Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-22 18:01 [p.22699]
Mr. Speaker, I am very pleased to speak this evening. I want to acknowledge the people of Beauport—Limoilou watching us in real time or watching a rebroadcast on Twitter or Facebook.
Dear citizens, this evening we are debating a very important motion on a topic that is very sensitive for all Canadians given that we are talking about other Canadians. We are talking about Canadian combatants who have joined the Islamic State since 2013. More than 190 Canadians have made the solemn decision to join the ranks of the Islamic State, sometimes unwittingly, sometimes fully consciously. We condemn their decision to go overseas to join Daesh, better known as the Islamic State, which shrank in size considerably following the western coalition attacks. The group is located primarily in Syria and Iraq, in the Middle East.
These 190 Canadians decided to go overseas to join the Islamic State, which fights western countries and their values, including liberal democracy and gender equality. These are values that are dear to Canadian parliamentary democracy.
Today, the member for Winnipeg North and a number of his Liberal colleagues stated that these 190 Canadians were radicalized on the Internet, by reading literature or by ISIS propagandists on social networks. The Liberals are telling us that we should help Canadians who went to fight against Canada's military members and liberal democracy. Who knows. Perhaps they went to fight in order to one day destroy Canada's political system because they espouse different views. Every time, the Liberals tell us that we need to take pity on them and hold their hands because they were radicalized.
Today, we have moved our motion to address the following reality. Some of them were radicalized. However, I would venture that the vast majority of Canadians who went overseas to join Daesh did so of their own volition and for reasons that are rational, objective and politically motivated and that they believe are good reasons. They did not do so because they were alienated or radicalized. They perhaps want to destroy liberal democracy and gender equality around the world. They had several reasons for joining ISIS. They are not necessarily crazy or alienated.
How are we going to deal with those Canadians who return to Canada? I am not talking about those who left because they were suffering from mental illness or alienation, but rather those who went to the areas where ISIS attacks and counterattacks were taking place, and went of their own free will, to fight Canadian soldiers and soldiers of our allied military partners.
Today the Liberals are saying that the Conservatives are inventing numbers. Journalist Manon Cornellier, a director with the parliamentary press gallery, is highly regarded in the journalism community. She is very professional. In her article in Le Devoir this morning, she writes:
Some 190 Canadians are active in overseas terrorist groups such as Islamic State, also known as Daesh, mostly in Syria and Iraq. About 60 have returned to Canada, but only four have faced charges to date.
A professional journalist, employed by a highly respected newspaper that has been around for decades in Canada, must check her sources and facts before publishing any articles. Ms. Cornellier is reporting exactly the same figures as the official opposition. These are concrete numbers: 190 Canadians left; 60 of those terrorists, who have deliberately committed horrific crimes like raping women and killing children, have returned to Canada; four of them have faced criminal charges; and no one knows where the other 56 are.
What we are asking for is perfectly reasonable and normal in a country governed by the rule of law like Canada. We are asking the government to bring forward a plan within 45 days for determining the whereabouts of the 56 terrorists, both known and unknown, and others who may be coming, finding out what they are doing, and making sure that in the days, weeks or months to come, they are formally charged for what they did. Many of them did what they did for objective, political reasons. They were on a kind of campaign or crusade that went against Canadian and international law.
I will continue quoting from Ms. Cornellier article's in Le Devoir:
Daesh meets the definition of a terrorist organization, and its actions meet the definition of genocide, war crimes and crimes against humanity. Under the international law that Canada helped formulate, a country can prosecute anyone who committed such crimes and is physically present on its territory, regardless of where the acts were committed. Furthermore, Canada passed its own universal jurisdiction law in 2000 after ratifying the Rome Statute of the International Criminal Court. It used that law in 2005 to prosecute Désiré Munyaneza for crimes against humanity for his role in the Rwandan genocide.
This is not a first. She also writes:
According to Kyle Matthews, executive director of the Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies, Canada must not allow Canadian fighters to return to Canada or be repatriated without holding them responsible for the atrocities they helped perpetrate. They must be prosecuted to deter others from committing such crimes.
In other words, Ms. Cornellier and the executive director of the Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies are saying exactly what we, Her Majesty's loyal opposition, are saying: these crimes must be punished by the courts.
Here is one final excellent quote from her article that shines a light on what we are saying today:
Investigations and the gathering of admissible evidence are indeed difficult, but the government is responsible for finding a solution. It must devise a legal process that operates in accordance with the principles of fundamental justice and overcomes the unique constraints that interfere with punishing these crimes. Without that, there can be no justice, and barbaric acts will continue to go unpunished.
That was written by Manon Cornellier, who is with a rather left-wing paper, Le Devoir, and is a director of the Parliamentary Press Gallery here in Ottawa.
That was not the Conservatives talking. It was a professional journalist who provided the same figures we did and who, like us, says that these 190 Canadians who participated in attacks in Syria or Iraq with ISIS committed barbaric acts. She is saying that the government must absolutely bring these people to justice when they return to Canada, that it is a matter of fundamental principles and Canadian history.
I would like to read the motion we moved today and that the Liberals have agreed to support. That said, they have decided to support our motion on a number of occasions and then failed to produce any meaningful action. The motion reads as follows:
That the House support the sentiments expressed by Nadia Murad, Nobel Peace Prize Laureate, who in her book entitled The Last Girl: My Story of Captivity, and My Fight Against the Islamic State, stated: “I dream about one day bringing all the militants to justice, not just the leaders like Abu Bakr al-Baghdadi but all the guards and slave owners, every man who pulled a trigger and pushed my brothers’ bodies into their mass grave, every fighter who tried to brainwash young boys into hating their mothers for being Yazidi, every Iraqi who welcomed the terrorists into their cities and helped them, thinking to themselves, Finally we can be rid of those nonbelievers. They should all be put on trial before the entire world, like the Nazi leaders after World War II, and not given the chance to hide.”; and call on the government to: (a) refrain from repeating the past mistakes of paying terrorists with taxpayers’ dollars or trying to reintegrate returning terrorists back into Canadian society; and (b) table within 45 days after the adoption of this motion a plan to immediately bring to justice anyone who has fought as an ISIS terrorist or participated in any terrorist activity, including those who are in Canada or have Canadian citizenship.
That is the motion that we moved this morning and that we will soon be voting on.
Starting next week, if possible, we want the Liberal government to focus on bringing perpetrators of genocide and terrorist acts to justice and ensuring that courts have access to evidence gathered against suspected terrorists.
We want the Liberal government to keep Canadians safe from those who are suspected of committing acts of terrorism and to take special measures, like our previous Conservative government did in the wake of the terrorist attacks that took place here on Parliament Hill and nearby in Saint-Jean-sur-Richelieu. We responded by bringing forward Bill C-51.
We want the Liberals to encourage greater use of the tools to place conditions on those suspected of committing terrorist acts or genocide, as we did with Bill C-51.
We want the Liberals to institute processes for bringing perpetrators of atrocities to justice, since the current process is too slow, fails victims and prevents them from going home.
Lastly, we want the Liberals to support initiatives like those proposed by Premier Doug Ford, to ensure that terrorists returning to Canada are restricted from taking advantage of Canada's generous social programs as part of their reintegration.
In my riding, every weekend, whether I am at a spaghetti dinner or going door to door, my constituents ask me how it is possible that the Liberal government's primary goal continues to be helping people who are not yet citizens or helping Canadians who have fought against our own soldiers.
In Canada, above all we should help Canadians who are struggling to make ends meet or to find employment, as well as those having a hard time joining the workforce because of disability or other reasons.
We hope that beyond their support for our motion, the Liberals will come up with a real plan to address the problem of returning Islamic combatants, those Canadians who sadly decided to fight our values and our country.
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole ce soir. J'aimerais saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en temps réel ou qui nous écouteront en rediffusion sur Twitter ou sur Facebook.
Chers citoyens, nous débattons ce soir d'une motion fort importante qui porte sur un sujet très sensible pour tous les Canadiens, étant donné qu'on parle d'autres Canadiens. Nous parlons des combattants canadiens qui ont rejoint le groupe État islamique depuis 2013. Plus de 190 Canadiens ont pris la décision solennelle de joindre les rangs du groupe État islamique, parfois malgré eux, parfois en toute clarté d'esprit. Bien entendu, nous déplorons leur décision d'aller outre-mer pour participer aux campagnes de Daech, plutôt connu sous le nom de groupe armé État islamique, dont la portée a rapetissé de manière importante à la suite des attaques de la coalition occidentale. Le groupe se situe principalement en Syrie et en Irak, au Moyen-Orient.
Ces 190 Canadiens ont décidé d'aller outre-mer pour rejoindre le groupe État islamique, qui combat les pays occidentaux et leurs valeurs, dont la démocratie libérale et l'égalité entre les hommes et les femmes. Ce sont des valeurs qui sont chères à la démocratie parlementaire canadienne.
Aujourd'hui, le député de Winnipeg-Nord et plusieurs de ses collègues libéraux ont mentionné que ces 190 Canadiens se sont radicalisés par l'entremise d'Internet, de lectures ou de propagandistes du groupe armé État islamique sur les réseaux sociaux. Les libéraux nous disent qu'il faut tendre la main aux Canadiens qui sont allés se battre contre les militaires canadiens et les valeurs de la démocratie libérale canadienne. Qui sait, ils sont peut-être allés combattre pour un jour détruire le système politique canadien, parce qu'ils en ont une vision différente. Chaque fois, les libéraux nous disent qu'il faut les prendre par la main parce qu'ils font pitié et qu'ils ont été radicalisés.
Aujourd'hui, nous déposons notre motion pour faire face à la réalité suivante. Certains d'entre eux ont effectivement été radicalisés. Cependant, je suis prêt à dire que la lourde majorité des Canadiens qui sont partis outre-mer pour rejoindre les rangs de Daech l'ont certainement fait pour des raisons qui leur sont propres, rationnelles, objectives et motivées par des raisons politiques qu'ils croient bonnes. Ils ne l'ont pas tous fait parce qu'ils ont été aliénés ou radicalisés. Ils veulent peut-être mettre fin à la démocratie libérale ainsi qu'à l'égalité entre les hommes et les femmes dans le monde. Ils ont plusieurs raisons d'avoir rejoint les rangs du groupe armé État islamique. Ils ne sont pas nécessairement fous ou aliénés.
Comment va-t-on répondre à ces Canadiens qui reviennent sur le territoire canadien? Je ne parle pas de ceux qui sont partis à cause de la maladie mentale ou de l'aliénation, mais bien de ceux qui sont partis sur le territoire où avaient lieu les offensives et les contre-offensives du groupe armé État islamique de leur plein gré pour combattre les militaires canadiens et d'autres militaires alliés à notre cher pays.
Aujourd'hui, les libéraux ont dit que les conservateurs inventent des chiffres. La journaliste Manon Cornellier, responsable de la Tribune de la presse parlementaire, est très reconnue dans le milieu journalistique. Elle est très professionnelle. Dans son article publié dans Le Devoir ce matin, elle écrit:
Ils seraient environ 190 Canadiens actifs à l’étranger, surtout en Syrie et en Irak, dans des groupes terroristes, comme le groupe armé État islamique, Daech. Une soixantaine seraient déjà revenus au pays, mais, jusqu’ici, seulement quatre ont fait l’objet d’accusations.
Une journaliste professionnelle, employée d'un journal de grande qualité qui existe depuis plusieurs décennies au Canada, doit vérifier les sources et les informations avant de publier ses articles. Mme Cornellier indique exactement les mêmes chiffres que l'opposition officielle. Ce sont des chiffres concrets: 190 Canadiens sont partis; 60 de ces terroristes, qui ont délibérément commis des crimes terribles comme violer des femmes et tuer des enfants, sont revenus au pays; quatre ont fait l'objet d'accusations; et on ne sait pas où sont les 56 autres.
Ce que nous demandons est tout à fait raisonnable et normal dans un État de droit comme le Canada. On demande au gouvernement de mettre de l'avant un plan d'ici 45 jours pour s'assurer de savoir ce que font et où sont les 56 terroristes, connus ou non, et les autres qui vont peut-être venir, et qu'on s'assure de porter, dans les jours, les semaines ou les mois à venir, à des accusations formelles eu égard à ce qu'ils ont fait. Nombreux sont ceux qui l'ont fait pour des raisons objectives, politiques. C'est une sorte de campagne ou une croisade qu'ils ont menée et qui va à l'encontre du droit canadien et du droit international.
Je vais continuer à citer le texte de Mme Cornellier dans Le Devoir:
Daech répond à la définition d'organisation terroriste et ses actions, à celles de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. En vertu du droit international que le Canada a contribué à élaborer, un pays peut poursuivre quiconque a commis ces crimes et se trouve sur son territoire, peu importe où les actes ont été perpétrés. Le Canada a d'ailleurs adopté en 2000 sa propre loi de compétence universelle à la suite de sa ratification du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Il s'en est prévalu en 2005 pour poursuivre pour crime contre l'humanité Désiré Munyaneza, un complice du génocide rwandais.
On n'est pas dans une première, ici. Également, elle écrit:
Selon le directeur de l'Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de la personne, Kyle Matthews, le Canada ne doit pas permettre le retour ou le rapatriement de ces combattants canadiens sans les tenir responsables des atrocités dont ils se sont rendus complices. Ils doivent être traduits en justice pour décourager la perpétuation de ces crimes.
En d'autres mots, Mme Cornellier et le directeur de l'Institut montréalais d'études sur le génocide disent exactement ce que nous — la loyale opposition de Sa Majesté — disons, soit que ces crimes doivent être punis devant la justice.
Également, voici une dernière citation tirée de son article que je trouve excellent et qui met en lumière ce que nous disons aujourd'hui:
Les enquêtes et la récolte de preuves admissibles sont difficiles, soit, mais il revient au gouvernement de chercher une solution. Il doit envisager une procédure judiciaire qui permet à la fois de respecter les principes de justice fondamentale et de surmonter les contraintes uniques qui freinent la sanction de ces crimes. Sans cela, justice ne sera pas rendue, et l'impunité restera la règle face à la barbarie.
Je rappelle que je cite la journaliste Manon Cornellier, responsable de la Tribune de la presse parlementaire canadienne, ici, à Ottawa et d'un journal plus tôt à gauche, Le Devoir.
Ce ne sont pas des conservateurs qui parlent, c'est une journaliste professionnelle qui a donné les mêmes chiffres que nous et qui, comme nous, dit que ce sont des gestes barbares qui ont été perpétués par ces 190 Canadiens qui ont participé aux offensives en territoire syrien ou irakien avec le groupe État islamique. Elle dit qu'il est absolument fondamental et nécessaire que ceux-ci, lorsqu'ils sont rapatriés, soient traduits en justice pour des questions de principes fondamentaux et de l'histoire du Canada.
J'aimerais également lire la motion que nous présentons aujourd'hui et que les libéraux ont accepté d'appuyer. Cela dit, comme dans nombreux cas où ils ont décidé d'appuyer notre motion, aucune action concrète de leur part ne s'en est suivie:
Que la Chambre appuie les sentiments exprimés par Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix, qui, dans son livre intitulé Pour que je sois la dernière, déclare: « Je rêve qu’un jour tous les militants seront traduits en justice. Pas seulement les dirigeants, comme Abou Bakr al-Baghdadi, mais aussi tous les gardes et les propriétaires d’esclaves, tous les hommes qui ont appuyé sur une détente et ceux qui ont poussé mes frères dans leur charnier, tous les combattants qui ont essayé de mettre dans la tête de jeunes garçons qu’ils haïssaient leur mère parce qu’elle était yézidie, tous les Iraquiens qui ont accueilli les terroristes dans leur ville et qui les ont aidés en se disant qu’ils allaient enfin pouvoir se débarrasser des mécréants. Ils devraient tous être jugés devant le monde entier, comme les dirigeants nazis après la Deuxième Guerre mondiale, et ils ne devraient pas avoir la possibilité de se cacher. »; et exhorte le gouvernement à : a) éviter de répéter les erreurs du passé en payant des terroristes avec l’argent des contribuables ou en tentant de réintégrer dans la société canadienne des terroristes de retour au pays; b) déposer dans les 45 jours suivant l’adoption de la présente motion un plan visant à traduire immédiatement en justice quiconque a combattu au sein du groupe terroriste EIIL ou participé à une quelconque activité terroriste, y compris les personnes qui se trouvent au Canada ou qui ont la citoyenneté canadienne.
Voilà la motion que nous avons déposée ce matin et sur laquelle nous voterons très bientôt.
Dès la semaine prochaine, si possible, nous voulons que le gouvernement libéral se concentre sur les poursuites judiciaires contre les auteurs de génocides ou d'actes terroristes et qu'il s'assure que les tribunaux ont accès aux preuves recueillies sur certains terroristes soupçonnés.
Nous voulons qu'il cherche à protéger les Canadiens contre les gens soupçonnés d'avoir commis des actes terroristes et qu'il prenne des mesures spéciales comme celles que notre précédent gouvernement conservateur avait mises en place dans la foulée des attentats terroristes qui ont eu lieu ici même, sur la Colline du Parlement, ainsi qu'à Saint-Jean-sur-Richelieu, qui est tout près. Nous avions mis en place le projet de loi C-51.
Nous voulons que les libéraux encouragent l'utilisation accrue d'outils afin d'imposer des conditions aux gens soupçonnés d'activités terroristes ou de génocide, comme on le faisait dans le projet de loi C-51.
Nous voulons que les libéraux mettent en place des processus visant à traduire les auteurs d'atrocités en justice, puisque le processus actuel est trop lent, nuit aux victimes et les empêche de rentrer chez elles.
Enfin, nous voulons que les libéraux soutiennent des initiatives comme celles proposées par le premier ministre Doug Ford pour s'assurer que les terroristes qui reviennent au Canada ne peuvent pas profiter des généreux programmes sociaux du Canada dans le cadre de leur réintégration.
Dans ma circonscription, toutes les fins de semaine, que ce soit lors des soupers spaghetti ou quand je fais du porte-à-porte, à tous les événements où je vais à la rencontre de mes concitoyens, ceux-ci me demandent comment il est possible que le gouvernement libéral ait toujours comme objectif premier d'aider des gens qui ne sont pas encore citoyens ou d'aider des Canadiens qui ont combattu nos propres miliaires.
Au Canada, on devrait d'abord et avant tout aider les Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts et à trouver un emploi, ainsi que ceux qui ont de la difficulté à entrer sur le marché du travail pour des raisons d'incapacité ou autres.
Nous espérons qu'au-delà de leur appui à l'égard de notre motion, les libéraux vont mettre en place un plan réel qui s'attaque au problème du retour des combattants islamiques, ces Canadiens qui ont pris la décision bien triste de combattre nos valeurs et notre pays.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data