Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 11302
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, as I was saying, the facts show that Quebeckers cannot count on the federal government to take action against tax havens. There is nothing in budget 2021 to do away with them.
Unfortunately, there are provisions in Bill C‑30 that make it even easier to use tax havens. The federal government is therefore still complicit in tax avoidance schemes, which makes Canada part of the problem and not part of the solution in the fight against tax havens.
In budget 2021, which serves as a springboard for the post-COVID‑19 economic recovery, the federal government offers little or nothing to help small farms get better access to credit. This inability to access credit was one of the most serious problems that farmers encountered during the health crisis. That is unacceptable.
Agriculture is obviously not a priority for the Liberal government, but it is a priority for Quebec and an integral part of our culture. The Liberal government has never been interested in supporting a bill to better protect supply management, which is essential to the survival of the agricultural model. Protecting supply management has always enjoyed broad support within Quebec's agricultural sector, but it is also acknowledged by producers in the other provinces as well as in the United States, which says something.
Why did the Liberal government recently do everything it could to prevent Bill C‑216 being passed in committee? Well, it did pass, and we hope the accelerating pace of the coming days will bring this bill along for the ride. Quebec's agricultural sector is counting on us.
In the Bloc Québécois's view, parliamentary proceedings and debates too often take too long, things do not move fast enough, and people talk even though they have nothing to say. For years, and again this week, members have spoken at length in the House of Commons about various aspects of the housing problem.
Still, there remains a desperate need for housing in Abitibi—Témiscamingue as well as in several other regions of Quebec, and that need is only being made more acute by the communities' sustained efforts to attract workers.
What of the federal government's solutions to this problem? There are none. The federal government has not proposed any. I would, however, like to highlight a local initiative undertaken by the Fondation Martin-Bradley. They organized a radiothon and raised $301,000 to, among other things, build housing for people who are struggling, especially people living with mental health problems.
The Fondation Martin-Bradley got things done. I am thinking especially of Ghislain Beaulieu, and of Jean-Yves Morneau and his son, Jean-François, who organized a fundraiser among the region's entrepreneurs and businesspeople. The amount raised, $301,000, is huge, and I want to salute them. Among other things, the funds will go to finance projects, like for farm outreach workers in Abitibi—Témiscamingue's farming community, for whom psychological support is so essential. I have to say it again: All this stems from the fact that the federal budget does nothing to address the situation.
Legitimate transfer payments to Quebec to encourage housing initiatives are both slow to come and hugely insufficient. Not enough construction is happening, which is having a direct impact on the economic and social development of our regions and Quebec as a whole.
Out of respect for Quebec's jurisdictions, more substantial amounts need to be transferred, especially considering the current context, which includes the significantly higher cost of materials and labour. At the same time, tax incentives for developers would be a way to support and stimulate infrastructure initiatives that offer exciting opportunities for the recovery by building on what has been achieved in our communities, not to mention community-based housing projects that would provide a sustainable solution to this problem.
Finally, why will Ottawa not allocate funding for the regions, with no strings attached, to be administered by Quebec and people on the ground? This would encourage development projects based on specific parameters and priorities linked to specific needs. More than ever, labour shortages are hindering the economic recovery of my region, Abitibi—Témiscamingue. More than ever, the federal government needs to come up with solutions, because we are feeling abandoned right now.
I believe that the particular status of a region like Abitibi—Témiscamingue, which borders Ontario, places it in a certain situation. People back home are moving to the riding of the member for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing because immigration cases are processed in 12 months in Ontario, whereas in my riding it takes up to 27 months, or even 30 months in certain cases. That is ridiculous.
As I was saying, in Abitibi—Témiscamingue there is a housing shortage coupled with a labour shortage, and therefore it is important to stimulate housing construction. How can we attract and keep skilled workers in Abitibi—Témiscamingue when they are unable to find a home for their families? The federal government must act quickly.
Bill C‑30 also attacks Quebec once more and its securities regulator. That is unacceptable.
How can we ignore one of the federal government's most blatant centralizing moves in recent years, its attempt to bring the financial sector under federal control by making it responsible for insurance, securities, derivatives, deposit taking institutions except for banks and the distribution of financial products and services?
The objective of this Canada-wide securities regulator is another example of the centralization of financial markets by the federal government. It wants Toronto to become a single Canada-wide regulator, which would be contrary to the independent economic development of all the other provinces. This is not just a jurisdictional dispute or a squabble between the federal and provincial governments, it is a battle between Bay Street and Quebec.
I remind members that the Bloc Québécois and Quebec are strongly opposed to this. Four times now, the National Assembly of Quebec has unanimously called on the federal government to abandon that idea. It is no exaggeration to say that everyone in Quebec is against it. Seldom have we seen Quebec's business community come together as one to oppose this very bad idea of the federal government, which just wants to cater to Bay Street.
Let the federal government and Bay Street take note: The Bloc Québécois will always stand in the way of creating a single Canada-wide securities regulator.
Having a financial markets authority is essential to Quebec's development. This is nothing short of an attack on our ability to keep our head offices. Preserving Quebec's distinct economic pillars is essential to our development. We will not let the federal government get away with this.
Madame la Présidente, j'en étais rendu à dire que les faits démontrent que les Québécois ne peuvent pas compter sur le gouvernement fédéral pour lutter contre les paradis fiscaux. Il n'y a toujours rien dans le budget de 2021 pour y mettre fin.
Malheureusement, il y a des dispositions au sein du projet de loi C‑30 pour faciliter davantage l'utilisation des paradis fiscaux. Le gouvernement fédéral se fait donc toujours complice des stratagèmes d'évitement fiscal, qui font que le Canada fait partie du problème et non de la solution concernant la lutte aux paradis fiscaux.
Dans le budget de 2021, celui qui sert de tremplin pour la relance économique de l'après-COVID‑19, le gouvernement fédéral n'offre que très peu, pour ne pas dire rien, pour aider les petites entreprises agricoles à avoir un meilleur accès au crédit. Cette inaccessibilité au crédit fut l'un des problèmes les plus sérieux que les entrepreneurs agricoles ont vécu durant la crise sanitaire. C'est inadmissible.
De toute évidence, l'agriculture n'est pas une priorité pour le gouvernement libéral. Pour le Québec, c'en est une, et cela fait partie intégrante de notre culture. Le gouvernement libéral a longtemps rejeté le projet de loi pour faire mieux protéger la gestion de l'offre, qui est essentielle à la survie du modèle agricole. Pourtant, la protection de la gestion de l'offre a toujours eu un appui très large dans le secteur agricole québécois. Elle est même saluée par les agriculteurs des autres provinces, y compris aux États‑Unis, ce qui n'est pas peu dire.
Or, comment expliquer que, encore récemment, le gouvernement libéral a tout fait pour empêcher l'adoption du projet de loi C‑216 en comité parlementaire? Il a été adopté depuis, et nous espérons pouvoir profiter des éléments accélérateurs qui s'en viennent dans les prochains jours pour inclure ce projet de loi. Le milieu agricole québécois nous regarde.
Le Bloc québécois prétend que trop souvent les démarches parlementaires et les débats sont trop longs, que rien ne bouge assez rapidement et qu'on parle pour ne rien dire. Depuis nombre d'années, et encore cette semaine, les députés ont largement parlé de la problématique du logement sous différents angles, ici à la Chambre des communes.
Pourtant, l'accès au logement est encore aujourd'hui un besoin criant chez nous, en Abitibi—Témiscamingue, comme dans plusieurs autres régions du Québec, encore plus dans un contexte où les communautés travaillent d'arrache-pied afin d'attirer des travailleurs dans les régions.
Qu'en est-il des solutions qu'offre le gouvernement fédéral à cette problématique? Il n'y a rien. Le fédéral n'en propose pas. J'aimerais d'ailleurs souligner une initiative de chez nous, celle de la Fondation Martin‑Bradley. On a fait un radiothon, et 301 000 $ ont été amassés, notamment pour la construction de logements pour des gens qui sont en difficulté, notamment des gens qui vivent des problèmes de santé mentale.
La Fondation Martin‑Bradley s'est mobilisée, et je pense notamment à Ghislain Beaulieu et à Jean‑Yves Moreau et son fils Jean‑François qui ont pu mettre en place une collecte de fonds auprès des entrepreneurs et des gens d'affaires de la région. Le somme de 301 000 $ est un montant énorme, et j'aimerais les saluer. Cela va notamment permettre de financer des projets, comme des travailleurs de rang en Abitibi—Témiscamingue dans le milieu agricole; il est essentiel d'apporter du soutien psychologique de ce côté. Je dois encore une fois le dire: tout cela vient du fait que le budget fédéral n'y répond pas.
En plus d'avoir tardé, les transferts légitimes des sommes au Québec pour encourager les initiatives de construction de logements sont largement insuffisants. Le manque de construction a un impact direct sur le développement économique et social de nos régions et du Québec dans son ensemble.
Il est nécessaire, en respect des compétences propres au Québec, de transférer des montants plus substantiels et adaptés au contexte actuel, qui comporte une augmentation importante des coûts des matériaux et de la main d'œuvre. Par ailleurs, des incitatifs fiscaux aux promoteurs représenteraient une manière de palier et de stimuler les initiatives en infrastructure qui sont prometteuses pour la relance en laissant des acquis au sein de nos communautés; sans oublier des projets de logements issus du milieu qui représenteraient une avenue durable à ce problème.
Enfin, pourquoi ne pas prévoir un financement sans condition par le fédéral d'un fonds pour les régions, administré par Québec et les gens du milieu, qui permettrait de mettre de l'avant et d'encourager des projets en développement selon les propriétés et les priorités particulières arrimées à des besoins particuliers? Plus que jamais, la pénurie de la main d'œuvre est un frein à la relance économique de la région de l'Abitibi—Témiscamingue. Plus que jamais, le fédéral doit être en mode solution parce qu'en ce moment, nous nous sentons abandonnés.
Je pense que le statut particulier d'une région comme l'Abitibi—Témiscamingue, qui a une frontière limitrophe avec l'Ontario, fait qu'on se retrouve dans un certain contexte. Des gens de chez nous partent vers la circonscription de la députée d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, parce que les cas d'immigration sont traités en 12 mois en Ontario tandis que dans ma circonscription, cela peut prendre jusqu'à 27, voire 30 mois dans certains cas. C'est une aberration.
En Abitibi—Témiscamingue, comme je disais, la pénurie de logements rime aussi avec la pénurie de main-d'œuvre, d'où l'importance de stimuler la construction de logements. Comment attirer et maintenir des travailleurs qualifiés sur le territoire de l'Abitibi—Témiscamingue quand le travailleur est incapable de trouver un toit pour sa famille? Le fédéral doit agir rapidement.
Le projet de loi C‑30 s'attaque aussi une fois de plus au Québec et à son autorité des marchés financiers. Cela est inacceptable.
Comment fermer les yeux devant une volonté de centralisation du gouvernement fédéral des plus grossières des dernières années, celle de fédéraliser le secteur des finances en encadrant les domaines de l'assurance, des valeurs mobilières, des instruments dérivés, des institutions de dépôt, à l'exception des banques et de la distribution de produits et services financiers?
L'objectif de ce régime canadien des valeurs mobilières est un autre exemple de la centralisation des marchés financiers effectuée par le gouvernement fédéral, qui veut faire de Toronto une autorité unique pancanadienne qui irait à l'encontre du développement économique de toutes les provinces. Ce n'est pas qu'un conflit de compétence ou une chicane fédérale et provinciale, c'est un conflit entre Bay Street et le Québec.
J'aimerais rappeler que le Bloc québécois et le Québec s'y opposent fermement. À quatre reprises, l'Assemblée nationale du Québec a été unanime pour demander au fédéral d'y renoncer. Ce n'est pas exagéré de dire que tout le monde est contre, au Québec. Rarement a‑t‑on vu des milieux d'affaires du Québec se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à cette très mauvaise idée du gouvernement fédéral, qui veut faire plaisir à Bay Street.
Que le gouvernement et Bay Street en prennent bonne note: la création de cette autorité unique pancanadienne en matière de valeurs mobilières retrouvera toujours sur son chemin le Bloc québécois.
Une autorité des marchés financiers est essentielle au développement du Québec. Il s'agit donc de rien de moins qu'une attaque contre le maintien de nos sièges sociaux. La préservation des piliers économiques distincts du Québec est essentielle à notre développement. Nous ne laisserons pas le fédéral agir en ce sens.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-18 10:10 [p.8756]
Madam Speaker, it is always good to hear members of Parliament talk about housing. However, the interesting issue in this respect is that housing is one of the areas where exclusive jurisdiction has been sought, secured and delivered to Quebec.
If the member's riding is not getting housing money, why is he coming to Ottawa to complain? We have given every single dollar we spend on housing to the Government of Quebec. It distributes the dollars. It sets the priorities. It chooses the projects. It makes the investments.
I realize that the Bloc is here to antagonize the federal government rather than co-operate and work with us, but if the member opposite wants housing in his region, he should be going to Quebec City to get the dollars because that is where we sent them on the request of parties like the Bloc.
Madame la Présidente, il est toujours bon d'entendre des députés parler de logement. Toutefois, il convient de mentionner que le logement est l'un des domaines pour lequel le Québec a demandé la compétence exclusive et l'a obtenue.
Si la circonscription du député ne reçoit pas suffisamment de fonds, pourquoi se plaint-il à Ottawa? Nous avons remis au gouvernement du Québec sa part entière des fonds que nous avons investis dans le logement. Il appartient à lui de répartir ces fonds. C'est lui qui établit les priorités. C'est lui qui choisit les projets qui seront financés. C'est lui qui effectue les investissements.
Je suis conscient que le Bloc québécois est ici pour contrarier le gouvernement fédéral plutôt que pour coopérer et collaborer avec nous, mais si le député d'en face veut créer des unités de logement dans sa région, il doit se rendre à Québec pour obtenir les fonds nécessaires, car c'est là que nous les envoyons, à la demande de partis comme le Bloc québécois.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is plain to see that the parliamentary secretary did not listen to the first part of my speech. I can forgive him to some extent because I gave it at 12:48 a.m. two days ago.
I would say that one of the problems is that it took three years to get these agreements in place. The federal government really dragged its feet on transferring the money to Quebec. Why did the other provinces get their money quickly but not Quebec?
Furthermore, in Abitibi—Témiscamingue, now that housing construction can start, the cost of materials is skyrocketing and these amounts are largely insufficient. I understand that the government did not anticipate COVID‑19, but it has a responsibility to take action on housing.
Madame la Présidente, on peut voir de façon claire que le secrétaire parlementaire n'a pas écouté le début de mon discours. Je l'excuse un peu, puisque cela a eu lieu à 0 h 48 il y a deux jours.
Je dirais que l'un des problèmes est que ces ententes ont pris trois ans avant d'être mises en place. Il y a vraiment eu du taponnage de la part du gouvernement fédéral concernant le transfert des sommes à Québec. Pourquoi cela s'est‑il fait rapidement dans d'autres provinces, mais pas au Québec?
De plus, en Abitibi—Témiscamingue, on constate que, au moment où cette construction de logements peut commencer, il y a une explosion des coûts et ces montants deviennent largement insuffisants. Je comprends que le gouvernement n'a pas prévu la COVID‑19, mais il a une responsabilité d'agir en ce qui concerne le logement.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-17 14:25 [p.8670]
Mr. Speaker, yesterday, the House of Commons acknowledged the fact that Quebec constitutes a nation and that French is its only common and official language. It stands to reason, then, that the House of Commons also voted in favour of applying the Charter of the French Language to federally regulated businesses. Indeed, Quebec's demand to be the master of its language policy is consistent with its unique reality as a French-speaking nation.
Yesterday, the House of Commons requested that Bill 101 be applied. Why does the Liberal Party continue to oppose that? It is alone in doing so.
Monsieur le Président, hier, la Chambre des communes a pris acte du fait que le Québec forme une nation et que le français est sa seule langue commune et officielle. En toute logique, la Chambre des communes a aussi voté en faveur de l'application de la Charte de la langue française pour les entreprises sous compétence fédérale. En effet, l'exigence du Québec d'être le maître d'œuvre de sa politique linguistique est conséquente avec sa réalité unique de nation de langue française.
Hier, l'application de la loi 101 est devenue une demande de la Chambre des communes. Pourquoi le Parti libéral continue‑t‑il de s'y opposer? Il est le seul à le faire.
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, it goes without saying that we will continue, along with every Quebecker, every francophone in the country and every Canadian, to protect and promote the French language in Canada.
Why? Because French is a minority language that needs more than just a helping hand; it needs our attention. With our new historic official languages bill, we will further protect the beautiful French language and take steps to recognize new linguistic rights for francophones and linguistic minorities in Canada.
Monsieur le Président, il va de soi que nous allons continuer, de concert avec tous les Québécois, tous les francophones du pays et tous les Canadiens, de protéger et de promouvoir le français au pays.
Pourquoi? C'est parce que le français est une langue minoritaire qui a besoin de plus que d'un coup de pouce; elle a besoin de notre attention. En vertu de notre nouveau projet de loi historique sur les langues officielles, nous allons protéger davantage notre magnifique langue française et faire en sorte de reconnaître des nouveaux droits linguistiques aux francophones et aux minorités linguistiques du pays.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2021-06-17 14:26 [p.8670]
Mr. Speaker, note that yesterday, when the House almost unanimously agreed that Quebec is a French-speaking nation, 10 Liberals from the greater Montreal area abstained from voting and refused to acknowledge that Quebec considers itself a nation whose official language is French.
I would also point out that, yesterday, the Liberals were the only ones to vote against Quebec applying its Charter of the French Language to federally regulated businesses.
Are the Liberals obstructing the clear solution that seeks to promote French at work in order to please some of their own, for whom, these—
Monsieur le Président, soulignons que, hier, alors que la Chambre a été quasi unanime à convenir que le Québec se définit comme une nation de langue française, 10 libéraux du Grand Montréal se sont abstenus et ont refusé de constater que le Québec se considère comme une nation et que sa langue officielle est le français.
Soulignons également que, hier, seuls les libéraux se sont opposés à ce que le Québec applique sa Charte de la langue française aux entreprises sous compétence fédérale.
Les libéraux font‑ils obstacle à la solution évidente visant à promouvoir le français au travail afin de contenter certains des leurs, pour qui, ces...
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, either my colleagues from the Bloc Québécois want to protect and promote French with the government or they want to push their plan for Quebec's independence and pick a fight with Ottawa. It is up to them, but Quebeckers and Canadians see right through their games.
Monsieur le Président, soit mes collègues du Bloc québécois veulent protéger et promouvoir le français avec le gouvernement, soit ils veulent pousser leur plan visant l'indépendance du Québec et chercher la chicane avec Ottawa. C'est à eux de décider, mais les Québécois et les Canadiens voient clair dans leur jeu.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:37 [p.8672]
Mr. Speaker, the Minister of Official Languages keeps repeating that the Charter of the French Language and her bill do the same thing. She says that someone protected by Bill C‑32 has the same rights as someone covered by the Charter of the French Language.
However, when minister Jolin-Barrette says that the Quebec law must apply to everyone, the minister digs in her heels. When the House voted for Quebec's federally regulated businesses to be subject to the Charter of the French Language, she voted against it.
My question is simple: Why did she vote against it if it is the same thing?
Monsieur le Président, la ministre des Langues officielles n’arrête pas de nous répéter que la Charte de la langue française et son projet de loi font la même chose. Elle nous dit qu'une personne protégée par le projet de loi C‑32 a les mêmes droits qu'une personne couverte par la Charte de la langue française.
Toutefois, quand le ministre Jolin‑Barrette dit que la loi québécoise doit s'appliquer à tous, là, la ministre se braque et s'obstine. Quand la Chambre vote pour que les entreprises québécoises de compétence fédérale soient soumises à la Charte de la langue française, elle vote contre cela.
Ma question est simple: pourquoi voter contre cela, si c'est la même chose?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I think that my colleague should read Bill C‑32. She would get a good answer to her question.
Essentially, 55% of businesses that have already complied with Bill 101 in Quebec will have the right to continue under the same system, and those that have not can decide to do so at that time.
Naturally, we want to protect the right to work in French, the right to be served in French and the right not to be discriminated against for being a francophone in Quebec as well as in regions with a strong francophone presence.
My colleague will also recognize that within federalism, the federal government must have a national role and an approach that protects all francophones. That is the objective—
Monsieur le Président, je pense que ma collègue devrait lire le projet de loi C‑32. Elle obtiendrait une bonne réponse à sa question.
Essentiellement, 55 % des entreprises qui se sont déjà soumises à la loi 101 au Québec vont avoir le droit de continuer dans le même système, et celles qui ne s'y sont pas encore soumises auront le choix de le faire à ce moment-là.
Bien entendu, nous voulons protéger le droit de travailler en français, le droit d'être servi en français et le droit de ne pas être discriminé parce qu'on est francophone au Québec, mais aussi dans les régions à forte présence francophone.
Ma collègue va aussi pouvoir reconnaître qu'au sein du fédéralisme, le gouvernement fédéral doit s'assurer de jouer un rôle national et d'avoir une approche pour protéger tous les francophones. C'est l'objectif...
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:38 [p.8673]
Mr. Speaker, our bill says that the Charter of the French Language applies to federally regulated businesses in Quebec. The minister recognizes that Quebeckers form a nation, that Quebec has a single official language and that French is the common language of the Quebec nation. She should therefore be able to understand that, as a francophone nation, Quebec must have a single language regime.
Why is the minister opposed to the Charter of the French Language applying to all Quebeckers?
Monsieur le Président, notre projet de loi dit que les entreprises québécoises de compétence fédérale sont soumises à la Charte de la langue française. La ministre, qui reconnaît que les Québécois et les Québécoises forment une nation, que le Québec a une seule langue officielle et que le français est la langue commune de la nation québécoise, doit bien pouvoir comprendre qu'il est essentiel pour le Québec, nation francophone, d'avoir un seul régime linguistique.
Pourquoi la ministre refuse-t-elle que la Charte de la langue française s'applique à toutes les Québécoises et à tous les Québécois?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I have a lot of respect for my colleague, and I can see that our objectives are aligned. We both want to protect the French language in Quebec. Now, we want to protect it across the country too, and we will. We also want to protect linguistic minorities, including francophones outside Quebec and anglophones in Quebec.
My colleague should be happy. For the first time ever, the federal government is stepping up and protecting the French language. That is why I encourage her to vote in favour of Bill C‑32 on official languages.
Monsieur le Président, j'ai beaucoup de respect pour ma collègue et je vois que nous partageons le même objectif: protéger la langue française au Québec et, de notre côté, partout au pays, certainement. Nous allons le faire tout en protégeant les minorités linguistiques, y compris les francophones hors Québec et les anglophones au Québec.
Ma collègue devrait donc être contente: pour la première fois de l'histoire, le gouvernement fédéral prend ses responsabilités et protège la langue française. Alors, bien entendu, je l'invite à voter en faveur du projet de loi C‑32 sur les langues officielles.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-17 14:39 [p.8673]
Mr. Speaker, I am trying to understand where the minister stands on the language issue.
There are two systems: One is for the very large majority of Quebeckers, who are protected under the Charter of the French Language. The other is for about 200,000 workers in federally regulated businesses. These are the people Bill C-32 seeks to help.
My question is simple: Between Bill C‑32 and the Charter of the French Language, which one is more effective in protecting the right to work in French?
Monsieur le Président, j'essaie de comprendre où se situe la ministre sur la question linguistique.
Il y a deux régimes: il y en a un pour la très large majorité des Québécois, qui sont protégés par la Charte de la langue française, et il y en a un autre pour à peu près 200 000 travailleurs à l'emploi d'entreprises de compétence fédérale. Ce sont ces derniers que le projet de loi C‑32 vise.
Ma question est simple: entre le projet de loi C‑32 et la Charte de la langue française, qu'est-ce qui protège le mieux le droit de travailler en français?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, that is not for me to say. The Conseil du patronat du Québec, the Fédération des chambres de commerce du Québec, the Chamber of Commerce of Metropolitan Montreal and all the unions that represent workers in Quebec are in favour of the bill. We can see that there is a very large consensus in Quebec and elsewhere in Canada to protect these rights.
Therefore, I think the federal government is doing its job and assuming its responsibilities, and the reform we presented is ambitious. It is a robust bill, and I hope the Bloc Québécois will be able to acknowledge this work and, of course, support the bill.
Monsieur le Président, ce n'est pas moi qui vais le dire. Le Conseil du patronat du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et tous les syndicats au Québec qui représentent les travailleurs sont en faveur du projet de loi. On voit qu'il y a un très large consensus au Québec et ailleurs au pays pour protéger ces droits.
Alors, je pense qu'au gouvernement fédéral, nous faisons notre boulot et nous prenons nos responsabilités, et la réforme que nous avons présentée est ambitieuse. C'est un projet de loi costaud, et j'espère que le Bloc québécois va pouvoir reconnaître ce travail et, certainement, soutenir le projet de loi.
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2021-06-17 14:53 [p.8675]
Mr. Speaker, yesterday, when we asked the minister if she thought that her Bill C‑32 would protect French better than Bill 101 in Quebec, she said, and I quote, “Indeed, our remarks involve the entire country. Why? Because that is important. That is how we strengthen our federalism.”
That is great for her federalism, but her bill is supposed to strengthen French in Quebec. Does she realize that she will not strengthen French in Quebec with a single approach that does not accept that French is the only official language of Quebec?
Monsieur le Président, hier, quand on a demandé à la ministre si elle prétendait que son projet de loi C‑32 protégerait mieux le français que la loi 101 au Québec, elle a répondu, et je cite: « Nous, nous avons un discours « partout au pays ». Pourquoi? C'est parce que c'est important. C'est comme cela que nous renforçons notre fédéralisme. »
Tant mieux pour son fédéralisme, mais c'est le français au Québec que son projet de loi est censé renforcer. Se rend-elle compte qu'elle ne renforcera pas le français au Québec avec un discours unique qui n'assume pas que c'est la seule langue officielle chez nous?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I want to remind my colleague that he is in the House of Commons, which is the legislative assembly of the federal parliament. As such, it is important for us to take care of Quebec and Quebeckers, francophones and anglophones and the French language, the official language of Quebec.
However, it is also important to protect francophones outside Quebec and to give anglophones the opportunity to learn French. That is what makes our country great, what makes it work. If my colleague disagrees—
Monsieur le Président, je tiens à rappeler à mon collègue qu'il est à la Chambre des communes, qui est l'assemblée législative du Parlement fédéral. Par conséquent, il est important qu'on s'occupe du Québec et des Québécois, des francophones et des anglophones et de la langue française, langue officielle du Québec.
Cependant, il est aussi important qu'on protège les francophones à l'extérieur du Québec et qu'on donne aux anglophones la possibilité d'apprendre le français. C'est ce qui fait qu'on est capable d'avoir un pays qui se tient et un pays qui fonctionne. Si mon collègue n'est pas d'accord...
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-06-16 14:18 [p.8522]
Today, I want to congratulate the graduates of the various high schools across Quebec.
The very important last years of their journey, when people build bonds and friendships that often last a lifetime, did not go as planned, but humans are resilient. I am sure these students found a way to make the most of the situation. Now they are even better equipped to deal with the struggles of life.
I was a high school teacher for 25 happy, fulfilling years. I mainly taught grade nine, where I had the privilege of shaping the citizens of tomorrow. This June, the last cohort of students that I taught for a full year are graduating. I want to sincerely congratulate them and wish them all the best.
Most of all, I want them to always remember that nothing is impossible and that they should not let anyone convince them otherwise.
Congratulations and all the best.
Monsieur le Président, je désire aujourd'hui saluer les finissantes et les finissants des différentes écoles secondaires du Québec.
Les dernières années de leur parcours, si importantes, où l'on scelle des liens et des amitiés qui dureront souvent pour la vie entière, ne se seront pas déroulées comme prévu, mais l'humain est résilient. Ils ont trouvé, j'en suis persuadé, une façon de tirer le positif de la situation. Les voilà maintenant encore mieux équipés pour faire face aux difficultés de la vie.
J'ai été enseignant au secondaire pendant 25 années de bonheur et d'accomplissement, majoritairement en troisième secondaire, où j'ai eu le privilège de former les citoyennes et les citoyens de demain. Ce mois de juin est celui où la dernière cohorte d'élèves à qui j'ai enseigné une année complète termine son parcours. Je désire les saluer du fond du cœur et leur souhaiter le meilleur des succès.
Surtout, n'oubliez jamais qu'il n'y a rien d'impossible, et ne laissez personne vous convaincre du contraire.
Bravo et bonne vie!
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the Quebec government is preparing to amend the Charter of the French Language, in tandem with the Quebec National Assembly, obviously. Meanwhile, the federal government is tabling another statement of intent on the Official Languages Act that will never pass, of course.
The federal bill competes and creates a divide between what Canada wants and what Quebec wants. When this is pointed out to the Minister of Official Languages, she says that she simply does not want to talk about it and only wants to work together. However, she is going to have to talk about it.
The question is simple: What takes precedence in promoting and protecting French? The federal legislation or the Quebec National Assembly?
Monsieur le Président, le gouvernement du Québec s'apprête à modifier la Charte de la langue française avec, évidemment, l'intervention de l'Assemblée nationale du Québec. Pendant ce temps, le gouvernement fédéral dépose un autre énoncé d'intention sur la Loi sur les langues officielles qui, bien sûr, ne sera jamais adopté.
Le projet de loi fédéral se place en concurrence et crée des différences entre la volonté fédérale et la volonté du Québec. Lorsqu'on le lui mentionne, la ministre des Langues officielles répond qu'elle ne veut tout simplement pas en parler et ne veut que des collaborations. Cependant, elle devra en parler.
La question est simple: qui a préséance en matière de promotion et de protection du français: est-ce la loi fédérale ou l'Assemblée nationale du Québec?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I can assure my colleague that the government did not merely issue a statement of intent; it introduced a bill.
We want to pass this bill, and we are asking all opposition parties, including the Bloc Québécois, if they intend to support it or not. Do they want better protection for French in Quebec and across the country? Do they want francophones to have access to linguistic security that will ensure the longevity of the French fact in Quebec as well as in Canada going forward?
No, they want to keep talking separatism and make Quebec a country.
Monsieur le Président, je tiens à rassurer mon collègue que ce n'est pas simplement un énoncé d'intention que le gouvernement a déposé, mais un projet de loi.
C'est un projet de loi que nous allons vouloir adopter, et pour lequel nous demandons à tous les partis d'opposition, incluant le Bloc québécois, s'ils veulent l'appuyer ou non. Veulent-ils protéger davantage le français au Québec et partout au pays? Veulent-ils que les francophones aient accès à une sécurité linguistique qui va pérenniser le fait français au Québec et dans l'avenir aussi au pays?
Au contraire, ils veulent continuer leur rhétorique indépendantiste, et faire que le Québec devienne un pays.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, she certainly understood some things.
The Bloc Québécois wants a legitimate approach to ensuring better protection for French in Quebec. That means putting Quebec's National Assembly in charge. The minister had better not count on our support for her bill to further entrench official bilingualism.
Here is my question. Does she really think that her bill, which has not been passed and therefore remains a statement of intent, will do a better job of protecting French than Quebeckers themselves are doing with the Charter of the French Language?
Monsieur le Président, elle a bien compris un certain nombre de choses.
Le Bloc québécois veut mieux protéger le français au Québec de façon légitime. Cela passe par l'Assemblée nationale du Québec. La ministre ne doit pas compter très fort sur notre appui pour sa loi qui officialise le bilinguisme encore plus.
Ma question sera la suivante: prétend-elle vraiment que son projet de loi — jamais adopté, c'est donc un énoncé d'intention — protège mieux le français que les Québécois le font eux-mêmes avec la Charte de la langue française?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, that is what the Bloc Québécois is all about, looking for a fight when our goal is still and always to protect French and to ensure that linguistic minorities across the country are protected.
Indeed, our remarks involve the entire country. Why? Because that is important. That is how we strengthen our federalism and how we are able to ensure that it makes sense across the country, including in Quebec and including francophones. Under the circumstances, our goal will still be to defend the Official Languages Act, to strengthen it and to bring it into the 21st century.
Monsieur le Président, c'est cela, le Bloc québécois, qui cherche des chicanes alors que notre objectif à nous est encore et toujours de protéger le français et de nous assurer justement de protéger les minorités linguistiques partout au pays.
Nous, nous avons un discours « partout au pays ». Pourquoi? C'est parce que c'est important. C'est comme cela que nous renforçons notre fédéralisme et que nous sommes capables d'assurer des circonstances opportunes d'un bout à l'autre du pays, incluant au Québec et incluant les francophones. Dans les circonstances, notre objectif va être, bien encore et toujours, de défendre la Loi sur les langues officielles, de la renforcer et de l'amener au XXIe siècle.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-16 14:40 [p.8526]
Mr. Speaker, Quebec wants to protect the French language. All that Ottawa could do in its jurisdictions to protect French in Quebec was to let Quebec's Charter of the French Language apply to federally regulated businesses.
However, the minister is doing the opposite with Bill C‑32. She is setting the stage for increased bilingualism by extending the scope of Canada's Official Languages Act. She is creating a jurisdictional squabble instead of helping stop the decline of French.
Why is the minister refusing to do something useful by letting Quebec apply Bill 101?
Monsieur le Président, le Québec veut protéger le français. Tout ce qu'Ottawa pouvait faire dans ses champs de compétence pour protéger le français au Québec, c'était de laisser la Charte de la langue française du Québec s'appliquer aux entreprises de compétence fédérale.
Pourtant, la ministre fait le contraire dans le projet de loi C‑32. Elle met la table pour davantage de bilinguisme en étendant l'influence de la Loi sur les langues officielles du Canada. Elle crée une chicane de champs de compétence, au lieu de participer à enrayer le déclin du français.
Pourquoi la ministre refuse-t-elle de faire œuvre utile en laissant Québec appliquer la loi 101?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, my colleague made reference to a squabble with Quebec. That may be some wishful thinking on her part, but it is certainly not the case.
The reality is that, once again this morning, I had a conversation with my colleague, Simon Jolin-Barrette, and yesterday with Sonia LeBel, and we will certainly come to an agreement. Why is that?
It is because 55% of businesses in Quebec have already chosen to be subject to Bill 101. We will, of course, let them choose whether to continue as is or to be subject to the Official Languages Act.
We are filling a legal void. We want people to have access to services in French in federally regulated businesses and we want people to have the right to work in French at those same businesses.
Monsieur le Président, ma collègue fait référence à une chicane avec Québec. Je pense que c'est peut-être un vœu pieux de sa part, mais ce n'est certainement pas le cas.
La réalité, c'est que, encore ce matin, j'ai eu une conversation avec mon collègue Simon Jolin‑Barrette et, hier, avec Sonia LeBel, et nous allons certainement nous entendre. Pourquoi?
C'est parce que 55 % des entreprises au Québec se sont déjà volontairement soumises à la loi 101. Nous allons leur donner, bien entendu, le choix de continuer avec cette approche ou bien de se soumettre à la Loi sur les langues officielles.
Nous comblons donc le vide juridique. Nous voulons que les gens puissent avoir accès à des services en français dans les entreprises de compétence fédérale, ainsi que le droit de travailler en français dans ces mêmes entreprises.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2021-06-16 14:41 [p.8526]
Mr. Speaker, there is no legal void and Quebec has no plan to rely on Bill C‑32.
Quebec's minister responsible for the French language said, “One thing is for sure: The terms and conditions of Quebec's bill will be the ones that apply in Quebec”.
The federal minister, looking for a fight, responded, “We have jurisdiction over federally regulated businesses.... What do they want to do? Do they want to protect French or do they want to keep arguing?”
The minister clearly chose to keep arguing, because her bill does not protect the French language. It protects bilingualism. Why does the minister not simply let Quebec protect the French language with Bill 101?
Monsieur le Président, il n'y a pas de vide juridique, et Québec n'a pas l'intention de se fier au projet de loi C‑32.
Voici ce que le ministre responsable de la Langue française au Québec a dit: « Il y a une chose qui est sûre, c'est que les modalités associées au projet de loi québécois seront celles qui vont s'appliquer sur le territoire québécois [...] »
La ministre fédérale a répondu ce qui suit en cherchant, elle, le conflit: « On a juridiction en matière d'entreprise fédérale [...] Donc, qu'est-ce qu'on veut faire? Est-ce qu'on veut protéger le français ou on veut s'obstiner? »
Visiblement, la ministre a choisi de s'obstiner, parce que son projet de loi ne protège pas le français. Il protège le bilinguisme. Pourquoi est-ce que la ministre ne laisse pas tout simplement Québec protéger le français avec la loi 101?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I have a lot of respect for my colleague, but I wonder if she actually read the bill.
The bill is clear: It covers the right to work in French, the right to be served in French and, of course, the right not to be discriminated against for being francophone in federally regulated businesses in Quebec and regions with a strong francophone presence.
This is the first time the federal government has taken this step in the right direction. It was time. That is why, as a government, we are proud to have introduced the official languages bill yesterday. It was a historic event.
Will the Bloc Québécois be supporting it, yes or no?
Monsieur le Président, j'ai beaucoup de respect pour ma collègue, mais je me demande si elle a vraiment lu le projet de loi.
Le projet de loi est clair: on y reconnaît le droit de travailler en français, le droit d'être servi en français et, bien entendu, le droit de ne pas être discriminé parce qu'on est un francophone qui travaille dans une entreprise de compétence fédérale au Québec ou dans une région à forte présence francophone.
C'est la première fois que le gouvernement fédéral fait ce pas dans la bonne direction; il était temps. C'est pourquoi, en tant que gouvernement, nous sommes fiers du dépôt du projet de loi sur les langues officielles, un moment historique qui a eu lieu hier.
Est-ce que le Bloc québécois va l'appuyer ou non?
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2021-06-16 14:55 [p.8529]
Mr. Speaker, Bill C‑32 invalidates Quebec’s Bill 96 and its intent to apply Bill 101 to federally regulated businesses. Bill C-32 does not force the francization of businesses; it simply tolerates that workers speak in French. Bill C-32 does not recognize French as Quebec’s only official language, nor does it do anything to make up for its threatened minority status. Bill C-32 therefore prevents Quebec from taking charge of its language policy.
Why would Quebec vote for this instead of its own Bill 101?
Monsieur le Président, le projet de loi C‑32 invalide la loi 96 du Québec et sa volonté d'appliquer la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale. Le projet de loi C‑32 n'oblige pas la francisation des entreprises, il ne fait que tolérer que les travailleurs parlent français. Le projet de loi C‑32 ne reconnaît pas le français comme seule langue officielle du Québec, et il n'agit pas pour compenser son statut minoritaire et menacé. Le projet de loi C‑32 empêche donc Québec d'être maître d'œuvre de sa politique linguistique.
Pourquoi le Québec voterait‑il pour cela plutôt que pour sa propre loi 101?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, let us stop trying to scare people, as my colleague is doing.
It is not complicated. Bill C-32, an act to amend the Official Languages Act, which we introduced yesterday, requires federally regulated businesses to recognize the right to work in French, the right to be served in French, and the right of francophones not be discriminated against. Basically, these are the same provisions that are in Bill 101 and that have been adapted to a national system that applies to Quebec, as well as to regions with a strong francophone presence.
For businesses that are already compliant with Bill 101, an agreement will be made with the Government of Quebec. For those that are not compliant with Bill 101, it is not complicated; there is no longer a legal void and they will have to comply—
Monsieur le Président, là, on va arrêter de faire peur au monde, comme mon collègue essaie de le faire présentement.
Ce n'est pas compliqué, le projet de loi C‑32, loi modifiant la Loi sur les langues officielles, que nous avons déposé hier, fait en sorte que les entreprises fédérales ont l'obligation de reconnaître le droit de travailler en français, le droit d'être servi en français, le fait de ne pas être discriminé parce qu'on est francophone. Essentiellement, ce sont les mêmes dispositions que l'on voit dans la loi 101 qui, justement, sont adaptées à un régime national qui s'applique au Québec, et aussi dans des régions à forte présence francophone.
Pour les entreprises qui se conforment déjà à la loi 101, on va faire une entente avec le gouvernement du Québec. Pour celles qui ne se conforment pas à la loi 101, ce n'est pas compliqué, il n'y a plus de vide juridique et il va falloir qu'elles respectent...
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2021-06-16 14:56 [p.8529]
Mr. Speaker, Quebec wants Bill 101 to apply to federally regulated businesses. Quite simply, this means applying the existing legislation. As a matter of fact, the Bloc Québécois bill does just that.
There is no need for a federal bill dumped on us six days before the end of the session that will not debated or voted on. Our bill will be voted on in half an hour; it is as simple as that.
Will the Minister of Official Languages vote with us to apply Bill 101 in Quebec?
Monsieur le Président, le Québec veut que la loi 101 s'applique aux entreprises de compétence fédérale. C'est simple, il s'agit d'appliquer la loi déjà existante. Cela adonne bien, car le projet de loi du Bloc québécois fait justement cela.
Il n'y a pas besoin d'un projet de loi fédéral garroché à six jours de la fin de session qui ne va être ni débattu ni voté. Notre projet de loi va être voté dans une demie‑heure, c'est aussi simple que cela.
La ministre des Langues officielles va‑t‑elle voter avec nous pour appliquer la loi 101 au Québec?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I remember the debates I had with my colleague, where he kept asking me to strengthen the Official Languages Act, to recognize the specificity of French in Quebec, to recognize that federally regulated businesses have an obligation to work in French and to provide rights, as well as to serve consumers in French.
He should be happy, because this has now been done. The bill has been introduced. Now the question is whether he will he support it. Will the Bloc Québécois support the new version of the Official Languages Act?
Monsieur le Président, je me souviens des débats que j'ai eus avec mon collège où il me demandait sans cesse de renforcer la Loi sur les langues officielles, de reconnaître la spécificité du français au Québec, de faire en sorte qu'on reconnaisse que les entreprises fédérales ont l'obligation de travailler en français et d'offrir justement des droits, et aussi de servir les consommateurs en français.
Il devrait être heureux, parce que cela est fait. On a déposé le projet de loi. Maintenant, la question est donc: va‑t‑il le soutenir? Le Bloc québécois va‑t‑il soutenir la nouvelle mouture de la Loi sur les langues officielles?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, if you were to seek it, I believe you will find the unanimous consent of the House for the following motion:
That the House:
(a) support the unanimous consent motion adopted by the National Assembly of Quebec on June 9, 2021, recognizing primarily that,
(i) the Charter of the French Language explicitly recognizes the right of First Nations and Inuit to maintain and develop their languages and cultures,
(ii) several Indigenous languages are threatened with extinction,
(iii) the 11 Indigenous nations in Quebec have, like the Quebec nation, the right to live in their languages and to promote and protect them,
(iv) the Government of Quebec has a responsibility to assume in this regard; and
(b) call on the federal government to recognize its responsibilities and to deploy more resources to protect and promote Indigenous languages in Quebec and in Canada.
Monsieur le Président, je pense que si vous le demandez, vous obtiendrez le consentement unanime de la Chambre pour l'adoption de la motion suivante:
Que la Chambre:
a) appuie la motion unanime adoptée à l'Assemblée nationale du Québec le 9 juin 2021 reconnaissant principalement que
(i) la Charte de la langue française reconnaît explicitement le droit des Premières Nations et des Inuits de maintenir et de développer leurs langues et leurs cultures;
(ii) plusieurs langues autochtones sont menacées de disparition;
(iii) les onze nations autochtones au Québec ont, tout comme la nation québécoise, le droit de vivre dans leurs langues, de les promouvoir et de les protéger;
(iv) le gouvernement du Québec a une part de responsabilité à assumer à cet égard;
b) demande au gouvernement fédéral de reconnaître ses responsabilités et de déployer davantage de ressources pour protéger, promouvoir les langues autochtones au Québec et au Canada.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
All those opposed to the hon. member moving the motion will please say nay.
I hear no dissent. The House has heard the terms of the motion. All those opposed to the motion will please say nay.
There being no dissenting voice, I declare the motion carried.
Que tous ceux qui s'opposent à ce que l'honorable député propose la motion veuillent bien dire non.
Je n'entends aucune dissidence. La Chambre ayant entendu l'énoncé de la motion, que tous ceux qui s'opposent à la motion veuillent bien dire non.
Puisque personne ne s'y oppose, je déclare la motion adoptée.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried. Accordingly, the bill stands referred to the Standing Committee on Official Languages.
Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent des langues officielles.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
moved:
That the House agree that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions and acknowledge the will of Quebec to enshrine in its constitution that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
He said: Mr. Speaker, you have inspired me to read the motion again, as I find it rather poetic.
That the House agree [the use of the word “agree” was no accident] that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions and acknowledge the will of Quebec to enshrine in its constitution that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
Although it has been 30 years since the Bloc Québécois was created, there are still people in the nation next door who think they need to rewrite their own laws to enshrine French, and only French, as Quebec's official language. This is because, 30 years later, there is still that much to be done, not to mention gaining independence.
Quebec is totally and entirely entitled and justified to tell anyone listening and anyone else, in every forum and soon every forum around the world, that it is a French nation whose only official language is French. I would remind all these fine people that this has been the case since 1974. When I was a boy in short pants French was already the only official language of Quebec. It feels like some members of the House just discovered that the Earth is round, although I am told that a few people here are not so sure. The common language has more weight than the official language. The common language is the one we use when we are walking down the street and we encounter someone we do not know.
The great tragedy of the French language in Quebec is when a young francophone encounters another young francophone at the corner of Peel and Sainte‑Catherine and they carry on in English without understanding the history behind that reality, without understanding what brought them there, without understanding the sometimes uncertain compromises made, the humiliations of history, the strong affirmations and the emergence of an extraordinary culture. Two young francophones speaking to each other in English in the street is the antithesis of recognizing the wonderful contribution of a Leonard Cohen to Quebec culture. What makes us who we are completes us. We can never give up who we are.
Today is a very special day. Some would say that it is rather singular to be celebrating it in this place, but that is where our friendly struggles have brought us. This day will be celebrated in the hearts of the millions of Quebeckers who recognize themselves in our cause. We are celebrating the 30th anniversary of the creation of the Bloc Québécois.
In this day and age, it is no longer appropriate to see individuals as being more than human, especially if they are still living. However, I am in a position to speak to, as humbly as possible, the stature of a certain Lucien Bouchard and to assess all that he relinquished, all the courage he showed 30 years ago to create what one day history will call one of the essential tools for making Quebec a full sovereign nation. We have an obligation to be humble, each one of us in this place, in Parliament, online, all the workers, the hardworking men and women here and elsewhere, the supporters, the Quebeckers engaged in this desire to complete a journey that began with the Quiet Revolution.
Although we recognize that we must be humble, we also have the right to show our pride. We are a fine bunch; we are the bunch who cheerfully refuse to disappear. We are those they say will not exist. We are told over and over that the Bloc Québécois is finished, just as we are told over and over that independence is finished. Well, these naysayers keep having to roll up their sleeves because our objective is sound, noble and legitimate.
However, it will never be more and it will never be better than what has been done by those who came before us in Parliament's House of Commons, which, I say with no enmity, will always be foreign to us. If we wish it, it will be temporary.
Today Parliament is going to properly debate a very important motion, not just surreptitiously dispose of it. Quebec is navigating through the maze of documents that were designed to make it wither away. Those same documents indicate that it is time to acknowledge and note down the fact that Quebec is a nation.
Quebec is not a nation within a united Canada. That does not mean anything. Quebec is a whole, entire, thriving, complete, vibrant, beautiful, and up and coming French nation. No other language can even begin to compare to the heritage, beauty, allure and poetry of French. No wonder there was a baby boom in Quebec. These things start with flattering words, and French has much to offer in that regard.
Members were able to refuse the motion that we moved at the end of May with a simple “nay”, but today it will not be so easy. We are pleased to make two observations. First, we think that the motion will be adopted. We will be pleased to accept it because it is very good thing.
Second, without this great group of 32 passionate people, the motion never would have been adopted. It would have never even existed, and Quebec would have never been able to identify with it to this extent. This group decided to make this proposal to Ottawa. It did not want to be received with indifference and actions that would later go against it. This is not a legal approach that we have initiated, not at all. It is also not an approach that involves interpretation, a scope of interpretation or “interpretativity”. It is a political approach. Take it or leave it. It is political.
We are putting this Parliament in a position where it will be forced to effectively take note of the fact that Quebec is affirming that we are a French nation. I would dare say that Parliament should do that in a humble way, which is not something it is often known for.
There will be consequences. The government cannot go on forever hiding behind an assortment of judges who have also been hidden behind a charter that was designed to counter the will of Quebec and the Quebec National Assembly. Beyond all of that, there is the will of elected officials from across Canada and Quebec.
When the time comes to do something, someone will have to show some consistency. The government cannot recognize the French-speaking Quebec nation, take money from Quebeckers and give it to people who want to challenge and oppose the French-speaking Quebec nation. Now, it does happen, and there have been some inconsistencies, but we will expose the people who deserve to be exposed.
I want to say something that might sound a little harsh, but that is not my intention. The government's new, multi-page slogan is called the modernization of the Official Languages Act. I think I can say that this is not something we will be debating here. This bill will not go anywhere. It is essentially a second document filled with statements and hypothetical plans that will only happen if the Liberal government has a minority. We shall see what makes it into the rewritten version if they ever win a majority.
We do not even know what it is all about. It is starting out with private briefings, and we do not know what the Minister of Official Languages plans to include in her bill. We do know that it will apparently recognize French as the official language of Quebec. A round of applause for acknowledging what we all have known for 50 years. People who are better informed than me have reported that it essentially copies what would be in Quebec's hypothetical Bill 96, with respect to making federally regulated companies and institutions subject to the Charter of the French Language.
First of all, the two laws would say the same thing, but the federal law would take precedence. Why? It is because in real life, from the Canadian and federal perspective, Quebec is a vassal state. If we do not agree, I decide. That is what Canada is, even in terms of language, identity, values and culture. That speaks volumes.
We are talking about a government that cannot even hope to pass amendments to the Broadcasting Act, which was thankfully and greatly improved thanks to my friend the member for Drummond's efforts; a government that cannot even get its budget implementation bill passed, when there is probably someone out there shopping for a bus and a couple of planes.
It is quite ironic to see who the government is turning to. It is turning to the leader of the Bloc Québécois to say we are in a peck of trouble, that we are good people, that we still have a lot in common and that we will to work to make it work. These people have come to tell us that they will be deciding how to manage our language, our values, our identity, our culture and our nationhood and that is really nice of them, but no thanks. We are going to do it ourselves.
Now let us talk about timelines. The Minister of Official Languages is going to introduce an official languages bill that would, among other things, seek to replicate what will eventually be prescribed by Bill 96, which amends Quebec's Charter of the French Language to make federal institutions and businesses subject to the Charter of the French Language.
I am a good guy, and I would like to save her the effort. First of all, the parliamentary session of the House of Commons will surely be over before anyone even begins to look at the purely legislative side of things. There is a very good chance that this Parliament will be over too, so it will not happen in the foreseeable future. Let us not hold our breath.
In the meantime, two things will happen. First, in all likelihood this fall, the Quebec National Assembly will vote on what will, depending on the will of the elected representatives of the Quebec National Assembly alone, become Bill 96, and the Charter of the French Language in Quebec will henceforth apply to institutions and businesses under federal jurisdiction. The fall seems a bit far off, so we are going to move faster than that.
Tomorrow, the bill introduced by my esteemed colleague from Beauport—Limoilou, which would subject federal institutions and businesses in Quebec to the Charter of the French Language, will be put to a vote in the House of Commons. We are going to save a lot of time, avoid a ton of double-dealing and vote on this bill tomorrow. It will be done. We will be able to say thank you, goodbye. It will be dealt with, and we will be able to move on to another issue.
The House will have an opportunity tomorrow to move forward with a bill that would make federally regulated institutions and businesses subject to the Charter of the French Language, as called for by the Quebec National Assembly. Is that not wonderful?
Why not make the most of this opportunity? I must admit that it would have the disadvantage of stealing a bit of our thunder in terms of scoring political points in the run-up to the election. That is a bit of a shame, but it should not be the priority.
It is also important to point out that before anyone spoke French in New France, English on the shores of the United States, or Spanish on the southern islands or in Louisiana, North and South America were home to dozens and dozens of nations, each of them no less a nation than ours are today. They have their own histories, languages and cultures. That is always worth mentioning. We wanted to amend the motion to that effect, and some members from other parties suggested it, but others were not willing to let us do so.
When we have our great debates that, let us face it, pit French against English, we do not always mention it, but we should always give indigenous languages—I hate to say a specific status, because that term is so misused, but a factual, institutional and friendly respect that shelters them from all our debates that, from the perspective of these great cultures, only just arrived on their continent.
Before I conclude, I would like to encourage the minister to do something useful with the Official Languages Act. Some might interpret that to mean that I am implying she is addressing things that are not useful and, well, they are right. Quebec does not need anyone at any time to tell it how to promote and protect its language, culture, arts, identity and values. What it badly needs is for those who are not involved to mind their own business and keep their noses out of ours.
Instead, those resources should be invested, willingly, happily and generously, to support Acadian communities and francophone communities outside Quebec, which need them badly. No doubt people will tell us that anglophones in Quebec also badly need to be protected. I say this without malice. I confess I do not get up in the morning worrying about the survival of the English language in Quebec. I think it is doing quite well, and I am happy for it. The day Canada treats its French and Acadian minorities as well, as generously, and as warmly as Quebec has historically treated its English minority, the debate will be quite different. God knows we are not there yet.
Whatever Quebeckers decide to do with their nation, their state, their language, their culture, their values and their history, the result will be a resolutely French nation. I say this both in friendship and as a bit of a warning: No one is going to stand in Quebec's way. No one will succeed. The joyous, dynamic, festive, colourful, culinary and musical resilience of Quebeckers is unstoppable. As history will show, today will be a milestone in the protection of this nation, which will one day be called upon once more to take its destiny in its own hands, and the sooner the better.
propose:
Que la Chambre convienne que l’article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 confère au Québec et aux provinces la compétence exclusive pour modifier leurs constitutions respectives, et prenne acte de la volonté du Québec d’inscrire dans sa constitution que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu’il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
Monsieur le Président, vous m'avez donné le goût de la relire. Il me semble qu'il y a une poésie dans ce texte.
Que la Chambre convienne [le mot « convienne » n'était pas un hasard] que l’article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 confère au Québec et aux provinces la compétence exclusive pour modifier leurs constitutions respectives, et prenne acte de la volonté du Québec d’inscrire dans sa constitution que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu’il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
Si, 30 ans après la création du Bloc québécois, il y a encore des gens, dans la nation voisine, qui s'imaginent qu'il faut qu’ils le mettent eux-mêmes dans leur loi, pour que le Québec n'ait qu'une seule langue officielle, le français, c'est parce que, 30 ans plus tard, il reste au moins ce bout de chemin à faire, sans mentionner l'indépendance.
Le Québec est totalement, entièrement, habilité et légitime pour affirmer, à quiconque voudra l'entendre et aux autres, sur toutes les tribunes, et bientôt sur toutes les tribunes du monde, qu'il est une nation française dont la seule langue officielle est le français. Je me permettrai de rappeler à tout ce beau monde que c'est le cas depuis 1974. Je me promenais en culotte courte et le français était la seule langue officielle du Québec. On dirait que des gens à la Chambre viennent de découvrir que la Terre est ronde, même si on me dit qu'il y en a qui en doute encore. La langue commune, c'est plus important que la langue officielle. La langue commune est celle qu'on utilise lorsqu'on croise quelqu'un qu'on ne connaît pas dans la rue.
Le grand drame de la langue française au Québec, c'est lorsqu'un jeune francophone croise un autre jeune francophone au coin des rues Peel et Sainte-Catherine et qu'ils s'interpellent en anglais, sans connaître l'histoire derrière cette réalité, sans connaître ce qui les a amenés là, sans connaître les compromis parfois incertains, les humiliations de l'histoire, les affirmations fortes et l'émergence d'une culture extraordinaire. Deux jeunes francophones qui s'interpellent en anglais dans la rue, c'est l'antithèse de reconnaitre la contribution merveilleuse d'un Léonard Cohen à la culture québécoise. On se complète dans ce que nous sommes. On ne renonce jamais à ce que nous sommes.
Aujourd'hui, c'est une journée bien particulière — particulière, diront certains, à célébrer dans ces murs, mais c'est là que nos luttes bienveillantes nous amènent. Le temple de cette célébration sera le cœur de tous les millions de Québécoises et de Québécois qui s'y reconnaissent. C'est la célébration du 30e anniversaire de création du Bloc québécois.
Il n'est plus opportun, de nos jours, de donner à des individus une dimension plus qu'humaine, encore moins lorsqu'ils sont vivants, mais je suis bien placé, aussi humblement que je le puisse, pour mesurer les dimensions des chaussures d'un Lucien Bouchard, pour mesurer tout ce à quoi il a renoncé, tout le courage dont il a dû faire preuve il y a 30 ans pour donner naissance à ce que l'histoire désignera un jour comme un des outils essentiels de l'accession de la nation québécoise à son entièreté. Nous avons l'obligation d'être humbles, chacun et chacune d'entre nous, ici, au Parlement, en ligne, tous les travailleurs et les travailleuses, besogneux et besogneuses dans les bureaux de l'immeuble, ici et autour, les militantes et les militants, les Québécoises et les Québécois engagés dans ce désir de compléter une marche qui s'est initiée avec la Révolution tranquille.
Bien que nous reconnaissions l'humilité dont nous devons faire montre, nous avons aussi le droit d'afficher une belle fierté. Nous sommes une belle gang; nous sommes la gang du refus souriant de disparaître. Nous sommes ceux dont on dit qu'ils n'existeront pas. On dit sans arrêt que, le Bloc québécois, c'est fini, comme on dit sans arrêt que, l'indépendance, c'est fini. Ma foi, ces bibittes se retroussent tout le temps les manches, parce que notre objectif est sain, noble et légitime.
Cependant, ce ne sera jamais plus et ce ne sera jamais mieux que ce qu'on fait celles et ceux qui nous ont devancés sur les banquettes de la Chambre des communes du Parlement, qui, je le dis amicalement, restera pour nous étranger. Si on le souhaite, ce sera temporaire.
C'est donc aujourd'hui que le Parlement va débattre comme il se doit d'une motion fort importante, et non pas en disposer furtivement. L'État québécois se faufile à travers les méandres de documents qui avaient été plutôt rédigés pour le ratatiner. Il affirme dans ces documents qu'il est temps de prendre acte du fait que le Québec est une nation et de rédiger des chroniques là-dessus.
Le Québec n'est pas une nation prise à l'intérieur d'un Canada uni, ce qui ne veut rien dire. Non, le Québec est une nation totale, entière, épanouie, complète, rayonnante, belle comme le jour, pleine d'avenir et française. C'est son héritage, sa beauté, sa séduction et sa poésie, qu'aucune autre langue ne peut accoter avec la même verve. Il ne faut pas s'étonner de ce qu'on a appelé la « revanche des berceaux ». Ces choses commencent par de jolis mots, et le français en avait tellement à offrir.
On a pu refuser la motion que nous avons présentée à la fin mai par un simple nay, mais, aujourd'hui, ce ne sera pas si facile. Nous sommes heureux de faire deux constats. Premièrement, nous pensons que la motion sera adoptée. Nous allons l'accepter avec plaisir, car c'est une fort bonne chose.
Deuxièmement, sans cette belle gang de 32 allumés, elle n'aurait jamais été adoptée, elle n'aurait même jamais existé, et le Québec n'aurait jamais pu à ce point s'y reconnaître. Cette gang a décidé de faire cette proposition à Ottawa. Elle ne voulait pas être accueillie par de l'indifférence et des gestes qui iraient dans le sens contraire ultérieurement. Ce n'est pas une démarche à caractère juridique que nous avons initiée, pas du tout. Ce n'est pas non plus une démarche portant sur l'interprétation, la portée interprétative ou l'« interprétativité ». Non, c'est une démarche politique. C'est cela ou ce n'est pas cela. C'est politique.
Nous mettons un peu ce Parlement dans une position qui le forcera vraisemblablement à prendre acte du fait que le Québec affirme que nous sommes une nation française. J'oserais dire qu'il devra le faire avec une humilité qu'on ne lui a pas si souvent connue.
Ensuite, il y aura des conséquences. On ne peut pas passer sa vie à se cacher derrière un assortiment de juges qu'on a également caché derrière le mur d'une charte faite sur mesure pour aller à l'encontre de la volonté du Québec et de l'Assemblée nationale du Québec. En effet, au-delà de tout cela, il y a l'expression des élus de l'ensemble de la population du Canada et du Québec.
Quand viendra ensuite le temps de poser des gestes, quelqu'un devra faire preuve de cohérence. On ne peut pas reconnaître la nation québécoise française, prendre l'argent des Québécoises et des Québécois et le donner à ceux qui veulent contester la nation québécoise française et se dresser en adversaires de cette dernière. En fait, on peut le faire, et, des incohérences, il y en a eu. Cependant, on va maintenant démasquer les gens qui méritent de l'être.
De la même manière, je me permettrai des mots qui pourraient paraître un peu crus, mais telle n'est pas ma volonté, bien entendu. Le nouveau slogan du gouvernement, avec ses nombreuses pages, s'appelle la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Évidemment, nous ne serons pas appelés à en débattre ici, disons-le. Ce projet de loi n'aboutira pas. C'est comme un deuxième document d'énoncés et d'hypothétiques intentions sous réserve que le gouvernement libéral soit minoritaire. En effet, si jamais il est majoritaire, nous verrons bien quelle en sera la réécriture.
D'abord, nous ne savons pas tous ce que c'est. La présentation commence à l'instant en breffage privé, et nous ne savons pas tout ce qu'il y aura dans l'œuvre de la ministre des Langues officielles. Il y aurait néanmoins la reconnaissance du français comme langue officielle du Québec. Levons-nous en chœur et applaudissons ce nous savons tous depuis 50 ans. Il y aurait aussi, selon des gens mieux informés que moi, un genre de copier-coller de ce que dirait l'hypothétique loi 96 à Québec quant à l'application de la Charte de la langue française aux institutions et aux entreprises de compétence fédérale.
Tout d'abord, ces deux lois diraient la même chose, mais la loi fédérale aurait préséance. Pourquoi? C'est parce que, dans la vraie vie, dans la perspective canadienne et fédérale, le Québec est un État vassal. Si nous ne sommes pas d'accord, c'est moi qui décide: voilà ce qu'est le Canada, même en matière de langue, d'identité, de valeurs et de culture. C'est dire!
On parle ici d'un gouvernement qui ne peut même pas espérer faire adopter les changements à la Loi sur la radiodiffusion, laquelle a été fort heureusement et grandement améliorée grâce aux interventions de mon ami le député de Drummond; d'un gouvernement qui ne parvient même pas à faire adopter sa loi de mise en œuvre du budget, alors qu'il y a probablement quelqu'un en train de magasiner un autobus et deux avions.
C'est quand même ironique de voir vers qui le gouvernement se tourne. On se tourne vers le leader du Bloc québécois pour lui dire qu'on est un peu dans le trouble, qu'on est de bonnes personnes, qu'on a encore beaucoup d'intérêts communs et qu'on va donc travailler pour que cela fonctionne. Que ces gens-là viennent nous dire qu'ils vont décider comment gérer notre langue, nos valeurs, notre identité, notre culture et notre statut de nation, c'est super fin, mais non merci. Nous allons faire cela nous-mêmes.
D'ailleurs, parlons d'échéancier. La ministre des Langues officielles va déposer un projet de loi sur les langues officielles qui aurait, parmi l'œuvre, la volonté de reproduire ce que prescrira éventuellement la loi 96, qui modifie la Charte de la langue française au Québec pour que les institutions et les entreprises fédérales soient assujetties à la Charte de la langue française.
Je suis un bon gars et j'aimerais lui sauver de l'ouvrage. D'abord, avant même que quelqu'un commence à regarder, sur le plan purement législatif, ce qu'il y a là-dedans pour vrai, la session parlementaire de la Chambre des communes sera assurément finie Il y a des mosus de bonnes chances que la législature le soit aussi. Cela n’arrivera donc pas dans un avenir prévisible. Ne retenons pas notre souffle.
Toutefois, dans l'intervalle, deux choses se passeront. D'une part, vraisemblablement cet automne, l'Assemblée nationale du Québec votera ce que sera devenu, selon la volonté des seuls élus de l'Assemblée nationale du Québec, la loi 96, et la Charte de la langue française s'appliquera désormais aux institutions et aux entreprises qui relèvent du fédéral. Cela a l'air un peu loin, l'automne. Nous allons donc y aller plus vite que cela.
Demain, le projet de loi déposé par mon estimée collègue de Beauport—Limoilou, qui assujettirait les institutions et entreprises de compétence fédérale à la Charte de la langue française au Québec, sera soumis au vote à la Chambre des communes. Nous allons économiser beaucoup de temps, nous épargner une tonne de doubles faces et voter ce projet de loi demain. Ce sera fait. Nous pourrons dire merci, au revoir. Ce sera réglé et nous pourrons passer à un autre appel.
Demain, la Chambre aura l'occasion de faire avancer un projet de loi qui assujettirait les institutions et entreprises de compétence fédérale à la Charte de la langue française, comme le veut l'Assemblée nationale du Québec. N'est-ce pas merveilleux?
Pourquoi ne pas saisir à bras-le-corps cette occasion qui, dois-je l'avouer, viendrait avec un inconvénient, celui de nous couper l'herbe sous le pied pour faire du capital politique d'ici aux élections? C'est un peu dommage, mais je pense que cela ne devrait pas être la priorité.
Par ailleurs, il est important de dire qu'avant qu'on ne parle français en Nouvelle‑France, anglais sur les côtes américaines ou espagnol dans les îles du Sud ou en Louisiane, il y avait, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, des dizaines et des dizaines de nations, chacune d'entre elles n'étant pas moins une nation que les nôtres. Elles ont leur histoire, leur langue et leur culture. Il faut toujours le mentionner. Nous voulions modifier la motion en ce sens, et des députés d'autres formations nous l'ont suggéré, mais on ne voulait ni ne pouvait pas le faire.
Lorsque nous faisons nos grands débats qui, disons-le, opposent le français à l'anglais, nous avons tendance à ne pas toujours le mentionner, mais nous devons toujours réserver aux langues autochtones — je ne veux pas dire un statut particulier, parce que ce terme est galvaudé tellement nous voyons au travers — un respect factuel, institutionnel et amical qui les met à l'abri de tous nos débats qui, dans la perspective de ces grandes cultures, sont arrivés sur leur continent hier matin à peine.
Avant de terminer, je voudrais inviter la ministre à consacrer la Loi sur les langues officielles à ce à quoi elle peut être utile. On pourrait en déduire que je prétends qu'elle s'attaque à des choses inutiles, et ma foi, c'est vrai. Le Québec n'a pas besoin de qui que ce soit, à quelque moment que ce soit, pour venir lui dire comment promouvoir et protéger sa langue, sa culture, ses arts, son identité et ses valeurs. Il a dangereusement besoin que ceux qui ne sont pas concernés se mêlent de leurs affaires et non pas de nos affaires.
Au contraire, ces ressources devraient être investies de bon gré, de bon cœur et généreusement pour appuyer les communautés francophones hors Québec et les communautés acadiennes qui, elles, en ont grandement besoin. On viendra nous dire, bien sûr, et je le dis en toute amitié, que les anglophones du Québec ont aussi grandement besoin d'être protégés. J'avoue que je ne me lève pas le matin en m'inquiétant pour la pérennité de la langue anglaise au Québec. Je crois que cela va assez bien, et j'en suis fort aise. Le jour où le Canada traitera ses minorités françaises et acadiennes aussi bien, aussi généreusement et aussi affectueusement que le Québec l'a fait historiquement, le débat sera tout autre. Dieu sait qu'on n'en est pas là.
Quoi que les Québécois choisissent de faire de leur nation, de leur État, de leur langue, de leur culture, de leurs valeurs et de leur histoire, cette nation sera résolument française. Je le dis à la fois amicalement et un petit peu comme un avertissement: personne ne se dressera sur le chemin du Québec. Personne n'y arrivera. La résilience joyeuse, dynamique, festive, colorée, gourmande et chantante des Québécois est irrépressible. Aujourd'hui — l'histoire en jugera — sera un jalon qui protégera cette nation un jour appelée de nouveau, le plus vite possible, à prendre en main l'entièreté de sa destinée.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-06-15 10:35 [p.8431]
Madam Speaker, I listened very closely to what the leader of the Bloc had to say and I really believe that he underestimates or undervalues the passion that people have for Quebec. I am thinking in particular of the Prairies, where many people, including me, have a very strong love for the province. We want Quebec to retain its heritage. The French language is a beautiful language.
I am wondering if the member could provide his thoughts in regard to the hundreds of thousands of Canadians who have a passion for the province of Quebec and who want Quebec to retain French as its common language.
Madame la Présidente, j'ai écouté très attentivement ce que le chef du Bloc avait à dire et je crois vraiment qu'il sous-estime la passion que les gens ont pour le Québec. Je pense en particulier aux Prairies, où il y a beaucoup de gens, moi y compris, qui aiment énormément la province de Québec. Nous voulons que le Québec conserve son patrimoine. La langue française est une belle langue.
Le député pourrait-il nous dire ce qu'il pense des centaines de milliers de Canadiens qui aiment profondément la province de Québec et qui souhaitent que la langue commune au Québec reste le français?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, who could forget the extraordinary outpouring of deep love from Canada just before the 1995 referendum, when tens of thousands of Canadians violated all the rules of democracy? It was a scam of historic proportions, during which the streets of Quebec were inundated with Canadian flags and declarations of love that vanished just as quickly as they had appeared. I for one have not forgotten.
I invite the member to pose his question about love for the French language out west, to the Métis.
Madame la Présidente, comment ne pas se souvenir de l'extraordinaire manifestation d'amour profond du Canada, tout juste avant le référendum de 1995, alors que des dizaines et des dizaines de milliers de Canadiens sont allés à l'encontre de toutes les règles démocratiques? Il s'agissait d'une tricherie historique au cours de laquelle les rues du Québec ont été envahies par le drapeau canadien et une déclaration d'un amour aussitôt éteint. Oui, je m'en souviens.
J'invite le député à poser sa question sur l'amour du français dans l'Ouest aux Métis.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank the leader of the Bloc Québécois for his speech and his motion.
We are talking about a motion to recognize that Quebec has the jurisdiction to amend its section of the Constitution to state that Quebeckers form a nation, which is recognized by the House of Commons and by the NDP in its platform, and that French is the only official language of Quebec. As my colleague pointed out, this has been the case since 1974, when Robert Bourassa was premier. These are all indisputable facts. In addition, this motion is non-binding.
What is the point of tabling a motion on something that everyone agrees on?
Madame la Présidente, je remercie le chef du Bloc québécois de son discours et de sa motion.
Nous parlons d'une motion visant à reconnaître que le Québec a la compétence de modifier sa section de la Constitution, d'inscrire que les Québécois forment une nation, ce que reconnaissent la Chambre des communes et le NPD, au moyen de son programme, et que le français est la seule langue officielle du Québec. Comme mon collègue l'a souligné, c'est le cas depuis 1974, alors que le gouvernement de Robert Bourassa était au pouvoir. Ce sont tous des faits incontestables. De plus, il s'agit d'une motion non contraignante.
Quel est l'objectif de déposer une motion sur laquelle tout le monde s'entend?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am a little excited. I presume that, from now on, everyone in the House will agree when the Bloc Québécois puts forth proposals asserting Quebec's exclusive jurisdiction, not only in the areas of language, culture, art and who we are, but in everything concerning the Quebec nation, including certain exclusive jurisdictions.
Take pharmacare or dental care, which there is somewhat of a tendency to want to centralize. In this context, not all NDP members read the Sherbrooke declaration closely. Still, we will let bygones be bygones. We will see what happens in future votes.
Madame la Présidente, j'ai une petite émotion. Je conclus que, désormais, à la Chambre, tout le monde s'entendra lorsque le Bloc québécois mettra en avant des propositions visant à affirmer la compétence exclusive du Québec, non seulement en matière de langue, de culture, d'art et de ce que nous sommes, mais bien de tout ce qui porte ou est porté par la nation québécoise, dont certaines compétences exclusives.
Prenons l'exemple de l'assurance‑médicaments ou des soins dentaires, entre autres, pour lesquels il y a une petite volonté centralisatrice. Dans ce contexte, la Déclaration de Sherbrooke n'a pas été bien lue par tous les députés du NPD. Or, à tout péché miséricorde, on regardera les votes futurs.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-15 10:39 [p.8431]
Madam Speaker, I would like to thank the leader of the Bloc Québécois.
I would also like to congratulate the Bloc on its anniversary. I had the honour of working with Lucien Bouchard when he was the federal environment minister. In my opinion, he is still the best environment minister Canada ever had.
I would like to say that the Green Party totally agrees with the need to protect the French language and Quebec culture for Quebeckers and for everyone across Canada who benefits from that extraordinary culture.
However, I have a problem. I studied law and constitutional law when I was younger, so I understand the Canadian Constitution. I do not see any problems with the aim of Bill 96, but if any other members of the House have any articles by experts, I would appreciate it if they could share them with us, because I cannot get any further in my research. I think that it is ultra vires of the province to make a change to the Canadian Constitution.
In my opinion, it is a—
Madame la Présidente, je remercie le chef du Bloc québécois.
J'adresse mes félicitations aux bloquistes à l'occasion de l'anniversaire du Bloc québécois. J'ai eu le grand honneur de travailler avec M. Lucien Bouchard alors qu'il était le ministre canadien de l'Environnement. À mon avis, il reste le ministre de l'Environnement le plus fort de toute l'histoire du Canada.
Je tiens à dire que le Parti vert est absolument d'accord sur la priorité de protéger la langue française et la culture québécoise pour les Québécois et les Québécoises et pour nous, partout au Canada, qui profitons de cette culture extraordinaire.
Cependant, j'ai un problème. J'ai étudié les lois et les lois constitutionnelles quand j'étais plus jeune. Je comprends donc bien la Constitution du Canada. Je ne vois aucun problème en lien avec l'objectif du projet de loi no 96. Cependant, j'aimerais aujourd'hui inviter tous les autres députés à nous faire part des articles d'experts, parce que, présentement, je n'avance plus dans mes recherches. Je pense que c'est ultra vires que cette province apporte un changement à la Constitution du Canada.
C'est, pour moi, un...
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, debate is a healthy exercise in politics. Reflection is also a healthy exercise.
Let us say that more than 330 out of 338 members of Parliament agree on a motion; I think it is fairly safe to assume that when it is 30:1, it is not the 29 who are wrong.
Out of respect and the affection that everyone is so keen to express toward the Quebec nation, I invite the hon. member to reconsider and to acknowledge that French is in a unique position in Quebec, but it goes far beyond that. It is a question of recognizing a nation; despite the fact that it was conquered, it remains, resolutely and obstinately—and Lord knows we are obstinate—a nation.
Mr. Bouchard was without a doubt a great environment minister. In our 30-year or 60-year history, we had René Lévesque, Jacques Parizeau, Pauline Marois, Bernard Landry and many other great politicians. We also had Gilles Duceppe, my friend and predecessor. It is true that Lucien Bouchard was a great environment minister but, more than that, he was a great sovereignist leader.
Madame la Présidente, en politique, le débat est un exercice sain. La réflexion est aussi un exercice sain.
Lorsque l'on constate que sur 338 députés du Parlement, plus de 330 sont d'accord sur une motion, on peut supposer que dans le 30‑1, ce ne sont peut‑être pas les 29 qui ont tort.
J'invite, par respect et par affection que tout le monde a tellement envie d'exprimer pour la nation québécoise, la députée à reconsidérer et à reconnaître que le français est dans une position singulière au Québec, mais que cela va bien au‑delà de cela. Il s'agit de la reconnaissance d'une nation; eût‑elle été conquise, elle est restée, malgré tout, résolument et avec obstination — Dieu sait que nous sommes obstinés —, une nation.
M. Bouchard fut assurément un grand ministre de l'Environnement. Au cours de cette marche de 30 ou de 60 ans, il y a eu René Lévesque, Jacques Parizeau, Pauline Marois, Bernard Landry et plusieurs autres grands politiciens. Il y a aussi eu Gilles Duceppe, mon prédécesseur et ami. C'est vrai que Lucien Bouchard a été un grand ministre de l'Environnement, mais il a surtout été un grand leader indépendantiste.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his speech.
Does the leader of the Bloc believe that the ability to amend the Constitution affects all provinces or just Quebec?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Le chef du Bloc croit-il que la possibilité de modifier la Constitution concerne toutes les provinces ou seulement le Québec?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I wish everyone the same happiness I wish for us.
I think that, in theory, beyond the intricacies of the Charlottetown accord, had the exercise been more sincere and taken more seriously, we would have had a confederation of autonomous territories and, unlike what we see every day now, the provinces would not be creatures of Ottawa, but the other way round. That would have required going against the grain and showing a bit of humility, but, as a result, every person, every community, every people and, especially, every nation claiming the right to self-determination—this includes francophone communities outside Quebec and the Acadian nation, which I love—will always have my personal support, as well as that of the Bloc Québécois.
Madame la Présidente, je souhaite à tous et toutes le bonheur que je nous souhaite à nous-mêmes.
Je pense qu'en théorie, au-delà des arcanes de l'accord de Charlottetown, si l'exercice eût été sincère et sérieux, en effet, c'eût été une confédération de territoires ayant préservé leur autonomie et, contrairement à ce qu'on observe tous les jours, les provinces ne seraient pas des créatures d'Ottawa, mais bien le contraire. Il y aurait là une injection d'humilité contre nature, mais il n'empêche que, conséquemment, tous les gens, toutes les communautés, toutes les populations et, surtout, toutes les nations qui revendiquent des attributs et qui iront jusqu'au droit à l'autodétermination — cela inclut les communautés francophones hors Québec et la nation acadienne, que j'adore — auront toujours mon appui personnel et celui du Bloc québécois.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 10:44 [p.8432]
Madam Speaker, at one point or another, we have all seen unflattering and unhelpful remarks in social media, but there is something we, and especially my colleagues in the Bloc Québécois, see a lot. It is called Quebec bashing. In fact, it is a national sport for some, which consists in knocking Quebec indiscriminately.
I would like to thank my leader for his speech. It was inspirational as always.
Does he think that the fact that the House of Commons recognizes Quebec as a nation whose common and only official language is French could help educate and influence Canadians in the right direction, which would make relations between our two nations even more pleasant and cordial?
Madame la Présidente, à un moment ou à un autre, nous avons tous été témoins de propos qui n'ont pas été nécessairement toujours flatteurs et édifiants sur les médias sociaux, mais il y a un phénomène qu'on voit beaucoup, particulièrement les députés du Bloc québécois, et qu'on appelle le Quebec bashing. En fait, c'est un sport national, pour certains, qui consiste simplement à taper sur le Québec à tort et à travers.
Je félicite mon chef pour son discours toujours inspirant.
A-t-il l'impression que le fait que la Chambre des communes reconnaisse le Québec comme une nation dont la langue commune et la seule langue officielle est le français pourrait contribuer à une espèce d'éducation positive et à une influence positive sur l'ensemble des citoyens canadiens, ce qui pourrait avoir pour effet parallèle de rendre encore plus agréables et plus cordiales les relations entre nos deux nations?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, a little earlier, I mentioned two young francophones who were speaking English to each other on the corner of Peel and St. Catherine. I dream of two young people from anywhere in the world meeting on a street corner in Rimouski and greeting each other in French.
When this happens, when it becomes normal and an everyday occurrence, when Quebec is fully accepted for what it is, we will be a wonderful neighbour to Canada, and we will do so much together, more than with anyone else. Social media will no longer have a reason to bash us.
Madame la Présidente, un peu plus tôt, je parlais de deux jeunes francophones qui s'interpellent en anglais au coin de Peel et Sainte‑Catherine. Je rêve de deux jeunes, arrivant de n'importe où dans le monde, qui se croiseront au coin de deux rues à Rimouski et qui se salueront en français.
Quand cela va se produire, se normaliser et faire partie de notre quotidien, quand on acceptera pleinement le Québec pour ce qu'il est, il sera un merveilleux voisin pour son voisin canadien, et nous ferons tellement de choses ensemble, plus qu'avec quiconque d'autre. Les réseaux sociaux n'auront alors plus de raison de s'enflammer contre nous.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-15 10:45 [p.8432]
Madam Speaker, I would like to start by saying that I will be sharing my time with the hon. member for Mont‑Royal.
I am very pleased to be participating in today's debate. It is in a way the continuation of a debate held in the House in 2006 when I was a young member of Parliament. Well, at least I was a little younger than I am now, and my hair was not quite so white. It was an important debate for me because we were preparing to vote in favour of recognizing the Quebec nation. Obviously, I voted in favour of the motion because, in my opinion, it is a simple fact.
We had had an extremely interesting debate, and I remember very clearly that the vast majority of the members present voted in favour of the motion recognizing that Quebeckers form a nation within a united Canada.
My former colleague Stéphane Dion aptly summarized the conclusion of the debate. He said, “we all agree on what is basic in this, which is, for those who are Quebeckers, that we are proud to be Quebeckers and Canadians, and that other Canadians are proud to have Quebec as part of their country.” As a result, the debate in the House of Commons on the recognition that Quebeckers form a nation within a united Canada was held and settled in 2006.
The Bloc Québécois may not like what I am about to say, because they would prefer an argument. We clearly recognize that French is the official language of Quebec. I will say it again: French is the official language of Quebec. We also recognize the key role that Bill 101, or the Charter of the French Language, has played in preserving and strengthening the French language in Quebec. I have always supported Bill 101. Since we wish to modernize the Official Languages Act, we understand and respect the Quebec government's desire to do the same with the Charter of the French Language.
With respect to Quebec's desire to enshrine this symbolic recognition in the province's constitution, I think I can safely say that Quebec has a certain amount of leeway that allows it to make changes, provided it is clearly stated that the suggested amendments cannot directly or indirectly modify the scope of the provisions of the Canadian Constitution. We all agree on that.
In other words, it must be stated that the Quebec government's bill does not erode other laws that protect the language rights of the English-speaking community in Quebec. Obviously, there will be several debates in Quebec's National Assembly and throughout Quebec on this very important topic. I will follow these debates with a great deal of interest.
Although it is true that symbols are important, it is also true that actions are even more important. Actions speak louder than words. The government has signalled its intention to take action to counter the decline of French across the country. In fact, our ambitions are not limited to countering the decline of French. We want to take action to encourage people to learn and use French and to foster the development of francophone communities across the country.
In the throne speech and budget 2021, we clearly stated that we are responsible for protecting and promoting the French language, not only outside Quebec, but in Quebec as well, while continuing to fully respect the rights of the English-speaking minority.
The reason I am talking about the need to protect French in Quebec is that French is in decline even in Quebec, especially in the greater Montreal area. That decline can sometimes be seen in the way people are greeted in shops and restaurants. It can be seen on some signs and heard on the street and on the radio. It can be seen in the statistics on the decline of French and rise of English, particularly in both public- and private-sector workplaces.
As a Quebecker and a Canadian, I am very concerned about the decline of French, and so is the government. I know that the Prime Minister and the Minister of Official Languages are especially concerned. Every member of the House who wants to protect a fundamental trait of our country, namely the existence of two official languages, should be concerned. Allow me to make it clear that the federal government wants to protect and promote French.
That desire to act on all fronts is written in black and white in the bill that my colleague, the Minister of Official Languages, tabled in the House. The federal government will protect French by taking action in federally regulated sectors, which include banks and communications and transportation companies. All federally regulated employers, of which there are about 18,000, will have linguistic obligations, not only in Quebec, but also in regions with a strong francophone presence outside Quebec.
Drawing inspiration from the Charter of the French Language, we will pass laws on the right to be served and to work in French in federally regulated private businesses in Quebec and in regions with a strong francophone presence across Canada. That is a significant step. We will be creating language-of-work and language-of-service rights that will foster the use of French in Quebec and across Canada. We are doing this because we recognize that we need to do more to support French and to achieve real equality between the two official languages.
To quote Aristotle, “The worst form of inequality is to try to make unequal things equal.” Facts are facts, and the fact is that French is not equal to English in our country and even less so in North America. As noted in the throne speech, Canada's approximately eight million francophones are surrounded by an ocean of more than 360 million primarily anglophone inhabitants of North America. As such, it is our responsibility to take action in areas within our purview to protect that minority and ourselves.
I want to stress that the reform we are proposing would in no way curtail the rights of Quebec's anglophone minority. I do not think the Bloc Québécois or anyone else wants that. However, we do know that if the French language is to continue to thrive in Quebec—and this is even more so the case outside Quebec—precise, vigorous and ambitious measures must be instituted immediately. That is what we will do, and we will also be working on a number of fronts. For instance, we will lean on cultural institutions such as Telefilm Canada, the National Film Board of Canada, and CBC/Radio-Canada, requiring them to support French-language content.
We will adopt measures to promote francophone immigration to try to counter the very worrisome trend of declining francophone demographics in the country. We will increase French-language learning opportunities for all Canadians. We will make it official policy to appoint bilingual justices to the Supreme Court of Canada, a move the Conservatives oppose, for some reason. We will strengthen some of the powers of the Commissioner of Official Languages, and much more.
The reason I mentioned jurisdiction earlier is that, as the Liberal party's Quebec's lieutenant, it is fundamental to me. Jurisdictions must be respected and that is why, whether it is the right to work in French in federally regulated businesses or the right to be informed and served in French by those same businesses, we are clearly acting within our jurisdictions. Not only are we acting clearly, but we will act clearly in our areas of jurisdiction.
At the same time, this measure we have included in our bill to modernize the Official Languages Act affords us a prime opportunity to work closely with the Quebec government. If we want the new federal system to coexist with the French-language requirements, we need to work together and we want to. That is what underpins what we are doing and that is what is written into the bill. That is also the spirit of the bill, this willingness to work with Quebec to strengthen and promote French, the language that I cherish, that we cherish and that is so beautiful. We must do more to protect it, to share it and to strengthen it.
Madame la Présidente, je veux d'abord vous informer que je partagerai mon temps de parole avec le député de Mont‑Royal.
D'entrée de jeu, j'aimerais dire que je suis très content de participer au débat d'aujourd'hui. Pour moi, il s'agit en quelque sorte de la continuité d'un débat qui s'est tenu à la Chambre en 2006, alors que j'étais un jeune député. À tout le moins, j'étais un peu plus jeune qu'aujourd'hui et j'avais un peu moins de cheveux blancs. C'était un moment important pour moi, car nous nous apprêtions à voter en faveur de la reconnaissance de la nation québécoise. J'ai évidemment voté en faveur de cette reconnaissance, car, pour moi, c'est un fait, point à la ligne.
Nous avons eu un débat extrêmement intéressant, et je me souviens très bien du fait que la très grande majorité des députés présents avaient voté en faveur de la motion reconnaissant que les Québécois et les Québécoises formaient une nation au sein d'un Canada uni.
Mon ancien collègue, Stéphane Dion, a tenu des propos qui résumaient bien la conclusion du débat. Il a dit: « [...] nous sommes tous d'accord sur ce qui importe avant tout, c'est-à-dire que les Québécois sont fiers d'être Québécois et Canadiens à la fois et que les autres Canadiens sont fiers d'avoir le Québec à l'intérieur du Canada ». Par conséquent, le débat de la Chambre des communes sur la reconnaissance que les Québécoises et les Québécois forment une nation dans un Canada uni a eu lieu et a été réglé en 2006.
Le Bloc québécois n'aimera peut-être pas ce que je dirai, car il préférerait une petite chicane. Or nous reconnaissons clairement que le français est la langue officielle du Québec. Je le répète, le français est la langue officielle du Québec. Nous reconnaissons également le rôle essentiel que la loi 101, soit la Charte de la langue française, a joué dans la préservation et le renforcement du français au Québec. J'ai toujours appuyé la loi 101. Comme nous voulons légiférer pour moderniser la Loi sur les langues officielles, nous comprenons et respectons la volonté du gouvernement du Québec de faire de même avec la Charte de langue française.
En ce qui a trait à la volonté exprimée par le Québec d'inscrire cette reconnaissance symbolique dans la constitution de la province, je ne crois pas me tromper en disant que le Québec dispose d'une certaine latitude lui permettant d'apporter des changements, pourvu qu'il soit clairement établi que les amendements suggérés ne peuvent modifier ni directement ni indirectement la portée des dispositions de la Constitution du Canada. Nous nous entendons tous sur cela.
En d'autres termes, il doit être précisé que le projet de loi du gouvernement du Québec ne vient pas éroder d'autres lois qui protègent les droits linguistiques de la communauté d'expression anglaise au Québec. Évidemment, plusieurs débats auront lieu à l'Assemblée nationale du Québec ou partout au Québec sur ce sujet qui est d'une grande importance. Je suivrai ces débats avec beaucoup d'intérêt.
S'il est vrai que les symboles sont importants, il n'en demeure pas moins que les actes le sont encore plus. Ils sont plus éloquents que les paroles. Le gouvernement a signalé son intention d'agir pour contrer le recul du français partout au pays. En fait, nous ne voulons pas seulement agir pour contrer le recul du français, nous sommes beaucoup plus ambitieux que cela; nous voulons agir pour favoriser l'apprentissage et l'usage du français ainsi que l'épanouissement des communautés francophones, et ce, à la grandeur du pays.
Dans le discours du Trône et dans le budget de 2021, nous avons énoncé très clairement que nous avions la responsabilité de protéger et de promouvoir la langue française, non seulement à l'extérieur du Québec, mais également au Québec, et ce, en respectant entièrement les droits de sa minorité d'expression anglaise.
Si je parle de la nécessité de protéger le français au Québec, c'est parce que, même au Québec, et plus particulièrement dans la grande région de Montréal, on observe un recul du français, lequel se manifeste parfois dans la manière dont on est accueilli dans un commerce ou un restaurant. Ce recul s'observe parfois dans l'affichage, et on peut l'entendre dans la rue ou à la radio. On constate ce recul lorsque des statistiques sont dévoilées sur le déclin de l'usage du français au détriment de l'anglais, notamment dans les milieux de travail, autant dans le secteur privé que public.
En tant que Québécois et Canadien, je suis très préoccupé par ces données sur le recul du français, et le gouvernement l'est également. Je sais que ces données préoccupent particulièrement le premier ministre et la ministre responsable des langues officielles. Ces données devraient préoccuper tous les députés qui siègent à la Chambre et qui veulent protéger l'une des caractéristiques fondamentales de notre pays, soit l'existence des deux langues officielles. Je vais me permettre d'être clair ce qui a trait à la volonté du gouvernement fédéral de protéger et de promouvoir le français.
Cette volonté d'agir sur tous les fronts est inscrite noir sur blanc dans le projet de loi que ma collègue responsable des langues officielles a déposé à la Chambre. Le gouvernement fédéral va protéger le français en agissant dans des secteurs d'activité qui relèvent de ses propres champs de compétence, notamment les banques, les entreprises de communication et les compagnies de transport. Tous les employeurs de compétence fédérale — il y en a à peu près 18 000 — vont avoir des obligations linguistiques, non seulement au Québec, mais aussi dans des régions à forte présence francophone à l'extérieur de la province.
En nous inspirant de la Charte de la langue française, nous allons légiférer sur le droit d'être servi et le droit de travailler en français dans des entreprises privées de compétence fédérale au Québec et dans des régions à forte présence francophone au pays. Ce n'est pas banal: nous allons créer des droits en matière de langue de travail et de langue de service qui vont favoriser l'utilisation du français au Québec et partout ailleurs au pays. Nous allons agir ainsi parce que nous reconnaissons la nécessité d'en faire plus pour le français et pour parvenir à une égalité réelle entre les deux langues officielles.
Je vais citer Aristote: « La plus grande injustice est de traiter également les choses inégales. » Dans les faits — et les faits sont têtus —, le français n'est pas sur un pied d'égalité avec l'anglais dans notre pays et encore moins sur le continent nord-américain. Comme le discours du Trône le signalait, il y a à peu près 8 millions de francophones au Canada, dans un océan de plus de 360 millions d'habitants principalement anglophones en Amérique du Nord. Nous avons donc la responsabilité d'agir dans nos champs de compétence pour protéger cette minorité et pour nous protéger.
Je tiens à souligner que la réforme que nous proposons ne signifie nullement que nous allons réduire les droits de la minorité anglophone au Québec. Je pense que personne ne voudrait cela, ni le Bloc québécois, ni qui que ce soit. Cependant, nous reconnaissons que le maintien de l'épanouissement de la langue française au Québec — et encore plus à l'extérieur du Québec — nécessite de prendre des mesures qui sont précises, fermes et ambitieuses dès maintenant. Nous allons le faire et nous allons aussi travailler sur plusieurs fronts. Nous allons notamment valoriser le rôle d'institutions culturelles comme Téléfilm Canada, l'Office national du film du Canada et Radio‑Canada pour qu'elles soient obligées de soutenir le contenu en français.
Nous allons adopter des mesures favorisant l'immigration francophone pour tenter de contrer la tendance très préoccupante du déclin du poids démographique des francophones au pays. Nous allons multiplier les occasions d'apprentissage du français pour tous les Canadiens. Nous allons ériger en politique officielle la nomination de juges bilingues à la Cour suprême du Canada, ce à quoi s'opposent les conservateurs, je ne sais pourquoi. Nous allons renforcer certains des pouvoirs du commissaire aux langues officielles, et bien plus.
Si j'ai parlé tantôt de champs de compétence, c'est que, en tant que lieutenant du Québec au Parti libéral, c'est quelque chose de fondamental pour moi. Il faut respecter ces champs de compétence et c'est pourquoi, qu'il s'agisse du droit de travailler en français dans les entreprises de compétence fédérale ou du droit d'être informé et servi en français par ces mêmes entreprises, nous agissons clairement dans nos champs de compétence. Non seulement nous agissons clairement, mais nous agirons clairement dans nos champs de compétence.
En parallèle, cette mesure que nous avons inscrite dans notre projet de loi sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles nous offre une occasion privilégiée de collaborer étroitement avec le gouvernement du Québec. Pour faire coexister le nouveau régime fédéral et les exigences de la langue française, il faut collaborer et nous le voulons. C'est ce qui sous-tend ce que nous faisons et c'est ce qui est inscrit dans le projet de loi. C'est aussi l'esprit du projet de loi, cette volonté de collaborer avec Québec pour renforcer et promouvoir le français, cette langue que je chéris, que l'on chérit et qui est si belle. Nous devons faire plus pour la protéger, la partager et la renforcer.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-15 10:55 [p.8434]
Madam Speaker, one evening during this parliamentary session when the report on the decline of French in Quebec was published, I thought I heard members saying how much they loved French. I get the same impression from the speech that the Leader of the Government in the House of Commons just gave.
In Quebec, we cherish and cultivate French. It is something that we are proud of because it is a key component of living together. Why is the federal government giving this so much attention and taking so many precautions rather than letting us govern our French language with our charter? Why did the federal government contribute to the decline of this beautiful common language in Quebec—
Madame la Présidente, un soir au cours de cette session parlementaire, quand le rapport sur le déclin du français au Québec a été publié, j'ai eu l'impression d'entendre des déclarations d'amour pour le français. Le discours que vient de prononcer le leader du gouvernement à la Chambre me donne la même impression.
Au Québec, on chérit le français, on le nourrit et c'est quelque chose dont on est fier parce que cela fait partie du vivre-ensemble. Pourquoi le gouvernement fédéral fait-il montre d'autant d'attentions et de précautions au lieu de nous laisser diriger notre langue française avec notre Charte? Pourquoi a-t-il contribué à faire reculer au Québec cette belle langue commune en...
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-15 10:56 [p.8434]
Madam Speaker, from the outset, I want to say that the Bloc Québécois does not have a monopoly on loving Quebec and the French language.
French is in my blood. It is in my veins. It is something essential for me and for the government.
With regard to the right to work or be served in French, we are going to take action in areas under our own jurisdiction. Limiting the debate on strengthening French to that means limiting the scope of the debate. We need to invest in our culture, in French-speaking immigration and so on. The government is going to do that.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je dirais que le Bloc québécois n'a pas le monopole de l'amour du Québec et du français.
Le français, je l'ai dans les tripes, je l'ai dans les veines. C'est quelque chose d'essentiel pour moi et pour le gouvernement également.
En ce qui concerne le droit de travailler en français ou d'être servi en français, nous allons agir dans nos propres champs de compétence. Limiter à cela le débat sur le renforcement du français, c'est rétrécir l'étendue du débat. Il faut investir dans notre culture, il faut investir dans l'immigration en français et ainsi de suite. Le gouvernement va le faire.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I always enjoy listening to the speeches of my colleague, the Leader of the Government in the House of Commons.
I must say that there is a huge contradiction between his words and the government's lack of action. The government waited six years before finally introducing—and it had to be pushed—a modernization of the Official Languages Act. I could tell him that we have seen the impact of underfunding francophone programs and institutions here, in British Columbia, as elsewhere in Canada. There were also Liberal members who disputed the fact that French was being threatened.
I understood my colleague's speech, and it was a good one.
When will the government finally admit that French is threatened and start funding francophone institutions and take steps to put its fine words into action?
Madame la Présidente, j'aime toujours écouter les discours de mon collègue le leader du gouvernement à la Chambre.
Il faut dire qu'il y a une contradiction énorme entre ses paroles et le manque d'action du gouvernement. Le gouvernement a attendu six ans avant de présenter enfin — et il a fallu le pousser —, une modernisation sur la Loi sur les langues officielles. Je pourrais lui dire que, ici, on a vu les conséquences du sous-financement des programmes et des institutions francophones en Colombie-Britannique comme ailleurs au Canada. Il y a aussi eu des députés libéraux qui ont mis en doute le fait que le français soit menacé.
J'ai bien compris le discours de mon collègue et c'était un bon discours.
Quand le gouvernement va-t-il enfin admettre que le français est menacé et commencer à financer les institutions francophones et passer à l'action pour concrétiser ses belles paroles?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-15 10:58 [p.8434]
Madam Speaker, I thank my colleague.
Note the exceptional quality of his French. It is not only the quality of his French, but also the fact that he uses it all the time. As a result of that, we have meetings of House leaders in French. I think that is historic. When we—the representatives of the four parties—meet and discuss, it is in French. I do not think this has ever been done so regularly in French. It is thanks to my colleague's efforts and his love for French.
I will answer his question. I mentioned it earlier, and we said it in the Speech from the Throne, that we had to work on French, not just in Quebec, but across Canada. We have introduced a bill that includes very strong measures to strengthen and promote French throughout Canada, and we are investing massively in both official languages.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue.
Il faut remarquer la qualité exceptionnelle de son français. Il s'agit non seulement de la qualité de son français, mais aussi du fait qu'il l'utilise tout le temps. Grâce à cela, nous avons des rencontres des leaders à la Chambre en français. Je pense que c'est historique. Lorsque nous nous rencontrons, les représentants des quatre partis, et que nous discutons, cela se fait en français. Je ne pense pas que, dans l'histoire, cela se soit fait si régulièrement en français. C'est grâce aux efforts de mon collègue et de son amour pour le français.
Je vais répondre à sa question. Je l'ai mentionné tantôt et nous l'avons dit dans le discours du Trône qu'il fallait travailler sur le français, non pas uniquement au Québec, mais partout au Canada. Nous avons déposé un projet de loi qui prévoit des mesures très fermes pour renforcer et promouvoir le français dans tout le Canada, et nous investissons de façon massive pour les deux langues officielles.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 10:59 [p.8434]
Madam Speaker, I thank the Leader of the Government in the House of Commons for his speech.
I noticed that he spoke of the importance of taking action instead of just talking. That is actually one of our biggest criticisms about the current government. It is important to protect francophone culture. I know that many members of the House really care about the French language. They have often demonstrated it. What I am wondering is whether the government genuinely wants to take action on it.
It seems to me the government is always in reaction mode. When Quebec introduces a bill to protect the French language, the government hurries to introduce one of its own. I would like the government leader to reassure me that the Liberals genuinely intend on moving forward with protecting the French language.
Madame la Présidente, je remercie le leader du gouvernement à la Chambre de son discours.
J'ai remarqué dans son discours qu'il a parlé de l'importance d'agir et de ne pas seulement parler. Pourtant, c'est une chose qu'on reproche beaucoup au gouvernement actuel. Protéger la culture francophone, c'est important. Je sais qu'un grand nombre de députés à la Chambre ont vraiment la langue française à cœur. C'est démontré de façon régulière. Ce sur quoi je me questionne, c'est sur la volonté réelle du gouvernement d'agir dans ce sens.
J'ai l'impression que le gouvernement agit toujours en réaction. Québec dépose un projet de loi pour protéger le français, et le gouvernement se dépêche de proposer une loi de son côté. J'aimerais me faire rassurer par le leader du gouvernement sur l'intention réelle des libéraux d'aller de l'avant en ce qui concerne la protection du français.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2021-06-15 11:00 [p.8434]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
Our intention is sincere. It is sincere and stems from our desire to strengthen both official languages and to protect French, not only outside Quebec, but also within it. The French language is declining in Quebec, especially in Montreal. I mentioned this earlier.
That is why we are going to collaborate with every party that is willing to work in the House to strengthen the French language with the Government of Quebec. It will all be done in a sincere and tangible way.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Cette intention est sincère. Elle est sincère et elle est ancrée dans notre volonté de renforcer les deux langues officielles et de protéger le français, non pas uniquement à l'extérieur du Québec, mais également au Québec. Le français est en recul chez nous, en particulier à Montréal. Je l'ai mentionné tantôt.
Nous allons donc collaborer avec tous les partis qui veulent travailler à la Chambre pour renforcer le français avec le gouvernement du Québec. Le tout se fait de façon sincère et concrète.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2021-06-15 11:00 [p.8434]
Madam Speaker, this is one of the most important speeches that I have given in this virtual chamber. I want to clarify for the people in my riding and across Canada what this motion means, and even more importantly what it does not mean. I also want to contribute my views to the public record so that they can be examined by any court that may, in the future, be called upon to consider the significance of this motion.
First, I want to clarify that if this motion is adopted, it does not constitute an agreement by this House to a constitutional amendment. Amending Canada's framework document would require a proper bill, extensive public consultation, committee study and hearings, legal analysis and extensive debate in this House and across the country. I would never support any constitutional amendment that did not follow this process.
Second, what does this motion do?
It asks the House to recognize that section 45 of the Constitution Act, 1982, allows Quebec and the other provinces to unilaterally amend their respective constitutions. What the motion does not say is that section 45 is subject to section 41. Section 41 refers to section 43(b), which clearly states that any amendment to any provision that relates to the use of the English or the French language within a province also requires the approval of the House of Commons and the Senate. I will speak to what this means a little later.
This motion also calls on the House to acknowledge the fact that Quebec intends to use section 45 to amend its constitution to state that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
Third, let me be clear about the mechanism being used. Quebec's proposed Bill 96 has not yet been the subject of hearings. It has not been debated, amended or adopted. Since the determination of whether section 45 applies to an amendment will depend on the final wording of Bill 96, it would be premature to offer more than a preliminary assessment as to whether section 45 could apply.
No amendment to the constitution of a province made under section 45 can have any legal effect on the Constitution of Canada. Our Constitution is very clear that if any amendment relates to the use of English or French language in the province, section 43(b) must be used, not section 45. Therefore, this amendment cannot be used to reduce or impact the rights of the Quebec English-speaking minority in any way.
It would not and could not change the scope of section 133 of the Constitution, which says that English is an equal language with French within the National Assembly and the courts of Quebec. It would not and could not change the scope of the rights of the minority language community under the charter, such as education rights under section 23. Perhaps most importantly, in my view, this amendment cannot be used to interpret whether any charter right has been breached or to justify a section 1 limitation of that right.
Fourth, I support the exact wording adopted by the House of Commons in 2006. That motion stated, “that the Québécois form a nation within a united Canada.” I want members to note those last words, which are “a united Canada.” The current proposal is missing those words.
I also believe that it is very important to understand the legal implications of the notion of French as the common language of the Quebec nation. I hope that there will be presentations and debates in the National Assembly on this issue.
Quebec's Charter of the French Language states that French is the official language of Quebec. French is the first language used in Quebec, and French-speaking Quebeckers should be able to live, work and be served in French throughout our province.
Some proposals in Bill 96 have raised real concerns that common language means something else. For example, is the Quebec government seeking to limit those who can receive certain services in English? Sections 22.2 and 22.3 of Bill 96 link the ability to receive certain government services in English to those who are eligible to receive instruction in English. This has never previously been done in the Charter of the French Language outside of education rights.
Let us look at what that means. Suddenly hundreds of thousands of people who considered themselves part of the English-speaking community of Quebec will no longer be eligible to receive certain services from the state in English. This would include people who came to Quebec from the United States or other English-speaking countries, and even Holocaust survivors in their nineties who have been part of the English-speaking community since arriving in Canada over 70 years ago. This is profoundly disturbing, and I very much hope this section is amended by the National Assembly.
There is also section 18.1, which states that the personnel members of the civil administration shall use exclusively French when communicating orally or in writing with one another in the exercise of their functions. I do not think it is reasonable to ask two anglophone public servants to speak and write to one another in French.
In light of these and other provisions in Bill 96, we can understand why leaders of the English-speaking community, including former member of Parliament Marlene Jennings, who is the president of the Quebec Community Groups Network, have expressed some serious concerns about Bill 96.
I am particularly concerned about the impact of Bill 96 on how we see the charter and how individual rights interact with collective ones. In my view, we have a Charter of Rights because we, as a society in Canada and Quebec, have accepted that there are certain rights which are inalienable, rights that are not subject to change by a simple majority in the legislature. A charter is designed to protect minorities, even unpopular minorities.
In Bill 96, Quebec has departed entirely from this principle. First, the bill says the Charter of the French Language would no longer be subordinate to the Quebec Charter of Human Rights and Freedoms. This means that Quebeckers would no longer be able to argue that the Charter of the French Language breaches rights under the Quebec Charter of Human Rights and Freedoms.
Quebec is also proposing to use a notwithstanding clause in an omnibus and pre-emptive way, preventing any Quebecker from arguing that fundamental freedoms, including freedom of expression under the Canadian Charter of Rights and Freedoms, are breached under this bill. I would like to be very clear that I am against the notwithstanding clause. I do not believe it should be part of the charter.
We already have section 1, which allows legislatures to place reasonable limits on rights. To allow legislatures to allow unreasonable limits on rights, or to put laws outside the review of the judicial branch of government, is not something I can ever support. I oppose the use of the notwithstanding clause by Quebec, Ontario or any other jurisdiction.
Although we have to accept that the notwithstanding clause is part of the charter and can be invoked, it should be invoked only on very rare occasions, in response to a legal ruling. It must not be used pre-emptively. The idea of insulating a bill from possible legal challenges is profoundly troubling. The public would have no way to find out whether a right has been violated. As a Quebecker and a Canadian, I believe that we need an extensive public debate on this matter.
What is clear is that the issues related to our Constitution, our charter and our two official languages are at the very core of the fabric of our country. They are not documents or concepts to be taken lightly, but to be approached thoroughly, transparently and with the best interest of the federation at heart. Canadians place their trust in us to protect our country, protect our rights, including minority rights, and protect our democracy. These are not conversations that happen in one day, but rather require time, reflection and public debate. Our Constitution and Canadians deserve nothing less.
In the end, while I believe that this motion is purely symbolic in that it only asks this House to acknowledge what Quebec intends to do as opposed to the House agreeing to anything substantive, I also understand why this may be unclear to Canadians, especially official language minority communities and in particular, English-speaking Quebeckers.
Therefore, I move that this motion be amended by adding, after the words “of the Quebec nation”, the following: “That the House acknowledge adopting a motion in 2006 stating that this House recognize that the Québécois form a nation within a united Canada and reaffirm this position, and declare that the rights of Quebec's English-speaking minority under the Canadian Constitution may not be impacted or reduced by such an amendment.”
Madame la Présidente, c'est un des plus importants discours que je vais prononcer à distance à la Chambre. Au bénéfice des résidants de ma circonscription et de tous les Canadiens, je veux préciser ce que cette motion signifie, et surtout ce qu'elle ne signifie pas. Je veux aussi que mes opinions soient consignées, afin de pouvoir être examinées par tout tribunal qui pourrait être appelé à se pencher sur l'importance de cette motion.
Premièrement, je veux préciser que si cette motion était adoptée, elle ne constituerait pas une autorisation de la Chambre pour procéder à une modification constitutionnelle. La modification du document-cadre du Canada nécessiterait la présentation d'un projet de loi en bonne et due forme, de vastes consultations publiques, une étude en comité avec des témoins, une analyse juridique, ainsi que de longs débats à la Chambre et à l'échelle du pays. Je n'appuierais jamais une modification constitutionnelle qui n'ait pas suivi ce processus.
Deuxièmement, que fait cette motion?
Elle demande à la Chambre de reconnaître que l'article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 permet au Québec et aux autres provinces de modifier unilatéralement leur propre Constitution. Ce que la motion ne dit pas, c'est que l'article 45 est assujetti à l'article 41. L'article 41 renvoie à l'alinéa 43b), qui stipule très clairement que toute modification relative à l'utilisation de l'anglais ou du français dans une province exige également l'approbation de la Chambre des communes et du Sénat. Je reviendrai sur ce que cela veut dire.
Cette motion demande aussi à la Chambre de prendre note du fait que le Québec entend utiliser l'article 45 pour modifier sa Constitution afin de dire que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu'il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
Troisièmement, soyons clairs au sujet du mécanisme utilisé. Le projet de loi 96 du Québec n'a pas encore fait l'objet d'audiences. Il n'a pas été débattu, modifié ou adopté. Comme il faudra attendre le libellé final du projet de loi 96 avant de pouvoir déterminer si on peut employer l'article 45 pour apporter une modification, il serait prématuré de présenter plus qu'une évaluation préliminaire quant à l'application éventuelle de l'article 45.
Aucune modification apportée à la Constitution d'une province en vertu de l'article 45 ne peut avoir d'effet juridique sur la Constitution du Canada. Notre Constitution est très claire: si une modification porte sur l'usage de la langue anglaise ou française dans la province, il faut se reporter à l'alinéa 43b) et non l'article 45. Par conséquent, cette modification ne peut pas être utilisée pour réduire les droits de la minorité anglophone du Québec ou porter atteinte à leurs droits de quelque façon que ce soit.
Elle ne modifierait pas la portée de l'article 133 de la Constitution, qui stipule que l'anglais est une langue égale au français au sein de l'Assemblée nationale et des tribunaux du Québec. Elle ne changerait pas la portée des droits de la communauté linguistique minoritaire en vertu de la Charte, comme les droits à l'éducation prévus à l'article 23. Surtout, j'estime que la modification ne peut pas être utilisée pour déterminer si un droit garanti par la Charte a été enfreint ou pour justifier une limitation de ce droit en vertu de l'article 1.
Quatrièmement, je suis en faveur du libellé de la motion adoptée par la Chambre des communes en 2006 et qui se lit comme suit: « Que cette Chambre reconnaisse que les Québécoises et les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni. » J'attire l'attention des députés sur les derniers mots, soit « un Canada uni », qui ne figurent pas dans la proposition actuelle.
Je crois aussi qu'il est très important de comprendre la portée juridique de la notion du français comme langue commune de la nation québécoise. J'espère qu'il y aura des témoignages et des débats à l'Assemblée nationale sur cette question.
Bien sûr, la Charte de la langue française du Québec déclare que le français est la langue officielle du Québec. Le français est la première langue d'usage au Québec, et les Québécois francophones devraient pouvoir vivre, travailler et être servis en français partout dans notre province.
Certaines propositions dans le projet de loi 96 soulèvent de réelles préoccupations quant au véritable sens de langue commune. Par exemple, le gouvernement du Québec cherche-t-il à limiter la capacité de recevoir certains services en anglais? Les articles 22.2 et 22.3 du projet de loi 96 établissent un lien entre la capacité de recevoir certains services gouvernementaux en anglais et le fait d'être admissible à recevoir l'enseignement en anglais. Une telle distinction n'a jamais figuré dans la Charte, sauf en ce qui a trait aux droits à l'enseignement.
Qu'est-ce que cela signifie? Soudainement, des centaines de milliers de personnes qui estiment faire partie de la communauté anglo-québécoise ne pourront plus recevoir certains services publics en anglais. Ce changement toucherait des immigrants des États-Unis ou d'autres pays anglophones, et même des survivants de l'Holocauste, aujourd'hui nonagénaires et qui font partie de la communauté anglophone depuis leur arrivée au pays, il y a plus de 70 ans. Voilà qui est profondément perturbant, et j'espère bien sincèrement que l'Assemblée nationale modifiera cet article.
On peut aussi citer l'article 18.1, qui stipule que le personnel de l'administration publique doit utiliser exclusivement le français lorsqu'il communique oralement ou par écrit dans l'exercice de ses fonctions. Il ne me semble pas raisonnable de demander à deux fonctionnaires anglophones de se parler et de s'écrire entre eux en français.
Compte tenu de ces dispositions et d'autres dispositions du projet de loi 96, on peut comprendre pourquoi des leaders de la communauté d'expression anglaise, comme l'ancienne députée Marlene Jennings, présidente du Quebec Community Groups Network, ont exprimé de graves préoccupations au sujet du projet de loi 96.
Je m'inquiète particulièrement des interactrépercussions du projet de loi 96 sur l'interprétation de la Charte et l'interaction des droits individuels avec les droits collectifs. À mon avis, la Charte des droits et libertés a été établie parce que le Canada et le Québec, en tant que société, ont convenu que certains droits sont inaliénables, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent être modifiés par une simple majorité au Parlement. Le but de la Charte est de protéger les minorités, même celles qui ne sont pas populaires.
Avec le projet de loi 96, le Québec se détache entièrement de ce principe. Premièrement, le projet de loi stipule que la Charte de la langue française ne serait plus subordonnée à la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. Cela signifie que les Québécois ne pourraient plus invoquer que la Charte de la langue française porte atteinte à leurs droits au titre de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.
Par ailleurs, le Québec propose aussi d'utiliser une disposition de dérogation de façon générale ou préventive, ce qui empêcherait tous les Québécois de faire valoir que ce projet de loi porte atteinte à leurs libertés fondamentales, y compris la liberté d'expression en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Je tiens à préciser que je suis contre la disposition de dérogation. Je ne crois pas qu'elle devrait être incluse dans la Charte.
Nous avons déjà l'article 1, qui permet aux assemblées législatives de restreindre raisonnablement les droits. Je ne serai jamais favorable à l'idée que des assemblées législatives imposent des limites déraisonnables sur les droits ou que des lois ne soient pas assujetties à un examen du pouvoir judiciaire d'un gouvernement. Je suis contre le recours à une disposition de dérogation par le Québec, l'Ontario ou tout autre gouvernement.
Même si nous devons accepter que la clause dérogatoire fasse partie de la Charte, elle peut être invoquée, mais ne devrait être invoquée qu'en de très rares occasions, à la suite d'un jugement d'un tribunal et non de façon préventive. C'est profondément troublant de soustraire prématurément un projet de loi à de possibles contestations judiciaires. Cela ne permet pas à la population de savoir si un droit a été violé ou non. En tant que Québécois et Canadien, je crois que nous devons avoir un profond débat de société sur cette question.
Ce qui est évident, c'est que les questions relatives à la Consitution, à la Charte et aux deux langues officielles sont fondamentales pour la société canadienne. Ces documents et ces concepts ne peuvent pas être pris à la légère; il faut plutôt les considérer de façon rigoureuse et transparente en ayant à cœur l'intérêt supérieur de la fédération. Les Canadiens nous accordent leur confiance pour que nous protégions leur pays et leurs droits, y compris ceux des minorités, et leur démocratie. Ce n'est pas le genre de conversation qu'on peut tenir en un jour seulement. Cela demande du temps, de la réflexion et un débat public. La Constitution et les Canadiens ne méritent rien de moins.
Au bout du compte, même si je crois que cette motion est purement symbolique, dans la mesure où elle demande seulement à la Chambre de reconnaître les intentions du Québec et non d'accepter quoi que ce soit de concret, je comprends pourquoi cette proposition peut manquer de clarté pour certains Canadiens, en particulier les communautés de langue officielle en situation minoritaire, et surtout les Québécois anglophones.
Par conséquent, je propose que cette motion soit modifiée, par adjonction après les mots « de la nation québécoise », de ce qui suit: « Que la Chambre reconnaisse avoir adopté, en 2006, une motion indiquant qu'elle reconnaît que les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni, qu'elle réaffirme cette position, et qu'elle déclare que les droits de la minorité anglophone du Québec garantis par la Constitution ne peuvent être touchés ou amoindris par une modification de cette nature. »
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
As members know, an amendment to an opposition motion may be moved only with the consent of the sponsor of the motion. In the absence of the sponsor, it is permissible for consent to be given or denied by the House leader, the deputy House leader, the whip or the deputy whip of the sponsor's party. Seeing as none of them is present at the moment, the amendment is not receivable at this time.
We will continue with questions and comments.
The hon. member for Lanark—Frontenac—Kingston.
Comme les députés le savent, un amendement à une motion de l'opposition ne peut être proposé qu'avec le consentement du motionnaire. Si le motionnaire n'est pas présent, le leader à la Chambre, le leader adjoint à la Chambre, le whip ou le whip adjoint du parti du motionnaire peut donner ou refuser son consentement à la place du motionnaire. Or, aucune de ces personnes n'étant présente actuellement, l'amendement n'est pas recevable pour l'instant.
Nous passons aux questions et observations.
Le député de Lanark—Frontenac—Kingston a la parole.
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the only way to get past the problem of remembering my riding name is for me to be appointed to some senior position, perhaps such as House leader. I hope my leader is listening right now.
I would like to say to my colleague, the hon. member who just spoke, that I agree with every one of the comments he made in the first part of his commentary referring to the narrow and symbolic scope of the motion. I thank him for laying things out as clearly as that, and I suspect members would find that view represents the perspective of many people in the House.
Although I have not had a chance to think it through, there is considerable merit to the amendment the member proposed to the motion. I would be interested in hearing him further explain how, in his view, we should proceed forward given the fact it is not possible to proceed with this amendment.
Madame la Présidente, pour qu'on se souvienne du nom de ma circonscription, je ne vois pas d'autres solutions que d'être nommé à un poste supérieur, peut-être à titre de leader parlementaire. J'espère que mon chef est à l'écoute en ce moment.
Je voudrais dire à mon collègue qui vient de prendre la parole que je souscris à tous les points qu'il a soulevés dans la première partie de son discours au sujet de la portée étroite et symbolique de la motion. Je le remercie de ses explications claires et je soupçonne que les députés seront d'avis que ce point de vue est partagé par un grand nombre de nos collègues à la Chambre.
Même si je n'ai pas eu le temps d'en faire un examen approfondi, je crois que l'amendement proposé par le député a beaucoup de mérite. J'aimerais qu'il nous explique plus en détail comment il envisage la suite étant donné qu'il n'est pas possible de présenter cet amendement.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2021-06-15 11:12 [p.8436]
Madam Speaker, I would like to let my hon. colleague how much I respect him and his intellectual acumen.
I know there are many people throughout the country who misunderstand the symbolic nature of this motion, including my constituents and those within the English-speaking minority in Quebec and the French-speaking minorities outside of Quebec. There are certainly reasons why the House would want to restate that we are, indeed, of the belief that the Québécois should form a nation, but a nation within a united Canada, such as we agreed in 2006. I would also like to assure the English-speaking minority in Quebec that our constitutional rights will not be impacted by the motion before this House, which is the reason I proposed the amendment.
I would be happy to support the motion, provided that we clarify those two points. It is very important to my constituents and very important to many across Canada that we do so.
Madame la Présidente, je voudrais dire à mon collègue tout le respect que j'ai pour lui et pour sa finesse intellectuelle.
Nombreux sont ceux qui, partout au pays, y compris des résidants de ma circonscription, ainsi que des membres de la minorité anglophone au Québec et des minorités francophones à l'extérieur du Québec, ne saisissent pas bien la nature symbolique de cette motion. Il y aurait donc lieu pour la Chambre de réaffirmer notre croyance selon laquelle les Québécois devraient former une nation, mais une nation au sein d'un Canada uni, comme on en a convenu en 2006. Je voudrais également assurer à la minorité anglophone au Québec que la motion dont la Chambre est saisie ne diminue en rien leurs droits constitutionnels et que c'est pour cette raison que j'y ai proposé un amendement.
Je serais ravi d'appuyer la motion, pourvu que l'on précise ces deux éléments. C'est très important de le faire, à la fois pour les résidants de ma circonscription et pour beaucoup de Canadiens partout au pays.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-06-15 11:13 [p.8437]
Madam Speaker, I am somewhat astounded by what my colleague is saying. I must remind him that, as far back as the 17th century, the French sailor, Louis-Antoine de Bougainville, was saying that the French were different and that they formed a separate nation. On the subject of the revolt of the Patriotes in 1838, Lord Durham said, “I expected to find a conflict between a government and a people, but instead found two nations at war within the same state.”
This debate has been going on for years. Listening to my colleague, I get the impression that we have gone back in time 50 years. I understand that he does not support the motion, which I would like him to confirm unequivocally. I would also like to know how a province's domestic legislation is any business of federal MPs.
Madame la Présidente, je suis un peu stupéfait d'entendre mon collègue. Je me dois de lui rappeler que, dès le XVIIe siècle, le navigateur français Louis‑Antoine de Bougainville affirmait que les Français n'étaient pas comme les autres et formaient une nation différente. Pour sa part, Lord Durham a commenté la révolte des Patriotes en 1838 en disant: « Je m'attendais à trouver un conflit entre un gouvernement et un peuple; je trouvai deux nations en guerre au sein d'un même État. »
Cela fait des centaines d'années que ce débat dure et perdure. J'ai l'impression, en entendant mon collègue, de retourner 50 ans en arrière. Je comprends qu'il n'est pas favorable à la motion, ce que j'aimerais qu'il me confirme sans équivoque. Je voudrais aussi savoir en quoi la législation interne d'une province peut regarder les députés fédéraux?
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2021-06-15 11:15 [p.8437]
I am just as much a Quebecker as the member of the Bloc Québécois. I always find it frustrating that the Bloc Québécois does not recognize that I, who am an anglophone member, or my colleague from Hochelaga, who is an allophone, are just as much Quebeckers as the members of the Bloc Québécois, even though we are not of French origin.
We are Quebeckers. We are part of the Quebec nation within Canada. I am sorry, but I do not think that I am stuck in the past. I am actually the future of Quebec because Quebec is becoming more multicultural. We are all Quebeckers within Canada.
Madame la Présidente, je suis aussi Québécois que le député du Bloc québécois. Je trouve toujours frustrant qu'on ne reconnaisse pas que, moi comme député anglophone ou ma collègue d'Hochelaga comme allophone, nous sommes aussi Québécois que les membres du Bloc québécois, même si nous ne sommes pas d'origine française.
Nous sommes Québécois, nous faisons partie de la nation québécoise, à l'intérieur du Canada. Je regrette, mais je ne crois pas que je suis resté dans le passé. Je suis vraiment le futur du Québec, parce que le Québec devient plus multiculturel. Nous sommes tous des Québécois et des Québécoises, à l'intérieur du Canada.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech, which was overwhelmingly in English. I understand that he wants to defend the rights of the historical English-speaking minority in Quebec and is therefore doing his job. However, given that French has been the official and common language of Quebec since 1974 under Robert Bourassa's Liberal government, what is he afraid of?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours très majoritairement en anglais. Je comprends qu'il veuille défendre les droits de la minorité historique anglophone du Québec et qu'il fait donc son travail. Cependant, vu que le français est la langue officielle et la langue commune du Québec depuis 1974, sous le gouvernement libéral de Robert Bourassa, que craint‑il?
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2021-06-15 11:16 [p.8437]
Madam Speaker, first of all, I am troubled that my colleague from Rosemont—La Petite‑Patrie would question the fact that, as an English-speaking member from Quebec, I gave half of my speech in English. I was under the impression that we have two official languages in the House of Commons.
Second, I see and I fully agree that French is the official language of Quebec. I have never denied that. However, as a Liberal, I believe that we can think that way while also respecting the rights of the English-speaking minority. That is a concept I will always fight for.
Madame la Présidente, premièrement, je suis troublé que mon collègue de Rosemont—La Petite‑Patrie remette en question le fait que, comme député anglophone du Québec, je prononce la moitié de mon discours en anglais. Il me semble que nous avons deux langues officielles à la Chambre des communes.
Deuxièmement, je constate et je suis tout à fait d'accord que le français est la langue officielle du Québec. Je n'ai jamais nié cela. Cependant, comme libéral, je crois qu'on peut penser ainsi tout en respectant les droits de la minorité anglophone. Je vais toujours me battre pour ce concept.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, as whip of the Bloc Québécois, I would like to inform the Chair that we are going to reject the amendment proposed by the member.
Madame la Présidente, en tant que whip du Bloc québécois, j'aimerais informer la présidence que nous allons refuser l'amendement proposé par le député.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The amendment is not under consideration since no one in the House could respond to it for the Bloc Québécois.
L'amendement n'est pas à l'étude puisque personne à la Chambre ne pouvait y réagir pour le Bloc québécois.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-15 11:17 [p.8437]
Madam Speaker, I will be splitting my time with the member for Lanark—Frontenac—Kingston.
Since the very beginning of what would become Canada, the French language has been a fundamental characteristic of our people. In 1534, when Jacques Cartier set foot on the shores of the St. Lawrence River, he did more than just discover a land unknown to Europeans, he marked the beginning of something wonderful.
As an explorer, he dreamed of achieving great things. Of course, the future held a land and a culture where amazing things would happen and where a unique people would be born. Over the years, we saw Cartier's dream develop and become the country we know today. Our history is essential. We teach it in our schools. We learn from it as part of our work, and our culture allows us to remember it.
Although things can change or evolve over time, one thing has stayed constant. One of the elements found in all the years of our country's history is the French language. It has been a driving force for our people and a source of pride. It continues to be an integral part of the identity of Canadians and Quebeckers.
The Conservative Party of Canada understands this. We also understand the unique character of Quebec beyond the French language. A Conservative government will always respect provincial jurisdiction, including the ability of any province to unilaterally amend the section of the Constitution that deals exclusively with its own internal governance. Both the British North America Act and section 45 of the Constitution Act, 1982, allow the provinces to do this.
Most of them have already used this power. Quebec, Manitoba and the Atlantic provinces abolished their provincial upper houses between 1876 and 1968. Alberta and British Columbia abolished multi-member ridings. Alberta amended its constitution in 1990 to guarantee its Métis communities land title and other rights.
The province of Newfoundland used its powers to change its name to Newfoundland and Labrador in 2001. Given all these examples, it would be discriminatory to prohibit Quebec from using these same laws to do what is best for its people. As a province and as a people, we stand out in Canada and in the world, and our party has always supported this.
Provincial autonomy is important and is something that the Conservatives, unlike our Liberal colleagues, deeply respect. Members will recall that, in 2006, Prime Minister Stephen Harper fought to give Quebec a seat at UNESCO, the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization. This important step was a proud moment for the province. Its natural beauty, rich history and wonderful culture are international jewels and deserve to be recognized.
Quebec is one of the many things that make Canada so unique. Internationally, Quebec makes a valuable contribution to the arts, science, technology and culture. Our solid industries, talented artists and creative students have made their way to many parts of the world. This deserved to be celebrated in 2006, as it does today. That is a good example of the Conservative Party's determination to promote Quebec globally, its pride in la belle province and its commitment to provincial autonomy.
Prime Minister Harper, in particular, defended Quebec and ensured that we were not forgotten. His motion for recognition of the Quebec nation by the federal government was a major step forward. Mr. Harper and the entire Conservative Party wanted the House to recognize that “the Québécois form a nation within a united Canada”.
That second example makes me think of our founding fathers, who shared that same vision. Thanks to the efforts of Macdonald and Cartier in the second half of the 19th century, we became a unique and magnificent country unlike any other the world over. Their work laid the foundation for our political system and ensured that the French language maintained its important status in our society when Upper Canada and Lower Canada united. Cartier himself played a pivotal role in the formation of the Great Coalition, which was one of the first steps along the path to Confederation. His presence in London, Charlottetown and Quebec City was of crucial importance, and it was largely because of him that Quebec became part of the Dominion of Canada.
Our Confederation and our provincial structure function harmoniously and in unison when the government does not overstep its bounds and respects the provinces' authority and responsibilities. That applies just as much to Quebec as it does to Alberta, Ontario and every other province and territory in our great country.
While that authority applies for all provinces, I believe it is important to single out Quebec's unique history. That deserves our special attention because French Canadians are a minority in Canada and in North America. As a proud and confident people, we have too often felt forgotten. It is time to take action and get on top of things. When we want something, we have to go get it. Nobody is going to serve up what we want on a silver platter. We have to speak up about what we want and fight to get it.
One of the Conservative Party's fundamental beliefs is that the people of this country are capable of working hard to get what they want, and I see that value reflected in today's political system. Quebec knows what it has to do to get what it wants, and that is exactly what is happening.
Even today, provincial autonomy and jurisdictions are not fully respected. When it comes to health transfers to the provinces, the Prime Minister made some promises with exceptions attached and agreed to some requests, but again only with conditions attached. The Prime Minister has never been a partner to the provinces, and he keeps interfering in provincial jurisdictions by making promises with strings attached. Federal centralization is an ongoing phenomenon that leads to complications with the provinces. It is time to stop this back and forth and properly recognize the authority of the provinces.
This is not a new issue. Quebec has always had to fight for its language, from the time French and English settlers fought hundreds of years ago until the implementation of laws like Bill 101 in Quebec. The Quebec Act, the Official Languages Act and many others were battles fought at the expense of the French language.
The 2016 census found that nearly 80% of Quebeckers speak French as their mother tongue. That is more than six million people. Despite this huge number of French Canadians, the Liberal government continues to neglect Quebec. The Liberals have had since 2015 to overhaul official languages, but they have not done so. The government needs a better understanding of the importance of provincial jurisdiction and the Quebec nation.
Today's motion has my support and the support of our party. Under section 45 of the Constitution Act, 1982, Quebec and the provinces should have exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions. It is not that Quebec wants to enshrine its nationhood in its constitution, it is that Quebec needs to preserve our heritage and our nation in a meaningful way.
Although we recognize the presence of anglophone minority groups in Quebec, the common language of the Quebec nation is French, and it should be the only official language of our province. In other words, our house is built on a French foundation. We must ensure that the foundation remains solid, and we must upgrade the structure over time to ensure its integrity.
Our history is rich and complex and goes beyond language laws, but it guides our identity and shapes our culture.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Lanark—Frontenac—Kingston.
Dès le début de la formation du Canada, la langue française a été une caractéristique fondamentale de notre peuple. En 1534, lorsque Jacques Cartier a posé le pied sur les rives du fleuve Saint‑Laurent, il ne faisait pas que découvrir une terre inconnue des Européens, il marquait le début de quelque chose de magnifique.
En tant qu'explorateur, il avait le rêve de réaliser de grandes choses. Bien sûr, l'avenir nous réservait une terre et une culture où des choses étonnantes allaient naître et où un peuple unique allait se former. Au fil des ans, on a vu le rêve de Cartier se développer et devenir le pays que nous connaissons aujourd'hui. Notre histoire est essentielle. Nous l'enseignons dans nos écoles. Nous en tirons des enseignements dans le cadre de notre travail, et notre culture nous permet de nous en souvenir.
Si les choses peuvent changer ou évoluer au fil du temps, une chose est restée constante. L'un des éléments que l'on retrouve dans toutes les années de l'histoire de notre pays est la langue française. Elle a été une force motrice pour notre peuple et une source de fierté et elle continue de faire partie intégrante de l'identité des Canadiens et des Québécois.
Le Parti conservateur du Canada l'a compris. Nous comprenons en outre le caractère unique du Québec au-delà de la langue française. Un gouvernement conservateur respectera toujours la compétence des provinces. Cela comprend la capacité de toute province de modifier unilatéralement la section de la Constitution qui traite exclusivement de sa propre gouvernance interne. L'Acte de l'Amérique du Nord britannique et l'article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 permettent tous deux aux provinces de le faire.
La plupart d'entre elles ont déjà utilisé ce pouvoir. Le Québec, le Manitoba et les provinces de l'Atlantique ont aboli les chambres législatives supérieures provinciales entre 1876 et 1968. L'Alberta et la Colombie‑Britannique ont aboli les circonscriptions électorales plurinominales. L'Alberta a modifié sa constitution en 1990 pour garantir les titres fonciers et d'autres droits à ses communautés métisses.
La province de Terre‑Neuve a elle-même utilisé ses pouvoirs pour changer son nom pour Terre‑Neuve‑et‑Labrador en 2001. Compte tenu de tous ces exemples, il serait discriminatoire d'interdire au Québec d'utiliser ces mêmes lois pour faire ce qu'il y a de mieux pour sa population. En tant que province et en tant que peuple, nous nous distinguons au Canada et dans le monde, et notre parti a toujours soutenu cela.
L'autonomie des provinces est importante et c'est quelque chose que les conservateurs respectent profondément, contrairement à nos collègues libéraux. Rappelons que c'est sous un gouvernement conservateur en 2006 que le premier ministre Stephen Harper s'est battu pour donner au Québec un siège à l'UNESCO, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Cette étape importante a été un moment de fierté pour la province. Sa beauté naturelle, sa riche histoire et sa belle culture sont un joyau pour le monde et elles méritent d'être reconnues.
Au Canada, le Québec est l'une des nombreuses choses qui nous rendent si uniques. Sur la scène internationale, il apporte une contribution précieuse au monde de l'art, de la science, de la technologie et de la culture. Nos industries solides, nos artistes talentueux et nos étudiants créatifs ont alimenté une grande partie du monde. Cela méritait d'être célébré en 2006, tout autant qu'aujourd'hui. Voilà un bon exemple de la détermination du Parti conservateur à promouvoir le Québec dans le monde, de notre fierté pour la belle province et de notre engagement à l'égard de l'autonomie provinciale.
Le premier ministre Harper, en particulier, a défendu le Québec et s'est assuré que nous n'étions pas oubliés. Sa motion visant à faire reconnaître la nation québécoise par le gouvernement fédéral a constitué un grand pas en avant. M. Harper et l'ensemble du Parti conservateur voulaient que la Chambre reconnaisse que « les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni ».
Ce deuxième exemple me fait penser à nos pères fondateurs, qui partagent la même vision. Grâce aux efforts de Macdonald et de Cartier dans la deuxième moitié du XIXe siècle, nous sommes devenus un pays unique et magnifique, sans équivalent dans le monde. En effet, leur travail a permis de construire les bases de notre système politique et d'assurer que la langue française conserve sa place importante dans notre société pendant l'union du Haut‑Canada et du Bas‑Canada. Cartier lui-même a joué un rôle considérable dans la formation de la Grande Coalition, qui a été l'une des premières étapes du mouvement vers la Confédération. Sa présence à Londres, à Charlottetown et à Québec a été d'une importance capitale, car il a largement contribué à faire entrer le Québec dans le Dominion du Canada.
Notre Confédération et notre structure provinciale fonctionnent harmonieusement et à l'unisson lorsque le gouvernement n'outrepasse pas et respecte l'autorité et la responsabilité des provinces. Cela s'applique autant au Québec, à l'Alberta, à l'Ontario et à toutes les provinces et les territoires de notre grand pays.
Bien que cette autorité s'applique à toutes les provinces, je crois qu'il est important de noter l'histoire unique du Québec. Nous sommes particulièrement attentifs à ce sujet, car, au Canada, les Canadiens français sont une minorité. En fait, ils sont minoritaires dans toute l'Amérique du Nord. En tant que peuple fier et confiant, nous nous sommes sentis trop souvent oubliés. Il est temps d'agir et de ne pas se laisser dépasser. Quand nous voulons quelque chose, il faut aller le chercher. Personne ne va nous offrir ce que nous voulons sur un plateau d'argent. Nous devons faire savoir ce que nous voulons et nous battre pour l'obtenir.
Une valeur conservatrice fondamentale est la capacité des gens de ce pays à travailler dur pour obtenir ce qu'ils veulent, et je vois cette valeur se refléter dans notre système politique aujourd'hui. Le Québec sait ce qu'il doit faire pour obtenir ce qu'il veut, et c'est précisément ce qui se passe.
Encore aujourd'hui, l'autonomie et les compétences des provinces ne sont pas pleinement respectées. En ce qui concerne les transferts en santé aux provinces, le premier ministre a fait des promesses assorties d'exceptions et a accédé à des demandes, mais uniquement sous condition. Le premier ministre n'a jamais été un partenaire des provinces et ne cesse de s'ingérer dans les compétences provinciales en assortissant ses promesses de conditions. La centralisation du gouvernement fédéral est un phénomène qui se répète sans cesse et qui entraîne des complications avec les provinces. Il est temps d'arrêter ce jeu de va-et-vient et de reconnaître correctement l'autorité des provinces.
Ce sujet n'est pas nouveau. Le Québec a toujours dû se battre pour sa langue, depuis l'époque où les colons français et anglais se sont battus il y a des centaines d'années jusqu'à la mise en œuvre de lois comme la loi 101 au Québec. L'Acte de Québec, la Loi sur les langues officielles et bien d'autres choses encore ont été combattus sur le dos de la langue française.
En fait, le Recencement de 2016 a révélé que près de 80 % de nos citoyens parlent le français comme langue maternelle. Cela représente plus de 6 millions de personnes. Malgré tous ces Canadiens français, le Québec continue d'être négligé par le gouvernement libéral. Depuis 2015, les libéraux auraient pu présenter une réforme des langues officielles, mais ils ne l'ont pas fait. Le gouvernement doit mieux comprendre l'importance des compétences provinciales et de la nation québécoise.
La motion présentée aujourd'hui reçoit mon appui et l'appui de notre parti. Selon l'article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982, le Québec et les provinces devraient avoir la compétence exclusive pour modifier leur constitution respective. Ce n'est pas un désir du Québec d'inscrire dans sa constitution que les Québécois forment une nation, c'est une nécessité de préserver notre patrimoine et notre nation de façon significative.
Bien que nous reconnaissons la présence de groupes minoritaires d'anglophones au Québec, la langue commune de la nation québécoise est le français et elle devrait être la seule langue officielle de notre province. Tout cela indique que notre maison est construite sur des fondations françaises. Nous devons veiller à ce que les fondations restent solides, et nous devons actualiser la structure au fil du temps et en assurer la solidité.
Notre histoire est riche et complexe et va au-delà des lois linguistiques, mais elle habite profondément notre identité et façonne notre culture.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech. He provided a very interesting historical perspective. We also agree on the three points raised in this motion about the Constitution and recognizing the Quebec nation and French as its official language.
However, we have a concern about recognizing French as the common language, and I wonder if he shares that concern.
In his view, would this not hinder the recognition by the National Assembly of Quebec of the indigenous languages present in Quebec?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. Il a brossé un tableau historique très intéressant. Évidemment, nous sommes aussi d'accord sur les trois points soulevés dans cette motion au sujet de la Constitution, de la reconnaissance de la nation québécoise et du français comme langue officielle du Québec.
Par contre, nous avons une certaine préoccupation concernant la reconnaissance du français comme langue commune, et je me demande s'il la partage.
Selon lui, cela ne viendrait-il pas nuire à la reconnaissance par l'Assemblée nationale des langues autochtones qui sont présentes au Québec?
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-15 11:28 [p.8438]
Madam Speaker, our leader recognizes the importance of French. He is prepared to apply bill 101 to federally regulated businesses. He also recognizes that the Official Languages Act needs to be modernized, and respecting jurisdictions is part of his values.
Madame la Présidente, notre chef reconnaît l'importance du français. Il est prêt à appliquer la loi 101 aux entreprises à charte fédérale. Aussi, il reconnaît qu'il faut une modernisation de la Loi sur les langues officielles, et le respect des champs de compétence fait partie de ses valeurs.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 11:28 [p.8438]
Madam Speaker, the member did give us a nice history lesson.
Today we are talking about the French language and about Quebec and francophone culture, and we are also in the midst of a rather heated debate on Bill C‑10, an important part of which is designed to protect francophone culture. However, there is a lot of opposition to this bill in my colleague's party.
I would like to hear my colleague from Chicoutimi—Le Fjord speak to how important it is to protect francophone culture through laws, such as the Broadcasting Act, which we are in the process of reviewing.
Madame la Présidente, effectivement, nous avons eu droit à un joli cours d'histoire.
Nous parlons du français et de la culture québécoise et francophone, alors que nous sommes au cœur d'un débat assez houleux, en ce moment, sur le projet de loi C‑10, dont un pan important vise justement à protéger la culture francophone. Pourtant, au sein du parti de mon collègue, il y a un courant qui s'oppose fermement à l'adoption de ce projet de loi.
Je voudrais entendre mon collègue de Chicoutimi—Le Fjord se prononcer personnellement sur l'importance qu'il croit qu'on devrait accorder à la protection de la culture francophone à même les lois, dont celle sur la radiodiffusion, que nous sommes en train de réviser.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-15 11:29 [p.8439]
Madam Speaker, protecting culture is, of course, very important to us. However, we will not compromise on freedom of expression, because that is extremely important to us.
Madame la Présidente, la protection de la culture est très importante pour nous, bien sûr. Par contre, nous ne ferons aucun compromis sur la liberté d'expression, car cela est extrêmement important pour nous.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Chicoutimi—Le Fjord.
We are talking about the use of French and about defending the French fact here, in federal institutions, so I would like to hear the member's thoughts on something that the NDP has been calling for for several years. The Conservative Party's position is not clear.
Would the Conservative Party make it mandatory for justices of the Supreme Court of Canada to be bilingual?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Chicoutimi—Le Fjord.
En parlant de la place du français et de la défense du fait français ici, dans les institutions fédérales, j'aimerais l'entendre sur une demande que nous, au NPD, faisons depuis plusieurs années, parce que la position du Parti conservateur à ce sujet n'est pas tout à fait claire.
Est-ce que le Parti conservateur voudrait rendre obligatoire le bilinguisme des juges à la Cour suprême du Canada?
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-15 11:30 [p.8439]
Madam Speaker, the important thing is that the Conservative Party recognizes provincial jurisdiction. That is of the utmost importance to us. Quebec has the right to make its own decisions.
Madame la Présidente, ce qui est important, c'est que le Parti conservateur reconnaît les champs de compétence des provinces. C'est primordial pour nous. Le Québec a le droit de prendre ses propres décisions.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 11:30 [p.8439]
Madam Speaker, I am pleased to be able to ask my question again, because I did not get an answer at all. I heard the hon. member talk about the importance that his party seems to place on the myth that Bill C‑10 would infringe on freedom of expression, but that was not the point of my question at all. I wanted his opinion on the importance that should be placed on protecting francophone and Quebec culture in the legislation that is voted on here in the House of Commons, and particularly on the urgent need to pass a bill, such as Bill C‑10 on broadcasting, in which specific regulations and a specific framework would be enshrined to protect francophone culture.
That is really what I want to hear from the hon. member, not rhetoric about freedom of expression. We have already heard a lot of that.
Madame la Présidente, je suis content de pouvoir reposer ma question, parce que je n'ai pas eu de réponse du tout. J'ai entendu le député parler de l'importance que son parti semble accorder au mythe selon lequel le projet de loi C‑10 porterait atteinte à la liberté d'expression, mais ce n'était pas du tout l'objet de ma question. Je voulais connaître son opinion sur l'importance qu'on doit accorder à la protection de la culture francophone et québécoise dans les lois qui sont votées ici, à la Chambre des communes, et en particulier sur l'urgence d'adopter un projet de loi, comme le projet de loi C‑10 sur la radiodiffusion, au cœur duquel on enchâsserait une réglementation précise et un cadre précis pour protéger la culture francophone.
C'est vraiment là-dessus que je veux entendre le député, et pas du tout sur les élucubrations concernant la liberté d'expression. Cela, nous en avons entendu parler amplement.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-06-15 11:31 [p.8439]
Madam Speaker, we do need to protect our culture, but right now, freedom of expression is what is at stake, and our party will not compromise on that.
Madame la Présidente, il faut protéger notre culture, mais en ce moment, c'est la liberté d'expression qui est en cause, et notre parti ne fera aucun compromis là-dessus.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, my question is with respect to the motion from 2006 recognizing Quebec as a nation inside a unified Canada. Does the member support that motion?
Madame la Présidente, ma question concerne la motion de 2006 qui reconnaît le Québec en tant que nation au sein d’un Canada uni. Le député soutient-il cette motion?
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, practice makes perfect.
The motion that is before us today has two parts. The first part says this, and I quote:
That the House agree that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions...
The second part says, and I quote:
[That the House] acknowledge the will of Quebec to enshrine in its constitution that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
One cannot vote for or against one part of the motion without doing the same for the other part. However, I have very little to say about part two, which asks us to take note of two expressions of what is called the will of Quebec and also to take note of the obviously true fact that French is the common language of the Québécois, which it has been since 1608.
We all deeply and sincerely hope that this foundational fact that French is the lingua franca of the Québécois will continue to be the case for the next 400 years, just as it has been for the past 400 years.
For me, a Quebec nation in which French is not the lingua franca is unthinkable.
Likewise, it is a fact already acknowledged by the House that the Québécois are a nation. Fifteen years ago, the Commons voted for that by a margin of 265 to 16.
That this House recognize that the Québécois form a nation within a united Canada.
The words “au sein d'un Canada uni” are absent from today's motion, as one would expect from a motion produced by the Bloc Québécois. Nonetheless, it is true that the motion, as it is worded, is by no means incompatible with a united Canada. It is quite the opposite.
Beyond this, I am not sure there is much to say about the second half of the motion. My interest, as a student of the Constitution, is in responding to the first assertion of the motion, which says, in its English version, “That the House agree that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions.”
My comments on this subject are primarily intended to sway the views of my anglophone colleagues, and therefore I will be speaking only English as I address this subject.
The wording of section 45 is, “Subject to section 41, the legislature of each province may exclusively make laws amending the constitution of the province.”
Members will notice the internal reference to another part of the Constitution, section 41. This reference is necessary because unlike the constitutions of other federations, like Switzerland or Australia, Canada's Constitution contains multiple amending formula instead of just one. That is to say that different parts of the same Constitution can only be amended using different combinations of legislative instruments from different legislative bodies.
For example, there are some parts of the Constitution that may only be amended if identical resolutions are passed in Parliament and in all 10 provincial legislatures. This amending formula is contained in section 41 of the Constitution Act, 1982, and of course, section 41 is the clause specifically referenced in section 45. I will not mention section 41 except to observe that it was referenced in section 45 to prevent provinces from unilaterally altering the powers of their lieutenant governors.
Other parts of the Constitution, including the Charter of Rights, can be amended only by means of identical resolutions in Parliament and in the legislatures of the seven provinces containing at least 50% of Canada's population. This is colloquially known as the 7/50 amending formula, and it is described in section 38 of the Constitution Act, 1982.
On the other hand, to enact an amendment to the charter designed to place further restrictions on the powers of only a single province, another formula that is found in section 43 of the Constitution Act, 1982, applies. Identical resolutions must be adopted by the legislature of that province alone and by Parliament. It was the use of the section 43 amending formula that in 1993 made it possible to add a new linguistic right to the charter that applied to New Brunswick alone, which was section 16.1 of the charter.
Likewise, section 43 is also the only formula that may be used for either of the two following matters. It states:
(a) any alterations to boundaries between provinces; and
(b) any amendment to any provision that relates to the use of the English or the French language within a province,
The existence of multiple amending formulae for the Constitution of Canada is not new. Section 92(1) of the Constitution Act, 1867 was the predecessor to section 45. It was in force for over a century.
Section 92(1) stated:
...in each province the legislature may exclusively make laws in relation to the amendment from time to time of the Constitution of the province, except as regards the office of Lieutenant-Governor.
The ability of Quebec or of any other province to amend its own Constitution is uncontroversial. The more challenging question is what constitutes a provincial constitution.
In other federations like Switzerland, Australia or the United States, this question would never arise. Each Swiss canton and each American state has its own stand-alone constitution. The constitution of the Commonwealth of Massachusetts, for example, is the oldest written constitution in the world, dating back to 1780, which makes it a decade older than the constitution of the United States.
In Canada, such tidy, clearly defined provincial constitutions do not exist. In this province, provincial constitutions can take one of three forms, which leads to some surface confusion.
In the three provinces that were created by federal statute, the relevant federal statute is the constitution of the province: the Manitoba Act, the Saskatchewan Act and the Alberta Act, respectively. Despite being acts of the Parliament of Canada, these statutes can, under authority of section 45, be amended only by the provincial legislature. Parliament is constitutionally precluded from being involved.
In the five provinces that existed before Confederation, the pre-existing British statutes under which they had been created are their constitutions. Despite being acts of the Parliament at Westminster, these too can be amended unilaterally by the province under authority of section 45. Again, there is no permitted role for Parliament.
That leaves Quebec and Ontario. Their constitutional situation is summed up by eminent constitutional scholar Professor Peter Hogg in the following words:
The Constitution Act, 1867, which, it will be recalled, created Ontario and Quebec out of the old united province of Canada, contains a set of provisions (ss. 69 to 87) which are essentially the constitutions of those two provinces.
Therefore, sections 69 to 87 are the provisions which could potentially be subject to amendment, using the section 45 amending formula, which is to say that they could be potentially subject to amendment by means of an act of Quebec's national assembly or Ontario's legislature.
It is Professor Hogg's view, and my own as well, that Parliament, once again, is not permitted to play a role in such amendments.
This leaves the question of whether amendments can be made to the Constitution of Quebec or Ontario that involve making any amendment to the Constitution Act, 1867, in which the subject matter falls outside subjects covered in sections 69 to 87, which are sections that deal solely with the functioning of the two provincial legislatures.
In particular, could changes be made such as those proposed in Quebec's Bill 96, which seeks to add two new sections immediately following section 90 of the Constitution Act, 1867? I have several tentative answers to this question.
First, the fact section 90 falls outside of the section 69 to 87 envelope is irrelevant.
Second, this is a matter that is outside the remit of Parliament. We are not decision-makers on this. The courts ultimately will have to decide whether sections 158 of Bill 96, which is the part of the bill in which these two amendments are proposed, is intra vires or ultra vires the section 45 amending formula. We MPs can weigh in on this subject but our views are not binding on anybody.
Third, and this is the last point I will make, and most important, although the motion we are debating today deals with the same subjects as the two contemplated additions to the Constitution Act, 1867 contained in Bill 96, we have not been asked to vote for or against Bill 96. We have been asked to vote on a specific question regarding the section 45 amending formula and a specific statement about what the motion refers to as the will or volonté of the Québécois, as expressed by the national assembly.
On these questions, it seems to me the answer is yes—
Madame la Présidente, c’est en forgeant qu’on devient forgeron.
La motion qui est devant nous aujourd'hui a deux parties. La première partie dit ceci:
Que la Chambre convienne que l’article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 confère au Québec et aux provinces la compétence exclusive pour modifier leurs constitutions respectives [...]
La deuxième partie dit ceci:
[Que la Chambre] prenne acte de la volonté du Québec d’inscrire dans sa constitution que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu’il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
On ne peut pas voter pour ou contre une partie de cette motion sans faire de même pour la deuxième partie. Pourtant, j’ai très peu de choses sur la deuxième partie, qui nous demande de prendre acte, d’une part, de deux manifestations de ce qu’on appelle la volonté du Québec, et, d’autre part, du fait plus qu’évident que le français est la langue commune des Québécois, ce qui est le cas depuis 1608.
Nous espérons tous sincèrement que ce principe fondamental qui fait du français la lingua franca des Québécois ne changera pas pour les 400 ans à venir, tout comme il est resté le même depuis les 400 dernières années.
Une nation québécoise dans laquelle le français n'est pas la lingua franca est, d'après moi, impensable.
Dans le même ordre d’idées, la Chambre a déjà reconnu que les Québécois forment une nation. Il y a 15 ans, la Chambre des communes s’est prononcée à ce sujet à 265 voix contre 16.
Que cette Chambre reconnaisse que les Québécoises et les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni.
Les mots « au sein d'un Canada uni » ne figurent pas dans la motion d'aujourd'hui, comme on pourrait s'y attendre d'une motion présentée par le Bloc québécois. Néanmoins, il est vrai que la motion, dans sa forme actuelle, est loin d'être incompatible avec un Canada uni, bien au contraire.
Je ne suis pas sûr qu'il y ait encore beaucoup à dire sur la deuxième partie de la motion. En tant que constitutionnaliste, je m'intéresse surtout à la première partie de la motion qui, dans la version anglaise, se lit ainsi: « That the House agree that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions. » [Que cette Chambre convienne que l'article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 confère au Québec et aux provinces la compétence exclusive pour modifier leurs constitutions respectives]
Dans le reste de mon intervention, je tenterai essentiellement de convaincre mes collègues anglophones et parlerai donc uniquement en anglais.
L'article 45 est libellé en ces termes: « Sous réserve de l’article 41, une législature a compétence exclusive pour modifier la constitution de sa province. »
Les députés remarqueront la référence interne à une autre partie de la Constitution: l'article 41. Cette référence s'impose parce que contrairement aux constitutions d'autres fédérations, comme la Suisse ou l'Australie, la Constitution du Canada contient, non pas une, mais plusieurs formules de modification. Autrement dit, diverses parties de la même Constitution peuvent seulement être modifiées à l'aide de combinaisons différentes d'instruments législatifs de différents corps législatifs.
Par exemple, certaines parties de la Constitution ne peuvent être modifiées que si des résolutions identiques sont adoptées au Parlement et dans les 10 assemblées législatives provinciales. Cette formule de modification est prévue à l'article 41 de la Loi constitutionnelle de 1982 et, bien entendu, l'article 41 est explicitement mentionné à l'article 45. Je ne m'attarderai pas sur l'article 41, si ce n'est pour dire que l'article 45 en fait mention pour empêcher les provinces de modifier unilatéralement les pouvoirs de leur lieutenant-gouverneur.
D'autres parties de la Constitution, dont la Charte des droits, ne peuvent être modifiées qu'au moyen de résolutions identiques adoptées au Parlement et dans les assemblées législatives des sept provinces représentant au moins 50 % de la population du Canada. C'est ce qu'on appelle communément le mode de révision 7 et 50, qui est décrit à l'article 38 de la Loi constitutionnelle de 1982.
Par contre, pour apporter une modification à la Charte en vue de restreindre davantage les pouvoirs d'une seule province, il faut appliquer une autre formule, qui se trouve à l'article 43 de la Loi constitutionnelle de 1982. Des résolutions identiques doivent être adoptées par l'Assemblée législative de la province en question et par le Parlement. C'est l'utilisation de la formule de modification prévue à l'article 43 qui a permis, en 1993, d'ajouter à la Charte un nouveau droit linguistique applicable uniquement au Nouveau-Brunswick, et il s'agit de l'article 16.1 de la Charte.
De même, l'article 43 est également la seule formule pouvant être invoquée à l'une ou l'autre des fins suivantes. Cet article s'applique:
a) aux changements du tracé des frontières interprovinciales;
b) aux modifications des dispositions relatives à l’usage du français ou de l’anglais dans une province.
L'existence de multiples formules de modification de la Constitution du Canada n'a rien de nouveau. Le paragraphe 92(1) de la Loi constitutionnelle de 1867 était le prédécesseur de l'article 45. Il a été en vigueur pendant plus d'un siècle.
Le paragraphe 92(1) stipulait:
[...] l'assemblée législative de chaque province peut légiférer, à titre exclusif, en vue de modifier la Constitution de la province, à l'exception des dispositions touchant aux fonctions de lieutenant-gouverneur.
L'habilitation du Québec ou de toute autre province à modifier sa propre Constitution est incontestable. La question plus difficile consiste à déterminer ce qui constitue une Constitution provinciale.
Dans d'autres fédérations, notamment la Suisse, l'Australie et les États-Unis, jamais cette question ne se poserait. Chaque canton suisse et chaque État américain possède sa propre Constitution autonome. Par exemple, la Constitution du Commonwealth du Massachusetts est la Constitution écrite la plus ancienne au monde. Elle date de 1780, ce qui la rend plus ancienne que la Constitution des États-Unis par une décennie.
Au Canada, les provinces n'ont pas de constitution aussi précisément définie. Ici, les constitutions des provinces prennent trois formes, ce qui peut mener à une certaine confusion.
Dans les trois provinces créées au moyen de lois fédérales, la loi fédérale fait office de constitution de la province: la Loi sur le Manitoba, la Loi sur la Saskatchewan et la Loi sur l'Alberta. Même s'il s'agit de lois du Parlement du Canada, ces lois, aux termes de l'article 45, peuvent être modifiées par les assemblées législatives provinciales. La Constitution interdit au Parlement d'intervenir.
Dans le cas des cinq provinces qui existaient avant la Confédération, ce sont les lois britanniques utilisées pour leur création qui servent de constitution. Même s'il s'agit de lois du Parlement de Westminster, ces lois peuvent également être modifiées unilatéralement par les provinces aux termes de l'article 45. Là encore, le Parlement n'est pas autorisé à intervenir.
Reste donc le Québec et l'Ontario. Leur situation constitutionnelle a été résumée par le professeur Peter Hogg, un éminent constitutionnaliste, en ces termes:
La Loi constitutionnelle de 1867, qui a mené à la création de l'Ontario et du Québec à partir de l'ancien Canada-Uni, comprend des dispositions (articles 69 à 87) qui sont essentiellement la constitution de ces deux provinces.
Par conséquent, les articles 69 à 87 pourraient être modifiés conformément à la formule de modification prévue à l'article 45 de la Loi constitutionnelle. Autrement dit, ils pourraient être modifiés par une loi de l'Assemblée nationale du Québec ou de l'Assemblée législative de l'Ontario.
De l'avis du professeur Hogg — et j'abonde dans le même sens —, il n'est encore une fois pas permis au Parlement d'avoir un mot à dire en ce qui concerne ces modifications.
Force est alors de se demander s'il est possible d'apporter des modifications à la Constitution du Québec ou de l'Ontario qui entraîneraient des modifications à la Loi constitutionnelle de 1867 dont l'objet diffère des questions traitées aux articles 69 à 87 qui portent exclusivement sur le fonctionnement des deux législatures provinciales en question.
Plus particulièrement, il y a lieu de se demander s'il est possible de faire des modifications comme celles proposées dans le projet de loi no 96 du Québec qui vise à insérer deux nouveaux articles immédiatement après l'article 90 de la Loi constitutionnelle de 1867. J'ai plusieurs réponses possibles à cette question.
Premièrement, le fait que l'objet de l'article 90 n'a absolument rien à voir avec l'objet des articles 69 à 87 n'est pas pertinent.
Deuxièmement, cette question n'est pas du ressort du Parlement. Nous ne sommes pas habilités à prendre des décisions à cet égard. Ce sont les tribunaux qui devront décider si l'article 158 du projet de loi no 96 — en l'occurrence la disposition qui propose les deux ajouts mentionnés — respecte ou outrepasse les limites que donne la formule de modification prévue à l'article 45. À titre de députés, nous pouvons certes examiner la question, mais personne n'a l'obligation de tenir compte de notre point de vue.
Troisièmement — c'est le dernier argument que je fais valoir, mais le plus important —, même si la motion dont nous débattons aujourd'hui porte sur le même sujet que les deux articles que la loi no 96 envisage d'ajouter à la Loi constitutionnelle de 1867, on ne nous demande pas de nous prononcer pour ou contre le projet de loi no 96. On nous demande de voter sur une question précise concernant la formule de modification prévue à l'article 45 et sur ce que la motion désigne comme la volonté des Québécois, telle qu'exprimée par l'Assemblée nationale.
Il me semble que la réponse à ces questions est oui, et c'est ainsi que je vais voter...
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-06-15 11:42 [p.8441]
Madam Speaker, I would like to commend my colleague who has a really nice French accent.
He supports the Quebec nation but would like to add something to the Bloc Québécois motion to indicate that the Quebec nation is located within a united Canada.
First, I would like him to define what a “united Canada” means to him.
Second, would it not be better to see that Quebeckers, colleagues and partners are happy in his Canada?
Madame la Présidente, je tiens à féliciter mon collègue qui a un accent français vraiment exemplaire.
Mon collègue est favorable à la nation québécoise, mais voudrait voir ajouter quelque chose dans la motion du Bloc québécois indiquant que cela se trouve dans un Canada uni.
Premièrement, j'aimerais qu'il définisse ce qu'est pour lui « un Canada uni ».
Deuxièmement, ne serait-il pas préférable de voir des Québécois, des collègues et les partenaires que nous sommes heureux dans son Canada?
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I will start by finishing the last sentence of my speech, which was the only sentence I did not manage to get in. On these questions, it seems to me the answer is yes and therefore that is how I will be voting.
To answer my colleague's question, it is not up to us as members from ridings outside Quebec to determine what measures are required to make Quebeckers happy and to make them equal partners in Canada. We need to respond to Quebeckers' initiatives. Today's motion is an example of that.
My colleague asked another question, but honestly, I cannot remember what his first question was.
Madame la Présidente, je vais commencer par terminer la dernière phrase de mon discours, car c'est la seule que je n'ai pas réussi à compléter. Il me semble que la réponse à ces questions est oui, et c’est ainsi que je vais voter.
Pour répondre à la question de mon collègue, ce n'est pas de notre droit à nous, députés de circonscriptions hors Québec, d'indiquer quelles mesures seraient nécessaires pour rendre les Québécois heureux et qu'ils soient des partenaires égaux au Canada. Il est nécessaire de répondre aux initiatives des Québécois. La motion d'aujourd'hui en est un exemple.
Mon collègue a posé une autre question, mais, franchement, je l'ai oubliée avec la première question.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-15 11:44 [p.8441]
Madam Speaker, I sit with my colleague on the international human rights subcommittee and I know he is a very intelligent and thoughtful member of the House. I also know that his riding has a large population of francophones outside of Quebec as does mine of Edmonton Strathcona. I am going to ask him a question about protections for francophones outside of Quebec.
As the member will know, section 23 of the Charter of Rights and Freedoms guarantees French language and that guarantee is at risk in Edmonton Strathcona because of the potential closure quite soon of Campus Saint-Jean.
Does he feel the federal government has work to do, and could be doing more and doing it more urgently, to protect French language across Canada by ensuring that campuses like Campus Saint-Jean are protected.
Madame la Présidente, je siège avec mon collègue au Sous-comité des droits internationaux de la personne, et je sais qu'il est très intelligent et réfléchi. Je sais aussi que, tout comme la mienne, sa circonscription comporte une forte proportion de Franco-Canadiens. Je vais donc lui poser une question au sujet de la protection des francophones à l'extérieur du Québec.
Comme le député le sait, l'article 23 de la Charte des droits et des libertés garantit le droit à l'instruction en français, et ce droit risque de disparaître dans ma circonscription, Edmonton Strathcona, en raison de la possible fermeture, très prochainement, du Campus Saint-Jean.
Le député croit-il que le gouvernement fédéral a du travail à faire pour protéger la langue française partout au Canada, et pourrait-il en faire davantage, et plus rapidement, en veillant par exemple à protéger des campus comme celui de Saint-Jean?
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I actually do not have a large population of francophones in my riding. It is a perpetual problem trying to keep up my French because I do not get the chance to speak it daily. Lately, I have taken to listening only to music with French lyrics as a way of helping myself not lose too much, which is a very enjoyable way of maintaining one's language.
With regard to maintaining academic institutions in other provinces that assist the francophone minorities in those provinces and also those who want to learn and educate themselves in French, who are not necessarily francophones themselves, there can be a role for the federal government in funding them. Ultimately, we also need to ensure, as members of the relevant communities, that we put the right kind of pressure on university administrations to assign funds appropriately. This is not an issue only in Edmonton, but also in places like Sudbury, for example, and some spots east of Quebec as well in the Atlantic.
Madame la Présidente, en fait, ma circonscription ne compte pas une grande population francophone. J’ai toujours de la difficulté à maintenir mon niveau de français, car je n’ai pas l’occasion de le parler tous les jours. Dernièrement, j’ai commencé à écouter seulement de la musique avec des paroles en français, afin d’essayer de garder un certain niveau. Il s’agit d’une façon très agréable de maintenir un niveau de langue.
En ce qui concerne le maintien d’établissements d’enseignement dans d’autres provinces qui aident les minorités francophones, ainsi que les personnes qui souhaitent apprendre le français et étudier en français, mais qui ne sont pas nécessairement francophones, le gouvernement fédéral pourrait jouer un rôle en termes de financement. Finalement, nous devons également nous assurer, comme membres des communautés pertinentes, que nous exerçons le bon type de pression sur les gestionnaires d’universités quand vient le temps d’affecter les fonds d’une manière appropriée. Ce n’est pas un enjeu qui ne s’applique qu’à Edmonton. C’est un enjeu qui touche d’autres endroits, comme Sudbury, par exemple, et certains endroits à l’est du Québec dans les provinces de l’Atlantique.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-06-15 11:46 [p.8441]
Madam Speaker, I noticed the member had a number of notes and I wonder if there is anything else he wants to expand upon today.
Madame la Présidente, j’ai remarqué que le député a beaucoup de notes. Je me demandais s’il voulait aborder d’autres points aujourd’hui.
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I always write very long speeches, which could not possibly be given in the time allowed. My self-editing cut out a considerable amount of material.
With regard to the issue of dealing with this within the framework of the Constitution. if we look at Canada's constitutional history, some of the leading figures, some of the most distinguished and thoughtful figures, were francophone Lower Canadians. The term “Québécois” did not exist at the time. People like George-Étienne Cartier and Étienne-Paschal Taché believed profoundly in the importance of establishing a Constitution that had detailed divisions of power and then rigorously followed the idea that the provinces would be independent, like independent states, which is where the term “state” comes from in the United States, in their areas of jurisdiction and the federal government would be completely independent in its area of jurisdiction. I suggest that model of federalism is the only one that will work in Canada and we should all embrace it.
Madame la Présidente, je rédige toujours de très longs discours, que je ne peux pas prononcer au complet en raison du temps qui m’est imparti. Je dois éliminer beaucoup de matière.
En ce qui concerne la question visant à traiter cet enjeu dans le cadre de la Constitution, si nous examinons l’histoire constitutionnelle du Canada, nous voyons que certaines figures incontournables parmi les plus distinguées et réfléchies étaient des francophones du Bas-Canada. Le terme « Québécois » n’existait pas à l’époque. Des gens, comme George-Étienne Cartier et Étienne-Paschal Taché, étaient convaincus de l’importance d’établir une Constitution qui comportait une séparation claire des pouvoirs. Ils ont ensuite suivi, de manière rigoureuse, l’idée que les provinces seraient indépendantes dans leurs domaines de compétence, comme des États indépendants. C'est d'ailleurs pour cela que les États des États-Unis s'appellent ainsi. Le gouvernement fédéral quant à lui, serait entièrement indépendant dans ses domaines de compétence. Je suis d'avis que ce modèle de fédéralisme est le seul qui fonctionnera au Canada et que nous devrions tous l’adopter.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I will share my time with my colleague from New Westminster—Burnaby.
I am pleased to take part in the debate on this extremely interesting motion as the work of the House draws to a close.
The motion before us is quite interesting because it articulates certain facts that are well established, some of them for quite some time. This motion is therefore both political and symbolic, but it is not binding in any way. If this motion is adopted, not much will change for Quebeckers even though the notions and concepts within have gained broad consensus. It has been clear since this morning that there is consensus in the House.
I do not think there is unanimous support for the motion, and there may be some nuances and concerns. There is one thing in particular that we are concerned about, and I will get back to that. Nevertheless, I think there is broad consensus around the motion's three main points.
The motion contains three elements: the Constitution, the nation and the French language.
With respect to the Constitution, the Government of Quebec has tabled Bill 96, which proposes to amend the Constitution Act, 1867, to insert Quebec's fundamental characteristics, including the fact that Quebeckers form a nation and that French is the only official language of Quebec and thus constitutes the common language of the Quebec nation.
Specifically, these amendments would be inserted after section 90 of the Constitution Act, 1867. This proposal would allow Quebec to amend its own constitution. It could therefore amend the Quebec section of Canadian Constitution. In fact, section 45 of the Canadian Constitution provides for that; it says, and I quote:
45 Subject to section 41, the legislature of each province may exclusively make laws amending the constitution of the province.
This is also the consensus among certain experts. I will quote Benoît Pelletier, a former Quebec cabinet member who is now a law professor at the University of Ottawa. Recently, he was seriously ill with COVID‑19 and I wish him a speedy recovery and good health.
He said, “If you ask me, what the Quebec government is proposing falls under section 45, which is why I said it is constitutional and legal.”
The first point in the motion proposes a constitutional change, which is really quite innovative. This has never been done before and would have an impact on legal interpretation. That impact would not be all-encompassing, but would be certain. Quebec has the prerogative to do this.
The motion proposes to amend the Quebec section of the Constitution to state that Quebec is a nation and that French is its official language. This is part of what New Democrats have long proposed as a progressive force and corresponds to our values. This vision and direction is entirely consistent with the Sherbrooke declaration adopted by the NDP in 2005. I will quote from it, because it is directly relevant to the discussion we are having today.
The Sherbrooke declaration is clear on this matter. It states:
The New Democratic Party recognizes the national character of Québec and believes that that character can be expressed in the context of the Canadian federation.
The national character of Québec is based primarily, but not exclusively, on:
i. a primarily francophone society in which French is recognized as the language of work and the common public language.
That is extremely important. It confirms that culturally, historically, sociologically and politically, Quebec is not a province like the others. It is a nation within the federation.
That is why the NDP advocates something called asymmetrical federalism, which allows Quebec to opt out of new federal programs with financial compensation. It is offered to Quebec based on this recognition of its nationhood.
The nation was recognized more broadly by this Parliament in 2006. Once again, we are not reinventing the wheel. That said, I am very proud that we can recognize a modern, diverse, positive and inclusive Quebec nation that is open to the world. This nation makes room for newcomers, who enrich our shared culture and living space, and for influences from around the world.
In this regard, I would like to take this opportunity to talk about one of the successes of the Charter of the French Language. The third point that I wish to address, after the Constitution and the nation, is the French language.
I would remind the House that French has been the official language since 1974, when the Liberal government of Robert Bourassa passed Bill 22, or “le gros bill”, as Yvon Deschamps would say. This legislation made French the official language in a number of areas. That is when French became the language of legislation and the courts, of public administration, of public utility companies and professional orders, as well as the language of business, work and education, with some exceptions and exclusions. Bill 22 lasted about three years before it was replaced by the Charter of the French Language, also known as Bill 101.
In a Quebec that is open to the world, that welcomes people who want to come here and contribute to the development of our society and our world, one of the great successes of the Charter of the French Language and Bill 101 is, in my opinion, compulsory education in French for the children of immigrants.
I have been a member for a Montreal riding for a few years now. I have lived in Montreal for over 25 years. It is always extremely touching to see boys and girls, from all over the world, speaking to each other in French, playing in French in the schoolyard and having fun in French after school. It is a great achievement of the Quebec government and the Charter of the French Language to have been able to ensure this renewal through the newcomers who join our society and our nation.
I know many people very well who are children of Bill 101. They are people who work for the NDP, but there is also someone with whom I share my life, who works in French and for whom French is the third language. There is a history within the NDP of wanting to strengthen the French position, not only in Quebec, but also in Canada, where the French language is in an extreme minority situation. As has been pointed out several times today, francophones account for about 2% to 3% of North America's population. Not only are francophones a barely represented demographic, but they are also subjected to the cultural influence of the American giant and its cultural imperialism, which overflows its borders and has spread around the world. It is extremely important to remain very vigilant.
In 2013, we accomplished something great when our former member Alexandrine Latendresse succeeded in passing a bill requiring all officers of Parliament, like the Auditor General, to be bilingual. It was a step forward, something important that we wished to have. We have always fought for the right of Quebeckers to work in French and communicate with their employers in French. These are principles of the Charter of the French Language, that is to say the possibility for these workers, who account for about 10% of Quebec's workforce, to have the same rights as those who work for federally regulated businesses.
It is a matter of defending French, as well as a matter of equal rights for workers. We are in an absurd situation right now where a person who works at the credit union has certain language rights that someone who works at a Royal Bank or a Bank of Montreal does not. We need to fix this problem.
Recently, in 2020, I tabled a motion that received unanimous consent in the House. It aimed to recognize the decline of French, as well as the need for a plan to stop the decline and protect French across Canada.
On this third point, I would like to conclude by saying that we do not want this motion to have an adverse effect on the recognition of indigenous languages in Quebec. The National Assembly and the Quebec government have recognized the status of indigenous languages in Quebec for years. One does not preclude the other. Recognizing that French is the common and official language of Quebec should never adversely effect our recognition of indigenous languages and the fact that we want to make sure that they continue to exist and develop in Quebec.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue de New Westminster—Burnaby.
Je suis heureux de prendre part au débat sur cette motion fort intéressante alors que les travaux de la Chambre tirent à leur fin.
La motion à l'étude est assez intéressante, parce qu'elle prend acte de certains faits qui sont assez bien établis, parfois même depuis très longtemps. Cette motion a donc une valeur politique et symbolique, mais n'a pas de valeur contraignante. L'adoption de cette motion ne changera pas grand-chose dans la vie des Québécois et des Québécoises, même si les notions et les concepts évoqués font largement consensus. Depuis cet avant-midi, on constate qu'il y a consensus à la Chambre.
Je ne pense pas que la motion fasse l'unanimité, et il peut y avoir des nuances ainsi que certaines préoccupations. Nous avons d'ailleurs une préoccupation sur un aspect; j'y reviendrai plus tard. Or, je pense que les trois points principaux de cette motion recueillent un très large consensus.
Cette motion contient trois éléments: la Constitution, la nation et la langue française.
En ce qui concerne la Constitution, le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi no 96, lequel propose de modifier la Loi constitutionnelle de 1867 afin d'y insérer les caractéristiques fondamentales du Québec, notamment le fait que les Québécois et les Québécoises forment une nation et que le français est la seule langue officielle du Québec, et qu'elle forme ainsi la langue commune de la nation québécoise.
Plus précisément, ces modifications seraient insérées après l'article 90 de la Loi constitutionnelle de 1867. Cette proposition permettrait au Québec de modifier sa propre constitution. Il pourrait donc modifier la section québécoise de la Constitution canadienne. D'ailleurs, l'article 45 de la Constitution canadienne le stipule:
45 Sous réserve de l'article 41, une législature a compétence exclusive pour modifier la constitution de sa province.
Cela fait aussi consensus auprès de certains experts. Je vais citer Benoît Pelletier, un ancien ministre du gouvernement québécois qui est maintenant professeur de droit à l'Université d'Ottawa. Dernièrement, il a été gravement malade à cause de la COVID‑19 et je lui souhaite un prompt rétablissement et une bonne santé.
Il a dit: « Moi, à mon avis, ce qui est proposé par le gouvernement du Québec tombe sous le couvert de l'article 45, c'est pourquoi j'ai dit que c'est constitutionnel et légal. »
Le premier point de la motion propose un changement constitutionnel et il s'agit tout de même d'une innovation. Cela n'a jamais été fait auparavant et aurait une certaine portée quant à l'interprétation juridique. Cette portée n'est pas totale, mais elle est certaine. Or le Québec a cette prérogative.
La motion propose de modifier la section québécoise de la Constitution pour y inscrire que le Québec forme une nation et que le français est sa langue officielle. Cela fait partie des propositions que les néo-démocrates font depuis longtemps en tant que forces progressistes et cela correspond à nos valeurs. C'est une vision et une orientation qui est en tout point conforme avec la Déclaration de Sherbrooke adoptée en 2005 par ma formation politique. Je vais la citer, parce que cela a un rapport direct avec la discussion que nous avons aujourd'hui.
La Déclaration de Sherbrooke est claire à ce sujet. Elle dit:
Ainsi, le Nouveau Parti démocratique reconnaît le caractère national du Québec et croit que ce caractère peut trouver son expression dans le contexte fédéral canadien.
Ce caractère national du Québec repose notamment, mais non exclusivement, sur:
i. Une société à majorité francophone, dont le français est reconnu comme langue de travail et langue commune de l'espace public.
Cela est extrêmement important. Cela confirme que, culturellement, historiquement, sociologiquement, politiquement, le Québec n'est pas une province comme les autres. Il est une nation au sein de la Fédération.
C'est pour cela que le NPD prône ce qu'on appelle le fédéralisme asymétrique, et qui donne au Québec la possibilité de se retirer des nouveaux programmes fédéraux avec compensation financière. C'est offert au Québec sur la base de cette reconnaissance de la nation.
La nation a été plus largement reconnue par ce Parlement en 2006. Encore une fois, on n'est pas en train de réinventer la roue. Cela dit, je suis très fier du fait que nous puissions reconnaître une nation québécoise moderne, diversifiée, souriante, ouverte sur le monde et inclusive. Cette nation fait place aux nouveaux arrivants, qui enrichissent notre culture commune et notre espace de vie commune, ainsi qu'aux influences provenant d'un peu partout dans le monde.
À cet égard, j'aimerais en profiter pour parler de l'une des réussites de la Charte de la langue française. En effet, le troisième point que je désire aborder, après ceux de la Constitution et de la nation, est celui de la langue française.
Je rappellerai que la langue française est la langue officielle depuis 1974 lorsque le gouvernement libéral de Robert Bourassa fait adopter la loi 22, que nous appelions « le bill 22 » ou « le gros bill », comme dirait Yvon Deschamps. Cette loi faisait du français la langue officielle d'un certain nombre de secteurs. Le français devenait ainsi la langue de la législation et de la justice, de l'administration publique, des entreprises d'utilité publique et des ordres professionnels, ainsi que la langue des affaires, du travail et de l'enseignement, y compris quelques exceptions et quelques exclusions. La loi 22 a eu une durée de vie d'environ trois ans avant d'être remplacée par la Charte de la langue française, aussi appelée loi 101.
Sur ce Québec ouvert sur le monde, qui accueille des gens qui veulent venir contribuer à l'épanouissement de notre société et de notre monde, l'une des très grandes réussites de la Charte de la langue française et de la loi 101 réside, selon moi, dans l'enseignement obligatoire en français pour les enfants d'immigrants et d'immigrantes.
Je suis député d'une circonscription de Montréal depuis quelques années. J'habite à Montréal depuis plus de 25 ans. C'est toujours extrêmement touchant de voir ces petits garçons et ces petites filles, qui viennent de partout dans le monde, parler français entre eux, jouer en français dans la cour d'école et s'amuser en français après les classes. C'est une grande réussite du gouvernement du Québec et de la Charte de la langue française d'avoir été capable d'assurer ce renouvellement par les nouveaux arrivants qui se joignent à notre société et à notre nation.
Je connais très bien plusieurs personnes qui sont des enfants de la loi 101: des gens qui travaillent pour le NPD, mais également quelqu'un avec qui je partage ma vie, qui travaille en français et pour qui le français est la troisième langue. Il existe au NPD un historique quant à la volonté de renforcer la place du français non seulement au Québec, mais également au Canada, où le français se trouve dans une situation extrêmement minoritaire. Comme plusieurs l'ont rappelé aujourd'hui, les francophones représentent environ 2 % à 3 % de la population de l'Amérique du Nord. Non seulement ils sont peu représentés sur le plan démographique, mais les francophones sont confrontés à l'influence culturelle du géant américain, à un impérialisme culturel qui déborde de ses frontières et s'étend partout dans le monde. Il est extrêmement important de demeurer très vigilant.
En 2013, nous avons obtenu un grand succès lorsque notre ancienne députée Alexandrine Latendresse a réussi à faire adopter un projet de loi qui assurait que les agents du Parlement, comme le vérificateur général, soient bilingues. Ce fut une avancée, une chose importante que nous souhaitions. Nous avons toujours lutté pour le droit des travailleurs et des travailleuses du Québec de travailler en français et de communiquer avec leur employeur en français. Ce sont des principes de la Charte de la langue française, c'est-à-dire la possibilité pour ces travailleurs, qui représentent environ 10 % de la main-d'œuvre au Québec, d'avoir les mêmes droits que ceux qui travaillent dans les entreprises de compétence provinciale.
C'est une question de défense du français, mais également d'égalité des droits pour les travailleurs et les travailleuses. On assiste à une situation absurde en ce moment où une personne qui travaille à la caisse populaire a certains droits linguistiques que n'a pas une personne qui travaille à la Banque Royale ou à la Banque de Montréal. Il faut régler ce problème.
Récemment, en 2020, j'ai déposé une motion qui a reçu le consentement unanime de la Chambre et qui visait à reconnaître non seulement le déclin du français, mais également la nécessité d'avoir un plan pour mettre fin à ce déclin et protéger le français un peu partout au pays.
Sur ce troisième point, j'aimerais tout de même souligner en terminant que nous ne voudrions pas que l'actuelle motion vienne nuire à la reconnaissance des langues autochtones au Québec. L'Assemblée nationale et le gouvernement du Québec ont, depuis des années, reconnu un statut aux langues autochtones au Québec. L'un ne va pas contre l'autre. Reconnaître que le français est la langue commune et la langue officielle ne devrait, en aucun cas, venir nuire à cette reconnaissance et au fait que nous voulons assurer non seulement le maintien des langues autochtones au Québec, mais également leur épanouissement.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 11:57 [p.8443]
Madam Speaker, I would like to congratulate my colleague from Rosemont—La Petite‑Patrie and thank him for his speech.
I have two questions for him, and I have no doubt that I will get a clear answer this time.
I would like to know what my colleague thinks about the fact that the government chose to table a bill meeting many of the requests made by the National Assembly today, on an opposition day when the Bloc Québécois tables a motion to recognize and strengthen French as the only official language of Quebec.
My second question for my colleague concerns our motion today. Does he think that the amendment to the amendment proposed earlier, which was not adopted by the House for reasons we are well aware of, would completely change the meaning of the motion tabled by the Bloc Québécois?
Madame la Présidente, je félicite mon collègue de Rosemont—La Petite‑Patrie et le remercie de son discours.
J'ai deux questions à lui poser et je n'ai aucun doute que je recevrai des réponses claires, cette fois.
J'aimerais avoir l'avis de mon collègue sur le fait que le gouvernement a choisi aujourd'hui, c'est-à-dire une journée de l'opposition où le Bloc québécois dépose une motion pour faire reconnaître et renforcer la langue française comme étant la seule langue officielle au Québec, pour déposer un projet de loi qui répond à plusieurs des demandes de l'Assemblée nationale.
La deuxième question que j'aimerais poser à mon collègue concerne la motion que nous déposons aujourd'hui. Est-il d'avis que le sous-amendement qui a été proposé un peu plus tôt, mais qui n'a pas été repris par la Chambre pour des raisons que nous connaissons, viendrait complètement dénaturer le sens de la motion que le Bloc québécois propose aujourd'hui?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, in my opinion, it is very cynical on the part of the Liberal government to use an opposition day of one of the opposition parties that wishes to discuss the French fact to table a bill aimed at modernizing the Official Languages Act at the last minute.
In my opinion, they are making political hay. The idea is to get on the right side of the debate. It is even more cynical, since the bill will not be debated or adopted by the House, whether or not we go to the polls in the fall. It is simply a public relations ploy. I find that unfortunate, because we deserve better than that.
With respect to the amendment, it contradicts the very essence of the motion as it was introduced. It should be deemed procedurally out of order on its face.
Madame la Présidente, à mon avis, c'est effectivement extrêmement cynique de la part du gouvernement libéral d'utiliser la journée de l'opposition de l'un des partis de l'opposition qui veut parler du fait français pour déposer, à la dernière minute, un projet de loi visant à moderniser la Loi sur les langues officielles.
Selon moi, il s'agit d'une récupération politique. L'idée, c'est de rattraper le débat. C'est d'autant plus cynique que ce projet de loi ne sera ni débattu à la Chambre ni adopté par celle-ci, qu'il y ait ou non des élections à l'automne. Ce n'est donc qu'une pure opération de relations publiques. Je trouve cela dommage, puisque nous méritons mieux que cela.
Pour ce qui est de l'amendement, il contredit l'essence même de la motion qui a été présentée. À première vue, il devrait être irrecevable, selon les procédures.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-15 11:59 [p.8443]
Madam Speaker, I know that my colleague is a staunch defender of Quebec and French language rights in Quebec and across the country. I had the great pleasure of welcoming him to Edmonton Strathcona just a couple of weeks ago. He came and met with members of the francophone community in Edmonton, virtually of course.
In addition to what he brought up in his speech, what other ways can he envision protecting language rights for Canadians across the country? What other things would he propose we do to make sure that language rights are protected?
Madame la Présidente, je sais que mon collègue est un ardeur défenseur du Québec et des droits linguistiques des francophones au Québec et ailleurs au pays. J’ai eu l’immense plaisir de l’accueillir dans Edmonton Strathcona il y a quelques semaines. Il a pu rencontrer, en mode virtuel évidemment, des membres de la communauté francophone à Edmonton.
En plus des points qu’il a mentionnés dans son discours, quelles autres mesures envisage-t-il pour protéger les droits linguistiques des Canadiens partout au pays? Quelles autres mesures nous proposerait-il de prendre pour veiller à la protection des droits linguistiques?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for her question. I would also like to thank her for inviting me to meet with representatives of a few Franco-Albertan associations. The meetings were very interesting and enlightening.
I am on the Standing Committee on Official Languages. Right now, we are conducting a study on post-secondary education at certain universities, including Campus Saint-Jean and Université de Moncton. We are also looking at the situation with Laurentian and the initiative involving the University of Sudbury. The federal government needs to do a lot more.
All of the presidents, rectors and associations that testified before the Standing Committee on Official Languages told us there should be a commitment and stable, regular funding for post-secondary education in French across Canada. Not only is this something that the federal government can and should do, it is actually a constitutional obligation.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question. Je la remercie également de m'avoir invité à rencontrer des représentants de certaines associations franco-albertaines. Ces rencontres ont été fort intéressantes et instructives.
Je siège au Comité permanent des langues officielles. En ce moment, nous menons une étude sur l'éducation postsecondaire dans certaines universités, dont le Campus Saint‑Jean et l'Université de Moncton. Nous nous penchons aussi sur le cas de l'Université Laurentienne et sur l'initiative concernant l'Université de Sudbury. Le gouvernement fédéral doit en faire beaucoup plus.
Tous les recteurs et toutes les associations qui ont témoigné devant le Comité permanent des langues officielles nous ont dit avoir besoin d'une implication et d'un financement stable et régulier en matière d'éducation postsecondaire en français, partout au Canada. C'est une chose que le gouvernement fédéral peut et doit faire; c'est même une obligation constitutionnelle.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-15 12:01 [p.8443]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague, the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie.
I would like to highlight one element of his speech that I thought was very apt concerning Quebec's Charter of the French Language. Using French as the language of instruction has helped immensely in integrating newcomers into the French-speaking community, as well as in creating a welcoming place with a common language.
The question I would like to ask my colleague concerns language of work. One day, we will get to grips with the convolutions of the modernized act, which is a political stunt that the federal government is pulling with regard to the French language.
Concerning language of work, would the best solution not be to apply Bill 101, as federally regulated businesses in Quebec are calling for?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue le député de Rosemont—La Petite‑Patrie.
Je tiens à souligner un élément de son discours que je trouve tout à fait à-propos concernant la Charte de la langue française au Québec: la langue d'enseignement a fortement contribué à la francisation des nouveaux arrivants et à la création d'une terre d'accueil de langue commune.
La question que j'aimerais poser à mon collègue porte sur la langue de travail. Un jour, nous allons connaître les détails alambiqués de la modernisation de la Loi, une opération politique du fédéral en matière de langue française.
Concernant la langue de travail, la meilleure solution ne serait-elle pas d'appliquer la loi 101, comme le réclament les entreprises québécoises sous juridiction fédérale?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for her question.
We both worked in the union movement. Using French at work was always very important to the organization I worked for. There were francization committees in institutions and companies. The union also had francization programs and plans. It is extremely important to protect and maintain the French language in the workplace.
Where the federal government can really take action is the 10% of companies under federal jurisdiction. The Quebec government has implemented certain initiatives. It has done some very good work, and I hope it will continue. What we at the federal level need to do is guarantee the right of workers to work and interact in French.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Nous avons tous les deux travaillé dans le milieu syndical. Le français au travail a toujours été très important pour l'organisation au sein de laquelle je travaillais. Il y avait des comités de francisation dans les institutions et les entreprises. La centrale syndicale avait aussi des programmes et des plans relatifs à la francisation. C'est extrêmement important de protéger et de conserver la langue française en milieu de travail.
Là où le gouvernement fédéral peut vraiment agir, c'est sur les 10 % des entreprises sous juridiction fédérale. Le gouvernement du Québec a mis certaines initiatives en place. Il a fait de bonnes choses, et j'espère qu'il en fera d'autres. De notre côté, nous devons garantir le droit des travailleurs et des travailleuses de travailler en français et d'interagir en français.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am pleased to be speaking right after my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie, not only because his speech was extraordinarily profound and important, but also because he is one of the greatest defenders of minority language rights in the House and, of course, the defender of French in Quebec. His words and his actions are proof of that. He understands that we always need to strengthen the French language, not only in Quebec, but across the country. I have an enormous amount of respect and esteem for him.
As the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie just mentioned, today's motion is important, but it merely reiterates things that were already settled in the past. The fact that Quebeckers form a nation was of course recognized and reinforced by a motion in the House of Commons in 2006. The fact that French is the only official language of Quebec has been recognized since 1974, and the fact that French is the common language of the Quebec nation has been recognized for a long time as well. These facts are constantly being reinforced.
There are some concerns about the decline of French. Certain measures are providing hope, which is important, and my party, the NDP, has always been the only one that defends French and wants to strengthen it both in Quebec and across Canada.
Our record makes that clear. As my colleagues know, the NDP was the first party to talk about enacting an official languages act. It was also the first party to proclaim Quebec's right to self-determination, and the first party to advance the rights of linguistic minorities outside Quebec.
I will get back to this a bit later, but it was an NDP provincial government that set up the French-language school systems in British Columbia and Saskatchewan. Once again, in Manitoba, it was an NDP government that enacted the Official Language Act. In Ontario, it was an NDP government that created the college system.
I want to remind the House of our history and the work of NDP members like Léo Piquette in Alberta, Elizabeth Weir in New Brunswick and Alexa McDonough in Nova Scotia. In every respect, the NDP has always understood the importance of French at both the provincial and federal levels. As my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie so eloquently put it, ever since Jack Layton and the NDP adopted the Sherbrooke declaration, we have always borne in mind the need to respect the Quebec nation and to ensure that every federal program allows Quebeckers to opt out with full compensation.
I would also like to talk a bit about the trips I have taken to francophone regions over the course of my life. As my colleagues know, at 24, I decided to learn French, so I moved to Chicoutimi. Even in Chicoutimi at the time, as a young anglophone who spoke only a few words of French, I received services in English at the Jonquière office of the Société d'assurance automobile du Québec when I went to exchange my British Columbia driver's licence for a Quebec one.
In addition to my time in Saguenay—Lac‑Saint‑Jean, I also lived in the Eastern Townships east of Montreal, where I worked for several years at Champlain College and Bishop's University, two entirely English-language institutions in a beautiful region of Quebec where English-language institutions are still alive and well. I also lived in Montreal and in the Outaouais, and in all these places I found well-funded and very pleasant English-language institutions. Whether we are talking about hospitals or schools, the network is there.
What is important is to maintain these institutions, but we must especially make sure that French is protected and that it can develop throughout Quebec. This is an important aspect of what the NDP has always supported. Where I differ from my colleagues in the Bloc Québécois, is about the need to talk about the importance of French outside Quebec.
I worked in northern New Brunswick and in Acadian territory, and I can say that the French language and French-language institutions are extremely strong there. That is important for the francophonie across Canada. Having also worked and lived in eastern Ontario, and as a francophile from British Columbia, I understand the importance of these French-language institutions, as well as of the federal government that finances and supports them across the country. This has not been the case in recent years, under either the Conservatives or the Liberals. The underfunding of French-language institutions puts the very strength and prosperity of francophone communities at risk.
In British Columbia, where I now live, the number of francophones is on the rise. Several factors contribute to this increase. One of the important elements is the fact that, in British Columbia, there are francophiles, people like me, especially young people, who are learning French as a key asset for supporting the francophonie in British Columbia.
I am now one of 300,000 French speakers in British Columbia. This is an important point that is not often considered by my colleagues in the Bloc Québécois. The fact that there are 300,000 of us and that the number keeps rising reinforces the cultural aspect and the importance of the cultural economy of French in Canada. When Quebec or Acadian artists come to Vancouver, they perform before packed houses. The vitality of the francophone community is apparent everywhere in British Columbia. It is apparent in the increase not only in the number of francophones, but in the number of francophiles as well. Francophiles are often the ones packing the house. Right now, with COVID‑19, there are few performances, but we hope to see that change soon.
The fact that francophiles contribute to this major increase in the popularity of French in British Columbia has a lot to do with the fact that parents stand in line for an entire weekend to register their children for French immersion. There are a number of French schools for people whose first language is French, but there is also a system of French immersion schools. As a result, there are more and more consumers of Quebec, Acadian and Franco-Ontarian cultural products. This contributes to the growth of French on a national scale.
It is very clear that French must be strengthened in Quebec. I do not deny that, and the NDP fully supports that idea and the measures that come with it, but it is also important to have a federal government that strengthens the presence of francophone institutions across the country. This is the best way to strengthen French across Canada and truly build a future where the French language can thrive across the country.
Madame la Présidente, cela me fait vraiment plaisir de parler tout de suite après mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie, pas seulement parce que son discours a été extraordinairement profond et important, mais aussi parce qu'il est à la Chambre des communes un des plus grands défenseurs des droits des minorités linguistiques et le défenseur, bien sûr, du français au Québec. Ses actions et son travail le démontrent bien. Il comprend bien qu'il faut toujours renforcer le français, pas seulement au Québec, mais partout au Canada. J'ai énormément de respect et d'estime pour lui.
Comme le député de Rosemont—La Petite-Patrie vient de le dire, la motion d'aujourd'hui est importante, mais réitère des choses qui ont déjà été décidées dans le passé. Le fait que les Québécoises et les Québécois forment une nation a bien sûr été entériné et renforcé par une motion de la Chambre des communes en 2006. Le fait que le français soit la seule langue officielle du Québec est reconnu depuis 1974. Quant au fait que le français est la langue commune de la nation québécoise, il est reconnu depuis longtemps. Ces faits sont toujours renforcés.
Il existe certaines inquiétudes liées au déclin du français. Certaines mesures donnent de l'espoir, c'est important, et ma formation politique, le NPD, a toujours été la seule à toujours défendre le français et à vouloir le renforcer, tant au Québec que partout au pays.
Notre dossier ne laisse aucun doute à ce sujet. Comme mes collègues le savent, le NPD a été le premier parti à parler de mettre en place une loi sur les langues officielles. C'est aussi le premier parti à proclamer le droit à l’autodétermination du Québec, et le premier parti à avancer le droit des minorités linguistiques à l'extérieur du Québec.
Je vais y revenir tout à l'heure, mais c'est un gouvernement néo-démocrate provincial qui a mis en place le réseau des écoles francophones en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Au Manitoba, encore une fois, c'est un gouvernement néo-démocrate qui a promulgué la Loi sur les langues officielles. En Ontario, c'est un gouvernement néo-démocrate qui a créé le réseau collégial.
Je rappelle notre passé et le travail de députés néo-démocrates, qu'il s'agisse de Léo Piquette en Alberta, d'Elizabeth Weir au Nouveau-Brunswick ou d'Alexa McDonough en Nouvelle-Écosse. À tous les égards, le NPD, que ce soit au niveau provincial ou fédéral, a toujours avancé l'importance du français. Comme mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie l'a si bien dit, depuis que Jack Layton et le NPD ont adopté la Déclaration de Sherbrooke, nous gardons toujours à l'esprit cette notion que la nation québécoise doit être respectée et que tout programme fédéral doit prévoir un droit de retrait avec pleine compensation pour les Québécois et les Québécoises.
J'aimerais aussi parler un peu des voyages que j'ai effectués au cours de ma vie dans les régions francophones. Comme mes collègues le savent, à 24 ans, j'ai décidé d'apprendre le français et j'ai déménagé à Chicoutimi. Même à Chicoutimi, à l'époque, en tant que jeune anglophone qui parlait à peine quelques mots de français, j'ai reçu des services en anglais au bureau de Jonquière de la Société d'assurance automobile du Québec quand j'y suis allé pour faire changer mon permis de conduire de la Colombie-Britannique pour un du Québec.
En plus du Saguenay—Lac‑Saint‑Jean, j'ai aussi vécu en Estrie, à l'est de Montréal, où j'ai travaillé pendant plusieurs années au Collège Champlain et à l'Université Bishop's, deux institutions entièrement anglophones dans une super belle région du Québec où, là encore, les institutions de langue anglaise se portent très bien. J'ai aussi vécu à Montréal et dans l'Outaouais et, partout, j'ai vu des institutions pour la communauté anglophone qui étaient bien financées et très plaisantes. Qu'il s'agisse d'hôpitaux ou d'institutions d'éducation, le réseau est là.
L'important est de conserver ces institutions, mais il faut surtout s'assurer que le français est protégé et qu'il peut vraiment s'épanouir partout au Québec. C'est un élément important de ce que le NPD a toujours prôné. Là où je diffère de mes collègues du Bloc québécois, c'est sur le fait de parler aussi de l'importance du français à l'extérieur du Québec.
J'ai travaillé dans le nord du Nouveau‑Brunswick et en pays acadien, et je peux dire que la langue et les institutions francophones y sont extrêmement fortes. C'est important pour l'ensemble de la francophonie canadienne. Ayant travaillé et vécu aussi dans l'Est ontarien, et comme francophile de la Colombie‑Britannique, je peux dire l'importance de ces institutions francophones, et du gouvernement fédéral qui les finance et les appuie partout au pays. Cela n'a pas été le cas depuis plusieurs années, tant sous les conservateurs que sous les libéraux. Le sous‑financement des institutions francophones précarise la force même et la prospérité des communautés francophones.
Maintenant, en Colombie‑Britannique, où je vis, le nombre de francophones continue d'augmenter. Plusieurs facteurs contribuent à cette hausse dans la communauté francophone. L'un des éléments importants est le fait que, en Colombie‑Britannique aussi, on voit les francophiles, des gens comme moi, surtout des jeunes, qui apprennent le français comme un atout important pour le soutien à la francophonie en Colombie‑Britannique.
Nous sommes maintenant 300 000 à parler le français en Colombie‑Britannique. C'est un aspect important qui n'est pas souvent considéré par mes collègues du Bloc québécois. Le fait que nous soyons 300 000 et que cela continue d'augmenter renforce l'aspect culturel et l'importance de l'économie culturelle du français au pays. Quand les artistes du Québec ou de l'Acadie viennent à Vancouver, ils font souvent salle comble. Il y a une importante vitalité de la communauté francophone partout en Colombie‑Britannique. Elle est démontrée, non seulement par la hausse du nombre de francophones, mais aussi dans la hausse du nombre de francophiles. Ce sont souvent les francophiles qui occupent les sièges lorsque la salle est comble. Présentement, avec la COVID‑19, c'est sûr que les salles de spectacles ne sont pas très présentes, mais nous espérons que cela se replace bientôt.
Que la communauté des francophiles contribue à cette importante hausse du français en Colombie‑Britannique est souvent dû au fait que des parents font la file pendant toute une fin de semaine pour inscrire leurs enfants à une école d'immersion française. Il y a de multiples écoles de programme‑cadre, les écoles francophones pour les personnes ayant le français comme langue maternelle, mais il y a aussi ce réseau des écoles d'immersion. Grâce à cela, il y a de plus en plus de consommateurs et de consommatrices des produits culturels québécois, acadiens et franco‑ontariens. Cela contribue à l'essor du français à l'échelle national.
Il est très clair qu'il faut renforcer le français au Québec. Je ne le nie pas et le NPD appuie pleinement cette idée‑là et les mesures qui viennent avec, mais il est aussi important d'avoir un gouvernement fédéral qui renforce la présence des institutions francophones dans tout le pays. C'est la meilleure recette pour renforcer le français partout au Canada et créer véritablement un avenir où la langue française peut s'épanouir à l'échelle du pays.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2021-06-15 12:13 [p.8445]
Madam Speaker, it is true that today’s motion does not really have any legal weight, but we must not lump it together with Bill 96. We are hearing a lot today about how the amendments proposed by the Bloc Québécois are symbolic. I totally disagree, because they clearly have a binding aspect. I am certain that any constitutional provision can be binding.
What does my colleague have to say about that?
Does he believe that the motion introduced by the Bloc Québécois is binding?
Madame la Présidente, il est vrai que la motion d'aujourd'hui n'a pas vraiment de portée juridique, mais il ne faut pas mettre cela dans le même sac que le projet de loi 96. On entend beaucoup dire, aujourd'hui, que les modifications apportées par le Bloc québécois sont symboliques. Je ne suis absolument pas d'accord, parce qu'il est clair qu'elles ont un aspect contraignant. Toute disposition constitutionnelle peut avoir une portée contraignante, j'en suis convaincu.
Que dit mon collègue de cela?
Croit-il que la motion déposée par le Bloc québécois a une portée contraignante?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, as I said earlier, it reinforces important aspects of things that have already been reiterated in the House of Commons in 2006 and in the Quebec National Assembly in 1974. It is important to raise these points, and I see that these are things that everyone could support.
I will reiterate the important comment made by my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie, which is that it is important to make it clear that we also want to see indigenous languages thrive in Quebec and throughout Canada. This is an important aspect that must be reiterated, and I am pleased that the member for Rosemont—La Petite-Patrie—
Madame la Présidente, comme je l'ai dit tout à l'heure, cela renforce des aspects importants de choses qui ont déjà été réitérées à la Chambre des communes en 2006 et à l'Assemblée nationale en 1974. C'est important de soulever ces éléments, et je vois que ce sont des choses que tout le monde pourrait appuyer.
Je vais réitérer le commentaire important que mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie a fait, c'est-à-dire qu'il est important de dire clairement que nous voulons aussi voir les langues autochtones s'épanouir au Québec et partout au Canada. C'est un aspect important qu'il faut réitérer, et je suis content que le député de Rosemont—La Petite-Patrie...
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2021-06-15 12:14 [p.8445]
Madam Speaker, I have a simple question.
When it comes to Canada's francophonie, Quebec is seen as the brightest light in the country. The member mentioned the Acadians, who are part of Canada's francophonie.
Can he tell us how Quebec can work with the provinces to promote small francophone communities in the rest of Canada, like mine, where the common language is French?
Madame la Présidente, j'aimerais poser une question simple.
Quand il est question de la francophone canadienne, le Québec est vu comme la lumière rayonnante du pays. Le député a mentionné les Acadiens, qui font partie de la francophonie canadienne.
Peut-il nous dire comment le Québec peut travailler avec les provinces pour promouvoir les petites communautés francophones dans le reste du Canada, comme la mienne, où la langue commune est le français?
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I thank my colleague for the question.
Of course Nova Scotia has an extremely prosperous Acadian community. It has networks of co‑operatives and credit unions. It is very exciting to see the renewed prosperity of the Acadian community in Nova Scotia and Prince Edward Island. It is encouraging.
Now, the federal government has a role to play in funding francophone institutions. The problem is that for several years, this area has been neglected by both the current Liberal government and the former Conservative government.
The NDP supports the development of francophone communities across the country. Naturally, if an NDP government is elected in the coming months, that is what we will work on. It is vital to our collective future.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Bien sûr, en Nouvelle‑Écosse, on voit une communauté acadienne extrêmement prospère. On voit des réseaux de coopératives et des caisses populaires. C'est extrêmement excitant de voir la prospérité renouvelée de la communauté acadienne en Nouvelle‑Écosse et à l'Île‑du‑Prince‑Édouard aussi. C'est encourageant.
Maintenant, le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans le financement des institutions francophones. Le problème, c'est que, depuis plusieurs années, on voit une négligence à cet égard, à la fois de la part du gouvernement libéral actuel et de l'ancien gouvernement conservateur.
Le NPD préconise l'épanouissement des communautés francophones partout au pays. Bien sûr, si un gouvernement néo-démocrate est élu dans les prochains mois, c’est là-dessus que nous allons travailler. C'est vital pour notre avenir collectif.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my colleague from New Westminster—Burnaby briefly mentioned indigenous languages in his remarks. I wonder if he could expand on that with respect to my riding of South Okanagan—West Kootenay and the indigenous language of Nsyilxc?n. Only perhaps 100 or 200 people are left in the world who speak that language. Indigenous languages need protection and support to thrive after years of residential school and the brutal suppression of these languages.
Madame la Présidente, mon collègue de New Westminster—Burnaby a mentionné brièvement les langues autochtones dans son discours. J’aimerais qu’il approfondisse le sujet en ce qui concerne ma circonscription, South Okanagan—West Kootenay, et la langue autochtone Nsyilxc?n. Il ne reste peut-être que 100 ou 200 personnes qui parlent cette langue dans le monde entier. Il faut protéger et soutenir les langues autochtones, afin qu’elles prospèrent après des années de pensionnats et de répression implacable.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my colleague from South Okanagan—West Kootenay always asks very pertinent, relevant questions in the House.
This has been a national tragedy. Combined with what we have learned and continue to learn about the genocide over the past few weeks, this is a question of emergency. Many indigenous languages have already perished. We see young indigenous activists attempting by every means possible to revive those languages. They need substantial supports from the federal government. The federal government loves to support banks and billionaires. The government needs to put a priority on supporting indigenous languages in peril and those that are still strong and need additional reinforcements.
Madame la Présidente, mon collègue d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest pose toujours des questions très pertinentes à la Chambre.
C'est une tragédie nationale. Si l'on ajoute à cela ce que nous avons appris sur le génocide ces dernières semaines — et ce n'est pas fini —, c'est une question urgente. De nombreuses langues autochtones ont déjà disparu. De jeunes militants autochtones tentent par tous les moyens de raviver ces langues. Ils ont besoin d'une aide substantielle du gouvernement fédéral. Or, le gouvernement fédéral aime soutenir les banques et les milliardaires. Il doit plutôt soutenir les langues autochtones en péril et celles qui sont encore bien vivantes, mais qui ont besoin d'appuis supplémentaires. Ce doit être une priorité.
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to start by marking the 30th anniversary of my wonderful political family, the Bloc Québécois. Officially born at a founding convention on June 15, 1991, the Bloc Québécois has been the only federal political party dedicated solely to defending the values and interests of Quebeckers for the past three decades.
I would also like to point out that the first member elected following the creation of my riding of Laurentides—Labelle in 2003 was Bloc Québécois MP Johanne Deschamps, who served three terms between 2004 and 2011. It was in fact from Ms. Deschamps that I got to learn the trade. I worked as her political aide from 2009 to 2011. I have learned a lot over the past few months, and I am still learning. It was a privilege to have this experience.
The women and men who make up the great Bloc Québécois family have been working for 30 years. I just want to take a minute to show just how proud we can be of our achievements.
The Bloc Québécois is working for Quebec culture. For example, there is Bill C‑10, so ably defended by the member for Drummond.
We are working for agriculture, particularly through my esteemed colleague from Berthier—Maskinongé's sustained defence of supply management.
We are striving to protect the environment by frequently speaking in favour of climate accountability and ending federal subsidies for fossil fuels. This cause is being championed by the all-female duo of the members for Repentigny and Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
We are working for Quebec's economy by presenting demands and applying pressure to obtain a real federal aerospace policy, support the development of Quebec's forestry industry and defend our Quebec businesses. My colleagues from Joliette, Saint-Hyacinthe—Bagot and Jonquière are doing remarkable work on these issues.
We are working for border security by calling for oversight of border management. I am thinking of our member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia among others.
Of course, we are working for the sound management of government business by holding the government's feet to the fire on issues that represent a conflict of interest, whether it is the partisan appointment of judges or the awarding of contracts to Liberal friends. I salute the hard work of my colleague from Rivière-du-Nord. I have been working alongside him for the past 14 months.
I would like to highlight the Bloc Québécois's efforts to improve employment insurance by proudly proposing to increase the number of weeks of sickness benefits. I salute my colleague from Salaberry—Suroît and her Émilie Sansfaçon bill.
We are working for health care by continuing to demand that the government increase health transfers. My colleagues from Montcalm and Joliette are working on this file.
We are also working for seniors by continuing to press for an increase to old age security. I want to commend my colleague from Shefford for her work on this file.
Today is a big day, a very important day for us. On this, our party's 30th anniversary, we have moved a motion stating:
That the House agree that section 45 of the Constitution Act, 1982, grants Quebec and the provinces exclusive jurisdiction to amend their respective constitutions and acknowledge the will of Quebec to enshrine in its constitution that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
Today we are not asking the House whether it agrees with Bill 96 or whether it thinks Quebec should enshrine in its constitution that Quebeckers form a French-speaking nation. We are calling on the House to acknowledge a reality.
The amending formula to section 45 allows, or rather would allow, since I am hoping to hear in all the speeches that each and every one of us supports the motion, Quebec and every other province to amend its Constitution. That is a fact. Quebeckers chose to use this tool to enshrine in their constitution that they form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also its common language. That too is a fact. I remind the House that our motion merely asks that the House agree, as I said before, that Quebec has the right to do this and that the motion basically uses the wording of the Constitution Act, 1982.
To clarify the terms of our motion for those watching, I will simply give the example of the term “nation”. A bit of research will tell us that, when applied to a state or territory, it can be synonymous with “country”. That is what we mean when we speak of the United Nations, of which Quebec cannot be a member because it is not sovereign.
The motion states that Quebec is a nation. What does that mean? It is not about becoming a country. The motion calls on the House to recognize that Quebeckers form a nation. The Larousse dictionary defines the word “nation” as a large community of people, typically living within the same territory and having, to a certain extent, a shared history, language, culture and economy. The Robert dictionary defines “nation” as a group of people, generally large, characterized by awareness of its unity and a desire to live together. This is what today's motion is all about. I do not know what my colleagues think, but it makes me think a lot about Quebeckers and what we are experiencing today.
No matter how we turn the question over, it is obvious that Quebeckers form a nation, especially since October 30, 2003, when the Quebec National Assembly unanimously adopted the following motion: “That the National Assembly reaffirm that the people of Québec form a nation.” We agree that passing this motion will reinforce the consensus in Quebec.
There is a reason the Quebec National Assembly specified that it was reaffirming the existence of the nation of Quebec. In fact, this resolution reiterated what all Quebec governments have been saying for decades, namely, that the Canadian confederation is a treaty of union between two nations. Members spoke about this earlier.
Obviously, Quebeckers' conception of their nation has changed over the years. We see ourselves less and less as a minority within Canada and increasingly as a separate nation with its own territory called Quebec and a national government called the Government of Quebec.
Anyone who joins us on this great adventure to build a French-speaking society in North America is as much a Quebecker as the descendants of the 17th-century French colonists, and that is a good example of the Quebec nation's inclusiveness.
In closing, I would like to talk about an experience I had a few days ago. I want to recognize Jessy Gareau, a young graduate from the Centre collégial de Mont‑Laurier who signed an open letter in the Journal de Montréal. He is only 21 years old and he wrote the following, and I quote: “to adopt the necessary measures in our time to save French in Quebec”.
I commend Jessy, and I am sure that—
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je désire souligner le 30e anniversaire de ma belle famille politique, le Bloc Québécois. Officiellement né lors d'un congrès de fondation, le 15 juin 1991, le Bloc Québécois est depuis maintenant trois décennies la seule formation politique œuvrant sur la scène fédérale à se préoccuper uniquement de la défense des valeurs et des intérêts des Québécoises et des Québécois.
Je tiens également à souligner que la première députée élue à la suite de la création de ma circonscription de Laurentides—Labelle, en 2003, a été la bloquiste Johanne Deschamps, qui a fait trois mandats entre 2004 et 2011 au service de la population. C'est justement auprès de Mme Deschamps que j'ai eu la chance d'apprendre le métier. J'ai œuvré à ses côtés de 2009 à 2011 en tant qu'attachée politique. J'ai beaucoup appris au cours des derniers mois et j'apprends toujours. Ce fut un privilège de vivre cette expérience.
Ces femmes et ces hommes du Bloc québécois, qui composent cette grande famille, œuvrent depuis 30 ans. Je vais prendre une minute pour démontrer à quel point nous pouvons être fiers.
Le Bloc québécois travaille pour la culture québécoise. On peut penser au projet de loi C‑10, si bien défendu par le député de Drummond.
Nous travaillons pour l'agriculture, notamment par la défense soutenue de la gestion de l'offre par mon estimé collègue de Berthier—Maskinongé.
Nous cherchons à protéger l'environnement à l'aide de nos interventions répétées en faveur de la responsabilité climatique et de l'arrêt du financement fédéral aux énergies fossiles. Cette cause est soutenue par un duo féminin, les députées de Repentigny et d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
Nous travaillons pour l'économie du Québec en présentant des demandes et en exerçant des pressions afin d'obtenir une véritable politique fédérale en matière d'aéronautique, de soutenir le développement de l'industrie forestière québécoise et de défendre nos entreprises québécoises. Mes collègues de Joliette, de Saint‑Hyacinthe—Bagot et de Jonquière font un travail remarquable de ce côté-là.
Nous travaillons pour la sécurité aux frontières en exigeant une vigilance pour la gestion de la frontière. Je pense entre autres à notre députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
Évidemment, nous travaillons pour la saine gestion des affaires de l'État en talonnant le gouvernement sur les dossiers qui représentent un conflit d'intérêts, qu'il s'agisse de la nomination partisane des juges ou de l'octroi de contrats à des proches du Parti libéral. Je salue le travail acharné de mon collègue de Rivière‑du‑Nord. J'ai moi-même travaillé à ses côtés au cours des 14 derniers mois.
Je soulignerai l'acharnement du Bloc québécois à vouloir améliorer l'assurance-emploi, en proposant fièrement de faire augmenter le nombre de semaines de prestations de maladie de l'assurance-emploi. Je salue ma collègue de Salaberry—Suroît et son projet de loi d'Émilie Sansfaçon.
Nous travaillons pour la santé en répétant la demande d'augmenter les transferts en santé. Ce sont mes collègues de Montcalm et de Joliette qui travaillent sur ce dossier.
Enfin, nous travaillons pour les aînés en exerçant des pressions soutenues pour la hausse de la pension de la Sécurité de la vieillesse. Je salue ma collègue de Shefford pour cela.
Aujourd'hui, c'est toute une journée. Elle est très importante pour nous. En ce 30e anniversaire de notre formation politique, nous déposons une motion qui réclame:
Que la Chambre convienne que l’article 45 de la Loi constitutionnelle de 1982 confère au Québec et aux provinces la compétence exclusive pour modifier leurs constitutions respectives, et prenne acte de la volonté du Québec d’inscrire dans sa constitution que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu’il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
Aujourd'hui, nous ne demandons pas à la Chambre si elle est d'accord sur la loi 96 ou sur le fait que le Québec inscrive dans sa constitution que les Québécoises et les Québécois forment une nation de langue française, nous demandons à la Chambre de prendre acte d'une réalité.
La formule d'amendement, à l'article 45, permet, ou plutôt permettrait au Québec — j'ose espérer entendre dans tous les discours que chacun de nous est en faveur de la motion — comme à toutes les provinces de modifier leur Constitution. C'est un fait. Ainsi, les Québécoises et les Québécois ont choisi d'utiliser cet outil pour inscrire dans leur Constitution qu'ils forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu'il en est aussi la langue commune. Cela aussi, c'est un fait. Je rappelle que notre motion se contente de demander que la Chambre convienne, comme je le disais tantôt, que le Québec en a le droit et qu'elle reprend essentiellement le libellé même de la Loi constitutionnelle de 1982.
Afin de clarifier pour les gens qui nous écoutent les termes de notre motion, je vais simplement prendre l'exemple du terme « nation ». Quelques recherches nous apprendront que, lorsqu'il s'applique à un État ou un territoire, il peut être synonyme de pays. C'est ce qu'on entend lorsqu'on parle des Nations unies, dont le Québec ne peut être membre, parce qu'il n'est pas souverain.
La motion affirme que le Québec est une nation. Qu'est-ce que cela veut dire? Il ne s'agit pas de devenir un pays. Elle demande à la Chambre de reconnaître que les Québécoises et les Québécois forment une nation. Selon le Larousse, le mot « nation » désigne une « grande communauté humaine, le plus souvent installée sur un même territoire et qui possède une unité historique, linguistique, culturelle, économique plus ou moins forte. » Selon le Robert, il désigne aussi un « groupe humain, généralement assez vaste, qui se caractérise par la conscience de son unité [...] et la volonté de vivre en commun. » C'est le sens de la motion d'aujourd'hui. Je ne sais pas ce qu'en pensent mes collègues, mais cela me fait grandement penser aux Québécoises et aux Québécois et à ce que nous vivons aujourd'hui.
Alors, peu importe de quelle façon on va retourner la question, il est évident que les Québécoises et les Québécois forment une nation, à plus forte raison depuis le 30 octobre 2003, date à laquelle l'Assemblée nationale du Québec adoptait à l'unanimité la motion suivante: « Que l'Assemblée nationale réaffirme que le peuple québécois forme une nation. » L'adoption de cette motion renforce encore plus le consensus au Québec, on en conviendra.
Ce n'est pas pour rien que l'Assemblée nationale du Québec spécifiait qu'elle réaffirmait l'existence de la nation québécoise. En effet, la résolution répétait ce que tous les gouvernements du Québec disent depuis des décennies, notamment que la Confédération canadienne est un pacte d'union entre deux nations. On en a parlé plus tôt.
Au fil des ans, la conception que les Québécoises et les Québécois ont de leur nation a évidemment évolué. Nous nous voyons de moins en moins comme une minorité au sein du Canada et plutôt comme une nation à part entière dont le territoire national est le Québec et dont le gouvernement national est le gouvernement québécois.
Quiconque se joint à nous pour poursuivre cette belle aventure qui consiste à bâtir une société francophone en Amérique du Nord est aussi Québécois que le descendant des colons français du XVIIe siècle, et cela, c'est un bel exemple de l'inclusion dont fait preuve la nation québécoise.
En conclusion, j'aimerais parler de ce que j'ai vécu il y a quelques jours. Je salue Jessy Gareau, un jeune diplômé du Centre collégial de Mont‑Laurier qui a signé une lettre ouverte dans le Journal de Montréal. Il a seulement 21 ans, et il a écrit ceci: « [...] d'adopter les mesures nécessaires à notre époque pour sauver le français au Québec. »
Je salue Jessy, et je suis convaincue...
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2021-06-15 12:37 [p.8448]
Madam Speaker, I thank my colleague for her heartfelt speech. It is clear that the Bloc Québécois is proud to support and promote the French language and can be counted on to do so.
My question is this: Is there anything my colleague would like to say that she did not have time to tell us?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours bien senti. On sent la fierté et la fiabilité du Bloc pour ce qui est de soutenir et de promouvoir la langue française.
Ma question est la suivante: qu'est-ce que ma collègue aurait aimé nous dire qu'elle n'a pas eu le temps de nous dire?
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
That is a great question, Madam Speaker. I will take only 30 seconds to answer it.
It is about doing more of what we have been doing for the past 30 years. Our leader talked about the fact that we hear more and more people speaking French on the street. People are proud of our French language, culture and songs, among other things.
Today, we are taking note of that. We cannot disagree on that.
Madame la Présidente, c'est une belle question. Je prendrai seulement 30 secondes pour y répondre.
En fait, il s'agit de multiplier tous nos gestes des 30 dernières années. Notre chef a parlé du fait qu'on entend de plus en plus les gens discuter en français dans la rue. Les gens sont fiers de notre langue française, de sa culture et ses chansons, entre autres.
Aujourd'hui, nous en prenons acte. On ne peut pas être en désaccord sur cela.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech.
I want to share her enthusiasm and love for the French language, especially with the children of newcomers. I find it very touching.
Would this motion recognizing that French has been the official language since 1974 and the common language not hinder the National Assembly from recognizing indigenous languages, the languages spoken by those who lived on our land before the first settlers arrived?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue pour son discours.
Je tiens à partager son enthousiasme et son amour de la langue française, surtout avec les enfants des nouveaux arrivants. Je trouve cela très touchant.
La reconnaissance dans cette motion du fait que le français est la langue officielle depuis 1974 et la langue commune ne vient-elle pas contrecarrer la reconnaissance par l'Assemblée nationale des langues autochtones, c'est-à-dire de ceux qui peuplaient notre territoire avant l'arrivée des premiers colons?
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I agree that there are various steps to take. Today's step is specific recognition, an acknowledgement regarding the French language in Quebec.
I spoke earlier about inclusion. We are a big family. We can discuss this with my colleague. We are making a clarification. The motion introduced today recognizes the Quebec nation with French as the main language spoken.
Madame la Présidente, j'entends qu'il y a différents pas à faire. Celui d'aujourd'hui est une reconnaissance spécifique, un état de fait concernant la langue française au Québec.
J'ai parlé plus tôt d'inclusion. C'est une grande famille. Donc, nous pourrons en discuter avec mon collègue. Nous apportons une précision. La motion déposée aujourd'hui est la reconnaissance de la nation québécoise dont la langue française est la principale langue parlée.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-06-15 12:40 [p.8448]
Madam Speaker, the subject we are debating today is pretty straightforward.
Quebec is a nation. The Conservatives made that declaration in the House in 2006, but it was followed by the words “within a united Canada”. We have deleted those words because they are not really relevant, and that is not what Bill 96 says. It seeks to enshrine in the Constitution that Quebec is a nation. The first observation is quite obvious.
Can this be added to its constitution? Constitutional experts agree that it can. Quebec is a nation with French as its common language, the official language.
Is anyone in the House surprised to me hear me say this? No, of course not.
French has been the official language of Quebec since 1974 and, I would remind the House, its only official language. No one should have a problem with enshrining this in the Constitution.
Does this threaten anglophones in Quebec? Not at all. The anglophone minority in Quebec is among the most privileged in the world, and that will not change.
When Bill 101 was introduced in 1977, some people panicked. Some wanted to move away.
He said, “If you don't like 101, take the 401.”
These people wanted to leave because they thought that it would be the end of their benefits and their rights, and I dare not use the word privileges. When I look at Quebec today I can say that I am not worried about the anglophone minority. It has its universities and no problem getting services in English or using that language throughout Quebec. I have a hard time when someone tells me the opposite.
Is Quebec a nation? The member for Joliette mentioned Lord Durham. In Quebec that individual wanted to extinguish our nation. He believed that Quebeckers were a people without a history or culture and that our salvation was assimilation. That is what Lord Durham used to say. When the member for Joliette mentioned Lord Durham in the House a year ago, there was applause and I never got over it.
I am not talking about Lord Durham to reiterate that dark prediction. In his day, he wanted francophones to assimilate. Today we are talking about French and there are 32 of us here who only speak French in the House. That is one way to thumb our nose at Lord Durham. We can be proud of that. We have been here for 30 years, proving Lord Durham wrong.
I did not bring up Lord Durham just to grumble about him. He said some interesting things, and I will even quote him. In 1838, the Queen instructed Lord Durham to find a solution to the Patriote rebellion. He said, “I expected to find a conflict between a government and a people, but instead found two nations at war within the same state.” Even Lord Durham said there were two nations in Canada. That is not something we made up.
The Quebec nation's name has changed over time, but it well and truly exists. Quebec and Quebeckers are a paradox. They are resilient yet threatened by an anglophone sea and a federal government that has always wanted to weaken their nation.
In 1867, our status as a minority in Canada was institutionalized. We accounted for 33% of Canadians and one of the four provinces. From the federal government's perspective, we were a province. That was Lord Durham's goal. We were on our way to the sad fate Lord Durham had in mind for us.
Resilient to the core, we fought back with the revenge of the cradle. Many francophones went to the United States. Names such as Cartier and Barrière became Carter and Gates. Over the course of two waves of emigration, two million people left for the United States. Even so, the people resisted, producing very large families with 10 children on average and sometimes 14 or 15. Many families had 14 children and 170 grandchildren. Sometimes name tags were needed to tell who was who. That was Quebec in the 19th century. The people fought back through the revenge of the cradle.
The fact that Quebec is a nation is how we managed to resist being swallowed up by the Canadian federation. While the Canadian state subverted the people of Quebec, the Quebec nation became a vector for our survival. The Quiet Revolution, which drove economic growth, gave Quebeckers access to management positions. At the time, we were told that we were born to accept crumbs. Who stood up to challenge that notion and to say that we were capable of managing a business and achieving great things? Who stood up to say that we were going to build dams to prove it?
The Government of Quebec made room not just for French-speaking Quebeckers but also for Quebeckers of all kinds. It told us that we were capable of achieving great things. We were masters in our own house, as Jean Lesage used to say.
Bill 101 was adopted in 1977, and this legislated the use of French as the language of Quebec. Yes, there are anglophones in Quebec and we do protect their rights. We were eventually proven right. Anglophones were protected, which was a good thing, as they are part of Quebec's landscape. We can be proud of Leonard Cohen. That is the how it is in a modern Quebec. Nevertheless, Quebec has a common language, and everyone needs to understand it. It is important.
On the one hand, the Government of Quebec helped us resist, peacefully of course. On the other, we were crushed. In 1982, the word was multiculturalism. Quebec was no longer one of two founding peoples. It was no longer one of four provinces, not even one of 10 provinces. It was just one of many other cultures. That was our new status. That is what the federal powers that be had in mind for us. To make that happen, the government set out to dismantle Bill 101 piece by piece, turning everything upside down and threatening our survival.
The Prime Minister boasted about how Canada would be the world's first post-national country, but Quebec will never be post-national because Quebec is a nation. All 32 Bloc members are here to make that clear and to tell the federal government that it must respect what Quebec wants and what the Government of Quebec wants to do to protect our reality, our language, our culture and our future.
Madame la Présidente, nous débattons aujourd'hui sur un sujet assez évident.
Le Québec est une nation. En 2006, les conservateurs l'avaient justement déclaré à Chambre, mais cela était accompagné par les mots « dans un Canada uni ». Nous avons supprimé ces mots parce que cela n'a pas vraiment de lien, et ce n'est pas ce que dit la loi 96. Elle veut inscrire dans la Constitution que le Québec est une nation. Le premier constat est assez évident.
Est-ce qu'on peut l'inclure dans sa Constitution? Les constitutionnalistes sont d'accord sur cela. Le Québec est une nation avec une langue commune française. C'est sa langue commune, la langue officielle.
Est-ce que je surprends quelqu'un à la Chambre en disant cela? Non, cela va de soi.
Depuis 1974, le français est la langue officielle du Québec. Rappelons-nous: c'est la seule langue officielle. Alors personne ne va devenir fou si on l'inscrit dans la Constitution.
Est-ce que les anglophones du Québec sont menacés? Ils ne le sont pas du tout. La minorité anglophone au Québec est parmi les plus choyées au monde, et cela va continuer ainsi.
Quand on a instauré la loi 101 en 1977, des gens étaient pris de panique; certains voulaient déménager.
Il a dit: « Si tu n'aimes pas la 101, prends la 401. »
Ces gens voulaient s'en aller parce qu'ils pensaient que ce serait la fin de leurs avantages et de leurs droits — je n'ose pas employer le mot « privilèges ». Or, quand je regarde le Québec d'aujourd'hui, je peux dire que je ne suis pas inquiet pour la minorité anglophone. Cette dernière a ses universités et n'a aucun problème à recevoir des services en anglais ni à utiliser cette langue un peu partout au Québec. J'ai de la difficulté lorsque quelqu'un me dit le contraire.
Le Québec est-il une nation? Le député de Joliette a mentionné lord Durham. Au Québec, cet individu voulait l'extinction de notre nation. Il disait des Québécois que nous étions un peuple sans histoire et sans culture et que notre planche de salut était l'assimilation. C'est ce que lord Durham disait. Quand le député de Joliette a mentionné lord Durham à la Chambre il y a un an, il y a eu des applaudissements et je n'en suis pas revenu.
Je ne parle pas de lord Durham pour rappeler cette prédiction obscure. À son époque, il souhaitait l'assimilation des francophones. Or, aujourd'hui, nous parlons français et nous sommes 32 députés à ne parler que le français à la Chambre. C'est un beau pied de nez à lord Durham. Nous pouvons en être fiers. Cela fait 30 ans que nous sommes ici pour prouver que lord Durham avait tort.
Je ne parle pas de lord Durham parce que je suis grognon. Il a dit des choses intéressantes et je vais même le citer. En 1838, lord Durham reçoit de la reine le mandat de trouver une solution au soulèvement des Patriotes. Il dit: « Je m'attendais à trouver une lutte entre gouvernements et un peuple; j'ai trouvé deux nations en conflit au sein d'un même État.» Même lord Durham disait qu'il y a deux nations au Canada, ce n'est pas nous qui l'inventons.
La nation québécoise a changé de nom avec le temps, mais elle existe bel et bien. Le Québec, les Québécois et les Québécoises sont un paradoxe. Ils sont à la fois résilients et menacés par une mer anglophone et un gouvernement fédéral qui, historiquement, a toujours voulu diminuer la force de cette nation.
En 1867, on a institutionnalisé notre statut de minorité au Canada. Nous représentions 33 % des Canadiens et une province sur quatre. Nous formions une province, aux yeux du gouvernement fédéral. C'était l'objectif visé par lord Durham. Nous étions en route vers le sombre destin prévu par lord Durham.
Puis, preuve de résilience, il y a eu la revanche des berceaux. Plusieurs francophones sont allés aux États‑Unis; des noms comme Cartier et Barrière sont devenus Carter et Gates. Il y a eu deux vagues d'émigration successives au cours desquelles deux millions de personnes sont allées aux États‑Unis. Malgré cela, on a résisté, grâce à la revanche des berceaux. Les familles avaient plusieurs enfants. En moyenne, il y avait 10 enfants par famille, mais certaines en avaient 14 ou 15. Dans plusieurs familles, il y avait 14 enfants et 170 petits‑enfants. Dans bien des cas, il aurait fallu des étiquettes pour les reconnaître. Tel était le Québec au XIXe siècle. On a résisté, grâce à la revanche des berceaux.
Qu'est-ce qui nous a permis de résister au « ratatinement » de la présence du Québec au sein de la fédération canadienne? C'est l'État québécois. Alors que l'État canadien a diminué la force du peuple québécois, l'État québécois est devenu un vecteur de notre survie. Grâce à la Révolution tranquille, vecteur de croissance économique, on a pu avoir accès à des postes de dirigeant. À l'époque, on nous disait que nous étions nés pour un petit pain. Qui s'est levé pour dire que cela n'était pas vrai et que nous étions capables de gérer une entreprise et de faire de grandes choses? Qui s'est levé pour dire qu'on allait construire des barrages pour le prouver?
Le gouvernement du Québec a donné une place aux Québécois, non seulement aux Québécois francophones, mais aussi à ceux de tout acabit. Il nous a dit que nous étions capables de faire de grandes choses. Maîtres chez nous, comme le disait Jean Lesage, c'est le message qu'on envoyait.
La loi 101 a été adoptée en 1977. Selon cette loi, au Québec, les choses se passent en français. Oui, il y a des anglophones, et, oui, on protège leurs droits. L'avenir nous a donné raison. C'est vrai qu'ils ont été protégés, et c'est tant mieux, car ils font partie du panorama québécois. Nous pouvons être fiers de Leonard Cohen. C'est l'image d’un Québec moderne. Il n'en demeure pas moins que le Québec a une langue commune, et il faut que tout le monde le saisisse. C'est important.
D'un côté, le gouvernement du Québec nous a aidés à résister, tout en étant pacifiques, évidemment. De l'autre, c'est la démolition. En 1982, on parle du multiculturalisme. Le Québec n'est plus un peuple fondateur sur deux, il n'est plus une province sur quatre, il n'est même pas une province sur 10. En fait, il est une culture parmi tant d'autres. C'est notre nouveau statut. C'est ce que nous réserve le pouvoir fédéral. Pour s'en assurer, on va démolir la loi 101, petit morceau par petit morceau. Cela va ébranler notre vie, notre survie.
Le premier ministre s'est vanté du fait que le Canada sera le premier pays postnational de l'histoire. Non, le Québec ne sera jamais postnational, parce que le Québec est une nation. Les 32 députés du Bloc sont là pour le rappeler, pour dire que le fédéral doit respecter ce que veut le Québec et ce que le gouvernement québécois veut faire pour protéger notre réalité, notre langue, notre culture et notre avenir.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-06-15 12:49 [p.8449]
Madam Speaker, after such an inspiring speech, I can understand that our colleagues are somewhat hesitant to rise. I will be delighted to do so, first to congratulate our House leader, the member for La Prairie, who is an esteemed colleague.
He mentioned something that I believe to be very important in our discussions today and that we have often heard from our colleagues from English Canada. He spoke about Quebec anglophones, who are part of the fabric and part of Quebec society. Quebeckers are often described as people who are a little cold towards those who are not or do not consider themselves to be Quebeckers, as was understood at one point.
I believe that Quebec will not form a nation without everyone who belongs to that nation. My colleagues also believe and are convinced of this. A Quebecker is someone who decides and chooses to be a Quebecker.
I would like to ask my colleague from La Prairie if he believes that we should improve how we explain