into areas of provincial authority by exploiting its spending authority. What is being proposed here is a blatant intrusion into Quebec's jurisdiction. The Quebec government has always been against this idea, so much so that it called for the right to opt out with compensation. That element is missing from my colleague's motion.
My question is very simple. Given that this falls under Quebec's jurisdiction, that you are spending money that should be made available to Quebeckers through the federal health transfers, and that you are spending that money according to your own inclinations, how do you think Quebeckers are going to take this?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de New Westminster—Burnaby.
Historiquement, les Pères de la Confédération canadienne ont jugé que la santé relevait de la compétence des provinces et du Québec. Par la suite, on a vu que le gouvernement fédéral avait des désirs de centralisation extrêmement évidents. L'année passée, par l'entremise de son pouvoir de dépenser, le gouvernement fédéral a fait des intrusions de plus en plus importantes dans les champs de compétence provinciale. Ce qui est proposé ici est carrément une intrusion dans un champ de compétence du Québec. Le gouvernement québécois a toujours été contre cette idée-là, au point qu'il avait demandé un droit de retrait avec compensation. Cet élément est absent de la motion de mon collègue.
Ma question est très simple. Dès que l'on sait que cela relève d'une compétence du Québec, que vous dépensez de l'argent qui devrait être disponible aux Québécois grâce aux transferts canadiens en santé et que vous dépensez cet argent selon vos propres volontés, comment pensez-vous que les Québécois vont accepter cela?
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I would remind the hon. member to direct questions and comments through the Chair and not directly to the other member.
The hon. member for New Westminster—Burnaby.
Je rappelle au député qu'il doit adresser ses questions et commentaires à la présidence et non directement à l'autre député.
La parole est à l'honorable député de New Westminster—Burnaby.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 10:47 [p.1477]
Madam Speaker, that is why I mentioned the University of Montreal. I urge my colleague to go and see for himself the long line of Quebeckers waiting to be seen at the University of Montreal and at Quebec's free dental clinics.
We know that there are people in Quebec who do not have access to dental care. We know that the federal government should provide full funding. We know that the provinces and Quebec can decide how to manage these funds. Nevertheless, there is a dire need across Quebec and Canada. That is why it is so important to vote for this motion today, so the people who are desperately waiting today outside the University of Montreal and the free dental clinics can believe in the future and know that their quality of life will improve.
Madame la Présidente, c'est pour cette raison que j'ai cité l'Université de Montréal. Je demande à mon collègue d'aller constater lui-même la longue file d'attente des Québécois et des Québécoises qui se rendent à l'Université de Montréal et aux cliniques de soins dentaires gratuits au Québec.
C'est sûr qu'il y a au Québec des gens qui n'ont pas accès aux soins dentaires. C'est sûr que le fédéral devrait fournir l'ensemble du financement. C'est sûr que les provinces et le Québec peuvent voir comment gérer ces sommes. Il n'en reste pas moins que le besoin est criant partout au Québec comme partout au Canada. C'est pour cette raison qu'il est tellement important de voter aujourd'hui en faveur de la motion, pour que ces gens qui attendent désespérément aujourd'hui à l'extérieur de l'Université de Montréal et des cliniques de soins dentaires gratuits puissent croire en l'avenir et savoir que leur qualité de vie va s'améliorer.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-02-25 10:48 [p.1478]
Madam Speaker, today we are talking about an opportunity to really transform the lives of Canadians.
My colleague told stories about some people, yet millions of Canadians cannot take care of their teeth. The Liberal government is proposing a tax giveaway, where the majority of the benefit would flow to those who earn over $100,000. If we target that measure and help those who need it most, those who earn less than $90,000, we can free up enough money to cover 4.3 million Canadians who need to take care of their teeth.
That is what we are proposing today. It would transform the lives of people in the ridings of all members of Parliament who cannot get the dental care they need.
I think about a woman who I met when I was walking down the streets of Vancouver. She ran up to me with her hand over her mouth. She told me that she had heard me talking about dental care. I told her that we wanted to ensure people were covered. She said that she never imagined she would ever be able to afford to get her teeth looked after. She told me that once she became older and was no longer covered under her parents' plan, she could not afford to go to the dentist, that her teeth were in a really rough shape now and that she was embarrassed. She was afraid to apply for a new job because she did not think people would hire her if they saw the condition of her teeth. She had tried her best, but there was something wrong with her teeth and she could not afford to get them looked fixed.
I think about her story and the many other Canadians who cannot afford to take care of their teeth. In a country as wealthy as ours, that should not be the way.
I think about what we could do if we made a better choice. We have choices. The Liberal government is making a choice. Right now, it is choosing to give away billions of dollars to people who do not need. It is making a choice to benefit those who do not really need the benefit. The Liberal government is making a choice and we are asking it to choose better. We could take the current proposal for the tax giveaway and put that money toward helping those who need it most. Let us focus on those people. If we do that, we would free up the money.
Let us talk about the choices.
The Liberal government's proposed tax giveaway would cost over $6 billion. If it targeted that measure and focused it on those families that need it the most, we could free up $1.6 billion. The Parliamentary Budge Office costed out how much it would take to cover those families that are uninsured. It found that year over year, it would cost just over $800 million. It would be more expensive in the first year because so many Canadians who did not have access to dental care would rush to get their teeth fixed. That would cost $1.8 billion in the first year, but would stabilize at around $800 million. This is huge.
Imagine the people across Canada right now who cannot get their teeth taken care of. If they go to an emergency room because their teeth are hurting, they are told there is nothing the hospital can do. They are given painkillers and sent home, yet the problem with their teeth remains. If we think about it, it makes no sense that we can go into a hospital and have complicated heart surgery or have our joints rebuilt, but if we have a problem with our teeth, we are sent home with painkillers. That is the only solution so many Canadians have. We need to change that.
A couple of months ago a woman came to my office. She did not want me to share her name because she was embarrassed about her situation. She had a problem with her teeth. However, her problem was even more heartbreaking. She could not afford medication to treat an illness she had and due to the complications of that illness she had lost some of her teeth. She was in pain. This woman had two problems. First, she could not afford medication. Second, she could not afford dental care. When I looked at her, I thought of how we were failing as a society. She thought it was her fault. She told me that she wanted to work hard, that she did not want any handouts and that she was at my office because she wanted to find a way forward.
I told her that it was not her fault, that she was not to blame. The horrible decisions we made resulted in her medication and dental care not being covered. We can change that.
Today we have an opportunity to make a change. The Liberal government is proposing a tax change, and we are proposing a solution. If this measure can target the people who need it most, we can implement a dental care program to help families who do not have access to the care they desperately need.
We have been observing the Liberal government's decisions and choices. Recently, the Liberals spent millions of dollars of public money to help corporations like Loblaws and Mastercard. They often choose to help the rich. The Liberals' proposed change would also help individuals who earn more than $100,000.
We are proposing that this change be scaled down and targeted to the people who need it most, meaning people who earn less than $90,000. If we adopt this measure, we can implement a dental plan that will benefit nearly 4.3 million Canadians.
We know that this is needed in Quebec. Some Quebeckers have dental problems but cannot afford dental care. We want to change that. A federal program would help these people access dental care, which would change many lives.
This is an option, a solution and a choice. We can do this. I urge all members of the House to think about the families in their ridings who need dental care but cannot afford it. I urge them to think about how we can help them. Today we have an opportunity to help them.
I think about the choices we have made and the opportunity we have before us. The motion before the House now is a concrete thing we could do right now.
I would like the members on the Liberal benches, all members, to think about the people in their ridings right now, to think about the families, the young people who do not have benefits and will never have them in their lifetime. I ask them to think about the gig economy and the fact that for many young people, the dream of having benefits is not there for them, the dream of having benefits that will cover their teeth is simply not a reality.
We owe it to those young people to do something to care of them. They deserve to have their teeth taken care of. They deserve to have a healthy life. Dental health is directly connected to their overall well-being and health. We can make this change right now.
I am going to put this to the government one more time.
The Liberal government is proposing a tax change, a tax giveaway to the wealthiest Canadians, those who earn over $100,000. Let us focus the tax change to benefit the families that need it most, those people who earn less than $90,000. With the money we free up, let us put in place a national dental care program that will lift up families, that will allow young people who cannot afford to have their teeth taken care of to get the dental care service they need. It will also allow workers who are struggling in jobs with no benefits to have confidence, knowing they can care for their teeth. This will change the lives of so many Canadians. This is a real choice that we can make right now to lift up people.
I call on the Liberal government to do the right thing, to target the tax measure to help families that are in need, to bring in place national dental care to lift up families, to ensure people can access the care they so desperately need.
That is the choice we have today. I call on all members in the House to support that choice.
Madame la Présidente, aujourd'hui, nous parlons d'une possibilité de vraiment transformer la vie des Canadiens.
Mon collègue nous a parlé des cas de certaines personnes, mais ce sont des millions de Canadiens qui n'ont pas accès à des soins dentaires. Le gouvernement libéral propose un allégement fiscal qui profiterait surtout aux personnes qui gagnent plus de 100 000 $. Si nous ciblons la mesure pour venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin — les personnes qui gagnent moins de 90 000 $ —, nous pouvons dégager assez d'argent pour aider les 4,3 millions de Canadiens qui ont besoin de soins dentaires.
C'est ce que nous proposons aujourd'hui. Dans chacune des circonscriptions du pays, cette mesure transformerait la vie des gens qui n'ont pas accès aux soins dentaires dont ils ont besoin.
Je repense à une dame que j'ai croisée sur la rue à Vancouver. Elle s'est approchée de moi en se mettant la main sur la bouche. Elle m'a dit qu'elle m'avait entendu parler des soins dentaires. Je lui ai dit que nous voulions faire en sorte que les gens soient couverts. Elle m'a dit qu'elle n'avait jamais pensé avoir un jour les moyens d'obtenir les soins dentaires dont elle avait besoin. Elle m'a dit que, depuis qu'elle avait atteint l'âge où elle n'était plus couverte par le régime de ses parents, elle ne pouvait plus se permettre d'aller chez le dentiste, que ses dents étaient maintenant en très mauvais état et que cela la gênait. Elle avait peur de postuler pour un nouvel emploi; elle pensait qu'on ne l'embaucherait pas quand on verrait l'état de ses dents. Elle avait fait de son mieux, mais elle avait besoin de soins dentaires qu'elle ne pouvait pas se permettre.
Je pense à elle et aux nombreux autres Canadiens qui n'ont pas les moyens de prendre soin de leurs dents et je me dis que, dans un pays aussi riche que le nôtre, cela ne devrait pas être le cas.
Je pense à ce que nous pourrions faire si nous faisions un meilleur choix. Nous avons le choix. Le gouvernement libéral fait un choix: il décide, aujourd'hui, de faire cadeau de milliards de dollars à des gens qui n'en ont pas besoin. Il choisit d'aider ceux qui n'ont pas vraiment besoin d'être aidés. Le gouvernement libéral fait un choix, et nous lui demandons de faire un meilleur choix. Nous pourrions utiliser l'argent de l'allégement fiscal proposé aujourd'hui pour aider ceux qui en ont le plus besoin. Concentrons nos efforts sur ces gens. Si nous le faisons, nous dégagerons l'argent nécessaire.
Parlons de ces choix.
L'allégement fiscal proposé par le gouvernement fédéral coûtera plus de 6 milliards de dollars. S'il modifiait cette initiative pour cibler les familles qui en ont le plus besoin, il pourrait libérer 1,6 milliard de dollars. Le directeur parlementaire du budget a calculé le montant qui serait nécessaire pour couvrir les familles qui ne sont pas assurées. Il a conclu que cela coûterait un peu plus de 800 millions de dollars par année. Le coût serait plus élevé la première année, car de nombreux Canadiens qui n'ont pas accès à des soins dentaires s'empresseraient de se faire soigner. Il en coûterait 1,8 milliard de dollars la première année, mais ce montant se stabiliserait à environ 800 millions de dollars par la suite. C'est énorme.
J'aimerais que l'on pense à tous les Canadiens qui, en ce moment, n'ont pas les moyens de se faire soigner les dents. S'ils se présentent aux urgences parce qu'ils ont mal aux dents, ils se font dire que l'hôpital ne peut rien faire pour eux. On leur remet des analgésiques et on les renvoie chez eux avec un problème dentaire qui persiste toujours. Quand on y pense, c'est incroyable que l'on puisse aller à l'hôpital pour subir une opération cardiaque complexe ou pour faire rebâtir nos articulations, mais que l'on se fasse renvoyer à la maison avec des analgésiques lorsqu'on a un problème dentaire. Pour de nombreux Canadiens, c'est la seule solution. Nous devons changer cela.
Il y a quelques mois, une femme s'est présentée à mon bureau. Elle ne voulait pas me dire son nom parce qu'elle avait honte de sa situation. Elle avait un problème dentaire. Cependant, sa réalité était encore plus crève-cœur. Elle n'avait pas les moyens de payer les médicaments pour traiter une maladie qui l'affligeait et, en raison des complications de cette maladie, elle avait perdu des dents. Elle souffrait. Cette femme avait deux problèmes: premièrement, elle ne pouvait pas payer ses médicaments; deuxièmement, elle ne pouvait pas se payer des soins chez le dentiste. En la regardant, je réalisais à quel point nous échouons en tant que société. Elle pensait que c'était de sa faute. Elle m'a confié qu'elle voulait travailler fort, qu'elle ne voulait pas qu'on lui fasse la charité, et qu'elle était venue à mon bureau afin de trouver une solution pour aller de l'avant.
Je lui ai affirmé que ce n'était pas de sa faute, qu'elle n'avait rien à se reprocher. Les décisions horribles que nous avons prises ont fait en sorte que ses médicaments et ses soins dentaires n'étaient plus couverts. Nous pouvons changer cette réalité.
Aujourd'hui, nous avons l'occasion d'apporter un changement. Le gouvernement libéral propose un changement fiscal et nous proposons une solution. Si cette mesure cible les personnes qui en ont le plus besoin, nous pourrons mettre en place un programme de soins dentaires, afin d'aider les familles qui n'ont pas accès à ces soins dont elles ont tellement besoin.
Nous avons observé les décisions et les choix du gouvernement libéral. Précédemment, les libéraux ont dépensé des millions de dollars de l'argent public au bénéfice d'entreprises comme Loblaws et Mastercard. Ils décident souvent d'aider les plus riches. Le changement proposé par les libéraux va lui aussi aider les gens qui gagnent plus de 100 000 $.
Nous proposons de réduire ce changement et de cibler les gens qui en ont le plus besoin, c'est-à-dire les gens qui gagnent moins de 90 000 $. Si nous adoptons cette mesure, nous pourrons mettre en place un programme de soins dentaires dont près de 4,3 millions de Canadiens et de Canadiennes bénéficieront.
Nous savons qu'il s'agit d'un besoin au Québec. Certains Québécois ont des problèmes dentaires, mais ils n'ont pas suffisamment d'argent pour accéder aux services dentaires. Nous voulons changer cela. Grâce à un programme fédéral, ces gens pourraient avoir accès aux soins dentaires, ce qui changerait la vie de plusieurs personnes.
Il s'agit d'une option, d'une solution et d'un choix. Nous pouvons le faire. Je demande à tous les députés de la Chambre de penser aux familles de leur circonscription qui ont besoin de soins dentaires, mais qui n'ont pas les moyens de les payer, et de se demander comment nous pouvons les aider. Aujourd'hui, nous avons l'occasion de les aider.
Je songe aux choix que nous avons faits et à la possibilité qui s'offre à nous. La motion dont la Chambre est saisie représente un geste concret que nous pourrions poser dès maintenant.
J'aimerais que les députés libéraux, que tous les députés, en fait, songent aux habitants de leur circonscription, aux familles, aux jeunes qui sont sans avantages sociaux et qui n'en auront jamais de leur vie. J'aimerais qu'ils songent à l'économie des petits boulots et au fait que pour de nombreux jeunes gens, ce rêve de bénéficier d'avantages sociaux incluant une assurance dentaire ne sera jamais à leur portée, ne deviendra jamais une réalité pour eux.
Nous devons à ces jeunes gens de faire quelque chose pour les aider. Ils méritent de pouvoir prendre soin de leurs dents. Ils méritent de pouvoir vivre en santé. Leur santé dentaire est directement liée à leur bien-être et à leur santé en général. Nous pouvons changer les choses dès maintenant.
Je vais expliquer tout cela au gouvernement une fois de plus.
Le gouvernement libéral propose un changement fiscal, un allégement fiscal destiné aux Canadiens les plus riches, à ceux qui gagnent plus de 100 000 $. Faisons en sorte que ce changement fiscal bénéficie aux familles qui en ont le plus besoin, celles qui gagnent moins de 90 000 $. Avec l'argent ainsi dégagé, instaurons un régime national d'assurance dentaire qui donnera un coup de pouce aux familles, qui permettra aux jeunes qui n'en ont pas les moyens d'obtenir les soins dentaires dont ils ont besoin. Un tel régime permettrait aussi aux travailleurs qui ont un emploi sans avantages sociaux de savoir qu'ils pourront prendre soin de leurs dents. Cela changerait la vie de tellement de Canadiens. Il s'agit là d'un choix concret que nous pouvons faire immédiatement pour aider les gens.
Je demande au gouvernement libéral de faire ce qui s'impose et de cibler des mesures fiscales destinées à aider les familles dans le besoin, d'instaurer un régime national d'assurance dentaire pour donner un coup de pouce aux familles et permettre aux gens d'avoir accès à des soins dont ils ont désespérément besoin.
Voilà le choix qui s'offre à nous aujourd'hui. Je demande à tous les députés de la Chambre de voter en faveur de ce choix.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2020-02-25 10:58 [p.1479]
Madam Speaker, the thoughtful members on health committee have already decided to study dental care, with the wisdom of members of all parties going into that discussion. In the minister's mandate letter, she was asked to look at this.
My understanding from the answer to my previous question is that every person with a taxable income of less than $90,000 will get the same tax relief under the NDP proposed plan if it were to go ahead. If this does not go ahead, will the member support the Liberal tax cut that would give the same amount to everyone with a taxable income of less than $90,000?
Madame la Présidente, les membres réfléchis du comité de la santé ont déjà décidé de se pencher sur la question des soins dentaires, et des députés de tous les partis auront l'occasion de participer à cette discussion. En outre, le premier ministre avait demandé à la ministre d'examiner cette question dans sa lettre de mandat.
Selon la réponse que j'ai obtenue à ma dernière question, je crois comprendre que si le NPD donnait suite à son plan, chaque personne dont le revenu imposable est inférieur à 90 000 $ bénéficierait du même allégement fiscal. Par conséquent, si son plan ne se concrétise pas, le député appuiera-t-il la réduction d'impôt proposée par les libéraux, qui profiterait tout autant aux personnes qui gagnent au plus 90 000 $?
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-02-25 10:59 [p.1479]
Madam Speaker, what I am proposing today is an opportunity to help those who need it most. My concern with the Liberal government is that it is often helping those who are the wealthiest. The Liberals have given millions of dollars and billions of dollars to the wealthiest corporations. Here is an opportunity to help those in need.
My proposal is this. Yes, absolutely those who earn less than $90,000 will continue to get the same benefit as planned by the Liberal proposal. However, we are suggesting that instead of giving the maximum benefit to those who earn over $100,000, we not do that. Let us target those who need it the most instead.
If we do that, we can free up enough money to bring in place a national dental care program that will actually benefit those who need it most. That is what we are offering today and that is what we are proposing. It would mean a lot to so many families.
I ask the member to consider those people who live in Yukon and how they are struggling to access dental care. I know it is an issue that impacts everyone in this House. That is what we need to do. We need to make sure people have the access to dental care to take care of their teeth.
That is what I am proposing today.
Monsieur le Président, ce que je propose aujourd'hui, c'est de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin. Le problème, c'est que le gouvernement libéral vient souvent en aide aux mieux nantis. Les libéraux ont donné des millions, voire des milliards de dollars aux entreprises les plus riches. Voici l'occasion d'aider les personnes dans le besoin.
Ma proposition est la suivante. Les personnes qui font moins de 90 000 $ par année vont continuer d'obtenir les mêmes avantages que ceux prévus dans le plan des libéraux. Toutefois, nous proposons de ne pas accorder l'avantage maximal aux personnes qui gagnent plus de 100 000 $ par année afin de cibler plutôt les personnes qui ont le plus besoin de cet argent.
En agissant ainsi, on pourra dégager suffisamment d'argent pour mettre en place un programme national de soins dentaires qui profitera aux personnes qui en ont le plus besoin. C'est ce que nous proposons aujourd'hui. C'est très important pour de nombreuses familles.
Je demande au député de penser aux résidants du Yukon qui ont du mal à avoir accès à des soins dentaires. Je sais que c'est un enjeu qui touche tous les députés. C'est ce que nous devons faire. Nous devons veiller à ce que les gens aient accès à des soins dentaires.
Voilà ce que je propose aujourd'hui.
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2020-02-25 11:00 [p.1479]
Madam Speaker, much has been said about the NDP's Sherbrooke declaration, which calls for respect for Quebec's jurisdictions, an asymmetrical model and an automatic right to compensation. We do not oppose the essence of the proposal, but the first chance it gets, the NDP is proposing an intrusion into Quebec's jurisdiction. There is another way. What we are calling for, and what the provinces want, is for the federal government to restore health transfers. The provinces want 5.2%, and we want 6%. That would give the Government of Quebec and the provincial governments the flexibility to manage their health care programs. Otherwise, these kinds of proposals will disrupt health care management.
What are my colleague's thoughts on that?
Madame la Présidente, on a beaucoup entendu parler de la déclaration de Sherbrooke du NPD, qui invoque le respect des compétences du Québec, un modèle asymétrique et un droit de compensation systématique. Nous ne sommes pas contre le fond de la proposition, mais à la première occasion, le NPD propose un envahissement des champs de compétence du Québec. Il y aurait une autre façon de faire. Ce que nous demandons et ce que les provinces demandent, c’est que le gouvernement fédéral rétablisse les transferts en santé. Les provinces demandent 5,2 % et nous demandons 6 %. Cela donnerait une latitude au gouvernement du Québec et aux gouvernements des provinces pour gérer la santé. Sinon, avec de telles propositions, on désorganise la gestion de la santé.
Qu’en pense mon collègue?
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-02-25 11:01 [p.1479]
Madam Speaker, we are suggesting a change to the Liberal proposal, which really benefits the wealthy. Giving Quebec the right to opt out with full compensation is part of our values. The measure we are proposing would use that money to help families who need it the most.
Quebec could have access to the federal program if it wants. If it wants full compensation, that is also Quebec's prerogative. We are proposing something for the common good. We will always advocate for working together to build a more just society. We know we can achieve better results by working together. That is exactly what we are proposing, while still respecting Quebec's jurisdictions. Health is always a provincial responsibility. This is a matter of funding. We want to fund a program to help people who need dental care. That is exactly what we are talking about.
Madame la Présidente, nous proposons d’apporter un changement à la proposition libérale, qui donne un grand avantage aux plus riches. Cela fait partie de nos valeurs de donner au Québec un droit de retrait avec pleine compensation. Ce que nous proposons, avec cette mesure, c’est d’utiliser l’argent pour aider les familles qui en ont le plus besoin.
Si le Québec est d’accord, il peut avoir accès au programme fédéral. S’il veut une pleine compensation, c’est aussi son choix. Nous proposons quelque chose pour le bien commun. Ce que nous proposons toujours, c’est de travailler ensemble pour bâtir une société plus juste. Si nous travaillons ensemble, nous savons que nous pouvons avoir de meilleurs résultats. C’est exactement ce que nous proposons, en respectant toujours la compétence du Québec. La santé relève toujours de la compétence des provinces. C’est une question de financement. Nous voulons financer un programme pour aider des gens qui ont besoin de soins dentaires. C’est exactement cela.
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:02 [p.1480]
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today to talk about our government's record, about how we have invested in Canadians, including middle-class Canadians and those working hard to join them, about the middle-class tax cuts we introduced in 2015, and about the tax cuts we proposed in 2019.
The economy is strong and growing. Our record proves that, by investing in Canadians, we can have an impact on Canadians' day-to-day lives while growing the economy. However, we are also very aware that too many Canadians are still having trouble making ends meet.
Ever since we took office in 2015, our plan has focused on investing in Canadians and their communities. We are investing in things people need to build a better future for themselves and their families. We are investing in the middle class and those working hard to join it. We know that a strong middle class leads to a strong economy, and a strong economy benefits everyone. Our plan is working.
One of the first actions of our previous mandate was to introduce a tax break for the middle class that is benefiting more than nine million hard-working Canadians. We also introduced the Canada child benefit, which is providing more money to those families who need it most. By doing so, we have helped to lift one million people out of poverty, including 334,000 children, giving them a better start in life.
I would like to talk about how this measure in particular has helped children in my riding. Ottawa—Vanier is one of Canada's most diverse ridings. In fact, I often say that it represents our nation's diversity in one riding. It has some of Canada's highest earners and some of Canada's lowest earners. That is why the Canada child benefit is so important to my constituents. Over 15,000 children in Ottawa—Vanier benefit from the Canada child benefit.
Our government has also increased the guaranteed income supplement to help low-income seniors make ends meet. By working in co-operation and collaboration with our provincial partners, we strengthened the Canada pension plan so that Canadian workers will have more money in retirement. I am sure that hon. members on all sides of the House will celebrate the fact that yesterday Statistics Canada released national poverty figures showing that 73,000 seniors have been lifted out of poverty since 2015.
Furthermore, our government understands that small businesses are the catalyst of our economy. That is why we cut taxes for small businesses to help entrepreneurs grow their businesses and create more good, well-paying jobs. This measure was well received, and small business owners responded. Canada has gained over one million jobs since 2015, most of which are full-time jobs.
I would also like to highlight our government's commitment to ensuring that everyone has a safe and secure place to call home. Our government established Canada's first national housing strategy. We have invested in the construction of more affordable housing in communities across the country and we have helped make it more affordable for people to buy their first home through enhancements to the first-time homebuyers incentive.
We have made tremendous progress by working with Canadians. We have listened to their requests so that we can grow an economy that works for everyone.
Through our investments and Canadians' hard work, our country's economy is strong and growing. Over the past four years, Canadians have created over one million new jobs, and stronger wage growth has helped more people get ahead. However, we know that there is still a lot of work to be done.
Over the past few months, leading up to budget 2020, I have met with Canadians and stakeholders in Montreal, Windsor, Regina, Winnipeg, Kenora and elsewhere to understand the needs of Canadians in different parts of this country. One thing that came up is that too many people are still worried about making ends meet.
The rising cost of living is affecting Canadians from coast to coast to coast. They know what it is like to have their livelihoods put at risk by global economic challenges, and they worry about what the future holds for them and their families. We understand that.
I heard from Canadians that a good quality of life for them means not having to worry about living paycheque to paycheque. It means being in good health. It means living in a safe environment and in a society where diversity is celebrated. It means access to quality housing, child care and education, and an opportunity for all to succeed.
We have made a lot of progress over the last four years to grow the economy while ensuring that the middle class prospers, but we know that there is much more to do.
Economic growth and quality of life reinforce one another. We cannot sustain one for long without the other. We need to think about the future of our communities, about fighting climate change and protecting the environment, and about continuing our path to reconciliation with indigenous peoples. As long as these sorts of challenges are out there, our government will keep working to help Canadians overcome them. That is why making life more affordable for Canadians is a central focus for our government. It has been for the past four years and continues to be.
We are looking to grow an economy that works for everyone, not just the rich. By investing in and strengthening the middle class, we are growing the economy to benefit everyone.
Our plan to increase the basic personal amount will make the cost of living more affordable for more Canadians by helping them keep more of what they earn. That means they will have more money in their pockets. I would like to take a minute to explain how we will attain that objective and how that additional measure will benefit nearly 20 million Canadians.
As my hon. colleagues know, to help all Canadians meet their basic needs, no federal tax is collected on a certain amount of income earned. That amount is called the basic personal amount, or BPA. Under the existing rules regarding the BPA, Canadians can earn close to $12,300 in the 2020 tax year before they have to pay federal income tax.
As our first order of business our government proposed to lower taxes for the middle class and those working hard to join it by increasing the basic personal amount to $15,000 by 2023. We also propose to increase two related benefit amounts to $15,000 by 2023: the spouse or common-law partner amount and the eligible dependant credit.
This increase would be phased in over four years, starting in 2020. As I said earlier, it would cut taxes for close to 20 million Canadians. Importantly, it would mean that nearly 1.1 million more Canadians would no longer pay federal income tax at all by 2023.
To ensure that this tax relief goes to the people who need help the most, we will phase out the benefits of the increased basic personal amount. I will explain what this means in real terms for individuals and families.
It means that a single individual who makes $50,000 a year would pay less tax starting in 2020 with tax savings of close to $300 in 2023. It means that a two-earner couple where one partner works full time at $40,000 a year and the other part time at $20,000 a year would save close to $600 by 2023. It means that a one-earner couple with one child could save close to $600 in 2023. It also means that a single parent who can claim the eligible dependant credit in addition to the basic personal amount could save close to $600 in 2023.
All told, this would put $3 billion back in the pockets of Canadian households in 2020, with this amount rising to $6 billion by 2023. That is $6 billion to help make life more affordable for Canadians and keep our economy growing. That is $6 billion on top of the support that we have already delivered over the past four years.
When the middle-class tax cut, the Canada child benefit and the proposed increases to the basic personal amount are taken into account, a typical family of four could have over $2,300 more in their pockets in 2020 than they did in 2015. Once the changes to the basic personal amount are fully implemented, that family could have over $2,800 more in their pockets than they did in 2015.
That is what we mean when we talk about investing in Canadians. Thanks to the Canada child benefit, a working single mother or father of two earning $30,000 a year now gets $3,000 more in benefits every year than they did under the previous child benefit program. These changes will help more families pay for things that will have a real impact on their children's future, such as healthy food, registration fees for sports, summer camp or music lessons, or even warm clothes in the winter.
Our decision to improve the guaranteed income supplement has provided greater income security for close to 900,000 people, 70% of whom are women.
The guaranteed income supplement has helped lift 73,000 vulnerable seniors out of poverty. Thanks to the implementation of Canada's first-ever national housing strategy, a 10-year, $40-billion investment to provide more Canadians with affordable housing, the housing needs of 530,000 families will be met and chronic homelessness will decrease by 50%.
We will continue to invest in people and in the things that improve their quality of life. The past four years have shown what can happen when we put middle-class Canadians at the heart of our decisions and invest in those areas that make their lives easier.
We have seen that more money in families' pockets, more jobs, more welcoming communities and fewer people living in poverty contribute to our economic growth.
I do not like to repeat myself, but I think it is important to highlight, in both English and French, the results of our government's work to make life more affordable for Canadians. Due to the middle-class tax cut, the Canada child benefit and the proposed changes to the basic personal amount, a typical family of four could be better off by more than $2,300 this year compared to 2015. When the proposed changes to the basic personal amount are fully rolled out, the family could be better off by more than $2,800 compared to 2015.
These changes have been focused on those Canadians who need it most. The effect our plan has had on child poverty and seniors in need has been clear and is documented. We know that more work needs to be done to improve the quality of life for Canadians.
The way we have structured these changes to the basic personal amount clearly shows we are striving to target our efforts to be as effective as possible.
The reason we have focused on housing and the tax system is the flexibility those changes offer to Canadians. By providing tax cuts for those who need it and by providing the Canada child benefit directly to parents and caregivers, we are giving Canadians the tools to make the changes they feel they need.
We will also continue to work with indigenous peoples to help deliver a better quality of life for their families and communities. We will build on the progress achieved for all people in Canada, moving forward with investments that will make a real difference. We will do so in a way that is fiscally responsible and continues to reduce the federal debt relative to the size of our economy.
Canada's net debt-to-GDP ratio is low and sustainable. That puts Canada in an enviable position, especially compared to our G7 peers. Our relatively low level of debt gives us a serious competitive advantage, one our government is fully committed to maintaining. Even though our economy is doing well, we need to be ready to respond to whatever challenges might arise. We need to continue to build confidence in Canada's economy, making sure the world continues to see Canada as a great place in which to live, work and invest.
Canada has a AAA credit rating from the three most recognized credit rating agencies. This strong rating reflects the confidence others have in Canada's economic strength. We took timely action during our previous mandate to improve business tax competitiveness in this country. To make it easier for small businesses to succeed and create more jobs, we have cut taxes for small businesses twice. As a result of federal and provincial actions, Canada has the lowest overall tax rate on new business investment in the G7.
Our government's objective is to maintain these competitive advantages while implementing measures to make life more affordable and to invest in Canadians. We are building an economy that works for everyone.
We know what can happen when we invest in Canadians: They benefit through their hard work. In just four years, this has resulted in a strong and growing economy that has generated more than a million jobs with a historic low unemployment rate.
These are real changes that help improve the quality of life and well-being of all Canadians. Making it easier for Canadians to get ahead is at the very heart of our plan for the prosperity of the middle-class.
Madam Speaker, I would like to thank you for letting me speak about this important matter today. I welcome questions from my colleagues.
Madame la Présidente, c’est un plaisir pour moi de me lever à la Chambre aujourd’hui pour parler du bilan de notre gouvernement, des investissements que nous avons faits dans les Canadiens, incluant les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour s’y joindre, et des baisses d’impôt pour la classe moyenne que nous avons faites en 2015, ainsi que celles que nous avons proposées en 2019.
L’économie est forte et en croissance. Notre bilan démontre qu’en investissant dans les Canadiens, nous pouvons avoir un effet sur la vie de tous les jours des Canadiens, tout en faisant croître l’économie. Toutefois, nous sommes aussi très conscients que, malgré tout, trop de Canadiennes et de Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois.
Depuis le début de notre premier mandat en 2015, notre plan met l’accent sur l’investissement dans les Canadiens et dans leurs communautés. Nous investissons dans les choses dont les gens ont besoin pour bâtir un avenir meilleur pour eux et leur famille. Nous investissons dans la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour s’y joindre. Nous savons qu’une classe moyenne forte mène à une économie forte. Cela mène à une économie qui profite à tout le monde. Notre plan fonctionne.
Au cours de notre dernier mandat, une des premières mesures que nous avons prises a été d’offrir à la classe moyenne un allégement fiscal qui profite à plus de neuf millions de vaillants travailleurs canadiens. Nous avons aussi instauré l’Allocation canadienne pour enfants, qui fournit un supplément financier aux familles en ayant le plus besoin. Ce faisant, nous avons aidé à sortir un million de personnes de la pauvreté, dont 334 000 enfants, à qui nous avons permis de connaître un meilleur départ dans la vie.
J’aimerais parler de la façon dont cette mesure particulière a aidé les enfants dans ma circonscription. Ottawa—Vanier est l’une des circonscriptions les plus diversifiées au Canada. En fait, je dis souvent qu’elle représente à elle seule la diversité de notre nation. Certains de ses habitants ont des revenus parmi les plus élevés au Canada, tandis que d'autres ont des revenus parmi les plus faibles. Voilà pourquoi l’Allocation canadienne pour enfants compte tant pour mes électeurs. Dans la circonscription d’Ottawa—Vanier, plus de 15 000 enfants en bénéficient.
Notre gouvernement a aussi rehaussé le Supplément de revenu garanti en vue d’aider les aînés à faible revenu à joindre les deux bouts. En collaboration avec nos partenaires provinciaux, nous avons renforcé le Régime de pensions du Canada de manière à ce que les travailleurs canadiens aient plus d’argent à la retraite. Je suis certaine que tous les députés se réjouiront des données nationales sur la pauvreté qu’a publiées hier Statistique Canada et qui montrent que 73 000 aînés ont été tirés de la pauvreté depuis 2015.
De plus, notre gouvernement comprend que les petites entreprises sont le catalyseur de notre économie. C’est pourquoi nous réduisons leurs impôts pour aider les entrepreneurs à faire croître leurs entreprises et à créer plus d’emplois intéressants et bien rémunérés. Cette mesure a été bien accueillie, et les propriétaires de petites entreprises y ont répondu à l'appel. Depuis 2015, plus d’un million d’emplois, à temps plein pour la plupart, ont été créés au Canada.
J’aimerais aussi souligner l’engagement de notre gouvernement à s’assurer que tous les Canadiens ont un chez-soi sûr. Notre gouvernement a mis en place la première Stratégie nationale sur le logement au pays. Nous avons financé la construction de logements abordables dans les collectivités d’ici et nous avons offert un incitatif à l’achat d’une première propriété pour faciliter la vie aux personnes qui acquièrent leur première habitation.
Nous avons réalisé d'énormes progrès en travaillant de concert avec les Canadiennes et les Canadiens. Nous avons écouté les demandes des Canadiens, afin que nous puissions faire croître une économie qui fonctionne pour tout le monde.
Grâce à nos investissements et au travail acharné des Canadiens, l'économie de notre pays est forte et croissante. Au cours des quatre dernières années, les Canadiennes et les Canadiens ont crée plus de 1 million nouveaux emplois, et une plus forte croissance des salaires a permis à plus de gens d'améliorer leur situation. Cependant, nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire.
Au cours des derniers mois, avant le dépôt du budget de 2020, je me suis entretenue avec des Canadiens et des intervenants de Montréal, Windsor, Regina, Winnipeg, Kenora et d'ailleurs afin de comprendre les besoins des Canadiens de différentes régions du pays. Il en est ressorti que trop de Canadiens peinent encore à joindre les deux bouts.
L'augmentation du coût de la vie a des répercussions pour les Canadiens d'un peu partout au pays. Ceux-ci savent ce que c'est de voir son gagne-pain menacé par les difficultés économiques qui sévissent dans le monde. Ils s'inquiètent de ce que l'avenir leur réserve, à eux et à leur famille, et nous le comprenons.
Les Canadiens m'ont dit que, pour eux, une bonne qualité de vie consiste à ne pas vivoter dans l'attente du prochain chèque de paie, à être en bonne santé, à vivre en sécurité dans une société où on célèbre la diversité. C'est aussi l'accès à un logement de qualité, à des services de garderie et à l'éducation, et des chances de réussite pour tous.
Nous avons accompli beaucoup de progrès au cours des quatre dernières années. En effet, nous avons fait croître l'économie tout en assurant la prospérité de la classe moyenne. Toutefois, nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup de pain sur la planche.
La croissance économique et la qualité de vie se renforcent mutuellement. Nous ne pouvons soutenir l’une longtemps sans l’autre. Nous devons penser à l’avenir de nos collectivités, à la lutte contre des changements climatiques et à la protection de l’environnement, et à la poursuite de la réconciliation avec les peuples autochtones. Tant que ces défis sont à relever, le gouvernement continuera de chercher à aider les Canadiens à les surmonter. C’est pourquoi il estime essentiel de rendre le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens. C’est une de ses priorités depuis quatre ans et cela continuera de l’être.
Nous voulons une croissance économique qui profite à tous, pas seulement aux riches. En investissant dans la classe moyenne et en la renforçant, nous stimulons l’économie au profit de tous.
Notre projet d'augmenter le montant personnel de base rendrait le coût de la vie plus abordable pour un plus grand nombre de Canadiens en leur permettant de conserver une plus grande part de ce qu'ils gagnent. Cela signifie qu'ils auront plus d'argent dans leur poche. J'aimerais prendre une minute pour expliquer comment nous atteindrons cet objectif et comment cette mesure additionnelle bénéficiera à près de 20 millions de Canadiennes et de Canadiens.
Comme mes honorables collègues ici présents le savent, pour aider tous les Canadiens à satisfaire leurs besoins fondamentaux, aucun impôt fédéral n'est perçu sur un certain montant du revenu qu'une personne gagne. Ce montant s'appelle le montant personnel de base, ou le MPB. Selon les règles actuelles concernant le MPB, les Canadiennes et les Canadiens pourront gagner près de 12 300 $ durant l'année d'imposition 2020 avant d'avoir à payer de l'impôt fédéral sur le revenu.
Le gouvernement a proposé en premier lieu de réduire les impôts de la classe moyenne et de ceux qui travaillent fort pour y accéder en portant le montant personnel de base à 15 000 $ d’ici 2023. Nous proposons également de faire passer le montant de deux autres avantages fiscaux du même genre à 15 000 $ d’ici 2023, à savoir le montant pour époux ou conjoint de fait et le montant pour une personne à charge admissible.
Cette augmentation sera étalée sur quatre ans et commencera en 2020. Comme je l’ai dit tout à l’heure, elle réduira les impôts de près de 20 millions de Canadiens. Surtout, elle signifiera que près de 1,1 million de Canadiens supplémentaires ne paieront plus du tout d’impôt sur le revenu fédéral d’ici 2023.
Pour que cet allégement fiscal profite aux personnes qui en ont le plus besoin, nous éliminerons progressivement les avantages du montant personnel de base augmenté. J’expliquerai ce que cela signifie en réalité pour les particuliers et les familles.
Cela veut dire que le contribuable qui gagne 50 000 $ par an paiera moins d’impôts à partir de 2020 et économisera près de 300 $ en 2023. Autrement dit, un couple dont l'un des conjoints travaille à plein temps et gagne 40 000 $ par année tandis que l’autre travaille à temps partiel et gagne 20 000 $ par année économisera près de 600 $ d’ici 2023. Un couple ayant un seul salaire et un enfant pourrait économiser près de 600 $ en 2023. Une famille monoparentale ayant droit au montant pour une personne à charge admissible en plus du montant personnel de base pourrait économiser près de 600 $ en 2023.
Au total, la mesure remettra 3 milliards de dollars dans les poches des ménages canadiens en 2020, montant qui passera à 6 milliards d’ici 2023. Cet argent rendra le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens et alimentera la croissance économique. Ce sont 6 milliards de dollars qui s’ajoutent au soutien que nous avons déjà apporté au cours des quatre dernières années.
À la suite de la baisse d'impôt pour la classe moyenne, de la mise en place de l'Allocation canadienne pour enfants et des hausses proposées du montant personnel de base, une famille typique de quatre personnes pourrait avoir plus de 2 300 $ de plus dans ses poches en 2020, en comparaison avec 2015. Lorsque les modifications au montant personnel de base auront été entièrement mises en œuvre, cette famille pourrait avoir dans ses poches plus de 2 800 $ de plus comparativement à 2015.
Quand on parle d'investissement dans les Canadiens, c'est ce que l'on veut comme résultat. Grâce à l'Allocation canadienne pour enfants, une mère seule ou un père seul qui travaille, qui a deux enfants et qui gagne 30 000 $ par année touche maintenant 3 000 $ de plus en prestations chaque année comparativement au système précédent de prestations pour enfant. Ces changements permettront à un plus grand nombre de familles de se procurer des choses qui auront une incidence réelle sur l'avenir de leurs enfants, comme des aliments sains, des inscriptions à des activités sportives, à des camps d'été ou à des cours de musique, ou encore, des vêtements chauds pour l'hiver.
Puisque nous avons bonifié le Supplément de revenu garanti, près de 900 000 personnes profitent maintenant d'une meilleure sécurité du revenu. De ce nombre, 70 % sont des femmes.
Le Supplément de revenu garanti amélioré a contribué à sortir 73 000 aînés vulnérables de la pauvreté. Grâce à la mise en œuvre de la toute première Stratégie nationale sur le logement du Canada, un investissement de 40 milliards de dollars sur 10 ans qui permettra à plus de Canadiens de trouver un logement, les besoins de 530 000 familles en matière de logement seront apaisés et l'itinérance chronique diminuera de 50 %.
Nous continuerons d'investir dans les gens et dans les choses qui leur permettent de profiter d'une meilleure qualité de vie. Les quatre dernières années ont démontré ce qui peut arriver lorsque nous mettons les Canadiennes et les Canadiens de la classe moyenne au cœur de nos décisions et que nous investissons dans les choses qui facilitent leur vie.
Nous avons vu que plus d'argent aux familles, un plus grand nombre de bons emplois, des communautés plus accueillantes et moins de personnes vivant dans la pauvreté contribuent à notre croissance économique.
Je n’aime pas me répéter, mais il me semble important de souligner, en anglais et en français, les résultats du travail du gouvernement pour rendre le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens. Grâce à la baisse d’impôt pour la classe moyenne, à l’Allocation canadienne pour enfants et aux changements proposés au montant personnel de base, une famille type de quatre personnes pourrait avoir plus de 2 300 $ de plus dans ses poches cette année, par rapport à 2015. Une fois que les changements proposés au montant personnel de base totalement seront appliqués, la famille pourrait avoir au moins 2 800 $ de plus dans ses poches, par rapport à 2015.
Ces changements concernent les Canadiens qui en ont le plus besoin. L’effet de notre plan sur la pauvreté infantile et les aînés dans le besoin est évident et démontré. Nous savons qu’il reste à faire pour améliorer la qualité de vie des Canadiens.
Notre façon de structurer les changements apportés au montant personnel de base montre bien que nous nous employons à cibler nos efforts pour qu’ils soient aussi efficaces que possible.
Si nous mettons l’accent sur le logement et la fiscalité, c’est en raison de la souplesse qu'accordent aux Canadiens les changements dans ces domaines. En réduisant les impôts de ceux qui en ont besoin et en versant directement aux parents et aux aidants naturels l’Allocation canadienne pour enfants, nous donnons aux Canadiens les moyens d’apporter les changements qui leur paraissent nécessaires.
Nous continuerons aussi de travailler avec les peuples autochtones afin d'améliorer la qualité de vie de leurs familles et de leurs collectivités. Nous nous appuierons sur les progrès accomplis pour tous les Canadiens et nous utiliserons l'argent là où nous pourrons obtenir des résultats concrets. Nous le ferons de manière financièrement responsable et de façon à continuer de réduire la dette fédérale par rapport à la taille de notre économie.
Le ratio de la dette nette par rapport au PIB du Canada est faible et viable, ce qui place notre pays dans une situation enviable, surtout par rapport aux autres pays du G7. Notre endettement relativement faible nous confère un réel avantage concurrentiel que le gouvernement entend bien maintenir. Même si notre économie se porte bien, nous devons être prêts à réagir à tout problème qui se poserait. Nous devons continuer de renforcer la confiance qu'inspire l’économie canadienne et faire en sorte que le reste du monde continue de considérer le Canada comme un pays où il fait bon vivre, travailler et investir.
Les trois agences de notation les plus reconnues attribuent au Canada une cote de crédit AAA, ce qui montre que la solidité de l’économie canadienne ne fait pas de doute dans l'esprit des autres. Nous avons pris des mesures dès le début de notre mandat précédent pour que la fiscalité des entreprises soit plus concurrentielle au Canada. Afin qu’il soit plus facile aux petites entreprises de prospérer et de créer plus d’emplois, nous avons réduit deux fois leur fardeau fiscal. Grâce aux mesures fédérales et provinciales, c'est au Canada que les investissements des entreprises sont soumis au taux global d'imposition le plus faible, parmi les pays du G7.
L'objectif de notre gouvernement est de préserver ces avantages concurrentiels alors que nous prenons des mesures pour rendre le coût de la vie plus abordable et pour investir dans les Canadiens. Nous bâtissons une économie qui fonctionne pour tout le monde.
Nous savons ce qui peut se produire lorsque nous investissons dans les Canadiennes et les Canadiens: ils en tirent profit en y ajoutant leur travail acharné. Le résultat qui en découle est une économie forte et croissante qui a généré plus d'un million d'emplois et qui affiche un taux de chômage se situant à des creux historiques, et le tout en seulement quatre ans.
Il s'agit de changements réels qui contribuent à améliorer la qualité de vie et le bien-être de toutes les Canadiennes et de tous les Canadiens. Faciliter la tâche aux Canadiennes et aux Canadiens pour qu'ils améliorent leur sort est au cœur même de notre plan pour la prospérité de la classe moyenne.
Je suis heureuse d'avoir eu l'occasion de discuter de cet important sujet aujourd'hui. J'invite maintenant mes collègues à me poser des questions.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-02-25 11:21 [p.1482]
Madam Speaker, I was really taken aback by the fact that the member for Ottawa—Vanier did not mention dental care. In my riding, people are suffering from chronic dental issues. People are not able to address dental emergencies because they do not have a dental care plan.
With all the tax breaks the government has spoken about, why is it not investing in this basic health care need for Canadians?
Madame la Présidente, je suis très surprise que la députée d’Ottawa—Vanier ne parle pas des soins dentaires. Dans ma circonscription, des citoyens souffrent de problèmes dentaires chroniques. Des personnes ne peuvent pas obtenir les soins dentaires urgents dont elles auraient besoin parce qu’elles n’ont pas de régime de soins dentaires.
Avec toutes les baisses d’impôt dont le gouvernement parle, pourquoi n'est-il pas capable de trouver de l'argent pour financer les services de santé élémentaires dont les Canadiens ont besoin?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:22 [p.1482]
Madam Speaker, I want to thank the hon. member for sharing that information with me. I would like to share that while many Canadians have coverage for dental care through employee health benefit plans, and through federal, provincial and territorial dental programs, we know there remain unmet needs for dental care in Canada.
For that reason, we welcome the decision of the Standing Committee on Health to study the issue of dental care in Canada. The Minister of Health's mandate letter includes a commitment to support Parliament in this work, which we are pleased to do so we can better understand what the government's role may be in helping to improve access to dental care in Canada. I look forward to seeing the work from the committee.
Madame la Présidente, je tiens à remercier la députée de m’avoir fait part de cette information. J’aimerais dire que même si de nombreux Canadiens bénéficient d’une couverture des soins dentaires par l’entremise d’un régime de soins de santé au travail, ou des régimes de soins dentaires fédéraux, provinciaux et territoriaux, nous savons qu'il reste des besoins à combler en matière de soins dentaires au Canada.
C’est pourquoi nous nous réjouissons de la décision du Comité permanent de la santé d’étudier la question des soins dentaires au Canada. La lettre de mandat de la ministre de la Santé renferme l’engagement de soutenir le Parlement dans ce travail, ce que nous sommes heureux de faire afin de mieux comprendre le rôle que le gouvernement peut jouer pour aider à améliorer l’accès aux soins dentaires au Canada. Je suis impatiente de voir le résultat des travaux du Comité.
View Dan Mazier Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, that was a great speech from the member. You mentioned the middle class several times—
Madame la Présidente, c’était un beau discours de la part de la députée. Vous avez évoqué la classe moyenne plusieurs fois…
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I want to remind the member to address the Chair and not the member.
Je tiens à rappeler au député qu’il doit s’adresser à la présidence et non à la députée.
View Dan Mazier Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, the hon. member mentioned the middle class several times in her speech; I marked down at least nine different times.
I wonder if the hon. member could define what the middle class actually is. Is it income? Is it families? What is the actual definition, in her opinion, of the middle class?
Madame la Présidente, la députée a évoqué la classe moyenne à plusieurs reprises dans son discours; j’ai relevé l'expression à au moins neuf reprises.
Je me demande si la députée pourrait définir en quoi consiste vraiment la classe moyenne. Parlons-nous d’un revenu? Parlons-nous de familles? Selon elle, comment définit-on réellement la classe moyenne?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:24 [p.1482]
Madam Speaker, I understand the hon. member's question. I also want to entertain the fact that yes, we have been, as a government, really focusing on the middle class, and we will continue to do so. If we strengthen the middle class, we will grow the economy. As we know, many economists and many stakeholders have been talking about the middle class.
There is not one single measure that can explain what the middle class is. Why is this? If one looks at Windsor and how families are living, their income and where they live, compared to families in Churchill, for example, they will have a different set of income numbers and costs. The way I look at it is we want to focus on making sure Canadians have a good place to call home, a safe and dignified retirement, a good education for their kids and a good well-paying job. If we have all those factors, we make sure that the middle class is strong in Canada.
Madame la Présidente, je comprends la question du député. Je tiens aussi à souligner qu’il est vrai qu’en tant que gouvernement, nous avons vraiment mis l’accent sur la classe moyenne et nous continuerons à le faire. Si nous renforçons la classe moyenne, nous stimulerons l’économie. Comme nous le savons, de nombreux économistes et de nombreux intervenants parlent de la classe moyenne.
Il est impossible de définir la classe moyenne par une seule mesure. Pourquoi? Prenons Windsor et la façon dont les familles y vivent, leur revenu et l’endroit où elles vivent, comparativement à Churchill, par exemple. Leur revenu et le coût de la vie seront différents. À mon sens, nous tenons à nous assurer que les Canadiens ont un domicile confortable, une retraite sûre et digne, un bon emploi bien rémunéré et que leurs enfants ont accès à une bonne éducation. Si tous ces facteurs sont présents, nous nous assurons que la classe moyenne est forte au Canada.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-02-25 11:25 [p.1483]
Madam Speaker, the minister spoke about the importance of the middle class and how we need to support it. One way to support the middle class is to provide quality public services. The federal government's role in the health care sector is to ensure that these services have proper funding. However, successive governments in recent decades have made cut after cut to health care funding.
Can the minister tell us whether her government plans to get health care spending back on track?
Madame la Présidente, la ministre a parlé de l’importance de la classe moyenne et de ce qu’il faut faire pour la soutenir. Une des façons de soutenir la classe moyenne, c’est d’offrir des services publics de qualité. Concernant le secteur de la santé, le rôle du gouvernement fédéral est de s’assurer que ces services sont bien financés. Or les différents gouvernements successifs des dernières décennies se sont retirés sans arrêt du financement de la santé.
Est-ce que la ministre peut nous dire si son gouvernement envisage d’effectuer un important rattrapage en ce qui concerne le financement de la santé?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:26 [p.1483]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his question.
Our government has been investing in health care since 2015, for example, through provincial transfers, which were quite significant over the past five years. We also made a significant transfer for mental health care and for home care services. I believe that our government remains committed to investing in health.
With respect to pharmacare, our government has already done a lot in one generation to reduce drug costs. Now is the time to take another step. We need to sit down with the provinces and territories to implement a pharmacare plan based on the Hoskins report. We will work together to improve health care for Canadians.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
On sait que depuis 2015 notre gouvernement investit en santé, entre autres avec les transferts aux provinces, qui ont été très importants depuis les cinq dernières années. Nous avons aussi fait un important transfert pour les soins de santé mentale et pour les services à domicile. Je pense que notre gouvernement continue à vouloir investir en santé.
Pour ce qui est de la question de l’assurance-médicaments, notre gouvernement a déjà fait beaucoup en une génération pour réduire les prix des médicaments. Il est maintenant le temps de franchir une dernière étape: s’asseoir avec les provinces et les territoires pour mettre en œuvre l’assurance-médicaments, guidés par le rapport Hoskins. Nous allons travailler tous ensemble pour aider les Canadiens et les Canadiennes sur le plan de la santé.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 11:27 [p.1483]
Madam Speaker, I enjoy hearing from the minister, but I am a bit perturbed. I have been door knocking in Ottawa—Vanier, because there is a provincial byelection going on. People in Ottawa—Vanier, the minister's own riding, are talking about the importance of having access to basic dental care.
What the Liberals are offering this morning is unbelievable, in the same way that for 23 years they have been committing to pharmacare and studying pharmacare and have not been willing to move forward on it. Now there is a bill, Bill C-213, that all members of the House will be voting on in just a few months' time that will enshrine and put into place pharmacare, finally after 23 years, but the Liberals seem to be proposing more studies on dental care.
There are millions of Canadians who need basic dental care. The NDP's proposal does not increase costs. Why are the Liberals reluctant to endorse the motion we are debating today?
Madame la Présidente, je suis heureux d’entendre la ministre, mais je suis un peu troublé. J’ai fait du porte-à-porte à Ottawa-Vanier, parce qu’une élection partielle provinciale est en cours. Les gens d’Ottawa-Vanier, la circonscription de la ministre, parlent de l’importance d’avoir accès à des soins dentaires de base.
Ce que les libéraux proposent ce matin est incroyable, c'est dans la même veine que les études qu'ils mènent et les engagements qu’ils prennent depuis 23 ans par rapport à l’assurance-médicaments, sans pour autant être prêts à aller de l’avant dans ce dossier. Il y a maintenant un projet de loi, le projet de loi C-213, sur lequel tous les députés voteront dans quelques mois seulement et qui consacrera et mettra en place l’assurance-médicaments, enfin après 23 ans, mais les libéraux, dans le cas des soins dentaires, semblent s'en tenir à proposer de nouvelles études.
Des millions de Canadiens ont besoin de soins dentaires de base. La proposition du NPD n’augmente pas les coûts. Pourquoi les libéraux hésitent-ils à appuyer la motion dont nous débattons aujourd’hui?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:28 [p.1483]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague for mentioning my riding. I too have had the pleasure of going door knocking in the past few weeks and years.
When we knock on doors, the issues we are hearing about, especially lately, are the environment and climate change, the possibility of getting better pharmacare, and the fact that the Canada child benefit is helping people.
My hon. colleague asked a question about dental care. The Standing Committee on Health is actually planning to study this issue, so we will see what its recommendations are and how they can help the people of Ottawa—Vanier.
Madame la Présidente, je veux remercier mon honorable collègue de parler de ma circonscription. J’ai moi aussi eu le plaisir de cogner aux portes au cours des dernières semaines et des dernières années.
Surtout dernièrement, quand nous cognons aux portes, on nous parle d’environnement et de changements climatiques, de la possibilité d’avoir une meilleure assurance-médicaments et du fait que l’Allocation canadienne pour enfants aide les gens.
Mon honorable collègue a posé une question touchant les soins dentaires. Le Comité permanent de la santé va justement étudier cette question et nous pourrons voir quelles seront ses recommandations et comment elles pourraient aider les gens d’Ottawa—Vanier.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
View Tamara Jansen Profile
2020-02-25 11:29 [p.1483]
Madam Speaker, this is the second time in the House that I have heard those on the other side say they introduced the Canada child benefit. In actual fact, child benefits are one of the country's oldest income security programs.
Why does the Minister of Middle Class Prosperity say this? Is the government trying to pull the wool over the eyes of new Canadians by rewriting history in its favour?
Madame la Présidente, c’est la deuxième fois que j’entends ici les députés d’en face dire qu’ils ont instauré l’Allocation canadienne pour enfants. En réalité, les prestations pour enfants figurent parmi les plus anciennes prestations de sécurité du revenu du pays.
Pourquoi la ministre de la Prospérité de la classe moyenne dit-elle cela? Le gouvernement essaie-t-il de tromper les néo-Canadiens en réécrivant l’histoire en sa faveur?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:29 [p.1483]
Madam Speaker, I remind the hon. member that when Liberals were elected in 2015, the first thing we did was give tax cuts to the middle class. We also introduced the Canada child benefit, which has helped lift more than 900,000 Canadians out of poverty and, as Statistics Canada said yesterday, over 334,000 children out of poverty.
We are doing the right thing, and I hope the hon. member will recognize that.
Madame la Présidente, je rappelle à la députée que lorsque les libéraux ont été élus en 2015, notre première mesure a été d’accorder des réductions d’impôt à la classe moyenne. Nous avons également créé l’Allocation canadienne pour enfants qui a contribué à sortir plus de 900 000 Canadiens de la pauvreté, dont plus de 334 000 enfants, comme Statistique Canada l’a indiqué hier.
Nous faisons ce qui doit être fait et j’espère que la députée le reconnaîtra.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-25 11:30 [p.1483]
Madam Speaker, I am wondering if my colleague could expand on how important it is for us to support Canada's middle class. Giving the middle class an increase in disposable income helps our economy. Could she provide her thoughts on that?
Madame la Présidente, je me demande si ma collègue pourrait nous en dire plus long sur l’importance que nous accordons au soutien de la classe moyenne du Canada. L’augmentation du revenu disponible de la classe moyenne aide notre économie. Pourrait-elle nous faire part de ses réflexions sur le sujet?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:30 [p.1483]
Madam Speaker, I have been travelling across the country meeting with Canadians. Everywhere I went Canadians told me that the Canada child benefit has supported them. They also mentioned that the new tax cut we are proposing would make a difference, with more money in their pockets. Many measures we have proposed will help middle-class Canadians in their day-to-day lives.
We know we still have work to do, and that is why we are working to make sure we propose different measures. We must make sure we understand what Canadians need and which measures we should be proposing next.
Madame la Présidente, j’ai parcouru le pays pour rencontrer des Canadiens. Partout où je suis allée, les Canadiens m’ont dit que l’Allocation canadienne pour enfants les avait aidés. Ils ont dit aussi que la nouvelle réduction d’impôt que nous proposons serait utile, leur laissant plus d’argent dans leurs poches. De nombreuses mesures que nous avons proposées aideront les Canadiens de la classe moyenne au quotidien.
Nous savons qu’il nous reste du travail à faire et c’est pourquoi nous nous efforçons de proposer différentes mesures. Nous devons nous assurer de comprendre les besoins des Canadiens et quelles mesures nous devrions proposer ensuite.
View Marty Morantz Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, I am happy to be splitting my time with the member for St. Albert—Edmonton today.
I would like to thank my friends in the NDP for bringing this motion forward and giving us the opportunity to talk about the Liberal government's failed record when it comes to tax policy.
As some members know, I enjoy listening to music, from bands like The Guess Who, who happen to hail from my hometown of Winnipeg, and The Beatles, and from artists like Jim Croce and Frank Sinatra, to name a few. When artists have been around long enough, they will usually release a greatest hits album. Today, I would like to produce a greatest hits album for the Liberal government. I think an appropriate title would be “the Liberals' greatest hits of failed tax policy”.
Although this album was not supposed to be released yet, I will spend the next nine minutes or so giving my colleagues a sneak preview. The lead-off track on this album, which is one of my favourites, is called “the budget will balance itself”, written by the professor of peoplekind himself, the Prime Minister of Canada.
As a follow-up, he hiked up taxes on low-income families and then said they do not pay any taxes, seemingly unaware of the fact that they do. During a time of economic prosperity, the Liberals are running massive, endless deficits that will force even higher taxes on Canadians.
There are higher Canada pension plan premiums. They also eliminated the children's fitness tax credit and children's arts tax credit, making it harder for young families to afford these important programs. Despite the fact that their mantra has become “low carbon”, they axed the public transit tax credit, which means fewer people can afford transit passes. They are paying $600 million to the media, picking and choosing which media organizations are winners and which are losers, an Orwellian plan, to be sure, and one all Canadians should reject. It is no wonder half of Canadians say they are $200 away from insolvency each month. They are literally being taxed into bankruptcy.
Then there is the carbon tax, a massive tax grab that makes life more expensive for everyone and will not do anything to reduce emissions. In the last election, Canada's Conservatives put forward a real plan to protect the environment, including measures like the green home tax credit, which would have encouraged Canadians to make their homes more energy efficient. It would have incentivized green tech, making Canada a world leader. Since the Liberals came to power, 81% of middle-income Canadians are seeing higher taxes.
I am happy to note with respect to the environment that more Canadians voted for the Conservative Party of Canada's environmental plan than any other party. Our plan, unlike the Liberal plan, did not include an unfair carbon tax that penalizes Canadians for everyday activities. Especially given the winters we have in Manitoba, a carbon tax will do nothing other than penalize people who have to heat their homes when it is -30°C.
There is some potential relief on the horizon. Yesterday, the Alberta Court of Appeal found the carbon tax to be unconstitutional. I hope the federal government listens to the Court of Appeal and respects its decision and its jurisdiction. Part of the majority 4-1 decision read as follows: “The Act is a constitutional Trojan horse.” That is strong language from the court. It continues, “Almost every aspect of the provinces' development and management of their natural resources...would be subject to federal regulation”.
The next hit on the hit list is “welfare for billionaires”. What a concept: We tax the poor to pay the rich. The Liberals are like a reverse Robin Hood. Robin Hood stole from the rich to give to the poor, and for some reason the Liberals have it backward. They tax the poor into bankruptcy and give the money to billionaires.
They gave $12 million to Loblaws to buy refrigerators. My guess is that Loblaws can afford to buy its own energy-efficient fridges. I checked, and as of 4 p.m. yesterday, Loblaws had a market cap of $25.2 billion. There was also the $40 million given to BlackBerry. As of 4 p.m. yesterday, BlackBerry had a market cap of $4.2 billion.
Then there is my favourite. I call it the $50-million trifecta. There was the $50-million handout to Mastercard. As of 4 p.m. yesterday, Mastercard has a market cap of $322.8 billion. Also, $50 million went to the United Nations Relief and Works Agency, which repeatedly engages in funding anti-Semitic activities. There is also the $50 million that went to a late-night TV host, Trevor Noah, by tweet.
There is $50 million here, $50 million there, $50 million everywhere. I wonder who is next.
I know a few organizations that could use this money. Maybe if they ask the Prime Minister nicely, he will tweet yet another $50-million pledge. It is worth a try.
Then there is the CRA. The government's motto should be “Pay us more; we'll treat you worse.” In the recently-released “Serving Canadians Better” report, the CRA reported that 83% of Canadians had an experience that did not meet their needs. The Canadian Federation of Independent Business gave the CRA a grade of D, and 41% of those who called the CRA received incomplete or incorrect information, a sad state to be sure.
Had it not been for the Conservative Party's pressuring the government from this side of the House, we would have had policies like reducing the accessibility to the disability tax credit for type 1 diabetics from 80% to 20%. Also, in October of 2017, the CRA tried to list employee discounts as taxable benefits, going after waiters and waitresses and restaurants for their employee discounts. In December of 2016, it came to light that the Liberals were considering taxing employer-provided health and dental plans.
Let us talk about the small business tax changes. It was in the middle of the summer of 2017, when Canadians were enjoying the hot weather and spending time with their families, that the government decided to quietly table tax changes when it did not think anyone was paying attention. These changes would drastically alter the lives of thousands of small business owners and families. Yes, small business people who were part of the middle class or working hard to join it had the rug pulled out from under them.
The government tried to hike taxes by 73% on small business investment, made changes to the taxes on splitting income and passive income and refused to make intergenerational family business sales easier, making it more expensive to sell a business to a stranger than to a family member. Remember that hot weather I mentioned? While Canadians were enjoying a nice cold beer in the sun, what did the government do? It raised taxes on beer too. This is sacrilege. I cannot think of anything more Canadian than an ice cold beer.
More recently, the government proposed an interest deductibility cap for businesses. This would be a disaster for all businesses and would have serious marketplace repercussions for banks, REITs, publicly traded securities and pension funds, to name a few.
I will start to wrap up now, but I want to let my colleagues on the other side of the House in on a secret. My goal today was to not only address the motion from my friends in the NDP, but eviscerate the government's failed tax policy initiatives and finish with a flourish.
At the end of the day, the Liberal proposal to increase the basic personal amount is a nice gesture. As Conservatives, we believe that people should pay less tax and get more value for their dollars. Canadians deserve to get ahead and not just get by.
It is not easy to find a humorous quote about taxes, but I think I might have. Here it is: “The hardest thing in the world to understand is the income tax.” Who said that? It was the greatest genius of the 20th century, Albert Einstein, who discovered the theory of relativity. This man is the father of modern physics and he could not understand the tax code. What we truly need is tax simplification and comprehensive tax reform, not delivering tax policy on a piecemeal basis, as this measure does.
What do we get for these exorbitant taxes? We get runaway deficits; a budget that, contrary to the Prime Minister's belief, does not balance itself; and Canadians who are less than $200 from insolvency at the end of the month. It seems that the more we pay, the less we get. The hill of beans and half cup of coffee per week the Liberals have proposed for 20 million taxpayers will do little to relieve the massive tax burden that the government has foisted and piled onto Canadians.
Madame la Présidente, je suis heureux de partager aujourd’hui mon temps de parole avec le député de St. Albert-Edmonton.
J’aimerais remercier mes amis du NPD d’avoir présenté cette motion et de nous donner l’occasion de parler du bilan d’échec du gouvernement fédéral en matière de politique fiscale.
Comme certains députés le savent, j’aime écouter de la musique, notamment des groupes comme The Guess Who, qui se trouvent être originaires de chez moi, Winnipeg, et les Beatles ainsi que des artistes comme Jim Croce et Frank Sinatra, pour n’en nommer que quelques-uns. Quand des artistes ont eu une carrière assez longue, ils sortent généralement un album de leurs plus grands succès. Aujourd’hui, j’aimerais produire un album des grands succès du gouvernement libéral. Selon moi, un titre tout indiqué serait « Les plus grands succès de la politique fiscale ratée des libéraux ».
Cet album n’est pas censé être encore sorti, mais je passerai les quelque neuf prochaines minutes à en donner un avant-goût à mes collègues. Le premier titre de cet album, l’un de mes préférés, est « Le budget s’équilibrera tout seul », écrit par le chantre du politiquement correct lui-même, le premier ministre du Canada.
Dans la foulée, il a augmenté les impôts des familles à faible revenu et déclaré ensuite qu’elles ne paient aucun impôt, apparemment sans savoir qu'elles en paient. En cette période de prospérité économique, les libéraux accumulent des déficits massifs sans fin qui obligeront les Canadiens à payer encore plus d’impôts.
Les cotisations au Régime de pensions du Canada sont plus élevées. Les libéraux ont aussi éliminé le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et le crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, rendant plus difficile pour les jeunes familles de se permettre ces programmes importants. En dépit du fait que leur mantra est devenu « faible teneur en carbone », ils ont éliminé le crédit d’impôt pour le transport en commun, ce qui signifie que moins de gens peuvent se permettre une carte d’abonnement. Ils versent 600 millions de dollars aux médias, choisissant les gagnants et les perdants — un plan orwellien, assurément, que tous les Canadiens devraient rejeter. Il n’est pas étonnant que la moitié des Canadiens se disent à 200 $ de l’insolvabilité chaque mois. Ils sont littéralement acculés à la faillite.
Il y a aussi la taxe sur le carbone, une énorme ponction fiscale qui rend la vie encore plus chère pour tout le monde et qui ne réduit en rien les émissions. Lors des dernières élections, les conservateurs ont proposé un véritable plan de protection de l’environnement, comprenant des mesures comme le crédit d’impôt pour les rénovations écoresponsables qui aurait incité les Canadiens à rendre leur maison plus éconergétique. Il aurait stimulé les technologies propres, faisant du Canada un chef de file mondial. Depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir, 81 % des Canadiens à revenu moyen voient leurs impôts augmenter.
En ce qui concerne l’environnement, je suis heureux de constater que davantage de Canadiens ont voté pour le plan environnemental du Parti conservateur du Canada que pour celui de n’importe quel autre parti. Notre plan, à l’encontre de celui des libéraux, ne prévoyait pas de taxe injuste sur le carbone qui pénalise les Canadiens dans leurs activités quotidiennes. Surtout, compte tenu des hivers que nous avons au Manitoba, une taxe sur le carbone ne ferait que pénaliser les gens qui doivent chauffer leur domicile lorsqu’il fait -30 degrés Celsius.
Un certain répit éventuel se dessine à l’horizon. Hier, la Cour d’appel de l’Alberta a déclaré la taxe sur le carbone inconstitutionnelle. J’espère que le gouvernement fédéral écoutera la Cour d’appel et en respectera la décision et la compétence. Voici ce qu'on peut lire dans cette décision majoritaire de 4 voix contre 1: « Cette loi est un cheval de Troie constitutionnel ». Ce sont des mots forts de la part du tribunal. La Cour ajoute: « Presque tous les aspects du développement et de la gestion des ressources naturelles des provinces […] seraient soumis à la réglementation fédérale ».
Le succès suivant de la liste est « l'aide sociale pour les milliardaires ». En voilà un concept! On taxe les pauvres pour payer les riches. Les libéraux sont comme un Robin des Bois inversé. Robin des Bois volait les riches pour donner aux pauvres et, pour une raison ou une autre, les libéraux font l’inverse. Ils taxent les pauvres, les acculant à la faillite, et donnent l’argent aux milliardaires.
Ils ont donné 12 millions de dollars à Loblaws pour des réfrigérateurs. Je pense que Loblaws peut se permettre d’acheter ses propres réfrigérateurs éconergétiques. J’ai vérifié et, à 16 heures hier, la capitalisation boursière de Loblaws était de 25,2 milliards de dollars. Il y a aussi les 40 millions de dollars donnés à BlackBerry. À 16 heures hier, la capitalisation boursière de BlackBerry était de 4,2 milliards de dollars.
Ensuite, il y a mon préféré, ce que j’appelle le tiercé des 50 millions de dollars. Cinquante millions de dollars ont été donnés à MasterCard; à 16 heures hier, la capitalisation boursière de MasterCard s’élevait à 322,8 milliards de dollars. Ensuite, 50 millions de dollars sont allés à l’Office de secours et de travaux des Nations unies, qui ne cesse de financer des activités antisémites. Enfin, il y a les 50 millions de dollars qui sont allés à un animateur de télévision de fin de soirée, Trevor Noah, par gazouillis.
Cinquante millions par ci, cinquante millions par là et cinquante millions ailleurs. Je me demande qui sera le prochain gagnant.
Je connais plusieurs organisations qui pourraient utiliser cet argent. Peut-être que si elles demandent gentiment au premier ministre, il leur enverra une autre promesse de 50 millions de dollars par gazouillis. Ça vaut la peine d’essayer.
Ensuite, il y a l’ARC. Le gouvernement devrait avoir pour devise: « Payez-nous plus; nous vous traiterons moins bien. » Dans le récent rapport intitulé « Mieux servir les Canadiens », l’ARC révèle que 83 % des Canadiens ont eu une expérience qui ne répondait pas à leurs besoins. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a attribué la note D à l’ARC, et 41 % des personnes qui ont appelé l’ARC ont reçu des renseignements incomplets ou incorrects, une triste chose assurément.
N’eût été pressions exercées par le Parti conservateur sur le gouvernement, nous aurions eu des politiques comme la réduction de 80 à 20 % de l’admissibilité au crédit d’impôt pour personnes handicapées pour les diabétiques de type 1. Par ailleurs, en octobre 2017, l’ARC a tenté de traiter les rabais accordés aux employés comme des avantages imposables, s’en prenant aux serveurs et aux serveuses, ainsi qu'aux restaurants pour leurs rabais. En décembre 2016, on a appris que les libéraux envisageaient de taxer les régimes de soins de santé et dentaires offerts par les employeurs.
Parlons maintenant des modifications apportées à la fiscalité des petites entreprises. Au milieu de l’été de 2017, quand les Canadiens profitaient du beau temps avec leurs familles, le gouvernement a décidé de proposer en catimini des modifications fiscales, pensant que personne n’y prêterait attention. Ces changements allaient changer radicalement la vie de milliers de propriétaires de petites entreprises et de leur famille. Oui, les petits entrepreneurs faisant partie de la classe moyenne ou travaillant fort pour en faire partie se sont fait couper l’herbe sous le pied.
Le gouvernement a tenté d’augmenter de 73 % l’impôt sur les investissements des petites entreprises, a modifié l’impôt sur le fractionnement des revenus et des revenus passifs et a refusé de faciliter la vente intergénérationnelle des entreprises familiales, rendant ainsi la vente d’une entreprise à un étranger plus onéreuse qu’à un membre de la famille. Les députés se souviennent du beau temps que j’ai mentionné? Pendant que les Canadiens dégustaient une bonne bière froide au soleil, qu’a fait le gouvernement? Il a aussi augmenté la taxe sur la bière. C’est un sacrilège. Je ne peux pas penser à quelque chose de plus canadien qu’une bonne bière froide.
Plus récemment, le gouvernement a proposé un plafond de déductibilité des intérêts pour les entreprises. Ce serait un désastre pour toutes les entreprises et aurait des répercussions graves sur le marché pour les banques, les sociétés de placement immobilier, les titres cotés en bourse, les fonds de pension, et j’en passe.
Je vais conclure maintenant, mais j’aimerais faire une confidence aux députés d’en face. Mon but aujourd’hui était non seulement de parler de la motion du NPD, mais aussi de critiquer les mesures de politique fiscale malencontreuses du gouvernement et de finir en beauté.
Somme toute, la proposition des libéraux d’augmenter le montant personnel de base est un beau geste. Les conservateurs pensent que les Canadiens devraient payer moins d’impôts et en avoir plus pour leur argent. Ils méritent d’améliorer leur sort et pas de tout juste s’en sortir.
Il n’est pas facile de trouver une citation humoristique sur les impôts, mais je crois que j’en ai une. La voici: « La chose du monde la plus difficile à comprendre au monde, c’est l’impôt sur le revenu. » Qui a dit cela? Le plus grand génie du XXe siècle, Albert Einstein, auteur de la théorie de la relativité. Cet homme est le père de la physique moderne et il ne parvenait pas à comprendre le code fiscal. Ce qu’il nous faut vraiment, c’est une simplification fiscale et une réforme complète de la fiscalité, pas des mesures de politique fiscale au compte-gouttes, comme ce qui est proposé.
Qu’obtenons-nous en contrepartie de ces impôts exorbitants? Nous avons des déficits galopants, un budget qui, contrairement à ce que pense le premier ministre, ne s’équilibre pas, et des Canadiens à moins de 200 $ de l’insolvabilité à la fin du mois. À croire que plus nous payons, moins nous obtenons. Les miettes et la demi-tasse de café par semaine que les libéraux proposent à 20 millions de contribuables ne soulageront guère l’énorme fardeau fiscal dont le gouvernement accable les Canadiens.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 11:41 [p.1485]
Madam Speaker, I work with my colleague on the finance committee. I am a little perplexed by his conclusion. He said that the number of tax changes is relatively small. He is absolutely right about that, but he would know from his riding, as we know from ridings across the country, that people are struggling to pay for basic dental care, while other countries, like those in the United Kingdom and the European Union, provide basic dental care. The cost to the Canadian taxpayer from people who go to emergency rooms for dental care is over $150 million a year.
I agree with the member that the government could take a much better approach, but in a minority Parliament, Conservative votes can be determinative on this issue. There is no doubt that people in his riding and right across the country need access to basic dental care. We are paying more by not having access to it than we would by putting it into place.
I gather from my colleague's comments that he might not be prepared to support this common-sense motion that the NDP has put together. If not, why not?
Madame la Présidente, je travaille avec le député au comité des finances. Sa conclusion me laisse peu perplexe. Il dit qu’il y a eu relativement peu de changements fiscaux, ce en quoi il a tout à fait raison. Cependant, il devrait savoir, à ce qui se passe dans sa circonscription, comme dans toutes les circonscriptions du pays, que les citoyens ont du mal à payer des soins dentaires de base, alors que d’autres pays, comme le Royaume-Uni et l’Union européenne, couvrent ce type de soins. Les personnes qui se présentent aux urgences pour des soins dentaires coûtent plus de 150 millions de dollars par an au contribuable canadien.
Je conviens avec le député que le gouvernement pourrait adopter une meilleure approche, mais dans un parlement où le gouvernement est minoritaire, les voix des conservateurs peuvent être déterminantes sur cette question. Il ne fait aucun doute que les citoyens de sa circonscription et de tout le pays doivent avoir accès à des soins dentaires de base. Nous payons plus en n’y ayant pas accès qu’en mettant en place cet accès.
Je crois comprendre aux observations du député qu’il n’est sans doute pas prêt à soutenir la motion pleine de bon sens que le NPD a présenté. Si tel est le cas, pourquoi?
View Marty Morantz Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, the reality is that the vast majority of Canadians have affordable dental coverage through private plans. There is an issue, granted, with respect to some people who may not have coverage. In my home province of Manitoba, the University of Manitoba has a program in its dentistry school where people who cannot afford dental care or insurance come to have their teeth cleaned or whatever dental work they might need.
I am happy to hear the Minister of Middle Class Prosperity say that this issue is now being studied by Parliament. I will look forward to the thoughtful report that will come out of that study so that we can make the right decisions for Canadians.
Madame la Présidente, le fait est que la grande majorité des Canadiens ont une assurance dentaire abordable par l’entremise de régimes privés. Un problème se pose, je l’accorde, pour certaines personnes qui n’ont peut-être pas d’assurance. Dans ma province, le Manitoba, l’Université du Manitoba offre dans son école de médecine dentaire un programme permettant aux gens qui n’ont pas les moyens de se payer des soins dentaires ou pas d’assurance, de se faire nettoyer les dents ou d'obtenir tout soin dentaire dont ils pourraient avoir besoin.
Je suis heureux d’entendre la ministre de la Prospérité de la classe moyenne dire que cette question est à l’étude au Parlement. J’ai hâte de prendre connaissance du rapport sérieux qui découlera de cette étude, afin que nous puissions prendre les bonnes décisions pour les Canadiens.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-25 11:43 [p.1485]
Madam Speaker, the member made reference to “greatest hits”. I want to reflect on some of the greatest hits: a tax increase on Canada's wealthiest 1%; a tax decrease for Canada's middle class; tax fairness, income sprinkling and passive income; a small business tax cut from 12% to 9%; close to a billion dollars in two budgets to go after tax evaders; enhancing the working income tax benefit by an additional $500 million per year, starting in 2019.
When we have had tax measures, such as reducing the middle class tax, the Conservatives voted against them. When we had the tax increase to Canada's wealthiest 1%, the Conservatives voted against it. Can the member explain why the Conservatives would have voted against those tax changes?
Madame la Présidente, le député a parlé de « grands succès ». Je tiens à souligner certains des plus grands succès: une hausse d’impôt du 1 % le plus riche du Canada; une réduction d’impôt pour la classe moyenne du Canada; l’équité fiscale, la répartition du revenu et les revenus passifs; une réduction de l’impôt pour les petites entreprises, qui passe de 12 % à 9 %; près d’un milliard de dollars dans deux budgets pour lutter contre les fraudeurs fiscaux; la bonification de 500 millions de dollars par année de l’Allocation canadienne pour les travailleurs, à compter de 2019.
Quand nous avons proposé des mesures fiscales, comme la réduction d’impôt pour la classe moyenne, les conservateurs ont voté contre. Quand nous avons proposé d’augmenter l’impôt du 1 % le plus riche du Canada, les conservateurs ont voté contre. Le député peut-il expliquer pourquoi les conservateurs ont voté contre ces réformes fiscales?
View Marty Morantz Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, on this side of the House, at least the Conservative part of this side of the House, we take absolutely no lessons from the Liberal Party when it comes to tax policy. The Liberals have made life so much harder for Canadians and they do not even know it.
The tax changes on small business were absolutely devastating to small business people all over this country, all of whom were working hard to join the middle class. The Liberals have failed small business owners across this country.
The carbon tax has made it almost impossible for a number of industries just to get by. We have heard many comments in this House over the last number of weeks about simple things like the cost in agriculture to dry grain. The carbon tax is punishing businesses that have no option.
We take no lessons from that party when it comes to taxes. We were going to bring in a universal tax cut and scrap the carbon tax. What are the Liberals going to do, other than give people half a cup of coffee a day with this basic personal amount exemption?
Madame la Présidente, de ce côté-ci de la Chambre, du moins pour les conservateurs, nous n’avons absolument aucune leçon à recevoir du Parti libéral en matière de politique fiscale. Les libéraux ont rendu la vie tellement plus difficile aux Canadiens, et ils n’en sont même pas conscients.
Les réformes fiscales visant les petites entreprises ont été absolument dévastatrices à la grandeur du pays pour leurs propriétaires qui ont tous travaillé fort pour faire partie de la classe moyenne. Les libéraux ont laissé tomber les propriétaires de petites entreprises partout au pays.
La taxe sur le carbone a rendu presque impossible pour plusieurs industries de se tenir seulement à flot. Nous avons entendu ici de nombreux commentaires au cours des dernières semaines sur des choses simples, comme le coût du séchage des céréales pour les agriculteurs. La taxe sur le carbone punit les entreprises qui n’ont pas d’autre choix.
Nous n’avons aucune leçon à recevoir de ce parti en matière de fiscalité. Nous allions instaurer une réduction d’impôt universelle et supprimer la taxe sur le carbone. Que vont faire les libéraux, si ce n’est d'offrir en cadeau une demi-tasse de café par jour avec cette exemption du montant personnel de base?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-02-25 11:45 [p.1486]
Madam Speaker, I am pleased to rise to speak to the NDP motion regarding the Liberal plan to increase the basic personal amount from $12,298 to $15,000.
Before I address the substance of the motion, this is the first time that I have had an opportunity to rise in the House since the last election to give a speech, and I want to thank the constituents of St. Albert—Edmonton for their vote of confidence. It was an overwhelming vote of confidence of 61%, which was 16% higher than in 2015, and I am very humbled by that.
It would not have been possible without all of the individuals who worked so hard on my campaign, who believed in me. While I cannot name all of them, I will name two who worked harder than anyone other than perhaps myself and they are my parents, Tom and Rita Cooper. In fact, they may have worked harder than I worked.
I will say to all of the residents of St. Albert—Edmonton, just as I did in the last Parliament, that although I am not perfect, I will do everything that I can to take their issues and priorities here to the House and be their voice in Ottawa.
Turning to the motion before the House and the issue of increasing the basic personal amount to $15,000 from $12,298, let me say that this is nothing more than a Liberal middle-class tax gimmick. This is a government that talks a good game about the middle class. Indeed, the Prime Minister even appointed a minister responsible for middle class prosperity to demonstrate the Prime Minister's apparent concern for middle-class Canadians, how caring he is and always from the heart out.
It is certainly interesting that, when the minister appeared before the finance committee, she was unable to explain her mandate. She was asked by my colleague, the member for Edmonton Centre and again today in the House to define what constitutes a middle-class Canadian. She could not answer the question. However, I digress, because the fact is, despite all of the talk, what matters is not words but action, and the actions of the government time and again are to make life less affordable for middle-class Canadians.
For a government that is so preoccupied with the middle class, it sure has a strange way of showing it. This, after all, is a government that scrapped tax credits that benefited middle-class Canadians. This is a government that scrapped the children's fitness tax credit, the children's arts tax credit, the student textbook tax credit, the public transit tax credit and I could go on.
However, not to be outdone, the government decided to jack up CPP, taking $2,200 out of the wallets of the average middle-class Canadian family. This is some way of showing its love for the middle class, nickel-and-diming them and taking money out of their wallets.
Of course, there is the massive tax on everything, the carbon tax, which as my friend, the member for Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley noted just yesterday the Alberta Court of Appeal determined to be a “constitutional Trojan horse”. Nonetheless, the government is adamant about imposing a massive tax on middle-class Canadians. The government would say, “Don't worry, be happy, we delivered a middle-class tax cut”.
We heard the Minister of Middle Class Prosperity refer to the Liberal middle-class tax cut, which sounds like a good idea.
Who could be against a middle-class tax cut? Like anything, the devil is in the details. For example, if one earned between $62,000 and $78,000, how much would that Canadian save under the Liberal middle-class tax cut? That sounds like a middle-class Canadian to me. The answer is $117. Now, is that $117 a day, a week or a month? No. It is $117 a year. How much does that work out to a week? The answer is $2.25, not even enough to purchase one extra-large regular coffee at Tim Hortons. So much for the Liberal so-called middle-class tax cut. The Liberal so-called middle-class tax cut is a Liberal middle-class tax gimmick, not to be outdone by the latest Liberal middle-class tax gimmick of increasing the basic personal amount.
I say, with respect to the increase that the Liberals are proposing, it is too little, too late. It is too late because Canadians would not see the full benefit for four years. I say it is too little because by the time they do, a large part of that increase will be gobbled up by inflation. While the benefit to Canadians is not going to be all that much, having regard to inflation, the government says $550, $600 for the average Canadian family. That is less than the average $800 that middle-class Canadians have seen in terms of their taxes going up, not down, under the Liberals. For this nominal benefit to some middle-class Canadians, it is going to come at an enormous cost.
According to the Parliamentary Budget Officer, the cost of this Liberal middle-class tax gimmick will be $21 billion, at a time when the government is running a deficit of $26.6 billion, $7 billion more than projected with nearly $30 billion of deficits for the fiscal years ahead, with no end in sight. The Minister of Middle Class Prosperity talked about the government's fiscal anchor, debt-to-GDP ratio, which she says is going down, except it has actually gone up this year from 30.8% to 31%, and that is before taking into account the $55 billion of spending promises that the Liberals made in the last election.
What middle-class Canadians deserve is action. They do not deserve more talk. They do not deserve more empty promises. They do not deserve more gimmicks. Canadians deserve broad-based tax relief. It is something that Conservatives committed to. It is something we intend to deliver on should we be entrusted with the confidence of Canadians, which I expect will happen, and cannot happen soon enough.
In the meantime, we will hold the government to account for the fact that it has made life more unaffordable for everyday Canadians, all the while mortgaging the future generations in Canada with higher taxes, higher deficits and more debt.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole au sujet de la motion du NPD concernant le plan libéral visant à faire passer le montant personnel de base de 12 298 $ à 15 000 $.
Avant d’aborder le fond de la motion, comme c’est la première fois que j’ai l’occasion de prendre la parole en Chambre depuis les dernières élections, je tiens à remercier les électeurs de St. Albert-Edmonton pour leur vote de confiance. C’était un vote de confiance écrasant de 61 %, soit 16 % de plus qu’en 2015 et j’en suis très ému.
Cela n’aurait pas été possible sans toutes les personnes qui ont travaillé assidûment durant ma campagne, qui ont cru en moi. Même si je ne peux les nommer toutes, je vais en nommer deux qui ont travaillé plus que tout le monde, à part peut-être moi-même; ce sont mes parents, Tom et Rita Cooper. En fait, ils ont peut-être travaillé plus fort que moi.
Je dis à tous les habitants de St. Albert-Edmonton, comme je l’ai fait lors de la dernière législature, que, même si je ne suis pas parfait, je ferai de mon mieux pour présenter leurs problèmes et leurs priorités ici, à la Chambre, et être leur voix à Ottawa.
Pour en revenir à la motion présentée à la Chambre et à la question de l’augmentation du montant personnel de base de 12 298 $ à 15 000 $, permettez-moi de vous dire qu’il ne s’agit là que d’un gadget fiscal libéral pour la classe moyenne. C’est un gouvernement qui parle beaucoup de la classe moyenne. En effet, le premier ministre a même nommé une ministre responsable de la prospérité de la classe moyenne afin de démontrer l’intérêt apparent qu’il a pour les Canadiens de la classe moyenne et à quel point il est attentionné et généreux.
Il est certes intéressant de constater que, quand la ministre a comparu devant le comité des finances, elle n’a pas pu expliquer son mandat. Mon collègue, le député d’Edmonton Centre, lui a posé la question et encore aujourd’hui en Chambre, on lui a demandé de définir ce qui constitue un Canadien de classe moyenne. Elle n’a pas su répondre. Quoi qu’il en soit, je m’écarte du sujet, car il n’en demeure pas moins que, malgré toutes les paroles, ce ne sont pas les mots qui comptent, mais les actes, et ceux du gouvernement ont toujours pour résultat de rendre la vie moins abordable pour les Canadiens de la classe moyenne.
C’est certainement une drôle de façon pour le gouvernement de montrer qu’il se soucie beaucoup de la classe moyenne. Après tout, c’est un gouvernement qui a supprimé les crédits d’impôt dont bénéficiaient les Canadiens de la classe moyenne. C’est un gouvernement qui a supprimé le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, le crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, le crédit d’impôt pour les manuels scolaires, le crédit d’impôt pour les transports en commun, et j’en passe.
Cependant, pour ne pas être en reste, le gouvernement a décidé d’augmenter le Régime de pensions du Canada, en prélevant 2 200 $ dans le portefeuille de la famille canadienne type de la classe moyenne. Voilà une façon d’exprimer son amour pour la classe moyenne, de la ponctionner et de prendre de l’argent dans son portefeuille.
Bien sûr, il y a la taxe massive sur tout, la taxe sur le carbone, que la Cour d’appel de l’Alberta a qualifiée de « cheval de Troie constitutionnel », comme mon ami le député de Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley l’a souligné pas plus tard qu’hier. Néanmoins, le gouvernement tient fermement à imposer une taxe massive aux Canadiens de la classe moyenne. Le gouvernement dirait: « Pas de souci, soyez heureux, nous avons réduit l’impôt de la classe moyenne ».
Nous avons entendu la ministre de la Prospérité de la classe moyenne évoquer la réduction d’impôt pour la classe moyenne des libéraux, ce qui semble une bonne idée.
Qui pourrait être contre une réduction d’impôt pour la classe moyenne? Comme pour toute chose, le diable est dans les détails. Par exemple, si un Canadien gagnait entre 62 000 $ et 78 000 $, combien économiserait-il grâce à la réduction d’impôt que les libéraux accorderaient à la classe moyenne? Cela me semble être un Canadien de la classe moyenne. La réponse est 117 $. S’agit-il de 117 $ par jour, par semaine ou par mois? Non, c’est 117 $ par an. Combien cela représente-t-il par semaine? La réponse est 2,25 $, ce qui ne permet même pas d’acheter un café ordinaire de très grand format chez Tim Hortons. Voilà pour la soi-disant réduction d’impôt pour la classe moyenne des libéraux. Il s’agit d’une entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne, pour ne pas être en reste par rapport à la plus récente entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne consistant à augmenter le montant personnel de base.
À mon avis, l’augmentation que les libéraux proposent, c’est trop peu, trop tard. Trop tard, parce que les Canadiens n’en verraient pas le plein bénéfice avant quatre ans. Trop peu, parce que d’ici là, l’inflation aura effacé une grande partie de cette augmentation. Même si les bénéfices pour les Canadiens ne sont pas très importants, compte tenu de l’inflation, le gouvernement parle de 550 $ou 600 $ pour la famille canadienne moyenne. C’est moins que les 800 $ d’augmentations d’impôts en moyenne, et non de diminutions, que les Canadiens de la classe moyenne ont subies sous les libéraux. Cet avantage nominal pour certains Canadiens de la classe moyenne aura un coût énorme.
Selon le directeur parlementaire du budget, le coût de cette entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne s’élèvera à 21 milliards de dollars, alors que le gouvernement enregistre un déficit de 26,6 milliards de dollars, soit 7 milliards de dollars de plus que prévu, avec près de 30 milliards de dollars de déficit pour les exercices à venir, sans fin en vue. La ministre de la Prospérité de la classe moyenne a parlé du point d’ancrage budgétaire du gouvernement, le ratio de la dette au PIB qui, selon elle, est en baisse, sauf qu’en réalité, il a augmenté cette année, passant de 30,8 % à 31 %, et c’est avant de prendre en compte les 55 milliards de dollars de promesses de dépenses que les libéraux ont faites lors de la dernière élection.
Ce que les Canadiens de la classe moyenne méritent, c’est de l’action. Ils méritent plus qu'encore des paroles. Ils méritent plus des promesses creuses. Ils méritent mieux que de la poudre aux yeux. Les Canadiens méritent un allégement fiscal général. Les conservateurs s’y sont engagés. C’est quelque chose que nous avons l’intention de faire si les Canadiens nous donnent leur confiance, ce qui devrait se produire, je crois, et le plus tôt sera le mieux.
Entretemps, nous demanderons des comptes au gouvernement parce qu’il a rendu la vie plus chère pour les Canadiens ordinaires, tout en hypothéquant les générations futures du Canada en augmentant les impôts, les déficits et la dette.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
View Tamara Jansen Profile
2020-02-25 11:55 [p.1487]
Madam Speaker, I have a point of order. The Minister of Middle Class Prosperity misled the House by claiming that her government introduced the universal child care benefit, an initiative her party vigorously opposed when the Conservative—
Madame la Présidente, j’invoque le Règlement. La ministre de la Prospérité de la classe moyenne a induit la Chambre en erreur en prétendant que son gouvernement avait introduit la Prestation universelle pour la garde d’enfants, une initiative à laquelle son parti s’est vigoureusement opposé lorsque les conservateurs...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That is debate. The hon. member may try to raise it during her questions and comments or during her speech. It is not a point of order.
Cela relève du débat. La députée peut tenter de soulever la question pendant sa période des questions et observations ou pendant son discours. Ce n’est pas un rappel au Règlement.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-02-25 11:55 [p.1487]
Madam Speaker, my colleague speaks very eloquently and I enjoy working with him on the finance committee, but I remain perplexed by the Conservatives' approach on this issue.
They admit that the offering of those tax changes by the Liberal Party to Canadians would have very little impact on families that are struggling with record family debt. At least half of Canadian families are struggling to make ends meet in any given month. The Conservatives are not prepared to make the logical conclusion that the best way to make sure that this measure has impact on Canadians is to invest in basic dental care for Canadians in his riding and right across the country. I am perplexed by the contradiction.
Can Conservatives understand the importance of making sure basic dental care is available for all Canadians?
Madame la Présidente, mon collègue parle avec beaucoup d’éloquence et j’aime travailler avec lui au comité des finances, mais je demeure perplexe devant l’approche des conservateurs dans ce dossier.
Ils admettent que les modifications fiscales que le Parti libéral offre aux Canadiens auraient très peu d’incidence sur les familles aux prises avec une dette record. Au moins la moitié des familles canadiennes ont du mal à joindre les deux bouts au cours d’un mois donné. Les conservateurs ne sont pas prêts à conclure que la meilleure façon de s’assurer que cette mesure aura un impact sur les Canadiens est d’investir dans les soins dentaires de base pour les Canadiens de sa circonscription et de l’ensemble du pays. Cette contradiction me laisse perplexe.
Les conservateurs comprennent-ils l’importance de veiller à ce que tous les Canadiens aient accès à des soins dentaires de base?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-02-25 11:56 [p.1487]
Madam Speaker, I certainly enjoy working with the member on the finance committee.
As my colleague the member for Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley said in response to the same question from the hon. member, a vast majority of Canadians are already covered. The government has undertaken to study the issue at the health committee, and I look forward to the study and to reading the report.
I have a great deal of skepticism that a one-size-fits-all national dental care program is the answer to the few Canadians who are not covered.
Madame la Présidente, j’aime certainement travailler avec le député au comité des finances.
Comme mon collègue le député de Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley l’a dit en réponse à la même question du député, la vaste majorité des Canadiens sont déjà couverts. Le gouvernement s’est engagé à étudier la question au comité de la santé, et j’ai hâte de prendre connaissance de l’étude et du rapport.
Je suis très sceptique à l’idée qu’un programme national unique de soins dentaires soit la solution aux quelques Canadiens qui ne sont pas couverts.
Results: 1 - 60 of 6886 | Page: 1 of 115

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data