Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 4009
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 14:29 [p.8799]
Madam Speaker, that was an excellent impression of the horse's end that I think the member was speaking to.
At any rate, the issue I am talking about now is the issue of organ harvesting, which happens primarily because our own organ donation system is not working. In fact, the city of Toronto has the lowest enrolment of organ donors of any other municipality in the country. We have worked very hard as city councillors and as elected federal and provincial politicians to reverse that. It is a public education campaign; it is a change in the system by which people register; it is a whole series of processes that must be addressed to take away the demand for this unspeakable activity, which we hope to make illegal through this bill. We have to do better on organ donations in this country if we are going to contribute to the eradication of this horrible practice that sees people leaving the country to attain organs in a way that is unbelievably horrendous and hard to describe in simple terms.
Part of the bill also requires us, as politicians, to think about the public education campaign part of this and to relieve the anxiety and desperation of Canadians across the country who are seeking to achieve full health through the miracles of modern medicine. We also have to make sure that we remove barriers for people who do want to donate, and make sure that for those who have signed up to give the gift of life, the process becomes easier and is facilitated in a way that would alleviate the pressure on people to go looking in the dark corners of the globe to do what they have to do.
As well, the research and the work done by many community activists and leaders to highlight where some of these terrible practices emanate from have to be broadened. We tend to focus in, because of the work of a particular organization, on one particular part of the world, but this is a global phenomenon that requires us to understand it in a more complex way and to do the research and the public education so that Canadians do not unwittingly take part in what they think is a legitimate operation and end up contributing to the harm that is being done to so many people around the world. This is also part of the work that has to be done.
It is not addressed in the bill, but perhaps there are ways, through committee, that it can be enhanced and developed, and perhaps it can be tied [Technical difficulty—Editor] in this country and make them more efficient and more humane. I think that is part of the process and part of the reason many of us want to speak to the bill in a way that generates a much stronger and much more important piece of legislation.
However, if we pass the bill on to the other House, if it goes through the parliamentary process and gets voted on, and I believe all parties have indicated support for it, then we will also need those parties in this House that have caucus members who sit in the other place, because we need the other House to also prioritize the bill in the way that has been spoken to today by several opposition members. It is not good enough for political parties to just stand in one chamber and say they want speedy passage, if they know in the back of their mind that in the other chamber their colleagues, their caucus members, their political movement, will do everything they can to frustrate every other piece of legislation that is coming through the parliamentary process. We need some consistency out of the Conservatives on the bill and we need some co-operation, which is the last point I would like to bring to this debate today.
All the processes and all the legislative agendas that collide in the House of Commons, such as measures brought forward by the government, by private members and by political parties in this House [Technical difficulty—Editor] slowing down legislation, but how little they contribute to speeding up legislation. We have had some good examples when there has been consensus on some critical pieces of legislation. The situation around UNDRIP is a perfect example where, quite clearly, the tenor of the House changed. As people thought more deeply about the information and the circumstance, they realized that some of the good legislation proposed by our government required immediate passage, and I think we saw some progress on bills like that.
I also think back to last week, when an opposition motion designed to blow up the national housing strategy was presented, and all opposition parties sided against the government. I find it ironic that, as they sought to destroy the national housing strategy, including the rapid housing initiative, the right to housing, the work on the co-investment fund, and the work being done in building housing in every riding, in every part of this country from coast to coast to coast, no sooner had members of the opposition voted to destroy the national housing strategy that they called up the parliamentary secretary to the minister in charge of CMHC and asked if we could fast-track some of the projects in their ridings, because they want to get the work done and they know how critical the job is.
If members are going to talk out of both sides of their mouths, they should try to be consistent. They should not try to destroy the program and try to acquire access to the program simultaneously. They should be honest about their approach here. I think that it is incumbent upon all of us to do that, to find a co-operative way forward, to work across party lines to achieve on issues that need to be achieved on and not to play these sorts of games where they deflect and present false arguments, when things are clearly in need of speedy passage.
I look forward—
Madame la Présidente, la question du député représente un excellent exemple de cet équivalent de ce que produit un cheval auquel je pense qu'il faisait référence.
Quoi qu'il en soit, le problème dont je parle maintenant est celui du prélèvement forcé d'organes, qui existe principalement en raison de l'échec de notre propre système de don d'organes. La ville de Toronto a le plus faible taux d'inscription de donneurs d'organes parmi toutes les autres municipalités du pays. Nous avons travaillé très fort en tant que conseillers municipaux et en tant que politiciens fédéraux et provinciaux élus pour renverser la situation. Il s'agit d'une campagne de sensibilisation du public, d'un changement dans le système d'inscription, de toute une série de processus qu'il faut revoir afin de mettre fin à la demande associée à cette activité inqualifiable, que nous espérons rendre illégale à l'aide du projet de loi. Le Canada doit faire mieux sur le plan des dons d'organes si nous voulons contribuer à l'éradication de la pratique horrible qui voit des personnes quitter le pays pour obtenir des organes d'une manière tout à fait épouvantable et difficile à décrire en termes simples.
En tant que politiciens, une partie du projet de loi nous oblige aussi à penser au volet relatif à la campagne de sensibilisation du public et à soulager l'anxiété et le désespoir des Canadiens de tout le pays qui souhaitent régler leurs problèmes de santé grâce aux miracles de la médecine moderne. Nous devons aussi faire en sorte d'éliminer les obstacles qui se dressent devant ceux qui veulent donner leurs organes et veiller à faciliter le processus pour ceux qui se sont engagés à faire un don de vie afin que les gens ne se sentent pas obligés de chercher dans les coins sombres de la planète pour faire ce qu'ils ont à faire.
De plus, il faut élargir les recherches et les travaux effectués par de nombreux activistes et dirigeants communautaires visant à déterminer d'où émanent certaines de ces pratiques terribles. En raison des travaux d'un organisme en particulier, nous avons tendance à nous concentrer sur une partie précise du monde, mais il s'agit d'un phénomène mondial. Nous devons le comprendre beaucoup mieux, mener des recherches et sensibiliser le public afin que les Canadiens ne participent pas sans le savoir à une entreprise qu'ils croient légitime et finissent par contribuer aux torts causés à d'innombrables personnes partout dans le monde. Cela fait aussi partie du travail qu'il faut faire.
Il n'en est pas question dans le projet de loi, mais peut-être existe-t-il des moyens, en comité, d'améliorer et d'enrichir le projet de loi, en lien avec [difficultés techniques] au pays, afin de les rendre plus efficaces et plus humains. Selon moi, cela fait partie du processus et cela explique en partie pourquoi tant de députés souhaitent intervenir au sujet du projet de loi afin de générer une mesure législative plus solide et beaucoup, beaucoup plus importante.
Toutefois, si nous adoptons le projet de loi et le renvoyons à l'autre endroit, s'il avance dans le processus législatif et fait l'objet d'un vote — et je crois que tous les partis ont signifié leur appui —, nous aurons alors aussi besoin des partis de la Chambre dont le caucus compte des sénateurs, parce qu'il faut que l'autre endroit accorde lui aussi au projet de loi la priorité dont ont parlé aujourd'hui plusieurs députés de l'opposition. Il ne suffit pas que des partis politiques interviennent devant une Chambre et affirment qu'ils souhaitent une adoption rapide du projet de loi, s'ils sont conscients intérieurement que leurs collègues de l'autre Chambre, des collègues membres de leur caucus et de leur mouvement politique, feront tout en leur pouvoir pour contrecarrer toutes les autres mesures législatives qui font l'objet du processus parlementaire. Il faut que les conservateurs fassent montre d'une certaine cohérence à l'égard du projet de loi. Il nous faut de la coopération, ce qui est le dernier point que je veux aborder dans le débat d'aujourd'hui.
Étant donné tous les processus et tous les programmes législatifs qui s'entrechoquent à la Chambre des communes, comme les mesures présentées par le gouvernement, les députés et les partis politiques [difficultés techniques] ralentissent l'adoption des projets de loi. Or, ils font très peu pour accélérer l'adoption des projets de loi. Nous avons eu de bons exemples où il y a eu consensus sur certaines mesures législatives cruciales. La situation par rapport à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones est un exemple parfait où l'atmosphère à la Chambre a manifestement changé. En réfléchissant davantage à l'information disponible et aux circonstances, les gens ont compris que de bonnes mesures législatives du gouvernement devaient être adoptées immédiatement. Je pense que des progrès ont été réalisés pour ces projets de loi.
Je pense également à la motion de l'opposition présentée la semaine dernière, qui aurait fait complètement dérailler la Stratégie nationale sur le logement. Tous les partis de l'opposition se sont opposés au gouvernement. Je trouve étonnant que, tout de suite après avoir voté pour cette motion visant à détruire la Stratégie nationale sur le logement, y compris l'Initiative pour la création rapide de logements, le droit au logement, le travail à l'égard du Fonds national de co-investissement pour le logement, et le travail effectué pour aménager des unités de logement dans toutes les circonscriptions du pays, les députés de l'opposition se soient empressés d'appeler le secrétaire parlementaire du ministre responsable de la SCHL pour lui demander d'accélérer certains projets dans leur circonscription, car ils veulent produire des résultats et savent à quel point ce travail est important.
Plutôt que de tenir un double discours, les députés devraient essayer d'être cohérents. Ils ne devraient pas tenter de détruire le programme tout en essayant d'y avoir accès. Ils devraient être honnêtes en ce qui concerne leur approche. Selon moi, il incombe à tous d'agir ainsi, de trouver un moyen de collaborer, de transcender les lignes de parti afin d'accomplir ce qu'il faut accomplir, plutôt que de se livrer à des jeux où on fait diversion et présente de faux arguments, alors qu'il faut de toute évidence procéder à une adoption rapide.
Je suis impatient...
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-17 19:32 [p.8714]
Madam Speaker, I want to begin by saying that I will be sharing my time with the hon. member for Berthier—Maskinongé, whom I affectionately refer to as my favourite MP.
On June 9, the House adopted Motion No. 69, which was moved by my colleague from Montarville. The motion presents six concrete measures to help the government take more effective action against tax evasion and tax avoidance.
This evening, I would like to remind the House of those six measures. I expect the government to take action. I would also like to remind the House that our role as legislators involves guiding the government on such motions. Since the motion was adopted, I expect concrete action to be taken. I expect the government to follow through on this.
The first measure is as follows:
amend the Income Tax Act and the Income Tax Regulations to ensure that income that Canadian corporations repatriate from their subsidiaries in tax havens ceases to be exempt from tax in Canada;
Here, the motion calls for subsection 5907(1) of the income tax regulations to be repealed.
I would note that this subsection, which was adopted behind closed doors, allows Canadian corporations to repatriate money tax-free from their subsidiaries in one of the 23 tax havens with which Canada has a tax information exchange agreement.
This measure would change things so that any income repatriated by a Canadian corporation would be taxed. There is no need for a bill to do that. The motion was adopted in the House, and the order was sent to the government. All the minister had to do was delete it from the income tax regulations, thereby revolutionizing the fight against tax evasion and tax avoidance. That is what we are asking the government to do. We are in a pandemic, and spending levels are higher than ever. The motion proposes measures that will enable to government to bring in more revenue and increase tax fairness.
The second measure is as follows:
review the concept of permanent establishment so that income reported by shell companies created abroad by Canadian taxpayers for tax purposes is taxed in Canada;
When a company registers a subsidiary or a billionaire establishes a trust abroad, that subsidiary or trust is considered a foreign national, independent from the Canadian citizen or company that created it, and its income becomes non-taxable.
In taxation jargon, these subsidiaries or trusts are referred to as permanent establishments, in other words, they have a taxable fixed place of business independent of their owner. In many cases, they are shell companies with no real activity. There is no justification for treating them differently from any other bank account and exempting the income they generate from tax.
The Standing Committee on Finance is looking into shell companies set up on the Isle of Man by KPMG. Things need to change. The motion adopted by the House contains a measure to do that. We expect the government to take action with a view to collecting additional revenue in order to offset the additional expenses arising from the pandemic.
The third measure is as follows:
require banks and other federally regulated financial institutions to disclose, in their annual reports, a list of their foreign subsidiaries and the amount of tax they would have been subject to had their income been reported in Canada;
This may surprise many people, but for years banks were required to include that in their annual reports. It used to be released and that requirement needs to be reinstated. Here, the House is calling on the government to require the banks to be transparent again. It would just take a simple directive from the Superintendent of Financial Institutions. The government can send this notification and this very simple measure could be applied very quickly because it does not require any international negotiations or any legislative or regulatory change.
In 2019, the six Bay Street banks made a record profit of $46 billion. That is a 50% increase over five years. In 2020, despite the pandemic, they made $41 billion in profits. Their profits rise, but they pay less tax because they report their most profitable activities in tax havens, where their assets keep growing.
Until the door to the use of tax havens is closed shut, consumers could at least be able to choose their financial institution in an informed manner, and taxpayers would be able to judge whether the banks deserve government assistance.
Some of the measures the government announced in its latest budget are consistent with the fourth measure, which reads as follows:
review the tax regime applicable to digital multinationals, whose operations do not depend on having a physical presence, to tax them based on where they conduct business rather than where they reside;
We see this in rich countries. There are two pieces of good news in this budget. First, the government will finally start collecting the GST on services sold by digital multinationals as of July 1, so two weeks from now. This tax change was included in the notice of ways and means that the House voted on.
It is hard to understand why Ottawa waited so long, when Quebec has been doing it for two years and it is going great, but as they say, better late than never.
Also, still on the topic of this measure, the budget announces the government's plan to tax multinational Internet companies on their activities at a rate of 3% of their sales in Canada beginning on January 1, 2022. This commitment might be merely hot air, however, since there is talk of a possible implementation after the likely date of the next election. There is speculation that it will be called in mid-August, if the polls remain comfortable for the party in power, but still, this commitment is good news. It will be really good when it happens.
During the last election campaign, which was not so long ago, the Bloc Québécois proposed such a measure and the use of the revenue generated to compensate the victims of web giants, the creators. We are talking about the artists and the media who do not receive copyright fees from the web giants that use their content. The government is not going that far, but is instead reporting this GAFAM tax in the consolidated revenue fund. Nevertheless, we applaud this measure. It is a good start.
The fifth measure is as follows:
work toward establishing a global registry of actual beneficiaries of shell companies to more effectively combat tax evasion;
This is an extremely important measure. This needs to happen. Experts told the committee that the problem was that the information was not accessible; we cannot see the information. The fifth measure adopted by the House changes that. In many cases, tax havens are opaque, and it is impossible to know who truly benefits from the companies and trusts that are set up. Often, we only know the name of the trustee that manages them or the legal or accounting firm that created them, but not the name of the person hiding behind them. Such a setup is a real boon for fraudsters who can hide their money with complete impunity.
This type of registry already exists in Luxembourg, but it is accessible only to financial institutions. These institutions do their own audits, but this type of registry must be made available to governments or tax agencies. Tax evasion and avoidance has gone on too long. We do not know who is hiding behind these companies. I am calling on the government to implement the fifth measure.
The sixth and final measure is a very important one
:use the global financial crisis caused by the pandemic to launch a strong offensive at the Organisation for Economic Co-operation and Development against tax havens with the aim of eradicating them.
As members know, in response to the 2008-09 financial crisis, the OECD has been working hard to combat the use of tax havens. It was then that countries started to seriously go after tax havens within the OECD by launching a broad multilateral instrument on international taxation and tax base recovery called the framework on base erosion and profit shifting, better known as BEPS. Some progress has been made since the initiative was launched, but not much.
We are facing a global economic crisis, as countries took on record amounts of debt in an effort to provide income support and stabilize the economy. These efforts are absolutely warranted when they are well done and well used. However, this crisis is a reason to emphasize that everyone needs to pay their fair share and implement, once and for all, the recommendations proposed by the OECD. This is extremely important. It is a matter of justice and tax fairness.
In conclusion, I remind members that less than two weeks ago the House adopted a motion setting out these six actions. We are calling on the government to move forward. These are good solutions, and the current pandemic is the right time to implement them.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le député de Berthier—Maskinongé, que je surnomme affectueusement « mon député préféré ».
Le 9 juin dernier, la Chambre a adopté la motion M‑69, présentée par mon collègue de Montarville. La motion présente six mesures concrètes pour que le gouvernement agisse plus efficacement contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal.
Ce soir, je tiens à rappeler à la Chambre ces six mesures. Je m'attends à ce que le gouvernement agisse. Je tiens aussi à rappeler à la Chambre que notre rôle de législateur consiste notamment à orienter le gouvernement sur de telles motions. Comme la motion a été adoptée, je m'attends à des gestes concrets. Je m'attends à ce que le gouvernement y donne suite.
La première mesure est la suivante:
modifier la Loi de l’impôt sur le revenu et le Règlement de l’impôt sur le revenu pour que les revenus que les sociétés canadiennes rapatrient de leurs filiales dans les paradis fiscaux cessent d’être exempts d’impôt au Canada;
Ici, la motion demande d'abroger le paragraphe 5907(1) du Règlement de l'impôt sur le revenu.
Je rappelle que ce paragraphe, qui a été adopté en catimini, permet aux entreprises canadiennes de rapatrier, sans payer d'impôt, les sommes qui proviennent de leurs filiales enregistrées dans l'un des 23 paradis fiscaux avec lesquels le Canada a conclu un accord d'échange de renseignements fiscaux.
Cette mesure ferait que, dorénavant, ces revenus seraient imposables lorsque l'entreprise canadienne les rapatrierait. On n'a pas besoin d'un projet de loi pour faire cela. Comme la motion a été adoptée par la Chambre et que l'ordre a été renvoyé au gouvernement, la ministre a simplement à biffer cela du Règlement de l'impôt sur le revenu. Ainsi, elle révolutionnerait la lutte contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal. C'est que nous demandons au gouvernement. Nous sommes en pandémie, et les dépenses ont atteint un niveau record. La motion propose des mesures qui vont permettre au gouvernement d'aller chercher plus de revenus et d'augmenter la justice fiscale.
La deuxième mesure est la suivante:
revoir la notion d’établissement stable pour que les revenus comptabilisés dans des coquilles vides que des contribuables canadiens ont créées à l’étranger pour fins fiscales soient imposés au Canada;
Lorsqu'une entreprise enregistre une filiale ou qu'un milliardaire crée une fiducie à l'étranger, cette filiale ou cette fiducie est considérée comme un résident étranger indépendant de la personne ou de l'entreprise canadienne qui l'a créée et devient non imposable.
Dans le jargon fiscal, on dit de ces filiales ou de ces fiducies qu'elles sont des établissements stables, c'est-à-dire qu'elles ont une existence réelle et indépendante de leur propriétaire. Or, dans bien des cas, ce sont des coquilles vides sans activité réelle. Rien ne justifie de les traiter différemment de n'importe quel compte de banque et d'exempter d'impôt les revenus qu'elles génèrent.
Le Comité permanent des finances se penche sur les sociétés-écrans créées à l'île de Man par KPMG. Il faut que les choses changent. La motion que la Chambre a adoptée comprend une mesure en ce sens. On s'attend à ce que le gouvernement agisse, afin d'aller chercher des revenus additionnels, en vue de compenser les dépenses additionnelles qui ont eu lieu pendant la pandémie.
La troisième mesure est la suivante:
forcer les banques et les autres institutions financières de compétence fédérale à divulguer, dans leurs rapports annuels, la liste de leurs filiales à l’étranger et le montant d’impôt auxquelles elles auraient été assujetties si leurs revenus avaient été comptabilisés au Canada;
Cela peut en surprendre plusieurs, mais, pendant des années, c'était exigé dans les rapports annuels des banques. C'était dévoilé, et cela doit être remis en place. Ici, la Chambre demande au gouvernement de redonner aux banques l'obligation d'être transparentes. Cela se ferait par simple directive du surintendant des institutions financières. Le gouvernement peut envoyer cette indication et cette mesure, très simple, pourrait être prise très rapidement, parce qu'elle ne demande aucune négociation internationale ni aucun changement législatif ou réglementaire.
En 2019, les six grandes banques de Bay Street ont fait des profits record de 46 milliards de dollars. C'est une augmentation de 50 % en cinq ans seulement. En 2020, malgré la pandémie, elles ont dégagé 41 milliards de dollars. Or, même si les profits des banques augmentent, leur contribution fiscale diminue, parce qu'elles comptabilisent leurs activités les plus rentables dans les paradis fiscaux, où leurs actifs augmentent sans cesse.
D'ici à ce qu'on ferme complètement la porte à l'utilisation des paradis fiscaux, les consommateurs pourraient au moins choisir leur institution financière de manière éclairée, et les contribuables pourraient juger si les banques méritent que les gouvernements les aident.
Le gouvernement a déjà annoncé dans le dernier budget des éléments qui vont dans le sens de la quatrième mesure, qui va comme suit:
revoir le régime fiscal applicable aux multinationales du numérique, dont les affaires ne dépendent pas d’une présence physique, pour les imposer dorénavant selon le lieu où elles mènent des activités plutôt que selon leur lieu de résidence;
On voit cela dans les pays riches. Le budget comporte deux bonnes nouvelles à ce sujet-ci. D'abord, le gouvernement va finalement commencer à percevoir la TPS sur les services vendus par les multinationales du numérique à partir du 1er juillet, donc dans deux semaines. Ce changement fiscal est inscrit dans l'avis des voies et moyens que la Chambre a voté.
On comprend mal pourquoi Ottawa a attendu aussi longtemps, alors que le Québec le fait depuis deux ans et que cela se déroule super bien, mais, comme on dit, mieux vaut tard que jamais.
Ensuite, toujours au sujet de cette mesure, le budget annonce l'intention du gouvernement d'imposer les multinationales d'Internet sur leurs activités à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires au Canada, à partir du 1er janvier 2022. Il est possible que cet engagement ne soit que du vent, parce qu'on parle d'une possible mise en œuvre après la date probable des prochaines élections. On s'attend à ce que celles-ci soient déclenchées à la mi-août, si les sondages demeurent confortables pour le parti qui est au pouvoir, mais, quand même, cet engagement est une bonne nouvelle. Elle sera vraiment bonne lorsqu'elle se sera concrétisée.
Lors de la dernière campagne électorale, il n'y a pas si longtemps, le Bloc québécois proposait une telle mesure et utilisait les revenus qu'elle générait pour dédommager les victimes des géants du Web: les créateurs. On parle des artistes, des médias dont les géants du Web utilisent le contenu sans payer de droit d'auteur. Le gouvernement ne va pas aussi loin et comptabilise plutôt cet impôt sur les GAFAM dans les fonds consolidés, mais c'est une mesure que nous saluons. Ce n'est qu'un début.
La cinquième mesure prévoit ceci:
travailler à l’établissement d’un registre mondial des bénéficiaires réels de sociétés-écrans pour lutter plus efficacement contre l’évasion fiscale;
C'est une mesure hyper importante. Il faut que ce soit fait. Dans le cadre des travaux du comité, les spécialistes sont venus nous dire que le problème était que l'information n'était pas accessible; on ne voit pas l'information. La cinquième mesure que la Chambre a adoptée vient changer cela. Dans bien des cas, les paradis fiscaux sont opaques. Il est impossible de savoir à qui profitent réellement les sociétés et les fiducies qui y sont créées. Souvent, on n'arrive qu'à connaître le nom du fiduciaire qui les gère ou la firme d'avocats ou de comptables qui les a créées.On ne connaît pas le nom de la personne qui se cache derrière. Une telle situation est un vrai pactole pour les fraudeurs qui peuvent cacher leur argent en toute impunité.
Un tel registre existe déjà au Luxembourg, mais il est accessible seulement aux institutions financières. Elles font entre elles des vérifications, mais il faut qu'un tel registre soit disponible pour les gouvernements ou les agences de revenu. L'évasion fiscale et l'évitement fiscal, cela a trop duré. On ne sait pas qui se cache derrière ces sociétés. Je demande donc au gouvernement de mettre en œuvre la cinquième mesure.
La sixième et dernière mesure est très importante:
profiter de la crise des finances publiques, engendrée à l’échelle mondiale par la pandémie, pour lancer auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques une offensive vigoureuse contre les paradis fiscaux, dont l'objectif est de les éradiquer.
On le sait, l'OCDE fait beaucoup pour lutter contre l'utilisation des paradis fiscaux. Cela a été mis en place au lendemain de la crise financière de 2008-2009. Les pays ont commencé à s'attaquer sérieusement aux paradis fiscaux au sein de l'OCDE, à ce moment-là, en lançant une vaste initiative multilatérale sur la fiscalité internationale et le rétablissement de l'assiette fiscale, soit l'initiative sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices, mieux connue sous son acronyme anglais BEPS. Depuis la mise en place de l'initiative, les choses avancent, mais pas beaucoup.
Nous faisons face à une crise économique mondiale, un endettement record des pays qui ont pris des mesures pour soutenir le revenu et stabiliser l'économie, des mesures tout à fait justifiées quand c'est bien fait et bien utilisé. Par contre, il faut profiter de cette crise pour dire que chacun doit fournir sa juste contribution et mettre en œuvre pour vrai les recommandations proposées par l'OCDE. C'est hyper important. C'est une question de justice et d'équité fiscale.
En conclusion, je rappelle que, il y a moins de deux semaines, la Chambre a adopté une motion indiquant au gouvernement ces six actions. Nous demandons au gouvernement d'aller de l'avant. Ce sont de bonnes solutions et, avec la pandémie actuelle, c'est le moment de les mettre en œuvre.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, thank you for your generosity with regard to my time. By the way, I would like to offer you my congratulations. I had the privilege of witnessing your speech yesterday. It was a great lesson in democracy. I was pleased to hear it.
With Bill C-30, the federal government is demonstrating a flagrant lack of consideration for Quebec, its choices and the will of Quebeckers. I wish to remind members that the Bloc Québécois voted against budget 2021 because the federal government did not respond to our two main requests, namely to permanently and significantly increase the Canada health transfers by raising them from 22% to 35%, a demand shared by the National Assembly and unanimously supported by the provinces, and to increase old age security by $110 a month for people aged 65 and over.
Despite our reservations, the Bloc Québécois recognizes that budget 2021 is geared towards the post-COVID recovery. It will make it easier for Quebec's small businesses to access credit. It was essential that Bill C‑30 include an increase in credit-related funding for small businesses, especially start-ups, which have been struggling during the pandemic. Bill C‑30 encourages innovation and the potential for a greener economic recovery through its expanded lending against intellectual property.
However, access to credit is not the only way to help businesses recover, as credit often leads to debt, which can push businesses into bankruptcy. Credit becomes harmful when it is used to cover fixed and recurring business costs. In some cases, it merely postpones bankruptcy. What has the government done to revitalize businesses and reduce their administrative burden? Little or nothing.
The government could take action. It has no excuse not to. With a deficit of over $1 trillion, I think it has a some leeway. The federal government is not doing enough to help businesses take advantage of opportunities arising from international agreements. These agreements are so complicated and hard to understand, involving so many laws, regulations, measures, norms and provisions, that it is hard for business owners to properly assess them and see all of the possibilities. There needs to be communication. What is the federal government waiting for? When will it reduce this burden in order to better support businesses in getting their goods to market internationally and strengthen the ability of Quebec and Canadian industries and businesses to compete globally?
I care about Quebec businesses, particularly agricultural businesses, so I find it troubling that the government is doing so little to reduce the tax burden on agricultural business owners. What is more, one of the simplest solutions for reducing the administrative burden on businesses in Quebec is to implement a single tax return administered by Quebec. That is something that has been repeatedly called for by the Premier of Quebec, François Legault, and it reflects the unanimous will of the Quebec National Assembly.
I will point out that the Government of Quebec already collects the GST on Ottawa's behalf. That means the Government of Quebec has everything it needs to collect all taxes in Quebec. Direct access to foreign tax information would also give the Government of Quebec the power to fight tax havens. Ottawa has no credibility on that front. If Revenu Québec acquires that expertise, it will be in a better position to ensure tax fairness for all Quebec taxpayers.
Monsieur le Président, je vous remercie de votre générosité pour ce qui est de mon temps de parole. En passant, je vous offre mes félicitations: j'ai été un témoin privilégié de votre discours d'hier et c'était une belle leçon de démocratie. J'étais content d'y assister.
Le projet de loi C‑30 représente de la part du gouvernement fédéral un manque flagrant de considération pour le Québec et pour les choix et les volontés des Québécoises et des Québécois. Je tiens à rappeler que le Bloc québécois a voté contre le budget de 2021 parce que le gouvernement fédéral ne répondait pas à nos deux principales demandes: augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé de 22 à 35 % — demande partagée par l'Assemblée nationale et faisant l'unanimité parmi les provinces —, et augmenter de 110 $ par mois la pension de la Sécurité de la vieillesse des gens âgés de 65 ans et plus.
Malgré ses réserves, le Bloc québécois reconnaît que le budget de 2021 est celui d'une relance économique post-COVID. Il permet un meilleur accès au crédit pour les petites entreprises québécoises. Il était essentiel que le projet de loi C-30 prévoie une augmentation des budgets reliés au crédit pour les petites entreprises, particulièrement pour celles en démarrage, qui en ont arraché pendant la pandémie. Par ses prêts liés à la propriété intellectuelle, le projet de loi C‑30 encourage l'innovation et un potentiel de relance économique plus écologique.
Toutefois, pour aider la relance des entreprises, il n'y a pas que l'accès au crédit, car ce dernier mène dans bien des cas à un endettement qui pousse les entreprises à la faillite. Il devient nuisible lorsqu'il est utilisé afin d'assumer les coûts fixes et récurrents des entreprises. Le crédit ne fait que repousser la faillite dans certains cas. Pour relancer les entreprises, qu'est-ce que le gouvernement a fait pour diminuer leur fardeau administratif? Il n'a rien fait, ou si peu.
Pourtant, le gouvernement fédéral peut agir et n'a aucune excuse: avec plus de 1 000 milliards de déficit, je pense qu'il a une certaine marge de manœuvre. Le fédéral n'aide pas suffisamment les entreprises à saisir les occasions soulevées par les accords internationaux, qui sont si complexes à comprendre avec les lois, règlements, mesures, normes et clauses tellement nombreuses qu'il est difficile pour les entrepreneurs de les évaluer adéquatement et d'en voir toutes les possibilités. Il y a un besoin de communication. Qu'est-ce que le gouvernement fédéral attend pour réduire ce fardeau et mieux accompagner les entreprises jusqu'aux marchés internationaux, et pour renforcer la capacité des industries et des entreprises du Québec et du Canada à faire face à la compétition mondialisée?
Ayant à cœur les entreprises québécoises, particulièrement les entreprises agricoles, je déplore que le gouvernement fasse si peu pour réduire le fardeau fiscal des entrepreneurs agricoles. De plus, une des solutions les plus simples pour réduire le fardeau administratif des entreprises du Québec est l'instauration d'une déclaration unique de revenus gérée par l'État du Québec. Il s'agit d'ailleurs d'une demande récurrente du premier ministre du Québec, François Legault, et d'une volonté unanime de l'Assemblée nationale du Québec.
Je rappelle que l'État du Québec perçoit déjà la TPS pour Ottawa. L'État du Québec possède donc toutes les capacités de percevoir l'ensemble des taxes et des impôts sur son territoire. Par le fait même, en ayant directement accès aux renseignements fiscaux des pays étrangers, l'État du Québec posséderait aussi toutes les capacités de lutter contre les paradis fiscaux, domaine dans lequel Ottawa n'a aucune crédibilité. Ce gain d'expertise majeure pour Revenu Québec permettrait une meilleure justice fiscale pour les contribuables québécois.
View Emmanuel Dubourg Profile
Lib. (QC)
View Emmanuel Dubourg Profile
2021-06-15 10:07 [p.8427]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the fifth report of the Standing Committee on Official Languages, entitled “Impact of the COVID-19 Pandemic on the Government’s Ability to Deliver Information and Services in Both Official Languages”.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests that the government table a comprehensive response to this report.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent des langues officielles, intitulé « Impact de la pandémie de COVID‑19 sur la capacité du gouvernement à fournir de l’information et des services dans les deux langues officielles ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande au gouvernement de déposer une réponse globale au présent rapport.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2021-06-14 14:08 [p.8330]
Madam Speaker, I stand today to highlight a constituent and friend I have known for over 15 years who has served in the Canadian Army.
Major Alexander Tsang has served our country for 28 years and has deployed across the globe representing Canada. He served in Bosnia and Sudan to help peacekeeping efforts. He continued working with the UN to track down war criminals. This guy is nothing short of courageous.
After his time at the UN, he committed to help our veterans and increase awareness for our soldiers. I have had the honour of working with him on Edmonton Salutes to help recognize our troops.
Unfortunately, Alexander is in a battle of his own against cancer. I wanted to take this opportunity to wish this extraordinary Canadian the best treatment against this horrible disease. Alexander has this, and he has my support.
Get well soon, my friend.
Madame la Présidente, aujourd'hui, j'interviens pour parler d'un habitant de ma circonscription. Il s'agit d'un ami que je connais depuis plus de 15 ans et qui a servi dans l'armée canadienne.
Le major Alexander Tsang a servi notre pays pendant 28 ans. Il a été déployé et a représenté le Canada un peu partout dans le monde. Il a participé aux efforts de maintien de la paix en Bosnie et au Soudan. Il a travaillé avec les Nations Unies afin de dépister des criminels de guerre. Cet homme est tout simplement courageux.
Après avoir travaillé aux Nations Unies, il s'est engagé à aider les anciens combattants et à sensibiliser la population au sujet des soldats. J'ai eu l'honneur de collaborer avec lui au comité Edmonton Salutes, qui rend hommage à nos troupes.
Malheureusement, Alexander est à mener un combat bien personnel contre un cancer. Je veux profiter de l'occasion pour souhaiter à ce Canadien extraordinaire le meilleur traitement contre cette horrible maladie. Alexander va remporter son combat et il peut compter sur mon appui.
Je souhaite un prompt rétablissement à mon ami.
View Jag Sahota Profile
CPC (AB)
View Jag Sahota Profile
2021-06-14 16:16 [p.8349]
moved for leave to introduce Bill C-310, An Act to amend the Privacy Act (prevention of violence against women).
She said: Madam Speaker, it is an honour to introduce my very first private member's bill today, an act to amend the Privacy Act, prevention of violence against women. I would like to thank my colleague, the member for Port Moody—Coquitlam, for all her hard work on this very important issue and for seconding the bill.
Gender-based violence is an epidemic that disproportionately affects women. Just recently we heard of another woman who was attacked and killed by her intimate partner. My private member's bill proposes to amend the Privacy Act to provide that personal information under the control of the government institution that relates to an individual who has been charged with or convicted of an offence involving intimate partner violence may, in certain circumstances, be disclosed without the consent of the individual.
I look forward to the debate on this bill, and I hope I can get the support of all members for this.
demande à présenter le projet de loi C‑310, Loi modifiant la Loi sur la protection des renseignements personnels (prévention de la violence envers les femmes).
—Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui mon tout premier projet de loi d'initiative parlementaire, la Loi modifiant la Loi sur la protection des renseignements personnels, prévention de la violence envers les femmes. Je tiens à remercier la députée de Port Moody—Coquitlam pour son travail assidu dans ce dossier très important. Je la remercie aussi d'appuyer ce projet de loi.
La violence fondée sur le sexe est une véritable épidémie qui touche surtout les femmes. Nous avons appris dernièrement qu'une autre femme avait été agressée et tuée par son partenaire intime. Mon projet de loi d'initiative parlementaire propose de modifier la Loi sur la protection des renseignements personnels afin de prévoir que les renseignements personnels qui relèvent d’une institution fédérale et qui concernent un individu accusé ou déclaré coupable d’une infraction comportant de la violence envers un partenaire intime peuvent, dans certaines circonstances, être communiqués sans le consentement de l’intéressé.
J'ai hâte que la Chambre débatte de ce projet de loi et j'espère qu'il recevra l'appui de tous les députés.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-06-14 23:52 [p.8413]
Madam Speaker, tonight I will be splitting my time with the member for Regina—Lewvan.
On February 5, I spoke to Bill C-10 before it was referred to the heritage committee on February 16. Here I am speaking to Bill C-10 again, a few months later, now that the bill has returned from committee. Most times when a bill returns from committee, we see a couple of amendments here and there to fine-tune it before passing it along to the Senate, but with BIll C-10, it is not a vew changes here and there. This bill is completely different than its previous form.
What is even more abnormal about this is the fact that so many of the amendments came from the Liberals, the ones who introduced the bill in the first place. The government owes it to Canadians to explain why so many amendments were introduced after the fact and why it is pulling every trick in the book to try to push legislation through without proper debate and while ignoring legitimate concerns.
The Minister of Canadian Heritage is using tactics to make people believe that Conservatives are anticulture and standing in the way of Bill C-10, when in fact, many experts who testified at the Standing Committee on Canadian Heritage agree this bill is flawed and needs further review.
Protecting Canadian content is important for Canadians, but what good do rules around Canadian content do, if Canadian content is not properly defined. The minister recently demonstrated in committee that even he does not know what classic Canadian movies actually count as protected Canadian content under this legislation.
Over the past month I have received countless emails and phone calls from constituents in fear of the government's legislation. They want to know what they can do to stop it. One man even said to me that this legislation embodies the same police-state-like control he emigrated to Canada to escape.
The question I get most often is, “Why?” Why does this legislation contain an amendment giving the CRTC this much power. Why is the government trying to push this through so quickly? Why does the government think it has a mandate to police the Internet?
Conservatives recognize that the Broadcasting Act is in need of updates. No one is arguing against that. When Conservatives raise legitimate questions about user-generated content being affected by this legislation, instead of providing answers, the minister diminishes our concern and proceeds with his carefully scripted paragraph about why the Broadcasting Act needs to be updated, even though we are already agreeing that it needs to be done.
I have to point out the irony in the fact that we are being censored here in the House of Commons on a debate regarding censorship. Instead of allowing Bill C-10 to go through full and proper review, the Liberals moved a time allocation motion to shut down debate on Bill C-10 early, and effectively censored our debate on censorship.
Here we are, around midnight, mid-June, speaking for the last time to a bill that would have the power to limit our freedoms and could change the way Canadians are able to use the Internet. The government imposing time allocation on this bill, which is fundamentally flawed, is wrong because it attacks freedom of expression. The minister is attacking our freedom of expression as parliamentarians, who are just trying to do their jobs. Instead of telling us Conservatives that we are preventing work from moving forward and that we are anticulture, the government members should be explaining to Canadians how they can possibly justify this time allocation motion, when the committee still has many amendments to review. This is deeply concerning to not only me, but also to many Canadians.
I also want to talk about the precedent legislation like this could create for the future. In a society that values freedom of speech and freedom of expression, Bill C-10 would leave the door open to a massive abuse of power concerning the rights of Canadians.
It is not enough for the minister to stand in the House of Commons and claim this bill is not meant to target ordinary Canadians. Words spoken by the minister mean nothing if they do not coincide with the wording of the actual legislation.
The amendment regarding user-generated content aside, Bill C-10 creates a regulatory mess of a streaming and broadcasting industry in Canada. There are real harms that could come with this legislation as it currently stands. This bill is far broader than many Canadians realize, and certainly broader than the minister has claimed. This has led to a lack of understanding of the consequences of the bill as it relates to the general public.
With so many amendments being brought forward in such a short timeframe, it is hard for the public to keep up and stay informed. One thing we must always remember as parliamentarians is that we work for the people. It is our duty to keep our constituents informed and to seek their input on legislative matters. With this amendment being added, and this legislation being rushed through the legislative process so quickly, I fear many members will not have adequate time to properly inform and consult their constituents on this issue.
It is with extreme disappointment that I am speaking on this legislation tonight, knowing that so many voices have been silenced and important dialogue on this bill will not be heard. The government claims that limitations are integrated into this bill, so that it is not too overreaching.
The minister said in the House of Commons, “user-generated content, news content and video games would not be subject to the new regulations. Furthermore, entities would need to reach a significant economic threshold before any regulation could be imposed.”
This claim made by the minister is false, as there is no specific economic threshold that is established by the bill, which means that all Internet streaming services carried in Canada, whether domestic or foreign owned, are subject to Canadian regulation. That would mean if someone has Canadian subscribers, this law would, regardless of where the service provider is located, apply to them.
The limitations the minister is referring to are that the bill gives the CRTC the power to exempt services from regulation. It also leaves it entirely up to the CRTC to establish thresholds for regulations once the bill is enacted. This is dangerous, and while I have confidence in the work that the good people working for the CRTC do, it is our duty to legislate, not the CRTC's, and that means properly defining the term “significant economic threshold”.
Bill C-10 now has over 120 amendments, of which about a quarter were put forward by the government itself, even though it wrote the bill. My Conservative colleagues at the heritage committee did everything they could to fix the problems with Bill C-10 in the time they had. My colleagues say that in review stage, the work at committee was going well and progress was being made. That is until the Liberals decided to bring forward an amendment to include social media.
This amendment was so large it changed the scope of the bill entirely. It was at that point people, including experts, former CRTC commissioners and thousands of Canadians across the country, starting raising objections.
As I wrap up my speech, I am thinking of all the flaws contained in this bill and worry for the future of freedom of expression. While I do not suspect this bill was brought forward with malicious intentions, the wording in this legislation could set a terrible precedent.
It is okay for the government to admit when it is wrong and when it has gone too far. Now is the time for the government to acknowledge that it needs to take a step back, re-evaluate and correct the course.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole ce soir avec le député de Regina—Lewvan.
Le 5 février, j'ai pris la parole au sujet du projet de loi C‑10, avant qu'il ne soit renvoyé au comité du patrimoine canadien le 16 février. Voilà que j'interviens encore une fois au sujet du projet de loi C‑10, quelques mois plus tard, maintenant que le projet de loi est revenu à la Chambre. La plupart du temps, quand un projet de loi revient du comité, nous voyons quelques amendements ici et là pour améliorer le projet de loi avant de le renvoyer au Sénat. Cependant, ce ne sont pas des petits amendements ici et là qui ont été apportés au projet de loi C‑10. Ce projet de loi est complètement différent de sa version précédente.
Ce qui est encore plus anormal, c'est le fait que la majorité des amendements provenaient des libéraux, alors que c'est eux qui ont présenté le projet de loi. Le gouvernement doit des explications aux Canadiens afin de clarifier pourquoi il a apporté autant d'amendements après coup et pourquoi il utilise tous les trucs pour essayer de faire adopter ce projet de loi à toute vitesse sans un débat en bonne et due forme, en ne tenant pas compte des préoccupations légitimes.
Le ministre du Patrimoine canadien utilise toutes les tactiques pour que les gens croient que les conservateurs sont contre la culture et qu'ils font obstacle au projet de loi C‑10, alors qu'en fait, de nombreux experts qui ont témoigné au Comité permanent du patrimoine canadien s'entendent pour dire que le projet de loi est mal conçu et qu'il doit faire l'objet d'un examen plus approfondi.
Les Canadiens attachent de l'importance à la protection du contenu canadien, certes, mais à quoi servent les règles encadrant le contenu canadien si on ne définit pas adéquatement ce qu'est ce contenu? Pendant une réunion récente du comité, le ministre a lui-même démontré qu'il ne sait pas quels classiques du cinéma canadien seraient considérés comme du contenu canadien protégé par cette mesure législative.
Depuis un mois, j'ai reçu une multitude d'appels et de courriels de la part de gens de ma circonscription qui craignent les effets de ce projet de loi du gouvernement. Ils veulent savoir ce qu'ils peuvent faire pour le bloquer. Un homme m'a même dit que ce projet de loi lui rappelle le genre de contrôle exercé par un État policier, un contrôle qu'il a fui lorsqu'il a émigré au Canada.
La question qu'on me pose le plus souvent, c'est « pourquoi? ». Pourquoi ce projet de loi contient-il un amendement qui donne autant de pouvoir au CRTC? Pourquoi le gouvernement tente-t-il de faire adopter ce projet de loi aussi vite? Pourquoi le gouvernement croit-il avoir le mandat de surveiller ce qui se passe sur Internet?
Les conservateurs admettent que la Loi sur la radiodiffusion doit être mise à jour. Personne ne le nie. Quand les conservateurs posent des questions légitimes à propos de l'effet qu'aurait ce projet de loi sur le contenu créé par les utilisateurs le ministre minimise nos inquiétudes, au lieu de donner des réponses, et il répète le paragraphe soigneusement préfabriqué qui explique pourquoi la Loi sur la radiodiffusion doit être mise à jour, alors que nous convenons déjà que cette modernisation est nécessaire.
Je dois souligner le paradoxe dans le fait que nous soyons censurés à la Chambre des communes pendant un débat sur la censure. Au lieu de faire en sorte que le projet de loi C‑10 soit soumis à une étude détaillée en bonne et due forme, les libéraux ont proposé l'attribution de temps pour couper court au débat sur le projet de loi C‑10; ils se trouvent ainsi à censurer notre débat sur la censure.
Nous sommes à la mi-juin, aux alentours de minuit, et nous devons débattre pour la dernière fois d'un projet de loi qui pourrait limiter nos libertés et changer la façon dont les Canadiens pourront utiliser Internet. La décision du gouvernement d'imposer l'attribution de temps pour ce projet de loi qui comporte des lacunes fondamentales est malavisée, parce que c'est une attaque contre la liberté d'expression. Le ministre s'attaque à la liberté d'expression dont nous jouissons en tant que parlementaires qui essaient simplement de faire leur travail. Au lieu de dire aux conservateurs qu'ils empêchent l'adoption de projets de loi et qu'ils sont contre la culture, les ministériels devraient expliquer aux Canadiens comment ils peuvent justifier cette motion d'attribution de temps, alors que le comité a encore de nombreux amendements à étudier. Je trouve que c'est fort préoccupant, et ce l'est aussi pour bon nombre de Canadiens.
J'aimerais aussi parler du précédent qu'un projet de loi comme celui-ci pourrait créer. Dans une société qui valorise la liberté d'expression, le projet de loi C‑10 ouvrirait la voie à de graves abus de pouvoir à l'égard des droits des Canadiens.
Il ne suffit pas que le ministre affirme à la Chambre que ce projet de loi ne vise pas les Canadiens ordinaires. Les déclarations du ministre ne valent rien si elles ne sont pas appuyées par le libellé de la mesure législative.
Hormis l'amendement sur le contenu généré par les utilisateurs, le projet de loi C‑10 crée un bourbier réglementaire pour les industries de la diffusion en continu et de la radiodiffusion au Canada. Dans sa version actuelle, ce projet de loi pourrait faire beaucoup de torts. Ce projet de loi a beaucoup plus de ramifications que de nombreux Canadiens le croient, et certainement davantage que le ministre le prétend. Il en résulte une mauvaise compréhension des conséquences du projet de loi vis-à-vis de la population en général.
Avec un si grand nombre d'amendements qui sont proposés en si peu de temps, la population a du mal à suivre et à rester informée. Les parlementaires doivent toujours se souvenir qu'ils travaillent pour la population. Nous avons le devoir de garder les résidants de notre circonscription informés et de solliciter leurs commentaires sur les questions législatives. Avec l'ajout de cet amendement ainsi que l'étude et l'adoption précipitées du projet de loi, je crains que de nombreux députés ne disposent pas d'assez de temps pour bien informer et pour bien consulter les résidants de leur circonscription sur la question.
Je trouve très décevant de prendre la parole au sujet de ce projet de loi ce soir en sachant que de nombreuses voix ont été réduites au silence et que des discussions importantes au sujet de ce projet de loi n'auront pas lieu. Le gouvernement prétend que des limites ont été prévues dans le projet de loi afin d'encadrer sa portée.
Le ministre a affirmé à la Chambre que « le contenu créé par les utilisateurs, les actualités et les jeux vidéo ne seraient pas visés par la nouvelle réglementation. En outre, toute entité devrait atteindre un seuil économique élevé avant que la réglementation s'applique à elle ».
Cette affirmation du ministre est fausse, puisque le projet de loi ne comporte aucun seuil économique, ce qui fait que tous les services de diffusion en continu sur Internet présents au Canada, qu'ils soient la propriété d'entités canadiennes ou étrangères, seront assujettis à la réglementation canadienne. C'est donc dire que si une personne a des abonnés canadiens, la loi s'appliquera à elle, peu importe où est hébergé le fournisseur de services.
Les limites dont parle le ministre se résument à la possibilité pour le CRTC d'exempter certains services de l'application de la réglementation. Le projet de loi laisse également à l'entière discrétion du CRTC l'établissement de limites à l'application des règlements après l'entrée en vigueur du projet de loi. C'est dangereux et, même si je fais confiance aux personnes qui travaillent au CRTC, c'est nous qui avons la responsabilité de légiférer, pas le CRTC, ce qui implique de bien définir ce qu'est le « seuil économique élevé ».
Plus de 120 amendements ont été proposés au projet de loi C‑10, dont environ le quart par le gouvernement, alors que c'est lui qui l'a présenté. Mes collègues conservateurs ont fait tout ce qu'ils ont pu au comité du patrimoine pour corriger les lacunes du projet de loi C‑10, malgré le peu de temps qu'ils ont eu. Ils me disent que, pendant l'étude du projet de loi au comité, les travaux se déroulaient bien et avançaient. C'est lorsque les libéraux ont décidé de présenter un amendement pour inclure les médias sociaux que tout a dérapé.
Cet amendement était tellement important qu'il changeait complètement la portée du projet de loi. C'est à ce moment que des gens, notamment des experts, d'anciens commissaires du CRTC et des milliers de Canadiens de partout au pays, ont commencé à s'opposer au projet de loi.
En terminant, je pense à toutes les lacunes de ce projet de loi et je m'inquiète de l'avenir de la liberté d'expression. Si je ne crois pas que le projet de loi parte de mauvaises intentions, le libellé de cette mesure législative risque de créer un dangereux précédent.
Le gouvernement a le droit de dire qu'il s'est trompé et qu'il est allé trop loin. Le gouvernement doit maintenant reconnaître qu'il doit faire une pause, refaire ses devoirs et changer de cap.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-06-07 13:32 [p.8009]
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I am following up on an order made by the House last Wednesday as a result of the opposition motion brought forward by the member for Wellington—Halton Hills. Allow me, if you will, to read the relevant sections of the motion:
That an order of the House do issue for the unredacted version of all documents produced by the Public Health Agency of Canada in response to the March 31, 2021, and May 10, 2021, orders of the Special Committee on Canada-China Relations, respecting the transfer of Ebola and Henipah viruses to the Wuhan Institute of Virology in March 2019, and the subsequent revocation of security clearances for, and termination of the employment of, Dr. Xiangguo Qiu and Dr. Keding Cheng, provided that:
(a) these documents shall be deposited with the Law Clerk and Parliamentary Counsel, in both official languages, within 48 hours of the adoption of this order;
(b) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall promptly thereafter notify the Speaker, who shall forthwith inform the House, whether he is satisfied the documents were produced as ordered....
The motion goes on from there, but I want to focus on those two points. Part (a) stipulates that the documents shall be deposited with the law clerk within 48 hours. The order was adopted on Wednesday, June 2, 2021, at approximately 4:25 p.m., which means the documents were due to be delivered by Friday, June 4 at 4:25 p.m., after the House had adjourned for the week. Part (b) stipulates that the law clerk shall notify the Speaker, who will “forthwith inform the House, whether he is satisfied the documents were produced as ordered”.
My simple question to you is this: When do you plan to inform the House as to whether the law clerk and parliamentary counsel is satisfied that the government has produced the documents, as ordered by the House?
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je reviens sur un ordre adopté par la Chambre mercredi dernier à la suite de la motion de l'opposition présentée par le député de Wellington—Halton Hills. Permettez-moi de lire les parties pertinentes de la motion:
Qu'un ordre de la Chambre soit donné en vue de l'obtention de la version non caviardée de tous les documents produits par l'Agence de la santé publique du Canada en réponse aux ordres du 31 mars 2021 et du 10 mai 2021 du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes en ce qui concerne le transfert des virus de l'Ebola et de l'Henipah à l'Institut de virologie de Wuhan en mars 2019, ainsi que la révocation subséquente des habilitations de sécurité des docteurs Xiangguo Qiu et Keding Cheng, et leur licenciement, pourvu que :
a) ces documents soient déposés auprès du légiste et conseiller parlementaire, dans les deux langues officielles, dans un délai de 48 heures suivant l'adoption du présent ordre;
b) le légiste et conseiller parlementaire en informe ensuite immédiatement le Président, qui devra informer immédiatement la Chambre s'il est convaincu que les documents ont été produits comme il a été ordonné [...]
La motion se poursuit, mais je veux attirer l'attention sur ces deux éléments en particulier. La partie a) mentionne que les documents doivent être déposés auprès du légiste dans un délai de 48 heures. L'ordre ayant été adopté le mercredi 2 juin 2021 vers 16 h 25, les documents devaient donc avoir été déposés avant le vendredi 4 juin à 16 h 25, après l'ajournement de la Chambre pour la semaine. La partie b) mentionne que le légiste doit en informer le Président, « qui devra informer immédiatement la Chambre s’il est convaincu que les documents ont été produits comme il a été ordonné ».
Ma question est simple: quand prévoyez-vous informer la Chambre si le légiste et conseiller parlementaire est convaincu que le gouvernement a déposé les documents, suivant l'ordre adopté par la Chambre?
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I want to thank the hon. member for his intervention.
I do not have any information at this point, but I will endeavour to look into what has come of the information and return to the House as soon as I have something.
Je remercie le député de son intervention.
Je ne dispose pas de cette information à ce moment-ci, mais je vais me renseigner et j'informerai la Chambre dès que possible.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, this is pride month, and I am sure that this member celebrates pride in his community, as we have been trying to do in my community.
One of the things we did was send out pride posters throughout our community to some 1,500 people who wanted to hang them in their windows. I got an email this morning, which I will read. It says:
MP [for Kingston and the Islands],
Thank you SO MUCH for the Pride poster! One of my teenagers is a member of the LGBTQ+ community. I ordered one of your Pride posters without thinking too much about it. I didn't realize it would be so moving for my daughter. It wasn't just that we hung a Pride poster, it was that her own MP provided it and is promoting Pride in our community. She felt seen and valued, by her family and by her government. It provoked a really beautiful conversation and we ended up ordering some additional Pride-related flags. My girl hugged me with tears in her eyes and thanked me for being so supportive.
This bill is about so much more than just banning a harmful practice. It is about changing the attitude and the way that Canadians engage, in particular, with the LGBTQ community.
Can the member provide some insight into why he thinks that having these conversations is so important to changing awful stereotypes that were, unfortunately, more predominant a few decades ago?
Monsieur le Président, c'est le Mois de la fierté et je suis convaincu que le député célèbre la fierté dans sa circonscription, comme nous essayons de le faire dans la mienne.
Nous avons notamment envoyé des affiches de fierté à quelque 1 500 personnes dans la circonscription qui souhaitaient les placer dans leur fenêtre. Je vais lire un courriel que j'ai reçu ce matin. On y lit ceci:
Monsieur le député [de Kingston et les Îles],
Je vous remercie ÉNORMÉMENT de l'affiche sur la fierté! Un de mes adolescents est membre de la communauté LGBTQ+. J'ai commandé une de vos affiches sur la fierté sans trop y penser. Je n'avais pas réalisé que ce geste toucherait autant ma fille. Ce n'est pas seulement parce que sa famille a accroché une affiche sur la fierté, mais aussi parce que son propre député l'a fournie et qu'il fait la promotion de la fierté dans notre collectivité. Elle s'est sentie vue et valorisée par sa famille et par son gouvernement. Il s'en est suivi une très belle conversation et nous avons fini par commander quelques drapeaux liés à la fierté. Ma fille m'a serrée dans ses bras, les larmes aux yeux, et m'a remerciée pour mon soutien.
Le projet de loi est loin de viser seulement à interdire une pratique néfaste. Il vise à changer l'attitude et les interactions des Canadiens, surtout envers la communauté LGBTQ.
Le député peut-il expliquer pourquoi il juge si important d'avoir ces conversations pour changer les affreux stéréotypes qui étaient malheureusement plus prédominants il y a quelques décennies?
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for his words and I share his sentiments.
At my constituency office here in Smithers we are proud to have an ally sticker on the front door of our office to show our allyship and our support for the fundamental rights of LGBTQ people in our community.
This bill has created a very important conversation in our communities about what inclusion, acceptance and the rights that people have really mean. I think that is a very positive thing and I look forward to building on that as we move forward together.
Monsieur le Président, je remercie le député pour son intervention et je partage ses sentiments.
À mon bureau de circonscription, ici, à Smithers, nous sommes fiers d'avoir un autocollant « allié.e » sur notre porte d'entrée pour afficher notre soutien aux personnes LGBTQ de notre collectivité et notre appui de leurs droits fondamentaux.
Ce projet de loi a engendré une conversation très importante dans nos collectivités sur le sens réel de l'inclusion, de l'acceptation et des droits des personnes. Je crois que c'est quelque chose de très positif et j'ai hâte de poursuivre notre cheminement collectif grâce à celle-ci.
View Lianne Rood Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the government consultation period for the Canada Grain Act ended on April 30. My colleagues and I have heard from many stakeholders who participated in the consultations. On May 13, I sent the Minister of Agriculture a letter explaining that stakeholders are frustrated because of the lack of information available to them regarding the government's next steps.
When will the government tell the stakeholders what the plan is and offer a timeline for releasing the results of the consultation?
Monsieur le Président, la période de consultation du gouvernement pour la Loi sur les grains au Canada prenait fin le 30 avril. De nombreux intervenants qui avaient participé à ces consultations nous ont fait connaître leurs sentiments, à mes collègues et à moi-même. Le 13 mai, j'ai envoyé une lettre à la ministre de l'Agriculture lui expliquant que de nombreux intervenants se disaient frustrés par le manque d'informations fournies par le gouvernement concernant ses intentions subséquentes.
Quand le gouvernement expliquera-t-il son plan aux intervenants et leur donnera-t-il une date pour la publication des résultats de la consultation?
View Marie-Claude Bibeau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I can assure my colleague that we conducted in-depth consultations with stakeholders across the country and we had a great response.
Departmental officials are drafting a report summarizing all of these consultations. We will then have to conduct further studies, because we want to make evidence-based recommendations. Reviewing the Canada Grain Act is a priority for us.
Monsieur le Président, je tiens à rassurer ma collègue: nous avons mené une consultation très approfondie avec les parties prenantes de partout au pays et nous avons eu une excellente réponse.
Les gens du ministère travaillent actuellement à rédiger le rapport qui fera le sommaire de toutes ces consultations. Ensuite, nous devrons approfondir les études, puisque nous voulons faire des recommandations qui vont évidemment être basées sur des données probantes. C'est une priorité pour nous de revoir la Loi sur les grains du Canada.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to order made on Wednesday, June 2, 2021, I wish to table, in both official languages, a letter I have received from the law clerk and parliamentary counsel regarding documents relating to the transfer of Ebola and Henipah viruses to the Wuhan Institute of Virology.
Conformément à l'ordre adopté le mercredi 2 juin 2021, je voudrais déposer, dans les deux langues officielles, une lettre que j'ai reçue de la part du légiste et conseiller parlementaire concernant les documents relatifs au transfert des virus de l'Ebola et de l'Henipah à l'Institut de virologie de Wuhan.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 623--
Ms. Marilyn Gladu:
With regard to contracts entered into between the Leaders’ Debates Commission and the GreenPAC Future Fund since January 1, 2019: (a) what are the details of all contracts including (i) the date signed, (ii) the original contract value, (iii) the final contract value, if different than the original value, (iv) the start and end date, (v) the specific goods or services provided, (vi) whether the contract was sole-sourced or competitively bid; and (b) in the interest of neutrality, does the Leader’s Debates Commission have a policy against entering into contracts with registered third parties, and, if so, why was such a policy not applied when awarding the contracts in (a)?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the President of the Queen’s Privy Council for Canada and to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to contracts entered into between the Leaders’ Debates Commission, or LDC, and the GreenPAC Future Fund since January 1, 2019, the response from LDC is as follows. The response to (a) is as follows: (i) October 3, 2019; (ii) $26,500; (iii) $26,500; (iv) October 3, 2019 – March 31, 2020; (v) The contractor provided services to contribute to the LDC’s evaluation of the leaders’ debates organized by the commission, and to the commission’s report to Parliament. In particular, the contractor was mandated to design, implement and distribute surveys for local debate organizers and for local debate attendees. These surveys included questions relating to respondents' views on the local debates, as well as the national leaders' debates; (vi) sole-sourced.
In response to (b), the commission does not have a policy against entering into contracts with registered third parties. The fact that an organization has a contractual arrangement with the commission for specific deliverables does not impede its ability to register under the Canada Elections Act. The contractor was required to adhere to the Government of Canada’s definition of non-partisan communications in the carrying out of the contract deliverables.
The commission’s decision-making is guided by the pursuit of public interest and by the principles of independence, impartiality, transparency, creditability, democratic citizenship, civic education, inclusion and cost-effectiveness.

Question No. 626--
Mr. Mark Strahl:
With regard to the implementation of amendments to the Canada Labour Code adopted by the adoption of Bill C-65, An Act to amend the Canada Labour Code (harassment and violence), the Parliamentary Employment and Staff Relations Act and the Budget Implementation Act, 2017, No. 1, and broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity: (a) has an harassment policy compliant with the Canada Labour Code, as it applied on January 1, 2021, and the Work Place Harassment and Violence Prevention Regulations been developed and, if so, on what date; and (b) if the response in (a) is negative, or if the date in (a) is after January 1, 2021, why was the deadline not met?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, Lib.):
Mr. Speaker, TBS released the new “Directive on the Prevention and Resolution of Workplace Harassment and Violence”, available at https://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-eng.aspx?id=32671, in December 2020 in line with recent changes to the Canada Labour Code that apply to all federally regulated workplaces. The comprehensive directive requires organizations to better prevent and respond to harassment, and to provide support to those affected by harassment and violence in the federal public service. It also requires organizations to investigate, record and report all complaints of harassment and violence within their organizations.
As heads of their organizations, deputy ministers are responsible for the safety and well-being of their employees, including developing targeted policies on workplace harassment and violence that meet the standards set out in the Treasury Board directive, and that respond to Canada Labour Code regulations. Deputy ministers also implement these policies within their organizations, in line with their operational contexts.
TBS has been working with organizations to support the updating of each organization’s policies on workplace harassment and violence to meet those requirements outlined in the new Treasury Board directive and to respond to recent changes to the Canada Labour Code. Many organizations are reporting that they have implemented key elements of this new directive in their organizations, including updating their departmental policies and processes to receive new complaints and identifying new training for employees.

Question No. 627--
Ms. Rachael Harder:
With regard to consultations by the Department of Canadian Heritage and reports that the government refused to give media outlets copies of consultation reports related to Bill C-10, An Act to amend the Broadcasting Act and to make related and consequential amendments to other Acts: (a) why did the government refuse to give media outlets copies of the consultation reports; (b) who made the decision in (a), and how is that in keeping with the Prime Minister's promise of an "open and transparent" government; and (c) what are the details of all consultations the government made with stakeholders or the public related to the proposals in Bill C-10, including the (i) date, (ii) type of consultation (phone, request for written feedback, etc.), (iii) individual or organization consulted, (iv) summary of comments or feedback?
Response
Ms. Julie Dabrusin (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), as of April 16, 2021, Canadian Heritage has not received any media requests for consultation reports.
With regard to part (b), as of April 16, 2021, Canadian Heritage has not received any media requests for consultation reports.
With regard to part (c), Canadian Heritage consults with a wide range of stakeholders when developing policies and legislation. With respect to Bill C-10, the government completed broad consultations to inform the development of the proposed bill.
In the autumn of 2016, Canadian Heritage consulted with stakeholders across the country on supporting Canadian content in the digital era. The results from those consultations can be found at www.canada.ca/en/services/culture/consultations.html
In October of 2017, the Governor in Council requested that the CRTC create a report on the future of distribution models for broadcasting. The CRTC’s notice of consultation can be found at https://crtc.gc.ca/eng/archive/2017/2017-359.htm and the final report titled “Harnessing Change” can be found at https://crtc.gc.ca/eng/publications/s15/
In 2018, the government appointed the broadcasting and telecommunications legislative review panel to study Canada’s communications legislation. The panel extensively consulted Canadians and over 2,000 parties submitted their views. Further information on the panel and its final report can be found at www.ic.gc.ca/eic/site/110.nsf/eng/home
Following the publication of the panel’s report in January 2020, the minister and the department engaged with many stakeholders on the panel’s recommendations through various mechanisms, such as individual stakeholder meetings and roundtables.
Stakeholder engagement included creative industry associations, such as the Canadian Media Producers Association, CMPA, Association québécoise de la production médiatique, AQPM, Writers Guild of Canada, Coalition pour la diversité des expressions culturelles and the Motion Picture Association of Canada. It included large Canadian broadcasters and media groups, such as Quebecor, Bell Media, Rogers Media, Corus, Shaw and CBC/Radio-Canada. It included independent Canadian radio and television broadcasters, such as OutTV, Knowledge Network, Zoomer Media and CHEK TV. It included indigenous media organizations, such as APTN and Indigenous Screen Office. It included global media and technology companies, such as Netflix, Google/YouTube, Facebook and Amazon. It included funding organizations, such as Canada Media Fund and Creative BC. It included provinces and territories, and the Government of the United States of America.

Question No. 628--
Mr. David Sweet:
With regard to the official position of Innovation, Science and Economic Development Canada that 37 percent of rural households in Canada have access to 50/10 megabits per second (Mbps) internet speeds: what is the actual proportion of rural households that do not have access to the 50/10 Mbps speeds that are claimed to be provided?
Response
Ms. Gudie Hutchings (Parliamentary Secretary to the Minister for Women and Gender Equality and Rural Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is making significant investments to ensure that all Canadians have access to the Internet speeds they need, no matter where they live in Canada.
In the past, broadband funding programs have targeted Internet speeds of 5/1 Mbps, which are the speeds necessary for single users and basic Internet usage. In 2019, 91.7% of rural residents had access to these speeds. However, demand for data and speeds has changed over time, especially as a result of the COVID-19 pandemic. The Canadian Radio-television and Telecommunications Commission’s, CRTC, current definition of broadband Internet is 50 Mbps download and 10 Mbps upload as this is the speed that allows multiple users to undertake more data-intensive applications, such as streaming, at the same time. In 2019, only 37% of rural households had access to 50/10 Mbps unlimited. However by 2020, 50/10 Mbps was available to 45.6% of the population in rural areas. This was an improvement of nearly 10% in one year. This was achieved through a commitment to improve broadband from the federal government as well as the provinces, territories, Internet service providers and other partners.
The government recognizes that there is more work to be done to bridge the digital divide between urban and rural areas. Budget 2021 provides an additional $1 billion over six years, starting in 2021-22, to the universal broadband fund, UBF, bringing the fund to $2.75 billion to support a more rapid rollout of broadband projects. This is the largest investment in broadband in Canada’s history. The government’s investments will connect 98% of Canadians across the country to high-speed Internet by 2026, with the goal of connecting all Canadians by 2030. Recognizing the need for accelerated connectivity as a result of the COVID-19 pandemic, the UBF also accepted applications under a rapid response stream, RRS. RRS allocates $150 million to shovel-ready projects that will connect many rural and remote Canadians by the end of 2021. Announcements of successful recipients for the rapid response stream of the UBF are already under way. As of May 20, 2021, nearly $47 million in funding has been announced to connect over 30,000 households through RRS. The government has also announced an agreement with the province of Quebec to connect up to 150,000 households by the end of 2022. This agreement, known as Operation High Speed, is made possible through a shared investment of $826 million.
Innovation, Science and Economic Development Canada, ISED, and CRTC work collaboratively to actively maintain coverage maps and databases that provide a comprehensive understanding of the availability of telecommunications networks across Canada. In recent years, ISED and the CRTC have made significant improvements in the granularity of the broadband coverage information that is made available to the public. For example, household coverage data is now displayed along 250-metre road segments. These searchable maps and the underlying data for download can be found online at the National Broadband Internet Service Availability Map. Should discrepancies be noted, users should first contact the Internet service provider in question for initial verification. Once done, and if the information does appear to be inadequate, users can contact ISED for more information on next steps.
In addition, there are various tools available to Canadians that provide the ability to test their home Internet connections to ensure that they are getting what they are paying for. However, certain factors such as distance to the test server and strength of the in-home Wi-Fi signal, if connecting wirelessly, can impact these test results. The CRTC is currently undertaking a study on the performance of broadband sold to Canadians. More information is available at https://crtc.gc.ca/eng/publications/reports/rp200601/rp200601.htm.
Canadians who are concerned that they are not getting the Internet speeds that they pay for can bring their concerns to the attention of the Commissioner for Complaints for Telecom-Television Services, CCTS. This independent organization has been established to provide consumers and small businesses with recourse when they are unable to resolve disagreements with their telecommunications service providers. For more information concerning the CCTS, including how to file a complaint, Canadians can visit the CCTS website at www.ccts-cprst.ca or call toll-free at 1-888-221-1687.

Question no 623 --
Mme Marilyn Gladu:
En ce qui concerne les contrats conclus entre la Commission des débats des chefs et le GreenPAC Future Fund depuis le 1er janvier 2019: a) quels sont les détails de tous les contrats, y compris (i) la date de signature, (ii) la valeur initiale du contrat, (iii) la valeur finale du contrat, si elle est différente de la valeur initiale, (iv) les dates de début et de fin, (v) les biens ou services précis fournis, (vi) si le contrat a été attribué à un fournisseur unique ou a fait l’objet d’un appel d’offres concurrentiel; b) dans l’intérêt de la neutralité, la Commission des débats des chefs a-t-elle une politique qui lui interdit de conclure des contrats avec des tiers enregistrés et, le cas échéant, pourquoi n’a-t-elle pas suivi sa politique lorsqu’elle a octroyé les contrats mentionnés en a)?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales et du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne les contrats conclus entre la Commission des débats des chefs et le GreenPAC Future Fund depuis le 1er janvier 2019, la réponse de la Commission à la partie a) de la de la question est la suivante: i) le 3 octobre 2019; ii) 26 500 $; iii) 26 500 $; iv) du 3 octobre 2019 au 31 mars 2020; v) les services du fournisseur ont contribué à l’évaluation, par la CDC, des débats des chefs organisés par la Commission, et au rapport de la Commission au Parlement. En particulier, le fournisseur avait le mandat de concevoir, mettre en œuvre et distribuer des sondages aux organisateurs des débats locaux et aux participants aux débats locaux. Ces sondages comprenaient des questions concernant les opinions des répondants sur les débats locaux ainsi que sur les débats des chefs nationaux; vi) contrat attribué à un fournisseur unique.
Concernant la partie b) de la question, la Commission ne dispose pas d’une politique qui lui interdit de conclure des contrats avec des tiers enregistrés. Le fait qu’une organisation ait conclu une entente contractuelle avec la Commission pour des produits livrables précis ne l’empêche pas de s’enregistrer en vertu de la Loi électorale du Canada. L’entrepreneur était tenu de se conformer à la définition des communications non partisanes du gouvernement du Canada dans l’exécution de ses obligations en vertu du contrat.
Le processus décisionnel de la Commission est guidé par la poursuite de l’intérêt public et par les principes d’indépendance, d’impartialité, de transparence, de crédibilité, de citoyenneté démocratique, d’éducation civique, d’inclusion et d’efficience.

Question no 626 --
M. Mark Strahl:
En ce qui concerne la mise en œuvre d'amendements au Code canadien du travail par l’adoption du projet de loi C-65, Loi modifiant le Code canadien du travail (harcèlement et violence), la Loi sur les relations de travail au Parlement, et la Loi no 1 d’exécution du budget de 2017, ventilée par ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale: a) a-t-on élaboré une politique anti-harcèlement conforme au Code canadien du travail, tel qu’il s’appliquait au 1er janvier 2021, ainsi qu’au Règlement sur la prévention du harcèlement et de la violence dans le lieu de travail, et, le cas échéant, à quelle date; b) si la réponse en a) est négative ou si la date en a) est postérieure au 1er janvier 2021, pourquoi l’échéance n’a-t-elle pas été respectée?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire du premier ministre, du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Monsieur le Président, le Secrétariat du Conseil du Trésor, ou SCT, a publié la nouvelle Directive sur la Prévention et la résolution du harcèlement et de la violence dans le lieu de travail, disponible à l’adresse www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=32671, en décembre 2020, conformément aux récents changements apportés au Code canadien du travail qui s'appliquent à tous les lieux de travail sous réglementation fédérale. Cette directive exhaustive exige que les organisations préviennent mieux le harcèlement et y répondent, et qu'elles offrent un soutien aux personnes touchées par le harcèlement et la violence dans la fonction publique fédérale. Elle exige également que les organisations fassent enquête sur toutes les plaintes de harcèlement et de violence déposées en leur sein, les enregistrent et les signalent.
En tant que dirigeants de leur organisation, les sous-ministres sont responsables de la sécurité et du bien-être de leurs employés, y compris de l'élaboration de politiques ciblées sur le harcèlement et la violence en milieu de travail qui respectent les normes établies dans la directive du Conseil du Trésor et qui sont conformes aux règlements du Code canadien du travail. Les sous-ministres mettent également en œuvre ces politiques au sein de leurs organisations, en fonction de leurs contextes opérationnels.
Le SCT travaille avec les organisations pour appuyer la mise à jour de leurs politiques sur le harcèlement et la violence en milieu de travail afin de satisfaire aux exigences énoncées dans la nouvelle directive du Conseil du Trésor et de répondre aux récents changements apportés au Code canadien du travail. De nombreuses organisations signalent qu'elles ont déjà mis en œuvre les éléments clés de cette nouvelle directive dans leur organisation, y compris la mise à jour de leurs politiques et processus ministériels pour recevoir les nouvelles plaintes et l'identification de nouvelles formations pour les employés.

Question no 627 --
Mme Rachael Harder:
En ce qui concerne les consultations du ministère du Patrimoine canadien et les reportages selon lesquels le gouvernement a refusé de remettre aux médias des copies des rapports de consultations relatifs au projet de loi C-10, Loi modifiant la Loi sur la radiodiffusion et apportant des modifications connexes et corrélatives à d’autres lois: a) pourquoi le gouvernement a-t-il refusé de remettre aux médias des copies des rapports de consultations; b) qui a pris la décision mentionnée en a), et en quoi cela réalise-t-il la promesse du premier ministre d’avoir un gouvernement « ouvert et transparent »; c) quels sont les détails de toutes les consultations que le gouvernement a tenues avec des intervenants ou le public au sujet des propositions contenues dans le projet de loi C-10, y compris (i) la date, (ii) le type de consultation (au téléphone, demande de commentaires écrits, etc.), (iii) la personne ou l’organisation consulté, (iv) le résumé des commentaires ou des observations?
Response
Mme Julie Dabrusin (secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en date du 16 avril 2021, Patrimoine canadien n’avait reçu aucune demande de médias souhaitant accéder aux rapports de consultation.
Concernant la partie b), en date du 16 avril 2021, Patrimoine canadien n’avait reçu aucune demande de médias souhaitant accéder aux rapports de consultation.
Au sujet de la partie c), Patrimoine canadien consulte un large éventail d’intervenants lorsqu’il élabore des politiques et des projets de loi. Dans le cadre du projet de loi C-10, le gouvernement a mené de vastes consultations pour orienter l’élaboration de celui-ci.
À l’automne 2016, Patrimoine canadien a consulté des intervenants de partout au pays pour savoir comment soutenir le contenu canadien à l’ère numérique. Les résultats de ces consultations sont accessibles à l’adresse www.canada.ca/fr/services/culture/consultations.html
En octobre 2017, le gouverneur en conseil a demandé au CRTC de produire un rapport sur l’avenir des modèles de distribution pour la radiodiffusion. L’avis de consultation de radiodiffusion du CRTC est accessible à l’adresse https://crtc.gc.ca/fra/archive/2017/2017-359.htm, et le rapport final, intitulé « Emboîter le pas au changement », à l’adresse https://crtc.gc.ca/fra/publications/s15/
En 2018, le gouvernement a mandaté le Groupe d’examen du cadre législatif en matière de radiodiffusion et de télécommunications pour qu’il étudie la législation canadienne en matière de communications. Le Groupe d’examen a mené de vastes consultations auprès des Canadiens, et plus de 2 000 parties ont présenté leurs observations. Pour obtenir plus d’information sur le Groupe d’examen et consulter son rapport final, on peut aller sur le site www.ic.gc.ca/eic/site/110.nsf/fra/accueil
Dans les semaines qui ont suivi la publication du rapport du Groupe en janvier 2020, le ministre et le ministère ont discuté avec de nombreux intervenants des recommandations du Groupe par l’intermédiaire de divers mécanismes, tels que des réunions individuelles et des tables rondes. Les intervenants suivants ont été consultés :
Des associations de l’industrie créative, notamment Canadian Media Producers, Association, ou CMPA, Association québécoise de la production médiatique, ou AQPM, Guilde des écrivains du Canada, Coalition pour la diversité des expressions culturelles, Association cinématographique – Canada, ou MPA-Canada; de grands diffuseurs et des groupes médiatiques canadiens, notamment Québecor, Bell Média, Rogers Media, Corus, Shaw, CBC/Radio-Canada; des radiodiffuseurs et des télédiffuseurs canadiens indépendants, notamment OutTV, Knowledge Network, Zoomer Media, CHEK TV; des organisations de médias autochtones, notamment les suivantes: APTN, Bureau de l’écran autochtone; des entreprises mondiales de médias et de technologies, notamment Netflix, Google/YouTube, Facebook, Amazon; des organismes de financement, notamment Fonds des médias du Canada, Creative BC; les provinces et les territoires; et le gouvernement des États-Unis.

Question no 628 --
M. David Sweet:
En ce qui concerne la position officielle d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada selon laquelle 37 % des ménages ruraux au Canada ont accès à des vitesses Internet de 50/10 mégabits par seconde (Mbps): quelle est la proportion réelle des ménages ruraux n’ayant pas accès aux vitesses de 50/10 Mbps prétendument offertes?
Response
Mme Gudie Hutchings (secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada fait des investissements importants pour s'assurer que tous les Canadiens ont accès aux vitesses Internet dont ils ont besoin, peu importe où ils vivent au Canada.
Dans le passé, les programmes de financement du haut débit ont ciblé des vitesses Internet de 5/1 Mbps, qui sont les vitesses nécessaires pour les utilisateurs uniques et l'utilisation de base d'Internet. En 2019, 91,7 % des résidants ruraux avaient accès à ces vitesses. Cependant, la demande de données et de vitesses a changé au fil du temps, en particulier en raison de la pandémie de COVID-19. La définition actuelle d'Internet à large bande du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, ou CRTC, est le téléchargement de 50 Mbps et le téléchargement de 10 Mbps, car c'est la vitesse nécessaire pour permettre aux utilisateurs d'entreprendre simultanément des applications plus lourdes en données, comme la diffusion en continu. En 2019, seuls 37 % des ménages ruraux avaient accès à 50/10 Mbps illimités. Cependant, en 2020, 50/10 Mbps étaient disponibles pour 45,6 % de la population des zones rurales. C'est une amélioration de près de 10 % en un an. Cet objectif a été atteint grâce à un engagement à améliorer la large bande de la part du gouvernement fédéral ainsi que des provinces, des territoires, des fournisseurs de services Internet et d'autres partenaires.
Le gouvernement reconnaît qu'il reste du travail à faire pour combler le fossé numérique entre les zones urbaines et rurales. Le budget de 2021 prévoit 1 milliard de dollars supplémentaires sur six ans, à compter de 2021-2022, au Fonds pour la large bande universelle, ou FLBU, ce qui porte le fonds à 2,75 milliards de dollars pour soutenir un déploiement plus rapide des projets de large bande. Il s’agit du plus important investissement dans la large bande de l’histoire du Canada. Les investissements du gouvernement permettront de connecter 98 % des Canadiens de tout le pays à Internet haute vitesse d'ici 2026, dans le but de connecter tous les Canadiens d'ici 2030. Reconnaissant la nécessité d'une connectivité accélérée en raison de la pandémie du COVID-19, l'UBF a également demandes acceptées dans le cadre du Volet de réponse rapide. Le Volet de réponse rapide alloue 150 millions de dollars à des projets prêts à l'emploi qui relieront de nombreux Canadiens des régions rurales et éloignées d'ici la fin de 2021. Les annonces des bénéficiaires retenus pour le volet d'intervention rapide du FLBU sont déjà en cours. Au 20 mai 2021, près de 47 millions de dollars de financement ont été annoncés pour connecter plus de 30 000 ménages via le Volet de réponse rapide. Le gouvernement a également annoncé une entente avec la province de Québec pour connecter jusqu'à 150 000 ménages d'ici la fin de 2022. Cette entente connue sous le nom d'Opération Haute Vitesse est rendue possible grâce à un investissement partagé de 826 millions de dollars.
Innovation, Sciences et Développement économique Canada, ou ISED, et le CRTC collaborent activement afin d’alimenter les cartes de couverture et les bases de données qui fournissent une compréhension exhaustive de la disponibilité des réseaux de télécommunications à l’échelle du Canada. Ces dernières années, ISDE et le CRTC ont amélioré considérablement la granularité de l’information sur la couverture à large bande mise à la disposition du public. Par exemple, les données de couverture des ménages sont maintenant affichées par segment de route de 25 m. Ces cartes consultables et leurs données sous-jacentes à être téléchargées sont disponibles sur le Web, sur la Carte nationale des services Internet à large bande. En cas de disparité, les utilisateurs doivent communiquer avec les fournisseurs de services Internet en question à des fins de vérification initiale. Si l’information demeure inadéquate une fois la vérification effectuée, les utilisateurs peuvent communiquer avec ISDE afin de connaître les prochaines étapes.
En outre, plusieurs outils sont offerts à la population canadienne; ils permettent de tester la connexion Internet des ménages afin de vérifier s’ils reçoivent les services pour lesquels ils paient. Toutefois, certains facteurs tels que la distance entre le serveur d’essai et l’emplacement du signal Wi-Fi dans la maison, en cas de connexion sans fil, peuvent avoir une incidence sur les résultats du test. À l’heure actuelle, le CRTC entreprend une étude sur le rendement des services à large bande vendus aux Canadiens. Pour de plus amples renseignements, on peut consulter le site à l’adresse https://crtc.gc.ca/fra/publications/reports/rp200601/rp200601.htm.
Les Canadiens préoccupés par le fait qu’ils n’obtiennent pas les vitesses Internet pour lesquelles ils ont payé peuvent exprimer leurs inquiétudes au Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications, ou CPRST. Cet organisme indépendant a été mis sur pied pour offrir un recours aux consommateurs et aux petites entreprises lorsqu'ils ne parviennent pas à régler un désaccord avec leurs fournisseurs de services de télécommunications. Pour de plus amples renseignements sur le CPRST, ou pour savoir comment déposer une plainte, on peut consulter le site Web du CPRST à l’adresse www.ccts-cprst.ca/fr/ ou téléphoner sans frais au 1-888-221-1687.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, today I will be splitting my time with the hon. member for Vancouver Centre.
Kwe. Unusakut. Tansi. Hello. Bonjour. I want to acknowledge that I am speaking today from the traditional territory of the Algonquin Anishinabe people.
Indigenous communities, families and friends are hurting. Emotions are high, and the pain is real. For indigenous people, the events this week may not be a surprise. It does not make it less of a shock or less painful. There is not a single community that is not grieving today. The news that came from Kamloops last week has opened up wounds that were not closed, even if people thought they were closed.
Our thoughts and actions at this time must support the communities and families in recovering the truth, so that they could continue to heal. We cannot heal without the truth, as painful as it is. It is on the hearts and minds of all Canadians, and frankly, if it is not, it should be.
Over the past week, people have shared piercing and atrocious anecdotes that really show what kind of places those facilities were, and indeed the testimonials today from members in the House certainly reinforces that. I thank them for their testimonials.
I was reminded by a faith healer friend who I rely heavily upon that, for example, the Mohawk Institute in Six Nations had an orchard and had apples, but the kids could not eat them. They were punished if they did. There were chickens, but the kids could not take the eggs because the eggs were sent to market. The only time they would get one was at Easter. Calling those places schools is to use a euphemism. They were labour camps, and people starved.
I know people are eager to get answers as to what the federal government will do, what we will do nationally and what Canada will do. Let me say this clearly, we will be there for indigenous communities that want to continue the search for the truth.
The reality is that this is something that will be dictated to us by the communities that are affected, as set forth notably in call to action 76 in the body of the Truth and Reconciliation Report. We will be there for communities. We do have to respect the privacy, space and mourning period of those communities that are collecting their thoughts and putting together their protocols as to how to honour these children. They have asked us specifically for that. We will do that, and Canadians must respect that.
Yesterday, the Minister of Crown-Indigenous Relations announced $27 million in funding to support the ongoing NCTR and to implement calls to action 74 to 76. This will fund support for survivors, their families and communities across Canada to locate and memorialize children who died or went missing while attending residential schools.
We also have to look one another right in the eyes and face the fact that the general public either misunderstands or is ignorant of certain chapters of our history, especially the most painful ones. This truth is hard to bear, particularly for the indigenous communities affected and for the individuals and families who are reliving very painful parts of their own history or that of their parents, cousins, uncles and aunts.
As leaders, politicians and members of Parliament, it is also our role to educate and contribute to that education. In light of what we have learned this week, it is once again clear that many more truths remain to be uncovered. Explanations are needed. Too often, that explanation comes from indigenous peoples themselves. Too often, the job of educating Canadians has fallen to them, and, too often, we do not transmit that knowledge to our children. Fortunately, children are now learning about this in school, and they are telling us the harsh truth about what happened. Placing this burden on indigenous peoples is not fair. It should not be their burden to carry.
I repeat: We will be there for indigenous communities and families. We will support the search for truth and we will implement calls to action 72 to 76, among others, with an initial investment of $27 million. This funding will be distributed according to the priorities and requests of the communities themselves.
The government's role is to financially support communities in their grieving and healing process, as the wounds are still very fresh in this case. The communities will decide themselves whether they want to proceed with more extensive searches or not.
In this particular case, we spoke directly with indigenous leaders in Kamloops and the surrounding communities to offer mental health and security services, because emotions are running high, but we will respect the space they asked us to respect.
Obviously, this is painful for families who may have had uncles, aunts or cousins who disappeared and were never heard from again, but the key point here is that the Government of Canada will be there with the necessary support and funding for the communities that need it.
One of the many things being highlighted and underscored this week, in the midst of the heartache in Kamloops, is that indigenous children belong with their families and communities. Kids belong at home, where they can be with their relatives and elders; where they can learn their nation's culture, language and traditions; and where they can be given back all that was taken from, their parents and their grandparents. Bill C-92 affirms this inherent right. I would note that this basic right is one that the rest of us take for granted.
All of us share the responsibility to ensure this happens. The number of indigenous children who have been taken away in care in recent years far exceeds the number who attended residential schools. That should set in. In 2016, more than 52% of children in foster care in Canada were indigenous, and they account for 7% of the child population. The truth is that for children taken away from their community, their connections to their cultures and traditions were impacted too.
Fixing a broken system requires long-term reforms. The Government of Canada is determined to eliminate and continues to eliminate these discriminatory policies and practices against indigenous children, and we are doing it hand-in-hand with indigenous partners. The Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families, which responds to calls to action, is a new way forward. Indigenous governments and communities have always been empowered to decide what is best for their children, their families and their communities, and the act provides a path for them to fully exercise and lift up that jurisdiction.
As a result of this work, led by indigenous communities, two indigenous laws are now enforced: the Wabaseemoong Independent Nations law in Ontario and the Miyo Pimatisowin Act of the Cowessess First Nation in Saskatchewan. In each of these communities, children will have greater opportunity to grow up immersed in their culture and surrounded by loved ones. They will be welcomed home.
We are moving closer to achieving our shared ultimate goal of reducing the number of indigenous children in care. Systemic reform of the child and family services system is one important step. Compensation for past harms is another.
Since the CHRT issued its first order for Canada to cease its discriminatory practices in 2016, we have been working with first nations leaders and partners to implement the tribunal's orders.
We have the same goal of fair and equitable compensation. Let me be clear that no first nations children will be denied fair and equitable compensation. Children should not be denied the products or services they need because governments cannot agree on who will pay for them. It is why, via Jordan's principle, we have funded approximately $2 billion in services, speech therapy, educational supports, medical equipment, mental health services and so much more. This is transformative and the right thing to do.
The government is not questioning or challenging the notion that first nations children who were removed from their homes, families and communities should be compensated. We are committed to providing first nations children with access to the necessary supports and services, but it is important to obtain clarity on certain limited issues, which is why we brought the judicial review forward. We need to focus on what is really important, ensuring fair and equitable compensation of first nations children affected by the child and family services program and that first nations children have access to the supports they need when they need them.
I would remind the House that there are also two competing class actions that deal essentially with the same group of children. We are, nevertheless, in discussions with the parties to the various cases, but those discussions must remain confidential out of respect.
Finally, no court case can achieve the transformative change that we need to achieve as a country.
As the recent discovery in Kamloops reminds us once again, every child in this country should have the support and services they need to thrive.
Removing a child from their family or community must be an absolute last resort. We need to do the work to change the system and ensure that every person is treated equally and fairly, without prejudice or injustice, and with respect and dignity. It is our responsibility as a government and as Canadians who want to make Canada a better place for everyone.
We cannot change the past, but we can learn from it and find ways to right some historic wrongs, to acknowledge what never should have happened and do everything we can to ensure a better future.
Meegwetch. Nakurmik. Masi cho.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Vancouver Centre.
Kwe. Unusakut. Tansi. Hello. Bonjour. Je tiens à reconnaître d’abord que je m’exprime aujourd’hui depuis le territoire ancestral du peuple algonquin anishinabe.
Les collectivités, les familles et les amis autochtones souffrent. Les émotions sont fortes et la douleur est réelle. Pour les Autochtones, les événements de cette semaine ne sont peut-être pas une surprise. Cela ne les rend pas moins choquants ou moins douloureux. Il n’y a pas une seule collectivité qui ne soit pas en deuil aujourd’hui. Les nouvelles venues de Kamloops la semaine dernière ont rouvert des blessures qui n’étaient pas cicatrisées, même si les gens pensaient qu’elles l’étaient.
Nos pensées et nos actions en ce moment doivent aider les collectivités et les familles à découvrir la vérité, afin qu’elles puissent continuer à guérir. Nous ne pouvons pas guérir sans la vérité, aussi douloureuse soit-elle. Elle est dans le cœur et l’esprit de tous les Canadiens, et honnêtement, si elle ne l’y est pas, elle devrait y être.
Au cours de la semaine dernière, les gens ont livré des récits poignants et atroces qui montrent vraiment quel genre d’endroits ces établissements étaient, et effectivement, les témoignages de députés aujourd’hui le confirment. Je les remercie pour leurs témoignages.
Un ami guérisseur sur lequel je compte beaucoup m’a rappelé que, par exemple, l’Institut Mohawk à Six Nations avait un verger et des pommes, mais les enfants ne pouvaient pas en manger. Ils étaient punis s’ils le faisaient. Il y avait des poules, mais les enfants ne pouvaient pas prendre les œufs parce qu’ils étaient destinés au marché. La seule fois où ils pouvaient en avoir un, c’était à Pâques. Appeler ces endroits des écoles est un euphémisme. C’étaient des camps de travail, et les gens mouraient de faim.
Je sais que les gens sont impatients d’obtenir des réponses sur ce que le gouvernement fédéral fera, ce que nous ferons à l’échelle nationale et ce que le Canada fera. Permettez-moi de vous dire clairement que nous serons là pour les collectivités autochtones qui veulent poursuivre la quête de la vérité.
Le fait est que la suite nous sera dictée par les collectivités touchées, comme cela a été énoncé particulièrement dans l’appel à l’action 76 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Nous serons là pour les collectivités. Nous devons respecter la vie privée, l’espace et la période de deuil de ces collectivités qui reprennent leurs esprits et élaborent leurs protocoles pour honorer ces enfants. Elles nous ont expressément demandé de le faire. Nous le ferons, et les Canadiens doivent le respecter.
Hier, la ministre des Relations Couronne-Autochtones a annoncé un financement de 27 millions de dollars pour soutenir le Centre national pour la vérité et la réconciliation et mettre en œuvre les appels à l’action 74 à 76. Ce financement permettra d’aider les survivants, leur famille et les collectivités de tout le Canada à localiser et commémorer les enfants qui sont morts ou ont disparu alors qu’ils fréquentaient les pensionnats.
Nous devons aussi nous regarder directement dans les yeux et faire face à cette réalité, à savoir une certaine méconnaissance ou une ignorance du grand public sur certains points de notre histoire, et surtout les moments les plus pénibles. C'est une vérité qui est très pénible, d'abord et avant tout pour les communautés autochtones affectées, les individus et les familles qui revivent des moments très pénibles de leur propre histoire ou celle de leurs parents, cousins, oncles et tantes.
Notre rôle à tous, en tant que leaders, politiciens et députés de la Chambre, est aussi d'éduquer et de contribuer à cette éducation. À la lumière de ce que l'on a vu cette semaine, force est de constater que, encore une fois, il reste beaucoup de vérités à découvrir. Cela doit être expliqué. Trop souvent, cette explication provient des peuples autochtones eux-mêmes. Trop souvent, ils ont pris sur leurs épaules la responsabilité d'éduquer les Canadiens et, trop souvent, nous ne transmettons pas cette connaissance à nos enfants. Heureusement, maintenant, les enfants apprennent cela à l'école et ils nous relatent la vérité très difficile de ce qui s'est passé. Ce fardeau sur les épaules des peuples autochtones n'est pas juste, et ils ne devraient pas l'avoir.
Je le dis et je le répète: nous serons là pour les communautés et les familles autochtones. Nous soutiendrons la recherche de la vérité et nous répondrons aux appels à l'action 72 à 76, entre autres, par un premier investissement de 27 millions de dollars. Ce financement sera distribué en fonction des priorités et des demandes des communautés elles-mêmes.
Le rôle du gouvernement est d'appuyer financièrement les communautés dans leur processus de deuil et de guérison, encore très vif dans ce cas-ci. Les communautés elles-mêmes prendront des décisions si, oui ou non, elles vont procéder à des fouilles plus invasives.
Dans le cas présent, à Kamloops et dans les communautés environnantes, nous avons directement parlé au leaders pour leur offrir des services en santé mentale et en sécurité, car les émotions sont vives, mais nous allons respecter l'espace qu'elles nous ont demandé de respecter.
C'est évidemment pénible pour les familles qui ont peut-être eu des oncles, des tantes ou des cousins ayant disparu, desquels ils n'ont pas encore de nouvelles, mais le point à retenir, c'est que le gouvernement du Canada sera là avec le soutien et le financement nécessaires pour les communautés qui en auront besoin.
L’une des nombreuses choses mises en évidence soulignée cette semaine, au milieu de la douleur à Kamloops, est que les enfants autochtones ont leur place dans leur famille et leur collectivité. La place des enfants est à la maison, où ils peuvent être avec leurs parents et leurs aînés; où ils peuvent apprendre la culture, la langue et les traditions de leur nation; et où ils peuvent recevoir en retour tout ce qui a été pris à leurs parents et à leurs grands-parents. Le projet de loi C-92 affirme ce droit inhérent. Je tiens à souligner que ce droit fondamental est un droit que nous tenons tous pour acquis.
Nous partageons tous la responsabilité de veiller à ce qu’il en soit ainsi. Le nombre d’enfants autochtones qui ont été pris en charge au cours des dernières années dépasse de loin le nombre de ceux qui ont fréquenté les pensionnats. Il faut en prendre conscience. En 2016, plus de 52 % des enfants placés en famille d’accueil au Canada étaient Autochtones et ils représentent 7 % de la population des enfants. La vérité est que pour les enfants retirés de leur collectivité, leurs liens avec leur culture et leurs traditions ont aussi été compromis.
Réparer un système qui ne fonctionne pas nécessite des réformes à long terme. Le gouvernement du Canada est déterminé à éliminer et continue d’éliminer ces politiques et pratiques discriminatoires envers les enfants autochtones, et nous le faisons main dans la main avec nos partenaires autochtones. La Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis, qui répond à des appels à l’action, ouvre une nouvelle voie. Les gouvernements et les collectivités autochtones ont toujours été habilités à décider de ce qui est le mieux pour leurs enfants, leurs familles et leurs collectivités, et la loi leur donne la possibilité d’exercer pleinement ce pouvoir et de le renforcer.
Grâce à ce travail, mené par les collectivités autochtones, deux lois autochtones sont désormais appliquées: la loi des Nations indépendantes Wabaseemoong en Ontario et la Cowessess First Nation Miyo Pimatisowin Act, en Saskatchewan. Dans chacune de ces communautés, les enfants auront davantage l’occasion de grandir dans leur propre culture et entourés de leurs proches. Ils seront accueillis chez eux.
Nous nous rapprochons de notre objectif ultime commun de réduire le nombre d’enfants autochtones pris en charge. La réforme du système de services à l’enfance et à la famille est une étape importante. La réparation des préjudices subis en est une autre.
Depuis que le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu sa première ordonnance pour que le Canada cesse ses pratiques discriminatoires en 2016, nous collaborons avec les dirigeants et les partenaires des Premières Nations pour que soient respectées les ordonnances du tribunal.
Nous avons l’objectif commun d’une indemnisation juste et équitable. Je veux être clair: aucun enfant des Premières Nations ne se verra refuser une indemnisation juste et équitable. Les enfants ne devraient pas se voir refuser les produits ou les services dont ils ont besoin parce que les gouvernements ne peuvent pas s’entendre sur qui les paiera. C’est pourquoi, grâce au principe de Jordan, nous avons injecté environ 2 milliards de dollars dans divers services, en orthophonie, en soutien scolaire, en équipement médical, en services de santé mentale et bien plus encore. C’est transformateur et c’est ce qu'il faut faire.
Le gouvernement ne remet pas en question l’idée que les enfants des Premières Nations qui ont été retirés de leur foyer, de leur famille et de leur collectivité devraient être indemnisés. Nous sommes déterminés à fournir aux enfants des Premières Nations l’accès aux soutiens et aux services nécessaires, mais il est important de clarifier certaines questions limitées, et c’est pourquoi nous avons demandé une révision judiciaire. Nous devons nous concentrer sur ce qui est vraiment important, c’est-à -dire assurer une indemnisation juste et équitable aux enfants des Premières Nations touchés par le programme des services à l’enfance et à la famille et faire en sorte que les enfants des Premières Nations aient accès au soutien dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.
Je rappelle à la Chambre qu’il existe également deux recours collectifs concurrents qui portent essentiellement sur le même groupe d’enfants. Nous sommes néanmoins en pourparlers avec les parties aux différentes affaires, mais ces discussions doivent rester confidentielles par respect.
Enfin, aucune affaire judiciaire ne peut réaliser le changement transformateur que nous devons effectuer en tant que pays.
Comme nous l'avons encore rappelé lors de la récente découverte à Kamloops, chaque enfant de ce pays devrait avoir le soutien et les services dont il a besoin pour s'épanouir.
Le fait de retirer un enfant de sa famille ou de sa communauté devrait être un absolu dernier recours. Nous devons faire le travail nécessaire pour changer le système et veiller à ce que chaque personne soit traitée de manière équitable et juste, sans préjugés ou injustices, mais avec respect et dignité. C'est notre responsabilité en tant que gouvernement et en que tant que Canadiens qui veulent faire du Canada un meilleur endroit pour tous.
Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous pouvons en tirer des leçons pour chercher des moyens de remédier à ces torts, de reconnaître ce qui n'aurait jamais dû arriver et de faire tout notre possible pour assurer un avenir meilleur.
Meegwetch. Nakurnii. Masi cho.
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-06-03 18:40 [p.7939]
Madam Speaker, I would like to begin by acknowledging that I am addressing the House today from my riding of Vaudreuil—Soulanges, situated on land that has a shared history among the Huron-Wendat nation, the Mohawk, the Anishinabe Nation and the Six Nations. I feel it is also important and essential to acknowledge the long-standing heritage of the Métis in my community of Vaudreuil—Soulanges.
I have the privilege today of speaking to Bill C-8, an act to amend the Citizenship Act (Truth and Reconciliation Commission of Canada's call to action number 94).
If this bill is passed, it would change Canada's oath of citizenship to put the presence of indigenous people on this land at the heart of the solemn oath taken by newcomers when they become part of the Canadian family.
June is National Indigenous History Month. It is a time for all Canadians to learn about the history of indigenous peoples in Canada, to recognize and acknowledge past mistakes, and to move towards reconciliation.
However, this month our hearts are heavier than they normally are. Locating the remains of 215 children near the former Kamloops Indian Residential School is a painful reminder of a dark and shameful chapter of our country's recent history. Our hearts are with the Tk'emlúps te Secwépemc First Nation, as well as with all indigenous communities across the country.
It is our collective responsibility to acknowledge the legacy of residential schools and the devastating effects they have had, and continue to have, on indigenous peoples and their communities. As Canadians, we must commit to understanding the atrocities of residential schools and what we can do to address their legacy, and continue to move towards reconciliation with indigenous peoples in Canada.
The government is committed to fighting all forms of systemic racism. We have started a dialogue with racialized communities and indigenous people to hear their stories. We recognize that these conversations must inspire laws, policies and collaborative solutions to protect indigenous languages, traditions and institutions.
It is in this spirit that we put forward this bill to help new Canadians at the culmination of their journey to citizenship understand the fundamental, historical truths of their new country, beginning not with Confederation, but with the presence of first nations, Inuit and Métis peoples.
Bill C-8 is one part of the government's comprehensive and ongoing commitment to implement all of the recommendations and calls to action contained in the report of the Truth and Reconciliation Commission, which marked it sixth anniversary yesterday.
Bill C-8 is a direct response to call to action 94, a call to amend the oath of citizenship. While there is so much more to be done, we hope that Bill C-8 can serve as a unanimous gesture of reconciliation by virtue of an all-party agreement to implement the proposed changes to the oath of citizenship.
While the changes proposed to the oath of citizenship may only amount to a small fragment of text, that text is enormously potent and rich in meaning. If adopted, the new oath of citizenship would read as follows:
I swear (or affirm) that I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty Queen Elizabeth the Second, Queen of Canada, Her Heirs and Successors, and that I will faithfully observe the laws of Canada, including the Constitution, which recognizes and affirms the Aboriginal and treaty rights of First Nations, Inuit and Métis peoples, and fulfil my duties as a Canadian citizen.
This wording reflects the input received from national indigenous organizations including the Assembly of First Nations, ITK and the Métis National Council. I want to thank them sincerely on behalf of the House for their contributions.
Thanks to the major contributions of these organizations, we have worked together to ensure that the proposed new oath of citizenship is even more inclusive and represents the rich history of indigenous, Inuit and Métis peoples across Canada.
Thanks to their important contributions, the government believes that the wording put forth in the bill is inclusive of first nations, Inuit and Métis peoples' input and experiences. It is, we believe, an authentic response to call to action 94.
The wording proposed in Bill C-8 invites new Canadians to faithfully observe the laws of Canada including the Constitution, which recognizes and affirms the aboriginal and treaty rights of first nations, Inuit and Métis peoples.
This is a very important change because it emphasizes the fact that ancestral rights are collective rights that are protected by the Constitution under section 35 of the Constitution Act, 1982. These rights are based on indigenous people's historic occupation and use of the lands now known as Canada.
Furthermore, this reference informs newcomers that these rights predate the Constitution and are reinforced and upheld by the highest law in the land. Henceforth a new Canadian's life as a citizen begins with affirming the principle of reconciliation with Canada's most ancient residents.
While the pandemic has temporarily put a stop to in-person ceremonies, we continue to hold ceremonies virtually. It is truly moving and joyful to know that virtual ceremonies can now be witnessed by families and friends outside of Canada. This means an even wider audience learning about the history of Canada, while putting a spotlight on the important history of indigenous peoples in Canada on the global stage.
Furthermore, the participation of indigenous elders enriches these ceremonies. It is truly remarkable to see the coming together of this land's oldest and newest communities celebrating what it means to live together in equality and harmony. At the very centre of that occasion is indeed the oath of citizenship, a pledge to uphold the values for which we strive as a nation: equality, diversity and respect within an open and free society. This bill ensures that new Canadians now embrace and affirm the rights and treaties of indigenous peoples and know that they are an integral part of Canada's history and future.
While we are also working in partnership with first nations, Inuit and Métis nations on many other components of the calls to action, we are also working on call to action 93, which is a new citizenship guide and supporting educational tools that will include more information on indigenous history, something that has been called for now for quite some time.
Once completed, the revised citizenship study guide, the new citizenship test and the oath will be mutually supportive of these lessons. Furthermore, educational resources will be provided to classrooms across Canada so all students can learn these lessons. I hope all members will join us in these steps on the path to reconciliation. We call on all parties to support the historic and symbolic meaning of the new oath of citizenship.
I want to take a moment to thank all parties for agreeing to move this forward as quickly as possible and ensure that we are able to deliver on yet another call to action in the Truth and Reconciliation Commission's recommendations.
It is one more step toward transforming a relationship between the Crown and indigenous peoples, one of many more important steps to come. We must continue in steadfast determination to move forward in mutual respect and co-operation. This means listening to and learning from indigenous partners, communities and youth, and acting decisively on what we have heard to continue building trust and bring about healing.
I look forward to working with all members in support of this bill.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à souligner que je m'adresse à la Chambre aujourd'hui depuis ma circonscription, Vaudreuil—Soulanges, qui se trouve sur un territoire où la nation huronne-wendat, les Mohawks, la nation anishinabe et les Six Nations ont une histoire commune. Je crois qu'il est également important et essentiel de reconnaître le patrimoine de longue date des Métis dans ma circonscription, Vaudreuil—Soulanges.
Aujourd'hui, j'ai le privilège de parler du projet de loi C-8, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté, appel à l’action numéro 94 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
Si elle est adoptée, cette loi changera le serment de citoyenneté du Canada pour placer la présence des peuples autochtones sur cette terre au centre de l'engagement solennel pris par les nouveaux arrivants lorsqu'ils sont accueillis dans la famille canadienne.
Le mois de juin est le Mois national de l'histoire autochtone. C'est une occasion pour tous les Canadiens d'en apprendre davantage sur l'histoire des peuples autochtones au Canada, de reconnaître les erreurs du passé et d'avancer vers la réconciliation.
Cependant, nos cœurs sont plus lourds que d'habitude, ce mois-ci. La découverte des restes de 215 enfants près de l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops est un rappel douloureux d'un chapitre sombre et honteux de l'histoire récente de notre pays. Nous sommes de tout cœur avec la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc et toutes les communautés autochtones du pays.
Il est de notre responsabilité collective de reconnaître les séquelles des pensionnats et les effets dévastateurs qu'ils ont eus et qu'ils continuent d'avoir sur les Autochtones et leurs communautés. En tant que Canadiens, nous devons nous engager à comprendre les atrocités commises dans les pensionnats et les mesures que nous pouvons prendre pour atténuer ses séquelles et continuer à avancer vers la réconciliation avec les peuples autochtones du Canada.
Le gouvernement s'est engagé à lutter contre le racisme systémique sous toutes les formes. Nous avons cherché un dialogue avec les communautés racisées et les peuples autochtones pour entendre leurs histoires. Nous reconnaissons que ces dialogues doivent inspirer des lois, des politiques et des solutions collaboratives pour protéger les langues, les traditions et les institutions autochtones.
C'est dans cet esprit que nous avons présenté le projet de loi: pour aider les nouveaux Canadiens, au point culminant de leur parcours vers la citoyenneté, à comprendre les vérités fondamentales et historiques de leur nouveau pays, qui a commencé non pas avec la Confédération, mais avec la présence des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Le projet de loi C-8 est l'un des éléments de l'engagement continu et ferme du gouvernement de mettre en œuvre toutes les recommandations et les appels à l'action du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, qui a célébré son sixième anniversaire hier.
Le projet de loi C-8 est une réponse directe à l'appel à l'action no 94, qui demande de modifier le serment de citoyenneté. Il reste beaucoup à faire, mais nous espérons que le projet de loi C-8 puisse être considéré comme un geste unanime de réconciliation, étant donné que tous les partis s'entendent pour mettre en œuvre les changements proposés au serment de citoyenneté.
Même si les changements proposés au serment de citoyenneté ne représentent qu'un petit bout de texte, celui-ci est extrêmement puissant et riche de sens. S'il est adopté, le nouveau serment de citoyenneté se lirait comme suit:
Je jure fidélité et sincère allégeance à Sa Majesté la Reine Elizabeth Deux, Reine du Canada, à ses héritiers et successeurs et je jure d’observer fidèlement les lois du Canada, y compris la Constitution, qui reconnaît et confirme les droits — ancestraux ou issus de traités — des Premières Nations, des Inuits et des Métis, et de remplir loyalement mes obligations de citoyen canadien.
Le libellé reflète les commentaires provenant d'organismes autochtones nationaux, notamment l'Assemblée des Premières Nations, l'Inuit Tapiriit Kanatami et le Ralliement national des Métis. Je tiens à les remercier sincèrement de leurs contributions au nom de la Chambre.
Grâce aux contributions importantes de ces organisations, nous avons travaillé ensemble afin d'assurer que le nouveau serment de citoyenneté proposé est encore plus inclusif et représente la riche histoire des peuples autochtones, inuits et métis, partout au Canada.
Le gouvernement est d'avis que la formulation du projet de loi tient compte des commentaires et de l'expérience des Premières Nations, des Inuits et des Métis, étant donné leur participation importante au processus. Nous croyons qu'il s'agit d'une réponse authentique à l'appel à l'action no 94.
Le projet de loi C-8 invite les nouveaux Canadiens à observer fidèlement les lois du Canada, y compris la Constitution, qui reconnaît et confirme les droits — ancestraux ou issus de traités — des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Il s'agit d'un changement très important, car il souligne le fait que les droits ancestraux sont des droits collectifs protégés par la Constitution en vertu de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Ces droits reposent sur l'occupation et l'utilisation historiques de ces terres par les peuples autochtones, dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Canada.
Cette formulation signale aussi aux nouveaux arrivants qu'il s'agit de droits antérieurs à la Constitution, qui sont renforcés et respectés par la loi suprême du pays. Ainsi, le principe de la réconciliation avec les premiers résidants du pays sera présent dès le début de leur nouvelle vie de citoyens canadiens.
Bien que la pandémie ait interrompu les cérémonies en personne, nous avons encore des cérémonies en ligne. Il est vraiment émouvant et réjouissant de savoir que ces cérémonies en ligne peuvent être visionnées par les membres de la famille et les amis qui vivent à l'extérieur du Canada. C'est donc dire qu'un auditoire encore plus vaste aura l'occasion d'en apprendre davantage sur l'histoire du Canada, et que l'histoire des peuples autochtones, très importante, aura encore plus de visibilité sur la scène internationale.
De plus, ces cérémonies sont enrichies par la participation d'aînés autochtones. Il est vraiment remarquable de voir ainsi les communautés les plus anciennes et les plus récentes du pays célébrer une vie commune faite d'égalité et d'harmonie. Le serment de citoyenneté se trouve au cœur même de la cérémonie; c'est alors que les nouveaux Canadiens s'engagent à respecter les valeurs auxquelles nous aspirons en tant que nation, soit l'égalité, la diversité et le respect au sein d'une société ouverte et libre. Grâce à ce projet de loi, les nouveaux Canadiens reconnaîtront et respecteront les droits et les traités des peuples autochtones et sauront qu'ils font partie intégrante de l'histoire et de l'avenir du Canada.
Bien que nous travaillions également en partenariat avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis sur de nombreux autres éléments des appels à l'action, nous travaillons également sur l'appel à l'action no 93, qui demande un nouveau guide sur la citoyenneté et des outils éducatifs connexes qui expliqueront mieux l'histoire des peuples autochtones, quelque chose qu'on réclame depuis longtemps.
Une fois terminés, le guide d'étude révisé sur la citoyenneté, le nouvel examen pour la citoyenneté et le serment viendront appuyer mutuellement les leçons. De plus, des ressources éducatives seront fournies dans les salles de classe de tout le Canada afin que tous les élèves puissent apprendre les leçons. J'espère que l'ensemble des députés se joindront à nous pour franchir ces étapes vers la réconciliation. Nous demandons à tous les partis d'appuyer la signification historique et symbolique du nouveau serment de citoyenneté.
Je souhaite prendre un moment pour remercier tous les partis d'avoir accepté de faire avancer le dossier aussi rapidement que possible et de nous permettre de donner suite à un autre appel à l'action de la Commission de vérité et réconciliation.
Il s'agit d'un pas de plus vers la transformation des relations entre la Couronne et les peuples autochtones, l'un des nombreux autres pas importants à venir. Nous devons continuer avec une détermination inébranlable, dans le respect mutuel et la coopération. Cela signifie qu'il faut écouter les partenaires, les communautés et les jeunes autochtones et apprendre d'eux, et agir de façon décisive en fonction de ce que nous entendons pour continuer à établir la confiance et favoriser la guérison.
J'ai hâte de travailler avec tous les députés en appui à ce projet de loi.
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-06-03 18:53 [p.7941]
Madam Speaker, the parliamentary secretary spoke about the importance of newcomers knowing about our history. He referenced the new citizenship guidebook that has been under development for five years now. Of course, one of the important components of this history is the fact that Canada committed genocide against indigenous peoples and, in fact, continues to do so under the UN convention's definition of genocide.
Does the member agree that Canada needs to incorporate the fact that it committed genocide against indigenous peoples and continues to do so in the new Canadian citizenship study guide?
Madame la Présidente, le secrétaire parlementaire a parlé de l'importance pour les nouveaux arrivants de connaître notre histoire. Il a fait référence au nouveau guide de la citoyenneté qui est en préparation depuis maintenant cinq ans. Bien sûr, un des éléments importants de notre histoire est le fait que le Canada a commis un génocide contre les peuples autochtones et, en réalité, qu'il continue de le faire, selon la convention des Nations unies sur le génocide.
Le député est-il d'accord que le Canada doit ajouter, dans le nouveau guide de la citoyenneté, le fait qu'il a commis un génocide contre les peuples autochtones et qu'il continue de le faire?
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-06-03 18:54 [p.7941]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague not only for her question but for her wonderful work on the immigration committee. I have had the pleasure of working with her for quite some time now on that committee and she is doing some really great work there.
With respect to the hon. member's question, many more consultations need to take place over the summer. As she knows, we take very seriously our consultations and our work directly with indigenous partners across the country's provinces and territories to make sure we get this right. It may take a little longer, but at the end of the day we want to make sure that we do not—
Madame la Présidente, j'aimerais remercier la députée de sa question et aussi de son travail remarquable au sein du comité de l'immigration. J'ai le plaisir de siéger avec elle à ce comité depuis un bon moment, et elle fait de l'excellent travail.
En ce qui concerne la question de la députée, il devra y avoir beaucoup plus de consultations au cours de l'été. Comme elle le sait, nous prenons les consultations très au sérieux et nous travaillons directement avec nos partenaires autochtones dans toutes les provinces et tous les territoires afin de nous assurer de bien faire les choses. Cela prendra peut-être un peu plus de temps, mais au bout du compte, nous voulons faire en sorte de ne pas...
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-06-03 19:26 [p.7946]
Madam Speaker, I am dismayed that, despite it being six years since the Truth and Reconciliation Commission's calls to action had been tabled, the Liberal government has been exceedingly slow at implementing even the simplest of the calls to action.
According the CBC Beyond 94 tracker, it remains that there are still only 10 out of 94 TRC recommendations completed as of June 1, 2021. Bill C-8 is emblematic of the pace at which the Liberal government has been moving with reconciliation. The concerning rate at which the government has been addressing the calls to action leads me to question the government’s timeline and commitment to fully implement all the calls to action.
During the five-year anniversary on December 15, 2020, the commissioners of the TRC report issued a joint statement to indicate that the government’s process has been too slow. Former TRC commissioner Ms. Marie Wilson highlighted that revising the citizenship guidebook and updating the oath of citizenship to reflect a more inclusive history of indigenous peoples and recognition of their rights was low-hanging fruit among the TRC recommendations.
Yet, this is the third time it has been introduced. In the years that led up to it, of the official list of organizations consulted provided by IRCC, only four were indigenous organizations and the others were six organizations focusing on immigration, including a couple of Catholic organizations, demonstrating that the imprint of colonialism persists to this day.
While the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs heard from a number of witnesses that the wording could have been improved, they were ultimately in favour of passing it so that we could move on to focusing on some of the more major calls to action. Indeed, the Liberals and Conservatives voted down NDP amendments that would address the concerns raised by adding a recognition of inherent rights of first nations as well as aboriginal title rights in the citizenship oath. This is shameful.
The government cannot say it supports the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, which explicitly speaks to free, prior and informed consent. Article 10 states:
Indigenous peoples shall not be forcibly removed from their lands or territories. No relocation shall take place without the free, prior and informed consent of the indigenous peoples concerned and after agreement on just and fair compensation and, where possible, with the option of return.
Yet we continue to see ongoing violations of this very article. This is a clear example of the ongoing colonialism that persists today.
Let us look at what is happening with the Mi’kmaq fishers. DFO has decided that they cannot fish now even though this is a clear violation of their treaty rights to earn a moderate livelihood. UNDRIP stipulates that indigenous peoples have the right to self-determination, which is what indigenous fishers are trying to do, earn a living, feed their families and, in some cases, work their way out of poverty.
Now, as a result of the failures of the government to live up to its obligations, they are even afraid of violence from non-indigenous fishers. Their property has been burned, they have been threatened and assaulted, and the government has offered no plan to ensure their safety. This is not reconciliation. In fact, this is what systemic racism and discrimination looks like.
Why is the government not doing everything it can to protect the rights and safety of indigenous fishers? Former TRC commissioner Marie Wilson also pointed out that calls to action 53 and 56 call for the creation of a national council for reconciliation. One of its core functions would be to provide oversight and hold the government accountable to the progress on implementing other TRC calls to action.
The fact that these TRC recommendations are missing in action and have not been among the first that were implemented shows a lack of interest by the government in actually implementing these calls to action. It also does not want to be held accountable in an independent, transparent way.
On the five-year anniversary of the TRC report, Murray Sinclair was critical of the slow pace the government has been moving and said:
It is very concerning that the federal government still does not have a tangible plan for how they will work towards implementing the Calls to Action.
This is how the Liberals treat what they say is their most important relationship. The Liberals are abusing the goodwill of indigenous peoples. As they say with a straight face how much they respect indigenous rights, and cry crocodile tears about what indigenous people have always known in light of the findings of the mass grave of indigenous children at the Kamloops residential school site, they continue to take indigenous children to court.
The Liberals cannot claim to honour the spirits of children who died in residential schools while they continue to take indigenous kids to court. The Liberals cannot claim to take their role in reconciliation seriously when they force survivors of residential schools to wage legal battles for recognition and compensation. I am calling for real action, real justice and real reconciliation, not just more words and symbolic gestures. I am calling on the federal government to stop its legal battles against indigenous kids and survivors of residential schools: battles that have cost millions of taxpayer dollars.
In 2020, Dr. Cindy Blackstock stated that the government had spent at least $9 million fighting against first nations children at the Canadian Human Rights Tribunal. These children do not get a second childhood. As we are sitting here, the government is still fighting survivors of St. Anne's residential school. This cannot be acceptable to anyone who says they want to honour the lives of indigenous children who were ripped away from their loved ones and were subjected to untold abuse and horror. Too many died alone, too many went missing and too many are still suffering from the effects of colonization.
Make no mistake: Genocide was committed against indigenous peoples, and successive Liberal and Conservative governments have continued a genocide against first nations, Métis and Inuit across the country. These are crimes against humanity and it is time for Canada to take full responsibility. I am calling on the Liberals to end their court challenges, to work with survivors, and to ensure that all resources needed are made available to survivors and their communities.
The Canadian Human Rights Tribunal found Canada's discrimination to be “wilful and reckless” and “a worst-case scenario” resulting in unnecessary family separations for thousands of children, and serious harm and even death for other children. These are facts that the government must accept. In addition, the federal government must work with first nations to fund further investigation into the deaths and disappearances of children at residential schools.
The Harper Conservatives denied the TRC the $1.5 million it requested to get an accurate representation of how many unmarked graves there are. The TRC heard from countless witnesses of their existence, but no national effort was made to identify them. This must be addressed.
As stated by Murray Sinclair, retired senator and chair of the Truth and Reconciliation Commission:
We know there are lots of sites similar to Kamloops that are going to come to light in the future. We need to begin to prepare ourselves for that. Those that are survivors and intergenerational survivors need to understand that this information is important for all of Canada to understand the magnitude of the truth of this experience.
I am also calling for full funding of the healing resources that survivors need. The federal government must accelerate its progress to implement the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action and announce a timeline and an independent, publicly accountable mechanism for the fulfillment of the calls to action. We cannot continue to say that we support reconciliation without doing real, meaningful work.
To close, the NDP wants to see the TRC recommendation realized. We want to see this bill come to reality, but we also want to see the new citizenship guidebook, which has been in the making for five years, and we have no information of when it will be available. We want the guidebook to also incorporate that history, and clearly outline that genocide has been committed against indigenous peoples and continues to be. Every newcomer needs to know this history and take it to heart. As indicated, this is not an aboriginal issue: It is an issue for all of Canada. It is a Canadian issue and we need to own up to it. We need to—
Madame la Présidente, les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation ont été présentés il y a six ans. Je suis consternée de voir que le gouvernement libéral a été extrêmement lent à mettre en œuvre ne serait-ce que le plus simple appel à l'action.
Selon l'outil de suivi Beyond 94 de la CBC, seulement 10 des 94 recommandations de la commission ont été réalisées en date du 1er juin 2021. Le projet de loi C-8 est représentatif de la vitesse avec laquelle le gouvernement libéral avance dans le processus de réconciliation. La lenteur inquiétante du gouvernement pour donner suite aux recommandations m'amène à remettre en question son échéancier et son engagement en ce qui concerne la mise en œuvre entière de tous les appels à l'action.
À l'occasion du cinquième anniversaire le 15 décembre 2020, les commissaires du rapport de la commission ont publié une déclaration commune pour indiquer que le processus du gouvernement était trop lent. L'ancienne commissaire Marie Wilson a souligné que la révision du guide de la citoyenneté et la mise à jour du serment de citoyenneté pour refléter davantage l'histoire des peuples autochtones et reconnaître leurs droits faisaient partie des recommandations les plus faciles de la commission.
Pourtant, c'est la troisième fois que ce projet de loi est déposé. D'après la liste fournie par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada de toutes les organisations officielles consultées au fil des ans pour en arriver là, seulement quatre sont des organisations autochtones. Les autres sont six organisations axées sur l'immigration, y compris quelques organisations catholiques, ce qui illustre tout le colonialisme qui perdure dans ce processus.
Bien que différents témoins aient dit au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord que le libellé pouvait être amélioré, celui-ci a finalement décidé de l'adopter tel quel afin que nous puissions passer à autre chose et nous concentrer sur certains des appels à l'action de plus grande envergure. En effet, les libéraux et les conservateurs ont rejeté les amendements du NPD qui auraient apaisé les préoccupations en ajoutant au serment de citoyenneté la reconnaissance des droits inhérents des Premières Nations et des titres ancestraux. C'est honteux.
Le gouvernement ne peut pas affirmer qu'il soutient la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, qui fait expressément référence à un consentement préalable donné librement et en connaissance de cause. L'article 10 se lit comme suit:
Les peuples autochtones ne peuvent être enlevés de force à leurs terres ou territoires. Aucune réinstallation ne peut avoir lieu sans le consentement préalable — donné librement et en connaissance de cause — des peuples autochtones concernés et un accord sur une indemnisation juste et équitable et, lorsque cela est possible, la faculté de retour.
Et pourtant, on continue de contrevenir à cet article. C'est un exemple indéniable du colonialisme endémique qui perdure.
Prenons l’exemple des pêcheurs micmacs. Le ministère des Pêches et des Océans a décidé qu'ils ne pouvaient plus pêcher, même si cette interdiction constitue une violation de leurs droits issus de traités selon lesquels ils peuvent s’assurer une subsistance convenable. La Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones indique que ces derniers jouissent du droit à l’autodétermination, ce qui est exactement ce que les pêcheurs autochtones essayent de faire: gagner leur vie, nourrir leur famille et parfois, sortir de la pauvreté.
Aujourd’hui, à cause des manquements du gouvernement à ses obligations, ils craignent de subir la violence de la part des pêcheurs non autochtones. Leurs propriétés ont été incendiées, ils ont été menacés et attaqués, et le gouvernement n’a rien proposé pour garantir leur sécurité. On est loin de la réconciliation. En réalité, c’est exactement à cela que ressemblent le racisme et la discrimination systémiques.
Pourquoi le gouvernement ne fait-il pas tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les droits et la sécurité des pêcheurs autochtones? Marie Wilson, l’ancienne commissaire de la Commission de vérité et réconciliation, a également signalé que les appels à l’action nos 53 et 56 exigent la création d’un conseil national de réconciliation. Une de ses principales fonctions serait de superviser le gouvernement et de lui demander des comptes pour ce qui est de la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission.
Le fait que ces recommandations de la Commission de vérité et réconciliation sont passées sous silence et ne comptent pas parmi les premières à être mises en œuvre montre que le gouvernement ne s'y intéresse pas du tout et qu'il ne veut pas avoir de comptes à rendre à une instance indépendante ni devoir faire preuve de transparence.
À l'occasion du cinquième anniversaire de la publication du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, Murray Sinclair a déploré la lenteur du gouvernement en ces termes:
[...] il est très préoccupant de constater que le gouvernement fédéral n'a toujours pas de plan concret sur la manière dont il va travailler à la mise en œuvre des appels à l'action.
Voilà comment les libéraux traitent ce qu'ils prétendent être leur relation la plus importante. Les libéraux abusent de la bonne volonté des Autochtones. Alors même qu'ils profèrent sans sourciller leur respect pour les droits autochtones et pleurent des larmes de crocodile à la lumière de ce que les Autochtones ont toujours su et que la découverte d'une fosse commune remplie d'enfants autochtones décédés au pensionnat de Kamloops est venue confirmer, ils continuent de s'opposer aux enfants autochtones dans des poursuites judiciaires.
Les libéraux ne peuvent prétendre honorer l'esprit des enfants décédés dans les pensionnats tout en continuant leur combat judiciaire contre les enfants autochtones. Ils ne peuvent prétendre prendre au sérieux leur rôle dans la réconciliation alors qu'ils forcent les survivants des pensionnats à se battre en justice pour obtenir reconnaissance et indemnisation. Je demande des mesures concrètes, une véritable justice et une véritable réconciliation, et non d'autres paroles et gestes symboliques. Je demande au gouvernement fédéral de mettre un terme à ses litiges contre les enfants autochtones et les survivants des pensionnats: des litiges qui coûtent des millions de dollars aux contribuables.
En 2020, la Dre Cindy Blackstock affirmait que le gouvernement avait dépensé au moins 9 millions de dollars dans ses démêlés avec des enfants des Premières Nations devant le Tribunal canadien des droits de la personne. Ces enfants ne retrouveront jamais l'enfance qu'on leur a volée. En ce moment même, le gouvernement est toujours devant les tribunaux à se battre contre les survivants du pensionnat de St. Anne. Quiconque dit vouloir rendre hommage à la vie des enfants autochtones qui ont été enlevés à leurs proches et assujettis à des sévices et à des horreurs sans nom ne peut trouver cette situation acceptable. Trop de ces enfants sont morts dans la solitude, trop d'enfants ont disparu et trop d'enfants subissent encore les effets de la colonisation.
Ne vous méprenez pas: il y a bel et bien eu un génocide contre les peuples autochtones et les gouvernements libéraux et conservateurs successifs ont perpétué ce génocide contre les Premières Nations, contre les Métis et contre les Inuits partout au pays. Il s'agit de crimes contre l'humanité et le Canada doit en assumer la responsabilité. Je demande aux libéraux d'arrêter les poursuites devant les tribunaux, de collaborer avec les survivants et de s'assurer que toutes les ressources nécessaires sont mises à la disposition des survivants et de leur communauté.
Le Tribunal canadien des droits de la personne a déclaré que la conduite discriminatoire du Canada était « délibérée ou inconsidérée » et qu'elle a donné lieu au « pire scénario envisagé », ce qui a entraîné la séparation inutile de milliers d'enfants de leur famille et causé des torts considérables à d'autres enfants, voire la mort. Il s'agit de faits que le gouvernement doit accepter. De plus, le gouvernement fédéral doit collaborer avec les Premières Nations pour financer d'autres enquêtes sur la mort et la disparition d'enfants dans les pensionnats.
Les conservateurs de Harper ont refusé de verser la somme de 1,5 million de dollars que la Commission de vérité et réconciliation réclamait pour déterminer le nombre exact de tombes sans épitaphe. D'innombrables témoins avaient révélé leur existence à la Commission, mais le fédéral n'a fait aucun effort pour les trouver. Il faut s'attaquer à ce problème.
Comme l'a mentionné Murray Sinclair, sénateur à la retraite et président de la Commission de vérité et réconciliation:
Nous savons que beaucoup de lieux semblables à celui de Kamloops seront découverts. Nous devons commencer à nous y préparer. Les survivants et les survivants intergénérationnels doivent comprendre que cette information est importante pour que tout le Canada comprenne l'ampleur du phénomène.
Je demande aussi qu'on finance pleinement les méthodes de guérison dont les survivants ont besoin. Le gouvernement fédéral doit accélérer la mise en oeuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, annoncer un échéancier, et prévoir un mécanisme indépendant et public pour faire le suivi des progrès réalisés. Nous ne pouvons pas continuer d'affirmer que nous soutenons la réconciliation sans poser des gestes concrets et significatifs.
En conclusion, le NPD souhaite que la recommandation de la Commission de vérité et réconciliation se concrétise. Nous souhaitons que ce projet de loi devienne réalité, mais nous voulons aussi voir le nouveau guide de la citoyenneté qui est en préparation depuis cinq ans. Nous n'avons toutefois aucun renseignement sur la date de publication prévue. Nous tenons à ce que ce guide parle aussi de ce volet de l'histoire et qu'il dise clairement que les peuples autochtones ont été la cible d'un génocide et le sont toujours. Tous les nouveaux arrivants doivent connaître ce volet de l'histoire et le prendre au sérieux. Comme je l'ai dit, cet enjeu ne touche pas seulement les Autochtones: il touche l'ensemble du Canada. C'est un enjeu canadien et nous devons en prendre la responsabilité. Nous devons...
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:41 [p.7948]
Madam Speaker, it is important for me today to have the opportunity to speak to Bill C-8 from the unceded territory of the Wolastoqiyik.
What is a nation, and what does it mean to be a Canadian citizen? Bill C-8 is an act to amend the Citizenship Act. The bill would change the oath of citizenship for newcomers to Canada to include recognition and affirmation of the treaty rights of first nations, Inuit and Métis people.
As I have proudly mentioned many times in this House, before I joined federal politics I was a teacher. When I think about this bill and the oath of citizenship, I think about what it teaches us about who we are and who we want to be.
In my time at Fredericton High School as a cultural transition coordinator for indigenous youth, I helped to run a native education centre. My role was to ensure that students were welcomed, supported, empowered and that they had access to the materials and resources they needed for success, often a tall order in a large institution.
I had the pleasure of working closely with the English as a second language department for newcomer students, who were in the same wing. My goal was to facilitate learning about indigenous culture and heritage with my students, but also with the wider school population and staff. I would create bulletin boards with information; spotlight incredible indigenous leaders, actors, artists, language keepers; visit classes or host professional development seminars.
It was not long before the ESL department requested that I come in and speak with their students, who were very curious about my role. I noticed that the “welcome to Canada” curriculum that the ESL teachers had been given represented indigenous peoples with a totem pole, a teepee and an inukshuk. Beyond these superficial symbolic images, there was no substance, no discussion of rights, of the peace and friendship treaties in our territory, of the different Wabanaki nations on the east coast, no highlight of the 15 communities in New Brunswick, nine Mi’kmaq and six Wolastoqiyik.
We started to hold group potlucks with traditional foods, sometimes in our space and sometimes in theirs. Beyond the cultural exchange, I noticed the bonds that the youth were making with one another and I noticed the pride in being a part of Canada's mosaic. We are strengthened by our diversity and it was beautiful to witness an exercise in community building. These students had more in common than they first believed. Many were subjected to prejudice, discrimination and racism. I also noticed that newcomer students began to open up more about their homelands or refugee experiences. They identified with the history of colonialism they were learning and they were excited by the indigenous cultural resurgence happening in local nations because of the hope it offered.
It is a rare opportunity to connect our desire to welcome newcomers with honesty about the sovereignty of indigenous nations. This is important work that we are undertaking.
We cannot ignore the reason why we are here tonight. It is to discuss Bill C-8 and to expedite its passage into Canadian law. However, this urgency comes from the horrific discovery of the remains of 215 children at the former Kamloops residential school. It should not have taken this latest revelation of wrongdoing to prompt action. We have known the impact of residential schools in this country for decades, at least those of us who bothered to listen. The children have pushed the truth to the surface. No one can say they did not know. Newcomers to Canada will have to come to terms with these realizations as well, out of respect to the original inhabitants of this land, the ones who are still here and the ones who never came home.
The oath in call to action 94 is as follows:
I swear (or affirm) that I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty Queen Elizabeth II, Queen of Canada, Her Heirs and Successors, and that I will faithfully observe the laws of Canada including Treaties with Indigenous Peoples, and fulfill my duties as a Canadian citizen.
Upholding this oath requires a further in-depth conversation about colonialism, the British Crown and its role in the atrocities of residential schools and ongoing oppression, about monies and Crown lands held in trust by Her Majesty the Queen on behalf of indigenous peoples.
As for the faithful observation of laws in Canada, including treaties, we have much work to do. Canadians have very little understanding of our treaty relationship. This became painfully obvious during the Mi’kmaq fishery dispute.
While we stand here today to hopefully unanimously pass Bill C-8, implementing call to action 94 from the Truth and Reconciliation Commission, call to action 93 has been stalled since June 2018, when the federal government said changes to the information kit for newcomers were close to completion. Can we have an update on this? Can we have a status report on all calls to action? This is what the survivors, those who are descendants of settlers, and certainly newcomers need from the government.
The Liberal government has completed an average of only two TRC calls to action per year since 2015. At this rate, it will take until 2062 to complete all 94. My children will likely have their own children by then. These are steps in the right direction, but I would like to share the reflections of a person from my riding.
This is what they said: “I'm hopeful that people will finally read the recommendations. Maybe finding more human bodies will wake people up to the notion that each of these recommendations addresses a specific concern. The onus should be on our government to explain why they are not adopting specific recommendations versus our current system of applauding them when they pick and choose off the list like it is.”
I appreciate this wisdom. The calls to action represent a package of reforms that create a road map for reconciliation. We must walk that road step by step, recommendation by recommendation. Rather than applause for hand-selecting the 11th and 12th recommendations to enshrine over a six-year period, we need to be seeing status reports on the implementation, demanding more accountability from the government when it falls short, when we all fall short.
I would like to read recommendations 71 to 76 today, as they relate so directly to the lost children in Kamloops and those across the nation who remain invisible. Under “Missing Children and Burial Information”, the calls to action are as follows:
71. We call upon all chief coroners and provincial vital statistics agencies that have not provided to the Truth and Reconciliation Commission of Canada their records on the deaths of Aboriginal children in the care of residential school authorities to make these documents available to the National Centre for Truth and Reconciliation.
72. We call upon the federal government to allocate sufficient resources to the National Centre for Truth and Reconciliation to allow it to develop and maintain the National Residential School Student Death Register established by the Truth and Reconciliation Commission of Canada.
73. We call upon the federal government to work with churches, Aboriginal communities, and former residential school students to establish and maintain an online registry of residential school cemeteries, including, where possible, plot maps showing the location of deceased residential school children.
74. We call upon the federal government to work with the churches and Aboriginal community leaders to inform the families of children who died at residential schools of the child’s burial location, and to respond to families’ wishes for appropriate commemoration ceremonies and markers, and reburial in home communities where requested.
75. We call upon the federal government to work with provincial, territorial, and municipal governments, churches, Aboriginal communities, former residential school students, and current landowners to develop and implement strategies and procedures for the ongoing identification, documentation, maintenance, commemoration, and protection of residential school cemeteries or other sites at which residential school children were buried. This is to include the provision of appropriate memorial ceremonies and commemorative markers to honour the deceased children.
76. We call upon the parties engaged in the work of documenting, maintaining, commemorating, and protecting residential school cemeteries to adopt strategies in accordance with the following principles:
i. The Aboriginal community most affected shall lead the development of such strategies.
ii. Information shall be sought from residential school Survivors and other Knowledge Keepers in the development of such strategies.
iii. Aboriginal protocols shall be respected before any potentially invasive technical inspection and investigation of a cemetery site.
We also need to provide the space to grieve. There was a collective sadness being felt across this country. This is the truth that comes before the reconciliation. We had to come to this point of reckoning to wake up those who were still sleeping. Now that we know, we cannot unknow. Enshrining acknowledgement of indigenous peoples into the newcomer citizenship oath asks us to never forget.
I support Bill C-8 and ask my colleagues in the Senate to agree. Let us get this done.
Madame la Présidente, c'est important pour moi d'avoir l'occasion de prendre la parole au sujet du projet de loi C-8 depuis le territoire non cédé des Wolastoqiyik.
Qu'est-ce qu'une nation et que signifie être citoyen canadien? Le projet de loi C-8 est une loi modifiant la Loi sur la citoyenneté. Il modifierait le serment de citoyenneté prononcé par les nouveaux arrivants au Canada afin d'inclure une reconnaissance et une affirmation des droits issus des traités des Premières Nations, des Métis et des Inuits.
Comme je l'ai souvent mentionné avec fierté à la Chambre, avant de me lancer en politique fédérale, j'étais enseignante. Quand je pense à ce projet de loi et au serment de citoyenneté, je pense à ce qu'ils nous enseignent au sujet de ce que nous sommes et de ce que nous voulons être.
À l'époque où j'étais coordonnatrice à la transition culturelle auprès des jeunes Autochtones à l'école secondaire de Fredericton, je contribuais à l'administration d'un centre éducatif autochtone. Mon rôle était de m'assurer que les élèves étaient bien accueillis et qu'on leur donnait le soutien, les outils, le matériel et les ressources dont ils avaient besoin pour réussir, ce qui n'est pas toujours évident dans un établissement de grande taille.
J'ai eu le plaisir de travailler en étroite collaboration avec le département d'anglais langue seconde pour aider les étudiants nouvellement arrivés, qui se trouvaient dans la même aile. Mon objectif était de faciliter l'apprentissage de la culture et du patrimoine autochtones chez mes étudiants ainsi que chez le reste des étudiants et l'ensemble du personnel. Je créais des babillards sur lesquels j'affichais de l'information et j'attirais l'attention sur des dirigeants, des acteurs, des artistes et des gardiens des langues autochtones exceptionnels. J'allais aussi dans des classes et j'organisais des colloques de perfectionnement professionnel.
Il n'a pas fallu longtemps pour que les enseignants du département d'anglais langue seconde me demandent de venir parler à leurs étudiants, qui étaient très curieux de connaître mon rôle. J'ai remarqué que le programme « Bienvenue au Canada » que les professeurs d'anglais langue seconde avaient reçu représentait les peuples autochtones par un totem, un tipi et un inukshuk. Mis à part ces images symboliques superficielles, il n'y avait aucune substance, aucune discussion sur les droits, les traités de paix et d'amitié sur notre territoire et les différentes nations abénaquises sur la côte Est ni aucune mention des 15 communautés du Nouveau-Brunswick, soit neuf communautés micmaques et six communautés wolastoqiyik.
Nous avons commencé à organiser, parfois chez eux, parfois chez nous, des repas-partage où les mets traditionnels étaient à l'honneur. Au-delà de l'échange culturel, j'ai remarqué que les jeunes créaient des liens entre eux et qu'ils éprouvaient de la fierté à faire partie de la mosaïque canadienne. Notre diversité nous rendait plus forts, et il était beau d'être témoins du développement d'un sentiment d'appartenance à la communauté. Ces élèves avaient plus en commun que ce qu'ils croyaient au départ. Bon nombre faisaient l'objet de préjugés, de discrimination et de racisme. Je me suis également aperçue que les nouveaux arrivants commençaient à s'ouvrir davantage et à parler de leur pays d'origine et de leur expérience en tant que réfugiés. Ils s'identifiaient à l'histoire de colonialisme qu'ils découvraient et ils étaient emballés par la résurgence culturelle autochtone qui avait cours dans les nations de la région, en raison de l'espoir qu'elle suscitait.
Il s'agit d'une rare occasion de pouvoir combiner notre désir d'accueillir les nouveaux arrivants et celui de reconnaître franchement la souveraineté des nations autochtones. C'est un travail important que nous entreprenons.
Nous ne pouvons pas passer sous silence la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir. C'est pour discuter du projet de loi C-8 et faire en sorte qu'il soit rapidement intégré à la législation canadienne. Toutefois, ce sentiment d'urgence provient de la découverte horrible des restes de 215 enfants à l'ancien pensionnat de Kamloops. Il n'aurait pas fallu attendre la révélation récente de ces actes répréhensibles pour agir rapidement. Nous connaissons les répercussions qu'ont eues les pensionnats dans ce pays depuis des décennies, du moins, ceux qui ont pris la peine d'écouter les connaissent. Les enfants ont mis au jour la vérité. Personne ne peut dire qu'il n'était pas au courant. Les nouveaux arrivants au Canada devront aussi faire face à cette réalité, par respect pour les premiers habitants de ce pays, ceux qui sont encore là et ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux.
Dans l'appel à l'action no 94, le serment se lit comme suit:
Je jure (ou affirme solennellement) que je serai fidèle et porterai sincère allégeance à Sa Majesté la [r]eine Elizabeth Deux, [r]eine du Canada, à ses héritiers et successeurs, que j'observerai fidèlement les lois du Canada, y compris les traités conclus avec les peuples autochtones, et que je remplirai loyalement mes obligations de citoyen canadien.
Le respect de ce serment nécessite une discussion approfondie sur le colonialisme, la Couronne britannique, le rôle de celle-ci dans les atrocités commises dans les pensionnats, l'oppression constante, ainsi que les sommes et les terres de la Couronne placées en fiducie par Sa Majesté la reine au nom des peuples autochtones.
Pour ce qui est d'observer fidèlement les lois du Canada, y compris les traités, il y a encore beaucoup à faire. Les Canadiens ne comprennent pas vraiment les relations découlant des traités, comme on l'a tristement constaté pendant le conflit sur la pêche des Micmacs.
Alors que nous nous apprêtons, je l'espère, à adopter à l'unanimité le projet de loi C-8, qui met en œuvre l'appel à l'action no 94 de la Commission de vérité et réconciliation, l'appel à l'action no 93 stagne depuis juin 2018, donc depuis le moment où le gouvernement fédéral a affirmé que la nouvelle version des trousses d'information à l'intention des nouveaux arrivants était presque prête. Pourrions-nous savoir ce qu'il advient de ce document? Pourrions-nous savoir où en est la mise en œuvre des appels à l'action? Les survivants, les descendants de colons et les nouveaux arrivants ont besoin que le gouvernement leur fournisse ces renseignements.
Le gouvernement libéral a concrétisé, en moyenne, seulement deux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation par année depuis 2015. À ce rythme-là, il faudra attendre jusqu'en 2062 pour qu'on ait donné suite aux 94 appels à l'action. Mes enfants auront probablement eux-mêmes des enfants à ce moment-là. On fait des pas dans la bonne direction, c'est vrai. J'aimerais toutefois présenter les réflexions d'une personne de ma circonscription.
Voici ce qu'on a dit: « J'espère que les gens liront enfin les recommandations. Le fait qu'on ait trouvé d'autres corps humains amènera peut-être les gens à se rendre compte que chacune de ces recommandations porte sur un problème particulier. Ce devrait être au gouvernement d'expliquer pourquoi il n'adopte pas certaines recommandations et non à nous de féliciter le gouvernement d'avoir choisi les recommandations qu'il est prêt à mettre en œuvre, comme c'est le cas en ce moment. »
J'aime bien ces sages paroles. Les appels à l'action sont un ensemble de réformes qui tracent la voie vers la réconciliation. Nous devons franchir chacune de ces étapes, mettre en œuvre chacune de ces recommandations. Au lieu de féliciter le gouvernement d'avoir choisi la 11e et la 12e des recommandations qu'il a décidé de mettre en œuvre sur une période de six ans, nous devons voir des rapports d'étape sur la mise en œuvre et exiger plus de reddition de comptes lorsque les efforts du gouvernement et nos efforts à tous ne suffisent pas.
J'aimerais lire aujourd'hui les recommandations nos 71 à 76, puisqu'elles sont directement liées aux enfants disparus de Kamloops et à ceux qui restent invisibles partout au pays. Les appels à l'action sous la rubrique « Enfants disparus et renseignements sur l'inhumation » se lisent ainsi:
71. Nous demandons à tous les coroners en chef et les bureaux de l’état civil de chaque province et territoire qui n’ont pas fourni à la Commission de vérité et réconciliation leurs dossiers sur le décès d’enfants autochtones dont les autorités des pensionnats avaient la garde de mettre ces documents à la disposition du Centre national pour la vérité et réconciliation.
72. Nous demandons au gouvernement fédéral de mettre suffisamment de ressources à la disposition du Centre national pour la vérité et réconciliation pour lui permettre de tenir à jour le registre national de décès des élèves de pensionnats établi par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
73. Nous demandons au gouvernement fédéral de travailler de concert avec l’Église, les collectivités autochtones et les anciens élèves des pensionnats afin d’établir et de tenir à jour un registre en ligne des cimetières de ces pensionnats, et, dans la mesure du possible, de tracer des cartes montrant l’emplacement où reposent les élèves décédés.
74. Nous demandons au gouvernement fédéral de travailler avec l’Église et les dirigeants communautaires autochtones pour informer les familles des enfants qui sont décédés dans les pensionnats du lieu de sépulture de ces enfants, pour répondre au souhait de ces familles de tenir des cérémonies et des événements commémoratifs appropriés et pour procéder, sur demande, à la réinhumation des enfants dans leurs collectivités d’origine.
75. Nous demandons au gouvernement fédéral de collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux de même qu’avec les administrations municipales, l’Église, les collectivités autochtones, les anciens élèves des pensionnats et les propriétaires fonciers actuels pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies et des procédures qui permettront de repérer, de documenter, d’entretenir, de commémorer et de protéger les cimetières des pensionnats ou d’autres sites où des enfants qui fréquentaient ces pensionnats ont été inhumés. Le tout doit englober la tenue de cérémonies et d’événements commémoratifs appropriés pour honorer la mémoire des enfants décédés.
76. Nous demandons aux parties concernées par le travail de documentation, d’entretien, de commémoration, et de protection des cimetières des pensionnats d’adopter des stratégies en conformité avec les principes suivants:
i. la collectivité autochtone la plus touchée doit diriger l’élaboration de ces stratégies;
ii. de l’information doit être demandée aux survivants des pensionnats et aux autres détenteurs de connaissances dans le cadre de l’élaboration de ces stratégies;
iii. les protocoles autochtones doivent être respectés avant que toute inspection technique ou enquête potentiellement envahissante puisse être effectuée sur les lieux d’un cimetière.
Il faut aussi fournir un espace pour pleurer. Une tristesse collective a été ressentie partout au pays. C'est la vérité qui vient avant la réconciliation. Il fallait en arriver là pour réveiller ceux qui dormaient encore. Maintenant que nous savons, nous ne pouvons pas faire semblant de ne pas savoir. Le fait d'incorporer la reconnaissance des peuples autochtones dans le serment de citoyenneté des nouveaux arrivants nous dicte de ne jamais l'oublier.
J'appuie le projet de loi C-8 et je demande aux sénateurs d'en faire autant. Agissons comme il se doit.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, I am often in the same boat at home, juggling family and my work in the House of Commons. For those of us who are young parents, we all have to confront this challenge of how we talk to our children about Canada's relationship with indigenous peoples and how we explain the pride we feel in Canada and yet the shame we feel about things that were done in the name of our country and perhaps in the name of communities we are a part of.
I wonder if the member would share how she tries to engage in these conversations, in particular with the next generation, and how we should explain what happened and what we plan to do going forward.
Madame la Présidente, je vis souvent la même chose à la maison, et je dois jongler avec ma famille et mon travail à la Chambre des communes. Ceux d'entre nous qui sont de jeunes parents doivent tous relever le défi de parler à leurs enfants de la relation du Canada avec les Autochtones, de leur expliquer la fierté que nous éprouvons pour le Canada, mais aussi la honte que nous éprouvons à propos de certaines choses qui ont été faites au nom de notre pays et peut-être des communautés dont nous faisons partie.
Je me demande si la députée pourrait nous expliquer comment elle tente d'aborder ces sujets, avec la prochaine génération notamment, et comment nous devrions expliquer ce qui est arrivé et ce que nous prévoyons faire dorénavant.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-03 19:50 [p.7950]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his recognition of the tough balance between work and life sometimes. My two children are with me in the office tonight. My oldest is in grade 3 and the revelation hit him pretty hard. It hit his classmates and community members hard too. Oromocto First Nation is where he is a band member. Members put children's shoes in the shape of a heart and lit it up at night. It is difficult to drive by, and it is difficult to have those conversations with our children.
My son has had an introduction to residential schools before, because his mom is very passionate about having him be proud of his heritage and having him learn the difficult road that his ancestors had to take. This is very much a sensitive issue for me. It hits close to home, and I do all I can to have these tough conversations. There are storybooks we can read that are appropriate for children, and if anyone would like to reach out, I have lots of recommendations that I can pass on.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de souligner à quel point il est parfois difficile de trouver un juste équilibre entre le travail et la vie personnelle. Mes deux enfants sont au bureau avec moi ce soir. Mon plus vieux est en troisième année, et la nouvelle l'a vraiment secoué, tout comme ses condisciples et les membres de la communauté. Il est membre de la Première Nation d'Oromocto. Les membres ont formé un cœur avec des chaussures d'enfants qui est illuminé la nuit. Il est difficile de passer à côté de cette installation en voiture, difficile d'avoir ces conversations avec nos enfants.
Mon fils avait déjà entendu parler des pensionnats autochtones, parce que sa mère tient vivement à ce qu'il soit fier de sa culture et qu'il sache à quel point ses ancêtres ont connu une vie difficile. C'est une question extrêmement sensible pour moi. Je suis ébranlée, et je fais ce que je peux pour tenir ces conversations difficiles. Il y a des livres d'histoire que l'on peut lire et qui conviennent aux enfants. Si quelqu'un souhaite communiquer avec moi, je peux faire des recommandations de lecture.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
moved:
That an order of the House do issue for the unredacted version of all documents produced by the Public Health Agency of Canada in response to the March 31, 2021, and May 10, 2021, orders of the Special Committee on Canada-China Relations, respecting the transfer of Ebola and Henipah viruses to the Wuhan Institute of Virology in March 2019, and the subsequent revocation of security clearances for, and termination of the employment of, Dr. Xiangguo Qiu and Dr. Keding Cheng, provided that:
(a) these documents shall be deposited with the Law Clerk and Parliamentary Counsel, in both official languages, within 48 hours of the adoption of this order;
(b) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall promptly thereafter notify the Speaker, who shall forthwith inform the House, whether he is satisfied the documents were produced as ordered;
(c) the Minister of Health shall be ordered to appear before the special committee, for at least three hours, at a televised meeting, to be held within two weeks of the adoption of this order, to discuss the documents and the matters referred to in them;
(d) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall confidentially review the documents with a view to redacting information which, in his opinion, could reasonably be expected to compromise national security or reveal details of an ongoing criminal investigation, other than the existence of an investigation;
(e) the Speaker shall cause the documents, as redacted pursuant to paragraph (d), to be laid upon the table at the next earliest opportunity and, after being tabled, they shall stand referred to the special committee;
(f) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall discuss with the special committee, at an in camera meeting, to be held within two weeks of the documents being tabled pursuant to paragraph (e), what information he redacted pursuant to paragraph (d); and
(g) the special committee may, after hearing from the Law Clerk and Parliamentary Counsel pursuant to paragraph (f), decide to make public any of the information which was redacted, as well as, in lieu of making such information public, rely on such information for the purpose of making findings and recommendations in any subsequent report to the House, provided that, for the purpose of this paragraph, the documents deposited pursuant to paragraph (a) shall be deemed to have been referred to the special committee.
propose:
Qu’un ordre de la Chambre soit donné en vue de l’obtention de la version non caviardée de tous les documents produits par l’Agence de la santé publique du Canada en réponse aux ordres du 31 mars 2021 et du 10 mai 2021 du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes en ce qui concerne le transfert des virus de l’Ebola et de l’Henipah à l’Institut de virologie de Wuhan en mars 2019, ainsi que la révocation subséquente des habilitations de sécurité des docteurs Xiangguo Qiu et Keding Cheng, et leur licenciement, pourvu que:
a) ces documents soient déposés auprès du légiste et conseiller parlementaire, dans les deux langues officielles, dans un délai de 48 heures suivant l’adoption du présent ordre;
b) le légiste et conseiller parlementaire en informe ensuite immédiatement le Président, qui devra informer immédiatement la Chambre s’il est convaincu que les documents ont été produits comme il a été ordonné;
c) la ministre de la Santé reçoive l’ordre de comparaître devant le Comité spécial pendant au moins trois heures lors d’une réunion télévisée qui aura lieu dans les deux semaines suivant l’adoption du présent ordre pour discuter de ces documents et des renseignements qui y figurent;
d) le légiste et conseiller parlementaire examine confidentiellement les documents afin de caviarder les renseignements qui, à son avis, risquent de nuire à la sécurité nationale ou de révéler le contenu d’une enquête criminelle en cours autre que l’existence de cette enquête;
e) le Président fasse déposer sur le bureau les documents tels que caviardés conformément au paragraphe d) à la première occasion et, que, après avoir été déposés, ces documents soient renvoyés d’office au Comité spécial;
f) le légiste et conseiller parlementaire discute avec les membres du Comité spécial, lors d’une réunion à huis clos, dans les deux semaines suivant le dépôt des documents conformément au paragraphe e), des renseignements qu’il a caviardés conformément au paragraphe d);
g) les membres du Comité spécial puissent, après avoir entendu le légiste et conseiller parlementaire conformément au paragraphe f), décider de rendre publics tous les renseignements qui ont été caviardés, et, au lieu de divulguer ces renseignements, les utiliser en vue d’en arriver à des conclusions et de formuler des recommandations pour les prochains rapports qui seront présentés à la Chambre, pourvu qu'aux fins du présent paragraphe, les documents déposés conformément au paragraphe a) soient réputés avoir été renvoyés au Comité spécial.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for introducing his motion and I will say at the outset that the Bloc Québécois will vote in favour of it.
That being said, one small part of it bothers us a bit. This motion would give a lot of power to the committee, including the power to make public information that would have been redacted and would not necessarily be of interest to the public. We are obviously not against disseminating information that is of interest to the public, far from it, because it is important in terms of transparency, but giving this power to committee members to act solely on their good judgment, is that not going a bit too far?
I would like to hear my colleague's thoughts on that.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de la présentation de sa motion et je dirai d'emblée que le Bloc québécois votera en faveur de cette dernière.
Cela dit, un petit élément nous agace un peu. Cette motion donne beaucoup de pouvoir au Comité, notamment celui de divulguer des informations qui auraient été caviardées et qui ne seraient pas nécessairement toutes d'intérêt public. Nous ne sommes évidemment pas contre la diffusion d'information d'intérêt public, loin de là, parce que c'est important sur le plan de la transparence, mais, le fait de donner uniquement ce pouvoir aux membres du Comité en fonction de leur bon jugement, n'est-ce pas aller un peu trop loin?
J'aimerais savoir ce qu'en pense mon collègue.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, we put a requirement in the motion to have the Clerk of the House review the documents before discussing them with the special committee in order to ensure that no information regarding national security or a criminal investigation is made public.
Madame la Présidente, dans la motion, nous avons mis en place une exigence visant à ce que le greffier de la Chambre revoie les documents avant de siéger avec le Comité spécial, afin de s'assurer qu'aucune information concernant la sécurité nationale ou une enquête criminelle ne soit rendue publique.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech and the motion he has put before the House today.
I would simply like him to tell us more specifically what criteria he thinks should be used for the disclosure or publication of official documents concerning public health or public safety.
What criteria does he want to put forward to ensure that these documents are published, made public and accessible to the people of Canada?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours et de la motion qu'il présente à la Chambre aujourd'hui.
J'aimerais simplement l'entendre plus précisément sur ce que sont, selon lui, les critères sur lesquels on doit se baser pour la divulgation ou pour la publication de documents officiels concernant la santé publique ou la sécurité publique.
Quels sont les critères qu'il veut mettre en avant pour faire en sorte que ces documents soient publiés, rendus publics et accessibles aux citoyens et aux citoyennes du Canada?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie for his very pertinent question.
Yes, we want access to the documents, but we do not want to jeopardize national security or the lives of people involved in this matter.
That is why my colleague, who moved the motion, mentioned earlier that Speaker Milliken ruled in 2010 to allow the committee and parliamentarians to have access to certain documents. At that time, the Conservative Party was in power, and we said that we needed to be careful, because if we went as far as was requested, we would have jeopardized the lives of Afghan citizens and of Canadian soldiers involved in that operation.
We want to get to the bottom of this situation without jeopardizing national security and Canadians' lives.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie de sa question tout à fait pertinente.
Oui, nous voulons avoir accès aux documents, mais nous ne voulons surtout pas mettre à mal la sécurité nationale ou la vie de gens impliqués dans ce dossier.
C'est pourquoi mon collègue, qui a déposé la motion, mentionnait tout à l'heure que, en 2010, le président Milliken avait rendu une décision afin de permettre au comité et aux parlementaires d'avoir accès à des documents. À ce moment-là, le Parti conservateur formait le gouvernement et nous avions dit qu'il fallait faire attention, parce que si nous allions aussi loin que ce que l'on souhaitait, nous aurions mis en jeu la vie des citoyens afghans et des militaires canadiens au cœur de cette opération.
Nous voulons aller au fond des choses, sans mettre en jeu la sécurité nationale et la vie de citoyens.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam Speaker, it is my pleasure to join in this debate today. I think it is an extremely important debate, having to do, principally, with the powers of the members of Parliament to do their duty to hold the government to account and to be, as has been determined, the ultimate arbiter of democracy in this country, once having been elected. I say this after listening to some very fulsome speeches, particularly by senior, experienced members of Parliament like the member for Wellington—Halton Hills and the member for Montarville discussing these important matters.
I share with the member for Montarville a question, I suppose, as to why we are doing this as an opposition day motion, as there was not an order of reference to the House from the parliamentary committee, the Special Committee on Canada-China Relations. I think it could have been dealt with that way. Perhaps it has something to do with why the government seems to have politicized this, as opposed to treating it as a serious motion with respect to the duties of parliamentarians, which is how I wish to treat it. I think this is something that should be treated that way by the House.
After all, we are dealing with the result of a unanimous decision of the Canada-China committee, after much deliberation, consideration and various amendments to the motion to ensure that it would be unanimous. We were unanimously of the view that the committee needed and was entitled to the documents in their unredacted form, so that we could carry out the committee's duty of due diligence with respect to whether the government, through PHAC, was withholding documents that we needed in order to do our job.
We have to put it into the context of the Special Committee on Canada-China Relations. The committee was formed for a very good reason, given the circumstances we were facing in the fall of 2019 with the situation with China. A number of things had come up that were of great concern, particularly the detention of Michael Kovrig and Michael Spavor, as well as relationships of concern and matters that had been raised. For example, there were concerns about the co-operation between the People's Liberation Army and the Canadian Armed Forces for a training exercise, which was subsequently cancelled due to security concerns being raised by some of our allies.
We heard testimony at the Canada-China committee regarding foreign influence within Canada and intimidation of Canadians, Chinese students and other Chinese nationals in Canada, which raised concerns. We had concerns about whether this had been dealt with properly by government agencies, police forces and others. We had concerns regarding the influence of China, through its agencies and other efforts, on research and intellectual property capture at our universities and other institutions.
This matter came up with respect to the Public Health Agency of Canada. The committee was concerned about the level of collaboration with Chinese researchers, in particular with the Wuhan Institute of Virology in China, and then the indications of co-operation with researchers who were associated with the People's Liberation Army, as well, and its other lab in China, which is engaged in research with a military point of view.
These concerns were serious. They were legitimate. They were relevant to the relationship between Canada and China, what measures Canada was taking to protect itself and whether it was doing a proper job doing so. These are matters of great concern, and the committee, under its obligation to carry out this task assigned to it by Parliament, was doing this work. As it happened, we all know what the Public Health Agency of Canada decided when we asked for documentation behind the notorious incident, in the sense of being well known and concerning, of the two individuals, researchers, being escorted out of the laboratory in Winnipeg and the subsequent termination of their services by the Public Health Agency of Canada.
This was something we were looking into in good faith to attempt to discover the factual basis and to see whether the concerns that were raised were dealt with appropriately and whether there were other concerns Canada might have with respect to this matter that were not being properly looked after. In fact, as was pointed out by the member for Wellington—Halton Hills, our job, in part, is to ensure that if there is something wrong, and there clearly was something wrong, this kind of activity would not occur again.
This is a normal carrying out of the function of Parliament that is supported by law, by our Constitution and by our rules of procedure. As has been pointed out, it is very well established, but it was not very well established for a long time. It was established by Parliament in the classic and seminal ruling of Speaker Peter Milliken in April 2010, on a case involving the necessity of a parliamentary committee, another special committee, seeking documentation in support of an inquiry into Canada's activities in Afghanistan in relation to its obligations toward prisoners of war under the Geneva Convention.
This was of a much higher level of concern and evaluation, and the refusal of the government of the day to make those documents available to the special committee on Afghanistan ultimately resulted in orders of the House and subsequent activities, which I will not go into in detail. However, the importance of the ruling of Speaker Milliken was that, under the Constitution, particularly section 18 of the Constitution, under the Parliament of Canada Act and under the rules and procedures of our House, this was something that very clearly needed to be delineated and was delineated by the Speaker.
This information, of course, was available to our committee and the rulings of our committee. When we made the inquiries that have been outlined by the member for Montarville and the member for Wellington—Halton Hills, we did not receive the documents, and the reasons we were given had to do with statutes such as the Privacy Act and some reference to the context of national security. Well, that does not necessarily give rise to concerns about national security, but we were deprived of these documents.
In the ordinary course of the law, the decisions that were made by the Public Health Agency in refusing to make these documents available were, in fact, already determined by parliamentary procedure and by our own procedural rules: that the Privacy Act does not, in fact, relate to a reason for members of Parliament not having access to these documents.
In its report “Access to Information Requests and Parliamentary Privilege”, the Standing Committee on Procedure and House Affairs reported, back in 1991, as early as then, that “[s]ince parliamentary privileges form part of the Constitution, laws must be interpreted and applied in a manner consistent with them, and where there is a conflict between privileges and statutory provisions, the statutory provisions are 'of no force and effect'”. Therefore, assertions by the Public Health Agency of Canada, and by Mr. Stewart on its behalf, that it could not make documents available to members of Parliament on a parliamentary committee have already, in fact, been overruled, ruled to be of no force or effect.
The specific ruling set out in our Constitution Act, 1982, in section 52, says, “The Constitution of Canada is the supreme law of Canada, and any law that is inconsistent with the provisions of the Constitution is, to the extent of that inconsistency, of no force or effect”. What was being presented to our committee by the Public Health Agency of Canada, on behalf of the Government of Canada, was that it was bound by the Privacy Act not to make available documents to us, as members of Parliament, yet our own Constitution clearly says that such laws are of no force or effect.
That is what we were faced with as a committee, which is why it is not a surprise that the members of the Special Committee on Canada-China Relations, including, as has been pointed out by me, experienced members such as the member for Wellington—Halton Hills, the member for Montarville and of course the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, who was on the committee as well, another senior member of Parliament, and the other members of Parliament unanimously supported a motion to not accept the rationale and reasons given by the Public Health Agency of Canada to refuse to make available documents in a non-redacted form.
We do not often see such definitive statements about legal matters, but it is pretty clear that the ruling of Speaker Milliken, a very seminal ruling that probably stands ahead of all others in the annals of parliamentary democracies under the Westminster model, is important. In the quotations provided to us in the rulings given by Speaker Milliken and other authorities, there are no limits on the powers of committees to require the production of papers by private bodies or individuals, provided the papers are relevant to the work of the committee as defined by reference. When select committees ordered papers to be produced by national industry, private solicitors all provided and produced papers related to a client. Statutory regulators have been ordered to produce papers whose release was otherwise subject to a statutory restriction.
It is clear that Parliament is not bound by this legislation and, as has been ruled, there are no limits on the powers of Parliament to get access to documents. Precautions need to be taken, and I think our committee, in making its motion, and the motion before us today, provide for some provision to ensure that documents will not be made public unless the committee, having had the opportunity to review the documents, is satisfied that they can be made public.
It is clear the motion before the House today indicates that the committee, although it may have the power to make documents public, does not have to do so in order to make recommendations or findings. That would sufficiently protect any national security issue of revealing details of an ongoing investigation. In lieu of making any information public, the committee may still rely on it for the purpose of making findings and recommendations in any subsequent report to the House. I think that is there for a purpose. It is there to ensure the committee can carry out its due diligence under its duty to do so and also hold government to account, and that if this measure needs to be brought to the attention of the House, it can do so without making any information public that should not be made public.
I think we have made it very clear that, under the committee's jurisdiction and under the powers that are granted to it by the constitution, our rulings of Speaker Milliken and the privileges of Parliament, this is within our purview as members of Parliament to carry out this function.
There are some who may not agree with that. I think we have seen arguments made in the past about that, but it is up to the House itself or members of the House to determine the appropriate way to safeguard the national interests in these questions. We have a situation where the Special Committee on Canada-China Relations has the means to do that through the experience of senior members of this House, as well as the advice of the parliamentary law clerk, who is Parliament's lawyer.
The Law Clerk and Parliamentary Counsel is giving legal advice to members of Parliament. Members of Parliament in this circumstance, represented by four parties in the House that have party status, are all present and have made a unanimous motion calling for these papers to be available to them in fulfilment of their parliamentary duty. It seems to me this is a matter of constitutional and parliamentary concern, as well as an important matter in dealing with Canada's relationship with China. The committee ought to be able to carry out its work and do so in a proper manner.
I regret that certain members of the Liberal Party who have spoken, in particular the Parliamentary Secretary to the Minister of Health, have sought to turn it into a partisan issue. That is regrettable. We have to recognize there are serious moments in this House when we have to look at the privileges of members of Parliament, take them seriously and put aside partisan differences in the pursuit of ensuring that we have a Parliament that can operate under the rules based on precedents and recognize that in our parliamentary system, Parliament is supreme. It is Parliament that has the ultimate power and control over whether a government is in office or not. This is not a motion of confidence obviously, but it is a question of whether the House ought to support the motion of a committee asking for documents to be made available to it in the ordinary course of conducting its business.
It is clearly a matter properly before the committee. It is one that is of great importance and important enough for a unanimous decision of the committee to pursue this question by having access to the proper documentation that is necessary for it to conduct its study.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer à ce débat aujourd’hui. Je crois qu’il s’agit d’un débat extrêmement important, qui porte principalement sur le pouvoir qu’ont les députés de s’acquitter de leur obligation de demander des comptes au gouvernement et d’être, comme on l’a déterminé, les protecteurs ultimes de la démocratie dans ce pays, une fois qu’ils ont été élus. Je dis cela après avoir écouté des discours très complets, notamment de la part de députés chevronnés comme le député de Wellington—Halton Hills et le député de Montarville, qui ont parlé de ces questions importantes.
Je fais écho à la question du député de Montarville, je suppose, à savoir pourquoi cette motion est le sujet d'une journée de l’opposition, puisqu’il n’y a pas eu d’ordre de renvoi à la Chambre de la part du comité parlementaire, le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes. Je pense que la question aurait pu être traitée de cette façon. Cela découle peut-être de la raison pour laquelle le gouvernement semble avoir politisé cette question au lieu de la traiter comme une motion sérieuse concernant le devoir des parlementaires, ce qui est la façon dont je souhaite la traiter. Je pense que c’est une question que la Chambre devrait traiter ainsi.
Après tout, nous sommes en présence du résultat d’une décision unanime du Comité des relations sino-canadiennes, le résultat de nombreuses délibérations, d’un examen approfondi et de divers amendements apportés à la motion afin qu'elle obtienne un appui unanime. Nous étions unanimement d’avis que le comité avait besoin et avait le droit d’obtenir les documents dans leur forme non expurgée, afin de pouvoir s’acquitter de son devoir de diligence raisonnable qui consiste à déterminer si le gouvernement, par l’intermédiaire de l’Agence de la santé publique du Canada, retenait des documents dont nous avions besoin pour faire notre travail.
Nous devons replacer cette affaire dans le contexte du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes. Ce comité a été formé pour une très bonne raison, compte tenu des circonstances dans lesquelles nous nous trouvions à l’automne 2019 avec la situation avec la Chine. Un certain nombre de choses fort inquiétantes se passaient, notamment la détention de Michael Kovrig et Michael Spavor, ainsi que des relations préoccupantes et des questions qui avaient été soulevées. Par exemple, on s’est inquiété de la coopération entre l’Armée populaire de libération de la Chine et les Forces armées canadiennes pour un exercice d'entraînement, qui a été annulé par la suite en raison des préoccupations en matière de sécurité soulevées par certains de nos alliés.
Nous avons entendu des témoignages au comité sur les relations sino-canadiennes concernant l’influence étrangère au Canada et l’intimidation de Canadiens, d’étudiants chinois et d’autres ressortissants chinois au Canada, ce qui a suscité des inquiétudes. Nous nous sommes demandé si les organismes gouvernementaux, les forces policières et d’autres organismes avaient pris des mesures appropriées à cet égard. Nous étions inquiets de l’influence exercée par la Chine, par le biais de ses agences et d’autres moyens, sur la recherche et la saisie de la propriété intellectuelle dans nos universités et autres institutions.
Cette question a été soulevée en ce qui concerne l’Agence de la santé publique du Canada. Le comité était préoccupé par le niveau de collaboration avec les chercheurs chinois, en particulier avec l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine, puis par les indications de coopération avec des chercheurs associés à l’Armée populaire de libération, ainsi qu’avec son autre laboratoire en Chine, qui effectue des recherches à des fins militaires.
Ces préoccupations étaient sérieuses. Elles étaient légitimes. Elles concernaient la relation entre le Canada et la Chine, les mesures que le Canada prenait pour se protéger et la question de savoir s’il le faisait correctement. Ce sont des questions très préoccupantes, et le comité, dans le cadre de son obligation de s’acquitter de la tâche que le Parlement lui a confiée, a fait ce travail. En fait, nous savons tous ce que l’Agence de la santé publique du Canada a décidé lorsque nous lui avons demandé des documents sur l’incident préoccupant que l'on sait qui concerne les deux chercheurs qui ont été escortés hors du laboratoire de Winnipeg et que l’Agence de la santé publique du Canada a ensuite renvoyés.
C’est une affaire que nous avons examinée de bonne foi pour tenter de découvrir les faits et d’établir si les préoccupations soulevées ont été traitées de façon appropriée et si d’autres préoccupations que le Canada pourrait avoir à l’égard de cette affaire n’ont pas été prises en compte comme il se doit. En fait, comme l’a souligné le député de Wellington—Halton Hills, notre travail consiste, en partie, à veiller à ce que, si quelque chose ne va pas — et c’était clairement le cas —, ce genre d’activité ne se reproduise pas.
Il s’agit d’un exercice normal de la fonction parlementaire qui est soutenu par la loi, par notre Constitution et par nos règles de procédure. Comme cela a été souligné, cette fonction est très bien établie, mais elle ne l’a pas été pendant longtemps. Elle a été établie par le Parlement dans la décision classique et séminale du Président Peter Milliken en avril 2010, dans une affaire où il fallait qu’un comité parlementaire, un autre comité spécial, puisse obtenir des documents dans le cadre d’une enquête sur les activités du Canada en Afghanistan par rapport à ses obligations envers les prisonniers de guerre en vertu de la Convention de Genève.
Il s’agissait d’un degré de préoccupation et d’évaluation beaucoup plus élevé, et le refus du gouvernement de l’époque de mettre ces documents à la disposition du comité spécial sur l’Afghanistan a finalement donné lieu à des ordres de la Chambre et à des mesures subséquentes, que je n’aborderai pas en détail ici. Cependant, l’importance de la décision du Président Milliken est que, en vertu de la Constitution, en particulier de l’article 18, de la Loi sur le Parlement du Canada et des règles et procédure de la Chambre, il s’agissait d’une question qui devait très clairement être délimitée et que le Président a délimitée.
Bien sûr, notre comité avait accès à cette information pour ses décisions. Lorsque nous avons fait les demandes de renseignements décrites par le député de Montarville et le député de Wellington—Halton Hills, nous n’avons pas reçu les documents, et les raisons qui nous ont été données avaient trait à des lois, comme la Loi sur la protection des renseignements personnels, et à l’argument de la sécurité nationale. Eh bien, cela ne donne pas nécessairement lieu à des préoccupations en matière de sécurité nationale, mais nous avons été privés de ces documents.
Dans l’application courante de la loi, les décisions prises par l’Agence de la santé publique, qui refuse de divulguer ces documents, étaient, en réalité, déjà déterminées par la procédure parlementaire et par nos propres règles de procédure: soit que la Loi sur la protection des renseignements personnels n’est pas, en fait, une raison de refuser à des députés l’accès à ces documents.
Dans son rapport sur les demandes d’accès à l’information et le privilège parlementaire, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre déclarait déjà en 1991, que « [p]uisque les privilèges parlementaires font partie de la Constitution, les lois doivent être interprétées et appliquées en conformité avec eux, et si des dispositions législatives sont incompatibles, elles deviennent “inopérantes” [...] ». Par conséquent, les affirmations de l’Agence de la santé publique du Canada, et de M. Stewart en son nom, selon lesquelles elle ne pouvait pas mettre des documents à la disposition des députés siégeant à un comité parlementaire ont déjà, en fait, été rejetées et invalidées.
La règle précise énoncée dans la Loi constitutionnelle de 1982, à l’article 52, stipule que « [l]a Constitution du Canada est la loi suprême du Canada; elle rend inopérantes les dispositions incompatibles de toute autre règle de droit ». Ce que l’Agence de la santé publique du Canada a fait valoir à notre comité, pour le compte du gouvernement du Canada, c’est qu’elle était tenue par la Loi sur la protection des renseignements personnels de ne pas mettre ces documents à notre disposition, en tant que députés, alors que notre Constitution dit clairement que des lois de cette nature sont inopérantes.
Voilà à quoi nous avons été confrontés en tant que comité, et voilà pourquoi il n’est pas étonnant que les membres du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, y compris, comme je l’ai souligné, des députés chevronnés comme le député de Wellington—Halton Hills, le député de Montarville et, bien sûr, le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, qui siégeait lui aussi au comité, un autre député chevronné, et les autres députés ont appuyé à l’unanimité une motion visant à rejeter la justification et les raisons évoquées par l’Agence de la santé publique du Canada pour refuser de divulguer les documents sous une forme non caviardée.
Il n’est pas fréquent de voir des déclarations aussi arrêtées sur des points de droit, mais il est assez évident que la décision du président Milliken, décision majeure qui a probablement préséance sur toutes les autres dans les annales des démocraties parlementaires selon le modèle de Westminster, est importante. Dans les citations qui nous ont été fournies dans les décisions du président Milliken et d’autres faisant autorité, il n’y a aucune limite aux pouvoirs des comités d’exiger la production de documents par des organismes privés ou des particuliers, à condition que les documents soient pertinents pour leurs travaux tels qu’ils sont définis par renvoi. Lorsque des comités parlementaires ont ordonné la production de documents par l’industrie nationale, les avocats privés ont tous fourni et produit des documents se rapportant à leurs clients. Des organismes de réglementation établis sous le régime d’une loi ont reçu l’ordre de produire des documents dont la divulgation était par ailleurs assujettie à des restrictions législatives.
Il est clair que le Parlement n’est pas lié par ces dispositions législatives et, comme des décisions antérieures en font foi, il n’y a pas de limite au pouvoir du Parlement d’obtenir l’accès à des documents. Des précautions devraient être prises et je pense que notre comité a prévu dans la motion dont nous sommes saisis des dispositions pour garantir que les documents ne seront pas rendus publics à moins que le Comité, ayant eu l’occasion de les examiner, ne soit convaincu qu’ils peuvent l'être.
Il est évident que la motion dont la Chambre est saisie précise que le Comité, même s’il a le pouvoir de rendre publics des documents, n’est pas tenu de le faire pour formuler des recommandations ou des conclusions. Cela assurerait une protection suffisante par rapport à toute question de sécurité nationale liée à la révélation de détails d’une enquête en cours. Au lieu de rendre les renseignements publics, le Comité peut toujours s’en servir pour formuler des conclusions et des recommandations dans tout rapport ultérieur à la Chambre. Je pense que cette disposition a sa raison d’être. Il s’agit de veiller à ce que le Comité puisse faire preuve de diligence raisonnable en s’acquittant de ses obligations et de demander des comptes au gouvernement. Il pourra porter la mesure à l’attention de la Chambre, au besoin, sans rendre publics des renseignements qui ne devraient pas l’être.
Je pense que nous avons indiqué très clairement que, dans le cadre de compétence du Comité et des pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, par la décision du président Milliken et les privilèges du Parlement, il est de notre ressort, en tant que députés, de remplir cette fonction.
D'aucuns pourraient ne pas souscrire à cette position. Je pense que nous avons déjà entendu des arguments à ce propos, mais il revient à la Chambre elle-même ou aux membres de la Chambre de déterminer la façon judicieuse de sauvegarder les intérêts nationaux par rapport à ces questions. Nous sommes dans une situation où le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes a la possibilité de le faire grâce à l’expérience de membres chevronnés de cette Chambre ainsi qu’aux conseils du légiste et conseiller parlementaire, qui est l’avocat du Parlement.
Le légiste et le conseiller parlementaire donnent des avis juridiques aux députés. En l’occurrence, les députés, représentés par quatre partis à la Chambre qui ont le statut de parti, sont tous présents et ont présenté une motion unanime demandant que ces documents soient mis à leur disposition dans l’exercice de leurs fonctions parlementaires. Il me semble qu’il s’agit d’une question constitutionnelle et parlementaire, ainsi que d’une question importante par rapport aux relations du Canada avec la Chine. Le comité devrait être en mesure de faire son travail et de le faire correctement.
Je regrette que certains députés du Parti libéral qui se sont exprimés, notamment la secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, cherchent à en faire une question partisane. C’est regrettable. Nous devons reconnaître qu’il y a des moments graves en cette Chambre où nous devons regarder les privilèges des députés, les prendre au sérieux et mettre de côté les querelles partisanes pour faire en sorte que le Parlement fonctionne dans le respect des règles fondées sur des précédents et pour reconnaître que dans notre régime parlementaire, le Parlement est l’instance suprême. C’est le Parlement qui a le pouvoir et le contrôle ultime pour ce qui est de décider si un gouvernement exerce le pouvoir ou pas. Il ne s’agit manifestement pas d’une motion de confiance, mais la question est de savoir si la Chambre doit appuyer la motion d’un comité qui demande que des documents soient mis à sa disposition dans la conduite normale de ses activités.
Il s’agit de toute évidence d’une question dont le comité est saisi en bonne et due forme. La question très importante, en fait, suffisamment importante pour que le comité décide à l’unanimité de continuer de demander à avoir accès à la documentation dont il a besoin pour mener son étude.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, the Bloc Québécois will vote in favour of the official opposition's motion.
However, we are somewhat concerned about the section that would give committee members the power to decide whether any of the redacted information should be made public. We think that is a problem and would set a dangerous precedent.
Can my colleague reassure us in that regard?
Madame la Présidente, le Bloc québécois votera en faveur de la motion de l'opposition officielle.
Par contre, nous sommes un peu inquiets relativement à un article qui donnerait aux membres du Comité le pouvoir de décider si des informations caviardées devraient être rendues publiques. Nous pensons que cela pose problème et constituerait un dangereux précédent.
Que peut dire mon collègue pour nous rassurer à cet égard?
View John Williamson Profile
CPC (NB)
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
Under the motion that we moved today, the Special Committee on Canada-China Relations would take steps to make absolutely sure that only information that does not jeopardize our national security is shared with the public.
Until now, we have asked the clerk of the committee to verify what is sent over. In the future, committee members would have a discussion to ensure that Canada's interests are protected.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, par la motion que nous avons présentée aujourd'hui, prend des mesures pour être sûr et certain que seule l'information qui ne met pas en jeu la sécurité au Canada est transmise au public.
Jusqu'à maintenant, nous avons demandé au greffier du Comité de vérifier ce qui est envoyé. Par la suite, les membres du Comité auront une discussion afin de s'assurer que les intérêts du Canada sont protégés.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech.
As my colleagues have said, the Bloc Québécois is mostly in favour of this motion. However, we have a bit of a problem with part (g) because information could be disclosed and could compromise national security if it is made public.
Does my colleague believe that, if members of the special committee release this information, it could set a dangerous precedent?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours.
Je dois dire, comme mes collègues l'ont mentionné avant moi, que le Bloc québécois est en faveur de cette motion en majorité. Cependant, le paragraphe g) nous embête un peu dans le sens où des informations pourraient être révélées et porter atteinte à la sécurité nationale si elles étaient rendues publiques.
Ma collègue croit-elle que cela créerait un dangereux précédent pour les membres du comité spécial de diffuser ces informations?
View Nelly Shin Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, at all times I believe that it is dutiful and responsible in terms of any committee or member disclosing public testimony, but it should be only information that will help the cause. As we know with committee work, it is not a one-man show or a one-woman show. It is a collaborative process. These issues may be raised in that collaborative process.
I believe that the spirit of this motion really is about drawing the line. It is about coming to a place where we can draw the line to finally say that we are tired of the lack of transparency and accountability. Our security could be and is probably at stake to a certain degree, as I shared in my speech. It is a matter of our future and resetting a pathway to more transparency and accountability in our Parliament.
Madame la Présidente, j’estime qu’en tout temps, les comités ou leurs membres ont le devoir et la responsabilité de divulguer les témoignages publics, mais seulement si l’information ainsi transmise est utile. Comme nous le savons, il ne s’agit pas d’un spectacle où un député ou une députée se met en valeur. C’est un processus de collaboration dans le cadre duquel ces questions peuvent être soulevées.
Cette motion vise réellement, je crois, à fixer une limite. Il s’agit de dire que nous en avons assez du manque de transparence et de reddition de comptes. Notre sécurité pourrait être et est probablement en jeu jusqu’à un certain point, comme je l’ai dit dans mon allocution. Il s’agit de notre avenir et il s’agit de retracer une voie pour plus de transparence et plus de redditions de comptes au Parlement.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Chair, I thank the minister for his very thoughtful comments today and for the work he has been doing in the last week on this.
My conversations with indigenous leaders in my riding have identified for me the need for further education and the need to inform people of all ages about the history of Canada and residential schools.
Can the minister inform this House of the specific plans and commitments the government will make to further educate people of all ages about the reality of the history of our country and residential schools?
Madame la présidente, je remercie le ministre pour ses remarques prévenantes aujourd'hui ainsi que pour son travail dans ce dossier au cours de la dernière semaine.
Mes conversations avec les leaders autochtones dans ma circonscription m'ont permis d'établir le besoin de sensibiliser davantage et d'informer les personnes de tous âges sur l'histoire du Canada et les pensionnats autochtones.
Est-ce que le ministre peut fournir à la Chambre tout plan et engagement précis que le gouvernement compte mettre en œuvre pour sensibiliser davantage les personnes de tous âges à la réalité historique des pensionnats?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, it is key to whatever we are doing as a country that it is not just politicians talking about it. Everyone needs to talk about it.
My daughter, on Monday, chased me out with her computer as I was leaving and started telling me about what they were talking about just then, which was the drama and the find in Kamloops. It is what inspired me to say those words. I certainly did not learn it in school. There is so much work to be done in this country.
The member for Cape Breton—Canso spent a good part of his career, as a Mi'kmaq man, fighting for treaty education. We do not do enough of it. The federal government has a role to play in this.
Obviously, education is in the purview of the provincial governments, and there has been some great progress made, but it needs to continue. This search for the truth, this path on reconciliation, which is long and painful, not linear or obvious, is one that has to go through continued efforts to educate and make investments in education.
It should be a very important reflection again as to how far we need to go when it is indigenous people, and it is not on their shoulders to have to educate us. That knowledge is welcome, but we should be educating ourselves and the burden should not be on their shoulders. It is up to everyone. I said that with some hope at the end of my words that we do need to listen to our children, because I have realized in the last few days they know a little more than us.
Madame la présidente, il est essentiel qu'il n'y ait pas que les politiciens qui parlent de ce que l'on fait au pays, mais que tout le monde en parle.
Lundi, je m'apprêtais à partir quand ma fille s'est précipitée pour me montrer sur son ordinateur ce dont ils discutaient ce jour-là, soit le drame et la découverte à Kamloops. C'est ce qui m'a inspiré ces paroles. Je n'ai certainement pas appris cela à l'école. Il y a tant de travail à faire dans ce pays.
Le député de Cape Breton—Canso) a passé une bonne partie de sa carrière, en tant que Micmac, à se battre pour sensibiliser les gens aux traités. Nous ne le faisons pas assez. Le gouvernement fédéral a un rôle à jouer à cet égard.
De toute évidence, l'éducation est du ressort des gouvernements provinciaux, et de grands progrès ont été réalisés, mais il faut continuer. La quête de la vérité, le chemin de la réconciliation, qui est long et douloureux, qui n'est pas évident ou en ligne droite, doit passer par des efforts continus de formation et d'investissements dans la formation.
Il est très important de se demander jusqu'où il faut aller. Il ne revient pas aux peuples autochtones de nous sensibiliser à leur réalité. Nous sommes heureux qu'ils le fassent, mais c'est à nous de le faire. Ce n'est pas un fardeau qui leur incombe. C'est à chacun de nous de le faire. J'ai mentionné avec un brin d'espoir à la fin de mes paroles que nous devons écouter nos enfants, parce que je me suis rendu compte au cours des derniers jours qu'ils en savent un peu plus que nous.
View Jasraj Singh Hallan Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, Ben Mansoura, a permanent resident who is a senior IT manager from Toronto, had to file an access to information request about himself just to find out if he passed an online citizenship test back in December, and he is not the only one. This is a prime example of a system that is ineffective and inefficient. Frankly, it is harming the mental health of immigrants and Canadians, and also our nation's economy.
Why does the minister continue delaying addressing this inefficient system, causing applicants more hardships?
Madame la Présidente, Ben Mansoura, qui est résident permanent et travaille comme gestionnaire principal des TI depuis Toronto, a dû déposer une demande d’accès à l’information sur sa propre personne pour savoir s’il avait réussi l’examen de citoyenneté qu’il avait effectué en ligne en décembre. Il n’est malheureusement pas le seul dans ce cas. Cette anecdote illustre parfaitement l’inefficacité totale du système. Très franchement, tout ceci affecte la santé mentale des immigrants et des Canadiens, en plus de nuire à l’économie du pays.
Pourquoi le ministre s’entête-t-il à ne rien faire pour améliorer le système et à mettre des bâtons dans les roues des candidats?
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-05-28 11:40 [p.7558]
Madam Speaker, openness and transparency in government are essential, and our government takes the protection of Canadians' privacy very seriously.
We have made progress in support of access to information and have backed that with investments that are strengthening our system. Our officials have proactively reached out to the Information Commissioner in order to address any questions they may have.
We are going to continue to ensure access and transparency, and ensure that all of the integrity and privacy that is part of our immigration system stays in place.
Madame la Présidente, un gouvernement se doit d’être ouvert et transparent, et la protection des renseignements personnels des Canadiens nous tient très à cœur.
Nous avons réalisé des progrès pour faciliter l’accès à l’information et nous avons en plus injecté des fonds pour renforcer le système. Les responsables du ministère ont anticipé les problèmes en contactant le commissaire à l’information afin qu’il réponde à leurs questions.
L’accès et la transparence resteront au cœur de nos préoccupations, et nous veillerons à ce que l’intégrité et la protection des renseignements personnels continuent de faire partie intégrante de notre système d’immigration.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
moved that Bill C-5, An Act to amend the Bills of Exchange Act, the Interpretation Act and the Canada Labour Code (National Day for Truth and Reconciliation), be read the third time and passed.
He said: Madam Speaker, I would like to begin by acknowledging that we are all, whether physically or virtually, present today on the ancestral lands of first nations, Inuit and Métis peoples.
This is not just something we say. The land acknowledgement speaks to the context we are living today, and to the new relationship that we are trying to build through our everyday actions. Like many, I am still in shock about the horrors that have been uncovered at the Kamloops Indian Residential School in B.C. Having the remains of 215 children be at the residential school is horrifying.
The residential school system caused harm to generations of indigenous children and communities. For that, the government has apologized, first in 2008 to former students of residential schools, and in 2017 to former students of Newfoundland and Labrador residential schools, for example. As we are all acutely aware, Canadians continue to witness tragedies perpetuated against indigenous peoples. Racism in Canada is an undeniable reality and reconciliation must be more than apologies.
Reconciliation must be about big legislative actions and smaller gestures. It must be about both everyday actions and bold moves. Reconciliation is a long-term commitment that requires the engagement of all. It is made up of many actions, apologies, commissions, family conversations, school assemblies, community collaborations, conversations with colleagues, friendships, distinction-based policy changes, infrastructure support and commemorations.
There are many opportunities that could be seized for real change. We must act now.
In budget 2019, our government invested $7 million over two years to help non-governmental and community organizations recognize and commemorate the history and legacy of residential schools.
Thanks to this investment, over 200 communities and organizations across the country are receiving funds this year for projects to raise awareness and educate Canadians about this dark chapter of Canada's history.
Budget 2021 also proposes to provide $13.4 million over five years, with $2.4 million ongoing, to Canadian Heritage for events to commemorate the history and legacy of residential schools and to honour survivors, their families and communities, as well as to support celebrations and commemoration events during the proposed national day for truth and reconciliation.
These numbers show that despite the pandemic, the need and interest of communities to be able to honour and commemorate as they see fit are high. People want to tell their stories and they want to stand witness so new stories can be told. They want to honour the survivors. They need to heal and they want to learn so they can act for change.
This kind of groundswell of interest shows that indigenous and non-indigenous people alike recognize the importance of commemorating this history.
This commemoration funding and the creation of a national day for truth and reconciliation reflect the recognition that all histories and cultures are important. These actions speak to our capacity to expose the wrongs of the past so we can face this history and commit to do better.
I think we can all agree that it is important to recognize the profound impact residential schools had on first nations, Inuit and Métis peoples.
In fact, the Indian Act legislated government control over almost every aspect of indigenous peoples' lives, including mandatory attendance at residential schools. Governments throughout Canada's history continued to uphold legislation and follow policies that perpetuated systemic racism in our society.
With the social upheaval occurring globally, we must harness the generational potential to reduce racism in our world. Residential schools targeted the children. We can turn that on its head and aim to educate the next generation to uphold inclusive values and to prioritize respect above all in communities, in schools, in families and in digital spaces.
The words from the Truth and Reconciliation Commission's final report bear repeating:
All Canadian children and youth deserve to know Canada's honest history, including what happened in the residential schools, and to appreciate the rich history and knowledge of Indigenous nations who continue to make such a strong contribution to Canada, including our very name and collective identity as a country. For Canadians from all walks of life, reconciliation offers a new way of living together.
This statutory holiday helps to build that new way of living together, particularly in the global context of calls for social justice. This day is part of how we build back stronger together. People might ask how one day will make a difference. How will one day that establishes a statutory holiday for a limited number of people make a difference? It is telling that people do not ask these questions about Remembrance Day. Recognizing the selfless sacrifices that veterans made to a global effort against oppression is appropriate and right. Shining a light on a dark history of oppression of our own making is also right. It is uncomfortable, but perhaps it is because it is uncomfortable that we should commit to it.
Dr. Marie Wilson, one of the three commissioners of the Truth and Reconciliation Commission, spoke to the importance of a national statutory holiday. She said that reconciliation is “very tied to issues of law and public policy”. That signals the importance of reconciliation to those who work on these issues, and that it is valuable.
As we have said before, a national day reveals our priorities. It says that this issue is important and we should be paying attention to it not just on this day, but throughout the year. Just as Remembrance Day is not only for veterans, a national day for truth and reconciliation is not only for first nations, Inuit and Métis peoples. Just as we honour veterans and highlight our values as a nation on Remembrance Day, we would honour survivors and those lost on the national day for truth and reconciliation, but also reflect on our path as a nation, on our values, on how our values have shifted and on how we can chart a new path for Canada: one that includes everyone who calls these lands home.
In so many ways, our lives and our world have witnessed loss and our realities have been forever changed. There is no doubt that these are complex, difficult times right now, but Canadians do not shy away from the tough issues. Reconciliation is tough, but we can make progress on a just journey together with first nations, Inuit and Métis peoples. The establishment of a national day for truth and reconciliation fulfills call to action 80 of the Truth and Reconciliation Commission's final report. It is an important action to take, and we must act immediately so that this day becomes part of our reality this year.
propose que le projet de loi C-5, Loi modifiant la Loi sur les lettres de change, la Loi d’interprétation et le Code canadien du travail (Journée nationale de la vérité et de la réconciliation), soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Madame la Présidente, je tiens tout d'abord à souligner que nous nous trouvons aujourd'hui sur les terres ancestrales des Premières Nations, des Inuits et des Métis, que nous participions aux débats en personne ou en ligne.
Ce n'est pas une simple déclaration. La reconnaissance de la terre s'inscrit dans le contexte que nous vivons aujourd'hui, et dans la nouvelle relation que nous essayons de nouer par nos actions quotidiennes. Comme beaucoup, je suis encore sous le choc des horreurs qui ont été découvertes au pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique. Le fait qu'on y ait retrouvé les restes de 215 enfants est horrible.
Le système des pensionnats a causé du tort à des générations d'enfants et de communautés autochtones. Pour cela, le gouvernement a présenté des excuses, d'abord en 2008 aux anciens élèves des pensionnats, puis en 2017 aux anciens élèves des pensionnats de Terre-Neuve-et-Labrador, par exemple. Comme nous le savons tous très bien, les Canadiens continuent d'être témoins de tragédies perpétrées contre les peuples autochtones. Le racisme au Canada est une réalité indéniable et la réconciliation doit aller au-delà des excuses.
La réconciliation doit être faite de grands changements législatifs et de petits gestes. Elle doit porter à la fois sur les gestes quotidiens et des mesures audacieuses. Il s'agit d'un engagement à long terme qui nécessite la participation de tout le monde. La réconciliation est faite de beaucoup d'actions, d'excuses, de commissions, de conversations en famille, d'assemblées scolaires, de collaborations dans la communauté, de conversations avec des collègues, d'amitiés, de changements aux politiques fondés sur les distinctions, de soutien des infrastructures et de commémorations.
On peut saisir beaucoup d'occasions de changer réellement les choses. Il faut agir dès maintenant.
Dans le budget de 2019, notre gouvernement a investi 7 millions de dollars sur deux ans pour aider les organisations non gouvernementales et communautaires à reconnaître et à commémorer l'héritage et l'histoire des pensionnats indiens.
Grâce à ce financement, plus de 200 communautés et organisations partout au pays reçoivent, cette année, du financement pour des projets visant à faire de la sensibilisation et à faire connaître ce sombre chapitre de l'histoire du Canada.
Le budget de 2021 propose aussi un financement de 13,4 millions de dollars sur cinq ans, et de 2,4 millions de dollars par la suite à Patrimoine canadien pour des événements destinés à rappeler l'histoire et les séquelles des pensionnats, à rendre hommage aux survivants, à leur famille et à leurs communautés, et à appuyer les activités et les commémorations pendant la Journée nationale de vérité et de réconciliation qui est proposée.
Comme le montrent ces chiffres, malgré la pandémie, les communautés ont toujours le besoin et le désir d'honorer et de commémorer ce qui leur tient à cœur. Les gens souhaitent raconter leur histoire et écouter des témoignages pour que de nouvelles histoires puissent être racontées. Ils souhaitent rendre hommage aux survivants. Ils ont besoin de guérir et ils souhaitent apprendre pour être en mesure de poser des gestes qui changeront les choses.
Cette énorme vague d'intérêt montre que tant les Autochtones que les non-Autochtones reconnaissent qu'il est important de commémorer cette histoire.
Ce financement commémoratif et la création d'une Journée nationale pour la vérité et la réconciliation témoignent de la valorisation de toutes les histoires et cultures. Ces actions parlent en outre de la capacité de mettre à nue les tares afin que nous puissions nous asseoir avec cette histoire et nous engager à faire mieux.
Je pense que nous pouvons toutes et tous convenir qu'il est important de reconnaître l'impact profond que les pensionnats autochtones ont eu sur les Premières Nations, les Inuits et les Métis.
En fait, la Loi sur les Indiens donnait un cadre légal au gouvernement pour contrôler quasiment tous les aspects de la vie des Autochtones, y compris la présence obligatoire dans les pensionnats autochtones. Tout au long de l'histoire du Canada, les gouvernements ont maintenu des lois et des politiques qui ont perpétué le racisme systémique dans notre société.
Dans la foulée des bouleversements sociaux à l'échelle planétaire, nous devons tirer parti du potentiel de la nouvelle génération pour enrayer le racisme dans le monde. Les pensionnats ciblaient les enfants. Nous pouvons renverser le processus en misant sur l'éducation de la nouvelle génération afin de promouvoir des valeurs axées sur l'inclusion et d'accorder la priorité au respect dans les communautés, les écoles, les familles et les espaces numériques.
À ce moment-ci, il m'apparaît utile de reprendre un passage du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada:
Tous les enfants et les jeunes du Canada méritent de connaître une version honnête de l’histoire de leur pays, y compris ce qui s’est passé dans les pensionnats, et d’être en mesure d’apprécier la richesse de l’histoire et du savoir des nations autochtones qui continuent d’apporter une contribution notable au Canada, comme l’illustrent son nom et son identité collective en tant que pays. Aux Canadiens de tous les horizons, la réconciliation offre un nouveau moyen de vivre ensemble.
Ce jour férié contribuera à bâtir une nouvelle façon de cohabiter, particulièrement dans un contexte où les appels à la justice sociale se multiplient. C'est une occasion de rebâtir en mieux ensemble. Les gens pourraient se demander comment une seule journée pourra améliorer les choses. En quoi la création d'un jour férié pour un nombre limité de personnes fera-t-elle avancer la cause? Il est révélateur que ces personnes ne posent pas les mêmes questions au sujet du jour du Souvenir. Il est juste et bon de commémorer les sacrifices consentis par les anciens combattants qui ont lutté contre l'oppression partout dans le monde, tout comme il est bon de mettre en lumière la sombre histoire de l'oppression à laquelle nous avons participé. C'est inconfortable, mais c'est peut-être une raison de plus pour aller de l'avant.
Marie Wilson, l'une des trois commissaires de la Commission de vérité et réconciliation, a parlé de l'importance de créer un jour férié national. Selon elle, la réconciliation est « étroitement liée à des questions de droit et de politique publique ». Cela indique que la réconciliation est importante pour ceux qui s'engagent dans ces dossiers et que c'est quelque chose d'essentiel.
Comme nous l'avons dit, une journée nationale témoigne de nos priorités. Cela indique qu'il s'agit d'une question importante à laquelle nous devons porter attention à l'année, pas seulement lors de cette journée. Tout comme le jour du Souvenir ne s'adresse pas uniquement aux anciens combattants, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation ne s'adresse pas uniquement aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis. Tout comme nous honorons les anciens combattants et célébrons les valeurs de notre nation à l'occasion du jour du Souvenir, nous honorerions les survivants et les disparus à l'occasion de la journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en plus de réfléchir au cheminement de notre nation, à nos valeurs, à la transformation de nos valeurs et à la manière de tracer une nouvelle voie pour le Canada, qui inclura tous ceux qui y ont élu domicile.
De diverses façons, nos vies et notre monde ont subi des pertes, et notre réalité s'est transformée à jamais. Nul doute que nous traversons une période complexe et difficile à l'heure actuelle, mais les Canadiens n'hésitent jamais à aborder les questions difficiles. La réconciliation est difficile, mais nous pouvons cheminer ensemble sur une voie juste avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. L'instauration d'une journée nationale de la vérité et de la réconciliation donne suite à l'appel à l'action no 80 du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation. C'est une mesure importante, et nous devons agir sans attendre pour que cette journée se concrétise dès cette année.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-5, an act to amend the Bills of Exchange Act, the Interpretation Act and the Canada Labour Code, a the national day for truth and reconciliation.
Before I begin, I would be remiss if I did not take a moment to speak to the very horrible discovery made yesterday afternoon in Kamloops. The news yesterday of the remains of 215 children found buried at a former residential school in Kamloops is tragic beyond words. We, on all sides of the House, wish to express our deepest sympathies to the residents of that first nation and surrounding indigenous communities who are sharing in this trauma.
We also want to acknowledge the deep sorrow and mourning that all indigenous peoples and survivors of residential schools are experiencing at this time. While communities and families grapple with this unthinkable revelation, we must come together in support and provide whatever assistance is necessary to aid in the healing process and to provide whatever resources are needed to protect, honour and identify those children.
Residential schools are a national shame that has had a profoundly lasting and damaging impact on indigenous culture, heritage and language. In the words of former prime minister Stephen Harper:
The Government of Canada built an educational system in which very young children were often forcibly removed from their homes, often taken far from their communities. Many were inadequately fed, clothed and housed. All were deprived of the care and nurturing of their parents, grandparents and communities. First Nations, Inuit and Métis languages and cultural practices were prohibited in these schools. Tragically, some of these children died while attending residential schools and others never returned home.
We have been reminded that more work needs to be done to address the devastating and hurtful effects that residential schools had and still have on many survivors today. I want to echo the words heard earlier this morning in the House, that those who love those children should know the whole of Canada mourns with them and that their loss will never be forgotten.
With that in mind, I would like to turn our attention to the matter at hand, Bill C-5.
This legislation would establish a national day for truth and reconciliation for federally regulated private sector and federal public sector workers that would be observed as a statutory holiday on September 30. Call to action 80 of the Truth and Reconciliation Commission calls upon the federal government, in collaboration with indigenous peoples, to establish, as a statutory holiday, a national day for truth and reconciliation.
The choice of September 30 builds on the grassroots momentum of Orange Shirt Day, which is already known as a day to remember the legacy of residential schools and move forward with reconciliation. The Conservatives proudly observe National Indigenous Peoples Day every year and encourage Canadians to participate in local gatherings.
Canada is one of only a few countries in the world where indigenous and treaty rights are entrenched in our constitution. Educating Canadians about their rights is an important part of the path to reconciliation. Unfortunately, at times, the Liberals seem to have no plan to develop a reconciliation education strategy to provide Canadians with learning opportunities about indigenous Canadians and the horrific dark chapter in Canada's history of residential schools. We hope that will be quickly remedied.
Other federal holidays, like Remembrance Day, commemorate through educational campaigns. While this bill does not include such a plan, we hope that one will be forthcoming very soon, and I offer my sincere assistance to the minister in helping get that done.
While the Conservative Party supports and has promoted National Indigenous Peoples Day, we believe more needs to be done to advance the rights of first nations, Métis and Inuit people. Encouraging indigenous businesses, building strong economies in indigenous communities, developing indigenous supply chains and giving indigenous kids hope for a brighter future are essential to the future of Canada.
The Conservative Party supports treaty rights and the process of reconciliation with indigenous peoples living in Canada. As mentioned earlier, in 2008, then prime minister Stephen Harper delivered a historic apology to former residential school students, their families and communities for Canada's role in the operation of the schools.
Our former Conservative government also created the Truth and Reconciliation Commission as part of the 2007 Indian Residential Schools Settlement Agreement, which recognized that the Indian residential school system had a profoundly lasting and damaging impact on indigenous culture, language and heritage.
The commission's report reflected the hard work and dedication to building public awareness about resident schools and fostering reconciliation, understanding and respect. The final report of the TRC helped to explain this dark chapter in Canadian history and the calls to action addressed the legacy of the residential schools and advanced the process of reconciliation.
As mentioned, more needs to be done to address the outstanding recommendations in that report. They need to be addressed and addressed quickly so we can get on to doing the hard work of tackling issues that will actually improve the lives of indigenous peoples right across Canada.
There is a lot of support for the bill.
Carlon Big Snake and his wife Lisa, descendants and survivors of the residential school system from Siksika Nation and former member of its chief in council, spoke in support, stating:
We were raised with negative impacts of history... adopting the bill would show the government’s sincerity and commitment of the federal governments to address truth and reconciliation for Indigenous people. “Together we can begin to heal the past and look forward to a united, prosperous future.”
Stacy Allison-Cassin, an assistant professor at the University of Toronto and chair at the Canadian Federation of Library Associations, Indigenous Matters Committee, also spoke in favour of the bill, stating:
Creating a national day of truth and reconciliation will create further weight and impetus for a day of remembering and learning for all Canadians.
My colleague, the member for Cariboo—Prince George, reminded us in his speech at second reading that:
While we say every child matters, we need to remember that all children matter even if they are now adults. We have so many people who are still locked in that time when they were in that program.
On a tragic day when we are reminded of the horrific, shameful history of the resident school system, on a day when we must honour and do what we can to make amends to those children whose lives were tragically cut short, we must also remember that there are many survivors of that system who are now still with us today. We must honour their memories and ensure that the racist, colonial practices of the past are never, ever repeated again.
Madame la Présidente, j'interviens aujourd'hui pour parler du projet de loi C-5, Loi modifiant la Loi sur les lettres de change, la Loi d’interprétation et le Code canadien du travail (Journée nationale de la vérité et de la réconciliation).
Avant de commencer, je m'en voudrais de ne pas prendre un moment pour parler de la découverte glaçante faite hier après-midi, à Kamloops. On y a découvert hier les restes de 215 enfants enterrés sur le site d'un ancien pensionnat. C'est une tragédie épouvantable. Tous les partis à la Chambre souhaitent exprimer leurs plus sincères condoléances aux membres de cette Première Nation et des communautés autochtones environnantes qui vivent ce cauchemar.
Nous voulons aussi honorer tous les peuples autochtones et tous les survivants des pensionnats indiens, qui sont accablés de tristesse et en deuil, aujourd'hui. Alors que les communautés et les familles essaient d'appréhender l'énormité de la chose, nous devons nous rassembler pour aider autant que faire se peut au processus de guérison et fournir les ressources nécessaires à l'identification de ces enfants pour protéger et honorer leur mémoire.
Les pensionnats autochtones sont une honte nationale. Ils ont eu un effet néfaste, profond et durable sur la culture, le patrimoine et les langues des Autochtones. Comme l'a dit l'ancien premier ministre Stephen Harper:
Le gouvernement du Canada a érigé un système d'éducation dans le cadre duquel de très jeunes enfants ont souvent été arrachés à leurs foyers et, dans bien des cas, emmenés loin de leurs communautés. Bon nombre d'entre eux étaient nourris, vêtus et logés de façon inadéquate. Tous étaient privés des soins et du soutien de leurs parents, de leurs grands-parents et de leurs communautés. Les langues et les pratiques culturelles des Premières Nations, des Inuits et des Métis étaient interdites dans ces écoles. Certains de ces enfants ont connu un sort tragique en pension et d'autres ne sont jamais retournés chez eux.
Les événements nous rappellent qu'il reste du travail à faire pour atténuer la douleur et la dévastation qui ont été causées par les pensionnats et que beaucoup de survivants ressentent encore. Je souhaite faire écho aux paroles que nous avons entendues ce matin à la Chambre: à ceux qui aiment ces enfants, je dirai que le Canada tout entier est en deuil avec eux et que leur perte restera gravée dans notre mémoire.
Tout en gardant ces pensées à l'esprit, je me tourne maintenant vers la question à l'étude, c'est-à-dire le projet de loi C-5.
Ce projet de loi vise à désigner le 30 septembre comme la journée nationale de la vérité et de la réconciliation, et à en faire un jour férié pour les travailleurs du secteur privé et de la fonction publique assujettis à la réglementation fédérale. L'appel à l'action 80 de la Commission de vérité et réconciliation demande au gouvernement fédéral d'établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation.
Le choix du 30 septembre prend appui sur la popularité de la Journée du chandail orange, qui sert déjà à commémorer l'histoire des pensionnats autochtones et à promouvoir la réconciliation. Chaque année, les conservateurs célèbrent avec fierté la Journée nationale des peuples autochtones et encouragent les Canadiens à participer à des rassemblements dans leur collectivité.
Le Canada est l'un des rares pays dans le monde où les droits ancestraux ou issus de traités sont inscrits dans la Constitution. Sensibiliser les Canadiens au sujet de leurs droits est un pas important vers la réconciliation. Malheureusement, les libéraux semblent parfois n'avoir aucun plan à proposer pour mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation à la réconciliation afin d'offrir aux Canadiens des occasions d'en apprendre davantage sur les Autochtones du pays et sur un chapitre sombre et horrible de l'histoire canadienne comme les pensionnats autochtones. Nous espérons qu'on pourra y remédier rapidement.
D'autres jours de fête légale, comme le jour du Souvenir, célèbrent l'occasion par des campagnes de sensibilisation. Même si ce projet de loi ne prévoit pas un tel plan, nous espérons que cela viendra bien vite, et j'offre mes services pour aider le ministre à effectuer ce travail.
Même si le Parti conservateur soutient et a fait la promotion de la Journée nationale des peuples autochtones, nous pensons qu'il faut en faire davantage pour que les droits des Premières Nations, des Métis et des Inuits soient mieux défendus. Pour l'avenir du Canada, il est essentiel d'encourager les entreprises autochtones, de consolider l'économie des communautés autochtones, de développer les chaînes d'approvisionnement autochtones et d'offrir aux jeunes Autochtones un meilleur avenir.
Le Parti conservateur soutient les droits issus de traités et le processus de réconciliation avec les peuples autochtones du Canada. Comme il a été dit plus tôt, en 2008, le premier ministre Stephen Harper a présenté des excuses historiques aux anciens pensionnaires, à leurs familles et à leurs communautés pour le rôle joué par le Canada dans l'exploitation des pensionnats.
Le gouvernement conservateur a également créé la Commission de vérité et réconciliation dans le cadre de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2007, qui reconnaît que le système des pensionnats indiens a eu des répercussions dévastatrices et durables sur la culture, le patrimoine et les langues autochtones.
Le rapport de la Commission a permis de refléter le dur travail et la détermination à sensibiliser le public aux pensionnats indiens et à favoriser la réconciliation, la compréhension et le respect. Le rapport final de cette commission a contribué à expliquer un chapitre sombre de l'histoire du Canada, et les appels à l'action se sont penchés sur les séquelles des pensionnats indiens et ont fait avancer le processus vers la réconciliation.
Tel qu'indiqué, il faut en faire davantage pour donner suite à toutes les recommandations formulées dans ce rapport. Nous devons examiner les enjeux et nous mettre à la tâche rapidement pour prendre des mesures qui amélioreront vraiment la vie des peuples autochtones partout au Canada.
Le projet de loi dont nous sommes saisis suscite énormément d'appui.
Carlon Big Snake et son épouse Lisa, de la nation des Siksikas, sont des descendants et des survivants du système des pensionnats indiens. Cet ancien membre du conseil de bande appuie le projet de loi et s'est exprimé dans les termes suivants:
Nous avons été élevés en subissant les effets négatifs de l'histoire [...] l'adoption du projet de loi témoignerait de la sincérité et de l'engagement du gouvernement fédéral à s'engager sur la voie de la vérité et de la réconciliation avec les peuples autochtones. Ensemble, nous pouvons commencer à guérir le passé et à envisager un avenir commun prospère.
Stacy Allison-Cassin, professeure adjointe à l'Université de Toronto et présidente du Comité des questions autochtones de la Fédération canadienne des associations de bibliothèques, s'est également prononcée en faveur du projet de loi en disant ceci:
La création d'une journée nationale de la vérité et de la réconciliation donnera plus de poids et d'élan à une journée de souvenir et d'apprentissage pour tous les Canadiens.
Mon collègue le député de Cariboo—Prince George nous a rappelé ceci dans son discours à l'étape de la deuxième lecture:
On dit que tous les enfants sont importants, mais il ne faut pas oublier ceux qui sont maintenant devenus des adultes. Plusieurs se sentent encore prisonniers de ce programme.
En ce jour tragique qui nous rappelle l'histoire horrible et honteuse du système des pensionnats et où nous devons honorer les enfants dont la vie a été tragiquement interrompue et faire ce qui est en notre pouvoir pour réparer les torts causés, nous devons aussi nous rappeler que de nombreux survivants de ce système sont encore parmi nous aujourd'hui. Nous devons honorer leur mémoire et veiller à ce que les pratiques racistes et coloniales du passé ne se reproduisent plus jamais.
View Jaime Battiste Profile
Lib. (NS)
View Jaime Battiste Profile
2021-05-28 13:03 [p.7574]
Mr. Speaker, I would like thank the member for his work at INAN.
I am glad the member brought up the need for education to be part of reconciliation moving forward. We all know that provincial governments are in control of their own curriculum.
However, could the member speak to the important education and awareness that we need to create around the indigenous residential schools and how the government can help, working with the provinces, to reflect the changes and the need for more awareness around residential schools?
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de son travail au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord.
Je suis heureux que le député ait indiqué que l'éducation devait faire partie de la réconciliation. Nous savons tous que les gouvernements provinciaux sont responsables du programme d'études des provinces.
Toutefois, le député peut-il parler des importants programmes d'éducation et de sensibilisation que nous devons créer au sujet des pensionnats et de la façon dont le gouvernement fédéral peut faire en sorte, de concert avec les provinces, que l'on tienne compte des changements et des besoins en matière de sensibilisation au sujet des pensionnats?
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, as a reminder, I am the member's next-door neighbour in the riding. I thank my friend from Nova Scotia for his comments. He does great work on the committee, and it is always a pleasure listening to his experiences and knowledge. I really appreciate the education that all members on the committee continue to receive from him and others.
I agree with the member that we all need to work together. The government needs to work with the provinces to continue to ensure that people of all ages do recognize and acknowledge what happened with the residential school system and what a stain it is in Canadian history. I do not think that is something any Canadian is proud of, and we all need to work harder to ensure that these tragedies are remembered—
Monsieur le Président, je vous rappelle que nous représentons des circonscriptions voisines. Je remercie le député de la Nouvelle-Écosse de ses observations. Il fait un excellent travail au comité et c'est toujours un plaisir lorsqu'il nous fait profiter de ses expériences et de ses connaissances. J'apprécie vraiment tout ce que nous apprenons au comité.
Je suis d'accord avec le député pour dire que nous devons tous travailler ensemble. Le gouvernement doit travailler avec les provinces pour continuer à s'assurer que les gens de tous les âges sachent ce qui s'est passé avec le système des pensionnats et qu'ils comprennent la tache que cela représente dans l'histoire du Canada. Je ne pense pas que ce soit quelque chose dont les Canadiens soient fiers, et nous devons tous travailler plus fort pour que ces tragédies ne soient pas oubliées...
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-05-28 13:23 [p.7577]
Madam Speaker, I am speaking today from the unceded Coast Salish territories of the Musqueam, Squamish and Tsleil-Waututh peoples.
Today is a dark, dark day and the dark clouds that hang in the air as we learn of the news in B.C. at the Kamloops residential school just shake us to the core. I cannot imagine what the families and friends of the children must be going through.
We can say we mourn with them, and we send our strength and support as they are confronted with this horrific news and forced to relive the trauma of colonization and the egregious impact of residential schools. These are, of course, words and they are not our family members who have lost loved ones.
However, I do want to say with all my heart, I know that I and all my colleagues, the New Democrats, the Liberals, the Conservatives, the Bloc members and the Greens, stand with them. We share their mourning and we take in deeply what this means.
The finding is a reminder that the National Centre for Truth and Reconciliation has estimated that more than 150,000 indigenous children attended residential school. The centre also estimates that 4,100 children died at the schools. They are identified in death records, some by name and some not. Let us just imagine, for one minute, if that were our child. The exact number of children who died is not known, as many were taken to residential schools and many never returned.
We must remember this and never forget the generational impact of Canada's shameful history. For us to say these words, we must then redouble our efforts in every single action we do to address this shameful history. Reconciliation cannot just be words. It must be action.
We must also never forget that this is not an indigenous people's problem. It is a Canadian problem. I ask members to remember these words each and every day. That is what I ask for all members of the House. I also ask all Canadians to remember those words and act on those words.
Today, we are speaking to Bill C-5, a bill that would honour indigenous people and set the national day for truth and reconciliation as a statutory holiday. It is a recognition of the call to action 80 of the Truth and Reconciliation Commission's report.
The Truth and Reconciliation Commission's report states, “Reconciliation is not an [indigenous] problem; it is a Canadian one. Virtually all aspects of Canadian society may need to be reconsidered.”
We, as non-indigenous peoples, must carry these profound words with us each and every day in everything that we do, and, as mentioned, this is particularly significant with the news of what has happened at the Kamloops residential school.
What does it mean for us? There is no question that we need to get this bill passed. I want to honour former MP Georgina Jolibois, who brought forward her own private member's bill in the last Parliament. It went through all three stages in the House, and then, when it went to the Senate, the Senate blocked it. The unelected Senate blocked it and it never became law.
I hope that this does not happen again. I call on the government, the Conservatives and all members of the House to do everything they can to ensure that Bill C-5 becomes law. The NDP is in full support of seeing this expedited through the House of Commons so we can honour indigenous peoples, their history and their culture, and remember the trauma and generational impact of colonization.
However, it is equally important that we truly honour and celebrate them, make a statutory holiday not as a day off, but as a day to learn about indigenous peoples, their culture and their history, and take to heart what it means to show the respect they deserve and that was robbed of them so many years ago.
The call for collective action across Canada in recognition of first nations, Métis and Inuit peoples and the history of their rights, cultures and languages must be at the heart of our work. They are the first peoples of this land and we must never forget that, whether we are talking about the conflicts going on now, Land Back or issues around rights. We must remember this not only in the face of news about the Kamloops residential school, but as a guide in the work that we do. When we talk about the voices of indigenous peoples, we cannot just say that we consult with them. It must be in the context of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and honouring their inherited rights, acknowledging these and acting on them.
This bill does not address socio-economic challenges faced by indigenous communities, but it is a reflection on colonial history and its current effects on the rights of first nations, Métis and Inuit communities across the country, and that is an important step. Equally important, though, is the question I asked the minister: Why on earth is the Canadian government taking indigenous children to court? His answer was that this was a complex issue. I say that it is not that complex. The government should step up, own up and stop taking indigenous children to court, period. This is something the Canadian government can and must do. That is how to show reconciliation in action and not just in words.
We talk about water safety. Water is sacred. Our lives depend on it, so why are we still dealing with water advisories? The government will say we are making progress. How about that? We are making progress. How is it acceptable that people do not have access to clean, safe drinking water? How is it acceptable that this is happening to indigenous people? How is it acceptable that we are taking this incremental approach to get there?
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui depuis les territoires non cédés des Salish du littoral et des Premières Nations de Musqueam, de Squamish et de Tsleil-Waututh.
Aujourd'hui est une journée sombre et des nuages noirs planent au-dessus de nos têtes, alors que nous essayons d'absorber le choc de la découverte faite sur le site du pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique, annoncée aux nouvelles. Je ne peux imaginer ce que vivent les familles et les amis des enfants.
Nous pleurons avec eux et nous sommes de tout cœur avec eux alors qu'ils sont confrontés à cette horrible découverte et forcés de revivre le traumatisme de la colonisation et l'expérience des pensionnats indiens et ses effets désastreux. Ce ne sont, bien sûr, que des mots et ce ne sont pas des membres de notre famille qui ont perdu des êtres chers.
J'aimerais, néanmoins, leur dire, du fond du cœur, et au nom de tous mes collègues, je le sais, néo-démocrates, libéraux, conservateurs, bloquistes et verts, que nous sommes à leurs côtés. Nous partageons leur deuil et nous comprenons vraiment ce que cela veut dire.
Cette découverte nous rappelle que, selon le Centre national pour la vérité et la réconciliation, plus de 150 000 enfants autochtones ont fréquenté les pensionnats, dont 4 100 qui y auraient perdu la vie, certains certificats de décès ne les identifiant même pas par leur nom. Imaginons un instant s'il s'agissait de notre enfant. On ignore le nombre exact d'enfants décédés, mais beaucoup ont été envoyés dans un pensionnat et n'en sont jamais revenus.
Nous devons nous souvenir de ce chapitre honteux de l'histoire du Canada et ne jamais en oublier l'impact générationnel. De plus, nous devons redoubler d'efforts pour réparer les torts qu'elle a causés. La réconciliation nécessite plus que de belles paroles. Il faut prendre des mesures concrètes.
N'oublions jamais que ce problème n'appartient pas aux Autochtones. Il appartient aux Canadiens. Je demande aux députés de se répéter ces mots tous les jours. Je demande également aux Canadiens de se rappeler ces mots et d'agir en conséquence.
Aujourd'hui, nous étudions le projet de loi C-5, un projet de loi qui honorerait les Autochtones et qui ferait de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation un jour férié, conformément à l'appel à l'action 80 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation.
Le rapport de la Commission de vérité et réconciliation dit: « La réconciliation n’est pas un problème autochtone, c’est un problème canadien. Tous les aspects de la société canadienne pourraient devoir être réexaminés. »
En tant que non-Autochtones, il faut garder en tête ces sages paroles au quotidien dans tout ce que nous entreprenons et, comme on l'a déjà dit, c'est d'autant plus important compte tenu de ce que nous venons d'apprendre sur ce qui s'est passé au pensionnat de Kamloops.
Qu'est-ce que cela signifie pour nous? Il est évident qu'il faut adopter ce projet de loi. Je tiens à rendre hommage à l'ex-députée Georgina Jolibois, qui avait présenté un projet de loi d'initiative parlementaire lors de la dernière législature. Il avait franchi toutes les étapes à la Chambre des communes, avant d'être bloqué au Sénat. Une assemblée de gens non élus a bloqué le projet de loi, et il n'est jamais devenu loi.
J'espère que cela n'arrivera pas de nouveau. J'invite le gouvernement, les conservateurs et tous les députés à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer l'adoption du projet de loi C-5. Le NDP souhaite que cette adoption se fasse rapidement à la Chambre des communes afin que nous puissions rendre hommage aux peuples autochtones, à leur histoire et à leur culture et que nous n'oubliions pas les traumatismes et l'impact générationnel de la colonisation.
Cependant, en plus de leur rendre hommage et de célébrer leur patrimoine, il est tout aussi important de créer un jour férié non pour donner un congé, mais pour permettre aux gens d'en apprendre davantage sur les peuples autochtones, notamment leur culture et leur histoire, et pour bien comprendre ce que signifie l'idée de témoigner à ces peuples le respect qu'ils méritent et dont ils ont été privés pendant tant d'années.
L'appel à une action collective à l'échelle du Canada pour reconnaître les Premières Nations, les Métis et les Inuits ainsi que l'histoire de leurs droits, de leurs cultures et de leurs langues doit être au cœur de nos efforts. Qu'il soit question des conflits actuels, de revendications concernant les territoires ou les droits, nous ne devons jamais oublier que ces peuples sont les premiers à avoir occupé le territoire canadien. Ne ne devons pas nous en souvenir seulement après avoir entendu les tristes nouvelles concernant le pensionnat indien de Kamloops, mais plutôt garder cela constamment en tête pour guider notre travail. Lorsqu'il est question de la voix des peuples autochtones, nous ne pouvons pas nous contenter de dire que nous les consultons. Nous devons tenir compte de leur voix conformément à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, et nous devons prendre des mesures qui reconnaissent et respectent les droits acquis de ces peuples.
Le projet de loi ne s'attaque pas aux difficultés socio-économiques des communautés autochtones, mais il constitue une réflexion concernant l'histoire coloniale et ses effets actuels sur les droits des Premières Nations, des Métis et des Inuits dans l'ensemble du Canada. Il représente une étape importante. Cependant, la question que j'ai posée au ministre est tout aussi importante: pourquoi diable le gouvernement canadien poursuit-il des enfants autochtones devant les tribunaux? Il m'a répondu que le dossier est complexe. Je dis que ce n'est pas si complexe. Le gouvernement doit assumer ses responsabilités, reconnaître son erreur et cesser de poursuivre des enfants autochtones en justice, un point c'est tout. C'est quelque chose que le gouvernement canadien est capable de faire et qu'il doit faire. Il fera ainsi œuvre de réconciliation par ses actes, et pas seulement par ses paroles.
Nous parlons de la salubrité de l'eau. L'eau est sacrée. Nos vies en dépendent. Pourquoi y a-t-il donc toujours des avis de faire bouillir l'eau? Le gouvernement répondra que nous faisons des progrès. Qui l'eût cru? Nous faisons des progrès. Comment peut-il être acceptable que des gens n'aient pas accès à de l'eau potable? Que les peuples autochtones éprouvent ce problème? Que nous adoptions cette approche progressive pour régler le problème?
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-05-26 18:12 [p.7404]
Mr. Speaker, we are here this evening to discuss Bill C-237, otherwise known as an act to establish a national framework for diabetes.
The purpose of this legislation is to promote and improve access to diabetes prevention and treatment. It is sponsored by my colleague from Brampton South and is going into the third stage, in other words, third reading.
To summarize Bill C-237, it seeks to explain what diabetes and prediabetes are; identify the training, education and guidance needs of health care and other professionals related to the prevention and treatment of diabetes; promote research and improve data collection in order to enhance the knowledge and information sharing required to conduct research; and ensure that the Canada Revenue Agency is administering the disability tax credit fairly so that it can help as many persons with diabetes as possible.
The legislation gives the government one year to develop the policy framework, and within five years the government must evaluate its effectiveness and revise it, of course, if necessary.
It should be noted that since 2016 Health Canada's Centre for Chronic Disease Prevention and Control has been managing the diabetes strategy. This plan is very general and contains more policy statements than meaningful measures.
Key aspects are essentially the same as the previous plan. That is why countless organizations are calling for a national plan or framework.
The Bloc Québécois is in favour of developing a national framework for diabetes. To oppose it in light of the medical catastrophe that this chronic disease represents would be just wrong.
However, it is imperative that this framework be developed with the demands of Quebec and the provinces in mind and, again, that the division of powers be respected.
In a way, health is a competitive jurisdiction since it involves some overlap between the provincial and federal governments. In the area of health, Quebec must have maximum authority and control. That is what we want and that is what we will have.
The federal government does have a role to play in prevention, and that includes working to stop the rampant obesity rates in this country. Obesity significantly increases a person's chance of becoming diabetic. Although Quebec is doing well compared to the other Canadian provinces and many major countries in the world, one in four Quebeckers is obese and will be obese in the coming years.
Diabetes Canada, the most influential diabetes organization in Canada, does not operate in Quebec. Instead, Quebec is fortunate to have Diabetes Québec, which provides information and support to its members and contributes to research. In 1994, the organization even founded Entraide diabétique du Québec, a separate organization that collects donations to help people with diabetes.
There are three main types of diabetes: type 1 diabetes, type 2 diabetes and gestational diabetes. In all three types, the disease is characterized by chronic hyperglycemia, or high blood sugar, which means that the person's glucose levels are too high.
Insulin abnormalities mean that sugar does not enter the body's cells to provide energy, but remains in the bloodstream anyway. This condition, which is lethal if left untreated, has a strong impact on susceptibility to cardiovascular disease, blindness and kidney failure, among others. Obviously, this type of disease can lead to limb amputations due to the factors listed previously.
With 442 million adults affected worldwide, diabetes truly is a global scourge, and Quebec is not spared. According to the Public Health Agency of Canada, one in 10 Quebeckers has diabetes or pre-diabetes. The financial burden of diabetes is naturally staggering. According to Quebec's public health department, we are talking about $3 billion a year.
The good news is that almost 90% of type 2 diabetes cases can be prevented or even cured by adopting healthy lifestyle habits. This is why it is imperative to take preventive action by educating people about healthy lifestyle habits, including good nutrition and exercise.
However, we would be deluding ourselves if we thought that the ball is entirely in our court. The sugar lobbies are obviously working hard to slow down, dilute or nip in the bud any form of legislation that might seek to reduce refined sugars.
Legislating for a tax on products containing refined sugar, honest labelling or a restriction on the advertising of these products would prove to be a difficult but necessary task.
Conversely, we must also point out that the diabetes epidemic is a boon for pharmaceutical companies. In 2016, global profits from sales of insulin reached almost $50 billion. It is extremely difficult to conduct an effective prevention campaign when going up against powerful pharmaceutical companies, which boast that they can help people with diabetes live a normal life, even though that may be stretching the truth.
While waiting to win this battle, it is vital that we continue and even redouble our efforts to provide adequate services. Medical research is making great strides, but it is not enough. We also know which communities are the most vulnerable to diabetes. In Quebec and Canada, it is first nations. The rate of diabetes in these communities is five times greater than that in Quebec and Canada.
To address this problem, Health Canada has invested approximately $50 million per year since 1989, mainly through the aboriginal diabetes initiative. Organizations are tasked with working with indigenous peoples to reduce health inequalities. At this time, much more still has to be done, and the federal government will have to invest far more than $50 million a year to reverse the current trend. That, however, is a debate for another day.
It was exactly 100 years ago in Ontario, in the magnificent country of Canada, that insulin was discovered by a team of medical researchers. For their work, Frederick Banting and John Macleod were awarded the Nobel Prize in Medicine two years later, in 1923.
As a pioneer in diabetes research and its treatment, Canada must have a clear and ambitious national framework. Nevertheless, the Bloc Québécois's support is contingent on the federal government respecting input from the provinces and Quebec and on the division of powers, which is what the Bloc Québécois wants. We will vote in favour of the bill as is because it does meet all the necessary criteria so far. Bill C-237 does not promise to eradicate the scourge of diabetes within the next few years, but it is a very acceptable solution even so.
Before I wrap up, I want to highlight the work of an organization in my riding, the Association du diabète Laval, Laurentides, which has been working tirelessly since 1984 to educate people about diabetes and share knowledge through presentations and workshops.
I would like to take this opportunity to thank hospitals and clinics in my riding and the rest of Quebec for the work they do every day to fight diabetes.
I applaud the medical professionals responsible for diagnosing and supporting patients with diabetes and improving their quality of life.
Lastly, I want to thank the researchers—
Monsieur le Président, nous sommes réunis ce soir afin de discuter du projet de loi C-237, autrement connu sous le nom de loi prévoyant l’élaboration d’un cadre national sur le diabète.
Cette loi vise à favoriser l'amélioration de l'accès à la prévention et au traitement du diabète. Il est porté par ma collègue de Brampton-Sud et entre dans la troisième étape, c'est-à-dire la troisième lecture.
Si on résume le projet de loi C-237, on peut dire ceci: ce projet de loi vise à expliquer comment fonctionnent le diabète et le prédiabète; il vise à déterminer les besoins des professionnels de la santé et des autres professionnels en matière de formation et d'orientation sur la prévention et le traitement du diabète; il vise à promouvoir la recherche et l'amélioration de la collecte de données pour pouvoir ainsi améliorer nos échanges et les connaissances et les renseignements requis pour performer sur le plan de la recherche; et s'assurer que l'Agence du revenu du Canada administre correctement le crédit d'impôt pour personnes handicapées afin qu'il puisse venir en aide au plus grand nombre de personnes atteintes du diabète.
La loi donne un an pour que le gouvernement élabore le cadre stratégique et cinq ans, par la suite, pour évaluer son efficacité et la réviser, évidemment, s'il y a lieu.
Il convient de souligner que, depuis 2016, c'est par le Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques de Santé Canada que passe la stratégie de lutte contre le diabète. Ce plan est très général et contient des énoncés de principe davantage que des mesures structurantes.
Les éléments majeurs sont sensiblement les mêmes que le plan précédent. C'est pourquoi de nombreux organismes réclament un plan ou un cadre national.
Le Bloc québécois se prononce en faveur de l'élaboration d'un cadre national sur le diabète. Il semblerait, à première vue, que s'y opposer aux vues de la catastrophe sanitaire que représente cette maladie chronique serait tout à fait aberrant.
Cependant, il est impératif que ce cadre soit élaboré en tenant compte des demandes du Québec et des autres provinces et que le partage des compétences, encore une fois, soit respecté.
La santé est en quelque sorte une compétence compétitive étant donné qu'elle implique un chevauchement des gouvernances provinciales et fédérales. Québec doit exercer dans le domaine de la santé un maximum d'autorité et de contrôle. C'est ce que nous voulons et c'est ce que nous aurons.
C'est en prévention que le fédéral est appelé à jouer un rôle. Il se doit notamment d'agir afin de freiner le taux d'obésité rampant au pays. L'obésité augmente de façon importante les chances de contracter le diabète. Même si le Québec est bon élève par rapport aux autres provinces canadiennes et à bien des pays majeurs de cette planète, il reste qu'un Québécois sur quatre souffre et souffrira dans les prochaines années d'obésité.
Diabetes Canada, la plus influente organisation canadienne à œuvrer contre le diabète, n'est pas présente au Québec. La province du Québec a plutôt le bonheur de pouvoir compter sur Diabète Québec, lequel offre à ses membres de l'information et du soutien tout en contribuant à la recherche. En 1994, l'organisme a même fondé Entraide diabétique du Québec, un autre organisme visant à recueillir des dons pour venir en aide aux personnes souffrant de diabète.
Le diabète compte trois formes principales: le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel. Dans les trois cas, la maladie se caractérise par une hyperglycémie chronique, c'est-à-dire un excès de sucre dans le sang et donc un taux de glucose trop élevé.
Les anomalies liées à l'insuline font que le sucre ne pénètre pas dans les cellules du corps pour le nourrir en énergie, mais restent dans la circulation sanguine malgré tout. Mortelle si elle n'est pas traitée, cette condition a un fort impact sur la vulnérabilité aux maladies cardiovasculaires, la cécité, entre autres, et l'insuffisance rénale. Évidemment, ce type de maladie peut amener des amputations de membres compte tenu des éléments énumérés précédemment.
Avec 442 millions d'adultes affectés sur la planète, le diabète est réellement un fléau mondial et le Québec n'est pas épargné. Selon l'Agence de la santé publique du Canada, un Québécois sur 10 est aux prises avec le diabète ou avec le pré-diabète. Le fardeau financier qu'il impose est naturellement faramineux. On parle de 3 milliards de dollars par année, selon la santé publique du Québec.
La bonne nouvelle est que près de 90 % des cas de diabète de type 2 peuvent être prévenus, voire guéris par l'adoption de saines habitudes de vie. C'est pourquoi il est impératif d'agir de manière préventive en éduquant les gens sur de saines habitudes de vie, notamment une bonne alimentation et de l'exercice.
Pourtant, on se bercerait d'illusions si on se disait que la balle est entièrement dans notre camp. Les lobbys du sucre s'éreintent évidemment pour ralentir, diluer ou tuer dans l'œuf toute forme de mesure législative qui pourrait viser une réduction des sucres raffinés.
Légiférer à propos d'une taxe sur les produits contenant du sucre raffiné, un étiquetage honnête ou une limitation de la publicité de ces produits s'avérerait être une tâche difficile, mais nécessaire.
De l'autre côté, on se doit de souligner que l'épidémie du diabète profite aux compagnies pharmaceutiques. En 2016, les profits mondiaux tirés de la vente d'insuline avoisinaient les 50 milliards de dollars. Il est extrêmement difficile de mener une campagne de prévention efficace lorsque l'on se mesure à de puissants laboratoires pharmaceutiques, ces derniers se targuant à peine sans mentir de pouvoir offrir une vie comme avant aux personnes atteintes de diabète.
En attendant que l'on gagne cette bataille, il est essentiel de poursuivre, et même d'augmenter nos efforts actuels pour offrir des services adéquats. La recherche médicale fait de grands pas, mais ce n'est pas suffisant. D'ailleurs, on est capable de dire quelles communautés sont les plus vulnérables au diabète. Au Québec et au Canada, il s'agit des Premières Nations. Le taux de diabète chez ces communautés est cinq fois supérieur à celui de la population québécoise et canadienne.
Pour pallier ce problème, Santé Canada a investi environ 50 millions de dollars par année, et ce, depuis 1989, notamment par l'Initiative sur le diabète chez les Autochtones. Des organismes sont chargés de collaborer avec les Autochtones en vue de réduire les inégalités de santé. Le problème est loin d'être réglé à ce jour, et il en coûtera au fédéral bien davantage qu'un investissement de 50 millions de dollars par année pour inverser la tendance actuelle. Cela est toutefois un autre débat.
Il y a exactement 100 ans, c'est en Ontario, dans ce magnifique pays qu'est le Canada, que fut découverte l'insuline par une équipe de chercheurs médicaux. Pour leurs travaux, les chercheurs Frederick Banting et John Macleod ont d'ailleurs reçu le prix Nobel de médecine deux ans plus tard, en 1923.
À titre de pionnier de la recherche sur le diabète et son traitement, il est fondamental que le Canada se dote d'un cadre national clair et ambitieux. Je répète cependant que l'appui du Bloc québécois est conditionnel à un respect de la voix des provinces et du Québec ainsi qu'au partage des compétences, tel que nous le souhaitons au Bloc québécois. Nous votons pour le projet de loi dans sa forme actuelle, parce qu'il remplit jusqu'à maintenant tous les critères requis. S'il ne promet d'éradiquer le fléau du diabète dans les prochaines années, le projet de loi C-237 représente néanmoins une solution fort acceptable.
Avant de terminer, je tiens à souligner le travail fait par un organisme œuvrant dans ma circonscription. Il s'agit de l'Association du diabète Laval, Laurentides. Depuis 1984, cet organisme œuvre sans relâche afin de sensibiliser et d'informer les gens au sujet du diabète, en plus de remplir un rôle de diffuseur des connaissances grâce à sa plateforme de conférences et d'ateliers.
J'aimerais en profiter pour honorer le travail des hôpitaux et des cliniques de ma circonscription et du reste du Québec, qui se battent tous les jours pour contrer cette maladie qu'est le diabète.
J'applaudis le travail du personnel médical chargé d'établir un diagnostic et d'accompagner les patients atteints de diabète, afin de leur assurer une meilleure qualité de vie.
Je remercie enfin les équipes de chercheurs...
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-05-26 18:51 [p.7410]
Mr. Speaker, I, too, am pleased to speak to Bill C-237 on a national framework for diabetes, which was introduced by the member for Brampton South.
I think it is worth pointing out that we are talking about a bill and not a national strategy, even though we have had a lot of discussions about this in the past. The advantage of a bill is that the legal framework makes it possible to ensure better enforcement and better follow-up.
The bill states that the government has one year to establish the strategic framework and that it must assess the effectiveness of this national strategy five years after the report is tabled. That means that the bill already sets out a schedule and includes it in a legal framework, which is a positive step forward.
I am saying that because I am referring to the work that the Standing Committee on Health did after second reading and because my colleague from Montcalm asked the sponsor of Bill C-237, the member for Brampton South, some questions about the difference between what is happening now with the legal framework and the discussions that took place in the past with regard to national strategies. There have been discussions since 2005, and there have been debates about Diabetes 360° since 2018, so we wanted to know why we now need a legislative framework for all of this.
We were told that having a legislative framework is ultimately a good thing. It ensures that these intentions are not just wishful thinking and that there is follow-through.
Ms. Hanson of Diabetes Canada was asked about Diabetes 360°, the strategy that was recommended three times in a row and is also included in budget 2021. She was asked if the government had backed the strategy with funding. She answered that it had not yet done so.
After conducting a study on a national strategy, the Standing Committee on Health issued its recommendations. We tried to determine if these recommendations had been implemented by the government. It was not clear.
Thanks to the work of members, we now have a legislative framework and we can expect, or at least hope for, further outcomes and concrete action to fight diabetes.
I want to talk about Bill C-237 sponsored by the member for Brampton South by quoting from subclause 2(2) and speaking about the concerns that the bill addresses. Paragraph 2(2)(a) states that the national framework must include measures to “explain what diabetes and prediabetes are”. It is important to know this and, as MPs, the bill informs us.
I would like to provide some statistics. Diabetes affects 11 million Canadians. Diabetes Quebec estimates that in Quebec alone, roughly 880,000 people have diabetes, and a quarter of a million do not even realize it. They are living with diabetes without knowing it.
Every day, about 20 Canadians die of complications from diabetes. Diabetes is responsible for roughly 25% of heart operations, 40% of kidney failure, and 50% of non-traumatic limb amputations, even today.
For Canadians with diabetes, the risk of getting seriously ill from COVID-19 is twice as high, and the risk of dying is three times higher than normal. It is often harder to treat people with diabetes for viral infections because of the blood sugar fluctuations this can cause.
This is also about the people affected by diabetes. One in five adolescents with type 1 diabetes also suffers from depression, which is twice as high as the average. This affects people differently than the illness itself. Diabetes is also the primary cause of blindness in adults under 65. Diabetes has a major impact.
Paragraph 2(2)(b) of the bill states that there must be measures to “identify the training, education and guidance needs of health care and other professionals related to the prevention and treatment of diabetes, including clinical practice guidelines”.
The Bloc Québécois position on this is that Bill C-237 must not have an impact on Quebec's jurisdictions. However, we are not against virtue, and I will refer to the principle of the bill, which states that everything must be done in collaboration with the other levels of government, but also with the different stakeholders on the ground.
We hope that this means there will be a better distribution of tasks related not only to diabetes prevention and research, but also to caring for individuals with diabetes.
Paragraph 2(2)(c) of Bill C-237 states that the bill aims to “promote research and improve data collection on diabetes prevention and treatment”. Just today, we adopted Motion No. 38, which calls for the creation of a standing committee on science and research. We expect that this issue will be of interest to the committee and that it can look into diabetes.
Data collection can be done through the Public Health Agency of Canada, which is a federal entity. It is important to do it because Ms. Hanso of Diabetes Canada mentioned in committee that currently, in Canada, it is difficult to say how many of the people who have been diagnosed with diabetes have type 1 and how many have type 2. Apparently that is not yet clear.
Prevention is especially important, because over 50% of cases of type 2 diabetes are preventable. The importance of prevention in this context is vital.
Paragraph 2(2)(d) of Bill C-237 requires measures to “promote information and knowledge sharing in relation to diabetes prevention and treatment”. In terms of prevention, some things fall specifically under federal jurisdiction, like the labelling of less healthy, sugary products. That is part of disease prevention, and it falls under federal jurisdiction.
As I mentioned earlier, regarding the importance of coordination, that has to be done with the provincial governments or health officials, indigenous groups and other stakeholders, to be sure to avoid any duplication in the services offered and in terms of responsibilities. We have to make sure no one falls through the proverbial cracks.
Paragraph 2(2)(e) of Bill C-237 requires measures to “take into consideration any existing diabetes prevention and treatment frameworks, strategies and best practices, including those that focus on addressing health inequalities”. It is worth taking a moment to discuss the situation of indigenous people. For various reasons, in some communities, the prevalence of type 2 diabetes is four to five times higher than in the general population.
Investments have been made in the past to try to correct this situation, but we can expect a national framework to be more effective, particularly in three areas. In terms of prevention, we must ensure that awareness campaigns on healthy living are conducted in the communities. We also need better screening to ensure that residents of indigenous communities who have diabetes without realizing it can receive treatment quickly and avoid complications. It is also important to ensure that the treatments adhere to the guidelines and that a consistent approach is taken in order to reduce mortality and comorbidity, since this is a matter that may fall under federal jurisdiction.
Paragraph 2(2)(f) of Bill C-237 reads as follows:
ensure that the Canada Revenue Agency is administering the disability tax credit fairly and that the credit, in order to achieve its purposes, is designed to help as many persons with diabetes as possible.
As we know, the expenses associated with diabetes are very high. It can cost people with diabetes more than $1,500 per year. It has been reported that 30% of Canadians with diabetes cannot follow prescribed treatments because of the cost. These aspects speak to the relevance of Bill C-237.
Bills like this remind us that it is important for members to work together. It is nice to see something other than what happens during question period, to remind us that we can achieve a great deal when we work together. It also gives us the opportunity to learn more about one another. For instance, I learned that the member for Brampton South is a trained cardiology technologist and worked in health care for 18 years. I saw how much she cares about this issue.
In closing, I want to emphasize the wonderful collaboration we have seen on this issue with a quotation from my colleague from Repentigny, who is a member of the all-party diabetes caucus. She often says this in another context, but I think it really applies here: “If you want to go fast, go alone, but if you want to go far, go together”.
I hope that we will be able to go a lot further to tackle diabetes, for we will have done it by working together as parliamentarians.
Monsieur le Président, je suis moi aussi bien heureuse de pouvoir parler du projet de loi C-237 de la députée de Brampton-Sud sur la stratégie nationale pour lutter contre le diabète.
Je pense qu'il est intéressant de souligner le fait que l'on discute d'un projet de loi plutôt que d'une stratégie nationale. Cette discussion a quand même beaucoup eu cours par le passé. Les avantages d'un projet de loi sont que le cadre juridique permet d'assurer davantage de coercition et un meilleur suivi.
Le projet de loi mentionne d'ailleurs que le gouvernement dispose d'un an pour établir le cadre stratégique et que, cinq ans après que le dépôt aura été fait, il devra évaluer l'efficacité de cette stratégie nationale. On donne donc déjà des barèmes et on les inclut dans un cadre juridique, ce qui est tout de même une bonne avancée.
Je me permets de dire cela parce que je me réfère aux travaux du Comité permanent de la santé qui ont été faits à la suite de la deuxième lecture, et parce que mon collègue de Montcalm a justement posé des questions à la marraine du projet de loi C-237, la députée de Brampton-Sud, pour savoir quelle est la différence entre ce qui se passe maintenant avec le cadre juridique et les discussions qui ont eu cours par le passé avec les stratégies nationales. En effet, il y a des discussions depuis 2005, ainsi que des débats autour de Diabète 360o depuis 2018. Nous voulions donc connaître les raisons pour lesquelles on a maintenant besoin d'encadrer tout cela à l'aide d'un cadre législatif.
On nous a répondu que le fait d'avoir un cadre législatif est finalement une bonne chose. Cela permet que ces intentions ne soient pas que des vœux pieux et que l'on assure un suivi.
Par ailleurs, Mme Hanson, de Diabète Canada, a été questionnée au sujet de la stratégie Diabète 360o, qui avait été recommandée trois fois de suite, mais également dans le budget de 2021. On lui a demandé si le gouvernement avait donné suite à la stratégie par du financement. Elle nous a répondu que ce n'était pas encore fait.
À la suite d'une étude qui avait été faite sur une éventuelle stratégie nationale, des recommandations avaient été émises par le Comité permanent de la santé. On a cherché à savoir si ces recommandations avaient été mises en œuvre par le gouvernement. Ce n'était pas si clair.
Grâce au travail des députés qui nous permet d'arriver à un cadre législatif, on peut donc s'attendre — du moins, on l'espère — à davantage de résultats et de concret pour pouvoir lutter contre le diabète.
Je me permets de parler du projet de loi C-237 de la députée de Brampton-Sud en citant des extraits du paragraphe 2(2) pour justement parler des préoccupations sur lesquelles porte le projet de loi. L'alinéa 2(2)a) dit que le cadre national prévoit des mesures visant à « expliquer en quoi consistent le diabète et le prédiabète ». C'est important de le savoir et, comme députés, le projet de loi permet de faire notre éducation.
J'aimerais donner quelques statistiques. Le diabète touche 11 millions de Canadiens. Diabète Québec estime que, au Québec seulement, environ 880 000 personnes vivent avec le diabète et qu'un quart de million n'est même pas au courant. Elles vivent avec le diabète sans le savoir.
Chaque jour, une vingtaine de Canadiens meurent de complications liées au diabète. Le diabète serait responsable d'environ 25 % des opérations au cœur, de 40 % des insuffisances rénales et, encore aujourd'hui, de 50 % des amputations qui ne sont pas d'origine traumatique.
Pour les Canadiens diabétiques, les risques d'être gravement touchés par la COVID-19 sont deux fois plus élevés et les risques d'en mourir sont trois fois plus élevés que la normale. En effet, les gens vivant avec le diabète ont souvent plus de difficultés à traiter les infections virales en raison des fluctuations de la glycémie que cela peut entraîner.
On parle aussi des gens que le diabète affecte. C'est un adolescent sur cinq atteint du diabète de type 1 qui souffre aussi de dépression, ce qui est deux fois plus élevé que la normale. Cela atteint les gens d'une autre façon que la maladie elle-même. C'est aussi la première cause de cécité chez les adultes de moins de 65 ans. Le diabète a donc des incidences majeures.
L'alinéa 2(2)b) du projet de loi dit qu'il faut « déterminer les besoins des professionnels de la santé et d'autres professionnels en matière de formation et d'orientation sur la prévention et le traitement du diabète, y compris les lignes directrices de pratique clinique ».
Le commentaire du Bloc québécois à cet égard est qu'il ne faudra pas que le projet de loi C-237 ait une incidence sur les compétences du Québec. Par contre, nous ne sommes toutefois pas contre la vertu, et je vais me référer au principe du projet de loi qui dit que tout devra se faire en collaboration avec les autres paliers de gouvernement, mais aussi avec les différents acteurs du milieu.
Nous pouvons donc espérer qu'à partir de ce moment, il y aura un meilleur partage des tâches liées non seulement à la prévention et à la recherche sur le diabète, mais aussi à l'accompagnement des malades.
L'alinéa 2(2)c) du projet de loi C-237 mentionne que ce dernier vise à « promouvoir la recherche et [à] améliorer la collecte de données sur la prévention et le traitement du diabète ». Justement, aujourd'hui, on vient d'adopter la motion M-38 qui prévoit la formation d'un comité permanent sur la science et la recherche. On peut s'attendre à ce que cet enjeu intéresse ce comité et qu'il puisse se pencher justement sur la question du diabète.
La collecte de données peut être faite par le truchement de l'Agence de santé publique du Canada, une entité fédérale. C'est important de le faire, car Mme Hanson, de Diabetes Canada, mentionnait en comité que, présentement au Canada, il est difficile de dire, parmi les personnes qui ont reçu un diagnostic de diabète, combien sont de type 1 ou de type 2. Il semble que cela ne soit pas encore clair.
La prévention est particulièrement importante, car plus de 50 % des cas de diabète de type 2 pourraient être évités. L'importance de la prévention dans le contexte est centrale.
L'alinéa 2(2)d) du projet de loi C-237 prévoit qu'il faudra « promouvoir l'échange de renseignements et de connaissances sur la prévention et le traitement du diabète ». Dans la prévention, il y a des choses qui relèvent expressément du fédéral, à savoir l'étiquetage lorsque l'on parle de produits sucrés moins bons pour la santé. Cela fait aussi partie de la prévention de la maladie et cela relève de la compétence du fédéral.
Comme je le mentionnais tout à l'heure, sur l'importance de la coordination, il faut que cela se fasse avec les gouvernements provinciaux ou les responsables de la santé, les groupes autochtones et d'autres intervenants pour s'assurer d'éviter qu'il y ait des dédoublements dans les différents services offerts et au chapitre des tâches. Il faut s'assurer que personne ne tombe dans les proverbiales craques du plancher.
L'alinéa 2(2)e) du projet de loi C-237 mentionne qu'il faut « prendre en considération les cadres, les stratégies et les pratiques exemplaires actuels en la matière, y compris ceux qui visent à redresser les inégalités en matière de santé ». Il est intéressant ici de parler de la situation des Autochtones. Pour plusieurs raisons, il y a une prévalence quatre à cinq fois plus élevée du diabète de type 2 dans certaines communautés par rapport à la population en général.
Des investissements ont été faits par le passé pour essayer de corriger cette situation, mais, avec un cadre national, on peut s'attendre à ce que ce soit plus efficace, notamment sur trois axes: au chapitre de la prévention, il faut s'assurer que des campagnes de sensibilisation sur les saines habitudes de vie sont faites dans les communautés. Il faudrait aussi un meilleur dépistage pour s'assurer que les gens qui souffrent du diabète et qui ne le savent pas, dans les communautés autochtones, peuvent recevoir rapidement des traitements et éviter des complications. À cet égard, il faut s'assurer que les traitements correspondent aux lignes directrices et qu'il y a une bonne uniformité pour réduire la mortalité et la comorbidité, puisqu'il s'agit, dans ce cas-ci, d'une compétence qui peut relever du fédéral.
L'alinéa 2(2)f) du projet de loi C-237 est libellé ainsi:
faire en sorte que l’Agence du revenu du Canada administre le crédit d’impôt pour personnes handicapées de manière équitable et que, en vue de la réalisation de son objectif, ce crédit d’impôt soit conçu pour venir en aide au plus grand nombre possible de personnes atteintes de diabète.
On le sait, les dépenses liées au diabète sont très élevées. Cela peut atteindre plus de 1 500 $ par année pour les personnes atteintes. Il semblerait que 30 % des Canadiens atteints de diabète soient incapables de suivre les traitements prescrits en raison des coûts. Ce sont là plusieurs aspects de la pertinence du projet de loi C-237.
De tels projets de loi nous permettent de nous rappeler qu'il est important que les députés travaillent ensemble. C'est bien de voir autre chose que ce qui se passe lors de la période des questions orales pour nous rappeler qu'il y a un beau travail de collaboration qui peut être fait. Cela nous permet d'en apprendre aussi sur nos collègues. Par exemple, j'ai pu apprendre que la députée de Brampton-Sud a une formation de technologue en cardiologie et qu'elle a travaillé pendant 18 ans dans le domaine de la santé. J'ai vu à quel point ce dossier lui tient à cœur.
En terminant, sur cette belle collaboration que cet enjeu amène, je me permets de citer ma collègue de Repentigny, qui siège justement au caucus tripartite sur le diabète et qui nous dit souvent, dans un autre contexte, mais je trouve que cela s'applique très bien ici: « tout seul, on va plus vite, mais, ensemble, on va plus loin. »
J'espère que nous pourrons aller beaucoup plus loin sur le dossier du diabète, car nous l'aurons fait justement ensemble, entre parlementaires.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-05-14 12:12 [p.7246]
Madam Speaker, federal leadership on this pandemic has been confusing and chaotic every step of the way. The risk is low, the risk is high; do not wear masks, wear masks; we are not closing the borders, we are closing the borders. Canadians just want their lives back.
Yesterday, the CDC issued guidance that fully vaccinated Americans could ditch the mask if they were outdoors or indoors. That is how we combat vaccine hesitancy. In Canada, we are just not that fortunate.
How do the lives of half-vaccinated Canadians change? Does anything change? Is there any guidance on this or is that too much to ask?
Madame la Présidente, la gestion de cette pandémie par le gouvernement fédéral est déroutante et chaotique depuis le début. On nous a dit que le risque était faible, puis qu'il était élevé, qu'il ne fallait pas porter le masque, puis qu'il fallait le porter, qu'on ne fermerait pas les frontières, puis qu'on allait les fermer. Les Canadiens veulent seulement reprendre une vie normale.
Selon les recommandations que les CDC ont publiées hier, les États-Uniens qui ont été entièrement vaccinés n'ont plus à porter le masque à l'extérieur ni dans les espaces intérieurs. Voilà comment on peut combattre l'hésitation à se faire vacciner. Au Canada, nous n'avons pas cette chance.
Comment la vie des Canadiens vaccinés à moitié pourra-t-elle changer? Y aura-t-il des changements? Y a-t-il des recommandations à ce sujet, ou est-ce trop demander?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2021-05-14 12:14 [p.7246]
Madam Speaker, federal leadership on this pandemic has been confusing and chaotic every step of the way. The risk is low, the risk is high; do not wear masks, wear masks; we are not closing the borders, we are closing the borders. Canadians just want their lives back.
Yesterday, the CDC issued guidance that fully vaccinated Americans could ditch the mask if they were outdoors or indoors. That is how we combat vaccine hesitancy. In Canada, we are just not that fortunate.
How do the lives of half-vaccinated Canadians change? Does anything change? Is there any guidance on this or is that just too much to ask?
Madame la Présidente, la gestion de cette pandémie par le gouvernement fédéral est déroutante et chaotique depuis le début. On nous a dit que le risque était faible, puis qu'il était élevé, qu'il ne fallait pas porter le masque, puis qu'il fallait le porter, qu'on ne fermerait pas les frontières, puis qu'on allait les fermer. Les Canadiens veulent seulement reprendre leur vie normale.
Selon les recommandations que les CDC ont publiées hier, les États-Uniens qui ont été entièrement vaccinés n'ont plus à porter le masque à l'extérieur ni dans les espaces intérieurs. Voilà comment on peut combattre l'hésitation à se faire vacciner. Au Canada, nous n'avons pas cette chance.
Comment la vie des Canadiens vaccinés à moitié pourra-t-elle changer? Y aura-t-il des changements? Y a-t-il des recommandations à ce sujet, ou est-ce trop demander?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, every country around the world is looking at life post-COVID, and Canada is no exception. We all want to return to normal.
Our government has been working hard with provinces and territories to provide the best science and evidence-based guidance. In fact, we will have more to say on this later today.
However, I want to remind Canadians that the best way to get through this pandemic is to keep signing up for vaccinations and to follow local public health measures.
Madame la Présidente, tous les pays souhaitent en finir avec la COVID, et le Canada ne fait pas exception. Nous voulons tous reprendre une vie normale.
Le gouvernement multiplie les efforts, avec les provinces et les territoires, pour fournir les meilleurs conseils fondés sur la science et les données probantes. Nous en aurons d'ailleurs plus long à dire à ce sujet au cours de la journée.
Je tiens toutefois à rappeler aux Canadiens que le meilleur moyen de passer au travers de cette pandémie, c'est de continuer à se faire vacciner et de suivre les directives des autorités locales de la santé publique.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the federal government approved an unprecedented four-month delay between doses of vaccine due to supply, meaning that few Canadians are fully vaccinated against COVID. The federal government has not issued any clear advice for half-vaccinated Canadians about their level of protection, their risk of transmitting COVID and what restrictions do or do not apply to them.
Given the Prime Minister's announcement of a half-vaccinated summer, what official public health advice does the federal government have for half-vaccinated Canadians regarding what they can or cannot do?
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral a approuvé un intervalle inédit de quatre mois entre les deux doses de vaccin à cause des problèmes d'approvisionnement, ce qui veut dire que peu de Canadiens sont entièrement vaccinés contre la COVID-19. Le gouvernement fédéral n'a publié aucune directive claire à l'intention des Canadiens à demi vaccinés au sujet du degré de protection, du risque de transmettre le virus et des restrictions qui s'appliquent à leur situation.
Compte tenu de l'annonce du premier ministre sur l'été à une dose, quels conseils de santé publique officiels le gouvernement fédéral a-t-il pour les Canadiens à demi vaccinés concernant ce qu'ils peuvent faire et ne peuvent pas faire?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am not really sure where to start with that mixed bag of half-truths and falsehoods, but I will start with this.
Here is what we do know: Vaccines save lives and they stop the spread of COVID. They are a critical tool in getting our lives back to normal.
I want to thank all of the immunizers across the country who are working so hard to get vaccines into Canadians' arms. In fact, we are doing a phenomenal job. We see that we are one of the fastest immunizers in the G7. We see Canadians stepping up in unprecedented ways to take a vaccination when it is offered to them.
I would encourage Canadians to continue to get vaccinated. It will save their own lives, it will help stop the spread in their community, and we will have a much better summer and fall.
Monsieur le Président, je ne sais pas trop comment répondre à ce ramassis de demi-vérités et de faussetés, mais je commencerai par ce qui suit.
Voici ce que nous savons: les vaccins sauvent des vies et freinent la propagation de la COVID-19. Ils constituent un outil essentiel pour revenir à la vie normale.
Je tiens à remercier toutes les personnes de partout au pays qui travaillent très fort pour vacciner les Canadiens. En fait, nous faisons un travail phénoménal. Notre campagne d'immunisation fait partie des plus rapides du G7. Les Canadiens prennent des moyens sans précédent pour recevoir un vaccin lorsqu'ils y sont admissibles.
J'encourage les Canadiens à continuer de se faire vacciner. Les vaccins sauveront leur vie, contribueront à freiner la propagation dans leur communauté et permettront de passer un bien meilleur été et un bel automne.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, thank you for that advice to the health minister.
Even though only 3% of Canadians are fully vaccinated, by now Canadians should have advice from the federal government on what they can look forward to once fully vaccinated. This also applies to half-vaccinated Canadians, given the proclamation of a half-vaccinated summer. Countries around the world are doing this. This type of hope will incent people to get the vaccines.
What advice does the federal government have for half-vaccinated Canadians, or fully vaccinated Canadians, regarding what they can or cannot do?
Monsieur le Président, je vous remercie de votre conseil à la ministre de la Santé.
Même si seulement 3 % d'entre eux sont entièrement vaccinés, les Canadiens devraient maintenant avoir reçu des conseils du gouvernement fédéral sur ce qui les attend une fois qu'ils auront reçu leur deuxième dose. Cela s'applique aussi aux Canadiens à demi vaccinés, puisque l'on a décrété que c'est ainsi qu'ils passeront l'été. Partout dans le monde, des pays font de même. Ce genre d'espoir incitera les gens à se faire vacciner.
Quel conseil le gouvernement fédéral a-t-il pour les Canadiens à demi vaccinés ou entièrement vaccinés concernant ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I will repeat that vaccines save lives and they stop the spread of disease. I think Canadians know that we need to get to the finish line together. Canadians have made extraordinary sacrifices for each other. Now they are stepping up to the plate and getting vaccinated when it is their turn. That is how we will see a light at the end of this tunnel.
I am so proud of all the immunizers around the country who are working so hard to get immunization to Canadians, no matter where they live. We are going to reach that finish line, and we will get there together.
Monsieur le Président, je le répète: les vaccins sauvent des vies et freinent la propagation de la maladie. Je crois que les Canadiens savent que nous devons nous serrer les coudes pour atteindre le fil d'arrivée. Les Canadiens ont fait d'énormes sacrifices les uns envers les autres. Ils assument maintenant leurs responsabilités en se faisant vacciner leur tour venu. Voilà comment nous pourrons voir la lumière au bout du tunnel.
Je suis très fière de tous les vaccinateurs partout au pays, qui travaillent si fort pour immuniser les Canadiens, peu importe où ils vivent. Nous franchirons ensemble ce fil d'arrivée.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, Quebec and Ontario have suspended the first dose of AstraZeneca, and four other provinces are preparing to follow suit. Canadians who got the first dose are worried. They want to know if they will have to get a second AstraZeneca shot, if they can get Pfizer or Moderna for their second shot, or if they have to start all over and get two doses of another vaccine.
Can the government give us a clear and simple answer?
Monsieur le Président, on a appris que le Québec et l'Ontario avaient suspendu l'administration de la première dose d'AstraZeneca et que quatre autres provinces se préparaient à faire la même chose. Les Canadiens qui ont reçu une première dose sont inquiets. Ils veulent savoir s'ils doivent recevoir une autre dose d'AstraZeneca, s'ils peuvent recevoir une deuxième dose de Pfizer ou de Moderna, ou s'ils doivent recommencer et recevoir deux doses d'un autre vaccin.
Est-ce qu'on peut avoir une réponse claire et facile?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, every step of the way, the Canadian response has been guided by health, evidence and science. This is no different. We know that many provinces are pausing the delivery of AstraZeneca.
I will say this. It is important for Canadians to get vaccinated as soon as they are offered a vaccine. This is how we will save lives, stop the spread and get our lives back. I am certain that provinces will do their absolute best to make sure that no doses go unused.
Monsieur le Président, à chacune des étapes, la réponse canadienne a été guidée par la santé, les données probantes et la science. Ce n'est pas différent maintenant. Nous savons que diverses provinces suspendent l'administration du vaccin d'AstraZeneca.
Je dirai ceci: il est important que les Canadiens se fassent vacciner dès qu'un vaccin leur est offert. C'est de cette manière que nous pourrons sauver des vies, freiner la propagation et reprendre une vie normale. Je suis convaincue que les provinces feront en sorte qu'aucune dose ne reste inutilisée.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, is it normal for me to have to ask the Minister of Health how it works? From the beginning, the Prime Minister and the Minister of Health have often contradicted the National Advisory Committee on Immunization and Theresa Tam.
I will ask my question again. What should people who got the first dose of AstraZeneca do? Will they have to take a second dose of AstraZeneca? Can they get Pfizer or Moderna for their second dose? Do they have to start over and get two doses of another vaccine? Can the minister answer me? Does she know, yes or no?
Monsieur le Président, est-ce que c'est normal que ce soit moi qui doive demander à la ministre de la Santé comment cela fonctionne? Il ne faut pas oublier que, depuis le début, le premier ministre et la ministre de la Santé ont souvent contredit le Comité consultatif national de l'immunisation et Theresa Tam.
Je repose donc ma question. Qu'est-ce les gens qui ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca doivent faire? Faut-il qu'ils prennent une deuxième dose d'AstraZeneca? Peuvent-ils recevoir une seconde dose de Pfizer ou de Moderna? Doivent-ils recommencer et recevoir deux doses d'un autre vaccin? Est-ce que la ministre peut me répondre? Est-ce qu'elle le sait ou pas?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, we see a pattern from the Conservative Party of politicians wanting to interfere with the work of scientists, regulators and researchers.
I will tell my colleagues that every vaccine that is authorized for use in Canada is safe. Canadians are stepping up in unprecedented ways. I myself have been immunized with AstraZeneca. I look forward to getting a second dose as soon as I am eligible. That is what Canadians are doing. They are stepping up to help each other, help themselves and stop the spread of COVID-19.
Monsieur le Président, les conservateurs ont l'habitude de vouloir s'ingérer dans le travail des scientifiques, des organismes de réglementation et des chercheurs.
Je tiens à dire aux députés que tous les vaccins dont l'utilisation est autorisée au Canada sont sûrs. Les Canadiens se mobilisent d'une manière sans précédent. J'ai moi-même été vaccinée avec le vaccin d'AstraZeneca. Je prévois recevoir ma deuxième dose dès que je le pourrai. Voilà ce que font les Canadiens. Ils se mobilisent pour s'entraider, s'aider eux-mêmes et arrêter la propagation de la COVID-19.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2021-05-12 14:38 [p.7107]
Mr. Speaker, the federal government has presided over the delivery of unclear and changing advice on the AstraZeneca vaccine. There have been supply problems with the company that the federal government has not addressed, and now some provinces have stopped using this vaccine altogether.
What happens now for Canadians who have received one dose of AstraZeneca? Should they be getting a second dose of AstraZeneca, or will they be able to? Should they be getting two doses of Pfizer or Moderna, or will there be some sort of mix or combination of vaccines? It has been really unclear from the Liberal government what the steps forward are for AstraZeneca, so I would ask for clarity on this from the Prime Minister.
Monsieur le Président, c'est le gouvernement fédéral qui est à l'origine des directives floues et changeantes qui ont été données au sujet du vaccin d'AstraZeneca. Il y a eu des problèmes d'approvisionnement auprès de cette entreprise et le gouvernement n'a rien fait pour les corriger et, maintenant, certaines provinces ont carrément cessé d'utiliser ce vaccin.
Qu'arrivera-t-il maintenant aux Canadiens qui ont reçu une dose du vaccin d'AstraZeneca? Devraient-ils recevoir une deuxième dose du vaccin d'AstraZeneca et seront-ils en mesure de l'obtenir? Devraient-ils maintenant recevoir deux doses du vaccin de Pfizer ou de celui de Moderna ou est-ce qu'il y aura des combinaisons de vaccins différents? Le gouvernement libéral n'a vraiment pas été clair quant à la suite des choses concernant le vaccin d'AstraZeneca, alors je voudrais que le premier ministre nous dise clairement ce qu'il en est.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:38 [p.7108]
Mr. Speaker, for absolute clarity, every vaccine approved by Health Canada is safe and effective. Canadians who got any dose of any vaccine have been doing their part to reduce cases. It is a good thing, moving forward.
Scientists and health officials are leaning in carefully on what the next steps are and what the best recommendations are, going forward. We will ensure that they work closely with provincial health officers on delivering the doses that are needed for Canadians in the coming months.
Monsieur le Président, pour que tout soit très clair, je précise que chaque vaccin autorisé par Santé Canada est sûr et efficace. Les Canadiens qui ont obtenu une dose de l'un ou l'autre des vaccins contribuent à réduire le nombre de cas. C'est un choix qui augure bien pour l'avenir.
Les scientifiques et les fonctionnaires du domaine de la santé sont en train de bien réfléchir dans le but de déterminer quelles seront les prochaines mesures à prendre et les recommandations à formuler. Nous allons nous assurer qu'ils collaborent avec les directeurs provinciaux de la santé publique et que les doses dont les Canadiens auront besoin dans les prochains mois soient livrées.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2021-05-12 14:39 [p.7108]
Mr. Speaker, I do not know if the Prime Minister is refuting the announcements by the Provinces of Alberta and Ontario on AstraZeneca, but it is really not clear. I am going to ask him again for clarity concerning a provincial response, what he said and what his advisers have told Canadians.
Again, will folks who have received the first dose of AstraZeneca, as he has, be able to receive a second dose of AstraZeneca, or will they be receiving two doses of Pfizer or Moderna? Are they going to be getting some combination? It has been very unclear from the get-go on this vaccine, so I am just asking the Prime Minister for some clarity on the AstraZeneca vaccine.
Monsieur le Président, je ne sais pas si le premier ministre est en train de nier que des annonces ont été faites par l'Alberta et l'Ontario au sujet du vaccin d'AstraZeneca, mais ce n'est vraiment pas clair. Je vais lui poser encore une fois la question pour que tout soit clair à propos des décisions prises par les provinces, de ce qu'il a dit et de ce que ses conseillers ont dit aux Canadiens.
Alors, les gens qui ont reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca, comme lui, auront-ils accès à une deuxième dose du même vaccin ou recevront-ils deux doses du vaccin de Pfizer ou de Moderna? Vont-ils recevoir une combinaison quelconque de vaccins? Depuis le début, les choses ne sont vraiment pas claires au sujet de ce vaccin. Tout ce que je demande au premier ministre c'est de dire clairement ce qu'il en est du vaccin d'AstraZeneca.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:40 [p.7108]
Mr. Speaker, I do not believe that politicians should be delivering health advice, but the best advice that I have heard from my doctor and others is that people who have received one dose of AstraZeneca can very well, and should very well, get a second dose of AstraZeneca. As recommendations change and as people look at different courses and options around the world, we will have more data and continue to update people on the recommended path. I can assure everyone that those who got the AstraZeneca vaccine, as I did and as did the Leader of the Opposition and other party leaders, did the right thing and will continue to be well cared for in the way forward.
Monsieur le Président, je ne crois pas que les politiciens devraient prodiguer des conseils en matière de santé. Cependant, le meilleur conseil qui m'a été donné par mon médecin et d'autres personnes est que les gens qui ont reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca peuvent très bien recevoir une deuxième dose du même vaccin et devraient le faire. Au fur et à mesure que les recommandations évoluent et que les responsables examinent les options et les solutions choisies dans le monde, nous aurons plus de données à notre disposition et nous continuerons de tenir les gens au courant de la solution recommandée. Je peux garantir à tous les Canadiens que ceux qui ont reçu une dose du vaccin d'AstraZeneca, tout comme le chef de l’opposition, d'autres chefs de parti et moi, ont fait le bon choix et continueront de recevoir de bons soins.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would like to carry on with the line of questions my colleague just asked.
As the Prime Minister has received his first dose of the AstraZeneca vaccine, will he be getting a second dose of the AstraZeneca vaccine, two doses of Pfizer or Moderna, or one dose of Pfizer or Moderna in the future? Which one will it be?
Monsieur le Président, mes questions porteront sur le même sujet que celles de ma collègue.
Comme le premier ministre a reçu sa première dose du vaccin d'AstraZeneca, recevra-t-il une deuxième dose de ce même vaccin, deux doses du vaccin Pfizer ou Moderna ou encore une dose du vaccin Pfizer ou Moderna? Qu'en sera-t-il?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:44 [p.7109]
Mr. Speaker, I will assure the hon. member for Calgary Nose Hill that I talked to my doctor just last week, and he recommended that I get a second dose of AstraZeneca in the coming weeks or months when it becomes available and when my turn comes up in the province of Ontario. That is what I am focused on doing.
I know questions are being asked around the world about the data that involves mixing and matching doses. There are no recommendations around that yet, but I know scientists are leaning in carefully to see if it may be the right option for many people.
Monsieur le Président, je peux assurer à la députée de Calgary Nose Hill que j'ai parlé à mon médecin la semaine dernière et qu'il m'a recommandé de recevoir une deuxième dose du vaccin d'AstraZeneca dans les semaines ou les mois à venir, lorsqu'elle sera disponible et que mon tour viendra dans la province de l'Ontario. C'est ce que je compte faire.
Je sais que, dans le monde entier, on cherche à obtenir des données sur les combinaisons de vaccins. Il n'y a pas encore de recommandations à ce sujet, mais je sais que les scientifiques y réfléchissent beaucoup afin de déterminer si ce pourrait être une bonne solution pour beaucoup de gens.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, is the Prime Minister and the government recommending that people who received the first dose of AstraZeneca get a second dose of AstraZeneca, with that comment he just made, or is he advising them to contact their doctor?
Monsieur le Président, avec ce commentaire, doit-on comprendre que le premier ministre et le gouvernement recommandent aux personnes qui ont reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca de recevoir une deuxième dose du même vaccin ou d'en parler à leur médecin?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:44 [p.7109]
Mr. Speaker, the Prime Minister and the government do not make health recommendations. That is not my job. I shared what the member asked for, which was what advice I personally got from my doctor. I certainly encourage all Canadians to talk to their doctors, who will then be informed by experts and doctors in their jurisdictions, in their provinces and territories, and by the national guidance from NACI and from Health Canada. That is the best way to move forward.
People should not take recommendations from politicians, particularly not Conservatives. They should take recommendations from their doctors and the experts.
Monsieur le Président, le premier ministre et le gouvernement ne font pas de recommandations en matière de santé. Ce n'est pas notre travail. J'ai répondu à la question de la députée. J'ai dit ce que je prévoyais faire personnellement d'après les conseils de mon médecin. J'encourage certainement tous les Canadiens à en parler à leur médecin, qui se fondera sur les conseils des spécialistes et des médecins de leur province et de leur territoire, ainsi que sur les lignes directrices nationales du Comité consultatif national de l'immunisation et de Santé Canada. C'est la meilleure façon de procéder.
Les gens ne devraient pas suivre les recommandations des politiciens, surtout pas des conservateurs. Ils devraient suivre les recommandations de leur médecin et des spécialistes.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the experts are the regulators at Health Canada and NACI, which both report into the government or the Prime Minister. The Prime Minister just stood in the House and said that he would be getting a second dose of AstraZeneca based on his doctor's advice.
Based on the experts at Health Canada and NACI who report into him, would he stand by that advice?
Monsieur le Président, les experts, ce sont les gens qui établissent la réglementation à Santé Canada et au Comité consultatif national de l'immunisation. Dans les deux cas, ils relèvent du gouvernement ou du premier ministre. Le premier ministre vient de déclarer à la Chambre qu'il recevra une deuxième dose du vaccin d'AstraZeneca sur l'avis de son médecin.
Le premier ministre maintient-il ce qu'il vient de dire s'il tient compte des avis des experts de Santé Canada et du Comité consultatif national de l'immunisation qui relèvent de lui?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:45 [p.7109]
Mr. Speaker, I highlighted that I spoke with my doctor and he said that he expected that in the coming weeks, whenever that comes up, I would get a second dose of AstraZeneca. We will, he will and others will of course be following the updated guidance that I am sure will continue to evolve from recommendations by experts on what the right path forward is. However, Canadians need to be reassured that every step of the way their health and safety is at the forefront of all recommendations. Every vaccine distributed in Canada is approved by Health Canada, because it is safe and effective.
Monsieur le Président, j'ai dit que j'avais parlé à mon médecin et que, selon lui, je devrais recevoir une deuxième dose du vaccin d'AstraZeneca dans les semaines à venir, lorsque le temps sera venu. De toute évidence, à l'instar de mon médecin et d'autres personnes, nous continuerons de nous tenir au courant des dernières mises à jour dans les conseils qui nous sont donnés par les experts et qui continueront d'évoluer, j'en suis sûr. Cependant, les Canadiens peuvent avoir l'assurance que les recommandations qui leur sont données ont toujours pour but premier de protéger leur santé et leur sécurité. Chaque vaccin distribué au Canada est autorisé par Santé Canada, car il est sûr et efficace.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, again, Health Canada and NACI report into the government and the Prime Minister. He would have access to their advice. He has access to a family physician's advice, which many Canadians do not.
Therefore, I am wonder if he can tell Canadians who, like him, received the first dose of AstraZeneca two things: if they should be waiting for supply to get a second dose of AstraZeneca based on what Health Canada and NACI said; and whether AstraZeneca ever plans to deliver a dose of vaccine to Canada, but particularly whether they should be waiting to get their first dose of AstraZeneca, as his family physician advised.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, Santé Canada et le Comité consultatif national de l'immunisation relèvent du gouvernement et du premier ministre. Il a accès à leurs conseils. Il a aussi accès aux conseils d'un médecin de famille, contrairement à beaucoup de Canadiens.
J'aimerais donc qu'il dise deux choses aux Canadiens qui, comme lui, ont reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca: devraient-ils attendre que les stocks permettent de recevoir une deuxième dose de ce vaccin, selon les avis de Santé Canada et du Comité consultatif national de l'immunisation? Est-ce qu'AstraZeneca a l'intention de livrer des doses au Canada un jour? J'aimerais surtout savoir si les gens devraient attendre de recevoir leur première dose du vaccin d'AstraZeneca, comme le médecin du premier ministre le lui a recommandé.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:47 [p.7109]
Mr. Speaker, vaccines are rolling out across the country right now. We will have received 50 million doses of vaccine by the end of June. We will continue to make recommendations. We will continue to see Health Canada, NACI and provincial deciders making recommendations about how and when all Canadians can get vaccinated.
However, I will take this moment to thank everyone who has stepped up and gotten a first dose of vaccine, congratulate the many who have already received their two doses of vaccine and encourage everyone else to get vaccinated as soon as possible, so we can have a much better summer.
Monsieur le Président, les vaccins continuent d'être distribués partout au pays. Nous aurons reçu 50 millions de doses de vaccins d'ici la fin juin. Nous continuerons de faire des recommandations. Nous continuerons de voir, de la part de Santé Canada, du Comité consultatif national de l'immunisation et des décideurs provinciaux, des recommandations à propos du quand et du comment de la vaccination de tous les Canadiens.
Cela dit, je tiens à prendre un moment pour remercier tous ceux qui ont répondu à l'appel et reçu leur première dose de vaccin. Je félicite les nombreuses personnes qui ont déjà reçu leurs deux doses, et j'encourage tous les autres à se faire vacciner dès que possible, pour que nous puissions passer un bien meilleur été.
View Tim Louis Profile
Lib. (ON)
View Tim Louis Profile
2021-05-11 14:17 [p.7056]
Mr. Speaker, I am honoured to recognize a campaign launched by the Canadian Live Music Association and one that holds a special place in my heart. I have been a professional musician my entire adult life and understand that making a living as an artist is challenging at the best of times. The pandemic has had a devastating impact on live events, with every stage in the world going dark.
The Canadian Live Music Association launched the awareness campaign #ForTheLoveOfLive, which is focused on the impacts felt by our artists, festival and concert employees, venues, promoters, talent agencies, production crews and many others.
Everyone associated with the live events industry has our support and respect for the resilience they are demonstrating. We all have cherished memories connected with live music and events. Let us show our support by posting messages with #ForTheLoveOfLive. We look forward to the day when live performances return and all the world is a stage once again.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de parler d'une campagne lancée par l'Association canadienne de musique sur scène, une campagne qui me tient tout particulièrement à cœur. J'ai été musicien professionnel pendant toute ma vie adulte; je sais qu'il est difficile de gagner sa vie comme artiste, même dans les périodes fastes. La pandémie a eu des effets dévastateurs sur l'industrie du spectacle avec la fermeture de toutes les scènes de la planète.
L'Association canadienne de musique sur scène a lancé la campagne de sensibilisation #PourL'AmourDeLaScene, qui attire l'attention sur les répercussions subies par les artistes, les festivals, les salles de spectacles, les promoteurs, les agences artistiques, les équipes de production, les employés de cette industrie et bien d'autres personnes.
Tout le milieu du spectacle a notre soutien et notre respect pour sa résilience. Nous avons tous de bons souvenirs de spectacles musicaux. Montrons notre appui en publiant des messages dans le cadre de la campagne #PourL'AmourDeLaScene. Nous attendons avec impatience le retour des spectacles devant public et le moment où le monde entier redeviendra une scène.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2021-05-10 15:04 [p.6961]
Mr. Speaker, the vaccine rollout is in full swing, with millions of vaccines arriving in Canada every week.
Starting Friday, residents of Quebec aged 18 and up can receive their first dose. As more and more Canadians become eligible to receive a vaccine, it is important that we continue to encourage them to get vaccinated when it is their turn.
Would the hon. Minister of Health tell the House what the government is doing to combat vaccine hesitancy?
Monsieur le Président, la vaccination bat son plein avec des millions de vaccins arrivant au Canada chaque semaine.
À compter de ce vendredi, les résidants du Québec âgés de 18 ans et plus pourront recevoir leur première dose. Comme de plus en plus de Canadiens sont admissibles à recevoir un vaccin, il est important que nous continuions de les encourager à se faire vacciner lorsque le moment est venu de le faire.
L'honorable ministre de la Santé peut-elle dire à la Chambre ce que fait le gouvernement fédéral pour combattre l'hésitation à se faire vacciner?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I agree with my colleague. The vaccines are an important tool in the fight against COVID-19.
In February, we announced $64 million to help Canadians get reliable information about vaccines. All of the vaccines are approved by Health Canada as safe and effective against COVID-19.
I encourage all Canadians to get vaccinated because the vaccine protects them and their loved ones.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec ma collègue. Les vaccins sont importants pour lutter contre la COVID-19.
Pour aider les Canadiens à obtenir de l'information fiable sur les vaccins, nous avons annoncé 64 millions de dollars en février dernier. Tous les vaccins approuvés par Santé Canada sont sûrs et efficaces contre la COVID-19.
J'encourage tous les Canadiens à se faire vacciner, parce que le vaccin les protège, eux et leurs proches.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, we are a year in and many people are struggling with COVID. They rely on expert advice. I will quote just one person's frustration regarding vaccine messaging: “I am so tired. I was excited to get my first vaccine and suddenly I am told it is not the preferred dose. Now I’m questioning why I was told to take the first dose available. In the meantime, my 92-year-old father can’t get his second shot as advised.”
When will the minister take responsibility for these failures in communication and delivery?
Monsieur le Président, voilà un an que nous sommes en pandémie, et bien des gens ont du mal à composer avec la COVID. Ils s'appuient sur les conseils d'experts. Beaucoup de gens sont frustrés par les messages concernant les vaccins. Voici ce que l'un d'entre eux m'a écrit: « Je n'en peux plus. J'étais enthousiaste à l'idée de recevoir ma première dose de vaccin et, soudainement, on me dit qu'il ne s'agit pas du vaccin le plus approprié pour moi. Je me demande donc maintenant pourquoi on m'a dit de prendre le premier vaccin offert. Entretemps, mon père de 92 ans ne parvient pas à recevoir sa deuxième dose, tel qu'il est recommandé. »
Quand la ministre assumera-t-elle la responsabilité de ces échecs en matière de communication et de livraison?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, Canadians can rest assured that the approval and authorization of vaccine use in this country is left up to the world-renowned regulators at Health Canada. All vaccines that are authorized go through a rigorous testing process for safety and effectiveness, and that review continues even as vaccines are distributed.
Vaccines are an important tool for getting through this virus, and we encourage all Canadians to get a vaccine as soon as it is their turn.
Monsieur le Président, les Canadiens peuvent être assurés que ce sont les organismes de réglementation de Santé Canada, réputés mondialement, qui procèdent à l'homologation des vaccins au Canada. Tous les vaccins homologués sont soumis à des tests rigoureux pour déterminer leur innocuité et leur efficacité, et ces tests se poursuivent même après la distribution des vaccins.
Les vaccins sont un outil crucial pour lutter contre le virus, et nous encourageons tous les Canadiens à se faire vacciner dès que leur tour viendra.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-07 13:32 [p.6920]
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-210 at third reading. I have already spoken to this bill in the past, last November.
This bill seeks to amend the Canada Revenue Agency Act to allow the CRA to enter into agreements with the provinces and territories to collect, via income tax returns, any information that Quebec and the provinces require to establish or maintain an organ donor registry. The second part of the bill would allow the CRA to disclose this information to the provinces and territories with which it has entered into an agreement.
I will discuss three different aspects of this bill. First, I will lay out our party's position on this matter. Then I will describe the state of organ donation in Quebec, Canada and the world, and share some examples of cases. Finally, I will talk a little about the ongoing difficulties caused by the pandemic for organ donation.
I will start by stating the Bloc Québécois's position even though this bill will not affect Quebec at all. Let me explain. We still want Quebec to administer its own single tax return. That is no secret. Even though we have not yet made that happen, Quebec can get all the information it needs to have its own income tax return. The Bloc Québécois therefore has no problem with this bill, but Quebec is unlikely to want to enter into an agreement with the Canada Revenue Agency because Quebec, as I said, already has its own tax return.
Let me reiterate that what the Bloc Québécois wants is to implement a single tax return—I am giving a shout-out to my colleague from Joliette—that is administered by Quebec, which means that this bill would not affect Quebec at all. Even if Quebec wanted to enter into an agreement, we would have no problem with the idea of sharing this information. Quebec is free to enter into an agreement or not. This bill does not commit Quebec to anything or limit it in any way. Allowing the Canada Revenue Agency to collect information as part of an agreement with a participating province and sharing that information with the provinces is not a problem. It actually makes sense because the CRA handles all the tax returns outside Quebec.
I will give a few examples where that has already been put in place in Canada. Nova Scotia recently passed a law to reverse consent for organ donation. Nova Scotians are now deemed to be consenting unless they state otherwise. Nova Scotia's decision to adopt this policy of presumed consent to organ donation has pushed some provinces to consider whether that is the best solution to increase the number of donors. Survivors and loved ones think that it is, but the answer is not that simple for some experts.
Nova Scotia adopting legislation that assumes all citizens are organ donors has given the rest of the country something to think about. The Premier of Nova Scotia, Stephen McNeil, hopes that his initiative will snowball, but for now, nothing is certain. While New Brunswick is looking at the idea closely, the governments of Quebec and British Columbia will be closely monitoring what happens in Nova Scotia, and Ontario says it is happy with its system.
Some European countries like France and Spain adopted presumed consent several years ago. At this time, the data do not show a clear correlation between presumed consent and an increase in the number of donors. Marie-Chantal Fortin, a nephrologist and bioethicist at CHUM, said that it is a simple solution to a complex problem. She pointed out that countries with presumed consent like Spain have excellent organ donation rates, yet the United States, which does not have presumed consent, also has a similarly high organ donation rate.
What experts do agree on is that better training is needed for medical teams and, above all, people need to talk about organ donation with their friends and family. This is yet another argument for improving funding for the health care system.
This debate is gaining momentum in Quebec. I once had the opportunity to witness a heated debate on this topic at a policy convention. Quebeckers are supposed to indicate on their health card whether they consent to organ donation in the event of death. Quebec has all the information it needs to improve the situation.
According to experts, increasing the supply of organs would be very helpful, but we need more doctors who specialize in organ and tissue retrieval and transplants. This brings us back to the subject that the Bloc Québécois is still advocating for, which is the importance of increasing health transfers to Quebec and the provinces. It is only logical. Without additional funding, it would be difficult for Quebec and the provinces to have these medical specialists. The federal government had a chance to increase these transfers in the latest budget, but all we heard was radio silence.
In addition, the number of potential donors is relatively limited, which further complicates things. Statistics drawn from current events speak for themselves. There is not enough supply to meet the demand. Even though the number of transplants has increased by 33% over the past 10 years, there is still a shortage of organs in Canada, according to the latest data published by the Canadian Institute for Health Information, or CIHI.
In 2008, 4,351 Canadians were on a transplant waiting list according to CIHI figures. In the same year, 2,782 organ transplants were performed in Canada, and 223 people died while waiting for transplants.
The increased need for organ transplantation is in part being driven by the rising number of Canadians diagnosed with end-stage kidney disease, which went up 32% over the 10 years studied. One of the reasons for the increased number of transplants is that many countries have expanded deceased organ donation practices beyond brain death cases to include donation after cardiac death, meaning the heart has permanently stopped beating.
This has led to an increase of almost 430% in the number of donation-after-cardiac-death organs used for transplantation, from 42 in 2009 to 222 in 2018. The number of donors after brain death also increased by 21% between 2009 and 2018. That is an encouraging trend, given that a deceased donor can provide up to eight organs.
Data published by CIHI also reveal that there were 555 living donors in Canada in 2018. These are people who donated a kidney or a lobe of liver. There were also 762 deceased donors in Canada. The number of deceased donors increased by 56% between 2009 and 2018, whereas the number of living donors remained stable.
I will now talk about a few cases. I was recently very touched by the testimony of a mother who spoke about her son, Justin Lefebvre, who drowned at a party. He unfortunately died far too young. As we can read on the website, Justin, who was eight years old, became a superhero because, by donating his organs, he saved the lives of four children and helped them regain their health. One of his friends and his family had the idea of creating a foundation to honour his memory, but especially to promote organ donation, increase awareness and raise money for research. I therefore invite members to visit the Fondation Justin Lefebvre website to find out more about this touching story. His mother also wrote a book about his story, which I recommend reading.
I also already talked about Sammy, a young boy from Montreal who was diagnosed four years ago with Kawasaki syndrome, a childhood illness that leads to heart complications. He has been living with a new heart for three years now. He is in good health and obviously believes in mandatory organ donation.
Linda Paradis's life was turned upside down at age 60, more than two years ago, when her lungs started to deteriorate. This active businesswoman from Quebec suddenly learned she had a few weeks to live. She ended up getting a double lung transplant. She believes in presumed consent, but knows that no doctor can remove organs without the family's consent.
I would like to add that the pandemic has exacerbated problems with organ donation. According to an article published in July 2020, the organ donation rate is the lowest it has been in five years because of COVID-19. The provincial organization responsible for organ management counted only two people who donated organs to save five patients in April 2020, while the number of donors was already low. Despite the resumption of activities in April, Transplant Québec noticed a 50% drop in the number of organ donors and a 60% drop in transplants for the second quarter of 2020 compared to the same period in 2019.
In closing, I hope that we can come up with better solutions in this debate so that we can save lives without feeling uncomfortable talking about the signature on the back of the card. I invite people to visit the Facebook page “Le Don d'organes parlons-en, parlez-en”. Beyond just talking about it, however, I would suggest that we do something about it.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui sur le projet de loi C-210 à l'étape de la troisième lecture. Je m'étais déjà exprimée sur ce projet de loi en novembre dernier.
Ce projet de loi vise à modifier la Loi sur l’Agence du revenu du Canada afin de permettre à l'Agence de conclure des ententes avec les provinces ou les territoires pour recueillir par l'entremise des déclarations de revenus les renseignements dont ont besoin le Québec et les provinces pour créer ou tenir un registre des donneurs d'organes. La deuxième partie du projet de loi permet à l'Agence du revenu du Canada de transmettre ces données aux provinces et aux territoires ayant conclu une entente.
Je parlerai de ce projet de loi sous trois aspects. D'abord, j'exposerai la position de notre parti sur ce sujet. Ensuite, je parlerai de la situation du don d'organes au Canada, dans le monde et au Québec, ainsi que de certains cas. Enfin, je survolerai les difficultés engendrées par la pandémie en lien avec le don d'organes, lesquelles se poursuivent.
Pour commencer, j'affirmerai la position du Bloc québécois, même si ce projet de loi ne devrait avoir aucune incidence au Québec. Je m'explique. Nous souhaitons encore et toujours que le Québec gère une déclaration de revenus unique: ce n'est pas un secret. Même si nous n'avons pas encore obtenu gain de cause, Québec peut avoir toutes les informations nécessaires pour avoir sa propre déclaration de revenus. Ce projet de loi ne cause donc aucun problème pour le Bloc québécois, mais il est improbable que Québec souhaite conclure une entente avec l'Agence du revenu du Canada puisque le Québec, comme je l'ai dit, dispose déjà de sa propre déclaration de revenus.
Je me répète. Ce que nous souhaitons plutôt au Bloc québécois, c'est d'instaurer une déclaration de revenus unique — je rends ici hommage à mon collègue de Joliette — gérée par Québec, ce qui fait que ce projet de loi n'aurait aucune incidence sur le Québec. Même dans le cas où Québec souhaiterait conclure une entente, le fait de partager l'information ne nous cause aucun problème. Québec est libre de conclure ou non une entente. Ce projet de loi n'engage en rien le Québec et n'impose aucune condition. Permettre à l'Agence du revenu du Canada de recueillir des informations dans le cadre d'une entente avec la province concernée et de les diffuser aux provinces ne cause pas de problème. C'est même une façon intelligente de procéder, puisque l'Agence gère l'ensemble des déclarations de revenus hors Québec.
Je vais donner quelques exemples où l'on a déjà mis cela en place au Canada. La Nouvelle-Écosse a récemment légiféré pour inverser le consentement au don d'organes, les citoyens étant maintenant réputés avoir consenti au don de leurs organes à moins d'indication contraire. La décision de la Nouvelle-Écosse d'adopter ce consentement automatique au don d'organes a poussé quelques provinces à se poser à se demander si cette solution est la meilleure pour augmenter le nombre de donneurs. Les survivants et les proches pensent que oui, mais la réponse n'est pas si simple pour certains spécialistes.
Depuis que la Nouvelle-Écosse a adopté ce projet de loi qui suppose que tous les citoyens sont donneurs d'organes, une réflexion s'est amorcée partout au pays. Le premier ministre néo-écossais Stephen McNeil espère que son initiative fera boule de neige, mais, pour l'instant, rien n'est sûr. Pendant que le Nouveau-Brunswick examine l'idée de près, les gouvernements du Québec et de la Colombie-Britannique suivront de près les développements en Nouvelle-Écosse. De son côté, l'Ontario semble satisfaite de son système.
Ailleurs, certains pays européens comme la France et l'Espagne ont adopté le consentement automatique il y a déjà plusieurs années. Les données ne démontrent pas pour l'instant de corrélation claire entre le consentement automatique et l'augmentation du nombre de donneurs. Selon Marie-Chantal Fortin, néphrologue et bioéthicienne au CHUM, c'est une solution simple à un problème complexe. Elle a vu qu'il y avait un excellent taux de dons d'organe dans des pays, comme l'Espagne, où le consentement est automatique, alors qu'un taux tout aussi excellent prévaut aux États-Unis, où il n'y a pourtant pas de consentement automatique.
Les experts s'entendent pour dire qu'il faut une meilleure formation des équipes médicales et, surtout, qu'il faut parler du don d'organes autour de soi. Il s'agit d'un argument supplémentaire pour justifier le besoin d'un meilleur financement du système de santé.
Au Québec, ce débat commence à faire son chemin. J'ai déjà eu l'occasion d'assister à un débat passionné sur ce sujet lors d'un congrès politique. Chez nous, c'est sur leur carte d'assurance-maladie que les Québécois doivent indiquer s'ils consentent à donner leurs organes en cas de décès. Le Québec dispose de toutes les informations nécessaires pour améliorer la situation.
Selon les spécialistes, augmenter l'offre d'organes aiderait beaucoup, mais il faut davantage de médecins spécialisés pour réaliser les prélèvements et les transplantations. On en revient donc au débat que le Bloc québécois porte encore et toujours, celui de l'importance d'augmenter les transferts en santé au Québec et aux provinces. C'est une question de logique: sans argent supplémentaire, il serait difficile pour le Québec et les provinces d'avoir ces médecins spécialistes. Le gouvernement fédéral avait la chance de le faire dans le dernier budget, mais a opposé un silence radio.
Par ailleurs, le nombre de donneurs potentiels est relativement limité, ce qui complique davantage les choses. Les statistiques tirées de l'actualité parlent d'elles-mêmes. L'offre ne répond pas à la demande, car, même si le nombre de transplantations a augmenté de 33 % depuis 10 ans, il y aurait toujours une pénurie d'organes au Canada, selon les dernières données publiées par l'Institut canadien d'information sur la santé, l'ICIS.
En 2018, 4 351 Canadiens figuraient sur une liste d'attente pour une transplantation, selon les chiffres de l'ICIS. Au cours de la même année, 2 782 transplantations d'organes ont été réalisées au Canada, tandis que 223 personnes sont décédées alors qu'elles attendaient une transplantation.
Le taux croissant des Canadiens au stade terminal de l'insuffisance rénale, qui a augmenté de 32 % au cours de la décennie, explique en partie le besoin accru de la transplantation d'organes. L'une des raisons qui explique l'augmentation du nombre de transplantations est que de nombreux pays ont élargi leurs pratiques en matière de dons d'organes provenant de donneurs décédés qui, en plus des donneurs après diagnostic de décès neurologique, comprennent désormais les donneurs après diagnostic de décès cardiovasculaire, c'est-à-dire les donneurs dont le cœur a cessé de battre.
Ainsi, le nombre d'organes transplantés provenant de donneurs après des décès est passé de 42 en 2009 à 222 en 2018, ce qui représente une hausse de près de 430 %. Le nombre de donneurs après une mort cérébrale a aussi augmenté de 21 % entre 2009 et 2018. Il s'agit là d'une tendance vraiment encourageante, puisqu'un donneur décédé peut fournir jusqu'à huit organes.
Les données publiées par l'ICIS révèlent également qu'en 2018, au Canada, il y a eu 555 donneurs vivants. Ce sont des personnes qui ont fait le don d'un rein ou d'un lobe de foie. Il y a eu également 762 donneurs décédés. Le nombre de donneurs décédés a augmenté de 56 % entre 2009 et 2018, alors que le nombre de donneurs vivants est demeuré stable.
Je vais maintenant parler de quelques cas. J'ai été très touchée récemment par le témoignage d'une mère qui a parlé de son fils, Justin Lefebvre, malheureusement décédé trop tôt par noyade lors d'une fête. Comme on peut le lire sur le site Internet, Justin, 8 ans, est devenu un super héros puisqu'en redonnant ses organes, il a permis à quatre enfants de vivre et de retrouver la santé. Un de ses amis et sa famille ont eu l'idée de créer une fondation pour souligner sa mémoire, mais, surtout, pour faire de la promotion, de l'éducation et financer la recherche. J'invite donc les gens à aller sur le site Internet de la Fondation Justin Lefebvre pour entendre et lire davantage l'histoire touchante en sa mémoire. Sa mère a d'ailleurs écrit un livre sur son histoire. Je le recommande.
J'avais déjà aussi parlé de Sammy puisque, il y a quatre ans, ce jeune Montréalais était atteint du syndrome de Kawasaki, une maladie infantile qui entraîne des complications cardiaques. Cela fait maintenant trois ans qu'il vit avec un nouveau cœur. Il est en pleine forme et croit évidemment au don d'organes obligatoire.
De son côté, Linda Paradis avait vu sa vie basculer à l'âge de 60 ans, il y a maintenant plus de deux ans, quand l'état de ses poumons s'était détérioré. Cette Québécoise, une femme d'affaires active, s'était retrouvée du jour au lendemain à quelques semaines de la mort. Elle a finalement subi une double greffe des poumons, croit au consentement automatique et rappelle qu'aucun médecin ne retirera les organes sans le consentement de la famille.
J'aimerais ajouter quel a pandémie a exacerbé les problèmes liés au don d'organes. Un article de juillet 2020 mentionnait: « Les dons d'organes sont au plus bas en cinq ans, en raison de la pandémie de COVID-19, a averti Transplant Québec. » L'organisme provincial chargé de la gestion des organes n'a compté que deux personnes ayant donné des organes pour sauver cinq patients en avril 2020, alors que le nombre de donneurs était déjà dans un creux. Malgré la reprise des activités en avril dernier, Transplant Québec a remarqué une diminution de 50 % du nombre de donneurs d'organes et de 60 % des transplantations pour le deuxième trimestre de 2020, comparativement à la même période en 2019.
En conclusion, j'espère que nous pourrons élargir les solutions dans ce débat pour sauver des vies sans qu'il y ait de malaise à discuter de la signature au dos de la carte d'assurance-maladie. J'invite les gens à aller visiter la page Facebook Le Don d'organes, parlons-en, parlez-en. J'ajoute qu'il faut surtout que nous agissions.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Currently, 4,600 Canadian are awaiting a life-saving organ transplant. Polls have shown that 90% of Canadians approve of organ and tissue donation, but the reality is about only 25% of Canadians have registered their consent with the province or territorial registry where they live. This creates numerous issues that I will address shortly, but Bill C-210 is simple. The legislation asks Canadians when filing their taxes if they consent to having the provincial or territorial government informed of their desire to be added to the organ and tissue donor registry in the province or territory.
One hurdle to this is that currently the Canada Revenue Agency forbids the use of the income tax form for any purpose other than tax administration. For this simple change to be implemented, asking a simple question regarding organ and tissue donation, a legal exemption needs to be created. This has been done before to allow Elections Canada to ask Canadians for updated contact information, so it is not out of context.
Making a simple line addition to the tax form would have little to no cost implications and it would not infringe on any provincial jurisdictional concerns or create any privacy concerns. The legislation would allow for the use of established protocols for information sharing between the federal government and provinces as they currently use an encrypted method to share sensitive information. Another reason that this simple addition to the tax form makes sense is that we see the current voluntary method of registering is not proactive or effective.
Another unfortunate complicating factor with donation, particularly when someone passes away, is a grey area that exists for hospitals and families. Sometimes there is confusion between family and what exactly the wishes of the deceased are with respect to organ and tissue donation.
In the Standing Committee on Health report on organ donation in Canada, Dr. Levy, vice-president of Medical Affairs and Innovation at Canadian Blood Services, says, “it behooves us not to miss the opportunity...to use that donation of an organ or set of organs.”
In 2016, 260 Canadians died while waiting for a transplant. While Canada has seen an uptake in living and deceased organ donations, Canada ranks among the top 20% of countries in the world when it comes to deceased donor rates. It was also noted that those rates were half the rate of some other high-performing countries in the world, for example, Spain.
Dr. Levy noted to the committee “Our living donation rate, on the other hand, compares quite favourably internationally...Canada ranked 14th internationally for living donors in 2016”, even with the rates declining or staying stagnant. We can do better; we need to do better. If we do not make changes now, the issue is only going to get worse.
Currently, donation rates are not meeting the needs of patients' needs. There is a fragmented approach across the country with respect to donation programs and some areas are considered the gold standard while others are facing challenges. It is incumbent upon us in the House to ensure that provinces have the tools to deliver for those in need. Supporting the private member's bill of my colleague from Calgary Confederation is the smartest and most effective way of doing that right now.
Several issues with respect to organ donation in Canada were highlighted to the committee in testimony. Some gaps in the systems and reporting and classification of the need and type of donation needed are a couple.
A couple of things jumped out to me as I was researching for this topic. The total annual costs of dialysis range from $56,000 to $107,000 per patient, where the cost of a transplant is about $65,000 in year one and $23,000 in subsequent years. It is estimated the health care system would save up to $84,000 per patient per transplant annually.
The National Transplant Research Program explained to the committee that organ transplantation was not only a treatment option for people facing organ failure, it was becoming the preferred treatment for ailments such as type I diabetes, kidney disease, cystic fibrosis, heart failure and congenital heart disease, lymphoma, myeloma and leukemia.
Giving the provinces the ability to obtain accurate and up-to-date information on donation intentions allows them to ensure their wait-lists are accurate. Knowing who intends to donate through a legally binding declaration would further address consistency for provinces when it comes to measuring and reporting those willing to donate so that they can better prepare. The member for Calgary Confederation's private member's bill would address all of these. This is not a political issue. As my colleague said in his original speech in the previous session, this is a human issue.
Anyone in this House, family or friends, could need donor organs or tissue at any time. Adding a simple line item to the tax form could save hundreds of lives. If we couple that with increased public education and awareness, we could see even more registrations. We saw in the fall of 2018, in the tragic accident with the Humboldt hockey team, that one of the victims, young Logan Boulet, had registered for a donation. That donation saved six lives, as Ms. Ronnie Gavsie, President and Chief Executive Officer, Trillium Gift of Life Network noted at committee when testifying.
The time has come for this legislation to pass this House and the Senate. My colleague from Calgary Confederation has spoken eloquently and dedicated his efforts to his friend, Robert Sallows. The legislation has received support from all parties in this House and stakeholders have been universally supportive of the bill. Families who have loved ones awaiting this are welcoming this legislation. It is now up to everyone in this House to make sure that we do not delay this much-needed legislation any further. We owe it to the hundreds of people who pass away every year on the wait-list. We owe it to the organizations on the front lines and we owe it to the provinces to give them the tools they need to adequately support and deliver their donation programs.
À l'heure actuelle, 4 600 Canadiens attendent un organe qui pourrait leur sauver la vie. Si on se fie aux sondages, 90 % des Canadiens voient les transplantations d'organes et de tissus d'un bon œil, mais dans les faits, seulement 25 % de nos concitoyens se sont inscrits au registre de la province ou du territoire où ils vivent, ce qui crée de nombreux problèmes, mais j'y reviendrai. Le projet de loi C-210 est simple: s'il est adopté, les Canadiens devront indiquer sur leur déclaration de revenus s'ils consentent ou non à ce que leur nom soit inscrit sur le registre des donneurs de leur province ou territoire.
Le problème, ou plutôt un des problèmes, c'est que, pour le moment, l'Agence du revenu du Canada interdit que la déclaration de revenus serve à quoi que ce soit d'autre qu'au fisc. Pour que ce changement tout simple voie le jour et qu'on puisse ajouter une question toute simple sur le don d'organes et de tissus sur la déclaration de revenus, il faut créer une exception juridique. Ce ne serait pas la première fois qu'une telle chose se produirait, cela dit, puisque Élections Canada demande déjà aux Canadiens s'ils acceptent que leurs données personnelles soient mises à jour.
L'ajout d'une simple ligne au formulaire d'impôt ne coûterait à peu près rien, n'empièterait nullement sur les compétences provinciales et ne susciterait pas de problème sur le plan de la protection de la vie privée. Le projet de loi prévoit l'utilisation de protocoles établis pour la communication de renseignements entre le gouvernement fédéral et les provinces, qui utilisent une méthode de cryptage pour la transmission de renseignements sensibles. Ce simple ajout au formulaire d'impôt est sensé, car la méthode actuelle pour l'inscription volontaire n'est ni proactive ni efficace.
Un autre facteur malheureux qui complique les choses relativement au don d'organes est cette zone grise qui existe pour les hôpitaux et les familles lorsqu'une personne décède. Parfois, les membres de la famille ne savent pas quoi faire et ignorent quelles sont les volontés de la personne décédée en matière de don d'organes et de tissus.
Lle rapport du Comité permanent de la santé sur le don d'organes au Canada cite le Dr Levy, vice-président, Affaires médicales et innovation à la Société canadienne du sang, qui a dit: « il nous incombe de ne manquer aucune occasion de tirer parti du don d’un organe ou d’un ensemble d’organes ».
En 2016, 260 Canadiens sont décédés en attendant une greffe. Bien qu'il y a eu une hausse des dons d'organes prélevés sur des personnes vivantes ou décédées au Canada, notre pays se classe parmi les 20 % des pays où le taux de donneurs décédés est le plus élevé. Soulignons que notre taux correspond à la moitié de ceux de pays au rendement très élevé, comme l'Espagne.
Le Dr Levy a signalé au comité: « notre taux de donneurs vivants se compare avantageusement à ceux des autres pays [...] En 2016 [...] notre pays s’est classé au 14e rang à l’échelle mondiale pour le nombre de donneurs vivants », même avec des taux stagnants ou à la baisse. Nous pouvons faire mieux. Il faut faire mieux. Si nous n'apportons pas de changements maintenant, le problème ne pourra qu'empirer.
À l'heure actuelle, les taux de dons d'organes ne suffisent pas aux besoins des patients. L'approche est fragmentée au pays du point de vue des programmes de dons d'organes. Certaines régions sont considérées comme un modèle d'excellence, tandis que d'autres sont confrontées à des défis. Il revient à la Chambre de s'assurer que les provinces disposent des outils nécessaires pour aider les personnes qui en ont besoin. L'appui du projet de loi d'initiative parlementaire de mon collègue de Calgary Confederation constitue la chose la plus sensée et la plus efficace à faire à ce moment-ci.
Plusieurs défis relatifs aux dons d'organes au Canada ont été soulevés dans le cadre de témoignages au comité. Par exemple, il y a des lacunes dans les systèmes, dans les rapports, et dans la classification du besoin et du type de dons requis.
Certains éléments m'ont sauté aux yeux durant ma recherche sur le sujet. Les coûts totaux d'une dialyse varient de 56 000 $ à 107 000 $ par patient, alors que le coût d'une transplantation est d'environ 65 000 $ pour la première année, et de 23 000 $ pour les années subséquentes. On estime donc que le système de santé pourrait économiser annuellement jusqu'à 84 000 $ par patient par transplantation.
Les représentants du Programme national de recherche en transplantation d'organes du Canada ont expliqué au comité qu'en plus d'être un traitement pour les personnes atteintes d'insuffisance d'un organe, la greffe est aussi en voie de devenir le traitement de choix pour contrer les maladies telles que le diabète de type 1, les maladies rénales, la fibrose kystique, l'insuffisance cardiaque et les cardiopathies congénitales complexes, les lymphomes, le myélome et la leucémie.
Le fait de donner aux provinces la capacité d'obtenir des renseignements précis et à jour sur les intentions en matière de dons d'organes leur permet d'assurer l'exactitude de leurs listes d'attente. En sachant qui a l'intention d'être donneur d'organes au moyen d'une déclaration juridiquement contraignante, les provinces pourront mener des évaluations et produire des rapports avec plus d'uniformité et ainsi être mieux préparées. Le projet de loi d'initiative parlementaire du député de Calgary Confederation couvrirait toutes ces questions. Il ne s'agit pas d'une question politique. Comme l'a dit mon collègue lors de son discours de présentation du projet de loi à la session précédente, c'est un enjeu humain.
Tous les députés, nos proches et nos amis pourraient avoir besoin un jour d'un don d'organe ou de tissu. Le simple ajout d'une rubrique au formulaire de déclaration de revenus pourrait sauver des centaines de vies. Si nous prévoyons aussi des campagnes de sensibilisation du public, il pourrait y avoir encore plus d'inscriptions. À l'automne 2018, à la suite de la tragédie de l'équipe de hockey de Humboldt, nous avons appris que l'une des victimes, le jeune Logan Boulet, s'était inscrite à un registre de dons d'organes. Ces dons ont sauvé six vies, comme l'a souligné Mme Ronnie Gavsie, présidente et cheffe de la direction du Réseau Trillium pour le don de vie, lors de son témoignage devant le comité.
Le temps est venu pour ce projet de loi d'être adopté par la Chambre et le Sénat. Mon collègue de Calgary Confederation a fait montre d'une grande éloquence et a dédié ses efforts à son ami Robert Sallows. Le projet de loi a reçu l'appui de tous les partis à la Chambre comme de tous les intervenants. Les familles qui ont des êtres chers en attente d'un don d'organe accueillent favorablement cette