Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 676
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-06-14 11:06 [p.8309]
moved that Bill C-273, An Act to establish a national strategy for a guaranteed basic income, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, I am absolutely honoured to rise in the House today to speak to my private member's bill, Bill C-273, an act to establish a national strategy for a guaranteed basic income. I give my thanks to the member for Malpeque, who seconded the bill and is a champion for a guaranteed basic income pilot in his home province of P.E.I., and to the member for Beaches—East York, a true progressive who traded his spot so I could stand in the House today to begin second reading of Bill C-273. I feel blessed to call him a colleague and friend.
Basic income is not a new idea. It is one that has been circulating in Canada for decades. This bill is being introduced after the many years of advocacy, research and work of many leaders, including Professor Evelyn Forget; former minister, MP and senator, the Hon. Hugh Segal; Ron Hikel, who directed the MINCOME program in Manitoba; Sheila Regehr, chair of the Basic Income Canada Network; Floyd Marinescu, executive director of UBI Works; the Hon. Art Eggleton, former senator, MP and minister; and Senator Kim Pate, among many other current senators. I stand on all of their shoulders. Their work is the reason this bill exists.
Even though a motion on basic income was presented in the House by the member for Winnipeg Centre, Bill C-273 represents the first time a bill on basic income has been introduced in the House of Commons, and it is a true honour for me to speak at the second reading of this bill.
We are slowly coming out of a once-in-a-generation pandemic, and we are all wondering what kind of world we want to come back to. We are all asking ourselves questions about how we want to live, inquiring about some of the models and systems that are currently in place. We are looking with new eyes at the economic model that has been the foundation of global growth. We have a much better understanding of the human impacts on our planet, which are accelerating climate change, and are asking ourselves how we can change the way we live. We see more clearly the disproportionate impact of the pandemic and other global disruptors on the most vulnerable and are asking what our obligations are to those who are less fortunate than us.
In building back better, what is the world we want to live in? As we chart a course forward, I believe we need a 21st-century approach that provides stability and better supports for Canadians, tackles income inequality, enhances productivity and spurs economic growth and innovation.
Bill C-273 proposes to create a new model that would serve as the foundation of our social welfare system. The bill, at its core, is about enabling implementation pilots between the provinces and/or territories and the national government to test large-scale guaranteed basic income programs. This bill is not about testing whether basic income is a good idea. There is already strong and substantial data that supports the effectiveness of a guarantee basic income, but there is much less information on the best ways or models to implement and deliver basic income at scale.
Bill C-273 would enable us to frame, test and validate different models to get to those answers and the data. The results of these implementation pilots and data would ultimately be used to create a national guaranteed basic income model. The bill does not propose which basic income model to use, whether it is a negative income model, the Ontario model, the MINCOME model or any other model. It also does not articulate a price tag or propose to eliminate any existing government-assisted income or support programs.
Bill C-273, if passed, would have all these details worked out between the provinces and/or territories and the federal government. It would allow for interested provinces or territories to model and create a program that works best for their populations. This bill would also collect data in three key areas: the impacts to government, the impacts to the recipient and the impacts to recipient communities. It also proposes the creation of a framework of national standards.
Why am I proposing a bill on guaranteed basic income? Canada's current social welfare system, created in the 1940s and modernized in the 1970s, is still largely at the foundation of the system we have today. No matter how many times it is adjusted, too many Canadians are still falling through the cracks. There are literally hundreds of income and support programs for Canadians, delivered by dozens of departments and ministries. This complexity leads to our current service model missing many of the Canadians most in need, and focuses too often on applications and auditing Canadians and far less so on delivering the actual support they need. Meanwhile, even with these programs, income inequality continues to grow despite our deliberate efforts to tackle it.
I am so proud of the many ways our federal Liberal government has tried to directly address income inequality and reduce poverty over the last five years, such as raising taxes on the top 1%, reducing it on the middle class, introducing the Canada child benefit, increasing the Canada workers benefit and increasing the guaranteed income supplement for seniors, among many other things. We have greatly reduced poverty in Canada by over a million people, but income inequality continues to be an issue. That is why I believe it is time to review the foundation of our social welfare system and bring it into the 21st century. I believe that a new service model could be a guaranteed basic income program, one that may simplify our social programs while better delivering support.
Even before the pandemic, almost half of all Canadian families were $200 away from coming up short on their monthly bills. The jobs they rely on are not what they used to be. People used to turn to part-time and temporary work as a last resort during tough times, but now for many, multiple jobs are needed to pay the bills and meet responsibilities.
Indeed, the world of work is changing faster than ever before. More workers are shifting to the gig economic, there are more temporary and short-term jobs, and many jobs, whether blue collar or white collar, are being eliminated by automation and artificial intelligence. In addition, disruptions in our economy are happening at an accelerated rate, faster and more frequently, leaving more Canadians working harder, longer and feeling like it is more difficult to get ahead.
Throughout history, humans have had to adapt to major disruptions like the ones we are going through now, which include COVID and the move to digital economy, among many others, and we eventually do adapt. However, the period of change can be harsh, even ruthless, leaving countless workers behind, with many never recovering. Our social safety net is not well designed to help Canadians through transitions, so in my opinion we need a new model, one that provides stability to those who have been trapped in a cycle of poverty, to those who are in danger of falling into poverty and to the middle class threatened by disruption.
Workers cannot weather economic change without a strong financial floor under them that provides them with stability. Too many jobs no longer provide that floor. Low-wage work prevents people from moving on to better opportunities. People cannot take time to train for tomorrow's job market or turn an idea into a business that employs other people. People need financial freedom to move up the economic ladder and innovate.
Young people understand this volatile future because they are already living it. They know that the guarantees made to them no longer hold true. We promised them a middle-class lifestyle if they got an education and worked hard. Instead, they are inheriting an economy facing non-stop disruption. They are being forced into a gig economy and temporary jobs or facing threats from automation. We need a social welfare system that is more responsive, less complex, more flexible and better at managing labour changes, disruptions and transitions. A basic income program can offer that.
Finally, I see the guaranteed basic income as a cornerstone of Canada's innovation and economic growth strategy. Providing an equal opportunity for everyone to succeed is a fundamental value at the heart of Bill C-273. We need a system that removes all obstacles regarding access to opportunity and that allows people to be their best selves. Canada's economy and success will be dependent on our ability to innovate. The only way for Canada to achieve its economic potential is by allowing all Canadians to achieve their full personal potential.
It is vital to note that the operational design of a basic income program is critical to its success. Ron Hikel, director of the MINCOME Manitoba program, said there are three essential design features of a system that will provide sufficient income and address variability of income, greatly encouraging work, minimizing fraud and reducing public costs. The design of any basic income model or implementation pilot must be thoughtful, and guaranteed income implementation pilots should be monitored and adjusted as they unfold to ensure they are producing the impacts that are desired.
There are three common often repeated myths of basic income. One, it will encourage people to stay at home and not work; two, social programs that are helpful will be eliminated; and three, it will cost too much.
Basic income pilots have been tested all over the world. Beyond our borders, countries such as Japan, Finland, Iran and the United States have tested it. The verdict is that a basic income helps reduce poverty without reducing people's desire to work. Some people find that last part hard to believe, even though basic income recipients in pilots around the world show they continue to work. That is because most basic income models would not cover all costs, but would provide the stability needed to improve options. Recipients of basic income do not see it as a handout but a resource that they use to retrain, go back to school or search for full-time work, and when they do, they often find better work, earn more and stay in jobs longer.
As for the cost, some people believe that the price tag is too big. However, real life has shown us that the cost of doing nothing is bigger. What is the cost of not altering a system that we know is outdated? What is the cost of not better supporting Canadians to be their best and more productive selves? In the end, it may be cost-effective, if pilots generate more value than they cost.
Before the pandemic, our social safety net was already failing; the pandemic just pointed a spotlight at it. In the months ahead, pandemic supports will start winding down, and families will go back to hoping that their limited monthly savings are enough to get by on. My sense is that we know they will not be.
We are faced with some big questions as we come out of this pandemic, and as we tally up the costs and face the hard truths that have come to light over the last 16 months. The late Shimon Peres, former president and prime minister of Israel, at the World Economic Forum in Davos in 2014 said that the world is changing faster than ever before, but the opportunity before us is to shape the world that we want to live in. So, what is the world that we want to live in? In Canada, what kind of society do we want to create?
Mark Carney tells us that the crises facing the world today come from a focus on price and profitability at the expense of fairness and income equality. Recognizing that our current models have not resulted in a fair and more equitable world, what are the right values for Canada to pursue now?
Maybe we want to create a base set of principles that is at the root of our society: that all Canadians have access to food, a roof over their heads, health care, freedom from violence, greater choice and full access to opportunity. Maybe we want to balance, making policy decisions that look only at improving productivity, efficiency and creating jobs while also providing Canadians with stability, dignity and personal growth that will have greater success in achieving those goals. Maybe we want to create a new foundation for our social welfare system, one that provides stability, dignity and the right incentives for all Canadians to be supported so they can contribute as their best selves.
We have done this before. After the Depression and World War II, a compassionate Tommy Douglas imagined universal health care for all men and women, many of whom he was seeing in the streets. Many had served in the war but, when coming home, could not afford health care and had become destitute. Tommy Douglas had imagined free health care services for all, and starting in one province he showed that it could be done and how best to do it. We then expanded health care to the rest of Canada, and we are not poorer as a country; we are richer for it. We also did this with public pensions and old age security for seniors. Again, we are a better, richer and fairer country because of these programs.
In conclusion, the world is in transition now, and it is a moment when we need our governments to step up and create the world that we want to live in. This is that moment. Our aging social infrastructure is ill-suited to support the needs of Canadians today. Too many people no longer have a fair shot at opportunity. Creating a new model that provides stability can restore a fair shot for everyone and boost our innovation and economic potential. A guaranteed basic income, as would be enabled by Bill C-273, is the simplest, fastest and most effective way to get it done.
propose que le projet de loi C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis sincèrement honorée de prendre la parole à la Chambre au sujet de mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti. Je remercie le comotionnaire, le député de Malpeque, qui se fait le champion d'un projet pilote de revenu de base garanti dans sa province, l'Île‑du‑Prince‑Édouard. Je remercie également le député de Beaches—East York, un véritable progressiste qui m'a cédé sa place dans l'ordre de priorité des affaires émanant des députés pour que je puisse amorcer aujourd'hui le débat à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑273. Je me sens privilégiée de le compter parmi mes collègues et amis.
Le revenu de base n'est pas une idée nouvelle. Cette idée circule au Canada depuis des décennies. Le projet de loi est présenté après bien des années de militantisme, de recherche et de travail accomplis par de nombreux chefs de file, dont les suivants: la professeure Evelyn Forget; l'honorable Hugh Segal, ancien ministre, député et sénateur; Ron Hikel, qui a dirigé le Programme expérimental manitobain de revenu annuel de base; Sheila Regehr, présidente du Réseau canadien pour le revenu garanti; Floyd Marinescu, directeur général d'UBI Works; l'honorable Art Eggleton, ancien sénateur, député et ministre; la sénatrice Kim Pate, à l'instar de nombreux autres sénateurs actuels. Nous leur devons beaucoup. C'est grâce à leurs efforts que le projet de loi existe.
Même si une motion sur le revenu de base a été présentée à la Chambre par la députée de Winnipeg-Centre, le projet de loi C‑273 est la première mesure législative présentée sur cette question, à la Chambre des communes, et c'est un véritable honneur pour moi de prendre la parole à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi.
Nous sortons lentement d'une pandémie exceptionnelle et nous nous demandons tous quelle sorte de monde nous aimerions retrouver. Nous nous interrogeons sur notre mode de vie ainsi que sur les modèles et les systèmes actuels. Nous jetons un regard neuf sur le modèle économique qui sert de fondement à la croissance mondiale. Nous comprenons beaucoup mieux les répercussions des activités humaines sur la planète, c'est-à-dire l'accélération des changements climatiques. Nous demandons comment modifier notre mode de vie. Nous voyons mieux les conséquences disproportionnées de la pandémie et des autres facteurs de dérèglement sur les personnes les plus vulnérables. Nous nous questionnons sur nos obligations envers ceux qui ont moins de chance que nous.
Pour rebâtir en mieux, dans quel monde souhaitons-nous vivre? Alors que nous traçons une nouvelle voie vers l'avenir, je crois que nous devons adopter une approche du XXIe siècle, qui procure de la stabilité et de meilleures mesures d'aide aux Canadiens, qui s'attaque à l'inégalité des revenus, qui augmente la productivité et qui propulse la croissance économique et l'innovation.
Le projet de loi C‑273 propose de créer un nouveau modèle qui servirait de fondement au régime d'aide sociale. Le projet de loi consiste essentiellement à lancer des projets pilotes dans des provinces ou territoires afin de mettre à l'essai divers modèles de mise en œuvre d'un programme de revenu de base garanti qui se conformerait à des normes établies par le gouvernement national. Le but du projet de loi n'est pas de vérifier si un revenu de base est une bonne idée. Il existe déjà des données solides et substantielles qui montrent l'efficacité d'un revenu de base garanti, mais il existe beaucoup moins d'informations nous permettant de savoir quels seraient les meilleurs modèles de mise en oeuvre à grande échelle d'un système de revenu de base.
Le projet de loi C‑273 nous permettrait d'obtenir les réponses et les données nécessaires, et ce, par la conception, la mise à l'essai et l'évaluation de divers modèles. Les résultats de ces projets pilotes serviraient en fin de compte à la création d'un modèle national de revenu de base garanti. Le projet de loi n'indique pas quel modèle de revenu de base devrait être utilisé, qu'il s'agisse de l'impôt négatif sur le revenu, du modèle de l'Ontario ou du modèle MINCOME. Il n'indique pas non plus quels seraient les coûts et ne propose pas d'éliminer des programmes gouvernementaux de soutien ou d'aide au revenu.
Le projet de loi C‑273, s'il est adopté, permettrait de régler tous les détails entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires. Les provinces ou les territoires intéressés pourraient créer et mettre à l'essai un programme en choisissant celui qui convient le mieux à leur population. Ce projet de loi permettrait également de recueillir des données sur trois aspects principaux: l'effet sur l'administration publique, l'effet sur les bénéficiaires et les bienfaits pour le milieu de vie des bénéficiaires. Il propose aussi la création d'un cadre de normes nationales.
Pourquoi ai-je décidé de proposer un projet de loi sur l'établissement d'un revenu de base garanti? Le système d'aide sociale du Canada, qui a été créé dans les années 1940 et modernisé dans les années 1970, demeure la pierre d'assise du système d'aujourd'hui. Peu importe le nombre de modifications qui y sont apportées, trop de Canadiens continuent d'être laissés pour compte. Des centaines de programmes d'aide et de soutien du revenu sont offerts aux Canadiens par l'entremise de dizaines de services et de ministères. En raison de cette complexité, le modèle actuel ne vient pas en aide à beaucoup de Canadiens parmi ceux qui en ont le plus besoin. Il met trop souvent l'accent sur le traitement des demandes des Canadiens et leur vérification au lieu de leur fournir l'aide dont ils ont besoin. Les programmes existants n'empêchent pas l'inégalité des revenus de se creuser, malgré toute notre bonne volonté lorsque nous tentons d'y remédier.
Je suis si fière des nombreuses démarches entreprises ces cinq dernières années par le gouvernement fédéral libéral pour lutter directement contre l’inégalité des revenus et réduire la pauvreté, notamment l’augmentation des impôts du centile le plus riche de la population, la diminution des impôts de la classe moyenne, la mise en place de l’Allocation canadienne pour enfants, et l’augmentation de l’Allocation canadienne pour les travailleurs et du Supplément de revenu garanti pour les personnes âgées. Nous avons grandement réduit la pauvreté au Canada pour plus de 1 million de personnes, mais l’inégalité des revenus reste un problème. Voilà pourquoi j’estime qu’il est temps de repenser les bases de notre système d’aide sociale afin de l’adapter au XXIe siècle. Je suis convaincue que ce nouveau modèle de service pourrait prendre la forme d’un programme de revenu de base garanti, qui nous permettrait de simplifier nos prestations sociales tout en améliorer le soutien apporté à la population.
Même avant la pandémie, presque la moitié des familles canadiennes étaient à 200 $ près de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. Les gens comptent sur des emplois qui ne sont plus ce qu’ils étaient. Avant, ils se tournaient vers des emplois temporaires ou à temps partiel seulement en dernier recours, quand les temps étaient durs. Aujourd’hui, ils sont nombreux à avoir plusieurs emplois uniquement pour payer les factures et s’acquitter de leurs responsabilités.
Le monde du travail évolue plus rapidement que jamais. De plus en plus de travailleurs se tournent vers l'économie de petits boulots, il y a plus d'emplois temporaires et à court terme et l'automatisation et l'intelligence artificielle ont éliminé de nombreux emplois, que ce soit des emplois de cols bleus ou de cols blancs. De plus, l'économie est perturbée à un rythme accéléré, plus rapidement et plus fréquemment, ce qui fait que davantage de Canadiens travaillent plus fort et plus longtemps et ont l'impression qu'il est plus difficile d'améliorer leur sort.
Tout au long de l'histoire, l'être humain a dû s'adapter à des perturbations majeures comme celles que nous vivons actuellement, notamment la pandémie de COVID, la transition vers l'économie numérique et j'en passe, et nous finissons par nous adapter. Cependant, la période de changement peut être dure, voire impitoyable, et laisser pour compte d'innombrables travailleurs, dont beaucoup ne s'en remettront jamais. Notre filet de sécurité sociale n'est pas bien conçu pour aider les Canadiens à traverser des périodes de transition. À mon avis, nous avons donc besoin d'un nouveau modèle qui offre de la stabilité aux gens qui sont pris dans un cycle de pauvreté ou qui risquent de sombrer dans la pauvreté et à ceux de la classe moyenne qui sont menacés par les perturbations.
Les travailleurs ne peuvent pas surmonter les bouleversements économiques s'ils ne jouissent pas d'une stabilité financière. De trop nombreux emplois ne procurent plus cette stabilité. Les emplois peu rémunérés empêchent les gens d'améliorer leur situation, car ces derniers ne peuvent pas prendre le temps d'obtenir la formation nécessaire pour réussir sur le marché de l'emploi de demain ou pour transformer leurs idées en entreprise qui emploie d'autres personnes. Les gens ont besoin de liberté financière pour monter dans l'échelle économique et innover.
Les jeunes savent à quel point l'avenir est incertain, puisqu'ils sont déjà confrontés à cette incertitude. Ils savent que les garanties qui leur ont été faites se sont évaporées. On a promis aux Canadiens un niveau de vie de la classe moyenne s'ils faisaient des études et travaillaient fort, mais on leur lègue plutôt une économie qui subit constamment des perturbations. Ils sont obligés de se tourner vers les petits boulots ou les emplois temporaires, ou ils doivent faire concurrence à l'automatisation. Le système d'aide sociale du Canada doit être plus adapté aux besoins de la population, moins complexe et plus flexible, et il doit être mieux en mesure de gérer les changements, les perturbations et les transitions liées au travail. L'établissement d'un programme de revenu de base pourrait être la solution.
Enfin, selon moi, le revenu de base garanti constitue la pierre angulaire de la stratégie du Canada en matière d'innovation et de croissance économique. Offrir à tous les Canadiens les mêmes chances de réussir est l'une des valeurs fondamentales au cœur du projet de loi C‑273. Il nous faut un système qui élimine tous les obstacles liés à l'égalité des chances et qui permet aux gens de se réaliser pleinement. L'économie et la prospérité du Canada dépendent de notre capacité d'innover. C'est seulement en permettant à tous les Canadiens de réaliser leur plein potentiel que le Canada réalisera son plein potentiel économique.
Il est vraiment important de comprendre que la manière dont un programme de revenu de base garanti fonctionne est essentielle à son succès. Selon Ron Hikel, directeur du programme MINCOME, ou Manitoba Basic Annual Income Experiment, au Manitoba, un système doit posséder trois caractéristiques essentielles pour pouvoir fournir un revenu suffisant et prendre en compte la variabilité du revenu: il doit encourager fortement à travailler, réduire au minimum la fraude et réduire les coûts publics. La conception d'un modèle de revenu de base garanti ou d'un projet pilote de mise en oeuvre d'un revenu de base doit être réfléchie et adaptée au fil des projets pilotes pour garantir les résultats souhaités.
Il y a trois idées fausses communément répandues à propos du revenu de base. La première, c'est qu'il encourage les gens à rester chez eux et à ne pas travailler; la deuxième, c'est que les programmes sociaux qui sont utiles seront supprimés et la troisième, c'est qu'il coûtera trop cher.
Des projets pilotes d'instauration d'un revenu de base ont été menés dans le monde entier, au Japon, en Finlande, en Iran et aux États-Unis, par exemple. La conclusion, c'est qu'un revenu de base permet de réduire la pauvreté sans réduire le désir de travailler des gens. Certaines personnes ont du mal à croire à cela, même si on constate que les bénéficiaires du revenu de base dans les pays où les projets pilotes ont été menés continuent à travailler. Cela s'explique par le fait que la plupart des modèles de revenu de base ne couvrent pas tous les coûts, mais apportent la stabilité nécessaire aux bénéficiaires pour améliorer leurs choix. Les bénéficiaires d'un revenu de base ne considèrent pas cela comme une aumône, mais comme une ressource qu'ils utilisent pour se recycler, reprendre des études ou chercher un emploi à temps plein, et lorsqu'ils le font, ils trouvent souvent un meilleur emploi, gagnent plus et restent plus longtemps dans leur emploi.
Par ailleurs, certains croient que le coût d'une telle mesure est trop élevé. En réalité, l'inaction coûte plus cher. Quel est le coût de ne pas modifier un système désuet? Quel est le coût de ne pas aider les Canadiens à être productifs et à donner le meilleur d'eux‑mêmes? Au bout du compte, on pourrait conclure à la rentabilité de la mesure si la valeur générée par les projets pilotes est supérieure à leurs coûts.
Avant la pandémie, notre filet de sécurité sociale comportait déjà des lacunes. La pandémie n'a fait que les mettre en lumière. Au cours des mois à venir, les mesures de soutien liées à la pandémie prendront fin, et les familles devront recommencer à espérer que leurs économies mensuelles limitées seront suffisantes pour joindre les deux bouts. Nous savons que ce ne sera probablement pas le cas.
De grandes questions se posent alors que nous sortons de la pandémie, que nous comptabilisons les coûts et que nous sommes confrontés aux dures vérités que les 16 derniers mois ont exposées. Le regretté Shimon Peres, ancien président et premier ministre d'Israël, a déclaré en 2014, lors du Forum économique mondial de Davos, que le monde changeait plus vite que jamais, mais que l'occasion qui se présentait à nous était de façonner le monde dans lequel nous voulions vivre. Alors, quel est ce monde dans lequel nous voulons vivre? Au Canada, quel genre de société voulons-nous créer?
Mark Carney nous dit que les crises que connaît le monde aujourd'hui découlent de la priorité accordée aux prix et à la rentabilité, au détriment de l'équité et de l'égalité des revenus. Étant donné que les modèles actuels ne favorisent pas un monde plus juste et plus équitable, quelles sont les bonnes valeurs que le Canada doit poursuivre aujourd'hui?
Peut-être que nous voulons créer un ensemble de principes qui sont les fondements de notre société: que tous les Canadiens aient accès à de la nourriture, qu'ils aient un toit au-dessus de leur tête, qu'ils puissent se faire soigner, qu'ils soient à l'abri de la violence, qu'ils puissent faire de meilleurs choix et aient accès à toutes les possibilités. Peut-être que nous voulons trouver un équilibre entre les décisions de politique qui ont pour seul but d'augmenter la productivité, l'efficience et la création d'emplois et celles qui offrent aux Canadiens la stabilité, la dignité et la croissance personnelle qui favorisent l'atteinte de ces objectifs. Peut-être que nous voulons jeter de nouvelles bases pour le système d'aide sociale, afin qu'il offre aux Canadiens la stabilité, la dignité et les bons incitatifs pour les soutenir afin qu'ils puissent contribuer à la société au meilleur de leurs capacités.
Nous l'avons déjà fait. Après la dépression et après la Première Guerre mondiale, Tommy Douglas, un homme rempli de compassion, a imaginé le système de soins de santé pour tous, y compris les nombreuses personnes qui étaient à la rue. Bon nombre avaient servi pendant la guerre, mais, lorsqu'elles sont rentrées au pays, elles n'avaient pas les moyens de payer pour leurs soins de santé et elles étaient démunies. Tommy Douglas a imaginé un système de santé gratuit pour tous et il en a mis un sur pied, d'abord dans une seule province, pour montrer que c'était possible et montrer ce qu'il fallait faire pour y arriver correctement. Le système de santé a ensuite été étendu à l'ensemble du Canada et le pays ne s'en est pas appauvri; le pays est plus riche grâce à ce système. Nous avons fait la même chose dans le cas des pensions publiques et de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés. Dans ces cas-là aussi, le pays s'est enrichi et est devenu meilleur et plus équitable grâce à ces programmes.
En conclusion, le monde est en transition, et le moment est venu pour les gouvernements d'intervenir pour créer le monde dans lequel nous souhaitons vivre. Ce moment est venu. Notre infrastructure sociale vieillissante est mal adaptée pour répondre aux besoins actuels des Canadiens. Trop de gens n'ont plus une chance réelle de s'en sortir. La création d'un nouveau modèle offrant de la stabilité peut rétablir un certain équilibre pour tous qui stimulerait l'innovation et le potentiel économique. Un revenu de base garanti comme le prévoit le projet de loi C‑273 est le moyen le plus simple, le plus rapide et le plus efficace d'y parvenir.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2021-06-14 11:56 [p.8317]
Madam Speaker, I am pleased to speak on private member's bill, Bill C-273, an act to establish a national strategy for a guaranteed basic income, sponsored by my colleague, the member for Davenport, who is also a colleague at the finance committee.
I congratulate the member for Davenport for putting into a legislative format what has been discussed for years. In fact, various concepts of a basic income guarantee have been attempted over many decades, but for one reason or another there is less than complete documentation on how those systems worked, if it was even completed.
There was a program that was mentioned by another speaker in Dauphin, Manitoba in the 1970s, which was a different time from now. The data is really not available in a substantive way. The most recent trial, at least in this country, was the Ontario basic income pilot, brought in as a pilot project by the previous Wynne government, which was then cancelled by the incoming Ford government before any results were known. I think there was a lot of hope in that project that it would give us a baseline of how a guaranteed annual income would work.
Bill C-273 does not preconceive what is the best or the perfect basic income approach, but the bill sets the stage to try different pilots, to attain data in real time and to monitor results. It basically pushes the federal government to provide leadership in this national strategy.
Bill C-273 would require the Minister of Finance to develop and table a strategy to assess implementation models for a guaranteed basic income program in Canada. What the bill is really saying is that there could be different models. The government would be responsible for assessing them, for attaining the data. The act would require development, in consultation with key stakeholders, including industry, indigenous communities and governments, as well as municipal, provincial and territorial governments.
I heard what some of the other speakers on this bill said, some in opposition to it. My good friend from Joliette, who is also a member at the finance committee, said that this would require a constitutional amendment. Not so. This concept could vary from province to province. What we really need is the data to assess whether it would really work as well as some people suggest it would. There would be all kinds of consultations and the federal government would be required to do that under this bill.
The act outlines specific measures that the strategy must contain, including pilot project, national standards and measures for the collection and analysis of relevant data. I think that is key. I talked to a friend on the weekend who said that a guaranteed annual income is just going to be like CERB was with people not wanting to work. I do not think that is necessarily the case. People may improve their education. They may go for better jobs. They may look for better-paying jobs. As a strong supporter of a guaranteed annual income approach, I am willing to put my beliefs on the line. I believe it would work. I believe people would still want to work. I believe it would address the poverty issues that we have in this country.
I am willing to say that we should do a pilot. Let us put our beliefs on the line. Those who oppose the bill, saying that it will be a waste of money, which people will spend on drugs or whatever, should put their beliefs on the line. Let us actually do a sincere pilot where we collect the data in real time and prove it one way or the other. That is where I think we should be going. The minister, at the end of the program, would also have to prepare a report on the results of implementation two years after the tabling of the strategy. I think that is really important.
Let me turn to subclause (3)(a) in the bill, which states “establish a pilot project in one or more provinces to test models of implementation of a guaranteed basic income program.”
I come from Prince Edward Island, a province that has shown a willingness at the provincial level for the province as a whole to be one of those pilot projects. The member for Charlottetown and I have met with countless groups on the guaranteed income approach, and this province would be absolutely ideal for a pilot project.
There is the province as a whole; then bigger communities, smaller communities, rural ones and urban ones; hospitals and schools; and only 158,000 people. We could have a pilot project over time in Prince Edward Island. There is the willingness on the provincial side, which passed a motion in the legislature, to work with the federal government to attempt one of those pilot projects. This is really what we need. It would provide the evidence to show whether the system works or does not work.
Subclause (3)(d) reads “collect and analyze data for the purpose of assessing, for each model tested.” That is where we need to be. We need to do the pilots. I would suggest to do three across the country. I know there is some interest in B.C. and maybe in a bigger urban area as well, but do the pilot projects, monitor the data and assess it.
Then we all as members of Parliament, regardless of what our position is, would have the concrete evidence in real-time based on data that has monitored how it impacts people, their health, their income, their community and how it impacts people in the workforce. We would have evidence on whether people are willing to go to work or increasing their education and looking for higher-paying jobs. That is the kind of information we need and that is what I really like about the member's bill. There are no preconceived notions, only that we should do the experimentation.
I want to close by mentioning former Senator Hugh Segal. He is quoted in an article by Jamie Swift in the Whig Standard, in which he talks about his book Bootstraps Need Boots: One Tory's Lonely Fight to End Poverty in Canada. Senator Segal has long been an advocate of a guaranteed annual income for dealing with the poverty issue in Canada. This is a way to find out if it really works.
Madame la Présidente, je suis heureux d’intervenir au sujet du projet de loi d’initiative parlementaire C‑273, Loi concernant l’établissement d’une stratégie nationale sur le revenu de base garanti, parrainé par ma collègue, la députée de Davenport, qui siège également au comité des finances.
Je félicite la députée de Davenport d’avoir présenté une mesure législative dont on discute depuis des années. En fait, divers concepts de revenu de base garanti ont été mis à l’essai sur de nombreuses décennies, mais pour une raison ou une autre, on dispose de peu de documentation sur la façon dont ces systèmes fonctionnaient, voire pas du tout.
Une autre députée a mentionné un programme mené à Dauphin, au Manitoba, dans les années 1970, une époque bien différente de la nôtre. On ne dispose pas vraiment de données à ce sujet. La plus récente tentative, du moins au Canada, a été le projet pilote sur le revenu de base de l’Ontario, mis en œuvre par le gouvernement Wynne précédent, qui a ensuite été annulé par le nouveau gouvernement Ford, avant que les résultats ne soient connus. Je pense qu’on fondait beaucoup d’espoir dans ce projet pour qu’il nous donne une base de référence sur la façon dont fonctionnerait un revenu annuel garanti.
Le projet de loi C‑273 ne préjuge pas de la meilleure approche ou de l’approche parfaite en matière de revenu de base, mais il prépare le terrain pour mener différents projets pilotes, pour obtenir des données en temps réel et pour surveiller les résultats. Il pousse essentiellement le gouvernement fédéral à faire preuve de leadership dans le cadre de cette stratégie nationale.
Le projet de loi C‑273 obligerait la ministre des Finances à élaborer et à déposer une stratégie pour évaluer les modèles de mise en œuvre d’un programme de revenu de base garanti au Canada. Ce que le projet de loi dit vraiment, c’est qu’il pourrait y avoir différents modèles. Le gouvernement serait responsable de les évaluer et d’obtenir des données. La loi exigerait que l’élaboration se fasse en consultation avec les principaux intervenants, y compris l’industrie, les collectivités et les gouvernements autochtones, ainsi que les administrations municipales, provinciales et territoriales.
J’ai entendu ce que d’autres intervenants ont dit au sujet de ce projet de loi, certains s’y opposant. Mon bon ami de Joliette, qui siège également au comité des finances, a dit que cela nécessiterait une modification constitutionnelle. Ce n’est pas le cas. Ce concept pourrait varier d’une province à l’autre. Ce dont nous avons vraiment besoin, ce sont des données pour évaluer si cela fonctionnerait vraiment aussi bien que certains le laissent entendre. Il y aurait toutes sortes de consultations, que le gouvernement fédéral serait tenu de mener aux termes du projet de loi.
La loi énonce des mesures précises que la stratégie doit contenir, y compris un projet pilote, des normes nationales et des mesures pour la collecte et l’analyse des données pertinentes. Je pense que c’est la clé. En fin de semaine, j’ai parlé à un ami qui m’a dit qu’un revenu annuel garanti aurait le même effet que la Prestation canadienne d’urgence et en dissuaderait certains de travailler. Je ne crois pas que ce soit nécessairement le cas. Les gens pourront parfaire leur éducation. Ils chercheront peut-être de meilleurs emplois ou des emplois mieux rémunérés. À titre de fervent partisan d’un revenu annuel garanti, je suis prêt à mettre mes convictions à l'épreuve. Je crois que cette mesure fonctionnerait. Je crois que les gens voudraient quand même travailler. Je crois que cette mesure réglerait nos problèmes de pauvreté au Canada.
Je suis prêt à dire que nous devrions faire un projet pilote. Mettons nos convictions à l'épreuve. Ceux qui s’opposent au projet de loi en disant que ce sera un gaspillage d’argent, que les gens dépenseront pour de la drogue ou autre chose, devraient aussi mettre leurs convictions à l'épreuve. Faisons un projet pilote de bonne foi dans le cadre duquel nous recueillerons les données en temps réel et démontrerons que nous avons raison, d’un côté ou de l’autre. À mon avis, c’est ce que nous devrions faire. Le ministre, à la fin du programme, devrait également préparer un rapport sur les résultats de la mise en œuvre deux ans après le dépôt de la stratégie. Je pense que c’est un aspect vraiment important.
Permettez-moi de passer à l’alinéa (3)a) du projet de loi, qui se lit comme suit: « à lancer un projet pilote dans une ou plusieurs provinces afin de mettre à l’essai divers modèles de mise en œuvre d’un programme de revenu de base garanti ».
Je viens de l’Île-du-Prince-Édouard, une province qui s’est montrée disposée à faire partie dans son ensemble de ces projets pilotes. Le député de Charlottetown et moi avons rencontré d’innombrables groupes au sujet de l’approche du revenu garanti, et cette province constituerait la plateforme idéale pour un projet pilote.
Il y a l’ensemble de la province, puis les grandes collectivités, les plus petites collectivités rurales et urbaines, les hôpitaux et les écoles, et seulement 158 000 personnes. Nous pourrions mener un projet pilote à l’Île-du-Prince-Édouard. La province, qui a adopté une motion à l’Assemblée législative, est prête à collaborer avec le gouvernement fédéral pour faire l’essai de l’un de ces projets pilotes. C’est vraiment ce dont nous avons besoin. Ce projet permettrait d’établir au moyen de données probantes si le système fonctionne ou non.
L’alinéa (3)d) se lit comme suit : « à recueillir et à analyser des données afin d’évaluer, pour chaque modèle mis à l’essai… ». C’est ce que nous devons faire. Nous devons mener des projets pilotes. Je propose d’en faire trois à l’échelle du pays. Je sais qu’il y a un certain intérêt en Colombie-Britannique et peut-être aussi dans une plus grande région urbaine, mais il faut mener des projets pilotes, recueillir les données et les évaluer.
Ensuite, comme députés, quel que soit notre point de vue, nous aurions tous des preuves concrètes en temps réel, fondées sur des données montrant les répercussions de cette mesure sur les gens, leur santé, leur revenu, leur collectivité et la population sur le marché du travail. Nous saurions si les gens sont prêts à travailler ou à faire des études plus poussées et à chercher des emplois mieux rémunérés. C’est le genre d’information dont nous avons besoin et c’est ce que j’aime vraiment dans le projet de loi de la députée. Il n’y a pas d’idée préconçue, seulement la certitude que nous devrions tenter l’expérience.
En terminant, je tiens à parler de l'ancien sénateur Hugh Segal. On le cite dans un article de Jamie Swift publié dans le Whig Standard, où il parle de son livre intitulé Bootstraps Need Boots: One Tory's Lonely Fight to End Poverty in Canada. Le sénateur Segal préconise depuis longtemps le revenu annuel garanti comme moyen pour lutter contre la pauvreté au Canada. Voici une façon de découvrir si cette mesure fonctionne vraiment.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I rise again to speak to Bill C-204, an act to amend the Canadian Environmental Protection Act, 1999, the final disposal of plastic waste.
This bill, if enacted, will prohibit the export of plastic waste from Canada for final disposal. The government will not be supporting the legislation for multiple reasons, including because the approach it takes is deeply flawed and unlikely to be effective at addressing the problem it purports to solve, which is the shipment of waste to countries that are unable to handle it.
Let me be clear that the government firmly believes we must handle our waste in an environmentally sound manner both at home and internationally. That is why domestically we have advanced a comprehensive agenda to achieve zero plastic waste. Our approach will ensure we drive a circular economy for plastics; that means keeping plastics in our economy and out of our environment. Our comprehensive approach includes banning harmful single-use plastics, where warranted, supported by science.
Specifically, we are proposing to ban six items that have been shown to be prevalent in the environment causing harm, are difficult to recycle and where readily available alternatives exist. These items are plastic checkout bags, straws, stir sticks, six-pack rings, cutlery and foodware made from hard-to-recycle plastics.
However, our approach is not just about bans. We know that plastics are a valuable commodity and that we need to be better managing them at the end of their useful life. That is why we are working with provinces and territories to advance extended producer responsibility, which will make plastic producers responsible for their plastic waste.
Additionally, we are working toward the introduction of minimum recycled content standards for plastic products. This approach will ensure that we keep the plastics we use in Canada in the Canadian economy and not export them. These actions will drive the transition to a more circular economy. This will not only reduce pressure on the environment, but will also increase competitiveness, stimulate innovation and create jobs.
To this end, Canada will host the World Circular Economy Forum later this year. The WCEF recognizes that truly competitive solutions are born when the economy and the environment go hand in hand, a phrase the Conservatives have recently adopted. The WCEF brings together a broad range of stakeholders, including policy-makers, business leaders and other experts. The WCEF explores the world's best circular economy solutions, with the aim of accelerating the global transition of a circular economy.
Organized for the first time in North America, the WCEF 2021 in Canada will bring dynamic new voices to the global conversation on a circular economy and take an in-depth look at circular opportunities in a North American global context. It will also offer an excellent opportunity to demonstrate Canada's progress on plastics and explore the systemic changes needed to accelerate the global circulation transition.
The WCEF seeks to position the circular economy as a tool to help us respond to the challenges we face from the pandemic as well as the crises of climate change, biodiversity loss and pollution, including that of plastic pollution. We want to play our part as responsible global citizens, which is why we are following through on new international controls on trade in plastic waste and taking a leadership role on plastic on the international stage.
These controls, advanced under Basel Convention on transboundary movement of hazardous wastes and their disposal, will ensure that we are not exporting our waste to countries that are not able to manage it in an environmentally sound manner.
Recently, Canada ratified amendments under the Basel Convention respecting the control of plastic waste. These amendments include within the scope of the convention certain non-hazardous and non-recyclable plastic waste, like mixing or contaminated plastic waste and certain resins and PVC.
The Basel amendments on plastic waste also clarify that hazardous plastic waste is covered by the convention. With the amendments, prior and informed consent must be obtained before plastic waste covered by the convention can be exported. The purpose of the amendments is to contribute to a cleaner trade of plastic waste globally by controlling exports of plastic waste to countries that face challenges to properly manage it.
These controls effectively make Bill C-204 redundant, because Canada is already implementing effective controls on the movement of plastic waste. Further, Bill C-204 would have the effect of creating two sets of potentially conflicting requirements for plastic waste exports in Canada: those captured under this bill and those captured under the Basel Convention.
Last, Bill C-204 would leave the much larger issue of plastic waste destined for recycling unaddressed. If the member's intent was to address plastic waste exports to countries that were unable to manage them in an environmentally sound manner, the bill would be unlikely to address this problem.
The federal government is implementing a comprehensive agenda to manage our plastic waste both domestically and internationally. In contrast, Bill C-204 would be ineffective at addressing the problem it purports to solve. It would be problematic to administer and enforce and it would very likely create conflicting requirements with respect to Canada's management of plastic waste exports. As I have also said, it is unnecessary. Canada is already implementing controls under the Basel Convention to ensure we are managing our waste in a responsible manner, so it is not being exported to countries that are unable to manage it.
Given these considerations, the government remains opposed to the legislation. I hope my opposition colleagues will re-evaluate their support for the legislation, given the arguments I have advanced today.
Madame la Présidente, je me lève à nouveau pour parler du projet de loi C-204, Loi de 1999 modifiant la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, au sujet de l’élimination définitive de déchets plastiques.
S’il est édicté, ce projet de loi interdira l’exportation de déchets plastiques du Canada en vue de leur élimination définitive. Le gouvernement n’appuiera pas la mesure législative pour de multiples raisons, notamment parce que l’approche adoptée comporte de graves lacunes et ne fera probablement pas grand-chose pour régler le problème qu’elle cherche à régler, c’est-à-dire l’expédition de déchets vers des pays qui sont incapables de les traiter.
Soyons clairs. Le gouvernement croit fermement qu’il faut traiter nos déchets d’une manière respectueuse de l’environnement, autant ici qu’à l’étranger. C’est pourquoi nous avons mis de l’avant, au pays, un programme complet pour atteindre l’objectif de zéro déchet de plastique. Grâce à notre approche, nous pourrons favoriser une économie circulaire pour le plastique, ce qui signifie que notre économie continuera de réutiliser le plastique, évitant ainsi qu’il se retrouve dans l’environnement. Notre approche complète comprend l’interdiction des plastiques à usage unique nocifs, lorsque c’est justifié, notamment selon la science.
Plus précisément, nous proposons d’interdire six articles qui, comme il a été démontré, sont répandus dans l’environnement et causent des préjudices, sont difficiles à recycler et peuvent être remplacés facilement par des produits existants. Parmi ces articles, on compte les sacs remis aux caisses des magasins, les pailles, les bâtonnets pour mélanger, les anneaux pour les canettes et les ustensiles de table en plastique de même que les articles pour manger fabriqués en plastique difficile à recycler.
Cependant, notre approche ne comporte pas que des interdictions. Nous savons que les plastiques sont une marchandise utile et que nous devons mieux les gérer à la fin de leur vie utile. C’est pourquoi nous collaborons avec les provinces et territoires pour favoriser la responsabilité élargie des producteurs, qui rendra les producteurs de plastique responsables de leurs déchets plastiques.
De plus, nous cherchons à instaurer des normes minimales sur le contenu recyclé des produits en plastique. Grâce à cette approche, nous garderons les plastiques que nous utilisons au Canada dans l’économie canadienne au lieu de les exporter. Ces mesures favoriseront la transition vers une économie plus circulaire. Non seulement vont-elles réduire les pressions exercées sur l’environnement, mais elles augmenteront la compétitivité, stimuleront l’innovation et créeront des emplois.
À cette fin, le Canada tiendra le Forum mondial de l’économie circulaire plus tard cette année. Ce forum reconnaît que des solutions vraiment concurrentielles sont créées lorsque l’économie et l’environnement sont étroitement liés. Il s’agit d’une phrase que les Conservateurs ont récemment adoptée. Le Forum réunit un vaste éventail d’intéressés, y compris des décideurs, des chefs d’entreprises et d’autres experts. Le Forum étudie les meilleures solutions d’économie circulaire au monde, dans le but d’accélérer la transition mondiale vers une économie circulaire.
Organisé pour la première fois en Amérique du Nord, le Forum mondial de l’économie circulaire qui se tiendra cette année au Canada permettra l’expression de points de vue novateurs sur l’économie circulaire et favorisera l’examen des possibilités qui se présentent dans ce domaine dans le contexte nord-américain. Ce sera également une excellente occasion de faire la démonstration des progrès du Canada en ce qui concerne les déchets plastiques et d’examiner les changements systémiques qu’il convient d’apporter pour accélérer la transition mondiale vers une économie circulaire.
Le forum a pour mission de faire de l’économie circulaire un outil pour relever les défis générés par la pandémie, les changements climatiques, la perte de biodiversité et la pollution, y compris la pollution par les plastiques. Nous voulons assumer nos responsabilités de citoyens responsables, et c’est la raison pour laquelle nous mettons en place de nouveaux contrôles internationaux sur les déchets plastiques et que nous assumons dans ce domaine un rôle de leadership sur la scène internationale.
Ces contrôles, qui découlent de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, permettront de nous assurer que nous n’exportons pas nos déchets vers des pays qui ne sont pas capables de les gérer sans nuire à l’environnement.
Récemment, le Canada a ratifié des amendements à la Convention de Bâle au sujet du contrôle des déchets plastiques. Ces amendements portent notamment sur certains déchets plastiques non dangereux et non recyclables, comme les déchets plastiques contaminés, certaines résines et le PVC.
Les amendements de la Convention de Bâle sur les déchets plastiques précisent également que les déchets plastiques dangereux sont visés par la convention. Ils exigent le consentement préalable et éclairé avant l’exportation de déchets plastiques. L’objectif de ces amendements est d’assurer un commerce plus propre des déchets plastiques à l’échelle internationale, en contrôlant les exportations de ces produits vers les pays qui ont des difficultés à les gérer de façon adéquate.
Le projet de loi C-204 me semble redondant puisque le Canada a déjà mis en place des contrôles efficaces sur les mouvements des déchets plastiques. De plus, le projet de loi aura pour effet de créer deux séries de critères potentiellement contradictoires pour les exportations de déchets plastiques au Canada: celles qui seront couvertes par ce projet de loi et celles qui seront couvertes par la Convention de Bâle.
Enfin, le projet de loi C-204 ne règle pas le problème beaucoup plus large que constituent les déchets plastiques destinés au recyclage. Si l’objectif du député est de régler le problème des exportations de déchets plastiques vers les pays qui ne sont pas capables de les gérer sans nuire à l’environnement, le projet de loi ne règle pas ce problème.
Le gouvernement fédéral est en train de mettre en place un plan d’action complet pour gérer nos déchets plastiques à la fois sur notre territoire et à l’étranger. Par contre, le projet de loi C-204 ne permettra pas de régler le problème qu’il propose de régler. Il serait difficile à faire appliquer et il générerait fort probablement des critères contradictoires en ce qui concerne la gestion des exportations de déchets plastiques. Comme je l’ai dit, ce projet de loi est inutile. Le Canada est déjà en train de mettre en œuvre les contrôles prescrits par la Convention de Bâle, afin de gérer nos déchets de façon responsable et de ne pas les exporter vers les pays qui ne sont pas capables de les gérer.
Pour toutes ces raisons, le gouvernement reste opposé à ce projet de loi. J’espère que mes collègues de l’opposition reviendront sur leur décision, étant donné les arguments que j’ai avancés aujourd’hui.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I live in Mississauga and I proudly represent my constituents of Mississauga East—Cooksville. I know how hard they work to provide for their families; protect their health and provide a better education for their kids, which we know are the keys to a better future; and to take care of their aging parents and grandparents. In short, they work to build and to dream. That is what Mississauga East—Cooksville is all about, and in turn, that is what the Canadian dream is from coast to coast to coast.
That is why, when a once-in-a-lifetime pandemic such as COVID-19 shook the very foundations of our health care, and social and economic systems, our government stepped up and ensured that we would do everything we could to help protect Canadians. As the Prime Minister often says, we have Canadians' backs, meaning we will be there for Canadians every step of the way to support them and to help them weather this storm. The actions we have taken have helped Canadians stay safe and buffer the worst economic impacts.
This third wave has hit hard, with further public health restrictions and regional lockdowns leading to many Canadians facing unemployment or reduced hours this last couple of months. As we work to finish the fight against COVID-19, we will continue to support Canadians through programs such as the Canada recovery benefit, a more flexible EI program and the Canada emergency wage subsidy, which continue to be lifelines for so many Canadians.
That is why we announced through budget 2021 that we will be maintaining flexible access to EI benefits for another year until the fall of 2022, fulfilling our campaign promise to extend EI sickness benefits from 15 to 26 weeks, extending the Canada recovery benefit by an additional 12 weeks until September 25, and expanding the Canada workers benefit to support low-wage workers.
These are historic investments that address the most pressing issues exacerbated by COVID-19, which are to put people first, create jobs, grow the middle class, set businesses back on a track, and ensure a healthier, greener and more prosperous Canada.
I would like to commend the Minister of Finance because Bill C-30 brings us to the next stage. It is a recovery plan for jobs, growth and resilience, the Government of Canada’s plan to finish the fight against COVID-19 and ensure a robust economic recovery that brings all Canadians along. The COVID-19 recession is the steepest and fastest economic contraction since the Great Depression. It has disproportionately affected low-wage workers, young people, women, and racialized Canadians.
The pandemic has laid bare long-standing inequities in our economy. Budget 2021 is an inclusive plan that takes action to break down barriers to full economic participation for all Canadians. It would establish a $15 federal minimum wage.
For businesses, it has been a two-speed recession, with some finding ways to prosper and grow, but many businesses, especially small businesses, fighting to survive. Budget 2021 is a plan to bridge Canadians and Canadian businesses through the crisis and toward a robust recovery. It proposes to extend business and income support measures through to the fall and to make investments to create jobs and help businesses across the economy come roaring back. Budget 2021 is a plan that puts the government on track to meet its commitment to create one million jobs by the end of the year.
Budget 2021 is a historic investment to address the specific wounds of the COVID-19 recession by putting people first, creating jobs, growing the middle class, setting businesses on track for that long-term growth, and ensuring that Canada’s future will be healthier, more equitable, greener and more prosperous.
The Government of Canada’s top priority remains protecting Canadians’ health and safety, particularly during this third, aggressive wave of the virus and its variants. Vaccine rollout is under way across Canada, with federal government support in every province and territory.
In my riding of Mississauga East—Cooksville, over 60% of adults have received their first vaccine, and this past weekend we began to inoculate kids 12 and over. I accompanied my 15-year-old twin boys, Alexander and Sebastien, to get their first shot through Trillium Health Partners Mississauga Hospital mass vaccination site this weekend.
I want to thank all the frontline staff, volunteers and emergency services for making the experience a friendly, efficient safe and secure one. We could see how proud, joyful, hopeful and, I have to say, patriotic people felt, that they were doing their part to safeguard themselves, their family members, their community and their country by getting vaccinated and helping shield us from this horrible virus. People are starting to be cautiously hopeful as vaccines roll out and we approach herd immunity. Canadians can dream once again of something approaching normality.
During last week's constituency week, I had the opportunity to meet with Mississauga and Peel Region's leadership team of elected officials, management and stakeholders to discuss long-term care and the continuum of care with a focus on our seniors and vulnerable populations. The COVID-19 pandemic has strained our long-term care facilities across the country and in my community of Mississauga East—Cooksville like never before. I want to thank the Minister of Finance for the well-deserved measures to strengthen long-term care and supportive care.
Many seniors have faced economic challenges as they take on extra costs to stay safe and protect their health. This 2021 budget proposes to provide $90 million to Employment and Social Development Canada, a government department responsible for social programs, to launch the age well at home initiative. This initiative would assist community-based organizations to provide practical support that helps low-income and otherwise vulnerable seniors to age in place, such as matching seniors with volunteers who can help them with meal preparation, home maintenance, daily errands, yardwork and transportation. This initiative would also target regional and national projects to help expand services that have already demonstrated results helping seniors stay in their homes. Funding would be provided over a three-year period starting in 2021-22. I am pleased to say that many non-profits and charitable organizations working with seniors across the country stand to benefit from this measure.
In addition, the 2021 budget proposes to build on work conducted by the Health Standards Organization and Canadian Standards Association in launching a process to develop national standards focused on improving the quality of life of seniors in long-term care homes. This budget would provide $3 billion over five years to Health Canada to support provinces and territories, ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made; and, $41.3 million over six years and $7.7 million ongoing, starting in 2021-22, for Statistics Canada to improve data infrastructure and data collection on supportive care, primary care and pharmaceuticals.
We made a campaign commitment promising to increase old age security, OAS, benefits for seniors aged 75 and older. Many seniors are living longer and they are relying on monthly benefits to afford retirement. These funds would be delivered in two steps. The 2021 budget would support seniors by providing a one-time payment this August of $500 and increase regular OAS payments for pensioners 75 and over by 10% on an ongoing basis as of July next year. This would increase the benefits for approximately 3.3 million seniors, providing additional benefits of $766 for full pensioners in the first year and indexed to inflation going forward. This would give seniors more financial security later in life, particularly at the time when they face increased care expenses. In total, the two measures represent $12 billion over five years for our seniors in additional financial support, beginning in 2021-22; and at least $3 billion per year ongoing, to be delivered by Employment and Social Development Canada.
Budget 2021 invests in Canada's biomanufacturing and life sciences sector to rebuild domestic vaccine manufacturing capacity. It has a plan to put in place national standards for long-term care and mental health services.
Budget 2021 makes a generational investment to build a Canada-wide early learning and child care system. This is a plan to drive economic growth, increase women's participation in the workforce and offer each child in Canada the best start in life. Budget 2021 would invest almost $30 billion over the next five years and provide permanent ongoing funding, working with provincial and territorial and indigenous partners to support quality not-for-profit child care, ensuring the needs of early childhood educators are at the heart of the system. The goal is to reach $10 per day on average by—
Madame la Présidente, j'habite à Mississauga et je suis fier de représenter les habitants de Mississauga-Est—Cooksville. Je sais combien ils travaillent dur pour assurer la subsistance de leurs familles, protéger leur santé et offrir une meilleure éducation à leurs enfants, laquelle est la clé d'un bel avenir, mais aussi pour prendre soin de leurs parents vieillissants et de leurs grands-parents. Bref, ils travaillent pour pouvoir rêver et concrétiser leurs rêves. Voilà à quoi tient Mississauga-Est—Cooksville et en quoi consiste le rêve canadien partout au pays.
C'est ce qui a poussé le gouvernement à intervenir, quand la pandémie de COVID-19 a ébranlé les fondements du système de soins de santé et du système socioéconomique du Canada. Il s'est assuré de faire tout ce qui était dans son pouvoir pour protéger les Canadiens. Comme le premier ministre l'a souvent dit, nous sommes là pour les Canadiens, c'est-à-dire que nous serons là pour leur offrir du soutien à chaque étape et les aider à surmonter cette crise. Les mesures que nous avons prises ont permis aux Canadiens de se protéger et d'atténuer le pire des répercussions économiques.
La troisième vague nous a frappés de plein fouet avec l'ajout de restrictions sanitaires et les confinements régionaux. De nombreux Canadiens se sont retrouvés sans emploi ou ont dû composer avec un horaire de travail réduit au cours des derniers mois. Alors que nous nous efforçons d'achever la lutte contre la COVID-19, nous continuons de soutenir les Canadiens par l'entremise de mesures comme la Prestation canadienne de la relance économique, l'assouplissement du programme d'assurance-emploi et la Subvention salariale d'urgence, qui sont toujours essentielles pour tant de personnes.
C'est pour cette raison que le gouvernement a annoncé dans le budget de 2021 qu'il maintiendrait l'accès souple à l'assurance-emploi pour une autre année, soit jusqu'à l'automne 2022, qu'il tiendrait sa promesse électorale de prolonger les prestations de maladie de l'assurance-emploi de 15 à 26 semaines, qu'il prolongerait la Subvention salariale d'urgence jusqu'au 25 septembre, soit 12 semaines supplémentaires, et qu'il élargirait l'Allocation canadienne pour les travailleurs afin de soutenir les travailleurs à faible salaire.
Il s'agit d'investissements historiques qui répondent aux problèmes les plus urgents aggravés par la COVID-19 et qui cherchent notamment à accorder la priorité aux gens, à créer des emplois, à favoriser la croissance de la classe moyenne, à aider les entreprises à se remettre sur les rails et à veiller à la création d'un Canada plus sain, plus vert et plus prospère.
J'aimerais féliciter la ministre des Finances, car le projet de loi C-30 nous fait passer à la prochaine étape. C'est un plan de relance pour les emplois, la croissance et la résilience, le plan du gouvernement du Canada visant à terminer la lutte contre la COVID-19 et à créer une économie robuste qui ne laisse aucun Canadien pour compte. La récession de la COVID-19 représente la contraction économique la plus forte et la plus rapide depuis de la Grande Dépression. Elle a touché de façon disproportionnée les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racisés.
La pandémie a mis au jour des iniquités de longue date dans notre économie. Le budget de 2021 est un plan inclusif qui prévoit des mesures pour éliminer les obstacles à la pleine participation économique de tous les Canadiens, notamment un salaire minimum fédéral de 15 $.
Pour les entreprises, la récession a été à deux vitesses, certaines trouvant des moyens de prospérer et de croître, mais de nombreuses autres, surtout les petites, se battant pour survivre. Le budget de 2021 est un plan visant à aider les Canadiens et les entreprises canadiennes à traverser la crise et à assurer une reprise vigoureuse. Il prévoit la prolongation des mesures de soutien des entreprises et du revenu jusqu’à l’automne, ainsi que des investissements pour créer des emplois et aider les entreprises de l’ensemble de l’économie à se relever. Le budget de 2021 est un plan qui met le gouvernement sur la bonne voie pour respecter son engagement de créer un million d’emplois d’ici la fin de l’année.
Le budget de 2021 représente un investissement historique pour venir à bout des séquelles de la récession liée à la COVID-19, en donnant la priorité aux gens, en créant des emplois, en faisant prospérer la classe moyenne, en mettant les entreprises sur la voie de la croissance à long terme et en veillant à assurer au Canada un avenir en meilleure santé, plus équitable, plus vert et plus prospère.
La priorité absolue du gouvernement du Canada demeure la protection de la santé et de la sécurité des Canadiens, particulièrement pendant cette troisième vague agressive du virus et de ses variants. La campagne de vaccination est en cours partout au Canada, avec l’appui du gouvernement fédéral dans chaque province et territoire.
Dans la circonscription que je représente, Mississauga-Est—Cooksville, plus de 60 % des adultes ont reçu leur première dose de vaccin, et la fin de semaine dernière, les enfants de 12 ans et plus ont commencé à être vaccinés. J’ai accompagné mes jumeaux de 15 ans, Alexander et Sebastien, pour qu’ils reçoivent leur première dose cette fin de semaine à la clinique de vaccination de masse de l’hôpital Trillium Health Partners de Mississauga.
Je tiens à remercier tout le personnel de première ligne, les bénévoles et les services d’urgence de faire de cette expérience une expérience conviviale, efficace et sécuritaire. Nous avons pu voir à quel point les gens semblaient fiers, joyeux et pleins d’espoir et nous avons même pu sentir leur patriotisme dans ce geste de se faire vacciner pour se protéger et protéger les membres de leur famille, leur communauté et leur pays contre cet horrible virus. Les gens commencent à avoir de l’espoir avec le déploiement des vaccins et l’approche de l’immunité collective. Les Canadiens peuvent aspirer à nouveau à quelque chose qui s’approchera de la normalité.
Au cours de la dernière semaine, dans la circonscription que je représente, j’ai eu l’occasion de rencontrer l’équipe de gestion de Mississauga et de la région de Peel, composée d’élus, de gestionnaires et d’intervenants, afin de discuter des soins de longue durée et du continuum des soins, en mettant l’accent sur nos aînés et nos populations vulnérables. La pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve, comme jamais auparavant, nos établissements de soins de longue durée partout au pays et dans la circonscription de Mississauga-Est—Cooksville que je représente. Je tiens à remercier la ministre des Finances pour les mesures bien méritées visant à renforcer les soins de longue durée et les soins palliatifs.
De nombreux aînés ont fait face à des difficultés économiques parce qu’ils ont dû assumer des coûts supplémentaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé. Le budget de 2021 propose d’accorder 90 millions de dollars à Emploi et Développement social Canada, un ministère responsable des programmes sociaux, pour lancer l’initiative Vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aiderait les organismes communautaires à offrir un soutien pratique pour aider les aînés à faible revenu et vulnérables à vieillir chez eux. Ces organismes pourraient par exemple jumeler des aînés avec des bénévoles qui leur prépareraient des repas, effectueraient des tâches ménagères, feraient leurs courses, les aideraient à entretenir leur terrain ou les conduiraient à différents endroits. Cette initiative aiderait également des projets régionaux et nationaux à étendre des services qui ont déjà permis à de nombreux aînés de continuer à vivre chez eux. Le financement serait fourni sur une période de trois ans à partir de 2021-2022. Je suis heureux de pouvoir dire que de nombreux organismes sans but lucratif et de bienfaisance qui travaillent auprès des aînés partout au pays profiteront de cette mesure.
De plus, le budget de 2021 propose de s’appuyer sur le travail effectué par l’Organisation de normes en santé et par l’Association canadienne de normalisation pour lancer un processus d’élaboration de normes nationales visant à améliorer la qualité de vie des aînés dans les établissements de soins de longue durée. Le budget accorderait 3 milliards de dollars sur cinq ans à Santé Canada pour appuyer les provinces et les territoires, pour veiller au respect des normes de soins de longue durée et pour apporter des changements permanents. Il affecterait 41,3 millions de dollars sur six ans et 7,7 millions de dollars par la suite à partir de 2021-2022 pour que Statistique Canada améliore l’infrastructure de données et la collecte de données sur les soins de soutien, sur les soins primaires et sur les produits pharmaceutiques.
Pendant la campagne électorale, nous avons promis d’augmenter les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans et plus. De nombreux aînés vivent plus longtemps et comptent sur ces prestations mensuelles pour prendre leur retraite. Ces fonds seraient versés en deux étapes. Le budget de 2021 appuierait les aînés en prévoyant un paiement unique de 500 $ en août et en augmentant les prestations régulières de la Sécurité de la vieillesse pour les retraités de 75 ans et plus de 10 % de façon continue dès le mois de juillet de l’année prochaine. Cela augmenterait les prestations d’environ 3,3 millions d'aînés, ce qui se traduirait par des prestations supplémentaires de 766 $ pour les pensionnés touchant la prestation intégrale la première année. Ces prestations seraient indexées à l’inflation. Cela assurerait aux aînés une plus grande sécurité financière plus tard dans la vie alors qu’ils font face à des coûts de soins de santé beaucoup plus élevés. Au total, ces deux mesures représentent un soutien financier supplémentaire de 12 milliards de dollars sur cinq ans pour nos aînés à partir de 2021-2022 et d’au moins 3 milliards de dollars par année par la suite, qui sera distribué par Emploi et Développement social Canada.
Le budget de 2021 investit dans le secteur canadien de la biofabrication et des sciences de la vie afin de rebâtir la capacité nationale de fabrication de vaccins. Il présente un plan de mise en œuvre de normes nationales sur les soins de longue durée et sur les services de santé mentale.
Le budget de 2021 prévoit un investissement générationnel pour bâtir un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ce plan vise à stimuler la croissance économique, à accroître la participation des femmes au marché du travail et à offrir à chaque enfant canadien le meilleur départ possible dans la vie. Le budget de 2021 prévoit un investissement de près de 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années ainsi qu’un financement permanent pour fournir, en collaboration avec des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones des services sans but lucratif de garde d’enfants de qualité et en veillant à ce que le système soit axé sur les besoins des éducateurs de la petite enfance. L’objectif est d’atteindre 10 $ par jour en moyenne d'ici...
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to thank the hon. member and great friend for giving me the opportunity to speak to something that I am very passionate about.
When it comes to long-term care, we saw through this pandemic the tragedy in our long-term care homes, particularly here in Mississauga, but also in London and right across our province and across our country. We saw seniors not treated to the standards to which we believe Canadians should be treated, to have the dignity and respect. We have come forward with $3 billion to be able to assist and work with our partners, the provinces and the municipalities to be able to provide the level of care that we deem should be a standard and is vitally important. All Canadians feel the same way. It broke our hearts to see how seniors were treated in long-term care homes.
Madame la Présidente, je remercie le député et mon grand ami de me donner l’occasion de parler d’un sujet qui me passionne beaucoup.
En ce qui concerne les soins de longue durée, nous avons été témoins de la tragédie qui s’est produite dans nos foyers de soins de longue durée, particulièrement ici à Mississauga, mais aussi à London et dans l’ensemble de la province et du pays. Nous avons vu des personnes âgées ne pas être traitées selon les normes auxquelles nous nous attendons pour les Canadiens, c’est-à-dire dans la dignité et le respect. Nous avons prévu 3 milliards de dollars pour pouvoir aider nos partenaires, les provinces et les municipalités et collaborer avec eux, afin d’offrir le niveau de soins que nous jugeons nécessaire et essentiel. Tous les Canadiens sont de cet avis. Cela nous a tous brisé le cœur de voir comment les aînés ont été traités dans les foyers de soins de longue durée.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:17 [p.7396]
Madam Speaker, the budget makes some positive steps toward addressing the affordable housing and homelessness crisis in Canada. Unfortunately, it is not enough to make up for decades of neglect by the federal government. Housing is a human right, recognized in international law and affirmed in the national housing strategy. Much more needs to be done to ensure that right is respected. Weak regulations have allowed our housing market to be used by the global ultrawealthy for tax evasion and money laundering. These activities have driven up the cost of housing to unsustainable levels and it continues to climb. Where does this end?
We should be looking at regulations to protect Canada's residential real estate market. Many countries have regulations that restrict foreign buyers. I have heard both Conservatives and Liberals talk about how much they love foreign direct investment. When people earning median incomes can no longer afford to own or rent a home without spending 50% or more of their income, is foreign direct investment in housing benefiting Canadians? Housing prices in Canada have gone up an average of 30% in the past year. We have barely begun to see the fallout of that.
The investment in Canada's nature legacy is a very welcome addition, especially the funding directed to indigenous protected and conserved areas, or IPCAs. Reconnecting indigenous people back to their traditional lands is key to reconciliation. A sixth mass extinction is happening right now. Species are disappearing at a rapid rate, and we are losing important and endangered ecosystems around the planet. The endangered big tree old-growth ecosystems on Vancouver Island are a perfect example of where the funding from Canada’s nature legacy should be spent. Indigenous protected and conserved areas would put land under the control and authority of local first nations. This ensures long-term economic development built on harvesting second-growth forests and creating value-added forest products, while preserving old growth for eco-tourism and traditional practices.
Low-income seniors in my riding have been asking for additional pandemic relief and for a permanent increase in the old age security. The budget promises that old age security will increase in 2022, a year from now, but only for seniors over the age of 75. This is creating two classes of seniors: those 75 and up and those under 75. This is going to force more seniors to continue working in jobs that young people could be filling.
It is positive that the government is moving toward national standards for long-term care, but bolder action needs to be taken. The pandemic has exposed glaring deficiencies in some provinces that allowed for the warehousing of seniors in for-profit homes. Serious action should be taken against private for-profit long-term care homes that used pandemic relief funding to give executives and shareholders a bonus instead of fixing deficiencies.
The government has made a good start with additional support for students during the pandemic, with interest relief and an increase in student grants, but it is time to take bold action to bring Canada fully into the knowledge-based economy. It is time to follow the lead of northern European countries and make post-secondary education in this country tuition-free.
The Green Party has long been calling for improvements to our health care system, with an increase of health transfers and a system that recognizes provincial demographic differences. There is an incremental move toward universal pharmacare, but we need bolder steps to ensure Canadians have access to the medicine they need. We have been calling for universal pharmacare, universal dental care, universal mental health services, wellness care and a patient-centred focus on health and well-being to keep people out of the sickness care system, because we know that all of these things will save money in the long run and keep Canadians healthier.
Small businesses are going to have a more difficult recovery than large multinational companies that have been able to ride out the storm with big box stores and online sales. Small and medium-sized enterprises are the lifeblood of the economy. They hire the vast majority of private sector workers. Special consideration needs to be given to ensure that the hundreds of thousands of small and medium-sized businesses across this country are able to recover. The wage subsidy ends in September. Many businesses in my riding need help well beyond September.
This is Tourism Week. The budget commitments to the tourism industry are not enough. Tourism's contribution to the economy is underestimated. Tourism employs more people than oil and gas in Canada, and $500 million is not adequate to meet the needs of tourism operators across the country, especially for those who will not be in full operation again until at least 2022.
I hear from constituents like Shelley and Dave, who own and operate CruisePlus, a company that books tours in Canada and around the world. When the pandemic hit, they and their team worked hard to get Canadians home and cancel bookings. They have struggled to stay afloat during the pandemic. They have lost well-trained, loyal employees and are concerned about the end of the wage subsidy. They will lose support before they are expecting to be able to restart their business in a serious way.
The plan to lower the Canada recovery benefit from the current $500 a week to $300 a week by July needs to be re-examined. Workers are still struggling and may not be able to find enough work to compensate for that reduction.
The pandemic has demonstrated the need to improve our social safety net with a guaranteed livable income. We are going to see additional shocks to our economy with automation, artificial intelligence and climate change. A guaranteed livable income can help ensure that no one falls through the cracks as we navigate these new realities.
How will we pay for all these things? During the peak of the pandemic, more than 5.5 million Canadian workers lost their jobs or were working half of their normal hours. More than half of Canadians are within $200 of not being able to cover their monthly bills. At the same time, Canada's 48 richest billionaires increased their wealth by $78 billion and now have almost a quarter of a trillion dollars among them. We now know that some large corporations used taxpayer-funded relief programs to pay their shareholders and executives huge bonuses. That is disgusting.
Canada needs an increase in the progressive tax rate at the higher income brackets. We also need a wealth tax and an inheritance tax for the ultrawealthy. It is time to close tax loopholes that allow them to offshore their wealth and avoid paying taxes. It is time to tax the Internet giants that extract billions from our economy. Big banks and credit card companies have been raking in profits through increased user fees and interest rates they charge to consumers and businesses, and payday lenders are trapping low-income people into predatory loans with terms designed to keep them in endless cycles of debt. This is unacceptable. How have we let income inequality reach this point? All of these things could have been dealt with in this budget.
Over and over again during this debate, I have heard the Conservatives call on the government to spend less. They caution about deficits and increasing debt. I agree with them in at least one area: We need to end all taxpayer handouts to the fossil fuel industry. Real climate action requires that we cut all funding to the Trans Mountain pipeline expansion project, cut all subsidies to fracking companies and put them on notice that their climate-destroying practice will be banned within the year, and make the costs of industrial cleanup a non-dischargeable debt so we can stop subsidizing the cleanup of abandoned wells. The fossil fuel industry is a sunset industry. It is time to stop propping it up and invest those billions in a just transition to a renewable energy economy.
While there are a number of things that are positive in this budget, it falls short of dealing with the challenges of our time. We are in a climate emergency and we have growing inequality. Canada can and must do better for people and the planet. I will continue to work toward that goal.
Madame la Présidente, le budget contient des mesures positives pour s’attaquer à la crise du logement abordable et de l’itinérance au Canada. Malheureusement, il ne suffit pas de compenser des décennies de négligence de la part du gouvernement fédéral. Le logement est un droit de la personne reconnu en droit international et confirmé dans la Stratégie nationale sur le logement. Il faut faire beaucoup plus pour que ce droit soit respecté. La faiblesse de la réglementation a permis aux ultrariches du monde entier de profiter de notre marché immobilier aux fins d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Ces activités ont fait grimper le coût du logement à des niveaux insoutenables et ce n’est pas fini. Où cela s’arrêtera-t-il?
Nous devons envisager une réglementation pour protéger le marché immobilier résidentiel du Canada. De nombreux pays ont des règlements qui restreignent les transactions par des acheteurs étrangers. J’ai entendu les conservateurs et les libéraux dire à quel point ils aiment les investissements étrangers directs. Lorsque les gens qui gagnent un revenu médian ne peuvent plus se permettre d’acheter ou de louer une maison sans dépenser 50 % ou plus de leur revenu, l’investissement étranger direct dans le logement profite-t-il aux Canadiens? Le prix des maisons au Canada a augmenté en moyenne de 30 % au cours de la dernière année. Nous commençons à peine à en voir les conséquences.
L’investissement dans le patrimoine naturel du Canada est un ajout très bienvenu, surtout le financement destiné aux aires protégées et de conservation autochtones, ou APCA. Rétablir le lien entre les peuples autochtones et leurs terres ancestrales est essentiel à la réconciliation. Nous assistons actuellement à une sixième extinction de masse. Les espèces disparaissent rapidement et nous perdons des écosystèmes importants et menacés partout sur la planète. Les grands écosystèmes de peuplements d’arbres matures menacés sur l’île de Vancouver sont un parfait exemple de la façon dont le financement du patrimoine naturel du Canada doit être dépensé. Les aires protégées et de conservation autochtones placeront les terres sous le contrôle et l’autorité des Premières Nations locales. Cela assurera un développement économique à long terme fondé sur l’exploitation des forêts de seconde venue et la création de produits forestiers à valeur ajoutée, tout en préservant les peuplements d’arbres matures pour l’écotourisme et les pratiques ancestrales.
Les aînés à faible revenu de ma circonscription ont demandé un allégement supplémentaire en raison de la pandémie et une augmentation permanente de la Sécurité de la vieillesse. Le gouvernement a promis dans le budget que la Sécurité de la vieillesse augmentera en 2022, soit dans un an, mais seulement pour les aînés de plus de 75 ans. Cela crée deux catégories d’aînés, à savoir ceux de 75 ans et plus et ceux de moins de 75 ans. Cela forcera un plus grand nombre d’aînés à continuer d’occuper des emplois auxquels des jeunes auraient pu autrement accéder.
Que le gouvernement s’oriente vers des normes nationales pour les soins de longue durée est un signe positif, mais des mesures plus audacieuses doivent être prises. La pandémie a révélé des lacunes flagrantes dans certaines provinces qui ont permis l’entreposage d’aînés dans des foyers à but lucratif. Des mesures rigoureuses doivent être prises contre les foyers de soins de longue durée privés à but lucratif qui ont utilisé les fonds de secours de la pandémie pour accorder une prime aux dirigeants et aux actionnaires au lieu de corriger les lacunes.
Le gouvernement a pris un bon départ en accordant un soutien supplémentaire aux étudiants pendant la pandémie, avec une exemption d’intérêt et une augmentation des bourses d’études, mais il est temps de prendre des mesures audacieuses pour faire entrer pleinement le Canada dans l’économie du savoir. Il est temps de suivre l’exemple des pays d’Europe du Nord et de rendre l’éducation postsecondaire gratuite dans notre pays.
Le Parti vert réclame depuis longtemps l’amélioration de notre système de soins de santé, avec une augmentation des transferts de santé et un système qui reconnaît les différences démographiques provinciales. Il y a un mouvement progressif vers l’assurance-médicaments universelle, mais nous avons besoin de mesures plus audacieuses pour assurer que les Canadiens ont accès aux médicaments dont ils ont besoin. Nous demandons l’instauration d’un régime universel d’assurance-médicaments, de soins dentaires, de services de santé mentale, de soins de mieux-être et d’une approche axée sur la santé et le bien-être des patients afin d’éviter que les gens n’aient recours au système de soins de santé, car nous savons que toutes ces mesures permettront d’économiser de l’argent à long terme et de garder les Canadiens en meilleure santé.
Les petites entreprises auront plus de mal à se remettre de la crise que les multinationales qui ont pu résister à la tempête grâce aux magasins grande surface et aux ventes en ligne. Les petites et moyennes entreprises sont le poumon de l’économie. Elles emploient la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Une attention particulière doit être accordée pour s’assurer que les centaines de milliers de petites et moyennes entreprises à travers le pays sont en mesure de se rétablir. La subvention salariale prend fin en septembre. De nombreuses entreprises de ma circonscription ont besoin d’aide bien au-delà de septembre.
C’est la semaine du tourisme. Les engagements budgétaires envers l’industrie touristique ne sont pas suffisants. La contribution du tourisme à l’économie est sous-estimée. Le tourisme emploie plus de personnes que le pétrole et le gaz au Canada, et 500 millions de dollars ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins des exploitants touristiques de tout le pays, surtout pour ceux qui ne seront pas de nouveau en pleine activité avant au moins 2022.
J’entends des électeurs comme Shelley et Dave, qui possèdent et exploitent CruisePlus, une entreprise qui réserve des circuits au Canada et dans le monde entier. Lorsque la pandémie a frappé, eux et leur équipe ont travaillé dur pour ramener les Canadiens chez eux et annuler les réservations. Ils se sont battus pour rester à flot pendant la pandémie. Ils ont perdu des employés loyaux et bien formés et s’inquiètent de la fin de la subvention salariale. Ils perdront leur soutien avant d’espérer pouvoir redémarrer sérieusement leur activité.
Le projet de réduire l’allocation de rétablissement du Canada de 500 $ par semaine actuellement à 300 $ par semaine d’ici juillet doit être réexaminé. Les travailleurs sont toujours en difficulté et pourraient ne pas être en mesure de trouver suffisamment de travail pour compenser cette réduction.
La pandémie a démontré la nécessité d’améliorer notre filet de sécurité sociale avec un revenu vital garanti. Notre économie subira d’autres chocs encore avec l’automatisation, l’intelligence artificielle et les changements climatiques. Un revenu vital garanti peut contribuer à faire en sorte que personne ne passe à travers les mailles du filet tandis que nous naviguons dans ces nouvelles réalités.
Comment allons-nous payer toutes ces choses? Au plus fort de la pandémie, plus de 5,5 millions de travailleurs canadiens ont perdu leur emploi ou travaillaient la moitié de leurs heures normales. Plus de la moitié des Canadiens sont à moins de 200 $ de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. En même temps, les 48 milliardaires les plus riches du Canada ont augmenté leur fortune de 78 milliards de dollars et possèdent désormais collectivement près d’un quart de billion de dollars. Nous savons maintenant que certaines grandes sociétés ont utilisé les programmes d’aide financés par les contribuables pour verser à leurs actionnaires et à leurs dirigeants d’énormes primes. C’est dégoûtant.
Le Canada a besoin d’une augmentation du taux d’imposition progressif dans les tranches de revenu supérieures. Nous avons également besoin d’un impôt sur la fortune et d’un impôt sur la succession pour les personnes richissimes. Il est temps de supprimer les échappatoires fiscales qui leur permettent de délocaliser leur richesse et d’éviter de payer leur impôt. Il est temps de taxer les géants de l’Internet qui extraient des milliards de notre économie. Les grandes banques et les sociétés de cartes de crédit ont accumulé des profits grâce à l’augmentation des frais d’utilisation et des taux d’intérêt qu’elles facturent aux consommateurs et aux entreprises, et les prêteurs sur salaire piègent les personnes à faible revenu dans des prêts prédateurs dont les conditions sont conçues pour les maintenir dans des cycles d’endettement infinis. Cette situation est inacceptable. Comment avons-nous laissé l’inégalité des revenus atteindre un tel niveau? Toutes ces choses auraient pu être réglées dans ce budget.
À maintes reprises au cours de ce débat, j’ai entendu les conservateurs demander au gouvernement de dépenser moins. Ils mettent en garde contre le déficit et l’augmentation de la dette. Je suis d’accord avec eux dans au moins un domaine: nous devons mettre fin à toutes les subventions des contribuables à l’industrie des combustibles fossiles. Une véritable action pour le climat exige que nous coupions tout financement au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, que nous supprimions toutes les subventions aux entreprises de fracturation et que nous les avertissions que leur pratique destructrice du climat sera interdite d’ici un an, et que nous fassions des coûts de l’assainissement industriel une dette dont il est impossible de se libérer afin de pouvoir cesser de subventionner le nettoyage des puits abandonnés. L’industrie des combustibles fossiles est une industrie en déclin. Il est temps d’arrêter de la soutenir et d’investir plutôt ces milliards dans une transition équitable vers une économie fondée sur les énergies renouvelables.
Bien qu’il y ait un certain nombre d’éléments positifs dans ce budget, il ne répond pas aux défis de notre époque. Nous sommes en situation d’urgence climatique et les inégalités se creusent. Le Canada peut et doit faire mieux pour les gens et la planète. Je continuerai à travailler dans ce sens.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2021-05-26 22:04 [p.7439]
Madam Chair, the elderly are some of the most vulnerable members of our population in Canada, and the pandemic has highlighted and exacerbated some of the issues that currently exist with respect to long-term care facilities.
To complement the work by the Health Standards Organization and the Canadian Standards Association to establish national standards for long-term care, budget 2021 proposes a series of investments to support long-term care in all provinces and territories. It considers the importance of culturally appropriate palliative care and steps to support seniors so that they can live independently for as long as possible, recognizing the importance and benefits of seniors living in the comfort of their own homes and allowing them to continue to be close to their communities.
Can the minister speak about some of the efforts that will be made through this budget to keep seniors safe in Canada and ensure that they are receiving the highest quality of care?
Madame la présidente, les aînés font partie des groupes les plus vulnérables de la société canadienne, et la pandémie a révélé et aggravé certains problèmes qui sévissent actuellement dans les centres de soins de longue durée.
Pour contribuer aux efforts de l'Organisation de normes en santé et de l'Association canadienne de normalisation en vue d'établir des normes nationales pour les centres de soins de longue durée, le budget de 2021 propose une série de dépenses pour aider les centres de soins de longue durée de l'ensemble des provinces et des territoires. Cette mesure prend en considération l'importance des soins palliatifs adaptés à la culture et des mesures visant à aider les aînés à vivre de façon autonome le plus longtemps possible, étant donné l'importance et les avantages de permettre aux aînés de vivre dans le confort de leur propre maison et de rester près de leur communauté.
La ministre peut-elle parler de certaines mesures qui seront prises dans le cadre de ce budget pour protéger les aînés du pays et veiller à ce qu'ils reçoivent des soins de première qualité?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-05-26 22:05 [p.7439]
Madam Chair, COVID-19 has highlighted many of the concerns facing our elderly population, and our government is committed to enhancing our current long-term care system and establishing national standards that meet and exceed the needs. That is why we have allocated $3 billion to support provinces and territories in ensuring that they are meeting long-term care standards and that the necessary changes are being made.
To continue to support seniors during COVID, we propose an increase in old age security for seniors aged 75 and up and will provide a one-time payment of $500 to these seniors to help them pay their bills. We also understand the importance of living at home for many of our seniors and propose an investment of $90 million towards the launch of our “age well at home” initiative to provide seniors with the support needed to ensure that they can live in the comfort of their own homes for as long as possible.
I will conclude by saying that we have also proposed an investment of $41.3 million to improve our data infrastructure and collection on supportive care, primary care and pharmaceuticals so that we can gather the data needed to continue to monitor the challenges and support future investments. We know that seniors are among the most—
Madame la présidente, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière bon nombre des préoccupations des aînés, et le gouvernement est déterminé à améliorer le système actuel de soins de longue durée et à établir des normes nationales qui répondent aux besoins des gens et qui les dépassent. C'est pourquoi nous avons investi 3 milliards de dollars pour aider les provinces et les territoires à respecter les normes de soins de longue durée et pour veiller à ce que les changements nécessaires soient apportés.
Pour continuer à appuyer les aînés au cours de la pandémie de COVID-19, nous proposons d'augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus et nous verserons un paiement unique de 500 $ à ces derniers pour les aider à payer leurs factures. Nous comprenons aussi qu'il est important pour de nombreux aînés de vivre à la maison et nous proposons un investissement de 90 millions de dollars pour lancer l'initiative Vieillir dans la dignité à la maison, qui vise à fournir aux aînés l'aide dont ils ont besoin pour pouvoir vivre dans le confort de leur foyer le plus longtemps possible.
Je terminerai en disant que nous avons aussi proposé un investissement de 41,3 millions de dollars pour améliorer l’infrastructure et la collecte de données sur les soins de soutien, les soins primaires et les produits pharmaceutiques afin que nous puissions recueillir les données nécessaires pour continuer à surveiller les difficultés et à appuyer les futurs investissements. Nous savons que les aînés sont parmi les plus...
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 14:31 [p.7106]
Mr. Speaker, the military report into the long-term care home crisis in Ontario and Quebec has revealed additional shocking details. Many of the people who died in long-term care did not die because of COVID-19. They died because of neglect. They were dehydrated and malnourished. Despite knowing this, the Prime Minister has yet to take action on bringing in national standards or a commitment to removing profit from long-term care.
What will it take for the Prime Minister to take concrete action to save lives in long-term care?
Monsieur le Président, le rapport militaire concernant la crise des établissements de soins de longue durée en Ontario et au Québec révèle des détails supplémentaires choquants. Bon nombre des personnes décédées dans un établissement de soins de longue durée ne sont pas décédées de la COVID-19, mais de négligence. Ces personnes étaient déshydratées et mal nourries. Malgré cette information, le premier ministre tarde toujours à instaurer des normes nationales ou à s'engager à éliminer le modèle à but lucratif dans le secteur des soins de longue durée.
Que faudra-t-il pour que le premier ministre prenne des mesures concrètes afin de sauver des vies dans les établissements de soins de longue durée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:31 [p.7106]
Mr. Speaker, only the NDP would consider that $3 billion in budget 2021 towards long-term care would not be enough or would not be action.
People living in long-term care deserve safe, quality care and to be treated with dignity. This pandemic has shown us that there are systemic issues affecting long-term care homes across Canada. That is why we invested that $3 billion to create standards for long-term care and make permanent changes.
We will continue working with our partners to protect our loved ones in long-term care right across the country.
Monsieur le Président, seul le NPD considérerait comme étant insuffisants ou comme équivalant à de l'inaction de la part du gouvernement les 3 milliards de dollars prévus pour les soins de longue durée dans le budget de 2021.
Les personnes qui résident dans un établissement de soins de longue durée méritent de vivre en toute sécurité, de recevoir des soins de qualité et d'être traitées avec dignité. Cette pandémie nous montre qu'il existe des problèmes systémiques dans les établissements de soins de longue durée au Canada. Voilà pourquoi nous investissons ces 3 milliards de dollars afin d'instaurer des normes de soins de longue durée et d'opérer un changement permanent.
Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires pour protéger nos êtres chers qui ont besoin de soins de longue durée, où qu'ils vivent au pays.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 14:32 [p.7106]
Mr. Speaker, only the Liberals and the Prime Minister would think that their actions were sufficient. People are still dying in long-term care, it is still clear that neglect is ongoing and it is still clear that there are no national standards in place to protect seniors and residents of long-term care.
Certainly, the government has failed to do something as basic as make a commitment to remove profit from long-term care, starting with Revera. Again, I ask when will the Prime Minister take concrete action to save lives in long-term care?
Monsieur le Président, seuls les libéraux et le premier ministre pourraient croire que leurs gestes étaient suffisants. Des gens continuent de mourir dans des établissements de soins de longue durée, il est clair que la négligence persiste et il est clair qu'il n'existe aucune norme nationale pour protéger les aînés et les résidants des établissements de soins de longue durée.
Manifestement, le gouvernement a omis de faire quelque chose d'aussi fondamental que de s'engager à éliminer la recherche du profit dans le domaine des soins de longue durée, en commençant par Revera. Je répète ma question. Quand le premier ministre va-t-il prendre des mesures concrètes pour sauver des vies dans les établissements de soins de longue durée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:33 [p.7107]
Mr. Speaker, the situation facing residents in long-term care across the country is absolutely deplorable. We have seen far too many lives lost because of unacceptable situations. That is why as a federal government, we have stepped up and worked with the provinces and territories, whose jurisdiction it is, to send them supports and create standards so that every senior right across the country can be properly protected. They can retire and live in safety and dignity. That is something that we know, but it is also something that we understand is led by the provinces.
Monsieur le Président, la situation des résidants des établissements de soins de longue durée est absolument déplorable partout au pays. Beaucoup trop de vies ont été perdues à cause de situations inacceptables. Voilà pourquoi le gouvernement fédéral est intervenu afin de collaborer avec les provinces et les territoires, de qui relèvent ces établissements, pour leur envoyer de l'aide et établir des normes afin de protéger adéquatement tous les aînés du pays. Ces aînés pourront ainsi prendre leur retraite et vivre de façon digne, en toute sécurité. Nous savons tout cela, mais nous comprenons aussi qu'il s'agit d'un dossier de compétence provinciale.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-03 18:14 [p.6559]
Madam Speaker, it is a pleasure to speak yet again on this very important matter. I was quite encouraged by a couple of things today. I understand that we have delivered more than 14.5 million doses of vaccine to the provinces and territories. I believe it is 14,700,000. While I was sitting at the convention centre in Winnipeg, I did a bit of research on my cellphone and found out, from one particular site, that 12,696,698 people have been vaccinated with their first dose. As of this afternoon, I am one of the individuals who have been vaccinated, and I am very grateful.
Like others, I waited for my turn. Other people's turns will come and they will become eligible too. It is therefore really imperative that all members of Parliament and leaders within our communities encourage constituents to get vaccinated. Somewhere in the neighbourhood of 34% of our population has been vaccinated, and the rate is growing. That is really quite encouraging. Compared with other G20 countries, we are a strong and healthy third in getting out the first dose. I am really quite pleased and wanted to start off on this very positive note.
Canadians from coast to coast to coast have heard so many speeches, facts, numbers and statistics over the last number of months, so I thought I would pick up on something a little different. It is something we have talked a great deal about since last summer, going into September.
The Prime Minister has often said that as we go through the pandemic, there are things we can learn from, such as what was taking place in personal care facilities in different regions of our country and concerns related to the financial supports provided to Canadians. The Prime Minister wanted us to listen, take action, lobby and advocate not only for changes, but for ways we could build back better. A number of members of Parliament will often use the phrase “build back better”, and I really believe we can do that.
It is really quite encouraging to see how successful the Minister of Finance, the Minister of Middle Class Prosperity and the parliamentary secretary were in canvassing our country and the many stakeholders to ultimately present a budget. Others were involved too, but I highlight those three people in particular.
The Deputy Prime Minister put forward an economic statement in November of last year, and most recently, a couple of weeks ago, we had the budget. If we read it and get an understanding of what the Minister of Finance has put to the House of Commons, we will see that it reflects what we have been hearing across the country. I know this has been very important to the Prime Minister and the Liberal caucus as a whole. We wanted to ensure that what was put on the floor of the House of Commons reflected what is being talked about in our communities. I will highlight a couple of examples of that.
We all know, for example, what has taken place with our seniors. They have had a very difficult time as a result of the pandemic, and there are things we have learned from that. We take supporting our seniors very seriously. We need to make life easier and more affordable for them. We understand that, and it is something we all heard about in a very clear and tangible way. We would often see in our newscasts, media reports and consultations with a wide spectrum of stakeholders that the need is there, it is real and it is tangible, and the government has responded very positively.
We are going to support Canada's seniors. This is absolutely essential, especially as many seniors continue to cope with isolation not only from their loved ones in particular, but in general. They are experiencing financial difficulties, not to mention the many different health struggles that have resulted from the pandemic and the outcomes that have followed. We are particularly concerned about the long-term care facilities as well.
Budget 2021 highlights a plan of action that deals with COVID-19 and the issues it has created, among many other things affecting our seniors. It is why I am so glad we committed to a one-time payment of $500 for old age security, which will be distributed in August 2021 for seniors who are age 75 and over. We also provided a permanent increase of 10% to the OAS pension, a significant increase, for those age 75 and over. It will take effect in July 2022. These commitments are going to strengthen the financial security of over three million seniors, and it is estimated that they will lift well over 60,000 seniors out of poverty. Also, when we look at the numbers with a gender lens, 65% of that group is women. I am very proud of that initiative.
At the same time, it fulfills a campaign election commitment the government made in the last election, just over a year and a half ago, when we said we would increase OAS for seniors over 75. To a certain degree it is a little disappointing that other political parties are being critical of us for giving that 10% to them, because it was an election promise. However, it is exactly what has been filled out, in addition to providing other support.
We also created, through budget 2021, the age well at home initiative. It will assist seniors in being able stay in their homes longer by funding supports for community-based organizations.
I was a fairly proactive member of the Manitoba legislature for just under 20 years, and I can can say that on many different occasions, whether it was inside the Manitoba legislature or in talking to seniors, we advocated for them. We can support our seniors best by providing supports wherever we can to enable them to stay living in their communities longer. Within this budget, we are seeing just that. I see it as a very strong commitment to seniors.
We talk about supporting provinces and territories to ensure that long-term care standards will be applied, so that seniors can feel safe in their environments and have dignified conditions. This is absolutely essential. We learned that while going through the pandemic, and the Deputy Prime Minister listened.
This government is responding to that, yet unfortunately there are still those who criticize the government for doing it, whether members from the Conservatives or from the Bloc. We need to recognize, as Canadians have, that the national government has a role to play and we can look at best practices in jurisdictions across Canada. We can provide some support financially to encourage that standard. Those who would say that the federal government has no jurisdiction need to listen to their constituents and to Canadians as a whole. The expectation of Canadians is that the Government of Canada will bring in, promote and encourage those national standards.
We talk about building, repairing and supporting an additional 35,000 affordable housing units for vulnerable Canadians, including seniors. There are many ways in which we are supporting seniors in Canada, directly or indirectly, through the last budget and through many actions to date.
Another item I want to highlight is in regard to the child care commitment. Members should all be saying that it is a great way to build back better, and that it will make a difference. We often talk about child care in the province of Quebec, and how Quebec has been fairly successful at enabling both parents or a single parent to get into the workforce because the desire is often there and sometimes the economic need is there.
We see that the government has recognized that value by supporting a nationwide program. It is a tangible commitment. We are going to be looking for leadership among the provinces, territories and even other stakeholders to come to the table to recognize the true value. Depending on whom we talk to, an economist or whomever it might be, we will see that there is great value in expanding the workforce, not to mention benefits for the individuals who will be recipients of child care. It is a generational change that will have a profoundly positive impact on Canadians from coast to coast to coast. Whether or not people have children, they will benefit because a nationwide child care program will contribute to overall success and increase Canada's GDP, which will enable us to do more as a nation.
A list of things comes to mind that I could comment on, such as housing. I am going to be encouraging my constituents to look at opportunities so they can take advantage of federal programs to assist them with interest-free loans, if possible, to improve some of the structures within our communities: our homes. As our housing stock continues to age, it provides opportunities for our constituents not only to build or improve their homes, but also to be energy efficient. It will be better for our environment. Individuals can go to, for example, high-efficiency furnaces and air conditioners and look to the government for support to do that. It is a program that I believe will make a huge difference.
Having said all of that, there are some other aspects that I want to provide my thoughts on to members. I look at Canadian priorities. From day one, this government has been there in a very real and tangible way. It is one of the reasons why Liberal members of Parliament regularly provided information to the Government of Canada and the ministers, to ensure that we listened and brought in the programs that were necessary.
When I think of the pillars of Canada's COVID-19 economic response, I think of programs such as the emergency business account and the Canada emergency commercial rent assistance program, not to mention the lockdown support program. My personal favourites were the emergency response benefit, CERB, and the Canada emergency wage subsidy. These put cash into the pockets of Canadians when they needed it most. CERB was a hugely successful program, with close to nine million Canadians directly benefiting from it. The wage subsidy program literally saved tens of thousands of jobs in different regions of our country, as opposed to companies going bankrupt or having to permanently lay off workers. As a result of those types of investments, we are going to be able to recover more quickly.
We continue on through the recovery sickness benefit, the caregiving benefit and the Canada recovery benefit. We have seen a suite of programs to support Canadians. I made reference to our seniors already and the one-time payment for seniors last summer. I could talk about the disability payments or the many different supports for students and young people, such as the enhancement of the summer youth program. We are talking about significant numbers.
While the Conservatives have been focused on the negative side of politics, the Prime Minister, the government and the Liberal members of the House of Commons have been focused on minimizing the damage caused by the coronavirus day in and day out, 24 hours a day and, I would suggest, seven days a week. We want to be able to build back better and are committed to doing just that. That is where this budget and all of this consultation leading up to the budget has put us today.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de prendre de nouveau la parole à la Chambre au sujet de cette importante question. Les nouvelles ont été très encourageantes aujourd'hui. À ce que je sache, nous avons livré plus de 14,5 millions de doses de vaccins aux provinces et aux territoires. Je crois que le chiffre exact serait 14 700 000. Pendant que j'attendais au centre des congrès de Winnipeg, j'ai fait quelques recherches sur mon cellulaire et j'ai découvert dans un site que 12 696 698 personnes avaient reçu leur première dose. Depuis cet après-midi, j'en suis du nombre et j'en suis très reconnaissant.
Comme d'autres, j'ai attendu mon tour. Éventuellement, ce sera le tour d'autres personnes lorsqu'elles deviendront admissibles. Il est donc impératif que tous les députés et les leaders communautaires encouragent la population à se faire vacciner. Environ 34 % de la population ont été vaccinés et le taux ne fait qu'augmenter. C'est vraiment encourageant. Si on compare la situation du Canada à celle d'autres pays du G20, le pays arrive bon troisième pour l'inoculation de la première dose. J'en suis tout à fait ravi et je voulais commencer mon intervention sur cette note très positive.
Les Canadiens, d'un océan à l'autre, ont entendu tellement de discours, d'histoires, de chiffres et de statistiques au cours des derniers mois que j'ai pensé aborder un sujet un peu différent. C'est quelque chose dont nous avons beaucoup parlé depuis l'été dernier, jusqu'en septembre.
Le premier ministre a souvent dit, pendant la pandémie, que nous pouvions tirer des enseignements, par exemple, de la situation dans les établissements de soins de longue durée dans différentes régions de notre pays et des inquiétudes suscitées par les aides financières fournies aux Canadiens. Le premier ministre voulait que nous écoutions, que nous agissions, que nous favorisions non seulement les changements, mais que nous préconisions aussi des manières de rebâtir en mieux. Un certain nombre de députés utilisent souvent l'expression « rebâtir en mieux », et je crois vraiment que nous sommes en mesure de le faire.
C'est très encourageant de voir le succès que la ministre des Finances, la ministre de la Prospérité de la classe moyenne et le secrétaire parlementaire ont rencontré lors de leurs déplacements à travers tout le pays et leurs multiples rencontres avec des intervenants pour, au bout du compte, présenter un budget. D'autres encore ont participé, mais je voudrais souligner le rôle de ces trois-là en particulier.
La vice-première ministre a présenté un énoncé économique en novembre de l'année dernière, et plus récemment, le budget, il y a quelques semaines. Si vous parcourez ce budget, vous constaterez qu'il reflète ce que nous avons entendu dans tout le pays. Je sais que cela a été très important pour le premier ministre et le caucus libéral dans son ensemble. Nous voulions nous assurer que ce qui était présenté sur le parquet de la Chambre des communes reflétait l'opinion des Canadiens dans nos collectivités. Je vais vous en donner quelques exemples.
Nous savons tous, par exemple, ce qui s'est passé avec nos aînés. Ils ont vécu des moments très difficiles à cause de la pandémie et nous en avons tiré des leçons. Nous prenons le soutien des aînés très au sérieux. Nous devons rendre leur vie plus facile et moins chère. Nous le comprenons et nous avons tous entendu des témoignages très clairs et concrets. Nous avons souvent vu des bulletins de nouvelles, des reportages et des consultations avec un large éventail d'intervenants qui indiquaient qu'il existait un besoin réel et concret, et le gouvernement a répondu de façon très positive.
Nous soutiendrons les aînés du Canada. C'est absolument essentiel, d'autant plus que nombre d'entre eux continuent d'être isolés non seulement de leurs proches, mais aussi des gens en général. Ils éprouvent des difficultés financières, sans parler des nombreux problèmes de santé qui ont découlé de la pandémie et des résultats qui ont suivi. Nous sommes également particulièrement préoccupés par les établissements de soins de longue durée.
Le budget de 2021 prévoit un plan d'action pour s'attaquer à la pandémie de COVID-19 et aux problèmes qu'elle a engendrés. Il s'agit de quelques-uns des problèmes qui ont touché les aînés. Voilà pourquoi je suis si fier que nous ayons promis un paiement unique de 500 $ aux prestataires de la Sécurité de la vieillesse, qui sera versé en août 2021 aux aînés de 75 ans et plus. Nous avons aussi bonifié de 10 % les prestations de la Sécurité de la vieillesse des personnes de 75 ans et plus, ce qui constitue une augmentation importante et permanente. L'augmentation aura lieu en juillet 2022. Ces engagements renforceront la sécurité financière de 3 millions d'aînés, et on estime qu'ils permettront de sortir plus de 60 000 aînés de la pauvreté. De plus, quand on examine ces chiffres sous l'angle des différences entre les femmes et les hommes, 65 % de ce groupe sont des femmes. Je suis très fier de cette initiative.
Parallèlement, elle répond à un engagement que le gouvernement a pris lors de la dernière campagne électorale, il y a un peu plus d'un an et demi, où nous avions dit que nous allions bonifier la Sécurité de la vieillesse des personnes de 75 ans et plus. Dans une certaine mesure, il est un peu décevant que d'autres partis politiques nous critiquent d'avoir bonifié de 10 % les prestations de ces personnes parce qu'il s'agissait d'une promesse électorale. Toutefois, c'est exactement ce que nous avons fait, en plus de fournir d'autres mesures de soutien.
Nous avons également créé, dans le budget de 2021, l'initiative pour vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aidera les aînés à demeurer chez eux plus longtemps en finançant le soutien qui leur est offert par des organismes communautaires.
J'ai pris pas mal d'initiatives au sein de l'Assemblée législative du Manitoba pendant tout près de 20 ans, et je peux dire que, à de nombreuses occasions, nous avons défendu les intérêts des aînés, que ce soit par notre travail à l'assemblée ou dans nos échanges avec eux. La meilleure façon de soutenir les aînés est de leur offrir, dans la mesure du possible, du soutien pour leur permettre de demeurer plus longtemps au sein de leur communauté. C'est ce que nous faisons dans ce budget. J'estime qu'il s'agit d'un engagement très ferme à l'égard des aînés.
Nous parlons de soutenir les provinces et les territoires pour appliquer des normes en matière de soins de longue durée, de sorte que les aînés puissent se sentir en sécurité dans leur environnement et vivre dans la dignité. C'est absolument essentiel. C'est une leçon que nous a apprise la pandémie et la vice-première ministre en a tenu compte.
Le gouvernement intervient à ce chapitre. Malheureusement, certains le lui reprochent, que ce soit les députés conservateurs ou bloquistes. Nous devons reconnaître, comme le font les Canadiens, que le gouvernement national a un rôle à jouer à ce chapitre. Nous pouvons nous inspirer des pratiques exemplaires dans certaines régions du Canada. Nous pouvons offrir une certaine aide financière pour favoriser le respect de ces normes. Ceux qui disent qu'il n'appartient pas au gouvernement fédéral d'intervenir dans ce dossier auraient intérêt à écouter les citoyens de leur circonscription et l'ensemble des Canadiens. Les Canadiens s'attendent à ce que le gouvernement du Canada instaure et fasse valoir ces normes nationales et à ce qu'il en favorise le respect.
Nous parlons d'aménager, de réparer et de soutenir 35 000 unités de logement abordable supplémentaires pour les Canadiens vulnérables, y compris les aînés. Nous soutenons les aînés du Canada de bien des façons, directement ou indirectement, dans le plus récent budget ainsi que dans les nombreuses mesures que nous avons prises jusqu'à présent.
Autre point à souligner, l'engagement en matière de services de garde. Les députés devraient tous dire que c'est un excellent moyen de rebâtir en mieux et que cela aidera les familles. Nous parlons souvent des services de garde d'enfants au Québec et du fait que la province a assez bien réussi en permettant aux deux parents — ou à un seul parent — d'intégrer le marché du travail, car c'est souvent ce qu'ils souhaitent, et parfois c'est nécessaire du point de vue financier.
Nous constatons que le gouvernement a reconnu la valeur d'une telle initiative en soutenant un programme national. Il s'agit d'un engagement concret. Nous faisons appel au leadership des provinces, des territoires et même d'autres intervenants pour reconnaître la valeur réelle du programme. Qu'on ait un économiste ou quelqu'un d'autre comme interlocuteur, nous verrons les avantages considérables à renforcer la main-d'œuvre sans parler de l'intérêt que cela représente pour les bénéficiaires de ces services. Il s'agit d'un changement générationnel qui aura d'immenses retombées sur les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Que les gens aient des enfants ou non, ils en profiteront, car un programme national de services de garde d'enfants contribuera à la réussite collective et il augmentera le PIB du Canada, ce qui nous permettra d'en faire plus en tant que nation.
Je pense à divers sujets que je pourrais commenter, dont le logement. J'encourage les gens de ma circonscription à examiner les programmes fédéraux de prêts sans intérêt dont ils pourraient se prévaloir pour renforcer certaines infrastructures comme les logements. Le vieillissement du parc domiciliaire est l'occasion de rénovations ou de nouvelles constructions plus écoénergétiques. C'est l'occasion d'acheter, avec l'aide du gouvernement, une chaudière ou un climatiseur à haut rendement. Ce programme particulier fera une immense différence, je crois.
Cela dit, j'ai d'autres propositions à faire aux députés. Je pense aux priorités du Canada. Depuis le tout début, le gouvernement actuel répond présent d'une manière bien réelle et bien tangible. C'est l'une des raisons pour lesquelles les députés libéraux ont fourni régulièrement des renseignements au gouvernement du Canada et aux ministres. C'était une façon d'être à l'écoute pour mettre en place les programmes nécessaires.
À propos des piliers de l'intervention économique du gouvernement du Canada pour répondre à la COVID-19, je pense aux programmes comme le Compte d'urgence pour les entreprises, l' Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial, sans oublier la mesure de soutien en cas de confinement. Mes mesures préférées ont été la Prestation canadienne d'urgence, ou PCU, et la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a secouru les Canadiens au moment où ils en avaient le plus besoin. La PCU s'est avérée un franc succès: près de 9 millions de Canadiens en ont directement profité. Le programme de subvention salariale a permis de sauver littéralement des dizaines de milliers d'emplois dans diverses régions du pays, et a permis aux entreprises d'éviter la faillite ou la mise à pied définitive d'employés. Grâce à ces investissements, nous serons en mesure de nous rétablir plus rapidement.
Il y a aussi la prestation de maladie pour la relance économique, la prestation pour proches aidants et la Prestation canadienne de la relance économique. C'est là toute une gamme de programmes pour soutenir les Canadiens. J'ai fait allusion aux aînés et au paiement ponctuel qui leur a été versé l'été dernier. Je pourrais parler du paiement versé aux personnes handicapées et des nombreuses mesures de soutien destinées aux étudiants et aux jeunes, comme la bonification du programme d'emplois d'été pour les jeunes. On parle de chiffres considérables.
Pendant que les conservateurs se sont concentrés sur le côté négatif de la politique, le premier ministre, le gouvernement et les députés libéraux de la Chambre des communes se sont efforcés d'atténuer les dommages causés par le coronavirus et ce, 24 heures sur 24, bref, en permanence. Nous voulons rebâtir en mieux, et nous sommes déterminés à le faire. C'est ce que nous avons voulu faire à la suite des consultations prébudgétaires, et c'est ce que nous proposons dans ce budget aujourd'hui.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, maybe the best place to start is where we left off with the last speaker. Although I admired his quip about the PMO handing me documents, I will assure the member that I have three extremely capable, young, energetic staffers who do the vast majority of my research. Since I am singling them out, I am going to name them: Parth, Kaitlin and Kelly. They are absolutely incredible, and they do amazing work for me. They are the ones who quite often bring these very important pieces of information forward that I can use in debate. I am extremely lucky to have those incredible young Canadians working for me.
To the member's point about fact checking, let us fact check. I will admit I was younger at the time and not as engaged in politics as I am now; however, my understanding is that Paul Martin and Ken Dryden had worked out a deal with all the provinces. That is kind of required in these constitutional things. I know the member completely disregarded that with the pharmacare private member's bill he brought in. Of course, he does not see the need to work with our partners, especially the ones we are constitutionally required to work with.
Nonetheless, Ken Dryden and Paul Martin worked with the provinces and finally got the infrastructure or the programming structure set up so that national child care could be brought into Canada. This is where the budget part comes into it. This member, with the Conservatives, teamed up against Paul Martin and Ken Dryden and took down the government. That is why we do not have national child care. That is the reality of the situation. He should really go and do some fact checking on that, although I assume that he would have known, given that he was here at the time. However, who am I? I was only 29 at the time, and perhaps not paying as much attention as I should have been.
I really look forward to using the remaining 18 minutes of my time to talk about this very important concurrence motion that was introduced by the member for Carleton. He brought in the concurrence motion on the report from the finance committee. It is a very important report, with 145 recommendations in total, outlining the budget consultation process and what the government should be focusing on as it looks toward the budgeting process.
I know the previous speaker said he was very disappointed that the budget seemed to miss the mark on a number of different initiatives brought forward during the time of the consultation. He went to great lengths to explain how the consultation is done.
I would like to highlight some of the recommendations within the report that I thought were very good. Some made it into the budget and will have a meaningful impact on, and beneficial changes for, the lives of Canadians. There are a number of different sections to the recommendations. I will start in the section on health care.
One of the recommendations there, specifically with regard to mental health, was extremely important. We are living in a day and age when mental health is finally being recognized as the health problem that it is. I find it very frustrating that we have always been able to focus on the health issues that affect people's physical well being, and are very quick and responsive to invest money there, but we are not as good when it comes to mental health. I say that as a society. Certainly, there is always more that could be done.
A number of years ago the government brought in big stimulus for research and for helping to give people with mental health issues the supports they need. There is always going to be so much more work to be done, and I am glad to see that the committee came to that conclusion, based on research and recommendations given by various stakeholders throughout the process.
The other item in the health care section that I really liked seeing, and is something that has been talked about a lot in this House lately, was the request for long-term care national standards. What we have realized during this pandemic is that we have failed Canadians. Again, I do not say this as one particular party or another; I just mean society as a whole. We failed our seniors. We did not set up the right systems in order to protect them at a time when they would need it the most. The responsibility for this needs to be shared by everybody, by society as a whole, and we need to do better. If there is anything we have learned from this pandemic, it is that we have an opportunity to do better when it comes to long-term care standards and we need to act on that.
I know there are some members of this House who are very concerned about national standards for long-term care, including my colleagues from the Bloc Québécois. However, I really think that this does not have to be a top-down approach, as they are suggesting it is. It can actually be an opportunity to share best practices, to develop standards that can then be used throughout the country as provinces see fit.
I have said this many times and I will say it again: I compare it to something like our National Building Code. A lot of people probably do not even realize that there is a National Building Code in Canada because provincial jurisdictions use the building code. At least people who live in Ontario or Quebec may not realize that the National Building Code exists because Ontario and Quebec have their own building codes. The rest of the country pretty much uses those national standards. When we think of a building code, we think of the best practices that are put in there. If we compare the National Building Code to Ontario's Building Code, with which I am more familiar than I am with the Quebec one, we will see that the two are almost identical because Ontario is getting its best practices from the national code and I am sure that the national code is also influenced heavily by Ontario's Building Code and Quebec's Construction Code.
Therefore, I look at this as an opportunity to do something very similar as it relates to national long-term care standards. It is to develop some standards, not to impose them and force them upon provinces but to set the standards so that they can be adopted as best practices where provinces see fit.
One of the other sections that I enjoyed seeing in this report was the section on children and families in particular, and talking about a national child care system. Members heard me speak about this at the beginning of my speech and in the questions I was asking for the previous speaker. It is long overdue. I know there is a tendency to say, “What about this? What about that?” The Liberals have been promising it since the early 1990s when I was still in high school. I do not know what the situation is and why this happened, other than what I have been referencing around the Paul Martin time, but, as a parent who has children who have gone through nursery school and day care, I see so many parents out there, more often women, who do not put their kids into day care or child care because it just does not make economic sense. One of the parents, more often than not the woman, ends up staying home and she does not have the opportunity to realize her full potential in the marketplace.
When I talk about child care, it is not just about taking care of children in day care and giving the parents a break; this is about unleashing an economic opportunity here. Imagine what it would mean to put so many more people into the workforce and what that would mean for our economy. If one does not care about the social impact of child care, one should at least consider the economic impact of it. It has the opportunity to unleash new people working in our marketplace, which is only good for the growth of our economy.
I also note that there was a recommendation with respect to domestic abuse victim supports. I liked seeing that. There will never be enough that we can do to support victims of domestic abuse.
When I was younger, in high school in the early nineties, as I alluded to earlier, my mother worked at the Kingston Interval House, which was a special house to support more often than not women who were subject to domestic abuse and give them the support they needed right then and there to help them. To know the committee has heard from people in our country who are advocating for this is important. As we move forward I hope we will see more supports being put into this particular initiative of protecting and giving supports to those who have been subject to domestic abuse.
Another section I found very interesting when I was reading through the report was on employment and labour. There was a recommendation to fund Statistics Canada to make sure it had the funding it needed to do its job. My predecessor Ted Hsu introduced a private member's bill on this particular topic about reinstating the long-form census. Nothing is more important to government, agencies and businesses for that matter than good data. Getting that data and making sure Statistics Canada can compile that data in order for organizations, businesses and government to utilize is truly important for our economy and the social fabric of our communities.
There were also, in the employment and labour section, recommendations on supporting and developing training for green jobs. I talked about this earlier when we were discussing Bill C-12. The opportunity here of Canada being at the forefront of those green jobs and allowing Canadians to really expand their skills as these new industries are created in our economy is truly important, but we need to make sure people, and particular workers, have the skills they need for these jobs.
Along those lines, I know in the education and training section of the report there were also recommendations on investing in young Canadians for skills training specifically. I do not know if anybody has tried to hire a plumber or an electrician lately, but they are not easy to get and can pretty much charge whatever they want.
I come from this generation where my parents are immigrants from Italy and Holland who came here very young. They saw the struggles their parents went through, and the only thing their parents wanted was for their children to be lawyers, doctors and teachers, or “professionals”. That gets passed down to the next generation, and unfortunately, in the process of doing that, we have somehow devalued the core skills of those really important jobs. We made a giant mistake in doing that, as a society, when I say “we”.
To put resources into making sure that skills training can continue and people can get trained for those skilled trades jobs in particular truly is important in this day and age. If any of my three children come to me and say they want to get into a skilled trade, I will be beside myself and excited by this because I know they will be set for life and will be making money taking care of everybody else's problems for years to come.
There was also a lot in the report about arts, culture and hospitality. I come from a riding that really needs a lot of supports right now. About 11% or 12% of the economy in Kingston specifically is in tourism. These industries are struggling right now. We have a number of museums in Kingston, which make up the tour in Kingston, that literally have been sitting empty for a year, and these museums and cultural amenities that exist throughout the country really need the supports to get through this particular time so we can still have those cultural assets when we get through this pandemic. I was really happy to see that recommendation in there.
Perhaps the part of the recommendations I liked the most were the last five recommendations of the report, which focus on electric vehicles. I think there is such a huge opportunity here, as we discover that we will transition to electrified vehicles. There is no stopping that. It is going to happen. I genuinely believe we have passed the tipping point. It is really going to take off, and it will do so at a much more increased pace than it is now.
I heard a member from British Columbia, I believe it was one of the Green Party members, indicate that B.C. is now selling approximately 10% of its vehicles as electric vehicles. This industry is really going to take off, so putting investments and incentives into research and development, which is what one of the recommendations calls for, makes me wonder about what that will lead to.
When NASA does research to build new things for space, quite often we get a ton of spinoffs that end up becoming new products, which become available for more residential and commercial uses. Therefore, the spinoffs that will come from research and development in electrifying vehicles, for example, will be tremendous.
I also think there is a huge opportunity here. We are starting to see electric vehicles get to the end of their lifespan, as some have been around for a good 10 or 15 years now, and there is an opportunity to do a lot of research and development in what to do with an electric vehicle when it gets to the end of its life. I think there is a huge opportunity here, and I am really glad to see that was in one of the recommendations of this concurrence report.
Of course, there was also another recommendation in that same section on incentivizing the purchase of electric vehicles. I think it is extremely important to do that, but I know there are a lot of people out there who criticize the incentivization of electric vehicles.
I will be the first to admit that I have taken advantage of those incentives in Ontario on a number of occasions. We are on our fourth electric vehicle. People who are overly critical of these incentives are being very short-sighted on how much we actually help the fossil fuel industry in Canada, in particular with the incentives that are out there and the credits that are being applied to the fossil fuel industry.
Of course, there was another recommendation to increase the electrification of the federal government fleet dramatically. That is something I am very encouraged to see. It is another great recommendation, which I think the government should act on. We need to be leaders. If we are going to convince other people to buy an electric vehicle, the government needs to introduce a lot of electric vehicles into its own fleet.
I made a comment earlier about electric vehicles being an industry that is evolving. I can tell members that our first electric vehicle we had was a Chevy Volt. We could get 40 kilometres after plugging it in, and then we were using gas after that. We now have a Chrysler Pacifica, which is a minivan. We get about 60km and then use gas.
Then we have a Hyundai Kona, which I get about 400 kilometres on and which I drive to and from Ottawa. To see the evolution, just from my own limited experience of how these vehicles have changed in such a short period of eight or nine years, is truly inspiring. I know it is only a matter of time before they are flooding the market and everybody will be driving electric vehicles.
Madame la Présidente, l'idéal serait peut-être de commencer mon intervention là où le dernier intervenant s'est arrêté. Même si j'apprécie sa boutade sur des documents qui m'auraient été remis par le Cabinet du premier ministre, je tiens à assurer le député que j'ai trois jeunes employés extrêmement compétents et énergiques qui effectuent la vaste majorité de mes recherches. Puisque je les mentionne, je précise qu'ils se nomment Parth, Kaitlin et Kelly. Ils sont tout à fait incroyables, et ils font un travail extraordinaire pour moi. Ce sont eux qui, bien souvent, me soumettent ces renseignements cruciaux que je peux utiliser lors des débats. Je suis extrêmement chanceux d'avoir à mon service ces jeunes Canadiens remarquables.
Le député a parlé de vérifier les faits; alors, faisons-le. J'admets que j'étais plus jeune à l'époque, et que je n'étais pas aussi actif sur la scène politique que maintenant. Cependant, j'ai cru comprendre que Paul Martin et Ken Dryden étaient parvenus à une entente avec toutes les provinces. Ce genre d'entente s'impose lorsque la Constitution est concernée. Je sais que le député a fait complètement fi de cette obligation quand il a présenté son projet de loi d'initiative parlementaire sur l'assurance-médicaments. Bien sûr, il ne voit pas la nécessité de travailler avec nos partenaires, surtout ceux avec lesquels nous sommes tenus de travailler aux termes de la Constitution.
Quoi qu'il en soit, Ken Dryden et Paul Martin ont travaillé avec les provinces et ont finalement réussi à mettre en place l'infrastructure nécessaire à la mise sur pied d'un programme national de services de garde d'enfants. C'est là qu'intervient le budget. Le député s'est ligué avec les conservateurs contre Paul Martin et Ken Dryden pour faire tomber le gouvernement. C'est pourquoi nous n'avons pas de programme national de garderies. C'est ainsi. Il devrait vraiment aller vérifier les faits à ce sujet, bien que je suppose qu'il devrait être au courant, étant donné qu'il était là à l'époque. Mais qui suis-je? Je n'avais que 29 ans à l'époque et je n'étais peut-être pas aussi attentif que j'aurais dû l'être.
Je suis vraiment très content d'avoir encore18 minutes pour parler de cette très importante motion d'adoption présentée par le député de Carleton, qui vise l'adoption du rapport du comité des finances. Il s'agit d'un rapport très important, qui contient 145 recommandations au total, qui décrit le processus de consultation budgétaire et qui souligne ce sur quoi le gouvernement devrait se concentrer en vue du processus budgétaire.
Je sais que l'intervenant précédent a dit être très déçu que le budget semble passer à côté du but en ce qui concerne un certain nombre d'initiatives différentes présentées pendant la période de consultation. Il s'est donné beaucoup de mal pour expliquer comment la consultation se déroule.
J'aimerais souligner certaines des recommandations du rapport qui, à mon avis, sont très bonnes. Certaines ont été retenues dans le budget et elles auront un impact significatif et bénéfique sur la vie des Canadiens. Les recommandations sont regroupées en différentes sections. Je vais commencer par la section sur les soins de santé.
Une des recommandations de cette section est extrêmement importante et concerne la santé mentale. De nos jours, les problèmes de santé mentale sont enfin reconnus pour ce qu'ils sont. Je trouve vraiment frustrant que nous ayons toujours pu répondre aux problèmes de santé physique des gens et que les investissements soient toujours arrivés rapidement dans ce domaine, mais que nous ne soyons pas aussi efficaces en matière de santé mentale. Je parle de la société en général. Assurément, il sera toujours possible d'en faire plus.
Il y a quelques années, le gouvernement a pris d'importantes mesures pour encourager la recherche et aider les personnes qui ont des troubles de santé mentale. Il sera toujours possible d'en faire beaucoup plus et je suis content de voir que le comité est arrivé à cette conclusion à partir de la recherche et des recommandations faites par les différents intervenants pendant tout le processus.
L'autre élément de la section sur les soins de santé dont je me suis vraiment réjoui, et dont on a beaucoup parlé à la Chambre ces derniers temps, est la demande de normes nationales pour les soins de longue durée. Ce que nous avons réalisé au cours de la pandémie, c'est que nous avons laissé tomber les Canadiens. Je ne dis pas cela d'un parti plus que d'un autre; je parle de la société dans son ensemble. Nous avons tous laissé tomber les aînés. Nous n'avons pas mis en place de systèmes appropriés pour les protéger au moment où ils en avaient le plus besoin. Nous, la société dans son ensemble, sommes tous responsables de la situation, et nous devons faire mieux. S'il y a une chose que la pandémie nous a apprise, c'est que nous pouvons faire mieux en ce qui concerne les normes en matière de soins de longue durée et que nous devons prendre des mesures en ce sens.
Je sais que certains députés, notamment mes collègues du Bloc québécois, sont très préoccupés par la possibilité de normes nationales en matière de soins de longue durée. Cependant, contrairement à ce qu'ils suggèrent, je ne pense pas qu'une telle approche doit nécessairement être descendante. Cela peut en fait être une occasion d'échanger des pratiques exemplaires et d'élaborer des normes qui pourront ensuite être utilisées d'un bout à l'autre du pays, selon les besoins des provinces.
Je l'ai dit à maintes reprises et je vais le répéter: je vois cela comme le Code national du bâtiment. Bien des gens ne savent probablement même pas que le Canada dispose d'un Code national du bâtiment parce que ce sont les provinces qui l'utilisent. Du moins, les personnes qui vivent en Ontario et au Québec ne savent peut-être pas qu'il existe parce que ces deux provinces ont leur propre code du bâtiment. Le reste du pays utilise essentiellement les normes nationales. Quand on pense à un code du bâtiment, on pense aux pratiques exemplaires qu'il contient. Si on compare le Code national du bâtiment au Code du bâtiment de l'Ontario, que je connais mieux que celui du Québec, on constate que les deux sont presque identiques parce que l'Ontario s'inspire des pratiques exemplaires du code national, et je suis sûr que celui-ci est en retour aussi lourdement influencé par les codes du bâtiment de l'Ontario et du Québec.
Par conséquent, je vois cette situation comme une occasion de faire quelque chose de très semblable afin d'établir des normes nationales pour les soins de longue durée. Le but est d'établir certaines normes, et non de les imposer aux provinces. Nous devons établir des normes, que les provinces utiliseront selon leurs besoins comme des pratiques exemplaires.
L'une des autres sections du rapport que j'ai aimées est celle qui est principalement consacrée aux enfants et aux familles et qui traite d'un système national de garderies. Les députés m'ont entendu en parler au début de mon intervention et les questions que j'ai posées à l'intervenant précédent portaient sur le sujet. Ce système se fait attendre depuis longtemps. Je sais qu'on a tendance à dire: « Qu'en est-il de ceci? Qu'en est-il de cela? » Les libéraux promettaient déjà de mettre en place un tel système au début des années 1990, alors que j'étais encore à l'école secondaire. Je ne sais pas quelle est la situation et pourquoi cela s'est produit, à l'exception de ce que j'ai dit concernant l'époque de Paul Martin, mais en tant que père dont les enfants ont fréquenté la prématernelle et la garderie, je vois tant de parents, souvent des mères, qui ne confient pas leurs enfants à une garderie ou à un service de garde parce que le faire n'est tout simplement pas rentable. L'un des parents, la plupart du temps la mère, finit par rester à la maison et n'a pas la possibilité de réaliser son plein potentiel sur le marché du travail.
Lorsque je parle des services de garde, il n'est pas seulement question d'offrir un peu de répit aux parents en leur permettant de faire garder leurs enfants, mais aussi de libérer un potentiel économique. Imaginons permettre à tous ces parents d'entrer sur le marché du travail et les répercussions que cela aurait sur l'économie. Si on ne se soucie pas de l'impact social des services de garde, on devrait au moins penser à leur impact économique. C'est l'occasion de faire entrer une vague de nouvelles personnes sur le marché du travail, ce qui ne peut qu'être favorable à l'économie.
Je souligne également qu'il y a une recommandation concernant le soutien offert aux victimes de violence familiale. Je m'en suis réjoui. Nous n'en ferons jamais assez pour les victimes de violence familiale.
J'ai déjà fait allusion au fait que, lorsque j'étais plus jeune et au secondaire, au début des années 1990, ma mère travaillait à la Maison Interval de Kingston. Il s'agissait d'une maison spéciale pour soutenir les victimes de violence familiale — le plus souvent des femmes — et leur offrir une aide immédiate. Il est important de savoir que le comité a entendu des gens du pays qui militent pour cela. J'espère qu'il y aura plus de mesures pour protéger et soutenir les personnes qui ont fait l'objet de violence familiale.
En lisant le rapport, j'ai trouvé très intéressante la partie sur l'emploi et la main-d’œuvre. On y recommande de mettre à la disposition de Statistique Canada les ressources financières nécessaires pour faire son travail. Mon prédécesseur, Ted Hsu, a présenté un projet de loi d'initiative parlementaire précisément sur le rétablissement du formulaire détaillé du recensement. Rien n'est plus important pour le gouvernement, les organismes et les entreprises que des données de qualité. Recueillir ces données et faire en sorte que Statistiques Canada les compile de manière à ce que les organismes, les entreprises et le gouvernement puissent s'en servir est vraiment important pour notre économie et le tissu social de nos collectivités.
Par ailleurs, la section sur l'emploi et la main-d'oeuvre contient des recommandations pour soutenir et développer la formation pour les emplois verts. J'en ai parlé un peu plus tôt quand nous débattions le projet de loi C-12. Le Canada se retrouve dans une situation très propice pour devenir un chef de file en matière d'emplois verts et pour que les Canadiens puissent vraiment approfondir leurs compétences dans ce secteur en pleine expansion. Cependant, nous devons veiller à ce que les gens, surtout les travailleurs, aient les compétences requises pour occuper ces emplois.
Parallèlement, je sais que la section du rapport sur l'éducation et la formation professionnelle comporte des recommandations pour investir dans les jeunes Canadiens, surtout dans la formation professionnelle. Je ne sais pas si quelqu'un ici a essayé d'obtenir les services d'un plombier ou d'un électricien dernièrement, mais ils sont difficiles à trouver et ils peuvent facturer leurs services comme bon leur semble.
Je viens d'une génération dont les parents sont des immigrants. Ils étaient très jeunes quand ils sont arrivés ici, de l'Italie et de la Hollande. Ils ont vu leurs parents trimer dur, leurs parents qui ne souhaitaient qu'une chose pour leurs enfants: qu'ils deviennent avocats, médecins, enseignants ou des professionnels d'un autre type. Cette façon de voir est transmise d'une génération à l'autre et, malheureusement, en cours de route, nous avons dévalorisé les compétences essentielles de métiers importants. Nous avons fait une grave erreur d'agir de la sorte. Quand je dis « nous », je parle de nous en tant que société.
À l'heure actuelle, il est particulièrement important de consacrer les ressources nécessaires pour que la formation professionnelle puisse continuer et que les gens apprennent des métiers. Si l'un de mes trois enfants m'annonce un jour qu'il souhaite apprendre un métier spécialisé, je déborderai de joie et d'enthousiasme, convaincu qu'il aura du travail pour le reste de ses jours et qu'il gagnera sa vie en réglant les problèmes de tout le monde.
Dans le rapport, il est aussi beaucoup question des arts, de la culture et de l'hospitalité. Je viens d'une circonscription qui a besoin de beaucoup de soutien en ce moment. Autour de 11 à 12 % de l'économie de Kingston est axée sur le tourisme, un secteur en difficulté à l'heure actuelle. Kingston compte plusieurs musées qui font partie de la visite de la ville et qui sont littéralement vides depuis un an. Les musées et les attraits culturels de partout au pays ont vraiment besoin de soutien pour pouvoir traverser la pandémie et faire encore partie de nos richesses culturelles une fois la pandémie terminée. J'ai été ravi de voir la recommandation à ce sujet.
Les recommandations que j'ai aimées le plus sont probablement les cinq dernières, qui portent sur les véhicules électriques. Je crois qu'il y a une occasion exceptionnelle à saisir, car nous voyons que la transition vers les véhicules électriques est amorcée. Elle aura lieu; c'est inévitable. Je crois que nous avons véritablement atteint le point de non-retour. Les choses vont vraiment aller en s'accélérant, et on avancera beaucoup plus vite qu'actuellement.
J'ai entendu un député de la Colombie-Britannique — je crois que c'était un des députés du Parti vert — dire que les véhicules électriques représentent actuellement environ 10 % des véhicules vendus en Colombie-Britannique. Cette industrie va vraiment prendre son envol. Alors, je me demande comment les choses évolueront si on fait des investissements et qu'on fournit des incitatifs pour la recherche et le développement, comme il est recommandé dans le rapport.
Dans bien des cas, lorsque la NASA fait de la recherche pour concevoir de nouvelles technologies spatiales, les retombées sont nombreuses, et on voit apparaître de nouveaux produits à usage résidentiel et commercial. On peut donc s'attendre à ce que la recherche et le développement dans un domaine comme l'électrification des véhicules génèrent des retombées considérables.
Je vois aussi de grandes possibilités alors que les premiers véhicules électriques approchent de la limite de leur vie utile après avoir été en circulation de 10 à 15 ans. Il est donc possible de faire beaucoup de recherche et de développement pour déterminer ce qu'on peut faire d'un véhicule électrique qui est à la fin de sa vie utile. À mon avis, les possibilités sont immenses, et je suis ravi que ce soit l'une des recommandations du rapport dont nous sommes saisis.
Bien sûr, il y a une autre recommandation dans la même section sur l'offre d'incitatifs à l'achat de véhicules électriques. Je pense qu'une telle mesure est très importante, mais je sais que beaucoup de gens critiquent les incitatifs pour les véhicules électriques.
Je serai le premier à admettre que j'ai profité de ces incitatifs en Ontario à plusieurs occasions. Nous en sommes à notre quatrième véhicule électrique. Les gens qui critiquent vertement ces incitatifs mettent de côté toute l'aide que nous offrons à l'industrie des combustibles fossiles au Canada. Je pense en particulier aux incitatifs et aux crédits qui sont appliqués à cette industrie.
Bien sûr, on recommande aussi d'augmenter de manière significative l'électrification du parc de véhicules du gouvernement fédéral. C'est quelque chose que je trouve fort encourageant. Il s'agit là d'une autre excellente recommandation, à laquelle je pense que le gouvernement devrait donner suite. Nous devons être des chefs de file. Si nous voulons convaincre d'autres personnes d'acheter des véhicules électriques, le gouvernement doit inclure beaucoup de véhicules électriques dans son propre parc.
J'ai précisé plus tôt que l'industrie des véhicules électriques évolue. Je peux dire aux députés que le premier véhicule électrique que nous avons eu était une Chevrolet Volt. Après avoir été chargée, elle pouvait parcourir 40 kilomètres avant que nous devions y mettre de l'essence. Nous avons maintenant une mini-fourgonnette Chrysler Pacifica, qui peut parcourir environ 60 kilomètres avant de devoir utiliser de l'essence.
Nous avons également une Hyundai Kona, qui peut parcourir une distance d'environ 400 kilomètres et que je conduis pour me rendre à Ottawa et en revenir. Il est vraiment inspirant de voir, en me fondant uniquement sur ma propre expérience, comment ces véhicules ont évolué en seulement huit ou neuf ans. Je sais que ce n'est qu'une question de temps avant que les véhicules électriques inondent le marché et que tout le monde en conduise.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is always a pleasure to debate the federal government’s climate ambitions and the Liberal Party’s commitments in Bill C-12.
We are in quite a predicament. On the one hand, the Liberals want to accelerate the debate because they have just realized that they did not give Bill C-12 enough priority in their parliamentary calendar. On the other hand, the Conservatives have tabled a motion in amendment seeking, not to modify Bill C-12, but to draw the debate out and have “the House decline to give second reading to Bill C-12”. That is something.
It is ironic that the motion to amend asks the government to “implement a plan that recognizes climate change is real”, when the Conservative Party does not even recognize climate change exists. I would like to remind members that, at their convention a few weeks ago, 54% of Conservative members rejected a motion to recognize the existence of climate change. Regardless of what the party leader said to try to rectify the situation, the members were clear and, as a result, the environmental plan they tabled a few days later has no credibility at all.
The Conservatives want the government to fight climate change “while also ensuring that economic development and job growth can flourish all across Canada”. We understand that that is the Conservatives’ greatest fear; for them, a green shift means an economy in tatters. Just last week, a Conservative member moved a motion asking that the government recognize that “replacing oil and gas with more environmentally sustainable options is not technologically or economically feasible”. That is rich. Not only is it excessive to ask the government to do something like that, it is also irresponsible to make such a statement unequivocally. I fear that people will be misled.
Quebec is living proof that polluting fuels can be replaced by clean energy and that the green shift is good for the economy. Quebec is a champion for green energy and the reason Canada enjoys an enviable position on the world stage. We have an advantage over the 50 U.S. states and the other Canadian provinces thanks to these investments, and the Minister of Innovation, Science and Industry said as much recently. The green technologies developed in Quebec are already being marketed outside the country, and the benefits for Quebeckers are significant. For example, Hydro-Québec has signed agreements with New York, Vermont and Massachusetts.
There is much to reproach the government for, but it has understood one thing: we need to move forward with the development of green energy, because it is good for the planet and for the economy. We need to stop thinking about the environment and the economy as mutually exclusive, because they are actually complementary.
The Conservatives' amendment also tries to make the government admit that the members it appointed to the advisory group provided for in the bill included “climate activists whose influence, if acted upon, would lead to the destruction of the oil and gas sector, disproportionally threaten certain regions of the country and their essential industries, and weaken national unity.”
Once again, that is quite a statement. Of course, we are not surprised that the Conservative Party is defending the oil and gas sectors. Equally unsurprisingly, climate and environmental policy experts say that these two sectors are harmful to the environment. We cannot bury our heads in the sand. It would be surprising if the experts said that in order to achieve carbon neutrality by 2050, we need to continue investing heavily in the oil and gas industry. That would be very surprising.
I expect that the experts are well aware that this industry is the Achilles heel of the government's climate ambitions, and that they are also aware that supporting the industry is not viable in the short, medium or long term if we want to meet our greenhouse gas emission reduction targets.
The government is certainly being ambitious with its targets, but it is becoming difficult to follow. Since the Liberal Party came to power, its greenhouse gas emission reduction target has been 30% below 2005 levels by 2030, which was the same target established by the Paris Agreement and Stephen Harper's government.
The climate plan presented last December proposed to exceed this target. With the increase in the federal carbon tax, we could now expect a 31% reduction in greenhouse gas emissions. The target in last Monday's budget was a 36% reduction by 2030 compared to 2005 levels. This new target was soon superseded when, on the margins of the climate summit hosted by U.S. President Joe Biden last Thursday, the Prime Minister of Canada announced a new target, or rather a range of targets.
Apparently, the target is now at least 40%, the minimum target that countries had to commit to in order to participate in the summit, but it could reach 45% if all goes well. The problem is that the $17.6 billion in green investments set out in the budget will allow us to reduce greenhouse gas emissions by 36%, not 40% or 45%.
Normand Mousseau, a physics professor at the Université de Montréal, says that if all of the greenhouse gas reduction measures work, in the best-case scenario, we would see a 23% reduction in GHG emissions by 2030.
In an interview on Friday, he said that based on what is happening in other countries, a carbon tax alone is not enough to meet our targets. We need to create new standards or new regulations to decarbonize certain industries.
The federal government announced several billion dollars in investments, but the amounts are not aligned with the recently announced greenhouse gas emission reduction targets.
We believe that this 40% or 45% reduction is more hot air than a real commitment. We believe that a real commitment would be ending support to the oil and gas industries. We believe that a real commitment would be announcing that we will never again finance a pipeline. We believe that a real commitment would start by incorporating the new target, whatever it is, into Bill C-12, which has not yet been done.
As the bill now reads, the minister must set a target for each milestone year, and the targets will be set one at a time, five years before the beginning of the milestone year to which they relate.
The problem is that the government refuses to include 2025 as a milestone year, because it is too soon or, more likely, because it would be unable to meet the target.
That means the first milestone year in Bill C-12 is 2030, and the target is a reduction of at least 40% in greenhouse gas emissions. I find it odd that the government is setting such a high bar for 2030 without establishing a means of measuring its progress before 2030, since that is the very purpose of the bill.
During question period last week, I asked the Minister of the Environment if the new Liberal target would be included in Bill C-12. The hon. member for Laurier—Sainte-Marie, who appears to be acting as the new minister of the environment, answered that yes, it would be included.
Before I get too excited, I wonder whether the actual Minister of the Environment endorses this commitment and whether he will propose an amendment to his bill to fulfill it. I sincerely hope so, because it is ridiculous to have a climate act without a greenhouse gas reduction target. It is also ridiculous to say that the minister will set the target once the act is in effect, and it is still more ridiculous to say that he can change the targets as he goes along.
Bill C-12 must show Canadians that Canada is truly meeting its greenhouse gas emission reduction targets. The act must be transparent and include a real accountability and reporting mechanism, because we are talking about climate accountability.
Seeing the Prime Minister make a commitment on the international stage is encouraging. It seems promising, and it is cute to do it on Earth Day. However, we must not forget that Canada has never succeeded in meeting any of the greenhouse gas emission reduction targets it has set over the years. Kyoto, Copenhagen, Paris: the Government of Canada has failed lamentably each time.
Moreover, Canada is at the bottom of the class. It is the only G7 country where greenhouse gas emissions have increased since 2015. Why? Because it is an oil-producing country and it is incapable of stopping.
All this makes me think of the concept of “doublethink” from George Orwell's 1984. I am not saying that this government and the regime in Orwell's novel are anything alike, but the Liberals' environmental discourse is a perfect example of doublethink. According to Orwell, doublethink is the ability to hold two conflicting opinions simultaneously by suspending critical thinking. In Orwell's words, doublethink means “to hold simultaneously two opinions which cancelled out, knowing them to be contradictory and believing in both of them, to use logic against logic”.
In my opinion, that perfectly describes the Liberals' strategy when it comes to climate change. The Liberals know they have to act, so they talk about a green recovery, the electrification of transportation and bioforestry. At the same time, however, they continue to subsidize the oil and gas industry heavily. They spend billions to buy an oil pipeline and even allow companies to drill for oil without environmental assessments.
The unbelievable thing is that they are convinced that they are doing the right thing, precisely because they are applying doublethink to climate change. The Liberals know that they are contradicting themselves, but they still believe in the virtue of these two diametrically opposed visions. They are not fooling anyone. Most of us actually have more confidence in Joe Biden, the new U.S. President, whose intentions are clear.
President Biden has announced that the United States will reduce its greenhouse gas emissions by 50% to 52% by 2030. Remember, the U.S. is also an oil-producing country. In fact, it produces more oil than Canada and has a larger population, but its target is more ambitious than ours. This is not a competition, but at least the United States has started working harder, and it even had to pressure Canada to do the same.
I sincerely hope that the Liberal government hears this message and that it is serious about its ambitions and commitments, because we are in a climate crisis. Time is running out.
Madame la Présidente, c'est toujours un plaisir pour moi de débattre les ambitions climatiques du fédéral et les engagements du Parti libéral dans le cadre du projet de loi C-12.
Nous nous retrouvons dans une situation bien fâcheuse. D'un côté, les libéraux veulent accélérer le débat, parce qu'ils viennent de se rendre compte qu'ils n'ont pas accordé suffisamment de priorité au projet de loi C-12 dans leur calendrier parlementaire. De l'autre, les conservateurs déposent une motion d'amendement visant, non pas à modifier le projet de loi C-12, mais à étirer le débat et que « la Chambre refuse de donner deuxième lecture au projet de loi ». Ce n'est pas rien.
Il est assez ironique que cette motion d'amendement demande au gouvernement de « mettre en œuvre un plan qui reconnaît que le changement climatique est réel », alors que le Parti conservateur lui-même n'en reconnaît pas la simple existence. En effet, rappelons que, lors de leur congrès tenu il y a quelques semaines, les membres conservateurs ont rejeté à 54 % une motion visant à reconnaître l'existence des changements climatiques. Peu importe ce qu'a dit le chef du parti pour tenter de corriger le tir, les membres ont été clairs et cela retire toute crédibilité à leur plan sur l'environnement qui a été déposé quelques jours plus tard.
Les conservateurs veulent que le gouvernement s'attaque aux changements climatiques, « tout en veillant à ce que le développement économique et la croissance de l'emploi puissent s'épanouir partout au Canada ». On comprend que c'est la grande peur des conservateurs: pour eux, prendre le virage vert veut dire l'effondrement de l'économie. Pas plus tard que la semaine dernière, un député conservateur demandait par l'entremise d'une motion que le gouvernement reconnaisse « que de remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques n'est pas faisable sur le plan technologique ou économique ». Il faut le faire! Non seulement demander une telle chose au gouvernement semble excessif, mais affirmer cela sans équivoque est tout à fait irresponsable. J'ai bien peur que cela induise les gens en erreur.
Le Québec est la preuve même que l'on peut remplacer des énergies polluantes par des énergies propres et que c'est bon pour l'économie. Le Québec est le champion de l'énergie verte et il positionne bien le Canada sur l'échiquier mondial. Nous avons un avantage comparatif en Amérique du Nord parmi les 50 États américains et les autres provinces canadiennes grâce à ces investissements et le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie le reconnaissait récemment. Les technologies vertes développées chez nous trouvent déjà des marchés ailleurs dans le monde et les retombées pour les Québécois sont significatives. À titre d'exemple, Hydro-Québec a signé des ententes avec New York, le Vermont et le Massachusetts.
On peut reprocher bien des choses au gouvernement, mais il a compris une chose: il faut aller de l'avant avec le développement des énergies vertes, parce que c'est bon pour la planète et pour l'économie. Il faut arrêter de mettre en opposition les concepts d'économie et d'environnement parce qu’ils sont tout à fait complémentaires.
La motion d'amendement proposée par les conservateurs tente également de faire avouer au gouvernement qu'il a nommé au groupe consultatif prévu dans le projet de loi « des militants pour le climat dont l'influence, si elle était mise à exécution, conduirait à la destruction du secteur pétrolier et gazier, menacerait de manière disproportionnée certaines régions du pays et leurs industries essentielles, et affaiblirait l'unité nationale ».
Encore une fois, ce n'est pas une petite déclaration. Par contre, on ne peut pas être surpris que le Parti conservateur se porte à la défense des secteurs pétrolier et gazier. On ne peut pas non plus être surpris que des experts en politiques climatiques et environnementales déclarent que ces deux secteurs sont néfastes pour l'environnement. Il ne faut quand même pas se cacher la tête dans le sable. Il serait bien surprenant que les experts disent que, pour atteindre la carboneutralité d'ici 2050, il faut continuer d'investir massivement dans l'industrie pétrolière et gazière. Ce serait très surprenant.
J'ose espérer que les experts savent très bien que cette industrie représente le talon d'Achille du gouvernement dans ses ambitions climatiques, mais qu'ils savent tout aussi bien que le soutien à cette industrie n'est pas viable à court, moyen, ni long termes pour l'atteinte des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
En ce qui concerne ces fameuses cibles, le gouvernement est certes ambitieux, mais il commence aussi à être difficile à suivre. Depuis qu'il est en poste, sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre était de 30 % d'ici 2030 par rapport au niveau de 2005, soit la cible de l'Accord de Paris et celle de Stephen Harper.
Le plan climatique présenté en décembre dernier proposait de surpasser cette cible. Avec la hausse de la taxe fédérale sur le carbone, on pouvait espérer une réduction de 31 % des émissions de gaz à effet de serre. Dans le budget de lundi dernier, la cible est devenue de 36 % d'ici 2030, toujours par rapport au niveau de 2005. Cette nouvelle cible est rapidement devenue caduque puisque, en marge du sommet sur le climat organisé par le président américain Joe Biden jeudi dernier, le premier ministre du Canada a annoncé une nouvelle cible, ou plutôt une fourchette de cibles.
On comprend que la cible est maintenant d'au moins 40 %, le minimum auquel un pays devait s'engager pour pouvoir participer à ce fameux sommet, mais qu'elle pourrait atteindre 45 % si tout va bien. Le problème, c'est que les investissements verts de quelque 17,6 milliards de dollars détaillés dans le budget vont permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 36 %, pas de 40 % ni de 45 %.
Normand Mousseau, professeur de physique à l'Université de Montréal a dit que, si toutes les mesures de réduction des gaz à effet de serre fonctionnaient, dans le meilleur des cas, on observerait une réduction de 23 % de la production de GES en 2030.
Il mentionnait en entrevue vendredi que, ce qu'on voit à l'étranger, c'est qu'une taxe sur le carbone n'est pas suffisante à elle seule pour atteindre nos cibles. Il faudrait imposer de nouvelles normes ou de nouvelles réglementations pour décarboniser certaines industries.
Le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de plusieurs milliards de dollars, certes, mais les budgets ne sont pas liés aux récentes cibles de réduction des gaz à effet de serre annoncées.
Pour nous, ces 40 % ou 45 % sont davantage des paroles en l’air qu’un véritable engagement. Pour nous, un véritable engagement serait de cesser le soutien aux industries gazières et pétrolières. Pour nous, un véritable engagement serait d’annoncer qu’on ne financera plus jamais d'oléoducs. Pour nous, un véritable engagement serait tout d’abord d’insérer cette nouvelle cible, quelle qu’elle soit, dans le projet de loi C-12, ce qui n’est pas fait à l’heure actuelle.
Tel que le projet de loi est rédigé, le ministre doit établir les cibles pour les années jalons, et les années seront établies une à la fois, au fil du temps, cinq ans avant le début de l’année jalon visée.
Le problème est que le gouvernement refuse d’inclure 2025 comme année jalon, parce que c’est trop tôt ou que, manifestement, on ne réussirait pas à atteindre la cible fixée.
Ainsi, la première année jalon dans le projet de loi C-12 serait l'année 2030, et la cible serait une réduction d’un minimum de 40 % des émissions de gaz à effet de serre. À mon avis, il est bien curieux que le gouvernement se donne un si grand défi pour 2030 sans se donner une façon de mesurer le progrès avant 2030 dans une loi qui sert justement à cela.
La semaine dernière, durant la période des questions orales, j’ai demandé au ministre de l'Environnement si la nouvelle cible libérale serait incluse dans le projet de loi C-12. Le député de Laurier—Sainte-Marie, qui semble d'ailleurs faire office de nouveau ministre de l’Environnement, a acquiescé et a clairement déclaré que oui, elle serait incluse.
Avant de me réjouir trop rapidement, je me demande si le vrai ministre de l’Environnement endosse cet engagement et s’il va déposer un amendement à son projet de loi pour ce faire. Je l’espère sincèrement, parce qu’une loi sur le climat sans cible de réduction des gaz à effet de serre, cela ne fait pas sérieux. Cela ne fait pas sérieux non plus de dire que le ministre va la fixer une fois que la loi sera en vigueur, et cela fait encore moins sérieux de dire que le ministre pourra modifier les cibles en cours de route.
Le projet de loi C-12 doit servir à démontrer à la population que le Canada est réellement en train d’atteindre ses cibles de réduction des gaz à effet de serre. La loi doit être transparente et présenter un véritable mécanisme de responsabilisation et de reddition de comptes, parce que l'on parle de responsabilité climatique.
Le fait de voir le premier ministre s’engager de la sorte à l’international est encourageant. Cela semble prometteur et cela fait joli de le faire à l’occasion du Jour de la Terre. Or, nous avons la mémoire trop courte. Le Canada n’a jamais réussi à atteindre les cibles de réduction des gaz à effet de serre qu’il s’est fixées au cours des années. Kyoto, Copenhague, Paris: le gouvernement canadien a lamentablement échoué chaque fois.
Qui plus est, le Canada est dernier de classe. Depuis 2015, il est le seul pays du G7 à avoir vu sa production de gaz à effet de serre croître. Pourquoi? C'est parce qu’il est un pays pétrolier et qu’il est incapable de mettre fin à cette folie pétrolière.
Tout cela me fait penser au concept de « double pensée » de George Orwell dans son roman 1984. Je ne fais aucun rapprochement entre ce gouvernement et le régime qui est au pouvoir dans la fiction d’Orwell, mais je vois dans le discours environnemental des libéraux l’exemple parfait de ce concept. Selon Orwell, la double pensée est la capacité d’accepter simultanément deux points de vue opposés et d'ainsi mettre en veilleuse tout esprit critique. Il décrit ainsi ce concept: « Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique. »
À mon sens, cela décrit parfaitement la stratégie libérale face aux changements climatiques. Les libéraux savent qu’il faut agir, alors ils nous parlent de relance verte, d’électrification des transports et de bioforesterie. Toutefois, en même temps, ils continuent de subventionner grassement l’industrie gazière-pétrolière. Ils achètent un oléoduc à coup de milliards de dollars et permettent même des forages pétroliers sans évaluation environnementale.
Ce qui est incroyable, c’est qu’ils sont persuadés qu’ils font la bonne chose en agissant de la sorte, justement parce qu’ils ont adhéré à cette double pensée en matière de changements climatiques. Les libéraux savent que leurs actions sont contradictoires, mais ils croient quand même en la vertu de ces deux visions qui sont pourtant diamétralement opposées. Or ils ne flouent personne. La plupart d’entre nous ont même davantage confiance en Joe Biden, ce nouveau président qui est clair dans ses intentions.
Il a annoncé que les États-Unis réduiraient leurs émissions de gaz à effet de serre de 50 % à 52 % d’ici 2030. On se rappelle que les États-Unis sont eux aussi un pays pétrolier. En fait, ils sont un plus gros producteur de pétrole que le Canada, avec une population plus nombreuse, et leur cible est plus ambitieuse que la nôtre. Ce n’est pas un concours d’ambition, mais, au moins, les États-Unis ont commencé à mettre les bouchées doubles, et il a même fallu qu’ils fassent pression sur le Canada pour qu’il fasse de même.
J’espère sincèrement que le message a été entendu et que le gouvernement libéral est sérieux dans son ambition et ses engagements, car la crise climatique l’exige. Le temps file.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am pleased to speak to budget 2021 today.
In 2019, our government was elected for a second time, with the commitment to invest in the things that matter most to Canadians: healthcare, child care, affordable housing, creating good well-paying jobs, support for seniors and families, and protecting the environment. Budget 2021 makes important investments to deliver on our commitment and continue to build on the work we have done to support Canadians during the pandemic.
This past year has been an extraordinarily difficult time for Canadians and people around the world. COVID-19 has changed the way we do everything, including how the House of Commons operates. Over the last year, there has been a historic flow of federal aid to brace the financial foundations of businesses and households across Canada. Budget 2021 lays the groundwork for a strong post-pandemic recovery and outlines spending for critical measures aimed at getting our country through the third wave of the pandemic and stimulating the economy.
Canada entered the global pandemic in a strong fiscal position, which has allowed our government to provide unprecedented support for Canadians. Budget 2021 is a progressive budget that lays out a clear plan to ensure that Canada builds back better by focusing on three main fundamental challenges: keeping Canadians safe, recovering from immediate pain and rebuilding for the long term. I cannot possibly speak about all the investments in the budget, so I will highlight just a few.
Our government has been there to support Canadians through the pandemic from day one, and we know there is a need for more immediate spending to address the third wave of COVID-19, which is hitting hard. This will be done through the extension of key subsidy programs. With variants of concern spreading and COVID-19 case counts on the rise, budget 2021 includes a three-month extension of the federal wage and rent subsidies. Set to expire in June, the supports will now be available through September, at a cost of approximately $12 billion.
The pandemic has been called a “she-cession” because women have been disproportionately impacted. It has shone a light on the need for safe, affordable child care and early learning. This need is not new. We have known since 50 years ago that the number one thing holding women back in the workforce is access to child care. In the last Parliament, as vice-chair of the status of women committee, I too recognized that child care would allow women to participate fully in the economy.
Thirty-one years ago, when my son was born, I had three months of maternity leave. I worked in real estate investment banking, and when it came time to return to work, I realized the cost of child care was too expensive to make it worthwhile. I called my boss and told him that while I wanted to return to work, it did not make financial sense. He said he would double my salary to start and told me that I could take whatever time I needed if my son was sick. I recognize that I was incredibly privileged to have a boss that was willing to do that, and even though he was incredibly generous over the years and was always true to his word about time off work, child care was a constant worry. That is why our investments in early learning and child care are so important to me.
As part of a feminist economic policy, budget 2021 proposes to provide $30 billion over five years, and $8.3 billion per year thereafter, to build a high-quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada. This funding will allow for a 50% reduction in average fees for regulated early learning and child care in all provinces outside of Quebec, to be delivered by the end of 2022. It will also ensure annual growth in quality and affordable child care spaces across the country, ensuring high-quality early learning and child care, for an average of $10 a day. This is social infrastructure that will drive jobs and growth. It is feminist economic policy. It is smart economic policy that will increase Canada’s GDP by 1.2%, allowing more women to return to the workforce.
Cancer is a leading cause of disease-related death in Canadian children. More targeted research is needed to help save lives. Budget 2021 proposes to provide $30 million over two years to the Canadian Institutes of Health Research to fund pediatric cancer research that can lead to better outcomes and healthier lives for these young patients. The funding will support promising research projects with the greatest potential for fighting pediatric cancer. I know too many children like Ayverie Caster, Carson Clapham and Teagan Walsh, who were lost to this terrible disease. I am so proud of the work being done at SickKids by Dr. David Malkin, who is fighting childhood cancer, and look forward to what he and others can do with this new funding.
A recommendation that came out of the Halton round tables on youth vaping I have hosted over the last two years was the need for a tax on vaping products. Budget 2021 proposes to introduce a new taxation framework for the imposition of excise duties on vaping products in 2022. The federal government will work with any province and territory that may be interested in a federally coordinated approach to taxing these products.
I have had the pleasure of working with Diabetes Canada and Mike Swartz from my riding to advance the need for investments in a national framework for diabetes. Budget 2021 proposes to provide $25 million over five years, starting in 2021-22, to Health Canada for additional investments for research on diabetes, including in juvenile diabetes, surveillance, prevention and to work toward the development of a national framework.
Budget 2021 also proposes to provide $10 million over five years for a new diabetes challenge prize. This initiative will help surface novel approaches to diabetes prevention and promote the development and testing of new interventions to reduce the risks associated with type 2 diabetes.
As Parliamentary Secretary to the Minister of Indigenous Services, I am pleased to see the historic investments for indigenous peoples and their businesses included in budget 2021. Through this budget, we are proposing historic new investments of over $18 billion over the next five years to improve the quality of life and create new opportunities for people living in indigenous communities. Working with indigenous partners, these investments would make significant strides in closing gaps between indigenous and non-indigenous peoples; support healthy, safe and prosperous indigenous communities; and advance meaningful reconciliation with first nations, Inuit and the Métis nation.
The COVID-19 pandemic has been devastating for Canada’s seniors. Many have spent the past 13 months isolated from family and friends. For far too many seniors who live in long-term care, this year has been tragic: They have been the overwhelming casualties of the pandemic. Budget 2021 proposes to provide $3 billion over five years to Health Canada to support provinces and territories in ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made.
To keep seniors safe and improve their quality of life, the federal government will work collaboratively with provinces and territories, while respecting their jurisdiction over health care, including long-term care. This work will ensure seniors and those in care live in safe and dignified conditions. The budget also proposes to increase old age security by 10% for seniors 75 and over, beginning in 2022.
Budget 2021 builds on Canada’s investments in youth, with over $5.7 billion over five years to help young Canadians pursue and complete their education, to provide additional relief from student loan debt for young graduates, and to create 215,000 new job skills development and work opportunities. To ensure youth and students can access valuable job skills and experience, budget 2021 is proposing to invest $721 million in the next two years to help connect them with employers and provide them with quality job opportunities.
This budget mentions Black Canadians an unprecedented 122 times. I heard from individuals in my riding like Colin Lynch and Evangeline Chima about the need for investments in Black communities and businesses. The budget proposes $200 million to endow a philanthropic fund dedicated to supporting Black-led charities and organizations serving youth and social initiatives, as well as $100 million for the supporting Black Canadian communities initiative. It also proposes to invest an additional $51 million for the Black entrepreneurship program.
Budget 2021 takes on reasonable and sustainable debt. Not only can we afford these investments, it would be short-sighted of us not to make them. There is so much in this budget: a national autism strategy, funding to support our efforts to tackle climate change and so much more. Budget 2021 will continue to support Canadians, help Canada to build back better and grow our economy safely for years to come.
Madame la Présidente, j'interviens avec plaisir aujourd'hui pour parler du budget de 2021.
En 2019, quand notre gouvernement a été réélu, il s'est engagé à investir dans les enjeux auxquels les Canadiens tiennent le plus, soit les soins de santé, la garde des enfants, le logement abordable, la création de bons emplois bien rémunérés, le soutien des aînés et des familles, et la protection de l'environnement. Le budget de 2021 contient des sommes importantes afin de concrétiser ces engagements. Il continue aussi de tabler sur le travail que nous avons déjà accompli pour soutenir les Canadiens pendant la pandémie.
La dernière année a été terriblement difficile pour les Canadiens et les gens du monde entier. La COVID-19 a bouleversé toutes nos façons de faire, y compris à la Chambre des communes. Pendant la dernière année, le gouvernement fédéral a mis en place une série de mesures sans précédent pour renforcer les assises financières des entreprises et des ménages de partout au pays. Quant au budget de 2021, il prépare le terrain en vue de favoriser une solide reprise après la pandémie et il prévoit aussi des dépenses cruciales conçues pour aider le Canada à traverser la troisième vague et pour stimuler l'économie.
Le Canada se trouvait dans une excellente situation financière quand la pandémie mondiale a frappé, ce qui a permis au gouvernement d'offrir une aide sans précédent aux Canadiens. Le budget de 2021 est un budget progressiste, qui prévoit un plan clair afin que le Canada rebâtisse en mieux en mettant l'accent sur trois questions fondamentales: assurer la sécurité des Canadiens, guérir des souffrances immédiates et rebâtir à long terme. Comme il m'est impossible de parler de tous les investissements prévus dans le budget, j'en soulignerai seulement quelques-uns.
Le gouvernement est là pour aider les Canadiens à traverser la pandémie depuis le début et il sait qu'il est nécessaire d'investir immédiatement davantage pour lutter contre la troisième vague de la COVID-19, qui frappe fort. Pour ce faire, nous prolongerons des programmes de subvention importants. Vu que des variants préoccupants se propagent et que le nombre de cas de COVID-19 est à la hausse, le budget de 2021 prévoit un prolongement de trois mois de la subvention salariale et de la subvention pour le loyer du fédéral. Ces mesures de soutien, qui devaient arriver à échéance en juin, seront offertes jusqu'en septembre, au coût d'environ 12 milliards de dollars.
La pandémie a été qualifiée de « récession au féminin » parce que les femmes en ont été touchées de manière disproportionnée. Cela a fait ressortir la nécessité d'avoir des services de garde et d'éducation préscolaire sûrs et abordables. Cette nécessité n'est pas nouvelle. Nous savons depuis 50 ans que le principal obstacle à la réintégration des femmes sur le marché du travail est le manque d'accès à des services de garde. Lors de la dernière législature, en tant que vice-présidente du Comité permanent de la condition féminine, j'ai moi-même reconnu que l'accès aux services de garde permettrait aux femmes de participer pleinement à l'économie.
Il y a 31 ans, lorsque mon fils est né, j'avais droit à trois mois de congé de maternité. Je travaillais dans le domaine des services bancaires d'investissement immobilier et, au moment de retourner au travail, j'ai constaté que le coût de la garderie était trop élevé pour que cela en vaille la peine. J'ai appelé mon patron pour lui dire que même si je voulais retourner au travail, cela n'avait pas de sens financièrement. Il a proposé de doubler mon salaire et m'a dit que je pourrais prendre congé n'importe quand si mon fils était malade. Je sais que j'étais incroyablement chanceuse d'avoir un patron qui était prêt à faire cela, mais, même s'il a été incroyablement généreux au fil des ans et même s'il a été fidèle à sa parole, les services de garde étaient une source constante d'inquiétude. Voilà pourquoi les investissements dans les services de garde et d'éducation préscolaire me tiennent tellement à cœur.
Dans le cadre d'une politique économique féministe, le budget de 2021 propose de consacrer 30 milliards de dollars sur cinq ans, et 8,3 milliards de dollars chaque année par la suite, pour établir un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible dans l'ensemble du Canada. Ce financement contribuera à réduire de moitié le coût moyen des services réglementés d'éducation préscolaire et de garde d'enfants dans toutes les provinces, à l'extérieur du Québec, d'ici la fin de 2022. Ce financement contribuera également à accroître d'année en année le nombre de places en garderie dans le but ultime de fixer à 10 $ en moyenne le coût quotidien pour des services de qualité et abordables en matière de garde d'enfants partout au Canada. C'est une infrastructure sociale qui stimulera la création d'emplois et la croissance économique. C'est une politique économique féministe. C'est une politique économique judicieuse qui augmentera le PIB du Canada de 1,2 % et qui aidera davantage de femmes à retourner sur le marché du travail.
Le cancer est l'une des principales causes de décès liés à la maladie chez les enfants au Canada. Il faut faire plus de recherches ciblées pour sauver des vies. Le budget de 2021 propose de consacrer 30 millions de dollars sur deux ans aux Instituts de recherche en santé du Canada pour financer la recherche sur le cancer chez les enfants afin que les jeunes patients bénéficient de meilleurs pronostics et d'une meilleure santé. Ces fonds soutiendront les projets de recherche les plus prometteurs pour éradiquer le cancer pédiatrique. Je connais trop d'enfants qui ont perdu la bataille contre cette terrible maladie, notamment Ayverie Caster, Carson Clapham et Teagan Walsh. Je suis très fière des travaux dirigés par le Dr David Malkin, au centre SickKids, dont la vocation est de lutter contre le cancer chez les enfants. J'ai très hâte de voir ce que lui et tant d'autres pourront accomplir avec ce nouveau financement.
Une des recommandations formulées lors des tables rondes sur le vapotage chez les jeunes que j'ai organisées à Halton au cours des deux dernières années portait sur la nécessité d'imposer une taxe sur les produits du vapotage. Le budget de 2021 propose d’instaurer un nouveau cadre de taxation en vue d’imposer des droits d’accise sur les produits de vapotage en 2022. Le gouvernement fédéral collaborera avec toutes les provinces et tous les territoires qui pourraient être intéressés par une approche fédérale coordonnée pour taxer ces produits.
J'ai eu le plaisir de travailler avec Diabète Canada et Mike Swartz de ma circonscription pour faire valoir la nécessité d'investir dans un cadre national sur le diabète. Le budget de 2021 propose d’allouer à Santé Canada un financement de 25 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour réaliser des investissements supplémentaires dans la recherche sur le diabète, y compris le diabète juvénile, et dans la surveillance et la prévention, ainsi que pour travailler à l’élaboration d’un cadre national sur le diabète.
Le budget de 2021 propose aussi un financement de 10 millions de dollars sur cinq ans pour mettre sur pied la nouvelle initiative Défis et prix du diabète. Cette initiative aidera à mettre en évidence de nouvelles approches en matière de prévention du diabète et favorisera l’élaboration et la mise à l’essai de nouvelles interventions visant à réduire les risques associés au diabète de type 2.
En tant que secrétaire parlementaire du ministre des Services aux Autochtones, je me réjouis des investissements sans précédent prévus pour les Autochtones et leurs entreprises dans le budget de 2021. Dans le cadre du budget de 2021, le gouvernement fédéral propose un nouvel investissement historique de plus de 18 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années afin d'améliorer la qualité de vie et de créer de nouvelles possibilités pour les habitants des communautés autochtones. En collaboration avec les partenaires autochtones, ces investissements contribueront à combler les écarts entre les peuples autochtones et non autochtones, favoriseront la santé, la sécurité et la prospérité des communautés autochtones et feront avancer une réconciliation significative avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse.
La pandémie de COVID-19 a eu des effets dévastateurs sur les aînés du Canada. Bon nombre d’entre eux ont passé les 13 derniers mois isolés de leur famille et de leurs amis. Pour un trop grand nombre d’aînés qui habitent dans des établissements de soins de longue durée, la dernière année a été tragique; ils représentent la grande majorité des victimes de la pandémie. Le budget propose d’accorder un financement de 3 milliards de dollars sur cinq ans à Santé Canada afin d’aider les provinces et les territoires à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d’apporter des changements permanents.
Afin de protéger les aînés et d’améliorer leur qualité de vie, le gouvernement fédéral collaborera avec les provinces et les territoires, tout en respectant leur compétence en matière de soins de santé, y compris les soins de longue durée. Ce travail garantira que les aînés et les personnes qui reçoivent ces soins vivent dans des conditions sécuritaires et dans la dignité. Le budget propose aussi de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour les aînés de 75 ans et plus, à compter de 2022.
Le budget de 2021 fait fond sur les investissements que le Canada a déjà faits dans la jeunesse. Il prévoit plus de 5,7 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les jeunes Canadiens à poursuivre et à terminer leurs études, pour alléger la dette de prêt étudiant des jeunes diplômés et pour créer 215 000 possibilités de perfectionnement des compétences et d'expériences de travail. Afin d’assurer aux jeunes et aux étudiants l’accès à des compétences et à une expérience professionnelles utiles, le budget de 2021 propose d’investir 721 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour les aider à établir des liens avec les employeurs et à accéder à des possibilités d’emploi de qualité.
Le présent budget accorde une attention sans précédent aux Canadiens noirs puisqu'il en fait mention 122 fois. Certaines personnes de ma circonscription, notamment Colin Lynch et Evangeline Chima, ont souligné la nécessité d'investir dans les communautés et les entreprises noires. Le budget propose un investissement de 200 millions de dollars afin d'établir un Fonds de dotation philanthropique destiné à soutenir des organisations dirigées par des Noirs, notamment à des fins caritatives et sociales, et les initiatives pour les jeunes. Il prévoit également 100 millions de dollars pour soutenir l'Initiative Appuyer les communautés noires du Canada et 51 millions de dollars additionnels au titre du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires.
Le budget de 2021 prévoit des dépenses raisonnables à des fins durables. Nous avons les moyens de faire les investissements proposés et il serait peu judicieux de notre part de ne pas aller de l'avant. Le présent budget propose de nombreuses mesures intéressantes. Je songe entre autres à la mise en place d'une stratégie nationale sur l'autisme et à un financement pour soutenir la lutte contre le changement climatique. Le budget de 2021 continuera de soutenir les Canadiens et aidera le Canada à rebâtir en mieux et à faire croître l'économie de façon sûre pendant de nombreuses années.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-04-23 11:12 [p.6088]
Madam Speaker, last election we made a promise to seniors over 75. Budget 2021 proposes to introduce legislation that will increase regular OAS payments for pensioners 75 and over by 10% in July 2022, and it will increase every year that follows. This August, a one-time $500 payment will be made to seniors 75 and older; 3.3 million seniors will benefit by the promise we made.
This budget also supports seniors by providing $3 billion over five years to ensure national long-term care standards. This is over and above previous commitments.
For example, we saw one-time payments to seniors over 65 last summer. Prior to the pandemic, shortly after our first election, we increased dramatically the guaranteed income supplement, which literally took hundreds of seniors in Winnipeg North out of poverty.
We care about our seniors.
Madame la Présidente, au cours de la dernière campagne électorale, nous avons fait une promesse aux aînés de plus de 75 ans. Dans le budget de 2021, nous proposons de bonifier de 10 %, par voie législative, les prestations de Sécurité de la vieillesse pour les retraités âgés de 75 ans et plus à compter de juillet 2022, puis de les bonifier annuellement. En août prochain, un paiement unique de 500 $ sera versé aux aînés de 75 ans et plus. Ainsi, 3,3 millions d'aînés bénéficieront de cette promesse que nous avons faite.
Le budget soutient également les aînés en consacrant 3 milliards de dollars sur cinq ans à la création de normes en matière de soins de longue durée. Cela honore et surpasse nos engagements antérieurs.
Par exemple, l'été dernier, nous avons versé un paiement ponctuel aux aînés âgés de plus de 65 ans. Avant la pandémie, peu après le début de notre premier mandat, nous avons considérablement augmenté le Supplément de revenu garanti, ce qui a permis de sortir, littéralement, des centaines d'aînés de Winnipeg-Nord de la pauvreté.
Nous avons à cœur les intérêts des aînés.
View Jean Yip Profile
Lib. (ON)
View Jean Yip Profile
2021-04-23 12:04 [p.6098]
Madam Speaker, the pandemic has shone a light on systemic issues affecting long-term care facilities across the country.
We have seen the devastating impacts of COVID-19 on those living and working in long-term care. We must do more to protect our most vulnerable. National standards of care for our seniors in Canada will ensure that regardless of where they live, all seniors will be treated with dignity.
Can the Parliamentary Secretary to the Minister of Health please tell the House how the government is taking action on this important issue?
Madame la Présidente, la pandémie a mis en lumière les problèmes systémiques qui touchent les établissements de soins de longue durée du pays tout entier.
Nous avons vu les effets dévastateurs de la COVID-19 sur la clientèle et le personnel de ces établissements. Il faut faire davantage pour protéger les plus vulnérables. Des normes nationales de soins garantiront que, quel que soit leur lieu de résidence, tous les aînés seront traités avec dignité.
La secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé pourrait-elle dire à la Chambre comment le gouvernement gère ce dossier prioritaire?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank the hon. member for Scarborough—Agincourt for this important question. On a personal note, her strong advocacy has had a real impact on this policy, and I thank her for that.
She is absolutely right that we need to protect those living and working in long-term care. Our seniors built this country. They deserve safe and quality care, and to be treated with dignity.
That is why, in budget 2021, we provided $3 billion to create national standards for long-term care. We are going to work with provinces and territories to create these national standards. We need to make permanent changes to ensure this never occurs again.
Madame la Présidente, je remercie la députée de Scarborough—Agincourt pour cette importante question. À titre personnel, je tiens à souligner que son solide plaidoyer a eu des répercussions concrètes sur cette politique, et je l'en remercie.
Elle a tout à fait raison, nous devons protéger la clientèle et le personnel des établissements de soins de longue durée. Nos aînés ont bâti ce pays. Ils méritent des soins sécuritaires et de qualité, et d'être traités avec dignité.
C'est pourquoi, dans le budget de 2021, nous avons prévu 3 milliards de dollars pour des normes nationales pour les soins de longue durée, que nous allons élaborer en collaboration avec les provinces et les territoires. Nous devons apporter des changements permanents pour que les situations que nous avons connues ne se reproduisent plus.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I realize that, in the Prime Minister's mind, the pandemic is going to last even longer than five years.
I would like to repeat something we heard earlier today. The Quebec National Assembly unanimously adopted the following:
That it reiterate its resolution of 2 December 2020 that denounced Ottawa's desire to impose Canadian standards in Québec CHSLDs and long-term care facilities for the elderly, and that requested that health transfer payments be increased to the equivalent of 35% of healthcare network costs;
That it deplore the fact that this issue was not addressed in the Canadian budget;
I am not the only one who missed it. Quebec has voted unanimously against the Prime Minister.
Monsieur le Président, je comprends que, dans la tête du premier ministre, la pandémie va durer encore davantage que cinq ans.
Je me permets de lire quelque chose qu'on a entendu tout à l'heure. Ça vient de l'Assemblée nationale du Québec et c'est unanime:
Qu'elle réitère sa résolution du 2 décembre 2020, qui dénonçait la volonté d'Ottawa d'imposer des normes canadiennes dans les CHSLD et les centres d'hébergement pour aînés, et demandait l'augmentation des transferts en santé à hauteur de 35 % des coûts du réseau;
Qu'elle déplore l'absence de ce dernier enjeu dans le budget canadien;
Il n'y a pas juste moi qui ne l'avais pas entendu. Au Québec, le premier ministre fait l'unanimité contre lui.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-04-21 14:33 [p.5912]
Mr. Speaker, all Quebeckers and all Canadians are concerned about what happens to seniors across the country. They recognize that all seniors across the country must be able to retire with dignity and security. That is precisely why we are working with the provinces and territories to ensure that our seniors have a secure retirement and are properly protected in long-term care homes.
We recognize and respect provincial jurisdictions, but we will provide funding to help the provinces ensure that all seniors are protected.
Monsieur le Président, tous les Québécois et tous les Canadiens sont préoccupés par le sort de nos aînés dans tout le pays. Ils reconnaissent que tous les aînés partout au pays ont besoin de vivre une retraite dans la dignité et la sécurité. C'est exactement pour ça que nous sommes en train de travailler avec les provinces et les territoires pour nous assurer que nos aînés ont une retraite sécuritaire et qu'ils sont bien protégés dans les CHSLD.
Nous reconnaissons et nous respectons les compétences des provinces, mais nous allons injecter l'argent pour les aider à s'assurer que tous les aînés sont protégés.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-04-21 15:58 [p.5933]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for her speech. I would also like to ask her three questions.
First, as a Quebecker, as she herself mentioned in her speech, does she agree with the federal government’s plan to impose standards for seniors homes in Quebec that they will have to meet in order to receive funding?
Second, does she agree that Quebec should receive funding for this new national child care program she says she wants to implement in the coming years? We know that it will take several years before the program is rolled out in other provinces, just like it took several years in Quebec.
Third, does she think that dairy producers should have received compensation in the budget for the Canada-United States-Mexico Agreement?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. Je voudrais lui poser trois questions.
Premièrement, en tant que Québécoise, comme elle l'a mentionné elle-même dans son discours, est-elle d'accord avec le fait que le gouvernement fédéral s'apprête à imposer des normes en matière de résidences pour aînés au Québec afin qu'elles puissent recevoir des fonds?
Deuxièmement, est-elle aussi d'accord avec le fait que le Québec devrait recevoir des sommes sans condition pour ce nouveau programme national de services de garde, qu'elle prétend vouloir mettre en place au cours des prochaines années? On sait bien que cela va prendre encore plusieurs années avant que ce programme soit mis en place dans d'autres provinces, comme cela a pris plusieurs années à mettre en place au Québec.
Troisièmement, pense-t-elle que les producteurs de lait auraient dû recevoir une compensation dans ce budget pour l'Accord Canada—États-Unis—Mexique?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-04-21 15:59 [p.5933]
Madam Speaker, my colleague asked several questions, and I will try to answer them in the time I have.
First, I am indeed very proud to be able to launch a pan-Canadian child care program. In my case in particular, as a mother, I waited three years before getting a day care place in Montreal. I know that Quebec is leading the way for the rest of the country, but we also need to make sure we have enough places for children in Quebec. I think that federal transfer payments could help improve the system we have in place in Quebec.
In terms of health transfer payments, especially for long-term care, it is essential that we continue to support the provinces so that we can provide proper care to our seniors. I think that national standards are important in ensuring that Quebec seniors—
Madame la Présidente, mon collègue a posé plusieurs questions et j'essaierai d'y répondre dans le temps qui m'est alloué.
Premièrement, je dirais que je suis effectivement très fière de pouvoir lancer un programme pancanadien pour la garde des jeunes enfants. Dans mon cas personnel, en tant que mère de famille, j'ai attendu presque trois ans avant d'obtenir une place à la garderie, à Montréal. Je sais que le Québec trace la voie pour le reste du pays, mais il faut aussi s'assurer d'avoir assez de places au Québec pour les jeunes enfants. Je pense que les transferts du gouvernement fédéral pourraient contribuer à bonifier le système qui existe déjà au Québec.
En matière de transferts dans le domaine de la santé — surtout pour les soins de longue durée —, il est essentiel de continuer à soutenir les provinces afin de prendre soin de nos aînés comme il le faut. À cet effet, je pense que des normes pancanadiennes sont importantes pour s'assurer qu'un aîné au Québec...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-04-20 11:13 [p.5834]
Madam Speaker, the Prime Minister and government members have recognized the true value of having an national child care system that supports parents being in the workforce. We look at the Province of Quebec and its success. It is something that should be applauded. We can look at a system and ways to incorporate that nationally.
The member makes reference to long-term care. The constituents of Winnipeg North and I, and I believe Canadians in general, see the need for national standards. We have seen this throughout the pandemic.
Can my friend across the way indicate if he thinks we should support what the government is being called upon to do and look at national standards for long-term care? It such an important issue, and it seems to me to that people in all regions of the country want to see that happen.
Madame la Présidente, le premier ministre et les députés ministériels ont estimé qu’il était important de mettre en place un système national de garderies pour venir en aide aux parents qui travaillent. Il suffit de regarder le succès que connaît le programme du Québec. C’est tout à son honneur, d’ailleurs. Nous pouvons très bien nous en inspirer.
Le député a parlé des soins de longue durée. Les électeurs de Winnipeg-Nord estiment, comme moi et comme la plupart des Canadiens, je pense, qu’il est nécessaire d’instaurer des normes nationales. Nous l'avons bien constaté durant la pandémie.
Mon collègue d’en face estime-t-il que nous devrions appuyer cette proposition du gouvernement d’établir des normes nationales pour les établissements de soins de longue durée? C’est une question importante, car il me semble que dans toutes les régions du pays, c’est ce que veulent les gens.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I have a suggestion for my esteemed colleague. Rather than apply Canadian standards to Quebec, which has been doing this for 20 years while Canada has not done it at all, the government could apply Quebec's standards to Canada, and everything will be fine. I do not see why it should be done otherwise. Then Quebec can thank the feds when it gets its cheque and say how pleased it is to have helped women in Canada.
Quebec did not wait for the federal government's go-ahead to become a more feminist state. We have had plenty of budgets tabled by female finance ministers, such as Ms. Marois and Ms. Jérôme-Forget.
I am very happy to see this change. I really feel for people in Toronto who pay $1,300 per month per child for care. That is absolutely crazy. Kudos to Canada for following Quebec's lead. I just want to make it clear that the federal government will not be forcing its policies on us just because it was inspired by us.
Madame la Présidente, je vais faire une suggestion à mon estimé collègue: plutôt que d'appliquer des normes canadiennes au Québec, qui fait cela depuis 20 ans, alors que le Canada n'a jamais fait cela, on pourrait appliquer les normes québécoises au Canada, et tout ira bien. Je ne vois pas pourquoi on ferait autrement. Le Québec pourra ainsi remercier le fédéral lorsqu'il recevra son chèque tout en lui disant qu'il est content d'avoir aidé la situation des femmes au Canada.
Le Québec n'a pas attendu le fédéral pour être un État plus féministe. D'ailleurs, des budgets québécois déposés par des femmes ministres des Finances, il y en a eu. On peut penser à Mmes Marois et Jérôme-Forget.
Je suis très content que l'on amène ce changement. Je pense en particulier aux gens de la région de Toronto qui paient 1 300 $ par mois par enfant pour le service de garde; c'est complètement fou. En effet, bravo pour le Canada de prendre exemple sur le Québec, sauf que le fédéral ne nous imposera pas ses conditions sous prétexte qu'il s'est inspiré de nous.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to go back to the response that the leader of the Bloc Québécois gave to our colleague, the parliamentary secretary, about imposing Quebec's great success on long-term care facilities onto the rest of Canada.
Indeed, that is the whole point of national standards, to look to the provinces for the great successes that they have had so that we can use them throughout the rest of the country. Indeed, if there are great successes in Quebec I would love to be able to give those as an opportunity to Ontario. Likewise, I can only imagine that the leader of the Bloc Québécois would want the same.
If another jurisdiction in Canada were so successful in long-term care, would he not like to see those as being options and being made national standards? Does he not see the value of coming together from various provinces and jurisdictions throughout the country to develop standards that can be to the benefit of everyone?
Madame la Présidente, j’aimerais revenir sur la réponse que le chef du Bloc québécois a donnée à mon collègue le secrétaire parlementaire sur la possibilité d’imposer au reste du Canada les normes d’efficacité remarquables des établissements québécois de soins de longue durée.
C’est bien là l’objectif des normes nationales: appliquer au reste du pays ce qui se fait de mieux dans telle ou telle province. Si le Québec est particulièrement efficace dans certains domaines, j’aimerais bien que son système puisse s’appliquer en Ontario. J’imagine que le chef du Bloc québécois est d’accord avec moi sur ce principe.
Si une autre province enregistrait d’excellents résultats dans le domaine des soins de santé de longue durée, ne voudrait-il pas qu’on s’inspire de ses pratiques pour élaborer des normes nationales? Ne voit-il pas tout l’intérêt qu’il y a à mettre en commun les expériences des provinces et des territoires pour élaborer des normes dont tout le monde pourra bénéficier?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am overcome by emotion.
Now that I have gotten ahold of myself, I would say yes, but on one condition: free consent between equals. If Quebec is recognized for its extraordinary success in child care, then it should not have standards imposed on it or be told how to spend its money. It should be asked what it thinks about that. If Quebec thinks it is a good idea, it will say yes. If it does not, it will say no. That is what I meant by free consent between equal partners. In fact, this concept of free consent between equal partners should be extended to all relations between Quebec and Canada. That would be very beneficial, at least for Quebec.
Madame la Présidente, je suis encore soufflé par l'émotion.
Une fois cela établi, je répondrais oui, mais à une condition. La condition est la suivante: que ce soit librement consenti entre égaux. Si l’on reconnaît que le Québec a des succès extraordinaires en matière de service de garde, on ne va pas lui imposer des normes ou l'affectation de l'argent. On va lui demander ce qu'il pense de cela. Si le Québec trouve cela pertinent, il va dire oui. S'il ne trouve pas cela pertinent, il va dire non. C'est librement consenti entre partenaires égaux. D'ailleurs, le principe selon lequel cela doit être librement consenti entre partenaires égaux devrait être élargi à l'ensemble des relations entre le Québec et le Canada. Ce serait extrêmement intéressant, au moins pour le Québec.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-04-20 13:11 [p.5852]
Mr. Speaker, I do want to applaud the fact that this is the first time a female minister has tabled a budget in Parliament, but I have to say that, in many ways, it is a very paternalistic budget. What I mean is that the federal government is taking a top-down approach, telling us what is good for us, and imposing national standards for long-term care homes and mental health. In addition, it plans to develop a national child care strategy. Given Quebec's experience in that area, I could go on and on.
To truly meet the provinces' needs while respecting their jurisdiction over health care, can the government distinguish between temporary allocations and what provinces really need, which is recurring funding through Canadian health transfers?
Monsieur le Président, bien que je tienne à saluer le fait que, pour la première fois, le budget est présenté au Parlement par une ministre, je dois dire que, à certains égards, il s'agit d'un budget très paternaliste. Je veux dire par là que le fédéral nous regarde de haut, nous dit qu'il sait ce qui est bon pour nous et qu'il va imposer des normes nationales pour les CHSLD et en matière de santé mentale. À cela, j'ajoute qu'il va développer une stratégie nationale pour ce qui est des services de la petite enfance. Vu l'expérience du Québec en la matière, je pourrais en parler longuement.
Pour répondre réellement aux besoins des provinces tout en respectant le champ de compétences des provinces en matière de santé, le gouvernement fait-il une différence entre des sommes ponctuelles et les réels besoins des provinces, soit des sommes récurrentes au moyen des transferts canadiens en santé?
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2021-04-20 13:12 [p.5852]
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for her question. I hope she does not mind if I reply in English.
I disagree that this budget is paternalistic toward our provincial partners. In fact, when it comes to child care, full credit goes to the Province of Quebec for leading the way on this, years prior, to show that we could make these kinds of investments that would pay for themselves.
On the establishment of national standards, the reality is that I am not okay with the quality of life that seniors who live in these facilities enjoy. With all of the investments that we are putting forward that impact areas of provincial jurisdiction, we are saying we will work with the provinces and territories to establish these standards. I am not okay with simply transferring money with absolutely no oversight of the outcome of how that money is spent.
I am looking forward to continuing the conversations with our provincial counterparts so we can work on shared objectives and enhance the quality of life for our constituents.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question. J'espère qu'elle sera d'accord pour que j'y réponde en anglais.
Je ne suis pas d’accord pour dire que ce budget est paternaliste à l’égard de nos partenaires provinciaux. En fait, en ce qui concerne les services de garde, le mérite revient entièrement au Québec, qui a montré la voie, des années auparavant, prouvant qu'il est possible de faire ce genre d’investissement qui s’autofinance.
En ce qui concerne l’établissement de normes nationales, je ne suis pas satisfait de la qualité de vie des personnes âgées qui vivent dans ces établissements. Compte tenu de tous les investissements que nous faisons dans des domaines de compétence provinciale, nous disons simplement que nous allons travailler de concert avec les provinces et les territoires pour établir ces normes. Je ne suis pas d’accord pour qu’on se contente de transférer de l’argent sans vérifier le moindrement comment cet argent est dépensé.
J’ai hâte de poursuivre les discussions avec nos homologues provinciaux afin que nous puissions atteindre des objectifs communs et améliorer la qualité de vie de nos concitoyens.
View Tony Van Bynen Profile
Lib. (ON)
View Tony Van Bynen Profile
2021-04-20 13:15 [p.5853]
Mr. Speaker, I am speaking today from the traditional territories of the Wyandot, Haudenosaunee and the Anishinabe peoples and treaty land of the Williams Treaties First Nations.
When I first entered the House of Commons to take my seat in the 43rd Parliament, I did so with enthusiasm, optimism and a strong desire to make a positive difference for the constituents of Newmarket—Aurora and for all the citizens of our great country.
Today, after this historic and ambitious budget and despite the challenges we have faced during this pandemic, I am even more optimistic. I am energized by the opportunities ahead and mindful of the trust Canadians have given us.
I want to congratulate the Deputy Prime Minister and Minister of Finance on this significant moment in Canadian history.
COVID-19 has been one the great crises of our times; no nation has been immune. In my constituency of Newmarket—Aurora, we have shared in the suffering, the loss of life, the business closures, the uncertain future for our restaurants and the fears of going back to school.
I want to acknowledge the remarkable courage, innovation and compassion of the people of Newmarket—Aurora and their willingness to unite for the common good. This is the foundation that we can build back on, and it is what the citizens of Canada expect.
We all want an end to the COVID-19 pandemic, but the journey is not yet over. If we want to weather this storm and defeat this pandemic, our first priority must be to continue supporting Canadians and Canadian businesses in the short term while providing programs to aid our recovery.
I am encouraged budget 2021, “A Recovery Plan for Jobs, Growth, and Resilience”, deals first with our current situation by extending the COVID-19 support programs that have provided a lifeline to Canadians during this difficult time. This provides flexible access to EI benefits until the fall of 2022, by allowing the Canada recovery benefit, a program for Canadians not covered by EI, to remain in place through to September 25. At the same time, the rent subsidy and the wage subsidy have been extended, with plans to wind them down as the recovery takes place.
As I speak here today, over 12.7 million vaccine doses have been delivered to the provinces and territories and over 10.25 million Canadians have been vaccinated at least with one dose. We need to continue to vaccinate as quickly as possible, keeping Canadians safe while providing the financial and the human resources needed in areas highly impacted by COVID-19.
Recover we will, and throughout this pandemic, Canadians have indicated a strong desire for the kind of change that will ensure a more prosperous future for all. We cannot betray ourselves and achieve anything less than a more inclusive future and a quality of life for all that is the envy of the world. Even more, we need to be a country of equality and equity built on respect and compassion, not only for our people but also for our environment.
In the lead up to this budget, I have been connecting with residents and business owners on their ideas and suggestions for budget 2021. We have engaged through tele town halls and through Zoom calls with the Aurora and Newmarket chambers of commerce. Although there have been as many questions as there have been suggestions, I really appreciate the input and time from my constituents, ensuring their voices are heard, and they were heard, with remarkable clarity and inspiration.
Let there be no question, jobs, good jobs for Canadians, have been at the forefront of this economic recovery. The news from Statistics Canada that 303,000 jobs were added in March is encouraging. What is more encouraging is the commitment in this budget to a promise made to create more than a million jobs by the end of this year, jobs that keep the hopes alive of a bright future, a sense of pride in contributing to the community, a feeling of independence and a belief that my country provides opportunity for all.
Constituents of Newmarket—Aurora were clear in stating that job recovery was the most important indication of a recovery from this pandemic, along with the reopening of businesses, and the budget makes it clear our government agrees.
As we invest in our youngest citizens, we recognize that our future starts with ensuring a quality of life, care and an opportunity for everyone. Our government's commitment to child care and its promise to provide $10-per-day universal child care, complete with national standards within five years, will be the defining moment in Canadian history. This is an investment in our future, an investment in gender equality and an opportunity to unleash the potential of so many.
Compassion is also key to our recovery, compassion for our elders in long-term care that ensures they can feel safe and cared for, and we owe them nothing less. Certainly, I have heard many times of the need for long-term care health standards, and I am heartened by the provision of $3 billion over five years to ensure that standards are applied.
The commitment of old age security increases for those 75 years of age and older, the funding proposal for seniors who do not live in long-term care facilities and pledging $90 million over three years, starting in the next year, to Employment and Social Development Canada through the age well at home initiative will certainly provide assurances that elders in our society are both valued and cared for.
Speaking of value and caring for our society, there is no doubt that climate change is the most pressing challenge for this generation and an opportunity to renew, invest and create a more promising future. Certainly, the provision of $17.6 billion to a green recovery and ensuring that our agreed upon 2030 climate targets are exceeded will accelerate innovation, opportunity and prospects for a brighter future.
Our country, with its vast array of natural resources, has a remarkable opportunity for green leadership on this front, and I encourage us to seek a leadership position in this regard.
I am proud to say that within my riding, I am fortunate to have a highly engaged and active youth council. At the beginning of the budget consultation process, these young leaders provided us with their thoughts on how this budget might reflect the goals of youth across Canada.
In reviewing their pre-budget submission, I am struck by how this budget reflects so many of their recommendations, including investments in mental health; reducing student debt, both through grants and lowering interest rates on student loans; investments in renewable resources; and support for those most impacted by this pandemic. A highly engaged youth is paramount for building a prosperous Canada in the future, and I continue to be inspired by the young leaders of Newmarket—Aurora.
I wish I could speak to all the investments in the budget, because there is so much to be proud of and so much work ahead of us to be done. This is a budget that would require federal and provincial governments to work together to build a Canada better prepared for any future pandemics, to seize opportunities for prosperity and to create a country capable of harnessing the strengths of its people and the resources for today and for the future. I promised my children and my grandchildren I would work for that, and I hope we all seize that opportunity.
Monsieur le Président, je parle aujourd’hui depuis les terres ancestrales des Wendats, des Haudenosaunees et des Anishinabes, ainsi que des Premières Nations visées par les traités Williams.
Quand je suis entré pour la première fois à la Chambre des communes pour occuper mon siège à la 43e législature, je l’ai fait avec enthousiasme et optimisme et j'étais animé d’un vif désir d’œuvrer pour mes concitoyens de Newmarket-Aurora et pour tous les citoyens de notre magnifique pays.
Aujourd’hui, après ce budget historique et ambitieux et malgré les difficultés auxquelles nous sommes confrontés pendant la pandémie, je suis encore plus optimiste. Je suis motivé par les possibilités qui nous attendent et conscient de la confiance que les Canadiens ont placée en nous.
Je tiens à féliciter la vice-première ministre et ministre des Finances pour ce moment important dans l’histoire canadienne.
La COVID-19 fait partie des grandes crises de notre époque. Elle n’a épargné aucun pays. Dans ma circonscription de Newmarket-Aurora, nous avons notre lot de souffrances, de décès, de fermetures d’entreprises, d’incertitude pour l’avenir des restaurants et de peur de retourner à l’école.
Je tiens à souligner le courage, l’innovation et la compassion remarquables des citoyens de Newmarket-Aurora et leur volonté de s’unir dans l’intérêt général. C’est sur cette base que nous pouvons rebâtir et c’est ce qu’attendent les Canadiens.
Nous voulons tous en finir avec la pandémie de COVID-19, mais nous n’en sommes pas encore venus à bout. Si nous voulons surmonter cette tempête et vaincre la pandémie, nous devons d’abord continuer d’aider les Canadiens et les entreprises canadiennes à court terme, tout en offrant des programmes pour soutenir la reprise.
Je suis encouragé de voir que le budget de 2021, intitulé « Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience », se préoccupe d’abord de la situation actuelle en prolongeant les programmes de soutien liés à la COVID-19 qui ont été une bouée de sauvetage pour les Canadiens pendant cette période difficile. Il prévoit un accès souple aux prestations de l’assurance-emploi jusqu’à l’automne 2022, ainsi que le maintien jusqu’au 25 septembre de la Prestation canadienne de la relance économique, programme pour les Canadiens qui ne sont pas couverts par l’assurance-emploi. Parallèlement, la subvention pour le loyer et la subvention salariale sont prolongées, et il est prévu de les arrêter progressivement à mesure que la reprise s’installera.
À l’heure où je parle, plus de 12,7 millions de doses de vaccin ont été livrées aux provinces et territoires et plus de 10,25 millions de Canadiens en ont reçu au moins une dose. Nous devons continuer de vacciner aussi rapidement que possible et de faire en sorte que les Canadiens soient en sécurité, tout en fournissant les ressources financières et humaines nécessaires dans les régions durement touchées par la COVID-19.
Nous allons sortir de cette crise. Pendant toute la pandémie, les Canadiens ont bien fait comprendre qu’ils souhaitent le genre de changement qui garantira à tous un avenir plus prospère. Nous ne pouvons pas nous trahir et renoncer à un avenir plus inclusif et à une qualité de vie pour tous qui fait l’envie du monde entier. Surtout, nous devons être un pays d’égalité et d’équité fondé sur le respect et la compassion, non seulement pour notre population, mais aussi pour notre environnement.
Pendant la période prébudgétaire, j’ai été en contact avec les résidants et les propriétaires d’entreprise pour parler de leurs idées et suggestions pour le budget de 2021. Nous nous sommes parlé lors d’assemblées publiques virtuelles et d'appels sur Zoom avec les chambres de commerce d’Aurora et de Newmarket. Bien qu’il y ait eu autant de questions que de suggestions, je remercie vraiment mes concitoyens de leurs commentaires et d’avoir pris le temps de s’exprimer, et je les ai entendus, avec une clarté et une inspiration remarquables.
Il est évident que l’emploi, de bons emplois pour les Canadiens, est au cœur de cette reprise économique. Selon Statistique Canada, quelque 303 000 emplois ont été créés en mars, ce qui est encourageant. Plus encourageant encore est l’engagement pris dans le budget de créer plus d’un million d’emplois d’ici la fin de l'année, des emplois qui nourriront l’espoir d’un avenir meilleur, un sentiment de fierté à l’idée d’apporter sa contribution à la collectivité, un sentiment d’indépendance et la conviction que mon pays donne une chance à tous.
Les citoyens de Newmarket—Aurora ont clairement déclaré que la relance de l’emploi est le signe le plus important d’une reprise après la pandémie, de même que la réouverture des entreprises, et le budget indique manifestement que le gouvernement est d’accord.
En investissant dans nos plus jeunes citoyens, nous reconnaissons que notre avenir commence en assurant à tous une qualité de vie, des soins et des possibilités. L’engagement du gouvernement en matière de garde d'enfants et sa promesse de créer un programme universel de garde d'enfants à 10 $ par jour ainsi que des normes nationales d’ici cinq ans marqueront un tournant dans l’histoire canadienne. Il s’agit d’un investissement dans notre avenir, d’un investissement dans l’égalité entre les sexes et d’une occasion de libérer le plein potentiel de tellement de personnes.
La compassion est également essentielle à notre reprise: la compassion envers nos aînés dans les établissements de soins de longue durée qui garantit qu’ils peuvent se sentir en sécurité et qu’on prend soin d’eux, et nous ne leur devons rien de moins. Évidemment, on m’a beaucoup parlé de la nécessité de normes sanitaires pour les soins de longue durée, et je suis réconforté de voir qu’on prévoit 3 milliards de dollars sur cinq ans pour assurer l'application de telles normes.
L’engagement à augmenter la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans et plus, le projet de financement pour les aînés qui ne vivent pas dans des établissements de soins de longue durée et l’enveloppe de 90 millions de dollars sur trois ans à compter de l’an prochain pour Emploi et Développement social Canada afin de lancer l’initiative pour vieillir dans la dignité à la maison donneront certainement des assurances que, dans notre société, les aînés sont estimés et que l’on prend soin d’eux.
Maintenant, en ce qui concerne la valeur et la nécessité de prendre soin de notre société, il ne fait aucun doute que les changements climatiques constituent le défi le plus pressant pour cette génération et une occasion de renouveler, d’investir et de créer un avenir plus prometteur. Il ne fait aucun doute que l’octroi de 17,6 milliards de dollars pour une relance verte et le fait de veiller à ce que les cibles climatiques convenues pour 2030 soient dépassées accéléreront l’innovation, les possibilités et les perspectives d’un avenir plus radieux.
Fort de ses vastes réserves de ressources naturelles, notre pays a une occasion remarquable d’exercer un leadership vert sur ce front et je nous encourage à prétendre à un rôle de chef de file à cet égard.
Je suis fier de dire que dans ma circonscription, j’ai la chance d’avoir un conseil des jeunes très mobilisé et actif. Au début de l’exercice de consultation prébudgétaire, ces jeunes leaders nous ont fait part de leurs réflexions sur la façon dont ce budget pourrait tenir compte des objectifs des jeunes à la grandeur du Canada.
À la lecture de leur mémoire prébudgétaire, je suis frappé par la façon dont ce budget prend en compte un grand nombre de leurs recommandations, y compris des investissements en santé mentale; la réduction de la dette étudiante, à la fois par des subventions et l’abaissement des taux d’intérêt sur les prêts étudiants; des investissements dans les ressources renouvelables; et l’aide aux personnes les plus touchées par cette pandémie. Une jeunesse très engagée est primordiale pour bâtir un Canada prospère pour l’avenir et je ne cesse d’être inspiré par les jeunes leaders de Newmarket—Aurora.
J’aimerais pouvoir parler de tous les investissements prévus dans le budget, car il y a tellement de raisons d’être fiers et tellement de travail à accomplir. C’est un budget qui exigera des gouvernements fédéral et provinciaux qu’ils collaborent pour bâtir un Canada mieux préparé à une autre pandémie, pour saisir les occasions d’améliorer la prospérité et pour créer un pays plus apte à exploiter les forces de sa population et ses ressources pour aujourd’hui et pour l’avenir. J’ai promis à mes enfants et à mes petits enfants de travailler dans cette optique et j’espère que nous saisirons tous cette occasion.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
moved:
That this House approve in general the budgetary policy of the government.
She said: Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 83(1), I would like to table, in both official languages, the budget documents for 2021, including the notices of ways and means motions.
The details of the measures are included in these documents.
Pursuant to Standing Order 83(2), I am requesting that an order of the day be designated for consideration of these motions.
I would like to begin by taking a moment to mourn the tragedy in Nova Scotia a year ago yesterday. We grieve with the families and friends of the 22 people who were killed, and all Nova Scotians.
This is also a day when people across Canada are fighting the most virulent wave of the virus we have experienced so far. Health care workers in many provinces are struggling to keep ICUs from overflowing and millions of Canadians are facing stringent new restrictions.
We are all tired, frustrated and even afraid, but we will get through this. We will do it together.
This budget is about finishing the fight against COVID. It is about healing the economic wounds left by the COVID recession. And it is about creating more jobs and prosperity for Canadians in the days—and decades—to come.
It is about meeting the urgent needs of today and about building for the long term. It is a budget focused on middle-class Canadians and on pulling more Canadians up into the middle class. It is a plan that embraces this moment of global transformation to a green, clean economy.
This budget addresses three fundamental challenges.
First, we need to conquer COVID. That means buying vaccines and supporting provincial and territorial health care systems. It means enforcing our quarantine rules at the border and within the country. It means providing Canadians and Canadian businesses with the support they need to get through these tough third wave lockdowns and to come roaring back when the economy fully reopens.
Second, we must punch our way out of the COVID recession. That means ensuring lost jobs are recovered as swiftly as possible and hard-hit businesses rebound quickly. It means providing support where COVID has struck the hardest to women, to young people, to low-wage workers and to small and medium-sized businesses, especially in tourism and hospitality.
The final challenge is to build a more resilient Canada: better, more fair, more prosperous and more innovative. That means investing in Canada's green transition and the green jobs that go with it, in Canada's digital transformation and Canadian innovation, and in building infrastructure for a dynamic growing country. It means providing Canadians with social infrastructure from early learning and child care to student grants and income top-ups, so that the middle class can flourish and more Canadians can join it.
Our elders have been this virus's principal victims. The pandemic has preyed on them mercilessly, ending thousands of lives and forcing all seniors into fearful isolation. We have failed so many of those living in long-term care facilities. To them, and to their families, let me say this: I am so sorry. We owe you so much better than this.
That is why we propose a $3-billion investment to help ensure that provinces and territories provide a high standard of care in their long-term care facilities.
And we are delivering today on our promise to increase old age security for Canadians 75 and older.
Our government has been urgently procuring vaccines since last spring and providing them at no cost to Canadians. Nearly 10 million Canadians have received at least one dose of vaccine. By the end of September, Canada will have received 100 million doses, enough to fully vaccinate every adult Canadian.
We need to be ready for new variants of COVID, and we must have the booster shots that will allow us to keep them in check. That is why we are rebuilding our national biomanufacturing capacity so that we can make these vaccines here in Canada. Canada has brilliant scientists and entrepreneurs. We will support them with an investment of $2.2 billion in biomanufacturing and life sciences.
When COVID first hit, it pushed our country into its deepest recession since the Great Depression. But this is an economic shock of a very particular kind. We are not suffering because of endogenous flaws or imbalances within our economy. Rather, the COVID recession is driven by an entirely external event—like the economic devastation of a flood, blizzard, wildfire or other natural disaster. That is why an essential part of Canada's fight against COVID has been unprecedented federal support for Canadians and Canadian businesses.
We knew Canadians needed a lifeline to get through the COVID storm. And our approach has worked. Canada's GDP grew by almost 10% in the fourth quarter of last year. We will continue to do whatever it takes. Our government is prepared to extend support measures, as long as the fight against this virus requires.
As Canada pivots to recovery, our economic plan will, too.
We promised last year to spend up to $100 billion over three years to get Canada back to work and to ensure the lives and prospects of Canadians were not permanently stunted by this pandemic recession. This budget keeps that promise. All together, we will create nearly 500,000 new training and work experience opportunities for Canadians. We will fulfill our throne speech commitment to create one million jobs by the end of this year.
Some people will say that our sense of urgency is misplaced. Some will say that we are spending too much. I ask them this. Did they lose their jobs during a COVID lockdown? Were they reluctantly let go by their small business employers that were like a family to them but simply could not afford their salary any longer? Are they worried that they will be laid off in this third wave? Are they mothers who were forced to quit the dream job they fought to get because there was no way to keep working while caring for their young children? Did they graduate last spring and are still struggling to find work? Is their family business, launched perhaps by their parents, which they hope to pass on to their children, now struggling under a sudden burden of debt and fending off bankruptcy through sheer grit and determination every day?
If COVID has taught us anything, it is that we are all in this together. Our country cannot prosper if we leave hundreds of thousands of Canadians behind.
The world has learned the lesson of 2009, the cost of allowing economic hardship to fester. In some countries, democracy itself has been threatened by that mistake. We will not let that happen in Canada.
About 300,000 Canadians who had a job before the pandemic are still out of work. More Canadians may lose their jobs in this month's lockdowns. To support Canadian workers as we fight the third wave, and to provide an economic bridge to a fully recovered economy, we will build on the enhancements we have made during the pandemic.
We will maintain flexible access to EI benefits for another year, until the fall of 2022. The Canada recovery benefit, which we created to support Canadians not covered by EI, will remain in place through September 25 and extend an additional 12 weeks of benefits to Canadians. As our economy fully reopens over the summer, the benefit amount will go to $300 a week, after July 17.
Low-wage workers in Canada work harder than anyone else in this country, for less pay. In the past year they have faced both significant infection risks and layoffs. And many live below the poverty line, even though they work full-time. We cannot ignore their contribution and their hardship—and we will not. We propose to expand the Canada workers benefit, to invest $8.9 billion over six years in additional support for low-wage workers—extending income top-ups to about a million more Canadians and lifting nearly 100,000 people out of poverty. And this budget will introduce a $15-an-hour federal minimum wage.
COVID has exposed the dangerous inadequacy of sickness benefits in Canada. We will do our part and fulfill our campaign commitment by extending the EI sickness benefit from 15 to 26 weeks.
We know the pandemic has exacerbated systemic barriers faced by racialized Canadians, so budget 2021 provides additional funding for the Black entrepreneurship program as well as an investment in a Black-led philanthropic endowment fund to help fight anti-Black racism and improve social and economic outcomes in Black communities.
One of the most striking aspects of the pandemic has been the historic sacrifice young Canadians have made to protect their parents and grandparents. Our youth have paid a high price to keep the rest of us safe. We cannot, and will not, allow young Canadians to become a lost generation. They need our support to launch their adult lives and careers in post-COVID Canada, and they will get it. We will invest $5.7 billion over five years in Canada's youth; we will make college and university more accessible and affordable; we will create job openings in skilled trades and high-tech industries; and we will double the Canada student grant for two more years while extending the waiver of interest on federal student loans through March 2030. More than 350,000 low-income student borrowers will also have access to more generous repayment assistance.
COVID has brutally exposed something women have long known. Without child care, parents, usually mothers, cannot work. The closing of our schools and day cares drove women's participation in the labour force down to its lowest level in more than two decades. Early learning and child care has long been a feminist issue. COVID has shown us that it is an urgent economic issue too.
I was two years old when the Royal Commission on the Status of Women urged Canada to establish a universal system of early learning and child care. My mother was one of Canada's redoubtable second wave of feminists who fought and, outside Quebec, failed to make that recommendation a reality. A generation after that, Paul Martin and Ken Dryden tried again.
This half-century of struggle is a testament to the difficulty and complexity of the task, but this time we are going to do it. This budget is the map and the trailhead. There is agreement across the political spectrum that early learning and child care is the national economic policy we need now. This is social infrastructure that will drive jobs and growth. This is feminist economic policy. This is smart economic policy. That is why this budget commits up to $30 billion over five years, reaching $9.2 billion every year permanently, to build a high quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada.
This is not an effort that will deliver instant gratification. We are building something that, of necessity, must be constructed collaboratively and for the long term, but I have confidence in us. I have confidence that we are a country that believes in investing in our future, in our children and in our young parents.
Here is our goal: five years from now, parents across the country should have access to high quality early learning and child care for an average of $10 a day. I make this promise to Canadians today, speaking as their finance minister and as a working mother. We will get it done.
In making this historic commitment, I want to thank the visionary leaders of Quebec, particularly Quebec's feminists, who have shown the rest of Canada the way forward. This plan will, of course, also provide additional resources to Quebec, which might well use them to further support an early learning and child care system that is already the envy of the rest of Canada and, indeed, much of the world.
Small businesses are the vital heart of our economy and they have been the hardest hit by the lockdowns. Healing the wounds of COVID requires a rescue plan for them.
Budget 2021 proposes to extend the wage subsidy, rent subsidy and lockdown support for businesses and other employers until September 25, 2021, for an estimated total of $12.1 billion in additional support. To help the hardest-hit businesses pivot back to growth, we propose a new Canada recovery hiring program, which will run from June to November and will provide $595 million to make it easier for businesses to hire back laid-off workers or to bring on new ones.
However, our government will do much more than execute a rescue. With this budget, we will make unprecedented investments in Canada's small businesses, helping them to invest in new technologies and innovation. We will invest up to $4 billion to help up to 160,000 small and medium-sized businesses buy and adopt the new technologies they need to grow.
The Canada digital adoption program will provide businesses with the advice and help they need to get the most out of these new technologies by training 28,000 young Canadians, a Canadian technology corps, and sending them out to work with our small and medium-sized businesses. This groundbreaking program will help Canadian small businesses go digital and become more competitive and efficient.
Increased funding for the venture capital catalyst initiative will help provide financing to innovative Canadian businesses, so they can grow.
We will also encourage businesses to invest in themselves. We will allow immediate expensing of up to $1.5 million of eligible investments by Canadian-controlled private corporations in each of the next three years. These larger deductions will support 325,000 businesses in making critical investments and will represent $2.2 billion in total savings to them over the next five years.
Building for the future means investing in innovation and entrepreneurs, so we propose to invest in the next phase of the pan-Canadian artificial intelligence strategy and to launch similar strategies in genomics and quantum science, areas where Canada is a global leader.
In 2021, job growth means green growth. This budget sets out a plan to help achieve GHG emissions reductions of 36% from 2005 levels by 2030 and puts us on a path to achieve net-zero emissions by 2050. It puts in place the funding to achieve our 25% land and marine conservation targets by 2025.
By making targeted investments in transformational technologies, we can ensure that Canada benefits from the next wave of global investment and growth.
The resource and manufacturing sectors that are Canada's traditional economic pillars—energy, mining, agriculture, forestry, steel, aluminum, autos, aerospace—will be the foundation of our new, resilient and sustainable economy. Canada will become more productive and competitive by supplying the green exports the world wants and needs.
That is why we propose a historic investment of a further $5 billion over seven years, starting in 2021-22, in the net zero accelerator. With this added support, on top of the $3 billion we committed in December, the net zero accelerator will help even more companies invest to reduce their greenhouse gas emissions, while growing their businesses.
We will propel a green transition through new tax measures, including for zero-emissions technology, carbon capture and storage, and green hydrogen. We are at a pivotal moment in the green transformation. We can lead or we can be left behind. Our government knows that the only choice for Canada is to be in the vanguard.
Our growing population is one of our great economic strengths and a growing country needs to build. We need to build housing. We need to build public transit. We need to build broadband. We need to build infrastructure. We will. We will invest $2.5 billion, and reallocate $1.3 billion in existing funding, to help build, repair and support 35,000 housing units. We will support the conversion to housing of the empty office space that has appeared in our downtown areas by reallocating $300 million from the rental construction financing initiative.
Houses should not be passive investment vehicles for offshore money. They should be homes for Canadian families. Therefore, on January 1, 2022, our government will introduce Canada's first national tax on vacant property owned by non-resident non-Canadians.
Strong, sustained growth also depends on modern transit. That is why, in February, we announced $14.9 billion over eight years to build new public transit, electrify existing transit systems, and help to connect rural, remote and indigenous communities.
Therefore we are committing an additional $1 billion over six years for the universal broadband fund, to accelerate access to high-speed internet in rural and remote communities.
We intend to draw even more talented, highly skilled people to Canada, including international students. Investments in this budget will support an immigration system that is easier to navigate, more efficient and more efficient in welcoming the dynamic new Canadians who add to Canada's strength.
Our government has made progress in righting the historic wrongs in Canada's relationship with indigenous peoples, but we still have a lot of work ahead. It is important to note that indigenous peoples have led the way in battling COVID. Their success is a credit to indigenous leadership and self-governance.
We will invest more than $18 billion to further narrow gaps between indigenous and non-indigenous peoples, to support healthy, safe and prosperous indigenous communities and to advance reconciliation with first nations, Inuit and the Métis nation. We will invest more than $6 billion for infrastructure in indigenous communities and $2.2 billion to help end the national tragedy of missing and murdered indigenous women and girls.
This has been a year when we have learned that each of us truly is our brother's and our sister's keeper. Solidarity is getting us through this pandemic, and solidarity depends on each of us bearing our fair share of the collective burden. That is why, now more than ever, fairness in our tax system is essential.
To ensure our system is fair, this budget will invest in the fight against tax evasion, shine a light on beneficial ownership arrangements, and ensure that multinational corporations pay their fair share of tax in Canada.
Our government is committed to working with our partners at the OECD to find multilateral solutions to the dangerous race to the bottom in corporate taxation. That includes work to conclude a deal on taxing large digital services companies.
We are optimistic that such a deal can be reached this summer. Meanwhile, this budget reaffirms our government's commitment to impose such a tax unilaterally, until an acceptable multilateral approach comes into effect.
It is also fair to ask those who have prospered in this bleak year to do a little more to help those who still need help. That is why we are introducing a luxury tax on new cars and private aircraft worth more than $100,000 and pleasure boats worth more than $250,000.
This budget lives up to our promise to do whatever it takes to support Canadians in the fight against COVID, and it makes significant investments in our future. All of this costs a lot of money, so it is entirely appropriate to ask, “Can we afford it?” We can, and here is why.
First is because this is a budget that invests in growth. The best way to pay our debts is to grow our economy. The investments this budget makes in early learning and child care, in small businesses, in students, in innovation, in public transit, in housing, in broadband and in the green transition are all investments in jobs and growth. We are building Canada's social infrastructure and our physical infrastructure. We are building our human capital and our physical capital. Canada is a young, vast country with a tremendous capacity for growth. This budget would fuel that. These are investments in our future and they will yield great dividends. In fact, in today's low-interest rate environment, not only can we afford these investments, it would be shortsighted of us not to make them.
Second is because our decision last year to support Canadians is already paying off. Decisive action prevented economic scarring in our businesses and our households, allowing the Canadian economy to begin strongly rebounding from the COVID recession even before we finished our fight against the virus.
Third is because our government has a plan and we keep our promises. We said in the fall economic statement that we would invest up to $100 billion over three years to support Canada's economic recovery, and that is what we are outlining here today. We predicted a deficit for 2020-2021 of $381.6 billion. We have spent less than we provisioned for. Our deficit for 2020-2021 is $354.2 billion, below our forecast.
Finally, and crucially, we can afford this ambitious budget because the investments we propose today are responsible and sustainable.
We understand there are limits to our capacity to borrow and that the world will not write Canada any blank cheques. We do not expect any. This budget shows a declining debt-to-GDP ratio and a declining deficit, with the debt-to-GDP ratio falling to 49.2% by 2025-26 and the deficit falling to 1.1% of GDP.
These are important markers. They show that the extraordinary spending we have undertaken to support Canadians through this crisis and to stimulate a rapid recovery in jobs is temporary and finite. They also show that our proposed long-term investments will permanently boost Canada's economic capacity.
In 2015, this federal government was elected on a promise to help middle-class Canadians and people working hard to join the middle class. We promised to invest in workers and their prosperity, in long-term growth for all of us. And we did. Today, we meet a new challenge, the greatest our country has faced in a generation, with a renewed promise.
Opportunity is coming. Growth is coming. Jobs are coming. After a long, grim year, Canadians are ready to recover and rebuild. We will finish the fight against COVID. We will all get back to work, and we will come roaring back.
propose:
Que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.
— Monsieur le Président, conformément à l'article 83(1) du Règlement, j'aimerais déposer, dans les deux langues officielles, les documents budgétaires de 2021, y compris les avis de motions des voies et moyens.
Les détails concernant les mesures sont exposés dans ces documents.
Conformément à l'article 83(2) du Règlement, je demande que l'étude de ces motions soit inscrite à l'ordre du jour.
J'aimerais d'abord prendre un moment pour souligner la tragédie survenue en Nouvelle-Écosse il y a un an hier. Nous partageons le chagrin des familles et des amis des 22 personnes qui ont été tuées, ainsi que de tous les Néo-Écossais.
C'est aussi un jour où, partout au Canada, des gens luttent contre la vague la plus virulente du virus que nous ayons connue jusqu'ici. Les travailleurs de la santé dans de nombreuses provinces se démènent pour éviter que les unités de soins intensifs soient débordées. Et des millions de Canadiens sont confrontés à de nouvelles restrictions rigoureuses.
Nous sommes tous fatigués, frustrés, et même effrayés. Mais nous allons nous en sortir. Nous le ferons ensemble.
Ce budget vise à finir la lutte contre la COVID-19. Il vise à guérir les blessures économiques découlant de la récession causée par la COVID-19. Il vise également à créer plus d'emplois et de la prospérité pour les Canadiennes et les Canadiens dans les jours et les décennies à venir.
L'objectif est de répondre aux besoins urgents d'aujourd'hui et de bâtir à long terme. Il s'agit d'un budget axé sur les Canadiens de la classe moyenne et qui vise à amener davantage de Canadiens à en faire partie. Il s'agit d'un plan qui accepte ce moment de transformation mondiale vers une économie verte et propre.
Ce budget porte sur trois défis fondamentaux.
Tout d'abord, nous devons vaincre la COVID. Pour ce faire, il faut acheter des vaccins et soutenir les systèmes de soins de santé des provinces et des territoires. Il faut appliquer nos règles de mise en quarantaine à la frontière et au sein du pays. Il faut aussi fournir aux Canadiens et aux entreprises canadiennes le soutien dont ils ont besoin pour surmonter ces confinements difficiles de la troisième vague et pour revenir avec force lorsque l'économie rouvrira complètement.
Ensuite, nous devons sortir avec force de la récession causée par la COVID. Nous devons récupérer aussi rapidement que possible les emplois perdus et nous assurer que les entreprises durement touchées rebondissent rapidement. À cet égard, il faut fournir un soutien là où la COVID a le plus durement touché — aux femmes, aux jeunes, aux travailleurs à faible revenu et aux petites et moyennes entreprises, surtout dans les secteurs de l'hôtellerie et du tourisme.
Le dernier défi consiste à bâtir un Canada plus résilient: un Canada meilleur, qui est plus juste, plus prospère et plus innovateur. C'est-à-dire, il faut investir dans la transition verte du Canada et dans les emplois verts qui en découlent; dans la transformation numérique du Canada et l'innovation canadienne; et dans la construction d'infrastructures pour un pays dynamique et en pleine croissance. Il faut également fournir aux Canadiens une infrastructure sociale — de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants aux bourses d'études, en passant par les compléments de revenu — afin que la classe moyenne puisse prospérer et que plus de Canadiens puissent effectivement en faire partie.
Nos aînés ont été les principales victimes de ce virus: la pandémie les a attaqués sans pitié, mettant fin à des milliers de vies, et a obligé tous les aînés à subir un isolement effrayant. Nous avons échoué dans notre devoir d'aider ceux et celles qui vivent dans les établissements de soins de longue durée. À eux et à leurs familles, je dis ceci: je suis sincèrement désolée, ils méritent bien mieux que cela.
C'est pourquoi nous proposons un investissement de 3 milliards de dollars pour nous aider à nous assurer que les provinces et les territoires offrent une norme élevée de soins dans leurs établissements de soins de longue durée.
Aujourd'hui, nous tenons notre promesse de bonifier la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les Canadiennes et les Canadiens âgés de 75 ans ou plus.
Depuis le printemps dernier, notre gouvernement achète des vaccins de manière urgente et les fournit gratuitement aux Canadiens. À ce jour, près de 10 millions de Canadiens ont reçu au moins une dose de vaccin. D'ici la fin de septembre, le Canada aura reçu 100 millions de doses. C'est une quantité suffisante pour vacciner complètement chaque Canadien adulte.
Nous devons être prêts aux nouveaux variants de la COVID-19 et nous devons avoir les injections de rappel qui nous permettront de les contrôler. C'est pourquoi nous rétablissons notre capacité nationale en matière de biofabrication, afin que nous puissions fabriquer ces vaccins ici au Canada. Le Canada compte des scientifiques et des entrepreneurs brillants. Nous les appuierons en réalisant un investissement de 2,2 milliards de dollars dans le secteur de la biofabrication et des sciences de la vie.
Lorsque la COVID-19 a frappé pour la première fois, elle a plongé notre pays dans la plus profonde récession depuis la Grande Dépression. Toutefois, il s'agit d'un choc économique très particulier. Nous ne souffrons pas en raison des lacunes ou des déséquilibres endogènes de notre économie. La récession causée par la COVID-19 découle plutôt d'un événement entièrement externe, comme la dévastation économique que provoquerait une inondation, une tempête de neige, un feu de forêt ou une autre catastrophe naturelle. C'est pourquoi un élément essentiel de la lutte du Canada contre la COVID-19 a été le soutien fédéral sans précédent offert aux Canadiens et aux entreprises canadiennes.
Nous savions que les Canadiens avaient besoin d'un coup de main pour traverser la tempête de la COVID-19. Notre approche a fonctionné. Le PIB du Canada a augmenté d'environ 10 % au quatrième trimestre de la dernière année. Nous continuerons de faire tout ce qu'il faut. Notre gouvernement est prêt à prolonger les mesures de soutien aussi longtemps que la lutte contre ce virus le nécessitera.
À mesure que le Canada fera la transition vers la relance, notre plan économique en fera de même.
L'an dernier, nous avons promis de dépenser jusqu'à 100 milliards de dollars sur trois ans pour remettre le Canada au travail et pour veiller à ce que la vie et les perspectives des Canadiens ne soient pas retardées de manière permanente par cette récession causée par la pandémie. Ce budget respecte cette promesse. Dans l'ensemble, il permettra de créer quelque 500 000 nouvelles possibilités de formation et d'expérience de travail pour les Canadiens. Nous allons honorer l'engagement que nous avons pris dans le discours du Trône de créer un million d'emplois d'ici la fin de l'année.
Certains diront que notre sentiment d'urgence est injustifié. Je leur pose les questions suivantes: Avez-vous perdu votre emploi pendant le confinement lié à la COVID? Avez-vous été mis à pied à contrecœur par votre employeur, une petite entreprise qui était comme une famille pour vous, mais qui ne pouvait tout simplement plus payer votre salaire? Craignez-vous de perdre votre emploi durant cette troisième vague? Êtes-vous une mère, forcée de quitter votre emploi de rêve difficilement décroché, car il était impossible de continuer à travailler tout en prenant soin de vos jeunes enfants? Avez-vous obtenu votre diplôme universitaire au printemps dernier et avez-vous encore du mal à trouver du travail? Est-ce que votre entreprise familiale – peut-être démarrée par vos parents et que vous espériez léguer à vos enfants – est soudainement aux prises avec de lourdes dettes et évite chaque jour la faillite simplement grâce à votre courage?
Si la COVID-19 nous a appris quelque chose, c'est que nous sommes tous dans le même bateau. Notre pays ne peut pas prospérer si des centaines de milliers de Canadiens sont laissés pour compte.
Le monde a retenu la leçon de 2009 et sait ce qu'il en coûte de laisser perdurer les difficultés économiques. Dans certains pays, la démocratie elle-même a été menacée par cette erreur. Nous ferons en sorte que cela ne se produise pas au Canada.
Environ 300 000 Canadiens qui travaillaient avant la pandémie sont encore sans emploi et d'autres Canadiens pourraient perdre le leur en raison des confinements imposés de ce mois-ci. Afin de soutenir les travailleurs canadiens pendant la troisième vague et de leur offrir une passerelle économique d'ici le rétablissement complet de notre économie, nous renforcerons les améliorations que nous avons apportées pendant la pandémie.
Nous maintiendrons l'accès souple à l'assurance-emploi pour une année de plus, soit jusqu'à l'automne de 2022. La Prestation canadienne de la relance économique que nous avons créée pour les personnes non admissibles à l'assurance-emploi sera en vigueur jusqu'au 25 septembre et les Canadiens pourront maintenant profiter de 12 semaines supplémentaires de prestations. Alors que notre économie ouvrira complètement au cours de l'été, le montant des prestations passera à 300 $ par semaine à compter du 17 juillet.
Les travailleurs à faible revenu au Canada travaillent plus fort que n'importe qui d'autre au pays, pour un salaire moindre. Au cours de la dernière année, ils ont subi des risques d'infection importants et des mises à pied et beaucoup de gens vivent sous le seuil de la pauvreté, même s'ils travaillent à temps plein. Nous ne pouvons pas passer leur contribution et leurs épreuves sous silence et nous ne le ferons pas. Nous proposons d'élargir l'Allocation canadienne pour les travailleurs et d'investir 8,9 milliards de dollars sur six ans en soutien supplémentaire aux travailleurs à faible revenu, ce qui permettra d'offrir un complément salarial à environ 1 million de Canadiens supplémentaires et sortira près de 100 000 personnes de la pauvreté. De plus, ce présent budget instaurera un salaire horaire minimal fédéral de 15 $.
La pandémie de la COVID-19 a révélé que les prestations de maladie au Canada sont dangereusement inadéquates. Nous ferons notre devoir et respecterons notre engagement électoral en prolongeant de 15 à 26 semaines les prestations de maladie de l'assurance-emploi.
Nous savons que la pandémie a exacerbé les obstacles systémiques auxquels font face les Canadiens racisés. Le budget de 2021 prévoit donc un financement supplémentaire pour le Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires ainsi qu'un investissement dans le Fonds de dotation philanthropique dirigé par des Noirs, pour aider à lutter contre le racisme envers les Noirs et faire des avancées sociales et économiques dans les communautés noires.
L'un des aspects les plus frappants de la pandémie a été le sacrifice historique que les jeunes Canadiens ont fait pour protéger leurs parents et leurs grands-parents. Nos jeunes ont payé le prix fort pour que nous soyons en sécurité. Nous ne pouvons pas laisser les jeunes Canadiens devenir une génération perdue. Et nous veillerons à ce que cela ne se produise pas. Ils ont besoin de notre soutien pour commencer leur vie d'adulte et leur carrière dans un Canada sortant de la COVID — et ils l'obtiendront. Le présent budget propose d'investir 5,7 milliards de dollars sur cinq ans dans les jeunes du Canada. Nous rendrons le cégep et l'université plus accessibles et abordables. Nous créerons des emplois dans les métiers spécialisés et les industries de haute technologie. Nous doublerons également le Programme canadien de bourses aux étudiants pendant deux années supplémentaires, tout en prolongeant la dispense d'intérêts sur les prêts étudiants fédéraux jusqu'en mars 2023. Plus de 350 000 étudiants emprunteurs à faible revenu auront également accès à une aide au remboursement plus généreuse.
La COVID a jeté une lumière crue sur une réalité que les femmes connaissent depuis longtemps: sans service de garde d'enfants, les parents — habituellement les mères — ne peuvent pas travailler. La fermeture de nos écoles et de nos garderies a réduit la participation des femmes à la population active à son plus bas niveau depuis plus de deux décennies. L'apprentissage et la garde des jeunes enfants sont depuis longtemps une question féministe, et la COVID nous a tous montré qu'il s'agit également d'une question économique urgente.
J'avais deux ans lorsque la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme a exhorté le Canada à établir un système universel d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ma mère a fait partie de la deuxième vague de féministes canadiennes redoutables qui ont lutté pour concrétiser cette recommandation, mais qui, à l'extérieur du Québec, ont échoué. Une génération plus tard, Paul Martin et Ken Dryden ont essayé de nouveau.
Ce combat d'un demi-siècle témoigne de la difficulté et de la complexité de cette tâche, mais cette fois-ci, nous allons y parvenir. Le présent budget est notre carte et notre point de départ. Tout le spectre politique s'entend pour dire que l'apprentissage et la garde des jeunes enfants constituent la politique économique nationale dont nous avons besoin aujourd'hui. C'est une infrastructure sociale qui stimulera l'emploi et la croissance. C'est une politique économique féministe. C'est une politique économique très sensée. Voilà pourquoi le budget prévoit jusqu'à 30 milliards de dollars sur cinq ans — pour atteindre 9,2 milliards de dollars tous les ans, sur une base permanente — pour établir un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible dans l'ensemble du Canada.
Il ne s'agit pas d'un effort qui apportera une satisfaction immédiate. Nous établissons quelque chose qui, par nécessité, doit se faire progressivement, en collaboration et à long terme. Mais j'ai confiance en nous. Je suis convaincue que nous sommes un pays qui croit en l'investissement dans notre avenir; dans nos enfants; dans nos jeunes parents.
Notre objectif va comme suit: dans cinq ans, les parents canadiens de partout au pays devraient avoir accès à des services d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de qualité à un coût moyen de 10 $ par jour. En tant que leur ministre des Finances et en tant que mère sur le marché du travail, je fais cette promesse aux Canadiens aujourd'hui: nous y parviendrons.
Alors que nous prenons cet engagement historique, je tiens à remercier les leaders visionnaires du Québec, en particulier les féministes du Québec, qui ont montré au reste du Canada la voie à suivre. Bien entendu, ce plan prévoit également des ressources supplémentaires pour le Québec, lesquelles pourraient servir à soutenir davantage son système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants, qui fait déjà l'envie du reste du Canada, et même d'une grande partie du monde.
Les petites entreprises sont le cœur de notre économie et elles ont été les plus durement touchées par les confinements. Afin de réparer les blessures causées par la COVID, il faut un plan de sauvetage pour ces petites entreprises.
Le budget de 2021 propose donc de prolonger la subvention salariale, la subvention pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement pour les entreprises et les autres employeurs jusqu'au 25 septembre 2021, pour un total estimé de 12,1 milliards de dollars en soutien supplémentaire. Pour aider les entreprises les plus durement touchées à reprendre le chemin de la croissance, nous proposons le nouveau Programme d'embauche pour la relance économique du Canada, qui s'étendra de juin à novembre et offrira 595 millions de dollars pour permettre aux entreprises de réembaucher plus facilement les travailleurs qu'elles ont dû congédier ou pour en embaucher de nouveaux.
Toutefois, le gouvernement propose de faire bien plus qu'exécuter un sauvetage. Grâce à ce budget, nous effectuerons des investissements sans précédent dans les petites entreprises du Canada, ce qui les aidera à investir dans les nouvelles technologies et l'innovation. Nous proposons d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars pour aider jusqu'à 160 000 petites et moyennes entreprises à acquérir et à adopter les nouvelles technologies dont elles ont besoin pour croître.
Le Programme canadien d'adoption du numérique permettra également aux entreprises de bénéficier des conseils et de l'aide dont elles ont besoin pour tirer pleinement parti de ces nouvelles technologies. Le programme permettra de former 28 000 jeunes Canadiens — une communauté technologique canadienne — et de les intégrer à nos petites et moyennes entreprises. Ce programme innovateur aidera les petites entreprises canadiennes à passer au numérique et à devenir plus compétitives et efficaces.
Le financement accru de l'Initiative de catalyse du capital et de risque aidera à fournir des fonds aux entreprises canadiennes innovatrices, afin qu'elles puissent croître.
Nous encouragerons également les entreprises à investir en elles-mêmes. Nous autoriserons la passation en charges immédiate des investissements admissibles de sociétés privées sous contrôle canadien s'élevant jusqu'à 1,5 million de dollars, et ce, pour chacune des trois prochaines années. Ces déductions plus importantes aideront 325 000 entreprises à faire des investissements essentiels et à réaliser des économies totales de 2,2 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.
Bâtir pour l'avenir signifie investir dans l'innovation et les entrepreneurs. Nous proposons donc d'investir dans la prochaine étape de la Stratégie pancanadienne en matière d'intelligence artificielle et de lancer des stratégies semblables en génomique ainsi qu'en sciences et technologies quantiques, des domaines où le Canada est un leader mondial.
En 2021, la croissance de l'emploi signifie une croissance verte. Ce budget établit un plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 36 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030 et nous met sur la voie de la carboneutralité d'ici 2050. Il met en place le financement nécessaire pour réaliser nos objectifs de 25 % en matière de conservation des terres et des mers d'ici 2025.
En effectuant des investissements ciblés dans les technologies transformationnelles, nous pouvons nous assurer que le Canada est bien placé pour profiter de la prochaine vague mondiale d'investissements et de croissance.
Le secteur manufacturier et des ressources naturelles, soit l'énergie, l'exploitation minière, l'agriculture, la foresterie, l'acier, l'aluminium, l'automobile et l'aérospatial, sont les piliers économiques traditionnels du Canada et seront le fondement de notre économie résiliente et durable. Le Canada deviendra plus productif et plus compétitif en fournissant aux autres pays du monde les exportations vertes qu'ils recherchent et dont ils ont besoin.
C'est pourquoi nous allons faire un investissement sans précédent de 5 milliards de dollars sur sept ans, à compter de 2021-2022, dans l'Accélérateur net zéro. Grâce à ce soutien supplémentaire, qui s'ajoute aux 3 milliards de dollars que nous nous sommes engagés à verser en décembre, l'Accélérateur net zéro aidera encore plus d'entreprises à investir pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre tout en faisant croître leurs entreprises.
Nous allons accélérer la transition verte au moyen de nouvelles mesures fiscales, notamment pour les technologies carboneutres, le captage et le stockage du carbone et l'hydrogène propre. Nous nous trouvons à un point tournant de la transformation verte. Nous pouvons être un leader ou nous pouvons tirer de l'arrière. Notre gouvernement sait que le seul choix pour le Canada est d'être à l'avant-garde.
Notre population croissante est l'une de nos grandes forces économiques. Et un pays en croissance doit être en mode « construction ». Nous devons construire des logements. Nous devons renforcer le transport en commun. Nous devons bâtir un réseau à large bande. Nous devons construire des infrastructures. Et nous le ferons. Nous proposons d'investir 2,5 milliards de dollars et de réaffecter 1,3 milliard en fonds existants afin d'aider à construire, à réparer ou à soutenir 35 000 logements. Et nous soutiendrons la conversion en logements abordables des espaces de bureau vides qui sont apparus dans nos centres-villes, en réaffectant 300 millions de dollars de l'initiative Financement de la construction de logements locatifs.
Les maisons ne devraient pas être des instruments de placement passif pour l'argent étranger. Elles devraient être un foyer pour les familles canadiennes. C'est pourquoi, le 1er janvier 2022, notre gouvernement instaurera la première taxe nationale du Canada sur les biens vacants appartenant à des non-résidents, non-Canadiens.
Une croissance forte et durable dépend également de transports en commun modernes. C'est pourquoi, en février, nous avons annoncé un financement de 14,9 milliards de dollars sur 8 ans pour mettre sur pied de nouveaux projets de transport en commun, électrifier les réseaux de transport en commun existants et relier les communautés rurales, éloignées et autochtones.
Nous nous engageons donc à verser un montant supplémentaire de 1 milliard de dollars sur 6 ans au Fonds pour la large bande universelle afin d'accélérer l'accès à Internet haute vitesse dans les communautés rurales et éloignées.
Nous avons l'intention d'attirer au Canada des gens encore plus talentueux et hautement qualifiés, y compris des étudiants étrangers. Les investissements prévus dans ce budget permettront d'avoir un système d'immigration où il est plus facile de se retrouver et qui permet d'accueillir plus efficacement les nouveaux Canadiens — ces gens qui renforcent le Canada.
Le gouvernement a réalisé des progrès pour réparer les torts historiques dans la relation du gouvernement du Canada avec les peuples autochtones. Mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. Il convient de noter que les peuples autochtones ont été des leaders dans la lutte contre la COVID-19. Leur succès est attribuable au leadership et à l'autonomie des Autochtones.
Nous investirons plus de 18 milliards de dollars pour réduire davantage les écarts entre les peuples autochtones et non autochtones. Ces investissements favoriseront la santé, la sécurité et la prospérité des communautés autochtones et feront avancer la réconciliation avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse. Nous investirons plus de 6 milliards de dollars dans les infrastructures des communautés des Premières Nations, y compris 2,2 milliards de dollars pour aider à mettre fin à la tragédie nationale des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées.
Cette année, nous avons appris que chacun d'entre nous est véritablement le gardien de notre frère et de notre sœur. La solidarité nous aide à surmonter cette pandémie. Mais la solidarité dépend de la possibilité pour chacun d'entre nous de porter notre part du fardeau collectif. C'est pourquoi, aujourd'hui, plus que jamais, l'équité de notre régime fiscal est essentielle.
Afin d'assurer l'équité de notre régime, ce budget investira dans la lutte contre l'évasion fiscale, mettra en lumière les ententes en matière de propriété effective et assurera que les entreprises multinationales paient leur juste part d'impôt au Canada.
Notre gouvernement s'est engagé à collaborer avec nos partenaires de l'OCDE pour trouver des solutions multilatérales à la dangereuse course au moins-disant fiscal des sociétés. Cela comprend les travaux visant à conclure une entente sur l'imposition des grandes entreprises de service numérique.
Nous sommes optimistes sur le fait qu'une telle entente peut être conclue cet été. Entretemps, ce budget réaffirme l'engagement de notre gouvernement d'imposer une telle taxe de façon unilatérale jusqu'à ce qu'une approche multilatérale acceptable entre en vigueur.
Par ailleurs, il est juste que nous demandions à ceux qui ont prospéré au cours de cette triste année de faire un peu plus pour soutenir ceux qui ont toujours besoin d'aide. C'est pourquoi nous instaurons une taxe de luxe sur les nouvelles voitures et les avions privés d'une valeur de plus de 100 000 $, ainsi que sur les bateaux de plaisance d'une valeur supérieure à 250 000 $.
Ce budget permet de respecter notre promesse de faire tout ce qui est nécessaire pour aider les Canadiens à lutter contre la COVID et il fait d'importants investissements dans notre avenir. Toutes ces mesures coûtent beaucoup d'argent. Cela va donc de soi de se poser la question: pouvons-nous nous le permettre? Nous le pouvons. Et voici pourquoi.
En premier lieu, parce qu'il s'agit d'un budget qui investit dans la croissance. La meilleure façon de payer nos dettes est de faire croître notre économie. Les investissements que fait le présent budget dans l'apprentissage et la garde des jeunes enfants, dans les petites entreprises, dans les étudiants, dans l'innovation, dans le transport en commun, dans le logement, dans la large bande et dans la transition verte sont tous des investissements dans les emplois et dans la croissance. Nous bâtissons l'infrastructure sociale du Canada et notre infrastructure physique. Nous bâtissons notre capital humain et notre capital matériel. Le Canada est un pays jeune et vaste, qui possède une formidable capacité de croissance. Ce budget stimulera cette capacité. Ce sont des investissements dans notre avenir et ils rapporteront beaucoup. Dans le contexte actuel où les taux d'intérêt sont faibles, non seulement nous pouvons nous permettre ces investissements, mais il serait peu judicieux de notre part de ne pas faire ces investissements.
En deuxième lieu, parce que notre décision l'an dernier d'aider les Canadiens est déjà fructueuse. Les mesures décisives du gouvernement ont permis d'éviter les cicatrices économiques dans nos entreprises et nos ménages, ce qui a permis à l'économie canadienne de commencer à rebondir rapidement de la récession causée par la COVID, même avant que nous ayons vaincu le virus.
En troisième lieu, notre gouvernement a un plan, et nous respectons nos promesses. Nous avons dit dans l'Énoncé économique de l'automne que nous allions investir jusqu'à 100 milliards de dollars sur trois ans pour appuyer la relance économique du Canada — et c'est ce que nous faisons aujourd'hui. Nous avions prévu un déficit de 381,6 milliards de dollars en 2020-2021. Nous avons dépensé moins que prévu. Notre déficit pour 2020-2021 est de 354,2 milliards de dollars, ce qui est inférieur à nos prévisions.
Enfin, nous pouvons nous permettre ce budget ambitieux parce que les investissements que nous proposons aujourd'hui sont responsables et viables.
Nous savons qu'il y a des limites à notre capacité d'emprunt et que le monde ne fera pas de chèque en blanc au Canada. Nous ne nous attendons pas à cela. Le présent budget indique un ratio de la dette au PIB à la baisse et un déficit à la baisse, c'est-à-dire une réduction du ratio de la dette au PIB pour atteindre 49,2 % d'ici 2025-2026 et une réduction du déficit pour atteindre 1,1 % du PIB.
Ce sont des indicateurs importants parce qu'ils indiquent que les dépenses extraordinaires que nous avons engagées pour aider les Canadiens à surmonter cette crise et pour stimuler une relance rapide de l'emploi sont temporaires et limitées. Ils indiquent aussi que nos investissements à long terme stimuleront de façon permanente la capacité économique du Canada.
En 2015, le gouvernement fédéral s'est fait élire en promettant d'aider les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie. Nous avons promis d'investir dans les travailleurs et leur prospérité et dans la croissance à long terme au profit de tous, et nous l'avons fait. Aujourd'hui, nous relevons un nouveau défi, le plus grand que notre pays ait connu en une génération, avec une promesse renouvelée.
Des possibilités se présenteront. La croissance aura lieu. Des emplois seront créés. Après une longue année sombre, les Canadiens sont prêts à se rétablir et à rebâtir. Nous nous rendrons au bout de cette lutte contre la COVID. Nous allons tous retourner au travail. Nous ferons un retour en force.
8570-432-2 Budget 20218570-432-3 Ways and Means motion to amen ...8570-432-4 Ways and Means motion to amen ...8570-432-5 Ways and Means motion to amen ...8570-432-6 Ways and Means motion to intr ...8570-432-7 Ways and Means motion to intr ...8570-432-8 Ways and Means motion to intr ...Access to post-secondary educationAccommodation and hospitality servicesAircraftArtificial intelligence ...Show all topics
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-04-16 13:11 [p.5761]
Madam Speaker, it is with great pride and emotion that I rise today to talk about the environment. I do so with thoughts of my children and my granddaughter, who will be celebrating her first birthday in three weeks.
There are different ways of achieving our common goal of combatting climate change. Climate change is real, and we need to face that reality by taking positive, long-term measures that will make a real difference. Here is why we have concerns about Bill C-12.
Yesterday, our party and the hon. Leader of the Opposition and member for Durham tabled a concrete, realistic and responsible environmental action plan that will produce tangible results. It is a bold, innovative plan that appeals directly to Canadians to address and combat climate change.
The key component of the environmental plan that we tabled yesterday is the creation of a personal savings account. We recognize that carbon pricing is a reality and that we need to put a price on carbon. However, in contrast to the current approach, which involves a government-managed carbon tax, we, the Conservatives, want to give that responsibility to Canadians.
When someone makes a purchase with a carbon footprint, the carbon footprint charge will be printed in black and white on the bill. That amount will then be immediately transferred to a savings account. The Canadian consumer could then use that money to make purchases of their choice with the goal of reducing greenhouse gas emissions. We are starting from the premise that when one action is taken, another action will directly follow to offset the first action.
We believe that Canadians are in the best position to know what they need and how they can take action to combat carbon pollution. Instead of leaving this in the hands of the government, we are putting it in the hands of citizens.
We know that this is an innovative approach, and that is good because we need to innovate, think outside the box and get off the beaten path to deal with this problem properly. Adapting to this approach will be a real challenge, but that is exactly what we need to do. However, we want to do it with the help and participation of the provinces. We are not saying that here, in Ottawa, we know what is best and we will enforce that. We will work with the provinces to enable citizens to make the choices that they think are best, since Canadians themselves are the ones who know what is best for them and what is best for reducing their environmental footprint.
For example, someone could buy an electric bicycle, do renovations on their house by replacing their windows with energy-efficient ones, or buy a bus pass to avoid driving their car and therefore reduce their carbon footprint. These are positive, constructive, realistic and responsible initiatives that empower the individual.
That is not all. We go much further. We have a zero emission vehicle plan, which is especially great for Quebeckers. As everyone knows, Quebec has a lot of expertise in that area. Over in Saint-Jérôme, Lion Electric is making electric buses that are sold across North America, which is great. We will support the sector by investing $1 billion in building our electric vehicle manufacturing and developing affordable battery technology.
I have no personal connection to Saint-Jérôme, but it is well known that Saint-Jérôme is a hotspot for electric vehicle know-how. Saint-Jérôme CEGEP students can even earn an attestation of collegial studies in electric vehicle technology. This is a place where people are focused on the future and invest in training. We will put $1 billion into supporting this.
The same goes for our targets. We are inspired by British Columbia, which wants 30% of vehicles sold there to be electric by 2030. British Columbia is on its way, and we are following in its footsteps. Major auto industry players such as Ford and GM are following suit and have similar objectives. As our leader said recently, the world has changed, Canada has changed, and we have to head in that direction. This is how we will do it.
We also want to reduce industrial gas emissions. That will not happen overnight because we know that major polluters pollute more because of their philosophy and the fact that they have to produce so much. Our approach is to work with major polluters to reduce their gas emissions.
We also want to establish North American standards. I say this because we could set extremely strict standards in Canada, but if we do not do so in partnership with the Americans, in particular, we would of course be left with our hands tied behind our backs, as it would make our businesses less competitive globally. We therefore have to work with the Americans and come up with North American standards for reducing greenhouse gas emissions in various industries. That would be the realistic, responsible and correct approach to take, one that would not hurt Canada's economy, but on the contrary, would create some important opportunities.
We also want to develop a carbon capture credit. This technology exists in Canada, particularly in central Canada, in Saskatchewan and Manitoba for example. It is already highly developed, and it is constantly being improved. If Canadians were to put their faith in us in the next election, our government would make that a priority, with a $5-billion program to build that carbon capture capacity and innovation even further.
I know a little bit about this because a business in my riding, CO2 Solutions, had also developed this as a way to take action and reduce pollution through carbon capture. When carbon is emitted, it is immediately sequestered underground so it cannot damage the environment. These are positive, constructive and truly realistic approaches. Someone can have 100,000 crazy ideas, but they will not necessarily be feasible. We, on the other hand, have concrete and realistic solutions, and we are reaching out to the provinces and to businesses. Most importantly, we are putting measures to reduce greenhouse gas emissions into the hands of Canadians.
However, we must recognize that with respect to Bill C-12, which we are debating today, something changed between the time the government introduced the bill and now. The government decided to create an advisory group and invite only people of its choosing to develop certain policies and ideas. If it is going to open the debate, it must open it to everyone. The government cannot choose only the people who will go along with it and then make us live with the potentially serious consequences of the decisions made. That is why we have very serious reservations. In fact, we think it is unacceptable. What the government did when the debate began was to introduce a new measure that literally no one saw coming.
Therefore, I would like to move the following amendment. I move:
That the motion be amended by deleting all the words after the word “that” and substituting the following:
“the House decline to give second reading to Bill C-12, An Act respecting transparency and accountability in Canada's efforts to achieve net-zero greenhouse gas emissions by the year 2050, since the Bill fails to:
A. implement a plan that recognizes climate change is real and addresses the significant problem it represents, while also ensuring that economic development and job growth can flourish all across Canada; and
B. address the fact that, after committing to working with Parliament on the makeup of the advisory group, the government appointed climate activists whose influence, if acted upon, would lead to the destruction of the oil and gas sector, disproportionately threaten certain regions of the country and their essential industries, and weaken national unity.”
Madame la Présidente, c'est avec beaucoup de fierté et d'émotion, en pensant à mes enfants et à ma petite-fille, qui célébrera dans trois semaines son premier anniversaire, que je me lève aujourd'hui pour parler de la question de l'environnement.
Il existe différents chemins pour atteindre l'objectif que nous avons tous, celui de combattre les changements climatiques. Les changements climatiques sont réels, et il faut faire face à cette réalité en prenant des mesures positives et à long terme qui auront une incidence réelle. Voilà la raison pour laquelle nous avons des réserves au sujet du projet de loi C-12.
Hier, notre parti et l'honorable chef de l’opposition et député de Durham avons déposé un plan d'action concret, réaliste, responsable, avec des résultats tangibles, qui vise justement à agir en faveur de l'environnement. Il s'agit d'un plan audacieux et novateur qui s'adressera directement aux Canadiens pour régler la question du changement climatique et combattre cette réalité.
L'élément clé de notre programme concernant l'environnement, lequel a été déposé hier, c'est la création d'un compte d'épargne personnel. Nous reconnaissons qu'un tarif sur le carbone est une réalité et que nous devons agir en ce sens. Cependant, contrairement à l'approche actuelle, c'est-à-dire une taxe sur le carbone gérée par le gouvernement, nous, les conservateurs, imputons la responsabilité aux citoyens canadiens.
Lorsqu'une personne ferait un achat qui comporterait une empreinte carbone, le tarif de l'empreinte carbone serait inscrit noir sur blanc sur la facture. Immédiatement, cette somme serait transférée dans un compte d'épargne. Le consommateur canadien pourrait ensuite utiliser ces fonds pour faire les achats de son choix dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous partons du principe suivant: on pose une action et une autre action se produit directement pour contrebalancer l'action faite au préalable.
En effet, nous estimons que les Canadiens sont le mieux placés pour connaître leurs besoins et pour savoir comment ils peuvent agir pour combattre la pollution par le carbone. Plutôt que de laisser cela dans les mains du gouvernement, nous le mettons dans les mains des citoyens.
Nous comprenons que c'est une approche novatrice, et c'est tant mieux, car il faut innover, sortir de la boîte et des sentiers battus pour s'attaquer à ce problème correctement. L'adaptation à cette approche représente un réel défi, mais c'est exactement ce que l'on doit faire. Par contre, nous voulons le faire avec le concours et la participation des provinces. Il ne s'agit pas de dire qu'ici, à Ottawa, on sait ce qui est bon pour tout le monde et qu'on va l'appliquer. Nous allons travailler de concert avec les provinces afin de permettre aux citoyens de faire eux-mêmes les choix qu'ils estiment être les meilleurs, puisque ce sont les citoyens qui savent ce qui est le mieux pour eux et ce qui est le mieux pour réduire leur empreinte environnementale.
Par exemple, quelqu'un pourrait s'acheter une bicyclette électrique, faire des rénovations sur sa maison en remplaçant ses fenêtres par d'autres qui seraient plus écoénergétiques, ou alors acheter un laissez-passer d'autobus pour éviter de prendre son automobile et donc réduire son empreinte carbone. Ce sont des initiatives positives, constructives, réalistes et responsables, lesquelles responsabilisent l'individu.
Ce n'est pas tout. Nous allons beaucoup plus loin. Nous avons un programme pour les véhicules zéro émission. Pour les gens du Québec, cela est particulièrement intéressant. Comme on le sait, nous avons au Québec une expertise très forte en la matière. Dans le coin de Saint-Jérôme, l'usine Lion Électrique fabrique des autobus électriques qui sont vendus partout en Amérique, et c'est positif. Nous voulons les encourager à maintenir ce commerce avec des investissements de 1 milliard de dollars pour la fabrication de véhicules électriques, ainsi que pour le développement de batteries énergétiques qui seront rentables.
Je n'ai aucune attache personnelle à Saint-Jérôme, mais je constate comme tout le monde qu'il y a, à Saint-Jérôme, une forte connaissance en matière de véhicule électrique. De plus, le Cégep de Saint-Jérôme offre aux cégépiens une attestation d'études collégiales en technologie des véhicules électriques. À cet endroit, on investit dans la formation, on a un regard porté vers l'avenir. Nous prévoyons soutenir cela avec une contribution de 1 milliard de dollars.
C'est la même chose concernant nos objectifs. Nous nous inspirons de la Colombie-Britannique, qui vise à ce que 30 % des véhicules vendus soient électriques, et ce, d'ici 2030. La Colombie-Britannique a amorcé le pas, et nous nous inspirons d'elle. Notons que les entreprises comme Ford et GM, c'est-à-dire les gros joueurs industriels de l'automobile, emboîtent le pas et ont de tels objectifs. Comme notre chef l'a dit dit récemment, le monde a changé, le Canada a changé, nous devons aller dans cette direction, et c'est ce que nous proposons.
Nous voulons aussi réduire les émissions de gaz industrielles. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, car nous comprenons que les gros pollueurs, par leur attitude et le fait qu'ils ont à produire énormément, polluent justement davantage. Notre approche est de travailler avec les gros pollueurs pour réduire leurs émissions de gaz.
Nous voulons également établir des normes nord-américaines. Si je dis cela, c'est parce qu'on peut établir des normes extrêmement contraignantes au Canada, mais, si on ne fait pas cela de concert avec les Américains, notamment, c'est sûr qu'on s'attache les deux mains derrière le dos, puisqu'on va rendre nos entreprises moins compétitives à l'échelle internationale. Il faut donc travailler de concert avec les Américains pour avoir des normes nord-américaines pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les industries. C'est une approche qui se veut réaliste, responsable, correcte, et qui ne nuit pas à l'économie du Canada, mais qui, au contraire, va offrir des occasions fort intéressantes.
Nous voulons également développer du crédit pour la capture de carbone. C'est une technologie qui existe au Canada, particulièrement dans le centre du Canada, en Saskatchewan et au Manitoba, entre autres, qui est très bien développée et qui ne cesse d'être améliorée. Notre gouvernement, si par bonheur les gens nous font confiance au prochain scrutin, mettra l'accent là-dessus, avec un programme de 5 milliards de dollars pour créer cette capacité d'innover encore plus dans la capture du carbone.
Je sais de quoi je parle, car une entreprise de ma circonscription, CO2 Solutions, avait également développé cette façon de faire et d'agir pour réduire la pollution par la capture du carbone lorsque celui-ci est émis et pour l'enfouir immédiatement sous terre de façon à ne pas nuire à l'environnement. Ce sont des approches positives, constructives et très centrées sur la réalité des faits. On peut avoir 100 000 idées, parfois un peu loufoques, mais qui ne sont pas nécessairement applicables. Nous, nous avons des solutions concrètes et réalistes, nous tendons la main aux provinces et aux entreprises et surtout nous mettons entre les mains des citoyens les mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Par contre, il faut reconnaître que, dans le projet de loi C-12 dont il est question aujourd'hui, il y a eu un changement entre ce que le gouvernement a fait lorsqu'il l'a déposé et le moment où l'on se parle. Le gouvernement a décidé de créer un comité où l'on invite uniquement ceux qui font l'affaire du gouvernement pour élaborer certaines politiques et certaines idées. Si on ouvre le débat, on doit l'ouvrir pour tout le monde. On ne fait pas juste choisir les gens qui font son affaire pour, après cela, vivre avec les conséquences de ces décisions qui peuvent être très lourdes. C'est pourquoi nous avons de très sérieuses réserves, pour ne pas dire que nous trouvons cela inacceptable. Ce que le gouvernement a fait, alors que le débat était amorcé, est d'amener cette nouveauté que personne, littéralement, n'avait vue venir.
Je voudrais donc proposer l'amendement suivant. Je propose:
Que la motion soit modifiée par substitution, aux mots suivant le mot « Que », de ce qui suit:
« la Chambre refuse de donner deuxième lecture au projet de loi C-12, Loi concernant la transparence et la responsabilité dans les efforts du Canada pour atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050, car il ne parvient pas à:
A. mettre en œuvre un plan qui reconnaît que le changement climatique est réel et s'attaque au problème important qu'il représente, tout en veillant à ce que le développement économique et la croissance de l'emploi puissent s'épanouir partout au Canada; et
B. aborder le fait qu'après s'être engagé à travailler avec le Parlement sur la composition du groupe consultatif, le gouvernement a nommé des militants pour le climat dont l'influence, si elle était mise à exécution, conduirait à la destruction du secteur pétrolier et gazier, menacerait de manière disproportionnée certaines régions du pays et leurs industries essentielles, et affaiblirait l’unité nationale. »
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2021-04-13 15:19 [p.5520]
Mr. Speaker, I am pleased to speak today to Bill C-14, the economic statement that was introduced last fall. As has been noted by a number of speakers, there is a little irony to the debate today on this bill, because it has been superseded by a federal budget that will be introduced next week.
I have to point out for the record that it has been over two years since the last budget was presented by the government, and that is a record, but not a record of which any government ought to be proud. Every G7 country and every province and territory in Canada tabled a budget last year. When there is no budget presented by a government in Parliament, that constitutes a fundamental breach of accountability to the Canadian people and to Parliament.
When I was first privileged to be elected to this House some 12 years ago, one of the first things I learned was that one of the prime responsibilities of a parliamentarian is to scrutinize the spending of government. That is what we are sent here by our constituents to do. When a budget is not presented by a federal government, that is a fundamental violation of that core responsibility we hold to the people who elected us.
Having said that, this bill does give me a chance to raise certain critical issues that I believe Canadians wanted expressed back in the fall, when this financial statement and this bill were introduced, and as they want to see addressed in the upcoming budget. I am going to speak to several of these priorities that not only are priorities to the people of Vancouver Kingsway, but reflect the aspirations and needs of people across this country, in every single community.
It will not surprise my colleagues to hear me, as health critic, start off with some core health issues that I believe this upcoming budget needs to address and that the statement does not address in any real, meaningful way. It has been noted many times throughout the COVID pandemic that while this crisis has created many problems, it has also exposed many other problems of a serious and long-standing character. One of them is Canada's long-standing crisis in long-term care.
Recently, the Canadian Institute for Health Information published data that reveals Canada has the worst record of all developed countries when it comes to COVID-19 deaths in long-term care homes. This follows previous reports that showed Canada's death rate in seniors congregate settings is the highest among OECD states. That is a matter of international shame. The data also reveals that many provinces and territories were slow to act and that steps could have been taken to avoid many of the deaths that occurred. The data internationally highlights that many other countries were better prepared for a potential outbreak of infectious disease and dedicated more resources and funding to this sector.
With notable exceptions, such as the province I come from, British Columbia, the CIHI report notes that the lessons learned from the first wave of the pandemic did not lead to changes in outcomes during the second wave last fall, resulting in a larger number of outbreaks, infections and deaths. This is inexcusable. It means that there were many deaths of Canadian seniors that could have and should have been avoided.
Certain provinces did take early and effective steps to address the long-standing issues in long-term care. Again, the NDP government in British Columbia was one such leader, taking timely action to expand resources to staff, prohibit working between multiple sites and raise standards of care. This leadership is borne out by the data, which shows that B.C. had the best numbers of all comparable jurisdictions. However, the crisis in long-term care, and the urgent need for resources and legislative change, is a national one. Seniors have a right to proper care in every province and territory, not just those fortunate enough to reside in select provinces that are responding to the problems.
The upcoming budget provides a timely and powerful moment to deal with the NDP's repeated call for urgent federal action to establish binding national standards in Canada's long-term care sector backed up by federal funding tied to meeting those standards.
These include very critical factors like meeting minimum hours of care, which I note recently has been described as a minimum of six hours of care for every senior in long-term care. We need patient-aide ratios that allow people who work in these homes to be able to give the kind of quality care they are trained to do and so desperately want to provide, and we need decent working conditions for all staff. It has been said that the conditions of work are the conditions of care. We must ensure that this skilled work performed by skilled workers, predominantly women, by the way, often racialized and historically undervalued, is finally recognized for the essential public health care it is, and paid accordingly.
Speaking of public health care, we finally must address the problems in for-profit delivery. It is time we built a long-term care sector that is built on non-profit delivery, preferably through our public health care system and the non-profit sector. The data is overwhelming, long-standing and clear that for-profit care reduces standards of care, because it is obvious it diverts money to shareholders and profit that ought to be going directly to our seniors, and it incentivizes cost-cutting. That is borne out in the fact that, generally speaking, the death rate, infection rate and poor standards of care are higher in for-profit delivery systems.
National problems require national solutions. It is time our federal government acted. Our Canadian seniors deserve it.
I also want to state that another long-standing problem that has been profoundly revealed to all Canadians as a serious failure of public policy for decades has been revealed for all to see, and that is Canada's lack of domestic capacity for producing vaccines and, indeed, most essential medicines. Some of my colleagues may remember that just a summer or two ago we faced a serious shortage of EpiPens in this country, and we were only weeks away from having Canadians, particularly young Canadians, left without this life-saving medication.
Clearly, this has been one of the key problems behind Canada's painfully slow vaccine rollout, but it is not limited to pandemic vaccines. Our lack of Canadian production capacity is felt across many therapeutics, including numerous life-saving drugs Canadians rely on that routinely face crises in availability. This situation reveals how vulnerable Canadians are to the multinational private drug industry and indeed foreign governments in a time of crisis.
Of course, that was not always the case. For seven decades, Canada was home to Connaught Labs, a Canadian publicly owned enterprise that was one of the world's leading medicine and vaccine producers. Connaught Medical Research Laboratories was a non-commercial public health entity established in Toronto in 1914 to produce the diphtheria antitoxin.
It expanded significantly after the discovery of insulin by Canadians at the University of Toronto in 1921 and became a leading manufacturer and distributor of insulin at cost in Canada and overseas. Its non-commercial mandate mediated commercial interests and kept medicine accessible to millions of people who otherwise could not have afforded it. It also contributed to some of the key medical breakthroughs of the 20th century, including insulin, penicillin and the polio vaccine.
In 1972, Connaught was purchased by the Canada Development Corporation, a federally owned corporation charged with developing and maintaining Canadian-controlled companies through a mixture of public and private investment. Connaught provided vaccines to Canadians at cost, manufactured them here in our country, and sold vaccines to other countries at affordable prices. It operated without government financial support. It even made profits, which it reinvested in medical research. This was a fabulous example of public enterprise.
Despite this remarkable record, Connaught was privatized in 1986 by the Mulroney Conservatives for purely ideological reasons. The Liberals share squarely in the blame for this appalling, short-sighted public policy debacle that has left Canadians vulnerable in 2021. Despite being in power for 19 years after the privatization, 15 years in a majority government when they could have done anything they wanted to do, the Liberals never lifted a finger to re-establish public medicine production in Canada, so when they turn to Canadians and say that we cannot produce vaccines fast enough in Canada because we do not have the production capacity, Canadians have every right to look them squarely in the eye and ask them why they let them down.
Why did the successive Conservative and Liberal federal governments let Canadians down and leave us in this vulnerable position where we are dependent on a handful of multinational vaccine producers situated in other countries of the world for our essential life-saving vaccines? That is the result of the public policy decisions of the Liberals and Conservatives up to now, and Canadians need to hold them accountable for it.
Never again must Canadians be left in such a vulnerable position. As a G7 country, we deserve to be self-sufficient in all essential medications and vaccines as a public health priority of the highest order, so I am looking to the budget next week, and I would point out that this economic statement makes no mention of the establishment of a public drug manufacturer in Canada. By doing that, we could leverage public research done in Canada's universities, where, by the way, most of the new molecules and research for new pharmaceuticals actually comes from, and turn those into innovative medicines at a reasonable cost for the public good and not for private profit.
As we stand at the 100th anniversary of the discovery of insulin in Canada by Canadians, let us honour that legacy by building our Canadian medicine capacity. We have done it before. Let us do it again. I would like to see that in the budget next week or hear from my Liberal colleagues as to why they do not think it is a good idea.
Turning to another core foundational issue, the Liberals have been in power for six years now. That is long enough to be measured by their record. When they came into office in 2015, this country was facing a serious housing crisis. They have had six years to deal with it. Where is the affordable housing? The reality is that the crisis today is worse than it was prior to them taking office. Young Canadians across this country have no hope of purchasing any housing, and there are millions of Canadians in precarious housing who cannot live in dignified secure housing, whether rented or owned.
In my view, housing is a fundamental human right and a core foundational need. It is key to individual health and self-realization. It is also a foundation of health, as it is a central component of the social determinants that are so essential to keeping Canadians healthy. Housing should be available to every Canadian. It is simply unacceptable that a country as wealthy as Canada is unable to provide every citizen with the opportunity to own their own home. This is especially the case when we consider how large Canada is, how much land we have and how small our population is. Real estate is not just a commodity. It is a necessity.
I believe homelessness and precarious housing are social scourges that ought to shame us as a society, but homelessness and precarious housing are neither inevitable nor unsolvable. With enough political commitment and economic resources, there is simply no reason why a wealthy G7 nation such as Canada ought not to be able to ensure that every citizen can live in an affordable, secure and decent home.
Clearly, the present situation is a result of decades of poor policies at every level of government, federal, provincial and municipal. I believe there are a number of contributors to this calamity. These include a federal government that has been largely absent from the housing file since the late eighties, a lack of public investment in affordable housing of all types, extremely lax laws that permit extensive foreign capital into our communities that destabilizes domestic housing prices, and a misguided belief that the private sector development industry can and will provide affordable housing. All of these have contributed to a disastrous situation where people who have sacrificed enormously and done everything right cannot even purchase a modest home in the communities in which they live and work.
I believe we need a multipronged approach to address this unacceptable situation, and we will be keeping a keen eye on the budget coming up to see if these suggestions are contained in that budget. I think this requires a national program with federal leadership and harnessing local creativity and innovation. Most importantly, it involves public enterprise.
Solutions include strong and effective curbs on foreign capital investments in residential real estate, particularly in overheated local markets where the cost of housing bears no relationship whatsoever to the average income or wages earned by people in that community. If anybody is looking for any proof of the destabilizing impact of foreign capital, they only have to look to a place like the Lower Mainland where houses are going for $2 million, $3 million, $4 million and $5 million, and 98% of the people who work here cannot afford those houses. Who is buying them? It is certainly not people in our communities.
We need tax incentives that promote the construction of affordable rental buildings, not just market rental buildings, but affordable rental buildings. We must ensure that all developments over a certain size include a minimum number of truly affordable units owned, perhaps, by the municipalities in perpetuity, like they do in Vienna.
We must create an ambitious national co-op housing program, targeted at building 500,000 units of housing over the next 10 years. This could be a modern version of the extremely successful program of the 1970s and 1980s with expanded targets and with an ironclad commitment to the principle of tying rent to income, say no more than 30%. While I know that co-operative living is not for everyone, it does represent a demonstrated successful model that houses people from varied family situations across all age limits and socio-economic categories and permits security of tenure, affordable housing and ability to age in place.
Vancouver Kingsway has many of these wonderful communities still in operation, and I believe this concept can be harnessed to house a new generation of Canadians. Let us see if next week the Liberal government has the creativity to bring in a strong national co-op housing program.
We need to implement each of the suggestions in the recovery for all campaign's initiatives. I think every parliamentarian has likely received this, which contains excellent suggestions for federal policy on things that they can do in their jurisdiction. We need an effective national housing strategy act, the appointment of a federal housing advocate and members of a national housing council with teeth.
In the end, secure, dignified housing represents a foundational, core need for people without which their ability to participate meaningfully in society or to reach their potential is seriously impaired. It must be a priority of the first order. I wish I could say that this is regarded as such by the current Liberal government, but its lack of meaningful progress to date on this critical file leaves me with no other conclusion than that they are not prepared to allocate the kinds of resources or policies that are truly needed to adequately address this crisis.
Now I know that Liberals will stand up in this House and say it is a priority for them, but I ask them once again to show me the housing. After six years in office, can they show me where the tens of thousands of affordable housing units are that could and should have been built in the last six years. They cannot. They will make all sorts of weak excuses like housing takes time. I would remind them after World War II, the Government of Canada built 300,000 units of affordable housing for returning soldiers in 36 months. That is what a government committed to housing can and will do.
I urge the present government to make the creation, building and expansion of affordable housing of all types as a matter of prime political priority in the upcoming budget. After all, making sure everyone in our community has appropriate housing is the responsibility of us all.
Finally, I want to say a word about climate change. There are few issues that are existential in nature in politics. The climate crisis facing our planet is one of those. The IPCC has repeatedly stated that we have less than 10 years to take meaningful action and reverse the calamitous impacts that will occur if we do not do so. I would note that carbon emissions have gone up over the course of the government's tenure since 2015. In fact, since the early 1990s, despite repeated pledges to reduce carbon emissions by such or such a date, no government has ever hit them. This must change—
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi C-14, l’énoncé économique qui a été présenté l’automne dernier. Comme l’ont fait remarquer un certain nombre d’intervenants, le débat d’aujourd’hui sur ce projet de loi est quelque peu ironique, car il est supplanté par un budget fédéral qui sera présenté la semaine prochaine.
Je dois souligner que cela fait plus de deux ans que le dernier budget a été présenté par le gouvernement, et c’est un record, mais pas un record dont un gouvernement devrait être fier. Tous les pays du G7 et toutes les provinces et tous les territoires du Canada ont déposé un budget l’an dernier. Lorsqu’un gouvernement ne présente pas de budget au Parlement, cela constitue un manquement fondamental à l’obligation de rendre des comptes à la population canadienne et au Parlement.
Lorsque j’ai eu le privilège d’être élu à la Chambre des communes il y a une douzaine d’années, l’une des premières choses que j’ai apprises est que l’une des principales responsabilités d’un parlementaire est d’examiner les dépenses du gouvernement. C’est pour cela que nous sommes envoyés ici par nos électeurs. Lorsqu’un gouvernement fédéral ne présente pas de budget, c’est une violation fondamentale de la responsabilité que nous avons envers les gens qui nous ont élus.
Cela dit, ce projet de loi me donne l’occasion de soulever certaines questions cruciales que, à mon avis, les Canadiens voulaient voir exprimer à l’automne, lorsque cet énoncé financier et ce projet de loi ont été présentés, et qu’ils veulent voir traiter dans le prochain budget. Je vais parler de plusieurs de ces priorités qui ne sont pas seulement des priorités pour les gens de Vancouver Kingsway, mais qui reflètent les aspirations et les besoins des gens partout au pays, dans toutes les collectivités.
Mes collègues ne seront pas surpris de m’entendre, en tant que porte-parole en matière de santé, commencer par certains problèmes de santé fondamentaux qui, à mon sens, doivent être abordés dans le prochain budget et que l’énoncé n’aborde pas de façon tangible et importante. Il a été noté à maintes reprises tout au long de la pandémie de COVID que si cette crise a créé de nombreux problèmes, elle en a également révélé d’autres, qui sont graves et de longue date. L’un d’eux est la crise de longue date des soins de longue durée au Canada.
Récemment, l’Institut canadien d’information sur la santé a publié des renseignements qui révèlent que le Canada a le pire bilan de tous les pays développés en ce qui concerne les décès dus à la COVID dans les établissements de soins de longue durée. Cela fait suite à des rapports antérieurs qui montraient que le taux de mortalité au Canada dans les établissements pour personnes âgées est le plus élevé parmi les pays de l’OCDE. C’est une honte internationale. Les données révèlent également que bon nombre de provinces et territoires ont tardé à agir et que des mesures auraient pu être prises pour éviter un grand nombre des décès survenus. À l’échelle internationale, les données soulignent que de nombreux autres pays étaient mieux préparés à une éventuelle épidémie de maladies infectieuses et ont consacré davantage de ressources et de fonds à ce secteur.
À quelques exceptions notables près, comme la province dont je suis originaire, la Colombie-Britannique, le rapport de l’ICIS indique que les leçons tirées de la première vague de la pandémie n’ont pas donné lieu à des changements dans les résultats lors de la deuxième vague, l’automne dernier, ce qui s’est traduit par un plus grand nombre d’éclosions, d’infections et de décès. Cette situation est inexcusable. Cela signifie que de nombreux décès d’aînés canadiens auraient pu et auraient dû être évités.
Certaines provinces ont pris des mesures rapides et efficaces pour régler les problèmes de longue date dans le domaine des soins de longue durée. Encore une fois, le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a été l’un de ces chefs de file, prenant des mesures opportunes pour augmenter les ressources en personnel, interdire le travail entre plusieurs emplacements et relever les normes de soins. Ce leadership est confirmé par les données qui montrent que la Colombie-Britannique avait les meilleurs chiffres de toutes les administrations comparables. Cependant, la crise des soins de longue durée et le besoin urgent en ressources et changements législatifs sont d’envergure nationale. Les aînés ont le droit de recevoir des soins adéquats dans chaque province et chaque territoire, et pas seulement ceux qui ont la chance de résider dans certaines provinces qui réagissent aux problèmes.
Le prochain budget est le moment idéal pour répondre à l’appel répété du NPD pour une action fédérale urgente afin d’établir des normes nationales contraignantes dans le secteur des soins de longue durée au Canada, avec un financement fédéral lié au respect de ces normes.
Il s’agit notamment de facteurs très importants comme le respect des heures minimales de soins qui, je le note, ont été décrites récemment comme un minimum de six heures de soins pour chaque personne âgée en établissement de soins de longue durée. Nous avons besoin de ratios patient-aide qui permettent aux personnes qui travaillent dans ces foyers d’être en mesure de donner le genre de soins de qualité pour lesquels elles sont formées et qu’elles veulent désespérément fournir, et nous avons besoin de conditions de travail décentes pour tout le personnel. Il a été dit que les conditions de travail sont les conditions des soins. Nous devons veiller à ce que ce travail qualifié effectué par des travailleurs qualifiés — majoritairement des femmes d’ailleurs, souvent racialisées et historiquement sous-estimées — soit enfin reconnu pour les soins de santé publique essentiels qu’il représente, et rémunéré en conséquence.
En parlant de soins de santé publique, nous devons enfin nous attaquer aux problèmes de la prestation de services à but lucratif. Il est temps que nous construisions un secteur de soins de longue durée fondé sur la prestation de services à but non lucratif, de préférence par l’intermédiaire de notre système de santé publique et du secteur à but non lucratif. Les données sont accablantes, anciennes et claires: les soins à but lucratif réduisent les normes de soins, car il est évident qu’ils détournent vers les actionnaires et les profits de l’argent qui devraient aller directement à nos aînés, et qu’ils incitent à la réduction des coûts. Cela est confirmé par le fait que, de manière générale, le taux de mortalité, le taux d’infection et les mauvaises normes de soins sont plus élevés dans les systèmes de prestation à but lucratif.
Les problèmes nationaux exigent des solutions nationales. Il est temps que notre gouvernement fédéral agisse. Nos aînés canadiens le méritent.
Je voudrais parler d’un autre problème qui ne date pas d’hier et qui souligne le grave dysfonctionnement des politiques publiques, depuis des années, en ce qui concerne la capacité du Canada de produire des vaccins et, à vrai dire, la plupart des médicaments essentiels. Mes collègues se souviendront que l’été dernier, ou l’été d’avant, nous avons connu une grave pénurie d’Epipens au Canada, et qu’à quelques semaines près, nous aurions carrément manqué de ce médicament indispensable à la survie de Canadiens, surtout de jeunes Canadiens.
C’est manifestement là ce qui explique, entre autres, le déploiement particulièrement difficile de la campagne de vaccination, mais pas que. L’insuffisance de notre capacité de production se fait ressentir dans toutes sortes de domaines, notamment des médicaments d’importance vitale pour bon nombre de Canadiens, qui doivent alors faire face à des problèmes d’approvisionnement. Cette situation montre combien les Canadiens sont vulnérables face aux entreprises pharmaceutiques internationales et même aux gouvernements étrangers, en temps de crise.
Or, la situation était bien différente auparavant. Pendant sept décennies, les laboratoires de recherche médicale Connaught ont été une entreprise canadienne publique non commerciale, qui faisait partie des grands producteurs mondiaux de médicaments et de vaccins et qui, à partir de leur siège établi à Toronto en 1914, produisait un vaccin contre la diphtérie.
Cette entreprise s’est considérablement développée après la découverte de l’insuline par des Canadiens, à l’Université de Toronto, en 1921, si bien qu’elle est devenue un grand fabricant et distributeur d’insuline, au prix coûtant, au Canada et à l’étranger. De par son mandat non commercial, elle a permis de garder ce médicament accessible à des millions de gens qui, sinon, n’auraient pas pu se permettre de l’acheter. L’entreprise a également contribué à de grandes avancées médicales au XXe siècle, notamment l’insuline, la pénicilline et le vaccin contre la poliomyélite.
En 1972, Connaught a été rachetée par la Corporation de développement du Canada, laquelle appartenait au gouvernement fédéral et était chargée de développer et de financer des sociétés sous contrôle canadien, avec des investissements publics et privés. Connaught fournissait des vaccins aux Canadiens au prix coûtant, les fabriquait dans notre pays, et les exportait à des prix raisonnables. Elle n’avait pas besoin de l’appui financier du gouvernement. Elle faisait même des profits, qu’elle réinvestissait dans la recherche médicale. C’était un magnifique exemple d’entreprise publique.
Malgré ce bilan remarquable, Connaught a été privatisée en 1986 par les conservateurs de Mulroney pour des raisons purement idéologiques. Les libéraux sont tout autant à blâmer pour ce manque de vision catastrophique qui a rendu les Canadiens particulièrement vulnérables en 2021. Ils ont été au pouvoir pendant 19 ans après la privatisation, ils ont eu 15 ans de gouvernement majoritaire pendant lesquels ils pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient, mais malgré cela, les libéraux n’ont jamais levé le petit doigt pour rétablir un système public de fabrication de médicaments, de sorte que, lorsqu’ils disent aux Canadiens que nous ne pouvons pas produire des vaccins à un rythme suffisant au Canada parce que nous n’avons pas la capacité de production, les Canadiens sont tout à fait justifiés de les regarder droit dans les yeux et de leur demander pourquoi ils les ont laissé tomber.
Pourquoi les gouvernements fédéraux conservateurs et libéraux qui se sont succédé ont-ils laissé tomber les Canadiens au point de les rendre tributaires d’une poignée de fabricants de vaccins établis dans d’autres pays, pour des vaccins d’importance vitale? C’est là le résultat des décisions prises par les gouvernements libéraux et conservateurs, et les Canadiens sont aujourd’hui en droit de leur demander des comptes.
Les Canadiens ne doivent plus jamais se retrouver dans une position aussi vulnérable. En tant que pays du G7, nous devons avoir pour priorité sanitaire absolue d’être autosuffisants pour tous les médicaments et vaccins essentiels, et j’attends avec impatience le budget de la semaine prochaine. Je rappelle que l’énoncé économique ne parlait absolument pas de la création d’une entreprise publique de fabrication de médicaments au Canada. Or, en créant ce genre d’entreprise, on pourrait démultiplier la recherche publique faite dans les universités canadiennes où, soit dit en passant, la plupart des nouvelles molécules et des nouveaux médicaments trouvent leur origine, et les transformer en médicaments novateurs, à un coût raisonnable, dans l’intérêt du public et pas dans celui des entreprises privées.
En cette année où nous allons célébrer le centième anniversaire de la découverte de l’insuline au Canada par des Canadiens, profitons-en pour renforcer notre capacité de fabrication de médicaments. Nous l’avons déjà fait. Nous en sommes capables. J’aimerais bien que cela figure dans le budget de la semaine prochaine, faute de quoi, j’invite mes collègues libéraux à m’expliquer pourquoi ce ne serait pas une bonne idée.
Pour passer à une autre question fondamentale, je dirai que les libéraux sont au pouvoir depuis six ans maintenant. C’est suffisant pour dresser un bilan. Lorsqu’ils sont arrivés au pouvoir en 2015, notre pays faisait face à une grave crise du logement. Les libéraux ont eu six ans pour la régler. Où sont les logements abordables? Le fait est que la crise n’a cessé d’empirer depuis qu’ils ont pris le pouvoir. Les jeunes Canadiens de toutes les régions du pays n’ont aucune chance de pouvoir acheter un logement, et on compte aujourd’hui des millions de Canadiens qui vivent dans des logements précaires et qui ne peuvent pas trouver de logements décents, pas plus à louer qu’à acheter.
À mon avis, le logement est un droit humain fondamental et répond à un besoin essentiel à la santé et à l’épanouissement de tout individu. C’est aussi un déterminant fondamental de la santé, parmi l’ensemble des déterminants sociaux qui contribuent au bien-être des Canadiens. Chaque Canadien doit pouvoir avoir accès à un logement. Il est tout simplement inacceptable qu’un pays aussi riche que le Canada soit incapable de fournir à chaque citoyen la possibilité d’acquérir son propre logement, surtout quand on pense à la vaste superficie du pays et à sa faible densité démographique. Posséder un logement n’est pas un luxe, c’est une nécessité.
Je crois que l’itinérance et le logement précaire sont des fléaux sociaux qui devraient nous faire honte en tant que société, mais ils ne sont ni inévitables ni insolubles. Avec des ressources financières et un engagement politique suffisants, il n’y a tout simplement aucune raison pour qu’un pays riche du G7 comme le Canada ne soit pas en mesure de garantir que chaque citoyen puisse avoir un foyer abordable, sûr et décent.
La situation actuelle est manifestement le fruit de décennies de mauvaises politiques à tous les paliers de gouvernement, qu’ils soient fédéral, provincial ou municipal. À mon avis, plusieurs facteurs ont contribué à cette calamité, notamment un gouvernement fédéral qui a été largement absent du dossier du logement depuis la fin des années 1980, un manque d’investissement public dans le logement abordable de tout type, des lois extrêmement laxistes qui permettent l’entrée de capitaux étrangers considérables dans nos collectivités, des capitaux qui déstabilisent les prix des maisons au pays, et une croyance erronée selon laquelle l’industrie du développement immobilier privé peut fournir des logements abordables et le fera. Tous ces facteurs ont contribué à créer une situation désastreuse dans laquelle des personnes qui ont fait d’énormes sacrifices et qui ont tout fait dans les règles ne peuvent même pas acheter une maison modeste dans les collectivités où elles vivent et travaillent.
Je crois que nous avons besoin d’une approche sur plusieurs fronts pour remédier à cette situation inacceptable et nous garderons un œil attentif sur le budget à venir pour voir s’il fait une place à ces suggestions. Je pense que la solution passe par un programme national avec un leadership fédéral et l’exploitation de la créativité et de l’innovation locales. Plus important encore, l’approche met à contribution l’entreprise publique.
Les solutions comprennent des restrictions musclées et efficaces visant les investissements de capitaux étrangers dans l’immobilier résidentiel, en particulier dans les marchés locaux en surchauffe où le coût du logement n’a aucune commune mesure avec le revenu moyen ou les salaires des habitants locaux. Pour quiconque cherche une preuve de l’effet déstabilisant des capitaux étrangers, qu’il suffise de regarder un endroit comme le Lower Mainland, où les maisons se vendent, 2, 3, 4 et 5 millions de dollars alors que 98 % des personnes qui travaillent ici ne peuvent pas se les payer. Qui les achète? Ce ne sont certainement pas les habitants de nos collectivités.
Nous avons besoin d’encouragements fiscaux qui favorisent la construction d’immeubles locatifs abordables, pas seulement des immeubles locatifs du marché, mais des immeubles locatifs abordables. Nous devons veiller à ce que tous les lotissements au-delà d’une certaine taille comportent un nombre minimum de logements vraiment abordables appartenant peut-être à perpétuité aux municipalités, comme on le fait à Vienne.
Nous devons créer un ambitieux programme national de coopératives d’habitation en vue de construire 500 000 logements au cours des 10 prochaines années. Il pourrait s’agir d’une version moderne du programme extrêmement efficace des années 1970 et 1980, avec des objectifs élargis et un engagement ferme envers le principe de l’établissement du loyer en fonction du revenu, disons au plus 30 %. Je sais que la vie en coopérative ne convient pas à tout le monde, mais elle représente un modèle éprouvé qui permet de loger des personnes de différentes situations familiales, de tous âges et de toutes catégories socioéconomiques et qui offre la sécurité d’occupation, un logement abordable et la possibilité de vieillir sur place.
On trouve encore un grand nombre de ces merveilleuses collectivités à Vancouver Kingsway et je crois que ce concept peut être exploité pour loger une nouvelle génération de Canadiens. Voyons si, la semaine prochaine, le gouvernement fédéral fera preuve de la créativité nécessaire en proposant un solide programme national de coopératives d’habitation.
Nous devons donner suite à chacune des suggestions liées aux initiatives qui s’inscrivent dans la campagne Recovery for All. Je pense que tous les parlementaires ont probablement reçu ce document qui suggère d’excellentes politiques fédérales sur des choses qu’ils peuvent mettre en place dans leur coin de pays. Nous avons besoin d’une loi efficace sur la stratégie nationale du logement, de la nomination d’un défenseur fédéral du logement et de membres d’un conseil national du logement ayant du mordant.
Au bout du compte, un logement sûr et digne représente un besoin fondamental et essentiel sans lequel la capacité de chacun à participer de façon utile à la société ou à réaliser son potentiel est sérieusement compromise. Il doit s’agir d’une priorité de premier plan. J’aimerais pouvoir dire que c’est ainsi que pense le gouvernement fédéral, mais vu son manque de progrès significatif à ce jour dans ce dossier crucial, je ne peux que conclure qu’il n’est pas disposé à affecter les ressources ou à adopter les politiques qui sont vraiment nécessaires pour réagir convenablement à cette crise.
Je sais que les libéraux vont se lever pour dire que c’est une priorité pour eux, mais je leur demande une fois de plus de me montrer les logements. Après six ans au pouvoir, peuvent-ils me montrer où sont les dizaines de milliers de logements abordables qui auraient pu et qui auraient dû être construits au cours des six dernières années. Ils ne peuvent pas le faire. Ils vont trouver toutes sortes de piètres excuses, comme le fait que le logement prend du temps. Je leur rappellerais qu’après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement du Canada a construit en 36 mois 300 000 logements abordables pour les soldats de retour au pays. Voilà ce qu’un gouvernement qui a le logement à cœur peut faire et fera.
J’exhorte le gouvernement actuel à faire de la création, de la construction et de la multiplication de logements abordables de toutes catégories une priorité politique de premier plan dans le budget à venir. Après tout, il nous incombe à tous de veiller à ce que chaque membre de notre communauté dispose d’un logement convenable.
Enfin, je tiens à dire un mot sur les changements climatiques. En politique, peu d’enjeux sont de nature existentielle. La crise climatique à laquelle notre planète est confrontée en est un. Le GIEC a déclaré à maintes reprises que nous avons moins de 10 ans pour prendre des mesures concrètes et inverser les répercussions calamiteuses qui se produiront si nous ne le faisons pas. Je tiens à souligner que les émissions de carbone ont augmenté au cours du mandat du gouvernement depuis 2015. En fait, depuis le début des années 1990, malgré les promesses répétées de réduire les émissions de carbone d’ici telle ou telle date, aucun gouvernement n’a jamais atteint ces cibles. Cela doit changer…
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-04-13 17:13 [p.5537]
Madam Speaker, I would like to say that none of our colleagues in the House agree with what our Conservative colleague said in her speech.
I know full well, my esteemed New Democrat colleague, that paid sick leave and pharmacare are very important. These topics were discussed at your convention this past weekend. These issues are fundamental to your party, and we respect that.
My question is the following. What does the member think about the Liberal government's desire to impose national standards on CHSLDs?
Madame la Présidente, j'aimerais dire que l'exposé de notre collègue conservatrice n'est partagé par aucun de nos collègues de la Chambre.
Je sais très bien, très cher collègue du NPD, que les congés de maladie payés et l'assurance-médicaments sont des éléments fort importants. Vous en avez discuté en fin de semaine dernière, lors de votre congrès. Il s'agit d'une trame de fond de votre parti, et nous respectons cela.
Ma question est la suivante. Que pense le député du fait que le gouvernement libéral souhaite imposer des normes nationales aux CHSLD?
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2021-04-13 17:14 [p.5537]
Madam Speaker, I am sorry, but I was not listening to the interpretation. I do not know what “CHSLD” stands for. Would it be possible for my colleague to quickly clarify it for me?
Madame la Présidente, je suis désolé, mais je n'ai pas écouté l'interprétation. Je ne sais pas ce que veut dire CHSLD. Si c'est possible, j'aimerais que mon collègue apporte une brève clarification à cet égard.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-04-13 17:14 [p.5537]
Yes, Madam Speaker. By CHSLD we mean the long-term care centres for seniors.
The Liberal government plans to impose national standards on senior care homes when that is a provincial jurisdiction—
Oui, madame la Présidente. Par CHSLD, on entend les centres qui gèrent nos personnes âgées.
Le gouvernement libéral a l'intention d'imposer des normes nationales dans les centres pour personnes âgées, alors qu'il s'agit d'un champ de compétence provinciale...
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2021-04-13 17:15 [p.5537]
Madam Speaker, we would like to see the federal government work with the provinces to establish national standards. That is certain. However, with that collaboration, there has to be a table where the provinces are working with the federal government to determine what those standards are. I believe that Canadian provinces should be able to come to the table and land on minimum standards that anyone could expect to have in their care, wherever they live in the country, whether it is in Quebec or elsewhere.
Madame la Présidente, nous souhaiterions que le gouvernement fédéral collabore avec les provinces pour établir des normes nationales. C'est vrai. Cependant, une telle collaboration implique un espace de travail permettant aux provinces de dialoguer avec le gouvernement fédéral pour définir de telles normes. Je considère que les provinces canadiennes devraient pouvoir s'entendre sur des normes minimales s'appliquant à tous les citoyens, peu importe où ils vivent, que ce soit au Québec ou ailleurs.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-03-26 13:26 [p.5377]
Madam Speaker, I am pleased to participate in the second reading of Bill C-11, the digital charter implementation act, 2020. I will be splitting my time today with the member for Davenport.
When Canada's privacy law was introduced in 2000, Parliament intended that it would achieve two objectives, which were privacy protection for individuals and the growth of electronic commerce. Over 20 years later, our government is introducing this legislation to provide an updated strategy for protecting privacy in our new digital world.
I have heard loud and clear from the constituents in my riding of Mississauga—Erin Mills, and they want to see strong privacy laws. These privacy laws not only protect consumers and help build trust in the digital marketplace, but with the consumer privacy protection act, a principled and agile privacy enforcement regime would create a vital safeguard as companies engage in the digital economy.
Today, I would like to provide further insight into a key aspect of the bill that will not only provide guidance for businesses for protecting individuals' personal information, but will also support responsible innovation. I am speaking today about provisions in the new consumer privacy protection act to formally recognize codes of practice and certification systems as a means of demonstrating compliance with the law.
A key strength of our current private sector privacy law, commonly known as PIPEDA, will be maintained in the new consumer privacy and protection act. That strength is a principled approach to rule setting. Our private sector privacy law applies to all organizations in all industry sectors of all sizes and levels of sophistication. This level of general application is crucial in order to establish a baseline of privacy protection that applies across the marketplace.
While comprehensive, this law must also be flexible, non-prescripted and technology-neutral so that it can be applied in all circumstances. These characteristics have long been recognized as a key strength of the existing law and there is widespread support for maintaining this approach. However, it is sometimes a challenge for organizations, especially smaller businesses without dedicated legal resources, to understand how to implement these high level obligations within their specific context.
For example, consider a situation where an organization is using a cutting edge technology which has not yet been the subject of a finding by the Privacy Commissioner or where an organization must handle complicated data flows with complex accountability, such as in connected and automated vehicles. These challenges are becoming more commonplace in a data-driven economy.
To help address these problems and to provide assurance to businesses and consumers alike, the consumer privacy protection act would allow any entity to apply to the office of the Privacy Commissioner for approval of a code of practice that provides a specific set of rules for how organizations can operate in compliance with the law. This approval would be particularly useful for organizations using a new technology or operating with a new business model.
This type of regulatory certainty is very much needed in today's rapidly developing economy. It gives organizations and their business partners a level of comfort that they are operating on the side of the law. It also supports a level playing field in areas where there is no jurisprudence or specific guidance for organizations. It also makes it more transparent to Canadians how their personal information is being used in these circumstances. To take it—
Madame la Présidente, je suis heureuse de participer à l'étude du projet de loi C-11, Loi de 2020 sur la mise en œuvre de la Charte du numérique, à l'étape de la deuxième lecture. Je partagerai mon temps de parole avec la députée de Davenport.
Lorsque la législation canadienne en matière de protection des renseignements personnels a été présentée en 2000, le Parlement souhaitait atteindre deux objectifs, soit la protection des renseignements personnels des gens et la croissance du commerce électronique. Plus de 20 ans plus tard, le gouvernement présente un projet de loi dans le but d'établir une stratégie actualisée de protection des renseignements personnels dans le monde numérique d'aujourd'hui.
Les gens de ma circonscription, Mississauga—Erin Mills, m'ont dit très clairement qu'ils voulaient une législation forte en matière de protection des renseignements personnels. Les lois relatives à la protection des renseignements personnels protègent les consommateurs et favorisent la confiance envers le commerce numérique, mais, avec la loi sur la protection de la vie privée des consommateurs, un régime d'application souple fondé sur des principes créerait des protections vitales pour les entreprises qui se lancent dans l'économie numérique.
Aujourd'hui, j'aimerais aborder plus en détail un élément clé du projet de loi qui non seulement orientera les entreprises en ce qui a trait à la protection des renseignements personnels des gens, mais aussi favorisera l'innovation responsable. Je parle des dispositions de la nouvelle loi sur la protection de la vie privée des consommateurs qui visent à reconnaître le recours à des codes de pratique et des programmes de certification comme indicateurs du respect de la loi.
L'un des principaux avantages de la loi actuelle — c'est-à-dire la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques, ou LPRPDE — sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé sera conservé dans la nouvelle loi sur la protection de la vie privée des consommateurs. Cet avantage est une approche fondée sur des principes pour établir des règles. La loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé s'applique aux organisations de toutes les tailles et de tous les niveaux technologiques dans tous les secteurs industriels. Ce niveau d'application générale est crucial pour établir des normes de base en matière de protection de la vie privée qui s'appliquent à l'ensemble du marché.
Bien qu'exhaustive, cette loi doit également être souple, non prescriptive et neutre sur le plan technologique afin de pouvoir s'appliquer en toutes circonstances. Ces caractéristiques sont reconnues depuis longtemps comme l'un des principaux avantages de la loi actuelle, et le maintien de cette approche jouit d'un vaste appui. Cependant, il est parfois difficile pour les organisations, en particulier les petites entreprises qui ne disposent pas de ressources juridiques spécialisées, de comprendre comment mettre en œuvre ces obligations de haut niveau dans leur contexte particulier.
Prenons l'exemple d'une organisation qui utilise une technologie de pointe sur laquelle le commissaire à la protection de la vie privée n'a pas encore présenté ses conclusions ou qui doit gérer des flux de données compliqués avec une responsabilité complexe, comme les véhicules connectés et automatisés. Ces défis sont de plus en plus courants dans une économie fondée sur les données.
Pour corriger ces problèmes et offrir des garanties aux entreprises et aux consommateurs, le projet de loi sur la protection de la vie privée des consommateurs permettrait à toute entité de soumettre à l'approbation du Commissariat à la protection de la vie privée un code de pratique comprenant des règles précises sur la façon dont les organisations peuvent mener leurs activités en respectant le cadre législatif. Ce processus d'approbation serait particulièrement utile aux organisations qui se servent d'une nouvelle technologie ou qui suivent un nouveau modèle d'affaires.
Il est urgent d'offrir ce genre de garanties sur le plan réglementaire dans le contexte actuel où l'économie évolue rapidement. Cela aidera les organisations et leurs partenaires d'affaires à s'assurer, dans une certaine mesure, que leurs activités sont conformes à la loi. Cela contribuera également à uniformiser les règles du jeu dans les secteurs où il n'y a pas de jurisprudence ou de directives précises pour orienter les organisations. C'est aussi une façon d'être plus transparent envers les Canadiens quant à la façon dont leurs données personnelles sont utilisées dans ces circonstances...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-03-23 12:20 [p.5106]
Madam Speaker, I would add that, as a nurse by profession, I am very concerned about the whole issue of health.
Although I am not surprised, I do not understand this insistence on additional standards when the real issue is that our provinces and territories need permanent support through federal health transfers that offset provincial expenditures.
Why keep harping on this issue?
Madame la Présidente, je dirais aussi que, en tant qu'infirmière de profession, toute la question de la santé me préoccupe beaucoup.
Je comprends mal, même si je ne suis pas surprise, cette insistance à vouloir mettre des normes supplémentaires alors que la vraie question est que nos provinces et nos territoires doivent être soutenus, de façon permanente, au moyen de transferts en santé du fédéral qui viennent compenser les dépenses relevant des provinces.
Pourquoi continuer de marteler cette question?
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2021-03-23 12:21 [p.5107]
Madam Speaker, what I always fail to understand about the Bloc Québécois position on standards is that it seems to fail to understand the way that the Canadian health system is set up. The Canada Health Act establishes standards. That is the basis of our entire health care system, of which the people of Quebec, I am sure, are very proud and count on. The Canada Health Act sets out five principles, including portability, accessibility, universality, public administration, etc. and those standards must be met in order for the health transfer to be received by the Province fo Quebec and every other province and territory.
I fail to understand why the Bloc Québécois members rail against standards when the whole basis of our system is predicated on Quebec's meeting those standards. They want the money coming from the Canada health transfer, which I agree with my Bloc Québécois colleagues that it has to be increased. However, that is only the case if Quebec meets the standards set in the Canada Health Act. New Democrats simply want to expand our system using the same model that has been so successful and cherished by so many Canadians.
Madame la Présidente, je suis toujours perplexe devant la position des bloquistes à l'égard des normes: ils ne semblent pas comprendre la structure du système de santé canadien. La Loi canadienne sur la santé prévoit des normes sur lesquelles repose l'ensemble du système de santé. Or, je suis persuadé que les Québécois comptent sur ce système et en sont très fiers. La Loi canadienne sur la santé énonce cinq principes, dont la transférabilité, l'accessibilité, l'universalité et la gestion publique. Le Québec, à l'instar des provinces et des territoires, doit respecter ces principes pour bénéficier du transfert en matière de santé.
Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les bloquistes s'opposent aux normes alors que le système de santé repose sur le respect de ces normes, notamment par le Québec. Mes collègues du Bloc québécois veulent bénéficier du Transfert canadien en matière de santé qui, j'en conviens, doit être augmenté. Cependant, ce ne sera possible que si le Québec respecte les normes prévues dans la Loi canadienne sur la santé. Les néo-démocrates souhaitent simplement élargir le système en s'inspirant du modèle existant qui a fait ses preuves et que tant de Canadiens apprécient.
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-03-22 12:22 [p.5016]
Madam Speaker, I am honoured to second this motion and rise to speak in support of it.
As we heard from the leader of the NDP, the motion basically calls for the federal government to act now to take profit out of long-term care, put people before profit and say that we, as a society, value the lives of seniors more than money.
Seniors in long-term care facilities have been especially hard hit by the pandemic. In the first wave of the pandemic, more than 80% of all COVID-19 deaths in the country were reported in long-term care facilities and retirement homes. That means one in five of the total COVID cases in Canada was among long-term care residents.
Of course, COVID-19 also affected the workers in those facilities. In Canada, more than 9,600 staff in long-term care facilities were infected with COVID-19, representing more than 10% of the total cases.
The pandemic has exposed severe cracks in our system, and some of the elderly and most vulnerable people paid the ultimate price for that. Across the country, more than a quarter of Canada's long-term care homes are for-profit. We have learned that for-profit care homes were more likely to see extensive COVID-19 outbreaks, and more deaths, than non-profit facilities.
Things got so bad in Ontario that the military and the Red Cross had to be called in to help care for seniors. How did things get so bad? In the for-profit care homes, care aides and personal support workers are underpaid and are often part-time or casual workers, which means they often have to work at multiple job sites to make ends meet. This can be deadly in the face of a pandemic, when social distancing is an essential health measure. To be clear, the reason they are underpaid is so the company can have a larger profit margin. They are part-time or casual workers, which also means they are not paid benefits or sick leave. In addition, long-term care homes often subcontract out services such as laundry, cleaning and cooking, and it is also very likely that subcontracted staff do not have paid sick leave. Without paid sick leave, workers may be compelled to go to work even if they are feeling ill.
All of these conditions contributed to an increased risk of transmission. The outcome was devastating for far too many seniors and their families, as well as the workers. The horror stories we hear in the media of the conditions the seniors were in take one's breath away. It is not supposed to be that way. The seniors in our communities helped build this country. Their retirement years are supposed to be their golden years. They deserve to live in comfort, with dignity and safety, as do people with disabilities. However, because of decades of cuts, underfunding and privatization, our continuing care system is broken.
The bottom line is that Canada has failed to protect long-term care residents and workers throughout this pandemic. We have to ask ourselves how it is possible that seniors in some care homes were abandoned in their beds for weeks on end. Some cried for help for hours before assistance was provided. Some had to be bathed as they had not been bathed for weeks. Can members imagine if those were their mothers or grandmothers? Such horrific stories are not just stories. They are the real experiences of loved ones.
Report after report revealed what we should know instinctively: that profit should never be the bottom line when it comes to continuing care. The evidence is overwhelming. It is undeniable that for-profit homes have seen worse results than other homes, with deadlier COVID outbreaks. However, at the same time, for-profit operators were getting public subsidies and paying out millions in dividends to shareholders while workers were underpaid, with some making minimum wage. Things were so desperate for some of them they had to resort to living in shelters. In fact, there was an outbreak in an Ottawa homeless shelter under exactly such a circumstance. It helps no one if essential front-line health care workers are pushed into homelessness. The colossal failure of the system is Canada's national shame.
Even outside of the pandemic situation, research has shown that homes run on a for-profit basis tend to have lower staffing levels, more verified complaints and more transfers to hospitals, as well as residents with higher rates of both ulcers and morbidity. We as parliamentarians have the power to do something about this. We must act now to prevent a repeat of this in the future. We must transition the for-profit model in long-term care to a non-profit model.
The NDP members want to see an end to for-profit long-term care by 2030. That is why we are calling for a national task force to devise a plan to get the job done. We must also set national standards. Let us work collaboratively with provincial, territorial leaders, experts and workers alike to set national standards for long-term care and continuing care that would include accountability mechanisms. Without national standards, the federal government is leaving the door wide open for the for-profit companies to cut corners and put profit first at the expense our loved ones. That cannot be allowed to continue.
Those standards should be tied to $5 billion in federal funding and the principles in Canada's Health Care Act. We can put in place a seniors care guarantee. Seniors deserve to know that they will have safe, dignified care both at home and in care homes available to them as they age. Families deserve to know that their loved ones will have the care they deserve, with inspections and appropriate levels of care and staffing ratios.
Workers deserve to know that their wages will reflect the value of their work and allow them to live in dignity without having to work multiple jobs or end up in a shelter because they cannot afford housing. They deserve to know that the government has their back and that they will have access to protective equipment and safe working conditions.
The federal government can show leadership by transforming Revera from a for-profit long-term care chain owned by a crown pension fund into a publicly managed entity. Public ownership of long-term care facilities would allow workers to work full-time at one home at competitive union rates, which would address understaffing and prevent the transmission of illness. The benchmark for quality long-term care is 4.1 hours of hands-on care per resident per day. However, no province or territory currently meets this standard of care.
Long-term care homes are chronically understaffed across Canada. Nurses and personal support workers at these facilities are often paid low wages, saddled with overwhelming workloads and are subjected to high levels of stress, burnout and even violence. Precarious and part-time employment often forces these health care workers to move between facilities to earn a living.
Waitlists for long-term care can have lengthy backlogs because the care facilities are not keeping pace with Canada’s aging population. This shortage leads to overcrowding at long-term care facilities and overuse of the hospital system by those without access to appropriate care.
There is a lack of accountability for long-term care facility operators due to lax enforcement of standards and regulations. For example, a recent CBC investigation revealed that 85% of long-term care homes in Ontario have routinely violated health care standards for decades with near total impunity.
We have the power within us to end this for this generation and beyond. Seniors deserve better. Families deserve better. Workers deserve better. Let us never forget these words from Canada's Chief Public Health Officer:
I think the tragedy and the massive lesson learned for everyone in Canada is that we were at every level, not able to protect our seniors, particularly those in long-term care homes. Even worse is that in that second wave, as we warned of the resurgence, there was a repeat of the huge impact on that population.
For those who want to say that we cannot do it because of jurisdictional issues, I will quote Marcy Cohen, research associate for the Canadian Centre for Policy Alternatives, who said that “The setting of clear standards in health care as a condition of federal funding is not an attack on provincial jurisdiction—it is the only path”—
Madame la Présidente, j'ai l'honneur d'appuyer cette motion et de prendre la parole en sa faveur.
Comme l'a expliqué le chef du NPD, la motion demande au gouvernement fédéral d'agir dès maintenant pour exclure la notion de profit des soins de longue durée, pour faire passer les Canadiens avant le profit, et pour affirmer qu'en tant que société, nous accordons plus de valeur aux aînés qu'à l'argent.
Les aînés des établissements de soins de longue durée ont été frappés de plein fouet par la pandémie. Lors de la première vague, plus de 80 % des décès attribuables à la COVID-19 au pays ont été rapportés dans des établissements de soins de longue durée et dans des maisons de retraite. Autrement dit, on a dénombré un cas de COVID-19 sur cinq au Canada chez les résidants des établissements de soins de longue durée.
Bien entendu, la COVID-19 a également touché les travailleurs de ces établissements. Au Canada, plus de 9 600 employés d'établissements de soins de longue durée ont été infectés par la COVID-19, ce qui représente plus de 10 % du nombre total de cas.
La pandémie a mis au jour des failles majeures dans notre système, et certains aînés et personnes vulnérables en ont payé le prix ultime. À l'échelle du pays, plus du quart des établissements de soins de longue durée sont à but lucratif. Or, nous avons appris que les établissements à but lucratif étaient plus susceptibles de connaître des éclosions de COVID-19, et donc d'enregistrer des décès, que les établissements à but non lucratif.
En Ontario, la situation a empiré au point qu'il a fallu appeler à l'aide l'armée et la Croix rouge pour s'occuper des personnes âgées. Comment en est-on arrivé là? Dans les établissements de soins à but lucratif, les aides-soignants et les préposés aux bénéficiaires sont sous-payés et sont souvent des travailleurs à temps partiel ou occasionnels, ce qui veut dire qu'ils doivent souvent travailler à plusieurs endroits pour joindre les deux bouts. Cela peut être mortel, en temps de pandémie, lorsque l'éloignement social est une mesure de santé essentielle. Pour dire les choses clairement, la raison pour laquelle ces gens sont sous-payés, c'est pour que l'entreprise engrange plus de profits. Ce sont des employés à temps partiel ou occasionnels, c'est-à-dire qu'ils n'ont droit ni à des avantages sociaux ni à des congés de maladie payés. En outre, les établissements de soins de longue durée sous-traitent souvent les services comme la lessive, le ménage et la cuisine, et il est également très probable que le personnel en sous-traitance ne bénéficie pas de congés de maladie payés non plus. Sans congé de maladie payé, les travailleurs peuvent se sentir obligés de se rendre au travail même s'ils ont l'impression d'être malades.
Toutes ces circonstances ont contribué à accroître le risque de transmission, ce qui a eu des conséquences désastreuses pour un trop grand nombre d'aînés, pour leurs familles et pour les travailleurs concernés. Les histoires d'horreur que nous entendons dans les médias au sujet des conditions dans lesquelles les aînés ont dû vivre sont stupéfiantes. Les aînés de nos collectivités ont contribué à bâtir ce pays. L'âge de la retraite est censé être leur âge d'or. Ils méritent de vivre dans le confort, la dignité et la sécurité, tout comme les personnes handicapées. Cependant, après des décennies de compressions, de sous-financement et de privatisation, le système de soins de longue durée est défaillant.
En résumé, le Canada n'a pas su protéger les résidants et les travailleurs des établissements de soins de longue durée pendant cette pandémie. Nous devons nous demander comment des aînés alités ont pu être laissés à eux-mêmes pendant des semaines dans certains centres de soins. Certains ont dû crier à l'aide pendant des heures avant de recevoir de l'aide. Certains avaient besoin d'un bain parce qu'ils n'en avaient pas reçu depuis des semaines. Les députés peuvent-ils imaginer leur propre mère ou grand-mère dans une telle situation? Ce ne sont pas des histoires inventées. Ce sont de vraies situations vécues par des proches.
Tous les rapports révèlent ce que nous devrions savoir instinctivement: les profits ne devraient jamais être l'objectif premier au chapitre des soins continus. Les preuves sont accablantes: les établissements à but lucratif ont obtenu de résultats pires que les autres et des éclosions de COVID plus meurtrières. Cela ne les a pas empêchés de toucher des subventions publiques et de verser des millions de dollars de dividendes à leurs actionnaires, alors que leurs employés étaient mal payés, certains ne touchant que le salaire minimum et se trouvant même acculés à aller vivre dans des refuges. C'est d'ailleurs dans ces circonstances qu'il y a eu une éclosion dans un refuge pour sans-abri d'Ottawa. Cela ne profite à personne que des travailleurs de la santé de première ligne soient acculés à l'itinérance. L'échec monumental du système est une honte nationale pour le Canada.
Même si on exclut la pandémie, les recherches ont montré que les établissements à but lucratif ont tendance à avoir moins de personnel, plus de plaintes justifiées et plus de transferts vers les hôpitaux, et que leurs résidants présentent généralement des taux plus élevés d'ulcères et de morbidité. En tant que parlementaires, nous avons le pouvoir de faire quelque chose pour améliorer la situation. Nous devons agir maintenant pour empêcher que l'histoire se répète. Dans le secteur des soins de longue durée, nous devons délaisser le modèle d'établissements à but lucratif pour adopter celui des centres sans but lucratif.
Les néo-démocrates veulent que les établissements de soins de longue durée à but lucratif disparaissent d'ici 2030. C'est pourquoi nous demandons qu'un groupe de travail national définisse un plan pour procéder à la transition. Nous devons également établir des normes nationales. Collaborons avec les dirigeants, les experts et les travailleurs des provinces et des territoires afin d'établir des normes nationales pour les soins de longue durée et les soins continus, des normes qui incluraient des mécanismes de reddition de comptes. Faute de normes nationales, le gouvernement fédéral laisse aux entreprises à but lucratif toute latitude pour prendre des raccourcis et privilégier le profit au détriment des êtres qui nous sont chers. Une telle situation ne peut plus être tolérée.
Ces normes devraient découler d'un financement fédéral de 5 milliards de dollars et des principes de la Loi canadienne sur la santé. Nous pouvons offrir une garantie de soins aux aînés. Les aînés méritent de savoir qu'ils obtiendront des soins sûrs et dignes à domicile et dans les foyers où ils pourraient être placés à ce stade de leur vie. Les familles doivent avoir la garantie que leurs êtres chers recevront les soins qu'ils méritent, que des inspections seront menées pour assurer des niveaux de soins et de personnel appropriés.
Les travailleurs, quant à eux, méritent de savoir que leur salaire correspondra à la valeur de leur travail et leur permettra de vivre dignement sans devoir occuper plusieurs emplois ou se retrouver dans un refuge parce qu'ils n'ont pas les moyens de se loger. Ils ont le droit de savoir que le gouvernement est là pour eux, qu'ils auront accès à de l'équipement de protection et qu'ils travailleront dans des conditions sûres.
Le gouvernement fédéral peut faire preuve de leadership en faisant passer Revera d'une chaîne d’établissements de soins de longue durée à but lucratif appartenant à l'État en organisme de propriété publique. L'étatisation des établissements de soins de longue durée permettrait aux employés de travailler à temps plein dans un seul établissement à des taux syndicaux concurrentiels, ce qui résoudrait le problème de sous-effectif et préviendrait la transmission de maladies. Le point de référence pour des soins de longue durée de qualité est de 4,1 heures de soins directs par résidant et par jour. Or, aucune province ou aucun territoire ne respecte actuellement cette norme de soins.
Au Canada, les établissements de soins de longue durée souffrent d'une pénurie chronique de personnel. Les membres du personnel infirmier et de soutien de ces établissements sont souvent mal rémunérés, croulent sous le travail et vivent des niveaux de stress intense, ce qui provoque de l'épuisement professionnel et des épisodes de violence. Des emplois précaires et à temps partiel obligent souvent ces travailleurs de la santé à œuvrer dans plusieurs établissements pour gagner leur vie.
Les listes d'attente pour les établissements de soins de santé sont longues, car ces établissements n'arrivent pas à suivre le rythme du vieillissement de la population. Cette pénurie de places entraîne un surpeuplement des établissements de soins de longue durée et une surutilisation du système hospitalier par ceux qui n'ont pas accès à des soins appropriés.
Les exploitants d'établissements de soins de longue durée ont peu de comptes à rendre en raison d'un laxisme dans l'application des normes et des règlements. Par exemple, selon une enquête menée récemment par la CBC, 85 % des établissements de soins de longue durée de l'Ontario enfreignent régulièrement les normes en matière de soins de santé depuis des décennies en jouissant d'une impunité presque complète.
Nous avons le pouvoir de mettre fin à cela pour la génération actuelle et celles à venir. Les aînés méritent mieux. Les familles méritent mieux. Les travailleurs méritent mieux. N'oublions jamais ces paroles de l'administratrice en chef de la santé publique du Canada:
À mon avis, cette tragédie et la grande leçon qu'en ont tirée tous les Canadiens est que, à tous les niveaux, nous avons été incapables de protéger nos aînés, en particulier ceux vivant dans des établissements de soins de longue durée. Pire, malgré nos avertissements concernant l'arrivée d'une deuxième vague, cette partie de la population a été frappée de plein fouet comme la première fois.
À ceux qui disent qu'on n’y peut rien en raison des champs de compétences, je me permets de citer Marcy Cohen, associée de recherche au Centre canadien de politiques alternatives. Selon elle, « l'établissement de normes claires en matière de soins de santé comme condition au financement fédéral ne constitue pas une ingérence dans les compétences provinciales — il s'agit plutôt de la seule façon de...
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I do not know if the member has had the privilege, as I have, of working in a long-term care home. I was a social worker and case manager in CHSLDs, the long-term care facilities in Quebec. I can tell her that national standards are not going to improve care. That is not what we need. I do not know who she consulted in Quebec, but I can tell her that that is not going to change things in CHSLDs in my lifetime.
Does the member realize that this motion is an affront to the Premier of Quebec and the Quebec National Assembly, which is unanimously opposed to national standards and any interference in its jurisdictions, in this case health? Is she aware that this is an affront to Quebec?
Madame la Présidente, je ne sais pas si la députée a eu le privilège comme moi de travailler dans un centre de soins de longue durée. J'ai été travailleuse sociale et gestionnaire de lits dans des CHSLD au Québec. Je peux lui affirmer que ce ne sont pas des normes nationales qui permettront d'améliorer les soins. Ce n'est vraiment pas de cela que nous avons besoin. Je ne sais pas qui elle a consulté au Québec, mais je peux lui dire de mon vivant que ce n'est pas cela qui va changer la donne dans les CHSLD.
La députée est-elle consciente que cette motion est un affront au premier ministre du Québec et à l'Assemblée nationale du Québec, qui s'oppose unanimement aux normes nationales et à toute intrusion dans les champs de compétence qui lui appartient, en l'occurrence la santé? Est-elle consciente qu'elle fait un affront au Québec?
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-03-22 12:36 [p.5018]
Madam Speaker, what I see as an affront is what happened to seniors. What I see as a national shame is the very fact that we do not have national standards, and so many seniors lost their lives in the face of the pandemic. We know that for-profit long-term care facilities have contributed to the loss of lives. Report after report and expert after expert, who have looked into the situation, have said so.
Is it not time for us to set aside jurisdictional issues? Is it not time for us to say that we must do better and that seniors deserve no less? Is it not time that we ensured that the Canada Health Act is followed? Is it not time that we take profit out of care? Is it not time that we put people before all else and say very clearly that lives matter, that we value seniors and will do everything we can to protect them and never let this happen again?
Madame la Présidente, à mes yeux, l'affront c'est ce qui est arrivé aux aînés. Je considère comme une honte nationale l'absence de normes nationales et le fait qu'un si grand nombre d'aînés aient perdu la vie pendant la pandémie. Il a été établi que les établissements de soins de longue durée à but lucratif ont contribué à ces décès. Les experts et divers groupes qui se sont penchés sur la question l'ont confirmé dans leurs rapports.
N'est-il pas temps de mettre de côté les questions de compétences, d'affirmer qu'il faut faire mieux, que les aînés ne méritent rien de moins et de veiller à ce que la Loi canadienne sur la santé soit appliquée comme il se doit? Le moment n'est-il pas venu d'éliminer la notion de profit des soins de santé, de faire passer les gens avant toute autre chose et d'affirmer très clairement que la vie compte, que nous valorisons les aînés et que nous ferons tout en notre pouvoir pour les protéger et, enfin, que la tragédie qui s'est produite ne se reproduira plus jamais?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to thank all of my colleagues in the House today who are speaking to this very important issue. I am pleased to rise to address the motion by the hon. member for Burnaby South. I share his concerns and, I can safely say, all members' concerns for Canadians living in long-term care facilities during this unprecedented COVID-19 health crisis. The Government of Canada recognizes the impact of the virus on many vulnerable populations, including those living in long-term care facilities.
As members know, the administration of long-term care falls under provincial and territorial jurisdiction. However, as committed to in the Speech from the Throne, the federal government is taking action and will continue to take any action we can to support seniors while working alongside the provinces and territories. From the outset, these facilities were hit hard in many parts of the country. During the first wave, approximately 81% of the fatalities from COVID-19 were residents of long-term care facilities and, to date, more than 66% of deaths due to COVID-19 have occurred in long-term care.
An analysis by the Canadian Institute for Health Information in June 2020 compared Canada's experience in long-term care facilities with that of other countries in the OECD. As the member has noted, this report found that the proportion of COVID-19 deaths among long-term care residents in Canada was higher than in other OECD countries. Of course, there was substantial variation in the experiences of people and long-term care facilities across Canada's provinces and territories. Some regions have fared better than others. Generally, jurisdictions with lower COVID-19 infection rates in the community reported fewer long-term care cases and deaths, but right across the country the pandemic has highlighted long-standing and systemic challenges in Canada's long-term care system, and has had a significant impact on residents and staff in these facilities, exposing gaps in infection prevention and control, staffing, infrastructure and testing.
In response the federal government is taking important steps to respond to the significant challenges faced by long-term care facilities across the country, and the Government of Canada recognizes the need to work with the provinces and territories to develop long-term care standards. The government has committed to establishing national standards for long-term care as a means to address critical gaps in long-term care facilities, including the working conditions of lower-wage essential workers in senior care, particularly personal support workers, who have persevered in the face of adversity.
In the early stages of the pandemic, all levels of government began working in close collaboration to ensure that the public health measures being taken were in alignment. Public health authorities continue to closely monitor COVID-19 in Canada and carefully consider approaches to easing public health restrictions when and where possible. The epidemiology of COVID-19 is different in each jurisdiction, and this means that approaches across Canada will not all be the same and will need to be tailored to the unique challenges and context of the disease in each province and territory. Each jurisdiction in Canada is looking at different kinds of community settings, such as long-term care facilities, and developing risk-based approaches and assessments based on what is taking place within their own jurisdiction.
I would like to outline two key measures from the fall economic statement: the safe long-term care fund and the expansion of the long-term care plus initiative. Both measures would be implemented with funding provided through BillC-14. Unfortunately, in the House we have seen partisan games preventing this important legislation from passing.
Under the safe long-term care fund, up to $1 billion would be transferred to provinces and territories to help protect people in long-term care facilities, by their implementing additional measures for infection prevention and control. Specifically, provinces and territories would have the flexibility to use these funds to help facilities retain and hire new staff, including through topping up wages. It would also help them upgrade infrastructure, such as increased ventilation to reduce transmission, as well as undertake needed assessments to determine what other infection-prevention and control measures might be required to prevent and mitigate the effects of COVID-19. To help Canadians better understand the significant efforts under way, provinces and territories would develop detailed action plans and would report on progress and results.
Officials are working out the details now with a view to getting these investments to provinces and territories as quickly as possible to further protect Canadians who reside and work in long-term care settings. This legislation is critical, and it needs to be passed.
In July 2020, the Canadian Foundation for Healthcare Improvement published a report on lessons learned from the response to COVID-19 in long-term care and retirement homes. It was called “Reimagining Care for Older Adults”. The report is based on interviews with family partners, health care leaders and policy makers. It focuses on promising practices that have the potential to reduce the risk of future COVID-19 outbreaks in long-term care and retirement homes.
From these findings, the Canadian Foundation for Healthcare Improvement and the Canadian Patient Safety Institute, now amalgamated and known as Healthcare Excellence Canada, launched a new program called the long-term care plus initiative. This program helps prevent and control infection in long-term care homes and seniors residences, allowing them to prepare for possible future outbreaks and mitigate the pandemic's effect.
Direct support is available through coaching and seed funding to help participating facilities address gaps identified through the program.
The fall economic statement committed an additional $6.4 million over two years to further expand this initiative. As of March 10, 2021, a total of 1,086 facilities have submitted applications and are participating in the long-term care plus initiative. Of course, the safe long-term care fund and the long-term care plus initiative are only the most recent of many programs launched over the past year. I will provide a few examples of other initiatives that are already making a difference in long-term care facilities.
Last April, Health Canada, with support from the Public Service Commission of Canada, launched the COVID-19 voluntary recruitment campaign. The Government of Canada supported provinces and territories by facilitating this inventory of skilled Canadians to provide surge capacity in the following key areas: case tracking and contact tracing, health system surge capacity, case data collection and reporting. Provincial and territorial governments continue to draw upon the volunteer inventories as needed to support local public health responses.
At the beginning of the pandemic, the Canadian Armed Forces provided support in Ontario and Quebec for outbreaks in long-term care facilities. Now the Canadian Red Cross continues to be available for deployment to homes that are experiencing significant outbreaks and has already supported more than 130 long-term care facilities in Quebec, Ontario and Manitoba. The Canadian Red Cross is also overseeing the recruitment and training of workers to support infection prevention and control, basic care and facility management.
Last summer, the Government of Canada negotiated the safe restart agreement with the provinces and territories. The agreement provided $740 million in funding to support vulnerable Canadians, including those in long-term care, home care and palliative care, who, as we know, are more at risk of severe cases of COVID-19.
The government is also providing comprehensive and evidence-based preliminary guidance on key populations for COVID-19 immunization, including residents and staff of congregate living settings that provide care for seniors.
Finally, a temporary COVID-19 resiliency stream was created to provide provinces and territories with added flexibility to use existing resources to fund quick-start, short-term infrastructure projects, including health infrastructure, such as long-term care homes.
Besides these activities, the Government of Canada is providing support to provinces and territories through the procurement and distribution of millions of authorized vaccines and rapid tests, which help protect long-term care residents and staff.
As well, the COVID-19 testing and screening expert advisory panel released a report this winter to help inform the development of robust testing and screening strategies in long-term care homes.
I would like to speak for a moment about the role of personal support workers. Now more than ever, Canadians understand that personal support workers are an integral and important part of the health care system, providing close direct support to residents. Every person entering a long-term care home, including essential visitors and volunteers, has a responsibility to prevent infections among residents of those facilities, who are at a high risk of severe illness and death from COVID-19.
It is because of this high risk that access to personal protective equipment and training is critical for the workers' own safety and the safety of residents. The Government of Canada is taking action to ensure that health care workers have the personal protective equipment and medical supplies they need. We have done this through collaborative bulk procurement with the provinces and territories, building domestic production capacity and identifying potential alternatives to extend product life.
We also need to recognize the contributions of workers in long-term care facilities and better compensate them for taking care of our most vulnerable citizens. Their work is essential in reducing the spread of the virus, and the government understands that. That is why up to $3 billion of federal funding was provided in support to provinces and territories to increase the wages of low-income essential workers, which could include front-line workers in hospitals and long-term care facilities. Provinces and territories will also be able to use the funding under the safe long-term care fund to top up wages of staff members in long-term care facilities.
Finally, the Government of Canada recognizes that we need to increase the number of personal support workers in the country, and we committed funding of $38.5 million over two years for Employment and Social Development Canada to support training of up to 4,000 personal support worker interns through an accelerated six-week online training program. This will be combined with a four-month work placement to help address acute labour shortages in long-term care and home care.
As we have learned more about this virus and the populations at risk, we are doing everything we can to help protect citizens in long-term care facilities. The Public Health Agency of Canada has provided infection prevention and control guidance to help prevent COVID-19 infections among residents and workers in long-term care and assisted living facilities, as well as in home care, including the appropriate use of PPE.
Many facilities have already implemented their own measures, such as restricting visitation or other non-essential on-site services. Now, as we learn more about the impact of these restrictions on residents, more and more facilities are developing nuanced and compassionate approaches to visitation. The long-term care plus program has recently released a checklist for the safe re-entry of essential care partners in long-term care facilities.
Long-term care facilities should also follow the best practices developed by the relevant provincial or territorial health authority. Examples include daily screening of anyone entering facilities, rapidly testing people who are ill, widespread testing if there is an outbreak, and supporting people in isolation and quarantine.
We know these measures have to followed diligently. We also know, now, that one of the best practices is to ensure support for the workers. Many personal support workers from racialized communities are not paid well and do not have sick leave benefits. Some of the federal supports, such as the Canada recovery sickness benefit, help with that, so that people can stay home if they are ill.
Our government is taking action to support residents of long-term care homes, but we do know there is more to do. The pandemic has highlighted challenges that the long-term care sector has faced for many years. The Government of Canada is working with provinces and territories to address these challenges and protect residents of long-term care facilities from exposure to the COVID-19 virus by helping the provinces and territories deliver on their health care responsibilities. Together, we are making progress.
After more than a year of living with the threat of COVID-19, provinces and long-term care homes across the country are ramping up vaccinations for their residents. Infections and death rates in long-term care homes are reduced. However, we still have to be able to quickly detect and respond to outbreaks if they occur. We need to be prepared for possible increases in the number of infections caused by new variants. This continues to require a coordinated effort.
As people can imagine, a lot of work is happening behind the scenes with our many partners across all levels of government, and indeed with non-governmental organizations that have stepped up. All of this work will deepen our understanding of the disease and provide the data we need to inform our response and decision-making.
If we have learned anything over the past year, it is that we have to continue with strong public health efforts to reduce transmission of the virus and minimize its impact on the vulnerable residents of long-term care facilities, and we have to work together. We must also plan and be ready for the future, as there is a lot that we still do not know about COVID-19. We have to address the needs of residents in long-term care as the situation evolves.
I can assure this House that the Government of Canada will continue to do everything within our power and jurisdiction to respond to the COVID-19 pandemic and protect the health, safety and well-being of all Canadians during these difficult and uncertain times.
Madame la Présidente, je veux remercier tous mes collègues députés qui ont pris la parole au sujet de cette importante question aujourd'hui. Je suis heureuse de parler de la motion du député de Burnaby-Sud. J'ai les mêmes préoccupations que lui — et que l'ensemble des députés, j'en suis certaine — concernant les Canadiens qui vivent dans les centres de soins de longue durée en cette période inédite causée par la crise sanitaire de la COVID-19. Le gouvernement du Canada est conscient des impacts du virus sur de nombreuses populations vulnérables, y compris les résidants des centres de soins de longue durée.
Les députés le savent, l'administration des soins de longue durée est de compétence provinciale et territoriale. Cependant, comme l'indique l'engagement pris dans le discours du Trône, le gouvernement fédéral ne reste pas les bras croisés et il continuera de faire tout en son pouvoir pour soutenir les aînés en collaborant avec les provinces et les territoires. Dès le début, ces établissements ont été durement touchés dans de nombreuses régions du pays. Pendant la première vague, environ 81 % des décès attribuables à la COVID-19 ont été recensés dans les centres de soins de longue durée et, en date d'aujourd'hui, ce sont plus de 66 % des décès attribuables à la COVID-19 qui ont été recensés dans ces établissements.
Dans une analyse réalisée en juin 2020 par l'Institut canadien d'information sur la santé, on a comparé la situation des établissements de soins de longue durée au Canada avec la situation dans d'autres pays de l'OCDE. Selon le rapport, et comme le député l'a mentionné, le Canada enregistre la plus forte proportion de décès dans les établissements de soins de longue durée de tous les pays de l'OCDE. Évidemment, la situation variait d'un établissement de soins de longue durée à l'autre dans l'ensemble des provinces et des territoires du Canada. Certaines régions se sont mieux tirées d'affaire que d'autres. Généralement, on rapportait moins de cas de COVID-19 et de décès liés à la COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée dans les régions ayant des taux moins élevés d'infection à la COVID-19. Toutefois, la pandémie a mis en lumière l'existence de problèmes systémiques dans le secteur des soins de longue durée et elle a eu des conséquences importantes sur les résidents et les employés dans ces établissements, qui subissent des lacunes en matière de prévention et de contrôle des infections, de dotation, d'infrastructure et de dépistage.
Face à cela, le gouvernement fédéral prend des mesures importantes pour que les établissements de soins de longue durée puissent surmonter les difficultés majeures auxquelles ils se heurtent dans tout le pays. Le gouvernement est conscient de la nécessité de travailler avec les provinces et les territoires pour établir des normes de soins de longue durée. Il est déterminé à mettre en place des normes nationales en vue de combler des lacunes importantes dans les établissements de soins de longue durée, notamment en rehaussant les conditions de travail pour les travailleurs essentiels dans les résidences pour personnes âgées, en particulier les préposés aux bénéficiaires, qui n'ont jamais baissé les bras malgré les difficultés.
Au début de la pandémie, tous les ordres de gouvernement ont collaboré étroitement pour s'assurer de l'harmonisation des mesures de santé publique. Les autorités continuent de suivre de près les cas de COVID-19 au Canada et d'examiner attentivement l'assouplissement des restrictions sanitaires lorsque cela est possible. Par ailleurs, l'épidémiologie de la COVID-19 varie d'une province et d'un territoire à l'autre. Par conséquent, les stratégies ne seront pas identiques d'un bout à l'autre du Canada et elles devront être adaptées aux difficultés et au contexte de la maladie propres à chaque province et à chaque territoire. Ceux-ci devront en effet tenir compte du milieu communautaire, y compris les établissements de soins de longue durée, qui prévaut sur leur territoire et mettre en œuvre des évaluations et des approches axées sur les risques en fonction de leur réalité propre.
J'aimerais attirer l'attention sur deux mesures clés annoncées dans l'Énoncé économique de l'automne: la création d'un fonds pour la sécurité des soins de longue durée et l'élargissement de l'initiative SLD+. Ces deux mesures auraient été mises en œuvre grâce au financement prévu dans le projet de loi C-14. Hélas, cette importante mesure législative n'a pu être adoptée en raison des jeux partisans qui se sont tenus à la Chambre.
Dans le cadre du fonds pour la sécurité des soins de longue durée, jusqu'à 1 milliard de dollars serait transféré aux gouvernements provinciaux et territoriaux pour qu'ils puissent mieux protéger les résidants des établissements de soins de longue durée en mettant en place des mesures additionnelles de prévention et de contrôle des infections. Plus particulièrement, les provinces et les territoires auraient la possibilité d'utiliser ce fonds pour conserver leurs employés et en embaucher de nouveaux, notamment grâce à l'augmentation des salaires. Cela les aiderait aussi à moderniser leur infrastructure, par exemple, à améliorer la ventilation afin de réduire la transmission, ainsi qu'à effectuer les évaluations nécessaires pour déterminer toute autre mesure de prévention et de contrôle des infections requise afin d'éliminer et de réduire les effets de la COVID-19. Dans le but d'aider les Canadiens à mieux comprendre les efforts considérables qui sont déployés, les provinces et les territoires mettraient au point des plans d'action détaillés et rendraient compte des progrès accomplis et des résultats obtenus.
Les fonctionnaires sont à peaufiner les détails en vue d'envoyer l'argent le plus rapidement possible aux provinces et aux territoires afin de protéger davantage les Canadiens qui vivent ou qui travaillent dans les centres de soins de longue durée. Ce projet de loi est essentiel et il doit être adopté.
En juillet 2020, la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé a publié un rapport sur les leçons tirées de la lutte contre la COVID-19 dans les centres de soins de longue durée et les maisons de retraite intitulé « Repenser les soins aux personnes âgées ». Le rapport est fondé sur des entrevues menées auprès de proches aidants, de dirigeants de la santé et des décideurs. Il présente des pratiques prometteuses qui pourraient réduire le risque d'éclosions de COVID-19 dans les centres de soins de longue durée et les maisons de retraite.
À partir des résultats du rapport, la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé et l'Institut canadien pour la sécurité des patients, qui ont fusionné pour former Excellence en santé Canada, ont lancé un nouveau programme appelé Soins de longue durée plus. Ce programme vise à empêcher et à limiter les infections dans les centres de soins de longue durée et dans les maisons de retraités, à aider ces derniers à se préparer en vue d'éventuelles éclosions et à atténuer les effets de la pandémie.
Une aide directe est offerte sous forme d'encadrement et de financement visant à aider les établissements à corriger les lacunes cernées dans le cadre du programme.
L'énoncé économique de l'automne prévoyait 6,4 millions de dollars supplémentaires sur deux ans pour élargir cette initiative. En date du 10 mars 2021, quelque 1 086 établissements avaient présenté des demandes et participaient à l'initiative SLD+. Bien entendu, le fonds pour la sécurité des soins de longue durée et l'initiative SLD+ ne sont que deux tout récents programmes parmi de nombreux autres lancés au cours de l'année écoulée. Je vais vous donner quelques exemples d'autres initiatives qui ont déjà des retombées dans les établissements de soins de longue durée.
En avril dernier, Santé Canada, avec le soutien de la Commission de la fonction publique du Canada, a lancé la Campagne nationale de recrutement de bénévoles pour répondre à la COVID-19. Le gouvernement du Canada a soutenu les provinces et les territoires en facilitant ce recensement des Canadiens qualifiés pour fournir une aide d'appoint dans les secteurs clés suivants: suivi des cas et recherche des contacts, capacité d'appoint pour le système de santé, collecte de données et établissement de rapports sur les cas. Les gouvernements provinciaux et territoriaux continuent de puiser dans les banques de bénévoles au besoin pour appuyer les mesures prises localement en matière de santé publique.
Au début de la pandémie, les Forces armées canadiennes ont apporté leur soutien en Ontario et au Québec lors d'apparitions de foyers de contamination dans des établissements de soins de longue durée. Aujourd'hui, la Croix-Rouge canadienne peut être déployée dans les foyers qui connaissent des éruptions importantes et a déjà aidé plus de 130 établissements de soins de longue durée au Québec, en Ontario et au Manitoba. La Croix-Rouge canadienne supervise également le recrutement et la formation des travailleurs chargés de la prévention et du contrôle des infections, des soins de base et de la gestion des établissements.
L'été dernier, le gouvernement du Canada a négocié l'Accord sur la relance sécuritaire avec les provinces et les territoires. Cet accord prévoyait un financement de 740 millions de dollars pour soutenir les Canadiens vulnérables, notamment ceux qui reçoivent des soins de longue durée, des soins à domicile et des soins palliatifs et qui, comme nous le savons, sont plus à risque de tomber gravement malade de la COVID-19.
Le gouvernement fournit également des directives préliminaires complètes et fondées sur des données probantes concernant les populations clés pour la vaccination contre la COVID-19, notamment les résidants et le personnel des centres de soins pour personnes âgées.
Enfin, un volet temporaire nommé Résilience à la COVID-19 a été créé pour donner aux provinces et aux territoires une plus grande souplesse dans l'utilisation des ressources existantes afin de financer des projets d'infrastructure à court terme pouvant démarrer rapidement, y compris des projets relatifs aux infrastructures de santé comme les établissements de soins de longue durée.
En plus de ces activités, le gouvernement du Canada apporte son soutien aux provinces et aux territoires en achetant et en distribuant des millions de vaccins et de tests rapides autorisés, ce qui contribue à protéger les résidants et le personnel des établissements de soins de longue durée.
De plus, le Comité consultatif d'experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19 a publié un rapport cet hiver afin de guider l'élaboration de solides stratégies de test et de dépistage dans les établissements de soins de longue durée.
J'aimerais parler un instant du rôle des préposés aux bénéficiaires. Les Canadiens comprennent plus que jamais que les préposés aux bénéficiaires font partie intégrante du système de santé et qu'ils y jouent un rôle important en apportant un soutien direct aux résidants. Tous les gens qui entrent dans un établissement de soins de longue durée, y compris les visiteurs et les bénévoles essentiels, ont la responsabilité de prévenir les infections chez les résidents de ces établissements, qui courent un risque élevé de présenter des symptômes graves de la COVID-19 ou de mourir de la maladie.
C'est en raison de ce risque élevé que l'accès à l'équipement de protection individuelle et aux formations est essentiel pour la sécurité des travailleurs et celle des résidants. Le gouvernement du Canada prend des mesures pour que les travailleurs de la santé disposent de l'équipement de protection individuelle et des fournitures médicales dont ils ont besoin. Pour ce faire, nous avons procédé à des achats en vrac en collaboration avec les provinces et les territoires, nous avons renforcé la capacité de production nationale et nous avons déterminé des solutions de rechange possibles pour prolonger la durée de vie des produits.
Nous devons également souligner l'apport des travailleurs des établissements de soins de longue durée, et mieux les rémunérer, car ils s'occupent de nos concitoyens les plus vulnérables. Le gouvernement a conscience de l'importance que revêt leur travail pour réduire la propagation du virus. C'est pourquoi le gouvernement a fourni près de 3 milliards de dollars aux provinces et aux territoires afin de bonifier le salaire des travailleurs essentiels à faible revenu. Cette augmentation salariale pourrait éventuellement s'appliquer aussi aux travailleurs de première ligne dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée. Les provinces et les territoires pourront également puiser dans le fonds pour la sécurité des soins de longue durée pour augmenter les salaires du personnel des établissements de soins de longue durée.
Enfin, le gouvernement du Canada reconnaît qu'il faut augmenter le nombre de préposés aux bénéficiaires au pays. Pour ce faire, le gouvernement a fourni 38,5 millions de dollars sur deux ans à Emploi et Développement social Canada afin de favoriser la formation de près de 4 000 stagiaires préposés aux bénéficiaires grâce à un programme de formation en ligne accéléré de six semaines, auquel s'ajoutera un stage de quatre mois pour remédier aux pénuries de main-d'oeuvre dans le secteur des soins de longue durée et des soins à domicile.
Étant donné que nous en savons davantage au sujet du virus et des populations à risque, nous faisons tout notre possible pour protéger les résidants des établissements de soins de longue durée. L'Agence de la santé publique du Canada a fourni des directives pour la prévention et le contrôle des infections afin de prévenir les infections à la COVID-19 parmi les résidants et les travailleurs des établissements de soins de longue durée et des résidences avec services, ainsi que dans le contexte des soins à domicile, notamment l'utilisation appropriée de l'équipement de protection individuelle.
De nombreux établissements ont déjà mis en œuvre leurs propres mesures, comme limiter les visites ou la prestation sur place de services non essentiels. Alors que nous en apprenons davantage sur les répercussions que ces restrictions ont sur les résidants, de plus en plus d'établissements élaborent maintenant des approches plus nuancées et empreintes de compassion entourant les visites. Le programme soins de longue durée plus a récemment publié une liste pour la réintégration sécuritaire des partenaires de soins essentiels dans les établissements de soins de longue durée.
Les établissements de soins de longue durée devraient aussi suivre les pratiques exemplaires élaborées par les autorités sanitaires provinciales et territoriales compétentes. Pensons au dépistage quotidien des personnes qui entrent dans les établissements, au dépistage rapide des personnes malades, au dépistage à grande échelle en cas d'éclosion et au fait de fournir du soutien aux gens en isolement ou en quarantaine.
Nous savons qu'il faut suivre ces mesures avec diligence. Nous savons aussi désormais que l'une des pratiques exemplaires est de fournir du soutien aux travailleurs. Beaucoup de préposés aux bénéficiaires provenant de communautés racialisées sont mal payés et n'ont pas de congés de maladie. Certaines mesures de soutien fédérales, comme la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique, aident les gens à rester chez eux lorsqu'ils sont malades.
Le gouvernement prend des mesures pour soutenir les résidants des établissements de soins de longue durée, mais nous savons qu'il y a encore beaucoup à faire. La pandémie a mis en lumière les problèmes auxquels le secteur des soins de longue durée est confronté depuis de nombreuses années. Le gouvernement du Canada travaille avec les provinces et les territoires pour les aider à assumer leurs responsabilités en matière de soins de santé et ainsi, remédier à ces problèmes et protéger les résidants des établissements de soins de longue durée contre l'exposition au coronavirus. Ensemble, nous faisons des progrès.
Après plus d'un an à vivre sous la menace de la COVID-19, les provinces et les établissements de soins de longue durée du pays intensifient la vaccination de leurs résidants. Les taux d'infection et de décès dans les établissements de soins de longue durée ont diminué. Cependant, nous devons encore être en mesure de détecter rapidement les éclosions et d'y réagir. Nous devons nous préparer à une éventuelle augmentation du nombre d'infections causées par les nouveaux variants. La situation exige toujours un effort coordonné.
Comme on peut l'imaginer, beaucoup de travail se fait en coulisse avec nos nombreux partenaires de tous les ordres de gouvernement et même avec des organisations non gouvernementales qui se sont mobilisées. Tout ce travail permettra de mieux comprendre la maladie et fournira les données dont nous avons besoin pour éclairer notre réponse et nos décisions.
Si nous avons appris une chose au cours de l'année écoulée, c'est que nous devons poursuivre les mesures rigoureuses de santé publique mises en place pour réduire la transmission du virus et minimiser ses répercussions sur les résidants vulnérables des établissements de soins de longue durée, et nous devons le faire ensemble. Nous devons également planifier et nous préparer pour l'avenir, car il y a encore tellement de choses que nous ignorons au sujet de la COVID-19. Nous devons répondre aux besoins des résidants des établissements de soins de longue durée au fur et à mesure que la situation évolue.
Je peux assurer la Chambre que le gouvernement continuera de faire tout ce qui est en son pouvoir et dans son champ de compétence pour répondre à la pandémie et protéger la santé, la sécurité et le bien-être de tous les Canadiens en ces temps difficiles et incertains.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-03-22 13:12 [p.5024]
Madam Speaker, depending on what Conservative is addressing the issue of personal care homes, we often get differing opinions on whether there should be national standards and to what degree.
Can the member give any sort of a clear indication from her perspective on the Conservative Party? Does the Conservative Party support Ottawa having stronger national standards in home care services? Obviously we have to work with the stakeholders, particularly our provinces, in order to be able to achieve that, but to what degree does she believe that Ottawa needs to play a leadership role?
Madame la Présidente, la réponse à la question de savoir s'il y a eu lieu d'adopter des normes nationales pour les soins de longue durée, et dans quelle mesure, dépend du député conservateur qui prend la parole.
La députée pourrait-elle nous indiquer clairement la position du Parti conservateur? Est-il en faveur de normes nationales pour les soins de longue durée? Dans ce dossier, nous devons évidemment collaborer avec différents intervenants, notamment les provinces, mais que pense-t-elle du rôle que devrait jouer le gouvernement fédéral dans ce domaine?
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I think a great thing about the Conservative caucus is that we definitely have different opinions. We are allowed to debate those opinions and we bring them to the table. That being said, as I stated in my remarks we absolutely need to hear from the people on the front lines, senior advocates and those caring for our seniors.
With best practices, I absolutely think there is an opportunity for all of these people to come together. Whether it is organizations, stakeholders or different levels of government, they can talk about best practices. Iron sharpens iron, and we can always learn something for better care for our seniors.
Madame la Présidente, l'un des atouts du Parti conservateur, c'est la diversité des opinions exprimées en son sein et la possibilité d'en débattre. Cela dit et comme je l'ai souligné dans mes observations, nous devons absolument consulter les gens qui sont en première ligne, à savoir les défenseurs des aînés et ceux qui prennent soin d'eux.
Je suis absolument convaincue qu'il est possible d'établir des pratiques exemplaires avec la collaboration de tout le monde, qu'il s'agisse d'organismes, d'intervenants et des différents ordres de gouvernement. Le fer aiguise le fer et il y a toujours place à l'amélioration lorsqu'il s'agit des soins pour les aînés.
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am disappointed that the NDP did not allow the amendment because the proposed amendment spoke to precisely the areas that our government had invested in from the first wave to the second wave, including in PPE and infrastructure to improve long-term care facilities, funding for staffing, and support for provinces and territories. With that said, I do agree with the member opposite's comments that every senior needs to live in dignity. It is precisely why the Prime Minister made long-term care national standards a priority in the Speech from the Throne as well as in the fall economic statement.
If the member is looking for solutions and her party supports solutions, why, on February 9 did her leader comment publicly that he does not support national standards and took that off the table for her and her party to work with us to establish long-term care national standards? Why does her leader not support those standards?
Madame la Présidente, je suis déçue que le NPD ait rejeté l'amendement proposé, car il portait justement sur les domaines dans lesquels le gouvernement a investi pendant la première et la seconde vagues, comme l'équipement de protection individuelle, les infrastructures de soins de longue durée, le financement de la main-d'œuvre et le soutien aux provinces et aux territoires. Cela dit, je suis d'accord avec la députée quand elle dit que tous les aînés ont le droit de vivre dans la dignité. C'est précisément pour cette raison que le premier ministre a fait de l'élaboration de normes nationales une priorité dans le discours du Trône et dans l'énoncé économique de l'automne.
Si la députée souhaite trouver des solutions et son parti aussi, pourquoi, le 9 février dernier, son chef a-t-il dit publiquement qu'il était contre l'idée de normes nationales et a-t-il refusé d'en discuter plus avant avec le gouvernement? Pourquoi le chef de son parti est-il contre l'idée de doter le pays de normes nationales sur les soins de longue durée?
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I have three points. Point number one, if somebody, over and over again, talks about how much money they spent and do not get results, we should not trust them to spend our money. That is the hallmark of the Liberal government, which should be ashamed for trying to say that. It has spent its way into a worse situation for seniors.
Number two, on the issue of moving forward and standards, the Liberal government has done nothing. It has said that it wants to deliver on guidelines. It has not done anything. The Minister of Health has not put anything forward on this. It is not a priority of the government, and she should be ashamed for raising this as a talking point. She should update her book.
Number three, with regard to my leader, the leader said that he, as much as everybody else has said in this debate today, that Ottawa has to respect jurisdiction, but at the same time there is room for guidelines and best practices for how to move forward.
I would encourage the member, in her new role, to encourage her ministers to deliver some action so that she does not have to keep having this debate with me, over and over again, in the House in the future.
Madame la Présidente, j'aimerais dire trois choses. Premièrement, lorsqu'une personne ne cesse de se vanter de l'argent qu'elle dépense sans obtenir de résultats, nous ne devrions pas lui confier notre argent. C'est la marque de commerce du gouvernement libéral, qui devrait avoir honte de tenir pareil discours. Malgré toutes ses dépenses, il n'a fait qu'empirer la situation pour les aînés.
Deuxièmement, le gouvernement libéral n'a rien fait en matière de progrès et de normes. Il a dit vouloir établir des lignes directrices, mais il n'a rien fait. La ministre de la Santé n'a rien présenté à ce sujet. Ce n'est pas une priorité pour le gouvernement, et la députée devrait avoir honte d'aborder ce sujet. Elle devrait mettre ses notes à jour.
Troisièmement, pour ce qui est de mon chef, tout comme la majorité des intervenants dans le débat d'aujourd'hui, il a dit qu'Ottawa devrait respecter les champs de compétences, mais qu'il y aurait malgré tout place à l'établissement de lignes directrices et de pratiques exemplaires pour l'avenir.
Dans son nouveau rôle, j'invite la députée à inciter les ministres à agir afin qu'elle n'ait pas à devoir continuellement débattre de ce sujet avec moi dans l'avenir.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-03-22 13:30 [p.5026]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Montcalm.
As I rise to speak to this motion, which calls for national standards and the nationalization of long-term care homes, or CHSLDs, as we know them, I feel a sense of exasperation. As everyone might expect, we vehemently oppose the motion because it proposes outright interference in an area under the jurisdiction of Quebec and the provinces, which want nothing to do with federal standards.
It is up to Quebeckers to choose the care model they want, be that public or private. The COVID-19 pandemic did expose the weaknesses in our long-term care homes, but Quebec is perfectly capable of improving its own system without handing over the reins.
A public investigation by the coroner's office and an investigation by the ombudsperson are under way. Quebec does not need federal standards to improve the situation, nor does it need Ottawa to tell it how to solve its problems.
I will focus on three points. I will explain our position as it aligns with that of Quebec and a number of seniors' organizations in Quebec.
At the beginning of the pandemic, it is true that Quebec made the decision to transfer patients to long-term care facilities, or CHSLDs, to free up hospital beds, believing that the entire hospital system would be overwhelmed by the pandemic. We also recognize that COVID-19 mainly affects seniors. This, combined with ongoing deficiencies in our CHSLD system, including a lack of staff, poor administration, and the movement of staff between care centres, has led to the devastation that we are seeing today, with just under half of the 10,087 COVID-19-related deaths in Quebec having occurred in long-term care homes.
Let us not forget that, last May, negotiations between Premier Legault and the Liberal government were particularly tense because the federal government refused to extend the military assistance in Quebec. The federal government then used Quebec's need for military assistance to announce its intention to impose Canadian standards in CHSLDs in the throne speech. This was a way for the federal government to impose its requirements when faced with the provinces joining forces and calling for a 35% increase in health care transfers.
Since then, the federal government has brought up this idea again in last fall's economic update and at the 20th first ministers' conference with the support of the NDP, of course. In all likelihood, the federal standards will be based on the guidelines for long-term care facilities, which were issued by Health Canada in April 2020 and updated on February 26, 2021. This document sets out the procedures to be followed in long-term care facilities to combat COVID-19.
I want to point out that Quebec is already debating the nationalisation of its long-term care facilities, with the debate being led by Premier Legault and his minister responsible for seniors and caregivers, Marguerite Blais. Let us allow them to discuss and debate that.
The Bloc Québécois wants to reiterate that health falls under the exclusive jurisdiction of Quebec and the provinces. Sections 91 and 92 of the Constitution Act, 1867, set out how jurisdictions are shared between the federal government and Quebec and the provinces. It is clear.
Health is the exclusive jurisdiction of Quebec, except when it comes to the health of indigenous peoples, military hospitals, Health Canada drug certification and quarantine. The federal government has failed when it comes to indigenous health, vaccine nationalism and quarantines.
The Liberal Party of Canada and the NDP are always trying to interfere in the jurisdictions of Quebec and the provinces, especially in the area of health care, because it is close to the people and therefore seems like the right thing to do. However, federalism, which they champion, requires each level of government to respect its exclusive jurisdictions. Both parties are giving in to the temptation to get out of this crisis any way they can, including centralization and austerity through cuts, and this is obviously a direct affront to Quebec and the provinces. I will have a bit more to say on that later, when I talk about health transfers.
Federalists sometimes argue that health transfers must have conditions attached, otherwise provinces take advantage of them to lower taxes rather than provide better services to their people.
Our response to that argument is that it is not the federal government's job to lecture the provincial and Quebec governments. This paternalism must stop. In a democracy, it is up to voters to sanction their government. A unanimous motion adopted by the Quebec National Assembly condemned the pan-Canadian standards for long-term care and demanded an increase in transfers.
On December 2, Marguerite Blais, the minister responsible for seniors and informal caregivers, moved a motion to condemn the Liberals' desire to impose these Canadian standards :
That the National Assembly reject the Government of Canada's desire to impose Canadian standards in Québec CHSLDs and long-term care facilities for the elderly, as this falls under exclusive Québec jurisdiction;
That it express its disappointment that the federal government did not include an increase in health transfer payments in its last economic update, while the provinces must cover significant health spending costs in the context of the COVID-19 pandemic;
That it call on the federal government to commit to not imposing Canadian standards in Québec CHSLDs and long-term care facilities for the elderly and to increasing health transfer payments to the tune of 35% of healthcare network costs.
The Bloc Québécois obviously supports the unanimous opinion of the Quebec National Assembly and denounces the centralizing vision espoused by the NDP and the Liberals.
Quebec already has standards. Long-term care homes are regulated by Quebec's Act Respecting Health Services and Social Services. Furthermore, I remind members that the majority of long-term care homes in Quebec, 86% of them, are publicly run, while the Canadian average is 46%.
Let me be clear: The provinces and Quebec have the expertise and experience to manage long-term care homes. The federal government does not. The provinces and Quebec are also the ones paying for the vast majority of these services. In 2014, the Canadian Institute for Health Information estimated that 73% of long-term care home costs in Canada were covered by provincial, territorial and municipal plans and agencies, whereas 23% of costs were covered by residents or through their private insurance.
All long-term care homes must meet certain safety and quality of care standards to receive a permit to operate. They need to renew that permit every four or five years, depending on what category they belong to, by once again demonstrating that they meet the minimum standards. The government even conducts occasional site visits to verify the quality of the services provided. Every long-term care home also needs to set up a users' committee that is responsible for informing residents of their rights, defending their interests and trying to improve the quality of services. I saw this myself when I was managing a project to increase awareness of elder abuse.
Given the situation, the Government of Quebec has already announced that it wants to standardize the regulations governing long-term care homes and staff working conditions. This is clearly not a federal responsibility, since the federal government has neither the experience nor the expertise required to set standards for long-term care facilities in the place of the provinces and Quebec. Instead, the federal government should focus on doing what is expected of it properly and live up to its responsibilities. My colleague from Salaberry—Suroît, who was a manager in the health care system, could also talk about that. The Premier of Quebec even said that it was a mistake for the Liberal government to propose centralizing measures in an area of provincial jurisdiction like health.
Last spring's report from the Canadian Armed Forces on their experience in Quebec long-term care homes was clear: There are already plenty of standards and rules governing PPE usage and infection control and prevention. Those rules were not enough to stop the virus, though, because long-term care homes had a hard time complying with the standards and rules. The reason for that was clearly a staff shortage. According to the report, long-term care homes are in dire need of medically trained staff.
If the federal government really wants to help the provinces and Quebec get through the pandemic and provide better care to our seniors, it should stop being so paternalistic. It should forget about imposing national standards that are not a good fit for a range of social and institutional contexts. Instead, it should increase health transfers, which would enable Quebec and the provinces to attract and retain more health care workers.
For my third point, let us look at where other seniors' organizations in Quebec stand on this. Representatives from the FADOQ network, the Quebec seniors' federation, reiterated to the Standing Committee on the Status of Women what they have long been saying in their pre-budget briefs to the finance committee: Quebec does not need standards, it needs financial resources to be able to take care of people.
It all boils down to health care funding. Health transfers have been slashed by successive Liberal and Conservative governments since the 1990s. Countless other organizations in Quebec agree, including the Association féminine d'éducation et d'action sociale, which advocates for women's rights and recognizes that underfunding has a direct impact on health care. Even Daniel Béland, the director of the McGill Institute for the Study of Canada, felt that the idea of imposing national standards was just a way to make the Prime Minister look good. Some people might see it as a good idea.
However, the provinces and Quebec should really be in charge of this, and they need more money. The solution is simple: increase federal health transfers. The government's refusal to provide ongoing funding for health care is not unrelated to the difficulties that the provinces and Quebec are having in providing proper care for their residents.
It is inconceivable that health care professionals have had to prop up our health care system over the past year as we have combatted this pandemic. In the meantime, the federal government has stubbornly continued to tell us that it will wait until after the crisis to increase funding, even though increasing funding is the most obvious way to permanently overcome this crisis and to predict, plan for and respond to the next one.
The Canadian government needs to realize that Quebec and the provinces are not making a frivolous request. This funding is required immediately so that Canadians and Quebeckers can receive the care they deserve and so that seniors can be treated with the respect they are owed for their contributions to our society.
Madam—
Madame la Présidente, je tiens d'abord à préciser que je partagerai mon temps de parole avec le député de Montcalm.
C'est avec une certaine forme d'exaspération que je prends la parole aujourd'hui sur la motion qui vise essentiellement à demander des normes nationales et la nationalisation des centres d'hébergement et de soins de longue durée, ou CHSLD. On comprendra que nous nous opposons vertement à la motion, car c'est une intrusion pure et simple dans un champ de compétence du Québec et des provinces, qui ne veulent rien savoir des normes fédérales.
Il appartient aux Québécois de choisir le modèle de soins qu'ils désirent, qu'il soit public ou privé. S'il est vrai que la pandémie de la COVID-19 a révélé les faiblesses de nos CHSLD, le Québec est amplement capable d'améliorer son propre système sans renoncer à son autonomie.
Une enquête publique du Bureau du coroner, ainsi qu'une enquête de la protectrice du citoyen sont déjà en cours d'exécution. Le Québec n'a pas besoin de normes fédérales pour améliorer la situation et n'a pas non plus besoin de se faire dicter des solutions par Ottawa.
J'en parlerai donc essentiellement en trois points. J'expliquerai davantage notre position en lien avec celle du Québec et celle de plusieurs organismes d'aînés au Québec.
Au début de la pandémie, il est vrai que Québec avait pris la décision de transférer des patients dans les CHSLD afin de libérer des lits d'hôpitaux, croyant que la pandémie mobiliserait pleinement le système hospitalier. Nous reconnaissons aussi que la COVID-19 touche principalement les aînés. Ce fait, combiné aux déficiences qui perdurent dans notre réseau de CHSLD — manque de personnel, administration défaillante, déplacement des travailleurs entre les différents centres d'hébergement, et ainsi de suite —, a mené à l'hécatombe que l'on connaît aujourd'hui, c'est-à-dire qu'un peu plus de la moitié des 10 087 décès survenus au Québec sont survenus dans les CHSLD.
Rappelons que, en mai dernier, les négociations entre le premier ministre Legault et le gouvernement libéral ont été particulièrement tendues par le refus du fédéral de reconduire l'aide de l'armée. Le gouvernement fédéral s'était alors servi du recours à l'armée, par le Québec, pour annoncer son intention d'imposer des normes canadiennes dans les CHSLD dans son discours du Trône. C'était une façon pour lui d'imposer ses exigences face à un front commun des provinces qui réclamait une hausse de transferts en santé de la part du fédéral à hauteur de 35 %.
Depuis, il est revenu à la charge avec son idée lors de la mise à jour économique de l'automne dernier et lors de 20e conférence téléphonique entre les premiers ministres du pays avec, bien entendu, la bénédiction du NPD. Selon toute vraisemblance, les normes fédérales s'appuieraient sur les lignes directrices pour les établissements de soins de longue durée, publiées par Santé Canada en avril 2020 et mises à jour le 26 février dernier. Ce document indique les procédures à suivre dans les CHSLD pour lutter contre la pandémie de la COVID-19.
Je souligne ici qu'il y a déjà un débat sur la nationalisation des CHSLD au Québec, mené par le premier ministre Legault et sa ministre responsable des aînés et des proches aidants Mme Marguerite Blais. Laissons-les en discuter et en débattre.
Au Bloc québécois, nous réitérons donc que la santé est une compétence exclusive du Québec et des provinces. La Loi constitutionnelle de 1867 et ses articles 91 et 92 déterminent le partage des compétences gouvernementales entre le fédéral et le Québec et les provinces. Elle est claire.
La santé est un pouvoir exclusif du Québec, à l'exception de la santé des Autochtones, les hôpitaux militaires, l'homologation des médicaments par Santé Canada, et la quarantaine. D'ailleurs, le fédéral a échoué sur la santé des Autochtones, sur le nationalisme vaccinal et sur les quarantaines.
Le Parti libéral du Canada et le NPD ont la tentation permanente de vouloir s'ingérer dans les champs de compétences du Québec et des provinces, en particulier dans le champ de la santé parce que c'est un domaine proche des gens et que cela paraît donc bien. Or, le fédéralisme, dont ils sont les porteurs, exige que chaque palier de gouvernement respecte ses compétences exclusives. Les deux partis succombent ainsi à la tentation de toute sortie de crise, soient avec la centralisation et l'austérité par les compressions, en plus de faire, évidemment, un affront direct au Québec et aux provinces. J'en glisserai un mot plus tard en parlant des transferts en santé.
Les fédéralistes avancent parfois l'argument que les transferts en santé doivent être assujettis à des conditions, sinon les provinces en profitent pour diminuer les impôts plutôt qu'offrir davantage de services à leur population.
À cela, nous répliquons que ce n'est pas au fédéral de faire la leçon aux gouvernements provinciaux et au Québec. Cessons ce paternalisme. En démocratie, c'est aux électeurs de sanctionner leur gouvernement. À l'unanimité, une motion de l'Assemblée nationale du Québec a dénoncé les normes nationales canadiennes dans les CHSLD et exige une hausse des transferts.
Le 2 décembre dernier, la ministre responsable des aînés et des proches aidants Mme Marguerite Blais a déposé une motion pour dénoncer la volonté des libéraux d'imposer ces normes canadiennes:
Que l'Assemblée nationale rejette la volonté du gouvernement du Canada d'imposer des normes canadiennes dans les CHSLD et les centres d'hébergement pour aînés, un champ de compétence exclusif au Québec;
Qu'elle exprime sa déception face à l'absence de hausse des transferts fédéraux en santé dans la dernière mise à jour économique du gouvernement fédéral, alors que les provinces doivent assumer d'importantes dépenses en santé dans le contexte de la pandémie de la COVID-19;
Qu'elle demande au gouvernement fédéral de s'engager à ne pas imposer de normes canadiennes dans les CHSLD et les centres d'hébergement pour aînés et d'augmenter les transferts en santé à hauteur de 35 % des coûts du réseau.
Évidemment, le Bloc québécois défend la position unanime de l'Assemblée nationale et dénonce cette vision centralisatrice du NPD et des libéraux.
Des normes, le Québec en possède déjà. En ce qui concerne les CHSLD, ces règlements sont déjà inscrits dans la Loi sur les services de santé et les services sociaux. De plus, rappelons que la majorité — 86 % — des foyers de longue durée du Québec sont publics, tandis que la moyenne canadienne est de 46 %.
Soyons bien clairs, ce sont les provinces et le Québec qui ont l'expertise et l'expérience en matière de foyers de soins de longue durée, pas le gouvernement fédéral. Ce sont également les provinces et le Québec qui financent la grande majorité de ces services. En 2014, l'Institut canadien d'information sur la santé estimait que 73 % des coûts attribuables aux établissements canadiens de soins de longue durée étaient financés par les régimes et les organismes provinciaux, territoriaux et municipaux, tandis que 23 % des coûts étaient assumés par les résidents ou par l'intermédiaire de leur assurance privée.
Tous les CHSLD doivent respecter des normes de sécurité et de qualité des soins pour avoir l'autorisation d'exploiter leur établissement. Ils doivent renouveler cette autorisation tous les quatre ou cinq ans selon leur catégorie, en démontrant à nouveau qu'ils respectent les normes minimales. Le gouvernement effectue même à l'occasion des visites pour s'assurer de la qualité des services offerts. Chaque CHSLD doit aussi mettre sur pied un comité des usagers, responsable d'informer les résidants de leurs droits, de défendre leurs intérêts et de tenter d'améliorer la qualité des services. J'ai pu le constater lorsque j'étais chargée de projet sur la sensibilisation à la maltraitance des aînés.
Étant donné la situation, le gouvernement du Québec a déjà déclaré qu'il voulait uniformiser l'encadrement des CHSLD et les conditions de travail des employés. Il est évident qu'il n'est pas de la responsabilité du fédéral, lequel n'a ni l'expérience ni l'expertise requises, de définir des normes pour les établissements à la place des provinces et du Québec. Le gouvernement fédéral devrait plutôt se concentrer à bien faire ce à quoi l'on s'attend de lui, et prendre ses responsabilités. Ma collègue de Salaberry—Suroît, qui a été gestionnaire dans le réseau de la santé, pourrait également vous en parler. Pour sa part, le premier ministre du Québec a même qualifié d'erreur la volonté du gouvernement libéral de proposer des mesures centralisatrices dans un domaine de compétence provinciale comme la santé.
Le rapport publié au printemps dernier par les Forces armées canadiennes suivant leur passage dans les CHSLD au Québec est clair: des normes, des règles sur la prévention et le contrôle de la contamination ou sur le port d'équipement de protection, il y en a déjà beaucoup. Cependant, celles-ci n'ont pas suffi à arrêter le virus, car les CHSLD ont eu de la difficulté à respecter les normes et les règles en place et à les appliquer. La raison en était manifestement la pénurie de main-d'œuvre. En effet, selon le rapport, les CHSLD ont un besoin criant de personnel avec formation médicale.
Si le gouvernement fédéral souhaite réellement aider les provinces et le Québec à se sortir de la pandémie et à améliorer les soins offerts à nos aînés, il doit aussi cesser de se montrer paternaliste. Il doit oublier cette idée de normes nationales imposées et mal adaptées aux différents contextes sociaux et institutionnels. Il doit plutôt augmenter les transferts en santé, qui permettront d'attirer et de retenir plus de monde dans le système de santé.
Troisièmement, penchons-nous sur les positions d'autres organismes pour aînés au Québec. Des représentants du réseau de la Fédération de l'âge d'or du Québec, le réseau FADOQ, ont à nouveau dit aux membres du Comité permanent de la condition féminine ce que contiennent depuis longtemps leurs mémoires prébudgétaires au Comité des finances: ce ne sont pas de normes dont le Québec a besoin, mais des moyens financiers lui permettant de prendre soin des gens.
En effet, c'est sur les questions de financement du système de santé que le bât blesse. Les transferts de santé ont été considérablement réduits par les compressions successives libérales et conservatrices depuis les années 1990. Ce point de vue est également partagé par de nombreux autres organismes au Québec, dont l'Association féminine d'éducation et d'action sociale, qui milite pour les droits des femmes et qui reconnaît que le sous-financement a un effet direct sur les soins de santé. Même le directeur de l'Institut d'études canadiennes de McGill, Daniel Béland, a jugé que l'intention d'imposer des normes nationales ne représentait qu'une solution accessoire pour bien faire paraître le premier ministre. En soi, cette intention peut être gagnante auprès d'un certain public.
Cependant, c'est vraiment aux provinces et au Québec qu'il revient de s'occuper de cela et ils ont besoin de plus d'argent. La solution est donc simple: une hausse des transferts fédéraux en santé. Le refus du gouvernement fédéral de financer durablement les soins de santé n'est pas étranger aux difficultés des provinces et du Québec à offrir des soins adéquats à leur population.
Il est impensable que nous luttions depuis un an contre une pandémie avec du personnel soignant qui porte nos réseaux à bout de bras alors que le gouvernement fédéral s'entête dans son refus et nous dise qu'il attendra après la crise pour offrir cette hausse. C'est pourtant une mesure tellement évidente pour sortir durablement de cette crise, anticiper la prochaine et être prêt à agir et à réagir.
Il serait temps que le gouvernement canadien réalise que cette demande n'est pas un caprice du Québec et des provinces, mais la condition nécessaire et immédiate pour que les Canadiens et les Québécois puissent recevoir les soins qu'ils méritent et que les aînés obtiennent le respect que commande leur contribution à notre société.
Voilà, madame la...
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-03-22 13:42 [p.5028]
Madam Speaker, time and again we have heard the Bloc members passionately arguing on behalf of their province, yet I would like to think that all members in the House would want to ensure that all people across the country would have a standard through which we could protect our seniors.
Does the previous speaker not acknowledge the failures of long-term care within her province, given the death rates in Quebec? Would this member ever consider the possibility that Quebec might actually have lower standards than the national comparators across the country, or is its national assembly so perfect that it will always far exceed the rest of Canada?
Madame la Présidente, nous avons entendu à maintes reprises les députés bloquistes défendre avec passion le point de vue de leur province. Pourtant, j'aimerais croire que tous les députés souhaitent que tous les Canadiens disposent d'une norme leur permettant de protéger les personnes âgées.
La députée ne reconnaît-elle pas les échecs des soins de longue durée dans sa province, compte tenu des taux de mortalité au Québec? N'envisage-t-elle jamais la possibilité que le Québec ait en fait des normes inférieures à celles des provinces comparables au pays, ou bien son assemblée nationale est-elle si parfaite qu'elle fera toujours beaucoup mieux que le reste du Canada?
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-03-22 13:43 [p.5028]
Madam Speaker, I thank my colleague for his comment.
I would once again invite him to reconsider the attack that the Liberals and the NDP are making on the jurisdictions of Quebec and the provinces.
As I mentioned at the beginning of my speech, Quebec is already looking into solutions. It is looking at what happened during the crisis in order to come up with real solutions.
Long-term care homes were already a point of debate during Quebec's most recent elections. Since then, the minister responsible for seniors, the health minister and the premier have been looking into the issue. We need to recognize their expertise, not tell them that we are going to impose standards on them. That is paternalism and a slap in the face. That is telling them that they are unable to manage their health care system, and I think that is unacceptable.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son intervention.
Je l'inviterais, encore une fois, à revenir sur cet affront des libéraux et du NPD au sujet du respect des champs de compétence du Québec et des provinces.
Comme je l'ai mentionné d'entrée de jeu dans mon discours, le Québec se penche déjà sur les solutions. Il se penche sur ce qui s'est passé pendant la crise afin d'en arriver à des solutions concrètes.
La question des CHSLD était déjà un sujet de discussion lors de la dernière campagne électorale au Québec. Depuis ce temps, la ministre responsable des Aînés, le ministre de la Santé et le premier ministre se penchent sur cette question. On doit reconnaître leurs compétences, et non leur dire qu'on va leur imposer des normes. C'est du paternalisme et c'est leur donner une gifle en pleine face. C'est leur dire qu'ils ne sont pas capables de gérer leur système de santé et c'est pour moi inacceptable.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2021-03-22 13:45 [p.5029]
Madam Speaker, what more can I say, after my colleague's magnificent speech? She really is an excellent critic for seniors.
She went over all the aspects of the NDP motion that are problematic. This motion presupposes that national standards are needed. I see that assumption as a contemptuous premise, not contemptuous of seniors but of those who provide care for them.
By moving this motion, which imposes national standards without having to debate them, the NDP is claiming that it would have done better. On what basis can they say they would have done better in these circumstances?
Obviously, what happened in long-term care facilities was catastrophic. At the beginning of the pandemic, Quebec made the decision to transfer patients to long-term care facilities to free up hospital beds, because many believed the pandemic would overwhelm the hospital system. Many believed that hospitals would become hot spots or red zones. Since some people were waiting for spots in long-term care facilities, Quebec thought it was a good idea to free up hospital beds so that the system would be able to respond to and withstand the first wave of the pandemic.
The decision was made in good faith. No one wanted what happened in the long-term care facilities. Investigations by the coroner and the ombudsperson might provide more information on what was done well and what could have been done better.
It is a disaster, and it is unprecedented. Where was the personal protective equipment? Why was the national stockpile depleted? Why did we send PPE to mainland China when our stockpile was depleted? Why did we not protect those who infected the residents at the long-term care facilities? Why has the government failed to increase health transfers for the past 30 years, something that would have prevented PSWs from needing to work at two or three facilities just to make ends meet?
This pandemic has shed light on the weaknesses in the network. Every expert that testified at the Standing Committee on Health told us that the pandemic has laid bare the weak links in the system and that this is the result of chronic underfunding in health.
The government turning around and telling the provinces and Quebec what they must do, claiming they could have done better, is nothing short of contempt. I am a bit surprised because Quebec does not need national standards to take care of its people and re-evaluate itself. Investigations are under way and there will likely be others. The debate on nationalization has already started, but it is worth noting that in politics, universal standards are never very good.
In Quebec, 86% of long-term care homes are public. In Canada, the average is 46%.
The Canadian Institute for Health Information estimated in a report that 73% of long-term care home costs in Canada were covered by provincial, territorial and municipal systems and agencies, whereas 23% of costs were covered by residents or through their private insurance.
I want to get back to the notion of jurisdictions. Lucien Bouchard, who was the leader of the official opposition in the House and served as premier of Quebec, said that successive governments in Quebec have always set out to reaffirm Quebec's jurisdictions, to ensure that the people of Quebec retain control over their economic, social and cultural development. In response to my New Democrat colleague's claim earlier that our only concern was the Quebec nation, I want to point out that this objective is not in any way connected to a government's position on the status of Quebec.
Incidentally, it is shocking and rather odd to see the NDP, which rightly and aggressively advocates for indigenous peoples to gain control over their social, economic and cultural development, trying to diminish the Quebec nation's control over health care.
When I spoke about my colleague's bill to establish a Canadian pharmacare program, I said that he had ignored Quebec. Today, that seems very obvious to me in this motion. However, what is needed is an increase in health transfers. If there is anything we can learn from this pandemic, it is that Quebec and the provinces must be able to plan for the future and rebuild their health networks.
Is the federal government's priority to give care providers the means to take care of our people? After 30 years of neglect, will it finally contribute its fair share once and for all in order to rebuild our health care systems and properly take care of our citizens? Have we ever seen a federal government lose an election on the issue of health? I have been interested in politics for quite some time and have never seen that. However, I have seen it at the provincial level and with a Quebec government. Why would a provincial government lose an election on the issue of health? Because that is a provincial jurisdiction.
All the federal government has to do is provide its share. Those with the expertise will provide the care. Claiming that they would have done better and that standards are going to solve the problems is just wishful thinking. Yes, there must be discussions, but Quebec is capable of having them and taking corrective action. Standards for Quebec's long-term care facilities, the CHSLDs, already exist, namely in the the act respecting health services and social services. This legislation can be improved and it will definitely be improved as a result of the investigations under way.
The Bloc Québécois is here to apprise the House of Commons of the unanimous motions and the consensus of the National Assembly. The National Assembly unanimously adopted a motion condemning the idea of national standards for CHSLDs and demanding an increase in health transfers.
Madam Speaker, how much time do I have left?
Madame la Présidente, que dire de plus après le discours magistral de ma collègue? Elle est vraiment une excellente porte-parole des aînés.
Elle a parlé de tous les aspects de la motion du NPD qui posent problème. Cette motion présuppose qu'il doit y avoir des normes nationales. À mon avis, cette présupposition réside dans une prémisse méprisante, non pas à l'endroit des aînés, mais bien à l'endroit de ceux qui leur offrent des soins.
En proposant cette motion qui vise à imposer des normes nationales sans qu'on ait à aborder un débat sur celles-ci, le NPD prétend qu'il aurait mieux fait. Or sur quelles bases peut-il affirmer qu'il aurait mieux fait dans de telles circonstances?
Il est évident que ce qui s'est passé dans les CHSLD est catastrophique. Au début de la pandémie, le Québec a pris la décision de transférer des patients dans les CHSLD pour libérer des lits dans les hôpitaux, parce qu'il croyait que la pandémie mobiliserait le système hospitalier. Il croyait que les centres hospitaliers allaient devenir des zones chaudes, des zones rouges. Puisque certaines personnes attendaient qu'on leur accorde une place en CHSLD, le Québec a cru bon de libérer les lits d'hôpitaux pour que le système soit capable de répondre et de résister à la pandémie, à la première vague.
La décision a été prise de bonne foi. Personne n'a souhaité ce qui est arrivé dans les CHSLD. Les enquêtes du coroner et de la protectrice du citoyen pourront révéler davantage ce qui a été bien fait et ce qui n'a pas été bien fait.
Or la situation est catastrophique; c'est du jamais vu. Où étaient les équipements de protection individuelle? Comment se fait-il que la réserve nationale était vide? Pourquoi a-t-on envoyé des équipements de protection individuelle en Chine continentale alors que notre réserve était vide? Pourquoi n'a-t-on pas protégé ceux qui ont contaminé les résidents des CHSLD? Comment se fait-il que, pendant 30 ans, on n'ait pas augmenté les transferts en santé, ce qui aurait fait qu'un préposé aux bénéficiaires n'aurait pas eu besoin de travailler dans deux ou trois centres pour joindre les deux bouts?
Ce que la pandémie a révélé, ce sont les faiblesses du réseau. Tous les experts qui ont témoigné devant le Comité permanent de la santé nous ont bien dit que la pandémie avait révélé les maillons faibles du système et que cela était dû à un sous-financement chronique en matière de santé.
Qu'on dise aujourd'hui aux provinces et au Québec ce qu'ils doivent faire, en prétendant qu'on aurait fait mieux, représente un genre de mépris. Je suis un peu surpris, parce que le Québec n'a pas besoin de normes nationales pour s'occuper de son monde et pour se remettre en question. Des enquêtes sont en cours, et il y en aura probablement d'autres. Le débat sur la nationalisation est déjà lancé, mais il faut quand même dire que, en politique, les normes universelles ne sont jamais une très bonne chose.
Au Québec, 86 % des foyers de soins de longue durée sont publics. Au Canada, la moyenne est de 46 %.
Dans un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé, il est estimé que 73 % des coûts attribuables aux établissements canadiens de soins de longue durée étaient financés par des régimes et des organismes provinciaux, territoriaux et municipaux et du Québec, tandis que 23 % des coûts étaient assumés par les résidents ou par l'intermédiaire de l'assurance privée.
Je reviens à la question des compétences. Lucien Bouchard, qui a siégé comme chef de l'opposition officielle à la Chambre et qui a été premier ministre du Québec, disait que les gouvernements du Québec qui se succèdent cherchent depuis longtemps à réaffirmer leurs compétences afin de favoriser la maîtrise par le peuple québécois de son développement social, économique et culturel. J'ajoute ici à l'intention de mon collègue du NPD qui croyait tout à l'heure que notre position est axée sur la question nationale que cet objectif est indépendant de l'option retenue par un gouvernement pour le statut du Québec.
En passant, il est étonnant et assez particulier de constater à quel point le NPD, qui est très proactif — et avec raison — pour favoriser la maîtrise par les peuples autochtones de leur développement social, économique et culturel, veut diminuer la maîtrise d'œuvre de la nation québécoise en matière de santé.
Quand j'ai parlé du projet de loi de mon collègue qui souhaitait établir une assurance-médicaments partout au pays, j'ai dit qu'il avait fait un trait sur le Québec. Aujourd'hui, cela m'apparait totalement évident dans cette motion. Pourtant, ce qu'il faut, c'est une hausse des transferts en santé. Si l'on a une leçon à tirer aujourd'hui de cette pandémie, c'est que le Québec et les provinces doivent pouvoir planifier ce qui s'en vient et rétablir leurs réseaux de santé.
La priorité du gouvernement fédéral est-elle de permettre à ceux qui doivent prendre soin de notre population d'avoir les moyens de le faire? Va-t-il enfin fournir une fois pour toutes sa juste part après avoir boudé pendant 30 ans pour rétablir nos réseaux de santé et prendre soin de notre population correctement? A-t-on déjà vu un gouvernement fédéral perdre une élection sur la question de la santé? Cela fait un bout de temps que je m'intéresse à la politique et je n'ai encore jamais vu cela. Par contre, je l'ai vu pour un gouvernement du Québec ou d'une province. Pourquoi un gouvernement provincial perdrait-il une élection sur la question de la santé? C'est parce que cette question relève de lui.
Pour sa part, tout ce que le gouvernement fédéral a à faire est fournir sa part. Ceux qui ont l'expertise sont ceux qui donnent les soins. Prétendre qu'on aurait fait mieux et que des normes vont régler les problèmes relève de la pensée magique. Oui, il y a des débats à faire, mais le Québec est capable de faire ces débats et d'apporter ses correctifs. Il y en a, des normes sur les CHSLD, elles sont dans la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Cela peut être amélioré et ce sera sûrement amélioré à la lumière des enquêtes qui sont en cours.
Le Bloc québécois est là pour porter à la Chambre des communes les motions unanimes et le consensus de l'Assemblée nationale. Or, à l'unanimité, l'Assemblée nationale a adopté une motion dénonçant l'idée de normes nationales canadiennes dans les CHSLD et exigeant une hausse des transferts en santé.
Madame la Présidente, combien de temps de parole me reste-t-il?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-03-22 13:58 [p.5030]
Madam Speaker, Liberal members of Parliament in all areas of Canada recognize that what happened in long-term care homes through the pandemic is a good example of building back better, something the Prime Minister talks about. We need national standards that obligate us to continue to work with provinces and territories to deliver what Canadians want us to deliver.
Will the member not recognize that the federal government is at times called upon by citizens in all of our provinces to take specific action to protect the interests of seniors?
Madame la Présidente, les députés libéraux de toutes les régions du Canada reconnaissent que ce qui s'est passé dans les établissements de soins de longue durée pendant la pandémie est un bon exemple de la nécessité de rebâtir en mieux, ce dont parle le premier ministre. Nous avons besoin de normes nationales qui nous obligent à continuer de travailler avec les provinces et les territoires pour réaliser ce que les Canadiens attendent de nous.
Le député ne reconnaît-il pas que le gouvernement fédéral est parfois appelé par les citoyens de l'ensemble des provinces à prendre des mesures précises pour protéger les intérêts des personnes âgées?