Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 4 of 4
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:27 [p.24989]
Madam Speaker, I am very pleased to rise here in the new House of Commons. Looking down, it feels like we are in the old chamber, but looking up, that is clearly not the case. It is certainly a lot brighter here than in the old chamber, so bright that it is difficult to look up at the sky.
I am honoured to rise on behalf of the 100,000 people of my riding, Beauport—Limoilou. Now that it is 2019, we are slowly but surely gearing up for an election campaign. Personally, I intend to be re-elected, if my constituents would once again do me the honour, but since we can neither know what fate has in store nor determine the outcome, I will, of course, work very hard. For that reason, I am savouring this honour and this opportunity to speak here for yet another parliamentary session.
Today, I would like to clarify something very important for the people of my riding. This morning, the member for Carleton moved a motion in the House of Commons, a fairly simple motion that reads as follows:
That, given the Prime Minister broke his promise to eliminate the deficit this year and that perpetual and growing deficits lead to massive tax increases, the House call on the Prime Minister to table a plan in Budget 2019 to eliminate the deficit quickly with a written commitment that he will never raise taxes of any kind.
My constituents may find it rather strange to ask a Prime Minister to promise not to raise taxes after the next election, if he is re-elected. He might even raise taxes before the election. After all, the Liberals tried to raise taxes many times over the past three years. I will say more about that in my speech. However, we are asking the Prime Minister to make this promise because we see that public finances are in total disarray.
In addition, the Prime Minister has broken several of the key promises he made to Canadians and Quebeckers. Some of them were national in scope. For example, he promised to return to a balanced budget by 2019, which did not happen. Instead, our deficit is nearly $30 billion. The budget the Liberals presented a few months ago forecast an $18-billion deficit, but according to the Office of the Parliamentary Budget Officer—an institution that forces the government to be more transparent to Canadians and that was created by Mr. Harper, a great Prime Minister—the deficit would actually be around $29 billion instead of $18 billion.
The Prime Minister quite shamelessly broke his promise to rebalance the budget, since this is the first time in the history of Canada that a government has racked up a deficit outside of a war or serious economic crisis. There was a big economic recession when the Conservatives were in power between 2008 and 2012.
I like to remind Canadians who may be listening to us that accountability is a key part of the Westminster system. That is why we talk about the notion of government accountability and why we have question period every day. It is not all about the theatrics, I might add. We ask the same ministers, although sometimes other ministers, questions every day because one day they are going to slip up and tell us the truth. Then we can talk about responsibility and accountability.
In short, the Prime Minister broke his promise to balance the budget by 2019. He also broke his promise to change our electoral system, which was very important to a huge segment of the Canadian left and Canadian youth.
He also broke his promise about the Canada Post community mailboxes. Although we believe that Canada Post's five-point action plan was important for ensuring the corporation's survival in the long term, the Prime Minister nevertheless promised the return of community mailboxes. I travelled across the country with my colleague from Edmonton and other members of the Standing Committee on Government Operations and Estimates. All Canadians told Liberal members of the committee that they hoped the government would restore community mailboxes. However, the Liberals only put in place a moratorium.
The member from Quebec City and Minister of Families, Children and Social Development said that the state of the Quebec Bridge was deplorable, that the bridge was covered in rust and that some citizens were concerned about security and public safety.
I would like to reassure them. Our engineers' reports states that the bridge is not dangerous. That said, it is a disgrace that this historic bridge is completely rusty. The Liberals promised that this would be taken care of by June 30, 2016. That was over two years ago.
They also promised to help the middle class. In fact, to some extent, they followed in the footsteps of Mr. Harper's Conservative government, which also focused on helping Canadian families as much as possible. I held three public consultations in 2018. It is already 2019. Time flies. I called those public consultations, “Alupa à l'écoute”.
I will table my report in a month and a half. It will express my willingness to suggest to my leader to either table a bill or include in his election platform measures to address the labour shortage and to help seniors return to the labour market without being further penalized. I go door to door every month. What is more, during my public consultations, what I heard most often from my constituents, who I thank for coming, is that they are surviving. Their lives have not improved at all in three and a half years. On the contrary, they are facing challenges as a result of the Prime Minister's repeated failures.
I said we needed the Prime Minister to promise not to raise taxes either before the election or, if he wins, after. We all know what he has done over the past three years. He tried to tax dental benefits. He tried to tax employee benefits and bonuses. For example, some restaurant owners give their servers free meals. That is what happened when I was a server. The Liberals wanted to tax that benefit. They tried to tax small and medium-sized businesses by taxing their revenue as capital gains, and that was a total disaster. They wanted to tax every source of income businesses could use to prepare for bad times or retirement so they would eventually be less of a burden on the state.
The Liberals also significantly increased taxes. Studies show that 81% of Canadians have to pay more than $800 a year in taxes because the Liberals got rid of almost all of the tax credits the Conservatives had implemented, such as those for textbooks or public transit. They got rid of the tax credits for sports and for families. The Prime Minister and his Liberal team got rid of all kinds of family credits, which significantly increased taxes. Furthermore, they tried many times to significantly increase other taxes. They also tried payroll deductions, like the increase to the Canada pension plan. If we really take a look at the various benefits or income streams Canadians receive, we can see that their taxes have increased.
We do not trust the Prime Minister when he says he will not raise taxes after the next election if he is re-elected. We know he will have to raise taxes because of his repeated failures. In economic terms, there is an additional $60 billion in deficits on top of the debt. His deficits now total $80 billion after three and a half years. I am also thinking of his failures on immigration and on managing border crossings. Quebec is asking for $300 million to make up for the shortfall it has suffered because of illegal refugees. I am also thinking of all the problems related to international relations. I am also thinking of infrastructure.
How is it possible that the Prime Minister, still to this day, refuses tell the people of Beauport—Limoilou and Quebec City that he will agree to go ahead and help the CAQ government build the third link? All around the world, huge infrastructure projects are under way, yet over the past three years, the Liberal government has been incapable of allocating more than a few billion dollars of the $187 billion infrastructure fund.
Canadians are going to pay for the Prime Minister's mistakes. We want him to commit in writing that he will not raise taxes if he is re-elected.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole dans cette nouvelle Chambre des communes. Lorsqu'on regarde vers le bas, on pourrait croire qu'on est dans l'ancienne enceinte parlementaire, mais lorsqu'on lève les yeux, on réalise que ce n'est manifestement pas le cas. Je remarque que c'est beaucoup plus illuminé qu'à l'autre endroit. On a presque de la difficulté à lever les yeux vers le ciel.
Je suis honoré de prendre la parole au nom des 100 000 citoyens et citoyennes de ma circonscription, Beauport—Limoilou. Puisque nous sommes en 2019, nous entamons lentement, mais sûrement la campagne électorale. Pour ma part, j'ai fermement l'intention d'être réélu, si les citoyens me font cet honneur une autre fois, mais puisque le hasard fait ses choses et qu'on ne peut jamais vraiment déterminer ce qui va arriver, je vais quand même travailler très fort. Je savoure donc cet honneur et cette chance de pouvoir m'exprimer pendant encore toute une session au Parlement.
Aujourd'hui, j'aimerais éclairer les citoyens et les citoyennes de ma circonscription sur un sujet fort important. Il s'agit de la motion que nous avons présentée à la Chambre des communes et qui a été déposée ce matin par le député de Carleton. C'est une motion assez simple qui se lit comme suit:
Que, étant donné que le premier ministre a rompu sa promesse d’éliminer le déficit cette année, et que les déficits perpétuels et croissants entraînent d’énormes hausses d’impôts, la Chambre demande au premier ministre de déposer, avec le budget de 2019, un plan pour l’élimination rapide du déficit, en s’engageant par écrit à ne jamais hausser les impôts, sous quelque forme que ce soit.
Mes concitoyens trouvent peut-être cela un peu paradoxal de demander à un premier ministre de nous promettre de ne pas hausser les impôts à la suite des prochaines élections s'il est réélu. Il se peut même qu'il les hausse avant les élections. Après tout, les libéraux ont tenté à maintes reprises d'augmenter les impôts au cours des trois dernières années, et j'en parlerai davantage dans mon discours. Toutefois, nous demandons cela au premier ministre parce que nous constatons de prime abord que les finances publiques sont en plein désarroi.
Nous constatons également que le premier ministre a brisé plusieurs des promesses phares qu'il avait faites aux Canadiens et aux Québécois. Certaines d'entre elles étaient d'une envergure nationale. Par exemple, il avait promis un retour à l'équilibre budgétaire dès l'année 2019, ce qui n'a pas eu lieu. Nous avons plutôt un déficit de presque 30 milliards de dollars. Le budget que les libéraux ont présenté il y a quelques mois faisait état d'un déficit de 18 milliards de dollars, mais grâce au bureau du directeur parlementaire du budget, une institution qui pousse le gouvernement à être plus transparent à l'égard des électeurs et qui a été créée par M. Harper, un grand premier ministre, on a appris que le déficit n'était pas de 18 milliards de dollars, mais plutôt d'environ 29 milliards de dollars.
Le premier ministre a donc brisé cette promesse du retour à l'équilibre budgétaire de manière assez éhontée, puisque c'est la première fois dans l'histoire du Canada qu'un gouvernement cumule des déficits hors d'une période de guerre ou de crise économique importante. Sous les conservateurs, entre 2008 et 2012, il y avait la grande récession économique.
J'aime rappeler aux citoyens qui nous écoutent que la responsabilité est un élément phare du parlementarisme westminstérien. C'est pourquoi on parle de la notion de gouvernement responsable et que nous avons une période de questions tous les jours. Celle-ci n'est pas du tout un théâtre, en passant. Nous posons des questions tous les jours aux mêmes ministres, parfois à d'autres, parce qu'un jour, ils vont flancher et nous dire la vérité. À ce moment-là, on pourra parler de responsabilité et de reddition de comptes.
Bref, le premier ministre a brisé la promesse du retour à l'équilibre budgétaire en 2019. Il a également brisé sa promesse de changer le mode de scrutin, qui était très importante pour tout un pan de la gauche canadienne et de la jeunesse canadienne.
En outre, il a brisé sa promesse concernant le retour des boîtes communautaires pour Postes Canada. Bien que nous pensions que la réforme en cinq points de Postes Canada était intéressante pour assurer la survie de celle-ci à long terme, le premier ministre avait quand même promis le retour des boîtes communautaires. J'ai moi-même traversé le pays au complet avec mon collègue d'Edmonton et les autres membres du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Tous les Canadiens disaient aux membres libéraux du Comité qu'ils espéraient que le gouvernement rétablisse les boîtes communautaires. Cependant, les libéraux n'ont fait que mettre en place un moratoire.
Le député de Québec et ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social avait dit que la situation du pont de Québec était déplorable, que le pont était complètement rouillé et que certains citoyens avaient peur quant à la protection et à la sécurité publique.
Je tiens à les rassurer: les rapports de nos ingénieurs disent que le pont n’est pas dangereux. Cela étant dit, c’est une honte de voir ce pont historique être complètement rouillé. Les libéraux nous avaient promis que cela serait réglé avant le 30 juin 2016. Cela fait plus de deux ans.
Ils nous avaient également promis d’aider la classe moyenne. En fait, ils suivaient un peu les traces du gouvernement conservateur de M. Harper, qui mettait autant que possible l’accent sur l’aide aux familles canadiennes. J’ai mené trois consultations publiques en 2018. Nous sommes déjà rendus en 2019; le temps passe très vite. J’ai nommé ces trois consultations publiques « Alupa à l’écoute ».
Je vais déposer mon rapport dans un mois et demi. Ce rapport va faire état de ma volonté de suggérer à mon chef soit de mettre dans sa plateforme, soit de déposer dans un projet de loi des mesures qui vont pallier la pénurie de la main-d’œuvre et qui vont aider les aînés à retourner sur le marché du travail sans être pénalisés davantage. Je fais du porte-à-porte chaque mois. De plus, lors de mes consultations publiques, ce que j’ai entendu le plus souvent de la part de mes concitoyens et concitoyennes, que je remercie d’être venus, c’est qu’ils survivent. Leur vie n’a pas du tout été améliorée depuis trois ans et demi. Bien au contraire, ils font face à des difficultés. Ces difficultés découlent des échecs répétés du premier ministre.
Je disais que nous avions besoin que le premier ministre nous promette de ne pas hausser les taxes et les impôts d’ici aux élections et après les élections, si jamais il gagne. Nous avons vu ce qu’il a fait au cours des trois dernières années: il a tenté de taxer les prestations de l’assurance dentaire. Il a tenté de taxer les prestations et les bonis des employés. Par exemple, il arrive qu’un propriétaire de restaurant offre le repas à une serveuse qui y travaille. Quand j’étais serveur, c’était le cas. Les libéraux voulaient taxer cet avantage. Ils ont tenté de taxer, de manière complètement catastrophique, les petites et moyennes entreprises en taxant leur revenu en gain en capital. Ils ont voulu taxer toutes les sources de revenus que les entreprises peuvent utiliser soit pour se préparer pour de mauvais jours soit pour se préparer à leur retraite, et donc, être un moindre poids pour l’État ultérieurement.
Les libéraux ont également augmenté les taxes de manière tangible. En fait, les études démontrent que 81 % des Canadiens doivent payer plus de 800 $ par année en taxes, parce que les libéraux ont coupé dans presque toutes les mesures de crédits d’impôt que les conservateurs avaient mises en place, comme les mesures pour les manuels scolaires ou pour le transport en commun. Ils ont coupé dans les mesures pour les activités sportives ou les crédits d’impôt pour la famille. Ce qu’on constate, c’est que le premier ministre et son équipe libérale ont mis fin à toutes sortes de crédits familiaux, ce qui a fait augmenter les taxes de manière substantielle. De plus, ils ont tenté à maintes reprises d’augmenter de manière très importante d’autres taxes. Ils ont également augmenté des retenues sur le salaire. On pense notamment à l’augmentation du Régime de pensions du Canada. Vraiment, lorsqu’on regarde l’ensemble des différents bénéfices ou des différentes avenues monétaires que les Canadiens reçoivent, on voit que leurs taxes ont augmenté.
Nous ne faisons pas confiance au premier ministre lorsqu’il nous dit qu’il n’y aura pas d’augmentation de taxes après les prochaines élections s’il est réélu. Nous savons qu’il va devoir le faire à cause de tous ses échecs répétés. Sur le plan économique, il y a des déficits importants de 60 milliards de dollars de plus sur la dette. Ces déficits atteignent 80 milliards de dollars après trois ans et demi. Je pense également à ses échecs en ce qui concerne notre système d’immigration et la gestion des aller-retour à la frontière. Le Québec demande 300 millions de dollars pour pallier son déficit engendré par l’accueil des réfugiés illégaux. Je pense également à tout ce qui touche les relations internationales. Je pense aussi aux infrastructures.
Comment est-il possible que le premier ministre soit encore incapable aujourd’hui de confirmer aux citoyens de Beauport—Limoilou et de Québec qu’il va accepter d’aller de l’avant et d’aider le gouvernement de la CAQ à construire le troisième lien? Partout au monde, des projets gigantesques se font en matière d’infrastructures. Pourtant, depuis trois ans, le gouvernement libéral est incapable de fournir plus de quelques milliards de dollars sur 187 milliards de dollars.
Les Canadiens vont payer pour les échecs du premier ministre. Nous voulons qu'il s'engage par écrit à ne pas augmenter les impôts ou les taxes s'il est réélu.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-22 18:01 [p.22699]
Mr. Speaker, I am very pleased to speak this evening. I want to acknowledge the people of Beauport—Limoilou watching us in real time or watching a rebroadcast on Twitter or Facebook.
Dear citizens, this evening we are debating a very important motion on a topic that is very sensitive for all Canadians given that we are talking about other Canadians. We are talking about Canadian combatants who have joined the Islamic State since 2013. More than 190 Canadians have made the solemn decision to join the ranks of the Islamic State, sometimes unwittingly, sometimes fully consciously. We condemn their decision to go overseas to join Daesh, better known as the Islamic State, which shrank in size considerably following the western coalition attacks. The group is located primarily in Syria and Iraq, in the Middle East.
These 190 Canadians decided to go overseas to join the Islamic State, which fights western countries and their values, including liberal democracy and gender equality. These are values that are dear to Canadian parliamentary democracy.
Today, the member for Winnipeg North and a number of his Liberal colleagues stated that these 190 Canadians were radicalized on the Internet, by reading literature or by ISIS propagandists on social networks. The Liberals are telling us that we should help Canadians who went to fight against Canada's military members and liberal democracy. Who knows. Perhaps they went to fight in order to one day destroy Canada's political system because they espouse different views. Every time, the Liberals tell us that we need to take pity on them and hold their hands because they were radicalized.
Today, we have moved our motion to address the following reality. Some of them were radicalized. However, I would venture that the vast majority of Canadians who went overseas to join Daesh did so of their own volition and for reasons that are rational, objective and politically motivated and that they believe are good reasons. They did not do so because they were alienated or radicalized. They perhaps want to destroy liberal democracy and gender equality around the world. They had several reasons for joining ISIS. They are not necessarily crazy or alienated.
How are we going to deal with those Canadians who return to Canada? I am not talking about those who left because they were suffering from mental illness or alienation, but rather those who went to the areas where ISIS attacks and counterattacks were taking place, and went of their own free will, to fight Canadian soldiers and soldiers of our allied military partners.
Today the Liberals are saying that the Conservatives are inventing numbers. Journalist Manon Cornellier, a director with the parliamentary press gallery, is highly regarded in the journalism community. She is very professional. In her article in Le Devoir this morning, she writes:
Some 190 Canadians are active in overseas terrorist groups such as Islamic State, also known as Daesh, mostly in Syria and Iraq. About 60 have returned to Canada, but only four have faced charges to date.
A professional journalist, employed by a highly respected newspaper that has been around for decades in Canada, must check her sources and facts before publishing any articles. Ms. Cornellier is reporting exactly the same figures as the official opposition. These are concrete numbers: 190 Canadians left; 60 of those terrorists, who have deliberately committed horrific crimes like raping women and killing children, have returned to Canada; four of them have faced criminal charges; and no one knows where the other 56 are.
What we are asking for is perfectly reasonable and normal in a country governed by the rule of law like Canada. We are asking the government to bring forward a plan within 45 days for determining the whereabouts of the 56 terrorists, both known and unknown, and others who may be coming, finding out what they are doing, and making sure that in the days, weeks or months to come, they are formally charged for what they did. Many of them did what they did for objective, political reasons. They were on a kind of campaign or crusade that went against Canadian and international law.
I will continue quoting from Ms. Cornellier article's in Le Devoir:
Daesh meets the definition of a terrorist organization, and its actions meet the definition of genocide, war crimes and crimes against humanity. Under the international law that Canada helped formulate, a country can prosecute anyone who committed such crimes and is physically present on its territory, regardless of where the acts were committed. Furthermore, Canada passed its own universal jurisdiction law in 2000 after ratifying the Rome Statute of the International Criminal Court. It used that law in 2005 to prosecute Désiré Munyaneza for crimes against humanity for his role in the Rwandan genocide.
This is not a first. She also writes:
According to Kyle Matthews, executive director of the Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies, Canada must not allow Canadian fighters to return to Canada or be repatriated without holding them responsible for the atrocities they helped perpetrate. They must be prosecuted to deter others from committing such crimes.
In other words, Ms. Cornellier and the executive director of the Montreal Institute for Genocide and Human Rights Studies are saying exactly what we, Her Majesty's loyal opposition, are saying: these crimes must be punished by the courts.
Here is one final excellent quote from her article that shines a light on what we are saying today:
Investigations and the gathering of admissible evidence are indeed difficult, but the government is responsible for finding a solution. It must devise a legal process that operates in accordance with the principles of fundamental justice and overcomes the unique constraints that interfere with punishing these crimes. Without that, there can be no justice, and barbaric acts will continue to go unpunished.
That was written by Manon Cornellier, who is with a rather left-wing paper, Le Devoir, and is a director of the Parliamentary Press Gallery here in Ottawa.
That was not the Conservatives talking. It was a professional journalist who provided the same figures we did and who, like us, says that these 190 Canadians who participated in attacks in Syria or Iraq with ISIS committed barbaric acts. She is saying that the government must absolutely bring these people to justice when they return to Canada, that it is a matter of fundamental principles and Canadian history.
I would like to read the motion we moved today and that the Liberals have agreed to support. That said, they have decided to support our motion on a number of occasions and then failed to produce any meaningful action. The motion reads as follows:
That the House support the sentiments expressed by Nadia Murad, Nobel Peace Prize Laureate, who in her book entitled The Last Girl: My Story of Captivity, and My Fight Against the Islamic State, stated: “I dream about one day bringing all the militants to justice, not just the leaders like Abu Bakr al-Baghdadi but all the guards and slave owners, every man who pulled a trigger and pushed my brothers’ bodies into their mass grave, every fighter who tried to brainwash young boys into hating their mothers for being Yazidi, every Iraqi who welcomed the terrorists into their cities and helped them, thinking to themselves, Finally we can be rid of those nonbelievers. They should all be put on trial before the entire world, like the Nazi leaders after World War II, and not given the chance to hide.”; and call on the government to: (a) refrain from repeating the past mistakes of paying terrorists with taxpayers’ dollars or trying to reintegrate returning terrorists back into Canadian society; and (b) table within 45 days after the adoption of this motion a plan to immediately bring to justice anyone who has fought as an ISIS terrorist or participated in any terrorist activity, including those who are in Canada or have Canadian citizenship.
That is the motion that we moved this morning and that we will soon be voting on.
Starting next week, if possible, we want the Liberal government to focus on bringing perpetrators of genocide and terrorist acts to justice and ensuring that courts have access to evidence gathered against suspected terrorists.
We want the Liberal government to keep Canadians safe from those who are suspected of committing acts of terrorism and to take special measures, like our previous Conservative government did in the wake of the terrorist attacks that took place here on Parliament Hill and nearby in Saint-Jean-sur-Richelieu. We responded by bringing forward Bill C-51.
We want the Liberals to encourage greater use of the tools to place conditions on those suspected of committing terrorist acts or genocide, as we did with Bill C-51.
We want the Liberals to institute processes for bringing perpetrators of atrocities to justice, since the current process is too slow, fails victims and prevents them from going home.
Lastly, we want the Liberals to support initiatives like those proposed by Premier Doug Ford, to ensure that terrorists returning to Canada are restricted from taking advantage of Canada's generous social programs as part of their reintegration.
In my riding, every weekend, whether I am at a spaghetti dinner or going door to door, my constituents ask me how it is possible that the Liberal government's primary goal continues to be helping people who are not yet citizens or helping Canadians who have fought against our own soldiers.
In Canada, above all we should help Canadians who are struggling to make ends meet or to find employment, as well as those having a hard time joining the workforce because of disability or other reasons.
We hope that beyond their support for our motion, the Liberals will come up with a real plan to address the problem of returning Islamic combatants, those Canadians who sadly decided to fight our values and our country.
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole ce soir. J'aimerais saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en temps réel ou qui nous écouteront en rediffusion sur Twitter ou sur Facebook.
Chers citoyens, nous débattons ce soir d'une motion fort importante qui porte sur un sujet très sensible pour tous les Canadiens, étant donné qu'on parle d'autres Canadiens. Nous parlons des combattants canadiens qui ont rejoint le groupe État islamique depuis 2013. Plus de 190 Canadiens ont pris la décision solennelle de joindre les rangs du groupe État islamique, parfois malgré eux, parfois en toute clarté d'esprit. Bien entendu, nous déplorons leur décision d'aller outre-mer pour participer aux campagnes de Daech, plutôt connu sous le nom de groupe armé État islamique, dont la portée a rapetissé de manière importante à la suite des attaques de la coalition occidentale. Le groupe se situe principalement en Syrie et en Irak, au Moyen-Orient.
Ces 190 Canadiens ont décidé d'aller outre-mer pour rejoindre le groupe État islamique, qui combat les pays occidentaux et leurs valeurs, dont la démocratie libérale et l'égalité entre les hommes et les femmes. Ce sont des valeurs qui sont chères à la démocratie parlementaire canadienne.
Aujourd'hui, le député de Winnipeg-Nord et plusieurs de ses collègues libéraux ont mentionné que ces 190 Canadiens se sont radicalisés par l'entremise d'Internet, de lectures ou de propagandistes du groupe armé État islamique sur les réseaux sociaux. Les libéraux nous disent qu'il faut tendre la main aux Canadiens qui sont allés se battre contre les militaires canadiens et les valeurs de la démocratie libérale canadienne. Qui sait, ils sont peut-être allés combattre pour un jour détruire le système politique canadien, parce qu'ils en ont une vision différente. Chaque fois, les libéraux nous disent qu'il faut les prendre par la main parce qu'ils font pitié et qu'ils ont été radicalisés.
Aujourd'hui, nous déposons notre motion pour faire face à la réalité suivante. Certains d'entre eux ont effectivement été radicalisés. Cependant, je suis prêt à dire que la lourde majorité des Canadiens qui sont partis outre-mer pour rejoindre les rangs de Daech l'ont certainement fait pour des raisons qui leur sont propres, rationnelles, objectives et motivées par des raisons politiques qu'ils croient bonnes. Ils ne l'ont pas tous fait parce qu'ils ont été aliénés ou radicalisés. Ils veulent peut-être mettre fin à la démocratie libérale ainsi qu'à l'égalité entre les hommes et les femmes dans le monde. Ils ont plusieurs raisons d'avoir rejoint les rangs du groupe armé État islamique. Ils ne sont pas nécessairement fous ou aliénés.
Comment va-t-on répondre à ces Canadiens qui reviennent sur le territoire canadien? Je ne parle pas de ceux qui sont partis à cause de la maladie mentale ou de l'aliénation, mais bien de ceux qui sont partis sur le territoire où avaient lieu les offensives et les contre-offensives du groupe armé État islamique de leur plein gré pour combattre les militaires canadiens et d'autres militaires alliés à notre cher pays.
Aujourd'hui, les libéraux ont dit que les conservateurs inventent des chiffres. La journaliste Manon Cornellier, responsable de la Tribune de la presse parlementaire, est très reconnue dans le milieu journalistique. Elle est très professionnelle. Dans son article publié dans Le Devoir ce matin, elle écrit:
Ils seraient environ 190 Canadiens actifs à l’étranger, surtout en Syrie et en Irak, dans des groupes terroristes, comme le groupe armé État islamique, Daech. Une soixantaine seraient déjà revenus au pays, mais, jusqu’ici, seulement quatre ont fait l’objet d’accusations.
Une journaliste professionnelle, employée d'un journal de grande qualité qui existe depuis plusieurs décennies au Canada, doit vérifier les sources et les informations avant de publier ses articles. Mme Cornellier indique exactement les mêmes chiffres que l'opposition officielle. Ce sont des chiffres concrets: 190 Canadiens sont partis; 60 de ces terroristes, qui ont délibérément commis des crimes terribles comme violer des femmes et tuer des enfants, sont revenus au pays; quatre ont fait l'objet d'accusations; et on ne sait pas où sont les 56 autres.
Ce que nous demandons est tout à fait raisonnable et normal dans un État de droit comme le Canada. On demande au gouvernement de mettre de l'avant un plan d'ici 45 jours pour s'assurer de savoir ce que font et où sont les 56 terroristes, connus ou non, et les autres qui vont peut-être venir, et qu'on s'assure de porter, dans les jours, les semaines ou les mois à venir, à des accusations formelles eu égard à ce qu'ils ont fait. Nombreux sont ceux qui l'ont fait pour des raisons objectives, politiques. C'est une sorte de campagne ou une croisade qu'ils ont menée et qui va à l'encontre du droit canadien et du droit international.
Je vais continuer à citer le texte de Mme Cornellier dans Le Devoir:
Daech répond à la définition d'organisation terroriste et ses actions, à celles de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. En vertu du droit international que le Canada a contribué à élaborer, un pays peut poursuivre quiconque a commis ces crimes et se trouve sur son territoire, peu importe où les actes ont été perpétrés. Le Canada a d'ailleurs adopté en 2000 sa propre loi de compétence universelle à la suite de sa ratification du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Il s'en est prévalu en 2005 pour poursuivre pour crime contre l'humanité Désiré Munyaneza, un complice du génocide rwandais.
On n'est pas dans une première, ici. Également, elle écrit:
Selon le directeur de l'Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de la personne, Kyle Matthews, le Canada ne doit pas permettre le retour ou le rapatriement de ces combattants canadiens sans les tenir responsables des atrocités dont ils se sont rendus complices. Ils doivent être traduits en justice pour décourager la perpétuation de ces crimes.
En d'autres mots, Mme Cornellier et le directeur de l'Institut montréalais d'études sur le génocide disent exactement ce que nous — la loyale opposition de Sa Majesté — disons, soit que ces crimes doivent être punis devant la justice.
Également, voici une dernière citation tirée de son article que je trouve excellent et qui met en lumière ce que nous disons aujourd'hui:
Les enquêtes et la récolte de preuves admissibles sont difficiles, soit, mais il revient au gouvernement de chercher une solution. Il doit envisager une procédure judiciaire qui permet à la fois de respecter les principes de justice fondamentale et de surmonter les contraintes uniques qui freinent la sanction de ces crimes. Sans cela, justice ne sera pas rendue, et l'impunité restera la règle face à la barbarie.
Je rappelle que je cite la journaliste Manon Cornellier, responsable de la Tribune de la presse parlementaire canadienne, ici, à Ottawa et d'un journal plus tôt à gauche, Le Devoir.
Ce ne sont pas des conservateurs qui parlent, c'est une journaliste professionnelle qui a donné les mêmes chiffres que nous et qui, comme nous, dit que ce sont des gestes barbares qui ont été perpétués par ces 190 Canadiens qui ont participé aux offensives en territoire syrien ou irakien avec le groupe État islamique. Elle dit qu'il est absolument fondamental et nécessaire que ceux-ci, lorsqu'ils sont rapatriés, soient traduits en justice pour des questions de principes fondamentaux et de l'histoire du Canada.
J'aimerais également lire la motion que nous présentons aujourd'hui et que les libéraux ont accepté d'appuyer. Cela dit, comme dans nombreux cas où ils ont décidé d'appuyer notre motion, aucune action concrète de leur part ne s'en est suivie:
Que la Chambre appuie les sentiments exprimés par Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix, qui, dans son livre intitulé Pour que je sois la dernière, déclare: « Je rêve qu’un jour tous les militants seront traduits en justice. Pas seulement les dirigeants, comme Abou Bakr al-Baghdadi, mais aussi tous les gardes et les propriétaires d’esclaves, tous les hommes qui ont appuyé sur une détente et ceux qui ont poussé mes frères dans leur charnier, tous les combattants qui ont essayé de mettre dans la tête de jeunes garçons qu’ils haïssaient leur mère parce qu’elle était yézidie, tous les Iraquiens qui ont accueilli les terroristes dans leur ville et qui les ont aidés en se disant qu’ils allaient enfin pouvoir se débarrasser des mécréants. Ils devraient tous être jugés devant le monde entier, comme les dirigeants nazis après la Deuxième Guerre mondiale, et ils ne devraient pas avoir la possibilité de se cacher. »; et exhorte le gouvernement à : a) éviter de répéter les erreurs du passé en payant des terroristes avec l’argent des contribuables ou en tentant de réintégrer dans la société canadienne des terroristes de retour au pays; b) déposer dans les 45 jours suivant l’adoption de la présente motion un plan visant à traduire immédiatement en justice quiconque a combattu au sein du groupe terroriste EIIL ou participé à une quelconque activité terroriste, y compris les personnes qui se trouvent au Canada ou qui ont la citoyenneté canadienne.
Voilà la motion que nous avons déposée ce matin et sur laquelle nous voterons très bientôt.
Dès la semaine prochaine, si possible, nous voulons que le gouvernement libéral se concentre sur les poursuites judiciaires contre les auteurs de génocides ou d'actes terroristes et qu'il s'assure que les tribunaux ont accès aux preuves recueillies sur certains terroristes soupçonnés.
Nous voulons qu'il cherche à protéger les Canadiens contre les gens soupçonnés d'avoir commis des actes terroristes et qu'il prenne des mesures spéciales comme celles que notre précédent gouvernement conservateur avait mises en place dans la foulée des attentats terroristes qui ont eu lieu ici même, sur la Colline du Parlement, ainsi qu'à Saint-Jean-sur-Richelieu, qui est tout près. Nous avions mis en place le projet de loi C-51.
Nous voulons que les libéraux encouragent l'utilisation accrue d'outils afin d'imposer des conditions aux gens soupçonnés d'activités terroristes ou de génocide, comme on le faisait dans le projet de loi C-51.
Nous voulons que les libéraux mettent en place des processus visant à traduire les auteurs d'atrocités en justice, puisque le processus actuel est trop lent, nuit aux victimes et les empêche de rentrer chez elles.
Enfin, nous voulons que les libéraux soutiennent des initiatives comme celles proposées par le premier ministre Doug Ford pour s'assurer que les terroristes qui reviennent au Canada ne peuvent pas profiter des généreux programmes sociaux du Canada dans le cadre de leur réintégration.
Dans ma circonscription, toutes les fins de semaine, que ce soit lors des soupers spaghetti ou quand je fais du porte-à-porte, à tous les événements où je vais à la rencontre de mes concitoyens, ceux-ci me demandent comment il est possible que le gouvernement libéral ait toujours comme objectif premier d'aider des gens qui ne sont pas encore citoyens ou d'aider des Canadiens qui ont combattu nos propres miliaires.
Au Canada, on devrait d'abord et avant tout aider les Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts et à trouver un emploi, ainsi que ceux qui ont de la difficulté à entrer sur le marché du travail pour des raisons d'incapacité ou autres.
Nous espérons qu'au-delà de leur appui à l'égard de notre motion, les libéraux vont mettre en place un plan réel qui s'attaque au problème du retour des combattants islamiques, ces Canadiens qui ont pris la décision bien triste de combattre nos valeurs et notre pays.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:26 [p.4971]
Mr. Speaker, I, too, believe that I am the voice of the people of Atlantic Canada, where I lived between the ages of two and 11. Acadia is still very much a part of me, and that is why I absolutely had to speak about it today.
Right in the middle of summer, the Prime Minister arrogantly and unabashedly announced that he intended to change the historic process for appointing Supreme Court justices that has been in place since 1875.
More than any other, this government announcement has made me dislike the political party that currently governs our great country. Yes, like many Canadians, I am outraged by such actions and attitudes that show the true arrogance of this government.
I am saddened by this unsettling desire, so brazenly expressed by the Prime Minister, to radically alter our constitutional customs, the very customs that have informed government policy for so long in Canada.
If this Liberal government decides to change the constitutional convention for choosing Supreme Court justices without first obtaining the consent of all parliamentarians in the House, it will be going too far. Therefore, and I am choosing my words carefully, this government's actions in the past few months make me fear the worst for the federal unity of this great country.
The Prime Minister is not just interfering in provincial jurisdictions whenever he feels like it, but also interfering in his own areas of jurisdiction by planning to make sweeping changes without even consulting the opposition parties or the public. This is nothing short of anti-democratic. There are other examples of this.
First, the Prime Minister plans to change Canada's nearly 150-year-old voting system without holding a referendum to do so. It is no secret that he and his acolytes are doing this for partisan reasons and to protect their political interests as well.
Then, this same Prime Minister shamelessly suggested just this morning that he wanted to put an end to a 141-year-old constitutional convention. I am talking about the constitutional convention whereby a Prime Minister selects and appoints a judge to the Supreme Court when a seat becomes vacant while ensuring that the new appointee comes from a region similar to that of the person who occupied the vacant seat.
The purpose of this constitutional convention is to guarantee that the decisions rendered by the highest court in the country reflect the regional differences in our federation. Must I remind the political party before me that Canada has five distinct regions and that those regions are legally recognized?
The fact is that Jean Chrétien's Liberal government passed a law that provides for and gives each of the regions of Canada a quasi-constitutional right of veto. Accordingly, the Atlantic provinces, and their region as a whole, do have a say when it comes to the Constitution Act of 1982.
What is more, the British North America Act guarantees the Atlantic provinces fair and effective representation in the House of Commons. For example, New Brunswick is guaranteed 10 seats. The same is true in the Senate, where it is guaranteed just as many seats. Under the same convention, each of the Atlantic provinces holds at least one seat on the Council of Ministers.
How can our friends opposite justify threatening, out of the blue, to reduce to nil the Atlantic provinces' presence in the highest court of the country? If the government moves forward with this new approach, will it do the same to Quebec, the national stronghold of French Canadians? That does not make any sense.
I invite the government to think about this: can the Supreme Court of Canada really render fair and informed decisions on cases affecting the Atlantic provinces without any representation from that region?
Justice for Atlantic Canadians means treating them as equals. It seems the Liberals could not care less about the regions even though every one of them includes distinct communities that want Supreme Court decisions to reflect their values, goals and ideas about the world.
For the Prime Minister to suggest, if only in passing, we defy the convention whereby one seat on the Supreme Court of Canada's bench is reserved for Atlantic Canada is offensive to many legal experts and associations, including Janet Fuhrer, a past president of the Canadian Bar Association, and Ann Whiteway Brown, president of the New Brunswick branch of the Canadian Bar Association.
Echoing this sentiment are the Law Society of New Brunswick, the Atlantic Provinces Trial Lawyers Association, and the Société nationale de l'Acadie, which advocates on behalf of Acadians worldwide.
Disregarding this constitutional convention is tantamount to stripping four out of ten provinces of their voice in the highest court in the land.
Must I also remind members that the Atlantic provinces have a large pool of extremely qualified legal professionals who come from every region and background and who are perfectly bilingual? More importantly, these are candidates who have a vast knowledge of the Atlantic provinces' legal systems and issues. Is there anyone in this House, or elsewhere, who would dispute that?
Even more importantly, there are a few significant constitutional cases on the horizon that could have major repercussions on the Atlantic provinces. Consider, for example, the case referred to the Nova Scotia Court of Appeal regarding the elimination of protected Acadian ridings. Hearings on this are currently under way.
Is the Prime Minister really thinking about having judges from other regions rule on a case that deals with how Acadians are represented, when Acadians have been fighting for their survival on this continent for generations?
Is that really what our friends across the aisle want? Do the Liberals from Atlantic Canada really want to muzzle New Brunswick and Nova Scotia, two founding provinces of this great country?
The change that the Prime Minister wants to make to how judges are lawfully appointed to the Supreme Court is essentially a total and complete reversal of this country's established constitutional practices. How shameful and how arrogant.
It would seem the son is following in his father's footsteps. Do hon. members not see what is happening? Just like his father before him, the Prime Minister wants to alter the constitutional order of our country.
Fear not, however, because we in the Conservative Party are not buying it. We not only see what this Prime Minister is doing, but we also see know full well that behind this change in convention is a much greater ideological design.
There is an underlying desire to profoundly change Canadian constitutional arrangements and replace them with a post-materialist world view that is a departure from our constitutional traditions.
In this world view, the main objective is to eliminate from our government institutions, in this case the Supreme Court, the historical and traditional community characteristics that have defined Canada since day one by replacing them with individual and associational characteristics.
In other words, the Prime Minister obviously wants to eliminate the political predominance of certain constituencies in the Canadian constitutional order, at the Supreme Court in particular. He wants to promote a new political predominance, that of associational groups that bring together individuals who share individual rights rather than constituent rights.
Although that may be commendable in some ways, it is a major change because the Prime Minister is ensuring that the very essence of political representativeness and the concept of diversity within the judiciary is changed. The Prime Minister wants a representativeness based on a concept of individual diversity and fragmented by idiosyncratic characteristics.
In light of this potential change, Canadians across the country, including those from Atlantic Canada, must protest and call on the Prime Minister to answer for this. The Prime Minister cannot act unilaterally in this case and must involve all the players concerned.
Monsieur le Président, moi aussi, j'ai bien la certitude d'être la voix des gens de l'Atlantique, où j'ai grandi de l'âge de 2 ans à 11 ans. L'Acadie résonne encore en moi, et c'est pourquoi je tenais absolument à en parler aujourd'hui.
Au beau milieu de l'été, le premier ministre a annoncé, de manière arrogante et sans vergogne, qu'il avait l'intention de changer la procédure historique par laquelle sont choisis les juges de la Cour suprême depuis 1875.
Plus que toute autre, cette annonce faite par ce gouvernement engendre chez moi une aversion définitive à l'égard de la formation politique qui gouverne actuellement notre grand pays. Oui, comme de nombreux Canadiens, je suis outré par de telles actions et attitudes qui témoignent d'une arrogance authentique, celle de ce gouvernement.
Je suis attristé par cette volonté déconcertante, exprimée sans timidité, faut-il le dire, par le premier ministre, qui vise à engendrer un changement significatif à nos moeurs constitutionnelles, celles qui, après tout, guident nos actions gouvernementales depuis si longtemps ici, au Canada.
Si ce gouvernement libéral décide de changer la convention constitutionnelle relative à la sélection des juges de la Cour suprême sans d'abord avoir eu l'assentiment de l'ensemble des parlementaires de la Chambre, il va bien trop loin. Suivant ce raisonnement, et je pèse bien mes mots, les actions posées par ce gouvernement dans les derniers mois me font craindre le pire pour l'unité fédérale de ce grand pays.
En effet, le premier ministre s'adonne non seulement à de l'ingérence dans les compétences provinciales quand bon lui semble, mais de plus, dans ses propres compétences, il prévoit y conduire des changements d'envergure sans toutefois consulter les partis de l'opposition ni même la population. Cela n'est ni plus ni moins qu'antidémocratique. D'ailleurs, quelques exemples en témoignent d'ores et déjà.
D'abord, le premier ministre entend changer notre mode de scrutin canadien, vieux de presque 150 ans, sans faire de référendum. C'est un secret de Polichinelle: lui et ses acolytes le font pour des raisons partisanes et pour assurer leur intérêt politique de surcroît.
Ensuite, ce même premier ministre a laissé entendre jusqu'à ce matin, sans honte, qu'il voulait mettre fin à une convention constitutionnelle vieille de 141 années. Je parle ici de la convention constitutionnelle qui veut qu'un premier ministre choisisse et nomme un juge à la Cour suprême, lorsqu'un siège est libéré, tout en s'assurant que la nouvelle nomination est issue d'une région semblable à celle de la personne qui occupait le siège laissé vacant.
Cette convention constitutionnelle a comme objectif de garantir que les décisions rendues par la plus haute institution judiciaire du pays reflètent les particularités régionales qui composent notre fédération. Dois-je rappeler à ce parti politique qui est devant moi que nous avons, au Canada, cinq régions distinctes et que ces mêmes régions ont une reconnaissance légale de fait?
Notons à ce sujet que le gouvernement libéral de l'honorable Jean Chrétien a adopté une loi qui prévoit et alloue un droit de veto quasi-constitutionnel à chacune des régions du Canada. Ainsi, on accorde aux provinces de l'Atlantique et à leur région dans son ensemble un droit de regard en ce qui concerne la Loi constitutionnelle de 1982.
De plus, nonobstant cet état de fait, notons que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique garantit aux provinces de l'Atlantique une représentation efficace et équitable à la Chambre des communes. Par exemple, 10 sièges sont garantis au Nouveau-Brunswick, et il en va de même au Sénat, où autant de sièges lui sont garantis. La même convention veut que chacune des provinces de l'Atlantique reçoive au moins un siège au Conseil des ministres.
Alors, comment nos amis d'en face peuvent-ils justifier que, du jour au lendemain, on ait menacé de réduire à néant la présence des provinces de l'Atlantique au plus haut tribunal du pays? Si cette nouvelle façon de faire voit le jour, sera-t-elle répétée dans le cas du Québec également, le bastion national des Canadiens français de ce grand pays? Cela n'a aucun sens.
J'invite ce gouvernement à songer à la chose suivante: la Cour suprême du Canada peut-elle vraiment rendre des jugements justes et éclairés sur des causes qui concernent les provinces de l'Atlantique en l'absence de toute représentation de cette région?
Traiter les Canadiens de l'Atlantique avec justice, c'est les mettre sur un pied d'égalité. Toutefois, peut-être les libéraux veulent-ils tout simplement faire fi de nos régions canadiennes. Pourtant, chacune d'entre elles détient en son sein des communautés constitutives bien distinctes dont chacune espère voir ses valeurs, ses aspirations et ses visions du monde reflétées dans des décisions rendues par la Cour suprême.
Laisser entendre, comme le premier ministre l'a fait, ne serait-ce que quelques secondes, qu'on ne veut pas respecter la convention qui veut qu'on réserve pour la région de l'Atlantique un siège à la Cour suprême du Canada est très grave aux yeux de plusieurs juristes et associations. C'est le cas notamment de Janet Fuhrer, qui fut présidente de l'Association du Barreau canadien, et d'Ann Whiteway Brown, présidente de la division du Nouveau-Brunswick de l'Association du Barreau canadien.
C'est le cas également pour le Barreau du Nouveau Brunswick, pour l'Association des avocats plaideurs de l'Atlantique et pour la Société nationale de l'Acadie, présente dans le monde entier à la défense des Acadiens.
Songer à ne pas respecter cette convention constitutionnelle, c'est songer à priver quatre provinces sur dix de toute voix au chapitre au sein de la plus haute institution judiciaire du pays.
Doit-on aussi rappeler que les provinces de l'Atlantique possèdent un grand bassin de juristes candidats des plus qualifiés, originaires de toutes les communautés de la région et, qui plus est, parfaitement bilingues. Surtout, il s'agit de candidats qui possèdent une connaissance approfondie des systèmes judiciaires et des enjeux de l'Atlantique. Y a-t-il quelqu'un à la Chambre ou ailleurs pour dire le contraire?
Plus important encore, d'importantes causes à caractère constitutionnel ou qui auront des retentissements majeurs dans les provinces de l'Atlantique sont à l'horizon au moment même où on se parle. À titre d'exemple, mentionnons le renvoi de la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse dans la cause portant sur l'abolition des circonscriptions électorales acadiennes. Les audiences sont en cours en ce moment même.
Le premier ministre a-t-il vraiment songé à faire en sorte que des juges d'autres régions déterminent l'issue d'une cause qui porte sur la représentativité des Acadiens, ce peuple qui se bat depuis des générations pour survivre sur ce continent?
Est-ce bien cela que veulent nos amis d'en face, les libéraux des provinces atlantiques, faire taire le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, deux provinces fondatrices de ce grand pays?
Le changement que veut apporter le premier ministre à la façon dont il lui est loisible de choisir les juges de la Cour suprême n'est ni plus ni moins qu'un renversement radical des coutumes constitutionnelles du pays. Quelle honte et quelle arrogance!
De toute évidence, le fils suit les traces de son père. Ne voit-on pas ce qui se passe? Tout comme son aïeul, le premier ministre veut aujourd'hui altérer l'ordre constitutionnel de notre pays.
Cependant, que l'on soit sans crainte, car au Parti conservateur du Canada, nous ne sommes pas dupes. Non seulement nous voyons ce à quoi s'adonne ce premier ministre, mais nous savons aussi très bien que derrière cette modification conventionnelle loge un dessein idéologique bien plus grand.
En effet, il y a une volonté sous-jacente qui vise à changer de manière profonde les arrangements constitutionnels canadiens afin de les remplacer par une vision post-matérialiste du monde qui fait route à part avec nos traditions constitutionnelles.
Dans cette vision du monde, l'objectif principal consiste à effacer de nos institutions gouvernementales, en l'occurrence la Cour suprême, les particularités communautaires historiques et traditionnelles dont est composé le Canada depuis sa naissance, et, pour ce faire, à les remplacer par des particularités individuelles et associationnelles.
En d'autres mots, il est évident que le premier ministre veut mettre fin à la prédominance politique des communautés constitutives dans l'ordre constitutionnel canadien, tout particulièrement à la Cour suprême. Il veut ainsi favoriser une nouvelle prédominance politique, celle des groupes associationnels qui regroupent des individus partageant des droits individuels plutôt que des droits constitutifs.
Bien que cela puisse être louable à certains égards, bien entendu, il s'agit d'un changement profond, car ce faisant, le premier ministre fait en sorte que l'essence même de la représentativité politique et du concept de diversité au sein du pouvoir judiciaire soit modifiée. Le premier ministre veut donc voir une représentativité basée sur un concept de diversité individuelle et atomisée basée sur des particularités idiosyncratiques.
Devant un tel changement potentiel, les Canadiens de tout le pays, incluant ceux de l'Atlantique, doivent protester et amener le premier ministre à répondre de ses intentions. Le premier ministre ne peut agir de manière unilatérale dans ce dossier et se doit de faire appel à tous les acteurs concernés.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:36 [p.4973]
Mr. Speaker, I would like to say to my dear colleague from Louis-Hébert that it is all well and good that the committee will consider regional representation, but that it should not be a consideration. It should be a given for the government, which would do well to accept it and choose a judge from Atlantic Canada.
As for the new consultative groups, I believe that they are puppets whose role is to hide the true interests of the Prime Minister.
Monsieur le Président, j'aimerais répondre à mon cher collègue de Louis-Hébert que c'est très bien que le comité prenne en considération les représentativités régionales, mais que cela ne devrait pas être une considération. En effet, cela devrait être un état de fait. Le gouvernement devrait l'assumer et choisir un juge de l'Atlantique.
Pour ce qui est des nouveaux groupes consultatifs, selon moi, ce sont des groupes de polichinelles qui sont là pour cacher les vrais intérêts du premier ministre.
Results: 1 - 4 of 4

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data