Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 940
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:40 [p.7672]
Madam Chair, on April 9, 2020, the former minister of foreign affairs and the then minister of finance announced the creation of an advisory panel of independent experts to review best practices in arms exports of states party to the Arms Trade Treaty to ensure that export controls were as robust as possible.
When the acting director general of export controls at Global Affairs Canada appeared before the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development in October 2020, she said that the group would be tasked with evaluating permits at several committee meetings. Many witnesses with expertise in the matter told us that no action had been undertaken by Global Affairs Canada and the minister's office to set up this advisory panel of independent experts.
Where do things stand now?
Madame la présidente, le 9 avril 2020, le précédent ministre des Affaires étrangères et le ministre des Finances de l'époque ont annoncé la création d'un groupe consultatif de spécialistes indépendants qui examinerait les meilleures pratiques en matière d'exportation d'armes des États parties du Traité sur le commerce des armes, afin de s'assurer que le contrôle et l'exportation sont aussi rigoureux que possibles.
Lorsque la directrice générale intérimaire pour le contrôle des exportations à Affaires mondiales Canada a comparu devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, en octobre 2020, elle a déclaré que le groupe serait chargé d'évaluer les délivrances des licences lors de plusieurs séances du Comité. Un grand nombre de témoins possédant une expertise sur le sujet nous ont indiqué qu'aucune action n'avait été entreprise par Affaires mondiales Canada et le bureau du ministre afin de mettre en place ce groupe consultatif de spécialistes indépendants.
Qu'en est-il aujourd'hui?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, on the general question of arms exports, that is an extremely serious topic, and I personally take it very seriously, since I am the one who signs off on exporting arms.
I want to assure my colleague that, as he knows, we have signed on to the Arms Trade Treaty, which has a strong focus on human rights. This is a responsibility that I take extremely seriously. We are working with various groups to ensure that the regime in place will guarantee that we will not grant permits if there is a risk of human rights violations.
Madame la présidente, sur la question générale de l'exportation des armes, c'est un sujet extrêmement sérieux et que je prends personnellement très au sérieux, puisque c'est moi qui signe l'autorisation d'exporter les armes.
Je veux assurer à mon collègue que nous avons, comme il le sait, accédé au Traité sur le commerce des armes qui mise beaucoup sur la question des droits de la personne. C'est une responsabilité que je prends extrêmement au sérieux. Nous travaillons avec différents groupes pour nous assurer que le régime en place va garantir que nous n'accorderons pas de permis s'il y a un risque de violation des droits de la personne.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:42 [p.7673]
Madam Chair, it has been more than a year after this announcement, and the advisory panel has not yet been established.
Can the minister assure us that this group will be set up as soon as possible given its importance and its relevance in the current context?
Madame la présidente, plus d'un an après cette annonce, le groupe consultatif n'est toujours pas constitué.
Le ministre peut-il nous assurer que ce groupe sera mis sur pied dans les plus brefs délais, compte tenu de son importance et de sa pertinence dans le contexte actuel?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I thank my colleague for his question.
I will definitely get back to him.
My colleague mentioned that this commitment was made by my predecessor, and I will look into it.
Madame la présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je lui reviens sur cette question, certainement.
Mon collègue a mentionné qu'il s'agissait d'un engagement de mon prédécesseur, et je vais examiner la situation.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:42 [p.7673]
Madam Chair, in September 2020, 39 civil society organizations complained that they were excluded from the process of creating the advisory panel of experts, and that no details had trickled down after the minister's announcement in April 2020. These organizations sent the Prime Minister of Canada a letter to inform him of their displeasure, but this letter has gone unanswered.
Has the government launched this consultation process?
Madame la présidente, en septembre 2020, 39 organismes de la société civile se plaignaient d'avoir été exclus du processus de création du groupe consultatif et qu'aucun détail n'avait filtré après l'annonce du ministre, en avril 2020. Pour signifier leur mécontentement, ces organisations ont envoyé une lettre au premier ministre du Canada, mais cette lettre est demeurée sans réponse.
Ont-ils entamé ce processus de consultation?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, our government pledged to implement a more transparent and robust arms export system. That is why we became a party to the Arms Trade Treaty. Canada has one of the best control systems in the world, and respect for human rights is enshrined in our legislation on the control of this type of export. We are in contact with various groups to ensure that the terms and conditions of this arms export system are the best for Canada.
Madame la présidente, notre gouvernement s'est engagé à mettre en place un système d'exportation d'armes plus transparent et plus rigoureux. C'est la raison pour laquelle nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Le Canada possède l'un des meilleurs systèmes de contrôle au monde et le respect des droits de la personne est inscrit dans notre législation sur le contrôle de ce type d'exportation. Nous sommes en contact avec différents groupes pour nous assurer que les modalités de ce système d'exportation d'armes sont les meilleures pour le Canada.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:44 [p.7673]
Madam Chair, we can certainly expect the minister to take into consideration the views of the groups that expressed an interest in participating in the process. Unfortunately, there was no indication to that effect in his response.
However, the minister said that the Canadian system is among the most robust. The Standing Committee on Foreign Affairs and International Development heard about a certain number of issues early in the process, before exportation, and downstream after the sales. We discovered that some countries check afterwards, but Canada does not.
What are the minister's intentions in this regard?
Madame la présidente, d'une part, on peut certainement s'attendre que le ministre prenne en considération les points de vue des groupes qui ont manifesté un intérêt à participer au processus. Malheureusement, dans sa réponse, je n'ai pas eu d'indication à cet égard.
D'autre part, le ministre disait que le système canadien est l'un des plus robustes. Or, au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, nous avons constaté un certain nombre de problèmes en amont et un certain nombre de problèmes en aval. Nous avons constaté que des pays font des vérifications après coup, ce que le Canada ne fait pas.
Quelles sont les intentions du ministre à cet égard?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I think our recent decision on the export of arms to Turkey demonstrates very clearly that we are keeping a close eye on what we consider to be violations of arms export agreements.
First, my predecessor temporarily suspended such exports last fall. I subsequently made the decision to revoke certain arms export permits to Turkey.
Madame la présidente, je crois que la décision que nous avons prise récemment au sujet de l'exportation d'armes vers la Turquie démontre très bien que nous surveillons de près ce que nous considérons comme des violations des ententes relatives à l'exportation d'armes.
D'abord, mon prédécesseur a arrêté ce genre d'exportation temporairement, à l'automne dernier. Ensuite, j'ai pris la décision de révoquer certains permis d'exportation d'armes vers la Turquie.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:54 [p.7674]
Madam Chair, I want to turn now to arms exports. Thanks to our efforts in the foreign affairs committee, we recently received and made public documents that show that Canada has not been doing its due diligence on arms exports.
Will the minister commit to enhance Canada's arms export regime to ensure that end-user adherence takes place by recipients of all Canadian military exports?
Madame la présidente, je souhaite maintenant parler des exportations d'armes. Grâce à nos efforts au sein du comité des affaires étrangères, nous avons récemment reçu et rendu publics des documents qui montrent que le Canada n'a pas fait preuve de la diligence raisonnable requise en matière d'exportation d'armes.
Le ministre s'engagera-t-il à améliorer le régime d'exportation d'armes du Canada de sorte que les destinataires de toutes les exportations militaires canadiennes respectent les modalités d'utilisation finale?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, as I said before, I take this very seriously because I sign export permits. A recent example of us rescinding arms permits to Turkey because of violations of the agreement is a clear indication that we take this issue extremely seriously and that there are strict conditions associated with providing arms export permits.
Madame la présidente, comme je l'ai dit, je prends cela très au sérieux, puisque je signe des permis d'exportation. Comme en témoignent les récentes révocations de permis d'exportation d'armes en Turquie en raison de violations de l'accord, nous prenons ce problème très au sérieux et les permis sont assortis de conditions strictes.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:55 [p.7674]
Madam Chair, one has to wonder how Canadian WESCAM sensors ended up in Nagorno-Karabakh during last fall's conflict there.
We also have an allegedly strong human rights interest internationally, yet Saudi Arabia's human rights violations are appalling and Canada continues to sell it arms, $3 billion worth in 2019 alone. How can the minister continue to say that we are committed to international human rights when we continue to sell arms to a country that is fuelling the war in Yemen and has been called out by the United Nations Security Council on this issue?
Madame la présidente, on peut se demander comment des capteurs WESCAM canadiens se sont retrouvés au Nagorno-Karabakh pendant le conflit qui s'y est déroulé l'automne dernier.
Par ailleurs, nous sommes censés vouloir défendre avec vigueur les droits de la personne à l'échelle internationale. Or, même si l'Arabie saoudite commet d'horribles violations des droits de la personne, le Canada continue de lui vendre des armes, et il lui en a vendu pour une valeur de 3 milliards de dollars en 2019 seulement. Comment le ministre peut-il encore affirmer que le Canada est déterminé à défendre les droits internationaux de la personne quand il continue de vendre des armes à un pays qui alimente la guerre au Yémen et qui a été dénoncé par le Conseil de sécurité des Nations unies à ce sujet?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, yes, Saudi Arabia is guilty of human rights violations within its own country. We have worked hard to improve the specific contract that he is talking about that was signed by the previous government to meet Canada's international human rights obligations and preserve, at the same time, jobs within Canada.
The cancellation of the current contract has important financial implications for Canada, but over and above that, we will not hesitate to take action if we feel there are any violations of human rights. That was part of our agreement when we ratified the Arms Trade Treaty.
Madame la présidente, il est vrai que l'Arabie saoudite est coupable de violations des droits de la personne sur son propre territoire. Nous avons travaillé fort afin d'améliorer le contrat dont parle le député et qui a été conclu par le gouvernement précédent afin de répondre aux obligations internationales du Canada en matière de droits de la personne tout en préservant des emplois au Canada.
L'annulation du contrat actuel a des répercussions financières importantes pour le Canada, mais au-delà de cela, nous n'hésiterons pas à prendre des mesures si nous considérons qu'il y a eu des violations des droits de la personne. Cela fait partie de l'entente que nous avons conclue lorsque nous avons ratifié le Traité sur le commerce des armes.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-05-31 23:04 [p.7703]
Mr. Chair, an example of the incoherentness of our foreign policy is when we provide humanitarian funds to Yemen and still sell arms to Saudi Arabia to use against the Yemeni people. In fact, Canada's foreign policy is so incoherent that Canada was condemned by the United Nations for contributing to grave human rights abuses.
Will the government stop selling arms to Saudi Arabia?
Monsieur le président, prenons un exemple du manque de cohésion dans notre politique étrangère: nous versons des fonds humanitaires au Yémen tout en continuant de vendre des armes à l'Arabie saoudite, qui les utilise contre les Yéménites. En fait, notre politique étrangère est à ce point incohérente que les Nations unies ont reproché au Canada de contribuer à de graves violations des droits de la personne.
Le gouvernement cessera-t-il de vendre des armes à l'Arabie saoudite?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I reject the premise of that question. We are providing humanitarian aid to Yemen, a very stricken area. We also have, separately from that, very strict requirements with respect to the export of arms. We are respecting that requirement as well.
Monsieur le président, je rejette la prémisse de cette question. Nous offrons une aide humanitaire au Yémen, une région qui est durement touchée. Nous avons également, dans un tout autre dossier, des exigences très strictes encadrant l'exportation d'armes. Nous respectons ces exigences.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-05-31 23:05 [p.7703]
Mr. Chair, does the minister honestly believe that Canada will ever be considered for a Security Council seat and will ever be considered as a legitimate peacekeeper when it fuels conflict and war, as it is doing in the Yemeni conflict?
Monsieur le président, le ministre croit-il vraiment que le Canada aura un jour la possibilité d'obtenir un siège au Conseil de sécurité et d'être considéré comme un véritable gardien de la paix alors qu'il alimente des conflits et la guerre, comme il le fait dans les affrontements au Yémen?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, again, I reject those comments. They are very inflammatory comments about fuelling a war and unrest. I totally reject them.
Canada is a member of the United Nations. Yes, perhaps sometime in the future we will have a seat on the Security Council, but we will continue to work within the United Nations' multilateral body.
Monsieur le président, une fois de plus, je rejette ces commentaires. Il s'agit de commentaires fortement incendiaires selon lesquels on alimenterait un conflit armé et des désordres. Je les rejette complètement.
Le Canada est membre des Nations unies. Oui, nous aurons peut-être un siège au Conseil de sécurité un jour. Quoi qu'il en soit, nous continuerons de travailler avec cet organisme multilatéral que sont les Nations unies.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 15:09 [p.7113]
Mr. Speaker, violence in East Jerusalem is deeply disturbing. Demolitions, forcibly removing Palestinians from their homes and blocking access to important gathering spots are all violations of human rights and international laws.
Instead of taking action to stop or deal with the long-standing illegal occupation, the Prime Minister is effectively supporting the status quo and going as far as to sell weapons to Israel. Arming one side of the conflict is undermining the peace process and supporting illegal occupation.
Will the Prime Minister commit to stopping the sale of arms to Israel while it is violating international human rights?
Monsieur le Président, la violence qui sévit dans Jérusalem-Est est extrêmement troublante. Les démolitions, l'expulsion de Palestiniens de chez eux et le blocage de l'accès à des lieux de rassemblement importants sont autant de violations des droits de la personne et du droit international.
Au lieu d'intervenir pour mettre fin à cette occupation illégale de longue date ou de résoudre ce conflit, le premier ministre se trouve à promouvoir le statu quo et va jusqu'à vendre des armes à Israël. Armer l'une des parties à ce conflit mine le processus de paix au profit de l'occupation illégale.
Le premier ministre s'engagera-t-il à mettre un terme à la vente d'armes à Israël pendant que ce dernier est en train de commettre des violations des droits internationaux de la personne?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 15:10 [p.7113]
Mr. Speaker, we are following the situation with grave concern. We call on all parties to end the violence, de-escalate tensions, protect civilians and uphold international law.
Rocket attacks against Israel are completely unacceptable, and Canada supports Israel's right to ensure its own security. Violence at Al-Aqsa is also unacceptable. Places of worship are for people to gather peacefully and should never be sites of violence. We are also gravely concerned by continued expansion of settlements and evictions.
Canada supports the two-state solution, and we urge all parties to renew their commitment to peace and security.
Monsieur le Président, nous suivons la situation avec beaucoup d'inquiétude. Nous exhortons toutes les parties à mettre fin à la violence, à désamorcer les tensions, à protéger la population et à respecter le droit international.
Les attaques à la roquette contre Israël sont tout à fait inadmissibles, et le Canada appuie le droit d'Israël d'assurer sa propre sécurité. La violence à la mosquée al-Aqsa est tout aussi inacceptable. Les lieux de culte sont des endroits où les gens se réunissent de façon pacifique et où on ne devrait jamais commettre de violence. L'expansion continue des colonies de peuplement et les expulsions nous préoccupent également au plus haut point.
Le Canada appuie la solution à deux États et demande instamment aux parties de renouveler leur engagement à promouvoir la paix et la sécurité.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-03-26 11:44 [p.5360]
Madam Speaker, under the Liberal government, Canada is not back. Canada has dropped to 75th place in the list of countries contributing to peacekeeping efforts. Canada's official development assistance is lower than it was under Stephen Harper's Conservatives. Perhaps most shocking of all is that today, on the sixth anniversary of the conflict in Yemen, a humanitarian crisis that has been described as the worst place on earth, Canada continues to sell arms to Saudi Arabia.
Why is the government continuing to fuel one of the worst humanitarian crises in the world?
Madame la Présidente, sous le gouvernement libéral, on ne peut pas dire que le Canada est de retour. En effet, il a chuté au 75e rang au chapitre des contributions aux efforts de maintien de la paix. En ce qui a trait au développement, l'aide officielle offerte par le Canada est inférieure à celle accordée sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Fait peut-être plus étonnant encore, alors que nous soulignons aujourd'hui le sixième anniversaire du conflit au Yémen, une crise humanitaire décrite comme la pire dans le monde, le Canada continue de vendre des armes à l'Arabie saoudite.
Pourquoi le gouvernement continue-t-il de contribuer à l'une des pires crises humanitaires dans le monde?
View Karina Gould Profile
Lib. (ON)
View Karina Gould Profile
2021-03-26 11:45 [p.5360]
Madam Speaker, I had the honour of participating in the pledging conference for Yemen a couple of weeks ago, and Canada actually increased its humanitarian assistance.
With respect to official development assistance, we increased it by over $1.7 billion last year alone, and we have been stepping up in the fight when it comes to COVID-19. We are responding to humanitarian needs around the world, including in Yemen, and we will continue to do so.
Madame la Présidente, j'ai eu l'honneur de participer à la conférence des donateurs pour le Yémen, il y a quelques semaines, et en réalité, le Canada a augmenté son aide humanitaire.
Pour ce qui est de l'aide au développement officielle, nous l'avons augmentée de plus de 1,7 milliard de dollars l'année dernière seulement, et nous avons redoublé d'efforts en ce qui a trait à la lutte contre la COVID-19. Nous répondons aux besoins humanitaires partout dans le monde, y compris au Yémen, et nous allons continuer de le faire.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, documents released last week by Global Affairs Canada paint a troubling picture of the naïveté of this government's foreign policy. After a bit of pressure was put on the government by the arms export lobby and by Turkish authorities, and after the government was told that these arms exports would be used for the defence of human rights, the government buckled and naively reversed its earlier decision and approved these arms exports to Turkey.
Will the Prime Minister now admit that this was a mistake?
Monsieur le Président, des documents distribués la semaine dernière par Affaires mondiales Canada dressent un portrait troublant qui révèle la naïveté de la politique étrangère du gouvernement. Après que le lobby des exportateurs d'armes et les autorités turques ont légèrement augmenté la pression sur le gouvernement, et après qu'on a assuré au gouvernement que les armes ainsi exportées serviraient à défendre les droits de la personne, le gouvernement a cédé, il a naïvement infirmé la décision prise auparavant, et il a autorisé la vente d'armes à la Turquie.
Le premier ministre admettra-t-il qu'il s'agissait d'une erreur?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-03-24 15:02 [p.5182]
Mr. Speaker, when reports first came out about the possible utilization of Canadian technology in unsanctioned areas, we suspended the relevant export permits to Turkey, because we take very seriously the responsibilities we have under some of the most restrictive and constraining regulations in the world around arms exports. We will continue to push for proper accountability and transparency in arms exports: a system that was left in a very shoddy state after 10 years of Conservative government, which we were able to tighten up. We will continue to ensure that we have full accountability and full transparency, including from our NATO allies such as Turkey.
Monsieur le Président, dès que nous avons appris la possibilité d'une utilisation de la technologie canadienne dans des zones non autorisées, nous avons suspendu les permis d'exportation correspondants vers la Turquie, parce que nous prenons très au sérieux notre responsabilité de respecter les règles en vigueur au Canada sur l'exportation des armes, règles qui comptent parmi les plus restrictives et les plus contraignantes au monde. Nous continuerons d'exiger une reddition de comptes et une transparence adéquates relativement aux exportations d'armes. Le système devant régir ces exportations se trouvait d'ailleurs en très piteux état après 10 années de gouvernement conservateur, et nous sommes parvenus à le renforcer. Nous continuerons de nous assurer que la reddition de comptes et la transparence sont complètes, y compris de la part de nos alliés de l'OTAN comme la Turquie.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, in light of these revelations, will the Prime Minister promise not to make the same mistakes that contributed to fuelling the Armenia-Azerbaijan conflict and that were inconsistent with Canada's interests and values in the region?
Monsieur le Président, à la lumière de ces révélations, le premier ministre s'engage-t-il à ne pas répéter ses erreurs qui ont contribué à alimenter le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et qui étaient contraires aux intérêts et aux valeurs du Canada dans la région?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-03-24 15:04 [p.5182]
Mr. Speaker, I want to note that in the many conversations that I have had with Nikol Pashinyan, the Prime Minister of Armenia, during this conflict, including when I met him several years ago, I told him that we will always be there for our Armenian brothers and sisters.
We know the challenges they are facing as a country, and we will always support them, because Armenia is a country that shares our values. We have deep ties with Armenia.
Monsieur le Président, je souligne que dans les nombreuses conservations que j'ai eues avec Nikol Pachinian, le premier ministre de l'Arménie, pendant ce conflit, y compris quand je l'ai rencontré il y a plusieurs années, je lui ai dit que nous serons toujours là, avec nos frères et nos sœurs en Arménie.
Nous reconnaissons les défis auxquels ils font face en tant que pays et nous les appuierons toujours parce que l'Arménie est un pays qui partage nos valeurs et avec lequel nous avons des liens profonds.
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2021-03-23 10:11 [p.5088]
Mr. Speaker, I have two petitions to present.
The first petition is on the coup in Myanmar.
The petitioners call on the government to condemn the coup in the strongest terms. They call for the immediate and unconditional release of all elected officials as well as political prisoners. They want the government to take actions against the Myanmar military and call for the repeal of an unlawfully declared state of emergency and respect the November 2020 election.
The petitioners also call for an immediate law barring Canadian businesses from exporting arms and technologies to Myanmar and to put forward to the General Assembly of the United Nations a resolution calling for member states to address the long-term threat to peace and stability in Myanmar. They would like to see members of the Myanmar military and their families and associates barred from pursuing education or business opportunities in Canada as well as a draft resolution, a motion, to refer this matter to the International Criminal Court.
Monsieur le Président, j'aimerais présenter deux pétitions.
La première pétition porte sur le coup d'État au Myanmar.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de condamner le coup d'État avec la plus grande fermeté. Ils demandent également la libération immédiate et inconditionnelle de tous les élus et des prisonniers politiques. Ils exhortent le gouvernement à prendre des mesures contre l'armée du Myanmar et à demander l’abrogation de l’état d’urgence illégalement déclaré et le respect du résultat des élections de novembre 2020.
Les pétitionnaires réclament aussi que le gouvernement adopte immédiatement une loi interdisant aux entreprises canadiennes d’exporter des armes et des technologies au Myanmar et de proposer une résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies appelant les États membres à se pencher sur la menace à long terme qui pèse sur la paix et la stabilité au Myanmar. Les pétitionnaires veulent que le gouvernement empêche les membres de l’armée du Myanmar, leurs familles et leurs associés de poursuivre des études ou de faire des affaires au Canada et qu'il présente un projet de résolution, une motion, en vue de renvoyer cette question à la Cour pénale internationale.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I was caught off guard by my colleague's closing statement to the effect that Alberta is a leader in the world when it comes to the environment, but I will pull myself together and start my speech.
Bill C-231 is a worthwhile bill, and I thank my colleague from Cowichan—Malahat—Langford for introducing it in Parliament.
I think one of the best ways to reduce our greenhouse gas emissions is to stop funding the companies that produce them. This seems logical to me, and I think it goes without saying. Almost everyone believes that the environment is important. The environment is almost as widely loved as apple pie. Everyone loves the environment, except maybe the half of this Parliament and this country who think that funding our own extinction is the best way to support our economy.
The bill we are debating today would, in a small way, address that dogma, which is so unbelievably persistent. Every single day we lose more opportunities to protect the environment. That is why I agree with the principle my colleague has proposed. His bill is creative and, even though it does not directly affect Quebeckers, I recognize that every small step matters.
That said, I am once again disappointed in this government. Instead of taking real action on the environment, it is still thinking small, and when it does act, it acts on structures rather than taking steps that would have a direct impact. While Quebec and most provincial governments are already taking action, successive federal governments have had poor track records, regardless of political stripe.
Let us get back to the topic at hand. Today, we are asking a very relevant question: Should we let the billions of dollars saved by Canadians outside Quebec be spent just anywhere in the name of a completely outdated economic growth model, or should we set limits to ensure the Canada pension plan investment board invests responsibly?
I personally support the latter option. In its most recent recovery plan, my party asked the government to stop investing in fossil fuels, whether it be directly or indirectly, through subsidies or tax benefits. We believe that this money would be better spent on the transition to clean energy, which would pay off handsomely. The bill introduced by the member from Cowichan—Malahat—Langford is consistent with the simple idea I mentioned earlier, which was to stop funding polluters.
However, I am a bit saddened to see that Bill C-231 really has no teeth. Ultimately, if the Liberals vote in favour, it would be one of those small measures they could boast about having brought in. We need to keep in mind that the proposed restrictions on investment decisions would not change much in the Canada pension plan portfolio. In short, the bill would be nothing more than “virtue signalling” to clear the government's conscience. Here are some reasons why.
Let us start with arms companies. It is unlikely that funds from the Canada pension plan's portfolio are currently invested in companies that manufacture weapons or that violate human rights, but let us take a moment to really savour the irony of the fact that Canada sells weapons to Saudi Arabia, only to turn around and congratulate itself on forbidding the CPP investment board to invest in arms companies.
I still agree with the substance of the bill, but when it comes to companies that violate human rights, once again, this all looks good on paper. My colleague must be a fan of dark humour, because we both know perfectly well that this Liberal government could not even be bothered to create an office of the Canadian ombudsperson for responsible enterprise with adequate power to punish offending companies. Worse still, most of the countries where these companies that violate human rights are surreptitiously registered have no legislation governing them. In practice, I do not know who will decide whether the board can invest in a company or not, but the government certainly will not help it figure that out.
Similarly, targeting companies that violate environmental or labour laws means getting involved in a long debate about the facts. Moreover, these companies are allowed to anchor their logistics chains in countries with very sketchy environmental and labour practices. We have only to think of China, with everything going on in Xinjiang with the Uighurs. Other than NGOs, nobody is exposing problematic companies and practices.
That is particularly difficult when it comes to the environment, because there would have to be environmental laws in the first place, as well as reason to believe that those laws have been broken. Unfortunately, the one depends on the other. We would also need whistle-blowers, who, let us be clear, risk their careers and their lives by speaking out.
Nothing in this bill would prevent the Canada Pension Plan Investment Board from investing even more heavily in oil companies, as long as they are not obviously breaking any environmental laws; in mining companies, as long as they are not officially eliminating opponents to their projects; or in arms manufacturers, as long as they are manufacturing the non-lethal parts of tanks. We therefore have no way of resolving the real problem.
I would like to add that I am surprised that the bill contains no mention of companies based in whole or in part in tax havens. If we are going to virtue-signal, we might as well have included that too.
If I were unkind, I could say that the bill is extremely idealistic because the problem is much too big to be solved within the scope of one section of an act. However, I am kind. Although this is a small step, it is a step in the right direction. Enshrining the concept of sustainable, responsible investment in federal legislation is objectively a good thing, and it is better than nothing.
However, let us keep in mind what this government is doing right now. The government says that Canada is not selling weapons to Saudi Arabia, only Jeeps. The Prime Minister clearly said it during the 2015 election campaign.
I would call a Jeep with a machine gun in the back seat a weapon. If I were to drive around Lac-Saint-Jean in a Jeep like the ones currently being sold to Saudi Arabia, there is a good chance that I would quickly be arrested, and rightly so.
From 2017 to 2020 alone, this government subsidized the oil and gas industry to the tune of almost $24 billion. During that same period, the government provided just $971 million to the forestry industry, even though this industry can play a role in the energy transition because it combats greenhouse gases and because many oil-based products can be replaced with wood byproducts. I want to point out that 75% of that money is in the form of loans, so the government will get its money back.
If we trust the government's figures, the bill seems good. The bill needs some teeth, though, and we know that this government cannot be trusted when it comes to investments in the oil and gas industry, the environment, human rights or arms.
In summary, I agree with the principle of Bill C-231 because, although it is just a small step, it is at least a step in the right direction.
Madame la Présidente, j'ai été un peu secoué par la dernière phrase de mon collègue, qui dit que l'Alberta est un chef de file mondial en matière d'environnement, mais je vais m'en remettre et commencer mon discours.
Je tiens à remercier mon collègue de Cowichan-Malahat-Langford de la proposition intéressante qu’il soumet à ce Parlement dans le projet de loi C-231.
Je pense que l’une des façons les plus efficaces de réduire nos émissions de gaz à effets de serre est de cesser de financer ceux qui en produisent. Pour moi, cela va de soi, cela semble logique et ce l’est. Presque tout le monde trouve que l’environnement est important. C'est bien simple: l’environnement est presque aussi consensuel que la tarte aux pommes. Tout le monde aime l’environnement, par conséquent, sauf peut-être la moitié de ce Parlement et de ce pays, pour qui financer notre propre extinction est une manière correcte de soutenir notre économie.
Ce dogme, auquel s’attaque modérément le projet de loi dont on discute aujourd’hui, est d’une ténacité sans égale. Notre champ d’action en matière environnementale, lui, rapetisse chaque jour. C’est pour cela que je m’entends avec mon collègue sur le principe qu'il propose. Je dirais que son projet de loi est créatif et que, même s'il ne touche pas directement les Québécoises et les Québécois, je suis conscient que chaque petite action compte.
Cela dit, encore une fois, je suis déçu de ce gouvernement. Au lieu de vraiment agir en matière environnementale, il se pose encore de menues questions et, quand il agit, le fait sur des structures au lieu de le faire sur des éléments qui ont un effet direct. Alors que le Québec et la plupart des gouvernements provinciaux sont déjà à l’œuvre, les gouvernements fédéraux qui s’enchaînent affichent un piètre bilan, et ce, peu importe leur couleur politique.
Revenons à nos moutons. Aujourd’hui, on se pose une question tout à fait pertinente: faut-il laisser les milliards de dollars épargnés par les citoyens canadiens hors Québec aller un peu n’importe où au nom d’un modèle de croissance complètement périmé, ou mettre des balises pour responsabiliser l’investissement à l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada?
Pour ma part, je suis en faveur de ce dernier objectif. Dans son plus récent plan de relance, ma formation politique demandait au gouvernement de cesser d’investir dans les énergies fossiles, que ce soit directement, par subventions ou au moyen d'avantages fiscaux. Nous pensons que cet argent-là servirait mieux la transition énergétique et que cette dernière nous le rendrait bien en retour. Le projet de loi de mon collègue de Cowichan-Malahat-Langford s’inscrit dans cette idée simple que j'énonçais plus tôt: ne pas financer ceux qui polluent.
Ce qui me désole un peu, par contre, c’est que le projet de loi C-231 n'a aucun mordant. À la limite, si les libéraux votaient pour, ce serait bien le genre de petite mesure qu'ils se vanteront d’avoir instaurée. Gardons en tête que les restrictions proposées en termes de choix de placements ne devraient pas changer grand-chose au portefeuille du Régime de pensions du Canada, le RPC. Bref, le projet de loi verse à fond la caisse dans le « virtue signaling », pour se donner bonne conscience. En voici quelques raisons.
Commençons par la question des compagnies d’armement. Il est peu probable que des fonds du RPC soient actuellement investis dans des sociétés qui produisent des armes ou qui violent les droits de la personne. Apprécions cependant l'ironie du fait que le Canada vend des armes à l’Arabie Saoudite pour ensuite se féliciter d’interdire à l'Office d’investir dans les compagnies d’armement.
Sur le fond, je demeure d’accord. Sur les compagnies qui violent les droits de la personne, par contre, c’est beau sur papier, encore une fois. Mon collègue doit cependant aimer l’humour noir, parce que lui et moi savons très bien que ce gouvernement libéral n’a même pas été foutu de créer un bureau de l'Ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises doté d'assez de pouvoirs pour punir nos compagnies délinquantes. Pire, la plupart des pays où sont subrepticement enregistrées ces entreprises qui violent les droits de la personne n'ont aucune législation pour les encadrer. En pratique, je ne sais donc pas qui va déterminer si l'Office peut ou non investir dans une entreprise, mais ce n’est certainement pas avec l’aide du gouvernement qu’il va le savoir.
Dans le même ordre d’idée, quand on vise les sociétés qui violent des droits relatifs à l’environnement ou au travail, on s’embarque dans un long débat de faits. De plus, on permet à ces entreprises d'ancrer leurs chaînes logistiques dans des pays qui ont des pratiques plus que douteuses dans ces deux domaines. Il n'y a qu'à penser à la Chine et à ce qui se passe au Xinjiang avec les Ouïghours. Personne, hormis les ONG, ne met donc vraiment le doigt sur les entreprises et les pratiques qui posent problème.
En environnement, c'est particulièrement difficile. En effet, à la base, il faut des lois environnementales et des raisons de croire que ces lois ont été violées. L'un est malheureusement tributaire de l'autre, et cela nécessite des sonneurs d'alertes qui, soyons bien clairs, risquent leur carrière et leur vie quand ils parlent.
Avec ce projet de loi, rien n'empêcherait l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada d'investir encore massivement dans les pétrolières, tant que celles-ci ne violent pas clairement des lois environnementales; dans des minières, tant que celles-ci ne se débarrassent pas officiellement des opposants à leurs projets; ou dans des compagnies d'armement, tant que celles-ci fabriquent la partie qui est non létale d'un char d'assaut. Nous n'avons donc aucune façon de régler le vrai problème.
J'ajouterai que je suis surpris de ne pas trouver de mention sur les entreprises basées en tout ou en partie dans les paradis fiscaux. Tant qu’à faire un énoncé de notre vertu, nous aurions pu inclure cela aussi.
Si je n’étais pas gentil, je pourrais dire que ce projet de loi est bien illusoire, parce que le problème est beaucoup plus imposant que la simple portée d’un article de loi. Or, je suis gentil. Malgré que ce soit un petit pas, c'est un pas dans la bonne direction. Inscrire dans la législation fédérale le concept d'investissement durable et responsable, c'est objectivement une bonne chose et c'est mieux que rien.
Gardons toutefois en tête ce qui se fait présentement avec ce gouvernement. Le gouvernement affirme, et le premier ministre nous l'avait bien dit lors des élections de 2015, que le Canada ne vend pas d'armes à l'Arabie saoudite, mais qu'il vend plutôt des véhicules de marque Jeep.
Un véhicule Jeep avec une mitraillette sur la banquette arrière, j'appelle cela une arme. Si je me promène ici, au Lac-Saint-Jean, dans un véhicule Jeep comme ceux vendus présentement à l'Arabie saoudite, il y a de bonnes chances que je me fasse arrêter rapidement et avec raison.
De 2017 à 2020 seulement, la stratégie de ce gouvernement en matière de subvention à l'industrie gazière et pétrolière représente 24 milliards de dollars. Pour la même période, la stratégie du gouvernement en matière de subvention à l'industrie forestière se chiffre à 971 millions de dollars. L'industrie forestière est pourtant une industrie qui peut participer à la transition énergétique, parce qu'elle combat les gaz à effet de serre et qu'on peut remplacer plusieurs produits du pétrole avec des sous-produits du bois. Notons que ces sommes sont octroyées sous forme de prêts dans une proportion de 75 % et que l'argent sera remboursé au gouvernement.
Si on se fie à ce genre de chiffre de la part du gouvernement, le projet de loi semble beau. Or, il faut qu'il ait du mordant, et nous savons que nous ne pouvons pas nous fier à ce gouvernement en ce qui a trait aux investissements dans l'industrie gazière et pétrolière, à l'environnement, aux droits de la personne ou aux armes.
En résumé, je suis d'accord avec le principe du projet de loi C-231, car, même s'il ne représente qu'un tout petit pas, c'est au moins un pas dans la bonne direction.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-02-04 10:17 [p.3971]
Mr. Speaker, I am presenting a petition on behalf of petitioners who are concerned about a situation in Cameroon, a human rights and conflict situation in the anglophone areas of Cameroon. They call on Canada to pressure its allies to stop all weapon sales to Cameroon. They note that Canada is a welcome addition to the Arms Trade Treaty and ask we use our position as a party to that treaty to cease all weapon sales to Cameroon.
Monsieur le Président, je présente une pétition au nom de gens préoccupés par la situation actuelle dans la partie anglophone du Cameroun où sévissent un conflit et une crise humanitaire. Ils demandent au Canada de faire pression sur ses alliés pour qu'ils cessent de vendre des armes au Cameroun. Ils soulignent qu'ils sont ravis de voir que le Canada s'est joint aux pays membres du Traité sur le commerce des armes et demandent que nous nous servions de cette tribune pour faire cesser les ventes d'armes au Cameroun.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-02-04 15:07 [p.4014]
Mr. Speaker, last week President Biden announced a freeze on U.S. arms sales to Saudi Arabia. Here in Canada, the Liberals continue to fuel the very war they condemn by exporting arms to a country with one of the worst human rights records in the world.
This is not right. If the U.S. can do it, so can we. We must protect Canadian workers and uphold human rights.
When will the Liberals stop selling deadly weapons to Saudi Arabia, fuelling one of the worst humanitarian crises in the world?
Monsieur le Président, la semaine dernière, le président Biden a annoncé un gel de la vente d'armes américaines à l'Arabie saoudite. Ici au Canada, les libéraux continuent d'alimenter la guerre qu'ils condamnent en exportant des armes à un pays qui possède l'un des pires bilans au monde en matière de respect des droits de la personne.
C'est inacceptable. Si les États-Unis peuvent geler la vente d'armes à ce pays, nous pouvons nous aussi le faire. Nous devons protéger les travailleurs canadiens et faire respecter les droits de la personne.
Quand les libéraux cesseront-ils de vendre des armes meurtrières à l'Arabie saoudite, ce qui alimente l'une des pires crises humanitaires au monde?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the Government of Canada is committed to a stronger and more rigorous arms export system. That is why we acceded to the Arms Trade Treaty and human rights considerations are now at the centre of our export regime. I, as Minister of Foreign Affairs, will deny any permit application where there is a risk of human rights violation.
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada tient à mettre en place un système d'exportation d'armes plus fort et rigoureux. C'est pourquoi nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes et que le respect des droits de la personne est maintenant au cœur de notre régime d'exportations. En tant que ministre des Affaires étrangères, je rejetterai toute demande de permis d'exportation qui comporte un risque de violation des droits de la personne.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2020-11-27 12:19 [p.2628]
Mr. Speaker, as chair of the Canada-Armenia Parliamentary Friendship Group, I rise today to present a petition on behalf of many members in my riding of Cambridge and many Armenian Canadians across the country.
E-petition 2885 garnered over 3,300 signatures, and it is regarding the recent fighting in Artsakh, or Nagorno-Karabakh, which caused the tragic death of far too many civilians and drove thousands upon thousands of people from their homes.
Monsieur le Président, à titre de président du Groupe d’amitié parlementaire Canada-Arménie, je prends la parole aujourd'hui pour présenter une pétition au nom de nombreux résidants de ma circonscription, Cambridge, et de nombreux Canadiens arméniens de partout au pays.
Plus de 3 300 personnes ont signé la pétition e-2885, qui porte sur les combats récents à Artsakh, dans le Haut-Karabakh, qui ont causé la mort tragique d'un trop grand nombre de civils et poussé des milliers de gens à fuir leur domicile.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 126--
Ms. Nelly Shin:
With regard to spending on stock photographs or images by the government since December 1, 2019, broken down by department, agency, Crown corporation, and other government entity: (a) what is the total amount spent; and (b) what are the details of each contract or expenditure, including (i) vendor, (ii) amount, (iii) details and duration of the contract, (iv) date, (v) number of photographs or images purchased, (vi) where were the photographs or images used (Internet, billboards, etc.), (vii) description of advertising campaign, (viii) file number of the contract?
Response
(Return tabled)

Question No. 127--
Ms. Rachael Harder:
With regard to government expenditures on membership fees, broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity, since December 1, 2019: (a) how much money has been spent; and (b) what are the details of each expenditure, including the (i) name of the organization or vendor, (ii) date of purchase, (iii) amount, (iv) number of memberships purchased?
Response
(Return tabled)

Question No. 129--
Mr. Kenny Chiu:
With regard to federal funding in the constituency of Steveston—Richmond East, between January 2019 and October 2020: (a) what applications for funding have been received, including for each the (i) name of the applicant, (ii) department, (iii) program and sub-program under which they applied for funding, (iv) date of the application, (v) amount applied for, (vi) whether the funding has been approved or not, (vii) total amount of funding allocated, if the funding was approved, (viii) project description or purpose of funding; (b) what funds, grants, loans, and loan guarantees has the government issued through its various departments and agencies in the constituency of Steveston—Richmond East that did not require a direct application from the applicant, including for each the (i) name of the recipient, (ii) department, (iii) program and sub-program under which they received funding, (iv) total amount of funding allocated, if the funding was approved, (v) project description or purpose of funding; and (c) what projects have been funded in the constituency of Steveston—Richmond East by recipients tasked with subgranting government funds (e.g. Community Foundations of Canada), including for each the (i) name of the recipient, (ii) department, (iii) program and sub-program under which they received funding, (iv) total amount of funding allocated, if the funding was approved, (v) project description or purpose of funding?
Response
(Return tabled)

Question No. 130--
Mrs. Karen Vecchio:
With regard to the electronic format of documents provided through the Access to Information and Privacy Act and the government’s digital government strategy: (a) which institutions still provide large files, such as those too large for transmission via email, to the individual making the request using CDs or DVDs; (b) for those institutions that use a different format, such as e-post or USB sticks, for providing large files to the individual making the request, which format is used; (c) does each institution in (a) plan on transitioning to a format that does not require an optical disc drive, and, if so, what are the details, including the timeline; and (d) of the computers and laptops purchased by the government in the past two years, approximately what percentage of the (i) computers, (ii) laptops, contained an optical disc drive required to read CDs or DVDs?
Response
(Return tabled)

Question No. 132--
Mr. Dean Allison:
With regard to Service Canada Centres: (a) which centres have reopened to the public since the shutdown in March 2020, and what was the reopening date for each location; and (b) what is the projected reopening date for each of the locations still closed to the public, broken down by location?
Response
(Return tabled)

Question No. 135--
Mr. Michael D. Chong:
With regard to Canadian drone technology being used by the Azerbaijani military after being exported through Turkey: (a) why did the government reinstate export permits of military equipment to Turkey in the spring of 2020; (b) were there any assurances provided to the government that the exported military equipment would not be used against Armenia and, if so, what are the details of any such assurances; (c) what are the details of all military equipment exported to Turkey to January 1, 2019, including (i) supplier, (ii) description of equipment, including volume, (iii) value, (iv) intended purpose of equipment, as written on the application; and (d) what are all details of any documents, including correspondence, sent or received by the Minister of International Development or her office relating to military exports, including (i) date, (ii) sender, (iii) recipients, (iv) title, (v) format (memorandum, email), (vi) file number, (vii) summary of content?
Response
(Return tabled)

Question No. 136--
Mr. Marc Dalton:
With regard to the Canadian government's reaction to the report from the United Kingdom's National Cyber Security Centre and Huawei Cyber Security Evaluation Centre, which indicated that Huawei 5G technology could put national security at risk: (a) has the Canadian Centre for Cyber Security conducted its own Huawei risk assessment, and, if so, what were the results; and (b) has any other government department or agency conducted a risk assessment in relation to Huawei, and, if so, what are the details, including the scope of the assessment and the results?
Response
(Return tabled)

Question No. 137--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the government’s Incentives for Zero-Emission Vehicles program and the purchase and lease incentives which came into effect on May 1, 2019: (a) how many vehicle purchases have qualified for the incentive; (b) what is the breakdown of (a) by make and model; (c) what is the total amount paid out to date under the program; and (d) what is the breakdown of how much has been paid out by (i) manufacturer, (ii) dealership, including the location and name of each dealership?
Response
(Return tabled)

Question no 126 --
Mme Nelly Shin:
En ce qui concerne les clichés de photothèque achetés par le gouvernement depuis le 1er décembre 2019, ventilés par ministère, organisme, société d’État et autre entité gouvernementale: a) quel est le montant total des dépenses; b) quels sont les détails de chaque contrat ou dépense, y compris (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) les détails et la durée du contrat, (iv) la date, (v) le nombre de photos ou d’images achetées, (vi) l’endroit où les photos ou images ont été utilisées (Internet, babillards, etc.), (vii) la description de la campagne de publicité, (viii) le numéro de dossier du contrat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 127 --
Mme Rachael Harder:
En ce qui concerne les dépenses du gouvernement pour les droits d’adhésion, ventilées par ministère, organisme, société d’État et autre entité gouvernementale, depuis le 1er décembre 2019: a) combien d’argent a été dépensé; b) quels sont les détails de chaque dépense, y compris (i) le nom de l’organisme ou du fournisseur, (ii) la date d’achat, (iii) le montant, (iv) le nombre d’adhésions achetées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 129 --
M. Kenny Chiu:
En ce qui concerne le financement fédéral dans la circonscription de Steveston—Richmond-Est, de janvier 2019 à octobre 2020: a) quelles demandes de financement ont été reçues, y compris pour chacune d’elles (i) le nom du demandeur, (ii) le ministère, (iii) le programme et sous-programme au titre desquels la demande a été présentée, (iv) la date de la demande, (v) le montant demandé, (vi) si la demande a été approuvée ou refusée, (vii) le montant total des fonds attribués, si la demande a été approuvée, (viii) la description du projet ou l’objet du financement; b) quels fonds, prêts et garanties d’emprunt n’ayant pas à faire l’objet d’une demande directe le gouvernement a-t-il octroyés par l’entremise de ses ministères et organismes dans la circonscription de Steveston—Richmond-Est, y compris, pour chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) le ministère, (iii) le programme et sous-programme au titre desquels les fonds ont été reçus, (iv) le montant total des fonds attribués, si la demande a été approuvée, (v) la description du projet ou l’objet du financement; c) quels projets ont été financés dans la circonscription de Steveston—Richmond-Est par des bénéficiaires chargés de verser les fonds du gouvernement à des bénéficiaires secondaires (p. ex., Fondations communautaires du Canada), y compris pour chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) le ministère, (iii) le programme et sous-programme au titre duquel les fonds ont été reçus, (iv) le montant total des fonds attribués, si le financement a été approuvé, (v) la description du projet ou l’objet du financement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 130 --
Mme Karen Vecchio:
En ce qui concerne le format électronique des documents fournis au titre de la Loi sur l’accès à l’information et sur la protection des renseignements personnels ainsi que la stratégie numérique du gouvernement: a) quelles organisations fournissent encore des fichiers trop volumineux pour être transmis par courriel aux personnes qui envoient leur demande à l’aide de CD ou de DVD; b) pour ce qui est des organisations qui utilisent un format différent, comme la poste électronique ou des clés USB, pour remettre des fichiers volumineux aux personnes ayant présenté une demande, quel est le format utilisé; c) est-ce que toutes les organisations en a) ont adopté un plan pour commencer à utiliser un format qui ne nécessite pas de lecteur de disque optique et, le cas échéant, quels sont les détails du plan, y compris le calendrier d’exécution; d) quel pourcentage approximatif (i) des ordinateurs de bureau, (ii) des ordinateurs portables achetés par le gouvernement du Canada au cours des deux dernières années sont munis d’un lecteur de disque optique capable de lire les CD ou les DVD?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 132 --
M. Dean Allison:
En ce qui concerne les Centres Service Canada: a) quels centres ont rouvert leurs portes au public depuis le confinement en mars 2020, et quelle a été la date de réouverture pour chaque centre; b) pour chaque centre encore fermé au public, quelle est la date de réouverture prévue, ventilée par centre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 135 --
M. Michael D. Chong:
En ce qui concerne les drones de technologie canadienne exportés en Turquie dont se servent actuellement les forces militaires azerbaïdjanaises: a) pourquoi le gouvernement a-t-il renouvelé les licences d’exportation de matériel militaire en Turquie au printemps 2020; b) le gouvernement a-t-il reçu des garanties comme quoi le matériel militaire exporté ne serait pas employé contre l’Arménie et, le cas échéant, quelles sont les détails de ces garanties; c) quels sont les détails concernant l’ensemble du matériel militaire exporté en Turquie jusqu’au 1er janvier 2019, y compris (i) le fournisseur, (ii) la description du matériel, y compris son volume, (iii) la valeur du matériel, (iv) l’usage prévu du matériel, tel qu’il est précisé dans la demande; d) quels sont les détails concernant tous les documents traitant des exportations militaires, y compris les pièces de correspondance qui ont été envoyés ou reçus par la ministre du Développement international ou son cabinet, y compris (i) la date des documents, (ii) le destinateur, (iii) les destinataires, (iv) le titre des documents, (v) le type de document (note de service, courriel), (vi) le numéro de dossier, (vii) le résumé du contenu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 136 --
M. Marc Dalton:
En ce qui concerne la réaction du gouvernement canadien au rapport du National Cyber Security Centre et du Huawei Cyber Security Evaluation Centre du Royaume Uni, qui indiquait que la technologie 5G de Huawei pouvait compromettre la sécurité nationale: a) le Centre canadien pour la cybersécurité a-t-il effectué sa propre évaluation des risques liés à Huawei et, le cas échéant, quels en ont été les résultats; b) d’autres ministères ou organismes du gouvernement ont-ils effectué une évaluation des risques liés à Huawei et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris la portée et les résultats de l’évaluation?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 137 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne le programme Incitatifs pour l’achat de véhicules zéro émission ainsi que les rabais incitatifs à l’achat et à la location de tels véhicules qui sont entrés en vigueur le 1er mai 2019: a) combien de véhicules achetés ont donné droit au rabais en question; b) quelle est la ventilation de a) par marque et par modèle; c) quel est le montant total versé jusqu’ici dans le cadre de ce programme; d) quelle est la ventilation du montant donné en c), (i) par constructeur, (ii) par concessionnaire, incluant le nom et l’adresse de chaque concessionnaire?
Response
(Le document est déposé.)
View Marty Morantz Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, for weeks the Conservatives have been asking questions about Canadian drone systems that have been diverted to the conflict between Armenia and Azerbaijan, in violation of international treaties. We know that on April 23 the Prime Minister spoke with the President of Turkey. Pictures of these drone systems have now appeared in The Globe and Mail. Canadians deserve answers.
Did the Prime Minister agree to the Turkish President's request to approve these systems for export, yes or no?
Monsieur le Président, voilà des semaines que les conservateurs posent des questions sur les systèmes de drones du Canada qui ont été redirigés vers le conflit qui sévit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ce qui contrevient aux traités internationaux. Nous savons que le 23 avril, le premier ministre s'est entretenu avec le président de la Turquie. Des photos des systèmes de drones en question ont été publiées dans le Globe and Mail. Les Canadiens méritent d'obtenir des réponses.
Le premier ministre a-t-il accédé à la demande du président de la Turquie en approuvant l'exportation de ces systèmes, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-11-04 14:55 [p.1666]
Mr. Speaker, we have a rigorous export control system that ensures that as we export armaments and military equipment around the world, all the rules are followed.
When reports came out that possible Canadian technology was being used in Nagorno-Karabakh, we immediately suspended the relevant export permits to Turkey. We are following up on an appropriate investigation.
We need to make sure that Canadian-made equipment is not being used in illicit ways that are not aligned with the original contracts signed, and, of course, is never used to harm civilians or innocents.
Monsieur le Président, nous disposons d'un système rigoureux de contrôle des exportations qui nous permet de nous assurer que toutes les règles sont respectées lorsque des armes ou du matériel militaire sont exportés.
Lorsqu'il a été révélé qu'une technologie canadienne était possiblement utilisée au Nagorno-Karabakh, nous avons suspendu immédiatement les permis d'exportation vers la Turquie correspondants. Nous faisons le suivi de cette affaire dans le cadre d'une enquête appropriée.
Nous devons nous assurer que le matériel fabriqué au Canada n'est pas utilisé de façon illégale ou d'une manière qui ne correspond pas aux ententes qui ont été conclues antérieurement et, bien entendu, qu'il n'est en aucun cas utilisé contre des civils ou des personnes innocentes.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-11-04 14:56 [p.1666]
Mr. Speaker, that is interesting, but that was not the question.
This is a serious question, and it deserves a clear answer. Canada developed a drone system. This drone system was used in the conflict between Armenia and Azerbaijan, in violation of international treaties. We know that on April 23, the Prime Minister spoke with the President of Turkey. The question is simple and deserves a clear answer.
During that conversation, did the Prime Minister approve the use and sale of Canadian drones in Turkey, yes or no?
Monsieur le Président, c'est intéressant, mais ce n'était pas cela du tout, la question.
La question est sérieuse et mérite une réponse claire. Le Canada a développé un système de drones. Ce système de drones a été utilisé lors du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et cela, c'est en contradiction avec les accords internationaux. On sait que le 23 avril, le premier ministre s'est entretenu avec le président de la Turquie. La question est simple et mérite une réponse claire.
Lors de cet entretien, est-ce que le premier ministre a donné son accord pour l'utilisation et la vente des drones canadiens à la Turquie, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-11-04 14:56 [p.1666]
Mr. Speaker, the answer is no.
Monsieur le Président, la réponse est non.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, last year the government suspended arms exports to Turkey because it was not upholding its international obligations. However, in April of this year, seven drone systems were approved for export from Canada to Turkey after the Prime Minister spoke with Turkish President Erdogan.
My colleague, the hon. member for Wellington—Halton Hills, tried to get answers about whether the Prime Minister or the Minister of Foreign Affairs overrode the recommendations of their own Global Affairs officials. He asked four times if ministerial interference was used to approve the export of these Canadian-made drone targeting systems to Turkey. Four questions were asked and still no one on the other side of the House could give him a straight answer.
It is time for the government to stop dodging questions, provide actual answers and tell Canadians whether its weak leadership on the international stage is putting civilian lives at risk.
Monsieur le Président, l'an dernier, le gouvernement a suspendu les exportations d'armes à la Turquie parce que ce pays ne respectait pas ses obligations internationales. Cependant, en avril de cette année, le Canada a approuvé l'exportation de sept systèmes de drones à la Turquie après que le premier ministre eut parlé au président Erdogan.
Mon collègue, le député de Wellington—Halton Hills, a tenté de savoir si le premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères avaient fait fi des recommandations des fonctionnaires d'Affaires mondiales Canada. Mon collègue a demandé à quatre reprises s'il y avait eu intervention ministérielle dans l'approbation de l'exportation à la Turquie de systèmes de ciblage pour drones fabriqués au Canada. Quatre questions ont été posées mais personne de l'autre côté du parquet n'a été en mesure de donner une réponse claire.
Il est temps que le gouvernement cesse d'esquiver les questions, donne de vraies réponses et dise aux Canadiens si son manque de leadership sur la scène internationale met en péril des populations civiles.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is clear Canadian drone systems were diverted to the conflict between Armenia and Azerbaijan in violation of the Arms Trade Treaty, the Wassenaar Arrangement and Canadian law. There is lots of reputable photographic and video evidence.
Here is what we know: On April 23, the Prime Minister spoke with Turkish President Erdogan. In that conversation, did he agree to President Erdogan's request to approve the export of these drone systems from Canada to Turkey, yes or no?
Madame la Présidente, il est clair que des systèmes canadiens de drones ont été détournés vers le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ce qui contrevient au Traité sur le commerce des armes des Nations unies, à l'Arrangement de Wassenaar et à la loi canadienne. Il y a beaucoup d'enregistrements vidéo et de photos provenant de sources fiables qui le prouvent.
Voici ce que nous savons: le 23 avril, le premier ministre s'est entretenu avec le président turc Erdogan. Lors de cette conversation, a-t-il accepté la demande du président Erdogan voulant qu'il approuve l'exportation de ces systèmes de drones du Canada vers la Turquie, oui ou non?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 11:18 [p.1480]
Madam Speaker, as I think everyone in the House knows, our government is committed to a strong and rigorous arms export system. That is why we acceded to the Arms Trade Treaty. Human rights considerations are now at the centre of our exports regime. When we became aware of possible uses of military equipment that had been exported to Turkey, the minister immediately ceased export permits, suspended them, and they are under review at this time.
Madame la Présidente, comme tous les députés à la Chambre le savent sans doute, le gouvernement est déterminé à avoir un système d'exportation d'armes fort et rigoureux. C'est la raison pour laquelle nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Le respect des droits de la personne est au cœur de notre régime d'exportations. Lorsque nous avons appris que de l'équipement militaire avait possiblement été envoyé en Turquie, le ministre a immédiatement annulé tous les permis d'exportation et ces derniers font actuellement l'objet d'un examen.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the government did not answer my question. Exporting these drone systems contributes to the conflict in Nagorno-Karabakh.
My question is simple and I will ask it again: Did the government agree to President Erdogan's request and bypass officials to approve the export of these drone systems, yes or no?
Madame la Présidente, le gouvernement n'a pas répondu à ma question. L'exportation de ces systèmes de drones contribue au conflit dans le Haut-Karabakh.
Je repose ma question, qui est simple: le gouvernement a-t-il accédé à la demande du président Erdogan et court-circuité les fonctionnaires pour approuver l'exportation de ces systèmes de drones, oui ou non?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 11:19 [p.1480]
Madam Speaker, with all due respect, I believe I did answer the question. We are committed to a rigorous arms export regime. We follow all our international commitments and even more through legislation passed by this House of Commons. Everything we do with respect to our arms exports follows international law, and we are subject to no undue pressure from any external forces.
Madame la Présidente, en tout respect, je crois avoir répondu à la question. Nous sommes déterminés à mettre en place un système d'exportation d'armes rigoureux. Nous respectons tous nos engagements internationaux et nous allons encore plus loin grâce à la mesure législative adoptée par la Chambre des communes. Toutes les mesures que nous prenons par rapport à nos exportations d'armes sont conformes au droit international, et aucune force extérieure n'exerce de pressions indues sur nous.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2020-10-30 12:05 [p.1489]
Madam Speaker, new evidence shows Wescam sensors, manufactured since April and exemptions to the Turkish embargo, ended up in Nagorno-Karabakh, used by Azerbaijani forces. Last month, Global Affairs suspended arms exports to Turkey while investigating allegations that Canadian sensors were diverted to Azerbaijan, but now the evidence is clear: The arms trade treaty requires Canada to prevent, detect and stop brokering of military goods to users other than intended customers and to stop exports used against civilians.
Will the minister release detailed results of his own investigation and cancel all arms exports to Turkey?
Madame la Présidente, de nouvelles révélations indiquent que des capteurs Wescam, qui sont fabriqués depuis avril et exemptés de l'embargo de la Turquie, se sont retrouvés dans la région du Nagorno-Karabakh, où ils sont utilisés par l'armée azerbaïdjanaise. Le mois dernier, Affaires mondiales Canada a suspendu les exportations d'armes vers la Turquie le temps de mener une enquête sur les allégations selon lesquelles des capteurs canadiens sont détournés vers l'Azerbaïdjan. Or, il n'y a maintenant plus de doute. Le Traité sur le commerce des armes exige que le Canada prévienne et détecte le courtage de marchandises militaires vers des utilisateurs autres que les clients prévus, qu'il y mette fin et qu'il interrompe les exportations utilisées contre des civils.
Le ministre rendra-t-il publiques les conclusions détaillées de son enquête et annulera-t-il toutes les exportations d'armes vers la Turquie?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 12:06 [p.1490]
Madam Speaker, over the weeks, we all know that there were allegations made regarding Canadian technology being used in the military conflict in Nagorno-Karabakh. As soon as those allegations were heard by the minister, he immediately directed his officials to investigate these claims, and that investigation is ongoing. In line with Canada's robust export control regime, and due to the hostilities that are ongoing, he immediately suspended exports to Turkey that were relevant in this issue to allow us to assess the situation.
It gives me—
Madame la Présidente, au cours des dernières semaines, des allégations ont été faites sur l'utilisation de technologies canadiennes dans le conflit militaire au Nagorno-Karabakh. Dès que le ministre a pris connaissance de ces allégations, il a immédiatement ordonné aux fonctionnaires canadiens d'enquêter sur elles. Cette enquête est en cours. Conformément à notre solide régime de contrôle des exportations et à cause de la poursuite des hostilités, le ministre a suspendu immédiatement les licences d'exportation pertinentes vers la Turquie afin de nous donner le temps de mieux évaluer la situation.
Cela me donne...
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, last year the government suspended arms exports to Turkey because it was not upholding its obligations. Last April, the Prime Minister spoke with Turkish President Erdogan and reports indicate he committed to addressing Turkish concerns about the suspension of these arms exports. Subsequently, seven drone systems were approved for export from Canada to Turkey.
Did the Prime Minister or foreign affairs minister override the recommendations of Global Affairs officials and approve these exports to Turkey?
Monsieur le Président, l'année dernière, le gouvernement a suspendu les exportations d'armes vers la Turquie parce que cette dernière ne respectait pas ses obligations. En avril dernier, le premier ministre a parlé avec le président turc Erdogan et, selon les rapports, il se serait engagé à répondre aux préoccupations des Turcs concernant la suspension de ces exportations. Par la suite, on a approuvé l'exportation de sept systèmes de drones du Canada vers la Turquie.
Le premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères ont-ils fait fi des recommandations des fonctionnaires d'Affaires mondiales Canada en approuvant ces exportations vers la Turquie?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-26 14:51 [p.1227]
Mr. Speaker, over the last several weeks, allegations were made regarding Canadian technology being used in the military conflict in Nagorno-Karabakh. Upon learning of these allegations, the minister immediately directed Canadian officials to investigate the claims. In line with our robust export control regime and due to ongoing hostilities, the minister suspended immediately the relevant export permits to Turkey to allow time to further assess the situation. We call for all measures to immediately stabilize the situation on the ground. We want a peaceful resolution.
Monsieur le Président, au cours des dernières semaines, des allégations ont été faites sur l'utilisation de technologies canadiennes dans le conflit militaire au Nagorno-Karabakh. Après avoir pris connaissance de ces allégations, le ministre a immédiatement ordonné aux fonctionnaires canadiens d'enquêter sur elles. Conformément à notre solide régime de contrôle des exportations et à cause de la poursuite des hostilités, le ministre a suspendu immédiatement les licences d'exportation pertinentes vers la Turquie afin de nous donner le temps de mieux évaluer la situation. Nous réclamons la prise de toutes les mesures nécessaires pour stabiliser immédiatement la situation sur le terrain. Nous voulons une résolution pacifique du conflit.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the last two previous investigations took a year and a half and six months, and led to nothing conclusive being done. The government still has not answered the question. It is clear that Canadian drone systems were diverted to the conflict between Armenia and Azerbaijan in clear violation of the Arms Trade Treaty, the Wassenaar Arrangement and Canadian law.
Once again, did the Prime Minister or foreign affairs minister override the recommendations of the Global Affairs risk analysis and approve these drone systems for export to Turkey?
Monsieur le Président, les deux dernières enquêtes qui ont eu lieu ont respectivement duré un an et demi et six mois, et n'ont abouti à aucune réponse concluante. D'ailleurs, le gouvernement n'a toujours pas répondu à la question. Il est clair que des systèmes canadiens de drones ont été détournés vers le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ce qui contrevient clairement au Traité sur le commerce des armes des Nations Unies, à l'Arrangement de Wassenaar et à la loi canadienne.
Encore une fois, le premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères ont-ils passé outre aux recommandations de l'analyse des risques effectuée par Affaires mondiales Canada? Ont-ils approuvé l'exportation de ces systèmes de drones en Turquie?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-26 14:52 [p.1227]
Mr. Speaker, let us be very clear: Our government is committed to a strong and rigorous arms export system, and that is why we have acceded to the Arms Trade Treaty. Human rights considerations are at the centre of our exports regime and Canada has one of the strongest export control systems in the world, respecting human rights. These are enshrined in our Canadian legislation.
The minister will deny any permit application where there is substantial risk of human rights violations in keeping with Canadian law and in keeping with human rights obligations.
Monsieur le Président, soyons bien clairs: le gouvernement est déterminé à respecter un rigoureux système d'exportation des armes; c'est la raison pour laquelle nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Le respect des droits de la personne est au coeur de notre régime d'exportations. De plus, le Canada dispose d'un des systèmes de contrôle des exportations les plus solides au monde en ce qui a trait aux droits de la personne. D'ailleurs, ces droits sont partie intégrante des lois du Canada.
Le ministre rejettera toute demande de permis d'exportation qui comporte un risque important de violation des droits de la personne, conformément aux lois canadiennes et aux obligations du Canada en la matière.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, after another night of intensive bombing of Stepanakert, the capital of Nagorno-Karabakh, we are wondering how the federal government could have sold military technology to Turkey. Today, those technologies are being used against Armenian civilians. That goes against our obligations under the UN Arms Trade Treaty, as does the sale of weapons to Saudi Arabia.
Now, the Minister of Foreign Affairs is off to Europe. We need more than photo ops. People are dying.
What pressure tactics will be used to restore peace in Nagorno-Karabakh?
Monsieur le Président, après une autre nuit de bombardements intensifs sur Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh, on se demande bien comment le gouvernement fédéral a pu vendre des technologies militaires à la Turquie. Ces technologies sont aujourd'hui utilisées contre des populations civiles arméniennes. Cela va à l'encontre de nos obligations selon le Traité sur le commerce des armes des Nations unies, tout comme les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite.
Là, le ministre des Affaires étrangères s'en va en Europe. On ne veut pas juste des séances photo. Il y a des gens qui meurent.
Quelles pressions seront mises en œuvre pour rétablir une situation pacifique au Haut-Karabakh?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-10-07 15:12 [p.682]
Mr. Speaker, we are aware of the allegations that Canadian technology is being used in this conflict. The minister immediately asked public servants to look into those allegations.
We suspended the relevant export permits to Turkey in order to better assess the situation.
We are asking that measures be taken immediately to stabilize the situation on the ground. We are asking for a peaceful, negotiated solution to this conflict.
Monsieur le Président, nous sommes au courant des allégations selon lesquelles une technologie canadienne serait utilisée dans ce conflit. Le ministre a immédiatement demandé aux fonctionnaires d'enquêter sur ces allégations.
Nous avons suspendu les licences d'exportation pertinentes vers la Turquie afin de mieux évaluer la situation.
Nous demandons que des mesures soient prises immédiatement pour stabiliser la situation sur le terrain. Nous demandons une solution pacifique et négociée à ce conflit.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2379--
Mr. Kevin Waugh:
With regard to the Prime Minister’s desire to have SNC-Lavalin offered a Deferred Prosecution Agreement (DPA): (a) has the government taken any steps towards providing a DPA to SNC-Lavalin; and (b) has the Director of Public Prosecutions received any instructions or advice from the government in relation to SNC-Lavalin, and, if so, what are the details including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) instructions or advice?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Madam Speaker, with respect to part (a), deferred prosecution agreements are at the discretion of the prosecution.
With respect to part (b), any advice sought or received from any government source is privileged; no instructions can be provided to the director of public prosecutions other than a formal directive by the Attorney General, which would be published in the Canada Gazette.

Question No. 2383--
Mr. Peter Kent:
With regard to the warning that the government received from Fitch Ratings about the rising debt level: (a) what specific action, if any, is the government prepared to do to ensure that Canada retains the “AAA” credit rating; (b) does the government have any projections on the effect of losing the “AAA” credit on the government’s finances and, if so, what are the projections; and (c) has the government received warnings from any other credit ratings agencies, since January 1, 2017, that it may lose its “AAA” credit rating and, if so, what are the details of any such warnings?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, with regard to part (a), ratings issued by credit ratings agencies are based on their assessment of a sovereign’s strengths and weaknesses under several categories, including economic strength, institutional strength, fiscal strength, external financing, a country’s ability to address adverse economic/financial shocks and how susceptible the country is to these risks; and a country’s performance according to environmental, social and governance, ESG, factors.
Canada fares well in overall credit ratings assessments. Canada is one of only a few countries that continues to receive AAA status, with a stable outlook, from S&P, Moody’s and Fitch. Canada has held its AAA rating from Standard & Poor’s and Moody’s since 2002, and from Fitch since 2004.
With budget 2019, the government is continuing to invest in people and in growing the economy for the long term while carefully managing deficits and debt. Indeed, since November 2015, targeted investments and strong economic fundamentals have contributed to creating over 900,000 new jobs, pushing the unemployment rate to around its lowest levels in over 40 years. Canada also had the strongest economic growth of all G7 countries in 2017, and was second only to the U.S. in 2018.
The government continues to manage deficits carefully while delivering real results that grow the economy, create jobs and improve the quality of life for the middle class and people working hard to join it. As projected in budget 2019, the federal government deficit is projected to decline from $19.8 billion in 2019-20 to $9.8 billion in 2023-24. The federal debt-to-GDP ratio, which is Canada’s debt in relation to the size of our economy, is also projected to fall in every year of the forecast horizon, reaching 28.6% of GDP by 2023-24. According to the IMF, Canada also has the lowest net debt-to-GDP ratio among G7 countries.
It is also important to note that while general government debt measures are useful for international comparisons, provinces and municipalities are responsible for their own fiscal and debt management.
With regard to part (b), there is a large degree of uncertainty regarding the estimated impact of a downgrade on the government’s finances, as shown by the wide range of impacts seen with recent international experiences. Australia’s downgrade warning in 2016, triggered by a persistent period of slower-than-expected growth and concerns over the government’s will to curtail budgetary deficits, saw very little market reaction. The British gilt 10-year yield increased by about 100 basis points following the downgrade in 2013. As the 2016 downgrade was due to the Brexit vote, it is impossible to disentangle the impacts of the downgrade from general market reaction. With regard to France during the period 2011 to 2015, in 2011, the spread between French and German 10-year government yields increased by about 100 basis points for approximately nine months. There was little market reaction to the 2013 and 2015 downgrades.
With regard to part (c), the most formal way for credit ratings agencies to signal concerns or issue warnings over ratings would be to assign a “negative” outlook, although ratings do change sometimes without first getting a “positive” or “negative” outlook.
Since January 2017, Canada has not received a negative outlook. Fitch, S&P and Moody’s continue to rate Canada as AAA with a stable outlook, meaning that the three major ratings agencies do not expect changes to Canada’s AAA rating. Canada has held its AAA rating, with a stable outlook, from Standard and Poor’s and Moody’s since 2002, and from Fitch since 2004.

Question No. 2390--
Mr. Guy Caron:
With regard to the government’s ratification strategy for the United Nations Arms Trade Treaty: (a) what measures has the government taken so far to comply with the Treaty; (b) what other measures does the government plan to take to comply with the Treaty; (c) what is the timeline for each of the measures in (b); (d) did legal opinions show that measures in Bill C-47 failed to comply with both the spirit and letter of the Treaty, broken down by (i) department, (ii) agency; and (e) for the responses to (d), what are the file numbers of each of these legal opinions?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Madam Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. With regard to parts (a) to (d), the Government of Canada is committed to promoting peace and security here at home and around the world. This includes finally acceding to the Arms Trade Treaty, ATT, which Canada failed to do in 2013 or 2014.
The ATT is the only international treaty that seeks to regulate the international trade in conventional weapons. By acceding to the ATT, Canada is supporting the multilateral efforts to address the violence caused by this unregulated and dangerous trade.
On April 13, 2017, the Minister of Foreign Affairs introduced legislation that made the necessary changes for Canada to accede to the Arms Trade Treaty.
The Minister of Foreign Affairs also announced $13 million over five years to allow Canada to implement the ATT and further strengthen its export control regime, and a $1-million contribution to the UN Trust Facility Supporting Cooperation on Arms Regulation, in order to help other countries accede to the ATT.
On March 8, 2018, the Minister of Foreign Affairs announced the government’s support for further legislative amendments to strengthen Canada’s arms export system. This included putting the Arms Trade Treaty assessment criteria into law. This means that all considerations of potential exports must include international human rights law, peace and security, and gender-based violence.
Through the amended legislation, which received royal assent on December 13, 2018, the government is also introducing a new legal requirement for the Canadian government to refuse permits for arms exports that would violate these criteria. This is the most significant change to Canadian arms exports in over 30 years.
The government is currently preparing the necessary regulations to enact these changes. These have been informed by public consultations from December 2018 to January 2019, which included over 190 participants from industry associations, businesses, civil society organizations, academia and legal professionals, as well as by pre-publishing in part I of the Canada Gazette from March 2019 to April 2019.
Four regulations will establish Canada’s brokering controls, and two regulations will enhance transparency and reporting by enabling the Government of Canada to collect data on the export to the U.S. of the full-system items for which the ATT requires reporting.
In addition to this work, government departments including Global Affairs Canada and the Department of National Defence are currently updating their internal processes to ensure the Government of Canada is fully compliant with the ATT.
Global Affairs Canada’s legal division has confirmed that the steps Canada has taken to accede to the ATT comply with both the spirit and letter of the treaty.
All Canadian exporters, including those working with the Canadian Commercial Corporation, CCC, will continue to be required to comply with the Export and Import Permits Act, and with the new legislative changes. CCC is putting in place policies and procedures to address the ATT assessment criteria and to ensure that the Canadian exporters it supports do the same. All exports of controlled goods, including those facilitated by CCC, require an export permit and will be subject to the ATT assessment criteria.
Shortly after the final publication of the regulations, Canada will deposit its instrument of accession to the ATT with the United Nations and formally become a State Party of the ATT in 2019.

Question No. 2391--
Mr. Guy Caron:
With regard to the contract to sell light armoured vehicles to Saudi Arabia, which Canada signed in 2014 and the government approved in 2016: what meetings were held between Global Affairs Canada and General Dynamics Land Systems-Canada, as of October 2018, including (i) the date of the meeting, (ii) the location of the meeting, (iii) the participants, (iv) the purpose of the meeting?
Response
Hon. Jim Carr (Minister of International Trade Diversification, Lib.):
Madam Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. The Government of Canada has demonstrated its clear commitment to openness and transparency. The Government of Canada believes in evidence-based policy-making and meaningful consultation with Canadians.
Meetings with key stakeholders and experts help to inform the policy development process. For a listing of lobbyist interactions, please visit the Registry of Lobbyists, which is the central source of information about individuals, not-for-profit organizations and for-profit corporations who lobby the federal government: https://lobbycanada.gc.ca/app/secure/ocl/lrs/do/clntSmmrySrch?lang=eng

Question No. 2392--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the statement in Budget 2019 that “To date, Canada’s efforts to reform fossil fuel subsidies have resulted in the phase-out or rationalization of eight tax expenditures”: (a) what are these eight tax expenditures; (b) of the tax expenditures in (a), (i) which ones have already been abolished and which ones are being phased out, (ii) which ones have been rationalized and which ones are being rationalized; (c) what is the timeline for phasing out or rationalizing each of the tax expenditures in (a); (d) how much will be saved in total by phasing out or rationalizing the tax expenditures in (a); and (e) what is the annual cost of each of the tax expenditures in (a)?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the combined response to parts (a), (b), (c), (d), and (e) is as follows. The eight tax measures, and the actions that have been taken to phase out or rationalize them, are listed below. For most of the measures, an estimate of cost savings was provided when the phase-out or rationalization was announced in the budget. For reference, these estimates are summarized below. However, these estimates are not up-to-date and have a number of limitations.
First is the phase-out of the accelerated capital cost allowance for the oil sands from budget 2007, completed in 2015. No costing information was included in the budget for the period affected by the phase-out. See page 374 of the budget plan 2007, http://www.budget.gc.ca/2007/pdf/bp2007e.pdf).
Second is the reduction in the deduction rates for intangible capital expenses in oil sands projects to align with rates in conventional oil and gas sector from budget 2011, completed in 2016. It was estimated that this would result in cost savings of $220 million from 2011-12 to 2015-16. See page 263 of the budget plan 2011, http://www.budget.gc.ca/2011/plan/Budget2011-eng.pdf).
Third is the phase-out of the Atlantic investment tax credit for investments in the oil and gas and mining sectors from budget 2012, completed in 2017. It was estimated that this would result in cost savings of $135 million from 2014-15 to 2016-17. See page 380 of the budget plan 2012, http://www.budget.gc.ca/2012/plan/pdf/Plan2012-eng.pdf).
Fourth is the reduction in the deduction rate for pre-production intangible mine development expenses, including coal mining, to align with the rate for the oil and gas sector from budget 2013, completed in 2018. It was estimated that this would result in cost savings of $45 million from 2015-16 to 2017-18. See page 331 of the budget plan 2013, http://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-eng.pdf).
Fifth is the phase-out of the accelerated capital cost allowance for mining, including coal mining from budget 2013, to be completed in 2021. It was estimated that this would result in cost savings of $10 million in 2017-18. See page 331 of the budget plan 2013, http://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-eng.pdf).
Sixth is allowing the accelerated capital cost allowance for liquefied natural gas facilities to expire as scheduled in 2025 from budget 2016. No costing information was included in the budget for the phase out of this measure. However, when the measure was introduced in budget 2015, the cost was estimated as $45 million over the 2015-16 to 2019-20 period. See page 210 of the budget plan 2015, https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/budget2015-eng.pdf).
Seventh is the rationalization of the tax treatment of expenses for successful oil and gas exploratory drilling from budget 2017, to be completed by 2021. It was estimated that this would result in cost savings of $145 million from 2019-20 to 2021-22. See page 6 of the tax measures supplement, http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-en.pdf).
Eighth is the phase-out of the tax preference that allows small oil and gas companies to reclassify certain development expenses as more favorably treated exploration expenses from budget 2017, to be completed in 2020. It was estimated that this would result in cost savings of $5 million from 2019-20 to 2021-22. See page 6 of the tax measures supplement, http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-en.pdf).
The department provided the above estimates of cost savings over the budget horizon at the time the phase-out or rationalization of each measure was announced. Once an announcement has been made, the department does not continue to update or track the resulting cost savings. As such, the cost savings amounts listed above are indicative only and actual savings may be different. The amounts should not be added up, as this would not accurately represent total cost savings.

Question No. 2393--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to all legal fees paid since November 4, 2015: what are the details, including the nature of the complaints or charges, the amount, the date of payment, and the government representative that received the money, of all legal fees paid pursuant to (i) section 8.6.1 of the Policies for Ministers’ Offices, (ii) section 6.1.14 of the Policy on Legal Assistance and Indemnification, (iii) previous provisions of either of these sections?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Madam Speaker, with regard to the policy on legal assistance and indemnification, the government is not able to produce and validate a comprehensive response in the time allotted.
In processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. A response to the question could disclose personal and solicitor privileged information.

Question No. 2403--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the changes made by Veterans Affairs Canada to the disability questionnaire meant to document post-traumatic stress disorder claims by former soldiers: why was the minister's mental health advisory committee left out of the development of the new questionnaire and not consulted about the changes?
Response
Hon. Lawrence MacAulay (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Madam Speaker, to deliver faster decisions for veterans related to their disability benefits applications, Veterans Affairs Canada shortened the medical questionnaire for psychiatric and psychological conditions. The questionnaire was simplified to allow medical professionals the ability to complete the process quicker. This provides veterans with faster decisions on their disability benefits applications, which allows faster access to treatment. The changes are designed to increase efficiency of the process and to ensure that veterans in need get access to treatments faster.
Veterans Affairs Canada consulted its service excellence advisory group. This advisory group is focused on initiatives aimed at streamlining processes for veterans and health professionals. A team of mental health professionals, including those from operational stress injury clinics who are frequent users of the questionnaire, was also consulted and requested revisions to the form. As a result, the questionnaire was modified and streamlined to improve the turnaround times for completion and get benefits out to veterans faster.
Veterans Affairs Canada has a new approach to making disability benefit decisions for veterans with post-traumatic stress disorder, in that the department now only requires minimal diagnostic information. Veterans Affairs Canada asks health professionals to provide a diagnosis and accepts their professional assessment.
It is important to note that 97% of first applications for post-traumatic stress disorder were approved, according to the 2018-19 statistics.
The following changes were made.
The questionnaire was modified and streamlined. It was reduced in size to ease the paperwork burden on physicians and to improve turnaround times for completion. This is expected to result in faster decisions for veterans.
Veterans Affairs Canada is no longer asking for health professionals to substantiate their diagnosis. Veterans Affairs Canada is taking them at their word. The information on the form focuses on assessing the severity of their injury.
The privacy notice was updated.
The medical diagnosis heading was renamed to “Confirmed Medical Diagnosis’. In addition, the diagnosis section has been revised. The physician/psychologist information has been moved to the last page.
A single psychiatric condition could be assessed at 100%, if the individual meets the highest ratings in each table in the table of disabilities.

Question No. 2404--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Treasury Board Secretariat’s YouTube video titled “Cracking the Code” released on May 30, 2018: (a) how much was spent to create the video; (b) was an actor or actress paid to do the voice-over for the video and, if so, how much was the actor or actress paid; and (c) how many full-time equivalents worked on the video from development to publication?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and Minister of Digital Government, Lib.):
Madam Speaker, in response to part (a), the video was created in-house by the TBS multimedia team, using their equipment. Sixty dollars, $60, was spent to acquire the music track.
In response to part (b), no actor or actress was paid for the voice-over. A TBS employee provided this service on a volunteer basis.
In response to part (c), seven people worked on this project part-time, for a total of 84 hours from development to publication.

Question No. 2405--
Mr. Bob Saroya:
With regard to the $12 million in government funding for Loblaw Companies Limited to install new refrigeration systems, between January 1, 2019, and April 9, 2019: how much funding was provided to smaller, less-profitable independent grocery stores for new refrigeration systems and what are the details of any such funding, including (i) date of announcement, (ii) recipient, (iii) location, (iv) amount?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Madam Speaker, the over $500 million low-carbon economy challenge is part of the low-carbon economy fund, LCEF. The LCEF is designed to leverage Canadian ingenuity to reduce greenhouse gas emissions and support Canada’s clean growth as part of the pan-Canadian framework on clean growth and climate change.
The challenge has two streams. The champions stream provides funding to eligible recipients, specifically provinces and territories, municipalities, indigenous communities and organizations, large as well as small and medium-sized businesses, and not-for-profit organizations. Independent grocers were eligible to apply, but we did not receive any proposals. The project referenced is one of 54 successful champions stream projects, which are providing solutions to cut pollution and increase energy efficiency in communities across Canada. Announcements for successful champions stream projects are ongoing.
The second part of the low-carbon economy challenge, the partnerships stream, was launched in December 2018. Eligible recipients for the partnerships stream are small municipalities, indigenous communities and organizations, not-for-profit organizations, and small and medium-sized businesses, including independent grocery stores. This stream provides an additional opportunity for smaller businesses, organizations and communities to participate in the shift to a low-carbon economy. Proposals are currently under review, and results will be communicated to applicants in 2019.

Question No. 2408--
Mr. Peter Julian:
With regard to the statement in Budget 2019 that “Canada will continue to review measures that could be considered inefficient fossil fuel subsidies with a view to reforming them as necessary”: (a) how many measures that are considered inefficient are currently being reviewed; (b) what is the name of each of the measures listed in (a); (c) what is the timetable for phasing out or rationalizing each of the measures in (a); and (d) what is the estimated annual cost of each of the measures in (a)?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, here is the response of the Department of Finance to parts (a), (b), (c), and (d). As committed to in the department’s action plan following the 2017 Auditor General report on fossil fuel subsidies, the department completed a review of 13 tax measures that are specific to the fossil fuel sector. Based on evidence currently available, it is not possible to conclude that any existing tax measures are inefficient fossil fuel subsidies.
The department will continue to support the government in fulfilling its commitment to phase out or rationalize inefficient fossil fuel subsidies by 2025. As part of that work, Canada and Argentina recently committed to undergoing peer reviews of inefficient fossil fuel subsidies under the G20 process. Peer reviews of inefficient fossil fuel subsidies can increase transparency, encourage international dialogue, and help develop best practices while moving toward a low-carbon economy. This voluntary process will enable both countries to compare and improve knowledge and push forward the global momentum to identify and reduce inefficient fossil fuel subsidies.

Question no 2379 --
M. Kevin Waugh:
En ce qui concerne le souhait du premier ministre que SNC-Lavalin puisse faire l’objet d’un accord de suspension des poursuites: a) le gouvernement a-t-il fait des démarches pour que SNC-Lavalin puisse bénéficier d’un tel accord; b) la directrice des poursuites pénales a-t-elle reçu des directives ou des conseils du gouvernement à propos de SNC-Lavalin et, dans l’affirmative, quels en sont les détails, dont (i) la date, (ii) le destinateur, (iii) le destinataire, (iv) les directives ou les conseils donnés?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada et de la ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, les accords de suspension des poursuites sont à la discrétion de la poursuite.
En ce qui concerne la partie b), tous conseils demandés ou reçus d’une source gouvernementale sont privilégiés; aucune instruction ne peut être fournie à la directrice des poursuites pénales autre qu’une directive officielle du procureur général, qui serait publiée dans la Gazette du Canada.

Question no 2383 --
M. Peter Kent:
En ce qui concerne l’avertissement qu’a servi Fitch Ratings au gouvernement relativement à l’augmentation du niveau de la dette: a) quelles mesures précises, le cas échéant, le gouvernement entend-il prendre pour que le Canada conserve sa cote de crédit « AAA »; b) le gouvernement dispose-t-il de projections concernant l’effet éventuel de la perte de la cote de crédit « AAA » sur ses finances et, le cas échéant, quelles sont-elles; c) depuis le 1er janvier 2017, le gouvernement a-t-il reçu d’autres avertissements d’agences de notation selon lesquels il pourrait perdre sa cote de crédit « AAA » et, le cas échéant, que disent précisément ces avertissements?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, les notations émises par les agences de notation sont fondées sur leur évaluation des forces et des faiblesses d’un pays souverain dans plusieurs catégories, notamment la vigueur économique, la solidité de ses institutions, la solidité financière, le financement extérieur, la capacité d’un pays à faire face aux chocs économiques et financiers défavorables et la sensibilité du pays à ces risques, et sur la performance d’un pays en fonction de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance.
Le Canada se porte bien pour ce qui est des cotes de crédit globales. Le Canada est l’un des rares pays qui continuent de se voir attribuer une cote de crédit AAA, assortie de perspectives stables, de la part de Standard and Poor’s, ou S&P, et de Moody’s and Fitch. Le Canada a conservé sa cote AAA de S&P et de Moody’s depuis 2002 et celle de Fitch, depuis 2004
Dans son budget de 2019, le gouvernement continue d’investir dans les gens et dans une croissance durable de l’économie, tout en gérant soigneusement les déficits et la dette. En effet, depuis novembre 2015, des investissements ciblés et les facteurs économiques fondamentaux solides ont contribué à la création de plus de 900 000 nouveaux emplois, entraînant le taux de chômage autour de ses niveaux les plus faibles enregistrés en plus de 40 ans. De plus, le Canada a enregistré la plus forte croissance économique parmi les pays du G7 en 2017, et le taux de 2018 se classait au deuxième rang, après les États-Unis.
Le gouvernement continue de gérer soigneusement les déficits tout en obtenant de vrais résultats, qui font croître l’économie, qui créent des emplois et qui améliorent la qualité de vie des membres de la classe moyenne et des gens qui travaillent fort pour en faire partie. Tel qu’il a été prévu dans le budget de 2019, le déficit du gouvernement fédéral devrait diminuer pour passer de 19,8 milliards de dollars en 2019-2020 à 9,8 milliards d’ici 2023-2024. Le ratio de la dette fédérale au produit intérieur brut, ou PIB, – la dette du Canada par rapport à la taille de notre économie – devrait également diminuer chaque année de l’horizon de projection pour atteindre 28,6 % du PIB d’ici 2023-2024. Selon le Fonds monétaire international, le Canada a le ratio de la dette nette au PIB le plus bas parmi les pays du G7.
En outre, il convient de noter que, bien que les mesures de la dette des administrations publiques soient utiles pour les comparaisons internationales, les provinces et les municipalités sont responsables de la gestion de leurs propres finances et de leur propre dette.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, il y a un important degré d’incertitude concernant l’incidence estimée d’un déclassement des finances publiques, comme en témoigne la vaste gamme d’incidences observées à la suite des récentes expériences internationales: la mise en garde contre la rétrogradation de la cote de l’Australie en 2016, déclenchée par une période persistante de croissance plus lente que prévu et des préoccupations au sujet de la volonté du gouvernement de réduire les déficits budgétaires, a suscité très peu de réactions sur les marchés; quant aux rétrogradations du Royaume-Uni de 2013 et de 2016, le rendement des obligations britanniques sur 10 ans a augmenté d’environ 100 points de base après la rétrogradation en 2013 — étant donné que la rétrogradation de 2016 était attribuable au vote sur le Brexit, il est impossible de démêler les répercussions de la rétrogradation de la réaction générale du marché; enfin, quant aux rétrogradations de la France entre 2011 et 2015, en 2011, l’écart entre les rendements des gouvernements français et allemand sur 10 ans a augmenté d’environ 100 points de base pendant environ neuf mois — il y a eu peu de réactions sur les marchés à l’égard des rétrogradations de 2013 et de 2015.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, la façon la plus officielle pour les agences de notation de signaler des préoccupations ou d’émettre des avertissements sur les cotes serait d’attribuer une perspective « négative », bien que les cotes changent parfois sans d’abord se voir attribuer une perspective « positive » ou « négative ».
Depuis janvier 2017, le gouvernement n’a pas reçu de perspective « négative ». Fitch, S&P et Moody’s continuent d’accorder au Canada la cote AAA avec perspectives stables, ce qui signifie que les trois principales agences de notation ne s’attendent pas à ce que la cote AAA du Canada change. Le Canada a conservé sa cote AAA, avec perspective stable, de Standard and Poor’s et de Moody’s depuis 2002, et celle de Fitch, depuis 2004.

Question no 2390 --
M. Guy Caron:
En ce qui concerne la stratégie de ratification du Traité sur le commerce des armes des Nations-Unies du gouvernement: a) quelles sont les mesures prises jusqu’à maintenant afin que le gouvernement se conforme au Traité; b) quelles sont les autres mesures que le gouvernement compte prendre afin de se conformer au Traité; c) quel est l’échéancier de chacune des mesures en b); d) des avis juridiques ont-ils conclu que des mesures du projet de loi C-47 ne se conformaient pas à l’esprit ou à la lettre du Traité, ventilés par (i) ministère, (ii) organisme; e) pour les réponses en d), quels sont les numéros de dossiers de chacun des avis juridiques?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à promouvoir la paix et la sécurité, tant au pays qu’ailleurs dans le monde, notamment en adhérant finalement au Traité sur le commerce des armes, ou TCA, ce qu’il n’avait pas pu faire en 2013 et en 2014.
Le TCA est le seul traité international ayant pour objectif de réglementer le commerce mondial des armes classiques. En adhérant à ce traité, le Canada appuie les efforts multilatéraux déployés pour lutter contre la violence entraînée par ces échanges commerciaux non réglementés et dangereux.
Le 13 avril 2017, j’ai déposé un projet de loi afin d’apporter les modifications nécessaires à l’adhésion du Canada au TCA.
J’ai également annoncé que le Canada consacrerait 13 millions de dollars sur cinq ans à la mise en œuvre nationale du TCA et au renforcement du régime canadien de contrôles à l’exportation, et 1 million de dollars au Mécanisme de financement des Nations unies pour la coopération en matière de réglementation des armements afin d’aider d’autres pays à adhérer à ce traité.
Le 8 mars 2018, j’ai annoncé le soutien du gouvernement à d’autres modifications législatives visant à renforcer le régime canadien d’exportation des armes, y compris en intégrant les critères d’évaluation du TCA à la loi. Cela signifie que toutes les évaluations de demandes d’exportation devront tenir compte des questions liées aux droits de la personne, à la paix et la sécurité et à la lutte contre la violence fondée sur le genre.
Dans le cadre du projet de loi modifié, qui a reçu la sanction royale le 13 décembre 2018, le gouvernement du Canada a créé une nouvelle exigence juridique en vertu de laquelle il est tenu de rejeter toute demande de licence si les exportations d’armes en question contreviennent à ces critères. Il s’agit là du plus grand changement apporté au régime canadien d’exportations des armes depuis plus de 30 années.
Le gouvernement prépare actuellement les règlements nécessaires à l’adoption de ces modifications. Celles-ci ont été éclairées par des consultations publiques tenues de décembre 2018 à janvier 2019 auxquelles ont participé plus de 190 personnes provenant d’associations industrielles, d’entreprises, d’organisations de la société civile, d’universités et du milieu juridique, ainsi que par la publication préalable dans la partie I de la Gazette du Canada de mars 2019 à avril 2019.
Quatre règlements établiront les contrôles canadiens en matière de courtage, et deux règlements permettront d’accroître la transparence et la reddition de compte en autorisant le gouvernement du Canada à recueillir des données sur l’exportation vers les États-Unis de systèmes complets visés par les exigences du TCA en matière de reddition de compte.
Outre ces efforts, des ministères fédéraux, dont Affaires mondiales Canada et le ministère de la Défense nationale, mettent actuellement à jour leurs procédures internes pour veiller à ce que le gouvernement du Canada soit pleinement conforme au TCA.
La direction juridique d’Affaires mondiales Canada a confirmé que les mesures prises par le Canada pour adhérer au TCA sont conformes à l’esprit et la lettre du traité.
Tous les exportateurs canadiens, y compris ceux travaillant avec la Corporation commerciale canadienne, ou CCC, devront toujours se conformer à la Loi sur les licences d’exportation et d’importation, ainsi qu’avec les nouvelles modifications législatives. La CCC met en place des politiques et des procédures afin de traiter des critères d’évaluation du TCA et de veiller à ce que les exportateurs canadiens qu’elle appuie fassent de même. Toutes les exportations de biens contrôlés, y compris ceux facilités par la CCC, doivent être accompagnées d’une licence d’exportation et seront assujetties aux critères d’évaluation du TCA.
Peu après la publication finale des règlements, le Canada déposera son instrument d’adhésion au TCA auprès des Nations Unies et deviendra officiellement partie au TCA en 2019.

Question no 2391 --
M. Guy Caron:
En ce qui concerne le contrat de vente de blindés légers entre le Canada et l’Arabie Saoudite, signé en 2014 par le Canada et approuvé par le gouvernement en 2016: quels sont les détails des rencontres effectuées entre Affaires mondiales Canada et General Dynamics Land Systems-Canada, depuis octobre 2018, y compris (i) la date de la rencontre, (ii) le lieu de la rencontre, (iii) les participants à la rencontre, (iv) l’objet de la rencontre?
Response
L’hon. Jim Carr (ministre de la Diversification du commerce international, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada a démontré son engagement clair envers l’ouverture et la transparence. Il croit en l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes et en l’importance de tenir de véritables consultations auprès des Canadiens.
Les réunions avec les principales parties prenantes et des experts contribuent à éclairer le processus d’élaboration des politiques. Pour obtenir une liste des interactions des lobbyistes, on peut consulter le registre des lobbyistes, qui est la source centrale d'informations sur les individus, les organisations à but non lucratif et les sociétés à but lucratif qui font pression sur le gouvernement fédéral. On trouve le registre à cette adresse: https://lobbycanada.gc.ca/app/secure/ocl/lrs/do/clntSmmrySrch?lang=fra.

Question no 2392 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne la déclaration du Budget 2019 que « à ce jour, les efforts visant à réformer les subventions aux combustibles fossiles déployés par le Canada ont permis d'éliminer progressivement ou de rationaliser huit dépenses fiscales »: a) quels sont ces huit dépenses fiscales; b) parmi les dépenses fiscales en a), (i) quelles sont celles qui ont déjà été éliminées et qui sont en voie d'être progressivement éliminées, (ii) quelles sont celles qui ont été rationalisées et sont en voie d'être rationalisées; c) quel est l'échéancier de l'élimination progressive ou de la rationalisation de chacune des dépenses fiscales en a); d) quel est le total des économies générées par l'élimination progressive ou de la rationalisation des dépenses fiscales en a); e) quel est le coût annuel de chacune des dépenses fiscales en a)?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse aux parties a), b), c), d) et e) de la question, les huit mesures fiscales et les mesures qui ont été prises pour les éliminer progressivement ou les rationaliser sont indiquées ci-dessous. Pour la plupart des mesures, une estimation des économies a été fournie lorsque l’élimination progressive ou la rationalisation a été annoncée dans le budget. À titre de référence, ces estimations sont résumées ci-dessous. Toutefois, ces estimations ne sont pas à jour et elles comportent un certain nombre de limites.
La première est l’élimination progressive de la déduction pour amortissement accéléré pour les sables bitumineux, dans le budget de 2007 et terminée en 2015; aucun renseignement sur les coûts n’a été inclus dans le budget pour la période touchée par l’élimination progressive; on peut consulter la page 408 du plan budgétaire de 2007, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2007/pdf/bp2007f.pdf.
La deuxième est la réduction des taux de déduction pour les dépenses en actifs incorporels dans les projets de sables bitumineux afin d’harmoniser ces taux avec ceux du secteur pétrolier et gazier conventionnel, dans le budget de 2011 et terminée en 2016; on a estimé que cela entraînerait des économies de 220 millions de dollars de 2011-2012 à 2015-2016; on peut consulter la page 297 du plan budgétaire de 2011, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2011/plan/Budget2011-fra.pdf.
La troisième est l’élimination progressive du crédit d’impôt à l’investissement dans la région de l’Atlantique pour les investissements dans les secteurs pétrolier et gazier et minier, dans le budget de 2012, terminée en 2017; on a estimé que cela entraînerait des économies de 135 millions de dollars de 2014-2015 à 2016-2017; on peut consulter la page 436 du plan budgétaire de 2012, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2012/plan/pdf/Plan2012-fra.pdf.
La quatrième est la réduction du taux de déduction des frais d’aménagement minier incorporels de pré-production, y compris pour l’exploitation du charbon, aux fins d’harmonisation avec les taux du secteur pétrolier et gazier, dans le budget de 2013, à terminer en 2018; on a estimé que cela entraînerait des économies de 45 millions de dollars de 2015-2016 à 2017-2018; on peut consulter la page 367 du plan budgétaire de 2013, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-fra.pdf.
La cinquième est l’élimination progressive de la déduction pour amortissement accéléré pour le minier, y compris l’exploitation du charbon, dans le budget de 2013, à terminer en 2021; on a estimé que cela entraînerait des économies de 10 millions de dollars en 2017-2018; on peut consulter la page 367 du plan budgétaire de 2013, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-fra.pdf.
La sixième vise à permettre que la déduction pour amortissement accéléré s’appliquant aux installations de gaz naturel liquéfié expire comme prévu en 2025, dans le budget de 2016; aucun renseignement sur les coûts n’a été inclus dans le budget pour l’élimination progressive de cette mesure, toutefois, lorsque la mesure a été adoptée dans le budget de 2015, le coût était estimé à 45 millions de dollars sur la période de 2015 2016 à 2019 2020; on peut consulter la page 231 du plan budgétaire de 2015, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/budget2015-fra.pdf.
La septième est la rationalisation du traitement fiscal des dépenses pour les activités de forage des puits de découverte de pétrole et de gaz couronnées de succès, dans le budget de 2017, à terminer d’ici 2021; on estimait que cela entraînerait des économies de 145 millions de dollars de 2019 2020 à 2021 2022; on peut consulter la page 6 du supplément sur les mesures fiscales, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-fr.pdf.
Enfin, la huitième est l’élimination progressive de l’avantage fiscal permettant aux petites entreprises pétrolières et gazières de reclasser certains frais d’aménagement à titre de frais d’exploration qui reçoivent un traitement plus favorable, dans le budget de 2017, à terminer d’ici 2020; on estime que cela entraînera des économies de 5 millions de dollars de 2019 2020 à 2021 2022; on peut consulter la page 6 du supplément sur les mesures fiscales, à l’adresse http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-fr.pdf.
Les estimations des économies ci-dessus ont été fournies par le ministère afin d’estimer les économies au cours de l’horizon budgétaire au moment où l’élimination progressive ou la rationalisation de chaque mesure a été annoncée. Une fois qu’une annonce est faite, le ministère ne continue pas de mettre à jour ou d’effectuer un suivi sur les économies réalisées. Cela signifie que les économies énoncées ci-dessus ne sont là qu’à titre indicatif et que les économies réelles peuvent être différentes. Les montants énoncés ne devraient pas être additionnés, car cela ne représenterait pas correctement les économies totales.

Question no 2393 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne tous les frais juridiques payés depuis le 4 novembre 2015: quels sont les détails, notamment la nature des plaintes ou des poursuites, le montant, la date du paiement, et le représentant du gouvernement qui a reçu l'argent, de tous les frais juridiques payés conformément (i) au paragraphe 8.6.1 des Politiques à l'intention des cabinets des ministres, (ii) au paragraphe 6.1.14 de la Politique sur les services juridiques et l'indemnisation, (iii) aux dispositions antérieures de l'un ou l'autre de ces paragraphes?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.) :
Madame la Présidente, en ce qui concerne la Politique sur les services juridiques et l'indemnisation, le gouvernement n'est pas en mesure de produire et de valider une réponse approfondie dans les délais prescrits.
Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Une réponse à la question pourrait divulguer de l’information personnelle ainsi que de l’information contenant des renseignements protégés par le secret professionnel des avocats.

Question no 2403 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne les changements apportés par Anciens Combattants Canada au questionnaire sur l’incapacité servant à étayer les réclamations d’anciens soldats concernant le trouble de stress post-traumatique: pourquoi le comité consultatif sur la santé mentale du Ministre a-t-il été écarté de l’élaboration du nouveau questionnaire et qu’il n’a pas été consulté à propos des changements?
Response
L'hon. Lawrence MacAulay (ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lib.):
Madame la Présidente, afin de rendre des décisions plus rapidement pour les vétérans relativement à leurs demandes de prestations d’invalidité, Anciens Combattants Canada a raccourci le questionnaire médical sur les affections psychiatriques et psychologiques. Le questionnaire a été simplifié pour permettre aux professionnels de la santé de compléter le processus de façon plus expéditive. Les vétérans peuvent ainsi obtenir plus rapidement les décisions concernant leurs demandes de prestations d'invalidité, ce qui accélère l'accès aux traitements. Ces changements visent à accroître l'efficacité du processus et à s’assurer que les vétérans qui en ont besoin ont accès aux traitements plus rapidement.
Anciens Combattants Canada a consulté le Groupe consultatif sur l'excellence du service. Ce groupe consultatif se concentre sur des initiatives visant à rationaliser les processus pour les vétérans et les professionnels de la santé. Une équipe de professionnels de la santé mentale, y compris ceux des cliniques pour traumatismes liés au stress opérationnel qui utilisent fréquemment le questionnaire, a également été consultée et a demandé que l’on apporte des modifications au formulaire. Par conséquent, le questionnaire a été modifié et simplifié afin d'améliorer les délais de traitement et de permettre aux vétérans de recevoir les prestations plus rapidement.
Anciens Combattants Canada a adopté une nouvelle approche pour rendre les décisions relatives aux prestations d’invalidité dans le cas des vétérans qui souffrent du trouble de stress post-traumatique. Le ministère exige maintenant le minimum de renseignements diagnostiques. Anciens Combattants Canada demande aux professionnels de la santé de fournir un diagnostic et accepte leur évaluation professionnelle.
Il convient de noter que 97 % des premières demandes relatives au trouble de stress post-traumatique ont été approuvées, selon les statistiques de 2018-2019.
Les changements suivants ont été apportés au formulaire.
D’abord, le questionnaire a été modifié et simplifié. Sa taille a été réduite afin d’alléger le fardeau de la paperasserie pour les médecins et d’améliorer les délais d’exécution. On s’attend à ce que cela se traduise par des décisions plus rapides pour les vétérans.
Ensuite, Anciens Combattants Canada ne demande plus aux professionnels de la santé de justifier leur diagnostic; Anciens Combattants Canada les croit sur parole. L’information contenue dans le formulaire est axée sur l’évaluation de la gravité du traumatisme.
Puis, l’avis de confidentialité a été mis à jour.
Ensuite, la rubrique Diagnostic médical a été renommée «?Diagnostic médical confirmé?» et la section sur le diagnostic a été révisée. L’information concernant le médecin/psychologue a été déplacée à la dernière page
Enfin, une seule affection psychiatrique pourrait être évaluée à 100 %, si la personne a obtenu la cote la plus élevée dans chaque tableau de la Table des invalidités.

Question no 2404 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne la vidéo intitulée « Déchiffrez le code » que le Secrétariat du Conseil du Trésor a mise en ligne sur YouTube le 30 mai 2018: a) quelle somme a été dépensée pour créer cette vidéo; b) est-ce qu’un acteur ou une actrice a été rémunéré(e) pour faire la voix hors champ de la vidéo et, dans l’affirmative, quel était son salaire; c) combien d’équivalents temps plein ont travaillé sur cette vidéo, de sa conception à sa publication?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, la vidéo a été créée à l’interne par l’équipe des multimédias du SCT, à l’aide de son propre équipement. L’achat de la bande sonore a coûté soixante dollars (60 $).
En ce qui a trait à la partie b) de la question, aucun acteur ou actrice n’a été payé pour faire la narration. Une employée du SCT l’a fait bénévolement.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, sept personnes ont travaillé à ce projet à temps partiel et y ont consacré 84 heures en tout, depuis la conception jusqu’à la publication.

Question no 2405 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne le financement gouvernemental de 12 millions de dollars accordé à Les Compagnies Loblaw limitée pour la mise en place de nouveaux systèmes de réfrigération du 1er janvier au 9 avril 2019: quel montant de financement a été remis à des épiceries indépendantes plus petites et moins rentables pour de nouveaux systèmes de réfrigération, et quels sont les détails de ce financement, y compris (i) la date de son annonce, (ii) son bénéficiaire, (iii) son emplacement, (iv) son montant?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Madame la Présidente, le Défi pour une économie à faibles émissions de carbone, d’une valeur de plus de 500 millions de dollars, fait partie du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, le FEFEC. Celui-ci est conçu de manière à tirer parti de l’ingéniosité canadienne pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et à favoriser la croissance propre du Canada à l’appui du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.
Le Défi est divisé en deux volets. Le volet des champions fournit du financement aux demandeurs admissibles, plus précisément les provinces, les territoires, les municipalités, les communautés et organismes autochtones, les petites, moyennes et grandes entreprises ainsi que les organismes sans but lucratif. Les épiciers indépendants pouvaient présenter une demande, mais nous n’avons reçu aucune proposition. Le projet auquel on fait référence ici est l’un de 54 projets fructueux du volet des champions, qui fournissent des solutions pour réduire les émissions et augmenter l’efficacité énergétique dans les collectivités du Canada. Des annonces concernant les projets fructueux du volet des champions sont en cours.
Le deuxième volet du défi pour une économie à faibles émissions de carbone, le volet des partenariats, a été lancé en décembre 2018. Les demandeurs admissibles au volet des partenariats sont les petites municipalités, les communautés et organismes autochtones, les organismes sans but lucratif et les petites et moyennes entreprises, y compris les épiceries indépendantes. Ce volet fournit aux entreprises, aux organismes et aux collectivités de petite taille une possibilité supplémentaire de participer à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Des propositions font actuellement l’objet d’un examen et les résultats seront communiqués aux demandeurs en 2019.

Question no 2408 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la déclaration du Budget 2019 « Le Canada continuera d’examiner les mesures qui pourraient être considérées comme des subventions inefficaces aux combustibles fossiles en vue de les réformer s’il y a lieu »: a) combien de mesures considérées comme des subventions inefficaces font actuellement l’objet d’un examen; b) quel est le nom de chacune des mesures en a); c) quel est l’échéancier d’élimination ou de rationalisation de chacune des mesures en a); d) quel est le coût annuel estimé de chacune des mesures en a)?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse aux parties a), b), c) et d) de la question, comme le prévoyait le plan d’action du ministère après le rapport de 2017 du vérificateur général portant sur les subventions pour les combustibles fossiles, le ministère a terminé un examen de 13 mesures fiscales qui sont particulières au secteur des combustibles fossiles. Selon les résultats probants actuellement disponibles, il n’est pas possible de conclure que les mesures fiscales existantes sont des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles.
Le ministère continuera d’appuyer le gouvernement dans sa promesse d’éliminer progressivement ou de rationaliser les subventions inefficaces pour les combustibles fossiles d’ici 2025. Dans le cadre de ce travail, le Canada et l’Argentine se sont récemment engagés à se soumettre à des examens par les pairs des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles en vertu du processus du G20. Les examens par les pairs des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles peuvent accroître la transparence, encourager un dialogue à l’échelle internationale et aider à élaborer des pratiques exemplaires, tout en passant à une économie à faibles émissions de carbone. Ce processus volontaire permettra aux deux pays de comparer et d’accroître leurs connaissances, en plus d’encourager l’élan mondial pour identifier et réduire les subventions inefficaces pour les combustibles fossiles.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, after Jamal Khashoggi was brutally murdered, the Prime Minister announced on October 25 that Canada would review the permit to export arms to Saudi Arabia. That was six months ago, but nothing more has been said since. The radio silence is almost as deafening as Canada's silence on the 37 beheadings that took place in that country on April 23.
Some countries responded without hesitation. Less than a month after Khashoggi was slain, Germany, Finland and Denmark halted arms exports to Saudi Arabia.
What is taking so long? Will the Prime Minister finally walk the talk and ban arms sales to Saudi Arabia?
Monsieur le Président, à la suite du meurtre sordide du journaliste Jamal Khashoggi, le premier ministre a annoncé, le 25 octobre dernier, que le Canada allait réviser les permis d’exportation d’armes vers l’Arabie saoudite. Ça, c’était il y a six mois, mais depuis, c’est le silence radio, un silence presque aussi assourdissant que celui du Canada à l'égard des 37 exécutions par décapitation qui ont eu lieu dans ce pays le 23 avril.
Pour certains pays, cela n’a pas été compliqué. Moins d’un mois après le meurtre de Khashoggi, l’Allemagne, la Finlande et le Danemark ont annoncé le gel des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite.
Qu’est-ce qui prend autant de temps? Est-ce que le premier ministre va enfin passer de la parole aux actes et interdire la vente d'armes vers l’Arabie saoudite?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2019-05-01 15:10 [p.27237]
Mr. Speaker, we will always stand up in defence of human rights around the world.
We did indeed condemn the Saudi executions. When I met with Mohammad bin Salman in Argentina, I told him it was utterly unacceptable and expressed my grave concern. As Canadians, we are all concerned about human rights in Saudi Arabia. We will keep working on this issue because that is what Canadians and people around the world expect from Canada.
Monsieur le Président, nous allons toujours nous tenir debout pour défendre les droits de la personne dans le monde.
On a effectivement condamné les exécutions en Arabie saoudite. Quand j’ai eu la chance de voir le prince Mohammed ben Salmane en Argentine, je lui ai dit à quel point c’était inacceptable et à quel point j'étais préoccupé par cela. Nous sommes préoccupés, en tant que Canadiens, par les droits de la personne en Arabie saoudite. Nous allons continuer à travailler à ce dossier, parce que c’est ce à quoi les Canadiens s’attendent et les gens de la planète s'attendent à cela de la part du Canada.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2019-04-11 10:12 [p.26974]
Mr. Speaker, it is my pleasure, on behalf of Davenport residents, to present e-petition 1923. It is signed by over 20,000 Canadians. It relates to firearms and the fact there is a huge proliferation of handguns in our cities, the fact that there is also a proliferation of military assault weapons being sold to civilians in Canada, and the fact that many of these handguns and military assault weapons are ending up in the hands of violent criminals as a result of illegal sales, theft and diversion.
The petition calls on the Government of Canada to implement a ban on the civilian ownership of handguns and military assault weapons. I would like to refer this petition to the government for its careful consideration.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, au nom de résidants de Davenport, la pétition électronique e-1923. Signée par plus de 20 000 Canadiens, la pétition porte sur les armes à feu. Les pétitionnaires dénoncent la prolifération des armes de poing dans nos villes, la prolifération des armes d'assaut militaires vendues à des civils au Canada ainsi que le fait que de nombreuses armes de poing et armes d'assaut militaires se retrouvent entre les mains de criminels violents à la suite de ventes illégales, de vols ou de détournements.
Les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada d'interdire la possession par des civils d'armes de poing et d'armes d'assaut militaires. Je soumets cette pétition au gouvernement afin qu'il puisse l'étudier attentivement.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, over 22 million Yemeni are suffering immensely because of the conflict that has been raging there for four years. The Liberals announced $46.7 million in aid for Yemen in February.
Meanwhile, in 2016, Canada authorized the export of 15 billion dollars' worth of light armoured vehicles to Saudi Arabia and the sale of 500 million dollars' worth of other weapons, which are being used to create a blockade in various ports, thereby preventing humanitarian aid from reaching the people of Yemen.
What is the point of offering humanitarian aid with the left hand if the right hand is making it impossible for that aid to reach civilian populations?
Monsieur le Président, plus de 22 millions de Yéménites sont en extrême détresse en raison du conflit qui perdure là-bas depuis quatre ans. Les libéraux ont annoncé une aide de 46,7 millions de dollars pour le Yémen en février.
D’autre part, le Canada a aussi autorisé, en 2016, l’exportation de blindés légers d’une valeur de 15 milliards de dollars vers l’Arabie Saoudite, en plus de permettre la vente de 500 millions de dollars d’armes, des armes qui servent à imposer un blocus dans les différents ports, empêchant l’aide humanitaire de se rendre aux Yéménites.
À quoi ça sert de donner de l’aide humanitaire de la main gauche si, de la main droite, on empêche qu’elle se rende aux populations civiles?
View Pamela Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, our government supports the peace talks in Yemen. We call on parties to fully implement their commitments and to bring peace to the people of Yemen. We call for full access to humanitarian aid. We have announced additional millions to go directly toward saving people's lives in Yemen, as was referred to.
Our government has also a UN motion mandating the UN human rights commissioner to send investigators to Yemen to investigate crimes against humanity.
Monsieur le Président, notre gouvernement appuie les pourparlers de paix au Yémen. Nous demandons aux parties en cause de tenir la totalité de leurs engagements et de ramener la paix au Yémen. Nous souhaitons que la population yéménite ait pleinement accès à l'aide humanitaire. Nous avons annoncé que des millions de dollars supplémentaires serviraient directement à sauver des vies au Yémen, comme le réclame le député.
Le gouvernement a également présenté une motion aux Nations unies demandant à la commissaire aux droits de l'homme de l'ONU d'envoyer des enquêteurs au Yémen pour faire la lumière sur de possibles crimes contre l'humanité.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2018-12-13 16:57 [p.24847]
I have the honour to inform the House that, when the House went up to the Senate chamber, Her Excellency the Governor General was pleased to give, in Her Majesty's name, the royal assent to the following bills:
Bill C-47, An Act to amend the Export and Import Permits Act and the Criminal Code (amendments permitting the accession to the Arms Trade Treaty and other amendments)—Chapter No. 26.
Bill C-86, A second Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on February 27, 2018 and other measures—Chapter No. 27.
Bill C-90, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2019—Chapter No. 28.
Bill C-51, An Act to amend the Criminal Code and the Department of Justice Act and to make consequential amendments to another Act—Chapter No. 29.
Bill C-21, An Act to amend the Customs Act—Chapter No. 30.
Bill C-76, An Act to amend the Canada Elections Act and other acts and to make certain consequential amendments—Chapter No. 31.
We are now about to leave this beautiful chamber and this magnificent edifice, this building that means so much to all of us and to all Canadians. Long may it stand.
Pursuant to an order made earlier this day, the House stands adjourned until Monday, January 28, 2019, at 11 a.m. pursuant to Standing Orders 28(2) and 24(1).
(The House adjourned at 5 p.m.)
J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que, lorsque la Chambre s'est rendue auprès de Son Excellence la gouverneure générale dans la Chambre du Sénat, Son Excellence a bien voulu donner, au nom de Sa Majesté, la sanction royale aux projets de loi suivants:
Projet de loi C-47, Loi modifiant la Loi sur les licences d'exportation et d'importation et le Code criminel (modifications permettant l'adhésion au Traité sur le commerce des armes et autres modifications) — Chapitre 26.
Projet de loi C-86, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 27 février 2018 et mettant en oeuvre d'autres mesures — Chapitre 27.
Projet de loi C-90, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2019 — Chapitre 28.
Projet de loi C-51, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur le ministère de la Justice et apportant des modifications corrélatives à une autre loi — Chapitre 29.
Projet de loi C-21, Loi modifiant la Loi sur les douanes — Chapitre 30.
Projet de loi C-76, Loi modifiant la Loi électorale du Canada et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à d'autres textes législatifs — Chapitre 31.
Nous nous apprêtons maintenant à quitter cette auguste Chambre et cet édifice magnifique qui est si cher aux députés et à tous les Canadiens. Je lui souhaite longue vie.
Conformément à l'ordre adopté plus tôt aujourd'hui, la Chambre s'ajourne au lundi 28 janvier 2019, à 11 heures, conformément aux articles 28(2) et 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 17 heures.)
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, since the vile murder of Jamal Khashoggi, Germany and many of our other allies have shown real leadership and stopped selling arms to the Saudi regime.
Meanwhile, in Canada, it has now been six weeks since the Prime Minister announced that the government was reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Once again, could the Prime Minister update the House on the status of this review?
Monsieur le Président, depuis le meurtre sordide de Jamal Khashoggi, l'Allemagne et plusieurs autres de nos alliés ont fait preuve d'un vrai leadership et ont arrêté de vendre des armes au régime saoudien.
Pendant ce temps, ici, cela fait maintenant six semaines que le premier ministre a annoncé que le gouvernement examinait les permis d'exportation existants vers l'Arabie saoudite.
Encore une fois, le premier ministre peut-il informer la Chambre du statut de cette revue?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2018-12-05 14:58 [p.24448]
Mr. Speaker, we continue to review the export permits.
I can assure the House that when I was in Argentina for the G20 summit, I talked directly with the Saudi prince and told him that we need better answers than we have heard so far on the murder of Mr. Khashoggi.
I also informed him that we expect him to order a ceasefire in Yemen so that humanitarian aid can reach civilians, who are suffering through an appalling crisis. We have a duty to help this country and to hold the line with Saudi Arabia—
Monsieur le Président, nous continuons de réviser les permis d'exportation.
Je peux assurer à la Chambre que, lorsque j'étais en Argentine pour la rencontre du G20, j'ai eu un échange directement avec le prince saoudien pour lui dire à quel point le meurtre de M. Khashoggi exigeait de meilleures réponses que celles qu'on avait données jusque là.
Je lui ai aussi dit que nous nous attendions à ce qu'il décrète un cessez-le-feu au Yémen pour permettre à l'aide humanitaire de se rendre jusqu'aux citoyens qui vivent une crise épouvantable. Nous nous devons d'aider ce pays et de rester fermes avec l'Arabie...
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, according to news reports, many experts say there is definite proof that Canadian weapons have been used in the Saudi-led war in Yemen. They say photos and videos clearly show Canadian armoured vehicles and rifles on the scene and that Canadian companies train pilots taking part in hostilities.
We are talking about potential complicity in war crimes. Will the government wake up and launch an immediate independent investigation?
Monsieur le Président, nous avons appris dans les médias que, selon de nombreux experts, il existe des preuves concrètes que des armes fabriquées au Canada sont utilisées dans la guerre que mène l'Arabie saoudite au Yémen. Ils affirment que des blindés et des fusils canadiens figurent clairement sur des photos et des vidéos prises sur les lieux, et que des entreprises canadiennes ont formé des pilotes qui prennent part aux hostilités.
Il est question ici de la complicité potentielle du Canada dans des crimes de guerre. Le gouvernement va-t-il ouvrir les yeux et lancer immédiatement une enquête indépendante?
View Pamela Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, Canada calls for an immediate ceasefire in Yemen. We deplore the humanitarian disaster and demand immediate access for life-saving food and aid. Canada has led a resolution at the UN to renew the mandated experts to examine human rights violations in Yemen. We require and expect that Canadian arms exports are used in a way that fully respects human rights. If there is evidence that Canadians arms are being misused or have been diverted, we will suspend those export permits as we have done in the past.
Monsieur le Président, le Canada exige un cessez-le-feu immédiat au Yémen. Nous déplorons le désastre humanitaire et exigeons que la population yéménite puisse accéder sans plus tarder à des denrées et à de l'aide susceptibles de sauver des vies. Nous avons dirigé l'adoption d'une résolution aux Nations unies pour renouveler le mandat des experts chargés d'examiner la question des violations des droits de la personne au Yémen. Nous exigeons fermement que les armes exportées par le Canada soient utilisées d'une manière qui respecte pleinement les droits de la personne. S'il est démontré que des armes canadiennes sont utilisées à mauvais escient ou ont été détournées, nous allons retirer ces permis d'exportation comme nous l'avons fait par le passé.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, we provide humanitarian assistance and then we provide arms to the country that prevents that humanitarian assistance from reaching those who need it.
We have been calling on the government for three years now to stop exporting weapons to Saudi Arabia. Some of the reasons for that include political prisoners, torture, the oppression of women and forced disappearances, not to mention the terrible war in Yemen, which brought famine, destruction and war crimes to that ravaged country.
What is the government waiting for? When will it finally stop exporting weapons to Saudi Arabia?
Monsieur le Président, le Canada offre de l'aide humanitaire au Yémen, mais voilà qu'il fournit en parallèle des armes à un pays qui empêche l'acheminement de cette aide à ceux qui en ont besoin.
Cela fait trois ans maintenant que nous demandons au gouvernement d'arrêter les exportations d'armes en Arabie saoudite. Il y a des prisonniers politiques, de la torture, l'oppression des femmes, des disparitions forcées, sans parler de la guerre horrible au Yémen qui a entraîné la famine, la destruction et des crimes de guerre dans ce pays ravagé.
Qu'attend le gouvernement? Quand va-t-il enfin arrêter les transferts d'armes à l'Arabie saoudite?
View Pamela Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, our government condemns the horrible murder of Jamal Khashoggi and is deeply concerned by reports of the participation of Saudi officials. We strongly demand and expect that Canadian arms exports are used in a way that fully respects human rights.
As the Prime Minister said, we are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia and, of course, during this review, no permits are being issued.
Monsieur le Président, le gouvernement condamne l'horrible meurtre de Jamal Khashoggi et est profondément préoccupé par les rapports faisant état de la participation de responsables saoudiens à cet assassinat. Nous exigeons que les armes à feu canadiennes exportées soient utilisées dans le respect total des droits de la personne. C'est ce à quoi nous nous attendons.
Comme le premier ministre l'a dit, nous sommes en train de réévaluer les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite en vigueur et, en attendant, bien entendu, aucun permis n'est délivré.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, Germany has permanently stopped selling arms to Saudi Arabia. That is what leadership looks like.
Nearly a month ago, our Prime Minister announced that the government was reviewing existing export permits—not future permits, but existing permits.
Can the Prime Minister update the House on the status of the review of existing permits to export arms to Saudi Arabia and tell us when we can expect a decision?
Monsieur le Président, l'Allemagne a définitivement cessé de vendre des armes à l'Arabie saoudite. C'est ce qu'on appelle du leadership.
Ici, il y a près d'un mois, le premier ministre a annoncé que le gouvernement était en train de revoir les permis d'exportation existants; non pas les futurs permis, mais les permis actuels.
Est-ce que le premier ministre peut informer la Chambre du statut de la revue des permis actuels d'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite et nous dire quand on peut s'attendre à une décision?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2018-11-21 14:52 [p.23667]
Mr. Speaker, we strongly demand and expect all Canadian exports to be used in a way that fully respects human rights.
That is why we are committed to a more rigorous arms export system and to the Arms Trade Treaty.
As I have already said, we are reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Monsieur le Président, nous nous attendons à ce que les marchandises exportées par le Canada soient utilisées conformément aux droits de la personne, et nous l'exigeons.
C'est pourquoi nous nous sommes engagés à respecter un système d'exportation d'armes plus rigoureux et le Traité sur le commerce des armes.
Comme je l'ai déjà dit, nous étudions les permis d'exportation existants vers l'Arabie saoudite.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, today we learned that despite the fragile ceasefire in Yemen, Saudi-led forces resumed air strikes on the port city of Hodeidah, through which 80% of Yemen's humanitarian aid arrives, presumably including Canadian aid. We provide humanitarian aid to Yemen, but then we sell arms to the country that is preventing the humanitarian aid from arriving.
Can someone please explain the logic behind that?
Monsieur le Président, on apprend aujourd'hui que l'Arabie saoudite, malgré le fragile cessez-le-feu au Yémen, a recommencé à bombarder le port de Hodeïda par lequel transite 80 % de l'aide humanitaire, ce qui inclut présumément l'aide canadienne. On donne de l'aide humanitaire au Yémen, mais on vend des armes au pays qui empêche l'aide humanitaire d'arriver.
Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer la logique derrière cela?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, as far as Saudi Arabia and the war in Yemen is concerned, I want to make something clear.
We condemn the murder of journalist Jamal Khashoggi, and we have called for a ceasefire in Yemen.
We are actively looking at other measures, including how we might use the Magnitsky act. Obviously, while we review the situation, no new export permits will be granted.
Monsieur le Président, en ce qui concerne l'Arabie saoudite et la guerre au Yémen, je veux souligner quelque chose.
Nous condamnons le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et nous avons demandé un cessez-le-feu au Yémen.
Nous étudions activement d'autres mesures, incluant la façon dont nous pourrions utiliser la loi Magnitski. Évidemment, pendant notre examen de la situation, aucun nouveau permis d'exportation ne sera accordé.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 1933--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the Veterans Affairs Canada service standard of 16 weeks in regards to decisions for disability benefit applicants for the 2017-18 fiscal year, or the last year in which statistics are available: how many and what percentage of applications received a decision within (i) the 16-week standard, (ii) between 16 and 26 weeks, (iii) greater than 26 weeks (6 months), (iv) greater than a year?
Response
(Return tabled)

Question No. 1936--
Mrs. Salma Zahid:
With regard to the National Joint Council’s Relocation Directive, which reimburses federal employees when relocating for work, for the calendar years 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 and 2015: (a) how many employees, agents, or contractors of the federal government made claims for relocation funding each year, broken down by government department or agency; (b) how many employees, agents, or contractors of the federal government were provided with reimbursement for relocation each year, broken down by government department or agency; (c) in the instances where relocation funding was provided, how many instances arose from employer-requested relocation in each year; (d) in the instances where relocation funding was provided, how many instances arose from employee-requested relocation in each year; (e) what was the annual aggregate amount in Canadian dollars spent by each government agency or department in remitting relocation funding, broken down by the benefit categories outlined in appendix B of the National Joint Council’s Relocation Directive; (f) which employees, agents, or contractors of the federal government received relocation funding in each year, itemized to include their agency or department, their job title, the amount of relocation funding remitted, broken down by the benefit categories outlined in appendix B of the National Joint Council’s Relocation Directive, and where the individual was relocated from and to; (g) what is the aggregate amount of funding, across all government departments and agencies, remitted in each year under the Relocation Directive’s benefit categories that pertain to real estate commission and realtor fees; (h) what is the aggregate amount of funding, across all government departments and agencies, remitted in each year under the Relocation Directive’s benefit categories that pertain to home equity loss; and (i) what is the aggregate amount of funding, across all government departments and agencies, remitted in each year under the Relocation Directive’s benefit categories that pertain to mortgages, mortgage default insurance, and mortgage paydown penalties?
Response
(Return tabled)

Question No. 1937--
Mr. Bob Saroya:
With regard to the online application system run by Immigration, Refugees and Citizenship Canada: (a) how many hours has the online system been down in total since January 1, 2017; and (b) what is the number of hours the online system has been down, broken down by week, since January 1, 2017?
Response
(Return tabled)

Question No. 1938--
Mr. Blaine Calkins:
With regard to the comments made by the Prime Minister on September 25, 2018, in relation to the 2015 election that Canada did not have “much direct interference” by Russia: in what specific ways did Russia interfere in the 2015 election?
Response
(Return tabled)

Question No. 1939--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the Churchill Rail Line: (a) what are the details of all correspondence, including electronic, that the government has sent or received, since November 4, 2015, including (i) sender, (ii) recipient, (iii) date, (iv) title and subject matter, (v) description or summary of contents, (vi) file number; and (b) what are the details of all memorandums about the Churchill Rail Line, including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) title and subject matter, (v) file number?
Response
(Return tabled)

Question No. 1940--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Joint Support Ship (JSS) project: (a) how many extensions have occurred since the project’s inception; (b) what are the costs associated with the extensions to date; (c) how many amendments have occurred since the project’s inception; (d) what are the costs associated with the amendments to date; (e) how many full-time equivalents work on the project; (f) are there any anticipated lay-offs occurring from project extensions and amendments and, if so, how many; and (g) what are the rationales for each instance of an extension and amendment to date?
Response
(Return tabled)

Question No. 1941--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Public Service Pay Centre in Miramichi, since December 1, 2015, broken down by year: (a) how much has been spent on employee overtime for those working at the Centre; and (b) of the employees in (a), how many hours have been logged, broken down by amount paid out per person and job title?
Response
(Return tabled)

Question No. 1942--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the air travellers security surcharge since January 1, 2016: (a) how much is collected from passengers, broken down into averages for (i) day, (ii) month, (iii) year; (b) how much is used to pay for security services; (c) what other programs or services are funded with the security surcharge; and (d) of the programs in (c), how much funding did each program receive?
Response
(Return tabled)

Question No. 1943--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Senate Advisory Board within the Privy Council Office, since January 1, 2018: (a) what are the full job descriptions as they are written for each job posting within the secretariat to the Senate Advisory Board; (b) what is the pay scale and occupational group and level of the positions being filled in the secretariat to the Senate Advisory Board; (c) what is the budget for the occupational group assigned to the secretariat to the Senate Advisory Board; (d) how much has been spent by the secretariat to the Senate Advisory Board, broken down by (i) accommodation, (ii) travel, (iii) per diems, (iv) incidentals, (v) office renovation, (vi) office set-up; (e) how much has been budgeted for the support group to the Senate selection group; (f) how many openings were posted in this time period, broken down by province; (g) how many resumes were received for each opening; and (h) how many interviews were facilitated for each opening?
Response
(Return tabled)

Question No. 1945--
Mr. Pat Kelly:
With regard to the requirement for dissolving corporations to apply for and receive tax clearance certificates from the Canada Revenue Agency (CRA) before disbursing remaining capital to investors: (a) how many applications for tax clearance certificates are in process at the CRA at this time; (b) what is the CRA’s target for processing tax clearance certificate applications; (c) for each year between 2014 and 2018, what percentage of applications for tax clearance certificates did the CRA process within its target timeline; (d) for each year in (c), what was the average processing time for tax clearance certificate applications; (e) for each year in (c), what was the average value of capital awaiting disbursal while a tax clearance certificate application was in process; (f) for each year in (c), what was the aggregate value of capital awaiting disbursal further to processed tax clearance certificates; (g) what is the aggregate value of capital awaiting disbursal further to applications for tax clearance certificates at this time; and (h) what is the average value of capital awaiting disbursal further to applications for tax clearance certificates at this time?
Response
(Return tabled)

Question No. 1946--
Mr. Gord Johns:
With regard to the Department of Veterans Affairs, what was the total allotments, expenditures and amount and percentage of all “lapsed spending“ for the 2017-18 fiscal year?
Response
(Return tabled)

Question No. 1947--
Mr. David Anderson:
With regard to the Prime Minister’s trip to the United Nations in September 2018: (a) what is the complete list of world leaders with whom the Prime Minister had official meetings; (b) what topics were discussed at each of the meetings in (a); (c) what was the government’s objective or reason for each meeting in (a); and (d) what was the date of each meeting in (a)?
Response
(Return tabled)

Question No. 1948--
Mr. David Anderson:
With regard to the Prime Minister’s comments on September 26, 2018, that “Conversations I've had with Cuban leadership over the course of my tenure have always included human rights and a push for better respect for democracy”: (a) what are the details of all such conversations, including (i) date, (ii) with whom the conversation was held, (iii) specific topics raised; and (b) what are the details of any specific commitments which the Prime Minister received from the Cuban leadership related to human rights or democracy, including (i) date of commitment, (ii) who gave the commitment, (iii) summary or contents of commitment?
Response
(Return tabled)

Question No. 1951--
Mr. Charlie Angus:
With regard to the Elementary and Secondary Education and the High-Cost Special Education Programs: (a) how much money has been granted, awarded or transferred to Grassy Narrows First Nation and their education authority under the Elementary and Secondary Education Program’s special education services each year for the last ten years, with direct and indirect support reported separately; and (b) how much money has been granted, awarded or transferred to Grassy Narrows First Nation and their education authority under the High-Cost Special Education Program each year for the last ten years?
Response
(Return tabled)

Question No. 1952--
Mr. Charlie Angus:
With regard to the Department of Indigenous Services and the Department of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs: (a) do the departments collect data about incidence and impacts (health, social, etc.) of mold in on-reserve housing; (b) if the answer to (a) is affirmative, (i) which First Nations communities, listed by region, reported incidents of mold in housing, (ii) how many such incidents did they report, (iii) what were the reported or assessed impacts; and (c) if the answer to (a) is negative, why do the departments not collect this information and do they plan to do so in the future?
Response
(Return tabled)

Question No. 1955--
Mr. David Anderson:
With regard to Correctional Service Canada: (a) how many individuals convicted of first-degree murder are in a minimum-security institution; (b) how many individuals convicted of second-degree murder are in a minimum-security institution; (c) how many individuals convicted of manslaughter are in a minimum-security institution; (d) of those individuals referred to in (a) through (c), how many of these convictions involved a child as a victim; (e) of those individuals referred to in (a) through (c), how many individuals are located in an Aboriginal healing lodge; (f) how many individuals are currently serving time in Aboriginal healing lodges; and (g) of the individuals in (f) how many are non-Aboriginal?
Response
(Return tabled)

Question No. 1957--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to crude oil transportation by rail cars in Canada since November 2015: what are the government’s statistics or estimates on how much oil has been transported by rail each month?
Response
(Return tabled)

Question No. 1958--
Mr. Glen Motz:
With regard to inmates in facilities operated by Correctional Service Canada who have escaped custody or have been unlawfully at large: (a) how many individuals were unlawfully at large in (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018 to date; (b) how many individuals are currently at large, as of the date of this question; and (c) what is the breakdown of (a) by correctional facility and by security classification?
Response
(Return tabled)

Question No. 1959--
Mr. James Bezan:
With regard to Operation IMPACT, the Canadian Armed Forces’ (CAF) support to the Global Coalition to degrade and defeat Daesh in Iraq and Syria: (a) for what length of time will Operation IMPACT be extended beyond March of 2019; (b) will the total number of soldiers, sailors, airmen, airwomen, and highly-skilled CAF members deployed on Operation IMPACT increase, decrease, or remain the same between September 2018 and March 31, 2019; (c) what are the projected total expenditures related to an extension of Operation IMPACT, broken down by type of expenditure; (d) what amount of funding has been allocated to date in relation to the projected expenditures under (c); and (e) what are the reasons for the shift in nature of Operation IMPACT, announced on June 7, 2018, by the Chief of Defence Staff?
Response
(Return tabled)

Question No. 1960--
Mr. James Bezan:
With regard to the potential adoption of a new standard camouflage pattern for the Canadian Armed Forces, and the subsequent replacement of the Canadian Disruptive Pattern (CADPAT) military equipment: (a) what is the deficiency being addressed by acquiring the MultiCam camouflage pattern over CADPAT; (b) does Defence Research and Development Canada endorse the deficiency used to justify buying a foreign camouflage pattern; (c) what consultations were done prior to adopting this policy; (d) what evidence is there that the transition to MultiCam over CADPAT will or will not increase survivability for Canadian Armed Forces members; (e) are there environments identified in which this camouflage is believed to be more effective or less effective in terms of concealment and survivability; (f) have there been concerns expressed about Canadian military personnel appearing very similar in the field to Russian, U.S. or other foreign militaries due to this camouflage transition; (g) has the benefit of replacing this perceived deficiency been weighed against the cost of Canadian factories losing business, or going out of business entirely; (h) have factories and manufacturers expressed to the Department of National Defence that they will be forced to go out of business if CADPAT is cancelled; (i) has the potential effects of adopting a U.S. camouflage pattern been considered in terms of effects to national identity and esprit de corps; and (j) has the fact that “1947 LLC” manufactures fabrics for military use in China been considered?
Response
(Return tabled)

Question No. 1961--
Mr. James Bezan:
With regard to the Canadian weapons originally intended for distribution to the Kurdish Peshmerga: (a) what plans are currently in place or being considered regarding the future of weapons originally intended for the Kurdish Peshmerga; (b) in which locations and storage facilities are these weapons currently being stored, either domestic and international; and (c) what are the specific types, quantities, and commercial values of these weapons?
Response
(Return tabled)

Question No. 1962--
Ms. Marilyn Gladu:
With regard to reports that Health Canada is considering shutting down or cutting funding to certain organizations, and that a gag order has been issued to the affected organizations not to discuss the matter, namely Mental Health Commission of Canada, Canadian Centre on Substance Use and Addiction, Canadian Agency for Drugs and Technologies in Health, Canadian Institute for Health Information, Canadian Foundation for Healthcare Improvement, Canada Health Infoway, Canadian Patient Safety Institute, Canadian Partnership Against Cancer: (a) why is the government reviewing the funding that these organizations receive; (b) why have each of the organizations been given a gag order; (c) was the Minister of Health’s office made aware of the gag order and, if so, on what date; (d) was the Office of the Prime Minister informed that a gag order was being issued and if so, on what date; (e) what is the complete list of organizations which were subject to the External Review of the Federally Funded Pan-Canadian Health Organizations; (f) has anyone from Health Canada, the Minister of Health’s office, or Deloitte instructed or advised any of the organizations subject to the review not to publicly discuss the review; (g) if the answer to (f) is affirmative, what are the details of any such non-disclosure clause or gag order including (i) who issued the order, (ii) date of the order, (iii) scope of the gag order; (h) have any of the organizations in (e) been told that they will lose their funding, in whole or in part, and if so, which organizations have been notified of this decision; and (i) for each organization whose funding is being eliminated or reduced, what is the rationale being used by the Minister of Health for the funding reduction?
Response
(Return tabled)

Question No. 1963--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the transfer of Terri-Lynne McClintic from the Grand Valley Institution for Women to the Okimaw Ohci Healing Lodge: (a) on what date did the transfer occur; (b) on what date did the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness become aware of the transfer; (c) did the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness approve the transfer; (d) on what date did the Office of the Prime Minister become aware of the transfer; and (e) did the Prime Minister or anyone in his office approve the transfer?
Response
(Return tabled)

Question No. 1964--
Mr. Ron Liepert:
With regard to the Asian Infrastructure Bank, since January 1, 2016: (a) how many Canadian businesses are investing in projects in the Asian Infrastructure Bank broken down by year; (b) how much Canadian money is spent on projects in the Asian Infrastructure Bank broken down by year; and (c) of the projects listed in (a), how many of these businesses are operating through, either directly or indirectly, the Canadian Government?
Response
(Return tabled)

Question No. 1967--
Ms. Candice Bergen:
With regard to government procedures in relation to accusations of harassment or misconduct: (a) what is the procedure when there is an accusation against the Prime Minister, including (i) who decides if a complaint has merit and warrants an investigation, (ii) who conducts the investigation, (iii) does the individual conducting the investigation have the ability to recommend sanctions, (iv) are the recommended sanctions binding, (v) what is the policy regarding whether or not the reports and findings are released to the public, (vi) what mechanism, if any, exists for the temporary suspension of certain duties of the Prime Minister pending the outcome of an investigation; and (b) does the procedure in (a) apply to incidents which occurred prior to the individual becoming Prime Minister?
Response
(Return tabled)

Question No. 1968--
Ms. Candice Bergen:
With regard to government procedures in relation to accusations of harassment or misconduct: (a) what is the procedure when there is an accusation against a cabinet minister, including (i) who decides if a complaint has merit and warrants an investigation, (ii) who conducts the investigation, (iii) does the individual conducting the investigation have the ability to recommend sanctions, (iv) are the recommended sanctions binding, (v) what is the policy regarding whether or not the reports and findings are released to the public, (vi) what is the criteria for deciding if a Member is to be removed from Cabinet pending the outcome of an investigation; and (b) does the procedure in (a) apply to incidents which occurred prior to the individual becoming a cabinet minister?
Response
(Return tabled)

Question No. 1969--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to International Mobility Program work permit holders under the Canada-International Agreements section, and broken down by each of the four rows (NAFTA, FTA, GATS and non-trade): for each of the past ten years, what is the number of permit holders for each row who came from (i) the United States, (ii) Mexico?
Response
(Return tabled)

Question No. 1970--
Mrs. Rosemarie Falk:
With regard to all government contracts awarded for public relations services, since November 4, 2015, and broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity: what are the details of these contracts including (i) date of contract, (ii) value of contract, (iii) vendor name, (iv) file number, (v) description of services provided, (vi) title of public relations campaign related to contract (vii) start and end dates of services provided?
Response
(Return tabled)

Question No. 1971--
Mrs. Rosemarie Falk:
With regard to the new round of consultations announced on October 3, 2018, in relation to the Trans Mountain Pipeline by the government: what is the complete list of individuals, First Nations and organizations which the government is planning on consulting?
Response
(Return tabled)

Question No. 1972--
Mrs. Rosemarie Falk:
With regard to all expenditures on hospitality since June 11, 2018, broken down by department or agency: what are the details of all expenditures, including (i) vendor, (ii) amount, (iii) date of expenditure, (iv) start and end date of contract, (v) description of goods or services provided, (vi) file number, (vii) number of government employees in attendance, (viii) number of other attendees, (ix) location?
Response
(Return tabled)

Question No. 1973--
Mr. Matt Jeneroux:
With regard to the Champlain Bridge project: (a) what are the details of all expenditures since November 4, 2015, related to the project, including (i) vendor, (ii) date, (iii) amount, (iv) description of goods or services; (b) what is the total of all expenditures in (a); (c) what is the total projected cost of the project, including a breakdown by type of expense; and (d) what are the details of any projected costs not yet incurred, broken down by type of expense?
Response
(Return tabled)

Question No. 1974--
Mr. Dan Albas:
With regard to the bike and walking trail that connects Tofino and Ucluelet in the Pacific Rim National Park: (a) what was the original projected cost of completing the trail; (b) what is the current estimated cost of completing the trail; (c) how was the current route chosen and what was the rationale for choosing the route; (d) what are the details of any environmental impact studies completed related to the construction of the trail, including (i) findings, (ii) who conducted the studies, (iii) date the studies were completed, (iv) website address where the findings can be found, if applicable; (e) what are the details of all consultations conducted in relation to the trail with (i) local governments, (ii) local residents, (iii) other organizations or individuals; and (f) what are the details of all work completed to date, including how much of the trail is currently completed?
Response
(Return tabled)

Question no 1933 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne la norme de service de 16 semaines fixée par Anciens Combattants Canada pour prendre une décision en matière de prestations d’invalidité, pour l’exercice 2017-2018 ou pour le dernier exercice pour lequel des statistiques existent: quel est le nombre et quel est le pourcentage de demandes dont le délai de réponse a été (i) de 16 semaines ou moins, (ii) entre 16 semaines et 26 semaines, (iii) plus de 26 semaines (6 mois), (iv) plus d’un an?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1936 --
Mme Salma Zahid:
En ce qui concerne la Directive sur la réinstallation du Conseil national mixte, qui prévoit le remboursement des frais de déménagement engagés par les fonctionnaires fédéraux pour leur travail, durant les années civiles 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015: a) combien d’employés, de mandataires ou d’entrepreneurs du gouvernement fédéral ont réclamé le remboursement de frais de réinstallation chaque année, ventilé par ministère ou organisme gouvernemental; b) combien d’employés, de mandataires ou d’entrepreneurs du gouvernement fédéral ont obtenu le remboursement des frais de réinstallation chaque année, ventilé par ministère ou organisme gouvernemental; c) dans les cas où le remboursement est accordé, combien de fois la réinstallation est-elle demandée par l’employeur tous les ans; d) dans les cas où le remboursement est accordé, combien de fois la réinstallation est-elle demandée par l’employé tous les ans; e) quel est le montant global, exprimé en dollars canadiens, dépensé tous les ans par chacun des ministères ou organismes gouvernementaux pour le remboursement des frais de réinstallation, ventilé par les catégories d’avantages énoncés dans l’annexe B de la Directive sur la réinstallation du Conseil national mixte; f) quels employés, mandataires ou entrepreneurs du gouvernement fédéral ont obtenu un remboursement des frais de réinstallation chaque année, ainsi que leur ministère ou organisme gouvernemental, le titre de leur poste et le montant remboursé ventilé par les catégories d’avantages énoncées dans l’annexe B de la Directive sur la réinstallation du Conseil national et leurs lieux de départ et d’arrivée; g) quel est le montant global dépensé tous les ans par tous les ministères et organismes gouvernementaux au titre des catégories d’avantages concernant la commission et les frais de courtiers immobiliers; h) quel est le montant global dépensé tous les ans par tous les ministères et organismes gouvernementaux au titre des catégories d’avantages concernant les pertes immobilières; i) quel est le montant global dépensé tous les ans par tous les ministères et organismes gouvernements, au titre des catégories d’avantages énoncées dans la Directive concernant les emprunts hypothécaires, les primes d’assurance-prêt hypothécaire et les pénalités pour remboursement anticipé?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1937 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne le système de demande en ligne administré par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada: a) pendant combien d’heures le système en ligne a-t-il été en panne au total depuis le 1er janvier 2017; b) quel est le nombre d’heures pendant lesquelles le système en ligne a été en panne, ventilé par semaine, depuis le 1er janvier 2017?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1938 --
M. Blaine Calkins:
En ce qui concerne les commentaires que le premier ministre a formulés le 25 septembre 2018 au sujet des élections de 2015, soit que le Canada n’a pas eu beaucoup d’ingérence directe de la Russie: de quelle manière précise la Russie s’est-elle ingérée dans les élections de 2015?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1939 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne la ligne de chemin de fer de Churchill: a) quels sont les détails de toute la correspondance, y compris électronique, envoyée ou reçue par le gouvernement depuis le 4 novembre 2015, y compris (i) l’expéditeur, (ii) le destinataire, (iii) la date, (iv) le titre et l’objet, (v) la description ou le résumé du contenu, (vi) le numéro de dossier; b) quels sont les détails de toutes les notes d’information au sujet de la ligne de chemin de fer de Churchill, y compris (i) la date, (ii) l’expéditeur, (iii) le destinataire, (iv) le titre et l’objet, (v) le numéro de dossier?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1940 --
M. Lawrence McCauley:
En ce qui concerne le projet de navire de soutien interarmées (NSI): a) combien de prolongations d’échéancier sont survenues depuis le lancement du projet; b) quels sont les coûts associés à ces prolongations jusqu’à maintenant; c) combien de modifications ont été apportées depuis le lancement du projet; d) quels sont les coûts associés à ces modifications jusqu’à maintenant; e) combien d’équivalents temps plein travaillent sur ce projet; f) prévoit-on effectuer des mises à pied en raison des prolongations d’échéancier et des modifications au projet et, le cas échéant, combien; g) quelles sont les justifications pour chaque cas de prolongation ou de modification jusqu’à maintenant?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1941 --
M. Lawrence McCauley:
En ce qui concerne le Centre des services de paye de la fonction publique à Miramichi, depuis le 1er décembre 2015, ventilé par année: a) quelle somme a été dépensée pour les heures supplémentaires des employés qui travaillent au Centre; b) pour les employés en a), combien d’heures ont été enregistrées, ventilé par montant payé par personne et par titre de poste?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1942 --
M. Lawrence McCauley:
En ce qui concerne le droit pour la sécurité des passagers du transport aérien depuis le 1er janvier 2016: a) à combien s’élève la somme d’argent perçue auprès des passagers, ventilée en moyennes par (i) jour, (ii) mois, (iii) année; b) combien d’argent sert à payer pour les services de sécurité; c) quels autres programmes ou services sont financés à l’aide du droit pour la sécurité; d) des programmes indiqués en c), combien de financement chaque programme a-t-il reçu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1943 --
M. Lawrence McCauley:
En ce qui concerne le Comité consultatif sur les nominations au Sénat à même le Bureau du Conseil privé, depuis le 1er janvier 2018: a) quelles sont, dans leur intégralité, les descriptions de travail établies pour chaque poste au secrétariat du Comité consultatif sur les nominations au Sénat; b) quels sont les échelles salariales et les groupes et niveaux des postes à pourvoir au secrétariat du Comité consultatif sur les nominations au Sénat; c) quelle est l’enveloppe budgétaire pour le groupe professionnel affecté au secrétariat du Comité consultatif sur les nominations au Sénat; d) à combien s’élèvent les dépenses du secrétariat du Comité consultatif sur les nominations au Sénat, pour (i) l’hébergement, (ii) les déplacements, (iii) les indemnités journalières, (iv) les frais accessoires, (v) la rénovation des bureaux, (vi) l’aménagement des bureaux; e) quel montant a été prévu pour le groupe de soutien du groupe de sélection du Sénat; f) combien d’offres d’emploi ont été publiées durant la période visée, ventilées par province; g) combien de curriculum vitae ont été reçus pour chaque offre d’emploi; h) combien d’entrevues ont été faites pour chaque offre d’emploi?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1945 --
M. Pat Kelly:
En ce qui concerne l’obligation qu’ont les sociétés en voie de dissolution de demander et d’obtenir un certificat de décharge fiscale auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC) avant de répartir le capital restant aux investisseurs: a) combien de demandes de certificat de décharge fiscale sont actuellement traitées à l’ARC; b) quelle est la cible de l’ARC pour le traitement des demandes de certificat de décharge fiscale; c) pour chaque année, de 2014 à 2018, quel pourcentage de demandes de certificat de décharge fiscale l’ARC a t-elle traité à l’intérieur de ce délai cible; d) pour chacune des années en c), quel a été le temps de traitement moyen des demandes de certificat de décharge fiscale; e) pour chacune des années en c), quelle était la valeur moyenne du capital en attente de versement pendant qu’une demande de certificat de décharge fiscale était traitée; f) pour chacune des années en c), quelle était la valeur cumulative du capital en attente de versement après traitement des demandes de certificat de décharge fiscale; g) quelle est la valeur cumulative du capital en attente de versement à la suite de demandes de certificat de décharge fiscale à l’heure actuelle; h) quelle est la valeur moyenne du capital en attente de versement à la suite de demandes de certificat de décharge fiscale à l’heure actuelle?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1946 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne le ministère des Anciens Combattants, quel a été le total des affectations, des dépenses et des montants ainsi que le pourcentage de toutes les « dépenses reportées » pour l’exercice 2017-2018?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1947 --
M. David Anderson:
En ce qui concerne le voyage du premier ministre aux Nations Unies en septembre 2018: a) quelle est la liste complète des leaders mondiaux avec lesquels le premier ministre a eu des entretiens officiels; b) quels sujets ont été abordés pendant chacun des entretiens dont il est question en a); c) quel était l’objectif ou le motif de chacun des entretiens dont il est question en a); d) quelle était la date de chacun des entretiens dont il est question en a)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1948 --
M. David Anderson:
En ce qui concerne les remarques faites par le premier ministre le 26 septembre 2018, selon lesquelles « dans les conversations que j’ai eues avec le gouvernement de Cuba au cours de mon mandat, j’ai toujours parlé des droits de la personne et appelé à un respect accru de la démocratie »: a) quels sont les détails de toutes ces conversations, y compris (i) la date, (ii) l’interlocuteur, (iii) les sujets précis soulevés; b) quels sont les détails de tout engagement précis obtenu par le premier ministre de la part du gouvernement de Cuba en ce qui concerne les droits de la personne ou la démocratie, y compris (i) la date de l’engagement, (ii) la personne qui a pris l’engagement, (iii) un sommaire ou le contenu de l’engagement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1951 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne le Programme d’enseignement primaire et secondaire et le Programme d’éducation spéciale à coûts élevés: a) quelle somme a été accordée, attribuée ou transférée à la Première Nation de Grassy Narrows et à son autorité scolaire dans le cadre des services d’éducation spéciale du Programme d’enseignement primaire et secondaire chaque année au cours des dix dernières années, avec le soutien direct et le soutien indirect déclarés séparément; b) quelle somme a été accordée, attribuée ou transférée à la Première Nation de Grassy Narrows et à son autorité scolaire dans le cadre du Programme d’éducation spéciale à coûts élevés chaque année au cours des dix dernières années?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1952 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne le ministère des Services aux Autochtones et le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord: a) ces ministères recueillent-ils des données concernant la fréquence et les conséquences (pour la santé, d’ordre social, etc.) de la moisissure dans les habitations des réserves; b) si la réponse en a) est affirmative, (i) quelles communautés des Premières Nations, énumérées par région, ont signalé des cas de moisissure dans des habitations, (ii) combien de ces incidents ont-elles signalé, (iii) quelles conséquences en ont été signalées ou évaluées; c) si la réponse en a) est négative, pourquoi les ministères ne recueillent-ils pas cette information et est-ce qu’ils comptent le faire à l’avenir?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1955 --
M. David Anderson :
En ce qui concerne Service correctionnel Canada: a) combien de personnes reconnues coupables de meurtre au premier degré se trouvent dans un établissement à sécurité minimale; b) combien de personnes reconnues coupables de meurtre au deuxième degré se trouvent dans un établissement à sécurité minimale; c) combien de personnes reconnues coupables d’homicide involontaire coupable se trouvent dans un établissement à sécurité minimale; d) parmi les personnes dont il est question aux points a) à c), combien des condamnations concernaient un crime dont la victime était un enfant; e) parmi les personnes dont il est question aux points a) à c), combien se trouvent dans un pavillon de ressourcement pour les détenues autochtones; f) à l’heure actuelle, combien de personnes purgent une peine dans un pavillon de ressourcement pour les détenues autochtones; g) parmi les personnes dont il est question en f), combien ne sont pas autochtones?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1957 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne le transport du pétrole brut par train au Canada depuis novembre 2015: quelles sont les statistiques ou les estimations du gouvernement concernant la quantité de pétrole transporté par train chaque mois?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1958 --
M. Glen Motz:
En ce qui concerne les personnes détenues dans des établissements administrés par Service correctionnel Canada qui se sont évadées ou qui sont illégalement en liberté: a) combien de personnes étaient illégalement en liberté en (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018 à ce jour; b) combien de personnes sont illégalement en liberté à l’heure actuelle, en date de cette question; c) quelle est la ventilation de la réponse en a) par établissement correctionnel et par classification de sécurité?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1959 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne l’opération IMPACT, qui est la contribution des Forces armées canadiennes (FAC) à la coalition mondiale visant à affaiblir et à défaire Daech en Iraq et en Syrie: a) pendant combien de temps l’opération IMPACT sera-t-elle prolongée après mars 2019; b) est-ce que le nombre total de soldats, de marins, d’aviateurs et de membres hautement qualifiés des FAC déployés dans le cadre de l’opération IMPACT augmentera, diminuera ou demeurera le même entre septembre 2018 et le 31 mars 2019; c) quelles sont les dépenses totales prévues liées à la prolongation de l’opération IMPACT, ventilées par type de dépense; d) quel montant a été alloué à ce jour aux dépenses prévues au point c); e) quelles sont les raisons pour lesquelles on a modifié la nature de l’opération IMPACT, comme l’a annoncé le chef d’état major de la défense le 7 juin 2018?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1960 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne l’adoption possible d’un nouveau motif de camouflage standard pour les Forces armées canadiennes et le remplacement subséquent de l’équipement militaire à dessin de camouflage canadien (DCamC): a) quelle lacune cherche-t-on à corriger en remplaçant le DCamC par le motif de camouflage MultiCam; b) est-ce que Recherche et développement pour la défense Canada convient aussi qu’il existe une lacune et que l’on s’appuie sur celle-ci pour justifier l’achat d’un motif de camouflage d’un autre pays; c) quelles consultations ont été menées avant l’adoption de cette politique; d) y-a-t-il des preuves indiquant que le fait de choisir le motif de camouflage MultiCam plutôt que le DCamC augmentera la capacité de survie des membres des Forces armées canadiennes; e) a-t-on déterminé si, dans certains milieux, ce type de camouflage sera plus efficace ou moins efficace du point de vue de la dissimulation et de la capacité de survie; f) des inquiétudes ont-elles été exprimées quant au fait que, sur le terrain, le personnel militaire ressemblera de très près au personnel militaire de la Russie, des États-Unis ou d’autres pays en raison de l’utilisation de ce nouveau motif de camouflage; g) a-t-on pesé les avantages du remplacement de ce motif en raison d’une lacune perçue et les inconvénients pour les usines canadiennes, qui subiront des pertes financières ou devront carrément fermer leurs portes; h) les usines et les fabricants ont-ils indiqué au ministère de la Défense nationale qu’ils devront fermer leurs portes si celui-ci cesse d’utiliser le DCamC; i) a-t-on étudié les répercussions possibles de l’adoption d’un motif de camouflage des États-Unis sur l’identité nationale et l’esprit de corps; j) a-t-on tenu compte du fait que l’entreprise 1947 LLC fabrique les tissus utilisés par l’armée en Chine?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1961 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne les armes canadiennes initialement destinées pour distribution aux peshmergas kurdes: a) quels plans sont actuellement en place ou envisagés concernant l’avenir des armes initialement destinées aux peshmergas kurdes; b) à quel endroit et dans quelles installations d’entreposage ces armes sont-elles actuellement entreposées, au Canada et à l’étranger; c) quels sont le type, la quantité et la valeur commerciale de ces armes?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1962 --
Mme Marilyn Gladu:
En ce qui concerne des informations selon lesquelles Santé Canada envisage d’abolir les organismes suivants ou de réduire leur financement et a imposé un bâillon à ce sujet aux organismes visés, à savoir la Commission de la santé mentale du Canada, le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé, l’Institut canadien d’information sur la santé, la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé, Inforoute Santé du Canada, l’Institut canadien pour la sécurité des patients, le Partenariat canadien contre le cancer: a) pour quelle raison le gouvernement réexamine-t-il le financement que reçoivent ces organismes; b) pour quelle raison chacun des organismes s’est-il vu imposer un bâillon; c) le cabinet de la ministre de la Santé a-t-il été informé du bâillon et, dans l’affirmative, à quelle date; d) le Cabinet du premier ministre a-t-il été informé de l’imposition d’un bâillon et, dans l’affirmative, à quelle date; e) quelle est la liste complète des organismes qui ont fait l’objet de l’Examen externe des organisations pancanadiennes de santé financées par le gouvernement fédéral; f) est-ce que quelqu’un de Santé Canada, du cabinet de la ministre de la Santé ou de la firme Deloitte a ordonné ou conseillé à un ou plusieurs des organismes visés de ne pas faire état publiquement de l’examen; g) si la réponse au point f) est affirmative, quels sont les détails de toute interdiction de divulgation, ou bâillon, y compris (i) la personne qui l’a ordonnée, (ii) la date de cette interdiction, (iii) la portée de l’interdiction; h) un ou plusieurs des organismes dont il est question au point e) ont-ils été informés qu’ils perdront leur financement, en totalité ou en partie, et, dans l’affirmative, quels sont les organismes qui ont été avisés de cette décision; (i) pour chacun des organismes dont le financement sera éliminé ou réduit, quelle est la justification fournie par la ministre de la Santé pour expliquer cette mesure?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1963 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne le transfert de Terri-Lynne McClintic de l’Établissement pour femmes Grand Valley vers le Pavillon de ressourcement Okimaw Ohci: a) à quelle date le transfert a-t-il eu lieu; b) à quelle date le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a-t-il été avisé du transfert; c) le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a-t-il approuvé le transfert; d) à quelle date le Cabinet du premier ministre a-t-il été avisé du transfert; e) le premier ministre ou quelqu’un de son cabinet a-t-il approuvé le transfert?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1964 --
M. Ron Liepert:
En ce qui concerne la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, depuis le 1er janvier 2016: a) combien d’entreprises canadiennes ont investi dans des projets de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, ventilées par année; b) combien d’argent canadien finance des projets de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, ventilé par année; c) parmi les projets énumérés au point a), combien de ces entreprises relèvent, directement ou indirectement, du gouvernement canadien?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1967 --
Mme Candice Bergen:
En ce qui concerne la procédure du gouvernement à l’égard d’accusations de harcèlement ou d’inconduite: a) quelle est la procédure quand le premier ministre fait l’objet d’une accusation, en particulier (i) qui décide si une plainte est valable et justifie une enquête, (ii) qui mène l’enquête, (iii) la personne qui mène l’enquête peut-elle recommander des sanctions, (iv) les sanctions recommandées sont-elles contraignantes, (v) quelle est la politique quant à la divulgation publique, ou non, des rapports et des constatations, (vi) quel mécanisme est prévu, le cas échéant, pour suspendre temporairement certaines des fonctions du premier ministre en attendant l’issue d’une enquête; b) la procédure dont il est question au point a) s’applique-t-elle aux incidents s’étant produits avant que la personne devienne premier ministre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1968 --
Mme Candice Bergen:
En ce qui concerne la procédure du gouvernement à l’égard d’accusations de harcèlement ou d’inconduite: a) quelle est la procédure quand un membre du Conseil des ministres fait l’objet d’une accusation, en particulier (i) qui décide si une plainte est valable et justifie une enquête, (ii) qui mène l’enquête, (iii) la personne qui mène l’enquête peut-elle recommander des sanctions, (iv) les sanctions recommandées sont-elles contraignantes, (v) quelle est la politique quant à la divulgation publique, ou non, des rapports et des constatations, (vi) quels sont les critères établis pour déterminer si un député doit être écarté du Conseil des ministres en attendant l’issue d’une enquête; b) la procédure dont il est question au point a) s’applique-t-elle aux incidents s’étant produits avant que la personne devienne membre du Conseil des ministres?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1969 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne les titulaires de permis de travail au titre de la section des accords Canada-international du Programme de mobilité internationale, ventilés selon chacun des quatre volets (ALENA, ALE, AGCS et hors commerce): dans chacune des dix dernières années, quel est le nombre des titulaires de permis dans chaque volet qui venaient (i) des États-Unis, (ii) du Mexique?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1970 --
Mme Rosemarie Falk:
En ce qui concerne tous les contrats accordés par le gouvernement pour des services de relations publiques depuis le 4 novembre 2015, ventilés par ministère, organisme, société d’État et autre entité du gouvernement: quels sont les détails de ces contrats, y compris (i) la date du contrat, (ii) la valeur du contrat, (iii) le nom du fournisseur, (iv) le numéro de référence, (v) la description des services rendus, (vi) le titre de la campagne de relations publiques associée au contrat, (vii) les dates de début et de fin des services rendus?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1971 --
Mme Rosemarie Falk:
En ce qui concerne la nouvelle série de consultations annoncée par le gouvernement le 3 octobre 2018 relativement au pipeline Trans Mountain: quelle est la liste complète des personnes, Premières Nations et organisations que le gouvernement prévoit de consulter?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1972 --
Mme Rosemarie Falk:
En ce qui concerne toutes les dépenses d’accueil depuis le 11 juin 2018, ventilées par ministère ou organisme: quels sont les détails de toutes les dépenses, y compris (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la date de la dépense, (iv) les dates de début et de fin du contrat, (v) la description des biens ou services offerts, (vi) le numéro de référence, (vii) le nombre d’employés du gouvernement présents, (viii) le nombre d’autres personnes présentes, (ix) l’endroit?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1973 --
M. Matt Jeneroux:
En ce qui concerne le projet du pont Champlain: a) quels sont les détails de chacune des dépenses liées au projet depuis le 4 novembre 2015, y compris (i) le fournisseur, (ii) la date, (iii) le montant, (iv) la description des produits ou services; b) quel est le total des dépenses dont il est question au point a); c) quel est le coût total prévu, ventilé par type de dépense; d) quels sont les détails de toutes les dépenses prévues qui n’ont pas encore été engagées, ventilées par type de dépense?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 1974 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne la piste cyclable et sentier pédestre entre Tofino et Ucluelet dans le Parc national Racific Rim: a) quel était le coût initial prévu de l’aménagement du sentier; b) quel est le coût estimatif actuel de l’aménagement du sentier; c) comment le tracé actuel a-t-il été choisi et quelle était la justification du choix de ce tracé; d) quels sont les détails de toute évaluation de l’impact environnemental de l’aménagement du sentier, y compris (i) les constatations, (ii) les auteurs des études, (iii) la date d’achèvement des études, (iv) l’adresse du site Web où sont publiées les constatations, le cas échéant; e) quels sont les détails de toute consultation au sujet du sentier menée auprès (i) des administrations locales, (ii) des résidents locaux, (iii) d’autres organismes ou particuliers; f) quels sont les détails de tous les travaux réalisés à ce jour, y compris la partie du sentier qui est actuellement achevée?
Response
(Le document est déposé.)
8555-421-1933 Department of Veterans Aff ...8555-421-1936 National Joint Council's R ...8555-421-1937 Immigration, Refugees and ...8555-421-1938 Comments made by the Prime ...8555-421-1939 Churchill Rail Line8555-421-1940 Joint Support Ship8555-421-1941 Public Service Pay Centre ...8555-421-1942 Air travellers security su ...8555-421-1943 Senate Advisory Board8555-421-1945 Tax clearance certificates8555-421-1946 Department of Veterans Aff ... ...Show all topics
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, Amnesty International, Oxfam and several other organizations join the NDP in calling on the government to immediately stop sending arms to Saudi Arabia.
For years, the Liberals have been repeating that they are very worried and that they are closely monitoring the situation. Canadians, however, are sick of waiting. You cannot put a price on human rights.
Will the government step up and stop arms sales to Saudi Arabia?
Monsieur le Président, tout comme le NPD, Amnistie internationale, Oxfam et plusieurs autres organisations demandent au gouvernement d'arrêter immédiatement de livrer des armes à l'Arabie saoudite.
Les libéraux n'arrêtent pas de nous répéter, et ce, depuis des années, qu'ils sont profondément inquiets et qu'ils regardent la situation avec attention. Cependant, les Canadiens sont tannés d'attendre. On ne peut pas mettre un prix sur les droits de la personne.
Le gouvernement va-t-il enfin passer de la parole aux actes et suspendre la vente d'armes à l'Arabie saoudite?
View Andrew Leslie Profile
Lib. (ON)
View Andrew Leslie Profile
2018-11-01 14:46 [p.23149]
Mr. Speaker, Canadians do not want exports to be used to violate human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system. We are reviewing export permits to Saudi Arabia, we have frozen permits in the past and we will not hesitate to do so again if necessary.
Monsieur le Président, les Canadiens s'attendent à ce que les exportations ne soient pas utilisées pour violer les droits de la personne. C'est pourquoi notre gouvernement est déterminé à avoir un système d'exportation d'armes plus fort et rigoureux. Nous révisons les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite, nous avons déjà gelé des permis dans des cas précédents et nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau si les faits le justifient.
View Cheryl Hardcastle Profile
NDP (ON)
View Cheryl Hardcastle Profile
2018-10-29 14:36 [p.22935]
Mr. Speaker, last week, the Prime Minister said he is suspending further arms export permits to Saudi Arabia and reviewing existing ones. What merits reviewing? Canadians want to know because they do know that Saudi Arabia crushes dissidents and has been accused of war crimes in Yemen. They know that Jamal Khashoggi is only the latest in a horrific series of abuses. Canadians do not want to be complicit with these atrocities. Will the government guarantee no more Canadian arms will reach Saudi Arabia?
Monsieur le Président, le premier ministre a dit la semaine dernière que le gouvernement n'accorderait aucun nouveau permis d'exportation d'armes à l'Arabie saoudite et qu'il réviserait les permis d'exportation d'armes existants. Que faut-il réviser au juste? Les Canadiens veulent le savoir, car ils savent que l'Arabie saoudite réprime les dissidents et qu'elle a été accusée de crimes de guerre au Yémen. Ils savent que le cas de Jamal Khashoggi n'est que le plus récent parmi une série d'actes horribles. Les Canadiens refusent d'être complices de ces atrocités. Le gouvernement garantira-t-il aux Canadiens que plus aucune arme canadienne n'atteindra l'Arabie saoudite?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, we condemn the horrible murder of Jamal Khashoggi and are deeply concerned by reports on the participation of Saudi officials. We strongly demand and expect that Canadian arms exports are used in a way that fully respects human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system. Of course, that is why we acceded to the Arms Trade Treaty. As the Prime Minister said, we are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Monsieur le Président, nous condamnons l'horrible meurtre de Jamal Khashoggi. Nous sommes profondément troublés d'apprendre que des agents saoudiens y auraient participé. Nous exigeons avec insistance pour que les armes exportées par le Canada soient utilisées d'une manière qui respecte pleinement les droits de la personne et nous nous attendons à ce qu'elles le soient. Voilà pourquoi le gouvernement tient à rendre le régime d'exportations d'armes plus rigoureux. C'est évidemment pourquoi nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Comme l'a dit le premier ministre, nous révisons activement les permis d'exportation déjà existants vers l'Arabie saoudite .
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, it is not enough to expect that the arms will not be misused. It is necessary to ensure they will not be misused.
The war in Yemen has created the worst humanitarian disaster on the planet, to say nothing of the Saudi regime's treatment of women, dissidents and minorities. We already know that Canadian weapons have been used against civilians in eastern Saudi Arabia. The murder of Jamal Khashoggi is just one more atrocity to be laid to the Saudis' account.
What is the Prime Minister waiting for to suspend not only future permits, but existing permits as well?
Monsieur le Président, ce n'est pas suffisant de s'attendre à ce que les armes ne soient pas utilisées à mauvais escient. Il est nécessaire de garantir qu'elles ne le seront pas.
La guerre au Yémen a créé la pire catastrophe humanitaire de la planète, sans parler du traitement des femmes, des dissidents et des minorités par le régime saoudien. On sait déjà qu'ils ont utilisé des armes canadiennes dans l'Est du pays contre la population civile. Le meurtre de Jamal Khashoggi ne fait qu'ajouter à cet horrible bilan.
Qu'est-ce que le premier ministre attend pour suspendre non seulement les permis futurs, mais les permis existants?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, we are reviewing the options with our allies. We are currently reviewing existing export permits to Saudi Arabia. All exports must comply with the conditions set out in the permits. We have frozen arms export permits in the past and will not hesitate to do so again.
Monsieur le Président, nous travaillons avec nos alliés pour considérer les options. Nous sommes actuellement en train de réviser les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite. Toutes les exportations doivent respecter les conditions énoncées dans les permis. Nous avons déjà gelé des permis d'exportation d'armes dans le passé. Nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2018-10-26 11:35 [p.22884]
Madam Speaker, Germany has cut off arms sales to the Saudi regime. There is no way the current government can justify this arms deal to the house of Saud.
Here is a simple plan. One, we cancel the deal as there is not an international body anywhere that will take the side of the Saudis. Two, we impose the Magnitsky sanctions on these criminals. Three, we repurpose the plant in London to build military vehicles for our troops that need the upgrades.
As for the Saudi crown prince, will the government do the right thing and tell him that we do not apologize to tyrants and that he can go stuff his objections?
Madame la Présidente, l'Allemagne a suspendu les ventes d'armes au régime saoudien. Rien ne permet au gouvernement actuel de justifier ce contrat de vente d'armes au clan des Saoud.
Voici un plan de match assez simple. De un, nous annulons le contrat puisqu'il n'existe aucune instance internationale prête à se ranger du côté des Saoudiens. De deux, nous appliquons les sanctions Magnitski pour punir ces criminels. De trois, nous changeons la vocation de l'usine de London, qui devra désormais assurer la fabrication de véhicules militaires améliorés destinés à nos propres troupes, qui en ont besoin.
Quant au prince héritier saoudien, le gouvernement va-t-il oser lui dire que nous n'avons aucune excuse à offrir à des tyrans, et que, s'il a des objections, il peut bien aller se faire cuire un oeuf?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Madam Speaker, we condemn the murder of Jamal Khashoggi. We demand that Canadian arms exports be used in a manner that respects human rights. That is why we are committed to a stronger and more rigorous arms export system.
As the Prime Minister said yesterday, we are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Madame la Présidente, nous condamnons le meurtre de Jamal Khashoggi. Nous demandons que les exportations d'armes canadiennes soient utilisées d'une manière qui respecte les droits de la personne. C'est pourquoi nous nous sommes engagés à mettre en place un système d'exportation des armes plus fort et plus rigoureux.
Comme le premier ministre l'a dit hier, nous examinons activement les permis d'exportation existants vers l'Arabie saoudite.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2018-10-26 12:03 [p.22890]
Madam Speaker, they will not be announcing anything on the weekend.
The government is going to review the export permits for arms sold to Saudi Arabia to get answers to what happened to Jamal Khashoggi.
Do we really need to spell it out for them? The regime had no qualms about murdering this journalist in cold blood, sentencing Raif Badawi to lashings and incarcerating his sister, callously starving the children of Yemen, and repressing its own people with the armoured vehicles purchased from Canada. The government has all the answers it needs.
Will the government stop selling tanks to assassins?
Madame la Présidente, ils n'annonceront rien en fin de semaine.
Le gouvernement va réviser les permis d'exportations d'armes vers l'Arabie saoudite dans l'objectif d'avoir des réponses sur ce qui s'est passé avec Jamal Khashoggi.
Faut-il vraiment lui faire un dessin? Le régime l'a assassiné aussi froidement qu'il fouette Raif Badawi et qu'il emprisonne sa soeur, aussi froidement qu'il affame des enfants au Yémen et qu'il réprime sa propre population avec des blindés que le Canada lui vend. Le gouvernement a toutes les réponses dont il a besoin.
Est-ce qu'il va arrêter de vendre des tanks aux assassins?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Madam Speaker, we are working with our allies to evaluate the options. We are currently reviewing export permits for Saudi Arabia.
All exports must meet the conditions set out in the permits. We have frozen permits in the past and we will not hesitate to do so again.
Madame la Présidente, nous travaillons avec nos alliés pour évaluer les options. Nous sommes actuellement en train de réviser les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite.
Toutes les exportations doivent respecter les conditions énoncées dans les permis. Nous avons déjà gelé des permis d'exportation dans le passé et nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, in a Tuesday interview with the CBC, the Prime Minister said, “I do not want to leave Canadians holding a billion dollar bill”. However, yesterday, the Prime Minister's Office backtracked on that number and said this supposed $1-billion penalty for cancelling the Saudi arms deal was an “expression”. I am not kidding. He said it was an “expression”.
Canadians know this deal must be cancelled and have the right to know why the Prime Minister is using this as an excuse. Why is the Prime Minister making up numbers? Is it so that he does not have to cancel the arms deal with Saudi Arabia?
Monsieur le Président, mardi, dans une entrevue accordée à la CBC, le premier ministre a dit: « Je ne veux pas que les Canadiens se retrouvent avec une facture d'un milliard de dollars. » Or, hier, le Cabinet du premier ministre est revenu sur ce chiffre et a dit que cette supposée pénalité de 1 milliard de dollars qu'entraînerait l'annulation du contrat de vente d'armes à l'Arabie saoudite était « une expression ». Je ne blague pas. Il a dit que c'était « une expression ».
Les Canadiens savent que ce contrat doit être annulé et ils ont le droit de savoir pourquoi le premier ministre se sert de ce prétexte. Pourquoi le premier ministre invente-t-il des chiffres? Serait-ce pour éviter d'avoir à annuler le contrat de vente d'armes à l'Arabie saoudite?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, of course, we strongly demand and expect that Canadian arms exports are used in a way that fully respects human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system under the Arms Trade Treaty.
As the Prime Minister said yesterday, we are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Monsieur le Président, il va sans dire que nous nous attendons à ce que les armes que nous exportons soient utilisées dans le respect des droits de la personne. Nous l'exigeons. C'est pourquoi le gouvernement est bien déterminé à mettre en place un système d'exportation d'armes encore plus robuste et rigoureux dans le cadre du Traité sur le commerce des armes.
Comme l'a dit le premier ministre hier, nous sommes en train de réviser les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, is that seriously all they have to say?
After turning a deaf ear to appeals from Germany and our allies to at least suspend the sale of arms to Saudi Arabia, the Prime Minister clearly stated on Tuesday that cancelling this contract would cost $1 billion.
Where does this figure come from? From his imagination, apparently, because the next day, his office said that it was just a figure of speech. A figure of speech means saying something like “this is not rocket science” or “this is not brain surgery”. It does not mean snatching a number out of thin air in response to a question that called for a specific figure.
Why is the Prime Minister inventing numbers like this? Is he trying to avoid having to cancel the contract?
Monsieur le Président, vraiment, c'est tout ce qu'ils ont à dire?
Après être resté sourd aux appels de l'Allemagne et de nos alliés pour au moins suspendre la vente d'armes à l'Arabie saoudite, le premier ministre a dit clairement, mardi, que la compensation de l'annulation de ce contrat coûterait 1 milliard de dollars.
D'où sort ce chiffre? Il semble que cela sort de sa tête, parce que le lendemain, son bureau disait plutôt que ce n'était qu'une expression. Une expression, ce n'est pas chercher midi à quatorze heures ou encore avoir la tête à Papineau, c'est ne pas sortir n'importe quel montant à une question qui demande un montant précis.
Pourquoi le premier ministre invente-t-il de tels chiffres? Est-ce que c'est pour éviter d'annuler ce contrat?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as I said earlier, we strongly demand and expect that Canadian arms exports are used in a way that fully respects human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system. As the Prime Minister said today, we are actively reviewing Saudi Arabia's existing export permits.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit en anglais, nous insistons pour que les exportations d'armes canadiennes soient utilisées d'une manière qui respecte pleinement les droits de la personne. C'est pourquoi notre gouvernement s'est engagé à mettre en place un système d'exportation des armes plus fort et plus rigoureux. Comme le premier ministre l'a dit aujourd'hui, nous examinons activement les permis d'exportation existants vers l'Arabie saoudite.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, for our allies, like Germany, the murder of Jamal Khashoggi was the tipping point. Chancellor Angela Merkel decided to stop exporting weapons to Saudi Arabia because it was the right thing to do. We have been calling for years for the Canadian government to do the same.
Everyone knows the kingdom is one of the worst human rights offenders in the world. This alone should be enough. What are the Liberals waiting for?
Monsieur le Président, pour nos alliés, comme l'Allemagne, l'assassinat de Jamal Khashoggi a fait pencher la balance. La chancelière Angela Merkel a décidé de cesser l'exportation d'armes à destination de l'Arabie saoudite parce que c'était la chose à faire. C'est ce que nous demandons au gouvernement canadien de faire depuis des années.
Il est bien connu que le royaume affiche un des pires bilans au monde en matière de droits de la personne. Aucune autre raison ne devrait être nécessaire. Qu'attendent les libéraux?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, our government is working with our allies to consider a number of options going forward. We are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia. We strongly expect that Canadian exports are used in a way that is consistent with Canada's foreign policy objectives and that fully respects human rights. We have frozen arms export permits before when we have had concerns about their potential misuse, and we will not hesitate to do so again.
Monsieur le Président, le gouvernement étudie différentes mesures possibles avec les alliés du Canada. Il réévalue les permis d'exportation actuels vers l'Arabie saoudite. Nous nous attendons à ce que les exportations canadiennes soient utilisées de manière conforme aux objectifs de la politique étrangère du Canada et dans le respect des droits de la personne. Il est arrivé que le Canada suspende des permis d'exportation d'armes auparavant par crainte qu'ils soient utilisés à mauvais escient, et il n'hésitera pas à le faire de nouveau.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the explanations coming out of Riyadh concerning the murder of Jamal Khashoggi are inconsistent and contradictory.
Today, for the first time, the Attorney General of Saudi Arabia spoke of a premeditated act. With the treatment of women, dissidents and religious minorities, not to mention the war in Yemen, and now this murder, we have reached the tipping point. We have been calling on the government to take action for years.
When will we stop selling arms to Saudi Arabia?
Monsieur le Président, les explications de Riyad entourant le meurtre de Jamal Khashoggi sont incohérentes et contradictoires.
Pour la première fois aujourd'hui, le procureur général d'Arabie saoudite a parlé d'un acte prémédité. Après le traitement réservé aux femmes, aux dissidents et aux minorités religieuses, sans parler de ce qui se passe au Yémen, c'est la goutte qui fait déborder le vase. Depuis des années, nous demandons au gouvernement d'agir.
Quand va-t-on arrêter de vendre des armes à l'Arabie saoudite?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as I said before, we are actively reviewing the situation with respect to our contract with Saudi Arabia.
We have frozen exports before when we suspected that these arms would be used to violate human rights.
We will not hesitate to use the same procedure in future if we are convinced that these arms will be used to violate human rights.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit en anglais, nous sommes en train d'examiner la situation actuelle concernant notre contrat avec l'Arabie saoudite.
Dans le passé, nous avons interrompu des exportations quand nous avions le sentiment que ces armes seraient utilisées à des fins qui violeraient les droits de la personne.
Nous n'hésiterons pas à utiliser la même procédure à l'avenir si nous sommes convaincus que ces armes seront utilisées pour violer les droits de la personne.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-10-25 15:11 [p.22840]
Mr. Speaker, “talking through one's hat” is a figure of speech. “Taking someone for a fool” is a figure of speech. However, the $1-billion price tag for cancelling a contract to sell arms to Saudi Arabia is not a figure of speech.
Does the Prime Minister take us for fools, or is he talking through his hat when he invents numbers to get out of cancelling deals with Saudi Arabia?
Monsieur le Président, « parler à travers son chapeau », ça, c'est une expression. « Prendre le monde pour des valises », ça, c'est une expression. Cependant, la facture de 1 milliard de dollars pour annuler un contrat de vente d'armes à l'Arabie saoudite, ce n'est pas une expression.
Le premier ministre nous prend-il pour des valises ou est-ce qu'il parle à travers son chapeau quand il invente des chiffres sur l'annulation des contrats avec l'Arabie saoudite?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, our government strongly condemns the horrible murder of Jamal Khashoggi and is deeply concerned by reports on the participation of Saudi officials.
Our government is working with our allies to consider a number of options. We are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia. We strongly expect that Canadian exports be used in a way that is in line with our foreign affairs policy, and, of course, that fully respects human rights.
We have frozen export permits in the past, when we had reason to do so, and we will certainly consider that in the future.
Monsieur le Président, le gouvernement condamne sans réserve l'horrible meurtre de Jamal Khashoggi. Il est fort troublé d'apprendre que des agents saoudiens y ont participé.
Le gouvernement travaille avec nos alliés afin d'étudier un certain nombre d'options. Nous sommes en train de revoir les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite actuellement en vigueur. Nous avons la ferme conviction que les exportations canadiennes doivent être utilisées d'une façon qui respecte notre politique étrangère et, évidemment, de manière à respecter entièrement les droits de la personne.
Nous avons suspendu des permis d'exportation par le passé, lorsque nous avions des raisons de le faire, et nous allons certainement envisager cette option à l'avenir.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2018-10-25 15:12 [p.22840]
Mr. Speaker, the truth is that the Prime Minister wants to keep selling arms. Raif Badawi's flogging sentence will not stop Canada from doing business, nor will the jailing of women who stand up for their rights, the killing of civilians in Yemen or the assassination of a journalist in a consulate.
What more does this government need to stop selling arms to this vile country? Maybe what it really needs is a spine.
Monsieur le Président, la vérité c'est que le premier ministre veut continuer à vendre des armes. Des coups de fouet à Raif Badawi n'empêcheront pas le Canada de faire des affaires, pas plus que l'emprisonnement de femmes qui défendent leurs droits, pas plus que des morts au Yémen, des civils au Yémen, pas plus que l'assassinat d'un journaliste dans un consulat.
Que faut-il donc de plus à ce gouvernement pour cesser la vente d'armes à ce pays odieux; un peu de courage peut-être?
View Pam Goldsmith-Jones Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, our government strongly condemns the heinous murder of Jamal Khashoggi and is deeply concerned by reports on the participation of Saudi officials. We strongly demand and expect that Canadian arms exports be used in a way that fully respects human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system and, of course, to the Arms Trade Treaty, in which we have been actively involved the entire time of the term of this government. As the Prime Minister said today, we are actively reviewing existing export permits to Saudi Arabia.
Monsieur le Président, le gouvernement condamne sans réserve l'horrible meurtre de Jamal Khashoggi. Il est fort troublé d'apprendre que des agents saoudiens y ont participé. Nous exigeons fermement que les armes exportées par le Canada soient utilisées de manière à respecter entièrement les droits de la personne. C'est pourquoi le gouvernement est déterminé à mettre en oeuvre un système plus rigoureux pour l'exportation d'armes et, évidemment, à mettre en oeuvre le Traité sur le commerce des armes, un processus que le gouvernement a appuyé activement tout au long de son mandat. Comme le premier ministre l'a dit aujourd'hui, nous sommes en train de revoir les permis d'exportation vers l'Arabie saoudite actuellement en vigueur.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the Saudi Arabian government's explanation for the disappearance and death of journalist Jamal Khashoggi is becoming increasingly bizarre and unbelievable. There must be a real, UN-sponsored investigation.
In the meantime, Germany took action and suspended arms sales to Saudi Arabia and is calling on its allies to do the same. The Liberals, however, are not doing anything but talking.
Have they no shame?
Monsieur le Président, les explications du gouvernement saoudien sur la disparition et la mort du journaliste Jamal Khashoggi deviennent de plus en plus bizarres et incroyables. Il nous faut une vraie enquête sous l'égide de l'ONU.
Entre-temps, l'Allemagne a pris des mesures et a suspendu les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, et elle lance un appel à ses alliés pour faire la même chose. Toutefois, les libéraux, eux, ne font toujours rien, à part parler.
N'ont-ils pas honte?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2018-10-22 14:27 [p.22667]
Mr. Speaker, we condemn the murder of journalist Jamal Khashoggi. We are very concerned by reports of Saudi involvement. We are working closely with our allies, in particular the G7, on this issue. I repeat that we are calling for an in-depth investigation. We want to see those responsible for this murder held accountable, and they must face justice.
Monsieur le Président, nous condamnons l'horrible meurtre de Jamal Khashoggi. Nous sommes gravement préoccupés par les rapports concernant la participation des Saoudiens. Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec nos alliés, notamment le G7, dans ce dossier. Nous répétons que nous réclamons la tenue d'une enquête approfondie, que nous souhaitons voir les responsables de cet acte répondre de leurs gestes et qu'ils doivent faire face à la justice.
View Hélène Laverdière Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the government claims to defend human rights on the one hand and on the other hand it arms one of the world's worst human rights offenders.
Saudi Arabia is leading a military coalition that has been accused of war crimes in Yemen, where 12 million people could starve to death due to the armed conflict.
Therefore, could the government stop the doublespeak and stop arming rogue nations like Saudi Arabia?
Monsieur le Président, d'un côté, le gouvernement prétend défendre les droits de la personne, mais de l'autre, il fournit des armes à l'un des pires pays de la planète pour ce qui est du respect des droits de la personne.
Une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite est accusée d'avoir commis des crimes de guerre au Yémen, où 12 millions de personnes risquent de mourir de faim en raison du conflit armé.
Par conséquent, quand le gouvernement cessera-t-il de tenir des discours contradictoires et d'armer des États voyous comme l'Arabie saoudite?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2018-10-22 14:28 [p.22667]
Mr. Speaker, we condemn the murder of journalist Jamal Khashoggi. The minister has been having ongoing and active conversations with our allies about next steps and how to work collaboratively.
We strongly demand, and expect, that Canadian exports are used in a way that fully respects human rights. That is why our government is committed to a stronger and more rigorous arms export system and to the Arms Trade Treaty. We have frozen export permits before, when we had concerns about their potential misuse, and we will not hesitate to do so again.
Monsieur le Président, nous condamnons le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. La ministre discute activement avec nos alliés des gestes à poser et des façons de collaborer.
Nous avons pour ferme exigence et pour attente que les exportations canadiennes soient utilisées d'une manière qui respecte pleinement les droits de la personne. C'est pourquoi la mise en oeuvre d'un système d'exportation d'armes plus contraignant et plus rigoureux nous tient à coeur, tout comme le Traité sur le commerce des armes. Nous avons déjà suspendu des permis d'exportation par crainte qu'ils soient utilisés à mauvais escient, et nous n'hésiterons pas à le refaire.