Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 107060
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Good evening and welcome to this meeting of the Special Joint Committee on Medical Assistance in Dying.
I would like to begin by welcoming the members of the committee, as well as witnesses and those who may be watching on the web.
My name is Marc Garneau and I am the House of Commons joint chair on this committee.
I am joined by the Honourable Yonah Martin, the Senate’s joint chair.
Today, we are continuing our examination of the statutory review of the provisions of the Criminal Code relating to medical assistance in dying and their application.
The Board of Internal Economy requires that committees adhere to health protocols, which are in effect until June 23. It is mandatory for any person in the committee room to wear a mask or a face covering, except members who are in their place during the proceedings. All those inside the committee room should follow the best practice of maintaining a physical distance, and I'm sure you're very aware of all of that.
With that said, there are a few administrative points I'd like to bring up.
I would like to remind members and witnesses to keep their microphones muted, unless recognized by name by the chair. A reminder that all comments should be addressed through the chair.
When speaking, please speak slowly and clearly.
Interpretation in this video conference will work like in an in-person committee meeting.
You have the choice, at the bottom of your screen, of either floor, English or French.
With that said, I would like to welcome witnesses for our first panel this evening, which is a special one about protection of Canadians with disabilities and mental illness.
We welcome, appearing as individuals, Ms. Cheryl Romaire, Mr. Gary Nichols and Ms. Trish Nichols.
Thank you for joining us. We'll begin with opening remarks by Ms. Romaire, followed by Ms. Nichols, who will be speaking on behalf of the Nichols.
Ms. Romaire, you have five minutes for your opening remarks. Please go ahead. The floor is yours.
Bonsoir et bienvenue à la réunion du Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir.
Je souhaite la bienvenue aux membres du Comité, aux témoins et aux personnes qui suivent la réunion sur le Web.
Je m'appelle Marc Garneau et je suis le coprésident de la Chambre des communes de ce comité.
Je suis accompagné de l'honorable Yonah Martin, coprésidente représentant le Sénat.
Aujourd'hui, nous continuons notre examen prévu par la loi des dispositions du Code criminel concernant l'aide médicale à mourir et leur application.
Le Bureau de régie interne exige que les comités respectent les protocoles sanitaires suivants, qui sont en vigueur jusqu'au 23 juin 2022. Le port d'un masque ou d'un couvre-visage est obligatoire pour toute personne présente dans la salle de comité, à l'exception des membres du Comité qui sont à leur place pendant les travaux parlementaires. Toutes les personnes se trouvant dans la salle doivent respecter la meilleure pratique consistant à maintenir une distance physique avec les autres personnes. Je suis sûr que vous connaissez très bien ces protocoles.
Maintenant, voici quelques consignes d'ordre administratif.
Je rappelle aux membres du Comité et aux témoins de mettre leur microphone en sourdine en tout temps, à moins que la présidence ne les nomme. Je rappelle également que toutes les observations doivent être adressées à la présidence.
Lorsque vous parlez, exprimez-vous lentement et clairement.
Les services d'interprétation offerts dans le cadre de cette vidéoconférence sont les mêmes que ceux offerts pour une réunion en personne.
Au bas de votre écran, vous pouvez choisir entre le parquet, l'anglais ou le français.
Enfin, je souhaite la bienvenue aux témoins qui se joignent à nous pour la première partie de la réunion de ce soir, qui porte sur la protection des Canadiens handicapés et sur la santé mentale.
Nous accueillons, à titre personnel, Mme Cheryl Romaire, M. Gary Nichols et Mme Trish Nichols.
Merci de vous joindre à nous. Nous allons commencer par la déclaration préliminaire de Mme Romaire. Ensuite, Mme Nichols prendra la parole au nom des Nichols.
Madame Romaire, vous disposez de cinq minutes. La parole est à vous.
Cheryl Romaire
View Cheryl Romaire Profile
Cheryl Romaire
2022-06-16 18:35
Hello. To the Special Joint Committee on Medical Assistance in Dying, thank you for making the time to hear me today. My name is Cheryl Romaire and I am a 45-year-old mother of two, known for my big smile and my hearty laughter, despite the suffering I endure.
The decline in my physical—
Bonjour. Je remercie le Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir de prendre le temps de m'écouter aujourd'hui. Je m'appelle Cheryl Romaire, j'ai 45 ans et je suis mère de 2 enfants. Je suis réputée pour mon grand sourire et mon rire franc, malgré les souffrances que j'endure.
Le déclin de mes capacités physiques...
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Ms. Romaire, we're having a bit of a technical difficulty. Just hold on a second, please.
Can we turn down the sound in the room?
All right. Please go ahead, Ms. Romaire.
Madame Romaire, nous avons un petit problème technique. Je vous prie d'attendre un instant.
Peut‑on diminuer le volume dans la salle?
D'accord. Allez‑y, s'il vous plaît, madame Romaire.
Cheryl Romaire
View Cheryl Romaire Profile
Cheryl Romaire
2022-06-16 18:36
Thank you.
The decline in my physical ability when I became sick just over four years ago was rapid, brutal and, unfortunately, largely irreversible. Within a few months I went from having health and independence to being unable to walk up and down the stairs in my own home without assistance.
I'm living with adhesive arachnoiditis and axial spondyloarthritis—both autoimmune-triggered inflammatory spine diseases—as well as numerous related conditions, all of which cause many neurological symptoms, the loudest of which is intractable pain. My immune system is suppressed, leaving me at a higher risk for adverse outcomes if I get sick. The medications I take to try to manage my autoimmunity cause side effects that often rival the conditions they are supposed to treat. I am currently on 18 different medications.
I requested MAID for the first time in June 2019, but was denied because I didn't have a reasonably foreseeable natural death. I requested MAID for the second time in April 2022, and was approved. I remain approved for MAID and I choose to keep that approval for when I make the very difficult decision to use it.
I have a life-limiting chronic illness that causes pain severe enough that it can make me wish for death, but I wasn't given the mercy of a terminal diagnosis to go with it. Over the last four years I have tried everything there is available to help manage my pain and other symptoms. I have had 41 invasive and painful spine procedures, such as steroid injections, nerve route blocks and epidurals. I've had spine surgery three times, radio frequency ablations, acupuncture, physiotherapy and prolotherapy, and I've completed the entire program at the chronic pain clinic.
At the end of February 2022, I had a spinal cord stimulator implanted in the hopes that it would help reduce the pain enough to make my life livable. It helps, but not as much as we had hoped. I remained active in my health and health care even as I was going through the MAID process. MAID is my last resort.
After I requested MAID for the second time, it took the MAID care coordination service five weeks to find two MAID assessors willing to assess a complex case like mine, in which death was not reasonably foreseeable. If I had needed a third assessment, there would have been no third assessor in Alberta to assess me at the time. Legal and accessible are not the same thing.
The assessments that I underwent as part of the MAID process were extremely thorough, and my MAID-providing physician and I maintain an open line of communication. As an assessor, he looked at my entire life, not only at the health care records. The biggest safeguard there for people with disabilities is the assessors—high-quality assessors.
Of note is that I was diagnosed with bipolar I disorder 15 years ago, when I was 29 years old. It has been well controlled for years, but as a precaution, the first time I went through the MAID process I had a thorough psychological evaluation to determine my capacity to consent and to make sure that bipolar disorder was not a factor in my request for MAID.
The second time I went through the MAID process, another psychological assessment wasn't required, although if it had been, my second assessor happened to be a psychiatrist in her day job, so that would have simplified things for me.
For eight months last year my family and I filmed a documentary with Citytv, chronicling my journey with MAID. In the documentary I shared my struggles with the actual MAID process itself, as well as sharing a portion of the emotional impact that MAID has had, not only on me but on my family as well. It has forever changed us all.
In January 2021 I requested palliative care before requesting MAID for the second time. That request was denied because I did not have a terminal diagnosis. After being approved for MAID I requested palliative care again and was again denied. On that day in June 2022, I was clearly told by Alberta Health Services that palliative care is not available to anyone without a terminal diagnosis.
I don't know if having access to palliative care would have made much of a difference to my physical suffering or not, but I believe my quality of life is just as important as that of someone who receives a terminal diagnosis, and I would have welcomed any support.
My family and I hired a death doula, which for us turned out to be a very negative experience. I believe the idea behind a death doula is a good one, and I hope that the right people continue that work.
The pain management palliative care referred to by Alberta Health Services in its MAID policies and FAQs, which were published after the legislation changed in March 2021, doesn't seem to exist. Moving forward, there needs to be clearly defined, actually accessible palliative care provided to every patient who has been approved for MAID, regardless of their diagnosis.
I hope my lived experience can help shine a light on areas of the MAID process that may need improvement and also on the areas that don't. I thank you for taking the time to listen. I welcome any questions.
Merci.
Quand j'ai été frappée par la maladie il y a quatre ans, le déclin de mes capacités physiques est survenu rapidement et brutalement, et malheureusement, ce déclin est en grande partie irréversible. En quelques mois, j'ai perdu la santé et l'indépendance; je suis devenue incapable de monter et de descendre mes propres escaliers sans assistance.
Je suis atteinte d'une arachnoïdite adhésive et de spondylarthrite axiale — deux maladies inflammatoires auto-immunes touchant la colonne vertébrale —, ainsi que de plusieurs affections connexes causant toutes de nombreux symptômes neurologiques, notamment de la douleur insupportable. Mon système immunitaire est affaibli, ce qui augmente le risque de complications si je tombe malade. Les médicaments que je prends pour traiter mon auto-immunité causent des effets secondaires parfois aussi néfastes que les affections qu'ils sont censés soigner. Je prends actuellement 18 médicaments différents.
J'ai fait une première demande d'aide médicale à mourir en juin 2019, mais ma demande a été refusée parce que ma mort naturelle n'était pas raisonnablement prévisible. J'ai présenté une deuxième demande en avril 2022, et cette fois‑ci, elle a été approuvée. Je demeure admissible à l'aide médicale à mourir; je choisis d'attendre le moment où je prendrai la décision très difficile d'y avoir recours.
Je souffre d'une maladie chronique limitant l'espérance de vie qui me cause tellement de douleur que je souhaite parfois mourir, mais je n'ai pas obtenu la grâce de recevoir aussi un diagnostic de maladie terminale. Au cours des quatre dernières années, j'ai essayé par tous les moyens possibles de soulager ma douleur et mes autres symptômes. J'ai subi 41 interventions effractives et douloureuses de la colonne vertébrale, telles que des injections de stéroïdes, des blocs nerveux et des péridurales. J'ai également subi trois opérations chirurgicales de la colonne vertébrale, ainsi que des ablations par radiofréquence; j'ai essayé l'acupuncture, la physiothérapie et la prolothérapie; et j'ai terminé tout le programme offert par la clinique de gestion de la douleur chronique.
À la fin de février 2022, un stimulateur a été implanté dans ma colonne vertébrale, dans l'espoir que ce dispositif soulagerait suffisamment la douleur pour la rendre supportable. Le dispositif fonctionne, mais pas aussi bien que nous l'aurions souhaité. J'ai continué à travailler sur ma santé et à suivre des traitements tout au long du processus de demande d'aide médicale à mourir. L'aide médicale à mourir est mon dernier recours.
Quand j'ai présenté ma deuxième demande d'aide médicale à mourir, il a fallu cinq semaines pour que le service de coordination des soins réussisse à trouver deux évaluateurs de l'aide médicale à mourir prêts à examiner mon dossier étant donné sa complexité et l'absence d'une mort raisonnablement prévisible. S'il m'avait fallu une troisième évaluation, il aurait été impossible de trouver un troisième évaluateur en Alberta à ce moment‑là. La légalité et l'accessibilité ne sont pas synonymes.
Les évaluations auxquelles j'ai été soumise dans le cadre du processus d'aide médicale à mourir étaient extrêmement rigoureuses, et mon prestataire d'aide médicale à mourir et moi sommes en communication constante. À titre d'évaluateur, il a examiné ma vie dans son ensemble, et non seulement mes dossiers médicaux. La mesure de sauvegarde la plus importante pour les personnes handicapées, ce sont les évaluateurs — l'excellence des évaluateurs.
Il est à noter que j'ai reçu un diagnostic de trouble bipolaire de type I il y a 15 ans, quand j'avais 29 ans. Ce trouble est bien maîtrisé depuis des années, mais par précaution, la première fois que j'ai suivi le processus d'aide médicale à mourir, j'ai été soumise à une évaluation psychologique rigoureuse afin d'établir que j'étais apte à donner mon consentement et que mon trouble bipolaire n'était pas un facteur dans ma demande d'aide médicale à mourir.
Je n'ai pas eu à faire une évaluation psychologique la deuxième fois que j'ai demandé l'aide médicale à mourir, mais si une nouvelle évaluation avait été nécessaire, il se trouve que ma deuxième évaluatrice était psychiatre, ce qui aurait simplifié le processus.
Pendant huit mois l'an dernier, ma famille et moi avons participé à l'enregistrement d'un documentaire avec Citytv sur mon cheminement vers l'aide médicale à mourir. Le documentaire rend compte des défis que j'ai eu à relever durant le processus même. J'y parle aussi des répercussions émotionnelles de l'aide médicale à mourir, non seulement sur moi, mais sur toute ma famille. Nous sommes tous transformés à jamais.
En janvier 2021, j'ai demandé des soins palliatifs avant de demander l'aide médicale à mourir une deuxième fois. Ma demande a été refusée parce que je n'ai pas de diagnostic de maladie terminale. Quand ma demande d'aide médicale à mourir a été approuvée, j'ai présenté une nouvelle demande de soins palliatifs, qui a aussi été refusée. Ce jour‑là, en juin 2022, les Services de santé de l'Alberta m'ont dit sans équivoque que les soins palliatifs ne sont pas offerts aux personnes n'ayant pas une maladie terminale.
J'ignore si l'accès à des soins palliatifs aurait soulagé ma souffrance physique. Toutefois, je crois que ma qualité de vie est tout aussi importante que celle d'une personne ayant reçu un diagnostic de maladie terminale. J'aurais accepté tout soutien qu'on m'aurait offert.
Ma famille et moi avons engagé une doula de fin de vie. Notre expérience a été très négative, mais je crois au concept des doulas de fin de vie et j'espère que les bonnes personnes poursuivront ce travail.
Les soins palliatifs pour la gestion de la douleur mentionnés dans les politiques et les foires aux questions des Services de santé de l'Alberta sur l'aide médicale à mourir — qui ont été publiées après la modification de la loi en mars 2021 — ne semblent pas exister. À l'avenir, tous les patients dont la demande d'aide médicale à mourir a été approuvée devraient avoir accès à des soins palliatifs bien définis, peu importe leur diagnostic.
J'espère que l'expérience que j'ai vécue aidera à mettre en lumière les aspects du processus d'aide médicale à mourir qui nécessitent des améliorations, ainsi que ceux qui n'en nécessitent pas. Je vous remercie d'avoir pris le temps de m'écouter. Je répondrai volontiers à vos questions.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Thank you, Ms. Romaire.
We'll now go to Ms. Trish Nichols.
Ms. Nichols, you have five minutes.
Je vous remercie, madame Romaire.
Nous passons maintenant à Mme Trish Nichols.
Madame Nichols, vous disposez de cinq minutes.
Trish Nichols
View Trish Nichols Profile
Trish Nichols
2022-06-16 18:42
Thank you very much. I am speaking today on behalf of our brother, Alan Nichols, who was given MAID. Alan received medical assistance in dying—assisted suicide—on July 26, 2019, when MAID was still reserved for those whose death was foreseeable. Alan did not meet the MAID criteria. He did not have a foreseeable death. He struggled with recurring mental health crises, but he always recovered.
On June 16, 2019, Alan was placed, against his will, in an ambulance and taken to the Chilliwack General Hospital. Under the Mental Health Act, for his own safety and protection, he was admitted after a neighbour had called the RCMP for a wellness check.
My husband Gary flew from Edmonton to see his brother that very day. Alan asked Gary to bust him out, but Gary thought he would be safer in the hospital and would get the help he needed. My husband Gary lives with the regret of that decision to entrust Alan's wellness to a medical facility.
Alan was transferred to psychiatry the next day. He refused visitors, including family, which disturbed us, though we trusted his treating team. Our family received no hospital updates until eight days after admittance to emergency.
Alan's doctor said she would check with staff and gather information, and asked Gary to call her back to discuss further. Gary called back and learned that Alan's doctor had vanished for a three-week holiday. For the next three weeks our family was misled by his social worker, who assured us that Alan was doing well. Unknown to us at this time, on July 19 an attempt to give Alan MAID had ended in failure. The hospital had not followed the prescribed MAID protocols, as no doctor was present, no family had been notified and they had no clear instruction where to send Alan's dead body.
Alan's doctor called Gary three days after this botched attempt, announcing that Alan would receive MAID at the end of the week. She was delighted that Alan had agreed to a final visit with us and suggested that we make no waves or he could actually deny our visit. After driving 12 hours, we were denied the visit until the next day.
Five weeks after his admittance into emergency for his own safety and protection, we were finally allowed to see him. Alan was not making any sense in the things we talked about. He refused to wear his cochlear apparatus, so it was difficult to communicate effectively.
Fear began to grip us and we began pleading and begging with the medical staff to stop this MAID. We asked for a delay as we could not reach our oldest brother, Wayne. Alan went into a fit of rage, screaming uncontrollably. I asked his doctor right then, “Is this what you call a sound mind?” Alan was euthanized minutes later.
On Alan's MAID form, hearing loss was stated as the reason for application. How can doctors accept, approve and administer a death for this when Alan did not have a terminal illness and his hearing had been corrected, and all the while he had been involuntarily admitted for suicide protection?
Alan did not have a valid diagnosis for MAID. He was eating, walking and talking, according to his social worker, so why did they keep him in the hospital if they weren't treating him for being a danger to himself? Placing him involuntarily in hospital care is what put Alan in imminent danger. We still have no answers after repeatedly trying to have his death investigated.
Would you feel safe now, bringing your suicidal loved one to seek medical care for recovery when there are no oversight or stringent safeguards surrounding a procedure that kills people?
Alan chose to live alone, managing his daily affairs. He owned his own condominium. He had money in the bank. Each week, family would pick him up and take him to buy groceries and help him with his banking. He didn't rely on our health care system for any support. His family and neighbours lovingly kept an eye out for him. It was our health care system and this legislation that failed him, resulting in his premature and wrongful death.
Three years now we have spent in this nightmare. We are so angry and insulted at how they just all turned their heads as they listened to us begging for Alan's life. Do you know what this has done to our family? With no justice, no accountability and no stringent safeguards to prevent such a wrongful death, how can our government even be looking at expanding MAID laws?
There are currently no laws protecting the vulnerable or their families from MAID. Most Canadians think MAID is to alleviate the physical suffering at the end of a life, not a ploy to end a life.
Thank you so much for hearing us.
Merci beaucoup. Je prends la parole aujourd'hui au nom de notre frère, Alan Nichols, qui a reçu l'aide médicale à mourir. Alan a reçu l'aide médicale à mourir — l'aide au suicide — le 26 juillet 2019, à l'époque où l'aide médicale à mourir était encore réservée aux personnes dont la mort était prévisible. Alan ne répondait pas aux critères d'admissibilité: sa mort n'était pas prévisible. Il vivait des crises de santé mentale récurrentes, mais il s'en remettait toujours.
Le 16 juin 2019, Alan a été placé contre son gré dans une ambulance et transporté à l'Hôpital général de Chilliwack. En vertu de la Loi sur la santé mentale, il a été admis à l'hôpital pour assurer sa sécurité et sa protection après qu'un voisin a appelé la GRC pour lui demander de procéder à une vérification de son état de santé.
Mon mari Gary a pris l'avion d'Edmonton le jour même pour aller voir son frère. Alan a demandé à Gary de le sortir de l'hôpital, mais Gary pensait que c'était l'endroit le plus sécuritaire pour lui et qu'il recevrait l'aide dont il avait besoin. Mon mari Gary vit avec le regret d'avoir décidé de confier le bien-être d'Alan aux soins d'un établissement médical.
Le lendemain, Alan a été transféré au service psychiatrique. Il refusait de recevoir des visiteurs, y compris les membres de sa famille. Cela nous inquiétait, mais nous faisions confiance à son équipe soignante. Notre famille a dû attendre huit jours après son admission au service des urgences avant de recevoir une communication de la part de l'hôpital.
Le médecin d'Alan a dit à Gary qu'elle s'informerait auprès du personnel et elle lui a demandé de la rappeler. Quand Gary a essayé de la rappeler, il a appris qu'elle était partie en vacances pour trois semaines. Pendant les trois semaines suivantes, la travailleuse sociale d'Alan a induit notre famille en erreur; elle nous assurait qu'Alan se portait bien. À ce moment‑là, nous ignorions qu'une tentative de lui administrer l'aide médicale à mourir le 19 juillet avait échoué. L'hôpital n'avait pas suivi le protocole d'aide médicale à mourir: aucun médecin n'était présent, aucun membre de la famille n'avait été informé et l'hôpital n'avait pas reçu de directive quant à l'endroit où envoyer le corps d'Alan.
Le médecin d'Alan a appelé Gary trois jours après la tentative ratée pour lui annoncer qu'Alan recevrait l'aide médicale à mourir à la fin de la semaine. Elle était ravie qu'Alan ait accepté de nous voir une dernière fois et elle nous a recommandé de ne pas soulever d'objection, car il pourrait refuser notre visite. Après 12 heures de route, nous avons été forcés d'attendre au lendemain pour lui rendre visite.
Cinq semaines après l'admission d'Alan au service des urgences pour assurer sa sécurité et sa protection, nous avons enfin été autorisés à le voir. Alan s'exprimait de manière illogique. Son refus de porter son appareil cochléaire rendait la communication difficile.
C'est alors que la peur nous a envahis. Nous avons commencé à supplier le personnel médical d'arrêter la procédure d'aide médicale à mourir. Nous lui avons demandé d'attendre parce que nous n'arrivions pas à joindre notre frère aîné, Wayne. Puis, la rage s'est emparée d'Alan; il s'est mis à crier de manière incontrôlée. J'ai alors demandé à son médecin: « C'est ce que vous appelez “sain d'esprit”? » Alan a été euthanasié quelques minutes plus tard.
Sur le formulaire de demande d'aide médicale à mourir d'Alan, la raison donnée pour la demande est la perte auditive. Comment les médecins peuvent-ils approuver une demande et administrer la mort pour une raison pareille? Alan n'était pas atteint d'une maladie terminale, son audition avait été corrigée, et il avait été admis à l'hôpital contre son gré pour le protéger contre le suicide.
Alan n'avait pas un diagnostic le rendant admissible à l'aide médicale à mourir. D'après sa travailleuse sociale, il mangeait, il marchait et il parlait. S'il ne recevait pas de traitement et s'il ne présentait pas un danger pour lui-même, pourquoi le personnel de l'hôpital ne lui a‑t‑il pas donné son congé? C'est le confier contre son gré aux soins de l'hôpital qui a mis Alan en danger imminent. Malgré plusieurs tentatives de faire ouvrir une enquête sur sa mort, nous n'avons toujours aucune réponse.
Aujourd'hui, vous sentiriez-vous en confiance de demander des soins médicaux pour le rétablissement d'un être cher ayant des pensées suicidaires, tout en sachant qu'une procédure utilisée pour causer la mort n'est pas assortie de mesures de sauvegarde et de surveillance rigoureuses?
Alan avait choisi de vivre seul. Il s'occupait lui-même de ses affaires quotidiennes. Il était propriétaire de son appartement. Il avait des économies. Chaque semaine, un membre de sa famille l'accompagnait à l'épicerie et l'aidait à gérer ses finances. Il ne recevait pas de soutien de la part du système de soins de santé. Sa famille et ses voisins veillaient sur lui. C'est à cause des lacunes de notre système de soins de santé et de la loi qu'Alan a subi une mort prématurée et injustifiée.
Depuis trois ans maintenant que nous vivons ce cauchemar. Nous sommes tellement fâchés et insultés que le personnel ait ignoré nos supplications pour sauver la vie d'Alan. Savez-vous quel effet la mort d'Alan a eu sur notre famille? Comment le gouvernement peut‑il envisager d'élargir les dispositions législatives sur l'aide médicale à mourir en l'absence de justice, de reddition de comptes et de mesures de sauvegarde rigoureuses pour prévenir une mort injustifiée pareille?
À l'heure actuelle, aucune loi ne protège les personnes vulnérables et leurs familles contre l'aide médicale à mourir. La majorité des Canadiens pense que l'aide médicale à mourir est une mesure visant à soulager les souffrances physiques à la fin d'une vie, et non un stratagème pour mettre fin à une vie.
Merci beaucoup pour votre attention.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Thank you, Ms. Nichols.
I'll now turn it over to my co-chair, Senator Martin, for a question round.
Je vous remercie, madame Nichols.
Je cède maintenant la parole à la coprésidente, la sénatrice Martin, pour la période de questions.
Yonah Martin
View Yonah Martin Profile
Hon. Yonah Martin
2022-06-16 18:47
Thank you, Mr. Joint Chair.
After these very compelling testimonies, we'll begin with the first round of questions.
Mr. Barrett, you have the floor for five minutes.
Merci, monsieur le coprésident.
Après ces témoignages très éloquents, nous allons commencer la première série de questions.
Monsieur Barrett, la parole est à vous pour cinq minutes.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Thank you, Madam Co-Chair.
I want to thank you, Ms. Romaire, for joining us today and sharing your personal experience with us.
I'd like to thank you both, Ms. Trish Nichols and Mr. Gary Nichols, for joining us and for sharing your very personal story as well.
My question, Madam Co-Chair, through you, is for Ms. Nichols. As I mentioned, I appreciate the very personal and moving testimony shared by all of the witnesses.
Could you just confirm the timing, Ms. Nichols, of Alan's receiving MAID, and what his diagnosis was at that time?
Je vous remercie, madame la coprésidente.
Madame Romaire, je vous remercie de vous joindre à nous aujourd'hui pour nous faire part de votre expérience personnelle.
Madame Trish Nichols, monsieur Gary Nichols, je vous remercie tous les deux de vous joindre à nous pour nous raconter, vous aussi, votre histoire très personnelle.
Madame la coprésidente, ma question s'adresse à Mme Nichols. Je le répète, je suis reconnaissant à tous les témoins de nous avoir présenté des témoignages très personnels et touchants.
Madame Nichols, pouvez-vous confirmer à quel moment Alan a reçu l'aide médicale à mourir, et quel était son diagnostic?
Trish Nichols
View Trish Nichols Profile
Trish Nichols
2022-06-16 18:49
Yes, I can confirm that he was admitted on June 16, 2019, and he received MAID on July 26, 2019.
Oui. Il a été admis à l'hôpital le 16 juin 2019 et il a reçu l'aide médicale à mourir le 26 juillet 2019.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Okay. In your testimony, you shared that it was an involuntary admittance to the hospital. It was for suicide prevention. Is that correct, ma'am?
D'accord. Durant votre témoignage, vous avez dit qu'il avait été admis à l'hôpital contre son gré et que la raison donnée était la prévention du suicide. Est‑ce exact, madame?
Trish Nichols
View Trish Nichols Profile
Trish Nichols
2022-06-16 18:49
That's right. We understand that was exactly what it was for, because the RCMP had found him dehydrated and not coherent. He was confused. They took him to the hospital and admitted him under the Mental Health Act.
Oui. À notre connaissance, c'est la raison précise pour laquelle il a été admis à l'hôpital. D'après les agents de la GRC, il était déshydraté, incohérent et désorienté. Il a été transporté et admis à l'hôpital en vertu de la Loi sur la santé mentale.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Okay. What recourse have you attempted to obtain since that time?
D'accord. Quels recours avez-vous tenté d'exercer depuis?
Trish Nichols
View Trish Nichols Profile
Trish Nichols
2022-06-16 18:49
I'm going to allow my husband to answer that question, if that's all right.
Je vais renvoyer la question à mon mari, si vous le permettez.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Yes, the question is for Mr. Nichols, please, Madam Co-Chair.
Oui, la question s'adresse à M. Nichols, madame la coprésidente.
Results: 1 - 15 of 107060 | Page: 1 of 7138

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data