Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Welcome to this meeting number 37 of the Standing Committee on International Trade. I'm thrilled to be able to call the meeting to order.
This meeting is being held pursuant to the order of reference of January 25, and the order of reference sent to the committee on March 10.
The committee is resuming its study of Bill C-216, an act to amend the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act (supply management).
With us today we again have the officials from the Department of Agriculture and Agri-Food and Global Affairs Canada, and, of course, our House of Commons legislative clerk to assist us during clause-by-clause consideration of the bill.
We will start to deal with Bill C-216 now.
Therefore, I will call clause 1.
Shall clause 1 carry? Is there any debate on this clause?
Mr. Savard-Tremblay, did you want to speak to this or were you raising your hand to vote?
Bienvenue à la 37e séance du Comité permanent du commerce international. Je suis enchantée de pouvoir déclarer la séance ouverte.
Nous nous réunissons conformément à l'ordre de renvoi du 25 janvier et l'ordre de renvoi envoyé au Comité le 10 mars.
Le Comité reprend son étude du projet de loi C‑216, Loi modifiant la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (gestion de l'offre).
Nous recevons aujourd'hui encore des fonctionnaires du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire et d'Affaires mondiales Canada, et, bien entendu, nous avons avec nous la greffière législative de la Chambre des communes pour nous aider pendant l'étude article par article du projet de loi.
Nous procéderons maintenant à l'examen du projet de loi C‑216.
Commençons par l'article 1.
L'article 1 est‑il adopté? Est‑ce que quelqu'un souhaite en débattre?
Madame Savard-Tremblay, voulez-vous parler du projet de loi ou levez-vous la main pour voter?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
I was raising my hand to vote, Madam Chair.
Je levais la main pour voter, madame la présidente.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you.
Ms. Gray.
Je vous remercie.
Madame Gray, vous avez la parole.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
I would request a recorded vote, Madam Chair.
Je demanderais un vote par appel nominal, madame la présidente.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
All right. Thank you very much.
Madam Clerk, would you please take a recorded vote on clause 1?
(Clause 1 agreed to: yeas 9; nays 2)
The Chair: Shall the title carry?
Some hon. members: Agreed.
Some hon. members: On division.
The Chair: Shall the bill carry?
(Bill C-216 agreed to: yeas 9; nays 2)
The Chair: Shall the chair report the bill to the House?
Some hon. members: Agreed.
Some hon. members: On division.
The Chair: Shall the committee order a reprint of the bill for the use of the House at report stage?
D'accord. Je vous remercie beaucoup.
Madame la greffière, pourriez-vous procéder à un vote par appel nominal pour l'article 1?
(L'article 1 est adopté par 9 voix contre 2.)
La présidente: Le titre est‑il adopté?
Des députés: Oui.
Des députés: Avec dissidence.
La présidente: Le projet de loi est‑il adopté?
(Le projet de loi C‑216 est adopté par 9 voix contre 2.)
La présidente: La présidence fera‑t‑elle rapport du projet de loi à la Chambre?
Des députés: Oui.
Des députés: Avec dissidence.
La présidente: Le Comité demandera‑t‑il une réimpression du projet de loi pour l'utiliser à la Chambre à l'étape du rapport?
Émilie Thivierge
View Émilie Thivierge Profile
Émilie Thivierge
2021-06-14 11:11
Madam Chair, I'm sorry to interrupt.
Since there were no amendments adopted, the committee doesn't need to order a reprint of the bill.
Madame la présidente, pardonnez-moi de vous interrompre.
Comme aucun amendement n'a été adopté, le Comité n'a pas besoin de demander de réimpression.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Émilie. I really appreciate that.
That completes the required votes on Bill C-216.
Madam Clerk, is there anything else on Bill C-216 that we need to do?
Je vous remercie beaucoup, madame Thivierge.
Voilà qui met fin aux votes relatifs au projet de loi C‑216.
Madame la greffière, y a‑t‑il autre chose que nous devions faire au sujet du projet de loi C‑216?
Émilie Thivierge
View Émilie Thivierge Profile
Émilie Thivierge
2021-06-14 11:11
No, Madam Chair.
We just need to suspend to go to the in camera part of the meeting.
Non, madame la présidente.
Nous devons simplement suspendre la séance pour passer au volet à huis clos de la séance.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
I want to thank the witnesses for taking the time to come out this morning.
In particular, I want to thank the analysts, the interpreters and our clerks for getting us through every one of these meetings. We are now finished with Bill C-216.
We are now going to suspend and rejoin via an in camera session.
[Proceedings continue in camera]
Je veux remercier les témoins d'avoir pris le temps de venir ce matin.
Je tiens particulièrement à remercier les analystes, les interprètes et nos greffières de nous avoir aidés à passer au travers de chacune de nos séances. Nous en avons maintenant terminé avec le projet de loi C‑216.
Nous suspendrons maintenant la séance pour reprendre nos travaux à huis clos.
[La séance se poursuit à huis clos.]
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
I call the meeting to order.
This is meeting number 36 of the Standing Committee on International Trade.
This meeting is being held pursuant to the order of reference of January 25, 2021, and the order of reference sent to the committee on March 10, 2021.
The committee is resuming its study of Bill C-216, an act to amend the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act with regard to supply management.
Today we have the pleasure to welcome officials from the Department of Agriculture and Agri-Food and from Global Affairs Canada.
From the Department of Agriculture and Agri-Food, we have Marie-Noëlle Desrochers, acting executive director, strategic trade policy division, and Aaron Fowler, chief agriculture negotiator and director general, trade agreements and negotiations.
From the Department of Foreign Affairs, Trade and Development, we have Doug Forsyth, director general, market access, and Kevin Thompson, executive director, market access and trade remedies law.
You are people who have been before the committee many times, so you're familiar faces to us.
Mr. Forsyth, you have the floor, please.
La séance est ouverte.
Nous en sommes à la 36e séance du Comité permanent du commerce international.
Cette séance a lieu conformément à l'ordre de renvoi du 25 janvier 2021 et à l'ordre de renvoi envoyé au Comité le 10 mars 2021.
Le Comité reprend l'étude du projet de loi C-216, Loi modifiant la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (gestion de l'offre).
Aujourd'hui, nous avons le plaisir d'accueillir les porte-parole du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, ainsi que d'Affaires mondiales Canada.
Les témoins du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire sont Marie-Noëlle Desrochers, directrice exécutive par intérim, Division de la politique commerciale stratégique, et Aaron Fowler, négociateur en chef pour l'agriculture et directeur général, Accords commerciaux et négociations.
Le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement nous envoie Doug Forsyth, directeur général, Accès aux marchés, et Kevin Thompson, directeur exécutif, Accès aux marchés et recours commerciaux.
Vous avez comparu maintes fois devant notre Comité; donc, nous vous connaissons bien.
Monsieur Forsyth, vous avez la parole.
Doug Forsyth
View Doug Forsyth Profile
Doug Forsyth
2021-06-11 13:03
Thank you, Madam Chair and honourable members. Thank you for the invitation to appear before the Standing Committee on International Trade on its review of Bill C-216.
The bill amends the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act so that the Government of Canada cannot make any commitment in an international treaty that would have the effect of increasing tariff rate quota volumes or reducing over-quota tariff rates for dairy products, poultry or eggs.
The intent of the bill is consistent with the long-standing Government of Canada policy to defend the integrity of Canada's supply management system.
I'd like to share with you some considerations regarding this proposed amendment to the departmental act.
First, by introducing specific policy objectives, proposed amendments would fundamentally change the nature of the departmental act. The act is an organizational statute that sets out, in general terms, the powers, duties and functions of the Minister of Foreign Affairs, the Minister of International Trade and the Minister of International Development.
It does not prescribe specific policy objectives. This way, the act sets up a framework that provides flexibility to the government of the day to implement its particular foreign, international trade and development policy without having to change the underlying legislation; thus, it accommodates the policy perspectives that different governments may bring to the management of foreign affairs over time.
As an example, in terms of international trade negotiations, paragraph 10.2(c) of the act provides that the Minister of Foreign Affairs is to conduct and manage international negotiations as they relate to Canada. Section 13 of the act elaborates on the specific duties of the Minister of International Trade, which include improving the access of Canadian products and services to external markets through trade negotiations.
Second, specific foreign international trade and development policy objectives, including how to address sectoral interests or specific constituent concerns, are generally established elsewhere. For international trade negotiations, negotiating objectives and how to accommodate specific sectoral interests are set in the negotiating mandates that are approved by cabinet. This allows the government of the day to develop specific policy objectives in response to evolving international circumstances.
Third, Parliament has the final say over the outcome of any international trade negotiations. Parliament ultimately decides whether or not to pass the legislation necessary to implement any free trade agreement. Additionally, moving forward, trade agreements will be subject to even more parliamentary oversight. The updated policy on tabling of treaties strengthens transparency of trade negotiations and provides additional opportunities for members of Parliament to review the objectives and economic merits of new free trade agreements. The new policy includes the tabling of a notice of intent to enter into negotiations towards a new FTA, objectives for negotiations and, finally, an economic impact assessment.
Fourth, amendment of the departmental act in the way in which Bill C-216 proposes carries risks. By limiting Canada's ability to engage on these issues, this amendment would invite negotiating partners to narrow the scope of their own potential commitments, taking issues off the table from the outset of negotiations, likely in the areas of commercial interest to Canada. This narrows possible outcomes, precludes certain compromises and makes it harder to reach an agreement.
Addressing the interest of any specific sector in the act would set a precedent that could lead to demands for additional amendments to reflect other foreign and trade policy objectives, including sectoral interests, further constraining the government's ability to negotiate and sign international trade agreements and, more generally, to manage Canada's international relations.
Lastly, maintaining the nature of the departmental act unchanged does not affect the government's policy to defend the integrity of Canada's supply management system, nor the ability of negotiators to defend this position at the negotiating table.
The government has made public commitments not to make further concessions on supply-managed products in future trade negotiations. In fact, Canada has been able to successfully conclude 15 trade agreements that cover 51 countries while preserving Canada's supply management system, including its three pillars: production control, pricing mechanisms and import controls.
Most recently, the Canada-United Kingdom Trade Continuity Agreement fully protects Canada's dairy, poultry and egg sectors and provides no new incremental market access for cheese or any other supply-managed product. Where new market access has been provided, specifically and exclusively in the Canada-European Union Comprehensive Economic and Trade Agreement, CETA; the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership, or CPTPP; and the Canada-United States-Mexico Agreement, CUSMA, the access was deemed necessary to include an agreement that was in Canada's interest.
While new access was provided in those agreements, the supply management system and its three pillars were maintained. These outcomes were part of the overall balance of concessions through which Canada maintained preferential market access to the United States and secured new access to the European Union, Japan, Vietnam and other key markets.
In conclusion, while the spirit of Bill C-216 is consistent with the government's policy of defending the integrity of Canada's supply management system, amending the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act as proposed by the bill would change its nature and create risks.
Along with my colleagues here today, I welcome your questions. Thank you very much.
Merci, madame la présidente et distingués membres du Comité. Merci de l'invitation à comparaître devant le Comité permanent du commerce international dans le cadre de son examen du projet de loi C-216.
Le projet de loi a pour objet de modifier la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement afin que le gouvernement du Canada ne puisse prendre d'engagement, par traité international, qui aurait pour effet d'augmenter les contingents tarifaires ou de réduire les taux tarifaires hors contingent pour les produits laitiers, la volaille ou les œufs.
L'intention du projet de loi est conforme à la politique de longue date du gouvernement du Canada qui vise à défendre l'intégrité du système canadien de gestion de l'offre.
J'aimerais vous faire part de certaines considérations touchant cette modification proposée à la loi du ministère.
En premier lieu, en introduisant des objectifs de politique précis, les modifications proposées changeraient fondamentalement la nature de la loi habilitante du ministère. La loi est un texte d'organisation qui définit, en termes généraux, les attributions du ministre des Affaires étrangères, de la ministre du Commerce international et de la ministre du Développement international.
Elle ne prescrit pas d'objectifs de politique particuliers. Ainsi, la loi fixe un cadre qui donne au gouvernement la possibilité de mettre en œuvre sa politique étrangère, de commerce international et de développement sans avoir à modifier la loi sous-jacente; elle couvre donc les perspectives de politique que les différents gouvernements peuvent apporter à la gestion des affaires étrangères au fil du temps.
Par exemple, pour les négociations commerciales internationales, l'alinéa 10(2)c) de la loi stipule que le ministre des Affaires étrangères mène les négociations internationales auxquelles le Canada participe. L'article 13 de la loi précise les obligations particulières de la ministre du Commerce international, qui sont notamment de faciliter, par voie de négociations, la pénétration des denrées, produits et services canadiens dans les marchés extérieurs.
En second lieu, les objectifs précis de la politique étrangère, de commerce international et de développement, y compris la façon de traiter des intérêts sectoriels ou les préoccupations particulières des intervenants, sont généralement établis ailleurs. Pour les négociations commerciales internationales, les objectifs de négociation et la façon de traiter les intérêts sectoriels particuliers sont établis dans les mandats de négociation approuvés par le Cabinet. Cela permet au gouvernement du jour d'adapter ses objectifs stratégiques à l'évolution de la situation internationale.
En troisième lieu, le Parlement a le dernier mot sur le résultat de toute négociation commerciale internationale. Au bout du compte, c'est le Parlement qui décide d'adopter ou non la loi nécessaire à la mise en œuvre d'un accord de libre-échange. Par ailleurs, les accords commerciaux feront désormais l'objet d'une surveillance parlementaire encore plus grande. La politique actualisée sur le dépôt des traités augmente la transparence des négociations commerciales et donne aux députés de nouvelles occasions de se pencher sur les objectifs et les avantages des nouveaux accords de libre-échange. La nouvelle politique comprend le dépôt d'un avis d'intention de négocier un nouvel accord de libre-échange, de même que les objectifs des négociations et, enfin, une évaluation des retombées économiques.
En quatrième lieu, la modification de la loi habilitante que propose le projet de loi C-216 comporte des risques. En limitant la capacité du Canada de s'engager sur ces questions, cette modification inviterait nos partenaires de négociation à cibler plus étroitement leurs engagements éventuels, excluant ainsi certains enjeux dès le début des négociations, vraisemblablement dans les domaines d'intérêt commercial pour le Canada. Cela restreint les résultats possibles, empêche certains compromis et rend plus difficile la conclusion d'un accord.
Traiter des intérêts d'un secteur particulier dans la loi serait créer un précédent susceptible de provoquer des demandes de nouvelles modifications pour refléter d'autres objectifs de politique étrangère et commerciale, comme les intérêts sectoriels, ce qui restreindrait la capacité du gouvernement de négocier et de signer des accords commerciaux internationaux et, de façon plus générale, de gérer les relations internationales du Canada.
Enfin, le maintien de la nature de la loi habilitante n'a pas d'incidence sur la politique gouvernementale de défense de l'intégrité du système de gestion de l'offre ni sur la capacité des négociateurs de défendre cette position à la table de négociation.
Le gouvernement s'est engagé publiquement à ne pas faire d'autres concessions sur les produits soumis à la gestion de l'offre dans les futures négociations commerciales. De fait, le Canada a réussi à conclure 15 accords commerciaux, qui couvrent 51 pays, tout en préservant son système de gestion de l'offre, y compris ses trois piliers: le contrôle de la production, le mécanisme de prix et le contrôle des importations.
Depuis tout récemment, l'Accord de continuité commerciale Canada-Royaume-Uni protège totalement les secteurs canadiens des produits laitiers, de la volaille et des œufs et ne donne pas de nouvel accès au marché pour le fromage ou quelque autre produit en gestion de l'offre. Là où un nouvel accès aux marchés a été accordé, en particulier et exclusivement dans l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, l'AECG, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste, le PTPGP, et l'Accord Canada-États-Unis-Mexique, l'ACEUM, l'accès était jugé nécessaire pour un accord qui était dans l'intérêt du Canada.
Si ces accords ont ouvert de nouveaux accès, il reste que le système de gestion de l'offre et ses trois piliers ont été maintenus. Ces résultats faisaient partie de la balance globale des concessions grâce auxquelles le Canada a maintenu un accès préférentiel aux marchés des États-Unis et obtenu un nouvel accès aux marchés de l'Union européenne, du Japon et du Vietnam et à d'autres marchés clés.
En conclusion, bien que l'esprit du projet de loi C-216 soit compatible avec la politique du gouvernement visant à défendre l'intégrité du système de gestion de l'offre du Canada, la modification de la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement que propose le projet de loi en changerait la nature et ne serait pas sans risques.
Mes collègues et moi répondrons à vos questions. Merci beaucoup.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Forsyth.
Ms. Desrochers, do you have opening remarks? You do not.
All right, we'll go to our committee members.
Welcome, by the way, to Mr. Hardie and Mr. Berthold. We're glad to have you joining the international trade committee today.
Mr. Aboultaif, go ahead for six minutes, please.
Merci beaucoup, monsieur Forsyth.
Madame Desrochers, avez-vous une déclaration préliminaire? Non.
Très bien, nous allons donner la parole aux membres du Comité.
En passant, je souhaite la bienvenue à M. Hardie et à M. Berthold. Nous sommes heureux de vous voir au Comité du commerce international aujourd'hui.
Monsieur Aboultaif, vous avez six minutes.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
Thank you, Mr. Forsyth and other witnesses.
Thank you, Madam Chair.
With different markets and different conditions when you negotiate trade deals, you have to have flexibility and you have to have options in order to be able to achieve agreements. I know that Bill C-216 is aiming to somehow further protect supply management or preserve it, as Mr. Forsyth just said, but in the meantime, it carries risk, which Mr. Forsyth also stated in his opening remarks.
What I'm interested in is this. Although we've signed so many trade agreements without having to really jeopardize the supply management system and we have successfully done that throughout its history—and we have so many trade agreements that I don't have to mention it at the moment—the question is, are there any live examples out there that can advise us on what the consequences will be in the long run if Bill C-216 is implemented, since we know that we will lose that flexibility and we will be limiting our team of negotiators on the road when they try to achieve trade agreements with countries in the world?
Merci, monsieur Forsyth, et merci aux autres témoins.
Merci, madame la présidente.
Avec des marchés différents et des conditions différentes lorsque vous négociez vos accords commerciaux, vous devez avoir de la marge de manœuvre et disposer d'options pour pouvoir conclure des accords. Je sais que le projet de loi C-216 vise en quelque sorte à mieux protéger ou à préserver la gestion de l'offre, comme M. Forsyth vient de le dire, mais il n'est pas sans comporter des risques, que M. Forsyth a également indiqués dans sa déclaration préliminaire.
Voici ce qui m'intéresse. Nous avons conclu d'innombrables accords commerciaux sans avoir à vraiment mettre en péril le système de gestion de l'offre et nous avons résisté depuis le tout début —  nous avons tellement d'accords commerciaux qu'il est inutile de le rappeler à ce stade-ci. Pouvons-nous en tirer des exemples concrets susceptibles de nous éclairer sur les conséquences à long terme de la mise en œuvre du projet de loi C-216, sachant que nous perdrons cette marge de manœuvre et que nous limiterons notre équipe de négociateurs dans les efforts qu'ils font pour conclure des accords commerciaux avec les pays de la planète?
Doug Forsyth
View Doug Forsyth Profile
Doug Forsyth
2021-06-11 13:11
Thank you for the question.
Madam Chair, I will start, and perhaps my colleagues will join in afterwards.
From a trade negotiation perspective, Canada has a long history in negotiating free trade agreements and has been at the forefront of negotiating free trade agreements for the last 25 or 30 years.
I would just note off the top that our supply management system, as you've indicated, has not stopped us or hampered us from concluding any trade agreements, but I think what is certainly possible is that the wording proposed for this bill will give trade negotiating partners pause with respect to wanting to engage with Canada. From a trade negotiator's perspective, when we start a negotiation, we like to start with the full possibility of access in the back of our minds, whether or not that's where we end up. It's rarely the case that you would see 100% access in any free trade agreement, but you like to at least start with that notion in mind.
As you go through a negotiation with your various partners, you find that interests are enunciated, elaborated and narrowed down. You understand what's in the art of the possible, but you like to start as wide as possible when you do launch those negotiations. When you start from a very narrow band of possibilities and then that gets narrowed, the scope of the negotiations and the scope of the agreement is very much smaller than you would have seen otherwise.
If we were to end up with this bill as it is written, I think very much that we would start with a much smaller scope of negotiations with various partners. It wouldn't be unusual for them to say “That's fine. Canada has taken these issues right out of play. We will take issues that are of interest to Canada right out of play.” Then you're talking about negotiating from a smaller pie, as it were.
I'll turn it over to my colleague from AAFC to see if he has anything to add.
Je vous remercie de la question.
Madame la présidente, je vais commencer, et mes collègues se joindront peut-être à moi par la suite.
Dans une perspective de négociation commerciale, le Canada négocie depuis longtemps des accords de libre-échange et il est à l'avant-scène de la négociation d'accords de libre-échange depuis 25 ou 30 ans.
D'entrée de jeu, je vous dirai que notre système de gestion de l'offre, comme vous l'avez indiqué, n'a pas été un empêchement ni un obstacle à la conclusion de nos accords commerciaux, mais je suis d'avis que le libellé proposé dans le projet de loi pourrait certainement faire hésiter les partenaires de négociation commerciale à s'engager avec le Canada. Dans la perspective du négociateur commercial, lorsque nous entamons une négociation, nous aimons commencer avec plein de possibilités d'accès, peu importe où cela pourrait nous mener. Il est rare qu'un accord de libre-échange prévoie un accès à 100 %, mais on veut toujours au moins commencer par cette notion.
Pendant la négociation avec les divers partenaires, on constate que les intérêts sont énoncés, élaborés et rétrécis. On comprend ce qu'il y a dans l'art du possible, mais on aime ouvrir le plus large possible au début de ces négociations. Lorsqu'on part d'une fourchette très étroite de possibilités puis que celle-ci se referme, la portée des négociations et de l'accord devient beaucoup plus restreinte que ce qu'on aurait vu autrement.
Si nous devions adopter ce projet de loi tel quel, je suis bien certain que nous commencerions avec une portée de négociation beaucoup plus restreinte avec divers partenaires. Il ne serait pas inhabituel qu'ils disent: « Ça va. Le Canada a exclu ces questions. Excluons dans des questions qui intéressent le Canada ». Alors là, on parle de négocier à partir d'un plus petit gâteau, pour ainsi dire.
Je vais demander à mon collègue d'Agriculture et Agroalimentaire Canada s'il a quelque chose à ajouter.
Aaron Fowler
View Aaron Fowler Profile
Aaron Fowler
2021-06-11 13:13
Thank you very much. Thank you, Chair.
I would certainly agree with everything Doug has said so far and associate myself with his response.
I believe the question was whether there are examples of similar measures being imposed by some of our trading partners around the world and what the consequences of those might be. I have to say I am not aware of any legislative prohibition on our trading partners' ability to discuss an issue.
Were such a prohibition in place, I feel that depending on the level of commercial interest that Canada had in the matter that was covered by such a prohibition, we would use the exploratory stage of our trade negotiations to indicate that we see this as an important issue that needs to be discussed in the context of the negotiation.
Free trade agreements are really about changing the legislative and regulatory regime that our trading partners have in place in order to create commercial opportunities for Canadian exporters, so I suspect that were our interests sufficiently significant for us to want to discuss that issue in the negotiations, we would make that clear at the exploratory stage and base our decision on whether to move forward in the negotiations on our partners' indication of their capacity to have discussions in that area.
On the specific question of whether there are examples I could point to, I have to say offhand that I can't think of any similar prohibitions that are in place.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je suis certainement d'accord sur tout ce que M. Forsyth vient de dire et m'associe à sa réponse.
Je crois que la question était de savoir si l'on a des exemples de mesures semblables imposées par certains de nos partenaires commerciaux dans le monde et quelles pourraient en être les conséquences. Je ne connais pas de lois qui empêchent nos partenaires commerciaux de discuter d'une question quelconque.
Selon moi, si une telle interdiction existait, selon le niveau d'intérêt commercial que le Canada aurait dans l'affaire visée, nous utiliserions l'étape exploratoire de nos négociations commerciales pour indiquer que nous y voyons un enjeu important à discuter dans le contexte de la négociation.
Les accords de libre-échange visent en fait à modifier le régime législatif et réglementaire de nos partenaires commerciaux afin de créer des débouchés commerciaux pour les exportateurs canadiens. Je soupçonne donc que, si nos intérêts étaient suffisamment importants pour que nous voulions discuter de l'enjeu dans les négociations, nous le ferions savoir clairement à l'étape exploratoire et que nous fonderions notre décision d'aller de l'avant ou pas dans les négociations sur ce que nous diraient nos partenaires de leur capacité de négocier sur ce point.
Pour ce qui est des exemples que je pourrais citer, je dois dire d'emblée que je n'arrive pas à penser à des interdictions semblables ailleurs.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data