Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 530
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 682--
Mr. Gary Vidal:
With regard to expenditures related to promoting, advertising, or consulting on Bill C-15, An Act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, by the government, including any that took place prior to the tabling of the legislation, since October 21, 2019, broken down by month and by department, agency or other government entity: (a) what was the total amount spent on (i) consultants, (ii) advertising, (iii) promotion; and (b) what are the details of all contracts related to promoting, advertising or consulting, including (i) the date the contact was signed, (ii) the vendor, (iii) the amount, (iv) the start and end date, (v) the description of goods or services, (vi) whether the contract was sole-sourced or was competitively bid on?
Response
(Return tabled)

Question No. 684--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to fraud involving the Canada Emergency Response Benefit program since the program was launched: (a) what was the number of double payments made under the program; (b) what is the value of the payments in (a); (c) what is the value of double payments made in (b) that have been recouped by the government; (d) what is the number of payments made to applications that were suspected or deemed to be fraudulent; (e) what is the value of the payments in (d); and (f) what is the value recouped by the government related to payments in (e)?
Response
(Return tabled)

Question No. 685--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to Corporations Canada and the deregistration of federally incorporated businesses since 2016, broken down by year: (a) how many businesses have deregistered their corporation; and (b) what is the breakdown of (a) by type of business?
Response
(Return tabled)

Question No. 686--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the government’s requirements for hotels being used as quarantine facilities: (a) what specific obligations do the hotels have with regard to security standards; (b) what specific measures has the government taken to ensure these security standards are being met; (c) how many instances have occurred where government inspectors have found that the security standards of these hotels were not being met; (d) of the instances in (c), how many times did the security failures jeopardize the safety of (i) the individuals staying in the facility, (ii) public health or the general public; (e) are hotels required to verify that someone has received a negative test prior to leaving the facility, and, if so, how is this specifically being done; and (f) how many individuals have left these facilities without receiving a negative test result?
Response
(Return tabled)

Question No. 687--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the government’s requirements for hotels to become a government-authorized hotel for the purpose of quarantining returning international air travellers: (a) what specific obligations do the hotels have with regard to security standards; (b) what specific measures has the government taken to ensure these security standards are being met; (c) how many instances have occurred where government inspectors have found that the security standards of these hotels were not being met; (d) of the instances in (c), how many times did the security failures jeopardize the safety of (i) the individuals staying in the facility, (ii) public health or the general public; (e) how many criminal acts have been reported since the hotel quarantine requirement began at each of the properties designated as a government-authorized hotel; (f) what is the breakdown of (e) by type of offence; (g) are the hotels required to verify that someone has received a negative test prior to leaving the facility, and, if so, how is this specifically being done; (h) how many individuals have left these hotels prior to or without receiving a negative test result; and (i) how does the government track whether or not individuals have left these hotels prior to receiving a negative test result?
Response
(Return tabled)

Question No. 688--
Ms. Nelly Shin:
With regard to the requirement that entails individuals entering Canada for compassionate reasons to seek an exemption online, the problems with the Public Health Agency of Canada’s (PHAC) online system, and the resulting actions from the Canada Border Services Agency (CBSA): (a) what is the total number of international travellers arriving at Canadian airports who were denied entry, broken down by month since March 18, 2020; (b) how many individuals in (a) were (i) immediately sent back to their country of origin, (ii) permitted to remain in Canada pending an appeal or deportation; (c) what is the number of instances where the PHAC did not make a decision on an application for exemptions on compassionate reasons prior to the traveller’s arrival, or scheduled arrival in Canada; (d) of the instances in (c), where PHAC did not make a decision on time, was the reason due to (i) technical glitches that caused the PHAC to miss the application, (ii) other reasons, broken down by reason; (e) for the instances where the PHAC did not make a decision on time, was the traveller (i) still permitted entry in Canada, (ii) denied entry; and (f) what specific recourse do travellers arriving for compassionate reasons have when they encounter problems with the CBSA or other officials due to the PHAC not making a decision on time?
Response
(Return tabled)

Question No. 689--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to expenditures on social media influencers, including any contracts which would use social media influencers as part of a public relations campaign since January 1, 2021: (a) what are the details of all such expenditures, including the (i) vendor, (ii) amount, (iii) campaign description, (iv) date of the contract, (v) name or handle of the influencer; and (b) for each campaign that paid an influencer, was there a requirement to make public, as part of a disclaimer, the fact that the influencer was being paid by the government, and, if not, why not?
Response
(Return tabled)

Question No. 690--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to all monetary and non-monetary contracts, grants, agreements and arrangements entered into by the government, including any department, agency, Crown corporation or other government entity, with FLIR Lorex Inc., FLIR Systems , Lorex Technology Inc, March Networks, or Rx Networks Inc., since January 1, 2016: what are the details of such contracts, grants, agreements, or arrangements, including for each (i) the company, (ii) the date, (iii) the amount or value, (iv) the start and end date, (v) the summary of terms, (vi) whether or not the item was made public through proactive disclosure, (vii) the specific details of goods or services provided to the government as a result of the contract, grant, agreement or arrangement, (viii) the related government program, if applicable?
Response
(Return tabled)

Question No. 691--
Mr. Randy Hoback:
With regard to the deal reached between the government and Pfizer Inc. for COVID-19 vaccine doses through 2024: (a) what COVID-19 modelling was used to develop the procurement agreement; and (b) what specific delivery timetables were agreed to?
Response
(Return tabled)

Question No. 692--
Mr. Randy Hoback:
With regard to the testimony of the CEO of BioPharma Services at the House of Commons' Standing Committee on International Trade on Friday, April 23, 2021, pertaining to potential future waves of COVID-19 and the need for trading blocs: (a) have the Minister of Finance and her department been directed to plan supports for Canadians affected by subsequent waves of the virus through 2026; (b) what is the current status of negotiations or discussions the government has entered into with our allies about the creation of trading blocs for vaccines and personal protective equipment; (c) which specific countries have been involved in discussions about potential trading blocs; and (d) what are the details of all meetings where negotiations or discussions that have occurred about potential trading, including the (i) date, (ii) participants, (iii) countries represented by participants, (iv) meeting agenda and summary?
Response
(Return tabled)

Question No. 694--
Ms. Raquel Dancho:
With regard to the Canada Emergency Response Benefit payments being sent to prisoners in federal or provincial or territorial correctional facilities: (a) how many CERB benefit payments were made to incarcerated individuals; (b) what is the value of the payments made to incarcerated individuals; (c) what is the value of the payments in (b) which were later recouped by the government as of April 28, 2021; (d) how many payments were intercepted and or blocked by Correctional Service Canada staff; (e) what is the breakdown of (d) by correctional institution; and (e) how many of the payments in (a) were sent to individuals in (i) federal correctional facilities, (ii) provincial or territorial correctional facilities?
Response
(Return tabled)

Question No. 696--
Mrs. Stephanie Kusie:
With regard to the negotiations between the government and major Canadian airlines that are related to financial assistance, since November 8, 2020: what are the details of all meetings, including any virtual meetings, held between the government and major airlines, including, for each meeting, the (i) date, (ii) number of government representatives, broken down by department and agency, and, if ministers' offices were represented, how many representatives of each office were present, (iii) number of airline representatives, including a breakdown of which airlines were represented and how many representatives of each airline were present?
Response
(Return tabled)

Question No. 697--
Mrs. Alice Wong:
With regard to the Canadian Intellectual Property Office (CIPO): (a) broken down by end of fiscal year, between fiscal years 2011-12 to 2020-21, how many trademark examiners were (i) employed, (ii) contracted by the CIPO; (b) what percentage in (a) were employed with a residence within the National Capital Region of Ottawa-Gatineau, by the end of fiscal years 2015-16 to 2020-21; (c) broken down by fiscal year, during each fiscal year from 2011-12 to 2020-21, how many trademark examiners were (i) hired, (ii) terminated, broken down by (A) for cause and (B) not for cause; (d) is there a requirement for bilingualism for trademark examiners, and, if so, what level of other-official language fluency is required; (e) is there a requirement that trademark examiners reside within the National Capital Region of Ottawa-Gatineau, and, if so, how many trademark examiner candidates have refused offers of employment, and how many trademark examiners have ceased employment, due to such a requirement in the fiscal years from 2011-12 to 2020-21; (f) what was the (i) mean, (ii) median time of a trademark application, for each of the fiscal years between 2011-12 and 2020-21, between filing and a first office action (approval or examiner’s report); (g) for the answer in (f), since June 17, 2019, how many were filed under the (i) direct system, (ii) Madrid System; (h) for the answer in (g), what are the mean and median time, broken down by month for each system since June 17, 2019; (i) does the CIPO prioritize the examination of Madrid system trademark applications designating Canada over direct trademark applications, and, if so, what priority treatment is given; (j) as many applicants and trademark agents have not received correspondence from the CIPO by regular mail and prefer electronic correspondence, does the CIPO have systems in place to allow trademarks examiners and other trademarks staff to send all correspondence by e-mail to applicants and trademark agents of record, and, if not, is the CIPO looking into implementing such system; (k) when is the anticipated date for the execution of such system; (l) what is Canada’s ranking with other countries, as to the speed of trademark examination; and (m) what countries, if any, have a longer period of time between filing and a first office action (approval or examiner’s report) for trademarks compared to Canada?
Response
(Return tabled)

Question No. 699--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Fiscal Stabilization Program under the Federal-Provincial Arrangements Act, since January 1, 1987: (a) what is the breakdown of every payment or refund made to provinces, broken down by (i) date, (ii) province, (iii) payment amount, (iv) revenue lost by the province, (v) payment as a proportion of revenue lost, (vi) the value of the payment in amount per capita; (b) how many claims have been submitted to the Minister of Finance by each province since its inception, broken down by province and date; (c) how many claims have been accepted, broken down by province and date; and (d) how many claims have been rejected, broken down by province and date?
Response
(Return tabled)

Question No. 700--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to voluntary compliance undertakings (VCU) and board orders by the Patented Medicines Prices Review Board (PMPRB), since January 1, 2016: (a) what is the total amount of money that has been made payable from pharmaceutical companies to her Majesty in right of Canada through voluntary compliance undertakings and board orders, both sum total, broken down by (i) company, (ii) product, (iii) summary of guideline application, (iv) amount charged, (v) date; (b) how is the money processed by the PMPRB; (c) how much of the intake from VCUs and board orders are counted as revenue for the PMPRB; (d) how much of the intake from VCUs and board orders are considered revenue for Health Canada; (e) as the Public Accounts lists capital inflow from VCUs as revenue, what has the PMPRB done with the inflow; and (f) who decides the distribution of the capital inflow from VCUs?
Response
(Return tabled)

Question No. 701--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Patented Medicines Prices Review Board (PMPRB) and the proposed amendments to the “Patented Medicines Regulations”, also referred to as the PMPRB Guidelines, since January 1, 2017: (a) how many organizations, advocacy groups, and members of industry or stakeholders have been consulted, both sum total and broken down in an itemized list by (i) name, (ii) summary of their feedback, (iii) date; (b) how many stakeholders expressed positive feedback about the proposed guidelines; (c) how many stakeholders expressed negative feedback about the proposed guidelines; (d) what is the threshold of negative feedback needed to delay implementation of the proposed guidelines as has been done previously in mid 2020, and start of 2021; (e) have there been any requests made by PMPRB executives to Health Canada officials to delay the implementation of the proposed regulations; and (f) how many times were these requests rejected by Health Canada officials?
Response
(Return tabled)

Question No. 702--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to reports, studies, assessments, consultations, evaluations and deliverables prepared for the Canada Mortgage and Housing Corporation since January 1, 2016: what are the details of all such deliverables, including the (i) date that the deliverable was finished, (ii) title, (iii) summary of recommendations, (iv) file number, (v) website where the deliverable is available online, if applicable, (vi) value of the contract related to the deliverable?
Response
(Return tabled)

Question No. 704--
Mr. Alex Ruff:
With regard to government data relating to the Cannabis Act (2018) Part 14 Access to Cannabis for Medical Purposes, broken down by month, year, and province or territory since 2018: (a) how many active personal or designated production registrations were authorized for amounts equal to or above 25 grams per person, per day: (b) how many active personal or designated production registrations are authorized for amounts equal to or above 100 grams per person, per day; (c) how many registrations for the production of cannabis at the same location exist in Canada that allow two, three and four registered persons; (d) of the locations that allow two, three and four registered persons to grow cannabis, how many site locations contain registrations authorized to produce amounts equal to or above 25 grams per person, per day; (e) how many site locations contain registrations authorized to produce amounts equal to or above 100 grams per person, per day; (f) how many Health Canada or other government inspections of these operations were completed each month; (g) how many of those inspections yielded violations, broken down by location; and (h) how many resulted in withdrawal of one or more licences?
Response
(Return tabled)

Question No. 706--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to COVID-19 specimen collection from travellers completed at Canada’s ports of entry and through at home specimen collection kits: (a) what company performs the tests of specimens collected from each port of entry; (b) what company performs the tests of at home specimen collection kits; (c) what city and laboratory are specimens collected from each port of entry, sent to for processing; (d) what city and laboratory are at home specimen collection kits processed; (e) what procurement process did the government undertake in selecting companies to collect and process COVID-19 specimens; (f) what companies submitted bids to collect and process COVID-19 specimens; (g) what are the details of the bids submitted by companies in (f); and (h) what are the details of the contracts entered into between the government and any companies that have been hired to collect and process COVID-19 specimens?
Response
(Return tabled)

Question No. 707--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to Access to Information and Privacy (ATIP) requests submitted to Immigration, Refugees, and Citizenship Canada (IRCC): (a) what is the current inventory of requests and broken down by the type of request; (b) what is the average processing time of each type of request; (c) what percentage of requests have received extensions in response time and broken down by the type of request; (d) what is the breakdown of the percentage of requests in (c) according to reasons for extensions; (e) what is the average length of extensions for response time overall and for each type of request; (f) what is the average number of extensions for response time overall and for each type of request; (g) what percentage of requests have had exemptions applied; (h) what is the breakdown of the percentage in (g) according to the reasons for exemptions; (i) how many complaints regarding the ATIP process has IRCC received since January 1, 2020, broken down by month; and (j) what is the breakdown of the number of complaints in (i) according to the type of complaint?
Response
(Return tabled)

Question No. 708--
Mr. Jasraj Singh Hallan:
With regard to Immigration, Refugees, and Citizenship Canada (IRCC) offices: (a) what lines of business are processed at each case processing centre (CPC), the centralized intake office (CIO), and the Operations Support Centre (OSC); (b) what lines of business in (a) are not currently being processed at each CPC, the CIO, and the OSC; (c) how many applications have been (i) submitted, (ii) approved, (iii) refused, (iv) processed for each line of business, at each CPC, the CIO, and the OSC since January 1, 2020, broken down by month; (d) what is the current processing times and service standard processing times for each line of business at each CPC, the CIO, the OSC; (e) what is the operating status of each IRCC in-person office in Canada; (f) what services are provided at each IRCC in-person office in Canada; (g) what services in (f) are currently (i) available, (ii) unavailable, (iii) offered at limited capacity, at each IRCC in-person office in Canada; (h) what lines of business are processed at each IRCC visa office located in Canadian embassies, high commissions, and consulates; (i) how many applications have been (i) submitted, (ii) approved, (iii) refused, (iv) processed, for each line of business processed at each IRCC visa office in (h) since January 1, 2020, broken down by month; and (j) what is the current processing times and standard processing times for each line of business processed at each IRCC visa office in (h)?
Response
(Return tabled)

Question No. 709--
Mr. Alex Ruff:
With regard to correspondence received by the Minister of Canadian Heritage or the Office of the Prime Minister related to internet censorship or increased regulation of posts on social media sites, since January 1, 2019: (a) how many pieces of correspondence were received; and (b) how many pieces of correspondence asked for more internet censorship or regulation?
Response
(Return tabled)

Question No. 710--
Mr. Martin Shields:
With regard to the planning of the government’s announcement on April 29, 2021, about the launch of an independent external comprehensive review of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces and reports that some of those involved in the announcement, including Lieutenant-General Jennie Carignan, did not learn about their new roles until the morning of the announcement: (a) on what date was Lieutenant-General Jennie Carignan informed that she would become the Chief, Professional Conduct and Culture, and how was she informed; (b) on what date was Louise Arbour informed that she would be head of the review; (c) was the decision to launch this review made before or after Elder Marques testified at the Standing Committee on National Defence that Katie Telford had knowledge about the accusations against General Vance; and (d) if the decision in (c) was made prior to Mr. Marques’ testimony, what proof does the government have to back-up that claim?
Response
(Return tabled)

Question No. 711--
Mr. Martin Shields:
With regard to free rapid COVID-19 tests distributed by the government directly to companies for the screening of close-contact employees: (a) how many tests were distributed; (b) which companies received the tests; and (c) how many tests did each company in (b) receive?
Response
(Return tabled)

Question No. 712--
Mr. Martin Shields:
With regard to contracts awarded by the government to former public servants since January 1, 2020, broken down by department, agency, or other government entity: (a) how many contracts have been awarded to former public servants; (b) what is the total value of those contracts; and (c) what are the details of each such contract, including the (i) date the contract was signed, (ii) description of the goods or services, including the volume, (iii) final amount, (iv) vendor, (v) start and end date of contract?
Response
(Return tabled)

Question No. 713--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to sole-sourced contracts signed by the government since February 1, 2020, broken down by department, agency, or other government entity: (a) how many contracts have been sole-sourced; (b) what is the total value of those contracts; and (c) what are the details of each sole-sourced contract, including the (i) date, (ii) description of the goods or services, including the volume, (iii) final amount, (iv) vendor, (v) country of the vendor?
Response
(Return tabled)

Question No. 714--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to the RCMP’s National Security Criminal Investigations Program, broken down by year since 2015: (a) how many RCMP officers or other personnel were assigned to the program; and (b) what was the program’s budget or total expenditures?
Response
(Return tabled)

Question No. 716--
Mr. Marc Dalton:
With regard to the Interim Protocol for the use of Southern B.C. commercial anchorages: (a) how many (i) days each of the anchorage locations was occupied from January 2019 to March 2021, broken down by month, (ii) complaints received related to vessels occupying these anchorages, between January 1, 2019, and March 31, 2021; and (b) why did the public posting of interim reports cease at the end of 2018?
Response
(Return tabled)

Question No. 717--
Mr. Marc Dalton:
With regard to federal transfer payments to Indigenous communities in British Columbia: (a) what is the total amount of federal transfer payments in fiscal years 2018-19, 2019-20, 2020-21; and (b) of the amounts provided in (a), what amounts were provided specifically to Metis communities?
Response
(Return tabled)

Question No. 718--
Mrs. Cathay Wagantall:
With regard to funding provided by the government to the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies (CAEFS): (a) what requirements and stipulations apply for the CAEFS in securing, spending, and reporting financial support received from the government; and (b) what has the government communicated to the CAEFS with respect to the enforcement of Interim Policy Bulletin 584 before and after the coming into force of Bill C-16, An Act to amend the Canadian Human Rights Act and the Criminal Code, on June 19, 2017?
Response
(Return tabled)

Question No. 719--
Mr. Dan Albas:
With regard to government funding in the riding of South Okanagan—West Kootenay, for each fiscal year since 2018-19 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group, broken down by (i) name of the recipient, (ii) municipality of the recipient, (iii) date on which the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency providing the funding, (vi) program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 722--
Mr. Dan Albas:
With regard to COVID-19 vaccines and having to throw them away due to spoilage or expiration: (a) how much spoilage and waste has been identified; (b) what is the spoilage and waste breakdowns by province; and (c) what is the cost to taxpayers for the loss of spoiled vaccines?
Response
(Return tabled)

Question No. 724--
Mr. Brad Vis:
With regard to the First-Time Home Buyer Incentive (FTHBI) announced by the government in 2019, from September 1, 2019, to date: (a) how many applicants have applied for a mortgage through the FTHBI, broken down by province or territory and municipality; (b) of the applicants in (a), how many applicants have been approved and accepted mortgages through the FTHBI, broken down by province or territory and municipality; (c) of the applicants in (b), how many approved applicants have been issued the incentive in the form of a shared equity mortgage; (d) what is the total value of incentives (shared equity mortgages) under the program that have been issued, in dollars; (e) for those applicants who have been issued mortgages through the FTHBI, what is that value of each of the mortgage loans; (f) for those applicants who have been issued mortgages through the FTHBI, what is that mean value of the mortgage loan; (g) what is the total aggregate amount of money lent to homebuyers through the FTHBI to date; (h) for mortgages approved through the FTHBI, what is the breakdown of the percentage of loans originated with each lender comprising more than 5 per cent of total loans issued; (i) for mortgages approved through the FTHBI, what is the breakdown of the value of outstanding loans insured by each Canadian mortgage insurance company as a percentage of total loans in force; and (j) what date will the promised FTHBI program updates announced in the 2020 Fall Economic Statement be implemented?
Response
(Return tabled)

Question no 682 --
M. Gary Vidal:
En ce qui concerne les dépenses gouvernementales relatives à la promotion, à la publicité ou aux experts conseils pour le projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, y compris celles qui ont été engagées avant le dépôt de la mesure législative, depuis le 21 octobre 2019, ventilées par mois et par ministère, organisme ou autre entité gouvernementale: a) quel a été montant total dépensé pour (i) les experts conseils, (ii) la publicité, (iii) la promotion; b) quels sont les détails de tous les contrats liés à la promotion, à la publicité et aux experts conseils, y compris (i) la date de la signature du contrat, (ii) le fournisseur, (iii) le montant, (iv) les dates de début et de fin, (v) la description des biens ou des services, (vi) s’il s’agissait d’un contrat à fournisseur unique ou ayant fait l’objet d’un appel d’offres?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 684 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne la fraude relative à la Prestation canadienne d’urgence depuis sa création: a) combien de paiements ont été faits en double; b) quelle est la valeur des paiement en a); c) quelle est la valeur des paiements faits en double en b) qui ont été récupérés par le gouvernement; d) combien de paiements ont été accordés à des demandes jugées frauduleuses ou soupçonnées de l’être; e) quelle est la valeur des paiements en d); f) quelle est la valeur des paiements en e) qui ont été récupérés par le gouvernement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 685 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne Corporations Canada et le désenregistrement de sociétés de régime fédéral depuis 2016, ventilé par année: a) combien d’entreprises ont désenregistré leur société; b) quelle est la répartition des entreprises en a) par type d’entreprise?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 686 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les exigences du gouvernement pour les hôtels utilisés comme installations de quarantaine: a) quelles obligations précises les hôtels ont-ils en ce qui concerne les normes de sécurité; b) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour s’assurer que ces normes de sécurité sont respectées; c) combien de fois les inspecteurs du gouvernement ont-ils constaté que les normes de sécurité de ces hôtels n’étaient pas respectées; d) parmi les cas en c), combien de fois les manquements aux normes de sécurité ont-ils mis en péril (i) la sécurité des personnes séjournant dans l’établissement, (ii) la santé publique ou la sécurité du grand public; e) les hôtels sont-ils tenus de vérifier qu’une personne a subi un test de dépistage négatif avant de quitter l’établissement et, le cas échéant, comment cette vérification est-elle effectuée; f) combien de personnes ont quitté ces établissements sans avoir reçu un résultat négatif?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 687 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les exigences établies par le gouvernement pour que seuls les hôtels approuvés par les autorités publiques puissent accueillir des voyageurs qui reviennent de l’étranger par voie aérienne et qui doivent faire une quarantaine: a) quelles obligations précises les hôtels doivent-ils remplir concernant les normes de sécurité; b) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour assurer le respect des normes de sécurité; c) combien de cas de non respect des normes de sécurité ont été observés par les inspecteurs des autorités publiques; d) parmi les cas en c), combien concernaient des manquements à la sécurité qui mettaient en péril (i) la sécurité des personnes séjournant dans l’établissement en question, (ii) la santé publique ou la population en général; e) combien d’actes criminels ont été signalés dans chacun des établissements approuvés par les autorités publiques depuis l’entrée en vigueur de l’exigence sur la quarantaine à l’hôtel; f) quels sont les nombres en e), ventilés selon le type d’infraction; g) les hôtels sont-ils tenus de vérifier que le client a reçu un résultat négatif à un test de dépistage avant de quitter l’établissement et, le cas échéant, quelle procédure précise s’applique à cette fin; h) combien de personnes ont quitté leur hôtel avant d’avoir reçu un résultat négatif à un test de dépistage ou sans avoir reçu de résultat négatif; i) comment le gouvernement vérifie-t-il si des gens quittent leur hôtel avant d’avoir reçu un résultat négatif à un test de dépistage?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 688 --
Mme Nelly Shin:
En ce qui concerne l’exigence selon laquelle les personnes entrant au Canada pour des raisons humanitaires doivent demander une exemption en ligne, les problèmes liés au système en ligne de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et les mesures prises par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à l’égard de ces voyageurs: a) combien de voyageurs internationaux arrivant dans des aéroports canadiens se sont vus refuser l’entrée, ventilé par mois, depuis le 18 mars 2020; b) combien de personnes en a) ont été (i) immédiatement renvoyées dans leur pays d’origine, (ii) autorisées à rester au Canada en attendant une décision d’appel ou leur expulsion; c) dans combien de cas l’ASPC n’a pas pris de décision concernant une demande d’exemption pour des raisons humanitaires avant l’arrivée ou l’arrivée prévue du voyageur au Canada; d) dans les cas en c), où l’ASPC n’a pas pris de décision à temps, la raison était-elle due (i) à des problèmes techniques qui ont fait que l’ASPC n’a pas reçu la demande, (ii) à d’autres raisons, ventilées par raison; e) dans les cas où l’ASPC n’a pas pris de décision à temps, le voyageur (i) a-t-il été quand même autorisé à entrer au Canada, (ii) s’est-il vu refuser l’entrée; f) quels sont les recours pour les voyageurs qui viennent au pays pour des raisons humanitaires et qui ont des problèmes avec l’ASFC ou d’autres agents parce que l’ASPC n’a pas pris de décision à temps?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 689 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne les dépenses liées aux influenceurs sur les réseaux sociaux, y compris tout contrat visant à utiliser des influenceurs dans le cadre d’une campagne de relations publiques depuis le 1er janvier 2021: a) quels sont les détails relatifs à toutes ces dépenses, y compris (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la description de la campagne, (iv) la date du contrat, (v) le nom ou le pseudonyme de l’influenceur; b) pour chaque campagne qui a rémunéré un influenceur, était-il exigé que soit divulgué publiquement, sous forme d’avertissement, le fait que l’influenceur était payé par le gouvernement et, si ce n'est pas le cas, pourquoi?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 690 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne tous les contrats, subventions, ententes et arrangements monétaires et non monétaires conclus par le gouvernement, y compris tout ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale, avec FLIR Lorex Inc., FLIR Systems, Lorex Technology Inc., March Networks ou Rx Networks Inc. depuis le 1er janvier 2016: quels sont les détails de ces contrats, subventions, ententes ou arrangements, y compris, pour chacun d’entre eux, (i) le nom de l’entreprise, (ii) la date, (iii) le montant ou la valeur, (iv) la date de début et de fin, (v) le résumé des modalités, (vi) le fait que ceux-ci ont fait l’objet ou pas d’une divulgation proactive, (vii) les détails précis des biens ou des services fournis au gouvernement en raison du contrat, de la subvention, de l’entente ou de l’arrangement, (viii) le programme gouvernemental pertinent, le cas échéant?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 691 --
M. Randy Hoback:
En ce qui concerne le marché conclu entre le gouvernement et Pfizer Inc. pour les doses de vaccin contre la COVID-19 jusqu’en 2024: a) quelle modélisation de la COVID-19 a été utilisée pour établir l’entente d’approvisionnement; b) sur quels calendriers de livraison précis s’est-on entendu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 692 --
M. Randy Hoback:
En ce qui concerne le témoignage du directeur général de BioPharma Services devant le Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes, le vendredi 23 avril 2021, au sujet des prochaines vagues possibles de COVID-19 et de la nécessité des blocs commerciaux: a) est-ce que la ministre des Finances et son ministère ont eu la directive de prévoir des soutiens pour les Canadiens touchés par toute vague subséquente du virus d’ici 2026; b) quel est l’état actuel des négociations ou des discussions entre le gouvernement et nos alliés pour ce qui est de la création de blocs commerciaux pour les vaccins et l’équipement de protection personnelle; c) quels sont les pays qui participent aux discussions sur la création potentielle de blocs commerciaux; d) quels sont les détails de toutes les réunions où de possibles échanges commerciaux ont fait l’objet de négociations ou de discussions, y compris (i) la date, (ii) les participants, (iii) les pays représentés par les participants, (iv) l’ordre du jour et le compte rendu des réunions?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 694 --
Mme Raquel Dancho:
En ce qui concerne le versement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) à des détenus dans des établissements correctionnels fédéraux, provinciaux ou territoriaux: a) combien de paiements de la PCU ont été versés à des personnes incarcérées; b) quel est le montant des paiements versés à des personnes incarcérées; c) quel est le montant des paiements en b) que le gouvernement a recouvrés par la suite, en date du 28 avril 2021; d) combien de paiements ont été interceptés ou bloqués par le personnel de Service correctionnel Canada; e) quelle est la ventilation de d) par établissement correctionnel; e) combien des paiements en a) ont été envoyés à des personnes détenues (i) dans des établissements correctionnels fédéraux, (ii) dans des établissements correctionnels provinciaux ou territoriaux?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 696 --
Mme Stephanie Kusie:
En ce qui concerne les négociations entre le gouvernement et les grandes compagnies aériennes du Canada au sujet d’une aide financière, depuis le 8 novembre 2020: quels sont les détails de chacune des réunions, y compris les réunions virtuelles, tenues entre le gouvernement et les grandes compagnies aériennes, y compris, pour chaque réunion, (i) la date, (ii) le nombre de représentants du gouvernement, ventilé par ministère et organisme, et, si des cabinets de ministre étaient représentés, combien de représentants de chaque cabinet étaient présents, (iii) le nombre de représentants des compagnies aériennes, y compris la ventilation des compagnies aériennes qui étaient représentées et le nombre de représentants de chacune des compagnies qui étaient présents?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 697 --
Mme Alice Wong:
En ce qui concerne l’Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC): a) ventilé par fin d’exercice, des exercices de 2011-2012 à 2020-2021, combien d’examinateurs de marques de commerce étaient (i) des employés, (ii) des contractuels de l’OPIC; b) quel pourcentage en a) étaient des employés et avaient une résidence dans la région de la capitale nationale d'Ottawa-Gatineau à la fin des exercices de 2015-2016 à 2020-2021; c) ventilé par exercice, au cours de chacun des exercices de 2011-2012 à 2020-2021, combien d’examinateurs de marques de commerce ont été (i) embauchés, (ii) licenciés, ventilés par (A) avec justification et (B) sans justification; d) les examinateurs de marques de commerce doivent-ils être bilingues et, le cas échéant, quel est le niveau requis de maîtrise de l’autre langue officielle; e) les examinateurs de marques de commerce doivent-ils résider dans la région de la capitale nationale d'Ottawa-Gatineau et, le cas échéant, combien de candidats à des postes d’examinateur de marques de commerce ont refusé des offres d’emploi, et combien d’examinateurs de marques de commerce ont cessé de travailler, à cause d’une telle exigence au cours des exercices de 2011-2012 à 2020-2021; f) quels étaient le (i) délai moyen, (ii) délai médian d’une demande de marque, pour chacun des exercices entre 2011-2012 et 2020-2021, entre le dépôt et la première intervention de l’autorité compétente (approbation ou rapport de l’examinateur); g) concernant la réponse en f), depuis le 17 juin 2019, combien de demandes ont été déposées selon (i) le système direct, (ii) le système de Madrid; h) concernant la réponse en g), quels sont les délais moyens et médians, ventilés par mois pour chaque système depuis le 17 juin 2019; i) l’OPIC accorde-t-il la priorité à l’examen des demandes de marques de commerce du système de Madrid désignant le Canada au détriment des demandes de marques de commerce directes et, le cas échéant, quel traitement prioritaire est accordé; j) comme de nombreux déposants et agents de marques de commerce ne reçoivent pas de correspondance de l’OPIC par courrier ordinaire, préférant la correspondance électronique, l’OPIC dispose-t-il de systèmes permettant aux examinateurs de marques de commerce et aux autres membres du personnel s’occupant des marques d’envoyer toute la correspondance par courrier électronique aux déposants et aux agents de marques enregistrés et, si ce n’est pas le cas, l’OPIC envisage-t-il de mettre en place un tel système; k) quelle est la date prévue de lancement d’un tel système; l) où le Canada se classe-t-il, par rapport aux autres pays, pour la rapidité de l’examen des marques de commence; m) quels sont les pays, le cas échéant, où le délai entre le dépôt et la première intervention de l’autorité compétente (approbation ou rapport de l’examinateur) pour les marques de commerce est plus long qu’au Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 699 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le programme de stabilisation fiscale prévu dans la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces, du 1er janvier 1987 à aujourd’hui: a) quelle est la ventilation de tous les paiements et remboursements qui ont été versés aux provinces par (i) date, (ii) province, (iii) montant, (iv) recettes provinciales perdues, (v) taux des recettes perdues que les paiements ont compensées, (vi) valeur des paiements par habitant; b) combien de demandes de paiement la ministre des Finances a-t-elle reçues depuis la création du programme, ventilées par province et par date; c) combien de demandes de paiement ont été approuvées, ventilées par province et par date; d) combien de demandes de paiement ont été rejetées, ventilées par province et par date?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 700 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne les engagements de conformité volontaire et les ordonnances du Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), depuis le 1er janvier 2016: a) quel est le montant total des sommes payables par les sociétés pharmaceutiques à Sa Majesté du chef par l’intermédiaire d’engagements de conformité volontaire et d’ordonnances, ventilé par (i) entreprise, (ii) produit, (iii) sommaire de l’application des lignes directrices, (iv) montant facturé, (v) date; b) comment l’argent est-il traité par le CEPMB; c) quelle partie des prélèvements effectués au titre des engagements de conformité volontaire et des ordonnances est calculée comme un revenu du CEPMB; d) quelle partie des prélèvements effectués au titre des engagements de conformité volontaire et des ordonnances est calculée comme un revenu de Santé Canada; e) comme les Comptes publics considèrent l’entrée de capitaux provenant des engagements de conformité volontaire comme des revenus, que fait le CEPMB de ces entrées de capitaux; f) qui décide de la répartition des entrées de capitaux découlant des engagements de conformité volontaire?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 701 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) et les modifications proposées au Règlement sur les médicaments brevetés, que l’on appelle également les « Lignes directrices du CEPMB », depuis le 1er janvier 2017: a) combien d’organismes, de groupes de défense d’intérêts et de membres de l’industrie ou d’intervenants ont été consultés, à la fois le nombre total et ventilé selon une liste détaillée par (i) le nom, (ii) le résumé des commentaires, (iii) la date; b) combien d’intervenants ont exprimé des commentaires positifs au sujet des lignes directrices proposées; c) combien d’intervenants ont exprimé des commentaires négatifs au sujet des lignes directrices proposées; d) quel est le seuil de commentaires négatifs permettant de retarder la mise en œuvre des lignes directrices proposées, comme ce qui s’est fait au milieu de 2020 et au début de 2021; e) est-ce que des dirigeants du CEPMB ont demandé à des fonctionnaires de Santé Canada de retarder la mise en œuvre des lignes directrices proposées; f) combien de fois ces demandes ont-elles été rejetées par des fonctionnaires de Santé Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 702 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne les rapports, études, évaluations, consultations et documents produits pour la Société canadienne d’hypothèques et de logement depuis le 1er janvier 2016: quels sont les détails de tous ces produits livrables, y compris (i) la date de finalisation du produit, (ii) le titre, (iii) le résumé des recommandations, (iv) le numéro de dossier, (v) le site Web où le produit est affiché en ligne, le cas échéant, (vi) la valeur du contrat lié au produit livrable?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 704 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne les données du gouvernement sur la partie 14 de la Loi sur le cannabis (2018) relativement à l’accès au cannabis à des fins médicales, ventilé par mois, année et province ou territoire depuis 2018: a) combien d’inscriptions pour la production personnelle ou par une personne désignée ont été autorisées pour la production de quantités égales ou supérieures à 25 grammes par personne quotidiennement; b) combien d’inscriptions pour la production personnelle ou par une personne désignée ont été autorisées pour la production de quantités égales ou supérieures à 100 grammes par personne quotidiennement; c) combien d’inscriptions pour la production de cannabis dans un même lieu compte-on au Canada et conformément auxquelles on autorise la production à deux, trois ou quatre personnes inscrites; d) parmi les lieux qui permettent à deux, trois ou quatre personnes inscrites de cultiver du cannabis, combien sont assortis d’inscriptions permettant la production de quantités égales ou supérieures à 25 grammes par personne quotidiennement; e) combien de sites de production sont assortis d’inscriptions permettant la production de quantités égales ou supérieures à 100 grammes par personne quotidiennement; f) combien d’inspections de Santé Canada ou d’autres inspections gouvernementales ont été effectuées à l’égard de ces activités chaque mois; g) combien de ces inspections ont abouti à des infractions, ventilées par lieu; h) combien ont abouti au retrait d’un ou de plusieurs permis?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 706 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne le prélèvement d’échantillons pour le dépistage de la COVID-19 effectué auprès des voyageurs aux points d’entrée du Canada et au moyen de trousses de prélèvement à domicile: a) quelle entreprise effectue les analyses pour les échantillons prélevés à chaque point d’entrée; b) quelle entreprise effectue les analyses pour les trousses de prélèvement à domicile; c) dans quelle ville et quel laboratoire les échantillons prélevés à chaque point d’entrée sont-ils envoyés aux fins d’analyse; d) dans quelle ville et quel laboratoire les trousses de prélèvement à domicile sont-elles analysées; e) quel processus d’approvisionnement le gouvernement du Canada a-t-il entrepris pour sélectionner les entreprises chargées de recueillir et d’analyser les échantillons aux fins de dépistage de la COVID-19; f) quelles entreprises ont soumis des offres pour le prélèvement et l’analyse des échantillons du test COVID-19; g) quels sont les détails des offres soumises par les entreprises mentionnées en f); h) quels sont les détails des contrats conclus entre le gouvernement du Canada et les entreprises retenues pour le prélèvement et l’analyse des échantillons du test COVID-19?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 707 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne les demandes d’accès à l’information soumises à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC): a) combien y a-t-il de demandes à traiter et ventilées par type de demande; b) quel est le temps de traitement moyen de chaque type de demande; c) quel pourcentage de demandes ont fait l’objet d’une prolongation du temps de réponse et ventilées par type de demande; d) quelle est la ventilation du pourcentage des demandes en c) en fonction des raisons de la prolongation; e) quelle est la durée moyenne des prolongations du temps de réponse dans l’ensemble et pour chaque type de demande; f) quel est le nombre moyen de prolongations du temps de réponse dans l’ensemble et pour chaque type de demande; g) quel pourcentage de demandes ont fait l’objet d’exemptions; h) quelle est la ventilation du pourcentage en g) en fonction des raisons des exemptions; i) combien de plaintes concernant le processus de demande d’accès à l’information IRCC a-t-il reçues depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; j) quelle est la ventilation du nombre de plaintes en i) en fonction du type de plainte?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 708 --
M. Jasraj Singh Hallan:
En ce qui concerne les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC): a) quels sont les secteurs d’activité traités dans chaque centre de traitement des demandes (CTD), au Bureau de réception centralisée des demandes (BRCD) et au Centre de soutien des opérations (CSO); b) quels secteurs d’activité en a) ne sont pas traités actuellement dans chaque CTD, au BRCD et au CSO; c) combien de demandes ont été (i) soumises, (ii) approuvées, (iii) rejetées, (iv) traitées dans chaque secteur d’activité, dans chaque CTD, au BRCD et au CSO depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; d) quels sont les délais de traitement actuels et les délais de traitement standards pour chaque secteur de service dans chaque CTD, au BRCD et au CSO; e) quelle est la situation de fonctionnement de chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; f) quels sont les services offerts dans chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; g) quels services en f) sont actuellement (i) offerts, (ii) non offerts, (iii) offerts dans une mesure limitée, dans chaque bureau de service en personne d’IRCC au Canada; h) quels secteurs d’activité sont traités dans chaque bureau des visas d’IRCC situés dans des ambassades, des hauts-commissariats et des consulats canadiens; i) combien de demandes ont été (i) soumises, (ii) approuvées, (iii) rejetées, (iv) traitées, pour chaque secteur d’activité traité dans chaque bureau des visas d’IRCC en h) depuis le 1er janvier 2020, ventilées par mois; j) quels sont les délais de traitement actuels et les délais de traitement standards pour chaque secteur de service traité dans chaque bureau des visas d’IRCC en h)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 709 --
M. Alex Ruff:
En ce qui concerne la correspondance reçue par le ministre du Patrimoine canadien ou le Cabinet du premier ministre au sujet de la censure sur Internet ou du resserrement de la réglementation visant les publications sur les sites de médias sociaux, depuis le 1er janvier 2019: a) combien de lettres ont été reçues; b) combien de lettres réclamaient un accroissement de la censure sur Internet ou de la réglementation d’Internet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 710 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne la planification entourant l’annonce faite par le gouvernement le 29 avril 2021 concernant le lancement d’un examen externe complet et indépendant du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, et des déclarations selon lesquelles certaines personnes concernées par l’annonce, dont la lieutenante-générale Jennie Carignan, n’ont été mises au courant de leur nouveau rôle que le matin de l’annonce: a) à quelle date la lieutenante-générale Jennie Carignan a-t-elle été informée de sa nomination comme Chef, Conduite professionnelle et culture, et comment le lui a-t-on appris; b) à quelle date Louise Arbour a-t-elle été informée qu’elle allait diriger l’examen; c) la décision de lancer cet examen a-t-elle été prise avant ou après le témoignage d’Elder Marques devant le Comité permanent de la défense nationale et son affirmation selon laquelle Katie Telford était au courant des accusations portées contre le général Vance; d) si la décision en c) a été prise avant le témoignage de M. Marques, quelle preuve le gouvernement peut-il fournir à cet effet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 711 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne les tests rapides et gratuits de dépistage de la COVID-19 distribués par le gouvernement directement aux entreprises pour les employés en contact étroit: a) combien de tests ont été distribués; b) quelles entreprises ont reçu les tests; c) combien de tests chacune des entreprises en b) a-t-elle reçu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 712 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne les contrats octroyés par le gouvernement à d’anciens fonctionnaires depuis le 1er janvier 2020, ventilés par ministère, organisation ou autre entité gouvernementale: a) combien de contrats ont été octroyés à d’anciens fonctionnaires; b) quelle est la valeur totale de ces contrats; c) quels sont les détails relatifs à chaque contrat, y compris (i) la date de signature du contrat, (ii) une description des biens ou des services fournis, y compris le volume, (iii) le montant final, (iv) le fournisseur, (v) les dates de début et de fin du contrat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 713 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne les contrats signés par le gouvernement avec des fournisseurs uniques depuis le 1er février 2020, ventilés par ministère, organisation ou autre entité gouvernementale: a) combien de contrats ont été octroyés à un fournisseur unique; b) quelle est la valeur totale de ces contrats; c) quels sont les détails relatifs à chaque contrat octroyé à un fournisseur unique, y compris (i) la date, (ii) une description des biens ou des services fournis, y compris le volume, (iii) le montant final, (iv) le fournisseur, (v) le pays du fournisseur?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 714 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne le Programme des enquêtes criminelles relatives à la sécurité nationale de la GRC, ventilé par année depuis 2015: a) combien d’agents de la GRC ou autres membres du personnel ont été affectés au Programme; b) quel était le budget total ou les dépenses totales du Programme?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 716 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne le Protocole provisoire sur l’utilisation des postes de mouillage par les bâtiments commerciaux dans le sud de la Colombie-Britannique: a) combien (i) de jours chaque poste de mouillage a-t-il été occupé de janvier 2019 à mars 2021, ventilé par mois; (ii) de plaintes portant sur les bâtiments occupant ces postes de mouillage a-t-on reçues entre le 1er janvier 2019 et le 31 mars 2021; b) pourquoi a-t-on cessé de publier les rapports provisoires à la fin de 2018?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 717 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne les paiements de transfert fédéraux aux communautés autochtones de la Colombie-Britannique: a) quel est le montant total des paiements de transfert fédéraux pour les exercices 2018-2019, 2019-2020, 2020-2021; b) des montants en a), quels montants ont été donnés spécifiquement aux communautés de Métis?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 718 --
Mme Cathay Wagantall:
En ce qui concerne le financement offert par le gouvernement à l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF): a) quelles exigences et dispositions s’appliquent à l’ACSEF en ce qui concerne l’obtention, l’affectation et la déclaration de l’aide financière reçue du gouvernement; b) quels renseignements le gouvernement a-t-il communiqués à l’ACSEF au sujet de l’application du Bulletin de politique provisoire 584 avant et après l’entrée en vigueur du projet de loi C 16, Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel, le 19 juin 2017?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 719 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne le financement public dans la circonscription d’Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest, pour chaque exercice depuis 2018-2019 inclusivement: a) quels sont les détails de l’ensemble des subventions, des contributions et des prêts accordés à une organisation, un organisme ou un groupe, ventilés selon (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité du bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l’organisme qui a fourni le financement, (vi) le programme en vertu duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou l’objet; b) pour chaque subvention, contribution et prêt en a), un communiqué de presse a-t-il été publié pour l’annoncer et, le cas échéant, quel est (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué de presse?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 722 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne les doses de vaccin contre la COVID-19 qu’il a fallu éliminer parce qu’elles étaient gâchées ou périmées: a) combien a-t-on relevé de doses gâchées et gaspillées; b) combien y a-t-il eu de doses gâchées et gaspillées dans chacune des provinces; c) combien coûte aux contribuables la perte de doses gâchées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 724 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne l’Incitatif à l’achat d’une première maison, annoncé par le gouvernement en 2019, à partir du 1er septembre 2019 jusqu’à aujourd’hui: a) combien de personnes ont présenté une demande d’hypothèque en se prévalant de l’Incitatif, ventilées par province ou territoire et municipalité; b) parmi les demandeurs en a), combien ont pu obtenir une hypothèque grâce à l’incitatif, ventilées par province ou territoire et municipalité; c) parmi les demandeurs en b), combien ont obtenu l’incitatif sous la forme d’un prêt hypothécaire avec participation à la mise de fonds; d) quelle est la valeur globale des incitatifs (prêts hypothécaires avec participation à la mise de fonds) accordés dans le cadre du programme, en dollars; e) pour les demandeurs qui ont obtenu un prêt hypothécaire au moyen de l’Incitatif, quelle est la valeur de chacun des prêts; f) pour les demandeurs qui ont obtenu un prêt hypothécaire au moyen de l’Incitatif, quelle est la valeur moyenne des prêts; g) quel est le montant total agrégé des prêts consentis aux acheteurs de maison par l’entremise de l’Incitatif jusqu’à maintenant; h) pour les hypothèques approuvées au moyen de l’Incitatif, quelle est la ventilation, en pourcentage, des prêts consentis par chacun des prêteurs et représentant plus de 5 % du total des prêts accordés; i) pour les hypothèques approuvées au moyen de l’Incitatif, quelle est la ventilation de la valeur des prêts impayés et assurés par chacune des compagnies d’assurance hypothécaire canadiennes comme pourcentage du total des prêts accordés; j) à quel moment aura lieu la mise à jour promise du programme d’Incitatif à l’achat d’une première maison, prévue dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020?
Response
(Le document est déposé.)
8555-432-682 Expenditures related to pro ...8555-432-684 Canada Emergency Response B ...8555-432-685 Corporations Canada and der ...8555-432-686 Quarantine hotels8555-432-687 Quarantine hotels8555-432-688 Applications for exemption ...8555-432-689 Expenditures on social medi ...8555-432-690 Government contracts and ag ...8555-432-691 Pfizer COVID-19 vaccine8555-432-692 Testimony of the Chief Exec ...8555-432-694 Canada Emergency Response B ... ...Show all topics
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, if we really want to understand where we are, we have to look at where we started.
Bill C‑10 came out of the work of the Yale commission, which worked on this for nearly a year and a half. The commission was created by my predecessors. It travelled across the country gathering input from experts and stakeholders, including groups representing people in music, visual arts, television and film.
The Yale commission received close to 2,000 briefs and submitted its report in early 2020. We took that input from the consultations and feedback from a group of leading Canadian experts, including the former director general of the CRTC, Ms. Yale, and started working on Bill C‑10. We worked hard to do what the previous overhaul of the Broadcasting Act in the early 1990s did when the Conservatives modernized it. The act was created to protect Canadian artists, organizations and businesses from the American cultural invasion.
We all know that the American cultural invasion is powerful and that it can steamroll any culture on the planet. I have discussed these issues with ministers in Europe, Asia, Africa and Latin America. Many countries worldwide are currently dealing with the issue of cultural sovereignty.
This is the spirit in which we tabled Bill C‑10. At the time, I was the first one to say that the bill could be enhanced, improved and amended. I would remind members that the last time the Broadcasting Act was amended, the government of the day overlooked one very important issue: the ownership of Canadian broadcasting companies. The act was amended in the early 1990s, and the Governor in Council issued an order in council a few years later, in 1997, to protect the ownership of Canadian broadcasting companies, because this had been overlooked.
All of this is to say that, when we propose a bill, we do our best to make sure that it represents the best of our intentions. I would like to remind all of the members in the House that Bill C‑10 was praised by cultural organizations across the country. According to many, its passage was a historic event.
Not only was the tabling of the bill saluted from coast to coast to coast, but the National Assembly of Quebec voted unanimously in favour of Bill C-10. It said that we need Bill C-10 and that it is a good piece of legislation. Among other things, it would help the French language, French producers, French artists and French composers to better perform in this environment. Another feature of Bill C-10 is that it would also further help and support indigenous creators, indigenous artists and indigenous producers in ways the previous incarnation of the bill unfortunately did not do.
This bill is not about content moderation. The CRTC, in its decades of existence, has never said to Shaw, CBC or TVA that they can do one program but cannot do another program. The CRTC has never had that power.
I heard one member talking about the sweeping powers of the CRTC. The CRTC is not above Canadian laws. It must comply with our bodies of laws and regulations, and it is a regulator. We have many regulators in different sectors, and the CRTC, from that point of view, is no different than existing regulators. What Bill C-10 wants to do is to ensure web giants pay their fair share.
As I have said many times in this House, as well as at the heritage committee, the independent, professional civil servants at Canadian Heritage estimate that, by asking web giants to pay their fair share, we would be adding revenues in excess of $800 million a year for our creators, artists, independent producers and musicians. That figure is an estimate, not an exact figure, as we would have to adopt the bill and implement the regulations to know exactly how much it would be.
I want to point out that, initially, when the heritage committee started working on the bill, things were going really well. The committee was able to go through roughly 20 amendments at every committee meeting. What has been really challenging to understand is the Conservative Party.
By and large, we have four parties in this House that recognize the need to modernize the Broadcasting Act and agree on the goals. We do not agree on everything, but between the Greens, the NDP, the Bloc and us Liberals, I think there is vast agreement on what needs to be done.
Frankly, I am trying to understand the position of the Conservative Party on this, as it has been a moving target. Initially, the Conservatives criticized the bill for not going far enough because we were not going after YouTube or integrating these really important companies in the bill, so we changed it. Then, all of a sudden, they changed their minds. It was not good enough. Not only was it not good enough, but they disagreed with their initial position.
Then they started talking about this idea that somehow the bill would lead to censorship, which was proven wrong by the independent professional civil service of the justice ministry. The deputy minister came to testify at the heritage committee to that effect and produced analyses that showed Bill C-10 did not go against the Canadian Charter of Rights and Freedoms. In fact, there are elements within Bill C-10 and the CRTC's own laws that state that the CRTC has to abide by the Charter of Rights.
Because of that, the Conservatives claimed that it was an infringement on net neutrality. We tried to explain what net neutrality is and what it is not. Basically, net neutrality is about telecommunications. It is about the hardware and the ability of people to have access to networks. Bill C-10 does not do that. It is not about telecommunications at all.
I think we are now faced with the fact that, because of the Conservative Party, we have lost months of work on Bill C-10. For every month that passes, artists, creators, musicians and technicians in this country lose roughly $70 million per month, so we must proceed with the adoption of Bill C-10. Artists, musicians and organizations across the country are asking us to do so.
Madame la Présidente, pour bien comprendre là où nous en sommes, il faut voir d'où nous sommes partis.
Le projet de loi C‑10 est le fruit du travail de la commission Yale, qui a travaillé pendant près d'une année et demie. Cette commission avait été mise en place par mes prédécesseurs. Elle a traversé tout le pays afin de recueillir les avis des experts et des groupes intéressés par ces questions, notamment les groupes artistiques de la musique, des arts visuels, de la télévision et du cinéma.
La commission Yale a reçu près de 2 000 mémoires et son rapport a été présenté au début de 2020. Forts de cet exercice de consultations et de réflexions d'un groupe d'éminents experts canadiens, dont l'ancienne directrice générale du CRTC, Mme Yale, nous avons commencé à travailler sur le projet de loi C‑10. Nous y avons travaillé avec assiduité afin de faire ce que la dernière modification de la Loi sur la radiodiffusion, au début des années 1990, avait fait. C'était une loi qui avait été modernisée par le gouvernement conservateur. Cette loi avait été créée pour protéger les artistes, les organisations et les entreprises canadiennes de l'invasion culturelle américaine.
Nous savons toutes et tous que l'invasion culturelle américaine est un rouleau compresseur très puissant, qui fait pression sur l'ensemble des cultures de la planète. J'ai eu des conversations sur ces questions avec des ministres en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique latine. L'enjeu de la souveraineté culturelle est un enjeu auquel un très grand nombre de pays de la planète sont confrontés.
C'est donc dans cet esprit que nous avons déposé le projet de loi C‑10. À l'époque, j'étais le premier à dire que ce projet de loi pouvait être perfectible, amélioré et amendé. Je rappelle que, lors de la dernière modification de la Loi sur la radiodiffusion, le gouvernement de l'époque avait oublié une question très importante, soit celle de la propriété des entreprises de radiodiffusion canadiennes. La Loi a été modifiée au début des années 1990 et le gouverneur en conseil est revenu avec un décret en 1997, quelques années plus tard, pour protéger la propriété des entreprises de radiodiffusion canadiennes, parce que cela avait été un oubli.
Tout cela pour dire que lorsque l'on propose un projet de loi, on fait de son mieux pour que le projet de loi représente le meilleur de ce que l'on pense. Je tiens à rappeler à tous les députés de la Chambre que le dépôt du projet de loi C‑10 a été salué par les organisations culturelles d'un bout à l'autre du pays. Selon plusieurs personnes, l'adoption de ce projet de loi représentait une journée historique.
Non seulement le dépôt du projet de loi C‑10 a‑t‑il été salué d’un océan à l’autre, mais l’Assemblée nationale du Québec s’est prononcée à l’unanimité en sa faveur. Elle a dit que nous avions besoin de ce projet de loi et que c’était une bonne mesure législative, notamment parce qu’il favoriserait la langue française et aiderait les producteurs, les artistes et les compositeurs francophones à mieux se distinguer dans leur propre environnement. Un autre avantage du projet de loi C‑10 est le fait qu’il aiderait et soutiendrait davantage les créateurs, les artistes et les producteurs autochtones de diverses manières, contrairement à la version précédente.
Ce projet de loi ne porte pas sur la modération du contenu. Au cours de ses décennies d’existence, le CRTC n’a jamais dit à Shaw, à CBC/Radio-Canada ou à TVA qu’ils pouvaient produire telle émission, mais pas telle autre. Le CRTC n’a jamais eu ce pouvoir.
J’ai entendu un député parler des vastes pouvoirs du CRTC. Le CRTC n’est pas au-dessus des lois. Il doit se conformer à nos lois et à nos règlements. C’est un organisme de réglementation. Nous avons de nombreux organismes de réglementation dans différents secteurs, et le CRTC, de ce point de vue, n’est pas différent des autres. Ce que le projet de loi C‑10 cherche à faire, c’est de s’assurer que les géants du Web paient leur juste part.
Comme je l’ai dit à maintes reprises à la Chambre ainsi qu’au comité du patrimoine canadien, les fonctionnaires indépendants et professionnels du ministère du Patrimoine canadien prévoient qu’en demandant aux géants du Web de payer leur juste part, nous ajouterions des revenus de plus de 800 millions de dollars par années aux sommes destinées à nos créateurs, nos artistes, nos producteurs indépendants et nos musiciens. Il s’agit d’un chiffre estimatif seulement et non exact, car il faudrait adopter le projet de loi et mettre en œuvre le règlement pour savoir à combien il s’élèverait exactement.
Je tiens à souligner qu’au moment où le comité du patrimoine canadien a entrepris ses travaux sur le projet de loi, les choses se passaient très bien. Le comité a pu examiner une vingtaine d’amendements à chacune de ses réunions. Le gros défi a été de comprendre le Parti conservateur.
En gros, quatre partis à la Chambre reconnaissent la nécessité de moderniser la Loi sur la radiodiffusion et s’entendent sur les objectifs. Nous ne sommes pas d’accord sur tout, mais au sein des verts, des néo-démocrates, des bloquistes et des libéraux, je pense qu’il existe un large consensus sur ce qu’il faut faire.
J’essaie honnêtement de comprendre la position du Parti conservateur à ce sujet, parce qu’il n’a cessé de changer d’idée. Au début, les conservateurs ont dit que le projet de loi n’allait pas assez loin parce que nous ne nous en prenions pas à YouTube ou que nous n'intégrions pas ces grosses entreprises dans le projet de loi. Nous l’avons donc modifié. Puis, ils ont encore changé d’idée soudainement. Le projet de loi n’était plus assez bon. Non seulement il n’était pas assez bon, mais les conservateurs ne souscrivaient plus à leur position initiale.
Ensuite, ils ont commencé à lancer l’idée que le projet de loi mènerait à la censure, ce que les fonctionnaires indépendants et professionnels du ministère de la Justice ont nié avec preuves à l’appui. La sous-ministre est venue témoigner au Comité du patrimoine à ce sujet et a produit des analyses qui démontraient que le projet de loi C‑10 ne contrevenait pas à la Charte canadienne des droits et libertés. En fait, certains éléments du projet de loi C‑10 et des lois du CRTC même stipulent que le CRTC doit respecter la Charte des droits et libertés.
Les conservateurs ont donc alors prétendu qu’il s’agissait d’une atteinte à la neutralité du Net. Nous avons essayé d’expliquer en quoi consiste la neutralité du Net et ce qu’elle n’est pas. Essentiellement, la neutralité du Net concerne les télécommunications. Il s’agit du matériel électronique et de la capacité qu’ont les gens d’accéder aux réseaux. Le projet de loi C‑10 ne vise pas cela. Il ne porte pas du tout sur les télécommunications.
Je pense que nous devons maintenant faire face au fait qu’à cause du Parti conservateur, nous avons perdu des mois de travail sur le projet de loi C‑10. Pour chaque mois qui passe, les artistes, les créateurs, les musiciens et les techniciens du pays perdent environ 70 millions de dollars par mois. Nous devons donc adopter le projet de loi C‑10. Des artistes, des musiciens et des organismes de partout au pays nous le demandent.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 16:55 [p.8358]
Madam Speaker, I am very pleased to be speaking today. Earlier, I listened to the Minister of Heritage talk about Bill C‑10, which he tabled, and I almost choked several times.
He began by pointing out that it was important to look back at the past to understand where we are now. I will give another version of the facts for everyone out there watching, and I would invite everyone to fact-check me by consulting the unedited transcriptions, the “blues”, of the various discussions at the Standing Committee on Canadian Heritage. People will be able to check if what I am saying is accurate and well informed and if it reflects everything we have gone through during the saga of Bill C‑10 leading up to the present day.
The minister was right to say that he had all the resources he needed to table Bill C‑10 for more than a year and a half and garner a unanimous response from the outset. The minister is confusing things, talking about web giants and insinuating how he will handle them and make them pay their fair share. The ultimate goal was to produce an act that ensures a level playing field between digital broadcasters such as Disney Plus, Spotify and Netflix, and conventional broadcasters such as TVA, CBC/Radio-Canada, Global and CTV.
The minister even chose to ignore the important elements that everyone wanted to see, including copyright issues and CBC/Radio-Canada's mandate, explaining that he divided these challenges into three parts and was only introducing one in the House of Commons so that the Standing Committee on Canadian Heritage could work on it.
When he introduced the bill, the committee worked diligently and co-operatively to improve it. This bill was clearly imperfect even though the minister had had a lot of time to draft it with his experts. More than 120 amendments were proposed by all parties. Surprisingly, these amendments were moved not just by the Conservative Party, but also by the Green Party, which had been given authorization to move them, the Bloc Québécois, the NDP, Liberal members of the committee and even the government. In fact, the government and the Liberal Party moved almost 30 amendments, not to mention all the amendments to the amendments along the way, to try to address all the shortcomings of this bill.
As the minister pointed out, the committe's study of the bill was moving along relatively well, which I can vigorously and honestly confirm. We even worked with the minister and his staff, who were telling anyone who would listen that the Conservatives were slowing down the process. That was completely false. All the committee members even agreed to do a preliminary study and use that evidence in the committee's official study, to avoid holding up the work.
At no point in the legislative process was the bill delayed, despite what the minister and his aides implied. I am saying so in all honesty, and I challenge everyone to take the time to read all the speeches and everything leading up to that infamous Friday when the minister, surreptitiously and without warning, withdrew clause 4.1 that he was proposing to add to the Broadcasting Act. This made the bill altogether different by including social networks, which had originally been excluded.
Why do I say that? It is because, when we did our job in good faith as Parliamentarians, each party had the opportunity to call witnesses to testify about various aspects of Bill C‑10. That gave us the opportunity to obtain as much information as possible to do the best we could, based on the knowledge of every member and staffer, to formulate proper opinions during our study of the bill in order to improve it. That is our job as legislators, of which I am extremely proud.
The problem is that the Minister of Canadian Heritage left social media out of the original version of Bill C‑10. Furthermore, despite the minister's assertion from the get-go that it is a historic bill, to my knowledge, only one organization has said that. The other organizations highlighted the bill's good parts and said that it was indeed time to modernize the act and to align the way we deal with digital with the way we deal with what we call conventional broadcasters. However, I met with all the organizations the minister mentioned, and every one of them pointed out several frightening provisions in Bill C‑10.
The Minister of Canadian Heritage said that the Conservatives delayed and filibustered. I am sorry, but it was not the Conservatives who did that. The Conservatives have merely given a voice to a number of organizations, individuals and experts who wanted to point out the flaws in Bill C-10. The minister can go ahead and play his partisan games in the run-up to an election to try to scare everyone into believing that the Conservatives do not support the cultural community. However, it is all complete and utter nonsense, pure theatrics, a show worthy of our Prime Minister, who is a great stage actor.
The heritage minister should stop with the games, because nobody is against culture. On the contrary, we are against censorship, against this attack and the way the minister undermined freedom of expression one Friday by removing section 4.1, which was supposed to be added to the Broadcasting Act.
That is when we began what could indeed be described as filibustering or slowing down the committee's work. We are talking about a maximum of three weeks during the six-plus years the Liberal government has been in power. Those three weeks have allegedly been catastrophic, but the Liberals are filibustering in many other committees with regard to the corruption scandals they were involved in, whether we are talking about the former justice minister, SNC-Lavalin, the WE Charity or the Standing Committee on Health, where we have been requesting access to the vaccine procurement reports. The Liberals have definitely done their share of filibustering.
Why have we been filibustering for approximately three weeks? The heritage minister was right. Let us give some background on all of this. It is important to understand it, so that people know how we got to where we are today, muzzled by the Liberals with the support of the Bloc Québécois.
By amending the bill one Friday afternoon, the heritage minister set off alarm bells all over the place. During the weekend, law experts and university professors sounded the alarm, telling us to look out because the government was doing something that would undermine freedom of expression.
What did the Conservatives do? We just asked to hear from the heritage minister again and get a legal opinion from the Minister of Justice stating that the rights guaranteed in the Canadian Charter of Rights and Freedoms were not violated by the removal of clause 4.1.
In response, the Liberals objected incessantly for more than two weeks until the member for Mount Royal moved a new version of the motion asking for exactly the same thing we had proposed, which was to have the justice and heritage ministers come explain the situation and answer our questions, as well as an opportunity to hear the other side of the story from experts who had concerns about Bill C‑10.
They ended up appearing, and we were finally able to put an end to the committee's three-week-long standstill. That is the truth about the delay that has the minister up in arms.
I have to wonder whether the minister really wants to pass Bill C-10, because the reality is that the work of the House will be over in just 10 days' time. When the bill is passed by the House at third reading, it will have to go to the Senate. The Senate will have to examine the bill, although 40% of the amendments will not even have been discussed by the Standing Committee on Canadian Heritage. It is pretty preposterous to hear the minister lecturing us, given his behaviour.
Earlier, the minister said that some 30-odd organizations from across the country had highlighted the importance of the bill for the cultural community. They are right, it is an important bill for the cultural community, but that does not release us from the obligation to make sure we protect freedom of expression. I can already picture the minister pointing out that the Minister of Justice tabled his report with his experts. I am sorry, but what he tabled was an explanatory document, which was not in the motion we had presented.
We did not get any answers to our questions, and people started to wake up. The committee heard from former CRTC officials including Timothy Denton, CRTC commissioner from 2009 to 2013, Konrad von Finckenstein, CRTC president from 2007 to 2012, Peter Menzies, the CRTC's vice-president of telecommunications from 2013 to 2018, Michel Morin, the CRTC's national commissioner from 2008 to 2012, and Philip Palmer, legal counsel at the Department of Justice and senior counsel at the Department of Communications from 1987 to 1994. The heritage minister never names them, but all those individuals said that what the minister was doing made no sense.
Peter Menzies went as far as to say that this was a full-blown assault on freedom of expression and the foundations of democracy. He said it is difficult to understand the level of hubris or incompetence, or both, that would lead someone to believe that such an encroachment on rights can be justified.
When the minister attacks the Conservatives, he is also attacking all those individuals, not to mention the thousands of Canadians who support us and have said they want us to keep up the pressure on the minister about his bill and his encroachment on their rights.
These are facts, and I have not even mentioned Michael Geist, who is very often referred to as a professor emeritus of law at the University of Ottawa. His expertise is so sought after that even the Liberal government supports his research in this field. He was one of the strongest critics of the Liberal government's attitude, and the Bloc Québécois's as well since it supported the Liberals' gag order. Imagine: a gag order that has not been used in 20 years, that the Conservative Party never used during its 10 years in power, a House of Commons gag order that the government imposed on a committee when the House leaders keep telling us that committees are independent every time we question them.
Given what the Liberals just did to the Standing Committee on Canadian Heritage, they can never again say that a committee is independent. This is something unique. Even when people used this measure in the past, they granted a minimum of 10 hours to work on the document in question. All we were given was five hours.
This law professor, Michael Geist, is not alone. There are others from other universities. I do not have the documents with me, but I have quoted them several times. People can go and check.
I therefore want to reiterate that, when the minister attacks the Conservatives, he is attacking all those who spoke out via social media, press releases, written correspondence, speeches and interviews with the media and who said that what the minister was doing did not make sense.
Does this mean we are against culture? No, absolutely not.
Does it mean that the minister made a mistake with his bill? The answer is yes.
If the work had been done properly to begin with, we would not be where we are today. It is because of all the delays that we are dealing with this mess, which will certainly not ensure a level playing field between digital broadcasters and conventional broadcasters.
My NDP colleague's question to the minister was entirely justified. That is what happened. Those are the facts.
Back when we started studying this bill, the government made a big show of saying that this was to be a partnership, so it is pretty funny that the opposition parties did not get so much as a phone call to let them know that clause 4.1 was being removed from the bill. That was the event that triggered this crisis.
No other conversations about collaboration raised problems when they were in the Liberal government's interest. I cannot talk about them because they happened in private, but I was involved in those conversations several times.
It is sad that things have come to this. It is sad that the minister is now stooping to partisan behaviour and attacking Conservatives over this file. As I said, we are just speaking on behalf of all these industry stakeholders, the ones who wanted to protect net neutrality and freedom of expression and avoid these flaws that will almost certainly be challenged in court.
The Canadian Radio-television and Telecommunications Commission now has more powers, even though former CRTC commissioners and chairs say that giving the CRTC that kind of power is not a good idea. I am not kidding.
At the beginning of his speech the minister talked about $70 million a month, which was an approximate amount, with the calculations planned for later. People deserve to be told the truth. The CRTC now has nine months to tell us on what percentage it will base the calculations, because no one knows. The only response from the minister is that if the CRTC uses the same calculations as conventional broadcasters, the amounts will be somewhere between $800 million and $1.1 billion, which leaves a margin of $300 million. We do not know anything about it, however, and neither do we know whether the CRTC is going to use the same rules. Once the bill passes we will no longer have any control over this.
That is the current reality of this bill. Time allocation was imposed, and over the past week we have been forced to hold many votes on amendments without those watching us having access to the text of nearly 40% of them. Imagine that scenario, where the only thing the audience heard was the number of the amendment, preceded by the abbreviation of the party proposing it and followed by the question on whether members of the committee were for or against it. What transparency. The Liberals said that the people would have access to the text at the end, when it was all over. It will be too late by then and we will not be able to move forward.
The minister says that we delayed the process, but I would have him know that the committee agreed to hold as many meetings as the chair wanted. We even held meetings every day of the break week, when we were meant to be working in our ridings. Some meetings were extended to four or five hours, on barely an hour's notice. That is the truth, but the minister never mentions that when he talks about his bill.
That really stings, because these kinds of politics hurt us all. The session is ending in a few days. We know full well that the Liberals will call an election before the House comes back. All the minister is trying to do here is play politics. He wants his bill to make it into the election platform, since he knows perfectly well that he will not get it passed in time.
The Bloc Québécois helped the Liberals out of some hot water. I do not recall ever seeing an opposition party support a government gag order. The Bloc members are proud of it. They are boasting about supporting a gag order. It is crazy to think about it.
At times, I found myself wondering what was going on. The minister was weaving a story that did not make sense and that was looking like a horror story for a while there. We have tried our best to do our jobs as legislators, but it has unfortunately been extremely difficult.
The minister, through his work, has attacked net neutrality. He has created a breach. It may not be a big breach, but it is a breach nonetheless. It will be challenged, that much is clear. On top of that, the CRTC is also being given increased powers. That is the reality.
If people listening right now think that my story is not true and that I lied, if they think, as the Prime Minister has implied in the House, that I misled people, I invite them to go back and look at the record, because it is all there.
People know that that is how it happened. They know that everyone started out in good faith, until that Friday when the Minister of Canadian Heritage removed clause 4.1 without any warning. Everyone knows what happens when something is done on a Friday. It means they want to slip it through quietly. After all the theatrics to try to make people believe we do not support the arts community, which is not the case, because it is censorship that we oppose, here is what the Liberal government did instead: It censored us by imposing time allocation.
Madame la Présidente, je suis vraiment content de prendre la parole aujourd'hui. Tantôt, j'écoutais le ministre du Patrimoine s'exprimer sur le projet de loi C‑10, qu'il a déposé, et j'ai failli m'étouffer à plusieurs reprises.
Il a souligné dès le départ qu'il était important de faire l'historique de tout ce qui s'était passé pour bien comprendre où on en est aujourd'hui. Je vais donner une autre version des faits pour toutes les personnes qui nous écoutent, que j'invite tout le monde à valider en consultant les comptes rendus non révisés, les « bleus », des différentes discussions qu'il y a eu au Comité permanent du patrimoine canadien. Les gens pourront voir si mes propos sont justes et éclairés et s'ils reflètent la réalité de ce qu'on a vécu tout au long de cette saga du projet de loi C-10 jusqu'à aujourd'hui.
Le ministre a bien fait de le souligner: cela faisait plus d'un an et demi qu'il avait en mains toutes les ressources nécessaires pour proposer son projet de loi C-10 et faire l'unanimité dès le début. Le ministre fait des amalgames en parlant des géants du Web et en laissant sous-entendre comment il va gérer cela et leur faire payer leur juste part. L'objectif ultime était d'en arriver à une législation qui assure une compétition égale et un fonctionnement équitable entre les radiodiffuseurs numériques comme Disney Plus, Spotify et Netflix et les radiodiffuseurs conventionnels comme TVA, Radio-Canada/CBC, Global ou CTV.
Le ministre a même fait le choix de laisser de côté des éléments importants que tout le monde demandait à voir, dont les droits d'auteur et le mandat de Radio-Canada/CBC, expliquant qu'il avait scindé ses défis en trois parties et qu'il n'en déposait qu'une à la Chambre des communes pour que le Comité permanent du patrimoine canadien puisse y travailler.
Lorsqu'il a déposé le projet de loi, le Comité a travaillé rondement et avec collégialité pour l'améliorer. En effet, ce projet de loi était manifestement imparfait malgré tout le temps que le ministre avait eu pour le préparer avec ses experts. Plus de 120 amendements ont été proposés par tous les partis. À la grande surprise, ces amendements ne provenaient pas que du Parti conservateur, mais aussi du Parti vert — qui avait reçu l'autorisation d'en proposer —, du Bloc québécois, du NPD, des députés libéraux du Comité, et même du gouvernement. En effet, même le gouvernement et le Parti libéral ont présenté près de 30 amendements, sans compter tous les sous-amendements soumis en cours de route, pour tenter de colmater toutes les brèches qu'il y avait dans ce projet de loi.
Comme le ministre l'a souligné, l'étude du projet de loi allait relativement rondement en comité, ce que je confirme avec toute mon énergie et avec honnêteté. Nous avions même travaillé avec le ministre et son personnel, qui disaient à qui voulait entendre que les conservateurs ralentissaient le processus, ce qui était totalement faux. Tous les membres du Comité s'étaient même entendus pour effectuer une étude préliminaire et en utiliser les témoignages lors de l'étude officielle du Comité, afin d'éviter de retarder le travail.
En aucun cas dans le processus législatif le projet de loi n'a-t-il été retardé, malgré ce que le ministre et son personnel politique ont laissé sous-entendre. Je le dis avec toute honnêteté et je mets quiconque au défi de prendre le temps d'aller consulter tous les discours et tout ce qui s'est passé jusqu'à ce fameux vendredi où le ministre, en catimini et sans aucun avertissement, a retiré du projet de loi l'article 4.1 qu'il proposait de rajouter à la Loi sur la radiodiffusion. Ce faisant, il a fait de ce projet de loi un tout autre projet de loi, intégrant les réseaux sociaux qui en étaient absents au départ.
Pourquoi dis-je cela? Je dis cela parce que lorsque nous avons fait notre travail de parlementaires en toute bonne foi, chacun des partis a eu la possibilité de convoquer des témoins pour venir nous parler de divers aspects du projet de loi C‑10. Ceci nous a permis d'obtenir le maximum d'information pour faire du mieux que nous pouvions avec nos connaissances respectives et notre personnel, pour nous donner un bon point de vue dans notre étude de ce projet de loi afin de tenter de l'améliorer. C'est notre travail de législateurs et j'en suis extrêmement fier.
Le problème est que le ministre du Patrimoine canadien avait exclu les réseaux sociaux de la version initiale du projet de loi C‑10. De plus, contrairement à ce que dit le ministre depuis le début, comme quoi il s'agit supposément d'un projet de loi historique, un seul organisme l'a dit, à ma connaissance. Les autres organismes ont souligné des bons coups du projet de loi et ont dit qu'il était effectivement temps de moderniser la Loi et d'harmoniser le traitement du numérique avec celui des radiodiffuseurs dits conventionnels. Par contre, tout le monde — parce que j'ai rencontré tous les organismes dont le ministre a parlé — nous a fait part de plusieurs éléments du projet de loi C‑10 qui font peur.
Le ministre du Patrimoine canadien a dit que les conservateurs avaient retardé les choses et fait de l'obstruction parlementaire. Je le prie de m'excuser, mais ce ne sont pas les conservateurs qui l'ont fait. Les conservateurs n'ont été que les porte-voix d'un ensemble d'organismes, d'individus et d'experts qui ont mis en évidence des lacunes dans le projet de loi C‑10. Le ministre peut bien faire son partisan à l'approche d'une élection pour essayer de faire peur à tout le monde et en essayant de faire croire que les conservateurs sont contre le milieu culturel. Cependant, c'est du grand n'importe quoi, de la mise en scène, au même niveau que notre premier ministre, qui est un grand acteur de théâtre.
Le ministre du Patrimoine devrait arrêter de jouer ce petit jeu parce que personne n'est contre la culture. Au contraire, nous sommes contre la censure, contre cette attaque et la brèche que le ministre a ouverte dans la liberté d'expression en retirant un vendredi l'article 4.1 que le projet de loi voulait ajouter à la Loi sur la radiodiffusion.
C'est à ce moment-là qu'a commencé ce qu'on pourrait effectivement qualifier d'obstruction parlementaire ou de ralentissement des travaux du Comité. On parle d'un maximum de trois semaines sur plus de six ans de gouvernement libéral. Ces trois semaines sont supposément une catastrophe, mais les libéraux font de l'obstruction dans plusieurs autres comités au sujet des scandales de corruption qui les ont visés, qu'il s'agisse de l'ancienne ministre de la Justice, de SNC‑Lavalin, de l'organisme UNIS ou du Comité permanent de la santé où nous demandons accès aux rapports d'approvisionnement en vaccins. Nous avons donc eu droit à pas mal d'obstruction de la part des libéraux.
Pourquoi y a-t-il eu de l'obstruction parlementaire pendant environ trois semaines? Le ministre du Patrimoine avait raison: faisons l'historique de tout cela. Il est important de bien comprendre afin que les gens sachent pourquoi nous en sommes là aujourd'hui, bâillonnés par les libéraux avec l'appui du Bloc québécois.
En ayant modifié le projet de loi un vendredi après-midi, le ministre du Patrimoine a déclenché des sonnettes d'alarme un peu partout. Pendant la fin de semaine, des experts en droit et des professeurs d'université ont allumé des signaux d'alarme en disant de faire attention, car on était en train de faire quelque chose qui ouvrait une brèche dans la liberté d'expression.
Qu'ont fait les conservateurs? Nous avons tout simplement demandé à réentendre le ministre du Patrimoine et à obtenir un avis juridique du ministre de la Justice nous confirmant que les droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés n'avaient pas été brimés par la suppression de l'article 4.1.
En réaction, les libéraux se sont objectés sans arrêt pendant plus de deux semaines, jusqu'à ce que le député de Mont‑Royal dépose une nouvelle mouture de motion pour demander exactement ce que nous avions proposé, c'est-à-dire que les ministres de la Justice et du Patrimoine viennent nous expliquer la situation et répondre à nos questions, et que nous puissions entendre l'autre côté de la médaille, c'est-à-dire le point de vue des experts qui avaient des inquiétudes en lien avec le projet de loi C‑10.
Ils ont fini par venir. Là, on a pu mettre fin au blocage de trois semaines qui faisait qu'on était dans un cul-de-sac au Comité. Voilà la réalité en ce qui concerne le blocage, au sujet duquel le ministre déchire sa chemise sur la place publique.
On se demande vraiment si le ministre veut faire adopter le projet de loi C‑10, parce que la réalité, c'est que les travaux de la Chambre se termineront dans à peine 10 jours. Lorsqu'il sera adopté par la Chambre en troisième lecture, le projet de loi va devoir aller au Sénat. Le Sénat devra examiner le projet, dont 40 % des amendements n'auront même pas été discutés au Comité permanent du patrimoine canadien. Je trouve cela assez rocambolesque quand j'entends le ministre nous faire la leçon compte tenu de son comportement.
Tantôt, le ministre a dit qu'une trentaine d'organismes au pays ont souligné l'importance de ce projet de loi pour le milieu culturel. Ils ont raison, c'est un projet qui est important pour le milieu culturel, mais cela ne veut pas dire qu'on n'a pas une obligation de s'assurer de protéger la liberté d'expression. Je vois déjà le ministre me dire que oui, mais que le ministre de la Justice a déposé son rapport avec ses experts. Je suis désolé, mais il a déposé un document explicatif, ce qui n'était pas dans la motion que nous avions présentée à ce moment-là.
Donc, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions et les gens ont commencé à s'ouvrir. Le Comité a reçu d'anciens commissaires du CRTC: Timothy Denton, ancien commissaire du CRTC de 2009 à 2013; Konrad von Finckenstein, ancien président du CRTC de 2007 à 2012; Peter Menzies, vice-président des télécommunications du CRTC de 2013 à 2018; Michel Morin, commissaire national du CRTC de 2008 à 2012; Philip Palmer, conseiller juridique au ministère de la Justice et chef du contentieux au ministère des Communications de 1987 à 1994. Le ministre du Patrimoine ne les nomme jamais. Or, tous ces gens ont dit que ce que le ministre faisait n'avait aucun bon sens.
Je vais citer Peter Menzies qui a été aussi loin que de dire qu'il s'agissait d'une attaque à part entière contre la liberté d'expression et les fondements de la démocratie. Selon lui, il est difficile de comprendre le niveau d'orgueil ou d'incompétence, ou les deux, qui peut mener quelqu'un à croire qu'un tel empiètement sur les droits est justifiable.
Quand le ministre attaque les conservateurs, il attaque aussi tous ces individus. Je ne nomme pas les milliers de Canadiens et de Canadiennes qui nous ont fait part de leur soutien pour que nous continuions à questionner le ministre au sujet de son projet de loi et son empiètement sur cette partie-là.
Ce sont des faits, et je ne parle pas de Michael Geist, nommé très souvent professeur émérite en droit à l'Université d'Ottawa. Il est même soutenu par le gouvernement libéral pour ses travaux de recherche dans le domaine, tellement son expertise est recherchée. Il a été l'un des grands porte-parole au pays pour dénoncer l'attitude du gouvernement libéral dans ce projet, et par ricochet celle du Bloc québécois qui a appuyé les libéraux dans sa démarche pour imposer un bâillon. Imaginons: un bâillon, qu'on n'a jamais vu en 20 ans, que jamais le Parti conservateur pendant 10 ans au pouvoir n'a utilisé, un bâillon de la Chambre des communes du gouvernement sur un comité alors que les leaders de la Chambre s'époumonent à dire que les comités sont indépendants chaque fois qu'on les remet en question.
Plus jamais les libéraux ne pourront dire qu'un comité est indépendant avec ce qu'ils viennent de faire au Comité permanent du patrimoine canadien. C'est quelque chose d'unique. Même lorsque des gens ont utilisé cette mesure dans le passé, ils accordaient un minimum de 10 heures pour travailler sur le document; là, nous avons eu droit à cinq heures.
Donc, ce professeur de droit, Michael Geist, n'est pas seul. Il y en a d'autres en provenance d'autres universités. Je n'ai pas les documents avec moi, mais je les ai cités à plusieurs reprises. Les gens peuvent aller vérifier.
Je répète donc que, quand le ministre attaque les conservateurs, il attaque toutes ces personnes qui parlaient via les réseaux sociaux, via des communiqués de presse, via des correspondances écrites, via certains discours, via des entrevues dans les médias et qui disaient que ce que le ministre faisait n'avait pas de bon sens.
Est-ce que cela veut dire que nous sommes contre la culture? Non, absolument pas.
Est-ce que cela veut dire que le ministre a gaffé dans son projet? La réponse est oui.
Si le travail avait été bien fait dès le départ, nous n'en serions pas là aujourd'hui. C'est à cause de tout le retard qu'on se retrouve devant ce gâchis qui fait qu'on n'arrivera sûrement pas à assurer une certaine équité entre les radiodiffuseurs numériques et les radiodiffuseurs conventionnels.
La question posée par mon confrère du NPD au ministre était donc tout à fait justifiée. C'est ce qui s'est produit et c'est la réalité.
Au début du processus entourant l'étude du projet de loi, le gouvernement nous avait offert un grand partenariat. Il est donc drôle que les partis d'opposition n'aient jamais reçu d'appel téléphonique pour les avertir que l'article 4.1 serait retiré du projet de loi, devenant l'élément névralgique qui allait déclencher cette crise.
Toutes les autres discussions visant à travailler en partenariat n'ont jamais soulevé de problème lorsqu'elles étaient dans l'intérêt du gouvernement libéral. Je ne peux pas en parler puisqu'elles se sont déroulées en privé, mais j'y ai effectivement pris part à plusieurs reprises.
Il est malheureux de voir où nous sommes rendus. Il est malheureux que le ministre fasse preuve maintenant de partisanerie dans ce dossier et qu'il lance des attaques aux conservateurs. Je répète que nous sommes que les porte-parole de tous ces acteurs du milieu, qui ont voulu travailler à protéger la neutralité du Web, à protéger la liberté d'expression et à éviter ces failles qui vont sûrement finir par être contestées devant les tribunaux.
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a maintenant de plus grands pouvoirs et d'anciens commissaires et présidents qui y ont déjà travaillé disent que donner de tels pouvoirs au CRTC n'a pas de bon sens: ce n'est pas des blagues!
Le ministre a parlé en début d'allocution de 70 millions de dollars par mois, un montant approximatif dont les calculs vont se faire plus tard. Or, il faut dire la vérité aux gens. Le CRTC a maintenant neuf mois pour nous dire sur quel pourcentage il va se baser pour faire les calculs, car personne ne le sait. En effet, la seule réponse obtenue du ministre est que, si le CRTC utilise les mêmes calculs que dans le cas des radiodiffuseurs conventionnels, les montants vont se situer entre 800 millions de dollars et 1,1 milliard de dollars, ce qui laisse une marge de 300 millions. Nous n'en savons rien, cependant, et nous ignorons si le CRTC va utiliser les mêmes règles. Une fois le projet de loi adopté, nous n'aurons plus de contrôle là-dessus.
Voilà la réalité actuelle de ce projet de loi. Un bâillon nous a été imposé et, au courant de la dernière semaine, nous avons été obligés de tenir beaucoup de votes sur des amendements, sans que les gens qui nous écoutaient en séance publique aient accès au texte de près de 40 % d'entre eux. Imaginons ce scénario, alors que tout ce que les gens entendaient était le numéro de l'amendement, préfixé par l'abréviation du parti qui le proposait, et suivi de la question demandant si les membres du Comité étaient pour ou contre. Quelle transparence! Les libéraux ont répondu que les gens allaient avoir accès au texte à la fin, quand tout serait fini. Or, ce sera trop tard et nous ne pourrons plus avancer.
Quand le ministre dit que nous avons retardé le processus, j'aimerais lui répondre que le Comité a accepté de tenir autant de rencontres que le président le souhaitait. Nous avons même tenu des rencontres tous les jours de la semaine de relâche où nous aurions dû travailler dans nos circonscriptions. Certaines rencontres ont été prolongées jusqu'à quatre ou cinq heures, avec à peine une heure de préavis. C'est la réalité, mais le ministre n'en parle jamais lorsqu'il parle de son projet de loi.
Au fond de moi, cela me blesse parce que c'est toute la classe politique qui est entachée par cette façon de faire de la politique. Nous sommes à quelques jours de la fin de la session. Nous savons très bien que les libéraux vont déclencher des élections avant que nous revenions en Chambre. Le seul objectif du ministre est de faire de la politique. Il veut que son projet de loi figure dans sa plateforme électorale parce qu'il sait très bien qu'il ne réussira pas à le mener à terme.
Le Bloc québécois a aidé les libéraux à se sortir un peu du trouble. Je pense qu'on n'a jamais vu un parti d'opposition soutenir le gouvernement dans l'imposition d'un bâillon. Les députés du Bloc en sont fiers et se pètent les bretelles à dire qu'ils ont soutenu un bâillon. C'est fou quand on y pense.
Par moments, je me suis demandé dans quelle histoire nous nous trouvions. Nous étions dans l'histoire que le ministre nous a montée, une histoire qui ne se tient pas et qui a eu l'air d'une histoire d'horreur pendant un bon moment. Nous avons tenté de notre mieux de faire notre travail de législateur. Malheureusement, cela a été extrêmement difficile.
Le ministre, par son travail, s'est attaqué à la neutralité du Web. Il a ouvert une brèche. Ce n'est peut-être pas une grande brèche, mais une brèche a été ouverte. Cela va être contesté, c'est évident. En plus, on vient de donner des pouvoirs accrus au CRTC. Voilà la réalité.
Si les personnes qui m'écoutent pensent que mon histoire n'est pas vraie et que j'ai menti, si elles pensent, comme le premier ministre l'a sous-entendu à la Chambre, que j'ai induit les gens en erreur, je les invite à aller voir l'historique, puisque tout est écrit.
Les gens savent que les choses se sont passées de cette façon. Ils savent que, au départ, tout le monde était de bonne foi, jusqu'à ce vendredi du retrait de l'article 4.1 par le ministre du Patrimoine canadien sans aucun avertissement. On sait très bien comment les choses se passent quand cela se fait le vendredi: cela signifie que l'on veut que cela passe en douce. Après toute la mise en scène pour essayer de faire croire que nous étions contre le milieu artistique, ce qui est faux, car c'est à la censure que nous nous opposons, voilà ce que le gouvernement libéral a réussi à faire: nous censurer en nous bâillonnant.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, let us start at the beginning. On November 18, 2020, Bill C-10 had just been introduced when the member for Richmond—Arthabaska said this during oral question period: “There is nothing in it that would regulate social media or platforms like YouTube.” That seems pretty clear to me. The member himself was criticizing the government, saying that Bill C‑10 did not go far enough.
I am somewhat surprised, not to mention amazed, to hear an experienced parliamentarian like the member opposite say that the minister did such and such a thing in committee. I would remind my colleague that the Minister of Canadian Heritage does not sit on the Standing Committee on Canadian Heritage. I was invited to testify on several occasions, and I went every time.
The member says that there were 120 amendments and that that means the bill is a mess. That is a great way to try to mislead people, because it is perfectly normal to have many amendments. I could cite Bill C-69, another bill the Conservative Party opposed.
Finally, the member says that he is speaking on behalf of many people. I would like him to say on whose behalf the Conservative Party was speaking when the member for Lethbridge said that artists were a bunch of outdated people living off government handouts. Her comments were widely panned. On whose behalf—
Madame la Présidente, partons du début. Le 18 novembre 2020, alors que le projet de loi C‑10 venait d'être déposé, voici ce que le député de Richmond—Arthabaska a dit à la période des questions orales: « Rien ne permet de réglementer les réseaux sociaux ni les plateformes comme YouTube. » Il me semble que c'est assez clair. Le député lui‑même critiquait le gouvernement en disant que le projet de loi C‑10 n'allait pas assez loin.
Je suis un peu surpris, pour ne pas dire sidéré, d'entendre un parlementaire d'expérience comme le député d'en face dire que le ministre a fait ceci ou cela en comité. Je rappellerai à mon collègue que le ministre du Patrimoine canadien ne siège pas au Comité permanent du patrimoine canadien. J'ai été invité à témoigner à plusieurs reprises et j'y suis allé chaque fois.
Le député affirme qu'il y a eu 120 amendements et que cela veut dire que c'est tout croche. C'est une belle façon d'essayer d'induire les gens en erreur, puisque c'est tout à fait normal qu'il y ait de nombreux amendements. Je pourrais citer le projet de loi C‑69, un autre projet de loi auquel le Parti conservateur s'est opposé.
Pour terminer, le député dit qu'il parle au nom de beaucoup de gens. J'aimerais que le député nous dise au nom de qui le Parti conservateur parlait quand la députée de Lethbridge a dit que les artistes étaient un groupe de gens dépassés qui vivaient aux crochets de l'État. Cela a été dénoncé par tout le monde. Au nom de qui...
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-14 17:19 [p.8361]
Madam Speaker, I do not know what to say to the minister, who is being particularly partisan with respect to Bill C-10. It is always the same thing, and there are always attacks. The few times that he tried to defend his Bill C‑10, the media had a field day. This only exacerbated the lack of confidence and cynicism towards this bill.
I will repeat that he alone is to blame if we find ourselves in this situation with this bill. The minister missed the mark. He tried to change the bill. When quoting something I said in the House of Commons, he took it out of context. I was pointing out that he was suggesting to people that social networks would be subject to legislation, which was false. I never said that I agreed with what he was doing. I was quoting him because he was suggesting in his arguments that that was the case, when it was not. He is trying to say that is what I was saying, when instead I was correcting him.
I hear that, and it is always the same thing. He quoted the member, who later apologized, just like several members apologized for statements they made. This is all petty politics and we are tired of it.
Bill C-10 is a disaster, and he is going to move it forward by ramming closure down our throats—
Madame la Présidente, je ne sais pas quoi répondre au ministre tant il fait preuve de partisanerie avec ce projet de loi C‑10. C'est toujours la même chose, ce sont toujours des attaques. Les quelques fois où il a essayé de défendre son projet de loi C‑10, ce fut une catastrophe dans les médias. Cela a nourri encore plus le manque de confiance et le cynisme que l'on avait envers son projet de loi.
Je le répète: il n'a que lui à blâmer si l'on se retrouve dans cette situation avec ce projet de loi. Le ministre a raté son coup. Il a tenté de changer le projet de loi. Lorsqu'il cite une déclaration que j'ai faite à la Chambre des communes, il la met hors contexte. Je soulignais le fait qu'il laissait croire aux gens que les réseaux sociaux allaient être légiférés, ce qui était faux. Je n'ai jamais dit que j'étais d'accord sur ce qu'il faisait. Je le citais, parce que lui laissait croire, dans ses explications, que c'était le cas, alors que c'était faux. Il essaie de me faire porter le fond de mes propos, alors que cela a plutôt été dit pour le remettre à l'ordre.
J'entends cela, et c'est toujours la même chose. Il cite la députée, qui s'est excusée par la suite, tout comme plusieurs députés se sont excusés à la suite de déclarations qu'ils ont faites. Nous sommes encore dans la petite politique et nous sommes tannés.
Ce projet de loi C‑10 a été une catastrophe, et il va finir par le faire avancer à coup de bâillons dans la gorge...
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 17:28 [p.8362]
Madam Speaker, I will now get back to the premise of my speech, the 2019 campaign in which every Bloc Québécois candidate made a serious promise to voters, a commitment made solemnly and with conviction: Whenever we are in the House, we will make decisions, take a position and support bills and motions that defend Quebeckers’ interests and values.
Even today, it is still the question we ask ourselves when it comes time to choose which direction to take, either here or in committee. A time allocation motion, closure, a gag order, whatever we may call it, there really is no good word for it and we find it chilling, because freedom of speech, parliamentary privilege, is fundamental. It is something we deeply respect and will defend at all costs, like we did with this morning's motion, which just squeaked by.
The Bloc Québécois has fervently defended this idea since its inception, 30 years ago tomorrow. I think that we supported a time allocation motion more often in the past two weeks than in all the 30 years of my party’s existence.
Sometimes, situations force us to step on people’s toes to defend our values, and sometimes that is justifiable.
The parliamentary toolkit contains another tool that is just as questionable, in my opinion, and many of my colleagues probably agree with me. It is the filibustering of debates, either here in the House or in committee. The filibuster consists in droning on endlessly, taking up debate time to prevent a vote or to prevent something that is against our convictions from happening. At that point, the other move that is just as questionable, time allocation, becomes equally justifiable.
In recent months, we have supported time allocation for Bill C‑6 and for medical assistance in dying, an extremely sensitive issue on which Quebec has reached a consensus. People were waiting for the bill. They were waiting for a decision from the House of Commons. They were enduring unbearable suffering and they wanted the freedom to decide when they could end it.
At that point, we asked ourselves the same question. We asked ourselves whether we were going to accept closure if it reflected the will, the values and the interests of Quebeckers. Since it was a simple question, and the answer was yes, we believed we were duty bound to do whatever was necessary to have these bills and motions adopted.
Bill C‑30 is also important for businesses. It is important for the economic recovery, since it will allow entrepreneurs in our regions to get back on their feet after the pandemic. Obviously, we would have preferred that the democratic process take its normal course but, when it is clear that someone is trying to delay the process by every means possible for reasons that are often purely ideological, in order to please their base or collect funds by plucking at the heartstrings of certain groups of Canadians, we believe that it is our duty to counter these manoeuvres using another parliamentary tool. We believe that, in those circumstances, it is reasonable.
That was the case with Bill C‑10. How did we get here? My colleague from Richmond—Arthabaska talked about that earlier. It is true that, at first, when the bill was tabled, we found a lot of holes in it. There were more holes in it than there are in Swiss cheese, like in a brand new paint by numbers. It took six years' preparation to come up with a bill and there was still an enormous amount of work to do.
I do not want to lay blame on anyone, but I think that, from the moment the bill was introduces, the opposition parties were unanimous in thinking that there were too many things missing for it to be acceptable. The industry was happy because a bill was finally being introduced to amend the Broadcasting Act, which had already been obsolete for several years and which was enacted in 1991, at a time when we were recording songs broadcast over the radio on four-track cassettes.
Since we were considerably behind, it was not surprising that the industry applauded the tabling of a bill to review the Broadcasting Act. It should have been reviewed 20 years ago, it should have been reviewed 10 years ago; it should be reviewed on a regular basis.
We soon realized how much work there was to be done. In a way, when a member of the House decides to vote in favour of a bill so that it can be studied in committee, that member is making a commitment to say that certain elements of the bill are not very good and need to be worked on. That work falls to us. It is unfortunate, but we have to do it. We have to improve Bill C‑10 because the cultural industry, our media and the field of broadcasting in Canada have drastically changed. Today's broadcasting industry is nothing like what it was in 1991, when the last version of the Broadcasting Act was passed. I was working in radio at the time. When I walk into a radio studio these days, in 2021, I am completely lost and I have to be shown around because I do not know what anything is. Everything is different today, except for the mike, which has not changed much.
When we agree to work on a bill in committee, we are committing to making improvements. That is how we ended up with more than 100 amendments. At first, there were about 120 amendments proposed by the NDP, the Green Party, the Conservatives, the Liberals and the Bloc Québécois.
Before proposing these amendments, we consulted people. We heard from people who were interested in sharing their concerns with us. A lot of people wanted to talk about the Broadcasting Act, because it affected a huge number of stakeholders, including community radio and television stations, broadcasters, cable companies, artists and online companies. A lot of people wanted to share their concerns and remind us to include certain things in the bill.
Independent broadcasters also depend on online companies, as well as conventional broadcasters, such as the traditional cable companies, to broadcast their content. In short, there were a lot of witnesses to listen to. We came to realize that this would be a monumental task. There is a reason there were 120 amendments: because there was a lot of work to do. We did it.
I met with representatives of the cultural industry. We exchanged many messages, emails and calls and held many meetings. These people represent more than 200,000 artists, creators, artisans, authors and other people who earn a living from the cultural industry, which has significant spinoffs. Canada's cultural industry generates billions of dollars in economic spinoffs. That is no trivial matter, and we cannot let an industry like that down. We love culture, the arts, our artists and our distinct culture, but we also like money. This is a profitable industry that does not cost us a fortune. Far from being a millstone dragging us down, we benefit from it. It sets us apart and identifies us. There were 120 amendments, but they were serious amendments. They were important. We worked hard, but then came the events of late April.
Did we do things the best way possible? In hindsight, that is a reasonable question. Was it right to eliminate clause 4.1? Maybe not. Is the result what the Conservatives say it is? It is not.
Bill C‑10 contains provisions that clearly protect social media users. As important as it was to protect social media users, it was also important to regulate social media platforms, which play a role in broadcasting and are involved in broadcasting. Social media has an impact on the broadcasting system. YouTube is the largest online music broadcaster in Canada.
We would have had to tell Apple Music that it was going to be regulated, but that YouTube was not because it also has a social media service. That makes no sense. Apple Music would have been right to tell us off, saying that we had done a horrible job and that we needed to go back to the drawing board.
We had to be able to regulate social media for their broadcasting activities, while protecting their users. That is what is clearly stated in the bill, and that is what will come out of the revised Broadcasting Act in the end.
There was never any question of limiting Quebeckers' and Canadians' freedom of speech. Freedom of speech is a value that Canadians of all stripes hold dear. Let us not compete to see who loves freedom of speech the most. It is fundamental for us, for Quebeckers and for Canadians. Of that there is no doubt.
What party in the House would have blindly voted for a bill that would actually limit freedom of expression? It does not make sense. It is merely a question of ideology. It is merely an attempt to fan the flames, to offend sensibilities. Perhaps it will pay off, I do not know.
When the problem arose in committee and the question was raised, the Conservatives said that we absolutely had to hear from the Minister of Canadian Heritage and the Minister of Justice. These ministers had to issue a charter statement. They had to see what was going on. We needed a guarantee from the minister that the bill complied with the Canadian Charter of Rights and Freedoms, and if we were going to do that, we should hear from experts. The Conservatives wanted to invite experts back.
We were wasting time on a bill when we already did not have much time to spare. We wondered what we should with that. Having reflected on it, I am convinced that what is in the bill will protect freedom of expression and social media users, in other words individuals, people. We decided that if there was any uncertainty, we needed to get to the bottom of it, and we had a duty to do so. It was early May, and we were running out of time, but no matter, we had to get it done, and that is what we did. We heard from the experts that the Conservatives wanted us to invite. We heard from law professors and people who believe that this bill goes against this provision of the Charter of Rights and Freedoms and who claim it jeopardizes freedom of expression. I want to listen to all sides before I form an opinion.
However, we also heard from experts such as Pierre Trudel, a professor of law who is renowned across the country. He, too, is a leading authority, and he had a completely different opinion. We heard from Ms. Yale, the chair of the major study that resulted in the Yale report almost a year and a half ago. She also testified and shared her views. Ms. Yale also did not think there was a threat.
There is nothing wrong with expressing doubts and saying that some experts have a certain view. However, at some point, we must respect the democratic process. We listened to everyone and showed good will and good faith. Other experts expressed different views before the committee. Through a vote, the committee decided that we would finally move forward and that there was no threat. The democratic process can come down on either side and we must respect it. Our Conservative colleagues decided to continue filibustering the committee by giving interminable speeches, and we saw things get out of hand.
I was really disappointed by the comments made by the member for Lethbridge in the Lethbridge Herald. She described Quebec artists as being a niche group who are stuck in the 1990s and unable to adapt, so they have to make a living off government grants. I spent 30 years working in the media, in radio and in television, surrounded by artists, being part of their community. If I had had more hair to begin with, I think whatever is left would have fallen out. That took my breath away. I cannot believe that we did not hear a heartfelt apology in the House, either from the leader of the official opposition or from the member herself. I found her comments, which have been denounced by arts organizations, beyond sad and terribly unfortunate.
When we started studying Bill C‑10, I decided that I would do exactly what the Bloc Québécois had promised to do during the 2019 election campaign in Quebec. My colleague from Jonquière once told me that if I really wanted to connect with and be attuned to my constituents' realities, I should lace up my shoes, hit the streets and listen to what my constituents want me to support. That is exactly what I did.
I have been in contact with the cultural sector from the beginning, especially in Quebec, but also, by extension, Canada, since the associations that represent the artists and the industry in Quebec also represent the industry across Canada.
We also listened to francophone communities outside Quebec, which were also needing the protections offered by this bill. We listened to them, we moved forward and we proposed amendments to protect francophone and Quebec culture, and most of these amendments were accepted.
We worked hard to improve this bill. As we were approaching the end of the road, or in this case, the end of the session, and we had made some major gains for the cultural sector, we knew that it was not the time to give up and call it a day because there would not be enough time.
This industry suffered during the pandemic. It has been waiting for a bill, a review of the Broadcasting Act, for far too long. Remember what things were like in 1991. We did not have high-speed Internet. We could not always connect. We had to listen to a sound like a fax machine for about seven minutes. When we managed to connect, we could not just download a photo. If we wanted to do that, we had to start the download the night before in order to see the photo in the morning. We were far from streaming music, downloading videos and watching shows online like we do today. The Broadcasting Act has been completely out of touch with reality for a long time.
As I was saying, we do not have much time left to finish working on this bill, which is so important for the cultural industry, the cultural community, broadcasters, independent broadcasters and creators, as well as for the unique identity that we have here with our culture. Whether we are talking about Quebec or English Canada, we are not the same as the United States and there are marked differences between our culture and American culture.
What should we do? Are we going to allow the web giants to rake in billions of dollars when we are not asking them for much? Are we going to say that it does not matter if they do not produce our shows, that it is a free market and that we should let them set up shop here with their billions of dollars and their means of production and let them do what they want? Come on. That is completely ludicrous.
The Yale report mentioned this last year, and it is just as relevant today: We must act quickly. When action is urgently needed, we must do what it takes to get results and achieve our goal.
The Bloc Québécois made an unusual but necessary decision in supporting time allocation for Bill C‑10 in committee. It is a rare measure and I hope we will not have to take it again, but it was necessary. We made a commitment to work for Quebec, the cultural community and our media. We are also committed to keeping our culture alive. In Quebec, we have been in the habit of fighting for our culture for quite some time. That is perhaps the difference: We have been rolling up our sleeves for a longer time now. We will not give up the fight.
Contrary to what our Conservative colleagues think, this bill is essential and it is urgent. We owe it to our cultural community, as well as to Quebec and Canadian media.
Madame la Présidente, je reviens sur la prémisse de mon discours, la campagne de 2019 au cours de laquelle tous les candidats du Bloc québécois faisaient une promesse très importante aux électeurs, un engagement que nous avons pris solennellement et avec conviction: c'était qu'à tout moment, lorsque nous allions siéger à la Chambre, nous allions prendre des décisions, nous allions prendre des positions, nous allions soutenir des projets de loi et des motions à la condition qu'ils défendent les intérêts et les valeurs des Québécoises et des Québécois.
D'ailleurs, encore aujourd'hui, c'est la première question que nous nous posons au moment de choisir la direction à prendre, que ce soit ici ou en comité. Une motion d'attribution de temps, un bâillon, un gag order, appelons cela comme on le veut, il n'y a pas de bon mot pour cette formule, nous donne tous un peu froid dans le dos, puisque la liberté de parole, le privilège parlementaire, c'est fondamental. C'est une chose que nous respectons absolument et à tout prix, y compris celle de ce matin, qui a passé de façon un peu serrée.
Le Bloc québécois est un parti qui défend ardemment cette idée depuis sa fondation et, demain, cela fera 30 ans que le Bloc québécois existe. Je pense que nous avons appuyé plus souvent une attribution de temps depuis deux semaines que dans les 30 années d'existence de mon parti.
Parfois, des situations nous obligent à faire fi, à se piler un peu sur les orteils, en fonction des valeurs que nous souhaitons défendre, et parfois, c'est justifiable.
Dans le coffre à outils des parlementaires, il y a un autre outil qui est tout aussi discutable, à mon avis, et c'est une opinion qui est probablement partagée par une foule de collègues. Il s'agit de l'obstruction systématique des débats, que ce soit ici, à la Chambre, ou en comité. C'est ce qu'on appelle un filibuster et qui consiste à parler sans cesse, à meubler le temps des débats pour empêcher la tenue d'un vote ou pour empêcher quelque chose qui est contraire a nos convictions d'aboutir. À ce moment-là, l'autre manœuvre qui est tout aussi discutable, celle du bâillon, devient tout aussi justifiée.
Dans les derniers mois, nous avons appuyé des bâillons, effectivement, sur le projet de loi C‑6 et sur l'aide médicale à mourir, un sujet qui était extrêmement sensible et qui faisait consensus au Québec. Des gens attendaient après cette loi. Ils attendaient après cette décision de la Chambre des communes. Ils éprouvaient des souffrances insupportables en raison desquelles ils voulaient avoir le loisir de choisir à quel moment ils allaient pouvoir y mettre un terme.
À ce moment-là, nous nous sommes posé la même question. Nous nous sommes demandé si nous allions accepter le bâillon, si cela représentait la volonté, les valeurs et les intérêts des Québécoises et des Québécois. La question étant simple, la réponse étant oui, nous considérons avoir le devoir de faire ce qu'il faut pour que ces projets de loi et ces motions soient adoptés.
Le projet de loi C‑30 est important aussi pour des entreprises, il est important pour la relance, afin de permettre à des entrepreneurs dans nos régions de se remettre sur pied après la pandémie. Évidemment, nous aurions souhaité que le processus démocratique suive son cours normal, mais, quand il est évident qu'on se met à retarder ce processus par tous les moyens possible, pour des motifs souvent purement idéologiques, pour plaire à sa base ou pour collecter des fonds en pinçant les cordes sensibles de certains groupes de Canadiens, nous pensons qu'il est de notre devoir de contrer ces manœuvres par un autre outil parlementaire. Nous pensons qu'à ce moment-là, cela devient raisonnable.
Cela a été le cas avec le projet de loi C‑10. Comment en sommes-nous arrivés là? Mon collègue de Richmond—Arthabaska en a parlé un petit peu plus tôt. C'est vrai que, au début, quand le projet de loi est arrivé, nous trouvions qu'il y avait beaucoup de trous dans ce projet de loi. Ce n'était même pas un gruyère, c'était une peinture à numéro, sans peinture dans la boîte. Il a fallu six ans de préparation pour arriver avec un projet de loi sur lequel il y avait toujours autant de travail à faire.
Je ne veux pas lancer le blâme à l'un ou à l'autre, mais je pense que, à partir du moment où nous avons reçu ce projet de loi, les partis de l'opposition ont été à peu près unanimes pour dire qu'il manquait beaucoup trop d'affaires là-dedans pour être acceptable. Le milieu était content parce que, enfin, un projet de loi était déposé pour revoir la Loi sur la radiodiffusion désuète depuis plusieurs années et qui était en vigueur depuis 1991, à une époque où on enregistrait encore nos chansons sur des cassettes à quatre pistes de la radio.
Comme on était pas mal en retard, c'est normal que l'industrie applaudisse le dépôt d'un projet de loi visant la révision de la Loi sur radiodiffusion. D'ailleurs, une telle révision aurait dû être faite il y a 20 ans et il y a 10 ans; cela devrait être fait beaucoup plus régulièrement.
Nous avons rapidement réalisé à quel point il y avait du travail à faire à cet égard. D'une certaine façon, quand un député de la Chambre décide de voter en faveur du projet de loi, afin que ce dernier soit étudié en comité, il prend un engagement. Il s'engage à dire que certains éléments ne sont pas très bons et qu'il y a du travail à faire. C'est nous qui devons faire ce travail; c'est plate, mais il faut que nous le fassions. Nous devons améliorer le projet de loi C‑10, parce que l'industrie culturelle, nos médias et le monde de la radiodiffusion au Canada ont beaucoup changé. L'industrie de la radiodiffusion d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celle de 1991, lors de la dernière mouture de la Loi sur la radiodiffusion. À cette époque, je faisais de la radio. Quand j'entre dans un studio de radio, en 2021, je suis complètement perdu et il faut que l'on me fasse faire le tour du propriétaire, car je n'y comprends rien. Tout est différent aujourd'hui, mis à part le micro, qui n'a à peu près pas changé.
Quand on accepte de travailler sur un projet de loi en comité, on s'engage à améliorer les choses. Évidemment, cela fait que l'on se retrouve avec plus de 100 amendements. Au départ, il y en avait environ 120, proposés par le NPD, le Parti vert, le Parti conservateur, le Parti libéral et le Bloc québécois.
Avant de proposer ces amendements, nous avons consulté des gens. Nous avons entendu les gens qui étaient intéressés à nous faire part de leurs préoccupations. Plusieurs personnes voulaient nous en parler, puisque cela touchait énormément de gens: les radios et télévisions communautaires, les radiodiffuseurs, les câblodistributeurs, les artistes et les entreprises en ligne. Plusieurs personnes voulaient nous faire part de leurs préoccupations et nous dire de ne pas oublier d'inclure certains éléments au projet de loi.
Les diffuseurs indépendants dépendent également de la diffusion de leur contenu par les entreprises en ligne et par les entreprises traditionnelles de radiodiffusion, comme les entreprises de câblodistribution traditionnelles. Bref, nous avons entendu une foule de témoignages. À un certain moment, nous nous sommes rendu compte que la tâche était énorme. S'il y avait 120 amendements, ce n'est pas pour rien. Il y avait du travail à faire, et nous l'avons fait.
J'ai rencontré des gens de l'industrie culturelle. Nous avons échangé de nombreux messages, de nombreux courriels et de nombreux appels, et nous avons tenu plusieurs réunions. Ces gens représentent plus de 200 000 artistes, créateurs, artisans et auteurs ainsi que d'autres gens qui vivent de cette industrie aux retombées importantes. L'industrie culturelle canadienne génère des milliards de dollars en retombées économiques. Ce n'est pas banal; on ne doit pas la laisser tomber. On aime la culture, les arts, nos artistes et notre distinction culturelle, mais on aime aussi l'argent. Il s'agit d'une industrie payante qui ne nous coûte pas une fortune; nous ne la traînons pas comme un boulet, nous en profitons. Elle nous différencie et nous identifie. Il y avait 120 amendements, mais ils n'étaient pas « broche à foin », ils étaient importants. Nous avons travaillé fort; puis est arrivé ce qui est arrivé, à la fin d'avril.
A‑t‑on fait les choses de la manière la plus habile qui soit? Avec le recul, on peut se poser la question. Est‑ce que l'on a bien fait de retirer l'article 4.1? Peut‑être que non. Le résultat est‑il celui que les conservateurs prétendent? La réponse est non.
Dans le projet de loi C‑10, il y a des dispositions qui protègent clairement les utilisateurs des médias sociaux. C'était important de protéger les utilisateurs des médias sociaux, mais c'était tout aussi important d'assujettir les médias sociaux à la réglementation. Les médias sociaux jouent un rôle et ont des activités de radiodiffusion. Ils ont un impact sur le système de radiodiffusion. YouTube est le plus important diffuseur de musique en ligne au Canada.
On ne peut pas dire à Apple Music qu'il sera soumis à la réglementation, mais que YouTube ne le sera pas. Or il s'agit aussi d'un service de média social. C'est un non-sens. Apple Music aurait eu raison de nous lancer des tomates, de nous dire que nous avons vraiment mal fait notre travail et que nous devons retourner à la table à dessin.
Il fallait que nous puissions assujettir les médias sociaux pour leurs activités de radiodiffusion, tout en protégeant les utilisateurs de ces mêmes médias sociaux. C'est ce qui est clairement énoncé dans ce projet de loi et c'est ce qui va ressortir, à terme, de cette loi revisée sur la radiodiffusion.
Il n'a jamais été question de brimer la liberté d'expression des Québécois et des Canadiens. C'est une valeur qui nous est chère, à tout le monde, tous partis confondus. Nous n'irons pas faire le concours d'à qui la liberté d'expression tient le plus à cœur. C'est fondamental pour nous, pour les Québécois et pour les Canadiens. Il n'y a aucun doute là-dessus.
Quel parti à la Chambre aurait voté aveuglément sur un projet de loi qui aurait brimé réellement la liberté d'expression? Cela ne tient pas. Cela devient simplement une question idéologique, une question de souffler sur des braises et des sensibilités. Peut-être est-ce payant. Je ne le sais pas.
En comité, quand ce problème est arrivé et que cette question a été soulevée, les conservateurs ont dit qu'il fallait absolument convoquer le ministre du Patrimoine et le ministre de la Justice. Il fallait que ceux-ci fassent un énoncé de la Charte, qu'ils voient cette affaire. Il fallait avoir une garantie de la part du ministre que le projet de loi était encore conforme à la Charte canadienne des droits et libertés et, tant qu'à faire cela, il fallait recevoir des experts. Ils ont demandé que nous réinvitions des experts.
Nous étions en train de perdre du temps dans un projet de loi pour lequel nous n'en avions déjà pas beaucoup. Nous nous sommes demandé ce qu'il fallait faire avec cela. Réflexion faite, je suis convaincu que ce qui est mis dans le projet de loi protège la liberté d'expression et les utilisateurs des médias sociaux, c'est-à-dire les individus, les personnes. Nous nous sommes dit que, s'il y avait un doute, il fallait aller au fond des choses, et que nous avions le devoir de le faire. Nous étions au début du mois de mai, nous perdions du temps, mais, tant pis, il fallait le faire. Nous l'avons donc fait. Nous avons reçu les experts que les conservateurs voulaient nous faire entendre. Nous avons reçu des professeurs de droit et des gens qui sont d'avis que ce projet de loi va à l'encontre de cette disposition de la Charte des droits et libertés et qui prétendent qu'il y a un risque pour la liberté d'expression. Moi, je veux entendre tout le monde pour me faire une opinion.
Toutefois, nous avons aussi reçu d'éminents spécialistes comme Pierre Trudel, un professeur de droit reconnu partout au pays. Il est une sommité, lui aussi, et il avait une opinion complètement divergente. Nous avons reçu Mme Yale, la présidente de cette grande étude qui a donné naissance au rapport Yale, il y a presque un an et demi. Elle est venue témoigner aussi, nous faire part de son opinion là-dessus. Pour Mme Yale non plus, il n'y avait pas de danger.
C'est correct d'émettre des doutes et de dire que certains experts pensent ainsi, mais, à un moment donné, il faut respecter le processus démocratique. Nous avons écouté tout le monde et avons fait preuve de bonne volonté et de bonne foi. D'autres experts sont venus dire autre chose et le Comité, en votant, a décidé que nous allions finalement de l'avant et qu'il n'y avait pas de danger. Le processus démocratique va des deux bords et nous devons le respecter. Or, nos collègues conservateurs ont décidé de continuer à faire de l'obstruction au Comité, à faire des discours-fleuve, et nous avons assisté à des débordements.
Je trouve d'ailleurs très malheureux les propos de la députée de Lethbridge, qui, dans le Lethbridge Herald, parlait des artistes québécois comme des artistes nichés qui sont coincés dans les années 1990, qui n'ont pas été capables de s'adapter et qui vivent aux crochets du gouvernement à l'aide des subventions. J'ai passé 30 ans dans les médias, à la radio, à la télé, à côtoyer ces gens, à en faire partie. S'il me restait encore suffisamment de cheveux, je pense qu'ils seraient tous tombés. Cela m'a scié les jambes. Je ne peux pas croire qu'on n'ait pas eu droit à des excuses senties, à la Chambre, de la part du chef de l'opposition officielle ou de la députée elle-même. Pour moi, ces propos-là, qui ont d'ailleurs été dénoncés par les organisations, sont tristes et terriblement malheureux.
Quand nous avons commencé l'étude du projet de loi C‑10, je me suis dit que j'allais faire exactement ce que le Bloc québécois avait promis de faire en 2019 en campagne électorale au Québec. Je vais paraphraser mon collègue de Jonquière, qui m'avait dit un jour que, si je voulais vraiment être proche de mon monde et branché sur ma réalité pour savoir quoi soutenir et appuyer, je devais chausser mes bottes, aller sur le terrain et écouter les gens de ma circonscription me dire ce qu'il faut que je défende. C'est exactement ce que j'ai fait.
Depuis le début, j'ai été en contact avec l'industrie culturelle, surtout du Québec, mais, par débordement, du Canada aussi puisque les associations qui représentent les artistes et l'industrie au Québec représentent aussi l'industrie du Canada.
Nous avons également écouté les communautés francophones hors Québec, qui trouvaient elles aussi qu'elles avaient besoin de protection dans ce projet de loi. Nous les avons écoutées, nous sommes allés de l'avant, et nous avons proposé des amendements pour la protection de la culture francophone et québécoise, dont la plupart ont été acceptés.
Nous avons fait un travail acharné pour améliorer ce projet de loi. Quand nous arrivons au bout de la route, à la fin d'une session parlementaire comme c'est le cas actuellement, et que nous avons obtenu des gains importants pour les milieux culturels, ce n'est certainement pas le moment de baisser les bras et de nous arrêter en chemin sous prétexte que nous n'aurons pas suffisamment de temps.
Cette industrie a souffert pendant la pandémie. Cette industrie attend un projet de loi, une révision de la Loi sur la radiodiffusion, depuis trop longtemps. Rappelez-vous la situation en 1991. L'Internet n'était pas à grande vitesse. Quand nous nous branchions, cela ne fonctionnait pas toujours. Nous entendions un bruit semblable à celui d'un télécopieur pendant à peu près sept minutes. Quand nous parvenions à nous connecter, il n'était pas question de télécharger une photo: il fallait s'y prendre la veille pour l'avoir le lendemain matin. Nous étions donc bien loin de la diffusion de musique en continu, des vidéos à télécharger et des émissions que nous regardons en ligne aujourd'hui. La Loi sur la radiodiffusion était complètement déconnectée de la réalité depuis longtemps.
Comme je le disais, il reste peu de temps pour boucler la boucle sur ce projet de loi d'une telle importance pour l'industrie culturelle, pour le milieu culturel, mais aussi pour les radiodiffuseurs, les diffuseurs indépendants et les créateurs, et pour l'identité propre que nous avons ici avec notre culture. Qu'il s'agisse du Québec ou du Canada anglais, nous ne sommes pas pareils aux États‑Unis et nous avons des différences marquées avec la culture américaine.
Que faire? Allons-nous laisser les géants du Web engranger des milliards, déjà que nous ne leur demandons pas grand-chose? Allons-nous dire que ce n'est pas grave s'ils ne proposent pas nos émissions, que c'est un libre marché, que nous les laisserons s'installer avec leurs milliards et leurs moyens de production et que nous les laisserons faire ce qu'ils veulent? Voyons, cela n'a aucun sens!
Le rapport Yale le mentionnait l'année passée, et c'est tout aussi pertinent maintenant: il y a urgence d'agir. Or, quand il y a urgence d'agir, il faut prendre les moyens pour atteindre des résultats, pour arriver à nos fins.
Le Bloc québécois a pris une décision inhabituelle, mais nécessaire, en appuyant le bâillon pour le projet de loi C‑10 en comité. C'est une mesure rare et j'espère que cela ne se reproduira pas, mais c'était nécessaire. Nous nous sommes engagés à travailler pour le Québec, pour l'industrie culturelle, pour nos médias. Nous nous sommes engagés aussi à ne pas laisser mourir notre culture. Au Québec, nous avons l'habitude depuis un bon bout de temps de nous battre pour notre culture. C'est peut-être la différence: nous nous retroussons les manches depuis plus longtemps. Nous n'allons pas lâcher le combat.
Quoi qu'en pensent nos collègues conservateurs, ce projet de loi est essentiel et il est urgent. Nous le devons à notre industrie culturelle, ainsi qu'à nos médias québécois et canadiens.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House today to speak to a bill that is important to me. It is not so much the bill itself, but what it will do and the sector it will affect. This bill could really change things in the future.
Before speaking about the principles and general thrust of Bill C‑10, and as we are officially discussing at this time a supermotion to expedite the business and the course of events in the House, I would like to come back to the question I asked my colleague from Drummond a few minutes ago, that is, how did we get here?
How did we arrive at a bill that nevertheless affects our cultural sovereignty, our ability to produce Quebec and Canadian cultural content, and thus an entire industry representing billions of dollars, thousands of jobs and people affected in every region of Quebec and Canada, such a crucial and important industry that we had failed to address for a very long time?
Not only is the bill behind schedule, but so is the government in its management of government business in the House and in parliamentary committees. We have seen it all with Bill C‑10. I have been doing this work for years, but some of these things are unprecedented, including the twists and turns, bad management, communication problems, breaks, questions, notices and many testimonies. I have seen contradictory things and rather odd processes, including this thing done by the Conservatives, which I have rarely seen: systematic filibustering in order to waste the committee's time, including on Conservative amendments. When a member proposes an amendment they usually want to see it passed because they think it will improve the bill. However, the Conservatives had the nerve to filibuster their own amendments. It is rather odd.
Things are coming to a close. Nobody wants an election, but everyone expects one. That means we need to get a move on because we might be on the campaign trail come August or September. That is up to the Liberals.
We could come back and work on the bill. There is a chance that could happen, but all signs point to the Liberals being in a hurry. Now they want to move so fast that they shut down a parliamentary committee. That is just the fourth time in more than 150 years this has happened. This time, they are not limiting debate to 10 hours but to five.
In order to make the best possible use of those five hours, the NDP and other parties agreed to schedule more meetings so the committee could meet more often than originally planned. Last week, instead of meeting twice, the committee met five times, if memory serves. Even so, here come the Liberals with their supermotion to expedite matters once again.
I can only conclude that the government dragged its feet. It said all kinds of things about how important culture and the cultural sector are, but none of that was true. Bill C‑10 was full of holes, things were not clear, the Minister of Canadian Heritage himself was often unclear, and the government did not put Bill C‑10 on the agenda early enough and often enough for it to make any headway.
It is all well and good to mollify artists and tell them we love them, that we support them, that this is important and the bill must be modernized, but now we have a bunch of amendments at the last minute that we did not have a chance to study, even though some of them would have been relevant and should have been included in Bill C‑10.
This is the reality we often face at the end of a parliamentary session. It is too bad. If the Liberal government had been serious about culture and cultural sovereignty, it would have done this long before now, and not just because the Yale report was released in 2018. Bill C‑10 could have been given more attention during House proceedings, but the Liberals chose not to do so.
Why did the Broadcasting Act need to be overhauled? It is because, over time and with changes and advances in technology, it has become completely outdated and obsolete.
In my opinion, it is important to remember that the traditional broadcasters are required by the CRTC to contribute to the production of cultural content, whether Quebec or Canadian, in French or in English. We will talk again about the importance of having works, films, and programs in French. The ecosystem of broadcasting content has changed a lot over the past few years.
One of the things the member for Drummond talked about was Internet access. Some people will remember that it was much harder to get online 10 or 15 years ago. Today, our system is completely imbalanced and unfair, which means the cultural sector is hitting a wall. This is putting the cultural sector in jeopardy. Year after year, cable companies are losing subscribers. Why? Because the technology has changed and the traditional broadcasters are being overtaken by digital broadcasters, who are becoming more prominent and taking up more space. That was the case before the pandemic, but the pandemic has shown us that platforms like Netflix, Disney+ and Crave have taken over.
Let me be clear: The big digital broadcasters, social medial companies and web giants do not contribute to the collective investment that is needed to create Canadian or Quebec cultural content in French or English. That is the problem. That is what the Conservatives and Liberals have been dragging their feet on for years. The Broadcasting Act should have been amended a long time ago.
The NDP is obviously in favour of making new players contribute. They are not so new anymore, but they are big. Traditional broadcasters contribute money to a fund to create Quebec and Canadian cultural content, but that fund is getting smaller and smaller. These new digital players need to contribute so that the industry gets more resources to create new works that will tell our stories, the stories of what is happening in our communities, cities, regions and our villages.
This is so important to the NDP that it was one of the issues we campaigned. I will read an excerpt from our 2019 platform:
Most Canadians now get their news from Facebook, and Netflix is the largest broadcaster in the country - but these web giants don't pay the same taxes or contribute to funding Canadian content in the same way that traditional media do. Canadian film, television, and media is up against a tidal wave of well-funded American content - and the Liberals have refused to take action to level the playing field [this notion is very important].
That's why...we will step up to make sure that Netflix, Facebook, Google, and other digital media companies play by the same rules as Canadian broadcasters. That means paying taxes [which is not in Bill C‑10. It is in the budget, but it seems we will have to wait until next year], supporting Canadian content in both official languages, and taking responsibility for what appears on their platforms, just like other media outlets....
New Democrats will make sure that Canadian talent can thrive on both digital and traditional platforms - here at home and around the world. We think that artists should be able to earn a decent living from their art, and that government has an important role to play in making sure that a diversity of Canadian voices tell our stories.
As members can see, we already knew that the act had to be modernized. Thirty years after it was passed, the act is outdated.
It is true that there is a real and well-founded appetite for such a long-awaited change in the cultural sector, whether it is television, film or music. YouTube is the platform most used for music, so it is really important to include social media platforms like YouTube on the list of entites that can be monitored and regulated.
However, we should not be regulating users, citizens who post their own videos on this platform. We need to target the professional use of this platform for commercial purposes.
I will come back to the questions that arose in the course of the Bill C-10 saga. To ensure the longevity of our cultural ecosystem, the NDP was obviously prepared to work in good faith to improve and enhance the bill, based on the premise that the old existing act had outlived its usefulness because it is jeopardizing this industry, our capabilities and some jobs.
What was the NDP looking for, exactly? We wanted a broadcasting system that remains essentially Canadian, with Quebec and Canadian ownership. We wanted Quebec and Canadian productions that are easily identifiable and accessible. We wanted local shows and content. That is something that we examined very closely.
We also wanted a broadcasting system that clearly recognizes the importance of the French language in this ecosystem. Unfortunately, the Liberal government had a hard time signing an agreement with Netflix a few years ago. We wanted to prevent that sort of thing from happening again, because we never got any real guarantees about the percentage of French-language content that would be produced under the agreement between the Liberals and Netflix.
We also wanted an equitable system without lowering our standards. Just because Canada is calling on web giants and digital broadcasters to participate financially should not mean that traditional broadcasters get a free pass or we will be no further ahead in terms of increased revenues for our artists and cultural production.
We wanted to ensure that there were indigenous language productions for indigenous peoples and for first nations. That was one thing we were watching for and wanted to find in Bill C‑10. Those are the principles that guided us in this work.
Now we are at the end of the process with a flawed and yet well-intentioned bill. This may create a dilemma for us as members and parliamentarians. We wanted to take our time to do the work properly, plug the holes and ensure that the bill could not be challenged in court.
The government has to accept a lot of responsibility for the misunderstandings and legitimate concerns people had about their freedom of expression, a topic I will now get into.
Is freedom of expression being threatened? There was much talk of that, many people reacted, many people called and wrote in and there were articles and editorials on the topic. Experts are divided on the issue, but one group is smaller than the other. The member for Drummond talked about that earlier. In Quebec, we just have to look at Pierre Trudel and Monique Simard, who are strong voices and feel very strongly about this.
It is also important to know that there are already guarantees in three provisions in the act, in sections 2, 35 and 46, that protect citizens' and ordinary users' capacity to publish and broadcast content on social media.
Obviously, the Canadian Charter of Rights and Freedoms still exists. We asked the Minister of Justice for a charter statement on two occasions, first before and then again after the removal of proposed section 4.1. In both cases, we were told that the bill was consistent with the charter.
To make sure that this important issue is properly dealt with and that we have all the possible guarantees, the NDP is also asking the government for a Supreme Court reference. That way, we would ensure our citizens' rights to freedom of expression are protected in the bill.
There are the sections of the bill, the overwhelming expert opinion and the two charter statements from the Minister of Justice. In addition, we are asking for a Supreme Court reference, to make sure that users cannot be regulated by the CRTC. That is very important: The CRTC will regulate broadcasting companies, not individuals.
I believe a member also mentioned it, but if I thought there was any possibility that my children or teenagers would be targeted by the CRTC or restricted in their freedom of expression on social media and online, I would be greatly concerned and I would not let that happen.
Why is it so important to take care of the cultural industry, our artists and our artisans? We may want to do it for economic reasons because this industry represents thousands of jobs and these sectors generally work well. Things were harder during the pandemic and it is more difficult for the cultural industry to get out of the crisis. What is more, things are not consistent across the cultural industry. Some sectors are doing well, while others are struggling. I am thinking of festivals, all the performing arts, the theatres and concerts. These sectors will need a little more time to get back on their feet. With regard to television and movies, activities continued, but we need to ensure that our system is sustainable so that we are able to continue creating our television shows and movies, telling our stories and hiring our local creators, artisans and technicians. There is therefore an economic argument because the cultural industry is an important economic driver.
However, the cultural sector is about more than just economics. It also brings us together as a society. It forges an identity, a vision of the world, and it also brings elements of beauty, tenderness and humanity into our lives. That is what makes the cultural sector different from any other economic sector. It changes who we are as human beings and how we see the world. The art that is produced says a lot about a society, whether we experience it through television, dance, paintings, performances, books or poems. Culture can change the world.
Allow me to read an excerpt of a poem written by Jacques Prévert.The sun shines for all mankind, except of course for prisoners and miners, and also forthose who scale the fishthose who eat the spoiled meatthose who turn out hairpin after hairpinthose who blow the glass bottles that others will drink fromthose who slice their bread with pocketknivesthose who vacation at their workbenches or their desksthose who never quite know what to saythose who milk your cows yet who never drink their milkthose you won't find anesthetized at the dentist'sthose who cough out their lungs in the subwaythose who down in various holes turn out the pens with which others in the open air will write something to the effect that everything turns out for the bestthose who have too much to even begin to put into wordsthose whose labors are never overthose who haven't laborsthose who look for laborsthose who aren't looking for labors...those who simply rotthose who enjoy the luxury of eatingthose who travel beneath your wheelsthose who stare at the Seine flowing bythose whom you hire, to whom you express your deepest thanks, whom you are charitable toward, whom you deprive, whom you manipulate, whom you step on, whom you crushthose from whom even fingerprints are taken...those who scatter salt on the snow in all directions in order to collect a ridiculous salarythose whose life expectancy is a lot shorter than yours isthose who've never yet knelt down to pick up a dropped hairpinthose who die of boredom on a Sunday afternoon because they see Monday morning coming and also Tuesday and Wednesday and Thursday and Fridayand Saturday tooand the next Sunday afternoon as well.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui au sujet d'un projet de loi qui me tient à cœur. Ce n'est pas tellement le projet de loi en tant que tel, mais ce qu'il implique et le milieu auquel il touche. C'est un projet de loi qui pourrait, pour l'avenir, changer énormément de choses.
Avant de parler des principes et de l'orientation générale du projet de loi C‑10, et comme nous discutons officiellement en ce moment d'une super motion pour accélérer les travaux et le cours des choses à la Chambre, j'aimerais revenir sur la question que j'ai posée à mon collègue de Drummond, il y a quelques minutes, à savoir comment nous en sommes arrivés là.
Comment en sommes-nous arrivés à un projet de loi qui touche tout de même à notre souveraineté culturelle, à nos capacités de produire du contenu culturel québécois et canadien, et donc à toute une industrie représentant des milliards de dollars, des milliers d'emplois et de gens touchés dans toutes les régions du Québec et du Canada, une industrie tellement cruciale et importante, sur laquelle nous étions très en retard?
Il faut dire que non seulement le projet de loi est en retard, mais le gouvernement l'est également dans sa gestion des affaires de l'État à la Chambre et en comités parlementaires. Nous en aurons vu de toutes les couleurs avec le projet de loi C‑10. Je fais ce travail depuis quelques années, mais il s'est passé des choses que j'avais rarement vues, y compris des rebondissements, une mauvaise gestion, des problèmes de communication, des pauses, des questions, des avis et beaucoup de témoignages. J'ai parfois vu des choses contradictoires et des processus un peu étranges, notamment cette chose faite par les conservateurs, que j'ai rarement vue se produire: de l'obstruction systématique dans le but de faire perdre du temps au comité, mais également sur des amendements des conservateurs. Quand on dépose un amendement, on veut normalement qu'il soit adopté, car on pense que cela améliorera le projet de loi. Toutefois, les conservateurs ont eu le culot de faire de l'obstruction sur leurs propres amendements. C'est assez particulier.
Nous arrivons à la fin. Personne ne veut que des élections soient déclenchées, mais tout le monde pense que ce sera le cas. Il faut donc se dépêcher et faire vite, parce que nous serons peut-être en campagne électorale en août ou en septembre. Ce sera aux libéraux de le décider.
Nous pourrions revenir et travailler sur le projet de loi. Nous aurions la possibilité de le faire, mais des indices nous montrent que les libéraux veulent se dépêcher. Ils souhaitent maintenant aller tellement vite qu'ils ont imposé le bâillon sur les travaux d'un comité parlementaire. Dans toute l'histoire, en plus de 150 ans, c'est seulement la quatrième fois que cela se produit, et, cette fois, il ne s'agit pas de limiter la durée des débats à dix heures, mais à cinq heures.
Afin d'utiliser ces cinq heures le plus efficacement possible, le NPD et d'autres partis ont accepté d'ajouter des plages horaires pour que le comité puisse se rencontrer plus souvent que ce qui était prévu. Ainsi, la semaine dernière, au lieu de se rencontrer deux fois, le comité s'est rencontré cinq fois, si ma mémoire est bonne. Malgré cela, les libéraux arrivent avec une super motion pour encore une fois accélérer les choses.
La seule conclusion à laquelle j'arrive, c'est que le gouvernement s'est traîné les pieds. Malgré le discours qu'il tenait, selon lequel la culture et le secteur culturel sont vraiment importants, c'était tout croche, le projet de loi C‑10 était plein de trous, des choses n'étaient pas claires, le ministre du Patrimoine canadien n'était lui-même souvent pas clair, et on n'a pas mis assez tôt et assez souvent à l'ordre du jour le projet de loi C‑10 pour lui permettre de cheminer.
On a beau jouer du violon aux artistes et leur dire qu'on les aime, qu'on les soutient, que c'est important et qu'il faut moderniser le projet de loi, on arrive trop tard à la fin avec un paquet d'amendements que nous n'avons même pas eu la possibilité d'étudier alors que certains auraient été pertinents et qu'ils auraient dû être inclus dans le projet de loi C‑10.
C'est la réalité à laquelle nous sommes souvent confrontés en fin de session parlementaire. C'est dommage. Si le gouvernement libéral avait été sérieux sur les questions de culture et de souveraineté culturelle, il aurait fait cela bien avant, et ce n'est pas parce que le rapport Yale a été déposé en 2018. On aurait pu mettre davantage l'accent sur le projet de loi C‑10 pendant les travaux de la Chambre, ce que les libéraux n'ont pas fait.
Pourquoi est-ce nécessaire de s'attaquer à la Loi sur la radiodiffusion? C'est parce qu'elle est devenue, au fil du temps et en raison des changements et des progrès technologiques, complètement caduque et désuète.
À mon avis, c'est important de rappeler que les diffuseurs traditionnels ont l'obligation, par l'entremise du CRTC, de contribuer à la production de contenu culturel, qu'il soit québécois ou canadien, de langue française ou de langue anglaise. Nous reparlerons de l'importance d'avoir des œuvres, des films et des émissions en français. L'écosystème de la diffusion de contenu a beaucoup changé au cours des dernières années.
Le député de Drummond a parlé, entre autres, de l'accès à Internet — certaines personnes se rappelleront que c'était beaucoup plus difficile d'y avoir accès il y a 10 ou 15 ans. Aujourd'hui, notre système est complètement asymétrique et inéquitable, ce qui fait que le secteur culturel s'en va vers un mur. Cela met en danger le secteur culturel. Année après année, les câblodistributeurs perdent des abonnés. Pourquoi? C'est parce que la technologie a changé et que les distributeurs traditionnels se font dépasser par les diffuseurs numériques, qui prennent de plus en plus de place. C'était le cas avant la pandémie, mais cette dernière nous a démontré que les Netflix, Disney+ et Crave de ce monde occupent une place prépondérante.
Je vais être clair: tous ces grands diffuseurs numériques, tous les médias sociaux et les géants du Web ne participent pas à l'investissement collectif nécessaire pour créer du contenu culturel canadien ou québécois, de langue française ou de langue anglaise. C'est là où le bât blesse. C'est là où les conservateurs et les libéraux se sont trainé les pieds au cours des dernières années. La loi sur la radiodiffusion aurait dû être modifiée il y a bien longtemps.
Évidemment, les néo-démocrates accueillent favorablement l'idée que les nouveaux joueurs apportent leur contribution. Ils commencent à être moins nouveaux, mais ils prennent une place considérable. Le pot commun dans lequel les diffuseurs traditionnels mettent de l'argent pour créer du contenu culturel québécois ou canadien rapetisse avec le temps. Il faut absolument que ces nouveaux joueurs numériques y participent, pour que l'on puisse avoir plus de moyens pour créer plus d'œuvres qui vont raconter les histoires d'ici et raconter ce qui se passe dans nos communautés, dans nos villes, dans nos régions et dans nos villages.
C'est tellement important aux yeux du NPD que nous avons fait campagne à ce sujet, entre autres. Je me permets de lire un extrait de la plateforme de 2019:
La plupart des Canadiennes et Canadiens s'informent maintenant sur Facebook, et Netflix est devenu le plus grand diffuseur du pays. Or, ces géants du web ne paient pas d'impôts et ne contribuent pas au financement du contenu canadien de la même façon que les médias traditionnels. Le cinéma, la télévision et les médias canadiens sont confrontés à un raz‑de‑marée de contenu américain généreusement financé, et les libéraux ont refusé de prendre des mesures pour égaliser le terrain de jeu [cette notion est très importante].
C'est pourquoi nous veillerons à ce que Netflix, Facebook, Google et les autres entreprises de médias numériques respectent les mêmes règles que les diffuseurs canadiens. Cela signifie payer des impôts [cela ne figure pas au projet de loi C-10. C'est dans le budget, mais il semble qu'il faut attendre à l'année prochaine], appuyer le contenu canadien dans les deux langues officielles et assumer la responsabilité de ce qui apparaît sur leur plateforme, comme c'est le cas pour les autres médias.
[...] Les néo‑démocrates veilleront à ce que les talents canadiens puissent s'épanouir sur les plateformes numériques et traditionnelles, ici comme ailleurs dans le monde. Nous croyons que les artistes doivent pouvoir vivre décemment de leur art et que le gouvernement a un rôle important à jouer pour s'assurer qu'une diversité de voix puisse raconter notre histoire [et nos histoires].
Comme on peut le voir, nous savions déjà qu'il fallait moderniser la Loi. Trente ans après son adoption, elle est désuète.
C'est vrai qu'il y a un appétit réel et bien fondé de la part du milieu culturel, que ce soit le secteur de la télévision, du cinéma ou de la musique, pour un changement tant attendu. Sur le plan de la musique, YouTube est devenu la plateforme que les gens utilisent le plus. C'est donc vraiment important d'inclure un média social comme YouTube dans le giron de ce qu'il est possible de surveiller et de réguler.
Par contre, il ne faut pas réguler les usagers, ces citoyens et ces citoyennes qui mettent leurs propres vidéos sur cette plateforme. IL faut viser ici l'utilisation professionnelle de cette plateforme à des fins commerciales.
Je reviendrai aux questions qui ont surgi en cours de route dans cette vaste aventure du projet de loi C‑10. Pour assurer la pérennité de notre écosystème culturel, nous, au NPD, étions évidemment prêts à travailler de bonne foi, à améliorer le projet de loi et à le bonifier en partant de la prémisse selon laquelle la vielle loi actuelle a fait son temps puisqu'elle met en danger ce secteur, nos capacités et le maintien de certains emplois.
Au NPD, que cherchions-nous, exactement? Nous voulions voir un système de radiodiffusion qui demeure essentiellement canadien, avec des propriétés québécoises et canadiennes. Nous voulions des œuvres québécoises et canadiennes facilement identifiables et accessibles. Nous voulions des émissions et du contenu de chez nous. C'est un aspect que nous avons étudié de très près.
Nous voulions aussi un système de radiodiffusion qui reconnaît clairement l'importance de la langue française dans cet écosystème. Malheureusement, le gouvernement libéral avait connu une expérience difficile en signant un accord avec Netflix il y a quelques années. Nous voulions éviter qu'une telle brèche puisse se représenter parce que nous n'avons jamais eu de garantie réelle du pourcentage de l'entente convenue entre les libéraux et Netflix consacré à la production de contenu en langue française.
Nous voulions aussi un système équitable, mais sans niveler par le bas. Si le Canada demande une certaine participation financière des géants du Web et des diffuseurs numériques, il ne faut pas que cela signifie un passe-droit pour les diffuseurs traditionnels et que, en fin de compte, on se retrouve sans plus de revenus pour nos artistes et la production culturelle.
Nous voulions enfin nous assurer de productions en langues autochtones pour les peuples autochtones et pour les Premières Nations. C'était un élément que nous surveillions et que nous voulions retrouver dans le projet de loi C‑10. Voilà donc les principes qui nous ont guidés dans ces travaux.
Nous nous retrouvons à la fin du processus avec un projet de loi fort imparfait, mais qui vise une bonne intention. Cela peut créer tout un dilemme pour les députés et les parlementaires que nous sommes, alors que nous aurions voulu avoir le temps de bien faire tout le travail, de boucher tous les trous et de nous assurer que le projet de loi ne pourra pas être contesté devant les tribunaux.
Le gouvernement doit accepter beaucoup de responsabilité pour les quiproquos, les malentendus et les inquiétudes tout à fait légitimes des gens pour leur liberté d'expression, sujet dont je veux maintenant parler.
Est-ce que la liberté d'expression est menacée? Cela a fait beaucoup jaser, beaucoup de gens ont réagi, beaucoup de gens ont appelé, ont écrit, et il y a évidemment eu des articles et des éditoriaux à ce sujet. Il faut savoir que les experts sont divisés sur cette question, mais que l'un des deux groupes est plus minoritaire que l'autre. Le député de Drummond en parlait tantôt. Au Québec, on n'a qu'à penser à Pierre Trudel et à Monique Simard, qui sont des voix fortes et qui ont une opinion très tranchée là-dessus.
Il est également important de savoir qu'il y a déjà des garanties, trois dispositions dans la Loi, les articles 2, 35 et 46, qui protègent la capacité des citoyens et des citoyennes, des simples usagers, de publier et de diffuser du contenu dans les médias sociaux.
Évidemment, la Charte canadienne des droits et libertés existe toujours. À deux reprises, on a demandé des avis de conformité à la Charte canadienne des droits et libertés au ministère de la Justice; une fois avant et une autre fois après le retrait de l'article 4.1. Dans les deux cas, on nous a dit que c'était conforme à la Charte canadienne des droits et libertés.
Pour s'assurer que cette question importante est bien réglée et qu'on a toutes les garanties possibles, le NPD demande aussi au gouvernement un renvoi à la Cour suprême pour s'assurer que les droits des citoyens à la liberté d'expression sont protégés dans le projet de loi.
Il y a les articles du projet de loi, il y a l'avis majoritaire des experts, il y a les deux avis de conformité à la Charte du ministère de la Justice. En plus, nous demandons un renvoi à la Cour suprême pour nous assurer que les utilisateurs et les utilisatrices ne peuvent pas être réglementés par le CRTC. C'est bien important, le CRTC va réglementer les compagnies de diffusion et non pas les individus.
Je crois qu'un député en a fait mention aussi, mais, si j'avais un doute quant à la possibilité que mes enfants ou mes adolescents soient visés par le CRTC ou restreints dans leur liberté d'expression sur les médias sociaux et en ligne, cela m'inquiéterait énormément, et ce n'est pas quelque chose que je laisserais passer.
Pourquoi est-ce si important de s'occuper du secteur culturel, de nos artistes et de nos artisans? On peut vouloir le faire pour des raisons économiques, parce que ce secteur représente des milliers d'emplois et que ce sont des industries qui fonctionnent généralement bien. Cela a été plus difficile dans le contexte de la pandémie et c'est plus difficile pour le secteur culturel de sortir de la crise. De plus, le secteur culturel n'est pas uniforme; certains vont plutôt bien alors que, pour d'autres, c'est un peu plus difficile. Je pense notamment aux festivals, à tous les arts vivants, aux théâtres et aux spectacles de musique. Il faudra un peu plus de temps à ces secteurs pour se remettre sur pied. Pour ce qui est de la télévision et du cinéma, les activités ont toujours continué, mais il faut assurer une pérennité de notre système afin que nous soyons capables de continuer de créer nos émissions de télévision, nos films, de raconter nos histoires et d'embaucher nos créateurs, nos artisans, nos techniciens et nos techniciennes d'ici. Il y a donc l'argument économique, puisque le secteur culturel est un moteur économique important.
Or, le secteur culturel représente plus que cela. C'est aussi quelque chose qui, dans une société, nous rassemble. Cela forge une identité, une vision du monde et cela amène également des éléments de beauté, de tendresse et d'humanité dans nos vies. C'est ce qui fait que le secteur culturel est différent de n'importe quel autre secteur économique. Il change qui nous sommes comme êtres humains, il change la manière dont nous voyons le monde. Les oeuvres qui sont produites en disent beaucoup sur une société, que ce soit des oeuvres télévisuelles, de la danse, de la peinture, des performances, des livres ou des poèmes. La culture permet de changer le monde.
Je vais lire un court extrait d'un texte de Jacques Prévert.Le soleil brille pour tout le monde, il ne brille pas dans les prisons, il ne brille pas pour ceux qui travaillent dans la mine,ceux qui écaillent le poissonceux qui mangent de la mauvaise viandeceux qui fabriquent des épingles à cheveuxceux qui soufflent vides les bouteilles que d'autres boiront pleinesceux qui coupent le pain avec leur couteauceux qui passent leurs vacances dans les usinesceux qui ne savent pas ce qu'il faut direceux qui traient les vaches et ne boivent pas le laitceux qu'on n'endort pas chez le dentisteceux qui crachent leurs poumons dans le métroceux qui fabriquent dans les caves les stylos avec lesquels d'autresécriront en plein air que tout va pour le mieuxceux qui en ont trop à dire pour pouvoir le direceux qui ont du travailceux qui n'en ont pasceux qui en cherchentceux qui n'en cherchent pas[...]ceux qui croupissentceux qui voudraient manger pour vivreceux qui voyagent sous les rouesceux qui regardent la Seine coulerceux qu'on engage, qu'on remercie, qu'on augmente, qu'on diminue, qu'on manipule, qu'on fouille qu'on assommeceux dont on prend les empreintes[...]ceux qui jettent le sel sur la neige moyennant un salaire absolument dérisoireceux qui vieillissent plus vite que les autresceux qui ne se sont pas baissés pour ramasser l'épingleceux qui crèvent d'ennui le dimanche après-midi parce qu'ils voient venir le lundiet le mardi, et le mercredi, et le jeudi, et le vendrediet le samediet le dimanche après-midi.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-06-14 18:25 [p.8370]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Saskatoon—Grasswood.
Last week culminated in a devastating assault on democracy as MPs were forced to vote on amendments that were not made public and vote on sections of the bill without any discussion or debate. There was zero openness and zero accountability, and it was absolutely wrong.
How did we get there? Earlier in the spring the Liberals brought forward an amendment to their own bill, which removed a section that originally protected the content that individuals would post online. When that section was removed, of course it caused disarray at committee and a great discussion ensued.
That was the case because Canadians deserve to be protected. They deserve to have their voices contended for and their freedoms established. When that part of the bill was taken out, of course the Conservatives went to bat. The Liberals did not really like that very much, so they moved something called time allocation in the House of Commons, which limited debate at committee to five hours.
This meant that hundreds of pages of material was only given five hours of consideration, after which time members of the committee were forced to vote on the bill, including its amendments and subamendments. Again, those were not made public and no discussion was allowed.
It was not exactly democracy in its finest state. It was a sham, and not how good legislation is meant to be created in Canada. This is not democracy.
Once again, the bill is now in the House. Although the Liberals have not moved time allocation, they have moved to have our debating time restricted again.
From here the bill will go to the Senate where it will be discussed further. My genuine hope is that the Senate will have the opportunity to examine this bill and hear from witnesses. In particular, it is my hope that the witnesses it brings forward include creators from digital first platforms because those individuals have been left out of the conversation despite being impacted to the greatest extent.
Let me back up and explain what this bill does for a moment. There are two things. The first is, as the government argues, it levels the playing field between large streaming companies and traditional broadcasters. The second thing this bill does in fact do, however, is censor the content we place online.
With regard to levelling the playing field, the minister claims this is about getting money from web giants, but if he is concerned about GST being paid, that is already taken care of because there is already an initiative starting in July that will require companies, such as Disney+, Netflix, Spotify, Crave, etc., to start paying GST, which takes care of levelling the playing field.
However, Bill C-10 goes far beyond just levelling the playing field. It is backed up by many lobby groups that are pushing for a 30% Canadian programming expenditure requirement as a share of revenue per year. What this will do is not simply increase the cost to these large streaming companies, it will actually pass that cost down to consumers. According to experts, costs are actually expected to rise by about 50%.
Canadians already pay some of the highest rates in the world, so with Bill C-10, they can expect to be taxed even more. This of course will have a huge impact on them with respect to money coming out of their wallets. Furthermore, the bill will impact the content Canadians can post and access, which brings me to my second point on censorship.
When I talk about censorship, I talk about the government getting involved with respect to what one can and cannot see and post online. I am talking about the government putting an Internet czar in place.
Peter Menzies, the former CRTC vice-chair, stated Bill C-10, “doesn’t just infringe on free expression, it constitutes a full-blown assault upon it and, through it, the foundations of democracy.” That deserves consideration. It is quite the statement.
Bill C-10 is in fact a direct attack on section 2(b) of our charter. Under this section, Canadians have the right to speak and to be heard. Much of that speaking takes place within our new form of the public square, the Internet.
The bill before us would infringe upon the ability Canadians have to post online and to express themselves freely. Furthermore, the bill would infringe upon the rights that viewers have to access that content online, which means that the right to speak and the right to be heard will be infringed upon if the bill passes.
Let us talk about viewers for a moment. Viewers go online in order to access the content they want. They go on YouTube perhaps looking for a video on how to fix a bicycle chain, or they may want to look up information having to do with the war of 1812. They are looking for content that is going to fit their needs.
However, if the bill is passed, they would go on YouTube, and the government would determine what that need might be. The government would dictate the type of material that they would be able to access. The government would dictate this based on how “Canadian” the material is.
The government would curate what we can and cannot see by bumping things up or down in the queue, which means that the content a viewer really needs to access might be pushed back to page 27 of a YouTube search whereas, normally, right now, according to the existing algorithms, that content would probably be found on page one. The government would actually infringe upon a viewer's ability and right to access that information, because it is going to curate and determine that, no, a viewer does not want what is on page 27, but rather what the government is putting on page one. It wrong. It is dictatorial. It is anti-democratic.
Canadians know what they like. They know what they want to watch, and they know how to find it. Platforms such as YouTube are curated in such a way as to point people to more of the content they desire. When a viewer searches for content, YouTube gives it, and then it might suggest more that is similar to it. However, that would not be the case going forward. Instead, the government would steer viewers in the direction that the government wants them to go, and it will do it through the power of its Internet czar.
I will talk about creators for a moment. They are amazing. In Canada, we are punching above our weight in terms of what creators are able to produce, and I am talking about individuals who are using non-traditional platforms in order to gain an audience. They share their talent, skill and ability with the world. Ninety per cent of watch time of Canadian content comes from viewers outside of Canada. That is amazing.
I think about Justin Bieber, and about how much popularity he has gained on the world stage. He started out on YouTube, a non-traditional platform. However, under Bill C-10, Justin Bieber probably would not have risen to the top, because the algorithms that the government would impose through its Internet czar would relegate him to the bottom. Why? Well, it is because his content just would not be Canadian enough to make the cut. Again, it is wrong.
Let us also talk about diversity. This government loves to celebrate diversity, but let us talk about the indigenous digital first creators or those who are members of minority groups. Instead of being able to make a name for themselves and follow the protocols that are already in existence, they would come under government scrutiny and, again, the Internet czar would determine whether or not their content can be accessed.
Now, members might ask who the Internet czar is. It is none other than the CRTC, which is the regulatory arm of the government. Who makes up the CRTC? I can tell members that the leadership of the CRTC is made up of six white men. It would be six white men who would be determining what type of content is Canadian and what content is not.
They would be determining whether or not indigenous first creators can be accessed or not. They would be determining whether visible minority content can be accessed or not. Six white men would be making those decisions on behalf of those individuals who are putting their content out online and on behalf of Canadians who wish to access that content.
I have not seen legislation this dictatorial since my time of first being elected in 2015. It is wrong and anti-democratic, and it is altogether harmful, not only to creators, but also to the millions of viewers who use platforms such as YouTube in order to access information and engage in the public square online.
It is wrong, and I would ask for Bill C-10 to be rescinded, at the bare minimum. When it gets to the Senate, I ask that, please do the due diligence; please research well; and please hear from witnesses who have not yet been heard from, namely the artists.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Saskatoon—Grasswood.
La semaine dernière s’est terminée par un outrage phénoménal à la démocratie, quand les députés ont été forcés de voter sur des amendements qui n’avaient pas été rendus publics et sur des articles du projet de loi sans en avoir débattu auparavant. Il y avait absence totale d'ouverture et de responsabilité, et c’était tout à fait inadmissible.
Comment en sommes-nous arrivés là ? Il y a quelques semaines, les libéraux ont proposé un amendement à leur propre projet de loi pour supprimer un article qui protégeait le contenu publié par des particuliers en ligne. La suppression de cet article a provoqué de grands remous au comité, et un long débat s’en est suivi.
Les Canadiens doivent pouvoir être protégés, faire entendre leur voix et faire respecter leurs libertés. Lorsque cet article a été supprimé, les conservateurs, bien entendu, sont montés au créneau. Cela n’a pas vraiment plu aux libéraux, qui ont réagi en présentant une motion d’attribution de temps à la Chambre des communes, ce qui a limité le débat en comité à cinq heures.
Résultat: nous n’avons eu que cinq heures pour examiner des centaines de pages de documents, après quoi les membres du comité ont été forcés de voter sur le projet de loi, y compris ses amendements et ses sous-amendements. Encore une fois, ces amendements n’avaient pas été rendus publics et aucun débat n’avait été autorisé.
Ce n’est pas tout à fait ce qu’on appelle de la démocratie. C’était plutôt une parodie de démocratie, et ce n’est pas de cette façon qu’on adopte de bonnes lois au Canada. Ce n'est pas cela, la démocratie.
La Chambre est maintenant à nouveau saisie du projet de loi. Même s’ils n’ont pas proposé de motion d’attribution de temps, les libéraux ont décidé encore une fois de limiter la durée du débat.
Le projet de loi sera ensuite envoyé au Sénat où il fera l’objet d’un autre débat. J’espère sincèrement que le Sénat aura la possibilité d’examiner ce projet de loi et de convoquer des témoins. J’espère plus particulièrement qu’il convoquera notamment des créateurs de plateformes numériques parce que ces derniers ont été écartés du débat alors que ce sont eux qui sont les plus touchés par le projet de loi.
Permettez-moi de vous expliquer ce que ce projet de loi propose de faire. Il a deux objectifs. Le premier, comme le prétend le gouvernement, consiste à uniformiser les règles du jeu pour les géants de la diffusion en continu et les radiodiffuseurs traditionnels. Le deuxième, toutefois, vise à censurer le contenu que nous affichons en ligne.
En ce qui concerne des règles du jeu égales, le ministre prétend que l’objectif est de faire payer les géants du Web, mais si c’est de la TPS dont il parle, la question est déjà réglée puisque l'initiative qui entrera en vigueur en juillet va exiger des entreprises comme Disney+, Netflix, Spotify, Crave, etc., qu’elles paient la TPS, ce qui assurera des règles du jeu égales.
Or, le projet de loi C-10 va bien au-delà. Avec l’appui d’un grand nombre de groupes de lobbyistes, il exige que 30 % des revenus de ces entreprises soient consacrés chaque année à des émissions canadiennes. Non seulement cela va faire augmenter les coûts des géants de la diffusion en continu, mais ces augmentations vont être répercutées sur le consommateur. Selon les experts, les coûts pourraient augmenter d’environ 50 %.
Les Canadiens, qui comptent déjà parmi ceux qui paient les tarifs les plus élevés au monde, peuvent s'attendre à payer encore plus cher à cause du projet de loi C-10. Bien entendu, cela ne fera que diminuer encore davantage leur revenu disponible. De plus, le projet de loi aura un impact sur le contenu que les Canadiens pourront poster et consulter, ce qui m’amène à mon deuxième point, qui concerne la censure.
Quand je parle de censure, je parle de l’intervention du gouvernement dans ce qui peut et ne peut pas être posté en ligne. Le gouvernement est en train de mettre en place un tsar de l’Internet.
Peter Menzies, l’ancien président du CRTC, a dit que le projet de loi C-10 « non seulement entrave la libre expression, mais constitue une attaque en règle contre les fondements de la démocratie ». Voilà ce qu'il a dit et qui mérite réflexion.
Le projet de loi C-10 est une violation directe de l'article 2b) de la Charte, en vertu duquel les Canadiens ont le droit de s’exprimer et de se faire entendre. Et une grande partie de ces échanges ont lieu aujourd’hui dans un nouveau forum public, celui que constitue l’Internet.
Le projet de loi dont nous sommes saisis entrave la liberté des Canadiens de s’exprimer librement en ligne. De plus, le projet de loi limite les droits de ceux qui veulent consulter des contenus en ligne, ce qui signifie que le droit de s’exprimer et le droit d’être entendu seront mis à mal si le projet de loi est adopté.
S’agissant des internautes, ils consultent Internet pour avoir accès aux contenus qu’ils désirent. Ils vont par exemple sur YouTube pour voir une vidéo sur la façon de réparer une chaîne de bicyclette ou pour lire des documents sur la guerre de 1812. Autrement dit, ils cherchent des contenus qui répondent à leurs besoins.
Or, si le projet de loi est adopté, ils vont se rendre sur YouTube, mais le gouvernement déterminera ce dont ils ont besoin. Il dictera le type de contenus auxquels ils pourront avoir accès, selon que ce contenu est canadien ou pas.
Le gouvernement veut réglementer ce que nous pouvons ou ne pouvons pas voir en déterminant l’ordre dans lequel les contenus vont apparaître dans la liste, ce qui signifie que l’internaute devra parfois aller jusqu’à la page 27 de sa recherche sur YouTube pour trouver le contenu qu’il veut, alors que, selon les algorithmes actuels, ce contenu devrait normalement se trouver en première page. Le gouvernement porte donc atteinte à la liberté de l’internaute d’avoir accès à cette information en faisant figurer cette information à la page 27 plutôt qu’à la page 1, ce qui est un procédé dictatorial et antidémocratique.
Les Canadiens savent ce qu'ils aiment regarder et comment le trouver. Des plateformes comme YouTube sont configurées de façon à amener les gens vers des contenus qui leur plaisent. Lorsqu’un internaute cherche un contenu, YouTube le lui donne et il lui en suggère souvent d’autres similaires. Mais avec ce projet de loi, les choses ne se passeront plus ainsi. Le gouvernement orientera les internautes vers les contenus qu’il veut leur faire voir, par l’entremise de son tsar de l’Internet.
J’aimerais dire quelques mots sur les créateurs. Ils sont extraordinaires. Au Canada, nous avons de petits génies qui sont très forts pour trouver un auditoire avec des plateformes non traditionnelles. Ils font connaître leur talent, leurs compétences et leurs aptitudes au monde entier. Ce sont des internautes de l’étranger qui regardent les contenus canadiens dans une proportion de 90 %. C’est incroyable.
Je pense à Justin Bieber et à la popularité qu’il s’est taillée sur la scène internationale. Il a commencé sur YouTube, une plateforme non traditionnelle. Mais avec le projet de loi C-10, Justin Bieber n’aurait jamais pu se hisser à ces sommets, parce que les algorithmes que le gouvernement veut imposer par l’entremise de son tsar de l’Internet l’auraient relégué aux oubliettes. Pourquoi? Tout simplement parce que son contenu n’aurait pas été assez canadien. Encore une fois, c’est inadmissible.
S’agissant de diversité, le gouvernement se plaît à en faire l’éloge, mais pensons à tous ces créateurs numériques autochtones ou à ceux qui sont membres de groupes minoritaires. Au lieu de pouvoir se faire un nom par eux-mêmes et de suivre les protocoles qui existent déjà, ils seraient assujettis au contrôle du gouvernement car c’est le tsar de l’Internet qui déterminera si oui ou non leur contenu peut être vu.
Certains députés vont peut-être se demander qui est ce tsar de l’Internet. Ce n’est nul autre que le CRTC, qui est l’organisme de réglementation du gouvernement. Qui sont les membres du CRTC ? Ce sont six hommes blancs, qui vont déterminer quel type de contenu est canadien et quel type ne l’est pas.
Ce sont eux qui vont déterminer si les contenus de créateurs autochtones peuvent être vus ou non. Ce sont eux qui vont déterminer si les contenus de membres des minorités visibles peuvent être vus ou non. Ce sont ces six hommes blancs qui vont décider si les contenus que ces gens mettent en ligne peuvent être vus par les Canadiens.
Depuis que j’ai été élue pour la première fois en 2015, je n’ai jamais vu un projet de loi aussi dictatorial. C’est un texte à la fois inadmissible et antidémocratique, qui nuit aux intérêts des créateurs, mais aussi des millions d’internautes qui utilisent des plates-formes comme YouTube pour avoir accès à de l’information et participer à des forums en ligne.
Le projet de loi C‑10 est un mauvais projet de loi, et je demande qu’il soit retiré. C’est le moins qu’on puisse faire. Quand ils en seront saisis, j’invite les sénateurs à redoubler de prudence, à l’examiner avec attention et à convoquer des témoins que nous n’avons pas entendus, à savoir les artistes.
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I will be splitting my time this evening with the member for Northumberland—Peterborough South.
Canadians expect that legislation passed through the House has been subject to rigorous and fulsome debate, and that the members they elect to this chamber have had the opportunity to represent their voices and to be heard. It really is unfortunate that we find ourselves here once again with the Liberal government moving to shut down debate. The scary and concerning irony here is that the primary concern that has been raised on Bill C-10 is its implications for freedom of speech. The Liberal government's persistent steps to silence members of Parliament from defending free speech in this chamber certainly do not alleviate the concerns that Canadians have raised with the legislation before us, including many of my own constituents in Battlefords—Lloydminster.
Bringing forward legislation to modernize the Broadcasting Act is not without merit, and we have heard that this evening. In fact, this act has not been updated since its adoption in 1991. I was only a couple of years old in 1991, but we all know that the broadcasting landscape has changed drastically in the last three decades. There is no doubt that the Internet, technological advancements and evolving platforms certainly require some form of modernization. That is why Conservatives support creating a level playing field between large, foreign streaming services such as Amazon and Netflix and Canadian broadcasters, but Conservatives do not and certainly cannot support deeply flawed legislation that would compromise Canadians' fundamental rights and freedoms.
Bill C-10, in its current form, leaves the door open for a massive abuse of power and abuse of the rights of Canadians. This proposed legislation would allow the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission, or CRTC, to regulate user-generated content uploaded to social media platforms. The CRTC's regulatory power would go beyond television, radio and digital platforms if this legislation passes. It would extend the CRTC's power to regulate the free speech of individual Canadians on social media.
This legislation at the outset started with clear exemptions for social media that, due to amendments brought forward by the Liberal members on the heritage committee, are no longer included. If the intention of this legislation was not to regulate individual Canadians or to leave the door open to the possibility of restricting Internet content, then what was the motivation to remove the exemptions?
The Minister of Heritage has failed to provide Canadians with a sufficient answer to that question. The minister has also failed to provide Canadians with clear guidelines on how this power would be used. Giving unelected bureaucrats the authority to censor the Internet and regulate what Canadians post on social media is a radical change.
In our modern digital world, social media plays many roles. Social media is a powerful tool. It is a tool to speak truth to power, to raise opposition, to bring attention to issues and so many more items. The freedom to do that should be unencumbered in a free and democratic society. Those actions should not be subject to abuses of power. Around the world, countries that do not share our values may see fit to enforce such restrictions or regulations, but to move in that direction and to enshrine this power grab is simply unacceptable.
As it is currently drafted, this legislation does not belong in a society that values freedoms. It really is shameful that Conservatives are the only ones in this chamber who are fighting this attack on free speech and opposing Bill C-10. However, to be clear, it is not just Conservatives who are deeply concerned by the implications of this legislation.
The former CRTC commissioner, Peter Menzies, has called the Liberals' Bill C-10 a, “full-blown assault upon...the foundations of democracy”.
Timothy Denton, the former national commissioner of the CRTC has also said, “Forget about 'broadcasting': C-10 is clearly intended to allow speech control at the government's discretion”.
Those powerful and informed criticisms are not to be taken lightly. Free speech is a fundamental Canadian right. Why even leave the door open for any sort of abuse? Many of my constituents in Battlefords—Lloydminster have expressed grave concerns to me about the bill. Many have questioned the Liberal government's intention with the bill.
It has been promoted by the Liberals as a levelling of the playing field between traditional and digital broadcasters, but a look at the details reveals that it goes far beyond that. Will the criticisms of my constituents ultimately be silenced if this legislation is passed?
If those with any sort of following express discontentment with the Prime Minister's repeated attack on our energy sector, the government's failure to support our farmers and our farm families, or any other government policy, will they be subject to these regulations?
Ultimately, the question that gets raised in this debate is the question of whether this legislation is simply a tool to allow the Prime Minister to silence opposition and those who reject his agenda. If that is not the intention, why are we not taking the time to amend and draft the legislation so there is no question?
The concerns that have been raised about this legislation are very serious and the potential impact of this legislation's passage is wide-sweeping. Not only is it completely reasonable for Conservatives on this side of the House to want fulsome consideration of this legislation, I would suggest legislation of this magnitude demands it. That is not where we find ourselves.
The motion is not at the end of fulsome debate, extensive consultation and careful clause-by-clause consideration. In fact, we have not even considered the legislation at this stage, yet we find ourselves considering a motion this evening to limit and to once again shut down debate.
We find ourselves once again at odds with the Liberal government members as they act to silence the voices of those who disagree with them in the House of Commons, actions that will in turn give them the ability to silence the voices of those who disagree with them online.
Canadians can be confident that if this legislation is rammed through Parliament with the support of the NDP and the Bloc, Conservatives are committed to repealing it. However, I would sincerely hope that the Prime Minister and his government would recognize the need to withdraw this legislation and not to rush it.
Given this motion before us, it is clear that the Liberal government is doubling down on its efforts to ram this legislation through Parliament. The stifling of debate is becoming an all-too-common practice under the Liberal government.
First, the Liberals shut down debate on the legislation at committee, limiting the committee's ability to carefully consider every individual clause in this comprehensive bill and now without any debate, at report stage or third reading the Liberals are moving a motion to silence opposition to their flawed bill.
This motion pre-emptively shuts down debate on this legislation before this parliamentary stage, allowing only two hours of debate before sending it to the Senate. I urge my colleagues in the House to seriously consider the impact of this motion. I urge them to consider the serious concerns raised with the proposed legislation and I urge them to reject efforts to hurry it along without proper consideration.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Northumberland—Peterborough-Sud
Les Canadiens s'attendent à ce que les mesures législatives adoptées à la Chambre aient fait l'objet d'un débat rigoureux et approfondi, de même qu'à ce que les députés qu'ils élisent puissent se faire entendre et faire entendre leurs points de vue. Il est vraiment regrettable que le gouvernement libéral tente encore une fois d'étouffer le débat. Paradoxalement, les répercussions sur la liberté d'expression constituent la principale préoccupation soulevée à propos du projet de loi C‑10. Voilà ce qui est effrayant. L'obstination du gouvernement libéral à empêcher les députés de défendre la liberté d'expression dans cette enceinte n'apaise certes pas les inquiétudes que les Canadiens, y compris bon nombre de mes concitoyens de Battlefords—Lloydminster, ont exprimées concernant le projet de loi dont nous sommes saisis.
Présenter un projet de loi visant à moderniser la Loi sur la radiodiffusion n'est pas sans valeur, comme nous l'avons entendu ce soir. En fait, la loi n'a pas été mise à jour depuis son adoption en 1991. Je n'avais que 2 ou 3 ans en 1991, mais nous savons tous que le paysage de la radiodiffusion a changé radicalement au cours des trois dernières décennies. Il ne fait aucun doute qu'avec l'avènement d'Internet, conjugué aux progrès technologiques et à l'évolution des plateformes, une certaine modernisation s'impose. C'est pourquoi les conservateurs appuient l'idée d'établir des règles du jeu équitables entre, d'une part, les grands services étrangers de diffusion en continu comme Amazon et Netflix et, d'autre part, les radiodiffuseurs canadiens. Toutefois, les conservateurs n'appuient pas, et ne peuvent assurément pas appuyer, un projet de loi très imparfait qui risque de compromettre les droits et libertés fondamentaux des Canadiens.
Le projet de loi C‑10, dans sa forme actuelle, laisse la porte ouverte à de massifs abus de pouvoir et à la violation des droits des Canadiens. La mesure législative proposée permettrait au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, ou CRTC, de réglementer le contenu généré par les utilisateurs et téléversé sur les plateformes de médias sociaux. Si le projet de loi devait être adopté, le pouvoir de réglementation du CRTC irait au‑delà de la télévision, de la radio et des plateformes numériques. Ainsi, le CRTC aurait le pouvoir de réglementer la liberté d'expression des Canadiens sur les médias sociaux.
Au départ, le projet de loi comportait des exemptions claires pour les médias sociaux; toutefois, en raison des amendements proposés par les députés libéraux du comité du patrimoine, elles ne sont plus incluses. Si ce n'était pas l'intention du projet de loi de réglementer les Canadiens ou de laisser la porte ouverte à la possibilité de restreindre le contenu sur Internet, pourquoi les exemptions ont-elles été supprimées?
Le ministre du Patrimoine n'a pas fourni aux Canadiens une réponse satisfaisante à cette question. Il ne leur a également pas fourni d'indications claires sur la façon dont ce pouvoir serait utilisé. La décision de donner à des bureaucrates non élus le pouvoir de censurer Internet et de réglementer ce que les Canadiens publient sur les médias sociaux représente un changement radical.
Les médias sociaux jouent de nombreux rôles dans le monde numérique moderne. Ils sont un outil puissant qui permet de dire la vérité aux gens au pouvoir, de soulever des objections, d'attirer l'attention sur des enjeux, et j'en passe. La liberté d'agir ainsi ne devrait pas être entravée dans une société libre et démocratique. Ces actions ne devraient pas faire l'objet d'abus de pouvoir. Partout dans le monde, des pays qui ne partagent pas nos valeurs peuvent juger bon d'appliquer de telles restrictions ou de tels règlements, mais ici, il est tout simplement inacceptable de s'engager dans cette voie et d'inscrire ce pouvoir dans la loi.
Dans sa forme actuelle, la mesure législative n'a pas sa place dans une société qui valorise les libertés. Il est vraiment honteux que les conservateurs soient les seuls à la Chambre qui dénoncent cette attaque contre la liberté d'expression et qui s'opposent au projet de loi C‑10. Toutefois, soyons clairs: les conservateurs ne sont pas les seuls à s'inquiéter profondément des conséquences de la mesure législative.
Peter Menzies, ancien membre du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, a qualifié le projet de loi C‑10 des libéraux d'« attaque en règle contre [...] les fondements de la démocratie ».
Timothy Denton, ancien conseiller national au CRTC, a également indiqué ceci: « Sans parler de radiodiffusion, le projet de loi C‑10 vise clairement à soumettre la liberté d'expression au bon vouloir du gouvernement. »
Il ne faut pas prendre à la légère ces critiques solides et bien étayées. La liberté d'expression est un droit fondamental canadien. Pourquoi ouvrir une brèche aux abus? Bon nombre d'habitants de Battlefords—Lloydminster sont très inquiets de ce projet de loi. Beaucoup s'interrogent sur l'intention du gouvernement libéral.
Les libéraux ont présenté la mesure législative comme un moyen de mettre sur un pied d'égalité les radiodiffuseurs traditionnels et les diffuseurs numériques, mais en examinant le projet de loi en détail, on constate qu'il va beaucoup plus loin. Au bout du compte, si la mesure législative est adoptée, fera-t-on taire les critiques de mes concitoyens?
Si ceux qui ont le moindre nombre d'abonnés expriment leur mécontentement à propos des attaques répétées du premier ministre contre le secteur de l'énergie, contre le refus du gouvernement d'appuyer les agriculteurs et leur famille ou contre toute autre politique gouvernementale, seront-ils la cible de cette réglementation?
C'est à se demander si, au bout du compte, ce projet de loi n'est pas qu'un outil qui permettrait au premier ministre de réduire au silence l'opposition et ceux qui rejettent son programme. Si ce n'est pas le but, pourquoi ne prenons-nous pas le temps de rédiger et de modifier le texte législatif pour dissiper tout doute à ce sujet?
Les préoccupations soulevées par rapport à ce projet de loi sont très graves et son adoption pourrait avoir de vastes ramifications. Il est tout à fait raisonnable de la part des conservateurs de vouloir étudier ce projet de loi dans le menu. Je dirais même que son ampleur l'exige. Malheureusement, la situation est tout autre.
Il n'y a pas eu de débat en profondeur, de consultations poussées, ni d'étude article par article minutieuse avant la motion. En fait, à cette étape, nous n'avons même pas étudié le projet de loi, et pourtant nous nous retrouvons ce soir devant une motion pour limiter le débat et une fois de plus y mettre un terme.
Nous nous opposons ici encore aux députés libéraux, qui tentent une fois de plus de réduire au silence ceux qui ne sont pas d'accord avec eux à la Chambre des communes, ce qui leur permettra ensuite de faire subir le même sort à ceux qui s'opposent à eux en ligne.
Les Canadiens peuvent avoir l’assurance que, si ce texte est adopté à toute vitesse par le Parlement avec le soutien du NPD et du Bloc, les conservateurs s’engagent à l’abroger. Cela dit, j’espère sincèrement que le premier ministre et son gouvernement reconnaîtront la nécessité de retirer ce projet de loi et de ne pas brusquer les choses.
Compte tenu de la motion que nous avons devant les yeux, il est évident que le gouvernement libéral redouble d’efforts pour faire adopter rapidement ce projet de loi. Le fait de museler le débat est devenu une pratique trop répandue sous la gouverne des libéraux.
Ils ont commencé par mettre fin au débat au comité, en l’empêchant de décortiquer avec soin chacun des articles de ce projet de loi très complet, et maintenant, sans même laisser la Chambre discuter du projet de loi à l’étape du rapport ou de la troisième lecture, les libéraux présentent une motion pour faire taire l’opposition qui critique ce projet de loi imparfait.
Cette motion étouffe le débat par anticipation avant même que cette étape du processus parlementaire n'ait commencé, en accordant seulement deux heures de débat avant que le texte ne soit renvoyé au Sénat. J’exhorte mes collègues de la Chambre à songer sérieusement aux conséquences de cette motion. Je les exhorte à prendre en considération les sérieux doutes soulevés à propos de ce projet de loi, et je les exhorte à rejeter les manœuvres pour accélérer son adoption sans qu'il ne soit examiné comme il se doit.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is hard to believe that less than 10 years ago the only way to get around if people did not own a car and they wanted something outside of public transit, was a taxi. Then all of a sudden, something called Uber came along and it disrupted the taxi industry, so there was a large change in the market. The taxi industry reacted. Its members lobbied municipal, provincial and even the federal government to try and ensure that the status quo was protected.
We always want to ensure that people have jobs. When there are major disruptions in technology or industry, it should happen with order and discipline. However, Uber was always going to enter the market. It was a fact and it brought wealth and jobs, and it took away the gatekeepers of the taxi industry, the taxi licences and made that profession more accessible to many other people.
What we are hearing tonight is the federal Liberal government wanting to take away the ability of YouTubers, Facebookers, Instagramers, influencers to make a living, uninterrupted and unmitigated by the federal government, in favour of the cable companies, what I like to call the cultural industry.
I was out with a friend and we were talking about watching a show. She wanted to know what I had watched recently that was good. We were talking about where a show was streamed, and they asked if cable was even a thing any more. Cable has been disrupted because of streaming services. Newspapers have been disrupted because of digital technology. The market has been disrupted. Rather than recognizing that reality and recognizing the new wealth and new voices that have come into play, the new platforms that have come into play, the Liberal government is trying to save the status quo for the benefit of the gatekeeper and to control the voices of Canadians. That is just the reality of it. That is what is happening here tonight.
We are in the House of Commons tonight debating this late at night because we do not want the bill to pass. The bill puts Canada in the dark ages. It silences. It has the power to silence the voices of many Canadians and it is obvious that the government is trying to do that with Bill C-10. We are fighting it with every action we possibly can because of the impact it is going to have on free speech as well as an entire industry in Canada.
I will give a brief history of time. Canada has always been preoccupied with ensuring that it is culturally distinct from the United States, because of the influence the American entertainment has had on Canada. Certainly when I was born in the early 1980s, when we only had radio and television and a certain type of content producers, that was the thing. We wanted to ensure Canadian voices were heard on the radio and TV. That is when existing Canadian content creation laws and programs came to be. It was to ensure that when a Canadian content creator, or specifically a French language content creator, was trying to put something into the market, it could compete with the Americans.
The Uber-style disruption in the market of cable television and things like that has levelled the playing field with zero dollars of government interference. It levelled the playing field. Voices that could never have the reach all of a sudden have a reach.
I want to give a shout-out to my cousin and her account Coupon Cutie on TikTok. She has 250,000 followers on TikTok where she teaches Canadians how to coupon. She wanted me to tell the Liberal Party that she does them a favour because she helps Canadians spend money, which the Liberals then spend on nothing. A shout-out for the Prime Minister from my cousin. She is equally as feisty as I am. She would not have had a voice. She would not have been able to go to Bell Media and get that type of a platform because she lives in rural Manitoba. She is a young woman.
These are the types of voices that are excluded by the big lobbying industries. The lobbyists and the telcos, the same people that jacked cellphone rates in Canada, the same people that protect our market such that we cannot have the same rates as Americans do, are the ones who gate-keep on the news on what content can be created. Of course, they do not want the government or my cousin and other people to have this type of reach because it challenges their artificial hold on the market.
Now the government wants to put these other voices to the side for the benefit of these big lobbyist groups. Does anyone think my cousin has a lobbyist? Does anyone think she could afford a $500-an-hour GRPR specialist to come and advocate for her? No, and she should not have to.
Why is this bill in front of Parliament? I am just going to call a spade a spade. This is about votes, and it is about votes in Quebec. It is. I fully believe that Quebec content and French-language content should be at the forefront of things we do in Canada. It is important for the French language to have a prominent place in the content that Canadians consume. All these platforms have done that.
Earlier today, a member of Parliament, in questions and comments, said that they had looked at the top 100 YouTube accounts and they kind of look American. They thought we should ensure that Canadian voices are heard. What does that mean?
What that is code for, and what the Liberals are doing, is that they want to be able to pick and choose who has a say. That is what it is. Members of the Liberal Party will want me to point to one area of the bill that I would like to see changed. There was a provision in the bill that specifically excluded individual social media accounts from the bill. What did the Liberals do? They removed it from the bill.
Over and over again the Liberals are saying that nobody can tell them what is wrong with the bill, but there it is. When I asked the minister why he did not include that, and why did he remove it, he could not answer. This bill is to the benefit of really rich and entrenched lobbyists who benefit from funding programs that are 40 years old, instead of people who have intersectional voices and people who have not had platforms.
Anybody in Canada could pick up their phone and have a voice. What the federal Liberal government wants to do is to give the regulator, the CRTC, the ability to say who gets to be seen, who gets to be seen in the Facebook algorithm or the YouTube algorithm or maybe at all. That is what this bill does.
The other thing Liberals are saying tonight is that it does not do that. I encourage people to go to the Toronto Star. On the weekend there was an article that asked if the CRTC was too cosy with the big telco companies. The Toronto Star was saying this. Of course they are, because the big telco companies benefit from the monopoly that is entrenched in Canada's regulations.
We are so archaic. We are so behind in Canada. Instead of further entrenching the status quo, we should be unleashing the ability of Canadians to create content. Frankly, at this point in time and at this juncture in our nation, why are gate keeping content creation funds through the government bureaucracy? We could do quadratic financing, a fancy way of crowd sourcing content creation funds for anybody in Canada.
Why are we still so focussed on that with CBC or the big telcos? It is actually, in some ways, racist, misogynistic and not inclusive. The Liberals are entrenching a system of gatekeepers. The CRTC is run by six old white guys. I am tired of this.
If this bill was so great for social media users and would not influence individual social media users, then why did the Liberals remove that position? This bill has to be stopped. Individual Canadians, regardless of how they vote, know that no politician in this place should be putting a chill on freedom of speech and content creation in an industry that is being disrupted the way that this bill is.
The Liberals are moving everything. They are trying to ram this bill through the House of Commons against the advice of experts at a speed we have never seen them move at in this Parliament. It is because they are preparing for an election, and they want to appease their masters that gatekeep these industries. That is to the detriment of French language creators in Quebec. It is to the detriment of every person who has a platform in Canada.
Enough with the censorship and enough on freedom of speech. Bill C-10 needs to be stopped. It needs to be repealed. The leader of my party has said that if we formed a government, we would repeal it, but I would like to stop it here tonight. I appeal to all of my colleagues of all political stripes to wake up and understand that this bill is not in the best interests of any Canadian.
Monsieur le Président, il est difficile de croire que, il y a moins de 10 ans, le taxi était le seul moyen de transport, à l'exception des transports en commun, dont disposaient les gens qui ne possédaient pas de voiture. Puis, tout d'un coup, un service de nom d'Uber est apparu et a perturbé l'industrie du taxi, ce qui a entraîné un changement important dans le marché. L'industrie du taxi a réagi. Ses membres ont exercé des pressions sur des administrations municipales, des gouvernements provinciaux et même le gouvernement fédéral afin d'essayer de protéger le statu quo.
Nous voulons toujours que les gens aient un emploi. Lorsque des perturbations majeures surviennent dans un domaine technologique ou une industrie, elles doivent avoir lieu de façon ordonnée et disciplinée. Cependant, Uber allait toujours entrer sur le marché. C'était un fait et il a apporté de la richesse et des emplois, a supprimé les barrières de l'industrie du taxi, soit les licences de taxi, et a rendu cette profession plus accessible à de nombreuses autres personnes.
Ce soir, nous entendons que le gouvernement libéral fédéral veut enlever aux utilisateurs de YouTube, Facebook et Instagram et aux influenceurs le pouvoir de gagner leur vie sans être interrompus ou contrôlés par le gouvernement fédéral, en faveur des câblodistributeurs, qui constituent ce que j'aime appeler l'industrie culturelle.
Pendant une sortie avec une amie, nous avons parlé d'émissions de télévision. Elle m'a demandé ce que j'avais regardé d'intéressant dernièrement. Nous avons parlé de la plateforme sur laquelle une émission était diffusée en ligne, et elle m'a demandé si le câble existait toujours. La télévision par câble a été chamboulée par les services de diffusion en continu. Les journaux sont chamboulés par les technologies numériques. Le marché est chamboulé. Au lieu d'admettre cette réalité et de reconnaître la nouvelle richesse, les nouvelles voix et les nouvelles plateformes qui en font partie, le gouvernement libéral tente de préserver le statu quo pour le bien du gardien et d'exercer un contrôle sur la voix des Canadiens. Voilà la réalité; c'est ce qui se passe ici ce soir.
Bien qu'il soit tard, nous participons à ce débat parce que nous ne voulons pas que le projet de loi soit adopté. Il ramènerait le Canada à l'âge des ténèbres, parce qu'il muselle les gens. Il a le pouvoir de museler beaucoup de Canadiens, et c'est, de toute évidence, ce que le gouvernement tente de faire avec le projet de loi C‑10. Nous faisons tout notre possible pour empêcher qu'il soit adopté, en raison de l'effet qu'il aurait sur la liberté d'expression et sur toute une industrie au Canada.
Permettez-moi de vous donner un aperçu historique. En raison de l'influence exercée par le divertissement américain, le Canada a toujours tenu à se distinguer sur le plan culturel. En tout cas, c'était le cas lorsque je suis née au début des années 1980, lorsque nous n'avions que la radio et la télévision et un certain genre de producteurs de contenu. Nous voulions que les voix canadiennes soient entendues à la radio et à la télévision. C'est à ce moment-là que les lois et les programmes actuels de création de contenu canadien ont vu le jour. Il s'agissait de faire en sorte que, lorsqu'un créateur de contenu canadien — ou plus précisément un créateur de contenu de langue française — diffusait du contenu, il était en mesure de concurrencer les Américains.
La perturbation du marché de la télévision par câble, à la manière d'Uber, a nivelé le terrain sans aucune ingérence financière de la part du gouvernement. Des voix qui n'auraient jamais pu être entendues ont soudainement pu l'être.
Je veux saluer ma cousine, dont le compte TikTok, Coupon Cutie, compte 250 000 abonnés. Elle y enseigne aux Canadiens comment tirer parti des coupons de réduction. Elle veut que je dise aux libéraux qu'elle leur fait une faveur, parce qu'elle aide les Canadiens à dépenser de l'argent, que les libéraux jettent ensuite par les fenêtres. Ma cousine salue le premier ministre. Elle est aussi bagarreuse que moi. Elle n'aurait pas eu de voix. Elle n'aurait pas été en mesure de s'adresser à Bell Media et d'obtenir une telle plateforme, parce qu'elle est une jeune femme qui vit dans une région rurale du Manitoba.
C'est le genre de voix qui sont exclues des grandes industries du lobbying. Les lobbyistes et les entreprises de télécommunications, ces gens qui ont fait gonfler les tarifs de téléphonie cellulaire au Canada, qui protègent notre marché et nous empêchent d'accéder aux mêmes taux que les Américains, sont ceux qui contrôlent les nouvelles sur le genre de contenu qui peut être créé. Évidemment, ils ne veulent pas que le gouvernement, ma cousine ou d'autres personnes aient ce genre de rayonnement parce que cela menacerait leur emprise artificielle sur le marché.
Le gouvernement cherche à écarter ces autres voix au profit de ces groupes de lobbyistes. Quelqu'un croit-il que ma cousine dispose d'un lobbyiste? Quelqu'un croit-il qu'elle pourrait se permettre de payer 500 $ l'heure pour qu'un spécialiste fasse valoir ses intérêts? Non, et elle ne devrait pas en avoir besoin.
Pourquoi le Parlement est-il saisi de ce projet de loi? Appelons un chat un chat. Il s'agit d'attirer des votes au Québec. C'est vrai. Je crois sincèrement que le contenu québécois et le contenu francophone devraient se retrouver au premier plan de ce que nous faisons au Canada. Il est important que la langue française occupe une place de premier plan dans le contenu que les Canadiens consomment. Toutes ces plateformes l'ont fait.
Un député a dit précédemment, durant les questions et observations, qu'il avait examiné les 100 principaux comptes YouTube et qu'ils avaient plutôt l'air américains. Il pense que nous devrions faire en sorte que les voix canadiennes soient entendues. Qu'est-ce que cela signifie?
Ce que les libéraux veulent dire par là, c'est qu'ils veulent pouvoir décider qui a voix au chapitre. Voilà ce qu'ils veulent. Les députés du Parti libéral veulent que je leur indique un aspect du projet de loi que j'aimerais que l'on modifie. Il y avait une disposition du projet de loi qui visait à exclure expressément les comptes des particuliers sur les médias sociaux. Qu'ont fait les libéraux? Ils ont enlevé cette disposition du projet de loi.
Les libéraux disent souvent que personne ne parvient à leur dire ce qui cloche dans le projet de loi, mais en voilà un exemple. Lorsque j'ai demandé au ministre pourquoi il n'a pas inclus cette disposition, pourquoi il l'a retirée, il n'a pas pu répondre. Ce projet de loi profite aux lobbyistes très riches et bien établis qui bénéficient de programmes de financement qui existent depuis 40 ans plutôt qu'aux intervenants et aux membres de divers groupes intersectionnels qui n'ont pas de tribune.
N'importe qui au Canada pourrait téléphoner et donner son point de vue. Ce que le gouvernement libéral veut faire, c'est donner à l'organisme de réglementation, le CRTC, le pouvoir de décider qui sera vu, qui pourra avoir de la visibilité grâce aux algorithmes de Facebook ou de YouTube, ou qui pourra être vu, tout simplement. Voilà ce que propose ce projet de loi.
Les libéraux disent ce soir que ce n'est pas le cas. J'encourage les gens à lire le Toronto Star. Cette fin de semaine, il a publié un article demandant si le CRTC est trop complaisant à l'égard des grandes sociétés de télécommunications. C'est la question que posait le Toronto Star. Bien entendu, la réponse est oui, parce que ces sociétés bénéficient du monopole inscrit dans la réglementation canadienne.
Nous sommes si archaïques au Canada. Nous accusons un retard si important. Au lieu de renforcer encore plus le statu quo, nous devrions faire en sorte que les Canadiens puissent créer du contenu. À ce stade de notre histoire nationale, pourquoi érigeons‑nous des barrières au financement de la création de contenu, par l'intermédiaire de la bureaucratie gouvernementale? Nous pourrions adopter un financement quadratique, une façon élégante de procéder au financement participatif de la création de contenu pour tout Canadien.
Pourquoi mettons‑nous tant l'accent sur CBC/Radio-Canada ou les grandes sociétés de télécommunications? D'une certaine façon, une telle attitude est raciste, misogyne et non inclusive. Les libéraux instaurent un réseau de barrières. Le CRTC est dirigé par six vieux hommes blancs. J'en ai assez.
Si ce projet de loi était si bon pour les utilisateurs des médias sociaux et qu'il ne les touchait pas individuellement, pourquoi les libéraux ont-ils retiré cette disposition? Il faut empêcher l'adoption de ce projet de loi. Tous les Canadiens, peu importe leur allégeance politique, savent qu'aucun député ne doit entraver la liberté d'expression et la création de contenu dans une industrie que perturbera le projet de loi sous sa forme actuelle.
Les libéraux font tout bouger. Ils essaient de faire adopter ce projet de loi à toute vapeur à la Chambre des communes, à l'encontre de l'avis des experts, et à une allure jamais vue dans ce Parlement. C'est parce qu'ils se préparent pour des élections et qu'ils cherchent à apaiser leurs maîtres qui protègent ces industries. Tout cela au détriment des créateurs francophones du Québec, et au détriment de toute personne qui a une plateforme au Canada.
Trêve de censure et de liberté d'expression. Il faut mettre fin au projet de loi C‑10. Il faut l'abroger. Le chef de mon parti a déclaré que si nous formions le gouvernement, nous abrogerions ce projet de loi, mais j'aimerais y mettre fin dès ce soir. J'exhorte tous les députés de toutes les allégeances politiques à se rendre compte que ce projet de loi ne sert nullement les intérêts des Canadiens.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-14 22:47 [p.8404]
Mr. Speaker, my question is on the member's cousin and what is preventing her from sharing her stories and getting her content out there as a content creator.
We heard about the fact that the CRTC is six white men who are making decisions about what the CRTC deems as Canadian content, but when her family member puts content out on the Internet, does the member know who is now deciding who gets to see that content?
It is one white man. It is Mark Zuckerberg, or whoever is doing the algorithms. To say that it is not equal is an embarrassment to Canadian stories. I want to see Canadian content. I want to see Canadian content makers. Canadians deserve better than that.
Monsieur le Président, ma question est de savoir ce qui empêcherait la cousine de la députée de continuer de raconter ses histoires et de diffuser son contenu en tant que créatrice de contenu.
Nous avons entendu dire que le CRTC est composé de six hommes blancs qui prennent des décisions sur ce que le CRTC juge être du contenu canadien, mais lorsque le membre de la famille de la députée diffuse du contenu sur Internet, la députée sait-elle qui détermine qui peut voir ce contenu en ce moment?
C'est un homme blanc: Mark Zuckerberg, ou quiconque crée les algorithmes. Prétendre que ce n'est pas la même chose est une honte pour les récits canadiens. Je veux voir du contenu canadien. Je veux voir des créateurs de contenu canadien. Les Canadiens méritent mieux que la situation actuelle.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, my colleague should understand that AI algorithms within social media platforms are not run by Mark Zuckerberg. That is just preposterous. Algorithms are built based on user-generated data. We could have a whole conversation here about data ownership policies, which are non-existent in this country.
In terms of the member's question, it is patently preposterous to the level of American senators asking Mark Zuckerberg about what an email is. It just belies such a lack of understanding on how this works. It is actually the opposite of what she said. AI-generated algorithms in social media platforms, for the most part, are feeding content to an individual end users based on their needs and wants, which is the perfect medium for social media and for Canadian content to be distributed around the world.
Monsieur le Président, ma collègue devrait comprendre que les algorithmes générés par intelligence artificielle sur les plateformes de médias sociaux ne sont pas dirigés par Mark Zuckerberg. C'est tout simplement ridicule. Les algorithmes sont construits à partir des données générées par les utilisateurs. Nous pourrions avoir toute une conversation ici sur les politiques concernant la propriété des données, politiques qui sont d'ailleurs inexistantes au pays.
Quant à la question de la députée, c'est manifestement aussi absurde que lorsque des sénateurs américains ont demandé à Mark Zuckerberg d'expliquer ce qu'est un courriel. Cela dénote un tel manque de compréhension de la façon dont le tout fonctionne. En fait, contrairement à ce que la députée a dit, les algorithmes générés par intelligence artificielle sur les plateformes de médias sociaux fournissent, en grande partie, du contenu aux utilisateurs en fonction de leurs besoins et de leurs goûts, ce qui est le moyen parfait de diffuser le contenu canadien sur les médias sociaux dans le monde entier.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would hate for my former education in computer engineering to come shining through, but the member is incorrect.
AI algorithms are not solely based on what the user wants, and I think that was the NDP member's point. They are also driven by what the individuals who control the lever want to push forward, and quite often that has to do with who is paying them to advertise. It would be a great world if AI-generated content was based solely from what the user wanted, but that is not the reality. The reality is that a lot of that is being driven by what the controller wants the user to see.
What the member from the NDP was trying to point out was that we have Conservatives standing up in this House saying that the federal government, the Prime Minister, is going to sit there with levers controlling who gets to see what. All the member from the NDP was trying to say is that it is already happening, and it is happening, in Facebook's case, by Mark Zuckerberg.
Monsieur le Président, je ne voudrais surtout pas faire ressortir mes études en génie informatique, mais la députée n'a pas raison.
Les algorithmes générés par intelligence artificielle ne sont pas uniquement fondés sur ce que désire le consommateur, et je crois que c'était là que voulait en venir la députée néo-démocrate. Ils sont également influencés par ce que les personnes aux commandes souhaitent promouvoir, et bien souvent, cela est déterminé par qui les paie pour faire de la publicité. Le monde serait un endroit merveilleux si le contenu déterminé par intelligence artificielle était uniquement fondé sur ce que le consommateur désire, mais ce n'est pas la réalité. La réalité, c'est que ce contenu est grandement influencé par ce que la personne aux commandes souhaite que le consommateur voie.
Ce que la députée néo-démocrate essayait de dire, c'est que les conservateurs laissent entendre à la Chambre que le gouvernement fédéral, le premier ministre, sera aux commandes et déterminera qui voit quoi. Tout ce qu'essayait de dire la députée du NPD, c'est que c'est déjà ce qui se produit, mais que, dans le cas de Facebook, la personne aux commandes est Mark Zuckerberg.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, what the bill would do is make the lever of control that guy who just spoke up, and that should send chills through the heart of every Canadian. Do they really want that guy and Liberal hand-picked appointees telling them what they want to watch? No. Again, it is the propping up of a system that is 40 years old, a system that has completely disrupted this.
Who is the lever on this? It is big lobbyists. It is big culture. It is all of these people who can afford to pay to maintain a monopoly as opposed to individual end users, and the Liberals have actually removed protection for them from the bill.
Monsieur le Président, le projet de loi confierait les commandes à celui qui vient de parler, et cela devrait faire froid dans le dos à tous les Canadiens. Souhaitent-ils que cet homme et des personnes triées sur le volet par les libéraux leur disent ce qu'ils doivent regarder? Non. On essaie de ramener à la vie un système vieux de 40 ans qui a été complètement désorganisé.
Qui tire les ficelles dans ce cas-ci? Est-ce que ce sont les lobbyistes? Est-ce que ce sont les magnats de la culture? Est-ce que ce sont tous ceux qui peuvent se permettre de payer pour maintenir un monopole, plutôt que les simples utilisateurs à qui les libéraux ont retiré la protection du projet de loi?
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 22:51 [p.8405]
Mr. Speaker, the issue we are debating is fascinating, but its premise is flawed since freedom of expression is not being infringed upon.
Our understanding of the principle of discoverability of Canadian content is being skewed by a lot of rhetoric, semantic manipulation, or what have you.
Experts appeared before the Standing Committee on Canadian Heritage to defend every opinion. Some said that the bill would infringe on freedom of expression, others said the opposite. It seems that my Conservative colleagues really did not want to hear the other version or show the slightest open-mindedness, unlike the other members of the committee, who welcomed the experts of both parties with openness.
I would like to ask my colleague if, in all honesty, she thinks there would have been an opportunity for the Conservatives to hear another version than the one that had been whispered in their ears by those who claim there is indeed an infringement on freedom of expression, even though that is not the case.
Monsieur le Président, nous débattons présentement de quelque chose de très passionnant, mais dont les fondements sont faux puisqu'il n'y a pas d'atteinte à la liberté d'expression.
La compréhension du principe de découvrabilité du contenu canadien est faussée par une rhétorique ou une manipulation du sens, appelons cela comme nous le voulons.
Des experts sont venus au Comité permanent du patrimoine canadien défendre chacune des options. Certains disaient que cela allait porter atteinte à la liberté d'expression, d'autres ont dit le contraire. Il semble que mes collègues conservateurs n'ont pas du tout voulu entendre l'autre version et qu'ils n'ont fait montre d'aucune ouverture d'esprit, contrairement aux autres membres du Comité, qui ont accueilli les experts des deux partis avec ouverture.
J'aimerais demander à ma collègue si, en toute honnêteté, elle pense qu'il y aurait eu possibilité de faire entendre aux conservateurs une autre version que celle qui leur était soufflée par ceux qui prétendent qu'il y a effectivement atteinte à la liberté d'expression, alors que ce n'est pas le cas.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, we are sitting here talking about who should control the levers on content viewing in a disrupted industry. What would have been a much better piece of legislation would have been frameworks to prevent big data companies from using algorithms that could be racist or sexist. We could actually open up those algorithms so they learn based on a user's wants and needs rather than what the companies are assuming around it.
Instead, what we have here is 10 times worse because it is actually entrenching the federal government's ability to downgrade content or remove content based on their whims. We have the Minister of Canadian Heritage, like the Orwellian minister of truth, literally telling my colleague, who is a critic on this bill, that she should apologize for criticizing the bill during debate before it passes. To me, that tells me all we need to know, which is that this bill is flawed, the government wants to use it to control speech and it is something that should be fought vigorously every step of the way.
Monsieur le Président, nous sommes ici à parler de qui devrait tirer les ficelles pour contrôler le contenu d'une industrie perturbée. Ce projet de loi aurait été bien meilleur si on y avait inclus des cadres pour empêcher les entreprises de mégadonnées d'utiliser des algorithmes susceptibles d'être racistes ou sexistes. Nous pourrions élargir ces algorithmes pour qu'ils fonctionnent à partir de ce que les utilisateurs veulent et désirent au lieu que les entreprises fassent des suppositions.
Ce que nous avons à la place est 10 fois pire parce que la capacité du gouvernement de réduire ou de supprimer le contenu selon ses caprices est inscrite dans le projet de loi. Il y a le ministre du Patrimoine canadien qui, comme le ministre orwellien de la vérité, dit littéralement à ma collègue qui est la porte-parole de ce projet de loi qu'elle devrait s'excuser d'avoir critiqué le projet de loi pendant les débats, avant qu'il soit adopté. Selon moi, cela démontre tout ce que nous avons besoin de savoir, soit que le projet de loi est boiteux, que le gouvernement veut l'utiliser pour contrôler le discours et qu'il faut nous battre contre cette mesure vigoureusement et jusqu'au bout.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-14 22:53 [p.8405]
Mr. Speaker, I have been in the House for some time listening to the debate tonight, so it is an honour to finally stand and speak.
This past year, we have seen the very best and the very worst of government in our system of democracy. When all parties were working together as the committee of the whole to address the COVID-19 crisis, we saw how well the government could work together. I am going to talk about some of the ways it worked well before I get negative and talk about the ways it has not been working.
I want to make it clear it is not that all opposition party members supported everything the government did during the COVID period. I, for one, have stood in this House many times repeatedly challenging the government to do better, particularly when it came to protecting Canadians from COVID-19 and all of the detritus that came with it. I stood in the House to make sure there were public health rules in place, that there was sick leave, that Canadians could stay home if they needed to, that there were things in place to help fight the virus in Canada and around the world without having to choose between their own well-being and the health of others. I will keep doing that. I will keep standing in this House of Commons as an opposition member to urge the government to do a better job taking care of Canadians. I will stand in this House and get it to close loopholes in its legislation.
There is a company in my riding, Cessco Fabrication. I have brought up probably a dozen times in the House that the government's wage subsidy program is being used to pay for scab labour so that this company does not have to negotiate with its workers. I have brought it up time and time again, and I will continue to do that.
It is really important that I push for students, seniors and people with living with disabilities.
One thing members have heard me say so many times is that if we do not vaccinate people around the world, none of us is safe, and that I am disappointed in the government's response to that.
The government itself adopted many of the opposition solutions that were offered. The government did bring forward the 75% wage support, the CERB was $2,000 a month and there was limited support for students and paid sick leave. This is how the government should work. The government should propose and opposition members should make it better. I am proud, as a new parliamentarian, that I was able to do that. I am honoured to have been part of that effort.
However, this has not been the case with Bill C-10. In fact, the entire process, including the debate this evening, is an example of the worst forms of democracy and government. It started with an extremely flawed bill that the minister himself could not explain. When the bill was tabled in November, it was immediately apparent to everyone, the government included, that it was a flawed piece of legislation. The Yale commission clearly identified Canadians' concerns with how web giants were dominating our broadcasting and culture, but were excluded from the current Broadcasting Act and, thus not subject to oversight, not held to the same standards as Canadian companies and, worse yet, not contributing taxes or funds to the Media Fund. The bill, as it was tabled, ignored all of those issues and I stood with my colleagues in the NDP and said on the day that bill was tabled that this was going to be problem and we needed to fix this.
Facebook, YouTube, companies that make billions of dollars in revenue from Canadians and Canadian content were excluded from the bill. For anyone who was worried about what that proposed section 4.1 was, it was excluding social media. It was letting Facebook and YouTube off the hook. It was saying that they could use Canadian content and they did not have to pay for it. It was selling out our cultural sector. We needed to fix that legislation.
I was worried because we know that Facebook has lobbied the minister and the department over 100 times. Their incessant lobbying seemed to pay off. Representatives met over and over again and then, all of a sudden, they were not in the bill. The minister floundered in responses to questions about the bill and the lobbying. He was unable to answer questions about his own bill to Canadians, unable to answer questions about its application in committee and unable to defend its rationale from critics.
The result was a committee review process that at the very best of times was disorganized and at the worst was completely dysfunctional. I know that because I was there. I was on that committee.
Immediately, 121 amendments to the bill were filed. The minister has said that perhaps this is a normal number of amendments for a bill of such of complexity and the breadth and depth of this legislation means it is not surprising, but what was surprising was the number of government amendments filed. The government knew this legislation was flawed, so it was a clear indication the bill was not ready when it was tabled and that the minister was not ready to endorse and oversee it.
Still, and this is the most important point, Canadians need a broadcasting act. We have heard it time and time again in this House from everybody but the Conservative Party. We have a 30-year-old Broadcasting Act. It is well overdue for us to have legislation in this country that will fix the holes in the Broadcasting Act. Canada desperately needs an updated Broadcasting Act.
Canadian broadcasters, media companies, producers, filmmakers, writers and artists all need an updated Broadcasting Act. Canadians who value Canadian news and Canadian content need and want a broadcasting act as well. It was absolutely vital that we roll up our sleeves in committee and we fix this bill to create a broadcasting act that would work for Canadians. It was an excruciating process, because instead of working with my colleagues, many of whom I admire and who worked very hard in this committee, politics kept getting in the way.
Again, this is what I mean when I say the worst of government and democracy. The Conservatives saw a weak minister with a flawed bill, and rather than roll up their sleeves and do the work that needed to be done so we could fix this legislation, they smelled blood in the water and attacked. They took advantage of the committee process and the flaws in the bill to spread disinformation about the bill far and wide, and then they filibustered the committee so we could not even get to the amendments that would fix it. We could not even fix the things they raised as concerns because they would not stop filibustering the committee to allow us to do that.
All across Canada we were hearing the most outrageous accusations about the bill. I had one constituent tell me he had read that individual Canadians' tweets would not post until they had been reviewed for Canadian content by the CRTC. The things that were being told to Canadians by the Conservatives were absolutely outrageous.
I listened to the member for Lethbridge yell “freedom” so many times that I was in a panel with her and I thought maybe I was on a panel with Braveheart. All this did was waste time and confuse Canadians, and with a minister who could not adequately explain his bill, the disinformation campaign found oxygen it never should have had.
It brought us here to this evening to the last-second attempt to rush this bill through before the session ends. The government had six years to update the Broadcasting Act, and in the end, it served up a flawed bill that took so much work for us to fix.
As a member of the heritage committee, I worked very hard with my fellow members to close the Liberal loopholes and fix problems in the legislation. I voted in favour of a Conservative motion for a second charter review to ensure the Broadcasting Act would not infringe on personal freedoms of expression, and that review was done.
I supported a motion to force the ministers of justice and heritage to appear at committee to address concerns over freedom of expression. I proposed that the committee meet more often and for longer hours. I proposed to extend the deadline so more work could be done. I voted against closing debate and I even put forward a motion asking the committee to debate the bill through the summer months so we could get this work done. All the parties voted against that.
In the end, the Liberals closed the committee debate and we were forced to vote on amendments without even discussing them. It is not my idea of good government.
I fully welcome the attention that Bill C-10 has aroused in Canadians. The Broadcasting Act affects us all on a daily basis, and I am heartened to see so many Canadians engaged in the legislative process. It is true that many Canadians are profoundly misinformed about the bill, which is, of course, in no way their fault. I would say it falls very much on the shoulders of some of our members of Parliament who have taken great joy and have done an awful lot of fundraising off the idea, the misinformation that they are spreading and the fear that they are sowing among Canadians.
The issues addressed in Bill C-10 are complex and every country in the world is grappling with those issues right now, attempting to find a way to protect their own citizens, their own content, their own identity and their own media platforms from web giants that do not have to follow the same rules as everyone else, web giants that pull in hundreds of billions of dollars in revenue without giving anything back and companies that leave a swath of local and national media and entertainment venues languishing in their wake.
While I am dismayed by the disinformation permeating the debate on this bill, some of it coming from the web giants themselves in an attempt to resist and avoid regulation, I will vote for Bill C-10 because I worked so hard to fix this legislation. I worked so hard to make sure that people's freedom of expression was protected and that in the end web giants were held to account and that they were contributing to our broadcasting sector.
I have said it before and I will say it again: It is vital that we modernize the Broadcasting Act. The current version of the act was updated in 1991, before the Internet and before streaming services. The Broadcasting Act cannot, as it stands, address the new landscape. It cannot protect Canadians or Canadian content and it must be updated.
For me and my fellow New Democrats, the goal has always been to make sure that we had a bill that would make web giants like Facebook, YouTube and Netflix follow the same rules as Canadian companies and contribute to Canadian content just like Canadian companies are required to do. We have fought both to protect freedom of expression and to ensure that web giants are on an even playing field with Canadian companies. Canadian media and content are under extreme pressure and the web giants have a competitive advantage right now. That competitive advantage must end with this legislation.
Thanks in part to the amendments offered by all parties, Bill C-10 now would utterly protect individual rights to freedom of expression on all platforms. The CRTC powers are limited by this bill to broadcasters and the bill specifically excludes individuals from regulation. Users who upload content to social media services would not be subject to the act. In fact, the bill now contains four sections specifically exempting individuals from the act, and this bill would protect Canadian culture and heritage.
Arts and culture are at the heart of who we are. They are what make us Canadians. It is how we listen to and understand each other better. It is how we connect across the vast distances in our country and it is how we celebrate our identities. It is how we share our incredible stories with each other, in both official languages and with the entire world. We must protect our heritage and support a strong, independent arts and culture industry. Without that protection, Canadian talent will not thrive. We need Canadians to succeed on both digital and traditional platforms. Here at home and around the world, Canadian artists should be able to earn a decent living from their art, and this bill has an important role to play in making sure that the wide range of Canadian voices with stories to tell are those stories that we see on platforms.
When Bill C-10 is enacted, the next step is to increase the funding for CBC and Radio-Canada to help reverse the damage done by decades of funding cuts and unequal rules that have favoured foreign competition.
Our public broadcaster has a remarkable legacy of connecting all points of our country, and it needs a stronger future to help make sure Canadians have access to accurate, relevant information no matter where they live and no matter what language they speak.
Monsieur le Président, comme j'écoute le débat de ce soir depuis un certain temps, c'est un honneur de pouvoir enfin prendre la parole.
Au cours de la dernière année, nous avons vu le meilleur et le pire du gouvernement dans notre système démocratique. Lorsque tous les partis ont travaillé ensemble en comité plénier pour lutter contre la crise de la COVID‑19, nous avons vu que le gouvernement pouvait bien travailler avec les autres partis. Je vais parler de certaines choses qui ont bien fonctionné et ensuite devenir négative et parler des choses qui ne fonctionnent pas.
Je tiens à préciser que tous les membres des partis de l'opposition n'ont pas appuyé toutes les mesures prises par le gouvernement pendant la pandémie de COVID. Pour ma part, j'ai pris la parole à maintes reprises à la Chambre pour mettre le gouvernement au défi de faire mieux, surtout lorsqu'il s'agissait de protéger les Canadiens contre la COVID‑19 et toutes les répercussions qui en découlaient. Je suis intervenue à la Chambre pour mettre en place des règles de santé publique, instaurer des congés de maladie, permettre aux Canadiens de rester chez eux si c'était nécessaire et mettre en œuvre des mesures pour lutter contre le virus au Canada et à l'étranger qui n'obligent pas les gens à choisir entre leur propre bien-être et la santé des autres. Je vais continuer à faire cela. Je continuerai à prendre la parole à la Chambre des communes en tant que députée de l'opposition pour exhorter le gouvernement à mieux prendre soin des Canadiens. Je prendrai la parole à la Chambre pour l'inciter à combler les lacunes de ses projets de loi.
Dans ma circonscription, il y a une entreprise qui s'appelle Cessco Fabrication. J'ai probablement signalé une dizaine de fois à la Chambre que le programme de subvention salariale du gouvernement est utilisé par cette entreprise pour payer des briseurs de grève plutôt que de négocier avec ses employés. J'en ai parlé encore et encore, et je continuerai à le faire.
Il est vraiment important que je continue à exercer des pressions pour les étudiants, les aînés et les personnes vivant avec un handicap.
Comme les députés m'ont entendu le dire à maintes reprises, si nous ne vaccinons pas les gens partout sur la planète, personne n'est en sécurité, et la réponse du gouvernement à ce sujet me déçoit.
Le gouvernement lui-même a adopté un grand nombre de solutions que l'opposition a proposées. Il a mis en place la subvention salariale de 75 % et la PCU à 2 000 $ par mois; il a offert un soutien limité pour les étudiants et les congés de maladie payés. C'est ainsi qu'un gouvernement devrait fonctionner. Le gouvernement devrait faire des propositions, et les députés de l'opposition devraient les bonifier. En tant que nouvelle parlementaire, je suis fière d'avoir été en mesure de le faire. C'est un honneur d'avoir participé à cet effort.
Or, ce n'est pas ce qui s'est produit dans le cas du projet de loi C‑10. En fait, tout le processus, y compris le débat de ce soir, est l'un des pires exemples de démocratie et de gouvernement. Le tout a commencé par un projet de loi extrêmement défectueux que même le ministre n'arrivait pas à expliquer. Dès le dépôt du projet de loi en novembre, il était immédiatement évident pour tous, y compris le gouvernement, que c'était un projet de loi défectueux. La commission Yale avait nettement cerné les préoccupations des Canadiens concernant les géants du Web: leur dominance de notre radiodiffusion et de notre contenu culturel, leur exclusion de la Loi sur la radiodiffusion en vigueur, et donc, l'absence de surveillance à leur endroit, le fait qu'ils ne sont pas assujettis aux mêmes normes que les entreprises canadiennes et, pis encore, qu'ils ne paient pas d'impôt ni ne cotisent au Fonds des médias. Le projet de loi, tel qu'il a été déposé, ne tenait compte d'aucune de ces préoccupations. Le jour même de son dépôt, mes collègues du NPD et moi avons dit qu'il serait problématique et que nous allions devoir le rectifier.
Des entreprises telles que Facebook et YouTube qui réalisent des milliards de dollars de recettes sur le dos des Canadiens et du contenu canadien ont été exclues du projet de loi. Je précise, pour ceux qui se demandent à quoi servait l'article 4.1 proposé initialement, qu'il excluait les médias sociaux. Il laissait Facebook et YouTube se défiler. Il les autorisait à utiliser du contenu canadien sans avoir à le payer. Il sacrifiait notre secteur culturel. Nous devions rectifier le projet de loi.
Je m'inquiétais, parce que nous savons que Facebook a fait du lobbying auprès du ministre et du ministère à plus de 100 reprises. Ce lobbying soutenu semble avoir porté ses fruits. Les représentants de l'entreprise ont multiplié les rencontres jusqu'à ce que, soudainement, elle ne soit plus visée par le projet de loi. Le ministre a patiné dans ses réponses aux questions concernant le projet de loi et le lobbying. Il n'a pas été en mesure de donner des réponses aux Canadiens concernant son propre projet de loi, il n'a pas été en mesure de répondre aux questions du comité concernant l'application du projet de loi et il n'a pas été en mesure de défendre la raison d'être du projet de loi face à ses opposants.
Tout cela a rendu le processus d'examen par le comité désorganisé, dans ses meilleurs moments, et complètement dysfonctionnel le reste du temps. Je le sais; j'y étais. Je fais partie de ce comité.
Dès le départ, 121 amendements ont été présentés. Le ministre a affirmé que, peut-être, c'était normal vu la complexité et la portée du projet de loi et que ce n'était pas étonnant, mais ce qui était étonnant, c'est le nombre d'amendements proposés par le gouvernement. Le gouvernement savait que ce projet de loi comportait des lacunes, ce qui nous indique que ce dernier n'était pas prêt lorsqu'il a été présenté et que le ministre ne pouvait le soutenir et en assurer l'adoption.
Malgré tout, c'est la chose la plus importante, les Canadiens ont besoin d'une loi sur la radiodiffusion. Tout le monde le répète à la Chambre, à part les conservateurs. La Loi sur la radiodiffusion date d'il y a 30 ans. Il y a longtemps que nous aurions dû adopter une mesure législative pour corriger les lacunes de la Loi sur la radiodiffusion. Le Canada a désespérément besoin d'une modernisation de cette loi.
Les radiodiffuseurs, les entreprises de médias, les producteurs, les cinéastes, les écrivains et les artistes ont tous besoin que la Loi sur la radiodiffusion soit mise à jour. Les Canadiens qui aiment les nouvelles canadiennes et le contenu canadien veulent eux aussi une nouvelle Loi sur la radiodiffusion. Il était absolument nécessaire de nous retrousser les manches au comité, afin de corriger ce projet de loi pour créer une loi sur la radiodiffusion qui convienne aux Canadiens. Le processus s'est avéré extrêmement difficile, parce qu'au lieu de pouvoir travailler avec mes collègues, que j'admire pour la plupart et qui travaillent très fort à ce comité, la politique n'a pas cessé d'entraver la conduite des travaux.
Voilà ce que je veux dire quand j'affirme qu'il s'agit du pire du gouvernement et de la démocratie. Les conservateurs ont vu un ministre peu gaillard et un projet de loi imparfait. Plutôt que de se retrousser les manches pour faire le travail requis pour corriger ce projet de loi, ils ont senti l'odeur du sang et ils ont donné l'assaut. Ils ont profité du processus du comité et des lacunes du projet de loi pour diffuser partout de la désinformation à propos du projet de loi, puis ils ont fait de l'obstruction au comité pour nous empêcher de discuter des amendements pouvant améliorer le projet de loi. Nous n'avons même pas pu corriger les lacunes qu'ils ont soulevées, parce qu'ils n'ont pas cessé de faire de l'obstruction au comité pour nous empêcher de le faire.
Partout au Canada, on entend les accusations des plus invraisemblables au sujet du projet de loi. Un habitant de ma circonscription m'a dit qu'il avait lu que les gazouillis de Canadiens ne seraient pas diffusés tant que le CRTC n'aurait pas confirmé qu'il s'agit de contenu canadien. Les choses que se font dire les Canadiens par les conservateurs sont absolument outrancières.
J'ai entendu la députée de Lethbridge hurler « Liberté! » si souvent durant un groupe de discussion auquel je participais avec elle, que je me suis pensée en compagnie de Cœur vaillant. Tout cela a semé la confusion chez les Canadiens et nous a fait perdre du temps. Comme le ministre n'était pas en mesure d'expliquer le projet de loi adéquatement, la campagne de désinformation a trouvé l'oxygène qu'elle n'aurait jamais dû avoir.
Cela nous a menés à cette tentative de dernière minute pour faire adopter le projet de loi à toute vapeur avant la fin de la session. Le gouvernement a eu six ans pour mettre à jour la Loi sur la radiodiffusion et a finalement livré un projet de loi bancal dont la correction a exigé beaucoup d'efforts.
En tant que membre du comité du patrimoine, j'ai travaillé très fort avec les autres membres afin de combler les lacunes laissées par les libéraux et corriger les problèmes du projet de loi. J'ai voté en faveur d'une motion conservatrice proposant un deuxième examen fondé sur la Charte afin d'éviter que la Loi sur la radiodiffusion ne porte atteinte aux libertés d'expression des individus, et cet examen a été fait.
J'ai appuyé la motion visant à forcer les ministres de la Justice et du Patrimoine à comparaître devant le comité afin de répondre aux préoccupations relatives à la liberté d'expression. J'ai proposé que le comité se réunisse plus souvent et plus longtemps. J'ai proposé que l'on reporte la date limite de l'étude pour que l'on accomplisse plus de travail. J'ai voté contre la clôture du débat et j'ai même présenté une motion pour que le comité débatte du projet de loi au cours des mois d'été, pour que nous puissions faire ce travail. Tous les partis ont voté contre cette proposition.
Au bout du compte, les libéraux ont mis fin aux débats du comité, et nous avons été obligés de voter sur des amendements sans même en avoir discuté. Ce n'est pas l'idée que je me fais d'un bon gouvernement.
Je me réjouis que le projet de loi C‑10 ait suscité l'attention des Canadiens. La Loi sur la radiodiffusion nous touche tous au quotidien. Je suis ravie de voir beaucoup de Canadiens suivre le processus législatif. Il est vrai que beaucoup de Canadiens sont extrêmement mal informés au sujet du projet de loi, ce qui n'est évidemment pas leur faute. Je dirais que la responsabilité revient à certains députés qui ont pris un malin plaisir à recueillir des fonds en propageant de la désinformation et en nourrissant la peur chez les Canadiens.
Les questions abordées dans le projet de loi C‑10 sont complexes. Tous les pays du monde sont aux prises avec ces problèmes en ce moment, en tentant de trouver une façon de protéger leurs citoyens, leur contenu, leur identité et leur plateforme de médias contre les géants du Web qui n'ont pas à suivre les mêmes règles que les autres. Ces géants du Web dégagent des revenus de centaines de milliards de dollars sans rien donner en retour et laissent dans leur sillage des médias et des lieux de divertissement locaux et nationaux à l'agonie.
Bien que je sois consternée par la désinformation véhiculée par les députés à la Chambre pendant le débat d'aujourd'hui, dont les géants du Web eux-mêmes sont en partie responsables, dans le but de faire de la résistance et d'éviter d'être réglementés, je voterai en faveur du projet de loi C‑10 parce que j'ai travaillé dur pour corriger cette mesure législative. J'ai travaillé très dur pour protéger la liberté d'expression et pour qu'en fin de compte, les géants du Web rendent des comptes et contribuent à notre secteur de la radiodiffusion.
Je l'ai déjà dit et je le répète: il est vital que nous modernisions la Loi sur la radiodiffusion. La Loi actuelle a été mise à jour en 1991, avant Internet et avant les services de diffusion en continu. La Loi sur la radiodiffusion ne peut pas, dans sa forme actuelle, être efficace dans le monde d'aujourd'hui. Elle ne peut pas protéger les Canadiens ni le contenu canadien et elle doit être mise à jour.
Pour moi et mes collègues néo-démocrates, l'objectif a toujours été de nous assurer que nous avions un projet de loi qui obligerait les géants du Web comme Facebook, YouTube et Netflix à suivre les mêmes règles que les entreprises canadiennes et à contribuer au contenu canadien, tout comme les entreprises canadiennes sont tenues de le faire. Nous nous sommes battus à la fois pour protéger la liberté d'expression et pour que les règles du jeu soient les mêmes pour les géants du Web et les entreprises canadiennes. Les médias et le contenu canadiens sont soumis à une extrême pression et les géants du Web ont un avantage concurrentiel, à l'heure actuelle. Cette mesure législative doit mettre fin à cet avantage concurrentiel.
Grâce entre autres aux amendements proposés par tous les partis, le projet de loi C‑10 protégerait maintenant complètement le droit à la liberté d'expression des particuliers sur toutes les plateformes. Les pouvoirs du CRTC prévus dans le projet de loi sont limités aux radiodiffuseurs et les particuliers sont explicitement exclus de la réglementation. Les utilisateurs qui téléversent du contenu dans les médias sociaux ne seraient pas visés par la loi. D'ailleurs, le projet de loi comprend maintenant quatre dispositions qui exemptent spécifiquement les particuliers. En outre, le projet de loi protégerait la culture et le patrimoine canadiens.
Les arts et la culture sont au cœur de notre identité. Ce sont eux qui font de nous des Canadiens. Ils nous permettent de mieux nous écouter et nous comprendre les uns les autres. Ils nous unissent malgré les distances et ils sont une célébration de notre identité. Ils nous permettent de raconter nos histoires incroyables, dans les deux langues officielles, à toute la planète. Il faut protéger notre patrimoine et soutenir la force et l'indépendance de l'industrie des arts et de la culture. Sans protection, le talent canadien ne s'épanouira pas. Nous voulons que les Canadiens se démarquent autant dans les plateformes numériques que dans les plateformes traditionnelles. Au pays et partout dans le monde, les artistes canadiens devraient pouvoir vivre de leur art et ce projet de loi est une mesure importante pour que les différentes voix et histoires canadiennes soient celles qu'on nous présente sur ces plateformes.
Quand le projet de loi C‑10 sera adopté, la prochaine étape consistera à augmenter le financement de CBC/Radio‑Canada pour réparer les dommages causés par des décennies de compressions budgétaires et de règles inégales qui ont favorisé la concurrence étrangère.
Notre radiodiffuseur public a une tradition remarquable qui consiste à rapprocher toutes les régions du pays, et il a besoin d'un avenir plus solide pour que les Canadiens disposent d'informations exactes et pertinentes, où qu'ils vivent et quelle que soit la langue dans laquelle ils s'expriment.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-14 23:11 [p.8408]
Mr. Speaker, I want to congratulate my colleague from Edmonton Strathcona on her speech.
We have the pleasure of serving together on the Standing Committee on Canadian Heritage. She and I have managed to move the bill forward and improve it, sometimes with opposing views, sometimes converging views, sometimes through excellent co-operation. It needed a little help to become a good bill.
Over the past few weeks, after the removal of clause 4.1, which actually had been strengthened with other provisions to ensure that social media users were protected, we have seen a slew of Conservative Party pundits suddenly take an interest in Bill C-10, although we have been working on it for months now. This is a complex bill that takes time to understand. It must be properly analyzed, and it is important to have a good grasp of the subject. Nevertheless, over the past few weeks, we have had a number of experts come to us to give their opinions and tell us that we have done our job all wrong.
I would like the member for Edmonton Strathcona to comment on this. How should we take this wave of insults from colleagues?
Monsieur le Président, je félicite ma collègue d'Edmonton Strathcona pour son discours.
Nous avons le plaisir de siéger ensemble au Comité permanent du patrimoine canadien et nous avons, elle et moi, parfois avec des vues opposées, parfois avec des vues convergentes, parfois en très belle collaboration, fait avancer et évoluer ce projet de loi qui avait bien besoin d'un coup de main pour devenir un bon projet de loi.
Depuis quelques semaines, avec ce qui est arrivé depuis le retrait de l'article 4.1 qui avait pourtant été renforcé par d'autres dispositions pour s'assurer de protéger les utilisateurs des médias sociaux, il nous est apparu un paquet d'experts du Parti conservateur qui se sont soudainement intéressés au projet de loi C‑10, sur lequel nous avons travaillé pendant des mois. C'est un projet de loi qui est complexe et qui prend du temps à comprendre; il faut l'analyser comme il le faut, il faut savoir de quoi on parle. Or, depuis quelques semaines, on se retrouve avec une quantité d'experts qui viennent donner leur opinion et nous dire en quelque sorte que nous avons fait notre travail tout croche.
J'aimerais entendre la députée d'Edmonton Strathcona à ce sujet. Comment reçoit-on cette vague d'insultes de la part de collègues?
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-14 23:12 [p.8408]
Mr. Speaker, it is very interesting to me that we are told that there are experts. I have a letter here that was written by 14 lawyers who have said that Bill C-10 would do none of the things that we have been accused of doing to it. We have gone through the legislation tooth and nail, and I have a document here that outlines every single time freedom of expression is protected. I could tell members exactly where in the act and where in the bill; if they want me to name it, I can. I know that is not the case with most of the members in the House this evening, but I can certainly tell them exactly how freedom of expression is protected, and I am deeply offended that any member of this House would think that my priority would not be to ensure that Canadians' freedom of expression is protected at all cost.
Monsieur le Président, je trouve très intéressant qu'on nous dise qu'il y a des experts. J'ai sous la main une lettre rédigée par 14 avocats disant que le projet de loi C‑10 ne ferait rien de ce qu'on nous a accusés de vouloir faire. Nous n'avons pas ménagé les efforts à l'égard du projet de loi, et j'ai un document qui indique toutes les dispositions qui protègent la liberté d'expression. Si les députés le veulent, je peux leur dire quelles sont exactement ces dispositions dans la loi et dans le projet de loi. Je sais que ce n'est pas le cas de la plupart des députés présents ce soir, mais je peux certainement leur dire exactement comment la liberté d'expression est protégée, et je suis profondément offensée qu'un député puisse penser que ma priorité n'est pas de protéger à tout prix la liberté d'expression des Canadiens.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-06-14 23:19 [p.8409]
Madam Speaker, I am splitting my time tonight with my hon. colleague for Langley—Aldergrove.
It is my honour to address the House this evening and to address another faulty bill being pushed through Parliament by the Liberal government: Bill C-10, An Act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other Acts. To begin, let us look at the title of this bill, which says “to make related and consequential amendments”. They are consequential in that they have consequences.
In this case, it is safe to say that this bill, if passed as written and subsequently amended at committee by the government, will have serious consequences for Canadians. We could have a discussion about net neutrality, which Canadians have enjoyed largely in their online consumption choices these past decades. This bill would, in fact, seek to upend the very nature of what Canadians can do on the web. Of course that is not the intent. No, it could not be. It has merely been written that way, and amended and partially changed through a process Canadians became aware of through the efforts of stalwart parliamentarians: my colleagues in the Conservative Party in the House of Commons and the Standing Committee on Canadian Heritage. They identified the intrusion in not only the use of the Internet for uploads and downloads, and the overreach in regulating this activity, but the consequences it would have on the very notion of freedom of speech, one of the rights Canadians have enjoyed—
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole ce soir avec mon collègue le député de Langley—Aldergrove.
J'ai l'honneur de pouvoir m'adresser à la Chambre au sujet d'un mauvais projet de loi que le gouvernement libéral essaie de faire adopter à la hâte par le Parlement comme d'autres projets de loi auparavant: le projet de loi C‑10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois. Pour commencer, jetons un coup d'œil au titre de ce projet de loi, qui parle d'apporter « des modifications connexes et corrélatives ». Ce sont des modifications qui ne sont pas banales et qui auront des conséquences.
On peut dire sans risquer de se tromper que le projet de loi aura de sérieuses conséquences pour les Canadiens s'il est adopté tel que rédigé et subséquemment amendé par le gouvernement lors de l'étude par le comité. Ce sera le cas en ce qui a trait à la neutralité du Net, dont les Canadiens ont pu profiter largement dans leurs choix de consommation en ligne, au cours des dernières décennies. Ce projet de loi vise en fait à transformer la nature même de ce qui est permis aux Canadiens sur le Web. Bien sûr, ce n'est pas volontaire. Mais non, ce ne pourrait jamais être le cas. C'est tout simplement un hasard que le projet de loi ait été rédigé ainsi et qu'il ait été par la suite amendé dans le cadre d'une démarche dont les Canadiens ont pu prendre connaissance grâce aux efforts de parlementaires loyaux: mes collègues conservateurs aux Communes, y compris ceux qui sont membres du Comité permanent du patrimoine canadien. Mes collègues ont repéré non seulement les dispositions intrusives visant les téléversements et téléchargements sur Internet, mais aussi les conséquences qu'auraient ces dispositions sur la liberté d'expression, qui est l'un des droits dont les Canadiens peuvent jouir...
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-06-14 23:26 [p.8410]
Madam Speaker, we were talking about the very notion of the freedom of speech Canadians enjoy, one of the rights Canadians have enjoyed since being introduced by Prime Minister John Diefenbaker in 1960 and embedded in Canada's Constitution in 1982. Freedom of expression in Canada is protected as a fundamental freedom by section 2 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. The charter also permits the government to enforce reasonable limits.
I would say from experience that a large amount of Canadian communication between parties, individuals, businesses and organizations of all types, even governments and their agencies, happens via the Internet. Where does the problem arise in this legislation? Bill C-10 creates a new category of web media called “online undertakings” and gives the CRTC the same power to regulate them that it has for TV and radio stations. What is an online undertaking? Whatever one uploads onto the web is an online undertaking, such as videos, podcasts, music and websites. It is a huge regulatory stretch. However, Canadians should not fret as the CRTC will not act in the way the legislation is written, or so it has said.
Let us look back at that notion of freedom of expression and how we as legislators are supposed to ensure the legislation we consider abides by this fundamental piece of protection embodied in our constitutional bill of rights and freedoms. The Department of Justice Act requires the justice minister to provide a charter statement for every government bill that explains whether it respects the charter. The charter statement for Bill C-10 directly cites the social media exemption in its assessment that the bill respects this part of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Then, poof, at committee the Liberals removed the cited exemption from the legislation. When my Conservative colleagues rightly asked for a new assessment based on the new wording of the legislation, the Liberals decided to shut down debate at the committee.
At this point, I think Canadians would ask where the Minister of Justice is on this issue and why he will not seek and provide the legislative charter statement from his department. I have watched the Minister of Justice and let me illustrate how he operates in my opinion.
Regarding Bill C-7, an act to amend the Criminal Code (medical assistance in dying), admittedly no bill is perfect, yet this bill passed through committee here in the House of Commons and members from all parties voted in a free vote to pass the legislation. The legislation passed with the input of witnesses who wanted to respect the rights of disadvantaged Canadians and it worked through this House. The minister, despite that democratic process, manipulated the legislation with an amendment at the Senate and forced an amended bill back to this House, a bill that disrespects the input he received through witnesses and parliamentarians in the process. It was pure manipulation.
Regarding Bill C-15, an act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, after one hour of debate on a bill that my indigenous constituents are asking for clarity with respect to the defined terms in Canadian law and how it affects them, the Minister of Justice shut down debate, saying it had been debated enough.
Perhaps it is unparliamentary to state openly here that the minister's remarks are completely disingenuous. I have watched him during question period while he brazenly denies that his judicial appointments have nothing to do with Liberal Party lists. That is disingenuous. I know why Canadians are losing faith in governments.
Now we have this, the refusal to provide an updated charter statement. Shame on the minister.
Coming back to the bill, if passed, Canadian content uploaders will be subject to CRTC oversight. Yes, the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission will be looking at uploads all day long. That is in fact who is writing the bill and in fact the government organization trying to gain some relevance with it, but Canadians do not have to worry because it will not enforce the law as it is written.
Let me quote Timothy Denton, a former national commissioner of the CRTC, who now serves as the chairman of the Internet Society of Canada, who stated:
...their fundamental [principle here] is...that freedom of speech through video or audio should be in the hands of the CRTC — including Canadians’ freedom to use the internet to reach audiences and markets as they see fit.... The freedom to communicate across the internet is to be determined by political appointees, on the basis of no other criterion than what is conducive to broadcasting policy — and, presumably, the good of our domestic industry. As always, the interests of the beneficiaries of regulation are heard first, best, and last. Consumers and individual freedoms count for little when the regulated sector beats its drums.
Finally, let me congratulate the government on this one step. We have been through 15 months of an unprecedented time in our modern history, with lockdowns, economic dislocation and devastation, and literally a pandemic. The press does not cover what happens in the House and the myriad mistakes the government has made because governments make mistakes in unforeseen, unprecedented times. Canadians have given the government some benefit of the doubt about these mistakes and so do all people of goodwill, but it is our job in opposition to do our utmost for the country in oversight and to provide solutions to make our outcomes better.
I thank all my colleagues for the work in helping Canadians during these unprecedented times. I should thank the Liberal government for providing a coalescing issue that has Canadians from all backgrounds and political beliefs in my riding united in reaching out to make sure the bill does not pass. The bill and the government's responses to reasonable amendments to protect Canadians' rights show its ambivalence to Canadians and their rights.
Madame la Présidente, nous parlions de la notion même de liberté d'expression dont les Canadiens bénéficient. C'est un des droits dont jouissent les Canadiens depuis qu'il a été introduit par le premier ministre John Diefenbaker en 1960 et inscrit dans la Constitution du Canada en 1982. La liberté d'expression au Canada est protégée en tant que liberté fondamentale à l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés. La Charte permet aussi au gouvernement d'appliquer des limites raisonnables.
Selon mon expérience, une grande partie des communications canadiennes entre des parties, des particuliers, des entreprises et des organismes de tous les types, même les gouvernements et leurs agences, se fait par Internet. Quel est le nœud du problème dans cette mesure législative? Le projet de loi C‑10 crée une nouvelle catégorie de médias Web appelée les « entreprises en ligne » et accorde au CRTC le même pouvoir de réglementation sur celles-ci que celui qu'il détient pour les stations de télévision et de radio. Qu'est-ce qu'une entreprise en ligne? Tout ce qui est versé sur le Web, que ce soient des vidéos, des balados, de la musique ou des sites Web, constitue une entreprise en ligne. C'est un immense champ de réglementation. Cependant, les Canadiens ne devraient pas s'inquiéter parce que le CRTC n'agira pas conformément aux termes du projet de loi. C'est du moins ce qu'il a affirmé.
Revenons à la notion de la liberté d'expression et à la façon dont nous sommes censés, en tant que législateurs, veiller à ce que les projets de loi dont nous sommes saisis respectent cette protection fondamentale inscrite dans notre déclaration constitutionnelle des droits et des libertés. La Loi sur le ministère de la Justice exige que celui-ci fournisse pour chaque projet de loi un énoncé concernant la Charte. Pour le projet de loi C‑10, cet énoncé cite expressément l'exemption des médias sociaux dans son évaluation qui conclut que le projet de loi respecte cette partie de la Charte canadienne des droits et libertés. Puis, pouf, les libéraux ont retiré l'exemption citée du projet de loi au comité. Lorsque mes collègues conservateurs ont demandé à juste titre une nouvelle évaluation fondée sur le nouveau libellé du projet de loi, les libéraux ont décidé de mettre fin au débat au comité.
À ce stade, je pense que les Canadiens se demandent quelle est la position du ministre de la Justice sur cette question et pourquoi il ne cherche pas à obtenir de son ministère l'énoncé législatif concernant la Charte. Ayant observé le ministre de la Justice, permettez-moi d'illustrer son mode de fonctionnement tel que je le perçois.
Pensons au projet de loi C‑7, Loi modifiant le Code criminel concernant l'aide médicale à mourir. Certes, aucun projet de loi n'est parfait et, pourtant, le projet de loi a franchi l'étape de l'étude en comité à la Chambre des communes et a été adopté à l'issue d'un vote libre auquel ont participé les députés de tous les partis. Le projet de loi a été adopté avec la contribution de témoins qui voulaient que l'on respecte les droits des Canadiens désavantagés. Le projet de loi a franchi toutes les étapes à la Chambre. Le ministre a fait fi de ce processus démocratique et a manipulé le projet de loi en faisant adopter un amendement au Sénat et en forçant le retour d'un projet de loi modifié à la Chambre, un projet de loi qui ne tenait pas compte de la contribution des témoins et des députés au processus. C'était de la pure manipulation.
Pensons au projet de loi C‑15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Après une heure de débat sur ce projet de loi au sujet duquel les Autochtones de ma circonscription demandent des éclaircissements, notamment les termes définis dans le droit canadien et la manière dont ils sont touchés, le ministre de la Justice a mis fin au débat, affirmant qu'on avait suffisamment discuté du projet de loi.
Il est peut-être non parlementaire de déclarer ouvertement que les observations du ministre sont complètement trompeuses. Je l'ai observé durant la période des questions, alors qu'il niait effrontément que ses nominations à la magistrature n'ont rien à voir avec les listes du Parti libéral. Voilà qui est trompeur. Je comprends pourquoi les Canadiens font de moins en moins confiance aux gouvernements.
Et voilà que le ministre refuse de fournir un nouvel énoncé concernant la Charte. Le ministre devrait avoir honte.
Revenons au projet de loi. S'il est adopté, les Canadiens qui versent du contenu en ligne seraient assujettis à la surveillance du CRTC. Oui, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes examinera ce qui est téléversé à longueur de journée. Cet organisme gouvernemental est le véritable auteur du projet de loi, dont il se sert pour acquérir une certaine pertinence. Cependant, les Canadiens n'ont pas à s'inquiéter parce qu'il n'appliquera pas la loi telle qu'elle est rédigée.
Je me permets de citer Timothy Denton, l'ancien conseiller national du CRTC, qui est maintenant président de la Société Internet du Canada. Il a dit ceci:
[...] les défenseurs du projet de loi croient fondamentalement [...] que la liberté d'expression par vidéo ou audio, y compris le droit des Canadiens d'utiliser Internet pour atteindre le public et les marchés qu'ils jugent appropriés, devrait être entre les mains du CRTC [...] La liberté de communiquer sur tout l'Internet doit être déterminée par de hauts fonctionnaires nommés pour des raisons politiques, d'après le seul critère de ce qui est favorable à une politique de radiodiffusion — et, vraisemblablement, au bien de notre industrie nationale. Comme d'habitude, les intérêts des bénéficiaires de la réglementation sont prioritaires. Les consommateurs et les libertés individuelles comptent pour peu quand le secteur réglementé promeut que ses propres intérêts.
Enfin, j'aimerais féliciter le gouvernement pour une chose. Cela fait 15 mois que nous vivons une situation sans précédent dans l'histoire moderne, que nous sommes aux prises avec des confinements, des bouleversements économiques, la dévastation et, littéralement, une pandémie. La presse ne couvre pas ce qui se passe à la Chambre et la myriade d'erreurs que commet le gouvernement parce que, en période imprévue et sans précédent, les gouvernements commettent des erreurs. Les Canadiens, comme toutes les personnes de bonne volonté, accordent au gouvernement le bénéfice du doute à l'égard de ces erreurs. Toutefois, le travail de l'opposition consiste à faire tout ce qui est possible en matière de surveillance et à trouver des solutions pour améliorer le sort des Canadiens.
Je remercie tous mes collègues de leur travail en vue d'aider les Canadiens en cette période sans précédent. Je devrais remercier le gouvernement libéral d'avoir soulevé un dossier qui rallie ainsi les Canadiens de tous les horizons et de toutes les allégeances politiques, notamment dans ma circonscription, et qui les pousse à communiquer avec nous pour nous implorer de ne pas adopter le projet de loi. Le projet de loi et les réponses du gouvernement à des amendements raisonnables visant à protéger les droits des Canadiens montrent l'ambivalence du gouvernement à l'égard des intérêts et des droits des Canadiens.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-14 23:32 [p.8411]
Madam Speaker, I know my colleague is very thoughtful and careful in his language, but he spoke about amendments that have been put forward to make the bill better. I wonder what he can say about an amendment that the Conservative Party put forward. It says:
That Bill C-10, in Clause 7, be amended by adding after line 19 on page 8 the following:
9.2 An online undertaking that provides a social media service is deemed not to exercise programming control over programs uploaded by any user of the social media service who is not the provider of the service or the provider’s affiliate, or the agent or mandatary of either of them.
It seems quite clear to me that this was an excellent amendment. I voted for it and it passed. It was a Conservative amendment. I am wondering why he thinks it does not protect freedom of expression.
Madame la Présidente, je sais que le député s'exprime de manière réfléchie et prudente, mais il a parlé des amendements qui ont été présentés pour améliorer le projet de loi. Je me demande ce qu'il aurait à dire à propos de l'amendement que le Parti conservateur a présenté et qui se lit comme suit:
Que le projet de loi C-10, à l’article 7, soit modifié par adjonction, après la ligne 14, page 8, de ce qui suit:
9.2 L’entreprise en ligne offrant un service de média social est réputée ne pas exercer un contrôle de la programmation sur les émissions téléversées par tout utilisateur du service de média social qui n’est pas le fournisseur du service ou son affilié, ou l’agent ou le mandataire de l’un d’eux.
Il semble évident que c'était un excellent amendement. J'ai voté en sa faveur et il a été adopté. Cet amendement avait été présenté par les conservateurs. Pourquoi le député est-il d'avis que cet amendement ne protège pas la liberté d'expression.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-06-14 23:33 [p.8411]
Madam Speaker, the hon. member for Edmonton Strathcona is always great with her questions, and I am pleased that she knows some of these amendments very well.
The issue we have is the blanket clause, whereby we are going to subject Canadians to some regulations by the CRTC when they upload videos. All kinds of amendments have been put forward at committee by my colleagues to make sure that this does not cover everyday Canadians and is only counting, as the government seems to indicate, certain web giants that have a large economic footprint, ensuring they are going to be regulated. However, the writing indicates very clearly that this applies to all Canadians. That is why we are trying to make it very clear in the amendments that they are not included. That clarity is required, and I have not seen that clarity in any of the other amendments to this point in time.
Madame la Présidente, la députée d'Edmonton Strathcona pose toujours d'excellentes questions, et je suis heureux de constater qu'elle connaît aussi très bien certains de ces amendements.
Ce qui nous préoccupe, c'est la disposition générale, au titre de laquelle les Canadiens seront assujettis à certains règlements du CRTC quand ils téléchargeront des vidéos. Mes collègues ont présenté toutes sortes d'amendements au comité pour s'assurer que la disposition ne couvre pas les Canadiens ordinaires, mais, comme le gouvernement semble l'indiquer, seulement certains géants du Web qui ont une empreinte économique importante afin qu'ils soient réglementés. Or, le libellé indique très clairement que la disposition s'applique à tous les Canadiens. Voilà pourquoi nous tentons d'indiquer clairement dans les amendements que la disposition ne s'applique pas à eux. Cette précision est nécessaire, et aucun des autres amendements présentés jusqu'à maintenant n'a permis de l'apporter.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 23:35 [p.8411]
Madam Speaker, I have heard a lot about free speech from the Conservatives and I would like to ask if they think that social media platforms are a place of free speech.
I will point to a situation on May 5, Red Dress Day, to commemorate missing and murdered indigenous women and girls across this country. Hundreds if not thousands of posts were removed by Instagram and Facebook from people who were expressing their sorrow, rage and loss of family, friends and loved ones to this tragedy in our country.
Does the member think this is freedom of speech? When these platforms are removing this kind of content in this country are they a democratic space?
Madame la Présidente, j'ai beaucoup entendu les conservateurs parler de liberté d'expression et j'aimerais leur demander s'ils pensent que les médias sociaux sont un endroit où la liberté d'expression peut s'exercer.
J'en veux pour preuve ce qui s'est produit le 5 mai dernier, lors de la Journée de la robe rouge, journée de commémoration des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées dans tout le pays. Instagram et Facebook ont retiré des centaines, voire des milliers de messages de personnes qui exprimaient leur tristesse et leur rage et racontaient la perte de parents, d'amis et d'êtres chers à cause de cette tragédie dans notre pays.
Le député pense-t-il que cela, c'est la liberté d'expression? Quand ces plateformes suppriment ce type de contenu dans notre pays, peut-on dire d'elles qu'elles offrent un espace démocratique?
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-06-14 23:36 [p.8411]
Madam Speaker, that is a very good question, and I thoroughly agree with my colleague.
We have to look at who is actually policing the web. Whether the government is policing it or it is policed through algorithms, somebody is limiting our freedom of expression, and that limit to freedom of expression should not be compounded by this legislation. We acknowledge that there are all kinds of tools used by social media giants that we have to get in check, but putting more checks in the hands of the government, which is usually a pretty inefficient operator, does not seem to be a very viable solution to the lack of democratic representation that my colleague seems to think is being constrained on the Internet right now.
As I said, I agree with him in several respects regarding content that was somewhat censored and not put up in the proper way. We do need to find a way through that, but I would say that going to government for a solution so that it can be the arbiter is not the solution.
Madame la Présidente, c'est une très bonne question, et je suis tout à fait d'accord avec le député.
Nous devons nous demander qui surveille réellement le Web. Que ce soit le gouvernement ou des algorithmes, quelqu'un limite la liberté d'expression et cette contrainte ne devrait pas être aggravée par le projet de loi. Nous reconnaissons qu'il existe toutes sortes d'outils utilisés par les géants des médias sociaux que nous devons contrôler, mais confier davantage de contrôles au gouvernement, qui est généralement un opérateur plutôt inefficace, ne semble pas être une solution véritablement viable au manque de représentation démocratique qui, selon le député, est actuellement limité sur Internet.
Comme je l'ai dit, je suis d'accord avec lui sur plusieurs points concernant le contenu qui a été quelque peu censuré et qui n'a pas été mis en ligne de manière appropriée. Nous devons trouver une solution à ce problème, mais je dirais que d'attribuer le rôle d'arbitre au gouvernement n'est pas la solution.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2021-06-14 23:38 [p.8411]
Madam Speaker, I guess it should not have come as a complete surprise that the Liberal government would make strategic procedural moves to limit my freedom of speech as a member of Parliament wishing to speak up on exactly that topic: freedom of speech. I have heard from so many of my constituents that they were shocked at the government's attempt to limit their freedom by regulating the Internet, which, until now, has been a new-found tool of freedom of expression. People are starting to understand what the term “net neutrality” means and they want it protected. They are also starting to wake up to the prospect that their government wants to regulate this forum, the new public square.
The government members say they want to level the playing field. Canada's Conservatives support competition between large foreign streaming services and Canada's broadcasters, and we champion Canadian arts and culture, but a Conservative government would do so without compromising Canadians' fundamental rights and freedoms. We are calling on the Liberals to withdraw Bill C-10 or to amend it to protect freedom. If this is not done, a Conservative government would stand up for Canadians and repeal this deeply flawed legislation. While the NDP and the Bloc may be willing to look the other way on the freedom of expression, Canada's Conservatives will not.
What went wrong? The deeply flawed draft legislation, Bill C-10, became even more problematic after the Liberals had their way at committee. We have heard them say in this chamber on many occasions that user-generated content would not be regulated under the legislation, and they refer us to proposed subsection 2(2.1), which specifically exempts users from the new limiting regulations. However, proposed section 4.1 would have exempted social media sites like YouTube and TikTok, which consist of only user-uploaded programs, except that in committee the Liberals voted down this very important freedom of speech protector, even though their original draft legislation contained it.
Where does that leave us? Well, people using the Internet, speakers, are exempted, but the platforms they use are not, so the freedom really becomes illusory. That is what people are upset about with Bill C-10, and that is why Conservatives are fighting hard against it.
We have heard the Liberals say also that they just want big tech to be paying its fair share. In principle, we support that. The Conservative members of the heritage committee proposed an amendment to Bill C-10 that would have limited these limiting regulations to online undertakings with revenue of more than $50 million a year and 250,000 or more subscribers in Canada. If that amendment had passed, Bill C-10 would apply only to large streaming services, but the Liberals rejected it. I do not know why. This is a common-sense compromise put forward by the Conservatives to save the initial intent and the integrity of this legislation while still protecting Canadians' freedom of expression.
We have heard quite a bit about this. The idea of the CRTC regulating traditional media for Canadian content is deeply entrenched and widely accepted in Canadian culture, so why not the Internet too, which arguably is becoming the new preferred media? At first blush, that may make sense, but here is the problem. The legislation would regulate Canadian content by means of discoverability regulations that would require social media sites like YouTube to change their algorithms to determine which videos are more or less Canadian, all depending on a bureaucrat's opinion as to what is sufficiently Canadian.
We say, let the market decide. This is not what the Internet is, and it is not what Canadians want. We are hearing “hands off”. We are hearing about the democratization of the freedom of speech. The Internet is a new invention and it has given people, anybody with a computer, anybody with an iPad, anybody with a smart phone, the ability to publish on the Internet and to be heard, and it has led to the success of many, many artists, including Canadian artists.
Does that mean that the Internet and the contents posted on it should not be regulated at all? Of course not. The Internet is subject to all laws of general application, such as laws against promoting hatred and laws against inciting violence. There are laws for the protection of children, and there are laws against slander and libel, just to name a few.
Our freedom of speech, as protected by the Canadian Charter of Rights and Freedoms, is not unlimited. As my law professor explained on the first day of constitutional law, freedom of expression does not give a person the right to yell “fire” in a crowded movie theatre. Section 2(b) of the charter says everyone has the fundamental freedom of expression, but section 1 of the charter says that those rights and freedoms are subject to “such reasonable limits prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and democratic society.”
Until the Liberals started talking about Bill C-10, that is what everyone understood to be the nature of this new medium called the Internet. The laws of general application should apply. Every other free and democratic country in the world understands that to be the case, and only Canada would go so far as to tell user-content social media platforms what to promote and what to demote. Therein lies our contention with Bill C-10.
We do not stand alone. This is what Peter Menzies, the former commissioner of the CRTC, had to say about Bill C-10 in its current state:
It’s difficult to contemplate the levels of moral hubris, incompetence or both that would lead people to believe such an infringement of rights is justifiable.
University of Ottawa professor Michael Geist stated:
In a free, democratic society we don’t subject basic speech to regulation in this way. Of course there are limits to what people can say, but the idea that a broadcast regulator has any role to play in basic speech is, I think, anathema to free and democratic society where freedom of expression is viewed as one of the foundational freedoms.
With the support of experts such as these, the Conservative Party has been promoting its opposition to Bill C-10 aggressively and, I might say, effectively. What is the government’s response? It is to shut down debate. Last week, with the help of the Bloc and the NDP, the Liberal government shut down debate at committee, and now it wants to shut down debate in Parliament. One has to love the irony of that. Here we are debating free speech and the government is aggressively shutting down parliamentarians’ right to be the voice for their constituents: Canadians who have come to appreciate the freedom, flexibility and effectiveness of having their voices heard on this 21st-century platform. Social media platforms are the new public square, and free speech on those platforms in the form of user-generated content must not fall under the regulatory purview of the CRTC.
Only the Conservative Party is standing up to protect this fundamental right that all Canadians enjoy. The government has misled Canadians about this bill. Exempting user content was a key part of Bill C-10's limitations. It was something we accepted and that helped get it through the parliamentary reading stages and committee without more dissent, but removing that exception at the very last minute makes Bill C-10 unacceptable. It is the most breathtaking power grab over online speech we have ever seen in Canada. The Liberal government wants to limit our rights to fight against that, and that is why Conservatives are standing up.
Madame la Présidente, je suppose qu'on ne devrait pas s'étonner que le gouvernement libéral ait recours à des stratégies pour limiter la liberté d'expression qui est la mienne en tant que député désireux justement de parler du thème que représente la liberté d'expression. Beaucoup de mes concitoyens se sont dits choqués de voir le gouvernement tenter de limiter leur liberté en réglementant Internet, qui, jusqu'à présent, était un nouvel outil pour exercer la liberté d'expression. Les gens commencent à comprendre ce que signifie le terme « neutralité du Net » et ils veulent qu'elle soit protégée. Ils commencent aussi à prendre conscience de la volonté du gouvernement de réglementer cette tribune, qui est le nouvel espace public.
Les ministériels disent vouloir uniformiser les règles du jeu. Les conservateurs du Canada appuient la concurrence entre les grands fournisseurs étrangers de services de diffusion en continu et les radiodiffuseurs canadiens, et ils défendent les arts et la culture du Canada. Or, un gouvernement conservateur le ferait sans compromettre les droits et les libertés fondamentales des Canadiens. Nous demandons aux libéraux de retirer le projet de loi C‑10 ou de l'amender pour protéger la liberté d'expression, faute de quoi, un gouvernement conservateur défendrait les Canadiens en abrogeant cette mesure législative foncièrement viciée. Le NPD et le Bloc sont peut-être prêts à fermer les yeux sur la liberté d'expression, mais pas les conservateurs du Canada.
Qu'est-ce qui a mal tourné? L'avant projet de loi très mal conçu, le projet de loi C‑10, est devenu encore plus litigieux après que les libéraux l'ont fait amender durant l'étude du comité. Nous les avons entendus dire de nombreuses fois à la Chambre que le contenu généré par les utilisateurs ne serait pas assujetti à la loi, en nous référant au paragraphe 2(2.1), qui exempte clairement les utilisateurs des nouvelles dispositions législatives restrictives. Cependant, l'article 4.1 proposé aurait exempté des sites de médias sociaux comme YouTube et TikTok, qui présentent uniquement du contenu téléversé, sauf qu'au comité, les libéraux ont voté contre ce très important outil de protection de la liberté d'expression, même si leur avant-projet de loi original l'incluait.
Où en sommes-nous maintenant? Eh bien, les gens qui utilisent Internet sont exemptés, mais les plateformes qu'ils utilisent ne le sont pas. Par conséquent, la liberté devient illusoire. Voilà ce qui frustre les gens à propos du projet de loi C‑10, et c'est pourquoi les conservateurs se battent si fort contre l'adoption de ce projet de loi.
Nous avons aussi entendu les libéraux dire qu'ils veulent simplement que les géants du Web paient leur juste part. Nous y sommes favorables, en principe. Au comité du patrimoine, les députés conservateurs ont proposé un amendement au projet de loi C‑10 qui aurait limité le champ d'application de ces règles aux entreprises en ligne qui ont des revenus annuels supérieurs à 50 millions de dollars et au moins 250 000 abonnés au Canada. Si cet amendement avait été adopté, le projet de loi C‑10 n'aurait visé que les grands services de diffusion en continu, mais les libéraux l'ont rejeté. Je ne sais pas pourquoi. Il s'agit d'un compromis de bon sens que les conservateurs ont proposé pour sauver l'objectif initial et l'intégrité du projet de loi tout en protégeant la liberté d'expression des Canadiens.
Nous avons entendu beaucoup de commentaires à ce sujet. Le CRTC encadre depuis longtemps le contenu canadien des médias traditionnels, et c'est une façon de faire bien ancrée dans la culture canadienne et largement acceptée. Pourquoi donc ne pas faire la même chose sur Internet, qui est en train de devenir le média de prédilection? À première vue, cet élargissement peut sembler logique, mais il y a un problème. Le projet de loi encadrerait le contenu canadien au moyen de règles sur la découvrabilité qui obligeraient les sites de médias sociaux comme YouTube à modifier leurs algorithmes pour déterminer quels vidéos sont plus Canadiens ou moins Canadiens, en fonction de ce qu'un bureaucrate juge suffisamment canadien.
Nous disons qu'il faut laisser le marché décider. Or, ce n'est pas à quoi sert Internet, et ce n'est pas non plus ce que veulent les Canadiens. Ils ne souhaitent pas notre intervention. Nous entendons parler de la démocratisation de la liberté d'expression. Internet est une nouvelle invention, qui permet à toute personne ayant un ordinateur, un iPad ou un téléphone intelligent d'y publier du contenu et de se faire entendre. Il a contribué à la réussite d'innombrables artistes, y compris des artistes canadiens.
Est‑ce que cela signifie qu'Internet et que le contenu qui y est publié ne doivent pas du tout être réglementés? Bien sûr que non. Internet est assujetti à toutes les lois d'application générale, comme des lois contre la promotion de la haine et l'incitation à la violence, des lois visant à protéger les enfants et des lois contre la calomnie et la diffamation.
La liberté d'expression garantie par la Charte canadienne des droits et libertés n'est pas sans limites. Comme mon professeur de droit l'a expliqué le premier jour où il a parlé de droit constitutionnel, la liberté d'expression ne permet pas à quelqu'un de crier au feu dans un cinéma bondé. Le paragraphe 2b) de la Charte dit que tout le monde a la liberté d'expression comme liberté fondamentale, mais l'article 1 de la Charte dit que ces droits et libertés « ne peuvent être restreints que par une règle de droit, dans des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique ».
Jusqu'à ce que les libéraux commencent à parler du projet de loi C‑10, tout le monde considérait que cela s'appliquait aussi à ce nouveau médium qu'on appelle Internet. Les lois d'application générale devraient aussi s'appliquer dans ce cas-ci. Tout autre pays démocratique considère qu'il en est ainsi, et seul le Canada irait jusqu'à dire aux plateformes de médias sociaux au contenu généré par les utilisateurs quel est le contenu à promouvoir et quel contenu doit être rétrogradé. Voilà l'aspect litigieux du projet de loi C‑10.
Nous ne sommes pas les seuls. Voici ce que Peter Menzies, ancien commissaire du CRTC, avait à dire à propos du projet de loi C‑10 dans sa version actuelle:
Il est difficile d'envisager les niveaux de présomption morale ou d'incompétence, ou les deux, qui pourraient amener des gens à croire qu'une telle violation des droits est justifiable.
Quant à lui, le professeur Michael Geist de l'Université d'Ottawa a déclaré:
Dans une société libre et démocratique, on ne soumet pas le discours à la réglementation de la sorte. Bien entendu, il y a des limites à ce que les gens peuvent dire, mais le concept voulant qu'un organisme de réglementation de la radiodiffusion ait un rôle à jour dans le discours constitue, à mon avis, un anathème pour une société libre et démocratique dans laquelle la liberté d'expression est perçue comme une des libertés fondamentales.
Avec l'appui d'experts de cette trempe, le Parti conservateur a exprimé son opposition au projet de loi C‑10 de façon énergique et, je dirais, efficace. Quelle est la réponse du gouvernement? Il met fin aux débats. La semaine dernière, avec l'aide du Bloc et du NPD, le gouvernement libéral a mis fin aux débats du comité. Il veut maintenant faire de même avec le Parlement. C'est un beau paradoxe. Alors que nous débattons de la liberté d'expression, le gouvernement bafoue le droit des parlementaires de se faire la voix des habitants de leur circonscription, des Canadiens qui en sont venus à apprécier la liberté, la souplesse et l'efficacité que cette plateforme du XXIe siècle leur offre pour s'exprimer. Les plateformes de médias sociaux sont les nouvelles places publiques, et la liberté d'expression sous la forme de contenu généré par les utilisateurs ne doit pas être soumise au cadre réglementaire du CRTC.
Seul le Parti conservateur prend la parole pour défendre ce droit fondamental dont tous les Canadiens bénéficient. Le gouvernement induit en erreur les Canadiens à propos de ce projet de loi. L'exemption du contenu utilisateur était une limite essentielle à la portée du projet de loi C‑10. C'était une disposition que nous avions acceptée et qui aurait contribué à faire progresser le projet de loi aux étapes de lecture et d'étude en comité sans soulever plus de dissidence. Le retrait de cette exception à la toute dernière minute rend le projet de loi C‑10 inacceptable. C'est la tentative la plus déconcertante de contrôler le contenu en ligne que nous ayons vue au Canada. Le gouvernement libéral veut limiter nos droits de lutter contre cette mesure, et c'est pourquoi les conservateurs s'insurgent.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-14 23:48 [p.8413]
Madam Speaker, I was listening intently to my colleague and he referenced Michael Geist, one of the leading thinkers of free speech in our country and a very independent voice on this bill.
I wonder if the member could elaborate a bit on what Michael Geist has said about Bill C-10 and maybe some of the pitfalls the government has fallen into while trying to reduce free speech for Canadians across the country.
Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement mon collègue. Il a parlé de Michael Geist, l'un des grands penseurs dans le domaine de la liberté d'expression au Canada et une voix indépendante sur le projet de loi.
Je me demande si le député pourrait donner quelques précisions sur ce que Michael Geist a dit au sujet du projet de loi C‑10 et peut-être sur certaines des embûches que le gouvernement a rencontrées en essayant de réduire la liberté d'expression des Canadiens dans l'ensemble du pays.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2021-06-14 23:49 [p.8413]
Madam Speaker, Michael Geist is indeed a champion for free speech, particularly on the Internet. Being a law professor, he is an expert in that field and deals exactly with that area of the law. I have a great deal of respect for him and for the work he has done. He is a champion to whom we should be listening. He is a promoter of allowing the Internet to develop in a way that enhances people's ability to promote their thoughts, ideas and expressions and, in this case, also their art and their music.
Madame la Présidente, Michael Geist est effectivement un défenseur de la liberté d'expression, en particulier sur Internet. En tant que professeur de droit, il est un expert dans ce domaine. C'est sa spécialité. J'ai beaucoup de respect pour lui et pour le travail qu'il a accompli. C'est un défenseur que nous devrions écouter. Il est en faveur de permettre à Internet de se développer d'une manière qui améliore l'aptitude des gens à promouvoir leurs pensées, leurs idées, leurs expressions et, dans ce cas-ci, leur art et leur musique.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-06-14 23:52 [p.8413]
Madam Speaker, tonight I will be splitting my time with the member for Regina—Lewvan.
On February 5, I spoke to Bill C-10 before it was referred to the heritage committee on February 16. Here I am speaking to Bill C-10 again, a few months later, now that the bill has returned from committee. Most times when a bill returns from committee, we see a couple of amendments here and there to fine-tune it before passing it along to the Senate, but with BIll C-10, it is not a vew changes here and there. This bill is completely different than its previous form.
What is even more abnormal about this is the fact that so many of the amendments came from the Liberals, the ones who introduced the bill in the first place. The government owes it to Canadians to explain why so many amendments were introduced after the fact and why it is pulling every trick in the book to try to push legislation through without proper debate and while ignoring legitimate concerns.
The Minister of Canadian Heritage is using tactics to make people believe that Conservatives are anticulture and standing in the way of Bill C-10, when in fact, many experts who testified at the Standing Committee on Canadian Heritage agree this bill is flawed and needs further review.
Protecting Canadian content is important for Canadians, but what good do rules around Canadian content do, if Canadian content is not properly defined. The minister recently demonstrated in committee that even he does not know what classic Canadian movies actually count as protected Canadian content under this legislation.
Over the past month I have received countless emails and phone calls from constituents in fear of the government's legislation. They want to know what they can do to stop it. One man even said to me that this legislation embodies the same police-state-like control he emigrated to Canada to escape.
The question I get most often is, “Why?” Why does this legislation contain an amendment giving the CRTC this much power. Why is the government trying to push this through so quickly? Why does the government think it has a mandate to police the Internet?
Conservatives recognize that the Broadcasting Act is in need of updates. No one is arguing against that. When Conservatives raise legitimate questions about user-generated content being affected by this legislation, instead of providing answers, the minister diminishes our concern and proceeds with his carefully scripted paragraph about why the Broadcasting Act needs to be updated, even though we are already agreeing that it needs to be done.
I have to point out the irony in the fact that we are being censored here in the House of Commons on a debate regarding censorship. Instead of allowing Bill C-10 to go through full and proper review, the Liberals moved a time allocation motion to shut down debate on Bill C-10 early, and effectively censored our debate on censorship.
Here we are, around midnight, mid-June, speaking for the last time to a bill that would have the power to limit our freedoms and could change the way Canadians are able to use the Internet. The government imposing time allocation on this bill, which is fundamentally flawed, is wrong because it attacks freedom of expression. The minister is attacking our freedom of expression as parliamentarians, who are just trying to do their jobs. Instead of telling us Conservatives that we are preventing work from moving forward and that we are anticulture, the government members should be explaining to Canadians how they can possibly justify this time allocation motion, when the committee still has many amendments to review. This is deeply concerning to not only me, but also to many Canadians.
I also want to talk about the precedent legislation like this could create for the future. In a society that values freedom of speech and freedom of expression, Bill C-10 would leave the door open to a massive abuse of power concerning the rights of Canadians.
It is not enough for the minister to stand in the House of Commons and claim this bill is not meant to target ordinary Canadians. Words spoken by the minister mean nothing if they do not coincide with the wording of the actual legislation.
The amendment regarding user-generated content aside, Bill C-10 creates a regulatory mess of a streaming and broadcasting industry in Canada. There are real harms that could come with this legislation as it currently stands. This bill is far broader than many Canadians realize, and certainly broader than the minister has claimed. This has led to a lack of understanding of the consequences of the bill as it relates to the general public.
With so many amendments being brought forward in such a short timeframe, it is hard for the public to keep up and stay informed. One thing we must always remember as parliamentarians is that we work for the people. It is our duty to keep our constituents informed and to seek their input on legislative matters. With this amendment being added, and this legislation being rushed through the legislative process so quickly, I fear many members will not have adequate time to properly inform and consult their constituents on this issue.
It is with extreme disappointment that I am speaking on this legislation tonight, knowing that so many voices have been silenced and important dialogue on this bill will not be heard. The government claims that limitations are integrated into this bill, so that it is not too overreaching.
The minister said in the House of Commons, “user-generated content, news content and video games would not be subject to the new regulations. Furthermore, entities would need to reach a significant economic threshold before any regulation could be imposed.”
This claim made by the minister is false, as there is no specific economic threshold that is established by the bill, which means that all Internet streaming services carried in Canada, whether domestic or foreign owned, are subject to Canadian regulation. That would mean if someone has Canadian subscribers, this law would, regardless of where the service provider is located, apply to them.
The limitations the minister is referring to are that the bill gives the CRTC the power to exempt services from regulation. It also leaves it entirely up to the CRTC to establish thresholds for regulations once the bill is enacted. This is dangerous, and while I have confidence in the work that the good people working for the CRTC do, it is our duty to legislate, not the CRTC's, and that means properly defining the term “significant economic threshold”.
Bill C-10 now has over 120 amendments, of which about a quarter were put forward by the government itself, even though it wrote the bill. My Conservative colleagues at the heritage committee did everything they could to fix the problems with Bill C-10 in the time they had. My colleagues say that in review stage, the work at committee was going well and progress was being made. That is until the Liberals decided to bring forward an amendment to include social media.
This amendment was so large it changed the scope of the bill entirely. It was at that point people, including experts, former CRTC commissioners and thousands of Canadians across the country, starting raising objections.
As I wrap up my speech, I am thinking of all the flaws contained in this bill and worry for the future of freedom of expression. While I do not suspect this bill was brought forward with malicious intentions, the wording in this legislation could set a terrible precedent.
It is okay for the government to admit when it is wrong and when it has gone too far. Now is the time for the government to acknowledge that it needs to take a step back, re-evaluate and correct the course.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole ce soir avec le député de Regina—Lewvan.
Le 5 février, j'ai pris la parole au sujet du projet de loi C‑10, avant qu'il ne soit renvoyé au comité du patrimoine canadien le 16 février. Voilà que j'interviens encore une fois au sujet du projet de loi C‑10, quelques mois plus tard, maintenant que le projet de loi est revenu à la Chambre. La plupart du temps, quand un projet de loi revient du comité, nous voyons quelques amendements ici et là pour améliorer le projet de loi avant de le renvoyer au Sénat. Cependant, ce ne sont pas des petits amendements ici et là qui ont été apportés au projet de loi C‑10. Ce projet de loi est complètement différent de sa version précédente.
Ce qui est encore plus anormal, c'est le fait que la majorité des amendements provenaient des libéraux, alors que c'est eux qui ont présenté le projet de loi. Le gouvernement doit des explications aux Canadiens afin de clarifier pourquoi il a apporté autant d'amendements après coup et pourquoi il utilise tous les trucs pour essayer de faire adopter ce projet de loi à toute vitesse sans un débat en bonne et due forme, en ne tenant pas compte des préoccupations légitimes.
Le ministre du Patrimoine canadien utilise toutes les tactiques pour que les gens croient que les conservateurs sont contre la culture et qu'ils font obstacle au projet de loi C‑10, alors qu'en fait, de nombreux experts qui ont témoigné au Comité permanent du patrimoine canadien s'entendent pour dire que le projet de loi est mal conçu et qu'il doit faire l'objet d'un examen plus approfondi.
Les Canadiens attachent de l'importance à la protection du contenu canadien, certes, mais à quoi servent les règles encadrant le contenu canadien si on ne définit pas adéquatement ce qu'est ce contenu? Pendant une réunion récente du comité, le ministre a lui-même démontré qu'il ne sait pas quels classiques du cinéma canadien seraient considérés comme du contenu canadien protégé par cette mesure législative.
Depuis un mois, j'ai reçu une multitude d'appels et de courriels de la part de gens de ma circonscription qui craignent les effets de ce projet de loi du gouvernement. Ils veulent savoir ce qu'ils peuvent faire pour le bloquer. Un homme m'a même dit que ce projet de loi lui rappelle le genre de contrôle exercé par un État policier, un contrôle qu'il a fui lorsqu'il a émigré au Canada.
La question qu'on me pose le plus souvent, c'est « pourquoi? ». Pourquoi ce projet de loi contient-il un amendement qui donne autant de pouvoir au CRTC? Pourquoi le gouvernement tente-t-il de faire adopter ce projet de loi aussi vite? Pourquoi le gouvernement croit-il avoir le mandat de surveiller ce qui se passe sur Internet?
Les conservateurs admettent que la Loi sur la radiodiffusion doit être mise à jour. Personne ne le nie. Quand les conservateurs posent des questions légitimes à propos de l'effet qu'aurait ce projet de loi sur le contenu créé par les utilisateurs le ministre minimise nos inquiétudes, au lieu de donner des réponses, et il répète le paragraphe soigneusement préfabriqué qui explique pourquoi la Loi sur la radiodiffusion doit être mise à jour, alors que nous convenons déjà que cette modernisation est nécessaire.
Je dois souligner le paradoxe dans le fait que nous soyons censurés à la Chambre des communes pendant un débat sur la censure. Au lieu de faire en sorte que le projet de loi C‑10 soit soumis à une étude détaillée en bonne et due forme, les libéraux ont proposé l'attribution de temps pour couper court au débat sur le projet de loi C‑10; ils se trouvent ainsi à censurer notre débat sur la censure.
Nous sommes à la mi-juin, aux alentours de minuit, et nous devons débattre pour la dernière fois d'un projet de loi qui pourrait limiter nos libertés et changer la façon dont les Canadiens pourront utiliser Internet. La décision du gouvernement d'imposer l'attribution de temps pour ce projet de loi qui comporte des lacunes fondamentales est malavisée, parce que c'est une attaque contre la liberté d'expression. Le ministre s'attaque à la liberté d'expression dont nous jouissons en tant que parlementaires qui essaient simplement de faire leur travail. Au lieu de dire aux conservateurs qu'ils empêchent l'adoption de projets de loi et qu'ils sont contre la culture, les ministériels devraient expliquer aux Canadiens comment ils peuvent justifier cette motion d'attribution de temps, alors que le comité a encore de nombreux amendements à étudier. Je trouve que c'est fort préoccupant, et ce l'est aussi pour bon nombre de Canadiens.
J'aimerais aussi parler du précédent qu'un projet de loi comme celui-ci pourrait créer. Dans une société qui valorise la liberté d'expression, le projet de loi C‑10 ouvrirait la voie à de graves abus de pouvoir à l'égard des droits des Canadiens.
Il ne suffit pas que le ministre affirme à la Chambre que ce projet de loi ne vise pas les Canadiens ordinaires. Les déclarations du ministre ne valent rien si elles ne sont pas appuyées par le libellé de la mesure législative.
Hormis l'amendement sur le contenu généré par les utilisateurs, le projet de loi C‑10 crée un bourbier réglementaire pour les industries de la diffusion en continu et de la radiodiffusion au Canada. Dans sa version actuelle, ce projet de loi pourrait faire beaucoup de torts. Ce projet de loi a beaucoup plus de ramifications que de nombreux Canadiens le croient, et certainement davantage que le ministre le prétend. Il en résulte une mauvaise compréhension des conséquences du projet de loi vis-à-vis de la population en général.
Avec un si grand nombre d'amendements qui sont proposés en si peu de temps, la population a du mal à suivre et à rester informée. Les parlementaires doivent toujours se souvenir qu'ils travaillent pour la population. Nous avons le devoir de garder les résidants de notre circonscription informés et de solliciter leurs commentaires sur les questions législatives. Avec l'ajout de cet amendement ainsi que l'étude et l'adoption précipitées du projet de loi, je crains que de nombreux députés ne disposent pas d'assez de temps pour bien informer et pour bien consulter les résidants de leur circonscription sur la question.
Je trouve très décevant de prendre la parole au sujet de ce projet de loi ce soir en sachant que de nombreuses voix ont été réduites au silence et que des discussions importantes au sujet de ce projet de loi n'auront pas lieu. Le gouvernement prétend que des limites ont été prévues dans le projet de loi afin d'encadrer sa portée.
Le ministre a affirmé à la Chambre que « le contenu créé par les utilisateurs, les actualités et les jeux vidéo ne seraient pas visés par la nouvelle réglementation. En outre, toute entité devrait atteindre un seuil économique élevé avant que la réglementation s'applique à elle ».
Cette affirmation du ministre est fausse, puisque le projet de loi ne comporte aucun seuil économique, ce qui fait que tous les services de diffusion en continu sur Internet présents au Canada, qu'ils soient la propriété d'entités canadiennes ou étrangères, seront assujettis à la réglementation canadienne. C'est donc dire que si une personne a des abonnés canadiens, la loi s'appliquera à elle, peu importe où est hébergé le fournisseur de services.
Les limites dont parle le ministre se résument à la possibilité pour le CRTC d'exempter certains services de l'application de la réglementation. Le projet de loi laisse également à l'entière discrétion du CRTC l'établissement de limites à l'application des règlements après l'entrée en vigueur du projet de loi. C'est dangereux et, même si je fais confiance aux personnes qui travaillent au CRTC, c'est nous qui avons la responsabilité de légiférer, pas le CRTC, ce qui implique de bien définir ce qu'est le « seuil économique élevé ».
Plus de 120 amendements ont été proposés au projet de loi C‑10, dont environ le quart par le gouvernement, alors que c'est lui qui l'a présenté. Mes collègues conservateurs ont fait tout ce qu'ils ont pu au comité du patrimoine pour corriger les lacunes du projet de loi C‑10, malgré le peu de temps qu'ils ont eu. Ils me disent que, pendant l'étude du projet de loi au comité, les travaux se déroulaient bien et avançaient. C'est lorsque les libéraux ont décidé de présenter un amendement pour inclure les médias sociaux que tout a dérapé.
Cet amendement était tellement important qu'il changeait complètement la portée du projet de loi. C'est à ce moment que des gens, notamment des experts, d'anciens commissaires du CRTC et des milliers de Canadiens de partout au pays, ont commencé à s'opposer au projet de loi.
En terminant, je pense à toutes les lacunes de ce projet de loi et je m'inquiète de l'avenir de la liberté d'expression. Si je ne crois pas que le projet de loi parte de mauvaises intentions, le libellé de cette mesure législative risque de créer un dangereux précédent.
Le gouvernement a le droit de dire qu'il s'est trompé et qu'il est allé trop loin. Le gouvernement doit maintenant reconnaître qu'il doit faire une pause, refaire ses devoirs et changer de cap.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2021-06-15 0:02 [p.8415]
Madam Speaker, I would like to come back to the bottom of page 2 and the top of page 3 of the bill, where it says, “A person who uses a social media service to upload programs for transmission over the Internet...does not, by the fact of that use, carry on a broadcasting undertaking for the purposes of this Act.” Therefore, users can upload content without being subject to this legislation.
From what my colleagues are saying, one might think that eliminating a clause from the bill invalidates it. There have been almost 120 amendments.
Did the Conservatives believe that this clause carried so much weight that 120 amendments to improve the bill still do not make it an adequate bill? What would it take to satisfy the Conservative Party?
Madame la Présidente, je reviens à la fin de la page 2 et au début de la page 3 du projet de loi, où on dit: « Ne constitue pas l’exploitation d’une entreprise de radiodiffusion pour l’application de la présente loi le fait, pour l’utilisateur d’un service de média social, de téléverser des émissions en vue de leur transmission par Internet [...] ». Les utilisateurs peuvent donc, sans être atteints par cette loi, téléverser des choses.
De la façon dont mes collègues parlent, on dirait que le fait d'enlever un article de la loi fait en sorte qu'elle s'invalide. Or, il y a eu à peu près 120 amendements.
Cet article était-il à ce point pesant pour les conservateurs que 120 amendements d'amélioration ne rendent pas encore le projet de loi suffisant? Comment arriver à satisfaire le Parti conservateur?
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-06-15 0:04 [p.8415]
Madam Speaker, I am not disputing that there are many good points to this bill and many parts of the amendments brought forward do help give a better explanation as to what is going on. There are a lot of unknowns with the bill where it is not clear and concise as to what the regulators would or would not be able enforce.
The CRTC could potentially have quite wide-sweeping powers. That is why we are very concerned. There is not a clear definition as to how much the CRTC can be regulated. What kind of rules will there be for content providers that the CRTC may have in the future? That is what we are protecting. We are making sure that there are not these things in the legislation that can allow for many different types of content to be censored. The way it is written, it does allow that, and that is what we are opposing.
Madame la Présidente, je ne nie pas que le projet de loi comporte de nombreux points positifs et que de nombreux amendements proposés permettent de mieux expliquer ce qui se passe. Cependant, il y a beaucoup d'inconnues du fait qu'il ne dit pas de manière claire et concise ce que les organismes de réglementation pourraient ou ne pourraient pas imposer.
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes pourrait potentiellement avoir des pouvoirs très étendus. Voilà pourquoi nous sommes très inquiets. On ne sait pas exactement dans quelle mesure le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes peut être réglementé. Quel genre de règles pourra-t-il imposer aux fournisseurs de contenu? C'est ce que nous protégeons. Nous nous assurons que le projet de loi ne contient rien qui puisse permettre la censure de nombreux contenus différents. Dans sa forme actuelle, c'est possible, et c'est à cela que nous nous opposons.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-15 0:14 [p.8416]
Madam Speaker, I will start from the beginning because I do not think we can pay honour to our fallen RCMP officer enough. For colleagues who missed it, this is the first time I have been on my feet since an RCMP officer in Saskatchewan was run over and killed in the line of duty. My thoughts and prayers are with Constable Shelby Patton's family.
I know his brothers and sisters are thinking about him. When one member is lost, the whole team is affected across the country. On behalf of the constituents of Regina—Lewvan, all Conservatives and all members in the House, our thoughts and prayers are with the Patton family. God bless them, and hopefully they can get through this very difficult time.
Moving on to Bill C-10, the bill talks about how we have to really make sure the rule of law is in place in our country. The member for Calgary Skyview brought up some very good points when asking the member for Yellowhead a question. There is a very diverse community in Calgary Skyview and the member talked about how many people have come to Canada because they see it as a beacon of light, a beacon of freedom, where people are not afraid to express themselves. They are not afraid to get in trouble with their government if they say something. We should always strive to be that beacon of freedom in Canada, where people are allowed to express themselves and have the freedom to put whatever they want online, where people can have independent thoughts without fear of government reprisal. A lot of the speeches on this side of the House have covered that topic again and again.
Our colleagues on the opposition and on the government side have asked why we are so against this bill. One of the fundamental beliefs in the Conservative Party of Canada is the belief in the freedom of speech. I have given a first reading speech on Bill C-10 as well. It is a 30-year-old piece of legislation, so there are some things that need to be renewed. Members on all sides of the House agree legislation does have to be renewed and reviewed in a timely manner. There are some areas where we agree.
One of the things that just came forward is that in the updated legislation, the Liberals have taken out the part that would regulate individual content and now the CRTC would have the power to take down content from individuals. We have no way of knowing if any of the amendments that were passed address this issue because there was a gag order put on the amendments and we do not know what is involved with them all.
Like my colleague, the member for Yellowhead, said, there are 120 amendments to this piece of legislation and a quarter of those were brought forward by the government that introduced the bill in the first place.
We are rushing through this and the government has brought in time allocation so we cannot study this bill to its final conclusion. I was in the legislature of Saskatchewan for eight years and have been here for two years. I do not remember seeing any piece of legislation in my 10 years that had 120 amendments to it. On its own, that shows there were some issues early and often with this piece of legislation.
Talking about time allocation and the duty of this House, I know my colleagues and friends from across the way, as well as the member for Kingston and the Islands and a few other of my Liberal colleagues, talk about us playing political games. They say that Conservatives are trying to waste time and are using stall tactics.
As this bill has to do with freedom of speech, we did a little run down of what has been going on in a few of the other committees lately. At the Standing Committee on Procedure and House Affairs, the Liberals have been filibustering for 73 hours and for more than four months. At the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics, the Liberals have been filibustering for 43 hours. That is a long time. At the Standing Committee on Finance, the Liberals have been filibustering for 35 hours. At the Standing Committee on National Defence, in its study looking into sexual misconduct in the military, the Liberals have filibustered for more than 16 hours and the Chair suspended unilaterally more than 23 times. That is impressive.
I know my colleagues in the Bloc bring up Mr. Harper and the disdain for Parliament. I do not know if Mr. Harper's government had a chair who unilaterally closed down debate 23 times.
The Standing Committee on Foreign Affairs was filibustered for 10 hours over three months, February, March and April, to prevent a study into Canada taking from the COVAX vaccine supplies.
This august House is where we are supposed to have debate and be able to talk about different ideas, whether it be Liberal, Conservative, Bloc, NDP. Right now, we are going through a time when the government continues to say the opposition is holding up debate, when we can clearly see, in committees, that the Liberals are trying to stifle any dissent among opposition parties on what kind of bills they are trying to bring forward. I have not even mentioned that the government prorogued Parliament for months because of the WE scandal.
Now, we are here talking about Bill C-10, about stifling debate, and I have given 12 examples of how the government has stifled discussion and debate in committees and in the House of Commons, in Parliament.
When we talk about this, why are Conservatives so against Bill C-10? It is because we are hearing it from our constituents. People are scared. They see Bill C-10 as a very slippery slope of what could be in the future. Many people have come to my office wondering what their kids are going to be able to put on the Internet to express themselves in five years. Are they going to be able to have any free, independent thoughts? Are they going to be able to criticize the government, or is someone in the CRTC, the czar, going to be watching content on YouTube or Facebook or Twitter or Instagram or TikTok? Are they going to get a knock on the door or a call to take down their content because it does not agree with the government's position? That is what people are actually calling about and what their concern is.
People can groan and say, “Oh my, how is that possible?” We are here to represent the people of our ridings, not to carry the water for the government. That is another thing. The government members are acting like it is up to the opposition side to pass bills. We listen to the Minister of Finance saying it is time for the opposition to help them pass bills. When has it been the government asking this and saying it is the fault of the opposition that it is not getting its legislation through? That is like a teenager who went out partying the night before blaming her friends for not getting her homework done. It is not our responsibility to make sure that the government implements its agenda. It has never been the opposition's responsibility and it never will be. It is time that the government took responsibility for its own actions.
Possibly, the Liberals are not getting their legislative agenda through because they prorogued Parliament, because they filibustered committees again and again, and that is why legislation never got to third reading and never got to this House. At some point in time, a member of the government will have to stand up and say that maybe they are responsible for the games they are playing now with time allocation, especially in committee, where it has not been done in 20 years. That could be a fact as to why the Liberals are not getting their agenda through.
Finally, one other thing that makes people concerned about Liberals bringing forward legislation that would regulate their free speech is the fact that even if it is not going to be this bill, people just do not trust the current government. Members may not believe this, and I was shocked myself when I found out, but since 2015 there have been over 35 failed Liberal promises. If they wonder why people do not trust the government, it is because it does not keep its word.
This is from a long-serving Liberal in Saskatchewan, and this is really when we get into the psyche of a Liberal politician. I will never forget this. He said, “You know what it means when you break your promise? It means you won.” That is unbelievable, because if they win they are able to break their promises. It is something that will stick with me for as long as I serve in this chamber.
When it comes to Bill C-10, the Conservatives will continue to stand up for the average Canadians to make sure their voices are heard.
Madame la Présidente, je vais reprendre depuis le début, parce que je crois que nous pouvons toujours en faire plus pour rendre hommage aux agents de la GRC. Pour mes collègues qui auraient raté le début de mon discours, c'est la première fois que je prends la parole depuis qu'un agent de la GRC a été heurté par un véhicule et a perdu la vie alors qu'il était en service en Saskatchewan. Mes pensées et mes prières vont à la famille de l'agent Shelby Patton.
Je sais que ses frères et ses sœurs pensent à lui. Lorsqu'on perd un membre de l'équipe, c'est toute l'équipe partout au pays qui est touchée. Au nom des habitants de Regina—Lewvan, des conservateurs et de tous les députés de la Chambre, je prie pour les membres de la famille Patton. Que Dieu les bénisse; j'espère qu'ils pourront traverser cette dure épreuve.
Passons au projet de loi C‑10. Ce projet de loi nous rappelle que nous devons assurer le maintien de la primauté du droit au pays. La députée de Calgary Skyview a soulevé des points très intéressants lorsqu'elle a posé une question au député de Yellowhead. La circonscription de Calgary Skyview comprend une population très diverse et la députée a parlé de tous ces gens qui sont venus au Canada parce qu'ils voyaient le pays comme un symbole d'espoir et de liberté où les gens peuvent exprimer leur opinion sans crainte, notamment sans crainte de subir des représailles du gouvernement. Nous devrions tout faire pour que le Canada demeure un symbole de liberté, un pays où les gens peuvent donner leur opinion et publier en toute liberté ce qu'ils veulent en ligne, un pays où les gens peuvent penser par eux-mêmes sans craindre de représailles du gouvernement. De nombreux députés de ce côté-ci de la Chambre ont fait des discours à ce sujet.
Nos collègues de l'opposition et du gouvernement demandent pourquoi nous nous opposons si farouchement à ce projet de loi. L'une des convictions fondamentales du Parti conservateur du Canada est l'importance de la liberté d'expression. J'ai également prononcé un discours à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C‑10. La Loi sur la radiodiffusion a 30 ans. Une mise à jour s'impose donc. Les députés de tous les partis s'entendent pour dire que la loi doit être examinée et mise à jour sans tarder. Nous sommes d'accord sur certains points.
Un problème qui vient d'être soulevé est que les libéraux ont amendé le projet de loi, abrogeant ce faisant l'article qui excluait le contenu des particuliers, si bien que le projet de loi confère désormais au CRTC le pouvoir de retirer du contenu publié par des particuliers. Nous n'avons aucun moyen de savoir si l'un ou l'autre des amendements adoptés remédie à ce problème, étant donné que l'étude des amendements a fait l'objet d'un bâillon et que nous ignorons ce que l'ensemble de ces amendements implique.
Comme l'a dit mon collègue, le député de Yellowhead, ce projet de loi a fait l'objet de 120 propositions d'amendement, dont le quart ont été présentées par le gouvernement, qui est l'auteur même du projet de loi.
Nous nous précipitons et le gouvernement a introduit l'attribution de temps pour que nous ne puissions pas étudier ce projet de loi jusqu'à sa conclusion. J'ai siégé à l'Assemblée législative de la Saskatchewan pendant huit ans et je suis ici depuis deux ans. Je ne me souviens pas d'avoir vu, au cours de ces dix années, un projet de loi qui ait fait l'objet de 120 amendements. En soi, cela montre que la mesure législative a très vite présenté des problèmes.
S'agissant de l'attribution du temps et du devoir de la Chambre, je sais que mes collègues et amis d'en face, ainsi que le député de Kingston et les Îles et quelques autres de mes collègues libéraux, disent de nous que nous nous adonnons à des jeux politiques. Ils disent que les conservateurs essaient de perdre du temps et utilisent des tactiques dilatoires.
Comme ce projet de loi concerne la liberté d'expression, nous avons dernièrement fait un petit tour d'horizon de ce qui s'est passé dans quelques autres comités. Au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 73 heures et pendant plus de quatre mois. Au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 43 heures. C'est long. Au Comité permanent des finances, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant 35 heures. Au Comité permanent de la défense nationale, dans le cadre de l'étude sur l'inconduite sexuelle dans l'armée, les libéraux ont fait de l'obstruction pendant plus de 16 heures et la présidence a suspendu unilatéralement les travaux plus de 23 fois. C'est impressionnant.
Mes collègues du Bloc parlent de M. Harper et manifestent du mépris pour le Parlement. Pour autant, je ne sais pas si le gouvernement de M. Harper a eu un président qui a unilatéralement mis fin au débat 23 fois.
Le Comité permanent des affaires étrangères a fait l'objet de manœuvres d'obstruction pendant 10 heures sur une période de trois mois — soit en février, en mars et en avril —, pour empêcher la réalisation d'une étude sur les vaccins que le Canada a récupérés alors qu'ils étaient destinés au programme COVAX.
Cette auguste Chambre est le lieu où nous sommes censés tenir des débats et pouvoir parler de sujets divers, qu'ils soient proposés par les libéraux, les conservateurs, les bloquistes ou les néo-démocrates. En ce moment, le gouvernement continue de dire que l'opposition empêche le débat, alors que nous pouvons voir clairement, dans les comités, que les libéraux essaient d'étouffer toute dissidence sur le genre de projets de loi qu'ils essaient de présenter. Je n'ai même pas mentionné que le gouvernement a prorogé le Parlement pendant des mois à cause du scandale UNIS.
Nous sommes en train de parler du projet de loi C‑10, des débats qui sont étouffés, et j'ai donné 12 exemples de la façon dont le gouvernement a réprimé les débats aux comités et à la Chambre des communes.
Pourquoi donc les conservateurs sont-ils à ce point opposés au projet de loi C‑10? C'est parce que nous sommes à l'écoute des habitants de nos circonscriptions. Les gens ont peur. Ils considèrent que nous nous engageons sur une pente très glissante avec le projet de loi C‑10 et s'inquiètent de ce que pourrait réserver l'avenir. Beaucoup de personnes sont venues à mon bureau en se demandant ce que leurs enfants pourront publier sur Internet pour s'exprimer dans cinq ans. Leur sera-t-il permis d'être de libres penseurs? Pourront-ils critiquer le gouvernement ou quelqu'un du CRTC, le tsar, surveillera-t-il leur contenu sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram ou TikTok? Frappera-t-on à leur porte ou les appellera-t-on pour leur dire de retirer leur contenu parce qu'il ne correspond pas à la position du gouvernement? C'est vraiment ce dont les gens me parlent et ce qui les inquiète.
On peut bien protester en disant: « Comment est-ce possible? » Nous sommes ici pour représenter les habitants de nos circonscriptions, et non pour jouer les porteurs d'eau pour le gouvernement. Voilà un autre aspect problématique. Les députés ministériels agissent comme s'il revenait à l'opposition d'adopter les projets de loi. Nous entendons la ministre des Finances affirmer qu'il est temps pour l'opposition de contribuer à l'adoption des projets de loi. Comment le gouvernement peut-il faire une telle demande et reprocher à l'opposition de ne pas adopter ses projets de loi? C'est comme une adolescente qui sort faire la fête au lieu de faire ses devoirs, mais qui jette le blâme sur ses amis. Il ne nous incombe pas de faire en sorte que le gouvernement met en œuvre son programme. Cela n'a jamais été la responsabilité de l'opposition et cela ne le sera jamais. Il est temps que le gouvernement assume la responsabilité de ses actions.
Il se peut que les libéraux n'arrivent pas à faire avancer leur programme législatif parce qu'ils ont prorogé le Parlement et parce qu'ils ont fait de l'obstruction systématique à répétition dans les réunions des comités, ce qui explique que des projets de loi n'aient jamais atteint l'étape de la troisième lecture et qu'ils n'aient jamais été renvoyés à la Chambre. Il faudra bien qu'un député ministériel prenne la parole pour dire que, peut-être, les libéraux n'ont qu'eux à blâmer pour les manœuvres qu'ils font présentement concernant l'attribution de temps, notamment au comité, chose qui n'est pas arrivée depuis 20 ans. Ce sont des choses qui peuvent expliquer pourquoi les libéraux n'arrivent pas à faire avancer leur programme législatif.
Enfin, une autre chose qui préoccupe les gens face à la présentation d'un projet de loi libéral qui réglementerait la liberté de parole, c'est que, peu importe de quoi on parle, les gens ne font pas confiance au gouvernement actuel. Les députés ne le croiront peut-être pas — j'étais moi-même choqué de l'apprendre —, mais, depuis 2015, les libéraux ont brisé 35 promesses. S'ils se demandent pourquoi les gens ne font pas confiance au gouvernement, c'est parce qu'il brise ses promesses.
Un libéral de longue date de la Saskatchewan a dit une chose que je n'oublierai jamais. Cela nous donne un aperçu de ce qui se passe dans la tête d'un politicien libéral. Il a dit: « Vous savez ce que rompre une promesse signifie? Cela signifie que vous avez gagné. » C'est incroyable! Les libéraux considèrent qu'ils ont gagné s'ils réussissent à rompre leurs promesses. C'est une chose qui restera avec moi aussi longtemps que j'occuperai mes fonctions à la Chambre.
En ce qui concerne le projet de loi C‑10, les conservateurs continueront de défendre l'intérêt des Canadiens moyens et de faire en sorte que leur voix soit entendue.
View Nelly Shin Profile
CPC (BC)
View Nelly Shin Profile
2021-06-15 0:28 [p.8418]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
I would like to present today's speech based on the perspective I bring from my previous profession as an artist.
Being a professional artist, whether a composer or writer, is an extremely difficult vocation to pursue, attain and sustain. There is a huge gap between those who have talent but have not been able to get their big break, and those who have found stardom. Secure gigs as staff writers or contracts to long-term projects are limited and competitive, and most artists pursue other careers to pay their bills.
As a composer, I have been around creative people most of my life. Artists are dreamers with a lot of discipline with their art and tireless hope to find their rainbow's end. They give their best performances whether for a three-member audience at an open mike or at an outdoor concert with hundreds of listeners. Artists do not tire of doing their best and following their dreams, because they are driven by the love of creating and the dream of sharing their work with a captive audience. For most artists, it is a labour of love.
A talented artist gets their big break when they are discovered by a large enough following that will help their career become sustainable. That is why songwriters want their music to eventually make its way to radio, television and film, and writers want their stories on TV and the big screen. However, anyone who has navigated the entertainment industry knows that there are gatekeepers who ensure media platforms give precedence to major players and minimal opportunity to the small players. They also base their content on market reach and capital.
At the end of the day, we call them the arts, but they are a business that uses the arts for capital. I am speaking neither for nor against this. There is room for commerce and art to contribute to economic prosperity together. What I am concerned about is the inequity of opportunity when industry gatekeepers determine the culture of a nation because of their mass reach. It is not a level playing field for artists who have a lot of talent and simply want to express themselves without having to succumb to the matrix for marketability that large corporations define.
Broadcasters and artists continue to have a symbiotic relationship, but not all artists are welcome to participate in this symbiotic relationship. Having CanCon regulation is a good thing to the extent that it safeguards Canadian content, but in practice CanCon is applied by corporations to Canadians who have already found their success to a large degree and who fit the marketability matrix. Fortunately, with or without CanCon, Canadians artists are still rising to the top and I am pleased by the diversity of content that broadcasters are tapping into today. There has been progress.
The digital world turned the entertainment industry upside down. It allowed independents to enter the arena without having to pass through gatekeepers. With fewer CD and DVD sales, big-name entertainment corporations and independents turned to download sales, but download sales were hurt by pirated content. With the shift to online streaming, the revenue source for creative content producers has become fluid with the prominence of Internet usage. Now Canadian broadcasters are also threatened by foreign players, as foreign content enters the Canadian digital market.
In response, the government may have thought to update the Broadcasting Act by increasing discoverability for artists and levelling the competition for broadcasters, and voila: here is Bill C-10. Originally, Bill C-10 was supposed to level the playing field by regulating large online streaming services, such as Disney+, Netflix and Amazon, to meet Canadian content requirements, just as for Canadian radio and television stations.
Through the Broadcasting Act, the CRTC is given power to issue broadcast licences to allow radio and TV stations to operate, and to regulate broadcasting while meeting conditions on the kinds of programming they can air and community standards. A portion of their programs, often 20% to 40%, is allotted to be Canadian content, and broadcasters can also be mandated to pay licence fees and contributions to the Canada media fund: a federal agency that subsidizes Canadian television and film.
The update that Bill C-10 proposes is a new category of web media called “online undertakings”, which would give the CRTC the same power to regulate the web that it has for traditional TV and radio stations without having to apply for licences. It seems simple and straightforward, but there is a glitch that could turn this seemingly benevolent piece of legislation into a Trojan horse.
Bill C-10 defines web media as “an undertaking for the transmission or retransmission of programs over the Internet for reception by the public by means of broadcasting receiving apparatus”. This definition is so vague that it could include everything from Amazon Prime to anyone with a website or a podcast. Programs under the Broadcasting Act are defined to include images, audio or a combination, of which written text is not predominant. This would refer to podcasts, photos, videos and memes, but not the written content on news articles and posts. It could include everything from a multimillion dollar film produced for Netflix to a 15-second pet video on TikTok.
I was shocked to learn that, while Conservative heritage committee members proposed an amendment to Bill C-10 to set some safeguards to limit regulations to online undertakings with more than $50 million a year in revenue and 250,000 subscribers in Canada, which would apply only to large streaming services, the Liberals rejected it. That means that not only was the government aiming at big companies but also that broadcasting is now being used to control everyday Canadians.
Section 2.1 and section 4.1 were two exemptions in Bill C-10 for social media. Section 2.1 refers to users who upload onto social media platforms. Thus, the user would not be subject to conditions like Canadian content requirements or contributions to the Canada Media Fund, which the CRTC would impose.
That exemption remains on Bill C-10, but section 4.1 was taken out of the bill. It dealt with the programs that users upload on social media, indicating that the CRTC and the Broadcasting Act could not regulate programs that only consist of user-uploaded programs, but the Liberals removed that section in the bill.
In summary, section 2.1 regulates speakers, while section 4.1 regulates speech. With the deletion of 4.1, the CRTC can regulate the content uploaded on social media and also regulate the social media platforms that allow users to publish content, just as it regulates content licensed on regular traditional stations.
The Liberals keep telling Conservatives that 2.1 will safeguard users, but the absence of 4.1 removes a safeguard from content. Bill C-10 has expanded the powers of the CRTC and the Broadcasting Act to provide grounds for the CRTC to adopt regulations requiring social media sites such as YouTube to remove content it considers offensive and discoverability regulations that would make them alter the algorithms to determine which videos are seen, more or less. Violations for these regulations could be very high for the individual and the corporation. These are the details of concern. I take issue on the infringement of personal freedoms and freedom of expression of Canadians. Even the B.C. Library Trustees Association is saying it needs clause 4.1 back. These are librarians and libraries.
As I mentioned earlier in my speech, the gap between artists and their audience is discoverability, but if the discoverability is regulated through controlled algorithms, then it creates yet another barrier for artists. Why should the CRTC define what listeners should discover instead of allowing audiences to determine that for themselves? Why is the government trying to bring a barrier between artists and their audiences?
The minister keeps saying they want Canadians to tell their stories, but why is there a gap in the bill that would allow someone or an entity to determine which stories are to be discoverable? Artists have already faced an industry that was dominated by large companies to determine what was worthy of discovering and promoting through broadcasting giants, so why should the CRTC be given access to gatekeep discoverability?
The minister says he wants to protect the languages of minorities, but the minister should know that much of ethnic programming is created by underfunded, independent producers who never see any advertising money because it goes straight to the network. Where is the support these independent grassroots producers need? Again, the small players are left behind.
The minister says artists have said Conservatives are not supportive of them, but who is the minister speaking with? I do not think he has the numbers of small players on speed dial. Were they consulted for this bill? If any artist thinks that Conservatives are not supportive of artists, it is because the Liberals have created this wedge by refusing to reinstate 4.1. They are forcing Conservatives to bow for democracy, and we are the only ones who seem to be doing that. The Liberals have created a custody battle that I do not want to be a part of.
I want to support content, and I want to support our broadcasters, but why does it have to be a battle between choosing between them and democracy? We put forward a motion at committee calling for new charter statements to be provided, but the Liberals voted to shut it down.
I cannot help but wonder if the Liberals have an agenda for omitting 4.1. Artists who are still striving to find a rainbow are discriminated against and exploited. They face financial instability for following their hearts. Most will never get fully compensated for the investments they have made in their careers.
If the Liberals had simply fixed 4.1, I would not have my suspicions. The fact that they have not done something so simple with something that was originally there, makes me come to the conclusion that they are playing political games against Conservatives, at the expense of struggling artists.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
J'aimerais prononcer le discours d'aujourd'hui en fonction de ma perspective d'ancienne artiste.
La vocation d'artiste professionnel, que ce soit compositeur ou écrivain, est extrêmement difficile à poursuivre, à atteindre et à maintenir. Il existe un fossé énorme entre les personnes talentueuses qui n'ont pas réussi à percer et celles qui sont devenues des célébrités. Les emplois sûrs en tant qu'auteurs salariés ou employés contractuels pour des projets à long terme sont limités et concurrentiels, et la plupart des artistes poursuivent d'autres carrières pour payer leurs factures.
En tant que compositrice, j'ai côtoyé des gens créatifs la majeure partie de ma vie. Les artistes sont des rêveurs qui font preuve de beaucoup de discipline dans leur art et qui espèrent inlassablement réussir à percer. Ils donnent leur meilleure performance, que ce soit pour un public de trois personnes au cours d'une activité artistique improvisée ou un public de centaines de personnes dans un concert en plein air. Les artistes ne se lassent pas de faire de leur mieux et de poursuivre leurs rêves, car ils sont animés par l'amour de la création et le rêve de partager leurs œuvres avec un auditoire captif. Pour la plupart des artistes, il s'agit d'un travail d'amour.
Un artiste de talent arrive à percer lorsque son public est suffisamment vaste pour que sa carrière soit durable. C'est pourquoi les auteurs de chansons veulent que leur musique soit diffusée à la radio, à la télévision et au cinéma; et les écrivains veulent que leurs histoires soient diffusées à la télévision et sur grand écran. Cependant, quiconque a navigué dans l'industrie du divertissement sait qu'il existe des gardiens qui veillent à ce que les plateformes médiatiques donnent la priorité aux grands protagonistes et offrent un minimum de possibilités aux plus petits. Ils fondent également leur contenu sur la pénétration du marché et les capitaux qu'ils sont susceptibles d'engendrer.
En fin de compte, nous les appelons les arts, mais il s'agit plutôt d'entreprises qui utilisent les arts comme source de capitaux. Je ne prends position ni pour ni contre. Le commerce et l'art peuvent contribuer ensemble à la prospérité économique. Ce qui m'inquiète, c'est l'inégalité des chances lorsque les gardiens de l'industrie déterminent la culture d'une nation à l'aune de son rayonnement. Ce n'est pas juste pour les artistes qui ont beaucoup de talent et qui veulent simplement s'exprimer sans être broyés par la matrice de commercialisation définie par les grandes entreprises.
Les radiodiffuseurs et les artistes continuent d'avoir une relation symbiotique, mais tous les artistes ne sont pas les bienvenus dans cette dernière. L'existence d'une réglementation sur le contenu canadien est une bonne chose dans la mesure où elle protège celui-ci, mais, en pratique, la réglementation est appliquée par les entreprises aux Canadiens qui connaissent déjà beaucoup de succès et qui correspondent à la matrice de commercialisation. Heureusement, avec ou sans réglementation sur le contenu canadien, les artistes canadiens continuent de se hisser au sommet, et je me réjouis de la diversité du contenu que les radiodiffuseurs exploitent aujourd'hui. Il y a eu des progrès.
Le monde numérique a bouleversé l'industrie du divertissement. Il a permis aux artistes indépendants d'entrer dans l'arène sans avoir à passer par des gardiens. Avec la diminution des ventes de CD et de DVD, les grandes sociétés de divertissement et les artistes indépendants se sont tournés vers les ventes par téléchargement, mais ces dernières ont subi le contrecoup du contenu piraté. Avec le passage à la diffusion en continu en ligne, la source de revenus des producteurs de contenu créatif est devenue fluide, étant donné que l'on utilise de plus en plus Internet. Désormais, les radiodiffuseurs canadiens sont également menacés par les acteurs étrangers, car le contenu étranger entre dans le marché numérique canadien.
Par conséquent, le gouvernement a peut-être pensé à mettre à jour la Loi sur la radiodiffusion en assurant une meilleure découvrabilité pour les artistes et en nivelant la concurrence pour les diffuseurs. Voilà comment est né le projet de loi C‑10. À l'origine, le projet de loi C‑10 était censé uniformiser les règles du jeu en réglementant les grands services de diffusion en continu en ligne, comme Disney+, Netflix et Amazon, afin qu'ils respectent les exigences en matière de contenu canadien, tout comme pour les stations de radio et de télévision canadiennes.
La Loi sur la radiodiffusion confère au CRTC le pouvoir d'attribuer des licences à des postes de radio et de télévision, de réglementer la radiodiffusion tout en tenant compte des conditions concernant le genre de programmation qu'ils peuvent diffuser et les normes de la communauté. Une partie de la programmation, souvent de 20 % à 40 %, doit être composée de contenu canadien. Les diffuseurs peuvent aussi être tenus de payer des droits et de contribuer au Fonds des médias du Canada, un organisme fédéral qui subventionne la production cinématographique et télévisuelle au pays.
La mise à jour du projet de loi C‑10 propose une nouvelle catégorie de médias Web, les « entreprises en ligne », ce qui donnerait au CRTC le pouvoir de réglementer le Web comme il réglemente déjà les postes de télévision et de radio traditionnels, et ce, sans qu'il soit nécessaire de demander une licence. Ce changement semble simple et évident, mais un petit problème pourrait transformer ce projet de loi apparemment positif en un cheval de Troie.
Dans le projet de loi C‑10, les médias Web sont définis comme une « entreprise de transmission ou de retransmission d’émissions par Internet destinées à être reçues par le public à l’aide d’un récepteur ». Cette définition est tellement vague qu'elle semble tout comprendre, d'Amazon Prime jusqu'à une personne qui a un site Web ou qui fait des baladodiffusions. Dans la Loi sur la radiodiffusion, la définition du terme « émission » comprend les sons ou les images, ou leur combinaison, dans lesquels le texte écrit n'est pas prédominant. Cela pourrait comprendre les balados, les photos, les vidéos et les mèmes, mais pas le contenu écrit des articles de journaux ni les messages écrits. Les éléments couverts seraient extrêmement diversifiés et pourraient aller, par exemple, d'un film de plusieurs millions de dollars produit pour Netflix jusqu'à une vidéo TikTok de 15 secondes mettant en vedette un animal de compagnie.
J'ai été stupéfaite d'apprendre que les membres conservateurs du comité du patrimoine ont proposé un amendement au projet de loi C‑10 afin de limiter le champ d'application de la réglementation aux entreprises en ligne qui touchent des revenus de plus de 50 millions de dollars par années et comptent 250 000 abonnés au Canada, afin qu'elle ne s'applique qu'aux grands services de diffusion en continu, et que les libéraux l'ont rejeté. Cela signifie non seulement que le gouvernement visait les grandes compagnies, mais aussi que la radiodiffusion est maintenant utilisée pour contrôler les Canadiens ordinaires.
L'article 2.1 et l'article 4.1 du projet de loi C‑10 comportaient des exemptions pour les médias sociaux. L'article 2.1 mentionne les utilisateurs qui téléversent du contenu sur des plateformes de médias sociaux. L'utilisateur n'est donc pas assujetti à des conditions comme les exigences en matière de contenu canadien ou les contributions au Fonds des médias du Canada, que le CRTC exige.
Cette exemption demeure dans le projet de loi C‑10, mais l'article 4.1 a été retiré du projet de loi. Il y était question des programmes que les utilisateurs téléversent dans les médias sociaux, et indiquait que le CRTC et la Loi sur la radiodiffusion ne pouvaient pas réglementer les programmes qui se limitent aux programmes téléversés par les utilisateurs, mais les libéraux ont retiré cet article du projet de loi.
Bref, l'article 2.1 porte sur les personnes qui s'expriment, alors que l'article 4.1 porte sur l'expression. Avec la suppression de l'article 4.1, le CRTC peut réglementer le contenu téléversé dans les médias sociaux, de même que les plateformes de médias sociaux qui permettent aux utilisateurs de publier du contenu, tout comme il réglemente le contenu visé par une licence dans les stations ordinaires traditionnelles.
Les libéraux ne cessent de dire aux conservateurs que l'article 2.1 protégera les utilisateurs, mais l'absence de l'article 4.1 élimine une protection pour le contenu. Le projet de loi C‑10 a élargi les pouvoirs accordés au CRTC dans la Loi sur la radiodiffusion afin de lui fournir les motifs requis pour adopter des règlements qui obligeraient les sites de médias sociaux comme YouTube à retirer le contenu qu'il juge offensant et des règlements sur la découvrabilité qui les obligeraient à modifier leurs algorithmes pour déterminer quelles vidéos sont les plus et les moins visionnées. Les sanctions pour la violation de ces règlements pourraient être très lourdes pour le particulier et l'entreprise. Voilà les détails qui nous préoccupent. L'atteinte aux libertés personnelles et à la liberté d'expression des Canadiens me pose problème. Même la British Columbia Library Trustees Association dit qu'elle a besoin que l'article 4.1 soit rétabli. Elle représente les bibliothécaires et les bibliothèques.
Comme je l'ai dit plus tôt dans mon discours, l'écart entre les artistes et leur public est la découvrabilité. Cependant, si la découvrabilité est réglementée par des algorithmes contrôlés, cela crée un autre obstacle pour les artistes. Pourquoi le CRTC devrait-il définir ce que les auditeurs devraient découvrir au lieu de leur permettre de le déterminer eux-mêmes? Pourquoi le gouvernement essaie-t-il d'ériger une barrière entre les artistes et leur public?
Le ministre ne cesse de dire qu'il veut que les Canadiens racontent leurs histoires, mais pourquoi y a-t-il une lacune dans le projet de loi qui permettrait à quelqu'un ou à une entité de déterminer quelles histoires doivent être découvrables? Les artistes ont déjà dû composer avec une industrie dominée par de grandes entreprises qui déterminaient ce qui était digne d'être découvert et promu par les géants de la radiodiffusion, alors pourquoi le CRTC devrait-il contrôler la découvrabilité?
Le ministre dit vouloir protéger les langues des minorités, mais il devrait savoir qu'une grande partie de la programmation ethnique est créée par des producteurs indépendants sous-financés qui ne voient jamais l'argent de la publicité, car il est versé directement au réseau. Où est le soutien dont ces producteurs communautaires indépendants ont besoin? Je le répète, les petits acteurs sont laissés pour compte.
Le ministre affirme que les artistes ont dit que les conservateurs ne les soutiennent pas, mais avec qui parle-t-il? Je ne pense pas que le numéro des petits acteurs se trouve dans la mémoire de son téléphone. Ont-ils été consultés pour ce projet de loi? Si des artistes pensent que les conservateurs ne les appuient pas, c'est parce que les libéraux ont semé la discorde en refusant de rétablir l'article 4.1. Ils obligent les conservateurs à céder pour la démocratie, et nous sommes les seuls qui semblent le faire. Les libéraux ont créé une bataille concernant la garde dont je ne veux pas faire partie.
J'aimerais soutenir le contenu, et j'aimerais aussi soutenir les diffuseurs, mais pourquoi sommes-nous forcés de choisir soit le contenu et les diffuseurs, soit la démocratie? Pendant les travaux du comité, nous avons présenté une motion qui demandait au gouvernement de fournir de nouveaux énoncés concernant la Charte, mais les libéraux l'ont rejetée.
Je ne peux m'empêcher de me demander si une raison particulière pousse les libéraux à ne pas s'occuper de l'article 4.1. Les artistes qui cherchent encore à percer subissent de la discrimination et sont exploités. Ils risquent de vivre dans l'insécurité financière parce qu'ils ont suivi leur coeur. La plupart d'entre eux ne récupéreront pas tous les investissements qu'ils ont consacrés à leur carrière.
Si les libéraux avaient simplement corrigé l'article 4.1, je n'aurais pas de tels soupçons. Parce qu'ils n'ont pas fait ce changement très simple, à partir de ce qui était déjà là, je ne peux que conclure qu'ils s'adonnent à des jeux partisans contre les conservateurs, aux dépens des artistes qui tirent le diable par la queue.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I get a real kick out of it when Conservatives come into the House and try to talk about the algorithms of Facebook and YouTube and the various other platforms out there. Algorithms are proprietary software that belong to the organizations or the businesses that are using them such as Facebook and YouTube.
To suggest that they know how an algorithm will be altered implies that they know how it currently runs, but the reality is that nobody does because we do not know how the algorithms are built to encourage people to look at certain content. Unless the member is saying that she does, in which case I would love for her to enlighten the House with that information.
Ça me fait bien rire lorsque les conservateurs tentent de parler des algorithmes de Facebook, de YouTube et des autres plateformes existantes. Les algorithmes sont contenus dans des logiciels qui appartiennent aux entreprises qui les utilisent, comme Facebook et YouTube.
Prétendre savoir comment un algorithme sera modifié, laisse entendre que l'on sait comment l'algorithme fonctionne, alors qu'en réalité, personne ne le sait parce que nous ignorons comment les algorithmes encouragent les gens à regarder certains contenus. Si la députée prétend qu'elle le sait, j'aimerais qu'elle éclaire la Chambre avec ces informations.
View Nelly Shin Profile
CPC (BC)
View Nelly Shin Profile
2021-06-15 0:39 [p.8420]
Madam Speaker, I would like to refer back to the whole concept of regulating. Regulations mean that they are imposing on the entity or the corporation they are regulating to respond in the way that they are being asked to. Of course, regardless of whether the algorithm is being controlled by that web giant or a platform like Facebook, or not, if the CRTC tells them to do certain things with algorithms, they they will.
Madame la Présidente, j'aimerais revenir au concept de la réglementation. Les règlements sont imposés à une entité ou à une société pour qu'elle s'y conforme comme on le lui demande. Évidemment, peu importe que l'algorithme appartienne ou non à un géant du Web ou une plateforme comme Facebook, si le CRTC lui ordonne de modifier l'algorithme d'une certaine façon, l'algorithme sera modifié.
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2021-06-11 11:10 [p.8272]
Mr. Speaker, this week the Liberals, with the help of the Bloc, pushed through their gag order to shut down debate on Bill C-10 at the heritage committee.
Several academic and legal experts have been clear. Bill C-10 leaves the door open to a massive abuse of power and the regulation of what Canadians can or cannot post online. Freedom of expression is a fundamental right in any democratic society, and it is shameful that the Liberals refuse to make the necessary amendments to protect it.
Conservatives cannot and will not vote for a bill that threatens the rights of all Canadians. Canada's Conservatives will always stand up for the free expression of Canadians, even if the NDP and Bloc will not.
Monsieur le Président, cette semaine, avec l'aide du Bloc québécois, les libéraux ont imposé le bâillon et mis un terme au débat sur le projet de loi C‑10 au comité du patrimoine.
Plusieurs universitaires et spécialistes juridiques sont clairs: le projet de loi C‑10 laisse la porte ouverte à de massifs abus de pouvoir et à la réglementation de ce que les Canadiens peuvent ou non publier en ligne. La liberté d'expression est un droit fondamental au sein de toute société démocratique. Il est honteux que les libéraux refusent d'apporter les amendements nécessaires pour la protéger.
Les conservateurs ne peuvent appuyer un projet de loi qui menace les droits de l'ensemble des Canadiens. Les conservateurs du Canada défendront toujours la libre expression des Canadiens, même si le NPD et le Bloc québécois ne le font pas.
View Chris Warkentin Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, freedom to speak is a cornerstone of a free society. Bill C-10 will threaten that freedom and opens the door for the government to decide what is acceptable speech and what is unacceptable.
Democracy rests on the rights of a free people to speak freely, to freely debate and decide what are good ideas and what are bad ideas. I trust Canadians to engage in robust debates and wisely seek out truth without the government looking over their shoulders.
It is no wonder that it is the current government, whose entire philosophy is based on weak and faulty ideas, that is trying to ram this legislation through before an election. However, Canadians will not be silenced, and they know that Bill C-10 is simply an attempt to limit their ability to challenge those in power.
I will continue to fight against the passage of this flawed and dangerous legislation. Attempts to silence Canadians are wrong, and I will continue to fight and defend the rights of Canadians to freely challenge those in power.
Monsieur le Président, la liberté d'expression constitue la pierre angulaire de toute société libre. Le projet de loi C‑10 menace cette liberté et permettrait au gouvernement d'établir ce que constitue ou non un discours acceptable.
La démocratie est fondée sur le droit d'une personne libre de s'exprimer librement, de débattre librement pour juger de la valeur des idées. À cet égard, je fais confiance aux Canadiens, qui n'ont pas besoin que le gouvernement les surveille pour débattre à fond de certaines questions et découvrir la vérité de façon éclairée.
Il n'est guère surprenant que le gouvernement actuel, dont toute la philosophie repose sur des idées médiocres et fausses, tente d'adopter ce texte législatif à toute vitesse avant la tenue d'élections. Toutefois, les Canadiens ne vont pas se taire, et ils savent que le projet de loi C‑10 est tout simplement une tentative de limiter leur capacité de défier les personnes au pouvoir.
Je vais continuer de me battre contre l'adoption de ce projet de loi déficient et dangereux. Il est répréhensible de vouloir faire taire les Canadiens, et je vais continuer de lutter et de défendre le droit des Canadiens de librement défier les personnes au pouvoir.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-06-09 14:48 [p.8157]
Mr. Speaker, a family out for a walk was killed in a terrorist attack. They were murdered because of their faith: because they were Muslim. Last night in London people came together. Over 15,000 strong, they grieved and condemned this hateful act, but they want action. Words of condolence will not stop something like this from happening again. If we do not act, Canadian Muslims will continue to be unsafe.
What will the Prime Minister do to address online hate and Islamophobia? Will he commit to holding a national action summit on Islamophobia? When will we see real action?
Monsieur le Président, une famille a été tuée par un terroriste alors qu'elle faisait une promenade. Elle a été assassinée à cause de sa religion: c'était une famille musulmane. Hier soir, à London, plus de 15 000 personnes se sont réunies pour pleurer la mort de ces personnes et condamner cet acte haineux, mais aussi pour réclamer des mesures concrètes. Les mots de condoléances n'empêcheront pas une telle chose de se reproduire. Si nous n'agissons pas, les musulmans canadiens continueront à être en danger.
Que fera le premier ministre pour s'attaquer à la haine en ligne et à l'islamophobie? S'engagera-t-il à organiser un sommet national sur la lutte contre l'islamophobie? Quand verrons-nous des mesures concrètes?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:49 [p.8157]
Mr. Speaker, we were all heartbroken by the terrorist attack that unfolded Sunday in London. An attacker murdered a Muslim family going out for an evening walk just because of their faith.
To the Muslim community in London and to Muslims across Canada, I want to say we stand with them. Islamophobia has no place in any of our communities. This hate is insidious and despicable, and it must stop. The government has taken many steps, but we know there is more to do. We will work hand in hand with the Muslim community and with all Canadians who stand against this violence.
Monsieur le Président, nous avons tous eu le cœur brisé par l'attaque terroriste perpétrée dimanche dernier à London. Un agresseur a assassiné les membres d'une famille musulmane qui faisaient une promenade en soirée, et ce, uniquement en raison de leur foi.
Je tiens à dire que nous sommes solidaires de la communauté musulmane de London et des musulmans de partout au Canada. L'islamophobie n'a pas sa place dans nos collectivités. Cette haine est insidieuse et ignoble et elle doit cesser. Le gouvernement a pris de nombreuses mesures, mais il sait qu'il reste beaucoup à faire. Nous travaillerons main dans la main avec la communauté musulmane et tous les Canadiens qui luttent contre cette violence.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-09 14:49 [p.8157]
Mr. Speaker, we have to stop pretending that Canada is a country without Islamophobia. We have serious structural problems in Quebec City, Toronto and London. Islamophobia is deadly. We have needed action for a long time to confront it head-on. In 2019, a delegation from Windsor's Muslim community appeared at the justice committee on Islamophobia with strategies to combat it. A 2018 heritage committee report put forth 30 recommendations to fight it.
What specifically will the Prime Minister do to tackle Islamophobia and online hate speech once and for all? Is the government waiting for more people to die? What specifically will he do?
Monsieur le Président, nous devons cesser de prétendre qu'il n'y a pas d'islamophobie au Canada. Il y a de graves problèmes structurels à Québec, à Toronto et à London. L'islamophobie est meurtrière. Des mesures s'imposent depuis longtemps pour s'attaquer à ce problème de front. En 2019, une délégation de la communauté musulmane de Windsor est venue présenter au comité de la justice des stratégies pour lutter contre l'islamophobie. En 2018, le comité du patrimoine a publié un rapport dans lequel il formulait 30 recommandations pour lutter contre ce problème.
Quelles mesures précises le premier ministre prendra-t-il pour mettre fin une fois pour toutes à l'islamophobie et aux discours haineux en ligne? Le gouvernement attend-il que d'autres personnes meurent? Que fera-t-il exactement?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:50 [p.8157]
Mr. Speaker, as a government, we have taken unprecedented steps to fight the rise of Islamophobia. We have a responsibility to combat and condemn hatred in its strongest forms, which is why we declared January 29 as a national day of remembrance of the Quebec City mosque attack and action against Islamophobia. We also committed an additional $50 million to anti-racism initiatives through FES 2020 and proposed $2 million through this year's budget for not-for-profit organizations such as places of worship, schools and community centres to ensure their safety. We have stood, and we will continue to stand, in action with the Muslim community to ensure that all are protected.
Monsieur le Président, en tant que gouvernement, nous avons pris des mesures sans précédent pour lutter contre la montée de l'islamophobie. Nous avons la responsabilité de lutter contre la haine et de la dénoncer sans équivoque. C'est pourquoi nous avons fait du 29 janvier la Journée nationale de commémoration de l'attentat à la mosquée de Québec et d'action contre l'islamophobie. Nous nous sommes aussi engagés, dans l'« Énoncé économique de l'automne 2020 », à investir 50 millions de dollars supplémentaires dans des initiatives antiracisme. Dans le budget de cette année, nous proposons de verser 2 millions de dollars aux organismes sans but lucratif comme les lieux de culte, les écoles et les centres communautaires pour assurer leur sécurité. Nous avons agi avec la communauté musulmane pour garantir la protection de tous et nous continuerons à le faire.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2021-06-09 14:51 [p.8157]
Mr. Speaker, my community in London West is reeling from the vicious hate crime that took place on Sunday evening. Four members of a local Muslim family are dead because of an act of terrorism. A child is in the hospital. All Canadians and all Muslims deserve to feel safe and secure in their own communities, and heinous acts such as this leave many feeling unsafe. We know this is not the Canada we want.
Can the Prime Minister inform us of the steps being taken to combat hate crimes in Canada to ensure all Canadians can feel safe and secure in their own communities?
Monsieur le Président, ma collectivité, London-Ouest, a été ébranlée par l'odieux crime haineux qui a été commis dimanche soir. Quatre membres d'une famille musulmane de la région sont décédés à la suite d'un acte de terrorisme. Un enfant est hospitalisé. Tous les Canadiens et tous les musulmans méritent de se sentir en sécurité dans leur propre collectivité, et de tels actes ignobles laissent beaucoup de personnes avec le sentiment qu'elles sont en danger. Nous savons que ce n'est pas le Canada auquel nous aspirons.
Le premier ministre peut-il nous informer des mesures qui sont prises pour combattre les crimes haineux au Canada afin que tous les Canadiens puissent se sentir en sécurité dans leur propre collectivité?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:51 [p.8158]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for London West for her unwavering advocacy against hatred and discrimination. What happened in London, this act of terrorism, shows us that Islamophobia is a serious issue and it has no place in Canada or around the world. Whether through the security infrastructure program, by cracking down on online extremism or by dismantling far-right hate groups, we will continue doing everything we can to fight violence in every form. We grieve with Muslim communities across Canada and stand with them in solidarity during this difficult time.
Monsieur le Président, je remercie la députée de London-Ouest de son soutien inébranlable dans la lutte contre la haine et la discrimination. L'acte de terrorisme qui a été perpétré à London nous montre que l'islamophobie constitue un grave problème qui n'a pas sa place au Canada ni ailleurs dans le monde. Que ce soit par l'entremise du Programme de financement des projets d'infrastructure de sécurité, en sévissant contre l'extrémisme en ligne ou en démantelant les groupes haineux d'extrême droite, nous continuerons de faire tout en notre pouvoir pour lutter contre la violence sous toutes ses formes. Nous partageons la douleur des communautés musulmanes du Canada et nous leur témoignons notre solidarité en cette période difficile.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-09 15:10 [p.8161]
Mr. Speaker, this question is directed to the Prime Minister.
We are still reeling from the devastating and horrible loss in London. We know that hate-motivated crimes against Muslims in Canada have been perpetrated by people who have been radicalized by online hate: the attack in Quebec, the killing in Toronto and now this horrible and heinous attack in London, which was perpetrated by hate.
We know that online hate is very powerful in radicalizing people. The Liberal government has promised to bring in legislation. We need that legislation.
Where is the legislation to tackle online hate so that we can protect the Muslim community?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
Nous sommes toujours sous le choc après la perte tragique et dévastatrice survenue à London. Nous savons que les crimes haineux à l'encontre des Canadiens de confession musulmane sont commis par des personnes radicalisées par le discours haineux en ligne. Il y a eu l'attaque à Québec et la tuerie à Toronto, et il y a maintenant cette attaque atroce à London, motivée par la haine.
Nous savons que le discours haineux en ligne est un outil de radicalisation très puissant. Le gouvernement libéral a promis de légiférer. Nous avons besoin d'une mesure législative.
Pourquoi n'y a-t-il pas de mesure législative pour lutter contre le discours haineux en ligne afin que nous puissions protéger la communauté musulmane?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 15:11 [p.8161]
Mr. Speaker, over the course of this pandemic, we have seen an unfortunate rise in Islamophobia, anti-Semitism, anti-Asian hatred and anti-Black racism. We have seen, unfortunately, during this pandemic, a spike in something that we have seen increase over the past number of years as well.
There is no question of the role the Internet plays in the radicalization to violence and in increasing hate. That is why, as a government, we signed on to the Christchurch Call to Action, why we have continued to move forward on protecting Canadians from online hate and why we will continue to do exactly that.
Monsieur le Président, au cours de la pandémie, nous avons malheureusement constaté la montée de l'islamophobie, de l'antisémitisme de même que du racisme envers les Asiatiques et les Noirs. Nous avons malheureusement été témoins pendant cette pandémie de la hausse fulgurante de quelque chose qui prenait déjà de l'ampleur depuis de nombreuses années.
Le rôle que joue Internet dans la radicalisation qui mène à la violence et dans la montée de la haine est incontestable. C'est pour cette raison que le gouvernement a souscrit à l'Appel à l'action de Christchurch, qu'il poursuit son travail pour protéger les Canadiens contre les discours haineux en ligne et que nous allons continuer de faire exactement cela.
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2021-06-08 14:05 [p.8101]
Mr. Speaker, the residents of Saskatoon—University, in fact, all of Saskatchewan not to mention the rest of Canada, are deeply concerned about what we are hearing regarding this government's new censorship bill.
We live in an increasingly digital world, and one at risk of the influence of bad actors, such as this power-hungry, unaccountable government. I have heard from many people telling me that they do not trust this regime with these powers over what they can see and hear, and do not believe that Ottawa should have the power to decide which posts will be seen and which ones will be buried. Personally, I cannot blame them.
Now, we have the Liberals censoring their censorship bill. We have seen the script in other countries that this Prime Minister has expressed his love for. We do not want to see it here. The Conservatives are the only party that will keep Canada free and scrap Bill C-10.
Monsieur le Président, les habitants de Saskatoon—University et, en fait, ceux de toute la Saskatchewan et du reste du Canada sont vivement préoccupés par ce qu'ils entendent au sujet du nouveau projet de loi de censure du gouvernement.
Le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus numérique et vulnérable à l'influence de mauvais joueurs, comme ce gouvernement qui est assoiffé de pouvoir et qui refuse de rendre des comptes. Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils se méfient de ce régime qui s'arroge des pouvoirs sur ce qu'ils peuvent voir et entendre. Ils sont d'avis qu'Ottawa ne devrait pas être autorisé à décider quelles publications seront vues et lesquelles seront enfouies. Personnellement, je ne peux pas les blâmer.
Voilà que maintenant, les libéraux censurent leur propre projet de loi de censure. Nous avons vu ce scénario dans d'autres pays pour lesquels le premier ministre a exprimé son attachement. Nous ne voulons pas le voir se produire ici. Le Parti conservateur est le seul qui maintiendra la liberté du Canada et qui jettera aux orties le projet de loi C-10.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-06-07 12:22 [p.8004]
Mr. Speaker, since coming to power, the government keeps saying over and over again that committees are independent and the government can never interfere with a committee. This government motion means that it recognizes the existence of the standing order that has been used on three occasions. The government is using its power to interfere directly in the work of committees, although it keeps saying the opposite. It is odd that some opposition parties agree with the government on the issue of closure, since that is what we are talking about now. The government wants to muzzle parliamentarians. The fact that some opposition parties are okay with this is beyond comprehension.
I remember when I was at the National Assembly, I was advocating for stricter measures regarding the red squares, but I denounced the fact that we were put under a gag order. That was why I even suggested that question period be suspended so that the premier could go and speak with the student leaders who had come to the National Assembly.
My question to the government is very simple. Why invoke closure on a bill that clearly attacks freedom of expression?
Monsieur le Président, depuis qu'il est en poste, le gouvernement ne cesse de répéter que les comités sont indépendants et que jamais le gouvernement ne peut intervenir dans un comité. Or, cette motion du gouvernement fait qu'il reconnaît justement l'existence du Règlement qui a été utilisé à trois reprises. Le gouvernement utilise son pouvoir pour intervenir directement dans le travail des comités, alors qu'il dit toujours le contraire. C'est curieux de voir que des partis de l'opposition sont d'accord avec le gouvernement sur une question de bâillon, puisque c'est ce dont il est question actuellement. On veut museler le temps de parole des parlementaires. Or, que des partis de l'opposition soient d'accord là-dessus dépasse l'entendement.
Je me rappelle que, quand j'étais à l'Assemblée nationale, j'étais en faveur des mesures plus strictes concernant les carrés rouges, mais je dénonçais le fait qu'on ait eu affaire à un bâillon. C'est pour cela que j'avais même suggéré qu'on interrompe la période des questions pour que le premier ministre puisse aller parler avec les leaders étudiants qui étaient justement à l'Assemblée nationale.
Ma question au gouvernement est fort simple. Pourquoi utiliser un bâillon sur un projet de loi qui, à sa face même, attaque la liberté d'expression?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for his question. I will remind him that the motion is before the House and that it is the House of Commons, and not the government, that will make the decision.
Why did we proceed in this fashion? I tried to answer this question last week, but I will try again. During the first four Standing Committee on Canadian Heritage meetings where Bill C-10 was being studied, the committee made it through 79 amendments. In the 11 subsequent meetings, when the Conservative Party began filibustering, the committee was only able to review and vote on seven amendments. If the committee can resume its initial pace, there is ample time to get through all of the amendments still before it.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question. Je lui rappellerai que cette motion est devant la Chambre et que c'est la Chambre des communes, et non le gouvernement, qui en décidera.
Pourquoi avoir fait cela? J'ai bien tenté de m'exprimer la semaine dernière sur cette question, mais je vais me permettre de réitérer ce que j'essayais de dire la semaine dernière. Pendant les quatre premières rencontres du Comité permanent du patrimoine canadien où on a commencé l'étude du projet de loi C-10, le Comité a été capable de passer à travers 79 amendements. Durant les 11 rencontres suivantes où le Parti conservateur a commencé à faire systématiquement de l'obstruction, seulement sept amendements ont été étudiés et votés. Si le Comité reprend le rythme qu'il avait au début, il reste amplement de temps pour passer à travers tous les amendements qui sont encore devant le Comité.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is quite absurd for the minister to suggest the only way he can help artists is by attacking freedom of speech. One of the problems with the debate that has happened on this bill at committee and elsewhere is that the minister has, frankly, not been able to answer some critical questions about the nature of the bill. We can understand why Canadians continue to have more questions when the minister is not answering them.
One question was asked of the minister by one of my colleagues, and I will re-ask it. Does the government give the CRTC the power to regulate social media algorithms through this bill? Many experts have said, yes, it does. When I asked this question at committee, the minister said it is not a “yes” and it is not a “no”. What is it, then?
I will ask the minister again because it is very important for Canadians looking at this bill and coming to conclusions. Is the government giving the CRTC the power to regulate social media algorithms through this bill?
Monsieur le Président, il est tout à fait absurde que le ministre laisse entendre que la seule façon dont il peut aider les artistes, c'est en s'attaquant à la liberté d'expression. L'un des problèmes du débat consacré à cette mesure législative, au comité et ailleurs, c'est que le ministre n'a tout bonnement pas été en mesure de répondre à certaines questions cruciales sur la nature du projet de loi. Nous comprenons pourquoi les Canadiens se posent encore des questions; c'est parce que le ministre ne leur donne pas de réponses.
Je voudrais relancer une question qu'un de mes collègues a déjà posée au ministre. Le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des médias sociaux par l'entremise du projet de loi? De nombreux experts ont répondu par l'affirmative. Lorsque je lui ai posé cette question devant le comité, le ministre a répondu que ce n'était ni un « oui » ni un « non ». Qu'est-ce que c'est, alors?
Je vais donc poser de nouveau la question au ministre, car c'est très important pour les Canadiens qui examinent le projet de loi afin de leur permettre d'en tirer des conclusions. Le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des médias sociaux par l'entremise du projet de loi?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I will use an analogy which my hon. colleague may understand. What we are interested in is the vehicle, the car, preferably electric, and how fast it can go. We are not particularly interested in what is happening under the hood.
Monsieur le Président, je vais utiliser une analogie que mon collègue comprendra peut-être. Ce qui nous intéresse, c'est la voiture — de préférence, une voiture électrique — et la vitesse à laquelle elle peut rouler, et non pas tellement ce qui se passe sous le capot.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would like to follow up on my earlier question, which was bizarrely not answered, which again reveals the problem here. The government is eager to shut down debate and cannot answer basic questions about what the bill does.
Is the government seeking, through Bill C-10, to give the CRTC the power to regulate social media algorithms, yes or no?
Monsieur le Président, je voudrais revenir sur ma question précédente, qui est restée étrangement sans réponse, ce qui est une fois de plus un indicateur du problème que nous rencontrons. Le gouvernement est impatient de couper court au débat et ne peut pas répondre à des questions basiques sur les conséquences du projet de loi.
Par l’entremise du projet de loi C-10, le gouvernement donne-t-il au CRTC le pouvoir de réglementer les algorithmes des réseaux sociaux, oui ou non?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I did try to answer my hon. colleague's question many times. Maybe it is not the answer he wanted to hear, but I have tried time and again to answer the question. What we want is an obligation of results. That is what we are looking for. It is what we are aiming for.
Monsieur le Président, j’ai déjà essayé de répondre à mon collègue à plusieurs reprises. Je lui donne probablement une réponse qu'il ne veut pas entendre, mais j’ai essayé à maintes reprises de lui expliquer. Nous voulons une obligation de résultats. C’est ce que nous cherchons, le but vers lequel nous tendons.
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-07 15:03 [p.8025]
Mr. Speaker, the Liberal-Bloc coalition cutting off debate on its Internet-censorship bill is an act of cowardice by this government. It is doing this because it is afraid of the public backlash against going down in history as the government that trampled over Pierre Trudeau's Charter of Rights and Freedoms.
In my riding of Saskatoon West, constituents have made it clear that they do not want this Prime Minister to censor their social media posts. Bill C-10 will censor Canadians' Facebook and TikTok posts.
Will the government do the courageous thing, reverse course and stop Bill C-10 ?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral a fait preuve de lâcheté en formant une coalition avec le Bloc pour couper court au débat sur le projet de loi de censure sur Internet. Il agit ainsi parce qu'il craint de voir le public réagir négativement et de passer à l'histoire comme le gouvernement ayant bafoué la Charte des droits et libertés de Pierre Trudeau.
Chez nous, dans Saskatoon-Ouest, les habitants ont clairement fait savoir qu'ils ne veulent pas que le premier ministre censure leurs interventions dans les médias sociaux. Le projet de loi C-10 censurera les publications des Canadiens sur Facebook et TikTok.
Le gouvernement aura-t-il le courage de faire ce qui s'impose en renversant la vapeur et en annulant le projet de loi C-10?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, according to the member for Lethbridge, “That arts fund actually goes toward a very niche group of artists that are stuck in the early 1990s because they haven't managed to be competitive on new platforms”. She added, “These artists are not able to make a living off of what they are producing, so they require grants that are given by the government”.
I would like to know if a series like Heartland, in its 15th season and filmed in Alberta, is one of those outdated series. Would the member wish to comment on Schitt's Creek, a winner of nine Emmys and also one of those series that is stuck in the early 1990s because it has not managed to be competitive on the new platforms?
Monsieur le Président, selon la députée de Lethbridge, « les fonds pour les arts vont à un groupe restreint d'artistes coincés au début des années 1990 parce qu'ils n'arrivent pas à affronter la concurrence dans les médias sociaux. » Elle ajoute: « comme ces artistes sont incapables de gagner leur vie avec ce qu'ils produisent, ils ont besoin de subventions versées par le gouvernement. »
J'aimerais savoir si Heartland, une série filmée en Alberta qui en est à sa 15e saison, est une série dépassée. La députée accepterait-elle de nous livrer ses observations au sujet de Schitt's Creek, qui a remporté neuf prix Emmy et qui est l'une de ces séries coincées au début des années 1990, puisqu'elle n'est pas arrivée à se tailler une place sur les nouvelles plates-formes?
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-04 11:35 [p.7973]
Madam Speaker, in Bill C-10, the Liberals are attacking freedom of expression and net neutrality. Now, they are attacking the freedom of expression of the parliamentarians who are examining the bill in committee by imposing a gag order. That is unbelievable. The problem with the bill has to do with freedom of expression, and to solve it, they are imposing a gag order with the help of the Bloc Québécois.
Is there a Liberal in the House, a single one, who will have the courage to speak out against this undemocratic move?
Madame la Présidente, dans le projet de loi C-10, les libéraux s'attaquent à la liberté d’expression et à la neutralité du Web. Aujourd'hui, ils s’attaquent maintenant à la liberté d'expression des parlementaires qui étudient le projet de loi en comité en déposant un bâillon. C'est inimaginable. Le problème avec le projet de loi, c'est la liberté d’expression, et, pour régler le problème, ils imposent un bâillon avec la complicité du Bloc québécois.
Y a-t-il un libéral à la Chambre, y en a-t-il un seul, qui aura le courage de dénoncer cette manœuvre antidémocratique?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, first, I would like to say that the premise of my colleague's question is completely false because public servants who are independent from the Department of Justice Canada conducted an independent analysis of Bill C-10 and the deputy minister appeared before the committee to say that Bill C-10 falls completely within the framework of the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
The committee has already adopted a clause in Bill C-10 that states that the CRTC must exercise its power within the limits of freedom of expression, journalistic freedom and creative freedom—
Madame la Présidente, d'abord, je tiens à préciser que la prémisse de la question de mon collègue est tout à fait fausse puisque les fonctionnaires indépendants du ministère de la Justice du Canada ont fait une analyse indépendante du projet de loi C-10et la sous-ministre est venue témoigner en comité pour préciser que le projet de loi C-10 s'inscrit tout à fait dans le cadre de la Charte canadienne des droits et libertés.
D'ailleurs, un article dans le projet de loi C-10 a déjà été adopté par le Comité et il précise que le CRTC doit exercer son pouvoir dans les limites de la liberté d'expression, de la liberté journalistique et de la liberté de création également...
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-04 11:37 [p.7973]
Madam Speaker, what the minister is doing here, trying to silence the Conservatives with this gag order, is unacceptable. In doing so, the Liberals are ignoring the advice of experts, university professors, former CRTC commissioners and thousands of Canadians who have been standing up for freedom of expression and net neutrality since the very beginning of this study. I would be ashamed to be a Liberal member today.
How can they show so little respect for all these Canadian citizens and experts by muzzling parliamentarians in committee?
Madame la Présidente, en essayant de faire taire les conservateurs en imposant un bâillon, le ministre fait quelque chose d'inacceptable. Les libéraux ignorent par le fait même les avis des experts, des professeurs universitaires, des anciens commissaires du CRTC et des milliers de Canadiens qui défendent la liberté d’expression et la neutralité du Web depuis le tout début de cette étude. Si j'étais un libéral aujourd'hui, j'aurais honte.
Comment peuvent-ils manquer de respect à tous ces citoyens et experts canadiens en imposant un bâillon aux parlementaires en comité?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I would remind my colleague that Bill C-10 is the result of the Yale report, issued by a commission that worked for over 18 months and received 2,000 submissions from across the country.
Furthermore, Bill C-10 is supported by the entire arts community across the country. A petition signed by several thousand artists supports Bill C-10. As recently as last week, The Globe and Mail published a letter signed by several leading Canadian artists who also support Bill C-10.
The problem with Bill C-10 is that the Conservative Party unfortunately does not want to support artists.
Madame la Présidente, je rappellerais à mon collègue que le projet de loi C-10 se base sur le rapport Yale, une commission qui a travaillé pendant plus de 18 mois et qui a reçu 2 000 mémoires de partout au pays.
De plus, le projet de loi C-10 est appuyé par l'ensemble de la communauté artistique d'un bout à l'autre du pays. Une pétition signée par plusieurs milliers d'artistes appuie le projet de loi C-10. Dans le Globe and Mail, pas plus tard que la semaine dernière, une lettre de plusieurs grands artistes canadiens a été publiée et ils appuient également le projet de loi C-10.
Le problème avec le projet de loi C-10, c'est que le Parti conservateur ne veut pas aider les artistes, hélas.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2021-06-04 11:38 [p.7973]
Madam Speaker, the minister is spreading misinformation. We have nothing against culture, but we do oppose this minister's and the Liberal's censorship.
Today they are showing us that they are opposed to net neutrality, they are attacking Canadians' freedom of expression on social media and they are using any means they can to give more power to the CRTC. If we do not think like the Liberals, then we deserve to be silenced.
To make things worse, the Liberals have been trying for six years to make us believe that committees are independent and today they are imposing time allocation. How—
Madame la Présidente, c'est de la désinformation de la part du ministre. Nous n'avons rien contre la culture, nous en avons contre la censure de ce ministre et des libéraux.
Ils nous démontrent aujourd'hui qu'ils sont contre la neutralité du Web, qu'ils s'attaquent à la liberté d'expression des Canadiennes et des Canadiens sur les réseaux sociaux, qu'ils cherchent par tous les moyens à donner plus de pouvoir au CRTC. Si on ne pense pas comme un libéral, tout ce qu'on mérite, c'est de se faire fermer la trappe.
Comble du malheur, cela fait six ans que les libéraux essaient de nous faire croire que les comités sont indépendants et aujourd’hui ils nous imposent un bâillon. Comment...
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, the Conservative Party is attacking our artists and artisans. Every month that goes by, the Conservative Party is depriving Canada's artistic community of $70 million. Bill C-10 will make web giants pay. I do not understand why the Conservative Party has decided to stand with some of the richest companies in the world, such as Google, rather than support our artists.
Madame la Présidente, ce que le Parti conservateur fait, c'est qu'il s'attaque à nos artistes et à nos artisans. Chaque mois qui passe, ce sont 70 millions de dollars desquels le Parti conservateur du Canada prive la communauté artistique de partout au pays. Le projet de loi C-10 vise à faire payer les géants du Web. Je ne comprends pas pourquoi le Parti conservateur a décidé de se ranger auprès de certaines entreprises les plus riches de la planète, comme Google, plutôt que de soutenir nos artistes.