Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 22858
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am pleased to rise virtually in the House today to speak to Bill C-206.
I would like to thank my colleague, the member for Northumberland—Peterborough South. I am sure he has had many discussions with farmers.
I also want to thank Michel Dignard and Réjean Pomainville, two farmers from my region I greatly respect and who informed me of the impact that the changes could have on farms. I am very grateful to them.
Personally, I supported the bill because I made a commitment to those two farmers. I want to thank them. They did the right thing by telling me about the potential repercussions this could have on farming.
The bill seeks an exemption to the price on pollution. There are computerized grain dryers, but they are still rather rare in Canada. Most farmers have to use propane dryers, and those who are lucky enough to have a natural gas connection can use a natural gas dryer.
Given that the price of the carbon tax will increase to $170 by 2030, we hope that new technologies will be available on the market by then. I am sure that our government will present potential solutions and that it will invest to enable our farmers to take advantage of those solutions, which must, of course, be market solutions.
Climate change is real. For example, we know that the oil and transportation sectors account for approximately 52% of greenhouse gases produced in Canada, the heavy industries account for about 10%, and the agricultural sector accounts for roughly 10% as well.
We are trying to reduce the effects of climate change in the agricultural sector. The goal is not to penalize our farmers but to decarbonize their suppliers.
I supported Bill C‑206, and I also support the objectives and changes that our government presented.
The rebate program for farmers, which will allocate an estimated $100 million to the four provincial jurisdictions that have decided not to put a price on pollution, is a recognition by our government that we have to decarbonize the way we dry grain. However, right now those technologies may not be available to the majority of farmers. Obviously, by 2030 the price on pollution will rise to $170 a tonne, which sends a market signal to those who create new technologies to adapt technology so that it is not necessarily carbon heavy. That is where I believe we need to go. It is the only way to decarbonize our economy.
We know the ag sector contributes 10% of our greenhouse gases. However, I know that farmers have done a tremendous job, such as our egg farmers, who are able to produce more than 50% of what they used to 50 years ago while reducing their carbon emissions by 50%. There are positive stories out there. Farmers have adopted new technologies, whether they are biodigesters, solar panels or those to make their dairy barns extremely energy efficient. They are doing a fantastic job. What we are trying to do now is decarbonize the majority of their suppliers.
I was happy to hear that there is now a $200-million fund to help with the adoption of cover crops. I think that is an extremely important domain of science. If we could reward farmers so that cover crops play an even bigger role in capturing carbon, it would be an extremely good news story. The world will be looking at our net-zero products, and whether it is our produce or the other things that farmers grow, farmers will always be there. However, I think cover crops have a major role to play. I have started seeing farmers adopt it in my riding. Not everyone is, but some surely are, and the $200-million fund that was presented in budget 2021 will be there to help and guide them.
Last week, the Minister of Agriculture and Agri-Food launched the agricultural clean technology program, which has a fund of $165 million. There will be some money there to help farmers improve their green energy and energy efficiency, and help them further adopt precision agriculture. When we think about precision agriculture, we know there used to be days when farmers would just lay fertilizer across the land. Nowadays they can actually pinpoint, to the plant and to the row, where they need to put fertilizer, should they need it, to help improve plant health. That is the way of the future. The fertilizer industry has a role to play, and it is stepping up to play that particular role. Soil health is another important conversation we need to have in this country, and I think farmers want to be part of this particular conversation.
To get back to the matter at hand, as I said at the beginning of my speech, I have supported Bill C-206 because of a simple commitment that I made to two farmers back home. I certainly do not support an exemption that would last forever, but I do know that technologies will be available to our farmers. With the funds that were announced through budget 2021, there will be some dollars to help farmers adopt new technologies on the farm.
Grain drying is something that I will be looking at in my riding to see who has the most efficient method. It is part of my summer pet project to visit farms once it is safe to do so. It will help me better understand where farmers could make changes and where they might not necessarily have to rely on traditional technologies.
I want to raise another issue. Earlier we talked about cover crops and our government's $200 million fund for cover crops. There are a lot of trees on our farmland, and deforestation of private lands is a major problem.
I am not trying to single out farmers, because I know they are doing what they have to do to earn an income and support their families. However, part of that $200 million our government announced is for a reverse auction program, which is a really interesting initiative that encourages farmers to conserve existing wetlands and trees on their private property to capture carbon. These are all measures we announced in budget 2021 to help farmers reduce on-farm greenhouse gas emissions. This is an important thing to do because that is where the industry is heading.
I think we would be sending a wonderful message to the rest of the world if we could produce food while having a positive impact on the environment and limiting our greenhouse has production. We would be the envy of the world, and I think that is how Canada should position itself.
Again, I thank my colleague from Northumberland—Peterborough South for his bill, which I support. I wish him luck. Even though this bill will not help the green transition, it is an important part of the conversation.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de prendre la parole, de manière virtuelle, au sujet du projet de loi C‑206.
Je tiens à remercier mon collègue le député de Northumberland—Peterborough-Sud. Je suis certain qu'il a eu plusieurs conversations avec les agriculteurs.
Je veux aussi remercier deux agriculteurs de ma région qui m'ont informé des répercussions que les changements pouvaient avoir sur la ferme. Ce sont des agriculteurs pour lesquels j'ai un grand respect: M. Michel Dignard et M. Réjean Pomainville. Je les apprécie beaucoup.
Personnellement, j'ai appuyé le projet de loi parce que j'ai pris un engagement envers ces deux agriculteurs. Je tiens à les remercier; ils ont fait un excellent travail en m'informant des répercussions potentielles sur la ferme.
L'objectif du projet de loi vise une exemption du prix sur la pollution. Il existe des technologies pour les séchoirs à grains, mais elles sont peut-être encore plutôt rares au Canada. La majorité des agriculteurs doivent utiliser des séchoirs au propane, et ceux et celles qui ont la chance d'avoir une conduite de gaz naturel peuvent utiliser un séchoir au gaz naturel.
Vu que le prix de la taxe sur le carbone va augmenter à 170 $ d'ici à 2030, on espère qu'il y aura de nouvelles technologies sur le marché. Je suis certain que notre gouvernement présentera des solutions potentielles et qu'il investira pour que nos agriculteurs puissent profiter de ces solutions, qui doivent évidemment être commerciales.
Les changements climatiques sont réels. Par exemple, on sait que les secteurs du transport et du pétrole contribuent environ à 52 % des gaz à effet de serre au Canada; les industries lourdes y contribuent à environ 10 %; et le secteur agricole y contribue environ à 10 % lui aussi.
Nous essayons de réduire les répercussions des changements climatiques dans le secteur agricole. L'objectif n'est pas de pénaliser nos agriculteurs, mais bien de décarboniser les fournisseurs de nos agriculteurs.
J'ai appuyé le projet de loi C‑206, et j'appuie aussi les objectifs et les changements que notre gouvernement a présentés.
Le programme de remboursement de la taxe pour les agriculteurs, qui allouera la somme estimée de 100 millions de dollars aux quatre provinces qui ont décidé de ne pas tarifer la pollution, est une reconnaissance, de la part du gouvernement, que nous devons décarboniser nos méthodes de séchage du grain. Toutefois, à l'heure actuelle, ces technologies ne sont pas nécessairement accessibles à la majorité des agriculteurs. Évidemment, d'ici 2030, le prix de la pollution augmentera à 170 $ la tonne, ce qui envoie un signal du marché aux créateurs de nouvelles technologies afin qu'ils adaptent celles-ci et les rendent plus écologiques. Voilà, selon moi, la voie de l'avenir. C'est le seul moyen de décarboniser notre économie.
Nous savons que le secteur agricole est responsable de 10 % de nos émissions de gaz à effet de serre. Cela dit, je sais que les agriculteurs font un travail extraordinaire. Par exemple, nos producteurs d'œufs produisent maintenant 50 % plus d'œufs qu'il y a 50 ans tout en ayant réduit leurs émissions carboniques de 50 % au cours de la même période. Il existe une panoplie de pratiques exemplaires. Les agriculteurs adoptent de nouvelles technologies, qu'il s'agisse de biodigesteurs, de panneaux solaires ou d'autres technologies leur permettant d'améliorer grandement l'efficacité énergétique de leur ferme laitière. Ils font un travail fantastique. Ce que nous tentons de faire maintenant est de décarboniser la majorité de leurs fournisseurs.
J'ai été ravi d'apprendre le nouvel investissement de 200 millions de dollars pour favoriser l'adoption des cultures de couverture. À mon avis, c'est un domaine scientifique extrêmement important. Si nous pouvions récompenser les agriculteurs afin que les cultures de couverture contribuent encore davantage au captage du carbone, ce serait une excellente nouvelle. Le monde examinera nos progrès en matière de produits à zéro émission nette. Que l'on pense à nos produits ou à d'autres choses qui sont cultivées, les agriculteurs seront toujours là. Cependant, je pense que les cultures de couverture ont un rôle crucial à jouer. Les agriculteurs de ma circonscription ont commencé à adopter cette façon de faire. Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais une partie d'entre eux le font. Le fonds de 200 millions de dollars qui a été présenté dans le budget de 2021 les aidera et les orientera dans ce virage.
La semaine dernière, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a lancé le Programme des technologies propres en agriculture, qui prévoit un fonds de 165 millions de dollars. Une partie de cette somme aidera les agriculteurs à améliorer leur bilan en ce qui concerne les énergies vertes et l'efficacité énergétique, en plus de miser davantage sur l'agriculture de précision. À propos de ce type d'agriculture, nous savons que, à une certaine époque, les agriculteurs épandaient tout simplement les engrais sur l'ensemble de leurs terres. De nos jours, ils peuvent déterminer, selon la culture et la rangée, où ils doivent épandre de l'engrais, le cas échéant, pour améliorer la santé des plants. C'est la voie de l'avenir. L'industrie des engrais a un rôle à jouer, et elle répond à l'appel. La santé des sols est un autre sujet dont il faut discuter dans notre pays, et je pense que les agriculteurs veulent faire partie de cette conversation.
Pour revenir à la question qui nous intéresse, comme je l'ai dit au début de mon discours, j'ai appuyé le projet de loi C‑206 pour faire suite à l'engagement que j'ai pris envers deux agriculteurs de ma région. À l'évidence, je n'appuie pas une exemption qui durerait indéfiniment, mais je sais que des technologies seront offertes aux agriculteurs. Les fonds qui ont été annoncés dans le budget de 2021 aideront les agriculteurs à adopter de nouvelles technologies.
J'observerai le séchage du grain dans ma circonscription pour me renseigner sur la méthode la plus efficace. La visite des fermes est un projet estival qui me tient à cœur que j'entreprendrai dès qu'il sera sécuritaire de le faire. Cela m'aidera à mieux comprendre les changements que les agriculteurs pourraient apporter et les segments pour lesquels ils n'ont pas nécessairement besoin de compter sur les technologies traditionnelles.
J'aimerais soulever une autre question. Nous avons parlé, plus tôt, de la culture intercalaire et des 200 millions de dollars que notre gouvernement accordera. Il y a beaucoup d'arbres sur nos terres agricoles, et la déforestation sur les terrains privés représente un problème majeur.
Je ne cherche pas à pointer du doigt les agriculteurs, car je sais qu'ils font ce qu'ils doivent faire pour gagner une source de revenus afin de pourvoir aux besoins de leur famille. Par contre, dans les 200 millions de dollars que notre gouvernement a annoncés, il y aurait des enchères inversées. Cette mesure, que je trouve très intéressante, incite les agriculteurs à garder des terres humides sur leur propriété privée ou même à conserver des boisés dans le but de capturer le carbone. Ce sont toutes des mesures que nous avons annoncées dans le budget de 2021 afin d'aider les agriculteurs à réduire les gaz à effet de serre sur leur ferme. Il est important de le faire parce que c'est ce vers quoi l'industrie s'en va.
Selon moi, nous enverrions un beau message au reste du monde entier si nous étions capables de produire de la nourriture tout en ayant un impact positif sur l'environnement et en limitant notre production de gaz à effet de serre. Nous ferions l'envie du monde entier et je crois que c'est ainsi que le Canada doit se positionner.
Encore une fois, je tiens à remercier de son projet de loi mon collègue de Northumberland—Peterborough‑Sud. C'est un projet de loi que j'appuie, et je lui souhaite bonne chance. Même si ce projet de loi n'aidera pas à faire la transition verte, il est quand même un important facteur de cette conversation.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-21 11:14 [p.8818]
Madam Speaker, I am pleased to rise again to speak to Bill C‑206 today, as I did at second reading. Today, we have come full circle. I propose that we look at the bill by asking five basic questions, which we should ask more often in these cases: who, when, how, what and where. It is very simple.
I will start with who, in other words, those we are proposing this bill for. Unlike other political parties, we in the Bloc Québécois do not tend to give gifts to people who do not need it.
Farmers kept the agriculture sector going in a crisis, which is not easy. We know that farm owners had a very tough time on the labour front. This hurt food security, supply and, in some cases, animal health. Management of issues surrounding the arrival of foreign workers has been problematic, and, a few days ago, assistance from the government in support of quarantine was cut in half.
However, even before the crisis began, our farmers were already struggling. Climate change is causing even greater uncertainty around crops and harvests. Furthermore, it is getting harder and harder to find young farmers to take over, particularly because the price of land keeps going up year after year.
People who grew up on the land and worked with their parents will find it increasingly difficult to take over the farming operation. There are rare occasions when parents can afford to be generous and gift the farm to their children, instead of using the value of the farm business they have built up their entire lives to fund their retirement. In other cases, given the rising cost of land and quotas, it is hard to find young farmers to take over.
Why are we doing this, that is, why are we debating Bill C-206? We must remember that the bill would amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act, including section three, which lists the products that are not taxed, in particular those for farming purposes. Natural gas and propane were missing from the list of exempt products. Why does Bill C-206 seek to add them to section three?
A carbon tax discourages people from taking a certain action and encourages them to choose a behaviour over another. However, in order for that to happen, people must have options, and that is exactly the problem.
There was an example of this in my riding during the rail crisis. CN just stopped delivering propane for two weeks when farmers had to dry their crops, which was a critical time for them. The moisture level in crops was very high that year, and had farmers not been able to dry them, they would have rotted, which would have resulted in the loss of an entire year's income.
In this particular case, propane was the only option, since any alternatives are still in the pilot-project stage and are not a viable option for large-scale farming businesses. When I asked farmers, who were worried about not getting the propane they needed, they told me that there was no alternative to propane, but that they would like to have one.
The existing power grid would not even have the capacity to generate enough heat for drying grain. It is as though people expected to one day have electric hot air balloons—they are very popular back home—but this is not going to happen overnight. Technologies like biomass are still too new, and there is not enough incentive for us to expect quick changes in carbon pricing.
That brings me to my third point: When will it happen? This is the part I find unfortunate, because we are three days out from the end of the parliamentary session and the summer recess. This Parliament could end up being replaced with a new one, based on the election rumours we are hearing.
It is really unfortunate that we are debating a bill this important and necessary at the eleventh hour, knowing that it could end up dying on the Order Paper, just like Bill C‑216, the bill on supply management introduced by my colleague from Berthier—Maskinongé, or the bill on farm succession planning, which the Senate just started studying.
On this third point, I want to say how disappointed we are with the government's management of the legislative calendar, because we are currently debating a great bill that, unfortunately, may never see the light of day.
How is Bill C‑206 being dealt with?
This part is a bit nicer. As I was preparing for my speech on my drive in to work this morning from my riding of Saint-Jean, I listened again to what happened and what my other colleagues said, particularly those who are members of the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food. I was very happy to hear how well people are working together on this committee. There is no excessive partisanship since everyone is serving the same cause, that of farmers and those who feed us. It is in that spirit of co-operation that a key amendment was proposed to improve Bill C‑206. This amendment is really worthwhile, because it addresses the concern that some might have about the fact that there is a gap in the bill, the ultimate purpose of which is to try to reduce greenhouse gas emissions.
The amendment sets an end date for the exemption for natural gas and propane. In other words, natural gas and propane will be exempt from taxation for 10 years in the hope that, a decade from now, there will be new technology that will enable us to stop using natural gas and propane. That is our hope, anyway, but the government needs to get cracking because farmers do not want to be passive witnesses to these changes. They want to be part of it, but they need help. Contrary to what some people think, farmers do not wake up in the morning thinking about how great it is that they can go out and pollute. They just want help finding alternatives that are commercially viable, because they operate in a global market and cannot pass costs on to their customers. They would no longer be able to compete internationally, so we have to give our farmers that support.
The final point is, where is that supposed to happen? People might think that it is obvious it should be done in the House of Commons and Parliament, because that is where bills are passed and amendments made. That seems obvious, but nowadays, very few things that should be obvious are.
I would like to take this opportunity to thank everyone who contributed to the parliamentary spirit that has characterized Parliament during the pandemic. I would like to take a few moments to pay tribute to the interpreters, the support staff and the tech support who made it possible for us to function relatively normally, despite COVID‑19.
I also want to express my hope that, despite everything, we will get back to normal quickly, so that we can have accountability, so that there is someone in the House who answers questions, and so that reporters can do their job and ask parliamentarians questions as they leave the House. I also hope that we can go back to normal sooner rather than later so we can get parliamentarians working co-operatively, apart from the occasional stormy question period.
When we parliamentarians are working together face to face, we are able to move files along more efficiently, understand one another better, and remember for whom, why, how, where and when we create bills. It is fundamental to remember that, and that is what we are reminded of when we sit in the House in person.
With that in mind, I want to acknowledge the work of the House, but I also want to take a moment to remember the farmers. I wish Bill C‑206 could have gone forward. I cannot help but think of all the people I have known since I was a little girl growing up in the country. As members can imagine, it has been quite a while since I was “little”.
My thoughts are with our farmers, in the hope that, if not this time, Bill C‑206 can come back sooner rather than later and eventually be passed by the House and the Senate.
Madame la Présidente, je suis contente de reprendre la parole sur le projet de loi C‑206 aujourd'hui puisque je l'avais fait en deuxième lecture. Aujourd'hui, on vient boucler la boucle. Je propose de le faire en analysant le projet de loi sous cinq questions de base qu'on devrait se poser plus souvent en pareil cas: qui, quand, comment, quoi et où. C'est tout simple.
Je vais commencer par qui, c'est-à-dire pour qui propose-t-on le projet de loi C‑206? Contrairement à certaines autres formations politiques, nous, le Bloc québécois, n'avons pas tendance à donner des cadeaux à des gens qui n'en ont pas besoin.
Les agriculteurs ont tenu à bout de bras toute l'agriculture dans un contexte de crise, ce qui n'est pas évident à faire. On sait que les entrepreneurs agricoles ont eu beaucoup de difficultés sur le plan de la main-d'œuvre. Cela a mis à mal la sécurité alimentaire, l'approvisionnement et, dans certains cas, la santé animale. Toute la gestion de l'arrivée des travailleurs étrangers a été problématique et, depuis quelques jours, l'aide du gouvernement en soutien à la quarantaine a été coupée de moitié.
Cependant, même en dehors de la crise, nos agriculteurs vivent des temps difficiles. Les changements climatiques font qu'il y a plus d'aléas sur le plan des récoltes et de la culture. Par ailleurs, il est de plus en plus difficile de trouver de la relève agricole, notamment parce que les prix des terres augmentent d'année en année.
Quelqu'un qui a grandi sur une terre et qui a travaillé avec ses parents aura donc de plus en plus de difficulté à faire l'acquisition de l'entreprise agricole. Il arrive exceptionnellement que les parents aient les reins assez solides pour se montrer généreux et faire un cadeau à leurs enfants en n'utilisant pas la valeur de l'entreprise agricole qu'ils ont bâtie toute leur vie comme équivalent de fonds de retraite. Dans les autres cas, étant donné le coût croissant des terres et des quotas, la relève est difficile à trouver.
Pour quoi le fait-on, c'est-à-dire pour quoi débat-on du projet de loi C‑206? Il faut rappeler qu'à la base, le projet de loi vise à modifier la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, dont l'article 3 indique les produits qui sont exemptés de taxes, notamment pour des fins agricoles. Parmi les produits exemptés manquaient deux choses: le gaz naturel et le propane. Pourquoi le projet de loi C‑206 vise-t-il à les ajouter à l'article 3?
Une taxe carbone sert à décourager les gens de poser un geste et à encourager un comportement plutôt qu'un autre. Pour que cela se fasse, par contre, il faut des solutions de rechange et c'est exactement là où le bât blesse.
Je l'ai vu dans ma circonscription au moment de la crise ferroviaire alors que le CN a carrément interrompu les livraisons de propane pendant deux semaines à un moment critique pour les agriculteurs, alors qu'ils devaient sécher leurs récoltes. Le taux d'humidité dans les récoltes avait été très élevé cette année-là, et, si les produits n'avaient pas pu être séchés, ils auraient moisi, ce qui aurait signifié la perte d'une année complète de revenus.
Dans ce cas précis, il n'y avait pas d'autre solution que le propane, car les autres possibilités tiennent plus du projet pilote que d'une option commercialisable dans le cas des cultures à grande échelle de grosses entreprises. Quand j'ai posé la question aux agriculteurs, paniqués de ne pas être approvisionnés en propane, ils m'ont répondu qu'il n'existait pas de solution de rechange au propane, mais qui'ils auraient aimé en avoir.
La capacité du réseau électrique actuel ne permettrait même pas de générer assez de chaleur pour le séchage du grain. C'est comme si on espérait un jour voir des montgolfières électriques — je viens d'un milieu où les montgolfières sont très populaires —, mais ce n'est pas demain la veille que cela va arriver. Pour leur part, les technologies comme la biomasse et autres sont encore trop embryonnaires et il manque d'incitatifs pour que l'on puisse espérer un changement rapide dans la tarification carbone.
J'en arrive à mon troisième point, quand le fait-on? C'est la partie que je trouve un peu dommage parce qu'on est à trois jours de la fin d'une session parlementaire avant l'ajournement estival. La législature actuelle risque de se terminer pour être remplacée par une nouvelle après l'élection que les rumeurs nous annoncent.
Je trouve donc dommage que l'on discute d'un projet de loi aussi important et crucial à minuit moins une, sachant qu'il risque de mourir au Feuilleton, tout comme le projet de loi C‑216 sur la gestion de l'offre, porté par mon collègue de Berthier—Maskinongé, ou encore le projet de loi sur la relève agricole dont le Sénat vient d'entreprendre l'étude.
Je me permets, dans ce troisième point, de soulever une espèce de déception quant à la gestion du calendrier législatif faite par le gouvernement, puisque nous sommes en train de débattre d'un beau projet de loi qui, malheureusement, risque de ne pas voir le jour.
Comment fait‑on ce projet de loi C‑206?
C'est la partie un peu plus sympathique pour me préparer à mon discours aujourd'hui. Lors de mon trajet en voiture ce matin depuis ma circonscription, Saint‑Jean, j'ai réécouté ce qui s'est passé et ce que mes autres collègues ont dit, notamment ceux qui siègent au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire. J'étais charmée d'entendre à quel point les gens travaillent en collégialité à ce comité. Il n'y a pas de partisanerie à outrance, puisque tout le monde sert la même cause, à savoir celle des agriculteurs et de ceux qui nous nourrissent. C'est dans cette collégialité qu'un amendement principal e été proposé pour améliorer le projet de loi C‑206. Cet amendement est très intéressant parce qu'il vient colmater la petite inquiétude que certains pourraient avoir sur le fait qu'il s'agit d'une brèche dans un projet de loi qui, ultimement, tend à essayer de faire diminuer la production de gaz à effet de serre.
L'amendement est une clause de prise de fin à l'ajout du gaz naturel et du propane dans les produits exemptés. On se donne donc un horizon de 10 ans pour exclure de taxation le gaz naturel et le propane en espérant que, d'ici 10 ans, d'autres technologies auront permis qu'on sorte carrément de l'utilisation du gaz naturel et du propane. C'est ce qu'on peut espérer, mais encore faut‑il que le gouvernement mette aussi la main à la pâte, car les agriculteurs ne souhaitent pas être des témoins passifs de ces changements. Ils veulent participer, mais il faut qu'on les aide. Les agriculteurs, contrairement à ce que certains pensent, ne se lèvent pas le matin en étant heureux d'aller polluer. Ils souhaitent simplement qu'on puisse les aider à trouver des solutions de rechange qui sont commercialement rentables puisqu'ils font partie d'un marché international et ne peuvent pas refiler les coûts supplémentaires à leurs clients. Ils ne seraient plus compétitifs à l'international. Il faut donc soutenir nos agriculteurs de cette façon.
Concernant le dernier point, où fait‑on cela? Tout le monde dira que cela tombe sous le sens et que cela doit se faire à la Chambre des communes et au Parlement, puisque c'est là qu'on vote des projets de loi, des modifications et des amendements. Cela semble évident, mais, dans le contexte actuel, il n'y a plus vraiment d'évidence qui tienne.
J'en profiterais pour remercier tous ceux qui ont participé à la possibilité d'avoir cette communauté d'esprit de parlementaires qui forment le Parlement comme on l'a connu en temps de pandémie. J'aimerais prendre quelques secondes pour souligner le travail des interprètes, du personnel de soutien et des gens à la technologie qui a permis qu'on puisse, malgré tout, fonctionner relativement normalement dans le contexte.
J'en profite aussi pour dire que j'espère, malgré tout, qu'on puisse rapidement revenir à la normale, pour qu'il y ait de la responsabilité, pour qu'il y ait quelqu'un à la Chambre qui réponde aux questions, et pour que les journalistes puissent faire leur travail en interrogeant les parlementaires à la sortie de la Chambre. Je souhaite aussi qu'on puisse avoir ce retour à la normale plus tôt que tard pour permettre la collégialité du travail entre parlementaires, en dehors des périodes de questions orales un peu plus houleuses qu'on connaît à l'occasion.
Le travail des parlementaires, lorsqu'il se fait face à face, permet de mieux faire avancer les dossiers, de mieux se comprendre et de se rappeler aussi pour qui, pour quoi, comment, où et quand on fait ses projets de loi. Se souvenir de cela est fondamental, et c'est ce que la présence des parlementaires à la Chambre permet.
Dans ce cas‑ci, je me permets de souligner le travail de la Chambre, mais j'ai aussi une petite pensée pour les agriculteurs. J'aurais aimé que ce projet de loi C‑206 puisse aller de l'avant. Je pense à tous les visages que je connais depuis que je suis toute petite pour avoir grandi en campagne. Depuis que je suis toute « petite », on s'entend qu'il y a de l'eau qui a coulé sous les ponts depuis.
J'ai une pensée pour nos agriculteurs, en espérant que, si ce n'est pas cette fois‑ci, ce ne sera que partie remise le plus rapidement possible, et que ce projet de loi C‑206 pourra revenir et, finalement, être adopté par la Chambre et par le Sénat.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-21 11:23 [p.8819]
Madam Speaker, I have had many occasions to rise with privilege to share a bit about my own family history. I have spoken a lot about my father and the African Canadian diaspora, but I have not had the privilege of speaking about my mother's side of the family, a family that settled not far from here, about an hour from here in the South Mountain area. It is a place I have fond memories of, stories of my grandfather with a grade-six education being told by his father that the world and that road ahead is as long as he can make it.
My grandfather, Nelson Scharf, in fact had a cheese factory in Russell and Haliburton. It was a connection we had to the supply chain and the agricultural sector here. My grandmother, Doris Forward, had a family farm in Winchester. My cousin, Tom Forward, is still on the land and works within the dairy sector today.
I think about those early memories of visiting those farms, visiting the cheese factory, being up close as a child and seeing these hard-working people, folks who often do not get enough credit for the number of hours they work and for what they provide this country.
I rise today with the honour, on our 60-year anniversary as New Democrats, of being from the founding party of the Co-operative Commonwealth Federation, which aimed to alleviate the suffering that workers and farmers felt and endured under capitalism. We are, in fact, the only party that was founded by farmers, so it is an honour and a privilege to be here today with that family background and that party background in support of this bill.
I want to take a moment and thank the hon. member for Northumberland—Peterborough South, a gentleman whom I have gotten to know in my committee work and somebody who I know has brought with him the good intentions of supporting the constituents within his riding.
For those who are tuning in and trying to get a sense of what this is all about, this bill, Bill C-206, seeks to amend the definition of “qualifying farming fuel” in the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act to include natural gas and propane. Of course, this issue is complex. I will not pretend to be an expert, and there is certainly a lot of room for improvement at the committee stage, but this legislation stems from an unseasonably wet autumn in 2019, which was called “the harvest from hell”, when grain farmers were using propane and natural gas heaters to dry their grain. Without these grain dryers, grain rots and becomes worthless as food or as a cash crop contributing to our GDP.
There is currently no viable alternative to the use of propane or natural gas for the operation of these dryers, and because propane and natural gas are currently not covered under the act qualifying for farm fuels, grain farmers are forced into a situation of contributing more CO2 into the atmosphere as a result of carbon taxes on the cleaner fuels. The Grain Growers of Canada has confirmed, as of February of last year, that many of them have turned to higher-CO2-emitting diesel fuel, which is listed, ironically, as qualifying farm fuel in the act, for grain dryers to avoid the higher-taxed propane or natural gas heaters.
As our very learned critic for agriculture, the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford, has stated, ultimately what we want is high-CO2-emitting industries to be contributing less carbon dioxide into the atmosphere, and if we penalize the agricultural sector with a higher price for choosing a cleaner fuel option, we are running entirely counter to our ultimate objective of combatting climate change by reducing GHG emissions. Our critic for agriculture, the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford, states quite rightly that farmers are not only well aware of what the effects of climate change will be, but they are also one of our greatest tools for fighting climate change.
When we are looking at this bill, I think we have heard this false dichotomy between Liberals and Conservatives about carbon taxes being the defining feature of climate change. The Liberals would suggest this is a market solution and Conservatives would suggest this is yet another tax. As New Democrats, we recognize that reducing greenhouse gas emissions ought to be our objective, and we do not feel that providing this in this particular way meets that objective. While the intent of the bill is sound, making it easier and more affordable for farmers to burn cleaner fuel should be a no-brainer, and using no fuels whatsoever or existing clean technologies is just not a viable option.
I think of my family who are still in this sector. My cousins, the Weagants, sold farm equipment throughout Ontario. I also think about the hard-working farmers in my city. I am a very proud MP representing Hamilton Centre, and many people do not know that while we have close to 600,000 people, the geography of our city encapsulates a very large portion of rural areas in the greenbelt and into some of the tender fruits land.
We are here today hoping to see a better outcome on this particular issue, to ensure that we are not adding to the complexities of the food supply chain and that we are cutting through the noise into a bit of a more intelligent argument about, again, a party founded by the CCF and about supporting our farm workers. Those who are out there across Ontario, Quebec and, indeed, across the country know that the New Democratic Party was founded on those principles.
The Regina Manifesto, right there in our founding documents, says, “The security of tenure for the farmer upon his farm which is imperilled by the present disastrous situation of the whole industry, together with adequate social insurance, ought to be guaranteed under equitable conditions.” It is right there, in the foundation of the CCF, which, 60 years later, would become the NDP of today.
I hold that position, and I support our agricultural sector. I know that farmers are on the front lines of climate change, and I know that they will play a key role in our food security and our ability to adequately adapt to the changing climate, which will have a direct impact first on them, and of course, in the spirit of the hard-working people of my own family, those who continue to this day to work the land and to acknowledge our precious connection to the land, the food that we have and the food supply chains.
In closing, I would like to thank the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford who, on the technical aspects of this, has been absolutely incredible for me and our caucus to help us better understand the nuances, because we want to see a just recovery. We want to see a just transition for workers. We acknowledge that farmers are indeed some of the hardest-working people, and that includes the migrant workers who work alongside them in our fields.
I want to take this opportunity to thank the members of the House for allowing me to rise with the deep privilege that I have in the waning days of this Parliament to be able to share a little about myself, my family and our ongoing support for workers as New Democrats.
Madame la Présidente, j'ai eu maintes fois l'occasion de prendre la parole pour raconter un peu de mon histoire familiale. J'ai beaucoup parlé de mon père et de la diaspora afro-canadienne, mais je n'avais pas encore eu la chance de parler de ma famille du côté maternel, qui s'est établie près d’ici, à une distance d’environ une heure, dans la région de South Mountain. J’ai de très bons souvenirs de cet endroit, des récits de mon grand-père qui n'avait qu’une sixième année et à qui son père avait dit que le monde est aussi vaste que sa capacité à le parcourir et que la route est aussi longue que sa capacité à la suivre.
Mon grand-père, Nelson Scharf, avait une fromagerie à Russell et à Haliburton. C'était un lien que nous avions avec la chaîne d'approvisionnement et le secteur agricole d’ici. Ma grand-mère, Doris Forward, avait une ferme familiale à Winchester. Mon cousin, Tom Forward, demeure toujours sur cette terre et travaille aujourd'hui dans le secteur laitier.
Je pense à mes premiers souvenirs de visite de ces fermes, de la fromagerie, au fait d’être proche dans mon enfance de ces gens qui travaillent dur et auxquels on n’accorde pas suffisamment de reconnaissance compte tenu du nombre d’heures qu’ils consacrent à leur travail et de ce qu'ils apportent à ce pays.
Je prends la parole aujourd'hui, à l'occasion du 60e anniversaire du Nouveau Parti démocratique, qui tire ses origines de la Fédération du Commonwealth coopératif, le parti fondateur qui avait pour but d’alléger les souffrances infligées aux travailleurs et aux agriculteurs par le capitalisme. En fait, nous sommes le seul parti qui a été fondé par des agriculteurs. C'est donc un honneur et un privilège pour moi, avec cette histoire familiale et avec l’histoire de ce parti, que d’appuyer ce projet de loi.
Je veux prendre un moment pour remercier le député de Northumberland—Peterborough-Sud, un monsieur que j'ai appris à connaître dans le cadre de mon travail au comité et qui, je le sais, est venu avec l’intention sincère d’aider les électeurs de sa circonscription.
Pour celles et ceux qui nous écoutent et s’efforcent de comprendre de quoi il s'agit, le projet de loi C-206, vise à modifier la définition de « combustible agricole admissible » énoncée dans la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, afin d’y inclure le gaz naturel et le propane. Bien entendu, c’est une question complexe. Je ne prétendrai pas être un spécialiste, et il y a sans doute beaucoup de place pour une amélioration à l'étape de l’examen en comité, mais je rappelle que ce projet de loi vient après la saison désastreuse de 2019 causée par un automne anormalement humide, qu’on a appelé « la récolte de l'enfer » alors que les céréaliculteurs ont dû utiliser des appareils au propane et au gaz naturel pour sécher leurs grains. Sans ces séchoirs, les céréales pourrissent et perdent toute valeur nutritive et toute valeur comme culture commerciale contribuant à notre PIB.
Il n'y a actuellement pas de solution de rechange viable à l'utilisation du propane ou du gaz naturel pour le fonctionnement de ces séchoirs, et, étant donné que le propane et le gaz naturel ne sont pas traités par la loi comme des combustibles agricoles admissibles, les producteurs céréaliers n’ont d’autre solution qu’émettre davantage de CO2 dans l'atmosphère en raison des taxes sur le carbone appliquées aux combustibles plus propres. Les Producteurs de grains du Canada ont confirmé, en février de l'année dernière, que beaucoup d'entre eux se sont tournés vers le diésel à forte émission de CO2, un carburant qui, paradoxalement, figure parmi les combustibles agricoles admissibles selon la loi, pour alimenter le système de chauffage des séchoirs à grain afin d'éviter le propane ou le gaz naturel, qui sont plus taxés.
Comme l'a déclaré notre très éminent porte-parole en matière d'agriculture, le député de Cowichan—Malahat—Langford, ce que nous voulons en fin de compte, c'est que les industries qui émettent beaucoup de CO2 relâchent moins de dioxyde de carbone dans l'atmosphère; et si nous pénalisons le secteur agricole en lui imposant un prix plus élevé pour qu'il choisisse un carburant plus propre, nous allons totalement à l'encontre de notre objectif ultime, qui est de lutter contre les changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Le député de Cowichan—Malahat—Langford affirme à juste titre que non seulement les agriculteurs sont très conscients des effets des changements climatiques, mais ils sont également parmi ceux qui peuvent contribuer le plus à cette lutte.
Pour ce qui est de ce projet de loi, je crois que nous avons constaté cette fausse dichotomie entre les libéraux et les conservateurs sur le fait que les taxes sur le carbone sont la caractéristique principale de la question des changements climatiques. Selon les libéraux, ce serait une solution qui prend appui sur le marché, et selon les conservateurs, ce serait encore une autre taxe. Nous, les néo-démocrates, reconnaissons que la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être notre objectif et nous ne pensons pas que cette solution-ci réponde à cet objectif. Bien que, dans son intention, le projet de loi soit judicieux, rendre plus facile et plus abordable pour les agriculteurs d'utiliser des combustibles plus propres devrait être une évidence, puisque n'utiliser aucun combustible ou utiliser les technologies propres disponibles actuellement ne sont tout simplement pas des solutions viables.
Je pense aux membres de ma famille qui travaillent encore dans ce secteur. Mes cousins, les Weagant, vendaient de l'équipement agricole partout en Ontario. Je pense aussi aux agriculteurs de ma ville qui travaillent dur. Je suis très fier de représenter la circonscription d'Hamilton‑Centre, et beaucoup de gens ne savent pas que, bien que notre ville compte près de 600 000 habitants, elle est entourée de grandes zones rurales dans la ceinture verte, qui s'étendent jusqu'aux terres où on cultive des fruits à chair tendre.
Nous sommes ici aujourd'hui dans l'espoir de parvenir à un meilleur résultat sur cette question précise, de nous assurer que nous n'ajoutons pas aux complexités de la chaîne d'approvisionnement alimentaire et que nous élevons au-dessus de la mêlée en relevant un peu le niveau du débat, en tant que parti créé par la CCF, quant à l’aide à apporter à nos travailleurs agricoles. Ceux de l’Ontario, du Québec et, en fait, de toutes les régions du pays savent que le Nouveau Parti démocratique a été fondé sur ces principes.
Dans le manifeste de Regina, un de nos documents fondateurs, on peut lire que le droit de l’agriculteur de conserver sa ferme — droit qui était menacé par la situation désastreuse de l’ensemble de l’industrie — ainsi qu’une assurance sociale adéquate doivent être garantis en toute équité. Ce principe figure dans le programme fondateur de la Fédération du Commonwealth coopératif, un parti politique qui, 60 ans plus tard, allait devenir le NPD que nous connaissons aujourd’hui.
J'adhère à ce principe et j’appuie la cause du secteur agricole canadien. Je sais que les agriculteurs sont aux premières loges pour observer les changements climatiques et qu’ils joueront un rôle clé à l’égard de notre sécurité alimentaire et de notre capacité à nous adapter adéquatement aux changements climatiques, dont ils seront parmi les premiers à subir les effets. À l’instar des vaillants travailleurs de ma famille, les agriculteurs continuent à travailler la terre et à être bien conscients de notre lien précieux avec elle et avec la nourriture qu’elle nous offre et qui est à la base des chaînes d’approvisionnement alimentaire.
En terminant, j’aimerais remercier le député de Cowichan—Malahat—Langford, qui a été d’une grande aide pour moi est les autres députés de notre caucus. Il nous a permis de saisir les nuances et les particularités techniques de ce dossier, en vue de favoriser une reprise équitable. Nous voulons une transition équitable pour les travailleurs. Nous savons que les agriculteurs comptent parmi les gens les plus travaillants, de même que les travailleurs migrants qui les accompagnent dans les champs.
Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier les députés, qui m’ont accordé le grand privilège de prendre la parole, en ces derniers jours de la présente législature, pour vous parler un peu de moi, de ma famille et des efforts constants des néo-démocrates pour aider les travailleurs.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is a wonderful Monday morning. After listening to the earlier speeches, I would like to offer my thanks. My thanks to the Liberal Party member, who I just heard speak about the importance of this bill. Then there was my friend from Saint-Jean, and I did not know that she grew up on a farm, so we have a few more things in common. My thanks as well to the member for Hamilton Centre.
This is something that we have to recognize, as it is so important to our farmers. They are the ones who produce our food. They are the ones who, throughout this entire pandemic, have been working to support Canadians. Looking at this bill, I think it is absolutely exceptional.
I would really like to thank my great friend, the member for Northumberland—Peterborough South. I actually drove through parts of his riding yesterday on my return to Ottawa from Elgin—Middlesex—London. The one thing I see in southwestern Ontario is beautiful agricultural land. There are lots of different commodities and sectors, but it is a big farming community. There are some big pockets of cities, but surrounding all of those big cities are acres and acres of great farmland where they are producing necessary commodities and food.
I am going to start with a very simple quote, which actually comes from the member for Northumberland—Peterborough South. He said this at committee, and I want to put it in the record of the House of Commons because this is a very valuable debate.
These are things that are very, very important to my riding, so I appreciate having the opportunity to speak to this bill for the farmers who are living in Elgin—Middlesex—London. I can tell members that, according to Statistics Canada, in 2016 there were 1,930 farm operators in Elgin and 3,260 farm operators in the county of Middlesex. These are things that are very, very important to my riding, so having the opportunity to speak to this bill is an honour.
To quote my good friend, at the agriculture committee he said:
The greenhouse gas pollution pricing currently allows qualifying farmers an exemption on certain farm fuels such as gasoline and diesel; however, it fails to extend that exemption to other fuels such as natural gas and propane. This is challenging on many different fronts, as farmers quite often don't have other options and their only option for their particular industrial equipment may be natural gas and propane.
The science says that natural gas and propane are often cleaner fuels than diesel or gasoline. Why would we not include them in this exemption? Farmers, after all, are stewards of our land and, along with our indigenous people, were some of the first environmentalists standing up for the land and also for the animals and plants located on their properties.
That is why I wanted to talk about propane. I have quite a bias, to be honest. The former chair of the Canadian Propane Association is a resident of Elgin—Middlesex—London. He is also the CFO for Dowler-Karn, which is probably one of the biggest distributors of gasoline and fuel products to multiple farmers in the southwestern Ontario region. I can sit down with him, and when I call Dan Kelly with a question, he will answer. If he does not have the answer, he will find it, because he is out there working for Canadian farmers.
He brought this to my attention as well. He said that Bill C-206 is excellent and what we need to do. He was actually hoping that we would not have to put through Bill C-206, and that the Liberal government may recognize the issue and put it in the budget, but we did not see that. The government does not recognize that it is going to take more than just two or three years for farmers to transition to greener fuels.
I was really happy to see this bill continuing on to third reading, but as the member for Saint-Jean indicated, these are the final days, so I hope that today we can get through this. After we return to Parliament, hopefully this is a bill that the Senate will look at very quickly. This is what our farmers need and what they are asking for.
Continuing on to the Canadian Propane Association, I would like to read a statement I received from it. I am sure everybody has received it as well. It explains why we should support this bill and the importance of the exemption that would come to our farm operators.
This statement, I believe, was put out after the vote on second reading of Bill C-206, a vote of 177-145. All opposition parties actually agreed and recognized that this is something that needs to be done. We saw that the Liberal government was not good with that, yet it may have had to do with it coming from an awesome Conservative. We may never know. However, I will read out the Canadian Propane Association's statement, which says:
“Discouraging the increased use of carbon-intense fuels such as gas and diesel in favour of low-emission energy like propane for agriculture applications would be a win-win for the environment and for farmers’ bottom line,” said Nathalie St-Pierre, President of the Canadian Propane Association....
“The principle of the GGPPA is intended to encourage a reduction in the use of carbon-intense fuels,” said St-Pierre. “By exempting gas and diesel but not allowing the same exemption for propane, the law actually encourages the increased use of gas and diesel – this is environmental nonsense.”
Just moments ago, we heard my friend from Hamilton Centre say the exact same thing, which is that, because of this, people are beginning to use diesel. The government has established the carbon tax, but it is actually giving an exemption to a dirtier fuel. We have an option here. The statement continues:
St-Pierre said that CPA members are also hearing from their customers in the agriculture sector about the significant added cost due to the federal carbon tax. According to an estimate provided by the Parliamentary Budget Officer last December, over the next five years about $235 million will be collected from farmers for using natural gas and propane.
I will note that statistic. I was speaking to Dan about this. On behalf of the farmers in our area, he sent a cheque for over $1 million for just a few months for carbon tax collection. That $1 million that could have been used for so many other things, perhaps new technology, workers or new things on farms, but instead, that money is paid to the government.
We are talking about $235 million. I have heard people say that the government is going to lose $235 million. To me, the government should not be taking that $235 million in the first place, so it would not be losing revenue. This is revenue it should not be taking, so we have to look at this as not being a loss of revenue for the government.
The government had no business taking the $235 million in the first place because, at the end of the day, who pays for it? It is going to be the farmers. After the farmers, who pays for it? It is going to be people sitting at their tables, eating their cornflakes or their eggs from the local chicken farm. These are the people who, at the end of the day, are going to be impacted.
Yes, this bill is good for farmers, but it is also good for Canadian consumers who want to support the agricultural industry in Canada, especially that in Elgin—Middlesex—London, which is so important to me.
We have talked about inflation. In the last few weeks, inflation has been really key. We have talked about how much the price of wood and lumber have gone up. Housing is a big issue. In my riding of Elgin—Middlesex—London, there has been a 46% increase since last April in the cost of a two-storey home. Inflation is an issue, and the government is adding more costs to our goods.
If we talk about poverty reduction strategies, we need to see what we are doing that is creating more barriers. I look at not giving this exemption as just another barrier to reducing the high cost of our goods right now. Farmers know that, when they are paying all this money, it affects their bottom line.
I am so fortunate to work with Scott at the Grain Farmers of Ontario in my area. He is the zone manager there. I thank Scott, who always works with me. The Grain Farmers of Ontario is the province's largest commodity organization, representing over 28,000 barley, corn, oats, soybean and wheat farmers, and it has been very supportive of Bill C-206, an act to amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act regarding qualifying farming fuel.
The Grain Farmers of Ontario is supporting this bill because of its exemption of the carbon tax for on-farm fuel and calls on all MPs to consider the tax on grain drying and its impact on the agriculture system in Canada. It is quite simple. The government should not be making money off a tax that negatively impacts a farmer's ability to market viable grain. The carbon tax does not make that happen.
Brendan Byrne was the chair of the Grain Farmers of Ontario on February 22, 2021. There are a lot of AGMs going on, so that may not be his position now.
As we have always indicated, farmers have been doing great work in our communities. They are the stewards of our land. I think of some of the great projects that have been done in the back of farmers' fields with wetlands conservation. Those settlements are being taken back.
I love farmers, so I am very supportive of Bill C-206, and I thank the member for Northumberland—Peterborough South for bringing this bill forward.
Madame la Présidente, c’est un merveilleux lundi matin. Après avoir écouté les interventions précédentes, j’aimerais offrir mes remerciements au député libéral, qui vient de parler de l’importance du projet de loi, de même qu'à mon amie de Saint‑Jean — je ne savais pas qu’elle avait grandi sur une ferme, alors nous avons quelques points de plus en commun. Je remercie également le député d’Hamilton‑Centre.
C’est quelque chose que nous devons reconnaître, car c’est très important pour nos agriculteurs. Ce sont eux qui produisent nos aliments. Ce sont eux qui, tout au long de cette pandémie, ont travaillé pour soutenir les Canadiens. Quand j’examine le projet de loi, il m’apparaît absolument exceptionnel.
J’aimerais vraiment remercier mon grand ami, le député de Northumberland—Peterborough‑Sud. En fait, j’ai traversé des parties de sa circonscription hier en voiture en revenant d’Elgin—Middlesex‑London. S'il y a bien une chose que je vois dans le Sud-Ouest de l’Ontario, ce sont de magnifiques terres agricoles. Il y a beaucoup de produits et de secteurs différents, mais c’est une grande communauté agricole. Il y a quelques enclaves urbaines, mais autour de toutes ces grandes villes, il y a des acres et des acres de terres agricoles exceptionnelles où l’on produit des denrées de base et des aliments nécessaires.
Je vais commencer par une citation toute simple, qui vient en fait du député de Northumberland—Peterborough‑Sud. Il l’a dit au comité, et je tiens à l’inscrire au compte rendu de la Chambre des communes, car le débat est très utile.
Ce sont des choses très, très importantes pour ma circonscription, alors je suis heureuse d’avoir l’occasion de parler du projet de loi pour les agriculteurs qui vivent dans la circonscription d’Elgin—Middlesex—London. Je peux dire aux députés que, selon Statistique Canada, en 2016, il y avait 1 930 exploitants agricoles à Elgin et 3 260 dans le comté de Middlesex. Ces choses sont très, très importantes pour ma circonscription, alors c’est un honneur d’avoir l’occasion de parler de ce projet de loi.
Pour citer mon bon ami, il a dit au comité de l’agriculture:
Aux termes de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, les agriculteurs admissibles ont droit à une exemption pour certains carburants agricoles comme l'essence et le diésel, mais cette exemption ne s'applique pas à d'autres carburants comme le gaz naturel et le propane. C'est un problème à bien des égards, car souvent, les agriculteurs n'ont pas d'autres options, puisque l'équipement qu'ils utilisent ne fonctionne qu'au gaz naturel ou au propane.
Sur le plan scientifique, le gaz naturel et le propane sont souvent des carburants plus propres que le diésel ou l'essence, alors pourquoi ne les inclurions-nous pas dans cette exemption? Après tout, les agriculteurs sont les intendants de nos terres et ils ont été, avec les Autochtones, parmi les premiers écologistes à se porter à la défense des terres ainsi que des animaux et des plantes qui sont sur leurs propriétés.
C’est pourquoi je voulais parler du propane. J’avoue que j’ai un certain parti pris. L’ancien président de l’Association canadienne du propane est un résident d’Elgin-Middlesex-London. Il est également le directeur financier de Dowler-Karn, qui est probablement l’un des plus grands distributeurs d’essence et de produits du pétrole à plusieurs agriculteurs de la région du sud-ouest de l’Ontario. Je peux m’asseoir avec lui, et lorsque j’appelle Dan Kelly pour lui poser une question, il y répond. S’il n’a pas la réponse, il la trouve, car il travaille pour les agriculteurs canadiens.
Il a également attiré mon attention sur ce point. Il a dit que le projet de loi C-206 est excellent et que c’est ce que nous devons faire. Il espérait en fait que nous n’aurions pas eu à passer par un projet de loi, comme le projet de loi C 206, et que le gouvernement libéral reconnaîtrait le problème et l’intégrerait dans le budget, mais ce n’est pas arrivé. Le gouvernement ne reconnaît pas qu’il faudra plus que deux ou trois ans pour que les agriculteurs passent à des carburants plus verts.
J’étais vraiment heureuse de voir ce projet de loi passer à l’étape de la troisième lecture, mais comme la députée de Saint-Jean l’a indiqué, ce sont les derniers jours, alors j’espère qu’aujourd’hui nous pourrons le faire entièrement. Après notre retour au Parlement, j’espère que le Sénat se penchera très rapidement sur ce projet de loi. C’est ce dont nos agriculteurs ont besoin et ce qu’ils demandent.
Pour poursuivre avec l'Association canadienne du propane, j'aimerais lire une déclaration qu'elle m'a fait parvenir. Je suis persuadé que tous l'ont reçue aussi. Cette déclaration explique les raisons pour lesquelles nous devrions appuyer ce projet de loi, ainsi que l'importance de l'exemption qui serait accordée aux exploitants agricoles.
Je crois que cette déclaration a été diffusée à la suite du vote tenu à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑206, qui s'est soldé par un résultat de 177 contre 145. Tous les partis de l'opposition ont convenu qu'il fallait aller de l'avant avec cette mesure. Comme nous avons pu le constater, cela a déplu au gouvernement libéral, peut-être parce que le document a été présenté par un bon conservateur. Nous ne le saurons peut-être jamais. Quoi qu'il en soit, je vais lire la déclaration de l'Association canadienne du propane, qui dit:
« Décourager l’utilisation accrue de carburants à forte intensité de carbone tels que l’essence et le diésel en faveur d’une énergie à faibles émissions comme le propane pour les applications agricoles serait une solution avantageuse pour l’environnement et pour les revenus des agriculteurs », dit Nathalie St‑Pierre, présidente de l'Association canadienne du propane [...]
« Le principe de cette loi vise à encourager une réduction de l'utilisation de carburants à forte intensité de carbone », a déclaré Mme St‑Pierre. « En exonérant l'essence et le diésel, mais en n'autorisant pas la même exemption pour le propane, la loi encourage en fait l'utilisation accrue de l'essence et du diésel. Un non-sens du point de vue environnemental. »
Il y a quelques instants, nous avons entendu mon collègue d'Hamilton‑Centre dire exactement la même chose, à savoir que les gens commencent à utiliser du diésel pour cette raison. Le gouvernement a établi la taxe sur le carbone, mais il accorde une exemption pour un carburant plus polluant. Nous avons une option dans cette situation. La déclaration se poursuit comme suit:
Mme St‑Pierre a déclaré que les membres de l'ACP entendaient également leurs clients du secteur agricole parler du coût supplémentaire important qu’ils subissent en raison de cette taxe fédérale sur le carbone. Selon une estimation fournie par le directeur parlementaire du budget en décembre dernier, au cours des cinq prochaines années, environ 235 millions de dollars seront prélevés auprès des agriculteurs pour avoir utilisé du gaz naturel et du propane plutôt que de l’essence ou du diésel.
Je prends note de cette statistique. J’en parlais à Dan. Au nom des agriculteurs de notre région, il a envoyé un chèque de plus d’un million de dollars pour quelques mois seulement pour la taxe sur le carbone. Ce million de dollars qui aurait pu être utilisé pour tant d’autres choses, peut-être de nouvelles technologies, des travailleurs ou de nouvelles choses dans les fermes, mais au lieu de cela, cet argent est versé au gouvernement.
Nous parlons de 235 millions de dollars. J’ai entendu des gens dire que le gouvernement allait perdre 235 millions de dollars. À mon avis, le gouvernement ne devrait pas prendre ces 235 millions de dollars en premier lieu; ce n’est donc pas une perte de recettes. Il s’agit de recettes qu’il ne devrait pas percevoir, alors nous ne devons pas considérer qu’il s’agit d’une perte de recettes pour le gouvernement.
Le gouvernement n’avait pas à prendre les 235 millions de dollars en premier lieu parce que, en fin de compte, qui va payer pour cela? Ce seront les agriculteurs. Après les agriculteurs, qui va payer pour cela? Ce seront les gens assis à leur table, mangeant leurs flocons de maïs ou leurs œufs venant de l’exploitation avicole locale. Ce sont ces personnes qui, au bout du compte, seront touchées.
Oui, ce projet de loi est bon pour les agriculteurs, mais il est bon également pour les consommateurs canadiens qui veulent soutenir l’industrie agricole au Canada, surtout celle d’Elgin-Middlesex-London, qui est si importante pour moi.
Nous avons parlé de l’inflation. Ces dernières semaines, l’inflation a été vraiment importante. Nous avons parlé de l’augmentation du prix du bois et du bois d’œuvre. Le logement est un gros problème. Dans ma circonscription, Elgin-Middlesex-London, le coût d’une maison à deux étages a augmenté de 46 % depuis avril dernier. L’inflation est un problème, et le gouvernement ajoute des coûts supplémentaires à nos produits.
Si nous parlons de stratégies de réduction de la pauvreté, nous devons voir ce que nous faisons qui crée plus d’obstacles. Je considère le refus de cette exemption comme un obstacle de plus à la réduction du coût élevé de nos produits à l’heure actuelle. Les agriculteurs savent que, lorsqu’ils paient tout cet argent, cela nuit à leurs bénéfices nets.
J’ai la chance de travailler avec Scott, des Grain Farmers of Ontario, dans ma région. Il est le chef de zone là‑bas. Je remercie Scott, qui travaille toujours avec moi. Les Grain Farmers of Ontario sont la plus grande organisation de producteurs de denrées de la province, représentant plus de 28 000 producteurs d’orge, de maïs, d’avoine, de soja et de blé, et ils ont beaucoup appuyé le projet de loi C‑206, Loi modifiant la loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, concernant le combustible agricole admissible.
Les Grain Farmers of Ontario appuient ce projet de loi en raison de son exemption de la taxe sur le carbone pour le combustible agricole et demandent à tous les députés de tenir compte de la taxe appliquée au séchage des grains et de son incidence sur le système agricole canadien. C’est très simple. Le gouvernement ne devrait pas faire de l’argent avec une taxe qui a un impact négatif sur la capacité d’un agriculteur de commercialiser des céréales. Ce n’est pas ce que fait la taxe sur le carbone.
Brendan Byrne était le président des Grain Farmers of Ontario le 22 février 2021. Un grand nombre d’assemblées générales actuelles sont en cours à l’heure actuelle, donc ce n’est peut-être pas son poste actuel.
Comme nous l’avons toujours déclaré, les agriculteurs font un travail formidable dans nos communautés. Ils sont les gardiens de nos terres. Je pense à certains des grands projets qui ont été réalisés à l’arrière des champs des agriculteurs pour la conservation des terres humides. Ces zones sont en train d’être reprises.
J’aime les agriculteurs, alors je suis fortement pour le projet de loi C‑206, et je remercie le député de Northumberland-Peterborough-Sud de l’avoir présenté.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, it is great to be back in the House. It is great to have a vast audience across the way to hear what I am about to say, although the member for Kingston and the Islands may not entirely agree with it.
I appreciate the opportunity to speak to this excellent private member's bill, Bill C-206, from my colleague for Northumberland—Peterborough South, and in particular to talk about the significant failures in environmental policy on the part of government and how it is imposing costs on Canadians without a real plan to help us achieve our environmental objectives vis-à-vis climate change.
I will start briefly by congratulating the member for Northumberland—Peterborough South on his excellent work on this bill and so many other issues. He serves as the shadow minister for revenue in our caucus. When I hear “shadow minister of revenue”, I think it sounds exciting, but he really has grabbed this position by the horns. It has been a pleasure to work with him on a number of revenue issues, including trying to bring about reforms to the direction and control system.
This member has been a great champion of the charitable sector, trying to push the government to reform various aspects of the regulatory and legislative environment around revenue, especially direction and control, to really empower our charitable organizations and help them move forward. I want to congratulate the member for all his work, particularly in this bill, on behalf of farmers in his riding and elsewhere.
Bill C-206 seeks to change the definition of a qualifying farm fuel to include certain fuels not currently included, and that is a step forward in terms of allowing any fuel a farmer would use to be qualified as a qualifying farm fuel, and therefore not having the carbon tax applied to it. Right now, while natural gas and propane are not identified as qualifying farm fuels, gas and diesel are. Not only does this impose additional costs on farmers, but it also gives farmers an incentive to move away from using natural gas and propane and toward using relatively more gas and diesel.
In all likelihood, this is sort of perverse incentive that encourages greater greenhouse gas emissions, so this member is rationalizing the system through this bill in a way that would reduce costs for farmers and help our environment by removing this artificial incentive to use fuels that pollute to a greater extent.
One would think this is a no-brainer on that basis. If this is going to reduce costs for farmers, but is also going to help our environment by providing more of an incentive for farmers to use cleaner fuels, why would it not just be automatic that everyone in this House supports it? The Liberals are stubbornly clinging to their position that the way they did it was fine.
The big problem with these Liberals on so many aspects of their environmental policy is they do not understand the way in which perverse incentives can lead to worse outcomes for the environment, and they are not willing to look critically at the impact of those incentives on behaviour.
One of the issues we have talked about a lot in the Conservative caucus in terms of the failures of the Liberals' environmental policy is this issue of border adjustments. The Liberal approach is to impose carbon taxes on Canadian producers, Canadian farmers and Canadian consumers, but not to apply those same requirements on people outside of Canada who are producing products and then selling those products in the Canadian market.
The effect of this is that it is artificially creating an advantage for foreign producers, the people manufacturing goods and growing crops outside the country who are trying to then sell those products in Canada. One is creating an advantage for those outside Canada who are selling their products to Canada over Canadian producers. This obviously does not make any sense, in terms not only of protecting our own economic interests, but also of responding to the environmental challenges we face.
When one makes it more expensive, and in the case of this particular bill, it relates to farming, and when one imposes more costs on Canadian farmers and therefore tilts the field against our farmers and in favour of people involved in agriculture production outside of the country, that is not helping the environment. It is simply hurting our own economy at no environmental benefit.
We understand, in this caucus, that the challenges we face in terms of climate change are global challenges. Canada has to do its part, but it also has to put in place policies that recognize that emissions can happen outside of the country, and when they happen they impact us. We need to have a structure that integrates an appreciation for the global impact of climate change.
That is why the Conservative environmental plan, for the first time from any party, proposes a strong policy around border adjustment tariffs. There has to be an equivalency between the burden imposed on Canadian producers and the import adjustments that are taking place. We should not be creating a tilted playing field in which we are actually creating an advantage for those producing greenhouse gas emissions outside of the country.
We have raised this issue of perverse incentives: incentives in the policy that actually encourage the wrong kind of behaviour. In the case of border adjustments, we are talking about an incentive that the government has created, in its approach to environmental policy, to move production outside of the country.
If someone is making products for the Canadian market right now in Canada, that person is paying carbon tax. If someone is producing those products outside of Canada in a jurisdiction that does not have a carbon tax and then selling them into Canada, they are in an economically advantageous position, at least vis-à-vis the carbon tax.
This should be fixed so that we have a fair environmental policy that encourages improvements to environmental performance, but does not encourage the wrong kinds of adaptation, such as moving work outside of the country. As other colleagues have talked about as well, in the case of this bill we are talking about another case of perverse incentive. In imposing the carbon tax on certain kinds of fuel and not others, as the system is currently structured, there is an incentive for farmers to use fuels that may be more expensive and that may produce more in the way of emissions.
I think we can do better. The member for Northumberland—Peterborough South has quite rightly seen the opportunity to do better and has thus put forward a bill that seeks to adjust the incentive environment. That is why I am very supportive of this bill. I would encourage all members to be supportive of it and to push the government to recognize something. It has been a talking point of the Liberals for a long time. They say the environment and the economy go hand in hand, yet they impose restrictions and taxes that hurt our economy and provide no benefit to the environment.
It does not make any sense that they would impose obligations on Canadian producers and not have the corresponding adjustments happening at the border. It does not make any sense from an environmental standpoint. If they really believed that there was a unity of objective that could be pursued between the environment and the economy, they would be supportive of the plan that we have put forward, which includes these kinds of border adjustment measures.
In general, in our environmental plan as announced by our leader, the money that is gathered through the deductions paid when people purchase products that emit carbon is put back into their pockets to also pay for adaptation. Our plan is not just about taking money away from people who are producing: It is about giving those resources back to them to invest in adaptations that improve their environmental performance. Our plan is very different from what we see from the Liberal government. The government is trying to use the environment often as a way to raise extra revenue. Our approach is to target measures that are going to improve the environment, while also supporting our industry.
On this side of the House, we recognize the important role of our farmers. We recognize the value of having agricultural production in Canada. We want to strengthen farming communities. We recognize that from a basic security, food security and well-being perspective, it is important to have strong agricultural production happening here in Canada.
We have championed this position, as a party, from the very beginning. We understand that it is not enough to just say it. Within every party we hear members saying flowery words about the agricultural sector, but the Conservative Party has always been there to stand with our farmers, and Bill C-206 is another example of that.
Madame la Présidente, c’est formidable d’être de retour à la Chambre. C’est formidable d’avoir un vaste public en face pour entendre ce que je m’apprête à dire, même si le député de Kingston et les Îles ne sera peut-être pas entièrement du même avis.
Je suis content de pouvoir parler de cet excellent projet de loi d’initiative parlementaire, le C-206, présenté par mon collègue de Northumberland-Peterborough-Sud, mais aussi des échecs importants de la politique environnementale du gouvernement et de la façon dont il impose des coûts aux Canadiens sans véritable plan pour nous aider à atteindre nos objectifs environnementaux en matière de changements climatiques.
Je commencerai brièvement par féliciter le député de Northumberland-Peterborough-Sud pour son excellent travail sur ce projet de loi et sur tant d’autres questions. Il est le ministre du cabinet fantôme de notre caucus pour le revenu. Quand j’entends l’expression « ministre du cabinet fantôme pour le revenu », ça semble excitant; il s'est vraiment investi dans ce poste. J’ai eu le plaisir de travailler avec lui sur plusieurs questions liées au revenu, en tentant notamment de réformer la structure de direction et de contrôle.
Le député a défendu avec fougue le secteur caritatif, en essayant d’inciter le gouvernement à réformer différents aspects du cadre réglementaire et législatif en matière de revenu, surtout en ce qui a trait à la direction et au contrôle, afin de vraiment outiller nos organismes de bienfaisance et de les aider à aller de l’avant. Je tiens à féliciter le député pour tout le travail qu’il a accompli, surtout sur ce projet de loi, au nom des agriculteurs de sa circonscription et d’ailleurs.
Le projet de loi C-206 vise à modifier la définition d’un combustible agricole admissible afin d’inclure certains combustibles qui ne le sont pas en ce moment. C’est un pas en avant pour permettre à tout combustible utilisé par un agriculteur d’être considéré comme un combustible agricole admissible et, par conséquent, d’être exonéré de la taxe sur le carbone. Actuellement, si le gaz naturel et le propane ne sont pas désignés comme des combustibles agricoles admissibles, l’essence et le diésel, eux, le sont. Non seulement cela impose des coûts supplémentaires aux agriculteurs, mais cela les incite aussi à renoncer à utiliser le gaz naturel et le propane au profit d’une consommation relativement plus importante de gaz et de diésel.
Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une forme d'incitatif pernicieux à augmenter les émissions de gaz à effet de serre. Le député rationalise donc le système au moyen de ce projet de loi afin de réduire les coûts pour les agriculteurs et d’aider notre environnement en supprimant cet incitatif artificiel à utiliser des combustibles plus polluants.
Le choix devrait aller de soi. Si le projet de loi réduit les coûts pour les agriculteurs, mais aide aussi l’environnement en les incitant plus à utiliser des carburants moins polluants, pourquoi est-ce que tout le monde à la Chambre ne l’appuierait pas automatiquement? Mais les libéraux ne veulent pas démordre de l’idée que leur solution suffisait.
Le problème avec les libéraux par rapport à tant d’aspects de leur politique environnementale, c’est qu’ils ne comprennent pas que des mesures incitatives perverses risquent de donner de résultats pires encore pour l’environnement, et ils ne sont pas prêts à examiner d’un œil critique l’incidence de ces mesures sur les comportements.
Les ajustements à la frontière font partie des questions dont nous avons parlé au caucus conservateur par rapport à l’échec de la politique environnementale des libéraux. Leur approche consiste à imposer des taxes sur le carbone aux producteurs, aux agriculteurs et aux consommateurs canadiens, mais à ne pas imposer les mêmes exigences aux personnes qui produisent à l’étranger des produits pour les vendre ensuite sur le marché canadien.
Il en résulte un avantage pour les producteurs étrangers, les personnes qui fabriquent des marchandises et cultivent en dehors du pays, puis qui essaient de vendre ces produits au Canada. On avantage des étrangers qui vendent leurs produits au Canada par rapport aux producteurs canadiens. C’est évidemment illogique, non seulement du point de vue de la protection de nos intérêts économiques, mais aussi pour ce qui est de régler les problèmes environnementaux auxquels nous faisons face.
Quand on augmente les coûts, et dans le cas de ce projet de loi, il s’agit de l’agriculture, quand on impose plus de coûts aux agriculteurs canadiens, ce qui fait pencher la balance en leur défaveur et en faveur d’agriculteurs à l’étranger, on n’aide pas l’environnement. On nuit à l’économie canadienne, sans avantage pour l’environnement.
Nous savons, dans notre caucus, que les problèmes liés aux changements climatiques que nous connaissons sont des problèmes mondiaux. Le Canada doit faire sa part, mais il doit aussi se doter de politiques qui tiennent compte du fait qu’il y a des émissions dans d’autres pays et qu’elles ont des conséquences pour nous. Nous devons avoir une structure qui tienne compte de la connaissance des conséquences mondiales des changements climatiques.
C’est pourquoi le plan environnemental des conservateurs propose, et c’est une première pour un parti, une politique vigoureuse de droits d’ajustement à la frontière. Il doit y avoir une équivalence entre le fardeau imposé aux producteurs canadiens et les ajustements qui se font à l’importation. Nous ne devons pas fausser les règles du jeu en créant un avantage pour les producteurs d’émissions de gaz à effet de serre à l’étranger.
Nous avons soulevé la question des mesures incitatives perverses, c’est-à-dire des mesures prévues dans la politique qui encouragent en fait le mauvais type de comportement. Dans le cas des ajustements à la frontière, nous parlons d’une mesure incitative que le gouvernement a créée dans son approche de la politique environnementale et qui a pour effet de faire partir la production à l’étranger.
Le fabricant de produits destinés au marché canadien paie une taxe sur le carbone. Le fabricant de ces mêmes produits hors du Canada dans un territoire sans taxe sur le carbone se trouve économiquement avantagé, du moins en ce qui concerne la taxe sur le carbone.
Il nous faudrait régler ce problème pour que nous ayons une politique environnementale équitable qui favorise les améliorations du rendement environnemental, sans favoriser les mauvais types d’adaptation, comme la délocalisation de la production. Comme d’autres collègues l’ont souligné, ce projet de loi constitue un autre exemple d’encouragement pervers. En imposant la taxe sur le carbone à certaines catégories de carburant et non à d’autres, selon la structure actuelle du système, on encourage les agriculteurs à utiliser des carburants qui peuvent être plus chers et produire plus d’émissions.
Je pense que nous pouvons faire mieux. Le député de Northumberland-Peterborough-Sud a bien vu la possibilité de faire mieux et a donc présenté un projet de loi qui vise à corriger le cadre d’encouragements. Voilà pourquoi je suis très favorable à ce projet de loi. J’encourage tous les députés à l’appuyer et à pousser le gouvernement à reconnaître quelque chose. C’est un sujet d’entretien des libéraux depuis longtemps. Ils disent que l’environnement et l’économie vont de pair, et pourtant, ils imposent des restrictions et des taxes qui nuisent à notre économie et n’avantage aucunement l’environnement.
Il n’est pas logique qu’ils imposent des obligations aux producteurs canadiens sans ajustements correspondant à la frontière. Cela n’a aucun sens d’un point de vue environnemental. S’ils croyaient vraiment qu’il est possible de poursuivre un objectif commun entre l’environnement et l’économie, ils appuieraient le plan que nous avons présenté, qui comprend ce genre d’ajustements à la frontière.
En général, dans le plan environnemental tel qu’annoncé par notre chef, l’argent perçu grâce aux déductions payées lorsque les gens achètent des produits qui émettent du carbone est remis dans leurs poches pour payer également l’adaptation. Notre plan ne se résume pas à retirer de l’argent aux producteurs, il s’agit de leur rendre ces ressources pour qu’ils investissent dans des adaptations qui améliorent le rendement environnemental. Notre plan est très différent de celui du gouvernement libéral. Le gouvernement essaie souvent d’utiliser l’environnement comme un moyen d’obtenir des recettes supplémentaires. Notre approche consiste à cibler des mesures qui vont améliorer l’environnement, tout en soutenant notre industrie.
De ce côté-ci de la Chambre, nous reconnaissons le rôle important de nos agriculteurs. Nous reconnaissons la valeur de la présence de la production agricole au Canada. Nous voulons renforcer les communautés agricoles. Nous reconnaissons que du point de vue de la protection, de la sécurité alimentaire et du bien-être de base, il est important d’avoir une production agricole solide ici au Canada.
Nous avons défendu cette position, en tant que parti, depuis le début. Nous comprenons qu’il ne suffit pas de le dire. Au sein de chaque parti, nous entendons des députés faire de beaux discours sur le secteur agricole, mais le Parti conservateur a toujours été là pour soutenir nos agriculteurs, et le projet de loi C-206 en est un autre exemple.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, it is certainly an honour to rise on behalf of the good people of Central Okanagan—Similkameen—Nicola to speak to my colleagues about Bill C-206, brought by the MP for Northumberland—Peterborough South, who has done an excellent job of finding an issue that resonates not just within his riding but right across the country. I will make a few short points about this, because I believe that Private Members' Business provides the opportunity for members, such as the member for Northumberland—Peterborough South, to bring up issues they are hearing locally to see if they are salient. The adoption of this bill through second reading to committee and now to third reading shows there is a consensus in this country. The Liberals were the only party to vote against it. Every other party recognizes that Canada's future is, in great part, due to agriculture. Many may argue that Canada's past was formulated on that, and I would say that is true, but so is the fact we can do more.
In fact, in the majority government the current ambassador to China, Dominic Barton, put forward the Barton report and said that Canada could do so much more by working with agriculture. It could expand exports and feed people not just across our country but around the globe. It seemed for a while that the report might go somewhere. Most farmers thought it was great to have a government that was focused on that. Unfortunately, the government was not. Rather, it was focused simply on ideology and not on helping to connect the dots to make it work for farmers.
As the MP who sponsored the legislation said, the Grain Farmers of Ontario stated, “there are no readily available grain drying technology replacement alternatives that are cost effective. Drying grain is essential for marketing grain.” This points out that when the input costs are too high, grain farmers will lose traction to other areas that have better prices. Unfortunately, it is a commodity market and we cannot just say, “Buy Canadian because Canada is great.” People in other countries also need to feed their families. If the rate for our grain is too high because of input costs, these people will simply go to another cost provider.
The member of Parliament for Sherwood Park—Fort Saskatchewan previously mentioned the concept of carbon leakage, which is where adding extra regulations or taxation beyond that of another jurisdiction eventually makes it difficult for a place with a carbon tax, such as Canada's, to compete. I should know this. A B.C. Liberal government was the first to introduce a carbon tax in British Columbia. It found out quite quickly that the farming community would not be able to be competitive. Therefore, along with cement, it ended up having to subsidize many of those activities.
I am grateful the MP for Northumberland—Peterborough South has brought forward something that will help with that competitiveness. The bill has received broad agreement, with the exception of the Liberal government and its backbenchers. I am sure there was a whipped vote on this, so I know many Liberal members probably felt very sympathetic and wanted to vote alongside the Conservatives, the Bloc and the NDP to support our farmers, but unfortunately it seems many on that side do not question the government's position as much. In fact, some seem to want to carry it on all day long, but enough about the member for Kingston and the Islands.
I just have a few more things to say. The Conservatives believe we should be working with agriculture. The government has put out a clean fuel standard that is so complicated that farmers do not know what opportunities are there. They are worried about getting lost in the paperwork. It is the same government that is making it more difficult for farm operations to use small amounts of propane. The government is basically encouraging them, through red tape, to move to diesel. We know it is not as clean, as easy to store or as manageable. The current government seems to always be at odds with what farmers need and want.
I will say this. Members like the member for Northumberland—Peterborough South and our Conservative caucus will be standing up for our farmers. We will put forward solutions, and we will have a meaningful impact on our greenhouse gas emissions while growing the economy, especially for our farmers.
Madame la Présidente, c’est certainement un honneur de prendre la parole au nom des bonnes gens de Central Okanagan—Similkameen—Nicola pour parler à mes collègues du projet de loi C-206, présenté par le député de Northumberland—Peterborough-Sud, qui a fait un excellent travail en trouvant un enjeu qui résonne non seulement dans sa circonscription, mais dans tout le pays. Je ferai quelques brèves remarques à ce sujet, car je crois que les affaires émanant des députés offrent l’occasion aux députés, comme celui de Northumberland—Peterborough-Sud, de soulever des questions dont ils entendent parler localement pour voir si elles trouvent un écho. L’adoption de ce projet de loi à la deuxième lecture, au comité et maintenant à la troisième lecture montre qu’il existe un consensus au pays. Le Parti libéral a été le seul parti à s’y opposer. Tous les autres partis reconnaissent que l’avenir du Canada est, en grande partie, tributaire de l’agriculture. Beaucoup diront que le passé du Canada a été construit sur cette base, et je dirais que c’est vrai, mais il est tout aussi vrai que nous pouvons faire plus.
En réalité, lorsque le gouvernement était majoritaire, l’actuel ambassadeur en Chine, Dominic Barton, avait présenté le rapport Barton et dit que le Canada pourrait faire beaucoup plus en collaborant avec le secteur agricole. Il pourrait accroître ses exportations et nourrir des gens non seulement ici, mais dans le monde entier. Il a semblé pendant un certain temps que le rapport pourrait faire bouger les choses. La plupart des agriculteurs pensaient que c’était formidable d’avoir un gouvernement qui portait attention à cette question. Malheureusement, le gouvernement n’y portait pas vraiment attention. Il s’est plutôt concentré sur l’idéologie et n’a pas voulu aider à relier les points pour que cela fonctionne pour les agriculteurs.
Comme l’a dit le député qui a parrainé le projet de loi, un représentant des Grain Farmers of Ontario a déclaré: « à l’heure actuelle, il n’y a pas d’autres options technologiques abordables pour le séchage des grains. Il est essentiel de sécher les grains pour les vendre. » Cela montre bien que, lorsque les coûts des intrants sont trop élevés, les céréaliers perdent des parts du marché au profit d’autres régions où les prix sont meilleurs. Malheureusement, il s’agit d’un marché de denrées de base et nous ne pouvons pas simplement dire qu'il faut acheter canadien parce que le Canada est formidable. Les habitants des autres pays doivent aussi nourrir leur famille. Si le prix de nos céréales est trop élevé en raison du coût des intrants, ces gens se tourneront tout simplement vers un autre fournisseur à faible coût.
Le député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan a mentionné précédemment le concept de fuite de carbone, c’est-à-dire la situation où en ajoutant une réglementation ou des taxes qui vont au-delà de ce qui se fait ailleurs, il devient difficile pour un pays comme le Canada, qui a une taxe sur le carbone, de soutenir la concurrence. Je devrais le savoir. Un gouvernement libéral britanno-colombien a été le premier à adopter une taxe provinciale sur le carbone. Il a très vite compris que les agriculteurs ne seraient plus concurrentiels. Il a donc dû, comme pour le ciment, subventionner nombre de ces activités.
Je suis reconnaissant au député de Northumberland-Peterborough-Sud d’avoir proposé quelque chose qui contribuera à la compétitivité. Le projet de loi fait l’objet d’un large consensus, à l’exception du gouvernement libéral et de ses députés d’arrière-ban. Je suis certain que le vote était soumis à la discipline de parti. Je sais que nombre de députés libéraux trouvaient probablement le projet de loi intéressant et voulaient voter avec les conservateurs, le Bloc et le NPD afin de soutenir les agriculteurs. Il semble, malheureusement, que beaucoup de l’autre côté ne remettent pas autant en question la position du gouvernement. En fait, certains semblent vouloir prolonger le débat toute la journée, mais assez parler du député de Kingston et les Îles.
J’ai encore des choses à dire. Les conservateurs sont d’avis que nous devrions travailler avec l’agriculture. Le gouvernement a présenté une norme sur les carburants propres qui est tellement compliquée que les agriculteurs ne savent pas quelles sont les possibilités. Ils craignent de se perdre dans les formalités administratives. C’est le même gouvernement qui fait la vie dure aux exploitants agricoles qui veulent utiliser de petites quantités de propane. Le gouvernement les encourage, au fond, par des tracasseries administratives, à passer au diesel. Nous savons qu’il n’est pas aussi propre et pas aussi simple à stocker ou à gérer. Le gouvernement actuel semble toujours en porte à faux par rapport aux besoins des agriculteurs.
J’ajouterai ceci. Les députés comme le député de Northumberland-Peterborough-Sud et notre caucus conservateur défendront nos agriculteurs. Nous proposerons des solutions et nous aurons quand même un réel impact sur les émissions de gaz à effet de serre, tout en stimulant la croissance économique, notamment pour les agriculteurs.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is absolutely my pleasure to rise on my private member's bill, Bill C-206. To me, it is a fantastic wrap-up for the year, if we go to an election.
A couple of weeks into being an MP, I was in Ottawa and my staffer came to me and said, “You won the lottery”. I did not think I had bought a ticket. What did that mean? I had gotten number 16 on the private member's bills, which then put in place a large canvass of issues: ones that affect people across Canada and in my wonderful riding of Northumberland—Peterborough South. One issue that kept coming up was the impact of the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act on the agricultural sector.
I am a very proud advocate for and supporter of the agriculture sector and rural Canada in general. I had been told that dirtier fuels like diesel and gasoline were exempt from the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act but propane and natural gas were not, and of the impact this was having on our local farmers. When I had the opportunity, I was compelled. This was something I had to bring forward for the residents of Northumberland—Peterborough South and for our farmers across the country.
I have enjoyed this process. It has been an iterative process and it has been collaborative. In fact, this whole hour has been an island of its own in a sea of partisanship. This has been full of non-partisanship. We had the member for Glengarry—Prescott—Russell stand up for my private member's bill and for a commitment he made to a couple of constituents. That is the very epitome of what it is to be from rural Canada and rural Ontario. When we give our word in rural Ontario and in rural Canada, we stand by it. That is exactly what this member did, and I salute him.
One of the issues he brought to attention in his discussion was that things may change, and that very well may be. That is why the member for Cowichan—Malahat—Langford made a wise amendment to my private member's bill, which was to timeline it and have it go for only 10 years. If technology evolves and, in a decade, we can get to a point where there are biofuels or some other way, we are all for it, but as of now there is no other solution. Climate change is 100% real, and we are all in the House to fight climate change.
In the absence of exemption, we are pushing our farmers out of competitiveness because they are dependent on worldwide markets and on trade boards for pricing. When a cost is increased, such as with the carbon tax, it is put directly on the tables of our farmers. Farmers work so hard. Especially through this pandemic, they have not stopped for a moment, and because of that they have kept our food supply the best in the world. We produce the best grain, the best poultry and the best beef right here in Canada, and we need to make sure that our farmers stay competitive because when we increase input costs, those come directly from the farmers.
These costs not only affect our farmers, but entire rural communities because farmers are largely the ones who drive our economies. They are the ones who go to tractor dealerships and buy tractors. They are the ones who go to local restaurants, and there may be only a couple of restaurants in their towns. They are also the ones who support our local grocery stores, so we need to support and protect our farmers.
As I said, we are at the end of the session. I would like to take a moment to thank all the wonderful members of my constituency of Northumberland—Peterborough South and thank the farmers for this wonderful piece of legislation that I have been able to work with. Particularly, I would like to thank Brandon from the Grain Farmers. I would like to thank my staffer Hailey, who was fantastic and critical to doing this. Most important, I would like to thank all the members of the agriculture community who worked so hard to get this on board. We will have a vote on Wednesday and we will get this across. Hopefully, we will be back in session so we can get this bill passed and help our farmers.
I thank everyone out there so much. It has been a great pleasure to hear all the interventions. Some of my best friends, across the aisle and otherwise, have spoken. The member for Hamilton Centre is even wearing a blue suit for us, if I am allowed to acknowledge that he is in the chamber. I really appreciate that. I thank everyone for their learned interventions and their contributions. It is a great day for farmers.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi d’initiative parlementaire C-206 que j’ai présenté. Pour moi, il clôt l’année de manière fantastique, si des élections sont déclenchées.
J’étais député depuis quelques semaines, me trouvais à Ottawa, quand mon collaborateur m’a annoncé que j’avais décroché le gros lot. Je ne pensais pas avoir acheté de billet. Que voulait-il dire? J’avais obtenu le numéro 16 pour les projets de loi d’initiative parlementaire, qui portent sur quantité de sujets qui touchent des citoyens dans tout le Canada et dans ma belle circonscription de Northumberland-Peterborough-Sud. Un sujet revenait sans cesse, l’incidence sur le secteur agricole de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre.
Je suis très fier de défendre le secteur agricole et les régions rurales du Canada en général. On m’avait dit que des carburants plus polluants, comme le diesel et l’essence, n’étaient pas assujettis à la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, ce qui n’était pas le cas du propane et du gaz naturel, et on m’avait expliqué les conséquences pour les agriculteurs locaux. Quand l’occasion s’en est présentée, je n’ai pu faire autrement que présenter ce projet de loi. Il le fallait pour les citoyens de Northumberland-Peterborough-Sud et pour les agriculteurs de tout le pays.
J’ai bien aimé ce processus. C’était un processus itératif et collaboratif. En fait, toute cette heure a été une île à part dans une mer de partisanerie. Il y a eu beaucoup de non-partisanerie. Le député de Glengarry-Prescott-Russell a défendu mon projet de loi d’initiative parlementaire et respecté un engagement qu’il a pris envers deux de ses électeurs. C’est l’exemple même de ce que cela représente de venir d'une région rurale du Canada et d'une région rurale de l’Ontario. Lorsque nous donnons notre parole dans les régions rurales de l’Ontario et du Canada, nous la respectons. C’est exactement ce qu’a fait ce député, et je le remercie.
L’une des questions qu’il a soulevées était que les choses peuvent changer, et c’est fort possible. C’est la raison pour laquelle le député de Cowichan-Malahat-Langford a proposé un amendement judicieux à mon projet de loi d’initiative parlementaire, qui consistait à lui attribuer un échéancier et à le faire durer seulement 10 ans. Si la technologie évolue et que, dans 10 ans, nous sommes à un point où il y a des biocarburants ou un autre moyen, nous sommes tout à fait d’accord, mais pour l’instant, il n’y a pas d’autre solution. Le changement climatique est 100 % réel, et nous sommes tous à la Chambre en faveur de la lutte contre les changements climatiques.
En l’absence d’exemption, nous enlevons à nos agriculteurs leur compétitivité parce qu’ils sont tributaires des marchés mondiaux et des chambres de commerce pour la fixation des prix. Lorsqu’un coût augmente, comme c’est le cas de la taxe sur le carbone, cela se répercute directement sur la table de nos agriculteurs. Les agriculteurs travaillent très dur. En particulier pendant cette pandémie, ils n’ont pas arrêté un seul instant, et c’est grâce à eux que notre approvisionnement alimentaire est le meilleur au monde. Nous produisons les meilleures céréales, la meilleure volaille et le meilleur bœuf ici même au Canada et nous devons veiller à ce que nos agriculteurs restent concurrentiels car lorsque nous augmentons le coût des intrants, ils viennent directement des agriculteurs.
Ces coûts n’ont pas une incidence négative sur nos agriculteurs seulement; ils touchent aussi des collectivités rurales entières, car les agriculteurs sont en grande partie le moteur de nos économies. Ce sont eux qui vont acheter des tracteurs chez les concessionnaires de tracteurs. Ce sont eux qui fréquentent les restaurants locaux, et il n’y a peut-être que quelques restaurants dans leur ville. Ce sont également eux qui font vivre nos épiceries locales. Nous devons donc soutenir et protéger nos agriculteurs.
Comme je l’ai dit, nous sommes à la fin de la session. J’aimerais prendre un moment pour remercier tous les merveilleux membres de ma circonscription de Northumberland-Peterborough-Sud et remercier les agriculteurs pour cette merveilleuse mesure législative à laquelle j’ai pu travailler. J’aimerais remercier tout particulièrement Brandon, des Grain Farmers. J’aimerais également remercier ma collaboratrice Hailey, qui a été fantastique et qui a joué un rôle essentiel dans la réalisation de ce projet. Et surtout, je remercie tous les membres de la communauté agricole d'avoir travaillé si fort pour faire adopter ce projet. Nous procéderons à un vote mercredi et nous ferons passer le message. J’espère que nous serons de retour en session afin de pouvoir faire adopter ce projet de loi et aider nos agriculteurs.
Je remercie beaucoup tout le monde. Ce fut un grand plaisir d’entendre toutes les interventions. Certains de mes meilleurs amis, de l’autre côté de l’allée et ailleurs, ont pris la parole. Le député de Hamilton-Centre porte même un costume bleu pour nous, si j’ai le droit de reconnaître sa présence à la Chambre. J’aime beaucoup cela. Je vous remercie tous de vos interventions éclairées et de vos contributions. C’est un grand jour pour les agriculteurs.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
It being two minutes past noon, the time provided for debate has expired.
Accordingly, the question is on the motion.
If a member of a recognized party present in the House wishes to request a recorded division or that the motion be adopted on division, I would invite them to rise and indicate it to the Chair.
Comme il est 12 h 2, la période réservée au débat est terminée.
Par conséquent, le vote porte sur la motion.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel nominal ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I am pleased to request a recorded division.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de vous demander un vote par appel nominal.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division on the motion stands deferred until Wednesday, June 23, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote sur la motion est différé jusqu'au mercredi 23 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
moved that Bill S-204, An Act to amend the Criminal Code and the Immigration and Refugee Protection Act (trafficking in human organs), be read the second time and referred to a committee.
propose que le projet de loi S‑204, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (trafic d’organes humains), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 13:31 [p.8791]
Mr. Speaker, I rise on a matter of privilege. I would ask you to please allow me a brief moment, hopefully only two or three minutes, to emphasize what I believe the Speaker needs to look into.
The issue is this: What is a breach of privilege?
I would like to get a clear understanding that goes beyond what our Standing Orders say because I believe that, at a time when Canadians need Parliament to work to help them through this pandemic, we are seeing an opposition tactic being used that is very toxic in terms of partisanship. The issue is that of privileges and points of orders and to what degree they can be used as a tool to filibuster.
So, without me contributing beyond that, I would be very much interested in a ruling coming from the Speaker's chair. Is there a limit, and how far is too far? I am concerned about the limited amount of time and how privileges are actually being used. As a parliamentarian, I am very much interested in this issue.
Monsieur le Président, je soulève une question de privilège. Je vous demande de bien vouloir m'accorder un bref moment, deux ou trois minutes, pour souligner ce que la présidence doit examiner, à mon avis.
La question est la suivante: qu'est-ce qu'une atteinte au privilège?
J'aimerais bien comprendre la situation, au-delà de ce que stipule le Règlement. En effet, je crois qu'à un moment où les Canadiens ont besoin que le Parlement les aide à affronter la pandémie, nous assistons à l'utilisation d'une tactique de l'opposition qui est très toxique sur le plan de la partisanerie. Je parle des questions de privilège et des rappels au Règlement susceptibles d'être utilisés pour faire de l'obstruction.
Sans en dire davantage, j'aimerais que la présidence prenne une décision. Y a-t-il une limite, et jusqu'où peut-on aller? Je m'inquiète du peu de temps dont nous disposons et de la façon dont les questions de privilège sont utilisées. En tant que parlementaire, j'y porte un très vif intérêt.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:33 [p.8791]
I thank the hon. parliamentary secretary.
On the face of what he has suggested, it does refer back to my earlier comments. Typically, when a member is posing a question of privilege for the consideration of the Chair, it is on them to present their arguments so the Speaker may decide whether a breach of privilege has indeed occurred. If it has, then a motion is moved and the debate can be taken.
To the hon. parliamentary secretary's question, the amount of time is completely at the discretion of the Speaker. Once he or she has heard enough and are convinced that they have been provided enough information with which to render a decision on the proposition, as has been seen here this afternoon, the limit has been reached and we move on to other business.
The opportunities to raise questions of privilege are an important privilege of hon. members, but they can only interrupt the process of debate and the day's business to the extent that conventions and practices permit, and ultimately, the chair occupant, the Speaker who hears the intervention, decides what that is.
I think we will leave it at that.
The hon. member for Kingston and the Islands.
Je remercie le secrétaire parlementaire.
Si j'ai bien compris ce qu'il a dit, il se reporte à mes observations précédentes. Habituellement, quand un député porte une question de privilège à l'attention de la présidence, il lui incombe de présenter des arguments pour que le Président puisse décider s'il y a bel et bien eu atteinte au privilège. Le cas échéant, une motion est présentée, puis le débat peut avoir lieu.
Pour répondre à la question du secrétaire parlementaire, le temps alloué est totalement laissé à la discrétion du Président. Quand il en a entendu assez ou qu'il est convaincu qu'on lui a fourni suffisamment d'information pour rendre une décision sur la proposition, comme ce qui s'est passé cet après-midi, la limite a été atteinte, puis nous passons à autre chose.
La possibilité de soulever des questions de privilège constitue un privilège important des députés, mais ceux-ci peuvent seulement interrompre le débat et les travaux de la journée dans les limites permises par les conventions et les pratiques. Ultimement, c'est l'occupant du fauteuil, soit le Président, qui entend l'intervention et qui détermine ce qu'il en est.
Je crois que nous en resterons là.
Le député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I completely agree with you. I would submit further that, as you said, it is a right of members to present their point of privilege, and it is indeed a sacred and very important right, but it is also the responsibility of all members not to abuse that right. From time to time it would be your job to determine if such an abuse is occurring.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord avec vous. J'ajouterais que, comme vous l'avez dit, les députés ont le droit de présenter leurs arguments sur une question de privilège, et il s'agit effectivement d'un droit sacré et très important, mais il incombe également à tous les députés de ne pas abuser de ce droit. De temps à autre, ce serait à vous de déterminer si un tel abus se produit.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:35 [p.8791]
That is indeed correct.
The hon. member for Flamborough—Glanbrook.
C'est exact.
Le député de Flamborough—Glanbrook a la parole.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2021-06-18 13:35 [p.8791]
Mr. Speaker, in that vein, I am wondering whether the parliamentary secretary actually gave you the requisite notification that he would be raising that point of privilege, which is a concern as well.
Monsieur le Président, dans le même ordre d'idées, je me demande si le secrétaire parlementaire vous a avisé, comme il se doit, qu'il soulèverait cette question de privilège, ce qui est également préoccupant.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:35 [p.8791]
That is a good question, but when the parliamentary secretary initially raised his point of order, I was not too sure whether it was a new question of privilege. Indeed, I received it as, if you will, almost a follow-up intervention with respect the two earlier questions of privilege the House has been involved with.
However, it is a good reminder for hon. members that, if they wish to bring something like that before the House, a one-hour notice is required, and I urge hon. members to do that.
I see that we are six minutes into our time for private members' business, so we will start debate on that now.
We will start with the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
C'est une bonne question. Toutefois, lorsque le secrétaire parlementaire a initialement invoqué le Règlement, je ne savais pas trop s'il s'agissait d'une nouvelle question de privilège. En réalité, j'ai écouté l'intervention comme si c'était presque une intervention de suivi, si on peut dire, au sujet des deux précédentes questions de privilège dont la Chambre a été saisie.
Cependant, il est bon de rappeler aux députés qu'ils doivent donner un préavis d'une heure s'ils souhaitent soulever une telle question à la Chambre et j'exhorte les députés à le faire.
Je vois que la période réservée aux affaires émanant des députés a commencé il y a six minutes; nous allons donc maintenant entamer le débat sur les initiatives parlementaires.
Nous commencerons par le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, Bill S-204 would make it a criminal offence for a person to go abroad and receive an organ without consent. It fights the horrific practice of forced organ harvesting and trafficking.
I am not going to speak much about the bill because everyone already knows this bill should pass. This bill has already passed the Senate twice and the House once, unanimously. This bill started out as a Liberal bill under Borys Wrzesnewskyj and Irwin Cotler.
The question today is not on the substance of the bill. The question is about whether the government is committed to doing what it knows to be the right thing and allowing this bill to pass, or whether it will prevent the bill from passing. If this bill passes now, then the House can immediately resume consideration of the government's budget, so the government can either support that to happen, or we can spend the hour talking, delaying both this bill and the budget bill.
Therefore, I would like to seek the consent of the House for the following motion. I move that notwithstanding any Standing Order, special order or usual practice of the House, at the conclusion of today's debate on Bill S-204, the bill be deemed to have been read a second time and referred to a committee of the whole, deemed considered in a committee of the whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed.
Monsieur le Président, le projet de loi S‑204 érigerait en infraction le fait de se rendre à l'étranger pour se faire greffer un organe prélevé sans consentement. Il cible la pratique horrible du prélèvement forcé et du trafic d'organes.
Je ne parlerai pas du projet de loi bien longtemps, parce que tout le monde conviendra qu'il doit être adopté. Ce projet de loi a déjà été adopté deux fois par le Sénat et une fois par la Chambre, à l'unanimité. La première fois, il s'agissait d'un projet de loi libéral présenté par Borys Wrzesnewskyj et par Irwin Cotler.
La question à se poser aujourd'hui ne concerne pas le contenu du projet de loi. Elle concerne la volonté du gouvernement à faire ce qui s'impose et à permettre l'adoption du projet de loi par la Chambre. S'il est adopté maintenant, la Chambre pourra reprendre l'étude du budget du gouvernement, alors le gouvernement a le choix: soit il appuie l'adoption immédiate du projet de loi, soit nous passons une heure à en débattre, ce qui repoussera son adoption et celle du projet de loi d'exécution du budget.
Par conséquent, je demande le consentement de la Chambre pour présenter la motion suivante: Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, à la conclusion du débat sur le projet de loi S‑204 aujourd'hui, le projet de loi soit réputé avoir été lu pour la deuxième fois, renvoyé à un comité plénier, avoir fait l'objet d'un rapport sans proposition d'amendement, avoir été agréé à l'étape du rapport, lu pour la troisième fois et adopté.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:37 [p.8792]
All those opposed to the hon. member moving the motion will please say nay.
Some hon. members: Nay.
The Deputy Speaker: There is not unanimous consent.
Resuming debate. The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Que tous ceux qui s'opposent à ce que l'honorable député propose la motion veuillent bien dire non.
Des voix: Non.
Le vice-président: Il n'y a pas consentement unanime.
Nous reprenons le débat. L'honorable député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it was disappointing to hear the no from—
Monsieur le Président, il est très décevant d'entendre le non de la part...
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:38 [p.8792]
Just one moment, there is a point of order from the hon. member for Kingston and the Islands.
Un moment s'il vous plaît. Le député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
I believe after someone puts forward a motion in the middle of their speech, they do not get to continue speaking after. I think the proper rule would be to go to the next speaker, would it not?
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Je crois qu'après avoir proposé une motion, un député ne peut continuer son intervention. Si je ne m'abuse, la règle qui s'applique veut que l'on passe au prochain intervenant. N'ai-je pas raison?
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:38 [p.8792]
In the normal context, yes. Given that the motion was proposed in such a way that it would be acted upon at the end of today's debate, the expectation is that it would go the full hour, and members who are scheduled for debate would participate in it. In the normal course, a motion, for example, an amendment, would be proposed at the end of one's speech. If the amendment carries at that point, the debate would then continue on the amendment, and the member would have used all their time to do that.
In this particular case, because the proposition was to essentially take effect at the end of the hour, I will accept that the members would normally have their time remaining for their remarks.
Did the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan want to add to that point of order, or would he like to pick it up from here?
En temps normal, oui. Toutefois, la motion proposée se serait appliquée à la fin du débat d'aujourd'hui, c'est-à-dire à la fin de l'heure complète réservée à l'étude des initiatives parlementaires, si bien que les députés qui sont censés intervenir dans le débat auraient pu le faire. En temps normal, lorsqu'on propose une motion, notamment une motion d'amendement, il faut le faire à la fin de son discours. Alors, si l'amendement est jugé recevable, le débat se poursuit sur l'amendement, et le temps de parole du député qui a proposé l'amendement est écoulé.
Or, en l'occurrence, la motion proposée se serait appliquée à la fin de l'heure réservée à l'étude des initiatives parlementaires. J'accepte donc d'accorder au député le reste de son temps de parole.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan souhaite-t-il intervenir au sujet du recours au Règlement ou poursuivre son discours?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is somewhat of a moot point. I am very disappointed the member for Kingston and the Islands chose to say no to this unanimous consent motion given that the House has unanimously supported this bill in the past, but I have finished my speech.
Peu importe, monsieur le Président, puisque mon intervention est terminée. Je dirai toutefois que je suis très déçu que le député de Kingston et les Îles ait choisi de dire non à cette motion demandant le consentement unanime, étant donné que la Chambre a unanimement appuyé ce projet de loi par le passé.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
If the member is able to confirm I am the individual who said no, I would love for him to be able do that, but in the meantime, perhaps he should not suggest it until he is somehow able to confirm it.
Monsieur le Président, j’invoque le Règlement.
Si le député est en mesure de confirmer que je suis la personne qui a dit non, j’aimerais vraiment qu’il le fasse, mais en attendant, il serait bon qu’il ne le suggère pas tant qu’il ne peut pas le confirmer.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:40 [p.8792]
I think we heard this earlier today. When yeas and nays are provided in the House, they are general in nature and not necessarily assigned to individual members.
I am going to go back to the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan to finish up his remarks. He has 13 minutes remaining if he wishes to use all of that, and then we will continue in the usual way. It appears as though the hon. member is finished.
We will now go to questions and comments.
The hon. parliamentary secretary to the government House leader.
Il me semble que nous avons déjà abordé ce point aujourd’hui. Lorsqu’on procède à un vote par oui ou par non, il s’agit d’un vote de nature générale et on ne peut pas forcément attribuer une réponse à un député en particulier.
Je vais demander au député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan de terminer ses observations. Il lui reste 13 minutes s’il souhaite les utiliser, puis nous reprendrons le cours normal des choses. Il semble que le député a terminé son intervention.
Nous allons maintenant passer aux questions et observations.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 13:40 [p.8792]
Mr. Speaker, my question to the member is related to the request he has asked of the House. Would he agree that what he was attempting to do is best done through House leadership teams, where they can try to see if it is possible to do what he has requested?
For example, would the member support the quick passage of Bill C-30, which is the budget bill, given the implications for the pandemic and supports for Canadians? Would he support such a measure for Bill C-30, Bill C-6, Bill C-10 and Bill C-12?
Monsieur le Président, ma question au député porte sur la demande qu'il a faite à la Chambre. Est-il d'accord pour dire qu'il serait préférable de laisser les leaders à la Chambre faire ce que lui-même essayait de faire et de voir s'il est possible de donner suite à sa demande?
Par exemple, le député appuierait-il l'adoption rapide du projet de loi C‑30, qui est le projet de loi sur le budget, compte tenu des implications relativement à la pandémie et aux mesures d'aide aux Canadiens? Serait-il d'accord pour que l'on fasse cela dans le cas des projets de loi C-30, C‑6, C‑10 et C‑12?
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:41 [p.8792]
It seems that we have lost the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan's signal. We are not sure what happened. Given that we are partway into this, we will have to wait to see if he can get reconnected. We will pick it up at a later time under the debate on the motion before the House.
We will go to the next scheduled member on the list. The hon. member for Humber River—Black Creek.
Il semble que nous ayons perdu la connexion avec le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé. Étant donné que le débat est déjà entamé, nous devrons attendre, le temps de voir si nous pouvons rétablir la connexion. Nous y reviendrons plus tard dans le cadre du débat sur la motion dont la Chambre est saisie.
Nous allons passer au prochain intervenant sur la liste. La parole est à la députée de Humber River—Black Creek.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to speak on this important issue today, an issue I have cared about for a very long time, as do many members of the House.
Before I do that, what a pleasure it has been to serve with you, Mr. Speaker. You have been kind and constantly pleasant, even if we have been on opposite sides of the discussion. You are always very polite to everyone in the House. In your role as Deputy Speaker, you have done a fine job. I wish you and your lovely wife much happiness in the future as you go into what is called retirement, but I have a feeling it is not really retirement for you.
As I rise today for what will most likely be my last opportunity to speak before we recess for the summer break, I look forward to the opportunity of being back in my riding of Humber River—Black Creek full time this summer. It seems like it has been ages since I have seen my constituents, especially being able to give them a hug and playing bingo with them.
I cannot wait to visit the local community parks, the various seniors groups and, mostly important, to spend some more time with all my family, not just my husband. It has been quite some time since I have had the opportunity to hug my grandchildren, and I know it is similar for you, the Speaker. After recently receiving my second dose, this will mean the world to me.
However, before that happens, I want to take this opportunity to thank all the teams, the clerks and all the people in the team that kept us going forward in the diligent management of this year's House proceedings. It certainly was an extremely difficult time and a real learning experience for many of us. We could not have done our job if everyone had not done such an incredible job. It is amazing what we have accomplished in such difficult times. I thank all of them.
I would also like to thank the House of Commons support staff for their tireless effort in assisting members to operate in a virtual Parliament. The number for IT help is front and centre in my home, by my computer. Like all my colleagues, when things are not working, I have to call the wonderful people in IT for help. I thank all of them.
It was not an easy job, but we all managed to get through it. It is my hope that we will soon see some normalcy in all our lives—
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole aujourd’hui sur cette importante question qui me tient à cœur depuis très longtemps, à l’instar de nombreux autres députés.
Avant cela, je tiens à dire que j’ai été très heureuse de servir avec vous, monsieur le Président. Vous avez été gentil et toujours agréable, même si nous étions dans des camps opposés. Vous êtes toujours très poli envers tout le monde à la Chambre. Dans votre rôle de vice-président, vous avez fait un excellent travail. Je vous souhaite, à vous et à votre charmante épouse, beaucoup de bonheur alors que vous vous apprêtez à partir à ce que l’on appelle la retraite, mais j’ai l’impression que ce ne sera pas vraiment une retraite.
Alors que je prends la parole aujourd’hui pour ce qui sera probablement ma dernière occasion avant l’ajournement d’été, je me réjouis à l’idée d’être de retour à temps plein dans ma circonscription, Humber River—Black Creek, cet été. Il me semble que cela fait longtemps que je n’ai pas vu mes concitoyens et, surtout, que je n'ai pas eu l'occasion de leur faire un câlin et de jouer au bingo avec eux.
J’ai hâte de visiter les parcs communautaires, les divers groupes de personnes âgées et, surtout, de passer plus de temps avec toute ma famille, et pas seulement mon mari. Il y a longtemps que je n’ai pas eu l’occasion d’enlacer mes petits-enfants, et je sais que c’est la même chose pour vous, monsieur le Président. Après avoir reçu ma deuxième dose récemment, cela signifie beaucoup pour moi.
Toutefois, avant que cela ne se produise, je tiens à profiter de l’occasion pour remercier toutes les équipes, les greffiers et tous les membres de l’équipe qui nous ont permis d’aller de l’avant dans la gestion diligente des travaux de la Chambre de cette année. Ce fut certainement une période extrêmement difficile et une véritable expérience d’apprentissage pour bon nombre d’entre nous. Nous n’aurions pas pu faire notre travail si tous n’avaient pas excellé comme ils l’ont fait. C’est incroyable ce que nous avons accompli en ces temps difficiles. Je les remercie tous.
Je tiens également à remercier le personnel de soutien de la Chambre des communes de ses efforts inlassables pour aider les députés à participer aux séances à distance. Le numéro de l’équipe de soutien informatique est bien en évidence chez moi, sur mon ordinateur. Comme tous mes collègues, lorsque les choses ne fonctionnent pas, je dois appeler ces merveilleuses personnes pour obtenir de l’aide. Je les remercie tous.
Ce n'était pas un travail facile, mais nous nous en sommes tous sortis. J'espère que nous verrons bientôt un retour à une certaine normalité dans nos vies...
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, we are supposed to be debating Bill S‑204. From what I understand, the Liberals do not want this bill to pass quickly.
It is very nice and all to want to thank everyone, but the member's comments have nothing to do with the subject at hand.
Monsieur le Président, le sujet dont nous devons débattre est le projet de loi S‑204. Je crois comprendre que les libéraux ne veulent pas qu'il soit adopté rapidement.
C'est bien gentil et bien beau d'en profiter pour remercier tout un chacun, mais ce que dit la députée présentement n'a rien à voir avec le sujet.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, on that same point of order, when we come toward the end of a session like this, it is not uncharacteristic for us to allow members a brief opportunity to thank people. She spent half the time thanking you, Mr. Speaker, for the incredible work you have done before departing on your retirement. She was thanking a few members of her staff. She was literally just getting started when the member interrupted her. It was entirely appropriate and we should allow the member to continue now so she can get on with her speech.
Monsieur le Président, sur ce même rappel au Règlement, quand la fin d'une session comme celle-ci arrive, il n'est pas inhabituel que nous donnions aux députés quelques minutes pour s'exprimer. La députée a passé la moitié du temps à vous remercier, monsieur le Président, pour le travail incroyable que vous avez accompli avant votre départ à la retraite. Elle ne faisait que remercier quelques membres de son personnel. Elle venait littéralement de commencer lorsque le député l'a interrompue. C'était tout à fait approprié et nous devrions permettre à la députée de poursuivre son discours.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-18 13:46 [p.8793]
I thank the hon. member for Kingston and the Islands and the hon. member for Lac‑Saint‑Jean.
The question of relevance certainly applies to all debates in the House. At the same time, however, there are always members who take the liberty of making a few comments on other matters. I am sure the hon. member for Humber River—Black Creek will quickly come back to the relevant subject before the House.
The hon. member for Humber River—Black Creek.
Je remercie les honorables députés de Kingston et les Îles et de Lac‑Saint‑Jean.
La question de la pertinence s'applique certainement à tous les débats à la Chambre. Or, en même temps, certains députés se permettent toujours de faire quelques réflexions sur d'autres sujets. Je suis certain que l'honorable députée de Humber River—Black Creek reviendra rapidement et avec pertinence au sujet dont nous sommes saisis.
L'honorable députée de Humber River—Black Creek a la parole.
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I have been following the debates all week and many of my colleagues have used their time in their interventions to acknowledge the wonderful work that various people have done.
I very much support Bill S-204.
As members know, we had a late night last night. We were voting on the main estimates to approve the necessary programs that were going to make a difference in all Canadians' lives, programs that would help get people back on their feet after surviving this global pandemic. It has not been easy, but we have been there for Canadians.
It is my hope that in the coming days, when we deal with bills like Bill S-204, we will see the swift passage of bills like Bill C-30 and other important pieces of legislation, which still need to be addressed, so we can ensure that the supports needed to help Canadians through the final stages of this pandemic are in place. That is why we are all here in this place. We do not need to be told by other colleagues that if we want to get Bill C-30 passed, we have to turn around and get some other bill passed. That is not the way democracy works.
We are to represent our constituents and make a positive difference, and I believe Bill S-204 would make a big difference in the lives of many people.
Bill S-204, formally known as Bill S-240, passed both in the House and in the other place in 2019. I was very proud to be one of the persons, along with my colleagues, who passed this important bill. I appreciate the fact that my colleague has raised this issue, brought it back and continues to move it forward, because it is a very important bill.
Unfortunately, Bill S-240 never became law due to the dissolution of the House before the federal election. That happened to many good pieces of legislation. It is long overdue that this Parliament pass legislation like Bill S-204, dealing with a practice that we all are appalled to know continues in spite of many of us calling for the abolition of it. We know it continues on many days and in many countries.
Similar bills have been sitting in Parliament for over 12 years, during which time many innocent lives have perished due to the organ transplant trade, something we all find completely appalling. Two previous private members' bills were tabled by my former colleague, the former member for Etobicoke Centre, and my life-long friend, someone we all love and respect, the Hon. Irwin Cotler.
I am the chair of the Parliamentary Friends of Falun Gong and I am all too familiar with the issue of organ harvesting and how this bill could help put an end to this horrific practice. I have seen many pictures and talked to people who have had their family go through this terrible process.
Bill S-204 proposes to amend the Criminal Code to create new offences in relation to trafficking in human organs. The bill also would amend the Criminal Code to enable Canada to assume extraterritorial jurisdiction to prosecute, and that is very important. There is no sense having legislation if we do not put teeth in it. We need that ability to prosecute, in Canada, Canadian citizens or permanent residents who commit any of the proposed offences abroad.
I was recently told about number of Canadians who were going abroad, specifically to China, and getting kidney transplants and different things done. I would like to ask Canadians, before they do that, to think about where those organs come from. This would make it an offence for any Canadian to go abroad to take advantage of that.
It would also amend the Immigration and Refugee Protection Act to provide that permanent residents or foreign nationals would be inadmissible to Canada if the responsible person were of the opinion that they have engaged in any of these activities relating to trafficking in human organs. Imagine that for $5,000, someone can get a transplant, never asking where that organ came from.
Our government is committed to ensuring our criminal justice system keeps communities safe, protects victims and holds offenders to account. We condemn the illegal and exploitative trade of human organs in the strongest of terms, and that was shown in the previous vote on Bill S-240, and will be on this one as well. We continue to have very strong feelings on things like this, as I believe all Canadians do.
Organ trafficking, the practice of extracting organs through coercive means to sell them for profit, is absolutely reprehensible and it is a global challenge, not just the challenge we are talking about today, which frequently involves the exploitation of vulnerable individuals. It is a complex issue that requires both legislative and policy responses. Our government is proud to support this important bill, with targeted amendments that would make it better to achieve its objectives.
I very much look forward to seeing its passage by Parliament contrary to what my colleagues seemed to indicate earlier. This a bill that we all want to pass and then have very strong enforcement to end human trafficking in organ transplants.
If I do not get another opportunity to do so, I wish everyone a blessed summer and I will see everyone in September.
Monsieur le Président, j’ai suivi les débats toute la semaine, et bon nombre de mes collègues ont utilisé leur temps de parole pour souligner le travail extraordinaire de diverses personnes.
J’appuie sans réserve le projet de loi S‑204.
Comme les députés le savent, nous avons travaillé très tard hier soir. Nous votions sur le budget principal des dépenses pour approuver les programmes nécessaires pour améliorer la vie de tous les Canadiens, des programmes qui vont aider les gens à se remettre sur pied après avoir survécu à cette pandémie mondiale. Cela n’a pas été facile, mais nous avons été présents pour les Canadiens.
J’espère qu’au cours des prochains jours, alors que nous nous pencherons sur des projets de loi comme le S‑204, nous pourrons adopter rapidement le projet de loi C‑30 et d’autres mesures législatives importantes qui doivent encore être examinées, afin que nous puissions nous assurer de mettre en place les mesures de soutien nécessaires pour aider les Canadiens à franchir les dernières étapes de cette pandémie. C’est la raison pour laquelle nous sommes tous ici. Nous n’avons pas besoin de nous faire dire par des collègues que si nous voulons faire adopter le projet de loi C‑30, nous devons d’abord faire adopter un autre projet de loi. Ce n’est pas ainsi que la démocratie fonctionne.
Nous devons représenter nos concitoyens et apporter des changements positifs, et j’estime que le projet de loi S‑204 améliorerait grandement la vie de bien des gens.
Le projet de loi S‑204, auparavant le S‑240, a été adopté à la Chambre et à l’autre endroit en 2019. J’étais très fière d’être parmi ceux et celles, avec mes collègues, qui avaient voté en faveur de cet important projet de loi. Je remercie mon collègue d’avoir soulevé cette question, d'avoir ramené la mesure législative et de continuer de la faire avancer, car elle est très importante.
Malheureusement, le projet de loi S‑240 n’a jamais été adopté en raison de la dissolution de la Chambre avant les élections fédérales. C’est ce qui est arrivé à de nombreuses bonnes mesures législatives. Il est grand temps que le Parlement adopte une mesure législative comme le projet de loi S‑204, qui porte sur une pratique qui, nous le savons tous, se poursuit, même si nous sommes nombreux à réclamer son abolition. Nous savons que cette pratique a toujours cours, et ce, dans de nombreux pays.
Des projets de loi semblables attendent au Parlement depuis plus de 12 ans, et pendant tout ce temps, de nombreuses personnes innocentes ont péri à cause du trafic d’organes humains, ce que nous trouvons tous totalement consternant. Mon ancien collègue l’ex-député d’Etobicoke-Centre et ami de toujours, que nous aimons et respectons tous, l’honorable Irwin Cotler, a déjà présenté deux projets de loi d’initiative parlementaire à ce sujet.
Je suis présidente du groupe des parlementaires amis du Falun Gong et je ne connais que trop bien le problème du prélèvement d’organes. Je sais dans quelle mesure ce projet de loi pourrait contribuer à mettre fin à cette pratique horrible. J’ai vu beaucoup de photos et j’ai parlé à des gens qui ont vu leurs proches subir cette affreuse opération chirurgicale.
Le projet de loi S‑204 propose de modifier le Code criminel afin de créer de nouvelles infractions relatives au trafic d’organes humains. Il modifierait également le Code criminel afin d’accorder au Canada une compétence extraterritoriale pour intenter des poursuites, ce qui est très important. Il ne sert à rien d’avoir une mesure législative si nous ne lui donnons pas plus de mordant. Nous avons besoin de cette capacité de poursuivre, au Canada, les résidents permanents ou citoyens canadiens qui commettent ces infractions à l’étranger.
On m’a récemment parlé du nombre de Canadiens qui se rendent à l’étranger, surtout en Chine, pour obtenir une greffe du rein ou d’un autre organe. J’aimerais demander aux Canadiens qu’avant de faire ce choix, ils réfléchissent à la provenance de ces organes. En vertu de ce projet de loi, les Canadiens qui se rendraient à l’étranger pour profiter de ces organes commettraient une infraction.
Ce projet de loi modifierait également la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés afin d’interdire de territoire au Canada les résidents permanents ou les étrangers si le responsable de l’immigration est d’avis qu’ils se sont livrés à une activité liée au trafic d’organes humains. Peut-on imaginer que pour 5 000 $, on peut obtenir une greffe d’organe sans jamais demander d’où vient cet organe?
Le gouvernement est résolu à faire en sorte que le système de justice pénale canadien assure la sécurité des collectivités, protège les victimes et tienne les contrevenants responsables de leurs actes. Nous condamnons avec la plus grande fermeté l'exploitation que constitue le commerce illégal d’organes humains, comme nous l’avons démontré lors du vote précédent sur le projet de loi S‑240, et comme nous le démontrerons encore cette fois. Nous continuons d’avoir des opinions bien arrêtées sur ce genre de problèmes, et je suis sûre que tous les Canadiens sont de cet avis.
Le trafic d’organes, la pratique consistant à prélever des organes par des moyens coercitifs pour les vendre à des fins lucratives, est tout à fait répréhensible et pose un problème dans le monde entier. Il ne s’agit pas seulement du problème dont nous parlons aujourd’hui, qui comporte souvent l’exploitation de personnes vulnérables. Il s’agit d’un problème complexe qui exige des mesures législatives et stratégiques. Notre gouvernement est fier d’appuyer cet important projet de loi pour autant qu’on y apporte des amendements ciblés qui le rendront plus apte à atteindre ses objectifs.
J’ai très hâte que le Parlement l’adopte, contrairement à ce que mes collègues ont semblé dire tout à l’heure. C’est un projet de loi que nous voulons tous adopter et qui prévoit des mesures d’application très rigoureuses pour mettre fin au trafic d’organes.
Si je n’en ai pas l’occasion, je vous souhaite à tous un bel été. Nous nous retrouverons en septembre.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, Bill S‑204 would make it a criminal offence for a person to go abroad to receive an organ harvested without consent. This bill combats the horrible practice of forced organ harvesting and trafficking in human organs. I will not get into the bill because everyone agrees that it should be passed.
This bill has already been unanimously passed twice by the Senate and once by the House. Initially it was a Liberal bill introduced by Borys Wrzesnewskyj and Irwin Cotler. The issue today is not about the bill.
The issue is whether the government is committed to doing what it knows is the right thing and will allow the bill to pass or whether it will decide otherwise. If this bill is passed right away then the House could resume debate of the government's budget. The government can either agree to this or spend an hour talking about it, delaying both this bill and its own budget.
Accordingly, I would like to seek the unanimous consent of the House to move the following motion: That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, at the conclusion of today's debate on Bill S‑204, the bill be deemed to have been read a second time and referred to a committee of the whole, deemed considered in a committee of the whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed.
Madame la Présidente, le projet de loi S‑204 criminaliserait le fait d'aller à l'étranger pour y recevoir un organe prélevé sans le consentement de la personne sur qui l'organe est prélevé. Ce projet de loi vise à lutter contre les pratiques horribles que sont les prélèvements forcés d'organes et le trafic d'organes. Je ne parlerai pas beaucoup du projet de loi parce que tout le monde s'entend déjà pour dire qu'il devrait être adopté.
Ce projet de loi a déjà a été adopté deux fois par le Sénat et une fois par la Chambre, à l'unanimité. Au départ, c'était un projet de loi libéral présenté par Borys Wrzesnewskyj et Irwin Cotler. La question aujourd'hui ne porte donc pas sur le projet de loi.
Il s'agit plutôt de savoir si le gouvernement s'engage à faire ce qu'il sait être la bonne chose et à laisser ce projet de loi être adopté, ou s'il en décidera autrement. Si ce projet de loi est adopté maintenant, la Chambre pourra reprendre immédiatement l'examen du budget du gouvernement. Le gouvernement peut donc soit accepter que cela se produise ou consacrer l'heure à discuter, retardant à la fois ce projet de loi et son propre budget.
Par conséquent, j'aimerais demander le consentement unanime de la Chambre pour déposer la motion suivante: Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou pratique habituelle de la Chambre, lorsque le débat sur le projet de loi S‑204 prendra fin aujourd'hui, le projet de loi soit réputé lu une deuxième fois et renvoyé à un comité plénier, soit réputé avoir été étudié en comité plénier, soit réputé avoir fait l'objet d'un rapport sans amendement et soit réputé adopté à l'étape du rapport, lu une troisième fois et adopté.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
All those opposed to the hon. member moving the motion will please say nay.
An hon. member: Nay.
The Deputy Speaker: Does the hon. member for Lac-Saint-Jean wish to continue his speech?
Que tous ceux qui s'opposent à ce que l'honorable député propose la motion veuillent bien dire non.
Une voix: Non.
La vice-présidente: L'honorable député de Lac-Saint-Jean veut-il continuer son discours?
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, unfortunately, I believe it is quite obvious what the Liberals are doing. Afterwards, they will tell us that the opposition was being partisan and playing politics. Quite frankly, that is disappointing today.
Madame la Présidente, je pense que ce que les libéraux sont en train de faire est assez clair, malheureusement. Ensuite, ils viendront nous dire que l'opposition fait de la partisanerie et de la petite politique. C'est franchement ordinaire aujourd'hui.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 13:55 [p.8794]
Madam Speaker, it is an honour to rise in support of Bill S-204. The bill would prevent the illegal harvesting and trafficking of human organs, penalize Canadians who participate in or facilitate the illegal black market for organ harvesting and deter people from getting involved in this immoral and unregulated industry that is loaded with illegal businesses. This illicit and illegal organ-harvesting industry is hurting vulnerable people across the world. A global shortage of organs has driven this illegal industry, which relies on low-income populations as donors and wealthy foreigners as recipients. It is illegal and immoral. It is an industry that preys on some of the most vulnerable people across the world. We have to recognize that this demand is fed by wealthier nations and individuals.
According to experts, the illicit trafficking of organs on the black market has grown exponentially as demand has grown and supply has become more limited. Who are the victims of this illicit trade? As is mostly the case with the trafficking of organs, they tend to be the poor, who are vulnerable and exposed to exploitation. They are commonly refugees living in terrible and unsafe conditions. They are often told they will get large sums of money or released from debt. Specifically in the case of kidneys, the most commonly harvested organ from living donors, recruiters will even tell victims that the kidneys will grow back. These victims are desperate and seen as easy prey for exploitation.
The perpetrators who are often implicit in the trafficking of organs include a wide array of people, from the recruiters who identify the vulnerable victims, the transporters, the staff working at the clinic or hospital, the medical professionals who carry out the surgery and the wealthy westerners who buy these organs. There is a whole chain of people who end up profiting from this horrific crime.
Just over the border in the United States, over 114,000 people are on the organ waiting list with a new person added every 10 minutes. The World Health Organization estimates that 10,000 kidneys are traded on the black market worldwide annually. That is more than one every hour. We just cannot go on like this. It is completely unacceptable and we as members of Parliament have to do something about it. This is the fourth—
Madame la Présidente, c’est un honneur de prendre la parole pour appuyer le projet de loi S‑204. Ce projet de loi vise à empêcher le prélèvement et le trafic illégaux d’organes humains, à punir les Canadiens qui participent au marché noir illégal du prélèvement d’organes ou en facilitent le commerce illégal, et à dissuader les gens de participer à cette industrie immorale et non réglementée où les entreprises illégales pullulent. Cette industrie illicite et illégale de prélèvement d’organes porte atteinte à des personnes vulnérables partout dans le monde. C’est la pénurie mondiale d’organes qui est à l’origine de cette industrie illégale qui cible les populations à faible revenu comme donneurs et les riches étrangers comme receveurs. C’est illégal et immoral. C’est une industrie qui s’attaque aux personnes les plus vulnérables du monde. Nous devons reconnaître que cette demande est alimentée par des pays et des citoyens parmi les plus riches au monde.
Selon les experts, le trafic illicite d’organes sur le marché noir a augmenté de façon exponentielle au fur et à mesure que la demande augmentait et que l’offre diminuait. Qui sont les victimes de ce trafic illicite? Comme c’est souvent le cas pour le trafic d’organes, ce sont généralement des personnes pauvres, vulnérables et plus exposées à l’exploitation. En général, ce sont des réfugiés qui vivent dans des conditions déplorables et non sécuritaires, à qui on a fait croire qu’ils obtiendront beaucoup d’argent ou qu’ils seront libérés de leurs dettes. Dans le cas des reins, en particulier, l’organe le plus souvent prélevé chez des donneurs vivants, les recruteurs vont même jusqu’à dire aux victimes que leurs reins repousseront. Ces victimes sont désespérées et perçues comme des proies faciles à exploiter.
Les criminels qui participent souvent implicitement au trafic d’organes comprennent un large éventail de personnes, comme des recruteurs chargés de repérer des victimes vulnérables, des transporteurs, le personnel de la clinique ou l’hôpital, les professionnels de la santé qui font le prélèvement et des riches occidentaux qui achètent ces organes. Une succession de personnes profite de ce crime horrible.
Juste de l’autre côté de la frontière, aux États‑Unis, plus de 114 000 personnes sont en attente d’un organe et toutes les 10 minutes, une nouvelle personne s’ajoute à la liste. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, 10 000 reins sont vendus chaque année sur le marché noir dans le monde. C’est plus d’un rein par heure. Nous ne pouvons plus tolérer cette situation tout à fait inacceptable. En tant que députés, nous avons le devoir de mettre fin à cela. C’est la quatrième…
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I will interrupt the hon. member there. The hon. member for Regina—Lewvan is rising on a point of order.
Je me permets d'interrompre le député. Le député de Regina—Lewvan invoque le Règlement.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 13:58 [p.8795]
Madam Speaker, I rise on a point of order. I am sorry to interrupt my colleague.
Because of the numerous points of orders that were brought during private members' hour, I was wondering if that time will be added to the end of the hour.
Standing Order 30(7) states:
If the beginning of private members’ hour is delayed for any reason, or if the hour is interrupted for any reason, a period of time corresponding to the time of the delay or interruption shall be added to the end of the hour suspending as much of the business set out in section (6) of this standing order as necessary.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Je suis désolé d'interrompre mon collègue.
Étant donné les nombreux recours au Règlement soulevés durant l'heure réservée aux affaires émanant des députés, je me demandais si elle serait prolongée en conséquence.
En effet, selon le paragraphe 30(7) du Règlement:
Si l’heure réservée aux affaires émanant des députés est retardée ou interrompue pour un motif quelconque, elle doit être prolongée d’une période correspondant à la durée du retard ou de l’interruption. L’étude des autres travaux stipulés au paragraphe (6) du présent article est alors écourtée au besoin.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
To the hon. member's point, the points of order that were brought were not counted as part of the hour of debate on this. That should clarify the hon. member's point of order.
We will continue with the hon. member for Courtenay—Alberni.
Pour répondre à la question du député, les recours au Règlement soulevés n'ont pas été considérés comme faisant partie de l’heure réservée aux affaires émanant des députés. J'espère que cela répond clairement à son recours au Règlement.
Je redonne la parole au député de Courtenay—Alberni.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-18 13:59 [p.8795]
Madam Speaker, this is the fourth time that this issue has been brought before Parliament. The situation is urgent, especially for those who are being preyed upon. Clearly it should not be a partisan issue. I know it is June and I know it is a difficult time, but, sadly, here today partisanship is now playing in on this bill that could be saving the lives of those who are being preyed upon in developing countries. We need to stop waiting around and get this done.
I am really disappointed to see how things are playing out today. This is exactly the sort of bill that should get cross-party support and all sides of the House should be able to and can agree that we have to do more about this and that this has to be stopped, not at some distant time in the future but right now. There have been opportunities today to advance that, so it is very disappointing. The victims of this crime simply cannot wait any longer.
Here in Canada, we are way behind in dealing with this issue on organ trafficking. We look at other countries, such as Spain and Norway and Taiwan, that have passed similar pieces of legislation to tackle this issue. Europeans have a convention entitled, “Council of Europe Convention against Trafficking in Human Organs”. We have to start catching up with the rest of the world by acknowledging the problem and taking action to fix it. The international community must come together on this issue. Canada needs to be a leader and establish clear conditions that will cut off the organ-trafficking industry's profits and the illegal businesses.
While most organ trafficking occurs abroad, measures must and can be implemented to ensure Canadians on long organ donation lists are not perpetuating this brutality by purchasing trafficked organs out of desperation. While we debate this bill to stop international organ trafficking, I do want to take time today to commend my colleague and good friend from Calgary Confederation for taking great action here at home and in this House that I know will address many domestic needs for organs. I am aware it just received royal assent. His bill, C-316, would deal with tax records being used for an organ donor registry. It is a highly commendable proposal that can be part of the solution to increase the supply of safe, legal and consensual organ donations, in an ethical way that respects human rights. This will have a real impact on people's lives here in Canada. I am honoured to continue to work with my colleague and to be a part of supporting his proposal, both his bill from the last Parliament and the bill that just passed.
The NDP really wants to ensure that this bill is passed swiftly and that those who have been harmed by this illicit trade are given the justice that they deserve. To support this, we must do more domestically to encourage ethical, safe organ donations, including giving Canadians more options to be able to sign up to the organ donation registry.
Organ harvesting and trafficking abroad is a horrific crime against humanity. It must be stopped. Canada can and must begin the process of fixing this injustice by passage of this bill.
Again, I am disappointed today that partisan politics have come into play. We support dealing with this horrific crime of organ harvesting and trafficking abroad.
Madame la Présidente, c’est la quatrième fois que le Parlement est saisi de cette question. Il y a urgence, surtout pour les victimes. Ce n’est clairement pas un enjeu partisan. Je sais que nous sommes en juin et que nous traversons une période difficile, mais malheureusement, je constate qu’il y a de la partisanerie au sujet de ce projet de loi qui pourrait sauver la vie des victimes des pays en développement qui tombent entre les mains de ces prédateurs. Nous devons cesser de tergiverser et agir.
Je suis vraiment déçu de voir ce qui se passe aujourd’hui. C’est le genre de projet de loi qui devrait recueillir un appui unanime et tous les partis de la Chambre devraient reconnaître que nous devons en faire plus dans ce dossier afin de faire cesser ce trafic, non pas dans un avenir lointain, mais dès maintenant. Nous avons eu aujourd’hui plusieurs occasions de faire avancer ce dossier, ce qui est d’autant plus décevant. Les victimes de ce crime ne peuvent tout simplement plus attendre.
Ici, au Canada, nous accusons beaucoup de retard dans la lutte contre le trafic d’organes. Ailleurs, comme en Espagne, en Norvège et à Taïwan, des lois semblables ont été adoptées pour s’attaquer à ce problème. Les Européens ont une convention intitulée « Convention du Conseil de l’Europe contre le trafic d’organes humains ». Nous devons commencer à rattraper notre retard sur le reste du monde en reconnaissant le problème et en prenant des mesures pour le régler. La communauté internationale doit unir ses efforts dans ce dossier. Le Canada doit être un chef de file et établir des conditions claires qui couperont les profits de l’industrie du trafic d’organes et des entreprises illégales.
Bien que la plupart des cas de trafic d’organes se produisent à l’étranger, des mesures doivent et peuvent être mises en œuvre pour s’assurer que les Canadiens inscrits depuis longtemps sur des listes d’attente de don d’organes ne perpétuent pas cette brutalité en achetant en désespoir de cause des organes de victimes de trafic. Pendant que nous débattons de ce projet de loi visant à mettre fin au trafic international d’organes, je veux prendre le temps aujourd’hui de féliciter mon collègue et bon ami de Calgary Confederation d’avoir pris d’excellentes mesures ici au Canada et à la Chambre qui, je le sais, répondront à de nombreux besoins nationaux en matière de don d’organes. Je sais que son projet de loi C‑316 vient de recevoir la sanction royale. Il porte sur l’utilisation des dossiers fiscaux aux fins d’un registre de donneurs d’organes. Il s’agit d’une proposition fort louable qui peut faire partie de la solution pour accroître l’offre de dons d’organes sûrs, légaux et consensuels, d’une manière éthique qui respecte les droits de la personne. Cette mesure aura un impact réel sur la vie des gens ici, au Canada. Je suis honoré de continuer à travailler avec mon collègue et d’appuyer sa proposition, tant son projet de loi de la dernière législature que celui qui vient d’être adopté.
Le NPD veut vraiment s’assurer que ce projet de loi sera adopté rapidement et que justice sera faite pour ceux qui ont subi des préjudices en raison de ce commerce illicite. Pour ce faire, nous devons faire davantage au pays pour favoriser les dons d’organes éthiques et sûrs, notamment en offrant aux Canadiens plus d’options d’inscription au registre des dons d’organes.
Le prélèvement et le trafic d'organes à l'étranger constituent un horrible crime contre l'humanité auquel il faut mettre un terme. Le Canada peut et doit entamer le processus nécessaire pour combattre cette injustice en adoptant ce projet de loi.
Encore une fois, je suis déçu que l'on se soit livré à de la politique partisane aujourd'hui. Nous voulons combattre le crime horrible que constitue le prélèvement et le trafic d'organes à l'étranger.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 14:03 [p.8795]
Madam Speaker, I have been listening very closely to what has been said. In good part I agree when members talk about the partisanship we are seeing on the floor, but I take it from a different perspective, where, over the last while, there has been a great deal of partisanship on the floor of the House of Commons.
I know that a good number of people are watching and are very much interested in this piece of legislation ultimately passing and receiving royal assent. There was a great sense of disappointment when it passed the House of Commons but the Senate was not able to get its royal assent. There is no doubt that a vast majority of Canadians recognized that it should be a crime to travel abroad without the donor's consent in order to get an organ transplant.
They try to give a false impression. I referred to it yesterday, and more and more we are seeing this unholy alliance of opposition parties coming together to try, in every way possible and in as partisan a way as possible, to make the Prime Minister and members of the Liberal caucus look bad. Seriously, I am not aware of any Liberal member of Parliament who would want to prevent this from becoming law. There are procedures that need to take place. Each political entity has a House leadership team with whom the issue could be addressed.
I say, to individuals like Irwin Cotler, David Matis, Maria and so many others who have been strong advocates on this issue, that what they are witnessing today is a partisanship that is not coming from the government. The government is doing what it can to ensure that there is a series of pieces of legislation. I could cite specific examples that have been provided to me. We know that we could pass this with unanimous consent, as we could do for a number of pieces of legislation.
Where was this empathy for the people the legislation would benefit, for example, when we dealt with Bill C-3? Bill C-3 was about the judicial appointments and training. Members will recall that it, too, passed the House of Commons in the last Parliament and the government reintroduced it as Bill C-3. How many hours of debate took place on that bill, even though it went through the full process the previous time? It was hours and days, but the Conservatives did not want it passed, and for what reasons? I will let people follow the debate.
Members will say that the issue has been debated already. I remember opposition members, when the shoe was on the other foot, would say that it was the previous Parliament and there are new members of Parliament who were just elected back in 2019 and ask if they should not be afforded the opportunity, if they want to be able to contribute to the debate. I understand the rules, the process and how things operate regarding legislation. We now have an offer saying that if we pass this bill unanimously right now, we will be allowed to debate Bill C-30. Members can imagine the hypocrisy. That is the reason I raised the matter of privilege I raised earlier today.
Last Friday and this Friday the NDP and the Conservatives were working together through privileges to prevent the government from being able to deal with legislation. Is this legislation not also important? What about other private—
Madame la Présidente, j'ai écouté très attentivement ce qui a été dit. Je souscris en grande partie à ce que des députés ont dit au sujet de la partisanerie dont nous sommes témoins dans cette enceinte, mais je vois cela d'une autre façon, dans la mesure où il y a eu beaucoup de partisanerie dernièrement à la Chambre des communes.
Je sais que bien des gens nous écoutent et aimeraient beaucoup que ce projet de loi finisse par être adopté et par recevoir la sanction royale. Il y a eu beaucoup de déception parce que le projet de loi a été adopté à la Chambre des communes, mais le Sénat n'a pas pu faire en sorte qu'il obtienne la sanction royale. Il ne fait aucun doute que la vaste majorité des Canadiens reconnaissent que l'on devrait considérer comme un acte criminel le fait d'aller à l'étranger pour obtenir une greffe d'organe lorsque l'organe a été prélevé sans le consentement du donneur.
Ils essaient de donner une fausse impression. J’y ai fait allusion hier. Il est de plus en plus évident qu’une alliance contre nature est en train de se créer parmi les partis de l’opposition, qui essaient, par tous les moyens possibles et de la façon la plus partisane possible, de renvoyer une mauvaise image du premier ministre et des membres du caucus libéral. Sérieusement, je ne connais aucun député libéral qui souhaiterait empêcher que ce projet de loi devienne loi. Il y a une procédure à suivre. Chaque entité politique a une équipe de direction à la Chambre qui pourrait se pencher sur la question.
Je dis à Irwin Cotler, David Matis, Maria et tant d’autres qui ont été d’ardents défenseurs de cette cause que ce qu’ils voient ici aujourd’hui, ce sont des manœuvres partisanes qui ne viennent pas du gouvernement. Le gouvernement fait ce qu’il peut pour s’assurer de présenter une série de mesures législatives. Je pourrais citer des exemples précis qui m’ont été fournis. Nous savons que nous pouvons adopter ce projet de loi à l’unanimité, comme nous pourrions le faire pour bien d’autres.
Qu’est devenue cette empathie à l’égard des personnes qui profiteraient de cette mesure qui avait été démontrée, par exemple, lorsque nous avons étudié le projet de loi C-3? Ce dernier portait sur la nomination et la formation des juges. Les députés se souviendront que ce projet de loi a lui aussi été adopté à la Chambre des communes au cours de la dernière législature et a été présenté à nouveau par le gouvernement sous le numéro C‑3. Combien d’heures de débat a-t-on consacrées à ce projet de loi, même s’il avait franchi toutes les étapes du processus la fois précédente? Nous y avons consacré des heures et des jours, mais les conservateurs n’ont pas voulu l’adopter, et pour quelles raisons? Je vais laisser les gens suivre le débat.
Les députés diront que cette question a déjà fait l’objet d’un débat. Quand les députés de l’opposition étaient à notre place, ils auraient dit que c’était sous la précédente législature et, comme de nouveaux députés venaient d’être élus en 2019, ils voulaient leur donner l’occasion de participer au débat, s’ils le souhaitaient. Je comprends les règles, le processus et la procédure d’adoption des mesures législatives. On nous offre maintenant d'adopter ce projet de loi à l’unanimité, et ensuite, nous aurons la permission de débattre du projet de loi C-30. Quelle hypocrisie! Voilà pourquoi j’ai soulevé la question de privilège plus tôt aujourd’hui.
Vendredi dernier et encore aujourd’hui, le NPD et les conservateurs se sont ligués pour soulever des questions de privilège afin d'empêcher le gouvernement d’étudier des projets de loi. Ce projet de loi n’est-il pas important? Qu’en est-il des autres…
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I do have to interrupt the hon. member.
The hon. member for Regina—Lewvan is rising on a point of order.
Je dois interrompre le député.
Le député de Regina—Lewvan a la parole.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-18 14:08 [p.8796]
Madam Speaker, the hon. member for Winnipeg North has talked about how much he knows about the parliamentary practices and procedures of this House. I have been listening intently, and he really has not talked about human trafficking—
Madame la Présidente, le député de Winnipeg-Nord a parlé de sa connaissance pointue des pratiques et procédures parlementaires de la Chambre. Je l'écoute avec attention, et il n'a pas du tout parlé du trafic d'organes...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That is a point of debate and not a point of order.
The hon. parliamentary secretary.
C'est une question de débat, pas un recours au Règlement.
Le secrétaire parlementaire a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-18 14:08 [p.8796]
Madam Speaker, shame on the member for the interruption.
I have debated this issue. I have supported this issue's advancement, and I suspect that it will get through second reading at some point, as other private members' bills will. If there is keen interest such as I have heard today on the floor of the House from all members, I would suggest that they raise the issue with their respective House leadership teams. Maybe there is a way in which it can be accommodated.
Is this select group now going to prioritize all the other areas and bills that are before us and say these ones too should be rushed through the House of Commons without debate, let alone some debate? I could list Bill C-6 on conversion therapy. I could talk about Bill C-30, which is going to help millions of Canadians, many of whom are in desperate situations. Then there is Bill C-12, on net zero and the environment, and Bill C-10. That does not even go into the many private members' bills from many of our colleagues who are very interested in advancing their ideas, resolutions and bills.
That does not take away from the importance of the debate on this bill. I suspect that when it comes to a vote, every member will likely vote for it as they did previously. The ones who are trying to score political cheap shots today are the opposition parties. In the days going into summer, this is brought to the table. If the people who are pushing for this legislation really wanted to do a service for the audience, there is a better way of doing it. I suspect some of them know that, but they have chosen to do this in their partisanship, while saying the Liberal government is preventing it.
Out of respect for some of the individuals I have referenced, I will work within my caucus, as I know my colleague from Toronto who spoke prior to me will. We understand what the bill and the legislation will do, but we also understand that after today there are three days left of this session before we break for the summer. There are still opportunities to try to shame one political entity into unanimous consent for personal or political views, or to try to make others look bad. I believe that the manner in which this issue is being dealt with today is just wrong.
I have been on House leadership teams for 30 years. It would be nice to see this bill passed at all stages. If that is possible, then I would really recommend that members watching or participating use that same passion in talking to their House leaderships. There might even be some other members who have other ideas for legislation that may be important to them and to Canadians, and that could allow us to set a good example around the world.
Canada taking action can have a positive outcome for other nations. I recognize that, but I also recognize that at the end of the day, in order for us to succeed we have to have a process. If we are respectful of the process and work in collaboration as parties, we could probably achieve a lot more, as we did for the private member's bill the first and second go-round.
I would invite members who are following the debate to participate in a discussion afterwards with regard to how I feel, using my expertise, about what could be done with regard to this legislation.
I suggest this as an open gesture of goodwill, because I, like the former Liberal speaker, support the legislation.
Madame la Présidente, le député devrait avoir honte de cette interruption.
J'ai parlé de la question. J'ai soutenu l'avancement de ce dossier, et je soupçonne que le projet de loi franchira l'étape de la deuxième lecture à un moment donné, comme d'autres projets de loi d'initiative parlementaire le feront. Si tous les députés partagent l'empressement que j'ai entendu aujourd'hui à la Chambre, je les encourage à en parler avec leurs équipes de leaders parlementaires. Une entente n'est pas impossible.
Ce groupe sélect va-t-il maintenant accorder la même importance à tous les sujets et projets de loi dont nous sommes saisis et dire qu'ils devraient aussi être adoptés à toute vapeur à la Chambre sans aucun débat? Je pense au projet de loi C‑6 sur les thérapies de conversion et au projet de loi C‑30, qui aidera des millions de Canadiens, dont beaucoup se trouvent dans une situation désespérée. Il y a aussi le projet de loi C‑12 sur la carboneutralité et l'environnement et le projet de loi C‑10. C'est sans parler des nombreux projets de loi d'initiative parlementaire de la part de nos collègues qui souhaitent vivement faire progresser leurs idées et résolutions.
Je ne remets pas en question l’importance du débat sur ce projet de loi. Je soupçonne qu’au moment de voter, tous les députés seront en faveur de ce projet de loi, comme ils l’ont été précédemment. Les seuls qui essaient de tirer des avantages politiques aujourd’hui sont les partis de l’opposition. Nous sommes à la toute fin de la session, et voilà que l’on présente cette mesure. Je signale aux gens qui appuient ce projet de loi que s'ils veulent vraiment rendre service à la population, il y a une meilleure façon de le faire. Je soupçonne que certains d’entre eux le savent, mais qu'ils ont choisi d’agir de manière partisane en soutenant que le gouvernement libéral leur met des bâtons dans les roues.
Par respect pour certaines des personnes dont j’ai parlé, je travaillerai au sein de mon caucus, comme le fera ma collègue de Toronto qui a pris la parole avant moi. Nous comprenons l’importance de ce projet de loi et le but qu'il vise, mais nous savons aussi qu’après aujourd’hui, il ne restera que trois jours avant la pause estivale. Il est encore possible d’essayer de faire honte à une entité politique et d'obtenir un consentement unanime à l’égard d’opinions personnelles ou politiques, ou d’essayer de ternir l’image des autres. J'estime tout simplement inacceptable la façon dont ce problème est traité aujourd’hui.
Je fais partie d'équipes de leaders parlementaires depuis 30 ans. Il serait souhaitable que ce projet de loi soit adopté à toutes les étapes. Dans la mesure du possible, je recommanderais aux députés qui suivent le débat ou qui y participent de s'exprimer avec autant de fougue à leurs leaders parlementaires respectifs. Il est également possible que d’autres collègues veuillent proposer des mesures législatives importantes pour eux et pour les Canadiens, et qui pourraient nous permettre de donner l’exemple au reste du monde.
Les mesures prises par le Canada peuvent avoir des retombées positives pour d’autres pays. Je le reconnais, mais je reconnais aussi qu’en fin de compte, pour réussir, nous devons établir une façon de procéder. Si nous respectons le processus et si les partis collaborent, nous pourrions probablement accomplir bien davantage, comme nous l’avons fait lors de la première et de la deuxième lectures de ce projet de loi d’initiative parlementaire.
J’invite nos collègues qui suivent le débat à participer à une discussion sur ce que — à la lumière de mon expertise — je crois que nous pourrions faire en ce qui concerne ce projet de loi.
Je le propose comme geste d'ouverture et de bonne volonté, parce que, à l'instar de l'intervenant libéral précédent, j'appuie la mesure législative.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am very pleased to rise to speak to this bill today. Before I do that, I want to address some of the observations I have had from the debate so far today.
The member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan took the floor, introduced the subject, talked a little about it and then said he wanted to move that we vote on it. If a minister had brought forward a bill, even a bill that he or she knew the House would definitely support, can members imagine the outrage that would have come from the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan, in particular? It has happened on a number of occasions.
That is what this is about. This is about letting all members have the opportunity to speak to these very important pieces of legislation.
To my colleague from the Bloc, I cannot remember his riding, but I am pretty sure that when he was speaking, his famous father was actually in the background of his shot at one point, which I thought was pretty cool by the way. I would say the same thing to him. The Bloc had an opportunity to speak to this. The member had an opportunity to speak to this. Then he tried to move the same motion again.
I am more concerned about why opposition parties seem not to want to allow Liberal government members to speak to this. The member for Courtenay—Alberni, with all due respect, spoke for almost a full 10 minutes, and then shamed other people for wanting to speak. His party has 24 seats in the House, and he occupied a full 10 minutes of the 60 minutes of debate.
I find it very troubling when, especially on the motion that we are talking about, someone could come forward and say, “Here are all my thoughts. Now let us vote.” To the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan, the manner in which he clearly went about doing this and getting this legislation to be voted on very quickly, perhaps the opposition could have picked somebody to run that exercise who could have perhaps shown more diligence or respect for the process? They could work with parties, talk to the parties beforehand and say, “This is what we want to do. Would you consider asking your members to limit how much they speak so we could do this? Is that a possibility? If not, are there other concessions we could make?”
We could have had a discussion and tried to negotiate. I had my speech ready to go here when I found out I might not have the opportunity to speak to this. I just think that if the opposition was genuine in really wanting this to pass, and we have seen it before, it would have used resources differently. It is almost as though they wanted this reaction from the government, so that it could say, “See? This is such a great bill and nobody else wants it to pass.”
I am very happy with the work that this bill has gone through, both in this House and in the other place, and that it is back before the House. If we do not specifically wrap it up now, we will have an opportunity to continue it in the fall. It is important. Now I want to turn to my prepared notes because I know I will run out of time if I do not.
Bill S-204 proposes a number of reforms that would target trafficking in human organs. We know that trafficking in human organs is a transnational, global challenge. This heinous crime involves the exploitation of the poor and vulnerable living in under-resourced developing countries. International estimates indicate that organ trafficking nets between $600 million and $1.2 billion U.S. annually in illegal profits.
Generally, wealthier individuals, often from developed countries, drive demand for organs, and the supply of organs usually comes from developing regions of South America, Asia, Africa, India and China. Bill S-204 seeks to end organ trafficking by creating organ trafficking-specific indictable Criminal Code offences. The bill's proposed offences would prohibit obtaining an organ or otherwise taking part in the removal of an organ without the informed consent of the person from whom it was being removed. These offences criminalize organ trafficking-related conduct when there is evidence that organs were extracted through this coercive process.
The bill would also create an indictable Criminal Code offence that would prohibit obtaining an organ, or otherwise taking part in the removal of an organ that is obtained for financial consideration. This transactional offence would criminalize organ trafficking-related conduct where there is evidence that organs were purchased.
Furthermore, the bill would ensure that Canadians and permanent residents of Canada were not able to escape criminal liability by going abroad to commit these offences. We have heard why it is so important that it be part of this. I listened to what the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan said at the beginning. Based on his comments, this is why that is so important.
The bill would achieve this goal by enabling Canadian prosecution of Canadians and permanent residents of Canada who commit any of the proposed offences abroad. This reform, together with the bill's financial transaction offences, criminalizes transplant tourism, which involves buying organs abroad.
The bill would also create a new category of inadmissibility to Canada for foreign nationals and permanent residents who engage in organ trafficking conduct. Specifically, it would amend the Immigration and Refugee Protection Act to make those who engage in the conduct prohibited by this bill inadmissible under the provisions that apply when foreign nationals and permanent residents have violated human or international rights, for example by committing war crimes or crimes against humanity.
Vulnerable people who have organs extracted coercively or who sell their organs out of financial desperation deserve the protection of criminal law. As I have explained, these are reforms that would achieve that goal by creating specific organ trafficking Criminal Code offences that apply extraterritorially.
Currently, the Criminal Code prohibits conduct related to coercive organ removal through its human trafficking offences, which apply extraterritorially, and its assault offences, which do not. However, this can be difficult to prove, particularly when a person is coerced into doing this overseas or is led overseas to do it.
The bill's financial transaction offence would provide extra protection for the vulnerable by criminalizing anyone engaged in conduct that involves the commercialization of organs. This includes those who extract organs for profit, those who facilitate the extraction of organs for profit and those who buy organs for their own use regardless of evidence of these practices taking place. The offence would address the demand that fuels organ trafficking. There is no doubt that organ trafficking is a serious global problem that harms the most vulnerable. It is a problem that requires a comprehensive and effective response.
In Canada, organ transplantation is governed by a legislative framework that encompasses both health and criminal law. Provincial and territorial human tissue gift statutes regulate organ donation. They contain regulatory offences that prohibit the sale, purchase or dealing in any human tissues or organs outside the applicable regulated framework. The applicable provincial and territorial legal framework has never allowed for the commercialization of organs, but these regulatory measures do not apply extraterritorially.
Ongoing efforts to increase legitimate organ donation in Canada complement these reforms. Since 2018, Health Canada has been leading an initiative called the organ donation and transplantation collaborative with provinces and territories, Canadian Blood Services, patients, families, clinical and administrative stakeholders, and researchers. The collaborative's goal is to achieve organ donation improvements that result in better patient outcomes and increase the number and quality of successful transplantations.
As I have indicated, we need to protect the vulnerable against those who are engaging in criminal activity, particularly those who are subject to that criminal activity. We need to protect those who might be interested in selling an organ out of financial hardship. A motion such as this that comes through both Houses, here and the other place, will truly assist in making this activity much more challenging for those who want to do it illegally.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole aujourd’hui au sujet de ce projet de loi. Avant de le faire, j’aimerais revenir sur certaines observations que j’ai entendues au cours du débat d’aujourd’hui.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a pris la parole, a présenté le sujet, en a parlé un peu, puis il a dit qu’il voulait proposer que nous le mettions aux voix. Si un ministre avait présenté un projet de loi, même un projet de loi qu’il savait que la Chambre appuierait certainement, les députés peuvent-ils imaginer l’indignation que cela aurait provoqué chez le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan, en particulier? Or, cela s’est produit à plusieurs reprises.
Il s’agit de donner à tous les députés l’occasion de parler de ces mesures législatives très importantes.
Je ne me souviens pas du nom de la circonscription de mon collègue du Bloc, mais je suis à peu près certain que lorsqu’il a pris la parole, son célèbre père n’était pas loin derrière à un moment donné, ce que j’ai trouvé plutôt intéressant, soit dit en passant. Je dirai la même chose au député. Le Bloc a eu l’occasion de parler de cette question et le député aussi, mais il a essayé de présenter la même motion encore une fois.
Je me demande surtout pourquoi les partis de l’opposition ne semblent pas vouloir permettre aux députés libéraux de prendre la parole à ce sujet. Avec tout le respect que je lui dois, le député de Courtenay—Alberni a parlé pendant près de 10 minutes, puis il a reproché à d’autres personnes de vouloir lui couper la parole. Son parti compte 24 sièges à la Chambre, et il a occupé 10 des 60 minutes de débat
Je trouve très troublant que, surtout en ce qui concerne la motion dont nous sommes saisis, quelqu’un se permette de dire : « Voici ce que j’en pense. Maintenant, votons. » En ce qui concerne le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan qui a agi ainsi et fait en sorte que le projet de loi soit mis aux voix très rapidement, peut-être que l’opposition aurait pu choisir, pour diriger cet exercice, quelqu’un qui aurait peut-être fait preuve d’un peu plus de diligence ou de respect pour le processus? Les conservateurs auraient pu collaborer avec les autres partis et les consulter au préalable en disant : « Voici ce que nous voulons faire. Envisageriez-vous de demander à vos membres de limiter leur temps de parole pour que nous puissions procéder ainsi? Est-ce que cela serait possible? Si non, y a-t-il d’autres concessions que nous pourrions faire? »
Nous aurions pu avoir une discussion et essayer de négocier. J’étais prêt à prononcer mon discours lorsque j’ai appris que je n’aurais peut-être pas l’occasion de le faire. Je pense simplement que si l’opposition voulait vraiment que ce projet de loi soit adopté, et nous l’avons déjà vu, elle aurait utilisé les ressources différemment. C’est presque comme si elle voulait cette réaction du gouvernement pour pouvoir dire: « Vous voyez, c’est un projet de loi formidable et personne d’autre ne veut qu’il soit adopté ».
Je suis très heureux du travail qui a été accompli pour ce projet de loi, tant à la Chambre qu’à l’autre endroit, et du fait qu’il soit de retour à la Chambre. Si nous ne l'adoptons pas maintenant, nous aurons l’occasion de le faire à l’automne. C’est important. Je vais maintenant revenir au texte que j'avais préparé, sinon je sais que je vais manquer de temps.
Le projet de loi S‑204 propose un certain nombre de réformes qui visent le trafic d’organes humains. Nous savons que le trafic d’organes humains est un problème transnational et mondial. Ce crime odieux implique l’exploitation de personnes pauvres et vulnérables qui vivent dans des pays en développement aux ressources insuffisantes. Selon les estimations internationales, le trafic d’organes rapporte chaque année entre 600 millions et 1,2 milliard de dollars américains en profits illégaux.
En règle générale, ce sont les personnes les plus riches, souvent originaires de pays développés, qui alimentent la demande d’organes, et l’offre d’organes provient généralement des régions en développement d’Amérique du Sud, d’Asie, d’Afrique, d’Inde et de Chine. Le projet de loi S‑204 vise à mettre fin au trafic d’organes en créant des infractions au Code criminel propres au trafic d’organes. Les infractions proposées dans le projet de loi interdiraient d’obtenir un organe ou de participer au prélèvement d’un organe sans le consentement éclairé de la personne de laquelle il est prélevé. Ces infractions criminalisent les comportements liés au trafic d’organes lorsqu’il existe des preuves que des organes ont été prélevés par un processus coercitif.
Le projet de loi érigerait également en infraction au Code criminel l’obtention d'un organe ou la participation au prélèvement d’un organe obtenu moyennant une contrepartie financière. Cette infraction transactionnelle criminaliserait les comportements liés au trafic d’organes lorsqu’il existe des preuves que des organes ont été achetés.
En outre, le projet de loi ferait en sorte que les Canadiens et les résidents permanents du Canada ne puissent échapper à leur responsabilité criminelle en se rendant à l’étranger pour commettre ces infractions. Nous avons entendu pourquoi c'est si important. J’ai écouté ce que le député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan a dit au début. D’après ses commentaires, voici pourquoi c’est si important.
Le projet de loi atteindrait cet objectif en permettant de poursuivre au Canada les Canadiens et les résidents permanents du Canada qui commettent à l’étranger l’une ou l'autre des infractions proposées. Cette réforme, ainsi que les infractions liées aux transactions financières prévues par le projet de loi, criminalise le tourisme de transplantation, qui consiste à acheter des organes à l’étranger.
Le projet de loi créerait également une nouvelle catégorie d’interdiction de territoire au Canada pour les étrangers et les résidents permanents qui se livrent au trafic d’organes. Plus précisément, il modifierait la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés afin que les personnes qui se livrent aux activités interdites par le projet de loi soient interdites de territoire en vertu des dispositions qui s’appliquent lorsque des étrangers et des résidents permanents ont violé des droits de la personne ou internationaux, par exemple en commettant des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.
Les personnes vulnérables qui se font prélever des organes sous contrainte ou qui vendent leurs organes par désespoir financier méritent la protection du droit pénal. Comme je l’ai expliqué, il s’agit de réformes qui permettraient d’atteindre cet objectif en créant dans le Code criminel des infractions propres au trafic d’organes, qui s’appliqueraient à l’extérieur du pays.
À l’heure actuelle, le Code criminel interdit les comportements liés au prélèvement coercitif d’organes au titre de ses dispositions sur la traite des personnes, qui s’appliquent à l’extérieur du pays, et de ses dispositions sur les voies de fait, qui ne s’appliquent pas hors du pays. Cependant, cela peut être difficile à prouver, en particulier lorsqu’une personne est contrainte de le faire à l’étranger ou encouragée à le faire à l’étranger.
L’infraction de transaction financière prévue par le projet de loi offrirait une protection supplémentaire aux personnes vulnérables en judiciarisant toute personne participant à la commercialisation d’organes. Cela comprend les personnes qui extraient des organes à des fins lucratives, celles qui facilitent l’extraction d’organes à des fins lucratives et celles qui achètent des organes pour leur propre usage, peu importe les preuves démontrant ces pratiques. L’infraction s’attaquerait à la demande qui alimente le trafic d’organes. Il ne fait aucun doute que le trafic d’organes est un problème mondial grave qui nuit aux personnes les plus vulnérables. Il s’agit d’un problème qui nécessite une réponse globale et efficace.
Au Canada, la transplantation d’organes est régie par un cadre législatif qui englobe le droit de la santé et le droit pénal. Les lois provinciales et territoriales sur le don de tissus humains régissent le don d’organes. Elles contiennent des infractions réglementaires qui interdisent la vente, l’achat ou le commerce de tout tissu ou organe humain en dehors du cadre réglementaire applicable. Le cadre juridique provincial et territorial applicable n’a jamais permis la commercialisation d’organes, mais ces mesures réglementaires ne s’appliquent pas à l’extérieur du pays.
Les efforts en cours pour augmenter les dons légitimes d’organes au Canada complètent ces réformes. Depuis 2018, Santé Canada dirige une initiative en matière de don et de greffe d’organes en collaboration avec les provinces et les territoires, la Société canadienne du sang, les patients, les familles, les intervenants cliniques et administratifs et les chercheurs. L’objectif de la collaboration est de réaliser des améliorations en matière de don d’organes qui se traduisent par de meilleurs résultats pour les patients, et d’augmenter le nombre et la qualité des greffes réussies.
Comme je l’ai dit, nous devons protéger les personnes vulnérables contre ceux qui se livrent à des activités criminelles, et surtout celles qui sont soumises à ces activités criminelles. Nous devons protéger ceux qui seraient tentés par la vente d’un organe en raison de difficultés financières. Une motion comme celle-ci, adoptée par les deux Chambres, ici et à l’autre endroit, contribuera vraiment à rendre cette activité beaucoup plus difficile pour ceux qui veulent la pratiquer illégalement.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 14:24 [p.8798]
Madam Speaker, in my riding of Spadina—Fort York, the intersection of Spadina and Dundas is the scene of virtually a 24-hour-a-day, seven-day-a-week protest of this very single issue. During the last campaign, as I do my work out of my constituency office, which is located at Spadina and Dundas, the people who protest this issue talked to the public and talked to me. They saw my face and my name on the billboard at the office building where their protests are staged, and they asked me a question in the last Parliament. They said they knew how I voted on this issue but asked why I did not speak to it. Clearly, the people leading the campaign to prevent this horrendous practice want people to not only support their cause, but advocate for it. They want to see how and why that advocacy will be effective and where and how that advocacy will be used to advance the issue they are speaking to.
If I were to go back to the protesters and organizations leading this debate and say that I just decided to vote but not speak to it and not honour my commitment to speak to it, I would disappoint them. I am thankful that a number of members of the House have created this debate and this space to forward the work that was started by my cherished colleague Irwin Cotler, and then Borys Wrzesnewskyj, because not all of us get the opportunity, due to our parliamentary duties, to speak to every issue that comes in front of the House. If we did, every debate would take days and days and weeks and weeks.
We try to prioritize, but in this situation I made a commitment to the residents I represent, and in particular the organizers and protesters who stand guard on this issue, that I would speak to this issue. I thank my colleagues for affording me this opportunity, and I hope members opposite understand that for those of us who represent communities where this issue is most poignant, affording us a chance to speak to it is part of our responsibility and duty to this House, but also to the people we represent. I hope it is not seen in any other light.
There are a number of different dynamics that drive this issue, but there is also great disappointment in the inability of our Houses of Parliament, both the other place and the House of Commons, to get this legislation through in the last term. We know why that happened. It did not happen because this bill was filibustered; it happened because several other critically important bills were filibustered, including the work on the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. It was in fact that filibuster in the House that prevented the Senate from getting to this bill. Thankfully, all sides now seem to have seen a way forward on the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, and hopefully that bill will get royal assent on Monday.
It is a little rich for the sort of back-and-forth that we are filibustering to be raised in this context, when the parties opposite, in particular the Conservatives, know that the Conservatives filibustered this one in the last Parliament. They are suddenly now demanding immediate action on this file, when they could have achieved immediate action on this file years ago if they had co-operated. They take no responsibility or accountability for that, but their obstruction, even in the majority Parliament, had an impact on the legislation that was proposed and that we are talking about here today.
Let us not talk about the strategies and the inside baseball of House affairs and the various tactics that various House leaders use to try to achieve progress on parts of the agenda that are a priority to their party. That is politics. That is the House, and that is what happens in Parliament, but to pretend that there is some sort of ideological purity on that or partisanship that is independent of ulterior motives is a little rich, especially coming from a party that has been filibustering, in particular, the legislation on conversion therapy, which impacts Canadians' civil liberties and Canadians' human rights now, as we speak. For the Conservatives, in particular, to stand on a high horse on this one only makes me wonder if they have ever actually seen a horse—
Madame la Présidente, dans ma circonscription, Spadina—Fort York, l’intersection de l’avenue Spadina et de la rue Dundas est la scène d’une manifestation qui se déroule pratiquement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sur cette seule question. Au cours de la dernière campagne, alors que je travaillais à partir de mon bureau de circonscription, qui est situé à l’intersection Spadina et Dundas, les manifestants ont parlé au public et m’ont parlé. Ils ont vu mon visage et mon nom sur le panneau d’affichage de l’immeuble de bureaux où se déroulent leurs protestations, et ils m’ont posé une question lors de la dernière législature. Ils ont dit qu’ils savaient comment j’avais voté sur cette question, mais se demandent pourquoi je n’en parlais pas. Il est clair que les personnes qui mènent la campagne visant à empêcher cette pratique horrible veulent que les gens ne se contentent pas de soutenir leur cause, mais qu’ils la défendent. Ils veulent voir comment et pourquoi ce plaidoyer sera efficace et où et comment ce plaidoyer sera utilisé pour faire avancer la question dont ils parlent.
Si je devais retourner aux manifestants et aux organisations qui mènent ce débat et leur dire que j’ai simplement décidé de voter, mais de ne pas prendre la parole et de ne pas honorer mon engagement à le faire, je les décevrais. Je suis reconnaissant qu’un certain nombre de députés aient créé ce débat et cet espace pour faire avancer le travail commencé par mon cher collègue Irwin Cotler, puis par Borys Wrzesnewskyj, car nous n’avons pas tous l’occasion, en raison de nos fonctions parlementaires, de parler de toutes les questions qui sont soumises à la Chambre. Si nous le faisions, chaque débat prendrait des jours et des semaines.
Nous essayons de fixer des priorités, mais dans cette situation, j’ai pris l’engagement envers les résidents que je représente, et en particulier les organisateurs et les manifestants qui montent la garde sur cette question d'en parler. Je remercie mes collègues de m’en avoir donné l'occasion, et j’espère que les députés d’en face comprennent que, pour ceux d’entre nous qui représentent des communautés où cette question est plus poignante, nous donner la chance d’en parler fait partie de notre responsabilité et de notre devoir envers cette Chambre, mais aussi envers les gens que nous représentons. J’espère que cela ne sera pas vu sous un jour différent.
Cette question est portée par diverses dynamiques différentes, mais il y a aussi beaucoup de déception quant à l'incapacité des deux Chambres, c'est-à-dire l'autre endroit et la Chambre des communes, d'adopter cette mesure législative durant la session précédente. Nous savons pourquoi cela s'est produit. Ce n'est pas parce que ce projet de loi a fait l'objet d'obstruction, mais parce que divers autres projets de loi très importants ont fait l'objet d'obstruction, notamment les travaux portant sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Ce sont d'ailleurs les manoeuvres d'obstruction à la Chambre qui ont empêché le Sénat d'être saisi de ce projet de loi. Heureusement, tous les partis semblent maintenant avoir trouvé le moyen d'avancer à propos de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, et nous espérons que ce projet de loi recevra la sanction royale lundi.
Il est un peu fort d'affirmer que nous faisons de l'obstruction dans ce contexte, alors que les partis d'en face, surtout les conservateurs, savent que ce sont ces derniers qui ont fait de l'obstruction à l'égard de ce projet de loi durant la législature précédente. Ils exigent soudainement une action immédiate dans ce dossier, alors qu'ils auraient pu l'obtenir il y a des années s'ils avaient coopéré. Ils n'en assument pas la responsabilité, mais leur obstruction, même en situation de gouvernement majoritaire, a eu des conséquences sur le projet de loi qui a été présenté et dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Ne commençons pas à parler des stratégies, de la poutine interne des affaires de la Chambre et des différentes tactiques employées par les leaders parlementaires pour faire avancer les éléments du programme qui sont prioritaires pour leur parti. Cela fait partie de la politique. Cela fait partie du fonctionnement de la Chambre et du Parlement, mais prétendre qu'il y aurait une certaine pureté idéologique ou que la partisanerie serait libre de tout motif caché est un peu fort, surtout venant d'un parti qui fait de l'obstruction systématique, notamment au sujet du projet de loi sur les thérapies de conversion, qui violent les libertés civiles et les droits de la personne des Canadiens. Que les conservateurs montent sur leurs grands chevaux sur cette question me fait me demander s'ils ont déjà vu un cheval...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Unfortunately, I will have to interrupt the member.
The hon. member for Carleton is rising on a point of order.
Malheureusement, je dois interrompre le député.
Le député de Carleton invoque le Règlement.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-06-18 14:28 [p.8799]
Madam Speaker, the member asked if we have ever seen a horse. We have seen part of one, but my point of order is different from that.
Government members are now filibustering this private member's bill and have done so for half an hour now, which is pushing back debate on the budget. We were anxious to get working on the budget. Had Liberal members not been filibustering this particular bill, would that have allowed us to get through the time-allocated portion of the debate on the budget? That is my question.
Madame la Présidente, le député se demande si nous avons déjà vu un cheval. Nous avons vu l'équivalent de ce que produit un cheval, mais ce n'est pas à ce sujet que j'invoque le Règlement.
Les députés ministériels font maintenant de l'obstruction face à un projet de loi d'initiative parlementaire depuis une demi-heure, ce qui repousse le débat sur le budget. Nous sommes impatients de parler du budget. Si les libéraux n'avaient pas fait obstruction à l'adoption du projet de loi à l'étude, aurions-nous pu nous rendre au bout de la partie du débat sur le budget qui faisait l'objet d'une attribution de temps? C'est ma question.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Unfortunately, that is not a point of order; therefore, the hon. parliamentary secretary may continue his speech.
Malheureusement, ce n'est pas un rappel au Règlement. Le secrétaire parlementaire peut donc poursuivre son discours.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 14:29 [p.8799]
Madam Speaker, that was an excellent impression of the horse's end that I think the member was speaking to.
At any rate, the issue I am talking about now is the issue of organ harvesting, which happens primarily because our own organ donation system is not working. In fact, the city of Toronto has the lowest enrolment of organ donors of any other municipality in the country. We have worked very hard as city councillors and as elected federal and provincial politicians to reverse that. It is a public education campaign; it is a change in the system by which people register; it is a whole series of processes that must be addressed to take away the demand for this unspeakable activity, which we hope to make illegal through this bill. We have to do better on organ donations in this country if we are going to contribute to the eradication of this horrible practice that sees people leaving the country to attain organs in a way that is unbelievably horrendous and hard to describe in simple terms.
Part of the bill also requires us, as politicians, to think about the public education campaign part of this and to relieve the anxiety and desperation of Canadians across the country who are seeking to achieve full health through the miracles of modern medicine. We also have to make sure that we remove barriers for people who do want to donate, and make sure that for those who have signed up to give the gift of life, the process becomes easier and is facilitated in a way that would alleviate the pressure on people to go looking in the dark corners of the globe to do what they have to do.
As well, the research and the work done by many community activists and leaders to highlight where some of these terrible practices emanate from have to be broadened. We tend to focus in, because of the work of a particular organization, on one particular part of the world, but this is a global phenomenon that requires us to understand it in a more complex way and to do the research and the public education so that Canadians do not unwittingly take part in what they think is a legitimate operation and end up contributing to the harm that is being done to so many people around the world. This is also part of the work that has to be done.
It is not addressed in the bill, but perhaps there are ways, through committee, that it can be enhanced and developed, and perhaps it can be tied [Technical difficulty—Editor] in this country and make them more efficient and more humane. I think that is part of the process and part of the reason many of us want to speak to the bill in a way that generates a much stronger and much more important piece of legislation.
However, if we pass the bill on to the other House, if it goes through the parliamentary process and gets voted on, and I believe all parties have indicated support for it, then we will also need those parties in this House that have caucus members who sit in the other place, because we need the other House to also prioritize the bill in the way that has been spoken to today by several opposition members. It is not good enough for political parties to just stand in one chamber and say they want speedy passage, if they know in the back of their mind that in the other chamber their colleagues, their caucus members, their political movement, will do everything they can to frustrate every other piece of legislation that is coming through the parliamentary process. We need some consistency out of the Conservatives on the bill and we need some co-operation, which is the last point I would like to bring to this debate today.
All the processes and all the legislative agendas that collide in the House of Commons, such as measures brought forward by the government, by private members and by political parties in this House [Technical difficulty—Editor] slowing down legislation, but how little they contribute to speeding up legislation. We have had some good examples when there has been consensus on some critical pieces of legislation. The situation around UNDRIP is a perfect example where, quite clearly, the tenor of the House changed. As people thought more deeply about the information and the circumstance, they realized that some of the good legislation proposed by our government required immediate passage, and I think we saw some progress on bills like that.
I also think back to last week, when an opposition motion designed to blow up the national housing strategy was presented, and all opposition parties sided against the government. I find it ironic that, as they sought to destroy the national housing strategy, including the rapid housing initiative, the right to housing, the work on the co-investment fund, and the work being done in building housing in every riding, in every part of this country from coast to coast to coast, no sooner had members of the opposition voted to destroy the national housing strategy that they called up the parliamentary secretary to the minister in charge of CMHC and asked if we could fast-track some of the projects in their ridings, because they want to get the work done and they know how critical the job is.
If members are going to talk out of both sides of their mouths, they should try to be consistent. They should not try to destroy the program and try to acquire access to the program simultaneously. They should be honest about their approach here. I think that it is incumbent upon all of us to do that, to find a co-operative way forward, to work across party lines to achieve on issues that need to be achieved on and not to play these sorts of games where they deflect and present false arguments, when things are clearly in need of speedy passage.
I look forward—
Madame la Présidente, la question du député représente un excellent exemple de cet équivalent de ce que produit un cheval auquel je pense qu'il faisait référence.
Quoi qu'il en soit, le problème dont je parle maintenant est celui du prélèvement forcé d'organes, qui existe principalement en raison de l'échec de notre propre système de don d'organes. La ville de Toronto a le plus faible taux d'inscription de donneurs d'organes parmi toutes les autres municipalités du pays. Nous avons travaillé très fort en tant que conseillers municipaux et en tant que politiciens fédéraux et provinciaux élus pour renverser la situation. Il s'agit d'une campagne de sensibilisation du public, d'un changement dans le système d'inscription, de toute une série de processus qu'il faut revoir afin de mettre fin à la demande associée à cette activité inqualifiable, que nous espérons rendre illégale à l'aide du projet de loi. Le Canada doit faire mieux sur le plan des dons d'organes si nous voulons contribuer à l'éradication de la pratique horrible qui voit des personnes quitter le pays pour obtenir des organes d'une manière tout à fait épouvantable et difficile à décrire en termes simples.
En tant que politiciens, une partie du projet de loi nous oblige aussi à penser au volet relatif à la campagne de sensibilisation du public et à soulager l'anxiété et le désespoir des Canadiens de tout le pays qui souhaitent régler leurs problèmes de santé grâce aux miracles de la médecine moderne. Nous devons aussi faire en sorte d'éliminer les obstacles qui se dressent devant ceux qui veulent donner leurs organes et veiller à faciliter le processus pour ceux qui se sont engagés à faire un don de vie afin que les gens ne se sentent pas obligés de chercher dans les coins sombres de la planète pour faire ce qu'ils ont à faire.
De plus, il faut élargir les recherches et les travaux effectués par de nombreux activistes et dirigeants communautaires visant à déterminer d'où émanent certaines de ces pratiques terribles. En raison des travaux d'un organisme en particulier, nous avons tendance à nous concentrer sur une partie précise du monde, mais il s'agit d'un phénomène mondial. Nous devons le comprendre beaucoup mieux, mener des recherches et sensibiliser le public afin que les Canadiens ne participent pas sans le savoir à une entreprise qu'ils croient légitime et finissent par contribuer aux torts causés à d'innombrables personnes partout dans le monde. Cela fait aussi partie du travail qu'il faut faire.
Il n'en est pas question dans le projet de loi, mais peut-être existe-t-il des moyens, en comité, d'améliorer et d'enrichir le projet de loi, en lien avec [difficultés techniques] au pays, afin de les rendre plus efficaces et plus humains. Selon moi, cela fait partie du processus et cela explique en partie pourquoi tant de députés souhaitent intervenir au sujet du projet de loi afin de générer une mesure législative plus solide et beaucoup, beaucoup plus importante.
Toutefois, si nous adoptons le projet de loi et le renvoyons à l'autre endroit, s'il avance dans le processus législatif et fait l'objet d'un vote — et je crois que tous les partis ont signifié leur appui —, nous aurons alors aussi besoin des partis de la Chambre dont le caucus compte des sénateurs, parce qu'il faut que l'autre endroit accorde lui aussi au projet de loi la priorité dont ont parlé aujourd'hui plusieurs députés de l'opposition. Il ne suffit pas que des partis politiques interviennent devant une Chambre et affirment qu'ils souhaitent une adoption rapide du projet de loi, s'ils sont conscients intérieurement que leurs collègues de l'autre Chambre, des collègues membres de leur caucus et de leur mouvement politique, feront tout en leur pouvoir pour contrecarrer toutes les autres mesures législatives qui font l'objet du processus parlementaire. Il faut que les conservateurs fassent montre d'une certaine cohérence à l'égard du projet de loi. Il nous faut de la coopération, ce qui est le dernier point que je veux aborder dans le débat d'aujourd'hui.
Étant donné tous les processus et tous les programmes législatifs qui s'entrechoquent à la Chambre des communes, comme les mesures présentées par le gouvernement, les députés et les partis politiques [difficultés techniques] ralentissent l'adoption des projets de loi. Or, ils font très peu pour accélérer l'adoption des projets de loi. Nous avons eu de bons exemples où il y a eu consensus sur certaines mesures législatives cruciales. La situation par rapport à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones est un exemple parfait où l'atmosphère à la Chambre a manifestement changé. En réfléchissant davantage à l'information disponible et aux circonstances, les gens ont compris que de bonnes mesures législatives du gouvernement devaient être adoptées immédiatement. Je pense que des progrès ont été réalisés pour ces projets de loi.
Je pense également à la motion de l'opposition présentée la semaine dernière, qui aurait fait complètement dérailler la Stratégie nationale sur le logement. Tous les partis de l'opposition se sont opposés au gouvernement. Je trouve étonnant que, tout de suite après avoir voté pour cette motion visant à détruire la Stratégie nationale sur le logement, y compris l'Initiative pour la création rapide de logements, le droit au logement, le travail à l'égard du Fonds national de co-investissement pour le logement, et le travail effectué pour aménager des unités de logement dans toutes les circonscriptions du pays, les députés de l'opposition se soient empressés d'appeler le secrétaire parlementaire du ministre responsable de la SCHL pour lui demander d'accélérer certains projets dans leur circonscription, car ils veulent produire des résultats et savent à quel point ce travail est important.
Plutôt que de tenir un double discours, les députés devraient essayer d'être cohérents. Ils ne devraient pas tenter de détruire le programme tout en essayant d'y avoir accès. Ils devraient être honnêtes en ce qui concerne leur approche. Selon moi, il incombe à tous d'agir ainsi, de trouver un moyen de collaborer, de transcender les lignes de parti afin d'accomplir ce qu'il faut accomplir, plutôt que de se livrer à des jeux où on fait diversion et présente de faux arguments, alors qu'il faut de toute évidence procéder à une adoption rapide.
Je suis impatient...
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Unfortunately, the hon. member's time is up, so I will go to resuming debate with the hon. member for Surrey Centre, and I will advise him that he only has about two minutes to begin his debate.
Malheureusement, le temps de parole du député est écoulé. Nous reprenons donc le débat. Le député de Surrey-Centre a la parole. Je lui signale qu'il n'a qu'environ deux minutes pour commencer son discours.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I rise on a point of order.
I would like to seek the consent of the House for a motion that would allow every member, who so wishes, to speak and still expedite passage of this bill.
I would like to seek the consent of the House for the following motion.
I move that, notwithstanding any Standing Order, special order or usual practice of the House, the House shall sit beyond the ordinary hour of daily adjournment to consider and dispose of Bill S-204 as follows: the member currently speaking, as well as all members of the government caucus may speak for not more than 10 minutes on the second reading motion; and when every member of the government has spoken or when no member rises to speak, whichever is earlier, Bill S-204 shall be deemed to have been read a second time and referred to a committee of the whole, deemed considered in committee of the whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage and deemed read a third time and passed. When Bill S-204 has been read a third time and passed, the House shall adjourn to the next sitting day.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement.
Je demande le consentement de la Chambre pour présenter une motion qui permettrait à tous les députés qui le souhaitent de prendre la parole et qui permettrait d'adopter tout de même le projet de loi rapidement.
Je demande le consentement de la Chambre pour présenter la motion suivante.
Je propose que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, la Chambre siège au-delà de l'heure ordinaire de l'ajournement quotidien pour examiner le projet de loi S‑204 et en disposer de la manière suivante: le député qui a la parole ainsi que tous les députés ministériels pourront prendre la parole durant au plus 10 minutes sur la motion tendant à la deuxième lecture du projet de loi; et, quand tous les députés ministériels auront pris la parole ou lorsque plus aucun député ne demandera la parole, selon la première éventualité, le projet de loi S‑204 soit réputé lu une deuxième fois et renvoyé à un comité plénier, réputé étudié en comité plénier, réputé avoir fait l'objet d'un rapport sans amendement, réputé adopté à l'étape du rapport et réputé lu une troisième fois et adopté. Lorsque le projet de loi S‑204 aura été lu une troisième fois et adopté, la Chambre s'ajournera jusqu'au prochain jour de séance.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I rise on a point of order.
Normally, when somebody seeks unanimous consent, it implies, and it is quite often why we start off that unanimous consent statement by saying such, that discussions have happened among the parties. Discussions did not happen among the parties before we heard this motion. The member needs to have those discussions, and I would encourage him to do that.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement.
Normalement, quand une personne demande le consentement unanime, cela suppose qu'il y a eu des discussions préalables entre les partis, une étape qu'on mentionne souvent au début de la demande de consentement. Dans ce cas-ci, il n'y a pas eu de discussions entre les partis avant que le député présente la motion. Le député doit prendre le temps d'avoir ces discussions; je l'encourage à le faire.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
On that point of order, I would say that was just a point of clarification on the point of order. That is something I would normally say if there was debate on the point of order.
Therefore, the hon. member for Surrey Centre has two minutes, and then I will interrupt the proceedings to move on to the orders of the day.
Je dirais, à propos de ce recours au Règlement, qu'il s'agit simplement d'un éclaircissement à propos du recours au Règlement. Je ferais normalement une observation de ce genre si un recours au Règlement faisait l'objet d'un débat.
Par conséquent, le député de Surrey-Centre dispose de deux minutes, puis j'interromprai les délibérations pour passer à l'ordre du jour.
View Randeep Sarai Profile
Lib. (BC)
View Randeep Sarai Profile
2021-06-18 14:38 [p.8800]
Madam Speaker, I am pleased to join the second reading debate on Bill S-204, An Act to amend the Criminal Code and the Immigration and Refugee Protection Act (trafficking in human organs), which came to us on May 10, after having passed in the other place.
This important bill proposes to protect vulnerable persons who have organs extracted through exploitation of their vulnerabilities by creating new Criminal Code offences targeting organ trafficking-related conduct that would apply extra-territorially, including a financial transaction offence that would criminalize transplant tourism, a practice that involves purchasing organs abroad, usually in under-resourced countries; and amending the Immigration and Refugee Protection Act to make foreign nationals or permanent residents of Canada who engage in conduct that would constitute an offence under one of the bill's proposed organ trafficking offences be inadmissible to Canada for having violated human or international rights.
International research indicates that traffickers may coerce vulnerable victims into giving up an organ and that organ donors often come from less wealthy nations. That is why organ trafficking affects certain populations disproportionately. Patients from wealthy countries travel abroad to obtain organs from donors in impoverished countries who may suffer from desperate poverty and may feel the need to sell their organs out of financial desperation.
Donors may also be deceived by traffickers into trading their organs for money that may not be paid at the end of the surgery. This exploitation of extreme poverty in certain parts of the world, for example in North Africa, South and Southeast Asia, and Central America, drives organ trafficking.
In addition to the abuses I have just noted, the United Nations Office on Drugs and Crime reports that “In cases of trafficking in persons for organ removal, victims may be recruited through deception, [and may not be] fully informed as to the nature of the procedure, the recovery and the impact—”
Madame la Présidente, je suis ravi de participer à la deuxième lecture du projet de loi S‑204, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (trafic d’organes humains), qui a nous été renvoyé par l'autre endroit le 10 mai.
Cet important projet de loi propose de protéger les personnes vulnérables qui se font exploiter en se faisant prélever leurs organes de force. Pour ce faire, de nouvelles dispositions seront intégrées dans le Code criminel afin d'ériger en infraction le fait, pour un Canadien, de participer au trafic d'organes humains, ici et à l'étranger, de même que le fait de participer à une transaction financière liée au tourisme axé sur la transplantation d'organes prélevés illégalement, notamment en achetant des organes à l'étranger, surtout dans les pays manquant de ressources. Ce projet de loi modifiera aussi la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés pour que les citoyens étrangers et les résidents permanents du Canada qui participent à une activité jugée criminelle en vertu du projet de loi sur le trafic d'organes soient déclarés interdits de territoire au Canada.
La recherche à l'échelle internationale démontre que les individus qui participent au trafic d'organes forcent leurs victimes à donner des organes et que ces donneurs d'organes proviennent surtout des pays plus pauvres. Par conséquent, le trafic d'organes affecte certaines populations de manière disproportionnée. Les patients qui proviennent des pays riches voyagent à l'étranger pour obtenir les organes des donneurs. Ces derniers sont souvent très pauvres et la vente de leurs organes peut représenter pour eux un moyen d'améliorer leur sort.
Les donneurs d’organes pourraient aussi être leurrés par les trafiquants pour vendre leurs organes, sans recevoir d’argent à la fin de l’opération. Cette exploitation de l’extrême pauvreté dans certaines régions du monde, notamment en Afrique du Nord, en Asie du Sud et du Sud-Est et en Amérique centrale, favorise le trafic d’organes.
En plus des mauvais traitements que je viens d’énumérer, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime indique: « Dans les cas de traite des personnes aux fins de prélèvement d’organes, les victimes pourraient être recrutées par des moyens détournés [et pourraient ne pas être] parfaitement renseignées sur la nature de la procédure, sur le rétablissement et les répercussions... 
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I am sorry. The hon. member will have eight minutes the next time this matter is before the House.
The time provided for the consideration of Private Members' Business has now expired. The order is dropped to the bottom of the order of precedence on the Order Paper.
Je suis désolée. Le député disposera de huit minutes lorsque la Chambre reprendra le débat sur cette question.
La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée. L'ordre est reporté au bas de l'ordre des priorités au Feuilleton.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
It being 3:10 p.m., pursuant to order made on Monday, January 25, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on the motion at second reading stage of Bill C-254 under Private Members' Business.
Call in the members.
Comme il est 15 h 10, conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑254, sous la rubrique des affaires émanant des députés.
Convoquez les députés.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried. Accordingly, the bill stands referred to the Standing Committee on Official Languages.
Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent des langues officielles.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to order made on Monday, January 25, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on the motion at second reading stage of Bill C-271 under Private Members' Business.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-271, sous la rubrique des affaires émanant des députés.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to order made on Monday, January 25, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on Motion No. 62 under Private Members' Business in the name of the hon. member for St. John's East.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion M‑62, sous la rubrique des affaires émanant des députés, au nom du député de St. John’s-Est.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion defeated.
I wish to inform the House that because of the deferred recorded divisions, Government Orders will be extended by 53 minutes.
It is my duty pursuant to Standing Order 38 to inform the House that the questions to be raised tonight at the time of adjournment are as follows: the hon. member for Vancouver East, Housing; the hon. member for Mégantic—L'Érable, Seniors; the hon. member for Kelowna—Lake Country, the Forestry Industry.
Je déclare la motion rejetée.
Je désire informer la Chambre qu'en raison des votes par appel nominal différés, l'étude des ordres émanant du gouvernement sera prolongée de 53 minutes.
Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera lors de l'ajournement ce soir, à savoir: l'honorable députée de Vancouver‑Est, Le logement; l'honorable député de Mégantic—L'Érable, Les aînés; l'honorable députée de Kelowna—Lake Country, L'industrie forestière.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-16 17:31 [p.8558]
Mr. Speaker, I am very proud to rise tonight to speak to Bill C-269, an act to amend the Fisheries Act regarding the prohibition of the deposit of raw sewage. It is a bill from the member for Regina—Qu'Appelle, who also has been Speaker. I probably have not agreed with many of the things the member for Regina—Qu'Appelle has said over the years, however the issue of raw sewage in our water system is a very important thing to be discussing and I am glad we have an opportunity here to do so.
We know an element of this is under provincial jurisdiction, but people should be able to know we have a top quality environmental system in this country to keep people safe. It should be an issue we are all deeply concerned with. My hon. colleagues can probably speak of many municipalities that have issues with raw sewage being pumped into waters and rivers.
However, one of the things I am not really seeing in the bill is the effect in areas under direct federal jurisdiction, which are of course first nations reserves. It is really important for Canadians to understand that across Canada there is a two-tiered system of infrastructure, a two-tiered system of health, a two-tiered system of education and a two-tiered system of rights.
Those are the rights that exist for citizens of this country under provincial or territorial governments, and the rights of those citizens living on the reserves of our nation and who are under the mandate of the Department of Indigenous Services, the old Indian Affairs and the ultimate colonial system. For them, there is chronic underfunding for basic infrastructure.
When the Liberals ran in 2015 on getting rid of the water crisis and told everyone they would have the mission accomplished by the beginning of 2021, it inspired and galvanized Canadians. Canadians asked themselves how it was possible that in a nation as rich as Canada, in a country with the greatest water resources on the planet, so many people could not turn on their taps and drink safely. Dirty water is also tied to sewage and broken sewage systems.
When the Prime Minister was elected on that promise, people believed he would follow through. What would be an easier thing for the incoming Liberal government to do than to ensure we have proper water? What the Liberal government did not promise to do was deal with the water systems, which include sewage. Why is it important to understand that distinction? It is because the government decided it was going to do it on the cheap.
I remember the terrible Kashechewan water crisis, and Kashechewan is in a terrible crisis right now with COVID. The Minister of Indigenous Services sat on his hands and did nothing until the COVID crisis blew up out of proportion. It took me back to when I was first elected in 2005 and there was an E. coli outbreak in Kashechewan. We saw the same lack of action then.
At that time, the sewage system in Kashechewan was built near the water treatment plant because it was done cheap. When the rain came and the sewage treatment settling ponds overflowed, they flowed into the water system. Kashechewan did not even have a proper backup system so that if something came into the outtake it would actually stop the incoming sewage. The government did not bother to put that in because it was done on the cheap. We need to think about it in that perspective, because the water crisis that caused E. coli in that community and led to the mass evacuation of the entire community was the result of the failed sewage system.
When the Prime Minister failed on his latest promise on water, people asked how it was possible. The Prime Minister's number one promise was supposed to be that he was going to deliver clean water. If we look at community after community and at the Indigenous Services list of communities with safe water, the Liberals are always focused on the press release and not actually assessing the real problems.
They spend a lot of time saying they have gotten rid of this boil water advisory and that boil water advisory. I have been in communities that were told they got rid of six boil water advisories. That is because at the very edge of town there was a building that had a well and now that well was clean, but the rest of the community was not safe. That is not a comprehensive solution.
I asked the Parliamentary Budget Officer to cost out the Prime Minister's promises, and he was very clear that the government was deliberately underfunding the training that is needed to run a water treatment plant. The government was deliberately underfunding maintenance. Only the Department of Indigenous Services could cut a ribbon at a plant, walk away and think that there was never going to be a need for maintenance. Any municipality would say that things break.
There are isolated communities like Marten Falls' Ogoki Post, where the sewage lifts are hit by lightning and the boards “kack out”. Residents call and tell the department their sewage lifts are not working anymore and the feds say that it is not their issue. How is a community of 300 going to fix the fried-out sewage lifts? What happens? The sewage gets into the water, the water treatment plant starts to go down and then the feds say they are not going to fix that because it is not in their capital budget, but they will spend upwards of $2 million a year on bottled water. That bottled water money is not new money. It comes from another community where infrastructure was supposed to be built. They are taking money from an infrastructure project in one community that desperately needs it and they are buying bottled water for another community because they refuse to fix the issue.
When Liberals look at fixing the water situation, they look at what is cheapest, what is easiest and how to get out of it without having any more costs. I will give the example of the community of Attawapiskat. The water supply is a stagnant pool. It does not matter how many chemicals are pumped into that water: It will never be good, clean, safe water. The more chemicals that are pumped into the water, the more caustic it becomes and the more damage it does to children's skin. It is really something to see children living in Canada with open wounds all over their bodies. Anyone can go to any northern first nation and see the effects on these children.
Every now and then the media will pay attention and the government will say it does not understand the mysterious cause of these illnesses and rashes. It is obvious. It is because a stagnant pool of water gets chlorine dumped into it to make it drinkable and when the children are bathed in it, it damages their skin. Their skin starts to open and that is when the infections get in. This has happened in so many communities. I have had to medevac children out because of these conditions.
Another example is Neskantaga, which has gone 26 years without water. The Minister of Indigenous Services keeps scratching his head. He cannot figure out why he cannot get clean water to Neskantaga. It is because Liberals are willing to build a plant, but not willing to build all the infrastructure that supports the plant. A municipality needs a proper water plant, a proper source of water and proper pipes. It needs an entire system in order to get water to the community. Someone from Neskantaga said what the Liberals are offering to do is put a new engine in a rotted-out Ford vehicle, thinking we can drive it down the road. It cannot be done without the proper infrastructure. There needs to be proper piping, a proper water source and a plant that is actually built for the needs of the community. This is something the Department of Indigenous Services will never do.
We also see the same companies getting hired over and over again. In any other municipality, if a company built a water plant and the plant failed, there would be an investigation. Does anyone think that company would get the contract the next time? Not a chance. However, when a water plant fails, the Department of Indigenous Services says, “Oh well, whatever. It is just another day at the office.” The bonuses still go out to the senior bureaucrats and things do not change. These are the fundamental inequities that people are facing. There are communities like Maniwaki, just 100-and-some kilometres up the road from Ottawa. The Kitigan Zibi reserve cannot get clean water, but beside it the municipality of Maniwaki has clean water.
Why is that? One is under a provincial system and under that provincial jurisdiction, there are clear standards. There are obligations. There are rules in place. They have to deliver clean water to their community. However, the neighbouring reserve is under the federal government, so there is no obligation or standards. The feds do not want to put the standards in place because they do not want to spend the money.
That is what systemic discrimination looks like. It is in the water. It is in the sewage. It is in the school systems. It is in the failed health.
I am very interested in this bill and I am very glad that I had a chance to speak. I will be here all week taking questions.
Monsieur le Président, je suis très fier de prendre la parole ce soir au sujet du projet de loi C-269, Loi modifiant la Loi sur les pêches concernant l’interdiction du dépôt d’eaux d’égout brutes. Il s’agit d’un projet de loi du député de Regina—Qu'Appelle, qui a également été Président. Je n’ai probablement pas été d’accord avec nombre de déclarations qu'il a faites au fil des ans, mais la question des eaux d’égout brutes dans notre système d’eau est une chose très importante à discuter et je suis heureux que nous ayons l’occasion de le faire ici.
Nous savons qu’un élément de cette question relève de la compétence provinciale, mais les gens devraient savoir que nous avons un système environnemental de première qualité dans ce pays pour assurer leur sécurité. Ce devrait être une question qui nous préoccupe tous profondément. Mes collègues peuvent probablement parler de nombreuses municipalités qui ont des problèmes avec les eaux d’égout brutes qui sont pompées dans les eaux et les rivières.
Cependant, l’une des choses que je ne vois pas vraiment dans le projet de loi, c’est l’effet dans les zones relevant directement de la compétence fédérale, qui sont bien sûr les réserves des Premières Nations. Il est vraiment important que les Canadiens comprennent qu’il existe, à l’échelle du pays, un système d’infrastructure à deux vitesses, un système de santé à deux vitesses, un système d’éducation à deux vitesses et un système de droits à deux vitesses.
Ce sont les droits qui existent pour les citoyens de ce pays sous les gouvernements provinciaux ou territoriaux, et les droits des citoyens qui vivent dans les réserves de notre nation et qui relèvent du mandat de Services aux Autochtones, l’ancien ministère des Affaires indiennes et l’ultime système colonial. Pour eux, il y a un sous-financement chronique des infrastructures de base.
Quand les libéraux ont fait campagne en 2015 sur le thème de l’élimination de la crise de l’eau et ont dit à tout le monde qu’ils auraient accompli la mission au début de 2021, cela a inspiré et galvanisé le pays. Les Canadiens se sont demandé comment il était possible que dans une nation aussi riche que le Canada, dans un pays disposant des plus grandes ressources en eau de la planète, tant de gens ne puissent pas ouvrir leur robinet et boire en toute sécurité. L’eau sale est également liée aux eaux usées et aux systèmes d’égouts défectueux.
Quand le premier ministre a été élu sur cette promesse, les gens ont cru qu’il tiendrait parole. Qu’est-ce qui serait plus facile à faire pour le nouveau gouvernement libéral que de s’assurer que nous avons de l’eau potable? Ce que le gouvernement libéral n’a pas promis de faire, c’est de s’occuper des systèmes d’eau, qui comprennent les eaux usées. Pourquoi est-il important de comprendre cette distinction? C’est parce que le gouvernement a décidé de le faire au rabais.
Je me souviens de la terrible crise de l’eau à Kashechewan, qui vit actuellement une terrible crise avec la COVID. Le ministre de Services aux Autochtones s’est croisé les bras et n’a rien fait jusqu’à ce que la crise de la COVID prenne des proportions démesurées. Cela m’a ramené à l’époque où j’ai été élu pour la première fois en 2005 et où il y a eu une épidémie d’E. coli à Kashechewan. Nous avions alors constaté le même manque d’action.
À l’époque, le réseau d’égouts de Kashechewan avait été construit près de l’usine de traitement de l’eau parce que c’était bon marché. Quand la pluie tombait et que les bassins de décantation des eaux usées débordaient, ils se déversaient dans le système d’eau. Kashechewan n’avait même pas de système de secours adéquat pour que, si quelque chose entrait dans la prise d’eau, cela puisse arrêter l’arrivée des eaux usées. Le gouvernement n’a pas pris la peine d’installer ce système parce qu’il a été fait au rabais. Il faut voir les choses sous cet angle, car la crise de l’eau qui a provoqué la contamination à l’E. coli dans cette collectivité et qui a entraîné l’évacuation massive de toute la communauté était le résultat de la défaillance du système d’égouts.
Quand le premier ministre n’a pas tenu sa dernière promesse sur l’eau, les gens se sont demandé comment cela était possible. La promesse numéro un du premier ministre était censée être de fournir de l’eau potable. Si nous regardons communauté après communauté et la liste des collectivités ayant de l’eau potable de Services aux Autochtones, les libéraux se concentrent toujours sur les communiqués de presse et n’évaluent pas les vrais problèmes.
Ils passent beaucoup de temps à dire qu’ils se sont débarrassés de tel ou tel avis d’ébullition de l’eau. Je me suis rendu dans des collectivités à qui on avait dit qu’on s’était débarrassé de six avis d’ébullition de l’eau. C’est parce qu’à l’extrémité de la ville, il y avait un bâtiment qui avait un puits et maintenant ce puits était propre, mais le reste de la communauté n’était pas en sécurité. Ce n’est pas une solution globale.
J’ai demandé au directeur parlementaire du budget de chiffrer les promesses du premier ministre, et il a été très clair sur le fait que le gouvernement sous-finançait délibérément la formation nécessaire au fonctionnement d’une usine de traitement de l’eau. Le gouvernement a délibérément sous-financé l’entretien. Seul le ministère des Services aux Autochtones pouvait couper le ruban devant une usine, s’en aller et penser qu’il n’y aurait jamais besoin d’entretien. N’importe quelle municipalité dirait que les choses se brisent.
Dans certaines communautés isolées, comme Ogoki Post à Marten Falls, les stations de pompage des eaux usées sont frappées par la foudre et on y met des panneaux affichant « En panne ». Les résidents appellent pour dire au ministère que ça ne fonctionne plus et les gens du fédéral déclarent que ce n'est pas leur problème. Comment une communauté de 300 personnes va-t-elle réparer des stations de pompage d’eaux usées en panne? Que se passe-t-il? Les eaux usées se retrouvent dans l'eau, la station d'épuration commence à tomber en panne et le gouvernement fédéral dit qu'il ne va pas régler le problème parce que ce n'est pas prévu dans son budget d'investissement, mais il va dépenser plus de 2 millions de dollars par an en eau embouteillée. Cet argent pour l'eau en bouteille n'est pas de l'argent frais. Il vient d'une autre communauté dans laquelle une infrastructure devait être construite. Ils prennent l'argent d'un projet d'infrastructure prévu dans une communauté qui en a désespérément besoin et ils achètent de l'eau embouteillée pour une autre communauté parce qu'ils refusent de régler le problème.
Lorsque les libéraux envisagent de régler le problème de l'eau, ils cherchent ce qui est le moins cher et le plus facile et comment s’en sortir sans que cela ne coûte plus d’argent. Je vais citer l'exemple de la communauté d'Attawapiskat. L'approvisionnement en eau provient d’un bassin d’eau stagnante. Peu importe la quantité de produits chimiques pompés dans cette eau, ce ne sera jamais une bonne eau, propre et sûre. Plus on pompe de produits chimiques dans l'eau, plus elle devient caustique et plus elle endommage la peau des enfants. C'est vraiment incroyable de voir des enfants qui vivent au Canada avec des plaies ouvertes sur tout le corps. Quiconque peut aller dans n'importe quelle Première nation du Nord et constater ces effets sur les enfants.
De temps à autre, les médias s'intéressent au problème et le gouvernement dit ne pas comprendre la cause mystérieuse de ces maladies et éruptions cutanées. La cause est pourtant évidente: c'est parce qu'on déverse du chlore dans un bassin d'eau stagnante pour la rendre potable et que lorsque les enfants s'y baignent, cela endommage leur peau. Leur peau commence à s'ouvrir et les infections s'installent. Cela s'est produit dans de nombreuses communautés. J'ai dû procéder à l'évacuation médicale d'enfants à cause de ces affections.
Un autre exemple est celui de Neskantaga, qui n’a pas d’accès à l’eau potable depuis 26 ans. Le ministre des Services aux Autochtones n’arrête pas de se gratter la tête: il ne parvient pas à comprendre pourquoi il ne peut pas fournir de l'eau potable à Neskantaga. C'est parce que les libéraux sont prêts à construire une usine, mais non toute l'infrastructure qui soutient l'usine. Une municipalité a besoin d'une bonne usine de traitement de l'eau, d'une bonne source d'eau et de bonnes canalisations. Elle a besoin d'un réseau complet pour acheminer l'eau à la communauté. Quelqu'un de Neskantaga a dit que ce que les libéraux proposent de faire, c'est de mettre un nouveau moteur dans une voiture Ford pourrie, en pensant pouvoir la conduire. Cela ne peut pas se faire sans infrastructure adéquate. Il faut de bonnes canalisations, une bonne source d'eau et une usine qui soit vraiment construite pour répondre aux besoins de la communauté. C'est quelque chose que le ministère des Services aux Autochtones ne fera jamais.
Ce sont aussi toujours les mêmes entreprises qui obtiennent les contrats. Dans n’importe quelle autre municipalité, si une entreprise construit une station d’épuration des eaux qui ne fonctionne pas, il y aura une enquête. Qui croit que cette entreprise devrait obtenir le prochain contrat? Personne. Pourtant, quand une station d’épuration des eaux ne fonctionne pas, le ministère des Services aux Autochtones dit: « Eh bien, ce n’est rien d’inhabituel. » Les primes sont quand même versées aux hauts fonctionnaires, et rien ne change. Voilà les injustices fondamentales auxquelles les gens sont confrontés. On parle de communautés comme Maniwaki, à environ 100 kilomètres d’Ottawa. La réserve de Kitigan Zibi ne peut avoir accès à de l’eau potable, mais la municipalité voisine de Maniwaki, oui.
Pourquoi? Une est régie par un système provincial où des normes claires ont été établies. Il y a des obligations. Il y a des règles. Il est obligatoire que leur communauté ait accès à de l’eau potable. Par ailleurs, la réserve voisine relève du gouvernement fédéral; il n’y a donc pas d’obligations ni de normes. Le gouvernement fédéral ne veut pas instituer de normes, car il ne veut pas dépenser d’argent.
Voilà où se manifeste la discrimination systémique: dans l'approvisionnement en eau potable, le traitement des eaux usées, les systèmes scolaires et les soins de santé défaillants.
Je trouve ce projet de loi très intéressant et je suis heureux d’avoir pu en parler. Je serai ici toute la semaine pour répondre aux questions.
View Nelly Shin Profile
CPC (BC)
View Nelly Shin Profile
2021-06-16 17:42 [p.8559]
Mr. Speaker, it is my privilege to rise today to speak to Bill C-269, , an act to amend the Fisheries Act (prohibition—deposit of raw sewage), which was tabled by my colleague, the hon. member for Regina—Qu'Appelle.
As the Fisheries Act currently stands, there is no definition of raw sewage. Bill C-269 would amend the act by adding raw sewage to denote the following:
raw sewage means sewage that has not yet been processed or treated to separate and remove contaminants, and includes
(a) used water from sanitary appliances that contains human fecal matter or human urine,
(b) used water, other than the type of water described in paragraph (a), from sanitary appliances or from other appliances in a kitchen or laundry, and
(c) surface runoff and stormwater that is mixed with the type of water described in paragraph (a);
The bill inserts a statement in section 34 of the act that would not allow raw sewage to be eligible for an exemption permit from the minister.
Bill C-269 amends section 36 of the Fisheries Act by adding, “No person shall deposit or permit the deposit of raw sewage in water frequented by fish.”
The bill also states non-application for Canadian fisheries waters located in the Northwest Territories, in Nunavut or north of the 54th parallel in Quebec or Newfoundland and Labrador.
The bill also indicates that anyone dumping raw sewage in water frequented by fish is guilty of an offence and liable.
The act would come into force five years after the day on which it receives royal assent.
Bill C-269 is simple and straightforward. It calls for accountability and urgency of action. For me, personally, it triggers a vision for improved environmental protection and infrastructure.
In 2015, when the member for Ottawa Centre was the minister of environment, she allowed the City of Montreal to dump eight billion litres of raw sewage into the St. Lawrence River. Regardless of any justification, that is an unfathomable amount of toxic matter that was dumped into the water. I cannot even imagine what the repercussions of that were.
According to Environment Canada, from 2013 to 2017, more than one trillion litres of untreated waste water is known to have leaked or been purposely dumped across Canada. The City of Victoria and surrounding municipalities finally became one of the last major communities to stop dumping sewage into water in 2020. According to Mark Mattson, president of non-profit water protection organization Swim Drink Fish, Canada still has ongoing sewage pollution problems.
Bill C-269 is necessary to protect our waters from contamination and for wildlife species in water to be able to survive and thrive. It is time there was no more ambiguity on this. Being the member of Parliament for Port Moody—Coquitlam, Anmore and Belcarra, I have the privilege of being an advocate and steward for many environmentally sensitive places within my riding. This privilege brings responsibility. Today, I would like to highlight a very special and globally significant creek, which is Stoney Creek, which some of the rivers in my riding feed into.
Stoney Creek is the environmental lifeline for countless wildlife, as well as an urban oasis for both my riding and the neighbouring riding, Burnaby North—Seymour, and the greater region. Countless hours and decades of work by stream keepers from the Stoney Creek Environmental Committee, as well as local residents, has resulted in the return of salmon to Stoney Creek.
Today, Stoney Creek is the most successful Vancouver area urban creek for returning salmon. Stoney Creek is the spawning grounds for chum and coho salmon, as well as steelhead and trout. It is also significant on a global basis as it is home to the endangered Nooksack Dace. Approximately 10,000 Nooksack Dace remain.
It is very moving to watch the salmon on their spawning journey. I see their long, upstream and painful journey of perseverance ending in sacrifice for the next generation. It is very emotional to watch. I was shocked to learn that after torrential rainfalls, sometimes raw sewage overflows from Coquitlam sewers and makes its way to the celebrated Stoney Creek where the endangered Nooksack Dace have made their home and the coho and chum salmon come to spawn.
It is troubling for me that sewage overflow coming from my riding in Coquitlam is contaminating the aqua ecosystem in the riding of Burnaby North—Seymour in Stoney Creek. Upon discovery, I officially offered my assistance to the mayors of Coquitlam and Port Moody to seek federal infrastructure funding for their sewer systems when they seek upgrades.
However, I am perplexed as to why the member for Burnaby North—Seymour, who is the Parliamentary Secretary to the Minister of Fisheries and Oceans, who has been in office longer than I have, has not taken any action on this troublesome issue or championed funding for sewage infrastructure when the harm is being done to wildlife in his own riding and reports of sewage being dispensed into Stoney Creek have been happening under his watch for years.
According to obtained records, since 2014 at least nine documented discharges of sewage have occurred in the Stoney Creek watershed. Raw sewage has spewed from manholes in my riding and flowed into the creek, and some experts believe that raw sewage is also escaping through exfiltrating from the Metro Vancouver Stoney Creek trunk line and flowing into the groundwater and ultimately into Stoney Creek.
The Metro Vancouver Stoney Creek trunk line was constructed in 1959. Over time, concrete piping and gaskets will tend to deteriorate, increasing the likelihood of both infiltration of groundwater into the pipe and inflow from surface water entering collectively inflow and infiltration, or I and I, as well as exfiltration of sewage into the groundwater and creek.
Records obtained via freedom of information requests show the following levels of E. coli in Stoney Creek. On September 18, 2020, there were 8,664 colony-forming units per 100 millilitres of water. In August there were 7,701, and in October there were 4,611. Samples exceeded 1,000 colony-forming units per 100 millilitres on six days. Ultimately, to solve the problem, new sewage infrastructure needs to be built. From obtained records, it is apparent that Metro Vancouver trunk line is over capacity, a very common phenomenon.
Meanwhile, the catchment's population is projected to increase 15,000 to 50,000. Constituents and other nearby residents are concerned that not expanding the sewage infrastructure promptly will result in increased contamination of Stoney Creek as well as situations where new home purchasers will not be able to move into their new homes due to lack of sewage capacity. Something similar recently happened in Campbell River, another B.C. community.
The topic of sewage is not a glamourous one, but waste elimination is a basic health and safety issue that needs to be dealt with. As we have seen, a microscopic virus like coronavirus has done much damage in our lives and to our establishments. Development of residential homes is a natural part of urban sprawl. Building more affordable housing is necessary to allow young families and first-time homebuyers to break into the housing market and have a home, but development without proper infrastructure is dangerous for the community and surrounding ecosystems.
Bill C-269 is a good place to start to trigger more accountability and action to upgrade all the infrastructure needed. Development is inevitable, but without the proper infrastructure, we could see a host of problems, of which the impact could be the contamination of our waters and harm to endangered species and salmon. It requires a concerted effort among all tiers of government to solve this problem effectively of aging sewage infrastructure and innovating new systems to meet the demands created by growing development in urban and suburban centres like my riding, and extreme weather events from climate change. If done with efficacy, a simple bill, like Bill C-269, could instigate the unfolding of a larger vision to yield greater protection of vulnerable fish, species and water habitats and improve public health and safety and job creation to help reopen our economy.
This is a problem across our country, and municipalities are aware of it, but they are stuck. They have so many other pressing matters they have to get to that without the funding, it gets shuffled under the pile. With Bill C-269, accountability would be placed. We can keep talking about the environment with trumpet blasts, but without deadlines and rules and a plan to accomplish these goals, it is still talk and no action. We know, as humans, we all need a deadline and some rules to get anything done. I see this bill as one that has great potential to help us literally clean up our act.
One thing I did discuss with the member for Regina—Qu'Appelle was the five-year term clause. In discussing it with him, it is something that should be debated and discussed with fulsome conversation so that we are helping the municipalities set themselves up for success and not failure. It should not be punitive. It should be something to help them get things done efficiently.
In closing, I feel that this is an issue that has been around for a long time and everyone is aware of it, but it is one of those things that nobody wants to tackle because the money is not there. We know that with the Canada Infrastructure Bank, the minister promised $35 billion, but how much of that is used for things like this?
Moving forward, as we discuss Bill C-269, I hope that we can come to the table, bring our different ideas, and use this as a starting point to break that cycle of all this aging infrastructure not being dealt with, so that we can protect the environment, so that we can move forward with positive, prudent development that does not create other problems, and so that municipalities do not feel like they are alone but that they have the support of other tiers of government.
Monsieur le Président, c'est un privilège d'intervenir dans le débat sur le projet de loi C‑269, qui vise à modifier la Loi sur les pêches pour interdire l'immersion ou le rejet des eaux usées non traitées, qui a été présenté par mon collègue le député de Regina—Qu'Appelle.
Dans la version actuelle de la Loi sur les pêches, il n'y a pas de définition du terme « eaux usées non traitées ». Le projet de loi C‑269 modifie la loi pour désigner ainsi les eaux usées non traitées:
 Eaux usées qui n’ont pas été transformées ni traitées pour en séparer et en extraire les contaminants, notamment:
a) les eaux souillées provenant d’appareils sanitaires et contenant des matières fécales ou de l’urine d’origine humaine;
b) les eaux souillées, autres que celles visées à l’alinéa a), provenant d’appareils sanitaires ou d’autres appareils utilisés dans une cuisine ou une buanderie;
c) les eaux de ruissellement et les eaux pluviales lorsqu’elles sont mélangées aux eaux souillées visées à l’alinéa a).‍ 
Le projet de loi insère un énoncé à l’article 34 de la loi qui interdirait que les eaux usées non traitées soient admissibles à un permis d’exemption du ministre.
Le projet de loi C-269 modifie l’article 36 de la Loi sur les pêches en ajoutant: « Il est interdit d’immerger ou de rejeter des eaux usées non traitées — ou d’en permettre l’immersion ou le rejet — dans des eaux où vivent des poissons. »
Le projet de loi indique aussi qu’il ne s’applique pas aux eaux de pêche canadiennes situées dans les Territoires du Nord‑Ouest, au Nunavut ou au nord du 54e parallèle au Québec ou à Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Le projet de loi indique également que toute personne qui déverse des eaux usées non traitées dans des eaux fréquentées par des poissons commet une infraction et est passible d’une peine.
La loi entrerait en vigueur cinq ans après la date de sa sanction royale.
Le projet de loi C-269 est simple et direct. Il appelle à la responsabilité et à l’urgence d’agir. Pour moi, personnellement, il représente une vision d’amélioration de la protection de l’environnement et des infrastructures.
En 2015, quand la députée d’Ottawa-Centre était ministre de l’Environnement, elle a permis à la Ville de Montréal de déverser 8 milliards de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve Saint‑Laurent. Quelle que soit la justification, c’est une quantité incommensurable de matières toxiques qui a été déversée dans l’eau. Je ne peux même pas imaginer quelles ont été les répercussions de cette décision.
Selon Environnement Canada, de 2013 à 2017, on sait que plus de 1 billion de litres d’eaux usées non traitées ont fui ou ont été délibérément déversés au Canada. La Ville de Victoria et les municipalités environnantes sont finalement devenues l’une des dernières grandes agglomérations à cesser de déverser des eaux usées dans l’eau en 2020. Selon Mark Mattson, président de l’organisme sans but lucratif de protection de l’eau Swim Drink Fish, le Canada connaît toujours des problèmes de pollution par les eaux usées.
Le projet de loi C-269 est nécessaire pour protéger nos eaux de la contamination et pour que les espèces sauvages vivant dans l’eau puissent survivre et s’épanouir. Il est temps qu’il n’y ait plus d’ambiguïté à ce sujet. En tant que députée de Port Moody—Coquitlam, Anmore et Belcarra, j’ai le privilège d’être la gardienne et l’intendante de nombreux endroits écologiquement sensibles dans ma circonscription. Ce privilège entraîne des responsabilités. Aujourd’hui, j’aimerais parler d'un ruisseau très spécial et d’importance mondiale, le ruisseau Stoney, dans lequel se jettent certaines des rivières de ma circonscription.
Le ruisseau Stoney est le milieu de vie d'une multitude d’espèces sauvages, ainsi qu’une oasis urbaine pour ma circonscription, la circonscription voisine, Burnaby-Nord—Seymour, et la région métropolitaine. D’innombrables heures et des décennies de travail par les gardiens de cours d’eau du comité environnemental du ruisseau Stoney, ainsi que par les résidants locaux, ont permis le retour du saumon dans le ruisseau Stoney.
Aujourd’hui, Stoney est le ruisseau urbain dans la région de Vancouver où le taux de réussite du retour du saumon est le plus élevé. C'est une aire de frai pour le saumon kéta et le saumon coho, ainsi que le saumon arc-en-ciel et la truite. Il revêt également une importance considérable à l’échelle mondiale, car il sert d’habitat pour le naseux de la Nooksack en voie de disparition. Il ne reste qu’environ 10 000 naseux de la Nooksack.
Le périple du saumon pendant son frai est émouvant. J’observe leur long parcours douloureux en amont caractérisé par la persévérance qui se termine par un sacrifice pour la prochaine génération. C’est émouvant de regarder cela. J’ai été stupéfaite d’apprendre qu’après des pluies torrentielles, il arrive parfois que des eaux d’égout brutes débordent des égouts de Coquitlam et soient déversées dans le ruisseau Stoney si célébré, où le naseux de Nooksack en voie de disparition se trouve, et où le saumon coho et le saumon kéta fraient.
Je trouve troublant que des eaux d’égout qui débordent dans ma circonscription de Coquitlam contaminent l’écosystème aquatique du ruisseau Stoney, se trouvant dans la circonscription de Burnaby North—Seymour. Lorsque j’en ai pris connaissance, j’ai officiellement offert mon aide aux maires de Coquitlam et de Port Moody, afin qu’ils présentent une demande de financement fédéral pour les infrastructures, ce qui leur permettrait de mettre à niveau leurs réseaux d’égout.
Cependant, le fait que le député de Burnaby North—Seymour, qui est secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et des Océans, en poste depuis plus longtemps que moi, n’a pas pris de mesures en ce qui concerne cette question troublante ou n’a pas demandé de financement pour des infrastructures d’assainissement, me laisse perplexe, surtout lorsque cela nuit à la faune dans sa propre circonscription et que des rapports sur des déversements d’égouts dans le ruisseau Stoney sont produits depuis des années, alors qu’il est en poste.
Selon les documents obtenus, depuis 2014, au moins neuf rejets documentés d’eaux usées se sont produits dans le bassin versant du ruisseau Stoney. Des eaux usées non traitées ont jailli de trous d’homme dans ma circonscription et se sont écoulées dans le ruisseau, et certains experts pensent que des eaux usées non traitées s’échappent également en s’exfiltrant de la conduite principale de Stoney Creek dans le Grand Vancouver et en s’écoulant dans les eaux souterraines et finalement dans le ruisseau Stoney.
La conduite principale de Stoney Creek, dans le Grand Vancouver, a été construite en 1959. Avec le temps, les canalisations en béton et les joints ont tendance à se détériorer, ce qui augmente la probabilité d’infiltration d’eaux souterraines et d’afflux d’eau de surface dans la canalisation, ainsi que d’exfiltration d’eaux usées dans les eaux souterraines et le ruisseau.
Les dossiers obtenus à la suite de demandes d’accès à l’information montrent les niveaux suivants d’E. coli dans le ruisseau Stoney. Le 18 septembre 2020, il y avait 8 664 unités formant des colonies par 100 millilitres d’eau. En août, il y en avait 7 701, et en octobre, 4 611. Les échantillons ont dépassé les 1 000 unités formant des colonies par 100 millilitres pendant six jours. En définitive, pour résoudre le problème, il faut construire de nouvelles infrastructures d’assainissement. D’après les dossiers obtenus, il apparaît que la canalisation principale du Grand Vancouver est en surcapacité, un phénomène très courant.
Entretemps, on s’attend à ce que la population du bassin versant augmente de 15 000 à 50 000 personnes. Les résidants de la circonscription et des environs craignent que le fait de ne pas agrandir rapidement l’infrastructure d’égouts n’entraîne une contamination accrue du ruisseau Stoney, ainsi que des situations où les acheteurs de nouvelles maisons ne pourront pas emménager dans leur nouvelle demeure en raison du manque de capacité d’égouts. Une situation similaire s’est produite récemment à Campbell River, une autre collectivité de la Colombie‑Britannique.
Le sujet des eaux usées n’est pas très attrayant, mais l’élimination des déchets est une question de santé et de sécurité fondamentale qui doit être abordée. Comme nous l’avons vu, un virus microscopique comme le coronavirus a fait beaucoup de dégâts dans nos vies et dans nos établissements. La construction de logements fait partie intégrante de l’étalement urbain. La construction d’un plus grand nombre de logements abordables est nécessaire pour permettre aux jeunes familles et aux acheteurs d’une première maison de pénétrer le marché immobilier et d’avoir une maison, mais le développement sans infrastructure appropriée est dangereux pour la communauté et les écosystèmes environnants.
Le projet de loi C-269 est un bon point de départ pour commencer à faire preuve de responsabilisation et à prendre plus de mesures quand vient le temps de mettre à niveau toutes les infrastructures nécessaires. Le développement est inévitable. Cependant, sans les infrastructures appropriées, nous pourrions observer un ensemble de problèmes qui pourraient, notamment, contaminer nos eaux et nuire aux espèces en voie de disparition et au saumon. Tous les ordres du gouvernement doivent déployer des efforts concertés pour résoudre le problème du vieillissement de l’infrastructure d’assainissement et adopter de nouveaux systèmes novateurs qui pourront satisfaire la demande découlant d’un développement croissant dans les centres urbains et suburbains, comme ma circonscription, et des phénomènes météorologiques extrêmes. S’il est rédigé de manière efficace, un projet de loi simple, comme le projet de loi C-269, pourrait permettre la concrétisation d’une vision élargie, afin de mieux protéger les poissons, les espèces et les habitats aquatiques vulnérables, et d’améliorer la santé publique, la sécurité et la création d’emplois pour relancer notre économie.
Le problème se pose à la grandeur du pays, et les municipalités en sont conscientes, mais elles sont coincées. Elles ont tellement d’autres problèmes urgents à régler que, sans financement, le problème glisse sous la pile. Avec le projet de loi C-269, il y aurait des comptes à rendre. Nous pouvons continuer à pousser les hauts cris à la défense de l’environnement, mais sans échéance, sans règle et sans plan pour réaliser ces objectifs, ce ne sont que des paroles, qui restent lettre morte. En tant qu’êtres humains, nous savons que nous avons tous besoin d’une date limite et de certaines règles pour accomplir quoi que ce soit. J’estime que ce projet de loi a de grandes chances de nous aider à faire littéralement le ménage dans nos affaires.
J’ai discuté avec le député de Regina—Qu'Appelle de la disposition prévoyant un mandat de cinq ans. Nous avons convenu que la question devrait faire l’objet d’un débat et d’une discussion approfondie afin que nous aidions les municipalités à se préparer à réussir et non à échouer. La mesure ne devrait pas être punitive. Elle devrait les aider à bien faire les choses.
En conclusion, j’ai l’impression que c’est un problème qui existe depuis longtemps et dont tout le monde est conscient, mais c’est l’une de ces choses auxquelles personne ne veut s’attaquer parce qu’il n’y a pas d’argent. Nous savons qu’avec la Banque de l’infrastructure du Canada, le ministre a promis 35 milliards de dollars, mais quelle partie de cette somme sert à des choses comme celle-ci?
À l’avenir, dans notre discussion du projet de loi C-269, j’espère que nous pourrons nous asseoir à la table, présenter nos différentes idées et en faire un point de départ pour rompre le cycle de toutes ces infrastructures vieillissantes laissées à l’abandon, pour que nous puissions protéger l’environnement, pour que nous puissions aller de l’avant avec un développement positif et prudent qui n’engendre pas d’autres problèmes, et pour que les municipalités n’aient pas l’impression de faire cavalier seul, mais qu’elles aient l’appui des autres ordres de gouvernement.
View Terry Duguid Profile
Lib. (MB)
View Terry Duguid Profile
2021-06-16 17:53 [p.8561]
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-269, an act to amend the Fisheries Act (prohibition—deposit of raw sewage), and to reiterate the key issues with this bill.
The government opposes Bill C-269 for multiple reasons. It would reduce environmental protections. It would negatively impact current federal, provincial and territorial collaboration on waste water. It would impose significant financial and practical challenges on all levels of government. It would be redundant and could weaken existing federal pollution prevention powers.
As the member for Regina—Qu'Appelle knows, the Fisheries Act is the federal government's most effective tool to prevent and set strong controls for the management of waste-water releases. The tools created through the Fisheries Act combined with our government's historic investments of $2 billion in support of over 1,700 water and waste-water projects across the country have made significant progress in protecting the water quality of our lakes, rivers and oceans.
The Fisheries Act already prohibits the release of deleterious substances, pollution into water unless the release is specifically managed under federal regulations. The Fisheries Act also contains strong regulatory controls requiring notification of pollution releases and that every effort is taken to prevent a release or to mitigate potential adverse impacts, if one is unavoidable.
We all want to end releases of raw sewage. That is why our government has invested nearly two and a half times the amount of federal funding for waste-water projects compared to the previous Conservative government over the same period, the same Conservative government that in 2012 gutted the Fisheries Act's most powerful pollution prevention tools and severely underfunded investments in water and waste-water infrastructure.
I would also point out that, as the former leader of the Conservative Party, the member for Regina—Qu'Appelle proposed cuts to billions in public infrastructure funding, the same funding that helps support critical water and waste-water projects in communities across the country.
Prohibiting raw sewage, as this bill prescribes, would not prevent all untreated waste-water releases from occurring. Due to years of chronic underfunding in public infrastructure under the previous Conservative government, our government has had to step up and invest in critical waste-water treatment to minimize the occurrence of such releases.
Let me be clear. There is already an effective and responsible approach in place to address this problem. Releases of raw sewage are already managed under the federal regulations for waste water, or they are prohibited under the Fisheries Act. Our government has been clear in its commitment to protect Canadian waters. That is why in 2019, we strengthened protections in the Fisheries Act by restoring lost protections and incorporating comprehensive and modern safeguards.
If enacted, this bill would mean taking several steps back. The bill does not introduce any new protections, enhanced monitoring or regulatory controls to address waste water beyond the strong measures that already exist within the act. This bill would not increase, but would reduce, environmental protections, and would have significant and harmful impacts on the ability to prevent and manage pollution under the Fisheries Act.
If enacted, this bill would take raw sewage out of the definition of deleterious substances, thereby removing raw sewage from all other critical protections and requirements that the Fisheries Act currently provides. In addition, by removing raw sewage from the existing prohibition of deleterious substances in the Fisheries Act and excluding northern waters from the proposed bill's scope, this would create a gap where raw sewage could legally be released in the north. This is unacceptable.
While our government's current national strategy effectively targets the most significant sources of pollution, this bill would impose enormous fiscal and practical challenges to all levels of government for a minimal environmental benefit. Eliminating raw sewage within five years would mean replacing the underground plumbing networks in over 700 cities across Canada at a cost of over $200 billion.
Aside from the unprecedented cost, it is simply not possible to design, plan and build new or upgraded waste-water treatment facilities in over 700 cities across Canada in under five years. A typical planning and construction cycle for waste-water infrastructure would usually take 10 to 20 years.
We need to acknowledge that many communities are already making investments to reduce the environmental impacts associated with waste-water infrastructure. This includes projects to advance waste-water treatment, green infrastructure and converting waste to energy. These projects are a much more cost-effective way to achieve environmental outcomes than spending hundreds of billions of dollars on a small percentage of reductions.
The government cannot support such a poorly thought-out bill. It does not add value to the existing strategy to address waste water in Canada. Instead, it actively threatens it. Furthermore, our government already has a robust national strategy in place that establishes achievable and predictable timelines for communities to complete the necessary treatment system installations and upgrades. While upon first glance this bill would appear to offer environmental benefits, a closer look reveals that its proposed legislative changes would create considerable negative environmental and economic consequences.
To wrap up, our government is making historic investments in critical waste-water infrastructure to support our comprehensive national waste-water strategy, which combined will keep Canadian waters safe and healthy.
Monsieur le Président, j’interviens pour parler du projet de loi C-269, la Loi modifiant la Loi sur les pêches (interdiction — immersion ou rejet des eaux usées non traitées), et pour en réitérer les principaux points.
Le gouvernement s’oppose au projet de loi C-269 pour plusieurs raisons. Il réduirait les protections environnementales. Il nuirait à la collaboration fédérale, provinciale et territoriale en matière d’eaux usées. Il imposerait des fardeaux financiers et pratiques considérables à tous les ordres de gouvernement. Il serait redondant et risquerait d’affaiblir les pouvoirs fédéraux en matière de prévention de la pollution.
Comme le député de Regina—Qu'Appelle le sait, la Loi sur les pêches est l’outil le plus efficace dont dispose le gouvernement fédéral pour prévenir les rejets d’eaux usées et imposer des contrôles rigoureux à leur gestion. Les outils créés par la Loi sur les pêches, conjugués aux investissements historiques de 2 milliards de dollars de notre gouvernement à l’appui de plus de 1 700 projets relatifs à l’eau et aux eaux usées dans tout le pays, ont permis d’accomplir des progrès importants dans la protection de la qualité de l’eau de nos lacs, rivières et océans.
La Loi sur les pêches interdit déjà le rejet de substances nocives ou polluantes dans l’eau, à moins que ce rejet ne soit explicitement géré en vertu des règlements fédéraux. La Loi sur les pêches prévoit également de solides contrôles réglementaires exigeant la notification des rejets de pollution et que tout soit fait pour empêcher un rejet ou pour en atténuer les répercussions négatives potentielles, si un rejet est inévitable.
Nous voulons tous mettre fin aux rejets d’eaux usées brutes. C’est pourquoi le gouvernement a investi près de deux fois et demie le montant du financement fédéral pour les projets des eaux usées par rapport au gouvernement conservateur précédent au cours de la même période, le même gouvernement conservateur qui, en 2012, a vidé de leur substance les outils de prévention de la pollution les plus puissants de la Loi sur les pêches et a gravement sous-financé les investissements dans les infrastructures d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées.
J’aimerais également souligner qu’en tant qu’ancien chef du Parti conservateur, le député de Regina—Qu'Appelle a proposé des compressions dans des milliards de dollars de financement d’infrastructures publiques, le même financement qui aide à soutenir des projets essentiels d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans toutes les collectivités du pays.
Interdire les eaux d’égout brutes, comme le prescrit ce projet de loi, n’empêcherait pas tous les rejets d’eaux usées non traitées de se produire. En raison d’années de sous-financement chronique des infrastructures publiques sous le précédent gouvernement conservateur, notre gouvernement a dû prendre les devants et investir dans le traitement crucial des eaux usées afin de minimiser l’occurrence de tels rejets.
Permettez-moi d’être clair. Il existe déjà une approche efficace et responsable pour résoudre ce problème. Les rejets d’eaux usées brutes sont déjà gérés en vertu du règlement fédéral sur les eaux usées, ou ils sont interdits en vertu de la Loi sur les pêches. Notre gouvernement a été clair dans son engagement à protéger les eaux canadiennes. C’est pourquoi en 2019, nous avons renforcé les protections de la Loi sur les pêches en rétablissant les protections perdues et en intégrant des mesures de protection exhaustives et modernes.
S’il était adopté, ce projet de loi reviendrait à faire plusieurs pas en arrière. Le projet de loi n’introduit pas de nouvelles protections, une surveillance accrue ou des contrôles réglementaires pour lutter contre les eaux usées au-delà des mesures solides qui existent déjà dans la loi. Ce projet de loi n’augmenterait pas, mais réduirait, les protections environnementales, et aurait des répercussions importantes et néfastes sur la capacité de prévenir et de gérer la pollution en vertu de la Loi sur les pêches.
S’il était adopté, ce projet de loi retirerait les eaux d’égout brutes de la définition des substances nocives, les soustrayant ainsi à toutes les autres protections et exigences essentielles que prévoit actuellement la Loi sur les pêches. De plus, en retirant les eaux d’égout brutes de l’interdiction actuelle des substances nocives dans la Loi sur les pêches et en excluant les eaux du Nord de la portée du projet de loi proposé, cela créerait un vide où les eaux d’égout brutes pourraient être légalement rejetées dans le Nord. Cette situation est inacceptable.
Alors que la stratégie nationale actuelle du gouvernement cible efficacement les sources de pollution les plus importantes, ce projet de loi imposerait d’énormes défis fiscaux et pratiques à tous les échelons de gouvernement pour un avantage environnemental minime. Pour éliminer les eaux d’égout brutes d’ici cinq ans, il faudrait remplacer les réseaux de plomberie souterrains dans plus de 700 villes du Canada, ce qui coûterait plus de 200 milliards de dollars.
Outre ce coût sans précédent, il est tout simplement impossible de concevoir, de planifier et de construire des installations de traitement des eaux usées nouvelles ou modernisées dans plus de 700 villes canadiennes en moins de cinq ans. Un cycle typique de planification et de construction d’une infrastructure de traitement des eaux usées s’étend normalement sur 10 à 20 ans.
Nous devons reconnaître que de nombreuses collectivités investissent déjà pour réduire les impacts environnementaux liés aux infrastructures d’eaux usées. Il s’agit notamment de projets visant à faire progresser le traitement des eaux usées, les infrastructures vertes et la conversion des déchets en énergie. Ces projets constituent un moyen beaucoup plus rentable d’obtenir des résultats environnementaux que de dépenser des centaines de milliards de dollars pour un petit pourcentage de réduction.
Le gouvernement ne peut pas soutenir un projet de loi aussi mal conçu. Il n’apporte aucune valeur ajoutée à la stratégie existante pour traiter les eaux usées au Canada. Au contraire, il la menace activement. De plus, notre gouvernement a déjà mis en place une stratégie nationale solide qui établit des échéanciers réalisables et prévisibles pour que les collectivités puissent procéder à l’installation et à la mise à niveau nécessaires des systèmes de traitement. Bien qu’à première vue ce projet de loi semble offrir des avantages environnementaux, un examen plus approfondi révèle que les changements législatifs proposés auraient des conséquences négatives considérables sur l’environnement et l’économie.
En conclusion, notre gouvernement fait des investissements historiques dans l’infrastructure cruciale des eaux usées pour soutenir notre stratégie nationale globale en matière d’eaux usées, qui, ensemble, permettront de faire en sorte que les eaux canadiennes demeurent sûres et saines.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, first of all, I must say that the Bloc Québécois welcomes the Conservatives' desire to engage in a debate on water quality and the pollution of our rivers.
At first glance, it might be surprising to see the Conservatives interested in the issue of water pollution. Let us not forget that, during the last campaign, they promised to take action on the dumping of waste water in waterways.
It must be said that the Conservatives happily rode the wave of Montreal's “flushgate”, when the city was forced, in 2015, to dump eight billion litres of waste water into the St. Lawrence.
It was probably to fulfill this promise that the former Conservative leader, the member for Regina—Qu'Appelle, introduced Bill C‑269. Again, we welcome the Conservatives' willingness to look at ways to reduce water pollution.
It is true that the debate on Bill C‑269 is an opportunity to draw attention to an important environmental issue: the problem of sewage being discharged into our waterways. This is not the first time the Conservatives have focused on this issue.
I would like to return briefly to the promises around sewage treatment and, in turn, federal inaction on this issue.
In fact, in July 2012, Stephen Harper's government enacted the wastewater systems effluent regulations. This was the first Canadian standard for sewage treatment.
At the time, the federal government estimated that 75% of existing waste water facilities met the new standard. For the remaining 25%, the government promised to provide funding to help them comply, and it established three categories of facilities.
The first category includes the highest risk facilities, which must comply with the new standard by 2020. The second and third categories are those facilities that pose less of a risk and have until 2030, as is the case for Montreal, or 2040 to comply with the new standard.
The then minister of transport, infrastructure and communities, Denis Lebel, promised that Ottawa would invest for the long term and would work in partnership with the provinces. For its part, the Union des municipalités du Québec estimated that it would take $9 billion to upgrade municipal facilities in order to bring them into compliance with the new federal regulations. That was in 2012.
According to a recent Réseau Environnement report, it will actually cost at least $17 billion just to upgrade the existing treatment facilities, which are beginning to show their age.
This amount does not include waste-water treatment plants that do not comply with federal regulations, nor does it include the investments required to build treatment plants in municipalities that do not have any. In March, Le Devoir reported that 80 Quebec municipalities still do not have waste-water treatment plants.
Ten municipalities in the Lower St. Lawrence and Gaspé region, the region I represent, still do not have treatment plants at the outlet of their sewer systems. It is 2021. That is unbelievable. This is a serious, ongoing problem, but the federal government is slow to get involved financially.
Sewage spills happen frequently in Quebec, I am sad to say. The Fondation Rivières counted more than 60,000 spills in 2019, which added up to a total of over 470,000 hours of sewage flow into Quebec rivers and streams. The water pollution problems do not stop there.
The most recent research has brought to light the adverse health effects of endocrine disruptors in water. When these chemicals are present in the environment, they can enter the bodies of animals and humans, interact with their hormones and affect all systems in the body.
This is often harmful for both animals and humans. Even small quantities of these substances in the environment can have a significant impact. The adverse effects of endocrine disruptors have been observed in fish and mollusks in the St. Lawrence River, as well as in amphibians in rivers in southern Quebec.
Many scientists agree that endocrine disruptors are a contributing factor in certain cancers and can cause reproductive issues in humans, though few studies have been conducted in this area.
Research is currently focusing on the endocrine disruptive potential of several chemicals, such as parabens, polychlorinated biphenyls and pesticides.
The presence of microplastics is another problem that demonstrates the importance of addressing waste-water discharge into our rivers and streams.
Scientists at McGill University published a study in 2020 in the well-respected journal Environmental Pollution that found that microplastic pollution in the St. Lawrence River is of the same order of magnitude as that measured in waterways near densely populated cities in China. The researchers found, on average, 832 particles of plastic per kilogram dry weight of sediment. That is four times higher than the levels found by another team in the Ottawa River a few years ago. This finding places the St. Lawrence among the worst waterways analyzed to date. One of the problems is that microplastics linger in the environment for a long time. Since they remain in the sediment, many organisms are at risk of ingesting them and passing them up the food chain.
In short, all of this data about endocrine disruptors and the presence of microplastics shows that there is a a significant and disturbing amount of pollution in our waterways as a result of sewage spills, and we must do something about it.
Let us get back to Bill C‑269. Unfortunately, this bill does not contain a solution to the problem of sewage spills. Why not? Because it is inconsistent. It will still allow certain hazardous materials to be discharged. In short, Bill C‑269 is not as good as it looks.
It is true that, to reduce water pollution, we need effective regulations to stop sewage from being released into the environment. However, this bill allows the discharge of certain “authorized” substances, including petroleum products such as oil, gasoline, diesel and grease, chemicals, pesticides, heavy metals, fertilizer runoff and more.
Consequently, even if it were passed, Bill C‑269 would allow industry to discharge waste water contaminated with petroleum products from their facilities into our rivers, provided that the discharge complies with the Wastewater Systems Effluent Regulations. This means that waste water contaminated with chemicals like the ones I mentioned earlier would be allowed, but effluent from municipal waste-water systems would not. What will municipalities do then?
Montreal has been talking about building an ozonation plant to treat waste water for the past 15 years. The project was first announced by the Gérald Tremblay administration with a completion date in 2012, which was later pushed back to 2018. In 2019, Radio-Canada revealed that it should finally be completed in 2023 at a cost of half a billion dollars.
In February 2020, Valérie Plante's administration published a notice of interest for the construction of the plant. So far, however, there have been no developments. It is safe to say that the 2023 target may once again be postponed, but the City of Montreal has until 2030 to comply with existing federal regulations.
It is all well and good to draft regulations, but if a municipality is unable to build a water treatment plant because it simply cannot not afford it, what will the federal government do?
The solution for keeping sewage from polluting our waterways, including the St. Lawrence River, does not lie in arbitrary, unenforceable obligations or prohibitions. It lies in meaningful investments to help municipalities fulfill their waste-water treatment responsibilities.
The Bloc Québécois believes that, if we want to solve this problem together, we must demand that the federal government invest in waste-water treatment infrastructure through targeted, substantial, multi-year funding. Otherwise, neither municipalities nor Quebec will be able to fix the problem.
In conclusion, I will reiterate that the Bloc Québécois is in favour of having a debate on water quality and pollution in our rivers. We must admit that the debates on Bill C‑269 are drawing attention to this important environmental issue. However, for all of the reasons I mentioned, the Bloc Québécois will be voting against the bill.
Again, this bill does not contain a solution to the problem of sewage spills. The health of our waterways requires financial commitments that are not included in Bill C‑269. It requires a solid, long-term commitment on the part of the federal government. The government must invest heavily in municipal waste-water treatment infrastructure by means of appropriate transfers to Quebec and the provinces.
Monsieur le Président, d'emblée, je dois dire que le Bloc québécois salue la volonté des conservateurs de susciter un débat sur la qualité de l'eau et la pollution de nos fleuves et de nos rivières.
De prime abord, on pourrait s'étonner de voir les conservateurs s'intéresser à la notion de la pollution de l'eau. Rappelons-nous que, lors de la dernière campagne électorale, ils s'étaient engagés à agir pour contrer les déversements d'eaux usées dans les cours d'eau.
Il faut dire que les troupes conservatrices surfaient allègrement sur la vague du « flushgate » montréalais, au cours duquel la Ville s'est vue contrainte, en 2015, de déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans les effluents du Saint‑Laurent.
C'est probablement pour remplir cette promesse que l'ancien chef conservateur, le député de Regina—Qu’Appelle, a déposé le projet de loi C‑269. Je répète que nous saluons la volonté des conservateurs de s'intéresser aux façons de réduire la pollution de l'eau.
C'est vrai que le débat sur le projet de loi C‑269 permet d'attirer l'attention sur une importante question en matière environnementale, soit le problème du déversement des eaux usées dans nos cours d'eau. Ce n'est pas nouveau que les conservateurs s'y attardent.
J'aimerais faire un bref retour en arrière pour parler des promesses entourant le traitement des eaux usées et, par ricochet, de l'inaction du fédéral en la matière.
En fait, en juillet 2012, le gouvernement de Stephen Harper édictait le Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées. Il s'agissait d'une première norme canadienne en matière de traitement des eaux d'égout.
À l'époque, le gouvernement fédéral estimait que 75 % des installations d'assainissement des eaux usées existantes respectaient la nouvelle norme. Pour ce qui est des 25 % restant, le gouvernement s'était engagé à accorder du financement pour les aider à se conformer, et il avait établi trois catégories d'installations.
La première catégorie regroupe les installations qui posent le plus de risque; elles doivent se conformer à la nouvelle norme avant 2020. Les deuxième et troisième catégories regroupent les installations qui posent moins de risque; elles ont jusqu'en 2030 — c'est le cas pour Montréal —, et jusqu'en 2040 pour se conformer à la nouvelle norme.
Le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités de l'époque, Denis Lebel, avait promis qu'Ottawa investirait à long terme et ferait les choses en partenariat avec les provinces. De son côté, l'Union des municipalités du Québec avait estimé à 9 milliards de dollars le montant requis pour mettre à jour les installations municipales, afin d'assurer leur conformité à la nouvelle réglementation fédérale. C'était en 2012.
Selon un récent rapport du Réseau Environnement, il faudrait plutôt investir au moins 17 milliards de dollars, simplement pour mettre à niveau les infrastructures de traitement existantes qui subissent les contrecoups du vieillissement.
Ce montant ne tient pas compte des stations d'épuration qui ne sont pas conformes au règlement fédéral, pas plus qu'il ne tient compte des investissements nécessaires à la construction d'usines d'épuration pour les municipalités qui n'en ont pas. En mars dernier, Le Devoir rapportait que, à ce jour, 80 municipalités québécoises n'ont toujours pas d'usine d'épuration des eaux usées.
Dix municipalités du Bas‑Saint‑Laurent et de la Gaspésie, la région que je représente, ne disposent toujours pas de station d'épuration à la sortie de leur réseau d'égouts. Nous sommes en 2021. C'est à peine croyable. Il s'agit d'un problème grave, qui perdure, mais le fédéral tarde à s'impliquer sur le plan financier.
Au Québec, les déversements d'eaux usées sont légion, malheureusement. La Fondation Rivières a recensé plus de 60 000 déversements en 2019, pour un total de plus de 470 000 heures de déversements d'eaux usées dans les cours d'eau québécois. Or les problèmes de pollution de l'eau ne s'arrêtent pas là.
Les recherches les plus récentes ont mis en lumière les conséquences sur la santé de la présence dans l'eau des perturbateurs endocriniens. Lorsque ces substances chimiques se retrouvent dans l'environnement, elles peuvent entrer dans le corps des animaux ou des humains et interagir avec leurs hormones. Elles peuvent donc affecter tous les systèmes du corps.
Il s'agit d'un phénomène souvent néfaste pour les animaux et pour les humains. Même de faibles quantités de ces produits dans l'environnement peuvent avoir des effets importants. Des effets négatifs des perturbateurs endocriniens ont été observés chez des poissons et des mollusques du fleuve Saint‑Laurent, mais aussi chez des amphibiens dans des cours d'eau du sud du Québec.
Plusieurs scientifiques s'entendent pour considérer le problème des perturbateurs endocriniens comme un des facteurs de certains cancers ou comme la cause de certains problèmes de reproduction chez l'humain, même si les études sur le sujet sont encore peu nombreuses.
L'on se penche présentement sur le potentiel effet perturbateur de plusieurs substances chimiques sur le système endocrinien — je pense entre autres aux parabènes, aux polychlorobiphényles et aux pesticides.
Un autre problème démontre l'importance de s'attarder aux rejets des eaux usées dans nos cours d'eau: la présence de particules de microplastique.
Une étude menée par des scientifiques de l'Université McGill, publiée en 2020 dans la réputée revue Environmental Pollution, révèle que, dans le fleuve Saint‑Laurent, la pollution par les microplastiques s'apparente à celle des cours d'eau des plus grandes villes chinoises. Les chercheurs ont trouvé, en moyenne, 832 morceaux de plastique par kilogramme de sédiments secs. C'est quatre fois plus que ce qui avait été trouvé, par une autre équipe, dans la rivière des Outaouais, il y a quelques années. Ce résultat place le Saint‑Laurent parmi les pires cours d'eau analysés à ce jour. Un des problèmes est que les microplastiques perdurent longtemps dans l'environnement. Puisqu'ils demeurent dans les sédiments, de nombreux organismes risquent de les ingérer et de les transmettre dans la chaîne alimentaire.
En résumé, toutes ces données sur les perturbateurs endocriniens et la présence de microplastiques démontrent que la pollution des cours d'eau, liée aux déversements des eaux usées, est importante et inquiétante, et que l'on doit s'y attaquer.
Revenons au projet de loi C‑269. Ce projet de loi n'offre malheureusement aucune solution pour régler la question du déversement des eaux usées. Pourquoi? C'est parce qu'il est incohérent. Il permettrait toujours le déversement de certaines matières dangereuses. En somme, le projet de loi C‑269 est une fausse bonne idée.
Pour réduire la pollution de l'eau, il est vrai qu'il faut une réglementation efficace contre le déversement dans l'environnement des eaux usées non traitées. Toutefois, ce projet de loi permet le rejet dans l'eau de certaines substances nocives dites « autorisées », comme les produits pétroliers tels que l'huile, l'essence, le diesel et la graisse, les produits chimiques, les pesticides, les métaux lourds, l'écoulement des engrais, et j'en passe.
Ainsi, même s'il était adopté, le projet de loi C‑269 permettrait à des industriels de déverser, dans nos rivières, des eaux souillées avec des produits pétroliers provenant de leurs installations, pourvu que le déversement respecte le Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées. Cela signifie qu'on permettrait des eaux souillées avec des substances chimiques comme celles énumérées plus tôt, mais non les effluents des systèmes d'eaux usées des villes. Que feront alors les villes?
À Montréal, cela fait 15 ans qu'on parle d'un projet de construction d'une usine d'ozonation des eaux usées. Ce projet, qui avait été annoncé sous l'administration de Gérald Tremblay, devait être complété en 2012, puis en 2018. Radio-Canada révélait en 2019 que sa construction devait finalement être complétée en 2023 et coûter un demi-milliard de dollars.
En février 2020, l'administration de Valérie Plante avait publié un avis d'intérêt pour sa construction. Cependant, aux dernières nouvelles, il n'y a pas eu de développement dans ce dossier. On peut affirmer sans trop se tromper que la cible de 2023 risque encore une fois d'être repoussée, mais la Ville de Montréal a jusqu'en 2030 pour se conformer aux réglementations fédérales existantes.
C'est bien beau de mettre des réglementations en place, mais, si une municipalité n'a pas réussi à construire son usine d'épuration parce qu'elle n'en a tout simplement pas les moyens, que fera alors le fédéral?
La solution à la pollution de nos cours d'eau, comme le fleuve Saint‑Laurent, par le déversement d'eaux usées ne réside pas dans des obligations ou des interdictions arbitraires et inapplicables. Elle réside dans des investissements structurants pour soutenir les municipalités à s'acquitter de leur responsabilité en matière de traitement des eaux usées.
Selon le Bloc québécois, si nous voulons collectivement régler ce problème, nous devons exiger que le gouvernement fédéral investisse dans les infrastructures de traitement de ces eaux usées au moyen d'enveloppes ciblées, considérables et planifiées sur plusieurs années, sans quoi ni les municipalités ni Québec n'y arriveront.
En terminant, je réitère que le Bloc québécois salue la volonté de créer un débat sur la qualité de l'eau et sur la pollution de nos rivières. En effet, nous devons admettre que les débats entourant le projet de loi C‑269 permettent d'attirer l'attention sur cette question importante en matière d'environnement. Cependant, pour toutes les raisons que j'ai mentionnées précédemment, le Bloc québécois votera contre ce projet de loi.
Je le répète: il s'agit d'un projet de loi qui n'offre aucune solution pour régler la question du déversement des eaux usées. La santé de nos cours d'eau nécessite des engagements financiers qui ne figurent pas dans le projet de loi C‑269. Elle nécessite un engagement ferme et à long terme du fédéral. Ce dernier doit investir de façon importante dans les infrastructures pour le traitement des eaux usées des municipalités au moyen de transferts appropriés au Québec et aux provinces.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I must admit that during my time in this place, I have always found great value in private members' business. It is our opportunity as members of this place to bring forward legislation that we believe will ultimately better serve this great country. Yes, there is a lottery system in place, but there is also nothing to stop the government of the day from taking a great idea in a private member's bill and incorporating it into government legislation. Indeed, we have witnessed this practice before.
Another aspect of private members' business is that often members in this place will vote more freely than on government bills. That can add a very interesting dynamic, particularly during a minority government.
Given my passion for private members' business, I must state in advance that I am speaking in support of the bill before us, as it is important to me.
The bill proposes to exclude raw sewage from the definition of “deleterious substance” so as to entirely prohibit its deposit in water, which is a critically important environmental protection we can pass in this place. Indeed, I suspect that if we asked Canadians, most would believe that this is already a banned practice in Canada. However, as we know, the minister can sign off and essentially provide an exemption to it, just as a former environment minister of the Liberal government has done previously, and that should concern us all.
Increasingly, what we see with the Liberal government is that environmental policy is being applied in a discriminatory manner. While I could provide a number of different examples, I would much rather not. Politicizing this issue is ultimately not helpful in this debate. I would like to think that if there is one thing we can all agree on in this place, it is that it is never a good thing to dump raw sewage into fish habitat. I hope that we would all agree on that point. It should be a basic guiding principle of environmental stewardship that we do not contaminate fish habitat.
While I believe there is much we can agree on in principle with the bill, I also recognize that there are criticisms.
Critics have raised the cost to municipalities as one of the criticisms. It is a fair point. However, it also acknowledges that some municipalities are currently adding to the problem, and that a lack of revenue to fix the problem is the primary reason.
On that note, I will point out that the bill proposes that it will not come into force until five years after the day on which it receives royal assent. That is five years to take action, five years to ensure that this becomes a bigger priority for the federal government and five years to work out the details with local governments. Yes, I realize that there are many challenges and many reasons why some can argue this cannot be done in five years. However, to those people I would ask a very simple question: Does anyone want to argue that this should not be done? On that point, I would like to think we can all agree.
I am hopeful about it. If we can agree that it should be done, let us ask ourselves how. If we do not start taking steps in that direction, it would be fair to say that this bill is not perfect, but few ever are.
Having said that, we need to send the message that fish habitat protection is a priority. Critics raise valid points: It might be difficult and it does involve costs. On the issue of costs, it is important to say that we must also consider the cost of inaction.
In my former riding, the water supply for a small rural community was contaminated with fecal matter, which made the drinking water supply unsafe.
To secure the drinking water supply, the source of the contamination had to be found. The process is not as simple as it sounds. They changed the source of the water supply. Costly, unpleasant and heavy chlorination in the water treatment system was to blame.
Back-flow valves were installed. All of that cost a lot of money. Finally, a proper sewage treatment plant was installed. That occurred under a former Conservative government, but that is not the point. The point is that today that community water system is no longer contaminated and, more importantly, the groundwater is not contaminated.
This all matters because the Okanagan River system passes through this unincorporated community, where currently local indigenous communities have been working in partnership, and very successfully I might add, to restore lost salmon habitat. It is an incredible success story. Obviously, it also speaks to the importance of not dumping raw sewage into fish habitat.
To those who raise the valid concerns of cost to local government, I point out that there are many costs of inaction that can result from the situation. More importantly, critics aside, I come back to one simple point: While some have raised concerns over getting this done, I have yet to hear anyone suggest that it cannot be done or that it should not be done. I have only heard that it could be challenging.
Current government members, in 2015, told Canadians, hand on their hearts, that better was always possible. I submit that Bill C-269 proposes better protection for our fish habitat than is currently available. This bill is an important next step in moving forward to better protect our environment.
Before I wrap up, I would like to thank the member who sponsored this bill, the member for Regina—Qu'Appelle, for his ongoing leadership and commitment to seeing this gap in our governance addressed. This gap, whether it was intentional or not, exists. We cannot let this go by saying there is a cost. We need to count the current costs to the environment. There are challenges here, but it is because of members like the member for Regina—Qu'Appelle that we are debating this important subject, adding a spotlight to an issue that has haunted this country for too long.
As I said before, I hope we can all agree in this place that dumping raw sewage into fish habitat is wrong and that we need to do our part, in partnership with communities, local government, the provinces and indigenous communities, to make this problem go away so that we all can have clean water and feel proud of the contributions we have made to this issue.
I thank the member for Regina—Qu'Appelle for helping to elevate this argument and for this debate. I hope that all members will put aside partisanship and say yes to his proposal.
Monsieur le Président, je dois admettre que, depuis que je siège à la Chambre, j’ai toujours trouvé les initiatives parlementaires très utiles. En tant que députés, nous avons l’occasion de présenter des mesures législatives qui, selon nous, serviront mieux notre grand pays. Oui, il y a un système de loterie en place, mais rien n’empêche non plus le gouvernement du jour de prendre une excellente idée dans un projet de loi d’initiative parlementaire et de l’incorporer dans une loi gouvernementale. En effet, nous avons déjà été témoins d’une telle pratique.
Un autre aspect des projets de loi d’initiative parlementaire est que, souvent, les députés votent plus librement que sur les projets de loi du gouvernement. Cela peut ajouter une dynamique très intéressante, surtout dans le contexte d’un gouvernement minoritaire.
Étant donné ma passion pour les affaires émanant des députés, je dois préciser à l’avance que je prends la parole pour appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis, car il est important pour moi.
Le projet de loi propose d’exclure les eaux d’égout brutes de la définition de « substance nocive » afin d’interdire entièrement leur déversement dans l’eau, ce qui constitue une protection environnementale d’une importance primordiale que nous pouvons adopter dans cet endroit. En effet, je soupçonne que si l'on posait la question aux Canadiens, la plupart d’entre eux croiraient que cette pratique est déjà interdite au Canada. Cependant, comme nous le savons, le ministre peut signer et essentiellement fournir une exemption à cette pratique, tout comme un ancien ministre de l’Environnement du gouvernement libéral l’a fait auparavant, et cela devrait tous nous préoccuper.
Nous constatons de plus en plus que la politique environnementale du gouvernement libéral est appliquée de manière discriminatoire. Je pourrais citer un certain nombre d’exemples, mais je préférerais m’en abstenir. La politisation de cette question n’est finalement pas utile dans ce débat. J’aimerais penser que, s’il y a une chose sur laquelle nous pouvons tous nous mettre d’accord dans cette enceinte, c’est qu’il n’est jamais bon de déverser des eaux usées brutes dans l’habitat du poisson. J’espère que nous conviendrons tous de ce point. S’abstenir de contaminer l’habitat du poisson devrait être un principe fondamental de gestion de l’environnement.
Je crois certes que nous pouvons nous entendre en principe sur beaucoup d’aspects du projet de loi, mais je reconnais aussi qu’il y a des critiques.
Les détracteurs du projet de loi lui reprochent notamment le coût pour les municipalités. C’est un bon argument. Cependant, il reconnaît aussi que certaines municipalités aggravent le problème, principalement par manque de revenus pour y remédier.
À ce sujet, je ferai remarquer que le projet de loi propose une entrée en vigueur cinq ans après que la loi aura reçu la sanction royale. Cinq années pour prendre des mesures, pour faire en sorte que ce dossier devienne une plus grande priorité pour le gouvernement fédéral et pour régler les détails avec les administrations locales. Oui, je sais que les difficultés sont nombreuses, tout comme les raisons pour lesquelles certains diront que cela ne peut pas être accompli en cinq ans. Toutefois, je leur poserai une question très simple: quelqu’un prétendra-t-il que ce ne doit pas être fait? J’ose espérer que nous pouvons tous nous entendre sur ce point.
J'ai bon espoir à cet égard. Si nous pouvons convenir que cela devrait être fait, demandons-nous comment. Si nous ne commençons pas à prendre des mesures en ce sens, il serait juste de prétendre que ce projet de loi n'est pas un projet de loi parfait; d'ailleurs, peu le sont.
Cependant, nous devons envoyer le message que la protection de l'habitat des poissons est une priorité. En effet, les critiques soulèvent des points valables: cela pourrait être difficile et cela entraîne effectivement des coûts. Au sujet des coûts, c'est important de mentionner que nous devons également considérer le coût de l'inaction.
Dans mon ancienne circonscription, les sources d'approvisionnement en eau d'une petite collectivité rurale étaient contaminées par des matières fécales, ce qui rendait l'approvisionnement en eau potable dangereux.
Afin de sécuriser l'approvisionnement en eau potable, il fallait trouver la source de la contamination. Ce processus n'est pas aussi simple qu'il paraît. La source d'approvisionnement en eau a été modifiée. Une chloration lourde, coûteuse et désagréable était en cause dans le système de traitement de l'eau.
Des clapets de retenue ont été posés. Tout cela coûte très cher. Finalement, une vraie station de traitement des eaux usées a été installée. C’est arrivé sous l’ancien gouvernement conservateur, mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel est qu’aujourd’hui, le réseau d’aqueduc de cette collectivité n’est plus contaminé et surtout que la nappe phréatique n’est pas contaminée.
Tout cela est important parce que le bassin hydrographique de la rivière Okanagan irrigue cette collectivité non constituée en personne morale et que des collectivités autochtones locales y travaillent en partenariat, et avec beaucoup de succès, ajouterai-je, pour restaurer l’habitat perdu du saumon. C’est une incroyable réussite. Manifestement, elle montre aussi combien il est important de ne pas rejeter d’eaux usées brutes dans l’habitat du poisson.
À celles et ceux qui soulèvent la question légitime du coût pour l’administration locale, je ferai remarquer que l’inaction dans pareille situation peut coûter très cher. Surtout, sans parler des détracteurs, je reviens à un simple rappel: certains ont émis des doutes sur la mise en œuvre de ce projet de loi, mais personne, à ma connaissance, ne dit que ces mesures ne peuvent pas être prises ou qu’elles ne devraient pas l’être. J’ai seulement entendu dire que ce serait difficile.
En 2015, les actuels députés gouvernementaux disaient aux Canadiens, la main sur le cœur, qu’il était toujours possible de faire mieux. Je soutiens que le projet de loi C-269 propose une meilleure protection de l’habitat du poisson que celle en place actuellement. Ce projet de loi marque une étape importante vers une meilleure protection de l’environnement.
Avant de conclure, je souhaite remercier l’auteur de ce projet de loi, le député de Regina—Qu'Appelle, de son leadership et de sa détermination sans faille à voir combler cette lacune dans notre gouvernance. Car cette lacune, intentionnelle ou pas, existe. Nous ne pouvons pas prétexter qu’il y a un coût pour ne rien faire. Nous devons prendre en compte les coûts actuels pour l’environnement. Il y a des difficultés, mais c’est grâce à des députés comme le député de Regina—Qu'Appelle que nous débattons de ce sujet important et que nous attirons l’attention sur un problème qui hante ce pays depuis trop longtemps.
Comme je l’ai déjà dit, j’espère que nous pouvons tous convenir qu’il est inacceptable qu’on rejette des eaux usées brutes dans l’habitat du poisson et que nous devons faire notre part, en partenariat avec les collectivités, les administrations locales, les provinces et les collectivités autochtones, pour venir à bout de ce problème afin que nous puissions tous avoir de l’eau potable et que nous puissions nous sentir fiers d’avoir contribué à régler ce problème.
Je remercie le député de Regina—Qu'Appelle d’avoir permis ce débat. J’espère que tous les députés mettront de côté la partisanerie et qu’ils appuieront sa proposition.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-16 18:18 [p.8565]
Mr. Speaker, I am pleased to be speaking today about Bill C‑269, an act to amend the Fisheries Act, which I can summarize very quickly as being a good idea only at first glance. My colleague from Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia agrees with me completely.
There have been at least 10 sewage spills in Quebec in recent years. Consider the spill of millions of litres of waste water in the Richelieu River in Saint‑Jean this past March. It was the fourth such spill in three years. The same thing happened in Longueuil in 2018, when 150 million tonnes of polluted water spilled directly into the St. Lawrence River for eight straight days. It is also impossible to forget “flushgate” in Montreal in 2015, when no less than eight billion litres of waste water was dumped into the St. Lawrence.
These examples are only some of the many similar incidents that have occurred, since sewage spills are unfortunately not a rare occurrence. In Quebec alone, Fondation Rivières counted 60,660 spills in 2019, adding up to a total of 471,300 hours of overflow. That is a lot.
Considering all of the data and the pollution in our waterways, we might have expected a far more ambitious bill. That is why I called it a good idea only at first glance earlier.
It is true that Bill C‑269 has given the House the opportunity to talk about the environment and the protection of our waterways. The Bloc Québécois is certainly not going to complain about that. However, Bill C‑269 does not offer any real solutions to the complex problem of sewage spills.
Unfortunately, it does not cover all waste water or all the harmful substances that could be discharged into the environment. It does not contain any real solutions for municipalities that are forced to release their sewage into our rivers, including the St. Lawrence, because they do not have adequate treatment systems.
The first fundamental problem with Bill C‑269 is that it contains only half measures. The first clause of Bill C‑269 excludes raw sewage from the definition of “deleterious substance” in the Fisheries Act. That is the problem.
Bill C‑269 prohibits the deposit of raw sewage, which could prevent another “flushgate” in Montreal. However, it permits the deposit of several other substances that are just as deleterious, meaning the Conservatives' bill opens the door to discharges of all kinds in our waterways. Allow me to list a few substances that the Conservatives forgot: petroleum products, chemicals, pesticides, heavy metals, industrial effluent, paint, and cleaning products like bleach.
If we want to truly protect our waterways, we need to go much further. Prohibiting the discharge of waste water is one thing, but allowing the deposit of all sorts of other equally dangerous substances is quite another. If the Conservatives want to prove that they care about protecting our waterways, they should revise their bill to avoid creating two categories of pollutants.
I would like to mention another problem with Bill C‑269. How do the Conservatives plan to prohibit the discharge of waste water if the municipalities do not have adequate water treatment facilities to stop doing it?
Let us consider the facts. Le Devoir recently reported that 80 Quebec municipalities do not have waste-water treatment plants. The article also mentioned a report by the Réseau Environnement that estimated we will have to invest at least $17 billion just to upgrade existing treatment facilities, which are beginning to show their age. Even with $17 billion, we will not achieve the miracle solution the Conservatives think they are proposing.
For the Bloc Québécois, until effective regulations against waste-water discharge are implemented, the problem will never be fully resolved. The real solution is clear, but it does not appear in the bill. It is so simple: The federal government must make substantial, regular investments, with dedicated, multi-year funding, to help the municipalities, which should not have to cut corners when it comes to protecting our waterways.
The federal government must invest in order to allow municipalities to build adequate waste-water treatment infrastructure.
In conclusion, if the Conservatives want to look good and burnish their green credentials by showing concern for the health of our waterways, including the St. Lawrence River, they must be bolder and propose real solutions, none of which appear in Bill C‑269.
If the Conservatives really want to solve the problem of sewage spills, they must think about including all harmful substances, and the federal government must help municipalities build adequate treatment systems, or the problem will resurface and will never be totally resolved.
For these reasons, the Bloc Québécois will vote against Bill C‑269.
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole aujourd'hui pour parler du projet de loi C‑269, Loi modifiant la Loi sur les pêches, que je pourrais résumer très rapidement comme étant une fausse bonne idée. Ma collègue d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia est absolument d'accord avec moi.
Des déversements d'eaux usées, il s'en est produit une bonne dizaine au Québec au cours des dernières années. On peut penser notamment au déversement dans la rivière Richelieu, à Saint‑Jean, au mois de mars de cette année. C'était le quatrième déversement de millions de litres d'eaux usées en trois ans. La même chose s'est produite à Longueuil en 2018, où 150 millions de tonnes d'eaux polluées se sont déversées pendant huit jours en continu, directement dans le Saint‑Laurent. Il est aussi impossible d'oublier le « flushgate » à Montréal en 2015, où pas moins de huit milliards de litres d'eaux usées ont été rejetés dans le fleuve.
Bref, on comprend que les exemples que j'ai cités font partie d'une multitude d'autres cas de figure absolument similaires, car les déversements d'eaux usées ne sont malheureusement pas rares. Au Québec seulement, la Fondation Rivières a fait état en 2019 de 60 660 déversements pour un total de 471 300 heures d'écoulement. C'est considérable.
En prenant connaissance de toutes ces données et de la pollution de nos cours d'eau qui s'en est suivie, on se serait attendu à un projet de loi bien plus ambitieux. C'est pourquoi je l'ai qualifié de fausse bonne idée plus tôt.
C'est vrai, le projet de loi C‑269 donne l'occasion à la Chambre de parler d'environnement et de protection de nos cours d'eau. Le Bloc québécois ne s'en plaindra certainement pas. Toutefois, le projet de loi C‑269 n'offre pas de réelles solutions pour lutter contre le problème complexe des déversements.
Malheureusement, il n'inclut pas toutes les eaux usées ni toutes les substances nocives qui pourraient être déversées dans l'environnement. Il n'offre pas de solutions véritables aux municipalités qui, faute de systèmes d'épuration adéquats, sont contraintes de déverser leurs eaux usées dans nos rivières et dans notre fleuve.
Le premier problème fondamental du projet de loi C‑269 est qu'il fait le travail à moitié. Si on s'attarde au premier article du projet de loi C‑269, on peut voir qu'il exclut les eaux usées non traitées de la définition de « substances nocives » qui apparaît dans la Loi sur les pêches. C'est là que c'est problématique.
Le projet de loi C‑269 interdit les déversements d'eaux usées, ce qui pourrait empêcher une répétition du « flushgate » de Montréal. Par contre, il permet le déversement de multiples autres substances qui sont pourtant tout aussi nocives. Ainsi, le projet de loi des conservateurs ouvre la porte en contrepartie aux déversements en tous genres dans nos cours d'eau. Je me permets d'énumérer quelques substances que les conservateurs ont oubliées: les produits pétroliers et chimiques, les pesticides, les métaux lourds, les effluents industriels, la peinture, les produits nettoyants comme l'eau de Javel, etc.
Si on veut être conséquent dans la protection de nos cours d'eau, il faut aller beaucoup plus loin. Interdire les déversements d'eaux usées est une chose, mais permettre d'un autre côté le rejet de toutes sortes d'autres substances aussi dangereuses en est une autre. Si les conservateurs veulent démontrer clairement qu'ils se soucient de la protection de nos cours d'eau, ils devraient revoir leur projet de loi pour éviter d'établir deux catégories de polluants.
J'aimerais soulever un autre problème qui mine le projet de loi C‑269. Comment les conservateurs comptent-ils interdire les déversements d'eaux usées si les municipalités n'ont pas les infrastructures d'épuration d'eau adéquates pour ne plus les pratiquer?
Regardons les faits. Dans un récent article publié par le quotidien Le Devoir, on apprenait que, à ce jour, 80 municipalités du Québec ne disposent pas d'usine d'épuration d'eaux usées. L'article dans Le Devoir faisait aussi mention d'un rapport du Réseau Environnement selon lequel il faudrait investir au moins 17 milliards de dollars seulement pour mettre à niveau les infrastructures d'épuration déjà existantes, qui subissent les contrecoups des années qui passent. Avec 17 milliards de dollars, on est loin de la solution miracle que les conservateurs pensent proposer.
Pour le Bloc québécois, si une réglementation efficace contre le déversement des eaux usées n'est pas mise en place, le problème ne sera jamais réglé entièrement. La vraie solution est claire et elle n'apparaît pas dans le projet de loi. Pourtant, c'est simple: il faut que le gouvernement fédéral investisse de façon significative et prévisible, avec des enveloppes dédiées et planifiées sur plusieurs années, pour venir en aide aux municipalités qui ne doivent pas couper les coins ronds quand il est question de protéger nos cours d'eau.
Le fédéral doit investir pour permettre aux municipalités de s'équiper adéquatement en infrastructures pour traiter les eaux usées.
Pour terminer, si les conservateurs veulent se montrer vertueux et montrer qu'ils ont pris un virage vert en se souciant de la santé de nos cours d'eau et de notre fleuve, ils doivent être plus ambitieux et proposer de vraies solutions, lesquelles ne sont pas visibles dans le projet de loi C‑269.
Si les conservateurs veulent vraiment régler le problème de déversement des eaux usées, il faut penser inclure toutes les substances nocives et il faut que le fédéral tende la main aux municipalités pour qu'elles puissent se munir de systèmes d'épuration adéquats, sans quoi le problème reviendra et ne sera jamais résolu durablement.
Ainsi, le Bloc québécois votera contre le projet de loi C‑269.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-16 18:24 [p.8566]
There is just enough time to invite the hon. member for Regina—Qu'Appelle for his right of reply. The hon. member will know he has up to five minutes.
The hon. member for Regina—Qu'Appelle.
Il reste juste assez de temps pour inviter le député de Regina—Qu'Appelle à exercer son droit de réponse. Que le député sache qu’il dispose d’au plus cinq minutes.
Le député de Regina-Qu’Appelle a la parole.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I certainly appreciate all the members of Parliament who spoke in favour of this bill. Out of respect for the House's time, I will not repeat the points that I made in my original speech, but I would like to just take a few moments to address some of the misinformation that I heard throughout the debate from members who are opposing this bill.
First of all, and we hear this argument all the time from them, the Liberals are making the false allegation that Conservatives were not going to make the same commitments to infrastructure spending as they did. This is completely false. In the last campaign, our platform committed the same amount of money to be partnered with the provinces and municipalities in order to rehabilitate our cities, towns and municipalities.
It is the current Liberal government that has allowed billions of dollars in infrastructure spending to be lapsed, so there is no doubt that cities and towns are feeling the burden, the weight of the lack of action and the extra burden that follows when the federal government does not partner with those dollars. When it allows those dollars to be lapsed, it means that there is further pressure on cities and towns and further pressure on property tax payers.
Another bogus argument I heard was that somehow this bill would weaken protections. Only to a Liberal would banning something lead to weaker regulations. Right now, the minister is able to grant these types of permits, and as was already referenced this evening, did just that when the government allowed the City of Montreal to dump billions of litres of untreated raw sewage into the St. Lawrence River. This is clearly just a case of the Liberals projecting onto another party what they themselves are guilty of.
The Liberal member for Lac-Saint-Louis asked in debate about why the Conservatives did not include it in their platform if this idea was such a good idea. That is an easy one to address. We did include it. We made a campaign announcement, and it is on page 27 of the previous campaign platform our party ran on. This is a long-standing commitment that our party has been in support of.
Another member this evening talked about how this bill would permit the dumping of raw sewage in northern communities. They have that completely backwards. This bill would ban the dumping of raw sewage, but it leaves an exemption for northern communities, recognizing the additional burdens that they face in terms of meeting the needs of their infrastructure requirements.
That means that this bill would not immediately apply to them, but they would be covered under existing regulations. Those existing regulations that are already out there, as was mentioned, would not disappear with the passage of this bill. These are complementary pieces of legislation, and this is no excuse not to support this bill.
I heard, just a few moments ago, from the Bloc member who was wondering why there were not other types of harmful substances covered in the bill. Again, that is not a reason to vote against this bill. If we can all agree that raw sewage should not be dumped into our rivers, lakes and oceans, then surely we can pass this bill.
If there are other substances that members would like to see added to the list of things that would be banned from being dumped, Conservatives are all ears for that. However, members would know that, in a private member's bill, there is a need for much greater focus. Focusing on something that is achievable and practical, something that we can certainly all immediately agree to, is necessary in terms of a private member's bill. Private members do not have the same ability or the same tools as government ministers have.
If the government were saying it was not going to pass this bill because it is coming with a comprehensive list of harmful substances that should not be dumped into rivers, lakes and oceans, then I would be happy to participate and coordinate on that, and I would be happy to support that type of initiative, but it is not. There is nothing on the Order Paper coming down the pipe. Therefore, why would we not take this easy step to ban the dumping of raw sewage?
I know members have talked about the cost. There is no doubt that this would add a significant cost on municipalities, and here is where Conservatives have the answer. The Liberals are talking about the fact that they do not have the funds available to do that. They have no problem costing our economy billions of dollars, attacking our energy sector or cancelling pipelines, even though there is no evidence that those measures have a positive effect on the environment, as we shut down production here in Canada only to see emissions go up in other countries. However, we have a simple, tangible, practical, achievable proposal, and suddenly the Liberals are pretending they are worried about the cost. That is where we know where we can find the money.
The Liberals have put $35 billion into the Infrastructure Bank, an institution that has completed zero projects in four years, so there is plenty of existing funding that Conservatives would make available to municipalities so they can comply with this new law.
As my colleague from British Columbia mentioned, there is a five-year term clause coming into force, so the government has time, and a future Conservative government has the time, to partner with these municipalities to ensure they have the investments they need to upgrade the systems, so once and for all, we can stop dumping raw sewage into our waterways.
It is 2021, and Canada is a developed nation. There is no excuse for this practice to continue. That is why I am so pleased to present this bill to the House.
Monsieur le Président, je suis certainement reconnaissant à tous les députés qui ont exprimé leur appui à ce projet de loi. Par respect pour le temps de la Chambre, je ne répéterai pas les points que j’ai soulevés dans ma première intervention, mais j’aimerais prendre quelques instants pour réagir à certains renseignements erronés que j’ai entendus tout au long du débat de la part des députés qui s’y opposent.
Tout d’abord, et nous entendons tout le temps cet argument de la part des libéraux, ils allèguent à tort que les conservateurs n’allaient pas prendre les mêmes engagements qu’eux en matière de dépenses d’infrastructure. C’est tout à fait faux. Au cours de la dernière campagne, notre programme électoral prévoyait le même montant en partenariat avec les provinces et les municipalités afin de remettre en état nos villes et nos municipalités.
C’est le gouvernement libéral actuel qui a permis aux milliards de dollars de dépenses d’infrastructure d’être inutilisés, et il ne fait donc aucun doute que les villes et les municipalités en ressentent le fardeau, le poids de l’inaction et le fardeau supplémentaire qui s’ensuit lorsque le gouvernement fédéral ne s’associe pas à ces fonds. Lorsqu’il permet l’inutilisation de ces fonds, une pression supplémentaire s’exerce sur les villes et les municipalités ainsi que sur les contribuables.
J’ai entendu un autre argument bidon, soit que ce projet de loi affaiblirait les protections d’une certaine façon. Il n’y a qu’un libéral pour penser qu’interdire une chose affaiblirait la réglementation. Le ministre peut délivrer ce genre de permis et, comme on l’a déjà évoqué ce soir, il l’a fait lorsque le gouvernement a autorisé la ville de Montréal à déverser des milliards de litres d’eaux usées brutes non traitées dans le fleuve Saint-Laurent. Il s’agit manifestement d’un cas où les libéraux projettent sur un autre parti ce dont ils sont eux-mêmes coupables.
Le député libéral de Lac-Saint-Louis a demandé au cours du débat pourquoi les conservateurs ne l’ont pas inclus dans leur programme si cette idée était si bonne. Il est facile de répondre à cette question: nous l’avons inclus. Nous avons fait une annonce pendant la campagne, et elle figure à la page 27 du programme électoral précédent de notre parti. C’est un engagement de longue date que notre parti appuie.
Une autre députée a dit ce soir que ce projet de loi permettrait le déversement d’eaux d’égout brutes dans les collectivités du Nord. C’est tout à fait l’inverse. Ce projet de loi interdirait le déversement des eaux d’égout brutes, mais il prévoit une exemption pour les collectivités du Nord, reconnaissant ainsi le fardeau supplémentaire qu’elles doivent supporter pour répondre à leurs besoins en matière d’infrastructure.
Cela signifie que ce projet de loi ne s’appliquerait pas immédiatement à elles, mais qu’elles seraient couvertes par les règlements existants. Ces règlements existants, comme on l’a mentionné, ne disparaîtraient pas avec l’adoption de ce projet de loi. Ce sont des textes de loi complémentaires, et ce n’est pas une excuse pour ne pas appuyer ce projet de loi.
J’ai entendu, il y a quelques instants, la députée du Bloc qui se demandait pourquoi d’autres types de substances nocives n’étaient pas couverts par le projet de loi. Encore une fois, ce n’est pas une raison pour voter contre ce projet de loi. Si nous pouvons tous convenir que les eaux d’égout brutes ne devraient pas être déversées dans nos rivières, nos lacs et nos océans, alors nous pouvons certainement adopter ce projet de loi.
Si les députés souhaitent que d’autres substances soient ajoutées à la liste des éléments dont le déversement est interdit, les conservateurs sont tout à fait disposés à le faire. Toutefois, les députés savent que, dans un projet de loi d’initiative parlementaire, il faut être beaucoup plus précis. Il faut se concentrer sur quelque chose de réalisable et de pratique, quelque chose dont nous pouvons certainement tous convenir immédiatement, dans le cadre d’un projet de loi d’initiative parlementaire. Les députés n’ont pas la même capacité ni les mêmes outils que les ministres du gouvernement.
Si le gouvernement disait qu’il n’allait pas adopter ce projet de loi parce qu’il est assorti d’une liste exhaustive de substances nocives qui ne devraient pas être déversées dans les rivières, les lacs et les océans, alors je serais heureux de participer et de coordonner cette initiative, et je serais heureux d’appuyer ce type d’initiative, mais ce n’est pas le cas. Rien n’est inscrit au Feuilleton. Par conséquent, pourquoi ne prendrions-nous pas cette mesure facile pour interdire le déversement d’eaux usées brutes?
Je sais que les députés ont parlé du coût. Il ne fait aucun doute que cela entraînerait des coûts importants pour les municipalités, et c’est là que les conservateurs ont la réponse. Les libéraux parlent du fait qu’ils n’ont pas les fonds disponibles pour le faire. Ils n’ont aucun problème à faire perdre des milliards de dollars à notre économie, à s’attaquer à notre secteur de l’énergie ou à annuler des pipelines, même si rien ne prouve que ces mesures aient un effet positif sur l’environnement, puisque nous arrêtons la production ici au Canada pour voir les émissions augmenter dans d’autres pays. Cependant, nous avons une proposition simple, tangible, pratique, réalisable, et soudain les libéraux prétendent qu’ils s’inquiètent du coût. C’est là que nous savons où trouver l’argent.
Les libéraux ont versé 35 milliards de dollars dans la Banque de l'infrastructure, une institution qui n'a pas réalisé un seul projet en quatre ans. Il y a donc beaucoup de fonds que les conservateurs mettraient à la disposition des municipalités pour qu'elles puissent se conformer à cette nouvelle loi.
Comme l'a indiqué ma collègue de la Colombie-Britannique, il y a dans la mesure législative une disposition prévoyant un délai de cinq ans pour l'entrée en vigueur. Ainsi, le gouvernement aura le temps, et le prochain gouvernement conservateur aura le temps, de collaborer avec les municipalités pour qu'elles obtiennent les investissements dont elles ont besoin pour moderniser les systèmes afin que nous puissions mettre un terme au déversement d'eaux usées brutes dans les cours d'eau une fois pour toutes.
Nous sommes en 2021. Le Canada est un pays développé. Plus rien ne justifie cette pratique. C'est pour cette raison que je suis aussi ravi de présenter ce projet de loi à la Chambre.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-16 18:30 [p.8567]
It being 6:30 p.m., the time provided for debate has expired. Accordingly, the question is on the motion.
If a member of a recognized party present in the House wishes to request either a recorded division, or that the motion be adopted on division, I invite them to rise and indicate so to the Chair.
The hon. member for Elgin—Middlesex—London.
Comme il est 18 h 30, la période réservée au débat est expirée. En conséquence, le vote portera sur la motion.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel nominal ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
La députée d'Elgin-Middlesex-London a la parole.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I would request a recorded vote.
Monsieur le Président, je demande un vote par appel nominal.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2021-06-16 18:31 [p.8567]
Accordingly, pursuant to order made on Monday, January 25, the recorded division stands deferred until Wednesday, June 23, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
The hon. member for Louis‑Saint‑Laurent is rising on a question of privilege.
Par conséquent, conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 23 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
L'honorable député de Louis‑Saint‑Laurent soulève une question de privilège.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, tonight I rise on a question of privilege. I move:
That this House find the Public Health Agency of Canada to be in contempt for its failure to obey the Order of the House, adopted on June 2, 2021, as well as the orders of the Special Committee on Canada-China Relations, adopted on March 31 and May 10, 2021, and, accordingly, orders its President to attend at the Bar of the House, at the expiry of the time provided for Oral Questions on the second sitting day following the adoption of this Order, for the purposes of (a) receiving, on behalf of the Agency, an admonishment delivered by the Speaker; and (b) delivering up the documents ordered by this House on June 2, 2021, to be produced, so that they may be deposited with the Law Clerk and Parliamentary Counsel under the terms of that Order.
Monsieur le Président, ce soir, je soulève la question de privilège et propose:
Que la Chambre déclare l'Agence de la santé publique du Canada coupable d'outrage pour ne pas avoir respecté l'ordre de la Chambre, adopté le 2 juin 2021, ainsi que les ordres du Comité spécial sur les relations Canada-Chine adoptés les 31 mars et 10 mai 2021, et, en conséquence, ordonne au président de l'Agence de comparaître à la barre de la Chambre, à la fin de la période prévue pour les questions orales le deuxième jour de séance suivant l'adoption du présent ordre, afin qu'il a) reçoive, au nom de l'Agence, les admonestations du Président de la Chambre; b) remette les documents dont la Chambre a ordonné la production le 2 juin 2021, pour qu'ils puissent être déposés auprès du légiste et du conseiller parlementaire conformément à cet ordre.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
Hon. members may recall that the Speaker made a statement on this particular matter earlier this day and is satisfied that it meets the notice and admissibility requirements.
Debate is on the motion. The hon. member for Louis-Saint-Laurent.
Les députés se souviendront peut-être que le Président a fait une déclaration sur cette question plus tôt aujourd'hui et qu'il est convaincu qu'elle répond aux exigences en matière de préavis et d'admissibilité.
Le débat porte sur la motion. L'honorable député de Louis-Saint-Laurent a la parole.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I am very honoured to take part in the debate tonight. This is a very important debate that we have to address.
We are talking about transparency. We are talking confidence of Canadians in their institutions. We are also talking about the role of the House of Commons and the role of each and every member of this Parliament. We are here because we have received a mandate from our constituents. Those are our real bosses.
It is not the Prime Minister who can dictate what the House can do and how the truth can be provided. This is why this debate tonight is of key importance for the way we see the House functioning and how democracy can work in Canada.
In the next few moments, I will reiterate the circumstances surrounding our being gathered here today in the House to speak to an order of the House involving a public agency.
This is about the surprising ties that may have existed between the National Microbiology Laboratory located in Winnipeg, a national Canadian laboratory, and the Wuhan laboratory linked to the militaristic communist government of China.
Surprising events have occurred in the past few months in this, Canada's most important and highest-security microbiology laboratory. We have confidence in this institution, but that confidence may fall away if we do not get to the bottom of things. That is why, here in the House, we want to get to the bottom of what happened.
Four events that occurred in this lab are of particular concern to us. When I say us, I do not mean the official opposition, I do not mean the Conservatives, I mean all Canadians. We have seen recent reports on CBC and Radio-Canada, and in The Globe and Mail, where the story originated, featuring fairly neutral witnesses and observers with no political affiliations who believe that some troubling events took place in Winnipeg. There are four such events.
First of all, the Winnipeg lab gave a top security clearance to a researcher with ties to the Chinese military. How did this happen? We want to know why, but we are not able to as yet.
I want to be very clear. When we talk about the Chinese military and about China, this has nothing to do with racism or xenophobia, as the Prime Minister had the audacity, and I would even say the intellectual dishonesty, to say in the House. Nor are we fuelling conspiracy theories, as a parliamentary secretary speaking for the Prime Minister so insultingly said last week. No, we are not playing chicken, as the Minister of Health so shamefully put it last Friday in the House, when I asked her some embarrassing questions. That is too bad, because that is my job, and I will keep doing it.
The questions we are asking about the relationship between the Winnipeg lab and the Wuhan lab have nothing to do with xenophobia or conspiracy theories. Nor are we engaging in a game of chicken on this, contrary to what Liberal members and the Liberal Prime Minister have said in the House.
First, a researcher with ties to the Chinese military was given the highest security clearance for the work he could do inside that lab.
Second, two deadly viruses were sent from the Winnipeg lab to the Wuhan lab. It is possible that everything was done by the book and that there is absolutely nothing to it, but we still need the documents to prove it. However, as long as they refuse to be transparent, we do not have the answer. The second point then is the transfer of deadly viruses.
Third, two senior researchers, the ones who played central roles in the microbiology research being conducted at this institute, were escorted out of the lab by the RCMP. A few weeks later, they literally lost their jobs. Losing a job can happen to anyone, but when people are escorted out by the RCMP, it seems to me they do not necessarily have a clear conscience.
According to CBC reports, these two researchers—they are a couple, a man and a woman—were earning a combined salary of about $250,000 Canadian. That is a very respectable amount of money for that level. The problem is that they were living in a $1.5-million house around Winnipeg and Gimli. The banks there seem to be pretty generous: They were willing to lend people making $250,000 enough money to buy a $1.5-million house. That raises some questions.
Lastly, after these three events, two senior executives at the Public Health Agency of Canada suddenly resigned and retired. Why? That is what we want to know.
Because this is a public agency, the following four events trouble us as parliamentarians: A foreign researcher obtained the highest security clearance; two deadly viruses were shipped from Winnipeg to Wuhan; two highly placed researchers—the institute's leading researchers—lost their jobs and were expelled and marched out under RCMP escort; and, finally, senior executives at the institute suddenly left their jobs.
These are legitimate questions, which were actually raised by The Globe and Mail. I want to point that out.
As members of Parliament, we have a job to do. This is why the opposition tabled a motion a few months ago to create a special committee on Canada-Chinese relations. This is quite important in the events of today, and also in the relations we should have with this country.
This committee worked on those issues, and wants to know what happened in this institution, Canada's National Microbiology Laboratory. Then twice, on two occasions, the committee asked the Public Health Agency of Canada to table documents about those events, on March 31 and on May 10.
On two occasions, the Special Committee on Canada‑China Relations asked senior officials at the Public Health Agency of Canada, which is responsible for the National Microbiology Laboratory in Winnipeg, to table documents concerning these four events. At the time, the fourth event, the sudden departure of two executives, had not yet occurred.
On two occasions, the director refused to properly respond to the committee's request. That is why, on June 2, here in the House, we, the official opposition, put forward a motion to demand that the government, through the Public Health Agency of Canada, table the documents that are key to understanding this matter. This was not a wish or a request, but an order of the House to get to the bottom of these events. Unfortunately, the government did not act on this request, and I will come back later to the circumstances surrounding its unfortunate decision.
Some may be tempted to say that we should calm down since this is a matter of national security, microbiology and international relations. People may think that it is not true that all these documents can be published easily and that we have to be careful. Of course we have to be careful; we are well aware of that.
That is why our motion on June 2 was quite clear, as were the two motions adopted at committee. We established a framework that was absolutely relevant. The Clerk of the House of Commons, with the support of experts, can identify, detect and ferret out any items that might be truly sensitive and do not warrant being made public for national security reasons. He can look at the administrative facts that may have led to two researchers being escorted out by the RCMP or another researcher who is associated with the Chinese military being given a very high security clearance. These are perfectly legitimate questions. However, once the documents are made public, they can be sifted through, as is done in many cases, by the experts and specifically by the Clerk of the House of Commons, whom we trust.
However, the government decided to override the House's order to produce the documents. The Prime Minister raised national security concerns and claimed that the Liberal government had already created a body that had all the necessary latitude to examine and analyze these types of situations. That body is the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, and it was created in 2016 by the Liberal government.
The Speaker noted that it was not a parliamentary committee, but a committee of parliamentarians.
The Prime Minister was quite proud last week to say that the government had struck this committee to get to the bottom of this without jeopardizing national security, and he was proud to say that all political parties were represented on the committee. That was a mistake: The second opposition group had not been represented for months. Need I point out that we requested transfers for our representatives in September and he did not respond until last week? What a surprise. For months and months, he had no interest in this and, all of a sudden, he is interested.
The committee of parliamentarians the Prime Minister created is his instrument. That is not a bad thing in and of itself, but it has its limits. The group can receive documents. Actually, the Prime Minister and his ministers love to talk about how they gave the committee documents and the committee will do the work, but they leave out the rest. The Prime Minister leaves out the part about how he has the right to veto every single document that is analyzed, every single committee resolution and every single committee finding.
If the Prime Minister personally does not want a document to be released, he is the one who decides that, nobody else. If the committee's recommendation does not suit him, he alone can decide if it is made public or not. If the committee finds that there is a national security issue but the Prime Minister disagrees, he can decide not to talk about it.
I do not even have the right to ask members what happened in that committee, because its members took an oath to not say anything to anyone. I would never jeopardize the legitimacy, honesty and integrity of my colleagues who sit on a committee and who have sworn an oath to not say anything. However, what is the point of setting up a committee of parliamentarians if those who are part of that committee are unable to talk about what goes on there? The words “Parliament” and “parliamentarian” come from the same root word as “parler”, a French word that means to speak, which only makes sense. This committee is the Prime Minister's personal instrument, because he is the one who has the right of veto over everything.
In the ruling the Speaker gave about two hours ago, he very clearly indicated that this committee existed but that it was not a parliamentary committee. I am not going to put words in the Speaker's mouth. However, we believe that this committee is completely under the yoke of the Prime Minister because he gave himself the right to veto the committee's decisions.
We raised a question of privilege because the motion had been adopted, it was about an order of the House, and the government had defied it. We challenged the government's approach by raising this question of privilege and not two hours ago the Speaker of the House of Commons recognized that, on the face of it, we were indeed right.
We are gathered here this evening to determine whether we want to move forward and continue working on this file. We believe that the director of the Public Health Agency of Canada was wrong in refusing to hand over these documents and that is why we are asking that these documents be tabled here.
We also want the director of the agency to be admonished for failing to obey an order of the House, as stated in the Speaker's ruling. We are also asking for relevant documents to be delivered to the House and reviewed by the Clerk of the House to ensure that national security is not jeopardized and, above all, that the orders of the House are obeyed. That did not happen under this government and it is disgraceful.
Since some members have spoken at length about it, I would like to remind members that there was an incident in 2010 concerning the release of documents that could pose a threat to national security. At the time, Speaker Milliken ruled that the documents had to be made public. It has to be done in a certain way, but documents can be made public.
Some members will say that at the time the Conservatives did not want to release the documents, but now that we are in opposition that is what we want. Stop right there. These are two completely different situations.
Members will recall that the 2010 issue pertained to the Afghanistan war. It must be pointed out that we were involved in a military operation, we were in a war zone. Our soldiers, our men and women, were deployed to a war zone and were risking their lives. We had allies, and Afghan interpreters were helping us in the war we were waging against terrorism together with our international allies. We had Afghan nationals who were risking their lives. We had Canadians in uniform who were proudly serving in the military and putting their lives at risk.
That is not at all the case today. We are talking about questionable administrative decisions that resulted in an agency giving the highest security clearance to a researcher associated with the Chinese military. We are talking about an agency that decided to give two extremely rare and dangerous viruses to a foreign laboratory. We are talking about an agency that gave a very high security clearance to two researchers whose career ultimately ended in a shameful and dishonourable manner. They were expelled and escorted out by the Royal Canadian Mounted Police. We are talking about two civilian executives who left the administration unexpectedly.
These are questionable administrative decisions that cast a shadow on Canada's great, proud and honourable reputation in the field of research. To my knowledge, that is not at all like what happened in Afghanistan. As far as I know, no one's life was at risk in Winnipeg, at least I hope not. We are not talking about a foreign army like the one we were fighting in Afghanistan. I hope not. We are not talking about allies and friends like our Afghan interpreters putting their lives at risk. These are two completely different things.
Woe, then, to those who dare to draw a parallel between the events of 2010, President Milliken's decision or our entirely legitimate and pertinent reluctance when we were in power because we were in a war zone, and what is going on today when we are in the opposition and are demanding information that would allow us to get to the bottom of things and shed light on situations that deserve our attention. We believe that this situation compromised our national security.
Let us take a quick look at the facts. Ten days ago, the House ordered the government of Canada to table documents in the House. It was an order of the House. The government did not obey the order. Rather, it flouted the House of Commons and the will of the majority of members elected by Canadians, eventually doing its own thing and giving the documents to an entity literally created by the Prime Minister. This entity is entirely under the Prime Minister's control; he has veto power over anything that happens in the committee and anything that might come out of it.
We are asking for the documents to be made public. We asking for the head of the Public Health Agency of Canada to come back to the House and take the blame, as written and defined in your decision, so that Canadians can learn what happened in these questionable relations deserving of an investigation between a key research and scientific institution, Canada's National Microbiology Laboratory in Winnipeg and another laboratory located in Wuhan following four events that cast a shadow on Canada's reputation and integrity, especially since our scientists must work under the most secure conditions possible, with the support, assistance and confidence of all Canadians. They deserve nothing less.
Monsieur le Président, je suis très honoré de prendre part au débat ce soir sur un sujet très important.
Nous parlons de transparence. Nous parlons de la confiance des Canadiens dans leurs institutions. Nous parlons aussi du rôle de la Chambre des communes et du rôle de chacun des députés. Nous sommes ici parce que les électeurs de nos circonscriptions nous ont confié un mandat. Ce sont eux nos vrais patrons.
Le premier ministre ne peut pas dicter ce que la Chambre peut faire et la façon dont la vérité peut être révélée. Voilà pourquoi le débat de ce soir revêt une importance cruciale pour notre vision du fonctionnement de la Chambre et du fonctionnement de la démocratie au Canada.
Au cours des prochains instants, je rappellerai les circonstances qui entourent le fait que nous sommes aujourd'hui réunis, à la Chambre, pour parler d'un ordre de la Chambre concernant une agence publique.
Il s'agit des relations surprenantes qu'il a pu y avoir entre le Laboratoire national de microbiologie qui est situé à Winnipeg, un laboratoire national canadien, et le laboratoire de Wuhan qui est lié au gouvernement militariste et communiste de Chine.
Des événements surprenants sont survenus, au cours des derniers mois, dans ce laboratoire qui est le laboratoire le plus important au Canada et qui a la plus haute cote de sécurité en matière de travail de microbiologie. Nous avons confiance en cette institution, mais cette confiance peut s'émietter si, par malheur, nous n'allons pas au fond des choses. C'est pourquoi ici, à la Chambre, nous voulons aller au fond des choses pour savoir ce qui s'est passé.
Quatre événements, qui sont survenus dans ce laboratoire, nous interpellent. Quand je dis nous, je ne parle pas de l'opposition officielle, je ne parle pas des conservateurs, je parle de tous les Canadiens. Nous avons vu des reportages récents à CBC, à Radio‑Canada et dans le Globe and Mail — qui a lancé l'histoire — de témoins ou d'observateurs plutôt neutres qui n'ont aucun parti politique et qui estiment que, en effet, des situations troublantes sont survenues à Winnipeg. Il y a quatre événements.
Tout d'abord, le laboratoire de Winnipeg avait octroyé la plus haute cote de sécurité à un chercheur qui est associé à l'armée chinoise. Comment est-ce arrivé? Nous voulons le savoir, mais, jusqu'à maintenant, nous ne le pouvons pas.
Je veux être bien clair. Lorsque nous parlons de l'armée chinoise et lorsque nous parlons de la Chine, il n'est aucunement question de racisme ou de xénophobie, comme par malheur le premier ministre a eu l'outrecuidance, je dirais même la malhonnêteté intellectuelle, d'affirmer à la Chambre. Il ne s'agit pas non plus de nourrir les théories du complot, comme l'a dit de façon si insultante une secrétaire parlementaire parlant au nom du premier ministre, la semaine dernière. Non, nous ne sommes pas en train de jouer à « chicken », comme l'a dit de façon odieuse la ministre de la Santé, vendredi dernier, à la Chambre des communes, quand je lui ai posé des questions embarrassantes. Cela tombe mal, car c'est ma job, et je vais continuer à la faire.
Les questions que nous posons sur les relations entre le laboratoire de Winnipeg et celui de Wuhan n'ont rien à voir avec la xénophobie ni avec les théories du complot. Nous ne jouons pas non plus à « chicken » là-dedans, contrairement à ce que les députés libéraux et le premier ministre libéral ont affirmé, à la Chambre.
Premièrement, un chercheur attaché à l'armée chinoise reçoit la plus haute cote de sécurité concernant les travaux qu'il peut faire à l'intérieur de ce laboratoire.
Deuxièmement, deux virus mortels ont été transférés du laboratoire de Winnipeg au laboratoire de Wuhan. Ça se peut que tout se soit fait selon les règles de l'art et qu'il n'y ait absolument rien là, mais encore faut-il avoir les documents pour le démontrer. Cependant, tant et aussi longtemps qu'on garde l'opacité, on n'a pas cette réponse. Le deuxième élément est donc le transfert de virus mortels.
Troisièmement, deux chercheurs de haut rang, ceux qui étaient au cœur des recherches de microbiologie dans cet institut, ont été expulsés du laboratoire sous escorte policière de la GRC. Quelques semaines plus tard, ils ont littéralement perdu leur emploi. Il peut arriver à bien des gens de perdre leur emploi, mais, quand on est expulsé et escorté par la GRC, il me semble qu'on n'a pas nécessairement la conscience en paix.
Des reportages de la CBC nous ont informés que ces deux chercheurs — c'est un couple, un homme et une femme — recevaient un salaire combiné d'à peu près 250 000 $ canadiens. C'est une bonne somme tout à fait honorable quand on est à ce niveau-là. Le problème, c'est qu'ils vivaient dans une maison de 1,5 million de dollars dans le coin de Winnipeg et de Gimli. Les banques semblent être pas mal généreuses là-bas: elles prêtent de l'argent à des gens qui gagnent 250 000 $ pour une maison de 1,5 million de dollars. C'est une question qui se pose.
Finalement, après ces trois événements, voilà que deux hauts dirigeants de l'Agence de la santé publique du Canada ont subitement remis leur démission et sont partis à la retraite. Pourquoi? C'est ce qu'on veut savoir.
Ce sont donc quatre événements qui nous interpellent tous comme parlementaires, parce qu'il s'agit d'une agence publique: un chercheur étranger qui a la plus haute cote de sécurité; deux virus mortels qui ont été échangés de Winnipeg à Wuhan; deux chercheurs de haut rang — les principaux chercheurs de cet institut — qui ont perdu leur emploi et ont été expulsés en étant escortés par la GRC; et, finalement, de hauts dirigeants administratifs de l'institut qui quittent leurs fonctions subitement.
Voilà qui pose des questions légitimes, lesquelles ont soulevées par le Globe and Mail. Je tiens à le souligner.
En tant que députés, nous avons un travail à faire. Voilà pourquoi l’opposition a présenté, il y a quelques mois, une motion visant à former un comité spécial sur les relations sino-canadiennes. C’est très important, à la lumière des récents événements et des relations que nous devrions avoir avec ce pays.
Ce comité s’est penché sur ces questions et il veut savoir ce qui s’est passé dans cette institution, le Laboratoire national de microbiologie du Canada. Puis, à deux reprises, le comité a demandé à l’Agence de la santé publique du Canada de déposer des documents sur ces événements, soit le 31 mars et le 10 mai.
À deux reprises, le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes a demandé aux dirigeants de l'Agence de la santé publique du Canada, de laquelle relève le Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg, de déposer des documents concernant ces quatre événements dont on fait mention. À l'époque, le quatrième événement, c'est-à-dire le départ subit de deux dirigeants, n'était pas encore arrivé.
À deux reprises, le directeur a refusé de répondre correctement à la demande du Comité. C'est ainsi que le 2 juin dernier, ici à la Chambre, nous, l'opposition officielle, avons présenté une motion pour exiger que le gouvernement, par la voie de l'Agence de la santé publique du Canada, dépose les documents qui sont essentiels pour la compréhension de cette affaire-là. Il s'agissait non pas d'un souhait ou d'une demande, mais d'un ordre de la Chambre pour aller au fond des choses sur ces événements. Malheureusement, le gouvernement n'a pas donné suite à cette demande, et je reviendrai plus tard sur les circonstances entourant cette décision malheureuse du gouvernement.
Certains seront tentés de dire que l'on doit se calmer puisqu'il s'agit d'une question de sécurité nationale, de microbiologie et de relations internationales. On peut penser qu'il n'est pas vrai que tous ces documents peuvent être publiés facilement et qu'il faut faire attention. Évidemment qu'il faut faire attention; nous en sommes tout à fait conscients.
C'est pourquoi notre motion du 2 juin était très claire, tout comme les deux motions du Comité qui ont été adoptées. Nous fixions un cadre tout à fait pertinent. Le greffier de la Chambre des communes, épaulé par des experts, peut déterminer, détecter, débusquer les points qui peuvent être vraiment névralgiques et qui ne méritent pas d'être connus publiquement pour des raisons de sécurité nationale. Il peut constater les faits administratifs qui peuvent conduire au fait que deux chercheurs sont escortés par la GRC ou qu'on a donné une cote de sécurité très élevée à un chercheur qui est associé à l'armée chinoise. Ce sont des questions tout à fait légitimes. Cependant, les documents, une fois rendus publics, peuvent être passés au tamis, comme cela se fait d'ailleurs dans plusieurs situations, par les experts et surtout par le greffier de la Chambre des communes en qui nous avons confiance.
Or le gouvernement a décidé de passer outre à l'ordre de la Chambre de déposer ces documents. Le premier ministre a invoqué le fait qu'il s'agissait d'une question de sécurité nationale et que le gouvernement libéral avait justement créé un organisme permettant d'observer et d'analyser ces situations avec toute la déférence nécessaire. Cet organisme, c'est le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, qui a été créé en 2016 par le gouvernement libéral.
Le Président a constaté qu'il ne s'agissait pas d'un comité parlementaire, mais bien d'un comité de parlementaires.
La semaine dernière, le premier ministre était bien fier de dire que le gouvernement avait créé ce comité afin d'aller au fond des choses sans mettre en danger la sécurité nationale, et il était fier de dire que tous les partis politiques étaient représentés au sein de ce comité. Il s'agissait d'une erreur: le deuxième groupe d'opposition n'était pas représenté depuis des mois. Dois-je remarquer que nous avons fait des demandes de mutations pour nos représentants au mois de septembre et qu'il n'y a répondu que la semaine dernière? Quelle surprise. Pendant des mois et des mois, il n'éprouvait pas d'intérêt pour cela et, tout à coup, il s'y intéresse.
Ce comité de parlementaires créé par le premier ministre, c'est carrément l'outil du premier ministre. Ce n'est pas méchant en soi, mais cela a ses limites. Ce groupe peut recevoir des documents. D'ailleurs, le premier ministre et ses ministres n'arrêtent pas de dire qu'ils lui ont remis les documents et que c'est lui qui fera le travail. Cependant, ils oublient la suite des choses. Le premier ministre oublie de mentionner qu'il a un droit de véto sur chaque document qui est analysé, sur chaque résolution prise par ce comité et sur chaque conclusion à laquelle il arrive.
Si le premier ministre estime personnellement que ce document ne devrait pas être rendu public, c'est lui qui décide, et personne d'autre. S'il estime que la recommandation du Comité ne fait pas son affaire, c'est lui seul qui décide si elle est rendue publique ou non. Si le Comité estime que la sécurité nationale est en jeu, mais qu'il estime que ce n'est pas le cas, il décidera de ne pas en parler.
Je n'ai même pas le droit de demander aux députés ce qui s'est passé au sein de ce comité, parce que ses membres ont fait le serment qu'ils ne diraient rien à quiconque. Jamais je ne mettrais en jeu la légitimité, l'honnêteté et l'intégrité de mes collègues qui siègent à un comité et qui ont fait le serment qu'ils ne diraient rien. Cependant, quelle est l'utilité de mettre sur pied un comité de parlementaires si les parlementaires qui en font partie ne peuvent pas parler? Les mots « Parlement » et « parlementaires » font partie de la même faille que le mot « parler ». Cela va de soi. Or, ce comité, c'est un outil personnel du premier ministre, parce que c'est lui qui a le droit de véto sur tout.
D'ailleurs, dans sa décision rendue il y a environ deux heures, le Président a très bien défini que ce comité existait bel et bien, mais qu'il ne s'agissait pas d'un comité parlementaire. Je ne vais pas mettre de mots dans la bouche du Président. Or, nous estimons que ce comité est sous le joug plein et entier du premier ministre, parce que ce dernier s'est octroyé le droit de véto sur les décisions du Comité.
Nous avons soulevé une question de privilège parce que la motion avait été adoptée, qu'il s'agissait d'un ordre de la Chambre et que le gouvernement en avait fait fi. Nous avons contesté cette attitude du gouvernement en soulevant cette question de privilège et, il y a deux heures à peine, la présidence de la Chambre des communes a reconnu que, à première vue, nous avions effectivement raison.
Nous sommes réunis ce soir pour décider si nous voulons aller de l'avant et continuer à travailler sur ce dossier. Nous estimons que le directeur de l'Agence de la santé publique du Canada a erré en refusant de remettre ces documents, et c'est pourquoi nous demandons à ce que ces documents soient déposés ici.
De plus, nous voulons que le directeur de l'Agence soit sévèrement réprimandé pour ne pas avoir répondu à un ordre de la Chambre, comme cela a été mentionné dans la décision de la présidence. Nous demandons également que les documents pertinents soient déposés à la Chambre et qu'ils soient revus par le greffier de la Chambre des communes afin de s'assurer que la sécurité nationale n'est pas mise en jeu, mais surtout que les ordres de la Chambre sont respectés. Cela ne s'est pas produit sous ce gouvernement et c'est déshonorant.
Je tiens à rappeler, parce que d'aucuns en ont parlé beaucoup, qu'en 2010, il est survenu un événement concernant justement la divulgation de documents qui peuvent représenter un certain enjeu pour la sécurité nationale. C'est le président Milliken qui avait dit à ce moment-là que les documents devaient être rendus publics. Il y a une façon de faire cela, mais ils peuvent être rendus publics.
D'aucuns vont faire la référence en disant qu'à l'époque les conservateurs ne voulaient pas, mais que nous le voulons maintenant que nous sommes dans l'opposition. Halte! Il s'agit de deux choses complètement différentes.
Souvenons-nous qu'en 2010 l'enjeu portait sur la guerre en Afghanistan. C'est le cas de le dire, c'était un territoire guerrier, un territoire militaire. Nous étions en zone de guerre. Nos soldats, nos hommes et nos femmes étaient déployés sur un front de guerre et mettaient leur vie en jeu. Nous avions des alliés, des interprètes afghans nous prêtaient leur concours dans cette guerre-là que nous menions contre le terrorisme avec nos alliés internationaux. Nous avions des gens afghans qui mettaient leur vie en jeu. Nous avions des Canadiens et des Canadiennes qui, portant l'uniforme et affichant fièrement leur mandat de soldat, mettaient leur vie en jeu.
Aujourd'hui, ce n'est pas du tout la même chose. On parle de décisions administratives douteuses qui ont conduit à une agence qui a donné la plus haute cote de sécurité à un chercheur lié à l'armée chinoise. On parle d'une agence qui a décidé de donner et d'échanger à un laboratoire étranger deux virus extrêmement rares et dangereux. On parle d'une agence qui a donné une cote de sécurité très élevée à deux chercheurs qui, finalement, ont fini leur carrière de manière honteuse et déshonorable, expulsés et escortés par la Gendarmerie royale du Canada. On parle de deux dirigeants civils qui ont quitté cette administration rapidement sans crier gare.
Il s'agit de décisions administratives douteuses qui portent ombrage à la fière, grande et honorable réputation du Canada en matière de recherche. À ma connaissance, ce n'est pas du tout la même affaire que ce qui s'est passé en Afghanistan. À ce que je sache, ce qui s'est passé à Winnipeg, la vie de personne n'était en jeu, enfin je l'espère. On ne parle pas d'armée étrangère que nous combattions comme c'était le cas en Afghanistan. J'espère que non. On ne parle pas d'alliés qui mettaient leur vie littéralement en jeu, comme nos amis interprètes afghans. Ce sont deux choses complètement différentes.
Alors, malheur à ceux et à celles qui osent faire quelque parallèle que ce soit entre les événements de 2010, la décision du Président Milliken ou nos réticences tout à fait légitimes et pertinentes quand nous étions au gouvernement parce que nous étions en territoire de guerre, et ce qui se passe aujourd'hui, alors que nous sommes dans l'opposition et que nous réclamons des éléments nous permettant d'aller au fond des choses et de faire la lumière sur des situations qui méritent notre attention particulière. Nous estimons que la sécurité nationale a été mise à mal dans cette situation.
Donc, rappelons les faits brièvement. Il y a 10 jours, la Chambre a ordonné au gouvernement canadien de déposer des documents à la Chambre. C'était un ordre de la Chambre. Le gouvernement n'a pas suivi cet ordre, il a bafoué le Parlement, a bafoué la Chambre des communes, a bafoué la volonté de la majorité des députés élus par les Canadiens pour finalement faire à sa tête et confier ces documents à un organisme créé littéralement par le premier ministre. Cet organisme est sous le joug complet du premier ministre, car celui-ci a le droit de veto sur tout ce qui se passe à l'intérieur et sur tout ce qui peut sortir de ce comité-là.
Nous demandons donc que les documents soient rendus publics. Nous demandons au directeur de l'Agence de la santé publique du Canada de revenir ici à la Chambre et de recevoir le blâme, tel qu'écrit et défini par votre décision, pour que les Canadiens puissent savoir ce qui s'est passé dans ces relations douteuses et qui méritent examen entre une institution essentielle dans notre monde de la recherche et de la science, soit le Laboratoire national de microbiologie du Canada situé à Winnipeg et également un autre laboratoire, situé celui-là à Wuhan, à la suite des quatre événements qui portent ombrage à la réputation du Canada, portent ombrage à l'intégrité du Canada, portent surtout ombrage au fait que nos scientifiques doivent travailler dans le cadre le plus sécuritaire qui soit, avec l'appui, le concours et surtout la confiance de tous les Canadiens. C'est d'ailleurs ce qu'ils méritent.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I voted against the motion that the Conservatives introduced, because I do believe this is an issue of national security.
If we listen to what the member has said, we would think these documents have not been provided at all, and nothing could be further from the truth. The documents were provided to a committee, in fact, two committees: one committee where redaction was required and another committee where there were no redactions whatsoever.
At the end of the day, we need to recognize that there is an issue of national security. The documents in question have been provided in two forms to two different groups, where the membership is made up of members of Parliament from all sides of the House.
Does the member not recognize that the Conservative Party could be wrong? Maybe there is a sense of national security, and the Conservative Party of Canada is overlooking that issue in favour of political partisanship in the chamber, which is what we have seen over the last couple of weeks.
Monsieur le Président, j’ai voté contre la motion présentée par les conservateurs, car je crois qu’il s’agit d’une question de sécurité nationale.
À entendre le député, on pourrait penser que ces documents n’ont pas été fournis du tout. Or, rien n'est plus faux. Les documents ont été fournis au comité, en fait, à deux comités: à un comité où un caviardage était requis, puis à un autre où il n’y a eu aucun caviardage.
Au bout du compte, nous devons reconnaître qu’une question de sécurité nationale se pose. Les documents en question ont été fournis sous deux formes à deux groupes différents, dont les membres sont des députés de tous les partis de la Chambre.
Le député ne reconnaît-il pas que le Parti conservateur pourrait se tromper? Il y a peut-être un enjeu de sécurité nationale, et le Parti conservateur du Canada ferme les yeux sur cet enjeu pour se livrer à des jeux politiques partisans, comme nous en avons été témoins au cours des deux ou trois dernières semaines.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I pay all my respect to my colleague from Winnipeg North. He has served in his provincial legislature and in the House of Commons for the last 30 years. As a member from Winnipeg, I am sure he was very concerned with what happened a few kilometres away in his riding.
I want to address the two points in the question from my colleague.
First, the member talked about the committee, but he did not name the committee. We are not talking about a parliamentary committee; we are talking about a committee created by the Prime Minister for which the Prime Minister has all the authority and power to decide whether some information will be made public. This is a huge difference.
The other point is on whether this is an issue of national security. For sure it is a national security issue, which is why we want to know what happened, but based on the fact that we will correctly address this issue. This is why we follow the rules that have been established for many years. The clerk and some experts will review those documents to be sure no one will lose his or her life over it.
We are talking about four administrative decisions on security in the highest-ranked laboratory that we have in our country. We shall know what happened there and learn the lessons so as not to repeat the bad decisions that may have been made in that kind of situation.
Monsieur le Président, je veux exprimer tout mon respect à mon collègue de Winnipeg-Nord. Au cours des 30 dernières années, il a siégé comme député provincial et à la Chambre des communes. Je suis certain qu'à titre de député de Winnipeg, il a été très préoccupé par ce qui s’est produit à quelques kilomètres de sa circonscription.
Je veux aborder les deux points qu'a mentionnés mon collègue dans sa question.
Premièrement, le député a parlé du comité, mais il ne l’a pas nommé. Nous ne parlons pas ici d’un comité parlementaire, mais d’un comité créé par le premier ministre, un comité pour lequel le premier ministre détient tous les pouvoirs de décider quels renseignements seront rendus publics. Il y a une énorme différence.
L'autre point consiste à savoir s'il s'agit d'un problème de sécurité nationale. Il y a bien là un problème de sécurité nationale. C’est pour cette raison que nous voulons savoir ce qui s’est produit, mais en nous assurant que ce problème sera bien réglé. C’est pourquoi nous suivons les règles qui ont été adoptées il y a de nombreuses années. Le greffier et certains experts examineront ces documents pour s’assurer que personne n’y laissera sa vie.
Nous parlons de quatre décisions administratives sur la sécurité dans le laboratoire le mieux coté au pays. Nous devons savoir ce qui s’est produit et en tirer des leçons pour ne pas répéter les mauvaises décisions qui ont pu être prises dans cette situation.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I listened with great interest to my colleague's speech.
The motion we are debating is certainly important. The Speaker has agreed to a debate on the privilege motion, and everyone really needs to take it seriously.
I know my colleague has a lot of experience, not only in the House of Commons but also in the Quebec National Assembly, and my question is very simple.
Based on his experience in the Quebec National Assembly and in the House of Commons, is there a precedent for this kind of privilege motion, as well as for all the actions we have seen in recent weeks?
Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt le discours de mon collègue.
La motion dont nous débattons est certainement importante. Le Président a dit oui à un débat autour de la motion de privilège et tout le monde doit vraiment prendre cela au sérieux.
Je sais que mon collègue a une longue expérience, pas seulement à la Chambre des communes, mais aussi à l'Assemblée nationale du Québec, et ma question est très simple.
Selon son expérience à l'Assemblée nationale du Québec et à la Chambre des communes, y a‑t‑il un précédent pour ce genre de motion de privilège, ainsi que pour toutes les actions qu'on a vues depuis quelques semaines?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from British Columbia. Again, I am very pleased to commend him on his exceptional French. It is truly impressive and it inspires us all to learn the other official language so that we can speak both official languages.
My colleague raises a very good question. Personally, no, I have never seen a situation where national security was the key issue in a decision we had to make here as parliamentarians. I did not see that in the Quebec National Assembly.
My colleague from British Columbia remembers very well what I said a few moments ago in the House, that there is indeed a precedent. It was in 2010, when Speaker Milliken said that, indeed, documents could be made public. We Conservatives were in government at the time, and we had more than a few reservations.
Need I repeat that these were two completely different situations? One involved a war situation in Afghanistan about ten years ago, and now we are talking about unfortunate administrative decisions involving a Canadian government agency and laboratory.
These are two completely different situations that require us to get to the bottom of things. That is what we want to do.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Colombie‑Britannique. Je tiens à nouveau, et avec grand plaisir, à saluer la qualité exceptionnelle de son français. C'est vraiment impressionnant et cela nous inspire tous à apprendre l'autre langue officielle de manière à parler les deux langues officielles.
Mon collègue soulève une très bonne question. Personnellement, non, je n'ai jamais vécu une situation où, justement, la sécurité nationale était au cœur d'une décision que nous devons prendre, ici, comme parlementaires. Je n'ai pas connu cela à l'Assemblée nationale du Québec.
Mon collègue de Colombie-Britannique se souvient très bien de ce que j'ai dit il y a quelques instants à la Chambre, à savoir qu'il y a effectivement un précédent. C'était en 2010, lorsque le Président Milliken avait dit que, en effet, des documents pouvaient être rendus publics. Au gouvernement — les conservateurs formaient le gouvernement à ce moment-là —, nous avions quelques réserves.
Dois‑je répéter qu'il s'agit de deux situations complètement différentes? Il s'agit d'une situation de guerre en Afghanistan il y a une dizaine d'années, et, aujourd'hui, de décisions administratives malheureuses concernant une agence et un laboratoire du gouvernement canadien.
Ce sont deux situations complètement différentes qui commandent, justement, d'aller au fond des choses. C'est ce que nous souhaitons.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech and for the interesting debate this evening.
For all the tea in China, no one will convince me that there is no pattern to the Liberal government's behaviour. It has a tendency to hide certain things and has shown a lack of transparency, and even a lack of ethics, in several matters. The recent WE Charity decision comes to mind, but there have been other instances where the government lacked transparency.
I would like to hear my colleague's opinion on this.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son intervention et du débat intéressant de ce soir.
On constate, en bon chinois, un pattern avec le gouvernement libéral, qui a tendance à vouloir cacher certaines choses et qui fait preuve d'un manque de transparence, et même d'un manque d'éthique, dans plusieurs dossiers. On peut penser à la récente décision sur l'organisme UNIS, mais également à d'autres absences de transparence de la part du gouvernement.
J'aimerais entendre l'opinion de mon collègue à ce sujet.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Shefford. I appreciate the effort she puts into her work here in the House and in her parliamentary duties.
She used the phrase, “for all the tea in Chin