Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 48530
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
There being no motions at report stage, the House will now proceed, without debate, to the putting of the question on the motion to concur in the bill at report stage.
Comme il n'y a aucune motion à l'étape du rapport, la Chambre procèdera maintenant sans débat à la mise aux voix de la motion d'adoption à l'étape du rapport.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
moved that the bill, as amended, be concurred in.
propose que le projet de loi, modifié, soit agréé.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
When shall the bill be read the third time? By leave, now?
Some hon. members: Agreed.
Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la troisième fois? Avec la permission de la Chambre, maintenant?
Des voix: D'accord.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
moved that the bill be read the third time and passed.
He said: Madam Speaker, I am pleased to rise before you today to move third reading of Bill C-9. I am pleased not only because of the importance of this piece of legislation in ensuring that we maintain a robust justice system, but also because of the unanimous support it received at the end of October when we last debated this bill.
I thank my esteemed colleagues for their contributions. I am grateful to all those who shared their opinions on this bill, which made it possible to delve deeper into the issues it raises and consider them from every angle. It was really a collaborative effort, and I am proud to have played a role in it.
It is clear from our previous discussions on this bill that, regardless of our political differences, we all share the common goal of protecting the independence of the judicial system. We are supporting that fundamental goal today by implementing a rigorous, tailored process for dealing with disciplinary complaints against judges.
Given the stage Bill C-9 is at in the parliamentary process, I assume that everyone is aware of the context that gave rise to this bill. That context has been very well explained, which helped guide our recent discussions. The merits of the bill have also been debated at length in previous sittings. Nevertheless, I would like to take this opportunity to go over a few key points.
At the outset, it is important to emphasize that the modifications to the judicial conduct process proposed by this bill are substantive and far-reaching. They are not mere adjustments meant to update a process in need of updating.
I will begin with two important elements concerning judicial conduct in general before touching upon the principal areas of reform.
A robust mechanism for governing judicial conduct is critical in upholding public trust in the justice system as a whole. This is so for two closely related reasons. First, the existence of such a regime is essential even where, as in Canada, the judiciary is long established and well respected. Second, protecting judicial independence does not mean insulating judges from the consequences of misconduct. I will briefly cover each point in turn.
The impetus for amendments proposed by Bill C-9 is not a crisis of judicial ethics. It is quite the opposite. Misconduct by judges in Canada is rare. Allegations are thankfully infrequent, with findings of misconduct rarer still. We Canadians are privileged beneficiaries of a truly excellent judiciary, whose quality is widely recognized both at home and abroad. This does not mean that a strong judicial conduct regime is not necessary. It is. Maintaining the solid foundation of public confidence on which the excellence of our judiciary rests requires a robust mechanism for dealing with complaints against judges. Such a mechanism is essential to ensuring continued confidence in both the judiciary itself and the justice system overall. Canadians must be confident that instances of judicial misconduct will be addressed.
A well-functioning judicial conduct regime therefore remains critical, even when allegations of judicial misconduct are infrequent. Protecting public trust in the administration of justice demands that a mechanism be in place and be ready to respond appropriately to complaints against members of the judiciary as they are made. This is a tangible guarantee of accountability. It helps preserve confidence that allegations are taken seriously, all while respecting principles of procedural fairness.
A judicial conduct process that would serve to insulate judges from the consequences of misconduct could be just as harmful to public confidence as the complete absence of a conduct process.
That is why the provisions of Bill C‑9 propose a responsive approach seeking to ensure that allegations are addressed as fairly and effectively as possible. The proposed mechanism respects both the people filing the complaint and those who are the subject of the complaint. By providing a legitimate avenue for the careful review of allegations, we have the assurance that there is some oversight over the conduct of judges and that they will be held to account when necessary. At the same time, this promotes confidence in the administration of justice on a broader scale.
It is important to point out that the careful development of a judicial conduct process is not at all incompatible with the fundamental principle of judicial independence, guaranteed under paragraph 11(d) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms and the provisions on the judiciary in the Constitution Act, 1867. In fact, they go hand in hand.
That being said, we must be careful to strike a delicate balance between these two important considerations. The process we put in place to conscientiously address allegations of judicial misconduct must not contravene the constitutional guarantees that seek to ensure judicial independence.
We can be confident that this bill strikes the right balance. Canadians can trust that their judges are making independent and impartial decisions and, at the same time, they can rest assured that the judges' conduct remains subject to review. Ultimately, this will improve trust in the administration of justice, both with respect to individual judges and on a broader scale.
Let me now provide a brief overview of the legal and constitutional foundations of the judicial conduct process. At its core lies the Canadian Judicial Council, or CJC, the body responsible for receiving, reviewing and investigating complaints against members of the federally appointed judiciary. It works at arm’s length from the executive and legislative branches of government.
The Judges Act requires the CJC to submit a report to the Minister of Justice containing a recommendation on whether the judge whose conduct is at issue should be removed from office. It is for the minister to then consider whether to advise cabinet that the matter of the judge’s removal should be put to the houses of Parliament. In order for a judge to be removed from office, both the House of Commons and the Senate must vote in favour. If they do so, a request is made to the Governor General to remove the judge from office.
As I have previously noted, this process requires a counterweight in the form of constitutional protections for judicial independence. One aspect of judicial independence is security of tenure. More specifically, the requirements of security of tenure prevent a judge’s removal from office except in cases of proven incapacity or misconduct. As a further safeguard, a hearing is required, at which the judge has an opportunity to be heard and to test and adduce evidence. These imperatives lie at the heart of any judicial conduct process. They are the keys to ensuring all stages of such a process are free from undue influence from the other branches of government.
It follows that any healthy system of justice finds its roots, at least in part, in the framework established to handle allegations of misconduct by its judges. All of us would expect to be treated fairly if we were involved in a matter before the courts. The same requirement for procedural fairness applies to judges in the review of their conduct. While not in and of itself a court process, it must necessarily mirror some of the key elements of court proceedings, namely, fairness throughout while ensuring any resolution is appropriate to its context. The process must function efficiently in terms of both time and resources, producing final outcomes in a timely manner and at a reasonable cost to the taxpayer.
These elements are core to the reforms proposed by Bill C-9. While our current judicial conduct regime served us well for many years, helping to create the preconditions needed for the strong justice system we enjoy today, it is now in need of improvement. As I have already stated, this is not change for change’s sake, nor is it prompted solely by the need to update a half-century-old process. Fundamental changes in the legal landscape coupled with evolving societal norms have occurred, revealing specific shortcomings to the existing process. These could be addressed through the reforms proposed by Bill C-9.
Bill C-9’s proposed amendments target the following key areas: efficiency, accountability and procedural fairness. All three are crucial determinants of public trust and would be met by this bill. An efficient process would optimize both time and financial resources. Timely resolution of matters would help provide certainty to those involved. On a broader scale, timeliness and efficiency would foster confidence the process functions as it should, with allegations addressed promptly and effectively.
Currently it is possible for judges to initiate judicial review of CJC decisions at multiple stages. Each of these judicial reviews, begun in the Federal Court, can be appealed to the Federal Court of Appeal and, potentially, to the Supreme Court of Canada. Even if such proceedings are commenced for all of the right reasons, the lifespan of a matter can too easily become stretched out unreasonably. Efficiency is also, of course, related to cost, as timely resolution of allegations helps avoid ballooning costs.
In combination with the possibility of unduly extending proceedings over many years, public confidence in the process can suffer if its costs appear excessive. A key aspect of the new regime proposed by Bill C-9 would be its improved flexibility and responsiveness. It proposes a more refined tool for the resolution of judicial conduct matters not serious enough to warrant removal: a suite of potential sanctions that would allow for the imposition of a sanction that is more contextualized and appropriate for remedying the misconduct in question.
There is only one sanction expressly available under the current regime, and that is removal from office. It is therefore both potentially overbroad and underinclusive. Consider conduct that, while recognized as inappropriate, should warrant something less than overruling judges’ constitutionally protected security of tenure.
Even exposure to the required full-scale inquiry without actual removal can cause irreparable damage to a judge’s reputation. The CJC has told us it often struggles with the application of these stark either-or alternatives, that is, between recommending the most serious penalty or none at all. In either case the public may perceive injustice.
It is also important to highlight the idea of justice being done, as well as being seen to be done. Public trust in the judiciary relies not only on judges being held accountable, but also on judges being seen to be held accountable. By providing for options other than removal from office, such as participating in an education program or issuing a formal apology, Bill C-9 would provide a more balanced approach that reinforces accountability to Canadians at all levels. It would be an important step forward in continuing to foster the confidence of the public in our justice system.
It is essential to remember that our system of law exists to serve the public. It operates because we have confidence in its legitimacy, trusting in the capacity of its members and mechanisms to administer justice. This is no accident, but rather the result of sustained and concerted efforts over time. Here in Canada we are fortunate to have a strong foundation upon which to build. This requires ongoing attention, however, by ensuring measures are undertaken to safeguard public trust.
Bill C-9, for example, would introduce greater transparency and public participation into the judicial conduct regime. Members of the general public who are neither lawyers nor judges would participate at two crucial stages of the proposed new process.
First, they would be members of review panels charged with determining whether less serious misconduct has occurred and what sanction, short of removal, would be appropriate in the circumstances. Second, a layperson would be a member of full hearing panels that determine whether serious misconduct warrants a recommendation for removal from office.
These changes would respond to feedback received during extensive consultation across a wide range of groups, members of the public included. Along with accountability to the public, the regime would seek judicial accountability.
Critical to the process’s legitimacy is that judges would be held accountable for their behaviour in both fact and public perception. As I have mentioned, the perception that the system operates as it should is equally as important as the fact that it actually does. Expanding the options for addressing instances of inappropriate judicial behaviour would improve both. Consequences tailored to each circumstance could be deployed, meaningfully addressing a wider range of misconduct. This amended framework would also encourage creativity in approaching resolution and sanction, with a view to imposing the most suitable remedy for misconduct that warrants a response short of removal.
The final element relating to accountability is financial. As I noted earlier, the current regime can easily spiral into excessively long and expensive proceedings, undermining public trust. In addition to the reforms I have already discussed in relation to efficiency, Bill C-9 proposes a more stable funding mechanism and new controls for the use of public funds.
More specifically, funding would come from two sources. Some funding would be drawn from the consolidated revenue fund, while the rest would come from the commissioner for federal judicial affairs' budgetary appropriation, obtained through the regular budget cycle. The consolidated revenue fund would only be used to cover costs that inevitably arise from the requirement to hold public hearings when a complaint reaches a certain stage in the process. These costs are both non-discretionary and unpredictable. The more predictable day-to-day administrative expenses would be paid out of funds obtained by the commissioner for federal judicial affairs as part of the budget cycle.
Additional safeguards have been put in place with respect to disbursements from the consolidated revenue fund. There is a policy that limits the amount that can be charged by lawyers representing judges who are the subject of a complaint. Bill C‑9 also proposes that the commissioner for federal judicial affairs be more involved, both to review other procedural expenses and to work with the Canadian Judicial Council on the five-year review of costs borne by the consolidated revenue fund.
The Canadian judiciary's performance is exemplary in every regard. I am proud of our judges, both past and present, who were and are dedicated to serving their fellow Canadians to the best of their ability. However, despite the high standards to which we hold judges, and which the vast majority of them achieve, misconduct inevitably occurs. As I explained, even though such incidents are rare, having effective mechanisms in place to address them is a crucial determinant to maintaining the public trust.
Just as each individual allegation of misconduct presents an opportunity to bolster public confidence in the judiciary, so too does this bill. We have the unique privilege of taking concrete action toward strengthening the administration of justice. I was heartened by our collaboration earlier in the process, particularly at committee, that has enabled Bill C-9 to arrive at the stage where it is today. Let us continue in that spirit and send this bill on for consideration by our colleagues in the other place.
 propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui afin de proposer la troisième lecture du projet de loi C‑9. J'en suis heureux pas seulement à cause de son importance, car il permettra de veiller à ce que nous conservions un système de justice solide, mais aussi parce qu'il bénéficiait d'un appui unanime la dernière fois que nous en avons débattu, en octobre dernier.
Je remercie mes chers collègues de leurs contributions à cet égard. Je suis reconnaissant à tous ceux qui ont exprimé leurs points de vue relativement à ce projet de loi, ce qui nous a permis d'approfondir les questions qu'il soulève et de les aborder sous tous les angles. C'était véritablement un travail de collaboration et je suis fier d'y avoir joué un rôle.
De nos discussions préalables à propos de ce projet de loi, il est clairement ressorti que, peu importe nos divergences politiques, nous avons tous l'objectif commun de protéger l'indépendance du système judiciaire. Nous soutenons cet objectif fondamental aujourd'hui par la mise en place d'un processus rigoureux et adapté pour régler les plaintes disciplinaires contre les juges.
À l'étape où en est le projet de loi C‑9 dans son cheminement parlementaire, je présume que nous sommes tous bien au fait du contexte qui a donné lieu à son élaboration. Ce contexte a été très bien expliqué, ce qui a contribué à encadrer nos récentes discussions. Le bien-fondé du projet de loi a aussi été traité en détail au cours des séances préalables. Néanmoins, je tiens à profiter de la présente occasion pour faire ressortir un certain nombre d'aspects clés.
D'entrée de jeu, il est important de souligner que les modifications au processus disciplinaire de la magistrature apportées par le projet de loi sont considérables et ont une vaste portée. Il ne s'agit pas de simples ajustements conçus pour mettre à jour un processus qui en avait besoin.
Avant d'aborder les réformes principales, je commencerai par deux éléments importants se rapportant à la conduite des juges en général.
Afin de maintenir la confiance des Canadiens dans le système de justice dans son ensemble, il est essentiel d'avoir un mécanisme robuste pour gouverner la conduite des juges. Il y a deux raisons étroitement liées à cela. Premièrement, l'existence d'un tel régime est essentielle même là où, comme au Canada, la magistrature est établie depuis longtemps et très respectée. Deuxièmement, protéger l'indépendance de la magistrature ne veut pas dire qu'il faut mettre les juges à l'abri des conséquences de l'inconduite. J'aborderai brièvement chacun de ces éléments.
Les modifications proposées par le projet de loi C‑9 n'ont pas été conçues en réaction à une crise d'éthique judiciaire. C'est plutôt le contraire. L'inconduite des juges au Canada est rare. Heureusement, les allégations sont rares et les conclusions d'inconduite le sont encore plus. Nous, les Canadiens, avons le privilège de bénéficier d'une excellente magistrature, dont la qualité est largement reconnue tant au pays qu'à l'étranger. Il ne faut pas pour autant en conclure qu'il est superflu d'avoir un solide régime de déontologie judiciaire. Ce l'est. Il faut un mécanisme robuste pour traiter les plaintes contre les juges afin que la confiance du public, qui est le fondement de l'excellence de notre magistrature, ne s'effrite pas. Un tel mécanisme est essentiel pour assurer le maintien de la confiance à la fois dans la magistrature elle-même et dans le système de justice en général. Les Canadiens doivent avoir l'assurance que les cas d'inconduite judiciaire seront examinés.
Un régime de déontologie judiciaire qui fonctionne bien reste donc essentiel, même lorsque les allégations d'inconduite judiciaire sont rares. Pour protéger la confiance du public dans l'administration de la justice, il faut qu'un mécanisme soit en place pour répondre de manière appropriée aux plaintes déposées contre des membres de la magistrature au fur et à mesure qu'elles sont faites. Il s'agit d'une garantie concrète de reddition de comptes. Cela contribue à préserver la confiance dans le fait que les allégations sont prises au sérieux, tout en respectant les principes d'équité procédurale.
Un processus disciplinaire de la magistrature qui servirait à mettre les juges à l’abri des conséquences d’une inconduite pourrait nuire tout autant à la confiance du public que l’absence complète de processus disciplinaire.
C’est pourquoi les dispositions du projet de loi C‑9 proposent une approche adaptée, qui vise à assurer que les allégations seront traitées le plus justement et le plus efficacement possible. Le mécanisme prévu respecte à la fois les personnes qui déposent la plainte et celles qui en font l’objet. En fournissant une voie légitime pour l’examen attentif des allégations, nous avons l’assurance que la conduite des juges fait l’objet d’un contrôle et que ceux-ci sont tenus de rendre des comptes au besoin. Cela favorise du même coup la confiance dans l’administration de la justice à plus grande échelle.
Il importe de souligner que l’élaboration soignée d’un processus disciplinaire de la magistrature n’est pas du tout incompatible avec le principe fondamental d’indépendance du système judiciaire, garanti par l’alinéa 11d) de la Charte canadienne des droits et libertés et par les dispositions sur la magistrature dans la Loi constitutionnelle de 1867. En fait, les deux vont de pair.
Cela dit, il faut effectivement veiller à l’équilibre délicat entre ces deux considérations importantes. Le processus que nous mettons en place pour traiter consciencieusement les allégations d’inconduite visant des juges ne doit pas contrevenir aux garanties constitutionnelles visant à assurer l’indépendance du système judiciaire.
Nous pouvons avoir confiance que ce projet de loi représente un juste équilibre. Les Canadiens peuvent avoir confiance en l’indépendance et en l’impartialité des décisions de leurs juges et, en même temps, être assurés que leur conduite demeure sujette à examen. En définitive, la confiance dans l’administration de la justice s’en trouvera améliorée, tant par rapport aux juges pris individuellement qu’à une échelle plus large.
J'aimerais maintenant vous donner un aperçu des fondements juridiques et constitutionnels du processus disciplinaire de la magistrature. Au cœur de ce processus se trouve le Conseil canadien de la magistrature, l'organisme chargé de recevoir et d'examiner les plaintes déposées contre les membres de la magistrature nommés par le gouvernement fédéral et de mener une enquête en bonne et due forme. Il est indépendant des pouvoirs exécutif et législatif du gouvernement.
La Loi sur les juges exige que le Conseil canadien de la magistrature soumette au ministre de la Justice un rapport contenant une recommandation sur la possibilité de révoquer le juge dont la conduite est en cause. Le ministre détermine ensuite s'il doit conseiller au Cabinet de soumettre la question aux deux Chambres du Parlement. Pour qu'un juge soit démis de ses fonctions, la Chambre des communes et le Sénat doivent tous deux voter en faveur de cette révocation. Le cas échéant, une demande de révocation du juge est envoyée au gouverneur général.
Comme je l'ai déjà mentionné, pour y faire contrepoids, ce processus exige des protections constitutionnelles en matière d'indépendance judiciaire. L'inamovibilité est l'un des éléments de l'indépendance judiciaire. Plus précisément, les exigences relatives à l'inamovibilité empêchent la révocation d'un juge, à part en cas d'incapacité ou d'inconduite avérée. À titre de protection supplémentaire, une audience est requise, ce qui permettra au juge de se faire entendre, de sonder la preuve et de présenter tous les éléments de preuve utiles à sa décharge. Ces impératifs sont au cœur de tout processus d'examen de la conduite des juges. Ils sont essentiels pour garantir que toutes les étapes de ce processus sont libres de toute influence indue exercée par les autres organes du gouvernement.
Tout système de justice sain trouve ses racines, du moins en partie, dans le cadre établi pour traiter les allégations d'inconduite de la part des juges. Si nous étions poursuivis en justice, nous nous attendrions tous à nous faire traiter équitablement. Cette même exigence d'équité procédurale s'applique aux juges dont on examine la conduite. Même s'il ne s'agit pas en soi d'un processus judiciaire, il doit en reprendre certains des éléments clés. Par exemple, il faut garantir l'équité tout au long du processus, tout en s'assurant que la résolution est appropriée au contexte. Le processus doit utiliser efficacement le temps et les ressources, ainsi que parvenir à une issue rapidement et à un coût raisonnable pour les contribuables.
Ces éléments sont au cœur des modifications prévues dans le projet de loi C-9. Si notre régime actuel de déontologie judiciaire nous a bien servi pendant de nombreuses années, et qu'il a contribué à créer les conditions préalables nécessaires à la solidité du système de justice dont nous disposons aujourd'hui, il doit maintenant être amélioré. Comme je l'ai déjà dit, il ne s'agit pas de changer pour le plaisir de changer ni d'un changement motivé uniquement par la nécessité de mettre à jour un processus vieux d'un demi-siècle. En fait, c'est parce qu'il y a eu des changements fondamentaux dans le paysage juridique, associés à l'évolution des normes sociétales, qui ont révélé des lacunes particulières dans le processus existant. Les modifications proposées dans le cadre du projet de loi C-9 pourraient y remédier.
Les modifications proposées dans le cadre du projet de loi C-9 visent les domaines clés suivants: l'efficacité, la responsabilité et l'équité procédurale. Ce sont des domaines essentiels pour assurer la confiance du public, où le projet de loi nous permettrait de satisfaire aux exigences. L'efficacité du processus permettrait d'optimiser le temps et les ressources financières. La résolution rapide des affaires permettrait d'offrir des assurances aux personnes concernées. À plus grande échelle, la rapidité et l'efficacité du processus judiciaire permettraient au public de constater qu'il fonctionne comme il se doit et que les allégations sont traitées rapidement et efficacement.
À l'heure actuelle, les juges peuvent entreprendre l'examen judiciaire de décisions du Conseil canadien de la magistrature à de multiples étapes. Chacun de ces examens judiciaires, amorcés à la Cour fédérale, peut être porté en appel auprès de la Cour d'appel fédérale et, éventuellement, de la Cour suprême du Canada. Même si de telles procédures sont entamées pour des raisons tout à fait légitimes, une affaire peut trop facilement demeurer en instance pendant une période prolongée de façon déraisonnable. Évidemment, l'efficacité a également une incidence sur les coûts, et lorsque l'on se prononce rapidement à l'égard d'allégations, cela aide à éviter une hausse faramineuse des coûts.
Non seulement on risque de prolonger une affaire indûment pendant de nombreuses années, mais la confiance du public à l'égard du processus risque de diminuer si les coûts semblent excessifs. Un aspect clé du nouveau régime proposé dans le projet de loi C‑9 est sa flexibilité et sa capacité d'adaptation améliorées. Le projet de loi propose un outil plus raffiné pour résoudre les affaires relatives à la conduite d'un juge qui ne sont pas assez graves pour justifier que le juge soit démis de ses fonctions: il s'agit d'un train de sanctions possibles qui permettrait d'imposer une sanction mieux adaptée au contexte et plus appropriée pour remédier à l'inconduite en question.
Sous le régime actuel, une seule sanction est expressément disponible: démettre le juge de ses fonctions. Par conséquent, cette sanction risque, d'une part, d'être excessive et, d'autre part, d'être trop peu englobante. Pensons à une conduite qui, bien qu'elle soit reconnue comme étant inappropriée, ne justifie pas qu'on déroge à l'inamovibilité protégée par la Constitution dont jouissent les juges.
Le simple fait de faire l'objet de l'enquête approfondie qui est requise, sans qu'il y ait révocation, peut causer des dommages irréparables à la réputation d'un juge. Le Conseil canadien de la magistrature nous a dit qu'il avait souvent du mal à appliquer ces deux options, c'est-à-dire à recommander la peine la plus sévère ou alors aucune peine du tout. Dans les deux cas, le public peut percevoir une injustice.
Il est également important de souligner l'idée que la justice soit rendue et qu'elle soit perçue comme telle. La confiance du public dans la magistrature repose non seulement sur la reddition de comptes des juges, mais aussi sur le fait que les juges sont perçus comme étant tenus responsables. En prévoyant des options autres que la révocation, comme la participation à un programme de formation ou la présentation d'excuses officielles, le projet de loi C‑9 offrirait une approche plus équilibrée qui renforcerait la responsabilité envers les Canadiens à tous les égards. Il s'agirait d'un important pas en avant pour continuer à favoriser la confiance du public dans notre système de justice.
Il est essentiel de se rappeler que notre système juridique existe pour servir le public. Il fonctionne parce que nous avons confiance en sa légitimité, ainsi qu'en la capacité de ses membres et de ses mécanismes à administrer la justice. Il ne s'agit pas d'un accident, mais plutôt du résultat d'efforts soutenus et concertés au fil du temps. Ici, au Canada, nous avons la chance d'avoir une base solide sur laquelle nous pouvons nous appuyer. Cela exige toutefois une attention constante. Il faut veiller à ce que des mesures soient prises pour préserver la confiance du public.
À titre d'exemple, le projet de loi C‑9 ouvrirait la voie à une plus grande transparence et à la participation du public dans le processus encadrant la conduite des juges. Les membres du grand public qui ne sont ni des avocats ni des juges pourraient participer à deux étapes fondamentales du nouveau processus qui est proposé.
Premièrement, ils pourraient faire partie d'un comité d'examen dont le mandat serait de déterminer si une inconduite qui n'est pas suffisamment grave pour justifier la révocation d'un juge a eu lieu, puis de choisir la sanction appropriée dans les circonstances. Deuxièmement, un non-juriste pourrait faire partie d'un comité d'audience plénier dont le mandat serait de déterminer si une inconduite grave justifie la recommandation de révocation des fonctions de juge.
Ces modifications correspondent aux commentaires reçus lors des consultations exhaustives menées auprès d'un grand éventail de groupes, y compris des membres du grand public. Non seulement ce processus assurera la reddition de comptes au public, mais il reposera sur la responsabilité judiciaire.
L'un des éléments cruciaux qui permettront de préserver le caractère légitime du processus est l'obligation des juges d'agir de manière responsable, et ce, autant dans les faits que dans la perception du public. Comme je l'ai mentionné, la perception que le système fonctionne comme il se doit est aussi importante que le fait qu'il fonctionne véritablement comme il se doit. Or, ces deux aspects seraient améliorés avec l'élargissement des options pour gérer les cas où les juges auraient eu une conduite inappropriée. Les conséquences à appliquer seraient déterminées selon chaque cas, ce qui tiendrait vraiment compte d'une plus grande variété d'inconduites. Par ailleurs, ce processus modifié favoriserait une approche créative pour résoudre les problèmes et appliquer les sanctions, en gardant à l'esprit d'infliger la sanction la plus appropriée pour une inconduite qui requiert autre chose que la révocation des fonctions.
Le dernier élément relatif à la responsabilité est d'ordre financier. Comme je l'ai indiqué précédemment, dans le régime actuel, les procédures peuvent facilement s'enliser et devenir excessivement longues et coûteuses, ce qui mine la confiance du public. En plus des modifications dont j'ai déjà parlé concernant l'efficacité, le projet de loi C‑9 propose un mécanisme de financement plus stable et de nouveaux contrôles pour l'utilisation des fonds publics.
Plus particulièrement, le financement proviendrait de deux sources: d'un côté, des fonds seraient tirés sur le Trésor, et de l'autre, ils proviendraient du crédit budgétaire du commissaire à la magistrature fédérale, obtenu dans le cadre du cycle budgétaire habituel. Les paiements sur le Trésor ne seraient possibles que pour les coûts découlant nécessairement de l'obligation de tenir des audiences publiques lorsqu'une plainte atteint une certaine étape du processus. Ces coûts sont à la fois non discrétionnaires et imprévisibles. Parallèlement, les dépenses administratives quotidiennes, plus prévisibles, seraient payées à partir des fonds obtenus par le commissaire à la magistrature fédérale dans le cadre du cycle budgétaire.
En ce qui concerne les débours sur le Trésor, des mesures de protection supplémentaires sont prévues. Les montants pouvant être facturés par les avocats des juges en cause seraient limités par une politique. Le projet de loi C‑9 propose aussi une participation accrue du commissaire à la magistrature fédérale, d'une part pour contrôler les autres dépenses de procédure, et d'autre part pour collaborer avec le Conseil canadien de la magistrature à l'examen quinquennal des coûts assumés par le Trésor.
Le bilan de la magistrature canadienne est exemplaire à tous les égards. Je suis fier de nos juges, actuels et passés, qui se consacrent ou se sont consacrés à servir le mieux possible leurs concitoyens canadiens. Cependant, malgré les hauts standards que nous avons à l'égard des juges et auxquels la vaste majorité d'entre eux font honneur, il est inévitable que certains cas de conduite répréhensible surviennent. Or, comme je l'ai expliqué, même si les exemples d'inconduite sont rares, l'efficacité des mécanismes que nous mettons en place pour y répondre n'est rien de moins que déterminante pour le maintien de la confiance du public.
Tout comme chaque allégation d'inconduite offre une occasion de renforcer la confiance du public dans la magistrature, il en va de même pour le projet de loi à l'étude. Nous avons le privilège unique de prendre des mesures concrètes pour renforcer l'administration de la justice. J'ai été encouragé de voir la collaboration au cours de l'étude du projet de loi C‑9, particulièrement au sein du comité, ce qui nous a permis d'arriver à l'étape actuelle de cette étude. Continuons dans cet esprit et envoyons le projet de loi à l'autre endroit, afin que nos collègues l'examinent.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2022-12-09 10:19 [p.10714]
Madam Speaker, I thank the minister and I concur with his comments.
I support the bill. However, this bill is cold comfort to my constituents, Mike and Dianne Ilesic, whose son Brian was murdered by a co-worker. That co-worker shot Brian and three other co-workers point-blank in the back of the head. That killer was the first person to have a consecutive parole ineligibility period imposed on him by a trial judge.
Mike and Dianne were absolutely devastated with the Supreme Court's decision in the spring to strike down that law. They were even more disappointed with the minister's response, which was to say that he respected the decision and would not take any further steps to respond to it or fill the void left as a result of the court decision.
Respectfully, what can the minister say to Mike and Dianne?
Madame la Présidente, je remercie le ministre et je souscris à ses observations.
J'appuie le projet de loi à l'étude. Il constitue toutefois un piètre réconfort pour Mike et Dianne Ilesic, un couple de ma circonscription dont le fils, Brian, a été assassiné par un collègue. Celui-ci a abattu Brian et trois autres collègues en leur tirant une balle dans la tête à bout portant. Il a été la première personne à qui un juge de première instance a imposé des périodes consécutives d'inadmissibilité à la libération conditionnelle.
Mike et Dianne ont été complètement atterrés quand la Cour suprême a décidé d'invalider la loi en question, au printemps. Ils ont été encore plus déçus de la réponse du ministre, qui a dit qu'il respectait la décision et ne prendrait aucune mesure pour y répondre ou pour combler le vide qu'elle crée.
Je pose la question en tout respect: qu'est-ce que le ministre pourrait dire à Mike et Dianne?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank the hon. member for his support on this particular bill. It is important that we move on this bill expeditiously. I appreciate the support he has given personally, as well as the support his party has given, at all stages of this bill. I thank my critic as well, the member for Fundy Royal.
I would say to Mike and Dianne that the eligibility for parole that the Supreme Court has imposed in the Bissonnette case is not automatic. It does not mean that the person convicted in this case will be granted parole. It merely means that the consecutive life sentences stand, but there will be a possibility of parole after a fairly long period of time.
It was an unequivocal Supreme Court decision. The court clearly said, in a unanimous decision, that parole ineligibility could not stand. I have never rejected the possibility of acting. I am always open to good ideas, as the hon. member knows and has known throughout my period as the Minister of Justice. I will continue to reflect on that case.
Madame la Présidente, je remercie le député d'appuyer ce projet de loi en particulier. Il est important que nous avancions rapidement pour adopter cette mesure. Je suis heureux que son parti et lui-même aient appuyé le projet de loi à toutes les étapes. Je remercie également le porte-parole de l'opposition en matière de justice, le député deFundy Royal.
Je dirais à Mike et à Dianne que l'admissibilité à la libération conditionnelle que la Cour suprême a imposée dans l'affaire Bissonnette n'est pas automatique. Cela ne signifie pas que la personne condamnée dans cette affaire bénéficiera d'une libération conditionnelle. Cela signifie simplement que les peines consécutives d'emprisonnement à vie sont maintenues, mais qu'il y aura une possibilité de libération conditionnelle après une assez longue période.
C'était une décision sans équivoque de la Cour suprême. La Cour a clairement dit, dans une décision unanime, que l'inadmissibilité à la libération conditionnelle est injuste. Je n'ai jamais rejeté la possibilité d'agir. Je suis toujours ouvert aux bonnes idées, comme le député le sait depuis le début de mon mandat à titre de ministre de la Justice. Je continuerai à réfléchir à cette affaire.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2022-12-09 10:22 [p.10714]
Madam Speaker, I thank the minister for his speech. I always enjoy hearing him speak.
He went on at length about how Bill C‑9 will maintain the public trust, and he also talked about the separation of powers among the legislative, executive and judicial branches, which is just as important and is also maintained in Bill C‑9.
However, if there is one thing that makes us question that balance upon which the public trust relies, it is the judicial appointment process that precedes the potential removal of a judge from office, which one hopes would be a very infrequent occurrence.
I would like the minister to comment on the possibility of revising the appointment process to make it as non-partisan and transparent as possible, thereby bolstering public confidence in the judicial system.
Madame la Présidente, je remercie le ministre de son discours. Il est toujours agréable de l'entendre.
Il a parlé abondamment de la question de la confiance du public qui est maintenue avec le projet de loi C‑9, et il a aussi parlé de la question de la séparation des pouvoirs entre le législatif, l'exécutif et le judiciaire, qui est aussi importante et qui est maintenue dans le projet de loi C‑9.
Par contre, s'il y a un endroit où on peut se questionner un peu plus sur cet équilibre qui permet la confiance du public, c'est en ce qui concerne la nomination des juges, qui vient antérieurement à leur possible révocation, qu'on espère la moins fréquente possible.
J'aimerais entendre le ministre sur la possibilité qu'on revoie le processus de nomination, question d'en faire un exercice qui soit le moins partisan possible et le plus transparent possible afin de permettre une meilleure confiance du public dans le système judiciaire.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for her question.
In 2016, we established a non-partisan and transparent judicial appointment process that ensures exemplary quality and greater diversity among judges across Canada, including in Quebec. I can tell this House that the Barreau du Québec and Quebec lawyers are very pleased with the quality and diversity of the individuals appointed to the Quebec Superior Court.
We have already appointed 10 judges to the Quebec Superior Court this year, and we still have nine vacancies. The process is ongoing as we continue to fill these positions. I hope to have good news very soon.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
En 2016, nous avons justement instauré un processus non partisan et transparent qui permet la nomination de juges de qualité exemplaire et qui permet une grande diversité de juges partout au Canada, y compris au Québec. Je peux dire que le Barreau du Québec et les avocats du Québec sont très contents de la qualité et de la diversité des personnes qui ont été nommées à la Cour supérieure du Québec.
Cette année, nous avons déjà nommé 10 juges à la Cour supérieure du Québec et il nous reste 9 postes à pourvoir. Ce processus continue justement pour pourvoir ces postes. J'espère avoir de bonnes nouvelles très bientôt.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I thank the minister for his remarks on what I think is an important bill.
There is an obvious tension, always, between the independence of judges and the right of the public to have transparency about the conduct of judges. In this bill, it is very clear that we are going to make a significant improvement over the current situation, in which neither the complainants nor the judges complained about are served well. I wonder if the minister thinks that with this bill, we have finally reached the right balance between the independence of judges and the rights of those who may have complaints about judges.
Madame la Présidente, je remercie le ministre de ses observations sur ce qui me semble être un projet de loi important.
Il est évidemment toujours nécessaire d'atteindre un équilibre entre l'indépendance des juges et le droit du public à une certaine transparence concernant leur conduite. Il ne fait aucun doute que le présent projet de loi permettra d'améliorer grandement la situation actuelle, dans laquelle ni les plaignants ni les juges visés par une plainte ne sont bien servis. Je me demande si le ministre croit que, grâce à ce projet de loi, nous avons enfin établi un juste équilibre entre l'indépendance des juges et les droits des personnes qui portent plainte contre eux.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank the hon. member for his work at committee and with respect to collaboration on justice issues generally. We have a very high degree of collaboration among all the parties in the House, and I am very proud of that fact.
I think we have reached the right balance here. I point out to the hon. member that the substance of this process was elaborated on by the Canadian Judicial Council, which is led by the Right Hon. Richard Wagner, who is the Chief Justice of Canada, and chief justices across Canada, in collaboration with superior court judges across Canada. I think there is an important developmental part of the bill that was undertaken by the judiciary.
We had a high-profile case of judicial misconduct over the past number of years in which dilatory tactics were used, and it ended up costing the taxpayer time and money. The people who suffered the most during that process were the judges. They felt that their reputation was being impugned by the actions of one of their members. Therefore, they had a very strong incentive to participate in the process and to elaborate on a process that they believed was fair.
Then the bill came here and there were good recommendations at committee. There were not many, but they were important ones. Therefore, we have taken on our role responsibly to work with justices, maintaining independence on each side and coming up with a process that will serve Canadians. That is ultimately what both the judiciary and parliamentarians do.
Madame la Présidente, je remercie le député de son travail au comité et de sa collaboration sur les questions de justice en général. Tous les partis à la Chambre collaborent très étroitement, et j'en suis très fier.
Je crois que nous avons trouvé le juste équilibre. Je signale au député que le processus a essentiellement été élaboré par le Conseil canadien de la magistrature, qui est dirigé par le juge en chef du Canada, Richard Wagner, et les juges en chef de tout le Canada, en collaboration avec des juges des cours supérieures de tout le pays. À mon avis, la magistrature s'est chargée d'une partie importante de l'élaboration du projet de loi.
Au cours des dernières années, il y a un cas très médiatisé d'inconduite judiciaire qui a fait l'objet de tactiques dilatoires, ce qui a fini par coûter temps et argent aux contribuables. C'est aux juges que le processus a nui le plus. Ils ont eu l'impression que leur réputation avait été entachée par les actions d'un de leurs collègues. Par conséquent, ils étaient très motivés à participer à la démarche afin de mettre au point un processus qui leur apparaissait équitable.
Puis, le projet de loi a été présenté à la Chambre, et le comité a fait de bonnes recommandations. Il y en avait peu, mais elles étaient importantes. Par conséquent, nous nous sommes acquittés de notre tâche de façon responsable, de concert avec les juges, afin de préserver l'indépendance de chaque groupe et d'établir un processus qui servira les intérêts des Canadiens. C'est, en définitive, ce que font les parlementaires et la magistrature.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2022-12-09 10:26 [p.10715]
Madam Speaker, the Minister of Justice would be aware that at the justice committee, Conservative members put forward a common-sense motion. It was a proposal to amend Bill C-9 to include an automatic right of appeal to the Federal Court of Appeal, not the trial court, and that was rejected by the other members of the committee. They argued that the Supreme Court of Canada is already there for appeals. However, we know that is only a faint hope, because it is unlikely that any case coming out of the CJC will ever make it to the Supreme Court of Canada. I would like his comments on that.
Madame la Présidente, le ministre de la Justice sait sûrement que des députés conservateurs ont présenté une motion pleine de bon sens au comité de la justice. Elle proposait d'amender le projet de loi C‑9 afin d'inclure un droit automatique d'appel à la Cour d'appel fédérale, et non pas au tribunal de première instance. Cette motion a été rejetée par les autres députés qui siègent au comité. Ils ont fait valoir que la Cour suprême du Canada permet déjà d'entendre les appels. Cependant, nous savons que cette voie ne représente qu'un bien faible espoir parce qu'il est très peu probable qu'une affaire du Conseil canadien de la magistrature se rende un jour devant la Cour suprême du Canada. J'aimerais savoir ce que le ministre en pense.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, indeed, this is probably one of the reasons we are here.
I mentioned the case of Justice Girouard over the past number of years, in which there were a number of judicial reviews to the Federal Court and appeals to the Federal Court of Appeal from those judicial reviews. It ended up ballooning the process in terms of cost and rendering the process much more complex, and it took years.
I know that serious discussions were undertaken by the CJC and the chief justice discussing the mechanism, and appeals to the Federal Court were considered. What the judges came up with was a transparent process to hear and provide for appeals within the system in a linear fashion with, finally, the possibility of seeking leave to appeal to the Supreme Court.
I think the hon. member is correct to say that leave to appeal to the court is not meant to be frequently obtained, but there has been a sufficient degree of attention paid within the linear system of vetting, hearing and rehearing cases so that there is a sufficient degree of protection put in the system for someone to challenge a first ruling and move from there. We have built a good balance that maintains efficiency and—
Madame la Présidente, c'est probablement une des raisons pour lesquelles nous sommes ici.
J'ai mentionné l'affaire du juge Girouard, qui s'est déroulée au cours des dernières années et qui impliquait un certain nombre de contrôles judiciaires de la Cour fédérale et d'appels subséquents à la Cour d'appel fédérale. Les procédures ont fini par coûter très cher et devenir passablement compliquées, et elles ont duré des années.
Je sais que des discussions sérieuses ont été entreprises par le Conseil canadien de la magistrature et par le juge en chef au sujet du mécanisme et que la possibilité d'interjeter appel à la Cour fédérale a été étudiée. La solution que les juges ont trouvée consiste en un processus transparent qui permet d'interjeter appel au sein du système de façon linéaire et qui mène, ultimement, à la possibilité de faire une demande d'autorisation d'appel à la Cour suprême.
Je crois que le député a raison de dire que l'autorisation d'appel à la cour n'est pas quelque chose qu'on est censé obtenir facilement, mais suffisamment d'attention a été accordée aux étapes successives que sont l'examen, les audiences et les nouvelles audiences pour protéger comme il se doit quiconque entreprend de contester un premier jugement et ainsi de suite. Nous avons réussi à trouver un juste équilibre entre efficience et...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
There is time for one last question.
The hon. parliamentary secretary to the government House leader.
Il reste du temps pour une dernière question.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-12-09 10:29 [p.10715]
Madam Speaker, I would like to get back to the issue of public confidence in the judicial system. The minister made reference to those high-profile cases where a judge is being judged by the public, if I can put it that way, because of a particular ruling and questions of doubt are planted.
When I look at the legislation, one aspect is important to recognize: We assist in ensuring public confidence in the system when we put in the checks we are putting in today. Could the minister provide his thoughts on the—
Madame la Présidente, j'aimerais revenir sur la question de la confiance du public à l'endroit du système judiciaire. Le ministre a parlé des affaires hautement médiatisées où le juge est jugé par le public, si l'on peut dire, en raison d'une certaine décision, au point que cela sème le doute.
Il est important de souligner un aspect important du projet de loi: en mettant en place les freins et contrepoids que nous proposons aujourd'hui, nous contribuons à renforcer la confiance du public envers le système. Que pense le ministre de...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I would like a very brief answer from the hon. minister.
Je demande au ministre de répondre très brièvement.
Results: 1 - 15 of 48530 | Page: 1 of 3236

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data