Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1057
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-09 14:31 [p.8154]
Mr. Speaker, the discovery of the remains of 215 indigenous children devastated people across the country. The indigenous community is calling for justice and action.
The Prime Minister continues to fight indigenous kids in court, despite the fact that the Canadian Human Rights Tribunal ruled that these children were victims of discrimination. Will the Prime Minister continue to fight indigenous kids in court on Monday, yes or no?
Monsieur le Président, la découverte de 215 enfants autochtones a bouleversé les gens à travers le pays. La communauté autochtone demande justice et action.
Le premier ministre continue de poursuivre en justice les enfants autochtones malgré le fait que le Tribunal canadien des droits de la personne a décidé que ces enfants étaient victimes de discrimination. Le premier ministre va-t-il continuer de poursuivre en justice les enfants autochtones ce lundi, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:31 [p.8154]
Mr. Speaker, that is simply not true. We are not fighting indigenous children in court.
On the contrary, we have recognized that indigenous children and young adults who have been abused in the child welfare system in recent years deserve to be compensated. That is why we are working with indigenous communities to establish fair amounts for compensation. We will always work hand in hand on the path of reconciliation. That is what indigenous and non-indigenous Canadians expect.
Monsieur le Président, c'est tout simplement faux, nous ne sommes pas en train de poursuivre en justice des enfants autochtones.
Au contraire, nous avons reconnu que ces enfants et ces jeunes adultes qui ont été victimes de sévices dans le système de protection des enfants ces dernières années méritent d'être dédommagés. C'est pour cela que nous travaillons avec les communautés autochtones pour fixer des montants équitables pour qu'ils aient leur compensation. Nous allons toujours travailler main dans la main pour la réconciliation. C'est ce à quoi les Canadiens autochtones et non autochtones s'attendent.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-09 14:32 [p.8154]
Mr. Speaker, that is very troubling as a response because this Monday indigenous kids are going to be showing up at court, their representatives, and the Canadian government, directed by the Prime Minister, is going to be there to continue fighting against them. It is about this Monday. It is not a distant thing in the future. It is this Monday that I am talking about, where in fact the Canadian government, under direction of the Prime Minister, will be fighting these kids.
Despite all of Parliament saying the government should stop, will it stop fighting these kids in court and, instead, walk the path of reconciliation?
Monsieur le Président, voilà une réponse fort troublante quand on sait que lundi, les représentants des enfants autochtones et les avocats du gouvernement du Canada, dirigé par le premier ministre, se présenteront devant le tribunal pour continuer à se battre. Je parle de ce qui se passera lundi, non de ce qui se passera dans un avenir éloigné. En fait, ce lundi, le gouvernement du Canada, dirigé par le premier ministre, s'opposera à ces enfants autochtones devant le tribunal.
L'ensemble des parlementaires estiment que le gouvernement devrait renoncer à cette contestation judiciaire. Le gouvernement va-t-il laisser tomber ses démarches et plutôt s'engager sur la voie de la réconciliation?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-09 14:32 [p.8154]
Mr. Speaker, it is unfortunate that on an issue as important as reconciliation the NDP continues to try to make political points and twist rhetoric.
We are not fighting indigenous kids in court. This government has committed to compensate the young people who went through child and family services.
We recognize the trauma and the pain inflicted upon them, and that is why not only are we working with indigenous communities and leadership on just compensation, but we have also brought in significant reforms to child and family services to keep indigenous communities in control of their kids at risk.
Monsieur le Président, il est regrettable qu'à l'égard d'un enjeu aussi important que la réconciliation, le NPD continue de déformer les faits pour gagner du capital politique.
Nous ne poursuivons pas les enfants autochtones devant les tribunaux. Le gouvernement s'est engagé à indemniser les jeunes qui ont été pris en charge par les services à l'enfance et à la famille.
Nous reconnaissons le traumatisme et la souffrance qui leur ont été infligés et c'est pourquoi nous collaborons avec les communautés autochtones et leurs dirigeants pour accorder une indemnisation juste. Par ailleurs, nous avons considérablement remanié les services à l'enfance et à la famille afin que les Premières Nations puissent continuer à s'occuper des enfants à risque dans leurs communautés.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-09 15:13 [p.8161]
Mr. Speaker, in my question to the Prime Minister, I referenced a document, “Taking Action Against Systemic Racism and Religious Discrimination Including Islamophobia”, a report from the Standing Committee on Canadian Heritage. I have copies of the recommendations, in both official languages. If you seek it, I hope there would be consent for me to re-table these documents, given the events that have taken place over the last number of days.
Monsieur le Président, dans la question que j’ai posée au premier ministre, j’ai fait référence à un rapport du Comité permanent du patrimoine canadien, intitulé « Agir contre le racisme systémique et la discrimination religieuse, y compris l’islamophobie ». J’ai des copies des recommandations du rapport, dans les deux langues officielles. Si vous demandez l’avis de la Chambre, j’espère que tout le monde consentira à ce que je dépose à nouveau ces documents, compte tenu des événements qui ont eu lieu ces derniers jours.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
All those opposed to the hon. member moving the motion will please say nay.
Some hon. members: Nay.
Que tous ceux qui s’y opposent à la motion du député veuillent bien dire non.
Des voix: Non.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-08 11:35 [p.8078]
Madam Speaker, I just spoke with a London city councillor about the impact the tragedy of the last few days has had on her community and on the city of London. I am also thinking of members of my own riding, their walks to mosque and what that is like these days. I too would like to add my voice to a chorus of voices that are calling for us all as Canadians to be better in fighting racism and Islamophobia. That is where my heart is, even if the words that I am now going to share are focused on housing.
I have often risen in this House and said anytime the House of Commons talks about housing, it is a good day. No one will ever find an MP who fights harder for more affordable housing, whether the choice is to own or rent. It is a fundamental human right and I am very proud to be part of a government that has legislated the right to housing into a national housing strategy, that has brought forth federal leadership, which started to disappear in the late 1980s and was devastated by the cuts that were made in the early 1990s. I am very proud to be part of a government that has changed course. I am very proud that my party has embraced housing as a federal responsibility and has invested now close to $72 billion and beyond, if we include some of the indigenous investments as well, to change the conversation on housing in this country.
The Conservatives will talk about market solutions and New Democrats will talk about social housing, but my party will talk about both. While the Bloc may think it is just a federal responsibility, the reality is that housing Canadians and meeting the fundamental rights of Canadians is all governments' responsibility. Whether it is an indigenous government, a municipal government, a provincial government or a federal government, we all must tackle this housing crisis together, we all must end homelessness together and we all must make sure that Canadians have a housing system that meets their needs and supports their choices, whether it is to rent or own.
Our government has made historic investments. If we take the rapid housing initiative alone, with $1 billion over the last six months, it created 4,777 units of housing for homeless individuals. That $1 billion did more in six months than the Harper Conservatives did in eight years. We have added $1.5 billion to that program and hope to get even more remarkable results.
What is also amazing about that particular investment is that as we move toward an urban, rural and northern indigenous-led housing strategy and deliver on that program, while working very hard with indigenous housing providers to realize the funding and that program, almost a third of the housing that was delivered to the rapid housing initiative was delivered to indigenous housing providers in urban, rural and northern spaces. The largest investment in the history of the Northwest Territories was part of that announcement and for the programs and projects that we could not pick up through rapid housing, we applied the co-investment fund.
Let me help the House understand exactly how the national housing strategy is working and how much more work it needs to do. As I said, I will always support a call for more action, more investment and more thought on this issue. The national housing strategy approaches every single component of the spectrum of housing, from homelessness to people with high-income needs that require deep subsidies to secure their housing. We have to also make sure that people who are in rental housing are protected in that space, can afford their rental housing and save to buy a house, if that is the choice they want to make. We also have to make sure there are pathways and bridges to home ownership for new buyers so that people can secure their place in the housing market and the housing system in this country.
However, we also have to make sure that the market is stable. While I have no interest in protecting the speculative equity that is created in the housing sector, that is not my focus, we have to make sure that when people purchase homes, the market does not collapse around them and erode the principal they put down to acquire their housing. We have to protect the housing market as we also deliver social housing solutions, as we make sure we end chronic homelessness in this country and deal with the different regional, urban, rural and northern dynamics that challenge so many people in this country to find safe, secure and affordable housing.
Our national housing strategy, the $72-billion program, addresses all of these issues, from supply to maintenance to subsidy to purpose-built supportive housing. It is a comprehensive strategy that I am very proud of, but it is built on almost 50 years of housing policy in this country. In fact, if we go back far enough, to the 1800s, we will see that the west was settled with offers of free homes. It has always been a federal policy to secure the growth of this country with strong investments in housing.
What has the national housing strategy accomplished? Let us review some of the accomplishments and take a look at the plan that was introduced in 2017. It was a $40-billion plan, but in every single budget, we have added additional dollars to get more supply, more options and more choice in front of Canadians.
As we look at some of the extraordinary records, one of them is the move to get purpose-built rental housing being built again in this country. We have invested, as the member who introduced the motion identified, close to $25 billion in supports to deliver new purpose-built rental housing.
When I was a city councillor in Toronto, we were building fewer than 60 purpose-built rental housing units every decade. There are now 2,400 units being built in my riding alone. That is across the street in the new Toronto Centre riding, where there is purpose-built rental housing in partnership with the private sector. These new, permanent affordable housing units are just the start, because we have added additional dollars. There is a major program coming out with an indigenous group in Vancouver, the Musgamagw, that is also now getting support from our government. Why? Because we have a program that focuses on purpose-built rental housing.
That is one part of it, but there is also the co-investment fund. The co-investment fund was ridiculed by the House leader for the NDP. He said we should not be focusing on repairing housing units. I was at a housing announcement in Burnaby where we stepped up and repaired a co-op housing program. If we had not stepped up, it would have lost the units of housing. We would lose affordable housing just where we need to build it.
The co-investment fund provides funding to get projects started. It provides funding to repair social housing and government housing. There is a $1.3-billion transfer to the City of Toronto to deal with TCHC's repair backlog. That funding protocol has now been replicated in Hamilton where it is tackling its funding backlog. It has also been attached to the city of Victoria. The city of Victoria was very close to being at functional zero on homelessness before COVID happened and ran into some headwinds, but the co-investment fund has partnered to deliver hundreds and hundreds of units. I have been there with Mayor Helps to open the units, to look at the units to see their very imaginative approach to building housing.
The targets and the dollars that are arriving are substantial. There is also the rapid housing initiative, but partnered with that is the reaching home program. The reaching home program, which started out as the homelessness partnership strategy, introduced by a Liberal government in the late nineties, untouched by the Conservatives for their eight years in rule, has not only been doubled in size, which is what we did in our first budget in 2015, the funding is now a half a billion dollars a year.
To put that in contrast to where the NDP members want to take it, if we go back to their 2015 election campaign, they promised a one-time infusion of $60 million into the homelessness partnership strategy and that was it. We not only doubled that investment immediately, but at the start of COVID we doubled it again and now we have made that doubling of the reaching home program close to $400 million to $500 million a year over the next three years. We wired that into the system to help us realize the goal of ending chronic homelessness.
The other thing that our national housing strategy has done, which is quite remarkable, is that it has restored the funding agreements and the subsidies to co-op housing right across the country. These were set to expire. If we had done nothing, if we had not taken office in 2015, the federal government would be spending less than $1 billion a year on housing right now. That was the Conservative trajectory for social housing.
Not only have we invested $72 billion in construction and repair, but the subsidies we put in place are making housing even more affordable for people. For example, the co-ops that saw their agreements expire have now been picked up and reinvested in. Subsidies to the rent geared to income have been restored, not just to the co-ops that were still on the books, but also the ones that lapsed while the Conservatives were in power. We brought them back on. This year's budget finishes that job and brings the entire co-op sector into one unified program for the very first time in the history of the country. Instead of having these agreements expire overnight, they are now on a timetable under the national housing strategy legislation. That agreement must be renewed before it expires in 2027. We have the co-op housing sector back whole and we are starting to build. In fact, I just had a text message from the Co-op Housing Federation of Toronto that seed money for a new co-op has just been advanced by CMHC and I had thanks from the federation.
We are now in the position of building and adding to the co-op sector because is exactly what the national housing strategy envisioned. We have put federal lands into the mix and we are adding federal lands where we can to the housing programs. In Ottawa, for example, there is a new housing project that is being built on federal lands with federal support to realize the housing aspirations of the city of Ottawa and the Region of Ottawa-Carleton.
Everywhere we go across the country, we are seeing change happen. Is it enough? Of course it is not enough. As long as we have people sleeping in tents, in ravines and by rivers, as long as we have homeless shelters still populated by people without housing, there will be work to do.
This government has set about changing what I think was the biggest mistake a Liberal government ever made, which was the cancellation of the national housing programs in the early nineties. It has reinvested now and brought back a strong, cohesive and comprehensive policy that is moving the dial in the right direction on every single housing front.
However, the issue being spoken to in this motion is not the social housing investments we have made. It is about how we are helping first-time buyers achieve their dream of home ownership. We put in a tax on offshore speculators, we brought in new rules around beneficial ownership to disclose who is behind some of these very questionable real estate deals and we put in a shared equity agreement for first-time homebuyers. For the first time ever, CMHC is starting to model its programs around regional housing markets and not just here in Canada as one large housing market. Hopefully this spurs even more people on to home ownership.
We are also bringing in new block funding for things like Habitat for Humanity, which is now working with equity-deserving groups, equity-seeking groups, to meet the housing needs of very particular communities that have very low rates of home ownership to help secure their movement into the middle class and to secure their place in Canadian society and the Canadian economy.
That $58-million block grant to Habitat for Humanity is also starting to build homes in indigenous communities as well. I was up in Tobermory with the Chippewas of Nawash to watch them as they broke ground and started the construction of 19 new homes, which was funded with Habitat for Humanity program dollars but supported with national housing strategy funding as well.
Everywhere one goes from coast to coast to coast, whether it is Nanaimo, Kelowna, Calgary, Winnipeg, Toronto or St. John's, one can find national housing strategy money at work. Is it enough? No. As long as we have a housing crisis, we have work to do and more to invest.
What I can say is that going back to the days of the Conservatives, where we had a prime minister who did not want to touch housing policy, where we have a party that thinks it is only a question of supply but only supply into the private sector and only supply as it relates to first-time homebuyers, is not going to work. If we allow the continual creep of financialization and we do not support our partner governments in delivering housing, we are simply not going to solve this crisis.
The $72-billion program is moving every one of those parts of the housing continuum forward, and we are finding new ways to do it in ways that are innovative, from modular housing to barging houses up to Iqaluit and realizing the renewal of housing with loans for the greening of our housing stock and the upgrading of the energy performance and making it more livable. We are also doing things like requiring to overachieve on energy efficiency in new builds when it comes to social housing.
We are also, for the first time ever, requiring that universal design be a characteristic of all new builds at 20%. We are also providing funds to retrofit old buildings to make them more accessible for people with disabilities. We are also making sure when we partner up that we lock in provincial spending levels so as federal dollars arrive at the front door, provincial governments are not allowed to take it out the back door and simply tread water.
We are also working with our infrastructure dollars to make sure transit investments have a positive impact on social housing construction, and we are tying social housing goals to our infrastructure investments to make sure as we invest and create strong communities, we build communities for all. Again, it is not part of the national housing strategy but it is part of this government's approach to housing and making sure all Canadians have the housing opportunities they need and have their choices realized.
I respect the fact it has been a very difficult year in the housing market for Canadians and respect the fact some of the ideas the Conservatives are talking about require more action on the part of this government. I understand it, but to say we have done nothing is wrong. To say we have not focused on every part of the housing continuum is wrong as well. To say it is only a question of social housing, market housing or supply is equally oversimplifying a very complex issue.
I am proud to be part of a government that has restored leadership in federal housing. I am proud to be part of a government that is building more co-ops, more rentals and more homes for more people than at any other time in the last 30 years in this country. I agree, there is more to do, and we will continue to add dollars to the national housing strategy, new chapters.
The next one coming is the urban, rural and northern indigenous housing program for indigenous by indigenous. We are building on the report from the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities, we are building with the housing advisory council and we are building with indigenous housing providers to deliver on that commitment, and we will.
Until we have every Canadian housed, we are open to criticism. All governments will be open to criticism. Until we solve this housing crisis, there will be work to be done. I hope that all parliamentarians will join me in supporting the initiatives we presented in budget 2021.
I hope the Conservatives can reverse course and start voting for things like a tax on vacant and foreign-owned homes. I hope they can support our measures around benefits for home ownership. I hope they can support the rapid housing investment of $1.5 billion, the rapid housing 2.0 that I spoke of, to deliver even more housing to the most vulnerable Canadians.
I hope they can find it in their hearts to start supporting the investments we are making on reserves and with the distinctions-based programs with the Métis council, the ITK, AFN and partner indigenous governments.
I hope they can support the movements we have made around investing in repairs, boosting the Canada housing benefit and targeting in particular women escaping domestic violence, because we know how hard women in that sector have it when they look for housing with their kids, coming out of a very dangerous and precarious place.
I hope they can support more than doubling the investments we are making in Reaching Home, and now the half-billion-dollar annual investments.
I hope they can reverse the policy they used to have, which forbade federal funds to support young teenagers who are homeless. They actually had a policy, which was one of the most mind-blowing policies any government has ever produced around housing. The Conservative government under Stephen Harper had a policy that if a young person was homeless on the street, they had to stay homeless for six months before federal dollars could support them getting into permanent housing.
Imagine taking the most vulnerable kids in this country and punishing them for six months for running away from home. At the time, the minister said they did not want to incent young people to run away from home. People run away from home to live on the street because they are escaping an even more precarious and dangerous situation. Instead of finding a way to house young people, the Conservative government actually, by policy, left those kids on the street for six months before it would allow Reaching Home dollars to support them with rent supplements.
Policy after policy after policy in the Conservative playbook did nothing for the hardest to house in this country. As I said, when I covered my last story as a reporter, I was so infuriated by the Conservatives' approach to housing that I left journalism and entered politics at the local level. When I saw no progress being made in Ottawa at all, I left city council and ran federally to re-establish leadership on this file. I am very proud of the response that the Prime Minister and cabinet have had. I am very proud of the work our caucus has done. I am very proud of the work of a lot of opposition members who have housing projects in their community.
To pretend that we have done nothing is just political spin. To demand we do more is the demand we hear every day from our constituents and the people we represent. We are with them on that path to do more and do better, because more is possible; better is always possible. There is more to do. There is more to come, and we will not rest until the right to housing is realized by all Canadians, regardless of which choice they want to make, to rent or to own. Whichever part of the country they choose to live in, we have a responsibility as the federal government to create a housing system that meets their needs.
Our national housing strategy, now at $72 billion, does exactly that. We will work with our partner orders of government, indigenous, municipal, provincial and territorial, to deliver on these commitments. We are not done yet, but it is getting better. As it gets better, I hope the opposition parties can join us in pushing even more housing through the budget process, even more housing through the approval process, and get Canadians the housing they rightfully deserve.
Madame la Présidente, je viens de m’entretenir avec une conseillère municipale de London des répercussions de la tragédie des derniers jours sur sa communauté et sur la ville de London. Je pense aussi aux membres de ma propre circonscription, aux trajets qu’ils font à pied vers la mosquée et à ce que cela représente ces jours-ci. J’aimerais ajouter moi aussi ma voix au chœur qui nous appelle, comme Canadiens, à mieux lutter contre le racisme et l’islamophobie. C'est un enjeu qui me tient particulièrement à cœur, mais pour le moment, je vais me concentrer sur le logement.
J’ai souvent pris la parole dans cette enceinte pour dire que chaque fois que la Chambre des communes parle de logement, c’est une bonne journée. Personne ne trouvera jamais un député qui lutte plus fort pour plus de logements abordables, que ce soit pour louer ou pour acheter. Il s’agit d’un droit humain fondamental et je suis très fier de faire partie d’un gouvernement qui a inscrit le droit au logement dans une stratégie nationale sur le logement, qui a fait renaître un leadership fédéral qui avait commencé à disparaître à la fin des années 1980 et qui a été dévasté par les compressions du début des années 1990. Je suis très fier de faire partie d’un gouvernement qui a donné un coup de barre. Je suis très fier que mon parti ait fait du logement une responsabilité fédérale et qu’il ait investi près de 72 milliards de dollars de plus, si l’on inclut certains investissements pour les Autochtones, pour changer la donne dans le domaine du logement au pays.
Les conservateurs parleront de solutions axées sur le marché et les néo-démocrates parleront de logement social, mais mon parti parlera des deux. Le Bloc peut penser qu’il s’agit exclusivement d’une responsabilité fédérale, mais le fait est que le logement des Canadiens et le respect de leurs droits fondamentaux sont la responsabilité de tous les gouvernements. Qu’il s’agisse d’un gouvernement autochtone, d’une administration municipale, d’un gouvernement provincial ou d’un gouvernement fédéral, nous devons tous nous attaquer ensemble à cette crise du logement, nous devons tous mettre fin ensemble à l’itinérance et nous devons tous nous assurer que les Canadiens disposent d’un système de logement qui répond à leurs besoins et qui facilite leur choix d'être locataires ou propriétaires.
Le gouvernement a fait des investissements historiques. Pensons seulement à l’Initiative pour la création rapide de logements, dans laquelle nous avons investi 1 milliard de dollars au cours des six derniers mois, qui a permis de créer 4 777 logements pour des sans-abri. Ce milliard de dollars a fait plus en six mois que ce que les conservateurs de Harper ont fait en huit ans. Nous avons ajouté 1,5 milliard de dollars à ce programme et nous espérons obtenir des résultats encore plus remarquables.
Ce qui est aussi incroyable, c'est qu’au fur et à mesure que nous nous orientons vers une stratégie de logement dirigée par les Autochtones en milieu urbain, rural et nordique et que nous exécutons ce programme, tout en travaillant très fort avec les fournisseurs de logements pour les Autochtones afin de réaliser le financement et ce programme, près d’un tiers des logements qui ont été livrés dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements l’ont été à des fournisseurs de logements autochtones en milieu urbain, rural et nordique. L’investissement le plus important dans l’histoire des Territoires du Nord-Ouest s’inscrivait dans cette annonce, tandis que pour les programmes et les projets que nous n’avons pas pu financer par l’entremise de l’Initiative pour la création rapide de logements, nous avons utilisé le fonds de co-investissement.
Permettez-moi de vous aider à comprendre exactement le fonctionnement de la Stratégie nationale sur le logement et tout le travail qu’il reste à faire. Comme je l’ai dit, je souscrirai toujours à un appel à plus d’action, plus d’investissements et plus de réflexions sur cette question. La Stratégie nationale sur le logement aborde chaque composante du spectre du logement, des sans-abri aux personnes dont les besoins coûteux nécessitent des subventions importantes pour se loger. Nous devons également nous assurer que les personnes qui occupent un logement locatif sont protégées dans cet espace, qu’elles peuvent se permettre de louer leur logement et d’économiser pour acheter une maison, si c’est leur choix. Nous devons aussi faciliter l'accès à la propriété aux nouveaux acheteurs, afin que les gens puissent se tailler une place sur le marché de l’habitation et dans le système du logement de ce pays.
Par contre, nous devons aussi veiller à ce que le marché soit stable. Je n’ai aucun intérêt à protéger les capitaux spéculatifs qui sont créés dans le secteur de l’habitation, ce n’est pas mon objectif, mais nous devons nous assurer que lorsque des gens achètent une maison, le marché ne s’effondre pas autour d’eux et n’érode pas le capital qu’ils ont investi pour l’acquérir. Nous devons protéger le marché de l’habitation tout en offrant des solutions de logement social, en veillant à mettre fin à l’itinérance chronique au Canada et en composant avec les différentes dynamiques régionales, urbaines, rurales et nordiques qui empêchent tant de gens dans ce pays de trouver un logement sûr, sécuritaire et abordable.
La Stratégie nationale sur le logement, un programme de 72 milliards de dollars, aborde toutes ces questions, de l’offre à l’entretien en passant par les subventions et les logements supervisés. Il s’agit d’une stratégie globale dont je suis très fier, mais elle repose sur près de 50 ans de politique du logement dans ce pays. En fait, si nous remontons aussi loin qu'aux années 1800, nous verrons que l’Ouest a été colonisé avec des offres d’habitations gratuites. La politique fédérale a toujours consisté à assurer la croissance de ce pays par des investissements massifs dans l’habitation.
Qu’a accompli la Stratégie nationale sur le logement? Examinons certaines des réalisations et le plan qui a été présenté en 2017. Il s’agissait d’un plan de 40 milliards de dollars, mais dans chaque budget, nous avons ajouté des fonds pour accroître l’offre afin d’offrir plus d’options et plus de choix aux Canadiens.
Si nous examinons certains des bilans extraordinaires, l’un d’entre eux vise à construire de nouveau des logements destinés expressément à la location au Canada. Comme l’a souligné notre collègue qui a présenté la motion, nous avons investi près de 25 milliards de dollars dans des mesures de soutien pour la construction de nouveaux logements locatifs.
Lorsque j’étais conseiller municipal à Toronto, nous construisions moins de 60 logements locatifs en 10 ans. Dans ma circonscription seulement, on construit actuellement 2 400 logements. Juste en face, dans la nouvelle circonscription de Toronto-Centre, on construit des logements locatifs en partenariat avec le secteur privé. Ce n’est qu’un début, car nous avons ajouté des fonds pour construire de nouveaux logements abordables permanents. Nous mettons sur pied un important programme avec un groupe autochtone de Vancouver, le conseil tribal des Musgamagw, qui bénéficie également du soutien du gouvernement. Pourquoi? Parce que nous avons un programme axé sur les logements locatifs.
C’est un élément de la stratégie, mais il y a aussi le fonds de co-investissement. Le leader parlementaire du NPD à la Chambre a ridiculisé le fonds de co-investissement. Il a dit que nous ne devrions pas nous concentrer sur la réparation des logements. J’ai assisté à une annonce sur le logement à Burnaby, où nous sommes intervenus afin de réparer un groupe de logements coopératifs. Si nous n’étions pas intervenus, ce programme aurait perdu des logements. Nous aurions perdu des logements abordables justement là où nous en avions besoin.
Le fonds de co-investissement fournit du financement pour lancer des projets. Il prévoit des fonds pour réparer les logements sociaux et les logements de l’État. Il comprend un transfert de 1,3 milliard de dollars à la Ville de Toronto pour régler l’arriéré des réparations de la Société de logement communautaire de Toronto. Ce protocole de financement est maintenant aussi en vigueur à Hamilton, qui s’attaque à son arriéré de financement. On l’applique aussi à Victoria. Avant l’éclosion de la COVID, la Ville de Victoria était sur le point de régler ses problèmes d’itinérance, mais elle s’est heurtée à quelques obstacles. Grâce au fonds de co-investissement, nous avons pu lui fournir des centaines et des centaines de logements. J’ai assisté à l’ouverture de ces logements avec la mairesse Helps, et j’ai admiré l’extraordinaire créativité dont on a fait preuve dans la construction de ces logements.
Les objectifs et les fonds qui arrivent sont importants. Il y a aussi l’Initiative pour la création rapide de logements, à laquelle est associé le programme Vers un chez-soi. Ce programme, qui a été lancé sous le nom de Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance par un gouvernement libéral dans les années 1990 et qui n'a aucunement été modifié par les conservateurs en huit ans au pouvoir, a non seulement été doublé dans notre premier budget en 2015, mais il est maintenant financé à hauteur d'un demi-milliard de dollars par année.
Si nous comparons cela avec ce que proposent les députés néo-démocrates, nous constatons que, lors de la campagne électorale de 2015, ils promettaient une injection ponctuelle de 60 millions de dollars dans la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance, rien de plus. Non seulement nous avons doublé cet investissement immédiatement, mais au début de la pandémie, nous l’avons encore doublé, et en doublant le financement du programme Vers un chez-soi, nous le porterons à près de 400 à 500 millions de dollars par année dans les trois prochaines années. Nous l’avons fait pour nous rapprocher de l’objectif, qui est de mettre fin à l’itinérance chronique.
Par ailleurs, notre stratégie nationale sur le logement, et c’est digne de mention, a rétabli les ententes de financement et les subventions au logement coopératif dans tout le pays. Elles devaient expirer. Si nous n’avions rien fait, si nous n’étions pas arrivés au pouvoir en 2015, le gouvernement fédéral consacrerait moins de 1 milliard de dollars par année au logement à l’heure actuelle. Telle était la trajectoire des conservateurs en matière de logement social.
Non seulement nous avons investi 72 milliards de dollars dans la construction et la réparation, mais les subventions que nous avons mises en place rendent le logement encore plus abordable. Par exemple, nous réinvestissons dans les coopératives dont les ententes ont expiré. Les subventions aux loyers proportionnés au revenu ont été rétablies, pas seulement pour les coopératives qui sont encore dans le système, mais aussi pour celles dont les ententes ont expiré pendant que les conservateurs étaient au pouvoir. Nous les avons réintégrées. Le budget de cette année termine ce travail et réunit tout le secteur des coopératives dans un programme unifié pour la toute première fois dans l’histoire du pays. Au lieu d’expirer du jour au lendemain, ces ententes sont maintenant inscrites sur un calendrier en vertu de la mesure législative sur la Stratégie nationale sur le logement. Cette entente doit être renouvelée avant d’expirer en 2027. Nous soutenons entièrement le secteur des coopératives et nous commençons à construire. En fait, je viens de recevoir un texto de la Co-op Housing Federation of Toronto qui m’annonce que la SCHL vient d’avancer les fonds de démarrage pour une nouvelle coopérative et qui me remercie.
Nous sommes maintenant en mesure de construire et d’agrandir le secteur des coopératives parce que c’est exactement ce que prévoyait la Stratégie nationale sur le logement. Nous avons cédé des terrains fédéraux et nous en céderons d’autres lorsque nous le pourrons pour les programmes de logement. À Ottawa, par exemple, de nouveaux logements sont construits sur des terrains fédéraux avec un soutien fédéral afin de réaliser les aspirations en matière de logement de la ville d’Ottawa et de la région d’Ottawa-Carleton.
Partout où nous allons dans le pays, nous voyons des changements s'opérer. Est ce suffisant? Bien sûr que non. Aussi longtemps que des personnes dormiront dans des tentes, dans des ravins et au bord de rivières, aussi longtemps que nous aurons des refuges pour itinérants encore remplis de personnes sans logement, il y aura du travail à faire.
Le gouvernement a entrepris de corriger ce qui a été, à mon avis, la plus grande erreur jamais commise par un gouvernement libéral, à savoir l’annulation des programmes nationaux de logement au début des années 1990. Il a réinvesti et ramené une politique solide, cohérente et complète qui fait avancer les choses dans la bonne direction sur tous les fronts en ce qui a trait au logement.
Cependant, la motion dont nous sommes saisis ne porte pas sur les investissements que nous avons faits dans le logement social. Elle porte sur la façon dont nous aidons les premiers acheteurs à réaliser leur rêve d’accéder à la propriété. Nous avons imposé une taxe sur les spéculateurs étrangers, nous avons instauré de nouvelles règles sur la propriété effective afin que soit divulgué qui se cache derrière certaines opérations immobilières très douteuses, et nous avons mis en place une convention de partage du capital pour les acheteurs d’une première maison. Pour la première fois, la SCHL commence à modeler ses programmes en fonction des marchés de l’habitation régionaux et non en fonction du Canada dans son ensemble comme s’il s’agissait d’un seul grand marché de l’habitation. Nous espérons que cela encouragera encore plus de gens à devenir propriétaires.
Nous mettons aussi en œuvre de nouvelles subventions globales pour des organismes comme Habitat pour l’humanité, qui ont besoin de capitaux pour combler les besoins en logement de communautés très particulières qui ont des taux d’accession à la propriété très bas afin de les aider à accéder à la classe moyenne et à assurer leur place dans la société et l’économie canadiennes.
La subvention globale de 58 millions de dollars accordée à Habitat pour l’humanité commence à permettre la construction de maisons dans des collectivités autochtones. J’étais à Tobermory avec les Chippewas de Nawash pour les voir commencer à bâtir 19 maisons, financées par le programme d'Habitat pour l’humanité et aussi par la Stratégie nationale sur le logement.
Partout où nous allons d’un océan à l’autre, que ce soit à Nanaimo, Kelowna, Calgary, Winnipeg, Toronto ou St. John’s, nous pouvons voir à l’œuvre des fonds de la Stratégie nationale sur le logement. Est-ce suffisant? Non. Tant que la crise du logement durera, nous aurons du travail à faire et nous devrons investir davantage.
Je peux dire toutefois qu’un retour à l’époque des conservateurs, avec un premier ministre qui ne veut pas toucher à la politique du logement et avec un parti qui pense qu’il s’agit simplement d’une question d’offre, mais seulement d’offre dans le secteur privé et seulement pour les acheteurs d’une première maison, ne fonctionnera pas. Si nous laissons la financiarisation prendre de plus en plus de place et si nous n’aidons pas nos gouvernements partenaires à fournir des logements, nous ne réglerons tout simplement pas cette crise.
Le programme de 72 milliards de dollars fait avancer chacun des éléments du continuum du logement, et nous trouvons de nouvelles façons de le faire de manière novatrice, qu’il s’agisse de logements modulaires, de maisons transportées par barge jusqu’à Iqaluit ou de la rénovation de logements grâce à des prêts pour l’écologisation de notre parc immobilier, la mise à niveau du rendement énergétique et l’amélioration de l’habitabilité. Nous prenons aussi des mesures, comme l’obligation de dépasser la norme d’efficacité énergétique dans les nouvelles constructions pour le logement social.
Pour la toute première fois, nous exigeons aussi que la conception universelle soit une caractéristique de toutes les nouvelles constructions à hauteur de 20 %. Nous fournissons également des fonds pour rénover les anciens immeubles afin de les rendre plus accessibles aux personnes handicapées. Nous veillons aussi, lorsque nous établissons des partenariats, à bloquer les niveaux de dépense des provinces de sorte que lorsque les fonds fédéraux arrivent à la porte d’entrée, les gouvernements provinciaux ne peuvent pas les faire sortir par la porte de derrière et simplement faire du surplace.
Nous travaillons aussi avec nos fonds d’infrastructure pour nous assurer que les investissements dans le transport en commun ont un effet positif sur la construction de logements sociaux, et nous lions les objectifs de logement social à nos investissements dans l’infrastructure pour garantir que lorsque nous investissons et créons des collectivités fortes, nous créons des collectivités pour tous. Cela non plus ne s’inscrit pas dans la Stratégie nationale sur le logement, mais dans l’approche du gouvernement en matière de logement qui vise à faire en sorte que tous les Canadiens puissent se loger et que leurs choix se concrétisent.
Je suis conscient que l’année a été très difficile pour les Canadiens sur le marché de l’habitation et je suis conscient que certaines idées dont parlent les conservateurs exigent plus d’action de la part du gouvernement. Je le comprends, mais il est faux de dire que nous n’avons rien fait. Il est également faux de dire que nous n’avons pas misé sur tous les éléments du continuum du logement. Dire que ce n’est qu’une question de logement social, de marché du logement ou d’offre revient à simplifier à l’extrême un enjeu très complexe.
Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui a rétabli le leadership en matière de logement fédéral. Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui construit plus de logements coopératifs, plus de logements locatifs et plus de maisons pour plus de gens que jamais au cours des 30 dernières années au Canada. Il faut faire plus, j’en conviens, et nous continuerons à ajouter des fonds et de nouveaux chapitres à la Stratégie nationale sur le logement.
Le prochain chapitre est le programme de logement en milieu urbain, rural et nordique pour les Autochtones et par les Autochtones. Nous nous appuyons sur le rapport du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, nous collaborons avec le Conseil consultatif sur le logement et nous collaborons avec les fournisseurs de logements autochtones pour donner suite à cet engagement, et nous le ferons.
Tant que nous n’aurons pas trouvé un logement à tous les Canadiens, nous serons exposés aux critiques. Tous les gouvernements seront dans cette situation. Tant que nous n’aurons pas réglé cette crise du logement, il y aura du travail à faire. J’espère que tous les parlementaires se joindront à moi pour appuyer les initiatives en ce sens que nous avons présentées dans le budget de 2021.
J’espère que les conservateurs pourront faire marche arrière et commencer à voter pour des mesures comme l’imposition d’une taxe sur les logements vacants appartenant à des intérêts étrangers. J’espère qu’ils appuieront nos mesures concernant l’incitatif pour l’accès à la propriété. J’espère qu’ils appuieront l’investissement de 1,5 milliard de dollars pour la création rapide de logements, la version 2.0 dont j’ai parlé, afin d’offrir encore plus de logements aux Canadiens les plus vulnérables.
J’espère qu’ils auront le cœur de commencer à appuyer les investissements que nous faisons dans les réserves et les programmes qui tiennent compte des particularités avec le conseil des Métis, l’ITK, l’Assemblée des Premières Nations et les gouvernements autochtones partenaires.
J’espère qu’ils appuieront les mesures que nous avons prises pour investir dans les réparations et pour augmenter l’Allocation canadienne pour le logement, une mesure qui cible tout particulièrement les femmes qui fuient la violence familiale, parce que nous savons à quel point ces femmes ont du mal à trouver un logement pour elles et leurs enfants, afin de se sortir d’une situation très dangereuse et précaire.
J’espère qu’ils appuieront les investissements que nous faisons dans Vers un chez-soi, qui vont plus que doubler, et les investissements annuels prévus d’un demi-milliard de dollars.
J’espère qu’ils pourront renoncer à la politique qu’ils avaient auparavant et qui interdisait le soutien des jeunes adolescents sans abri par des fonds fédéraux. Ils avaient en fait une politique, qui était l’une des plus effarantes jamais produites par un gouvernement en matière de logement. En effet, le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait pour politique que si un jeune était dans la rue, il devait rester dans cette situation pendant six mois avant de bénéficier du financement fédéral lui permettant d’obtenir un logement permanent.
Il est difficile d’imaginer que l’on punisse les enfants les plus vulnérables du pays pendant six mois parce qu’ils se sont enfuis de chez eux. À l’époque, on avait justifié cela en disant qu’on ne voulait pas inciter les jeunes à s’enfuir de chez eux. Certains s’enfuient de chez eux pour vivre dans la rue parce qu’ils fuient une situation encore plus précaire et dangereuse. Au lieu de trouver une façon de loger les jeunes, le gouvernement conservateur, au titre de sa politique, laissait des enfants dans la rue pendant six mois avant de leur verser un supplément au loyer dans le cadre de la stratégie Vers un chez-soi.
Les politiques qui se sont succédé dans le manuel des conservateurs n’ont rien fait pour aider à loger les gens pour qui cela est le plus difficile au Canada. Comme je l’ai dit dans mon dernier reportage en tant que journaliste, j’étais tellement furieux de l’approche des conservateurs en matière de logement que j’ai quitté le journalisme pour me lancer en politique municipale. Quand j’ai vu qu’aucun progrès n’était réalisé à Ottawa, j’ai quitté le conseil municipal pour me présenter aux élections fédérales, afin de contribuer au leadership dans ce dossier. Je suis très fier de la réponse du premier ministre et du Cabinet. Je suis très fier du travail accompli par notre caucus. Je suis très fier du travail de nombreux députés de l’opposition qui ont des projets de logement dans leur collectivité.
Prétendre que nous n’avons rien fait n’est que de la propagande politique. Les électeurs et les gens que nous représentons nous demandent tous les jours d’en faire plus. Nous cherchons avec eux à en faire plus et à faire mieux, parce qu’il est possible de faire plus et qu'il est toujours possible de faire mieux. Il reste encore beaucoup à faire. Ce n'est pas fini. La route est encore longue et nous ne nous arrêterons pas tant que le droit au logement de tous les Canadiens ne se sera pas concrétisé, peu importe le choix qu’ils font de louer ou d’acheter. Quelle que soit la région du pays où ils choisissent de vivre, le gouvernement fédéral a la responsabilité de créer un système de logement qui répond à leurs besoins.
C’est exactement ce que permet de faire notre Stratégie nationale sur le logement, qui se chiffre maintenant à 72 milliards de dollars. Nous travaillerons avec nos partenaires des divers ordres de gouvernement, soit les Autochtones, les municipalités, les provinces et les territoires, afin de nous acquitter de ces engagements. Nous n’avons pas encore terminé, mais la situation s’améliore. Au fur et à mesure que la situation s’améliorera, j’espère que les partis de l’opposition se joindront à nous pour réclamer encore plus de logements dans le cadre du processus budgétaire et du processus d’approbation du budget, et pour que les Canadiens obtiennent les logements qu’ils méritent à juste titre.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-07 14:28 [p.8018]
Mr. Speaker, let us talk about the Prime Minister's record on first nations children.
He was found guilty of “wilful and reckless” discrimination against indigenous kids. He has ignored 19 non-compliance orders and spent over $9 million on lawyers, yet this weekend he was saying he was not in court fighting any first nations kids. In reality, his lawyers are arguing that children who suffered reckless discrimination are not eligible for any compensation whatsoever. That is their argument. Children have died on the current government's watch.
When is the Prime Minister going to end his toxic legal war against indigenous kids?
Monsieur le Président, parlons du bilan du premier ministre en ce qui concerne les enfants des Premières Nations.
Il a été reconnu coupable d'avoir fait preuve de discrimination de façon « délibérée ou inconsidérée » envers les enfants autochtones. Il a ignoré 19 ordonnances de non-conformité et a dépensé plus de 9 millions de dollars en frais d'avocat. Pourtant, la fin de semaine dernière, il a affirmé ne mener aucune bataille juridique contre des enfants autochtones. En réalité, ses avocats font valoir que les enfants qui ont subi une discrimination inconsidérée ne sont admissibles à aucune forme d'indemnisation. C'est ce qu'ils avancent. Des enfants sont morts alors que le gouvernement actuel était au pouvoir.
Quand le premier ministre mettra-t-il fin à la guerre juridique toxique qu'il mène contre les enfants autochtones?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, let me be crystal clear. Children who have suffered discrimination at the hands of the first nations child welfare system will receive fair, equitable and just compensation.
An hon. member: You are making that up.
Monsieur le Président, je veux être bien clair. Tous les enfants qui ont été victimes de discrimination de la part du système de protection de l'enfance des Premières Nations recevront une indemnisation juste et équitable.
Une voix: C'est de la pure invention.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as the Prime Minister has said time and time again, and as this government has said time and time again, we want to be crystal clear.
Every first nations child who has suffered discrimination at the hands of the failed child welfare system will receive just, fair and equitable compensation.
Monsieur le Président, comme le premier ministre et le gouvernement l'ont dit à maintes reprises, nous voulons être bien clairs.
Tous les enfants des Premières Nations qui ont été victimes de discrimination de la part du système défaillant de protection de l'enfance recevront une indemnisation juste et équitable.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 10:25 [p.7866]
moved:
That, given that,
(i) the discovery of the grave of 215 children at Kamloops Indian Residential School has led to an outpouring of grief and anger across Canada,
(ii) the vast majority of the Truth and Reconciliation Commission's calls to action remain uncompleted, despite the clear path to justice and reconciliation that the Commission provides,
(iii) survivors, families and nations are demanding concrete action to advance real reconciliation, as opposed to just more words and symbolic gestures,
the House call on the government to:
(a) cease its belligerent and litigious approach to justice for Indigenous children by immediately dropping its appeal before the Federal Court in file numbers T-1621-19 (compensation) and T-1559-20 (Jordan's Principle for non-status First Nations kids recognized by their nations) and to recognize the government's legal obligation to fully comply with Canadian Human Rights Tribunal orders in this regard;
(b) agree to sit down with the St. Anne's residential school survivors organization Peetabeck Keway Keykaywin Association to find a just solution to the fact that survivors’ access to justice has been denied as a consequence of the actions of government lawyers in suppressing evidence at the Independent Assessment Process;
(c) accelerate the implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action, including by providing immediate funding for further investigation into the deaths and disappearances of children at residential schools in compliance with calls to action 71 to 76;
(d) provide survivors, their families, and their communities with appropriate resources to assist with the emotional, physical, spiritual, mental, and cultural trauma resulting from residential schools; and
(e) within 10 days, table a progress report on actions taken in compliance with paragraphs (a) through (d) of the present motion, and that this report be deemed to have been referred to the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs for consideration upon tabling.
He said: Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Timmins—James Bay.
I come to the House from the unceded territories of the Algonquin nation. I rise today to present our opposition day motion in this House to call on the Liberal government to do the work that it has delayed for so long.
The discovery at a former residential school in Kamloops was shocking and horrifying. It was a moment when Canadians, people across this country, came together and looked in horror at what Canada has done, and is continuing to do, to indigenous people. When 215 little kids, indigenous children, were found buried at that school, Canadians were shocked. They were shocked because this was clearly not a school. This was clearly not a place of education. This was an institution designed, clearly, to eliminate indigenous people.
In this moment, Canadians across the country have participated in memorials, placing children's shoes at various places, to reflect on what this means. What does it mean that 215 children were buried without letting their families know, that these children were stripped from their parents, stripped of their language, their identity, their sense of self, taken to an institution and then killed there? What does this leave in terms of a legacy? What does this mean about Canada? What does this mean about our country?
People are asking these questions. People are wondering how it is possible that this could happen to little kids, how this could happen to children. People are now demanding more than just condolences. The broad consensus among people is that it is not good enough for the Liberal government to just express sadness and grieving. This is an opportunity, a moment that demands action and justice. The only response to this horrific discovery is a commitment to justice today.
What I find incredibly hypocritical and, more important than me, what indigenous people and people across Canada find hypocritical is that on the one hand we have a Prime Minister who could stand in this House and at a press conference and say that he is sorry or express condolences about this horrific discovery, but in the very same breath be ordering lawyers to fight indigenous kids in court.
It is not just fighting these kids in court. These kids were the subject matter of a Canadian Human Rights Tribunal hearing, and that tribunal made very clear orders on the government, stating that they were clearly unjustly denied equal funding, and that there needs to be a remedy. The government is not just fighting indigenous kids in court; it is fighting a human rights tribunal decision that states that these kids deserve equal funding.
How hypocritical is it? How flagrant is this denial of justice, when on the one hand the Prime Minister and the Liberal government claim to care about indigenous kids who lost their lives in a residential school and in the same breath are fighting them in court? On top of that, this very same Prime Minister and the Liberal government are fighting residential school survivors in court.
People ask the questions, “What can we do? What can we do to move forward on reconciliation? What can we do to move forward to achieve justice for indigenous people?” One very concrete, clear step would be for the government to stop fighting indigenous people in court. That is a concrete step that it could take right now.
What has become very clear is that symbolic gestures are not good enough. We need concrete action.
I rise in the House to ask the Liberal government to do the work it has put off for far too long.
The discovery of 215 children buried at the site of the Kamloops residential school shocked the country. Families, indigenous communities and people all over the country are mourning the loss of these children.
This discovery is further proof of genocidal acts in Canada. Residential schools were designed to kill indigenous people, to kill the Indian in the child, and to take away their language, culture, traditions and, ultimately, their lives.
The survivors, families and nations demand that beyond the symbolic gestures, concrete measures be taken to move toward meaningful reconciliation.
What happened and what is happening to indigenous people can be described by no other word than one of the harshest: It is a genocide. It is clear. All of the elements of a genocide are present. The actions taken by the Canadian government have been designed to destroy a people, to eliminate a people.
In light of this discovery, in light of this clear decision by Canada to eliminate a people, the Truth and Reconciliation Commission lays out a path to justice, a real path to justice, a path that the Prime Minister committed to implementing entirely. Six years of Liberal government, six years of the Prime Minister being in power, and only a fraction of those 94 calls to action have been implemented. That is simply wrong.
We know that the government is delaying, because we see the difference in action, in priority, when the Liberals care about something. When they want something to happen, they move quickly. We saw the government move incredibly quickly, incredibly fast to deliver financial backing for banks at the beginning of this pandemic right away. There was no question, no hesitation. Massive sums of money were used to back up banks immediately without any hesitation. Where was that same commitment to indigenous people?
Commitments were made by the Prime Minister in 2015, and six years later, a fraction of those calls to action were implemented. On top of that, what people find very cynical is that while in 2019 a promise was made to ensure that any indigenous community that needed financial support for closure, to search for additional burial sites, would receive funding, two years later, nothing happened until this horrible discovery, and then the government decided to act. While it is important to act, it makes people feel very cynical about a government that makes a promise two years ago and does nothing until it is pressured by this horrific discovery.
I want to lay out, in my remaining minute and a half, what we are asking for. We are asking for the government to take concrete steps, not symbolic gestures, real steps: end the legal battles against children who are simply entitled to basic human rights and dignity, end the legal battles against survivors of residential schools, put in place an accelerated plan to deliver action on all 94 calls to action. We want to see priority given to those. We want to see supports for people who are survivors of residential schools and their communities. We want to see a progress report tabled within 10 days to see that the government is actually following up.
What we saw in Kamloops, which has shocked this entire country and left people reeling, is something that should be a moment for us to take action. It is not enough to lower the flags at half-mast. It is not enough to express condolences when the government has the power to act. In this case, action means justice for indigenous people. We have laid out the course for immediate action to walk that path.
propose:
Que, étant donné que,
(i) la découverte des restes de 215 enfants sur le site d’un pensionnant autochtone à Kamloops a provoqué un élan de chagrin et de colère dans tout le Canada,
(ii) la grande majorité des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation sont restés lettre morte, malgré la voie vers la justice et la réconciliation que la Commission a clairement tracée,
(iii) les survivants, les familles et les nations exigent qu’au-delà des mots et des gestes symboliques, des actions concrètes soient posées pour avancer vers une véritable réconciliation,
la Chambre demande au gouvernement:
a) de mettre fin à son approche belliqueuse et conflictuelle à l’égard de la justice pour les enfants autochtones en abandonnant immédiatement son appel devant la Cour fédérale dans les dossiers T-1621-19 (indemnisation) et T-1559-20 (principe de Jordan pour les enfants des Premières Nations non inscrits et reconnus par leurs nations) et de reconnaître que le gouvernement a l’obligation juridique de se conformer pleinement aux ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne en la matière;
b) d’accepter de rencontrer les représentants de l’Association Peetabeck Keway Keykaywin, qui regroupe des survivants du pensionnat indien de St. Anne, afin de trouver une solution équitable au fait que ces survivants n’ont pas eu accès à la justice en raison des actions des avocats du gouvernement, qui ont supprimé des preuves lors du Processus d’évaluation indépendant;
c) d’accélérer la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, y compris en finançant immédiatement la réalisation d’enquêtes plus poussées sur les décès et les disparitions d’enfants survenus dans les pensionnats, comme le préconisent les appels à l’action 71 à 76;
d) de fournir aux survivants, à leurs familles et à leurs communautés les ressources appropriées pour les aider à surmonter les traumatismes émotionnels, physiques, spirituels, mentaux et culturels causés par les pensionnats;
e) de déposer, dans un délai de 10 jours, un rapport d'étape sur les mesures prises pour donner suite aux paragraphes a) à d) de la présente motion, et que le rapport soit réputé avoir été renvoyé au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord pour examen au moment de son dépôt.
— Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Timmins—Baie James.
Je prends la parole à la Chambre depuis les territoires non cédés de la nation algonquine pour présenter à la Chambre notre motion de l'opposition visant à demander au gouvernement libéral de faire le travail qu'il reporte depuis très longtemps.
La découverte qui a été faite à un ancien pensionnat de Kamloops a été choquante et horrifiante. À cette occasion, les Canadiens d'un bout à l'autre du pays se sont unis et ont regardé avec horreur ce que le Canada a fait et continue de faire aux peuples autochtones. Lorsque les restes de 215 petits enfants autochtones ont été retrouvés enterrés à ce pensionnat, les Canadiens ont été choqués. Ils ont été choqués parce qu'il ne s'agissait clairement pas d'un pensionnat au sens scolaire du mot. Ce n'était clairement pas un lieu d'éducation. De toute évidence, c'était un établissement conçu pour éliminer les Autochtones.
Des Canadiens de partout au pays participent ces jours-ci à des cérémonies commémoratives et placent des chaussures d'enfants à divers endroits pour inciter les gens à réfléchir à ce que la situation signifie. Qu'est-ce que cela signifie que 215 enfants aient été enterrés sans que leur famille le sache, qu'ils aient été arrachés à leurs parents et privés de leur langue et de leur identité, qu'ils aient perdu toute estime d'eux-mêmes et qu'ils aient été puis emmenés dans un établissement où ils ont été tués? Quelle sorte de legs est-ce? Quelle conclusion faut-il en tirer à propos du Canada? Quel constat devons-nous faire concernant notre pays ?
Ce sont des questions que les gens se posent. Ils se demandent comment cela a pu arriver à des enfants. Aujourd’hui, ils veulent plus que de simples condoléances. Ils estiment que le gouvernement libéral a certes exprimé sa tristesse et sa douleur, mais que ce n’est pas suffisant. Une telle tragédie exige de l’action et de la justice. La seule réponse possible à cette horrible découverte est de s’engager pour que justice soit faite.
Ce que je trouve incroyablement hypocrite, non seulement moi, mais surtout les peuples autochtones du Canada, c’est que, d’un côté, le premier ministre est capable d’exprimer ses condoléances pour cette tragédie, dans cette Chambre et à une conférence de presse, et, en même temps, d’ordonner à ses avocats de poursuivre des jeunes Autochtones devant les tribunaux.
Et ce n’est pas seulement la question de poursuivre des jeunes devant les tribunaux, car il faut savoir que ces jeunes ont comparu devant le Tribunal canadien des droits de la personne, lequel a dit clairement au gouvernement qu’ils avaient été injustement privés d’un financement équivalent et qu’on leur devait un dédommagement. Autrement dit, le gouvernement ne se contente pas de poursuivre des jeunes Autochtones devant les tribunaux, il conteste également la décision d’un tribunal des droits de la personne qui reconnaît que ces jeunes ont droit à un financement équivalent.
Quelle hypocrisie! On assiste à un véritable déni de justice lorsque le premier ministre et le gouvernement libéral prétendent montrer de l’empathie pour des enfants qui sont morts dans un pensionnat alors que, dans le même temps, ils poursuivent d’autres jeunes Autochtones devant les tribunaux. Pour couronner le tout, le premier ministre et le gouvernement libéral poursuivent des survivants des pensionnats devant les tribunaux.
Les gens se posent des questions: « Que pouvons-nous faire? Que pouvons-nous faire pour faciliter la réconciliation? Que pouvons-nous faire pour que justice soit rendue aux peuples autochtones? » Une première mesure, très concrète, consisterait, pour le gouvernement, à mettre fin aux poursuites qu’il a intentées contre des Autochtones. Ce serait une mesure très concrète, qu’il peut prendre immédiatement.
Ce qui est parfaitement clair aujourd’hui, c’est que les gestes symboliques ne suffisent plus. Nous avons besoin d’actions concrètes.
Je me lève à la Chambre pour demander au gouvernement libéral de faire le travail qu'il repousse depuis trop longtemps.
La découverte de 215 enfants enterrés au pensionnat autochtone de Kamloops a bouleversé le pays. Les familles, les communautés autochtones et les gens de partout au pays pleurent la perte de ces enfants.
Cette découverte est une autre preuve des actes génocidaires du Canada. Les pensionnats autochtones étaient conçus pour tuer les peuples autochtones, pour tuer l'Indien dans l'enfant et pour leur enlever leur langue, leur culture, leurs traditions et leur vie.
Les survivants, les familles et les nations exigent que, au-delà des gestes symboliques, des gestes concrets soient faits en vue d'avancer vers une véritable réconciliation.
Ce qui s’est passé et qui continue de se passer n’est rien d’autre qu’un génocide, il faut appeler les choses par leur nom. Tous les éléments qui caractérisent un génocide sont réunis. Les mesures prises par le gouvernement canadien visaient à détruire un peuple, à l’éliminer.
À la lumière de cette découverte, à la lumière de la décision du Canada d’éliminer un peuple, la Commission de vérité et réconciliation a proposé des recommandations pour rendre justice à la communauté autochtone, recommandations que le premier ministre s’est engagé à appliquer dans leur intégralité. Depuis six ans que les libéraux et le premier ministre sont au pouvoir, seulement une fraction de ces 94 appels à l’action ont été mis en œuvre. C’est inadmissible.
Nous voyons bien que le gouvernement fait délibérément traîner les choses, car lorsqu’il veut mettre en place un programme auquel il tient, il le fait sans tarder. Par exemple, il est intervenu incroyablement vite pour octroyer une aide financière aux banques, au début de la pandémie. Il ne s’est pas posé de questions, il n’a pas hésité une seconde. Il a ainsi débloqué des sommes d’argent considérables pour renflouer les banques, il n’a pas hésité une seconde. Pourquoi n’affiche-t-il pas le même volontarisme à l’égard des Autochtones?
En 2015, le premier ministre a pris des engagements, mais, six ans plus tard, seulement une fraction des appels à l’action ont été mis en œuvre. De surcroît, ce que les gens trouvent particulièrement cynique, c’est qu’en 2019, il a promis une aide financière aux communautés autochtones pour rechercher d’autres lieux de sépulture et ainsi faire leur deuil, mais que, deux ans plus tard, rien n’avait été fait jusqu’à cette horrible découverte. Ce n’est qu’à ce moment-là que le gouvernement a décidé d’agir. Certes, il est important d’agir, mais les gens ne peuvent s’empêcher d’être cyniques lorsqu’ils voient qu’une promesse faite par le gouvernement il y a deux ans n’a été suivie d’aucun effet, jusqu’à cette horrible découverte, qui l’a poussé à agir.
Pendant la minute et demie qu’il me reste, je vais résumer ce que nous demandons dans cette motion. Nous demandons que le gouvernement prenne des mesures concrètes, et qu’il ne se contente pas de gestes symboliques, pour: mettre fin aux poursuites intentées contre des jeunes qui ont droit au respect de leurs droits fondamentaux et de leur dignité; mettre un terme aux poursuites intentées contre des survivants des pensionnats; et accélérer la mise en œuvre de la totalité des 94 appels à l’action. Ce sont là nos priorités. Nous voulons que des aides soient consenties aux survivants des pensionnats et à leurs communautés. Nous voulons qu’un rapport d’étape soit présenté dans les 10 jours, pour être sûrs que le gouvernement y donne suite.
Ce que nous venons de découvrir à Kamloops, qui a choqué toute la population de notre pays, devrait nous pousser à prendre des mesures. Il ne suffit pas de mettre les drapeaux en berne. Il ne suffit pas d’exprimer ses condoléances quand, en tant que gouvernement, on a le pouvoir d’intervenir. Dans ce cas, action signifie justice pour les Autochtones. Nous avons dit quelles mesures il fallait prendre immédiatement pour atteindre cet objectif.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank the leader of the NDP for bringing forward this motion today so we can have a very important discussion about a very important topic.
Admittedly, I do not know the intricacies of the legal dispute that is going on. I am not aware of what those are exactly. I note that the member did not reference them in his speech. I would like to understand what the legal challenge is that the member is essentially asking to be dropped. I am wondering if he could inform the House.
Monsieur le Président, je remercie le chef du NPD de présenter cette motion aujourd'hui afin que nous puissions tenir une discussion très importante sur un sujet très important.
Je dois admettre que je ne suis pas au courant des détails du litige dont parle le chef du NPD. Je n'ai pas été informé de ce dossier en particulier. Je ferais remarquer à la Chambre que le député n'a pas donné de détails sur ce litige dans son discours. J'aimerais comprendre ce que le gouvernement devrait cesser de contester devant les tribunaux, selon le député. Pourrait-il en informer la Chambre?
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 10:36 [p.7868]
Mr. Speaker, the Canadian Human Rights Tribunal, one of the pre-eminent reputable bodies in this country, lays out a path for what human rights are and how those decisions are made.
The Canadian Human Rights Tribunal made a number of decisions that clearly stated that Canada was not equally funding indigenous children and that the government should comply with the ruling of the Canadian Human Rights Tribunal. Instead of complying with that order, the Liberal government and this Prime Minister are fighting those kids, those who were denied equal funding, in court.
There is currently a court date set in two weeks. The Prime Minister has given orders to the government lawyers to fight these children in court. We are asking the Prime Minister to call off those lawyers and stop fighting those kids in court.
Monsieur le Président, le Tribunal canadien des droits de la personne, l'une des institutions les plus réputées de notre pays, nous indique la voie à suivre pour ce qui est des droits de la personne et nous explique comment ces décisions sont prises.
Le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu un certain nombre de décisions qui stipulent clairement que le Canada n'a pas financé équitablement les services aux enfants autochtones et qu'il doit respecter les décisions du Tribunal canadien des droits de la personne. Au lieu de se conformer à ces décisions, le gouvernement libéral et le premier ministre les contestent devant les tribunaux et refusent à ces enfants un financement équitable.
Une date d'audience est déjà fixée et elle aura lieu dans deux semaines. Le premier ministre a ordonné aux avocats du gouvernement de se battre contre ces enfants devant les tribunaux. Nous demandons au premier ministre de renoncer à cette contestation judiciaire et d'arrêter de s'en prendre aux enfants autochtones.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-03 10:37 [p.7868]
Mr. Speaker, clearly this is an important supply day motion, and we will be voting for it, of course. This is completely consistent with what our party has been calling for as well.
The timing today is certainly momentous. We are on the anniversary date of the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls and only a few days out from the sixth anniversary of the tabling of the report from the Truth and Reconciliation Commission, so I thank my hon. colleague for bringing this forward.
I would put to my hon. colleague, if he would agree that, as my own MLA, who is the Green MLA for Saanich North and the Islands, Adam Olsen, said in the B.C. legislature, the reason we have not acted is that, in this country, as horrible as it is to recognize it, “some children matter less.”
I ask the hon. member if he agrees.
Monsieur le Président, c’est assurément une importante motion de l’opposition, et nous entendons bien sûr voter en sa faveur. Elle est tout à fait conforme à ce que notre parti réclame lui aussi.
Le moment est on ne peut plus opportun. C’est la date anniversaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, et, à quelques jours près, le sixième anniversaire de la présentation du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Je remercie donc mon collègue d’avoir présenté cette motion.
Si je puis me permettre, je voudrais répéter à mon collègue ce qu’a dit mon député provincial, le député vert de Saanich North and the Islands, Adam Olsen, à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, à savoir que, si nous n’avons rien fait, c’est parce qu’au Canada, aussi horrible que cela puisse paraître, « certains enfants comptent moins que les autres ».
J’aimerais savoir si le député est d’accord avec cette déclaration.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 10:38 [p.7868]
Mr. Speaker, sadly, we can go even further and say that some lives matter less. That is the reality. That is what we are up against. That is fundamentally the inherent problem. That is why there is inherently so much injustice against indigenous people. It is because indigenous lives have mattered less in this country, and they continue to matter less.
That is why the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls delivered specific calls for justice. That is why the Truth and Reconciliation Commission made its calls to action. It has been so clear that indigenous lives have not mattered in this country. We are demanding that these lives matter, and we are demanding justice.
Monsieur le Président, on peut même dire, malheureusement, que certaines vies comptent moins que d’autres. C’est la réalité. C’est ce à quoi nous sommes confrontés. C’est le problème fondamental. C’est la raison pour laquelle il y a tant d’injustice à l’égard des Autochtones. C’est parce que les vies autochtones étaient moins importantes que les autres au pays, et que c’est un problème qui perdure.
C’est la raison pour laquelle l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a donné lieu à toute une série de recommandations. C’est la raison pour laquelle la Commission de vérité et réconciliation a proposé toute une série d’appels à l’action. Il est manifeste que les vies autochtones ont peu d'importance au Canada. Nous exigeons que cela change et nous demandons que justice soit faite.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-03 10:41 [p.7868]
Mr. Speaker, I am very proud to be here representing the people of Timmins—James Bay, which is in Treaty 9 territory.
I am also devastated to be here in the wake of the discovery of the hidden graves. Canada as a nation was stunned by the discovery, but indigenous communities were not surprised. The trauma and grief that exist in these communities are the result of systemic policies that destroyed indigenous families and children in Canada. It is a genocidal policy, and it must change.
Mass graves are something we think about when we hear of Iraq, Yugoslavia or the so-called bloodlands of eastern Europe, but we have our mass graves here in Canada, the result of the war to destroy the indigenous people. It is not a historic grievance. The government will always tell us about historic wrongs. We are talking about the unbroken line that goes on to today.
I think, coming from the Catholic faith that I grew up in, of the fact that these children were buried without dignity or names. They were not statistics; they were children. They were loved, and they deserved better from this country.
I think of John Kioki, age 14, who never came home. His family still asks me where their uncle is. Where is he? Michel Matinas, age 11, never came home, as well as Michael Sutherland, age 13. The Oblates, who ran Kamloops residential school, also ran St. Anne's residential school, and they told the RCMP that the boys went missing. People know better; they know those boys are buried out there.
I think of Charlie Hunter, age 13. The church would not send his body home. The government would not send his body home. For 37 years, his beautiful family struggled to get Charlie home, and the Canadian people, in one week, raised the money necessary to get Charlie home. It was a beautiful thing. That is what we are calling for. We have to bring the children home.
More recently, Kanina Sue Turtle was 15. Amy Owen was 13. Courtney Scott from Fort Albany first nation was 16. Tammy Keeash, age 17, died in the broken, underfunded child welfare system. Jolynn Winter was 12. Chantel Fox was 12. The government was found culpable in their deaths at the human rights tribunal because it refuses to fund Jordan's principle.
We are not talking about technical matters. We are talking about the lives of children. These children have died under the watch of the government, and children have died year after year.
We lose a child every three days across this country to the broken welfare system. They die on a Monday. They die on a Wednesday. They die on a Saturday, and nobody at the provincial or federal level notices or gives a damn, but the families notice. There is the unbroken line in this war that takes us from the bodies at Kamloops residential school to the children who are being taken from their homes today, and who disappear into the gulag of hopelessness.
Members really have to talk to people who have been through this system that exists today. It will show them just how horrific it is. We are talking about systemic discrimination, systemic underfunding and the destruction of indigenous families. There is nothing theoretical here; this is lived in the lifeblood of families.
We are here today to say we have to stop the talk and start walking the walk, so we are asking for a couple of key things. The Minister of Crown-Indigenous Relations has led a toxic legal war against the survivors of St. Anne's residential school. She has spent over $3 million fighting survivors, who could not even pay their own bus fare to come down to the hearings. What were these hearing about? They were about the fact that government lawyers suppressed the evidence of the torture, rape and killing of children at St. Anne's residential school, and the government does not want to give these survivors justice.
Here are a few other names.
Father Jules Leguerrier is being defended by this government. When the government was supposed to give over the legal documents about the crimes of Father Jules Leguerrier, it presented a one-page person of interest report, which went to the hearings, and people's cases were thrown out. We know that Department of Justice lawyers were sitting on a person of interest report that was 3,191 pages long, and they suppressed that evidence.
The Minister of Crown-Indigenous Relations needs to explain why she is defending the legacy of Father Leguerrier and not standing up for survivors such as Maria Sackanay or Edmund Metatawabin.
Father Arthur Lavoie was a notorious criminal pedophile. The government supplied the court hearings a person of interest report that was two pages long, suppressing all the dirt and evil that man did by sitting on a document of police evidence and witness testimony that was 2,472 pages long. I thank the OPP for the incredible work it did in identifying these perpetrators, but that minister is defending him today. For the Sister Anna Wesley person of interest report, they suppressed 6,804 pages.
I encourage people to read the minister's latest request for direction, or RFD, that she brought to court fighting the St. Anne's survivors. In it, she accuses Murray Sinclair, who led the Truth and Reconciliation Commission, of making her look bad, literally, because Murray Sinclair raised concerns about how the government suppressed evidence and had the St. Anne's cases thrown out.
The minister said, through her lawyers, that because Murray Sinclair told the public what was going on, he had “eroded public trust”. She also said that he had harmed survivors. That minister has no business being here. She has to leave that seat. She has lied to the people of Canada, and it cannot go on.
Let us talk about the court case of Cindy Blackstock. There were 19 non-compliance orders, and this could have been settled a long time ago when the hearings came down. The Human Rights Tribunal finally ordered the maximum compensation because it saw, and put in its findings, that this government was showing a willful and reckless disregard for the lives of the children, but the government would not negotiate and the government would not find a solution. The tribunal said that this was the worst case scenario it had seen, and it had 19 rulings against this government.
The Minister of Indigenous Services said that it would be “lazy intellectually” for him to end the court case. I am amazed at those words: “lazy intellectually”. Is that the kind of lazy that happened when poor Devon Freeman ran away from his group home outside of Hamilton? He hung from a tree for six months right across the road, and nobody went to find him. Nobody went to find this boy. That is a kind of systemic laziness, yet the minister said that he would be lazy if he ended the systemic discrimination, the willful and reckless, worst-case scenario denial of basic rights.
This is not historic discrimination. This is an ongoing and willful attack. Canada has recognized that it is not the innocent nation it thought it was. Canada has recognized that we have to do right. This is the moment, and it is up to this government to show that it is willing to do right.
It has been three years since the House called on the Catholic Church to join us on the path of reconciliation, but it is still refusing. It is still refusing to turn over the documents and refusing to pay the money it is supposed to. The Pope is still not complying with the call to apologize because of the Catholic bishops in this country who are blocking him. We know that right now the Catholic Church is not playing its part in dealing with these crimes.
However, our role in the House is to say to this federal government that it and Canada are complicit in the crimes. It has to end. We are calling on this Prime Minister to end the legal battle against the children and to respect the ruling of the Human Rights Tribunal, which is not optional. Being found guilty of systemic discrimination is not something to opt in or out of; it is a finding and a ruling to which the government must respond.
We call on the minister of Crown services to stop her toxic war with the survivors of St. Anne's. She has never, ever called the survivors. She has never offered to sit down. They do not want big money; they want justice. They want her to admit that a wrong was done.
We need to end the toxic legal wars. We have to do it for the 215 children and for all the children we lose every third day in our country.
Monsieur le Président, je suis très fier d'être ici en tant que porte-parole des gens de Timmins—Baie James, situé sur le territoire du Traité no 9.
Cependant, je suis désolé d'être ici à la suite de la découverte des tombes cachées, une découverte qui a choqué le Canada. En réalité, les communautés autochtones n'ont pas été surprises par cela. Le traumatisme et le chagrin qui existent dans les communautés sont le résultat de ces politiques systémiques qui ont détruit les familles et les enfants autochtones du Canada. C'est une politique de génocide, et cela doit changer.
Quand on parle de fosses communes, on pense à l’Irak, à la Yougoslavie ou à ces lieux de conflits sanglants qui ont secoué l’Europe de l’Est. Mais nous avons nos propres fosses communes ici au Canada, qui sont le résultat de la guerre que nous avons menée contre les peuples autochtones pour les anéantir. Il ne s’agit pas d’injustices du passé. Le gouvernement parle toujours de torts du passé. Or, c’est un problème qui perdure, encore aujourd’hui.
Moi qui ai été élevé dans la foi catholique, je pense à tous ces enfants qui ont été enterrés sans aucune dignité et dans l’anonymat le plus complet. Ce n’était pas des statistiques, c’était des enfants. Ils avaient des parents qui les aimaient, ils auraient dû être mieux traités par le Canada.
Je pense à John Kioki, qui avait 14 ans et qui n’est jamais revenu chez lui. Sa famille continue de me demander où se trouve leur oncle. Je pense à Michel Matinas, qui avait 11 ans et qui n’est jamais revenu chez lui, tout comme Michael Sutherland, qui avait 13 ans. Les oblats, qui dirigeaient le pensionnat de Kamloops, dirigeaient aussi celui de St. Anne. Ils ont simplement dit à la GRC que les enfants avaient disparu. Mais les gens savent que ces enfants sont enterrés là-bas.
Je pense à Charlie Hunter, qui avait 13 ans. L’Église a refusé de renvoyer le corps à la famille. Le gouvernement a lui aussi refusé de renvoyer le corps à la famille. Pendant 37 ans, cette famille formidable a fait des pieds et des mains pour rapatrier le corps de Charlie, et en l’espace d’une semaine, la population canadienne a réussi à lever les fonds nécessaires à son rapatriement. C’était magnifique. C’est ce que nous réclamons. Il faut renvoyer les corps de ces enfants à leur famille.
Plus récemment, Kanina Sue Turtle avait 15 ans. Amy Owen en avait 13. Courtney Scott, de la Première Nation de Fort Albany, en avait 16. Tammy Keeash, âgée de 17 ans, est morte parce que le système d’aide à l’enfance était dysfonctionnel et insuffisamment financé. Jolynn Winter avait 12 ans. Chantel Fox en avait 12 aussi. Le gouvernement a été reconnu coupable de leur décès par le tribunal des droits la personne parce qu’il refuse d’accorder le financement nécessaire à l’application du principe Jordan.
Nous ne parlons pas de choses techniques, nous parlons de la vie d’enfants. Ces enfants sont morts alors qu’ils avaient été confiés au gouvernement, et ces décès se sont répétés pendant des années.
Tous les trois jours, un enfant meurt dans notre pays à cause des dysfonctionnements du système d’aide à l’enfance. Il y en a un qui meurt le lundi, un autre le mercredi et un autre le samedi, et personne au gouvernement provincial ou fédéral ne semble s’en soucier ni même s’en apercevoir, mais les familles, elles, sont dans la peine. C’est un problème qui perdure: il a commencé avec la guerre que nous avons menée dans les pensionnats comme celui de Kamloops, et il se poursuit aujourd’hui avec les enfants qu’on retire à leur famille et qui disparaissent dans le goulag de la désespérance.
J’invite les députés à parler à des gens qui sont passés par ce système, tel qu’il existe aujourd’hui. Ils verront comme c’est horrible. C’est un système caractérisé par la discrimination systémique, le sous-financement systémique et la destruction des familles autochtones. Ce que je dis n’a rien de théorique, c’est ce que vivent concrètement les familles.
Nous sommes ici aujourd’hui pour affirmer haut et fort qu’il faut passer enfin de la parole aux actes. La ministre des Relations Couronne-Autochtones a mené une guerre juridique toxique contre les survivants du pensionnat St. Anne. Elle a dépensé plus de 3 millions de dollars pour combattre les survivants, qui n’avaient même pas les moyens de payer leur billet d’autobus pour se rendre aux audiences. Sur quoi portaient ces audiences? Sur le fait que des avocats du gouvernement ont supprimé des preuves de torture, de viols et de meurtres d’enfants commis au pensionnat St. Anne, et que le gouvernement ne veut pas que justice soit rendue aux survivants.
Je me permets de citer d’autres noms.
Le père Jules Leguerrier est défendu par le gouvernement fédéral. Le jour où ce même gouvernement était censé remettre les documents juridiques concernant les crimes commis par le père Jules Leguerrier, il a présenté à l’audience un rapport d’une page sur la personne mise en cause, et tous les cas ont été rejetés. Nous savons que les avocats du ministère de la Justice avaient un rapport de 3 191 pages sur la personne mise en cause, et qu’ils ont détruit les preuves.
La ministre des Relations Couronne-Autochtones doit nous expliquer pourquoi elle défend la mémoire du père Leguerrier et pourquoi elle ne défend pas des survivants comme Maria Sackanay ou Edmund Metatawabin.
Le père Arthur Lavoie était un célèbre pédophile criminel. Le gouvernement a présenté à l’audience un rapport de deux pages sur la personne mise en cause dont il a supprimé tous les actes horribles que cet homme avait commis, mettant de côté un document de 2 472 pages contenant les preuves de la police et les dépositions des témoins. Je remercie la Police provinciale de l'Ontario d’avoir fait un travail formidable pour identifier les agresseurs, mais la ministre continue de défendre cet individu encore aujourd’hui. Dans le cas de la sœur Anna Wesley, ils ont supprimé 6 804 pages du rapport sur la personne mise en cause.
J’invite les gens à lire la demande d’instruction la plus récente que la ministre a présentée au tribunal, contestant les allégations des survivants du pensionnat St. Anne. Dans cette demande, elle accuse Murray Sinclair, qui a dirigé la Commission de vérité et réconciliation, de lui faire mauvaise presse, littéralement, parce qu'il se dit préoccupé que le gouvernement ait éliminé des preuves et ait demandé que les accusations contre le pensionnat St. Anne soient rejetées.
La ministre a déclaré, par l’intermédiaire de ses avocats, que Murray Sinclair avait « sapé la confiance du public », parce qu’il a dévoilé à la population ce qui se passait. Elle a également ajouté qu’il avait nui aux survivants. Cette ministre ne devrait pas occuper ce poste, elle doit le quitter. Elle a menti aux Canadiens. Cette situation doit cesser.
Parlons de la poursuite de Cindy Blackstock. Il y avait 19 ordonnances de non-conformité. La situation aurait pu être réglée il y a longtemps, lors des audiences. Le Tribunal des droits de la personne a ordonné le versement de l’indemnisation maximale parce qu’il a constaté, comme il l’indique dans ses conclusions, que le gouvernement faisait preuve d’un mépris irresponsable et délibéré en ce qui concerne la vie d’enfants. Malgré tout, le gouvernement refuse de négocier et de trouver une solution. Le Tribunal a dit qu'il n'a jamais vu pire. Il a rendu 19 jugements contre le gouvernement.
Le ministre des Services autochtones a déclaré que de mettre un terme à l’affaire représenterait de la « paresse intellectuelle ». Je suis abasourdi par ces mots: « paresse intellectuelle ». Parle-t-on du genre de paresse auquel on s'est abandonné lorsque le pauvre Devon Freeman s’est enfui de son foyer de groupe, en banlieue d'Hamilton? Son corps est demeuré pendu à un arbre, de l’autre côté de la rue, pendant six mois. Personne n’a tenté de le retrouver. Personne n’a tenté de retrouver ce garçon. C’est une sorte de paresse systémique. Pourtant, le ministre a affirmé qu'il serait paresseux de mettre un terme à la discrimination systémique, soit au déni délibéré et irresponsable des droits fondamentaux, le pire déni possible.
Il ne s’agit pas de discrimination historique. Il s’agit d’une attaque délibérée qui se poursuit. Le Canada a reconnu qu’il n’est pas la nation innocente qu’il pensait être. Le Canada a reconnu que nous devons faire la bonne chose. Il est temps de le faire. Le gouvernement doit montrer s’il est prêt à faire la bonne chose.
Voilà trois ans que la Chambre exhorte l’Église catholique à s’engager avec nous sur la voie de la réconciliation, mais elle refuse toujours. Elle refuse toujours de remettre les documents et de remettre l’argent qu’elle devrait verser. Le pape ne répond toujours pas à notre demande de présenter des excuses, parce que les évêques catholiques de chez nous l’en empêchent. Nous savons qu’à l’heure actuelle, l’Église catholique n’assume pas son rôle dans la lutte contre ces crimes.
Cependant, notre rôle à la Chambre est de dire au gouvernement fédéral que lui et le Canada sont complices de ces crimes. Il faut que cela cesse. Nous demandons au premier ministre de mettre fin à ce combat juridique contre les enfants et de respecter la décision du Tribunal des droits de la personne, qui est sans appel. On ne décide pas d’accepter ou de rejeter le fait d’être reconnu coupable de discrimination systémique. C’est une conclusion et une décision à laquelle le gouvernement se doit de répondre.
Nous demandons à la ministre des Relations Couronne-Autochtones de mettre fin à sa guerre toxique contre les survivants de St. Anne. Elle n’a jamais appelé les survivants. Elle n’a jamais offert de les rencontrer. Ils ne veulent pas de grosses sommes d’argent; ils veulent que justice soit faite. Ils veulent qu’elle admette qu’un tort a été commis.
Nous devons mettre fin aux guerres juridiques toxiques. Nous devons le faire pour ces 215 enfants et pour tous les enfants que nous perdons tous les trois jours dans notre pays.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-03 10:56 [p.7871]
Mr. Speaker, I would ask my hon. colleague this. Is she aware that her government has spent over $9 million fighting Cindy Blackstock in court? It spent over $3 million going after the survivors of St. Anne's. I would think that money would be much better spent on reconciliation and building a better nation rather than being spent on lawyers and destroying the reputation of the Prime Minister. These actions are corrosive.
I ask my hon. colleague if the Liberals are going to support us. Will she ask the Prime Minister to, no matter what, stop the legal battle that will happen in the coming weeks and call the lawyers off? What is the value of a child's life? The government says 40,000 that it is not willing to pay. It destroyed the lives of these children. What is it going to pay?
Monsieur le Président, j'aimerais poser la question suivante à la députée. Sait-elle que le gouvernement a dépensé plus de 9 millions de dollars pour se battre devant les tribunaux contre Cindy Blackstock? Il a dépensé plus de 3 millions de dollars pour se battre devant les tribunaux contre les survivants du pensionnat St. Anne. Je pense qu'il vaudrait mieux utiliser cet argent pour nous réconcilier et bâtir un meilleur pays plutôt que pour payer des avocats et détruire la réputation du premier ministre. Ces gestes sont corrosifs.
La députée peut-elle me dire si les libéraux vont nous appuyer? Demandera-t-elle au premier ministre de mettre fin, quoi qu'il arrive, à la bataille juridique qui aura lieu dans les semaines à venir? Que vaut la vie d'un enfant? Le gouvernement refuse de payer 40 000 $. Il a détruit la vie de ces enfants. Quel dédommagement va-t-il leur verser?
View Dan Vandal Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, on the question of reconciliation, we have been clear that the overrepresentation of indigenous kids in care is a sad and dark part of our shared history that we must address.
Let me be very clear. Our government will provide comprehensive, fair and equitable compensation to all those impacted by the historic inequities in first nations and indigenous child welfare.
However, compensation alone—
Monsieur le Président, au sujet de la réconciliation, nous avons clairement indiqué que la surreprésentation des enfants autochtones placés constitue une période triste et sombre de notre histoire commune, à laquelle nous devons nous attaquer.
Que les choses soient bien claires. Le gouvernement offrira une indemnisation complète, juste et équitable à toutes les personnes touchées par les inégalités historiques en matière de protection de l'enfance des Premières Nations.
Toutefois, à elles seules, les indemnisations...
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-06-03 11:43 [p.7877]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his sensitivity with respect to this tragedy.
As a mother and grandmother, I can imagine the immeasurable grief of these children's parents, and I want to extend my most sincere condolences to the nation affected and the indigenous people of Quebec and Canada. The Bloc Québécois will support the NDP motion.
Does my colleague believe that the government should abandon the legal action against indigenous children and apply the Jordan principle?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa sensibilité à l'égard de cette tragédie.
En tant que mère et grand-mère, je peux imaginer la douleur incommensurable des parents de ces enfants, et je veux offrir mes plus sincères condoléances à la nation affectée et aux peuples autochtones du Québec et du Canada. Le Bloc québécois appuiera cette motion du NPD.
Mon collègue pense-t-il que le gouvernement devrait abandonner les recours judiciaires contre les enfants autochtones et appliquer le principe de Jordan?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I am glad to hear that the Bloc member and her party will be supporting the fourth party's motion today, because I do believe the motivations are good.
When it comes to the individual cases, I would say that quasi-judicial bodies like tribunals are made for specific purposes. I was quite surprised to see that it originally ruled that it would hear this case. That being said, it is independent, but, like all independent quasi-judicial tribunals, there is an appeal process. What I have heard from the government is that it is its intention to compensate. If the process is taking too long, and I believe it is, then we must ask those questions. We need to compensate people fairly and equitably, so I hope that the government will take this opportunity of today's motion to make it clear how we will proceed moving forward.
Monsieur le Président, je suis heureux d’apprendre que la députée du Bloc et son parti appuieront la motion du quatrième parti aujourd’hui, car je crois que l’intention derrière cette motion est la bonne.
En ce qui concerne les cas individuels, je dirais que des instances quasi judiciaires, comme les tribunaux, sont créées à des fins précises. J’ai été très surpris de voir que le tribunal avait décidé au départ d’entendre cette affaire. Cela dit, il est indépendant, mais comme tous les tribunaux quasi judiciaires indépendants, il prévoit un mécanisme d’appel. S’il faut en croire le gouvernement, il a l’intention de verser des indemnités. Si le processus prend trop de temps, et je crois que c’est le cas, nous devons poser ces questions. Nous devons indemniser les gens de façon juste et équitable. J’espère donc que le gouvernement profitera de la motion d’aujourd’hui pour indiquer clairement comment nous allons procéder.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his well-researched speech. He is obviously extremely familiar with the matter and genuinely concerned about the key issue raised by the discovery that shocked us all this week.
He touched on several important points, including the Truth and Reconciliation Commission's calls to action and the amounts needed to investigate in order to learn more. Does he not also think that we should stop spending public money on lawyers to challenge Canadian Human Rights Tribunal orders concerning indigenous children in Federal Court?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours bien documenté. On sent qu'il a une réelle connaissance du dossier et une réelle sensibilité à cette question primordiale qui nous a tous bouleversés cette semaine.
Il a touché plusieurs points importants, notamment les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation et les sommes nécessaires pour faire les recherches qui permettront de savoir. Ne trouve-t-il pas également que l'on devrait arrêter de dépenser des fonds publics pour payer des avocats en Cour fédérale afin de contester les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne visant les enfants autochtones?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. In examining this file, it becomes evident that it contains a rather large contradiction. In fact, the amounts spent on litigation almost equal the amounts that were truly invested in reconciliation, which is quite troubling. I agree with the statement of the member for Rosemont—La Petite-Patrie.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Quand on regarde ce dossier, on constate qu'il y a quand même une grande contradiction. En effet, le montant investi dans ce litige équivaut presque à celui véritablement investi dans la réconciliation, ce qui est quand même assez troublant. Je suis donc d'accord avec l'énoncé du député de Rosemont—La Petite-Patrie.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-03 12:14 [p.7882]
Madam Speaker, yesterday marked the end of the public hearings regarding the tragic death of Joyce Echaquan on September 28. We anxiously await the coroner's report.
Yesterday, thousands of people gathered in Trois-Rivières to demand justice so that this never happens again. The Atikamekw of Manawan, Wemotaci and Opitciwan, other first nations and white people all gathered to say “never again”.
The chief of the Atikamekw Council of Manawan, Paul-Émile Ottawa, said, “Without that video [taken by Joyce Echaquan], her death would have been considered just one of many. She is dead because people wanted her to die. She is dead because people did her wrong, but justice will be done. Justice will prevail.”
Joyce Echaquan's husband, Carol Dubé said, “This is just the beginning. I want changes to be made, and I am hopeful that they will be.”
As politicians, we have a duty to show solidarity and an obligation to get results. On that subject, at the same gathering yesterday, Ghislain Picard, chief of the Assembly of First Nations of Quebec and Labrador, stated, “Many people think that things are not going fast enough and that it is too easy for governments to offload responsibility onto future governments, which is unfortunately the case. I think that today's gathering, which coincides with the end of the coroner's hearing, is the right time to remind the government of that.”
We have an obligation to get results. Yes, we need to acknowledge injustice and racism. Yes, we must condemn injustice and racism, but what we really need to do is to take concrete action, adopt policies to make sure that all this stops and that things change. That is our job, and we have an obligation to get results. That begins with changing the old, racist Indian Act. Even the name is racist. It starts by really implementing the recommendations in the Truth and Reconciliation Commission's final report.
The discovery of the remains of 215 children on the site of the former residential school in Kamloops leaves me speechless. It is a horror story. It is so tragic that I cannot find words for it. In all humility, I share the pain of the grieving families. In all humility, I would like to offer my sincerest condolences to the Secwépemc nation and to all indigenous peoples in Quebec and Canada, joined in mourning and suffering.
Like many people, I also fear that the discovery of these 215 small victims is only the beginning of a long series of unspeakable tragedies. This new tragedy reveals Canada's sad history, the history of residential schools, in operation for more than a century, from 1892 to 1996. The residential school system was the cornerstone of the assimilationist regime imposed on first nations.
More than 150,000 children were torn from their families, their friends, their community. They were forced to attend these institutions and to forget their language, their culture and their identity. They were made to feel ashamed of what they were. In anthropology, this is referred to as ethnocide or cultural genocide, which means to eradicate a people. The ultimate aim of the residential schools was to kill the Indian in the child. Once taken from their homes and made vulnerable, the children were subjected to violence, sexual assault and murder. How many gratuitous, criminal and unpunished killings took place in these schools?
Canada has a duty to remember what happened. Canada's history is dark and sad. Its history is one of imperialism and colonialism, a legacy of the British Empire. The hands of the father of Confederation, Sir John A. Macdonald, are soiled by injustice and racism. Compelled by a desire for the never-ending accumulation of profit and capital, the British Empire and Canada crushed the first peoples and rode roughshod over their rights so they could get their hands on the first people's lands and resources. That was the world view behind the creation of residential schools and the ensuing horror. That was the philosophy that enabled Canada to view the first peoples as an underclass of humanity and their misery and everything that was done to them as unimportant.
Canada has trivialized the disappearance and murder of indigenous women, girls and children. A member of the Atikamekw of Manawan community told me a story. For years and years, the community superintendent was usually a retired soldier who created a climate of terror.
An Atikamekw man refused to allow a large forestry company to cut down trees on his family land. The superintendent falsely diagnosed him with tuberculosis and forced him to go to a sanatorium for two years. When he returned to the community, his land had been cleared and he had contracted tuberculosis
So much trauma leaves scars and breeds mistrust.
To make itself feel better about pillaging resources, Canada reduced the first nations to a sub-class of humans, making the abuse seem more acceptable. All of this was done with the complicity of the church, one in particular I am especially ashamed of. The church believed it was spreading a message of love, but by aligning with imperialism they brought in hatred, horror and sadness, all in the name of “civilizing” the indigenous peoples. It is disgusting.
Unfortunately, there is nothing new about all this horror. This was and is the modus operandi of empires around the world, whether in Africa, Asia, Oceania or the Americas. Every empire has its own way of destroying minority peoples and cultures to expand its dominance. Canada is no exception. The history of Canada could have been a history of respect, collaboration and sharing among the various peoples. Instead it was a history of struggle, and the first nations were the primary victims.
They suffered unspeakable harm. The injustice persists to this day. The situation of first nations is proof of that. I am thinking about Joyce. I am calling for justice. I am thinking about all the communities that still do not have access to clean drinking water, and where there is still no equality in services to indigenous peoples and other Canadians. The injustice persists. Unfortunately, it is still downplayed, because the concept of subclass has been inculcated in our society for so long that it is still alive and well. We need to end this historically unacceptable prejudice. It has to stop.
The road to reconciliation will be a long and difficult one, but we as politicians have a key role to play today. We need to act now to effect change. Six years have passed since the Truth and Reconciliation Commission presented its recommendations. We still have not done anything. The federal government is quick to make speeches and express its intentions, but is slow to take concrete action to really change the situation.
In closing, I would like once again acknowledge all the pain felt by the grieving families. In all humility, I share in it and once again offer my sincerest condolences to the Secwépemc nation as well as to all first nations people.
My political party is obviously in favour of every item in the motion. The federal government needs to immediately drop its legal case against indigenous children and apply Jordan's principle across the board.
This is a reasonable proposal with a view to reaching an amicable settlement. It is appalling that the government is spending millions of dollars in legal fees to avoid compensating the victims of St. Anne's residential school. My party is urging the government to act quickly to implement the Truth and Reconciliation Commission's calls to action 71 to 78.
As the commission indicated in its report, “assisting families to learn the fate of children who died in residential schools; locating unmarked graves; and maintaining, protecting, and commemorating residential school cemeteries are vital to healing and reconciliation.”
As the commission pointed out, it is all the more urgent to implement these calls to action because, as time passes, cemeteries are disappearing bit by bit, and the survivors who are able to testify to their experience are getting older and still have no idea of what happened to their brothers, sisters and other relatives.
The Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights recently declared that it is essential that Canada address the issue. Obviously, the victims and survivors and their families and communities are entitled to the resources they need to help them overcome the emotional, physical, spiritual, material and cultural trauma inflicted by the residential schools.
Lastly, it is imperative that there be an appropriate and timely follow-up of the progress of the implementation of the commission's calls to action in order to ensure true justice, and to see that indigenous people are no longer discriminated against and that Joyce Echaquan obtains justice.
Madame la Présidente, hier se sont terminées les audiences publiques entourant le décès tragique de Mme Joyce Echaquan, survenu le 28 septembre dernier. Nous attendons avec impatience le rapport de la coroner.
Hier, des milliers de personnes se sont rassemblées à Trois-Rivières pour réclamer justice, pour que cela ne se reproduise plus jamais. Les Atikamekws de Manawan, de Wemotaci et d'Opitciwan, les autres Premières Nations ainsi que les Blancs se sont tous réunis pour dire « plus jamais ».
Le chef de la communauté atikamekw de Manawan, M. Paul-Émile Ottawa, a rappelé ce qui suit: « Sans cette vidéo [prise par Joyce Echaquan], cette mort aurait été comptabilisée comme un décès parmi tant d'autres. Elle est morte parce que les gens ont voulu qu'elle meure. Elle est décédée parce que les gens ont été malveillants à son endroit. Mais justice sera rendue. Justice sera faite ».
Le conjoint de Joyce Echaquan, M. Carol Dubé, a affirmé: « Ce n'est qu'un début. Je veux qu'il y ait des changements et j'ai espoir ».
Nous, les politiciens, avons un devoir de solidarité et une obligation de résultat. À ce sujet, toujours lors du rassemblement d'hier, le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, M. Ghislain Picard, a déclaré ce qui suit: « Plusieurs sont d'avis que ce n'est pas assez rapide et que les gouvernements réussissent trop facilement à faire du pelletage par en-avant et c'est malheureusement le cas. Et pour moi, je trouve que le rassemblement d'aujourd’hui, qui coïncide avec la fin des audiences de la coroner, est l'occasion de faire ce rappel-là ».
Nous avons une obligation de résultat. Oui, il faut reconnaître l'injustice et le racisme. Oui, il faut les dénoncer, mais il faut surtout faire des gestes concrets, comme adopter des politiques, pour que tout cela s'arrête et que les choses changent. C'est la partie qui nous incombe, et nous avons une obligation de résultat. Cela commence par changer la vieille et raciste Loi sur les Indiens, dont le titre même est raciste. Cela commence par mettre en œuvre, pour vrai, les recommandations du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation.
La découverte des restes de 215 enfants sur le site de l'ancien pensionnat autochtone à Kamloops me laisse sans mot. Cela révèle une histoire d'horreur. C'est d'une tristesse tellement grande que je n'ai pas les mots pour la nommer. Bien humblement, je partage la douleur des familles éplorées. Bien humblement, je tiens à offrir mes plus sincères condoléances à la nation Secwépemc ainsi qu'à tous les peuples autochtones du Québec et du Canada, qui se rejoignent dans le deuil et la souffrance.
Comme plusieurs personnes, je crains aussi que la découverte de ces 215 petites victimes ne soit que le début d'une longue suite de tragédies innommables. Cette nouvelle tragédie nous rappelle la triste histoire du Canada, celle des pensionnats autochtones, en activité pendant plus d'un siècle, soit de 1892 à 1996. C'est la pierre d'assise du régime d'assimilation imposé aux Premières Nations.
Plus de 150 000 enfants auraient été arrachés à leur famille, à leurs amis, à leur communauté. On les a forcés à fréquenter ces institutions et à oublier leur langue, leur culture et leur identité. On leur a fait ressentir de la honte d’être qui ils sont. En anthropologie, on appelle cela un ethnocide ou un génocide culturel, ce qui signifie de faire disparaître un peuple. Le but ultime des pensionnats était de tuer l'Indien dans l'enfant. Une fois enlevés et vulnérables, les enfants ont été victimes de gestes violents, sans compter toutes les agressions sexuelles et tous les meurtres qui ont été perpétrés. Combien y a-t-il eu de meurtres gratuits, criminels et impunis dans ces pensionnats?
Le Canada a un devoir de mémoire à cet égard. L’histoire du Canada est sombre et triste. C'est une histoire inspirée par l'impérialisme et le colonialisme, un héritage de l'Empire britannique. Le Père de la Confédération, Sir John A. Macdonald, a les mains souillées par l'injustice et par le racisme. Mus par la logique marchande du profit et du capital qui doit s'étendre sans cesse, l'Empire britannique et le Canada ont écrasé les premiers peuples et leurs droits, afin de mettre la main sur leurs terres et leurs ressources. C'est dans cet esprit qu'ont été mis en place les pensionnats autochtones et toute leur horreur. C'est dans cette logique que le Canada en est venu à reléguer les premiers peuples à une sous-classe d'humains et à banaliser leur misère et les gestes faits envers eux.
Je pense entre autres à la banalisation des enlèvements et des assassinats des femmes, des filles et des enfants autochtones. Je pense à l'histoire qu'un membre de la communauté atikamekw de Manawan m'a racontée. Pendant longtemps, le surintendant de la communauté était généralement un militaire retraité qui y faisait régner un climat de terreur.
Par exemple, devant le refus d’un Atikamekw d'autoriser la coupe de bois sur son territoire familial par une grosse compagnie forestière, le surintendant lui a faussement diagnostiqué la tuberculose et l’a forcé à s’exiler pendant deux ans dans un sanatorium. À son retour, son territoire avait été rasé et il avait, entretemps, contracté la maladie.
Trop de traumatismes laissent des traces et engendrent la méfiance.
Pour se donner meilleure conscience face au pillage des ressources, le Canada a réduit les Premières Nations à une sous-classe d’humains. Ainsi, les sévices paraissaient plus acceptables. Tout cela s'est avec la complicité des Églises, une en particulier, dont j’ai particulièrement honte. Portant un message d’amour, celles-ci ont porté la haine, l’horreur et la tristesse en se faisant complices de cette logique impérialiste, en disant vouloir « civiliser ». C'est dégueulasse.
Toute cette horreur n’a malheureusement rien d’unique. Cela a été et c’est la façon de faire des empires partout sur la planète: en Afrique, en Asie, en Océanie et dans les Amériques. Chaque empire a sa façon de détruire les peuples et les cultures minoritaires pour étendre son hégémonie. Le Canada n’y échappe pas. L’histoire du Canada aurait pu être une histoire de respect, de collaboration et de partage entre les différents peuples. Cela a plutôt été celle de la lutte des peuples, avec les Premières Nations comme premières victimes.
Celles-ci ont subi des préjudices innommables. L’injustice perdure encore aujourd’hui. La situation des Premières Nations en témoigne. Je pense à Joyce. Je demande justice. Je pense à toutes ces communautés où l’accès à l’eau potable demeure un enjeu, et où il n’y a toujours pas d’égalité dans la qualité des services entre les Autochtones et les autres citoyens. L’injustice perdure. C’est malheureusement encore banalisé, parce que, malheureusement, la notion de sous-classe a tellement été inculquée pendant longtemps qu’elle perdure. Il faut continuer à briser ce préjugé historiquement inacceptable. Il faut que cela change.
Le chemin de la réconciliation sera long et laborieux, mais nous, les politiciens, avons ici aujourd’hui un rôle crucial à jouer. Il faut agir dès maintenant pour que cela change. Cela fait six ans que le rapport de la Commission de vérité et réconciliation a présenté ses recommandations. Cela traîne toujours. Ottawa agit à la vitesse du lièvre pour porter des discours et des intentions, mais à la vitesse de la tortue pour agir, faire des gestes concrets pour véritablement changer la situation.
En terminant, je tiens encore une fois à rappeler toute la douleur des familles éplorées. Bien humblement, je la partage et j’offre encore mes plus sincères condoléances à la nation secwepemc, ainsi qu’à tous les membres des communautés des Premières Nations.
Ma formation politique est évidemment en faveur de chacun des éléments de la motion. Ottawa doit abandonner dès maintenant ses recours judiciaires contre les enfants autochtones et doit appliquer le principe de Jordan de façon intégrale.
Il s’agit d’une proposition raisonnable pour en arriver à un règlement à l'amiable. Il est épouvantable que le gouvernement dépense des millions de dollars en frais judiciaires pour éviter d'indemniser les victimes du pensionnat de Sainte-Anne. Ma formation presse le gouvernement d’agir rapidement afin de réaliser notamment les appels à l’action 71 à 78 de la Commission de vérité et réconciliation.
Comme l’a indiqué la Commission dans son rapport, « le fait d’aider les familles à découvrir le sort des enfants qui sont morts dans les pensionnats, de localiser les tombes anonymes et d’entretenir, de protéger et de commémorer les cimetières de pensionnat est essentiel à la guérison et à la réconciliation. »
Comme le faisait remarquer la Commission, il est d’autant plus urgent de réaliser ces appels à l’action, car, au fur et à mesure que le temps avance, les traces de cimetières disparaissent et les survivants qui peuvent offrir des témoignages de leur expérience vieillissent sans pouvoir retrouver la trace de leurs frères, de leurs sœurs ou de leurs parents.
D’ailleurs, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a rappelé encore dernièrement qu’il est essentiel que le Canada accomplisse ce travail. Évidemment les victimes, les survivantes et les survivants, leurs familles et leurs communautés ont droit aux ressources nécessaires pour les aider à surmonter les traumatismes émotionnels, physiques, spirituels, mentaux et culturels causés par les pensionnats.
Enfin, il est impératif qu’un suivi approprié et rapide soit fait quant à l’état d’avancement des appels à l’action de la Commission, pour une véritable justice, pour que plus un seul Autochtone soit discriminé, et pour que Joyce Echaquan obtienne justice.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank the hon. member for acknowledging that the treatment of indigenous peoples in this country has been based on colonialism and racism.
The death of Joyce Echaquan highlights this systemic racism that continues to exist in this country and in our health care system in particular.
Will the member and his party accept that systemic racism continues to exist in Canada and in our institutions and work with our government to implement Joyce's principle?
Madame la Présidente, je remercie le député de reconnaître que le traitement des peuples autochtones au Canada a été fondé sur le colonialisme et le racisme.
La mort de Joyce Echaquan met en lumière le racisme systémique qui est toujours présent dans le pays et dans notre système de santé en particulier.
Le député et son parti reconnaîtront-ils que le racisme systémique existe toujours au Canada et dans nos institutions, et travailleront-ils avec le gouvernement pour mettre en œuvre le principe de Joyce?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-03 12:26 [p.7883]
Madam Speaker, I thank the parliamentary secretary for her intervention.
The Bloc Québécois has acknowledged the existence of systemic racism from the start of the debate on this issue. As I mentioned in my speech, the Indian Act is a racist act that must be overhauled. The act's title is racist. This must change.
As an elected member in Ottawa, I carefully read Joyce's principle. I support the recommendations made to Parliament and to this government.
Madame la Présidente, je remercie la secrétaire parlementaire de son intervention.
Depuis le début du débat sur le sujet, le Bloc québécois reconnaît le racisme systémique. Comme je l'ai rappelé dans mon discours, la Loi sur les Indiens est une loi raciste qui doit être modifiée en profondeur. Le titre de la Loi est raciste. Il faut que cela change.
En tant qu'élu à Ottawa, j'ai lu avec grande attention le « Principe de Joyce ». Je fais évidemment miennes les recommandations qui sont faites au Parlement et à ce gouvernement.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I want to begin by saying that I will be sharing my time with the member for Cowichan—Malahat—Langford.
My colleague will share his opinion on the important motion that my party moved today. The motion has to do with a tragic event in history, and we hope that this grim discovery will mark the last chapter in this tragedy. The remains of 215 children were discovered in Kamloops, near a former residential school. These missing boys and girls were robbed of their lives.
I have to admit that I was stunned by this discovery, as were most Quebeckers, Canadians and people around the world who read about or saw this sad story on the news. I was particularly touched by the gestures made by our fellow citizens, who placed children's shoes on the steps of some public buildings. In my opinion, that is a good way to demonstrate that those who lost their lives were human beings. They were not just a statistic. They were individuals who suffered a shocking injustice. The families endured terrible suffering because of the secrecy surrounding these disappearances, and they are still suffering today. There was a very high mortality rate in residential schools.
I would like to come back to the principle of residential schools.
In my opinion, this topic was not talked about enough in school. We were sometimes taught an idealized view of the relationship with first nations and trade with first nations. It seems as though the issue of residential schools, which were run by the Catholic Church, was glossed over because no one wanted to talk about it. However, we have a collective and historic responsibility with regard to the harm that was done to these people.
The former Kamloops residential school was one of 139 residential schools that existed in Canada for a century. Earlier, one of my colleagues pointed out that an estimated 150,000 children were ripped from their families and placed in these institutions.
I cannot imagine going about my life in a neighbourhood or a village and seeing whites and priests literally swoop in and steal all the children. It was mass kidnapping. It was cultural genocide. It is proof of deeply rooted colonialism and racism toward first nations.
I cannot imagine my children and my neighbours' children being taken away. In this case, literally every child in the village was taken away. From one day to the next, they were just gone. The goal was to kill the Indian in the child, to separate children from their roots, their culture, their language and their spirituality. The authorities tried to turn these children into carbon copies of the white settlers and Christians who ran the institutions. It was an indescribable horror. The former Kamloops residential school may just be the tip of the iceberg, unfortunately. All levels of government are going to have to work really hard and really fast to get to the bottom of what happened. We have to know what happened so that families can find closure once and for all and grieve. That is crucial.
Earlier, I said that this tragedy had attracted worldwide attention. As a matter of fact, this week, the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights asked the federal government and the governments of every province and territory to take steps to initiate an investigation, carry out the necessary searches and protect documentation. If any documents are damaged, destroyed or lost, we will not be able to get to the bottom of this tragedy.
Today, everyone agrees that we need more than words. Concrete gestures need to be made. For too long now, the federal government has been either denying this problem, looking the other way or dragging its feet, which we have seen it do a lot in recent years. The Truth and Reconciliation Commission wrapped up six years ago. Of the 94 recommendations that the commission made, only 10 have been implemented. There is still an enormous amount of work ahead to take the measures that need to be taken.
I mentioned this earlier, but we as New Democrats and progressives find it extremely unfortunate, hurtful and offensive when the federal government says one thing and does the opposite. On the one hand, it is saying all the right things, expressing sorrow and apologizing, and those are all great, because they are a good first step. On the other hand, the federal government is paying lawyers to represent it in Federal Court to challenge rulings by the Canadian Human Rights Tribunal dealing with the rights of indigenous children and compensation for victims of residential schools.
It is not spending small amounts. For all of its legal challenges in Federal Court, the federal government has spent a total of $9.4 million so far to dispute compensation for residential school victims and rights violations caused by the underfunding of indigenous child welfare services. It is crazy. In the St. Anne's residential school case alone, the federal government has paid lawyers $3 million to challenge the rights of residential school victims.
We believe this absolutely must change. Once again, we are faced with the sad evidence of this colonialism and systemic racism, with the discovery of these 215 children's bodies buried in secret. It is proof that the dehumanization of first nations and indigenous peoples continues, and we all have a duty to work together for reconciliation, a better agreement and better mutual understanding.
We know that is not being done. A few minutes ago, the member for Joliette cited the tragic death of Joyce Echaquan at the Joliette hospital as evidence that the first nations are enduring discrimination, institutional bias, racism and systemic racism, sometimes at risk to their own lives. It is not just a matter of being negatively perceived or misunderstood, because this affects people's health and sometimes even their life.
Throughout this entire process of reconciliation and dialogue, we have to be consistent and take meaningful action. Under Canadian colonialism, first nations peoples were ignored and hurt, subjected to cultural genocide and shunted off to parks or reserves so they would no longer be seen or heard. Occasional progress is being made, but some communities feel like there are two different worlds that do not get along and ignore each other.
Unfortunately, there is still a lot of misunderstanding and ignorance about the realities of the first nations, who were living here before the arrival of European settlers. Sometimes they are our neighbours, but we do not know much about them, and we do not understand them. I think we need to make an effort to change that.
As a columnist pointed out this week, the news from Kamloops is not really news, sadly. The Truth and Reconciliation Commission told us that nearly 3,000 children may have died in or disappeared from residential schools. Another piece of bad news is that there was a tuberculosis epidemic in 1907. Peter Henderson Bryce, the chief medical officer at the time, noted that the mortality rate in residential schools went from 24% to 42% in three years. One residential school even had a child mortality rate of 76%, higher than the mortality rate of a World War II concentration camp.
We need to conduct searches and uncover the truth. Unfortunately, I fear that we will uncover more unmarked mass graves like the one in Kamloops.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le député de Cowichan—Malahat—Langford.
Mon collègue nous donnera son opinion sur l'importante motion déposée aujourd'hui par ma formation politique. La motion concerne un drame historique, et l'on espère que cette macabre découverte est le dernier chapitre de ce drame. Les dépouilles de 215 enfants ont été découvertes à Kamloops, près d'un ancien pensionnat autochtone. On a arraché la vie à ces filles et à ces garçons disparus.
Je dois admettre que la nouvelle m'a bouleversé, comme la majorité des Québécois, des Canadiens et des gens du monde entier qui ont lu ou vu cette triste nouvelle. J'ai été particulièrement touché par les gestes faits par nos concitoyens et nos concitoyennes: ils ont placé des souliers pour enfant sur les marches de certains lieux publics. À mon avis, cela démontre bien que ceux qui ont perdu la vie étaient des humains. Il ne s'agit pas que d'une statistique, il s'agit de personnes qui ont subi une incroyable injustice. Les familles ont grandement souffert du secret qui entoure ces disparitions, et elles en souffrent encore aujourd'hui. Le taux de mortalité dans les pensionnats autochtones était très important.
J'aimerais revenir sur le principe des pensionnats autochtones.
Selon moi, on n'en a pas assez discuté dans les écoles. On a parfois eu une vision idéalisée des relations avec les Premières Nations, du commerce avec les Premières Nations. Pour ce qui est des pensionnats autochtones et de leur gestion par l'Église catholique, c'est comme si l'on avait détourné le regard parce que l'on préférait ne pas en parler. Pourtant, nous avons une responsabilité collective et historique quant au mal qui a été fait à ces gens.
L'ancien pensionnat de Kamloops est l'un des 139 pensionnats autochtones qui ont existé au Canada pendant un siècle. Plus tôt, un de mes collègues a souligné qu'on pense qu'environ 150 000 enfants ont été arrachés à leur famille et placés dans ces institutions.
Je ne peux imaginer vivre dans un quartier ou un village et que des Blancs et des religieux viennent littéralement voler tous les enfants. Il s'agit d'un kidnappage de masse, d'un génocide culturel. C'est la preuve d'un profond colonialisme et racisme envers les Premières Nations.
Je ne peux imaginer que l'on enlève mes enfants et les enfants de mes voisins. Dans ce cas-ci, un village a littéralement été vidé de ses enfants; ils sont disparus du jour au lendemain. Cela a été fait dans le but de tuer l'Indien dans l'enfant, de le détourner de ses racines, de sa culture, de sa langue et de sa spiritualité. On a essayé de faire de ces enfants la copie conforme des colons blancs et des chrétiens qui géraient des institutions. C'est d'une horreur sans nom. L'ancien pensionnat de Kamloops n'est peut-être que la pointe de l'iceberg, malheureusement. Tous les paliers de gouvernement vont devoir travailler très vite et très fort pour faire la lumière sur cette histoire. Il faut savoir ce qui s'est passé, afin de permettre aux familles de tourner la page une fois pour toutes et de faire leur deuil. Cela est nécessaire.
Plus tôt, j'ai dit que cette tragédie attirait l'attention du monde entier. D'ailleurs, cette semaine, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a demandé au gouvernement fédéral et à tous les gouvernements provinciaux et territoriaux de mettre en œuvre les moyens pour procéder à une enquête, pour conduire les fouilles qui sont nécessaires et pour protéger la documentation. Si des documents sont endommagés, détruits ou disparus, on ne sera pas en mesure de faire la lumière sur la tragédie.
Aujourd'hui, tout le monde s'entend pour dire qu'au-delà des mots, il faut poser des gestes concrets. Trop longtemps, le gouvernement fédéral a soit nié ce problème, soit regardé ailleurs, ou alors il s'est traîné les pieds, ce que l'on a beaucoup vu ces dernières années. La Commission de vérité et réconciliation a quand même fini ses travaux il y a six ans. Des 94 recommandations de la Commission, seulement 10 ont été appliquées. Il y a encore énormément de travail à faire pour qu'on pose tous les gestes qui doivent l'être.
J'en ai déjà parlé un peu plus tôt, mais nous, néodémocrates et progressistes, trouvons extrêmement dommage, blessant et choquant de voir le gouvernement fédéral dire une chose et faire son contraire. D'un côté, il tient un bien beau discours, montre son chagrin et présente ses excuses, ce qui est parfait puisqu'il faut faire ce bon premier pas. D'un autre côté, par contre, le gouvernement fédéral paie des avocats en Cour fédérale pour contester les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne portant justement sur les droits des enfants autochtones et l'indemnisation des victimes des pensionnats autochtones.
Il ne s'agit pas ici de petites sommes: pour l'ensemble de ses contestations judiciaires en Cour fédérale, le gouvernement fédéral a jusqu'ici dépensé 9,4 millions de dollars, et ce, pour contester les indemnisations qui devaient être versées aux victimes des pensionnats, ou des droits brimés par le sous-financement des services de protection des enfants des Premières Nations. C'est fou. Uniquement dans le dossier du pensionnat Saint-Anne, le gouvernement fédéral a payé 3 millions de dollars à des avocats pour contester les droits des victimes de pensionnats.
Pour nous, cela doit absolument changer. Ce colonialisme et ce racisme systémique, dont on voit encore une fois la triste preuve avec la découverte de ces 215 corps d'enfants enterrés dans le secret, nous montrent que ce processus de déshumanisation des Premières Nations et des Autochtones s'est perpétué et que nous avons tous le devoir de travailler ensemble à la réconciliation, à une meilleure entente et à une meilleure compréhension mutuelle.
Cela n'est pas fait et on le voit. Le député de Joliette soulevait il y a quelques minutes le décès tragique de Joyce Echaquan à l'hôpital de Joliette, lequel prouve que les Premières Nations souffrent de discrimination, de parti pris institutionnel, de racisme et de racisme systémique, parfois au péril de leur vie. Ce n'est pas juste une question d'être mal perçu ou mal compris, car cela touche la santé et, parfois, même la vie des gens.
Dans tout ce processus de réconciliation et de dialogue, on doit être conséquent et cohérent et on doit poser des gestes concrets. Le colonialisme canadien a fait qu'on a ignoré les Premières Nations, qu'on leur a fait mal, qu'on leur a fait subir un génocide culturel et qu'on les a cantonnées dans des parcs ou des réserves pour ne plus les voir ni les entendre. Bien qu'il y ait parfois des progrès, certaines communautés ont l'impression d'avoir deux univers parallèles opposant des gens qui ne s'entendent pas et qui s'ignorent.
Malheureusement, il reste encore beaucoup d'incompréhension et d'ignorance quant aux réalités des Premières Nations, qui habitaient pourtant ici avant l'arrivée des colons européens et qui sont parfois nos voisins et nos voisines. On les connaît peu et on les connaît mal et je pense qu'on a besoin de faire ce travail.
Comme le rappelait une chroniqueuse cette semaine, cette nouvelle de Kamloops n'en est peut-être pas vraiment une, ce qui est malheureux à dire. La Commission de vérité et réconciliation nous disait que près de 3 000 enfants pourraient avoir perdu la vie dans les pensionnats ou être disparus. Autre mauvaise nouvelle, il y a eu une épidémie de tuberculose en 1907. Le médecin-hygiéniste en chef de l'époque, Peter Henderson Bryce, avait noté que le taux de mortalité dans les pensionnats était passé en trois ans de 24 % à 42 %. Il y avait même un pensionnat autochtone où le taux de mortalité chez les enfants a atteint 76 %, un taux plus élevé que celui d'un camp de concentration de la Deuxième Guerre mondiale.
On doit donc mener des recherches et faire toute la vérité. Je crains malheureusement qu'on ne retrouve d'autres cimetières inconnus comme celui de Kamloops.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I really struggled with trying to find the words to say during today's speech. I will start with an acknowledgement of this moment, the opportunity before the House and its members, and also of the trauma that is being relived right now by survivors and their families with the news this week.
I also want to acknowledge that I am privileged to represent a riding that encompasses the territories of many indigenous people, which include the Stz’uminus, the Penelakut, the Halalt, the Lyackson, the Cowichan, the Malahat, Ditidaht, Pacheedaht and the Lekwungen-speaking Coast Salish people. I know many of them are survivors and send my thoughts out to them for the difficult journey they have in trying to deal with this trauma.
The discovery of unmarked and undocumented graves of 215 children at the Kamloops residential school has reopened so many wounds that have never healed. It has reignited a discussion about the federal government's continued failure to properly address this shameful episode of our country's history and it has highlighted its continued hypocrisy. As Justice Murray Sinclair mentioned when the TRC report was presented, it is a sure thing that more unmarked graves will be found in the future.
Back in February 2015, I took a trip up Vancouver Island to Alert Bay, which is about four hours away from where I live. I went there because I was attending a healing and cleansing ceremony for the St. Michael's residential school on Alert Bay, which is on the traditional territory of the Namgis First Nation. Up until that point, because it was never mentioned during my time in school, I had never really fully grasped the history of the horrors of the residential school system in Canada.
After the healing and cleansing ceremony ended, I saw survivors of St. Michael's approach the building and scream in rage and anguish as they hurled bricks through its windows. I saw them collapse in tears after that huge emotional release. It is then that I finally grasped just what survivors have gone through, when I saw the emotional torrent come from people standing in front of a now empty building and what that building represented to them. That was a very powerful moment for me and it is one that has stuck with me all these years.
Members of Parliament often get comments from people about why residential schools still matter and why indigenous people cannot just get over this episode and move on. This was forced assimilation, a genocide that was inflicted upon an entire people. Indigenous people did not send their children to these schools. Children were forcibly ripped away from their families. They were forced to forget their culture, language and history. They were neglected, abused, both sexually and physically, and they died, often with no notice given to their families. The undocumented and unmarked graves were often a final resting place and that is a testament to how little value was placed on these children's lives, by both the federal government and the Catholic church that ran the schools. It is complete evidence of a system that just did not care. It was a system that sought to hide the brutal results of the way it operated.
The creation of Canada's residential school system was the result of colonial laws, policies and practices that failed to recognize and implement basic human rights. I am a parent of three beautiful girls. I try to comprehend the state arriving on my doorstep one day and forcibly removing them, never being able to see them again. That is a parent's worst nightmare. One does not just get over that.
There are the survivors who returned, and there is the intergenerational trauma that has affected entire communities. There is no indigenous person in Canada who is not in some way affected by this brutal and traumatic event in our history. Let us make that extremely clear from the get-go.
With respect to my Liberal colleagues, I know there are good intentions on the government side. They have made repeated promises to finally do this work, but they have not been fulfilled. We continue to see platitudes and symbolism in response, when it is quite clear we are well past the time for action.
This is a government that has only implemented a fraction of the Truth and Reconciliation Commission's calls to action. I will remind my hon. colleagues that these are not recommendations; they are called “calls to action” for a reason. This is a government that continues to fight a Canadian Human Rights Tribunal ruling on the systemic discrimination against indigenous children, and that spends millions of dollars fighting residential school survivors in court.
As an example, the federal government is heading toward trial on a class action lawsuit that is seeking reparations for the devastation the residential schools inflicted on first nation cultures, language and communities. The federal government, in its court filings, is denying any legal responsibility. It is saying that the loss of language and culture was an unavoidable implication of children being taught in English or the Christian doctrine.
That is just so beyond the reality of what happened. What was avoidable was the policy of forceably sending these children to schools where they were completely disconnected from their language, culture and history. We have a continued policy of federal government lawyers being completely at odds with where we need to be as a nation if we are to move forward.
Today's debate has made me also think of all of the times Canada has stood on the world stage over the last number of decades and lectured other countries on their human rights record while remaining wilfully ignorant of the rampant abuses in our own backyard. If that is not the most damning example of hypocrisy, I do not know what is. Because this news is now international, I think other countries around the world have every right to call us out on that rampant hypocrisy. When I think of the mass graves of children that are undocumented and unaccounted for, words fail me. We are going to find more of these. That is an unavoidable fact.
When I speak to my constituents about this, the overwhelming response has been a very real sense of frustration. They are tired of the lofty rhetoric, continued commitments and the constant repetition that no relationship is more important than that with indigenous people. If it is, then it is time act like it is. My constituents want to see action.
This pandemic has demonstrated just how quickly governments can move in times of crisis, both in changing policy and delivering assistance. If this is not a time of crisis, if this is not a watershed moment for us to look at ourselves in the mirror and figure out where we actually want to be, I do not know what is. I keep waiting. When are we going to reach that moment when the straw finally breaks the camel's back and we will start to see that movement?
This brings me to today's motion. It sets out not everything we can do, but an initial couple of steps. There are a limited number of options we have as members of the opposition, but one of the tools we have is enforcing House debate on a motion of our choosing and getting an eventual vote on it. I have heard members of other opposition parties indicate they are supporting the motion, but have yet to hear any of the Liberal MPs indicate that they are. I think it would be a very powerful message if this motion passed with the unanimous consent of the House.
In conclusion, I would ask that members of the government vote in favour of this motion. I know it is non-binding, but at least they could signal that they understand the action that needs to be taken. Hopefully, this will lead us to being on the road to the systemic change we must absolutely see.
Madame la Présidente, j’ai vraiment du mal à trouver les mots pour mon intervention d’aujourd’hui. Je commencerai par reconnaître le moment présent, l’occasion qui s’offre à la Chambre et aux députés ainsi que le traumatisme que vivent à nouveau les survivants et leurs familles par suite des nouvelles de cette semaine.
Je tiens aussi à reconnaître que j’ai le privilège de représenter une circonscription qui englobe les territoires de nombreux peuples autochtones, notamment les Stz’uminus, les Penelakut, les Halalt, les Lyackson, les Cowichan, les Malahat, les Ditidaht, les Pacheedaht et les Salish du littoral de langue lekwungen. Je sais que beaucoup d’entre eux sont des survivants, et mes pensées les accompagnent sur le difficile chemin qu’ils ont à parcourir pour tenter de composer avec ce traumatisme.
La découverte de tombes non marquées et non documentées de 215 enfants au pensionnat de Kamloops a rouvert bien des blessures qui n’ont jamais guéri. Elle a relancé le débat sur l’incapacité persistante du gouvernement fédéral à traiter correctement cet épisode honteux de l’histoire de notre pays et elle a mis en évidence son hypocrisie persistante. Comme le juge Murray Sinclair l’a mentionné lors de la présentation du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, il est certain que d’autres tombes non marquées seront découvertes.
En février 2015, je me suis rendu à Alert Bay, sur l’île de Vancouver, à environ quatre heures de mon lieu de résidence. J’y suis allé parce que j’assistais à une cérémonie de guérison et de purification pour le pensionnat St. Michael à Alert Bay, sur le territoire ancestral de la Première Nation Namgis. Jusqu’à ce moment-là, parce qu’on ne m’en avait jamais parlé à l’école, je n’avais jamais vraiment compris l’horreur du réseau des pensionnats au Canada.
À la fin de la cérémonie de guérison et de purification, j’ai vu des survivants de St. Michael s’approcher du bâtiment et hurler de rage et de douleur en lançant des briques à travers ses fenêtres. Je les ai vus s’effondrer en larmes après cette énorme libération émotionnelle. C’est à ce moment-là que j’ai enfin compris ce que les survivants ont traversé, lorsque j’ai vu le flot d’émotions de personnes se tenant devant un bâtiment désormais vide et ce que ce bâtiment représentait pour elles. Ce fut un moment très poignant pour moi, qui m’est resté en mémoire toutes ces années.
Les députés reçoivent souvent des commentaires de personnes qui leur demandent pourquoi les pensionnats sont encore importants et pourquoi les peuples autochtones ne peuvent pas simplement oublier cet épisode et passer à autre chose. Il s’agissait d’une assimilation forcée, d’un génocide dont a été victime tout un peuple. Les Autochtones n’ont pas envoyé leurs enfants dans ces écoles. Les enfants ont été arrachés de force à leur famille. Ils ont été contraints d’oublier leur culture, leur langue et leur histoire. Ils ont été négligés, maltraités, tant sexuellement que physiquement, et ils sont morts, souvent sans que leur famille en soit informée. Des tombes non documentées et non marquées étaient souvent leur dernière demeure, ce qui témoigne du peu de valeur accordée à la vie de ces enfants, tant par le gouvernement fédéral que par l’Église catholique, qui dirigeait les écoles. C’est la preuve absolue d’un système qui ne se souciait tout simplement pas des enfants. C’était un système qui cherchait à cacher la brutalité de son fonctionnement.
La création du système canadien de pensionnats autochtones est le résultat de lois, de politiques et de pratiques coloniales qui n’ont pas reconnu et appliqué les droits fondamentaux de la personne. Je suis père de trois belles filles. J’essaie de comprendre comment l’État pourrait arriver un jour sur le pas de ma porte et les emmener de force, sans espoir de jamais les revoir. C’est le pire cauchemar d’un parent. Ce n'est pas quelque chose dont on se remet.
Il y a les survivants qui sont revenus, et il y a le traumatisme intergénérationnel qui a affecté des communautés entières. Il n’y a pas un seul Autochtone au Canada qui n’a pas été touché d’une manière ou d’une autre par ce chapitre brutal et traumatisant de notre histoire. Que cela soit bien clair dès le départ.
En ce qui concerne mes collègues libéraux, je sais qu’il y a de bonnes intentions du côté du gouvernement. Ils ont promis à répétition de faire enfin ce travail, mais ils n'ont pas tenu promesse. Nous continuons à ne voir que des platitudes et des mesures symboliques comme réponse, alors qu’il est tout à fait évident que nous avons largement dépassé le moment d’agir.
Le gouvernement n’a mis en œuvre qu’une fraction des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Je rappellerai à mes collègues qu’il ne s’agit pas de recommandations: ce sont des « appels à l’action », et ce, pour une bonne raison. Le gouvernement continue de s’opposer à une décision du Tribunal canadien des droits de la personne sur la discrimination systémique à l’égard des enfants autochtones, et il dépense des millions de dollars pour combattre les survivants des pensionnats devant les tribunaux.
Par exemple, le gouvernement fédéral s'est vu intenter une action en justice dans le cadre d'un recours collectif visant à obtenir des réparations pour les effets dévastateurs des pensionnats sur les cultures, les langues et les communautés des Premières Nations. Dans les documents qu’il dépose au tribunal, le gouvernement fédéral nie toute responsabilité juridique. Il affirme que la perte de la langue et de la culture était une conséquence inévitable de l’enseignement en anglais ou de l'enseignement de la doctrine chrétienne aux enfants.
Cela va bien au-delà de la réalité de ce qui s’est passé. Ce qui était évitable, c’était la politique consistant à envoyer ces enfants de force dans des écoles où ils étaient complètement déconnectés de leur langue, de leur culture et de leur histoire. Nous avons depuis longtemps une politique dans laquelle les avocats du gouvernement fédéral sont complètement à l’opposé de ce que notre nation devrait faire pour avancer.
Le débat d’aujourd’hui m’a également fait penser à toutes les fois où, au cours des dernières décennies, le Canada a pris la parole sur la scène mondiale pour faire la leçon à d’autres pays sur leur bilan en matière de droits de la personne, tout en ignorant délibérément les abus endémiques dans notre propre cour. Si ce n’est pas l’exemple le plus accablant d’hypocrisie, je me demande bien ce qui l’est. Comme cette nouvelle est maintenant internationale, je pense que les autres pays ont le droit de nous interpeller sur cette hypocrisie endémique. Quand je pense aux fosses communes non documentées d’enfants disparus, les mots me manquent. Nous allons en trouver d’autres. C’est inévitable.
Lorsque je parle de ce sujet à mes électeurs, la réponse dominante est un réel sentiment de frustration. Ils en ont assez des discours nobles, des engagements continus et de la répétition constante qu’aucune relation n’est plus importante que celle avec les peuples autochtones. Si c’est le cas, alors il est temps d’agir en conséquence. Mes électeurs veulent voir de l’action.
Cette pandémie a démontré la rapidité avec laquelle les gouvernements peuvent agir en temps de crise, tant pour changer les politiques que pour fournir de l’aide. Si ce n’est pas une période de crise, si ce n’est pas un moment décisif pour nous regarder dans le blanc des yeux et déterminer ce que nous voulons faire, je me demande bien ce qui l’est. Je continue d’attendre. Quand allons-nous atteindre le moment où la goutte fera enfin déborder le vase et où nous commencerons à voir ce mouvement?
Cela m’amène à la motion d’aujourd’hui. Elle ne présente pas tout ce que nous pouvons faire, mais quelques étapes initiales. Le nombre d’options dont nous disposons en tant que membres de l’opposition est limité, mais l’un des outils dont nous disposons consiste à imposer un débat à la Chambre sur une motion de notre choix et à obtenir un vote éventuel sur cette motion. J’ai entendu des députés d’autres partis de l’opposition dire qu’ils appuyaient la motion, mais je n’ai encore entendu aucun député libéral en dire autant. Je pense que ce serait un message très puissant si cette motion était adoptée avec le consentement unanime de la Chambre.
En conclusion, je demande aux députés ministériels de voter en faveur de cette motion. Je sais qu’elle n’est pas contraignante, mais ils pourraient au moins signaler qu’ils comprennent les mesures à prendre. Espérons que cela nous fera prendre la voie du changement systémique que nous devons absolument voir.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, today I will be splitting my time with the hon. member for Vancouver Centre.
Kwe. Unusakut. Tansi. Hello. Bonjour. I want to acknowledge that I am speaking today from the traditional territory of the Algonquin Anishinabe people.
Indigenous communities, families and friends are hurting. Emotions are high, and the pain is real. For indigenous people, the events this week may not be a surprise. It does not make it less of a shock or less painful. There is not a single community that is not grieving today. The news that came from Kamloops last week has opened up wounds that were not closed, even if people thought they were closed.
Our thoughts and actions at this time must support the communities and families in recovering the truth, so that they could continue to heal. We cannot heal without the truth, as painful as it is. It is on the hearts and minds of all Canadians, and frankly, if it is not, it should be.
Over the past week, people have shared piercing and atrocious anecdotes that really show what kind of places those facilities were, and indeed the testimonials today from members in the House certainly reinforces that. I thank them for their testimonials.
I was reminded by a faith healer friend who I rely heavily upon that, for example, the Mohawk Institute in Six Nations had an orchard and had apples, but the kids could not eat them. They were punished if they did. There were chickens, but the kids could not take the eggs because the eggs were sent to market. The only time they would get one was at Easter. Calling those places schools is to use a euphemism. They were labour camps, and people starved.
I know people are eager to get answers as to what the federal government will do, what we will do nationally and what Canada will do. Let me say this clearly, we will be there for indigenous communities that want to continue the search for the truth.
The reality is that this is something that will be dictated to us by the communities that are affected, as set forth notably in call to action 76 in the body of the Truth and Reconciliation Report. We will be there for communities. We do have to respect the privacy, space and mourning period of those communities that are collecting their thoughts and putting together their protocols as to how to honour these children. They have asked us specifically for that. We will do that, and Canadians must respect that.
Yesterday, the Minister of Crown-Indigenous Relations announced $27 million in funding to support the ongoing NCTR and to implement calls to action 74 to 76. This will fund support for survivors, their families and communities across Canada to locate and memorialize children who died or went missing while attending residential schools.
We also have to look one another right in the eyes and face the fact that the general public either misunderstands or is ignorant of certain chapters of our history, especially the most painful ones. This truth is hard to bear, particularly for the indigenous communities affected and for the individuals and families who are reliving very painful parts of their own history or that of their parents, cousins, uncles and aunts.
As leaders, politicians and members of Parliament, it is also our role to educate and contribute to that education. In light of what we have learned this week, it is once again clear that many more truths remain to be uncovered. Explanations are needed. Too often, that explanation comes from indigenous peoples themselves. Too often, the job of educating Canadians has fallen to them, and, too often, we do not transmit that knowledge to our children. Fortunately, children are now learning about this in school, and they are telling us the harsh truth about what happened. Placing this burden on indigenous peoples is not fair. It should not be their burden to carry.
I repeat: We will be there for indigenous communities and families. We will support the search for truth and we will implement calls to action 72 to 76, among others, with an initial investment of $27 million. This funding will be distributed according to the priorities and requests of the communities themselves.
The government's role is to financially support communities in their grieving and healing process, as the wounds are still very fresh in this case. The communities will decide themselves whether they want to proceed with more extensive searches or not.
In this particular case, we spoke directly with indigenous leaders in Kamloops and the surrounding communities to offer mental health and security services, because emotions are running high, but we will respect the space they asked us to respect.
Obviously, this is painful for families who may have had uncles, aunts or cousins who disappeared and were never heard from again, but the key point here is that the Government of Canada will be there with the necessary support and funding for the communities that need it.
One of the many things being highlighted and underscored this week, in the midst of the heartache in Kamloops, is that indigenous children belong with their families and communities. Kids belong at home, where they can be with their relatives and elders; where they can learn their nation's culture, language and traditions; and where they can be given back all that was taken from, their parents and their grandparents. Bill C-92 affirms this inherent right. I would note that this basic right is one that the rest of us take for granted.
All of us share the responsibility to ensure this happens. The number of indigenous children who have been taken away in care in recent years far exceeds the number who attended residential schools. That should set in. In 2016, more than 52% of children in foster care in Canada were indigenous, and they account for 7% of the child population. The truth is that for children taken away from their community, their connections to their cultures and traditions were impacted too.
Fixing a broken system requires long-term reforms. The Government of Canada is determined to eliminate and continues to eliminate these discriminatory policies and practices against indigenous children, and we are doing it hand-in-hand with indigenous partners. The Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families, which responds to calls to action, is a new way forward. Indigenous governments and communities have always been empowered to decide what is best for their children, their families and their communities, and the act provides a path for them to fully exercise and lift up that jurisdiction.
As a result of this work, led by indigenous communities, two indigenous laws are now enforced: the Wabaseemoong Independent Nations law in Ontario and the Miyo Pimatisowin Act of the Cowessess First Nation in Saskatchewan. In each of these communities, children will have greater opportunity to grow up immersed in their culture and surrounded by loved ones. They will be welcomed home.
We are moving closer to achieving our shared ultimate goal of reducing the number of indigenous children in care. Systemic reform of the child and family services system is one important step. Compensation for past harms is another.
Since the CHRT issued its first order for Canada to cease its discriminatory practices in 2016, we have been working with first nations leaders and partners to implement the tribunal's orders.
We have the same goal of fair and equitable compensation. Let me be clear that no first nations children will be denied fair and equitable compensation. Children should not be denied the products or services they need because governments cannot agree on who will pay for them. It is why, via Jordan's principle, we have funded approximately $2 billion in services, speech therapy, educational supports, medical equipment, mental health services and so much more. This is transformative and the right thing to do.
The government is not questioning or challenging the notion that first nations children who were removed from their homes, families and communities should be compensated. We are committed to providing first nations children with access to the necessary supports and services, but it is important to obtain clarity on certain limited issues, which is why we brought the judicial review forward. We need to focus on what is really important, ensuring fair and equitable compensation of first nations children affected by the child and family services program and that first nations children have access to the supports they need when they need them.
I would remind the House that there are also two competing class actions that deal essentially with the same group of children. We are, nevertheless, in discussions with the parties to the various cases, but those discussions must remain confidential out of respect.
Finally, no court case can achieve the transformative change that we need to achieve as a country.
As the recent discovery in Kamloops reminds us once again, every child in this country should have the support and services they need to thrive.
Removing a child from their family or community must be an absolute last resort. We need to do the work to change the system and ensure that every person is treated equally and fairly, without prejudice or injustice, and with respect and dignity. It is our responsibility as a government and as Canadians who want to make Canada a better place for everyone.
We cannot change the past, but we can learn from it and find ways to right some historic wrongs, to acknowledge what never should have happened and do everything we can to ensure a better future.
Meegwetch. Nakurmik. Masi cho.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Vancouver Centre.
Kwe. Unusakut. Tansi. Hello. Bonjour. Je tiens à reconnaître d’abord que je m’exprime aujourd’hui depuis le territoire ancestral du peuple algonquin anishinabe.
Les collectivités, les familles et les amis autochtones souffrent. Les émotions sont fortes et la douleur est réelle. Pour les Autochtones, les événements de cette semaine ne sont peut-être pas une surprise. Cela ne les rend pas moins choquants ou moins douloureux. Il n’y a pas une seule collectivité qui ne soit pas en deuil aujourd’hui. Les nouvelles venues de Kamloops la semaine dernière ont rouvert des blessures qui n’étaient pas cicatrisées, même si les gens pensaient qu’elles l’étaient.
Nos pensées et nos actions en ce moment doivent aider les collectivités et les familles à découvrir la vérité, afin qu’elles puissent continuer à guérir. Nous ne pouvons pas guérir sans la vérité, aussi douloureuse soit-elle. Elle est dans le cœur et l’esprit de tous les Canadiens, et honnêtement, si elle ne l’y est pas, elle devrait y être.
Au cours de la semaine dernière, les gens ont livré des récits poignants et atroces qui montrent vraiment quel genre d’endroits ces établissements étaient, et effectivement, les témoignages de députés aujourd’hui le confirment. Je les remercie pour leurs témoignages.
Un ami guérisseur sur lequel je compte beaucoup m’a rappelé que, par exemple, l’Institut Mohawk à Six Nations avait un verger et des pommes, mais les enfants ne pouvaient pas en manger. Ils étaient punis s’ils le faisaient. Il y avait des poules, mais les enfants ne pouvaient pas prendre les œufs parce qu’ils étaient destinés au marché. La seule fois où ils pouvaient en avoir un, c’était à Pâques. Appeler ces endroits des écoles est un euphémisme. C’étaient des camps de travail, et les gens mouraient de faim.
Je sais que les gens sont impatients d’obtenir des réponses sur ce que le gouvernement fédéral fera, ce que nous ferons à l’échelle nationale et ce que le Canada fera. Permettez-moi de vous dire clairement que nous serons là pour les collectivités autochtones qui veulent poursuivre la quête de la vérité.
Le fait est que la suite nous sera dictée par les collectivités touchées, comme cela a été énoncé particulièrement dans l’appel à l’action 76 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Nous serons là pour les collectivités. Nous devons respecter la vie privée, l’espace et la période de deuil de ces collectivités qui reprennent leurs esprits et élaborent leurs protocoles pour honorer ces enfants. Elles nous ont expressément demandé de le faire. Nous le ferons, et les Canadiens doivent le respecter.
Hier, la ministre des Relations Couronne-Autochtones a annoncé un financement de 27 millions de dollars pour soutenir le Centre national pour la vérité et la réconciliation et mettre en œuvre les appels à l’action 74 à 76. Ce financement permettra d’aider les survivants, leur famille et les collectivités de tout le Canada à localiser et commémorer les enfants qui sont morts ou ont disparu alors qu’ils fréquentaient les pensionnats.
Nous devons aussi nous regarder directement dans les yeux et faire face à cette réalité, à savoir une certaine méconnaissance ou une ignorance du grand public sur certains points de notre histoire, et surtout les moments les plus pénibles. C'est une vérité qui est très pénible, d'abord et avant tout pour les communautés autochtones affectées, les individus et les familles qui revivent des moments très pénibles de leur propre histoire ou celle de leurs parents, cousins, oncles et tantes.
Notre rôle à tous, en tant que leaders, politiciens et députés de la Chambre, est aussi d'éduquer et de contribuer à cette éducation. À la lumière de ce que l'on a vu cette semaine, force est de constater que, encore une fois, il reste beaucoup de vérités à découvrir. Cela doit être expliqué. Trop souvent, cette explication provient des peuples autochtones eux-mêmes. Trop souvent, ils ont pris sur leurs épaules la responsabilité d'éduquer les Canadiens et, trop souvent, nous ne transmettons pas cette connaissance à nos enfants. Heureusement, maintenant, les enfants apprennent cela à l'école et ils nous relatent la vérité très difficile de ce qui s'est passé. Ce fardeau sur les épaules des peuples autochtones n'est pas juste, et ils ne devraient pas l'avoir.
Je le dis et je le répète: nous serons là pour les communautés et les familles autochtones. Nous soutiendrons la recherche de la vérité et nous répondrons aux appels à l'action 72 à 76, entre autres, par un premier investissement de 27 millions de dollars. Ce financement sera distribué en fonction des priorités et des demandes des communautés elles-mêmes.
Le rôle du gouvernement est d'appuyer financièrement les communautés dans leur processus de deuil et de guérison, encore très vif dans ce cas-ci. Les communautés elles-mêmes prendront des décisions si, oui ou non, elles vont procéder à des fouilles plus invasives.
Dans le cas présent, à Kamloops et dans les communautés environnantes, nous avons directement parlé au leaders pour leur offrir des services en santé mentale et en sécurité, car les émotions sont vives, mais nous allons respecter l'espace qu'elles nous ont demandé de respecter.
C'est évidemment pénible pour les familles qui ont peut-être eu des oncles, des tantes ou des cousins ayant disparu, desquels ils n'ont pas encore de nouvelles, mais le point à retenir, c'est que le gouvernement du Canada sera là avec le soutien et le financement nécessaires pour les communautés qui en auront besoin.
L’une des nombreuses choses mises en évidence soulignée cette semaine, au milieu de la douleur à Kamloops, est que les enfants autochtones ont leur place dans leur famille et leur collectivité. La place des enfants est à la maison, où ils peuvent être avec leurs parents et leurs aînés; où ils peuvent apprendre la culture, la langue et les traditions de leur nation; et où ils peuvent recevoir en retour tout ce qui a été pris à leurs parents et à leurs grands-parents. Le projet de loi C-92 affirme ce droit inhérent. Je tiens à souligner que ce droit fondamental est un droit que nous tenons tous pour acquis.
Nous partageons tous la responsabilité de veiller à ce qu’il en soit ainsi. Le nombre d’enfants autochtones qui ont été pris en charge au cours des dernières années dépasse de loin le nombre de ceux qui ont fréquenté les pensionnats. Il faut en prendre conscience. En 2016, plus de 52 % des enfants placés en famille d’accueil au Canada étaient Autochtones et ils représentent 7 % de la population des enfants. La vérité est que pour les enfants retirés de leur collectivité, leurs liens avec leur culture et leurs traditions ont aussi été compromis.
Réparer un système qui ne fonctionne pas nécessite des réformes à long terme. Le gouvernement du Canada est déterminé à éliminer et continue d’éliminer ces politiques et pratiques discriminatoires envers les enfants autochtones, et nous le faisons main dans la main avec nos partenaires autochtones. La Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis, qui répond à des appels à l’action, ouvre une nouvelle voie. Les gouvernements et les collectivités autochtones ont toujours été habilités à décider de ce qui est le mieux pour leurs enfants, leurs familles et leurs collectivités, et la loi leur donne la possibilité d’exercer pleinement ce pouvoir et de le renforcer.
Grâce à ce travail, mené par les collectivités autochtones, deux lois autochtones sont désormais appliquées: la loi des Nations indépendantes Wabaseemoong en Ontario et la Cowessess First Nation Miyo Pimatisowin Act, en Saskatchewan. Dans chacune de ces communautés, les enfants auront davantage l’occasion de grandir dans leur propre culture et entourés de leurs proches. Ils seront accueillis chez eux.
Nous nous rapprochons de notre objectif ultime commun de réduire le nombre d’enfants autochtones pris en charge. La réforme du système de services à l’enfance et à la famille est une étape importante. La réparation des préjudices subis en est une autre.
Depuis que le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu sa première ordonnance pour que le Canada cesse ses pratiques discriminatoires en 2016, nous collaborons avec les dirigeants et les partenaires des Premières Nations pour que soient respectées les ordonnances du tribunal.
Nous avons l’objectif commun d’une indemnisation juste et équitable. Je veux être clair: aucun enfant des Premières Nations ne se verra refuser une indemnisation juste et équitable. Les enfants ne devraient pas se voir refuser les produits ou les services dont ils ont besoin parce que les gouvernements ne peuvent pas s’entendre sur qui les paiera. C’est pourquoi, grâce au principe de Jordan, nous avons injecté environ 2 milliards de dollars dans divers services, en orthophonie, en soutien scolaire, en équipement médical, en services de santé mentale et bien plus encore. C’est transformateur et c’est ce qu'il faut faire.
Le gouvernement ne remet pas en question l’idée que les enfants des Premières Nations qui ont été retirés de leur foyer, de leur famille et de leur collectivité devraient être indemnisés. Nous sommes déterminés à fournir aux enfants des Premières Nations l’accès aux soutiens et aux services nécessaires, mais il est important de clarifier certaines questions limitées, et c’est pourquoi nous avons demandé une révision judiciaire. Nous devons nous concentrer sur ce qui est vraiment important, c’est-à -dire assurer une indemnisation juste et équitable aux enfants des Premières Nations touchés par le programme des services à l’enfance et à la famille et faire en sorte que les enfants des Premières Nations aient accès au soutien dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.
Je rappelle à la Chambre qu’il existe également deux recours collectifs concurrents qui portent essentiellement sur le même groupe d’enfants. Nous sommes néanmoins en pourparlers avec les parties aux différentes affaires, mais ces discussions doivent rester confidentielles par respect.
Enfin, aucune affaire judiciaire ne peut réaliser le changement transformateur que nous devons effectuer en tant que pays.
Comme nous l'avons encore rappelé lors de la récente découverte à Kamloops, chaque enfant de ce pays devrait avoir le soutien et les services dont il a besoin pour s'épanouir.
Le fait de retirer un enfant de sa famille ou de sa communauté devrait être un absolu dernier recours. Nous devons faire le travail nécessaire pour changer le système et veiller à ce que chaque personne soit traitée de manière équitable et juste, sans préjugés ou injustices, mais avec respect et dignité. C'est notre responsabilité en tant que gouvernement et en que tant que Canadiens qui veulent faire du Canada un meilleur endroit pour tous.
Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous pouvons en tirer des leçons pour chercher des moyens de remédier à ces torts, de reconnaître ce qui n'aurait jamais dû arriver et de faire tout notre possible pour assurer un avenir meilleur.
Meegwetch. Nakurnii. Masi cho.
View Hedy Fry Profile
Lib. (BC)
View Hedy Fry Profile
2021-06-03 13:15 [p.7890]
Madam Speaker, I want to thank the New Democratic Party for bringing forward this topic on its opposition day. This is the kind of thing we need to do. We need to discuss this. We need to talk about it. We need to clarify and get to the truth of everything.
I know my colleague, the Minister of Indigenous Services, just said that he could not put himself in the place of those families and children. When I think of the residential schools, I think of what it would be like for my three boys to have been taken away from me when they were five or six years old. I think about them being told I was a bad parent and they would never see me again. I think of them being made to believe that everything they believed in, their family and their parents, was a lie or was untrue; making them feel ashamed of who they were, never knowing what it was to have been loved by a parent and living in an institution where they were abused. That makes me tear up because it must have been horrid.
When I think of those children who were buried in the mass grave in Kamloops, I think how they must have longed to see their parents, longed to be home, feeling ashamed every single day about being Indian and having to change who they were. I am just thinking about that.
In 2010-11, I chaired the status of women committee. We looked at the issue of violence against indigenous women in society, on reserve and off reserve. We went across the country, members from all political parties. We listened to the testimony of the women, the grandmothers and the elders. Every member of that committee did not have a single day in which they did not have tears unabashedly streaming down their cheeks, hearing those stories and the injustice of it all. Some of them came in saying things that they heard from other Canadians, such as “Oh, look at me”, that they had come here with no money in their pockets and they had survived. They wanted to know why these people were not able to do the same. They stopped saying that after the second meeting. They could not bear to listen to that truth.
I want to also note that during these committee hearings, I do not think we ever had more than two people in the room who were non-indigenous. Canadians did not care. They did not want to come and they did not want to listen. This was not an important thing for them to hear.
I hear people say that when they were in school, they were not taught this. That is the collective responsibility we bear for not caring, for pretending we did not know or for not wanting to know. That is important thing I want to park here. The facts are that most Canadians do not know and that most Canadian contribute to societal discrimination against indigenous people, calling them names, thinking they are, in fact, unworthy of the help or of anything. They do not understand the intergenerational trauma.
I have to mention South Africa. South Africa began apartheid because people came here, they saw what we were doing, they saw the carding system to be an Indian. They saw the residential schools and the reserves. They went back and did that in South Africa. They borrowed that for the way the Afrikaners treated the majority of that community. When we look at the parallels between South Africa, they learned apartheid from us.
However, we also learned something from them. We learned about truth and reconciliation. We are now talking about truth and reconciliation. We have been talking about it for a long time. When the people, the survivors, went and spoke, they mostly spoke to an indigenous commission. There still were no Canadians there, listening, learning and feeling heartbroken by what they heard. I do not believe there is a Canadian who would not be heartbroken by those stories. We have talked about reconciliation, but I want to talk about truth.
I want to make sure as we use this opportunity to speak together as a Parliament, we resist the tendency to want to have a quick and dirty fix and then go about our business and have feelings of “look at us, we just did all the right things”, that we can just feel not guilty and can assuage all of the feelings we have.
We should not do that, and we should not take this horrible, tragic, painful finding of the bodies of children in Kamloops to become partisan and political. We would actually be desecrating the bodies of those children if we built partisanship out of this, if we made political gains out of this.
I would love to hear us talk about this and would love to not hear us say “and this is what you must do”, because are we not then doing what the colonials and the churches did, which is to tell everybody what to do? Do we not think we have told indigenous people what to do for long enough? Do we not think that reconciliation is a long journey? We learned that from South Africa. It still has not finished that journey. South Africa is still on that journey.
The point I am trying to make here is that we have to be very careful about how we use this tragedy to impose on and continue to pretend we know best for indigenous people. Reconciliation is taking a long time because we have to work and, for the first time, listen and respect what indigenous communities want.
Indigenous communities across this country have different journeys right now. Some of them are ready for reconciliation and self-government and some of them have a long way to go. We need to be patient and work with them in respect. As government, we love to say, “Let us get this done tomorrow; let us get this bill passed”, but this is not what this about. This is about a journey.
I want to talk a bit about all the tears, flowers and outpouring of grief by Canadians. This is good and is cathartic for everybody. At the same time, we know everybody will move on to a different site at the next tragedy that comes and put flowers, and that the grief will be just as great for this new thing as it is for this one. This is not simply an incident we must grieve over. This has been going on for a long time.
There has been intergenerational pain and grief. We, as Canadians, never mention government or institutions, but as Canadians, every day we judge indigenous people. We are responsible, as Canadians, for the systemic discrimination of “Look at that person. They're probably drunk.” I heard stories from the witnesses in committee about how people would be taken to the hospital in pain, and someone talked about an incident where a young man had an abscessed tooth and was in such pain he was just crying all the time and the nurses and doctor said to bring him back when he was sober.
We are responsible for that. This is not just about what a government did. This is not about what churches did. This is about what everybody did because they thought they knew best. I do not want us to do that. I do not want us to always know best. I want us to heed, as we are already doing, the path to reconciliation and take the patience to walk with indigenous people, to listen to indigenous people and to heed what they are telling us. Not just to listen, but to heed it. We need to go at the pace they are ready to go at, and in the interim, to support, heal and make sure we build together a new society.
I want to talk about the truth part. We have talked a lot about reconciliation. In the Truth and Reconciliation Commission in South Africa, the truth was told in public fora. The truth was told by witnesses who came to say what they had suffered under that horrible regime, and everybody heard. The Afrikaners heard, the white population heard, everybody heard. It was broadcast on television and everybody heard that truth.
What we need to do is now go back to the schools and teach that truth. What we need today, other than teddy bears, flowers and quick fixes, is for every single Canadian in this country to own that truth. We need to own that shame. We need to own that guilt. We need to say to indigenous people that we have continued to do this and are sorry, not just that we are sorry but that we want to take the burden of guilt onto ourselves and that we want to take that shame and carry it with them. That is how it should go.
I just want to read something from—
Madame la Présidente, je tiens à remercier le Nouveau Parti démocratique d’avoir soulevé ce sujet lors de sa journée d’opposition. C’est le genre de chose que nous devons faire. Nous devons en discuter. Nous devons en parler. Nous devons éclaircir les choses et aller au fond des choses.
Je sais que mon collègue, le ministre des Services aux Autochtones, vient de dire qu’il ne pouvait pas se mettre à la place de ces familles et de ces enfants. Quand je pense aux pensionnats, je pense à ce que cela aurait été pour moi qu’on m’ait enlevé mes trois garçons quand ils avaient cinq ou six ans. J’imagine qu’on leur ait dit que j’étais une mauvaise mère et qu’ils ne me reverraient jamais. J’imagine qu’on leur ait fait croire que tout ce en quoi ils croyaient, leur famille et leurs parents, était un mensonge ou était faux; qu’on leur ait fait ressentir la honte de ce qu’ils étaient, qu’ils n’aient jamais su ce que c’était que d’être aimé par un parent et qu’ils aient vécu dans une institution où ils étaient maltraités. J’en ai les larmes aux yeux parce que cela a dû être horrible.
Quand je pense à ces enfants qui ont été enterrés dans la fosse commune de Kamloops, je me dis qu’ils ont dû avoir envie de voir leurs parents, de rentrer chez eux, et qu’ils ont dû avoir honte chaque jour d’être Indiens et de devoir changer qui ils étaient. Je ne pense pas seulement à cela, cependant.
En 2010-2011, j’ai été présidente du Comité de la condition féminine. Nous nous sommes penchés sur la question de la violence à l’endroit des femmes autochtones dans la société, dans les réserves et hors réserve. Nous avons parcouru le pays, avec des députés de tous les partis politiques. Nous avons écouté le témoignage des femmes, des grands-mères et des aînées. Il n’y a pas eu un seul jour où tous les membres de ce comité n’ont pas eu les larmes aux yeux en entendant ces histoires et l’injustice de tout cela. Certains d’entre eux sont venus dire des choses qu’ils avaient entendues de la part d’autres Canadiens, comme « Oh, regardez-moi », qu’ils étaient venus ici sans argent en poche et qu’ils avaient survécu. Ils voulaient savoir pourquoi ces personnes n’étaient pas capables de faire de même. Ils ont cessé de dire cela après la deuxième réunion. Ils ne pouvaient pas supporter d’entendre cette vérité.
Je tiens également à souligner que pendant ces audiences du comité, nous n’avons jamais eu, je crois, plus de deux personnes non autochtones dans la salle. Cela n’intéressait pas les Canadiens. Ils ne voulaient pas se déplacer ni écouter. Ils ne jugeaient pas important d’entendre ce qui se disait.
J’entends des gens dire qu’on ne leur a pas parlé de cela à l’école. Telle est la responsabilité collective que nous devons assumer de ne pas nous être souciés de ce qui se passait, d’avoir prétendu ne pas savoir ou de ne pas avoir voulu savoir. Ce que je veux surtout souligner, c’est que la plupart des Canadiens ne savent pas, que la plupart des Canadiens contribuent à la discrimination sociétale à l’égard des Autochtones, en les dénigrant, en pensant qu’ils ne sont, en fait, pas dignes de l’aide qu’on leur apporte ou de quoi que ce soit d’autre. Ils ne comprennent pas le traumatisme intergénérationnel.
Je dois mentionner l’Afrique du Sud. L’apartheid y a été instauré parce que des gens sont venus ici, ont vu ce que nous faisions, le système de fichage des Indiens, les pensionnats et les réserves. Ils sont retournés en Afrique du Sud et y ont fait la même chose. Les Afrikaners se sont inspirés de ces méthodes pour traiter la majorité de cette communauté de la façon dont ils l’ont traitée. Si nous comparons avec l’Afrique du Sud, nous leur avons inspiré l’apartheid.
Cependant, l’Afrique du Sud nous a appris quelque chose. L’idée de vérité et réconciliation. Nous parlons maintenant de vérité et réconciliation. Nous en parlons depuis longtemps. Quand les personnes, les survivants, ont parlé, elles ont surtout parlé à une commission autochtone. Il n’y avait toujours pas de Canadiens présents pour écouter, apprendre et avoir le cœur brisé par ce qu’ils entendaient. Je crois que pas un Canadien n’aurait pas eu le cœur brisé par ces histoires. Nous parlons de réconciliation, mais nous ne voulons pas parler de vérité.
Je veux m’assurer, alors que nous saisissons cette occasion de parler ensemble en tant que Parlement, que nous résisterons à la tendance à vouloir trouver une solution expéditive et douteuse pour retourner à nos affaires en ayant le sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait, que nous pouvons être rassurés et que nous n’avons pas à nous sentir coupables.
Nous ne devons pas céder à cette tendance, pas plus que nous ne devons permettre que cette découverte horrible, tragique et douloureuse de corps d’enfants à Kamloops fasse l’objet de partisanerie et de jeux politiques. Ce serait profaner la dépouille de ces enfants.
J’aimerais que nous parlions de ce sujet et que nous ne disions pas, « voilà ce qu’il faut faire », car ne ferions-nous pas alors comme les esprits coloniaux et comme les églises qui dictaient à chacun quoi faire? Ne pensons-nous pas avoir dit pendant assez longtemps aux Autochtones ce qu’ils doivent faire? Ne savons-nous pas que la réconciliation est un travail de longue haleine? L’Afrique du Sud nous l’a montré. Elle n’en a pas encore terminé. Elle poursuit ce travail.
J’essaie de dire que nous devons faire très attention à la façon dont nous utilisons cette tragédie pour imposer notre point de vue et continuer à prétendre que nous savons ce qui est le mieux pour les Autochtones. La réconciliation prend beaucoup de temps parce que nous devons travailler et, pour la première fois, écouter et respecter ce que souhaitent les collectivités autochtones.
À l'heure actuelle, les collectivités autochtones du Canada en sont à des étapes différentes. Certaines sont prêtes pour la réconciliation et l’autonomie gouvernementale, tandis que d’autres ont encore un long chemin à parcourir. Nous devons être patients et collaborer avec elles dans le respect. En tant que gouvernement, nous privilégions l'approche législative qui consiste à adopter un projet de loi puis à passer à l'action. Mais cette formule ne convient pas dans le présent cas. Il faut faire un cheminement.
J'aimerais parler brièvement de toutes les larmes, les fleurs et les manifestations de sympathie des Canadiens. C’est une bonne chose et c’est cathartique pour tout le monde. Par ailleurs, nous savons que lors de la prochaine tragédie, les gens se rendront à un autre endroit pour y déposer des fleurs et que le chagrin sera tout aussi vif face à ce nouvel événement. Il ne s’agit pas simplement d'un incident dont il faut faire le deuil. Le drame dure depuis longtemps.
La douleur et le chagrin se sont transmis d'une génération à l'autre. En tant que Canadiens, nous ne faisons jamais mention du gouvernement ou des institutions mais, nous portons chaque jour des jugements sur les Autochtones. En tant que Canadiens, nous sommes responsables de la discrimination systémique qui fait dire « Regarde-le, il est probablement saoul ». J’ai entendu des témoins raconter au comité comment des Autochtones étaient amenés en douleur à l’hôpital. Un témoin a raconté qu'un jeune homme avait un abcès à une dent et souffrait tellement qu’il pleurait tout le temps, mais que les infirmières et le médecin ont dit de le ramener une fois qu'il serait dégrisé.
Nous sommes responsables de ce genre de situation. Il ne s’agit pas seulement de ce qu’un gouvernement a fait ou de ce que les Églises ont fait. Il s’agit de ce que tout le monde a fait en pensant savoir ce qui était le mieux. Je ne veux pas que nous agissions ainsi. Je ne veux pas que nous sachions toujours ce qui est le mieux. Je veux que nous empruntions, comme nous avons déjà commencé à le faire, le chemin de la réconciliation et que nous ayons la patience de marcher avec les Autochtones, de les écouter et de tenir compte de ce qu’ils nous disent. Il ne suffit pas d'écouter ce qu'ils ont à dire, il faut aussi en tenir compte. Nous devons aller au rythme auquel ils sont prêts à aller et, entretemps, les soutenir, les aider à guérir et nous employer à construire ensemble une nouvelle société.
Parlons de l'élément vérité. Il a beaucoup été question de réconciliation. À la Commission de vérité et de réconciliation en Afrique du Sud, la vérité a été dite dans des tribunes publiques. La vérité a été racontée par des témoins qui se sont manifestés pour dire la souffrance qu'ils avaient vécue sous l'horrible régime, et tout le monde les a entendus. Les témoignages ont été diffusés à la télévision, et tous ont entendu la vérité.
Il nous faut maintenant retourner dans les écoles et enseigner la vérité. Maintenant, plutôt que des oursons en peluche, des fleurs et des solutions simplistes, nous avons besoin que chaque Canadien du pays reconnaisse la vérité. Nous devons assumer la honte. Nous devons assumer la culpabilité. Nous devons dire aux peuples autochtones que nous avons continué dans la même voie et que nous le regrettons — non seulement que nous le regrettons, mais que nous voulons porter nous-mêmes le fardeau de la culpabilité et de la honte. Voilà ce qu'il faut faire.
Je veux lire une chose tirée de...
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am joining the debate today from the unceded lands of the Wet’suwet’en people. It is an honour to be sharing my time with the member for Winnipeg Centre.
Canadians have been shocked to learn the truth that indigenous people have been telling us for a long time. The validation of 215 unmarked burial sites near Kamloops has brought intense grief, despair and pain to indigenous people right across the country. My heart is with them today, especially the survivors of the residential schools that once stood in northwest B.C. at Lejac, Kitimat, Port Simpson and Lower Post. My heart is with them and their families.
I say “once stood”, but in Lower Post, a small village of the Daylu Dena just south of the B.C.-Yukon border, the residential school still stands. In fact, since the 1970s, this community has been forced to use the former residential school as its band office. I went there two winters ago and heard stories of how elders who suffered abuse in that building were forced to walk through its doors again and again to access basic services. Survivor Fred Lutz, who was the deputy chief at the time, took me to the basement and showed me the dark place behind the stairs. It is an image that will stay with me forever.
The Daylu Dena have been calling for the demolition and replacement of that building for years. It was good to hear just recently that in a few short weeks, it will finally be demolished. That is thanks to the leadership of people like Deputy Chief Harlan Schilling, former deputy chief Fred Lutz, their councils and others in their community. A new building will finally be built for the Daylu Dena. It is a long overdue step in the healing process and we have to ask ourselves why it took us so long.
I know a lot of non-indigenous people are feeling sad about the tragic discovery near Kamloops, but what I hear from indigenous people is that having us indulge in our sadness does not make the situation they face any better. What they want us to do, especially those of us in positions of power and influence, is to fight like hell for real action in this moment when people care about something they should have cared about a long time ago. That is where this motion comes from. We must act now.
How is it that six years later, so little progress has been made on the Truth and Reconciliation Commission's 94 calls to action? I remember when they came out in 2015: It was the year the Liberal government took power with a majority. How is it that by last year, 2020, there had only been significant progress on a quarter of the calls to action? How is it that so few of those calls have actually been completed?
A portion of this motion would require the government to accelerate implementation of the TRC calls to action related to investigating the deaths and disappearances of children at residential schools. We have heard much about that in this debate. The indigenous people I have spoken with over the past week overwhelmingly want the truth. They want to know where the other burial sites are and how many children are there. They want to know where their loved ones are. I was infuriated to learn that in 2009, the Truth and Reconciliation Commission asked the Harper government for $1.5 million to search residential school properties. Shamefully, those funds were denied. What would indigenous communities know today if that money had been granted 12 years ago?
The call to find all the lost children echoes what I have heard from the families of women and girls who have gone missing and have been murdered along the Highway of Tears in northwest B.C. where I live. I have been honoured to work alongside Brenda and Matilda Wilson, whose beloved Ramona was found murdered along Highway 16 near Smithers in 1996. We worked together to get better public transit along that highway, but what they want more than anything is to know the truth about what happened to Ramona. Twenty-five years later, they keep encouraging the RCMP's E-PANA division to continue its investigation and not stop until they finally know what happened. The families whose children were taken from them and never came home want and deserve the truth too, which is why investing resources and expertise in the residential school investigations is vital. “Truth” comes before “reconciliation” for a reason.
The other parts of this motion are important and deserve mention too. St. Anne's Indian Residential School is a long way from where I live in northwest B.C., but its story illustrates clearly the contrast between the government's carefully scripted performative gestures and its relentless denial of basic justice. I will not pretend to know the details of the St. Anne's issue as well as the member for Timmins—James Bay does, but reading about the government's fight against survivors is nothing short of enraging.
How can the federal government explain its department withholding key person-of-interest documents that would have helped justly resolve survivors' claims? How is it that the government continues to spend millions of dollars in its effort to minimize its responsibilities as a result of the Human Rights Tribunal ruling on indigenous kids in care?
In its 2016 ruling, the tribunal was crystal clear that services for indigenous children were being underfunded, and that as a result more kids were being taken away from their families. The government is fighting that ruling in court. It is arguing that because the discrimination was systemic, individuals harmed should not be entitled to compensation. The system that facilitated this harm was designed by people, and those people worked for our government. It is both astounding and infuriating. If this motion passes, I hope the government will obey the will of Parliament and call off its lawyers. The people affected by this discrimination deserve no less.
What both the St. Anne's case and the case involving indigenous child welfare show is that Canada's shameful treatment of indigenous people continues today. As one person said, it is not a chapter in our history: it is the entire plot of the book. The people in this place have the power to change it if we have the courage.
Last weekend, my friend Dolores told me that people were gathering at Lejac. It is located west of Prince George near Fraser Lake, about two hours from where I live, so I hopped in my vehicle and I drove out. Lejac is the site of the former Lejac Residential School, to which so many indigenous kids were taken from communities stretching from Prince George to Hazelton. The former school site is situated on a hill overlooking Fraser Lake. It is part of the territory of the Nadleh people.
On New Year's Day in 1937, four Nadleh boys between eight and nine years old escaped from the Lejac school. Allen Willie, Andrew Paul, Maurice Justin, and Johnny Michael set out to walk seven miles to their Nadleh home. They were found frozen to death on the ice of the lake just a mile short of their destination. It is just one of the hundreds of stories of heartbreaking loss stemming from that place.
As I drove up to the site of the former school last weekend, I was struck by how many people had travelled on short notice to be there together that day to share their collective grief, to drum and dance, to honour the survivors still among them, and to stand in solidarity with the families of the children whose remains were found only a few days earlier. I was struck by their resilience and their strength.
Most of all, I will remember Lheidli T’enneh singer Kym Gouchie calling all the children present into the centre of the circle. She taught them the actions for a kids' song that she wrote. As she sang, they followed along, touching their toes and reaching for the sky and singing out the words, and the instructions got faster and faster and the children's laughter rose. Dozens of indigenous kids laughing and dancing on the exact same ground where that horrible school once stood was an expression of joy in a week with so much pain. I will remember that hopeful sight for a long time and it makes me more determined than ever to fight for the justice that the motion before us represents.
I urge every member in this place to vote for this. After the flags go back up and the news media moves on, let us show indigenous people that we still hear them and are willing to act.
Madame la Présidente, je participe au débat d'aujourd'hui depuis les terres non cédées des Wet'suwet'en. C’est un honneur de partager mon temps de parole avec la députée de Winnipeg-Centre.
Les Canadiens sont choqués de découvrir une vérité dont les peuples autochtones parlent depuis longtemps. La découverte de 215 sépultures anonymes près de Kamloops suscite un chagrin, un désespoir et une douleur immenses chez les Autochtones de tout le pays. Je suis de tout cœur avec eux aujourd’hui, surtout avec les survivants des pensionnats qui se trouvaient dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique, à Lejac, à Kitimat, à Port Simpson et à Lower Post. Je suis de tout cœur avec eux et avec leur famille.
Je dis « qui se trouvaient », mais à Lower Post, petit village des Daylu Dena situé juste au sud de la frontière entre la Colombie-Britannique et le Yukon, le bâtiment du pensionnat existe toujours. En fait, depuis les années 1970, le conseil de bande de la collectivité est obligé de l’utiliser comme bureau. Je m’y suis rendu il y a deux ans, en hiver, et on m'a dit que des aînés qui y avaient subi des violences devaient en franchir les portes chaque fois qu’ils voulaient obtenir des services de base. Le survivant Fred Lutz, qui était alors chef adjoint, m’a emmené au sous-sol pour me montrer l’endroit plongé dans l’obscurité derrière les escaliers. C’est une image que je n’oublierai jamais.
Les Daylu Dena réclament la démolition et le remplacement de ce bâtiment depuis des années. J’ai été heureux d’apprendre, récemment, que dans quelques semaines, il sera enfin démoli. C’est grâce au leadership de personnes comme le chef adjoint Harlan Schilling, l’ancien chef adjoint Fred Lutz, le conseil de bande et d’autres membres de la collectivité. Un nouveau bâtiment sera enfin construit pour les Daylu Dena. Cette mesure n’a que trop tardé dans le processus de guérison et il faut se demander pourquoi il a fallu tout ce temps.
Je sais que beaucoup de non-Autochtones sont attristés par la découverte tragique faite près de Kamloops, mais ce que me disent les Autochtones, c’est que nous complaire dans notre tristesse n’arrange en rien leur situation. Ce qu’ils attendent de nous, notamment de ceux d’entre nous qui occupent des postes de pouvoir et d’influence, c’est que nous nous battions bec et ongle pour que de vraies mesures soient prises maintenant que les gens se préoccupent d'un dossier dont ils auraient dû se soucier depuis longtemps. Voilà la raison d'être de la présente motion. Nous devons agir maintenant.
Comment se fait-il que, six ans plus tard, si peu de progrès ont été réalisés par rapport aux 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation? Je me souviens de leur publication en 2015: c’était l’année où le gouvernement libéral a accédé au pouvoir avec une majorité. Comment se fait-il que l’année dernière, en 2020, il n’y ait eu des progrès concrets que pour le quart des appels à l’action? Comment se fait-il que si peu de ces appels ont été mis en œuvre?
Une partie de cette motion exigerait du gouvernement qu’il accélère la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation concernant l’enquête sur les décès et les disparitions d’enfants dans les pensionnats. Nous en avons beaucoup entendu parler dans ce débat. Les Autochtones à qui j’ai parlé la semaine dernière veulent, très majoritairement, connaître la vérité. Ils veulent savoir où se trouvent les autres lieux de sépulture et combien d’enfants s’y trouvent. Ils veulent savoir où se trouvent leurs proches. J’ai été furieux d’apprendre qu’en 2009, la Commission de vérité et réconciliation a demandé au gouvernement Harper 1,5 million de dollars pour fouiller les terrains des pensionnats. Ces fonds ont été refusés, et c'est une véritable honte. Que sauraient les collectivités aujourd’hui si cet argent avait été accordé il y a 12 ans?
L’appel à retrouver tous les enfants perdus fait écho à ce que j’ai entendu de la part des familles de femmes et de filles disparues ou assassinées le long de la route des larmes dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique, la région où j'habite. J’ai eu l’honneur de travailler aux côtés de Brenda et Matilda Wilson, dont la bien-aimée Ramona a été retrouvée assassinée en 1996 le long de la route 16, près de Smithers. Nous avons travaillé ensemble pour améliorer le transport en commun le long de cette route, mais ce qu’elles veulent plus que tout, c’est connaître la vérité sur ce qui est arrivé à Ramona. Vingt-cinq ans plus tard, elles continuent d’encourager la division E-PANA de la GRC à poursuivre son enquête et à ne pas s’arrêter avant de savoir enfin ce qui s’est passé. Les familles dont les enfants ont été enlevés et ne sont jamais revenus à la maison veulent et méritent aussi la vérité, et c’est pourquoi il est essentiel d’investir des ressources et des compétences dans les enquêtes sur les pensionnats. Ce n’est pas pour rien que la « vérité » vient avant la « réconciliation ».
Les autres parties de cette motion sont importantes et méritent d’être mentionnées. Le pensionnat autochtone de St. Anne est très loin de l’endroit où je vis, dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique, mais son histoire illustre clairement le contraste entre les gestes symboliques soigneusement scénarisés du gouvernement et son implacable refus que justice soit faite au niveau le plus élémentaire. Je ne prétendrai pas connaître les détails du dossier de St. Anne aussi bien que le député de Timmins-Baie James, mais il est tout simplement enrageant de lire à propos du combat que le gouvernement livre aux survivants.
Comment le gouvernement fédéral peut-il expliquer que son ministère ait retenu des documents clés sur les personnes d’intérêt qui auraient permis de régler équitablement les revendications des survivants? Comment se fait-il que le gouvernement continue de dépenser des millions de dollars pour tenter de minimiser ses responsabilités découlant de la décision du Tribunal des droits de la personne à propos des enfants autochtones pris en charge?
Dans sa décision de 2016, le Tribunal a affirmé sans équivoque que les services destinés aux enfants autochtones étaient sous-financés et que, par conséquent, davantage d’enfants étaient retirés de leur famille. Le gouvernement conteste cette décision devant les tribunaux. Il soutient que comme la discrimination est systémique, les personnes lésées ne devraient pas avoir droit à une compensation. Le système qui a facilité ce préjudice a été conçu par des gens, des gens qui travaillaient pour le gouvernement. C’est à la fois stupéfiant et exaspérant. Si cette motion est adoptée, j’espère que le gouvernement se pliera à la volonté du Parlement et rappellera ses avocats. Les personnes victimes de cette discrimination ne méritent pas moins.
Ce que l’affaire du pensionnat St. Anne et l’affaire concernant la protection des enfants autochtones révèlent, c’est que le traitement honteux des Autochtones par le Canada se poursuit. Comme quelqu’un l’a dit, ce n’est pas un chapitre de notre histoire, c’est toute l’intrigue du livre. Les membres de cette assemblée ont le pouvoir de changer les choses s'ils en ont le courage.
Le week-end dernier, mon amie Dolores m’a dit que des gens se rassemblaient à Lejac. C’est à l’ouest de Prince George, près du lac Fraser, à environ deux heures de chez moi. J’ai donc sauté dans ma voiture et j’y suis allé. Lejac est le site d’un ancien pensionnat où tant d’enfants autochtones ont été amenés depuis des collectivités s’étendant de Prince George à Hazelton. L’ancien pensionnat est situé sur une colline qui surplombe le lac Fraser, un site qui fait partie du territoire du peuple Nadleh.
Le jour de l’An 1937, quatre garçons Nadleh âgés de huit et neuf ans se sont enfuis de l’école de Lejac. Allen Willie, Andrew Paul, Maurice Justin et Johnny Michael ont entrepris de marcher sept milles pour rejoindre leur maison Nadleh. Ils ont été retrouvés morts de froid sur la glace du lac, à peine à un kilomètre et demi de leur destination. Ce n’est qu’une des centaines d’histoires de pertes déchirantes qui découlent de cet endroit.
En me rendant en voiture sur le site de l’ancien pensionnat le week-end dernier, j’ai été frappé par le nombre de personnes qui s’étaient déplacées à la dernière minute pour être présentes ce jour-là afin de partager leur chagrin collectif, jouer du tambour et danser, honorer les survivants encore parmi eux et être solidaires des familles des enfants dont les restes avaient été retrouvés quelques jours plus tôt. J’ai été frappé par leur résilience et leur force.
Je me souviendrai surtout de la chanteuse Kym Gouchie, d’origine Lheidli T’enneh, qui a fait venir tous les enfants au centre du cercle. Elle leur a appris les gestes d’une chanson pour enfants qu’elle avait écrite. Au fur et à mesure qu’elle chantait, ils suivaient les instructions, se touchaient les orteils, tendaient les bras vers le ciel et chantaient les paroles, et les instructions venaient de plus en plus rapidement et les rires des enfants fusaient. La présence de dizaines d’enfants autochtones riant et dansant sur le sol même où se trouvait cet horrible pensionnat était une expression de joie dans une semaine tellement remplie de douleur. Je me souviendrai longtemps de ce spectacle plein d’espoir et il me rend plus déterminé que jamais à lutter pour la justice que représente la motion dont nous sommes saisis.
J’exhorte tous les membres de cette assemblée à voter pour cette motion. Lorsque les drapeaux seront relevés et que les médias passeront à autre chose, montrons aux Autochtones que nous les entendons encore et que nous sommes prêts à agir.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-03 13:47 [p.7895]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague for his beautiful speech.
I want to start out today by sending my sincere solidarity to all the survivors, families and communities that were shaken once again by the discovery at the Kamloops residential school, particularly the Tk’emlúps te Secwe´pemc First Nation. I lift them them up today and every day.
The TRC reported that at least 40% to 60% of all children who attended the schools died, and sometimes, as I indicated yesterday, according to Mary-Ellen Kelm, as a result of purposely exposing children to infections such as TB, spreading the disease throughout the school population. Murray Sinclair, who chaired the TRC, has indicated that he believes the death count could be much higher due to the schools' poor burial records, as many as 25,000. These are burial grounds that we know about, but the current government has failed to act to bring our loved ones home.
On calls to action 71 to 76 of the TRC report, former lead commissioner Murray Sinclair has indicated there has been no action. Once again, it was left up to indigenous peoples to find our own loved ones.
These findings have left shockwaves of trauma, grief, hurt and betrayal throughout indigenous nations across the country, as a result of the violent genocide perpetrated against indigenous children and families simply for being who they were, for no other reason than to advance the government's economic agenda, behaviours that continue today. These violent acts were rooted in the violent dispossession of lands, eradicating our cultures and leaving us sometimes sheltered on our very own lands. This included attempting to assimilate our children to get us out of the way, which we are now finding out resulted in the deaths of thousands of children, a genocide.
Here we are again today fighting to get immediate resources and support from the government in order to, at the very least, provide families with closure as a result of this genocide. We are fighting with the federal government to stop fighting first nations kids in court and St. Anne's residential school survivors. This is a government that will not even acknowledge that what it committed and continues to commit against indigenous peoples in Canada is genocide. The hope of achieving some sort of justice and closure is waning.
Former commissioner Murray Sinclair stated:
I can hear not only the pain and the anguish, but also the anger that no one believed the stories they had told. I can also hear their sense that they have lost some hope that maybe those children that hadn't returned might still be found. They now know that may not happen.
These are the sacred lives of children exposed to acts of genocide who never returned home, which was a violent violation of human rights.
Let us not forget the parents. I have spoken before in this House about the countless stories from parents and the heartache they feel each September when their children were robbed once again and taken away to residential schools. There was no more laughter, play or joy. Imagine how their heartache grew when their children never returned home, never to hear the echoes of laughter and play, never to have closure, wondering where their babies were. These were cruel, violent acts of genocide, something the government refuses to acknowledge, continuing to leave it up for debate whether indigenous peoples experienced genocide in residential schools.
In fact, there is a class action lawsuit involving 101 first nations seeking reparations from the federal government for the impact of residential schools, and the federal government continues to deny any legal responsibility. In court filings, the government “admits the schools were meant to 'assimilate' Indigenous people, but denies the federal governments of that era 'sought to destroy the ability…to speak their Indigenous language or to lose the customs or traditions of their culture.'” This is a government that has made genocide denial a norm.
The truth needs to be honoured. The experience of parents needs to be honoured and lifted up. I wish to honour all parents and families today who lost loved ones as a result of genocide. We will fight to bring home their children, their siblings, their cousins, their aunties, their uncles, their sisters and brothers. The number of murdered and missing indigenous women, girls and two-spirit people is reported as a genocide in the National Inquiry into Murdered and Missing Indigenous Women and Girls.
Genocide continues, with no action from the federal government. There was an announcement today of releasing an action plan, but the implementation plan is still to come, with no release date in sight. This is something that Chief Judy Wilson, secretary-treasurer of the Union of BC Indian Chiefs, has called “another delay, a tactic, and also delaying the funding resources that families of survivors need now. We have people today going missing and murdered. Things have got to change now.” She went on to state, “Canada’s genocidal legacy is going to continue because there's no change, real leadership, and real commitment. We just get the flowery reconciliation speeches that fall short in action.”
Pam Palmater, a professor from Ryerson University, stated, “That's code for we didn’t come up with a plan”, further noting that “[a] plan that doesn’t have concrete actions, clear timelines, and measurable outcomes is not acceptable”.
There is a growing distrust from indigenous women, girls, and two-spirit people across this country, including NWAC, which has lost faith in the federal government and is done with its “toxic, dysfunctional” process. Instead, NWAC is planning to release its own national action plan, which President Lorraine Whitman said is one that “puts families, not politics, first.”
Let us not forget the millennium scoop and the fact that the government continues to break the law, failing to uphold the Human Rights Tribunal ruling to immediately stop racially discriminating against first nations children on reserve.
Canadian hero Cindy Blackstock has affirmed in The Tyee the following:
The federal government has repeatedly failed to adequately compensate 165,000 First Nations children and families whose childhoods—and lives—were stolen through government neglect....
What we know from the tribunal’s uncontested legal findings is that Canada’s non-compliance has been linked to the deaths of some children, harms to other children and unnecessary family separations of thousands of others. So it’s not unlike the types of things that children in residential schools faced. Canada is continuing that behaviour.
She went on to further note, “It reinforces the responsibility that I and everyone else have to make sure the Truth and Reconciliation Commission Calls to Action are actually implemented. And that the federal government stops fighting against the equity of First Nations, Métis and Inuit children today, and stops fighting residential school survivors in court.”
The residential schools, the sixties scoop, the millennium scoop and MMIWG are a continuation of ongoing genocide. As Murray Sinclair stated in The Globe and Mail in 2018, “We would have been apprehended by the child-welfare system if it had been organized as it is today.”
I am asking all members of the House to support this motion, to listen to calls coming from indigenous peoples across this country and act now.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son magnifique discours.
J’aimerais commencer par exprimer ma solidarité la plus sincère à tous les survivants, les familles et les communautés qui ont été choqués, encore une fois, par la découverte de la fosse commune du pensionnat de Kamloops, notamment la Première Nation Tk’emlúps te Secwe´pemc. Je suis avec eux par la pensée.
La Commission de vérité et réconciliation a indiqué qu’au moins 40 à 60 % des enfants qui avaient fréquenté les pensionnats y étaient morts, et que dans certains cas, comme je l’ai dit hier et aux dires de Mary-Ellen Kelm, ils étaient morts parce qu’ils avaient été exposés à des infections comme la tuberculose qui avait été répandue dans l’école. Murray Sinclair, qui a présidé cette commission, a dit que ce chiffre pourrait être encore bien plus élevé et atteindre 25 000, étant donné que les documents d’inhumation des pensionnats étaient très mal tenus. Ce sont des lieux d’inhumation que nous avons identifiés, mais le gouvernement n’a toujours rien fait pour ramener les corps à leur famille.
Selon l’ancien président de la commission, Murray Sinclair, les appels à l’action 71 à 76 du rapport de la commission n’ont fait l’objet d’aucun suivi. Encore une fois, le gouvernement a décidé de rejeter sur les Autochtones la responsabilité de rapatrier les corps de ces enfants.
Ces conclusions ont généré des ondes de choc, des souffrances et un sentiment d’abandon chez les nations autochtones du pays, suite au génocide perpétré contre des enfants autochtones simplement pour ce qu’ils étaient, dans le seul but de faire avancer l’agenda économique du gouvernement. Et ces comportements perdurent. Ces violences se sont manifestées par la spoliation de nos terres, la destruction de notre culture, et la précarisation de nos conditions de vie sur nos propres terres. C’est ainsi qu’on a essayé d’assimiler nos enfants pour nous écarter du paysage, ce qui s’est traduit, comme on le voit aujourd’hui, par la mort de milliers d’enfants, c’est-à-dire un véritable génocide.
Aujourd’hui, nous nous retrouvons encore une fois dans la situation où nous devons nous battre pour obtenir du gouvernement l’aide et les ressources dont nous avons besoin pour que les familles puissent faire leur deuil, après ce génocide. Nous nous battons avec le gouvernement fédéral pour qu’il cesse de poursuivre des jeunes Autochtones et des survivants du pensionnat de St. Anne devant les tribunaux. Le gouvernement ne reconnaît même pas que ce qu’il a fait et continue de faire contre les peuples autochtones du Canada est un véritable génocide. Plus le temps passe et moins nous avons l’espoir d’obtenir justice et de faire notre deuil.
Voici ce qu’a dit l’ancien président de la commission, Murray Sinclair :
Je comprends non seulement leur douleur et leur angoisse, mais aussi leur colère parce que personne ne voulait croire ce qu’ils disaient. Je comprends aussi ce qu’ils ressentent maintenant qu’ils savent que l’enfant qu’ils attendaient ne reviendra sans doute jamais.
On parle ici de la vie sacrée d'enfants, victimes d'actes de génocide, qui ne sont jamais retournés chez eux, ce qui est la violation ultime des droits de la personne.
Il ne faut pas oublier les parents. J’ai déjà parlé, dans cette enceinte, des innombrables témoignages au sujet de la douleur que les parents ressentaient quand on leur enlevait leurs enfants, chaque mois de septembre, pour les emmener dans un pensionnat. Il n’y avait plus de rires, de jeux et de joies. Imaginez leur immense chagrin lorsqu’ils se rendaient compte que leurs enfants ne reviendraient pas à la maison, qu’ils n’entendraient plus leurs éclats de rire, qu’ils ne pourraient pas faire leur deuil parce qu’ils ne savaient pas où étaient leurs enfants. Il s’agit là d’actes génocidaires cruels et violents, ce que le gouvernement refuse de reconnaître, préférant laisser le débat se poursuivre sur la réalité ou non d’un génocide dans les pensionnats.
En fait, un recours collectif a été intenté par 101 Premières Nations contre le gouvernement fédéral en ce qui concerne les pensionnats, parce que celui-ci continue de nier toute responsabilité juridique. Dans les documents soumis au tribunal, le gouvernement « reconnaît que les pensionnats étaient censés “assimiler” les Autochtones, mais il nie que les gouvernements fédéraux de l’époque “cherchaient à détruire [...] leur capacité à parler leur langue autochtone ou à observer les coutumes et les traditions de leur culture” ». Le gouvernement actuel nie tout simplement le génocide.
Il faut rendre hommage à la vérité. Il faut rendre hommage à ce qu’ont vécu les parents. Je voudrais aujourd’hui rendre hommage à tous les parents et à toutes les familles qui ont perdu des êtres chers à cause du génocide. Nous allons nous démener pour que les corps de leurs enfants, de leurs frères et sœurs, de leurs cousins, de leurs tantes et de leurs oncles soient ramenés chez eux. Le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées qualifie de génocide la disparition et l'assassinat des femmes, des jeunes filles et des personnes bispirituelles autochtones.
Le génocide se poursuit, sans que le gouvernement fédéral ne fasse quoi que ce soit. On a annoncé aujourd’hui qu’un plan d’action serait mis en œuvre, mais on attend toujours la date de cette mise en œuvre. C’est ce que la cheffe Judy Wilson, secrétaire-trésorière de la Union of BC Indian Chiefs, a qualifié de « tactique dilatoire de plus, pour retarder l’attribution de ressources aux familles de survivants qui en ont besoin dès maintenant. Mais il faut que ça change. » Et elle a ajouté que l’héritage génocidaire du Canada va continuer parce que rien ne change, parce qu’il n’y a pas de leadership et parce qu’il n’y a pas de volonté politique. Les beaux discours de réconciliation ne sont pas suivis d’actions concrètes.
Selon Pam Palmater, professeure à l’Université Ryerson, cela veut dire qu’il n’y a pas de plan, ajoutant qu’« un plan qui n’est pas assorti de mesures concrètes, d’échéanciers précis et d’objectifs mesurables n’est pas acceptable ».
Les femmes et les filles autochtones et les personnes bispirituelles, y compris l’Association des femmes autochtones, se méfient de plus en plus du gouvernement fédéral et de ses procédures « toxiques et dysfonctionnelles ». C’est la raison pour laquelle l’AFAC a l’intention de proposer son propre plan d’action national qui, selon la présidente Lorraine Whitman, doit « accorder la priorité aux familles, pas à la politique ».
N'oublions pas la rafle du millénaire et le fait que le gouvernement continue à enfreindre la loi en ne respectant pas la décision de Tribunal des droits de la personne de cesser immédiatement la discrimination raciale envers les enfants des Premières Nations vivant dans des réserves.
Cindy Blackstock, une héroïne canadienne, a affirmé ce qui suit dans The Tyee:
Le gouvernement fédéral n'a jamais indemnisé adéquatement les 165 000 enfants et familles des Premières Nations dont l'enfance et la vie leur ont été volées par la négligence du gouvernement [...]
Ce que nous savons des conclusions juridiques non contestées du tribunal, c'est que le non-respect par le Canada des décisions du tribunal a entraîné la mort de certains enfants, a causé des préjudices à d'autres enfants et la séparation inutile de milliers d'autres familles. Cela n'est donc pas sans rappeler le genre de choses auxquelles les enfants des pensionnats ont été confrontés. Le Canada poursuit dans la même veine.
Elle a poursuivi ces termes: « Cela rend la responsabilité que j'ai, comme tout le monde, de veiller à ce que les appels à l'action de la Commission de vérité et de réconciliation soient effectivement mis en œuvre encore plus lourde. En plus, le gouvernement fédéral doit accepter de faire régner la justice en ce qui concerne les enfants des Premières Nations, les Métis et les Inuits aujourd'hui, et cesser de combattre les survivants des pensionnats devant les tribunaux. »
Les pensionnats, la rafle des années soixante, la rafle du millénaire et l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, ce n'est que le génocide qui se poursuit. Comme l'a déclaré Murray Sinclair dans le Globe and Mail, en 2018, « [l]e système de protection de l'enfance nous serait tombé dessus s'il avait fonctionné comme il fonctionne aujourd'hui. »
Je demande à tous les députés d'appuyer cette motion, d'écouter les appels des peuples autochtones partout au pays et d'agir maintenant.
View Ken Hardie Profile
Lib. (BC)
View Ken Hardie Profile
2021-06-03 14:16 [p.7900]
Mr. Speaker, weeks before the discovery of the graves of indigenous children at the Kamloops residential school, our weekly webcast to Fleetwood—Port Kells featured two stories that illustrated Canada’s systemic racism toward indigenous people.
Genesa Greening, president and CEO of the BC Women's Health Foundation, told of how indigenous women still dress in their best clothes to go to the emergency room. They do that because still, today, it is too often suspected or assumed that they are drunk or high. If they take their kids in for care, well, there is always the fear that those kids will be apprehended.
Keenan McCarthy told us of how he only discovered his heritage shortly before his grandmother passed away. She told him about how, after her service in England during World War II, she came home only to be denied her demobilization package because she was Métis.
Much harm has been done by past governments, but we are the government now. Canadians look to us to act on truth and reconciliation, and we will do it.
Monsieur le Président, quelques semaines avant la découverte des restes d'enfants autochtones enterrés au pensionnat de Kamloops, la webdiffusion hebdomadaire de Fleetwood—Port Kells mettait en vedette deux reportages illustrant le racisme systémique envers les Autochtones au Canada.
Genesa Greening, présidente-directrice générale de la BC Women's Health Foundation, a raconté que les femmes autochtones s'habillent de leurs plus beaux vêtements pour aller à l'urgence parce que, encore aujourd'hui, il n'est pas rare que l'on soupçonne ou présume qu'elles sont ivres ou intoxiquées. Lorsqu'elles s'y rendent pour faire soigner leur enfant, elles craignent constamment que leur enfant soit pris en charge.
Keenan McCarthy nous a expliqué qu'il n'a découvert ses origines que peu de temps avant le décès de sa grand-mère. Elle lui a raconté que lorsqu'elle est rentrée au pays après son service militaire en Angleterre au cours de la Seconde Guerre mondiale, on lui a refusé sa prime de démobilisation parce qu'elle était métisse.
Beaucoup de torts ont été infligés par les gouvernements passés. Toutefois, nous sommes le gouvernement d'aujourd'hui. Les Canadiens s'attendent à ce que nous prenions des mesures concrètes pour faire ressortir la vérité et favoriser la réconciliation et c'est ce que nous ferons.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 14:25 [p.7902]
Mr. Speaker, the Canadian Human Rights Tribunal ruled that Canada violated the rights of indigenous children. Even so, the Prime Minister is still taking indigenous children to court. Will the Prime Minister support our motion and stop prosecuting indigenous children, yes or no?
Monsieur le Président, le Tribunal canadien des droits de la personne a décidé que le Canada avait violé les droits des enfants autochtones. Malgré cela, ce premier ministre continue de poursuivre les enfants autochtones en justice. Le premier ministre va-t-il appuyer notre motion et arrêter de poursuivre les enfants autochtones en justice, oui ou non?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, our government and the Prime Minister have been clear. Our goal is comprehensive, fair and equitable compensation to support the healing of those affected by the historical inequity of discriminatory policies governing services to first nations children and families.
We maintain that there remain substantive unresolved questions about the Canadian Human Rights Tribunal's jurisdiction. We are committed to this project and to ensuring that all first nations children receive fair and equitable compensation.
Monsieur le Président, notre gouvernement et le premier ministre ont été clairs: notre objectif est une indemnisation complète, juste et équitable, qui favorisera la guérison de ceux qui ont été affectés par l'iniquité historique des politiques discriminatoires en matière de services à l'enfance et aux familles des Premières Nations.
Nous continuons de soutenir qu'il y a des questions de fond non résolues concernant la compétence du Tribunal canadien des droits de la personne. Nous continuerons avec ce projet en nous assurant que tous les enfants des Premières Nations ont une indemnisation juste et équitable.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-06-03 14:26 [p.7902]
Mr. Speaker, the Canadian Human Rights Tribunal found that Canada discriminated against indigenous children. It also found that it did so willfully and recklessly. Despite that, the Prime Minister continues to fight indigenous kids in court. Indigenous survivors of residential schools are demanding justice, but the Prime Minister is fighting them in court as well.
How could people take the Prime Minister's commitment to reconciliation seriously, when he continues to fight indigenous children and residential school survivors in court?
Monsieur le Président, le Tribunal canadien des droits de la personne a conclu que le Canada fait preuve de discrimination délibérée et insouciante à l'égard des enfants autochtones. Malgré cela, le premier ministre continue de se battre contre des enfants autochtones devant les tribunaux. Les survivants des pensionnats autochtones réclament justice, mais le premier ministre se bat aussi contre eux devant les tribunaux.
Comment les gens peuvent-ils prendre au sérieux l'engagement du premier ministre en faveur de la réconciliation, quand il continue de traîner les enfants autochtones et les survivants des pensionnats autochtones devant les tribunaux?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to be clear with the member opposite, and with all Canadians, that every first nations child who suffered discrimination at the hands of the child and family services system, which is broken, will receive just, fair and equitable compensation.
We maintain that there are substantive unresolved questions on the CHRT jurisdiction. On the other court cases that are outstanding in class actions, we are in discussions with the parties, but those discussions do remain confidential out of respect for the process.
Monsieur le Président, je tiens à préciser clairement au député d'en face, de même qu'à tous les Canadiens, que tous les enfants des Premières Nations qui ont subi de la discrimination de la part du système des services à l'enfance et à la famille, qui est défaillant, recevront une indemnisation juste, correcte et équitable.
Nous maintenons qu'il reste des questions de fond non résolues sur la compétence du Tribunal canadien des droits de la personne. Quant aux recours collectifs en cours, nous participons à des discussions avec les parties, mais ces discussions doivent demeurer confidentielles par respect pour le processus.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2021-06-03 16:55 [p.7924]
Mr. Speaker, let me start by congratulating you on your 10-year anniversary in that chair as Deputy Speaker and your distinguished service as a parliamentarian in this chamber, respected by every one of your 337 colleagues.
I want to speak today about something that is critically important, not just now but all of the time, that has come to the forefront given this opposition day motion that we are discussing, and that is the events at Kamloops in terms of the shocking discovery of the mass grave of 215 children who belonged to the Tk'emlúps te Secwépemc First Nation.
After hearing about it on the radio, and the sheer magnitude, my first reaction was simply one of horror, and I had to explain to my kids why I was reacting the way that I was.
My second response was as someone who came to this chamber as a lawyer who has some experience with international law, particularly with Rwanda at the UN war crimes tribunal. I thought of how we usually associate mass graves with foreign conflicts and not with Canada. Then I started to think of what we have done vis-à-vis indigenous people of this land and how sometimes it is not much different in terms of the overt assimilation that we have propagated against them, and when the declared policy of the government at the time was to “take the Indian out of the child”.
I also reacted as a parliamentarian who has not been in this chamber as long as you, Mr. Speaker, but for six years now, who feels like he has gathered some understanding of the situation. I had gone through the calls to action, but I was still shocked and surprised. However, we do not have to dig too far to realize that there were a lot of people who were not surprised, and a lot of those people are indigenous people of this land, particularly elders.
This led me to the question of how we value knowledge and recognize its legitimacy, and how this Eurocentric idea has been passed down that unless something is reduced to writing or photographic or video evidence, it probably did not happen. This is a bias that we bring to the table that we have to acknowledge. I thank a constituent of mine who wrote to me about the issue of Canadians, including Canadian parliamentarians, who need to learn to embrace oral histories as legitimate histories so that we can truly come to terms with the magnitude of what we are dealing with.
I also reacted as a father, as I mentioned, when I heard the news that morning on CBC Radio while my children were eating cereal in front of me. My boys are very dear to me. I mean, everyone's children are dear to them. My wife, Suchita, and I are raising two young boys, Zakir and Nitin, and we try and do right by them. However, it one thing for me to imagine my children being removed from my home against my will, but it is another thing entirely to imagine them never returned to me and to never know their whereabouts, which is exactly what has transpired over and over again with indigenous families of this land. This is the true tragedy that needs to be dealt with and understood, and it needs to be accounted for, which can only start with a very strong, historical, educational exercise.
There are some people in this House who are younger than I am, which is the tender age of 49, who had the benefit of actually being educated on this. However, I went through every level of school, including post-secondary education and through law school, and never once was I instructed about the history of the residential school legacy in this country, which is quite shocking for a guy who graduated law school in 1998.
I know that people are now getting that education, and that is important. I also know that people are taking steps, and we heard the member for Kings—Hants talk about what was happening in his community in Nova Scotia. In my community of Parkdale—High Park in Toronto, there was a vigil just yesterday about this very issue, which raised awareness, and that is important. I thank my constituent, Eden, for organizing the vigil. She took the reins on doing so, because she felt so strongly about it. I took my oldest son to that event, because I wanted him to be there to understand, to learn, and to see how others were reacting to what we had learned on Friday morning.
It is one thing to read stories, and I do read him stories, particularly the orange shirt story of Phyllis Webstad, the woman who wore that infamous orange shirt, which was removed from her at that residential school. She is also a member of the Tk'emlúps te Secwépemc First Nation. However, it is more than just the stories, and I wanted him to get that. It is not just past or distant history, it is still unfolding around us, which is very important, because we should not deem it relegated to the past. It was also important for him and for me to see the turnout, the number of young people who were there, and to hear the demands, and there were many.
There were many directed at the federal government, the government that I represent. There was outrage, shock and horror, but it was important for me to hear the demands. It was important for my son to hear the demands. If I could summarize it, which is difficult to do, but they want justice, accountability and transparency and they want it now, not at some date to be determined in the future.
I hear that sentiment and I very much share that sentiment. I say that in all sincerity in this chamber for those who are watching around the country. In particular ,what I think is most critical is just having a sense that if this happened to the Tk'emlúps First Nation, in Kamloops at that former school, we know that there are 139 sites around this country where it may very well have happened there as well. That forensic investigation, that radar investigation must be done and it must be done immediately.
I know that we have dedicated as a government almost $34 million to address some of the calls to action we have heard extensively about during the course of today's debate. If more money is needed, it must be provided forthwith. That is what I am advocating for.
Others have also said to me just get on with every single one of those calls to action, get it over with now. It has been far too long. I hear that outrage and that sense of urgency. I pause because I know in looking at the calls to action that some of them relate to us at the federal level, us as parliamentarians in the House of Commons. Some of them relate to provincial governments, city governments. Some of them relate to institutions and school boards. Some of them even relate to foreign entities.
I, for one, would be dearly appreciative to see a formal papal apology. That is call to action 58. That is a call to action that the Prime Minister squarely put to the Pope on a visit to the Vatican and that has not yet been acceded to. I think that stands in stark contrast to what we see with other denominations of Christian churches in this country that have formally accepted and apologized for the role that the church played in terms of administering many of these residential schools. That needs to be forthcoming and Canadians are demanding that, rightfully so.
Others I believe have been met at least in part if not fully. I count myself as very privileged to have served in the last Parliament when I was the Parliamentary Secretary to the Minister of Heritage. We worked on and co-developed with first nations, Métis and Inuit leaders what became Bill C-91, Canada's first ever Indigenous Languages Act.
I personally count that as one of my most significant learning opportunities as a parliamentarian. It took that lawyer who was not educated about this stuff in law school and it turned him into a parliamentarian who was dealing directly with first nations, Inuit and Métis leaders about the difficulties of not having that connection to one's language and what that does to one's psyche, one's level of mental anxiety, one's connection to one's culture.
We have remedied that. It speaks directly to TRC calls to action 13, 14 and 15. We have also made great strides with respect to indigenous child and welfare legislation. That was Bill C-92 in the last Parliament. The most important piece there is that the norm now based on that legislation is if we must remove a child, then we keep them within their group, within their first nation, among their community and only as an absolute last resort would they be removed.
We have worked on UNDRIP with members of the opposition parties including the NDP. We have worked on Bill C-22, which I count myself privileged to have worked on as parliamentary secretary to the current Minister of Justice. It deals with curing the overrepresentation of indigenous people in this land. Much more remains to be done. I do not discount that and it needs to be done quickly. We need to do that work together.
I welcome this debate. I welcome the discussions we have been having literally all week, not just today about this important topic, because they are critical. I do feel at my core that we will only gather sufficient momentum when all Canadians are talking about this stain on Canada's history and Canada's legacy. That is critical to see. We have seen it over the course of this pandemic where people, non-white and white, people who are racialized or not racialized have taken up the call for addressing systemic racism and systemic discrimination in wake of George Floyd and in this country people like Regis Korchinski-Paquet.
I am seeing that again now. I am seeing that massive outreach now and that is a good thing because it gives us momentum. It gives us the initiative to keep working hard at these issues and to keep focused on these calls to action in addressing the needs of indigenous people, but always in a manner that is led by indigenous people and done on their terms, because gone must be the paternalism where Ottawa dictated to indigenous people the appropriate remedies. We must be listening and responding.
Monsieur le Président, je tiens d'abord à vous féliciter pour vos 10 années de service à titre de vice-président et votre service exceptionnel à titre de parlementaire au sein de la Chambre des communes. Vous êtes respecté par chacun de vos 337 collègues.
Je veux parler aujourd’hui d’un point crucial, pas seulement maintenant, mais en tout temps, qui a été porté à l'avant-plan en raison de la motion de l’opposition dont nous discutons aujourd’hui. Il s’agit de ce qui s'est produit à Kamloops, plus précisément la découverte choquante de la fosse commune contenant les restes de 215 enfants qui étaient membres de la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc.
Après en avoir entendu parler à la radio, et en raison de l’ampleur de la découverte, j’ai été bouleversé et horrifié, et j’ai dû expliquer à mes enfants pourquoi je réagissais ainsi.
Ma deuxième réaction était celle de quelqu’un qui est venu à la Chambre en tant qu’avocat ayant une certaine expérience du droit international, notamment en ce qui concerne le Rwanda et le Tribunal des crimes de guerre des Nations unies. J’ai pensé à la façon dont nous associons habituellement les fosses communes aux conflits étrangers et non au Canada. Puis j’ai commencé à penser à ce que nous avons fait aux peuples autochtones de ce pays et au fait que, parfois, ce n’est pas très différent de l’assimilation ouverte que nous leur avons imposée, quand la politique déclarée du gouvernement de l’époque était de « retirer l’Indien de l’enfant ».
J’ai également réagi en tant que parlementaire qui ne siège pas dans cette enceinte depuis aussi longtemps que vous, monsieur le Président, mais depuis six ans maintenant, et qui a le sentiment d’avoir acquis une certaine compréhension de la situation. J’avais parcouru les appels à l’action, mais j’étais encore choqué et surpris. Cependant, il n’est pas nécessaire de creuser trop loin pour se rendre compte que beaucoup de gens n’ont pas été surpris, et beaucoup de ces gens sont des Autochtones de ce pays, en particulier des aînés.
Cela m’a conduit à la question de savoir comment nous reconnaissons les connaissances et leur légitimité, et comment a été transmise cette idée eurocentrique voulant que, à moins qu’une chose ne soit réduite à un écrit ou à une preuve photographique ou vidéo, elle n’a probablement pas eu lieu. C’est un préjugé que nous apportons à la table et que nous devons reconnaître. Je remercie un de mes électeurs qui m’a écrit au sujet de la question des Canadiens, y compris les parlementaires canadiens, qui doivent apprendre à accepter les histoires orales comme des histoires légitimes afin que nous puissions vraiment faire face à l’ampleur de ce à quoi nous sommes confrontés.
J’ai également réagi en tant que père, comme je l’ai mentionné, lorsque j’ai entendu la nouvelle ce matin-là à la radio de la CBC, tandis que mes enfants mangeaient des céréales devant moi. Mes garçons me sont très chers. Je veux dire, les enfants de tous les parents sont chers à leurs yeux. Ma femme, Suchita, et moi élevons deux jeunes garçons, Zakir et Nitin, et nous essayons de bien les traiter. Cependant, c’est une chose pour moi d’imaginer que mes enfants soient enlevés de ma maison contre ma volonté, mais c’en est une autre d’imaginer qu’ils ne me soient jamais rendus et que je ne sache jamais où ils se trouvent, ce qui est exactement ce qui s’est passé maintes et maintes fois dans les familles autochtones de ce pays. C’est la véritable tragédie qu’il faut traiter et comprendre, et il faut en rendre compte, ce qui ne peut commencer que par un exercice historique et éducatif puissant.
Il y a des personnes dans cette Chambre qui sont plus jeunes que moi, c’est-à-dire 49 ans, qui ont eu l’avantage d’être éduquées à ce sujet. Cependant, je suis passé par tous les niveaux de l’école, y compris l’enseignement postsecondaire et la faculté de droit, et jamais je n’ai été instruit sur l’histoire de l’héritage des pensionnats indiens dans ce pays, ce qui est assez choquant pour un type qui a obtenu son diplôme de droit en 1998.
Je sais qu’on enseigne maintenant cette histoire, et c’est important. Je sais aussi que des personnes prennent des mesures, et le député de Kings-Hants nous a parlé de ce qui se passe dans sa collectivité en Nouvelle-Écosse. Dans ma collectivité de Parkdale-High Park, à Toronto, une veille était organisée hier même pour sensibiliser le public à ce sujet, et c’est important. Je remercie ma concitoyenne, Eden, de l’avoir organisée. Elle a pris les choses en main parce que cela lui tenait beaucoup à cœur. J’y ai emmené mon fils aîné parce que je voulais qu’il y soit pour comprendre, pour apprendre et pour voir comment d’autres personnes réagissaient à ce que nous avions appris vendredi matin.
C’est une chose de lire des histoires, et je lui en lis, notamment l’histoire de la chemise orange de Phyllis Webstad, la femme qui portait cette fameuse chemise orange qu’on lui a retirée dans ce pensionnat. Elle appartient aussi à la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc. Cependant, ce ne sont pas que des histoires et je voulais qu’il le comprenne. Ce n’est pas seulement le passé ou de l’histoire ancienne. Cette histoire perdure autour de nous et il est très important de le savoir parce que nous ne devons pas croire qu’elle est reléguée aux oubliettes. Il était important aussi pour lui et moi de voir combien de personnes étaient là, de voir le nombre de jeunes venus sur place et d’entendre les revendications, et elles étaient nombreuses.
Beaucoup étaient adressées au gouvernement fédéral, le gouvernement que je représente. Elles exprimaient l’indignation, le choc et l’horreur ressentis, mais il était important pour moi de les entendre. Il était important aussi que mon fils les entende. Pour résumer, ce qui est difficile à faire, ces personnes réclament la justice, la reddition de comptes et la transparence, sans attendre, et pas à une date ultérieure à déterminer.
J’entends ce point de vue, que je partage vraiment. Je le dis très sincèrement à la Chambre pour celles et ceux qui nous regardent dans tout le pays. Je pense, notamment, qu’il est tout à fait essentiel de comprendre que si cela est arrivé à la Première Nation Tk'emlúps, à Kamloops, dans cet ancien pensionnat, il y a 139 sites dans ce pays où cela a très bien pu se produire aussi. Cette enquête médico-légale menée à l’aide de radars doit avoir lieu immédiatement.
Je sais que le gouvernement consacre près de 34 millions de dollars à certains des appels à l’action que nous avons longuement entendus pendant le débat d’aujourd’hui. S’il faut plus de fonds, ils doivent être fournis sans tarder. Voilà ce que je préconise.
D’autres m’ont également dit qu’il fallait aller de l’avant avec chacun de ces appels à l’action, en finir maintenant. Cela fait bien trop longtemps que cela dure. J’entends cette indignation et ce sentiment d’urgence. Je fais une pause parce que je sais, en examinant les appels à l’action, que certains d’entre eux nous concernent à l’échelon fédéral, en tant que parlementaires à la Chambre des communes. D’autres concernent les gouvernements provinciaux, les administrations municipales. D’autres encore concernent les institutions et les commissions scolaires. Certains concernent même des instances étrangères.
Pour ma part, j’aimerais beaucoup entendre des excuses papales officielles. C’est l’appel à l’action no 58. C’est un appel à l’action que le premier ministre a carrément lancé au pape lors d’une visite au Vatican et auquel celui-ci n’a pas encore donné suite. Je pense que cela contraste fortement avec ce que nous voyons chez d’autres confessions chrétiennes de ce pays qui ont officiellement reconnu le rôle que l’église a joué dans l’administration d’un grand nombre de ces pensionnats, et présenté des excuses à cet égard. Cela doit être fait et les Canadiens l’exigent, à juste titre.
Je crois que d’autres demandes ont été satisfaites, du moins en partie, sinon entièrement. Je me considère comme très privilégié d’avoir servi au cours de la dernière législature, alors que j’étais secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine. Nous avons travaillé et élaboré de concert avec les dirigeants des Premières Nations, des Métis et des Inuits ce qui est devenu le projet de loi C-91, la toute première Loi sur les langues autochtones du Canada.
Je considère personnellement que c’est l’une de mes plus importantes occasions d’apprentissage en tant que parlementaire. L’avocat que je suis, qui n’avait pas reçu de formation dans ce domaine à la faculté de droit, est devenu un parlementaire qui s’adressait directement aux dirigeants des Premières Nations, des Inuits et des Métis pour leur parler des difficultés liées au fait de ne pas avoir de lien avec sa langue et de l’effet que cela a sur la psyché, sur le niveau d’anxiété mentale et sur le lien avec sa propre culture.
Nous avons remédié à cela. Cela se rapporte directement aux appels à l’action nos 13, 14 et 15 de la CVR. Nous avons également fait de grands progrès en ce qui concerne la loi sur les enfants et le bien-être des Autochtones. Il s’agissait du projet de loi C-92 au cours de la dernière législature. L’élément le plus important de cette loi est la norme actuelle: si nous devons retirer un enfant, nous le gardons au sein de son groupe, de sa Première Nation, de sa communauté et ce n’est qu’en dernier recours absolu qu’il en sera retiré.
Nous avons travaillé sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones avec des membres des partis d’opposition, y compris le NPD. Nous avons travaillé sur le projet de loi C-22. Je m’estime d'ailleurs privilégié d’y avoir contribué en tant que secrétaire parlementaire de l’actuel ministre de la Justice. Il vise à remédier à la surreprésentation des peuples autochtones dans ce pays. Il reste encore beaucoup à faire. Je ne l’ignore pas et il faut le faire rapidement. Nous devons faire ce travail ensemble.
Je me réjouis de ce débat. Je me réjouis des discussions que nous avons eues littéralement toute la semaine, et pas seulement aujourd’hui, sur ce sujet important, car elles sont cruciales. J’ai le sentiment profond que nous ne prendrons un élan suffisant que lorsque tous les Canadiens parleront de cette tache sur l’histoire et l’héritage du Canada. Il est essentiel de le constater. Nous l’avons vu au cours de cette pandémie où des gens, blancs ou non, racialisés ou non, ont pris l’initiative de s’attaquer au racisme systémique et à la discrimination systémique dans le sillage de George Floyd et, dans ce pays, de personnes comme Regis Korchinski-Paquet.
Je vois cela à nouveau aujourd’hui. J’assiste à cette campagne de sensibilisation massive et c’est une bonne chose, car cela nous donne un élan. Cela nous donne l’initiative de continuer à travailler dur sur ces questions et à nous concentrer sur ces appels à l’action pour répondre aux besoins des peuples autochtones, mais toujours d’une manière dirigée par les Autochtones et selon leurs conditions, car il faut en finir avec le paternalisme où Ottawa dictait aux Autochtones les remèdes appropriés. Nous devons être à l’écoute et réagir.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-06-03 17:05 [p.7925]
Mr. Speaker, I listened with great interest to my hon. colleague, but I did not hear him speak about what we are going to be voting on.
The Canadian Human Rights Tribunal found the Liberal government guilty of what it said was willful and reckless systemic discrimination against first nations children. There have been 19 non-compliance orders against the government, including the non-compliance order over the deaths of Jolynn Winter and Chantel Fox, because the government refused to respect Jordan's principle. Children have died because of the government's refusal to act.
I hear momentum from the Liberals. The big momentum is in two weeks. Are they going back to court against Cindy Blackstock and the children or will they respect the will of Parliament, call off their lawyers, sit down and respect the rules and the decision of the Canadian Human Rights Tribunal? It is a simple question.
Monsieur le Président, j’ai écouté avec grand intérêt mon collègue, mais je ne l’ai pas entendu parler de ce sur quoi nous allons voter.
Le Tribunal canadien des droits de la personne a déclaré le gouvernement libéral coupable de ce qu’il a qualifié de discrimination systémique délibérée et inconsidérée à l’égard des enfants des Premières Nations. Il y a eu 19 ordres de non-conformité contre le gouvernement, y compris l’ordre de non-conformité concernant la mort de Jolynn Winter et de Chantel Fox, parce que le gouvernement a refusé de respecter le principe de Jordan. Des enfants sont morts à cause du refus du gouvernement d’agir.
J’entends les libéraux parler d’élan. Le grand élan est dans deux semaines. Vont-ils retourner devant les tribunaux contre Cindy Blackstock et les enfants ou vont-ils respecter la volonté du Parlement, rappeler leurs avocats, s’asseoir et respecter les règles et la décision du Tribunal canadien des droits de la personne? C’est une question simple.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2021-06-03 17:06 [p.7926]
Mr. Speaker, unfortunately, the response is not simple. We believe in compensation and ensuring that all those who have been disadvantaged or discriminated against by the child welfare system are compensated.
The issue with the CHRT decision is about jurisdiction. It is about the size and the scope of the decision. It is also about ensuring there is proportionality between what is merited and meted out to individual claimants. The decision itself purports to provide $40,000 of compensation to every indigenous child, regardless of whether the child spent a week in the child welfare system or up to 20 years. That subverts a basic principle of proportionality that needs to be addressed.
We are not seeking to deprive compensation to first nations children; we are seeking to calibrate it carefully, so that in some cases they may merit more than $40,000-worth of compensation. To show good faith—
Monsieur le Président, malheureusement, la réponse n’est pas simple. Nous croyons à l’indemnisation et à faire en sorte que tous ceux que le système de protection de l’enfance a désavantagés ou ont souffert de discrimination de sa part soient indemnisés.
Le problème de la décision du Tribunal canadien des droits de la personne est une question de compétence. Il s’agit de l’ampleur et de la portée de la décision. Il s’agit également de s’assurer qu’il y a proportionnalité entre ce qui est mérité et ce qui est accordé aux demandeurs individuels. La décision elle-même vise à fournir une indemnité de 40 000 $ à chaque enfant autochtone, qu’il ait passé une semaine dans le système de protection de l’enfance ou jusqu’à 20 ans. Cela va à l’encontre d’un principe fondamental de proportionnalité, qui doit être abordé.
Nous ne cherchons pas à priver les enfants des Premières Nations d’une indemnisation; nous cherchons à la calibrer soigneusement, de sorte que, dans certains cas, ils puissent recevoir une indemnité supérieure à 40 000 $. Pour montrer notre bonne foi...
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-03 17:12 [p.7927]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Nunavut.
I am speaking today from my home in the territory of the Nuu-chah-nulth people, just 25 kilometres from the territory of the Coast Salish people and the Qualicum First Nation. There are 10 first nations communities in the riding of Courtenay—Alberni.
Like most members, I have spent the last week listening to the elected and hereditary leadership of these nations and their tribal councils, listening to the words of residential school survivors and to the advice of the elders following the horrific revelations one week ago today on the grounds of the former Kamloops Indian Residential School.
I join them all in sending my thoughts, prayers and healing energy to the people of Tk’emlúps te Secwépemc nation and all those survivors who attended this institution. I recognize the emotional and spiritual burden of searching for and finding the remains of these unnamed children. I want to thank them all for their courage in doing so.
There were four so-called Indian residential schools in Nuu-chah-nulth territory. Children were removed from their families and kept for 10 months or more each year. Others were sent to other territories, including to Kamloops, more than 500 kilometres away. Brothers were separated from sisters, and they were punished if they dared to speak their mother language.
As Canadians, we have long known this, and about the unspeakable acts of cruelty, physical and sexual abuse inflicted upon the children in these places. We have also known that many of the children did not return. We knew this from their families, from survivors and from the research conducted by the Truth and Reconciliation Commission. As shocking as the revelation of last Thursday was for Canadians, it should not come as a surprise. We heard this. Survivors have always known.
I want to thank the Tk’emlúps te Secwépemc nation and the researchers who have carefully led us to these children. I also want to thank the media for its care in routinely publishing the help line for those who are triggered by reports of the findings, because they are.
Chief Greg Louie, of the Ahousaht First Nation told me, “With two residential schools in the Ahousaht territory, many children from other nations attended, many didn't return for 10 months or return at all because of death. The atrocious treatment has caused generations of trauma. Please assist Ahousaht and all nations with appropriate resources to bring closure and healing to our people.”
Chief Louie's words have been echoed by all the leaders with whom I have spoken over the past week. Some have been more blunt, of course, and the time for words has passed. Their people are in pain. They are losing survivors and the children and grandchildren to whom the pain of their trauma has been transferred. They need closure and healing, as Chief Louie says.
Vice president, Mariah Charleson of the Nuu-chah-nulth Tribal Council said, “Though Canada’s mandate to assimilate us all failed, the legacy is still alive in each of us. Let’s commit to healing; I believe our land and teachings as Nuu-chah-nulth-aht will be instrumental in this.”
As this motion says, resources are required to support first nations to do the work.
In 1998, the Aboriginal Healing Foundation was established to provide indigenous-led community-based programs for survivors and those who were affected by the intergenerational legacy of these schools. It was cut by the Conservative government in 2010, and closed although in 2014.
Nuu-chah-nulth children were removed from their families by missionaries, beginning in the late 1800s, a practice that continued until the last school in Nuu-chah-nulth territory in 1983 was closed, about 100 years later. The healing foundation and the communities it had funded had just over a decade to do the work of healing. Clearly it was not nearly long enough.
The elected Ha’wiih Council and the hereditary leadership of the Tseshaht First Nation continue to ask the Government of Canada to provide the necessary resources to remove the remaining buildings of the former Alberni Indian Residential School in its territory, and to build a healing and wellness centre for survivors and the generations that have followed and have been impacted by a century of genocidal policies by Canada.
At a community vigil this week, elected Tseshaht councillor Ed Ross gathered the children around me so they could hear his words to me. He had a message to send to Ottawa. He wanted us to fight for this. In the presence of the children he said, “If the government and the church could build a residential school here, they could also build a wellness centre to help our people heal.”
He explained that the community does not want to be known as the place that had a residential school that caused harm. They want it to be a place where they can reclaim their power. Chief waamiiš Watts reminded me that first nations leaders believed the Prime Minister would implement all 94 calls to action of the Truth and Reconciliation Commission. So far, only 10 have been implemented. Chief Watts said the Prime Minister has not lived up to those commitments and needs to ensure all first nations and indigenous people are provided the necessary resources and information they need to do the important work in their communities to support healing.
Resources for healing were paramount in the direction given to me by first nations leaders, survivors and elders, but the need for accountability was also emphasized. The president of the Nuu-Chah-Nulth Tribal Council, Judith Sayers, said:
It is important that light has been shed on this tragic truth that many have known for so long, that numerous of our loved ones never returned home from residential school... The reality is that the federal and religious institutions may have wanted to silence these innocent children and forget about them, but these children can be silenced no longer.
We cannot expect first nations and indigenous people to resort to GoFundMe pages. There is one in my riding right now to do the work to find and identify the children who have been buried on these sites. It is the government's responsibility to do that work and provide the resources. The tribal council is calling on the government to “work with First Nations to discover the truth around other residential schools using ground-penetrating radar to find any other burial sites. We cannot rest until this is done.”
The government needs to stop fighting first nations in court over their rights, whether these are the children the Human Rights Tribunal has repeatedly ruled are entitled to care or the fishers the courts have said are entitled to catch and sell fish within their territories. The government must call its lawyers off and stop wasting precious resources that could be redirected to reconciling historical wrongs. We are losing the survivors of these residential schools every day. The government must implement the calls to action of the Truth and Reconciliation Commission without further delay. They are important to healing within families and communities. They carry the truth of what happened in these schools: the source of trauma for their children, grandchildren and children yet to be born.
I want to think about so many who have contributed: Hereditary Chief Maquinna, Chief Racoma, Barney Williams, Chief Moses Martin, Archie Little, Dolly McRae, Clifford Atleo Wickaninnish, and my adopted father from the Fisher River Cree Nation for giving me sound advice and sharing.
This motion is clear. I urge its unanimous approval. The government needs to cease the belligerent and litigious approach to justice for indigenous people immediately, find a just solution for the St. Anne's residential school survivors, accelerate the implementation of the Truth and Reconciliation Commission's calls to action and provide survivors, their families and their communities with appropriate resources to assist with the emotional, physical, spiritual, mental and cultural trauma resulting from these residential schools.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Nunavut.
Je prends la parole depuis ma résidence, sur le territoire des Nuu-chah-nulth, qui se trouve à 25 kilomètres à peine du territoire des Salish du littoral et de la Première Nation de Qualicum. Il y a 10 communautés des Premières Nations dans la circonscription de Courtenay—Alberni.
Comme la plupart des députés, j'ai passé la dernière semaine à écouter les leaders élus et les chefs héréditaires de ces nations et leurs conseils tribaux, à écouter les survivants des pensionnats autochtones et les conseils des aînés dans la foulée l'horrible découverte faite il y a une semaine sur le terrain de l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops.
Je joins ma voix à la leur; mes pensées, mes prières et mes ondes positives vont aux membres de la nation Tk’emlúps te Secwépemc et aux survivants de ce pensionnat. Ce doit être un terrible fardeau émotionnel et spirituel de mener de telles recherches et de trouver les restes d'enfants anonymes. Je remercie ceux qui ont mené ces recherches de leur courage.
Il y avait cinq de ces pensionnats autochtones sur le territoire des Nuu-chah-nulth. On enlevait les enfants à leur famille pendant 10 mois ou plus chaque année. Certains ont été envoyés vers d'autres territoires, jusqu'à Kamloops, à 500 kilomètres d'ici. On séparait les frères et les sœurs et on les punissait s'ils osaient employer leur langue maternelle.
Les Canadiens sont au courant depuis longtemps des actes indicibles de cruauté et des sévices physiques et sexuels qui ont été infligés aux enfants dans ces endroits. Nous savions également que beaucoup d'enfants n'en sont jamais revenus. Les familles, les survivants et les recherches menées par la Commission de vérité et réconciliation nous l'ont fait savoir. Certes, la révélation de jeudi dernier a été choquante pour les Canadiens, mais elle ne devrait pas être étonnante. Nous le savions. Les survivants l'ont toujours su.
Je veux remercier la nation Tk’emlúps te Secwépemc et les chercheurs qui nous ont soigneusement menés à ces enfants. Je remercie également les médias qui prennent la peine de rappeler couramment l'existence de la ligne d'aide destinée aux personnes pour qui ces nouvelles sont troublantes, car elles le sont.
Le chef Greg Louie de la nation Ahousaht m'a dit: « Comme il y a deux pensionnats autochtones sur le territoire des Ahousaht, beaucoup d'enfants des autres nations les ont fréquentés. Bon nombre ne sont pas revenus pendant 10 mois et beaucoup ne sont pas revenus du tout parce qu'ils sont morts. Ce traitement atroce a causé un traumatisme qui dure depuis des générations. Veuillez aider la nation Ahousaht et les autres nations à tourner la page et à aider ses membres à guérir. »
Les mots du chef Louie ont été repris par tous les dirigeants avec qui j'ai parlé au cours de la semaine dernière. Certains ont été plus directs, bien sûr, mais le temps des discours est révolu. Leurs peuples souffrent. Ils perdent des survivants, ainsi que les enfants et les petits-enfants qui ont hérité de leur douleur et de leur traumatisme. Ils ont besoin de tourner la page et de guérir, comme le dit le chef Louie.
La vice-présidente du Conseil tribal des Nuu-chah-nulth, Mariah Charleson, a déclaré ceci: « Le projet canadien de nous assimiler a échoué, mais l'héritage est toujours vivant en chacun de nous. Engageons-nous sur la voie de la guérison; je crois que nous y arriverons, en tant que Nuu-chah-nulth-aht, surtout grâce à notre terre et à nos enseignements. »
Comme le dit cette motion, des ressources sont nécessaires pour aider les Premières Nations à faire ce travail.
En 1998, la Fondation autochtone de guérison a vu le jour pour offrir des programmes communautaires, dirigés par des autochtones, aux survivants et à ceux qui ont été touchés par l'héritage intergénérationnel des pensionnats. Toutefois, dans la foulée des compressions faites en 2010 par le gouvernement conservateur, la fondation a dû fermer ses portes en 2014.
Des enfants nuu-chah-nulth on été arrachés à leur famille par des missionnaires dès la fin des années 1800, une pratique qui s'est poursuivie jusqu'à la fermeture du dernier pensionnat sur le territoire des Nuu-chah-nulth en 1983, soit environ 100 ans plus tard. La fondation de guérison et les communautés financées par elle n'ont eu qu'un peu plus d'une décennie pour faire le travail de guérison. De toute évidence, c'était loin d'être suffisant.
Le conseil élu des Ha’wiih et les chefs héréditaires de la Première Nation des Tseshaht demandent une fois de plus au gouvernement du Canada les ressources nécessaires pour enlever les bâtiments restants de l’ancien pensionnat autochtone d’Alberni, et pour construire un centre de guérison et de mieux-être pour les survivants et les générations suivantes qui ont subi les répercussions d’un siècle de politiques génocidaires édictées par le Canada.
Lors d’une veille communautaire cette semaine, le conseiller élu des Tseshaht, Ed Ross, a rassemblé les enfants autour de moi pour qu’ils entendent ce qu’il avait à me dire. Il avait un message pour Ottawa. Il voulait que nous nous battions pour ce projet. Devant les enfants, il m’a dit: « Si le gouvernement et l’Église ont pu construire un pensionnat ici, ils peuvent bien construire aussi un centre de mieux-être pour aider les gens à guérir. »
Il a expliqué que la communauté ne veut pas être connue comme le lieu d'un pensionnat qui a causé des préjudices. Elle souhaite être un endroit où les gens peuvent se réapproprier leur pouvoir. Le chef waamiiš Watts m'a rappelé que les dirigeants des Premières Nations croyaient que le premier ministre mettrait en œuvre les 94 appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation. À ce jour, seuls 10 appels à l'action ont été mis en œuvre. Le chef Watts a déclaré que le premier ministre n'a pas respecté ces engagements et qu'il doit faire en sorte que toutes les Premières Nations et tous les Autochtones disposent des ressources et de l'information dont ils ont besoin pour accomplir les tâches importantes nécessaires dans leurs communautés afin de favoriser la guérison.
Les ressources pour la guérison étaient primordiales dans l'orientation que m'ont donnée les dirigeants, les survivants et les aînés des Premières Nations, mais ils ont également insisté sur la nécessité de rendre des comptes. La présidente du Conseil tribal de Nuu-chah-nulth, Judith Sayers, a dit ceci:
Il est important de faire la lumière sur cette vérité tragique que beaucoup de gens connaissent depuis si longtemps, à savoir que bon nombre de nos proches ne sont jamais rentrés des pensionnats […] La réalité, c'est que les institutions fédérales et religieuses ont peut-être voulu réduire ces enfants innocents au silence et les oublier, mais ils ne peuvent plus être réduits au silence.
Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les Premières Nations et les peuples autochtones aient recours à des campagnes de sociofinancement. Il y en a une dans ma circonscription en ce moment, qui vise à accomplir le travail de recherche et d'identification des enfants qui ont été enterrés à ces endroits. Or, c'est au gouvernement qu'il incombe de faire ce travail et de fournir des ressources. Le conseil tribal demande au gouvernement de « collaborer avec les Premières Nations pour découvrir la vérité concernant d'autres pensionnats en utilisant des radars à pénétration du sol pour trouver d'autres lieux de sépulture. Nous ne trouverons pas le repos tant que cela ne sera pas fait ».
Le gouvernement doit arrêter de contester les droits des Premières Nations devant les tribunaux, qu'il s'agisse des enfants, qui, comme le Tribunal des droits de la personne l'a statué à maintes reprises, ont droit à des soins, ou des pêcheurs, qui, comme l'ont déclaré les tribunaux, ont le droit de pêcher et de vendre du poisson sur leur territoire. Le gouvernement doit rappeler ses avocats et arrêter de gaspiller de précieuses ressources, qui pourraient être réaffectées pour réparer des torts historiques. Nous perdons des survivants des pensionnats chaque jour. Le gouvernement doit mettre en œuvre les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation sans plus tarder. Ils sont importants pour permettre aux familles et aux communautés de guérir. Ces dernières portent en elles la vérité de ce qui s'est passé dans les pensionnats: la source du traumatisme de leurs enfants, de leurs petits-enfants et des enfants à naître.
Je pense à tous ceux qui ont contribué: le chef héréditaire Maquinna, le chef Racoma, Barney Williams, le chef Moses Martin, Archie Little, Dolly McRae, Clifford Atleo Wickaninnish, ainsi que mon père adoptif de la Nation crie de Fisher River, qui m'ont conseillé et ont échangé avec moi.
Cette motion est claire. Je recommande vivement que nous l'approuvions à l'unanimité. Il faut que le gouvernement abandonne immédiatement son approche belliqueuse et conflictuelle à l'égard de la justice pour les Autochtones, qu'il trouve une solution équitable pour les survivants du pensionnat St. Anne, qu'il accélère la mise en oeuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation et qu'il fournisse aux survivants, à leurs familles et à leurs communautés les ressources appropriées pour les aider à surmonter les traumatismes émotifs, physiques, spirituels, mentaux et culturels causés par les pensionnats.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-06-03 17:23 [p.7928]
Mr. Speaker, the answer is simple: support the motion and vote in solidarity for the motion. All parliamentarians need to get behind this motion. It directly gives an action to the government to stop litigating against indigenous people.
In my own riding, the government is not just fighting the children, but also the Nuu-chah-nulth. There have been three upper court decisions, and the government has until the middle of June to decide whether it is going to fight them again. The government appeals the Specific Claims Tribunal decisions. It is non-stop. We must stop litigating against indigenous people. We must stop the violence. That is what has to happen.
Members can vote for this motion. I urge them to. I urge them to have courage. We need it and they need it. They need to see that members are truly behind reconciliation. It is time.
Monsieur le Président, la réponse est simple: appuyer la motion et voter pour celle-ci par solidarité. Tous les parlementaires doivent appuyer cette motion. Elle exige directement du gouvernement qu'il cesse toute procédure à l'encontre des peuples autochtones.
Dans ma circonscription, non seulement le gouvernement s'oppose aux enfants, mais aussi aux Nuu-chah-nulth. Il y a eu trois décisions rendues par des cours supérieures, et le gouvernement a jusqu'à la mi-juin pour décider s'il va continuer à les contester. Le gouvernement en appelle des décisions du Tribunal des revendications particulières. C'est incessant. Nous devons arrêter ces procédures contre les peuples autochtones. Nous devons mettre un terme à la violence. Voilà ce qui doit se produire.
Les députés peuvent voter pour cette motion. Je les prie instamment de le faire. Je les invite vivement à faire preuve de courage. Nous en avons besoin et ils en ont besoin. Ils doivent voir que les députés appuient sincèrement la réconciliation. Il est temps.
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2021-06-03 18:40 [p.7939]
Madam Speaker, I would like to begin by acknowledging that I am addressing the House today from my riding of Vaudreuil—Soulanges, situated on land that has a shared history among the Huron-Wendat nation, the Mohawk, the Anishinabe Nation and the Six Nations. I feel it is also important and essential to acknowledge the long-standing heritage of the Métis in my community of Vaudreuil—Soulanges.
I have the privilege today of speaking to Bill C-8, an act to amend the Citizenship Act (Truth and Reconciliation Commission of Canada's call to action number 94).
If this bill is passed, it would change Canada's oath of citizenship to put the presence of indigenous people on this land at the heart of the solemn oath taken by newcomers when they become part of the Canadian family.
June is National Indigenous History Month. It is a time for all Canadians to learn about the history of indigenous peoples in Canada, to recognize and acknowledge past mistakes, and to move towards reconciliation.
However, this month our hearts are heavier than they normally are. Locating the remains of 215 children near the former Kamloops Indian Residential School is a painful reminder of a dark and shameful chapter of our country's recent history. Our hearts are with the Tk'emlúps te Secwépemc First Nation, as well as with all indigenous communities across the country.
It is our collective responsibility to acknowledge the legacy of residential schools and the devastating effects they have had, and continue to have, on indigenous peoples and their communities. As Canadians, we must commit to understanding the atrocities of residential schools and what we can do to address their legacy, and continue to move towards reconciliation with indigenous peoples in Canada.
The government is committed to fighting all forms of systemic racism. We have started a dialogue with racialized communities and indigenous people to hear their stories. We recognize that these conversations must inspire laws, policies and collaborative solutions to protect indigenous languages, traditions and institutions.
It is in this spirit that we put forward this bill to help new Canadians at the culmination of their journey to citizenship understand the fundamental, historical truths of their new country, beginning not with Confederation, but with the presence of first nations, Inuit and Métis peoples.
Bill C-8 is one part of the government's comprehensive and ongoing commitment to implement all of the recommendations and calls to action contained in the report of the Truth and Reconciliation Commission, which marked it sixth anniversary yesterday.
Bill C-8 is a direct response to call to action 94, a call to amend the oath of citizenship. While there is so much more to be done, we hope that Bill C-8 can serve as a unanimous gesture of reconciliation by virtue of an all-party agreement to implement the proposed changes to the oath of citizenship.
While the changes proposed to the oath of citizenship may only amount to a small fragment of text, that text is enormously potent and rich in meaning. If adopted, the new oath of citizenship would read as follows:
I swear (or affirm) that I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty Queen Elizabeth the Second, Queen of Canada, Her Heirs and Successors, and that I will faithfully observe the laws of Canada, including the Constitution, which recognizes and affirms the Aboriginal and treaty rights of First Nations, Inuit and Métis peoples, and fulfil my duties as a Canadian citizen.
This wording reflects the input received from national indigenous organizations including the Assembly of First Nations, ITK and the Métis National Council. I want to thank them sincerely on behalf of the House for their contributions.
Thanks to the major contributions of these organizations, we have worked together to ensure that the proposed new oath of citizenship is even more inclusive and represents the rich history of indigenous, Inuit and Métis peoples across Canada.
Thanks to their important contributions, the government believes that the wording put forth in the bill is inclusive of first nations, Inuit and Métis peoples' input and experiences. It is, we believe, an authentic response to call to action 94.
The wording proposed in Bill C-8 invites new Canadians to faithfully observe the laws of Canada including the Constitution, which recognizes and affirms the aboriginal and treaty rights of first nations, Inuit and Métis peoples.
This is a very important change because it emphasizes the fact that ancestral rights are collective rights that are protected by the Constitution under section 35 of the Constitution Act, 1982. These rights are based on indigenous people's historic occupation and use of the lands now known as Canada.
Furthermore, this reference informs newcomers that these rights predate the Constitution and are reinforced and upheld by the highest law in the land. Henceforth a new Canadian's life as a citizen begins with affirming the principle of reconciliation with Canada's most ancient residents.
While the pandemic has temporarily put a stop to in-person ceremonies, we continue to hold ceremonies virtually. It is truly moving and joyful to know that virtual ceremonies can now be witnessed by families and friends outside of Canada. This means an even wider audience learning about the history of Canada, while putting a spotlight on the important history of indigenous peoples in Canada on the global stage.
Furthermore, the participation of indigenous elders enriches these ceremonies. It is truly remarkable to see the coming together of this land's oldest and newest communities celebrating what it means to live together in equality and harmony. At the very centre of that occasion is indeed the oath of citizenship, a pledge to uphold the values for which we strive as a nation: equality, diversity and respect within an open and free society. This bill ensures that new Canadians now embrace and affirm the rights and treaties of indigenous peoples and know that they are an integral part of Canada's history and future.
While we are also working in partnership with first nations, Inuit and Métis nations on many other components of the calls to action, we are also working on call to action 93, which is a new citizenship guide and supporting educational tools that will include more information on indigenous history, something that has been called for now for quite some time.
Once completed, the revised citizenship study guide, the new citizenship test and the oath will be mutually supportive of these lessons. Furthermore, educational resources will be provided to classrooms across Canada so all students can learn these lessons. I hope all members will join us in these steps on the path to reconciliation. We call on all parties to support the historic and symbolic meaning of the new oath of citizenship.
I want to take a moment to thank all parties for agreeing to move this forward as quickly as possible and ensure that we are able to deliver on yet another call to action in the Truth and Reconciliation Commission's recommendations.
It is one more step toward transforming a relationship between the Crown and indigenous peoples, one of many more important steps to come. We must continue in steadfast determination to move forward in mutual respect and co-operation. This means listening to and learning from indigenous partners, communities and youth, and acting decisively on what we have heard to continue building trust and bring about healing.
I look forward to working with all members in support of this bill.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à souligner que je m'adresse à la Chambre aujourd'hui depuis ma circonscription, Vaudreuil—Soulanges, qui se trouve sur un territoire où la nation huronne-wendat, les Mohawks, la nation anishinabe et les Six Nations ont une histoire commune. Je crois qu'il est également important et essentiel de reconnaître le patrimoine de longue date des Métis dans ma circonscription, Vaudreuil—Soulanges.
Aujourd'hui, j'ai le privilège de parler du projet de loi C-8, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté, appel à l’action numéro 94 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
Si elle est adoptée, cette loi changera le serment de citoyenneté du Canada pour placer la présence des peuples autochtones sur cette terre au centre de l'engagement solennel pris par les nouveaux arrivants lorsqu'ils sont accueillis dans la famille canadienne.
Le mois de juin est le Mois national de l'histoire autochtone. C'est une occasion pour tous les Canadiens d'en apprendre davantage sur l'histoire des peuples autochtones au Canada, de reconnaître les erreurs du passé et d'avancer vers la réconciliation.
Cependant, nos cœurs sont plus lourds que d'habitude, ce mois-ci. La découverte des restes de 215 enfants près de l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops est un rappel douloureux d'un chapitre sombre et honteux de l'histoire récente de notre pays. Nous sommes de tout cœur avec la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc et toutes les communautés autochtones du pays.
Il est de notre responsabilité collective de reconnaître les séquelles des pensionnats et les effets dévastateurs qu'ils ont eus et qu'ils continuent d'avoir sur les Autochtones et leurs communautés. En tant que Canadiens, nous devons nous engager à comprendre les atrocités commises dans les pensionnats et les mesures que nous pouvons prendre pour atténuer ses séquelles et continuer à avancer vers la réconciliation avec les peuples autochtones du Canada.
Le gouvernement s'est engagé à lutter contre le racisme systémique sous toutes les formes. Nous avons cherché un dialogue avec les communautés racisées et les peuples autochtones pour entendre leurs histoires. Nous reconnaissons que ces dialogues doivent inspirer des lois, des politiques et des solutions collaboratives pour protéger les langues, les traditions et les institutions autochtones.
C'est dans cet esprit que nous avons présenté le projet de loi: pour aider les nouveaux Canadiens, au point culminant de leur parcours vers la citoyenneté, à comprendre les vérités fondamentales et historiques de leur nouveau pays, qui a commencé non pas avec la Confédération, mais avec la présence des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Le projet de loi C-8 est l'un des éléments de l'engagement continu et ferme du gouvernement de mettre en œuvre toutes les recommandations et les appels à l'action du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, qui a célébré son sixième anniversaire hier.
Le projet de loi C-8 est une réponse directe à l'appel à l'action no 94, qui demande de modifier le serment de citoyenneté. Il reste beaucoup à faire, mais nous espérons que le projet de loi C-8 puisse être considéré comme un geste unanime de réconciliation, étant donné que tous les partis s'entendent pour mettre en œuvre les changements proposés au serment de citoyenneté.
Même si les changements proposés au serment de citoyenneté ne représentent qu'un petit bout de texte, celui-ci est extrêmement puissant et riche de sens. S'il est adopté, le nouveau serment de citoyenneté se lirait comme suit:
Je jure fidélité et sincère allégeance à Sa Majesté la Reine Elizabeth Deux, Reine du Canada, à ses héritiers et successeurs et je jure d’observer fidèlement les lois du Canada, y compris la Constitution, qui reconnaît et confirme les droits — ancestraux ou issus de traités — des Premières Nations, des Inuits et des Métis, et de remplir loyalement mes obligations de citoyen canadien.
Le libellé reflète les commentaires provenant d'organismes autochtones nationaux, notamment l'Assemblée des Premières Nations, l'Inuit Tapiriit Kanatami et le Ralliement national des Métis. Je tiens à les remercier sincèrement de leurs contributions au nom de la Chambre.
Grâce aux contributions importantes de ces organisations, nous avons travaillé ensemble afin d'assurer que le nouveau serment de citoyenneté proposé est encore plus inclusif et représente la riche histoire des peuples autochtones, inuits et métis, partout au Canada.
Le gouvernement est d'avis que la formulation du projet de loi tient compte des commentaires et de l'expérience des Premières Nations, des Inuits et des Métis, étant donné leur participation importante au processus. Nous croyons qu'il s'agit d'une réponse authentique à l'appel à l'action no 94.
Le projet de loi C-8 invite les nouveaux Canadiens à observer fidèlement les lois du Canada, y compris la Constitution, qui reconnaît et confirme les droits — ancestraux ou issus de traités — des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Il s'agit d'un changement très important, car il souligne le fait que les droits ancestraux sont des droits collectifs protégés par la Constitution en vertu de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Ces droits reposent sur l'occupation et l'utilisation historiques de ces terres par les peuples autochtones, dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Canada.
Cette formulation signale aussi aux nouveaux arrivants qu'il s'agit de droits antérieurs à la Constitution, qui sont renforcés et respectés par la loi suprême du pays. Ainsi, le principe de la réconciliation avec les premiers résidants du pays sera présent dès le début de leur nouvelle vie de citoyens canadiens.
Bien que la pandémie ait interrompu les cérémonies en personne, nous avons encore des cérémonies en ligne. Il est vraiment émouvant et réjouissant de savoir que ces cérémonies en ligne peuvent être visionnées par les membres de la famille et les amis qui vivent à l'extérieur du Canada. C'est donc dire qu'un auditoire encore plus vaste aura l'occasion d'en apprendre davantage sur l'histoire du Canada, et que l'histoire des peuples autochtones, très importante, aura encore plus de visibilité sur la scène internationale.
De plus, ces cérémonies sont enrichies par la participation d'aînés autochtones. Il est vraiment remarquable de voir ainsi les communautés les plus anciennes et les plus récentes du pays célébrer une vie commune faite d'égalité et d'harmonie. Le serment de citoyenneté se trouve au cœur même de la cérémonie; c'est alors que les nouveaux Canadiens s'engagent à respecter les valeurs auxquelles nous aspirons en tant que nation, soit l'égalité, la diversité et le respect au sein d'une société ouverte et libre. Grâce à ce projet de loi, les nouveaux Canadiens reconnaîtront et respecteront les droits et les traités des peuples autochtones et sauront qu'ils font partie intégrante de l'histoire et de l'avenir du Canada.
Bien que nous travaillions également en partenariat avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis sur de nombreux autres éléments des appels à l'action, nous travaillons également sur l'appel à l'action no 93, qui demande un nouveau guide sur la citoyenneté et des outils éducatifs connexes qui expliqueront mieux l'histoire des peuples autochtones, quelque chose qu'on réclame depuis longtemps.
Une fois terminés, le guide d'étude révisé sur la citoyenneté, le nouvel examen pour la citoyenneté et le serment viendront appuyer mutuellement les leçons. De plus, des ressources éducatives seront fournies dans les salles de classe de tout le Canada afin que tous les élèves puissent apprendre les leçons. J'espère que l'ensemble des députés se joindront à nous pour franchir ces étapes vers la réconciliation. Nous demandons à tous les partis d'appuyer la signification historique et symbolique du nouveau serment de citoyenneté.
Je souhaite prendre un moment pour remercier tous les partis d'avoir accepté de faire avancer le dossier aussi rapidement que possible et de nous permettre de donner suite à un autre appel à l'action de la Commission de vérité et réconciliation.
Il s'agit d'un pas de plus vers la transformation des relations entre la Couronne et les peuples autochtones, l'un des nombreux autres pas importants à venir. Nous devons continuer avec une détermination inébranlable, dans le respect mutuel et la coopération. Cela signifie qu'il faut écouter les partenaires, les communautés et les jeunes autochtones et apprendre d'eux, et agir de façon décisive en fonction de ce que nous entendons pour continuer à établir la confiance et favoriser la guérison.
J'ai hâte de travailler avec tous les députés en appui à ce projet de loi.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-02 18:53 [p.7857]
Madam Speaker, today I am highlighting the question I asked on March 25 about the federal government's position regarding the Black civil servants lawsuits where claimants have courageously come forward to expose the wrongdoing and systemic discrimination they face throughout their careers.
In the weeks since I asked that question, we have learned that over the years some public servants were offered money to keep quiet and withdraw racial discrimination complaints. It is never easy to confront racism. It should be uncomfortable. We cannot ask people to push aside their injustice, to sweep things under the rug. This is gaslighting. We cannot ask them to be silent and we cannot be complicit with our own silence.
My goal tonight is not to place blame and to wag my finger, rather it is to better understand exactly what the government is doing to fight systemic racism. I wish to be a partner in this work. I wish to highlight the incredible voices from my riding and from the Maritimes that are changing the conversation and driving real actions in my home community.
We are now coming to a sudden realization that Canada has a problem with racism. People of colour, Black and indigenous peoples have been telling us for so long that our society, our institutions, our collective behaviours and biases continue to cause harm, even kill.
So far, the performative gestures from the government are accomplishing nothing. In just the last few weeks, I read the following headline: “RCMP is losing Indigenous officers—and some former Mounties blame racism in the ranks”.
The Nova Scotia government balked at paying for extra RCMP during the fisheries conflict where Mi'kmaq fishers were attacked, their possessions set on fire and their catches destroyed. The army strategies to promote diversity and inclusion were ineffective. Temporary migrant workers working in fields across the country helping to ensure our food sovereignty are working in unsanitary and dangerous conditions, living in overcrowded rooms, some sleeping on the floor.
Symbolism does not target the root cause of the problem. Canada must institute specific reparations and strategic actions with measurable outcomes. I know that my colleague will point to the implementation of the Anti-Racism Secretariat and I am thankful for that division and I am fully in appreciation for the minister and her commitment. However, this would be the time to let Canadians know about the concrete work being undertaken to dismantle systems of oppression. I would argue that there should be a full ministerial department dedicated to the mission of anti-racism.
Many Canadians do not even have a basic understanding of what racism is, how it operates, what gives it power. Some still debate its existence and shy away from comparison with our neighbours to the south. Our children must learn the critical thinking skills to ask tough questions, challenge narratives and deconstruct the lies that support white supremacy.
We are told that change is slow, that these things take time. As a suggestion, if I may, perhaps we could listen to the Black voices showing us the way right here, right now. The class-action lawsuit seeks long-term solutions to permanently address systemic racism and discrimination in the Public Service of Canada, which would undoubtedly create ripple effects across the communities. Damages include the wrongful failure to promote, intentional infliction of mental suffering, constructive dismissal, wrongful termination, negligence and in particular, violations of employment law, human rights law and charter breaches.
In the fulfillment of the goal of workplace equality, Canada has failed to correct the conditions of disadvantage and employment experienced by Black Canadians. Will the Anti-Racism Secretariat commit to addressing specific wrongs?
Madame la Présidente, je veux revenir aujourd'hui sur la question que j'ai posée le 25 mars. Elle concernait la position du gouvernement fédéral sur les poursuites intentées par des fonctionnaires noirs qui se sont courageusement manifestés pour dénoncer les actes répréhensibles et la discrimination systémique dont ils sont victimes depuis le début de leur carrière.
Au cours des semaines qui se sont écoulées depuis, nous avons appris que, au fil des ans, certains fonctionnaires se sont fait proposer de l'argent en échange de leur silence et du retrait de plaintes de discrimination raciale. Il n'est jamais facile de dénoncer le racisme. Cela devrait être inconfortable. Nous ne pouvons pas demander aux gens d'ignorer les injustices qu'ils ont subies et de dissimuler leurs problèmes. C'est du détournement cognitif. Nous ne pouvons pas demander aux gens de garder le silence, et nous devons éviter d'avoir un silence complice.
Mon but ce soir n'est pas de jeter le blâme sur d'autres ou de les pointer du doigt. Je souhaite plutôt mieux comprendre ce que le gouvernement fait exactement pour combattre le racisme systémique. Je veux l'aider dans ses démarches. Je désire attirer l'attention sur les incroyables personnes dans ma circonscription et dans les Maritimes qui changent la donne et qui inspirent la prise de mesures concrètes dans ma collectivité.
Nous nous rendons soudainement compte que le Canada a un problème de racisme. Pourtant, cela fait bien longtemps que les gens de couleur, les Noirs et les Autochtones nous disent que notre société, nos institutions, nos comportements collectifs et nos préjugés leur causent continuellement du tort, et parfois même leur mort.
Les gestes symboliques que le gouvernement a posés n'ont rien donné jusqu'à maintenant. Un grand titre que j'ai vu dans les dernières semaines disait d'ailleurs ceci: « Des agents autochtones quittent la GRC — d'anciens agents dénoncent le racisme qui sévit dans les rangs. »
Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse rechignait à l'idée de payer davantage d'agents de la GRC pendant le conflit sur les pêches, alors que des pêcheurs micmacs avaient subi des assauts et vu leurs biens incendiés et leurs prises détruites. Les stratégies adoptées par l'armée pour promouvoir la diversité et l'inclusion n'ont pas porté de fruit. Les travailleurs étrangers temporaires — qui travaillent dans des champs d'un bout à l'autre du pays et contribuent à assurer la souveraineté alimentaire du Canada — œuvrent dans des conditions dangereuses et insalubres et vivent dans des pièces surpeuplées. Certains d'entre eux couchent sur le plancher.
Les gestes symboliques ne règlent pas les causes profondes du problème. Le Canada doit poser des gestes spécifiques et stratégiques pour réparer les torts causés, et il doit avoir des objectifs mesurables. Je suis certaine que notre collègue mentionnera la mise en place du Secrétariat de lutte contre le racisme. Je me réjouis de la création de ce secteur et j'apprécie la ministre et son engagement. Cela dit, il serait grand temps de parler aux Canadiens des démarches concrètes entreprises pour démanteler les systèmes d'oppression. Je soutiens qu'il devrait y avoir un ministère entier dédié à la lutte contre le racisme.
De nombreux Canadiens n'ont aucune notion de ce qu'est le racisme, de son fonctionnement et de ce qui lui donne du pouvoir. Certains doutent encore de son existence et hésitent à faire des comparaisons avec nos voisins du Sud. Nos enfants doivent apprendre la pensée critique pour poser des questions difficiles, pour remettre en question les discours et pour déconstruire les mensonges qui soutiennent la suprématie blanche.
On nous dit que le changement se produit lentement et que les choses prennent du temps. Je pourrais peut-être nous suggérer d'écouter les Noirs, qui nous montrent la voie à suivre en ce moment. Le recours collectif vise des solutions à long terme pour remédier définitivement au racisme et à la discrimination systémiques au sein de la fonction publique canadienne, ce qui aurait à coup sûr un effet d'entraînement dans l'ensemble des collectivités. Parmi les dommages cités, on retrouve le refus injustifié de promotion, l'infliction intentionnelle de souffrances psychologiques, le congédiement déguisé, le licenciement injustifié et la négligence, ainsi que la violation du droit du travail, des droits de la personne et de la Charte.
En cherchant à instaurer l'égalité en milieu de travail, le Canada a omis d'éliminer les désavantages subis dans le domaine de l'emploi par les Canadiens noirs. Le Secrétariat de lutte contre le racisme s'engagera-t-il à corriger ces injustices?
View Adam van Koeverden Profile
Lib. (ON)
View Adam van Koeverden Profile
2021-06-02 18:56 [p.7858]
Madam Speaker, I just cannot thank my hon. colleague and friend from Fredericton enough for her speech and her advocacy on this very important topic. I admire her willingness to come out here and always confront difficult topics of conversation.
I share her satisfaction with the fact that we are the first government that has a Minister of Diversity and Inclusion and Youth, that does the hard work and commits to the hard work. The Anti-Racism Secretariat is a good start.
However, from the start, our government has acknowledged that millions of Canadians continue to face systemic racism in different facets of our society. I acknowledge that it is not a universally held conviction yet in the House or in this country. That is an important thing to focus on also, whether it is going to the store or the bank, applying for a job, or even taking public transit, racialized Canadians have told us in unequivocal terms that racial discrimination is unfortunately still a daily reality here in Canada.
This is particularly true for Black Canadians who face the scourge of systemic racism against Black people. The data we have paints a bleak picture of the impact of racism across the country. For example, we know that the unemployment rate is disproportionately high among Black Canadians, compared to their non-racialized counterparts. However, recent studies from Statistics Canada show that Black Canadians aged 25 to 54 are more likely to have a university degree than non-racialized Canadians.
Rather than sitting idly by, our government has taken concrete actions to address systemic anti-Black racism. In 2018, we officially recognized the International Decade for People of African Descent, which serves to guide the international community in the advancement of human rights and freedoms of Black communities by focusing on recognition, justice and development.
This was then followed by a $44-million investment to advance the objectives of the decade through supporting projects that empower Black youth, address mental health in Black communities and drive capacity building for Black-led organizations.
As the parliamentary secretary on this file, I get to make some of those calls to these organizations to thank them for their good work and congratulate them on the funding. I cannot tell members how grateful we are, as a government and as a nation, for their extraordinary efforts.
We have invested millions of dollars to launch Canada's anti-racism strategy, which advances the federal leadership's fight against systemic racism by supporting communities and focusing on awareness and changing attitudes.
Since then, we have worked closely with the Federation of African Canadian Economics, an entrepreneurship program run by Black people, to launch the Black entrepreneurship loan fund, a public-private investment worth $291.3 million. This fund will provide financing of up to $250,000  to help Black business owners and entrepreneurs develop their businesses and achieve success now and in the future.
Lastly, because our government recognizes the need to remove barriers to achieving a diverse and inclusive workplace, including addressing anti-Black racism, we are investing $12 million to support the centre on diversity and inclusion in the public service, lodged directly in the—
Madame la Présidente, je ne saurais trop remercier ma collègue et amie de Fredericton de son discours et des efforts qu'elle déploie dans cet important dossier. J'admire le fait qu'elle soit toujours prête à venir débattre de sujets difficiles.
Comme elle, je suis satisfait que le gouvernement actuel soit le premier à avoir nommé une ministre de la Diversité et de l'Inclusion et de la Jeunesse, qui n'a pas peur de travailler fort. Le Secrétariat fédéral de lutte contre le racisme est un bon point de départ.
Cependant, dès le début, le gouvernement a reconnu que des millions de Canadiens continuent de se heurter au racisme systémique dans diverses sphères de la société. Je suis conscient que ce n'est pas tout le monde à la Chambre ou même au pays qui a assimilé cette réalité. C'est un élément important auquel il faut s'attarder; que ce soit au magasin ou à la banque, dans le cadre d'un processus d'embauche ou à bord des transports en commun, les Canadiens racialisés nous ont dit sans équivoque que la discrimination raciale est malheureusement toujours une réalité quotidienne au Canada.
C'est particulièrement vrai pour les Canadiens noirs qui sont confrontés au fléau du racisme systémique envers les personnes noires. Les données dont nous disposons brossent un tableau très sombre de l'impact de ce racisme partout au pays. Par exemple, nous savons que le taux de chômage est disproportionnellement plus élevé chez les Canadiens noirs que chez leurs homologues non racisés. Pourtant, de récentes études de Statistique Canada démontrent que les Canadiens noirs âgés de 25 à 54 ans sont plus susceptibles de détenir un diplôme universitaire que les Canadiens non racisés.
Plutôt que de rester les bras croisés, le gouvernement a pris des mesures concrètes pour remédier au racisme systémique envers les Noirs. En 2018, nous avons officiellement adopté la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, qui sert de cadre à la communauté internationale dans la promotion des droits et libertés des membres de la communauté noire en mettant l'accent sur la reconnaissance, la justice et le développement.
Le gouvernement a ensuite investi 44 millions de dollars dans la concrétisation des objectifs de cette décennie en soutenant des projets qui habilitent les jeunes noirs, qui traitent de la santé mentale dans les communautés noires et qui encouragent le renforcement des capacités des organisations dirigées par des Noirs.
En tant que secrétaire parlementaire responsable de ce dossier, j'effectue certains des appels à ces organisations pour les remercier de leur bon travail et pour les féliciter pour leur financement. Je ne peux exprimer aux députés à quel point nous leur sommes reconnaissants, en tant que gouvernement et nation, pour leurs efforts extraordinaires.
Nous avons investi des millions de dollars pour lancer la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme, qui fait progresser le leadership fédéral en matière de lutte contre le racisme systémique, en appuyant les communautés et en mettant l'accent sur la sensibilisation et le changement d'attitude.
Depuis lors, nous avons travaillé en étroite collaboration avec la Fédération africaine canadienne de l'économie, une organisation d'entrepreneuriat dirigé par des personnes noires, pour lancer le Fonds de prêts pour l'entrepreneuriat des communautés noires, un investissement public-privé de 291,3 millions de dollars. Il offrira un financement allant jusqu'à 250 000 $ aux propriétaires d'entreprises et aux entrepreneurs noirs, afin qu'ils puissent développer leur entreprise et réussir maintenant et dans l'avenir.
Enfin, puisque le gouvernement admet qu'il est nécessaire d'éliminer les obstacles à la diversité et à l'inclusion au travail, y compris dans sa lutte contre le racisme envers les Noirs, nous investissons 12 millions de dollars pour soutenir le centre sur la diversité et l'inclusion dans la fonction publique, hébergé directement dans...
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-06-02 19:01 [p.7858]
Madam Speaker, I thank the hon. parliamentary secretary for his efforts in these adjournment proceedings. It has been a busy night for him.
If members can tell, I am extremely passionate about anti-racism, and I come to this as a cis, white ally. I will never know the full extent of the pain inflicted upon indigenous peoples, Black peoples, people of colour or 2SLGBTQIA+, and I live, work and learn with this immense privilege.
During the past weeks we have been hearing the difficult testimony, trying to piece together the death of Joyce Echaquan. I will not repeat the myriad of insults flung at her by staff who were supposed to be caring for her while she was fighting for her life. Then, of course, there are the 215 little souls whose remains have finally been discovered. There are not enough words in the English language to account for such horrors.
These are not dark chapters in Canadian history. These realities are woven throughout the whole story, and the consequences continue to play out today. This is not about guilt. It is about responsibility.
Will the government stand up and recognize the immense responsibility we have in addressing racism in all its forms? Will it stand up for the Black civil servants? Will it stand up for Joyce and all the children who never came home from residential schools?
Madame la Présidente, je remercie le secrétaire parlementaire des efforts qu'il déploie durant l'actuel débat d'ajournement. C'est une soirée chargée pour lui.
Les députés l'ont peut-être remarqué, la lutte contre le racisme me tient beaucoup à cœur. Je me joins au combat en tant qu'alliée cisgenre et blanche. Je ne connaîtrai jamais la pleine mesure de la douleur infligée aux Autochtones, aux Noirs, aux personnes de couleur ou aux membres de la communauté 2SLGBTQIA+. Je vis, travaille et apprends avec cet immense privilège.
Au cours des dernières semaines, nous avons entendu des témoignages difficiles en tentant de reconstituer les circonstances qui ont entouré la mort de Joyce Echaquan. Je ne vais pas répéter la myriade d'insultes que lui a lancées le personnel qui était censé prendre soin d'elle tandis qu'elle luttait pour sa vie. Il y a aussi, bien sûr, les 215 petites âmes dont les dépouilles ont enfin été découvertes. Il n'y a pas suffisamment de mots pour raconter de telles horreurs.
Il ne s'agit pas de chapitres sombres de l'histoire canadienne. Ce sont des réalités qui sont indissociables de notre passé et dont les conséquences sont encore ressenties à ce jour. Ce n'est pas une question de culpabilité, mais de responsabilité.
Le gouvernement répondra-t-il à l'appel, en reconnaissant l'immense responsabilité que nous avons de nous attaquer au racisme sous toutes ses formes? Se portera-t-il à la défense des fonctionnaires noirs? Se portera-t-il à la défense de Joyce et de tous les enfants qui ne sont jamais revenus des pensionnats autochtones?
View Adam van Koeverden Profile
Lib. (ON)
View Adam van Koeverden Profile
2021-06-02 19:02 [p.7859]
Madam Speaker, I would also like to acknowledge my role as an ally in this place. As a white, cisgendered, straight man, I have never experienced racism, homophobia or bigotry in any form, and I do feel like I have a role, as an ally, to stand up.
We are taking steps to review the Employment Equity Act, particularly in light of comments that it does not address the distinct experiences of Black employees. From the very start, our government has shown an unwavering commitment to tackling systemic racism head on, including anti-Black racism.
The data is clear. There are major systemic barriers that continue to limit opportunities for Black communities.
Here in Canada, these discrepancies are simply unacceptable.
This is why, since 2018, we have committed to investing more than $177 million in initiatives that support Black communities. We are investing in initiatives within the federal public service to create a fully diverse and inclusive workplace.
Madame la Présidente, j'aimerais moi aussi reconnaître mon rôle à la Chambre comme allié. En tant qu'homme blanc hétérosexuel et cisgenre, je n'ai jamais été victime d'aucune forme de racisme, d'homophobie ou de sectarisme, et j'estime sincèrement que je dois assumer mon rôle d'allié en dénonçant ces comportements.
Nous prenons des mesures pour revoir la Loi sur l'équité en matière d'emploi, surtout à la lumière de remarques qu'elle ne tient pas compte des expériences distinctes des employés noirs. Dès son premier jour au pouvoir, le gouvernement a manifesté la volonté inébranlable de s'attaquer de front au racisme systémique, y compris le racisme envers les Noirs.
Les données sont équivoques. De sérieux obstacles systémiques persistent à limiter les occasions pour les communautés noires.
Une telle situation est tout simplement inacceptable ici, au Canada.
C'est pourquoi, depuis 2018, nous avons engagé des investissements de plus de 177 millions de dollars pour appuyer des initiatives qui soutiennent les communautés noires. Nous investissons dans les initiatives au sein de la fonction publique fédérale afin de créer un milieu de travail pleinement diversifié et inclusif.
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I share my colleague's concerns with regard to the government's reluctance to produce the documents. It is a worrisome trend that we have seen over the past months.
I wonder if he could comment on one aspect of this that concerns me, which is the rise of anti-Asian racism. At the same time that we push as Parliament to get these documents and to get to the bottom of these questions around the dismissal of the two scientists at the lab in Winnipeg, what steps does the member believe the government should take to combat this worrisome rise of anti-Asian racism here in Canada?
Monsieur le Président, je partage les craintes du député devant la réticence du gouvernement à produire les documents. C’est une tendance inquiétante que nous voyons s’installer depuis quelques mois.
Je me demande s’il pourrait nous parler d’un aspect qui me préoccupe, c'est-à-dire la montée du racisme anti-asiatique. Pendant que nous insistons, en tant que Parlement, pour obtenir ces documents et pour que toute la lumière soit faite sur le renvoi des deux scientifiques du laboratoire de Winnipeg, quelles mesures le gouvernement devrait-il prendre, selon lui, pour lutter contre cette montée préoccupante du racisme anti-asiatique au Canada?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, while I very much welcome the questions from my NDP and Bloc colleagues, I was hoping that after my speech I would get a question from a member of the government. That is what usually happens, and hopefully one of them will actually be willing to stand and put their views on the record on this. They seem reluctant to do that.
To my colleague's very important question, I agree that we need to respond to the threat of rising anti-Asian racism. One of the most critical ways we do that is to establish a clear distinction between the Chinese Communist Party and the Chinese people, as well as Chinese Canadians. The CCP does not speak for the Chinese people and it does not speak for Chinese Canadians.
In fact, many Chinese Canadians are speaking out about how the Chinese Communist Party is threatening or intimidating them. We heard compelling testimony last night about violence and threats of violence that Canadians of Asian origin are experiencing from the Chinese Communist Party when they start to speak out about important human rights issues.
We need to always be clear about the distinction between this hostile, foreign political party that does not represent Chinese culture or Chinese identity and certainly does not represent Chinese Canadians. Then there is the very separate issue of affirming and appreciating the great contributions made by Asian Canadians, many of whom are very critical of the Chinese Communist Party.
Monsieur le Président, je me réjouis des questions de mes collègues du NPD et du Bloc, mais j’espérais qu’après mon intervention, j’aurais droit à une question d’un député ministériel. C’est normalement ce qui se produit et j’espère que l’un d'eux prendra la parole pour exposer son point de vue sur le sujet. Ils semblent hésiter à le faire.
Pour répondre à la question très importante du député, je pense aussi que nous devons réagir à la menace du racisme anti-asiatique croissant. Il faut notamment pour cela faire nettement la distinction entre le Parti communiste chinois et les Chinois, ainsi que les Canadiens d’origine chinoise. Le Parti communiste chinois ne représente ni le peuple chinois ni les Canadiens d’origine chinoise.
En fait, beaucoup de Canadiens d’origine chinoise dénoncent la façon dont le Parti communiste chinois les menace ou les intimide. Nous avons entendu hier soir des témoignages éloquents sur la violence et les menaces que subissent les Canadiens d’origine asiatique de la part du Parti communiste chinois quand ils décident de parler ouvertement de questions importantes relatives aux droits de la personne.
Nous devons toujours distinguer clairement ce parti politique étranger hostile qui ne représente pas la culture chinoise ni l’identité chinoise, et certainement pas les Sino-Canadiens. Puis, il y a la question bien distincte associée au fait de confirmer et d’apprécier les contributions exceptionnelles faites par les Canadiens d'origine asiatique, qui sont nombreux à critiquer sévèrement le Parti communiste chinois.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley.
I would like to briefly come back to the Prime Minister's accusations of racism.
Let us remember one thing: Since the beginning of the debate on the problem at the National Microbiology Laboratory in Winnipeg, all the Prime Minister has been doing is accusing us of racism.
Every time the opposition raises an issue that deals with the Chinese Communist regime, as I did last week, the government calls us racist. As I speak, I am looking around to see whether the Prime Minister is going to stand up and accuse me of racism.
That is a serious problem. Using racism as an excuse is a really feeble defence. Racism has nothing to do with it. The Conservative Party has never attacked Chinese people. Our attacks have always been directed at the Chinese Communist regime, which is aggressive and dangerous. What we are saying has absolutely nothing to do with the people of China.
When we raise the issue of Huawei, we are accused of being racist. The Prime Minister never takes a strong stand with regard to the two Michaels, who were imprisoned on trumped-up charges. He even once said that he prefers a communist system to a democracy, which is very disturbing.
We ask questions in committee and in the House. We mostly ask questions in the House because this is where the Prime Minister answers our questions, when he feels like it, that is. This was his answer last time:
The rise in anti-Asian racism we have been seeing over the past number of months should be of concern to everyone. I would recommend that the members of the Conservative Party, in their zeal to make personal attacks, not start to push too far into intolerance towards Canadians of diverse origins.
Even The Globe and Mail said the Prime Minister's answer was a foolish thing to say.
This is not the first time the Prime Minister has called us racist. Let us not forget that, last year, early in the COVID-19 crisis, the opposition suggested it might be a good idea to cancel flights from China. What was the response? We were accused of being racist. It was not our fault the virus came from China. That is the reason we wanted to cancel flights from that country.
I know that racism is a delicate subject and that it is easy to lob such accusations. For our part, we always put public health and safety first, regardless of the origins of the virus.
Europe experienced a similar problem. Would anyone cry racism if we were speaking of European people and democracy? Absolutely not. The same is true in this case. If the problem came from Italy, we would be saying the same thing about banning flights. No matter where those flights came from, we would be saying the same thing.
The same thing applies to Huawei. We asked the government many questions in the House about Huawei's probable, possible, and indeed assured interference in our telecommunications system. Once again, we were accused of being racist.
We are not going to give up just because of the Prime Minister's accusations. We will persevere, because we are here to work on behalf of Canadian interests. This is why our motion includes the following:
That an order of the House do issue for the unredacted version of all documents produced by the Public Health Agency of Canada in response to the March 31, 2021, and May 10, 2021, orders of the Special Committee on Canada-China Relations, respecting the transfer of Ebola and Henipah viruses to the Wuhan Institute of Virology in March 2019, and the subsequent revocation of security clearances for, and termination of the employment of, Dr. Xiangguo Qiu and Dr. Keding Cheng.
This is just one part of the problem that needs to be addressed.
The second problem is the following. In September 2020, the Prime Minister appointed Iain Stewart as president of the Public Health Agency of Canada. This appointment was pure and simple politics. The Prime Minister could have appointed any number of other Canadian men and women, but he chose to appoint Mr. Stewart.
Mr. Stewart recently appeared as a witness before the Special Committee on Canada-China Relations, of which I am a member. He refused to provide relevant details about the security breach at the Winnipeg laboratory. The committee members requested unredacted versions of all the documents produced by the Public Health Agency of Canada. Mr. Stewart refused and continues to refuse to provide them. Just yesterday, we received redacted documents, despite the committee's clear demands.
The problem is not simple. On the one hand, Iain Stewart is the president of the Public Health Agency of Canada for the sole reason that he was appointed by the Prime Minister. On the other hand, this same gentleman is telling us that it is impossible to provide unredacted information about the dismissal of two scientists linked to the Chinese Communist regime and the revocation of their security clearance because that would be a disclosure of personal information, which is legally prohibited by the Privacy Act.
Mr. Stewart may be deliberately ignoring subparagraph 8(2)(m)(i) of the Privacy Act, which states:
Subject to any other Act of Parliament, personal information under the control of a government institution may be disclosed
(m) for any purpose where, in the opinion of the head of the institution,
(i) the public interest in disclosure clearly outweighs any invasion of privacy that could result from the disclosure,
In other words, the head of the institution, which could include the head of the laboratory, Iain Stewart, who is the head of the Public Health Agency of Canada, the Minister of Health or the Prime Minister, may disclose personal information if they decide that it would serve the public interest better to reveal the truth than to hide it. That is what the act says.
That said, neither the Prime Minister nor the president of the Public Health Agency of Canada have any legal grounds for doing what they are currently doing, which is hiding information.
Let us not forget that documents sent to the committee that may contain sensitive national security information must first be reviewed by certain officials before they are shared with members of Parliament. It is not up to the president of the Public Health Agency of Canada to censor documents as he is doing. That is the job of the law clerk of the House. The clerks have the authority to do this work and ensure that the documents submitted to members are properly protected pursuant to the rules of the House, not Iain Stewart's rules.
The question is whether Mr. Stewart is doing this on his own initiative. Did he decide that the information should not be shared with the Special Committee on Canada-China Relations, or did the order come from the Prime Minister's Office?
Is the Prime Minister too afraid that the truth will come out? If so, what does he have to fear?
This is our national security and our country. If information from the National Microbiology Laboratory in Winnipeg has been passed on to Wuhan and, for example, the Chinese People's Liberation Army has used some viruses to develop others, we have a right to know.
If the members of the House of Commons do not have the most right to know, who does?
This is about Canada's national security and best interests. The Conservative Party and I are very aware that some information must remain secret to prevent other countries from gaining access to information that is critical to our own security. However, it is not true that all of the information regarding the National Microbiology Laboratory, and especially the information that was given to the Chinese Communist regime, should be kept secret. We have the right to know.
Our request is legitimate, and I believe that the opposition parties all agree with the Conservative Party of Canada that there is nothing racist about wanting to know what the Chinese Communist regime is up to. Canadians have the right to know what happened at the Winnipeg lab.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley.
J'aimerais revenir brièvement sur les accusations de racisme de la part du premier ministre.
N'oublions pas une chose: depuis le début du débat sur le problème au Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, tout ce que fait le premier ministre, c'est nous traiter de racistes.
Chaque fois qu'un enjeu touche le régime communiste chinois et que l'opposition soulève la question, comme je l'ai fait la semaine dernière, on nous traite de racistes. Juste en parlant, je regarde autour de moi pour voir si le premier ministre ne surgira pas pour m'accuser de racisme.
Il s'agit d'un grave problème. Prétexter le racisme, c'est vraiment faible comme défense. Cela n'a rien à voir. Le Parti conservateur ne s'est jamais attaqué au peuple chinois. Nos attaques sont toujours envers le régime communiste chinois, un régime agressif et dangereux. Les propos que nous tenons n'ont absolument rien à voir avec la population.
Lorsque nous soulevons l'enjeu de Huawei, nous sommes accusés de racisme. Le premier ministre ne prend jamais fortement position au sujet des deux Michael, emprisonnés sous de fausses accusations. Il a même déjà dit qu'il préférait un système communiste à une démocratie, ce qui est très dérangeant.
Nous posons des questions en comité et à la Chambre. Nous les posons surtout à la Chambre, puisque c'est ici que le premier ministre répond à nos questions, lorsqu'il veut bien y répondre. La dernière fois, il nous a répondu:
La montée du racisme envers les Asiatiques qui a été observée au cours des derniers mois devrait tous nous préoccuper. Je recommande aux députés du Parti conservateur, dans leur empressement de lancer des attaques personnelles, de ne pas s'aventurer trop loin sur le terrain de l'intolérance envers des Canadiens de différentes origines.
Même le Globe and Mail a dit que la réponse du premier ministre était stupide.
Ce n'est pas la première fois que le premier ministre prétend que nous faisons preuve de racisme. Souvenons-nous que, l'an dernier, au début de la crise de la COVID-19, l'opposition a demandé si ce serait une bonne idée d'arrêter les vols en provenance de Chine. Quelle réponse avons-nous eue? On nous a traités de racistes. Ce n'était pas notre faute si le virus provenait de Chine. C'est parce qu'il provenait de là que nous voulions que cessent les vols en provenance de ce pays.
Je sais qu'il est délicat de parler de racisme et que c'est très facile de verser là-dedans. De notre côté, nous avons toujours mis la santé publique et la sécurité à l'avant-plan, nonobstant l'origine des virus.
L'Europe a vécu un problème similaire. Peut-on parler de racisme lorsqu'on parle des peuples européens et de démocratie? La réponse est pas du tout. C'est la même chose dans ce cas-ci. Si le problème émanait de l'Italie, nous dirions la même chose au sujet des vols. Peu importe la provenance des vols, nous dirions la même chose.
La même chose s'applique à Huawei. À la Chambre, nous avons posé plusieurs questions au gouvernement concernant l'ingérence probable, possible, voire assurée, de Huawei dans notre système de télécommunications. Encore une fois, on nous accusait de racisme.
Ce n'est pas parce que le premier ministre fait cela que nous allons lâcher le morceau. Nous allons persévérer, parce que nous sommes ici pour travailler dans l'intérêt du Canada. C'est la raison pour laquelle notre motion mentionne, entre autres:
Qu’un ordre de la Chambre soit donné en vue de l’obtention de la version non caviardée de tous les documents produits par l’Agence de la santé publique du Canada en réponse aux ordres du 31 mars 2021 et du 10 mai 2021 du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes en ce qui concerne le transfert des virus de l’Ebola et de l’Henipah à l’Institut de virologie de Wuhan en mars 2019, ainsi que la révocation subséquente des habilitations de sécurité des docteurs Xiangguo Qiu et Keding Cheng.
Cela n'est qu'une partie du problème que l'on doit résoudre.
Le deuxième problème est le suivant: en septembre 2020, le premier ministre a nommé Iain Stewart au poste de président de l'Agence de la santé publique du Canada. Il s'agit d'une nomination politique pure et simple. Plusieurs autres Canadiens, hommes et femmes, auraient pu être nommés à ce poste, mais le premier ministre a décidé de nommer M. Stewart.
Récemment, ce même M. Stewart comparaissait comme témoin devant le Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, dont je suis membre. Il a refusé de donner les détails pertinents au sujet de la brèche de sécurité du laboratoire de Winnipeg. Les membres du Comité ont demandé la version non expurgée de tous les documents produits par l'Agence de la santé publique du Canada. M. Stewart a refusé et refuse toujours de les fournir. Hier encore, nous avons reçu des documents caviardés, malgré les exigences claires du Comité.
Le problème n'est pas simple. D'une part, M. Iain Stewart est le président de l'Agence de la santé publique du Canada pour la simple et unique raison qu'il a été nommé par le premier ministre. D'autre part, ce même monsieur nous dit qu'il est impossible de fournir l'information non expurgée au sujet du licenciement des deux scientifiques liés au régime communiste chinois et de la révocation de leur habilitation de sécurité, car cela révélerait des informations personnelles, ce qui est légalement interdit par la Loi sur la protection des renseignements personnels.
Il se peut que M. Stewart ignore délibérément le sous-alinéa 8(2)m)(i) de la Loi sur la protection des renseignements personnels qui dit:
Sous réserve d'autres lois fédérales, la communication des renseignements personnels qui relèvent d'une institution fédérale est autorisée dans les cas suivants: [...]
m) communication à toute autre fin dans les cas où, de l’avis du responsable de l’institution:
(i) des raisons d’intérêt public justifieraient nettement une éventuelle violation de la vie privée, [...]
En d'autres mots, le chef de l'institution, qui comprendrait le chef de laboratoire, le chef de l'Agence de la santé publique du Canada —  Iain Stewart —, la ministre de la Santé ou le premier ministre, peut légalement divulguer les renseignements personnels s'il décide qu'il est davantage dans l'intérêt public de révéler la vérité que de la cacher. C'est ce que dit la Loi.
Cela dit, autant le premier ministre que le président de l'Agence de la santé publique du Canada n'ont aucune base légale pour faire ce qu'ils font actuellement, c'est-à-dire cacher de l'information.
N'oublions pas que les documents qui sont envoyés au Comité et qui peuvent contenir de l'information délicate pouvant porter atteinte à la sécurité nationale doivent d'abord être examinés par certains responsables avant d'être remis aux députés. Ce n'est pas au président de l'Agence de la santé publique du Canada de caviarder les documents comme il le fait. Cela revient au légiste de la Chambre. Les greffiers ont les attributions nécessaires pour faire ce travail et s'assurer que les documents soumis aux députés sont protégés comme il le faut, selon les règles de la Chambre et non selon celles de Iain Stewart.
La question est de savoir si M. Stewart le fait de son propre chef. Est-ce lui qui a décidé que l'information ne devait pas être communiquée au Comité spécial sur les relations sino-canadiennes ou est-ce un ordre qui vient du bureau du premier ministre?
Est-ce que le premier ministre a trop peur qu'on sache la vérité? Si oui, de quoi a-t-on peur?
Il s'agit de notre sécurité nationale et de notre pays. Si de l'information du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg a été transmise à Wuhan et que, par exemple, l'Armée populaire de libération de la Chine s'est servie de certains virus pour en développer d'autres, nous sommes en droit de le savoir.
Si les députés de la Chambre des communes ne sont pas les premiers en droit de le savoir, qui l'est?
Il s'agit de la sécurité nationale et de l'intérêt du Canada. Le Parti conservateur et moi-même sommes très conscients que certaines informations doivent parfois être gardées secrètes afin que d'autres pays ne soient pas au courant d'une information critique pour notre propre sécurité. Toutefois, ce n'est pas vrai que toutes les informations qui concernent le Laboratoire national de microbiologie, et surtout l'information qui a été donnée au régime communiste chinois, devraient être gardées secrètes. Nous sommes en droit de le savoir.
Notre demande est légitime, et je crois que les partis de l'opposition sont tous d'accord avec le Parti conservateur du Canada pour dire qu'il n'y a rien de raciste à vouloir savoir ce que fait le Parti communiste chinois. Les Canadiens sont en droit de savoir ce qui s'est passé au laboratoire de Winnipeg.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, Canadians are still reeling from the discovery of 215 indigenous children at a former residential school in Kamloops. However, while Canadians are reeling from this horror, we cannot ignore the fact that indigenous communities continue to face injustice today. The Prime Minister is fighting indigenous kids in court, and continues to fight residential school survivors in court. As Cindy Blackstock says, “We need to make sure that the injustices stop today.”
Will the Prime Minister commit to stop fighting indigenous kids and residential school survivors in court, yes or no?
Monsieur le Président, les Canadiens sont encore sous le choc de la découverte des 215 dépouilles d’enfants autochtones sur le site de l’ancien pensionnat de Kamloops. Pourtant, même si les Canadiens sont fortement ébranlés par cette horrible découverte, nous ne pouvons pas continuer d’ignorer que les communautés autochtones sont encore traitées injustement aujourd’hui. Le premier ministre continue de lutter contre des enfants autochtones et des survivants des pensionnats devant les tribunaux. Comme le dit Cindy Blackstock, nous devons tout faire pour que ces injustices cessent immédiatement.
Le premier ministre s’engage-t-il à abandonner ses procès contre des enfants autochtones et des survivants des pensionnats, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, we have been very clear on this and many other issues in regard to the work we need to do together on reconciliation. Every survivor deserves compensation. We will be there for that. We will work with them and with communities to get there. We also need to fix child and family services. We were the first government to pass legislation to do just that.
We are on the cusp of transformative change. We have been working on it. Over the past years we have made many changes. There is more to do. We will continue to stand with indigenous communities across this country as we do that.
Monsieur le Président, nous avons été très clairs, à ce sujet et à bien d'autres, en ce qui concerne le travail que nous devons mener ensemble pour la réconciliation. Chaque survivant mérite compensation. Nous serons là pour le faire. Nous travaillerons avec eux et avec leurs communautés pour y arriver. Nous devons aussi améliorer les services à l’enfance et à la famille autochtones. Notre gouvernement a été le premier à faire adopter des mesures législatives pour remédier au problème.
Nous sommes à l’aube d’une véritable transformation. Nous nous y sommes préparés. Nous avons déjà amorcé des changements depuis plusieurs années. Il reste encore beaucoup à faire. Nous allons continuer de soutenir les communautés autochtones canadiennes tout en poursuivant notre travail.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the discovery of the remains of 215 indigenous children has shocked the nation. We mourn the loss of those children, but we cannot mourn this loss without acknowledging the fact that indigenous communities continue to suffer injustices today.
Will the Prime Minister commit to stop fighting indigenous kids and residential school survivors in court, yes or no?
Monsieur le Président, la découverte des corps de 215 enfants autochtones a choqué le pays. On pleure la perte de ces enfants, mais on ne peut pas pleurer la perte de ces enfants sans reconnaître le fait que la communauté autochtone continue de subir des injustices aujourd'hui.
Le premier ministre s'engage-t-il à arrêter de poursuivre en justice les enfants autochtones et les survivants des pensionnats, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, for the past six years, we have been working with indigenous communities and survivors across the country to heal from these tragedies and build a better present and future for all indigenous peoples.
As for compensation, we have recognized as a government that compensation will be given to residential school survivors. We are currently working on this with the community, in order to determine the correct amounts.
We will continue to be there to support indigenous communities and individuals across the country.
Monsieur le Président, depuis six ans, nous travaillons avec les communautés autochtones et les survivants à travers le pays pour renverser ces tragédies et pour bâtir un présent et un avenir meilleurs pour tous les Autochtones.
En ce qui a trait à la compensation, en tant que gouvernement, nous avons reconnu qu'il allait y avoir compensation pour les survivants des pensionnats indiens. Nous sommes en train de travailler là-dessus avec la communauté, afin de fixer les bons montants.
Nous allons continuer d'être là pour appuyer les communautés autochtones et les individus partout au pays.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the bodies of 215 precious children were found at a residential school, and indigenous people are asking for justice, not words. However, the government will not stop taking first nations kids to court.
A human rights tribunal found that the government discriminated against first nations kids. It is now a choice. It is time to make it right. The government cannot have it both ways, offering sympathies for a mass grave while continuing to persecute children in court.
When will the government make the right choice and stop fighting first nations children?
Monsieur le Président, les corps de 215 précieux enfants ont été découverts sur le terrain d'un pensionnat autochtone, et les Autochtones ne réclament pas que de belles paroles, ils réclament justice. Malheureusement, le gouvernement ne cesse de traîner les enfants des Premières Nations devant les tribunaux.
Un tribunal des droits de la personne a jugé que le gouvernement faisait preuve de discrimination à l'égard des enfants des Premières Nations. Le gouvernement a maintenant le choix. Il est temps de rétablir les choses. Le gouvernement ne peut pas jouer sur les deux tableaux en offrant ses condoléances au sujet d'une fosse commune tout en continuant de persécuter des enfants devant les tribunaux.
Quand le gouvernement va-t-il prendre la bonne décision et cesser de s'en prendre aux enfants des Premières Nations?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, now is in fact the time to stand with the communities that are most deeply affected and support them in their time of grieving.
On the member's question, we have said time and time again that we will compensate first nations children for the discrimination they suffered at the hands of child and family services. We continue on those paths. We continue to work with the three competing court cases to ensure fair compensation to those who have suffered harm.
We will continue on the long path toward transformative change to ensure that no child is apprehended again.
Monsieur le Président, il est maintenant temps de soutenir les communautés les plus durement affectées pendant cette période douloureuse.
Pour répondre à la question de la députée, nous avons dit à maintes reprises que nous allons indemniser les enfants des Premières Nations qui ont subi de la discrimination de la part des services à l'enfance et à la famille. Nous poursuivons nos efforts à cet égard. Nous allons continuer de nous pencher sur les trois différents dossiers judiciaires en vue d'offrir une indemnisation équitable à ceux qui ont subi des préjudices.
Nous allons poursuivre le long processus qui permettra d'apporter des changements fondamentaux pour que des enfants ne soient plus jamais pris en charge de cette façon.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, it is a pleasure to follow my able colleague from Lakeland in this important debate on the House of Commons issuing an order for the production of unredacted versions of documents that have been ordered by the Canada-China committee.
We have a situation where the Liberal government is refusing to provide information that has been lawfully ordered by a parliamentary committee. We see it as a bit of a theme with the government, a bit of an air that the rules do not apply to them. We have seen that before. We saw it when this House issued an order for individuals to appear as witnesses at committee and for the production of documents to committee. The House issued the order, and the government ignored it. It went so far as to have ministers of the Crown order individuals not to appear, contrary to the order of this House.
We have parliamentary committees attempting to do their work to serve as the check against the executive, and the government is hindering that work at every turn. We saw this over the course of the last year when Parliament was prorogued after tough questions were asked of the government last summer regarding the government's fiduciary responsibilities to Canadians and a $912-million contract. It was an ethical quagmire for the Prime Minister and the then finance minister. Then we saw filibustering at committees and now, during a public health crisis, we have had government members even filibustering at the health committee.
We find ourselves on the floor of the House of Commons looking to do the work that a committee has attempted to do in ordering the production of documents on a very important matter. Twice the Canada-China committee has ordered the documents relating to the potential breach at the Winnipeg lab and twice the Liberal government has not followed through on the order of the committee. It provided blacked out documents that do not satisfy the order of a committee, which is again a bit of a theme for the government.
We saw that last summer. The government likes to cite the number of pages that they released to the finance committee during the WE scandal, but it does not talk about how much of it was blacked out or how pertinent the information was and how repetitive the information was, instead of the pertinent information that the committee was seeking and that parliamentarians had rightly requested.
The government is responsible for guarding national security. It is a task that it should hold to the highest level and apply the most serious lens to. Not surprisingly, Canadians are concerned about that. We are seeing that through reporting. That is how this issue has largely come to light, with reporting in publications such as the Globe and Mail. When parliamentarians seek answers for Canadians, the government demonstrates that it has something to hide, perhaps afraid that it has failed in its responsibility to protect the security of Canadians.
We had two scientists who were fired and escorted out of the lab that handles the most dangerous pathogens, the ones that could wipe out a population, a lab with the highest security clearance required to work there. CSIS had raised concerns about two of the individuals who were working there, individuals who were identified as collaborating with the Wuhan Institute of Virology and China's military, and there were questions about pathogens that were sent from the Winnipeg lab to the Wuhan lab.
These are questions that Canadians are concerned about. Of course, we are in the middle of a global pandemic, so Canadians have questions about this. Parliamentarians have questions about this. There have been unanimous decisions across party lines at the Canada-China committee to get answers to these questions, yet the government has refused to exercise its franchise to make sure that parliamentarians are able to do their job. When we are dealing with some of the most deadly viruses, such as Ebola, parliamentarians are going to be concerned and Canadians are going to be concerned.
When the Conservatives addressed these questions to the government, and when I addressed my questions to the Prime Minister, the Prime Minister replied that these types of questions fomented racism. I categorically reject the inference that he made not only about me but about my colleagues. When the Prime Minister conflates criticism of China's government with anti-Asian racism, he is playing right out of the propaganda playbook used by China's communist leadership. Beijing's goal is to conflate legitimate criticism of China's government with intolerance toward anyone of Chinese heritage. It is unacceptable.
My colleagues have said it best, and I will quote them. The member for Steveston—Richmond East said:
Pointing that out is not racism. Suggesting otherwise plays into the propaganda effort of our opponent. That is something of great concern in my home of Richmond. To see our national leadership downplay these concerns is simply shameful. Many critics of the CPP are of Asian descent themselves, either born as equal partners in Canada or having joined the equal partnership as immigrants.
On the same topic, the member for Port Moody—Coquitlam said:
All members should call out racism wherever it exists, but no member, especially the Prime Minister, should ever use this kind of hatred as a tool to distract from his own incompetence. As an Asian-Canadian MP who has combatted racism my whole life, I am appalled by the Prime Minister's audacity to belittle the seriousness and sensitivity of anti-Asian racism.
When the opposition dials in on an area of major concern, a serious issue, the Prime Minister deflects and launches ad hominem attacks.
Long gone are the days of sunny ways and open and transparent government by default. Transparency was a commitment by the government, and we have heard a lot of talk about previous governments. Well, I do not think that members of the government ran, first in 2015 and then again in 2019, saying that they were going to do the same or be just as good. They said, “Better is always possible.” The most transparent government in Canadian history is what they promised. Canadians are seeing anything but that. It is corruption, cover-ups and more of the same from the government.
Canadians deserve a government that is not a defender of the communist Chinese regime, but a government that will stand up for Canadian sovereignty, for national security and for the safety of all Canadians. The Liberals have been willfully blind to threats to our national security from China and are trying to cover them up, and that raises the question of why.
We have in the government the only partner of the Five Eyes that refuses to ban Huawei. Testimony at parliamentary committees yesterday highlighted the risks that are being posed by agents acting on behalf of the Government of China through partnerships with educational institutions and through technology companies. Why will the government not take the step to ban Huawei and demonstrate that it is prepared to stand up to China for Canadians' interests?
Once these documents are ordered, parliamentarians are entitled to them. The rules do apply to the Liberals. They must not only defend Canada's security interests, but also defend the confidence that Canadians have in their democratic institutions. The Conservatives will secure our future by protecting our national security and will continue to hold this corrupt government to account.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole à la suite de ma distinguée collègue la députée de Lakeland pour participer à cet important débat sur une motion visant à ce qu'un ordre de la Chambre des communes soit donné en vue de l'obtention de la version non caviardée de documents dont la production a été ordonnée par le comité sur les relations sino-canadiennes.
Nous sommes dans une situation où le gouvernement libéral refuse de fournir de l'information dont la soumission a été ordonnée de façon légitime par un comité parlementaire. Nous voyons que c'est en quelque sorte une tendance récurrente de la part du gouvernement; il semble avoir l'impression que les règles ne s'appliquent pas à lui. Nous avons déjà vu cela auparavant, notamment lorsque la Chambre a ordonné à des gens de témoigner devant un comité et de lui soumettre des documents. La Chambre l'a ordonné, et le gouvernement n'en a pas tenu compte. Il est même allé jusqu'à demander à des ministres d'ordonner à des personnes de ne pas comparaître, allant ainsi à l'encontre de l'ordre de cette Chambre.
Nous avons des comités parlementaires qui tentent de faire leur travail pour servir de contrepoids à l'exécutif, et le gouvernement entrave ce travail à chaque occasion. Nous l'avons vu au cours de l'année dernière, lorsque le Parlement a été prorogé après que l'on ait posé des questions difficiles au gouvernement, l'été dernier, concernant les responsabilités fiduciaires du gouvernement envers les Canadiens et un contrat de 912 millions de dollars. Le premier ministre et le ministre des Finances d'alors étaient plongés dans un véritable bourbier éthique. Puis, nous avons assisté à de l'obstruction dans les comités, et maintenant, pendant une crise de santé publique, des députés ministériels font même de l'obstruction au comité de la santé.
Nous nous retrouvons à la Chambre des communes à tenter de faire le travail qu'un comité a entrepris en ordonnant la production de documents portant sur une question très importante. Le comité Canada-Chine a ordonné deux fois la production de documents sur la fuite potentielle au laboratoire de Winnipeg, et le gouvernement libéral n'a pas donné suite à ces deux ordonnances du comité. Il a plutôt fourni des documents caviardés ne correspondant pas à l'ordre du comité, ce qui, comme je l'ai déjà dit, constitue une habitude pour le gouvernement.
Nous l'avons constaté l'été dernier. Le gouvernement se plaît à citer le nombre de pages qu'il a fournies au comité des finances sur le scandale UNIS, mais il ne dit pas à quel point elles étaient caviardées, pertinentes ou répétitives, par rapport à l'information significative que le comité cherchait à obtenir et que les parlementaires réclamaient à juste titre.
Il incombe au gouvernement d'assurer la sécurité nationale. C'est un rôle qu'il doit assumer au plus haut degré et avec le plus grand respect. Or, il n'est pas étonnant que les Canadiens s'en préoccupent. On le constate dans les reportages. Voilà en grande partie comment cette question a été mise au jour, par des reportages dans des publications comme le Globe and Mail. Quand les parlementaires demandent des réponses au nom des Canadiens, le gouvernement agit comme s'il avait quelque chose à cacher, craignant peut-être d'avoir failli à sa responsabilité de protéger la sécurité des Canadiens.
Deux scientifiques ont été renvoyés et escortés hors d'un laboratoire où l'on manipule des agents pathogènes extrêmement dangereux qui pourraient éliminer une population tout entière, un laboratoire où il faut détenir la cote de sécurité la plus élevée pour travailler. Le Service canadien du renseignement de sécurité a exprimé des préoccupations au sujet de deux personnes travaillant là-bas, à cause de leur collaboration avec l'Institut de virologie de Wuhan et l'armée chinoise. De plus, des questions ont été soulevées quant à des agents pathogènes envoyés du laboratoire de Winnipeg au laboratoire de Wuhan.
Ce sont des enjeux qui inquiètent les Canadiens. Nous sommes en pleine pandémie mondiale. Il est donc normal que les Canadiens aient des questions à ce sujet, tout comme les parlementaires. Tous les partis représentés au comité Canada-Chine se sont entendus sur la nécessité d'obtenir des réponses à ces questions. Pourtant, le gouvernement libéral refuse de collaborer pour que les parlementaires puissent faire leur travail. Quand il est question de certains des virus les plus mortels au monde, comme le virus Ebola, cela inquiète à la fois les parlementaires et les Canadiens.
Quand les conservateurs ont soumis ces questions au gouvernement et quand j'ai posé des questions au premier ministre, ce dernier a répondu que les questions de ce type alimentaient le racisme. Je rejette catégoriquement ce qu'il a insinué à mon sujet et à propos de mes collègues. Lorsque le premier ministre confond les critiques envers le gouvernement de la Chine et le racisme envers les Asiatiques, il suit à la lettre le manuel de propagande des dirigeants communistes de la Chine. L'objectif de Pékin est de confondre les critiques légitimes envers le gouvernement de la Chine et l'intolérance envers toute personne d'origine chinoise. C'est inacceptable.
Mes collègues l'ont expliqué avec brio, et je vais les citer. Le député de Steveston—Richmond-Est a dit:
Attirer l'attention sur cette menace ne relève pas du racisme. Prétendre qu'il en est autrement donne des forces aux efforts de propagande de notre adversaire. Cette menace préoccupe beaucoup les habitants de Richmond. Il est honteux que nos dirigeants nationaux banalisent ces inquiétudes. Parmi les personnes qui critiquent le Parti communiste chinois, beaucoup sont d'origine asiatique: ce sont des partenaires à part entière du Canada parce qu'elles sont nées ici ou elles le sont devenues après y avoir immigré.
Sur le même sujet, la députée de Port Moody—Coquitlam a dit:
Tous les députés devraient dénoncer le racisme partout où il se trouve, mais aucun député, encore moins le premier ministre, ne devrait instrumentaliser cette forme de haine pour détourner l'attention de sa propre incompétence. En tant que députée canadienne d'origine asiatique qui a lutté contre le racisme toute sa vie, je suis consternée que le premier ministre ait eu l'audace de minimiser la gravité d'un sujet aussi sensible que le racisme envers les Asiatiques.
Lorsque l'opposition touche à une préoccupation majeure, le premier ministre esquive et lance des attaques ad hominem.
Les jours des voies ensoleillées et du gouvernement ouvert et transparent par défaut sont révolus depuis longtemps. La transparence était un engagement du gouvernement, et il en a toujours eu long à redire à ce sujet contre les anciens gouvernements. Je doute que les ministériels aient fait campagne en 2015, puis de nouveau en 2019, en promettant qu'ils feraient pareil à leurs prédécesseurs ou tout aussi bien qu'eux. Ils ont plutôt dit: « Il est toujours possible de faire mieux. » Ils ont promis le gouvernement le plus transparent de l'histoire du Canada. Les Canadiens voient tout, sauf cela. Le gouvernement ne leur offre que corruption et opérations de camouflage et c'est toujours du pareil au même.
Les Canadiens méritent un gouvernement qui ne soit pas un grand défenseur du régime communiste chinois et qui défende la souveraineté canadienne, la sécurité nationale et la sécurité de tous les Canadiens. Les libéraux ont été volontairement aveugles aux menaces que la Chine fait peser sur notre sécurité nationale et tentent de nous les cacher, ce qui soulève la question du pourquoi.
Le gouvernement est le seul membre du Groupe des cinq qui refuse d'interdire Huawei. Les témoignages recueillis hier devant différents comités parlementaires ont mis en évidence les risques que posent les agents agissant au nom du gouvernement chinois par l'intermédiaire de partenariats avec des établissements d'enseignement et des entreprises du secteur high-tech. Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas les mesures nécessaires pour interdire Huawei et montrer qu'il est prêt à tenir tête à la Chine, dans l'intérêt des Canadiens?
Une fois ces documents demandés, les parlementaires devraient avoir le droit de les obtenir. Les règles s'appliquent aux libéraux. Ils doivent non seulement défendre les intérêts du Canada en matière de sécurité, mais aussi maintenir la confiance que les Canadiens ont dans leurs institutions démocratiques. Les conservateurs assureront notre avenir en protégeant notre sécurité nationale et continueront à demander des comptes à ce gouvernement corrompu.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-01 19:22 [p.7787]
Mr. Chair, we have spoken a lot in the House lately about the impacts of systemic racism, particularly against indigenous peoples. Joyce Echaquan is an example of how systemic racism resulted in death, the same as the deaths that resulted from the genocide against indigenous children at residential schools.
I wonder if my hon. colleague acknowledges that what happened in residential schools, and what is currently being perpetrated against indigenous peoples is systemic racism.
Monsieur le président, nous avons beaucoup parlé récemment à la Chambre des conséquences du racisme systémique, plus particulièrement à l'endroit des Autochtones. Joyce Echaquan est morte à cause du racisme systémique, tout comme les enfants autochtones victimes du génocide perpétré dans les pensionnats autochtones.
Je me demande si mon collègue reconnaît que ce qui s'est produit dans ces pensionnats et ce qui arrive actuellement aux Autochtones constituent du racisme systémique.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, regardless of what some colleagues who were present in the House and on the screen may say, in June 2020, I acknowledged the existence of systemic racism. On multiple occasions thereafter, I denounced the extreme and often focused politicization of the term. If it is a concept describing how institutions, rather than individuals, throughout history have systematically, which could be extrapolated to “systemically”, discriminated against communities like the first nations, who were here long before us and from whose perspective we are the migrants, the invaders, the colonizers, if that is what it means, then I do not have a shadow of a doubt that it exists.
It was when the term “systemic racism” was transposed and turned into a political weapon against the Quebec nation, which may not share certain points of view on Canadian multiculturalism, that I took exception to the glorification of the term for political purposes. This term should instead convey a message and a duty of compassion.
I acknowledged it in 2020, and I still acknowledge it today.
Monsieur le président, en juin 2020, j'ai reconnu, quoi qu'en aient dit des collègues présents à la Chambre et à l'écran, que le racisme systémique existe. J'ai par la suite dénoncé à de nombreuses reprises la politisation extrême et souvent orientée du terme. Si on évoque une notion selon laquelle des institutions plutôt que des individus à travers le temps ont discriminé systématiquement — on pourra faire le saut à « systémiquement » — des communautés, dont les Premières Nations qui étaient là tellement longtemps avant nous et pour qui nous sommes les migrants, l'envahisseur, le colonisateur, si c'est le sens, j'en suis sans l'ombre d'une hésitation.
C'est lorsque le terme « racisme systémique » a été transposé pour en faire une arme politique contre la nation québécoise qui pourrait ne pas partager certains des points de vue du multiculturalisme canadien que je me suis dressé en faux contre l'exaltation d'un terme à des fins politiques. Ce terme devrait au contraire porter un message et une obligation de compassion.
Je l'ai reconnu en 2020, je le reconnais toujours.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Chair, tonight I will be sharing my time with the member for Kenora.
Normally, whether in person or virtually, I would talk about what an honour it is to rise in the House and speak on a topic. However, tonight it is not easy to speak on the horrific discovery of 215 children found buried at a former residential school in Kamloops, as the reality is indescribable.
This discovery is a sombre reminder that so much more work needs to be done to address the devastating and harmful effects that residential schools had, and still have on many survivors today. All Canadians must stop and reflect on what the truth is of our history as a country.
For far too long, Canada has ignored our own collective secrets hidden within the history of this country. The recent news from Kamloops brings that reality to the surface. When the Truth and Reconciliation Commission was established in 2008, one of the outcomes of that process was the need to deal with the very first aspect: the truth. There is an old adage that the truth hurts. It unfortunately rang very true these past few days.
Earlier this year, I had the opportunity to spend some time with two vice-chiefs of the Meadow Lake Tribal Council: Vice-Chief Lawrence McIntyre and Vice-Chief Richard Derocher, both residential school survivors. In fact, Vice-Chief Lawrence McIntyre is a third-generation residential school survivor.
We had a long conversation about many topics and issues that are happening in Northern Saskatchewan, in my riding and across our country. A story that Vice-Chief Derocher shared with us that day resonated with me at the time, and with the events of this past week, I have continued to reflect upon it.
He told of how Orange Shirt Day has been an important educational tool for people to learn about the residential school system. He explained how one of the best ways to combat racism is through education, and that when we come together and see and treat each other as people, we recognize that our similarities far outweigh our differences.
Vice-Chief Derocher then told a story about how he happened to be in Saskatoon on Orange Shirt Day last September. As he made his way about the city that afternoon, he said it brought tears to his eyes as he saw people all around on the streets, walking on the sidewalks and going in and out of stores and buildings, wearing the colour orange. What he saw that day was a collective recognition of a wrong. It was a powerful statement that we are beginning to see movement in the right direction.
I also thought of the Vice-Chief's story last week when I heard about the online comments directed toward Ethan Bear. As an avid hockey fan, it was disheartening for me to see a young man who is a role model for so many young people have to endure what he did in the aftermath of the Edmonton Oilers' playoff loss. It is sad that there are still people in this world who resort to such bitterness and cruelty.
However, I could not help but notice it was also an opportunity for voices of support, of the majority, to come out in waves and drown out the voices of the uneducated. We can all take inspiration from the strength of character and the class that Ethan showed in his response to dealing with a situation he did not deserve. As a former hockey coach, I would take a team full of Ethan Bears.
These stories highlight the need for more and continued education on the truth: It is a truth that all Canadians must collectively share until we get this right. We may be moving in the right direction at times, but a more concerted effort is needed.
Yesterday, the leader of the official opposition sent a letter to the Prime Minister with recommendations that need urgent action. The first is to develop a comprehensive plan to implement TRC calls to action 71 through 76 by July 1, 2021. The second is to fund investigations at all former residential schools in Canada where unmarked graves may exist, including the site where 215 children have already been discovered. Third is to ensure that proper resources are allocated for communities to reinter, commemorate and honour any individuals discovered through this investigation according to the wishes of their families. Finally, fourth is to develop a detailed and thorough set of resources to educate Canadians of all ages on the tragic history of residential schools.
Let me end by saying that the truth is not easy. It requires courage and vulnerability. For those of us who have been tasked with an opportunity for leadership, it will take some humility and a desire to change an approach that has not been good enough.
Partisanship, by its very nature, is in direct opposition to the meaning of reconciliation. Canada needs us to be better.
Madame la présidente, ce soir, je vais partager mon temps de parole avec le député de Kenora.
Normalement, je dirais que c'est un honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre, que ce soit en personne ou à distance, pour aborder un sujet donné. Cependant, ce soir, il n'est pas facile de parler de l'horrible découverte des 215 enfants enterrés à un ancien pensionnat à Kamloops, car la réalité est indescriptible.
Cette découverte est un sombre rappel qu'il reste encore beaucoup de travail à faire pour remédier aux effets dévastateurs et néfastes que les pensionnats ont eus, et qu'ils ont encore aujourd'hui, sur de nombreux survivants. Tous les Canadiens doivent prendre le temps de réfléchir à la véritable histoire de notre pays.
Pendant trop longtemps, le Canada a fait fi de ses propres secrets collectifs qui ont été dissimulés dans l'histoire du pays. Les récentes nouvelles de Kamloops font ressurgir cette réalité. Lorsque la Commission de vérité et réconciliation a été créée en 2008, ce processus a fini par mettre en évidence, entre autres, la nécessité de régler le tout premier aspect: la vérité. Selon un vieux dicton, la vérité fait mal. Hélas, nous avons constaté à quel point il est vrai ces derniers jours.
Plus tôt cette année, j'ai eu l'occasion de passer du temps avec deux vice-chefs du Conseil tribal de Meadow Lake: le vice-chef Lawrence McIntyre et le vice-chef Richard Derocher, deux survivants des pensionnats autochtones. D'ailleurs, le vice-chef Lawrence McIntyre est un survivant de troisième génération des pensionnats autochtones.
Nous avons eu une longue conversation portant sur de nombreux sujets touchant le Nord de la Saskatchewan, ma circonscription et l'ensemble du pays. Ce jour-là, le vice-chef Derocher m'a raconté une histoire qui m'a accrochée, et, avec les événements de la semaine, je me suis mis à y repenser.
Il m'a raconté à quel point la Journée du chandail orange constituait un outil pédagogique permettant aux gens de se renseigner sur le système des pensionnats autochtones. Il m'a expliqué qu'un des meilleurs moyens de lutter contre le racisme, c'est l'éducation, et que, lorsqu'on se rassemble et qu'on se considère l'un l'autre comme de véritables personnes, on se rend compte que nos ressemblances surpassent grandement nos différences.
Le vice-chef Derocher nous a ensuite raconté qu'il se trouvait à Saskatoon lors de la Journée du chandail orange en septembre dernier. Alors qu'il se promenait dans la ville cet après-midi-là, ses yeux se sont remplis de larmes: partout, des gens dans les rues, sur les trottoirs et à proximité des commerces et des établissements portaient la couleur orange. Il a alors vu une reconnaissance collective d'un tort. C'était une indication forte que nous commençons à avancer dans la bonne direction.
La semaine dernière, j'ai aussi pensé à ce que nous avait raconté le vice-chef lorsque j'ai appris les commentaires qui avaient été publiés en ligne à l'intention d'Ethan Bear. En tant que grand amateur de hockey, j'ai trouvé déplorable qu'un jeune homme qui est un modèle pour tant de jeunes doive subir ce genre de choses à la suite de l'élimination des Oilers d'Edmonton. Il est triste qu'il y ait encore des gens qui fassent preuve d'une telle amertume et d'une telle cruauté.
Cependant, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que la situation offrait aussi une occasion à la majorité des gens d'envoyer une vague de messages de soutien pour enterrer les voix des ignorants. Nous pouvons tous nous inspirer de la force de caractère et de l'élégance dont a fait preuve Ethan face à une situation qu'il ne méritait pas. En tant qu'ancien entraîneur de hockey, je prendrais bien une équipe remplie d'Ethans Bears.
Ces histoires soulignent la nécessité de sensibiliser davantage les gens à la vérité, jusqu'à ce que tous les Canadiens la partagent. Nous nous dirigeons quelquefois dans la bonne direction, mais un effort plus concerté s'impose.
Hier, le chef de l'opposition officielle a envoyé une lettre au premier ministre avec des recommandations à mettre en œuvre de toute urgence. La première consiste à élaborer un plan complet pour mettre en œuvre les appels à l'action nos 71 à 76 de la Commission de vérité et réconciliation d'ici le 1er juillet 2021. La deuxième consiste à financer des enquêtes dans tous les anciens pensionnats du Canada où il pourrait y avoir des tombes anonymes, y compris le site où 215 enfants ont déjà été découverts. La troisième consiste à attribuer des ressources adéquates aux communautés pour réinhumer, commémorer et honorer toutes les personnes découvertes dans le cadre de l'enquête, conformément aux souhaits de leur famille. Enfin, la quatrième recommandation consiste à élaborer une série de ressources détaillées et complètes pour sensibiliser les Canadiens de tous âges à l'histoire tragique des pensionnats.
Je termine en disant que la vérité n'est pas facile. Elle exige du courage et de la vulnérabilité. Pour ceux d'entre nous à qui on a confié un rôle de leader, il faudra faire preuve d'une certaine humilité et du désir de changer l'approche qui n'est pas assez bonne.
De par sa nature, la partisanerie est directement opposée à la réconciliation. Le Canada a besoin que nous soyons meilleurs.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 21:03 [p.7800]
Madam Chair, I think we all agree that the residential school system was a piece of a larger colonial policy that existed in this country for a very long time. My fear, like many others', is that indigenous children are still not recognized, treated and held to the same standard as all other children in society. That is a big and very sad statement.
What would the member's commitment be to Canadians, to indigenous children and to their families? What does he see as the next steps forward that we have to take as a country?
Madame la présidente, je crois que nous convenons tous que le système des pensionnats autochtones faisait partie d'une politique colonialiste plus vaste qui a très longtemps existé au pays. Comme beaucoup d'autres, je crains que les enfants autochtones ne soient toujours pas reconnus et traités selon les normes qui s'appliquent à tous les autres enfants de la société. Cette affirmation en dit long et elle est très triste.
Quel engagement le député prendrait-il envers les Canadiens, les enfants autochtones et leur famille? Selon lui, quelles mesures le pays devrait-il prendre?
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Chair, in my speech I referred to Vice-Chief Derocher, and I had a conversation with him yesterday. He shared with me his honest desire to see all of us as the same. We are all just people; we are all just God's creation. I think a huge step for us in addressing this issue will be to not see each other as different, but to see each other, whatever one's belief system is, as created beings who are the same, as human beings who are all created equally to thrive and to have purpose in the lives we live. I could not have said it better than Vice-Chief Derocher did.
Madame la présidente, j'ai parlé dans mon discours du vice-chef Derocher, avec qui j'ai discuté hier. Il m'a fait part de son désir sincère de nous voir tous de la même façon. Nous sommes tous des êtres humains. Nous sommes tous des créations de Dieu. Je pense que nous ferons un grand pas à ce sujet en ne nous voyant pas différemment, mais en nous voyant les uns les autres, peu importe nos croyances, comme des êtres humains qui sont tous pareils, comme des êtres humains qui sont tous créés égaux pour grandir et donner un sens à leur vie. Je n'aurais pas su mieux le dire que le vice-chef Derocher l'a fait.
View Michael McLeod Profile
Lib. (NT)
View Michael McLeod Profile
2021-06-01 21:59 [p.7809]
Mr. Speaker, I am splitting my time with the member for Saanich—Gulf Islands. I appreciate the time I have to speak tonight, and I am glad another prolonged Standing Committee on Finance meeting ended in time for me to do so.
I ran for the member of Parliament position to help my constituents. Unapologetically, and with everything I do here, my goal is to try to improve their lives and those of their children. Those are my marching orders.
Indigenous constituents make up 50% of the population in the Northwest Territories, and the Northwest Territories has the highest per capita number of residential school survivors, and “survivor” is the accurate term. Those who came home from many of these schools are literally survivors, as has been so shockingly illustrated this past week by the discovery of all those children, those babies in Kamloops.
I am not surprised many Canadians are shocked. However, I am not shocked and neither are many indigenous families. In my hometown of Fort Providence, I can visit a small fenced-in area on the edge of the community that has a monument with the names of 161 children who died at the Sacred Heart Mission school.
In the 1920s, the mission decided to dig up all the priests, nuns and brothers who were buried there and move them to a new gravesite. Then they plowed the graveyard over, over all the bodies that were buried there, over my relatives and the children who were buried there. If our elders had not carried the information forward and convinced our leadership in the 1990s to do some research and find this grave, this would have been all forgotten.
The devastation of these so-called schools has lived through generations. Unfortunately, this devastation has survived as well. In the Northwest Territories, we top many of Canada's lists: addiction rates, suicide rates, crime rates and housing needs. My efforts here in this House have often targeted getting more housing, increasing indigenous policing and accessing more mental health funding.
I have also been advocating for more attention and resources to conclude land claims and self-government. As well as decreasing this constant and large socioeconomic gap between indigenous people and other Canadians, which needs to be a priority, there also needs to be certainty over land rights and empowerment of indigenous people through self-government.
I can see how the government has supported Canada's effort and attention, and the billions of dollars in additional funding to indigenous governments, indigenous organizations and programs that have been created over the five years. Should there be more? I think so. Should it be faster? I think so.
While we are all mourning the children from Kamloops, let us not make it an empty exercise. Let us move faster in fulfilling the important work of the Truth and Reconciliation Commission. Let us focus on reducing and eliminating systemic racism that exists, and that we see in policing and health care, for example.
To the members of the loyal opposition, while posting thoughts on the recent tragedy before us along with pictures of teddy bears, let us not continue to vote against legislation like UNDRIP. Let us work together to support indigenous people in Canada. Let us not continue to make comments on residential schools that are both inaccurate and insensitive.
Let us work together and not obstruct our attempts to heal and to help and to empower indigenous people, who are still surviving this generational harm that goes by the name of residential schools. Please, let us all focus on helping our constituents.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Saanich—Gulf Islands. Je suis content que du temps me soit accordé pour m'exprimer ce soir et que la séance du Comité permanent des finances, qui s'est prolongée une fois de plus, se soit terminée à temps pour que je puisse le faire.
Je me suis porté candidat pour devenir député afin d'aider les citoyens de ma circonscription. Je n'ai pas honte de dire que, dans tout ce que je fais ici, mon objectif est de tenter d'améliorer leur sort et celui de leurs enfants. Tels sont mes ordres.
Les Autochtones constituent 50 % de la population de la circonscription Territoires du Nord-Ouest, où se trouve la plus importante proportion de survivants des pensionnats par rapport à la population totale. « Survivants » est le mot juste. Les personnes qui sont rentrées chez elles après avoir fréquenté bon nombre de ces pensionnats sont littéralement des survivants, comme l'a illustré de façon très choquante la découverte cette semaine de tous ces enfants, ces bébés, à Kamloops.
De nombreux Canadiens sont stupéfaits. Cependant, cela m'étonne peu, et bien des familles autochtones sont également peu étonnées. Dans mon hameau, Fort Providence, je peux visiter une petite aire clôturée à l'extrémité du village où se dresse un monument portant le nom de 161 enfants décédés au pensionnat Sacred Heart Mission.
Dans les années 1920, la mission a décidé de déplacer l'ensemble des prêtres, des sœurs et des frères qui étaient enterrés à cet endroit vers un nouveau lieu d'inhumation. Ils ont ensuite labouré le cimetière sans s'occuper de tous les corps qui s'y trouvaient, des corps de mes proches et des enfants qui y étaient enterrés. Si nos aînés ne nous avaient pas transmis l'information et s'ils n'avaient pas convaincu nos dirigeants dans les années 1990 d'effectuer des recherches pour retrouver cette sépulture, toute cette histoire aurait été oubliée.
La dévastation causée par ces prétendues écoles s'est propagée d'une génération à l'autre. Malheureusement, elle a survécu, elle aussi. Dans les Territoires du Nord-Ouest, nous occupons le premier rang de beaucoup de palmarès au Canada: les taux de toxicomanie, les taux de suicide, les taux de criminalité et les besoins en matière de logement. Mes efforts à la Chambre visent souvent à obtenir plus de logements, à accroître les services de police autochtones et à obtenir plus de financement pour la santé mentale.
Je milite aussi pour qu'on accorde plus d'attention et de ressources au règlement des revendications territoriales et des questions liées à l'autonomie gouvernementale. En plus de réduire le grand écart socioéconomique qui persiste entre les Autochtones et les autres Canadiens — un dossier qui doit être prioritaire —, il faut établir de manière certaine les droits fonciers et les pouvoirs des Autochtones par l'entremise de l'autonomie gouvernementale.
Je peux voir que le gouvernement a soutenu les efforts du Canada dans ce dossier et l'attention qu'il y accorde. Il a versé des milliards de dollars supplémentaires aux gouvernements autochtones, aux organismes autochtones et aux programmes qui ont été créés au cours des cinq dernières années. Devrait-on en faire plus? Je pense que oui. Devrait-on agir plus rapidement? Je pense que oui.
Alors que nous pleurons tous les enfants de Kamloops, n'en faisons pas un exercice futile. Pressons le pas pour réaliser les travaux importants que nous a confiés la Commission de vérité et réconciliation. Concentrons nos efforts sur la réduction et l'élimination du racisme systémique qui existe et que nous observons dans les services de police et dans les services de santé, par exemple.
Aux députés de la loyale opposition je dis qu'après avoir publié leurs réflexions sur la récente tragédie en les accompagnant de photos d'oursons en peluche, ils devraient cesser de voter contre des mesures comme la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Travaillons ensemble pour aider les peuples autochtones du Canada. Cessons de tenir des propos inexacts dénotant un manque de sensibilité concernant les pensionnats autochtones.
Travaillons ensemble et ne sabotons pas les tentatives de guérison, d'aide et d'autonomisation des peuples autochtones, qui vivent toujours ce préjudice générationnel qu'on appelle les pensionnats. Tâchons tous de venir en aide aux résidants de notre circonscription.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-06-01 22:09 [p.7810]
Mr. Speaker, I begin by acknowledging that I am on the territory of W_SÁNEC people and I speak in SENCOTEN and raise my hands to you.
[Member spoke in SENCOTEN]
[English]
I particularly raise my hands today to one of my dearest friends, a constituent who is also my MLA. I am not using my words tonight. I am using his words. Adam Olsen is a member of Tsartlip First Nation. He spoke these words yesterday in the British Columbia legislature:
We know that if these children were not indigenous but rather European that we would not have been slow to act.... Deep down, we know that in our society it's just a fact.... Some children matter less.
We know underneath the shiny, happy facade of Canada...there lurks a grotesque and shameful past. For 30 years, my relatives have been sharing their experiences from these despicable institutions. For 30 years, their stories have been hushed. Our relatives have been told that [Canada and] Canadians...don't want to hear their stories. They have been told to stop lying. They've been told to stop embellishing.
There was a statement from this institution that noted the unimaginable proportions of this tragedy. This is an incredibly unfortunate characterization of the situation that we carry. For Indigenous People, the story is not shocking, nor is it unimaginable. This is the trauma our families have carried for generations....
As we continue to grapple with missing and murdered indigenous women and children, hanging red dresses in recognition of our current reality, what is uncovered in Kamloops [reminds us] that this storyline is not new. It has been in the imagination—indeed in the nightmares—of our relatives for the past 130 years. It is the terror that our ancestors have lived with.
The only reason to call it unimaginable would be because these institutions, these Crown governments...and the people that populated these chambers in the past either haven't been listening to our stories or they've cared less. It is a reality in our country that some children have mattered less. These are both terrible considerations.
There is nothing to imagine for those who have been paying attention. Our Elders and our families have been sharing the grim details of their experiences in residential schools for decades. That is the record of the Truth and Reconciliation Commission.
You don't have to imagine it. You just have to believe it and care enough to act with the urgency that you would if it was your child that didn't return home from school. It's your kids going to school, not coming home, not being there when their parents are there to pick them up....
Duncan Campbell Scott, deputy superintendent of Indian Affairs from 1913 to 1932, is often associated with saying, “Kill the Indian, save the man”....
Residential schools were a critical tool in the process of “kill the Indian,” in Scott's words. Deliberately breaking up families by forcing children to residential schools was a tool to expedite the process of dispossessing Indigenous Peoples of their lands and resources....
There have always been stories in our families of our relatives that didn't come home, the children that died and were buried there with little or no notification to the families....
I wish I could say that indigenous children are no longer forcibly removed from their communities. However, I can't. I wish I could say that indigenous people were not dramatically overrepresented in fatalities at the hands of police, the criminal justice system, homelessness, suicide, addictions and drug poisoning, all statistics you don't want to be overrepresented in....
We must stop referring to what we know like we didn't know it. We must stop pretending it was better than it was. We must stop acting like we came by this wealth through honest means because we did not. This land and the resources this Crown government depends on came from the dispossession of indigenous people. For decades, this provincial government [and I will insert federal] has benefited from the lands and resources that were secured through residential schools and other disgraceful policies.
I'm so grateful for the incredible public response to this tragedy facing our relatives in Kamloops and the Interior. I'm grateful for the demands from our family and friends and neighbours...ensuring government responds as if it were our child that didn't come home from school.
This is indeed a heavy burden, but it's one we can all make lighter if we carry it together. HÍSW_?E SIÁM.
Monsieur le Président, je tiens d'abord à reconnaître que je suis sur le territoire du peuple W_SÁNEC. Je vais m'exprimer en SENCOTEN, et je lève les mains au ciel pour rendre hommage aux gens de ce peuple.
[La députée d'exprime en SENCOTEN.]
[Traduction]
En particulier, je lève les mains au ciel pour rendre hommage aujourd'hui à l'un de mes amis les plus chers, un citoyen de ma circonscription qui est également mon député provincial. Ce soir, je n'utiliserai pas mes propres paroles, mais les siennes. Adam Olsen est membre de la nation tsartlip. Il a prononcé ces paroles hier à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique:
Nous savons que si ces enfants avaient été non pas autochtones, mais européens, nous n'aurions pas tant tardé à agir. [...] en notre for intérieur, nous savons que, dans notre société, le fait est tout simplement que [...] certains enfants sont moins importants.
Nous savons que, sous la façade reluisante et heureuse du Canada [...] se cache un passé grotesque et honteux. Depuis 30 ans, les membres de ma famille racontent ce qu'ils ont vécu dans ces établissements ignobles. Depuis 30 ans, on tait leur histoire. Les membres de nos familles se font dire que [le Canada et] les Canadiens [...] ne veulent pas entendre leur histoire. On leur dit de cesser de mentir. On leur dit de cesser leurs exagérations.
Notre institution a publié une déclaration déplorant les proportions inimaginables de cette tragédie. C'est une caractérisation incroyablement regrettable de la situation que nous vivons. Pour les Autochtones, cette nouvelle n'est ni étonnante ni inimaginable. Elle vient confirmer le traumatisme que nos familles endurent depuis des générations [...]
Alors que nous sommes toujours aux prises avec le meurtre et la disparition de femmes, de filles et d'enfants autochtones, que nous suspendons des robes rouges en reconnaissance de notre réalité actuelle, la découverte à Kamloops [nous rappelle] que cette histoire n'a rien de nouveau. Elle habite les pensées, voire les cauchemars des membres de nos familles depuis 130 ans. C'est la terreur avec laquelle nos ancêtres ont vécu.
La seule raison qu'il y aurait de qualifier la situation d'inimaginable serait que ces établissements, ces gouvernements de la Couronne [...] et les gens qui ont occupé ces Chambres dans le passé soit n'ont pas écouté nos témoignages soit s'en fichaient complètement, la réalité dans notre pays étant que certains enfants sont moins importants. Dans les deux cas, c'est terrible!
Il n'y a rien à imaginer pour ceux qui ont prêté attention. Nos aînés autochtones et nos familles racontent les sombres détails de leur expérience dans les pensionnats depuis des décennies. La Commission de vérité et réconciliation en a fait état.
Vous n'avez pas besoin de vous l'imaginer. Il vous suffit d'y croire et de vous en soucier suffisamment pour agir avec le même empressement que s'il s'agissait de votre enfant qui n'était pas revenu chez vous après l'école, comme si votre enfant était allé à l'école et n'en revenait pas, comme s'il n'était pas là lorsque vous allez le chercher [...]
On attribue souvent à Duncan Campbell Scott, superintendant adjoint des Affaires indiennes de 1913 à 1932, l'expression « Tuer l'Indien pour sauver l'homme » [...]
Les pensionnats étaient un outil essentiel au processus visant à « tuer l'Indien », pour reprendre les paroles de M. Scott. Séparer délibérément les familles en envoyant de force les enfants dans des pensionnats était un moyen d'accélérer le processus consistant à dépouiller les Autochtones de leurs terres et de leurs ressources [...]
Dans nos familles, il y a toujours eu des histoires de membres de la famille qui ne sont jamais revenus chez eux, d'enfants décédés au pensionnat et enterrés là-bas, les familles à peine informées, voire nullement informées [...]
J'aimerais pouvoir dire que les enfants autochtones ne sont plus arrachés de force à leur communauté, mais, je ne le peux pas. J'aimerais pouvoir dire que les Autochtones ne sont pas considérablement surreprésentés parmi les personnes tuées par des policiers, dans le système de justice pénale, parmi les victimes de l'itinérance, du suicide, de la dépendance et de l'intoxication par les drogues, toutes des statistiques dans lesquelles nul ne souhaite être surreprésenté [...]
Nous devons cesser de prétendre que nous n'étions pas au courant. Nous devons cesser de prétendre que la situation était mieux qu'elle ne l'était. Nous devons cesser d'agir comme si nous avions gagné honnêtement cette richesse, car ce n'est pas le cas. Ces terres et ces ressources dont dépend le gouvernement de la Couronne proviennent de la dépossession des Autochtones. Depuis des décennies, le gouvernement provincial [et j'ajouterai le gouvernement fédéral] jouit des terres et des ressources obtenues grâce aux pensionnats et à d'autres politiques honteuses [...]
Je suis si reconnaissant de la réaction incroyable du public à cette tragédie que vivent nos parents de Kamloops et de la région intérieure. Je suis reconnaissant que notre famille, nos amis et nos voisins exigent [...] que le gouvernement réponde comme si c'était nos enfants qui n'étaient pas rentrés à la maison après l'école.
C'est effectivement un lourd fardeau, mais nous pouvons alléger ce fardeau si nous le portons tous ensemble. HÍSW_?E SIÁM.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-06-01 22:26 [p.7812]
Mr. Speaker, I thank all my colleagues in the House of Commons this evening for the opportunity to speak to this motion.
As a proud Inuk woman of Labrador, the daughter of a mother of residential school, when we hear these stories through generations, we are always reminded, each and every day, of the trauma that they have endured and of the legacy that it has left behind.
What we are dealing with today is a horrible reality. It is a horrible reality of our past that has been uncovered. It has been revealed and unearthed that in Kamloops, 215 innocent children lie in a mass grave. This is not only devastating; it is heartbreaking. It is an act against humanity. On that, I think we all agree. It is an act against children who had no voice. They were alone. They were scared. They were silenced. They were isolated. They were robbed of life, and they were buried with the same horror that they endured in society.
Yesterday, I stood in my riding next to two very strong moms, Jodie Ashini and Thea Penashue of the Sheshatshiu Innu First Nation, along with Chief Eugene Hart, surrounded by so many children, so many moms and so many dads. I stood surrounded by survivors and victims of residential schools, surrounded by love and affection for each other, and surrounded by tears, so many tears.
On behalf of all of them, on behalf of all the people of Labrador, I want to extend our love and support to those many families who are suffering this evening in this country, those many indigenous families who are feeling the loss, the void and the heartache of what has happened.
I think we can all agree on several things, and that is there is much work to do in advancing not just the rights of indigenous people in this country, but also upholding the rights of innocent indigenous children as well. We have talked so much about the harm that has been caused by the legacies of residential schools and the trauma that comes with it. However, we also know that, as we sit here this evening and we speak, indigenous people still face racism. We still face unacceptable injustices, which are happening in many of our communities across the country.
I know that, one by one, we have pledged our support to make a difference. We have pledged to ensure that we can restore the language and culture, that we can restore, once again, the proud legacy of indigenous people. It is a long road, and one that has to be shaped and led by indigenous people themselves.
Like every ill act, there has to be accountability. I am sure that many share my belief that more accountability needs to come to bear. I really believe that the Catholic Church has yet to redeem itself, in any way, in recognizing what has happened at the hands of their institutions. That is unacceptable.
While we pledge our support that, as the Government of Canada, we will continue to move forward to bridge that gap for indigenous people in this country, we need to do it with the support of all parliamentarians of all provinces and all territories. That means that when we have legislation such as UNDRIP, we have to be able to stand up and support it. That is part of reconciliation in this country. That is part of bridging that gap with indigenous people.
Every day I wake up not knowing what I am going to hear next. I woke up today in a very small populated riding to find out two very young beautiful people died by suicide last night, in my riding. One was first nations and one was Inuit. This has to stop. The healing is not happening in the way it should be. It is happening, but it is slow. How do we get it to move faster? How do we bridge that gap more?
How do we ensure that every child has the opportunity to wake up in a warm home with a full belly? That is where we need to focus. It is as basic as those things in many cases.
Reconciliation with indigenous people and recognizing that every child does matter is not difficult. It really is not, but we need to do it faster. We need to move at a more rapid rate than we have.
That includes us as a government, but it includes indigenous leadership as well. It includes all of us working together to make sure these things happen. These are times of critical advancement for indigenous people. Let us not lose this. Let us not bury this so we have to wait 10 more years for this to become a priority in the country.
I am so proud of what our government has done to help indigenous people. I have seen more indigenous children get support in my riding in the last five years than I have seen in the 15 years before. I have seen more houses built in communities across my riding for indigenous families than I have seen in 15 years before.
I have seen more investments into food banks, into social support. We have revamped the social welfare system and the child welfare system in this country to support indigenous communities and indigenous people, but there is still a lot more to do—
Monsieur le Président, je remercie tous mes collègues de la Chambre des communes de me donner cette occasion de prendre la parole au sujet de cette motion.
En tant que fière Inuite du Labrador, fille d'une ancienne élève de pensionnat autochtone, lorsque de telles histoires sont révélées de génération en génération, c'est le souvenir quotidien des traumatismes que nous avons vécus et du legs de cette époque qui remonte.
L'affaire dont nous parlons aujourd'hui est horrible. Elle découle de notre horrible passé qui est révélé. À Kamloops, les restes de 215 enfants innocents ont été découverts dans une fosse commune. Cette affaire est accablante et elle nous brise le cœur. Il s'agit d'un crime contre l'humanité. Je crois que tous en conviendront. Il s'agit d'un crime commis contre des enfants qui n'avaient aucun droit de parole. Ils étaient seuls. Ils étaient effrayés. Ils étaient réduits au silence. Ils étaient isolés. On leur a volé leur existence et on les a enterrés d'une façon aussi horrible qu'a été leur passage dans la société.
Hier, dans ma circonscription, j'ai rejoint Jodie Ashini et Thea Penashue, deux mères très fortes de la Première Nation innue de Sheshatshiu, ainsi que le chef Eugene Hart, en compagnie de nombreux enfants, de mères et de pères. J'étais entourée de survivants et de victimes des pensionnats autochtones, unis dans l'amour et l'affection qu'ils ont les uns pour les autres et j'étais submergée par les pleurs.
Au nom de toutes ces personnes, au nom des habitants de Labrador, je souhaite exprimer notre amour et notre soutien aux nombreuses familles qui souffrent ce soir au pays, aux nombreuses familles autochtones qui ressentent la perte, le vide et la douleur de ce qui s'est passé.
Je pense que nous sommes d'accord sur plusieurs points et sur le fait qu'il y a beaucoup de travail à accomplir pour promouvoir les droits des Autochtones au pays, mais aussi pour faire respecter les droits des enfants autochtones innocents. Nous avons beaucoup parlé des dommages causés par l'héritage des pensionnats indiens et les traumatismes connexes. Cependant, nous savons également qu'encore aujourd'hui, les Autochtones sont victimes de racisme. Nous subissons toujours des injustices inacceptables dans de nombreuses communautés d'un bout à l'autre du pays.
L'un après l'autre, les députés se sont engagés à améliorer la situation. Nous nous sommes engagés à restaurer la langue et la culture, à restaurer le fier héritage des Autochtones. Le chemin sera long et ce sont les Autochtones qui devront le tracer et être devant.
Tout acte néfaste engage une responsabilité. Je suis certaine que beaucoup de gens pensent, comme moi, qu'il faut une plus grande reddition de comptes. Je crois fermement que l'Église catholique ne s'est pas encore rachetée et n'a pas encore reconnu ce qui s'est produit dans ses institutions. C'est inacceptable.
Tandis que nous nous engageons, à titre de gouvernement du Canada, à continuer d'aller de l'avant pour combler l'écart qui persiste pour les Autochtones du pays, nous devons le faire avec l'appui des parlementaires des divers territoires et provinces. C'est donc dire que, lorsque nous traitons un projet de loi comme celui qui porte sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, nous devons être en mesure de le défendre et de l'appuyer. Cela fait partie du travail de réconciliation et des façons de combler le fossé qui nous sépare