Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 2 of 2
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-17 16:32 [p.22510]
Madam Speaker, I will be sharing my time with my very hon. colleague from Cariboo—Prince George, in northern B.C.
As usual, I want to say hello to the people of Beauport—Limoilou who are watching us live on CPAC. I know that many of them do watch us, because they tell me so when I go door to door. They tell me that they watched me the week before. I want to say hello to all of them.
Today's debate is a very important one, since we are talking about harassment and discrimination in the workplace. Some may be surprised to hear me say this, and I am no expert, but it seems to me that the Canada Labour Code does not apply to employees who work in MPs' offices on Parliament Hill. This means that the code would not apply to me or my employees. This is rather surprising, in 2018.
I want to quickly touch on last week, which I spent in my riding. You will see why. I hosted two economic round tables. The first round table was for the Beauport business network, which I created a year and a half ago. There are some 50 business owners in this network, who get together once a month to talk about business-related issues and priorities in the riding. On Friday morning, I also held a round table called “Conservatives are listening to Quebecers”. This round table was attended by social, community and business stakeholders, among others.
Yesterday I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour a question. After all, we are talking about workplaces here, with Bill C-65. I asked her if she was aware that we are in a crisis at the moment, especially in Quebec City, but all over Canada, because of the labour shortage. She made a mockery of it, saying that it was proof that the government has created so many jobs in Canada that businesses can no longer find workers. While that may be true from an objective, Socratic and rational standpoint, she is ignoring a real crisis situation that we are in.
I want to say one last thing before I get to the bill. At the two round tables I hosted, every time I visit businesses in my riding, in all my discussions with constituents and in all the correspondence I receive every day, to which I reply in writing every time, people mention the labour shortage. Some businesses have had to shut down in Beauport—Limoilou and others are scaling back operations, so I think it is very sad and upsetting that the Minister of Employment, Workforce Development and Labour would make a mockery of my question. The people of Quebec City were not happy to see that on Twitter and Facebook.
Today we are talking about an important bill, the act to amend the Canada Labour Code regarding harassment and violence, the Parliamentary Employment and Staff Relations Act and the Budget Implementation Act, 2017, No. 1. It is clear that Conservatives, New Democrats, Liberals and all Canadians in general support the Liberal government's recently introduced bill. That is certainly not something I say every day, but when it is true, it must be acknowledged. With this important bill, even employees on Parliament Hill will benefit from guidelines and protection to keep them safe from sexual harassment, psychological harassment and every kind of discriminatory behaviour in the workplace.
I can say that this affects us all. It could also affect our family, a cousin, a brother or sister and, in my case, it affects my children. My daughter Victoria is four years old and my son Winston is a year and a half. My daughter started kindergarten a few months ago. It is the first time she has attended school. We definitely do not want her to experience discrimination or harassment. It will inevitably happen because good and evil are part of life, and harassment and discrimination will always exist. That is why it is important to have laws that govern, try to control, eliminate or at least reduce this as much as possible in our society.
I would like to tell you that I have directly experienced discrimination and psychological harassment, but not sexual harassment, thank God. When I was in grade six, I moved from New Brunswick to Quebec. I can see my colleague laughing because he knows that I grew up in New Brunswick. I am from Quebec, but I grew up in New Brunswick. I moved to Quebec when I was in grade six. Children can be very brutal because they lack empathy and an understanding of the context in which they find themselves.
Kids are often oblivious to the harm they inflict on others. I got beaten up at recess every day for a year, so this is a subject I am not unfamiliar with. In my case, the situation made me stronger. Unfortunately, in other cases, it has ruined lives. What we want to avoid is situations where harassment and discrimination destroy lives. It is terrible to see a life completely destroyed after such an incident.
I want to reiterate that, setting politics aside and speaking from a human perspective, all members and all Canadians should support this bill. However, that does not mean there is no need to propose certain amendments, which I will discuss shortly.
The bill is meant to strengthen the workplace safety framework on Parliament Hill. When I think of all the young Canadians who work on the Hill, it makes me even more motivated to support this bill. The people working on the Hill are often young Canadians in their twenties who are full of hope, ambition and energy. They love politics, and they love Canada. They are proud to work for a minister, the Prime Minister, a shadow cabinet member or an MP. These young people arrive in Parliament full of energy and enthusiasm.
There is no denying that, throughout our country's history, members and ministers have behaved inappropriately or committed inappropriate acts, including sexual harassment, psychological harassment and discrimination.
Many of the young victims were surely brilliant, highly motivated and ambitious individuals. Perhaps they were even future Liberal, Conservative or NDP prime ministers, although unfortunately for them, that will never happen now. These were young people who were here for the right reasons, who were not cynical. A lot of young people in Canada are saying they have no use for politics, and that is unfortunate. Those young people should read books on Canadian history to understand what we are doing here today. Some young people have had the courage to get over their cynicism and come to this place, only to become victims of sexual or psychological harassment or discrimination. Careers have been destroyed in some cases, along with their hope and love for Canada. I find that appalling and very upsetting.
This bill sets out to fill a legal void. I would like to remind everyone that Parliament Hill was the only place where Canada Labour Code provisions on harassment and discrimination did not apply. There was a legal void, and it is important to acknowledge that that void played a part in destroying young Canadians who came here full of energy to help build a strong and thriving country on both national and international stages. Everyone wants a workplace that contributes to their quality of life, one where safety is important. Employees perform better in such workplaces.
Most of the Conservatives' amendments were accepted. We successfully introduced an amendment to prevent political interference during harassment investigations. The Conservatives played an active role in bringing the bill to this stage. We successfully introduced an amendment to ensure strict timelines for investigations into incidents of harassment. We proposed mandatory sexual harassment training, training that all MPs received. We proposed a mandatory review of the bill after five years because it needs to be reviewed at regular intervals, as my colleague said.
In closing, since this is Small Business Week, I want to say three cheers for business people. I thank the people of Beauport—Limoilou for the work they do every day. I think they are wonderful, and I look forward to seeing them when I go door to door.
Madame la Présidente, je tiens à dire que je partagerai mon temps de parole avec mon très honorable collègue de Cariboo—Prince George, dans le Nord de la Colombie-Britannique.
Comme d'habitude, j'aimerais d'emblée saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent actuellement en direct sur CPAC. Je sais que plusieurs d'entre eux le font, parce que lorsque je fais du porte-à-porte, souvent, ils m'en font part. Ils m'informent du fait qu'ils m'ont écouté la semaine d'avant, notamment. Je les salue tous.
Le débat d'aujourd'hui est fort important, puisque nous parlons de harcèlement et de discrimination en milieu de travail. Peut-être que certains seront fort surpris de ce que je vais dire — et je ne suis pas un expert —, mais semble-t-il que le Code canadien du travail ne s'appliquait pas aux employés qui travaillent dans les bureaux de députés sur la Colline parlementaire. Donc, il ne s'appliquait pas à moi ni à mes employés. En 2018, on peut être assez surpris de cela.
J'aimerais revenir rapidement sur la semaine dernière, que j'ai passée dans ma circonscription. On comprendra pourquoi. J'ai tenu deux tables rondes économiques. La première était une table ronde économique du réseau des gens d'affaires de Beauport, un réseau que j'ai créé il y a un an et demi. Nous sommes une cinquantaine d'entrepreneurs et nous nous regroupons une fois par mois pour discuter des enjeux et des priorités entrepreneuriales dans la circonscription. Également, j'ai tenu vendredi matin une table ronde intitulée « Les conservateurs à l'écoute des Québécois ». Encore une fois, cela regroupe des acteurs de différentes communautés, des acteurs sociaux, communautaires, entrepreneuriaux, etc.
Hier, j'ai posé une question à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et du Travail. Justement, on parle de lieux de travail dans le projet de loi C-65. Je lui ai demandé si elle savait qu'il y a une crise en ce moment, tout particulièrement dans la ville de Québec, mais partout au Canada, à cause de la pénurie de main-d'oeuvre. Elle a tourné cela à la dérision en disant que c'était la preuve que le gouvernement avait créé tellement d'emplois au Canada que les entreprises ne pouvaient plus trouver d'employés. Même si d'un point de vue objectif, socratique et rationnel, c'est vrai de dire cela, elle fait fi d'une vraie crise qui sévit actuellement.
Je vais dire une dernière une chose avant d'en arriver au projet de loi. Dans les deux tables rondes que j'ai tenues, dans toutes les visites d'entreprises que je fais dans ma circonscription, dans toutes mes discussions avec les citoyens et dans toutes les correspondances que je reçois chaque jour, et auxquelles je réponds par écrit chaque fois, les gens me parlent de pénurie de main-d'oeuvre. Des entreprises ferment leurs portes déjà à Beauport—Limoilou, et d'autres ralentissent leurs activités. Je suis donc très désolé et attristé que la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et du Travail ait tourné ma question en dérision. Les gens de Québec ne sont pas contents de voir cela sur Twitter et Facebook.
Nous discutons aujourd'hui d'un projet de loi important, la Loi modifiant le Code canadien du travail relativement au harcèlement et à la violence, la Loi sur les relations de travail au Parlement et la Loi no 1 d'exécution du budget de 2017. Il ne fait aucun doute que les conservateurs, les néo-démocrates, les libéraux et tous les Canadiens en général appuient ce projet de loi quand même juste présenté par le gouvernement libéral. C'est rare que je dis cela, mais quand c'est le cas, il faut le reconnaître. Ce projet de loi important vise à faire que même les employés de la Colline parlementaire bénéficient de balises et de protections qui les sécurisent dans leur environnement de travail en ce qui a trait au harcèlement sexuel, au harcèlement psychologique et à des comportements de discriminations de toutes sortes.
Je peux dire que cela nous touche tous. Cela peut aussi toucher notre famille, un cousin ou une cousine, un frère ou une soeur, et, dans mon cas, cela touche mes enfants. Ma fille Victoria a quatre ans et mon fils Winston a un an et demi. Ma fille est à la pré-maternelle déjà depuis quelques mois. C'est la première fois que ma fille vit un contexte scolaire. C'est sûr que nous ne voulons pas qu'elle vive un contexte de discrimination et de harcèlement. Cela va sûrement arriver tout de même, parce que, comme le mal et le bien font partie intégrante de la vie sur terre, le harcèlement et la discrimination existeront toujours. Voilà pourquoi c'est important d'avoir des lois qui régissent, qui tentent d'encadrer, de faire disparaître ou, du moins, de diminuer cela le plus possible dans notre société.
J'aimerais dire que moi-même, j'ai expérimenté de très proche la discrimination et le harcèlement psychologique, mais pas le harcèlement sexuel, Dieu merci. En sixième année, j'ai déménagé du Nouveau-Brunswick au Québec. Je vois mon collègue qui rigole, parce qu'il sait que j'ai grandi au Nouveau-Brunswick. Je viens du Québec, mais j'ai grandi au Nouveau-Brunswick, et je suis arrivé au Québec en sixième année. Les enfants peuvent être très violents, parce qu'ils manquent d'empathie et de compréhension du contexte dans lequel ils se situent.
Les enfants n'ont souvent pas conscience du mal qu'ils font à autrui. Pendant un an, j'ai été battu tous les jours dans la cour de récréation. Ce n'est donc pas quelque chose qui m'est inconnu. Dans mon cas, la situation m'a rendu plus fort. Malheureusement, dans d'autres cas, cela a détruit des vies. Ce que l'on veut éviter, c'est que le harcèlement et la discrimination détruisent des vies. C'est terrible de voir qu'une vie est complètement détruite à la suite d'un tel événement.
Je tiens à réitérer le fait que, d'un point de vue humain et au-delà de la politique, tous les députés et tous les Canadiens devraient appuyer le projet de loi. Par contre, cela ne veut pas dire qu'on ne voit pas la nécessité de proposer certains amendements. Je vais en parler bientôt.
Le projet de loi vise à renforcer les balises de la sécurité au travail sur la Colline du Parlement. Quand je pense à tous les jeunes Canadiens qui travaillent sur la Colline, j'ai encore plus envie d'appuyer ce projet de loi. Les gens qui travaillent sur la Colline sont souvent des jeunes Canadiens âgés d'une vingtaine d'années qui sont pleins d'espoir, d'ambition et d'énergie, qui aiment la politique et qui aiment le Canada. Ils sont fiers de travailler pour un ministre, pour le premier ministre, pour un membre du cabinet fantôme ou pour un député. Ces jeunes arrivent au Parlement pleins de vigueur et d'énergie.
Il ne faut pas nier que, dans l'histoire de notre pays, des députés et des ministres ont eu des comportements inappropriés ou ont posé des gestes inappropriés, qu'il s'agisse de harcèlement sexuel, de harcèlement psychologique ou de discrimination.
Parmi les jeunes qui ont vécu cela, plusieurs étaient brillants, extrêmement motivés et ambitieux. Ils étaient peut-être des futurs premiers ministres libéral, conservateur ou néo-démocrate — bien que cela ne soit jamais arrivé, malheureusement pour eux. Ce sont des jeunes qui étaient ici pour les bonnes raisons, et ils n'étaient pas cyniques. Au Canada, il y a beaucoup de jeunes qui disent que la politique ne sert à rien, et cela est dommage. Ces jeunes devraient lire des livres sur l'histoire du Canada pour comprendre ce que nous faisons ici aujourd'hui. Certains jeunes ont eu le courage de ne pas être cyniques et de venir ici, mais ils ont été victimes de harcèlement sexuel ou psychologique et de discrimination. Dans certains cas, on a détruit leur carrière, leur espoir et leur amour envers le pays. Cela est épouvantable et m'attriste énormément.
Ce projet de loi vise à rectifier un vide juridique. J'aimerais rappeler que la Colline du Parlement était le seul endroit où les dispositions du Code canadien du travail concernant le harcèlement et la discrimination ne s'appliquaient pas. Il y avait donc un vide juridique. Il est d'autant plus important de constater que ce vide juridique contribuait à détruire des jeunes Canadiens qui arrivaient ici pleins d'énergie afin de continuer à construire un pays fort et épanoui, à la fois au niveau national et international. Bien entendu, chacun veut un milieu de travail qui permet d'avoir une qualité de vie et où la sécurité est importante, puisque cela permet d'être plus performant.
La plupart des amendements proposés par les conservateurs ont été acceptés. Nous avons présenté avec succès un amendement visant à éviter l'ingérence politique pendant les enquêtes sur les incidences du harcèlement. Les conservateurs ont donc participé activement à la mise en oeuvre du projet de loi. Nous avons présenté avec succès un amendement pour nous assurer que les délais imposés pour les enquêtes sur les incidences du harcèlement sont stricts. Nous avons proposé une formation obligatoire sur le harcèlement sexuel, une formation que tous les députés ont suivie. Nous avons proposé l'examen obligatoire du projet de loi après cinq ans, puisqu'il doit constamment être revu, comme ma collègue l'a spécifié.
En terminant, vive les entrepreneurs, puisque c'est la semaine de la PME. Je remercie les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou du travail qu'ils font tous les jours. Je les adore, et on se verra lors du porte-à-porte.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:26 [p.4971]
Mr. Speaker, I, too, believe that I am the voice of the people of Atlantic Canada, where I lived between the ages of two and 11. Acadia is still very much a part of me, and that is why I absolutely had to speak about it today.
Right in the middle of summer, the Prime Minister arrogantly and unabashedly announced that he intended to change the historic process for appointing Supreme Court justices that has been in place since 1875.
More than any other, this government announcement has made me dislike the political party that currently governs our great country. Yes, like many Canadians, I am outraged by such actions and attitudes that show the true arrogance of this government.
I am saddened by this unsettling desire, so brazenly expressed by the Prime Minister, to radically alter our constitutional customs, the very customs that have informed government policy for so long in Canada.
If this Liberal government decides to change the constitutional convention for choosing Supreme Court justices without first obtaining the consent of all parliamentarians in the House, it will be going too far. Therefore, and I am choosing my words carefully, this government's actions in the past few months make me fear the worst for the federal unity of this great country.
The Prime Minister is not just interfering in provincial jurisdictions whenever he feels like it, but also interfering in his own areas of jurisdiction by planning to make sweeping changes without even consulting the opposition parties or the public. This is nothing short of anti-democratic. There are other examples of this.
First, the Prime Minister plans to change Canada's nearly 150-year-old voting system without holding a referendum to do so. It is no secret that he and his acolytes are doing this for partisan reasons and to protect their political interests as well.
Then, this same Prime Minister shamelessly suggested just this morning that he wanted to put an end to a 141-year-old constitutional convention. I am talking about the constitutional convention whereby a Prime Minister selects and appoints a judge to the Supreme Court when a seat becomes vacant while ensuring that the new appointee comes from a region similar to that of the person who occupied the vacant seat.
The purpose of this constitutional convention is to guarantee that the decisions rendered by the highest court in the country reflect the regional differences in our federation. Must I remind the political party before me that Canada has five distinct regions and that those regions are legally recognized?
The fact is that Jean Chrétien's Liberal government passed a law that provides for and gives each of the regions of Canada a quasi-constitutional right of veto. Accordingly, the Atlantic provinces, and their region as a whole, do have a say when it comes to the Constitution Act of 1982.
What is more, the British North America Act guarantees the Atlantic provinces fair and effective representation in the House of Commons. For example, New Brunswick is guaranteed 10 seats. The same is true in the Senate, where it is guaranteed just as many seats. Under the same convention, each of the Atlantic provinces holds at least one seat on the Council of Ministers.
How can our friends opposite justify threatening, out of the blue, to reduce to nil the Atlantic provinces' presence in the highest court of the country? If the government moves forward with this new approach, will it do the same to Quebec, the national stronghold of French Canadians? That does not make any sense.
I invite the government to think about this: can the Supreme Court of Canada really render fair and informed decisions on cases affecting the Atlantic provinces without any representation from that region?
Justice for Atlantic Canadians means treating them as equals. It seems the Liberals could not care less about the regions even though every one of them includes distinct communities that want Supreme Court decisions to reflect their values, goals and ideas about the world.
For the Prime Minister to suggest, if only in passing, we defy the convention whereby one seat on the Supreme Court of Canada's bench is reserved for Atlantic Canada is offensive to many legal experts and associations, including Janet Fuhrer, a past president of the Canadian Bar Association, and Ann Whiteway Brown, president of the New Brunswick branch of the Canadian Bar Association.
Echoing this sentiment are the Law Society of New Brunswick, the Atlantic Provinces Trial Lawyers Association, and the Société nationale de l'Acadie, which advocates on behalf of Acadians worldwide.
Disregarding this constitutional convention is tantamount to stripping four out of ten provinces of their voice in the highest court in the land.
Must I also remind members that the Atlantic provinces have a large pool of extremely qualified legal professionals who come from every region and background and who are perfectly bilingual? More importantly, these are candidates who have a vast knowledge of the Atlantic provinces' legal systems and issues. Is there anyone in this House, or elsewhere, who would dispute that?
Even more importantly, there are a few significant constitutional cases on the horizon that could have major repercussions on the Atlantic provinces. Consider, for example, the case referred to the Nova Scotia Court of Appeal regarding the elimination of protected Acadian ridings. Hearings on this are currently under way.
Is the Prime Minister really thinking about having judges from other regions rule on a case that deals with how Acadians are represented, when Acadians have been fighting for their survival on this continent for generations?
Is that really what our friends across the aisle want? Do the Liberals from Atlantic Canada really want to muzzle New Brunswick and Nova Scotia, two founding provinces of this great country?
The change that the Prime Minister wants to make to how judges are lawfully appointed to the Supreme Court is essentially a total and complete reversal of this country's established constitutional practices. How shameful and how arrogant.
It would seem the son is following in his father's footsteps. Do hon. members not see what is happening? Just like his father before him, the Prime Minister wants to alter the constitutional order of our country.
Fear not, however, because we in the Conservative Party are not buying it. We not only see what this Prime Minister is doing, but we also see know full well that behind this change in convention is a much greater ideological design.
There is an underlying desire to profoundly change Canadian constitutional arrangements and replace them with a post-materialist world view that is a departure from our constitutional traditions.
In this world view, the main objective is to eliminate from our government institutions, in this case the Supreme Court, the historical and traditional community characteristics that have defined Canada since day one by replacing them with individual and associational characteristics.
In other words, the Prime Minister obviously wants to eliminate the political predominance of certain constituencies in the Canadian constitutional order, at the Supreme Court in particular. He wants to promote a new political predominance, that of associational groups that bring together individuals who share individual rights rather than constituent rights.
Although that may be commendable in some ways, it is a major change because the Prime Minister is ensuring that the very essence of political representativeness and the concept of diversity within the judiciary is changed. The Prime Minister wants a representativeness based on a concept of individual diversity and fragmented by idiosyncratic characteristics.
In light of this potential change, Canadians across the country, including those from Atlantic Canada, must protest and call on the Prime Minister to answer for this. The Prime Minister cannot act unilaterally in this case and must involve all the players concerned.
Monsieur le Président, moi aussi, j'ai bien la certitude d'être la voix des gens de l'Atlantique, où j'ai grandi de l'âge de 2 ans à 11 ans. L'Acadie résonne encore en moi, et c'est pourquoi je tenais absolument à en parler aujourd'hui.
Au beau milieu de l'été, le premier ministre a annoncé, de manière arrogante et sans vergogne, qu'il avait l'intention de changer la procédure historique par laquelle sont choisis les juges de la Cour suprême depuis 1875.
Plus que toute autre, cette annonce faite par ce gouvernement engendre chez moi une aversion définitive à l'égard de la formation politique qui gouverne actuellement notre grand pays. Oui, comme de nombreux Canadiens, je suis outré par de telles actions et attitudes qui témoignent d'une arrogance authentique, celle de ce gouvernement.
Je suis attristé par cette volonté déconcertante, exprimée sans timidité, faut-il le dire, par le premier ministre, qui vise à engendrer un changement significatif à nos moeurs constitutionnelles, celles qui, après tout, guident nos actions gouvernementales depuis si longtemps ici, au Canada.
Si ce gouvernement libéral décide de changer la convention constitutionnelle relative à la sélection des juges de la Cour suprême sans d'abord avoir eu l'assentiment de l'ensemble des parlementaires de la Chambre, il va bien trop loin. Suivant ce raisonnement, et je pèse bien mes mots, les actions posées par ce gouvernement dans les derniers mois me font craindre le pire pour l'unité fédérale de ce grand pays.
En effet, le premier ministre s'adonne non seulement à de l'ingérence dans les compétences provinciales quand bon lui semble, mais de plus, dans ses propres compétences, il prévoit y conduire des changements d'envergure sans toutefois consulter les partis de l'opposition ni même la population. Cela n'est ni plus ni moins qu'antidémocratique. D'ailleurs, quelques exemples en témoignent d'ores et déjà.
D'abord, le premier ministre entend changer notre mode de scrutin canadien, vieux de presque 150 ans, sans faire de référendum. C'est un secret de Polichinelle: lui et ses acolytes le font pour des raisons partisanes et pour assurer leur intérêt politique de surcroît.
Ensuite, ce même premier ministre a laissé entendre jusqu'à ce matin, sans honte, qu'il voulait mettre fin à une convention constitutionnelle vieille de 141 années. Je parle ici de la convention constitutionnelle qui veut qu'un premier ministre choisisse et nomme un juge à la Cour suprême, lorsqu'un siège est libéré, tout en s'assurant que la nouvelle nomination est issue d'une région semblable à celle de la personne qui occupait le siège laissé vacant.
Cette convention constitutionnelle a comme objectif de garantir que les décisions rendues par la plus haute institution judiciaire du pays reflètent les particularités régionales qui composent notre fédération. Dois-je rappeler à ce parti politique qui est devant moi que nous avons, au Canada, cinq régions distinctes et que ces mêmes régions ont une reconnaissance légale de fait?
Notons à ce sujet que le gouvernement libéral de l'honorable Jean Chrétien a adopté une loi qui prévoit et alloue un droit de veto quasi-constitutionnel à chacune des régions du Canada. Ainsi, on accorde aux provinces de l'Atlantique et à leur région dans son ensemble un droit de regard en ce qui concerne la Loi constitutionnelle de 1982.
De plus, nonobstant cet état de fait, notons que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique garantit aux provinces de l'Atlantique une représentation efficace et équitable à la Chambre des communes. Par exemple, 10 sièges sont garantis au Nouveau-Brunswick, et il en va de même au Sénat, où autant de sièges lui sont garantis. La même convention veut que chacune des provinces de l'Atlantique reçoive au moins un siège au Conseil des ministres.
Alors, comment nos amis d'en face peuvent-ils justifier que, du jour au lendemain, on ait menacé de réduire à néant la présence des provinces de l'Atlantique au plus haut tribunal du pays? Si cette nouvelle façon de faire voit le jour, sera-t-elle répétée dans le cas du Québec également, le bastion national des Canadiens français de ce grand pays? Cela n'a aucun sens.
J'invite ce gouvernement à songer à la chose suivante: la Cour suprême du Canada peut-elle vraiment rendre des jugements justes et éclairés sur des causes qui concernent les provinces de l'Atlantique en l'absence de toute représentation de cette région?
Traiter les Canadiens de l'Atlantique avec justice, c'est les mettre sur un pied d'égalité. Toutefois, peut-être les libéraux veulent-ils tout simplement faire fi de nos régions canadiennes. Pourtant, chacune d'entre elles détient en son sein des communautés constitutives bien distinctes dont chacune espère voir ses valeurs, ses aspirations et ses visions du monde reflétées dans des décisions rendues par la Cour suprême.
Laisser entendre, comme le premier ministre l'a fait, ne serait-ce que quelques secondes, qu'on ne veut pas respecter la convention qui veut qu'on réserve pour la région de l'Atlantique un siège à la Cour suprême du Canada est très grave aux yeux de plusieurs juristes et associations. C'est le cas notamment de Janet Fuhrer, qui fut présidente de l'Association du Barreau canadien, et d'Ann Whiteway Brown, présidente de la division du Nouveau-Brunswick de l'Association du Barreau canadien.
C'est le cas également pour le Barreau du Nouveau Brunswick, pour l'Association des avocats plaideurs de l'Atlantique et pour la Société nationale de l'Acadie, présente dans le monde entier à la défense des Acadiens.
Songer à ne pas respecter cette convention constitutionnelle, c'est songer à priver quatre provinces sur dix de toute voix au chapitre au sein de la plus haute institution judiciaire du pays.
Doit-on aussi rappeler que les provinces de l'Atlantique possèdent un grand bassin de juristes candidats des plus qualifiés, originaires de toutes les communautés de la région et, qui plus est, parfaitement bilingues. Surtout, il s'agit de candidats qui possèdent une connaissance approfondie des systèmes judiciaires et des enjeux de l'Atlantique. Y a-t-il quelqu'un à la Chambre ou ailleurs pour dire le contraire?
Plus important encore, d'importantes causes à caractère constitutionnel ou qui auront des retentissements majeurs dans les provinces de l'Atlantique sont à l'horizon au moment même où on se parle. À titre d'exemple, mentionnons le renvoi de la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse dans la cause portant sur l'abolition des circonscriptions électorales acadiennes. Les audiences sont en cours en ce moment même.
Le premier ministre a-t-il vraiment songé à faire en sorte que des juges d'autres régions déterminent l'issue d'une cause qui porte sur la représentativité des Acadiens, ce peuple qui se bat depuis des générations pour survivre sur ce continent?
Est-ce bien cela que veulent nos amis d'en face, les libéraux des provinces atlantiques, faire taire le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, deux provinces fondatrices de ce grand pays?
Le changement que veut apporter le premier ministre à la façon dont il lui est loisible de choisir les juges de la Cour suprême n'est ni plus ni moins qu'un renversement radical des coutumes constitutionnelles du pays. Quelle honte et quelle arrogance!
De toute évidence, le fils suit les traces de son père. Ne voit-on pas ce qui se passe? Tout comme son aïeul, le premier ministre veut aujourd'hui altérer l'ordre constitutionnel de notre pays.
Cependant, que l'on soit sans crainte, car au Parti conservateur du Canada, nous ne sommes pas dupes. Non seulement nous voyons ce à quoi s'adonne ce premier ministre, mais nous savons aussi très bien que derrière cette modification conventionnelle loge un dessein idéologique bien plus grand.
En effet, il y a une volonté sous-jacente qui vise à changer de manière profonde les arrangements constitutionnels canadiens afin de les remplacer par une vision post-matérialiste du monde qui fait route à part avec nos traditions constitutionnelles.
Dans cette vision du monde, l'objectif principal consiste à effacer de nos institutions gouvernementales, en l'occurrence la Cour suprême, les particularités communautaires historiques et traditionnelles dont est composé le Canada depuis sa naissance, et, pour ce faire, à les remplacer par des particularités individuelles et associationnelles.
En d'autres mots, il est évident que le premier ministre veut mettre fin à la prédominance politique des communautés constitutives dans l'ordre constitutionnel canadien, tout particulièrement à la Cour suprême. Il veut ainsi favoriser une nouvelle prédominance politique, celle des groupes associationnels qui regroupent des individus partageant des droits individuels plutôt que des droits constitutifs.
Bien que cela puisse être louable à certains égards, bien entendu, il s'agit d'un changement profond, car ce faisant, le premier ministre fait en sorte que l'essence même de la représentativité politique et du concept de diversité au sein du pouvoir judiciaire soit modifiée. Le premier ministre veut donc voir une représentativité basée sur un concept de diversité individuelle et atomisée basée sur des particularités idiosyncratiques.
Devant un tel changement potentiel, les Canadiens de tout le pays, incluant ceux de l'Atlantique, doivent protester et amener le premier ministre à répondre de ses intentions. Le premier ministre ne peut agir de manière unilatérale dans ce dossier et se doit de faire appel à tous les acteurs concernés.
Results: 1 - 2 of 2

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data