Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 339
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I have a question concerning Line 5. What meetings or phone calls has any minister of the government had with any secretary of the U.S. administration regarding this matter and when did those meetings or phone calls take place?
Monsieur le président, j'ai une question au sujet de la canalisation 5. Quels réunions ou appels téléphoniques ont eu lieu entre l'un ou l'autre des ministres et l'un ou l'autre des secrétaires du gouvernement des États-Unis au sujet de ce dossier? Quand ces réunions ou ces appels téléphoniques ont-ils eu lieu?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I have spoken on a couple of occasions with the Secretary of State for the United States about Line 5.
Monsieur le président, je me suis entretenu à quelques occasions avec le secrétaire d'État des États-Unis au sujet de la canalisation 5.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, that has not been the case. The approach is not working.
The unilateral revoking of the Enbridge Line 5 easement remains unresolved, threatening the delivery of 540,000 barrels a day of petroleum products from Alberta and Saskatchewan that supply over 53% of Ontario's crude oil and 66% of Quebec's. This line is critical.
Has the Minister of Foreign Affairs met with the governor of Michigan?
Madame la présidente, ce n'est pas le cas. L'approche ne fonctionne pas.
La révocation unilatérale de la servitude de la canalisation 5 d'Enbridge reste non résolue, ce qui menace l'acheminement de 540 000 barils par jour de produits pétroliers en provenance de l'Alberta et de la Saskatchewan, qui approvisionnent plus de 53 % du pétrole brut de l'Ontario et 66 % de celui du Québec. Cette canalisation est essentielle.
Le ministre des Affaires étrangères a-t-il rencontré la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I have not met with Governor Whitmer. However, our excellent Ambassador Kirsten Hillman in Washington has had numerous conversations with her. We have a very active advocacy program under way to speak to people in the states of Michigan, Ohio and Pennsylvania.
Madame la présidente, je n'ai pas rencontré la gouverneure Whitmer. Toutefois, notre excellente ambassadrice à Washington, Kirsten Hillman, a eu de nombreuses conversations avec elle. Un programme très actif de promotion des intérêts est en cours, afin que l'on parle à des gens dans les États du Michigan, de l'Ohio et de la Pennsylvanie.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, could the minister tell us when he will be meeting with the Governor of Michigan?
Madame la présidente, le ministre peut-il nous dire quand il rencontrera la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I do not have any plans to meet with the governor of Michigan at this time.
Madame la présidente, en ce moment, il n'est pas prévu que je rencontre la gouverneure du Michigan.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, this is critical. If the governor of Michigan is successful in shutting down Line 5, could the minister provide us with the plan that ensures the 540,000 barrels will be delivered by other means?
Il s'agit d'une question cruciale, madame la présidente. Si la gouverneure du Michigan réussit à faire fermer la canalisation 5, le ministre peut-il nous dire par quels moyens on assurera la livraison de 540 000 barils?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, we have been very active to try to ensure this pipeline does not close down. Ultimately, we would like Enbridge and the State of Michigan to resolve their issue, but we have also transmitted an amicus brief to the courts so they are aware—
Madame la présidente, nous travaillons très fort pour empêcher la fermeture du pipeline. Ultimement, nous aimerions voir Enbridge et l'État du Michigan régler leur différend, mais nous avons également déposé un mémoire d'amicus curiae devant les tribunaux, de sorte qu'ils sont au courant...
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2021-05-27 13:28 [p.7487]
Mr. Speaker, I know the member has been working tirelessly on Line 5 and the jobs in Sarnia. Did she see anything in this budget that would actually be there for the people of Sarnia in those jobs if Line 5 was to close?
Monsieur le Président, je sais que la députée a travaillé sans relâche au sujet de la canalisation 5 et des emplois à Sarnia. A-t-elle vu quoi que ce soit dans le budget qui pourrait aider les gens de Sarnia qui perdraient leur emploi si la canalisation 5 était fermée?
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-27 13:28 [p.7487]
Mr. Speaker, that is a great question from my colleague, who works hard on the Canada-U.S. committee. There is nothing in this budget. In fact, not only is there nothing for oil and gas and for natural resources, but there is no contingency in this budget in case Line 5 does shut down. That will certainly drive the costs of everything up, including fuel that the government uses.
Monsieur le Président, j’apprécie beaucoup la question de mon collègue, qui est un membre assidu du comité Canada-États-Unis. Il n’y a rien dans ce budget. En fait, non seulement il n’y a rien pour le pétrole, le gaz et les ressources naturelles, mais il n’y a rien non plus au cas où la canalisation 5 fermerait. Cela risquerait certainement de faire augmenter tous les coûts, y compris ceux du carburant que le gouvernement utilise.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-05-26 17:32 [p.7399]
Madam Speaker, I want to begin my speech by addressing some of the things that we heard from the Green Party member just before this. He was talking about stranded assets. The eastern part of Canada could be significantly stranded if Line 5 gets shut down, and that is the reality.
He was talking about oil and gas being a sunset industry. That may be true, but that sunset is not likely to happen until several hundred years from now. We are still seeing an increase in demand for oil production around the world. Even if one believes all the projections, that increase in demand, not a reduction in demand, will continue for the next 30 years at a minimum.
What better place to get those hydrocarbons from than Canada? We have some of the most ethically produced oil on the face of the planet, with some of the lowest-carbon-intensity oil, right here in Canada. Never mind the fact that we are importing hydrocarbons from around the world to continue to supply Canada. That alone seems to be ridiculous, in my opinion. We are an energy-rich country. We have endless amounts of natural resources in this country, yet we rely on other countries to supply our energy.
In the case of Line 5, we are relying on another country to keep the licensing going for that particular pipeline. As far as I know, right now that pipeline is operating illegally. The most recent Line 5 news is that the easement through the State of Michigan has been revoked, but the pipeline continues to operate. We are hanging in limbo as we go forward.
I am speaking to Bill C-30, which is the budget implementation act. It has been fascinating to listen to all of the discussion around this particular budget. We hear repeatedly from folks about the subsidization of the oil and gas industry. I was just discussing with one of the Bloc members how the government subsidizes oil and gas, but does not subsidize the forestry industry. I have not seen any direct subsidies to the oil and gas industry, with the exception of buying a pipeline.
The Trans Mountain pipeline was being built by private industry. Due to the actions of the government, the pipeline was no longer to be built. The government subsequently bought that project. If that is what the Bloc member meant by subsidizing oil and gas, I get it. I do not think we need to be publicly funding pipelines either. Pipelines have been built successfully in this country for generations by private industry, and I would assume that would continue.
The Bloc member was commenting about the forestry industry in Quebec. In Northern Alberta, the forestry industry is a big contributor to jobs and the economy. Oil and gas are a shiny spot in our economy, but Alberta's economy is diversified. Where I come from, we do the three Fs: forestry, farming and fracking. Those are the big job creators in my area, and they are basically what support all of the population in the area. I am always interested in the challenges we see.
One aspect of this budget implementation act is the removal of interest on the apprenticeship loans that have been given out. I think that is a noble cause. I am the product of one of the apprenticeship programs in Alberta. I was one of the first to go through the rapid apprenticeship program when it was introduced back in 2003. I got my automotive ticket from Northern Alberta Institute of Technology.
The apprenticeship programs we have developed in Alberta are world-renowned and recognized. There is also the good work of NAIT, the Northern Alberta Institute of Technology. I went through there in classes full of apprentices.
Many of my friends have been apprentices. I got my journeyman's ticket back in 2007, so I know about the life of an apprentice. The beauty of apprenticeship programs is that people typically get to work while they are getting their training. Believe me, all of the apprentices I know are tradesmen. They are proud of what they do. They work with their hands. They would all very much appreciate having jobs right now, rather than having the interest on their loans waived. While I appreciate that in this particular bill, I do not see a lot in this bill that will get these people back to work.
I call Line 5 the magic pipeline because it has changed the Liberal rhetoric on pipelines dramatically. The Liberals are now starting to sound like Conservatives: Pipelines are the safest way to move petroleum products. If we did not have this pipeline there would be 8,000 rail cars and 15,000 tanker trucks on the road.
There is one way to get all of these apprentices back to work, and that is to start building some of the pipeline projects that had been proposed and were ready to be built back in 2015. One, in particular, runs parallel to Line 5 and is called energy east. That pipeline was ready to be built back in 2015 when I was first elected. The Liberals kiboshed that project, but we do not see anything. We do not see a repeal of Bill C-69: the “no more pipelines” bill. That would have been something they could have put in the budget to promote the development of our natural resources, promote jobs and promote private industry spending its own capital to get folks back to work and get us back to the lifestyle we were used to before COVID.
This seems like a prime opportunity to get us all back to work. It would ensure that we would have apprentices across the country making paycheques and being able to pay the interest on their student loans by going back to work. They could be raising their families, making money and doing all of the things that they do. I do not see a lot of those kinds of initiatives in this particular bill.
One thing that I saw in the budget was around the home renovation tax credit. I was hopeful we would get some details on it in this bill, but they are not evident. It was an initiative that the Conservatives undertook during the last great recession. We rapidly passed the home renovation tax credit, which allowed people to update their windows, insulation and other kinds of things. It could also be thought of as a green initiative. It was in the budget. We were talking about a particular $5,000 tax credit on a $40,000 loan. We do not see details of that in this particular bill, so I am disappointed about that.
Lastly, I want to talk a little about equalization. This bill touches on equalization, and on what is called the federal-provincial transfer act. One of the things that Albertans have been requesting for a number of years is the removal of the cap on that financial stabilization program. It is currently capped at $60. The Liberals have moved that cap to $166. That is a movement in the right direction, but there still is no logic as to why there is a cap on the equalization stabilization program.
Why is there a cap? If a province is suffering under duress and having less revenue than it had in the past, the stabilization program is there to maintain funding for programs while we go through a dip in revenue. Nobody can explain the logic for why there is a cap on that. We see that the government has acknowledged that maybe the cap is too low and it is going to raise the cap to $166, but the Liberals do not provide us with any logic whatsoever as to why there needs to be a cap on that program. If government revenues in a particular province are suffering in a major depression, the stabilization program is supposed to balance that out and ease the pain of that. Why would it have a cap on it? There has been no logic whatsoever provided for that. I am also quite frustrated by that.
I see that my time is up. I am always grateful to represent the people of Peace River—Westlock.
Madame la Présidente, je tiens tout d’abord à réagir aux propos que vient de tenir le député du Parti vert. Il parlait d’actifs délaissés. L’Est du Canada pourrait se sentir bien délaissé si la canalisation 5 est fermée, et c’est la réalité.
Il a décrit le secteur pétrolier et gazier comme étant en déclin. C’est peut-être vrai, mais il ne disparaîtra pas avant des centaines d’années. Nous voyons la demande de production de pétrole encore augmenter dans le monde. Même si l’on croit toutes les projections, cette augmentation de la demande, car elle ne diminue pas, continuera pendant les 30 ans à venir au minimum.
Où se procurer ces hydrocarbures sinon au Canada? Nous avons le pétrole produit de la façon la plus éthique du monde, et notre pétrole fait partie de ceux qui ont la plus faible intensité de carbone. Oublions que nous importons des hydrocarbures du monde entier pour continuer d’approvisionner le Canada. Cela me semble ridicule. Notre pays est riche en énergie. Nous avons d’infinies quantités de ressources naturelles, mais nous dépendons d’autres pays pour notre approvisionnement en énergie.
En ce qui concerne la canalisation 5, nous dépendons d’un autre pays pour conserver l’autorisation de ce pipeline. Pour autant que je sache, ce pipeline est actuellement exploité illégalement. Selon les nouvelles les plus récentes concernant la canalisation 5, la servitude passant par l’État du Michigan a été révoquée, mais le pipeline continue de fonctionner. Nous sommes dans les limbes pour l’avenir.
Je parle du projet de loi C-30, la Loi d’exécution du budget. Il a été fascinant d’écouter toutes les discussions concernant ce budget. Les gens ne cessent d’évoquer les subventions accordées au secteur pétrolier et gazier. Je discutais justement avec l’un des députés du Bloc du fait que le gouvernement subventionne le pétrole et le gaz, mais pas l’industrie forestière. Je n’ai vu aucune subvention directe au secteur pétrolier et gazier, si ce n’est l’achat d’un pipeline.
Le secteur privé construisait le pipeline Trans Mountain. En raison des actions du gouvernement, la construction du pipeline allait être interrompue. Le gouvernement a donc acheté le projet. Si c’est ce que le député du Bloc voulait dire en parlant de subventionner le pétrole et le gaz, je comprends. Je ne pense pas non plus que nous devrions financer les pipelines par le Trésor public. Le secteur privé a construit des pipelines avec succès dans ce pays depuis des générations, et je suppose que ce sera encore le cas.
Le député bloquiste parlait de l’industrie forestière au Québec. Dans le nord de l’Alberta, l’industrie forestière contribue grandement à l’emploi et à l’économie. Les projecteurs sont braqués sur le pétrole et le gaz dans notre économie, mais l’économie de l’Alberta est diversifiée. D’où je viens, nous avons les trois F: la foresterie, les fermes et la fracturation. Ce sont les principaux créateurs d’emplois dans ma région et ce sont essentiellement eux qui font vivre toute la population de la région. Je m’intéresse toujours aux défis que nous rencontrons.
L’élimination des intérêts sur les prêts accordés pour l’apprentissage est l’un des éléments de cette Loi d’exécution du budget. À mon sens, c’est une noble cause. Je suis le produit de l’un des programmes d’apprentissage de l’Alberta. J’ai été l’un des premiers à suivre le programme d’apprentissage accéléré lorsqu’il a été lancé en 2003. J’ai obtenu ma certification en mécanique automobile du Northern Alberta Institute of Technology.
Les programmes d’apprentissage que nous avons créés en Alberta sont réputés et reconnus dans le monde entier. Il y a aussi le bon travail du NAIT, le Northern Alberta Institute of Technology. Je suis passé dans des classes remplies d’apprentis.
Beaucoup de mes amis ont été des apprentis. J’ai obtenu ma carte de compagnon en 2007, je connais donc la vie d’un apprenti. La beauté des programmes d’apprentissage, c’est que les gens ont généralement l’occasion de travailler pendant qu’ils suivent leur formation. Croyez-moi, tous les apprentis que je connais sont des gens de métier. Ils sont fiers de ce qu’ils font. Ils travaillent de leurs mains. Ils aimeraient beaucoup avoir un emploi dès maintenant, au lieu d’être dispensés de payer des intérêts sur leurs prêts. Je suis reconnaissant que cela figure dans ce projet de loi particulier, mais je n’y vois pas grand-chose qui permettra à ces gens de retrouver du travail.
Je qualifie la canalisation 5 de pipeline magique parce qu’elle a radicalement changé le discours des libéraux à propos des pipelines. Les libéraux commencent maintenant à parler comme des conservateurs: les pipelines sont le moyen le plus sûr de transporter des produits pétroliers. Si nous n’avions pas ce pipeline, il y aurait 8 000 wagons sur les voies de chemin de fer et 15 000 camions-citernes sur les routes.
Il existe une façon qui permettrait à tous ces apprentis de retourner au travail, c’est-à-dire commencer les travaux de construction de certains projets de pipelines qui ont été proposés et dont la construction aurait pu commencer en 2015. Un projet en particulier longe la canalisation 5. Il s’agit du projet Énergie Est. La construction de ce projet aurait pu commencer en 2015, lorsque j'ai été élu pour la première fois. Les libéraux ont torpillé le projet. Cependant, nous n’avons rien vu. Le projet de loi C-69 n’a pas été abrogé. C’était le projet de loi « plus jamais de pipelines ». Ils auraient pu ajouter ces initiatives au budget, afin de promouvoir l’exploitation de nos ressources naturelles, les emplois et les dépenses par l’industrie privée de ses propres capitaux pour permettre aux gens de retourner au travail et de retrouver le style de vie auquel ils étaient habitués avant la COVID.
Nous disposons d’une occasion unique de tous retourner au travail. Nous pourrions garantir que les apprentis partout au pays reçoivent un chèque de paie et qu’ils sont en mesure de payer les intérêts de leurs prêts étudiants en retournant au travail. Ils pourraient élever leurs enfants, faire de l’argent et réaliser toutes leurs activités. Ce projet de loi ne comporte pas, à ce que je peux voir, un grand nombre de ce type d’initiatives.
Parmi les points que j’ai vus dans le budget, il y avait un crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire. J’espérais qu’on obtienne des détails à ce sujet dans le présent projet de loi, mais ils ne sont pas mis en évidence. Il s’agissait d’une initiative lancée par les conservateurs au cours de la dernière grande récession. Nous avions adopté rapidement le crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire, qui permettait aux gens de remplacer leurs fenêtres, leur isolation et d’autres composantes. On pouvait aussi le considérer comme une initiative écologique. Il était dans le budget. Nous parlions d’un crédit d’impôt de 5 000 $ pour un prêt de 40 000 $. Ce projet de loi n’offre pas de détails à ce sujet. J’en suis déçu.
Enfin, j’aimerais parler un peu de la péréquation. Ce projet de loi touche à la péréquation, et sur ce qu’on appelle la loi sur les transferts entre le gouvernement fédéral et les provinces. Parmi les demandes présentées depuis des années par les Albertains, il y a l’élimination du plafond de ce programme de stabilisation fiscale. Le plafond est actuellement fixé à 60 $. Les libéraux l'ont fait passer à 166 $. C’est un pas dans la bonne direction. Cependant, il n’existe aucune raison logique expliquant pourquoi un plafond est imposé dans le cadre du programme de stabilisation fiscale.
Pourquoi un plafond existe-t-il? Si une province éprouve des difficultés et obtient moins de revenus que dans le passé, le programme de stabilisation sert à maintenir le financement des programmes pendant la période caractérisée par la baisse des revenus. Personne ne peut expliquer pourquoi il existe un plafond. Le gouvernement a reconnu que ce plafond est peut-être trop bas et veut le faire passer à 166 $. Cependant, les libéraux ne nous fournissent pas de raison logique justifiant le maintien d’un plafond dans le cadre de ce programme. Si les revenus du gouvernement d’une province en particulier sont touchés lors d’une importante récession, le programme de stabilisation est censé établir un équilibre et atténuer les conséquences de la baisse. Pourquoi devrait-il être doté d’un plafond? Aucune raison logique n’est fournie pour expliquer cette situation. Cela me frustre.
Je vois que mon temps de parole est écoulé. Je suis toujours reconnaissant de représenter les gens de Peace River—Westlock.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2021-05-25 13:11 [p.7306]
Madam Speaker, I am pleased to rise to speak today to the budget implementation act. It is a budget I would name after the Rick Moranis film Honey, I Shrunk the Kids, but I am going to call it “Honey, I Sunk the Kids”. I would have used a different word for “sunk”, but that would have been unparliamentary language.
Why would I call it that? It is because of the massive intergenerational debt that we are passing on with very little thought or oversight of what it is going to do to our children and our grandchildren. How bad is it? It is $500 billion added in just two years and $700 billion of debt added over the next five years.
By the time I am done my 10-minute speech and five-minute question and answer period, $7.3 million will be added to the debt that Canadians will owe. People my age will remember Lee Majors as Steve Austin in The Six Million Dollar Man. That would be just about 13 minutes of today's time with the government's spending to rebuild him better.
In the budget, one of the big problems I have, as someone from Edmonton, Alberta, is that there is almost nothing for Albertans. There are well over 700 pages in the budget, yet next to nothing for the province. It has been described in our province as a slap in the face for Albertans.
Going through the budget, I saw it mentions pipelines several times. Hurray, but it mentions a talent pipeline; a vaccine pipeline, and we see how the government has failed on that; a genomics talent pipeline; an innovation pipeline; and a pipeline of PPE. We are going to see tomorrow in the Auditor General's report on PPE how the government has funnelled taxpayer money to people connected with the Liberal Party and other insiders, but it mentions a pipeline of PPE in the budget. What about a pipeline of oil and gas? Guess what, there is no mention of that.
We have seen what is going on in Michigan right now with Line 5. If Michigan shuts down Line 5, it will cost tens of thousands of jobs in Sarnia, Ontario, and other places, and it will probably double the price of gas, yet there is nothing in the budget to address that issue.
There is also no mention of the fact that Alberta's oil and gas industry is the largest employer for indigenous workers. At the operations committee we did a study on government procurement for the indigenous and every single witness from the indigenous community stated that the only one doing its job was the oil and gas industry. It was not the federal government. It was failing, but the oil and gas industry was providing wealth and prosperity for the indigenous communities. In this budget, we have nothing.
We have heard repeatedly in my riding that small businesses that opened just before or during the pandemic were left out of all the support, including the wage support and the rent support, through no fault of their own. I used to be in the hotel business, and it takes a year, two years, or even longer now with all the regulations, to build a hotel. If people had the misfortune of deciding to invest before COVID started, they were cut out from the support of the government.
We have asked repeatedly, in the House and at committee, for the government to address that. Each time, Liberals stand, hand over heart, and say small businesses are the backbone of the economy, but they are not going to do anything. There is nothing in the budget to address that.
A friend of mine in the riding, Rick Bronson, has a comedy club in West Edmonton Mall called The Comic Strip. He employs almost 100 people. He opened a new one in British Columbia just before COVID happened. It is no fault of his own, but he is shut out from the government program. Again, we have asked repeatedly to help small businesses, but there is nothing for them.
In Alberta, we had two main asks in the budget, one was money for carbon capture research. The premier shot for the moon asking for billions, so I was expecting maybe a billion less. No, we ended up with a plan with carbon capture tax incentives, but only if it is not used for enhanced oil recovery. We have spoken to all the big players and the junior players in oil and gas and they have all said the same thing. There is no economic way forward for carbon capture without it being available for enhanced oil recovery.
On the one hand, the Liberals put out a carrot, and on the next hand, they hit people with a stick. In the budget there is some money for carbon capture research, with $20 million next year to $220 million over the next five years.
Let us think about it. Oil and gas, even at reduced prices, is still our number one export. It absolutely dwarfs the automobile industry, and it dwarfs aerospace, yet we get a pittance toward tech research for it. To put it in perspective, the government has given wealthy Tesla owners $100 million in subsidies to buy Tesla cars, half as much as it has given to the entire oil and gas industry for carbon capture. It shows very clearly the current government does not care about Alberta and that it really does not care, when push comes to shove, for the environment.
The Liberals also did not fix the unfair cap on the fiscal stabilization program that punishes Alberta because resources are included in that. They changed it to benefit Quebec and Ontario, but they continue to discriminate against Alberta by adding a ceiling if oil and gas resource revenue is put in there. Since 2014, Albertans have been net contributors of over $110 billion to the federal purse. What we get back is a slap in the face.
Going back to carbon capture, there is $20 million next year for carbon capture research. Also in this budget is $22 million for a recognition program for atomic workers from the 1950s, during the Korean War era. It is wonderful that we are recognizing the work of people done 70 years ago, but there is as much money for a recognition program for the 1950s as there is for vital carbon capture research. It again shows the priorities of the current government are not working people and certainly not those in Alberta.
Of the 739 pages total in this budget, pipelines are only mentioned five times. The word “supports” shows up 1,000 times, and the word “benefits” shows up 1,300 times. “Productivity”, though, only appears 39 times and “competitiveness” appears just 13 times.
What do we get for $700 billion of added debt over the next five years? The government predicts in its own budget that the growth rate will slow every single year starting in 2022, all the way down to 1.7% growth in 2025. Let us think about that. There is $700 billion in added debt and all we get is a mediocre 1.7% growth.
Robert Asselin, the former policy and budget director to Bill Morneau and a policy adviser to the Prime Minister, stated about this budget, “it is hard to find a coherent growth plan...spending close to $1 trillion, [and] not moving the needle on...growth would be the worst possible legacy of this budget.”
Dave Dodge, former Bank of Canada governor, stated that it does not focus on growth and that it is not a reasonably prudent plan.
The budget's title, though, states it is a recovery plan for growth, but we know what is growing. It is not the economy. Taxes are growing. In this budget, taxes received by the current government are projected to grow 28% from 2019-2020 to the end of 2025.
Also scheduled for growth is the interest that we are paying to Bay Street and Wall Street bankers for this debt the Liberals are piling up. Forty billion dollars of interest is what we are going to be paying per year in five years. Let us think of what we could do with that $40 billion. We could buy off, 40 times, the amount for the WE scandal and keep the Prime Minister's friends in business for a while. More important, think of the health care that we could invest in with that $40 billion. Every single premier asked for an increase in the health care transfers. They got nothing, but we have $40 billion for wealthy bankers.
We could be investing in the aging population and in the military. There is $51 million in this budget for NATO participation. There is the rise of China with its aggression and there is Russia, and we put in $51 million, which is barely double what we are putting into a recognition program for atomic workers from 70 years ago.
It is clear that this budget is not meant for growth of the economy. It is not meant for the people of Edmonton West, and it is certainly not meant for Albertans. It is not meant for our future generations. This budget is a failure, and it is a disgrace. That is why I will not be supporting it.
Madame la Présidente, je suis ravi d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi d'exécution du budget. Pour qualifier ce budget, je m'inspire du film de Rick Moranis intitulé Chérie, j'ai réduit les enfants, mais je modifie le titre comme ceci « Chérie, j'ai coulé les enfants ». J'ai songé à utiliser un autre verbe que « couler », mais il appartient au vocabulaire non parlementaire.
Pourquoi ce titre? Il est à propos à cause de l'énorme dette que nous laissons aux générations futures sans vraiment penser aux conséquences qu'elles auront pour nos enfants et nos petits-enfants. La situation est-elle si catastrophique? En fait, la dette s'est alourdie de 500 milliards de dollars en à peine 2 ans et s'alourdira de 700 milliards de dollars au cours des 5 prochaines années.
D'ici la fin de mon intervention de 10 minutes et de la période de questions et réponses de 5 minutes qui s'ensuivra, 7,3 millions de dollars se seront ajoutés à la dette qui pèse sur les Canadiens. Les gens de mon âge se rappelleront Lee Majors qui incarnait le personnage de Steve Austin dans L'Homme de six millions. Au rythme actuel des dépenses du gouvernement, il faudrait environ juste 13 minutes pour le rebâtir en mieux.
En tant qu'originaire d’Edmonton, en Alberta, ce qui me déplaît le plus dans ce budget, c’est qu’il n’offre presque rien aux Albertains. Dans les plus de 700 pages qu'il contient, on n’y trouve presque rien pour notre province. Chez nous, les gens disent que ce budget est une gifle aux Albertains.
En parcourant le budget, j’ai vu qu’il y est question de pipelines à plusieurs reprises. Merveilleux! Mais il s’agit d’un pipeline de talents, d’un pipeline de vaccins, et nous savons comment le gouvernement a échoué à cet égard. On y parle d’un pipeline de talents en génomique, d’un pipeline d’innovation et d’un pipeline d’équipement de protection individuelle. Nous verrons demain, dans le rapport du vérificateur général sur l’équipement de protection individuelle, comment le gouvernement a acheminé l’argent des contribuables à des gens liés au Parti libéral et à d’autres proches, mais dans le budget, il parle d’un pipeline d’équipement de protection individuelle. Et un pipeline de pétrole et de gaz? Eh bien non, il n’en est pas question.
Nous avons vu ce qui se passe actuellement dans le Michigan avec la canalisation 5. Si le Michigan ferme celle-ci, Sarnia, l’Ontario et d’autres régions perdront des dizaines de milliers d’emplois, et le prix de l’essence doublera probablement. Mais il n’y a rien dans le budget pour régler ce problème.
On ne mentionne pas non plus le fait que l’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta est le plus grand employeur des travailleurs autochtones. Au comité des opérations, nous avons mené une étude sur les marchés publics pour les Autochtones, et tous les témoins de la communauté autochtone ont affirmé que l’industrie pétrolière et gazière est la seule qui fasse son travail et non le gouvernement fédéral, qui a échoué. L’industrie pétrolière et gazière amenait la richesse et la prospérité aux collectivités autochtones. Dans ce budget, nous n’avons rien.
Nous avons entendu dire à maintes reprises dans ma circonscription que les petites entreprises qui ont ouvert leurs portes juste avant ou pendant la pandémie n’ont pas été admissibles aux soutiens, notamment le soutien salarial et le soutien au loyer. Elles n’avaient rien fait pour mériter cela. J’ai travaillé dans le secteur hôtelier, et je sais qu’il faut maintenant un an, deux ans ou même plus pour construire un hôtel, à cause de tous les règlements. Les gens qui ont eu le malheur d’investir avant le début de la COVID ont été privés de l’appui du gouvernement.
Nous avons demandé à maintes reprises à la Chambre et au comité que le gouvernement se penche sur ce problème. Chaque fois, les libéraux disent, la main sur le cœur, que les petites entreprises sont l’épine dorsale de l’économie, mais ils ne font rien. Il n’y a rien dans le budget pour régler ce problème.
Un de mes amis dans ma circonscription, Rick Bronson, tient un Comédie Club dans le West Edmonton Mall qui s’appelle The Comic Strip. Il a près de 100 employés. Il en a ouvert un nouveau en Colombie-Britannique juste avant la COVID. Il est exclu du programme gouvernemental, et pourtant il n’a rien fait de mal. Je le répète, nous avons demandé à maintes reprises d’aider les petites entreprises, mais il n’y a rien pour elles.
En Alberta, nous avions deux demandes principales dans le budget, l’une étant de l’argent pour la recherche sur la séquestration du carbone. Le premier ministre de la province a visé la lune en demandant des milliards de dollars, alors je m’attendais donc à peut-être avoir un milliard de moins. Non, nous nous sommes retrouvés avec un plan proposant des incitatifs pour la séquestration du carbone, mais seulement si l’argent n’est pas utilisé pour la récupération assistée des hydrocarbures. Nous nous sommes entretenus avec tous les acteurs du secteur, grands et petits, et ils ont tous dit la même chose. Il n’existe pas de solution économique pour la séquestration du carbone sans la récupération assistée des hydrocarbures.
Les libéraux tendent une carotte d’une main, et de l’autre, ils frappent les gens avec un bâton. Le budget prévoit de l’argent pour la recherche sur la séquestration du carbone, soit 20 millions de dollars l’an prochain et jusqu’à 220 millions de dollars au cours des cinq prochaines années.
Réfléchissons à cela. Le pétrole et le gaz, même à des prix réduits, demeurent nos principaux produits d’exportation. Ce secteur domine complètement l'industrie automobile et l’industrie aérospatiale, et pourtant nous n’obtenons que des miettes pour la recherche technologique. Pour mettre les choses en contexte, le gouvernement a versé aux riches propriétaires d’automobiles Telsa 100 millions de dollars en subventions pour l’achat d’automobiles Tesla, soit la moitié de ce qu’il a donné à l’ensemble du secteur des hydrocarbures pour la séquestration du carbone. Cela démontre clairement que le gouvernement actuel ne se soucie pas de l’Alberta et que, quand vient le temps d’agir, il ne se soucie pas de l’environnement.
Les libéraux n’ont pas corrigé le plafond injuste établi pour le Programme de stabilisation fiscale qui pénalise l’Alberta parce que les ressources sont incluses dans le calcul. Ils l’ont modifié au profit du Québec et de l’Ontario, mais ils continuent de traiter l’Alberta de façon discriminatoire en imposant un nouveau plafond si les revenus générés par les ressources pétrolières et gazières y sont intégrés. Depuis 2014, les Albertains ont versé plus de 110 milliards de dollars net au Trésor fédéral. Et tout ce que nous avons en retour, c’est une gifle en plein visage.
Pour revenir à la séquestration du carbone, le budget prévoit 20 millions de dollars l’an prochain pour la recherche dans ce domaine. Il prévoit également 22 millions de dollars pour un programme de reconnaissance des travailleurs du nucléaire dans les années 1950, à l’époque de la guerre de Corée. C’est merveilleux de reconnaître la contribution faite par ces travailleurs il y a 70 ans, mais le budget prévoit autant d’argent pour le programme de reconnaissance de leur contribution dans les années 1950 qu’il en prévoit pour la recherche essentielle sur la séquestration du carbone. Encore une fois, cela démontre que la priorité de l’actuel gouvernement n'est pas les travailleurs, et certainement pas ceux de l’Alberta.
Sur les 840 pages de ce budget, les pipelines ne sont mentionnés que cinq fois. On y trouve environ 1 000 occurrences de l'expression « mesures de soutien », et environ 1 300 du mot « prestations ». Par contre, le mot « productivité » n’apparaît que 39 fois, et le mot « compétitivité » seulement 13 fois.
Qu’obtenons-nous pour cette dette supplémentaire de 700 milliards pour les cinq prochaines années? Le gouvernement prévoit, dans son propre budget, que le taux de croissance ralentira chaque année à compter de 2022 pour atteindre 1,7 % en 2025. Réfléchissons à cela. La dette passera à 700 milliards de dollars et tout ce que nous obtiendrons en retour, c’est un taux de croissance médiocre de 1,7 %.
Robert Asselin, l’ancien directeur des politiques et du budget de Bill Morneau et conseiller en politiques auprès du premier ministre, a dit au sujet du budget qu'« il est difficile d’y trouver un plan de croissance cohérent [...] après avoir dépensé près de 1 billion de dollars, ne rien faire pour stimuler la croissance à long terme [...] serait le pire héritage possible de ce budget. »
Dave Dodge, ancien gouverneur de la Banque du Canada, a déclaré que le budget ne met pas l’accent sur la croissance et qu’il ne s’agit pas d’un plan raisonnablement prudent.
Le titre du budget annonce toutefois qu’il s’agit d’un plan de relance pour la croissance, mais nous savons ce qui est en croissance. Ce n’est pas l’économie, mais bien les impôts. Dans ce budget, les impôts perçus par le gouvernement actuel devraient augmenter de 28 % de 2019-2020 à la fin de 2025.
Les intérêts que nous payons aux banquiers de Bay Street et de Wall Street pour cette dette que les libéraux accumulent devraient eux aussi connaître une croissance. Nous allons payer 40 milliards de dollars d’intérêts par année pendant cinq ans. Songeons à ce que nous pourrions faire avec ces 40 milliards de dollars. Nous pourrions investir 40 fois le montant du scandale UNIS et garder les amis du premier ministre en affaires pendant un certain temps. Plus important encore, songeons aux soins de santé dans lesquels nous pourrions investir ces 40 milliards de dollars. Tous les premiers ministres provinciaux ont demandé une augmentation des transferts au titre des soins de santé. Ils n’ont rien reçu, mais nous avons 40 milliards de dollars pour les riches banquiers.
Nous pourrions investir dans la population vieillissante et dans les forces armées. Le budget prévoit 51 millions de dollars pour la participation à l’OTAN. Il y a la montée de la Chine avec son comportement agressif et il y a la Russie, et nous investissons 51 millions de dollars, soit à peine le double de ce que nous prévoyons pour un programme de reconnaissance des travailleurs du secteur de l’énergie atomique d’il y a 70 ans.
Il est clair que ce budget n’est pas destiné à la croissance de l’économie. Il n’est pas conçu pour les gens d’Edmonton-Ouest, et certainement pas pour les Albertains. Il ne s’adresse pas aux générations futures. Ce budget est un échec et une honte, et c’est pourquoi je ne l’appuierai pas.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-25 18:51 [p.7358]
Madam Speaker, it is a pleasure for me to join the proceedings this evening. I am looking forward to having a better answer than the one I received during question period on Thursday, May 13. I asked a question of the Minister of Natural Resources about Line 5 and what the government of the day had done to ensure it would continue to run.
I will give a bit of background on Line 5. Enbridge Line 5 dual pipeline is part of a system shipping oil from Saskatchewan and Alberta through pipelines to refineries in Sarnia, a petrochemical hub in the southern Ontario region. From there, it goes to Quebec via the Line 9 pipeline. These pipelines connect provinces around Canada and ensure we create jobs in a sustainable way. We all know pipelines are the safest and most efficient way to move oil and natural gas, which is also moved in Line 5. The minister, floundering through his CTV interview, said that if Line 5 was to be shut down, oil and gas would be moved by truck, rail and in tankers, which would be less efficient than through a pipeline.
I am hoping to get an answer on why the government filed the amicus brief at the last second. First, why did the government not submit it sooner to the district court? Second, why did the government not use some of its connections? We all know, and we have seen that it was on the BNN report. Maybe we could have picked up the phone and talked with President Biden to see if he would reach out to his political ally, Governor Whitmer, to see if they would cease the debate about whether Line 5 should be shut down. We know this was a political decision made by the governor in her 2018 campaign.
The actual costs if Line 5 is shut down are huge, not only in Canada but in the United States as well. It will cost tens of thousands of jobs. The Biden administration could, if it wanted to, issue an executive order either telling the Government of Michigan that it cannot revoke the easement or telling the governor not to revoke the easement until it has been determined whether a U.S.-Canada pipeline transit treaty applies. A pipeline transit treaty between the United States and Canada was brought into effect in 1977.
This was stated on BNN by Kristen van de Biezenbos, associate law professor at the University of Calgary, in regard to the 1977 transit treaty. This treaty has never been invoked and it was unclear whether it could actually be invoked in the Line 5 situation. There is still a question about whether it can be invoked, so it has to be settled in the courts.
At some point in time the government needs to take action before it reaches a crisis point. I wish the government would show western Canadians and the petrochemical workers at the refineries in Sarnia that this is a serious issue. I have concerns with the late reaction and coming to the table at the 12th hour to submit the amicus brief. Many people who I represent have told me that they sometimes feel they are not being heard as strongly as those in other areas of western Canada.
I would just ask whoever is going to answer the question why the brief was filed late, whether the 1977 pipeline treaty can be invoked and whether the Prime Minister picked up the phone and asked the President to intervene in this situation.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer aux délibérations ce soir. Je suis impatient d'obtenir une meilleure réponse que celle que j'ai reçue à la période des questions du jeudi 13 mai, lorsque j'ai posé au ministre des Ressources naturelles une question concernant la canalisation 5 et ce qu'a fait le gouvernement actuel pour assurer son maintien en exploitation.
Je vais donner un peu de contexte au sujet de la canalisation 5. Le pipeline double de la canalisation 5 d'Enbridge fait partie d'un réseau qui transporte du pétrole de la Saskatchewan et de l'Alberta par la voie d'oléoducs jusqu'aux raffineries de Sarnia, un carrefour pétrochimique de la région sud de l'Ontario. De là, le pétrole est transporté vers le Québec au moyen de l'oléoduc de la canalisation 9. Ces pipelines relient les provinces du Canada et nous permettent de créer des emplois de manière durable. Nous savons tous que les pipelines sont le moyen le plus sûr et le plus efficace de transporter le pétrole et le gaz naturel, lequel est également transporté dans la canalisation 5. Le ministre, qui a bafouillé tout au long de l'entrevue qu'il a accordée à CTV, a déclaré que si la canalisation 5 devait fermer, le pétrole et le gaz seraient transportés par camion, par train et par pétrolier, ce qui serait moins efficace que par pipeline.
J'aimerais qu'on m'explique pourquoi le gouvernement a attendu jusqu'à la dernière minute pour soumettre un mémoire d'amicus curiae. D'abord, pourquoi le gouvernement ne l'a-t-il pas soumis plus tôt à la cour de district? Ensuite, pourquoi n'a-t-il pas mis ses relations à profit? Tout le monde le sait; c'est ce que nous a appris le reportage de BNN. Peut-être qu'on aurait pu chercher à joindre le président Biden au téléphone pour lui demander de voir si son alliée politique, la gouverneure Whitmer, serait disposée à clore le débat sur l'avenir de la canalisation 5. Tout le monde sait qu'il s'agit d'une décision politique que la gouverneure a prise dans sa campagne de 2018.
Les coûts réels d'une éventuelle fermeture de la canalisation 5 seraient énormes, pas seulement pour le Canada mais pour les États-Unis aussi. Elle coûtera des dizaines de milliers d'emplois. Si elle le souhaitait, l'administration Biden pourrait émettre un décret présidentiel interdisant au gouvernement du Michigan de révoquer la servitude ou exigeant qu'il ne la révoque pas tant qu'on n'aura pas déterminé si les dispositions de l'accord Canada-États-Unis sur les pipelines de transit sont applicables. Un accord sur les pipelines de transit entre le Canada et les États-Unis est entré en vigueur en 1977.
C'est ce qu'a dit Kristen van de Biezenbos, professeure de droit agrégée à l'Université de Calgary, sur BNN au sujet du Traité sur les pipe-lines de transit de 1977. Ce traité n'a jamais été invoqué et on ne sait pas s'il pourrait l'être dans le cas de la canalisation 5. Étant donné qu'on ne sait toujours pas s'il peut être invoqué, la question doit être réglée par les tribunaux.
Le gouvernement devra un jour prendre des mesures avant que la situation n'atteigne un point critique. J'aimerais que le gouvernement montre aux Canadiens de l'Ouest et aux ouvriers de l'industrie pétrochimique qui travaillent dans les raffineries de Sarnia qu'il s'agit d'une question sérieuse. Je m'inquiète de la réaction tardive et de l'arrivée à la table des négociations à la dernière minute pour déposer le mémoire d'amicus curiae. De nombreuses personnes que je représente m'ont dit qu'elles ont parfois l'impression de ne pas être aussi bien entendues que les habitants d'autres régions de l'Ouest canadien.
Je demande simplement à la personne qui répondra à la question d'expliquer pourquoi le mémoire a été déposé en retard et d'indiquer si le Traité sur les pipe-lines de transit de 1977 peut être invoqué et si le premier ministre a décroché son téléphone et demandé au président d'intervenir dans cette situation.
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-05-25 18:55 [p.7358]
Madam Speaker, I thank the member opposite for allowing me to bring clarity to this very important matter. Despite all the partisan bickering, members of all four official parties have spoken with one voice in support of Line 5, including the small-c Conservative premiers of Alberta, Saskatchewan, Ontario and Quebec.
I can assure Canadians that this government has taken a firm stand on this matter since it emerged. Our government has engaged and continues to engage at all levels to advocate for Line 5. Most recently, we intervened in the legal dispute between Michigan Governor Whitmer's administration and Enbridge, asking the courts to ensure that the case remains at the federal level, especially in light of the 1977 Canada-U.S. treaty on transit pipelines.
This is exactly what members of the special committee on Canada-U.S. relations unanimously asked us to do. We will keep pushing at the political level, all the way to the top at the diplomatic level. As the Minister of Natural Resources has said repeatedly, this is non-negotiable. Energy workers and consumers will not be left out in the cold.
We worked very closely with the provinces, industry and unions, and we raised the issue of Line 5 directly with the U.S. administration. This approach was and continues to be a Team Canada approach. We continue to voice support for North American energy security because Line 5 is not only important infrastructure on the Canadian side of the border, it is vital to the United States. It also represents the integrated, intertwined and mutually beneficial relationship of our two countries. It is a relationship linked by more than 70 pipelines and almost three dozen transmission lines. This ecosystem of deeply integrated investment and trade is connected through shared supply and manufacturing.
The people of northern Michigan rely on Line 5 to heat their homes and businesses. We also move Marathon's refined oil, which is used as fuel for government vehicles, trucks and planes, among other things. Line 5 also supplies refineries in Ohio and neighbouring Pennsylvania, as well as in Ontario and Quebec.
We also regularly remind our counterparts in Washington and Michigan that Line 5 has been operating safely for 68 years.
That is why we support Enbridge's proposal of the Great Lakes tunnel project to add a layer of assurance over and above Enbridge's oversight of this outstanding pipeline. The debate also draws attention to the renewed Canada-U.S. relationship, bonded by a common objective to confront and overcome this pandemic. We will build our economies and leave no workers or communities behind, and we will join forces to take on the essential climate change crisis. We are also united in recognizing that we need our respective petroleum sectors. As we drive forward, we need the know-how, skill and financial muscle to make the changes necessary to reach our Paris targets.
Madame la Présidente, je remercie le député d'en face de me permettre d'apporter des précisions sur cette question très importante. En dépit de toutes les querelles partisanes, les députés des quatre partis officiels ont parlé d'une seule voix pour appuyer la canalisation 5, y compris le premier ministre conservateur avec un petit « c » de l'Alberta, et les premiers ministres de la Saskatchewan, de l'Ontario et du Québec.
Je peux assurer aux Canadiens que le gouvernement a adopté une position ferme dans ce dossier depuis qu'il en est saisi. Le gouvernement a collaboré et continue de collaborer à tous les niveaux pour défendre la canalisation 5. Plus récemment, nous sommes intervenus dans le litige entre l'administration de la gouverneure du Michigan, Mme Whitmer, et Enbridge, pour demander aux tribunaux de garder l'affaire au niveau fédéral, surtout à la lumière de l'accord de 1977 entre le Canada et les États-Unis concernant les pipelines de transit.
C'est exactement ce que les membres du comité spécial sur la relation entre le Canada et les États-Unis nous ont demandé de faire à l'unanimité. Nous continuerons d'exercer des pressions à l'échelon politique, jusqu'à l'échelon le plus haut, soit l'échelon diplomatique. Comme le ministre des Ressources naturelles l'a dit à maintes reprises, c'est non négociable. Les travailleurs du secteur de l'énergie et les consommateurs ne seront pas laissés pour compte.
Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les provinces, l'industrie et les syndicats et nous avons soulevé la question de la canalisation 5 directement auprès de l'administration américaine. Cette approche a été et continue d'être une approche d'Équipe Canada. Nous continuons à nous exprimer en faveur de la sécurité énergétique nord-américaine parce que la canalisation 5 n'est pas seulement un élément important d'infrastructure du côté canadien de la frontière, elle est surtout essentielle aux États-Unis. Elle représente aussi la relation intégrée, entrelacée et mutuellement bénéfique entre nos deux nations. C'est une relation reliée par plus de 70 pipelines et près de trois douzaines de lignes de transport d'électricité. Elle relie par des champs d'approvisionnement et de manufacture partagés un écosystème d'investissements et de commerces profondément intégrés.
Les habitants du Nord du Michigan s'en servent pour chauffer leurs maisons et leurs entreprises. Nous amenons également le pétrole raffiné de la société Marathon qui sert, entre autres, de carburant pour les voitures, les camions et les avions de l'État. De même, la canalisation 5 alimente les raffineries de l'Ohio et de la Pennsylvanie voisins, ainsi que de l'Ontario et du Québec.
Nous rappelons aussi régulièrement à nos homologues de Washington et du Michigan que la canalisation 5 fonctionne en toute sécurité depuis près de 68 ans.
C'est pourquoi nous appuyons le projet de tunnel des Grands Lacs proposé par Enbridge, qui procurerait encore plus d'assurance à propos de cet excellent pipeline, au-delà de la surveillance qu'exerce déjà Enbridge. Le débat met aussi en évidence la relation renouvelée entre le Canada et les États-Unis, deux pays unis par un objectif commun, celui de lutter contre la pandémie et de la surmonter. Nous allons bâtir nos économies et nous ne laisserons aucun travailleur et aucune communauté en plan. Nous travaillerons de concert pour régler la crise des changements climatiques, un enjeu essentiel. Nous avons aussi un autre point commun, celui de reconnaître que nous avons besoin de notre secteur pétrolier. Alors que nous continuons d'avancer, nous avons besoin du savoir-faire, des connaissances et des moyens financiers qui nous permettront d'apporter les changements requis pour atteindre les cibles de l'Accord de Paris.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-25 18:58 [p.7359]
Madam Speaker, I believe it was not bickering. I laid some pretty salient points on the table. We were concerned that it was a bit late coming. I think that is a fair comment.
A few other pipeline issues have come to a head and have not really gone well, in Saskatchewan and western Canada, the way they would like to see them. There was Keystone XL and other projects where we were looking forward to having the opportunity to build some nation-building projects like Teck Frontier and northern gateway. Trans Mountain is on the way, but we just want to make sure that people are hearing what we say. I am here to represent my constituents. There are a lot of people who work at Evraz steel and they want to see that good, sustainable and environmentally friendly pipeline used in making some of these nation-building projects.
Just to reiterate, we want to make sure that the government is on top of this particular file. Premier Moe did have a few comments about the natural resource minister's—
Madame la Présidente, je ne pense pas que c'était des querelles. J'ai soulevé des points assez importants. Nous étions inquiets que ce soit un peu tard, mais je pense que c'est tout à fait approprié.
Quelques autres éléments liés à des pipelines sont apparus, et les choses ne se sont pas vraiment bien déroulées — en Saskatchewan et dans l'Ouest canadien —, comme on l'aurait souhaité. Il y a eu Keystone XL et d'autres projets dans le cadre desquels nous espérions avoir l'occasion de construire des projets d'édification nationale, comme Frontier de la société Teck et Northern Gateway. Trans Mountain est en cours de réalisation, mais nous voulons simplement nous assurer que la population entend ce que nous disons. Je suis ici pour représenter les électeurs de ma circonscription. Il y a beaucoup de gens qui travaillent à l'aciérie Evraz, et ils veulent que le pipeline, qui est bon, durable et sans danger pour l'environnement, soit utilisé pour réaliser certains des projets d'édification nationale.
Je rappelle simplement que nous voulons que le gouvernement maîtrise ce dossier particulier. Le premier ministre Moe a fait quelques commentaires concernant le ministre des Ressources naturelles...
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-05-25 18:59 [p.7359]
Madam Speaker, we recognize that many across the country are concerned about Line 5. That is why I am proud that our Prime Minister has continued to stand up for this vital piece of energy infrastructure at every turn, as has every minister, every parliamentarian and every senior official wherever and whenever there is a chance to engage with their American counterparts.
Members of the four official parties asked Enbridge and the State of Michigan to settle this matter out of court. Line 5 is vital to the economy and security of both our countries, and maintaining operations supports good jobs for the middle class and thousands of workers in western Canada and in Sarnia, Montreal, Lévis and Quebec City.
I thank my hon. colleague for asking the question and for continuing to work together as part of Team Canada to put pressure on the State of Michigan to resolve this matter in consultation with Enbridge.
Madame la Présidente, je reconnais que beaucoup de gens au pays sont préoccupés au sujet de la canalisation 5. C'est pourquoi je suis fier que le premier ministre n'ait jamais cessé de défendre cet élément de l'infrastructure énergétique du pays, tout comme chaque ministre, chaque député et chaque haut fonctionnaire, dès que se présente l'occasion d'en parler à un homologue américain.
Les députés des quatre partis officiels ont demandé à Enbridge et à l'État du Michigan de régler cette affaire sans litige. La canalisation 5 est vitale pour l'économie et la sécurité de nos deux pays et la poursuite de ces activités permet de soutenir de bons emplois pour la classe moyenne et des milliers de travailleurs dans l'Ouest canadien et dans les villes de Sarnia, de Montréal, de Lévis et de Québec.
Je remercie mon honorable collègue d'avoir soulevé la question et de continuer à travailler ensemble dans l'Équipe Canada pour mettre la pression sur l'État du Michigan afin qu'il règle cela en consultation avec Enbridge.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-13 15:02 [p.7195]
Mr. Speaker, Enbridge's Line 5 has been consistently sanctioned as safe by the U.S. regulator. Now the governor of Michigan is trying to overrule that federal oversight authority. Enbridge is being pushed into a U.S. court to defend the energy needs of Canadians and the 30,000 jobs in Ontario that depend on Line 5. This pipeline operates under an international agreement signed by our two nations.
For the sake of Canada’s energy security, will the Prime Minister step up and engage with the U.S. president on the enforcement of our treaty?
Monsieur le Président, les autorités de réglementation des États-Unis ont maintes fois reconnu la sécurité de la canalisation 5 d'Enbridge. Pourtant, la gouverneure du Michigan essaie d'avoir préséance sur cet organe fédéral de surveillance. Enbridge est forcé de défendre devant les tribunaux américains les besoins énergétiques des Canadiens et les quelque 30 000 emplois en Ontario qui dépendent de la canalisation 5. Ce pipeline est exploité en vertu d'un accord international signé par les deux pays.
Afin de protéger la sécurité énergétique du Canada, le premier ministre interviendra-t-il en ayant une discussion ferme avec le président américain sur le respect de ce traité?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical energy and economic link between Canada and the U.S. Because of our efforts, it continues to operate today. On Tuesday, the Government of Canada filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan, sending a clear signal as to where Canada stands on this issue.
I want to thank my counterparts, Minister Savage in Alberta, Minister Eyre in Saskatchewan, Minister Rickford in Ontario and Minister Julien in Quebec, for their collaboration and their unity on this issue. This is a full-court press by team Canada, with the support of industry and labour.
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un lien énergétique et économique crucial entre le Canada et les États-Unis. C'est grâce à nos efforts si ce pipeline est encore en fonction aujourd'hui. Mardi, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire d'amicus curiae devant la cour de district du Western District du Michigan pour envoyer un message clair quant à la position du Canada dans ce dossier.
Pour leur collaboration et la solidarité dont ils font preuve dans ce dossier, j'aimerais remercier mes homologues: la ministre Savage, de l'Alberta; la ministre Eyre, de la Saskatchewan; le ministre Rickford, de l'Ontario; et le ministre Julien, du Québec. Ils forment l'artillerie lourde d'Équipe Canada, avec l'appui des ministères de l'Industrie et du Travail.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-13 15:03 [p.7195]
Mr. Speaker, we have seen nothing but incompetence from the natural resources minister. Why do we have to wait for a U.S. mediator to tell us if and how long we can continue to use Line 5. On this file, the minister has done the very least he could and all at the very last moment. Line 5 is a critical piece of energy infrastructure in Canada. It supplies western Canadian oil to eastern refineries and creates good-paying jobs along the way.
If the relationship has never been better between the U.S. and Canada, why does the Prime Minister not pick up the phone, call President Biden and get the Line 5 issue resolved today?
Monsieur le Président, nous n'avons vu que de l'incompétence de la part du ministre des Ressources naturelles. Pourquoi devons-nous attendre qu'un médiateur aux États-Unis nous dise si nous pouvons continuer d'utiliser la canalisation 5 et pendant combien de temps? Dans ce dossier, le ministre n'a fait que le strict minimum à la toute dernière minute. La canalisation 5 est un élément essentiel des infrastructures énergétiques canadiennes qui approvisionnent les raffineries de l'Est en pétrole de l'Ouest canadien tout en créant de bons emplois bien rémunérés.
Si les relations canado-américaines sont meilleures que jamais, alors pourquoi le premier ministre ne veut-il pas téléphoner au président Biden pour régler le dossier de la canalisation 5 dès aujourd'hui?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I take exception to the hon. member's comments. First of all, we are taking the exact approach that the Canada-U.S. special committee asked us to, the same approach that the provinces of Alberta, Saskatchewan, Quebec and Ontario urged us to take.
Canada has filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan. It sends a clear signal as to where Canada stands on this issue. We are encouraged that Enbridge and the State of Michigan continue to participate in the court-ordered mediation process. We are confident it will yield a local solution.
Monsieur le Président, je m'inscris en faux contre les observations du député. Premièrement, nous suivons exactement l'approche recommandée par le comité spécial Canada-États-Unis et l'approche réclamée par l'Alberta, la Saskatchewan, le Québec et l'Ontario.
Le Canada a présenté à la cour de district du Western District du Michigan un mémoire d'amicus curiae qui établit clairement la position du Canada dans ce dossier. Nous trouvons encourageant qu'Enbridge et l'État du Michigan continuent de participer au processus de médiation ordonné par la cour. Nous sommes convaincus qu'il permettra de trouver une solution à l'échelle locale.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-13 17:18 [p.7215]
Madam Speaker, I thank all my colleagues for showing up for the second half of my speech, which exalts the benefits of the oil and gas industry to Canada as a whole. I will be less animated this time because I have heard so many negative reports from my colleagues on the other side of the House about the oil and gas industry, which has been the lifeblood of this country for decades.
It has contributed so much toward our lifestyle and toward our support for social programs. It has been an industrial driver. It has led to many industries in Canada. That is really clear today when we look at what we are dealing with with Line 5, which I will remind members of the House originates in western Canada.
Its source is in western Canada. It then traverses down through the United States to Superior, Wisconsin. Line 5 then continues from there to go through the United States, through both parts of Michigan and back into Canada at Sarnia, where it delivers 540,000 barrels a day of oil and other petroleum products for the benefit of Canada. Ontario uses a lot of that, and some of it goes to the refineries in Quebec as well.
A number of secondary industries use the oil as well for manufacturing, so there are plastics that are manufactured and there are petrochemicals. The backbone, the industrial part of our country, depends on that supply line. The logistics are there, and we have built a whole national manufacturing industry around this Canadian resource. It has benefited the whole of the country to such a great degree, not just counting our social programs, which I spoke about last time.
I will say one thing that I have heard again this week, this time from the Minister of Infrastructure, was that this is a subsidized industry. I will inform all of my parliamentary colleagues here that is complete balderdash. The minister is famous for saying that, if you repeat a falsehood many times, people will eventually begin to believe it.
That was a falsehood as this is an industry that contributes approximately $24 billion of economic rent to this country on average. It does receive tax credits, just like every other industry with the same types of technological advancement that benefit Canada, and this applies to every other industry as well.
Let us talk about clean technology. Of the $2 billion in clean tech investments, $1.5 billion occurs in the oil and gas sector. It is very forward looking. Think about the solutions to greenhouse gas emissions that are dependent upon reducing our CO2 emissions. That happens in this industry. This is an industry that is responsibly spending money and finding new technologies that will benefit the environment and this country.
We are working against misinformation here, but I will stand with pride on an industry that has benefited this country for decades and should continue to do so. We will continue to monitor it and make sure that we are adding value throughout the piece. I am very proud of my colleague from Edmonton Manning for bringing this piece forward.
Madame la Présidente, je remercie tous mes collègues d'être présents pour la deuxième moitié de mon discours, qui est axé sur les avantages de l'industrie du pétrole et du gaz pour l'ensemble du Canada. Je vais être plus posé cette fois-ci. J'ai entendu de nombreux commentaires négatifs de la part d'autres députés des deux côtés de la Chambre à propos de cette industrie. Pourtant, le pétrole et le gaz sont un moteur vital pour notre pays depuis des décennies.
L'industrie du pétrole et du gaz a grandement contribué à notre mode de vie et à nos programmes sociaux. Elle a été un catalyseur industriel, menant à la création de nombreuses industries au Canada. Cela ne pourrait être plus clair aujourd'hui avec ce qui se passe dans le dossier de la canalisation 5, qui — je tiens à le rappeler à la Chambre — part de l'Ouest du Canada.
La source de cette canalisation se situe dans l'Ouest du Canada. Elle traverse ensuite aux États-Unis pour se rendre à Superior, au Wisconsin. La canalisation 5 continue son trajet sur le territoire américain, traverse les deux parties du Michigan puis revient au Canada à Sarnia, où elle livre chaque jour 540 000 barils de pétrole et d'autres produits pétroliers avantageux pour le Canada. L'Ontario consomme une grande partie de ces barils, tandis qu'une certaine quantité est distribuée aux raffineries du Québec.
Un certain nombre d'industries secondaires utilisent également du pétrole pour fabriquer des produits, notamment des plastiques et des produits pétrochimiques. L'épine dorsale du Canada, c'est-à-dire le secteur industriel, dépend de cette ligne d'approvisionnement. La logistique est là et nous avons bâti toute une industrie manufacturière nationale autour de cette ressource canadienne. L'ensemble du pays en bénéficie grandement, sans compter nos programmes sociaux, dont j'ai parlé la dernière fois.
Je dirai une chose que j'ai encore entendue cette semaine, cette fois de la part du ministre de l'Infrastructure, à savoir qu'il s'agit d'une industrie subventionnée. Je dirai à tous mes collègues parlementaires à la Chambre que ces propos sont des balivernes. La ministre est célèbre pour avoir dit que, si on répète une fausseté suffisamment de fois, les gens finiront par la croire.
C'était une fausseté, car il s'agit d'une industrie qui contribue, en moyenne, pour environ 24 milliards de dollars à la rente économique de notre pays. Elle reçoit des crédits d'impôt, comme toutes les autres industries qui réalisent les mêmes types de progrès technologiques dont bénéficie le Canada, et cela s'applique également à toutes les autres industries.
Parlons des technologies propres. Sur 2 milliards de dollars investis dans les technologies propres, 1,5 milliard de dollars l'a été dans le secteur du pétrole et du gaz. C'est très prometteur. Pensons à toutes les solutions en matière d'émissions de gaz à effet de serre qui pourraient nous aider à réduire les émissions de CO2 du Canada. C'est dans cette industrie que de telles solutions sont trouvées. Cette industrie dépense de façon réfléchie et découvre de nouvelles technologies qui profitent à l'environnement et au pays.
Dans ce dossier, nous devons lutter contre la désinformation, mais je n'ai pas peur de défendre une industrie qui profite au Canada depuis des décennies et qui devrait continuer de le faire. Nous allons continuer de la surveiller et nous assurer que nous valorisons l'ensemble du secteur. Je suis très fier de mon collègue d'Edmonton Manning, qui a présenté la motion à l'étude.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-05-13 17:53 [p.7220]
Madam Speaker, today I rise in the House to speak to this important motion introduced by my colleague and friend, the MP for Edmonton Manning.
I stand in support of Canada's oil and gas sector. I stand on behalf of families in my riding of Essex and the many workers in the energy sector across Windsor and Essex, whose jobs are in jeopardy because of Governor Whitmer's intended closure of the Line 5 pipeline.
Before I get into the issue of Line 5, which is important to my riding, my region, my province and Canadians in Quebec and the east, as well as to the border issue, and the significant contributions of Canada's oil and gas sector as a whole, please indulge me as I share some personal news.
Last weekend I received a promotion, not in this House, but something much more important than that. I went from being a father of three to a father of three and a grandfather of one. As tradition has it in my family I am now known by this precious little boy as “Pip”. My grandson, Levi James Lewis entered the world on May 8. He is the first-born son of proud parents Cody and Grace. As other grandparents in this House can attest, there is no feeling like it. When I left for Ottawa on Sunday he was still in the hospital. Our first meeting was virtual. I can hardly wait to get home to wrap my arms around him.
Now I will get back to the important issue of the day.
With the intended closure of Line 5 much is at stake, not just in the present, but also in the future. As the current government prints money, deficit spends, accumulates massive debt and jeopardizes key industries such as our oil and gas sector, will the next generation be able to provide for their family, own a home or even buy a car?
For over six decades, the Line 5 pipeline has delivered crude oil and other petroleum products across Wisconsin and Michigan to Sarnia through the Straits of Mackinac. In all that time, the pipeline has operated efficiently and responsibly. It has never experienced a leak. The pipeline is tested regularly with the latest and most advanced technology available. Recent inspection reports show that Line 5, from an engineering and integrity perspective, is like new and in excellent condition. Nevertheless, Enbridge has been working on a plan to reroute the pipes through a tunnel beneath the bedrock of the straits.
According to The Daily Mining Gazette:
The Line 5 crossing features an exceptional and incredibly durable enamel coating, and pipe walls that are three times as thick—a minimum of 0.812 inches—as those of a typical pipeline.
It further states:
...renowned for the Hoover Dam [the builder] built Line 5 in an area of the Straits that would minimize potential corrosion due to lack of oxygen and the cold water temperature.
Built in 1953, this feat of engineering, Line 5, currently has 540,000 barrels a day flow through it, providing half of all the supply of light crude oil, light synthetic crude oil and natural gas liquids in Ontario and Quebec. That is a lot of households that rely on this ready supply of crude for their basic needs. While they put the highest value on the importance of protecting our waterways, particularly the magnificent Great Lakes, which just so happen to be in my backyard, they support measures to preserve our environment for future generations. Shutting down this pipeline will have catastrophic consequences in the near future not only for the workers whose livelihoods will be jeopardized, but also for those citizens, communities and industries that are dependent on this pipeline for an affordable supply of energy.
To put it in real terms, this oil heats homes and businesses, fuels vehicles and powers industry. This includes fuelling Ontario's airports, including the Pearson International Airport. As the airline industry makes a comeback, the last thing it needs is fuel shortages at exorbitant costs. Small businesses left in tatters because of the pandemic cannot afford another hit. Workers and their families need the stability these well-paying jobs provide. Many farmers use propane to heat homes, barns and commercial greenhouses, as well as to dry the grain. Sourcing propane elsewhere could drive the costs of agriculture production up, along with the cost of food for Canadian families.
Aaron Henry, the senior director of natural resources and sustainable growth at the Canadian Chamber of Commerce, describes Line 5 as “probably one of the most critical pieces of infrastructure for energy use in Central Canada”. Further, shutting down this pipeline will not reduce the demand: It will only shift the transport to other modes, by truck, rail or ship, with potentially more risks.
The Minister of Natural Resources told the House that “it would take 800 rail cars and 2,000 trucks in Canada alone to move an equivalent amount of petroleum products”.
There is a tendency among environmentalists, in their surrogate legislatures, to minimize the importance of the oil and gas sector and to magnify its supposed negatives. I know that it is fashionable to do so, but I view such tactics as counterproductive as Canada moves in the direction of a greener economy. If we are going to move certain industries to zero emissions, such as the auto sector, we need to root our goals in reality. To do otherwise is to create unnecessary hardship and suffering and to risk energy poverty instead of substantial growth.
Even though ideological opponents of the oil and gas sector are loath to admit it, the revenues from the oil and gas sector provide significant revenue to government coffers. These revenues facilitate transfer payments that benefit all Canadians and allow Canada to afford the social programs upon which all Canadians depend. As well, our technology is among the cleanest and most advanced in the world. We should be capitalizing on that as part of our contribution to our green global initiatives.
The current government's record on the oil and gas industry is among its saddest legacies. It alleges support for Line 5, the minister describing it as non-negotiable, but the government has done little to demonstrate that support. I was encouraged to hear the minister say in QP today that Canada has worked with several provincial ministers of energy to file an amicus brief with the Michigan court. That is commendable, and good news indeed. However, the urgency and importance of keeping Line 5 open for business needs effort on several fronts, not just last-minute court briefs. It also requires political will.
Has the Prime Minister called President Biden? Has he made the case directly to the President for upholding the 1970 treaty with the U.S. that guaranteed the uninterrupted transit of crude oil across the border? In January 2021, the leader of Canada's Conservatives and the official opposition stated:
Enbridge Line 5 is an essential part of our Canadian energy supply chain. The results of the cancellation are clear: immediate and alarming fuel shortages across Ontario and Quebec, increased truck and rail transportation of oil, increased fuel prices, and greater environmental risks.
He went on to say:
[The Prime Minister] and his government need to ensure this vital infrastructure link remains uninterrupted and jobs are not lost. Canada can’t afford another Liberal failure like Keystone XL.
In February 2021, he urged the acting American ambassador to Canada to tell Washington to preserve the Line 5 pipeline to the United States. He appealed to the Americans' self-interest, saying correctly that shutting down Line 5 would have a negative economic impact on both countries.
To wrap up, so far the current government's approach to Line 5 looks a lot like its approach to Keystone XL in November. It is praying for the best and hoping the worst does not come to pass. That is not leadership. Canada needs real action to secure our future.
Today, the leader of the official opposition again raised the issue in the House, saying, “Tomorrow, the Governor of Michigan was to shut down the Line 5 pipeline that is critical to the Canadian economy. After months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government failed again”. These are legitimate questions. The Conservative leader has exemplified true leadership in the defence of Line 5.
In closing, I wish to thank again my colleague, the MP for Edmonton Manning, for introducing this motion and giving me the opportunity to speak to the importance of Line 5. Thousands of Canadians are depending on the government taking action.
Madame la Présidente, je prends la parole à la Chambre aujourd'hui à propos de cette motion importante présentée par mon collègue et ami, le député d'Edmonton Manning.
J'appuie le secteur pétrolier et gazier du Canada. Je défends les intérêts des familles de ma circonscription, Essex, ainsi que des nombreux travailleurs du secteur de l'énergie de Windsor et d'Essex, dont l'emploi est menacé à cause de la gouverneure Whitmer qui veut fermer la canalisation 5.
Avant de parler de la canalisation 5, qui est importante pour ma circonscription, pour ma région, pour ma province et pour les Canadiens du Québec et de l'Est, ainsi que de la question des frontières et des contributions majeures de l'ensemble du secteur pétrolier et gazier du Canada, j'aimerais vous faire part d'une grande nouvelle sur le plan personnel.
En fin de semaine, j'ai reçu une promotion. Pas ici à la Chambre, mais dans un domaine encore plus important de ma vie. Je suis passé de « père de trois enfants » à « père de trois enfants et grand-père d'un petit-enfant ». Comme le veut la tradition dans ma famille, ce gentil petit bout d'homme me connaît désormais sous le surnom de « Pip ». Mon petit-fils, Levi James Lewis, est venu au monde le 8 mai. C'est le premier-né de Cody et Grace, qui n'en sont pas peu fiers. Comme le confirmeront les autres grands-parents ici présents, rien ne se compare à ce sentiment. Quand je suis parti pour Ottawa, dimanche, il était encore à l'hôpital, et notre première rencontre a été virtuelle. Je pense seulement à la première fois que je pourrai le tenir dans mes bras.
Revenons maintenant à la question du jour.
La mise hors service de la canalisation 5 aura de graves conséquences, maintenant et pour l'avenir. Le gouvernement a beau jeu: il dépense comme s'il imprimait de l'argent, il accumule les déficits, il donne à la dette des proportions monstrueuses et il met en péril des pans entiers de l'économie, comme le secteur pétrolier et gazier, mais ceux qui nous suivront, eux, auront-ils les moyens de subvenir aux besoins de leurs proches, d'acheter une maison, ou même une voiture?
Depuis plus de six décennies, la canalisation 5 achemine du pétrole brut et d'autres produits pétroliers jusqu'à Sarnia en passant par le Wisconsin, le Michigan et le détroit de Mackinac. Le pipeline a été exploité de façon efficace et responsable pendant toutes ces années. Il n'y a jamais eu de fuite. Le pipeline fait l'objet de tests réguliers menés au moyen des technologies les plus poussées. Les rapports d'inspection récents montrent qu'au chapitre de l'ingénierie et de l'intégrité, la canalisation 5 est comme une canalisation neuve et en excellent état. Enbridge élabore tout de même un plan en vue de faire passer les tuyaux dans un tunnel placé sous la roche de fond du détroit.
D'après ce qu'on peut lire dans le Daily Mining Gazette:
La partie de la canalisation 5 qui traverse le détroit est recouverte d'une couche d'émail exceptionnelle et incroyablement durable. De plus, les parois de la canalisation sont trois fois plus épaisses — 0,812 pouces au minimum  — que celles d'un pipeline typique.
L'article dit aussi ceci:
[le constructeur], reconnu pour la construction du barrage Hoover, a bâti la canalisation 5 dans une partie du détroit qui permet de minimiser les risques de corrosion étant donné l'absence d'oxygène et la basse température de l'eau.
Construite en 1953 et véritable exploit d'ingénierie, la canalisation 5 transporte actuellement 540 000 barils par jour, soit la moitié de tout l'approvisionnement en pétrole brut léger, en pétrole brut synthétique léger et en liquides de gaz naturel de l'Ontario et du Québec. De nombreux foyers dépendent de cette source fiable d'approvisionnement en pétrole brut pour répondre à leurs besoins de base. S'ils accordent la plus haute importance à la protection des cours d'eau, en particulier des magnifiques Grands Lacs, qui se trouvent d'ailleurs dans ma région, ils soutiennent surtout les mesures qui préservent l'environnement pour les générations futures. La fermeture de cette canalisation aura des conséquences catastrophiques à court terme, non seulement pour les travailleurs dont le gagne-pain sera menacé, mais aussi pour ces gens, ces collectivités et ces industries qui en dépendent pour avoir une source abordable d'énergie.
Pour parler concrètement, ce pétrole chauffe les maisons et les entreprises, fait rouler les véhicules et alimente les industries. C'est notamment le cas des aéroports de l'Ontario, dont l'aéroport international Pearson. Alors que l'industrie du transport aérien est sur le point de se relever, la dernière chose dont elle a besoin, ce sont des pénuries de carburant qui entraînent des prix exorbitants. Les petites entreprises qui vivotent à la suite de la pandémie ne peuvent pas se permettre de subir un autre coup. Les travailleurs et leur famille ont besoin de la stabilité offerte par ces emplois bien rémunérés. De nombreux agriculteurs utilisent le propane pour chauffer des maisons, des granges et des serres commerciales, en plus de s'en servir pour sécher le grain. S'approvisionner ailleurs pourrait faire augmenter les coûts de production dans le secteur agricole ainsi que le prix des aliments pour les familles canadiennes.
Aaron Henry, directeur principal des ressources naturelles et de la croissance durable de la Chambre de commerce du Canada, a affirmé que la canalisation 5 était probablement l'une des plus importantes infrastructures énergétiques dans le Centre du Canada. En outre, la fermeture de ce pipeline n'aurait aucun effet sur la demande: il faudrait transporter la ressource par d'autres moyens comme les camions, les trains et les pétroliers, ce qui entraînerait une augmentation possible des risques.
Le ministre des Ressources naturelles a affirmé à la Chambre qu'il faudrait 800 wagons et 2 000 camions par jour seulement au Canada pour transporter la même quantité de produits pétroliers que celle transportée par la canalisation 5.
Dans les Parlements qu'ils contrôlent, les environnementalistes ont tendance à minimiser l'importance du secteur du pétrole et du gaz et à exagérer les inconvénients qui y seraient associés. Si ces tactiques ont le vent en poupe, elles sont contre-productives pour une transition harmonieuse vers une économie plus verte. Pour que certaines industries, comme le secteur automobile, deviennent carboneutres, il faut des objectifs réalistes. Autrement, nous créerons des problèmes et des souffrances inutiles et nous risquerons de causer une pauvreté énergétique plutôt qu'une croissance importante.
Même si ceux qui s'opposent au secteur pétrolier et gazier pour des raisons idéologiques répugnent à l'admettre, les redevances, l'impôt et les taxes que paie ce secteur représentent un revenu considérable pour le Trésor public. Ces revenus facilitent les paiements de transfert qui bénéficient à tous les Canadiens et permettent au Canada de se payer les programmes sociaux dont dépendent tous les Canadiens. De plus, notre technologie est l'une des plus propres et des plus avancées au monde. Nous devrions miser sur cet atout et le considérer comme une partie de notre contribution à un monde plus vert.
Le bilan du gouvernement actuel relativement à l'industrie pétrolière et gazière constitue l'un de ses legs les plus tristes. Le gouvernement prétend appuyer la canalisation 5, le ministre décrivant son maintien en exploitation comme étant non négociable. Or, le gouvernement fait peu pour manifester cet appui. J'ai été encouragé d'entendre le ministre dire à la période des questions aujourd'hui que le Canada a collaboré avec plusieurs ministres provinciaux responsables de l'énergie pour soumettre un mémoire d'amicus curiae auprès de la cour du Michigan. Je félicite le gouvernement de cette démarche. C'est, en effet, une bonne nouvelle. Toutefois, l'urgence et l'importance de maintenir en exploitation la canalisation 5 nécessitent des efforts sur plusieurs fronts, et non uniquement un mémoire de dernière minute à l'intention de la cour. Il doit également y avoir une volonté politique.
Le premier ministre a-t-il appelé le président Biden? A-t-il présenté directement au président ses arguments pour faire valoir le respect du traité conclu en 1970 avec les États-Unis qui garantit le transit transfrontalier ininterrompu du pétrole brut? En janvier 2021, le chef du Parti conservateur du Canada et de l’opposition officielle a déclaré:
La canalisation 5 d’Enbridge est un élément essentiel de la chaîne d’approvisionnement énergétique canadienne. Les conséquences de l’annulation sont claires: des pénuries de carburant immédiates et alarmantes partout en Ontario et au Québec, l’augmentation du transport de pétrole par camion et par train, l’augmentation du prix de l’essence et des risques environnementaux accrus.
Il a poursuivi en ces termes:
[Justin Trudeau] et son gouvernement doivent assurer que ce lien d’infrastructure vital reste fonctionnel et qu’aucun emploi n’est perdu. Le Canada ne peut pas se permettre un autre échec libéral comme Keystone XL.
En février 2021, il a exhorté l'ambassadrice américaine par intérim au Canada à dire à Washington de garder ouverte la canalisation 5 jusqu'aux États-Unis. Il a fait appel à l'intérêt personnel des Américains, affirmant à juste titre que la fermeture de la ligne 5 aurait des conséquences économiques négatives sur les deux pays.
En conclusion, je dirai que jusqu'à présent, l'approche du gouvernement actuel en ce qui concerne la canalisation 5 rappelle beaucoup celle qu'il a eue dans le dossier Keystone XL, en novembre. Il croise les doigts en espérant que le pire n'arrivera pas. Ce n'est pas du leadership. Le Canada a besoin de mesures concrètes pour assurer son avenir.
Aujourd'hui, le chef de l'opposition officielle a, encore une fois, soulevé la question à la Chambre, en ces termes: « Demain, la gouverneure du Michigan devrait fermer la canalisation 5, qui est essentielle à l'économie canadienne. Après des mois d'inaction, ce matin, quelques heures à peine avant l'échéance, le gouvernement libéral s'est montré encore une fois incapable de prendre quelque mesure que ce soit. » Ces interrogations sont tout à fait légitimes. En défendant la canalisation 5, le chef conservateur a montré ce que cela signifiait qu'être un vrai leader.
Pour terminer, j'aimerais remercier mon collègue, le député d'Edmonton Manning d'avoir présenté cette motion et de m'avoir donné l'occasion de parler de l'importance de la canalisation 5. Le sort de milliers de Canadiens est entre les mains du gouvernement.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2021-05-13 18:12 [p.7223]
Madam Speaker, before I begin my final remarks, for God's sake, can anyone tell me what the Bloc Québécois Party stands for?
Today is the last hour of debate on my private member's motion, Motion No. 61, before it goes to a vote next week. It has been a pleasure and an honour to present this motion and to listen to the discussion on it in this place.
I know that I have said before that this motion would call on the House and the government to support our oil and gas industry. I know that I have also said before, and I am happy to say again, that this industry deserves our support. It creates jobs for Canadians, for men and women from coast to coast to coast. These are jobs for Canadians of all stripes and creeds. It also puts food on the table and puts kids through school. It is an industry that I am happy to throw my support behind.
However, that is not all it does. It is also a massive source of government revenue from resource royalties and taxes. It provides a stream of revenue in the billions of dollars to our provincial and federal governments. Right now, while we are fighting a global pandemic, with deficits in the range of hundreds of billions of dollars, these are revenues we need so that we can fund health care programs and schools and support Canadians during the pandemic, which has brought so much hardship to all of us.
Just as importantly, not just to present but to the future Canadians, this industry has been at the forefront of developing green technologies and carbon capture technology. Our oil and gas industry is a world leader in green technologies and innovation, and just as importantly, it is a world leader in environmental preservation and restoration.
Our oil and gas sector needs our support more than ever. Not only is it under attack from special interests groups, but it is now under siege from the American Democrats' green strategy. Keystone XL was shut down by President Biden and now Line 5 is at risk thanks to Michigan's governor, Gretchen Whitmer. This line supplies oil and gas for essential public infrastructure, such as Toronto Pearson International Airport. If Line 5 is shut down, all Canadians from coast to coast to coast will feel the economic downturn, as gas prices will rise drastically across eastern Canada.
I would like to think the choice on how to vote on this motion is rather obvious. Our oil and gas industry does so much for Canadians and for Canada. There are few other industries that provide the triple whammy of good, well-paying jobs for Canadians, revenues to help fund programs in health care and education and an industry-wide commitment to help combat climate change. Our oil and gas sector is an industry that has done so much to help Canadians, directly or indirectly, and it is the reason that hundreds of thousands of Canadians are able to support their families.
As I said in the speech that I delivered when I introduced Motion No. 61, this is an industry that has done so much to support Canada. I think it is time that Canada, the House and this government support it. That is why I am asking that all of my colleagues support this motion, so that we can stand in support of one of Canada's most important industries.
Madame la Présidente, avant de faire mes dernières observations, pour l'amour du ciel, est-ce que quelqu'un peut me dire quelle est la position du Bloc québécois?
C'est la dernière heure de débat prévue sur ma motion d'initiative parlementaire, la motion M-61, avant qu'elle soit mise aux voix la semaine prochaine. Ce fut un plaisir et un honneur de présenter cette motion et d'écouter les députés en débattre.
Je sais que j'ai déjà dit que la motion demanderait à la Chambre et au gouvernement d'appuyer l’industrie canadienne du pétrole et du gaz. Je sais que j'ai aussi dit avant, et je suis heureux de le répéter, que cette industrie mérite notre appui. Elle crée des emplois pour les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Je parle d'emplois pour les Canadiens de tous les horizons et de toutes les croyances. L'industrie du pétrole et du gaz aide les gens à mettre du pain sur la table et à payer les études de leurs enfants. Je suis heureux de l'appuyer.
Cependant, ce n'est pas tout. Ce secteur permet aussi au gouvernement de percevoir énormément de recettes sous forme de redevances et d'impôts. Il permet aux gouvernements provinciaux et fédéral de percevoir des milliards de dollars en recettes fiscales. Alors que nous devons lutter contre une pandémie mondiale et que nous accumulons des déficits qui s'élèvent à des centaines de milliards de dollars, nous avons besoin de ces recettes afin de financer des programmes de santé et des écoles et d'aider les Canadiens à traverser cette pandémie qui a durement touché tous nos concitoyens.
Il est tout aussi important de rappeler, non seulement pour la génération actuelle, mais pour les générations futures, que cette industrie joue un rôle de premier plan dans la conception de technologies vertes et de technologies de captage du carbone. L'industrie pétrolière et gazière est un chef de file mondial en matière d'innovation et de technologies vertes. Il est également à noter qu'elle est un chef de file mondial en ce qui concerne la protection et la restauration de l'environnement.
Le secteur pétrolier et gazier canadien a plus que jamais besoin de notre aide. Non seulement il subit les attaques de certains groupes d'intérêts spéciaux, mais il est maintenant menacé par la stratégie verte des démocrates aux États-Unis. Le projet Keystone XL a été annulé par le président Biden, et maintenant, la canalisation 5 est menacée à cause de la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer. Cette canalisation approvisionne en produits pétroliers et gaziers des infrastructures publiques essentielles comme l'aéroport international Pearson de Toronto. Si la canalisation 5 est fermée, la population de l'ensemble du pays subira un ralentissement économique, puisque le prix de l'essence augmentera énormément partout dans l'Est du Canada.
J'ose espérer que, lors du vote sur la motion, le choix à faire sera plutôt évident. L'industrie pétrolière et gazière soutient énormément les Canadiens et le Canada. Rares sont les autres industries qui offrent les trois avantages suivants: de bons emplois bien rémunérés pour les Canadiens, des recettes qui contribuent à financer des programmes de santé et d'éducation, et un engagement à l'échelle de l'industrie à participer à la lutte contre les changements climatiques. Le secteur pétrolier et gazier a tant fait pour aider les Canadiens, directement ou indirectement, et c'est grâce à lui que des centaines de milliers de Canadiens peuvent subvenir aux besoins de leur famille.
Comme je l'ai dit dans le discours que j'ai prononcé lorsque j'ai présenté la motion M-61, il s'agit d'une industrie qui a énormément aidé le Canada. Je pense qu'il est temps que le Canada, la Chambre et le gouvernement la soutiennent. C'est pourquoi je demande à tous mes collègues d'appuyer la motion, afin que nous puissions soutenir l'une des industries les plus importantes du Canada.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-12 14:12 [p.7103]
Mr. Speaker, it is a sad day for Canada. Through the government's willful ignorance, we are facing yet another crisis in the western Canadian oil and gas sector with the shutdown of Line 5.
Tens of thousands of men and women are concerned about their ability to provide for their families. The government knew back in 2018 that action needed to be taken when Governor Whitmer campaigned and was elected on the promise to shut down Line 5 once and for all. She then sought a legal order to halt the flow of oil and gas through the pipeline by today, May 12, calling it an unreasonable risk for the Great Lakes.
Once again the Prime Minister shows his refusal to act on any western Canadian issue that is critical until it reaches the crisis point, if he acts at all. I cannot help but think maybe a negative outcome is what the Liberals truly want when they reimagined Canada. They are hoping that Governor Whitmer will be re-elected in 2022 and will see her promise fulfilled. This would help the Prime Minister fulfill his promise to phase out the western Canadian oil and gas sector.
Monsieur le Président, c'est un triste jour pour le Canada. L'ignorance crasse du gouvernement a provoqué une autre crise dans le secteur pétrolier et gazier de l'Ouest du Canada, cette fois à cause de la fermeture de la canalisation 5.
Des dizaines de milliers de travailleurs craignent de ne pas être en mesure de subvenir aux besoins de leur famille. Déjà en 2018, quand la gouverneure Whitmer avait promis, pendant sa campagne électorale, de fermer la canalisation 5 pour de bon, le gouvernement savait qu'il fallait agir. Une fois élue, la gouverneure a demandé une ordonnance judiciaire pour faire cesser l'acheminement de pétrole et de gaz par ce pipeline à compter d'aujourd'hui, le 12 mai, soutenant que cet élément d'infrastructure pose un risque déraisonnable pour les Grands Lacs.
Encore une fois, le premier ministre montre qu'il refuse d'intervenir dans les dossiers cruciaux concernant l'Ouest du Canada tant que le point de crise n'est pas atteint, si toutefois il décide d'agir. Je ne peux m'empêcher de penser qu'étant donné le nouveau modèle qu'ils ont imaginé pour le Canada, les libéraux souhaitent peut-être vraiment que les choses tournent mal dans ce dossier. Ils espèrent peut-être que la gouverneure Whitmer sera réélue en 2022 et qu'elle aura tenu sa promesse. Un tel scénario aiderait le premier ministre à tenir sa promesse d'éliminer progressivement le secteur pétrolier et gazier de l'Ouest du Canada.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-12 14:14 [p.7103]
Mr. Speaker, time is up for Enbridge's Line 5, and the government waited until the eleventh hour to take action for Canadians.
Why is this Prime Minister so slow to act? He was slow to close the borders, slow to provide rapid tests, slow to provide Canadians with vaccines and slow to protect jobs in Quebec. This Prime Minister's trademark is being slow to react when Canadians need him to act.
The Liberals waited until the last possible second to do something about Enbridge's Line 5. This Prime Minister's sluggish pace could end up costing Quebeckers dearly, especially the thousands of workers at the Suncor refinery in Montreal and the Valero refinery in Lévis.
Line 5, which is in danger of being shut down today by the Governor of Michigan, supplies about two-thirds of the crude oil refined and consumed in Quebec. Hundreds of engineers, technicians and day labourers are in danger of losing their jobs. The airports in Montreal and Quebec City could run out of fuel. Gas prices across Quebec could skyrocket.
Time is up, and the Liberal government is still incapable of guaranteeing that Enbridge's Line 5 will not be shut down. The 600 Suncor workers and the 460 Valero workers—
Monsieur le Président, il est minuit pour la canalisation 5 d'Enbridge, et le gouvernement a attendu jusqu'à minuit moins une pour agir pour les Canadiens.
Pourquoi ce premier ministre est-il si lent? Il est lent à fermer les frontières, lent à fournir des tests de dépistages rapides, lent à fournir des vaccins aux Canadiens, et lent à protéger les emplois au Québec. C’est la marque de commerce de ce premier ministre, qui est lent à réagir quand vient le temps d’agir pour les Canadiens.
Il a fallu attendre la toute dernière minute pour que les libéraux bougent enfin dans le dossier de la canalisation 5 d’Enbridge. La lenteur de ce premier ministre risque de coûter cher aux Québécois, particulièrement aux milliers de travailleurs des raffineries Suncor de Montréal et Valero de Lévis.
La canalisation 5, qui risque d’être fermée aujourd’hui par la gouverneure du Michigan, fournit environ les deux tiers du pétrole brut raffiné et consommé au Québec. Des centaines d’ingénieurs, de techniciens et de journaliers risquent de se retrouver au chômage. Les aéroports de Montréal et de Québec pourraient être privés de carburant. Le prix de l'essence pour tous les Québécois risque d’exploser.
Il est minuit et le gouvernement libéral est toujours incapable de nous garantir que la canalisation 5 d’Enbridge ne sera pas fermée. Les 600 travailleurs de Suncor et les 460 travailleurs de Valero ...
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-12 14:15 [p.7103]
Mr. Speaker, today is the day Governor Whitmer has ordered Enbridge Line 5 to be shut down. Yesterday, chambers of commerce in Canada and the U.S., our government, trade unions and affected states filed briefs of support in the court case to show support for keeping the line open.
Independent studies show that at least 33,000 jobs will be impacted in both countries if Line 5 is shut down, 23,000 of those in my riding of Sarnia—Lambton, and $21 billion in economic damage would result.
For all the Liberal government's many words to insist it will do everything diplomatically, legally and politically to keep Line 5 open, I am concerned it waited until the last possible moment to file a brief of support.
I call on the Prime Minister to elevate the importance of Line 5 in his discussions with President Biden. Hopefully, a mediated solution will be accepted to support the project that will put the pipeline below the bedrock encased in a tunnel so we can protect the many people across the states and provinces who are worried about their jobs.
Monsieur le Président, la gouverneure Whitmer avait ordonné que la canalisation 5 d'Enbridge soit fermée aujourd'hui. Hier, des chambres de commerce du Canada et des États-Unis, le gouvernement du Canada, des syndicats et les États touchés ont déposé des mémoires en appui au maintien en exploitation de la canalisation aux fins de l'affaire qui est devant les tribunaux.
Des études indépendantes montrent que la fermeture de la canalisation 5 toucherait au moins 33 000 emplois dans les deux pays, dont 23 000 emplois dans ma circonscription, Sarnia—Lambton, et qu'elle causerait des pertes économiques de 21 milliards de dollars.
Bien que le gouvernement libéral dise et répète, avec insistance, qu'il fera tout ce qui est possible sur les plans diplomatique, juridique et politique pour que la canalisation 5 reste ouverte, je trouve inquiétant qu'il ait attendu jusqu'à la dernière minute pour déposer un mémoire à l'appui de ce maintien en exploitation.
Je demande au premier ministre de mettre en valeur l'importance de la canalisation 5 pendant ses discussions avec le président Biden. J'espère qu'une solution issue de la médiation sera acceptée, plus précisément celle de faire passer le pipeline dans un tunnel placé sous le fond rocheux. Cette solution permettrait de protéger les nombreux résidants de divers États et provinces qui craignent de perdre leur emploi.
View Ron Liepert Profile
CPC (AB)
View Ron Liepert Profile
2021-05-11 14:11 [p.7055]
Mr. Speaker, it is now less than 24 hours before Enbridge's Line 5, carrying important petroleum products through Ontario and Quebec, is due to be shut down. If the Michigan governor follows through on her promise, thousands of jobs in western Canada will be in jeopardy. More important, the impact will be felt by Canadians east of the Great Lakes.
When we wake up in the morning, the Minister of Canadian Heritage, who has spent much of his adult life hanging from the sides of buildings protesting pipelines, will have to explain to his constituents why they do not have propane to heat their homes. Liberal MPs from Toronto who want to phase out fossil fuels will have to explain to their constituents why planes carrying vaccines can no longer land at Pearson airport because there is a shortage of jet fuel.
On second thought, maybe Conservative MPs should allow the Michigan governor to shut down this pipeline, because she may be able to drive home a point to political parties in this place that no amount of debate to date could accomplish.
Monsieur le Président, la fermeture prévue de la canalisation 5 d'Enbridge, qui transporte d'importants produits pétroliers en Ontario et au Québec, est dans moins de 24 heures. Si la gouverneure du Michigan tient sa promesse, des milliers d'emplois seront compromis dans l'Ouest du Canada, mais l'impact sera surtout ressenti par les Canadiens à l'est des Grands Lacs.
Demain matin, le ministre du Patrimoine canadien, qui a passé la plus grande partie de sa vie adulte à grimper aux façades d'immeubles pour protester contre les pipelines, devra expliquer aux habitants de sa circonscription pourquoi ils n'ont pas de propane pour chauffer leur demeure. Les députés libéraux de Toronto qui veulent éliminer progressivement les combustibles fossiles devront expliquer aux gens de leur circonscription que les aéronefs qui transportent des vaccins ne peuvent plus atterrir à l'aéroport Pearson, parce qu'il y a pénurie de carburéacteur.
À bien y penser, les députés conservateurs devraient peut-être laisser la gouverneure du Michigan fermer le pipeline. Peut-être pourrait-elle ainsi faire comprendre aux partis politiques de la Chambre un argument qu'aucun débat jusqu'à présent n'a pu leur faire saisir.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:18 [p.7056]
Mr. Speaker, tomorrow the Governor of Michigan wants to shut down the Line 5 pipeline that is critical to the Canadian economy. After many months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government filed an objection with the court.
Is this last-minute legal action an admission that the Prime Minister's outreach to President Biden has failed?
Monsieur le Président, la gouverneure du Michigan veut fermer la canalisation 5 demain alors qu'il s'agit d'un pipeline vital pour l'économie canadienne. Après des mois d'inaction, voilà que ce matin, quelques heures à peine avant l'échéance, le gouvernement libéral a déposé une objection devant les tribunaux.
Ce recours juridique de dernière minute est-il un aveu du premier ministre indiquant que ses pourparlers avec le président Biden ont échoué?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:18 [p.7056]
Mr. Speaker, Line 5 is a critical piece of infrastructure for both Canada and the United States. It is vital for energy workers and families on both sides of the border. Today, the Government of Canada filed a submission in U.S. court in support of the continued safe operation of Line 5 and in support of continued mediation between Michigan and the company.
As we have for many months, Ambassador Hillman and government officials will continue to engage with our counterparts on this important issue.
Monsieur le Président, la canalisation 5 est une infrastructure essentielle à la fois pour le Canada et les États-Unis. Elle est vitale pour les travailleurs du secteur de l'énergie et les familles des deux côtés de la frontière. Aujourd'hui, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire devant les tribunaux américains pour appuyer non seulement la poursuite sécuritaire de l'exploitation de la canalisation 5, mais aussi celle du processus de médiation entre le Michigan et la société pétrolière.
Comme nous l'avons fait durant des mois, l'ambassadrice Hillman et les représentants du gouvernement vont continuer de collaborer avec nos homologues dans cet important dossier.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:19 [p.7056]
Mr. Speaker, tomorrow the Governor of Michigan wants to shut down the Enbridge Line 5 pipeline. This closure will affect every worker from Montreal to Lévis. After many months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government filed an objection with the court.
Is the Liberal government too late once again to protect Canadian jobs?
Monsieur le Président, la gouverneure du Michigan veut fermer demain la canalisation 5 d'Enbridge. Cette fermeture concernera tous les travailleurs de Montréal à Lévis. Après plusieurs mois d'inaction, ce matin, quelques heures avant la date limite, le gouvernement libéral a déposé une objection au tribunal.
Est-ce que le gouvernement libéral est encore en retard pour protéger les emplois canadiens?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:19 [p.7056]
Mr. Speaker, quite the opposite. Line 5 is a critical piece of infrastructure both for Canada and the United States and that is why we have been working on this issue for months. It is vital for energy workers and families on both sides of the border. Today, the Government of Canada filed a submission in U.S. court in support of the continued safe operation of Line 5 and in support of continued mediation between Michigan and Enbridge.
As we have for many months, Ambassador Hillman and government officials will continue to engage with the American authorities on this important issue.
Monsieur le Président, c'est tout le contraire. La canalisation 5 est une infrastructure essentielle pour le Canada et les États-Unis, et c'est pour cette raison que nous travaillons là-dessus depuis des mois. Cette canalisation est vitale pour les travailleurs du secteur de l'énergie et pour les familles des deux côtés de la frontière. Aujourd'hui, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire devant les tribunaux américains qui appuie la poursuite de l'exploitation sécuritaire de la canalisation 5 et la poursuite de la médiation entre le Michigan et l'entreprise Enbridge.
L'ambassadrice Hillman et d'autres responsables de notre gouvernement continuent d'aborder cette question avec les autorités américaines, comme nous le faisons depuis des mois.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-05-10 14:51 [p.6959]
Mr. Speaker, the Lévis and Montreal refineries depend on Line 5 to supply Canadians with 50% of their oil and gas. Thousands of jobs depend on Line 5 continuing to operate. However, the Governor of Michigan has said she wants to shut it down in two days, and the government has done nothing to protect it.
What will the government do in the next 48 hours to protect these jobs?
Monsieur le Président, les raffineries de Lévis et de Montréal dépendent de la canalisation 5 pour fournir la moitié du pétrole et de l'essence à la population. Des milliers d'emplois dépendent de la continuation de la canalisation 5. Cependant, la gouverneure du Michigan a dit vouloir la fermer dans deux jours, et le gouvernement n'a rien fait pour la protéger.
Qu'est-ce que le gouvernement va faire, dans les prochaines 48 heures, pour protéger ces emplois?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical piece of energy infrastructure, vital to North American energy security. We are working on the diplomatic level, we are working on the political level and we are working on the legal level to defend it.
Last week, the House had an emergency debate; there was no daylight between parties. The members for Banff—Airdrie and Sarnia—Lambton suggested that the Leader of the Opposition actually spoke with the Governor of Michigan on this issue. In the spirit of a team Canada approach to this, and this is important, will the hon. member perhaps share with this House what the governor said?
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un élément crucial de l'infrastructure énergétique et elle est vitale pour la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord. Nous déployons des efforts sur les fronts diplomatique, politique et juridique pour la défendre.
La semaine dernière, la Chambre a tenu un débat d'urgence sur la question et il est évident que les partis abondent dans le même sens. Les députés de Banff—Airdrie et de Sarnia—Lambton ont laissé entendre que le chef de l'opposition s'était entretenu avec la gouverneure du Michigan sur la question. Dans un esprit de collaboration à la canadienne dans ce dossier — ce qui est important —, le député peut-il faire part à la Chambre de ce que la gouverneure a dit?
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-05-10 14:52 [p.6959]
Mr. Speaker, it is no surprise that the minister and the Prime Minister cannot get the governor on the phone themselves, because, of course, they have done nothing but fail in Canada-U.S. relations for the last five years.
They failed to get a buy America exemption, as Harper did under Obama. They failed to resolve the softwood lumber dispute, as Harper did under George W. Bush. They have had three presidents to work with, and yet no concessions whatsoever. The U.S. President will not even intervene right now to help save this vital energy link on which thousands of jobs and our entire energy system in central Canada depend.
Why should we have any confidence that they will do better this time, after their failures the last times?
Monsieur le Président, on ne s'étonnera pas que ni le ministre ni le premier ministre n'arrivent à communiquer par téléphone avec la gouverneure parce que, depuis cinq ans, ils n'ont fait qu'accumuler les échecs dans les relations canado-américaines.
Ils n'ont pas réussi à négocier une exemption à la politique favorisant les achats aux États-Unis, comme l'avait fait le gouvernement Harper avec l'administration Obama. Ils n'ont pas réussi à résoudre le conflit sur le bois d'œuvre, comme le gouvernement Harper l'avait fait avec l'administration de George W. Bush. Ils auraient pu collaborer avec trois présidents, mais ils n'ont obtenu absolument aucune concession. Le président américain n'interviendra même pas pour sauver ce lien énergétique vital dont dépendent des milliers d'emplois et l'ensemble du réseau énergétique du Centre du Canada.
Pourquoi devrions-nous croire que les libéraux feront mieux cette fois-ci, après tous les échecs qu'ils ont accumulés?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I will take that as a non-answer.
At a time when producers and workers in western Canada are concerned about getting their products to market, when consumers are worried about the price of gas and how that will affect the heat in their homes, what have the Conservatives been doing? They have been fundraising off threats to shut down Line 5, fundraising for their election campaign. It is insulting to oil and gas workers and insulting to Canadians who just want to heat their homes.
While Conservatives are focused on improving their bank account, we are standing up for Line 5 with a full team Canada.
Monsieur le Président, je considère que le député n'a pas répondu à la question.
Alors que les producteurs et les travailleurs de l'Ouest du Canada se préoccupent de faire acheminer leurs produits jusqu'aux marchés et que les consommateurs s'inquiètent d'une hausse possible du prix de l'essence et du mazout et des répercussions que cela pourrait avoir sur la facture de chauffage de leur maison, que font les conservateurs? Ils se servent des menaces de fermeture de la canalisation 5 afin de recueillir des fonds pour leur campagne électorale. Une telle attitude constitue une insulte pour les travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière et pour les Canadiens qui souhaitent simplement chauffer leur maison.
Alors que les conservateurs s'emploient à faire grossir leur compte de banque, nous défendons la canalisation 5 avec toute l'Équipe Canada.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 14:54 [p.6960]
Mr. Speaker, today is May 10. In two days, on May 12, the government will fail if the Governor of Michigan closes down Line 5. When is the government going to actually recognize that this is something serious it has to deal with? When is the government going to talk to the Governor of Michigan, and also with the President of the United States, and get this problem solved?
Monsieur le Président, nous sommes aujourd'hui le 10 mai. Dans deux jours, soit le 12, le gouvernement devra admettre son échec si la gouverneure du Michigan met la canalisation 5 hors service. Quand le gouvernement va-t-il enfin comprendre qu'il s'agit d'une urgence dont il doit s'occuper? Quand va-t-il s'adresser à la gouverneure du Michigan et au président des États-Unis afin de régler ce problème?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is not just an issue for producers in Alberta or consumers in Ontario. It supports the entire country. Thousands of jobs depend on it, and thousands of homes depend on it for heating.
We are working closely with Minister Savage in Alberta, with whom I was just on the phone, and with Minister Eyre in Saskatchewan as well. We have been talking with Minister Rickford in Ontario, with Sarnia mayor Mike Bradley, and I have been speaking with Minister Julien in Quebec. This is a full-court press by team Canada.
While the Conservatives are more focused on using this to fundraise, we are standing up for oil and gas workers and defending Line 5.
Monsieur le Président, la canalisation 5 n'est pas seulement utile aux producteurs de l'Alberta ou aux consommateurs de l'Ontario. Non, elle sert à approvisionner le pays tout entier. Des milliers d'emplois en dépendent, et des milliers de ménages ont besoin du pétrole qu'elle transporte pour chauffer leur demeure.
Nous collaborons de près avec la ministre Savage, de l'Alberta — que je viens d'ailleurs d'avoir au téléphone — et avec la ministre Eyre, de la Saskatchewan. Nous sommes également en contact avec le ministre Rickford, de l'Ontario, le maire de Sarnia, Mike Bradley, et le ministre Julien, du Québec — l'Équipe Canada au grand complet, quoi.
Pendant que les conservateurs se servent de ce dossier pour recueillir des fonds, nous préférons défendre les travailleurs du secteur pétrolier et gazier et la canalisation 5.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 14:55 [p.6960]
Mr. Speaker, the Minister of Natural Resources is leaving no stone unturned, he says, and he is looking at all options. That is what he tells us. However, there are 48 hours left before 30,000 jobs and millions of people who depend on them are affected. Fuel shortages, food distribution impacts, essential goods and personal protective equipment not being manufactured are what awaits us if the government does not have a contingency plan in place.
Where is the Prime Minister while his minister is turning over stones and not getting it done?
Monsieur le Président, le ministre des Ressources naturelles dit qu'il ne ménagera aucun effort et qu'il examine toutes les options. C'est ce qu'il nous dit. Or, il reste 48 heures avant que 30 000 emplois ainsi que les millions de personnes qui en dépendent soient touchés par la fermeture. Si le gouvernement ne met pas en place un plan d'urgence, on peut s'attendre à ce qu'il y ait des pénuries de carburant et des perturbations dans la distribution alimentaire, et à ce que des biens essentiels et de l'équipement de protection individuelle cessent d'être produits.
Où se trouve le premier ministre, alors que son ministre ne ménage aucun effort, mais ne livre pas la marchandise?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House that we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We will work at the political level, at the diplomatic level and at the legal level. We are ready to intervene at precisely the right moment.
We are standing up for energy workers, we are standing up for energy consumers and we are standing up for energy security. People will not left be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun.
Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie, les consommateurs d'énergie, et la sécurité énergétique. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Lianne Rood Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, two days, that is all the time that is left before the Line 5 pipeline is set to shut down. My constituents in Lambton—Kent—Middlesex and farmers across southwestern Ontario are worried. Farmers depend upon propane supplied by Line 5. Where and how will they get their propane to heat their barns and greenhouses, and dry their grain?
Will the Prime Minister get on the phone with President Biden and stress the urgency and importance of keeping Line 5 open? There is less than 48 hours left.
Monsieur le Président, il ne reste que deux jours avant que la canalisation 5 ne soit fermée. Les habitants de Lambton—Kent—Middlesex et les agriculteurs du Sud-Ouest de l'Ontario sont inquiets. Les agriculteurs dépendent du propane provenant de la canalisation 5. Où et comment pourront-ils obtenir le propane dont ils ont besoin pour chauffer leurs granges et leurs serres et pour sécher leur grain?
Le premier ministre appellera-t-il le président Biden pour souligner l'urgence et l'importance de garder la canalisation 5 ouverte? Il reste moins de 48 heures.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House and the hon. member we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We are working at the political level, we are working at the diplomatic level, we are working at the legal level and we will be ready to intervene at precisely the right moment. We will stand up for energy workers and for energy consumers in the country. We are standing up for Canada's energy security. People will not be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre et à la députée que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. De plus, nous serons prêts à intervenir au moment opportun. Nous défendrons les travailleurs du secteur de l'énergie et les consommateurs d'énergie au Canada. Nous défendons la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-05-07 11:14 [p.6895]
Mr. Speaker, last night the House had an emergency debate on the pending shutdown of Enbridge's Line 5 pipeline. From the tens of thousands of jobs immediately affected to the energy insecurity that could lead to dangerous fuel shortages to the stress on the already limited market availability for western crude, this is an emergency.
The Liberals say a lot of the right things, but their actions show a different story, and I have observed a typical tactic that they employ when they have failed. They claim to need a team Canada approach, and to avoid questions they simply accuse the opposition of playing politics. We see through that charade. In this case, the evidence the evidence shows that they did not take it seriously, and they set a precedent with how they handled KXL. The result is that Canadians could be left in the dark.
This is not about Conservatives versus Liberals or left versus right. This is about standing up for Canadians, and the government, after six years, has shown it is not capable of that. Canadians deserve better.
Monsieur le Président, hier soir, la Chambre a tenu un débat d'urgence sur la fermeture imminente de la canalisation 5 d'Enbridge. Du point de vue des dizaines de milliers d'emplois qui seront immédiatement touchés, de l'insécurité énergétique qui pourrait mener à de graves pénuries de carburant, ou de la pression qui s'exerce dès maintenant sur la disponibilité déjà limitée du brut de l'Ouest, il s'agit d'une urgence.
Les libéraux disent plein de belles choses, mais leurs actions ne suivent pas, et j'ai observé une tactique qu'ils utilisent en cas d'échec. Ils réclament une approche Équipe Canada, et pour éviter les questions, ils accusent tout simplement l'opposition de se livrer à la joute politique. Personne n'est dupe de cette mascarade. Dans le cas qui nous intéresse, tout indique qu'ils n'ont pas pris la chose au sérieux, et qu'ils ont créé un précédent avec leur façon de traiter le dossier du pipeline Keystone XL. En conséquence, les Canadiens risquent d'être plongés dans le noir.
Il ne s'agit pas d'une opposition entre conservateurs et libéraux, ou entre la gauche et la droite; il s'agit de défendre les Canadiens. Or, après six ans, le gouvernement a démontré qu'il en était incapable. Les Canadiens méritent mieux.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-05-07 11:38 [p.6900]
Mr. Speaker, my riding has been severely impacted by COVID-19. Many people have lost their jobs, their homes and their livelihoods. More people are homeless, opioid abuse is skyrocketing and more and more families are struggling to make ends meet. The last thing constituents in my riding need is another blow to the oil and gas sector, which provides jobs and opportunities, and helps fund our vital social programs.
What is the government's strategy to ensure thousands more Canadians do not suffer the consequences of another cancelled pipeline?
Monsieur le Président, ma circonscription a été durement touchée par la COVID-19. Bien des gens ont perdu leur emploi, leur maison et leur qualité de vie. Il y a de plus en plus d'itinérance, la surconsommation d'opioïdes monte en flèche et de plus en plus de familles peinent à joindre les deux bouts. Le pire qui pourrait arriver aux gens de ma circonscription, c'est que le secteur du pétrole et du gaz subisse un autre coup dur, car ce secteur fournit des emplois et des possibilités et contribue au financement de nos programmes sociaux essentiels.
Quelle est la stratégie du gouvernement pour éviter que des milliers de Canadiens de plus subissent les conséquences de la fermeture d'un autre oléoduc?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last night in this House we held an emergency debate. It was a debate in which all parties participated. It was a debate in which we made our intentions and the purpose of the mission of this government on pipelines very clear.
TMX, when we look back, is something that we approved and we are building. More than 7,000 jobs were created. We approved Line 3 and another 7,000 jobs were created. These are pipelines that will take us into the future.
When we look at existing pipelines that are essential to our energy security nationally, we will leave no stone unturned in making sure we are there for Canadian workers, that we are there for—
Monsieur le Président, hier soir, la Chambre a tenu un débat d'urgence. Tous les partis y ont pris part. Pendant ce débat, nous avons exposé clairement les intentions et l'objectif de la mission du gouvernement au sujet des oléoducs.
Prenons du recul; nous avons approuvé le projet TMX et nous sommes à le construire. Plus de 7 000 emplois ont été créés. Nous avons approuvé la canalisation 3 et 7 000 autres emplois ont été créés. Ces oléoducs constituent des solutions d'avenir.
En ce qui concerne les oléoducs existants qui sont essentiels pour assurer la sécurité énergétique nationale, nous ne ménagerons aucun effort pour défendre les travailleurs canadiens et pour défendre...
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-05-07 11:40 [p.6900]
Mr. Speaker, that just does not cut it. No stone unturned? The Prime Minister had six years to demonstrate his support for the natural resource sector and what do we have now? The cancellation of Keystone XL and the potential shutdown of Line 5. We are once again facing a last-minute crisis due to the government's lack of action.
When will the Prime Minister pick up the phone, show some leadership and receive assurances from the President that this vital pipeline will continue to operate and enforce the Transit Pipelines Treaty?
Monsieur le Président, cela ne suffit pas. Ils ne ménageront aucun effort? Le premier ministre a eu six ans pour manifester son appui à l'égard du secteur des ressources naturelles. Or, qu'avons-nous maintenant? Le projet Keystone XL a été annulé et la canalisation 5 risque d'être fermée. Une fois de plus, en raison de l'inaction du gouvernement, nous devons gérer une crise à la dernière minute.
Quand le premier ministre fera-t-il preuve de leadership et décrochera-t-il le téléphone pour demander au président de lui donner l'assurance que ce pipeline vital demeurera en exploitation? Quand invoquera-t-il l'Accord concernant les pipe-lines de transit?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, last night in this House during the emergency debate, there was no daylight between the parties. Line 5 is a critical piece of energy infrastructure. It is vital to North American energy security. I will repeat what I said to the House last night. People will not be left out in the cold. The heating of Canadian homes, the flying of Canadian jets and the operation of Canadian refineries are non-negotiable.
Line 5 is not just vital to Canada, it is also vital to the United States and therefore it is vital to all of North America. That is the case we are making. Line 5 is essential to North American energy security.
Monsieur le Président, hier soir, à la Chambre, pendant le débat d'urgence, les partis s'entendaient parfaitement à ce sujet. La canalisation 5 constitue une pièce d'infrastructure énergétique cruciale. Elle est vitale pour la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord. Je répète ce que j'ai dit à la Chambre hier soir. Personne ne sera abandonné à son sort. Qu'il s'agisse du chauffage dans les foyers canadiens, du carburant qui garde nos avions dans les airs ou de l'exploitation de nos raffineries, rien de cela n'est négociable.
Non seulement la canalisation 5 est vitale pour le Canada, mais elle l'est aussi pour les États-Unis. Donc, elle est vitale pour toute l'Amérique du Nord. C'est ce que nous faisons valoir. La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique nord-américaine.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-07 11:41 [p.6900]
Mr. Speaker, the deadline to submit a brief of support to keep Enbridge’s Line 5 open is in just four days. The Canada-U.S. committee unanimously recommended this action, and the Natural Resources Minister said last night that he would take every action diplomatically and legally to keep Line 5 open. This is the most urgent action required and the Liberals have known about it for months.
Why did they leave it to the last minute and when will they submit the amicus brief?
Monsieur le Président, il ne reste que quatre jours avant la date limite pour soumettre un mémoire à l'appui du maintien en exploitation de la canalisation 5 d'Enbridge. Le Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis a recommandé à l'unanimité que le gouvernement dépose un tel mémoire et le ministre des Ressources naturelles a dit hier soir qu'il prendrait tous les moyens diplomatiques et juridiques pour maintenir la canalisation 5 en exploitation. Le dépôt d'un mémoire est la mesure la plus urgente à prendre et les libéraux sont au courant de cette possibilité depuis des mois.
Pourquoi ont-ils attendu à la dernière minute et quand soumettront-ils le mémoire d'amicus curiae?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for her advocacy for her constituents. I can assure this House we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security.
We are working at the political level, we are working at the diplomatic level, we are working at the legal level and we are ready to intervene at precisely the right moment. We are standing up for energy workers, for energy consumers and for Canada's energy security. People will not be left out in the cold.
Monsieur le Président, je remercie la députée de défendre les intérêts des gens de sa circonscription. Je peux donner l'assurance à la Chambre que nous examinons toutes les options s'offrant à nous. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada.
Notre travail se fait sur le plan politique, diplomatique et judiciaire. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun. Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie, les consommateurs d'énergie et la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas abandonnés à leur sort.
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2021-05-07 11:42 [p.6900]
Mr. Speaker, usually it is a good thing when Canadians from west to east come together for a common cause, but it is not so good when that common cause is a common threat.
The Governor of Michigan is threatening to shut down the Enbridge Line 5 pipeline, in a clear violation of treaty obligations between the United States and Canada. This would put 25,000 Canadian jobs at risk.
When is the Prime Minister going to phone President Biden and insist that the Transit Pipelines Treaty be enforced?
Monsieur le Président, c'est habituellement une bonne chose que les Canadiens de tout le pays se rassemblent pour défendre une cause commune, mais les choses vont moins bien lorsque la cause commune se transforme en menace commune.
La gouverneure du Michigan nous menace de fermer la canalisation 5, un pipeline d'Enbridge, ce qui serait nettement une violation des obligations résultant d'un traité entre le Canada et les États-Unis. Les emplois de 25 000 Canadiens seraient à risque.
Quand est-ce que le premier ministre va téléphoner au président Biden pour lui dire que l'Accord concernant les pipe-lines de transit doit être respecté?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, as we have said, Line 5 is the most efficient way to deliver the products that Michigan needs to heat its homes, to fly its jets and to power its economy. We do not need more trucks on the road jamming up the 401 or jamming up our already congested border crossings, and those idling trucks would be releasing emissions in Governor Whitmer's backyard, in Michigan, while they wait to cross the border. Line 5 is safe. It has been for 65 years. It will continue to be so. It is safer and better for the environment than the alternatives, and that is the case we are making in defending Canada's energy security.
Monsieur le Président, comme nous l'avons dit, la canalisation 5 est le moyen le plus efficace de transporter les produits dont les gens du Michigan ont besoin pour se chauffer, pour que les avions puissent voler et pour que l'économie puisse tourner. Il ne serait pas du tout souhaitable que nos routes soient encombrées de camions sur la 401 ou aux passages transfrontaliers déjà congestionnés. Les moteurs des camions qui seraient obligés de faire la queue à la frontière produiraient des émissions au Michigan, chez la gouverneure Whitmer. La canalisation 5 ne présente pas de risque. Elle est utilisée depuis 65 ans et continuera de l'être. Elle est plus sûre et meilleure pour l'environnement que les solutions de rechange, et c'est l'argument que nous faisons valoir dans notre défense de la sécurité énergétique du Canada.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 14:21 [p.6796]
Mr. Speaker, over the last five months, the Conservatives have asked the government 47 different times to take action regarding the Line 5 pipeline.
Thousands of Canadian jobs are on the line, from Alberta to Ontario to Quebec. The government is once again missing in action, and now the Michigan governor is calling the project a “ticking time bomb.”
For the 48th time, when are Canadians going to see the government finally stand up for Canadian workers and for our natural resources sector?
Monsieur le Président, au cours des 5 derniers mois, les conservateurs ont demandé à 47 reprises au gouvernement d'agir dans le dossier de la canalisation 5.
Des milliers d'emplois canadiens sont en jeu, de l'Alberta au Québec, en passant par l'Ontario. Une fois de plus, le gouvernement brille par son inaction. Et maintenant, la gouverneure du Michigan qualifie le projet de bombe à retardement.
Pour la 48e fois, quand les Canadiens vont-ils enfin voir leur gouvernement défendre les intérêts des travailleurs canadiens et de notre secteur des ressources naturelles?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, people will not be left out in the cold. The heating of Canadian homes or the flying of Canadian jets or the operation of Canadian refineries are non-negotiable.
Line 5 is not just vital to Canada, it is also vital to the United States. Therefore, it is vital to all of North America. Shutting it down would have profound consequences. There are 5,000 direct jobs in Sarnia, 23,000 indirect jobs in the region, thousands of jobs at refineries in Montreal and Lévis, but also in Ohio, Pennsylvania and Michigan, and that is the case we are making. Line 5 is essential for North American energy security.
Monsieur le Président, personne ne sera abandonné à son sort. Qu'il s'agisse du chauffage dans les foyers canadiens, du carburant qui garde nos avions dans les airs ou de l'exploitation de nos raffineries, rien de cela n'est négociable.
Non seulement la canalisation 5 est vitale pour le Canada, mais elle l'est aussi pour les États-Unis. Donc, elle est vitale pour toute l'Amérique du Nord. Sa fermeture aurait des conséquences catastrophiques. Quelque 5 000 emplois directs à Sarnia, 23 000 emplois directs dans la région, des milliers d'emplois dans les raffineries de Montréal et de Lévis, mais aussi en Ohio, en Pennsylvanie et au Michigan sont en jeu, et c'est ce que nous faisons valoir. La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique nord-américaine.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-06 18:27 [p.6833]
moved:
That this House do now adjourn.
He said: It is a “ticking time bomb”. Those are the words of the office of the Governor of Michigan yesterday about the Line 5 pipeline. I will point out that those words are entirely inaccurate, but they highlight something that is incredibly important, which is that the Liberal government has failed to express upon the governor and our other friends in the United States the very clear importance of that pipeline. It has failed to secure it being able to continue past the May 12 deadline, which is six days from now. This is truly an emergency and a very urgent situation.
Before I go any further, I will point out that I will be sharing my time with the leader of the official opposition, who is one of the foremost champions in the country of this nation-unifying pipeline that would link energy producers in the west with energy consumers in the east, not to mention he is also one of the loudest advocates for our energy industry and oil and gas workers. Therefore, I am proud to share my time with him.
In contrast, the Liberal government is at it again, trying to find ways to land-lock Alberta oil and, frankly, stick it to Albertans. The Liberals have been abundantly clear on their distain for our energy industry and for our Canadian oil. Bill C-48, the shipping ban, Bill C-69, the no more pipelines bill, and the Prime Minister's comment about the oil sands needing to be phased out are all very clear examples.
In the end, the Liberals are not just sticking it to Albertans when they do that; all Canadians will pay the price. They already cancelled things like northern gateway and energy east. Then there was the cancellation of the Keystone XL project by the U.S. administration a few short months ago. That was because of the complete inaction of the Liberal government. It failed to provide any tangible support for that project, which included the refusal to initiate a NAFTA challenge or to back any legal challenges in support of the project. One would think it would have learned something, but now Enbridge Line 5 is also in serious jeopardy.
In November of last year, Michigan Governor Gretchen Whitmer ordered Line 5 to be shut down on May 12. It is now May 6 and the Liberal government has not found a solution. It does not seem to understand the urgency here.
For decades, the Enbridge Line 5 pipeline has safely moved Canadian oil east from the Alberta oil sands, with a pipeline running through Wisconsin and Michigan. It is responsible for supplying half of the oil needs of Ontario and Quebec. Again, half of the oil needs of Ontario and Quebec are supplied through that pipeline. The pipeline is an essential part of the Canadian energy supply chain clearly and its cancellation would create immediate and alarming fuel shortages across Ontario and Quebec, would increase truck and rail transportation of oil, would increase fuel prices and create greater environmental risks. It sounds like we better deal with that.
Line 5 oil is refined in Sarnia into gasoline, diesel, home heating fuel and aviation fuel. It is also the main source of propane used in Ontario and Quebec.
Line 5 also feeds into Line 9, which carries oil to refineries in Montreal and Lévis for Quebec's supply needs. The Minister of Natural Resources has highlighted in the past that Line 5 delivers 66% of the crude oil consumed in Quebec.
This cancellation would impact one of the most vital supply lines in Canada, which has been operating for decades. Jobs are at stake and so is the increased costs of absolutely everything from gasoline to food across Ontario and Quebec. The Liberals need to ensure that this vital infrastructure link remains uninterrupted, that jobs are not lost and that Canadians are not forced to pay more for absolutely everything.
For instance, many farmers use the propane source from Line 5 to heat homes, barns and commercial greenhouses as well as to dry grain. Sourcing propane elsewhere will drive the costs of agriculture production up along with the cost of food for Canadian families. Further, 5,000 well-paying jobs would be lost in Sarnia alone if this project is cancelled, with thousands more in jeopardy in my home province of Alberta as well as across both Ontario and Quebec energy industries.
The Toronto Pearson airport relies on 100% of its jet fuel from Line 5. The airport would literally cease to operate without finding another source of fuel. As the St. Lawrence Corridor Economic Development Commission recently stated in a news release:
Simply put, this line is critical for our daily lives and shutting it down will mean there won’t be enough fuel to look after our needs from personal driving, transportation of groceries and goods, heating fuel and the fuel needs of industry and farms. Of course, this will affect refinery jobs in places like Sarnia – which expects to lose almost 5,000 quality high paying jobs but indirectly will affect an additional 23,500 jobs. Those jobs are held by real hardworking people. These jobs will be lost at a time that thousands of our neighbours, friends and family are already facing employment losses due to the pandemic.
From an environmental perspective, shutting down Line 5 would be a disaster. There would be an energy shortfall in Canada that would have to be obtained from other sources. Canadians are not simply going to be able to stop heating their homes or buying groceries. That means shipping oil and natural gas by rail, truck or ship, which are potentially more dangerous, potentially more costly and potentially more harmful to the environment. Sourcing the same amount of oil that Line 5 provides would require approximately 2,000 trucks or 800 railcars each day alone. It would also mean additional tankers in the St. Lawrence Seaway.
It is not just the shipping part that could impact the environment. If Line 5 closes, oil would need to be obtained from foreign sources, sources like Saudi Arabia, Russia, Azerbaijan and Nigeria, places that are not exactly known for their human rights or high environmental standards. Our standards in Canada and in my home province are far higher than any of the sources that would have to be used if Line 5 were to be shut down. The Liberal government is standing by while Line 5 is shut down. That, to me, sounds like a method to cut off one's nose to spite one's own face.
Alberta has the most environmentally friendly oil and gas in the entire world. Many Albertans right now are struggling. They are hurting. They are out of work and they just want the chance to go back to work. Then, of course, there is the problem we face with unity in this country. Many Albertans are frustrated and angry because they see no support from the current federal government in terms of being able to get their products to markets, in terms of being able to supply the energy needs of even their friends and neighbours across this country.
To me, it seems like a no-brainer that we would want a pipeline like this to continue to supply those needs, to provide that link between our western producers and eastern consumers, to make sure that our environment continues to have the best products it can in terms of oil and gas being good for our environment, in terms of keeping national unity going and making sure we can keep people in my province and all across this country working on something that is so crucial to our needs.
The Liberal government and the Prime Minister need to wake up. They need to wake up because Line 5 is crucial to Canada. It is crucial for jobs. It is crucial for the environment. It is crucial for national unity and it is crucial for all Canadians. They need to take action now. They cannot just talk about it. They need to get the job done, and they are not getting it done. I certainly hope they will be listening tonight, paying attention, understanding the importance of this project and making sure we can continue to keep this line open to serve our energy needs, to protect our environment and secure our national unity.
propose:
Que la Chambre s'ajourne maintenant.
— C'est une « bombe à retardement ». Ce sont les mots employés hier par le bureau de la gouverneure du Michigan au sujet de la canalisation 5. Je souligne que ces propos sont tout à fait faux, mais qu'ils soulignent quelque chose d'extrêmement important, soit que le gouvernement libéral n'a pas réussi à signaler à la gouverneure et à nos autres amis aux États-Unis l'importance évidente de cet oléoduc. Il n'a pas réussi à s'assurer qu'il reste ouvert après l'échéance du 12 mai, c'est-à-dire dans six jours. Il s'agit vraiment d'une situation extrêmement urgente.
Avant de poursuivre, je tiens à souligner que je partagerai mon temps de parole avec le chef de l’opposition, qui est l'un des plus grands défenseurs au Canada de cet oléoduc, qui permet d'unifier le pays et d'établir un lien entre les producteurs d'énergie de l'Ouest et les consommateurs d'énergie de l'Est, sans oublier qu'il est aussi l'un des plus fervents défenseurs de l'industrie énergétique et des travailleurs du secteur des hydrocarbures. Par conséquent, je suis fier de partager mon temps de parole avec lui.
En revanche, le gouvernement libéral est de nouveau en train d'essayer de trouver des moyens d'enclaver le pétrole albertain et, franchement, de s'en prendre aux Albertains. Les libéraux ont très clairement manifesté leur dédain pour notre industrie énergétique et le pétrole canadien. Le projet de loi C-48, le moratoire relatif aux pétroliers, le projet de loi C-69, le projet de loi anti-pipelines, et le commentaire du premier ministre sur la nécessité d'éliminer progressivement les sables bitumineux en sont des exemples très clairs.
Au bout du compte, ce n'est pas que les Albertains qui paient le prix de ces actions, ce sont tous les Canadiens. Les libéraux ont déjà annulé des projets comme Northern Gateway et Énergie Est. Il y a quelques mois à peine, l'administration américaine a annulé le projet Keystone XL. Cette annulation est due à l'inaction totale du gouvernement libéral. Il n'a apporté aucun soutien concret au projet, notamment en refusant d'intenter une contestation en vertu de l'ALENA ou d'appuyer toute contestation judiciaire à l'appui du projet. On pourrait penser qu'il avait appris quelque chose, mais la canalisation 5 d'Enbridge est maintenant elle aussi sérieusement menacée.
En novembre dernier, la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a ordonné la fermeture de la canalisation 5 le 12 mai. Nous sommes maintenant le 6 mai, et le gouvernement libéral n'a pas trouvé de solution. Il ne semble pas comprendre l'urgence de la situation.
Depuis des décennies, la canalisation 5 d'Enbridge permet d'acheminer en toute sécurité le pétrole canadien vers l'est depuis les sables bitumineux de l'Alberta, en passant par le Wisconsin et le Michigan. Cet oléoduc permet de répondre à la moitié des besoins en pétrole de l'Ontario et du Québec. Je le répète, c'est par cette canalisation que passe la moitié du pétrole dont l'Ontario et le Québec ont besoin. Il s'agit à l'évidence d'un élément essentiel de la chaîne d'approvisionnement énergétique canadienne, et sa fermeture causerait immédiatement une alarmante pénurie de carburant dans l'ensemble de l'Ontario et du Québec, forcerait l'augmentation du transport routier et ferroviaire du pétrole, ferait grimper les prix du carburant et augmenterait les risques pour l'environnement. On dirait bien qu'il faut absolument régler cette question.
Le pétrole acheminé dans la canalisation 5 est raffiné à Sarnia où il est transformé en essence, en diésel, en mazout et en carburant d'aviation. C'est également à partir de ce pétrole qu'est produit la majorité du propane utilisé en Ontario et au Québec.
La canalisation 5 alimente également la canalisation 9, qui transporte le pétrole vers les raffineries de Montréal et de Lévis, qui répondent aux besoins du Québec. Le ministre des Ressources naturelles a souligné dans le passé que la canalisation 5 acheminait 66 % du pétrole brut consommé au Québec.
Cette fermeture toucherait l'une des voies d'approvisionnement les plus cruciales du Canada, qui est en activité depuis des décennies. Des emplois sont en jeu, sans compter que ce changement ferait grimper le coût d'absolument tout, de l'essence jusqu'aux aliments, en Ontario et au Québec. Les libéraux doivent veiller à ce que ce maillon essentiel de notre infrastructure continue de fonctionner sans interruption, de manière à éviter des pertes d'emplois et à éviter que les Canadiens soient forcés de payer davantage pour absolument tout.
À titre d'exemple, beaucoup d'agriculteurs utilisent du propane provenant de la canalisation 5 pour chauffer des maisons, des granges et des serres commerciales, ainsi que pour sécher le grain. S'il faut utiliser d'autres sources de propane, le coût de la production agricole augmentera, tout comme le coût de l'épicerie pour les familles canadiennes. De plus, seulement à Sarnia, la fermeture de la canalisation ferait disparaître 5 000 emplois bien rémunérés, et des milliers d'autres emplois seraient en péril dans ma province, l'Alberta, ainsi que dans le secteur de l'énergie au Québec et en Ontario.
Tout le carburant aviation qu'utilise l'aéroport Pearson de Toronto provient de la canalisation 5. L'aéroport devrait donc littéralement cesser ses activités s'il ne trouvait pas une autre source. Comme on peut le lire dans un communiqué récent de la St. Lawrence Corridor Economic Development Commission:
Cette canalisation est tout simplement essentielle à notre quotidien. Si elle est fermée, il n'y aura plus assez de carburant pour répondre à nos besoins, donc pour nos véhicules personnels, le transport des aliments et des marchandises, le chauffage et les besoins de l'industrie et des agriculteurs. Les emplois dans le raffinage seraient évidemment touchés, notamment à Sarnia, où près de 5 000 bons emplois bien rémunérés pourraient disparaître. Le changement toucherait aussi indirectement 23 500 emplois, des emplois qu'occupent des gens vraiment travaillants. Ces pertes d'emploi surviendraient dans un contexte où des milliers de personnes parmi nos voisins, nos amis et notre famille ont déjà perdu leur travail à cause de la pandémie.
D'un point de vue environnemental, la fermeture de la canalisation 5 serait un désastre. Il y aurait une pénurie d'énergie au Canada qui nécessiterait de recourir à d'autres sources. Les Canadiens ne pourront pas simplement arrêter de chauffer leur maison ni d'acheter de l'épicerie. Cela signifie qu'il faudra transporter le pétrole et le gaz naturel par train, par camion ou par bateau, ce qui est potentiellement plus dangereux, potentiellement plus coûteux et potentiellement plus nocif pour l'environnement. Pour obtenir la même quantité de pétrole que celle fournie par la canalisation 5, il faudrait environ 2 000 camions ou 800 wagons par jour. Cela signifierait aussi plus de pétroliers dans la Voie maritime du Saint-Laurent.
Ce n'est pas seulement le transport qui pourrait avoir des conséquences sur l'environnement. Si la canalisation 5 est fermée, le pétrole devra être obtenu de sources étrangères, des sources comme l'Arabie saoudite, la Russie, l'Azerbaïdjan et le Nigeria, des pays qui ne sont pas exactement reconnus pour leur respect des droits de la personne ou leurs normes environnementales élevées. Les normes au Canada et dans ma province sont bien plus élevées que celles de tous les pays vers lesquels il faudra se tourner si la canalisation 5 est fermée. Le gouvernement libéral reste les bras croisés alors qu'on ferme la canalisation 5. En fait, il est en train de scier la branche sur laquelle il est assis.
L'Alberta produit le pétrole et le gaz le plus respectueux de l'environnent de toute la planète. De nombreux Albertains tirent le diable par la queue au moment où on se parle. Ils souffrent. Ils sont sans travail, et tout ce qu'ils demandent, c'est de pouvoir recommencer à gagner leur vie. C'est sans parler du problème d'unité que connaît actuellement le Canada. De nombreux Albertains sont mécontents, ils sont en colère parce que le gouvernement fédéral ne fait absolument rien pour les aider à acheminer leurs produits jusqu'aux marchés ou à répondre aux besoins énergétiques de leurs voisins et amis.
Selon moi, pouvoir compter sur un pipeline qui permettrait de continuer à répondre aux besoins des Canadiens, qui ferait le lien entre les producteurs de l'Ouest et les consommateurs de l'Est, qui serait bon pour l'environnement, qui contribuerait à l'unité nationale et qui permettrait aux Canadiens en général et aux Albertains en particulier de continuer à travailler sur un projet crucial pour l'avenir du pays va tout simplement de soi.
Il faut que le gouvernement libéral et le premier ministre se réveillent parce que le Canada a absolument besoin de la canalisation 5. Il en a besoin pour créer des emplois, pour protéger l'environnement, pour favoriser l'unité nationale et pour assurer l'avenir de tous les Canadiens. Les libéraux doivent bouger, et vite. Ils doivent cesser de se perdre en palabres. Ils doivent se mettre à la tâche, mais pour le moment, ils se tournent plutôt les pouces. J'ose espérer qu'ils tendront l'oreille au débat de ce soir, qu'ils écouteront ce qui se dit et qu'ils saisiront enfin l'importance de ce projet. Cette canalisation doit demeurer en service afin que nous puissions continuer de répondre à nos besoins énergétiques, de protéger l'environnement et d'assurer l'unité du pays.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, this is one pipeline project about which I am happy to say the NDP is also concerned. This pipeline is shipping Canadian oil to eastern Canada and creating Canadian jobs in the industrial heartland of Ontario and Quebec. We see that importance.
I wonder what the member's plan would be if he were in government and Michigan, six days from now, pulled the plug on this pipeline.
Monsieur le Président, je suis heureux d'annoncer qu'il y a enfin un pipeline auquel le NPD tient lui aussi. La canalisation 5 achemine le pétrole de l'Ouest vers l'Est du pays et crée de l'emploi dans les régions industrielles du Québec et de l'Ontario. Nous sommes donc conscients de son importance.
Supposons un instant que le député est au pouvoir. Que ferait-il si, dans six jours, le Michigan fermait définitivement la canalisation 5?
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-06 18:38 [p.6835]
Mr. Speaker, I will first say that I am glad to hear there is support from the NDP for this pipeline. I would like to have seen the same kind of support for a line that would have unified this country and gone across this country like the energy east pipeline. That would have been nice to see as well. It is unfortunate that some in this country do not understand the importance that project could have had.
Having said that, I firmly believe that had we had a Conservative government and the prime ministership of the Leader of the Opposition, we could have seen this problem resolved. We would not be standing here with six days to go asking why we did not do something. I know that had we had the Leader of the Opposition serving as the prime minister of this country, we would have got the job done, because we understand how vitally important this line is to the future.
Pour commencer, monsieur le Président, je suis ravi d'entendre le NPD dire qu'il est en faveur de ce pipeline. J'aurais seulement aimé qu'il se montre aussi enthousiaste pour un projet qui aurait contribué à l'unité nationale en traversant le pays d'un bout à l'autre, comme Énergie Est. Je trouve dommage que certaines personnes n'aient pas encore saisi tout le potentiel de ce projet.
Cela dit, il ne fait absolument aucun doute dans mon esprit que, si le pays avait été dirigé par les conservateurs et le chef de l’opposition, ce problème serait déjà résolu. Nous ne serions pas ici, six jours avant la date fatidique, à nous demander pourquoi nous n'avons pas agi plus tôt. Si le chef de l'opposition était premier ministre, il aurait réglé ce dossier, car les conservateurs sont conscients de l'importance de la canalisation 5 pour l'avenir du pays.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-06 18:39 [p.6835]
Mr. Speaker, the member needs to take a step into reality. We heard Conservatives yesterday say all the problems that Alberta was facing were because of Ottawa. Today, we are hearing that once again. The hatred that is spewed by Conservative members of Parliament, not all, but a number of them, toward Ottawa is very disappointing and should concern all Canadians who feel there is a national identity.
Have members of the Conservative Party taken any positive approach? For example, have they made any contact with the governor in question? Have they asked to meet with legislators? Have they met virtually or in person in the last four years with anyone from the state in question?
Monsieur le Président, il faudrait que le député se réveille. Les conservateurs ont dit, hier, que c'est Ottawa qui est responsable de tous les problèmes de l'Alberta. Ils nous disent cela encore une fois aujourd'hui. La haine que déversent sur Ottawa les députés conservateurs, pas tous, mais certains, est très décevante et devrait inquiéter tous les Canadiens qui pensent que nous partageons une certaine identité nationale.
Les députés conservateurs ont-ils tenté une quelconque approche positive? Par exemple, ont-ils pris contact avec la gouverneure en question? Ont-ils demandé à rencontrer des législateurs? Ont-ils rencontré quelqu'un de l'État en question, en personne ou virtuellement, au cours des quatre dernières années?
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-06 18:40 [p.6835]
Mr. Speaker, I would start by saying very clearly in response to that, and I hope the government is listening because it can understand how to answer a question, the answer yes, in fact, we have. Our leader did that. That has happened.
I will also point out that maybe the member has this concern and feels there is somehow this hatred. It is not hatred. It is extreme disappointment in the fact that we have a Liberal government over there that does not seem to understand or care about the needs and concerns of the people of my province. I am extremely disappointed, as are all Conservative members, about the fact that the government tends to ignore and show no concern for the needs and concerns of Albertans.
That is why I expressed what I expressed tonight. That is why we expressed what we expressed last night. It is why we express it every single day. We are extremely disappointed that the government shows no attention, concern or care for our province.
Monsieur le Président, je vais commencer par dire très clairement, en réponse à cela — et j'espère que le gouvernement écoute parce que cela l'aidera à comprendre ce que cela veut dire, répondre à une question —, que, oui, nous l'avons fait. Notre chef l'a fait. Cela a été fait.
J'aimerais aussi dire au député que cela inquiète et qui a l'impression qu'il s'agit de haine que ce n'est pas de la haine. C'est une profonde déception, parce que le gouvernement libéral ne semble pas comprendre les besoins et les préoccupations des habitants de ma province ni s'en soucier. Je suis extrêmement déçu, comme tous les députés conservateurs, du fait que le gouvernement ait tendance à ignorer les besoins et les préoccupations des Albertains.
C'est pour cela que j'ai dit ce que j'ai dit, ce soir. C'est pour cela que nous avons dit ce que nous avons dit, hier soir. C'est pour cela que nous le disons tous les jours. Nous sommes extrêmement déçus de ce que le gouvernement ne se soucie absolument pas de notre province.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his speech, but it made me jump out of my chair a little bit. I almost fell over, but I caught myself just in time. He said that the government does not support the oil industry.
It is important to know that since the late 1970s and early 1980s, we have collectively invested over $70 billion to make this industry profitable.
In the last four years alone, the federal government's subsidy strategy for the oil and gas industry was $24 billion, while for the forestry industry it was $971 million. That is not counting the fact that, for the forest industry, 75% of the money was in the form of loans.
I would like to ask my hon. colleague a very simple question: Does he think $24 billion is more or less than $971 million?
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de son discours qui m'a toutefois fait un peu bondir de ma chaise. J'ai d'ailleurs failli tomber, mais je me suis rattrapé juste à temps. Il a dit que le gouvernement ne soutenait pas l'industrie pétrolière.
Il faut savoir que, depuis la fin des années 1970 et le début des années 1980, nous avons collectivement investi plus de 70 milliards de dollars pour rendre cette industrie rentable.
Pour les quatre dernières années seulement, la stratégie du gouvernement fédéral en matière de subvention à l'industrie gazière et pétrolière était de 24 milliards de dollars, alors que, pour l'industrie forestière, elle était de 971 millions de dollars. C'est sans compter que, en ce qui concerne l'industrie forestière, les sommes ont été octroyées sous forme de prêts dans une proportion de 75 %.
J'aimerais poser une question très simple à mon honorable collègue: 24 milliards de dollars, est-ce plus gros ou plus petit que 971 millions de dollars, selon lui?
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-06 18:42 [p.6835]
Mr. Speaker, I am glad the member was able to stop himself from falling right out of the chair. That is good news.
I will point out to him that we do not measure things by how much money the government can spend on something. If the government wants to show support for our energy industry and allow it to be profitable, the best thing it could do is stop getting in the way of projects being built. That is how it could best help the industry. If we want to see projects get built, it could stop putting forward bills like Bill C-48 and BillC-69, which ended projects and cancelled projects in this country.
The government needs to allow those projects to move forward and serve the energy needs of our fellow Canadians and serve the energy needs of the world with some of the most environmentally friendly products found anywhere in the world. They are better for the environment by replacing less environmentally friendly sources, but also better for our economy in this country.
I know that member wants to see this country break up, but I want to see this country unified. That is why I am supporting what is happening here. It is unfortunate he does not want to get on board and do the same.
Monsieur le Président, je suis content que le député ait été capable de s'agripper pour ne pas tomber de sa chaise. Voilà une bonne nouvelle.
Je lui ferai remarquer que l'on ne mesure pas la valeur des choses en fonction des sommes d'argent investies par le gouvernement. Si le gouvernement veut démontrer son soutien à notre secteur de l'énergie et lui donner la possibilité de prospérer, la meilleure chose à faire serait d'arrêter de mettre des bâtons dans les roues des projets en construction. Voilà comment il pourrait réellement venir en aide à l'industrie. Pour mener à bien la construction des projets, le gouvernement pourrait arrêter de présenter des mesures législatives comme les projets de loi C-48 et C-69, qui ont entraîné l'abandon et l'annulation de projets au pays.
Le gouvernement doit permettre à ces projets d'aller de l'avant afin de combler les besoins énergétiques des Canadiens et du monde entier, avec des produits qui se retrouvent parmi les plus écologiques sur la planète. Ils sont meilleurs pour l'environnement, car ils remplacent des sources moins durables. Ils sont aussi meilleurs pour l'économie canadienne.
Je sais que le député souhaite que le pays se divise, mais je préférerais le voir s'unir. Voilà pourquoi j'appuie la démarche en cours. Il est malheureux de voir que le député ne veut pas unir ses efforts aux nôtres et faire de même.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 18:43 [p.6835]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague from Banff—Airdrie, the opposition whip, for bringing this debate to the floor. The non-partisan Speaker granted yet another emergency debate because of the Liberal government's failure to fight for our economic interests, whether at home, around the world, or even with our closest allies.
As Canadians know, Canada's oil and gas sector suffered a tremendous blow with the cancellation of the Keystone XL pipeline project just a few months ago, on the first day in office of the new administration. Now another major threat, another major blow is looming and there has been inaction. Keystone was all about securing additional export market access for Canadian crude to help the struggling energy sector reach another market, help those workers and help secure a more stable and stronger price for a finite Canadian resource.
However, Line 5 is not a new project. It is not a diversification. It is a line that has been a consistent and critical supply line for Canada for decades. Now, because of the inaction of the Liberal government, this critical piece of our energy infrastructure is at risk. Why are there emergency debates all the time about our economy with this government? Because Liberals are always slow, ideological and they are eroding our prosperity.
Tens of thousands of good jobs in Ontario and Quebec are at risk. As we begin planning to rebuild our economy and get Canadians back to work after COVID-19, we must do everything possible to protect these jobs.
Enbridge's Line 5 carries Canadian oil east, running through Wisconsin and Michigan. It supplies half of the oil needs of Quebec and Ontario. Members heard right. Half of Ontario's and Quebec's oil supply is at risk.
Tens of thousands of good jobs across Ontario and Quebec are at risk alongside another potential bruising blow for our energy sector in the west. As we begin planning to rebuild our economy and get Canadians back to work across this country after COVID-19, we must do everything possible to protect and secure these jobs.
Enbridge's Line 5 pipeline carries Canadian oil east, running through Wisconsin and Michigan, supplying about half of the oil needs for Ontario and Quebec: half. For decades the pipeline has safely shipped Canadian energy to be refined in Sarnia into gasoline, propane, diesel, home heating fuel and aviation fuel.
Line 5 also feeds into Line 9, which carries oil to refineries in Montreal and Lévis to meet Quebec's supply needs.
The governor of Michigan has ordered the pipeline shut down by next week. While this move clearly violates the transit pipelines treaty, which President Biden supported consistently as a U.S. senator, the Liberals have been silent. Once again they are refusing to take a strong, clear and consistent stand for Canadian workers.
Who are those Canadian workers? Some 6,500 families in the Sarnia area rely directly on jobs related to Line 5. Another almost 24,000 jobs in the wider southwestern Ontario region could be impacted and thousands more across Ontario and Quebec and thousands more in the west. They will also see yet another indifferent approach from the Liberal government toward the well-being of that part of our country.
Tens of thousands of jobs in Ontario and Quebec are at risk. As Canadians begin to return to work after COVID-19, we must do everything possible to protect these jobs.
On the heels of the disappointment for thousands of families in connection to Keystone, we cannot allow the Liberal government to fail thousands more families by allowing its inaction to lead to more cancellations and uncertainty.
Our country was dealt a significant blow with the cancellation of the Keystone XL pipeline on the first day of the U.S. administration. We cannot afford another blow by those administrations, whether at a state and federal level in the U.S., to cancel the safe, reliable and effective Line 5. Our economy cannot afford it. Our national unity cannot afford it.
In his first economic speech as Prime Minister in 2016, the Prime Minister mocked our natural resource industry. He said that we are resourceful now. In the years since, the Prime Minister and his ideological government have consistently undermined our energy sector. The process has divided our country and is slowly eroding our prosperity.
It is time for a government that is proud of our resources, our innovation and the tens of thousands of Canadian families who depend on our energy sector. This sector, as my friend the Conservative whip reminded Canadians, is a world leader in environmental and social governance, or ESG. We are the guiding light for ethical extractive industries.
We are also the world leaders on indigenous partnerships and participation. I like to call it “ESGI”. We should be very proud of that innovation. This world-leading ESGI resource flows through Line 5 and powers homes, our economy and employment for thousands of families in Ontario and Quebec, truly showing the tremendous potential of Canada's energy industry.
Without Line 5, the main source of propane used in Ontario and Quebec is at risk. Many farmers use propane to heat homes, barns and commercial greenhouses, as well as to dry grain.
Even if other sources of propane are found, they could be very costly. Sourcing propane elsewhere could drive up the cost of agriculture production and the cost of food.
It is time to get Canadians back to work. We cannot abandon Canadian jobs.
We are in a jobs crisis and a health crisis. Our economic recovery from COVID-19 depends on vaccines. We know how that has been going. Even the member for Kingston and the Islands wants his team to do better there. It also depends on a real plan to get Canadians back to work in all sectors of our economy and in all regions of our country.
We also need to be proud and get behind projects and investments that will accelerate this economic recovery, once again in every sector and in every region. The Liberal government can no longer pick and choose which jobs it feels are worth supporting. It is undermining the national unity of this country. It is undermining the prosperity we owe our children. We have to stop this divisive and ideological approach.
The royalties and tax revenues received by the governments because of our energy resources contribute to the social fabric we rely on, especially during the pandemic, and we will need to rebuild with these same revenues. The cancellation of Line 5 would mean a significant cut to revenues and the potential for us to rebuild our hospitals and our health care system.
We need Line 5 for our long-term care facilities.
It is an essential part of the Canadian energy supply chain, and quite frankly, an essential part of the Canadian economy. The result of a cancellation would be clear. There would be immediate and alarming fuel shortages, major job losses across Ontario and Quebec, increased rail and truck transportation of oil, increased fuel prices and greater environmental risks.
The Liberal government has failed to work effectively with three U.S. administrations, and it failed to stand up for the Canadian energy supply chain. It does not seem to care. The Prime Minister needs to value the things we produce in Canada, the things people do, getting their hands dirty to build things.
We are resourceful. We are resource rich and even richer in the hard work Canadians contribute to provide for their families and their country. Whether it is in Fort McMurray, Sarnia or Lévis, Canadians, all families, deserve an economic recovery.
Canadians in the regions and small towns deserve a government that will respect them. Blue-collar workers deserve a government that is proud of them.
They deserve a government that is proud of what we do in this country. On this side of the House, we are proud. We will fight for Line 5 and every job in this sector.
Monsieur le Président, je remercie le député de Banff—Airdrie, le whip de l'opposition, de soulever le présent débat à la Chambre. Le Président, qui est non partisan, a autorisé la tenue d'un autre débat d'urgence en raison de l'incapacité du gouvernement libéral de lutter pour nos intérêts économiques, que ce soit chez nous, dans le monde ou même avec nos plus proches alliés.
Comme les Canadiens le savent, le secteur pétrolier et gazier du Canada a subi un coup terrible lorsque, au premier jour de son arrivée au pouvoir, il y a seulement quelques mois, la nouvelle administration a annulé le projet de pipeline Keystone XL. Et voilà qu'un autre coup dur menace d'être porté et on ne fait rien. Le projet Keystone visait à assurer l'accès du brut canadien à d'autres marchés d'exportation, afin d'aider le secteur et les travailleurs de l'énergie, qui sont en difficulté, et d'obtenir un prix plus stable et plus élevé pour une ressource canadienne épuisable.
Toutefois, la canalisation 5 n'est pas un nouveau projet. Il ne s'agit pas de diversification. C'est une canalisation cruciale qui approvisionne le Canada de manière constante depuis des décennies. Et voilà qu'en raison de l'inaction du gouvernement libéral, cet élément essentiel de notre infrastructure énergétique est en péril. Pourquoi, sous l'actuel gouvernement, les débats d'urgence portent-ils toujours sur l'économie? Parce que les libéraux agissent toujours lentement et en fonction d'une idéologie, ce qui compromet notre prospérité.
Des dizaines de milliers de bons emplois en Ontario et au Québec sont menacés. Alors que nous planifions la relance de l'économie canadienne et le retour au travail des Canadiens après la COVID-19, nous devons tout faire pour protéger ces emplois.
La canalisation 5 d'Enbridge transporte le pétrole canadien vers l'Est du pays. Elle passe par les États du Wisconsin et du Michigan. Elle répond à la moitié des besoins en pétrole de l'Ontario et du Québec. Les députés ont bien entendu: la moitié de l'approvisionnement en pétrole de l'Ontario et du Québec est en danger.
Des dizaines de milliers de bons emplois en Ontario et au Québec sont menacés, sans parler du coup dur que cela pourrait porter à notre secteur de l'énergie dans l'Ouest. Alors que nous planifions la relance de l'économie canadienne et le retour au travail des Canadiens après la COVID-19, nous devons tout faire pour protéger ces emplois.
La canalisation 5 d'Enbridge transporte le pétrole canadien vers l'Est du pays, en passant par les États du Wisconsin et du Michigan. Elle répond à environ la moitié des besoins en pétrole de l'Ontario et du Québec. J'ai bien dit la moitié. Pendant des dizaines d'années, le pipeline a permis d'acheminer en toute sécurité le pétrole canadien afin qu'il soit raffiné à Sarnia pour en faire de l'essence, du propane, du diésel, du mazout et du carburant d'aviation.
La canalisation 5 alimente également la canalisation 9. Cette dernière transporte le pétrole vers les raffineries de Montréal et de Lévis pour combler les besoins en approvisionnement du Québec.
La gouverneure du Michigan a ordonné la fermeture de ce pipeline d'ici la semaine prochaine. Même si cette décision contrevient clairement à l'Accord concernant les pipe-lines de transit, que le président Biden a toujours soutenu en tant que sénateur américain, les libéraux sont restés silencieux. Encore une fois, ils refusent de défendre clairement et avec vigueur les travailleurs canadiens.
Qui sont ces travailleurs canadiens? Quelque 6 500 familles de la région de Sarnia dépendent directement d'emplois liés à la canalisation 5. Près de 24 000 autres emplois dans le Sud-Ouest de l'Ontario pourraient être touchés, en plus des milliers d'autres à l'échelle de l'Ontario et du Québec et dans l'Ouest. Tous se buteront encore une fois à l'indifférence du gouvernement libéral par rapport au bien-être de cette région du pays.
Des dizaines de milliers d'emplois sont menacés en Ontario et au Québec. Alors que les Canadiens commencent à retourner au travail après la COVID-19, nous devons tout faire pour protéger ces emplois.
Après la déception de milliers de familles relativement à Keystone, on ne peut laisser le gouvernement libéral abandonner des milliers d'autres familles par son inaction, qui mènera à d'autres annulations et à plus d'incertitude.
Notre pays a essuyé un coup dur lorsque la nouvelle administration aux États-Unis a annulé le projet Keystone XL dès son premier jour de mandat. Nous n'avons pas les moyens d'absorber un autre coup du genre de la part des dirigeants américains, que ce soit au niveau d'un État ou du gouvernement fédéral. Notre économie et notre unité nationale ne peuvent absorber le coup de l'annulation de la canalisation 5, qui est pourtant sûre, fiable et efficace.
En 2016, dans son premier discours économique à titre de premier ministre, le premier ministre s'est moqué de notre industrie des ressources naturelles. Il a dit: « Nous sommes ingénieux maintenant ». Au cours des années qui se sont écoulées depuis, le premier ministre et son gouvernement idéologue ont constamment miné notre secteur de l'énergie. Ce comportement divise notre pays et érode tranquillement notre prospérité.
Le temps est venu d'avoir un gouvernement qui est fier de nos ressources, de notre innovation et des dizaines de milliers de familles canadiennes qui dépendent de notre secteur énergétique. Comme mon collègue, le whip du Parti conservateur, l'a rappelé aux Canadiens, ce secteur est un chef de file mondial au chapitre de la gouvernance conforme à des critères environnementaux et sociaux. Nous sommes le phare qui guide les industries extractives éthiques.
Nous sommes également le chef de file mondial en matière de gouvernance conforme à des critères environnementaux et sociaux et axée sur la participation des Autochtones et les partenariats avec eux. Nous devrions être très fiers de cette innovation. Cette ressource de gouvernance avant-gardiste circule dans la canalisation 5 et alimente nos maisons, notre économie et les emplois de milliers de familles en Ontario et au Québec, montrant véritablement l'énorme potentiel de l'industrie énergétique du Canada.
Sans la canalisation 5, la principale source de propane utilisée en Ontario et au Québec est en péril. De nombreux agriculteurs utilisent le propane pour chauffer leur maison, leurs bâtiments de ferme et leurs serres commerciales et pour sécher leur grain.
Même si d'autres sources d'approvisionnement en propane sont trouvées, celles-ci pourraient coûter très cher. Cela pourrait faire augmenter les coûts de la production agricole en même temps que le coût des aliments.
Il est temps de remettre les Canadiens au travail. Nous ne pouvons pas nous permettre d'abandonner les emplois canadiens.
Le Canada traverse à la fois une crise de l'emploi et de la santé. Nous avons besoin de vaccins pour assurer notre relance économique post-COVID. Or, nous savons maintenant où en sont les choses. Même le député de Kingston et les Îles veut que le gouvernement fasse un meilleur travail à ce chapitre. Nous avons également besoin d'un plan concret pour que les Canadiens puissent retourner au travail, et ce, dans tous les secteurs économiques et dans toutes les régions du pays.
Par ailleurs, nous devons appuyer fièrement les projets et les investissements qui accéléreront la relance économique, encore une fois dans tous les secteurs et dans toutes les régions. Le gouvernement libéral ne peut plus choisir les emplois qui, selon lui, méritent d'être soutenus. Cela nuit à l'unité nationale canadienne. Cela nuit aussi à la prospérité que nous devons offrir à nos enfants. Nous devons mettre fin à cette approche conflictuelle et idéologique.
Les redevances et les recettes fiscales perçues par les gouvernements grâce à nos ressources énergétiques contribuent au tissu social sur lequel nous pouvons compter, surtout durant la pandémie, et que nous devrons reconstruire à l'aide de ces recettes. L'abandon de la canalisation 5 réduirait considérablement ces recettes et diminuerait grandement notre capacité de rebâtir nos hôpitaux et notre système de soins de santé.
Pour nos CHSLD, nous avons besoin de la canalisation 5.
Il s'agit d'un élément essentiel de la chaîne d'approvisionnement énergétique canadienne et, bien franchement, de l'économie canadienne. Les conséquences de l'annulation du projet sont claires: des pénuries de carburant immédiates et alarmantes, d'importantes pertes d'emplois partout en Ontario et au Québec, une augmentation du transport du pétrole par train et par camion, une hausse du prix de l'essence et des risques environnementaux accrus.
Le gouvernement libéral n'a pas réussi à travailler efficacement avec trois administrations américaines, et il n'a pas défendu la chaîne d'approvisionnement énergétique canadienne. Il ne semble pas s'en soucier. Le premier ministre doit valoriser les choses que nous produisons au Canada, les choses que les gens font, les choses qu'ils bâtissent en se salissant les mains.
Nous sommes ingénieux. Nous sommes riches en ressources, et nous le sommes encore plus grâce au travail acharné que font les Canadiens pour subvenir aux besoins de leur famille et de leur pays. Que ce soit à Fort McMurray, à Sarnia ou à Lévis, les Canadiens, toutes les familles, méritent une relance économique.
Les Canadiens et les Canadiennes, dans les régions et les petites villes, méritent un gouvernement qui va les respecter. Les travailleurs cols bleus méritent un gouvernement qui est fier d'eux.
Ils méritent un gouvernement qui est fier de ce que nous faisons dans notre pays. Nous, de ce côté-ci de la Chambre, en sommes fiers. Nous nous battrons pour la canalisation 5 et pour chaque emploi dans ce secteur.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank the Leader of the Opposition for the shout-out during his speech. I will say that of all of the leaders of political parties here, he spends a lot of time talking about me. It is very flattering and truly a compliment.
We are a good half an hour into this debate now. The member for Banff—Airdrie stood and spoke about the problems. He was asked a very direct question by the NDP, which I really appreciated. He was asked what he would do about it, and he did not answer the question. Then the Leader of the Opposition stood for 10 minutes and talked about the problem as he sees it, but he did not offer any kind of solution.
Maybe I will give the Leader of the Opposition an opportunity to answer the question that the member from the NDP asked, which is this: What would he do differently? He should not tell us about the plans, he should tell us what he would actually do to deal with the situation.
Monsieur le Président, je remercie le chef de l’opposition d'avoir parlé de moi pendant son discours. Je dois dire que parmi tous les chefs des partis politiques ici, il est celui qui parle le plus souvent de moi. C'est vraiment flatteur et tout un compliment.
Nous avons commencé ce débat depuis une bonne demi-heure. Le député de Banff—Airdrie a pris la parole pour parler des problèmes qui le préoccupent. Le NPD lui a posé une question très directe, que j'ai bien aimée. On lui a demandé ce qu'il ferait à ce sujet, et il n'a pas répondu à la question. Puis le chef de l’opposition a pris la parole pendant 10 minutes et il a parlé de sa vision du problème, mais sans proposer la moindre solution.
Je crois que je vais donner au chef de l’opposition l'occasion de répondre à la question du NPD: qu'est-ce qu'il ferait différemment? Il ne devrait pas nous parler des plans; il devrait nous dire ce qu'il ferait concrètement pour remédier à la situation.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 18:55 [p.6837]
Mr. Speaker, it is hard to not acknowledge the member for Kingston and the Islands because Canadians should know that he is the only who has generally showed up here over the last few months.
Monsieur le Président, il est difficile de ne pas parler du député de Kingston et les Îles, parce que les Canadiens doivent savoir qu'il était en général le seul présent ici au cours des derniers mois.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 18:58 [p.6838]
Thank you, Mr. Speaker. It is nice to have that clarity from you.
In response to the member's question, in November I asked for a call from the Prime Minister. The call became famous because the Prime Minister released a summary of the call with the opposition leader an hour before the call took place. That famous call is when I proposed a number of measures for the incoming Biden administration, particularly with respect to North American energy security and independence, which both relate to critical pipeline networks and the electricity grid.
The Prime Minister did very little with that, but that was my recommendation at the time. I also made our case to the governor of Michigan through a contact I had in the governor's office. As opposition leader, as much as I would like to lead in the absence of leadership, I cannot action our diplomats. However, I can say we are there to fight, and part of the reason we brought forward this emergency debate tonight is the months of inaction by the government.
Hopefully they will see this debate, whether live or virtually, as we said earlier, and act. It is time to stand up for those workers.
Merci, monsieur le Président. C'est agréable d'obtenir des précisions de votre part.
En réponse à la question du député, en novembre, j'ai demandé d'avoir une conversation téléphonique avec le premier ministre. Cette conversation est devenue célèbre parce que le premier ministre en a publié un résumé une heure avant qu'elle n'ait lieu. C'est lors de cette fameuse conversation que j'ai proposé un certain nombre de mesures pour la nouvelle administration Biden, notamment en ce qui concerne la sécurité et l'indépendance énergétiques de l'Amérique du Nord, qui sont toutes deux liées aux réseaux de pipelines essentiels et au réseau électrique.
Le premier ministre n'a pas fait grand-chose à ce sujet, mais c'était ma recommandation à ce moment-là. J'ai également plaidé notre cause auprès de la gouverneure du Michigan par l'intermédiaire d'une connaissance qui travaille au bureau de la gouverneure. En tant que chef de l'opposition, bien que j'aimerais diriger en l'absence de leadership, je ne peux pas ordonner à nos diplomates d'agir. Je peux toutefois dire que nous sommes là pour nous battre et que c'est partiellement en raison des mois d'inaction du gouvernement que nous avons demandé un débat d'urgence ce soir.
Espérons qu'ils verront ce débat, que ce soit en direct ou virtuellement, comme nous l'avons dit plus tôt, et qu'ils agiront. Il est temps de défendre ces travailleurs.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 19:00 [p.6838]
Mr. Speaker, I was pleasantly surprised by what the opposition leader said at the beginning of his intervention.
He said that—
Monsieur le Président, j'ai été agréablement surpris par le chef de l'opposition au début de son intervention.
Il a dit que...
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 19:00 [p.6838]
As I was saying, I was pleasantly surprised by the opposition leader, who started off by saying that Enbridge's Line 5 transports half the oil consumed in Quebec. The reason I was pleasantly surprised is that, throughout the last election campaign, when the subject of the energy corridor came up, the Conservatives were at pains to say that Quebeckers did not consume any Alberta oil. Well, that is totally false, and now the matter is settled. I think today's Conservative Party leader might not agree with the person who was at the head of the Conservative Party during the last election campaign.
I now have a simple question for the opposition leader. Does what we are seeing now with Enbridge's Line 5 suggest that we should be thinking about our energy transition? Now that he has accepted the need for carbon pricing, is he ready to acknowledge that we have to give some thought to the energy transition?
Je disais donc que j'ai été agréablement surpris par le chef de l'opposition. Au début de son discours, il a dit que plus de la moitié du pétrole consommé au Québec y était acheminé par la canalisation 5 d'Enbridge. Ce qui m'a agréablement surpris, c'est que, pendant toute la dernière campagne électorale, les conservateurs se sont évertués à dire — en parlant du couloir énergétique — que les Québécois ne consommaient pas de pétrole en provenance de l'Alberta. Cela est donc complètement faux et nous venons de vider cette fameuse question. Je pense que le chef du Parti conservateur d'aujourd'hui ne s'entend pas avec celui qui dirigeait le Parti conservateur lors de la dernière campagne électorale.
J'ai maintenant une question simple pour le chef de l'opposition. Ce qu'on voit aujourd'hui avec la canalisation 5 d'Enbridge ne démontre-t-il pas qu'il faut réfléchir à la transition énergétique? Maintenant qu'il a reconnu que l'on devait mettre un prix sur le carbone, serait-il prêt à reconnaître qu'il faut réfléchir à la transition énergétique?
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 19:01 [p.6838]
Mr. Speaker, I am very surprised by the hon. member's question because the Bloc Québécois is not a party that defends blue-collar workers in the regions nor is it a party that listens to farmers who need propane and other energy sources. The Bloc Québécois is a party that opposes energy sector jobs and farmers. It defends the interests of big cities.
I am proud of our team because three weeks ago, I launched an innovative climate change policy that is ready to reduce greenhouse gas emissions while protecting the jobs of Canadians in the regions, in the west, in Ontario and across the country. That is why we need to win the next election, for the regions of Quebec.
Monsieur le Président, je suis très surpris de la question du député parce que le Bloc québécois n'est ni un parti qui défend les travailleurs cols-bleus en région, ni un parti à l'écoute des agriculteurs qui ont besoin de propane et d'autres sources d'énergie. Le Bloc québécois est un parti qui s'oppose aux emplois dans le secteur énergétique et aux agriculteurs. Il défend les intérêts des grandes villes.
Je suis fier de notre équipe parce qu'il y a trois semaines, j'ai lancé une politique sur les changements climatiques innovante et prête à réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en protégeant les emplois des Canadiens et des Canadiennes en région, dans l'Ouest, en Ontario et partout au pays. C'est pourquoi nous devons gagner les prochaines élections, pour les régions du Québec.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-06 19:03 [p.6838]
Mr. Speaker, I ask the hon. member if he is familiar with why the people of Michigan do not trust the idea that a pipeline built by Enbridge in 1953 will not spill. Has he not heard of the July 2010 spill, when Enbridge's negligence led to the most expensive pipeline spill in U.S. history? Where was that? It was in Michigan.
This is about pipeline pollution. It is not about trying to stop a pipeline that gets goods to market. We need to find an alternative to get those goods to market and allow the government of Michigan to keep a campaign promise to protect the Great Lakes.
Monsieur le Président, je demande au député s'il sait pourquoi les citoyens du Michigan ne croient pas qu'un pipeline construit par Enbridge en 1953 ne causera pas de déversement. N'a-t-il pas entendu parler du déversement de juillet 2010, alors que la négligence d'Enbridge a entraîné le déversement de pipeline le plus coûteux de l'histoire des États-Unis? Où cela s'est-il produit? C'était au Michigan.
Il s'agit de pollution causée par les pipelines, et non d'une tentative de fermer un pipeline qui achemine des produits vers les marchés. Nous devons trouver une autre façon de les acheminer pour permettre au gouvernement du Michigan de tenir sa promesse électorale visant à protéger les Grands Lacs.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-06 19:03 [p.6838]
Mr. Speaker, I am surprised to hear the former leader of the Green Party, the member for Saanich—Gulf Islands, encouraging more transport of hydrocarbons by rail and by truck. We know how that has gone in Lac-Mégantic. We know how that is actually worse for the environment because all of those sources emit greenhouse gases, so that is not a plan.
This is the trouble with the ideological left and I include the government in that group of parties there. They are against everything and they have no real ideas or credibility on how to actually reduce emissions while keeping hundreds of thousands of Canadians employed, how to innovate and how to lower carbon intensity. People cannot just shut down everything. When someone is part of a party, whether the Bloc Québécois or the Green Party, that will never be in government, they can live in fantasy.
However, when one is in government, like this government, for almost six years, its fantasy is dividing this country, it is making us less prosperous and when they cannot even defend a pipeline that has operated safely for years and we have to bring an emergency debate about it, that shows that this tired, incompetent government needs to go.
Monsieur le Président, je suis étonné d'entendre l'ancienne cheffe du Parti vert, la députée de Saanich—Gulf Islands, encourager l'accroissement du transport d'hydrocarbures par train et par camion. Nous savons comment cela s'est terminé à Lac-Mégantic. Nous savons que c'est pire pour l'environnement en raison de toutes les émissions de gaz à effet de serre, alors ce n'est pas une bonne idée.
C'est ce qui cloche avec l'idéologie de gauche, et j'inclus le gouvernement dans ce groupe. Ils s'opposent à tout, mais ils n'ont pas de véritable solution ni de crédibilité quand vient le temps de réduire les émissions tout en permettant à des centaines de milliers de Canadiens de conserver leur emploi, quand vient le temps d'innover ou de réduire l'intensité des émissions de carbone. On ne peut pas se contenter de tout fermer. Quand on est membre d'un parti qui ne formera jamais le gouvernement, comme le Bloc québécois ou le Parti vert, on peut se permettre de vivre dans un monde imaginaire.
Par contre, les idées fantaisistes du gouvernement actuel, qui est au pouvoir depuis presque six ans, divisent le pays et le rendent moins prospère. Quand le gouvernement n'arrive même pas à défendre un pipeline qui fonctionne de façon sécuritaire depuis des années et que nous devons tenir un débat d'urgence pour en discuter, cela montre bien que ce gouvernement fatigué et incompétent doit être remplacé.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I am addressing this House from my home on the island of Newfoundland, which is the ancestral homeland of the Mi'kmaq and Beothuk peoples, and it is also one of Canada's three proud oil-producing provinces.
The importance of our oil and gas industry is not lost on me. The hard-working men and women who work in it are not lost on me. Every day I can see supply ships heading right out from the harbour here in St. John's, right through the narrows and out to the rigs over 300 kilometres from shore. Indeed, my province relies more on oil revenue than even Alberta or Saskatchewan.
I know that this debate is very important. It is about energy security; Canada's energy security, the United States' energy security and North America's energy security. That is precisely what Line 5 is and the Government of Canada takes this issue very seriously. I take this issue very seriously.
The opposition have claimed in the media and again in this House, and they will continue to say, that we have done nothing on this issue. That we sat on our hands, that we do not take this issue seriously, but that could not be further from the truth. It is misleading, it is irresponsible and it is politically self-serving. Leave it to the members of the official opposition to play partisan politics and seek to score some cheap political points on the backs of working Canadians, of Canadian oil and gas workers, and of Canadians who just want to heat their homes.
We cannot solve this issue with false bravado by beating our chests while simultaneously sticking our heads in the sand, like the members opposite so often do, by calling people who disagree with them brain-dead. That bombastic approach does a great disservice for our oil and gas workers and it does nothing to advance their cause. We are better than that and we owe it to the workers in the industry to be better than that.
These workers built this country. We are the fourth-largest producer of oil and gas in the world. We have the third largest reserves. We do not get there without the people behind it. This is our number one export, one of our biggest industries.
Tonight's emergency debate allows us to focus on something very important, something we do not see enough in Canadian politics. I am talking about the “Team Canada” spirit that unites the political parties, government and the private sector, in support of a critical piece of North American energy infrastructure, specifically a relatively small section of Enbridge Line 5. This section extends 7.2 kilometres across the Straits of Mackinac, a waterway between Lake Huron and Lake Michigan.
I will say to this House what I have said to members of the committee: Shutting down Line 5 would have profound consequences for Canada and the United States. It is a critical energy and economic link. The heating of Canadian homes, the flying of Canadian jets, the operation of Canadian refineries in Sarnia, in Montreal, in Lévis, are non-negotiable. The jobs of those workers are non-negotiable: the 5,000 direct jobs and the 23,000 indirect jobs in the Sarnia region and the thousands of jobs in Quebec.
We have been clear from the start. We would leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We have been looking at all of our options. We are working at the political level. We are working at the diplomatic level. We are working at the legal level. It is a full-court press.
We raised Line 5 directly with the President of the United States and members of his cabinet during the virtual Canada-U.S. summit in February. The Prime Minister also raised the critical importance of North American energy security in conversation with Vice President Harris.
I raised the issue with U.S. Energy Secretary Jennifer Granholm in our very first call. I was frank and unequivocal in expressing how significant this issue was for Canada. The Minister of Transport raised Line 5 with his counterpart, Transport Secretary Buttigieg, whose department oversees the Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration, the U.S. federal regulator for pipelines, which has consistently stated that Line 5 is safe. The Minister of Foreign Affairs raised this issue with his counterpart, Secretary of State Blinken. Ambassador Hillman has been making the case directly to Governor Whitmer. Meanwhile, in Detroit and in Lansing, Consul General Joe Comartin has been making the case to state lawmakers and members of the Whitmer administration.
Let me take this opportunity to thank Governor Whitmer, Consul General Joe Comartin in Detroit, the team at the Canadian embassy in Washington and all of our diplomats who have been engaging on this issue in Washington, Detroit and Lansing who defend Canada's interests there every day.
I have been speaking continually with Enbridge, as has my office. We are doing what we can to support them. I have also been speaking with labour, with the Canada's Building Trades Unions, the International Union of Operating Engineers and the Canadian Labour Congress. Every day, we are working hard on this issue.
I have spoken with the member for Sarnia—Lambton, with Sarnia Mayor Mike Bradley, given the criticality of this issue for the Sarnia region. Just before this debate tonight, I spoke with my counterparts in Quebec, Saskatchewan and Alberta, Ministers Julien, Eyre and Savage, as well as Alberta's special representative in D.C., a former member of this House, James Rajotte. I will be speaking with Ontario Minister Rickford soon as well.
We have been in constant communication on this issue since the fall. We have set up an officials-level working group to make sure we stay aligned and that we work together. It has been, and it will continue to be, a team Canada approach. Line 5 does not just affect one province, it supports this entire country. In the face of external challenges to our energy security, Canadians expect, rightfully, that their governments, federal and provincial, politicians of all stripes, act as one, to be united, and united we are.
MPs and senators in the Canada-United States Inter-Parliamentary Group held 23 virtual meetings with U.S. congressional lawmakers during a blitz of advocacy in March, raising Line 5 in every one of those meetings.
Look no further than to the special committee on the economic relationship between Canada and the United States that this House unanimously voted to create. I appeared before the committee, as did some of my colleagues. I would like to take a moment to thank the members of that committee for their efforts. I suspect we will be hearing more from them tonight.
There was no daylight between parties on the issue. The committee unanimously agreed that Line 5 is a significant aspect of Canada's economic relationship with the United States. The committee unanimously agreed, as their first recommendation, that the government should encourage Enbridge and the State of Michigan to resolve the dispute through a mediated settlement.
We know full well the economic impacts that a shutdown would have in this country. I have already mentioned the jobs, but it bears repeating. It is 5,000 direct jobs in Sarnia, 23,000 indirect jobs in the region, thousands more in Montreal and Lévis, 53% of Ontario's crude oil supply, four refineries depend on Line 5, all of the jet fuel for Pearson International Airport, 66% of Quebec's crude oil supply via Line 9, Suncor's refinery in Montreal and Valero's refinery in Lévis.
The United States depends on Line 5 as much as we do. No two other countries in the world have their energy sectors as closely intertwined as we do, 70 pipelines, nearly three dozen transmission lines, right across the border. A shutdown would have negative impacts on Michigan and the Great Lakes Region, to put it mildly. Sixty-five percent of the propane needs of Michigan's upper peninsula come from Line 5; 55% of state-wide propane needs come from Line 5. Michiganders heat their homes with the product that it delivers. In fact, when we saw extreme cold weather events wreak havoc on power grids in Texas, Michigan was protected from the same circumstances because of Line 5.
There are thousands of jobs at refineries in Ohio, Pennsylvania and Michigan that are at risk should Line 5 shut down. It supplies Marathon's refinery in Detroit. It supplies PBF Energy and bp-Husky refinery in Toledo, Ohio, refineries that have said they have very limited alternatives and would need to close down. Thousands of direct and contracted skilled trades jobs are at risk, and a loss of $5.4 billion in annual economic output. Line 5 powers Detroit's auto industry. It flies jets from Detroit Metro Airport.
Its impact cannot be overstated. It would cause a combined shortage of 14.7 million gallons a day in the region. Michigan, alone, would face a 756,000-gallon a day propane shortage.
We are hopeful that the court-ordered mediation process unfolding between Enbridge and the State of Michigan will yield a local solution. To the opponents of Line 5, I ask, “What is the alternative?”
The reality is that those energy molecules will still get to market, people will not be left out in the cold. As I have said, that is non-negotiable. The demand for the 540,000 barrels a day of oil that Line 5 transports will not go away.
We can either use a pipeline that is demonstrably safe, is efficient, is economical and, as a piece of critical infrastructure, is itself low-emitting, or be forced to put oil on trains, on trucks and on marine transport. It would take 800 rail cars and 2,000 trucks a day just in Canada. In the United States, the number of extra trucks needed could be up to 15,000 a day. That is unquestionably less safe and would increase emissions.
We do not need more trucks on the road jamming up the 401 and 403 in the GTA or the 40 in Montreal, or jamming up our already congested border crossings. Those idling trucks would be releasing their emissions in Governor Whitmer's back yard, in Michigan, while they waited to cross the border.
Let me be crystal clear. The protection of the environment of the Great Lakes is of vital importance. I do not think anybody in the House disagrees with that. The reality of the situation is that Line 5 is safe. It has been safe for 65 years, operating in the Straits of Mackinac without incident.
Enbridge is committed to making a safe line even safer. It has proposed the Great Lakes tunnel project, which would take the pipeline off the lake-bed floor and house it in a cement tunnel underneath the lake-bed, protecting it from anchor strikes and protecting the Great Lakes.
This is exactly what Michigan was looking for, and Michigan continues to issue permits to allow the project to proceed. As I said, we are looking at all our options. We are ready to intervene at precisely the right moment.
The 1977 Transit Pipeline Treaty remains in effect and we have other legal tools we can avail ourselves of should the situation require it, but let me reiterate we are encouraged by the mediation process that is unfolding and we encourage Enbridge and the State of Michigan to reach a local solution that maintains the integrity of North American energy security.
We are taking the same approach members of the Special Committee on the Economic Relationship Between Canada and the United States have asked us to, and the same approach Alberta, Saskatchewan, Quebec and Ontario have urged us to. It is an approach that says diplomacy first. It is an approach that says team Canada, with collaboration at the forefront with provincial governments and stakeholders.
Make no mistake about it, this is an irritant in the Canada-U.S. relationship, just as President Biden's decision on Keystone XL was deeply disappointing and hurt our workers, and just as the countervailing and anti-dumping duties on softwood lumber are unfair, unjustified, unwarranted and hurt our forestry workers. However, we cannot lose sight of the great opportunities and possibilities of the Canada-U.S. relationship.
There are opportunities to make this relationship even stronger, and it is a relationship that is bigger than one project or one piece of energy infrastructure. This new administration is more aligned with the goals of the Government of Canada than ever before, and not just with our goals. It is more aligned now with the goals of the governments of Alberta and Saskatchewan than ever before. It is aligned on leaving no worker behind and putting workers at the forefront of building a low-emissions energy future. It is aligned on tackling the greatest challenge of our generation, which is the reality of climate change. It is aligned on securing North American energy security through the protection of critical energy infrastructure and resilient supply chains free of geopolitics.
The U.S. wants to work with us on critical minerals because we have 13 of the 35 minerals it deems essential, and we want to ensure resilient supply chains that prevent Chinese dominance. It wants to work closely with us on CCUS, speaking with a unified voice and seeing it as an opportunity to have oil and gas workers lead decarbonization efforts.
The Prime Minister and President Biden agreed in their February summit to work together to build our economies back better as we confront the climate crisis. North American energy security is a big part of this, and this was spelled out in their joint “Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership”. This formal document recognized the important economic and energy security benefits of the bilateral energy relationship and its highly integrated infrastructure.
The “Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership” presents us with a plan to protect our highly integrated energy infrastructure, such as Line 5, to maintain the security and resilience of supply chains like that of Canadian crude heading south.
It is a plan to renew and strengthen existing bilateral agreements on critical minerals, advance nature-based climate solutions, harmonize standards and regulations to increase competitiveness and provide an even playing field for our companies.
It is about people. It is about workers and ensuring that no worker is left behind, making sure that energy-producing regions or provinces such as mine are not left behind. We need the ingenuity, the determination and the hard work of our energy workers in our energy-producing provinces to build up our low-emissions energy future.
Let me conclude with where I began. This is an issue that impacts all of Canada. This government takes the issue of Line 5 and Canada's energy security very seriously. We have put forward a team Canada approach, working with the provinces, with Enbridge, with the unions and with the House. We are leaving no stone unturned in defending Canada's energy security and the workers who built this country.
Monsieur le Président, je prends la parole à la Chambre à partir de chez moi, sur l'île de Terre-Neuve, qui est le territoire ancestral des Micmacs et des Béothuks, ainsi que l'une des trois fières provinces canadiennes productrices de pétrole.
L'importance de l'industrie des hydrocarbures ne m'échappe pas. Les vaillants travailleurs de cette industrie ne m'échappent pas non plus. Chaque jour, je peux voir des navires de soutien sortir du port de St. John's, passer par le détroit et naviguer vers les plateformes situées à plus de 300 kilomètres de la côte. Ma province dépend effectivement plus des recettes du pétrole que l'Alberta ou la Saskatchewan.
Je sais que le présent débat est très important. Il est question de sécurité énergétique, de la sécurité énergétique du Canada, des États-Unis et de l'Amérique du Nord. C'est précisément la raison d'être de la canalisation 5, et le gouvernement du Canada prend cette question très au sérieux. Je prends moi aussi cette question très au sérieux.
L'opposition a affirmé dans les médias et de nouveau à la Chambre — et elle continuera à le répéter — que nous n'avons rien fait dans ce dossier, que nous nous sommes croisé les bras, que nous ne prenons pas cette question au sérieux. Or, rien ne saurait être plus loin de la vérité. Ce sont des déclarations trompeuses, irresponsables et politiquement motivées. Laissons aux députés de l'opposition officielle le soin de faire de la politique partisane et de chercher à marquer des points politiques faciles sur le dos des travailleurs canadiens, notamment du secteur pétrolier et gazier, et des Canadiens qui veulent simplement chauffer leur maison.
Nous ne pouvons pas résoudre ce problème par une fausse bravade, en bombant le torse tout en faisant l'autruche, comme le font si souvent les députés d'en face, lorsqu'ils traitent de décérébrés ceux qui ne sont pas d'accord avec eux. Cette approche grandiloquente rend un bien mauvais service aux travailleurs du secteur pétrolier et gazier et ne contribue en rien à faire avancer leur cause. Nous valons mieux que cela et nous devons aux travailleurs de l'industrie de faire mieux.
Ces travailleurs ont bâti ce pays. Le Canada est le quatrième producteur d'hydrocarbures au monde. Ses réserves sont les troisièmes en importance. Nous ne pouvons pas obtenir de tels résultats sans les gens qui y contribuent. C'est notre principale exportation, l'une de nos plus grandes industries.
Le débat d'urgence de ce soir nous permet de mettre l'accent sur quelque chose de très important. C'est quelque chose que l'on ne voit pas assez dans la politique canadienne. Je parle de l'esprit « Équipe Canada » qui unit les partis politiques, le gouvernement et le secteur privé, à l'appui d'un élément essentiel à l'infrastructure énergétique nord-américaine, plus précisément à une portion relativement courte de la canalisation 5 d'Enbridge. Cette portion, qui s'étend sur 7,2 kilomètres le long du lac dans le détroit de Mackinac. Il s'agit d'une voie navigable entre le lac Huron et le lac Michigan.
Je répète ce soir ce que j'ai dit au comité: la fermeture de la canalisation 5 aurait de graves conséquences pour le Canada et pour les États-Unis. Il s'agit d'un lien économique et énergétique de premier plan. Le pétrole qu'il achemine sert à chauffer nos chaumières, à faire voler nos avions et à faire tourner les raffineries de Sarnia, de Montréal et de Lévis, toutes des choses qui sont non négociables. Les emplois qui y sont associés ne le sont pas non plus, car on parle ici de 5 000 emplois directs et de 23 000, indirects, seulement dans la région de Sarnia, et de plusieurs milliers d'autres au Québec.
Nous avons fait connaître notre position dès le départ: nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique des Canadiens. Toutes les options sont sur la table. Nous poursuivons autant la voie politique, que diplomatique ou juridique. Nous avons sorti l'artillerie lourde, quoi.
Nous avons abordé le dossier de la canalisation 5 directement avec le président des États-Unis et les membres de son cabinet lors du sommet canado-américain qui s'est tenu en mode virtuel, en février dernier. Le premier ministre a aussi évoqué l'importance de la sécurité énergétique sur le territoire nord-américain dans ses conversations avec la vice-présidente Harris.
Moi-même, j'ai abordé la question avec la secrétaire à l'Énergie des États-Unis, Jennifer Granholm, lors de notre toute première conversation téléphonique. J'ai été franc avec elle et je lui ai expliqué sans détour à quel point ce dossier est important pour le Canada. Le ministre des Transports a parlé de la canalisation 5 à son homologue, le secrétaire aux Transports Buttigieg, dont relève l'organisme fédéral américain qui régit les pipelines, la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration. Or, cet organisme a toujours affirmé que la canalisation 5 ne présente aucun danger. Le ministre des Affaires étrangères a évoqué ce dossier avec son homologue, le secrétaire d'État Blinken. L'ambassadrice Hillman a abordé la question de front avec la gouverneure Whitmer. Pendant ce temps, à Detroit et à Lansing, le consul général Joe Comartin a multiplié les contacts avec les législateurs du Michigan et les membres du gouvernement Whitmer.
J'en profite d'ailleurs pour remercier la gouverneure Whitmer, le consul général à Detroit, Joe Comartin, l'équipe de l'ambassade du Canada à Washington et tous les diplomates canadiens qui ont soulevé la question, que ce soit à Washington, à Detroit ou à Lansing, et qui saisissent toutes les occasions de défendre les intérêts du Canada.
J'ai été en communication continue avec Enbridge, tout comme mon bureau. Nous faisons ce que nous pouvons pour soutenir cette société. J'ai également discuté avec des syndicats, soit les Syndicats des métiers de la construction du Canada, l'Union internationale des opérateurs de machines lourdes et le Congrès du travail du Canada. Chaque jour, nous travaillons fort sur le dossier.
Étant donné le caractère critique de la question pour la région de Sarnia, j'ai parlé avec la députée de Sarnia—Lambton et le maire de Sarnia, Mike Bradley. Juste avant le débat de ce soir, j'ai parlé avec mes homologues du Québec, de la Saskatchewan et de l'Alberta, les ministres Julien, Eyre et Savage, ainsi qu'avec le représentant spécial de l'Alberta à Washington, un ancien député de la Chambre, James Rajotte. Je vais aussi m'entretenir bientôt avec le ministre Rickford de l'Ontario.
Nous sommes en communication continue concernant le dossier depuis l'automne dernier. Nous avons mis sur pied un groupe de travail composé de fonctionnaires pour travailler ensemble sur un objectif commun. Nous avons une approche Équipe Canada et nous allons continuer dans cette voie. La canalisation 5 ne concerne pas seulement une province, elle concerne tout le pays. Face aux difficultés externes qui menacent la sécurité énergétique nationale, les Canadiens s'attendent, à juste titre, à ce que les gouvernements, fédéral et provinciaux, ainsi que les politiciens de toutes allégeances, travaillent ensemble et qu'ils fassent front commun, et c'est ce que nous faisons.
Les députés et les sénateurs qui siègent au Groupe interparlementaire Canada-États-Unis ont organisé 23 rencontres virtuelles avec les législateurs du Congrès des États-Unis dans le cadre d'une campagne éclair de défense des intérêts, au mois de mars. La canalisation 5 a été soulevée dans chacune de ces rencontres.
Que l'on prenne aussi l'exemple du comité spécial proposé sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis qui a été créé à la suite d'un vote dans cette enceinte. Moi-même ainsi que d'autres collègues avons témoigné devant ce comité. J'aimerais prendre le temps de remercier les membres de ce comité pour leur valeureux travail. Je ne serai pas surpris d'entendre certains membres du comité ce soir.
Toutes les parties se sont entendues sur la question. Le comité a décidé à l'unanimité que la canalisation 5 est un aspect considérable de la relation économique entre le Canada et les États-Unis. Les membres du comité ont décidé à l'unanimité que la première recommandation est d'encourager Enbridge et l'État du Michigan à résoudre le conflit au moyen d'une entente à l'aide d'un médiateur.
Nous savons pertinemment quel sera l'impact pour l'économie canadienne si la canalisation 5 était fermée. J'ai déjà parlé des emplois, mais cela vaut la peine de le répéter. On parle de 5 000 emplois directs à Sarnia, de 23 000 emplois indirects dans la région, et de milliers d'autres emplois à Montréal et à Lévis. La canalisation 5 fournit 53 % du pétrole brut de l'Ontario, et quatre raffineries en dépendent, de même que tout le carburéacteur pour l'aéroport international Pearson, 66 % du pétrole brut pour le Québec via la canalisation 9, et les raffineries Suncor à Montréal et Valero à Lévis.
Les États-Unis dépendent de la canalisation 5 autant que nous. Il n'y a pas deux pays au monde dont les secteurs énergétiques sont aussi étroitement liés que les nôtres. En effet, 70 pipelines et près de trois douzaines de lignes de transmission traversent notre frontière. Une fermeture aurait des effets négatifs sur la région du Michigan et des Grands Lacs, c'est le moins qu'on puisse dire. La canalisation 5 répond à 65 % des besoins en propane de la péninsule supérieure du Michigan et à 55 % des besoins en propane de tout l'État. Les gens du Michigan chauffent leur maison avec les produits qu'elle transporte. En fait, lorsque les réseaux électriques du Texas ont été ravagés par les périodes de grand froid, le Michigan a évité le même sort grâce à la canalisation 5.
La fermeture de la canalisation mettrait en péril des milliers d'emplois dans les raffineries de l'Ohio, de la Pennsylvanie et du Michigan. Elle alimente la raffinerie Marathon de Detroit. Elle approvisionne les raffineries de PBF Energy et bp-Husky à Toledo, en Ohio, des raffineries qui disent avoir très peu d'options et qu'elles seraient obligées de fermer. Des milliers d'emplois directs et de sous-traitants dans les métiers spécialisés sont menacés et on prévoit une perte annuelle de production économique se chiffrant à 5,4 milliards de dollars. La canalisation 5 alimente l'industrie automobile de Detroit et fait voler les aéronefs de l'aéroport du Grand Detroit.
On ne saurait surestimer son impact. Elle causerait un manque combiné de 14,7 millions de gallons par jour dans la région. Au Michigan seulement, on ferait face à un manque de 756 000 gallons de propane par jour.
Nous avons bon espoir que le processus de médiation ordonné par le tribunal, processus auquel participent actuellement Enbridge et l'État du Michigan, mène à une solution locale. Quant aux opposants de la canalisation 5, je leur demanderais ceci: « Quelle est la solution de rechange? »
En réalité, ces molécules d'énergie continueront de se rendre jusqu'aux marchés. Les gens ne seront pas laissés pour compte. Comme je l'ai dit, c'est non négociable. Les 540 000 barils de pétrole que la canalisation 5 achemine chaque jour répondent à une demande, et cette demande ne disparaîtra pas.
Nous pouvons soit utiliser un pipeline que nous savons être une infrastructure essentielle, sécuritaire, efficace et économique, soit être forcés de transporter le pétrole par train, par camion ou par bateau. Il faudrait 800 wagons et 2 000 camions par jour seulement au Canada. Aux États-Unis, jusqu'à 15 000 camions supplémentaires pourraient être requis chaque jour. Ce serait décidément un mode de transport moins sécuritaire, qui augmenterait les émissions.
Nous ne voulons pas que d'autres camions viennent alourdir la circulation sur la 401 et la 403 dans le Grand Toronto ou sur l'autoroute 40 à Montréal, ou congestionner les postes frontaliers déjà débordés. En tournant au ralenti pendant leur attente au poste frontalier, ces camions produiraient des émissions de gaz à effet de serre qui iraient dans la cour de la gouverneure Whitmer, au Michigan.
Je tiens à être absolument clair. La protection de l'environnement des Grands Lacs est d'une importance cruciale. Aucun député ne dirait le contraire, je crois. Le fait est que la canalisation 5 est sécuritaire. Elle fonctionne de façon sécuritaire depuis 65 ans, sans le moindre incident dans le détroit de Mackinac.
Enbridge est déterminée à rendre une canalisation sûre encore plus sûre. Elle a proposé le projet de tunnel des Grands Lacs, qui permettrait d'enlever la canalisation qui repose sur le lit du lac pour l'encastrer dans un tunnel en béton enfoui au fond du lac. Ce projet protégerait la canalisation contre les coups d'ancres et protégerait les Grands Lacs.
C'est exactement le type de solution que le Michigan cherchait, et l'État continue à délivrer des permis pour permettre l'avancement du projet. Comme je l'ai dit, nous examinons toutes nos options. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun.
Le Traité sur les pipe-lines de transit de 1977 est toujours en vigueur, et nous pouvons avoir recours à d'autres outils juridiques si la situation l'exige. J'insiste toutefois sur le fait que nous sommes encouragés par le processus de médiation qui a cours. Nous incitons Enbridge et l'État du Michigan à arriver à une solution locale qui maintiendra l'intégrité de la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord.
Nous adoptons l'approche que le Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis nous a demandé de suivre. L'Alberta, la Saskatchewan, le Québec et l'Ontario nous ont exhortés à adopter cette même approche. Il s'agit de d'abord faire appel à la diplomatie. C'est une approche Équipe Canada, qui place la collaboration avec les gouvernements provinciaux et les intervenants à l'avant-plan.
Il ne faut pas s'y méprendre, c'est un point de friction dans la relation entre le Canada et les États-Unis, tout comme la décision du président Biden à l'égard du projet de pipeline Keystone XL, qui est extrêmement décevante et nuisible aux travailleurs canadiens, ainsi que les droits compensateurs et les droits antidumping injustes et injustifiés à l'égard du bois d'œuvre, qui nuisent à travailleurs forestiers canadiens. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue les possibilités exceptionnelles que nous offre la relation entre le Canada et les États-Unis.
Nous avons des occasions de renforcer davantage cette relation qui va bien au-delà d'un seul projet ou d'un élément d'infrastructure énergétique. Les objectifs de cette nouvelle administration sont plus que jamais compatibles avec ceux du gouvernement du Canada, mais aussi avec ceux des gouvernements de l'Alberta et de la Saskatchewan. Nous avons en commun de ne pas vouloir abandonner les travailleurs et de vouloir les placer au cœur des efforts pour créer un avenir axé sur les énergies à faibles émissions. Nous avons en commun de vouloir relever le plus grand défi de notre génération, c'est-à-dire la lutte contre les changements climatiques. Nous avons en commun de vouloir assurer la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord en protégeant les infrastructures énergétiques essentielles et d'établir des chaînes d'approvisionnement résilientes qui ne soient pas soumises aux aléas de la géopolitique.
Les États-Unis veulent collaborer avec nous dans le domaine des minéraux critiques parce que nous avons 13 des 35 minéraux qu'ils jugent essentiels, et nous voulons assurer la résilience des chaînes d'approvisionnement pour empêcher la domination chinoise. Ils souhaitent collaborer étroitement avec nous en ce qui concerne le captage, l'utilisation et le stockage de carbone et parler d'une seule voix sur cette question. Ils voient cela comme l'occasion pour les travailleurs du secteur pétrolier et gazier de diriger les efforts de décarbonisation.
Lors de leur sommet en février, le premier ministre et le président Biden ont convenu de travailler ensemble pour rebâtir en mieux nos économies tandis que nous luttons contre la crise climatique. La sécurité énergétique de l'Amérique du Nord joue un rôle déterminant à cet égard, ce qui a été expliqué bien clairement dans la Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis–Canada. Ce document officiel reconnaît les avantages considérables que revêtent pour l'économie et la sécurité énergétique ces relations énergétiques bilatérales et notre infrastructure hautement intégrée.
La Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis–Canada présente un plan pour protéger notre infrastructure énergétique hautement intégrée, y compris la canalisation 5, afin de préserver la sécurité et la résilience des chaînes d'approvisionnement, comme celle du pétrole brut canadien destiné aux États-Unis.
C'est un plan pour renouveler et renforcer les accords bilatéraux existants sur les minéraux critiques, promouvoir les solutions climatiques naturelles, harmoniser les normes et les règlements afin d'accroître la compétitivité et avoir des règles du jeu équitables pour nos entreprises.
C'est un plan qui porte sur les gens. Il porte sur les travailleurs. Il vise à faire en sorte qu'aucun d'eux ne soit laissé pour compte, en veillant à ce que les régions productrices d'énergie ou les provinces comme la mienne ne soient pas laissées pour compte. Nous avons besoin de l'ingéniosité, de la détermination et du travail acharné de nos travailleurs de l'énergie dans nos provinces productrices d'énergie pour nous bâtir un avenir basé sur des énergies à faibles émissions.
Permettez-moi de conclure là où j'ai commencé. C'est un enjeu qui a une incidence partout au Canada. Le gouvernement prend la question de la canalisation 5 et de la sécurité énergétique du Canada très au sérieux. Nous avons mis en place une approche Équipe Canada, en travaillant avec les provinces, avec Enbridge, avec les syndicats et avec la Chambre. Nous ne ménageons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada et les travailleurs qui ont bâti le pays.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-06 19:23 [p.6842]
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. minister for his recognition that Line 5 is essential for our economic and energy security. Certainly he knows the serious impact this would have in my riding.
I was fortunate to sit on the Canada-U.S. committee that was in agreement on the seriousness of this issue and made specific recommendations for the government to act on. One of these was that the government should submit an amicus curiae brief, which is due on Tuesday, May 11.
Will the government be submitting such a brief?
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le ministre d'avoir reconnu que la canalisation 5 est essentielle pour la sécurité économique et énergétique du pays. Je suis certain qu'il connaît les impacts que la fermeture de cette canalisation aurait pour ma circonscription.
J'ai eu la chance de faire partie du comité sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis, qui a convenu de la gravité de la situation et fait des recommandations précises sur les actions que le gouvernement devait entreprendre. Une de ces recommandations était que le gouvernement dépose un mémoire d'amicus curiae et la date limite pour ce dépôt est le mardi 11 mai.
Le gouvernement entend-il présenter un tel mémoire?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the hon. member, and I can assure the House, as I have said, that we are looking at all our options and we will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We are working at the political level. We are working at the diplomatic level. We are also working at the legal level, and we will be ready to intervene strategically at precisely the right moment so that we can stand up for energy workers and stand up, frankly, for energy consumers in this country. By looking after both of those, we are standing up for Canada's energy security. People will not be left out in the cold. As I have said, that is non-negotiable.
Monsieur le Président, je peux assurer au député, et à toute la Chambre, que, comme je l'ai dit, nous ne laisserons aucune solution de côté et nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons au niveau politique. Nous travaillons au niveau diplomatique. Nous travaillons également au niveau juridique et nous serons prêts à agir de façon stratégique précisément au moment opportun afin de défendre les travailleurs du secteur de l'énergie et, honnêtement, les consommateurs canadiens. Défendre les travailleurs et les consommateurs signifie que nous défendons la sécurité énergétique du Canada. Nous ne laisserons tomber personne. Comme je l'ai déjà dit, c'est non négociable.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 19:25 [p.6842]
Mr. Speaker, I thank the minister for his speech. He spoke a lot about team Canada. I hope he will be as passionate and energetic about defending the softwood lumber industry in our dispute with the United States as he is about defending the Enbridge pipeline. I will move on.
This crisis is showing us that we may sometimes be unprepared and dependent. One of the solutions to the Enbridge situation could be to work on developing energy independence, which would require a transition. We never hear the minister talk about this. Just today, he announced $24 million towards developing net-zero oil. In my opinion, net-zero oil is like diet poutine. There is no such thing.
My question for the minister is a simple one. Does he not think that the Enbridge dispute shows how much we need to transition to a low-carbon energy economy, an economy that is less dependent on oil?
Monsieur le Président, je remercie le ministre de son discours. Il a parlé abondamment d'Équipe Canada. J'aimerais que le ministre ait autant de passion et autant de vigueur lorsqu'il est temps de défendre l'industrie du bois d'œuvre dans le conflit qu'on a avec les États-Unis que lorsqu'il est temps de défendre la canalisation d'Enbridge. Bref, laissons cela de côté.
Ce que nous démontre la crise actuelle, c'est qu'on est peut-être quelques fois mal préparé et peut-être dépendant. Une des solutions à la situation avec Enbridge pourrait être de développer le concept d'indépendance énergétique qui passe par la transition. On n'entend jamais cela de la bouche du ministre. Même aujourd'hui, il a fait une annonce de 24 millions de dollars pour rendre le pétrole carboneutre. Pour moi, parler de pétrole carboneutre, c'est comme parler d'une poutine pour faire un régime. Pour moi, cela n'existe pas.
Ma question simple au ministre est la suivante: est-ce qu'il ne croit pas que le conflit avec Enbridge nous démontre la nécessité de prendre le tournant d'une économie énergétique à faible empreinte carbone, de prendre le tournant d'une économie qui est moins dépendante du pétrole?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I would say that we cannot simply transition an economy by pulling on the plug of the economy. Line 5 is absolutely essential to shipping crude from Alberta and Saskatchewan, but it is also vital to the energy security of the citizens of Ontario and Quebec.
It has been operating safely for over 60 years, and the improvements that Enbridge is coming forward with would make it even safer by taking the pipeline off the lake-bed and putting it underneath the lake-bed to ensure that it remains safe. We want to make sure that all of these are put in place. A significant transition is happening globally, moving away from conventional sources of energy and moving toward renewables and greener sources of energy, all in a quest to make sure that we lower emissions to meet our Paris targets. Investors are turning that way as well.
However, sudden shocks to ordinary men and women, to the citizens of Quebec, Ontario and to the whole country are not a way to make that transition smooth, nor are they a way to make it easier for Canadians. We have to make sure that the economy is strong in order to make sure that the transition is practical.
Monsieur le Président, je dirais que nous ne pouvons simplement faire une transition économique en éviscérant l'économie. La canalisation 5 est absolument essentielle au transport du pétrole brut provenant de l'Alberta et de la Saskatchewan, mais elle est également vitale pour la sécurité énergétique des citoyens de l'Ontario et du Québec.
Elle fonctionne de manière sûre depuis plus de 60 ans, et les améliorations qu'Enbridge propose d'y apporter la rendraient encore plus sûre en retirant le pipeline du lit du lac pour le faire passer sous le lit du lac. Nous voulons que toutes ces mesures soient mises en place. Une transition importante s'effectue à l'échelle mondiale. On abandonne les sources conventionnelles d'énergie pour adopter les ressources renouvelables et les sources d'énergie plus vertes, tout cela dans le but de réduire les émissions pour atteindre les cibles de l'Accord de Paris. Les investisseurs emboîtent également le pas.
Cela dit, ce n'est pas en faisant subir tout à coup un choc à des hommes et des femmes ordinaires, au Québec, en Ontario et dans le reste du pays que l'on adoucira ou facilitera la transition. Pour que la transition soit pratique, nous devons nous assurer que l'économie est forte.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I was happy that other speakers, including the Leader of the Opposition, mentioned that this is a very different debate about pipelines we are having tonight because this pipeline is not an expansion project. It is not like Keystone XL, Trans Mountain or energy east. This is kind of a status quo pipeline that moves Canadian oil from the west to eastern Canada.
Like those other projects, it involves a credible environmental risk. The minister can say that it is demonstrably safe, but Michigan obviously does not think that. Michigan is concerned about the thinning of the pipeline. It is concerned about the pipeline's supports in the Straits of Mackinac. It is concerned that it has leaked multiple times on land, and it has also witnessed the Line 6B spill into the Kalamazoo River that basically destroyed over 50 kilometres of river. Michigan has had a bad history with these Enbridge pipelines.
If we are going to mediate this and use diplomatic processes to get through this, I would think we would have to demonstrate, beyond the idea of putting the pipeline in a tunnel under the Straits of Mackinac, other measures that would really make this safe and give Michigan the sense that they could trust this project.
What further measures is the federal government working on that would really take the safety of the ecosystem of the Great Lakes into account?
Monsieur le Président, j'ai été heureux que d'autres intervenants, notamment le chef de l’opposition, aient mentionné que c'est un débat très différent sur les pipelines que nous avons ce soir, car ce pipeline n'est pas un projet d'agrandissement du réseau. Ce n'est pas Keystone XL ni Trans Mountain ni Énergie Est. Il y a, en quelque sorte, un statu quo autour de ce pipeline qui transporte le pétrole canadien de l'Ouest vers l'Est du Canada.
Comme ces autres projets, il comporte un risque environnemental crédible. Le ministre peut bien dire qu'il est visiblement sûr, le Michigan ne le pense manifestement pas. Le Michigan s'inquiète de l'amincissement de la paroi du pipeline et des structures de soutien du pipeline dans le détroit de Mackinac. Il s'inquiète du fait que le pipeline a fui à de nombreuses reprises sur terre. Le Michigan a aussi été témoin du déversement de la ligne 6B dans la rivière Kalamazoo, qui a, en gros, détruit plus de 50 kilomètres de rivière. Les pipelines d'Enbridge ne portent pas chance au Michigan.
Si nous voulons arbitrer le litige par des moyens diplomatiques pour trouver une solution, nous devrions proposer des mesures, autres que celle de faire passer le pipeline dans un tunnel sous le détroit de Mackinac, qui seraient vraiment sûres et qui inspireraient confiance au Michigan.
À quelles autres mesures le gouvernement fédéral travaille-t-il qui protégerait vraiment l'écosystème des Grands Lacs?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I am certainly sensitive to the history. The hon. member brings up the history of the Kalamazoo spill. That was quite significant, as has been raised in this House, one of the more significant ones in North America.
It is important to point out, though, that what we are talking about essentially is the pipeline depth or distance in the Straits of Mackinac. That has a safe track record of some 60-plus years. Enbridge has put significant funding aside in order to make sure that stretch of the pipeline is even safer, clearly an acknowledgement of the environmental sensitivity of this area. It is a significant improvement.
If we were to go back in time and perhaps make representation of this to previous administrations or Michiganders who live around that area and say this is the intention, no doubt they would see that as good news. As it is right now, that seems to get lost, but it is very important to remember that what is being proposed here is a significant improvement in safety to an area that, as I said, in the Straits of Mackinac, has gone 60-odd years without incident. However, it is important and absolutely vital that we get that balance between the environment and the economy right. I believe that Enbridge is making the right investments to what is a very sensitive environmental area.
There is no question that there is an economic vitality that exists not only for Alberta and Saskatchewan, but also for Quebec and Ontario. It is vitally important that this issue is top of mind when we talk about energy security on our continent.
Monsieur le Président, je suis certainement sensible à ce qui est arrivé. Le député a fait référence au déversement dans la Kalamazoo. C'était un accident très grave, comme on l'a mentionné à la Chambre, l'un des plus graves du genre en Amérique du Nord.
Il est toutefois important de souligner qu'il est essentiellement question ici de la profondeur ou de la distance de la canalisation dans le détroit de Mackinac, tronçon dont la sécurité est éprouvée depuis plus de 60 ans. Enbridge a mis des fonds importants de côté pour veiller à ce qu'il soit encore plus sûr, ce qui témoigne clairement de la fragilité écologique de ce secteur. C'est une amélioration importante.
Si nous devions reculer dans le temps et faire valoir ce point aux anciennes administrations ou aux résidants de cette région du Michigan et ainsi leur confirmer cette intention, ce serait assurément vu comme une bonne nouvelle. Actuellement, toutefois, on semble en faire abstraction. Mais il est très important de se rappeler que ce qui est proposé est une amélioration importante de la sécurité pour un secteur dans le détroit de Mackinac qui, comme je l'ai dit, n'a connu aucun incident en 60 ans et des poussières. Cela dit, il est important et tout à fait vital de trouver le juste équilibre entre les besoins environnementaux et économiques. Je crois qu'Enbridge fait les bons investissements dans un secteur d'une grande fragilité environnementale.
Il est certain que la vitalité économique non seulement de l'Alberta et de la Saskatchewan, mais aussi du Québec et de l'Ontario, y est intimement liée. Il est donc crucial de garder ce fait à l'esprit quand nous parlons de la sécurité énergétique sur le continent.
View Peter Fragiskatos Profile
Lib. (ON)
View Peter Fragiskatos Profile
2021-05-06 19:31 [p.6843]
Mr. Speaker, it has been interesting listening to the debate tonight. I have to say it is disappointing to hear opposition colleagues, particularly the Conservatives, politicize this issue so often, not always, but quite often. Let us keep in mind that there are thousands of jobs at stake, direct and indirect. Those folks are Conservative, Liberal, NDP and Green supporters. Some do not vote, but they still care passionately about their country and certainly about their families, obviously.
What is the minister's message to those in Sarnia and southwestern Ontario? Those of us who know London will know that Sarnia is just down the road. I want to thank the minister for continuously engaging on this issue, whether it is with local MPs from the southwest or Mayor Bradley, whom I know he has spoken to. What is his message to the people of Sarnia and southwestern Ontario? It is a critical time. We have seen the rhetoric continue to develop in the United States in a negative way. I am looking to hear some reassurances from the minister. I know he has them, because I know how much he cares about this.
Monsieur le Président, je trouve intéressant d'écouter le débat de ce soir. Je dois dire qu'il est décevant d'entendre les collègues de l'opposition, particulièrement les conservateurs, politiser cette question si souvent — pas toujours, mais assez souvent. N'oublions pas qu'il y a des milliers d'emplois en jeu, directs et indirects. Parmi ces gens, on trouve des partisans des conservateurs, des libéraux, des néo-démocrates et des verts. Certains ne votent pas, mais ils se soucient quand même passionnément de leur pays et, chose certaine, de leur famille, bien évidemment.
Quel est le message du ministre aux gens de Sarnia et du Sud-Ouest de l'Ontario? Ceux d'entre nous qui connaissent London savent que Sarnia est tout près. Je tiens à remercier le ministre d'intervenir continuellement dans ce dossier, que ce soit auprès des députés locaux du Sud-Ouest ou du maire Bradley, à qui, je le sais, il a parlé. Quel est son message à la population de Sarnia et du Sud-Ouest de l'Ontario? C'est un moment crucial. Nous avons vu le discours se détériorer aux États-Unis. J'aimerais que le ministre me rassure. Je sais qu'il ne manquera pas de le faire, car je sais à quel point cette question lui tient à cœur.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, my message to them is that we will not them go cold in the winter. We are not just talking about hundreds of thousands of homes in southwestern Ontario; we are talking about hundreds of thousands of homes in Michigan. We are talking about essential jobs and homes in Ohio and Pennsylvania.
I have stood in this House and debated KXL and other pipelines, but this is an existing pipeline that powers and heats homes now, that employs thousands of people now. When we look at the economy of our country and of the United States as we pursue the vital mission of lowering our emissions, it is important that in that process people do not go cold in winter. That is essential and important. That is why I implore an argument, not just in this House but in Michigan as well, that we get it right. Let us take the time to get it right. There is too much at stake.
Monsieur le Président, ce que je leur dis, c'est que nous ne les laisserons pas avoir froid en hiver. Il n'est pas seulement question de centaines de milliers de foyers dans le Sud-Ouest de l'Ontario, il est question de centaines de milliers de foyers au Michigan. Il est question d'emplois essentiels et de foyers en Ohio et en Pennsylvanie.
J'ai déjà pris la parole à la Chambre pour débattre du pipeline Keystone XL et d'autres pipelines, mais il est actuellement question d'un oléoduc existant, qui permet d'alimenter et de chauffer des foyers maintenant et qui fournit des emplois à des milliers de personnes maintenant. Quand nous examinons l'économie du Canada et des États-Unis, alors que nous poursuivons la mission essentielle de réduire nos émissions, il est important que les gens n'aient pas froid en hiver. C'est essentiel. C'est pourquoi j'exhorte non seulement la Chambre, mais aussi le Michigan, à bien faire les choses. Prenons le temps de bien faire les choses. L'enjeu est trop important.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-06 19:34 [p.6843]
Mr. Speaker, I would like to let you know that I will be sharing my time with the hon. member for Jonquière.
There is nothing trivial about the reason we are here tonight. However, is the shutdown of Line 5 really so imminent, given the Canada-U.S. treaty on cross-border pipelines? Basically, the treaty states that the countries will not take unilateral action on existing pipelines.
Another question might be asked. In the event of a shutdown, is the reality as frightening as the worst-case scenario painted by the official opposition?
The issue of Enbridge's Line 5 gives us an opportunity to discuss the necessary energy transition that Canada must embark on and to put into perspective the legitimate reasons for Governor Whitmer's actions, which were neither spontaneous nor unpredictable.
The issue at the root of the debate over Enbridge's Line 5 is environmental safety. We need to know the truth about how safe the pipeline is. Given that in 2010, the pipeline spilled the equivalent of 20,000 barrels of oil into the Kalamazoo River in Michigan, the public and government authorities have every right to be concerned about waterway health and safety.
The Governor of Michigan, Gretchen Whitmer, criticizes the company for persistently violating the easement's terms and conditions and for not doing enough to protect the Great Lakes, contrary to what the Minister of Natural Resources said earlier about the company.
The governor says Enbridge has routinely refused to take action to protect the Great Lakes and the millions of Americans who depend on them for clean drinking water and good jobs. She also said the company has repeatedly violated the terms of the 1953 easement by ignoring structural problems that put the Great Lakes and families at risk.
The concerns of the American stakeholders are therefore nothing new. In fact, the concerns of the State of Michigan predate Ms. Whitmer's time in office. She is just the one who decided to take action. Inevitably, this will generate some discontent and concerns. It will force this oil company to review its priorities because, suddenly, the company has crossed the line and someone finally said no.
For that matter, why did Enbridge routinely refuse to be proactive about managing Line 5, particularly in the sensitive Straits of Mackinac? When the company itself reported defects in the protective coating of its structure, noting erosion and damage caused by commercial tugs, why did it fail to show any integrity?
Michigan could also be using the threat of shutting it down to force Enbridge to upgrade its bloody pipeline in order to make it safer. The company is loath to spend the money, so it is using every tool it can think of, including lobbying politicians. The Governor of Michigan is fed up, and the writing has been on the wall for quite some time.
Between 1996 and 2014, Enbridge was responsible for 1,276 spills totalling nearly 10 million gallons of oil in both the United States and Canada. These data are conservative. Why? Because they are Enbridge's data. Do not bother looking for those figures on the company's website. They were there at one point but have since been removed. The documents I consulted, which are very well referenced, reveal another worrying problem, and that is how much power this industry has when it comes to Canadian regulators.
I encourage everyone to search for the words “national energy board” and “Enbridge” in the May 2, 2016, edition of Canada's National Observer. Members might be surprised by what they learn. It is enlightening.
The Bloc Québécois cannot condone the behaviour and reactions of Enbridge and the Department of Natural Resources to Governor Whitmer's announcement. The concerns are legitimate. Michigan was already affected in 2010. The governor has decided to focus on prevention rather than remediation.
I want to be clear. We do care about the repercussions of this measure if it goes ahead. Still, we have concerns. We do not support pipelines, and we certainly do not want to continue to rely on an outdated energy source.
Such transitions take time and planning. If we plan changes and anticipate challenges and solutions, moving away from oil is not only feasible, it is close at hand.
We know that a legal, political and diplomatic showdown between Enbridge, U.S. authorities and the Government of Canada is approaching. We would like to remind members that Quebec's refineries can quickly implement a plan B and switch to other sources of supply. We should also remember that Newfoundland and Labrador is Canada's third-largest producer, so depending on what happens with Line 5, planning for supply from this region would be wise.
Nevertheless, the pipelines running beneath our rivers will continue to pose a risk to environmental safety, and the transportation of oil and gas via pipelines will continue to face political opposition, as it should.
The current situation should spur us to make the energy transition. In Quebec, the transportation sector is the biggest greenhouse gas emitter, accounting for more than 80% of total emissions. Quebec's transportation electrification industry is booming, and our expertise, whose development we have made a priority, should serve as an example to the rest of Canada.
We do not manufacture cars in Quebec, but we do manufacture trains, buses, streetcars, subway cars and public transit vehicles that are all well suited to zero-emission electric technology. We are on the right track to get our transportation-related greenhouse gas emissions down.
We need federal zero-emission legislation. The more electric transportation evolves, the less dependent we will be on oil. Supply issues will gradually go away, and we will keep our money within our own economy.
Sure, there are costs associated with the transition. The financial argument is often invoked to convince people that we must continue relying on fossil fuels, but we need to be vocal about the real cost of energy and gas, which is much higher than the price we pay at the pump. The real cost includes the upstream and downstream environmental costs, in terms of the environmental damage created by the extraordinarily dirty extraction process, soil contamination and threats to wildlife, on top of the environmental costs of atmospheric pollution caused by burning oil here and in other countries.
Add to that the social costs, including the cost to our health care system, due to the prevalence of illnesses directly related to air pollution, especially the growing number of children and even babies with lung or respiratory issues. Plus, there is all the public money paid in subsidies and tax benefits to the oil and gas industry to sustain a dying industry, starting with the obscene Trans Mountain pipeline.
What about the cost of clean-up? How do we describe the losses incurred during oil spills? According to the International Monetary Fund, the global negative externalities for 2017 alone amount to more than $2 trillion U.S.
Again, Canada's landscape is conducive to clean, renewable energy. The wind, solar and geothermal energy industries are reaching out to the government. The government just has to accept. The technology and resources are there.
The Conservatives are resolutely defeatist about their ability to break up with the extractive industries, while the Liberals insist on fuelling dependence on fossil fuels while claiming to favour a green transition. We are not fools. This is a green mirage.
Michigan's policy choices should be an eye-opener for us. They are certainly coming as a surprise to Enbridge and the powerful lobbies in their industry. Their track record, their failure to live up to their commitments, their lax maintenance of their facilities, and the arrogance that comes from feeling untouchable have just caught up with them.
Canada, the G7 country that subsidizes oil and gas production the most in relation to its gross domestic product, the country that announces to the world that it is committed to fighting climate change and then turns around and authorizes oil drilling in a marine protected area, might have avoided a diplomatic crisis and what is happening today if it had intervened with Enbridge sooner.
When governments give everything to the oil companies, the companies end up thinking they are in charge. Gretchen Whitmer has shown them that they are not in charge anymore.
Monsieur le Président, je vous indique d'entrée de jeu que je vais partager mon temps de parole avec le député de Jonquière.
La raison pour laquelle nous sommes ici ce soir n'a rien de banal. La fermeture de la canalisation 5 est-elle vraiment si imminente compte tenu du traité entre le Canada et les États-Unis sur les pipelines transfrontaliers? En gros, ce traité prévoit que les pays ne prendront pas de mesures unilatérales en ce qui a trait aux pipelines existants.
On pourrait aussi se poser une autre question. En cas de fermeture, la réalité est-elle aussi effrayante que le portrait que dresse l'opposition officielle dans son scénario catastrophe?
L'enjeu de la canalisation 5 d'Enbridge nous donne l'occasion d'aborder la transition énergétique nécessaire dans laquelle le Canada doit s'engager et de mettre en perspective les motifs légitimes des actions de la gouverneure Whitmer, qui n'ont rien de spontané ou d'imprévisible.
Le problème à l'origine du débat sur la canalisation 5 d'Enbridge est un problème lié à la sécurité environnementale. Nous devrions avoir l'heure juste sur la sécurité de la canalisation. Vu le déversement, en 2010, de l'équivalent de 20 000 barils de pétrole dans la rivière Kalamazoo, au Michigan, la population et les pouvoirs publics sont en droit de s'inquiéter pour la santé et la sécurité des cours d'eau.
La gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer reproche à l'entreprise d'avoir violé plusieurs fois les critères du droit de passage et de ne pas en faire assez pour protéger les Grands Lacs, contrairement à ce que le ministre des Ressources naturelles disait tantôt à propos de cette compagnie.
La gouverneure a dit qu'Enbridge avait régulièrement refusé de prendre des mesures pour protéger les Grands Lacs et les millions d’Américains qui en dépendent pour de l’eau potable et de bons emplois. Elle a aussi dit qu'ils ont ignoré à maintes reprises les termes de la servitude de 1953 en ignorant les problèmes structurels qui mettent les Grands Lacs et les familles en danger.
Les doléances des intervenants américains ne datent donc pas d'hier. D'ailleurs, les préoccupations de l'État du Michigan sont antérieures à Mme Whitmer. C'est simplement qu'elle a décidé d'agir. Forcément, cela génère du mécontentement et des inquiétudes. Cela force cette société pétrolière à revoir ses priorités parce que, soudainement, il y a une fin de non-recevoir, une limite qui a été franchie par la compagnie.
D'ailleurs, pourquoi la compagnie Enbridge a-t-elle régulièrement refusé d'être proactive dans la gestion de sa canalisation 5, particulièrement dans le sensible détroit de Mackinac? Lorsque la compagnie a elle-même rapporté des lacunes dans le revêtement protecteur de sa structure, les constats d'érosion et les dommages causés par des remorqueurs commerciaux, pourquoi n'a-t-elle pas démontré sa probité?
Il se pourrait aussi que le Michigan brandisse la menace de la fermeture pour forcer Enbridge à rénover son foutu pipeline en vue de le rendre plus sécuritaire. La compagnie, n'ayant pas envie de faire cette dépense, utilise tous les outils à sa disposition, incluant le lobbyisme des politiciens. Le ras-le-bol de la gouverneure du Michigan, c'était écrit dans le ciel depuis longtemps.
Entre 1996 et 2014, la compagnie Enbridge a été responsable de 1 276 déversements, totalisant près de 10 millions de gallons d'hydrocarbure liquide, tant aux États-Unis qu'au Canada. Ces données sont conservatrices. Pourquoi? C'est parce qu'elles sont fournies par Enbridge elle-même. Qu'on ne les cherche pas sur le site Web de la société; elles y étaient à une époque, mais elles ont été retirées. Les documents consultés, fort bien référencés, dénotent un autre élément préoccupant, celui de la puissance de cette industrie devant les organismes de réglementation canadiens.
Je suggère une recherche des mots « office national de l'énergie » et « Enbridge » dans l'édition du 2 mai 2016 du Canada's National Observer. Les députés verront qu'ils vont en apprendre; c'est édifiant.
Du côté du Bloc québécois, nous ne pouvons pas cautionner les comportements et les réactions d'Enbridge et du ministère des Ressources naturelles face à l'annonce de la gouverneure Whitmer. Les inquiétudes sont légitimes. L'État du Michigan a déjà été marqué, en 2010. La gouverneure a décidé de ne pas agir de manière curative, mais bien préventive.
Je veux être claire: nous avons de la considération pour les répercussions qui découleront de cette mesure si elle se concrétise. Nous avons aussi des inquiétudes. Nous ne favorisons en rien les oléoducs et nous ne voulons certainement pas maintenir notre dépendance aux énergies d'une autre époque.
De telles transitions se font dans le temps, avec de la planification. Lorsque l'on planifie des changements et que l'on anticipe les défis et les solutions, une sortie du pétrole est non seulement envisageable, mais elle est à portée de la main.
Nous savons qu'un bras de fer juridique, politique et diplomatique entre Enbridge, les instances américaines et le gouvernement du Canada ira en s'accentuant. Nous tenons à rappeler que les raffineries du Québec ont la capacité d'exécuter un plan B rapidement et d'aller vers d'autres sources d'approvisionnement. Rappelons aussi que Terre-Neuve-et-Labrador est au troisième rang des provinces canadiennes productrices, et, selon ce qui advient de la canalisation 5, envisager un approvisionnement de cette région serait sage.
Néanmoins, les canalisations qui traversent nos fleuves et nos rivières vont continuer de se poser en risque à la sécurité environnementale, et le transport du gaz et du pétrole par oléoduc et gazoduc continuera de faire l'objet d'opposition politique, à juste titre.
Les circonstances actuelles devraient nous inciter à nous propulser vers la transition énergétique. Au Québec, le secteur des transports porte l'odieux bilan des gaz à effet de serre, comptant pour plus de 80 % des émissions totales. La filière électrique québécoise est en pleine expansion, et l'expertise que nous avons et dont nous priorisons l'essor devrait servir d'exemple ailleurs au Canada.
Au Québec, on ne fabrique pas de voitures, mais on fait des trains, des autobus, des tramways, des métros et des véhicules de transport collectif qui sont tout indiqués pour la technologie électrique zéro émission. Nous sommes sur la bonne voie pour réduire ce bilan des gaz à effet de serre lié au transport.
D'ailleurs, une loi fédérale zéro émission doit se concrétiser. Plus le transport électrique se développe, moins nous serons dépendants du pétrole. Les enjeux d'approvisionnement seront réduits graduellement et notre argent sera conservé à l'intérieur de notre économie.
Oui, il y a des coûts à la transition. L'argument économique est amplement utilisé pour convaincre de la nécessité de poursuivre dans la logique fossile, mais la vérité doit être dite haut et fort concernant le réel prix de l'énergie et de l'essence. Ce prix est beaucoup plus élevé que ce que nous payons à la pompe, car, pour avoir le juste prix, il faut y ajouter les coûts environnementaux, en amont et en aval, de l'extraction mégapolluante qui provoque des dommages environnementaux, la contamination des terrains, des dangers pour la faune, de même que ce qu'ils génèrent lorsque brûlés ici et à l'étranger, avec, en surplus, la pollution atmosphérique qui s'en suit.
Il faudrait y rajouter les coûts sociaux, incluant les coûts pour nos systèmes de santé, attribuables à la prévalence de maladies directement reliées à la pollution de l'air, en particulier, le nombre croissant d'enfants et même de bébés affectés sur le plan pulmonaire et respiratoire. Il faudrait rajouter tout l'argent public remis en subventions et avantages fiscaux à l'industrie pétrolière et gazière pour faire vivre une industrie appelée à disparaître, à commencer par l'indécent oléoduc Trans Mountain.
Que dire aussi des coûts de dépollution? Comment qualifier les pertes subies lors de déversements de pétrole? Selon le Fonds monétaire international, à l'échelle mondiale, les externalités négatives se chiffreraient, pour la seule année 2017, à plus de 2 000 milliards de dollars américains.
Nous le répétons, le territoire canadien est propice aux énergies propres et renouvelables. Les industries éoliennes, solaires et géothermiques tendent la main au gouvernement, et il suffit de la prendre. La technologie est là et les ressources sont là.
Si les conservateurs sont résolument défaitistes quant à leur sortie de la logique extractiviste et que, de l'autre côté, les libéraux persistent à alimenter la dépendance aux énergies fossiles en prétendant favoriser un virage vert, nous ne sommes pas dupes, il s'agit plutôt d'un mirage vert.
Les choix politiques de l'État du Michigan devraient nous ouvrir les yeux. Ils surprennent sans doute la société Enbridge et les puissants lobbys de leur secteur. Leur bilan, le non-respect de leurs engagements, le laxisme démontré dans l'entretien de leurs installations, l'arrogance qui provient du fait de se sentir intouchable, viennent de les rattraper.
Le Canada, le pays du G7 qui subventionne le plus la production pétrolière et gazière par rapport à son produit intérieur brut, le pays qui déclare sur la scène internationale être résolu dans sa lutte contre les changements climatiques et qui, le lendemain, autorise des forages pétroliers en zone maritime protégée, aurait peut-être pu éviter une crise diplomatique et ce qui se passe aujourd'hui, s'il était intervenu avec Enbridge avant.
Quand on donne tout aux pétrolières, elles finissent par croire que ce sont elles qui mènent. Gretchen Whitmer leur a démontré que ce n'était plus le cas.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-06 19:44 [p.6844]
Mr. Speaker, I want to ask my colleague from the Bloc Québécois a few questions about the costs of oil and gas.
She had some good questions: What are the costs of remediating this land and what are the costs of pollution that society bears on behalf of the oil and gas industry?
In as much as there are some effects of every industry we have, does she know about the amount of tax, the amount of economic rent, that is paid by the oil and gas industry to governments across Canada to take care of all of these things? There is the approximately $24 billion a year, plus another couple of billion dollars a year in excise taxes, that are brought to this equation by this industry to deal with all our health care, all our education, all the things that contribute to our society. Can she comment on that, please?
Monsieur le Président, je tiens à poser quelques questions à ma collègue du Bloc Québécois au sujet des coûts des hydrocarbures.
Elle a soulevé de bonnes questions: quels sont les coûts pour dépolluer les terres et les coûts de la pollution que la société doit assumer pour l'industrie des hydrocarbures?
Dans la mesure où chaque industrie entraîne des répercussions, la députée sait-elle combien d'impôt et de rente économique l'industrie des hydrocarbures paie aux gouvernements canadiens pour s'occuper de toutes ces choses? Cette industrie verse environ 24 milliards de dollars par année et quelques milliards de dollars de plus en taxes d'accise pour financer les soins de santé, l'éducation et toutes les choses qui contribuent à la société. Qu'en pense la députée?
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-06 19:45 [p.6845]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
In response, I would like to ask him how much pollution costs. According to Health Canada, 15,000 people die prematurely because of pollution in Canada. How many people with asthma have to go to the hospital? A doctor recently testified that she was seeing more and more babies with lung problems. How much does that cost in terms of health care costs, and also in terms of the social cost of newborns staying in the hospital?
Unions representing energy workers support the reduction of greenhouse gas emissions, but an energy transition plan is needed. Even in 2021, wind and solar energy are already starting to be cheaper than oil. There are many jobs in these new sectors, good jobs that, through tax deductions at source, can help us improve our health care, education and other systems.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
En réponse, j'aimerais lui demander combien coûte la pollution. Selon Santé Canada, 15 000 personnes meurent de façon prématurée à cause de la pollution au Canada. Combien de gens souffrant d'asthme doivent aller aux hôpitaux? Une médecin témoignait dernièrement qu'elle voyait de plus en plus de bébés qui avaient des problèmes aux poumons. Combien est-ce que cela coûte en frais de santé, mais aussi en frais sociaux avec des nouveau-nés qui restent à l'hôpital?
Des syndicats représentant des travailleurs du secteur de l'énergie soutiennent la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais il faut un plan de transition énergétique. Déjà en 2021, l'énergie éolienne et l'énergie solaire commencent à être meilleur marché que celle venant du pétrole. Il y a bien des emplois dans ces nouveaux secteurs, de bons emplois qui, par l'entremise de prélèvements d'impôt à la source, pourront nous aider à améliorer nos systèmes de santé, d'éducation et autres.
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Repentigny for her speech.
I do not think anyone is disputing the importance of a green transition, but this evening, we are debating the importance of Line 5. I know one of the byproducts of the oil transported through Line 5 is propane. During the 2019 strike, the propane shortage had a major economic impact on Quebec and eastern Ontario.
I would therefore ask my colleague if she thinks it is a good idea for Michigan to shut down Line 5 on May 12 and if she believes it will not really affect Quebec's economy.
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue de Repentigny de son discours.
Je crois que personne ne nie l'importance d'une transition verte, mais, ce soir, nous débattons de l'importance de la canalisation 5. Je sais qu'un des produits dérivés de la canalisation 5 est le gaz propane. Or, lors de la grève survenue en 2019, le manque de gaz propane a eu des conséquences majeures sur l'économie du Québec et de l'est de l'Ontario.
Je me demande donc à ma collègue si, selon elle, la fermeture de la canalisation 5 le 12 mai est une bonne décision du Michigan et si elle croit que cela n'aura pas de conséquences sur l'économie du Québec.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-06 19:47 [p.6845]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question, because it gives me a chance to explain that the Bloc Québécois is not doctrinaire.
Yes, the Bloc Québécois recognizes that we will still need fossil fuels in the years to come. Let us not kid ourselves. However, the energy transition will be well under way. Replacing oil and gas with more eco-friendly options is technologically and economically feasible. That said, we are certainly not suggesting that turning off the tap tomorrow morning will help with the energy transition.
I just want to point out that this transition calls for a complete overhaul of how we produce and consume energy for the long term. The thing is, we have to stop just talking and start taking action to make the green transition happen. Baby steps will not get us there. We need great leaps to achieve net zero.
Monsieur le Président, je remercie beaucoup mon collègue de sa question, parce que cela va me permettre d'expliquer que le Bloc québécois n'est pas doctrinaire.
Oui, le Bloc québécois reconnaît qu'on aura encore besoin de pétrole dans les prochaines années, ne nous leurrons pas. Toutefois, la transition énergétique sera bien amorcée. Remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques, c'est faisable sur les plans technologique et économique. Cela dit, nous ne pensons certainement pas que fermer le robinet demain matin va aider une transition énergétique.
Je rappelle simplement que cette transition est un concept qui demande une modification profonde des modes de production et de consommation de l'énergie, mais à long terme. Par contre, il faut arrêter de simplement en parler et commencer à agir pour se diriger vers cette transition énergétique. Ce n'est pas en faisant de petits pas qu'on y arrivera. Il faudra faire de grands bonds pour arriver à la carboneutralité.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I will make this a quick comment because of the time constraints.
Just to add to that back and forth between the member for Repentigny and the member for Calgary Centre, Health Canada recently came out with a study which showed that air pollutants cost, in the health costs of Canadians, about $120 billion a year. That compares almost exactly with the value of Canadian fossil fuel exports, which is $122 billion a year. Fossil fuel exports are the same as our health costs. I agree that health costs have a much more personal impact.
Monsieur le Président, je vais me contenter d'une brève observation à cause des limites de temps.
Je reviens à l'échange entre la députée de Repentigny et le député de Calgary-Centre. Récemment, Santé Canada a publié une étude qui indique que le coût des effets néfastes des polluants atmosphériques sur la santé des Canadiens est d'environ 120 milliards de dollars par année. C'est pratiquement la valeur des exportations canadiennes de combustibles fossiles, soit 122 millions de dollars par année. La valeur des exportations de combustibles fossiles est égale aux coûts pour la santé. Je pense moi aussi que les coûts pour la santé ont des répercussions beaucoup plus personnelles.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-06 19:49 [p.6845]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
What price do we put on a life? What price do we put on the destruction of natural environments? As I said earlier, we need big steps to achieve a sustainable energy transition that will create good jobs and ensure better health.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Quel prix met-on à une vie? Quel prix met-on à la destruction des milieux naturels? Comme je le disais tantôt, il faut maintenant faire de grands pas pour une transition énergétique durable qui amènera de bons emplois, mais également une meilleure santé.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 19:50 [p.6845]
Mr. Speaker, I would like to begin by reading an excerpt from the request for the emergency debate, and members will all understand why. It reads, “The Minister of Natural Resources has confirmed this one pipeline alone is responsible for 53% of Ontario's crude and 66% of Quebec's.”
Members cannot imagine how happy I was to hear the leader of the official opposition mention that 66% earlier. I was happy because I remember how, during the election campaign, the Conservative Party, with its much-touted energy corridor project, kept repeating that most of Quebec's oil comes from dictatorship countries or the United States.
Earlier I was blown away when the leader of the official opposition told us that was not true. I hope that this lie, which was repeated multiple times, will not come up again in the future. I must say I was somewhat offended by the answer that he gave me. The leader of the official opposition told me that the Bloc Québécois is not a party that supports the regions and that we stand up for urban centres. I was offended because the regions of Quebec mainly live off the forestry industry, not the oil industry. I have never heard a typical Conservative talk about forestry. I was therefore somewhat offended, but I am not vindictive, so I will quickly move on to something else.
Earlier this afternoon, as I was reflecting on today's debate, I thought there was a rather interesting connection with the pandemic we are experiencing. What does a crisis do? A crisis makes us confront our vulnerabilities. We went through this early on in the pandemic when we saw the gaps in our supply chains. Masks and vaccines come to mind. It forced us to confront our vulnerabilities. It showed us that we were not ready. We depend on exports, and I feel as though we are also dependent when it comes to our energy and our energy consumption. We are dependent on something, and we know what that is: oil.
Another major crisis that certainly lies ahead is climate change. Will we be ready to live through this climate crisis?
Based on what I am hearing tonight, I want to say no, because we do not seem to have learned anything from what has happened to us. Canada is still fundamentally an oil state that thinks only in terms of oil and for oil.
I believe the debate on Enbridge is an opportunity to revisit two fairly simple concepts: energy independence and the energy transition. I do find it surprising that it is the United States, or at least one U.S. state, that is asking us to take care of ecosystems. Let us be smart about this. We have to realize that the Great Lakes provide drinking water to 40 million people. We know there was a 3.2-million-litre spill in the Kalamazoo River.
I do not think it is appropriate for us to get a wake-up call from a U.S. state and for us to tell Enbridge today that it can go ahead, anything goes, it can do what it likes and we will put environmental considerations aside as long as the oil industry is fine and there are jobs. I think that we, by which I mean everyone besides me, must do some collective soul-searching about Canada's dependence on oil and gas, because I believe it is a terrible disease that Canada has been carrying around for over 20 years.
Why do I say that? I spoke earlier about the energy transition.
Concerning getting out of the crisis, the Liberal government announced to us that it wants a “green recovery”. We all remember that. Ms. McKenna and Mr. Wilkinson were involved, as well as Mr. Guilbeault. I thought that the green recovery was promising and that we could perhaps live—
Monsieur le Président, j'aimerais commencer par lire un extrait de la lettre du débat d'urgence, et tous les membres vont comprendre pourquoi. Dans la lettre, il est indiqué que « [l]e ministre des Ressources naturelles a confirmé que cette canalisation transporte à elle seule 53 % du pétrole brut à destination de l'Ontario et de 66 % de celui acheminé vers le Québec. »
On ne peut pas imaginer comme cela m'a fait plaisir d'entendre le chef de l'opposition officielle revenir plus tôt sur ce fameux 66 %. Cela m'a fait plaisir parce que je me souviens de la campagne électorale où le Parti conservateur, avec son fameux projet de couloir énergétique, n'avait de cesse de répéter que la majorité du pétrole que consomme le Québec venait de pays qui sont des dictatures ou venait des États-Unis.
Tout à l'heure, j'ai été un peu scotché d'entendre le chef de l'opposition officielle nous dire que ce n'était pas le cas. À l'avenir, j'espère que ce mensonge, qui a été répété à plusieurs reprises, ne réapparaîtra pas. J'ai été un peu piqué au vif, il faut le dire, dans la réponse que je lui ai formulée. Le chef de l'opposition officielle m'a dit que le Bloc québécois n'était pas le parti des régions et que nous défendions les centres urbains. J'ai été piqué au vif parce que les régions du Québec vivent principalement de l'industrie forestière et non pas de l'industrie pétrolière. Je n'ai jamais entendu un conservateur normalement constitué parler de forêt. J'ai donc été un peu piqué au vif, mais je ne suis pas revanchard. Je vais donc passer rapidement à autre chose.
Plus tôt, cet après-midi, quand je réfléchissais au débat d'aujourd'hui, je me disais qu'il y avait un rapprochement assez intéressant avec la pandémie que nous sommes en train de vivre. Que fait une crise? Une crise nous place devant nos vulnérabilités. Nous avons vécu cela pendant la pandémie et avons vu que, sur le plan de l'approvisionnement, nous avions certaines lacunes; pensons aux masques et aux vaccins. Cela nous a donc mis devant nos vulnérabilités. Cela nous a démontré que nous n'étions pas prêts. Nous sommes donc dépendants des exportations et j'ai l'impression que nous le sommes aussi dans ce qui a trait à notre énergie et à notre consommation d'énergie. Nous sommes dépendants de quelque chose. Nous savons ce que c'est: le pétrole.
Il y a aussi une autre grande crise qui est assurément à prévoir: celle liée aux changements climatiques. Allons-nous être préparés pour vivre cette crise des changements climatiques?
Si je me fie à ce que j'entends ce soir, j'ai envie de dire non, parce que nous ne tirons pas de leçons de ce qui nous est arrivé. Le Canada reste foncièrement un État pétrolier qui ne pense que par et pour le pétrole.
Je pense que le débat sur Enbridge est une occasion de revenir sur deux concepts assez simples que sont l'indépendance énergétique et la transition énergétique. Je trouve tout de même étonnant que ce soit les États-Unis, c'est-à-dire un État américain, qui nous demande de prendre garde aux écosystèmes. Ne soyons pas idiots. Il faut tout de même penser que les Grands Lacs sont l'eau potable de 40 millions de personnes. On sait qu'il y a eu un déversement 3,2 millions de litres dans la rivière Kalamazoo.
Je ne trouve pas normal que nous recevions un wake up call, pour utiliser un mot chinois, de la part d'un État américain et que nous soyons aujourd'hui prêts à dire à Enbridge d'y aller, que tout est permis, qu'il fasse comme bon lui semble et que la réflexion sur l'environnement est laissée de côté pour autant que l'industrie pétrolière se porte bien et qu'il y ait des emplois associés. Je trouve qu'on a — « on » exclut la personne qui parle —, un examen de conscience collective à faire sur cette dépendance des hydrocarbures qui est au Canada, pour moi, une plaie énorme que l'on traîne depuis plus d'une vingtaine d'années.
Pourquoi dis-je cela? Je parlais plus tôt de la fameuse transition énergétique.
Au sujet de la sortie de crise, le gouvernement libéral nous a annoncé sa volonté de vivre une « relance verte ». Nous nous rappelons tous cela. Mme McKenna et M. Wilkinson y étaient associés, ainsi que M. Guilbeault. Je me disais que la relance verte était quelque chose de prometteur et que nous allions peut-être la vivre...
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 19:55 [p.6846]
Mr. Speaker, I sincerely apologize. I am incorrigible. It will not happen again.
I was saying that in light of this promise of renewal and, perhaps, an awakening to the Canadian obsession with oil, I was eager to learn about this real green recovery plan.
All we have seen to date of this green recovery plan is a strategy for the electrification of transportation. That is fine and I accept it. This could let us get off fossil fuels. What is ironic is that the lion's share will be sent to Ontario, the only province that no longer has an electric vehicle incentive. However, since we are not that snide, we will accept the transportation electrification strategy.
The other big piece of the green recovery plan is hydrogen. I have to admit that I do not understand it. If we do not learn from this crisis, I believe we are going to hit a wall, and this wall will be hydrogen. The federal government's hydrogen strategy involves the production of grey hydrogen. My colleagues will not believe it, but producing one tonne of grey hydrogen using hydrocarbons generates between 10 and 11 tonnes of carbon dioxide. How can they claim that it is green?
Earlier, I made a joke to the Minister of Natural Resources, who made yet another announcement today about net-zero oil. In my opinion, net-zero oil is like diet poutine. There is no such thing. Poutine is not a diet food, and a plan for a green recovery should not include a grey-hydrogen strategy. That is not going to work. As I was saying, producing a tonne of this hydrogen generates 10 to 11 tonnes of greenhouse gases. That makes zero sense if the government is trying to lower its emissions.
As I was saying, the Liberal government made an announcement about its green recovery strategy, but there was not a single mention in this strategy about the forestry industry, which is probably the most promising industry in the fight against climate change.
The forestry industry is not just about two-by-fours anymore. It is not just about the commodity products we once knew. It is about so much more, and through what is known as the bioeconomy, we can replace many oil-based products.
Since I have only two minutes left, I will wrap up quickly. If, in the spirit of getting out of the crisis, we try to gain a bit more energy independence and be a bit more proactive in the energy transition, since we see that staking everything on oil is the road to ruin in the long run, and we want to commit to taking that direction, then forestry is the perfect industry. The forest is a carbon sink. Unfortunately, the Liberal government seems to turn a deaf ear to the subject of the forestry industry. I have not seen any concrete action by this government to support Quebec's forest.
I will close by saying that there is one figure in the budget that just kills me and provides food for thought. It is the $17.6 billion vested in the green recovery plan. Remember that number.
When I heard that, I immediately thought of another number, the cost of purchasing and expanding the Trans Mountain pipeline. An oil industry project cost $17.1 billion, and the government is now trying to convince people that we will have a green recovery for $17.6 billion. To me, honestly, it is laughable and perfectly illustrates that Canada is a petro-state that only lives from and for oil. I get the impression that we all have to do some soul-searching today. I will stop there before I get too worked up.
Monsieur le Président, je m'en excuse bien bas. Je suis incorrigible. Cela ne se reproduira plus.
Je disais donc que, devant cette promesse d'un renouveau et, peut-être, d'une prise de conscience de la folie pétrolière canadienne, j'avais hâte de prendre connaissance de ce vrai plan de relance vert.
Or, tout ce que nous avons vu jusqu'à maintenant dans le plan de relance vert, c'est une stratégie sur l'électrification des transports. C'est bien, et je l'accepte. Cela peut effectivement nous permettre de nous libérer des hydrocarbures. Ce qui est quand même un peu ironique, c'est que la part du lion sera envoyée en Ontario, la seule province qui n'accorde plus de crédit à l'achat d'un véhicule électrique. Comme nous ne sommes pas taquins à ce point-là, nous acceptons la stratégie sur l'électrification des transports.
L'autre gros morceau du plan de relance vert, c'est l'hydrogène. Je dois avouer que je ne le comprends pas. Si on ne tire pas de leçon de la crise qu'on en train de vivre, j'ai l'impression qu'on va frapper un mur et que, ce mur, on va le voir arriver avec l'hydrogène. La stratégie d'hydrogène du gouvernement fédéral, c'est la production d'hydrogène gris. Je le donne en mille à mes collègues: produire une tonne d'hydrogène gris à partir d'hydrocarbure génère de 10 à 11 tonnes de gaz carbonique. Comment peut-on prétendre que c'est vert?
Tout à l'heure, j'ai lancé une blague au ministre des Ressources naturelles, qui a encore fait une annonce aujourd'hui sur la carboneutralité du pétrole. La carboneutralité du pétrole, pour moi, c'est comme dire à quelqu'un qu'il peut manger de la poutine de régime. De la poutine de régime, cela n'existe pas. Si on fait un régime, il ne faut pas manger de poutine. De la même manière, si on fait un plan de relance vert, il ne faut pas faire une stratégie de l'hydrogène gris. Cela ne fonctionne pas. Comme je le disais, une tonne d'hydrogène génère entre 10 et 11 tonnes de gaz à effet de serre. Cela est complètement inconséquent si, ce qu'on cherche à faire, c'est d'avoir une empreinte carbone qui est plus neutre.
Il y a donc cette annonce qui a été faite par le gouvernement libéral, comme je le disais, au sujet de sa stratégie de relance verte. Or, il n'y a pas un mot, dans cette stratégie de relance, sur le secteur qui est probablement le plus prometteur dans la lutte contre les changements climatiques, celui de la forêt.
Il faut savoir que l'industrie forestière, ce n'est plus simplement du « 2 par 4 », ce ne sont plus les produits de commodité qu'on connaissait autrefois. C'est beaucoup d'autres choses, et on peut remplacer, avec ce qu'on appelle la bioéconomie, de nombreux produits issus du pétrole.
Puisqu'il ne me reste que deux minutes, je vais conclure rapidement. Si, dans cet esprit de sortie de crise, on cherche à être un peu plus indépendant sur le plan énergétique, un peu plus proactif dans la transition énergétique — on voit que tout miser sur le pétrole est à long terme une stratégie d'appauvrissement — et qu'on veut s'engager dans cette direction, le secteur d'activité tout désigné est celui de la forêt. La forêt est un puits de carbone. Malheureusement, le gouvernement libéral semble faire la sourde oreille au sujet de l'industrie forestière, et je n'ai pas vu, de la part de ce gouvernement, d'actions concrètes pour soutenir la forêt québécoise.
Je terminerai en disant qu'il y a un chiffre du budget qui m'a tué, et cela porte à réflexion. Ce sont les 17,6 milliards de dollars dévolus à ce fameux plan de relance vert. Retenons bien ce montant.
Quand j'ai entendu cela, j'ai tout de suite pensé à un autre montant, celui du coût d'achat et de l'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain. Un projet de l'industrie pétrolière a coûté 17,1 milliards de dollars, et on essaie aujourd'hui de faire gober aux gens qu'on aura une relance verte à 17,6 milliards de dollars. Pour moi, sincèrement, c'est risible et c'est la quintessence de la démonstration que le Canada est un pays pétrolier qui ne vit que par et pour le pétrole. J'ai l'impression que nous avons tous et toutes un examen de conscience à faire aujourd'hui. Je vais m'arrêter ici avant qu'il me pousse des boutons.
View Kody Blois Profile
Lib. (NS)
View Kody Blois Profile
2021-05-06 20:00 [p.6847]
Mr. Speaker, I have listened to my colleague for the last 10 minutes and I have to say that I am quite disappointed. The issue at hand, Line 5, actually impacts Quebec, but there was barely one mention of what we are here to discuss. The member goes off and talks about a whole bunch of different issues related to whether the government is investing enough in renewable energy, but he does not even talk about the Line 5 issue and how it impacts his province.
My question to him is twofold.
He talks about Canada being a petro-state. Can he talk about the fact that Canada's oil and gas sector has created immense benefit for the entire country, including for his province of Quebec? Can he opine about whether Line 5 is important to the people he represents and to his province of Quebec?
Monsieur le Président, j'ai écouté mon collègue ces 10 dernières minutes et je dois dire que je suis très déçu. Le sujet à l'étude, la canalisation 5, touche en fait le Québec. Pourtant, il a à peine mentionné le sujet du débat. Il a parlé de toutes sortes de choses en se demandant si le gouvernement investissait suffisamment dans les énergies renouvelables, mais il n'a même pas abordé la canalisation 5 et les répercussions sur sa province.
Ma question a deux volets.
Le député a dit que le Canada est un État pétrolier. Peut-il parler du fait que le secteur pétrolier et gazier du Canada a eu d'immenses retombées pour l'ensemble du pays, y compris pour le Québec? Peut-il dire si la canalisation 5 est importante pour les gens qu'il représente et pour le Québec?
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 20:00 [p.6847]
Mr. Speaker, I think that is more of a legal debate. I am confident that Line 5 will not be shut down on May 12. I do not want to upset or discourage my colleague, but Quebec could easily obtain conventional oil because of its proximity to seaports. Conventional oil has a much lower carbon footprint than non-conventional oil from the oil sands. However, that is not what I want.
With regard to the economic spinoffs of oil for Quebec, I would like to remind the member of the existence of Dutch disease, a concept that is very easy to find on the Internet if he want to educate himself. Dutch disease completely destabilized Quebec's manufacturing sector because Alberta's economy drove up the value of the Canadian dollar. I therefore have to say that an oil-based Canada has a lot more disadvantages than advantages for Quebec.
Monsieur le Président, je pense qu'il s'agit plutôt d'un débat juridique. Je suis persuadé que, le 12 mai prochain, la canalisation 5 ne sera pas fermée. Je ne veux pas déplaire à mon collègue ni le décourager, mais le Québec pourrait aisément s'approvisionner d'un pétrole conventionnel, car il est près de ports de mer. Le pétrole conventionnel a une empreinte de carbone beaucoup moins élevée que le pétrole non conventionnel des sables bitumineux. Cependant, ce n'est pas ce que je souhaite.
Concernant les retombées économiques du pétrole pour le Québec, je rappelle au député l'existence du « mal hollandais », un concept assez simple à trouver sur Internet si le député veut s'éduquer. Ce mal hollandais a complètement déstructuré le secteur des produits manufacturiers du Québec, parce que l'économie albertaine faisait hausser le dollar. Je dois donc dire que le Canada pétrolier représente beaucoup plus de désavantages que d'avantages pour le Québec.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-06 20:02 [p.6847]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his comments.
What role does biomass play in the transition to a green economy? Does the technology to replace textile fibres with tree fibres exist? How many trees will be cut down to develop that industry, and how many years will it take?
Monsieur le Président, je suis reconnaissant à mon collègue de ses commentaires.
Quel rôle la biomasse joue-t-elle dans la transition vers une économie verte? Est-ce que la technologie permettant de remplacer les fibres textiles par les fibres des arbres existe? Combien d'arbres vont être coupés pour développer une telle industrie, et dans combien d'années?
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 20:02 [p.6847]
Mr. Speaker, I thank my colleague, whose company at the Standing Committee on Natural Resources I very much enjoy. I am well aware that the forestry industry will not be replacing the entire fossil fuel industry anytime soon.
I just want to point out to him that, in the early 1970s, everyone said it was impossible to develop the oil sands and nobody would ever figure out the technology to make money extracting that kind of oil. Well, the federal government invested $70 billion in it, and someone figured it out.
Nowadays, however, what people want is a low-carbon economy. The forestry industry can make that happen. If the federal government steps up and supports the forestry industry for the first time ever, we might have a better economy 10 years from now.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue, avec qui j'ai beaucoup de plaisir à siéger au Comité permanent des ressources naturelles. Je suis tout à fait conscient que l'on ne remplacera pas l'entièreté de l'industrie pétrolière demain matin par l'industrie forestière.
Je voudrais simplement lui faire remarquer qu'au début des années 1970, tout le monde disait que l'exploitation des sables bitumineux était impossible et que l'on n'arriverait jamais à trouver une technologie permettant de rendre ce pétrole rentable. Or, le gouvernement fédéral a investi 70 milliards de dollars pour le faire, et il y est arrivé.
Aujourd'hui, par contre, on est dans une ère qui privilégie une économie à faible empreinte de carbone. L'industrie forestière peut permettre cela. Si le gouvernement fédéral est au rendez-vous et soutient l'industrie forestière pour la première fois de son histoire, peut-être aurons-nous dans les 10 prochaines années une économie plus intéressante.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2021-05-06 20:03 [p.6847]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for his speech.
Another very important element is keeping the Great Lakes safe. I think we are nearing a consensus that immediately shutting down Line 5 is not a good thing, but what can the government do to keep the Great Lakes safe?
Monsieur le Président, je veux remercier mon collègue de son discours.
Un autre élément très important est la sécurité des Grands Lacs. Je pense que nous approchons d'un consensus voulant que la fermeture immédiate de la canalisation 5 ne soit pas une bonne chose. Cependant, qu'est-ce que le gouvernement pourrait faire pour assurer la sécurité des Grands Lacs?
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2021-05-06 20:04 [p.6847]
Mr. Speaker, earlier I said that the Great Lakes provide drinking water for 40 million people. We need to send a clear signal to Enbridge that we care about the drinking water of 40 million people.
It is not by holding an emergency debate where we tell Enbridge it can do want it wants and we will stand behind it that we will successfully secure the drinking water of these 40 million people. Enbridge is gambling with the quality of life of many people. It needs to realize that, and I get the impression that is the message the Governor of Michigan is trying to send.
For its part, the Canadian petro-state prefers to pander and stake everything on oil, telling Enbridge to do whatever it wants and that as long as there are economic spinoffs and jobs, Canada will be happy.
Monsieur le Président, tout à l'heure, j'ai indiqué que les Grands Lacs représentaient l'eau potable de 40 millions de personnes. Nous devons envoyer un signal clair à Enbridge pour lui dire que nous avons à cœur l'eau potable de 40 millions de personnes.
Ce n'est pas en tenant un débat d'urgence durant lequel nous tentons de dire à Enbridge de faire ce qu'elle veut et que nous serons derrière elle que nous réussirons à sécuriser l'eau potable de ces 40 millions de personnes. La compagnie Enbridge joue avec la qualité de vie de plusieurs personnes, elle doit en être consciente, et j'ai l'impression que c'est le message que le gouvernement du Michigan tente de lui envoyer.
De son côté, cependant, l'État pétrolier canadien préfère faire de l'aplaventrisme et jouer son va-tout en misant sur le pétrole, disant à Enbridge de faire ce qu'elle veut et que, tant qu'il y aura des retombées économiques et des emplois, le Canada sera heureux.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Elmwood—Transcona.
Tonight we are debating the critical situation around Line 5, an Enbridge pipeline that transports crude oil and natural gas liquids from Alberta through Michigan to refineries and other facilities in Ontario, notably in Sarnia, and Quebec. It is capable of carrying 540,000 barrels per day. A similar pipeline in the Enbridge system, Line 6, also serves these markets, with 667,000 barrels per day.
As others have mentioned, including the Leader of the Opposition, this emergency debate is not at all like the debates we have had here about other pipelines, such as Keystone XL or Trans Mountain. These are expansion projects designed solely to increase the amount of raw bitumen exported from Canada at a time when world demand has flatlined and the climate crisis requires that it decline steeply in the future.
This is a debate about the impending closure of a pipeline that brings western Canadian oil to eastern Canada, creating Canadian jobs. This is about maintaining the status quo, at least for the moment, and maintaining those jobs in the industrial heartland of Canada.
One similarity between this and the other pipeline debates is that at the heart of it, there is credible environmental concern. I would like to start by laying out the positions of the two sides in this confrontation: the Canadian workers and companies that need the pipeline to continue supplying oil to Ontario and Quebec, and the State of Michigan, which is concerned about the prospect of environmental damage.
Line 5 was built in 1953, and the Michigan section operates under an easement granted by the state. Back in November, Michigan Governor Gretchen Whitmer stated that the pipeline is a threat to the environment, particularly if a rupture occurs in the section that travels on the bottom of the Straits of Mackinac between Lake Michigan and Lake Huron. That section has been a bone of contention for years, and it has suffered damage on occasion from dragged anchors. However, fortunately there have been no leaks in that water section.
Michigan has also pointed out violations in the easement conditions, including inadequate supports for the pipeline on the bottom of the strait. For its part, Enbridge has proposed to enclose the underwater section in a concrete tunnel to protect it from future accidents, and it has obtained some of the permits necessary to carry out that work.
Michigan, however, has claimed that because of past violations and present concerns, the pipeline is “a ticking time bomb” and will revoke the easement as of May 12, which is only six days away. If Enbridge is still using the pipeline after that date, the governor's office has stated that it will be breaking the law.
What will the impact be if this pipeline is shut down? There are about 4,900 jobs in Sarnia that directly rely on the supply of crude oil that Line 5 now supplies. One of the products that plants in Sarnia produce is jet fuel, which supplies large airports such as the Toronto Pearson Airport. The oil not diverted in Sarnia is carried on to refineries in Quebec, so the impact could be huge.
There is some debate on how alternate supplies could mitigate these impacts. Pearson airport stated in a recent article in the National Post that it is not too worried about a shut down of Line 5, as it has diversified its sources of jet fuel. The refineries in Quebec said that they have made arrangements to get their crude oil from another pipeline. Industries in Sarnia may be able to get some crude oil through increased flow in Line 6, since they managed oil that way when Line 6 was ruptured in 2010. At that time, they got alternate supplies through Line 5.
It is clear that the petrochemical sector in Sarnia could be facing significant shortages that would have to be made up through transport by rail and truck. That is not an ideal situation, and it is one that could result in a direct loss of jobs in the Sarnia industrial complex and indirect job losses throughout the region. We have to have a strategy to keep Line 5 going and protect those jobs. That strategy goes through convincing Michigan that it is in all of our interests to keep Line 5 operating.
What are the environmental risks that Michigan is citing in its decision to cancel this easement? One of the largest inland oil spills in U.S. history happened on another Enbridge pipeline in Michigan. As I mentioned, Like 6 goes through Sarnia via Michigan and goes around the south end of Lake Michigan instead of crossing under the Straits of Mackinac. In 2010, Line 6B ruptured and sent about 20,000 barrels of bitumen into the Kalamazoo River just east of Battle Creek, Michigan. The spill contaminated over 50 kilometres of the river and took five years to clean up. The people of Michigan are therefore very well aware of what could happen. Line 5 itself has suffered a number of leaks over the years, totalling over a million gallons in all.
In the order to cancel the easement for Line 5, Michigan has pointed out numerous violations of the original agreement, including the design of the support systems of the pipeline on the bottom of the Straits of Mackinac. Recent assessments show that the underwater part of the pipeline is suffering from thinning walls and other stressors. Another study makes it clear that a rupture in this section could damage hundreds of kilometres of shoreline along Lake Michigan and Lake Huron. Also, the Ojibwa of Michigan consider any agreement to allow Enbridge to continue operating Line 5 a violation of their treaty rights.
We need to protect the Great Lakes ecosystem and the thousands of jobs in Ontario and Quebec. The federal government needs to have a plan that would do both. All I have heard from the minister is that Line 5 is not negotiable. However, I think it is obvious that the only way out of this dilemma is through negotiation, proving to the State of Michigan and everyone else who cares about the environment, me included, that Line 5 will not have a history similar to Line 6B. We should point out the economic impacts that this closure would have on Michigan itself. Michigan and the neighbouring states of Ohio and Pennsylvania also receive some of the fuels carried through Line 5, including over half of Michigan's propane supplies.
As usual, experts are advising that a diplomatic solution would be best, but Enbridge is counting the 1977 transit pipelines treaty if talks fail, and right now it does seem that both sides are the length of a continental pipeline apart. The treaty states:
No public authority in the territory of either Party shall institute any measures...interfering with in any way the transmission of hydrocarbon in transit.
It also states that the treaty is “subject to regulations by the appropriate governmental authorities”. I will leave that to the courts to decide, but the treaty is clearly a last-ditch strategy that may work.
As I said at the beginning, we have been debating this pipeline dispute in Canada over the past decade or more. This is an existing pipeline that supplies oil to Canadian industry and maintains good jobs. It is an integral part of the economies of Ontario and Quebec. We will be using oil and gas over the next three decades, albeit in declining amounts, as we transition to zero emissions by 2050, and Line 5 is an important delivery mechanism for that purpose.
This dispute has been a wake-up call. The public is increasingly unwilling to live with the environmental risks associated with pipelines and the climate impacts of burning fossil fuels. We in the NDP, and I think everyone in the House, are concerned about workers in the oil and gas sector, whether they work in the Alberta oil patch or the industrial cities of Ontario. We need a plan, not just empty promises, to provide good jobs for those workers over the coming decades. We need training programs that will allow them to move to jobs in building retrofits, electrification, electric vehicle manufacturing, battery technology and the myriad of other sectors that will provide good employment for decades to come. We need government programs to provide those jobs to prove to workers that we are serious about helping them.
As that transition takes place, we need to protect the jobs that Line 5 provides and protect the ecosystem of the Great Lakes. The federal government must have a clear and effective plan to do both.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député d'Elmwood—Transcona.
Ce soir, nous débattons de la situation critique liée à la canalisation 5, un pipeline d'Enbridge qui transporte du pétrole brut et des liquides de gaz naturel de l'Alberta vers des raffineries et d'autres installations en Ontario, notamment à Sarnia, et au Québec en passant par le Michigan. Le pipeline a la capacité de transporter 540 000 barils par jour. Un pipeline similaire du réseau d'Enbridge, la canalisation 6, approvisionne également ces marchés à raison de 667 000 barils par jour.
Comme d'autres députés l'ont indiqué, y compris le chef de l'opposition, le débat d'urgence n'a rien à voir avec les débats que nous avons eus sur d'autres pipelines, comme ceux de Keystone XL et Trans Mountain. Ces débats portaient sur des projets d'expansion conçus uniquement pour augmenter la quantité de bitume brut exportée du Canada à un moment où la demande mondiale a plafonné et alors qu'elle devra être fortement réduite à l'avenir pour lutter contre la crise climatique.
Le débat d'aujourd'hui porte plutôt sur la fermeture imminente d'un pipeline qui achemine le pétrole de l'Ouest canadien vers l'Est du pays et crée ainsi des emplois au Canada. Il s'agit de maintenir le statu quo, du moins pour le moment, et de conserver ces emplois dans le cœur industriel du Canada.
Le débat d'aujourd'hui a toutefois un élément commun avec les autres débats sur des pipelines: il s'articule autour d'une préoccupation environnementale crédible. Je vais commencer par exposer les positions des deux parties prenantes: les travailleurs et les entreprises du Canada qui ont besoin du pipeline pour continuer à approvisionner en pétrole l'Ontario et le Québec, ainsi que l'État du Michigan, qui est préoccupé par de possibles dommages environnementaux.
La canalisation 5 a été construite en 1953 et la section au Michigan est exploitée grâce à une servitude accordée par l'État. En novembre dernier, la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a déclaré que le pipeline constituait une menace pour l'environnement, en particulier si une rupture se produisait dans la section qui se situe au fond du détroit de Mackinac, entre le lac Michigan et le lac Huron. Cette section est une pomme de discorde depuis des années, et elle a été endommagée à l'occasion par des ancres qui ont été traînées au fond de l'eau. Heureusement, il n'y a pas eu de fuites à cet endroit.
Le Michigan a également signalé des violations des conditions de la servitude, notamment des supports inadéquats pour le pipeline au fond du détroit. Pour sa part, Enbridge a proposé d'aménager un tunnel en béton sous l'eau pour y faire passer la canalisation et la protéger contre d'éventuels accidents. L'entreprise a d'ailleurs obtenu quelques-uns des permis nécessaires pour effectuer les travaux.
Le Michigan fait valoir, toutefois, que les violations passées et les préoccupations actuelles font en sorte que le pipeline « est une bombe à retardement » et abolira la servitude le 12 mai, soit dans six jours à peine. Si Enbridge continue d'utiliser le pipeline après cette date, le bureau de la gouverneure a déclaré que l'entreprise contreviendra alors à la loi.
Que se passera-t-il si le pipeline est fermé? Quelque 4 900 emplois à Sarnia dépendent directement du pétrole brut qui provient de la canalisation 5. Les usines à Sarnia fabriquent notamment du carburant d'avion, qui approvisionne de grands aéroports comme l'aéroport Pearson à Toronto. Le pétrole qui n'est pas dérouté vers Sarnia est transporté aux raffineries du Québec, alors les répercussions pourraient être majeures.
Il y a un débat sur la question de savoir si d'autres sources d'approvisionnement pourraient atténuer ces répercussions. Les responsables de l'aéroport Pearson ont indiqué dans un article paru récemment dans le National Post qu'ils ne s'inquiètent pas outre mesure de la fermeture de la canalisation 5, car ils ont diversifié leurs sources d'approvisionnement en carburant d'avion. Au Québec, les responsables des raffineries ont mentionné avoir pris des arrangements pour obtenir leur pétrole brut d'un autre pipeline. Les industries à Sarnia pourraient être en mesure de s'approvisionner grâce à une augmentation du débit dans la canalisation 6. Elles ont procédé ainsi lors du bris de la canalisation 6 en 2010, soit en s'approvisionnant à la canalisation 5.
De toute évidence, le secteur pétrochimique à Sarnia pourrait faire face à de graves pénuries qui devront être compensées par le transport par rail ou par camion. Ce n'est pas la situation idéale, et une qui pourrait mener à des pertes d'emplois directs dans le complexe industriel de Sarnia et à des pertes d'emplois indirects dans toute la région. Nous avons besoin d'une stratégie pour garder la canalisation 5 ouverte et protéger ces emplois, et cette stratégie passe par le fait de convaincre le Michigan qu'il en va de nos intérêts à tous de continuer à utiliser la canalisation 5.
Quels sont les risques environnementaux qu'invoque le Michigan pour justifier sa décision de retirer son consentement à la servitude de passage pour la canalisation 5? L'un des plus importants déversements terrestres de pétrole de toute l'histoire des États-Unis venait d'un autre pipeline d'Enbridge situé au Michigan. Comme je l'ai mentionné, la canalisation 6 passe par Sarnia et par le Michigan; elle contourne l'extrémité Sud du lac Michigan au lieu de passer sous le détroit de Mackinac. En 2010, la canalisation 6B s'est rompue, provoquant le déversement de quelque 20 000 barils de bitume dans la rivière Kalamazoo, un peu à l'est de Battle Creek, au Michigan. Le déversement a contaminé la rivière sur plus de 50 kilomètres et le nettoyage a pris cinq ans. Bref, les gens du Michigan connaissent très bien les risques. La canalisation 5 a elle-même connu, au fil des ans, des fuites qui représentent au total plus d'un million de gallons.
Dans l'ordonnance portant sur la fin de la servitude relative à la canalisation 5, le Michigan souligne de nombreuses infractions à l'entente initiale, qui concernent notamment la conception des mécanismes de soutien du pipeline utilisés dans le fond du détroit de Mackinac. Des évaluations récentes montrent une réduction de l'épaisseur des parois et d'autres facteurs de risque dans la partie submergée du pipeline. Selon une autre étude, il est clair qu'une rupture de la paroi dans cette section pourrait endommager des centaines de kilomètres de côte le long du lac Michigan et du lac Huron. Ajoutons que, pour les Ojibwés du Michigan, toute entente autorisant Enbridge à continuer d'exploiter la canalisation 5 constitue une violation de leurs droits issus de traités.
Nous devons protéger l'écosystème des Grands Lacs et les milliers d'emplois en jeu en Ontario et au Québec. Le gouvernement fédéral doit élaborer un plan qui permettrait de faire les deux. Le ministre s'est contenté de dire que la canalisation 5 n'est pas négociable. Toutefois, je pense qu'il est évident que la seule façon de nous sortir de ce dilemme est en négociant et en prouvant à l'État du Michigan et à tous ceux qui se soucient de l'environnement, moi y compris, que ce qui s'est passé avec la canalisation 6B ne se produira pas avec la canalisation 5. Nous devrions préciser les préjudices économiques que la fermeture de la canalisation 5 causerait au Michigan. Le Michigan et les États voisins de l'Ohio et de la Pennsylvanie reçoivent aussi une partie des carburants acheminés par la canalisation 5, qui assure notamment plus de la moitié de l'approvisionnement en propane du Michigan.
Comme d'habitude, les experts sont d'avis qu'une solution diplomatique serait préférable. Cependant, si les pourparlers échouent, Enbridge invoquera l'Accord concernant les pipe-lines de transit conclu en 1977. À l'heure actuelle, il semble que les deux parties sont à mille lieues d'une entente. Voici ce que dit l'accord:
Aucune autorité publique du territoire de l’une ou l’autre des Parties n’adoptera de mesures […] [entravant] de quelque manière que ce soit l’acheminement d’hydrocarbures en transit.
On peut aussi y lire que l'accord est « soumis à la réglementation des autorités gouvernementales appropriées ». Je laisserai les tribunaux trancher, mais l'accord est manifestement une stratégie de dernier recours qui pourrait bien porter fruit.
Comme je l'ai dit au début de mon discours, le débat sur ce différend concernant les pipelines au Canada dure depuis au moins dix ans. Il est question ici d'un pipeline existant qui approvisionne en pétrole l'industrie canadienne et qui favorise le maintien de bons emplois. Ce pipeline fait partie intégrante de l'économie de l'Ontario et du Québec. Nous consommerons du pétrole et du gaz au cours des trois prochaines décennies, quoiqu’en quantité décroissante, tandis que nous faisons la transition vers la carboneutralité d'ici 2050. La canalisation 5 est un important mécanisme de livraison à cette fin.
Ce différend sonne l'alarme. Le public est de plus en plus réticent à vivre avec les risques environnementaux associés aux pipelines et avec les impacts sur le climat de la combustion de combustibles fossiles. Le Nouveau Parti démocratique et moi pensons que tous les députés sont préoccupés par le sort des travailleurs du secteur pétrolier et gazier, qu'ils travaillent dans la région pétrolifère de l'Alberta ou dans les villes industrielles de l'Ontario. Il nous faut un plan pour fournir de bons emplois à ces travailleurs au cours des prochaines décennies, et pas seulement des promesses creuses. Il nous faut des programmes de formation qui permettront à ces travailleurs de se trouver un nouvel emploi dans les domaines de la rénovation des bâtiments, de l'électrification, de la fabrication de véhicules électriques, de la technologie des batteries et de la myriade d'autres secteurs qui fourniront de bons emplois au cours des prochaines décennies. Il nous faut des programmes gouvernementaux pour fournir ces emplois et prouver aux travailleurs que nous souhaitons sérieusement les aider.
À mesure que cette transition s'effectue, nous devons protéger les emplois que fournit la canalisation 5 tout en protégeant l'écosystème des Grands Lacs. Le gouvernement fédéral doit se doter d'un plan clair et efficace qui permettra de faire les deux.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-06 20:14 [p.6849]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for recognizing that this is not like other debates we have had. Line 5 does not have an alternative right now. People have talked about plans to use 2,000 trucks and 800 railcars a day, but the capacity to do this by next Wednesday does not exist, so I certainly agree that there is no plan.
What does the member think the government ought to be doing? We need detailed plans, not the vague words we heard from the natural resources minister.
Monsieur le Président, je remercie le député d'avoir compris qu'il ne s'agit pas d'un débat comme les autres. Pour l'heure, il n'y a pas de solution de rechange à la canalisation 5. D'aucuns estiment qu'avec 2 000 camions et 800 wagons par jour, on pourrait se débrouiller, mais cela n'arrivera jamais d'ici mercredi prochain, alors j'estime moi aussi que nous sommes dans un cul-de-sac.
Que devrait faire le gouvernement, selon le député? Nous avons besoin de plans détaillés, pas de promesses vagues comme en fait le ministre des Ressources naturelles.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, as I was saying in my speech, I think it is clear that both sides have doubled down on this.
The Canadian government clearly wants this pipeline to continue, for good reason. Michigan, on the other hand, has doubled down on the fact that it is not going to continue because of environmental concerns.
There is one path forward that I see for the government, outside of the courts, and who knows, it may go to the courts and it may be in the courts for years. However, if it stays out of the courts, if we want a diplomatic solution, a mediated solution, the only path I can see is that Canada have a plan to really prove to Michigan that this is environmentally safe.
The minister said it is demonstrably safe. Obviously it is not or Michigan would not be proceeding in this manner. We need a solution that increases the environmental safety along all lengths of the pipeline, not just the Straits of Mackinac.
Monsieur le Président, comme je le disais tout à l'heure, les deux parties campent sur leur position.
D'un côté, le Canada souhaite que ce pipeline demeure en service, et avec raison, mais de l'autre, le Michigan estime qu'il doit être fermé parce qu'il constitue un danger pour l'environnement.
À part les tribunaux — et qui sait, peut-être devrons-nous nous résoudre à nous adresser aux tribunaux, mais alors là, nous en aurons pour des années — à part les tribunaux, disais-je, si le Canada souhaite trouver une solution diplomatique et négociée à la situation, la seule voie qui s'offre à lui selon moi serait de prouver hors de tout doute au Michigan que ce pipeline est sans danger pour l'environnement.
Le ministre affirme qu'il l'est, mais ce n'est manifestement pas suffisant, parce qu'autrement, le Michigan n'agirait pa