Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 773
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-09 18:55 [p.8181]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. I have two quick questions for him.
Based on the information we have, the armed forces have already been instructed to do this, so what is the point of this motion? I would like my colleague to clarify his thoughts on this.
In addition, do they have any technical evidence? Again, based on the information we have, there is no evidence that this system works. There is no data to prove whether it works or not.
How useful is this motion in addressing the substantive problems in the Canadian Armed Forces, specifically regarding sexual misconduct and incomplete investigations, some of which are apparently even shut down by cabinet? Does the fact that these cabinet ministers are still in their positions worry my colleague?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. J'aimerais lui poser deux questions rapidement.
Selon les informations que nous avons, cette consigne aurait déjà été donnée à l'armée. Quelle est donc l'utilité de la motion? J'aimerais que mon collègue précise sa pensée à ce sujet.
Par ailleurs, ont-ils des données techniques probantes? Encore une fois, selon les informations que nous avons, il n'y a pas de preuve que ce système-là fonctionne. On n'a pas de données pour prouver qu'il fonctionne ou qu'il ne fonctionne pas.
Quelle est l'utilité de cette motion pour régler les problèmes de fond que vit l'armée canadienne, notamment au sujet des inconduites sexuelles et des enquêtes sont incomplètes — parfois même tues par les ministres, paraît-il? Le fait que ces ministres restent en place ne crée-t-il pas un malaise chez mon collègue?
View Yves Robillard Profile
Lib. (QC)
View Yves Robillard Profile
2021-06-09 18:55 [p.8181]
Madam Speaker, on the subject of sexual misconduct, Canadians have heard in recent months that defence team members have been affected by sexual trauma and sexual misconduct. On behalf of those who serve their country, the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces must live up to our professed values of integrity, inclusion and accountability.
We also know that the current reporting system does not meet the needs of those who have been affected by misconduct or have witnessed misconduct. That must change. We accept responsibility for our failures and continue to conduct a critical examination of lessons learned.
Madame la Présidente, au sujet des inconduites sexuelles, les Canadiens ont entendu au cours des derniers mois que des membres de l'équipe de la Défense ont été affectés par des traumatismes sexuels et des inconduites sexuelles. Au nom de ceux qui servent leur pays, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes doivent être à la hauteur de nos valeurs professées d'intégrité, d'inclusion et de responsabilité.
Nous savons également que le système de signalement actuel ne répond pas aux besoins de ceux qui ont été touchés par une inconduite ou qui ont été témoins d'une inconduite. Nous devons changer cela. Nous acceptons la responsabilité de nos échecs, mais nous continuons à entreprendre un examen critique des leçons apprises.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-09 18:59 [p.8182]
Madam Speaker, I am pleased to speak today on Motion No. 58.
The member's motion mentions recruitment and retention targets for under-represented groups in the Canadian Armed Forces. The Conservatives completely support this.
As a matter of fact, the Standing Committee on the Status of Women has recently been studying our Canadian Armed Forces, and the issue of recruitment and retention has come up several times. However, what we have found is rather interesting. It explains why women have not been joining the Canadian Armed Forces, and why they are leaving so early.
For months, Canadians have been shocked by the revelations of sexual misconduct in our Canadian Armed Forces, and in the highest positions. Early this year, we learned that General Vance, the former chief of defence staff, had been under investigation since as early as 2018. He was being investigated for inappropriate relations he was having with women under his command, particularly one relation that had been ongoing for 30 years.
When that individual made an appearance before the committee, she mentioned how she had asked questions about who would have the ability to investigate the actions of the chief of defence staff and if the CFNIS would be the appropriate body. The response the general gave this witness was that he was untouchable because he owned the CFNIS.
It was deeply concerning to hear that someone would actually believe they were above the law, was willing to create an unsafe work environment and had considered that they could not be investigated. To this day, this woman believes that she is not going to get justice for herself. However, she also believes that it was important for her to come forward so the issue could be dealt with, and so other women in the military would be able to get justice. For that, I applaud her.
We heard from another witness who had reported an incident, and even with all of the redactions and personal information removed, there was still enough information left that it was easy for someone to identify her. The report on the incident was openly discussed among her peers and even with her superiors, so she had no confidence in the system.
So many witnesses, women in particular, came forward to our committee to express this lack of confidence and trust in our system. They did not feel that the military had their backs. We even had a witness who gave a very interesting perspective on the double standards that the military justice system has towards women and men.
This witness discussed how, when she was deployed in Afghanistan, an investigation had been conducted into a consensual relationship she had had with a U.S. officer, who was not in her unit but of the same rank. She admitted that the relationship was against the regulations, and she pleaded guilty to the charges. She was fined, repatriated from the theatre and posted out of her unit. She accepted this as her punishment.
However, as a result, she was called demeaning names and was told that she was not worthy of leading soldiers. She said that she was also threatened with violence by a commanding officer and was repeatedly chastised by other officers. She was sent to work alone in an office managing a single Excel spreadsheet, and it quickly became very clear to her that her career in the Canadian Armed Forces was over. When she left the military, she had originally been given an offer to go into the reserves, but that was revoked when the commanding officer told her that she was not the type of leader he wanted in his unit.
She said the biggest failure in her life were the actions for which she was pushed out of the armoured corps, and for that she continues to carry immense shame. However, this was precisely the type of leadership displayed by the former chief of defence staff, who was the longest serving chief of defence staff. This brings into question what kind of environment allows for this double standard, for sexual misconduct to be so prolific in the Canadian Armed Forces, and for women to be always treated as the wrongdoers, even when they are the victims.
The status of women committee was overwhelmed by the evidence and testimony that so many of these women came forward with, and the fact that the military had multiple reports on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, most recently in 2015 with the Deschamps report. However, we continue to see, time after time, the government talking about wanting to stand up for women and talking about how we need to get to the root cause of this, yet never implementing recommendations made in the Deschamps report. It is not listening to the previous status of women committee, which made recommendations on how to address the culture within the Canadian Armed Forces, and it is now launching another review into this very same topic, less than 10 years from the last one.
We do not need more reports to tell us what we already know. We can act on the things we already do know. For example, the Deschamps report talks about reviewing government policies and directives, and putting them through a gender-based lens. It was one of her recommendations.
This is not something new. As a matter fact, it is part of the Minister for Women and Gender Equality’s mandate letter that she work with her cabinet colleagues and ensure these things are done. It was mentioned in this report, and it wasn't until explosive revelations, two house committee studies and another report that the Minister for Women and Gender Equality and the Minister of National Defence made the decision that they were going to work together to address this.
In the report by Justice Deschamps, she talks about the directives that defined what sexual misconduct was in the military, and mentioned how out of step it was with Canadians' understanding of sexual misconduct and with the Criminal Code. However, it was not until November 2020, 5 years after her report came out, that the chief of the defence staff amended the order as to how sexual misconduct is defined. Just recently, in the latest Justice Fish report that was just tabled, we saw that even he says the new version does not even do this issue justice.
The motion we are debating today recognizes the fact that women are under-represented in our military, but doing a gender-based analysis is only one step in addressing this. I would even go as far as saying this motion does not even do enough, because there are no metrics attached to it. There is no measurable way for us to say whether this is being successful. There needs to be something we can measure; there needs to be a failure or success report on this. I am interested to see if the member opposite would be willing to add this to his motion. I know that on our side we would be very grateful to see that.
We need to do more for women to attract them and retain them in the military. We can do that by actually addressing the culture in the Canadian Armed Forces and actually dealing with the issue at hand, not doing another report. For every report that has no action to it, it is yet another year and another decade that women go mistreated, under-represented and treated as less than their male counterparts.
Canadians, and particularly Canadian women, who serve proudly in our Canadian Armed Forces deserve much more from the government than just its words. They deserve real action. I am proud of the fact that our committee members have worked really hard on the status of women committee.
I hope that the government is listening to the various reports and to the opposition members and Canadian women and men in uniform who are calling for these changes. I hope it does not treat this as just another partisan issue and will instead address it, because everybody has the right to feel respected and treated equally in the workforce. That includes those in our military, whether they are civilians or in uniform.
Madame la Présidente, je suis heureuse de prendre la parole au sujet de la motion M-58.
La motion du député mentionne les cibles de recrutement et de maintien en poste des groupes sous-représentés au sein des Forces armées canadiennes. Les conservateurs appuient entièrement ces cibles.
D'ailleurs, le Comité permanent de la condition féminine a récemment fait une étude sur les Forces armées canadiennes et la question du recrutement et du maintien en poste est revenue à plusieurs reprises. Par contre, ce que nous avons découvert était plutôt intéressant et explique pourquoi les femmes ne veulent pas s'enrôler dans les Forces armées canadiennes et pourquoi celles qui le font quittent les forces aussi rapidement.
Pendant des mois, les Canadiens ont été choqués par les révélations concernant des inconduites sexuelles au sein des Forces armées canadiennes commises par les plus hauts gradés. Plus tôt cette année, nous avons appris que le général Vance, l'ex-chef d'état-major de la Défense, était visé par une enquête depuis 2018. L'enquête concernait des relations inappropriées qu'il entretenait avec des subordonnées, dont une qui durait depuis 30 ans.
Lorsque cette femme est venue témoigner au comité, elle a affirmé avoir cherché à savoir qui pouvait faire enquête sur les agissements du chef d'état-major de la Défense et si le Service national des enquêtes des Forces canadiennes était la bonne entité à qui s'adresser. La réponse que le général avait donnée à cette femme est qu'il était inatteignable, parce que le Service national des enquêtes des Forces canadiennes était à sa botte.
Il est très inquiétant de constater qu’il se croyait à tel point au-dessus des lois, qu’il était enclin à créer un milieu de travail dangereux, et qu’il avait estimé ne pas pouvoir faire l’objet d’une enquête. Aujourd’hui encore, cette femme pense qu’elle n’obtiendra pas justice. Malgré cela, elle croit aussi qu’il était important pour elle de témoigner afin que ce problème soit connu et que d’autres femmes militaires obtiennent un jour gain de cause. Pour cette raison, je salue son courage.
Nous avons également entendu une autre témoin qui avait signalé un incident. En dépit des caviardages et de la suppression des renseignements personnels, il restait assez d’éléments dans le rapport pour l’identifier facilement. Le rapport sur l’incident a été discuté ouvertement par ses pairs et même ses supérieurs. Elle n’avait donc plus aucune confiance dans le système.
De si nombreux témoins, en particulier des femmes, sont venus exprimer devant notre comité leur manque total de confiance dans notre système. Ces témoins ne pensaient pas qu’ils pouvaient compter sur les forces armées pour les défendre. Une des témoins a même apporté une perspective très intéressante sur la différence de traitement entre les hommes et les femmes dans le système de justice militaire.
Ce témoin a expliqué de quelle façon, pendant son déploiement en Afghanistan, elle a fait l'objet d'une enquête pour avoir eu une relation sexuelle consensuelle avec un officier américain qui n'était pas dans son unité, mais qui était du même grade. Elle a admis que cette relation contrevenait à la réglementation et plaidé coupable aux accusations contre elle. Elle a été mise à l'amende, rapatriée et affectée à l'extérieur de son unité. Elle estimait que ces mesures étaient justifiées.
Toutefois, dans la foulée de cet incident, on l'a traitée de noms tout à fait dégradants et on lui a dit qu'elle n'avait pas l'étoffe pour diriger des soldats. Un commandant l'a même menacée de violence, et elle a eu droit à des reproches incessants de la part d'autres officiers supérieurs. Elle a été isolée dans un bureau où elle gérait un chiffrier Excel, et il est rapidement devenu évident que sa carrière dans les Forces armées canadiennes était terminée. Quand elle a été libérée, le poste qu'on lui avait d'abord offert dans une unité de réserve a été révoqué. Le commandant lui a en effet dit qu'elle n'était pas le genre de chef qu'il voulait dans son unité.
Elle a indiqué que le pire échec de sa vie était les actions pour lesquels elle a été expulsée du corps blindé et pour lesquels elle continue à éprouver une grande honte. Toutefois, c'est précisément le type de leadership exercé par l'ancien chef d'état-major de la Défense, qui est celui qui a occupé le plus longtemps ce poste. Force est de se demander quel genre de milieu permet à ce genre de politique des deux poids, deux mesures d'exister, pour que, dans les Forces armées canadiennes, les inconduites sexuelles soient très répandues et les femmes soient toujours traitées comme fautives, même si elles sont les victimes.
Le comité de la condition féminine a été renversé par les témoignages des nombreuses femmes qui se sont manifestées et par les nombreux signalements d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, plus récemment dans le rapport Deschamps de 2015. Toutefois, le gouvernement continue inlassablement de dire qu'il tient à défendre les femmes et que nous devons nous attaquer à la cause profonde du problème, mais il ne met jamais en œuvre les recommandations formulées dans le rapport Deschamps. Il n'écoute pas le comité de la condition féminine précédent, qui avait formulé des recommandations sur la façon de changer la culture au sein des Forces armées canadiennes, et il lance maintenant un autre examen sur la même question, moins de 10 ans après le dernier.
Nous n'avons pas besoin de plus de rapports pour nous dire ce que nous savons déjà. Nous pouvons agir en fonction de ce que nous savons déjà. Par exemple, le rapport Deschamps parle de revoir les politiques et les directives du gouvernement et de les soumettre à une analyse comparative entre les sexes. C'était l'une des recommandations.
Ce n'est rien de nouveau. En fait, selon la lettre de mandat de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, celle-ci doit travailler avec ses collègues du Cabinet pour veiller à ce que ces mesures soient prises. Le rapport en fait également mention. Or, ce n'est qu'après des révélations fracassantes, deux études de comités de la Chambre et un autre rapport que la ministre des Femmes et de l'Égalité des genres et le ministre de la Défense nationale ont décidé de travailler ensemble pour s'occuper de cette question.
Dans son rapport, la juge Deschamps parle des directives qui définissent ce qu'est l'inconduite sexuelle dans l'armée et elle explique à quel point ces directives sont en décalage avec la compréhension qu'ont les Canadiens de l'inconduite sexuelle et avec le Code criminel. Toutefois, ce n'est qu'en novembre 2020, soit cinq ans après la publication du rapport Deschamps, que le chef d'état-major de la Défense a modifié l'ordonnance relative à la définition d'inconduite sexuelle. Tout récemment, nous avons vu que même le juge Fish affirme, dans son dernier rapport qui vient d'être déposé, que la nouvelle version est loin de rendre justice à cette question.
La motion dont nous débattons aujourd'hui reconnaît le fait que les femmes sont sous-représentées dans les forces armées et que procéder à une analyse comparative entre les sexes est l'un des moyens d'y remédier. J'irais même jusqu'à dire que la motion ne va pas assez loin, car elle n'inclut pas de paramètres. La motion n'est assortie d'aucun moyen pour mesurer les résultats. Il est nécessaire d'ajouter un élément de mesure. Il faut avoir accès à un rapport pour déterminer si l'analyse a été un succès ou un échec. Je serais curieuse de savoir si le député serait d'accord pour ajouter ces éléments à sa motion. Je sais que de ce côté-ci de la Chambre, ces ajouts seraient les bienvenus.
Nous devons en faire plus pour que les femmes aient envie de se joindre aux forces armées et veuillent y rester. Nous pouvons y arriver en améliorant la culture au sein des Forces armées canadiennes et en trouvant des solutions concrètes aux problèmes. Nous n'avons pas besoin d'un autre rapport. Chaque rapport qui ne mène à aucune action concrète se traduit par une autre année ou une autre décennie où les femmes sont mal traitées, sous-représentées et considérées comme inférieures à leurs homologues masculins.
Les Canadiens, et en particulier les Canadiennes, qui servent fièrement dans les forces armées méritent que le gouvernement joigne le geste à la parole. Ils méritent des mesures concrètes. Je suis fière que les membres du comité aient travaillé très fort au sein du comité de la condition féminine.
J'espère que le gouvernement est sensible aux divers rapports et aux déclarations des députés de l'opposition et des militaires qui réclament des changements. J'espère qu'il ne traitera pas la question comme une autre question partisane et qu'il s'y mettra, car tout le monde a le droit de se sentir respecté et traité de façon égale sur le marché du travail. Cela inclut les membres des forces armées, qu'ils soient civils ou en uniforme.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-09 19:08 [p.8183]
Madam Speaker, today I am speaking to Motion No. 58 as the Bloc Québécois critic for the status of women.
From the outset I want to state that our party will vote against this motion. Nevertheless, I want to reiterate loud and clear in the House that I am a feminist.
It is clear that this motion is completely useless since the government has already asked the Department of National Defence to integrate GBA+ into its policy development. We are also studying this integration at the Standing Committee on the Status of Women.
The motion states that GBA+ provides a rigorous methodology for assessing systemic inequalities. However, there is no data indicating that it really works nor is there anything to confirm that this analytical process is a failure.
I will approach this topic by providing a brief history of GBA+, by talking about organizations where the problem is still quite serious and by sharing a few of my hopes for a safer future for women.
Here is a brief overview. In 1971, Canada created the position of minister responsible for status of women, then, in 1976, it created the Office of the Coordinator of the Status of Women. In 1981, Canada ratified the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women, which was adopted by the UN in 1979. In 1995, the federal government launched a plan to eventually implement GBA, but without the “+”, in all federal agencies and departments. In 2004, the Standing Committee on the Status of Women was established with the support of all parties, including the Bloc Québécois. In 2009, the Auditor General released a report at the request of the Standing Committee on the Status of Women indicating that the GBA had not been properly implemented in various departments. In 2011, the government transitioned to GBA+ where the “+” included other factors, such as gender identity. The Auditor General released another report in 2016 in which he stated that more had to be done. Budget 2018 was intended to be a feminist budget that sought to achieve results and improve oversight with respect to attaining gender equality.
As it happens, that was around the same time that the Prime Minister and the Minister of National Defence completely ignored the allegations of sexual misconduct against former chief of the defence staff General Vance.
The Department of National Defence has a team of 23 employees who are already working on integrating GBA+ into the department and the Canadian Armed Forces. The 2017 defence policy entitled “Strong, Secure, Engaged” stated that the department must integrate GBA+ in all defence activities across the Canadian Armed Forces and the department, including the design and implementation of programs, services that support our personnel, equipment procurement and operational planning.
However, six years after Justice Deschamps released her scathing report on sexual misconduct within the Canadian Armed Forces, the government is under tremendous pressure from the opposition for not having addressed the allegations against General Vance.
Essentially, this motion is completely pointless. If the government wants to increase the number of women and minorities in the Canadian Armed Forces, it should start by proving a safe work environment free from sexual misconduct and assault.
However, the facts continue to speak for themselves. Let us then examine the numerous examples that speak to the inaction of Liberal and Conservative governments, who have consistently failed to fight sexual harassment and sexual misconduct, whether it be in the Canadian Armed Forces, in penitentiaries, in the RCMP or, of course, in the Canadian Border Services Agency.
As a matter of fact, I spoke about this just this afternoon before the Standing Committee on Public Safety and National Security. The government showed it was incompetent at handling cases of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, the RCMP, penitentiaries and the Canadian Border Services Agency. The Prime Minister and the Minister of National Defence turned a blind eye to allegations of sexual misconduct against the former chief of the defence staff, General Vance.
The government is trying to protect its image as a feminist government, but the Liberals are not taking any concrete action to deal with systemic problems, apart from spouting talking points. Their veneer has scraped off and is badly chipped. If the Liberals want to increase the percentage of women in the Canadian Armed Forces, they must start by offering them a work environment free from harassment and sexual misconduct.
Liberals have had the Deschamps report in their hands since 2015. However, according to former Justice Deschamps herself, they have yet to implement the measures it recommends. This motion will do absolutely nothing to help victims of sexual misconduct, sexual harassment and racism.
The federal government has consistently failed to protect women and other groups. The government has demonstrated its utter incompetence in addressing sexual misconduct in the military. It has had the Deschamps report since 2015 and still has not implemented its key recommendations.
We know how that turned out. Senior officers have been abusing their authority and several generals are accused of sexual misconduct.
The Prime Minister and the Minister of National Defence have known about General Vance, the former chief of the defence staff, since 2018 but did absolutely nothing until the media broke the story in February 2021.
This was clearly demonstrated in 2015 by former justice Marie Deschamps who released a scathing report on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, where she found a sexist culture that turns a blind eye to many instances of misconduct.
The RCMP has also been plagued by allegations of sexual misconduct, including a scathing report by former justice Michel Bastarache. In that report, Justice Bastarache wrote that the culture of the RCMP was toxic and tolerated the misogynistic and homophobic attitudes of some of its leaders and members. He found that the problem was systemic and that addressing the situation would require a major overhaul.
In October 2020, the Office of the Correctional Investigator of Canada issued a devastating report on sexual violence in federal penitentiaries. It determined that the organization was indifferent to this reality. According to the correctional investigator, Dr. Ivan Zinger, Correctional Service Canada, CSC, turned a blind eye to the situation because the organization considered this to be normal behaviour in prison. The correctional investigator also noted that LGBTQ+ groups, women and persons with disabilities were more likely to be assaulted, but CSC had no strategy.
In May 2020, Radio-Canada reported that the Canada Border Services Agency had conducted more than 500 investigations into allegations of misconduct by its officers, including allegations of theft, corruption, abuse of power, criminal association and sexual harassment. As an example, some officers were using their position to get the phone number of women crossing the border.
We can only hope that the government takes meaningful action. For now, there is still no report on the horizon on cases of misconduct in the Canadian Armed Forces at the Standing Committee on National Defence. As for the Bastarache report, it is lingering at the Standing Committee on Public Safety and National Security.
Fortunately, we are now studying this report on sexual misconduct in the Canadian Armed Forces at the Standing Committee on Status of Women. We can only hope that the government takes meaningful action. However, no report has been produced yet.
The Liberals had no problem filibustering to prevent Liberal staffers Zita Astravas and Elder Marques from appearing in committee. I know this because I was filling in for another member at that committee when it happened.
From the testimony of Elder Marques, we learned that everyone around Trudeau was aware, but Trudeau continues to deny it. When other staffers were summoned by the House—
Madame la Présidente, c'est en ma qualité de porte-parole du Bloc québécois en matière de condition féminine que je m'exprime aujourd'hui au sujet de la motion M-58.
D'entrée de jeu, j'affirme que notre formation politique votera contre cette dernière. Pourtant, je tiens à réitérer haut et fort à la Chambre que je suis féministe, tant qu'il le faudra.
D'abord, force est de constater que cette motion est complètement inutile puisque le gouvernement a déjà demandé au ministère de la Défense nationale d'intégrer l'ACS+ à l'élaboration de ses politiques. Nous étudions également cette intégration au Comité permanent de la condition féminine.
La motion affirme que l'ACS+ fournit une méthode rigoureuse pour évaluer les inégalités systémiques. Or, aucune donnée n'indique que cela fonctionne vraiment et aucune n'affirme que ce processus analytique est un échec.
J'aborderai donc ce dossier en faisant un bref historique de l'ACS+, en parlant des organismes où le problème est toujours criant, et en faisant quelques souhaits pour un avenir plus sécuritaire pour les femmes.
Voici un bref survol. En 1971, le Canada a créé un poste de ministre responsable de la condition féminine puis, en 1976, le Bureau de la coordonnatrice de la situation de la femme. En 1981, le Canada a ratifié la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, adoptée par l'ONU en 1979. En 1995, le fédéral a lancé un plan pour éventuellement mettre en œuvre l'ACS — sans le « + », par contre — dans tous les organismes et ministères fédéraux. En2004, le Comité permanent de la condition féminine a été créé avec l'appui de tous les partis, dont le Bloc québécois. En 2009, la vérificatrice générale a publié un rapport à la demande du Comité permanent de la condition féminine, démontrant que l'ACS n'avait pas convenablement été mise en œuvre dans divers ministères. En 2011, la transition s'est faite vers l'ACS+, où le « + » voulait inclure d'autres facteurs, comme l'identité de genre. Le vérificateur général a publié un autre rapport en 2016, dans lequel il estimait qu'il fallait en faire davantage. Le budget de 2018 se voulait féministe en souhaitant atteindre des résultats et une amélioration de la surveillance pour l'atteinte de l'égalité des sexes.
C'est pourtant exactement à cette même époque que le premier ministre et le ministre de la Défense nationale ont complètement fermé les yeux sur les allégations d'inconduite sexuelle visant le chef d'état-major de la Défense, le général Vance.
Il faut savoir qu'au ministère de la Défense nationale, une équipe de 23 employés travaille déjà à intégrer l'ACS+ au sein du ministère et des Forces armées canadiennes. La politique de défense de 2017, intitulée Protection, Sécurité, Engagement, indique que le ministère doit intégrer l'ACS+ dans toutes les activités de défense et dans l'ensemble des Forces armées canadiennes et du ministère, que ce soit dans la conception et de la mise en œuvre des programmes, les services de soutien au personnel, l'acquisition de matériel ou la planification des opérations.
Or, six ans après que la juge Deschamps a publié son rapport dévastateur sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, le gouvernement est sous forte pression de l'opposition pour n'avoir rien fait au sujet des allégations contre le général Vance.
Bref, cette motion est complètement inutile. Si le gouvernement veut augmenter la part des femmes et des minorités dans les Forces armées canadiennes, qu'il commence par leur offrir un environnement de travail sain et exempt d'agressions et d'inconduite sexuelles.
Pourtant, les faits continuent de parler d'eux-mêmes. Soulevons donc maintenant les nombreux exemples qui témoignent de l'inaction des gouvernements libéraux et conservateurs, qui ont constamment échoué à lutter contre le harcèlement sexuel et l'inconduite sexuelle, tant dans les Forces armées canadiennes ou les pénitenciers qu'à la GRC ou, évidemment, à l'Agence des services frontaliers du Canada.
Justement, j'en discutais cet après-midi au Comité permanent de la sécurité publique et nationale. Le gouvernement a démontré son incompétence à gérer les cas d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, la GRC, les pénitenciers et aux services frontaliers. Le premier ministre et le ministre de la Défense nationale ont fermé les yeux sur les allégations d'inconduite sexuelle visant l'ancien chef d'état-major de la Défense, le général Vance.
Le gouvernement tente de projeter une image de gouvernement féministe, mais les libéraux ne font rien de concret pour régler les problèmes systémiques, à part pondre des lignes de presse. Leur verni est grafigné et abîmé. Si les libéraux veulent augmenter la part de femmes dans les Forces armées canadiennes, qu'ils commencent par leur offrir un environnement de travail qui est exempt de harcèlement et d'inconduite sexuelle.
Les libéraux ont en main le rapport Deschamps depuis 2015. Pourtant, ils n'ont toujours pas mis en œuvre les mesures recommandées dans ce rapport, selon l'ex-juge Deschamps elle-même. Cette motion ne changera strictement rien pour venir en aide aux victimes d'inconduite sexuelle, de harcèlement et de racisme.
Le gouvernement fédéral a systématiquement échoué à protéger les femmes et d'autres groupes. Le gouvernement a démontré son incompétence totale pour régler la question des inconduites sexuelles dans l'armée. Il a le rapport Deschamps entre les mains depuis 2015 et n'a toujours pas mis les principales recommandations en œuvre.
Nous voyons le résultat: les hauts gradés abusent de leur autorité et plusieurs généraux sont maintenant accusés d'inconduite sexuelle.
Le premier ministre et le ministre de la Défense nationale savaient depuis 2018 à propos du général Vance, l'ancien chef d'état-major de la Défense, mais ils n'ont absolument rien fait jusqu'à ce que les médias rapportent l'histoire en février 2021.
C'est ce qui a été démontré notamment en 2015 par l'ex-juge Marie Deschamps, qui a publié un rapport dévastateur sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, où elle a constaté une culture sexiste fermant les yeux sur de nombreux cas d'inconduite.
La GRC a également été éclaboussée par des allégations d'inconduites sexuelles, notamment par le rapport dévastateur de l'ex-juge Michel Bastarache. Dans ce rapport, Michel Bastarache a écrit que la culture de la GRC était toxique et tolérait les attitudes misogynes et homophobes de certains de ses dirigeants et de ses membres. Il estimait que le problème était de nature systémique et qu'il faudrait donner un sérieux coup de barre pour régler la situation.
En octobre 2020, le Bureau de l'enquêteur correctionnel du Canada a déposé un rapport dévastateur sur la violence sexuelle dans les pénitenciers fédéraux. Il estimait que l'organisation était indifférente à cette réalité. Selon l'enquêteur correctionnel, Dr Ivan Zinger, Service correctionnel Canada fermait les yeux sur la situation puisque l'organisme considérait que cela était normal en prison. L'enquêteur correctionnel notait aussi que les groupes LGBTQ+, les femmes et les personnes avec une déficience quelconque étaient plus susceptibles d'être agressés, mais que le Service correctionnel n'avait aucune stratégie.
En mai 2020, Radio-Canada rapportait que l'Agence des services frontaliers du Canada avait réalisé plus de 500 enquêtes pour des allégations de mauvaise conduite de ses agents, incluant des allégations de vols, de corruption, d'abus de pouvoir, d'association criminelle et de harcèlement sexuel. À titre d'exemple, certains agents utilisent leur position pour obtenir le numéro de téléphone de femmes franchissant la frontière.
Nous ne pouvons donc qu'espérer des gestes concrets de la part du gouvernement. En ce moment, il n'y a toujours pas de rapport qui sera produit sur les cas d'inconduite dans les Forces armées canadiennes au Comité permanent de la défense nationale. En ce qui concerne le rapport Bastarache, cela traîne au Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Heureusement, au Comité permanent de la condition féminine, nous étudions en ce moment ce rapport sur les cas d'inconduite dans les Forces armées canadiennes. Nous ne pouvons donc qu'espérer des gestes concrets de la part du gouvernement. Pourtant, il n'y a toujours pas de rapport produit pour le moment.
Les libéraux n'ont pas hésité à faire de l'obstruction pour éviter que des employés libéraux, notamment Zita Astravas et Elder Marques, soient convoqués au Comité. Je le sais, car je faisais un remplacement à ce comité lorsque c'est arrivé.
Avec le témoignage d'Elder Marques, nous comprenons que tout le monde autour de Trudeau était au courant. Or, Tudeau continue de le nier. Lorsque d'autres employés ont été convoqués par la Chambre...
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-09 19:16 [p.8184]
I understand, Madam Speaker.
The Liberal government continues to deny the facts. When other employees were summoned by the House, the Liberals chose instead to send the Minister of National Defence and said that they would prevent their employees from testifying.
Members should recall that the Conservatives had already caught wind of allegations against General Vance. However, they still appointed him as chief of the defence staff even though the Canadian Armed Forces had just been roundly criticized for their management of sexual misconduct cases and pervasive sexist culture.
In another report by the Standing Committee on the Status of Women dealing with women living in rural communities, we saw that the recommendation to apply GBA+ was already in the mandate letter of the Minister for Women and Gender Equality. However, not enough attention was given to the needs of women, especially those with special needs in rural, remote and northern communities.
The recommendation is not clear on whether there should be a comparative or feminist analysis or one based on the differences with respect to urban areas. In short, it is not clear whether this analysis can truly help fight the culture of toxic masculinity in the various federal institutions in our regions.
To conclude, given that it is now 2021, it is unacceptable that too many women and gender-diverse people continue to be victims of violence. Too many reports have been shelved for too long by different federal departments and agencies. To be able to take action and restore women's trust, and to reduce cases of assault, we must take action and that will take more than just applying GBA+ analysis.
C'est entendu, madame la Présidente.
Le gouvernement libéral continue donc de nier les faits. Lorsque d'autres employés ont été convoqués par la Chambre, les libéraux ont plutôt choisi d'envoyer le ministre de la Défense nationale et ont dit qu'ils empêcheraient leurs employés de témoigner.
Rappelons que les conservateurs avaient déjà eu vent d'allégations contre le général Vance, mais ils l'ont tout de même nommé chef d'état-major alors que les Forces armées canadiennes venaient d'être sévèrement critiquées pour la gestion des cas d'inconduite sexuelle et de la culture sexiste généralisée.
Dans un autre rapport du Comité permanent de la condition féminine en milieu rural, nous avons pu voir que cette recommandation de l'ACS+ figurait déjà dans la lettre de mandat de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, mais elle ne traitait pas suffisant des besoins des femmes, celles qui avaient des besoins particuliers dans les collectivités rurales éloignées et nordiques.
La recommandation n’est donc pas claire entre une analyse comparative, féministe ou basée sur des écarts par rapport à la situation urbaine. Bref, il n'est pas certain que cela peut vraiment aider à lutter contre la culture de masculinité toxique dans les différentes institutions fédérales dans nos régions.
Pour conclure, alors que nous sommes maintenant en 2021, il est inacceptable qu'encore trop de femmes ou de gens de la diversité soient victimes de violence. Trop de rapports attendent depuis trop longtemps sur les tablettes des différents ministères et organismes fédéraux. Pour pouvoir agir et redonner confiance aux femmes et pour pouvoir limiter les cas d'agression et d'attaque, il faut agir et cela va prendre plus que l'analyse ACS+.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-06-09 19:18 [p.8185]
Madam Speaker, before I begin to discuss Motion No. 58, I need to briefly speak about the incredible loss that the people of London have suffered. An act of terror that occurred a few days ago took the lives of Salman, Yumna, Talat Afzaal and Madiha Salman and left Fayez recovering in hospital.
The heartbreak in our community is palpable, and that grief will take a long time to heal. It reminds me that every time I rise in this place I must keep the people I fight for in London—Fanshawe at the heart of what I say and what I do, the people who sent me here to bring their concerns forward, to deliberate on legislation and policies, to make sure those decisions will care for, treat fairly and improve their lives and, in fact, the lives of all people living in Canada. It must be beyond words that we work here in the House. Actions, after all, speak louder than those words.
To move the discussion on to the motion here today, one of those policies that can have a positive impact on the people in my riding is gender-based analysis plus. This analytical process, which provides an assessment method of systemic inequality as well as a means to assess how diverse groups of women, men and gender-diverse people may experience policies, programs and initiatives, is something the NDP supports fully.
The “plus” in GBA+ acknowledges the substantial differences, the multiple characteristics and intersections that contribute to who we are. GBA+ considers many other identity factors, such as race, ethnicity, religion, age and mental or physical disability and how the interaction between these factors influences the way we might experience government policies. New Democrats believe this, too, is a key part of the necessary analysis the government and all of its departments must apply.
In 2015, when the government committed to applying GBA+, including by mandating the minister of status of women to ensure that government policy, legislation and regulations are sensitive to the different impacts that decisions can have on men and women, we too were supportive.
Today, of course, we support the private member's motion, Motion No. 58.
I sit as a member of the Standing Committee on the Status of Women. We have spent the last few months studying sexual misconduct within the Canadian Armed Forces. We have heard clearly that the forces exist in a toxic culture and that without proper supports in place and without directly addressing the significant cultural issues within the military, many people will not want to enlist and retention will continue to be an issue.
In March 2021, Lieutenant-Colonel Eleanor Taylor, the deputy commander of 36 Canadian Brigade Group and a distinguished veteran of combat in Afghanistan, publicly resigned, saying in a Facebook post, “I am sickened by ongoing investigations of sexual misconduct among our key leaders. Unfortunately, I am not surprised. I am also certain that the scope of the problem has yet to be exposed. Throughout my career, I have observed insidious and inappropriate use of power for sexual exploitation.” That is an incredibly powerful statement.
We heard testimony at the status of women committee from several witnesses that in fact one cannot apply a GBA+ lens onto the military in this country because the culture of toxic masculinity is so pervasive that it is not taken seriously.
Christine Wood, chief of strategic engagement at It's Just 700, a volunteer-run organization that provides confidential peer support and information to members of the Canadian military who are survivors of work-related sexual trauma, appeared before our committee in April. When asked about GBA+ for programs to help military members, she said, “It's still...at that point where we talk about GBA+. It doesn't start with GBA+. Everyone kind of checks it as a box at the end of their design.” Ms. Wood also said, “I feel like women have never had a level playing field in the forces; we were mandated to be included.”
In 2016, the Office of the Auditor General published a report, “Canadian Armed Forces Recruitment and Retention”. The Auditor General said:
We found that although the Canadian Armed Forces had established a goal for the representation of women among its ranks, it set this overall goal with no specific targets by occupation. We also found that despite the fact that achieving this goal depends heavily on increased recruiting, the Canadian Armed Forces had not implemented any special employment equity measures. The goal was 25 percent during the audit period; meanwhile, women represented 14 percent of the Regular Force.
In 2019, the Canadian Armed Forces told the Standing Committee on the Status of Women that, as of February, women accounted for 15.7% of the Canadian Armed Forces workforce. Not only is the Canadian Armed Forces, with mandated targets on retention, not meeting its goals, but for those who are recruited, the toxic environment they are surrounded by creates trauma and forces women and people from many other backgrounds, abilities, sexual identities and orientation to be victimized, often repeatedly.
My concern in all of this, and the questions we must ask here are: Will the motion bring much-needed change to the armed forces? Will it push the government, the military or the Department of National Defence to do anything differently or to go further to implement GBA+ in retention and recruitment within the department or within our military? Will it actually help to create a healthy environment for the people recruited, or will we continue to see the exodus of those who gave up years serving their country and defending others because they can no longer deal with the violence, ridicule and trauma they face, and because they have to defend themselves as a matter of survival instead?
I believe that too often the Liberal government says what it knows people want to hear, but then it breaks promises and does not take the real action necessary to make a difference. I believe the government is too often concerned with only checking the box. This motion cannot serve as only checking a box. There are things the government must do here today, and even though it has already had six years, it could create real and substantive change. I have received so many emails and calls, and I have heard too many stories, from people impacted by this toxic culture not to act.
As I said earlier, New Democrats support this motion because we support a GBA+ approach to meeting recruitment and retention targets for underrepresented groups. The supports CAF members need go far beyond this motion, and despite the many additional reports and reviews the government may call for, it could act immediately.
The government could create a special program within the Canadian Armed Forces in the recruitment of women and underrepresented groups as recommended by the Auditor General in 2016. It could strengthen the federal Employment Equity Act to attach employment equity measures to all Canadian Armed Forces recruitment and retention programs. It could introduce legislation to establish a military ombudsman as a permanent and independent officer of Parliament. It could create an independent centre of accountability for sexual assault and harassment, entirely outside of the forces. It would be responsible for receiving reports of inappropriate sexual conduct and for preventing it, as well as for coordinating and monitoring training and victim support, monitoring accountability and research, and acting as a central authority for the collection of data.
The government could ensure that parents who are members of the Canadian Armed Forces have access to affordable child care services that meet their needs. It could create an inclusive, safe and respectful workplace for all members of the Canadian Armed Forces, and it could provide mandatory, comprehensive trauma-informed survivor-centred sexual misconduct training for members at all levels, including senior leadership, delivered by experts regularly and applied with a GBA+ lens.
The government could also reverse the decisions it has already made when it comes to the privatization of military services, as these have negative impacts on all members. It could stop outsourcing service contracts to private companies at military bases, which costs the government millions of dollars more than if it were to provide full-time unionized jobs. It could reinvest these millions of dollars by bringing federal public service jobs back to DND and into the Canadian Forces to provide services such as upgrading inferior housing, training personnel and developing genuine efforts to tackle systemic racism, discrimination and sexual harassment within the forces.
The government could reinvest this money to purchase equipment designed for women. It could implement the recommendations of not only the Deschamps report, but also those of the PSAC report released last November, entitled, “In the interest of safety and security:?The case for ending the privatization of Department of National Defence services.”
In conclusion, this motion is a drop in the bucket of what is actually required for substantive change in the Armed Forces. The Canadian government has a long way to go to ensure gender equality, and the enforcement of GBA+ must not only be considered a box to check. This motion cannot simply pay lip service to the incredible people who depend upon us to create responsible policies and legislation. The government must work harder to do what is truly necessary.
Madame la Présidente, avant de discuter de la motion no 58, j’aimerais parler brièvement de la perte tragique subie par la population de London. Cet acte de terrorisme a emporté la vie de Salman, Yumna, Talat Afzaal et Madiha Salman, et a envoyé Fayez à l’hôpital.
Le chagrin de notre collectivité est palpable, et il faudra beaucoup de temps pour nous remettre de ce deuil. Ce terrible événement me fait penser que chaque fois que je prends la parole devant cette assemblée, je dois mettre la population que je défends, la circonscription de London—Fanshawe, au cœur de mes interventions et de mes actions. Ces personnes m’ont envoyée ici pour me faire la porte-parole de leurs préoccupations, pour délibérer sur des lois et des politiques, pour veiller à ce que les décisions prises ici soient bienveillantes et justes et qu’elles améliorent leur vie, mais aussi la vie de tous les habitants du Canada. Le travail de la Chambre va bien au-delà des paroles. Au bout du compte, les actes sont plus éloquents que les paroles.
Pour revenir à la motion qui est discutée aujourd’hui, une des politiques qui peut avoir des répercussions positives dans ma circonscription est celle qui concerne l’analyse comparative entre les sexes plus. Le NPD soutient totalement ce processus analytique, qui permet d’évaluer les inégalités systémiques et la façon dont différents groupes — de femmes, d’hommes et de personnes de diverses identités de genre — sont affectés par les politiques, les programmes et les initiatives.
La mention « plus » dans l'analyse comparative entre les sexes plus, ou ACS+, indique que l'on tient compte des différences importantes, des caractéristiques multiples et des recoupements qui font de nous ce que nous sommes. L’ACS+ prend aussi en considération beaucoup d’autres facteurs identitaires, comme la race, l’origine ethnique, la religion, l’âge et les capacités mentales ou physiques, de même que la façon dont l'interaction entre ces facteurs influe sur notre expérience des politiques gouvernementales. Les néo-démocrates estiment qu'il s'agit là d'un élément clé de l'analyse que le gouvernement et tous ses ministères se doivent d'effectuer.
En 2015, le gouvernement s'est engagé à utiliser l'ACS+, entre autres en exigeant que la ministre de la Condition féminine s'assure que les politiques publiques, les lois et les règlements tiennent compte des différentes répercussions que les décisions peuvent avoir sur les hommes et les femmes, une initiative que nous avons là encore appuyée.
Aujourd'hui, il va sans dire que nous appuyons la motion d'initiative parlementaire M-58.
Je suis membre du Comité permanent de la condition féminine. Nous avons consacré les derniers mois à l'étude de l'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes. On nous a clairement dit que la culture des forces armées est toxique et que, en l'absence du soutien adéquat et d'une intervention directe au sein de celles-ci pour remédier aux problèmes majeurs qui sont liés à cette culture, peu de gens souhaiteront s'enrôler, et il sera difficile d'assurer le maintien en service.
En mars 2021, la lieutenante-colonelle Elenor Taylor, commandante adjointe du 36e Groupe-brigade du Canada et ancienne combattante émérite en Afghanistan, a publiquement démissionné en déclarant sur Facebook: « Je suis écœurée par les enquêtes en cours sur les inconduites sexuelles parmi nos principaux dirigeants. Malheureusement, je ne suis pas surprise. Je suis également certaine que l’ampleur du problème n’a pas encore été exposée. Tout au long de ma carrière, j’ai observé un usage insidieux et inapproprié du pouvoir à des fins d’exploitation sexuelle. » Voilà une déclaration des plus percutantes.
Nous avons entendu plusieurs témoins au comité de la condition féminine nous dire qu'il n'est pas possible d'appliquer l'ACS+ aux forces armées dans notre pays, car la masculinité toxique y est si omniprésente que cette analyse n'y sera pas prise au sérieux.
En avril, notre comité a entendu le témoignage de Christine Wood, cheffe de l'engagement stratégique à C'est juste 700, un organisme qui est dirigé par des bénévoles et qui offre un soutien confidentiel par les pairs et de l'information aux militaires canadiens qui ont survécu à un traumatisme sexuel lié au travail. Lorsque nous l'avons interrogée sur l'ACS+ pour les programmes d'aide aux militaires, elle a répondu ceci: « [...] nous en sommes encore à l'étape où nous parlons de l'analyse comparative entre les sexes plus. L'élaboration de stratégies ne commence pas avec l'analyse comparative entre les sexes plus; tout le monde se contente plutôt de cocher cette case à la fin du processus. » Mme Wood a ajouté: « J'ai l'impression que les femmes n'ont jamais été sur un pied d'égalité dans les forces armées; notre inclusion a été mandatée. »
En 2016, le Bureau du vérificateur général a publié un rapport intitulé « Recrutement et maintien de l'effectif dans les Forces armées canadiennes ». Le vérificateur général y disait ceci:
Nous avons constaté que même si les Forces armées canadiennes avaient fixé un objectif au chapitre de la représentation des femmes dans leurs rangs, il s’agissait d’un objectif général pour l’ensemble des Forces, qui ne comportait pas de cible précise pour chaque groupe professionnel. Nous avons aussi constaté que même si l’atteinte de cet objectif était fortement tributaire d’un recrutement accru chez les femmes, les Forces armées canadiennes n’avaient pas pris de mesures spéciales en faveur de l’équité en matière d’emploi. L’objectif établi était de 25 % pendant la période visée par l’audit, alors que les femmes représentaient 14 % de l’effectif de la Force régulière.
En 2019, les Forces armées canadiennes ont déclaré au Comité permanent de la condition féminine qu'en date de février, les femmes représentaient 15,7 % de leur effectif. Non seulement les Forces armées canadiennes, qui ont des cibles obligatoires en matière de maintien de l'effectif, n'atteignent pas leurs objectifs, mais l'environnement toxique crée des traumatismes chez les recrues et oblige les femmes et les personnes ayant d'autres origines, capacités, identités et orientations sexuelles à être victimisées, souvent de façon répétée.
Les questions qui me préoccupent et que nous devrions nous poser sont les suivantes. La motion permettra-t-elle d'apporter des changements grandement nécessaires au sein des forces armées? Obligera-t-elle le gouvernement, les forces armées ou le ministère de la Défense nationale à changer quoi que ce soit à leurs façons de faire ou à en faire davantage pour mettre en œuvre l'ACS+ afin de faciliter le maintien en poste et le recrutement au ministère et dans les Forces armées canadiennes? Va-t-elle réellement contribuer à créer un environnement sain pour les recrues, ou verrons-nous d'autres personnes qui ont passé des années à servir leur pays et à défendre les autres quitter leurs fonctions parce qu'elles n'en peuvent plus de subir de la violence, d'être ridiculisées et d'endurer des traumatismes, et parce qu'elles doivent plutôt se défendre pour survivre?
Je crois que, trop souvent, le gouvernement libéral se contente de dire ce que les gens veulent entendre, puis il brise ses promesses et il ne prend pas les mesures concrètes qui sont nécessaires pour améliorer les choses. Je crois que, trop souvent, le gouvernement cherche seulement à cocher un élément sur une liste. Cette motion ne peut pas simplement servir à cocher une case. Il y a des mesures que le gouvernement doit prendre dès aujourd'hui. Il a eu six ans pour agir, mais il est encore temps d'apporter des changements concrets et substantiels. J'ai reçu tellement de courriels et d'appels, et j'ai entendu tellement d'histoires de personnes qui ont été affectées par cette culture toxique que je ne peux pas rester les bras croisés.
Comme je l'ai mentionné tout à l'heure, les néo-démocrates appuient la motion parce qu'ils sont favorables à la mise en œuvre de l’analyse comparative entre les sexes plus pour répondre aux cibles de recrutement et de maintien en poste des groupes sous-représentés. Les mesures de soutien dont ont besoin les membres des Forces armées canadiennes doivent dépasser largement la motion, et, même si le gouvernement demande beaucoup d'autres rapports et examens, il pourrait agir immédiatement.
Le gouvernement pourrait créer un programme spécial au sein des Forces armées canadiennes pour le recrutement de femmes et de membres de groupes sous-représentés, comme l'a recommandé le vérificateur général en 2016. Il pourrait renforcer la Loi fédérale sur l'équité en matière d'emploi pour inclure des mesures d'équité en matière d'emploi dans tous les programmes de recrutement et de maintien en poste des Forces armées canadiennes. Il pourrait présenter une mesure législative visant à rendre le bureau de l'ombudsman militaire permanent et indépendant du Parlement. Il pourrait créer un centre de responsabilisation en matière de harcèlement sexuel et d’agression sexuelle, qui serait totalement indépendant des forces armées. Le centre serait chargé de recevoir les plaintes portant sur des comportements sexuels inappropriés et d'assurer la prévention, de coordonner et de surveiller la formation et le soutien aux victimes, de surveiller la reddition de comptes et la recherche, et d'agir à titre d'autorité centrale pour la collecte de données.
Le gouvernement pourrait faire en sorte que les membres des Forces armées canadiennes qui ont des enfants aient accès à des services abordables de garderie qui répondent à leurs besoins. Il pourrait créer un milieu de travail inclusif, sécuritaire et respectueux pour tous les membres des Forces armées canadiennes et il pourrait fournir régulièrement une formation exhaustive obligatoire sur l'inconduite sexuelle qui tient compte des traumatismes et qui est axée sur les survivants aux membres de tous les échelons des forces armées, y compris les officiers supérieurs. La formation serait donnée par des experts et fournie dans l'optique de l'analyse comparative entre les sexes plus.
Le gouvernement pourrait aussi revenir sur ses décisions relatives à la privatisation des services militaires, puisque ces dernières entraînent des conséquences négatives sur tous les membres des forces armées. Le gouvernement pourrait cesser de recourir à la sous-traitance pour la prestation des services dans les bases militaires. En effet, le gouvernement pourrait économiser des millions de dollars s'il confiait ces services à des employés syndiqués à temps plein plutôt qu'à des entreprises du secteur privé. Il pourrait utiliser les économies réalisées pour créer des emplois au ministère de la Défense nationale et dans les Forces armées canadiennes afin d'offrir des services, par exemple améliorer la qualité des logements, former le personnel et déployer des efforts concrets pour éliminer le racisme systémique, la discrimination et le harcèlement sexuel dans les forces armées.
Le gouvernement pourrait réinvestir cet argent pour acheter de l'équipement conçu pour les femmes. Il pourrait aussi mettre en œuvre les recommandations du rapport Deschamps et celles du rapport publié en novembre dernier par l'Alliance de la Fonction publique du Canada, intitulé « La sécurité d’abord: pour que cesse la privatisation des services à la Défense nationale. »
En terminant, la motion n'est qu'une goutte dans l'océan de ce qui doit être fait pour apporter des changements en profondeur dans les Forces armées canadiennes. Le gouvernement du Canada a encore beaucoup de travail à faire pour garantir l'égalité des genres. Par ailleurs, la mise en œuvre des conclusions de l'analyse comparative entre les sexes plus ne doit pas être réduite à une case à cocher. Cette motion ne peut pas se résumer à de belles paroles pour les personnes incroyables qui dépendent de nous pour concevoir des politiques et des lois de manière responsable. Le gouvernement doit déployer encore plus d'efforts pour faire le travail qui s'impose.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2021-06-09 19:38 [p.8188]
Madam Speaker, I am pleased to be here to discuss Motion No. 58 before us today.
It is always a pleasure for me to rise in the House to speak to a motion when the objective is to support women. I am always so happy to see more women in the House and more women candidates, and it is just a pleasure when they get elected and join us here in the House.
The thing I struggle with regarding this piece of legislation is that it is coming from a government that says one thing, yet does another. We have seen this repeatedly, and in particular with the Liberals' GBA+ program. We have mostly heard here today about the testimony from the status of women committee. I am very fortunate to have been on that committee for a brief period. I did enjoy my time in that committee. However, the testimony that we have heard here today is very damning of the history of the current government and certainly of the representation of women and the rights of women within the Canadian Armed Forces.
Within the testimony we have heard regarding sexual misconduct in the Canadian Armed Forces, various things have included the rollout of Operation Honour. Even with the rollout of Operation Honour, which former chief of the defence staff General Vance was responsible for, members of the military were actually heard saying it was “hop on her”: a play on words indicating the toxic culture that existed at the time. We are hearing in testimony that it still exists to this day.
Another terrible story is that after one witness appeared before the committee to share her experience, the following day, on a private military police Facebook page of predominantly men, there were comments such as “sounds like PMQs,” private married quarters, “on payday”. Another said “giggity”, in reference to a character on the adult show Family Guy who is a sex addict and a womanizer. This is the type of activity that was going on in the Canadian Armed Forces.
In fact, the man in charge of developing Operation Honour was regularly committing this offence. One witness referred to Operation Honour as “sour milk”, and the quote is as follows:
[Operation] Honour certainly got the conversation going and improved resources and education available to [Canadian Armed Forces] members, but the leadership has been wilfully ignorant—
Madame la Présidente, je suis heureuse d'être ici et de discuter de la motion M-58 qui est devant nous aujourd'hui.
C'est toujours un plaisir pour moi de parler d'une motion lorsque l'objectif est de soutenir les femmes. Je suis toujours très heureuse de voir plus de femmes à la Chambre et plus de candidates, et c'est un plaisir lorsqu'elles sont élues et se joignent à nous ici à la Chambre.
Ce qui me dérange dans le projet de loi, c'est qu'il émane d'un gouvernement qui dit une chose, mais en fait une autre. Nous l'avons vu à maintes reprises, et en particulier avec l'Analyse comparative entre les sexes plus des libéraux. Nous avons surtout entendu aujourd'hui les témoignages du comité de la condition féminine. J'ai la chance d'avoir fait partie de ce comité pendant une brève période. J'ai bien aimé l'expérience. Cependant, les témoignages que nous avons entendus ici aujourd'hui sont très accablants pour l'histoire du gouvernement actuel et certainement pour la représentation des femmes et les droits des femmes au sein des Forces armées canadiennes.
Dans le cadre des témoignages que nous avons entendus à propos des inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, il a été question de la mise en œuvre de l'opération Honour, dont l'ancien chef d'état-major de la Défense, le général Vance, était responsable. Nous avons appris que des membres des forces armées appelaient cette opération « hop on her », un jeu de mots à partir de l'expression anglaise « op Honour ». « Hop on her » signifie « saute sur elle », ce qui donne une bonne idée de la culture toxique qui existait à l'époque et qui existe encore, d'après les témoignages.
Voici une autre histoire épouvantable. Une femme a comparu devant le comité pour parler de son expérience. Le lendemain, sur une page Facebook privée de la police militaire, utilisée surtout par des hommes, certains ont laissé des commentaires comme « ça ressemble aux logements familiaux le jour de la paie » et « Giggity », une référence à un personnage sexomane et coureur de jupons de l'émission pour adultes Family Guy. Voilà le genre d'activité qui se passait dans les Forces armées canadiennes.
Rappelons que le responsable de la mise en œuvre de l'opération Honour commettait lui-même régulièrement les infractions en question. Un témoin a comparé l'opération Honour à du lait caillé dans l'extrait que voici:
L'opération Honour a bel et bien permis d'engager la conversation et d'améliorer les ressources et la formation offertes aux membres des [Forces armées canadiennes], mais les dirigeants ont délibérément ignoré le fait qu'elle...
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, Liberal members on the Standing Committee on National Defence have been shamefully obstructing our committee from completing the study into sexual misconduct allegations in the Canadian Armed Forces. The defence committee has been stuck in the same meeting since May 21 with Liberals speaking ad nauseam and the chair needlessly suspending the meeting.
Yesterday, the Liberals even went so far as to filibuster their own amendment. That is the level of desperation they are taking to block our report from ever seeing the light of day. While they filibuster with their long-winded speeches to ensure Canadians never see a final report into this Liberal cover-up, they are disrespectfully and unfairly quoting survivors of military sexual misconduct.
This is the height of hypocrisy. This cheap political grandstanding is disappointing and reflects just how little regard the Liberals have for our troops. The scornful obstructionism by the Liberals has to stop. Time is running out. If they truly care about the victims of military sexual trauma, the Liberals would immediately allow a vote on my motion that would speed up the passage of our report and recommendations. Anything less is an insult to our brave women and men in uniform.
Monsieur le Président, honte aux députés libéraux du Comité permanent de la défense nationale qui ont fait de l'obstruction pour empêcher le comité d'examiner les allégations d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes! Les travaux du comité piétinent depuis le 21 mai, étant donné que les libéraux parlent ad nauseam et que le président suspend inutilement la séance.
Hier, les libéraux sont même allés jusqu'à faire de l'obstruction à leur propre amendement. Voilà le genre de mesures désespérées qu'ils prennent pour empêcher le rapport du comité de voir le jour. Durant leurs discours interminables destinés à faire de l'obstruction pour que les Canadiens ne voient jamais de rapport final sur ce camouflage libéral, les députés libéraux citent irrévérencieusement et injustement des victimes d'inconduite sexuelle militaire.
C'est le summum de l'hypocrisie. Cette démagogie politique de bas étage est décevante et témoigne du peu de respect qu'ont les libéraux pour nos troupes. Cet obstructionnisme méprisant des libéraux doit cesser. Le temps presse. S'ils se soucient vraiment des victimes de traumatismes sexuels dans l'armée, les libéraux accepteront sans attendre un vote sur la motion que j'ai présentée, afin d'accélérer la publication du rapport et l'adoption des recommandations, faute de quoi leur comportement serait une insulte pour nos courageux militaires.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, Justice Fish's report on the Liberal government's failure to protect our women and men in uniform was scathing and to the point. He said sexual misconduct in Canada's military is “as rampant in 2021 as in 2015”. This is a direct result of the defence minister's failure to follow the Prime Minister's 2015 mandate letter, which directed him to implement the recommendations of the Deschamps report.
Why did the Prime Minister ignore the Deschamps report instead of standing up for victims in the Canadian Armed Forces?
Monsieur le Président, le juge Fish a produit un rapport direct et accablant selon lequel le gouvernement libéral ne protège pas adéquatement les militaires canadiens. Il affirme que les inconduites sexuelles sont aussi endémiques dans les Forces armées canadiennes en 2021 qu'elles l'étaient en 2015. Ce résultat est directement attribuable au fait que le ministre de la Défense n'a pas suivi les consignes de la lettre de mandat rédigée en 2015 par le premier ministre, qui lui disait de mettre en œuvre les recommandations du rapport Deschamps.
Pourquoi le premier ministre a-t-il choisi de faire fi du rapport Deschamps au lieu de défendre les intérêts des victimes travaillant dans les Forces armées canadiennes?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-02 14:58 [p.7824]
Mr. Speaker, we know that our institutions are not living up to the needs of those who have experienced misconduct, including our military justice system. We have taken concrete actions to address this. We named Lieutenant-General Jennie Carignan as the Chief, Professional Conduct and Culture. We appointed Louise Arbour to conduct an independent review of the treatment of sexual misconduct and we will be immediately implementing dozens of recommendations from Morris Fish's review of the military justice system.
These are just some of the first steps. We know there is much more to do.
Monsieur le Président, nous sommes conscients que nos institutions, y compris le système de justice militaire, ne répondent pas adéquatement aux besoins des personnes qui ont été victimes d'inconduites. Nous prenons des mesures concrètes pour corriger cette situation. Nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe de la conduite professionnelle et de la culture. Nous avons demandé à Louise Arbour de mener une étude indépendante sur le traitement des inconduites sexuelles et nous mettrons immédiatement en œuvre des dizaines de recommandations faites par Morris Fish à la suite de son examen du système de justice militaire.
Ce n'est qu'un début. Nous savons qu'il y a beaucoup à faire.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, this is more Liberal dithering and delaying.
Justice Fish’s report yesterday and Justice Deschamps’ report in 2015 clearly stated the sexual misconduct response centre had to be independent and outside of National Defence. After five years and two reports, the Liberal government now wants to rag the puck and wait for a third opinion from a third retired Supreme Court justice. Our soldiers, sailors and aviators have been calling on the government for results, not more reports. The Prime Minister's cover-up of sexual misconduct by our top generals has gotten so bad his Liberal MPs are now obstructing the defence committee to stop its investigation.
What is the Prime Minister trying to hide?
Monsieur le Président, les libéraux tergiversent encore.
Selon le rapport publié hier par le juge Fish et le rapport de 2015 produit par la juge Deschamps, il est évident que le centre d'intervention à l'égard de cas d'inconduite sexuelle devait être indépendant et ne pas relever du ministre de la Défense nationale. Après cinq ans et deux rapports, le gouvernement libéral tergiverse encore et attend une troisième option d'un troisième juge de la Cour suprême à la retraite. Les membres de l'armée, de la marine et de l'aviation veulent que le gouvernement produise des résultats plutôt que d'autres rapports. L'opération de camouflage du premier ministre à l'égard de l'inconduite sexuelle de la part des plus hauts officiers a dégénéré au point où des députés libéraux font maintenant de l'obstruction au comité de la défense pour mettre fin à cette enquête.
Qu'est-ce que le premier ministre essaie de cacher?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-02 14:59 [p.7825]
Mr. Speaker, let me be clear, as I have been from the very beginning. Every woman or man who serves in our armed forces or works anywhere across the country deserves a safe work environment and deserves to be supported with the proper resources if they ever need to come forward to report misconduct or misbehaviour.
This is something that we have made significant progress on over the years, but as we have seen recently there is so much more to do. That is why we have taken strong steps to continue to move forward and to make sure that we transform the culture of our military and demonstrate proper support for all who serve.
Monsieur le Président, j'aimerais dire clairement, comme je l'ai fait depuis le tout début, que chaque femme ou chaque homme qui sert dans les forces armées ou qui travaille n'importe où au pays mérite d'avoir un environnement de travail sécuritaire et de recevoir le soutien et les ressources nécessaires lorsque vient le temps de dénoncer une inconduite.
Nous avons fait des progrès considérables à cet égard au fil des années, mais comme nous l'avons constaté récemment, il reste encore beaucoup à faire. C'est pourquoi nous avons pris des mesures énergiques pour poursuivre les efforts en vue de transformer la culture militaire et d’offrir le soutien nécessaire à tous les militaires.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, that is all talk and no action.
Justice Fish explicitly calls on the government to implement the Victims Bill of Rights provisions in Bill C-77. It is a bill that was passed by this Parliament two years ago this month and still has not been brought into force. He states that until those victims' rights are put in place, “sexual assaults should not be investigated or prosecuted under the National Defence Act”.
Why has the Prime Minister dragged his feet for years and failed to implement the rights for victims of sexual assault so they can finally get justice in our armed forces?
Monsieur le Président, ce ne sont que de belles paroles sans suite.
Le juge Fish a clairement exhorté le gouvernement à appliquer les dispositions de la Charte des droits des victimes dans le projet de loi C-77. Ce projet de loi a été adopté par le Parlement il y a deux ans ce mois-ci et il n’est toujours pas entré en vigueur. Le juge Fish a déclaré que tant que les dispositions concernant les droits des victimes ne sont pas mises en place, « les enquêtes et les procédures à l’égard d’agressions sexuelles ne devraient pas être effectuées sous le régime de la Loi sur la défense nationale ».
Pourquoi le premier ministre a-t-il traîné les pieds et n’a-t-il pas réussi à mettre en œuvre les droits des victimes d’agression sexuelle afin qu’elles puissent finalement obtenir justice dans nos forces armées?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-02 15:00 [p.7825]
Mr. Speaker, over the past number of years, we have taken significant steps to improve support for women and men in our military coming forward with allegations of misconduct, but we know there is much more to do. That is why we thank Justice Fish for his report and will be moving forward immediately on a number of those recommendations, but it is also why we have tasked Lieutenant-General Carignan to be there to support anyone who has issues right now, while at the same time we have moved forward with actions by Justice Arbour to ensure we are changing the culture for good.
Monsieur le Président, depuis un certain nombre d’années, nous avons pris d’importantes mesures pour mieux soutenir nos militaires, hommes ou femmes, qui nous ont fait part d’allégations de mauvaise conduite, mais nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire. C’est pourquoi nous remercions le juge Fish pour son rapport et nous allons immédiatement mettre en œuvre certaines de ses recommandations. C’est aussi pour cette raison que nous avons confié à la lieutenante-générale Carignan la mission de soutenir toute personne en difficulté en ce moment, pendant que la juge Arbour prend des mesures pour s’assurer que les mentalités changent pour de bon.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
I am sure, Mr. Speaker, that report will just collect dust on the Prime Minister's desk like the last report.
Justice Fish’s explosive report shows that only 25% of regular force members who were victims of sexual assault stated someone in authority found out about the crime, and 57% said no one in authority was even aware. The morale of our women and men in uniform is at an all-time low and their trust in reporting sexual assault to the military is abysmal. The Prime Minister's fake feminist credentials are on trial.
Will the Prime Minister immediately implement a military Victims Bill of Rights and make the sexual misconduct reporting centre truly independent?
Monsieur le Président, je suis convaincu que ce rapport ne fera que s'empoussiérer sur le bureau du premier ministre, tout comme le dernier rapport.
Selon le rapport explosif du juge Fish, seulement 25 % des membres de la Force régulière ayant été victimes d’agression sexuelle ont déclaré que l’incident avait été signalé à une personne en position d’autorité, tandis que 57 % ont dit qu’aucune personne en position d’autorité n’était au courant. Le moral des militaires canadiens n'a jamais été aussi bas et leur manque de confiance envers l'appareil militaire lorsqu'il s'agit de dénoncer une agression sexuelle est lamentable. L'heure du jugement est venue pour les prétentions féministes du premier ministre.
Le premier ministre instaurera-t-il immédiatement une charte des droits des victimes militaires et rendra-t-il le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle réellement indépendant?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-02 15:02 [p.7825]
Mr. Speaker, this is why we moved forward immediately with appointing Lieutenant-General Carignan to be someone who people in the military can turn to to start the change right away, but we know that to change the culture of the military, which has for far too long tolerated misogyny, sexual harassment and abuse, we need to go deeper than that. The work that Justice Arbour is doing will be that transformative element necessary to change our military for the better and support the women and men who serve.
Monsieur le Président, c'est pour cette raison que nous avons immédiatement nommé la lieutenante-générale Carignan à titre de personne vers qui les militaires peuvent se tourner pour amorcer le changement sur-le-champ. Toutefois, nous savons que, pour changer la culture du milieu militaire, qui tolère la misogynie, le harcèlement sexuel et les mauvais traitements depuis beaucoup trop longtemps, il faut aller plus loin que cela. Le travail de la juge Arbour sera l'élément transformateur nécessaire pour améliorer notre appareil militaire et soutenir les femmes et les hommes au sein des Forces armées canadiennes.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2021-05-31 17:11 [p.7650]
Madam Speaker, I will begin my contribution to this sober discussion of Bill C-6 and the need to protect Canadians from conversion therapy with experiences in my own life where individuals have been harmed by being directed unknowingly or forced into inappropriate treatments against their will.
My first experience was in the medical field, when I was employed at Souris Valley Mental Health Hospital. From its beginnings in 1921, it was considered on the cutting edge of experimental treatments for people with mental illness. The facility had a reputation of leading the way in therapeutic programming. Early techniques included insulin shock therapy, hydrotherapy, electroshock and lobotomy.
A lobotomy is a form of psychosurgery, a neurosurgical treatment of a mental disorder that involves severing most connections in the brain's prefrontal cortex. It was used for mental disorders, usually defined by a combination of how a person behaves, feels, perceives, and thinks, and occasionally other conditions as a mainstream procedure in some western countries for more than two decades, despite general recognition of frequent and serious side effects. While some people experienced symptomatic improvement with the operation, the improvements were achieved at the cost of creating other impairments. The procedure was controversial from its initial use, in part due to the balance between benefits and risks.
One of the patients in my care was Annie, one of the few remaining lobotomy patients at that time in Canada. Today, lobotomy has become a disparaged procedure, a byword for medical barbarism and an exemplary instance of the medical trampling of patients' rights.
What is remarkable to me is that the originator of the procedure shared the 1949 Nobel Prize for Physiology or Medicine for the “discovery of the therapeutic value of lobotomy in certain psychoses”. Clearly, what we know now would have made this award reprehensible.
Another personal experience with a method of conversion therapy was 30 years ago, when a family dear to me was navigating a behavioural problem. At a young age, a child was suffering anger and rebellion issues, and the treatment recommended to the parents was participation in a wilderness camp experience that taught discipline and built peer relationships. The parents’ grief was overwhelming, learning their young teen was coerced into submission with no compassionate support or counselling and had attempted suicide. Upon extraction from that place and hospitalization near home, they later learned that at an innocent age their child had been traumatized by sexual abuse.
In both of these scenarios, what was considered to be cutting-edge, state-of-the-art or appropriate treatment at the time was clearly abusive and wrong.
Today, in this bill and in the scientific and medical realms, conversion therapy is defined and only applied to the LGBTQ2 community. I support a conversion therapy ban, but not this conversion therapy ban, because this bans more than just conversion therapy. Bill C-6 clearly violates the fundamental Charter of Rights and Freedoms for LGBTQ2 and other Canadians.
The definition of conversion therapy conflates orientation with behaviour. The Bill C-6 definition states:
...conversion therapy means a practice, treatment or service designed to change a person’s sexual orientation to heterosexual, to change a person's gender identity or gender expression to cisgender or to repress or reduce non-heterosexual attraction or sexual behaviour or non-cisgender gender expression. For greater certainty, this definition does not include a practice, treatment or service that relates to the exploration and development of an integrated personal identity without favouring any particular sexual orientation, gender identity or gender expression.
The definition actually defines conversion therapy to include providing counselling for someone to reduce their unwanted sexual behaviour. This means that if counselling is about reducing porn use or sexual addiction but is not seeking to change someone’s orientation, it would still be a criminal act if it is non-heterosexual behaviour.
There are legitimate reasons why people of any orientation may want to reduce their behaviour. This definition, though, would allow only straight Canadians to get that support but not LGBTQ2 Canadians. This would directly violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms' equality provisions. It would criminalize any conversation including conversations initiated by LGBTQ2 individuals seeking answers to sexuality questions they wish to explore with family members, friends or faith leaders.
No medical body or professional counselling body in North America uses this definition created by the government for Bill C-6. The Canadian Psychological Association actually defines a psychologist as someone who helps clients change their behaviour, stating, “A psychologist studies how we think, feel and behave from a scientific viewpoint and applies this knowledge to help people understand, explain and change their behaviour.”
In addition to no medical or professional counselling body in North America using this definition, the bill’s definition contradicts itself. The government says that LGBTQ2 Canadians can still explore their sexuality, but exploration cannot happen if they cannot also choose to reduce behaviours that every other Canadian could get help with.
There are many reasons why someone would want to reduce unwanted behaviour without changing their orientation, but the bill would prevent any directional support that would reduce non-heterosexual behaviours. No one suspects that straight persons seeking to reduce sexual behaviour such as pornography use or sex addiction are attempting to change their sexual orientation. LGBTQ2 persons seeking the same kind of professional help could also just be wanting to reduce that behaviour without changing their orientation. Under this bill, however, they would not be able to get help because of their sexual orientation or gender identity. An exploration clause would not protect this treatment.
The language applies to conversations between and with parents, with trusted friends, discussions between individuals and faith leaders, as well as sensitive interactions with guidance counsellors. It also contains no exceptions for the right to conversations between parents and their children. Counsel from these individuals, people who are appropriately looked to for wisdom and support, would effectively be criminalized to the same degree as the damaging and unacceptable practices that all members of the House seek to prohibit. Currently, any course of counselling whereby individuals are seeking to reduce their sexual activities could be considered conversion therapy and therefore subject to legal intervention. This could be corrected.
In Bill C-6, the exploration clause itself directs patients’ counselling outcomes. Even professional counsellors seek not to do that for their patients, so why is the government directing outcomes with this bill? Professional counsellors are like a GPS: They only give directions, but the client decides the destination.
The government’s definition of conversion therapy is not used by governments around the world. No conversion therapy ban in the world bans counselling for unwanted non-heterosexual behaviour. I have reviewed and would be pleased to provide a research document listing 152 definitions of conversion therapy used around the world, including by all the governments that have passed a law or bylaw that are listed on Wikipedia, the United Nations, the United Church of Canada and LGBTQ2 activists like Kris Wells. None of them include sexual behaviour counselling independent of orientation change.
Bill C-6 is much too expansive, based on the fact that Canada's ban actually bans two kinds of counselling: sexual orientation change counselling and reduction of sexual behaviour counselling independent of orientation change. This is why the ban is so dangerous. No medical body or government in the world defines conversion therapy that way.
The UN definition, as follows, would better reflect what the definition of conversion therapy should be in Bill C-6:
“Conversion therapy” is an umbrella term used to describe interventions of a wide-ranging nature, all of which have in common the belief that a person's sexual orientation or gender identity can and should be changed. Such practices aim (or claim to aim) at changing people from gay, lesbian or bisexual to heterosexual and from trans or gender diverse to cisgender.
That is a good definition that this bill should reflect.
As a direct consequence of the flawed definition of conversion therapy, this bill would restrict freedom of choice and expression for LGBTQ2 Canadians. While the bill would allow for measures to change a child’s gender, including surgery and counselling, there is no such liberty afforded for those who wish to transition back to their birth gender. It would restrict intimate conversations intended to limit sexual behaviour, as well as individuals’ attempts to detransition.
This all-encompassing bill would not only criminalize people who listen or speak to those transitioning or having transitioned, but also those who have gone through the process of transitioning, have detransitioned, and are now sharing their stories with others. A simple search of the Internet will expose members to a wide range of thought, opinion, and the personal stories of those who have struggled with gender dysphoria. Not only would these individuals be criminalized by Bill C-6, but they would also be silenced by the implementation of Bill C-10, because of their communications on social media.
Many of those stories include decisions taken at a young age to begin the use of hormone treatment or to surgically alter one's body. For many, these decisions did not satiate feelings of gender dysphoria and, in many cases, worsened feelings of self-image and self-identity.
I will share a handful of these testimonies to have on record today.
In the case of one YouTuber, she, Elle Palmer, started taking testosterone at the age of 16. She had struggled for years with issues of self-hatred and, in her words, began the process of transitioning not in order to look more masculine but in order to hide elements of her body. In her opinion, transitioning was the ultimate form of self-harm. She wanted to change everything about herself and did not see a future in which she could be happy in her own body. At the time, she did not realize that it was possible not to hate her own body.
In another piece of personal testimony, Max explicitly states that gender transition was not the solution to her severe depression. In her words, she feels that she needed a transition in her life, but not from female to male.
Cari's advice to others is that, from her own experience and from her conversations with other detransitioned and reidentified women, “transition is not the only way, or even necessarily the best way, to treat gender dysphoria”. She speaks to her own experience, where she was prescribed hormones after four sessions of therapy. She notes that no attempts were made at these therapy sessions to process personal issues that she raised. She notes that no one in the medical or psychological field ever tried to dissuade her from her gender transition or to offer other options, other than to perhaps wait until age 18. She says, “I detransitioned because I knew I could not continue running from myself...because acknowledging my reality as a woman is vital to my mental health.”
Lee spoke to her experience: “There were all these red flags and I honestly wish that somebody had pointed them out to me and then I might not have transitioned in the first place. If I had realized that somebody with a history of an eating disorder, a history of childhood sexual abuse, a history of neglect and bullying for being a gender non-conforming female, a person with internalized homophobia and misogyny should not have been encouraged to transition.... I wish that somebody had sort of tried to stop me...transition...did not work for me.”
There is another story, which I transcribed from a post on YouTube from July 2019, which has now been made private, so I am going to respect the author's anonymity while sharing her thoughts. She said the following, and I am quoting her.
“I was transgender since I was 15. I’m 21 now.
“I don’t want to be a life-long medical patient. I don’t want to be psychologically dependent on hormones that are made in a lab and injected into me.
“What I want, and what I’ve always wanted, is peace with myself. Not surgically altered self, but my own self. I want to feel an organic love for my body. This body that I was born into, that I was lucky to be born into and inhabit.
“I wanted to find ways of dealing with my gender issues that aren’t medically transitioning, and those ways were not presented to me. Now is my time to make peace with femaleness. With womanhood.
“Even though I’m not good at being a woman, in the sense that I get gender dysphoria, a woman is still what I am. A dysfunctional, wonky, weird, gay, autistic, and completely authentic woman.
“I think I was possessed by some-thing. By an ideology. I can’t understate the role social media has played in all this.
“It’s glaringly obvious to me now that which part of the internet you inhabit for large chunks of time has serious effects on your brain, and your view of the world.
“When it feels right, I’ll tell my parents. And I know they’ll be happy to hear it, because the concerns they had about my 16-year-old self are the ones that I’m just starting to understand as a 21-year-old. I suppose wisdom really does come with age, doesn’t it.
“But, um, yeah, you try telling that to an isolated, self-loathing, gender non-conforming 16-year-old who wants to transition. I mean, you’re going to run into some issues.
“It’s just gender dysphoria that I deal with in my own way now, and I don’t want to go through all the things that I was kind of being, I guess, pressured by these online spaces to go and do.
“I know there are lots of people who are just like me, really, who are going through this same thing, and I have a funny feeling that there will be lots—lots more of us in the next few years as more people who are sort of teenagers, and non-binary and trans at the moment get into their early 20s.
“So, if I can make this resource that maybe people can relate to, because we are, we are, people like us, sort of um, masculine girls and butch lesbians, who were born between sort of the years 1995 and 2000 that have really been the guinea pigs for this.
“For this, whatever this is, going on in the trans community at the moment. We’ve been the guinea pigs and I’m at the other side now, and I really hope that some more people who are struggling with this can get out to the other side. Cuz it’s nice.”
These are not my fabrications. They are the personal, emotional testimonies of those who found that gender transition was not a permanent solution to their gender dysphoria and who found worth in their own process of detransition. These individuals have made their stories of detransitioning, or deciding not to surgically or hormonally transition, public and they stress that they are in no way being disrespectful toward the personal choices of others. This is important. They have friends and, as it stands, Bill C-6 would criminalize people like them. We cannot restrict the free, respectful and exploratory speech of those with valuable lived experience. The overreach of this legislation will harm those who seek to detransition as well as those who, of their own free will, seek support and counselling to change behaviour as LGBTQ2 individuals.
This ban censors conversations. It is not the definition of conversion therapy in Bill C-6 that would censor conversations about sexuality and gender, but the clause on advertising. At the justice committee, the government added the word “promotion” of conversion therapy as a criminal act. This means that free advertising, including verbal advertising, would be banned as criminal as well.
The original wording of the advertising ban states, “Everyone who knowingly advertises an offer to provide conversion therapy is”, and the updated clause states, “Everyone who knowingly promotes or advertises an offer to”. Because the bill defines conversion therapy as merely getting support to reduce behaviour, verbal promotion of a religious event that encourages people to remain celibate, a column that supports detransitioning or any kind of verbal advertising for a counselling session to reduce non-heterosexual behaviour would be made criminal.
Free to Question is an alliance of detransitioners, medical experts, parents, LGBTQ2 people and feminists who want to protect the right of health care professionals to offer ethical and agenda-free psychotherapy services and assessments to gender-dysphoric youth. I think it would be helpful to repeat the list of those participating in this alliance: detransitioners, medical experts, parents, LGBTQ2 people and feminists. They call for an addition to the bill to ensure health care professionals are able to support youth effectively. They wanted this in the bill:
For greater certainty, this definition does not apply to any advice or therapy provided by a social worker, psychologist, psychiatrist, therapist, medical practitioner, nurse practitioner or other health care professional as to the timing or appropriateness of social or medical transition to another gender, including discussion of the risks and benefits and offering alternative or additional diagnoses or courses of treatment.
Every one of us in the House has a responsibility to balance individual rights and freedoms within a diverse society. While the charter protects a pluralistic society, this bill creates a zero-sum game of winners and losers and puts pluralism at risk because the definition of conversion therapy being used causes more harm than good.
Bill C-6, like so many other bills and regulations the Liberal government has brought forward, intentionally seeks to control outcomes based on ideological indoctrination. It goes far beyond the agreed need to ban conversion therapy to controlling thought, speech and behaviour, and stifling democratic freedoms through overreaching legislation.
I support a conversion therapy ban, but not this conversion therapy ban, because this bans more than just conversion therapy. Therefore, I cannot support Bill C-6. Let us do better.
Madame la Présidente, j'aborderai ce débat sérieux sur le projet de loi C-6 et la nécessité de protéger les Canadiens des thérapies de conversion en parlant de personnes que j'ai connues et qui ont souffert parce qu'on les incitées, à leur insu, à suivre des traitements inadéquats ou les y a forcées.
Ma première expérience a été dans le domaine médical, quand j'ai travaillé à l'hôpital psychiatrique Souris Valley. Dès son ouverture, en 1921, cet hôpital offrait aux personnes atteintes d'une maladie mentale des traitements expérimentaux qui étaient considérés comme étant d'avant-garde. L'établissement avait la réputation d'être un précurseur dans les programmes thérapeutiques. Parmi les premières méthodes utilisées, notons celle du choc insulinique, de l'hydrothérapie, des électrochocs ainsi que la lobotomie.
Une lobotomie est une forme de psychochirurgie, un traitement neurologique d'un trouble mental qui consiste à sectionner la majorité des fibres du cortex préfrontal. Elle était utilisée pour traiter des troubles mentaux, qui sont déterminés par un ensemble de facteurs se rapportant à la façon dont une personne pense, se comporte, se sent ou perçoit les choses, mais elle servait aussi, parfois, à soigner d'autres maladies. Cette opération a été fort populaire dans certains pays occidentaux pendant plus d'une vingtaine d'années, même s'il était généralement admis qu'elle avait souvent des effets secondaires graves. L'amélioration des symptômes après l'opération constatée par certaines personnes se faisait au prix d'autres handicaps. Dès ses débuts, cette opération fut controversée, notamment parce que les risques étaient grands par rapport aux avantages.
L'une des patientes dont je m'occupais s'appelait Annie. Elle était l'une des rares personnes ayant subi une lobotomie à cette époque au Canada. Aujourd'hui, la lobotomie est devenue une procédure décriée, un synonyme de barbarie médicale et un exemple flagrant de violation des droits des patients par le corps médical.
Ce qui me paraît incroyable, c'est que l'inventeur de la procédure a été l'un des lauréats du prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1949 pour la « découverte de la valeur thérapeutique de la lobotomie dans le traitement de certaines psychoses ». De toute évidence, compte tenu de ce que nous savons aujourd'hui, une telle récompense aurait été jugée répréhensible.
Voici une autre expérience personnelle mettant en cause une méthode de thérapie de conversion. Cela s'est passé il y a 30 ans, alors qu'une famille qui m'était chère était aux prises avec un problème de comportement. Leur enfant souffrait, depuis son jeune âge, de problèmes de colère et de rébellion. Le traitement recommandé aux parents était d'envoyer leur jeune à un camp de plein air où l'on enseignait la discipline et où il pouvait tisser des liens avec ses pairs. Quel ne fut pas le chagrin des parents lorsqu'ils ont appris que leur adolescent avait été contraint à la soumission, sans aucun soutien ni encadrement compatissant, et que celui-ci avait fait une tentative de suicide. Les parents l'ont sorti de cet endroit pour l'hospitaliser près de chez eux. Ils ont appris plus tard qu'à un très jeune âge, leur enfant avait été traumatisé par des agressions sexuelles.
Dans ces deux scénarios, ce qui était considéré, à l'époque, comme un traitement de pointe, avant-gardiste ou approprié était manifestement abusif et inacceptable.
Aujourd'hui, tant dans le libellé de ce projet de loi que dans les milieux scientifique et médical, les thérapies de conversion ne s'appliquent par définition qu'aux membres de la communauté LGBTQ2. Je suis en faveur de l'interdiction de ces thérapies, mais pas sous cette forme, parce que ce projet de loi va au-delà des thérapies de conversion. Le projet de loi C-6 contrevient de toute évidence à la Charte des droits et libertés en ce qui a trait aux membres de la communauté LGBTQ2 et à d'autres Canadiens.
En effet, la définition de thérapie de conversion ne fait aucune distinction entre l'orientation et le comportement. Voici la définition fournie dans le projet de loi C-6:
[...] thérapie de conversion s'entend d'une pratique, d'un traitement ou d'un service qui vise à modifier l'orientation sexuelle d'une personne pour la rendre hétérosexuelle, à modifier l'identité de genre ou l'expression de genre d'une personne pour la rendre cisgenre ou à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels ou toute expression de genre non cisgenre. Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent à l'exploration et au développement d'une identité personnelle intégrée sans privilégier une quelconque orientation sexuelle, identité de genre ou expression de genre.
La définition de la thérapie de conversion inclut en fait le counseling visant à atténuer un comportement sexuel indésirable. Cela signifie que, si le counseling prodigué à une personne qui n'est pas hétérosexuelle porte sur la réduction de la consommation de pornographie ou de la dépendance sexuelle sans qu'il ne soit pour autant question de changement d'orientation, il y aurait malgré tout infraction criminelle.
Il y a des raisons légitimes de croire que des personnes de toute orientation pourraient aspirer à atténuer leur comportement. Toutefois, cette définition permettrait seulement aux Canadiens hétérosexuels d'obtenir ce soutien, pénalisant ainsi les Canadiens LGBTQ2. Il s'agit d'une violation directe du droit à l'égalité prévu dans la Charte canadienne des droits et libertés. Toute conversation serait ainsi criminelle, y compris celles entamées par des personnes LGBTQ2 qui souhaitent obtenir des réponses en matière de sexualité afin d'en discuter sérieusement avec les membres de leur famille, leurs amis ou des leaders spirituels.
Aucun corps médical ou organisation professionnelle de counseling en Amérique du Nord n'utilise la définition créée par le gouvernement dans le projet de loi C-6. Voici comment la Société canadienne de psychologie définit le travail du psychologue: « Le psychologue étudie la façon de penser, de se sentir et de se comporter d'un point de vue scientifique et applique ces connaissances en vue d'aider les personnes à comprendre, à expliquer et à modifier leur comportement. »
Outre le fait qu'elle n'est retenue par aucun corps médical ou organisation professionnelle de counseling en Amérique du Nord, la définition qui figure dans le projet de loi est contradictoire. Le gouvernement affirme que les Canadiens LGBTQ2 peuvent explorer leur sexualité, mais une telle exploration est impossible si ces personnes n'ont pas également la possibilité de réduire les comportements à l'égard desquels les autres Canadiens pourraient obtenir de l'aide.
Bien des raisons peuvent inciter une personne à vouloir réduire des comportements indésirables, sans pour autant changer son orientation. Pourtant, le projet de loi empêcherait tout soutien à l'orientation visant à réduire les comportements non hétérosexuels. Personne ne s'imaginerait que des personnes hétérosexuelles désireuses de réduire un comportement sexuel comme la consommation de pornographie ou la sexomanie cherchent à changer d'orientation sexuelle. Les personnes de la communauté LGBTQ2 à la recherche du même genre de soutien professionnel pourraient elles aussi simplement vouloir réduire un comportement sexuel sans pour autant changer d'orientation. Or, aux termes de ce projet de loi, elles ne pourraient pas obtenir de l'aide à cause de leur orientation sexuelle ou identité de genre. Une disposition sur l'exploration n'assurerait pas l'accès à un tel soutien thérapeutique.
Le projet de loi s'applique aux conversations entre parents et enfants et avec des amis de confiance ainsi qu'aux discussions délicates avec des chefs religieux et des conseillers en orientation. Par ailleurs, cette mesure ne prévoit aucune exception pour les conversations entre parents et enfants. Les conversations avec les personnes que je viens de mentionner auprès desquelles on cherche, à juste titre, conseils et soutien, seraient effectivement criminalisées au même degré que les pratiques dommageables et inacceptables que l'ensemble des députés souhaitent interdire. À l'heure actuelle, n'importe quel service de counseling pour réduire certaines activités sexuelles pourrait être considéré comme une thérapie de conversion et, de ce fait, donner lieu à une poursuite judiciaire. Nous pourrions remédier à cette lacune.
Dans le projet de loi C-6, la disposition sur l'exploration elle-même dicte les résultats des consultations des patients. Alors que même les professionnels en counseling s'efforcent d'éviter de diriger leurs patients, pourquoi le gouvernement dicte-t-il les résultats dans ce projet de loi? Les professionnels en counseling agissent un peu comme un GPS. Ils ne donnent que des instructions, c'est le client qui décide de la destination.
Le gouvernement utilise une définition de thérapie de conversion qui n'est pas utilisée par les gouvernements d'autres pays. Ailleurs dans le monde, aucune interdiction visant les thérapies de conversion n'interdit le counseling concernant des comportements non hétérosexuels indésirables. J'ai examiné un document de recherche, que je serais heureuse de fournir, qui énumère 152 définitions de la thérapie de conversion utilisées ailleurs dans le monde, y compris celles utilisées par tous les gouvernements que Wikipédia énumère comme ayant adopté une loi ou un règlement à ce sujet, par les Nations unies, par l'Église unie du Canada et par des militants LGBTQ2 comme Kris Wells. Aucune de ces définitions ne comprend de counseling en matière de comportement sexuel qui ne vise pas à changer l'orientation sexuelle.
Le projet de loi C-6 a une portée beaucoup trop vaste, et est fondé sur le fait que le Canada interdit deux types de counseling: celui sur la réorientation sexuelle et celui sur la réduction d'un comportement sexuel qui ne vise pas à changer l'orientation sexuelle. Voilà pourquoi cette interdiction est si dangereuse. Aucun corps médical ou gouvernement dans le monde ne définit ainsi la thérapie de conversion.
La définition qui suit, qui provient des Nations unies, reflète mieux ce que devrait être la définition de thérapie de conversion dans le projet de loi C-6:
« Thérapie de conversion » est une expression générique désignant des pratiques de nature très diverse, qui se fondent toutes sur la croyance selon laquelle l’orientation sexuelle et l’identité de genre d’une personne peuvent et devraient être changées. Ces pratiques visent à transformer (ou le prétendent) une personne gay, lesbienne ou bisexuelle en une personne hétérosexuelle, et une personne trans ou de genre variant en une personne cisgenre.
Voilà le genre de définition que ce projet de loi devrait contenir.
En raison de la définition boiteuse des thérapies de conversion, le projet de loi limiterait la liberté de choix et la liberté d'expression des Canadiens LGBTQ2. Alors que le projet de loi permettrait de prendre des mesures pour changer le sexe d'un enfant, y compris de la chirurgie et du counseling, il n'accorderait pas la même liberté à ceux qui souhaitent retrouver le sexe qu'ils avaient à la naissance. Il limiterait les conversations intimes visant à diminuer le comportement sexuel, ainsi que les tentatives de détransition des personnes.
Ce projet de loi englobant criminaliserait non seulement les personnes qui écoutent ceux qui procèdent à une transition ou qui l'ont déjà fait, ou qui discutent avec elles, mais aussi ceux qui ont suivi le processus de transition, qui ont procédé à une détransition, et qui racontent maintenant leur histoire à d'autres. Une simple recherche sur Internet permettra aux députés de constater un large éventail d'idées, d'opinions et de récits individuels de personnes qui ont souffert de la dysphorie de genre. Non seulement ces personnes seraient criminalisées par le projet de loi C-6, mais elles seraient également contraintes au silence par l'application du projet de loi C-10, en raison de leurs communications sur les médias sociaux.
Nombre de ces histoires sont celles de personnes qui ont décidé à un jeune âge de commencer à utiliser un traitement hormonal ou de subir une chirurgie pour modifier leur corps. Pour beaucoup, ces décisions n'ont pas apaisé les troubles de dysphorie de genre et, dans de nombreux cas, elles ont aggravé les problèmes d'image et d'identité de soi.
Je vais présenter quelques-uns des témoignages pour qu'ils soient consignés au compte rendu aujourd'hui.
Elle Palmer, une youtoubeuse, a commencé à prendre de la testostérone à l'âge de 16 ans. Pendant de nombreuses années, elle a éprouvé une haine de soi et, pour reprendre ses mots, a entamé un processus de transition, non pas pour avoir l'air plus masculine, mais pour cacher certains éléments de son corps. Selon elle, la transition était la forme ultime d'automutilation. Elle voulait tout changer d'elle-même et ne voyait aucune possibilité de se sentir bien dans son corps. À l'époque, elle ignorait qu'il était possible de ne pas détester son corps.
Max, un autre témoin, a déclaré sans équivoque qu'une transition de genre n'était pas la solution pour guérir la dépression sévère dont elle souffrait. Selon elle, elle avait besoin d'une transition dans sa vie, mais pas d'une transition de femme à homme.
En se fondant sur sa propre expérience et ce qui ressort de ses conversations avec d'autres personnes ayant suivi une détransition et une réidentification, Cari prévient que « la transition n'est pas la seule solution pour traiter la dysphorie de genre ». Elle parle de sa propre expérience. On lui a prescrit des hormones après quatre séances de thérapie. Elle signale que, à ces séances de thérapie, on n'a nullement tenté de régler les problèmes personnels qu'elle a mentionnés. De plus, pas une seule personne du milieu médical ou de celui de la santé psychologique n'a tenté de la dissuader de changer de genre ou ne lui a offert une autre option que celle d'attendre d'avoir 18 ans. Elle a dit: « J'ai suivi une détransition parce que je savais que je ne pouvais pas continuer d'éviter de faire face à ma situation [...] et parce que reconnaître ma réalité en tant que femme est essentiel à ma santé mentale. »
Lee a parlé ainsi de son expérience: « Il y avait tous ces signaux d'alarme, et j'aurais vraiment aimé que quelqu'un m'en parle. Peut-être qu'alors je n'aurais pas fait la transition. Si j'avais su qu'une personne ayant des antécédents de troubles alimentaires, d'abus sexuel dans l'enfance, de négligence et d'intimidation parce que c'est une femme non conforme à son genre, qu'une personne ayant des pulsions homophobes et misogynes intériorisées n'aurait pas dû être encouragée à faire la transition [...] J'aurais aimé que quelqu'un essaie de m'arrêter [...] La transition [...] n'a pas fonctionné pour moi. »
Il y a une autre histoire que j'ai transcrite à partir d'une publication sur YouTube qui remonte à juillet 2019, mais cette information est maintenant confidentielle, alors je vais raconter l'expérience de l'auteure de cette publication en respectant son anonymat. Je la cite:
« Je suis transgenre depuis l'âge de15 ans et j'ai 21 ans, maintenant.
Je ne veux pas suivre de traitements médicaux toute ma vie. Je ne veux pas être psychologiquement dépendante d'hormones fabriquées dans un laboratoire.
Ce que je veux, et que j'ai toujours voulu, c'est être en paix avec moi-même. Pas un moi modifié chirurgicalement, mais mon propre moi. Je veux ressentir un amour physique pour mon corps. Ce corps dans lequel je suis née, dans lequel j'ai eu la chance de naître et d'habiter.
Je voulais trouver des moyens de gérer mes problèmes de genre qui ne soient pas une transition médicale, et ces moyens ne m'ont pas été présentés. Il est temps pour moi de faire la paix avec mon côté femme, avec ma féminité.
Même si je ne sais pas comment être une femme, dans le sens où je souffre d'une dysphorie de genre, je suis toujours une femme. Une femme dysfonctionnelle, déglinguée, bizarre, gay, autiste, et complètement authentique.
Je pense que j'étais possédée par quelque chose. Par une idéologie. Les médias sociaux ont certainement joué un rôle dans tout ça.
Il est évident pour moi maintenant que passer de longues heures à visiter le même genre de sites a une sérieuse incidence sur notre cerveau et notre vision du monde.
Quand ce sera le bon moment, je le dirai à mes parents. Je sais qu'ils seront heureux d'entendre cela, car je commence tout juste à comprendre à 21 ans les préoccupations qu'ils avaient à mon sujet quand j'avais 16 ans. La sagesse vient vraiment avec l'âge, n'est-ce pas?
Mais, ouais, essayez de dire ça à une jeune de 16 ans isolée, qui se déteste, qui est non conformiste sexuelle et qui veut faire une transition. Je veux dire, vous allez avoir des problèmes.
C'est juste que je gère ma dysphorie de genre à ma façon maintenant. Je ne veux pas faire toutes ces choses que ces sites en ligne me poussaient à faire, je suppose.
Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui sont comme moi, vraiment, qui vivent la même chose, et j'ai un drôle de sentiment, à savoir qu'il y aura beaucoup plus de gens comme nous dans les années à venir, car les adolescents non binaires et trans d'aujourd'hui atteindront alors la vingtaine.
Donc, si cette vidéo peut servir de ressource aux gens parce qu'ils s'y reconnaissent, parce que nous, les filles masculines et les lesbiennes hommasses nées entre 1995 et 2000, avons vraiment été des cobayes dans cette affaire-là, ce serait bien.
Dans cette affaire-là, quoi que ce soit, qui se passe dans la communauté trans en ce moment. Nous avons été les cobayes et je suis de l'autre côté maintenant, et j'espère vraiment que d'autres, qui vivent les mêmes affres, pourront passer de l'autre côté. Parce que c'est sympa. »
Je n'invente pas ces mots. Il s'agit du témoignage personnel, émotionnel de personnes qui en sont venues à la conclusion que la transition de genre n'est pas une solution permanente à leur dysphorie de genre et qui ont trouvé leur valeur dans leur processus de détransition. Ces personnes ont rendu publique leur histoire de détransition ou leur décision de ne pas subir d'opération chirurgicale ou de traitement hormonal pour changer de sexe et maintiennent avec insistance qu'elles respectent le choix personnel des autres. C'est important. Ces personnes ont des amis que le projet de loi C-6, dans sa forme actuelle, criminaliserait. On ne peut restreindre le discours libre, respectueux et exploratoire des personnes qui ont vécu cette situation et qui nous font part de leur précieuse expérience. En allant trop loin, ce projet de loi nuira aux membres de la communauté LGBTQ2 qui souhaitent effectuer une détransition ou qui, de leur plein gré, désirent obtenir du soutien ou du counseling pour changer un comportement.
Cette interdiction censure le dialogue. Ce n'est pas la définition que donne le projet de loi C-6 de « thérapie de conversion » qui censurerait le dialogue sur la sexualité et le genre, mais plutôt sa disposition concernant la publicité. Un ajout apporté par le gouvernement au comité de la justice érige en acte criminel le fait de faire la « promotion » d'une thérapie de conversion. Cela aurait pour effet d'interdire et de criminaliser la publicité sans frais, y compris la publicité verbale.
Le libellé original concernant l'interdiction relative aux publicités se lit comme suit: « Quiconque fait sciemment de la publicité pour offrir de la thérapie de conversion est coupable », et la version modifiée se lirait: « Quiconque fait sciemment de la promotion ou de la publicité pour offrir de la thérapie de conversion est coupable ». Comme la définition de thérapie de conversion dans le projet de loi inclut toute aide obtenue dans le but de réduire un comportement, la promotion verbale d'activités religieuses dont l'objectif est d'inciter les gens à demeurer célibataires, les chroniques qui soutiennent la détransition ou toute annonce au sujet de séances de counselling dont l'objectif est de réduire les comportements non hétérosexuels seraient illégales.
L'organisme Free to Question est un regroupement de gens qui ont fait une détransition, de spécialistes médicaux, de parents, de membres de la communauté LGBTQ2 et de féministes qui souhaitent protéger le droit des professionnels de la santé d'offrir des services et des évaluations éthiques et impartiaux en psychothérapie pour les jeunes atteints de dysphorie de genre. Je crois qu'il convient de répéter qui fait partie de ce regroupement: des gens qui ont fait une détransition, des spécialistes médicaux, des parents, des membres de la communauté LGBTQ2 et des féministes. Ils demandent qu'un passage soit ajouté au projet de loi afin que les professionnels de la santé puissent offrir des services efficaces aux jeunes. Ils demandent qu'on ajoute ceci au projet de loi:
Il est entendu que cette définition ne s'applique pas aux conseils ou aux thérapies prodigués par les travailleurs sociaux, les psychologues, les psychiatres, les thérapeutes, les médecins, les infirmières praticiennes ou d'autres professionnels de la santé quant au moment ou à la pertinence d'une transition sociale ou médicale vers un autre genre, y compris la discussion des risques et des avantages, des solutions de rechange ou des diagnostics et traitements supplémentaires.
Chacun de nous, à la Chambre, a la responsabilité de trouver un équilibre entre les droits et les libertés individuels au sein d'une société diversifiée. La Charte protège une société pluraliste, alors que ce projet de loi crée une situation gagnant-perdant et met à risque le pluralisme parce que la définition des thérapies de conversion utilisée fait plus de mal que de bien.
Le projet de loi C-6, comme bien d'autres projets de loi et règlements présentés par le gouvernement libéral, tente sciemment de contrôler les résultats en se basant sur un endoctrinement idéologique. Il va beaucoup plus loin que l'interdiction des thérapies de conversion, qui fait consensus. Il cherche à contrôler la pensée, le discours et le comportement et à réprimer les libertés démocratiques au moyen de mesures législatives qui vont trop loin.
Je suis en faveur de l'interdiction des thérapies de conversion, mais pas de cette interdiction-ci des thérapies de conversion, parce que cette interdiction ne vise pas seulement les thérapies de conversion. Par conséquent, je ne peux pas appuyer le projet de loi C-6. Tâchons de faire mieux.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-05-31 17:37 [p.7654]
Mr. Speaker, I want to thank my hon. colleague for her speech. It was one of the more informative speeches we have heard here today. She really tackled the issues in the bill: key terms and concepts, unlike what we have seen from a lot of the Liberals.
When the Liberals get up to talk about this they talk about banning conversion therapy, and everybody is in favour of banning conversion therapy. It all comes down to what one defines as conversion therapy. It has been our intention the entire time to ensure that the definition is right.
I want to commend my hon. colleague for her speech today. Could the member comment a little more about the inclusion of the term “behaviour” in this bill?
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de son discours, l'un des plus informatifs que nous ayons entendus aujourd'hui. Elle a vraiment exploré tous les enjeux liés au projet de loi, en s'attardant sur les principaux termes et concepts, contrairement à ce que font la plupart des libéraux.
En effet, quand les libéraux interviennent, ils parlent d'interdire les thérapies de conversion, une idée que tout le monde approuve. L'important, c'est la façon de définir ces thérapies. Nous tenons, depuis le début, à ce que ce terme soit défini correctement.
Je félicite la députée pour le discours qu'elle a prononcé aujourd'hui. Pourrait-elle nous parler davantage de l'emploi du terme « comportement » dans le projet de loi?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2021-05-31 17:37 [p.7654]
Mr. Speaker, it is so important to me that we deal with facts and not name-calling.
In a recent Nanos poll, 91% of Canadians supported the right of Canadians to get the counselling of their choice, regardless of sexual orientation. I think that says it all, right there. The majority of Canadians want all Canadians to get the counselling of their choice, regardless of sexual orientation.
What this bill does now, since going to committee and coming back, is it removes that opportunity: that right to get counselling in regard to sexual behaviour. That should not be impacted by sexual orientation. Even the Minister of Justice admitted that Bill C-6 prevents consenting adults from getting the counselling they want. In introducing the bill, he said that the government:
[recognizes] that criminalizing profiting from conversion therapy means that consenting adults would be prevented from accessing conversion therapy unless it is available free of charge.
Since when does the government have the authority to tell individual people what they want to do? I think that applies especially here in regard to seeking help with behavioural issues that any Canadian wants help with, and 91% of us think—
Monsieur le Président, je trouve absolument essentiel d'examiner les faits au lieu d'échanger des insultes.
Selon un sondage Nanos réalisé récemment, 91 % des Canadiens considèrent que les Canadiens devraient avoir le droit d'obtenir le counseling de leur choix, peu importe leur orientation sexuelle. Cela dit tout, selon moi. La majorité des Canadiens souhaitent que tous leurs concitoyens obtiennent le counseling de leur choix, peu importe leur orientation sexuelle.
Ce projet de loi, qui est de retour à la Chambre après l'étude en comité, élimine cette possibilité, ce droit, en ce qui concerne les comportements sexuels. Ce droit ne devrait pas dépendre de l'orientation sexuelle des gens. Le ministre de la Justice a lui-même admis que le projet de loi C-6 empêche les adultes consentants d'obtenir le counseling qu'ils désirent. Voici ce qu'il a dit quand il a présenté le projet de loi:
Nous reconnaissons également qu’en criminalisant le fait de tirer profit d’une thérapie de conversion, nous faisons en sorte que les adultes consentants ne pourront avoir accès qu’à des thérapies de conversion gratuites.
Depuis quand le gouvernement a-t-il le droit de dire aux gens ce qu'ils souhaitent faire? C'est particulièrement pertinent quand il s'agit des questions de comportement pour lesquelles les Canadiens souhaitent avoir de l'aide. Rappelons que 91 % des Canadiens sont d'avis que...
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, Major-General Dany Fortin, the general in charge of Canada’s COVID-19 vaccine rollout, is under investigation and has been removed from his position. The Prime Minister and his defence minister say they knew about these serious allegations weeks before he was suspended.
Major-General Fortin served closely in Afghanistan alongside General Vance and the Minister of Defence. Did the Prime Minister leave Major-General Fortin in his position for weeks because he is another Afghanistan war buddy of the defence minister just like General Vance?
Monsieur le Président, le major-général Dany Fortin, à qui on a confié le déploiement des vaccins contre la COVID-19 au Canada, fait l'objet d'une enquête et a été démis de ses fonctions. Le premier ministre et le ministre de la Défense disent qu'ils étaient au courant d'allégations sérieuses des semaines avant que le major-général soit suspendu.
Le major-général Fortin a collaboré étroitement avec le général Vance et le ministre de la Défense en Afghanistan. Est-ce parce que le major-général Fortin a été, tout comme le général Vance, compagnons d'armes du ministre de la Défense en Afghanistan que le premier ministre l'a laissé en poste pendant des semaines?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-26 15:07 [p.7375]
Mr. Speaker, on this side of the House, we are committed to building a true culture of inclusion in our Canadian Armed Forces. We became aware of an ongoing CFNIS investigation involving Major-General Fortin. As it is an ongoing investigation, I am not able to comment further, but we remain focused on the vaccine rollout with millions more vaccines arriving every week.
Monsieur le Président, de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes résolus à bâtir une véritable culture d'inclusion dans les Forces armées canadiennes. Nous avons été mis au courant de l'enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes dont faisait l'objet le major-général Fortin. Comme l'enquête est en cours, je ne peux pas en dire davantage. Cependant, nous nous concentrons toujours sur le déploiement des vaccins, dont nous recevons des millions de doses chaque semaine.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, let us be clear. General Vance served alongside the defence minister in Afghanistan and the Prime Minister left him as chief of the defence staff for three years after the government was told of allegations of sexual misconduct. Major-General Fortin also worked closely with General Vance and the defence minister in Afghanistan and was left in charge of our vaccine rollout for weeks after the Prime Minister learned of the investigation into his misconduct.
However, Admiral Art McDonald who never served with the defence minister was shown the door within hours. Why is the Prime Minister helping the defence minister cover up sexual misconduct for his war buddies?
Monsieur le Président, comprenons-nous bien. Le général Vance a servi dans les forces armées aux côtés du ministre de la Défense nationale en Afghanistan, et le premier ministre l'a laissé dans son poste de chef d'état-major de la Défense pendant trois ans après que le gouvernement ait été informé des allégations d'inconduite sexuelle le concernant. Or, le major-général Fortin a aussi travaillé en étroite collaboration avec le général Vance et le ministre de la Défense en Afghanistan, et le premier ministre l'a laissé dans son poste de responsable du programme de vaccination pendant des semaines après avoir été informé de l'enquête sur les allégations de son inconduite.
Pourtant, on a montré la porte à l'amiral Art McDonald, qui n'a jamais servi aux côtés du ministre de la Défense, quelques heures à peine après la divulgation d'allégations semblables. Pourquoi le premier ministre a-t-il aidé le ministre de la Défense à cacher l'inconduite sexuelle de ses copains de guerre?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-26 15:08 [p.7375]
Mr. Speaker, we know that our institutions are not living up to the needs of those who have experienced misconduct. That includes the military justice system. That is why we have taken concrete actions to address this. We named Lieutenant-General Jennie Carignan as the chief of professional conduct and culture. We named Morris Fish to conduct the third independent review of the entire military justice system. We also recently appointed Louise Arbour to conduct an independent review of the treatment of sexual misconduct.
These are just the first steps. We know there is much more to do and we will do it to ensure that every woman and man who serves in the Armed Forces is properly supported.
Monsieur le Président, nous savons que nos institutions, y compris le système de justice militaire, ne répondent pas aux besoins des personnes qui sont victimes d'actes d'inconduite. Voilà pourquoi nous avons pris des mesures concrètes pour remédier à ce problème. Nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe de la conduite professionnelle et de la culture. Nous avons chargé Morris Fish d'effectuer un troisième examen indépendant de l'ensemble du système de justice militaire. Nous avons aussi récemment nommé Louise Arbour pour mener un examen indépendant de la façon dont on traite les cas d'inconduite sexuelle.
Ce ne sont là que les premières étapes. Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire et nous allons le faire afin que toutes les femmes et tous les hommes qui servent dans les Forces armées canadiennes reçoivent le soutien approprié.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the claim by the Prime Minister that they take sexual misconduct in the forces seriously is a myth and that was destroyed by his deputy minister of national defence. Jody Thomas said that Justice Deschamps' report was treated as a mere checklist. The Prime Minister wrote in the defence minister's mandate letter to establish a workplace free from harassment, but we now know the Liberal government conspired to do nothing to implement Justice Deschamps' report.
Will the Prime Minister admit that he and the defence minister failed to protect the women and men in our Canadian Armed Forces from sexual misconduct?
Monsieur le Président, la prétention du premier ministre selon laquelle on prend au sérieux l'inconduite sexuelle dans les forces armées est un mythe, qui a été mis à mal par la sous-ministre de la Défense nationale, Jody Thomas. Selon cette dernière, le rapport de la juge Deschamps a été traité comme une simple liste de vérification. Dans sa lettre de mandat au ministre de la Défense, le premier ministre a demandé à ce dernier d'établir un milieu de travail exempt de harcèlement, mais nous savons maintenant que le gouvernement libéral a manigancé en vue de ne rien faire pour donner suite au rapport de la juge Deschamps.
Le premier ministre admettra-t-il que le ministre de la Défense nationale et lui n'ont pas protégé les femmes et les hommes des Forces armées canadiennes contre l'inconduite sexuelle?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-26 15:09 [p.7375]
Mr. Speaker, we know that going back decades there has been a real challenge at the Canadian Armed Forces in terms of supporting people who come forward with allegations of misconduct, with unacceptable experiences and that is why we need to change the culture.
We have taken significant steps since we arrived in 2015 to improve the culture at the Canadian Armed Forces, but we recognize there is much more to do. We are committed to doing that. We are not going to point fingers or attack others for choices that they have made. We are going to make sure that the support is there for women and men who actually serve in the Armed Forces.
Monsieur le Président, nous savons que, depuis des décennies, les Forces armées canadiennes ont eu bien du mal à soutenir les personnes faisant part d'allégations d'inconduite et d'expériences inacceptables. C'est pourquoi un changement de culture s'impose.
Depuis notre arrivée au pouvoir en 2015, nous avons pris des mesures importantes pour améliorer la culture des Forces armées canadiennes, mais nous reconnaissons qu'il reste encore beaucoup de travail, et nous nous engageons à le faire. Nous ne pointerons personne du doigt et nous ne nous attaquerons pas à d'autres pour les choix qu'ils ont faits. Nous allons simplement nous assurer de soutenir les hommes et les femmes servant dans les forces armées.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, by what date will the minister speak out on allegations that her cabinet colleague knew about harassment allegations against General Vance but did nothing?
Monsieur le président, à quelle date la ministre s'exprimera-t-elle sur les allégations selon lesquelles son cabinet était au courant des allégations de harcèlement sexuel contre le général Vance, mais n'y a pas donné suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, let me be very clear. Every woman in Canada, very much, including the brave women who serve our country in uniform, has the right to work free of harassment and fear.
Monsieur le président, je serai très claire. Chaque femme au Canada, y compris les femmes courageuses qui portent l'uniforme pour défendre notre pays, a fondamentalement le droit de travailler dans un environnement exempt de harcèlement et de peur.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, by what date will the minister speak out on allegations that her cabinet colleague knew about harassment allegations against General Vance but did nothing?
Monsieur le président, à quelle date la ministre s'exprimera-t-elle sur les allégations selon lesquelles son collègue du Cabinet était au courant que le général Vance était visé par des allégations de harcèlement sexuel, mais n'a rien fait pour y donner suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I have been very clear and our government has been very clear on the Canadian Armed Forces. All Canadian women, particularly perhaps Canadian women in uniform, deserve a workplace free of harassment.
Monsieur le président, j'ai été très claire et le gouvernement a été très clair au sujet des Forces armées canadiennes. Toutes les femmes canadiennes, surtout les femmes en uniforme, méritent de travailler dans un environnement sans harcèlement sexuel.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Chair, how does the minister feel about serving in a cabinet and knowing that a colleague knew about harassment allegations but did nothing?
Monsieur le président, comment la ministre se sent-elle à l'idée de faire partie d'un Cabinet où l'un de ses collègues était au courant d'allégations sexuelles, mais n'y a pas donné suite?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I am very proud to serve in this cabinet, and it is a tremendous privilege to be supporting Canadians in this once-in-a-generation national crisis.
Monsieur le président, je suis très fière de servir dans ce Cabinet. C'est un immense privilège d'aider les Canadiens pendant cette crise nationale qui marquera cette génération.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-25 14:27 [p.7318]
Mr. Speaker, the Prime Minister ignored my question about banks increasing their banking fees, just like the Prime Minister ignored the Deschamps report.
However, his national defence deputy minister has clearly stated what we have known for a long time: “I think that as little was done as possible to make it look like the report had been responded to without any real change. No structural change, no legislative change, no outside the department, outside the Canadian Armed Forces reporting.”
Why does the Prime Minister refuse to put in place the Deschamps report and why does it continue to fail women in the Canadian Armed Forces?
Monsieur le Président, le premier ministre a ignoré ma question concernant la hausse des frais bancaires au même titre qu'il a ignoré le rapport Deschamps.
Cela dit, la sous-ministre de la Défense nationale a clairement dit ce que nous savions déjà depuis un bon moment: « Je pense que l'on a fait le strict minimum pour donner l'impression que l'on avait donné suite au rapport sans apporter de réels changements. Il n'y a eu aucun changement sur le plan structurel ou législatif, et aucun rapport n'a été fait à l'extérieur du ministère et des Forces armées canadiennes. »
Pourquoi le premier ministre refuse-t-il de mettre en vigueur les recommandations du rapport Deschamps et pourquoi continue-t-il de manquer à ses engagements envers les femmes au sein des Forces armées canadiennes?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-25 14:28 [p.7318]
Mr. Speaker, we agree that our institutions are not living up to the needs of those who have experienced misconduct, and that includes the military justice system.
We have taken concrete actions to address this. We have named Lieutenant-General Jennie Carignan as the Chief, Professional Conduct and Culture. We have named Morris Fish to conduct the third independent review of the entire military justice system. We also recently appointed Louise Arbour to conduct an independent review of the treatment of sexual misconduct.
These are just the first steps. We know that every woman or man who serves in the Canadian Armed Forces deserves to be properly supported, and we will ensure that.
Monsieur le Président, nous sommes d'accord pour dire que nos institutions ne répondent pas aux besoins des personnes qui sont victimes d'inconduite, et cela vaut pour le système de justice militaire.
Nous avons pris des mesures concrètes pour résoudre ce problème. Nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan cheffe de la conduite professionnelle et de la culture. Nous avons chargé Morris Fish d'effectuer un troisième examen indépendant de l'ensemble du système de justice militaire. De plus, nous avons récemment confié à Louise Arbour le mandat de procéder à un examen indépendant de la façon dont le système judiciaire traite les agressions sexuelles.
Ce ne sont là que les premières étapes du processus. Nous savons que toutes les femmes et tous les hommes qui servent dans les Forces armées canadiennes méritent d'être appuyés adéquatement, et nous ferons en sorte que ce soit le cas.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-05-25 14:44 [p.7321]
Mr. Speaker, since 2015, the Liberals have been sitting on the Deschamps report, failing to implement any of its recommendations. Instead, they announced yet another report on the sexualized culture in the armed forces. Even the deputy minister of National Defence admitted that the government failed women in the armed forces, saying as little was done as possible to make it look like the report had been responded to without any real change.
Why should women in the armed forces have any faith in the government when a high-ranking member of the Department of National Defence agrees that the Liberals only make symbolic gestures rather than real change?
Monsieur le Président, les libéraux ont le rapport Deschamps en main depuis 2015 et ils n'ont rien fait. Ils n'ont mis en œuvre aucune de ses recommandations. Plutôt, ils ont annoncé un autre rapport sur la culture sexualisée au sein des forces armées. Même la sous-ministre de la Défense nationale a admis que le gouvernement avait manqué à son devoir envers les femmes dans les forces armées, disant que l'on a déployé le moins d'efforts possible, juste assez pour donner l'impression qu'on était intervenu en réponse au rapport, sans opérer de véritable changement.
Comment les femmes membres des forces armées peuvent-elles faire confiance au gouvernement alors qu'une haute dirigeante du ministère de la Défense nationale convient que les libéraux n'ont fait que poser des gestes symboliques plutôt que d'instaurer un véritable changement?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-25 14:45 [p.7321]
Mr. Speaker, we know that the measures we have implemented have not gone far enough and that we have much more work to do. More needs to be done to fully enact the structural, legislative and cultural changes outlined in Justice Deschamps' recommendations. This is one of the reasons why the sexual misconduct response centre reports to the deputy minister and not to the military.
More work needs to be done and this is why we have appointed Justice Arbour, who will build on the work of Justice Deschamps to examine defence culture and provide recommendations on how to effect that culture change.
Monsieur le Président, nous sommes conscients que les mesures que nous avons prises ne vont pas assez loin et que nous avons encore beaucoup de travail à faire. Il faut faire plus pour instaurer pleinement les changements structurels, législatifs et culturels énoncés dans les recommandations de la juge Deschamps. C'est l'une des raisons pour lesquelles le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle relève de la sous-ministre et non d'un responsable du milieu militaire.
Il reste du travail à faire. Voilà pourquoi nous avons nommé la juge Arbour, qui s'appuiera sur le travail de la juge Deschamps pour examiner la culture au sein de la Défense nationale et formuler des recommandations sur la façon d'opérer ce changement de culture.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, the allegations of sexual misconduct against General Vance were properly handled. Who said that? It was the feminist Prime Minister of course, during an interview. He said with a straight face that far too many sexual assault survivors, both women and men, do not feel safe when it comes to testifying, and that is why we must make changes. What a joke. He has been Prime Minister for six years. He could have made these changes.
Why is the Prime Minister insulting Canadians' intelligence?
Madame la Présidente, concernant le traitement des allégations d'inconduite sexuelle contre le général Vance, tout a été fait de la bonne manière. Qui a dit cela? C'est le premier ministre féministe bien sûr, lors d'une entrevue. Il a confirmé sans broncher que beaucoup trop de femmes et d'hommes, survivants d'agression sexuelle, ne se sentent pas en sécurité lorsqu'ils veulent en témoigner. C'est pourquoi nous devons faire les changements. C'est une blague. Cela fait six ans que le premier ministre est en poste. Il aurait pu apporter ces changements.
Pourquoi le premier ministre se moque-t-il de l'intelligence des Canadiennes?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:40 [p.7240]
Madam Speaker, our government takes allegations of sexual misconduct extremely seriously, and no one should feel unsafe at work. That is why we passed Bill C-77, a declaration of victims rights that puts victims at the core of the military justice system, which reviews unfounded cases.
We also created a sexual misconduct response centre. We know that we have a lot more work to do, and we are going to get it done.
Madame la Présidente, le gouvernement prend les allégations d'inconduite sexuelle très au sérieux, et personne ne devrait se sentir en danger au travail. Voilà pourquoi nous avons adopté le projet de loi C-77, qui crée la Déclaration des droits des victimes et place ces dernières au centre du système de justice militaire, en plus de prévoir le réexamen des cas jugés non fondés.
Nous avons également mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle. Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire, et nous le ferons.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, in the same interview, the Prime Minister was asked why he was keeping his Minister of National Defence on. He said that the Minister of National Defence had done an outstanding job. Those words came from someone who treated two of his ministers callously, behaved inappropriately towards a journalist, and did nothing in six years to fix the problem of sexual abuse in the Canadian Forces. The bar is so low, no wonder he has such warped reasoning.
Does the Prime Minister think that Canadian women are experiencing this fiasco differently?
Madame la Présidente, dans la même entrevue, on a demandé au premier ministre pourquoi il gardait en poste son ministre de la Défense nationale. Il a répondu que le ministre de la Défense nationale avait fait un travail extraordinaire. Ces mots viennent de quelqu'un qui a traité de façon cavalière deux de ses ministres, qui aurait eu des comportements inappropriés envers une journaliste et qui n'a rien fait en six ans pour régler le problème d'abus sexuels dans les Forces canadiennes. Comme la barre est fixée très basse, on comprend pourquoi son résonnement est aussi tordu.
Le premier ministre pense-t-il que les Canadiennes vivent différemment ce fiasco?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:42 [p.7240]
Madam Speaker, I will let the member opposite continue on with the partisan attack. We are going to stay focused on making sure that we have an inclusive environment inside the Canadian Armed Forces. That is why we have implemented the path to dignity and respect, a strategy for long-term culture change to eliminate sexual misconduct within the Canadian Armed Forces.
We know we have a lot more work to do. We also have a lot more work to do when it comes to systemic racism, which is why we have an independent panel working on that as well. We will get this done.
Madame la Présidente, je vais laisser le député d'en face poursuivre ses attaques partisanes. De notre côté, nous allons continuer de veiller à créer un environnement inclusif au sein des Forces armées canadiennes. Dans ce but, nous avons mis en œuvre la stratégie La voie vers la dignité et le respect, qui vise un changement de culture à long terme pour éliminer l'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes.
Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail à accomplir. Nous avons aussi énormément à faire pour ce qui est du racisme systémique. C'est pourquoi un groupe d'experts indépendant se penche sur ce dossier. Nous ferons ce qu'il faut.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, it is not partisan to state the facts.
The fact is that the Deschamps report was filed in 2015, and it spelled out everything. The Prime Minister did not do anything, and neither did his Minister of National Defence. In 2018, everyone was aware that there were allegations against General Vance, but we are being asked to believe that the Prime Minister knew nothing.
Does he honestly take Canadian women for fools?
Madame la Présidente, on ne fait pas de la politique lorsqu'il s'agit de faits.
Les faits sont qu'en 2015, le rapport Deschamps a été déposé et tout y était. Le premier ministre n'a rien fait, et son ministre de la Défense nationale non plus. En 2018, tout le monde était au courant qu'il y avait des allégations contre le général Vance, mais il faudrait croire que le premier ministre ne savait rien.
Est-ce qu'il prend vraiment les Canadiennes pour des connes?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-14 11:43 [p.7240]
Madam Speaker, as we have stated, any time information was brought forward on any type of allegations, we always immediately forwarded it to the appropriate agencies for the appropriate action, which is something the member opposite and the former government also did when allegations were brought forward. However, the Conservatives still appointed General Vance when there was an investigation going on at that time.
We know that we have a lot more work to do. It is something that we, as a government, are absolutely committed to.
Madame la Présidente, comme nous l'avons indiqué, chaque fois que nous avons été informés d'allégations, de quelque type que ce soit, nous en avons immédiatement avisé les organismes compétents afin qu'ils prennent les mesures appropriées. C'est aussi ce qu'on fait le député d'en face et le gouvernement précédent lorsque des allégations ont été faites, mais les conservateurs ont tout de même procédé à la nomination du général Vance alors qu'il faisait l'objet d'une enquête.
Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail à faire, et nous sommes absolument déterminés à nous attaquer au problème.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-12 14:40 [p.7108]
Mr. Speaker, allegations of sexual misconduct against General Vance have been circulating since 2018. The Minister of National Defence was aware of the existence and the nature of those allegations since 2018.
However, General Vance was not subject to an investigation and suffered no consequences. Not only did he remain in his position with no questions asked for three years, but he was also even given a pay raise.
Will the Prime Minister confirm that the Minister of National Defence never saw fit to inform him of the existence of allegations against the highest-ranking officer in the military?
Monsieur le Président, depuis 2018, des allégations d'inconduite sexuelle circulent au sujet du général Vance. Le ministre de la Défense nationale était au courant de l'existence et de la nature de ces allégations depuis 2018.
Pourtant, le général Vance n'a subi aucune enquête ni aucune conséquence. Non seulement il a été maintenu en poste sans la moindre question durant trois ans, mais il a même obtenu une augmentation de salaire.
Est-ce que le premier ministre confirme que le ministre de la Défense nationale n'a jamais cru bon de l'informer de l'existence d'allégations contre le plus haut gradé de l'armée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:41 [p.7108]
Mr. Speaker, the Standing Committee on National Defence heard multiple witnesses over three months, including non-partisan public servants, say that the details of the allegation were unknown. The record is clear.
During her testimony, the deputy secretary to the cabinet said, “I did not have information about the nature of the complaint or specifics that would have enabled further action.”
The former mediator testified at committee that he could not provide any details, saying that he took the investigation as far as he could with the complainant's permission.
This highlights why we need to create a system in which people feel supported to come forward.
Monsieur le Président, le Comité permanent de la défense nationale a entendu de multiples témoins pendant trois mois, y compris des fonctionnaires non partisans, dire que les détails de l'allégation étaient inconnus. Le dossier est clair.
La secrétaire adjointe du Cabinet a témoigné. Elle a dit: je ne disposais même pas d'informations sur la nature de la plainte ou des détails qui auraient permis de prendre des mesures supplémentaires.
L'ancien médiateur a dit devant le Comité qu'il ne pouvait fournir aucun détail. Il a déclaré qu'il avait mené l'enquête aussi loin que possible avec l'autorisation de la plaignante.
Cela souligne pourquoi nous devons créer un système dans lequel les gens se sentent soutenus pour se manifester.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-12 14:42 [p.7108]
Mr. Speaker, in 2015, 2019 and 2021, the Prime Minister asked the Minister of National Defence to work with the senior leaders of the Canadian Armed Forces to establish a workplace free from harassment. He asked three times.
Not only did the minister not do that, but he hid information from the Prime Minister regarding allegations of sexual misconduct involving Canada's top soldier. Not only did the minister not fulfill his mandate, he acted directly against it.
How can the Prime Minister still have confidence in his Minister of National Defence?
Monsieur le Président, en 2015, en 2019 et en 2021, le premier ministre a demandé au ministre de la Défense nationale de collaborer avec les hauts gradés des Forces armées canadiennes, afin d'établir un milieu de travail exempt de harcèlement. Il l'a fait trois fois.
Non seulement ce n'est pas ce que le ministre a fait, mais il a même caché au premier ministre l'existence d'allégations d'inconduite sexuelle contre le plus haut gradé de l'armée. Non seulement il n'a pas rempli son mandat, mais il est allé carrément à l'encontre de ce dernier.
Comment le premier ministre peut-il avoir encore confiance en son ministre de la Défense nationale?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:42 [p.7108]
Mr. Speaker, in budget 2021, we announced over $236 million to eliminate sexual misconduct and gender-based violence in the Canadian Armed Forces, including enhancing internal support services to survivors and implementing new external oversight mechanisms.
This builds on the work we were already doing, including creating a strategy for long-term culture change to eliminate sexual misconduct and implementing the declaration of victims rights.
We also recently appointed Louise Arbour to conduct an independent review into the handling of sexual misconduct, as well as Lieutenant-General Carignan to serve in the new role of chief of professional conduct and culture.
Monsieur le Président, dans le budget de 2021, nous avons annoncé plus de 236 millions de dollars pour éliminer l'inconduite sexuelle et la violence fondée sur le genre dans les Forces armées canadiennes, notamment pour améliorer les services de soutien interne aux survivants et aux survivantes et pour mettre en œuvre de nouveaux mécanismes de surveillance externe.
Cela s'appuie sur le travail qui nous faisions déjà pour une stratégie de changement culturel à long terme visant à éliminer l'inconduite sexuelle et pour la mise en œuvre de la Déclaration des droits des victimes.
Nous avons aussi récemment nommé Louise Arbour pour mener un examen indépendant du traitement de l'inconduite sexuelle, ainsi que la lieutenante-générale Carignan au nouveau poste de chef de la déontologie et de la culture.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am now prepared to rule on the question of privilege raised on April 28, 2021 by the member for Portage—Lisgar concerning allegedly misleading statements made by the Prime Minister.
The member argued that the Prime Minister, by denying he knew of allegations of sexual misconduct against General Vance in 2018, intentionally misled the House during Oral Questions. In support of that allegation, she presented internal emails from the Privy Council Office and testimony given before the Standing Committee on National Defence. The member then reviewed the precedents in this matter. Following this, she intervened again to point out that, when there is some doubt on the matter, the Chair should let the House decide, while stressing the importance of clarity for the deliberations and the integrity of the information provided by the government.
The member for Esquimalt—Saanich—Sooke then argued that it would hinder members' work if they were misled in order to prevent them from holding the government accountable. In order to determine whether some officials were negligent, members must know whether the Prime Minister or staff within his office were aware of the allegations. He also urged the Chair to take note of the testimony given before the Standing Committee on National Defence.
In response, the Leader of the Government in the House of Commons stated that the Prime Minister had not misled the House and that his answers had remained consistent.
The House leader covered in detail the points raised by the member for Portage—Lisgar while citing the statements, emails and committee testimony. He argued that the facts had been twisted to raise doubt about the Prime Minister’s statements. He indicated that a simple doubt was not enough to establish a prima facie question of privilege and that, in this case, there was no possible doubt.
The member for Rivière-du-Nord added that there were differences between the Prime Minister’s statements and the testimony heard by the Standing Committee on National Defence. He also urged the Chair to take note of the testimony and asked that the matter be referred to the Standing Committee on Procedure and House Affairs for clarifications.
The question of privilege which the Chair has been asked to rule on is the following: Did the Prime Minister's responses during Oral Questions contain contradictions that would allow one to conclude that he intentionally misled the House?
To answer this question, three elements must be proven to convince the Chair that statements were deliberately misleading: First, the statement must effectively be misleading or manifestly contradictory; second, the author of the statement must know, in making the statement, that it is false; third, the member intended to mislead the House.
Before continuing, I would be remiss if I did not mention the unusual nature of the argument put forward by the members. A thorough review of precedents, including those to which the member for Portage—Lisgar referred, shows and reveals a common trait. The remarks under review were always those made by a single member. In this case, what is being proposed is a review not only of the Prime Minister’s responses, but also of the context in which they were made. The Chair is being asked, in fact, to conduct this review in light of the proceedings of a standing committee relating to a study currently under way. There is no precedent where the Chair has used testimony from a committee without there being a report on the subject.
This aspect of the matter is a concern for the Chair. It is not for the Speaker to untangle the committee evidence to determine who knew what and when. Such an initiative would trespass on the role of committee members and constitute a breach of my duty to act with impartiality. It is up to the committee to continue its own study and to inform the House of its conclusions, if it deems it appropriate, as has been the tradition.
In this respect, the scope of my mandate is thus limited. The question of privilege raised is tantamount to asking the Chair to, on the one hand, compare the responses given by the Prime Minister during question period and, on the other hand, rule on his intention when those responses were provided.
More broadly, as Speaker Milliken summed it up on April 21, 2005, at page 5412 of Debates:
In the present case, I must determine whether the minister's responses in any way impeded members in the performance of their parliamentary duties and whether the remarks were intentionally misleading.
When previous questions of privilege concerning misleading statements have been deemed to be prima facie questions of privilege, the three elements to be proven to convince the Chair that the statements were deliberately misleading were clearly satisfied. In the example cited by the member for Portage—Lisgar from February 1, 2002, at pages 8,581 and 8,582 of Debates, and in a similar case from March 3, 2014, at pages 3,430 and 3,431 of Debates, the members involved admitted that they had made false declarations. In both cases, given the indisputable evidence before the House, previous Speakers ruled on February 1, 2002 and March 3, 2014, at the aforementioned pages in Debates, that a prima facie case had been established. Given the contradictory statements made by the members in each case, my predecessors determined that there was no choice but to have the situation referred to the appropriate committee for further consideration.
With respect to the question of privilege before us, I have reviewed the responses to Oral Questions offered by the Prime Minister on March 10, 11 and 24, 2021, and on April 27, 2021. The Chair did not find contradictions in them or elements that would allow one to conclude that they are misleading statements. There is thus no reason to continue this analysis.
I acknowledge that some members think that the Prime Minister's responses are contradicted by the information presented in committee, while others maintain that the same information confirms the validity of his responses. These disagreements occur frequently in the House, and it is not the Chair's role to adjudicate them. In the event that members are clearly and deliberately misled by deceptive statements, the Chair may have a role to play to ensure that members can perform their duties. Based on the information I have, that is not the case here.
Thus, the Chair cannot conclude that the Prime Minister deliberately misled the House. I find that there is no prima facie question of privilege.
I thank the hon. members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 28 avril 2021 par la députée de Portage-Lisgar concernant des déclarations trompeuses qu’aurait formulées le premier ministre.
La députée a en effet soutenu que le premier ministre, en niant avoir été au courant d’allégations d’inconduite sexuelle à l’encontre du général Vance en 2018, avait intentionnellement induit la Chambre en erreur lors de la période des questions orales. Pour appuyer cette allégation, elle a mis en lumière des courriels internes du Bureau du Conseil privé et des témoignages devant le Comité permanent de la défense nationale. La députée a enfin passé en revue des précédents en la matière. Par la suite, elle est intervenue de nouveau en rappelant qu’en cas de doute sur la question, le Président devrait laisser la Chambre trancher, en insistant sur l’importance de la clarté pour nos délibérations et de celle de l’intégrité des renseignements fournis par le gouvernement.
Le député d’Esquimalt-Saanich-Sooke a, quant à lui, souligné qu’il y aurait entrave au travail des députés si on les a induits en erreur pour les empêcher de demander des comptes au gouvernement. Afin de déterminer s’il y a eu négligence de la part de certains responsables, les députés doivent savoir si le premier ministre ou des membres du personnel de son bureau étaient au courant des allégations. Il a lui aussi invité la présidence à prendre connaissance des témoignages devant le Comité permanent de la défense nationale.
En réponse, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a affirmé que le premier ministre n'a pas induit la Chambre en erreur et qu'il est demeuré cohérent dans ses réponses.
Le leader a abordé en détail les points soulevés par la députée de Portage—Lisgar en citant les déclarations, les courriels et les témoignages du Comité. Selon lui, les faits ont été déformés de manière à soulever un doute sur les déclarations du premier ministre. Il a soutenu qu'un simple doute n'était pas suffisant pour qu'une question de privilège soit fondée de prime abord et que, dans ce cas particulier, il n'y avait aucun doute possible.
Le député de Rivière-du-Norda ajouté qu'il y avait des différences entre les déclarations du premier ministre et les témoignages entendus au Comité permanent de la défense nationale. Il a également invité la présidence à prendre connaissance des témoignages et demandé de renvoyer l'affaire au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre afin d'obtenir des éclaircissements.
La question de privilège sur laquelle on demande à la présidence de se prononcer se résume à ce qui suit: déterminer si les réponses offertes par le premier ministre, dans le cadre des questions orales, contiennent des contradictions qui permettraient de conclure qu’il a sciemment induit la Chambre en erreur.
Pour répondre à cette question, trois éléments doivent être prouvés pour convaincre la présidence que des déclarations sont délibérément trompeuses: premièrement, la déclaration est effectivement trompeuse ou manifestement contradictoire; deuxièmement, l’auteur de la déclaration savait, au moment de faire la déclaration, que celle-ci était fausse; troisièmement, l’auteur avait l’intention d’induire la Chambre en erreur.
Avant de poursuivre, je m'en voudrais de ne pas relever le caractère inusité des arguments présentés par les députés. Un examen exhaustif des précédents, incluant ceux auxquels la députée de Portage—Lisgar s'est référée, permet de voir et de faire ressortir un trait commun. Les propos qui font l'objet d'un examen ont toujours été ceux d'un seul député. En l'espèce, on propose non seulement un examen des réponses du premier ministre, mais aussi le contexte dans lequel elles s'inscrivent. On demande en effet d'effectuer cet examen à la lumière des délibérations d'un comité permanent dans le cadre d'une étude en cours. Il n'existe aucun précédent où le Président a utilisé des témoignages provenant des comités sans qu'il y ait eu un rapport sur le sujet.
Cet aspect de la question préoccupe la présidence. Il n’est pas du ressort de la présidence de démêler les témoignages entendus devant un comité pour déterminer qui savait quoi et à quel moment. Il s’agirait d’une ingérence dans le rôle des membres du comité, ce qui constituerait un manquement à mon devoir d’impartialité. Il appartient plutôt au Comité de poursuivre son étude et de faire part de ses conclusions à la Chambre, s’il le juge approprié, comme le veut la tradition.
À cet égard, la portée de mon mandat est donc limitée. La question de privilège soulevée équivaut à demander à la présidence d'une part, de comparer les réponses données par le premier ministre pendant la période des questions orales et, d'autre part, de se prononcer sur l'intention de celui-ci lorsque ces réponses étaient fournies.
Plus globalement, comme le Président Milliken l'avait résumé le 21 avril 2005 à la page 5412 des Débats,
Dans le cas qui nous occupe, je dois décider si les réponses du ministre ont de quelque façon que ce soit empêché les députés d'exercer leurs fonctions parlementaires, et si les commentaires visaient à induire délibérément la Chambre en erreur.
Lorsque des questions de privilège concernant des déclarations trompeuses ont été jugées fondées de prime abord dans le passé, les trois éléments devant être prouvés pour convaincre la présidence que les déclarations étaient délibérément trompeuses ont été clairement respectés. Dans l’exemple du 1er février 2002 cité par la députée de Portage—Lisgar, aux pages 8581 et 8582 des Débats, et dans un cas semblable survenu le 3 mars 2014 aux pages 3430 et 3431 des Débats, les députés concernés avaient avoué qu’ils avaient fait de fausses déclarations. Dans les deux cas, étant donné les preuves incontestables présentées devant la Chambre, d’anciens Présidents ont conclu le 1er février 2002 et le 3 mars 2014, aux pages susmentionnées, que la question de privilège était fondée à première vue. Étant donné les déclarations contradictoires faites par les députés dans chaque cas, mes prédécesseurs ont conclu qu’il n’existait pas d’autre choix que de renvoyer l’affaire au comité compétent pour examen.
À l'égard de la question de privilège qui nous occupe, j'ai revu les réponses aux questions orales offertes par le premier ministre les 10, 11 et 24 mars 2021, ainsi que celles du 27 avril dernier. La présidence n'a pas trouvé en elles des contradictions ou des éléments qui permettent de conclure qu'elles constituent des déclarations trompeuses. Il n'y a donc pas lieu de poursuivre l'analyse.
Je comprends que certains députés pensent que les réponses du premier ministre sont contredites par des informations présentées en comité, alors que d’autres maintiennent que ces mêmes informations confirment la validité de ses réponses. Ces désaccords sont fréquents à la Chambre et il n’appartient pas à la présidence de trancher. Lorsque les députés sont clairement et délibérément induits en erreur par des déclarations trompeuses, la présidence peut avoir un rôle à jouer pour s’assurer que les députés puissent s’acquitter de leurs tâches. À partir des informations dont je dispose, ce n’est pas le cas en l’instance.
Par conséquent, la présidence ne peut conclure que le premier ministre a délibérément induit la Chambre en erreur. Je conclus qu’il n’y a pas, de prime abord, matière à question de privilège.
Je remercie les députés de leur attention.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:20 [p.7057]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office and the Privy Council Office used the term “sexual harassment” five times in emails regarding General Vance.
Why did the Prime Minister personally sign off on General Vance's pay raise while his office was investigating the allegations of sexual harassment?
Monsieur le Président, le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé ont utilisé le terme « harcèlement sexuel » à cinq reprises dans des courriels au sujet du général Vance.
Pourquoi le premier ministre a-t-il personnellement approuvé une augmentation de salaire pour le général Vance alors que son bureau examinait les allégations de harcèlement sexuel?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:21 [p.7057]
Mr. Speaker, as the Leader of the Opposition well knows, it was not my office that looked into these allegations because it would be inappropriate for a politician's office to follow up on and investigate allegations.
That is precisely why my office made sure that this file was handed over to the appropriate authorities for independent follow-up. Our government has always taken the responsibility of protecting the women and men who serve in the armed forces seriously, and we will always be there to support survivors.
Monsieur le Président, comme le chef de l'opposition le sait très bien, ce n'est pas mon bureau qui a examiné ces allégations, car il serait inapproprié pour un bureau de politicien de faire des suivis et des enquêtes sur des allégations.
C'est justement pour cette raison que mon bureau s'est assuré de remettre ce dossier aux autorités responsables afin qu'elles assurent un suivi indépendant. Notre gouvernement a toujours pris au sérieux la responsabilité de protéger les femmes et les hommes qui servent au sein des forces armées et nous serons toujours là pour appuyer les survivants.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:21 [p.7057]
Mr. Speaker, five different times the Prime Minister's Office, the Privy Council Office and the minister's office all used the phrase “sexual harassment” in emails regarding General Vance. A senior Liberal told the Toronto Star this weekend that the PMO and PCO both knew it was of a sexual nature.
Why did the Prime Minister personally sign off on General Vance's pay raise while his office was actively covering up allegations of sexual harassment?
Monsieur le Président, à cinq occasions, le Cabinet du premier ministre, le Bureau du Conseil privé et le cabinet du ministre ont employé les mots « harcèlement sexuel » dans des courriels pour parler du général Vance. Un libéral de haut rang a confirmé au Toronto Star en fin de semaine que le Cabinet du premier ministre et le Bureau du Conseil privé étaient tous les deux au courant de la nature sexuelle des allégations.
Pourquoi le premier ministre a-t-il personnellement autorisé l'augmentation de salaire du général Vance pendant que ses collaborateurs faisaient tout pour éviter que les allégations de harcèlement sexuel ne s'ébruitent?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:22 [p.7057]
Mr. Speaker, that is simply not the truth. When allegations were brought forward from the ombudsperson to the Minister of National Defence, he knew that it would be inappropriate for politicians to engage in such an investigation. That is why he forwarded it to the appropriate authorities at the PCO, so they could follow up on it. That, by the way, was exactly the same process followed when the leader of the opposition was in government and received allegations concerning General Vance.
We followed the right process on this and we know we have much more to do to ensure the protection of anyone who wants to come forward.
Monsieur le Président, c'est tout simplement faux. Quand l'ombudsman a informé le ministre de la Défense nationale des allégations en question, celui-ci savait qu'en tant que politicien, il ne devait pas se mêler d'une enquête de cette nature. Il s'est donc adressé aux autorités compétentes du Bureau du Conseil privé afin qu'elles y donnent suite. Je rappelle d'ailleurs que le chef de l'opposition a fait exactement la même chose quand il était du côté ministériel et qu'il a appris l'existence d'allégations concernant le général Vance.
Nous avons fait les choses dans les règles de l'art dans le cas qui nous occupe, mais nous savons qu'il y a encore beaucoup à faire pour bien protéger tous ceux et celles qui souhaitent dénoncer ce qu'ils ont vécu.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:22 [p.7057]
The right process, Mr. Speaker? The Prime Minister just contradicted his chief of staff. Katie Telford did investigate the nature of the allegations because she told committee that she knew the complaint was not “a safety issue”. If she knew it was not a safety issue, she would have had to know the underlying elements of the allegation made against General Vance.
It sounds like Ms. Telford was conducting an investigation and spoke to someone about the nature of the complaint. Who was it?
Le bon processus? Monsieur le Président, le premier ministre vient de contredire sa cheffe de cabinet. Katie Telford a bien fait enquête sur la nature des allégations parce qu'elle a dit au comité qu'elle savait que la plainte n'était pas liée à une question de sécurité. Si elle savait que ce n'était pas une question de sécurité, elle devait donc connaître les éléments sous-jacents aux allégations à l'égard du général Vance.
On dirait bien que Mme Telford a mené une enquête et a parlé à quelqu'un à propos de la nature de la plainte. De qui s'agit-il?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:23 [p.7057]
Mr. Speaker, as a government, from the very beginning we have taken extraordinarily seriously the responsibility of standing up for survivors, and of making sure that women and men who serve in our armed forces and in our institutions across this country have the right kinds of support and recourse. What is very clear is that, despite all the significant actions that we have taken as a government, all the significant progress that we have had, women and men who are survivors of sexual assault or harassment are still not getting the right support. That is why we are doing more. We will always take this seriously and put survivors' interests first.
Monsieur le Président, d'emblée, l'ensemble du gouvernement a pris avec le plus grand sérieux la responsabilité de parler au nom des survivants et de veiller à ce que les femmes et les hommes au sein de nos forces armées et de nos institutions partout au pays aient accès aux bons soutien et recours. Ce qui est évident, c'est que, malgré toutes les mesures importantes prises par le gouvernement, malgré tous les progrès majeurs réalisés, les femmes et les hommes qui ont survécu à une agression ou à du harcèlement sexuel n'obtiennent toujours pas le bon soutien. Voilà pourquoi nous faisons plus pour eux. Nous allons toujours prendre cette responsabilité au sérieux et prioriser les intérêts des survivants.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-11 14:37 [p.7059]
Mr. Speaker, whenever we ask the government about the allegations of sexual misconduct against General Vance we are told that the government took immediate action.
However, the government did not dismiss General Vance. There was no investigation, no disciplinary action and no implementation of the recommendations in the 2015 Deschamps report. Nothing. The general was allowed to stay in his position for three years with a nice salary increase, while the government shelved the Deschamps report.
When the government says that it acted swiftly what is it talking about exactly?
Monsieur le Président, lorsqu'on questionne le gouvernement sur les allégations d'inconduite sexuelle du général Vance, on se fait répondre: nous avons agi immédiatement.
Pourtant, le gouvernement ne l'a pas congédié. Il n'a pas enquêté, il n'a pas entamé de démarches disciplinaires, et il n'a pas mis en vigueur les recommandations du rapport Deschamps en 2015. Non. Il a maintenu le général en poste pendant trois ans avec une belle augmentation de salaire, tout en tablettant le rapport Deschamps.
Quand le gouvernement nous répond qu'il a agi rapidement, de quoi parle-t-il au juste?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:38 [p.7060]
Mr. Speaker, when Mr. Walbourne brought the information forward, I reached out immediately to the Privy Council Office. Privy Council Office officials then reached out to Mr. Walbourne the very next day. That is immediate action.
However, we know that we have a lot more work to do. Our government takes allegations of sexual misconduct very seriously. No one should feel unsafe to work. Some of the work we have been doing includes passing Bill C-77, a declaration of victims rights, to put victims at the core of the military justice system. It also reviews unfounded cases. We have more work to do, and we will get it done.
Monsieur le Président, quand M. Walbourne a fourni l'information, j'ai immédiatement pris contact avec le Bureau du Conseil privé, dont les responsables ont communiqué avec lui dès le lendemain. C'est ce qui s'appelle agir immédiatement.
Nous savons cependant qu'il reste beaucoup de travail à faire. Le gouvernement prend très au sérieux les allégations d'inconduite sexuelle. Personne ne devrait se sentir menacé au travail. Parmi les mesures que nous avons prises, il y a l'adoption du projet de loi C-77, la Déclaration des droits des victimes, qui place les victimes au cœur du système de justice militaire. Il permet aussi le réexamen des cas jugés non fondés. Il reste du travail à faire et nous allons le faire..
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-11 14:38 [p.7060]
Mr. Speaker, it is really embarrassing that he is still the minister answering the questions on this.
After three years of inaction, he no longer has any credibility to act, unfortunately. After refusing to look at the allegations against General Vance, he no longer has credibility to advocate for victims. That is why the Bloc Québécois demanded that he be relieved of his duties. He no longer has any credibility.
Does the leader in the House realize that he is undermining the credibility of his own government every time he asks this parliamentarian to speak to sexual misconduct in the military?
Monsieur le Président, c'est très gênant que ce soit encore ce ministre qui répond aux questions de ce sujet.
Après trois ans d'inaction, il n'a malheureusement plus de crédibilité pour agir. Après avoir refusé de prendre connaissance des allégations contre le général Vance, il n'a plus de crédibilité pour intervenir à la défense des victimes. C'est pour cela que le Bloc québécois a exigé qu'il soit démis de ses fonctions. Il n'a plus de crédibilité.
Le leader à la Chambre réalise-t-il qu'il mine la crédibilité de son propre gouvernement chaque fois qu'il demande encore à ce parlementaire de prendre la parole sur les inconduites sexuelles dans l'armée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:39 [p.7060]
Mr. Speaker, no politician should ever be involved in the investigation. We take swift action and swift action was taken. The information was brought forward, and it was immediately passed on to the Privy Council Office, which followed up with Mr. Walbourne the very next day.
As I stated, we have a lot more work to do, and we will get it done.
Monsieur le Président, aucun politicien ne devrait participer à l'enquête. Nous avons rapidement pris des mesures. L'information a été fournie et transmise immédiatement au Bureau du Conseil privé, qui a fait le suivi auprès de M. Walbourne dès le lendemain.
Comme je l'ai dit, il reste beaucoup de travail à faire et nous allons le faire.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, there can only be trust in our military when Canadians have confidence that their elected representatives will hold the military in check. An unelected and unaccountable member of the Prime Minister's staff decided to withhold critical information from the Prime Minister, breaking that trust.
Any allegation against Canada's top general is serious and could jeopardize the safety of the country and its citizens. Who told Katie Telford that the allegations against General Vance were not a safety issue: the defence minister, the Privy Council or General Vance?
Monsieur le Président, il ne peut y avoir de confiance dans les forces armées que si les Canadiens sont convaincus que leurs représentants élus auront les militaires à l'œil. Un membre du personnel du premier ministre, qui n'est pas élu et qui n'est pas tenu de rendre des comptes, a décidé de ne pas révéler des renseignements essentiels au premier ministre, brisant ainsi le lien de confiance.
Toutes les allégations contre le plus haut gradé au Canada sont graves et pourraient compromettre la sécurité du pays et de sa population. Qui a dit à Katie Telford que les allégations contre le général Vance n'étaient pas une question de sécurité: le ministre de la Défense, le Conseil privé ou le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:49 [p.7062]
Mr. Speaker, we take allegations of sexual misconduct very seriously and immediate action was taken. We need to make sure that no politician is ever involved in any type of investigation. That is why the information was given to non-partisan public officials. It is also very important that the previous government followed that process.
We need to make sure that we listen to survivors and that we have a harassment-free workplace in the Canadian Armed Forces. This is something that we are absolutely committed to doing.
Monsieur le Président, nous prenons les allégations d'inconduite sexuelle très au sérieux, et des mesures immédiates ont été prises. Il faut s'assurer qu'aucun politicien n'intervient dans tout type d'enquête. C'est pourquoi l'information a été transmise à des fonctionnaires non partisans. Il est également très important que le gouvernement précédent ait suivi ce processus.
Nous devons tout faire pour écouter les survivants et avoir un milieu de travail exempt de harcèlement dans les Forces armées canadiennes. Nous sommes tout à fait déterminés à y parvenir.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the defence minister and Katie Telford withheld critical information about Canada's top soldier from the Prime Minister. Tragically, the Prime Minister gave General Vance a performance bonus, a pay raise, and allowed him to continue in his position despite serious unresolved allegations of misconduct against him. This is reprehensible and should never have happened. Under the Prime Minister, no one is at fault. No one is held accountable.
Will the Prime Minister admit that he was wrong to reward General Vance while allegations of misconduct remained unresolved?
Monsieur le Président, le ministre de la Défense et Katie Telford ont caché au premier ministre des renseignements cruciaux au sujet du plus haut gradé canadien, ce qui a eu comme conséquence que le premier ministre a accordé au général Vance une prime de rendement et une hausse de salaire, et qu'il a reconduit son affectation malgré de graves allégations non résolues d'inconduite qui pesaient sur lui. C'est répréhensible et cela n'aurait jamais dû se produire. Sous la gouverne du premier ministre, personne n'est à blâmer. Personne n'est tenu responsable.
Le premier ministre va-t-il admettre qu'il a eu tort de récompenser le général Vance alors que les allégations d'inconduite qui pesaient sur lui n'étaient toujours pas résolues?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-11 14:51 [p.7062]
Mr. Speaker, our government takes allegations of sexual misconduct very seriously. No one should feel unsafe at work. That is why we created the sexual misconduct response centre, which provides confidential 24-7 support services to CAF members anywhere in the world. We also listened to survivors. We put in place a response and support coordination program for CAF members who have experienced sexual misconduct.
We have a lot more work to do and we will get it done.
Monsieur le Président, le gouvernement prend très au sérieux les allégations d'inconduite sexuelle. Personne ne devrait se sentir menacé au travail. Voilà pourquoi nous avons mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle, qui offre des services de soutien confidentiels jour et nuit aux membres des Forces armées canadiennes partout dans le monde. Nous avons aussi écouté les survivants. Nous avons mis en place un programme de coordination de l'intervention et du soutien pour les membres des Forces armées canadiennes qui sont victimes d'inconduite sexuelle.
Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous y parviendrons.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:18 [p.6953]
Mr. Speaker, “I think it's going too far to say we didn't know it was a MeToo complaint. Between PMO and PCO, we knew it was of a sexual nature.” That is what a Liberal senior government official told the Toronto Star this weekend. The Prime Minister's Office is telling Parliament something very different from what this person told the Toronto Star.
Why did Katie Telford mislead the committee about knowing whether she was dealing with a sexual misconduct complaint against General Vance?
Monsieur le Président, « Je crois qu'il serait exagéré de dire que nous ne savions pas qu'il s'agissait d'une plainte de type #MoiAussi. Au Cabinet du premier ministre et au Bureau du Conseil privé, on savait que la plainte était de nature sexuelle. » Voilà ce qu'a déclaré un haut fonctionnaire libéral au Toronto Star le week-end dernier. Le message que transmet le Cabinet du premier ministre au Parlement diffère beaucoup de ce que cette personne a dit au Toronto Star.
Pourquoi Katie Telford a-t-elle induit le comité en erreur en disant qu'elle n'était pas au courant qu'il s'agissait d'une plainte d'inconduite sexuelle portée contre le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:19 [p.6953]
Mr. Speaker, I want to make it very clear that we did not know the nature of the specifics of the case when the information was brought forward, but we are absolutely committed to making sure that we create the culture change that is needed in the Canadian Armed Forces and making sure we have an absolutely inclusive work environment that is harassment free for all women in the Canadian Armed Forces. That is a goal we will continue to work toward.
Monsieur le Président, soyons très clairs: nous ne savions rien de la nature de la plainte au moment où l'information nous a été communiquée, mais nous sommes déterminés à instaurer le changement de culture nécessaire au sein des Forces armées canadiennes et à nous assurer d'offrir un milieu de travail tout à fait inclusif et exempt de harcèlement à toutes les femmes des Forces armées canadiennes. Nous travaillerons à l'atteinte de cet objectif.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:19 [p.6953]
Mr. Speaker, that is just not believable. For weeks, the Minister of National Defence has refused to answer about whether he knew the complaint was sexual misconduct. The former ombudsman has said repeatedly that he told the minister it was. The committee has correspondence from the minister's chief of staff saying it was sexual harassment and correspondence on which the minister is copied saying it was sexual harassment.
Can the minister stop this shameful denial and just admit that he knowingly sat on sexual misconduct complaints against General Vance for three years?
Monsieur le Président, ce n'est tout simplement pas croyable. Pendant des semaines, le ministre de la Défense nationale a refusé de dire s'il savait qu'il s'agissait d'une plainte pour inconduite sexuelle. L'ancien ombudsman a affirmé à maintes reprises qu'il avait dit au ministre que c'était le cas. Le comité a des courriels de la cheffe de cabinet du ministre, qui ont également été transmis au ministre, disant qu'il s'agissait de harcèlement sexuel.
Le ministre arrêtera-t-il de nier — quelle honte — qu'il a ignoré sciemment pendant trois ans des plaintes pour inconduite sexuelle contre le général Vance?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:20 [p.6954]
Mr. Speaker, I want to make it very clear that the nature of the specific details were not provided, but we acted immediately on this information. In fact, the very next day public officials, who are non-partisan, contacted Mr. Walbourne to take the appropriate action. We know that we have a lot more work to do, but we will get it done.
Monsieur le Président, je tiens à préciser que les détails ne nous ont pas été fournis, mais nous avons agi immédiatement dès que nous avons été informés de la chose. En fait, dès le lendemain, des fonctionnaires, qui sont non partisans, ont communiqué avec M. Walbourne pour qu'il prenne les mesures appropriées. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire, mais nous y arriverons.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2021-05-10 14:20 [p.6954]
Mr. Speaker, no one trusts that minister, and no one is trusting the government or believing a word it says. Telford told committee that the Prime Minister signed off on extending Vance's term and giving him a pay raise, yet she said she did not tell him about the allegations all that time. The defence minister knew, the chief of staff knew and the Clerk of the Privy Council knew, yet somehow Vance spent three more years as Canada's top soldier.
My question is actually for the Deputy Prime Minister. How did this so-called “feminist government” allow that to happen?
Monsieur le Président, personne ne fait confiance au ministre, et personne ne fait confiance au gouvernement ou à ce qu'il dit. Mme Telford a déclaré au comité que le premier ministre avait approuvé la prolongation du mandat de M. Vance ainsi que son augmentation de salaire, et pourtant, elle a dit que, pendant tout ce temps-là, elle ne lui a pas parlé des allégations. Le ministre de la Défense était au courant, la cheffe de cabinet était au courant et le greffier du Conseil privé était au courant, et pourtant, M. Vance, le plus haut gradé de l'armée canadienne, a pu rester en poste pendant trois années de plus.
Ma question s'adresse à la vice-première ministre. Comment un gouvernement soi-disant féministe a-t-il pu permettre que cela se produise?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:21 [p.6954]
Mr. Speaker, as we said, we have a lot more work to do, when it comes to supporting the women in the Canadian Armed Forces. There is work that we have done, when it comes to passing Bill C-77, and with the sexual misconduct response centre. We have been taking important steps, but clearly we have a lot more work to do to make sure we have an absolutely harassment-free workplace in the Canadian Armed Forces. That is the work Madam Arbour is doing. The work, when it comes to military justice reforms, will also be presented. We have a lot more work to do. We are going to get this done.
Monsieur le Président, comme nous l'avons mentionné, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour appuyer les femmes dans les Forces armées canadiennes. Nous avons réalisé des progrès, notamment en adoptant le projet de loi C-77 et en créant le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle. Nous avons pris des mesures importantes, mais il reste clairement beaucoup de travail à faire pour garantir que les Forces armées canadiennes sont un milieu de travail absolument exempt de harcèlement. C'est le travail que Mme Arbour accomplit actuellement. Le travail concernant la réforme du système de justice militaire sera également présenté à la Chambre. Nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous mènerons ce dossier à bien.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-10 14:22 [p.6954]
Mr. Speaker, on Friday, the Prime Minister's chief of staff testified in committee. We expected her to provide compelling evidence. She did not. No one believes Katie Telford.
A source close to the government told the Toronto Star that it was going too far to say that they did not know that it was a #MeToo complaint. Someone close to the government told the Toronto Star this. In addition, I remind members that an email received on March 2, 2018, proves without a doubt that the chief of staff knew that the complaint was about sexual harassment.
How can the Deputy Prime Minister defend the indefensible?
Monsieur le Président, vendredi dernier, la cheffe de cabinet du premier ministre a témoigné en comité. On pouvait s'attendre à une preuve éclatante de sa part. On n'a rien eu du tout. Personne ne croit Katie Telford.
D'ailleurs, une source proche du gouvernement a affirmé au Toronto Star que l'on va trop loin en disant qu'on ne savait pas qu'il s'agissait d'une plainte en lien avec #MeToo. C'est quelqu'un qui est proche du gouvernement qui a dit cela au Toronto Star. De plus, je rappelle qu'un courriel reçu le 2 mars 2018 prouve noir sur blanc que la cheffe de cabinet savait qu'il était question de harcèlement sexuel.
Comment la vice-première ministre peut-elle défendre l'indéfendable?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:22 [p.6954]
Mr. Speaker, no specific details were provided, but we acted immediately on this information, and non-partisan public officials contacted Mr. Walbourne to take the appropriate action. We know that we have a lot more work to do in making sure we create the confidence for women to be able to come forward, and that is the work that is currently ongoing to get this done.
Monsieur le Président, aucun détail précis n'a été fourni, mais nous avons donné suite immédiatement à l'information reçue, et des fonctionnaires non partisans ont communiqué avec M. Walbourne pour que les mesures appropriées soient prises. Nous savons qu'il reste encore beaucoup de travail à faire afin que les femmes aient suffisamment confiance pour signaler des actes d'inconduite sexuelle. C'est ce que nous nous employons à faire.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-05-10 14:23 [p.6954]
Mr. Speaker, how can we believe the government? It changed its story three times.
On Friday, the chief of staff had a golden opportunity to tell Canadians the truth and provide tangible evidence. She was not able to do so. I will repeat my question to the Deputy Prime Minister of this self-proclaimed feminist government.
How can the Deputy Prime Minister of Canada defend the indefensible?
Monsieur le Président, comment peut-on croire le gouvernement? Il a changé sa version des faits trois fois.
Vendredi passé, c'était l'occasion en or pour la cheffe de cabinet de donner l'heure juste aux Canadiens, avec une preuve tangible. Elle en a été incapable. À nouveau, je pose la question à la vice-première ministre du gouvernement qui s'est autoproclamé féministe.
Comment la vice-première ministre du Canada peut-elle défendre l'indéfendable?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:23 [p.6954]
Mr. Speaker, as we stated before, no specific details were provided on this case, but action was immediately taken. A process was followed, the exact same process the former government had followed when information was brought to it. We know there is a lot more work to do. This is the reason we have appointed Madam Arbour to give us recommendations on the way forward, when it comes to the independence of the complaints process, so that women can feel confident to come forward. Harassment-free workplaces that have zero tolerance for any type of misconduct is our goal and something that we are committed to.
Monsieur le Président, comme nous l'avons déjà dit, aucun détail précis n'a été fourni sur cette affaire, mais nous avons agi immédiatement. Nous avons suivi exactement le même processus que l'ancien gouvernement suivait quand on lui soumettait de l'information. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire. C'est la raison pour laquelle nous avons nommé Mme Arbour pour nous donner des recommandations sur la voie à suivre en vue d'assurer l'indépendance du processus de plainte afin que les femmes puissent avoir suffisamment confiance pour dénoncer des situations inacceptables. Nous tenons à garantir un milieu de travail sans harcèlement, où aucune forme d'inconduite n'est tolérée.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, on Friday, the Prime Minister's chief of staff asked what more she could have done to help the victims of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces. What more could the Liberals have done? Is she serious?
The Deschamps report, which describes the unhealthy, toxic culture in the military, has been available since 2015. What have the Liberals done since 2015? They have done nothing. In fact, they just ordered another study.
Why did the Liberals choose to shelve the Deschamps report and abandon the victims in the military?
Monsieur le Président, vendredi, la cheffe de cabinet du premier ministre s'est demandé ce qu'elle aurait pu faire de plus pour aider les victimes d'inconduite sexuelle au sein des Forces armées canadiennes. Qu'est-ce que les libéraux auraient pu faire de plus? Est-ce sérieux?
Le rapport Deschamps, qui décrit la culture malsaine et toxique au sein de l'armée, est connu depuis 2015. Qu'ont fait les libéraux depuis 2015? Ils n'ont rien fait. En fait, ils viennent de commander une nouvelle étude.
Pourquoi les libéraux ont-ils décidé de tabletter le rapport Deschamps et de laisser tomber les victimes au sein de l'armée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:30 [p.6955]
Mr. Speaker, our government takes the allegations of sexual misconduct very seriously. No one should feel unsafe at work. That is why we passed Bill C-77, the declaration of victims rights. It puts victims at the core of the military justice system, which reviews unfounded cases. We created the sexual misconduct response centre, which provides confidential 24-7 support to CAF members anywhere in the world.
We know that we have a lot more work to do, and that is the work that we are going to get done. We are going to listen to survivors, and we are going to make sure that a zero-tolerance policy is enforced and that we give confidence to women in the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, le gouvernement prend les allégations d'inconduite sexuelle très au sérieux. Personne ne devrait sentir sa sécurité menacée au travail. C'est pour cette raison que nous avons adopté le projet de loi C-77, qui crée la Déclaration des droits des victimes et met ces dernières au centre du système de justice militaire, en plus de prévoir le réexamen des cas jugés non fondés. Nous avons mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle, qui offre des services de soutien jour et nuit aux membres des Forces armées canadiennes, partout dans le monde.
Nous savons qu'il y a encore énormément de travail à faire et nous allons nous atteler à la tâche. Nous allons écouter les survivants, veiller à l'application d'une politique de tolérance zéro et renforcer la confiance des femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-05-10 14:30 [p.6955]
Mr. Speaker, women are still waiting for the Liberals to take action to address the devastating issue of the sexualized culture within the armed forces. The government sat on the Deschamps report for six years. It could have implemented the recommendations and enforced meaningful actions, improving the ability of women and men to serve equally. However, it continues to take no responsibility on this issue, and now has proposed another report because it is forced to do so by public and political pressure.
Will the government finally take real action and immediate action to help service women and men rather than announcing yet another report?
Monsieur le Président, les femmes attendent encore que les libéraux s'attaquent à la culture de sexualisation nocive qui règne au sein des forces armées. Le gouvernement n'a pas réagi au rapport Deschamps présenté il y a six ans. Il aurait pu en mettre en œuvre les recommandations et prendre des mesures concrètes pour favoriser l'égalité de genre au sein du secteur militaire. Cependant, le gouvernement continue de rejeter toute responsabilité à cet égard, et propose maintenant un nouvel examen parce que la pression du public et du milieu politique le force à agir.
Le gouvernement prendra-t-il enfin des mesures concrètes et immédiates pour aider les femmes et les hommes qui servent dans les forces armées, plutôt que de commander un nouveau rapport?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:31 [p.6955]
Mr. Speaker, we have been taking action since we formed government. As I stated, we passed Bill C-77, the declaration of victims rights, which puts victims first, at the core of the military justice system. We created the sexual misconduct response centre and “The Path to Dignity and Respect”. We also put in place a response and support coordination program for CAF members who experience sexual misconduct.
A lot of work has been done, but at the end of day, more work needs to move forward to make sure that women in the Canadian Armed Forces have the confidence to come forward when misconduct is done. Our goal at the end of the day is to prevent this from happening in the first place, and we will get this done.
Monsieur le Président, nous prenons des mesures depuis que nous avons accédé au gouvernement. Comme je l'ai déclaré, nous avons adopté le projet de loi C-77, qui crée la Déclaration des droits des victimes et met ces dernières au centre du système de justice militaire. Nous avons mis sur pied le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle et lancé la stratégie d'intervention « La voie vers la dignité et le respect ». Enfin, nous avons également mis en place un programme de coordination de l'intervention et du soutien pour les membres des Forces armées canadiennes qui sont confrontés à de l'inconduite sexuelle.
Énormément de travail a été fait jusqu'ici, mais force est de reconnaître qu'il reste encore beaucoup à faire pour que les femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes aient suffisamment confiance dans le système pour dénoncer les cas d'inconduite sexuelle. En fin de compte, l'objectif est de prévenir ce genre de comportement au départ et nous y arriverons.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-10 14:39 [p.6957]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office has known since 2018 that allegations were circulating about the former chief of the defence staff, General Vance. As we know, these were allegations of sexual misconduct, but the Prime Minister's chief of staff claims that she did not know the nature of the accusations. With respect, I do not believe her.
Let us pretend for a moment that we do believe her. Assuming the Prime Minister's top advisor has known since 2018 that a major complaint of an unknown nature was circulating against the general, what did the Prime Minister do in those three years to shed light on this complaint?
Monsieur le Président, le bureau du premier ministre sait depuis 2018 que des allégations circulent au sujet de l'ancien chef d'état-major de l'armée, le général Vance. On sait qu'il s'agissait d'allégations d'inconduite sexuelle, mais la cheffe de cabinet du premier ministre prétend qu’elle ne connaissait pas la nature de ces accusations. En tout respect, je ne la crois pas.
Cependant, faisons semblant que oui. La première conseillère du premier ministre est donc au courant depuis 2018 qu'une plainte majeure de nature inconnue circule contre le général. Qu'est-ce que le premier ministre a fait durant ces trois années pour faire la lumière sur cette plainte?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:40 [p.6957]
Mr. Speaker, as I stated earlier, we did not know the nature of the specifics or the details of the information that was brought forward, but action was taken immediately and given to non-partisan public officials to take the appropriate action. No politician should ever be involved in an investigation.
We take incidents like this very seriously, and this is why we are working extremely hard to make culture changes not only inside the Canadian Armed Forces, but widely throughout government as well.
Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, nous ne connaissions pas la nature ni les détails de la situation, mais nous avons agi immédiatement; nous avons transmis le cas à des fonctionnaires non partisans pour qu'ils s'en occupent de manière appropriée. Les politiciens ne devraient jamais se mêler des enquêtes.
Nous prenons les incidents de ce genre très au sérieux. C'est pourquoi nous déployons beaucoup d'efforts afin de changer la culture non seulement au sein des Forces armées canadiennes, mais aussi, plus largement, dans l'ensemble de l'administration publique.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the Prime Minister's chief of staff said she treated the complaint with the utmost seriousness even though she did not know the nature of it.
Basically, she knew that there were serious allegations against General Vance, but she did not tell the Prime Minister and she did not tell the Minister of National Defence, even though this was not the first time there had been allegations of sexual misconduct against Mr. Vance and even in the midst of Operation Honour, meant to address misconduct of this nature.
In short, the chief of staff did nothing to protect the victims. She basically protected the Prime Minister and the Minister of Defence. Is that it?
Monsieur le Président, la cheffe de cabinet du premier ministre a dit qu'elle avait traité la plainte comme si elle était des plus graves, même si elle n'en connaissait pas la nature.
En bref, elle savait qu'il y avait des allégations graves contre le général Vance, mais elle n'en aurait pas parlé au premier ministre et n'en aurait pas parlé au ministre de la Défense nationale, même si ce n'était pas la première fois qu'il y avait des allégations d'inconduite sexuelle contre M. Vance et même en plein milieu de l'opération Honour visant des inconduites de ce genre.
En bref, la cheffe de cabinet n'a rien fait pour protéger les victimes. Dans le fond, elle a protégé le premier ministre et le ministre de la Défense. Est-ce bien cela?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:41 [p.6957]
Mr. Speaker, when it comes to any type of allegations that are brought forward, no politician or political staff should ever be involved in any investigation. The information was sent forward immediately to the Privy Council officials, who are non-partisan, to look at the complaint.
We know that we have a lot more work to do, and we are going to get it done.
Monsieur le Président, quel que soit le type d'allégation formulée, les politiciens et le personnel politique ne devraient pas se mêler de l'enquête. Les renseignements ont été transmis immédiatement aux fonctionnaires du Conseil privé, qui sont non partisans, pour qu'ils examinent la plainte.
Nous savons qu'il nous reste du travail à faire, et nous le mènerons à bien.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-10 14:42 [p.6957]
Mr. Speaker, the Prime Minister's Office was aware of serious allegations against the highest-ranking military officer and it ignored them.
What is worse, the Minister of National Defence knew, beyond a shadow of a doubt, that the allegations involved sexual misconduct. He also ignored these allegations, which is inexcusable.
Since the Prime Minister did not take the allegations seriously, claiming he was unaware of the nature of these allegations, will he take them seriously now and fire the Minister of National Defence?
Monsieur le Président, le Bureau du premier ministre savait qu'il y avait des allégations sérieuses contre le plus haut gradé de l'armée et il a fermé les yeux. C'est irresponsable et indigne de la fonction de premier ministre.
Ce qui est pire, cependant, c'est que le ministre de la Défense nationale, lui, savait hors de tout doute qu'il s'agissait d'inconduite sexuelle. Lui aussi a fermé les yeux et ça, c'est impardonnable.
À défaut d'avoir pris les allégations au sérieux lorsqu'il prétendait en ignorer la nature, le premier ministre va-t-il les prendre au sérieux aujourd'hui et congédier le ministre de la Défense?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:42 [p.6958]
Mr. Speaker, as I stated, the nature of the specifics and the details was not provided, but action was taken immediately. Advice was given to make sure that Mr. Walbourne was contacted by the Privy Council Office. In this case, the very next day we made sure that non-partisan public officials from the Privy Council Office contacted Mr. Walbourne. Action was taken immediately. Politicians, or political staff, should never be involved in any type of investigation.
We know we have a lot more work to do to rebuild the confidence with the survivors who are coming forward, and we will get it done.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, la nature de la plainte et les détails précis n'étaient pas spécifiés, mais nous avons agi immédiatement. Il a été recommandé de voir à ce que le Bureau du Conseil privé communique avec M. Walbourne. Le lendemain, nous nous sommes assurés que des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé communiquent avec M. Walbourne. On a agi immédiatement. Les politiciens et le personnel politique ne devraient jamais se mêler des enquêtes, quelles qu'elles soient.
Nous savons qu'il reste beaucoup à faire pour regagner la confiance des victimes qui font des dénonciations, et nous ferons le nécessaire.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, to be clear, we know that there was never an investigation even started. Katie Telford was complicit in the Vance cover-up when she decided not to tell the Prime Minister about the serious allegations against the former chief of the defence staff. She confirmed at the defence committee that she allowed the Prime Minister to personally sign off on General Vance's pay bonuses and extended his contract without properly briefing him on the sexual misconduct allegations against the very man entrusted with Operation Honour. Katie Telford wilfully withheld critical information and by doing so, she failed to protect the women and men of the armed forces from sexual misconduct.
It is clear the Prime Minister can no longer trust her. Why has he not fired her?
Soyons clairs, monsieur le Président, nous savons qu'il n'y a jamais eu l'ombre du début d'une enquête. Katie Telford s'est fait complice de l'opération de camouflage concernant le général Vance lorsqu'elle a décidé de ne pas parler au premier ministre des graves allégations visant l'ancien chef d'état-major de la Défense. Elle a confirmé au comité de la défense qu'elle avait permis au premier ministre de signer lui-même les primes salariales du général Vance et de prolonger son contrat sans l'informer des allégations d'inconduite sexuelle à l'endroit de celui-là même qui dirigeait l'opération Honour. Katie Telford a volontairement caché des informations essentielles et, ce faisant, elle a négligé de protéger les femmes et les hommes des forces armées contre de l'inconduite sexuelle.
Il est clair que le premier ministre ne peut plus lui faire confiance. Pourquoi ne l'a-t-il pas congédiée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:44 [p.6958]
Mr. Speaker, when information was brought forward, it was immediately acted upon. It was given to non-partisan public officials at the Privy Council to take appropriate action. No political staff or politician should ever be involved with an investigation. It is the exact same process that the member opposite's government also followed when allegations were brought forward.
We know that we have a lot more work to do. I ask the member opposite for us to be able to work together to find the right solutions so we can rebuild the confidence for our survivors. We have a lot more work to do. We know that by working together we can get this done.
Monsieur le Président, on a immédiatement donné suite à l'information dès qu'elle a été soumise. Elle a été transmise à des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé afin qu'ils prennent les mesures appropriées. Aucun politicien ou membre de son personnel ne devrait participer à une telle enquête. Le gouvernement du député d'en face a suivi exactement la même procédure lorsque des allégations ont été soumises.
Nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire. Je demande au député d'en face de faire en sorte que nous puissions travailler ensemble afin de trouver les solutions appropriées et rebâtir la confiance des survivantes. Il reste encore beaucoup de travail à faire et nous savons qu'en travaillant ensemble nous pourrons y arriver.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, the fact is that we investigated, and they turned a blind eye.
On Friday, Katie Telford claimed she knew the Vance allegations did not pose a safety risk, while at the same time denying that she knew anything about the nature of the allegations. If she did not know the nature of the allegations, there is no way she could have been confident that there were no safety concerns. In fact, Gary Walbourne, the former military ombudsman, only told the Minister of National Defence that he had a complaint of inappropriate sexual behaviour against Vance.
Who assured Katie Telford not to worry about the safety of the complainant? Was it Michael Wernick, Janine Sherman or was it the Minister of National Defence himself?
Monsieur le Président, en vérité nous avons mené une enquête, mais les libéraux ont fermé les yeux.
Vendredi dernier, Katie Telford a déclaré qu'elle savait que les allégations contre M. Vance ne constituaient pas un risque sur le plan de la sécurité. Pourtant, elle a aussi nié savoir quoi que ce soit sur la nature des allégations. Si elle n'avait aucune idée de la nature des allégations, il est impossible qu'elle ait été convaincue que le gouvernement n'avait aucune raison de se préoccuper de la sécurité. En fait, Gary Walbourne, l'ancien ombudsman militaire, a clairement dit au ministre de la Défense nationale avoir reçu une plainte pour « comportement sexuel inapproprié » concernant M. Vance.
Qui a donné la certitude à Katie Telford qu'elle ne devait pas s'inquiéter de la sécurité de la plaignante? Était-ce Michael Wernick, Janine Sherman ou plutôt le ministre de la Défense nationale lui-même?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:45 [p.6958]
Mr. Speaker, the member opposite stated that they investigated, but they also still appointed General Vance at that time for chief of the defence staff.
When it came to the specifics of the case, we did not receive the details. We immediately forwarded it to non-partisan, public officials at the Privy Council Office to take the appropriate action. Action was taken, but clearly more work needs to happen.
We are currently working to regain the confidence of the survivors. We have been listening to the survivors. The work that Lieutenant-General Carignan will be doing will be absolutely instrumental in this case.
Monsieur le Président, le député d'en face a déclaré qu'ils avaient mené une enquête. Toutefois, à cette époque, ils ont quand même nommé le général Vance au poste de chef d'état-major de la Défense.
En ce qui concerne le dossier, nous n'avions pas été informés des détails de l'affaire. Nous avons immédiatement transmis le dossier à des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé pour que les mesures appropriées soient prises. Des mesures ont été prises, mais, de toute évidence, il reste encore beaucoup de travail à faire.
Nous prenons les moyens nécessaires pour regagner la confiance des personnes touchées. Nous sommes à l'écoute de celles-ci. Les travaux de la lieutenante-générale Carignan joueront un rôle déterminant dans ce dossier.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, calling oneself a feminist has to mean something.
The Prime Minister told everyone that he is the greatest feminist in the world, but that is clearly not true. A feminist would take action when a woman in the Canadian Armed Forces files a complaint with the ombudsman.
The ombudsman went to the Minister of National Defence, who covered his eyes and plugged his ears so that he did not hear anything. The following day, an email from the Privy Council Office dated March 2, 2018, at 5:09 p.m. confirmed that the allegations in question involved sexual harassment.
What other details did the Prime Minister need to take action and be a true feminist?
Monsieur le Président, être féministe doit vouloir dire quelque chose.
Le premier ministre dit à tout le monde qu'il est le plus grand féministe au monde, mais l'on voit que cela est faux. Être féministe, cela veut dire agir lorsqu'une femme des Forces armées canadiennes dépose une plainte à l'ombudsman.
L'ombudsman se présente au ministre de la Défense nationale et celui-ci ferme les yeux et se bouche les oreilles pour ne pas l'entendre. Le lendemain, un courriel du Bureau du Conseil privé, daté du 2 mars 2018 à 17 h 9, confirme qu'il y avait du harcèlement sexuel dans ce dossier.
De quel autre détail le premier ministre avait-il besoin pour agir et être un vrai féministe?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-10 14:46 [p.6958]
Mr. Speaker, any time, if ever, information is brought forward, immediate action is taken.
As I stated before a number of times, when the information was brought forward, immediate action was taken. It was provided to the non-partisan, public officials at the Privy Council Office to take the appropriate action. No politician or political staff should ever be involved in any type of investigation. The previous government also followed the same process.
Nonetheless, we know that we have a lot more work to do. We can get this done. I look forward to hearing the recommendations from the NDDN committee on this matter. As parliamentarians, by working together, we can rebuild the confidence for the women in the Canadian Armed Forces.
Monsieur le Président, si des informations nous sont communiquées, nous y donnons immédiatement suite.
Comme je l'ai déjà dit un certain nombre de fois, lorsque des informations nous ont été communiquées, nous y avons immédiatement donné suite. Ces informations ont été transmises aux fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé afin que les mesures requises soient prises. Les politiciens et leur personnel ne devraient jamais mener d'enquête, peu importe le type d'enquête. Le gouvernement précédent avait suivi le même processus.
Malgré tout, nous savons qu'il reste beaucoup de travail à faire. Nous pouvons y arriver. J'attends les recommandations du comité de la défense nationale. En tant que parlementaires, si nous collaborons, nous pourrons rebâtir la confiance des femmes au sein des Forces armées canadiennes.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 575--
Ms. Lianne Rood:
With regard to providing the COVID-19 vaccine to Canadian Armed Forces (CAF) members serving abroad: (a) what specific measures are in place to ensure that CAF members serving abroad receive the vaccine; and (b) what is the timeline for when the (i) first dose, (ii) second dose (if applicable), of the vaccine has been or will be administered, broken down by the name of vaccine manufacturer (Pfizer, Moderna, etc.) and the country where CAF members are serving in?
Response
(Return tabled)

Question No. 576--
Ms. Lianne Rood:
With regard to the 2021-22 Main Estimates and the amount of $53,132,349 listed under the Department of Finance, for "Debt payments on behalf of poor countries to International Organizations" pursuant to section 18(1) of the Economic Recovery Act: (a) what are the details of the payments to be made under this item, including the (i) name of international organizations receiving payments, (ii) amount, (iii) country for which debt payment is made on behalf of; and (b) what are the details of all payments made through this or similar items in all main and supplementary estimates since 2016, including the (i) name of international organizations receiving payments, (ii) amount, (iii) country for which debt payment is made on behalf of?
Response
(Return tabled)

Question No. 577--
Ms. Lianne Rood:
With regard to the national vaccine management information technology platform (NVMIP): (a) what are the functionalities of the NVMIP; (b) which provinces and territories are currently using the NVMIP; and (c) what are the details the government has related to the usage of NVMIP by the provinces and territories, including (i) the date each province or territory began to use the NVMIP, (ii) which functionalities of NVMIP are each province or territory is using, (iii) the date each province or territory began using each of NVMIP's functionalities?
Response
(Return tabled)

Question No. 578--
Ms. Louise Chabot:
With regard to federal spending in the constituency of Thérèse-De Blainville, in each fiscal year since 2019-20, inclusively: what are the details of all grants and contributions and all loans to any organization, group, business or municipality, broken down by the (i) name of the recipient, (ii) municipality in which the recipient is located, (iii) date the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency that provided the funding, (vi) program under which the grant, contribution or loan was made, (vii) nature or purpose?
Response
(Return tabled)

Question No. 579--
Ms. Louise Chabot:
With regard to resolving complaint files associated with the Phoenix pay system: (a) what is the total number of tickets or claims pending; (b) of the claims in (a), how many have been waiting to be resolved for (i) 6 to 12 months, (ii) 12 to 24 months, (iii) over 24 months; (c) of the claims in (a), how many are from citizens residing (i) in Quebec, (ii) in the constituency of Thérèse-De Blainville; (d) of the claims in (a), how many have been identified as priorities by complaint resolution directorates; and (e) of the claims in (d), how many were in the category (i) 1, missing pay, (ii) 2, leave of absence or layoff, (iii) 3, promotion, secondment or acting position?
Response
(Return tabled)

Question No. 580--
Mr. Tim Uppal:
With regard to the Prime Minister's comments in the Chamber on March 23, 2021, that "We will continue to ground our decisions based in science and evidence": what specific science or evidence does the government have that proves that quarantining at a hotel is safer than quarantining at home?
Response
(Return tabled)

Question No. 581--
Mr. Tim Uppal:
With regard to allegations of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces and the actions of the Minister of National Defence, since November 4, 2015: (a) how many reports of alleged sexual misconduct were brought to the attention, either formally or informally, of the (i) Minister of National Defence, (ii) Office of the Minister of National Defence, broken down by year; and (b) for each instance in (a), what specific action, if any, was taken?
Response
(Return tabled)

Question No. 582--
Mr. Bob Saroya:
With regard to the government's decision to extend the interval between certain COVID-19 vaccines by up to 105 days: (a) what assessment has the government made on the impact of this decision of those who are suffering from cancer; and (b) what is the government's response to concerns raised by a study from King's College London and the Francis Crick Institute, which found that delays in administering the second dose of more than 21 days leave cancer patients vulnerable to COVID-19?
Response
(Return tabled)

Question No. 583--
Mr. Bob Saroya:
With regard to accounts locked by the Canada Revenue Agency (CRA) between March 13, 2021, and March 22, 2021, over concerns that usernames and passwords may have been hacked: (a) how many accounts were locked; (b) what was the average number of days impacted accounts were locked; (c) did the CRA notify each account holder in (a) that their account would be locked, and, if so, how were they contacted; (d) on what date did the CRA become aware that usernames and passwords may have been hacked; (e) how did the CRA become aware of the hacking; (f) is any recourse or compensation available to individuals whose information has been compromised as a result of their CRA information being hacked, and, if so, how do they access such recourse or compensation; and (g) have any specific measures been taken since March 13, 2021, to ensure the future safety of information shared online with the CRA, and, if so, what are the details of each measure, including the date of implementation?
Response
(Return tabled)

Question No. 584--
Mr. Simon-Pierre Savard-Tremblay:
With regard to federal spending in the constituency of Papineau, in each fiscal year since 2018-19, inclusively: what are the details of all grants and contributions and all loans to any organization, group, business or municipality, broken down by the (i) name of the recipient, (ii) municipality in which the recipient is located, (iii) date the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency that provided the funding, (vi) program under which the grant, contribution or loan was made, (vii) nature or purpose?
Response
(Return tabled)

Question No. 585--
Mr. Simon-Pierre Savard-Tremblay:
With regard to federal spending in the constituency of Saint-Hyacinthe-Bagot, in each fiscal year since 2018-19, inclusively: what are the details of all grants and contributions and all loans to any organization, group, business or municipality, broken down by the (i) name of the recipient, (ii) municipality in which the recipient is located, (iii) date the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency that provided the funding, (vi) program under which the grant, contribution or loan was made, (vii) nature or purpose?
Response
(Return tabled)

Question No. 587--
Mr. James Cumming:
With regard to government advertisements launched on Facebook since March 13, 2020: (a) how many advertisements have been launched by month and what were the corresponding campaigns for each (e.g. employment insurance, citizenship services, tax credits, grants, etc.); (b) for how long was each advertisement active online; (c) what were the insights for the advertisements launched, broken down by each advertisement, including the (i) number of people reached, (ii) percentage of women and men reached, (iii) age­group ranges reached, (iv) federal, provincial, or municipal regions targeted, including postal codes, if applicable; and (d) how many staff are provided with or have access to the Facebook advertisement data collected from each campaign, broken down by ministerial exempt and departmental staff?
Response
(Return tabled)

Question No. 588--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to accommodating the work from home environment for government employees since September 23, 2020: (a) what is the total amount spent on furniture, equipment, including IT equipment, and services, including home Internet reimbursement; (b) of the purchases in (a), what is the breakdown per department by (i) date of purchase, (ii) object code it was purchased under, (iii) type of furniture, equipment or services, (iv) final cost of furniture, equipment or services; (c) what were the costs incurred for delivery of items in (a); and (d) were subscriptions purchased during this period, and, if so, what were the (i) subscriptions for, (ii) costs associated for these subscriptions?
Response
(Return tabled)

Question no 575 --
Mme Lianne Rood:
En ce qui concerne l’administration du vaccin contre la COVID-19 aux membres des Forces armées canadiennes (FAC) déployés à l’étranger: a) quelles mesures précises ont été mises en place pour veiller à ce que les membres des FAC déployés à l’étranger reçoivent le vaccin; b) dans quel délai (i) la première dose, (ii) la deuxième dose (le cas échéant), du vaccin a été ou sera administrée, ventilé par le nom du fabricant (Pfizer, Moderna, etc.) et le pays où les membres des FAC sont déployés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 576 --
Mme Lianne Rood:
En ce qui concerne le Budget principal des dépenses de 2021-2022 et le montant de 53 132 349 $ figurant sous Ministère des Finances, pour « Paiements de dettes à des organisations internationales au nom des pays pauvres » en vertu du paragraphe 18(1) de la Loi sur la reprise économique: a) quels sont les détails des paiements à effectuer sous ce poste, y compris le (i) nom des organisations internationales qui reçoivent des paiements, (ii) montant, (iii) pays au nom de qui le paiement est effectué; b) quels sont les détails de tous les paiements effectués sous ce poste ou des postes similaires dans tous les budgets principaux et supplémentaires des dépenses depuis 2016, y compris le (i) nom des organisations internationales qui reçoivent des paiements, (ii) montant, (iii) pays au nom de qui le paiement est effectué?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 577 --
Mme Lianne Rood:
En ce qui concerne la plateforme informatique nationale de gestion des vaccins (PINGV): a) quelles sont les fonctionnalités de la PINGV; b) quelles provinces et quels territoires utilisent présentement la PINGV; c) quels renseignements le gouvernement possède-t-il concernant l’utilisation que font les provinces et les territoires de la PINGV, y compris (i) la date à laquelle chaque province ou territoire a commencé à utiliser la PINGV, (ii) les fonctionnalités de la PINGV qu’utilise chaque province ou territoire, (iii) la date à laquelle chaque province ou territoire a commencé à utiliser chacune des fonctionnalités de la PINGV?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 578 --
Mme Louise Chabot:
En ce qui concerne les dépenses fédérales dans la circonscription de Thérèse-De Blainville, au cours de chaque exercice depuis 2019-2020, inclusivement: quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme, groupe, entreprise ou municipalité, ventilés par (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l'organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou le but?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 579 --
Mme Louise Chabot:
En ce qui concerne le règlement des dossiers de plaintes reliées au système de paye Phénix: a) quel est le nombre total de billets ou de demandes de règlements en attente; b) des demandes en a), combien ont un temps d’attente de règlement (i) de 6 à 12 mois, (ii) de 12 à 24 mois, (iii) de plus de 24 mois; c) des demandes en a), combien proviennent de citoyens résidant (i) au Québec, (ii) dans la circonscription de Thérèse-De Blainville; d) des demandes en a), combien sont identifiées comme prioritaires par les directions de règlements des plaintes; e) des demandes en d), combien sont de la catégorie (i) 1, absence de paye, (ii) 2, absence autorisée ou mise à pied, (iii) 3, promotion, remplacement ou poste intérimaire?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 580 --
M. Tim Uppal:
En ce qui concerne le commentaire fait à la Chambre par le premier ministre le 23 mars 2021, à savoir que « nous continuerons de fonder nos décisions sur des données scientifiques et probantes »: de quelles données scientifiques ou probantes le gouvernement dispose-t-il pour prouver qu’il est plus sécuritaire de faire la quarantaine dans un hôtel plutôt que chez soi?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 581 --
M. Tim Uppal:
En ce qui concerne les allégations d'inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes et les actions du ministre de la Défense nationale, depuis le 4 novembre 2015: a) combien de signalements d’inconduite sexuelle alléguée ont été portés à l’attention, officiellement ou officieusement, (i) du ministre de la Défense nationale, (ii) du cabinet du ministre de la Défense nationale, ventilé par année; b) pour chaque cas en a), quelle mesure particulière, le cas échéant, a-t-on prise?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 582 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne la décision du gouvernement de prolonger l’intervalle entre les deux doses du vaccin contre la COVID-19 jusqu’à 105 jours: a) quelle évaluation le gouvernement a-t-il faite sur l'impact de cette décision sur les personnes atteintes de cancer; b) quelle est la réponse du gouvernement aux préoccupations soulevées par l’étude du King’s College de Londres et de l’Institut Francis Crick, qui a révélé que les retards dans l'administration de la deuxième dose de plus de 21 jours rendent les patients atteints de cancer vulnérables à la COVID-19?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 583 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne les comptes verrouillés par l’Agence du revenu du Canada (ARC) entre le 13 mars 2021 et le 22 mars 2021 par crainte que les noms d’utilisateur et les mots de passe aient été piratés: a) combien de comptes ont été verrouillés; b) en moyenne, pendant combien de jours les comptes touchés ont-ils été verrouillés; c) l’ARC a-t-elle avisé tous les titulaires des comptes mentionnés en a) que leur compte allait être verrouillé et, le cas échéant, comment a-t-elle communiqué avec eux; d) à quelle date l’ARC a-t-elle appris que des noms d’utilisateur et des mots de passe avaient peut-être été piratés; e) comment l’ARC a-t-elle été informée du piratage; f) existe-t-il des recours ou des dédommagements pour les personnes dont les données ont été compromises en raison du piratage de leurs renseignements détenus par l’ARC, et, le cas échéant, comment ces personnes peuvent-elles accéder à ces recours ou dédommagements; g) des mesures précises ont-elles été prises depuis le 13 mars 2021 pour garantir la sécurité des renseignements transmis électroniquement à l’ARC à l’avenir, et, le cas échéant, quels sont les détails pour chaque mesure, y compris la date de mise en œuvre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 584 --
M. Simon-Pierre Savard-Tremblay:
En ce qui concerne les dépenses fédérales dans la circonscription de Papineau, au cours de chaque exercice depuis 2018-2019, inclusivement: quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme, groupe, entreprise ou municipalité, ventilés par (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l'organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou le but?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 585 --
M. Simon-Pierre Savard-Tremblay:
En ce qui concerne les dépenses fédérales dans la circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot, au cours de chaque exercice depuis 2018-2019, inclusivement: quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme, groupe, entreprise ou municipalité, ventilés par (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l'organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou le but?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 587 --
M. James Cumming:
En ce qui concerne les publicités gouvernementales lancées sur Facebook depuis le 13 mars 2020: a) combien de publicités ont été lancées par mois et à quelle campagne correspondait chacune d’elle (p. ex. assurance-emploi, services de citoyenneté, crédits d’impôt, subventions, etc.); b) pendant combien de temps chaque publicité est-elle restée active en ligne; c) quels ont été les résultats des publicités lancées, ventilés par publicité, y compris (i) le nombre de personnes rejointes, (ii) le pourcentage de femmes et d’hommes rejoint, (iii) les tranches d’âge des personnes rejointes, (iv) les régions fédérales, provinciales ou municipales ciblées, y compris les codes postaux, le cas échéant; d) combien d’employés reçoivent ou ont accès aux données des publicités sur Facebook recueillies pour chaque campagne, ventilés par exemption ministérielle et personnel ministériel?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 588 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne l’adaptation de l’environnement de travail à domicile pour les fonctionnaires depuis le 23 septembre 2020: a) quel est le montant total dépensé en meubles, équipement, y compris l’équipement informatique, et les services, ainsi que le remboursement de l’Internet résidentiel; b) des achats en a), quelle est la ventilation par ministère par (i) date d’achat, (ii) code d’objet, (iii) type de meubles, équipement ou services, (iv) coût final des meubles, équipement ou services; c) quels sont les coûts de la livraison des éléments en a); d) des abonnements ont-ils été achetés pendant cette période, et, le cas échéant (i) quels sont les abonnements, (ii) quels ont été les coûts associés à ces abonnements?
Response
(Le document est déposé.)
8555-432-575 Provision of the COVID-19 v ...8555-432-576 Debt payments on behalf of ...8555-432-577 National vaccine management ...8555-432-578 Federal spending in the con ...8555-432-579 Complaints related to the P ...8555-432-580 Quarantines at a hotel8555-432-581 Sexual misconduct in the Ca ...8555-432-582 COVID-19 vaccines8555-432-583 Locked accounts at the Cana ...8555-432-584 Federal spending in the con ...8555-432-585 Federal spending in the con ... ...Show all topics
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, toxic masculinity is not a military problem. It is a Liberal Party problem.
I am strong, proud and ready, as the member of Parliament for Renfrew—Nipissing—Pembroke, to represent Garrison Petawawa. It is the 4th Canadian Division Support Base, and includes 2 Canadian Mechanized Brigade Group, the Canadian Special Operations Regiment, 1st Canadian Field Hospital, 450 Tactical Helicopter Squadron, 427 Special Operations Aviation Squadron, the 1st and 3rd Battalions of the Royal Canadian Regiment, 2nd Regiment, Royal Canadian Horse Artillery, the Royal Canadian Dragoons, 2 Service Battalion and a multitude of other support units. I salute them all for their service to our country.
On May 4, I asked the Prime Minister why he thinks repeating the same mistake will get a different result. In his place, Canadians had to listen to the predictable talking points of the Minister of National Defence, who is ordered to regurgitate those every day.
I also asked if the only woman he was interested in protecting was Katie Telford. While the Prime Minister was afraid to face Canadians with the truth during question period, Canadians got their answer last Friday. The Prime Minister did what he does best: He threw another woman under the bus. The first person who should have stood up to the Prime Minister's toxic masculinity was his chief of staff, Katie Telford. The fact she did not is reason alone she should be dismissed.
Will she now become another piece of female Liberal roadkill, joining the former justice minister, the former health minister and the former MP for Whitby, to name a few? Who could forget the cringeworthy shot of the female MP for Waterloo who was sent to take the fall for the Prime Minister's WE family scandal, crouching in a demeaning position behind the Prime Minister in costume for a photo op during the Prime Minister's outrageous Bollywood tour?
Canadians are disappointed in the female members of the Liberal caucus because they will not stand up for victims of sexual assault. The majority of victims are women. Female Liberal MPs who at one point in their career wore the uniform and were members of the Canadian Armed Forces should know better. By not standing up for sexual assault victims and enabling the toxic masculinity of the Prime Minister, they have become victims themselves. If they want to break the cycle, it starts with them.
Leadership in any organization starts at the top. Did the female Liberal MPs ever stop to think about the victims of sexual abuse? The fact that their toxic masculinity has real effects on real people seems to escape the understanding of the Liberal Party. The Prime Minister's toxic masculinity is never going to change unless members of his own caucus and his own party stand up to him.
Some members of the Liberal Party may feel I am making the refusal by the Prime Minister to answer my question during question period a bit too personal by calling out individual female Liberal MPs, such as the member for Kanata—Carleton for her role in enabling the toxic masculinity of the Prime Minister. Well, this is personal.
This is not about Katie Telford or the Prime Minister. This is about the victims. Every victim of sexual assault is a person. Let us take some time to stop and think about the victims of sexual assault. That is what my unanswered question to the Prime Minister was really about.
Monsieur le Président, la masculinité toxique n'est pas un problème particulier aux forces armées. C'est un problème lié au Parti libéral.
En tant que députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, je représente avec force, fierté et dévouement la garnison de Petawawa. Il s'agit de la Base de soutien de la 4e Division du Canada, qui héberge deux groupes-brigades mécanisés du Canada, le Régiment d'opérations spéciales du Canada, le 1er Hôpital de campagne du Canada, le 450e Escadron tactique d'hélicoptères, le 427e Escadron d'opérations spéciales d'aviation, le 1er et le 3e bataillons du Royal Canadian Regiment, le 2e Régiment de la Royal Canadian Horse Artillery, les Royal Canadian Dragoons, deux bataillons des services et diverses unités de soutien. Je salue les fiers services qu'ils rendent au pays.
Le 4 mai, j'ai demandé au premier ministre pourquoi il croyait que, en répétant les mêmes erreurs, il finirait par obtenir un résultat différent. Au lieu d'une réponse du premier ministre, les Canadiens ont dû se contenter, ce qui n'a rien d'étonnant, de la cassette habituelle du ministre de la Défense nationale, à qui on demande de la rejouer quotidiennement.
J'ai également demandé au premier ministre si la seule femme qu'il était prêt à protéger était Katie Telford. Si le premier ministre n'a pas osé dire la vérité aux Canadiens pendant la période des questions, ces derniers ont finalement obtenu la réponse vendredi dernier. Le premier ministre a fait ce qu'il fait de mieux: il a de nouveau rejeté le blâme sur une femme. La première personne qui aurait dû dénoncer la masculinité toxique du premier ministre est sa cheffe de cabinet, Katie Telford. Le fait qu'elle ne l'ait pas fait suffit à justifier son congédiement.
Va-t-elle maintenant devenir une autre victime des libéraux, à l'instar de l'ancienne ministre de la Justice, de l'ancienne ministre de la Santé et de l'ancienne députée de Whitby, pour n'en citer que quelques-unes? Qui pourrait oublier la photo embarrassante de la députée de Waterloo, désignée pour porter l'odieux du scandale de l'organisme UNIS en lieu et place du premier ministre, accroupie dans une position humiliante derrière le premier ministre en costume lors d'une séance photo pendant la scandaleuse tournée bollywoodienne du premier ministre?
Les Canadiens sont déçus par les femmes membres du caucus libéral parce qu'elles ne défendent pas les victimes d'agressions sexuelles. La majorité des victimes sont des femmes. Les députées libérales qui, à un moment donné de leur carrière, ont porté l'uniforme et ont été membres des Forces armées canadiennes devraient être plus avisées. En ne défendant pas les victimes d'agression sexuelle et en permettant à la masculinité toxique du premier ministre de s'exprimer librement, elles sont devenues elles-mêmes des victimes. Si elles veulent briser le cycle, elles doivent faire le premier pas.
Dans toute organisation, le leadership, ça commence au sommet. Les députées libérales ne se sont-elles jamais arrêtées un instant pour penser aux victimes d'abus sexuels? Le fait que la masculinité toxique des hauts gradés a des effets réels sur des personnes réelles semble échapper au Parti libéral. La masculinité toxique du premier ministre restera inchangée à jamais, sauf si les membres de son propre caucus et de son propre parti décident de lui tenir tête.
Certains députés du Parti libéral estiment peut-être que je fais du refus du premier ministre de répondre à ma question lors de la période des questions une affaire un peu trop personnelle en dénonçant des députées libérales, comme la députée de Kanata—Carleton, qui a permis au premier ministre d'exercer sa masculinité toxique. Eh bien, c'est une question personnelle.
Il n'est pas question de Katie Telford ou du premier ministre. Il est question des victimes. Toutes les victimes d'agression sexuelle sont des personnes. Prenons le temps de réfléchir aux victimes d'agression sexuelle. Voilà sur quoi portait vraiment la question à laquelle le premier ministre n'a pas répondu.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-10 21:01 [p.7014]
Mr. Speaker, before I begin, I would like to remind my hon. colleague that the hon. member for Kanata—Carleton served 31 years, was the first female squadron commander in the Canadian Air Force and has an incredibly honourable career serving Canadians.
I appreciate the opportunity to share more details about the independent external comprehensive review of our military. It is clear that our previous efforts to address sexual misconduct did not achieve their goals. It is clear that people are still being harmed. This is completely unacceptable.
Sexual misconduct in the military is a systemic issue that dates back decades, which no government has effectively tackled, including the member opposite when she was part of Prime Minister Harper's Conservative government. That is why we are taking action by having Madame Louise Arbour conduct an independent review.
I would like to comment about the choice of Louise Arbour to do this. No only is she a former Supreme Court Justice, former UN High Commissioner for Human Rights, but she notably was also on the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia and Rwanda. In that position, she was one of the first internationally to ensure that under international jurisprudence that rape was considered a war crime. This is the person in whom we have entrusted finding out exactly how we are to combat sexual misconduct, sexual harassment and sexual violence within the Canadian Armed Forces. She is eminently qualified to do that.
We need to know why harassment and sexual misconduct persist within the Canadian Armed Forces despite extensive and concerted efforts to eliminate them. We need to know what the barriers are that make it difficult to report inappropriate behaviour. We need to know how we can respond more effectively when people choose to report. The answers to those questions and more will inform recommendations, and I would note recommendations that the Minister of National Defence has said will be binding, of Madame Arbour's report on preventing and addressing harassment and sexual misconduct in our military and creating the conditions for lasting change.
As Madame Arbour conducts this review, she will build on previous independent reviews concerning the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces. She will assess our progress in applying the recommendations of the Deschamps report. She will coordinate with the Hon. Morris Fish, who is finalizing his review of the National Defence Act. She will consider reports by the Auditor General as well as other internal audits, reviewing their findings and recommendations.
To be clear, we are not discarding the findings and recommendations of these previous reviews. Madame Arbour will expand on them, taking a broader look at the how and why sexual misconduct continues to be a pervasive issue in our military. We will look to her for guidance on how we can set up an independent external reporting system for defence team members that better meets the needs of those who experience sexual misconduct.
We will look to her for support to ensure our military justice system can properly respond to incidents; to strengthen our existing structure across the defence team, including the sexual misconduct response centre, to instill greater confidence in those who need support; and to review our evaluation and promotion system in the Canadian Armed Forces, with a focus on how our organizations select and train its leaders.
Madame Arbour will carry out this work transparently and independently from the chain of command, with input from appropriate stakeholders inside and outside the defence team. Throughout the process, she will provide interim recommendations that we can implement right away. I know Madame Arbour's insights will be critical to these efforts.
Monsieur le Président, avant de commencer, je rappelle à ma collègue que la députée de Kanata—Carleton a servi 31 ans dans les forces armées, qu'elle a été la première commandante d'escadre de l'Aviation royale canadienne et qu'elle a une carrière honorable au service des Canadiens.
Je suis heureuse d'avoir l'occasion de parler davantage de l'examen externe indépendant et approfondi des forces armées. Il est évident que les efforts que nous avons déployés pour lutter contre les inconduites sexuelles n'ont pas porté leurs fruits. Il est évident que des gens continuent à subir des préjudices. C'est totalement inacceptable.
Les inconduites sexuelles dans les forces armées sont un problème systémique qui remonte à plusieurs dizaines d'années, et aucun gouvernement n'a réussi à le régler efficacement, y compris la députée d'en face quand elle faisait partie du gouvernement conservateur du premier ministre Harper. Voilà pourquoi nous sommes intervenus en demandant à Mme Louise Arbour de mener un examen indépendant.
J'aimerais formuler une observation sur le choix de Louise Arbour pour cette tâche. Non seulement elle est une ancienne juge de la Cour suprême et une ancienne haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, mais elle a également fait partie du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda. À ce poste, elle a été l'une des premières à faire en sorte que, selon la jurisprudence internationale, le viol soit considéré comme un crime de guerre. C'est la personne à qui nous avons confié la tâche de déterminer exactement comment nous devons lutter contre l'inconduite sexuelle, le harcèlement sexuel et la violence sexuelle au sein des Forces armées canadiennes. Elle est éminemment qualifiée pour le faire.
Nous devons déterminer pourquoi le harcèlement et l'inconduite sexuelle persistent au sein des Forces armées canadiennes, malgré les efforts considérables et concertés qui sont déployés pour les éliminer. Nous devons déterminer quels sont les obstacles qui font qu'il est difficile de signaler un comportement inapproprié. Nous devons déterminer comment nous pouvons réagir plus efficacement lorsque des personnes décident de signaler un comportement inapproprié. Les réponses à ces questions, et bien d'autres, serviront de base aux recommandations — et je tiens à souligner que celles-ci seront contraignantes, aux dires du ministre de la Défense nationale — qui seront formulées dans le rapport de Mme Arbour sur la prévention et les mesures de lutte contre le harcèlement et l'inconduite sexuelle dans les forces armées et sur la création des conditions propices à un changement durable.
Pour son examen, Mme Arbour s'appuiera sur les études indépendantes qui ont déjà été consacrées au ministère de la Défense nationale et aux Forces armées canadiennes. Elle évaluera les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations du rapport Deschamps. Elle assurera une coordination avec le travail de l'honorable Morris Fish, qui achève son examen de la Loi sur la défense nationale. Elle tiendra compte des rapports du vérificateur général et d'autres audits internes et examinera leurs conclusions et leurs recommandations.
Je tiens à dire clairement que nous n'écartons pas les conclusions et les recommandations des examens précédents. Mme Arbour fera fond sur ces travaux; elle examinera de manière plus large comment et pourquoi les inconduites sexuelles demeurent omniprésentes dans nos forces armées. Elle formulera des recommandations sur la méthode que nous pourrions employer pour mettre sur pied un système de signalement externe et indépendant à l'intention des membres de l'Équipe de la Défense, un système qui répondrait mieux aux besoins des personnes qui ont été affectées par l'inconduite sexuelle.
Nous nous fonderons sur les travaux de Mme Arbour pour faire en sorte que le système de justice militaire soit en mesure de répondre adéquatement à ce genre d'incident; pour renforcer la structure en place dans l'Équipe de la Défense, ce qui comprend le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle, afin d'inspirer confiance aux personnes qui ont besoin de soutien; et pour examiner le système d'évaluation et de promotion en place dans les Forces armées canadiennes, particulièrement la façon de choisir et de former les leaders.
Mme Arbour mènera ce travail de manière transparente et indépendamment de la chaîne de commandement, avec la participation d'intervenants appropriés, dont certains feront partie de l'Équipe de la Défense, et d'autres non. Pendant le processus, elle formulera des recommandations préliminaires que nous pourrons mettre en œuvre sur-le-champ. Je sais que les réflexions de Mme Arbour seront essentielles à notre travail dans ce domaine.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I encourage MPs to read the Operation Honour manual, understanding that during Operation Honour, there were 581 incidents of sexual assault and 221 cases of sexual harassment reported between April 1, 2016 and March 9, 2021. Trauma for victims of sexual misconduct is individual. Directly after an incident there is a lot of shock.
When a victim knows the alleged offender, there can be guilt and self-doubt. The emotional damage can emerge immediately after or take time to appear and can include anxiety, long-term insomnia, a sense of alienation and thoughts of suicide. While some victims may experience hypervigilance, others may start taking risks and turning to harmful coping strategies.
The trauma of sexual assault can impact victims for a lifetime, affecting their health, education and their careers.
Monsieur le Président, j'incite les députés à lire le manuel de l'opération Honour tout en gardant à l'esprit que, pendant tout le temps que celle-ci a duré, soit du 1er avril 2016 au 9 mars 2021, 581 cas d'agression sexuelle et 221 de harcèlement sexuel ont été signalés. Chacun réagit différemment aux traumatismes causés par l'inconduite sexuelle, mais ce genre d'événement est toujours suivi d'un grand choc.
Quand une victime connaît son agresseur, il arrive qu'elle soit envahie d'un sentiment de culpabilité et de doute. Les séquelles émotionnelles, qui peuvent survenir sur le coup ou beaucoup plus tard, comprennent l'anxiété, l'insomnie prolongée, le sentiment d'aliénation et les pensées suicidaires. Alors que certaines victimes connaissent des épisodes d'hypervigilance, d'autres vont avoir tendance à adopter des comportements risqués ou néfastes pour essayer de s'en sortir.
Les traumatismes causés par une agression sexuelle peuvent durer toute une vie et miner autant la santé que l'éducation et la vie professionnelle des victimes.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-10 21:07 [p.7015]
Mr. Speaker, we are determined to listen and learn from those who have been affected by sexual misconduct. That is why Madam Arbour's review will be based on the views, accounts and experiences of current and former members of the defence team. We invite those who feel ready to share their experiences to come forward. They can rest assured that Madam Arbour will conduct her review without referencing specific cases and maintain the strictest confidentiality.
We cannot rest until members affected by sexual misconduct and survivors have faith in the investigation and reporting process. We have a lot of work to do to rebuild trust, but I am confident that through these efforts and the dedicated action of our defence team members at all levels, we will get there.
Monsieur le Président, nous sommes résolus à écouter les victimes d'inconduite sexuelle et à tirer les leçons de leur expérience. C'est pourquoi l'examen de Mme Arbour se fondera sur les opinions, les témoignages et les expériences de membres actuels et anciens de l'équipe de la Défense. Toutes les personnes qui se sentent prêtes à faire part de leur expérience sont invitées à se manifester. Elles peuvent avoir l'assurance que Mme Arbour mènera son examen sans faire allusion à des cas précis et en respectant les normes les plus strictes en matière de confidentialité.
Nous n'aurons de cesse que les membres du personnel affectés par l'inconduite sexuelle et les survivantes aient confiance dans le processus d'enquête et de dénonciation. Nous avons beaucoup de travail à faire pour rebâtir la confiance, mais je suis convaincue que nous y arriverons grâce à ces efforts et à ceux qui seront déployés à tous les échelons par les membres de l'équipe de la Défense.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:32 [p.6898]
Mr. Speaker, the Liberal government's attitude towards the women who serve our country is, quite simply, shameful.
We saw it with the member for Vancouver Granville and the SNC-Lavalin scandal, and we can see it now with the cover-up over the allegations of sexual assault against General Vance. These are not isolated incidents. They show a pattern of behaviour and a culture that our so-called feminist Prime Minister allowed to fester.
What is his excuse for letting Canadian women down this time?
Monsieur le Président, l'attitude du gouvernement libéral envers les femmes qui servent notre pays est tout simplement honteuse.
Nous l'avons vu avec la députée de Vancouver Granville dans le scandale SNC-Lavalin, et nous le voyons maintenant avec les allégations d'agression sexuelle dissimulées contre le général Vance. Il ne s'agit pas d'incidents singuliers, mais d'un modèle de comportement et d'une culture que notre premier ministre soi-disant féministe a laissé prospérer.
Quelle excuse a-t-il pour laisser tomber nos Canadiennes, cette fois-ci?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:33 [p.6898]
Mr. Speaker, Canadian Armed Forces members make enormous sacrifices to protect Canadians, and they have an undeniable right to serve with safety.
It is clear that we have not lived up to our responsibilities to protect members from misconduct. That is why we announced that Louise Arbour will lead an independent external comprehensive review into harassment and sexual misconduct. Plus, we have named Lieutenant-General Jennie Carignan as chief of professional conduct and culture.
Monsieur le Président, les membres des Forces armées canadiennes font d'énormes sacrifices pour protéger les Canadiens et ont le droit indéniable de servir en toute sécurité.
Il est clair que nous n'avons pas été à la hauteur de notre responsabilité de protéger les membres contre l'inconduite. C'est la raison pour laquelle nous avons annoncé que Mme Louise Arbour va réaliser un examen externe indépendant et approfondi sur le harcèlement et l'inconduite sexuelle. De plus, nous avons nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe, Conduite professionnelle et culture.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:33 [p.6899]
Mr. Speaker, our Prime Minister clearly does not value the brave women who serve in our armed forces because he did not defend them. On the contrary, his government did nothing and allowed them to suffer.
These women make so many sacrifices for us, but he is not prepared to sacrifice his image to protect them. When will he apologize to them?
Monsieur le Président, notre premier ministre n'accorde manifestement pas de valeur aux braves femmes qui servent dans nos Forces armées, car il ne les a pas défendues. Au contraire, son gouvernement leur a permis de souffrir, sans rien faire.
Alors qu'elles font tant de sacrifices pour nous, il n'est pas prêt à sacrifier son image pour les protéger. Quand va-t-il leur présenter ses excuses?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:34 [p.6899]
Mr. Speaker, eliminating all forms of misconduct and abuse of power and creating a safe work environment for everyone in the defence team have always been our top priority.
We know that the Canadian Armed Forces must work hard to eliminate the toxic masculinity that creates an unacceptable culture. We have announced that Louise Arbour will lead an independent external comprehensive review into harassment and sexual misconduct. We owe it to our members and to Canadians to get this right.
Monsieur le Président, éliminer toutes les formes d'inconduite, d'abus de pouvoir, et créer un environnement de travail sécuritaire pour tous les membres de l'équipe de la Défense a toujours été notre priorité absolue.
Nous savons que les Forces armées canadiennes doivent travailler fort pour éliminer la masculinité toxique qui crée une culture inacceptable. Nous avons annoncé que Mme Louise Arbour va réaliser un examen externe indépendant et approfondi sur le harcèlement et l'inconduite sexuelle. Nous devons à nos membres et aux Canadiens de bien faire les choses.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-05-07 11:35 [p.6899]
Mr. Speaker, the Prime Minister is supposed to be responsible for his cabinet. It is up to him to oversee what happens in government, and it is the job of ministers and the Prime Minister's Office to keep him informed of major events.
I find it hard to understand how something as despicable as allegations of sexual assault could be ignored on his watch.
Are we really supposed to believe that the Prime Minister knew nothing about this, when everyone around him did?
Monsieur le Président, le premier ministre est censé être responsable de son cabinet. C'est à lui de superviser ce qui se passe au sein du gouvernement, et c'est le travail des ministres et du bureau du premier ministre de le tenir au courant des événements majeurs.
J'ai du mal à comprendre comment quelque chose d'aussi méprisable que des allégations d'agression sexuelle a pu être ignoré sous sa surveillance.
Sommes-nous vraiment censés croire que le premier ministre ne savait rien de tout cela, alors que tout le monde autour de lui était au courant?
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-07 11:35 [p.6899]
Mr. Speaker, as the minister said in committee, he did not know the nature or specifics of the allegations.
Mr. Walbourne mentioned misconduct issues involving the former chief of the defence staff. He did not provide the minister with any details.
The minister has always ensured that all allegations brought to his attention are reported to the appropriate authorities for investigation.
Monsieur le Président, comme l'a dit le ministre en comité, il ne connaissait pas la nature ou les détails précis des allégations.
M. Walbourne a mentionné des problèmes d'inconduite impliquant l'ancien chef d'état-major de la Défense. Il n'a donné aucun détail au ministre.
Le ministre s'est toujours assuré que toutes les allégations portées à son attention étaient signalées aux autorités compétentes pour qu'elles puissent entamer des enquêtes.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-06 14:23 [p.6796]
Mr. Speaker, the Prime Minister claims that he was not aware of allegations of sexual misconduct against the chief of the defence staff. He claims he was never briefed about them by the Minister of National Defence.
He now knows that his Minister of National Defence received a report from the Canadian Armed Forces ombudsman a good three years ago. He knows that the minister did nothing and that, in addition, he kept him in the dark.
My question is simple: Does the Prime Minister think it is acceptable that his Minister of National Defence decided to withhold these allegations of sexual misconduct against the chief of the defence staff from him?
Monsieur le Président, le premier ministre prétend qu'il n'était pas au courant des allégations d'inconduite sexuelle contre le chef d'état-major. Il prétend que le ministre de la Défense nationale ne l'a jamais informé.
Or, il sait maintenant que son ministre de la Défense nationale avait reçu un rapport de l'ombudsman des Forces armées canadiennes, il y a trois ans déjà. Il sait que le ministre n'a rien fait et que, en plus, il l'a tenu dans l'ignorance.
Ma question est simple: le premier ministre trouve-t-il acceptable que son ministre de la Défense nationale ait décidé de lui cacher ces allégations d'inconduite sexuelle contre le chef d'état-major de l'armée?
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2021-05-06 14:23 [p.6797]
Mr. Speaker, I want to make it very clear that when the information was brought forward, it was immediately passed on to non-partisan public servants at the Privy Council Office who are in charge of Governor in Council appointments and they followed up the next day. No politician should ever be involved in any type of investigation.
Nonetheless, we are going to stay focused on creating that culture change in the Canadian Armed Forces to make sure we have a harassment-free workplace in the Canadian Armed Forces. That is our goal.
Monsieur le Président, soyons très clairs. Dès que l'information a été soumise, elle a été immédiatement transmise à des fonctionnaires non partisans du Bureau du Conseil privé qui sont responsables des nominations par le gouverneur en conseil, et ils ont assuré un suivi dès le lendemain. Aucun politicien ne devrait s'ingérer dans une enquête, quelle qu'elle soit.
Cela dit, nous allons veiller à amorcer ce changement de culture au sein des Forces armées canadiennes pour qu'elles offrent un milieu de travail exempt de harcèlement. C'est notre objectif.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2021-05-06 14:24 [p.6797]
Mr. Speaker, a few years ago, when asked why he was appointing a gender-balanced cabinet, the Prime Minister replied that it was because it was 2015.
Now it is 2021, and the Minister of National Defence has deliberately turned a blind eye to sexual misconduct complaints. It is 2021, and the Minister of National Defence has failed to apply Justice Deschamps' recommendations.
Because it is 2021, does the Prime Minister not think it is time to put an end to the culture of silence in the Canadian Armed Forces by replacing the Minister of National Defence and, while he is at it, by appointing a female minister of national defence who will take care of implementing Justice Deschamps' recommendations?
Monsieur le Président, il y a quelques années, lorsqu'on a demandé au premier ministre pourquoi il formait un conseil des ministres paritaire hommes-femmes, il a répondu que c'était parce qu'on était en 2015.
En 2021, le ministre de la Défense nationale fait de l'aveuglement volontaire dans les dossiers d'inconduite sexuelle. En 2021, le ministre de la Défense nationale n'a pas appliqué les recommandations de la juge Deschamps.
Parce qu'on est en 2021, le premier ministre ne croit-il pas qu'il est temps de mettre un terme à la culture du silence dans les Forces armées canadiennes en remplaçant le ministre de la Défense nationale et, pourquoi pas, en désignant « une » ministre de la Défense nationale qui s'occupera de mettre en œuvre les recommandations de la juge Deschamps?
Results: 1 - 100 of 773 | Page: 1 of 8

1
2
3
4
5
6
7
8
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Parliament and Session