Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2019-06-13 16:57 [p.29082]
Mr. Speaker, I am honoured to participate in this important debate. I want to say at the outset that what we are technically addressing is a motion by the government that would refuse the 19 or 20 amendments to Bill C-58 that were proposed by the Senate. The NDP opposes the motion. It cannot support a bill that does not include the amendments that were brought to this place by the Senate. I will explain why in my remarks.
It is a very disturbing situation we find ourselves in. During the election campaign, the government committed to transparency. Indeed, the Prime Minister, when in opposition, introduced Bill C-613, an act to amend the Parliament of Canada Act and the Access to Information Act. We could call it the transparency bill. Bill C-58, therefore, is not something the Liberals simply decided to propose on a whim. It was the result of a considered effort by the government to deliver on an election promise on transparency.
It was a total disappointment when it came forward. That is not me speaking. It is from the former information commissioner of Canada, Suzanne Legault. Members know, just as I do, how unusual it is for an independent officer of Parliament, such as the Information Commissioner, to give the kind of criticism I would like to read into the record today.
On September 28, 2017, when the bill first came forward, she said that bill would “take people’s right to know backwards rather than forward”, according to the National Post. The article went on:
In her first substantive comments on the legislation, [the former commissioner] said the measures fail to deliver on Liberal election promises. “If passed, it would result in a regression of existing rights.”
She put forward 28 recommendations to improve the legislation, and they are not found, in any significant degree, in Bill C-58. That is why, when I stood in this place during debate on the bill earlier, I reluctantly said, with sadness, that we had to oppose the bill. If the government is not even prepared to take the baby steps represented by the Senate amendments, clearly we cannot afford to pass what even the commissioner so eloquently said was a regressive bill. She is right, for reasons I will come to.
Like the member for Louis-Saint-Laurent, who is justly acclaimed for his awards in the world of journalism, I received an award as well for my work on freedom of information. It was from the hon. Ged Baldwin, who was once the member of Parliament for Peace River, for work I did at graduate school and then with the Canadian Bar Association, so many years ago, lobbying for an access to information act. It was modelled on legislation other countries have taken for granted. The United States has had it since the sixties, Sweden since the 18th century, and so on.
Finally, Canada got an access to information act. However, it is old. It was passed in the eighties. It is from horse-and-buggy days, yet some of those old features have not been corrected in the bill before us.
I care deeply about the issue. I think it is central to a democracy. The Supreme Court of Canada has called the right to know, freedom of information and access to information a “quasi-constitutional right” Canadians have. When the former commissioner says that the bill is regressive and is a step backwards, despite the bold promises of transparency the Prime Minister made when he was leader of the third party in the House, we can imagine the disappointment of Canadians.
Of course, it is not only this Canadian who has that disappointment. I should point out that Canadian Journalists for Free Expression and the Centre for Law and Democracy called the bill “inadequate” and asked that the government withdraw it.
The Senate has brought forward improvements, and for the government to say it cannot even go there is frankly shocking.
What is wrong with the bill? I do not quite know where to start. One thing it gets right, I concede, is that for the first time, there is an order-making power for the commissioner.
Just to step back, what should an access to information act contain? It should contain three things.
First, it should contain a general statement that the public has a right to government records.
Second, it should have obvious exceptions to that rule. We can all guess what they are. They are all included in this legislation, and then some. They include cabinet confidences, business information, policy advice, solicitor-client records and information that if disclosed would be injurious to national security or international relations. There are the rules, and there are exceptions.
Third, there should be an independent umpire in the game. Until this bill goes through, that umpire, the Information Commissioner, has only been able to make recommendations, which the government has frequently ignored. Now there would be something like an order that could be made and enforced in the Federal Court. That is something I believe is worth support. I also support that there would be a legislative review of these provisions within five years. I think that is good.
I talked about Liberal promises. One thing the Liberals talked about constantly in the last election was that the bill would be extended to the Prime Minister's Office and ministers' offices. Those records would be available. They are available in provincial laws. They are certainly available in my province of British Columbia. That was a black and white election promise that has now been broken by the current government. There is no way to sugar-coat that.
The Senate amendments would improve it and give it a bit more teeth, but that is simply not on in terms of this legislation. I am grateful to the Senate for the 20 amendments that would, if passed, allow us to begrudgingly accept the improvements in this bill. However, the government has now put us on notice that it does not want to go anywhere near them. It likes the bill the way it is, despite the fact that it was castigated by everyone who knows about access to information in Canada. The academics and journalists who studied it and the advocates out there who use it as a tool to hold their government to account all said that it is not going to work and that it is just not enough. That was sad to me.
In opposition, the Prime Minister said, “a country's access to information system is at the heart of open government.”
I talked about transparency. The Liberals seemed to like it in opposition. The Prime Minister said during the campaign, “transparent government is good government.” That was something he said during the campaign.
Let us get more specific. He said:
We will...ensure that Access to Information applies to the Prime Minister’s and Ministers’ Offices, as well as administrative institutions that support Parliament and the courts.
Unfortunately, that did not happen in this legislation.
What the government likes to talk about is what it calls proactive disclosure, which is a good thing. That is when a minister travels and puts his or her expenses on the website so Canadians can see whether there has been abuse. That is done proactively. If one goes to the website, there it is. Frankly, it is old hat in Canada. It has been around for decades in the provinces. However, as much as I like that, the fact is that it is not what people want. If they want to apply to that minister's office to understand about a particular contract or something for which the minister is responsible, they cannot get anywhere with it, because the ministers' offices are not subject to the law. It is a bizarre aberration.
I had the good fortune of being the unpaid adviser to the attorney general when B.C.'s freedom of information act was brought forward. I can say that we did a lot of consultation. I think there were 52 amendments made on the floor. The bill was passed unanimously and was praised as the best bill in the Commonwealth when it came forward. Unfortunately, it needs more work. I hope it is amended, like this bill. Nevertheless, it was the gold standard at the time. There was never any question about ministers' offices not being covered.
The government has what is called in the trade a “Mack truck clause”. It was not changed. It is the clause that was section 69 in the original bill, the cabinet confidences Mack truck clause. What does that mean? Rather than just being an exemption, an exception to the rule, of which I spoke earlier, the act does not even apply to it. What does that mean? It means that we cannot have the commissioner's office or anyone else deciding whether stuff has been stuffed into a cabinet record to evade the law on the right people have to access information. It is called a “Mack truck clause”, or often, “cabinet laundering”. That means that the government sticks a record in the cabinet. I am not saying that this happened. I am not suggesting bad faith, but it is certainly possible under the law. That is why it was so criticized during the day.
What else does the Senate do that the government will not go near? We have heard a lot about Mark Norman today. The Senate would add a clause that would create a new offence forbidding the use of any “code, moniker or contrived word or phrase in a record in place of the name of any person, corporation, entity, third party or organization” with a view to evading the duty to disclose and release records under the act.
We all know why that is there, because it is notorious that to evade the law on access to information, the Department of National Defence did not even use the name of Mark Norman or his rank. It used a phony word, contrary to the spirit of the act and certainly the letter of the act. This would make it clear that this could not be done in the future, which seems to be good public policy.
It seems to me obvious that if the government intends to evade the letter and spirit of the act, as this government has done, we would want to correct that misbehaviour. The Senate saw through that, proposed amendments and brought them here, and the government has not even allowed us to talk about them. We are going to just put them all aside. That is quite disturbing. It is not a theoretical problem, in other words. It is a real problem that the Senate wanted to address, because we got wind of it in the litigation involving Mark Norman. The government will not fix it. It does not even want to go there.
There are some other changes that are technical in nature, but the big principle is that the bill, after so many years of ossification, is rusting out. The bill came forward before we even had computers, and now the government is doing tinkering and patting itself on the back for doing what in other jurisdictions has been the law for a generation.
I am hard pressed to find things to say about the bill that are positive. I appreciate the fact that there would be a five-year review and that, as I said earlier, finally, in keeping with all the provinces' laws, the order-making power would be available to the commissioner. That is pretty thin gruel after all these years. Nevertheless, it has to be acknowledged as a positive change. However, on balance, the bill is very, very disturbing.
I wish I could be here saying that the bill has merit. I wish I could be saying that there were some of those things I talked about, like cabinet confidences being a regular exception for which courts and others would have the theoretical ability to review disclosure decisions, but there is nothing here that would do that.
There is another issue. That is the duty to document. One of the modern issues that has come forward is that to evade the public's right to know, there is a great oral tradition that seems to have emerged. Things are not written down in government documents. Either little yellow stickies are put on them, which are removed when disclosure applications are made, or, more frequently, a record is not made at all. We have seen that in British Columbia, the development of the so-called oral culture of government.
The notion of documenting and having a duty to record for future generations and others just exactly what decision was made and for what reasons is lacking. In administrative law, there has been a growing commitment, the courts have found, to provide reasons for decisions that are made. Sometimes access to information has been a tool to elucidate the reasons a particular decision was made, so people have been calling for a duty to document. There is no such thing in this law, I am sad to say.
In conclusion, the government has taken off the table all the work the Senate did that would have made it possible to support this bill. The Senate amendments made it better, said Caroline Maynard, the Information Commissioner of Canada. Had those amendments gone through, the New Democratic Party would have supported this bill.
To take all those amendments off the table and leave what has been soundly criticized, in all quarters, by academics, user groups and journalist groups, and say that we should be happy with what is remaining is simply an outrage. We cannot dignify this with our support.
Monsieur le Président, c'est pour moi un honneur de participer à cet important débat. D'emblée, je tiens à souligner que, techniquement, la motion du gouvernement à l'étude rejetterait les 19 ou 20 amendements que le Sénat propose d'apporter au projet de loi C-58. Le NPD s'oppose à la motion. Il ne peut appuyer un projet de loi qui n'inclut pas les amendements présentés à la Chambre par le Sénat. Je m'explique.
La situation est troublante. En campagne électorale, le gouvernement avait promis la transparence. D'ailleurs, lorsqu'il faisait partie de l'opposition, le premier ministre, a présenté le projet de loi C-613, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada et la Loi sur l’accès à l’information. On pourrait l'appeler le projet de loi sur la transparence. Le projet de loi C-58 n'est pas une chose que les libéraux ont simplement décidé de proposer sur un coup de tête. C'est le résultat d'un effort réfléchi du gouvernement pour honorer une promesse électorale en matière de transparence.
Or, lorsqu'il a été présenté, le projet de loi s'est révélé une totale déception. Ce n'est pas moi qui le dis. C'est l'ancienne commissaire à l'information du Canada, Suzanne Legault. Tout comme moi, les députés savent à quel point il est inhabituel pour un mandataire du Parlement comme la commissaire à l'information de formuler une telle critique. J'aimerais aujourd'hui lire à la Chambre ce qu'elle a dit.
Le 28 septembre 2017, lorsque le projet de loi a été présenté pour la première fois, elle a dit qu'il ferait « reculer au lieu de faire avancer le droit à l'information des Canadiens », selon le National Post. On pouvait aussi lire ceci dans l'article:
Dans ses premières observations de fond sur le projet de loi, [l'ancienne commissaire] a affirmé que les mesures ne respectaient pas les promesses électorales des libéraux. « S'il est adopté, il entraînerait une régression des droits existants. »
Elle a présenté 28 recommandations pour améliorer la mesure législative. Il serait bien difficile de les retrouver dans le projet de loi C-58. C'est pourquoi, lorsque j'ai pris la parole plus tôt dans le cadre du débat, j'ai dit avec tristesse que nous devions nous opposer au projet de loi. Si le gouvernement n'est même pas prêt à prendre les petites mesures que représentent les amendements du Sénat, nous ne pouvons évidemment pas nous permettre d'adopter un projet de loi que même la commissaire a qualifié avec beaucoup d'éloquence de régressif. Elle a raison, et je vais expliquer pourquoi.
Comme le député de Louis-Saint-Laurent, qui est acclamé à juste titre pour les prix qu'il a remportés lorsqu'il était journaliste, j'ai moi aussi reçu un prix pour mon travail sur la liberté d'information. C'est Ged Baldwin, un ancien député de Peace River, qui m'a décerné ce prix pour le travail que j'avais fait lors des mes études supérieures, puis au sein de l'Association du Barreau canadien, il y a de nombreuses années afin de faire adopter une loi sur l'accès à l'information. La loi que je réclamais s'inspirait des lois que d'autres pays tiennent pour acquises. En guise d'exemples, les États-Unis ont une telle loi depuis les années 1960 et la Suède, depuis le XVIIIe siècle.
Le Canada a fini par adopter une loi sur l'accès à l'information, mais elle est maintenant vieille. En effet, elle a été adoptée dans les années 1980. Elle est dépassée. Pourtant, le projet de loi dont nous sommes saisis n'a pas modernisé certaines des anciennes dispositions de cette loi.
L'enjeu dont nous discutons me tient énormément à coeur. Je pense qu'il s'agit d'un élément essentiel d'une démocratie. La Cour suprême du Canada a dit que le droit de savoir, soit le droit à la liberté d'information et le droit d'accès à l'information, est un droit quasi constitutionnel dont jouissent les Canadiens. Quand l'ancienne commissaire affirme que le projet de loi est régressif et qu'il s'agit d'un pas en arrière, alors que le premier ministre avait fait toutes ses belles promesses de transparence quand il était chef du troisième parti à la Chambre, nous pouvons imaginer à quel point les Canadiens sont déçus.
Certes, ce n'est pas seulement ce Canadien qui est déçu. Je vous signale que les Journalistes canadiens pour la liberté d'expression et le Centre for Law and Democracy ont qualifié le projet de loi d'« inadéquat » et demandé au gouvernement de le retirer.
Le Sénat a proposé des améliorations et il est franchement choquant d'entendre le gouvernement dire qu'il ne veut même pas les envisager.
Qu'est-ce qui ne va pas dans ce projet de loi? Je ne sais même pas par où commencer. Le seul élément qui est positif, je le concède, est que pour la première fois, on accorde au commissaire le pouvoir de rendre des ordonnances.
Mais revenons un peu en arrière. Qu'est-ce qu'une loi sur l'accès à l'information devrait comprendre? Elle doit comprendre trois choses.
Premièrement, elle doit comprendre une déclaration générale voulant que le public ait le droit de consulter les documents du gouvernement.
Deuxièmement, elle doit prévoir des exceptions à cette règle. Nous pouvons tous imaginer en quoi elles consistent. Elles sont d'ailleurs déjà toutes prévues dans la loi. Ce sont les documents confidentiels du Cabinet, l'information commerciale, les conseils stratégiques, les dossiers faisant état des rapports entre un avocat et son client et l'information qui, si elle était divulguée, serait préjudiciable à la sécurité nationale ou aux relations internationales. Voilà quelles sont les règles et les exceptions.
Troisièmement, il doit y avoir un arbitre indépendant. Jusqu'à ce que le projet de loi soit adopté, cet arbitre, qui est le commissaire à l'information, ne peut faire que des recommandations que le gouvernement ignore fréquemment. Il y aurait désormais quelque chose comme une ordonnance qui pourrait être décrétée et appliquée par une Cour fédérale. C'est quelque chose en quoi je crois et qui mérite d'être appuyé. J'appuie également le principe d'un examen législatif de ces dispositions dans un délai de cinq ans. Je pense que ce serait opportun.
J'ai parlé des promesses libérales. Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux disaient constamment que ce projet de loi s'appliquerait aussi au Cabinet du premier ministre et aux cabinets des ministres. Les documents pourraient être consultés. Ils peuvent être consultés en vertu des lois provinciales. C'est certainement le cas dans ma province, la Colombie-Britannique. C'était une promesse électorale écrite noir sur blanc que le gouvernement vient de rompre, rien de moins.
Les amendements du Sénat l'auraient améliorée et lui aurait donné plus de mordant, mais ce n'est simplement pas ce qui est prévu pour cette mesure législative. Je suis reconnaissant au Sénat pour les 20 amendements qui, s'ils étaient adoptés, nous permettraient d'accepter, à contrecoeur, les améliorations qu'apporte ce projet de loi. Toutefois, le gouvernement nous a avisés que c'était hors de question. Il aime le projet de loi en l'état, en dépit du fait qu'il a été fustigé par tous ceux qui s'y connaissent en matière d'accès à l'information au Canada. Les universitaires et les journalistes qui l'ont étudié et les défenseurs de droits qui utilisent l'accès à l'information pour demander des comptes à leur gouvernement ont tous dit qu'il ne donnera pas les résultats attendus et qu'il ne va pas assez loin. Je trouve que c'est dommage.
Lorsqu'il était dans l'opposition, le premier ministre a dit: « le système d'accès à l'information d'un pays est au coeur d'un gouvernement ouvert ».
J'ai parlé de transparence. Les libéraux semblaient aimer ce principe quand ils étaient dans l'opposition. Lors de la campagne électorale, le premier ministre a déclaré ceci: « Un gouvernement transparent est un bon gouvernement. » C'est ce qu'il a dit à ce moment-là.
Soyons plus précis. Il a dit:
Nous veillerons à ce que la Loi s’applique aux cabinets ministériels, y compris celui du premier ministre, ainsi qu’aux organismes publics qui assistent le Parlement et les tribunaux.
Malheureusement, ce n'est pas ce que ce projet de loi accomplit.
Ce dont le gouvernement aime parler, c'est ce qu'il appelle la « divulgation proactive », qui est une bonne chose. Par exemple, un ministre en déplacement doit indiquer ses dépenses sur le site Web pour que les Canadiens puissent voir s'il y a eu des abus. C'est fait de façon proactive. Si on se rend sur le site Web, tout est là. Bien franchement, c'est de l'histoire ancienne au Canada. Cette pratique existe depuis des décennies dans les provinces. Toutefois, même si je salue cette initiative, ce n'est pas ce que les gens veulent. Si on veut s'adresser au cabinet d'un ministre pour comprendre un contrat en particulier ou un dossier qui relève de ce dernier, on se heurte à un mur, étant donné que les cabinets des ministres ne sont pas assujettis à la loi. Il s'agit d'une véritable aberration.
J'ai eu la chance d'être le conseiller non rémunéré du procureur général de la Colombie-Britannique lorsqu'on a présenté la loi sur l'accès à l'information de cette province. Je peux dire que nous avons mené de vastes consultations. Je crois qu'on a proposé 52 amendements sur le parquet. Lorsque le projet de loi a été présenté, on l'a qualifié de meilleur du Commonwealth, puis il a été adopté à l'unanimité. Malheureusement, il a besoin de plus de travail. J'espère qu'il sera modifié, à l'instar du présent projet de loi. Néanmoins, c'était un modèle d'excellence, à l'époque. Il n'a jamais été question que les cabinets des ministres ne soient pas assujettis à la loi.
Le gouvernement bénéficie d'une disposition extrêmement vague. Elle n’a pas été modifiée. Cela fait référence à l’article 69 de la loi d'origine, l’article sur les documents confidentiels du Cabinet. Qu’est-ce que ça signifie? Plutôt que d’établir une simple exemption ou une exception à la règle, comme je l’ai mentionné précédemment, cette disposition fait en sorte que la loi ne s’applique même pas à ces documents. Qu’est-ce que ça signifie? Cela signifie que ni le bureau du commissaire ni qui que ce soit d’autre ne peut déterminer si des documents ont été versés dans un dossier confidentiel du Cabinet pour échapper à la Loi sur l'accès à l’information. Cette disposition extrêmement vague est surnommée « blanchiment de Cabinet ». Cela signifie que le gouvernement peut balancer un document dans les classeurs du Cabinet. Je ne dis pas que c’est ce qui s’est produit. Je ne dis pas qu’il y a eu mauvaise foi. Cependant, selon ce que prévoit la loi, c’est tout à fait possible. C’est pourquoi cela a été si critiqué à l’époque.
Quelles sont les autres mesures que le Sénat prône, mais auxquelles le gouvernement ne veut pas toucher? Nous avons beaucoup entendu parler de Mark Norman aujourd’hui. Le Sénat voudrait ajouter une disposition qui créerait une nouvelle infraction, celle d’« utiliser tout code, surnom ou mot ou phrase fabriqué dans un document au lieu du nom de toute personne, société, entité, tiers ou organisation » en vue de se soustraire à l’obligation légale de publier des documents.
Nous savons tous pourquoi cet amendement a été proposé: il est maintenant bien connu que, pour échapper à la Loi sur l’accès à l’information, le ministère de la Défense nationale a évité d’utiliser le nom de Mark Norman ou son grade. Pour le désigner, on employait un nom bidon, ce qui est contraire à l’esprit de la loi et certainement à la lettre de la loi. Cet amendement établirait clairement qu’on ne pourrait plus procéder ainsi à l’avenir, ce qui serait une saine pratique de politique publique.
Il me semble évident que si le gouvernement souhaite dénaturer la lettre et l'esprit de la loi, comme il l'a fait, nous devrions corriger la situation. Le Sénat s'en est aperçu et a proposé des amendements qu'il a renvoyés à la Chambre. Toutefois, le gouvernement ne nous a même pas permis d'en débattre. Il va tout simplement les mettre tous de côté. C'est très troublant. Autrement dit, il ne s'agit pas d'un problème théorique. Le problème est bien réel, et le Sénat a tenté de le régler, car on en a eu vent dans l'affaire litigieuse touchant Mark Norman. Le gouvernement refuse de régler le problème. Il ne veut même pas se pencher là-dessus.
Des amendements de forme ont été proposés, mais ce qu'il faut retenir avant tout, c'est que la loi est en train de tomber en désuétude parce qu'elle n'a pas été modifiée depuis des années. La loi a été adoptée avant même que nous ayons des ordinateurs et, maintenant, le gouvernement fait du rafistolage et se félicite d'avoir pris des mesures qui sont déjà inscrites dans les lois d'autres pays depuis une génération.
J'ai beaucoup de difficulté à trouver des aspects positifs au projet de loi. Certes, je suis heureux qu'il prévoie un examen quinquennal et, comme je l'ai dit plus tôt, qu'il accorde enfin au commissaire le pouvoir de rendre des ordonnances conformément aux lois de toutes les provinces, mais c'est plutôt mince après toutes ces années. C'est un changement positif, il faut le reconnaître, mais toujours est-il que dans l'ensemble, le projet de loi est extrêmement inquiétant.
J'aimerais pouvoir dire qu'il a du mérite, qu'il comprend certaines des choses dont j'ai parlé, comme l'idée de faire régulièrement exception pour les documents confidentiels du Cabinet afin que les tribunaux et d'autres personnes puissent théoriquement examiner les décisions relatives à la divulgation, mais il n'y a rien dans le projet de loi qui permettrait cela.
Il y a un autre problème. Je parle de l'obligation de consigner. L'un des points qui ont été soulevées est qu'il semble que pour échapper au droit du public à l'information, une grande tradition orale ait émergé. On omet d'écrire certaines choses dans les dossiers gouvernementaux. Ou bien on écrit des notes sur des feuillets autoadhésifs qu'on appose au dossier et qu'on enlève lorsqu'une demande de divulgation est présentée, ou bien — et c'est ce qui se produit le plus souvent — on n'établit aucun dossier. Nous avons observé cette situation en Colombie-Britannique, avec le développement de ce qui a été baptisé la culture orale du gouvernement.
On ne prend pas suffisamment au sérieux l'obligation de consigner, notamment pour les générations futures, les décisions prises et les motifs qui les sous-tendent. En droit administratif, les tribunaux ont constaté un engagement croissant à motiver les décisions. Il est arrivé que la Loi sur l'accès à l'information permette d'élucider les motifs d'une décision. Voilà pourquoi certains demandent que l'on établisse une obligation de consigner. Malheureusement, je dois dire qu'il n'existe rien de tel dans le projet de loi.
En conclusion, le gouvernement a fait table rase de toutes les propositions du Sénat, qui auraient fait en sorte que le projet de loi puisse être appuyée. Selon Caroline Maynard, commissaire à l'information du Canada, les amendements du Sénat amélioraient le projet de loi. S'ils avaient été adoptés, le Nouveau Parti démocratique aurait appuyé le projet de loi.
Il est tout simplement scandaleux que le gouvernement ait rejeté l'ensemble de ces amendements et ait décidé de garder une version vivement critiquée dans tous les milieux, notamment par des universitaires, des groupes d'utilisateurs et des groupes de journalistes, et qu'il ait dit que nous devrions être satisfaits de la mesure. Par conséquent, nous ne pouvons pas l'appuyer.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-06-12 18:20 [p.29026]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House. As usual, I want to say hello to all the residents of Beauport—Limoilou who are watching right now. I had the honour of meeting thousands of them last weekend at the Grand bazar du Vieux-Limoilou, where I had a booth, as the local member of Parliament. It was a fantastic outdoor party, and the weather co-operated beautifully.
Before I discuss the motion, I just want the people of Beauport—Limoilou to know that we will have plenty of opportunities to meet this summer at all the events and festivals being held in Beauport and Limoilou. As usual, I will be holding my annual summer party in August, where thousands of people come to meet me. We often eat hot dogs, chips and popcorn from Île d'Orléans together. It is a chance for me to get to know my constituents, talk about the issues affecting the riding, and share information about the services that my office can provide to Canadians dealing with the federal government.
I also want to say that this may be the last speech I give in the House during the 42nd Parliament. It was a huge honour to be here, and I hope to again have that honour after election day, October 21.
I plan to run in the upcoming election and I hope to represent my constituents for a long time to come. I am extremely proud of the work I have done over the past four years, including the work I did in my riding, on my portfolio, Canada's official languages, and during debates.
I am asking my constituents to do me a favour and put their trust in me for another four years. I will be here every day to serve them.
Today we are debating Motion No. 227, a Liberal motion to conduct a study in committee. It is commendable to do a study at the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities. This is a very important House of Commons committee. A Liberal Party MP is proposing to conduct a study on labour shortages in the skilled trades in Canada.
As soon as I saw that I wanted to say a few words about this motion. Whether it be in Quebec City, Regina, Nanaimo, or elsewhere in Canada, there is a crisis right now. The labour shortage will affect us quite quickly.
We have heard that, a few years from now, the greater Quebec City area will need an additional 150,000 workers. This remarkable shortage will be the result of baby boomers retiring. Baby boomers, including my parents, will enjoy a well-deserved retirement. This is a very important issue, and we must address it.
I would like to remind the House that, in January, February and March, I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour about the serious labour shortage problem in Canada. Each time, she made a mockery of my question by saying that the Liberals had created 600,000 new jobs. Today, they say one million.
I am glad that this motion was moved, but it is more or less an exercise in virtue signalling. Actually, it is more of an exercise in public communications, although I am not questioning my colleague's sincere wish to look into the issue. In six or seven days, the 42nd Parliament will be dissolved. Well, the House will adjourn. Parliament will be dissolved in a few months, before the election.
My colleague's committee will not be able to study the motion. My colleagues and I on the Standing Committee on Official Languages are finishing our study of the modernization of the Official Languages Act. We decided that we would finalize our recommendations tomorrow at noon, to ensure that we are able to table the report from the Standing Committee on Official Languages in the House.
In essence, this is a public communications exercise, since the committee will not be able to study the issue. However, I think it would be good to talk about the labour shortages in the skilled trades with the Canadians who are watching us. What are skilled trades? We are talking about hairdressers, landscapers, cabinetmakers, electricians, machinists, mechanics, and crane or other equipment operators. Skilled trades also include painters, plumbers, welders and technicians.
I will explain why the labour shortage in the skilled trades is worrisome. When people take a good look around they soon realize that these trades are very important. Skilled tradespeople build everything around us, such as highways, overpasses, waterworks, subways, transportation systems like the future Quebec streetcar line that we have talked about a lot lately, the railroads that cross the country, skyscrapers in major cities like Montreal, Toronto and Vancouver, factories in rural areas, tractors, equipment and the canals of the St. Lawrence Seaway, which were built in the 1950s.
China, India and the United States are making huge investments in infrastructure. For example, in recent years, the U.S. government did not flinch at investing $5 billion to improve the infrastructure of the Port of New York and New Jersey, which was built by men and women in the trades. In Quebec, we are still waiting for the Liberals to approve a small $60-million envelope for the Beauport 2020 project, now called the Laurentia project, which will ensure the shipping competitiveness of the St. Lawrence for years to come.
There has been a lack of infrastructure investment in Canada. The Liberals like to say that their infrastructure Canada plan is historic, but only $14 billion of the $190 billion announced have actually been allocated. That is not all. Even if the Liberals were releasing the funds and making massive investments to surpass other G20 and G7 countries, the world's largest economies, they would not be able to deliver on their incredible projects without skilled labour. Consider this: even Nigeria, with a population of 200 million, is catching up with us when it comes to infrastructure investments.
It is about time that we, as legislators, dealt with this issue, but clearly that is not what the Liberals have been doing over the past few years, although I have heard some members talk about a few initiatives here and there in some provinces. The announcement of this study is late in coming.
I would also remind the House that this is a provincial jurisdiction, given that provincial regulations govern the training of skilled workers. That said, the federal government can still be helpful by implementing various measures through federal transfers, such as apprenticeship grants and loans, tax credits and job training programs. This all requires a smooth, harmonious relationship between the provinces and the federal government. Not only do the political players have to get along well, but so do the politicians themselves.
If, God forbid, the Liberals get another four-year term in office, taxes will increase dramatically, since they will want to make up for the huge deficits they racked up over the past four years. In 2016, they imposed conditions on health transfers. Then, they rushed ahead with the legalization of marijuana even though the provinces wanted more time. Then, they imposed the carbon tax on provinces like New Brunswick, which had already closed a number of coal-fired plants and significantly reduced its greenhouse gas emissions. The Liberals said that they still considered the province to be an offender and imposed the Liberal carbon tax. Finally, today, they are rushing through the study of Bill C-69, which seeks to implement regulations that are far too rigid and that will interfere with the development of natural resources in various provinces, even though six premiers have stated that this bill will stifle their local economies.
How can we hope that this government will collaborate to come to an agreement seeking to address skilled trades shortages when it has such a poor track record on intergovernmental relations?
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre. Comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent présentement. Nous avons eu l’honneur de nous rencontrer, par milliers, en fin de semaine, au Grand bazar du Vieux-Limoilou, où j'avais un kiosque, en tant que député. C’était une très belle fête à l’extérieur, et le beau temps était présent.
Avant de discuter de la motion, j’aimerais dire aux citoyens de Beauport—Limoilou que nous pourrons nous rencontrer tout au long de l'été, lors des activités ou des festivals qui se tiendront à Beauport ou à Limoilou. Comme chaque année, je vais tenir, au mois d’août, la Fête de l’été du député, où plusieurs milliers de personnes viennent me rencontrer. Souvent, nous dégustons ensemble des hot dogs, des croustilles et du blé d’Inde de l’île d’Orléans. C’est pour nous une chance de nous rencontrer, de discuter des enjeux de la circonscription et de faire part des services que mon bureau peut donner en ce qui a trait au gouvernement fédéral.
J’aimerais dire qu'il s'agit peut-être du dernier discours que je prononcerai à la Chambre lors de la 42e législature. Ce fut un honneur incroyable d'être ici, et je voudrais voir cet honneur renouvelé le 21 octobre prochain, le jour de l'élection.
J’ai l’intention de présenter ma candidature lors des prochaines élections, et j'espère représenter mes concitoyens encore très longtemps. Je suis extrêmement fier du travail que j’ai fait au cours des quatre dernières années, que ce soit le travail que j'ai fait dans ma circonscription, le travail relatif à mon portefeuille, les langues officielles du Canada, ou le travail que j'ai fait lors des débats.
Je demande donc à mes concitoyens de me faire une faveur, soit celle de me faire confiance pour quatre autres années. Je serai présent tous les jours pour les servir.
Aujourd’hui, nous débattons de la motion M-227, une tentative libérale visant à faire une étude en comité. C’est quand même louable de faire une étude au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées. Il s'agit d'un comité fort important de la Chambre des communes. Un député du Parti libéral propose de mener une étude sur la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés au Canada.
Dès que j’ai vu cela, j’ai voulu parler un peu de cette motion. Que ce soit à Québec, à Regina, à Nanaimo ou ailleurs au Canada, il y a une crise en ce moment. La pénurie de main-d’œuvre nous touchera assez rapidement.
On dit que, d’ici quelques années, il manquera 150 000 travailleurs dans la grande région de Québec. Cela est dû à un phénomène assez incroyable: les baby-boomers ont pris leur retraite. En effet, les baby-boomers, y compris mes parents, partent à la retraite, une retraite bien méritée. C’est donc un enjeu très important, et il faut s’y attarder.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler que, en janvier, en février et en mars, j’ai posé quelques questions à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Je lui disais qu’il y avait un grave problème de pénurie de main-d’œuvre au Canada. Chaque fois, elle tournait ma question en dérision en disant que les libéraux avaient créé 600 000 emplois. Aujourd’hui, ils disent en avoir créé 1 million.
Je suis content que la motion ait été déposée, mais il s'agit davantage d'un geste vertueux que d’autre chose. En fait, il s'agit davantage d'un exercice public de communication, bien que je ne remette pas en question le fait que mon collègue souhaite vraiment aborder le problème. Dans six ou sept jours, la 42e législature sera dissoute. En fait, la Chambre va s'ajourner. Pour ce qui est de la dissolution, elle aura lieu dans quelques mois, lors des élections.
Le comité auquel siège mon collègue ne pourra pas faire l'étude de la motion. Nous, les députés qui siégeons au Comité permanent des langues officielles, terminons notre étude sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous nous sommes dit que nous terminerions nos recommandations demain, à midi, pour nous assurer de pouvoir déposer à la Chambre le rapport du Comité permanent des langues officielles.
Bref, il s'agit d'un exercice de communication publique, car le comité ne pourra pas se pencher sur la question. Toutefois, je trouve que ce serait bien de parler de la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés aux Canadiens qui nous écoutent. Que sont les métiers spécialisés? Il s’agit du coiffeur, du paysagiste, de l’ébéniste, de l’électricien, du machiniste, du mécanicien, de l’opérateur d’équipement, comme les grues. Ce dernier est un emploi incroyable. Ce n’est pas facile d'obtenir un emploi d’opérateur de grue. Il s'agit aussi du peintre, du plombier, du soudeur et du technicien.
Je vais expliquer pourquoi la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés est inquiétante. Si les citoyens regardent autour d'eux, ils réaliseront que ces métiers sont essentiels. Ce sont ces travailleurs qui font tout ce qui nous entoure: les autoroutes, les viaducs, les aqueducs, les métros, les réseaux de transport structurants, comme le futur tramway de Québec, dont nous parlons beaucoup dernièrement, les chemins de fer qui traversent le pays, les gratte-ciels dans les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver, les usines en région rurale, les tracteurs, les machines, les canaux de la voie maritime du Saint-Laurent, qui ont été construits dans les années 1950, etc.
En Chine, en Inde et aux États-Unis, les investissements en infrastructure sont énormes. Par exemple, dans les dernières années, le gouvernement américain n'a pas rechigné une seconde à investir 5 milliards de dollars pour améliorer les infrastructures du port de New York et du New Jersey, qui a été construit par des hommes et des femmes des corps de métiers spécialisés. De notre côté, à Québec, nous attendons toujours que les libéraux confirment une petite enveloppe de 60 millions de dollars pour le projet Beauport 2020, qui s'appelle aujourd'hui le projet Laurentia et qui vise à assurer la compétitivité maritime du fleuve Saint-Laurent dans les années à venir.
Il y a donc un manque d'investissement dans les infrastructures canadiennes. Les libéraux aiment dire que le projet d'Infrastructure Canada est historique, mais seulement 14 milliards des 190 milliards de dollars annoncés ont été dégagés. Cependant, ce n'est pas tout. Même si les libéraux débloquaient l'argent et faisaient des investissements massifs pour dépasser les autres pays du G20 et du G7, les grandes économies mondiales, ils ne pourraient pas concrétiser leurs projets incroyables sans main-d’œuvre spécialisée. D'ailleurs, au chapitre des investissements en infrastructure, même le Nigeria, qui a 200 millions d'habitants, est en train de nous rattraper.
Il est donc temps que nous, les législateurs, nous attardions à cette question, mais de toute évidence, ce n'est pas ce que les libéraux ont fait au cours des dernières années, même si j'ai entendu parler de certaines mesures saupoudrées d'une province à l'autre. L'annonce de cette étude est tardive.
Par ailleurs, rappelons que cette question relève de la compétence provinciale, puisque c'est la réglementation provinciale qui encadre la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Cela dit, le gouvernement fédéral peut quand même être utile en mettant en place différentes mesures par l'entremise des transferts fédéraux, comme des subventions et des prêts aux apprentis, des crédits d'impôt et des programmes de formation de la main-d’œuvre. Tout cela nécessite une relation harmonieuse entre les provinces et le gouvernement fédéral. Non seulement les acteurs politiques doivent bien s'entendre, mais les politiciens eux-mêmes aussi.
Si, par grand malheur, les libéraux obtiennent un autre mandat de quatre ans, les impôts et les taxes vont augmenter considérablement, puisqu'ils voudront combler les grands déficits qu'ils ont accumulés depuis quatre ans. En 2016, ils ont imposé des conditions concernant les transferts en santé. Ensuite, ils ont précipité la légalisation de la marijuana, alors que les provinces voulaient plus de temps. Puis, ils ont imposé la taxe sur le carbone à des provinces comme le Nouveau-Brunswick, qui avait fermé plusieurs centrales au charbon et qui avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre substantiellement. Les libéraux lui ont dit qu'ils le considéraient toujours comme un délinquant et qu'il lui imposait la taxe libérale sur le carbone. Finalement, aujourd'hui, ils précipitent l'étude du projet de loi C-69, qui vise à mettre en œuvre une réglementation beaucoup trop rigide qui empêchera l'exploitation des ressources naturelles dans différentes provinces, alors que six premiers ministres ont affirmé que cela suffoquerait leur économie locale.
Comment peut-on espérer que ce gouvernement collabore pour arriver à une entente afin de pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés, lorsqu'on constate que son bilan en matière de relations intergouvernementales est complètement médiocre?
View Robert Nault Profile
Lib. (ON)
View Robert Nault Profile
2019-06-05 17:32 [p.28602]
moved:
That the House: (a) call on the Standing Committee on Health to undertake a study and report its findings to determine (i) the factors that contribute to significant disparities in the health outcomes of rural Canadians, compared to those in urban centres, (ii) strategies, including the use of modern and rapidly improving communications technologies, to improve health care delivery to rural Canadians; and (b) call on the government to work with the provinces and territories, and relevant stakeholders, to further address and improve health care delivery in rural Canada.
He said: Mr. Speaker, it is an honour and a pleasure to get the chance to speak to my private member's motion, Motion No. 226, which relates to health care delivery in rural Canada.
As a representative of the Kenora riding, one of the largest rural ridings in Canada, which stretches from almost the American border all the way to Hudson Bay, I know this is probably one of the easiest ridings to use to explain what it means for an area to be remote and inaccessible, or accessible only by plane or a winter road when the lakes freeze over.
This is an important subject matter for all rural Canadians, because it is one of those issues all Canadians think about, which is their health care, the health care delivery and the ability of government to deliver health care products to all Canadians, particularly in the north. For these reasons, northwestern Ontario presents a unique case study in many ways. From infrastructure to environment, transportation and employment, the north forces us to think outside the box.
Health care can be approached from many different angles, including mental health treatment, health care providers and availability, prescription drug coverage and culturally appropriate care, just to name a few.
The 2016 Statistics Canada census data indicates that Canada's population was over 35 million individuals, of whom 16.8% live in rural Canada. The 2006 report by the Canadian Institute for Health Information entitled “How Healthy are Rural Canadians? An Assessment of Their Health Status and Health Determinants” found that rural Canadians have higher death rates, higher infant mortality rates and shorter life expectancies than their urban counterparts.
Health-related factors such as a higher proportion of smokers, lower consumption of fruit and vegetables, and obesity disproportionately affect rural residents. Additionally, the population in rural areas tends to be older than in urban areas.
The recruitment and retention of physicians and health care professionals are also a significant challenge. Throughout the years that I have been involved in this, it has never been easy to find enough professionals to work in rural Canada. According to 2016 data from the Canadian Institute for Health Information, there were approximately 84,000 physicians in Canada, of whom only 6,790, or 8% , practised in rural settings.
In 2006, the Canadian Institute for Health Information issued a report that found that populations living in rural areas had a shorter average life expectancy by almost three years for men, as well as higher smoking rates compared to their urban counterparts. These numbers are statistically significant, according to the report.
Mortality risk for diseases such as heart disease and heart attacks, as well as respiratory diseases like influenza and pneumonia, were also significantly higher in rural versus large urban areas. There is a variation in the levels of services available, as rural areas lack the population base to warrant the construction of extensive health infrastructure.
In addition, rural and remote communities face challenges in recruiting and retaining health care professionals. I will keep repeating that, because it is something we talk about in my riding almost weekly.
On the youth side, there is no process for measuring health disparities in Canada. If we look at the experience of rural children and youth in the health care system, we get a good idea of what is happening. Indigenous populations, particularly those that are rural and remote, are the most underserved communities in all of Canada.
I would like to take a minute to provide an example of health care delivery in the north so that we can see how different it is from the urban experience.
In September 2018, the Sioux Lookout First Nations Health Authority released “Our Children and Youth Health Report”, which represents the experiences of 31 first nations communities in the Sioux Lookout area.
Since 1991, the population of the Sioux Lookout area first nations has grown by 74%. The primary point of care for the majority of these communities is the local nursing station, and in many cases, emergency services are available only by plane. For example, women from Sioux Lookout first nations leave their homes and families and travel hundreds of kilometres to give birth at a hospital. Can members imagine being put in a situation like that? In these communities, basically for all the births, families have to fly out, leave for weeks when it is close to the due date, and then be prepared to spend weeks waiting for the child to be born.
The primary point of care for the majority of these communities is their local nursing station, and in many cases, emergency services are available only by plane. For example, women from Sioux Lookout area first nations leave their homes, as I said, and if infants need emergency care, they are transported out by medevac, because there are no emergency departments in these communities. Since 2012, there has been an 11% increase in the rate of emergency room visits for infants.
In the Sioux Lookout area, first nations youth attend the emergency room department for mental health reasons at a rate five times greater than the Ontario average. Between 2012 and 2016, the rate of emergency department visits for mental health increased by 123%.
These are examples of just some of the issues faced by rural and remote communities when it comes to health care delivery. I am here to talk about how we can find a way to deal with the challenges that rural communities face in making sure that their health care and their standards are equal to the health care standards of urban centres.
Jurisdictional issues pose one of the largest roadblocks to providing quality health care in the north. What is the role of our levels of government in this game of what I would call jurisdictional football? The federal government is responsible for the delivery of health care to certain population groups. Of course, the provinces are responsible for the general population of the province.
Section 10 of the Canada Health Act stipulates that each province's health insurance scheme must be universal, which means that it “must entitle one hundred per cent of the insured persons of the province to the insured health services provided for by the plan”. What does this mean? It boils down to the need for a collaborative approach. Rather than working from the top down, we need to approach these communities and regions to establish their unique needs and find those solutions.
Simply put, there is no cookie-cutter answer, and what works for one community may not work for another. The bottom line is that we need to listen to those who live and work within the system every day to make sure that we understand how to deliver health care in rural Canada.
When we have these discussions, sometimes it is hard for people to compare apples and apples or oranges and oranges, so I spent some time doing some comparisons between Canada and Australia. Like most developed countries, Canada and Australia have publicly funded, universal health care coverage. The two countries have similar population densities and geographic areas. As of June 2018, just under 25 million people resided in Australia, and 11.4% resided in remote or rural locations. The Australian federal government is playing an active role in addressing health disparities between urban and rural or remote populations.
The Australian government provides funding to incentivize physicians to work in rural or remote areas and to encourage the uptake of telemedicine technology in those areas. Like rural Canada, rural Australia is under-serviced with respect to the number of physicians. However, the Australian government also realizes that to change that, it needs to have a solution. This is what Australia is doing, and it is something that I think Canada should consider.
Like rural Canada, rural Australia is under-serviced, so in 2009, the Rural Health Standing Committee of the Australian Health Ministers’ Advisory Council was asked to develop a national strategic framework for rural and remote health. It was published in 2011, and then updated in 2016.
In 2014, the Australian government implemented the indigenous Australians' health programme to improve access to health services that are culturally appropriate, throughout Australia.
In June 2017, the Government of Australia passed legislation to establish a national rural health commissioner, as part of the government's efforts to reform health care in rural and remote Australia. As in Canada, the indigenous population in Australia is more likely than non-indigenous Australians to have respiratory diseases, mental health problems, cardiovascular disease, diabetes and chronic kidney disease, as well as reduced life expectancy.
In the private members' business we are in, it is always good to try to do this from the perspective of making sure that it is non-partisan and that it crosses party lines. Last month, I was pleased to second Bill C-451, an act to establish a children’s health commissioner of Canada, which was put forward by the member for Simcoe—Grey. Bill C-451 puts priority on the well-being, health, security and education of children and youth by recognizing that every child has the right to enjoy a standard of living that allows for the child's physical, mental and social development to flourish. To help see these measures through, the bill seeks to establish an independent commissioner to report, advise and provide recommendations to Parliament.
To complement Bill C-451, my motion seeks to shed further light on the health care delivery gaps between rural and urban Canadians. This area needs to be studied, because current evaluations of the health status of rural Canadians are very limited. Because we do not have the population density to build some of the health infrastructure necessary to deliver adequate services, we must look at existing, new and emerging technologies to address this service gap. This particular type of study has never been undertaken in Canada, so I look forward to working with all parties to see that it takes place.
In my riding, we are working on an all nations hospital. We are looking at health care delivery in our region from the perspective of an all nations hospital health care system, to include everyone in the region. We have included all governments and the local communities to look at how best to deliver those kinds of services. This is a potential way forward.
I think that working together, as we did last week with the Minister of Indigenous Services when we announced our government's support for the all nations hospital health care system, we can find ways to better deliver health care in rural communities.
In conclusion, no matter whether a person is rich or poor, young or old, living in a rural or urban setting, Canada's public health care system must provide equal access and care to all. I believe very much that this government and this Parliament have a role to play in making sure that we do the right assessments and find the right structures to put in place good health care.
My last point is that if people are to be allowed to live their lives in rural Canada, including as seniors throughout their retirement years, we are going to have to find the right health care system to make sure that this takes place. Otherwise, as I hear from all my colleagues, a lot of seniors move to urban centres because they have few choices for places to live in rural Canada.
I thank the House for the opportunity to say a few words about this motion.
propose:
Que la Chambre: a) demande au Comité permanent de la santé d’entreprendre une étude et d'en faire rapport afin de déterminer (i) les facteurs qui contribuent aux importantes disparités dans les résultats en matière de santé des Canadiens vivant en milieu rural, comparativement à ceux des Canadiens vivant dans les centres urbains, (ii) des stratégies, y compris le recours à des technologies des communications modernes et qui progressent rapidement, afin d’améliorer la prestation de services de santé aux Canadiens en milieu rural; b) demande au gouvernement de travailler de concert avec les provinces et les territoires, ainsi que les intervenants concernés, à améliorer par de nouvelles mesures la prestation de services de santé dans le Canada rural.
— Monsieur le Président, c’est un honneur et un plaisir pour moi de prendre la parole au sujet de ma motion d’initiative parlementaire, la motion M-226, qui concerne la prestation des soins de santé en milieu rural au Canada.
Je représente la circonscription de Kenora, l’une des plus grandes circonscriptions rurales du Canada: délimitée au nord par la baie d’Hudson, elle atteint presque la frontière américaine au sud. C’est probablement l’un des meilleurs exemples que l’on puisse utiliser pour illustrer ce qu’est une région éloignée et inaccessible, ou accessible seulement par avion ou par route d’hiver, lorsque les lacs sont gelés.
Il s’agit d’un sujet important pour tous les Canadiens qui vivent en milieu rural. Les soins de santé et leur prestation, ainsi que la capacité du gouvernement de fournir des produits de santé à toute la population canadienne, notamment dans le Nord, sont des questions qui préoccupent tous les Canadiens. Pour ces raisons, le Nord-Ouest de l’Ontario représente une étude de cas unique à bien des égards. De l’infrastructure à l’environnement, en passant par les transports et l’emploi, le Nord nous oblige à trouver des solutions innovatrices.
Les soins de santé peuvent être abordés sous différents angles, notamment ceux des soins de santé mentale, des fournisseurs de soins de santé et de leur disponibilité, de la couverture des médicaments sur ordonnance et des soins adaptés à la culture, pour ne nommer que ceux-là.
Selon les données du recensement de 2016 de Statistique Canada, la population du pays dépassait les 35 millions d'habitants, et 16,8 % d'entre eux vivaient en milieu rural. En 2006, l'Institut canadien d'information sur la santé a publié un rapport intitulé « Comment se portent les Canadiens vivant en milieu rural? Une évaluation de leur état de santé et des déterminants de la santé ». On peut y lire que les taux de mortalité et de mortalité infantile sont plus élevés chez les Canadiens des régions rurales et que ceux-ci ont une espérance de vie plus courte que les personnes vivant dans les centres urbains.
Des facteurs liés à la santé, comme une proportion plus élevée de fumeurs, une consommation moindre de fruits et de légumes et un taux d'obésité élevé, touchent de façon disproportionnée les résidants des régions rurales. De plus, la population en milieu rural a tendance à être plus âgée que dans les villes.
Le recrutement et le maintien en poste de médecins et de professionnels de la santé représentent aussi un défi de taille. Tout au long des années où je me suis intéressé à la question, il n'a jamais été facile de trouver suffisamment de professionnels qui veulent travailler dans les régions rurales. Selon les données de 2016 de l'Institut canadien d'information sur la santé, il y avait environ 84 000 médecins au Canada et seulement 6 790 d'entre eux, ou 8 %, pratiquaient en milieu rural.
Selon un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé publié en 2006, les hommes vivant en milieu rural, où les fumeurs y sont plus nombreux, avaient une espérance de vie moyenne plus courte de presque trois ans par rapport à leurs concitoyens urbains. Le rapport indique que ces chiffres sont statistiquement importants.
Le risque de mortalité causée par des maladies ou des crises cardiaques, ou par des maladies respiratoires comme l'influenza et la pneumonie, était aussi beaucoup plus élevé en milieu rural que dans les grands centres urbains. Les niveaux de services offerts varient, étant donné que les régions rurales n'ont pas le bassin de population pour justifier la construction de grandes infrastructures de santé.
De plus, les collectivités rurales et éloignées ont de la difficulté à recruter et à maintenir en poste des professionnels de la santé. J'y reviens souvent parce que c'est un enjeu qui est soulevé pratiquement toutes les semaines dans ma circonscription.
Du côté des jeunes, il n'y a pas d'outil pour mesurer les disparités en matière de santé au Canada. Si on se penche sur l'expérience que les enfants et les jeunes vivant en milieu rural ont du système de santé, on obtient une bonne idée de l'état de la situation. Les populations autochtones, surtout celles qui se trouvent en régions rurales et éloignées, sont les communautés les plus mal desservies du Canada.
J'aimerais prendre une minute pour donner un exemple de situations vécues dans le Nord afin que chacun comprenne bien à quel point la prestation des soins de santé y est différente de ce qui se fait dans le Sud du pays.
En septembre 2018, l'autorité sanitaire des Premières Nations de Sioux Lookout a publié le rapport « Our Children and Youth Health Report », dans lequel est consignée l'expérience de 31 communautés autochtones de la région de Sioux Lookout.
Depuis 1991, la population des Premières Nations de Sioux Lookout a augmenté de 74 %. Pour la plupart, les gens qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent donc quitter leur domicile, laisser leur famille derrière elles et parcourir des centaines de kilomètres pour donner naissance à leur enfant à l'hôpital. Les députés peuvent-ils s'imaginer se retrouver un jour dans une pareille situation? Dans la quasi-totalité des cas, aussitôt que la date de l'accouchement approche, la famille doit prendre l'avion et s'absenter pendant des semaines, absence qui peut se prolonger de plusieurs semaines si le bébé se fait attendre.
Pour la plupart, les gens qui habitent dans la région et qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent quitter leur domicile, comme je le disais, et si leur nouveau-né a besoin de soins d'urgence, il est transporté par hélicoptère, parce qu'aucun établissement de la région n'a de service des urgences. Depuis 2012, le nombre de nouveau-nés qui ont eu besoin de soins d'urgence a augmenté de 11 %.
Les jeunes des Premières Nations de Sioux Lookout sont cinq fois plus nombreux que la moyenne ontarienne à se rendre aux urgences pour des problèmes de santé mentale. De 2012 à 2016, le nombre de personnes qui se sont rendues aux urgences pour cette raison a crû de 123 %.
Ces exemples illustrent bien les obstacles que doivent surmonter les Canadiens qui vivent dans un milieu rural ou éloigné et qui ont besoin de soins médicaux. Je suis ici pour trouver des moyens d'abattre ces obstacles et d'aider les localités rurales à obtenir les mêmes soins de santé qu'en ville, y compris sur le plan de la qualité.
Les questions de compétence représentent l'un des plus grands obstacles à la prestation de soins de santé de qualité dans le Nord. Quel est le rôle des divers ordres de gouvernement dans le contexte de ces diverses compétences? Le gouvernement fédéral est responsable de la prestation de soins de santé à certains groupes de la population. Évidemment, les provinces sont responsables de leur population générale respective.
L'article 10 de la Loi canadienne sur la santé prévoit que le régime d'assurance-santé de chacune des provinces doit être universel, ce qui suppose « qu’au titre du régime provincial d’assurance-santé, cent pour cent des assurés de la province ait droit aux services de santé assurés prévus par celui-ci ». Qu'est-ce que cela veut dire? En résumé, il faut adopter une approche axée sur la collaboration. Plutôt que d'avoir une approche descendante, il faut veiller à ce que les collectivités et les régions déterminent leurs besoins particuliers et qu'elles trouvent les solutions qui s'imposent.
Bref, il n'existe pas de panacée, et ce qui fonctionne dans une collectivité ne marchera pas forcément dans une autre. En fin de compte, il faut écouter les personnes qui vivent et qui travaillent dans le système tous les jours, afin de pouvoir bien comprendre le mode de prestation de soins de santé qui s'impose dans les régions rurales du pays.
Dans le cadre de ces discussions, il est parfois difficile de comparer des pommes avec des pommes ou des oranges avec des oranges. C'est pourquoi j'ai passé un peu de temps à établir des comparaisons entre le Canada et l'Australie. Comme la plupart des pays développés, le Canada et l'Australie ont un système de santé public et universel. Les deux pays ont des densités de population et des zones géographiques comparables. En juin 2018, l'Australie comptait un peu moins de 25 millions d'habitants, dont 11,4 % vivaient dans des régions rurales ou éloignées. Le gouvernement fédéral de l'Australie joue un rôle actif dans la lutte contre les disparités en matière de santé entre les populations urbaines et les populations rurales ou éloignées.
Le gouvernement australien fournit des fonds pour inciter les médecins à travailler dans les régions rurales ou éloignées et pour encourager l'adoption de la technologie de télémédecine dans ces régions. L'Australie rurale, tout comme le Canada rural, est mal desservie en ce qui concerne le nombre de ses médecins. Toutefois, le gouvernement australien est également conscient que pour changer cela, il doit trouver une solution. C'est ce que fait l'Australie, et je pense que le Canada devrait en tenir compte.
L'Australie rurale manque tellement de services qu'en 2009, on a demandé au comité permanent sur la santé rurale du conseil consultatif des ministres de la Santé de l'Australie d'élaborer un cadre stratégique national pour la santé en régions rurales et éloignées. Il a été publié en 2011, puis mis à jour en 2016.
En 2014, le gouvernement australien a mis en œuvre l'Indigenous Australians' Health Programme afin d'améliorer l'accès à des services de santé culturellement adaptés dans toute l'Australie.
En juin 2017, dans le cadre de ses efforts pour réformer le système de santé dans les régions rurales et éloignées de l'Australie, le gouvernement australien a adopté une loi visant à créer un poste de commissaire national à la santé rurale. Comme au Canada, la population autochtone d'Australie est plus susceptible d'être atteinte de maladies respiratoires, de problèmes de santé mentale, de maladies cardiovasculaires, de diabète et de maladies rénales chroniques, ainsi que d'avoir une espérance de vie réduite que les Australiens non autochtones.
Lors de l'étude des initiatives parlementaires, comme en ce moment, il est toujours bon de faire un effort pour que le débat soit non partisan et qu'il transcende les lignes de parti. Le mois dernier, j'ai eu le plaisir d'appuyer le projet de loi C-451, Loi constituant le poste de commissaire à la santé des enfants du Canada, présenté par le député de Simcoe—Grey. Le projet de loi C-451 priorise le bien-être, la santé, la sécurité et l'éducation des enfants et des adolescents en reconnaissant à tout enfant le droit de jouir d’un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental et social. Pour faciliter la concrétisation de ces mesures, le projet de loi vise à créer un poste de commissaire indépendant, qui sera chargé de faire rapport, de donner des conseils et de faire des recommandations au Parlement.
Dans le prolongement du projet de loi C-451, ma motion vise à faire la lumière sur les écarts dans la prestation des services de santé entre les Canadiens des régions rurales et ceux des régions urbaines. C'est un domaine qui doit être étudié, car il y a actuellement très peu d'évaluations de la situation sanitaire des Canadiens en région rurale. Du fait que nous n'avons pas une population assez dense pour construire certaines des infrastructures nécessaires pour offrir des services de santé adéquats, nous devons nous tourner vers les technologies nouvelles et émergentes pour remédier à l'écart dans les services. Ce type particulier d'étude n'a jamais été fait au Canada. J'ai donc hâte de travailler avec tous les partis pour qu'une telle étude soit menée.
Dans ma circonscription, nous sommes à créer un hôpital pour toutes les nations. Nous étudions la prestation des soins de santé dans la région, avec l'intention de développer un système de soins de santé pour toutes les nations, y compris un hôpital. Nous avons consulté tous les ordres de gouvernement et les collectivités locales pour déterminer la meilleure façon d'offrir ces services. Il s'agit d'une solution possible.
Je crois qu'en travaillant de concert, comme nous l'avons fait la semaine dernière avec le ministre des Services aux Autochtones lorsque nous avons annoncé l'appui du gouvernement envers un système de soins de santé pour toutes les nations, nous pouvons améliorer la prestation des services de soins de santé dans les collectivités rurales.
En conclusion, peu importe qu'une personne soit riche ou pauvre, jeune ou âgée, ou qu'elle vive dans un milieu rural ou urbain, le système de soins de santé du Canada doit offrir à tous un accès et des soins équivalents. Je suis persuadé que l'actuel gouvernement et la Chambre ont un rôle à jouer pour faire en sorte qu'on mène des évaluations appropriées et trouve les bonnes structures afin d'offrir de bons soins de santé.
Enfin, je dirai que si on permet aux gens de vivre dans les régions rurales du Canada, y compris durant leurs vieux jours, il faudra trouver un système de soins de santé adéquat pour que cela soit possible. Autrement, beaucoup de personnes âgées déménageront dans les centres urbains, en raison du nombre limité d'endroits où vivre dans les régions rurales du Canada.
Je remercie la Chambre de m'avoir donné l'occasion d'intervenir au sujet de la motion.
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
View Christine Moore Profile
2019-06-05 18:03 [p.28607]
Mr. Speaker, I would first like to clarify something about the motion. Although the federal government does have jurisdictional powers over certain aspects of heath care, including that of ensuring that all Canadians have equal access to health care services, the actual implementation of health services is a provincial responsibility.
The federal government provides health transfers to the provinces, but it is up to the provinces and the provinces alone to decide how to use those funds. Managing all health services falls under the exclusive jurisdiction of the provinces. This motion is aimed at improving the delivery of health services. It therefore interferes directly in a provincial jurisdiction. The member himself even admitted it. Strategies and communications technologies pertain to health care management, so this motion extends beyond the federal government's general jurisdiction. Only the provinces can deliver health care directly to Canadians and are able to develop the strategies needed to change health care management.
The NDP recognizes the importance of respecting provincial jurisdiction, especially in Quebec. That is why we adopted the Sherbrooke declaration, which acknowledges Canada's asymmetry and affirms Quebec's right to opt out with compensation. The member's motion directly interferes in an area under provincial jurisdiction.
Let me say that the timing of this motion is peculiar. When the member answered my question, he said that he did not choose when to present his motion, but the fact is, he most certainly did have a choice. He could have chosen to present any number of measures over the past four years.
For example, I myself presented a number of bills and motions that I believed merited the attention of the House even though I was well aware they would not be debated. Unfortunately, members have only one chance to introduce a bill of their own, and that is if they are lucky. The member presented the motion a month ago knowing full well it would probably never be voted on. This motion would have to go to committee, but that will never happen.
If the member truly wanted to improve the health outcomes of rural Canadians, which, I recognize, is a very important issue, he could have chosen measures that do not overstep federal jurisdiction. For example, he could have asked that federal health transfers be increased by the amount requested by the provinces. The Quebec health minister has said that the federal government must stop meddling in provincial jurisdictions and that it start by increasing our health transfers.
Lack of money is one of the biggest obstacles to the implementation of different technologies that could help rural Canadians. Hospitals are already accumulating deficits because they pay nurses a lot of overtime due to the shortage of staff and staff burnout. Unfortunately, the increase in health transfers is not enough to meet provincial needs. That is one thing that the member could have requested and that would have fallen within federal jurisdiction.
With respect to the labour shortage, there is another useful measure that falls within federal jurisdiction: improving the immigration process and the recruitment of foreign professionals. I have often been told by hospital administrators that they had found a very interesting candidate, a specialist from abroad. The specialist was interested in the position but was discouraged by the process and chose to settle in another country where procedures are much less complex. The process is expensive and very complicated. Also, immigration services do not exist in rural regions.
A hospital board that wants to recruit abroad does not even have access to services in its region where it can get help and support and find out the most effective way of handling the process. If the board wants access to those services, it has to manage by telephone, by Internet or by talking to agents who do not really understand all the ins and outs of the process. It is extremely complex. The member could have asked for immigration services to be set up in rural areas. That would also have helped in terms of recruitment.
To help improve care and services in rural areas, the member could have done something about travel. Patients often have to travel long distances, which gets expensive. That is difficult from a financial perspective.
In order to be entitled to the medical expense tax credit, which can include travel expenses, a person must be making a certain income. If that person did not pay any taxes, he or she is not entitled to the tax credit. In the end, we are not helping those who would benefit the most from this help, those who cannot afford to pay for travel expenses.
There are quite a few concrete measures that the member could have chosen instead of moving a motion calling for a committee study that will never be done. That is why the motion does not sit well with me. I can see that the member is genuinely concerned about health care in rural areas, but I am having a hard time understanding why he chose such an ineffectual way to address the issue. It is most unfortunate, especially considering he has been an MP for four years. Some of us have been here longer, but the member has been in the House of Commons for four years. He could have sought advice. He knows enough about how things work that he should have realized this was not the best way to proceed.
If the member is really interested in what has been going on with new technologies, he could have asked the research service for help. All MPs have access to the services of the Library of Parliament for conducting research. For instance, the member could have asked the Library of Parliament to perform an exhaustive search for different strategies that have been used in various regions across Canada or around the world to improve services in rural areas. That would have generated plenty of fascinating reading material for him.
When new technologies become established, scientific, medical or nursing journals often publish articles highlighting their positive impact. The data on the methodology are already available and accessible to anyone who is interested.
Once again, I understand the member's desire to improve health care services in rural areas, but I do not think that we should be trying to make improvements by interfering in provincial jurisdictions.
I suggested a number of ways to find a much more effective solution for our rural areas. These methods fall within federal jurisdiction.
I strongly urge my colleague to talk to his colleagues and to listen to Quebec's minister of health and social services. She has suggested that the current government stop interfering in provincial jurisdiction over health care and immediately increase federal transfers to the provinces so that they can implement the measures that are already on the table but cannot be implemented because of a lack of money and commitment from the federal government.
Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord préciser quelque chose au sujet de la motion. Bien que le gouvernement fédéral dispose de certaines compétences en matière de santé, notamment celle d'assurer un accès égal aux services de santé à tous les Canadiens, la mise en œuvre concrète des services de santé relève de la compétence des provinces.
Le gouvernement fédéral fait des transferts en santé aux provinces, mais il revient ensuite aux provinces seulement de décider de l'utilisation de ces transferts. La gestion de l'ensemble des services de santé constitue une des compétences exclusives des provinces. Or la présente motion vise à améliorer la prestation des services de santé. On s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial. Le député l'a lui-même avoué. Les stratégies et les technologies de communication concernent la gestion des soins de santé. Cela dépasse donc la compétence générale du fédéral. Seules les provinces peuvent fournir des soins de santé directement aux Canadiens et sont à même d'élaborer des stratégies pour changer la gestion de ces soins.
Pour nous, au NPD, il est important de respecter les compétences des provinces, particulièrement au Québec. C'est d'ailleurs dans cet esprit que nous avions adopté la Déclaration de Sherbrooke pour refléter le caractère asymétrique du Canada et appliquer le droit de retrait avec compensation du Québec. La motion du député s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial.
Par ailleurs, on a choisi un moment bizarre pour déposer cette motion. En répondant à ma question, le député a dit qu'il ne pouvait pas choisir le moment où sa motion serait débattue. Cependant, il avait totalement le choix du moment où il allait la déposer. Il avait totalement le choix de déposer plusieurs mesures au cours des quatre dernières années.
Par exemple, j'ai déposé plusieurs projets de loi et motions qui, selon moi, méritaient l'intérêt de la Chambre, même si je savais très bien qu'ils ne seraient pas débattus. Malheureusement, les députés, pour ce qui est de leur projet de loi, n'ont qu'un seul tour, lorsqu'ils ont de la chance. Le député a déposé la motion il y a un mois en sachant très bien qu'elle ne serait probablement jamais votée. C'est une motion qui demande une étude en comité, mais celle-ci n'aura jamais lieu.
Si le député voulait vraiment améliorer la santé des gens en région rurale, une question extrêmement importante, je le reconnais, il aurait pu choisir différentes méthodes qui n'outrepassaient pas le champ de compétence fédéral. Par exemple, il aurait pu demander que les transferts en santé soient augmentés à la hauteur des demandes des provinces. D'ailleurs, la ministre de la Santé du Québec a dit qu'il fallait que le fédéral arrête de s'ingérer dans le champ de compétence provincial et qu'il commence par augmenter nos transferts en santé.
L'un des obstacles les plus importants à la mise en œuvre des différentes technologies qui pourraient aider les Canadiens en milieu rural, c'est l'argent. Les hôpitaux accumulent déjà des déficits, parce qu'ils paient énormément d'heures supplémentaires aux infirmières à cause de la pénurie de personnel et de l'épuisement du personnel. Malheureusement, l'augmentation des transferts en santé n'est pas à la hauteur des besoins des provinces. C'est une des choses que le député aurait pu demander et qui n'aurait pas outrepassé le champ de compétence fédéral.
Au sujet de la pénurie de main-d'œuvre, il y a une autre chose qui aurait pu être très utile sans outrepasser le champ de compétence fédéral: améliorer tout le processus d'immigration et de recrutement de professionnels à l'étranger. Je me suis souvent fait dire par des directeurs d'hôpitaux qu'ils avaient réussi à trouver un candidat très intéressant, un médecin spécialiste qui venait de l'étranger, et que celui-ci était intéressé, mais qu'il avait été découragé par le processus et qu'il avait choisi d'aller s'établir dans un autre pays où les démarches étaient beaucoup moins complexes. Le processus est coûteux et extrêmement compliqué. De plus, les services d'immigration sont absents dans les régions rurales.
La direction d’un hôpital qui veut recruter à l’étranger n’a même pas accès à des services offerts dans sa région en vue de l’aider, de l’appuyer et de lui expliquer comment faire les démarches de manière efficace. Si elle veut obtenir ces services, il faut qu’elle se débrouille par téléphone, par Internet ou en parlant à des agents qui ne comprennent pas les nuances. C’est extrêmement complexe. Le député aurait pu demander que des services d’immigration soient implantés dans les régions rurales. Cela aurait également pu aider sur le plan du recrutement.
Afin d'améliorer les soins ou les services en milieu rural, le député aurait pu faire quelque chose en lien avec les déplacements. En effet, les patients ont souvent de longs déplacements à effectuer, ce qui leur coûte cher. Cela est difficile sur le plan financier.
Pour avoir droit au crédit d'impôt pour frais médicaux, qui peut inclure les frais de déplacement, la personne doit avoir un revenu suffisant. Si elle n'a pas payé d'impôt, elle n'a pas droit au crédit d'impôt. En fin de compte, on n’aide pas ceux qui en bénéficieraient le plus, c'est-à-dire ceux qui n’ont pas les moyens de payer les frais de déplacement.
Le député aurait pu choisir de mettre en place plusieurs mesures concrètes au lieu de présenter une motion demandant que l'on procède à une étude en comité qui n'aboutira jamais. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle je suis mal à l'aise au sujet de la motion. Bien que je comprenne que le député a un réel intérêt pour la santé en milieu rural, j’ai beaucoup de difficultés à comprendre le moyen totalement inefficace qu’il a choisi. Cela est malheureux, surtout qu'il est député depuis quatre ans. Certains d’entre nous sont ici depuis plus longtemps, mais le député siège quand même à la Chambre des communes depuis quatre ans. Il aurait pu recevoir des conseils. D'ailleurs, il connaît suffisamment la démarche pour savoir que ce n’était pas la meilleure façon de procéder.
Si le député s'intéresse à tout ce qui a été fait dans le domaine des nouvelles technologies, il a la possibilité d'avoir recours aux services de recherches. En tant que députés, nous avons accès aux services de la Bibliothèque du Parlement pour effectuer des recherches. Par exemple, le député aurait pu demander à la Bibliothèque du Parlement de faire une recherche exhaustive à propos des différents moyens qui ont été mis en place dans différentes régions du Canada ou du monde afin d'améliorer les services offerts dans les milieux ruraux. Cela lui aurait d'ailleurs permis de faire plusieurs lectures intéressantes.
Lorsque de nouvelles technologies sont implantées, des articles démontrant leurs impacts positifs sont souvent publiés dans les revues scientifiques, médicales ou infirmières. Les données relatives aux moyens qui ont été utilisés sont déjà disponibles et accessibles pour les gens qui s’intéressent à la question.
Encore une fois, je comprends la volonté du député d’améliorer les services de santé en région rurale. Cependant, je ne crois pas que c’est en s’ingérant dans les champs de compétence provinciale qu’on va y arriver.
J’ai suggéré plusieurs moyens permettant d'en arriver à une solution beaucoup plus efficace pour nos régions rurales. Ces moyens respectent les champs de compétence fédérale.
Je conseille fortement à mon collègue de discuter avec ses collègues et d’écouter la ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Cette dernière a suggéré au gouvernement actuel de cesser de s’ingérer dans les champs de compétence des provinces en ce qui a trait à la santé et d’augmenter immédiatement les transferts fédéraux aux provinces, pour qu’elles puissent implémenter plusieurs mesures qui sont déjà sur la table, mais qui ne peuvent être implémentées à cause du manque d’argent et du désengagement du gouvernement fédéral.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2019-06-04 14:33 [p.28499]
Mr. Speaker, federal and provincial areas of jurisdiction go back to 1867. A prime minister's job is to maintain healthy, productive and harmonious federal-provincial relations, but this Prime Minister is paternalistic and centralizing.
When will the Prime Minister show some respect for the provincially elected representatives of all Canadian provinces?
Monsieur le Président, le partage des compétences provinciales et fédérales existe depuis 1867. La responsabilité d'un premier ministre est de travailler à maintenir des relations saines, productives et harmonieuses entre le fédéral et les provinces. On est plutôt en face d'un premier ministre paternaliste et centralisateur.
Quand le premier ministre va-t-il respecter les élus provinciaux de toutes les provinces canadiennes?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, respecting jurisdiction means investing with the provinces.
This gives me an opportunity to talk about the announcement we made yesterday together with the government of Quebec. We are making a historic investment in excess of $500 million to rehabilitate the Louis-Hippolyte-La Fontaine tunnel and transform the 20th-century bridge-tunnel into a 21st-century piece of infrastructure.
That is what we mean by “working with the provinces”. It was a joint announcement and it is a joint investment. We are going to work together for Quebeckers and for all Canadians.
Monsieur le Président, respecter les champs de compétence, c'est investir avec les provinces.
Cela me donne l'occasion de dire qu'hier, nous avons annoncé avec le gouvernement du Québec un investissement historique de plus d'un demi-milliard de dollars pour moderniser le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Cet investissement vise à faire passer le pont-tunnel du XXe au XXIe siècle.
C'est cela, travailler avec les provinces. Nous avons fait cette annonce ensemble et nous investissons ensemble. Nous allons travailler ensemble pour les Québécois et les Québécoises et l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2019-06-04 14:34 [p.28499]
Mr. Speaker, the fact is that, in most cases, this Liberal government interferes and makes decisions at the federal level without taking the provinces into account. It does not respect Ontario, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, New Brunswick or Quebec, for starters.
Things have gotten so bad that, at the Federation of Canadian Municipalities conference last Friday, the Prime Minister said he was prepared to bypass the provinces to achieve his objectives.
Why does the Liberal government have so little respect for provincial governments and premiers?
Monsieur le Président, la réalité, c'est que, dans la majorité des cas, ce gouvernement libéral fait de l'ingérence et centralise ses décisions au fédéral sans tenir compte des provinces. Il ne respecte pas l'Ontario, l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et le Québec, pour ne nommer que ces provinces.
Ça va tellement mal que, lors du congrès de la Fédération canadienne des municipalités, vendredi dernier, le premier ministre a dit qu'il était prêt à contourner les provinces pour arriver à ses fins.
Pourquoi ce gouvernement libéral est-il si irrespectueux envers les différents gouvernements provinciaux et les premiers ministres des provinces?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as my colleague said, respecting jurisdiction means working with the provinces. That is why I was very happy to be in Halifax on Sunday working with the Province of Nova Scotia to announce two major transportation corridor projects. Our federal government is working with the provinces to make life better for Canadians.
Monsieur le Président, comme mon collègue l'a dit, respecter les compétences, c'est travailler avec les provinces. C'est pour cela que j'étais très heureux d'être à Halifax dimanche et de travailler avec la province de la Nouvelle-Écosse pour annoncer deux projets importants reliés aux corridors de transport. C'est un gouvernement fédéral qui travaille de concert avec les provinces pour améliorer la situation au Canada.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2019-05-10 14:21 [p.27654]
Madam Speaker, I am pleased to join the debate on Bill S-203, for which I have received a fair volume of correspondence from constituents in my riding of Calgary Shepard, whom I am pleased to represent. A lot of them were sent to me on behalf of various organizations across Canada that have been promoting Bill S-203 as a solution to cetaceans in captivity.
Before I continue on with the bill, I want to make one mention. The member for St. John's East had the best observation regarding a Senate bill I have ever heard in this chamber when he said it did not take advantage of creative acronym design. It has been four years and I will give him that. How acronyms are created with certain bill is probably one observation I have not made, so I will give him kudos for that one, but not for the content of what he said, especially on the oceans protection plan, which is a $1.5-billion plan, with very little spending so far. The Coast Guard ships that have been built are still in dock in Nanaimo with no crews to service them and make them ready for use in the field. I have not seen any actual spending of the dollars associated with the plan. That is the first part of my reply to what he mentioned.
With respect to the substance of the bill, I feel the need to provide an introduction. I have been writing back to my constituents who have been writing to me on Bill S-203, and I have had some back-and-forth conversations with a few of them on disagreements over some of the technical aspects of the bill.
One thing I want to mention is that the bill broaches a certain area of provincial jurisdiction—animal welfare laws, typically—by going after the Criminal Code. It is a way for Parliament to make a judgment call about a certain practice in Canadian society. In this case, it is the captivity of cetaceans.
I share the same concern that a lot of my constituents have and that a lot of members of Parliament in this chamber have expressed over the necessary protection of whales, dolphins and other aquatic animals, which is that nobody wants to see them suffer. The member for Sherbrooke brought up an example of what happens in the Russian Federation. Of course, there are examples all over the world of abhorrent animal husbandry and captivity practices that most of us would say are brutal and should not be happening. Unfortunately, they do, because people use animals for entertainment purposes and to generate an income.
With respect to some of the historical aspects, as I think another member mentioned, there have been no live captures since 1992, although it is true that beluga whales and bottlenose dolphins have been imported from foreign sources.
It has been reported in various CBC articles and other media that parts of this bill seem to be veering into areas of provincial jurisdiction over animal welfare laws. Ontario has already banned the captivity and breeding in captivity of orcas, which is one of the concerns I had with the bill going the route of amending the Criminal Code. Perhaps it is more of a process issue that I have.
Going back to the previous debate we had earlier today on Bill C-55, with respect to the intent of a bill like this one, Bill S-203, I do not think many members disagree with the principle of the matter; rather, it is the execution we have concerns with.
There are a few scientists I am going to quote, some of whom provided testimony at committees and some who of whom provided feedback through correspondence that the member for Cariboo—Prince George and I have received.
I want to mention that this is a very unusual bill, because it has received review at over 17 committee meetings in an eight-month period. It was tabled way back in 2015 and has been on the public record for quite a long time. It has been debated for quite a long time. It had what I would say was a difficult process through that other place, the Senate chamber, with several senators expressing deep concern over the technical aspects of the bill in its interaction between provincial laws and federal jurisdiction over the Criminal Code. That area is where I am going to express some of my concerns as well.
The provinces are responsible for passing animal welfare laws. In this chamber we have pronounced ourselves on matters affecting what I would also think are areas of at least partial provincial jurisdiction, as in the bestiality bill the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice mentioned earlier. I do not think there is anything wrong in going the route of the Criminal Code, but in this case in particular the member for North Okanagan—Shuswap mentioned that it could potentially criminalize individuals that the law did not intend to criminalize, such as the booking of travel vacations or some service provision in tourism.
I do not think that was the intent of the law. However, I have seen before, as I mentioned in the House on Bill C-55, that with regulations passed by officials, written by officials and confirmed through the gazetting process that the Government of Canada has, the intention is typically lost. Nice words are shared by officials about the intent of the bill when the members of Parliament and senators express their will by passing a piece of legislation, but then the actual execution is not there.
Sometimes this debate among officials lasts well over a decade, two or three decades of quibbling over exactly what the law permits one to do and to whom it can apply. I think the concerns expressed by the member for North Okanagan—Shuswap on our side are that the lens with which the Criminal Code will be applied may be broadened by officials in the departments at a later point, far beyond the lifespan of any member here, or at least our elected lifespan. I wish all members good heath.
I think there is a concern there about that mission creep, about going after individuals or applying the law to individuals whom we had not intended it to be upon. That is why many amendments were moved at committee by the opposition side to try to improve and clarify this particular piece of legislation, of course not to obstruct it. Attempting to amend a piece of legislation is never about obstruction. It is about an improvement to the bill, especially when the intent is there. The technical aspect, the delivery of the bill and its execution, is perhaps lacking.
I want to mention the scientists. The member for Cariboo—Prince George previously made comments about an email from Dr. Laura Graham, a professor at the University of Guelph. I am going to read the quote, and then perhaps I can express some of my thoughts on the scientists' view on the impact that this bill would have.
The member for Cariboo—Prince George said:
Her speciality is endocrinology and reproductive physiology of wildlife species, including looking at factors that can impact the welfare of wildlife species managed by humans and using science to solve some of the challenges wildlife managers face as they work toward optimizing the welfare of animals in their care.
Thereafter, that information can be used in the general practices of the Crown when it is managing wildlife populations on behalf of Canadians. I am going to read a direct quote from the correspondence that the member for Cariboo—Prince George read, so that I can remind the chamber of what Dr. Laura Graham said:
As an expert in endangered species physiology I can tell you that this bill is short-sighted and will do irreparable harm to critical research on the marine mammals listed under SARA, including the Salish Orca. Over 90% of what we know about marine mammal biology is based on research on individuals under human care. And we need these captive animals to develop research techniques that can be applied to free-ranging animals.
The discussion goes on from there. The quotations given by this particular specialist, I think, are really important to keep in mind.
Many members have said that the economic operations of the aquariums, and those operations that save marine mammals and then perhaps keep them temporarily in captivity so that they can nurse them back to health, typically have some research component. It is never a purely economic operation.
Again, I could be wrong in the case of Marineland, which seems to be the best example being used. I am a member from Calgary, after all, so I do not head out to Toronto too often. However, on this particular piece of legislation, I think the intent is there but the execution is lacking. As I read from the scientist, I think there will be harm done on the research side of things that we were not able to fix at committee. In eight months and 17 committee meetings, we were not able to reach that mechanical fixing of the bill.
That is why I will be voting against this piece of legislation, just as I have been telling my constituents that I would. I implore all members to look at that fact and to vote against this particular law.
Madame la Présidente, je suis ravi de participer au débat sur le projet de loi S-203, au sujet duquel j'ai reçu un volume assez considérable de correspondance de la part de citoyens de ma circonscription, Calgary Shepard, que je suis heureux de représenter. Beaucoup de ces lettres et courriels proviennent de divers organismes canadiens qui font valoir le projet de loi S-203 comme solution au problème des cétacés en captivité.
Avant de poursuivre au sujet du projet de loi, j'aimerais mentionner une chose. Le député de St. John's-Est a formulé la meilleure observation que j'ai jamais entendue à la Chambre concernant un projet de loi du Sénat. Il a dit que le titre du projet de loi n'a pas eu droit à un sigle créatif. Cela fait quatre ans, et je le lui accorde. Je n'ai jamais parlé de la création de sigles dans le titre de certains projets de loi, alors je le félicite de l'avoir fait. Toutefois, mes félicitations s'arrêtent là, car je ne suis pas d'accord avec ce qu'il a dit par la suite, en particulier par rapport au Plan de protection des océans, un plan de 1,5 milliard de dollars dont bien peu a été dépensé jusqu'à présent. Les navires de la Garde côtière qui ont été construits sont toujours à quai à Nanaimo, sans équipage pour les réviser et les rendre prêts à l'utilisation sur le terrain. Je n'ai observé aucune dépense réelle des dollars associés à ce plan. Voilà la première chose que je tenais à dire en réponse aux propos du député.
En ce qui concerne le fond du projet de loi, je crois qu'il est nécessaire de faire une introduction. J'ai répondu aux gens de ma circonscription qui m'ont écrit au sujet du projet de loi S-203 et j'ai eu des échanges avec certains d'entre eux au sujet de désaccords sur certains aspects techniques du projet de loi.
Une chose que je tiens à mentionner, c'est que le projet de loi aborde un certain domaine de compétence provinciale — les lois sur le bien-être des animaux — en ayant recours au Code criminel. C'est une façon pour le Parlement de porter un jugement sur une certaine pratique de la société canadienne. Dans ce cas, c'est la captivité des cétacés.
Je partage la même préoccupation que beaucoup des gens que je représente et que beaucoup de députés ont exprimée au sujet de la nécessité de protéger les baleines, les dauphins et les autres animaux aquatiques, parce que personne ne veut les voir souffrir. Le député de Sherbrooke a donné un exemple de ce qui se passe dans la Fédération de Russie. Bien sûr, il y a des exemples partout dans le monde de pratiques odieuses d'élevage et de captivité que la plupart d'entre nous qualifieraient de brutales et qui ne devraient pas avoir lieu. Malheureusement, ces pratiques existent, parce que les gens utilisent les animaux à des fins de divertissement et pour en tirer un revenu.
Je rappelle toutefois — et je crois que quelqu'un d'autre en a fait mention avant moi — qu'aucune bête n'a été capturée vivante depuis 1992, même s'il est vrai que des bélugas et des dauphins à gros nez ont été importés de l'étranger.
Selon CBC et divers autres médias, certains éléments du projet de loi pourraient bien empiéter sur les compétences des provinces, car c'est d'elles que relèvent les lois sur le bien-être des animaux. L'Ontario interdit déjà le maintien en captivité des épaulards et leur reproduction dans ces conditions. Or, ce qui m'inquiète du projet de loi, c'est entre autres le fait qu'il modifie le Code criminel. Au fond, je crois que c'est contre le processus que j'en ai.
Comme pour le projet de loi C-55, dont il a été question tout à l'heure, je crois que tout le monde souscrit au principe du projet de loi S-203. C'est plutôt l'exécution qui pose problème.
J'aimerais citer les propos de quelques scientifiques, dont certains ont témoigné devant les comités concernés et d'autres nous ont écrit, au député de Cariboo—Prince George et à moi.
Je tiens à dire qu'il s'agit d'un projet de loi très inhabituel: sur une période de huit mois, il a été examiné dans plus de 17 réunions de comité. Il avait été déposé en 2015 et on en parlait depuis fort longtemps. Il a eu, dans l'autre endroit, c'est-à-dire au Sénat, un parcours que je qualifierais de difficile, plusieurs sénateurs s'étant dits très préoccupés des dimensions techniques du projet de loi, qui sont liées à des lois provinciales et au Code criminel, une loi de compétence fédérale. C'est à ce sujet qu'il m'inquiète également.
Les lois sur le bien-être animal relèvent des provinces. À la Chambre, nous nous sommes prononcés sur des sujets qui sont en partie, je pense, de compétence provinciale, comme dans le projet de loi sur la bestialité que le secrétaire parlementaire du ministre de la Justice a mentionné. Il n'y a aucun mal à se servir de modifications du Code criminel, mais dans ce cas particulier, le député de North Okanagan—Shuswap a indiqué qu'on pourrait, de façon involontaire, criminaliser des activités ou des services touristiques.
Je ne crois pas que c'était le but de la loi. Cependant, comme je l'ai affirmé à la Chambre au sujet du projet de loi C-55, l'expérience m'a montré que, comme les règlements sont rédigés et adoptés par des fonctionnaires et que leur entrée en vigueur est annoncée dans la Gazette du Canada comme le gouvernement doit le faire, il arrive que l'on perde de vue le but de la loi. Les fonctionnaires ont de bons mots au sujet du but du projet de loi lorsque les députés et les sénateurs expriment leur volonté en l'adoptant, mais c'est au moment de la mise en pratique que cela se gâche.
Il peut arriver que les fonctionnaires débattent pendant plus d'une décennie de ce que la loi permet exactement et des personnes à qui elle peut s'appliquer. Je crois que les préoccupations soulevées de ce côté-ci de la Chambre par le député de North Okanagan—Shuswap concernent le fait que le champ d'application du Code criminel pourrait être élargi par les fonctionnaires des ministères à une date ultérieure, bien après le passage de l'ensemble des députés actuels — je parle de leur passage au Parlement. Je souhaite à tous les députés de demeurer en santé.
Je crois que certains s'inquiètent du risque d'un élargissement de la portée, que certaines personnes soient ciblées ou que la loi soit appliquée à des personnes que nous n'avions pas l'intention de cibler. C'est pourquoi de nombreux amendements ont été proposés au comité par l'opposition, dans le but d'améliorer et de préciser cette mesure législative, et non dans le but de faire de l'obstruction, évidemment. Vouloir amender un projet de loi ne constitue jamais de l'obstruction. Il s'agit d'efforts visant à améliorer le projet de loi, surtout lorsque son but est louable. C'est le côté technique qui pourrait poser problème, c'est-à-dire la mise en oeuvre et l'application du projet de loi .
Je tiens à parler des scientifiques. Le député de Cariboo—Prince George a parlé d'un courriel de Laura Graham, professeure à l'Université de Guelph. Je vais la citer, puis m'exprimer par rapport au point de vue scientifique sur les répercussions potentielles de ce projet de loi.
Le député de Cariboo—Prince George a décrit Mme Graham comme suit:
Elle se spécialise dans l'endocrinologie et la physiologie reproductive des espèces sauvages. En particulier, elle étudie les facteurs qui peuvent avoir une incidence sur le bien-être des espèces sauvages gérées par les humains. Elle se sert de la science pour solutionner les problèmes rencontrés par les gestionnaires de la faune qui essaient d'améliorer le bien-être des animaux dont ils ont la charge.
Par conséquent, le gouvernement pourrait utiliser ces informations pour améliorer ses pratiques générales de gestion de la faune, et ce, dans l'intérêt des Canadiens. J'aimerais citer directement un passage de la correspondance lue par le député de Cariboo—Prince George, afin de rappeler à la Chambre les observations de Laura Graham:
En tant que spécialiste de la physiologie des espèces en péril, je puis vous dire que ce projet de loi témoigne d'un sérieux manque de vision et qu'il causera des dommages irréparables à des travaux de recherches essentiels sur les mammifères marins inscrits sur la liste des espèces en péril aux termes de la Loi sur les espèces en péril, notamment les épaulards de la mer des Salish. Plus de 90 % de nos connaissances sur la biologie des mammifères marins sont fondées sur la recherche menée sur les animaux élevés ou soignés par des humains. Nous avons besoin d'étudier ces animaux en captivité afin d'élaborer des techniques de recherche que nous pourrons ensuite appliquer aux animaux sauvages.
D'autres arguments sont apportés dans cette discussion. Je crois qu'il est très important de prendre en considération des arguments comme ceux de cette spécialiste.
Nombre de députés ont précisé que, même s'il y a une dimension commerciale, il y a généralement un volet scientifique aux activités des aquariums et des organismes qui sauvent des mammifères marins et qui les gardent temporairement en captivité pour qu'ils puissent recouvrer la santé. Ce n'est jamais purement commercial.
Encore une fois, je pourrais me tromper, mais Marineland semble être le meilleur exemple. Comme je viens de Calgary, je ne vais pas très souvent à Toronto. Quoi qu'il en soit, je crois que l'intention derrière ce projet de loi est louable, mais qu'il y a des lacunes sur le plan de l'exécution. Comme l'a dit la scientifique, je crois qu'il y a des aspects négatifs sur le plan de la recherche auxquels le comité n'a pas su remédier. Après 8 mois et 17 réunions du comité, nous n'avons pas pu remédier à ces lacunes du projet de loi.
C'est pourquoi je voterai contre ce projet de loi, comme je l'ai indiqué aux gens de ma circonscription. J'exhorte tous les députés à tenir compte des aspects que j'ai soulevés et à voter contre ce projet de loi.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2019-04-30 18:46 [p.27216]
Mr. Speaker, I am pleased to participate in this third reading debate on Bill S-240, a piece of legislation that has been described as the culmination of over 10 years of parliamentary work on the important issue of organ trafficking.
It is worth recalling that four bills dealing with this issue were introduced in Parliament prior to Bill S-240, some of which were sponsored by the member for Etobicoke Centre and by the former minister of justice, Irwin Cotler.
This goes to show that combatting the scourge of organ trafficking and protecting vulnerable people from whom organs are being forcibly removed are serious concerns that we all share. That applies to my constituents in Parkdale—High Park and Canadians around the country who are rightfully concerned about protecting those who are vulnerable to predatory organ harvesting activities in Asia and around the world.
There is no question that there exists a serious organ shortage, both in Canada and abroad. The organ shortage affects family members and neighbours, and it understandably leaves many feeling vulnerable about their health. However, Bill S-240 provides an important reminder to Canadians that capitalizing on the vulnerability of organ donors abroad is not an acceptable response to this issue. That is why our government is proud to support this important bill, with targeted amendments that make it better achieve its objectives.
Bill S-240 proposes to strengthen Canada’s response to organ trafficking by creating four new Criminal Code offences related to this conduct, extending extraterritorial jurisdiction over these new offences and amending the Immigration and Refugee Protection Act to add a new ground of inadmissibility to Canada for having engaged in conduct that would be an offence under the bill.
More specifically, Bill S-240 proposes to criminalize all persons involved in the removal of an organ for transplant knowing that, or being reckless as to whether, the organ was removed without the informed consent of the donor or a substitute decision-maker.
Organ trafficking involves a range of conduct committed by various players. Accordingly, the proposed offences seeking to address this conduct would capture brokers who connect prospective organ recipients with prospective organ donors, medical professionals who extract organs illegally for transplantation, and persons who purchase organs for their own use, as well as those who assist them.
The bill also proposes to criminalize the commodification of human organs more specifically by enacting a new financial transaction offence. This offence would prohibit participating in, or facilitating the obtaining of, an organ for transplant knowing that, or being reckless as to whether, it was obtained for consideration, whether the donor consented or not to the organ removal.
With respect to the meaning and scope of the term “for consideration”, according to the study of the bill by the House of Commons Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, this term targets the purchasing of human organs.
The bill would also extend extraterritorial application to these offences, which means that Canadian citizens or permanent residents who go abroad to purchase an organ for transplant, also known as “transplant tourism”, or commit any of the new offences abroad, could then be prosecuted in Canada.
As illegal organ trafficking is an international issue that mostly targets impoverished individuals in foreign countries, the extraterritorial application of these offences will help protect vulnerable people abroad, including those who may be induced to sell their own organs out of financial desperation.
Consistent with the objectives of the bill, these new provisions would help deter Canadians and permanent residents from contributing to organ trafficking by fuelling the demand through transplant tourism.
As mentioned during second reading debate, the extraterritorial application of the new organ trafficking offences is necessary given the fact that much of the conduct targeted by the bill occurs abroad.
Bill S-240 also proposes to add a new ground of inadmissibility to section 35 of the Immigration and Refugee Protection Act, for having engaged in conduct that would constitute an offence under the bill. As a result, a permanent resident or foreign national could be found inadmissible to Canada for having engaged in one of the new organ trafficking offences. This amendment sends a clear signal that purchasing any organs, including from vulnerable people abroad, is serious criminal conduct here in Canada.
I would like to address some of the amendments that were made to the bill during the committee stage.
On February 27 of this year, the House committee adopted an amendment to clarify that a substitute decision-maker can provide consent on behalf of an organ donor to provide greater precision around some of the criminal law language used in the bill.
The committee also removed two amendments that had been passed in the Senate on October 23, 2018. It removed the proposed definition of “informed consent”, as well as the duty for physicians to report all organ transplants to an authority designated by order of the Governor in Council.
As previously highlighted during second reading debate, the proposed definition of “informed consent” presented challenges. The term “informed consent” has clear meaning in provincial and territorial health law. This is one of the reasons why it was not defined in the Criminal Code as part of the medical assistance in dying reforms in 2016. Therefore, in order to avoid statutory interpretation issues and ensure clarity and consistency in the Criminal Code, the definition was removed.
The proposed duty to report for physicians also raised concerns. As recalled before the House committee, doctor-patient confidentiality is sacrosanct. It is a fundamental principle that allows people to feel safe about disclosing any health issues they may be facing to their doctor. It encourages people to safeguard their own health and seek treatment, where necessary, in order to get better. It is important to protect this relationship between patients and their physicians.
Furthermore, the duty to report for physicians applied to all transplants. For these reasons, among others, the duty to report for physicians was also removed.
I pause to note that since the committee's important study of this bill, the Government of Nova Scotia has passed legislation that presumes consent for organ donation while retaining the ability for individuals to opt out of the organ donation regime. I want to clarify that I respect the choices individual provinces and territories make to try to protect the health and safety of Canadians, and that nothing in Bill S-240 is intended to interfere with provincial efforts in this important regard. We look forward to seeing the results of this legislation for the people of the province of Nova Scotia.
As members know, this piece of legislation is the result of successive efforts made by parliamentarians in both Houses to address what is truly a horrendous crime that continues to exploit vulnerable individuals right around the planet. The provisions contained in Bill S-240 will allow Canada to demonstrate leadership in the fight against organ trafficking and in the protection of international human rights.
I would urge all members of this House to support Bill S-240 in order to ensure that its proposed legislative measures become law.
Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de participer au débat à l'étape de la troisième lecture du projet de loi S-240, que d'aucuns décrivent comme l'aboutissement d'au-delà de 10 ans de travaux parlementaires sur le trafic d'organes.
Je rappelle qu'avant le projet de loi S-240, le Parlement a été saisi de quatre autres mesures législatives portant sur le même sujet, dont un a été présenté par le député d'Etobicoke-Centre et un autre par l'ex-ministre de la Justice Irwin Cotler.
Voilà qui prouve que nous accordons tous énormément d'importance à la lutte contre le fléau qu'est le trafic d'organes et à la protection des personnes vulnérables dont les organes sont prélevés de force. C'est vrai autant pour les électeurs de Parkdale—High Park que pour le reste des Canadiens. Les gens veulent que nous protégions les plus vulnérables d'entre nous contre les prédateurs qui s'adonnent au trafic d'organes en Asie et ailleurs dans le monde.
Que ce soit au Canada ou à l'étranger, il manque cruellement d'organes à transplanter, tout le monde s'entend là-dessus. Cette pénurie a un effet sur les proches et les voisins des personnes en attente, et de nombreuses personnes craignent pour leur santé, comme on peut facilement l'imaginer. Cela dit, le projet de loi S-240 est aussi là pour rappeler aux Canadiens qu'il est inacceptable de profiter de la vulnérabilité des donneurs d'organes à l'étranger pour remédier à la situation. C'est pourquoi le gouvernement aura le plaisir d'appuyer ce projet de loi aussitôt qu'il aura fait l'objet d'amendements ciblés lui permettant d'atteindre plus efficacement ses objectifs.
Le projet de loi S-240 propose de renforcer la réponse du Canada à l'égard du trafic d'organes humains en créant quatre nouvelles infractions relatives à cette conduite dans le Code criminel, en étendant la compétence extraterritoriale à ces nouvelles infractions, ainsi qu'en modifiant la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés afin d'y ajouter un nouveau motif d'interdiction de territoire consistant à avoir eu un comportement qui constituerait une infraction aux termes du projet de loi.
Plus précisément, le projet de loi S-240 propose de criminaliser la conduite de quiconque prend part au prélèvement d'un organe à des fins de greffe en sachant que l'organe a été prélevé sans le consentement éclairé du donneur ou du décideur substitut ou en ne se souciant pas de savoir si un tel consentement a été donné.
Le trafic d'organes implique plusieurs comportements commis par divers acteurs. Dans cette optique, les infractions proposées viseraient les intermédiaires qui mettent en contact les receveurs et les donneurs d'organes potentiels, les professionnels de la santé qui prélèvent illégalement des organes destinés à une transplantation et les personnes qui achètent des organes pour eux-mêmes, ainsi que ceux qui les aident dans leurs démarches.
Le projet de loi propose également de criminaliser la marchandisation des organes humains, plus précisément en érigeant en infraction une nouvelle opération financière. Il sera interdit de participer à l’obtention de l’organe ou de la faciliter, sachant que l’organe a été obtenu pour contrepartie ou ne se souciant pas de savoir qu’il a été obtenu pour contrepartie, que le donneur ait consenti ou non au prélèvement.
En ce qui concerne le sens et la portée de l'expression « pour contrepartie », selon l'étude du projet de loi par le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, cette expression cible l'achat d'organes humains.
Le projet de loi permettra aux infractions de s'appliquer à l'extérieur du Canada, ce qui signifie que les citoyens canadiens et les résidents permanents qui se rendent à l'étranger pour acheter un organe en vue d'une transplantation — une pratique qui porte aussi le nom de « tourisme de transplantation » — ou qui commettent une des nouvelles infractions à l'étranger pourraient être poursuivis au Canada.
Étant donné que le trafic d'organes est un problème international qui cible principalement les pauvres dans les pays étrangers, l'application extraterritoriale des infractions contribuera à protéger les personnes vulnérables à l'étranger, notamment celles qui pourraient être amenées à vendre leurs organes en raison de leurs difficultés financières.
Conformément aux objectifs du projet de loi, les nouvelles dispositions dissuaderont les Canadiens et les résidents permanents de contribuer au trafic d'organes en alimentant la demande au moyen du tourisme de transplantation.
Tel que mentionné dans le cadre du débat en deuxième lecture, l'application extraterritoriale des infractions de trafic d'organes est nécessaire étant donné que la conduite visée par le projet de loi est commise à l'étranger la plupart du temps.
Le projet de loi S-240 propose également d'ajouter un nouveau motif d'interdiction de territoire à l'article 35 de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, soit la commission d'actes qui constitueraient une infraction en vertu du projet de loi. Par conséquent, un résident permanent ou un ressortissant étranger qui aurait commis l'une des nouvelles infractions liées au trafic d'organes pourrait se voir interdire l'entrée sur le territoire canadien. Cette modification indique clairement que l'achat d'organes, notamment ceux de personnes vulnérables vivant à l'étranger, constitue un acte criminel grave au Canada.
Je voudrais parler de certains des amendements apportés au projet de loi à l'étape de l'étude en comité.
Le 27 février dernier, le comité de la Chambre a adopté un amendement visant à préciser qu'un mandataire peut donner son consentement au nom d'un donneur d'organes, et cela visait à clarifier certains termes du droit pénal utilisés dans le projet de loi.
Le comité a aussi retiré deux amendements qui avaient été adoptés le 23 octobre 2018 au Sénat. Ont ainsi été supprimées la proposition de définition de « consentement éclairé » ainsi que l'obligation, pour les médecins, de signaler toutes les transplantations d'organes à une autorité désignée par décret du gouverneur en conseil.
Comme cela a été mentionné dans le cadre du débat de deuxième lecture, la définition proposée de « consentement éclairé » présentait des problèmes. L'expression « consentement éclairé » est clairement définie dans les lois provinciales et territoriales en matière de santé. C'est l'une des raisons pour lesquelles elle n'a pas été définie dans le Code criminel aux fins des dispositions sur l'aide médicale à mourir, en 2016. Par conséquent, afin d'éviter des problèmes d'interprétation législative et d'assurer la clarté et l'uniformité dans le Code criminel, la définition a été retirée de ce projet de loi.
L'obligation proposée d'imposer aux médecins de faire rapport soulevait aussi des préoccupations. Comme cela a été souligné devant le comité de la Chambre, le secret professionnel entre un médecin et son patient est sacro-saint. C'est un principe fondamental qui permet aux gens de se sentir en sécurité lorsqu'ils divulguent à leur médecin tout problème de santé auquel ils font face. Ce principe encourage les gens à sauvegarder leur propre santé et à se faire soigner, lorsque c'est nécessaire, afin de pouvoir aller mieux. Il est important de protéger cette relation entre les patients et leurs médecins.
De plus, l'obligation pour les médecins de faire rapport s'appliquait à toutes les transplantations. Pour ces raisons, parmi d'autres, l'obligation pour les médecins de faire rapport a aussi été supprimée.
Je m'interromps pour souligner que, depuis l'étude importante de ce projet de loi qu'a effectuée le comité, l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse a adopté une loi selon laquelle les gens sont présumés avoir donné leur consentement au don d'organes, tout en permettant à chacun individuellement de retirer ce consentement. Je tiens à préciser que je respecte les choix que font les provinces et les territoires pour essayer de protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Le projet de loi S-240 ne vise aucunement à s'ingérer dans le travail fait par les provinces et les territoires relativement à ce dossier très important. Nous sommes impatients de voir les résultats de cette mesure législative pour les gens de la Nouvelle-Écosse.
Comme le savent les députés, ce projet de loi est le résultat d'efforts successifs de la part des parlementaires des deux Chambres pour réagir à ce qui est véritablement un crime épouvantable qui continue d'être commis aux dépens de personnes vulnérables un partout sur la planète. Les dispositions du projet de loi S-240 permettront au Canada de faire preuve de leadership dans la lutte contre le trafic d'organes et dans la protection des droits de la personne à l'échelle internationale.
J'encourage tous les députés à appuyer le projet de loi S-240 afin que ses dispositions puissent entrer en vigueur.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
The committee also heard from several other witnesses on this issue, including, as I mentioned, Ms. Labchuk, executive director for Animal Justice; Ms. Barbara Cartwright, CEO of Humane Canada; Dr. Alice Crook from the Canadian Veterinary Medical Association; and Professor Peter Sankoff from the University of Alberta, Faculty of Law. They all agreed on the need for this amendment to this important bill. Indeed, this amendment is entirely consistent with the objectives in the bill, and we on this side of the House are pleased to support it.
I would now like to turn my attention to the second amendment adopted by the committee, which provides for the repeal of subsection 447(3) of the Criminal Code.
The current subsection requires a peace officer who finds birds at cockfighting premises to bring the birds to a justice of the peace so the JP can order they be destroyed. That provision requires the automatic destruction of birds, but does not apply to other animals, such as dogs. It is very much a vestige of the distant past when animal fighting primarily involved only cockfighting and resulted in the roosters being so severely injured that they needed to be destroyed.
Nowadays, however, there are better ways to solve this problem in order to eliminate any legal loopholes in animal protection. Ensuring the welfare of these animals is a key objective for the provincial and territorial legislation and for the general powers set out in the Criminal Code.
First, the provinces and territories have jurisdiction over matters concerning animal welfare. That includes passing legislation dealing specifically with the seizure of animals in distress and the care they must receive, where possible, as well as the administration of humane euthanasia if necessary.
Second, some witnesses and parliamentarians believe that the criminal law does not address the seizure and automatic destruction of mistreated animals in an appropriate manner.
In fact, Madam Camille Labchuk, executive director of Animal Justice, testified before the committee that the automatic destruction of birds found in a cockfighting ring in the previous version of the section was “completely needless, and it ties the hands of authorities when there may be a better option for the birds.”
Ms. Labchuk further testified before the committee. She said:
We think the fate of any bird seized should be decided on a case-by-case basis. This is already done for dogs and other animals rescued from fighting rings. There is no principled reason that roosters or birds forced to fight should be automatically killed. It may be appropriate to rehabilitate them. It may be appropriate to send them to a sanctuary, where they can receive lifelong care and still enjoy a high quality of life.
It should be noted that Ms. Labchuk's position was broadly supported by other witnesses, including Ms. Cartwright, the CEO of Humane Canada.
All 10 provinces and the Yukon Territory empower peace officers and animal welfare inspectors to seize animals in distress. Furthermore, where appropriate, the legislation provides for the animals to be humanely destroyed.
Nunavut and the Northwest Territories allow peace officers and animal protection officers to seize dogs, and these territories have legislation requiring general rehabilitation for the dogs, as well as humane euthanasia where appropriate.
In addition to these protection measures, the Criminal Code also confers general powers on peace officers and public officers to seize offence-related property while executing a search warrant. Section 487 of the Criminal Code therefore authorizes peace officers to seize an animal, where circumstances warrant.
Once more, pursuant to section 489 of the Criminal Code, things not specified in a warrant can also be seized where a thing has been obtained by the commission of an offence, used in the commission of an offence or something that will afford evidence in respect of an offence under any act of Parliament. Accordingly, repealing subsection 447(3) would leave no gap in the law, which is an important point. Instead, repealing it would leave the matter of seizure and the question of whether care or euthanasia would be appropriate to be dealt with under applicable provincial laws and by persons trained specifically in such matters.
I would now like to draw the attention of the House to the third amendment adopted by the committee. This amendment would add the bestiality simpliciter offence, in subsection 160(1), to the list of designated offences for which an offender must be automatically ordered to register and comply with the requirements of the National Sex Offender Registry, pursuant to the Sex Offender Information Registration Act, or SOIRA, as it is commonly called.
This legislation, enacted in 2004, created the National Sex Offender Registry to help Canadian law enforcement agencies investigate sex crimes by registering specific information on sex offenders. When an offender is found guilty of a designated sexual offence, the court must order the offender to register with the National Sex Offender Registry and comply with the SOIRA for a period of 10 years, 20 years, or even indefinitely. Offenders found guilty of other designated infractions may be ordered to register with the registry and to comply with the SOIRA if prosecutors established the intent to commit a sexual offence during the commission of an offence like breaking and entering in relation to a dwelling-house, in paragraph 348(1)(d).
Currently, the designated sexual offences include subsection 160(2), compelling the commission of bestiality, which was added in 2011, and subsection 160(3), bestiality in the presence of or by a child, which was included in 2004 in an enactment of the Sex Offender Information Registration Act, known in English as SOIRA.
The justice committee received testimony and studies on the link between animal abuse and bestiality and acts of violence against persons, particularly women and children. I alluded to this at the outset, and it bears repeating. We do not know definitively that all animal abusers end up abusing women and children, but we know that for people who abuse women and children, their antecedents include abuse of animals in all instances. That was the evidence before the committee.
For example, the justice committee heard about the innovative work conducted by the Canadian Violence Link Coalition. It was launched to “study and bring forward all of the different academic research that's going on and that supports the links between animal violence and human violence.” The work of the Canadian Violence Link Coalition follows a multidisciplinary, multi-sector and collaborative information-sharing approach in strengthening the response to animal abuse and neglect and establishing its link to the abuse of humans.
During her testimony, Ms. Cartwright commented, “While not all abusers are serial killers, all serial killers are animal abusers.” The evidence I have been referencing is that of Ms. Cartwright, before the committee. The evidence demonstrates that abuse of humans is a common step up from animal abuse for individuals who have a propensity for serial violence.
Ms. Cartwright's remarks were reiterated by other experts, including Sergeant Teena Stoddart, who spoke about research reported in the International Journal of Law and Psychiatry showing that, out of a group of 943 inmates selected at random, half of sex offenders and one third of child molesters had abused animals as adolescents. The same study also confirmed that child molesters use animals to attract and win over their victims. By making inappropriate sexual contact with the animals, the molesters desensitize the children and normalize sexual contacts between adults and children.
There is growing international research in this area, but we were pleased to learn of new Canadian data collected by Amy Fitzgerald of the University of Windsor, primarily on the link between animal abuse and interpersonal and spousal abuse. I have to admit I was surprised to hear that Canadian research shows that these violence links are worse in Canada than abroad, according to similar international studies.
More specifically, women who are victims of violence also report that their animal is in the same situation.
This violence link is further supported by the testimony of Ms. Lianna McDonald, executive director, and Ms. Monique St. Germain, general counsel, of the Canadian Centre for Child Protection. They spoke about the growing online proliferation of child sexual abuse images, of which the most explicit and extreme images depicting sexual assault against children involve bestiality.
Having regard for the evidence demonstrating the very strong relationship between violence toward animals and violence towards humans, we believe that adding a bestiality simpliciter as a designated offence is consistent with the underlying objective of the SOIRA and with the existing designation of the two other bestiality offences.
I would like to close by addressing one last point, which was raised during the study of Bill C-84. Some committee members and witnesses feel that this bill does not go far enough and that a comprehensive reform of the animal cruelty regime is overdue in Canada.
As the minister mentioned in his testimony before the committee, our government remains open to dialogue and discussion as to the best way to address these vast and complex issues.
That said, we are equally mindful of testimony received at the committee on the importance of moving these reforms forward as soon as possible, particularly because they are designed to close a gap in the law and enhance protections for the most vulnerable members of society. Moreover, it is very important to keep in mind that Bill C-84 is a targeted response to two specific issues that enjoy widespread support from all the key stakeholders in this area of the law. Those stakeholders submitted a letter to the Minister of Justice. Ten of the most important stakeholders, from agriculture to hunting to veterinary care, all support the aspects of this bill.
Bill C-84 is a meaningful and much-needed step forward. We are confident that we can move this critical piece of legislation ahead today and in so doing come one step closer to enhancing protections for the most vulnerable members in our society. On that basis, I would urge all members to support the swift passage of this important piece of legislation, Bill C-84.
Le comité a aussi entendu plusieurs autres témoins sur la question, notamment, comme je l'ai mentionné, Mme Labchuk, directrice générale d'Animal Justice; Mme Barbara Cartwright, directrice générale de Humane Canada; la Dre Alice Crook, de l'Association canadienne des médecins vétérinaires; et le professeur Peter Sankoff, de la faculté de droit de l'Université de l'Alberta. Ils ont tous convenu de la nécessité d'apporter cet amendement à cet important projet de loi. En effet, cet amendement correspond tout à fait aux objectifs du projet de loi, et, de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes heureux de l'appuyer.
Je tiens maintenant à passer au deuxième amendement adopté par le comité, qui vise à abroger le paragraphe 447(3) du Code criminel.
Selon le paragraphe actuel, un agent de la paix qui trouve des coqs dans une arène pour les combats de coqs doit s'en emparer et les transporter devant un juge de paix qui en ordonnera la destruction. Ce paragraphe exige la destruction automatique des coqs, mais il ne s'applique pas à d'autres animaux, comme les chiens. Il s'agit vraiment d'un vestige d'un passé lointain où les combats d'animaux étaient principalement des combats de coqs, au cours desquels ces derniers finissaient avec des blessures si graves qu'il fallait les détruire.
Cependant, de nos jours, il existe de meilleurs moyens de régler ces questions pour qu'il n'existe plus, selon moi, de lacune juridique en matière de protection des animaux. Le bien-être de ces animaux constitue un élément ciblé par les textes législatifs provinciaux et territoriaux en la matière et par les pouvoirs généraux prévus au Code criminel.
Premièrement, les provinces et les territoires ont compétence sur les matières touchant le bien-être des animaux. Cela inclut l'adoption de textes législatifs qui traitent spécifiquement de la saisie des animaux en détresse et qui prévoient les soins à leur prodiguer, dans la mesure du possible, et l'administration, s'il y a lieu, d'une euthanasie sans cruauté.
Deuxièmement, certains intervenants et parlementaires sont d'avis que le droit pénal n'aborde pas de façon appropriée la saisie et la destruction obligatoires des animaux maltraités.
D'ailleurs, Camille Labchuk, directrice exécutive d'Animal Justice, a déclaré au Comité que la peine de mort automatique des oiseaux saisis dans des arènes de combats de coqs prévue dans l'ancienne version de la loi était « complètement inutile, et [que] cela lie les mains des autorités lorsqu'il pourrait y avoir une meilleure option pour les oiseaux. »
Mme Labchuk a également dit ceci au Comité:
Nous pensons que le sort de tout oiseau saisi devrait être décidé au cas par cas. C'est ce qui se fait déjà pour les chiens et autres animaux sauvés des arènes de combats. Il n'y a aucune raison de principe pour que les coqs ou les oiseaux forcés de combattre soient automatiquement euthanasiés. Il peut être approprié de les sauver. Il peut être approprié de les envoyer dans un sanctuaire où ils peuvent recevoir des soins tout au long de leur vie tout en jouissant d'une qualité de vie élevée.
Il convient de souligner que l'opinion de Mme Labchuk a reçu l'appui général d'autres témoins, notamment de Mme Cartwright, présidente-directrice générale d'Animaux Canada.
Les 10 provinces et le territoire du Yukon confèrent aux agents de la paix et aux agents-inspecteurs responsables du bien-être des animaux le pouvoir de saisir les animaux en détresse. De plus, dans les cas appropriés, des dispositions régissent la destruction sans cruauté des animaux.
Le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest autorisent les agents de la paix et du bien-être des animaux à saisir des chiens et possèdent des dispositions régissant la réadaptation générale de ceux-ci, de même que l'euthanasie sans cruauté, dans les cas appropriés.
Outre ces mesures de protection, le Code criminel confère aussi aux agents de la paix et aux fonctionnaires publics des pouvoirs généraux qui autorisent la saisie des biens infractionnels dans le cadre de l'exécution d'un mandat de perquisition. L'article 487 du Code criminel autorise donc la saisie d'un animal par les agents de la paix, dans les cas appropriés.
Encore une fois, en vertu de l'article 489 du Code criminel, toute chose qui n'est pas précisée dans un mandat peut aussi être saisie lorsque la chose en question a été obtenue par la perpétration d'une infraction, a été utilisée pour commettre une infraction ou pourrait servir de preuve relativement à une infraction à une loi fédérale. Par conséquent, l'abrogation du paragraphe 447(3) ne laisserait aucun vide juridique, ce qui est non négligeable. Ainsi, la saisie et la décision de prodiguer des soins ou de procéder à l'euthanasie relèveraient des lois provinciales applicables et des personnes formées spécialement pour traiter ces questions.
Je voudrais maintenant attirer l'attention de la Chambre sur le troisième amendement adopté par le Comité. Cet amendement ajouterait l'infraction de bestialité simpliciter, au paragraphe 160(1), à la liste des infractions désignées pour lesquelles un tribunal est tenu de rendre une audience obligeant le contrevenant à s'inscrire au Registre national des délinquants sexuels en respectant les exigences en conformité avec la Loi sur l'enregistrement des renseignements sur les délinquants sexuels, la LERDS, comme elle est souvent appelée.
Cette loi, édictée en 2004, a établi le Registre national des délinquants sexuels afin d'aider les autorités policières canadiennes à faire enquête sur les crimes de nature sexuelle en exigeant l'enregistrement de certains renseignements sur les délinquants sexuels. Sur déclaration de culpabilité relative à une infraction sexuelle désignée, le tribunal est tenu de rendre une audience obligeant le contrevenant à s'inscrire au Registre et à se conformer à la LERDS pendant une période de 10 ans, 20 ans ou encore à perpétuité. Les délinquants déclarés coupables d'autres infractions désignées peuvent être tenus par ordonnance de s'inscrire au Registre et de se conformer à la LERDS sur déclaration de culpabilité lorsque les poursuivants ont établi une intention de commettre une infraction sexuelle pendant la perpétration d'une infraction comme l'introduction par effraction d'une maison d'habitation, à l'alinéa 348(1)d).
À l'heure actuelle, les infractions d'ordre sexuel désignées comprennent l'usage de la force pour obliger une autre personne à commettre un acte de bestialité, au paragraphe 160(2), qui a été ajouté en 2011, ainsi que la bestialité en présence d'un enfant ou incitation de celui-ci, au paragraphe 160(3), qui a été ajouté en 2004, lors de l'adoption de la Loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels.
Les témoignages que le comité de la justice a entendus et les études qui lui ont été soumises établissent le lien entre la cruauté envers les animaux et la bestialité et les actes de violence commis envers des êtres humains, surtout les femmes et les enfants. J'y ai fait allusion au début de mon allocution; c'est un élément qui vaut la peine d'être répété. On ne peut pas dire avec certitude que toutes les personnes coupables de cruauté envers les animaux finissent par s'en prendre aux femmes et aux enfants. Par contre, on sait que les personnes qui commettent des actes de violence envers les femmes et les enfants ont toutes, à un moment donné, maltraité des animaux. C'est ce que le comité a appris.
Le comité de la justice a, par exemple, entendu des détails sur le travail novateur de la Canadian Violence Link Coalition. Cette dernière a été mise sur pied pour étudier et présenter tous les différents travaux de recherche universitaires qui sont faits et qui contribuent à établir le lien entre la violence contre les animaux et la violence contre les humains. Le travail de la Coalition est fondé sur une approche de la communication de l'information multidisciplinaire, multisectorielle et axée sur la collaboration et il vise à renforcer les interventions dans les cas de cruauté et de négligence envers les animaux et à en établir le lien avec la violence envers les humains.
Dans son témoignage, Mme Cartwright a dit ceci: « Tous les agresseurs ne sont pas des tueurs en série, mais tous les tueurs en série sont des agresseurs d'animaux. » Les données probantes dont je parle sont celles présentées par Mme Cartwright dans son témoignage devant le comité. Ces données montrent qu'il arrive souvent que la violence envers les humains soit l'étape qui suit la cruauté envers les animaux chez les personnes qui ont une propension aux actes de violence en série.
Le témoignage de Mme Cartwright est repris par d'autres experts en la matière, notamment la sergente Teena Stoddart, qui a fait état d'une recherche tirée de l'International Journal of Law and Psychiatry, qui révèle que, sur un groupe de 943 hommes incarcérés sélectionnés au hasard, la moitié des délinquants sexuels et le tiers des agresseurs d'enfants avaient maltraité des animaux pendant leur adolescence. En outre, la même étude a confirmé que les agresseurs sexuels d'enfants se servent d'animaux pour attirer et amadouer leurs victimes en utilisant des contacts sexuels inappropriés avec des animaux comme processus de désensibilisation visant à normaliser les contacts sexuels entre adultes et enfants.
Bien qu'il y ait un accroissement de la recherche internationale dans ce domaine, nous étions heureux d'apprendre l'émergence des données canadiennes que Mme Amy Fitzgerald de l'Université de Windsor a recueillies, notamment sur les liens entre la maltraitance des animaux et les violences conjugales et interpersonnelles. Je dois admettre que j'ai été surpris d'entendre que des recherches canadiennes révèlent que ces liens de violences sont pires au Canada qu'à l'étranger, selon des études internationales similaires.
De façon plus particulière, les femmes qui disent vivre une situation de violence signalent aussi que leur animal se trouve dans la même situation.
Le lien qui existe entre la violence commise envers les animaux et la violence commise envers les êtres humains est aussi confirmé par le témoignage de Mme Lianna McDonald, directrice générale, et de Mme Monique St. Germain, conseillère juridique au Centre canadien de protection de l'enfance. Elles ont évoqué la multiplication des images d'exploitation sexuelle d'enfants sur Internet, dont les plus explicites et les plus extrêmes comportent des actes de bestialité.
Compte tenu des preuves démontrant des liens très étroits entre la violence commise envers les animaux et la violence commise envers les êtres humains, nous pensons qu'ajouter l'infraction de bestialité simpliciter dans la catégorie des infractions désignées s'accorde avec l'objectif sous-jacent de la Loi sur l'enregistrement des renseignements sur les délinquants sexuels et avec la désignation actuelle des deux autres infractions relatives à la bestialité.
J’aimerais terminer en abordant un dernier point, qui a été soulevé lors de l’étude du projet de loi C-84, à savoir que certains membres du Comité et certains témoins sont d’avis que ce projet de loi ne va pas assez loin et qu’une réforme exhaustive du régime contre la cruauté envers les animaux s’impose depuis longtemps au Canada.
Comme le ministre l’a indiqué lors de son témoignage devant le Comité, notre gouvernement demeure ouvert au dialogue et à la discussion quant à la meilleure façon de régler ces questions vastes et complexes.
Cela dit, nous devons également tenir compte du témoignage recueilli au comité, lequel rappelle l'importance de faire progresser ces réformes le plus rapidement possible, notamment parce qu'elles visent à combler une lacune dans la loi et à mieux protéger les membres les plus vulnérables de la société. Par ailleurs, il est essentiel de ne pas perdre de vue que le projet de loi C-84 constitue une réponse ciblée à deux enjeux précis qui bénéficient d'un appui généralisé de tous les principaux intervenants dans ce domaine du droit. Ces derniers ont présenté une lettre au ministre de la Justice. Dix intervenants parmi les plus importants, qui proviennent de domaines aussi variés que l'agriculture, la chasse et les soins vétérinaires, appuient tous certains aspects du projet de loi.
Le projet de loi C-84 représente un progrès significatif et grandement nécessaire. Nous sommes convaincus que nous pouvons adopter cette mesure législative essentielle dès aujourd'hui, et, ce faisant, franchir une nouvelle étape dans l'amélioration de la protection des membres les plus vulnérables de notre société. Pour cette raison, j'exhorte tous les députés à adopter rapidement ce projet de loi très important, le projet de loi C-84.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2018-12-12 15:09 [p.24772]
Mr. Speaker, after being elected, the new Quebec government made several decisions in different areas. It received a clear mandate from the people to do so.
What is the Prime Minister's usual response on every issue? He criticizes the provincial decisions and tries to lecture Quebec.
When will the Prime Minister understand that there are separate jurisdictions in Canada and that Quebec is entitled to deal with the matters under its responsibility without constantly being criticized by this centralist Prime Minister?
Monsieur le Président, à la suite de son élection, le nouveau gouvernement du Québec a pris une série de décisions dans différents secteurs; décisions pour lesquelles il a reçu un mandat clair de la population.
Quelle est la réaction habituelle du premier ministre face à chaque enjeu? Il critique les décisions provinciales et tente de donner des leçons au Québec.
Quand le premier ministre va-t-il comprendre qu'il y a des champs de compétences au Canada et que le Québec est tout à fait libre d'occuper les siens sans se faire constamment critiquer par le premier ministre centralisateur?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2018-12-12 15:10 [p.24772]
Mr. Speaker, I was pleased to sit down for the fifth time with all premiers last week and to have frank discussions about how we can continue to work together.
That is something Stephen Harper refused to do in the last years of his term because he did not want to talk to the provinces. Personally, I believe in collaboration and co-operation, and I want to point out that the work we are doing with the Province of Quebec is going very well.
We have tremendous respect for its views and we will work with it to improve the lives of Quebeckers and all Canadians.
Monsieur le Président, j'ai été très content de m'asseoir pour la cinquième fois avec les premiers ministres des provinces et des territoires, la semaine passée, et d'avoir des conversations franches sur la manière dont nous allions continuer à travailler ensemble.
C'est une chose que Stephen Harper refusait de faire pendant les dernières années de son mandat, parce qu'il ne voulait pas parler aux provinces. Personnellement, je crois à la collaboration et à la coopération, et je veux souligner que le travail que nous faisons avec la province de Québec va très bien.
Nous respectons énormément ses perspectives et nous allons travailler avec elle pour améliorer le sort des Québécois et de tous les Canadiens.
View Ken Hardie Profile
Lib. (BC)
View Ken Hardie Profile
2018-12-10 19:51 [p.24659]
Mr. Chair, I heard the hon. member mention they had two murders in Barrie and 36 deaths through fentanyl and opioids. I would submit that he has had 38 murders.
Also, as we look at real solutions going forward, a strategy that applies right across the country to deal with this issue, I would submit for the hon. member that one of the first places we should look at is in his province. His premier has put new harm reduction facilities on hold while they look at “the merits” of this kind of approach. This is an odd country. We have provincial jurisdiction and federal jurisdiction. Far too often it is the federal government that is asked to rush in with money, as though that is the answer to everything. However, part of it is policy and policy tainted by ideology will not get us ahead. Could the member comment on that?
Monsieur le président, j'ai entendu le député mentionner qu'à Barrie, il y avait eu deux meurtres et 36 décès causés par le fentanyl et les opioïdes. À mon avis, on peut dire que ce sont 38 meurtres.
De plus, à l'heure où nous cherchons de véritables solutions, soit une stratégie pouvant s'appliquer dans l'ensemble du pays pour résoudre ce problème, je dirais au député que sa province est l'un des premiers cas à examiner. Son premier ministre a décidé d'imposer un moratoire sur la création de nouveaux établissements de réduction des méfaits, le temps d'évaluer le « mérite » de cette approche. Nous vivons dans un étrange pays. Les compétences sont réparties entre les provinces et l'État fédéral. Souvent, c'est à l'État fédéral qu'on demande d'envoyer vite de l'argent comme si c'était la réponse à tout. Pourtant, les résultats dépendent aussi des politiques, et celles qui sont à caractère plutôt idéologique ne nous aideront pas à progresser. Le député pourrait-il nous donner son point de vue là-dessus?
View Alexander Nuttall Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I just want to clarify. The member said “my premier”. I will leave that alone.
As we look at the opioid crisis in Ontario, we need to realize that it is spreading very quickly. I understand what the member is saying, that it is not two murders, it is 38. I completely get that. However, the reality is that a government cannot stop most murders. We do not know what people are thinking. We do not know those circumstances.
We do know the circumstances here. We know the weapon. The weapon is fentanyl. The weapon is an opioid. We are failing to act in so many ways, from border security to prevention education to wrapping our arms around individuals who are hurting from trauma and other things and ensuring they have a way out. That is how we need to deal with these going forward. Unfortunately, there has been no strategy.
Monsieur le président, je veux seulement clarifier un point. Le député a dit que c'était « mon » premier ministre. Je vais passer à autre chose.
En ce qui concerne la crise des opioïdes en Ontario, nous devons réaliser qu'elle se propage extrêmement rapidement. Je comprends ce que le député veut dire, qu'il ne s'agit pas de 2 meurtres, mais bien de 38. Je le comprends très bien. Cependant, la réalité, c'est qu'un gouvernement ne peut pas arrêter la plupart des meurtres. Nous ne pouvons pas deviner les pensées des gens. Nous ne connaissons pas ces circonstances.
Nous connaissons toutefois les circonstances ici. Nous connaissons l'arme. C'est le fentanyl. C'est un opioïde. Nous n'agissons pas à bien des égards, de la sécurité aux frontières aux campagnes de prévention. Il faut prendre dans nos bras les gens qui souffrent de traumatismes et d'autres choses en nous assurant qu'ils ont une porte de sortie. Voilà comment nous devons gérer ce type de crise à l'avenir. Malheureusement, il n'y a aucune stratégie.
Results: 1 - 15 of 1541 | Page: 1 of 103

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Refine Your Search