Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 471
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-09 19:08 [p.8183]
Madam Speaker, today I am speaking to Motion No. 58 as the Bloc Québécois critic for the status of women.
From the outset I want to state that our party will vote against this motion. Nevertheless, I want to reiterate loud and clear in the House that I am a feminist.
It is clear that this motion is completely useless since the government has already asked the Department of National Defence to integrate GBA+ into its policy development. We are also studying this integration at the Standing Committee on the Status of Women.
The motion states that GBA+ provides a rigorous methodology for assessing systemic inequalities. However, there is no data indicating that it really works nor is there anything to confirm that this analytical process is a failure.
I will approach this topic by providing a brief history of GBA+, by talking about organizations where the problem is still quite serious and by sharing a few of my hopes for a safer future for women.
Here is a brief overview. In 1971, Canada created the position of minister responsible for status of women, then, in 1976, it created the Office of the Coordinator of the Status of Women. In 1981, Canada ratified the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women, which was adopted by the UN in 1979. In 1995, the federal government launched a plan to eventually implement GBA, but without the “+”, in all federal agencies and departments. In 2004, the Standing Committee on the Status of Women was established with the support of all parties, including the Bloc Québécois. In 2009, the Auditor General released a report at the request of the Standing Committee on the Status of Women indicating that the GBA had not been properly implemented in various departments. In 2011, the government transitioned to GBA+ where the “+” included other factors, such as gender identity. The Auditor General released another report in 2016 in which he stated that more had to be done. Budget 2018 was intended to be a feminist budget that sought to achieve results and improve oversight with respect to attaining gender equality.
As it happens, that was around the same time that the Prime Minister and the Minister of National Defence completely ignored the allegations of sexual misconduct against former chief of the defence staff General Vance.
The Department of National Defence has a team of 23 employees who are already working on integrating GBA+ into the department and the Canadian Armed Forces. The 2017 defence policy entitled “Strong, Secure, Engaged” stated that the department must integrate GBA+ in all defence activities across the Canadian Armed Forces and the department, including the design and implementation of programs, services that support our personnel, equipment procurement and operational planning.
However, six years after Justice Deschamps released her scathing report on sexual misconduct within the Canadian Armed Forces, the government is under tremendous pressure from the opposition for not having addressed the allegations against General Vance.
Essentially, this motion is completely pointless. If the government wants to increase the number of women and minorities in the Canadian Armed Forces, it should start by proving a safe work environment free from sexual misconduct and assault.
However, the facts continue to speak for themselves. Let us then examine the numerous examples that speak to the inaction of Liberal and Conservative governments, who have consistently failed to fight sexual harassment and sexual misconduct, whether it be in the Canadian Armed Forces, in penitentiaries, in the RCMP or, of course, in the Canadian Border Services Agency.
As a matter of fact, I spoke about this just this afternoon before the Standing Committee on Public Safety and National Security. The government showed it was incompetent at handling cases of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, the RCMP, penitentiaries and the Canadian Border Services Agency. The Prime Minister and the Minister of National Defence turned a blind eye to allegations of sexual misconduct against the former chief of the defence staff, General Vance.
The government is trying to protect its image as a feminist government, but the Liberals are not taking any concrete action to deal with systemic problems, apart from spouting talking points. Their veneer has scraped off and is badly chipped. If the Liberals want to increase the percentage of women in the Canadian Armed Forces, they must start by offering them a work environment free from harassment and sexual misconduct.
Liberals have had the Deschamps report in their hands since 2015. However, according to former Justice Deschamps herself, they have yet to implement the measures it recommends. This motion will do absolutely nothing to help victims of sexual misconduct, sexual harassment and racism.
The federal government has consistently failed to protect women and other groups. The government has demonstrated its utter incompetence in addressing sexual misconduct in the military. It has had the Deschamps report since 2015 and still has not implemented its key recommendations.
We know how that turned out. Senior officers have been abusing their authority and several generals are accused of sexual misconduct.
The Prime Minister and the Minister of National Defence have known about General Vance, the former chief of the defence staff, since 2018 but did absolutely nothing until the media broke the story in February 2021.
This was clearly demonstrated in 2015 by former justice Marie Deschamps who released a scathing report on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, where she found a sexist culture that turns a blind eye to many instances of misconduct.
The RCMP has also been plagued by allegations of sexual misconduct, including a scathing report by former justice Michel Bastarache. In that report, Justice Bastarache wrote that the culture of the RCMP was toxic and tolerated the misogynistic and homophobic attitudes of some of its leaders and members. He found that the problem was systemic and that addressing the situation would require a major overhaul.
In October 2020, the Office of the Correctional Investigator of Canada issued a devastating report on sexual violence in federal penitentiaries. It determined that the organization was indifferent to this reality. According to the correctional investigator, Dr. Ivan Zinger, Correctional Service Canada, CSC, turned a blind eye to the situation because the organization considered this to be normal behaviour in prison. The correctional investigator also noted that LGBTQ+ groups, women and persons with disabilities were more likely to be assaulted, but CSC had no strategy.
In May 2020, Radio-Canada reported that the Canada Border Services Agency had conducted more than 500 investigations into allegations of misconduct by its officers, including allegations of theft, corruption, abuse of power, criminal association and sexual harassment. As an example, some officers were using their position to get the phone number of women crossing the border.
We can only hope that the government takes meaningful action. For now, there is still no report on the horizon on cases of misconduct in the Canadian Armed Forces at the Standing Committee on National Defence. As for the Bastarache report, it is lingering at the Standing Committee on Public Safety and National Security.
Fortunately, we are now studying this report on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces at the Standing Committee on Status of Women. We can only hope that the government takes meaningful action. However, no report has been produced yet.
The Liberals had no problem filibustering to prevent Liberal staffers Zita Astravas and Elder Marques from appearing in committee. I know this because I was filling in for another member at that committee when it happened.
From the testimony of Elder Marques, we learned that everyone around Trudeau was aware, but Trudeau continues to deny it. When other staffers were summoned by the House—
Madame la Présidente, c'est en ma qualité de porte-parole du Bloc québécois en matière de condition féminine que je m'exprime aujourd'hui au sujet de la motion M-58.
D'entrée de jeu, j'affirme que notre formation politique votera contre cette dernière. Pourtant, je tiens à réitérer haut et fort à la Chambre que je suis féministe, tant qu'il le faudra.
D'abord, force est de constater que cette motion est complètement inutile puisque le gouvernement a déjà demandé au ministère de la Défense nationale d'intégrer l'ACS+ à l'élaboration de ses politiques. Nous étudions également cette intégration au Comité permanent de la condition féminine.
La motion affirme que l'ACS+ fournit une méthode rigoureuse pour évaluer les inégalités systémiques. Or, aucune donnée n'indique que cela fonctionne vraiment et aucune n'affirme que ce processus analytique est un échec.
J'aborderai donc ce dossier en faisant un bref historique de l'ACS+, en parlant des organismes où le problème est toujours criant, et en faisant quelques souhaits pour un avenir plus sécuritaire pour les femmes.
Voici un bref survol. En 1971, le Canada a créé un poste de ministre responsable de la condition féminine puis, en 1976, le Bureau de la coordonnatrice de la situation de la femme. En 1981, le Canada a ratifié la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, adoptée par l'ONU en 1979. En 1995, le fédéral a lancé un plan pour éventuellement mettre en œuvre l'ACS — sans le « + », par contre — dans tous les organismes et ministères fédéraux. En2004, le Comité permanent de la condition féminine a été créé avec l'appui de tous les partis, dont le Bloc québécois. En 2009, la vérificatrice générale a publié un rapport à la demande du Comité permanent de la condition féminine, démontrant que l'ACS n'avait pas convenablement été mise en œuvre dans divers ministères. En 2011, la transition s'est faite vers l'ACS+, où le « + » voulait inclure d'autres facteurs, comme l'identité de genre. Le vérificateur général a publié un autre rapport en 2016, dans lequel il estimait qu'il fallait en faire davantage. Le budget de 2018 se voulait féministe en souhaitant atteindre des résultats et une amélioration de la surveillance pour l'atteinte de l'égalité des sexes.
C'est pourtant exactement à cette même époque que le premier ministre et le ministre de la Défense nationale ont complètement fermé les yeux sur les allégations d'inconduite sexuelle visant le chef d'état-major de la Défense, le général Vance.
Il faut savoir qu'au ministère de la Défense nationale, une équipe de 23 employés travaille déjà à intégrer l'ACS+ au sein du ministère et des Forces armées canadiennes. La politique de défense de 2017, intitulée Protection, Sécurité, Engagement, indique que le ministère doit intégrer l'ACS+ dans toutes les activités de défense et dans l'ensemble des Forces armées canadiennes et du ministère, que ce soit dans la conception et de la mise en œuvre des programmes, les services de soutien au personnel, l'acquisition de matériel ou la planification des opérations.
Or, six ans après que la juge Deschamps a publié son rapport dévastateur sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, le gouvernement est sous forte pression de l'opposition pour n'avoir rien fait au sujet des allégations contre le général Vance.
Bref, cette motion est complètement inutile. Si le gouvernement veut augmenter la part des femmes et des minorités dans les Forces armées canadiennes, qu'il commence par leur offrir un environnement de travail sain et exempt d'agressions et d'inconduite sexuelles.
Pourtant, les faits continuent de parler d'eux-mêmes. Soulevons donc maintenant les nombreux exemples qui témoignent de l'inaction des gouvernements libéraux et conservateurs, qui ont constamment échoué à lutter contre le harcèlement sexuel et l'inconduite sexuelle, tant dans les Forces armées canadiennes ou les pénitenciers qu'à la GRC ou, évidemment, à l'Agence des services frontaliers du Canada.
Justement, j'en discutais cet après-midi au Comité permanent de la sécurité publique et nationale. Le gouvernement a démontré son incompétence à gérer les cas d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, la GRC, les pénitenciers et aux services frontaliers. Le premier ministre et le ministre de la Défense nationale ont fermé les yeux sur les allégations d'inconduite sexuelle visant l'ancien chef d'état-major de la Défense, le général Vance.
Le gouvernement tente de projeter une image de gouvernement féministe, mais les libéraux ne font rien de concret pour régler les problèmes systémiques, à part pondre des lignes de presse. Leur verni est grafigné et abîmé. Si les libéraux veulent augmenter la part de femmes dans les Forces armées canadiennes, qu'ils commencent par leur offrir un environnement de travail qui est exempt de harcèlement et d'inconduite sexuelle.
Les libéraux ont en main le rapport Deschamps depuis 2015. Pourtant, ils n'ont toujours pas mis en œuvre les mesures recommandées dans ce rapport, selon l'ex-juge Deschamps elle-même. Cette motion ne changera strictement rien pour venir en aide aux victimes d'inconduite sexuelle, de harcèlement et de racisme.
Le gouvernement fédéral a systématiquement échoué à protéger les femmes et d'autres groupes. Le gouvernement a démontré son incompétence totale pour régler la question des inconduites sexuelles dans l'armée. Il a le rapport Deschamps entre les mains depuis 2015 et n'a toujours pas mis les principales recommandations en œuvre.
Nous voyons le résultat: les hauts gradés abusent de leur autorité et plusieurs généraux sont maintenant accusés d'inconduite sexuelle.
Le premier ministre et le ministre de la Défense nationale savaient depuis 2018 à propos du général Vance, l'ancien chef d'état-major de la Défense, mais ils n'ont absolument rien fait jusqu'à ce que les médias rapportent l'histoire en février 2021.
C'est ce qui a été démontré notamment en 2015 par l'ex-juge Marie Deschamps, qui a publié un rapport dévastateur sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, où elle a constaté une culture sexiste fermant les yeux sur de nombreux cas d'inconduite.
La GRC a également été éclaboussée par des allégations d'inconduites sexuelles, notamment par le rapport dévastateur de l'ex-juge Michel Bastarache. Dans ce rapport, Michel Bastarache a écrit que la culture de la GRC était toxique et tolérait les attitudes misogynes et homophobes de certains de ses dirigeants et de ses membres. Il estimait que le problème était de nature systémique et qu'il faudrait donner un sérieux coup de barre pour régler la situation.
En octobre 2020, le Bureau de l'enquêteur correctionnel du Canada a déposé un rapport dévastateur sur la violence sexuelle dans les pénitenciers fédéraux. Il estimait que l'organisation était indifférente à cette réalité. Selon l'enquêteur correctionnel, Dr Ivan Zinger, Service correctionnel Canada fermait les yeux sur la situation puisque l'organisme considérait que cela était normal en prison. L'enquêteur correctionnel notait aussi que les groupes LGBTQ+, les femmes et les personnes avec une déficience quelconque étaient plus susceptibles d'être agressés, mais que le Service correctionnel n'avait aucune stratégie.
En mai 2020, Radio-Canada rapportait que l'Agence des services frontaliers du Canada avait réalisé plus de 500 enquêtes pour des allégations de mauvaise conduite de ses agents, incluant des allégations de vols, de corruption, d'abus de pouvoir, d'association criminelle et de harcèlement sexuel. À titre d'exemple, certains agents utilisent leur position pour obtenir le numéro de téléphone de femmes franchissant la frontière.
Nous ne pouvons donc qu'espérer des gestes concrets de la part du gouvernement. En ce moment, il n'y a toujours pas de rapport qui sera produit sur les cas d'inconduite dans les Forces armées canadiennes au Comité permanent de la défense nationale. En ce qui concerne le rapport Bastarache, cela traîne au Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Heureusement, au Comité permanent de la condition féminine, nous étudions en ce moment ce rapport sur les cas d'inconduite dans les Forces armées canadiennes. Nous ne pouvons donc qu'espérer des gestes concrets de la part du gouvernement. Pourtant, il n'y a toujours pas de rapport produit pour le moment.
Les libéraux n'ont pas hésité à faire de l'obstruction pour éviter que des employés libéraux, notamment Zita Astravas et Elder Marques, soient convoqués au Comité. Je le sais, car je faisais un remplacement à ce comité lorsque c'est arrivé.
Avec le témoignage d'Elder Marques, nous comprenons que tout le monde autour de Trudeau était au courant. Or, Tudeau continue de le nier. Lorsque d'autres employés ont été convoqués par la Chambre...
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the Veterans Ombud's report released yesterday says that VAC has been telling survivors of military sexual trauma to get help somewhere else. For too long this government has been blocking the voices of women in the military. Women veterans who experience this trauma have been asking VAC for years to fund a peer support program to share their stories in a safe place and begin to heal. Veterans should not have to keep settling for less.
Will the minister step up and implement a peer support program for survivors?
Monsieur le Président, selon le rapport de l'ombud des vétérans publié hier, Anciens Combattants Canada recommande aux survivants de traumatismes sexuels dans le milieu militaire de demander de l'aide ailleurs. Depuis trop longtemps, le gouvernement empêche les femmes du milieu militaire de faire entendre leur voix. Les anciennes combattantes qui ont vécu ce genre de traumatisme demandent depuis des années à Anciens Combattants Canada de financer un programme de soutien par les pairs qui leur procurerait une tribune sûre pour raconter leur histoire et qui aiderait à les placer sur la voie de la guérison. Les anciens combattants ne devraient pas avoir à toujours se contenter de moins.
Le ministre répondra-t-il à l'appel et instaurera-t-il un programme de soutien par les pairs pour les survivants?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2021-06-03 14:45 [p.7906]
Mr. Speaker, we thank the Veterans Ombud for her report and agree with her recommendations. We know how important peer support can be for survivors and in budget 2021, we committed to implementing a dedicated program for veterans and members of the Canadian Armed Forces. It is our responsibility to be there for those who are harmed in the service of our country, and we will continue to work to ensure that survivors of military sexual trauma receive the support they need.
Monsieur le Président, nous remercions l'ombud des vétérans de son rapport et approuvons ses recommandations. Nous savons à quel point le soutien par les pairs peut être important pour les survivants et, dans le budget de 2021, nous nous sommes engagés à instaurer un programme entièrement consacré aux anciens combattants et aux membres des Forces armées canadiennes. Nous avons la responsabilité d'être là pour ceux qui subissent des préjudices alors qu'ils sont au service de notre pays et nous poursuivrons nos efforts pour faire en sorte que les survivants de traumatismes sexuels dans le milieu militaire reçoivent le soutien dont ils ont besoin.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, May is Sexual Assault Awareness Month. Sexual violence continues to be under recognized within the criminal justice system and has increased significantly during the pandemic. May is a month for us to bring awareness to the realities of sexual violence within our communities and to recognize that certain communities are disproportionately impacted by sexual violence, in particular indigenous women.
I would like to thank SAVIS of Halton for educating our community on the realities of sexual violence while providing direct support and resources to survivors in Halton.
Last week, I was pleased to see Bill C-3 receive royal assent, which will ensure education is provided for judges on sexual assault and social context. I would like to give special thanks to Conor Lewis from my office, who worked on this bill since 2017.
Today and everyday, I send my support to all survivors, as we continue to advocate for the end of sexual violence in all forms.
Monsieur le Président, mai est le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles. La violence sexuelle continue d'être sous-estimée dans le système de justice pénale et s'est accrue considérablement pendant la pandémie. Mai est un mois pendant lequel nous devons sensibiliser nos communautés aux réalités de la violence sexuelle et prendre conscience que certains groupes sont plus touchés que d'autres, notamment les femmes autochtones.
J'aimerais remercier l'organisme SAVIS d’Halton de sensibiliser les membres de notre communauté aux réalités de la violence sexuelle et de fournir du soutien et des ressources aux survivants de cette violence à Halton.
J'ai été heureuse de voir le projet de loi C-3 recevoir la sanction royale la semaine dernière afin de faire en sorte que les juges reçoivent de la formation sur les agressions sexuelles et le contexte social les entourant. J'aimerais remercier tout spécialement Conor Lewis de mon bureau qui travaillait sur ce projet de loi depuis 2017.
Aujourd'hui, comme tous les jours, je veux offrir mon soutien à tous les survivants et leur dire que nous continuons de lutter pour mettre un terme à la violence sexuelle sous toutes ses formes.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am not pleased to be here having this debate today. I am really disappointed that the Liberals did not just do the right thing, which is to keep the committee going and do the work that needs to be done there. The national defence committee should be hosting Katie Telford. Instead, we are in the House having this debate. Why is that the case? I guess that is a question that only the national defence committee chair can answer.
I know some of my constituents might be asking why the defence committee needs to hear from the Prime Minister's chief of staff, Katie Telford. Here is the answer. We need to know who is responsible for the failure to investigate the 2018 allegation against General Vance, because that failure led to having him in office for three more years. Another factor is that the Prime Minister himself has suggested strongly that his chief of staff knows the answer to this very question. Therefore, that should be happening in committee where committee should be free to do its work.
Instead, we have a Conservative motion before the House today that is directing the Government of Canada to fire a woman who may have had some very important information but does not hold the power. Where is that power? It is in the hands of the Minister of National Defence and the Prime Minister.
For the last several weeks, the House has heard a debate that all too often comes back to an interesting argument between the Liberals and the Conservatives as to who did worst and who is most to blame. This is a conversation that simply should not be happening. The conversation should be this: What do service women in the Canadian military need now to be safe and how soon can we get it to them? The issue at hand is the sexual misconduct in the Canadian Forces, which is happening all too often and which the leaders have failed to stop, that today and in the past, women in the Canadian Armed Forces have not been safe, and continue to not be safe.
Those brave women have answered the call to the Canadian Armed Forces because they believe in serving our country, because they are ready to put life and limb on the line for us, because they want to protect this country, our country. They literally put their lives in our hands as parliamentarians. If this place makes a decision, they have to go. If the Prime Minister makes a decision, they must follow it.
These brave women, their lives already on the line because of their service, are hoping to hear this place have a meaningful debate about how Parliament will work to stop the sexual violence that they are experiencing within their ranks. Today's solution is to fire a woman who works for the Prime Minister. Please tell me that this place can do better than that. It is these women who are asking us to make a change, to not argue back and forth but to get it done, to stop making promises, to stop committing to studies but to do something.
As a woman who has experienced sexual violence, believe me, I did not want another report. I wanted to know that someone would step up and stop it, would stand in solidarity with me so I was not alone facing these horrendous challenges. The women who serve us in the Canadian military have had to face sexual violence and sexual misconduct and then they have been asked to be in situations, be it in a war zone or in the midst of a natural crisis, where they need their team to have their backs. Every step they take, they have to rely on their team and that takes trust.
All too often, the reality of way too many service women is that they have had to have faith in the very person who assaulted them. Trust was a luxury they did not have.
Generation upon generation of women in the military did their job, even when their fundamental trust and human rights were being broken, and the House is debating whether it was the current Prime Minister or the past one who was most problematic, or was it the current Minister of National Defence or was it the last one? At this point, I do not care. What I care for is the action women in the military are calling on us to make.
Today's debate should be about equality. As long as the Canadian government does not acknowledge the reality that a culture that tolerates sexual misconduct remains in place, and means a woman cannot serve equally, we should all stop everything we are doing and start focusing on making it safe. Firing the Prime Minister's chief of staff will not fix that.
All parliamentarians should be reflecting seriously on the fact that the Conservative government put General Vance in the position he had and put him in the lead of Operation Honour, then the Liberals promoted him. All of them ignored the whispers they were hearing. Those whispers are always there.
Something profoundly wrong is happening. Stop asking military women not to blame this group but to blame that other group. In fact, can all of us in this place stop talking about blame? It is time we step up and talk about action, concrete action that makes women serving in the military know we, as parliamentarians, are standing in solidarity with them.
That is not another report. It is action. It is actually getting to work on the recommendations put forward and listening to the voices of service women who have faced sexual misconduct then and now. They can help guide us. I believe the amazing women who serve in the Canadian military need to hear all of us in this place acknowledge the realities they are living through.
If I were the Minister of National Defence or the Prime Minister, I would say this: On behalf of generations of parliamentarians, to all the women who served in the Canadian military now and in the past who experienced sexual violence, we are sorry. We are sorry we did not take the realities of your lives seriously, that we stood by and heard the whispers of sexual violence and turned away because we were too afraid to take action. We are sorry that when we ask so much of you that you are still allowed to work in a place where you are unsafe because of our silence. We are sorry, and I will commit that I will do something about it.
I want to talk about responsive action, because we owe it to the service women in the Canadian military. Many people have outlined the timetable today of the decisions made between the Conservative and Liberal governments. That timeline is absolutely devastating and it shows how many times these women in uniform have been betrayed.
The facts are before us. On April 26, the Department of National Defence tabled a report to Parliament with statistics around Operation Honour. There were 581 reports of sexual assault over the past five years. There were 221 incidents of sexual harassment logged over the same period. These are the ones that were reported. We do not know how many were never spoken of.
All I know in my heart is that when we see something, we must act on it. This is what action looks like to me. Stop hiding behind saying, “It was not clear it was sexual misconduct”. If someone is not sure and they are in a position of power, ask every time and assume the worst. Be relieved if it is not the bad thing, but stop hiding behind the silence of not knowing as it is literally destroying people.
Understand that our systems in Canada, both inside and outside the military, are built to support people in power and not the ones who are vulnerable. We are hard-wired to avoid things that are uncomfortable. If someone is in a position of power and is not uncomfortable, I assure them they are doing it wrong.
Change the internal systems in the military. If we want to root out sexual violence, then the government has to put systems into place that make sure there is power in the survivors' hands. Have supports in place and do it now. Too many female veterans have told me stories that keep me up all night. They are coming forward with sexual violence reports and then having to go to work with the person again. It is not okay, yet it is happening.
Women in the forces have basic human rights. They should have confidence that leaders both understand sexual misconduct and will take action against it. We owe it to them because they work so hard for us.
Madame la Présidente, cela ne me fait pas plaisir de participer à ce débat aujourd’hui, je suis vraiment déçue que les libéraux n’aient simplement pas fait ce qu’il fallait, soit de maintenir le Comité pour qu’il accomplisse le travail qui doit y être fait. Le Comité de la défense nationale devait accueillir Katie Telford. Au lieu de cela, nous sommes à la Chambre en train de tenir ce débat. Pourquoi? Je suppose que c’est une question à laquelle seule la présidente du Comité de la défense nationale peut répondre.
Je sais que certains de mes concitoyens se demandent peut-être pourquoi le Comité de la défense doit entendre la cheffe de cabinet du premier ministre, Katie Telford. Voici pourquoi. Nous devons savoir qui est responsable de l’échec de l’enquête sur l’allégation portée en 2018 contre le général Vance, puisque cet échec a permis qu’il reste en poste pendant trois années de plus. Un autre facteur est le fait que le premier ministre lui-même a fortement suggéré que sa cheffe de cabinet connaît la réponse à cette question même. Par conséquent, cela devrait se passer en comité, en lui laissant la liberté de faire son travail.
Au lieu de cela, la Chambre est saisie aujourd’hui d’une motion conservatrice qui demande au gouvernement du Canada de renvoyer une femme qui détient peut-être des renseignements très importants, mais qui ne détient pas le pouvoir. Où est ce pouvoir? Entre les mains du ministre de la Défense nationale et du premier ministre.
Au cours des dernières semaines, la Chambre a été le théâtre d’un débat qui se résume trop souvent à une joute fascinante entre les libéraux et les conservateurs pour savoir qui a fait le pire et qui est le plus à blâmer. C’est une discussion qui ne devrait tout simplement pas avoir lieu. La discussion devrait porter sur la question suivante: de quoi les femmes qui servent dans l’armée canadienne ont-elles besoin maintenant pour être en sécurité et dans quel délai pouvons-nous leur fournir ce dont elles ont besoin? L’enjeu qui nous occupe est l’inconduite sexuelle dans les Forces canadiennes, qui se produit trop souvent et à laquelle l’état-major n’a pas réussi à mettre fin. Les femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes n’ont pas été en sécurité et continuent de ne pas l’être.
Ces femmes courageuses ont répondu à l’appel des Forces armées canadiennes parce qu’elles croient au service pour notre pays, elles sont prêtes à risquer leur vie et leur intégrité physique pour nous, elles veulent protéger ce pays, notre pays. Elles mettent littéralement leur vie entre nos mains, de parlementaires. Si la décision est prise ici, elles doivent y aller. Si le premier ministre prend une décision, elles doivent s’y tenir.
Ces femmes courageuses, dont la vie est déjà en danger en raison de leur service, espèrent entendre ici un débat sérieux sur les mesures que le Parlement prendra pour mettre fin à la violence sexuelle qu’elles subissent dans leurs rangs. La solution qu’on propose aujourd’hui est de renvoyer une femme qui travaille pour le premier ministre. S’il vous plaît, dites-moi que nous pouvons faire mieux. Ce sont ces femmes qui nous demandent de changer les choses, de ne pas argumenter sans arrêt, mais d’agir, de ne plus faire de promesses, de cesser de s’engager à mener des études, mais de faire quelque chose.
En tant que femme ayant subi de la violence sexuelle, croyez-moi, je ne voulais pas d’un autre rapport. Je voulais savoir que quelqu’un se lèverait pour y mettre fin, se tiendrait solidaire à mes côtés pour que je ne sois pas seule à faire face à ces horribles défis. Les femmes qui nous servent dans l’armée canadienne ont dû faire face à la violence et à l’inconduite sexuelle, puis on leur a demandé de se retrouver dans des situations, que ce soit dans une zone de guerre ou au cœur d’une catastrophe naturelle, où elles ont besoin de l’appui de leur équipe. À chaque pas qu’elles font, elles doivent compter sur leur équipe et cela demande de la confiance.
Trop souvent, la réalité que vivent trop de femmes militaires est qu’elles ont dû faire confiance à la personne même qui les a agressées. La confiance est un luxe qu’elles n’avaient pas.
Des générations et des générations de femmes dans l’armée ont fait leur travail, même quand que leur confiance fondamentale et leurs droits de la personne étaient bafoués, et la Chambre se demande si c’est le premier ministre actuel ou le précédent qui a posé le plus de problèmes, ou était-ce l’actuel ministre de la Défense nationale ou le précédent? À ce stade, cela m’est égal. Ce qui m’importe, ce sont les mesures que les femmes dans l’armée nous demandent de prendre.
Le débat d’aujourd’hui devrait porter sur l’égalité. Tant que le gouvernement canadien ne reconnaît pas qu'une culture qui tolère l’inconduite sexuelle reste en place et signifie qu’une femme ne peut pas servir sur un pied d’égalité avec les hommes, nous devrions tous arrêter ce que nous faisons et nous attacher à rendre le système sûr. Le licenciement de la cheffe de cabinet du premier ministre ne résoudra pas ce problème.
Tous les parlementaires devraient réfléchir sérieusement au fait que le gouvernement conservateur a nommé le général Vance à la fonction qu’il occupait et lui a confié la direction de l’opération Honour, puis les libéraux l’ont promu. Ils ont tous ignoré les rumeurs qu’ils entendaient. Ces rumeurs courent toujours.
Quelque chose de profondément mauvais se passe. Arrêtez de demander aux femmes militaires de blâmer un groupe plutôt qu'un autre. En fait, pouvons-nous tous ici cesser de parler de blâme? Il est temps que nous nous mobilisions et que nous parlions d’action, d’une action concrète qui fait savoir aux femmes servant dans les forces armées que nous, les parlementaires, sommes solidaires d’elles.
Il ne s’agit pas d’un autre rapport. Il faut agir. Il faut mettre en œuvre les recommandations présentées et écouter la voix des femmes militaires qui ont subi l’inconduite sexuelle et la subissent encore. Elles peuvent nous guider. Je crois que les femmes extraordinaires qui servent dans les Forces armées canadiennes ont besoin d’entendre que nous tous, à la Chambre, reconnaissons la réalité qu’elles vivent.
Si j’étais le ministre de la Défense nationale ou le premier ministre, je dirais ceci: au nom de générations de parlementaires, je présente nos excuses à toutes les femmes qui ont servi dans les forces canadiennes aujourd’hui et par le passé et qui ont été victimes de violence sexuelle. Nous sommes désolés de n’avoir pas pris au sérieux ce que vous viviez, d’être restés là à entendre les rumeurs de violence sexuelle et de les avoir ignorées parce que nous avions trop peur d’agir. Nous sommes désolés qu’alors que nous vous demandons tant, vous deviez encore travailler dans un endroit où vous n’êtes pas en sécurité à cause de notre silence. Nous sommes désolés et je m’engage à faire quelque chose à ce sujet.
J’aimerais parler de mesures réactives, car nous le devons aux femmes des Forces armées canadiennes. De nombreuses personnes ont souligné aujourd’hui quand les gouvernements conservateur et libéral avaient pris des décisions. C’est un bilan absolument dévastateur et il montre combien de fois ces femmes qui portent l’uniforme ont été trahies.
Nous sommes mis devant les faits. Le 26 avril, le ministère de la Défense nationale a déposé au Parlement un rapport contenant des statistiques sur l’opération Honour. Il y a eu 581 signalements d’agression sexuelle au cours des cinq dernières années. Il y a eu 221 incidents de harcèlement sexuel enregistrés au cours de la même période. Ce sont ceux qui ont été signalés. Nous ne savons pas combien sont passés sous silence.
Tout ce que je sais au fond de moi, c’est que lorsque nous voyons quelque chose, nous devons agir. Voilà ce qu’est l’action pour moi. Cessez de vous cacher en disant: « Il n’était pas évident qu’il s’agissait d’inconduite sexuelle. » Toute personne en position de pouvoir qui est incertaine doit se renseigner et supposer le pire. Soyez soulagés si ce n’est pas le pire, mais arrêtez de vous cacher derrière le silence de l’ignorance, car cela détruit littéralement les gens.
Comprenez que nos systèmes au Canada, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des forces armées, sont conçus pour soutenir les personnes en position de pouvoir et non celles qui sont vulnérables. Nous sommes programmés pour éviter les choses qui nous mettent mal à l’aise. Si quelqu’un est en position de pouvoir et n’est pas mal à l’aise, je lui garantis qu’il s’y prend mal.
Changez les systèmes militaires internes. Si nous voulons éradiquer la violence sexuelle, le gouvernement doit mettre en place des systèmes qui garantissent que le pouvoir est entre les mains des victimes. Mettez en place des soutiens et faites-le maintenant. Trop d’anciennes combattantes m’ont raconté des histoires qui me tiennent éveillée la nuit. Elles signalent des cas de violence sexuelle et doivent ensuite retravailler avec cette personne. C’est inacceptable, mais cela se produit pourtant.
Les femmes dans les forces armées ont des droits fondamentaux. Elles devraient pouvoir compter sur le fait que les dirigeants comprennent l’inconduite sexuelle et prendront des mesures contre elle. Nous le leur devons, car elles travaillent très fort pour nous.
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-05-04 13:30 [p.6612]
Mr. Speaker I will continue with my speech.
The sexual misconduct response centre is independent of the military chain of command and answers directly to the deputy minister of national defence. Also, there is no reporting relationship of any kind between the Centre and the Canadian Armed Forces or the Chief of the Defence Staff.
However, that does not mean that the centre is any less attentive to the needs of Canadian Armed Forces members. Centre counsellors listen without passing judgment. They devote an unlimited amount of time to each call, and they take the callers’ feelings, needs, concerns and fears into account.
The Department of National Defence recognizes that some people affected by sexual misconduct are not prepared to report it. The centre offers these people someone to turn to. It is a place where they will be listened to and find answers, advice and, especially, the help they need.
Since the centre’s counsellors are civilians, they are not required to report incidents like military members are. As a result, all interactions are confidential, and Canadian Forces members can get support services without having to provide personal information. Lastly, if someone decides to report an incident, the centre’s team can help that person get in touch with the appropriate organization, whether it is the military police, the Canadian Forces National Investigation Service or the local authorities.
In August 2019, the sexual misconduct response centre launched a new response and support coordination program. This program offers members of the Canadian Armed Forces who are affected by sexual misconduct the services of a dedicated coordinator who provides ongoing support and the assistance they need every step of the way. The dedicated coordinators help them find information and provide referral services. They advocate for, support and accompany victims as they progress through the system. They also help with workplace accommodation and offer other forms of assistance depending on the military members’ needs.
The sexual misconduct response centre can also call upon a military liaison team, made up of a military police liaison officer, a military counsellor and a military liaison officer. These members work exclusively for the centre and are specialists in their field. They can therefore advise military members on how to file a complaint or explain how the investigation process works. They can also help report the incident if the military member chooses this option.
Each person has unique needs, and each person’s situation and concerns are different. The people at the centre take all this into account when they provide support. They can also put people affected by sexual misconduct in touch with a vast network of services across the country, including health services, chaplains and regional support centres for victims of sexual assault.
The sexual misconduct response centre is there to refer people to the help they need. In addition, the SMRC is drafting a national victim support strategy, as well as other programs aimed at better serving affected military members. In everything it does, the SMRC always makes sure to consult military members affected by sexual misconduct, as well as external experts. That way, it can be sure that it is meeting the needs of the people who have suffered harm and that it is basing all of its programs on evidence and best practices.
The SMRC is supported by an external advisory council made up of independent, impartial third-party advisors with significant, relevant expertise. Together, these organizations offer a wealth of knowledge, viewpoints and experiences.
The SMRC relies on this expertise to provide senior officers with advice and recommendations in order to help shape the Canadian Armed Forces' policies and programs concerning sexual misconduct. Its staff also provide advice on how to assess and report on the effectiveness of programs. The SMRC is a leader in research and best practices in the area of support and prevention strategies.
The SMRC also fields calls from senior officers and supervisors who are looking for advice on the process to be followed to intervene in the event of an incident and offer support to their personnel. Moreover, as part of the final settlement agreement in the CAF-DND sexual misconduct class action, the SMRC is responsible for developing and implementing a restorative engagement program.
This program is intended to offer class members safe, flexible options for sharing their experiences of sexual misconduct with senior defence officials and discussing the causes and impacts of these experiences. The program will give these people a chance to be heard and acknowledged. It will make it possible to start the process of rebuilding damaged relationships and restoring trust. It will contribute to changing the culture by helping leaders gain a broader understanding of the impact of sexual misconduct, their collective responsibility for the current culture, and the role they must play to create change.
The SMRC works tirelessly to help victims of sexual misconduct. Its team is dedicated and, most importantly, independent. It is one of the key tools at the Department of National Defence's disposal to address this issue.
Since 2015, the team has grown and changed, assuming greater responsibility and helping to shape Canadian Armed Forces interventions in the area of sexual misconduct. I would like to take this opportunity to thank all of its members for their efforts to help people affected by sexual misconduct over the past six years.
Monsieur le Président, je reprends ma présentation.
Le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle fonctionne indépendamment de la chaîne de commandement militaire et relève directement de la sous-ministre de la Défense nationale. En outre, il n'existe aucun lien hiérarchique de quelque nature que ce soit entre le Centre et les Forces armées canadiennes ou le chef d'état-major de la défense.
Le Centre n'en reste pas moins à l'écoute des besoins des membres des Forces armées canadiennes. Ses conseillers écoutent sans porter de jugement. Ils consacrent un temps illimité à chaque appel et ils prennent soin de tenir compte des sentiments, des besoins, des inquiétudes et des craintes des personnes qui communiquent avec eux.
Le ministère de la Défense nationale reconnaît que certaines personnes affectées par une inconduite sexuelle ne sont pas prêtes à procéder à un signalement officiel. Le Centre offre donc à ces personnes un endroit vers lequel se tourner. C'est un endroit où elles seront écoutées et pourront trouver des réponses, se faire conseiller et, surtout, obtenir l'aide dont elles ont besoin.
Comme les conseillers du Centre sont des civils, ils ne sont pas tenus par la même obligation de signaler que les militaires. Ainsi, toutes les interactions se font de manière confidentielle, et les militaires peuvent accéder aux services de soutien sans devoir fournir des renseignements d'identification personnelle. Enfin, si une personne décide de signaler officiellement un incident, l'équipe du Centre peut l'aider à entrer en contact avec l'organisation chargée des rapports appropriés, qu'il s’agisse de la police militaire, du Service national des enquêtes des Forces canadiennes ou des autorités locales.
En août 2019, le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle lançait un nouveau programme de coordination de l'intervention et du soutien. Ce programme offre aux membres des Forces armées canadiennes affectés par l'inconduite sexuelle les services d'un coordonnateur désigné qui les accompagne à chacune des étapes, en leur offrant le soutien et l'aide dont ils ont besoin. Les coordonnateurs désignés aident ainsi les gens à trouver de l'information et offrent des services d'aiguillage. Ils défendent et accompagnent les gens tout au long de leur cheminement dans le système. Ils aident aussi à la prise de mesures d'adaptation au travail, en plus d'offrir d'autres formes d'aide en fonction des besoins des militaires.
Le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle peut aussi faire appel à une équipe de liaison militaire, qui est formée d'un officier de liaison de la police militaire, d'un conseiller militaire et d'un officier de liaison militaire. Ces membres sont voués au travail du Centre et sont des spécialistes dans leur domaine. Ils peuvent donc donner des conseils aux militaires sur la façon de présenter une plainte ou leur expliquer comment fonctionne le processus d'enquête. Ils peuvent aussi faciliter le signalement si le militaire choisit cette option.
Chaque personne a des besoins uniques, et chaque personne a une situation et des préoccupations qui lui sont propres. Les intervenants du Centre prennent tout cela en compte quand ils offrent du soutien. Ils peuvent aussi mettre les personnes affectées par l'inconduite sexuelle en contact avec un vaste réseau de services partout au pays, qu'il s'agisse de services de santé, d'aumôniers ou de centres régionaux d'aide aux victimes d'agression sexuelle.
Le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle est là pour guider les gens vers l'aide dont ils ont besoin. De plus, le Centre prépare une stratégie nationale de soutien aux survivants, ainsi que d'autres programmes qui permettront de mieux servir les militaires affectés. Dans tout ce qu'il entreprend, le Centre prend toujours soin de consulter des militaires affectés par l'inconduite sexuelle ainsi que des experts externes. Il s'assure ainsi de répondre aux besoins des personnes qui ont subi un tort et de fonder tous ses programmes sur des données probantes et des pratiques exemplaires
Le Centre est appuyé par un conseil consultatif externe, qui est composé de tiers indépendants et impartiaux possédant tous une expertise importante et pertinente. Ensemble, ces organisations représentent une mine considérable de connaissances, de points de vue et d'expériences.
Le Centre s'appuie sur cette expertise pour fournir des conseils et des recommandations aux dirigeants de la Défense afin d'aider à façonner les politiques et les programmes qui ciblent l'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes. Ses intervenants offrent également des conseils sur la manière d'évaluer l'efficacité des programmes et d'en rendre compte. Le Centre est un chef de file de la recherche et des pratiques exemplaires en matière de soutien et de stratégies de prévention.
Le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle répond aussi aux appels des dirigeants et des superviseurs qui souhaitent obtenir des conseils sur la marche à suivre pour intervenir en cas d'incident et offrir du soutien à leur personnel. De plus, dans le cadre de l'entente de règlement définitive pour le règlement du recours collectif FAC-MDN pour inconduite sexuelle, le Centre est responsable de la conception et de la mise en œuvre d'un programme de démarches réparatrices.
Ce programme vise à offrir aux personnes inscrites au recours collectif des options sûres et souples leur permettant de raconter aux dirigeants de la Défense leurs expériences d'inconduite sexuelle et de parler des causes et des répercussions de ces expériences. Le programme permettra à ces personnes de se faire entendre et d'être reconnues. Il permettra d'amorcer le processus visant à rétablir les relations et la confiance qui ont été endommagées. Il contribuera au changement de culture en permettant aux dirigeants de parvenir à une compréhension encore plus grande des conséquences de l'inconduite sexuelle, de leur responsabilité collective à l'égard de la culture actuelle et du rôle qu'ils doivent jouer pour créer le changement.
Le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle travaille sans relâche pour aider ceux et celles qui sont victimes d'inconduite sexuelle. Son équipe est dévouée et, surtout, est indépendante. Elle constitue l'un des éléments importants du ministère de la Défense nationale pour remédier à ce problème.
Depuis 2015, l'équipe a grandi et évolué pour assumer de plus grandes responsabilités et aider à façonner les interventions des Forces armées en matière d'inconduite sexuelle. Je profite de l'occasion pour remercier tous ses membres des efforts qu'ils ont déployés au bénéfice de toutes les personnes qu'ils ont aidées au cours des six dernières années.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-04-26 14:45 [p.6160]
Mr. Speaker, the government claims to be a feminist one, but actions speak louder than words.
A feminist government would not sit on the Deschamps report since 2015, or the Auditor General's Report of 2018, which both highlighted the urgent need to address the toxic culture within the armed forces.
The Minister of National Defence would not refuse to hear sexual misconduct allegations if he was a feminist. A feminist Prime Minister would not allow his office to bury reports and drop files regarding sexual misconduct. A minister of this feminist government would not say, “Oh, we were just following a former process.” He would fix the process.
Canadians can no longer tolerate people in positions of power and privilege who refuse to act honourably. When will they take the action necessary?
Monsieur le Président, le gouvernement prétend être féministe, mais les gestes sont plus éloquents que les paroles.
Un gouvernement féministe n'aurait pas laissé sans suite le rapport Deschamps de 2015 ni le rapport du vérificateur général de 2018, qui soulignent tous deux l'urgente nécessité de s'attaquer à la culture toxique au sein des forces armées.
S'il était féministe, le ministre de la Défense nationale ne refuserait pas d'entendre les allégations d'inconduite sexuelle. Un premier ministre féministe ne permettrait pas à son cabinet d'ignorer des rapports et des dossiers d'inconduite sexuelle. Un ministre d'un gouvernement féministe ne dirait pas: « Oh, nous n'avons fait que suivre un ancien processus. » Il réglerait le processus en question.
Les Canadiens ne peuvent plus tolérer que des gens en position de pouvoir et de privilège refusent d'agir honorablement. Quand les libéraux prendront-ils les mesures nécessaires?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-04-26 14:46 [p.6160]
Mr. Speaker, a lot more has to be done, and it will be done. When it comes to sexual misconduct, when it comes to Madam Deschamps report, we know that greater action needs to be taken.
More will be said in the coming weeks. We are working towards an inclusive environment for all Canadians who serve and to rooting out all types of sexual misconduct.
Monsieur le Président, il faut en faire davantage, et nous le ferons. Nous savons qu'il faut prendre d'autres mesures pour donner suite aux inconduites sexuelles et au rapport de Mme Deschamps.
Nous en dirons davantage au cours des prochaines semaines. Nous nous efforçons de créer un environnement inclusif pour tous les Canadiens qui servent dans les forces armées et d'éradiquer tous les types d'inconduite sexuelle.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2021-04-23 12:09 [p.6099]
Madam Speaker, our veterans and members of the Canadian Armed Forces have put their lives on the line for Canada. Those who have experienced sexual trauma while in the military should not have to fight their government for compensation.
The CAF-DND sexual misconduct class action settlement is scheduled to close on November 25. For too many, the claim process is so painful that the deadline will limit the number of victims able to come forward.
When will the minister extend the deadline for the class action and allow victims to come forward with claims on their own time?
Madame la Présidente, les anciens combattants et les membres des Forces armées canadiennes ont risqué et risquent encore leur vie pour le Canada. Les personnes qui ont vécu des traumatismes sexuels au cours de leur service militaire ne devraient pas avoir à se battre contre le gouvernement pour être indemnisées.
La date limite pour soumettre une demande d'indemnisation dans le cadre du règlement du recours collectif FAC-MDN pour inconduite sexuelle est le 24 novembre. Pour trop de personnes, le processus de réclamation est très douloureux, ce qui fait que le délai limitera le nombre de victimes capables de dénoncer ce qu'elles ont subi.
Quand le ministre prolongera-t-il le délai de réclamation pour le recours collectif pour permettre aux victimes de présenter une demande lorsqu'elles seront prêtes à le faire?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Madam Speaker, we understand it is important to invest in veterans, and our government has done that. It is why, after a decade of slashing and cutting the budget by the previous government, we spent $11 billion in new benefits and services. We have reopened the offices the Conservatives closed and we have rehired a thousand veterans who were fired by the last government. This government has supported veterans and their families, and we will continue to do so as we move forward.
Madame la Présidente, nous comprenons qu'il est important d'investir dans les anciens combattants. C'est ce que fait d'ailleurs le gouvernement. C'est la raison pour laquelle, après une décennie de réductions et de compressions budgétaires sous l'ancien gouvernement, nous avons consacré 11 milliards de dollars à de nouvelles prestations et à l'amélioration des services. Nous avons rouvert les points de service que les conservateurs avaient fermés et avons réembauché un millier d'anciens combattants que l'ancien gouvernement avait mis à pied. Le gouvernement soutient les anciens combattants et leur famille, et nous continuerons de le faire.
View John Nater Profile
CPC (ON)
View John Nater Profile
2021-04-16 13:31 [p.5764]
moved that Bill C-219, An Act to amend the Criminal Code (sexual exploitation), be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, it is indeed an honour to represent the good people of Perth—Wellington in this place.
It is an honour to rise in the House this afternoon to begin second reading debate of my private member's bill, known in this Parliament as Bill C-219, an act to amend the Criminal Code (sexual exploitation).
As I stated when I introduced the bill at first reading, it is a direct result of the advocacy, comments and concerns of the people of Perth—Wellington.
In early 2018, an incident occurred in which a person employed to work with persons with disabilities, who was also a children's entertainer, was convicted of a serious sexual crime against a person living with disabilities. My constituents were outraged by the lenient sentence of a monetary fine and probation, and called for a resolution to the flaw in the Criminal Code.
In a perfect world, I would have liked to have done so much more through the bill to better support Canadians living with disabilities. Far too often I hear from constituents who live with disabilities that they have fallen through the cracks: those who experience challenges in accessing government programs; those who face challenges with housing; and those who encounter barriers in employment. However, as hon. members know, with the limitations of Private Members' Business, it would not be possible to achieve all these goals through legislation without a royal recommendation.
In his 1913 autobiography, Theodore Roosevelt includes this quotation, “Do what you can, with what you've got, where you are ”. I am here today in the House doing what I can with the legislative resources available to me to try in this way to better protect Canadians living with disabilities.
I originally introduced the legislation in the previous Parliament, in January 2019, as Bill C-424. However, as members know, the Standing Orders on Private Members' Business were a barrier to moving the bill forward at the time and it died on the Order Paper when the 42nd Parliament was dissolved.
During the 2019 election, the proposals contained in my bill were included as part of the Conservative Party's election platform, and I personally made the commitment to my constituents that if I were to be re-elected, I would bring back this legislation to the House. Today, I am fulfilling that commitment to the constituents of Perth—Wellington.
Shortly after I tabled the bill for the second time in February 2020, another case involving sexual exploitation reached the news. This case involved a young person. The former chief of police of Bridgewater, Nova Scotia was sentenced to a 15-month imprisonment following an October 2019 conviction for sexually exploiting a 17-year-old girl. In this instance, the offender was also convicted of sexual assault, however, this caused a legal issue as it was questioned as to whether the court could convict a guilty person of two criminal offences for the same incident. In this case, the conviction of sexual exploitation was entered and the conviction of sexual assault was stayed.
As a sexual exploitation charge is often accompanied by a sexual assault charge, Bill C-219 would provide the additional benefit of ensuring only fair sentences are available when such controversies occur. Furthermore, Bill C-219 proposes to provide courts with the ability to impose harsher sentences in instances when only a charge of sexual exploitation is made. One example of the convictions of sexual exploitation but not sexual assault occurred last year, also in Nova Scotia, in which a religious leader was convicted of sexually exploiting a 17-year-old young person.
The second proposal contained within Bill C-219 was also inspired by the incident that occurred in my riding. If passed, the bill will require courts to consider the fact that a victim is a person living physical or mental disability as an aggravating circumstance when sentencing a person convicted under section 286.1(1) or 286.1(2) of the Criminal Code. This would fill an unfortunate void currently existing in the Criminal Code.
Persons living with disabilities are more vulnerable to this kind of exploitation due to a number of factors, including the capacity to give consent. What is more, in many cases, the offender is known to the victim and is often someone the victim must rely upon for care or other personal or financial support. This addition to the Criminal Code would ensure courts always take into account this vulnerability.
It is a sad truth, but as legislators we must be willing to admit that sexual exploitation is a problem in our country and we must strengthen our laws to better protect the most vulnerable in our communities.
Research and statistics have time and time again shown us that young people and persons living with disabilities are more often than not the victims of sexual and other types of crime.
According to Statistics Canada's report “Victims of Police-reported violent crime in Canada, 2016”, “When controlling for population, the rate of victimization was highest among youth aged 16 to 17 and young adults aged 18 to 24.” The report further explains, “Overall, 8% of police-reported victims were victims of sexual offences. However, these offences were much more prevalent among child and youth victims that came to the attention of police.” The report goes on to state that 34%, more than one-third of female victims of sexual offences, were aged only 12 to 17 years old.
According to Statistics Canada’s Report Violent Victimization of Women with Disabilities, “according to both self-reported and police-reported data, the large majority of victims are women...This trend is also evident when looking at the population with a disability” who are victims of self-reported sexual assault “as nearly nine in ten (88%) victims...were women.” The report also states that Canadians with a disability, 30% of incidents, were more likely to be victimized in their own home compared to victims who did not have disability. This serves to highlight the sad reality that even in their home, people with a disability are at an increased vulnerability.
According to the Department of Justice Research and Statistics Division, “Sexual assault is a gendered crime; women are victimized at a higher rate…than men... As with other violent victimization…young people aged 15-24 years have the highest rate of sexual assault (71 incidents per 1,000 population).”
Sexual exploitation is a disturbing crime because it involves an imbalance and an abuse of power. Often it involves some sort of authority figure in a position of trust. That is why for years the Criminal Code includes the following description in its section on sexual exploitation “Every person...who is in a position of trust or authority towards a young person” or “who is a person with whom the young person is in a relationship of dependency. ” Furthermore, in the sexual exploitation of someone with a person with a disability, it reads similarly, “Every person who is in a position of trust or authority towards a person with a mental or physical disability or who is a person with whom a person with a mental or physical disability is in a relationship of dependency.”
This makes the specific crime of sexual exploitation all the more concerning. It requires a person in a position of power to take advantage of that power for their own appalling purposes. There is no excuse and there is no justification for these kinds of acts. These crimes occur when a person actively choses to use their position to harm an innocent victim.
Last month I had the honour to meet virtually with representatives of Boost Child & Youth Advocacy Centre, an organization that provides services to victims of these types of crimes from Toronto to Barrie to Peterborough. They talk about how difficult it is for victims of vulnerable populations in the justice system.
We need to ensure they are respected and supported. We need to ensure when victims come forward, they feel they are taken seriously. We need to ensure victims of these types of crimes have faith in the system and believe the devastating acts committed against them will not go unpunished.
I recognize that introducing legislation that proposes to increase sentences may not be consistent with the direction of the current government, which has often taken the position that some mandatory minimums are not appropriate. I would like to address that issue.
Charter challenges on mandatory minimum sentences are determinations if the sentence is “grossly disproportionate”. This is not the case with this bill. Given the abuse of power and the long-term impacts on victims, it should be clear to all of us that a one-year minimum sentence for sexual exploitation of a person under 18 years of age or a person with a disability is proportionate to the serious crime.
Sex crimes are different from other crimes. This has been recognized by successive governments for decades, including by the current Liberal government. The current mandatory minimum sentence of 90 days for sexual exploitation of a young person has been in place since the current Liberal government came to office and they have chosen to keep that in place. In fact, when the government introduced Bill C-22, their own backgrounder explicitly stated they were not proposing to remove mandatory minimum sentences for sexual offences and listed them among other serious violent offences in which strict sentences remain in place.
Furthermore, when the justice minister spoke in the House, he clearly stated that sexual offences committed against children were committed by serious criminals and should be treated seriously. The same should be true of sexual offences committed against persons living with disabilities.
It would be beneficial for Parliament, the elected branch of government, to explicitly include in the Criminal Code a higher sentence for these crimes for the purpose of protecting vulnerable Canadians. Criminal laws serve to protect vulnerable people and serve a valid purpose. They are a legitimate part of fostering a safe society and they serve the public good.
The last number of months, under the challenges of COVID-19, many Canadians have been distressed to hear increasing reports of sexual crimes.
On July 13, 2020, a CBC news headline stated, “Child sex exploitation is on the rise in Canada during the pandemic.” The article states, “Cybertip.ca said...saw an 81 per cent spike over April, May and June in reports from youth who had been sexually exploited, and reports of people trying to sexually abuse children.”
A Global News report last month stated that a man from outside of Edmonton was arrested and charged with multiple counts of exploitation, among other charges.
A March 20, CBC news headlined stated, “Reports of sexual violations against children double in P.E.I.”
I encourage all members of all parties to come together to support this bill. In fact, there is precedence for all-party co-operation regarding changes to these sections of the Criminal Code.
Prior to 2005, the maximum sentence for sexual exploitation of a young person as an indictable offence was only five years, and no minimum sentence was provided. This changed in the 38th Parliament, when the then Liberal minority government passed Bill C-2, an act to amend the Criminal Code, protection of children and other vulnerable persons, and the Canada Evidence Act, which was sponsored by then justice minister Irwin Cotler. That bill increased the maximum sentence for sexual exploitation of a young person to 10 years, and introduced a minimum sentence of 14 days.
The bill also added to the Criminal Code a list of factors regarding the nature and circumstances of the relations to be established to determine how the relationship is exploitative. As Minister Cotler told the justice committee at the time, the purposes of the bill were ”to provide greater protection to youth against sexual exploitation from persons who would prey on their vulnerability.”
This bill was not only supported by all parties, but its passage was accelerated by all-party agreement and the use of a unanimous consent motion.
Then, on May 1, 2008, the Criminal Code was amended again, through another bill also named Bill C-2, this time to change the definition of a young person and to provide additional protections. This bill, the Tackling Violent Crime Act, was sponsored by the then justice minister Rob Nicholson and passed quickly through the House of Commons with all-party support and co-operation.
I would note the support of that bill included the current Minister of Transport, the Minister of Crown-Indigenous Relations, the government House leader, the chief government whip, and the Liberals members for Ottawa South, Halifax West, Humber River—Black Creek, Lac-Saint-Louis and Coast of Bays—Central—Notre Dame.
Young people and persons living with disabilities need to be protected. It is incumbent on us to pass this bill, because it is a targeted bill to correct two specific flaws in the Criminal Code. As parliamentarians, we have a duty to ensure the Criminal Code provides appropriate sentences for disturbing crimes so vulnerable Canadians are not at risk. There is no excuse for these crimes.
I urge all my fellow members to support this important bill.
propose que le projet de loi C-219, Loi modifiant le Code criminel (exploitation sexuelle), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Madame la Présidente, c'est un honneur de représenter les bonnes gens de Perth—Wellington dans cette enceinte.
C'est un honneur de prendre la parole à la Chambre cet après-midi pour entamer le débat à l'étape de la deuxième lecture de mon projet de loi d'initiative parlementaire, qui est connu au cours de la présente législature sous le nom de projet de loi C-219, Loi modifiant le Code criminel concernant l'exploitation sexuelle.
Comme je l'ai mentionné quand j'ai présenté le projet de loi à l'étape de la première lecture, il résulte directement des demandes pressantes, des commentaires et des préoccupations des habitants de Perth—Wellington.
Au début de 2018, un incident s'est produit: une personne employée pour travailler avec des personnes handicapées, qui était aussi amuseur d’enfants, a été reconnue coupable d'un crime sexuel grave contre une personne handicapée. Mes concitoyens ont été scandalisés par la peine clémente qui lui a été imposée, soit une amende et une peine avec sursis, et ils ont demandé de corriger la lacune que comporte le Code criminel à cet égard.
Dans un monde idéal, j'aurais aimé faire beaucoup plus grâce au projet de loi pour mieux soutenir les Canadiens qui vivent avec un handicap. Beaucoup trop souvent, des citoyens de ma circonscription qui vivent avec un handicap me disent qu'ils sont laissés pour compte. Certains ont du mal à accéder aux programmes du gouvernement, d'autres éprouvent des difficultés relatives au logement, et d'autres se heurtent à des obstacles à l'emploi. Toutefois, comme le savent les députés, vu les limitations relatives aux affaires émanant des députés, il serait impossible de remédier à tous ces problèmes dans ce projet de loi sans une recommandation royale.
Dans son autobiographie de 1913, Theodore Roosevelt a dit: « Fais ce que tu peux, avec ce que tu as, là où tu es. » Je suis ici à la Chambre aujourd'hui, faisant ce que je peux avec les ressources législatives à ma disposition pour tenter de mieux protéger les Canadiens qui vivent avec un handicap.
J'ai présenté ce projet de loi pour la première fois à la législature précédente, en janvier 2019, en tant que projet de loi C-424. Or, comme le savent les députés, les dispositions du Règlement concernant les affaires émanant des députés ont alors empêché l'étude du projet de loi et celui-ci est mort au Feuilleton à la dissolution de la 42e législature.
Au cours de la campagne électorale de 2019, les propositions contenues dans mon projet de loi faisaient partie de la plateforme électorale du Parti conservateur. De plus, j'ai personnellement promis aux citoyens de ma circonscription que, si j'étais réélu, je présenterais de nouveau ce projet de loi à la Chambre. Aujourd'hui, j'honore cet engagement envers les résidants de Perth—Wellington.
Peu de temps après que j'ai déposé le projet de loi pour la deuxième fois en février 2020, un autre cas d'exploitation sexuelle a fait les manchettes. Ce cas impliquait une jeune personne. L'ancien chef de police de Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, a été condamné à 15 mois de prison après avoir été reconnu coupable, en octobre 2019, d'exploitation sexuelle à l'endroit d'une fille de 17 ans. Dans ce cas, le contrevenant a également été reconnu coupable d'agression sexuelle. Toutefois, cela a causé un problème juridique, puisque l'on s'est demandé si la cour pouvait déclarer une personne coupable de deux infractions criminelles pour le même incident. Finalement, on a consigné la déclaration de culpabilité pour exploitation sexuelle et suspendu celle pour agression sexuelle.
Puisqu'une accusation d'exploitation sexuelle est souvent accompagnée d'une accusation d'agression sexuelle, le projet de loi C-219 aurait l'avantage supplémentaire de garantir que seules des peines justes soient imposées lorsque de telles controverses se produisent. De plus, le projet de loi C-219 propose d'accorder aux tribunaux le pouvoir d'imposer des peines plus sévères dans le cas d'une seule accusation d'exploitation sexuelle. L'an dernier, il y a eu un cas d'exploitation sexuelle, sans agression sexuelle, également en Nouvelle-Écosse. Un dirigeant religieux a été reconnu coupable d'avoir exploité sexuellement une jeune personne de 17 ans.
La deuxième chose que propose le projet de loi C-219 est aussi inspirée par l'incident qui s'est produit dans ma circonscription. S'il est adopté, le projet de loi exigera que les tribunaux tiennent compte, pour la détermination de la peine d'une personne condamnée en vertu de l'article 286.1(1) ou 286.1(2) du Code criminel, du fait que la victime est une personne qui vit avec un handicap physique ou mental, ce qui est une circonstance aggravante. Cela permettra de combler une lacune malheureuse du Code criminel.
Les personnes qui vivent avec un handicap sont plus susceptibles d'être victimes de ce genre d'exploitation en raison de nombreux facteurs, notamment en ce qui concerne leur capacité à donner leur consentement. Qui plus est, dans de nombreux cas, l'agresseur est connu de la victime et est une personne dont dépend la victime pour des soins ou du soutien personnel ou financier. Cette modification du Code criminel garantira que les tribunaux tiennent toujours compte de cette vulnérabilité.
C'est une triste réalité, mais en tant que législateurs, nous devons être prêts à admettre que l'exploitation sexuelle est un problème au pays et nous devons renforcer les lois pour mieux protéger les plus vulnérables de la société.
De nombreuses études et statistiques démontrent que les jeunes et les personnes handicapées sont plus souvent victimes de crimes sexuels et d'autres types de crimes.
Selon le rapport de Statistique Canada intitulé « Victimes de crimes violents déclarés par la police au Canada, 2016 », « [lorsque] l’on tient compte de la population, les taux de victimisation étaient plus élevés chez les jeunes de 16 et 17 ans et chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans. » Le rapport explique également que « [d]ans l’ensemble, 8 % des victimes d’un crime déclaré par la police ont fait l’objet d’une infraction sexuelle. Toutefois, ce type d’infraction était beaucoup plus courant chez les enfants et les jeunes victimes de crimes portés à l’attention de la police. » Le rapport poursuit en indiquant que 34 % des victimes de sexe féminin d'infraction sexuelle, soit plus d'un tiers, étaient âgées de 12 à 17 ans seulement.
Selon le rapport de Statistique Canada intitulé « La victimisation avec violence chez les femmes ayant une incapacité », « la grande majorité des victimes [sont] des femmes, tant selon les données autodéclarées que les données policières [...] On observe également cette tendance parmi la population de personnes ayant une incapacité [qui ont déclaré avoir été victimes d'une infraction sexuelle [car] près de 9 victimes d’agression sexuelle sur 10 (88 %) [sont] des femmes. » Le rapport indique également que 30 % des actes commis contre une personne ayant une incapacité ont eu lieu dans la maison de la victime, et que les chances que cela arrive aux victimes qui ont dit ne pas avoir d’incapacité étaient moins élevées. Cela révèle une triste réalité: même à leur domicile, les personnes handicapées sont plus vulnérables.
Selon la Division de la recherche et de la statistique du ministère de la Justice, « [les] agressions sexuelles sont des infractions liées au genre; les femmes ont un taux plus élevé [...] que les hommes. [À] l’instar d’autres infractions avec violence, le taux d’agressions sexuelles était plus élevé chez les jeunes de 15 à 24 ans (71 pour 1 000 personnes) ».
L'exploitation sexuelle est un crime troublant parce qu'elle est fondée sur un déséquilibre de pouvoirs et des abus de pouvoir. Le délinquant est souvent une figure d'autorité qui occupe une position de confiance. C'est pourquoi l'article du Code criminel portant sur l'exploitation sexuelle parle depuis longtemps de « toute personne qui est en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis d’un adolescent » et de toute personne « à l’égard de laquelle l’adolescent est en situation de dépendance ». De plus, pour ce qui est de l'exploitation sexuelle d'une personne handicapée, le Code criminel parle aussi de « toute personne qui est en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis d’une personne ayant une déficience mentale ou physique ou à l’égard de laquelle celle-ci est en situation de dépendance ».
Cela rend les crimes liés à l'exploitation sexuelle d'autant plus inquiétants, puisqu'ils supposent qu'une personne en position de pouvoir profite de ce pouvoir pour satisfaire ses propres objectifs déplorables. Rien ne peut excuser ou justifier de pareils gestes. Ces crimes se produisent quand une personne choisit de se servir de sa position pour faire du mal à une victime innocente.
Le mois dernier, j'ai eu l'honneur de rencontrer virtuellement les représentants du Boost Child & Youth Advocacy Centre, qui offre ses services aux personnes de la grande région de Toronto, de Barrie à Peterborough, qui sont victimes de ce genre de crimes, et ils m'ont raconté à quel point les membres des groupes vulnérables ont du mal à naviguer dans le système de justice.
Nous devons faire le nécessaire pour que ces gens soient respectés et qu'ils obtiennent le soutien dont ils ont besoin. Quand une victime prend la parole, elle doit être prise au sérieux. Les personnes qui subissent ce genre de crimes doivent croire au système et avoir l'assurance que les gestes dévastateurs dont elles ont été l'objet ne resteront pas impunis.
Je suis conscient qu'en proposant une mesure législative qui resserre les peines, je vais à contre-courant du gouvernement, qui a souvent répété que certaines peines minimales obligatoires n'ont pas lieu d'être. Voici ce que j'en pense.
Quand une peine minimale est soupçonnée de contrevenir à la Charte, le tribunal doit déterminer si elle est « exagérément disproportionnée ». Ce n'est pas le cas des peines prévues dans le projet de loi. Dans la mesure où on a affaire à un abus de pouvoir flagrant et vu les répercussions à long terme que subissent les victimes, je crois que tout le monde s'entendra pour dire qu'une peine minimale d'un an pour avoir exploité sexuellement une personne de moins de 18 ans ou une personne handicapée est tout à fait proportionnelle à la gravité du crime.
Les crimes sexuels sont différents des autres crimes. Il s'agit d'un fait reconnu par tous les gouvernements depuis plusieurs dizaines d'années, y compris le gouvernement libéral actuel. La peine minimale obligatoire de 90 jours qui est actuellement associée à l'exploitation sexuelle d'une personne d'âge mineur était en vigueur quand les libéraux sont arrivés au pouvoir, et ils ont décidé de ne rien y changer. Pour tout dire, le document d'information qu'ils ont eux-mêmes joint au projet de loi C-22 disait explicitement qu'ils n'avaient pas l'intention de supprimer les peines minimales obligatoires associées aux infractions de nature sexuelle. En fait, ces dernières faisaient partie d'une liste d'infractions violentes graves pour lesquelles les libéraux promettaient de conserver des peines strictes.
Par ailleurs, lorsque le ministre de la Justice s'est adressé à la Chambre, il a clairement déclaré que les infractions d'ordre sexuel contre des enfants sont commises par des criminels dangereux et devraient être prises au sérieux. Il devrait en être de même pour les infractions d'ordre sexuel commises contre les personnes handicapées.
Le Parlement, en tant qu'assemblée élue du gouvernement, aurait intérêt à inclure de manière explicite une peine plus sévère pour ces crimes dans le Code criminel dans le but de protéger les Canadiens vulnérables. Les lois pénales protègent les gens vulnérables et elles ont une fonction utile. Elles font partie des moyens légitimes pour favoriser la sécurité sociale et elles servent l'intérêt public.
Au cours des derniers mois marqués des difficultés liées à la COVID-19, beaucoup de Canadiens ont déploré l'augmentation des crimes sexuels.
Le 13 juillet 2020, une manchette de la CBC indiquait: « L'exploitation sexuelle des enfants en hausse au Canada durant la pandémie ». Dans l'article, on pouvait lire: « Selon le site Cyberaide.ca [...] le nombre de signalements d'agression ou d'exploitation sexuelle d'enfants aurait augmenté de 81 % durant les mois d'avril, mai et juin ».
Dans un reportage de Global News le mois dernier, un homme de l'extérieur d'Edmonton a été arrêté et a fait l'objet de multiples chefs d'accusation d'exploitation, entre autres.
Le 20 mars, une manchette de la CBC se lisait comme suit: « Le signalement d'infractions sexuelles contre des enfants a doublé à l'Île-du-Prince-Édouard ».
J'encourage tous les députés de tous les partis à appuyer ce projet de loi. En fait, il existe un précédent d'une telle coopération de tous les partis pour modifier ces dispositions du Code criminel.
Avant 2005, la peine maximale en cas d'exploitation sexuelle d'un adolescent, s'il était traité comme un acte criminel, n'était que de cinq ans, et il n'y avait aucune peine minimale. Cette situation a changé à la 38e législature, lorsque le gouvernement libéral minoritaire de l'époque a adopté le projet de loi C-2, Loi modifiant le Code criminel relativement à la protection des enfants et d'autres personnes vulnérables et la Loi sur la preuve au Canada, qui était parrainé par le ministre de la Justice d'alors, Irwin Cotler. Ce projet de loi a fait passer la peine maximale en cas d'exploitation sexuelle d'un adolescent à 10 ans et a introduit une peine minimale de 14 jours.
Ce projet de loi a également ajouté au Code criminel une liste de facteurs sur la nature des relations et les circonstances qui les entourent. Le juge peut en déduire si l'adolescent se trouve dans une relation où il est exploité. Comme le ministre Cotler l'a dit au comité de la justice à l'époque, le projet de loi visait aussi à « mieux protéger les adolescents contre les personnes qui pourraient les exploiter sexuellement en profitant de leur vulnérabilité ».
Le projet de loi n'a pas seulement été appuyé par tous les partis. Une entente entre tous les partis et la présentation d'une motion demandant le consentement unanime ont permis d'en accélérer l'adoption.
Par la suite, le 1er mai 2008, le Code criminel a été modifié de nouveau au moyen d'un autre projet de loi, aussi appelé le projet de loi C-2, qui visait cette fois-ci à modifier la définition de ce qu'on entend par « jeune personne » et à ajouter des mesures de protection. Ce projet de loi, le projet de loi sur la lutte contre les crimes violents, a été parrainé par le ministre de la Justice de l'époque, Rob Nicholson, et adopté rapidement à la Chambre des communes avec l'appui et la collaboration de tous les partis.
Je précise que ce projet de loi a reçu l'appui notamment des actuels ministre des Transports, ministre des Relations Couronne-Autochtones, leader du gouvernement à la Chambre, whip en chef du gouvernement et députés libéraux d'Ottawa-Sud, d'Halifax-Ouest, de Humber River—Black Creek, de Lac-Saint-Louis et de Coast of Bays—Central—Notre Dame.
Les jeunes personnes et les personnes handicapées ont besoin d'être protégées. Nous avons la responsabilité d'adopter ce projet de loi, car c'est une mesure qui vise à corriger deux lacunes particulières du Code criminel. En tant que parlementaires, nous avons le devoir de veiller à ce que le Code criminel prévoie des peines appropriées pour des actes criminels préoccupants afin de protéger les Canadiens les plus vulnérables. Rien ne peut justifier de tels crimes.
J'exhorte tous mes collègues à appuyer ce projet de loi important.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am very pleased to rise to join second reading of Bill C-219, an act to amend the Criminal Code, sexual exploitation, which was introduced on February 25, 2020, by the member for Perth—Wellington.
At the outset, I would like to acknowledge the bill's important objectives to better protect young people and persons with disabilities from sexual exploitation and to ensure the appropriate sentencing for anyone who commits a serious sexual crime against them.
The available data shows we must remain vigilant in ensuring children and people living with disabilities are protected from sexual violence. We know young persons aged 15 to 24 have the highest rate of sexual assault. This comes from JustFacts Sexual Assault, May 2017.
According to the 2014 General Social Survey on victimization, Canadians with disabilities were almost twice as likely to be victims of violent crime than Canadians who did not have a disability. That survey also indicates the proportion of women with mental health-related disabilities who reported being a victim of sexual assault was over three times higher than that of their counterparts with no such condition.
This bill proposes a number of sentencing reforms that would apply to three sexual offences: sexual exploitation, section 153; sexual exploitation of a person with disability, section 153.1; and purchasing sexual services, section 286.1. These reforms involve increasing and imposing new mandatory minimum penalties of imprisonment on sexual exploitation offences.
I have just noted increasing the maximum penalty for sexual exploitation of persons with disability and a new aggravating factor that would apply where sexual services are purchased from a person living with a disability. I propose to situate these reforms in the broader criminal framework governing sexual offending, which is recognized as one of the most comprehensive in the world.
The Criminal Code includes child-specific sexual offences as well as sexual offences of general application that criminalize a broad range of conduct. These offences protect children from all forms of sexual conduct with adults. For example, offences prohibiting sexual interference in section 151 and invitation to sexual touching in section 152 protect children under the ages of 16.
Once it is established that sexual conduct occurred and that the accused knew the victim was under the age of 16 or failed to take responsible steps to ascertain that age when the circumstances required it, the offence has been committed. It does not matter whether the young person consented.
The Criminal Code sexual exploitation offence, section 153, which this bill proposes to amend, protects 16-year-old and 17-year-old youth from sexual conduct with adults where there is a relationship of trust, authority or dependency between the adult and the young person or the relationship is otherwise exploitative of the young person.
Courts may infer a relationship is exploitative of a young person from the nature of the circumstances of the relationship, including the age difference between the accused and the young person, the evolution of the relationship and the degree of control or influence by the accused over the young person. That is subsection 153(1.2).
I have two minutes remaining and perhaps I will get to finish when this comes back again.
In offences committed where it is established the sexual conduct occurred in the context of one of the relationships and the accused knew that the victim was 16 or 17 or failed to take reasonable steps to ascertain that age when the circumstances required it, again it does not matter whether the young person consented.
These are all serious offences with maximum penalties of 14 years' imprisonment on indictment and the MMPs of one year on indictment and 90 days on summary conviction. Furthermore, the sexual assault offences, section 271 to 273, that protect all Canadians also protect children. Sexual assault captures the full range of sexual contact, from kissing to intercourse. Where the victim is under the age of 16, this offence carries the same penalties as child-specific sexual offences. The sexual assault provisions also protect all Canadians, including those living with disabilities.
When the victim is 16 years old or older, sexual assault involves sexual touching without consent of the person being touched. In recognition of the fact that sexual assault victims are often vulnerable and have a very difficult time coming forward, the sexual assault provisions contain special rules and procedures that are designed to protect victims. For example, subsection 273.1(1) of the Criminal Code “defines consent as the voluntary agreement of the complainant to engage in the sexual activity in question.” This means that consent must be expressed actively through words or conduct. Anything short of that does not constitute consent.
The Criminal Code also specifies that consent is not obtained as a matter of law in a number of different—
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-219, Loi modifiant le Code criminel relativement à l'exploitation sexuelle, qui a été présenté le 25 février 2020 par le député de Perth—Wellington.
D'entrée de jeu, je tiens à souligner les objectifs importants du projet de loi: mieux protéger les adolescents et les personnes handicapées contre l'exploitation sexuelle et garantir des peines appropriées pour quiconque commet un crime sexuel grave contre eux.
Les données disponibles indiquent que nous devons continuer à veiller à ce que les enfants et les personnes handicapées soient protégés contre la violence sexuelle. Nous savons que le taux d'agressions sexuelles est le plus élevé chez les jeunes de 15 à 24 ans. Cette donnée est tirée du document intitulé « Précis des faits — Agressions sexuelles », publié en mai 2017.
Selon l'Enquête sociale générale sur la victimisation, pour 2014, les Canadiens ayant une incapacité étaient près de deux fois plus susceptibles que ceux n'ayant pas d'incapacité d'avoir été victimes d'un crime violent. L'enquête a aussi indiqué que la proportion de femmes ayant une incapacité liée à la santé mentale qui ont déclaré avoir été victimes d'une agression sexuelle était plus de trois fois supérieure à celle observée chez les femmes n'ayant pas ce type d'incapacité.
Le projet de loi propose de changer les peines infligées dans le cas des trois crimes sexuels suivants: l'exploitation sexuelle, soit l'article 153; l'exploitation sexuelle d'une personne ayant une déficience, l'article 153.1; et l'obtention de services sexuels moyennant rétribution, l'article 286.1. Il s'agit d'augmenter les peines d'emprisonnement minimales obligatoires et d'en créer de nouvelles en cas d'exploitation sexuelle.
Je viens juste de parler de l'augmentation de la peine maximale en cas d'exploitation sexuelle de personnes handicapées et d'une nouvelle circonstance aggravante en cas d'obtention de services sexuels de la part d'une personne handicapée moyennant rétribution. Je propose de faire ces changements dans le cadre pénal plus large régissant les infractions sexuelles, qui est reconnu comme l'un des plus complets au monde.
Le Code criminel prévoit des infractions sexuelles ne concernant que les enfants ainsi que des infractions sexuelles plus générales qui criminalisent un large éventail de comportements. Ces infractions protègent les enfants de toutes les formes d'interaction sexuelle avec des adultes. Par exemple, les infractions relatives à l'interdiction de contacts sexuels à l'article 151 et à l'incitation à des contacts sexuels à l'article 152 protègent les enfants de moins de 16 ans.
Une fois qu'il est établi qu'une interaction de nature sexuelle a eu lieu et que l'accusé savait que la victime était âgée de moins de 16 ans ou qu'il n'a pas cherché à s'informer de son âge lorsque les circonstances l'exigeaient, l'infraction est considérée comme ayant été commise. Que l'adolescent ait consenti ou non n'a pas d'importance.
Le projet de loi modifierait les dispositions du Code criminel à l'égard de l'infraction d'exploitation sexuelle, soit l'article 153, afin de protéger les adolescents de 16 ans et de 17 ans contre les rapports sexuels avec un adulte lorsqu'il y a un rapport de confiance, d'autorité ou de dépendance entre l'adulte et l'adolescent, ou lorsque la relation constitue une forme d'exploitation de l'adolescent.
Au titre du paragraphe 153(1.2), les tribunaux peuvent déduire qu'une relation constitue une forme d'exploitation de l'adolescent en se fondant sur la nature des circonstances entourant la relation, y compris la différence d'âge entre l'accusé et l'adolescent, l'évolution de la relation et l'emprise ou l'influence de l'accusé sur l'adolescent.
Comme il ne me reste que deux minutes, je pourrai peut-être finir mon intervention lorsque ce projet de loi sera de nouveau à l'étude.
Dans les cas où on a établi que le rapport sexuel s'est produit dans le contexte de la relation, que l'accusé savait que la victime avait 16 ou 17 ans et qu'il n'a pas pris de mesures raisonnables pour vérifier son âge alors que les circonstances l'exigeaient, encore une fois, le fait que l'adolescent ait accordé son consentement n'a aucune incidence.
Il s'agit dans tous les cas d'infractions graves assorties d'une peine maximale de 14 ans de prison sur déclaration de culpabilité par mise en accusation et d'une peine minimale obligatoire d'un an de prison sur déclaration de culpabilité par mise en accusation ou de 90 jours sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. De plus, les dispositions relatives à l'agression sexuelle, soit les articles 271 à 273, qui protègent tous les Canadiens, protègent également les enfants. L'agression sexuelle inclut l'éventail complet de contacts sexuels, du baiser jusqu'au rapport sexuel. Lorsque la victime est âgée de moins de 16 ans, cette infraction est assortie des mêmes pénalités que les infractions d'ordre sexuel à l'endroit d'un enfant. Les dispositions concernant l'agression sexuelle protègent également tous les Canadiens, y compris ceux qui vivent avec un handicap.
Lorsque la victime est âgée de 16 ans ou plus, la notion d'agression sexuelle englobe tout contact sexuel auquel la personne touchée n'a pas consenti. Pour tenir compte du fait que les victimes d'agression sexuelle sont souvent vulnérables et ont beaucoup de difficulté à dénoncer leur agression, les dispositions relatives à l'agression sexuelle contiennent des règles et des procédures spéciales conçues pour protéger les victimes. Par exemple, le paragraphe 273.1(1) du Code criminel définit le consentement comme « l'accord volontaire du plaignant à l'activité sexuelle ». Cela signifie que le consentement doit être manifesté activement par des paroles ou par le comportement. Tout ce qui ne répond pas à ce critère ne constitue pas un consentement.
Le Code criminel précise également qu'aux fins du droit, il n'y a pas de consentement dans certaines circonstances...
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2021-04-13 11:06 [p.5481]
Madam Speaker, Bill C-22 would reduce penalties for all those crimes with firearms, except the member gave me a perfect segue. With Bill C-22, the Liberals would also soften consequences for other violent crimes, like prison breaches, criminal harassment, motor vehicle theft, theft over $5,000, breaking and entering a place other than a dwelling house, being unlawfully in a dwelling house, arson for a fraudulent purpose, causing bodily harm by criminal negligence, assault causing bodily harm or with a weapon, assaulting a peace officer causing bodily harm or with a weapon.
To summarize, under Bill C-22, someone could break out of prison, steal a car to escape, break into several businesses, steal massive amounts of goods and cash, break into a home, assault the occupants with a weapon and then attack a police officer with a weapon. Apparently, according to the Liberal government, that is all worthy of a slap on the wrist and definitely no baseline consequence set by elected representatives.
In Canada, during the first six months of last year, there were 17,602 opioid deaths. That is 24 people per day, and a 54% increase over the same period of the previous year. Opioid deaths jumped nearly 60% last year in Ontario. In Alberta, 2020 was the deadliest year on record for overdoses.
Dr. Jennifer Jackson, an associate professor at the U of C's nursing program, says, “From the data we have available, more people are dying in Alberta from opioids than they are from COVID.”
As the opioid and overdose crisis grows, Canadians will be concerned to know that Bill C-22 would reduce consequences for drug trafficking; possession for the purpose of trafficking; importing, exporting or producing hard drugs such as heroin, cocaine and crystal meth, with increasingly deadly fentanyl.
The Liberals talk about how this would help those suffering with addiction, but the reality is that the police already have the tools and discretion to take alternative approaches with addicts other than only criminal charges and there are no mandatory minimum sentences for simple possession.
The truth is that the Liberals are not helping the vulnerable or acting with compassion in this measure in Bill C-22. Instead, they are enabling and enlightening the consequences for the very criminals who prey on people struggling with addictions during an unprecedented national overdose crisis.
One of the most galling aspects of Bill C-22 would be creating situations for offenders to revictimize by allowing those who commit violent crimes against women to return home instead of facing jail time. The sentences for these heinous criminal acts could be completed in the very places they occurred, next to the very people they victimized.
Incredibly, in Bill C-22, the Liberals aim to allow house arrests for kidnapping, abduction of a person under 14, sexual assault and human trafficking. The Liberal Bill C-22 says that criminals who kidnap, rape and enslave or trade human beings for sex should be at home in their own beds in our neighbourhoods instead of behind bars. It has not even been two full months since this House designated February 22 as National Human Trafficking Day.
StatsCan says that about 4.7 million Canadian women, 30% of all women in Canada, 15 years of age and older, have been victims of sexual assault at least once and 55% of women who identify as being in an indigenous group have experienced violence since the age of 15. The justice department says that in 86% of sexual assaults, the victim knows the accused; 41% were assaulted by an acquaintance; 28% by a family member; 10% by a friend; and 20% were victimized by a stranger. It is unjust and unconscionable that the government would enable convicted abusers to be sent to the places where they are most likely to have easy access to 86% of their victims, and even living under the same roof.
Human trafficking in Canada must end. There is not a single MP who disagrees. It is also true that human trafficking victims should not be at risk of being exposed to further heinous acts by the action of the government. Human trafficking victims and witnesses are often reluctant to come forward due to feelings of shame and mistrust of authorities. Certainly, Bill C-22 would do nothing to instill confidence in the system for victims or their loved ones.
StatsCan says that 1,400 human trafficking victims were reported by Canadian police over a 10-year period. Half involved other offences related to sexual services, physical assaults, sexual assaults or other sexual offences where Bill C-22 would reduce penalties. It is a fact that 97% of human trafficking victims are women and girls, half between the ages of 18 and 24, a third of them minors below the age of 18.
Several hundred kids in Canada are victims of this unimaginable evil and 92% of the victims know their abusers. Therefore, where do children go to escape when their abusers are put right back in the same place they found them? Violent crime victims already do not necessarily get notified when their abusers re-enter neighbourhoods. Bill C-22 would make it incumbent on the victims to uproot their lives to protect their personal safety. It says to victims that through some fault of their own, the burden now rests with them. One of the hallmarks of abusers is a shifting of responsibility and blame to victims, something that Bill C-22 does repeatedly.
Twice this year on February 18 and March 19, in written statements, the public safety minister said:
We are working together to build a safer and more resilient Canada, where all people are protected from human trafficking and its harms.
His department says that there were over 107,000 victims of police reported intimate partner violence in Canada in 2019; 80% were women.
How can the minister say that he is protecting Canadians from human trafficking and days later bring in a bill that would reduce the penalties for it and many of the other crimes abusers inflict on their victims? It is heartbreaking and it is infuriating.
On International Women's Day, the Prime Minister talked about reaffirming gender equality so all women and girls could contribute to their full potential and be in a better, safe and more inclusive world. However, Kelly Franklin, the founder of Ontario-based Courage for Freedom says that predators are hiding in plain sight and that victims are younger and younger. She says that every 30 seconds another person becomes a victim of human trafficking.
The lives of women and girls are being stolen away more and more, but the Liberal plan is to go softer and easier on criminals that specifically target them.
Let us all vote against Bill C-22, because it is the right thing to do.
Madame la Présidente, le projet de loi C-22 réduirait les pénalités de tous les crimes impliquant des armes à feu, mais le député m’a fourni une transition parfaite. En adoptant le projet de loi C-22, les libéraux atténueraient également les conséquences d’autres crimes violents comme les bris de prison, le harcèlement criminel, le vol de véhicules automobiles de plus de 5 000 $, l’introduction par effraction dans un endroit autre qu’une maison d’habitation, la présence illégale dans une maison d’habitation, les incendies criminels à des fins frauduleuses, le fait de causer des lésions corporelles par négligence criminelle ou avec une arme et les voies de fait contre un agent de la paix causant des lésions corporelles ou avec une arme.
En résumé, en vertu du projet de loi C-22, une personne pourrait s’évader de prison, voler une voiture pour s’échapper, entrer par effraction dans plusieurs commerces, voler d’énormes quantités de biens et d’argent, entrer par effraction dans une maison, commettre des voies de fait contre les occupants avec une arme, puis attaquer un agent de police avec une arme. Apparemment, selon le gouvernement libéral, tout cela vaut une petite tape sur les doigts et certainement pas des conséquences de base établies par les représentants élus.
Au Canada, au cours des six premiers mois de l’année dernière, il y a eu 17 602 décès dus aux opioïdes. Cela représente 24 personnes par jour, et une augmentation de 54 % par rapport à la même période de l’année précédente. Les décès causés par les opioïdes ont grimpé de près de 60 % l’année dernière en Ontario. En Alberta, c’est en 2020 qu’on a enregistré le plus grand nombre de décès dus à des surdoses.
Selon la Dre Jennifer Jackson, professeure agrégée du programme de sciences infirmières de l’Université de Calgary: « Selon les données dont nous disposons, les opioïdes causent plus de décès en Alberta que la COVID ».
À mesure que la crise des opioïdes et des surdoses prend de l’ampleur, les Canadiens seraient inquiets de savoir que le projet de loi C-22 réduirait les conséquences du trafic de drogues, de la possession en vue d’un trafic, et de l’importation, de l’exportation ou de la production de drogues dures comme l’héroïne, la cocaïne et de la méthamphétamine en cristaux, ainsi que du fentanyl de plus en plus mortel.
Les libéraux disent que cela aiderait les personnes souffrant de dépendance, mais en réalité, la police possède déjà les outils et le pouvoir nécessaires pour adopter à l’égard des toxicomanes des approches qui ne sont pas limitées aux accusations au pénal, et il n’existe aucune peine minimale obligatoire pour la simple possession.
La vérité, c’est que les libéraux n’aident pas les personnes vulnérables et n’agissent pas par compassion dans cette mesure prévue au projet de loi C-22. Ils facilitent plutôt les activités des mêmes criminels qui s’en prennent aux personnes luttant contre la dépendance pendant une crise nationale de surdoses sans précédent, et allègent les conséquences de leurs crimes.
L’un des aspects les plus exaspérants du projet de loi C-22 serait la création de situations où les contrevenants pourraient revictimiser en permettant aux personnes qui commettent des crimes violents contre des femmes de retourner chez eux plutôt que d’aller en prison. Les peines imposées pour ces crimes haineux pourraient être purgées au même endroit où les crimes ont été commis, à côté des personnes victimisées.
Incroyablement, dans le projet de loi C-22, les libéraux proposent d’autoriser la détention à domicile pour les enlèvements, les enlèvements de personnes de moins de 14 ans, les agressions sexuelles et la traite des personnes. Selon le projet de loi C-22 des libéraux, les criminels qui enlèvent, violent et réduisent en esclavage ou échangent des êtres humains pour le sexe devraient être chez eux, dans leur propre lit, dans nos quartiers, plutôt que derrière les barreaux. Cela ne fait même pas deux mois complets que cette Chambre a désigné le 22 février comme la Journée nationale de sensibilisation à la traite des personnes.
Statistique Canada indique qu’environ 4,7 millions de Canadiennes, soit 30 % de toutes les femmes de 15 ans et plus au Canada, ont été victimes d’une agression sexuelle au moins une fois et que 55 % des femmes qui s’identifient comme faisant partie d’un groupe autochtone ont subi des violences depuis l’âge de 15 ans. Selon le ministère de la Justice, dans 86 % des cas d’agressions sexuelles, la victime connaît l’accusé; 41 % ont été agressées par une connaissance; 28 % par un membre de la famille; 10 % par un ami et 20 % ont été victimisées par un étranger. Il est injuste et inadmissible que le gouvernement permette que des agresseurs condamnés soient envoyés dans les endroits où ils sont le plus susceptibles d’avoir facilement accès à 86 % de leurs victimes, et même de vivre sous le même toit.
La traite des personnes au Canada doit cesser. Il n’y a pas un seul député qui soit en désaccord. Il est également vrai que les victimes de la traite des personnes ne devraient pas risquer d’être exposées à d’autres actes odieux par l’action du gouvernement. Les victimes et les témoins de la traite des personnes hésitent souvent à se manifester en raison de sentiments de honte et de méfiance à l’égard des autorités. Il est certain que le projet de loi C-22 ne fera rien pour inspirer confiance aux victimes ou à leurs proches dans le système.
Selon Statistique Canada, la police canadienne a signalé 1 400 victimes de traite des personnes sur une période de dix ans. La moitié de ces cas concernaient d’autres infractions liées à des services sexuels, des agressions physiques, des agressions sexuelles ou d’autres infractions sexuelles pour lesquelles le projet de loi C-22 réduirait les peines. C’est un fait que 97 % des victimes de la traite des êtres humains sont des femmes et des filles, la moitié entre 18 et 24 ans, un tiers d’entre elles étant des mineurs de moins de 18 ans.
Plusieurs centaines d’enfants au Canada sont victimes de ce mal inimaginable et 92 % des victimes connaissent leur agresseur. Par conséquent, où les enfants vont-ils s’échapper lorsque leurs agresseurs sont remis à l’endroit même où ils les ont trouvés? Les victimes de crimes violents ne sont déjà pas nécessairement averties lorsque leurs agresseurs reviennent dans le quartier. Le projet de loi C-22 obligerait les victimes à déraciner leur vie pour protéger leur sécurité personnelle. Il dit aux victimes que, par leur propre faute, le fardeau leur incombe désormais. L’une des caractéristiques des agresseurs est de rejeter la responsabilité et le blâme sur les victimes, ce que le projet de loi C-22 fait à plusieurs reprises.
À deux reprises cette année, le 18 février et le 19 mars, le ministre de la Sécurité publique a déclaré dans des communiqués:
Au moyen de projets comme celui-ci, nous travaillons ensemble à construire un Canada plus sécuritaire et plus résilient où tous sont protégés contre la traite de personnes et ses méfaits.
Selon son ministère, il y a eu plus de 107 000 cas de violence entre conjoints rapportés à la police au Canada en 2019; 80 % des victimes étaient des femmes.
Comment le ministre peut-il affirmer qu'il protège les Canadiens de la traite de personne et présenter quelques jours plus tard un projet de loi qui réduirait les peines pour ce crime et de nombreux autres que les agresseurs commettent contre leurs victimes? C'est désespérant et enrageant.
La Journée internationale des femmes, le premier ministre a réaffirmé son engagement à l'égard de l'égalité des sexes pour que les femmes et les filles puissent réaliser leur plein potentiel et vivre dans un meilleur monde, plus inclusif et sécuritaire. Or, Kelly Franklin, la fondatrice de l'organisme ontarien Courage for Freedom, dit que les prédateurs se fondent dans la population et que les victimes sont de plus en plus jeunes. Elle dit que toutes les 30 secondes, une nouvelle personne devient victime de traite de personne.
De plus en plus de femmes et de filles voient leur vie leur échapper, mais le plan libéral est d'infliger des peines moins sévères aux criminels qui choisissent de faire d'elles leur cible.
Votons tous contre le projet de loi C-22 parce que c'est la bonne chose à faire.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-04-13 11:20 [p.5483]
Madam Speaker, it is an honour to stand once again in this House and participate in an important debate. I plan to address two major themes in my speech. The first has to do with the fact that it seems the members opposite are simply not aware of what is contained in this bill. This bill actually reduces some of the penalties for serious firearms offences. I will get into the specifics of that here in a moment. The second is the larger topic of conversation surrounding being soft on crime and the very troubling trends that we see, not only with this bill, but with some of the larger context of how the government is failing victims.
First, on firearms, I find it absolutely tragic that we are debating firearms in this place in a way that completely ignores the facts. The members opposite will talk about how it is important to ban assault rifles and these military-style weapons, when very few members opposite understand the reality of what they are talking about. The reality is truly a trifecta of misinformation and political rhetoric torqued to the highest extent possible to appeal to a narrow band of political interests that is simply not based on reality.
I have a few examples. The Conservative member for Markham—Unionville brought forward Bill C-238, a bill that was meant to bring many people together to combat a real issue, and that is violent gun crime. However, the Liberals voted against it. How tragic is it that the Liberals, who claim to be targeting law-abiding firearms owners, would absolutely dismiss an attempt by parliamentarians to address some of those issues? It is absolutely shameful.
Second, we see the context of aspects of this debate with last year's order in council banning 1,500 firearms. It was absurd logic. In fact, when I participated in the member of Parliament's briefing for that OIC, the officials who were brought in did not even understand the very basis of the firearms they said they were banning. How absurd is it that we have such a disconnect between the consequences of what I would suggest is a massive overreach of the executive branch, targeting something, and then they torque it up with their rhetoric about how they are somehow taking action on crime? It is shameful, the record of the government.
The members opposite suggest that this somehow does not have relevance to the debate today, which is absurd and again more of their torqued political rhetoric, at a time when they seem to be bent on calling an election in the midst of a pandemic. I would note, as a bit of an aside, that there is a Supreme Court challenge in Newfoundland that has been launched today by an opposition party because of an election there that many would suggest, and certainly this lawsuit suggests, does not have the confidence of the people. It was a Liberal majority, yet the Prime Minister and the government seem bent on stealing power at any cost.
The third aspect of this bill is that it takes the serious criminal offences. Specifically, as I mentioned in the first part of my speech, I want to talk about the firearms side of things. The fact is that they are lessening penalties on serious firearms offences.
The Liberals introduced Bill C-21, literally banning toy guns. They said that was fake news, yet the reality, as we have learned, is that bad legislation creates bad outcomes and does not do what they say they are trying to accomplish. In the same week, they introduced Bill C-22, only a few days later. On Tuesday, they introduced a bill to punish law-abiding Canadians for simply living their lives, in many cases using something that is a tool in many parts of our country.
I come from a rural constituency, where a firearm is a tool like many others. It can be used as a weapon, but so can a baseball bat, a kitchen knife or a van, yet that torqued-up rhetoric based on a blind ideology has labelled so many thousands or millions of Canadians to be somehow criminals.
The same week, only a couple of days later, on a Thursday, the Liberals introduced Bill C-22, eliminating penalties for serious firearms offences. It is absurd that this is what they think they can get away with. Certainly, my constituents see through that absurdity. I hear from Canadians across the country, including the constituents of quite a few members opposite, who are saying they are starting to see through the facade, the political spin that the government is trying to bring on this and how absolutely shameful it is in that regard.
That brings me to the second part of my speech, which addresses some of the other aspects of this bill and the very troubling trend that I would suggest it is setting.
Bill C-22 eliminates a number of those firearms offences and the mandatory prison times, such as robbery with a firearm, discharging a firearm with intent to harm, and weapons trafficking. Those are the problems, not the law-abiding firearms owners.
The Liberals are also proposing in this bill that criminals could serve house arrest rather than jail time for a number of offences, including sexual assault, in the midst of the conversation around sexual assault in the military. I listened to the testimony on the Bastarache report regarding sexual assault in the RCMP and the revelation of how terribly pervasive that is within our society, yet the Liberals, who talk tough, with their woke feminist Prime Minister, are truly being soft and punishing victims at a time when victims deserve an advocate.
There is also trafficking in persons for material benefit and kidnapping. At a time when we are trying to bring awareness to human trafficking, the fact that the Liberals are punishing victims is absolutely absurd and shameful.
There is a series of other offences where the sentences are being reduced. The trends that are being set are very troubling, such as the soft-on-crime approach and ignoring victims. Meanwhile, we have seen, especially in my large constituency in rural east-central Alberta, a massive growth in rural crime and serious offences that have really affected the way of life of my constituents, the ability of Canadians to feel safe in their homes, and so many aspects of the way in which we live.
The Liberals are going to suggest that somehow we, the evil Conservatives, want to punish people for not breaking the law, which is just Liberal spin. It is unfortunate that it has devolved to the point it has, because it is taking away from the seriousness of this debate. It is quite simple. Conservatives are focused on ensuring that Canada's drug laws target individuals who prey on Canadians struggling with addictions through the trafficking and sale of drugs to the victims of what is an opioid pandemic, which is what those drug dealers and gangs deserve. The member for Lakeland, who spoke prior to me, articulated very well the challenges we face regarding drug use in this country. This is not about punishing a victim; it is about ensuring that those who are responsible for those abuses, the gangs, the drug dealers and whatnot, are punished.
The Conservatives have talked about mental health. We believe there needs to be a clear plan on ensuring there is restorative justice and a plan that addresses and helps victims. That is the clear difference here. We have the hug-a-thug mentality from the Liberals on the other side, and we have the Conservatives, who want to stand up for victims. Bill C-22 is incredibly troubling in the context of the bigger picture and the blatant hypocrisy that exists on the firearms debate.
I would conclude by saying that I cannot in good conscience support this. My constituents have overwhelmingly told me that this is a bad bill. I certainly will not be supporting it going forward.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi d'être de retour ici et de prendre part à ce débat d'une grande importance. Mon intervention tournera autour de deux grands thèmes, à commencer par le fait que les députés d'en face semblent complètement ignorer ce qui se trouve dans ce projet de loi. Ce texte réduira les peines associées à certains crimes graves commis avec des armes à feu, et j'y reviendrai dans un instant. Je parlerai aussi de la tendance à la mollesse envers les criminels que l'on observe actuellement, non seulement dans ce projet de loi, mais dans la manière générale dont le gouvernement semble se désintéresser des victimes.
Commençons par les armes à feu. Je trouve tout simplement déplorable qu'un débat sur les armes à feu fasse autant abstraction des faits. Les députés d'en face répètent qu'il faut absolument interdire les armes d'assaut et les armes de type militaire, mais très peu d'entre eux savent vraiment de quoi ils parlent. Ils nous servent un ramassis de faits erronés et d'arguments démagogiques, qu'ils déforment à l'extrême dans l'unique but de plaire à un segment très étroit de la population partageant leurs intérêts politiques, alors que rien de tout cela n'est fondé sur la réalité.
J’ai quelques exemples. Le député conservateur de Markham—Unionville a présenté le projet de loi C-238, un projet de loi qui devait rassembler de nombreuses personnes pour lutter contre un problème réel, à savoir les crimes violents commis avec des armes à feu. Or, les libéraux ont voté contre. N’est-il pas tragique que les libéraux, qui prétendent cibler les propriétaires d’armes à feu respectueux des lois, rejettent catégoriquement toute tentative des parlementaires d’aborder certains de ces problèmes? C’est une véritable honte.
En second lieu, nous voyons le contexte de certains points de ce débat avec le décret de l’année dernière interdisant 1 500 armes à feu. Cette logique est absurde. En fait, lorsque j’ai participé à la séance d’information du député sur ce décret, les représentants invités ne comprenaient même pas la nature des armes à feu qu’ils disaient interdire. N’est-il pas absurde qu’il y ait un tel décalage entre les conséquences de ce que je qualifierais de débordement massif de la part du pouvoir exécutif, qui cible quelque chose et le déforme avec son discours sur la façon dont il s’attaquerait à la criminalité? Le bilan du gouvernement est une honte.
Les députés d’en face prétendent que cela n’a rien à voir avec le débat d’aujourd’hui, ce qui est absurde et relève encore une fois de leur discours politique tordu, à un moment où ils semblent déterminés à déclencher des élections au beau milieu d’une pandémie. En passant, j’aimerais souligner qu’une contestation devant la Cour suprême de Terre-Neuve a été déposée aujourd’hui par un parti de l’opposition en raison d’une élection qui, selon plusieurs, et certainement selon cette poursuite, n’a pas la confiance de la population. La majorité était libérale, mais le premier ministre et le gouvernement semblent déterminés à voler le pouvoir à tout prix.
La troisième facette de ce projet de loi est qu’il traite des infractions criminelles graves. Plus précisément, comme je l’ai mentionné dans la première partie de mon discours, je veux parler de la question des armes à feu. La réalité est qu’elles diminuent les peines pour les infractions graves liées aux armes à feu.
Les libéraux ont présenté le projet de loi C-21 qui interdit littéralement les armes jouets. Ils ont dit que c’était de fausses nouvelles, mais la réalité, comme nous l’avons apprise, est que les mauvaises lois engendrent de mauvais résultats et ne font pas ce qu’elles prétendent vouloir accomplir. La même semaine, ils ont présenté le projet de loi C-22, seulement quelques jours plus tard. Mardi, ils ont présenté un projet de loi visant à punir les Canadiens respectueux des lois pour avoir simplement vécu leur vie en utilisant, dans bien des cas, quelque chose qui est un outil dans de nombreuses régions de notre pays.
Je viens d’une circonscription rurale, où les armes à feu sont des outils comme tant d’autres. Elles peuvent être utilisées comme une arme, tout comme un bâton de baseball, un couteau de cuisine ou une fourgonnette. Pourtant, ce discours tordu fondé sur une idéologie aveugle a étiqueté des milliers ou des millions de Canadiens comme des criminels.
La même semaine, seulement quelques jours plus tard, un jeudi, les libéraux ont présenté le projet de loi C-22 qui élimine les peines pour les crimes graves commis avec une arme à feu. Si les libéraux pensent qu'ils vont s'en tirer à bon compte dans ce dossier, c'est absurde. Chose certaine, les résidants de ma circonscription voient clair dans leur jeu. Des Canadiens d'un bout à l'autre du pays, y compris des résidants de la circonscription de certains députés d'en face, m'ont dit qu'ils ne se laissent pas duper par les apparences, qu'ils sont conscients que le gouvernement essaie de faire de la propagande politique avec cet enjeu et ils considèrent que ce dernier devrait avoir très honte d'agir ainsi.
Cela m'amène à la deuxième partie de mon discours portant sur d'autres éléments du projet de loi qui, selon moi, établiraient une tendance très inquiétante.
Le projet de loi C-22 élimine un certain nombre des peines pour les crimes commis avec une arme à feu et les peines d'emprisonnement obligatoires, notamment dans le cas d'un vol commis avec une arme à feu, du déchargement d'une arme à feu avec l'intention de causer des lésions corporelles et du trafic d'armes. Il faut s'attaquer à ces crimes et non pas aux propriétaires d'armes à feu respectueux des lois.
Les libéraux proposent également, dans ce projet de loi, que les criminels puissent purger une peine de détention à domicile plutôt qu’une peine d’emprisonnement pour un certain nombre d’infractions, y compris les agressions sexuelles, en plein milieu de la conversation sur les agressions sexuelles dans l’armée. J’ai écouté le témoignage sur le rapport Bastarache concernant les agressions sexuelles au sein de la GRC et la révélation de la terrible prévalence de ce phénomène dans notre société. Pourtant, les libéraux, qui parlent avec fermeté, avec leur premier ministre féministe de salon, sont vraiment mous et punissent les victimes à un moment où celles-ci méritent un défenseur.
Il y a aussi la traite des personnes pour des avantages matériels et les enlèvements. À l’heure où nous tentons de sensibiliser les gens à la traite des personnes, le fait que les libéraux punissent les victimes est absolument absurde et honteux.
Il existe une série d’autres infractions pour lesquelles les peines sont réduites. Les tendances qui se dessinent sont très troublantes, comme l’approche douce à l’égard de la criminalité et l’ignorance des victimes. Entre-temps, nous avons assisté, surtout dans ma grande circonscription du centre-est de l’Alberta, à une croissance massive de la criminalité rurale et des infractions graves qui ont d’importantes répercussions sur le mode de vie de mes électeurs, la capacité des Canadiens à se sentir en sécurité chez eux et de nombreux aspects de notre mode de vie.
Les libéraux vont laisser entendre que, d’une certaine manière, nous, les méchants conservateurs, voulons punir les gens qui n’enfreignent pas la loi, ce qui n’est qu’une pirouette libérale. Il est regrettable que les choses aient dégénéré à ce point, car cela enlève tout sérieux à ce débat. C’est très simple. Les conservateurs s’attachent à faire en sorte que les lois canadiennes sur les drogues ciblent les individus qui s’attaquent aux Canadiens aux prises avec des dépendances par le trafic et la vente de drogues aux victimes de ce qui est une pandémie d’opioïdes, ce que méritent ces trafiquants et ces gangs. Le député de Lakeland, qui a pris la parole avant moi, a très bien exprimé les défis auxquels nous sommes confrontés en matière de consommation de drogues dans ce pays. Il ne s’agit pas de punir une victime, mais de veiller à ce que les responsables de ces abus, les gangs, les trafiquants de drogue et autres, soient punis.
Les conservateurs ont parlé de santé mentale. Nous croyons qu’il doit y avoir un plan clair pour assurer une justice réparatrice et un plan qui s’adresse aux victimes et les aide. C’est la nette différence ici. De l’autre côté, il y a les libéraux qui veulent dorloter les voyous et les conservateurs, qui veulent défendre les victimes. Le projet de loi C-22 est incroyablement troublant dans le contexte de la situation globale et de l’hypocrisie flagrante qui existe dans le débat sur les armes à feu.
Je conclurai en disant que je ne peux pas, en toute conscience, soutenir cette motion. Une écrasante majorité de mes électeurs m’ont dit que c’est un mauvais projet de loi. Je ne vais certainement pas l’appuyer.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, this is a very important motion before the House today, one that should make Canadians very concerned. It is a motion that should never have had to come before this House. The fact that we, as opposition members, have been left with no other choice but to bring it forward is as important as the motion itself.
The motion is to direct the government to provide the support committees require to carry out their important work, essentially to instruct the government to provide documents and political staff witnesses for the conflict of interest in lobbying in relation to the pandemic spending study and to instruct Zita Astravas, the former chief of staff to the Minister of National Defence and director of issues management for the Prime Minister, and the current chief of staff to the Minister of Public Safety, to appear at the national defence committee for its study on addressing sexual misconduct issues in the Canadian Forces.
Canadians could be forgiven if, after hearing this, they said, “That seems incredibly reasonable. Two House of Commons committees need to hear from critical parliamentary staff to do their work. That makes sense. Why wouldn't they...? Hang on; what is really going on?“
That is why this is such an important motion: It is because this motion is not a root cause but a symptom of something much bigger, something that speaks to some of our fundamental assumptions around the system of government and the values we hold dear.
The defence committee is conducting a study on addressing sexual misconduct issues in our Canadian Armed Forces, including the serious allegations against General Vance, the highest-ranking member in the Canadian Armed Forces, the chief of the defence staff. At the heart of the matter is that it appears that the defence minister, his staff—then Zita Astravas—officials in the Privy Council Office, officials in the Prime Minister’s Office and possibly the Prime Minister himself knew of these serious allegations in March of 2018 and took no action for three years.
No investigation was carried out. General Vance was not suspended. Worse still, in May 2019 the Prime Minister signed an order in council to give General Vance a salary raise to $306,000 a year. General Vance retired as CDS in January of this year, and these allegations have yet to be resolved. A replacement CDS was appointed, and he is now facing allegations of sexual misconduct and has stepped aside from his position during the investigation.
Further, Canadians have learned through numerous media reports that allegations of sexual assault and misconduct in the military have been ignored, investigations have been shut down, critical testimony and evidence have been lost, and charges have been dropped.
Tragically, these are not isolated incidents but a reflection of a much more damaging systematic problem.
A similar report from Justice Deschamps on the misogynistic and toxic culture within the Canadian Armed Forces was published in 2015.
Operation Honour, a military campaign designed to end sexual violence, harassment and misconduct in the Canadian Armed Forces, was created. General Vance, who led this operation, was responsible for eliminating the very acts that he himself is now accused of.
The Minister of National Defence was aware of this in 2018 but did nothing. That is the reason for today's motion, and it is why it is so important to hear from Zita Astravas, the former chief of staff for the Minister of National Defence. We need to know what she knew, when she knew it and what she did about it.
We will not be able to make any long-lasting changes to the military's culture if we cannot understand the full scope of the problem and if we do not know where, exactly, things went wrong.
A military stands to defend the values of the nation, but it must also embody them. If the defence minister does not hold the military accountable to those values, including the ability for all members to serve equally with honour, free from sexual assault and discrimination, then who will? If the House of Commons committees cannot do the work to hold cabinet ministers accountable, who else can?
While this motion is about mandating that committees can hear from critical witnesses, it is about much more than that. It is about the fundamental values and foundations of our society. When it comes to ensuring conduct of the highest level in the Canadian Armed Forces, the defence minister says it is not up to him, and the Prime Minister has said that it is not up to him. If it is not up to them, then who is responsible? If they will not act in the best interests of Canadians, who will?
The ends cannot justify the means. Every act at every step must be honourable and carried out with integrity, or the end itself is compromised. Democracy is fragile and is only as strong as the trust and confidence that Canadians place in all of us, their elected officials. That trust is hard won and easily lost.
I strongly urge all of my colleagues in the House to honour the trust that Canadians have placed in them by voting in favour of this motion to ensure that committees can hold the government to account, and in doing so deliver a better Canada for all.
Monsieur le Président, la Chambre est saisie aujourd’hui d’une motion très importante qui devrait préoccuper grandement les Canadiens. C’est une motion qu’il n’aurait jamais dû être nécessaire de présenter à la Chambre. Le fait que nous, les députés de l’opposition, n’ayons eu d’autre choix que de la présenter est aussi important que la motion elle-même.
La motion vise à demander au gouvernement de fournir aux comités le soutien dont ils ont besoin pour mener à bien leur travail important, essentiellement à ordonner au gouvernement de fournir les documents et les témoins parmi le personnel politique pour l’étude sur les conflits d’intérêts liés au lobbying relativement aux dépenses faites dans le contexte de la pandémie et à ordonner à Zita Astravas, l’ancienne cheffe de cabinet du ministre de la Défense nationale et directrice de la gestion des questions pour le premier ministre et actuelle cheffe de cabinet du ministre de la Sécurité publique, de comparaître devant le Comité de la défense nationale dans le cadre de son étude des problèmes d’inconduite sexuelle dans les Forces canadiennes.
On pourrait pardonner aux Canadiens si, après avoir entendu cela, ils disaient: « Cela semble incroyablement raisonnable. Deux comités de la Chambre des communes ont besoin d’entendre le personnel parlementaire essentiel pour faire leur travail. C’est logique. Pourquoi ne voudraient-ils pas…? Un instant; que se passe-t-il vraiment? »
Voilà pourquoi cette motion est si importante, parce qu'elle n’est pas la cause, mais le symptôme de quelque chose de bien plus large portée, quelque chose qui concerne certaines de nos hypothèses fondamentales quant au système de gouvernement et aux valeurs qui nous sont chers.
Le comité de la défense mène une étude sur le problème de l’inconduite sexuelle dans nos Forces armées canadiennes, y compris les graves allégations portées contre le général Vance, le membre le plus haut gradé des Forces armées canadiennes, le chef d’état-major de la défense. Au cœur de l’affaire, il semble que le ministre de la Défense, sa cheffe de Cabinet à l'époque, Zita Astravas, des fonctionnaires du bureau du Conseil privé, des fonctionnaires du Cabinet du premier ministre et peut-être le premier ministre lui-même étaient au courant de ces graves allégations en mars 2018 et n’ont pris aucune mesure pendant trois ans.
Aucune enquête n’a été menée. Le général Vance n’a pas été suspendu. Pire encore, en mai 2019, le premier ministre a signé un décret augmentant le salaire du général Vance pour le porter à 306 000 $ par année. Le général Vance a pris sa retraite en tant que chef d’état-major de la défense en janvier de cette année, et ces allégations n’ont toujours pas été résolues. Un chef d’état-major a été nommé pour le remplacer, mais il fait maintenant face à des allégations d’inconduite sexuelle et s’est retiré de son poste pendant l’enquête.
En outre, les Canadiens ont appris par de nombreux reportages que des allégations d’agression et d’inconduite sexuelles dans l’armée ont été ignorées, que des enquêtes ont été interrompues, que des témoignages et des preuves essentielles ont été perdus et que des accusations ont été abandonnées.
Tragiquement, il ne s'agit pas d'incidents isolés, mais du reflet d'un problème systématique beaucoup plus dommageable.
En 2015, un rapport similaire de la juge Deschamps sur l'état de la culture misogyne et toxique au sein des Forces armées canadiennes a été publié.
L'opération Honneur, une opération militaire visant à éradiquer les agressions sexuelles, le harcèlement et les inconduites dans les Forces armées canadiennes, a été mise en place. Le général Vance, lui-même nommé comme le champion de cette opération, était responsable d'éliminer les comportements mêmes pour lesquels il est maintenant accusé.
Puis, en 2018, le ministre de la Défense nationale était au courant, mais il n'a rien fait. C'est ce qui nous a menés à la motion d'aujourd'hui et c'est la raison pour laquelle il est si important d'entendre l'ancienne cheffe de cabinet du ministre de la Défense nationale, Zita Astravas. Nous devons savoir ce qu'elle a su, quand elle l'a su et quels gestes elle a faits.
Aucun changement durable dans la culture militaire ne pourra avoir lieu si nous ne comprenons pas la pleine portée du problème et si nous ne savons pas exactement où les choses ont mal tourné.
Une armée est là pour défendre les valeurs de la nation, mais elle doit aussi les incarner. Si le ministre de la Défense ne tient pas l’armée responsable de ces valeurs, y compris de la capacité de tous les membres à servir également avec honneur, sans agression sexuelle ni discrimination, alors qui le fera? Si les comités de la Chambre des communes ne peuvent pas agir pour tenir les ministres responsables, qui d’autre peut le faire?
Bien que cette motion vise à exiger que les comités puissent entendre des témoins cruciaux, elle va bien plus loin. Elle porte sur les valeurs et les fondements de notre société. Lorsqu’il s’agit d’assurer la conduite du plus haut niveau dans les Forces armées canadiennes, le ministre de la Défense dit que cela ne dépend pas de lui, et le premier ministre a dit que cela ne dépend pas de lui. Si cela ne dépend pas d’eux, alors qui est responsable? S’ils ne veulent pas agir dans l’intérêt des Canadiens, qui le fera?
La fin ne justifie pas les moyens. À chaque étape, chaque geste doit être honorable et accompli avec intégrité, sinon le résultat sera compromis. La démocratie est fragile; elle dépend de la confiance que les Canadiens nous accordent à nous tous, leurs représentants élus. Il est difficile de gagner leur confiance et facile de la perdre.
J'encourage vivement tous les députés à respecter la confiance que leur accordent les Canadiens en votant en faveur de la motion à l'étude, afin que les comités puissent demander des comptes au gouvernement et, par le fait même, faire du Canada un pays meilleur pour tous.
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2021-03-08 15:04 [p.4672]
Mr. Speaker, today is International Women's Day, the day we should be celebrating the achievements of women across Canada. Instead, we read headlines about women being the victims of sexual assault in government-mandated quarantine facilities. When will the government reverse its practice of turning a blind eye to sexual assault? When will it take steps to protect our vulnerable women in government-sanctioned quarantine facilities?
Monsieur le Président, c'est aujourd'hui la Journée internationale des femmes, le jour où nous devrions célébrer les réalisations des femmes de tout le Canada. Au lieu de cela, nous lisons les gros titres sur les femmes qui sont victimes d'agressions sexuelles dans les lieux où le gouvernement les met en quarantaine. Quand le gouvernement va-t-il arrêter de fermer les yeux sur les agressions sexuelles? Quand prendra-t-il des mesures pour protéger les femmes vulnérables dans les installations de quarantaine où il les envoie?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, every woman deserves to live a life free of violence and harassment. Our government takes these allegations very seriously. They are being fully investigated and we have put into place processes to ensure this does not happen again.
Monsieur le Président, chaque femme mérite de vivre sans subir de la violence ou du harcèlement. Le gouvernement prend ces allégations très au sérieux. Elles font l'objet d'une enquête approfondie, et nous avons mis en œuvre des mécanismes pour que cela ne se reproduise plus.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-10-07 16:24 [p.692]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Laurentides—Labelle.
This week, I got to see a comedy called How to Be a Good Wife. The movie made me realize that, not so long ago, women could not wear pants or dress how they liked. I am getting to the point, so please be patient. There is a connection. They were seen as creatures whose marital duty was to submit and be beholden to men. Of course, society has evolved. A woman who wears a short skirt or a low-cut top or who drinks should not be seen as a cheap piece of meat, nor should anyone interpret her attire or actions as signalling that she wants to be raped.
I have worked with women's groups, so it means a lot to me to speak to Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code. Everyone seems to agree on this bill.
There are three parts to my speech. First, I will situate the bill in the context of the Standing Committee on the Status of Women. Then I will contextualize it from a uniquely Quebec perspective. I will conclude by explaining why I want to see it passed as soon as possible.
Bill C-337, which amends the Judges Act and the Criminal Code with regard to sexual assault, was introduced in the House of Commons on February 23, 2017, by the Hon. Rona Ambrose. It was studied by the House of Commons Standing Committee on the Status of Women, which, in its report on the bill, recommended amendments to three clauses and the deletion of one clause. The House of Commons passed the bill with the committee's amendments over two years ago on May 15, 2017. Bill C-337 received first reading in the Senate on May 16, 2017, and was referred to the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs on May 31, 2018. Unfortunately, I was not yet a member of the Standing Committee on the Status of Women at that time.
Bill C-337, whose short title is the Judicial Accountability through Sexual Assault Law Training Act, has three central purposes:
First, it adds a new eligibility requirement for lawyers to qualify to become a judge of a superior court in any province, namely, that they must have completed recent and comprehensive education in sexual assault law to the satisfaction of the Commissioner for Federal Judicial Affairs.
Second, it requires the Canadian Judicial Council, or CJC, to submit an annual report to Parliament through the Minister of Justice on the delivery and uptake of sexual assault law seminars established by the CJC.
Third, it requires reasons for decisions in sexual assault cases to be entered in the record of the proceedings or, if the proceedings are not recorded, the reasons must be provided in writing.
Of course, improvements were made to Bill C-337, which is considered to be the forerunner of Bill C-3. However, it is important to remember what was going on in the media when the bill was proposed and what problems it was trying to address.
The legal system's handing of sexual assault cases was often in the news. When she appeared before the the House of Commons Standing Committee on the Status of Women, the Hon. Rona Ambrose explained that she decided to introduce the bill after noting that a disturbing number of sexual assault cases had shaken the public's confidence in our justice system.
She was referring to statements made by judges in sexual assault trials or in their decisions. Some felt that these comments were based on discredited stereotypes about victims of sexual assault. In one case, the judge resigned after the CJC recommended his removal because he made comments or asked questions evidencing an antipathy toward laws designed to protect vulnerable witnesses, promote equality and bring integrity to sexual assault trials.
In a case from 2016, a new trial was ordered on appeal after the judge was found to have used myths about the expected behaviour of sexual assault victims to justify an acquittal. In 2017, another judge was roundly criticized for his insulting language towards a woman who was intoxicated at the time of the alleged sexual assault. “She had a pretty face”. “She should feel flattered for getting attention from an older man”. “What were you wearing?” “You should have just kept your knees together”. “He was just a kid”. “She's forgotten bits and pieces, so her testimony isn't credible”. These are the kinds of comments we have heard, but this is 2020: These comments should not be coming out of the mouths of judges during a sexual assault trial.
Senator Raynell Andreychuk, who sponsored Bill C-337 in the Senate, explained that those cases only add to factors that discourage victims from reporting sexual assault.
She pointed out that Bill C-337 seeks to prevent further court cases from being decided on the basis of stereotypes about sexual assault victims and to restore victims' confidence in the judicial process. I would like to quote from the letter sent by the Standing Committee on the Status of Women in 2017.
Based on the testimony heard during the study of the bill, the Committee encourages the Minister of Justice and Attorney General of Canada to express to her provincial and territorial counterparts the need to make training in sexual assault law and social context more broadly available. Witnesses appearing before the Committee have highlighted the importance of training for all persons who play a role in the administration of criminal justice....
Additionally, the Committee wishes for the Minister of Justice and Attorney General of Canada to strongly encourage provincial and territorial governments to make the transcripts of the proceedings of sexual assault cases for all courts under their jurisdictions available online in a searchable database....
The committee was serious about making this more transparent.
The Committee heard from Professor Elaine Craig, Associate Professor at the Faculty of Law at Dalhousie University, that “it's inarguable that written decisions provide a degree of transparency and public accountability that's not available with oral decisions.” The Committee requests that the Minister of Justice and Attorney General of Canada inform and advise the Committee at the earliest opportunity of the results and outcomes of these discussions with her provincial and territorial counterparts.
The excerpts I just read are from 2017. Already in 2017, the Standing Committee on the Status of Women sent a letter calling on the Minister of Justice to take action. Then there was Bill C-5 and prorogation. Today, we are still here debating it.
I will now talk about Quebec.
In the meantime, an all-party group of women parliamentarians at the National Assembly are addressing the issue of violence against women. I recently asked one of those members how important the current bill is for helping women who are victims of assault and she told me that it was very important.
This is a very important bill. As I have already discussed this issue with some CALACS, I know that women hesitate to come forward because they do not wish to relive painful memories of an assault at a trial that forces them to relive these moments before a judge that lacks compassion or makes derogatory and inappropriate comments in their presence.
Let me be clear. I am not making generalizations or indicating that all judges are insensitive in sexual assault cases. Most already write very good decisions. That is not the case, and I am not making generalizations.
I believe it is high time that the bill be voted on and studied in committee especially in the context of a pandemic that has exacerbated the problem of violence against women.
During the pandemic, I had the opportunity to speak to someone from the Australian consulate about the importance of training for judges with respect to sexual assault. It is a question of dignity for the victims because it is important to have a good understanding of the sensitive issues involved in sexual assault cases. It is important to place them in their social and family contexts.
During the pandemic, I also had several conversations with a survivor from Quebec. She told me that she has received comments on her blog from women who, like her, have had difficult experiences in court. Here are some of the comments: “They cannot judge something they do not understand”. “They do not understand the victim's emotional state as a result of post-traumatic stress”. “Fragmented memory means people cannot clearly remember the order of events. Memories come back in bits and pieces. It is not deliberate. It is how the brain goes into survival mode”. “Judges need to be able to adapt to the victim's state, not vice versa”.
In many cases, these women are still in a state of shock. The courts expect them to maintain their composure, but how can they? It is not realistic to expect them to calmly testify and provide all the details. That is impossible for a victim of sexual assault.
I can only hope that, in the near future, the bill will be passed and brought into force as quickly as possible. We need to forget about partisanship and pass this bill now so we can fight the myths and stereotypes associated with sexual assault, which is far too common.
There are 600,000 sexual assaults in Canada every year. On average, one in two women will be assaulted at least once in her lifetime. That rate is even higher for women with a disability, not to mention the MMIWG issue.
There are far too many assaults happening. Rape culture has no place in 2020. We must act.
Madame la Présidente, je tiens à préciser que je vais partager mon temps de parole avec l'honorable députée de Laurentides—Labelle.
Cette semaine, j'ai eu la chance de voir la comédie La bonne épouse. Cela m'a permis de constater que, il n'y a pas si longtemps, les femmes ne pouvaient pas porter le pantalon ou s'habiller comme elles le souhaitaient. Pour comprendre où je veux en venir, il faut patienter; il y a un lien. Elles étaient vues comme des créatures dont le devoir conjugal devenait une soumission et une obligation envers l'homme. Bien entendu, la société a évolué. Une femme qui porte une jupe plus courte ou un décolleté ou qui prend un verre ne devrait ni être vue comme un vulgaire morceau de viande ni être perçue comme envoyant le signal qu'elle souhaite être violée.
Ayant déjà travaillé auprès de groupes de femmes, je suis particulièrement touchée de prendre la parole au sujet du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel. Tout comme la tarte aux pommes, le projet de loi semble faire l'unanimité.
Je vais diviser mon exposé en trois parties. Tout d'abord, je vais replacer le projet de loi dans le contexte du Comité permanent de la condition féminine. Puis, je vais glisser un mot sur son contexte bien québécois. Enfin, je terminerai par quelques souhaits pour qu'il soit adopté le plus rapidement possible.
Le projet de loi C-337, qui modifie la Loi sur les juges et le Code criminel relativement aux cas d'agression sexuelle, a été déposé à la Chambre des communes le 23 février 2017 par l'honorable Rona Ambrose. Le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes l'a ensuite étudié avant de recommander, dans son rapport, l'amendement de trois articles et l'abrogation d'un autre. La Chambre des communes a adopté le projet de loi avec les amendements du Comité le 15 mai 2017. Cela fait donc plus de deux ans. Après avoir franchi l'étape de la première lecture au Sénat, le 16 mai 2017, le projet de loi C-337 a été renvoyé au Comité sénatorial permanent des Affaires juridiques et constitutionnelles le 31 mai 2018. Malheureusement, je n'étais pas encore membre du Comité permanent de la condition féminine à cette époque.
Le projet de loi C-337, dont le titre abrégé est Loi sur la responsabilité judiciaire par la formation en matière de droit relatif aux agressions sexuelles, comporte trois grands éléments.
Premièrement, il ajoute une nouvelle condition d'admissibilité pour les avocats qui souhaitent devenir juges d'une cour supérieure d'une province: ils doivent avoir suivi, à la satisfaction du commissaire à la magistrature fédérale, un cours de perfectionnement à jour et complet sur le droit relatif aux agressions sexuelles et au contexte social.
Deuxièmement, il impose au Conseil canadien de la magistrature, au CCM, de remettre au Parlement, par l'intermédiaire du ministre de la Justice, un rapport annuel sur les colloques qu'il a organisés sur le droit relatif aux agressions sexuelles ainsi que le taux de participation à ces colloques.
Troisièmement, il exige, dans les affaires d'agression sexuelle, de porter les motifs dans le procès-verbal des débats ou, à défaut, de les donner par écrit.
Bien entendu, le projet de loi, considéré comme l'ancêtre du projet de loi actuel, a connu des améliorations. Or il faut rappeler dans quel contexte médiatique il a été proposé et à quels problèmes il tentait de répondre.
Le traitement judiciaire de cas d'agressions sexuelles faisait souvent la manchette. Dans son témoignage devant le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes, l'honorable Rona Ambrose a expliqué qu'elle avait décidé de déposer le projet de loi après avoir remarqué qu'un nombre troublant d'agressions sexuelles avait ébranlé la confiance du public envers notre système de justice.
Il s'agissait d'affaires au cours desquelles des juges avaient fait, à l'issue d'un procès pour agression sexuelle, des déclarations devant les tribunaux ou dans leurs décisions. Selon certains, ces commentaires s'appuyaient sur des stéréotypes discrédités au sujet des victimes d'agressions sexuelles. Dans un des cas, le juge a démissionné après que le CCM a recommandé sa révocation après qu'il ait tenu des propos ou posé des questions qui démontraient de l'aversion pour les lois visant à protéger les témoins vulnérables, à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes et à assurer l'intégrité des procès pour agression sexuelle.
Dans une affaire datant de 2016, un nouveau procès avait été ordonné en appel, après que le juge a été déclaré coupable d'avoir invoqué dans ses motifs d'acquittement des mythes sur le comportement attendu d'une victime d'agression sexuelle. En 2017, un autre juge a été vertement critiqué pour son langage insultant à l'égard d'une femme qui était en état d'ébriété au moment de l'agression sexuelle alléguée. On a déjà entendu des phrases comme « Elle avait un joli visage », « Elle devrait se sentir flattée d'avoir attiré l'attention d'un homme mûr », « Comment étiez-vous vêtue? », « Vous n'aviez qu'à serrer les genoux », « Ce n'était qu'un enfant » ou « Elle en a oublié des bouts, son témoignage n'est donc pas crédible ». En 2020, on ne devrait plus entendre des juges prononcer de telles phrases lors d'un procès pour agression sexuelle.
La sénatrice Raynell Andreychuk, qui parrainait le projet de loi C-337 au Sénat, avait expliqué que ces cas s'ajoutaient aux facteurs qui dissuadent les victimes de signaler une agression sexuelle.
Elle avait souligné que le projet de loi C-337 visait à prévenir d'autres décisions judiciaires fondées sur des stéréotypes concernant les victimes d'agressions sexuelles et à rétablir la confiance de ces dernières à l'égard du processus judiciaire. Voici d'ailleurs quelques extraits de la lettre envoyée par le Comité permanent de la condition féminine en 2017.
Compte tenu des témoignages entendus au cours de l’étude du projet de loi, le Comité encourage la Ministre de la Justice et procureure générale du Canada à souligner aux gouvernements provinciaux et territoriaux la nécessité d’offrir la formation en matière de droit relatif aux agressions sexuelles et de contexte social à davantage d’intervenants. Plusieurs témoins ont décrit l’importance d’une telle formation pour toutes les personnes qui jouent un rôle dans l’administration de la justice pénale [...].
En outre, le Comité souhaite que la Ministre de la Justice et procureure générale du Canada encourage fortement ses homologues provinciaux et des territoriaux à rendre accessibles électroniquement les transcriptions des audiences concernant une agression sexuelle pour tous les tribunaux relevant de leur compétence dans une base de données interrogeable [...]
Le Comité cherchait vraiment à rendre cela plus transparent.
Elaine Craig, professeur associée à la Faculté de droit, Dalhousie University, a indiqué lors de son témoignage devant le Comité « qu'il est indéniable que des décisions écrites procurent un niveau de transparence et de reddition de comptes public que l'on n'a pas dans le cas des décisions rendues de vive voix ». Le Comité demande que la ministre de la Justice et procureure générale du Canada l’informe à la première occasion des résultats de ces discussions avec ses homologues provinciaux et territoriaux.
Les extraits que je viens de lire datent de 2017. Déjà en 2017, le Comité permanent de la condition féminine faisait parvenir une lettre demandant à la ministre de la Justice d'agir. Ensuite, il y a eu le projet de loi C-5 et la prorogation. Aujourd'hui, nous sommes encore là pour en débattre.
Je vais maintenant parler du Québec.
Depuis ce temps, un groupe de femmes parlementaires de tous les partis à l'Assemblée nationale se penche sur la question de la violence à l'égard des femmes. Récemment, j'ai demandé à l'une de ces membres à quel point le projet de loi actuel est important pour venir en aide aux femmes victimes d'agressions et elle m'a répondu qu'il était très important.
Le projet de loi est très important. Ayant déjà parlé de cet enjeu avec des CALACS, je sais que les femmes hésitent à porter plainte parce qu'elles ne veulent pas revivre les douloureux souvenirs d'une agression dans le cadre d'un procès qui les force à revivre ces moments devant un juge qui manque de compassion ou qui fait des commentaires désobligeants et inappropriés devant elles.
Que l'on me comprenne bien: ici, il n'est pas question de faire une généralisation ou d'envoyer le message que tous les juges ne sont pas sensibles aux cas d'agression sexuelle. La plupart écrivent déjà très bien leurs jugements. Ce n'est pas cela, je ne fais pas de généralisation.
Je pense qu'il est plus que temps que ce projet de loi soit voté et étudié en comité, surtout que le contexte de la pandémie a exacerbé le problème de la violence à l'égard des femmes.
Durant la pandémie, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec une personne du consulat australien concernant l'important enjeu de la formation des juges dans des cas d'agression sexuelle. C'est une question de dignité pour les victimes, car il est important de bien saisir les sensibilités de ces causes d'agression sexuelle. Il est important de les replacer dans leurs contextes sociaux et familiaux.
Pendant la pandémie, j'ai également parlé à plusieurs reprises avec une survivante québécoise. Elle m'expliquait recevoir sur son blogue plusieurs mots de femmes qui, comme elle, ont vécu des expériences difficiles au tribunal. Voici quelques exemples de commentaires: « ils ne peuvent pas juger quelque chose qu'ils ne comprennent pas », « ils ne comprennent pas l'état émotionnel dû au stress post-traumatique de la victime », « avec une mémoire qui se fragmente, on ne peut pas se rappeler avec précision l'ordre des choses et les souvenirs nous reviennent par bribe. C'est non volontaire, c'est la façon dont le cerveau se met en mode survie », « il faut que les juges puissent s'adapter à l'état de la victime, et non l'inverse ».
Elles sont souvent encore en état de choc, elles ne peuvent pas être solides. C'est pourtant ce que la justice attend d'elles. Ce n'est pas réaliste de s'attendre à ce qu'elles témoignent en donnant tous les détails sur un ton calme. C'est impossible pour une victime d'agression sexuelle.
Je ne peux donc que souhaiter que, dans un futur rapproché, le projet de loi soit adopté et appliqué le plus rapidement possible. Nous devons laisser de côté la partisanerie et adopter dès maintenant ce projet de loi afin de lutter contre les mythes et les stéréotypes associés aux trop nombreuses agressions sexuelles.
Il y a 600 000 agressions sexuelles par année au Canada. En moyenne, une femme sur deux sera agressée au moins une fois dans sa vie. Ce taux est encore plus élevé pour les femmes ayant un handicap, sans oublier le dossier des femmes et des filles autochtones.
Il y a beaucoup trop d'agressions. En 2020, la culture du viol n'a plus sa place. Nous devons agir.
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is nice to see you in person. I want to say hello to my colleagues on video conference.
I want to take a moment to pay tribute to my father, who died from ALS three years ago and whose birthday was October 7. I mention this because there is a lot of talk about these issues and about how to support caregivers.
I am pleased to be here today to speak to Bill C-3. We have been talking about this bill for a long time, but we are finally coming to the end. This is reassuring, because now we will able to move forward. There are more steps to come.
No one here will be surprised to hear that the Bloc Québécois will support the bill. Our party supported the original version of the bill that was introduced by Ms. Ambrose, the former interim leader of the Conservative Party. My colleague from Rivière-du-Nord was eager to support the bill and sought leave of the House to move a motion calling on the Senate to promptly adopt the bill, since the parliamentary session was coming to a close.
Unfortunately, what we feared came to pass. Our colleague's bill died on the Order Paper. That was not the first time. I also saw this when I was a political staffer about 10 years ago. We hope that Bill C-5 will not suffer the same fate. I would hope that we will get there in this session of Parliament with Bill C-3, and that after two failures, the third time will be the charm. I am speaking to all members. This is what I hope for us, so let's hurry up and support it.
Bill C-3 is important. It is a short bill, only a few pages long, and we all seem to agree on it. Despite its apparent simplicity, this bill is of paramount importance, because it has to do with the confidence the general public has in the justice system. As everybody here knows, the justice system is the backbone of any society. If people can no longer trust the justice system, what will they do? The excesses we see from time to time, including right now, the excesses that turn our stomachs, would only multiply. That is why we must act.
As legislators, experienced or newly elected, it is on us to ensure that the justice system in place is credible and that it has the approval and support of the entire, or the majority, of the population.
In the interest of justice, those dealing with the system and the rule of law that we are tasked to protect, we must in my opinion pass this bill as soon as possible. What are the effects? The answer is simple. We are talking here about training judges. Bill C-3 specifically addresses sexual assault, which we have been especially ill-equipped and ill-informed to deal with, not to mention that our judgments on this issue are often biased.
It is up to us as legislators to bolster this trust by rectifying the situation. We must give our judges as many tools as possible, so that they may do their job with the professionalism they already bring to it and want to continue to bring to it.
In almost all cases, a judge must assess the credibility of witnesses, that of both the victim and the accused. This is often where a judge can be influenced by preconceived notions that do not stem from malice, but from our lived experience and culture.
Bill C-3 seeks to address this situation by providing better training for judges and making everyone aware, including legislators, of the reality of sexual assault. We must understand how a victim may react in a given situation and why the victim may not recall the events surrounding the sexual assault. This is reiterated in practically every speech.
If we want the justice system to work, we need to ensure that the courts have a firm grasp of these issues. When asked to assess the credibility of a witness, a judge must have sufficient academic and practical knowledge to deliver a judgment that is sound and, above all, that Canadians can trust.
I hope that Bill C-3 will somehow open the door to the possibility of including, in sexual assault cases, a restorative component more common in the civil courts of Quebec and the provinces. We want to enhance people's trust in the courts, and not just criminal courts. It is normal for rulings to be overturned. Every day, rulings are handed down by the courts, and every day, rulings are overturned by the court of appeal. Sometimes the decision is two against one, as the judgment is not unanimous. Those cases go to the Supreme Court, which also often quashes appeal court rulings. Those judgments are not always unanimous either.
What is more, we are hearing that Quebec wants to establish specialized courts to hear sexual assault cases. Given that judges in all kinds of courts will receive this training, they may take it upon themselves to promote such avenues of recourse. In some cases, this could be done by improving legal aid so that people who rely on legal aid can seek redress through the civil courts.
That is why this bill must be passed quickly. Training is a driver of change because it seeks to increase awareness of the situation and to ensure that real needs are taken into consideration so that the work is done properly. We hope that no one has to experience sexual assault before having empathy for victims.
This training is essential for our current justice system. For all of these reasons, and for the reasons cited by all of my colleagues over the past few hours, we will be voting in favour of Bill C-3. I want to reiterate for the fourth time that I hope it will be passed very quickly.
Madame la Présidente, ça fait du bien de se revoir en personne. Je salue aussi mes collègues qui sont en visioconférence.
Comme nous sommes le 7 octobre, j'aimerais avoir une pensée pour mon papa, qui est décédé de la sclérose latérale amyotrophique il y a déjà trois ans et dont c'est l'anniversaire aujourd'hui. Je lui rends hommage. Je dis cela parce qu'on parle beaucoup de ces questions et de la façon d'accompagner un proche aidant.
Je suis heureuse d'être ici aujourd'hui afin de parler du projet de loi C-3. On en a déjà beaucoup parlé, depuis longtemps, mais on arrive au bout. C'est rassurant, puisque nous allons pouvoir avancer. En effet, il y a d'autres étapes à venir.
Ici, personne ne sera surpris d'apprendre que le Bloc québécois va appuyer le projet de loi. À l'époque, notre parti avait appuyé la mouture du projet de loi qu'avait déposé l'ex-chef intérimaire du Parti conservateur, Mme Ambrose. Mon collègue de Rivière-du-Nord s'était d'ailleurs empressé de l'appuyer et de solliciter le consentement de la Chambre pour une motion demandant au Sénat d'accélérer son adoption du projet de loi, puisqu'on approchait de la fin de la session parlementaire.
Malheureusement, ce que nous craignions est arrivé. Le projet de loi de notre collègue est mort au Feuilleton. Ce n'est pas la première fois. J'ai vécu cela alors que j'étais attachée politique, il y a une dizaine d'années. Nous espérions que le projet de loi C-5 ne subirait pas ce sort. J'ose espérer que nous allons y arriver dans cette session parlementaire avec le projet de loi C-3 et qu'après deux échecs, la troisième fois sera la bonne. Je nous le dis, je nous le souhaite et je l'espère. Alors, dépêchons-nous de l'appuyer.
Le projet de loi C-3 est important. C'est un court projet de loi, d'à peine quelques pages, et sur lequel nous semblons tous être d'accord. Malgré sa simplicité apparente, ce projet de loi est d'une importance capitale, puisqu'il est ici question de la confiance que l'ensemble de la population accorde au système judiciaire. Je n'apprendrai rien à personne en disant que le système judiciaire est la colonne vertébrale d'une société. Si les gens ne peuvent plus faire confiance au système judiciaire, que vont-ils faire? Les débordements que nous constatons à l'occasion — comme ces temps-ci — et qui nous révoltent ne pourront alors que se multiplier. C'est pourquoi il faut agir.
En tant que législateurs ou législatrices, chevronnés ou nouvellement élus, il nous incombe de nous assurer que le système judiciaire en place est crédible et qu'il a l'approbation et l'appui de l'ensemble ou de la majorité de la population.
Dans l'intérêt de la justice, des justiciables et de l'état de droit que nous sommes chargés de protéger, il nous faut, selon moi, adopter le plus tôt possible ce projet de loi. Quels en sont les effets? La réponse est simple. On parle ici de la formation de juges. La question à laquelle le projet de loi C-3 s'attaque, ce sont les agressions sexuelles, face auxquelles nous sommes particulièrement mal outillés et mal informés et notre jugement souffre souvent d’un parti pris.
C'est donc à nous, législateurs, qu'il incombe de renforcer cette confiance en corrigeant le tir. Il faut nous assurer de donner à nos juges le plus d'outils possible, pour qu'ils fassent leur travail avec tout le professionnalisme qu'ils y mettent déjà et qu'ils veulent continuer d'y mettre.
Dans presque tous les dossiers, un juge doit évaluer la crédibilité des témoins, c'est-à-dire celle de la victime et celle de l'accusé. C'est souvent à ce chapitre que l'évaluation du juge peut être influencée par des partis pris qui sont le fruit, non pas de la méchanceté, mais de l'ensemble de notre vécu et de notre culture.
Le projet de loi C-3 vise précisément à régler cette situation en formant mieux les juges et en sensibilisant tout le monde, y compris les législateurs, à la réalité d'une agression sexuelle. Il faut comprendre comment une victime peut réagir dans une situation donnée et pourquoi les événements entourant l'agression sexuelle peuvent échapper à sa mémoire. C'est ce qu'on entend pratiquement à chaque discours.
Si on veut que le système judiciaire fonctionne, il faut s'assurer que les tribunaux maîtrisent bien ces questions. Lorsqu'un juge est appelé à évaluer la crédibilité d'un témoin, il faut qu'il puisse le faire avec une connaissance académique et pratique suffisante pour rendre un jugement efficace et, surtout, un jugement auquel l'ensemble de la population pourra faire confiance.
D'une certaine façon, j'espère que le projet de loi C-3 ouvrira la porte à la possibilité d'une composante plus réparatrice en matière d'agression sexuelle et caractéristique des tribunaux civils du Québec et des provinces. Il faudra que toute la confiance que l'on souhaite restaurer envers les tribunaux ne se limite pas uniquement aux tribunaux criminels. Qu'un jugement soit infirmé, c'est normal. Tous les jours, les tribunaux rendent des décisions; tous les jours la Cour d'appel en infirme. Parfois, ils sont deux contre un, car les bancs ne sont pas unanimes. Cela peut se rendre à la Cour suprême, qui elle aussi infirme souvent les décisions des cours d'appel. Là encore, on n'est pas toujours unanime.
De plus, on entend dire que le Québec souhaite mettre sur pied des tribunaux spécialisés dans les cas d'agression sexuelle. Puisque les juges de n'importe quel tribunal recevront cette formation, peut-être souhaiteront-ils donner un coup de pouce de leur propre chef à ces recours. Dans certains cas, cela pourrait se faire en bonifiant l'aide juridique pour que les personnes qui la réclament puissent aller chercher réparation auprès des tribunaux civils.
Voilà pourquoi ce projet de loi doit être adopté rapidement. La formation est un vecteur de transformation, car elle vise une meilleure connaissance de la situation et à ce que les réels besoins soient pris en compte pour que le travail soit bien fait. Nous souhaitons que personne n'ait à vivre l'expérience d'une agression sexuelle pour apprendre à avoir de l'empathie envers les victimes.
Cette formation est essentielle pour notre système de droit actuel. Pour toutes ces raisons et celles évoquées par tous mes collègues depuis déjà plusieurs heures, nous allons voter en faveur du projet de loi C-3. Je le redis pour la quatrième fois, j'espère qu'il sera adopté très rapidement.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2020-10-07 16:53 [p.696]
Madam Speaker, it is a pleasure to rise and speak to Bill C-3, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code. I have a lot to say about this bill, so I hope I do not run out of time.
First I want to thank my friend, the Hon. Rona Ambrose. I was with her from the inception of this bill. She did me the honour of making me the chair of the status of women committee. Watching her lead this bill through the House was a real learning experience for me. We know that she is an accomplished businesswoman and accomplished politician. She was also our interim leader and a cabinet minister. I heard she is writing a book, so I look forward to that. I would like to thank her again for recognizing the importance of this issue and bringing it forward.
I want to talk a bit about the history of the bill. We have heard in some of the speeches that this is the third time it has been before the House. It received unanimous consent when I was here, and went to the Senate. Although I cannot explain what happened there, I was told that at the last moment the government woke up and realized it had passed no legislation and loaded up government legislation into the queue. That was the responsibility there for that failure.
Then we had Bill C-5. It was reintroduced, and I was happy to see that. Then the government decided not to sit all summer, so that was a wasted opportunity, and then on top of that it prorogued Parliament and delayed another six weeks. Everything fell off and had to be restarted, so here we are again.
It is disconcerting when we think about the statistics that we have heard. I know that many people have quoted them in their speeches, but I want to add a few comments to them. It is astounding when we hear that 83% of women who have been sexually assaulted do not even report it. That is just the tip of the iceberg.
We heard some testimony at the status of women committee. We were studying violence against women and girls at the time this bill came forward. The Ottawa Police reported that, of the women who show up at the police station to claim that they have been sexually assaulted, the police do not even write a report for 40% of them. Think about the humiliation for women, of being sexually assaulted and having the courage to go to the police knowing that, if they show up, only one in five cases is even reported, which then may go to trial. A very small percentage of those ever come with a conviction.
Once they come up with a conviction, it is astounding to see the small sentences that people receive in this country for sexual assault. When we look at it on paper, we can see that there are supposed to be minimum sentences of 10 and 14 years for these kinds of offences, but the reality is that it is up to the judge of the day to determine whether he wants to go with a summary conviction, probation or a fine. In fact, in many cases, even for the very small percentage convicted, the punishment for the crime is measured in months, or people are allowed to be on probation or they pay a fine for sexually assaulting a woman.
When one in three women in this country is going to be sexually assaulted in her life, this is totally unacceptable. We know, and it has been pointed out, that indigenous women and members of the LGBTQ community are even more at risk for this kind of sexual violence. It is all the more reason why we need to have training in place that could address parts of this.
I liked many of the recommendations I heard today that said that we have the purview, here in the House, over federal judges. However, that is not the whole story. There are provincial judges. This bill was brought forward and shared with all of the provinces. The report on violence against women and girls in Canada, which brought 45 specific recommendations to address this issue, was shared as well across the provinces. I am sad to say there has been very little uptake of that. Therefore, I was encouraged to hear my colleagues from Quebec tell me that they are starting to look at this and address the issue, because that will be very important.
Police sensitivity has been pointed out as a factor in the murdered and missing aboriginal women and girls recommendations, as well as 40 other reports that went before them on similar terms.
We heard testimony as well that training is needed there, but the reality is we have limited sway. This bill would address training for lawyers who want to become judges. We really wanted to have it address all the justices who were going to hear sexual assault cases, but unfortunately, that was not something we were able to make happen.
Justice Kent showed up at committee. As soon as Rona had tabled this bill, she was very enthusiastic and implemented training for lawyers who wanted to be judges in the federal judiciary, and recommended training to all those who were existing justices. She was unable to force them to take it, but at least there was immediate action taken. While there has been lamenting about the amount of time to pass the bill in full, people have stepped up to the plate and have been able to address some of the needs without even seeing the legislation.
Some of the statistics I find really troubling have to do with young people. Young people aged 15 to 24 are twice as likely to be sexually assaulted. When we were at committee, we heard testimony that 30% of women who attend Canadian universities would be sexually assaulted in the first eight weeks. This is unacceptable and unbelievable. Imagine these young girls in that state of trauma, not understanding the judicial system and having no guidance of any kind to help them manoeuvre through the police, and of course the peer pressure that exists on campus. We can see why we really need to have sensitivity.
The study we did came up with a lot of recommendations, and I am disappointed to see the government did not end up doing much with those. If I look at the importance it placed on addressing this issue, $100 million was put into one of the budgets to address violence against women and girls. If we think about the four million women, plus or minus, who have experienced sexual assault, it works out to 25 bucks for each one. That is not very much when compared, for example, with the government's response to the COVID pandemic, where some $240 billion has been rolled out to date for about 106,000 cases. That is $2.2 million per case of COVID compared with 25 bucks per sexual assault. I just wanted to put that into perspective. Sometimes the math tells us a lot.
Obviously, with this legislation we are trying to address some of the really egregious comments that have been made by judges in sexual assault trials. We know the most infamous one: Robin Camp's comments asking a survivor if she could not just keep her knees together. That was totally unacceptable. We know there was another case in the Atlantic provinces. A woman who had been drinking was assaulted, and the comment from the judge was that she was drunk, as if somehow that justified her being sexually assaulted. Maybe the most egregious to me personally were the comments made about Cindy Gladue, who was sexually assaulted and murdered, and when she was not even there to defend herself, the judge referred to her continually as the aboriginal prostitute. That is unacceptable in the extreme. We absolutely need to see change.
I have pointed out why the bill is needed. I want to spend a few minutes talking about what the bill would do and some the things that have changed over the evolution of the bill. The bill's purpose is to improve the interaction between sexual assault complainants and the justice system, specifically the judiciary. It would restrict the eligibility of who could be appointed to become a judge in Superior Court by requiring them to commit to undertaking and participating in continuing education on matters related to sexual assault and social context, including attending seminars.
It requires the Canadian Judicial Council to submit an annual report to Parliament on the delivery of and participation in the sexual assault information seminars established by it, and it requires judges to provide reasons for their decisions in sexual assault cases. It is really important that we understand why written decisions were necessary. When the decisions were not written, there was some evidence that perhaps they were less well thought out, or less likely to be appealed because the wording was not on record. Therefore, that was important.
In the bill itself there is more robust language about the consulting that needs to be done with other organizations for the training. We want to make sure that the training gets at the things it needs to address, so it needs to be “developed after consultation with persons, groups or organizations that the Council considers appropriate, such as sexual assault survivors and groups and organizations that support them; and include instruction in evidentiary prohibitions, principles of consent and the conduct of sexual assault proceedings, as well as education regarding myths and stereotypes associated with sexual assault complainants.”
Earlier we heard the member for Oakville North—Burlington recite the history of the legislation that went into place in 1983, which was the rape shield provision. That prohibits someone from bringing up someone's past sexual history as any kind of information that would be relevant to a sexual assault trial. In addition to that, the principle of consent is important and is something that does not just belong in training for judges. I agree also with an earlier member who talked about how it is important to educate children from the time they are young about consent.
If anyone has not seen a very short clip on YouTube called “Tea Consent”, I would encourage members to look at it, because it uses a cup of tea as an example of when we could expect sexual advances to be acceptable or not. We do not give someone tea if they are unconscious. We do not give someone tea if they say they do not want tea. I really think that is an excellent short video, but the education needs to be ongoing.
I am happy to see the consultation here and my hope is that they would consult as well intersectionally to make sure that concerns from the LGBTQ community as well as indigenous communities are heard, who as I already pointed out are more likely to experience assault. The training can be sensitive in all ways.
One of the things I do not like about the current revision is the metrics for tracking how well this is going. Originally, the tracking was going to be the number of sexual assault cases that were heard and the number of cases that had judges who had the training, so we could get a sense if it was working. Do we have judges, 100% being the goal, who have had the training actually presiding over cases?
Instead, the metric has been changed to the number of judges who attended each seminar. It is important to measure the number of people taking the training, but I am more interested in something very specific, which is that the people who are presiding over sexual assault trials have had the training. That is one of the things that brought this forward. The other justices who were somewhat insensitive did not have the training. I do not know if that metric is really where it ought to be, but I am sure that will get hashed out as well when it gets to committee.
I want to talk about some of the other issues that contribute to the whole problem of sexual assault and the ramifications of it. If we think about the victims who have been raped, there is a range of sexual assault that goes from the extreme on down. However, in every case there is trauma.
Many of the women and men who have been assaulted and experience this trauma have mental health issues as a result. Many turn to addictions of various sorts. The opioid crisis and the methamphetamine crisis we studied at health committee, if we look to the root cause of these things, it comes back to sexual assault in many cases. The cost to society is huge and it cannot be overlooked when we look at the importance of getting the legislation in place.
The other thing I wanted to talk about is rape culture. We were studying this whole issue of violence against women and girls and how we get to all of the different solutions. Rape culture is actually a pyramid where at the top we have sexual assault as the most heinous act. However, at varying levels below, there are behaviours that will walk somebody in that direction, starting with the catcalling, heckling and harassing of women and people on buses, for example.
There was an organization locally that came and did a very good presentation on the different behaviours and all the steps that would be needed to make sure people understand these small behaviours become more and more egregious and can, if not interrupted, lead somebody to cross the line and commit sexual assault. That is one thing that definitely needs to be looked at.
The other thing I want to talk about is the length of time all of this takes. We have talked about this particular bill being introduced for the third time, but that is not the only thing. I get very frustrated when I look at the work done at committees, which is very valuable and produces very detailed recommendations on what the government needs to do with violence against women and girls. Members should read the report.
There are 45 recommendations, some of them specific to those young women on university campuses and what we need to do to prevent sexual assault, help these women and guide them through the process. Each university should have a protocol in place to make sure they follow up correctly on the incident without shaming the victim, and to make sure the victim has support as they go through the police and judicial system. There are a lot of good points in there. It takes a long time to get anything to happen and I have not seen much happen with that.
The same is true for many issues affecting women, such as human trafficking, pay equity, corporate boards and systemic discrimination of women during the COVID pandemic. We have had a lot of discussions about how women are disproportionately impacted by the pandemic and how many of the programs rolled out did not really hit the mark there.
We need to be more nimble and agile. I heard that word in the throne speech. I am a fan of agility. Some folks in my past have said that I ram things through, but that is not true. I am a person of action and I like to see things done quickly.
In this case, it is something that is very serious. I am definitely going to support Bill C-3 and I am happy to have the opportunity to speak to many of the new members who may not have known the history of the bill as it came through the House, or who may not have been familiar with all of the statistics as to how bad the situation is in our own country.
I do not want to get away from the theme that one of the members talked about in terms of the government's approach of prevention, support and justice. I do think those are the right pillars to move forward with some action. We talked about education and some of the supports, but justice is something I would like to talk about for one minute.
We met with women from other countries that were parliamentary representatives. I remember sitting with a woman from another country and I asked what the sexual assault frequency was in her country. She told me that it is not really an issue for them. When I asked her why that was, she said that there is a mandatory 10-year sentence with no exceptions. That is the take-away.
We need to do something in our judicial system in addition to this bill that actually puts a punishment in place and does not leave it to the discretion of the judges who are preferentially choosing to go with punishments measured in months for the sexual assault of teenagers, people who may have trauma for the rest of their lives.
I thank members for listening and I thank Rona Ambrose for bringing the bill forward. I look forward to questions.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'intervenir au sujet du projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel. Comme j'ai beaucoup à dire au sujet de ce projet de loi, j'espère que je ne manquerai pas de temps.
J'aimerais tout d'abord remercier mon amie, Rona Ambrose. J'étais à ses côtés dès la présentation initiale de ce projet de loi. Elle m'a fait l'honneur de me nommer présidente du comité de la condition féminine. J'ai beaucoup appris en la regardant piloter ce projet de loi à la Chambre. Nous savons que c'est une femme d'affaires et une politicienne accomplie. Elle a également été ministre, et notre chef par intérim. J'ai entendu dire qu'elle rédige un livre, alors j'ai hâte à sa parution. J'aimerais une fois de plus la remercier d'avoir admis l'importance de ce dossier et d'avoir agi en conséquence.
J'aimerais parler un peu de l'historique de ce projet de loi. Certains discours nous ont appris que c'est la troisième fois que la Chambre en est saisie. Il a obtenu le consentement unanime alors que j'étais à la Chambre, et il a été renvoyé au Sénat. Même si je ne peux expliquer ce qui s'est passé là-bas, on m'a dit que le gouvernement s'est réveillé au dernier moment et a réalisé qu'il n'avait fait adopter aucune mesure législative. Il s'est donc empressé de présenter toute une série de projets de loi gouvernementaux. Je crois que cela explique en partie cet échec.
Il y a eu ensuite le projet de loi C-5. La mesure a donc de nouveau été présentée, ce dont je m'étais réjouie. Puis, le gouvernement a décidé de ne pas siéger de l'été, une occasion manquée, avant de proroger le Parlement et de tout retarder de six semaines de plus. Cela nous obligeait à tout reprendre depuis le début. C'est reparti, encore une fois.
Les statistiques que nous avons entendues sont troublantes. De nombreuses personnes les ont déjà citées, mais j'aimerais y revenir. C'est incroyable de penser que 83 % des femmes victimes d'une agression sexuelle ne dénoncent pas. Ce n'est que la partie visible de l'iceberg.
Le comité de la condition féminine a entendu des témoignages. Nous menions une étude sur la violence envers les femmes et les filles au moment où ce projet de loi a été présenté. Le Service de police d'Ottawa a indiqué que, sur le nombre de femmes qui se présentent au poste de police en affirmant avoir subi une agression sexuelle, aucun rapport n'est rédigé par la police dans 40 % des cas. Pensons à l'humiliation que ressentent les femmes qui ont été victimes d'une agression sexuelle et ont le courage de s'adresser à la police sachant que seulement un cas sur cinq est pris au sérieux et peut aboutir devant la justice, sans compter que le pourcentage qui mène à une déclaration de culpabilité est très faible.
Lorsqu'un verdict de culpabilité est rendu, il est effarant de constater les peines légères qu'encourent les agresseurs sexuels dans ce pays. Sur papier, nous pouvons constater que les peines minimales pour ce type d'infractions sont censées s'élever à 10 ou 14 ans selon le cas, mais la réalité est que la décision revient au juge saisi de l'affaire d'imposer une déclaration de culpabilité par procédure sommaire, une ordonnance de probation ou une amende. En fait, dans de nombreux cas de culpabilité — dont le pourcentage est d'ailleurs très faible —, les peines pour avoir agressé sexuellement une femme vont de quelques mois d'emprisonnement seulement à une période de probation, voire à une simple amende.
Lorsque l'on pense qu'une femme sur trois dans ce pays sera victime d'une agression sexuelle dans sa vie, c'est absolument inacceptable. Nous savons, et cela a été souligné, que les femmes autochtones et les membres de la communauté LGBTQ courent un risque encore plus grand de subir de la violence sexuelle. Cela justifie d'autant plus la nécessité de mettre en place une formation qui saura régler le problème en partie.
J'ai apprécié nombre des recommandations que j'ai entendues aujourd'hui, à l'effet que la formation des juges fédéraux relève de la Chambre. Toutefois, ce n'est pas tout; pensons aussi au cas des juges provinciaux. Le projet de loi dont il est question a été présenté et discuté par l'ensemble des provinces. Le rapport sur la violence auprès des femmes et des filles au Canada, qui contient 45 recommandations spécifiques pour traiter cet enjeu, a également été transmis à toutes les provinces. Je suis triste de constater que ce rapport semble avoir eu peu de répercussions. Par contre, j'ai été encouragée d'entendre mes collègues du Québec me dire qu'ils commencent à s'attaquer à cet enjeu important, ce qui augure bien.
La conscientisation des forces policières figure parmi les enjeux de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, ainsi que dans les 40 autres rapports qui ont été présentés dans des termes semblables.
Nous avons également entendu des témoignages selon lesquels une formation est nécessaire dans ce domaine, mais la réalité est que nous n'avons qu'une influence limitée. Ce projet de loi portera sur la formation des avocats qui veulent devenir juges. Nous souhaitions sincèrement qu'il s'adresse à tous les juges qui allaient entendre des affaires d'agression sexuelle, mais malheureusement, cela n'a pas été possible.
La juge Kent, qui a témoigné devant le comité, s'est montrée très enthousiaste dès que Rona a déposé ce projet de loi, et elle a instauré un programme de formation pour les avocats qui veulent être juges dans le système judiciaire fédéral. Elle a également recommandé à tous les juges déjà en poste de suivre eux aussi une formation. Elle n'a pas pu les forcer à le faire, mais au moins, des mesures ont été prises immédiatement. Alors que l'on se lamentait sur le temps nécessaire pour adopter ce projet de loi dans son intégralité, les gens se sont mis au travail et ont pu répondre à certains besoins avant d'attendre l'adoption officielle dudit projet de loi.
Certaines des statistiques que je trouve vraiment troublantes portent sur les jeunes. Les jeunes de 15 à 24 ans sont deux fois plus susceptibles d'être victimes d'agression sexuelle. Le comité a entendu des témoignages selon lesquels 30 % des femmes qui fréquentent les universités canadiennes seraient agressées sexuellement au cours des huit premières semaines. C'est inacceptable et incroyable. Imaginons ces jeunes filles traumatisées qui ne comprennent pas le système judiciaire et qui ne reçoivent pas le moindre conseil pour les aider à faire face à la police et, bien sûr, à la pression des pairs qui existe sur le campus. On peut voir pourquoi il faut vraiment faire preuve de sensibilité.
L'étude que nous avons réalisée a donné lieu à de nombreuses recommandations, et je suis déçue de voir que le gouvernement n'a pas fait grand-chose avec celles-ci. Si on se penche sur l'importance que le gouvernement accorde à cette question, on constate qu'il a investi 100 millions de dollars dans l'un des budgets pour lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles. Si on pense aux quelque quatre millions de femmes qui ont été victimes d'agression sexuelle, cela revient à 25 $ pour chacune d'entre elles. C'est bien peu lorsqu'on compare, par exemple, cet investissement à la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID, où quelque 240 milliards de dollars ont été distribués à ce jour pour environ 106 000 cas. Cela représente 2,2 millions de dollars par cas de COVID comparativement à 25 $ par cas d'agression sexuelle. Je voulais simplement mettre cela en perspective. Parfois, les chiffres nous en disent long.
Bien sûr, à l'aide de cette mesure législative, nous tentons d'agir à l'égard de certaines observations absolument scandaleuses faites par des juges lors de procès pour agression sexuelle. Nous connaissons la plus infâme, soit celle de Robin Camp, qui a demandé à une survivante pourquoi elle n'avait pas simplement serré les genoux. C'était tout à fait inacceptable. Nous savons qu'il y a eu un autre cas dans les provinces de l'Atlantique. Une femme qui avait bu a été victime d'une agression, et le juge a indiqué que c'était à cause de sa consommation d'alcool, comme si le fait qu'elle ait bu de l'alcool justifiait en quelque sorte qu'elle se fasse agresser sexuellement. À mon avis, l'observation la plus scandaleuse est probablement celle concernant Cindy Gladue, qui a été agressée sexuellement et tuée. Le juge l'appelait continuellement la prostituée autochtone, alors qu'elle n'était même pas là pour se défendre. C'était profondément inacceptable. Il faut absolument que les choses changent.
J'ai souligné pourquoi le projet de loi est nécessaire. Je tiens à prendre quelques minutes pour parler de l'objet du projet de loi et de certains des changements qui ont été apportés au fil de l'évolution de ce dernier. Le projet de loi vise à améliorer les interactions entre les victimes d'agression sexuelle et le système de justice, particulièrement les juges. Il limitera l'admissibilité au poste de juge à la Cour supérieure en obligeant les candidats à s'engager à suivre une formation continue portant sur des questions liées aux agressions sexuelles et au contexte social, notamment la participation à des colloques.
Le projet de loi exige du Conseil canadien de la magistrature qu'il présente un rapport annuel au Parlement sur les colloques portant sur des questions liées au droit relatif aux agressions sexuelles qui ont été offerts et sur les personnes qui y ont assisté. De plus, il oblige les juges à motiver leurs décisions lors des procès pour agression sexuelle. Il est très important de comprendre pourquoi les décisions doivent être données par écrit. Quand les décisions n'étaient pas écrites, il était possible de croire qu'elles n'étaient pas bien réfléchies ou qu'il y avait moins de chance de les porter en appel parce que le libellé n'avait pas été porté au dossier. Par conséquent, c'était un aspect primordial.
Dans le projet de loi, il est énoncé de manière sans équivoque de quelle nature doivent être les consultations avec les autres organismes afin de préparer les colloques. Il est important de garantir que la formation porte sur les points essentiels à aborder. C'est pourquoi le Conseil canadien de la magistrature doit veiller à ce que les colloques « soient élaborés après consultation des personnes, groupes ou organismes qu’il estime indiqués, tels que les personnes ayant survécu à une agression sexuelle ainsi que les groupes et les organismes qui les appuient; abordent notamment les interdits concernant la preuve, les principes sous-tendant le consentement, la procédure à suivre lors des procès pour agression sexuelle, de même que les mythes et les stéréotypes associés aux personnes qui portent plainte pour agression sexuelle ».
Tout à l'heure, nous avons entendu la députée d'Oakville-Nord—Burlington parler de l'historique des dispositions sur la protection des victimes de viol, introduites en 1983. Ces dispositions interdisent d'évoquer le passé sexuel d'une personne comme preuve dans le cadre d'un procès pour agression sexuelle. Par ailleurs, la notion de consentement est importante et ne s'applique pas uniquement à la formation des juges. Je partage l'avis de la députée qui a dit plus tôt qu'il est important de sensibiliser les enfants dès la petite enfance à l'égard du consentement.
S'il y a des députés qui n'ont pas vu sur YouTube la très courte vidéo intitulée « Tea Consent », je les encourage à la visionner, car on y utilise une tasse de thé pour expliquer dans quels cas on peut s'attendre à ce que des avances sexuelles soient acceptables ou non. On ne donne pas de thé à une personne inconsciente. On ne donne pas de thé à une personne si elle dit qu'elle n'en veut pas. Je pense vraiment que c'est une excellente petite vidéo, mais il faut continuer à sensibiliser les gens.
Je suis ravie de voir les consultations qui ont lieu ici et j'espère qu'il y en aura aussi auprès de toutes les parties concernées pour que les préoccupations de la communauté LGBTQ ainsi que des communautés autochtones soient entendues car, comme je l'ai déjà souligné, ces groupes sont plus susceptibles d'être victimes d'agressions. La formation doit sensibiliser les gens à l'égard de tous les groupes susceptibles d'être victimes d'agressions.
Un des éléments qui ne me plaît pas dans la plus récente version du projet de loi concerne les paramètres définis pour en mesurer l'efficacité. Initialement, on allait consigner le nombre de dossiers d'agression sexuelle où le juge aurait suivi la formation, par rapport au nombre total de dossiers de cette nature. Ainsi, nous aurions eu une idée de l'efficacité du projet de loi. Nous aurions pu voir la proportion de juges ayant suivi la formation — l'objectif étant de 100 % — parmi tous ceux qui président des procès pour agression sexuelle.
Or, on a changé le critère, et il s'agit désormais de compter le nombre de juges qui participent à chaque séminaire de formation. C'est important de connaître le nombre de juges qui suivent la formation, mais je m'intéresse davantage à une statistique précise, soit le nombre de juges qui entendent des causes d'agression sexuelle et qui ont suivi la formation. Voilà qui est à l'origine du projet de loi dont nous sommes saisis: les juges qui témoignaient d'une insensibilité à l'égard des victimes n'avaient pas reçu de formation. Je ne sais pas si les paramètres ont été bien définis, mais je suis certaine qu'on en discutera longuement à l'étape de l'étude en comité.
Je tiens à parler de certains autres problèmes qui s'ajoutent au problème des agressions sexuelles comme telles et qui font partie de ses ramifications. Quand on songe aux personnes qui ont été violées, il faut se rappeler qu'il existe diverses formes d'agression sexuelle tantôt d'une gravité extrême, tantôt moins graves. Cependant, dans tous les cas, les victimes souffrent de traumatismes.
Bon nombre de femmes et d'hommes qui ont vécu ce genre d'agression et de traumatisme ont des problèmes de santé mentale à cause de cette expérience. Nombre d'entre eux acquièrent diverses formes de dépendances. Quand on se penche sur la crise des opioïdes et des méthamphétamines, que nous avons étudiée au comité de la santé, on se rend compte que, dans bien des cas, les agressions sexuelles sont la cause derrière la toxicomanie. Ce problème coûte extrêmement cher à la société, et on ne peut pas en faire abstraction pendant que nous nous penchons sur l'importance de mettre en place des mesures législatives.
J'aimerais aussi parler de la culture du viol. Nous nous sommes penchés sur la question de la violence envers les femmes et les filles ainsi que sur les solutions possibles. La culture du viol comprend un ensemble de comportements, dont le plus odieux, c'est-à-dire l'agression sexuelle, mais aussi divers comportements moins graves qui peuvent cependant mener à l'agression sexuelle, comme le fait de siffler, d'interpeler et de harceler des femmes et d'autres personnes dans les autobus.
Un organisme local est venu faire une très bonne présentation sur ces différents comportements et sur les mesures qu'il faudrait prendre pour faire comprendre aux gens que ces gestes moins graves peuvent mener à des comportements plus nuisibles qui, faute d'être réprimés, peuvent amener quelqu'un à franchir les limites et à commettre une agression sexuelle. C'est l'un des aspects que nous devrions certainement étudier.
L'autre chose dont je veux parler, c'est la longueur du processus. Nous avons déjà dit que la Chambre est saisie de ce projet de loi pour la troisième fois, mais ce n'est pas tout. Je ressens énormément de frustration quand je regarde tous les travaux que le comité y a consacrés ainsi que les recommandations extrêmement détaillées qu'il a transmises au gouvernement sur la façon d'éradiquer la violence contre les femmes et les jeunes filles. J'invite les députés à lire son rapport.
Il comporte 45 recommandations, certaines plus pointues que d'autres — je pense par exemple à celles qui expliquent ce qu'il faut faire pour éviter que les jeunes femmes qui circulent ou vivent sur un campus universitaire soient agressées, mais aussi pour les guider et pour les aider à se retrouver dans le processus judiciaire. Toutes les universités devraient se doter d'un protocole afin de bien donner suite aux cas qui leur sont signalés, d'écouter les victimes en évitant qu'elles se sentent honteuses et de les soutenir dans leurs démarches auprès des policiers et des tribunaux. On y trouve une foule de suggestions intéressantes, sauf qu'il faut du temps pour les mettre en œuvre et, jusqu'à présent, à peu près rien n'a été fait en ce sens.
On pourrait dire la même chose de nombreux problèmes propres aux femmes, comme la traite des personnes, l'équité salariale, la participation aux conseils d'administration et la discrimination systémique dont elles sont victimes depuis le début de la pandémie. Il a beaucoup été question du fait que les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie et que nombre des programmes offerts ne les ont pas aidées.
Nous devons nous montrer plus souples et plus agiles. J'ai entendu ce mot dans le discours du Trône. J'aime bien l'agilité. Certaines personnes ont déjà dit de moi que j'imposais ma volonté, mais ce n'est pas vrai. Je suis une personne d'action et j'aime que les choses se fassent rapidement.
Nous voici en présence de quelque chose de très sérieux. J'ai pleinement l'intention de soutenir le projet de loi C-3 et je suis heureuse d'avoir l'occasion de parler à plusieurs nouveaux députés, qui ne connaissent peut-être pas l'historique du projet de loi présenté à la Chambre ni les nombreuses statistiques sur la situation désastreuse dans notre pays.
Je ne veux pas m'éloigner du thème dont un député a parlé par rapport à l'approche du gouvernement, qui est axée sur la prévention, le soutien et la justice. Je crois qu'il s'agit de bons piliers pour passer à l'action. Nous avons parlé d'éducation et de certaines mesures de soutien, mais j'aimerais parler de justice pendant une minute.
Nous avons rencontré des femmes d'autres pays, qui étaient des représentantes parlementaires. Je me rappelle avoir eu une discussion avec l'une d'entre elles, au cours de laquelle je l'ai questionnée sur la fréquence des agressions sexuelles dans son pays. Elle a répondu que ce n'était pas vraiment un problème là-bas. Quand je lui ai demandé pourquoi, elle a dit que ce crime est assorti d'une peine obligatoire de 10 ans, sans exception. Voilà le secret.
Le projet de loi à l'étude n'est pas suffisant. Nous devons modifier le système judiciaire de façon à ce que l'imposition des peines ne soit plus laissée à la discrétion des juges, qui ont tendance à privilégier des peines de quelques mois pour les personnes ayant agressé sexuellement des adolescents, un crime qui pourrait traumatiser ces derniers pendant le reste de leur vie.
Je remercie les députés de m'avoir écoutée, ainsi que Rona Ambrose d'avoir présenté ce projet de loi. Je répondrai avec plaisir aux questions.
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2020-09-30 14:21 [p.336]
Mr. Speaker, today, I want to acknowledge the important work of the Victoria Sexual Assault Centre. I have spoken before about how the clinic provides confidential, trans-inclusive and culturally sensitive clinical space. Recent survivors can access forensic exams, crisis support and options for reporting to police, but the clinic needs stable funding.
I also want to highlight one of the vital programs that the centre supports: the indigenous response network. It is made up of local first nations, friendship centres, indigenous sex workers and two-spirit folks. Indigenous people experience higher rates of gender-based violence, but they also experience higher rates of discrimination when accessing health care systems and the justice system. This network is so important in beginning the work of addressing the barriers that indigenous people face, beginning to address the trauma of gender-based violence and also the intergenerational trauma that so many indigenous people experience.
Also, today is Orange Shirt Day. I want to recognize the work of Eddy Charlie and Kristin Spray in Victoria and thank everyone across Canada wearing orange today to honour the survivors of residential schools.
Monsieur le Président, je veux souligner le travail important effectué au centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle de Victoria. J'ai déjà mentionné que cette clinique offrait des services confidentiels, adaptés à la culture et sensibles aux réalités des personnes trans. Les survivantes éprouvées récemment peuvent y obtenir des examens médico-légaux, du soutien en cas de crise et des options de dénonciation à la police, mais la clinique a besoin d'un financement stable.
Je veux aussi mettre en valeur un des programmes essentiels que propose ce centre: le réseau d'intervention pour les Autochtones. Ce réseau regroupe des membres des Premières Nations locales, des centres d'amitié, des travailleuses du sexe autochtones et des personnes bispirituelles. Les Autochtones sont plus souvent victimes de violence fondée sur le sexe et de discrimination lorsqu'il s'agit de l'accès aux systèmes de santé et de justice. Ce réseau est primordial pour s'attaquer aux obstacles auxquels se heurtent les Autochtones et surmonter le traumatisme de la violence fondée sur le sexe, de même que le traumatisme intergénérationnel dont souffrent tant d'Autochtones.
C'est aussi la Journée du chandail orange. Je veux souligner le travail que font Eddy Charlie et Kristin Spray à Victoria et remercier tous ceux qui portent un chandail orange aujourd'hui au Canada pour honorer les survivants des pensionnats autochtones.
View Karen McCrimmon Profile
Lib. (ON)
View Karen McCrimmon Profile
2020-07-22 14:07 [p.2722]
Mr. Speaker, the COVID-19 pandemic has changed how we live, how we work, how we interact with other people. Over the past six months, the pandemic has taken an especially heavy toll on Canadians who are members of vulnerable populations. We have learned that COVID most negatively impacts our most vulnerable—seniors, people experiencing homelessness, Canadians with disabilities, racialized Canadians, persons who use substances, and persons with mental health challenges—along with those who work to support them. As restrictive public health measures are lifted and our economy reopens, we must remember there are vulnerable people in our communities, as well as those who support them, who will continue to need our help in order to stay healthy.
Our government is responding to these needs through funding provided to the provinces and territories under the safe restart agreement, which was just announced by the first ministers on July 16. The agreement is far-reaching in its intent and scope. The $19-billion commitment will help provinces and territories, which have had to respond to COVID-19 in unique ways and have already made major investments, and will continue to do so, in critical areas, including health care and vulnerable populations. It includes funding over the next six to eight months to support capacity in health care services, procurement of personal protective equipment and support for Canadians facing challenges related to mental health, harmful substances or homelessness.
The funding will also support infection prevention and control measures to protect vulnerable populations, including residents at long-term care facilities and those requiring home care. This money will complement the Public Health Agency of Canada's ongoing efforts to provide guidance to health care providers, facility directors and administrators on resident care within long-term care homes.
Funding provided under the safe restart agreement will also be used to support other vulnerable populations, such as homeless Canadians and those living in remote or isolated communities.
The agreement is an example of the extraordinary federal-provincial-territorial collaboration that has characterized our collective response to this pandemic. It is an indication of our deep and ongoing commitment to protect the health and safety of all Canadians.
The safe restart agreement is the latest in a series of actions that our government has taken to support vulnerable populations throughout this crisis. Access to support or prevention programs by those fleeing family and gender-based violence has become more difficult in the context of community lockdowns and social distancing practices. In recognition of this, our government has announced new initiatives to help reduce the impacts of abuse and violence within vulnerable families. A $7.5-million investment has been made in the Kids Help Phone to help support mental health and crisis support for children and youth, an acknowledgement that without school, children may be particularly at risk.
There is also $50 million in new funding being provided through the Reaching Home program to women's shelters and sexual assault centres, including $26 million to women's shelters across Canada to distribute to shelters right across the country, $4 million to the Canadian Women's Foundation to distribute to sexual assault centres, and $10 million to support Indigenous Services Canada's existing network of 46 emergency shelters on reserve and in the Yukon.
These measures will complement other economic and financial measures to assist vulnerable individuals and families through this crisis, including the enhancement of the Canada child benefit and support for the charitable sector.
Our government also recognizes the significant and unique challenges faced by black Canadians and other racialized populations during the COVID-19 pandemic.
As the crisis has unfolded across the country, it has become clear that we need more information on certain groups at higher risk of exposure to COVID-19. As a key social determinant of health that can affect an individual's access and willingness to seek medical care, racism is a public health issue.
Canadians who, before the pandemic, were at greater risk of poor health owing to systemic discrimination are likely to be at greater risk of suffering COVID-19's direct and indirect consequences. Given this, the Public Health Agency of Canada and partners are undertaking a number of activities to improve Canada's knowledge on the impact of COVID-19 on racialized communities.
Canada has recently established a new national COVID-19 dataset, approved by Canada's special advisory committee on COVID-19. This dataset includes race or ethnicity as a key variable to be collected in the national COVID-19 case report form, which is used by the provincial and territorial governments to report COVID-19 cases to the Public Health Agency of Canada. Until now, with the exception of a section for identifying and classifying cases as indigenous, data on these variables was not collected. Thus, this new dataset represents an important advance in Canada's ability to track the relationship between COVID-19 and race or ethnicity. However, it may take some time for all jurisdictions to be able to collect this data.
The mental health impacts of systemic discrimination can also have negative implications for physical health. Our government is working to advance knowledge of the intersections between the mental and physical health of black Canadians through an initiative on promoting health equity called the mental health of black Canadians fund. This fund is supporting projects that generate knowledge, capacity and programs that promote mental health and address its determinants for black Canadians. All funded projects are led by black Canadian experts or organizations, and they are informed by the mental health of black Canadians working group, comprising experts in research, practice and policy from diverse black communities right across the country. Funding recipients have demonstrated great resiliency during the COVID-19 pandemic and are working to continue planned activities in the pandemic context.
We also recognize that public health measures have taken their toll on the mental health of Canadians, with feelings of isolation, lack of access to usual support networks and living in fear of the uncertainties caused by the pandemic. Targeted mental health initiatives such as this are in addition to the broader supports that have been developed to help Canadians stay healthy and informed during this difficult period. For example, the Wellness Together Canada portal was developed to link Canadians to mental health and substance use supports. As of July 10, more than 283,000 Canadians had accessed the portal.
Under COVID-19 and the mental health initiative, the Canadian Institutes of Health Research has also launched, in partnership with four provincial research agencies, a funding opportunity to better understand mental health, including substance use of both individuals and communities due to the pandemic.
In parallel with the COVID-19 pandemic, many communities continue to struggle with a second public health crisis, namely the devastating impact of substance abuse and the overdose crisis. The pandemic has exposed people who use drugs to additional barriers when it comes to accessing health and social services. While necessary public health measures to reduce the spread of COVID-19 may sadly also have had unintended consequences, including increased toxicity of the illegal drug supply and reduction in the availability of life-saving services.
We have made it easier for people to access the medications they need, such as those necessary for opioid agonist treatment, such as Suboxone and methadone. Pharmacists now have the ability to extend and renew prescriptions.
We are supporting community-based projects across a wide variety of topics and we will continue to do whatever is needed to help and protect Canadians.
Monsieur le président, la pandémie de COVID-19 a changé notre façon de vivre, de travailler et d'agir avec les autres. Au cours des six derniers mois, la pandémie a fait payer un tribut particulièrement lourd aux Canadiens qui font partie de populations vulnérables. Nous avons appris que la COVID affecte tout particulièrement les personnes les plus vulnérables — les personnes âgées, les sans-abri, les personnes handicapées, les personnes racialisées, les toxicomanes et les personnes souffrant de troubles mentaux — ainsi que les personnes qui travaillent à les aider. Alors que les mesures restrictives en matière de santé publique sont levées et que notre économie rouvre, nous devons nous rappeler qu'il y a des personnes vulnérables dans nos collectivités — outre celles qui les appuient — qui continueront à avoir besoin de notre aide pour rester en bonne santé.
Le gouvernement répond à ces besoins en finançant les provinces et les territoires au titre de l'Accord sur la relance sécuritaire, qui vient d'être annoncé par les premiers ministres le 16 juillet dernier. C'est un accord d'une très grande portée. Les 19 milliards de dollars promis aideront les provinces et les territoires, qui ont dû répondre à la COVID-19 de manière singulière et qui ont déjà fait des investissements considérables — et qui continueront de le faire — dans des domaines essentiels, notamment les soins de santé et les populations vulnérables. Au cours des six à huit prochains mois, des crédits seront dégagés pour soutenir la capacité des services de soins de santé, l'achat d'équipement de protection individuelle et les programmes et services destinés aux Canadiens confrontés à des problèmes liés à la santé mentale, à la toxicomanie ou à l'itinérance.
Ce financement soutiendra aussi les mesures de prévention et de contrôle des infections afin de protéger les populations vulnérables, notamment les résidents des établissements de soins de longue durée et les personnes qui ont besoin de soins à domicile. Ces fonds s’ajouteront à ceux que l’Agence de la santé publique du Canada consacre pour l'offre de conseils aux fournisseurs de soins de santé ainsi qu’aux directeurs et aux administrateurs des foyers de soins de longue durée.
Le financement du Cadre de relance sécuritaire servira à soutenir d’autres populations vulnérables, telles que les sans-abri et les personnes vivant dans des collectivités éloignées ou isolées.
Ce cadre illustre l’extraordinaire collaboration fédérale-provinciale-territoriale qui a caractérisé notre intervention collective à la pandémie. Il témoigne de notre engagement profond et continu à protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Le Cadre de relance sécuritaire est la plus récente d’une série de mesures que le gouvernement a prises pour soutenir les populations vulnérables tout au long de cette crise. L’accès aux programmes de soutien et de prévention par ceux qui fuient la violence familiale et sexiste est devenu plus difficile dans le contexte des confinements communautaires et des pratiques de distanciation sociale. C’est pourquoi le gouvernement a annoncé de nouvelles initiatives pour réduire les répercussions des mauvais traitements et de la violence perpétrés dans des familles vulnérables. Reconnaissant que les enfants qui ne peuvent pas aller à l’école sont particulièrement vulnérables, il a investi 7,5 millions de dollars dans le programme Jeunesse, J’écoute pour appuyer la santé mentale et pour renforcer le soutien aux enfants et aux jeunes en crise.
Dans le cadre du programme Vers un chez-soi, le gouvernement consacre également 50 millions de dollars en nouveau financement aux refuges pour les femmes et aux centres d'aide aux victimes d'agression sexuelle. Ce financement comprend notamment 26 millions de dollars qui seront versés directement aux refuges pour les femmes dans l'ensemble du pays, 4 millions de dollars qui seront remis à la Fondation canadienne des femmes afin qu'elle vienne en aide aux centres d'aide aux victimes d'agression sexuelle, et 10 millions de dollars qui serviront à aider le réseau existant de refuges d'urgence de Services aux Autochtones Canada, qui compte 46 refuges dans les réserves et au Yukon.
Ces mesures s'ajoutent à d'autres mesures de financement qui ont été prises pour venir en aide aux personnes vulnérables et à leur famille pendant la crise, comme la bonification de l'Allocation canadienne pour enfants et du soutien financier pour le secteur caritatif.
Le gouvernement reconnaît également les défis majeurs et uniques auxquels sont confrontés les Canadiens noirs et les autres personnes racialisées pendant la pandémie de la COVID-19.
Au fur et à mesure que la crise s'étendait à l'ensemble du pays, nous nous sommes rendu compte qu'il nous fallait davantage de renseignements sur les groupes les plus exposés à la COVID-19. Dans la mesure où il s’agit d’un important déterminant social de la santé et qu’il peut avoir une incidence sur l’accès aux soins médicaux et la volonté d’une personne de s’en prévaloir, le racisme est un problème de santé publique.
Les Canadiens qui, à cause de la discrimination systémique, étaient les plus susceptibles d’être en mauvaise santé avant la pandémie risquent davantage de subir les conséquences directes et indirectes de la COVID-19. C’est pourquoi l’Agence de santé publique du Canada et ses partenaires cherchent à mieux informer les autorités canadiennes relativement aux répercussions de la COVID-19 sur les groupes racialisés.
Le Canada a récemment mis sur pied une nouvelle base nationale de données sur la COVID-19 qui a été approuvée par le Comité consultatif spécial sur la COVID-19. Ce nouvel outil comprend des données sur la race ou l’origine ethnique qui sont recueillies, en tant que principale variable, dans le formulaire national de déclaration de cas de COVID-19 que les gouvernements provinciaux et territoriaux utilisent pour informer l’Agence de santé publique du Canada. Jusqu’à maintenant, à l’exception d’une section réservée à l’identification et la classification des cas autochtones, les données sur ces variables n’étaient pas colligées. Cette base de données constitue une importante percée pour le Canada qui peut ainsi établir une relation entre la COVID-19 et la race ou l’origine ethnique. Il faudra toutefois compter un certain temps avant que toutes les autorités compétentes puissent recueillir ces données.
Les répercussions de la discrimination systémique sur la santé mentale peuvent également se répercuter sur la santé physique. Le gouvernement s’efforce d’approfondir les connaissances sur la corrélation entre la santé mentale et la santé physique des Canadiens de race noire dans le cadre d’une initiative de promotion de l’équité en santé appelée Fonds pour la santé mentale des communautés noires. Ce fonds finance des projets qui permettent d’acquérir des connaissances, de renforcer les capacités et de concevoir des programmes qui favorisent la santé mentale des communautés noires, tout en tenant compte des déterminants. Tous les projets financés sont dirigés par des experts ou des organismes issus des communautés noires canadiennes qui reçoivent de l’information du groupe de travail sur la santé mentale des Canadiens noirs; celui-ci se compose de spécialistes de la recherche, des pratiques et des politiques issus de diverses communautés noires de tout le pays. Les bénéficiaires de l’aide financière ont fait preuve d’une grande résilience durant la pandémie de COVID-19 et ils s’efforcent de poursuivre les activités prévues dans ce contexte.
Nous reconnaissons également que les mesures de santé publique ont mis à l’épreuve la santé mentale des Canadiens, qui se sentent isolés, n'ont pas accès aux réseaux de soutien habituels et vivent dans la crainte des incertitudes générées par la pandémie. D'autres initiatives ciblées en santé mentale s’ajoutent aux mesures de soutien plus générales mises en place pour aider les Canadiens à rester en santé et informés pendant cette période difficile. Par exemple, le portail Espace mieux-être Canada dirige vers des services spécialisés les Canadiens qui ont des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie. En date du 10 juillet, plus de 283 000 Canadiens avaient consulté le portail.
Dans le cadre de l'Initiative sur la santé mentale et la COVID-19, les Instituts de recherche en santé du Canada ont également lancé, en collaboration avec quatre organismes de recherche provinciaux, une possibilité de financement pour mieux comprendre la santé mentale, y compris les besoins des personnes et des communautés en matière de toxicomanie découlant de la pandémie.
En plus de la pandémie de COVID-19, de nombreuses collectivités continuent d'être aux prises avec une deuxième crise de santé publique, soit les effets dévastateurs de la toxicomanie et la crise de surdoses. À cause de la pandémie, les gens qui consomment des drogues se sont heurtés à des obstacles supplémentaires en ce qui concerne l'accès aux services de santé et aux services sociaux. De plus, les mesures de santé publique qui étaient nécessaires pour freiner la propagation de la COVID-19 ont malheureusement pu avoir des conséquences imprévues, y compris l'accroissement de la toxicité des drogues et la réduction de l'accessibilité à des services qui sauvent des vies.
Nous avons facilité l'accès aux médicaments dont les gens ont besoin. Je pense notamment au traitement par agonistes opioïdes, comme le Suboxone ou la méthadone. Les pharmaciens sont maintenant en mesure de prolonger et de renouveler des ordonnances.
Nous soutenons des projets communautaires qui couvrent un large éventail de domaines et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour aider et protéger les Canadiens.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-07-21 15:05 [p.2699]
Mr. Speaker, there have been discussions among the parties, and if you seek it, I think you will find unanimous consent to adopt the following motion:
That the House recognize that:
(a) victims of sexual misconduct and assault rightly fear that they will not be believed, that their actions will be trivialized, that their own responsibility will be questioned, that they will be judged negatively, that they will be intimidated, persecuted or let down;
(b) victims are courageous whether or not they report, immediately or later and with the means they are comfortable using;
(c) it is unacceptable that still today one in three Canadian women will be a victim of sexual assault in her lifetime; and
(d) the system is failing to protect and support the survivors properly; and call on the government to set up a committee of experts, similar to the one set up by the Government of Quebec with the participation of the elected members of the three other parties represented in the National Assembly, to review and develop measures to benefit victims of sexual assault and domestic violence, and to restore their confidence in the judicial and extrajudicial system.
Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis, et je pense que vous pourrez constater qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que la Chambre reconnaisse que
a) Les victimes d'inconduites et d'agressions à caractère sexuel craignent, avec raison, de ne pas être crues, qu'on banalise les gestes dénoncés, qu'on mette en doute leur propre responsabilité dans l'histoire, qu'on les juge négativement, qu'on les intimide, qu'on les persécute, qu'on les laisse tomber;
b) les victimes sont courageuses qu'elles dénoncent, ou pas, immédiatement, ou plus tard et avec les moyens qu'elles sont confortables d'utiliser;
c) il est inacceptable qu'encore aujourd'hui 1 femme canadienne sur 3 sera victime d'une agression sexuelle au cours de sa vie;
d) le système échoue à protéger et accompagner les survivantes adéquatement; et demande au gouvernement de mettre en place un comité d'experts à l'image de celui mis en place par le gouvernement du Québec avec la participation des élues des trois autres partis représentés à l'Assemblée nationale, ayant comme mandat d'adapter et de développer des mesures bénéficiant aux personnes victimes d'agressions sexuelles et de violence conjugale et leur redonnant confiance dans le système judiciaire et extrajudiciaire.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Does the hon. member have the unanimous consent of the House to move the motion?
Some hon. members: Agreed.
The Speaker: The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
L'honorable député a-t-il le consentement unanime de la Chambre afin de proposer la motion?
Des voix: D'accord.
Le Président: La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
Des voix: D'accord.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, Global News is reporting that a refugee judge told a woman that her choice to keep a baby meant that she was never raped. The judge asked the victim during her interview, “If you're raped, why would you keep a child of rape?” The line of questioning taken by the government official is appalling and further traumatizes the victim.
Could the Liberals confirm if this individual is still employed as a refugee judge?
Monsieur le Président, selon Global News, une commissaire aux affaires des réfugiés aurait dit à une femme que sa décision de garder son bébé signifiait qu'elle n'avait pas vraiment été violée. Pendant l'entrevue, la commissaire a demandé à la victime: « Pourquoi une personne qui a été violée voudrait-elle garder l'enfant issu de ce viol? » Cet angle d'interrogation adopté par une fonctionnaire est épouvantable et a contribué à traumatiser davantage la victime.
Les libéraux peuvent-ils nous dire si cette personne occupe encore un poste de commissaire aux affaires des réfugiés?
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to be absolutely clear. The comments as reported are completely unacceptable.
The IRB has provided my office with assurances that it is overhauling its complaints review process and it is making sure that sensitivity training is mandatory for all of its members. These are two critical steps that will ensure that everyone gets a fair hearing absolutely free from all forms of discrimination, including gender bias.
Monsieur le Président, je veux être clair. Les commentaires rapportés sont absolument inacceptables.
La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada a assuré à mon bureau qu'elle allait procéder à la refonte de son processus d'examen des plaintes et qu'elle veillerait à ce que tous ses membres suivent obligatoirement des cours de sensibilisation. Ce sont deux étapes essentielles pour faire en sorte que tous obtiennent une audience juste et exempte de toute forme de discrimination, notamment de discrimination fondée sur le sexe.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, to be honest, I really hope that judge was fired.
The Liberals must take immediate steps to stop IRB adjudicators from revictimizing vulnerable claimants. There have been several reports of mishandling sexual and gender-based cases, including the demand for nude photos of a sex trafficking victim. Another victim was asked why her abuser did not just kill her. This pattern of sexist remarks suggests IRB judges have no understanding of assault whatsoever.
What is the government going to do to ensure that victims of sexual abuse and exploitation are protected, and when are you going to do this?
Monsieur le Président, honnêtement, j'espère que cette commissaire a été renvoyée.
Les libéraux doivent agir immédiatement afin d'empêcher les commissaires de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié de victimiser davantage les demandeurs vulnérables. On a rapporté que plusieurs dossiers contenant des éléments liés au sexe et au genre ont été mal gérés. Dans un cas, on aurait même exigé la production de photographies d'une victime du trafic sexuel nue. Une autre victime s'est fait demander pourquoi son agresseur ne l'avait pas simplement tuée. De telles remarques de la part d'arbitres de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié donnent à penser que ces derniers ne comprennent absolument pas la réalité des personnes agressées.
Qu'entend faire le gouvernement pour s'assurer que les victimes d'abus sexuels et d'exploitation sexuelle sont protégées et quand allez-vous intervenir?
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I understood the intent of my hon. colleague's question. As I said, these comments are completely unacceptable.
The IRB has provided assurances to my office that it is overhauling the complaints process, that it is ensuring that mandatory training is being provided to all members so that we maintain the highest professional standards, and that every person who appears before the IRB gets a fair hearing that is free from all forms of bias, including gender discrimination.
Monsieur le Président, je comprends où veut en venir ma collègue. Comme je l'ai dit, les commentaires rapportés sont carrément inacceptables.
La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada a assuré à mon bureau qu'elle allait procéder à la refonte de son processus d'examen des plaintes et qu'elle veillerait à ce que tous ses membres suivent obligatoirement des cours de sensibilisation afin que les plus hautes normes professionnelles soient respectées et que toute personne qui se présente devant la Commission obtienne une audience juste et exempte de toute forme de discrimination, notamment de discrimination fondée sur le sexe.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-02-06 17:34 [p.1060]
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech.
She raised issues related to cybersecurity. She also talked about the different types of complaints. As my party's status of women critic, any time sexual assault or harassment comes up, that is in my wheelhouse.
In this day and age, with women being encouraged to file complaints and speak out about these situations, I would like to know if an independent agency can help encourage them to do just that.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son exposé.
Elle a fait une démonstration des enjeux liés à la cybersécurité. Elle a aussi abordé la question des types de plaintes. C'est sûr qu'en tant que porte-parole en matière de condition féminine, quand on parle d'agressions sexuelles ou de harcèlement, c'est un sujet qui m'interpelle.
À l'ère où l'on encourage de plus en plus les femmes à porter plainte et à dénoncer ces situations, j'aimerais savoir si une agence indépendante pourrait contribuer à les encourager à le faire.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-02-06 17:35 [p.1060]
Madam Speaker, I thank my colleague from Shefford for her question.
Simply having an external agency makes things seem legitimate. For example, if the police is investigating the police, that gives people the impression that cases will not be treated fairly.
If an external organization is responsible for reviewing complaints, that will encourage people to file complaints. It is harder to complain about an organization that is also responsible for reviewing complaints made against it.
I hope this will be an incentive for people to file complaints and that it will come to include specific measures for complaints related to sexual assault.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Shefford de sa question.
Le fait d'avoir une agence externe répond déjà en partant à cette question d'apparence de droit. Par exemple, quand on dit que c'est la police qui enquête sur la police, cela donne l'impression à la population qu'il n'y aura pas un traitement équitable des dossiers.
Un organisme externe responsable de l'étude des plaintes ne peut qu'encourager la population à porter plainte alors qu'il est plus difficile de porter plainte contre un organisme qui serait aussi chargé d'étudier les plaintes faites contre lui.
J'ose espérer que ce serait un incitatif à porter plainte et cela pourra également faire l'objet de mesures particulières pour les plaintes relatives à des agressions sexuelles.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
View Kamal Khera Profile
2020-02-04 13:24 [p.895]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Orléans.
I appreciate this opportunity to take part in this very important debate, which is taking place in the aftermath of the tragic murder of Marylène Levesque.
Before going any further, let me offer my sincere condolences to the victim's family and friends. Our thoughts are with them and with all the victims and survivors of gender-based violence.
Fundamentally, what happened on that day should never have happened, and it is gender-based violence. I want to take my time to shed light on gender-based violence in Canada, which takes place far too often in the country and is completely unacceptable.
In Canada, gender-based violence continues to take place at an alarming rate. Between 2008 and 2018, over 700 women were killed by a current or former legally married or common-law husband or other type of partner.
In 2018 alone, a total of 164 women and girls were killed in Canada.
The reality for indigenous women and girls is even worse. In 2018, the rate of homicide was nearly seven times higher for indigenous women and girls than of their non-indigenous counterparts.
What is more, 32% of women in Canada have experienced unwanted sexual behaviour in public.
In my riding of Brampton West, the region I represent, in the region of Peel, half of all homicides in 2019 were domestic related, specifically related to gender-based violence.
These statistics represent women. They represent women with families, women with futures, either taken from them or forever altered because of the long-term impact of gender-based violence.
I could go on and on. Gender-based violence has lifelong impacts on an individual's physical, mental and sexual health. The effects are serious and long term and impacts not just their families and friends, but entire communities.
Despite progress, gender-based violence persists as an intolerable and preventable problem in Canada, one that our government has taken concrete steps to address.
In 2017, we launched “It's Time: Canada's Strategy to Prevent and Address Gender-based Violence”, the first strategy of its kind. The strategy has invested $200 million in federal initiatives to prevent gender-based violence, support survivors and their families and promote responsive legal and justice systems.
I want to thank members of the minister's gender-based violence advisory council for their tireless and wise counsel as we have worked together over the past several years to end gender-based violence. This council is composed of survivors, front-line service providers and experts in the field from across the country.
I also want to take an opportunity to thank the countless not-for-profit organizations in the community that support women and girls fleeing violence. I would like to especially thank Hope 24/7 in Brampton West. It does incredible work to support survivors of gender-based violence.
Since 2015, our government has taken vital steps to strengthen our justice system and support survivors, including by enshrining a clearer definition of consent to clarify that an unconscious person is incapable of consenting, that only yes means yes, and to ensure that the past sexual history of individuals cannot be used to question their credibility.
We have also done this by toughening the domestic assault laws by establishing higher maximum sentences for repeat offenders; ensuring the justice system recognizes the seriousness of these offences; recognizing strangulation as an elevated form of assault; mandating the RCMP to complete the review of over 30,000 sexual assault case files that had previously been deemed unfounded in order to strengthen police accountability, training and awareness, investigative accountability, victim support, public education and communication.
We have also funded at least 7,000 shelter spaces, created or repaired for survivors of family violence, which means that women and girls fleeing domestic violence have a place to go. We have provided five days of paid leave for victims of family violence working in a federally regulated sector so that survivors have a greater opportunity to seek support, which can help with the healing process.
In 2018, we became the first government to introduce and pass legislation dealing specifically with workplace harassment and sexual violence in Parliament and in federally regulated workplaces. In 2019, we introduced the national strategy to combat human trafficking, a whole-of-government approach to address this unthinkable crime, and amendments were made to the Criminal Code to strengthen related laws.
Finally, this past December, we released data from the first-ever national gender-based violence survey. The survey of safety in public and private spaces is a first of three national surveys funded through Women and Gender Equality Canada as part of our federal gender-based violence strategy. We are also funding a survey on gender-based violence with post-secondary institutions and gender-based violence within workplaces in Canada. The data from these surveys will help improve information on the nature and extent of various forms of gender-based violence in the general population. This has improved our understanding of the experiences of survivors who have endured gender-based violence, so that we have more responsive initiatives that are better tailored to their needs.
This year, we intend to build on the work by the creation of the national action plan to end gender-based violence. As outlined in the recent Speech from the Throne, we will work with our partners so that anyone facing gender-based violence has reliable and timely access to protection and services, no matter who they are or where they live.
I think it is fair to say that our government has taken action on gender-based violence, to prevent it and to ensure that those who experience it have access to timely and responsive services. We are not sitting idly by while crimes such as the one that took place on January 22 in Quebec City continue to take place. We are tackling this problem head-on, and we know that until there are no more deaths like this or experiences of gender-based violence in Canada, there is always more that needs to be done.
Gender-based violence must not be tolerated. We will continue to work with survivors, community partners, the private sector and all orders of government to end it in all its forms. We also know that there is an awful lot of work that is left to do, and I look forward to working with all members in this House to make that happen.
Once again, on behalf of myself, all of my constituents and all members of this House, we send our deepest condolences to the victim's family and friends on this tragedy.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée d'Orléans.
Je suis reconnaissante de participer à ce très important débat qui s'inscrit dans la foulée du meurtre tragique de Marylène Levesque.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'offre mes plus sincères condoléances à la famille et aux amis de la victime. Nos pensées les accompagnent et nous exprimons notre sympathie à l'ensemble des victimes et des survivants de violence fondée sur le sexe.
À vrai dire, le drame survenu ce jour-là n'aurait jamais dû se produire et constitue clairement un cas de violence sexiste. Au cours de mon intervention, je me pencherai sur la violence fondée sur le sexe au Canada, qui se manifeste beaucoup trop souvent et qui est carrément inacceptable.
Au Canada, on continue d'enregistrer un taux alarmant de cas de violence fondée sur le sexe. Entre 2008 et 2018, plus de 700 femmes ont été tuées par leur compagnon du moment ou un ancien compagnon, qu'il s'agisse d'un mari ou d'un conjoint de fait.
En 2018 uniquement, 164 femmes et jeunes filles ont été assassinées au pays.
La réalité des femmes et des jeunes filles autochtones est encore pire. En 2018, le taux d'homicide était presque sept fois plus élevé dans ce segment de la population que dans le segment non autochtone correspondant.
Qui plus est, 32 % des femmes au Canada ont été confrontées en public à des comportements sexuels non désirés.
Dans ma circonscription, Brampton-Ouest, soit la région que je représente, dans la région de Peel, la moitié des homicides en 2019 étaient liés à la violence familiale, plus précisément à la violence fondée sur le sexe.
Ces statistiques portent sur des femmes. Elles représentent des femmes auxquelles on a enlevé leur famille et leur avenir ou dont la famille et l'avenir sont à tout jamais bouleversés par les répercussions à long terme de la violence sexiste.
Je pourrais continuer encore longtemps. La violence fondée sur le sexe a des conséquences permanentes sur la santé physique, mentale et sexuelle des personnes qui en sont victimes. Les effets de ces abus sont sérieux, perdurent longtemps et affectent non seulement les familles et les amis des victimes, mais également des collectivités entières.
Malgré certains progrès à ce chapitre, la violence fondée sur le sexe demeure, au Canada, un problème intolérable qui pourrait être évité. Le gouvernement pose des gestes concrets pour le régler.
Ainsi, en 2017, nous avons lancé « Il est temps: Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe ». Dans le cadre de cette stratégie novatrice, nous avons investi 200 millions de dollars dans des initiatives fédérales qui visent à prévenir la violence fondée sur le sexe, à soutenir les survivantes et leur famille, et à rendre le système juridique et judiciaire plus sensible à leurs besoins.
Je remercie les membres du Conseil consultatif de la ministre sur la stratégie pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Nous avons pu compter sur leurs sages conseils tout au long des dernières années, tandis que nous travaillions ensemble afin de mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Ce conseil est formé de survivantes, de fournisseurs de services de première ligne et d'experts de partout au pays.
Je profite aussi de l'occasion pour remercier les innombrables organismes communautaires à but non lucratif qui soutiennent les femmes et les filles qui fuient la violence. Je tiens particulièrement à remercier l'organisme Hope 24/7 de Brampton-Ouest. Il fournit un soutien fantastique aux survivantes de la violence fondée sur le sexe.
Depuis 2015, le gouvernement libéral a pris des mesures importantes pour renforcer le système de justice et soutenir les survivantes. Il a notamment inscrit dans la loi une définition plus claire du consentement, afin de préciser qu'une personne inconsciente n'est pas en mesure de consentir, que seul oui veut dire oui et qu'on ne peut pas utiliser les antécédents sexuels d'une personne pour remettre sa crédibilité en question.
Nous avons aussi renforcé les lois sur la violence familiale. Ainsi, nous avons établi des peines maximales plus longues pour les récidivistes et fait en sorte que le système de justice tienne compte de la gravité de ces infractions et que l'étranglement soit reconnu comme une forme aggravée d'agression. Nous avons également exigé que la GRC reprenne l'examen de plus de 30 000 dossiers d'agression sexuelle laissés de côté parce qu'ils avaient été considérés comme infondés. Ce nouvel examen avait pour but d'améliorer la reddition de comptes, la formation, la sensibilisation, la responsabilité d'enquêter, le soutien offert aux victimes, la sensibilisation du public et la communication.
En outre, nous finançons la création ou la réparation d'au moins 7 000 places dans des refuges pour les personnes ayant survécu à la violence familiale, de sorte que les femmes et les filles qui fuient la violence familiale aient un endroit où aller. Nous fournissons cinq jours de congé payés pour les victimes de violence familiale qui travaillent dans un secteur sous réglementation fédérale afin de donner davantage l'occasion aux survivants de demander de l'aide, car cela peut contribuer au processus de rétablissement.
En 2018, nous sommes devenus le premier gouvernement à présenter et à adopter un projet de loi traitant précisément du harcèlement en milieu de travail et de la violence sexuelle au Parlement et dans les milieux de travail sous réglementation fédérale. En 2019, nous avons présenté la Stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes, une approche pangouvernementale pour combattre ce crime inconcevable qui a été accompagnée de modifications au Code criminel visant à renforcer les mesures législatives connexes.
Enfin, en décembre dernier, nous avons publié les données de la toute première enquête nationale sur la violence fondée sur le sexe. En effet, l’Enquête sur la sécurité dans les espaces publics et privés est la première de trois enquêtes nationales financées par Femmes et Égalité des genres Canada dans le cadre de la Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Nous finançons également une enquête sur la violence fondée sur le sexe dans les établissements d'enseignement postsecondaire et une enquête sur la violence fondée sur le sexe dans les milieux de travail au Canada. Les données de ces trois enquêtes aideront à améliorer les renseignements sur la nature et l'étendue des diverses formes de violence fondée sur le sexe au sein de la population générale. Ainsi, nous comprendrons mieux ce que vivent les victimes de violence fondée sur le sexe, ce qui nous permettra de lancer des initiatives mieux adaptées à leurs besoins.
Cette année, nous avons l'intention de poursuivre notre travail avec l'élaboration d'un plan d'action national visant à mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Tel qu'indiqué dans le récent discours du Trône, nous collaborerons avec nos partenaires afin que toutes les victimes de violence fondée sur le sexe puissent rapidement accéder à des services de protection fiables, peu importe qui elles sont et où elles habitent.
Je pense qu'il est juste de dire que le gouvernement actuel a pris les mesures qui s'imposent pour prévenir la violence fondée sur le sexe et pour s'assurer que les personnes qui en sont victimes aient rapidement accès à des services. Nous ne restons pas les bras croisés alors que des crimes comme celui qui a eu lieu le 22 janvier à Québec continuent de se produire. Nous nous attaquons vigoureusement à ce problème et nous savons qu'il restera toujours du travail à faire dans ce dossier tant qu'il y aura des meurtres de ce genre ou des histoires de violence fondée sur le sexe au Canada.
Il ne faut pas tolérer la violence fondée sur le sexe. Nous continuerons d'œuvrer auprès de survivantes, de partenaires communautaires, du secteur public et de tous les ordres de gouvernement pour éradiquer toutes les formes de violence fondée sur le sexe. Nous savons qu'il reste énormément de travail à faire et je me réjouis à la perspective de collaborer avec tous les députés à la Chambre pour atteindre cet objectif.
Encore une fois, en mon nom et au nom de tous les électeurs de ma circonscription et de tous les députés à la Chambre, j'offre mes plus sincères condoléances à la famille et aux amis de la victime de cette tragédie.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2020-01-27 14:10 [p.455]
Mr. Speaker, I rise today to acknowledge a very important organization in my riding of Edmonton Centre, SACE, the Sexual Assault Centre of Edmonton.
SACE is a not-for-profit charitable organization composed of 40 staff and 80 dedicated volunteers who do admirable work helping those whose lives have been impacted by sexual violence. They see clients of all ages, genders, ethnicities and sexual orientations. Given the diversity of their clientele, it is clear that sexual violence is a societal issue that impacts everyone.
The work is not easy, but it is essential. As a husband, father and grandfather, I hope to see the day when sexual violence will be eliminated from our societies and our vocabularies, and organizations like SACE will be a thing of the past.
I thank the executive director, Mary Jane James, and her dedicated team at SACE for all they do. We see them and we appreciate them.
Monsieur le Président, je rends aujourd'hui hommage au Sexual Assault Centre of Edmonton, ou SACE, une organisation très importante de ma circonscription, Edmonton-Centre.
Le SACE est une organisation à but non lucratif composée de 40 employés et de 80 bénévoles dévoués qui aident de manière admirable les personnes ayant été victimes de violence sexuelle. Ils ont des clients de tous les âges, de tous les sexes, de toutes les ethnies et de toutes les orientations sexuelles. Vu la diversité de cette clientèle, il est manifeste que la violence sexuelle est un problème de société qui concerne tout le monde.
Ce travail n'est pas facile, mais il est essentiel. En tant que mari, père et grand-père, j'espère voir le jour où la violence sexuelle aura disparu de nos sociétés et de notre vocabulaire et où des organisations comme le SACE seront chose du passé.
Je remercie la directrice générale du SACE, Mary Jane James, et son équipe dévouée pour le travail qu'elles font. Nous leur en sommes reconnaissants.
View Jim Eglinski Profile
CPC (AB)
View Jim Eglinski Profile
2019-06-04 17:32 [p.28520]
moved that Bill C-206, An Act to amend the Criminal Code (abuse of vulnerable persons), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, I rise today to speak about seniors and vulnerable persons in our society, whether they are physically handicapped, have a mental condition or other. Bill C-206 focuses on the sentencing of individuals who perpetrate crimes against people specifically because of who they are: vulnerable.
The bill would amend section 718.2 of the Criminal Code by bringing further protection to seniors and other vulnerable persons to ensure that they live in safety, dignity and without fear.
As a former Royal Canadian Mounted Police officer for many years, I have seen many horrific crimes, brutality, theft and suicide. Fortunately for me, I have been able to take all the bad, the ugliness and the violence and push it to the back of my mind and I can forget about it. How much good we did and the people we helped save and set on the right course in life is very important to me.
However, there was always one type of crime I felt I could not accept, the lack of appropriate penalties in our Canadian Criminal Code, specifically for crimes against vulnerable persons. My bill would introduce tougher penalties for those who consciously use the weakness of vulnerable groups to financially, physically, sexually or emotionally abuse them.
It is difficult for the abused to admit to people that they are victims of abuse, especially at the hands of someone they know and trust. When trust is abused, the penalties should be severe. Perpetrators should be held to account with firm punishment. We must have harsher sentences for these types of perpetrators.
Criminals who target the elderly should know that they will not get away with it. Older people should not have to fear being targeted. We need stronger penalties to deter and tackle criminals who target the elderly and the disabled. There are hundreds of cases of abuse in which the offenders did not, in my opinion, receive fair punishment for their actions.
We should not tolerate or express any sort of sympathy toward conscious cruelty against seniors and other vulnerable groups. Their security should be of concern to us in Canada and their abuse should be treated as a human rights issue of the utmost importance.
I must point out that technically a judge already considers the vulnerability of a victim, including age and disabilities, when deciding on a sentencing term. It is just not specifically stated on paper or in the act. The bill would simply add it on paper as a requirement.
As people grow older, they become more isolated, so the risk of abuse increases. Punishment fails to deter would-be abusers who see older people as a soft target and we must do more to protect older people and vulnerable people. Bill C-206 would change that.
A large part of the Canadian population is either a senior or will soon be one, including me. I am already there. The demographic data released by Statistics Canada in the 2016 census shows there are approximately 5.9 million seniors in Canada.
According to government statistics, by 2031, around eight million people will be aged 65 or older. That will be almost a quarter of Canada's population. Many Canadians require care and assistance, and that number is only growing.
Offenders who exploit their weaknesses for their self-benefit and decrease the self-worth and dignity of vulnerable adults and seniors must face greater punishments in law. Statistics provided by the Department of Justice state that approximately 24% of disabled persons were victimized at least one in their lives and about 45% of seniors aged 65 and older reported experiencing some form of abuse. This is scary, especially when a quarter of our population will be in that age bracket very shortly.
However, according to the Canadian Association for Retired Persons, only 20% of elder abuse comes to the attention of responsible authorities. Why? Because many of the victims do not want to report the abuse for various reasons. These reasons include the dependence upon a caregiver who is abusive, fear of not being believed or even deep shame and humiliation because of what happened to them.
Moreover, in 32% of the reported elder abuse cases, the offender is related to the victim as a child or an extended family member. That is shocking. We can only imagine how many cases of such abuse remain unreported as the elderly are reluctant to bring charges against their family members or relatives.
It is therefore the responsibility of all of us in the House of Commons to protect those who cannot stand up for themselves by adopting measures that would deter potential offenders from committing these crimes. This is exactly what my bill is designed to do. Adopting it would mean two things: prescribing tougher penalties for the offenders and justice for the victims.
Bill C-206 covers four forms of abuse: financial, physical, sexual and emotional. I will speak about each to show how they affect vulnerable people.
The first is financial abuse, one of the most common forms of abuse against vulnerable groups.
In 2014, CBC News reported that Toronto police arrested a wife and husband who defrauded a 94-year-old woman, within four years, of $25,000 in cash, jewellery and furniture. The wife was hired as a housekeeper and became involved in the everyday activities of this victim. At some point, she forced the elderly lady into a smaller room and moved into the apartment with her husband. If it were not for a courier from a local pharmacy who, during his weekly deliveries, noticed that something was wrong when an unknown person answered the door, the consequences for that woman could have been more grave than just the money.
Under the Department of Justice, not a single reported Canadian case contains a definition of “elder abuse”. In fairness, there are some cases where the extreme age of the victim was taken into the sentencing factor, which is very good. However, my bill, Bill C-206, would take away the use of discretionary decisions and make it mandatory for the sentence to be increased due to the fact the aggravated crime was committed against a vulnerable person. This is not new in Canadian law. It is missing in certain parts of the Criminal Code and I want it to be used more broadly, especially for the crimes about which I have been talking.
In another example in the same year, 3,000 kilometres away in Edmonton, Global News wrote an article on a man who was accused of defrauding his grandmother of $265,000. He acted as his grandmother's attorney under a power of attorney agreement.
Fraud and financial abuse in general can occur not only among family members, but also with people who the victims trust the most. These cases are connected to the victim's trust and dependancy on the caregiver who is abusing the victim and, due to the simple fear of being physically abused, the victim will not report the caregiver. This is not acceptable today. These abuses are happening because offenders do not get fair punishments. They rely on the vulnerability of others and take advantage of them.
Physical abuse is the second form of abuse I want to address.
Statistics show that people with disabilities are more likely to be assaulted compared to people with no disabilities. Another disturbing case happened in Ottawa involving a personal support worker who pleaded guilty to assault charges for an incident at a retirement home. He delivered 10 punches to an 89-year-old man suffering from Alzheimer's and Parkinson's.
In my many years in law enforcement, this is one of the worst types of crimes I have ever encountered. Should such offenders be treated equally to those assaulting healthy and capable people? I do not think so. Their punishments should reflect the gravity of their crimes. Currently, those abusers, even if convicted, rarely get punished.
Advocates for people with disabilities have confirmed that vulnerable groups are often abused. If we look back at the report that came out yesterday, people who are vulnerable are being picked on.
In October 2014, the CBC posted a story about a 19-year-old mentally disabled woman being sexually assaulted on a bus in Winnipeg, while her support worker was sitting a couple of rows ahead. I am a father and a grandfather. To me, a 19-year-old is still a child. What this child experienced was traumatic for both her and her parents. She has a right to be safe. That is why we need a stronger law.
In the spring of 2017, a support worker in Ontario walked away with a guilty plea for only one count of assault and no criminal record in exchange for the court withdrawing 13 counts of sexual assault.
We need to be stiffer in our penalties. This is where my bill, Bill C-206, would come into play. The vulnerable in our society should enjoy an increased level of protection. They need to be confident in our legal system and must be assured that those who would try to use their vulnerability will always get a fair punishment.
The last but not least form of abuse I would like to cover today is the emotional or psychological form of abuse. I would like to add that all previously discussed forms of abuse are very much connected to emotional abuse in the sense that they have a great psychological effect on the victims.
There is no dignity in disrespecting a vulnerable person. There is no dignity in taking advantage of a vulnerable person. It is a crime and it must be punished in a greater way than it is being punished now. The cases I have talked about are not single cases; there are hundreds of them out there.
How do we change this? Canada needs harsher penalties for those who exploit vulnerable people and take advantage of their weaknesses. Tougher penalties for the abuse of vulnerable persons would make abusers think twice before committing these kinds of offences and would provide more safety for those who cannot protect themselves.
My bill would ensure that those criminals who would disrespect and use the weakness of others would not be able to get away with a simple conviction or a guilty plea, leaving the families and friends of victims desperate and disappointed in our criminal justice system.
propose que le projet de loi C-206, Loi modifiant le Code criminel (mauvais traitement de personnes vulnérables), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet des aînés et des membres de notre société qui sont vulnérables, que ce soit en raison d'un handicap physique, d'une maladie mentale ou d'autre chose. Le projet de loi C-206 porte sur la détermination de la peine pour les personnes qui ont expressément commis un crime contre quelqu'un en raison de sa vulnérabilité.
Le projet de loi modifierait l'article 718.2 du Code criminel pour protéger davantage les aînés et autres personnes vulnérables afin qu'ils puissent vivre en sécurité, dans la dignité et sans crainte.
En tant qu'ancien agent de la Gendarmerie royale du Canada comptant de nombreuses années de service, j'ai eu à intervenir à la suite de beaucoup de crimes horribles, dont des affaires de brutalité, de vol et de suicide. Heureusement pour moi, j'ai pu reléguer tout le mauvais, toute la laideur et toute la violence dans un coin éloigné de mon esprit et je suis en mesure d'oublier tout cela. Par contre, l'apport positif que nous avons eu et les personnes que nous avons contribué à sauver et à remettre sur le droit chemin sont très importants pour moi.
Cela dit, il y a un type de crime que je n'ai jamais pu accepter et pour lequel j'ai toujours déploré l'absence de sanctions appropriées dans le Code criminel canadien: les crimes contre les personnes vulnérables. Mon projet de loi permettrait d'imposer des peines plus sévères aux personnes qui exploitent sciemment la faiblesse de groupes vulnérables pour les exploiter financièrement, les agresser sexuellement ou leur infliger des mauvais traitements physiques ou moraux.
Il est difficile pour les personnes victimes de mauvais traitements d'admettre aux gens ce qu'elles vivent, surtout si la personne qui abuse d'elles est quelqu'un qu'elles connaissent et en qui elles ont confiance. Dans les cas d'abus de confiance, les sanctions devraient être sévères. Les auteurs de ces crimes doivent en être tenus responsables et être punis sévèrement. Il importe donc d'accroître les peines pour ceux-ci.
Les criminels qui ciblent les personnes âgées doivent savoir qu'ils ne s'en tireront pas impunément. Les personnes âgées ne devraient pas avoir à craindre d'être ciblées. Pour contrer et dissuader les criminels qui ciblent les personnes âgées ou handicapées, il faut accroître les sanctions. Il y a des centaines de cas de mauvais traitements pour lesquels les délinquants n'ont pas, à mon avis, été adéquatement punis.
Nous ne devrions ni tolérer ni exprimer quelque sympathie que ce soit à l'égard des personnes commettant sciemment des actes cruels contre les aînés ou des membres d'autres groupes vulnérables. Au Canada, la sécurité de ces personnes devrait tous nous préoccuper, et les mauvais traitements dont elles sont victimes devraient être traités comme un problème de droits de la personne de la plus haute importance.
Je dois souligner que, techniquement, le juge, lorsqu'il décide de la peine à imposer, tient déjà compte de la vulnérabilité de la victime, en considérant notamment son âge ou son handicap. Toutefois, cette exigence n'est énoncée ni dans la loi ni dans tout autre document. Le projet de loi aurait donc pour effet de simplement consigner cette exigence par écrit.
À mesure que les gens vieillissent, ils deviennent de plus en plus isolés, ce qui accroît le risque de mauvais traitements. Les peines actuelles ne suffisent pas à dissuader les criminels potentiels qui considèrent les personnes âgées comme une cible facile et nous devons donc faire plus pour protéger celles-ci de même que les autres personnes vulnérables. C'est ce que le projet de loi C-206 permettrait d'accomplir.
Une grande partie de la population canadienne, moi y compris, est déjà âgée ou le sera bientôt. Je le suis déjà. Les données démographiques publiées par Statistique Canada dans le recensement de 2016 indiquent que le Canada compte environ 5,9 millions d'aînés.
Selon les chiffres du gouvernement, d'ici 2031, environ 8 millions de personnes auront 65 ans ou plus. Ce sera près du quart de la population du Canada. Un grand nombre de Canadiens ont besoin de soins et d'aide, et leur nombre ne cesse de croître.
Les délinquants qui exploitent les faiblesses des adultes et des personnes âgées vulnérables, diminuant leur estime de soi et leur dignité, doivent être plus sévèrement punis par la loi. Selon les statistiques fournies par le ministère de la Justice, environ 24 % des personnes handicapées ont été victimisées au moins une fois au cours de leur vie et environ 45 % des personnes âgées de 65 ans ou plus ont déclaré avoir subi une forme ou une autre de maltraitance. Cela fait peur, surtout quand on pense qu'un quart de la population sera très bientôt dans cette tranche d'âges.
Toutefois, selon l'Association canadienne des individus retraités, seulement 20 % des cas de maltraitance de personnes âgées sont signalés aux autorités compétentes. Pourquoi? Parce qu'un grand nombre des victimes refusent de faire un signalement pour diverses raisons, notamment parce qu'elles dépendent de la personne en question, parce qu'elles craignent de ne pas être crues ou même parce qu'elles ont honte et se sentent humiliées.
Qui plus est, dans 32 % des cas de maltraitance signalés, l'agresseur a un lien de parenté avec la victime. C'est un enfant ou un membre de la famille élargie. C'est choquant. Nous ne pouvons qu'imaginer combien de cas semblables ne sont pas signalés, les aînés ayant des réticences à porter des accusations contre un membre de leur famille.
Il incombe donc à nous tous à la Chambre des communes de protéger ceux qui ne peuvent pas se défendre en adoptant des mesures susceptibles de dissuader des délinquants potentiels de commettre de tels crimes. C'est exactement ce que mon projet de loi vise. Son adoption voudrait dire deux choses: des peines plus sévères pour les délinquants et la justice pour les victimes.
Le projet de loi C-206 couvre quatre formes de maltraitance : l'exploitation financière, la violence physique et psychologique et les agressions sexuelles. Je vais parler de chacune de ces formes de maltraitance pour expliquer leur incidence sur les personnes vulnérables.
La première est l'exploitation financière, qui est l'une des formes de maltraitance les plus courantes à l'endroit des groupes vulnérables.
En 2014, le service de nouvelles de CBC a rapporté que la police de Toronto avait arrêté un couple qui, en quatre ans, avait volé 25 000 $ en argent, en bijoux et en meubles à une femme de 94 ans. La femme avait été embauchée comme femme de ménage et elle s'était mise à prendre part aux activités quotidiennes de la victime. À un moment donné, elle a obligé la dame âgée à occuper une plus petite pièce de son appartement, puis elle y a emménagé avec son mari. Si ce n'avait pas été du livreur d'une pharmacie locale qui, lors d'une livraison hebdomadaire, a trouvé suspect qu'une personne inconnue réponde à la porte, cette femme aurait pu subir des conséquences beaucoup plus graves qu'une simple perte d'argent.
Dans les registres du ministère de la Justice, absolument rien dans la jurisprudence canadienne ne permet de définir le terme « mauvais traitements infligés aux aînés ». Je dois toutefois préciser que, dans certaines causes, l'âge avancé de la victime a bel et bien été pris en compte pour la détermination de la peine, et c'est tant mieux. Cela dit, ma mesure législative, le projet de loi C-206, supprimerait l'aspect discrétionnaire de la détermination de la peine et exigerait que les peines soient plus sévères si le crime en cause vise une personne vulnérable, car il s'agirait alors d'une circonstance aggravante. Ce type de disposition existe déjà en droit canadien. Elle est toutefois absente de certaines parties du Code criminel et j'aimerais en élargir la portée afin qu'elle couvre les crimes dont j'ai parlé jusqu'ici.
Voici un exemple qui s'est produit la même année, à 3 000 kilomètres d'ici, à Edmonton. Le service de nouvelles de la chaîne Global a publié un reportage sur un homme accusé d'avoir extorqué 265 000 $ à sa grand-mère après avoir obtenu une procuration de sa part.
La fraude et l'exploitation financière en général peuvent souvent être perpétrées par des membres de la famille ou des personnes qui ont l'entière confiance de leur victime. La personne en cause mise justement sur la confiance que lui porte sa victime et sur le fait qu'elle dépend d'elle pour en tirer un avantage. Par crainte d'être en plus violentées, les victimes hésitent souvent à dénoncer les proches aidants qui les exploitent. C'est inacceptable dans une société comme la nôtre. Ces mauvais traitements se perpétuent parce que les coupables ne sont pas suffisamment punis. Ils profitent de la vulnérabilité des autres.
La violence physique est la deuxième forme de mauvais traitement dont j’aimerais parler.
Les statistiques montrent que les personnes handicapées sont plus susceptibles d’être agressées que les personnes sans handicap. Un autre cas troublant s’est produit à Ottawa. Un préposé aux services de soutien à la personne a plaidé coupable à des accusations de voies de fait pour un incident survenu dans une maison de retraite: il avait asséné 10 coups de poing à un homme de 89 ans atteint des maladies d’Alzheimer et de Parkinson.
J’ai passé de nombreuses années dans les forces de l’ordre et ce crime est l’un des pires que j’aie jamais vus. Ces délinquants devraient-ils être traités de la même façon que ceux qui agressent des personnes en bonne santé et aptes à se défendre? Je crois que non. Leurs peines devraient refléter la gravité de leurs crimes. À l’heure actuelle, ces agresseurs, même s’ils sont reconnus coupables, sont rarement punis.
Les défenseurs des droits des personnes handicapées ont confirmé que les membres des groupes vulnérables sont souvent victimes de mauvais traitements. Si nous examinons le rapport publié hier, nous constatons que les personnes vulnérables sont prises pour cibles.
En octobre 2014, la CBC a publié un article au sujet d’une femme de 19 ans vivant avec une déficience intellectuelle qui avait été agressée sexuellement dans un autobus de Winnipeg alors que son accompagnatrice était assise deux rangées plus loin. Je suis père et grand-père. À mes yeux, une personne de 19 ans est encore un enfant. Ce que cette enfant a vécu est traumatisant, pour elle et pour ses parents. Elle a le droit d’être en sécurité. C’est pour cette raison que nous avons besoin d’une loi plus rigoureuse.
Au printemps de 2017, en échange d'un plaidoyer de culpabilité, un tribunal a laissé tomber 13 accusations d'agression sexuelle contre un travailleur de soutien de l'Ontario, retenant contre lui seulement un chef d'accusation de voies de fait et le laissant s'en sortir sans casier judiciaire.
Nous devons infliger des peines plus sévères. C'est là que ma mesure législative, le projet de loi C-206, entre en jeu. Les membres vulnérables de notre société devraient être davantage protégés. Ils doivent faire confiance à notre système judiciaire, et ils doivent avoir l'assurance que les personnes tentant d'exploiter leur vulnérabilité seront toujours punies comme il se doit.
La dernière, mais non la moindre, forme de mauvais traitement dont je veux parler aujourd'hui est le mauvais traitement moral ou psychologique. Je tiens à ajouter que toutes les autres formes de mauvais traitement dont j'ai discuté auparavant sont étroitement liées au mauvais traitement moral parce qu'elles ont des effets psychologiques considérables sur les victimes.
Il n'y a rien de digne à manquer de respect envers des personnes vulnérables ou à les exploiter. Il s'agit d'un crime, et il doit être puni beaucoup plus sévèrement qu'il l'est actuellement. Les cas que j'ai mentionnés ne sont pas uniques; il y en a des centaines similaires.
Comment pouvons-nous changer les choses? Le Canada doit imposer des peines plus sévères aux gens qui exploitent les personnes vulnérables et profitent de leurs faiblesses. L'imposition de peines plus sévères pour le mauvais traitement de personnes vulnérables inciterait les auteurs de ces infractions à y penser à deux fois avant de commettre de tels gestes. Elle permettrait également de mieux protéger les gens qui ne peuvent se protéger eux-mêmes.
Mon projet de loi garantirait que les criminels qui manquent de respect envers les autres et exploitent leur faiblesse ne peuvent pas s'en sortir simplement en plaidant coupables, ce qui désespère grandement les familles et les amis des victimes et les amènent à être déçus du système de justice pénale.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2019-06-04 17:51 [p.28522]
Mr. Speaker, I am pleased to join the second reading debate on Private Member's bill, Bill C-206, an act to amend the Criminal Code.
At the outset, I want to to acknowledge the laudable objective of the bill and thank the member from Yellowhead for giving us the opportunity to debate this important social issue this evening.
Bill C-206 amends the Criminal Code to specify that the physical, emotional, sexual or financial abuse of a person over the age of 65 or of a person 18 years of age or older who depends on others for their care because of a mental or physical disability is to be considered an aggravating circumstance for sentencing purposes.
The member for Yellowhead said that the bill seeks to give vulnerable seniors further protections to ensure that they can live safely and in dignity, while protecting them against exploitation.
The bill would fulfill that objective by imposing harsher sentences on offenders who abuse these vulnerable victims, whether financially, physically or psychologically.
I am in full agreement with the member for Yellowhead that we must do everything to address the physical, financial and emotional exploitation of our seniors and other vulnerable Canadians who depend on others for their care because of a disability.
I hear about this issue in my work here in Ottawa, in my work around the country and also in my riding of Parkdale—High Park. Constituents speak to me about the statistics, which are problematic. Those statistics show that seniors and Canadians with disabilities are at a higher risk of being victims of crimes.
For instance, while older Canadians have historically reported low victimization rates, the physical disabilities and cognitive impairments experienced by some seniors may increase their vulnerability and make them more prone to certain kinds of abuse, such as online financial crime, neglect, financial exploitation and family-related violence.
By 2036 the size of Canada's senior population will increase about twofold, and persons aged 65 and over will represent approximately one quarter of the Canadian population in total.
Given Canada's aging population, Statistics Canada notes that police-reported violence committed against seniors will continue to increase if it is left unaddressed.
According to police data, Canadian seniors were more likely to be the victim of family violence in 2017 than they were 10 years ago. In 2007, Statistics Canada reported that the overall rate of police-reported violence against seniors had increased by 20% between 1998 and 2005. From 2009 to 2017, the rate of police-reported family violence against seniors rose 7%.
In 2014, people with a disability were about twice as likely to be victims of a violent crime than people who did not have a disability, and women and men with cognitive disabilities or mental health-related disabilities reported violent victimization approximately four times more often than their counterparts who did not have a disability.
Elder abuse, senior isolation and the abuse of vulnerable persons are completely unacceptable. Our government is working hard to provide Canadian seniors with greater security and a better quality of life. That is what compelled us to appoint and name a Minister of Seniors to the federal cabinet.
We have also invested in the new horizons for seniors program, which, through budget 2019, will receive an additional $100 million over the next five years. One of the key initiatives of that program is to tackle elder abuse and fraud.
Several legislative amendments have been enacted by Parliament to address the problem of elder abuse. For instance, in 2011, the Standing Up for Victims of White Collar Crime Act enacted an aggravating factor to the fraud offence found at section 380.1 of the Criminal Code. This was referenced in the earlier part of tonight's debate.
This provision directs a judge to treat evidence that the offence had a significant impact on the victim, having regard to “their personal circumstances including their age, health and financial situation”, as an aggravating factor at sentencing.
In 2012, there was also legislation enacted called Protecting Canada's Seniors Act, which enacted a provision that directed courts to treat evidence that the offence had a significant impact on the victim, having regard to his or her age and other personal circumstances, including health and financial situation, as an aggravating factor at sentencing.
These two legislative amendments essentially codified the current sentencing practices. In other words, when these legislative amendments were proposed, the law already required the courts to consider all aggravating and mitigating circumstances related to the offence and the offender's degree of responsibility, including the effect of an offence on a particular victim under all circumstances. In a given case, this can obviously include the victims' age and their vulnerability.
In summary, by codifying the aggravating circumstances, parliamentarians clarified the sentencing law for all Canadians and sent a message to the courts that it is important to consider these aggravating circumstances in sentencing decisions.
The Criminal Code includes a broad range of offences that apply equally to protect all Canadians, including vulnerable and elderly Canadians, as well as specific offences that take into account the vulnerability of the victim. For instance, the offences of assault, assault with bodily harm and aggravated assault apply to protect everyone, regardless of age, health or gender. However, there are also specific offences that target the abuse of vulnerable persons, such as in section 153.1 of the Criminal Code, which applies to the sexual exploitation of a person with a disability. The code also lists several aggravating factors that can apply in cases involving abuse of an elderly or vulnerable person who depends on others for care because of a mental or physical disability.
There are four aggravating factors: one, evidence and offences motivated by bias, prejudice or hate or based on, for instance, age or mental or physical disability; two, the fact that the offenders abuse their spouse or common-law partner; three, the fact that offenders abused a position of trust or authority in relation to the victim; and four, evidence that the offence had a significant impact on the victim having regard to their age or other personal circumstance, including their health or financial situation.
Based on my interpretation of the aggravating circumstance proposed in Bill C-206, I have to wonder if the amendment proposed in the bill could overlap with the circumstances already set out in the Criminal Code. I wonder if the amendment fixes any flaws in the law regarding the abuse of seniors and other vulnerable persons.
I look forward to hearing other members' thoughts about whether this conduct is already covered by the Criminal Code and how this amendment would affect the criminal justice system. For example, if we were to adopt an aggravating circumstance that is similar to the ones already in the Criminal Code, would there be an increase in the number of cases related to determining the scope of the new provision and how it differs from the aggravating circumstances set out in the Criminal Code?
Moreover, I wonder about the implications of setting a chronological age distinction of above 65 as the hard limit in the Criminal Code for assessing a person's vulnerability. Witnesses who testified before the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights as part of its study of former Bill C-36 emphasized that the impact of a crime on an elderly victim is not necessarily dependent on chronological age, but rather on the combined unique characteristics of that elderly victim.
This leads me to question whether an individual's vulnerability is not best assessed by weighing a combination of factors, such as mental and physical health, financial situation and degree of autonomy. I am sure members of this House can come up with examples of when age is not the best indicator of a person's level of vulnerability. For these reasons, I look forward to a thorough debate on these important policy questions.
During second reading debate of the former Bill C-36, the member for Pierrefonds—Dollard at the time said that if we focus only on legal measures, we will be missing a very important point. Non-legislative measures can also significantly help address the problem.
In total, I would underscore that the bill proposed by the member for Yellowhead targets a very important and laudable objective. I look forward to the important debate continuing on this issue and on the issue of combatting elder abuse.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi d'initiative parlementaire C-206, qui vise à modifier le Code criminel.
Je tiens d'abord à saluer l'objectif louable du projet de loi et à remercier le député de Yellowhead de nous donner l'occasion de débattre de cette importante question sociale ce soir.
Le projet de loi C-206 vise à modifier le Code criminel afin de préciser que l'abus financier, les mauvais traitements physiques ou moraux et les abus sexuels à l'égard d'une personne âgée de 65 ans ou plus, ou encore d'une personne âgée de 18 ans ou plus qui est à la charge d'autrui en raison d'une déficience mentale ou physique, sont considérés comme des circonstances aggravantes pour la détermination de la peine.
Le député de Yellowhead a énoncé l'objectif du projet de loi, lequel consiste à accorder d'autres mesures de protection aux personnes âgées et vulnérables afin de veiller à ce qu'elles vivent en sécurité et dans la dignité et qu'elles soient protégées contre l'exploitation.
Le projet de loi permettrait de réaliser cet objectif en infligeant des peines plus sévères aux délinquants qui exploitent ces victimes vulnérables, que ce soit sur un plan financier, physique ou psychologique.
Je conviens tout à fait, comme le député de Yellowhead, que nous devons faire tout ce que nous pouvons pour prévenir les abus financiers et les mauvais traitements physiques ou moraux à l'égard des aînés et des autres personnes vulnérables du pays qui sont à la charge d’autrui en raison d’une déficience.
C'est le genre de problème dont j'entends parler dans le cadre de mon travail, que ce soit ici, à Ottawa, ou ailleurs au pays, y compris dans ma circonscription, Parkdale—High Park. Des gens de ma circonscription m'ont fait part des statistiques, et elles sont préoccupantes. Selon ces données, les aînés et les personnes handicapées du pays sont plus susceptibles d'être victimes d'un acte criminel.
Par exemple, même si on observe généralement un faible nombre de victimes parmi les Canadiens âgés, les déficiences physiques et cognitives qui touchent certains aînés peuvent les rendre plus vulnérables et plus susceptibles d'être victimes de certaines formes d'abus comme la cybercriminalité financière, la négligence, l'exploitation financière et la violence familiale.
D'ici 2036, les aînés seront deux fois plus nombreux au pays, et les personnes âgées d'au moins 65 ans représenteront environ le quart de la population canadienne.
Selon Statistique Canada, en raison du vieillissement de la population canadienne, on s'attend à une hausse des cas de violence contre les aînés déclarés à la police si rien n'est fait pour remédier à la situation.
Selon des renseignements de source policière, les risques que les aînés au Canada soient victimes de violence familiale en 2017 étaient supérieurs à ceux d'il y a une dizaine d'années. En 2007, Statistique Canada indiquait que le taux global d'actes de violence signalés à la police commis contre les personnes âgées avait augmenté de 20 % entre 1998 et 2005. De plus, entre 2009 et 2017, le taux d'actes de violence familiale envers les aînés signalés à la police avait augmenté de 7 %.
En ce qui concerne les crimes commis contre les personnes ayant une déficience, en 2014, le taux de crimes violents était approximativement deux fois plus élevé que les crimes commis contre les personnes n'ayant pas de déficience, et le taux de victimisation violente chez les femmes et les hommes ayant une déficience cognitive ou une déficience liée à la santé mentale était environ quatre fois plus élevé que chez ceux qui n'en avaient pas.
La maltraitance des aînés, l'isolation des personnes âgées et le mauvais traitement des personnes vulnérables sont tout à fait inacceptables. Le gouvernement actuel s'emploie activement à fournir une plus grande sécurité et une meilleure qualité de vie aux personnes âgées du Canada. C'est d'ailleurs ce qui a motivé sa décision de nommer une ministre des Aînés au Cabinet fédéral.
Le gouvernement a également investi dans le programme Nouveaux Horizons pour les aînés qui, dans le cadre du budget de 2019, recevra 100 millions de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années. L'une des principales initiatives de ce programme est de s'attaquer aux mauvais traitements et à la fraude à l'égard des aînés.
Le Parlement a adopté plusieurs modifications législatives pour s'attaquer au problème de la maltraitance des aînés. Par exemple, en 2011, la Loi sur la défense des victimes de crimes en col blanc a édicté une circonstance aggravante qui s'applique à l'infraction de fraude prévue à l'article 380.1 du Code criminel. Il en a été question dans la première partie du débat de ce soir.
Cette disposition ordonne au juge de considérer des circonstances aggravantes pour déterminer la peine à infliger, notamment si « l’infraction a entraîné des conséquences importantes pour les victimes étant donné la situation personnelle de celles-ci, notamment leur âge, leur état de santé et leur situation financière. »
En 2012, une loi intitulée Loi sur la protection des personnes âgées au Canada a également été adoptée et elle contient une disposition dont le juge doit tenir compte au moment de déterminer la peine à imposer. Il doit tenir compte du fait que l'infraction a eu un effet important sur la victime en raison de son âge et de tout autre élément de sa situation personnelle, notamment sa santé et sa situation financière.
Ces deux modifications législatives codifiaient essentiellement les pratiques actuelles en matière de détermination de la peine. En d'autres termes, lorsque ces modifications législatives ont été proposées, la loi exigeait déjà que les tribunaux tiennent compte de toutes les circonstances aggravantes et atténuantes liées à la perpétration de l'infraction et au degré de responsabilité du délinquant, y compris l'incidence particulière qu'une infraction avait sur une victime en particulier dans toutes les circonstances. Dans un cas donné, cela peut évidemment inclure l'âge de la victime et son niveau de vulnérabilité.
En somme, en codifiant ces circonstances aggravantes, les parlementaires ont clarifié le droit de la détermination de la peine pour les Canadiens et les Canadiennes et ont signalé aux tribunaux qu'il est important de prendre ces circonstances aggravantes en compte pour déterminer les peines.
Le Code criminel comprend un large éventail d'infractions qui s'appliquent également de manière à protéger tous les Canadiens, y compris les vulnérables et les aînés, de même que des infractions spécifiques qui tiennent comptent de la vulnérabilité de la victime. Par exemple, les voies de fait, les voies de fait causant des lésions corporelles et les voies de fait graves s'appliquent de manière à protéger tout le monde, peu importe l'âge, l'état de santé ou le sexe. Il existe aussi des infractions spécifiques qui visent le mauvais traitement de personnes vulnérables, comme l'article 153.1 du Code criminel, qui s'applique à l'exploitation sexuelle d'une personne handicapée. Le Code comprend également une liste de facteurs aggravants qui s'appliquent dans les cas d'abus envers une personne âgée ou vulnérable qui dépend des autres pour des soins, en raison d'une invalidité physique ou mentale.
Il y a quatre facteurs aggravants. Premièrement, l'infraction est motivée par des préjugés ou de la haine fondés sur des facteurs tels que, par exemple, l'âge ou la déficience mentale ou physique. Deuxièmement, l'infraction perpétrée par le délinquant constitue un mauvais traitement de son époux ou conjoint de fait. Troisièmement, l’infraction perpétrée par le délinquant constitue un abus de la confiance de la victime ou un abus d’autorité à son égard. Quatrièmement, l'infraction a eu un effet important sur la victime en raison de son âge et de tout autre élément de sa situation personnelle, notamment sa santé ou sa situation financière.
Selon mon interprétation de la circonstance aggravante proposée dans le projet de loi C-206, je me demande si la modification proposée dans le projet de loi pourrait chevaucher les circonstances déjà énoncées dans le Code criminel ou si elle comble des lacunes dans le droit relativement à la violence envers les aînés et les autres personnes vulnérables.
Il me tarde d'entendre le point de vue d'autres députés quant à savoir si cette conduite est déjà visée par le Code criminel et quelle serait l'incidence de l'adoption de cette modification sur le système de justice pénale. Par exemple, l'adoption d'une circonstance aggravante semblable aux circonstances aggravantes déjà énoncées dans le Code criminel entraînerait-elle une augmentation des litiges liés à la détermination de la portée de la nouvelle disposition et de ses différences par rapport aux circonstances aggravantes énoncées dans le Code criminel?
Par ailleurs, je me demande quelles seraient les conséquences si l'on fixait, dans le Code criminel, à 65 ans et plus la limite absolue pour évaluer la vulnérabilité d'une personne. Les témoins qui ont comparu devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes dans le cadre de son étude de l'ancien projet de loi C-36 ont souligné que l'incidence d'un crime sur une victime âgée ne dépend pas nécessairement de son âge, mais plutôt des caractéristiques uniques de cette victime.
Cela m'amène à me demander si la meilleure façon d'évaluer la vulnérabilité d'une personne n'est pas d'évaluer une combinaison de facteurs comme la santé mentale et physique, la situation financière et le degré d'autonomie. Je suis certain que les députés ont en tête des exemples où l'âge n'est pas le meilleur indicateur du niveau de vulnérabilité d'une personne. C'est pourquoi j'attends avec impatience que nous ayons un débat approfondi sur ces importantes questions de politique.
Au cours du débat en deuxième lecture sur l'ancien projet de loi C-36, la députée de Pierrefonds—Dollard de l'époque a souligné que, si on se concentre seulement sur les mesures judiciaires, on passe à côté de quelque chose d'important, soit le fait que les initiatives non législatives peuvent également contribuer grandement à régler le problème.
En somme, je tiens à souligner que le projet de loi proposé par le député de Yellowhead vise un objectif très important et louable. J'attends avec impatience la poursuite de l'important débat sur cette question et sur la question de la lutte contre la maltraitance des personnes âgées.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2019-05-14 19:07 [p.27800]
Mr. Chair, I will be providing 10 minutes of remarks followed by some questions.
I want to begin my remarks today by thanking all members on the Standing Committee of Justice and Human Rights from all sides of the House. Together, over these past few years, we have worked on issues related to access to justice, medical assistance in dying, mental health supports for jurors, strengthening impaired driving laws, addressing the issue of human trafficking in Canada and so much more. Ultimately, we have worked hard to ensure that the communities we represent safer.
There have been many pieces of legislation that have passed through our committee, and today I would like to focus on Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments to other acts.
One of the challenges I have heard about from my community and from Canadians across Canada is the issue of delays in accessing the justice system. I have also heard from constituents about the accessibility of the justice system, issues surrounding victims rights and the challenges faced by victims of intimate partner violence. The purpose of Bill C-75 is to address these very issues of our communities from coast to coast to coast.
This legislation is a key milestone in the government's ongoing efforts to transform the criminal justice system, keeping the government's overall goals at the forefront, which are to keep communities safe, protect victims and to hold offenders to account.
Canada's justice system faces numerous major and multi-faceted challenges. While the volume and severity of crimes have decreased over the years, criminal court cases are becoming more complex and trials are taking longer to complete. Delays in the criminal justice system impact the accused and his or her charter right to be tried within a reasonable time. They also impact victims and all those affected by crime in our communities.
The criminal justice system is a shared responsibility between federal, provincial and territorial governments.
The federal government is responsible for the enactment of criminal law and procedure, criminal prosecutions of all federal offences, certain offences in the Criminal Code and prosecution of all offences in the territories, as well as the appointment of judges for superior courts.
Provincial and territorial governments on the other hand are responsible for the administration of justice, including the prosecution of criminal offences in the provinces, the administration of police, Crown and court personnel and the appointment of provincial court judges.
At their meetings held in April and September 2017, federal-provincial and territorial ministers responsible for justice met to discuss actions taken and ways to strategically address delays in the criminal justice system. Discussions included identifying innovative and best practices as well as legislative reforms to resolve criminal cases in a just and timely manner. All agreed on the need for targeted and bold criminal law reform in the following key priority areas: bail, administration of justice offences, preliminary inquiries, reclassification of offences and judicial case management.
Ministers agreed on the importance of a collaborative approach with all players in the criminal justice system, and Bill C-75 is a true reflection of that collaborative approach with key criminal justice system partners.
Some reforms included in Bill C-75 would address issues that were identified by the Senate Standing Committee on Legal and Constitutional Affairs in its June 2017 report, entitled “Delaying Justice is Denying Justice”. It included 50 recommendations, with a number of them relating to criminal law reform. The bill would address a number of these recommendations, namely on preliminary inquiries, case management, bail, administration of justice offences and the use of technology, including to facilitate remote appearances.
In addition, the reforms respond to the Supreme Court of Canada's decision in Jordan in 2016, which established strict timelines beyond which delays would be presumptively unreasonable and result in cases being stayed. In this decision, the Supreme Court also stressed the need for efforts by all those involved in the criminal justice system to reduce delays and increase efficiencies. Bill C-75 would address that.
One of the issues highlighted through our committee work is the overrepresentation of indigenous people in jail. The 2016-17 statistics indicate that 28% to 30% of custody admissions are indigenous. The numbers are even higher for youth at 50%, and women at 42%. Bill C-75 would help reduce the overrepresentation of Indigenous peoples and vulnerable populations in the criminal justice system.
Indigenous people and vulnerable populations tend to be disproportionately impacted by onerous and unnecessary bail conditions. They are also more likely to be charged with breaching minor conditions, and more likely to be caught in the revolving door of the criminal justice system.
The bill would help address these problems by enacting a principle of restraint in the bail regime to ensure that when there are no concerns about the accused coming to court or posing a risk to public safety, police officers and justices would release detained accused at the earliest reasonable opportunity; by requiring that conditions imposed by police be reasonable in the circumstances and necessary to ensure the accused's attendance in court or the safety and security of the victims or witnesses; and by providing that circumstances of the accused, in particular indigenous accused and accused persons from vulnerable populations, be considered at bail and in determining how to address a breach of conditions.
Bill C-75 also includes measures that would positively impact victims of crime. These include the bail reforms, which would also better protect victims of intimate partner violence by creating a reverse onus at bail, and would expand the list of conditions that can be imposed by police, including conditions to protect victims.
The preliminary inquiry reforms, which would restrict the availability of preliminary inquiries to offences with penalties of life imprisonment, would prevent some victims from having to testify twice.
The proposed administration of justice offence changes would only apply in cases in which there has been no harm caused to a victim, whether physical, emotional or through property damage.
The bill would also provide reassurance to victims of intimate partner violence by imposing a reverse onus at bail for accused persons charged with an intimate partner violence offence if they have a prior conviction for violence against an intimate partner; by requiring courts to consider whether an accused is charged with an intimate partner violence offence when determining whether to release or detain the accused; by clarifying that strangulation, choking and suffocation are elevated forms of assault; by defining “intimate partner” for all Criminal Code purposes and clarifying that it includes current or former spouse, common-law partner and dating partner; by clarifying that the current sentencing provisions, which treat abuse against a spouse or common-law partner as an aggravating factor, apply to both current and former spouses or common-law partners and dating partners; and by allowing for the possibility of seeking a higher maximum penalty in cases involving a repeat intimate partner violence offender.
Lastly, the proposed reforms with respect to bail, administration of justice offences and the reclassification of offences support an approach that is expected to minimize the differential impact on marginalized populations in the criminal justice system, including indigenous peoples, through modernizing and streamlining processes, providing flexibility and creating appropriate tools for managing factors such as vulnerability, mental health and addiction.
It is important to note that these proposed Criminal Code amendments cannot address all social issues that impact those in contact with the criminal justice system. As such, operational changes in the courts or in the administration of justice at the provincial and territorial level may better address such issues. As well, training for criminal justice system actors, such as police, the Crown and judges, would support the bill's goal of making the criminal justice system more fair and accessible to all Canadians.
As mentioned earlier, opportunities to address delays also fall under provincial jurisdiction, as provinces have responsibility over the administration of justice. It is unfortunate that the Ontario provincial government has recently announced its decision to cut funding for the Ontario Provincial Police by $45 million. These cuts will impact the administration of justice.
The people of Ontario, and indeed all Canadians, have the commitment of the federal government that we will continue to work closely with the provinces and territories to identify further measures to reduce delays and improve the criminal justice system.
That said, I do have some questions for the minister, if allowed.
Monsieur le président, je vais prononcer une allocution de 10 minutes, laquelle sera suivie de questions.
Je veux commencer mon intervention en remerciant les députés de tous les partis qui siègent au Comité permanent de la justice et des droits de la personne. Au cours des dernières années, nous avons collaboré dans des dossiers touchant l'accès à la justice, l'aide médicale à mourir, le soutien en santé mentale pour les jurés, le resserrement des lois contre la conduite avec facultés affaiblies, la traite des personnes au Canada et bien d'autres choses. En somme, nous avons travaillé fort pour améliorer la sécurité des collectivités que nous représentons.
Notre comité a étudié de nombreux projets de loi. Aujourd'hui, j'aborderai le projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois.
Les délais d'attente pour accéder au système de la justice, les problèmes entourant les droits des victimes et les difficultés vécues par les victimes de violence infligée par un partenaire intime comptent parmi les questions dont m'ont parlé les Canadiens de ma région et d'ailleurs au pays. Le projet de loi C-75 vise précisément à régler ces problèmes pour les collectivités canadiennes.
Le projet de loi marque un tournant important dans le travail qu'accomplit le gouvernement pour transformer le système de justice pénale et participe à l'atteinte des objectifs généraux du gouvernement, c'est-à-dire assurer la sécurité des collectivités, protéger les victimes et tenir les délinquants responsables.
De nombreux défis importants et complexes se présentent dans le système de justice pénale canadien. Tandis que le volume et la gravité des crimes ont régressé au fil des ans, les causes portées devant les tribunaux de juridiction criminelle sont plus complexes et les procès durent plus longtemps. Les retards dans le système de justice pénale ont une grande incidence sur les accusés et leur droit en vertu de la Charte d’être jugé dans un délai raisonnable ainsi que sur les victimes et tous ceux qui sont touchés par la criminalité dans nos collectivités.
Le système de justice pénale est une responsabilité que se partagent les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.
Le gouvernement fédéral est responsable des dispositions législatives et de la procédure en matière pénale, des poursuites criminelles liées aux infractions aux lois fédérales, de certaines infractions prévues au Code criminel, de la poursuite de l’ensemble des infractions dans les territoires et de la nomination des juges des cours supérieures.
Les gouvernements provinciaux et territoriaux sont, pour leur part, responsables de l’administration de la justice, notamment la poursuite des infractions criminelles dans les provinces, l’administration des services policiers, des procureurs de la Couronne et du personnel judiciaire, ainsi que la nomination des juges des cours provinciales.
Lors de leurs réunions qui ont eu lieu en avril et en septembre 2017, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de la Justice ont discuté des mesures et des façons de remédier stratégiquement aux retards dans le système de justice pénale. Les discussions visaient également à déterminer des pratiques novatrices et exemplaires ainsi que des réformes législatives permettant de régler les affaires criminelles de façon équitable et dans les meilleurs délais. Tous ont convenu de la nécessité de procéder à une réforme ciblée et audacieuse du droit pénal dans des secteurs prioritaires, à savoir la mise en liberté provisoire, les infractions contre l’administration de la justice, les enquêtes préliminaires, la reclassification des infractions, et la gestion judiciaire des affaires en instance.
Les ministres ont convenu de l’importance d’adopter une approche axée sur la collaboration avec tous les intervenants du système de justice pénale, et le projet de loi C-75 est le fruit de cette collaboration avec les principaux partenaires du système de justice pénale.
Certaines réformes prévues dans le projet de loi C-75 permettraient de répondre à des questions soulevées par le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles dans son rapport du mois de juin 2017 intitulé « Justice différée, justice refusée ». Ce rapport contenait 50 recommandations, dont plusieurs portant sur la réforme du droit pénal. Le projet de loi tient compte d’un certain nombre de ces recommandations, notamment celles sur les enquêtes préliminaires, la gestion des instances, la libération conditionnelle, les infractions contre l’administration de la justice et l’utilisation de la technologie, notamment pour faciliter les comparutions à distance.
En outre, les réformes répondent directement à la décision prise en 2016 par la Cour suprême du Canada dans l'affaire Jordan, qui a établi des délais stricts au-delà desquels les retards seront présumés déraisonnables et entraîneront la suspension des affaires. Dans cette décision, la Cour suprême a aussi souligné que tous les intervenants du système de justice pénale doivent faire des efforts pour réduire les retards et pour augmenter l’efficacité du système. Le projet de loi C-75 permettra d'atteindre cet objectif.
Un des problèmes que le comité a relevés est la surreprésentation des Autochtones en prison. Les statistiques de 2016-2017 révèlent que de 28 à 30 % des personnes admises en prison sont des Autochtones. Les pourcentages sont encore plus élevés dans le cas des jeunes et des femmes, soit 50 % et 42 %, respectivement. Le projet de loi C-75 contribuerait à réduire la surreprésentation des Autochtones et des membres des populations vulnérables au sein du système de justice pénale.
Les Autochtones et les populations vulnérables ont tendance à être touchées de manière disproportionnée par des conditions de mise en liberté provisoire contraignantes et inutiles. Ils sont également plus susceptibles d'être accusés d'avoir violé des conditions mineures de remise en liberté et plus susceptibles d'être pris dans la « porte tournante » du système de justice pénale.
Ce projet de loi contribuera à remédier à ces problèmes, notamment en intégrant le principe de la retenue au régime de mise en liberté provisoire afin que, dans les cas où il n'y a aucune crainte que l'accusé omette de se présenter devant le tribunal ou constitue une menace à la sécurité publique, les agents de la paix et les juges mettent le prévenu en liberté à la première occasion raisonnable; en exigeant que les conditions imposées par les policiers soient raisonnables dans les circonstances et nécessaires pour veiller à ce que le prévenu se présente en cour et pour assurer la sécurité des victimes et des témoins; et en prévoyant que la situation du prévenu, en particulier celle des prévenus autochtones et de ceux provenant de populations vulnérables, soit prise en compte dans le processus de mise en liberté provisoire dans la manière de sanctionner les manquements aux conditions établies.
Le projet de loi C-75 comporte aussi des mesures qui auront un impact positif sur les victimes d'actes criminels. Ces mesures englobent les réformes proposées au régime de mise en liberté provisoire, qui devraient aussi permettre de mieux protéger les victimes de violence contre un partenaire intime en renversant le fardeau de la preuve lors de la mise en liberté provisoire et autoriseraient les policiers à imposer un plus vaste éventail de conditions, y compris des conditions visant la protection des victimes.
Les réformes proposées aux enquêtes préliminaires, qui pourraient seulement avoir lieu dans les cas d'infractions passibles d'une peine d'emprisonnement à vie, feraient en sorte que certaines victimes n'aient pas à témoigner à deux reprises.
Les changements proposés aux infractions contre l'administration de la justice s'appliqueraient uniquement dans les cas où il n'y a eu aucun dommage à une victime, qu'il s'agisse de dommages corporels, moraux ou matériels ou de pertes économiques.
Le projet de loi rassurera également les victimes de violence envers un partenaire intime notamment en imposant plutôt le fardeau de la preuve à la personne accusée de violence envers un partenaire intime lors de l’enquête sur la mise en liberté provisoire si elle a déjà été déclarée coupable de violence envers un partenaire intime; en exigeant que les tribunaux prennent en considération le fait qu’un accusé ait été accusé relativement à une infraction de violence envers un partenaire intime pour déterminer s’il y a lieu de libérer l’accusé ou de le maintenir en détention; en précisant que la strangulation, l’étranglement et la suffocation constituent des formes de voies de fait avec circonstances aggravantes; en établissant une définition de « partenaire intime » valable pour l’ensemble du Code criminel et en précisant qu’elle comprend les anciens et présents conjoints, conjoints de fait et partenaires amoureux; en précisant que les dispositions actuelles en matière de détermination de la peine, qui considèrent la violence contre un conjoint ou un conjoint de fait comme une circonstance aggravante, s’appliqueraient aux conjoints, aux conjoints de fait et aux partenaires amoureux actuels ou antérieurs; et en permettant de demander une peine d’emprisonnement supérieure à la peine maximale en cas de récidive pour les infractions de violence envers un partenaire intime.
Enfin, les réformes proposées en matière de mise en liberté provisoire et d’infractions contre l’administration de la justice et la reclassification des infractions favorisent une approche censée réduire autant que possible l’impact différentiel sur les personnes marginalisées dans le système de justice pénale, y compris les populations autochtones, grâce à des processus de modernisation et de rationalisation qui donnent une certaine marge de manoeuvre et qui créent des outils permettant de mieux gérer certains facteurs, comme la vulnérabilité, la santé mentale et la toxicomanie.
Il est important de noter que les modifications au Code criminel ne sont pas conçues pour traiter tous les problèmes sociaux qui ont une incidence sur la population impliquée dans le système pénal. Par conséquent, des changements opérationnels dans les tribunaux ou dans l'administration de la justice aux niveaux provincial et territorial pourraient mieux résoudre ces problèmes. En outre, la formation des acteurs du système de justice pénale, tels que les agents de police, les procureurs et les juges, appuierait le but du projet de loi de rendre le système de justice pénale plus équitable et plus accessible pour tous les Canadiens.
Tel qu'il a été mentionné plus tôt, d’autres possibilités de remédier aux retards relèvent des provinces et des territoires, étant donné leurs responsabilités en matière d’administration de la justice. À cet égard, l'annonce faite récemment par le gouvernement provincial de l'Ontario de réduire de 45 millions de dollars le financement de la Police provinciale de l'Ontario est regrettable. Ces compressions perturberont l'administration de la justice.
La population de l'Ontario et tous les Canadiens peuvent compter sur le gouvernement fédéral, qui continuera de collaborer étroitement avec les provinces et les territoires afin de cerner d'autres mesures visant à réduire les retards et à améliorer l'efficacité du système de justice pénale.
Cela dit, si c'est possible, j'aurais quelques questions à poser au ministre.
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2019-02-25 15:11 [p.25742]
Mr. Speaker, I am honoured to table a petition by residents from Saskatoon as well as Biggar and Harris, calling on the Minister of Justice to eliminate the maximum sentence for sexual assault crimes, and increase the minimum sentences for sexual assault crimes and sexual crimes committed toward a minor. Further, the petitioners call on the Minister of Justice to, among other things, establish a national registry for sexual offenders as well as those convicted of other violent crimes.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition au nom d'habitants de Sakatoon, de Biggar et de Harris qui demandent au ministre de la Justice d'abolir la peine maximale pour agression sexuelle et d'augmenter les peines minimales pour agression sexuelle et agression sexuelle contre des mineurs. De plus, les pétitionnaires exhortent le ministre de la Justice, entre autres, à établir un registre national des délinquants sexuels et des auteurs d'autres crimes violents.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2018-12-10 13:12 [p.24603]
Mr. Speaker, Bill C-51 is a broad and complex bill. If I have the time, I will entertain further discussion of the merits of the bill, which I feel is a good bill.
Bill C-51 proposes many different things in clarifying provisions relating to sexual assault, repealing unconstitutional provisions of the Criminal Code, clarifying and strengthening our charter by ensuring the government prevents charter statements for every piece of government legislation and seeking to avoid unnecessary litigation by enhancing our understanding of the criminal law.
This debate is essentially about the Senate amendments to the bill with respect to the issue of sexual assault.
As these issues were covered by the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights when it debated the bill, this is an interesting analogy to bring to the attention of the House. We did not support the amendments that were brought forward by Senator Pate, amendments that were adopted by the Senate.
When we were debating the sexual assault provisions in the bill, there was enormous discussion.
The bill's intent is to codify the decisions of the Supreme Court of Canada in J.A. and Ewanchuk.
In the decision in J.A., the intent was to set out and make it clear that someone would not be capable of providing consent when unconscious, but also that there were other instances in which the individual might be unable to provide consent.
In the case of Ewanchuk, the issue related to a misunderstanding of the law, clarifying that a mistake of law was not a defence to sexual assault.
When the legislation came to the Standing Committee on Justice and Human Rights, we introduced amendments to clarify what people were concerned about when they came to testify about the bill. We heard from a wide range of witnesses, representing groups on all sides of the spectrum, from defence counsels and prosecutors to women's groups, victims' groups, etc.
We wanted to ensure that it was very clear that unconsciousness was not a bright light, meaning that anything short of unconsciousness would be seen as potentially not allowing one to say that consent was not extended.
As such, the Standing Committee on Justice and Human Rights made an amendment to make clear that consent had to be contemporaneous at the time of the sexual activity, that it must be ongoing, that it would not be valid if made in advance and that the person engaging in sexual activity was allowed to withdraw consent at any time. That amendment was supported by all members of the committee.
We also had an amendment to clarify Ewanchuk with respect to the mistake of law defence. We were concerned that the bill as originally drafted would possibly allow people to conclude that a mistake as to fact would no longer be a defence. We clarified that portion of the bin the bill to make it clear that it was only a mistake in belief as to what the law was that would no longer provide a defence allowing a mistaken belief as to fact to continue to constitute a limited defence.
For clarity, that means if someone who erroneously believes that when married, a spouse has to consent and that there cannot be sexual assault in marriage, that is a mistake as to law and it is not permitted anymore as a defence. That clarifies the Supreme Court decision in Ewanchuk within the Criminal Code.
That was what our committee had done, but the Senate went far beyond that and made amendments that sought to set out an additional framework of what type of capacity was required for consent.
The Senate added that lines 17 to 20 be replaced to say:
(b) the complainant is incapable of consenting to the activity in question for any reason, including, but not limited to, the fact that they are
(i) unable to understand the nature, circumstances, risks and consequences of the sexual activity in question,
(ii) unable to understand that they have the choice to engage in the sexual activity in question or not, or
(iii) unable to affirmatively express agreement to the sexual activity in question by words or by active conduct;”, and...
(3.1) For greater certainty, capacity to consent at the time of the sexual activity that forms the subject-matter of the charge cannot be inferred from evidence on capacity to consent at the time of another sexual activity
These are all very well-meaning amendments. They are amendments that seek to clarify capacity, but I am afraid that these amendments may have unintended consequences, could prolong cases a great deal by leading to enhanced questioning in all of these areas and, in fact, go way beyond what the Supreme Court said in J.A. and go beyond the intention given to the legislation, which was to codify the decision in J.A.
The Minister of Justice has advised us that she will be undertaking further consultations with relevant groups across the country and may come back to us with further clarifications to the legislation on capacity. However, I believe that putting forward these very detailed amendments that were not considered by the witnesses who appeared at the House committee or Senate committee because these were not on the table in the legislation, so we did not hear from the wide spectrum of witnesses on their thoughts about the draft language, leads to us using very specific draft language that the legal community across Canada was not consulted on.
I would also draw the attention of the House to the fact that the committee considered amendments very similar to this that were brought forward by my colleague from Cowichan—Malahat—Langford in the New Democratic Party who sat on the committee at the time. When those amendments were brought forward, I found them to be confusing. I asked a question of the officials from the Department of Justice that I would like to put on the House record. This is from the record of the justice committee. I asked the following:
Can I ask a question, either to [the member for Cowichan—Malahat—Langford] or the officials, or maybe to both? I have two questions, actually.
One, with the fact that we have “unconscious” and then a general provision saying for anything else, is there any potential that by adding two specific examples into the second paragraph, the courts may then narrow the scope of what it's intended to mean?
Two, would somebody not being aware that they are not obliged to consent to the activity not be a mistake of law, a misunderstanding of the law, as opposed to incapacity?
The official from the Department of Justice who answered the question, Nathalie Levman, counsel for the criminal law policy section, stated the following:
Regarding your second point, I agree with you. I'm concerned that this doesn't necessarily speak to the capacity issue that proposed paragraph 153.1(3)(b) speaks to.
That raises a number of different points about your first question, which is that the law on when a person is so incapacitated that no consent is obtained in law is complex. The case law is difficult and there may be a number of different factors that are relevant. Singling out two factors, one of which may not relate to capacity, may have some unintended effects. As to what those effects could be, I cannot speculate, but I just point out that it is a complex issue of law, this particular paragraph, proposed paragraph 273.1(2)(b).
That brings me back to my argument. The fact that the Department of Justice was unable to say clearly what the intended amendment would even mean and talk to us about the ambiguity that the amendment potentially offered leads me to conclude, as I believe my Conservative and Liberal colleagues all concluded at committee, that adding these words into the law, while well intentioned, may have factors that we had not considered. I think this would certainly render a provision to the law that the courts have now interpreted for a considerable amount of time even more complex than it needs to be, leading to multiple questions that I could see being asked now to deal with the all of the different situations put forward by the Senate amendment.
I applaud Senator Pate for her decision to be an advocate on this issue, but I regret that I cannot agree with the position that she took in terms of proposing the amendment to go forward at this time.
I would prefer seeing the Minister of Justice do wide consultation, which would then allow, when a bill comes forward, the Standing Committee on Justice and Human Rights to have the benefit of the draft language to share with all of the different witnesses coming before committee, so that all of them could expound on whether or not they find that language to be helpful or problematic, etc.
That being said, I would also like to speak to another amendment that the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights made to the bill. There has been a lot of discussion about the provisions that the bill removed from the Criminal Code that had been ruled either unconstitutional or inoperative; inoperative ones, such as challenging someone to a duel. We would all agree that is no longer an issue for many Canadians, and that that was properly removed from the legislation.
Another one that would be removed as inoperative is possessing, printing, distributing or publishing crime comics. Again, I think most of us would agree that there is no need for a specific provision as to that. Fraudulently pretending to practise witchcraft is another one. While it is comforting to know that if someone actually does practise witchcraft and is not being fraudulent about it, they are allowed to do so in Canada. I do believe that removing the potential of fraudulently practising witchcraft is definitely a good step.
Another is issuing trading stamps, who knew it was illegal to issue trading stamps? However, I am pleased that we removed that from the Criminal Code. I am also very pleased that we worked with—
Some hon. members: Oh, oh!
Monsieur le Président, le projet de loi C-51 est complexe et il a une vaste portée. Si j'en ai le temps, je discuterai davantage du bien-fondé de ce projet de loi qui, selon moi, est une bonne mesure législative.
Le projet de loi C-51 propose de nombreuses choses pour clarifier les dispositions sur les agressions sexuelles, éliminer les dispositions inconstitutionnelles du Code criminel, ainsi que pour clarifier et renforcer la Charte en veillant à ce que le gouvernement fournisse un énoncé concernant la Charte pour chaque projet de loi qu'il présente et en évitant les litiges inutiles grâce à l'amélioration de notre compréhension du droit pénal.
Le débat actuel porte essentiellement sur les amendements du Sénat au projet de loi relativement à la question des agressions sexuelles.
Étant donné que cette question a été étudiée par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes au cours de son étude du projet de loi, il s'agit d'une analogie intéressante à signaler à la Chambre. Nous n'avons pas appuyé les amendements présentés par la sénatrice Pate et adoptés par le Sénat.
Au cours du débat entourant les dispositions du projet de loi sur les agressions sexuelles, il y a eu de longues discussions.
L'objet du projet de loi est de codifier les décisions de la Cour suprême du Canada dans les affaires J.A. et Ewanchuk.
Dans l’arrêt J.A., l’objectif était d’indiquer clairement qu’une personne inconsciente n’est pas en mesure de donner son consentement, mais qu’il y a aussi d’autres circonstances dans lesquelles une personne peut ne pas être en mesure de donner son consentement.
Dans l’arrêt Ewanchuk, la question portait sur une mauvaise compréhension de la loi, et le tribunal a statué qu’une erreur de droit ne pouvait pas servir de défense en cas d’agression sexuelle.
Lorsque le projet de loi a été envoyé au Comité permanent de la justice et des droits de la personne, nous avons présenté des amendements pour répondre aux préoccupations de ceux qui avaient témoigné au sujet du projet de loi. Nous avons en effet entendu un vaste éventail de témoins, qui représentaient toutes sortes de groupes, qu’il s’agisse d’avocats de la défense, de procureurs, de groupes de femmes, de groupes de victimes, etc.
Nous voulions qu’il soit parfaitement clair que l’état d’inconscience n’est pas un feu vert, c’est-à-dire qu’un état proche de l’inconscience peut être invoqué pour affirmer que la victime n’a pas pu donner son consentement.
Le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a donc présenté un amendement exigeant que le consentement soit donné précisément au moment de l’activité sexuelle, qu’il soit maintenu, qu’il ne soit pas valide s’il a été donné à l’avance, et que la personne participant à l’activité sexuelle ait la possibilité de retirer son consentement à tout moment. Cet amendement a été appuyé par tous les membres du comité.
Nous avons également présenté un amendement pour préciser l’arrêt Ewanchuk en ce qui concerne l’erreur de droit. Nous craignions que, dans sa première version, le projet de loi n’amène les gens à conclure qu’une erreur de fait ne soit plus une défense. Nous avons modifié le projet de loi pour qu’il soit bien clair que seule une erreur d’interprétation de la loi ne pourrait plus être considérée comme une défense, et qu’une erreur de fait continuerait de constituer une défense limitée.
Autrement dit, si quelqu’un pense à tort qu’après le mariage, un époux est automatiquement consentant et qu’il ne peut pas y avoir d’agression sexuelle au sein du mariage, c’est une erreur de droit et ce n’est plus admis comme moyen de défense. Cet amendement précise le sens de l’arrêt Ewanchuk de la Cour suprême, pour l’application du Code criminel.
Voilà ce qu’a fait notre comité, mais le Sénat est allé bien plus loin et a proposé des amendements visant à mettre en place un dispositif supplémentaire sur les conditions à réunir pour qu’il y ait consentement.
Le Sénat a demandé à ce qu'on remplace les lignes 20 à 22 par ce qui suit:
b) il est incapable de le former, pour l’activité en question, notamment pour l’un des motifs suivants:
(i) il n’a pas la capacité de comprendre la nature, les circonstances, les risques et les conséquences de l’activité sexuelle en question,
(ii) il n’a pas la capacité de comprendre qu’il peut choisir de se livrer ou non à l’activité sexuelle en question,
(iii) il n’a pas la capacité de manifester son accord de façon explicite à l’activité sexuelle en question par ses paroles ou sa façon d’agir; »; [...]
(3.1) Il est entendu que la capacité de consentir au moment de l’activité sexuelle à l’origine de l’accusation ne peut être déduite d’éléments de preuve portant sur la capacité de consentir lors d’une autre activité sexuelle. »
L'intention est très bonne. Ces amendements ont pour but de préciser l'élément capacité de consentement, mais je pense qu'ils pourraient peut-être avoir des conséquences imprévues, qu'ils pourraient prolonger les causes en entraînant des interrogatoires plus approfondis sur tous ces points et, en réalité, qu'ils pourraient aller bien au-delà de ce qu'a indiqué la Cour suprême dans l'affaire J.A. et au-delà de l'objet de la mesure législative, qui est de codifier la décision rendue dans l'affaire J.A.
La ministre de la Justice nous a indiqué qu'elle mènerait d'autres consultations partout au pays auprès de groupes pertinents et qu'elle pourrait nous revenir avec d'autres précisions éventuelles pour la mesure législative au chapitre de la capacité de consentement. Par contre, ces amendements très détaillés, eux, n'ont pas été étudiés par les témoins qui ont comparu devant le comité de la Chambre et le comité du Sénat puisqu'ils ne figuraient pas dans le projet de loi. Les témoins, représentant différents milieux, n'ont donc pas pu s'exprimer sur la question, ce qui veut dire qu'on utilise un libellé très précis sur lequel le milieu juridique canadien n'a pas été consulté.
J'attire également l'attention de la Chambre sur le fait que le comité a étudié des amendements très semblables à cela. Ces amendements avaient été présentés par mon collègue de Cowichan—Malahat—Langford, du Nouveau Parti démocratique, qui siégeait alors au comité. Lorsque ces amendements ont été présentés, ils m'ont laissé perplexe. J'ai posé une question aux représentants du ministère de la Justice et, pour l'exposer à la Chambre, j'aimerais citer la transcription du comité de la justice. Voici ce que j'ai demandé:
Pourrais-je poser une question, [au député de Cowichan—Malahat—Langford] ou aux fonctionnaires, ou peut-être aux deux? En fait, j'ai deux questions.
Premièrement, nous avons le mot « inconscient » et ensuite une disposition générale disant « pour tout autre motif ». Si on ajoute deux exemples précis au deuxième paragraphe, les tribunaux ne pourraient-ils pas rétrécir la portée de ces dispositions?
Deuxièmement, si le plaignant ignore qu'il n'est pas obligé de consentir à l'activité, ne s'agit-il pas d'une erreur de droit, d'une mauvaise compréhension de la loi plutôt que d'une incapacité?
La représentante du ministère de la Justice qui a répondu à la question, Nathalie Levman, avocate au sein de la Section de la politique en matière de droit pénal, a déclaré ceci:
Pour ce qui est de votre deuxième question, je suis d'accord avec vous. Cela ne dépend pas forcément de la capacité de consentement sur laquelle porte l'alinéa 153.1(3)b).
Il y a un certain nombre de choses à considérer à propos de votre première question. La façon dont la loi s'applique lorsqu'une personne est dans un état d'incapacité qui l'empêche de donner son consentement est complexe. La jurisprudence est compliquée et il peut y avoir un certain nombre de facteurs pertinents. Le fait de spécifier deux facteurs, dont l'un n'est peut-être pas relié à la capacité, risque d'avoir des effets inattendus. Quant à savoir quels pourraient être ces effets, je ne pourrais pas le dire, mais je mentionnerais simplement que le paragraphe 273.1(2)b) proposé pose une question de droit complexe.
Cela me ramène à mon argument. Étant donné que le ministère de la Justice était incapable d’expliquer clairement ne serait-ce que la portée de cet amendement et de nous donner des précisions sur son ambiguïté potentielle, j’en suis arrivé à conclure, comme mes collègues conservateurs et libéraux l’ont fait au comité, que l’ajout de ces termes dans la loi, même si cela part d’une bonne intention, risque d’avoir des conséquences inattendues. En tout cas, cela risque de rendre excessivement complexe une disposition de la loi que les tribunaux interprètent depuis longtemps et de susciter de multiples questions relativement aux différentes situations qui sont envisagées dans l’amendement du Sénat.
Je salue la décision de la sénatrice Pate de se faire le chantre de cette question, mais je regrette de ne pas pouvoir accepter son amendement, dans l’état actuel des choses.
Je préférerais que la ministre de la Justice entreprenne de vastes consultations, afin que, lorsqu’un projet de loi sera présenté, le Comité permanent de la justice et des droits de la personne puisse travailler sur une première ébauche avec les témoins qu’il aura convoqués. De cette façon, ils auront tous la possibilité d’expliquer pourquoi telle ou telle expression leur semble utile ou au contraire problématique.
Cela dit, j’aimerais parler d’un autre amendement que le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a apporté au projet de loi. On a beaucoup parlé des dispositions du Code criminel qui sont abrogées par le projet de loi parce qu’elles ont été jugées inconstitutionnelles ou inopérantes. Parmi les dispositions inopérantes, il y a celle visant la provocation à un duel. Cette situation n’existe plus au Canada et la disposition devait donc être supprimée dans la loi.
L’autre disposition qu’on propose de supprimer parce qu’elle est inopérante est celle qui concerne l’impression, la distribution, la publication ou la possession aux fins d’imprimer, de distribuer ou de publier une histoire illustrée de crime. Là encore, je pense que tout le monde s’entend pour dire qu’il est inutile de conserver ce genre de disposition. Affecter d’exercer la sorcellerie est une autre disposition inopérante. Je ne sais pas s’il est rassurant de savoir que si quelqu’un pratique sincèrement la sorcellerie, il est autorisé à le faire au Canada. Je pense que c’est une bonne chose de supprimer cette disposition qui interdit de prétendre frauduleusement que l’on pratique la sorcellerie.
Il y a aussi la disposition qui concerne l’émission de bons-primes. Qui savait qu’il était illégal d’émettre des bons-primes ? Quoi qu’il en soit, je suis ravi qu’on supprime cette disposition du Code criminel. Je suis également heureux que nous ayons pu travailler...
Des voix: Oh, oh!
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-12-10 13:29 [p.24605]
Madam Speaker, I enjoyed working with my friend the member for Mount Royal in my capacity as vice-chair of the justice committee. I agree with the hon. member's comments with respect to the Senate amendments. He is right that the justice committee looked at amendments introduced by the member for Cowichan—Malahat—Langford. There were witnesses who appeared before the committee and made submissions that the codification of J.A. in section 273 and the expressed inclusion of the word “unconscious” would create uncertainty in the law in those cases that are just short of consciousness or where someone perhaps is significantly intoxicated.
I wonder if the hon. member could comment on those submissions and his position with respect to the inclusion of the word “unconscious”, which does codify J.A. in my opinion.
Madame la Présidente, j’ai eu le plaisir de travailler avec le député de Mont-Royal en ma qualité de vice-président du comité de la justice. Je suis d’accord avec le député en ce qui concerne les amendements du Sénat. Il a raison de dire que le comité de la justice a examiné les amendements proposés par le député de Cowichan—Malahat—Langford. Des témoins qui ont comparu devant le Comité ont fait valoir que la codification du principe énoncé dans l’arrêt J.A. à l’article 273 et l’inclusion expresse du mot « inconscient » créeraient de l’incertitude dans la loi dans les cas où la personne est dans un état proche de l’inconscience ou est peut-être en état d’ébriété avancé.
Le député pourrait-il nous dire ce qu’il pense de ces observations et de l’inclusion du mot « inconscient » qui, à mon avis, codifie le principe énoncé dans l’arrêt J.A.?
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2018-12-10 13:30 [p.24605]
Madam Speaker, in reciprocal language, I want to tell my hon. colleague how much I appreciated working with him as well on the justice committee. He always has an excellent understanding of all of the issues before us and expresses himself very well.
I also was concerned about the same issue. I feel the amendment that the committee made clarified the point that consent needs to be ongoing and expressed. As a result, I think that attenuates the concern that we heard. I want it to be very clear that the law is not that there is some bright line before unconsciousness and that being unconscious is the only threshold for not being able to give consent. There are lines before unconsciousness where people would be unable to consent.
The hon. member is right to raise that as an issue. That was not what this legislation was ever supposed to mean. Hopefully, our amendment at the Standing Committee on Justice and Human Rights helps to clarify that.
Madame la Présidente, réciproquement, je tiens à dire à mon collègue combien j’ai apprécié travailler avec lui au comité de la justice. Il a toujours une excellente compréhension de tous les enjeux dont nous sommes saisis et il s’exprime très bien.
J’étais également préoccupé par la même chose. Je pense que l’amendement proposé par le Comité permet de préciser que le consentement doit être permanent et exprimé. En conséquence, je pense que cela atténue les préoccupations que nous avons entendues. Je veux qu’il soit établi très clairement qu’il n’existe pas, dans la loi, une ligne de démarcation nette avant l’inconscience et que le fait d’être inconscient n'est pas le seul critère qui empêche de donner son consentement. Il y a des étapes avant l’inconscience pendant lesquelles des gens seraient incapables de donner leur consentement.
Le député a raison de soulever cette question. Ce n’est pas l’intention visée par le projet de loi. J’espère que l'amendement du Comité permanent de la justice et des droits de la personne permettra de le préciser.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I did value my time with my hon. colleague at the justice committee last year. I was going through the Supreme Court's decision in J.A. It does acknowledge in that decision that the appropriate body to alter the law on consent in relation to sexual assault is Parliament. Thus, the court has acknowledged the role Parliament has.
I think it would be wrong for us to rule out the ability of this body to do what it wants with the Criminal Code. Criminal Code interpretation and its formation is a give-and-take between Parliament and the courts. The courts do respect our role in this.
I just want to read a few quotes from the Senate debate because I found it quite interesting. The senators acknowledged that:
Without Senator Pate's amendment to Bill C-51, we will have failed to capture the scope of consent laid out for us by the Supreme Court, supported by experts in the law of sexual assault in Canada.
Feminist experts in sexual assault law have advised that inclusion of the word “unconscious” risks creating a false threshold for the capacity to consent.
I would like to hear my hon. colleague's comments on that. We had some very interesting testimony at the Standing Committee on Justice and Human Rights, particularly from Professor Janine Benedet, who said on record that any clarification we can give would be beneficial. I see the Senate's amendments as trying to do that and living up to some of the witness testimony that we heard.
Madame la Présidente, j'ai aussi eu le plaisir de siéger avec mon collègue au comité de la justice l'an dernier. J'ai passé en revue la décision de la Cour suprême dans l'affaire J.A. On peut y lire que c’est au législateur qu’il appartient de modifier les règles du consentement en matière d’agression sexuelle. La cour a donc reconnu le rôle joué par le Parlement.
Je crois que nous aurions tort d'écarter la possibilité pour cette institution de modifier comme elle le veut le Code criminel. La composition et l'interprétation du Code criminel reposent sur les compromis établis entre le Parlement et les tribunaux. L'appareil judiciaire respecte le rôle que nous jouons dans ce domaine.
Je vais lire quelques citations des débats qui ont eu lieu au Sénat parce qu'ils me semblent très intéressants. Les sénateurs ont reconnu ce qui suit:
Si nous n’adoptons pas l’amendement de la sénatrice Pate au projet de loi C-51, nous omettons de tenir compte de la notion de consentement établie par la Cour suprême, qui a été appuyée par des experts du droit canadien sur les agressions sexuelles.
Des spécialistes féministes du droit en matière d’agression sexuelle ont déclaré que l’inclusion du terme « inconscient » risque de créer un faux critère relativement à la capacité à consentir.
J'aimerais savoir ce que mon collègue en pense. Nous avons entendu des témoignages très intéressants au Comité permanent de la justice et des droits de la personne. Je pense notamment à la professeure Janine Benedet qui a déclaré que toute précision que nous pourrons donner sera avantageuse. À mon avis, les amendements proposés par le Sénat ont justement cet objectif et répondent à certains des témoignages que nous avons entendus.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2018-12-10 13:33 [p.24606]
Madam Speaker, I also want to say that my colleague from Cowichan—Malahat—Langford was also a great addition to the justice committee while he was there. While the member for Victoria is irreplaceable, the member for Cowichan—Malahat—Langford did a great job in almost replacing him. It was a pleasure serving with him.
With respect to what the member is saying, I entirely agree that it is appropriate for Parliament to legislate what consent and capacity are. However, it is inappropriate that none of the witnesses who came before the Standing Committee on Justice and Human Rights had the proposed language by Senator Pate in front of them when they testified before our committee, nor did the people testifying before the Senate's constitutional and legal affairs committee.
An appropriate way for Parliament to legislate is for the government to carefully consult, put forward language, and then have both committees carefully study it, with all witnesses having the benefit of that language in front of them. I am hopeful that my colleague, the Minister of Justice, will do that.
Madame la Présidente, je tiens à dire aussi que, même si le député de Victoria est irremplaçable, mon collègue de Cowichan—Malahat—Langford a su apporter une précieuse contribution au comité de la justice. Ce fut un plaisir de travailler avec lui.
Pour répondre à ce que vient de dire le député, je dirai que le Parlement est tout à fait justifié de légiférer en matière de consentement et de conditions préalables au consentement. En revanche, ce qui n’est pas normal, c’est que les témoins qui ont comparu devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne n’aient pas été informés de l’amendement proposé par la sénatrice Pate au moment où ils ont témoigné devant notre comité, pas plus d’ailleurs que les témoins qui ont comparu devant le comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles.
Pour que le Parlement puisse légiférer en bonne et due forme, il faut que le gouvernement fasse des consultations appropriées, qu’il propose un projet de loi et qu’ensuite les deux comités l’examinent, et que les témoins qu’ils convoquent aient connaissance du texte proposé. J’espère que c’est ce que fera ma collègue la ministre de la Justice.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2018-12-10 13:35 [p.24606]
Madam Speaker, absolutely. As I was mentioning, in our discussions at committee, we wanted to clarify consent. Therefore, rather than using the words the Senate has used, which we believe go far beyond what the J.A. decision codified, we clarified the provisions by saying that consent must be present at the time the sexual activity in question takes place, making it clear that it has to be ongoing consent and not implicit consent from a previous act that applies to the current act.
We wanted to clarify that only a question of law was being removed from the defence not mistakes as to facts. Therefore, we clarified that by saying that “The question of whether no consent is obtained under subsection (3) or (4) or 265(3) is a question of law.”
The committee carefully considered all of those issues, in addition to the issues brought forward by the Senate, and actually rejected the issues brought forward by the Senate.
Madame la Présidente, je le ferai très volontiers. Comme je le disais, nous avons eu des discussions en comité pour clarifier la notion de consentement. Plutôt que de reprendre les termes que le Sénat avait utilisés — et qui nous semblaient aller beaucoup plus loin que l’arrêt J.A. —, nous avons précisé le sens des dispositions en disant que le consentement doit être valide pendant toute la durée de l’activité sexuelle, c’est-à-dire que ce consentement doit être maintenu et qu’il ne doit pas s’agir d’un consentement implicite qui remonte à une relation sexuelle précédente.
Nous avons également voulu préciser que seule l’erreur de droit était supprimée des moyens de la défense, et pas l’erreur de fait. Nous avons donc formulé l’amendement de la façon suivante: « La question de savoir s’il n’y a pas de consentement aux termes des paragraphes (3) ou (4) ou 265(3) est une question de droit. »
Le comité a examiné avec soin toutes ces questions, en plus de celles qu’a soulevées le Sénat, et a rejeté toutes celles qui avaient été soulevées par le Sénat.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am very happy to be participating in today's debate on Bill C-51. I find it unfortunate, however, that the government has again had to resort to time allocation on a justice bill. The bill passed the House of Commons. I was certainly one of the members who voted in favour of it. However, I find myself in the awkward position of actually agreeing with what the Senate has done to the bill, because it very much mirrors the attempt I made at the justice committee last year to codify the nature of consent and provide a bit more definition in the Criminal Code.
Before I get to the Senate amendments more specifically, I want to talk more generally about the government's record on justice bills. While I do have a great deal of respect for the Minister of Justice and I very much agreed at the start of the government's mandate with what she was attempting to do, the pace of legislative change from the Minister of Justice has been anything but satisfactory. We started off with Bill C-14. It received a lot of attention and debate in Canada, as it should have, but we have to remember that the only reason the government moved ahead with Bill C-14 and we passed it in 2016 was that the government was operating under a Supreme Court imposed deadline. There was really no choice in the matter. Furthermore, when Bill C-14 was passed, we very nearly had a standoff with the Senate because of the provision in the bill about reasonable death occurring in a predetermined amount of time. We knew that that particular section would be challenged in the court system.
The other substantive piece of legislation the government has passed is Bill C-46, which was designed to move in conjunction with Bill C-45. Of course, Bill C-46 was problematic because the government has now removed the need for reasonable suspicion for police officers to administer a Breathalyzer test. They can basically do it whenever a person is legally stopped, whether it be for a broken tail light or for not stopping completely at a stop sign. If an officer has a Breathalyzer test on their person, they can demand a breath sample right then and there, without the need for reasonable suspicion. I have seen mandatory alcohol screening operate in other countries, notably Australia.
In my attempt to amend that bill, I stated that if we were going to apply such a draconian measure, it should be applied equally, because if we start giving police officers the ability to decide when or where to test someone, we know from the statistics, notably from the City of Toronto, that people of a certain skin colour are more apt to be stopped by the police than others. If such a provision were to be implemented, it should be applied equally at all times.
Moving on, there is Bill C-28, which deals with the victim surcharge, but is still languishing in purgatory at first reading.
The government then moved forward with a number of cleanups of the Criminal Code, the so-called zombie or inoperative provisions and the many redundant sections of the Criminal Code. That is the thing about the Criminal Code: It is littered with out-of-date provisions that are inoperable because of Supreme Court or appellate court rulings, but they are still faithfully reprinted every single year because Parliament has not done its work to clean up the Criminal Code. As my college the member for St. Albert—Edmonton has noted, it has led to some very bad consequences, notably in the Travis Vader case, where the judge used an inoperative section of the Criminal Code to convict someone. That conviction was then overturned. So these section do have very real consequences.
My contention has always been with section 159, which was brought forward in Bill C-32. Bill C-32 was then swallowed up by Bill C-39. Then Bill C-39 was swallowed up by Bill C-75, which has only just passed the House and now has to clear the Senate. We have no idea how much longer that is going to take. The House is about to rise for the Christmas break. We will be back functioning at the end of January, but Bill C-75 is a gigantic omnibus bill and full of provisions that make it a very contentious bill.
My argument has always been that for such an ambitious legislative agenda, especially if we are going to clean up the Criminal Code as Bill C-51 proposes to do, I contend that the Minister of Justice, had she had a good strategy in dealing with the parliamentary timetable and calendar and how this place actually works, would have bundled up the non-contentious issues in Bill C-39 and Bill C-32, which was morphed into Bill C-75, together with the non-contentious issues of Bill C-51 and made it a stand-alone bill, and we could have done that work.
These are issues that we cannot really argue against because it is a moot point; the Supreme Court has already ruled, so keeping them in the Criminal Code just leads to further confusion. Here we are, three years into the government's mandate, and the Criminal Code has still not been cleaned up to this day. For an ambitious legislative agenda, that leaves a lot to be desired. I heard Michael Spratt, who regularly appears as a witness before the justice committee, describe Bill C-51 as dealing with the lowest of the low-hanging fruit. Therefore, if we had been serious, we could have made some very reasonable progress on that. Be that as it may, we have Bill C-51 before us and we have to go over it.
Before I get into the specific amendments brought forward by the Senate, I think it is worth going over some of the things we are talking about. Among the things Bill C-51 would repeal is the offence of challenging someone to a duel. It used to be illegal to provoke someone to fight a duel or to accept the challenge. We will get rid of that section because it obviously reflects an earlier time in Canada's history. It is the reason why in this place we are two sword lengths apart. Members of parliament in the U.K. used to go into that place with swords on their hips. The bill would also get rid of section 143 dealing with advertizing a reward for the return of stolen property. It would get rid of section 163, dealing with the possession of crime comics, a legacy of a 1948 bill by a member who thought that crime comics negatively influenced kids by encouraging them to commit crimes, and that they were not a part of a good upbringing. The section on blasphemous libel would be dropped. Fraudulently pretending to practise witchcraft is probably one of my favourite ones.
While Bill C-51 is making some much needed changes to sections of the Criminal Code, as I said earlier, we would not be arguing these cases in the House three years into the mandate of the current government if the bills had been bundled up into a single bill, which I am sure could have had royal assent by now.
We did have a very interesting discussion at the justice committee on section 176. When I first read Bill C-51 and it mentioned that this section would be repealed, I read right over it. However, when hearing witnesses at committee, it became quite apparent that section 176 had a lot of very deep meaning to select religious groups. After hearing all of that testimony about the importance of having section 176 remain in the code, I am glad to see that the committee members were able to work together to polish the language to ensure that it would now be applicable to all religious faiths, and not just single out the Christian faith. Now, if someone were to interrupt the religious proceedings of any faith, that would be dealt with appropriately under section 176.
The heart of the matter before us is the Senate amendments to Bill C-51. As I mentioned, it is kind of awkward for a New Democrat to be recognizing the work of the Senate. I value the people who sit as senators. I know there are some very determined people who certainly try to do their best there. My problem has always been with a 21st century democracy like Canada having an unelected and unaccountable upper house. I have to face the electorate for the decisions I make and the words I say in this place, and for what the Senate as a whole does.
I am going to be rejecting the government's motion on Bill C-51, because I agree with the substance of what the Senate was attempting to do in Bill C-51. It very much reflects some of the testimony that I heard at committee, and I have also reviewed some of the Senate Hansard transcripts of the debates it had on Bill C-51. While it is true that the amendments were not passed at the legal and constitutional affairs committee of the Senate, they were passed at the third reading stage. When we see the transcripts, we can see that the hon. senators in the other place were trying to codify what they saw as some missing aspects of the bill.
If we look at the heart of the matter, it comes down to the Supreme Court decision in R. v. J.A. The Supreme Court ruling reads:
When the complainant loses consciousness, she loses the ability to either oppose or consent to the sexual activity that occurs. Finding that such a person is consenting would effectively negate the right of the complainant to change her mind at any point in the sexual encounter.
In some situations, the concept of consent Parliament has adopted may seem unrealistic. However, it would be inappropriate for this Court to carve out exceptions to the concept of consent when doing so would undermine Parliament’s choice. This concept of consent produces just results in the vast majority of cases and has proved to be of great value in combating stereotypes that have historically existed. In the absence of a constitutional challenge, the appropriate body to alter the law on consent in relation to sexual assault is Parliament, should it deem this necessary.
The court in a sense is recognizing the very important part that Parliament plays in this. One thing I have learned during my time as our party's justice critic is that, in looking at the Criminal Code, ultimately, we in this place are responsible for drafting and implementing the law and it comes down to the courts to interpret it. There is this kind of back and forth. When the justice aspect of the government and the parliamentary part of it work in tandem like that, we hopefully arrive at a place where the law is reflective of today's society.
However, it is not only the J.A. decision that we should be looking at. On October 30, which coincidentally was the very same day that the Senate sent the bill back to the House, there was a decision in the Alberta Court of Appeal, R. v. W.L.S. In that particular case, an acquittal on sexual assault charges was overturned by the Court of Appeal. The Court of Appeal acknowledged in its decision that the complainant was incapable of consenting.
Senator Kim Pate provided us with a message. She said:
In regard to our discussions concerning Bill C-51, I write to draw your attention to the recent case of the Alberta Court of Appeal, concerning the law of incapacity to consent to sexual activity. Please find a copy of this case attached.
The Alberta Court of Appeal heard this case on October 30, the same day the Senate passed the amendments to Bill C-51. The court overturned the trial decision on the grounds that the trial judge had wrongly held that nothing short of unconsciousness was sufficient to establish incapacity. While this erroneous understanding of the law was rectified on appeal in this case, as we know, the vast majority of cases are never appealed. The trial judge's decision demonstrates the very error, fed by harmful stereotypes about victims of sexual assault, that many of us are concerned the original words of Bill C-51 risks encouraging.
Senator Kim Pate is basically acknowledging that there is a role for Parliament to play in providing a more explicit definition of consent, what it means and when consent is not given. While I am certainly one of those people who trusts in the power and ability of judges to make decisions, the judicial discretion, I align that thinking more with the decisions that they make and not in the interpretation of the Criminal Code. There is room in some parts of the Criminal Code to be very specific so that there is no judicial discretion, and that we are very clear on what consent means and what it does not mean.
Turning to the actual Senate amendments, they would be adding specificity in both clause 10 and clause 19. Basically, those particular aspects want to ensure:
(b) the complainant is incapable of consenting to the activity in question for any reason, including, but not limited to, the fact that they are
(i) unable to understand the nature, circumstances, risks and consequences of the sexual activity in question,
(ii) unable to understand that they have the choice to engage in the sexual activity in question or not, or
(iii) unable to affirmatively express agreement to the sexual activity in question by words or by active conduct;
Adding this kind of specificity to the Criminal Code is very much a good thing. In paragraph (b), it says “including, but not limited to”. I think adding that kind of specificity will help with certain cases. From the very interesting Senate deliberations on this subject at third reading, we can see that senators were not very happy with how Bill C-51 left a bit of a hole.
We have made much of the witness testimony at the Standing Committee on Justice and Human Rights. Professor Janine Benedet did look at this particular aspect of the Criminal Code. As I said in my exchange with the member for Mount Royal, one thing she stated was:
Any clarification we can give will be beneficial. It doesn't have to be an exhaustive list, but there has to be the idea that consent has to be informed, that you have to have the ability to understand that you can refuse—because some individuals with intellectual disabilities do not know they can say no to sexual activity—and that it has to be your actual agreement. Those are all things that can be read into the code as it's currently written, but sometimes are not fully realized in the cases we see.
Adding that specific part would be very much in line with what Professor Benedet was saying at the committee. That is why I will be rejecting the government's motion and voting in favour of the Senate amendments.
Turning to the Senate deliberations on this bill, in some of that debate it was said that R. v. J.A. outlines the requirement for active consent. However, the Senate very much found that without the specific amendment by Senator Pate to Bill C-51, we would have failed to capture the scope of consent laid out for us by the Supreme Court, supported by experts in the law of sexual assault in Canada.
Feminist experts in sexual assault law have advised that the inclusion of the word “unconscious” risks creating a false threshold for the capacity to consent. There were also deliberations that the current wording in Bill C-51 poses a serious risk that women who are intoxicated would be blamed if they are sexually assaulted. They would not be protected by this bill.
Further, some have noted that the weakness is in the definition of what constitutes non-consent. According to a legal expert who provides sexual consent training to judges, there is not enough precedent or awareness among judges to believe that the proposed wording in clause 10 and clause 19 of the bill is clear enough.
I see my time is running out, but I will end with some of the really scary statistics we face as a country. Statistics Canada estimates that some 636,000 self-reported sexual assaults took place in Canada in 2014. Shockingly, it also estimates that as few as one in 20 were actually reported to police. Those are statistics which should give us great pause and lead us to ask ourselves what more we could be doing. The Senate amendments are very much in faith with trying to keep that.
I would also note that this is probably one of the last opportunities I will have to rise in this particular chamber to give a speech. I want to acknowledge the history of this place and what an honour it has been for me, in my short three years here, to have served in this House of Commons chamber. I know we will be going forward to West Block, and an admirable job has been done there.
I finish by wishing all my colleagues a merry Christmas. I hope they have a fantastic holiday season with friends and family, and that we come back in 2019 refreshed and ready to do our work on behalf of Canadians.
Madame la Présidente, je me réjouis de pouvoir participer au débat sur le projet de loi C-51. Je déplore bien sûr que le gouvernement ait encore eu recours à l’attribution de temps sur un projet de loi relatif à la justice. Je suis au nombre des députés qui ont voté en faveur de ce projet de loi. Toutefois, je me trouve aujourd’hui dans une situation un peu inconfortable, car je suis d’accord avec les amendements proposés par le Sénat, étant donné qu'ils ressemblent beaucoup à ceux que j’ai essayé de présenter au comité de la justice l’an dernier dans le but de codifier la nature du consentement et de préciser davantage la définition du Code criminel.
Avant d’aborder plus précisément les amendements proposés par le Sénat, j’aimerais faire un survol du bilan du gouvernement sur les projets de loi en matière de justice. Même si j’ai un grand respect pour la ministre de la Justice et si, au début du mandat du gouvernement, j’étais d’accord avec ce qu’elle essayait de faire, je trouve que la cadence de la réforme législative adoptée par la ministre de la Justice laisse grandement à désirer. Tout a commencé par le projet de loi C-14. Il a fait l’objet d’une grande attention et suscité beaucoup de discussion au Canada, ce qui est une bonne chose, mais n’oublions pas que la seule raison pour laquelle le gouvernement a proposé ce projet de loi, que nous avons adopté en 2016, c’était parce qu’il devait respecter la date butoir imposée par la Cour suprême. Cela laissait peu de choix. De plus, au moment de son adoption, le projet de loi C-14 a failli rester bloqué au Sénat à cause de la disposition portant sur le motif raisonnable de croire que la mort surviendrait dans un délai prédéterminé. Nous savions que cet article serait contesté devant les tribunaux.
L’autre mesure législative d’importance proposée par le gouvernement est le projet de loi C-46, conçu pour aller de pair avec le projet de loi C-45. Bien entendu, le projet de loi C-46 posait problème parce que le gouvernement a maintenant supprimé la nécessité, pour les agents de police, de soupçonner la présence d’alcool avant d’administrer un alcootest. En principe, ils peuvent le faire dès qu’une personne est arrêtée en vertu de la loi, que ce soit parce que son feu arrière ne fonctionne pas ou parce qu’elle a omis de s’immobiliser à un panneau d’arrêt. Si un agent dispose d'un alcootest, il peut exiger un échantillon d’haleine sur le champ, sans qu’il lui soit nécessaire de soupçonner la présence d’alcool. Le dépistage d’alcool est obligatoire dans d’autres pays, notamment en Australie.
Dans mes efforts pour amender ce projet de loi, j’ai dit que si nous devions appliquer cette mesure draconienne, elle devrait s’appliquer à tout le monde également, parce que si nous commençons à donner aux agents de police la possibilité de décider quand et où faire passer un alcootest à une personne, nous savons pertinemment que les statistiques démontrent, notamment à Toronto, que les personnes de couleur sont plus susceptibles d’être arrêtées par les policiers que d’autres personnes. Si cette disposition était mise en œuvre, elle devrait s’appliquer également à tous, en tout temps.
Il y a ensuite le projet de loi C-28, qui porte sur la suramende compensatoire, mais il languit à l’étape de la première lecture.
Le gouvernement a ensuite apporté un certain nombre de correctifs au Code criminel, aux soit-disant dispositions zombies ou inopérantes et aux nombreux articles redondants du Code criminel. C’est justement le problème avec le Code criminel: il est truffé de dispositions désuètes qui sont impossibles à mettre en œuvre en raison de décisions rendues par la Cour suprême ou les cours d’appel, mais elles sont néanmoins fidèlement réimprimées d’année en année parce que le Parlement n’a pas bien fait son travail d’épuration du Code criminel. Comme mon collègue de St. Albert—Edmonton l’a fait remarquer, cela a eu de très fâcheuses conséquences, notamment dans l’affaire Travis Vader, dans laquelle le juge s’est appuyé sur un article inopérant du Code criminel pour condamner quelqu’un. Cette condamnation a par la suite été révoquée. Ces dispositions peuvent avoir des conséquences très concrètes.
J’ai toujours contesté l’article 159, qui se trouvait dans le projet de loi C-32. Celui-ci a ensuite été amalgamé au projet de loi C-39, qui a lui-même été amalgamé au projet de loi C-75, qui vient tout juste d’être adopté par la Chambre et qui a été renvoyé au Sénat. Nous ne savons pas combien de temps cela va encore durer. La Chambre s’apprête à ajourner pour le congé de Noël. Nous reprendrons nos travaux à la fin janvier, mais le projet de loi C-75 est une mesure omnibus gigantesque qui contient de nombreuses dispositions très litigieuses.
J’ai toujours dit que, pour un programme législatif aussi ambitieux — surtout si nous devons faire le ménage dans le Code criminel comme le propose le projet de loi C-51 —, si la ministre de la Justice avait une bonne stratégie pour gérer l’échéancier et le calendrier parlementaire et si elle comprenait le fonctionnement de la Chambre, elle devrait regrouper les questions non litigieuses des projets de loi C-39 et C-32 — qui ont été amalgamés dans le projet de loi C-75 — avec les questions non litigieuses du projet de loi C-51 pour en faire un projet de loi distinct. Nous aurions pu effectuer ce travail.
Nous ne pouvons pas vraiment contester ces enjeux, parce qu’ils ne sont pas pertinents; la Cour suprême s’est déjà prononcée, alors le fait de les garder dans le Code criminel ne fait qu’ajouter de la confusion. Le gouvernement en est à la troisième année de son mandat, et le Code criminel n’est toujours pas corrigé. Ce programme législatif soi-disant ambitieux laisse beaucoup à désirer. J’ai entendu Michael Spratt, qui comparaît régulièrement devant le comité de la justice, dire que le projet de loi C-51 traite des fruits les plus faciles à cueillir. Par conséquent, si nous avions travaillé avec sérieux, nous aurions pu faire des progrès considérables. Quoi qu’il en soit, nous sommes maintenant saisi du projet de loi C-51 et nous devons en débattre.
Avant d’aborder les amendements que le Sénat a proposés, examinons quelques-uns des articles dont nous parlons. Le projet de loi C-51 abrogerait, entre autres choses, l’infraction de provoquer une personne en duel. En effet, il était illégal de défier quelqu’un en duel et d’accepter ce défi. Nous nous débarrasserons de cet article parce qu’il reflète manifestement une époque révolue de l’histoire du Canada. C’est la raison pour laquelle la distance qui nous sépare a la longueur de deux épées. Au Royaume-Uni, les députés allaient débattre au Parlement l'épée à la hanche. Ce projet de loi supprimerait également l’article 143, qui porte sur la promesse de récompenser le retour de biens volés. Il éliminerait l’article 163, qui traite de la possession de bandes dessinées policières, dont nous héritons à cause d’un projet de loi présenté en 1948 par un député qui était convaincu que les bandes dessinées policières incitaient les enfants à commettre des crimes et qu’elles ne s’inséraient vraiment pas parmi les éléments d’une bonne éducation. L’article sur l’insulte blasphématoire serait supprimé. Mais mon article préféré, je crois, est celui qui interdit de prétendre frauduleusement que l’on pratique la sorcellerie.
Bien que le projet de loi C-51 apporte des modifications fort nécessaires à certains articles du Code criminel, nous ne discuterions pas de ces questions à la Chambre trois ans après le début du mandat de ce gouvernement si, comme je viens de le dire, ces projets de loi avaient été regroupés en un seul qui, j’en suis sûr, aurait déjà reçu la sanction royale.
Nous avons eu une discussion très intéressante au comité de la justice sur l’article 176. Lorsque j'ai pris connaissance du projet de loi C-51, qui mentionnait l’abrogation de cet article, cela m'a semblé totalement anodin. Or, lorsque le comité a entendu ses témoins, il est devenu évident que l’article 176 avait une signification très profonde pour certains groupes religieux. Après avoir entendu tous ces témoignages au sujet de l’importance de conserver l’article 176 dans le Code, je suis heureux de voir que les membres du comité ont pu s’entendre pour en peaufiner le libellé de manière à ce qu’il s’applique désormais à toutes les confessions religieuses, et pas seulement à la foi chrétienne. Maintenant, si quelqu’un interrompait le service religieux de n’importe quelle confession, l'infraction serait traitée comme il se doit en vertu de l’article 176.
Le nœud de la question dont nous sommes saisis, ce sont les amendements du Sénat au projet de loi C-51. Comme je l’ai mentionné, il est un peu gênant, en tant que néo-démocrate, d'avouer que j'approuve le travail du Sénat. J’apprécie les gens qui siègent au Sénat. Je sais qu’il y a là des gens très déterminés qui essaient de faire de leur mieux. Mon problème a toujours été qu’une démocratie du XXIe siècle comme le Canada ait une Chambre haute non élue et non tenue de rendre des comptes. Je dois expliquer à mes concitoyens les décisions que je prends et les paroles que je prononce ici, et ce que fait l’ensemble du Sénat.
Je vais rejeter la motion du gouvernement sur le projet de loi C-51, parce que je suis d’accord sur la substance de ce que le Sénat cherchait à faire dans le projet de loi C-51. Cela reflète très bien certains des témoignages que j’ai entendus au comité, et j’ai aussi pris connaissance de certains comptes rendus des débats du Sénat sur le projet de loi C-51. Il est vrai que les amendements n’ont pas été adoptés au comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles, mais plutôt à l’étape de la troisième lecture. En voyant le compte rendu, nous comprenons que les sénateurs essayaient de codifier ce qu’ils considéraient comme des éléments manquants du projet de loi.
En considérant le fond de la question, on en revient à la décision de la Cour suprême dans l’affaire R. c. J.A. La Cour suprême dit:
Dès que le plaignant perd conscience, il perd la capacité de s’opposer ou de consentir à l’activité sexuelle qui a lieu. Conclure au consentement de cette personne aurait pour effet de lui nier le droit de changer d’idée à tout moment au cours de la rencontre à caractère sexuel.
Dans certains cas, le consentement au sens où l’entend le législateur peut sembler irréaliste. Toutefois, la Cour ne doit pas créer d’exceptions au consentement si elle contrevient ainsi à la volonté de ce dernier. Cette conception du consentement produit des résultats équitables dans la grande majorité des cas et s’est avérée fort utile pour combattre les stéréotypes historiques. En l’absence de contestation constitutionnelle, c’est au législateur qu’il appartient de modifier les règles du consentement en matière d’agression sexuelle s’il le juge nécessaire.
Dans un sens, la Cour reconnaît le rôle très important du Parlement dans ce dossier. Lorsque j'ai été porte-parole de mon parti en matière de justice, j'ai appris qu'en ce qui concerne le Code criminel, le Parlement est responsable de rédiger et de faire adopter la loi et les tribunaux ont, ultimement, la tâche de l'interpréter. Il y a un genre d'échange. Lorsque le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif travaillent ainsi en tandem, on peut espérer arriver à des lois qui sont à l'image de la société.
Cela dit, l'arrêt J.A. n'est pas le seul que nous devrions examiner. Le hasard a voulu que le jour où le Sénat renvoyait le projet de loi à la Chambre, le 30 octobre, la Cour d'appel de l'Alberta a rendu sa décision dans l'affaire R. c. W.L.S. Dans ce cas, la Cour d'appel a renversé l'acquittement relatif à une accusation d'agression sexuelle. Elle a reconnu dans sa décision que la plaignante n'était pas en mesure de donner son consentement.
La sénatrice Kim Pate nous a envoyé un message qui dit ceci:
En ce qui concerne nos discussions à propos du projet de loi C-51, je vous écris pour vous signaler que la Cour d'appel de l'Alberta a traité dernièrement une affaire concernant l'incapacité de consentir à une activité sexuelle. Vous trouverez ci-joint copie de l'affaire en question.
La Cour d'appel de l'Alberta a entendu cette affaire le 30 octobre, c'est-à-dire le jour où le Sénat a adopté les amendements au projet de loi C-51. La cour a renversé la décision rendue en première instance et affirmé que le juge de première instance a erré lorsqu'il a soutenu que seule l'inconscience pouvait être considérée comme une incapacité de consentir. Bien que cette mauvaise compréhension de la loi ait pu être corrigée par la Cour d'appel dans ce cas-ci, la plupart des décisions ne sont jamais portées en appel, comme on le sait. La décision du juge de première instance illustre le genre d'erreur que promeuvent les stéréotypes nuisibles sur les victimes d'agression sexuelle et que, selon plusieurs d'entre nous, la formulation originale du projet de loi C-51 risque d'encourager.
Dans son message, la sénatrice Kim Pate indique, fondamentalement, que le Parlement doit fournir une définition plus explicite du consentement et de l'absence de consentement. Bien que je me classe résolument parmi ceux qui voient d'un bon oeil que les juges aient le pouvoir et la capacité de prendre des décisions, je considère que ce pouvoir discrétionnaire doit s'appliquer surtout à leurs décisions et non à l'interprétation du Code criminel. Il est tout à fait indiqué de faire preuve d'une grande précision à certains endroits du Code criminel, et donc d'éliminer le pouvoir discrétionnaire du juge sur un point; nous pourrions donc préciser très clairement ce que la notion de consentement signifie et ce qu'elle ne signifie pas.
En ce qui concerne les amendements du Sénat, ils préciseraient les articles 10 et 19. Essentiellement, ces aspects particuliers visent à préciser ceci au sujet du plaignant :
b) il est incapable de le former, pour l’activité en question, notamment pour l’un des motifs suivants:
(i) il n’a pas la capacité de comprendre la nature, les circonstances, les risques et les conséquences de l’activité sexuelle en question,
(ii) il n’a pas la capacité de comprendre qu’il peut choisir de se livrer ou non à l’activité sexuelle en question,
(iii) il n’a pas la capacité de manifester son accord de façon explicite à l’activité sexuelle en question par ses paroles ou sa façon d’agir;
L'ajout de ce type de précisions dans le Code criminel est une très bonne mesure. Au paragraphe b), le mot « notamment » est utilisé. Je pense que ce sera utile dans certains cas. Grâce aux délibérations très intéressantes du Sénat sur le sujet à l'étape de la troisième lecture, on peut constater que les sénateurs n'étaient pas très heureux de voir que le projet de loi C-51 comportait une petite lacune.
Nous avons beaucoup parlé des témoignages livrés au Comité permanent de la justice et des droits de la personne. La professeure Janine Benedet a étudié cet aspect particulier du Code criminel. Comme je l'ai indiqué au cours de mon échange de commentaires avec le député de Mont-Royal, elle a fait l'observation suivante:
Toute précision que nous pourrons donner sera avantageuse. Il n'est pas nécessaire que la liste soit exhaustive, mais nous devons véhiculer l'idée que le consentement doit être éclairé, qu'il faut avoir la capacité de comprendre qu'on peut refuser — parce que certaines personnes frappées d'un handicap intellectuel ne savent pas qu'elles peuvent refuser l'activité sexuelle — et qu'il doit s'agir de son accord réel. Ce sont tous des éléments qui figurent dans le libellé actuel du code, mais qui ne sont parfois pas pleinement appliqués dans les affaires que nous voyons.
L'ajout de cet élément précis cadrerait parfaitement avec les propos tenus par Mme Benedet devant le comité. C'est pourquoi je m'opposerai à la motion du gouvernement et je voterai pour les amendements proposés par le Sénat.
Au cours de leurs délibérations sur le projet de loi C-51, les sénateurs ont pu constater que, selon l'arrêt R. c. J.A., le consentement devait être actif, mais que, sans l'amendement proposé par la sénatrice Pate, aucune disposition du projet de loi n'aurait établi des critères de consentement conformes à l'arrêt de la Cour suprême et aux avis des experts des questions juridiques entourant les agressions sexuelles au Canada.
Les experts féministes matière de droit relatif aux agressions sexuelles ont indiqué que l’inclusion du terme « inconscient » risque de créer une fausse limite quant à la capacité de consentir. Il y a également eu des délibérations sur le fait que le libellé actuel du projet de loi C-51 présente un risque sérieux que les femmes en état d’ébriété soient blâmées si elles sont agressées sexuellement. Elles ne seraient pas protégées par ce projet de loi.
De plus, certains ont fait remarquer que la faiblesse du projet de loi réside dans la définition de ce qui constitue l’absence de consentement. Selon un juriste chargé de former les juges en matière de consentement sexuel, il n’y a pas suffisamment de précédents ou de sensibilisation chez les juges pour croire que le libellé proposé aux articles 10 et 19 du projet de loi est suffisamment clair.
Je vois que mon temps de parole tire à sa fin, mais je vais conclure en citant des statistiques qui font vraiment peur au pays. Statistique Canada estime qu’environ 636 000 agressions sexuelles autodéclarées ont eu lieu au Canada en 2014. Ce qui est choquant, c’est qu’on estime aussi que seulement une agression sur 20 a été signalée à la police. Ce sont des statistiques qui devraient nous faire réfléchir et nous amener à nous demander ce que nous pourrions faire de plus. Les amendements du Sénat ont été proposés dans cet esprit.
Je signale également que c’est probablement l’une des dernières occasions que j’aurai d’intervenir dans cette enceinte. Je tiens à souligner l’histoire de la Chambre des communes et le grand honneur que j’ai eu d’y siéger pendant ces trois brèves années. Je sais que nous allons poursuivre nos délibérations dans l’édifice de l’Ouest, où un travail admirable a été accompli.
Je termine en souhaitant à tous mes collègues un joyeux Noël. J’espère qu’ils passeront une période des Fêtes fantastique avec leurs amis et leur famille et que nous reviendrons en 2019 frais et dispos et prêts à faire notre travail au nom des Canadiens.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-12-10 15:35 [p.24628]
Mr. Speaker, the Senate amendments relate to section 273 of the Criminal Code, which set out a whole host of factors in which consent is deemed not to have occurred. The issue relates to subsection 273.1(2) that codifies, on its face, the J.A. decision by adding the word “unconscious”. There was some debate and some disagreement among some witnesses about whether adding those words would be helpful or whether they would create uncertainty in the law. That was the basis upon which Senator Pate introduced her amendments, which ultimately passed in the Senate.
A counter argument to that is that the wording is sufficiently clear because it does, yes, incorporate the word “unconscious”, but it goes on in paragraph 273.1(2)(b) to refer to there being no consent for any reason other than the one referred to in proposed subparagraph (a.i), which is the word “unconscious”. Perhaps the hon. member for Cowichan—Malahat—Langford could address that point.
Monsieur le Président, les amendements du Sénat ont trait à l’article 273 du Code criminel, qui énonce toute une série de cas où le consentement est réputé ne pas avoir été obtenu. Le problème concerne le paragraphe 273.1(2) qui, à première vue, codifie le principe énoncé dans l’arrêt J.A. en ajoutant le mot « inconscient ». On a débattu de cette question, et certains témoins se demandaient s’il était justifié d’ajouter cette mention ou si cela créerait de l’incertitude dans la loi. C’est sur cette base que la sénatrice Pate a présenté ses amendements, qui ont finalement été adoptés au Sénat.
Selon un contre-argument, le libellé est suffisamment clair parce qu’il incorpore effectivement le mot « inconscient », sauf que l’alinéa 273.1(2)b) indique qu’il est impossible de former un consentement pour tout autre motif que celui visé à l’alinéa a.1), qui contient le mot « inconscient ». Le député de Cowichan—Malahat—Langford pourrait peut-être intervenir sur cette question.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I recognize the deliberations that were made in favour of keeping the bill as is. However, when I was doing research for my speech on the bill today, I had the opportunity to look at the transcripts from the Senate's third reading debate on it. I was very moved by Senator McPhedran's deliberations on it.
More than 30 years ago, she was one of the co-founders of LEAF, the Women's Legal Education and Action Fund. She knows many people in the legal community, especially feminist scholars of criminal law. I was very moved by her comments that without Senator Pate's amendments to Bill C-51, we would have failed to capture the scope of consent as laid out for us by the Supreme Court.
While, ultimately, the New Democrats support Bill C-51 as is, I support what the Senate has attempted to do, and was very much moved by the senator's arguments in favour of it.
Monsieur le Président, je reconnais les discussions qui ont eu lieu en faveur du maintien du projet de loi tel quel. Cependant, lorsque j’ai fait des recherches en vue de mon discours d'aujourd'hui sur le projet de loi, j’ai pu consulter les transcriptions du débat du Sénat à l'étape de la troisième lecture. J’ai été très touché par les observations de la sénatrice McPhedran à ce sujet.
Il y a plus de 30 ans, elle a été l’une des cofondatrices du FEAJ, le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes. Elle connaît de nombreuses personnes dans le milieu juridique, en particulier des spécialistes féministes du droit pénal. J’ai été très touché par ses observations. Elle disait que, sans les amendements proposés par la sénatrice Pate au projet de loi C-51, nous n’aurions pas pu englober toute la portée du consentement comme l’a énoncée la Cour suprême.
Même si, en fin de compte, les néo-démocrates appuient le projet de loi C-51 dans sa forme actuelle, j’appuie ce que le Sénat a tenté de faire et j’ai été très touché par les arguments de la sénatrice en faveur de cette mesure.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2018-12-10 15:37 [p.24629]
Mr. Speaker, it is always a pleasure to address the House, especially as we get closer to this beautiful building being shut down for many years to come.
First, I would make reference to the other place. The Senate contributes a great deal to the public debate. It goes through amendments and gives an assessment of what has been proposed by the House of Commons through legislation. I truly appreciate the work of many senators and the amount of time they put into trying to improve legislation before them.
However, from what I understand, a lot of discussion on the amendments proposed by the Senate took place in a standing committee of the House. I do not want to take away from the seriousness of the offence we are talking about, but I think a majority of Canadians see this legislation as positive and long overdue. It would go a long way in making our system that much better.
I will start with the purpose of the legislation, what we have debated over the last while and the time frame. I want to address many other aspects that were raised by the opposition, particularly around the area of timing, the number of legislation and so forth.
With respect to the purpose of the legislation, I will highlight four areas.
First, the bill would clarify and strengthen certain aspects of sexual assault law relating to consent, admissibility of evidence and the legal representation for the complainant during rape shield proceedings. One only needs to listen to some of the debates we have had at second reading and some of the discussions that took place during the standing committee to get a good sense of the nature of the problem and why that aspect is so critically important.
Second, the bill looks at repealing or amending a number of positions within the Criminal Code that have been found to be unconstitutional by appellant courts and other provisions that are similar to ones that are found as unconstitutional.
Third, the bill looks at repealing several obsolete or redundant criminal offences.
Fourth, which is a strong positive, the bill would require that a minister of justice table a charter statement in Parliament for every new government bill, setting out the bill's potential effects on the charter. A good number of members have raised concerns about this, but I see it as a welcomed addition.
I have indicated on numerous occasions that the Liberal Party founded our Charter of Rights and Freedoms. We take it very seriously. I like to think that this is a good example of a very tangible action that clearly demonstrates we are a government that genuinely supports Canada's Charter of Rights and Freedoms. Therefore, to have a minister responsible to give his or her interpretation on how legislation could affect laws is a positive thing.
It is something that could complement future decisions. A court could take into consideration ideas, concepts, thoughts and expressions that might have been raised while the legislation was being debated in the House. I would argue that it gives a little more depth to the legislation itself. I see it as a very strong and positive thing.
Those are the four core points that I would highlight. However, I want to address some of the things I have heard during the debate earlier this morning and during questions and comments. Members across the way have asked why time allocation is important. I am often quoted by some members of the opposition, suggesting why I would support time allocation. I can remember sitting in the third party benches in the far corner over there, just a few years back. I recognized back then that time allocation is an effective and necessary tool at times in order for government to deliver on its commitments to Canadians. It is something we have taken very seriously.
Let me give an example. Last Thursday we brought forward another piece of legislation. I believe it was Bill C-57. When we brought that bill forward, the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan started the debate at about 3:30 p.m., and he continued to debate the bill for two and a half, maybe three hours. There is no doubt that it was somewhat enlightening. Some might argue that we are looking at a limited amount of time, and we need to acknowledge that there is a limited, finite amount of time for the House to deal with legislation.
If the opposition chooses to prevent legislation from passing, it does not take very much. The member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan is very capable of articulating at great length. He could stand in his place and talk for two or three hours. If I was provided the opportunity to talk about a budget and all the wonderful things we do, I would like to think I could probably talk for a few days because there are so many good things this government has done for Canada's middle class. It would be a wonderful thing to be able to share that information with my colleagues across the way. However, the reality is that if the opposition were to allow me to do that, I suspect it would be somewhat hurtful for the government, given the limited amount of time we have inside the chamber.
I use this as an example because a number of members across the way have been somewhat critical of two things. One is why we found it necessary to bring in time allocation on this legislation. The other is related to the overall approach by this government on justice.
On the time allocation issue, both the Conservatives and the NDP often like to get together on a united front, and if they were determined to prevent legislation from passing, they could put government in a very difficult position where it would need to try to push the legislation through. That is in fact a responsibility of government.
Many pieces of legislation that we brought forward, including this bill, are because we made a commitment to Canadians in 2015. This legislation is another commitment fulfilled by this government.
If we were to give all the time asked for by the opposition, we would not have been able to pass a couple dozen bills. Canadians, rightfully so, expect the government to have a full legislative agenda. That is, in essence, what we have.
A New Democratic member criticized the government by saying that we have legislation here and there, and why is this bill not passing, and why is this other bill still in the Senate, and why are we still debating it here. There are two reasons. One, there is a process that does have to be followed. Two, at times individuals or political entities have an interest, for whatever purpose, to not allow legislation to go through. That means there is legislation that is at different points of discussion and debate. We have legislation still with the Senate. We have some getting ready for committee stage, some at second reading and some at third reading.
Let there be no doubt that when it comes to the issue of justice, we do very much take a holistic approach at delivering on that issue. I think it is safe to say that as a government, we want to ensure that legislation we bring forward is all about protecting Canadians.
This is one piece of the whole pie that is having that desired impact. We want to show compassion to victims. The Conservatives often say we are not sensitive to victims, yet we have legislation that enshrines victims rights in certain situations. We as a government recognize the importance of not only showing compassion to victims, but also bring in legislation where we can and other measures through budgets, to demonstrate that compassion to victims.
It is also important that we hold offenders accountable. Again, this government takes this very seriously. In the past, when I have addressed that particular issue, there has been a comparison made between the Conservatives and the Liberals. There is a big difference between the two parties on the issue of offenders. Within this legislation we talk about offenders. However, there is a significant difference. Many of the Conservatives like to take a hard line on crime, as if that rhetoric will make our society a better, safer place to live. We, on the other hand, have a different approach to it, which is seen in this legislation as I get back into some of the details of it.
We recognize that incarcerated individuals at some point in time will be released back into society. There is a responsibility for us to ensure that we prevent victims in the future by ensuring that the majority of those individuals who are released become more productive citizens of our country.
We also recognize the importance of our Charter of Rights and Freedoms. I made reference to that at the beginning when I talked about the scope of the legislation. I made reference to the fact that we are the party that brought in the Charter of Rights and Freedoms. We understand it and this legislation would ensure there is a stronger place in recognizing the importance of the charter.
I would like to cite something specific that was provided to me in recognizing the importance of charter statements:
Respect for the Charter is a critical aspect of governing and legislating in Canada.
That is something we would argue and one of the reasons we are asking members to support this legislation. It then states:
Requiring the introduction of a Charter Statement for every new Government bill represents a new, more open and more transparent way of demonstrating respect for the Charter.
The Minister of Justice has already tabled nine different charter statements in Parliament for her own bills. She has demonstrated leadership on that aspect. The proposed legislation would make the minister's existing practice a legal duty. The duty would extend to all government legislation.
Obviously, there has been a great deal of discussion on clarity in regard to consent. That was very well discussed. There was a great deal of discussion at the committee stage, where from my understanding the committee members believed it was okay to proceed to third reading with what had come out of the committee stage. I cannot recall anything coming from the official opposition regarding the need to reopen the area of an additional definition of consent, and I am sure I will be corrected if I am wrong during questions and comments. That is a very important aspect of the legislation.
I have heard a couple of members talk about a clause that dealt with religious freedom, something which was taken into consideration at the committee stage. I want to raise that because someone, in posing a question earlier today, reflected on how the government backed down on a clause in the form of an amendment. It is important to recognize that the minister and the department did a wonderful job in the work prior to the introduction of the bill in the House, in meeting with the different stakeholders and working with other jurisdictions to present the legislation. It comes through the department after that consultation.
A clause came up which was looked at concerning something to be taken out of the Criminal Code and it was deemed that we did not want that to happen. That was at the committee stage. To me, that speaks well of our standing committee process. Within the standing committee, the members identified an issue that ultimately was amended and there was a change in the legislation. It is not the only change that occurred.
I raise that point because from the very beginning of the original consultations and the work done by the department, we have been working with stakeholders to ensure that we have good legislation that I believe will ultimately serve Canadians well.
Monsieur le Président, c’est toujours un plaisir pour moi de m’adresser à la Chambre, surtout à l’approche de la fermeture de ce magnifique édifice pour de nombreuses années à venir.
Premièrement, j’aimerais parler de l’autre endroit. Le Sénat contribue beaucoup au débat public. Il passe en revue les modifications et donne son évaluation de ce qui a été proposé par la Chambre des communes par voie législative. J’apprécie vraiment le travail d’un bon nombre de sénateurs et le temps qu’ils consacrent à essayer d’améliorer les projets de loi dont ils sont saisis.
Toutefois, d’après ce que j’ai compris, les amendements proposés par le Sénat ont fait l’objet de nombreuses discussions au sein d’un comité permanent de la Chambre. Je ne veux pas minimiser la gravité de l’infraction dont nous parlons, mais je crois que la majorité des Canadiens considèrent que cette mesure législative est positive et qu’elle se fait attendre depuis longtemps. Elle contribuera grandement à améliorer notre système.
Je vais commencer par l’objet du projet de loi, ce dont nous avons débattu ces derniers temps, et l’échéancier. Je veux aborder de nombreux autres aspects qui ont été soulevés par l’opposition, particulièrement en ce qui concerne le moment choisi, le nombre de projets de loi et ainsi de suite.
En ce qui concerne l’objet du projet de loi, je vais souligner quatre volets.
Premièrement, le projet de loi clarifiera et renforcera certains aspects du droit relatif aux agressions sexuelles en ce qui concerne le consentement, l’admissibilité de la preuve et la représentation juridique de la plaignante dans les procédures de protection des victimes de viol. Il suffit d’écouter certains des débats qui ont été tenus à l’étape de la deuxième lecture et certaines des discussions qui ont eu lieu au comité permanent pour avoir une bonne idée de la nature du problème et des raisons pour lesquelles cet aspect est si important.
Deuxièmement, le projet de loi vise à abroger ou à modifier un certain nombre de dispositions du Code criminel qui ont été jugées inconstitutionnelles par les tribunaux d’appel, et d’autres dispositions semblables à celles qui ont été jugées inconstitutionnelles.
Troisièmement, le projet de loi vise à abroger plusieurs infractions criminelles jugées désuètes ou redondantes.
Quatrièmement, et c’est un point très positif, le projet de loi exigerait qu’un ministre de la Justice dépose au Parlement, pour chaque nouveau projet de loi du gouvernement, un énoncé concernant la Charte, en exposant les effets que le projet de loi pourrait avoir sur la Charte. Un bon nombre de députés ont soulevé des réserves à ce sujet, mais je considère qu’il s’agit d’un ajout opportun.
J’ai dit maintes fois que le Parti libéral a fondé notre Charte des droits et libertés. Nous la prenons très au sérieux. Je pense qu'on a là un bon exemple de mesure très concrète témoignant clairement que nous sommes un gouvernement qui appuie vraiment la Charte canadienne des droits et libertés. Par conséquent, il est positif de charger un ministre de donner son interprétation de l’incidence qu’une mesure législative pourrait avoir sur les lois.
C’est quelque chose qui pourrait compléter les décisions futures. Un tribunal pourrait prendre en considération les idées, les concepts, les réflexions et les expressions qui auraient pu être soulevés pendant le débat sur le projet de loi à la Chambre. Je dirais que cela donne un peu plus de profondeur au projet de loi même. Je considère qu’il s’agit d’une mesure très forte et très positive.
Voilà les quatre points essentiels que je mettrais en lumière. Mais je veux parler de certaines des choses que j’ai entendues pendant le débat plus tôt ce matin et dans les questions et les observations. Les députés d’en face ont demandé pourquoi l’attribution de temps est importante. Certains députés de l’opposition me citent souvent en se demandant comment je peux bien appuyer l’attribution de temps. Je me souviens d’avoir siégé sur les banquettes du troisième parti dans le coin là-bas, il y a quelques années à peine. J’ai compris alors que l’attribution de temps est parfois un outil efficace et nécessaire pour permettre au gouvernement de respecter ses engagements envers les Canadiens. Nous avons pris cela très au sérieux.
Permettez-moi de donner un exemple. Jeudi dernier, nous avons présenté un autre projet de loi, le C-57, sauf erreur. Lorsque nous l’avons présenté, le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a amorcé le débat vers 15 h 30 et a gardé la parole pendant deux heures et demie, peut être trois. Cela donne à penser. Certains pourraient dire que nous limitons le débat, mais nous devons reconnaître que la Chambre n’a qu’un temps limité à consacrer à l’étude des projets de loi.
Si l’opposition décide de bloquer l’adoption d’un projet de loi, cela ne prend pas grand-chose. Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan est très capable de discourir longuement. Il peut parler pendant deux ou trois heures d’affilée. Si l’on me donnait l’occasion de parler d’un budget et de toutes les belles choses que nous faisons, je pourrais probablement en parler pendant quelques jours, parce que notre gouvernement a fait tellement de bonnes choses pour la classe moyenne du Canada. Quel plaisir ce serait de pouvoir partager cette information avec mes collègues d’en face! La réalité, c'est que, même si l’opposition me le permettait, je soupçonne que cela ferait mal au gouvernement, étant donné le temps limité dont nous disposons à la Chambre.
Je donne cet exemple parce qu’un certain nombre de députés d’en face ont exprimé des réserves sur deux points. Premièrement, ils se demandent pourquoi nous avons jugé nécessaire d’imposer le bâillon pour ce projet de loi. Deuxièmement, ils critiquent l’approche générale du gouvernement en matière de justice.
Au sujet de l’attribution du temps, il arrive souvent que les conservateurs et les néo-démocrates décident de faire front commun. S’ils sont déterminés à bloquer l’adoption d'un projet de loi, ils peuvent placer le gouvernement dans une situation très délicate en l’obligeant à faire adopter le projet de loi de force. Il s’agit là, en fait, d’une responsabilité du gouvernement.
Nous avons proposé de nombreuses mesures législatives, dont ce projet de loi, parce que nous en avons pris l’engagement devant les Canadiens en 2015. Ce projet de loi est la concrétisation d’un autre engagement pris par le gouvernement.
Si nous avions accordé à l’opposition tout le temps qu’elle réclame, nous n’aurions pas pu adopter une vingtaine de projets de loi. Les Canadiens s’attendent, à juste titre, à ce que le gouvernement ait un programme législatif soutenu. C’est ce que nous leur proposons.
Un député néo-démocrate a reproché au gouvernement de proposer des projets de loi ici et là, tandis que d'autres ne sont pas encore adoptés, sont encore au Sénat ou encore à l'étude ici. Il y a deux raisons pour cela. Premièrement, nous devons suivre la procédure. Deuxièmement, il arrive que des députés ou des entités politiques aient intérêt, pour quelque raison que ce soit, à empêcher l’adoption d’un projet de loi. Cela veut dire que des projets de loi en sont à différentes étapes de discussion et de débat. Il y a des projets de loi dont le Sénat est saisi. D’autres sont prêts à être renvoyés à un comité, d’autres en sont à l’étape de la deuxième lecture et certains, de la troisième lecture.
Il ne fait aucun doute qu’en matière de justice, nous adoptons une approche holistique pour obtenir des résultats. Je pense qu’il est prudent de dire qu’en tant que gouvernement, nous voulons nous assurer que les mesures législatives que nous proposons visent surtout à protéger les Canadiens.
Ce projet de loi est un élément du train de mesures qui produit l’effet escompté. Nous voulons faire preuve de compassion à l’égard des victimes. Les conservateurs disent souvent que nous sommes insensibles aux victimes, et pourtant nous avons un projet de loi qui reconnaît les droits des victimes dans certaines circonstances. En tant que gouvernement, nous reconnaissons l’importance de faire preuve de compassion à l’égard des victimes, mais aussi de présenter une mesure législative chaque fois que nous le pouvons ainsi que d’autres mesures législatives dans le cadre de budgets, afin de démontrer notre compassion à l’endroit des victimes.
Il importe également que nous tenions les délinquants responsables. Encore là, le gouvernement prend cela très au sérieux. Par le passé, lorsque j'ai parlé de ce sujet, j'ai comparé les conservateurs et les libéraux, car il existe une énorme distinction dans l'approche des deux partis en ce qui concerne les délinquants. Beaucoup de conservateurs aiment adopter la ligne dure à l'égard de la criminalité, comme si tenir un tel discours fera de notre société un endroit meilleur et plus sûr où vivre. Or, comme le montre le projet de loi, les libéraux ont une approche différente. Je reviens au détail du projet de loi.
Nous reconnaissons que les personnes incarcérées seront un jour remises en liberté dans la société. Nous avons le devoir d'empêcher que d'autres personnes deviennent victimes dans le futur en veillant à ce que la majorité des personnes remises en liberté deviennent des citoyens plus productifs.
De plus, nous reconnaissons l'importance de la Charte canadienne des droits et libertés. J'y ai fait allusion, au début de mon intervention, lorsque j'ai parlé de l'objet du projet de loi. J'ai souligné le fait que notre parti est celui qui a mis en place la Charte des droits et libertés. Nous en sommes conscients, et ce projet de loi permettrait de mieux prendre en considération les importantes dispositions de la Charte.
J'aimerais citer un document en particulier qui m'a été fourni et qui dit ceci au sujet de l'importance des énoncés concernant la Charte:
Pour gouverner et légiférer au Canada, il faut se préoccuper de l’aspect crucial que représente le respect de la Charte.
C'est ce que nous croyons, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous demandons aux députés d'appuyer ce projet de loi. Le document dit ensuite ceci:
L’obligation de présenter une déclaration concernant la Charte pour chaque nouveau projet de loi du gouvernement représente une nouvelle façon plus ouverte et plus transparente de démontrer le respect de la Charte.
La ministre de la Justice a déjà soumis au Parlement neuf énoncés concernant la Charte à propos des projets de loi qu'elle a présentés. Elle a fait preuve de leadership à cet égard. Le projet de loi vise à ce que cette mesure déjà prise par la ministre devienne une obligation juridique. Cette obligation s'étendrait à tous les projets de loi d'initiative ministérielle.
De toute évidence, on a beaucoup discuté de la clarté du consentement. On en a discuté en profondeur. On l’a fait à l’étape de l’étude en comité, et j’ai cru comprendre que les membres du comité étaient d’accord pour passer à l’étape de la troisième lecture avec ce qui est ressorti de cette étude. Je ne me souviens pas d’avoir entendu l’opposition officielle demander que l’on reprenne le débat pour établir une autre définition de consentement, et je suis sûr que si je me trompe, quelqu’un me corrigera pendant la période des questions et observations. C’est un aspect très important du projet de loi.
J’ai entendu quelques députés parler d’un article sur la liberté de religion, et nous en avons tenu compte à l’étape de l’étude en comité. Si je soulève cette question, c’est que quelqu’un, en posant une question plus tôt aujourd’hui, a parlé de la façon dont le gouvernement avait reculé sur un article en proposant un amendement. Il est important de reconnaître que la ministre et ses fonctionnaires ont fait de l’excellent travail avant la présentation du projet de loi à la Chambre. Ils ont rencontré les différents intervenants et ont collaboré avec d’autres administrations pour présenter ce projet de loi. Il passe par le ministère après cette consultation.
Nous avons discuté d’un article qui aurait retiré un élément du Code criminel, mais nous avons jugé qu’il ne fallait pas le faire. C’était à l’étape de l’étude en comité. À mon avis, cela en dit long sur le processus du comité permanent. Les membres du comité permanent ont cerné un problème, il y a eu un changement qui a mené à un amendement du projet de loi. Ce n’est pas le seul changement qui s’est produit.
Je soulève ce point parce que, depuis le début des consultations initiales et du travail effectué par le ministère, nous travaillons avec les intervenants pour produire une bonne mesure législative qui, selon moi, servira bien les Canadiens.
View Sylvie Boucher Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I wish to inform you that I will be sharing my time with the member for Saskatoon—University.
I find it very impressive that my colleague opposite hopes to have a second mandate. I hope that will not be the case.
I am rising today in the House to speak to Bill C-51, an act to amend the Criminal Code and the Department of Justice Act and to make consequential amendments to another act.
This bill has sparked lively discussions and important debates because it deals with sensitive subjects both for parliamentarians and the general public.
The bill has some value because Canada's Criminal Code needs to be updated. Passages or provisions that have been deemed to be unconstitutional or that could result in challenges based on the Canadian Charter of Rights and Freedoms need to be amended, removed or repealed, as do any passages or provisions that are obsolete or unnecessary or that no longer have a place in today's criminal law.
Bill C-51 has four main sections, namely the provisions pertaining to sexual assault, the provisions that have been deemed unconstitutional or that are similar to other provisions that were, the obsolete or needless provisions, and the charter statements.
I would like to focus on the part of the bill that would amend certain provisions of the Criminal Code pertaining to sexual assault in order to clarify their application and to establish a regime concerning the admissibility and use of a plaintiff's or witness's private records in possession of the accused.
In light of all the much-needed efforts made by all parties concerning the reporting of sexual assault, I agree with the provisions of Bill C—51 pertaining to sexual assault because they are very reasonable, and the Conservative Party has always advocated and voted for improving laws when they strengthen the rights of victims of crime, including victims of sexual assault.
The changes proposed by Bill C-51 are necessary if we are to be consistent in our efforts to support victims of sexual assault.
As a woman, a mother of two daughters and an advocate for enhancing the rights of victims of crime, I fully support the changes proposed by the bill, which would clarify and strengthen the sexual assault provisions of the Criminal Code.
It is obvious that these changes will help the government provide solid support to victims of the serious and deeply traumatizing crime of sexual assault.
Despite this positive step forward, it is vital that we also amend the Canadian Criminal Code to toughen penalties for criminals convicted of sexual assault, so that victims feel supported from the moment they decide to report their attackers.
Furthermore, the Criminal Code should have significant minimum sentences for perpetrators; otherwise, victims will never feel like justice has been done.
It is indeed important to modernize the Criminal Code and keep it up to date in order to ensure that justice is done, eloquently and effectively, for the sake of victims and their loved ones. However, as I was saying earlier, the Criminal Code needs to have significant minimum sentences, not maximum sentences. We already know that in most cases, these sentences are rarely imposed by judges. A minimum sentence is a stronger and far more effective deterrent for perpetrators and also sends a positive message to victims.
Parliament has adopted clear provisions that define the concept of consent in the context of sexual assault.
Section 273.1 includes an exhaustive list of factors pertaining to situations where no consent is obtained. I am pleased that Senator Pate's amendments on this were not adopted. It is essential to keep the concept of consent intact. Consent can never be obtained when a person is unconscious.
The wording in Bill C-51 clearly recognizes the many possible reasons why a person cannot provide consent even if they are conscious.
We had to preserve one of the primary objectives of this bill, namely to ensure that we did not make legislative measures more complicated than they already are or make the concept of consent contentious. Far too often, in court, defence attorneys use the concept of consent against victims.
For the victims, nothing must undermine the definition of consent, which requires the complainant to provide actual active consent through every phase of the sexual activity. It is not possible for an unconscious person to satisfy this requirement, even if they express their consent in advance.
I can only imagine what state sexual assault victims would be in, if, during an evening, they provided consent to “normal” sexual relations but were drugged with the date-rape drug and violently sexually assaulted.
If the government wants to better protect victims of sexual assault, it is vital that it keep this provision, especially since we also support former MP Rona Ambrose's private member's bill, Bill C-337, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code with regard to sexual assault. This bill would restrict eligibility for judicial appointment to individuals who have completed comprehensive education in respect to matters related to sexual assault. Furthermore, it amends the Criminal Code to require that reasons provided by a judge in sexual assault decisions be in writing.
In closing, I would like to add that this bill, if it were serious about this matter, could have proposed that the Department of Justice be required to assess the impact of any change to the Criminal Code on the rights of victims of crime contained in the Canadian Victims Bill of Rights. That is the only reason for my strong reluctance to vote for this bill. I believe that, without this provision, we run the risk of passing legislation that could negate the rights contained in the Canadian Victims Bill of Rights.
However, I will agree to vote for Bill C-51 because, on the whole, it is a good bill.
Monsieur le Président, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le député de Saskatoon—University.
Je trouve cela vraiment impressionnant que mon confrère d'en face espère avoir un deuxième mandat. J'espère que ce ne sera pas le cas.
Je me lève aujourd'hui à la Chambre pour me prononcer sur le projet de loi C-51, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur le ministère de la Justice et apportant des modifications corrélatives à une autre loi.
Ce projet de loi a suscité de vives discussions et d'importants débats puisqu'il touche à des sujets sensibles, tant pour les parlementaires que pour la population en général.
D'une part, le projet de loi a une certaine utilité puisque le Code criminel canadien mérite une mise à niveau, de manière à modifier, à supprimer ou à abroger des passages ou des dispositions qui ont été jugés inconstitutionnels ou qui pourraient soulever des contestations fondées sur la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi que des passages et des dispositions qui sont désuets ou inutiles ou qui n'ont pas plus de place dans le droit criminel d'aujourd'hui.
Le projet de loi C-51 comporte quatre sections principales, soit les dispositions concernant l'agression sexuelle, les dispositions ayant été jugées inconstitutionnelles ou qui sont semblables à d'autres dispositions qui l'ont été, les dispositions désuètes ou inutiles et les déclarations concernant la Charte.
Je tiens à m'attarder sur l'aspect du projet de loi qui vise à modifier certaines dispositions du Code qui se rapportent à l'agression sexuelle afin de clarifier leur application et de mettre en place un régime touchant l'admissibilité et l'utilisation des dossiers personnels d'un plaignant ou d'un témoin qui sont en la possession de l'accusé.
Compte tenu de tous les efforts, lesquels sont nécessaires, faits par tous les partis concernant les dénonciations des agressions sexuelles, je suis d'accord sur les dispositions du projet de loi C-51 concernant l'agression sexuelle puisqu'elles sont très raisonnables et que le Parti conservateur a toujours milité et voté en fonction de l'amélioration des lois lorsqu'elles favorisent les droits des victimes d'actes criminels, dont les victimes d'agression sexuelle.
Afin d'être conséquents dans nos démarches d'appuis envers toutes les victimes d'agressions sexuelles, les changements proposés dans le projet de loi C-51 sont nécessaires.
En tant que femme, mère de deux filles et militante pour l'amélioration des droits des victimes d'actes criminels, j'appuie pleinement les changements proposés dans le projet de loi qui a pour but de clarifier et de renforcer les dispositions sur l'agression sexuelle dans le Code criminel.
Il est évident que ces changements aideront le gouvernement à fournir un appui clair aux victimes du crime grave et terriblement marquant qu'est l'agression sexuelle.
Malgré ce pas en avant, il est indispensable de devoir également modifier le Code criminel canadien pour sévir davantage contre les criminels reconnus coupables d'agressions sexuelles, afin que les victimes se sentent appuyées dès le moment où elles envisagent de dénoncer leur agresseur.
Le Code criminel doit également comporter des peines minimales significatives pour les agresseurs, sans quoi les victimes n'auront jamais le sentiment que justice aura été rendue.
C'est effectivement important de dépoussiérer le Code criminel et de le garder à jour pour rendre justice de manière éloquente et efficace aux victimes et aux proches des victimes. Toutefois, comme je le disais plus tôt, le Code criminel doit être doté de peines minimales significatives et non de peines maximales. En effet, nous savons déjà que, dans la majorité des cas, celles-ci ne sont que très rarement imposées par les juges. Une peine minimale est un moyen fort et nettement plus dissuasif pour les agresseurs, et c'est également un message positif pour les victimes.
Le Parlement a adopté des dispositions claires qui définissent la notion de consentement aux fins de la question des agressions sexuelles.
L'article 273.1 comprend une liste exhaustive des facteurs relatifs au consentement non obtenu, et je me réjouis que les amendements présentés par la sénatrice Pate à cet égard n'aient pas été adoptés. Il est indispensable de maintenir intacte la notion du consentement, lequel n'est jamais obtenu lorsqu'un personne est inconsciente.
Le libellé inscrit dans le projet de loi C-51 reconnaît clairement qu'il y a de nombreuses raisons possibles pour lesquelles une personne est incapable de donner son consentement, et ce, même si elle est consciente.
Nous devions conserver une des idées premières de ce projet de loi: nous assurer de ne pas rendre les mesures législatives plus complexes qu'elles ne le sont déjà, et nous assurer de ne pas créer de litiges sur la notion de consentement, laquelle est trop souvent utilisée contre les victimes en cour par les avocats de la défense.
Pour les victimes, rien ne doit venir ébranler la définition du consentement, selon laquelle une plaignante doit donner un consentement réel et actif à chaque étape de l'activité sexuelle, ce qu'une personne inconsciente est incapable de faire, même si elle exprime à l'avance son consentement.
Je ne peux imaginer dans quel état se retrouveraient les victimes d'agressions sexuelles si, au cours d'une soirée, elles donnaient leur consentement pour une relation sexuelle dite normale, mais qu'elles étaient droguées avec la drogue du viol et qu'elles subissaient des agressions sexuelles violentes.
Si le gouvernement a la volonté de mieux protéger les victimes d'agressions sexuelles, il est essentiel qu'il maintienne cette disposition, d'autant plus que nous soutenons également le projet de loi d'initiative parlementaire de l'ancienne députée Rona Ambrose, le projet de loi C-337, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel relativement aux agressions sexuelles. Ce dernier demande que seules soient admissibles à la magistrature les personnes qui ont suivi un cours de perfectionnement complet sur les questions liées aux agressions sexuelles. De plus, il modifie le Code criminel afin d'obliger un tribunal à fournir des motifs écrits à l'appui de toute décision relative à une affaire d'agression sexuelle.
En terminant, j'aimerais ajouter que ce projet de loi, s'il avait été sérieux à ce sujet, aurait pu proposer que le ministère de la Justice ait l'obligation d'évaluer l'incidence de toute modification au Code criminel sur les droits des victimes d'actes criminels contenus dans la Charte canadienne des droits des victimes. Voilà la raison de ma seule, mais non moindre réticence à l'adoption de ce projet de loi. Je crois que, sans cette disposition, nous risquons d'adopter des lois qui pourraient aller à l'encontre des droits contenus dans la Charte canadienne des droits des victimes.
J'accepterai néanmoins de voter pour le projet de loi C-51, car dans l'ensemble, c'est un bon projet de loi.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-12-10 16:17 [p.24633]
Mr. Speaker, the member is right that there are a number of aspects of Bill C-51 that are welcome in clarifying, in some cases, the law around sexual assault.
I think everyone in this House would agree that sexual assault is an extremely serious offence. The lives of those who are victims of sexual assault are forever changed. It is why I have to say I am very disturbed that, on the one hand, there are some positive aspects to Bill C-51 but, on the other hand, the government would turn around in Bill C-75 and hybridize the offence of administering a date-rape drug. The government is actually reclassifying that offence from what is now a solely indictable offence, the most serious type of offence in the Criminal Code, to an offence that could be prosecutable by way of summary conviction.
I was wondering if my hon. colleague could comment on what kind of a message it sends to water down sentencing for administering a date-rape drug. I would submit it sends exactly the wrong message.
Monsieur le Président, la députée a raison de dire que le projet de loi C-51 comporte de bons éléments qui clarifient certaines dispositions relatives aux agressions sexuelles.
Je pense que tous les députés conviendraient que l'agression sexuelle est un crime extrêmement grave qui change à tout jamais la vie de ses victimes. C'est pourquoi je suis très troublé de constater que, malgré les éléments positifs du projet de loi C-51, le gouvernement a décidé, dans le projet de loi C-75, d'ériger en infraction mixte le fait d'administrer une drogue du viol. Cette infraction, qui est actuellement punissable uniquement par mise en accusation comme le sont les infractions les plus graves du Code criminel, pourra désormais être punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.
Je me demande si ma collègue pourrait nous dire quel message cela envoie d'affaiblir les peines associées à l'administration d'une drogue du viol. À mon avis, cela envoie le pire des messages.
View Sylvie Boucher Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question. He is right. It does send a strange message. On the one hand, they want to clarify a situation, but on the other, they make it impossible to clarify.
I have always advocated for victims of crime. What bothers me the most about Bill C-51 is that it mentions the Charter of Rights and Freedoms a lot but does not mention the Victims Bill of Rights at all, even though it is supposed to help victims. Plus, the Victims Bill of Rights takes precedence over the Charter of Rights and Freedoms.
Unlike their attackers, victims of crime get life sentences. In many cases, there is no minimum sentence for perpetrators. A judge may hand down a maximum sentence knowing full well that the offender will never serve it in its entirety. Many offenders get out of jail after serving a third of their sentence, and that is what makes victims of crime nervous. Sexual assault and rape are life sentences for victims. We have no idea what those women and young boys go through. Yes, boys can be victims too.
For those people, and as far as I am concerned, Bill C-51 does not go far enough. I would have liked an explanation as to why Bill C-75 was scrapped when it should have been kept. I would also like someone to mention the bill introduced by our former leader, Rona Ambrose, that addressed this problem.
Bill C-51 is a good bill, but there is still more work to be done.
Monsieur le Président, je remercie mon confrère de sa question. C'est vrai que cela envoie un drôle de message. D'un côté, on veut clarifier une situation, et de l'autre, on la rend impossible à clarifier.
J'ai toujours milité pour les victimes d'actes criminels. Ce qui me dérange le plus dans le projet de loi C-51, c'est qu'on parle beaucoup de la Charte des droits et libertés, mais jamais de la Charte des droits des victimes, celles-là mêmes que ce projet de loi est pourtant censé aider. Or la Charte des droits des victimes a préséance sur la Charte des droits et libertés.
Il faut comprendre que les victimes d'actes criminels, contrairement à leur agresseur, reçoivent une peine à vie. Souvent, il n'y a pas de peine minimale pour les agresseurs. On leur donne donc une peine maximale en sachant très bien qu'ils ne la purgeront jamais au complet. Ainsi, ils sortent souvent de prison au tiers de leur peine, et c'est ce qui rend les victimes d'actes criminels nerveuses. Subir une agression sexuelle, un viol, c'est recevoir une peine à vie. On n'a aucune idée de ce que vivent ces femmes et ces jeunes garçons. Oui, il y a aussi des garçons qui en sont victimes.
Pour ces gens et moi, le projet de loi C-51 ne va pas assez loin. J'aurais aimé qu'on explique pourquoi le projet de loi C-75 a été tassé, alors qu'on aurait dû le garder. J'aimerais qu'on parle aussi du projet de loi de notre ancienne chef, Mme Rona Ambrose, qui s'attaquait à ce problème.
Le projet de loi C-51 est donc un bon projet de loi, mais il y a des progrès à faire.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise today to participate in the debate on Bill C-51 and, in particular, the Senate amendments.
My intention in my remarks today is to focus on two issues that arise out of this bill. One is the question of advance consent in general, at a philosophical and practical level, and whether we think that a person ought to be able to consent in advance to something happening in the future and some of the issues related to that in this bill. The other is I want to talk about section 176 and the way in which the government approaches our response to potential acts of hate and violence and disruption that are perpetrated against faith communities in Canada.
The issue of advance consent is very much one that has been discussed back and forth and from different perspectives. I note that with respect to the idea of someone consenting in advance to sexual activity, this is a subject on which the Supreme Court of Canada and the Ontario Court of Appeal, at certain points in time, disagreed. There was a court decision in R. v. J.A. in which the person accused of sexual assault argued in the context of that particular case that sexual assault had not taken place because the complainant had consented to being rendered unconscious, allegedly, and consented, allegedly, to engaging in sexual activity. The Ontario Court of Appeal actually agreed with the arguments of the accused in this case, and said the “only state of mind ever experienced by the person is that of consent”.
I think the Ontario Court of Appeal got it wrong. Many people would say that it is not only wrong but deeply offensive to suggest that a sexual act could be performed without a person's explicit consent in the moment, on the basis of alleged prior consent in advance.
In my view, the Supreme Court got it right when it said:
It is not possible for an unconscious person to satisfy this requirement, even if she expresses her consent in advance. Any sexual activity with an individual who is incapable of consciously evaluating whether she is consenting is therefore not consensual within the meaning of the Criminal Code.
Bill C-51 puts that legal court decision into the Criminal Code by noting that there is never consent when a person is unconscious. Proposed paragraph 273.1(2)(a.1) states:
For the purpose of subsection (1), no consent is obtained if
(a.1) the complainant is unconscious;
The decision of the Supreme Court in this case is the right decision. It is one that I agree with and it is one that is reflected in the law.
It is noteworthy at the same time that the Ontario Court of Appeal thought differently and indeed advanced arguments for the idea that a person could provide so-called advance consent in this case. It reflects the fact that in different contexts around different debates, people have made arguments about the supposed legitimacy of advance consent. We see in another case the use of that argument, and I will get to that in a few moments.
The cases against so-called advance consent as something we should allow or accept are myriad. One of the obvious arguments against it is that one's past self, in one's wishes and inclinations, might disagree substantively from one's future self. One might think that at such and such a point in the future under certain circumstances one will want this or feel this or accept this. However, in reality, when one experiences those things, one feels totally differently in the context of that new situation. The idea of a past self irrevocably dictating the conditions and events that are going to occur with a future self is unjust to the future self and it violates the autonomy of the individual at that point in time in the future. Our past selves differ from our future selves, and perceptions about how we will experience certain events in the past might differ from how we actually experience them in the moment when they are taking place.
It is on this basis of recognizing the importance of autonomy, not in the sense of a past self-binding and future self-binding but autonomy in the sense of individuals making determinations about themselves in the moment and being able to ensure that they are comfortable with and accepting of everything that is happening while that thing is happening, that the court, the House, and this legislation recognize the fundamental wrongness of advance consent in the context of sexual activity.
I develop this point in spite of the perhaps pre-existing agreement in the House because it has some relevance to our discussion of other issues with respect to consent. In particular, some members would like to see us allow advance consent in the case of euthanasia or assisted suicide. It is important for members to reflect on the argument for and against allowing advance consent in the one case when we consider the possible application of that same principle in a different case.
Questions were asked in the House, for example, about the case of Ms. Audrey Parker, a tragic situation for her, and other cases, where the idea of advance consent was brought up. Some have argued, especially some of my friends in the NDP, that people should be able to provide consent in advance that their life be taken if their condition advances to a certain point and if certain conditions are met.
I find that prospect very troubling, that a present self could irrevocably bind a future self, especially that the person could establish parameters under which that future self would be bound even in a case where that future self might, in the moment in terms of practical expression, not want that to happen.
The particular context in euthanasia of providing advance consent is, of course, that people have to imagine how they would experience certain conditions, certain development of a disease, and how they would feel about it, how they would respond and what they would want in the moment. The idea and the argument that some advocates have made is that the person should be able to issue an advance directive, so that even if they in that moment do not have the capacity to make a decision, their past self would decide for them in the present.
This can create a situation, though, where one might ask what happens if a person with somewhat lost capacity, but nonetheless with a condition set out by their past self, then says he does not want his life taken. His past self had established this living will, this advance directive of sorts, that would then theoretically involve the state and medical professionals taking his life in a case where he did not want that to happen in the moment based on something his past self said.
This is not a purely hypothetical case. There is currently a case before the Dutch courts in which a patient was held down by family members while a physician injected her with lethal medication. The doctor was acting based on an interpretation of an advance directive and of past statements made by the patient.
We do have cases where there is an application of the idea of advance consent to euthanasia, and we have a very scary situation, frankly, where a person's life is taken when he or she is saying in the moment, “No, I don't want this to happen”, but someone else is interpreting something the individual said in the past as overruling the individual's expression in the moment.
The present self who is facing this kind of violence, I would argue, is maybe at a point of lower capacity than the person previously had, but I still think it is a very scary situation or proposition.
I would encourage members to reflect on the question of advance consent and to take a consistent position on it. I would suggest that members set a similar standard for consent in these cases. It does not seem, to me, to make sense to have a lower bar for the consent required to die than consent required for sexual activity, to abhor advance consent in the case of sexual activity, and yet to support it in the case of death and dying. We do not know exactly where the debate on advance consent in the context of death and dying is going to go. I know there is an expert panel the government has put forward that we expect to hear a report back from relatively soon. I know there are members of the government caucus who have said that they are supportive of the idea of advance consent.
However, if we think about the case that I spoke about in particular and how we would feel if a past version of ourselves had said we wanted something, which all of a sudden, in the moment, in a situation, we really do not want to have happen, and yet we are told that we had said we had wanted this in the past, so our past self can dictate to our present self. I would see that as really going against a pretty basic principle of autonomy that I know is important to many members.
I leave that for the consideration of the House. It is very relevant to our discussion of Bill C-51, in terms of the way in which the bill codifies the point that in the context of sexual consent, one cannot consent in advance, that a person who is unconscious can never consent, regardless of what they said beforehand. Again, to underline this, I very much agree with that particular change to Bill C-51. I want to encourage members to think about what that means for some of the other conversations that are happening.
This bill deals with Senate amendments. There is a proposed Senate amendment that provides some specific language around that section. I know that some of my colleagues are favourably disposed towards the intent of the senator who brought this forward, but are concerned about some of the unintended legal implications of it, namely, that if certain things are spelled out explicitly, there might also be things that are not spelled out in the section. The sense, and I think it is a good sense, is that the existing language in that particular section of Bill C-51 does the trick in hitting the particular point on the mark. That is what I wanted to say about the issue of advance consent.
I would like to make a few comments about section 176 of the Criminal Code and the back and forth we have seen in our discussions on that section and on some of the other actions the government has taken in this regard.
Section 176 deals with the disruption of a religious service and vandalism against church property, and so forth. Our caucus has done a great deal of work with civil society to bring attention to the importance and value of this section, and to oppose initial efforts by the government to remove this section.
The government argued that section 176 could be removed, because it was redundant. Clearly the offences that are covered by section 176 are things that other charges could apply to, but that does not mean that the offence, in terms of putting a particular emphasis on it and ensuring fulsome prosecution in these cases, is redundant. By analogy, our Criminal Code speaks specifically of hate crimes, and I have never heard anyone argue that hate crimes legislation is redundant because the violence associated with hate crimes, namely, vandalism, but more particularly assault and those sorts of things, are already illegal.
I have never heard anyone ask why we need hate crime provisions because those things are already illegal. I think all of us accept that the message sent by having a particular category of prosecution associated with hate crimes is appropriate, because hate crimes are not just aimed at doing violence to a particular individual but also at making an entire community feel threatened and unsafe in living their lives as they do, including the practice of their faith and the public actions they take that are associated with their identity, and so forth.
Hate crimes legislation is about ensuring that groups of people are not targeted on the basis of their identity. That is why we treat a hate crime as something distinct from an act of assault on its own. If members accept that principle with respect to hate crimes and hate crimes in prosecution, it would seem to me that the same principle goes to section 176. Someone who actively disrupts a church service or commits acts of vandalism or violence against religious clergy are not just trying to enact specific violence against an individual or place. It is not merely an act of trespassing or vandalism, rather an action that carries with it a real chill for the ability of people of faith to live freely and confidently without worry of that kind of violence. That is why section 176 is not redundant. It is critically important.
Another argument the government used was to say that the language in section 176 is outdated because it refers to a clergyman and is not, in its textual implications, inclusive of all faiths and genders. However, in reality, the section was clearly being applied in a way that was fully inclusive. It really was an odd argument to make that we should take the section out completely because it was not, in its language, inclusive when all that was really required was to change the language. Even changing the language did not change the actual practical effects of the law.
In the end, in response to a really strong reaction and groundswell from different communities working collaboratively with our party, the proposed deletion of section 176 by Bill C-51 was abandoned. We were pleased to see that.
At the same time, we then saw the government, in Bill C-75, proposing to hybridize offences under section 176, effectively reducing the sentence for these offences. In the previous discussion in the House on this issue, my friend from Winnipeg North offered a defence of the idea of hybridized offences. I do not think anyone has argued there should not be any cases where the level of available discretion would not cover a spectrum associated with hybridized offences.
However, I think a lot of those who advocated significantly for section 176 to be preserved, and were initially pleased by the government's stepping back from their decision, kind of saw in the hybridization of this particular offence yet another indication that the government does not really understand the importance of this and does not accept the value of having strong, clear language with appropriate associated sentences in the Criminal Code to protect the practice of faith in this country.
It is ironic because the government talks a good game a lot of the time when it comes to fighting hate. When it comes to motions or statements around these kinds of issues, the government always seems to be ready.
We had considerable debate in the House on Motion No. 103 on the question of “Islamophobia”. All of us in the House should read that it is important for us to take a strong stand against, in this case, anti-Muslim violence or hatred, and that it is important for us to take a strong stand against those who express bigotry against any community. However, we wanted the government to provide a definition of what it meant by “Islamophobia”, and it refused to do that. Unfortunately, the House was not able to come together in a way that might have been desirable to send a clear unified statement on that issue.
Despite the specific language of Motion No. 103 speaking of the need to “quell the increasing public climate of hate and fear”, the government's actions with respect to section 176, an actual section of the Criminal Code that provides real legal protection for those practising their faith, show that in so many cases, it is only interested in the statement and not the substance.
For faith communities and leaders across the board who wonder what substantive protections exist, they should look to and expect the government to underline the importance of section 176, not to be weakening its application as we are seeing.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer aujourd’hui au débat sur le projet de loi C-51 et, en particulier, sur les amendements proposés par le Sénat.
J’ai l’intention aujourd’hui de me concentrer sur deux questions qui découlent de ce projet de loi. Il y a d’abord la question du consentement préalable en général, sur les plans philosophique et pratique, et la question de savoir si nous pensons qu’une personne devrait être en mesure de consentir à l’avance à quelque chose qui se produira à l’avenir. J’aborderai aussi certaines des questions liées à cela dans ce projet de loi. Deuxièmement, je veux parler de l’article 176 et de la façon dont le gouvernement aborde la réaction aux actes de haine, de violence et de perturbation perpétrés contre des groupes confessionnels au Canada.
Nous avons débattu de la question du consentement préalable sous toutes sortes d’angles différents. Je souligne que la Cour suprême du Canada et la Cour d’appel de l’Ontario ne s’entendent pas toujours’en ce qui concerne le consentement préalable à une activité sexuelle. Dans l’affaire R. c. J.A., la personne accusée d’agression sexuelle a soutenu que, dans ce contexte particulier, il n’y avait pas eu d’agression sexuelle, parce que la plaignante aurait consenti à être rendue inconsciente et qu’elle aurait consenti à se livrer à cette activité sexuelle. La Cour d’appel de l’Ontario a en fait accepté les arguments de l’accusé en déclarant que dans cette situation, « le seul état d’esprit de cette personne a toujours été celui d’une personne consentante ».
Je pense que la Cour d’appel de l’Ontario s’est trompée. Bien des gens diraient qu’il est non seulement répréhensible, mais profondément choquant de laisser entendre qu’un acte sexuel pourrait être commis sans le consentement explicite d’une personne au moment même, en prétendant qu’elle y avait préalablement consenti.
À mon avis, la Cour suprême a vu juste quand elle a dit:
[...] ce qu’une personne inconsciente est incapable de faire, même si elle exprime à l’avance son consentement. Toute activité sexuelle avec une personne qui est incapable d’évaluer consciemment si elle y consent n’est donc pas consensuelle au sens où il faut l’entendre pour l’application du Code criminel.
Le projet de loi C-51 codifie ce jugement dans le Code criminel en indiquant qu'il n'y a jamais consentement lorsqu'une personne est inconsciente. Le nouvel alinéa 273.1(2)a.1) prévoit que:
Pour l’application du paragraphe (1), il n’y a pas de consentement du plaignant dans les circonstances suivantes:
a.1) il est inconscient;
La décision que la Cour suprême a rendue dans cette affaire était la bonne. C'est une décision à laquelle je souscris et dont la loi tient compte.
Il est à noter que la Cour d'appel de l'Ontario avait un avis différent sur la question et soutenait qu'une personne pouvait donner un soi-disant consentement préalable. Cela témoigne du fait que des gens dans différents contextes ont soutenu la prétendue légitimité du consentement préalable. Cet argument a été utilisé dans une autre affaire sur laquelle je me pencherai dans quelques instants.
Les arguments ne manquent pas contre le fait que nous devrions autoriser ou accepter le soi-disant consentement préalable. L’un des plus évidents, c’est que les désirs et les penchants passés d’une personne peuvent être en totale opposition avec ses désirs et ses penchants futurs. On pourrait croire qu’à un moment donné dans l’avenir, dans certaines circonstances, on voudra ou on acceptera ceci ou cela. En réalité, toutefois, lorsqu’on vit ces choses, on réagit tout à fait différemment dans le contexte de cette nouvelle situation. L’idée d’un ancien moi qui dicte irrévocablement les conditions et les événements qui vont se produire en ce qui concerne un futur moi est injuste pour ce dernier et viole l’autonomie de la personne à ce moment précis dans l'avenir. Notre identité passée diffère de celle de notre identité future, et nos perceptions passées de la façon dont nous vivrons certains événements peuvent différer de la façon dont nous les vivons au moment où ils se produisent.
C’est sur cette base de reconnaissance de l’importance de l’autonomie — non pas au sens d’une autonomie passée et future irrévocable, mais au sens où les personnes prennent des décisions pour elles-mêmes dans le moment présent et sont en mesure de s’assurer qu’elles sont à l’aise avec tout ce qui se passe pendant que cela se produit — que le tribunal, la Chambre et ce projet de loi reconnaissent le caractère fondamentalement répréhensible du consentement préalable dans le contexte d’une activité sexuelle.
J’insiste sur ce point en dépit de l’entente qui existait peut-être déjà à la Chambre parce qu’il est pertinent dans le contexte de notre discussion sur d’autres aspects du consentement. En particulier, certains députés aimeraient que nous autorisions le consentement préalable dans le cas de l’euthanasie ou de l’aide au suicide. Il est important que les députés pèsent bien le pour et le contre de l’autorisation du consentement préalable dans une situation donnée lorsque nous examinons l’application possible du même principe dans une autre situation.
Des questions ont été posées à la Chambre, par exemple, au sujet du cas de Mme Audrey Parker, une situation tragique pour elle, et d’autres cas où la question du consentement préalable a été soulevée. Certaines personnes, en particulier certains députés du NPD, ont fait valoir que les gens devraient pouvoir donner leur consentement préalable pour qu'on leur enlève la vie si leur état de santé se détériore jusqu’à un certain point et si certaines conditions sont respectées.
Je trouve cette possibilité très troublante, le fait que le moi d’aujourd’hui puisse engager irrévocablement le moi futur, d’autant plus que la personne pourrait établir des paramètres qui engageraient son moi futur, alors que la personne qu’elle sera alors pourrait ne plus vouloir que les choses se passent ainsi.
Dans le contexte particulier de l’euthanasie, donner son consentement préalable, cela veut dire, bien sûr, que les gens doivent imaginer comment ils vivront certaines maladies, quelle sera l’évolution de la maladie, comment ils se sentiront face à cela, comment ils réagiront et ce qu’ils souhaiteront à ce moment là. Le principe et l’argument évoqués par certains défenseurs de l’euthanasie, c’est que la personne devrait pouvoir rédiger ses directives anticipées, afin que, même si au moment voulu elle n’a plus la capacité de prendre une décision, ce soit son ancien moi qui décide à la place de son moi présent.
Cela peut nous amener à nous demander ce qui se passerait si une personne qui n’a plus sa capacité de décider, et qui souffre néanmoins d’une maladie envisagée par son ancien moi, ne voulait plus mourir. Son ancien moi a rédigé ce testament vivant, ces directives anticipées qui autorisent, en théorie, l’État et les médecins à lui enlever la vie, alors qu’elle ne veut plus qu’on tienne compte de ce qu’a dit son ancien moi.
Ce n’est pas une situation purement hypothétique. Il y a une affaire devant les tribunaux néerlandais dans laquelle une patiente a été retenue immobile par des membres de sa famille pendant qu’un médecin lui injectait le médicament létal. Le médecin exécutait une directive anticipée et des déclarations antérieures faites par la patiente.
Il existe également des cas où la concrétisation du consentement préalable à l’euthanasie donne lieu à une situation absolument terrifiante où on met fin à la vie d’une personne pendant qu’elle est en train de crier « Non, je ne veux pas. ». Or, quelqu’un juge que les propos tenus par la personne dans le passé ont préséance sur ce qu’elle dit au moment présent.
Il est vrai que le moi présent qui subit ce genre de violence n’a peut être plus la même capacité qu’avant, mais je persiste à croire qu’il s’agit là d’une situation ou d’une proposition terriblement inquiétante.
J’encourage les députés à réfléchir à la question du consentement préalable et à adopter une position cohérente à cet égard. Je leur conseille de fixer une norme de consentement similaire dans ces cas. Je ne vois pas pourquoi on fixerait la barre du consentement à mourir plus bas que celle du consentement à une activité sexuelle ni pourquoi on appuierait cette norme dans le cas de la mort ou de la fin de vie. Nous ne savons pas exactement où ira ce débat sur le consentement préalable dans le contexte de la mort et de la fin de vie. Nous nous attendons à ce que comité d’expert mis sur pied par le gouvernement présente son rapport très bientôt. Je sais que des membres du caucus du gouvernement ont dit qu’ils sont en faveur du principe du consentement préalable.
Cependant, si nous réfléchissons au cas dont j’ai parlé et à la façon dont nous nous sentirions si une version antérieure de nous-même avait dit qu’elle souhaitait quelque chose, et que tout à coup, dans le vif d’une situation ou d’un moment, nous ne voulons plus que les choses se passent de cette manière et que, malgré cela, on nous dise que s’est ce que nous souhaitions le passé et que c’est notre ancien moi qui a préséance sur notre moi présent, je pense que cela serait contraire à un principe fondamental de l’autonomie et je sais pertinemment que ce principe est important aux yeux de nombreux députés.
Je laisse la question à la Chambre. Dans le cadre de notre étude du projet de loi C-51, la question est très pertinente pour ce qui est de la façon dont le projet de loi codifie le fait que, dans le contexte du consentement sexuel, une personne ne peut pas consentir à l’avance, et une personne qui est inconsciente ne peut jamais consentir, peu importe ce qu’elle a dit au préalable. Je tiens à réitérer mon accord avec cette modification au projet de loi C-51. J’encourage les députés à réfléchir à ce que cela signifie pour certaines des autres discussions qui sont en cours.
L'étude actuelle du projet de loi porte sur les amendements du Sénat. Un des amendements proposés contient un libellé précis pour l’article en question. Je sais que certains de mes collègues se réjouissent de l’intention du sénateur qui a proposé cette disposition, mais ils sont également préoccupés par d’éventuelles répercussions juridiques imprévues, à savoir que si certaines choses y sont énoncées explicitement, certaines autres pourraient ne pas être énoncées du tout dans l’article. L’impression, et je pense que c’est logique, est que le libellé actuel de cet article du projet de loi C-51 réussit à atteindre la cible. Voilà ce que j’avais à dire sur la question du consentement préalable.
J’aimerais faire quelques observations au sujet de l’article 176 du Code criminel et des échanges que nous avons eus à propos de cet article et d’autres mesures que le gouvernement a prises à cet égard.
L’article 176 porte sur la perturbation d’un service religieux, le vandalisme contre des biens de l’Église, et ainsi de suite. Notre caucus a beaucoup travaillé avec la société civile pour attirer l’attention sur l’importance et la valeur de cet article et pour s’opposer aux efforts initiaux menés par le gouvernement pour le supprimer.
Le gouvernement a fait valoir que l’article 176 pouvait être supprimé parce qu’il était redondant. De toute évidence, les infractions visées par l’article 176 pourraient faire l’objet d’autres accusations, mais cela ne veut pas dire que l’infraction, si l’on y met un accent particulier et qu’on assure des poursuites exhaustives dans ces cas, est redondante. Par analogie, notre Code criminel parle précisément des crimes haineux, et je n’ai jamais entendu quiconque dire que les mesures législatives sur les crimes haineux sont redondantes, parce que la violence associée aux crimes haineux — dont le vandalisme, mais plus particulièrement les agressions et des choses semblables — est déjà illégale.
Je n’ai jamais entendu qui que ce soit demander pourquoi nous avons besoin de dispositions sur les crimes haineux, vu que ceux-ci sont déjà illégaux. Je pense que nous acceptons tous que le message envoyé par l’existence d’une catégorie particulière de poursuites pour les crimes haineux est approprié, parce que les crimes haineux ne visent pas seulement à faire violence à une personne en particulier, mais aussi à faire en sorte qu’une collectivité entière se sente menacée et ne puisse pas pratiquer sa foi ni s’afficher publiquement par des actions associées à son identité, et ainsi de suite.
La loi sur les crimes haineux vise à faire en sorte que des groupes de personnes ne soient pas ciblés en raison de leur identité. C’est pourquoi nous traitons le crime haineux différemment d’un acte d’agression comme tel. Si les députés acceptent ce principe pour les crimes haineux et les poursuites pour crimes haineux, il me semble que le même principe vaut pour l’article 176. Quiconque perturbe activement un service religieux ou commet des actes de vandalisme ou de violence contre un membre du clergé n’essaie pas seulement de perpétrer un acte de violence particulier contre une personne ou un lieu. Il ne s’agit pas seulement d’un acte d’intrusion ou de vandalisme, mais plutôt d’un acte qui a pour effet d'empêcher des croyants de vivre librement et en toute confiance sans avoir à s’inquiéter de ce genre de violence. C’est pourquoi l’article 176 n’est pas redondant. Il a une importance cruciale.
Un autre argument invoqué par le gouvernement consistait à dire que le libellé de l’article 176 est désuet parce qu’il fait référence à un membre du clergé et qu’il n’englobe pas, dans ses implications textuelles, toutes les confessions et tous les sexes. Or, en réalité, l’article était clairement appliqué d’une façon entièrement universelle. C’était vraiment un argument étrange de dire que nous devrions supprimer complètement cet article parce que son libellé n’était pas inclusif alors qu’il aurait suffi de modifier le libellé. Même un changement de libellé ne changerait pas les effets pratiques de la loi.
Au bout du compte, à la suite d’une réaction très vive et d’une vague de fond de la part de diverses collectivités qui ont collaboré avec notre parti, la suppression proposée de l’article 176 dans le projet de loi C-51 a été abandonnée. Nous en avons été heureux.
En même temps, nous avons vu le gouvernement proposer, dans le projet de loi C-75, de reclasser en infractions mixtes les infractions prévues à l’article 176 et réduire ainsi la peine à y appliquer. Dans le dernier débat sur cette question à la Chambre des communes, mon ami de Winnipeg-Nord a défendu l’idée des infractions mixtes. Je ne pense pas que quiconque ait soutenu qu’il ne devrait pas y avoir de cas où le pouvoir discrétionnaire ne couvrirait pas un spectre associé aux infractions mixtes.
Par contre, je pense que beaucoup de ceux qui ont préconisé vigoureusement le maintien de l’article 176 et qui ont été au départ heureux que le gouvernement renonce à sa décision ont vu dans le reclassement de cette infraction en infraction hybride une autre indication que le gouvernement ne comprend pas vraiment l’importance de la question et n’accepte pas l’importance d’avoir un libellé fort et clair, qui prévoie des peines appropriées dans le Code criminel pour protéger la pratique religieuse dans notre pays.
C’est paradoxal parce que le gouvernement tient souvent de beaux discours lorsqu’il s’agit de lutter contre les crimes haineux. Lorsqu’il s’agit de motions ou de déclarations sur ce genre de questions, le gouvernement semble toujours prêt.
Nous avons longuement débattu à la Chambre de la motion M-103 sur l’islamophobie. Nous savons tous qu’il est important pour nous de prendre fermement position contre la violence ou la haine à l’égard des musulmans, dans ce cas-ci, et qu’il est important pour nous d’adopter une position sans équivoque contre ceux qui font preuve de sectarisme contre quelque communauté que ce soit. Nous voulions toutefois que le gouvernement définisse ce qu’il entendait par « islamophobie », et il a refusé de le faire. Malheureusement, la Chambre n’a pas été en mesure de s’entendre d’une façon qui aurait pu être souhaitable pour envoyer un message clair et unifié sur cette question.
Malgré le libellé précis de la motion M-103, sur la nécessité d’« endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population », les mesures prises par le gouvernement à l’égard de l’article 176, un article du Code criminel qui offre une véritable protection juridique aux personnes qui pratiquent leur foi, montrent que, dans de nombreux cas, il ne s’intéresse qu’à la forme, au détriment du fond.
Les dirigeants et les groupes religieux de toutes confessions qui se demandent quelles sont les mesures de protection substantielles qui leur sont accordées étaient en droit de s’attendre à ce que le gouvernement mette en relief l’importance de l’article 176, plutôt que de l’affaiblir comme il l’a fait.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, when I look at the existing text of Bill C-51, where it attempts to amend the Criminal Code with respect to consent, some of the main issues that the senators had, and I very much agree with them, was that while we had a clear definition of what consent meant, where the vagueness became problematic was in no consent.
The existing text of Bill C-51, under section (2.1), it has “(a.1) the complainant is unconscious” and then follows up with “(b) the complainant is incapable of consenting to the activity for any reason other than the one referred to in paragraph (a.1)”, which is kind of vague. I know a lot of senators had problems with that.
Given the concerns that experts in sexual assault law have, what does my colleague think about the Senate's attempts to clarify that part of the Criminal Code? If the Senate amendments were allowed, we would basically have no consent defined as being unable to understand the nature, circumstances or risks, unable to understand that a person has a choice and unable to affirmatively express agreement to the sexual activity.
My colleague talked about judicial discretion. Certainly we have different opinions on that when it comes to sentencing. However, it seems to me that in the interpretation of this very important part of the Criminal Code, given the problems we have had with case law in sexual assault, this is perhaps one area of the Criminal Code where we do not really want to have too much judicial discretion, where perhaps it is good to have a very clear road map of what precisely no consent means. Would my hon. friend comment on that part?
Monsieur le Président, lorsque je regarde le libellé actuel du projet de loi C-51, qui vise à modifier le Code criminel en ce qui a trait au consentement, je constate que les principaux problèmes des sénateurs, et je suis parfaitement d’accord avec eux, c’est que même si nous avions une définition claire du consentement, c'est la définition de l'absence de consentement qui demeure vague.
Selon le libellé actuel du projet de loi C-51, au paragraphe (2.1), on peut lire qu’il n’y a pas de consentement du plaignant dans les circonstances suivantes: « a.1) il est inconscient », puis « b) il est incapable de le former [le consentement] pour tout autre motif que celui visé à l’alinéa a.1) », ce qui est assez vague. Je sais que beaucoup de sénateurs ont exprimé des réserves à cet égard.
Compte tenu des préoccupations des experts en droit des agressions sexuelles, que pense mon collègue des tentatives du Sénat pour préciser cette partie du Code criminel? Si les amendements du Sénat étaient acceptés, il n’y aurait pas de consentement si une personne est incapable de comprendre la nature, les circonstances ou les risques, incapable de comprendre qu’elle a le choix et incapable de manifester son accord de façon explicite à l’égard de l’activité sexuelle.
Mon collègue a parlé du pouvoir discrétionnaire des juges. Nous avons certainement des opinions différentes à ce sujet en ce qui concerne la détermination de la peine. Cependant, il me semble que dans l’interprétation de cette partie très importante du Code criminel, compte tenu des problèmes que nous avons eus avec la jurisprudence en matière d’agressions sexuelles, il s’agit peut-être d’un domaine où il n’est pas vraiment approprié que les juges aient trop de pouvoir discrétionnaire, mais où il est peut-être bon d’avoir des indications très claires sur ce que signifie exactement l’absence de consentement. Le député pourrait-il nous dire ce qu’il en pense?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I hope my colleague and his party will consider the arguments I made with respect to advance consent and its other application as well. It is important to reflect on that. I know they have been very clear on the issue of advance consent in this case, but it is important to consider in the other context that it can be asserted as well.
With respect to the Senate amendments, the existing language in Bill C-51, as proposed when it was sent to the Senate, was, “For the purpose of subsection (1), no consent is obtained if...(a.1), the complainant is unconscious; (b) the complainant is incapable of consenting to the activity for any reason other than the one referred to in paragraph (a.1).”
This clearly sets out the conditions in which a person is unable to consent. The proposed amendment from the Senate says, “For greater certainty, capacity to consent at the time of the sexual activity that forms the subject-matter of the charge cannot be inferred from evidence on capacity to consent at the time of another sexual activity.”
The question is whether that addition adds anything, given the certainty already established under the new section 2. We agree with the principle. It is just a question of the practical legal application. My judgment at present is that the existing language in Bill C-51 is sufficient.
Monsieur le Président, j’espère que mon collègue et son parti prendront en considération les arguments que j’ai présentés au sujet du consentement préalable et de son application. Il est important d’y réfléchir. Je sais qu’ils ont été très clairs sur la question du consentement préalable dans ce cas-ci, mais il est important de considérer l’autre contexte dans lequel cela peut aussi s’appliquer.
En ce qui concerne les amendements du Sénat, le libellé du projet de loi C-51, dans la version qui lui a été envoyée, était le suivant: « Pour l’application du paragraphe (1), il n’y a pas de consentement du plaignant dans les circonstances suivantes: [...] a.1) il est inconscient; b) il est incapable de le former pour tout autre motif que celui visé à l’alinéa a.1) ».
Cela établit clairement les conditions dans lesquelles une personne est incapable de consentir. L’amendement proposé par le Sénat dit: « Il est entendu que la capacité de consentir au moment de l’activité sexuelle à l’origine de l’accusation ne peut être déduite d’éléments de preuve portant sur la capacité de consentir lors d’une autre activité sexuelle. »
La question est de savoir si cet ajout est justifié, compte tenu de la certitude déjà établie par le nouvel article 2. Nous sommes d’accord sur le principe. C’est simplement une question d’application pratique. À mon avis, le libellé actuel du projet de loi C-51 est suffisant.
View Martin Shields Profile
CPC (AB)
View Martin Shields Profile
2018-12-10 17:06 [p.24639]
Mr. Speaker, it is always a privilege to stand in this place, especially as we approach the time when it will be closed and the last week we will be here.
It is an august place, a place where many interesting debates have happened since it reopened after the fire. As for the one before the fire, we are coming up the 100th anniversary of Prime Minister Laurier, who was a leader of note. He established Alberta and Saskatchewan as provinces, and passed away the following year. Not only did he establish Alberta and Saskatchewan, he was in favour of free trade agreements. In 1911, he lost an election on a free trade agreement. We may see that happen again in 2019.
Also I remember well the debates on the flag issue, which was a focus for the country in the sixties. The debates between Diefenbaker and Pearson are legendary in this place. The flag issue is one that had a lot of Canadians focused on this place and on the debates, which resulted in the maple flag we have today.
I also remember when we had a loyal opposition party leading a charge to leave the country. A lot of people were a little confused about the debates that went on in this place when the leader of the loyal opposition wanted to split up the country.
Many debates have happened in this place, with many people who are orators, intelligent people expressing their opinions and representing Canadians. At this time, I am one of 338 who has the honour and privilege to stand in this place, but not for much longer as this building will close this week and we will move to another place. Again, it is a privilege to look around and see the magnificent edifice and beautiful place in which we get to work.
Today I rise to speak to C-51, an act to amend the Criminal Code and the Department of Justice Act and to make consequential amendments to another act. Since it was introduced the first time, and again as it has come back from the Senate, there have been learned people standing and speaking to this. It is an omnibus bill. It is very complicated and one some people in the House are able to understand, comprehend and speak very clearly about. Others speak of its broad issues, but not as intelligently as some of the members in the House who have legal backgrounds.
However, it should not be a surprise there are issues when we get a bill this big, although many people would agree with some of the things in it.
I will be sharing my time, Mr. Speaker, with my colleague from Niagara West.
We agree with some things in this omnibus bill. It contains some worthy provisions. Clarifying the law in relation to sexual consent is very important. Repealing unconstitutional provisions in the Criminal Code is a positive aspect. I was also very happy the government backed down, as we have heard many times, on the removal of section 176 of the code. I heard a lot about this one from my constituents. Many faith groups, including those in my riding of Bow River, were deeply concerned about that section.
The section provides protection to those practising their religion. We have freedom of religion in Canada. One of thing I may not agree with everybody on is religion, but I would fight to the death for those people to be able to express their religious beliefs. Religious communities need to be able to worship without fear of interference and disruption. This is truer now than ever. Hate crimes against religious groups are on the rise in Canada. A section of the code that gives these groups clear, unambiguous confidence in their right to worship as they please is far from redundant.
When we were talking about the inoperative sections of the Criminal Code and Bill C-51, it was the unfortunate decision by the government to initially include section 176 of the Criminal Code among the sections it deemed to be obsolete. Section 176 is hardly redundant, hardly obsolete and certainly not unconstitutional. Indeed, section 176 is the only section in the Criminal Code that protects clergy from having their services disrupted, something which is very serious and goes to the heart of religious freedom.
The government turned a blind eye when it introduced this, and the Conservatives called them out on it. As a result, tens of thousands of Canadians spoke out, telling the government that it was wrong.
My learned colleague on the other side previously mentioned that a committee was able to resolve this. It was one of the outstanding features of the committee that it unanimously came to that. However, it is my belief that there was such push-back in religious communities that the people sitting on that committee realized the mistake in that initial document and changed it.
Municipal governments must react much sooner when they may have made a mistake. If in coffee shops they hear about something, they pass it the next day, and at the next meeting, they can fix it. This is a much longer process, but at the committee level, members heard from religious people of faith in our country that this was not the appropriate thing to do.
I will move on. Clause 14 of Bill C-51 proposed to repeal section 176 of the Criminal Code, which makes it a crime to unlawfully obstruct a religious official. Conservatives were the first to identify this clause. As a result of the public backlash, the Liberals on the justice committee amended Bill C-51 to remove it.
However, only months later, the Liberals hybridized section 176 in Bill C-75. Currently, it is a solely indictable offence, which is reserved for the most serious offences. However, by hybridizing section 176, it could be prosecuted as a summary conviction offence, which is reserved for less serious offences. That means that offenders could just get a fine, and I think that would downgrade the importance of religious freedom. For people who practice it and leaders of religion, this would be downgraded to a less serious offence. That is not right.
While the specific changes would not have a significant impact on the maximum sentence, unlike some of the other offences the government is hybridizing, it would send a message. I would submit that it would send exactly the wrong message. It would send the message that disrupting a religious service and infringing on the freedom of religion of Canadians, which is not just any freedom but a fundamental freedom in our Charter of Rights and Freedoms, is not that serious. That is just wrong. It is why the Conservatives opposed it and stood up to fight Bill C-75.
Then there were amendments that came back from the Senate. The Senate put forward amendments because there was concern that this would add confusion in cases where a person was not unconscious but was, for example, highly intoxicated. Unfortunately, while the Senate amendments may have been well intentioned, they would simply cause more problems and solve a problem that really does not exist. We would support voting against these amendments, because we believe that they do not clarify; they just make things more confusing.
Conservatives fully support all changes in the bill to clarify and strengthen sexual assault provisions in the Criminal Code. These changes would help support victims of horrific sexual assault crimes. Conservatives also support repealing or amending sections of the code that have been ruled unconstitutional by the courts.
It is important to keep the code clean and up to date for efficient and effective justice for victims and their families. Bill C-51 would merely clarify that consent can never occur when an ind