Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1174
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to begin by acknowledging that I am speaking to members from Scarborough—Rouge Park, the traditional lands of many indigenous nations, most recently of the Mississaugas of the Credit. I will be speaking in support of Bill C-30, an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 19, 2021.
Before I go deeper into the budget, I want to reflect on the past few weeks. It has been a difficult few weeks for many in our country, and I think it is safe to say that our hearts ache on a number of different fronts.
First and foremost, learning of the graves of 215 children in Kamloops has really opened existing wounds and has shaken us up in a way things have rarely shaken us. This is a moment in time when all of us need to come together and ensure that there is justice, accountability and reflection. There is also a real commitment to ensure that all of the 94 calls to action from the Truth and Reconciliation Commission report are implemented.
There are sadly going to be other findings along the way, and I think in order for us to have closure, in order for us to truly live up to the past and move forward, we need to support indigenous-led initiatives that will commemorate and remember, and that will ensure that the children are brought home. I send my heartfelt condolences to the Tk'emlúps te Secwépemc people and I want to assure them that I, along with my colleagues in the House, will continue to work to support them and others in these efforts.
Just last week, I sadly attended another memorial, in London, Ontario, to pay respects to the Afzaal family. I was joined by members from all parties and leaders from across different levels of government, but most importantly the members of the Muslim community in London.
The Afzaal family were walking, like most of us have relearned to do over the past 18 months or so. They were going on an evening walk and they were sadly mowed down by a terrorist, by someone who espoused so much hate. I do not even know if I could fathom the level of hate this individual had to do this to this family, but more broadly, to attack us as Canadians. When we see an attack on one individual community or family, it really is an attack on all of us. It is an attack on the values that we espouse.
Sadly, it did not stop there. We know that incidents of Islamophobia have been on the rise exponentially over the past several days. We have seen incidents in Edmonton, as my friend from Edmonton Riverbend just referenced. We have seen daily microaggressions toward many friends, colleagues and others we may have worked with. This is a real moment for us to reflect on the level of hate speech, the level of hate propaganda on social media. We know that incidents of anti-Semitism are on the rise.
This is a moment for us to reflect and make sure that we do better and we collectively work together, that we do not use race and these differences as wedge issues, but rather as issues that we can all come together to fight against as a common good. I sincerely hope that we have turned the page in our Parliament where we can do that. I hope to work across the aisle with my friends opposite to do that.
On a very personal note, I must thank all those colleagues who are not going to be running again in the next election. Most importantly, I want to acknowledge and thank my good friend from Mississauga—Malton, the former minister of innovation, for his extraordinary guidance for me personally and the doors that he opened for me to ensure my success. I want to pay particular respect and thank him and his extraordinary family, Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains and Momma Bains, for all they have done.
In his speech, he reflected on the issue of identity, on the issue of being Sikh and being able to practise his faith and live day to day as a Sikh with enormous and extraordinary challenges, and yet he has overcome so many and has led us in ways that I do not have time to describe here.
I do want to get to the budget, and I want to talk about something that has been very important for the people of Scarborough. Scarborough region used to be its own municipality prior to amalgamation with the broader city of Toronto. We have a population of roughly 630,000 people. We are represented by six parliamentarians; we call them the Scarborough caucus. We have set out since 2015 to prioritize one singular ask, which is additional support for transit.
The Scarborough region has not had any higher levels of transit built in a generation. The last project, the rapid transit, the LRT, is coming to an end in 2023. It is broken down. It is far past its best-before date, and it is fair to say that it is not serving the people of Scarborough.
In 2015, Scarborough Agincourt was represented by Arnold Chan. We got together and said we absolutely needed to make sure that we built higher orders of transit. At that time, the singular project that was in the pipeline, with almost a 10-year debate behind it, was the Scarborough subway extension. It was initially a three-stop subway. It became a four-stop subway, then a two-stop subway, and finally here we are today and we were recently able to announce a federal investment of $2.25 billion into a three-stop line, which will start construction before the end of the year, and we are hopeful that it will be constructed by 2030. That is the timeline that has been provided.
This is a game-changer. This is very important, and this is an important investment in the people of Scarborough, all the hard-working people. Scarborough had one of the most affected populations during the COVID-19 pandemic. We have had so many issues of riders, essential workers, going downtown in crammed buses and being affected disproportionately to the population. I believe this is a very important investment.
As much as this is important, this is not the end for us. Scarborough as a region will require additional supports in terms of infrastructure, and that is why this budget is so important, as it outlines a mechanism through the permanent public transit funding that would enable places like Scarborough to build. I am looking forward to supporting the construction of the Eglinton East LRT as the next project.
I look forward to the questions and answers today.
Madame la Présidente, j’aimerais commencer par dire que je m’adresse à vous depuis Scarborough—Rouge Park, les terres ancestrales d’un grand nombre de nations autochtones, plus récemment des Mississaugas de Credit. Je vais parler du projet de loi C‑30, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril 2021.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais faire quelques observations sur les dernières semaines. Elles ont été difficiles pour un grand nombre de Canadiens, et je pense pouvoir dire que nous sommes tous avec eux par la pensée.
Tout d’abord, nous avons appris l’existence des tombes de 215 enfants à Kamloops, ce qui a réveillé d’anciennes blessures et nous a bouleversés au plus haut point. Nous devons tous nous montrer solidaires et nous assurer qu’il y aura justice, reddition de comptes et réflexion. Nous devons également nous assurer que les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation seront mis en œuvre.
Il y aura malheureusement d’autres découvertes de ce genre, et pour que nous puissions faire notre deuil, pour que nous puissions aller de l’avant tout en rendant hommage à ce qui s’est passé, nous devons appuyer les initiatives de commémoration menées par les Autochtones et veiller à ce que les enfants soient rapatriés chez eux. J’adresse mes condoléances les plus sincères à la nation des Tk'emlúps te Secwépemc et je m’engage, avec mes collègues de la Chambre, à les aider à mener à bien les initiatives qu’ils entameront.
Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai malheureusement assisté à une autre commémoration, à London, en Ontario, pour rendre hommage à la famille Afzaal. Des députés de tous les partis et des chefs de tous les paliers de gouvernement s’étaient joints à moi mais, surtout, à la communauté musulmane de London.
La famille Afzaal se promenait, comme la plupart d’entre nous avons recommencé à le faire après 18 mois de confinement. C’était la fin de l’après-midi, ils ont été fauchés par un terroriste pétri de haine. Je ne peux pas imaginer le niveau de haine que ce type pouvait avoir pour attaquer ainsi cette famille et, de façon plus générale, attaquer ainsi les Canadiens. Une attaque contre une communauté ou une famille, c’est une attaque contre nous tous. C’est une attaque contre les valeurs que nous chérissons.
Malheureusement, cela ne s’est pas arrêté là. Nous savons que les manifestations d’islamophobie ont augmenté de façon exponentielle au cours des derniers jours. Nous avons vu des incidents à Edmonton, comme vient de le dire mon collègue d’Edmonton Riverbend. Nous savons que, chaque jour, un grand nombre d’amis, de collègues et de connaissances sont victimes de micro agressions. Le moment est venu de réfléchir au niveau de haine que peuvent véhiculer certains discours et certaines propagandes sur les réseaux sociaux. Nous savons que les actes antisémites sont également en hausse.
Nous devons saisir cette occasion pour réfléchir à tout cela et nous donner les moyens de mieux travailler ensemble, afin que la race et les différences ne soient pas des questions qui divisent mais plutôt des questions qui nous permettent de nous rassembler pour lutter en faveur du bien commun. J’espère sincèrement que nous allons pouvoir le faire dans cette Chambre. J’espère pouvoir travailler avec mes collègues d’en face pour y parvenir.
Sur une note très personnelle, je voudrais remercier tous mes collègues qui ne se représenteront pas aux prochaines élections, et surtout, je voudrais rendre hommage à mon ami de Mississauga—Malton, l’ancien ministre de l’Innovation, qui m’a dispensé d’excellents conseils et ouvert des portes déterminantes pour ma réussite. Je tiens à le remercier, lui et les membres de sa formidable famille, dont Bram, Kirpa, Nanki, Poppa Bains et Momma Bains, pour tout ce qu’ils ont fait pour moi.
Dans son discours, il a parlé de l’identité, de sa condition de sikh et des nombreuses difficultés qu’il rencontre pour pratiquer sa foi au quotidien, mais il y parvient et, à bien des égards, il nous permet de tirer des leçons, mais je n’entrerai pas dans ces détails.
J’aimerais parler du budget, et plus précisément de quelque chose qui est très important pour les habitants de Scarborough. Scarborough était une municipalité à part entière avant d’être fusionnée avec la ville de Toronto. Nous avons une population d’environ 630 000 personnes. Nous sommes représentés par six parlementaires, que nous appelons le caucus de Scarborough. Depuis 2015, nous donnons la priorité à une demande principale, soit un soutien supplémentaire pour un projet de transport en commun.
C’est le plus important projet de transport en commun que la région de Scarborough ait connu depuis une génération. Le dernier service de transport rapide prendra fin en 2023. Il ne fonctionne pas correctement. Il a manifestement dépassé sa date de péremption et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne répond pas aux besoins des habitants de Scarborough.
En 2015, la circonscription de Scarborough-Agincourt était représentée par Arnold Chan. Nous nous sommes entendus pour dire qu’il fallait absolument construire des systèmes de transport de meilleure qualité. À l’époque, le seul projet qui était envisagé, et cela faisait près de 10 ans qu’il en était question, était le prolongement de la ligne de métro de Scarborough. Initialement, la ligne de métro devait avoir trois arrêts; c'est ensuite devenu quatre, puis deux, et finalement, nous avons pu annoncer récemment un investissement fédéral de 2,25 milliards de dollars pour une ligne à trois arrêts, dont la construction, qui commencera d’ici la fin de l’année, devrait être terminée en 2030. Voilà l’échéancier qui a été présenté.
Cela va changer radicalement les choses. C’est un investissement très important pour les habitants de Scarborough, pour les masses laborieuses. Scarborough est l’une des collectivités qui ont été les plus durement touchées par la pandémie de COVID‑19. Nous avons eu un grand nombre de travailleurs essentiels qui ont dû prendre des autobus surchargés pour se rendre en ville et qui ont été contaminés par la maladie de façon disproportionnée. Je pense que c’est un investissement très important.
C’est vrai que c’est important, mais nous avons besoin de plus. La région de Scarborough a besoin d’aide supplémentaire en matière d’infrastructures, et c’est la raison pour laquelle ce budget est si important, car il propose un mécanisme de financement, grâce au Fonds permanent pour le transport en commun, qui permettra à des régions comme Scarborough de se développer. J'ai hâte d'appuyer la construction du prochain projet, le TLR d'Eglinton East.
J’attends avec impatience la période des questions d’aujourd’hui.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-17 21:10 [p.8728]
Madam Speaker, we heard the hon. member speak about the need for supports in tourism. He talked about rural isolation and in particular the abandonment by Greyhound of some critical routes. I am wondering if the hon. member would support our plan, which is to expand VIA Rail to include bus service in a nationalized public transit system to allow northern rural communities to connect with southern cities and municipalities and have the kind of inter-regional travel that is necessary to keep communities like his going.
Madame la Présidente, le député a parlé de la nécessité de soutenir le tourisme, de l'isolement rural et, plus particulièrement, de certains trajets essentiels abandonnés par Greyhound. Je me demande si le député serait favorable à notre plan, soit l'expansion des services de VIA Rail de manière à y inclure un service d'autocars dans le cadre d'un réseau national de transport en commun qui permettrait aux collectivités rurales nordiques d'avoir un lien avec les villes et municipalités du Sud en plus de bénéficier du transport interrégional nécessaire au maintien de la vitalité de collectivités comme la sienne.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-06-17 21:10 [p.8728]
Madam Speaker, the member has brought up some very interesting points. I am not saying the plan is not a great concept; the problem is financial viability. Unfortunately, Canada does not have enough densely populated areas, so it would be very expensive to build and operate and maintain that kind of rail system. That is the only downside to that kind of concept. It would be fantastic if we had better populations in the remote areas.
Madame la Présidente, le député soulève quelques points forts intéressants. Je ne dis pas que le plan en question n'est pas une excellente idée. Le problème, c'est sa viabilité financière. Malheureusement, le Canada ne compte pas assez de régions densément peuplées, ce qui rend l'aménagement, l'exploitation et l'entretien de ce type de réseau ferroviaire extrêmement dispendieux. C'est le seul inconvénient de ce genre d'idées. Ce serait fabuleux si les régions éloignées comptaient une plus grande population.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-08 11:35 [p.8078]
Madam Speaker, I just spoke with a London city councillor about the impact the tragedy of the last few days has had on her community and on the city of London. I am also thinking of members of my own riding, their walks to mosque and what that is like these days. I too would like to add my voice to a chorus of voices that are calling for us all as Canadians to be better in fighting racism and Islamophobia. That is where my heart is, even if the words that I am now going to share are focused on housing.
I have often risen in this House and said anytime the House of Commons talks about housing, it is a good day. No one will ever find an MP who fights harder for more affordable housing, whether the choice is to own or rent. It is a fundamental human right and I am very proud to be part of a government that has legislated the right to housing into a national housing strategy, that has brought forth federal leadership, which started to disappear in the late 1980s and was devastated by the cuts that were made in the early 1990s. I am very proud to be part of a government that has changed course. I am very proud that my party has embraced housing as a federal responsibility and has invested now close to $72 billion and beyond, if we include some of the indigenous investments as well, to change the conversation on housing in this country.
The Conservatives will talk about market solutions and New Democrats will talk about social housing, but my party will talk about both. While the Bloc may think it is just a federal responsibility, the reality is that housing Canadians and meeting the fundamental rights of Canadians is all governments' responsibility. Whether it is an indigenous government, a municipal government, a provincial government or a federal government, we all must tackle this housing crisis together, we all must end homelessness together and we all must make sure that Canadians have a housing system that meets their needs and supports their choices, whether it is to rent or own.
Our government has made historic investments. If we take the rapid housing initiative alone, with $1 billion over the last six months, it created 4,777 units of housing for homeless individuals. That $1 billion did more in six months than the Harper Conservatives did in eight years. We have added $1.5 billion to that program and hope to get even more remarkable results.
What is also amazing about that particular investment is that as we move toward an urban, rural and northern indigenous-led housing strategy and deliver on that program, while working very hard with indigenous housing providers to realize the funding and that program, almost a third of the housing that was delivered to the rapid housing initiative was delivered to indigenous housing providers in urban, rural and northern spaces. The largest investment in the history of the Northwest Territories was part of that announcement and for the programs and projects that we could not pick up through rapid housing, we applied the co-investment fund.
Let me help the House understand exactly how the national housing strategy is working and how much more work it needs to do. As I said, I will always support a call for more action, more investment and more thought on this issue. The national housing strategy approaches every single component of the spectrum of housing, from homelessness to people with high-income needs that require deep subsidies to secure their housing. We have to also make sure that people who are in rental housing are protected in that space, can afford their rental housing and save to buy a house, if that is the choice they want to make. We also have to make sure there are pathways and bridges to home ownership for new buyers so that people can secure their place in the housing market and the housing system in this country.
However, we also have to make sure that the market is stable. While I have no interest in protecting the speculative equity that is created in the housing sector, that is not my focus, we have to make sure that when people purchase homes, the market does not collapse around them and erode the principal they put down to acquire their housing. We have to protect the housing market as we also deliver social housing solutions, as we make sure we end chronic homelessness in this country and deal with the different regional, urban, rural and northern dynamics that challenge so many people in this country to find safe, secure and affordable housing.
Our national housing strategy, the $72-billion program, addresses all of these issues, from supply to maintenance to subsidy to purpose-built supportive housing. It is a comprehensive strategy that I am very proud of, but it is built on almost 50 years of housing policy in this country. In fact, if we go back far enough, to the 1800s, we will see that the west was settled with offers of free homes. It has always been a federal policy to secure the growth of this country with strong investments in housing.
What has the national housing strategy accomplished? Let us review some of the accomplishments and take a look at the plan that was introduced in 2017. It was a $40-billion plan, but in every single budget, we have added additional dollars to get more supply, more options and more choice in front of Canadians.
As we look at some of the extraordinary records, one of them is the move to get purpose-built rental housing being built again in this country. We have invested, as the member who introduced the motion identified, close to $25 billion in supports to deliver new purpose-built rental housing.
When I was a city councillor in Toronto, we were building fewer than 60 purpose-built rental housing units every decade. There are now 2,400 units being built in my riding alone. That is across the street in the new Toronto Centre riding, where there is purpose-built rental housing in partnership with the private sector. These new, permanent affordable housing units are just the start, because we have added additional dollars. There is a major program coming out with an indigenous group in Vancouver, the Musgamagw, that is also now getting support from our government. Why? Because we have a program that focuses on purpose-built rental housing.
That is one part of it, but there is also the co-investment fund. The co-investment fund was ridiculed by the House leader for the NDP. He said we should not be focusing on repairing housing units. I was at a housing announcement in Burnaby where we stepped up and repaired a co-op housing program. If we had not stepped up, it would have lost the units of housing. We would lose affordable housing just where we need to build it.
The co-investment fund provides funding to get projects started. It provides funding to repair social housing and government housing. There is a $1.3-billion transfer to the City of Toronto to deal with TCHC's repair backlog. That funding protocol has now been replicated in Hamilton where it is tackling its funding backlog. It has also been attached to the city of Victoria. The city of Victoria was very close to being at functional zero on homelessness before COVID happened and ran into some headwinds, but the co-investment fund has partnered to deliver hundreds and hundreds of units. I have been there with Mayor Helps to open the units, to look at the units to see their very imaginative approach to building housing.
The targets and the dollars that are arriving are substantial. There is also the rapid housing initiative, but partnered with that is the reaching home program. The reaching home program, which started out as the homelessness partnership strategy, introduced by a Liberal government in the late nineties, untouched by the Conservatives for their eight years in rule, has not only been doubled in size, which is what we did in our first budget in 2015, the funding is now a half a billion dollars a year.
To put that in contrast to where the NDP members want to take it, if we go back to their 2015 election campaign, they promised a one-time infusion of $60 million into the homelessness partnership strategy and that was it. We not only doubled that investment immediately, but at the start of COVID we doubled it again and now we have made that doubling of the reaching home program close to $400 million to $500 million a year over the next three years. We wired that into the system to help us realize the goal of ending chronic homelessness.
The other thing that our national housing strategy has done, which is quite remarkable, is that it has restored the funding agreements and the subsidies to co-op housing right across the country. These were set to expire. If we had done nothing, if we had not taken office in 2015, the federal government would be spending less than $1 billion a year on housing right now. That was the Conservative trajectory for social housing.
Not only have we invested $72 billion in construction and repair, but the subsidies we put in place are making housing even more affordable for people. For example, the co-ops that saw their agreements expire have now been picked up and reinvested in. Subsidies to the rent geared to income have been restored, not just to the co-ops that were still on the books, but also the ones that lapsed while the Conservatives were in power. We brought them back on. This year's budget finishes that job and brings the entire co-op sector into one unified program for the very first time in the history of the country. Instead of having these agreements expire overnight, they are now on a timetable under the national housing strategy legislation. That agreement must be renewed before it expires in 2027. We have the co-op housing sector back whole and we are starting to build. In fact, I just had a text message from the Co-op Housing Federation of Toronto that seed money for a new co-op has just been advanced by CMHC and I had thanks from the federation.
We are now in the position of building and adding to the co-op sector because is exactly what the national housing strategy envisioned. We have put federal lands into the mix and we are adding federal lands where we can to the housing programs. In Ottawa, for example, there is a new housing project that is being built on federal lands with federal support to realize the housing aspirations of the city of Ottawa and the Region of Ottawa-Carleton.
Everywhere we go across the country, we are seeing change happen. Is it enough? Of course it is not enough. As long as we have people sleeping in tents, in ravines and by rivers, as long as we have homeless shelters still populated by people without housing, there will be work to do.
This government has set about changing what I think was the biggest mistake a Liberal government ever made, which was the cancellation of the national housing programs in the early nineties. It has reinvested now and brought back a strong, cohesive and comprehensive policy that is moving the dial in the right direction on every single housing front.
However, the issue being spoken to in this motion is not the social housing investments we have made. It is about how we are helping first-time buyers achieve their dream of home ownership. We put in a tax on offshore speculators, we brought in new rules around beneficial ownership to disclose who is behind some of these very questionable real estate deals and we put in a shared equity agreement for first-time homebuyers. For the first time ever, CMHC is starting to model its programs around regional housing markets and not just here in Canada as one large housing market. Hopefully this spurs even more people on to home ownership.
We are also bringing in new block funding for things like Habitat for Humanity, which is now working with equity-deserving groups, equity-seeking groups, to meet the housing needs of very particular communities that have very low rates of home ownership to help secure their movement into the middle class and to secure their place in Canadian society and the Canadian economy.
That $58-million block grant to Habitat for Humanity is also starting to build homes in indigenous communities as well. I was up in Tobermory with the Chippewas of Nawash to watch them as they broke ground and started the construction of 19 new homes, which was funded with Habitat for Humanity program dollars but supported with national housing strategy funding as well.
Everywhere one goes from coast to coast to coast, whether it is Nanaimo, Kelowna, Calgary, Winnipeg, Toronto or St. John's, one can find national housing strategy money at work. Is it enough? No. As long as we have a housing crisis, we have work to do and more to invest.
What I can say is that going back to the days of the Conservatives, where we had a prime minister who did not want to touch housing policy, where we have a party that thinks it is only a question of supply but only supply into the private sector and only supply as it relates to first-time homebuyers, is not going to work. If we allow the continual creep of financialization and we do not support our partner governments in delivering housing, we are simply not going to solve this crisis.
The $72-billion program is moving every one of those parts of the housing continuum forward, and we are finding new ways to do it in ways that are innovative, from modular housing to barging houses up to Iqaluit and realizing the renewal of housing with loans for the greening of our housing stock and the upgrading of the energy performance and making it more livable. We are also doing things like requiring to overachieve on energy efficiency in new builds when it comes to social housing.
We are also, for the first time ever, requiring that universal design be a characteristic of all new builds at 20%. We are also providing funds to retrofit old buildings to make them more accessible for people with disabilities. We are also making sure when we partner up that we lock in provincial spending levels so as federal dollars arrive at the front door, provincial governments are not allowed to take it out the back door and simply tread water.
We are also working with our infrastructure dollars to make sure transit investments have a positive impact on social housing construction, and we are tying social housing goals to our infrastructure investments to make sure as we invest and create strong communities, we build communities for all. Again, it is not part of the national housing strategy but it is part of this government's approach to housing and making sure all Canadians have the housing opportunities they need and have their choices realized.
I respect the fact it has been a very difficult year in the housing market for Canadians and respect the fact some of the ideas the Conservatives are talking about require more action on the part of this government. I understand it, but to say we have done nothing is wrong. To say we have not focused on every part of the housing continuum is wrong as well. To say it is only a question of social housing, market housing or supply is equally oversimplifying a very complex issue.
I am proud to be part of a government that has restored leadership in federal housing. I am proud to be part of a government that is building more co-ops, more rentals and more homes for more people than at any other time in the last 30 years in this country. I agree, there is more to do, and we will continue to add dollars to the national housing strategy, new chapters.
The next one coming is the urban, rural and northern indigenous housing program for indigenous by indigenous. We are building on the report from the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities, we are building with the housing advisory council and we are building with indigenous housing providers to deliver on that commitment, and we will.
Until we have every Canadian housed, we are open to criticism. All governments will be open to criticism. Until we solve this housing crisis, there will be work to be done. I hope that all parliamentarians will join me in supporting the initiatives we presented in budget 2021.
I hope the Conservatives can reverse course and start voting for things like a tax on vacant and foreign-owned homes. I hope they can support our measures around benefits for home ownership. I hope they can support the rapid housing investment of $1.5 billion, the rapid housing 2.0 that I spoke of, to deliver even more housing to the most vulnerable Canadians.
I hope they can find it in their hearts to start supporting the investments we are making on reserves and with the distinctions-based programs with the Métis council, the ITK, AFN and partner indigenous governments.
I hope they can support the movements we have made around investing in repairs, boosting the Canada housing benefit and targeting in particular women escaping domestic violence, because we know how hard women in that sector have it when they look for housing with their kids, coming out of a very dangerous and precarious place.
I hope they can support more than doubling the investments we are making in Reaching Home, and now the half-billion-dollar annual investments.
I hope they can reverse the policy they used to have, which forbade federal funds to support young teenagers who are homeless. They actually had a policy, which was one of the most mind-blowing policies any government has ever produced around housing. The Conservative government under Stephen Harper had a policy that if a young person was homeless on the street, they had to stay homeless for six months before federal dollars could support them getting into permanent housing.
Imagine taking the most vulnerable kids in this country and punishing them for six months for running away from home. At the time, the minister said they did not want to incent young people to run away from home. People run away from home to live on the street because they are escaping an even more precarious and dangerous situation. Instead of finding a way to house young people, the Conservative government actually, by policy, left those kids on the street for six months before it would allow Reaching Home dollars to support them with rent supplements.
Policy after policy after policy in the Conservative playbook did nothing for the hardest to house in this country. As I said, when I covered my last story as a reporter, I was so infuriated by the Conservatives' approach to housing that I left journalism and entered politics at the local level. When I saw no progress being made in Ottawa at all, I left city council and ran federally to re-establish leadership on this file. I am very proud of the response that the Prime Minister and cabinet have had. I am very proud of the work our caucus has done. I am very proud of the work of a lot of opposition members who have housing projects in their community.
To pretend that we have done nothing is just political spin. To demand we do more is the demand we hear every day from our constituents and the people we represent. We are with them on that path to do more and do better, because more is possible; better is always possible. There is more to do. There is more to come, and we will not rest until the right to housing is realized by all Canadians, regardless of which choice they want to make, to rent or to own. Whichever part of the country they choose to live in, we have a responsibility as the federal government to create a housing system that meets their needs.
Our national housing strategy, now at $72 billion, does exactly that. We will work with our partner orders of government, indigenous, municipal, provincial and territorial, to deliver on these commitments. We are not done yet, but it is getting better. As it gets better, I hope the opposition parties can join us in pushing even more housing through the budget process, even more housing through the approval process, and get Canadians the housing they rightfully deserve.
Madame la Présidente, je viens de m’entretenir avec une conseillère municipale de London des répercussions de la tragédie des derniers jours sur sa communauté et sur la ville de London. Je pense aussi aux membres de ma propre circonscription, aux trajets qu’ils font à pied vers la mosquée et à ce que cela représente ces jours-ci. J’aimerais ajouter moi aussi ma voix au chœur qui nous appelle, comme Canadiens, à mieux lutter contre le racisme et l’islamophobie. C'est un enjeu qui me tient particulièrement à cœur, mais pour le moment, je vais me concentrer sur le logement.
J’ai souvent pris la parole dans cette enceinte pour dire que chaque fois que la Chambre des communes parle de logement, c’est une bonne journée. Personne ne trouvera jamais un député qui lutte plus fort pour plus de logements abordables, que ce soit pour louer ou pour acheter. Il s’agit d’un droit humain fondamental et je suis très fier de faire partie d’un gouvernement qui a inscrit le droit au logement dans une stratégie nationale sur le logement, qui a fait renaître un leadership fédéral qui avait commencé à disparaître à la fin des années 1980 et qui a été dévasté par les compressions du début des années 1990. Je suis très fier de faire partie d’un gouvernement qui a donné un coup de barre. Je suis très fier que mon parti ait fait du logement une responsabilité fédérale et qu’il ait investi près de 72 milliards de dollars de plus, si l’on inclut certains investissements pour les Autochtones, pour changer la donne dans le domaine du logement au pays.
Les conservateurs parleront de solutions axées sur le marché et les néo-démocrates parleront de logement social, mais mon parti parlera des deux. Le Bloc peut penser qu’il s’agit exclusivement d’une responsabilité fédérale, mais le fait est que le logement des Canadiens et le respect de leurs droits fondamentaux sont la responsabilité de tous les gouvernements. Qu’il s’agisse d’un gouvernement autochtone, d’une administration municipale, d’un gouvernement provincial ou d’un gouvernement fédéral, nous devons tous nous attaquer ensemble à cette crise du logement, nous devons tous mettre fin ensemble à l’itinérance et nous devons tous nous assurer que les Canadiens disposent d’un système de logement qui répond à leurs besoins et qui facilite leur choix d'être locataires ou propriétaires.
Le gouvernement a fait des investissements historiques. Pensons seulement à l’Initiative pour la création rapide de logements, dans laquelle nous avons investi 1 milliard de dollars au cours des six derniers mois, qui a permis de créer 4 777 logements pour des sans-abri. Ce milliard de dollars a fait plus en six mois que ce que les conservateurs de Harper ont fait en huit ans. Nous avons ajouté 1,5 milliard de dollars à ce programme et nous espérons obtenir des résultats encore plus remarquables.
Ce qui est aussi incroyable, c'est qu’au fur et à mesure que nous nous orientons vers une stratégie de logement dirigée par les Autochtones en milieu urbain, rural et nordique et que nous exécutons ce programme, tout en travaillant très fort avec les fournisseurs de logements pour les Autochtones afin de réaliser le financement et ce programme, près d’un tiers des logements qui ont été livrés dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements l’ont été à des fournisseurs de logements autochtones en milieu urbain, rural et nordique. L’investissement le plus important dans l’histoire des Territoires du Nord-Ouest s’inscrivait dans cette annonce, tandis que pour les programmes et les projets que nous n’avons pas pu financer par l’entremise de l’Initiative pour la création rapide de logements, nous avons utilisé le fonds de co-investissement.
Permettez-moi de vous aider à comprendre exactement le fonctionnement de la Stratégie nationale sur le logement et tout le travail qu’il reste à faire. Comme je l’ai dit, je souscrirai toujours à un appel à plus d’action, plus d’investissements et plus de réflexions sur cette question. La Stratégie nationale sur le logement aborde chaque composante du spectre du logement, des sans-abri aux personnes dont les besoins coûteux nécessitent des subventions importantes pour se loger. Nous devons également nous assurer que les personnes qui occupent un logement locatif sont protégées dans cet espace, qu’elles peuvent se permettre de louer leur logement et d’économiser pour acheter une maison, si c’est leur choix. Nous devons aussi faciliter l'accès à la propriété aux nouveaux acheteurs, afin que les gens puissent se tailler une place sur le marché de l’habitation et dans le système du logement de ce pays.
Par contre, nous devons aussi veiller à ce que le marché soit stable. Je n’ai aucun intérêt à protéger les capitaux spéculatifs qui sont créés dans le secteur de l’habitation, ce n’est pas mon objectif, mais nous devons nous assurer que lorsque des gens achètent une maison, le marché ne s’effondre pas autour d’eux et n’érode pas le capital qu’ils ont investi pour l’acquérir. Nous devons protéger le marché de l’habitation tout en offrant des solutions de logement social, en veillant à mettre fin à l’itinérance chronique au Canada et en composant avec les différentes dynamiques régionales, urbaines, rurales et nordiques qui empêchent tant de gens dans ce pays de trouver un logement sûr, sécuritaire et abordable.
La Stratégie nationale sur le logement, un programme de 72 milliards de dollars, aborde toutes ces questions, de l’offre à l’entretien en passant par les subventions et les logements supervisés. Il s’agit d’une stratégie globale dont je suis très fier, mais elle repose sur près de 50 ans de politique du logement dans ce pays. En fait, si nous remontons aussi loin qu'aux années 1800, nous verrons que l’Ouest a été colonisé avec des offres d’habitations gratuites. La politique fédérale a toujours consisté à assurer la croissance de ce pays par des investissements massifs dans l’habitation.
Qu’a accompli la Stratégie nationale sur le logement? Examinons certaines des réalisations et le plan qui a été présenté en 2017. Il s’agissait d’un plan de 40 milliards de dollars, mais dans chaque budget, nous avons ajouté des fonds pour accroître l’offre afin d’offrir plus d’options et plus de choix aux Canadiens.
Si nous examinons certains des bilans extraordinaires, l’un d’entre eux vise à construire de nouveau des logements destinés expressément à la location au Canada. Comme l’a souligné notre collègue qui a présenté la motion, nous avons investi près de 25 milliards de dollars dans des mesures de soutien pour la construction de nouveaux logements locatifs.
Lorsque j’étais conseiller municipal à Toronto, nous construisions moins de 60 logements locatifs en 10 ans. Dans ma circonscription seulement, on construit actuellement 2 400 logements. Juste en face, dans la nouvelle circonscription de Toronto-Centre, on construit des logements locatifs en partenariat avec le secteur privé. Ce n’est qu’un début, car nous avons ajouté des fonds pour construire de nouveaux logements abordables permanents. Nous mettons sur pied un important programme avec un groupe autochtone de Vancouver, le conseil tribal des Musgamagw, qui bénéficie également du soutien du gouvernement. Pourquoi? Parce que nous avons un programme axé sur les logements locatifs.
C’est un élément de la stratégie, mais il y a aussi le fonds de co-investissement. Le leader parlementaire du NPD à la Chambre a ridiculisé le fonds de co-investissement. Il a dit que nous ne devrions pas nous concentrer sur la réparation des logements. J’ai assisté à une annonce sur le logement à Burnaby, où nous sommes intervenus afin de réparer un groupe de logements coopératifs. Si nous n’étions pas intervenus, ce programme aurait perdu des logements. Nous aurions perdu des logements abordables justement là où nous en avions besoin.
Le fonds de co-investissement fournit du financement pour lancer des projets. Il prévoit des fonds pour réparer les logements sociaux et les logements de l’État. Il comprend un transfert de 1,3 milliard de dollars à la Ville de Toronto pour régler l’arriéré des réparations de la Société de logement communautaire de Toronto. Ce protocole de financement est maintenant aussi en vigueur à Hamilton, qui s’attaque à son arriéré de financement. On l’applique aussi à Victoria. Avant l’éclosion de la COVID, la Ville de Victoria était sur le point de régler ses problèmes d’itinérance, mais elle s’est heurtée à quelques obstacles. Grâce au fonds de co-investissement, nous avons pu lui fournir des centaines et des centaines de logements. J’ai assisté à l’ouverture de ces logements avec la mairesse Helps, et j’ai admiré l’extraordinaire créativité dont on a fait preuve dans la construction de ces logements.
Les objectifs et les fonds qui arrivent sont importants. Il y a aussi l’Initiative pour la création rapide de logements, à laquelle est associé le programme Vers un chez-soi. Ce programme, qui a été lancé sous le nom de Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance par un gouvernement libéral dans les années 1990 et qui n'a aucunement été modifié par les conservateurs en huit ans au pouvoir, a non seulement été doublé dans notre premier budget en 2015, mais il est maintenant financé à hauteur d'un demi-milliard de dollars par année.
Si nous comparons cela avec ce que proposent les députés néo-démocrates, nous constatons que, lors de la campagne électorale de 2015, ils promettaient une injection ponctuelle de 60 millions de dollars dans la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance, rien de plus. Non seulement nous avons doublé cet investissement immédiatement, mais au début de la pandémie, nous l’avons encore doublé, et en doublant le financement du programme Vers un chez-soi, nous le porterons à près de 400 à 500 millions de dollars par année dans les trois prochaines années. Nous l’avons fait pour nous rapprocher de l’objectif, qui est de mettre fin à l’itinérance chronique.
Par ailleurs, notre stratégie nationale sur le logement, et c’est digne de mention, a rétabli les ententes de financement et les subventions au logement coopératif dans tout le pays. Elles devaient expirer. Si nous n’avions rien fait, si nous n’étions pas arrivés au pouvoir en 2015, le gouvernement fédéral consacrerait moins de 1 milliard de dollars par année au logement à l’heure actuelle. Telle était la trajectoire des conservateurs en matière de logement social.
Non seulement nous avons investi 72 milliards de dollars dans la construction et la réparation, mais les subventions que nous avons mises en place rendent le logement encore plus abordable. Par exemple, nous réinvestissons dans les coopératives dont les ententes ont expiré. Les subventions aux loyers proportionnés au revenu ont été rétablies, pas seulement pour les coopératives qui sont encore dans le système, mais aussi pour celles dont les ententes ont expiré pendant que les conservateurs étaient au pouvoir. Nous les avons réintégrées. Le budget de cette année termine ce travail et réunit tout le secteur des coopératives dans un programme unifié pour la toute première fois dans l’histoire du pays. Au lieu d’expirer du jour au lendemain, ces ententes sont maintenant inscrites sur un calendrier en vertu de la mesure législative sur la Stratégie nationale sur le logement. Cette entente doit être renouvelée avant d’expirer en 2027. Nous soutenons entièrement le secteur des coopératives et nous commençons à construire. En fait, je viens de recevoir un texto de la Co-op Housing Federation of Toronto qui m’annonce que la SCHL vient d’avancer les fonds de démarrage pour une nouvelle coopérative et qui me remercie.
Nous sommes maintenant en mesure de construire et d’agrandir le secteur des coopératives parce que c’est exactement ce que prévoyait la Stratégie nationale sur le logement. Nous avons cédé des terrains fédéraux et nous en céderons d’autres lorsque nous le pourrons pour les programmes de logement. À Ottawa, par exemple, de nouveaux logements sont construits sur des terrains fédéraux avec un soutien fédéral afin de réaliser les aspirations en matière de logement de la ville d’Ottawa et de la région d’Ottawa-Carleton.
Partout où nous allons dans le pays, nous voyons des changements s'opérer. Est ce suffisant? Bien sûr que non. Aussi longtemps que des personnes dormiront dans des tentes, dans des ravins et au bord de rivières, aussi longtemps que nous aurons des refuges pour itinérants encore remplis de personnes sans logement, il y aura du travail à faire.
Le gouvernement a entrepris de corriger ce qui a été, à mon avis, la plus grande erreur jamais commise par un gouvernement libéral, à savoir l’annulation des programmes nationaux de logement au début des années 1990. Il a réinvesti et ramené une politique solide, cohérente et complète qui fait avancer les choses dans la bonne direction sur tous les fronts en ce qui a trait au logement.
Cependant, la motion dont nous sommes saisis ne porte pas sur les investissements que nous avons faits dans le logement social. Elle porte sur la façon dont nous aidons les premiers acheteurs à réaliser leur rêve d’accéder à la propriété. Nous avons imposé une taxe sur les spéculateurs étrangers, nous avons instauré de nouvelles règles sur la propriété effective afin que soit divulgué qui se cache derrière certaines opérations immobilières très douteuses, et nous avons mis en place une convention de partage du capital pour les acheteurs d’une première maison. Pour la première fois, la SCHL commence à modeler ses programmes en fonction des marchés de l’habitation régionaux et non en fonction du Canada dans son ensemble comme s’il s’agissait d’un seul grand marché de l’habitation. Nous espérons que cela encouragera encore plus de gens à devenir propriétaires.
Nous mettons aussi en œuvre de nouvelles subventions globales pour des organismes comme Habitat pour l’humanité, qui ont besoin de capitaux pour combler les besoins en logement de communautés très particulières qui ont des taux d’accession à la propriété très bas afin de les aider à accéder à la classe moyenne et à assurer leur place dans la société et l’économie canadiennes.
La subvention globale de 58 millions de dollars accordée à Habitat pour l’humanité commence à permettre la construction de maisons dans des collectivités autochtones. J’étais à Tobermory avec les Chippewas de Nawash pour les voir commencer à bâtir 19 maisons, financées par le programme d'Habitat pour l’humanité et aussi par la Stratégie nationale sur le logement.
Partout où nous allons d’un océan à l’autre, que ce soit à Nanaimo, Kelowna, Calgary, Winnipeg, Toronto ou St. John’s, nous pouvons voir à l’œuvre des fonds de la Stratégie nationale sur le logement. Est-ce suffisant? Non. Tant que la crise du logement durera, nous aurons du travail à faire et nous devrons investir davantage.
Je peux dire toutefois qu’un retour à l’époque des conservateurs, avec un premier ministre qui ne veut pas toucher à la politique du logement et avec un parti qui pense qu’il s’agit simplement d’une question d’offre, mais seulement d’offre dans le secteur privé et seulement pour les acheteurs d’une première maison, ne fonctionnera pas. Si nous laissons la financiarisation prendre de plus en plus de place et si nous n’aidons pas nos gouvernements partenaires à fournir des logements, nous ne réglerons tout simplement pas cette crise.
Le programme de 72 milliards de dollars fait avancer chacun des éléments du continuum du logement, et nous trouvons de nouvelles façons de le faire de manière novatrice, qu’il s’agisse de logements modulaires, de maisons transportées par barge jusqu’à Iqaluit ou de la rénovation de logements grâce à des prêts pour l’écologisation de notre parc immobilier, la mise à niveau du rendement énergétique et l’amélioration de l’habitabilité. Nous prenons aussi des mesures, comme l’obligation de dépasser la norme d’efficacité énergétique dans les nouvelles constructions pour le logement social.
Pour la toute première fois, nous exigeons aussi que la conception universelle soit une caractéristique de toutes les nouvelles constructions à hauteur de 20 %. Nous fournissons également des fonds pour rénover les anciens immeubles afin de les rendre plus accessibles aux personnes handicapées. Nous veillons aussi, lorsque nous établissons des partenariats, à bloquer les niveaux de dépense des provinces de sorte que lorsque les fonds fédéraux arrivent à la porte d’entrée, les gouvernements provinciaux ne peuvent pas les faire sortir par la porte de derrière et simplement faire du surplace.
Nous travaillons aussi avec nos fonds d’infrastructure pour nous assurer que les investissements dans le transport en commun ont un effet positif sur la construction de logements sociaux, et nous lions les objectifs de logement social à nos investissements dans l’infrastructure pour garantir que lorsque nous investissons et créons des collectivités fortes, nous créons des collectivités pour tous. Cela non plus ne s’inscrit pas dans la Stratégie nationale sur le logement, mais dans l’approche du gouvernement en matière de logement qui vise à faire en sorte que tous les Canadiens puissent se loger et que leurs choix se concrétisent.
Je suis conscient que l’année a été très difficile pour les Canadiens sur le marché de l’habitation et je suis conscient que certaines idées dont parlent les conservateurs exigent plus d’action de la part du gouvernement. Je le comprends, mais il est faux de dire que nous n’avons rien fait. Il est également faux de dire que nous n’avons pas misé sur tous les éléments du continuum du logement. Dire que ce n’est qu’une question de logement social, de marché du logement ou d’offre revient à simplifier à l’extrême un enjeu très complexe.
Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui a rétabli le leadership en matière de logement fédéral. Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui construit plus de logements coopératifs, plus de logements locatifs et plus de maisons pour plus de gens que jamais au cours des 30 dernières années au Canada. Il faut faire plus, j’en conviens, et nous continuerons à ajouter des fonds et de nouveaux chapitres à la Stratégie nationale sur le logement.
Le prochain chapitre est le programme de logement en milieu urbain, rural et nordique pour les Autochtones et par les Autochtones. Nous nous appuyons sur le rapport du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, nous collaborons avec le Conseil consultatif sur le logement et nous collaborons avec les fournisseurs de logements autochtones pour donner suite à cet engagement, et nous le ferons.
Tant que nous n’aurons pas trouvé un logement à tous les Canadiens, nous serons exposés aux critiques. Tous les gouvernements seront dans cette situation. Tant que nous n’aurons pas réglé cette crise du logement, il y aura du travail à faire. J’espère que tous les parlementaires se joindront à moi pour appuyer les initiatives en ce sens que nous avons présentées dans le budget de 2021.
J’espère que les conservateurs pourront faire marche arrière et commencer à voter pour des mesures comme l’imposition d’une taxe sur les logements vacants appartenant à des intérêts étrangers. J’espère qu’ils appuieront nos mesures concernant l’incitatif pour l’accès à la propriété. J’espère qu’ils appuieront l’investissement de 1,5 milliard de dollars pour la création rapide de logements, la version 2.0 dont j’ai parlé, afin d’offrir encore plus de logements aux Canadiens les plus vulnérables.
J’espère qu’ils auront le cœur de commencer à appuyer les investissements que nous faisons dans les réserves et les programmes qui tiennent compte des particularités avec le conseil des Métis, l’ITK, l’Assemblée des Premières Nations et les gouvernements autochtones partenaires.
J’espère qu’ils appuieront les mesures que nous avons prises pour investir dans les réparations et pour augmenter l’Allocation canadienne pour le logement, une mesure qui cible tout particulièrement les femmes qui fuient la violence familiale, parce que nous savons à quel point ces femmes ont du mal à trouver un logement pour elles et leurs enfants, afin de se sortir d’une situation très dangereuse et précaire.
J’espère qu’ils appuieront les investissements que nous faisons dans Vers un chez-soi, qui vont plus que doubler, et les investissements annuels prévus d’un demi-milliard de dollars.
J’espère qu’ils pourront renoncer à la politique qu’ils avaient auparavant et qui interdisait le soutien des jeunes adolescents sans abri par des fonds fédéraux. Ils avaient en fait une politique, qui était l’une des plus effarantes jamais produites par un gouvernement en matière de logement. En effet, le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait pour politique que si un jeune était dans la rue, il devait rester dans cette situation pendant six mois avant de bénéficier du financement fédéral lui permettant d’obtenir un logement permanent.
Il est difficile d’imaginer que l’on punisse les enfants les plus vulnérables du pays pendant six mois parce qu’ils se sont enfuis de chez eux. À l’époque, on avait justifié cela en disant qu’on ne voulait pas inciter les jeunes à s’enfuir de chez eux. Certains s’enfuient de chez eux pour vivre dans la rue parce qu’ils fuient une situation encore plus précaire et dangereuse. Au lieu de trouver une façon de loger les jeunes, le gouvernement conservateur, au titre de sa politique, laissait des enfants dans la rue pendant six mois avant de leur verser un supplément au loyer dans le cadre de la stratégie Vers un chez-soi.
Les politiques qui se sont succédé dans le manuel des conservateurs n’ont rien fait pour aider à loger les gens pour qui cela est le plus difficile au Canada. Comme je l’ai dit dans mon dernier reportage en tant que journaliste, j’étais tellement furieux de l’approche des conservateurs en matière de logement que j’ai quitté le journalisme pour me lancer en politique municipale. Quand j’ai vu qu’aucun progrès n’était réalisé à Ottawa, j’ai quitté le conseil municipal pour me présenter aux élections fédérales, afin de contribuer au leadership dans ce dossier. Je suis très fier de la réponse du premier ministre et du Cabinet. Je suis très fier du travail accompli par notre caucus. Je suis très fier du travail de nombreux députés de l’opposition qui ont des projets de logement dans leur collectivité.
Prétendre que nous n’avons rien fait n’est que de la propagande politique. Les électeurs et les gens que nous représentons nous demandent tous les jours d’en faire plus. Nous cherchons avec eux à en faire plus et à faire mieux, parce qu’il est possible de faire plus et qu'il est toujours possible de faire mieux. Il reste encore beaucoup à faire. Ce n'est pas fini. La route est encore longue et nous ne nous arrêterons pas tant que le droit au logement de tous les Canadiens ne se sera pas concrétisé, peu importe le choix qu’ils font de louer ou d’acheter. Quelle que soit la région du pays où ils choisissent de vivre, le gouvernement fédéral a la responsabilité de créer un système de logement qui répond à leurs besoins.
C’est exactement ce que permet de faire notre Stratégie nationale sur le logement, qui se chiffre maintenant à 72 milliards de dollars. Nous travaillerons avec nos partenaires des divers ordres de gouvernement, soit les Autochtones, les municipalités, les provinces et les territoires, afin de nous acquitter de ces engagements. Nous n’avons pas encore terminé, mais la situation s’améliore. Au fur et à mesure que la situation s’améliorera, j’espère que les partis de l’opposition se joindront à nous pour réclamer encore plus de logements dans le cadre du processus budgétaire et du processus d’approbation du budget, et pour que les Canadiens obtiennent les logements qu’ils méritent à juste titre.
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, the reality in my riding of South Surrey—White Rock is that the dream of working hard, saving up, taking out a mortgage and buying a home to raise a family has become completely unrealistic. It has gone from challenging, but hopeful, to impossible.
A constituent of mine recently sent me a listing in White Rock. It had two bedrooms, two bathrooms and was 1,600 square feet. It was a modest place to raise a family, built in the 1960s. It sold in December 2020 for just over $900,000. Now it is listed for more than $1.25 million. If it sells at asking, and most right now are selling over asking, that is a 23% increase in a matter of months.
How about the South Surrey home that was sold in February for $1 million and then listed again in April 2021 for $1.35 million? No, this is not an issue that arose overnight. I recently saw a small home listed in White Rock for $750,000. It sold in 2015 for less than half that. Housing prices should not double in a six-year period.
The average dwelling in my riding now costs about $900,000. In the Fraser Valley, average prices have risen 20% year over year, according to the Canadian Real Estate Association. What are normal Canadians, who earn Canadian incomes and pay Canadian tax rates, to do? For first-time buyers, the dream of home ownership has become a nightmare.
The Liberals' latest answer is to increase the qualifying interest rate across Canada for insured mortgages. Now it will be even harder for Canadian families to qualify. According to James Laird, president of CanWise Financial and co-founder of Ratehub.ca, this will decrease the value of the mortgage a family could afford by roughly 5%. Then we add on the B.C. property purchase tax of 2% on the first $100,000, and 1% on every $100,000 after that. That money goes into the provincial general revenues and is simply lost to the buyer.
Will this increase in the qualifying rate for mortgages cool a red-hot housing market? We see no sign of that. Does it make first-time home ownership more feasible? Absolutely not. It is designed to make it harder to get a mortgage. What it does do, by diminishing buying power, is chill new developments. Developers are the first to realize they might not be able to sell as many units under the new mortgage rules. The rising cost of lumber does not help either.
What we really need to do is increase supply. It is economics 101. Price is largely determined by two things: supply and demand. Of all G7 nations, despite our vast geography and comparatively low population, Canada has the fewest housing units per capita. One way to increase supply is to slow the rampant speculative foreign buying that is distorting our housing supply and squeezing Canadian families right out of the market.
Data for 2019 from the Canadian housing statistics program showed more than 6% of properties in B.C. were owned, at least in part, by a non-resident of Canada. That number is even higher in Vancouver, rising to 11.6% of condominiums there. At first, the government was, and has been, dismissive of this issue, calling those who raised it xenophobic. B.C. workers simply are not able to live in Vancouver. It is seen by many now as a vacation destination.
The parliamentary secretary for housing has said that Canada has become “a very safe market for foreign investment”, adding, “but...not a great market for Canadians looking for choices around housing”.
The latest Liberal budget, the first in over two years, promises to address foreign buying through a consultation on a tax that would apply to foreign buyers. The Surrey family of four forced into an endless cycle of renting because of a skyrocketing real estate market do not want consultation. They want affordable housing. They want to join the middle class. How many times have we heard this Prime Minister's phrase, “the middle class and those wanting to join it”? Seriously, we need a little less talk and a little more action, please.
How else can the government increase supply for prospective Canadian homeowners? It is through policies that encourage building more homes. The Liberal government needs to incentivize home construction and slash through the endless red tape. We need to make it easier to get shovels in the ground, and build. The complex web of bureaucracy that must be navigated to build in this country is extremely costly and time consuming.
The C.D. Howe Institute estimates that red tape and regulations add more than $600,000 on average to the cost of a new home in Vancouver. This is staggering. Sure, much of this is municipal and provincial, but we, in this federal legislature, have a role to play.
A highlight of my parliamentary career was being awarded the Golden Scissors Award from the Canadian Federation of Independent Business in 2015, an award for slicing through red tape. The government needs to get its scissors out to start clipping away, and it needs to challenge its regional counterparts to do the same.
Enhancing transit is another key part of the equation. Better, faster transit that reaches further beyond existing boundaries would create a whole new world of possibility for residential real estate development, allowing more commuters to live in areas beyond the downtown cores.
In the Lower Mainland, we need SkyTrain expansions to Langley and South Surrey. We have been waiting far too long for the replacement of the George Massey tunnel, a key artery along Highway 99 that serves commuters from White Rock, Surrey, Delta and more. There were 85,000 commuters a day in 2019. With only four total lanes of traffic, that means constant congestion.
Plans for an expansion were first announced 15 years ago. It is past time to allocate the funds and work with local governments to get these projects done. Better transit infrastructure encourages growth, development and home ownership. Let us unlock this new supply.
The Liberals’ infrastructure plan simply is not working. Their Canada Infrastructure Bank, which was established to disburse $35 billion to infrastructure projects over 11 years, has completed a grand total of zero projects in four years. The independent Parliamentary Budget Officer recently said that the Infrastructure Bank is likely to fall short of its mandate, predicting only $15.9 billion of the $35 billion will be spent by 2028.
Speaking of over-promising and underperforming, the Liberals’ first-time home buyer incentive is also failing. The shared equity mortgage program offered first-time buyers 5% on existing homes and up to 10% on new constructions, resulting in lower monthly mortgage payments, but with the catch the government owns that 5% to 10% of the home, to be repaid to the government after 25 years or when the property is sold.
Let us say a family in White Rock decides to purchase that two-bed, two-bath I mentioned earlier at the $1.25-million price tag. Using this 5% incentive would effectively be a loan of $62,500. Wait a minute, I was carried away with the promise of this program for a moment. This family actually could not qualify for this program at all because the limits on the program are such that it is not available. In other words, it is completely unworkable in my riding all together. Despite the fact that such a program could result in usurious repayment rates, it is irrelevant in my riding anyway.
Canadians were told the shared equity mortgage program would help 20,000 Canadians buy a home in the first six months. Instead, it has served fewer than 6,000 over seven months. Again, the Liberals over-promised and under-delivered. Two years in, and there is less than one-tenth of the Liberals’ promised uptake.
Canadians are not using the program because it is a bad deal. Home ownership is critical to ensuring lasting prosperity and financial stability of the middle class. Conservatives know this. Let us address speculative foreign ownership, cut through the bureaucracy, encourage new builds, increase supply and make the dream of home ownership a reality.
I listened to the Liberals all day during this debate brag about spending $27 billion on housing, so why is the supply of new builds, rentals and upgrades still a crisis? I guess they have not actually been in charge for the last five and a half years. They talk more about former prime minister Harper than Conservatives do, and today, they even reached back 30 years to former prime minister Mulroney.
We are here in 2021 to address 2021 and future Canadian issues, not to gaze back into history. This is why my colleagues and I have put forth this motion today. We are tired of the inaction, the waste, the talking points and the rapid decline of affordable housing in this country, particularly in ridings like mine.
Why not put all that profligate spending into something Canadians actually care about, such as affordable rentals, home ownership and infrastructure to support both? We need a lot less talk and a lot more action.
Madame la Présidente, la réalité dans ma circonscription, Surrey-Sud—White Rock, c’est que le rêve de travailler dur, d'épargner, de contracter une hypothèque et d'acheter une maison pour élever une famille est devenu complètement irréaliste. Il est passé de difficile, mais plein d'espoir, à impossible.
Récemment, un de mes concitoyens m'a envoyé l'annonce d'une maison à vendre à White Rock. C'était une maison de deux chambres à coucher et deux salles de bain d'une superficie de 1 600 pieds carrés, une habitation modeste pour élever une famille, construite dans les années 1960. Elle a été vendue en décembre 2020 pour un peu plus de 900 000 $. Maintenant, elle est inscrite à plus de 1,25 million de dollars. Si elle se vend au prix demandé — et la plupart des maisons se vendent actuellement plus cher que le prix demandé — cela représente une augmentation de 23 % en quelques mois.
Une autre maison, cette fois de South Surrey, a été vendue en février pour 1 million de dollars, puis a été réinscrite en avril 2021 à 1,35 million de dollars. Non, il ne s’agit pas d’un problème qui est apparu du jour au lendemain. J'ai vu dernièrement une petite maison à White Rock inscrite à 750 000 $. Elle s'était vendue en 2015 pour moins de la moitié de ce prix. Les prix des logements ne devraient pas doubler en l'espace de six ans.
Une habitation moyenne dans ma circonscription coûte maintenant environ 900 000 $. Dans la vallée du Fraser, les prix moyens ont augmenté de 20 % sur un an, selon l'Association canadienne de l'immeuble. Que doivent faire les Canadiens ordinaires, qui gagnent des revenus canadiens et ont des taux d'imposition canadiens? Il est clair que pour les acheteurs d’une première maison, le rêve de devenir propriétaire s’est transformé en cauchemar.
La dernière solution des libéraux a consisté à élever le taux d’intérêt admissible pour les prêts hypothécaires assurés partout au Canada. Désormais, il sera encore plus difficile pour les familles canadiennes d’être admissibles. Selon James Laird, président de CanWise Financial et cofondateur de Ratehub.ca, cette mesure réduira d'environ 5 % la valeur du prêt hypothécaire qu'une famille peut se permettre. À cela, il faut ajouter la taxe sur les achats immobiliers de la Colombie-Britannique de 2 % sur la première tranche de 100 000 $ et de 1 % sur chaque tranche de 100 000 $ suivante. Cet argent est versé dans les recettes générales de la province et est tout simplement une perte pour l'acheteur.
Cette hausse du taux d'admissibilité aux prêts hypothécaires refroidira-t-elle un marché immobilier en pleine effervescence? Nous n'en voyons pas le moindre signe. Est-ce qu'elle rendra plus facile l’achat d’une première propriété? Absolument pas. Elle est conçue pour rendre plus difficile l'obtention d'un prêt hypothécaire. En diminuant le pouvoir d'achat, elle a pour effet de freiner les nouveaux projets de construction. Les promoteurs sont les premiers à se rendre compte qu'ils ne pourront peut-être pas vendre autant de logements sous le régime des nouvelles règles hypothécaires. L’augmentation du prix du bois d'œuvre n'aide pas non plus.
Ce que nous devons vraiment faire, c'est augmenter l'offre. C'est un principe économique de base. Le prix est largement déterminé par deux facteurs: l'offre et la demande. Malgré sa vaste superficie et sa faible densité de population, le Canada est le pays du G7 qui compte le moins de logements par habitant. Une façon d'augmenter l'offre consiste à ralentir les achats spéculatifs effrénés des étrangers qui faussent notre offre de logements et qui évincent les familles canadiennes du marché.
Selon les données de 2019 du Programme de la statistique du logement canadien, plus de 6 % des propriétés en Colombie-Britannique appartenaient, au moins en partie, à une personne résidant à l'extérieur du Canada. Ce chiffre est encore plus élevé à Vancouver, où le taux de condominiums détenus par au moins un résident étranger s’élève à 11,6 %. Au début, le gouvernement n'était pas préoccupé par cette question et traitait ceux qui la soulevaient de xénophobes. Les travailleurs de la Colombie-Britannique ne sont tout simplement pas en mesure de vivre à Vancouver. Beaucoup considèrent maintenant la ville comme une destination de vacances.
Le secrétaire parlementaire du ministre responsable du logement a dit que le Canada est devenu « un marché très sûr pour les investisseurs étrangers, mais pas très avantageux pour les Canadiens qui cherchent des options de logement ».
Le dernier budget libéral, qui est le premier à être déposé en plus de deux ans, promet de s'attaquer à la question des achats étrangers en menant une consultation sur une taxe qui s'appliquerait aux acheteurs étrangers. La famille de quatre personnes de Surrey qui est contrainte à un cycle de location sans fin en raison de la montée en flèche du marché immobilier ne veut pas de consultation. Elle veut un logement abordable. Elle veut faire partie de la classe moyenne. Combien de fois avons-nous entendu le premier ministre parler de la classe moyenne et de ceux qui aspirent à en faire partie? Sérieusement, nous avons besoin d'un peu moins de paroles et d'un peu plus de mesures concrètes, s'il vous plaît.
De quelle autre façon le gouvernement peut-il accroître l'offre pour les propriétaires canadiens potentiels? C'est à l'aide de politiques qui encouragent la construction de plus de logements. Le gouvernement libéral doit encourager la construction domiciliaire et éliminer les formalités administratives interminables. Nous devons faciliter les travaux et la construction. Le dédale bureaucratique complexe dans lequel il faut naviguer pour construire au Canada est extrêmement coûteux et prend beaucoup de temps.
L'Institut C.D. Howe estime que la paperasserie et les règlements font grimper de plus de 600 000 $ en moyenne le prix des nouvelles maisons à Vancouver. C'est renversant. Bien sûr, une grande partie de ces éléments relèvent des municipalités et du gouvernement provincial, mais le fédéral a aussi un rôle à jouer.
Un des points saillants de ma carrière parlementaire est le fait d'avoir remporté le Prix Coupe-paperasse d’or de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante en 2015, un prix qui est décerné à ceux qui s'attaquent vraiment à la paperasserie. Le gouvernement doit sortir ses ciseaux et commencer à couper la paperasserie et il doit inviter ses homologues régionaux à faire de même.
Améliorer les services de transport en commun est un autre élément important de l'équation. Des services de transport en commun améliorés et plus rapides qui dépassent les limites actuelles permettraient de créer un monde de possibilités pour le développement immobilier résidentiel, ce qui permettrait à davantage de navetteurs d'habiter en dehors des centres-villes.
Dans la vallée du bas Fraser, il faut prolonger le SkyTrain jusqu'à Langley et jusqu'à Surrey-Sud. Nous attendons depuis trop longtemps le remplacement du tunnel George Massey, une artère essentielle située le long de l'autoroute 99 qu'utilisent les navetteurs de White Rock, de Surrey, de Delta, et j'en passe. En 2019, le tunnel était utilisé par 85 000 navetteurs par jour. Comme le tunnel ne compte que quatre voies de circulation au total, il est toujours congestionné.
Des plans d'élargissement ont été annoncés il y a 15 ans. Il est grand temps d'affecter les fonds nécessaires et de collaborer avec les gouvernements locaux pour mener à bien ces projets. De meilleures infrastructures de transport en commun favorisent la croissance, le développement et l'accession à la propriété. Nous devons exploiter ce potentiel.
Le plan d'infrastructure des libéraux ne fonctionne tout simplement pas. La Banque de l'infrastructure du Canada, qui a été créée pour investir 35 milliards de dollars dans des projets d'infrastructure sur 11 ans, n'a permis de réaliser aucun projet en quatre ans. Le directeur parlementaire du budget, qui est indépendant, a indiqué récemment que la Banque risque de ne pas respecter son mandat, et il prévoit qu'elle dépensera d'ici 2028 seulement 15,9 des 35 milliards de dollars de son budget.
Puisqu'on parle des belles promesses qui ne sont pas tenues, rappelons que l'Incitatif à l'achat d'une première propriété mis en place par les libéraux est un échec. Le programme de prêt hypothécaire avec participation offrait aux acheteurs d'une première propriété un incitatif de 5 % pour les maisons existantes et jusqu'à 10 % pour les nouvelles constructions, de manière à réduire les paiements hypothécaires mensuels. Il y a toutefois un piège: ces 5 ou 10 % de la propriété appartiennent au gouvernement et doivent lui être remboursés après 25 ans ou à la vente de la propriété.
Imaginons qu'une famille de White Rock décide d'acheter une maison de deux chambres et deux salles de bain qui coûte 1,25 million de dollars, pour reprendre l'exemple que j'ai donné plus tôt. L'incitatif de 5 % correspondrait à un prêt de 62 500 $. Je dois toutefois m'excuser, parce que je me suis laissé emporter par les promesses de ce programme. Dans les faits, cette famille n'y serait pas admissible étant donné les limites fixées. Autrement dit, ce programme est tout à fait inutile dans ma circonscription. Non seulement risque-t-il de donner lieu à des taux de remboursement usuraires, mais il est carrément inutilisable dans ma circonscription.
Le gouvernement avait dit que le programme de prêt hypothécaire avec participation aiderait 20 000 Canadiens à acheter une propriété dans les six mois suivant sa mise en oeuvre. Dans les faits, il a aidé moins de 6 000 personnes en sept mois. Une fois de plus, les libéraux ont fait de grandes promesses sans les tenir. Deux ans après la création du programme, la participation réelle n'atteint même pas 10 % de celle que promettaient les libéraux.
Les Canadiens n'ont pas recours au programme parce que c'est une mauvaise affaire. Être propriétaire est crucial pour assurer la prospérité à long terme et la stabilité financière de la classe moyenne. Les conservateurs en sont conscients. Réglons le problème de la spéculation immobilière exercée par les étrangers, réduisons la bureaucratie, encourageons les nouveaux projets de construction, faisons augmenter l'offre et faisons du rêve d'accession à la propriété une réalité.
Toute la journée, j'ai écouté les libéraux se vanter de dépenser 27 milliards de dollars pour le logement. Comment expliquent-ils que la crise touchant l'offre pour les nouvelles constructions, logements à louer et logements rénovés persiste? C'est à croire qu'ils n'ont pas été vraiment au pouvoir au cours des cinq dernières années et demie. Ils parlent plus souvent de l'ancien premier ministre Stephen Harper que les conservateurs et, aujourd'hui, ils sont remontés 30 ans en arrière, à l'époque de l'ancien premier ministre Mulroney.
Nous sommes ici, en 2021, afin de régler les problèmes actuels et futurs du Canada, et non pas étudier l'histoire. C'est pourquoi mes collègues et moi-même avons présenté la motion à l'étude aujourd'hui. Nous en avons assez de l'inaction, du gaspillage, des réponses rédigées d'avance et du déclin rapide du logement abordable au pays, en particulier dans des circonscriptions comme la mienne.
Pourquoi ne consacre-t-on pas toutes les dépenses effrénées à quelque chose qui compte véritablement pour les Canadiens, comme des logements abordables, l'accès à la propriété et l'infrastructure, qui les appuie tous les deux? Il faut parler beaucoup moins et agir beaucoup plus.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-08 16:53 [p.8128]
Madam Speaker, the Conservative motion would not spend one dollar on housing. The Conservative motion is a postcard of ideas that actually would not accomplish much of anything in any of the areas they want to speak about.
The member opposite talks about the desire to build transit. The way capital budgets are constructed at the municipal level is that the development charges are the driver of the capital programs. In other words, when we add new housing, there is a cost involved in delivering the roads, the transit, the schools and the libraries. Everything in the city that a house requires to be functional is leveraged off of those development charges, yet what the Conservatives are proposing is not only to gut that system, but to also cut the funding that is the federal contribution to transit.
How do we build a subway with nothing but tax cuts and budget cuts?
Madame la Présidente, la motion des conservateurs ne consacrerait pas un sou au logement. La motion des conservateurs est un pense-bête qui ne permet pas vraiment d'accomplir quoi que ce soit dans les domaines dont ils veulent traiter.
La députée d'en face parle de sa volonté de développer le transport en commun. Dans les municipalités, ce sont les redevances qui sont au cœur des programmes d'immobilisations et sur lesquelles repose l'élaboration des budgets d'immobilisations. Bref, quand on ajoute de nouvelles habitations, il y a un coût associé à l'aménagement des routes et du transport en commun, à la construction d'écoles et de bibliothèques. Tout ce qui est nécessaire pour rendre une habitation fonctionnelle et qui relève de la municipalité est payé à l'aide de ces droits d'aménagement. Et pourtant, les conservateurs proposent non seulement de dépouiller ce système, mais aussi de réduire la contribution fédérale au transport en commun.
De quelle façon pouvons-nous aménager un métro uniquement grâce à des réductions d'impôt et budgétaires?
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, last time I looked, the Liberals were the ones forming the government. They have been in charge for five and a half years, and they are the ones who put forward a budget, not us.
We are saying that they have not spent enough time and attention in that budget on affordable housing in Canada. It is a crisis. It is a problem. It is what people really care about. They should please pay attention. We need more action and less talk.
Madame la Présidente, aux dernières nouvelles, ce sont les libéraux qui forment le gouvernement. Ils sont au pouvoir depuis cinq ans et demi, et ce sont eux qui produisent le budget, pas nous.
Ce que nous disons, c'est qu'ils n'accordent pas assez de temps ni d'attention dans ce budget au logement abordable au Canada. Nous sommes en crise. Le problème est bien réel. Voilà ce qui intéresse vraiment la population. Nous les prions donc de prêter attention à la question. Il nous faut plus d'action et moins de discours.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2021-05-27 11:31 [p.7469]
Madam Speaker, I want to thank my colleague from the next-door riding of South Surrey—White Rock for mentioning a very important infrastructure project, the SkyTrain extension into my riding of Langley.
I wonder if the member would comment on the important interplay between transit, particularly transit-oriented residential development, and tackling the housing affordability crisis in the Lower Mainland.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Surrey-Sud—White Rock d'avoir cité un projet d'infrastructure très important, soit le prolongement du SkyTrain jusque dans la circonscription voisine de Langley, que je représente.
Je me demande si la députée pourrait nous parler de l'incidence importante du transport en commun, surtout celui axé sur le développement résidentiel et sur la gestion de la crise du logement abordable dans la vallée du bas Fraser.
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, there is little doubt that my colleague and I know about the lack of affordability in B.C., particularly in the Lower Mainland. It is a very expensive place to live, a very beautiful place.
What we need in order to encourage growth, development and home ownership is better transportation south of the Fraser River. We need to be able to get people from community to community, to their jobs or to whatever it is they need to travel for. We need easy access for goods and services, as I mentioned in my speech, not just within the communities but up the highway to Deltaport, to the international airport, to Vancouver and beyond. This infrastructure is vital to us, and we do not understand why it is not being given the attention it deserves.
Madame la Présidente, il va sans dire que mon collègue et moi sommes bien au fait de la pénurie de logements abordables en Colombie-Britannique, surtout dans la vallée du bas Fraser. C'est un endroit magnifique où le coût de la vie est très élevé.
Pour favoriser la croissance, le développement et l'accession à la propriété, nous devons offrir un meilleur système de transport au sud du fleuve Fraser. Il faut que les gens soient en mesure de passer d'une collectivité à l'autre et de se rendre au travail ou n'importe où ailleurs. Comme je l'ai dit dans mon exposé, nous devons avoir facilement accès aux biens et aux services, et pas uniquement au sein des collectivités, mais bien de l'autoroute jusqu'à Deltaport, à l'aéroport international, à Vancouver et au-delà. Cette infrastructure est vitale pour nous, et nous ne comprenons pas pourquoi elle ne reçoit pas toute l'attention qu'elle mérite.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-05-27 13:09 [p.7484]
Mr. Speaker, the budget had no line for investment in, for example, VIA Rail. We know Greyhound is in the tank. These are critical and vital transportation links, particularly for remote communities. Many seniors, for example, use the bus and rail.
I wonder if my colleague is supportive of making massive investments in VIA Rail and Greyhound?
Monsieur le Président, le budget ne proposait aucun investissement pour VIA Rail, par exemple, et nous savons que Greyhound a cessé ses activités. Il s'agit de réseaux de transports essentiels, surtout pour les collectivités éloignées. Je pense notamment aux nombreuses personnes âgées qui dépendent des réseaux de bus et de train.
Je me demande si mon collègue est favorable à l'idée de réaliser des investissements majeurs dans VIA Rail et Greyhound.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, the Liberal government has consistently created policies and introduced provisions that divide Canadians, whether it be regionally or urban versus rural. Even today, there is much discussion about the division in categories of seniors. As somebody who represents a very northern riding, unlike my colleague asking the question, I very much understand the need for transportation for people in my riding.
If there is a lack of support for things that are important to my New Democratic colleague, why did she choose to support this budget in the first place?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral créé sans cesse des politiques et présente constamment des dispositions qui ont pour effet de diviser les Canadiens, que ce soit entre les régions ou entre les milieux urbain et rural. Même aujourd'hui, on parle beaucoup de la division des personnes âgées en catégories. En tant que député représentant une région très nordique, contrairement à la députée qui me pose la question, je comprends tout à fait les besoins en matière de transport pour les habitants de ma circonscription.
Si le budget ne prévoit rien pour des initiatives qui importent à ma collègue néo-démocrate, pourquoi a-t-elle choisi de l'appuyer quand même?
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
My constituents in Vaudreuil—Soulanges, all Canadians and billions of people around the world have had their lives turned upside down for more than a year by COVID-19. Many people have lost loved ones. Schools, day cares and businesses have had to close. Families have been affected by temporary and long-term layoffs.
The magnitude of this situation cannot be underestimated. This is the worst health and economic crisis that Canada and all of humanity have experienced in generations. Our Liberal government had to present a budget that reflected this reality, and budget 2021 does just that.
This is an important budget focused on three key goals: finishing the fight against COVID-19 and continuing to support families and businesses during the pandemic; investing in the economic recovery and in economic growth in the short and long terms; and, lastly, looking ahead by investing in building a cleaner, safer, stronger and more prosperous Canada for our children and grandchildren.
With respect to our investments to finish the fight against COVID-19, I will start by speaking about investments in vaccines, more specifically our domestic vaccine production capacity in the future.
COVID-19 highlighted the importance of rebuilding Canada's vaccine production capacity, which was lost over the past 40 years. Budget 2021 provides a total of $2.2 billion over seven years to re-establish a vibrant domestic life sciences sector. This amount includes a previously announced investment of $170 million for the expansion of a vaccine production facility in Montreal. These and upcoming investments will equip Canada to produce COVID-19 vaccines and other vaccines that Canadians may need to combat future biological threats.
As we continue to navigate through the highs and lows of this pandemic, many sectors of our economy are still closed or operating at reduced capacity due to provincial health measures. As a result, many of my constituents in Vaudreuil—Soulanges are either out of work or are facing a reduction in income.
To ensure that they continue to put food on the table and support themselves and their families, budget 2021 extends the COVID-19 economic response support measures for individuals by another 12 weeks to September 2021. This includes the Canada recovery benefit, which will reduce gradually over time; the Canada recovery caregiving benefit; the Canada recovery sickness benefit; and it allows for more flexible access to EI benefits for another year, into the fall of 2022. This ensures that those in my riding of Vaudreuil—Soulanges, who are still heavily impacted by this pandemic, including our artists, restaurant owners, tourism operators, those working in the aviation sector and many more, will have the support they need to see it through.
We have also extended benefits for small business owners. Budget 2021 ensures that the Canada emergency wage subsidy, which has helped more than 5.3 million Canadians, will be extended until September 25, 2021.
The Canada emergency rent subsidy, which has already helped more than 154,000 organizations, will be extended from June to September 25, 2021.
Canada emergency business account loans, which have helped more than 850,000 Canadian small businesses, are still repayable by December 31, 2022, but the application deadline has been extended to June 30, 2021.
To help businesses reopen, budget 2021 includes several new programs, such as the Canada recovery hiring program, which offsets a portion of the extra costs employers take on as they reopen.
The objective is to help employers that continue to experience declines in revenues relative to before the pandemic. The program will be available for employees from June 6 to November 20, 2021.
Budget 2021 also includes an expansion of a worker support program that I know will have positive impacts on the lives of hundreds of thousands of Canadians in the years ahead who may find themselves diagnosed with an illness that will require them to take time off work, and that is the extension of employment insurance sickness benefits from 15 weeks to 26 weeks. During my personal battle with cancer, I know how important it is during and after chemotherapy to focus on one's well-being, on one's mental health and on healing.
Budget 2021 proposes funding of $3 billion over five years to deliver on our promise in 2019 to extend these benefits by almost three months. This extension would provide approximately 169,000 Canadians every year with additional time and flexibility to recover and return to work.
The extension of the support programs for families, workers and business owners to September 2021 is vital to the health and safety of many families and businesses in Vaudreuil—Soulanges.
We promised all Canadians that we would be there for them during the pandemic, and that is what we are doing with budget 2021.
We also promised seniors that we would be there to help them. Since 2016, our government has worked hard to do just that. We have already increased support for 900,000 of the most vulnerable seniors across Canada, made historic investments in affordable housing, and invested billions of dollars in mental health care.
In budget 2021, we are continuing on that track by offering a one-time payment of $500 for seniors aged 75 and over in August 2021, as well as a 10% increase in old age security payments starting in July 2022 for seniors aged 75 and over.
We also invested over $3 billion to improve long-term care and $3.8 billion to build an additional 35,000 affordable housing units for Canadian seniors.
For young Canadians who are anxious about their future job prospects in the coming months and years, budget 2021 provides the support they need to build skills, get on-the-job training and start their careers. This includes $721 million to connect Canadian youth with employers that will provide them with over 100,000 new quality job opportunities and a historic $4 billion in a digital adoption program to help 160,000 businesses make the shift to e-commerce, which will create 28,000 new jobs for young Canadians.
It provides $708 million over five years to ensure that we have 85,000 work-integrated learning placements and $470 million to establish a new apprentice service that would help over 55,000 first-year apprentices in construction and manufacturing Red Seal trades.
Finally, it provides an additional $371 million in new funding for the Canada summer jobs program in 2022 and 2023 to support approximately 75,000 new placements in the summer of 2022 alone.
Further, to respond to the mental health impacts of this pandemic, as part of an overall investment of $1 billion in the mental health of Canadians, budget 2021 proposes to provide $100 million over three years to support innovative mental health programs for populations disproportionately impacted by COVID-19, including health care workers, front-line workers, youth, seniors, indigenous Canadians and racialized Black Canadians.
Finally, budget 2021 includes unprecedented investments in the protection and preservation of nature and action against climate change. To enable Canada to reach the ambitious goal of protecting 25% of our nature by 2025, budget 2021 invests $4 billion for small and large-scale conservation projects and $3.16 billion to plant two billion trees across Canada by 2030. To help Canada not only meet but exceed our Paris agreement targets, budget 2021 invests $8 billion in the net-zero accelerator supporting green technology and renewable energy and creating well-paying jobs in the process.
It also invests $1.5 billion to purchase 5,000 electric public transit and school buses, helping to reduce our greenhouse gas emissions, provide cleaner air and reduce noise pollution in our communities. In addition, to help communities like mine in Vaudreuil—Soulanges that have already begun to experience the impacts of climate change with two record floods in just the last four years, budget 2021 will strengthen climate resiliency by allocating $640 million to the disaster mitigation and adaptation fund for small-scale projects between $1 million and $20 million in eligible infrastructure costs. For communities like mine, with smaller municipalities, this change is going to make all the difference.
With that, I strongly encourage every member of the House to support the measures proposed in budget 2021 and in Bill C-30. These measures will allow us to—
Depuis plus d'un an, les membres de la communauté de Vaudreuil—Soulanges, les Canadiens et les Canadiennes de partout au pays et des milliards de personnes dans le monde ont vu leur vie bouleversée par la COVID-19. Plusieurs ont perdu des proches. Des écoles, des garderies et des entreprises ont dû fermer. Des familles ont été touchées par des mises à pied temporaires et à long terme.
La magnitude de la situation ne peut être sous-estimée. En effet, il s'agit de la pire crise sanitaire et économique que le Canada et l'humanité aient connue depuis des générations. Notre gouvernement libéral avait donc besoin de présenter un budget qui reflète cette réalité, et le budget 2021 remplit ce rôle.
C'est un budget important qui se concentre sur trois objectifs principaux: terminer la lutte contre la COVID-19 et continuer à soutenir les familles et les entreprises pendant la pandémie, investir dans la reprise et la croissance économiques à court et à long termes et, finalement, se tourner vers l'avenir grâce à des investissements visant à bâtir un Canada plus propre, plus sûr, plus fort et plus prospère, soit le Canada que nous voulons laisser à nos enfants et à nos petits-enfants.
Concernant nos investissements pour terminer la lutte contre la COVID-19, je vais commencer par parler des investissements dans les vaccins, plus précisément de notre capacité à produire des vaccins au Canada dans le futur.
La COVID-19 a souligné l'importance que le Canada retrouve sa capacité de production de vaccins perdue au cours des quarante dernières années. Le budget 2021 prévoit un total de 2,2 milliards de dollars sur sept ans pour le rétablissement d'un secteur national dynamique des sciences de la vie. Ce montant inclut un investissement déjà annoncé de 170 millions de dollars pour l'expansion d'un centre de production de vaccins à Montréal. Ces investissements, et d'autres à venir, permettront au Canada de produire les vaccins contre la COVID-19 et d'autres vaccins dont les Canadiens pourraient avoir besoin en raison de futures menaces biologiques.
Alors que nous continuons de lutter contre la pandémie, de nombreux secteurs de notre économie restent fermés ou fonctionnent à capacité réduite, à cause des restrictions sanitaires provinciales, si bien qu’un grand nombre des habitants de ma circonscription, Vaudreuil—Soulanges, sont au chômage ou ont vu fondre leurs revenus.
Pour qu’ils puissent continuer à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, le budget de 2021 propose de prolonger les aides financières accordées aux particuliers pendant la pandémie pendant encore 12 semaines, jusqu’en septembre 2021. Il s’agit de la Prestation canadienne de la relance économique, dont le montant va diminuer progressivement; de la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants; de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique; et des prestations d’assurance-emploi qui sont assouplies pendant encore un an, jusqu’à l’automne 2022. Cela va permettre à mes concitoyens de Vaudreuil—Soulanges, qui sont encore durement touchés par la pandémie, y compris les artistes, les propriétaires de restaurants, les exploitants d'entreprises touristiques, les travailleurs du secteur de l'aviation et j’en passe, de recevoir l’aide dont ils ont besoin pour traverser cette période difficile.
De plus, nous avons prolongé les prestations pour les propriétaires de petites entreprises. Le budget 2021 assure que la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a aidé plus de 5,3 millions de Canadiens, sera prolongée jusqu'au 25 septembre 2021.
La Subvention d'urgence du Canada pour le loyer, qui a déjà aidé plus de 154 000 organismes, sera prolongée de juin au 25 septembre 2021.
En ce qui concerne le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, qui a aidé plus de 850 000 petites entreprises canadiennes, le remboursement du prêt est toujours dû le 31 décembre 2022, mais le délai des demandes de prestations sera prolongé jusqu'au 30 juin 2021.
Pour les aider à rouvrir, nous avons inclus, dans le budget de 2021, plusieurs nouveaux programmes, incluant le programme d'embauche pour la relance économique du Canada, qui vise à subventionner une partie des coûts supplémentaires supportés par les employeurs lors de la réouverture.
L'objectif est d'aider les employeurs qui continuent à enregistrer des baisses de revenus par rapport à avant la pandémie. Le programme sera disponible pour les employés du 6 juin au 20 novembre 2021.
Le budget de 2021 prévoit également de prolonger l’application d’un programme de soutien aux travailleurs qui bénéficiera assurément aux centaines de milliers de Canadiens qui, au cours des prochaines années, risqueront d’être atteints d’une maladie susceptible de les obliger à cesser temporairement de travailler. Je veux parler des prestations de maladie de l’assurance-emploi, qui sont prolongées de 15 à 26 semaines. J’ai moi-même dû affronter un cancer, et je sais combien il est important, pendant et après la chimiothérapie, de pouvoir accorder le temps nécessaire à son bien-être, sa santé mentale et sa convalescence.
Le budget de 2021 alloue 3 milliards de dollars sur cinq ans pour respecter la promesse que nous avons faite en 2019 de rallonger la durée de ces prestations de près de trois mois. Cela permettra, chaque année, à environ 169 000 Canadiens de disposer de plus de temps et de plus de flexibilité pour se rétablir avant de retourner au travail.
En effet, le prolongement des programmes de soutien pour les familles, les travailleurs et les entrepreneurs jusqu'en septembre 2021 est vital pour la santé et la sécurité de plusieurs familles et entreprises de Vaudreuil—Soulanges.
Nous avons promis à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes que nous serions là pour eux durant la pandémie, et c'est ce que nous faisons avec notre budget de 2021.
Nous avons aussi promis à nos aînés que nous serions là pour les aider. Depuis 2016, notre gouvernement a travaillé fort pour le faire. Nous avons déjà augmenté le soutien pour 900 000 aînés les plus vulnérables de partout au Canada, mis de l'avant des investissements historiques dans les logements abordables et investi des milliards de dollars dans les soins de santé mentale.
Dans le budget de 2021, nous continuons sur la même voie en offrant un paiement unique de 500 $ pour les aînés de 75 ans et plus en août 2021, ainsi qu'une augmentation des paiements de la pension de la Sécurité de la vieillesse de 10 % à partir de juillet 2022 pour les personnes âgées de 75 ans et plus.
Nous avons aussi investi plus de 3 milliards de dollars pour améliorer les soins de longue durée et 3,8 milliards de dollars pour construire 35 000 logements abordables de plus pour les aînés du Canada.
Aux jeunes Canadiens qui s’inquiètent de leurs perspectives professionnelles pendant les mois et les années qui viennent, le budget de 2021 offre des stages et des programmes de perfectionnement des compétences pour faciliter leur entrée sur le marché du travail. Cela comprend un crédit de 721 millions de dollars pour mettre les jeunes en lien avec des employeurs susceptibles de leur offrir plus de 100 000 nouveaux emplois de qualité, ainsi qu’un investissement record de 4 milliards de dollars pour un programme canadien d’adoption du numérique qui permettra d’aider 160 000 entreprises à se lancer dans le commerce électronique et à créer, ce faisant, 28 000 nouveaux emplois pour les jeunes Canadiens.
Le budget propose également d’investir 708 millions de dollars sur cinq ans dans la création de 85 000 stages d’apprentissage intégré au travail et 470 millions dans la création d’un nouveau service qui aidera plus de 55 000 apprentis de première année dans les métiers de la construction ou de la fabrication désignés Sceau rouge.
Enfin, le budget prévoit un investissement supplémentaire de 371 millions de dollars dans le programme Emplois d’été Canada en 2022 et en 2023, ce qui permettra de financer environ 75 000 nouveaux stages rien que pendant l’été 2022.
De plus, pour répondre aux répercussions de la pandémie sur la santé mentale, le budget de 2021 propose, dans le cadre d’un investissement global de 1 milliard de dollars pour la santé mentale des Canadiens, de consacrer 100 millions de dollars sur trois ans à des programmes de santé mentale novateurs à l’intention des populations particulièrement touchées par la COVID-19, notamment les travailleurs de la santé, les travailleurs de première ligne, les jeunes, les personnes âgées, les Autochtones et les Canadiens noirs et racisés.
Enfin, le budget de 2021 prévoit des sommes sans précédent pour la protection et la préservation de la nature et pour la lutte contre les changements climatiques. Dans le but de permettre au Canada d'atteindre l'objectif ambitieux de protéger 25 % de ses espaces naturels d'ici 2025, le budget de 2021 inclut une somme de 4 milliards de dollars dans des projets de conservation à petite et grande échelle et une somme de 3,16 milliards de dollars pour planter deux milliards d'arbres au Canada d'ici 2030. Afin d'aider le Canada non seulement à atteindre les cibles de l'Accord de Paris, mais aussi à les dépasser, le budget de 2021 prévoit une somme de 8 milliards de dollars dans l'accélérateur net zéro, qui vise à favoriser les technologies vertes et les énergies renouvelables et à créer ainsi des emplois bien rémunérés.
Le gouvernement consacre également 1,5 milliard de dollars à l'achat de 5 000 autobus électriques pour le transport des écoliers et le transport en commun, ce qui contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à assainir l'air et à réduire la pollution par le bruit dans les collectivités. De plus, pour aider les circonscriptions comme la mienne, Vaudreuil—Soulanges, qui ont déjà commencé à subir les conséquences des changements climatiques et connu deux inondations records au cours des quatre dernières années seulement, le budget de 2021 renforcera la résistance aux changements climatiques en allouant 640 millions de dollars au Fonds d'adaptation et d'atténuation en matière de catastrophes pour des projets à petite échelle dont les coûts d'infrastructure admissibles se situent entre 1 et 20 millions de dollars. Pour les circonscriptions comme la mienne, qui comptent de petites municipalités, ce changement sera très bénéfique.
Cela dit, j'encourage fortement tous les députés de la Chambre à appuyer les mesures proposées dans le budget de 2021 et dans le projet de loi C-30. Ces mesures nous permettront...
View Salma Zahid Profile
Lib. (ON)
View Salma Zahid Profile
2021-05-12 15:08 [p.7113]
Mr. Speaker, public transit is at the heart of a clean, inclusive recovery that starts our economy and creates good jobs. From construction workers to transit drivers, workers on assembly lines and the small business owners supporting these projects, tens of thousands of jobs are created when we invest in public transit. Investing in public transit supports Canadians through the pandemic, positions Canada for a strong recovery, and transforms our society for a cleaner and better future.
Could the Prime Minister please update us on our government's historic commitment to public transit in the GTA?
Monsieur le Président, le transport en commun est un élément clé d'une relance propre et inclusive de l'économie et crée de bons emplois. Que l'on parle des travailleurs de la construction, des ouvriers qui travaillent à la chaîne ou des conducteurs, les investissements dans ce secteur permettent de créer des dizaines de milliers d'emplois et les propriétaires de petites entreprises bénéficient également des retombées de ces projets. Miser sur le transport en commun aide les Canadiens à traverser la pandémie, prépare le Canada à une reprise économique vigoureuse et transforme la société en vue d'un avenir meilleur et plus propre.
Le premier ministre pourrait-il faire le point sur l'engagement sans précédent qu'a pris le gouvernement au titre du transport en commun dans la région du Grand Toronto?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 15:08 [p.7113]
Mr. Speaker, that is an important question. People want to live and work near good public transit. It takes cars off the road, helps drive Canada to net-zero emissions by 2050, and allows commuters to spend more time with their loved ones.
Yesterday we announced a historic investment for four shovel-ready public transit projects in the GTA, with the federal government contributing up to $10.4 billion. Our government knows that expanding public transit is essential to the future of the GTA. We are stepping up to the plate.
Monsieur le Président, cette question est importante. Les gens souhaitent vivre et travailler à proximité d'un bon réseau de transport en commun. Un réseau efficace retirera des voitures de la route, aidera le Canada à atteindre la cible de zéro émission nette d'ici 2050 et permettra aux navetteurs de passer davantage de temps avec leurs proches.
Hier, nous avons annoncé que le gouvernement fédéral contribuera à hauteur de 10,4 milliards de dollars à la réalisation de quatre projets de transport en commun prêts à démarrer dans la région du Grand Toronto; c'est un investissement historique. Le gouvernement sait que l'élargissement du réseau de transport en commun est essentiel pour l'avenir de la région du Grand Toronto. Nous agissons.
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2021-05-11 12:10 [p.7036]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House today to speak to budget 2021.
As I always remind my constituents, I am Beauce's representative in Ottawa, not Ottawa's representative in Beauce. That is why I would like to share with the House my many concerns about this budget and the changes that I would like to see made for my constituents and all Canadians.
The fact that the government took two years to announce its budget is unbelievable. One would think that, since the budget took two full years to develop, it would not have so many glaring problems, but it is important to remember that this government is constantly embroiled in scandal and other types of distractions.
Since coming to Ottawa during the last election, I have seen how complicated it is to work in federal politics. Everything moves at a snail's pace. It is extremely discouraging to have such good intentions but to feel as though this government never makes any progress.
As the associate shadow minister for rural economic development, I examined the budget carefully, and there are many things I would like to talk about today.
I would like to start by talking about the labour shortage that is affecting Quebec businesses. Business people across the country have found very creative ways to keep their businesses afloat during these uncertain times. Unfortunately, in rural areas, even before the pandemic, it has always been extremely difficult to fill all the available positions. The government should expand and enhance the existing temporary and seasonal worker programs to help fill the gap for these businesses.
The government also needs to cut the red tape associated with hiring. In some cases, businesses have to deal with three different departments to bring in the workers they themselves recruited in foreign countries. Current departmental wait times are destroying our businesses. The government cannot keep using the pandemic as an excuse. It is time for these ministers to stop gearing up for their next election campaign and start getting to work on these files.
Secondly, I want to talk about something that I have been passionate about for many years and that is public transportation in rural areas. The problem is that the money is simply not there. When the government promises to provide funding to the provinces, most of that funding ends up in major urban centres. With the population aging, keeping seniors in their rural municipalities could be easier with access to a public transportation system that would give them greater autonomy. In the absence of such transportation services, seniors choose to move closer to hospitals and health care centres for a better sense of security.
We see the same thing with newcomers. They also need transportation. In the context of a labour shortage, many businesses are recruiting foreign workers. It is the employer's responsibility to secure transportation to the workplace for employees with temporary work permits. However, these employee have no means of transportation to get to medical appointments, the pharmacy or the grocery store.
Public transportation in rural areas would help these workers and their families better integrate into their host communities. Without public transportation, students have no choice but to own a vehicle, carpool when possible, or live near post-secondary institutions, which are often located in major cities. For rural areas where about 20% of the Canadian population lives, a per capita contribution is not appropriate. Commuting distance should be a criterion for contribution. This approach would support the provision of transportation services in rural areas.
I would now like to quickly address a fairness issue that is not mentioned at all in this budget. It involves the current state of the Income Tax Act when it comes to the transfer of a family business. Currently, the reality for business owners is that it costs them more in taxes to sell their business to a family member than to sell it to a third party.
The current act unjustifiedly disadvantages operators who wish to pass on their family business to their daughter or son, leaving owners to decide whether to keep their life's work in the family or sell it to the highest bidder.
As everyone knows, Beauce is all about small business, and I would like to share an example from my riding. Eddy Berthiaume of Les Escaliers de Beauce in Saint-Elzéar was forced to make the difficult decision I just explained to the House. As the owner of half the business, Eddy is a hard worker who devoted years and years to building his business. When he was ready to retire, he decided to sell his shares in the family business to his children. Unfortunately, he was unfairly forced to pay thousands of dollars in transfer fees.
The worst part is that his business partner sold his half of the business to a third party and had to pay next to nothing in taxes. Why is that unfair? That is just one of many examples of how the government is leaving this country's small businesses out in the cold. We do not need a government that is willing to grant exemptions to some Canadians while penalizing hard-working families like the Berthiaumes.
I therefore hope all parties in the House will support the Conservative Party when it is time to vote on Bill C-208 tomorrow.
I now want to talk about high-speed Internet access and, in particular, the quality of cellular coverage in rural parts of Canada. This is the biggest problem that continues to put rural and remote communities at a disadvantage.
More and more Canadians are required to work and learn from home, so stable and reliable Internet and cellular connections are crucial. The Liberal government has completely bungled this issue, which has lagged for years, through five different programs and three departments.
Fortunately for Quebeckers, our provincial government presented a real plan with dates and objectives to get all homes connected by the end of 2022. The federal plan was so bad that the province implemented its own plan and simply asked the federal government to share the costs. Other parts of Canada are unfortunately quite far behind. We do not need more talk. We need action on this urgent issue.
Budget 2021 does not contain a single initiative to help improve cellular networks in rural areas. In some parts of my riding, people are finally getting access to a decent Internet connection. However, if they walk five minutes down the road, they lose any reliable connection to the cellular network, which makes no sense.
When can we finally hope to have a plan that works from this government to connect all Canadians in rural areas? We need the government to show leadership. It cannot continue to sit on the sidelines and wait for the big telecoms to take the initiative and solve this problem.
Another file that I am very passionate about is our agriculture and agri-food sector, a very important part of Canada's rural economy. This sector has been neglected by the Liberal government for years. To improve the economic development of Canada's rural areas, it is essential that the government help fund not just farmers on the ground, but the entire food chain.
When I was the associate shadow minister for agriculture and agri-food for the Conservative Party, I tried to get the minister to listen to me, but it seems that her hands are tied by a Prime Minister who does not believe in this sector. I still sit on the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food, which released a complete report on business risk management programs. Unfortunately, nothing has changed.
It is essential to improve the business risk management programs for agricultural producers. The minister proposed a few changes to the program on condition that the provinces and territories share the cost. Unfortunately, some provinces cannot do that right now because of budget constraints. The minister is probably happy to wash her hands of it and say that she tried. However, agriculture and agri-food need to be considered as a real driver of Canada's economic recovery.
In closing, this budget is nothing more than a campaign tool for the Liberals, who are throwing money around without a real plan. I hope that, before the next election, Canadians will clearly see that the Liberals are just trying to buy votes with this budget.
Monsieur le Président, je suis heureux de m'adresser à la Chambre aujourd'hui au sujet du budget de 2021.
Comme je le rappelle toujours à mes concitoyens, je suis le représentant de la Beauce à Ottawa, et non le représentant d'Ottawa en Beauce. C'est pourquoi j'aimerais faire part à la Chambre de mes nombreuses préoccupations concernant ce budget et des changements que j'aimerais voir apportés pour mes concitoyens, mais aussi pour tous les Canadiens.
Le fait que ce gouvernement ait pris deux ans pour annoncer son budget est inconcevable. On pourrait penser qu'après deux années complètes pour son élaboration, ce budget ne comporterait pas autant de lacunes flagrantes, mais il faut se rappeler que ce gouvernement est constamment entouré de scandales et d'autres formes de distraction.
Depuis mon arrivée à Ottawa, lors des dernières élections, j'ai pu constater la complexité du travail en politique fédérale. Tout avance à la vitesse d'un escargot. C'est extrêmement décourageant d'avoir de si bonnes intentions, mais de sentir que rien n'avance avec ce gouvernement.
En tant que porte-parole associé en matière de développement économique rural, j'ai étudié le budget de près, et il y a de nombreux sujets dont j'aimerais discuter aujourd'hui.
Tout d'abord, j'aimerais parler de la pénurie de main-d'œuvre qui affecte des entreprises québécoises. Les hommes et les femmes d'affaires de tout le pays ont fait preuve d'une grande ingéniosité en trouvant des moyens de maintenir leur entreprise à flot en ces temps incertains. Malheureusement, dans les milieux ruraux, même avant la pandémie, il était extrêmement difficile de combler les besoins de main-d'œuvre. Le gouvernement devrait élargir et améliorer les programmes actuels de travailleurs temporaires et saisonniers pour aider à combler le vide qui subsiste dans ces entreprises.
Le gouvernement doit également éliminer la paperasserie dans ce dossier. Dans certains cas, les entreprises doivent traiter avec trois ministères différents pour recevoir la main-d'œuvre qu'elles ont elles-mêmes recrutée dans des pays étrangers. Les délais d'attente actuels auxquels ces ministères sont confrontés détruisent carrément nos entreprises. On ne peut pas continuer à se servir de la pandémie comme excuse. Il est temps pour ces ministres de se mettre au travail sur ces dossiers et d'arrêter de préparer leur prochaine campagne électorale.
Deuxièmement, j'aimerais parler d'un sujet qui me passionne depuis de nombreuses années. Il s'agit du transport collectif dans les zones rurales. Le problème, c'est que l'argent n'est simplement pas au rendez-vous. Lorsque le gouvernement promet des fonds aux provinces, la plupart de ces fonds finissent par aller dans les grands centres urbains. Avec le vieillissement de la population, le maintien des aînés dans leur municipalité rurale pourrait être facilité par l'accès à un système de transport collectif qui leur permettrait une plus grande autonomie. Sans un tel transport, les aînés choisissent de se rapprocher des hôpitaux et des établissements de santé, assurant ainsi leur sécurité.
On observe la même chose en ce qui concerne les nouveaux arrivants. Ils ont également besoin de transport. Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, de nombreuses entreprises recrutent des employés à l'étranger. Il appartient à l’employeur d'assurer le transport vers le lieu de travail, dans le cas d'un employé avec permis de travail temporaire. Cependant, l'employé se retrouve sans moyen de transport pour se rendre à ses rendez-vous médicaux, à la pharmacie ou à l'épicerie.
La présence de transport public dans les zones rurales aiderait ces travailleurs et leurs familles à mieux s'intégrer dans leur communauté d'accueil. Sans transport collectif, les étudiants n'ont d'autre choix que de posséder un véhicule, de faire du covoiturage lorsque c'est possible, ou de s'installer près des établissements d'enseignement supérieur qui sont souvent situés dans les grandes villes. Pour les régions rurales où vit environ 20 % de la population canadienne, une contribution par habitant n'est pas appropriée. La contribution devait être faite en ajoutant, comme critère, la distance des trajets parcourus. Cette approche favoriserait la prestation de services de transport dans les régions rurales.
J'aimerais maintenant aborder rapidement une question d'équité qui n'est pas du tout mentionnée dans ce budget. Il s'agit de l'état actuel de la Loi de l'impôt sur le revenu lorsqu'il s'agit du transfert d'une entreprise familiale. Dans l'état actuel des choses, la réalité à laquelle sont confrontés les propriétaires d'entreprise est la suivante: il leur en coûte plus cher en impôts de vendre leur entreprise à un membre de la famille que de la vendre à un tiers acheteur.
La Loi actuelle désavantage de manière injustifiée les exploitants qui souhaitent transmettre leur entreprise familiale à leur fille ou à leur fils, laissant aux propriétaires la charge de décider s'ils peuvent conserver l'œuvre de leur vie au sein de la famille ou s'ils doivent la vendre au plus offrant.
Comme on le sait, la Beauce est le berceau des PME et je vais en donner un exemple provenant de ma circonscription. Eddy Berthiaume, de l'entreprise Les Escaliers de Beauce de Saint-Elzéar, a été forcé de prendre la décision difficile que je viens d'expliquer à la Chambre. Propriétaire à 50 % de son entreprise depuis de nombreuses années, ce travailleur acharné a consacré tout ce temps à bâtir son entreprise. Il est enfin prêt à prendre sa retraite. Malheureusement pour lui, lorsqu'il a décidé de vendre ses parts dans l'entreprise familiale à ses enfants, il a été injustement contraint de payer des milliers de dollars en droits de transfert.
Le plus déplorable dans cette histoire, c'est que son associé a pu vendre sa moitié de l'entreprise à un tiers acheteur pour une somme dérisoire en impôts, voire nulle. En quoi cela est-il injuste? Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de la façon dont le gouvernement laisse tomber les petites entreprises dans ce pays. Nous n'avons pas besoin d'un gouvernement qui est prêt à accorder des exemptions à certains Canadiens tout en pénalisant des familles persévérantes comme la famille Berthiaume.
J'espère donc que le Parti conservateur aura le soutien de tous les partis à la Chambre lorsqu'il s'agira de soumettre le projet de loi C-208 à un vote demain.
Voici maintenant le plus grand problème qui continue de désavantager les communautés rurales et éloignées: l'accessibilité à Internet haute vitesse et, surtout, la qualité de la couverture cellulaire dans les régions rurales du Canada.
Comme de plus en plus de Canadiens sont obligés de travailler et d'apprendre à partir de chez eux, il est vital d'avoir des connexions Internet et cellulaires stables et fiables. Le gouvernement libéral a complètement mal géré ce dossier, qui traîne depuis plusieurs années, en y consacrant plus de cinq programmes différents et trois ministres.
Heureusement pour les Québécois, notre gouvernement provincial a présenté un vrai plan avec des dates et des objectifs pour connecter toutes les résidences d'ici la fin de 2022. Le plan fédéral était si mauvais que la province a mis en œuvre son propre plan et a simplement demandé un partage des coûts avec le gouvernement fédéral. Malheureusement, dans d'autres régions du Canada, nous sommes très en retard. Nous n'avons pas besoin de plus de paroles; nous avons besoin d'actions sur cette question urgente.
Dans le budget de 2021, il n’est fait mention d'aucune initiative pour aider à améliorer les réseaux cellulaires en milieu rural. Dans certaines zones de ma circonscription par exemple, les électeurs peuvent enfin se brancher à une connexion Internet décente. Par contre, s'ils marchent cinq minutes dans la rue, ils perdent toute connexion fiable au réseau cellulaire, ce qui n'a aucun sens.
Quand pouvons-nous enfin espérer un plan fonctionnel de ce gouvernement pour connecter tous les Canadiens en milieu rural? Nous avons besoin de leadership de la part de ce gouvernement. Il ne peut pas continuer à rester les bras croisés et à attendre que les grands opérateurs de télécommunications règlent ce problème de leur propre initiative.
Enfin, un autre dossier qui me passionne énormément est celui de notre secteur agricole et agroalimentaire, un rouage très important de l'économie rurale au Canada. Pendant des années, ce secteur a été négligé par le gouvernement libéral. Afin d'améliorer le développement économique du Canada rural, il est impératif que le gouvernement aide à financer, non seulement les agriculteurs sur le terrain, mais aussi tout l'ensemble de la chaîne alimentaire.
Pendant mon mandat de porte-parole associé du Parti conservateur en matière d'agriculture et d'agroalimentaire, j'ai essayé de faire entendre ma voix à la ministre, mais il semble qu'elle ait les mains liées par un premier ministre qui ne croit pas en ce secteur. Je siège encore aujourd'hui au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire et notre comité a publié une étude complète sur les programmes de gestion des risques des entreprises. Malheureusement, rien n'a bougé dans ce dossier.
Il est essentiel d'améliorer les programmes de gestion des risques pour les agriculteurs. La ministre a proposé quelques changements à ce programme, à condition que les provinces et les territoires en partagent les coûts. Malheureusement, certaines provinces ne peuvent pas accepter cela en ce moment en raison de contraintes budgétaires. La ministre est probablement heureuse de s'en laver les mains et de dire qu'elle a essayé. Pourtant, l'agriculture et l'agroalimentaire doivent être considérés comme un véritable ressort pour la relance de l'économie canadienne.
En conclusion, ce budget n'est rien de plus qu'un outil de campagne pour les libéraux, qui saupoudrent de l'argent partout sans avoir de véritable plan. J'espère que les Canadiens verront clairement avant les prochaines élections que les libéraux tentent d'acheter des votes avec ce budget.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Beauce.
I am very fond of my colleague, and one part of his speech interested me in particular, namely where he spoke of public transportation in rural areas. It is an issue that also affects my riding of Lac-Saint-Jean.
What is his vision and how will he put solutions on the table?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Beauce.
J'ai beaucoup d'affection pour mon collègue, et un bout de son discours m'a particulièrement intéressé, à savoir celui sur les transports collectifs en zones rurales. C'est un enjeu qui touche également ma circonscription, Lac-Saint-Jean.
Quelle est sa vision et comment s'y prendrait-il pour avoir des solutions sur la table?
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2021-05-11 12:22 [p.7038]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
This is an issue that has always been close to my heart in my former capacity as an elected municipal official.
I think that all of Canada needs better service in rural areas. This will require dedicated funding for the development of public transportation in rural areas across Canada. That will take a clear signal from the government.
Yes, it is important to have funding for public transit, but there are also significant needs in public transportation.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Effectivement, c'est un enjeu qui m'a toujours tenu à cœur dans le cadre de mes anciennes fonctions d'élu municipal.
Je pense que l'ensemble du territoire canadien doit avoir une meilleure desserte en milieu rural. Pour cela, des enveloppes devront être consacrées au développement du transport collectif dans les régions rurales, partout au Canada. Cela prendra un signal clair de la part du gouvernement.
Oui, c'est important d'avoir du financement pour le transport en commun, mais il y a aussi des besoins importants au chapitre du transport collectif.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-06 19:34 [p.6843]
Mr. Speaker, I would like to let you know that I will be sharing my time with the hon. member for Jonquière.
There is nothing trivial about the reason we are here tonight. However, is the shutdown of Line 5 really so imminent, given the Canada-U.S. treaty on cross-border pipelines? Basically, the treaty states that the countries will not take unilateral action on existing pipelines.
Another question might be asked. In the event of a shutdown, is the reality as frightening as the worst-case scenario painted by the official opposition?
The issue of Enbridge's Line 5 gives us an opportunity to discuss the necessary energy transition that Canada must embark on and to put into perspective the legitimate reasons for Governor Whitmer's actions, which were neither spontaneous nor unpredictable.
The issue at the root of the debate over Enbridge's Line 5 is environmental safety. We need to know the truth about how safe the pipeline is. Given that in 2010, the pipeline spilled the equivalent of 20,000 barrels of oil into the Kalamazoo River in Michigan, the public and government authorities have every right to be concerned about waterway health and safety.
The Governor of Michigan, Gretchen Whitmer, criticizes the company for persistently violating the easement's terms and conditions and for not doing enough to protect the Great Lakes, contrary to what the Minister of Natural Resources said earlier about the company.
The governor says Enbridge has routinely refused to take action to protect the Great Lakes and the millions of Americans who depend on them for clean drinking water and good jobs. She also said the company has repeatedly violated the terms of the 1953 easement by ignoring structural problems that put the Great Lakes and families at risk.
The concerns of the American stakeholders are therefore nothing new. In fact, the concerns of the State of Michigan predate Ms. Whitmer's time in office. She is just the one who decided to take action. Inevitably, this will generate some discontent and concerns. It will force this oil company to review its priorities because, suddenly, the company has crossed the line and someone finally said no.
For that matter, why did Enbridge routinely refuse to be proactive about managing Line 5, particularly in the sensitive Straits of Mackinac? When the company itself reported defects in the protective coating of its structure, noting erosion and damage caused by commercial tugs, why did it fail to show any integrity?
Michigan could also be using the threat of shutting it down to force Enbridge to upgrade its bloody pipeline in order to make it safer. The company is loath to spend the money, so it is using every tool it can think of, including lobbying politicians. The Governor of Michigan is fed up, and the writing has been on the wall for quite some time.
Between 1996 and 2014, Enbridge was responsible for 1,276 spills totalling nearly 10 million gallons of oil in both the United States and Canada. These data are conservative. Why? Because they are Enbridge's data. Do not bother looking for those figures on the company's website. They were there at one point but have since been removed. The documents I consulted, which are very well referenced, reveal another worrying problem, and that is how much power this industry has when it comes to Canadian regulators.
I encourage everyone to search for the words “national energy board” and “Enbridge” in the May 2, 2016, edition of Canada's National Observer. Members might be surprised by what they learn. It is enlightening.
The Bloc Québécois cannot condone the behaviour and reactions of Enbridge and the Department of Natural Resources to Governor Whitmer's announcement. The concerns are legitimate. Michigan was already affected in 2010. The governor has decided to focus on prevention rather than remediation.
I want to be clear. We do care about the repercussions of this measure if it goes ahead. Still, we have concerns. We do not support pipelines, and we certainly do not want to continue to rely on an outdated energy source.
Such transitions take time and planning. If we plan changes and anticipate challenges and solutions, moving away from oil is not only feasible, it is close at hand.
We know that a legal, political and diplomatic showdown between Enbridge, U.S. authorities and the Government of Canada is approaching. We would like to remind members that Quebec's refineries can quickly implement a plan B and switch to other sources of supply. We should also remember that Newfoundland and Labrador is Canada's third-largest producer, so depending on what happens with Line 5, planning for supply from this region would be wise.
Nevertheless, the pipelines running beneath our rivers will continue to pose a risk to environmental safety, and the transportation of oil and gas via pipelines will continue to face political opposition, as it should.
The current situation should spur us to make the energy transition. In Quebec, the transportation sector is the biggest greenhouse gas emitter, accounting for more than 80% of total emissions. Quebec's transportation electrification industry is booming, and our expertise, whose development we have made a priority, should serve as an example to the rest of Canada.
We do not manufacture cars in Quebec, but we do manufacture trains, buses, streetcars, subway cars and public transit vehicles that are all well suited to zero-emission electric technology. We are on the right track to get our transportation-related greenhouse gas emissions down.
We need federal zero-emission legislation. The more electric transportation evolves, the less dependent we will be on oil. Supply issues will gradually go away, and we will keep our money within our own economy.
Sure, there are costs associated with the transition. The financial argument is often invoked to convince people that we must continue relying on fossil fuels, but we need to be vocal about the real cost of energy and gas, which is much higher than the price we pay at the pump. The real cost includes the upstream and downstream environmental costs, in terms of the environmental damage created by the extraordinarily dirty extraction process, soil contamination and threats to wildlife, on top of the environmental costs of atmospheric pollution caused by burning oil here and in other countries.
Add to that the social costs, including the cost to our health care system, due to the prevalence of illnesses directly related to air pollution, especially the growing number of children and even babies with lung or respiratory issues. Plus, there is all the public money paid in subsidies and tax benefits to the oil and gas industry to sustain a dying industry, starting with the obscene Trans Mountain pipeline.
What about the cost of clean-up? How do we describe the losses incurred during oil spills? According to the International Monetary Fund, the global negative externalities for 2017 alone amount to more than $2 trillion U.S.
Again, Canada's landscape is conducive to clean, renewable energy. The wind, solar and geothermal energy industries are reaching out to the government. The government just has to accept. The technology and resources are there.
The Conservatives are resolutely defeatist about their ability to break up with the extractive industries, while the Liberals insist on fuelling dependence on fossil fuels while claiming to favour a green transition. We are not fools. This is a green mirage.
Michigan's policy choices should be an eye-opener for us. They are certainly coming as a surprise to Enbridge and the powerful lobbies in their industry. Their track record, their failure to live up to their commitments, their lax maintenance of their facilities, and the arrogance that comes from feeling untouchable have just caught up with them.
Canada, the G7 country that subsidizes oil and gas production the most in relation to its gross domestic product, the country that announces to the world that it is committed to fighting climate change and then turns around and authorizes oil drilling in a marine protected area, might have avoided a diplomatic crisis and what is happening today if it had intervened with Enbridge sooner.
When governments give everything to the oil companies, the companies end up thinking they are in charge. Gretchen Whitmer has shown them that they are not in charge anymore.
Monsieur le Président, je vous indique d'entrée de jeu que je vais partager mon temps de parole avec le député de Jonquière.
La raison pour laquelle nous sommes ici ce soir n'a rien de banal. La fermeture de la canalisation 5 est-elle vraiment si imminente compte tenu du traité entre le Canada et les États-Unis sur les pipelines transfrontaliers? En gros, ce traité prévoit que les pays ne prendront pas de mesures unilatérales en ce qui a trait aux pipelines existants.
On pourrait aussi se poser une autre question. En cas de fermeture, la réalité est-elle aussi effrayante que le portrait que dresse l'opposition officielle dans son scénario catastrophe?
L'enjeu de la canalisation 5 d'Enbridge nous donne l'occasion d'aborder la transition énergétique nécessaire dans laquelle le Canada doit s'engager et de mettre en perspective les motifs légitimes des actions de la gouverneure Whitmer, qui n'ont rien de spontané ou d'imprévisible.
Le problème à l'origine du débat sur la canalisation 5 d'Enbridge est un problème lié à la sécurité environnementale. Nous devrions avoir l'heure juste sur la sécurité de la canalisation. Vu le déversement, en 2010, de l'équivalent de 20 000 barils de pétrole dans la rivière Kalamazoo, au Michigan, la population et les pouvoirs publics sont en droit de s'inquiéter pour la santé et la sécurité des cours d'eau.
La gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer reproche à l'entreprise d'avoir violé plusieurs fois les critères du droit de passage et de ne pas en faire assez pour protéger les Grands Lacs, contrairement à ce que le ministre des Ressources naturelles disait tantôt à propos de cette compagnie.
La gouverneure a dit qu'Enbridge avait régulièrement refusé de prendre des mesures pour protéger les Grands Lacs et les millions d’Américains qui en dépendent pour de l’eau potable et de bons emplois. Elle a aussi dit qu'ils ont ignoré à maintes reprises les termes de la servitude de 1953 en ignorant les problèmes structurels qui mettent les Grands Lacs et les familles en danger.
Les doléances des intervenants américains ne datent donc pas d'hier. D'ailleurs, les préoccupations de l'État du Michigan sont antérieures à Mme Whitmer. C'est simplement qu'elle a décidé d'agir. Forcément, cela génère du mécontentement et des inquiétudes. Cela force cette société pétrolière à revoir ses priorités parce que, soudainement, il y a une fin de non-recevoir, une limite qui a été franchie par la compagnie.
D'ailleurs, pourquoi la compagnie Enbridge a-t-elle régulièrement refusé d'être proactive dans la gestion de sa canalisation 5, particulièrement dans le sensible détroit de Mackinac? Lorsque la compagnie a elle-même rapporté des lacunes dans le revêtement protecteur de sa structure, les constats d'érosion et les dommages causés par des remorqueurs commerciaux, pourquoi n'a-t-elle pas démontré sa probité?
Il se pourrait aussi que le Michigan brandisse la menace de la fermeture pour forcer Enbridge à rénover son foutu pipeline en vue de le rendre plus sécuritaire. La compagnie, n'ayant pas envie de faire cette dépense, utilise tous les outils à sa disposition, incluant le lobbyisme des politiciens. Le ras-le-bol de la gouverneure du Michigan, c'était écrit dans le ciel depuis longtemps.
Entre 1996 et 2014, la compagnie Enbridge a été responsable de 1 276 déversements, totalisant près de 10 millions de gallons d'hydrocarbure liquide, tant aux États-Unis qu'au Canada. Ces données sont conservatrices. Pourquoi? C'est parce qu'elles sont fournies par Enbridge elle-même. Qu'on ne les cherche pas sur le site Web de la société; elles y étaient à une époque, mais elles ont été retirées. Les documents consultés, fort bien référencés, dénotent un autre élément préoccupant, celui de la puissance de cette industrie devant les organismes de réglementation canadiens.
Je suggère une recherche des mots « office national de l'énergie » et « Enbridge » dans l'édition du 2 mai 2016 du Canada's National Observer. Les députés verront qu'ils vont en apprendre; c'est édifiant.
Du côté du Bloc québécois, nous ne pouvons pas cautionner les comportements et les réactions d'Enbridge et du ministère des Ressources naturelles face à l'annonce de la gouverneure Whitmer. Les inquiétudes sont légitimes. L'État du Michigan a déjà été marqué, en 2010. La gouverneure a décidé de ne pas agir de manière curative, mais bien préventive.
Je veux être claire: nous avons de la considération pour les répercussions qui découleront de cette mesure si elle se concrétise. Nous avons aussi des inquiétudes. Nous ne favorisons en rien les oléoducs et nous ne voulons certainement pas maintenir notre dépendance aux énergies d'une autre époque.
De telles transitions se font dans le temps, avec de la planification. Lorsque l'on planifie des changements et que l'on anticipe les défis et les solutions, une sortie du pétrole est non seulement envisageable, mais elle est à portée de la main.
Nous savons qu'un bras de fer juridique, politique et diplomatique entre Enbridge, les instances américaines et le gouvernement du Canada ira en s'accentuant. Nous tenons à rappeler que les raffineries du Québec ont la capacité d'exécuter un plan B rapidement et d'aller vers d'autres sources d'approvisionnement. Rappelons aussi que Terre-Neuve-et-Labrador est au troisième rang des provinces canadiennes productrices, et, selon ce qui advient de la canalisation 5, envisager un approvisionnement de cette région serait sage.
Néanmoins, les canalisations qui traversent nos fleuves et nos rivières vont continuer de se poser en risque à la sécurité environnementale, et le transport du gaz et du pétrole par oléoduc et gazoduc continuera de faire l'objet d'opposition politique, à juste titre.
Les circonstances actuelles devraient nous inciter à nous propulser vers la transition énergétique. Au Québec, le secteur des transports porte l'odieux bilan des gaz à effet de serre, comptant pour plus de 80 % des émissions totales. La filière électrique québécoise est en pleine expansion, et l'expertise que nous avons et dont nous priorisons l'essor devrait servir d'exemple ailleurs au Canada.
Au Québec, on ne fabrique pas de voitures, mais on fait des trains, des autobus, des tramways, des métros et des véhicules de transport collectif qui sont tout indiqués pour la technologie électrique zéro émission. Nous sommes sur la bonne voie pour réduire ce bilan des gaz à effet de serre lié au transport.
D'ailleurs, une loi fédérale zéro émission doit se concrétiser. Plus le transport électrique se développe, moins nous serons dépendants du pétrole. Les enjeux d'approvisionnement seront réduits graduellement et notre argent sera conservé à l'intérieur de notre économie.
Oui, il y a des coûts à la transition. L'argument économique est amplement utilisé pour convaincre de la nécessité de poursuivre dans la logique fossile, mais la vérité doit être dite haut et fort concernant le réel prix de l'énergie et de l'essence. Ce prix est beaucoup plus élevé que ce que nous payons à la pompe, car, pour avoir le juste prix, il faut y ajouter les coûts environnementaux, en amont et en aval, de l'extraction mégapolluante qui provoque des dommages environnementaux, la contamination des terrains, des dangers pour la faune, de même que ce qu'ils génèrent lorsque brûlés ici et à l'étranger, avec, en surplus, la pollution atmosphérique qui s'en suit.
Il faudrait y rajouter les coûts sociaux, incluant les coûts pour nos systèmes de santé, attribuables à la prévalence de maladies directement reliées à la pollution de l'air, en particulier, le nombre croissant d'enfants et même de bébés affectés sur le plan pulmonaire et respiratoire. Il faudrait rajouter tout l'argent public remis en subventions et avantages fiscaux à l'industrie pétrolière et gazière pour faire vivre une industrie appelée à disparaître, à commencer par l'indécent oléoduc Trans Mountain.
Que dire aussi des coûts de dépollution? Comment qualifier les pertes subies lors de déversements de pétrole? Selon le Fonds monétaire international, à l'échelle mondiale, les externalités négatives se chiffreraient, pour la seule année 2017, à plus de 2 000 milliards de dollars américains.
Nous le répétons, le territoire canadien est propice aux énergies propres et renouvelables. Les industries éoliennes, solaires et géothermiques tendent la main au gouvernement, et il suffit de la prendre. La technologie est là et les ressources sont là.
Si les conservateurs sont résolument défaitistes quant à leur sortie de la logique extractiviste et que, de l'autre côté, les libéraux persistent à alimenter la dépendance aux énergies fossiles en prétendant favoriser un virage vert, nous ne sommes pas dupes, il s'agit plutôt d'un mirage vert.
Les choix politiques de l'État du Michigan devraient nous ouvrir les yeux. Ils surprennent sans doute la société Enbridge et les puissants lobbys de leur secteur. Leur bilan, le non-respect de leurs engagements, le laxisme démontré dans l'entretien de leurs installations, l'arrogance qui provient du fait de se sentir intouchable, viennent de les rattraper.
Le Canada, le pays du G7 qui subventionne le plus la production pétrolière et gazière par rapport à son produit intérieur brut, le pays qui déclare sur la scène internationale être résolu dans sa lutte contre les changements climatiques et qui, le lendemain, autorise des forages pétroliers en zone maritime protégée, aurait peut-être pu éviter une crise diplomatique et ce qui se passe aujourd'hui, s'il était intervenu avec Enbridge avant.
Quand on donne tout aux pétrolières, elles finissent par croire que ce sont elles qui mènent. Gretchen Whitmer leur a démontré que ce n'était plus le cas.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Canada has become a global leader in clean technology, with 11 Canadian companies appearing on the 2021 global clean tech 100 list of the most innovative and promising clean technologies from around the world.
Our neighbour to the south, our greatest trading partner and friend, the United States of America, has resolved to take bold action on climate change as an opportunity to create millions of good-paying middle-class jobs. Going forward, Canada will continue to work closely with the United States and other countries to reach our ambitious climate goals, creating growth and improving the well-being of all people.
Members may ask how we will achieve all that. It is spelled out through our government's ambitious Bill C-12, the Canadian net-zero emissions accountability act. The question will be posed, and it is a great question. Let me explain.
Let us look at some of this government's most recent investments. Since October 2020, we have invested $53.6 billion to establish Canada's green recovery from the COVID-19 pandemic, create jobs and secure a cleaner future for everyone. On top of that, budget 2021, which was announced last week, also builds on that approach, including through a new investment in Canada's net-zero accelerator that will incentivize Canadian businesses and industry to develop net-zero technologies and build our clean industrial advantage.
Budget 2021 also includes new measures to make life more affordable and communities more livable by helping more than 200,000 Canadians make their homes greener and working toward conserving 30% of Canada's lands and oceans by 2030. These new measures will help Canada exceed its Paris climate targets, reduce pollution and reach net-zero emissions by 2050.
Since 2015, we have been committed to finding real solutions to help tackle the climate crisis while also creating jobs, strengthening our economy and growing the middle class and those working hard to join it. We have put a rising price on pollution that puts money back into the pockets of Canadians, made new investments in public transit and banned harmful single-use plastics to protect our oceans. Together, we will continue to take action in fighting against climate change and secure a better future for Canadians.
Canada has set an ambitious emissions reduction target under the Paris Agreement of 40% to 45% below 2005 levels by 2030. Bill C-12 brings the accountability and transparency that are required to achieve our goals. The bill has robust accountability and transparency included within it: a requirement to put in place a target and establish an emissions reduction plan, both to be tabled in Parliament within six months of coming into force of the act; a legally binding process for the federal government to set climate targets and bring forward an ambitious climate plan every five years between 2030 and 2050; a 2030 progress report, which must be tabled before the end of 2027; a 2030 assessment report, to be tabled within 30 days of the 2030 national inventory report data; an annual report detailing how the federal government is managing the financial risks of climate change and the opportunities; and a review by the Commissioner of the Environment and Sustainable Development within five years of coming into force of the bill.
The very structure of the Paris Agreement is based on the year 2030. Our plans in provinces like B.C. are to be commended, as well as Quebec and those around the world. Bill C-12 includes best practices that we have found around the world, such as the creation of an advisory body.
This is consistent with the undertaking we have seen by our peer countries, including the United Kingdom, Germany, New Zealand and France. An advisory body composed of up to 15 experts is established to provide the Minister of Environment and Climate Change advice with respect to achieving net-zero emissions by 2050. This advisory body would engage with experts, stakeholders, indigenous peoples and the public to make sure its advice is grounded in the priorities and ideas of all Canadians. The advisory body would submit an annual report to the Minister of Environment with respect to its advice and activities.
Bill C-12 would provide an opportunity to secure a prosperous and sustainable future. By taking this decisive action now, we are creating the industries of the future, creating good-paying jobs, advancing innovative technologies and protecting our country and the world from the utter destruction of climate change.
I encourage my fellow parliamentarians to support Bill C-12 and its speedy passage. They are voting for a bill that would set a strong foundation for a healthier environment, economic growth and possibilities for today and beyond.
Le Canada est devenu un leader mondial en technologies vertes, 11 entreprises canadiennes figurent au palmarès Global Clean Tech 100 de 2021, qui distingue les technologies vertes les plus novatrices et les plus prometteuses du monde entier.
Notre voisin du Sud, qui est notre principal partenaire commercial et notre ami, je veux parler des États-Unis d’Amérique, a décidé de prendre des mesures audacieuses en matière de changements climatiques, ce qui lui donne la possibilité de créer des millions d’emplois rémunérateurs pour la classe moyenne. Le Canada entend continuer à travailler en étroite collaboration avec les États-Unis et les autres pays pour atteindre ses cibles climatiques ambitieuses, pour créer de la croissance et pour améliorer le bien-être de sa population.
Les députés se demandent peut-être comment nous allons parvenir à faire tout cela. C’est décrit dans notre ambitieux projet de loi C-12, Loi concernant la transparence et la responsabilité du Canada dans le cadre de ses efforts pour atteindre la carboneutralité en 2050. Je m’explique.
S’agissant des investissements que le gouvernement a faits récemment, je dirai que depuis octobre 2020, nous avons investi 53,6 milliards de dollars pour assurer la relance verte du Canada après la pandémie de COVID 19, pour créer des emplois et pour assurer un avenir plus vert à tous les Canadiens. De plus, dans le budget 2021 que nous avons présenté la semaine dernière, nous poursuivons sur notre lancée en faisant un nouvel investissement dans l’accélérateur net zéro du Canada, afin d’encourager les entreprises et l’industrie canadiennes à développer des technologies net zéro et à se doter ainsi d’un avantage industriel vert.
Le budget de 2021 comprend également de nouvelles mesures pour rendre la vie plus abordable et la vie dans les collectivités plus agréable en aidant plus de 200 000 Canadiens à rendre leur maison plus verte et en travaillant à la conservation de 30 % des terres et des océans du Canada d’ici 2030. Ces nouvelles mesures aideront le Canada à dépasser les cibles qu'il s'est fixées dans le cadre de l'Accord de Paris, à réduire la pollution et à atteindre la carboneutralité d’ici 2050.
Depuis 2015, nous nous sommes engagés à trouver de véritables solutions pour aider à lutter contre la crise climatique tout en créant des emplois, en renforçant notre économie et en faisant croître la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour y accéder. Nous avons mis un prix croissant sur la pollution qui remet de l’argent dans les poches des Canadiens, nous avons fait de nouveaux investissements dans le transport en commun et nous avons interdit les plastiques nocifs à usage unique pour protéger les océans. Ensemble, nous continuerons à prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques et assurer un meilleur avenir aux Canadiens.
Le Canada s’est fixé un objectif ambitieux de réduction des émissions dans le cadre de l’Accord de Paris, soit de 40 à 45 % en deçà des niveaux de 2005 d’ici 2030. Le projet de loi C-12 fournit la responsabilisation et la transparence nécessaires pour atteindre nos objectifs. Le projet de loi comporte de solides dispositions en matière de responsabilisation et de transparence, notamment l’obligation de fixer une cible et d’établir un plan de réduction des émissions, les deux devant être déposés au Parlement dans les six mois suivant l’entrée en vigueur de la loi; un processus juridiquement contraignant pour que le gouvernement fédéral fixe des cibles climatiques et présente un plan climatique ambitieux tous les cinq ans entre 2030 et 2050; un rapport d’étape pour 2030, qui doit être déposé avant la fin de 2027; un rapport d’évaluation de 2030, qui doit être déposé dans les 30 jours suivant le rapport d’inventaire national de 2030; un rapport annuel détaillant la façon dont le gouvernement fédéral gère les risques financiers et les occasions que les changements climatiques présentent; et un examen par le commissaire à l’environnement et au développement durable dans les cinq ans suivant l’entrée en vigueur du projet de loi.
La structure même de l’Accord de Paris est fondée sur l’année 2030. Les plans dans des provinces comme la Colombie-Britannique méritent des éloges, tout comme celui du Québec et ceux du monde entier. Le projet de loi C-12 comprend des pratiques exemplaires que nous avons trouvées dans le monde entier, comme la création d’un organisme consultatif.
Cela est conforme à l’engagement pris par des pays comparables, notamment le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande et la France. Un organisme consultatif composé d’un maximum de 15 experts est établi pour fournir au ministre de l’Environnement et du Changement climatique des conseils sur les moyens d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Cet organisme consultatif collaborera avec des experts, les intervenants, les peuples autochtones et le public pour s’assurer que ses conseils sont fondés sur les priorités et les idées de tous les Canadiens. L’organisme consultatif soumettrait un rapport annuel au ministre de l’Environnement sur ses conseils et ses activités.
Le projet de loi C-12 offre la possibilité d’assurer un avenir prospère et durable. En prenant cette mesure décisive dès maintenant, nous mettons en place les industries de l’avenir, nous créons des emplois bien rémunérés, nous faisons progresser les technologies novatrices et nous protégeons notre pays et le monde contre la destruction totale causée par les changements climatiques.
J’encourage mes collègues parlementaires à appuyer le projet de loi C-12 et son adoption rapide. Ils votent pour un projet de loi qui établira une base solide pour un environnement plus sain, une croissance économique et des possibilités pour le présent et pour l’avenir.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
moved:
That this House approve in general the budgetary policy of the government.
She said: Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 83(1), I would like to table, in both official languages, the budget documents for 2021, including the notices of ways and means motions.
The details of the measures are included in these documents.
Pursuant to Standing Order 83(2), I am requesting that an order of the day be designated for consideration of these motions.
I would like to begin by taking a moment to mourn the tragedy in Nova Scotia a year ago yesterday. We grieve with the families and friends of the 22 people who were killed, and all Nova Scotians.
This is also a day when people across Canada are fighting the most virulent wave of the virus we have experienced so far. Health care workers in many provinces are struggling to keep ICUs from overflowing and millions of Canadians are facing stringent new restrictions.
We are all tired, frustrated and even afraid, but we will get through this. We will do it together.
This budget is about finishing the fight against COVID. It is about healing the economic wounds left by the COVID recession. And it is about creating more jobs and prosperity for Canadians in the days—and decades—to come.
It is about meeting the urgent needs of today and about building for the long term. It is a budget focused on middle-class Canadians and on pulling more Canadians up into the middle class. It is a plan that embraces this moment of global transformation to a green, clean economy.
This budget addresses three fundamental challenges.
First, we need to conquer COVID. That means buying vaccines and supporting provincial and territorial health care systems. It means enforcing our quarantine rules at the border and within the country. It means providing Canadians and Canadian businesses with the support they need to get through these tough third wave lockdowns and to come roaring back when the economy fully reopens.
Second, we must punch our way out of the COVID recession. That means ensuring lost jobs are recovered as swiftly as possible and hard-hit businesses rebound quickly. It means providing support where COVID has struck the hardest to women, to young people, to low-wage workers and to small and medium-sized businesses, especially in tourism and hospitality.
The final challenge is to build a more resilient Canada: better, more fair, more prosperous and more innovative. That means investing in Canada's green transition and the green jobs that go with it, in Canada's digital transformation and Canadian innovation, and in building infrastructure for a dynamic growing country. It means providing Canadians with social infrastructure from early learning and child care to student grants and income top-ups, so that the middle class can flourish and more Canadians can join it.
Our elders have been this virus's principal victims. The pandemic has preyed on them mercilessly, ending thousands of lives and forcing all seniors into fearful isolation. We have failed so many of those living in long-term care facilities. To them, and to their families, let me say this: I am so sorry. We owe you so much better than this.
That is why we propose a $3-billion investment to help ensure that provinces and territories provide a high standard of care in their long-term care facilities.
And we are delivering today on our promise to increase old age security for Canadians 75 and older.
Our government has been urgently procuring vaccines since last spring and providing them at no cost to Canadians. Nearly 10 million Canadians have received at least one dose of vaccine. By the end of September, Canada will have received 100 million doses, enough to fully vaccinate every adult Canadian.
We need to be ready for new variants of COVID, and we must have the booster shots that will allow us to keep them in check. That is why we are rebuilding our national biomanufacturing capacity so that we can make these vaccines here in Canada. Canada has brilliant scientists and entrepreneurs. We will support them with an investment of $2.2 billion in biomanufacturing and life sciences.
When COVID first hit, it pushed our country into its deepest recession since the Great Depression. But this is an economic shock of a very particular kind. We are not suffering because of endogenous flaws or imbalances within our economy. Rather, the COVID recession is driven by an entirely external event—like the economic devastation of a flood, blizzard, wildfire or other natural disaster. That is why an essential part of Canada's fight against COVID has been unprecedented federal support for Canadians and Canadian businesses.
We knew Canadians needed a lifeline to get through the COVID storm. And our approach has worked. Canada's GDP grew by almost 10% in the fourth quarter of last year. We will continue to do whatever it takes. Our government is prepared to extend support measures, as long as the fight against this virus requires.
As Canada pivots to recovery, our economic plan will, too.
We promised last year to spend up to $100 billion over three years to get Canada back to work and to ensure the lives and prospects of Canadians were not permanently stunted by this pandemic recession. This budget keeps that promise. All together, we will create nearly 500,000 new training and work experience opportunities for Canadians. We will fulfill our throne speech commitment to create one million jobs by the end of this year.
Some people will say that our sense of urgency is misplaced. Some will say that we are spending too much. I ask them this. Did they lose their jobs during a COVID lockdown? Were they reluctantly let go by their small business employers that were like a family to them but simply could not afford their salary any longer? Are they worried that they will be laid off in this third wave? Are they mothers who were forced to quit the dream job they fought to get because there was no way to keep working while caring for their young children? Did they graduate last spring and are still struggling to find work? Is their family business, launched perhaps by their parents, which they hope to pass on to their children, now struggling under a sudden burden of debt and fending off bankruptcy through sheer grit and determination every day?
If COVID has taught us anything, it is that we are all in this together. Our country cannot prosper if we leave hundreds of thousands of Canadians behind.
The world has learned the lesson of 2009, the cost of allowing economic hardship to fester. In some countries, democracy itself has been threatened by that mistake. We will not let that happen in Canada.
About 300,000 Canadians who had a job before the pandemic are still out of work. More Canadians may lose their jobs in this month's lockdowns. To support Canadian workers as we fight the third wave, and to provide an economic bridge to a fully recovered economy, we will build on the enhancements we have made during the pandemic.
We will maintain flexible access to EI benefits for another year, until the fall of 2022. The Canada recovery benefit, which we created to support Canadians not covered by EI, will remain in place through September 25 and extend an additional 12 weeks of benefits to Canadians. As our economy fully reopens over the summer, the benefit amount will go to $300 a week, after July 17.
Low-wage workers in Canada work harder than anyone else in this country, for less pay. In the past year they have faced both significant infection risks and layoffs. And many live below the poverty line, even though they work full-time. We cannot ignore their contribution and their hardship—and we will not. We propose to expand the Canada workers benefit, to invest $8.9 billion over six years in additional support for low-wage workers—extending income top-ups to about a million more Canadians and lifting nearly 100,000 people out of poverty. And this budget will introduce a $15-an-hour federal minimum wage.
COVID has exposed the dangerous inadequacy of sickness benefits in Canada. We will do our part and fulfill our campaign commitment by extending the EI sickness benefit from 15 to 26 weeks.
We know the pandemic has exacerbated systemic barriers faced by racialized Canadians, so budget 2021 provides additional funding for the Black entrepreneurship program as well as an investment in a Black-led philanthropic endowment fund to help fight anti-Black racism and improve social and economic outcomes in Black communities.
One of the most striking aspects of the pandemic has been the historic sacrifice young Canadians have made to protect their parents and grandparents. Our youth have paid a high price to keep the rest of us safe. We cannot, and will not, allow young Canadians to become a lost generation. They need our support to launch their adult lives and careers in post-COVID Canada, and they will get it. We will invest $5.7 billion over five years in Canada's youth; we will make college and university more accessible and affordable; we will create job openings in skilled trades and high-tech industries; and we will double the Canada student grant for two more years while extending the waiver of interest on federal student loans through March 2030. More than 350,000 low-income student borrowers will also have access to more generous repayment assistance.
COVID has brutally exposed something women have long known. Without child care, parents, usually mothers, cannot work. The closing of our schools and day cares drove women's participation in the labour force down to its lowest level in more than two decades. Early learning and child care has long been a feminist issue. COVID has shown us that it is an urgent economic issue too.
I was two years old when the Royal Commission on the Status of Women urged Canada to establish a universal system of early learning and child care. My mother was one of Canada's redoubtable second wave of feminists who fought and, outside Quebec, failed to make that recommendation a reality. A generation after that, Paul Martin and Ken Dryden tried again.
This half-century of struggle is a testament to the difficulty and complexity of the task, but this time we are going to do it. This budget is the map and the trailhead. There is agreement across the political spectrum that early learning and child care is the national economic policy we need now. This is social infrastructure that will drive jobs and growth. This is feminist economic policy. This is smart economic policy. That is why this budget commits up to $30 billion over five years, reaching $9.2 billion every year permanently, to build a high quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada.
This is not an effort that will deliver instant gratification. We are building something that, of necessity, must be constructed collaboratively and for the long term, but I have confidence in us. I have confidence that we are a country that believes in investing in our future, in our children and in our young parents.
Here is our goal: five years from now, parents across the country should have access to high quality early learning and child care for an average of $10 a day. I make this promise to Canadians today, speaking as their finance minister and as a working mother. We will get it done.
In making this historic commitment, I want to thank the visionary leaders of Quebec, particularly Quebec's feminists, who have shown the rest of Canada the way forward. This plan will, of course, also provide additional resources to Quebec, which might well use them to further support an early learning and child care system that is already the envy of the rest of Canada and, indeed, much of the world.
Small businesses are the vital heart of our economy and they have been the hardest hit by the lockdowns. Healing the wounds of COVID requires a rescue plan for them.
Budget 2021 proposes to extend the wage subsidy, rent subsidy and lockdown support for businesses and other employers until September 25, 2021, for an estimated total of $12.1 billion in additional support. To help the hardest-hit businesses pivot back to growth, we propose a new Canada recovery hiring program, which will run from June to November and will provide $595 million to make it easier for businesses to hire back laid-off workers or to bring on new ones.
However, our government will do much more than execute a rescue. With this budget, we will make unprecedented investments in Canada's small businesses, helping them to invest in new technologies and innovation. We will invest up to $4 billion to help up to 160,000 small and medium-sized businesses buy and adopt the new technologies they need to grow.
The Canada digital adoption program will provide businesses with the advice and help they need to get the most out of these new technologies by training 28,000 young Canadians, a Canadian technology corps, and sending them out to work with our small and medium-sized businesses. This groundbreaking program will help Canadian small businesses go digital and become more competitive and efficient.
Increased funding for the venture capital catalyst initiative will help provide financing to innovative Canadian businesses, so they can grow.
We will also encourage businesses to invest in themselves. We will allow immediate expensing of up to $1.5 million of eligible investments by Canadian-controlled private corporations in each of the next three years. These larger deductions will support 325,000 businesses in making critical investments and will represent $2.2 billion in total savings to them over the next five years.
Building for the future means investing in innovation and entrepreneurs, so we propose to invest in the next phase of the pan-Canadian artificial intelligence strategy and to launch similar strategies in genomics and quantum science, areas where Canada is a global leader.
In 2021, job growth means green growth. This budget sets out a plan to help achieve GHG emissions reductions of 36% from 2005 levels by 2030 and puts us on a path to achieve net-zero emissions by 2050. It puts in place the funding to achieve our 25% land and marine conservation targets by 2025.
By making targeted investments in transformational technologies, we can ensure that Canada benefits from the next wave of global investment and growth.
The resource and manufacturing sectors that are Canada's traditional economic pillars—energy, mining, agriculture, forestry, steel, aluminum, autos, aerospace—will be the foundation of our new, resilient and sustainable economy. Canada will become more productive and competitive by supplying the green exports the world wants and needs.
That is why we propose a historic investment of a further $5 billion over seven years, starting in 2021-22, in the net zero accelerator. With this added support, on top of the $3 billion we committed in December, the net zero accelerator will help even more companies invest to reduce their greenhouse gas emissions, while growing their businesses.
We will propel a green transition through new tax measures, including for zero-emissions technology, carbon capture and storage, and green hydrogen. We are at a pivotal moment in the green transformation. We can lead or we can be left behind. Our government knows that the only choice for Canada is to be in the vanguard.
Our growing population is one of our great economic strengths and a growing country needs to build. We need to build housing. We need to build public transit. We need to build broadband. We need to build infrastructure. We will. We will invest $2.5 billion, and reallocate $1.3 billion in existing funding, to help build, repair and support 35,000 housing units. We will support the conversion to housing of the empty office space that has appeared in our downtown areas by reallocating $300 million from the rental construction financing initiative.
Houses should not be passive investment vehicles for offshore money. They should be homes for Canadian families. Therefore, on January 1, 2022, our government will introduce Canada's first national tax on vacant property owned by non-resident non-Canadians.
Strong, sustained growth also depends on modern transit. That is why, in February, we announced $14.9 billion over eight years to build new public transit, electrify existing transit systems, and help to connect rural, remote and indigenous communities.
Therefore we are committing an additional $1 billion over six years for the universal broadband fund, to accelerate access to high-speed internet in rural and remote communities.
We intend to draw even more talented, highly skilled people to Canada, including international students. Investments in this budget will support an immigration system that is easier to navigate, more efficient and more efficient in welcoming the dynamic new Canadians who add to Canada's strength.
Our government has made progress in righting the historic wrongs in Canada's relationship with indigenous peoples, but we still have a lot of work ahead. It is important to note that indigenous peoples have led the way in battling COVID. Their success is a credit to indigenous leadership and self-governance.
We will invest more than $18 billion to further narrow gaps between indigenous and non-indigenous peoples, to support healthy, safe and prosperous indigenous communities and to advance reconciliation with first nations, Inuit and the Métis nation. We will invest more than $6 billion for infrastructure in indigenous communities and $2.2 billion to help end the national tragedy of missing and murdered indigenous women and girls.
This has been a year when we have learned that each of us truly is our brother's and our sister's keeper. Solidarity is getting us through this pandemic, and solidarity depends on each of us bearing our fair share of the collective burden. That is why, now more than ever, fairness in our tax system is essential.
To ensure our system is fair, this budget will invest in the fight against tax evasion, shine a light on beneficial ownership arrangements, and ensure that multinational corporations pay their fair share of tax in Canada.
Our government is committed to working with our partners at the OECD to find multilateral solutions to the dangerous race to the bottom in corporate taxation. That includes work to conclude a deal on taxing large digital services companies.
We are optimistic that such a deal can be reached this summer. Meanwhile, this budget reaffirms our government's commitment to impose such a tax unilaterally, until an acceptable multilateral approach comes into effect.
It is also fair to ask those who have prospered in this bleak year to do a little more to help those who still need help. That is why we are introducing a luxury tax on new cars and private aircraft worth more than $100,000 and pleasure boats worth more than $250,000.
This budget lives up to our promise to do whatever it takes to support Canadians in the fight against COVID, and it makes significant investments in our future. All of this costs a lot of money, so it is entirely appropriate to ask, “Can we afford it?” We can, and here is why.
First is because this is a budget that invests in growth. The best way to pay our debts is to grow our economy. The investments this budget makes in early learning and child care, in small businesses, in students, in innovation, in public transit, in housing, in broadband and in the green transition are all investments in jobs and growth. We are building Canada's social infrastructure and our physical infrastructure. We are building our human capital and our physical capital. Canada is a young, vast country with a tremendous capacity for growth. This budget would fuel that. These are investments in our future and they will yield great dividends. In fact, in today's low-interest rate environment, not only can we afford these investments, it would be shortsighted of us not to make them.
Second is because our decision last year to support Canadians is already paying off. Decisive action prevented economic scarring in our businesses and our households, allowing the Canadian economy to begin strongly rebounding from the COVID recession even before we finished our fight against the virus.
Third is because our government has a plan and we keep our promises. We said in the fall economic statement that we would invest up to $100 billion over three years to support Canada's economic recovery, and that is what we are outlining here today. We predicted a deficit for 2020-2021 of $381.6 billion. We have spent less than we provisioned for. Our deficit for 2020-2021 is $354.2 billion, below our forecast.
Finally, and crucially, we can afford this ambitious budget because the investments we propose today are responsible and sustainable.
We understand there are limits to our capacity to borrow and that the world will not write Canada any blank cheques. We do not expect any. This budget shows a declining debt-to-GDP ratio and a declining deficit, with the debt-to-GDP ratio falling to 49.2% by 2025-26 and the deficit falling to 1.1% of GDP.
These are important markers. They show that the extraordinary spending we have undertaken to support Canadians through this crisis and to stimulate a rapid recovery in jobs is temporary and finite. They also show that our proposed long-term investments will permanently boost Canada's economic capacity.
In 2015, this federal government was elected on a promise to help middle-class Canadians and people working hard to join the middle class. We promised to invest in workers and their prosperity, in long-term growth for all of us. And we did. Today, we meet a new challenge, the greatest our country has faced in a generation, with a renewed promise.
Opportunity is coming. Growth is coming. Jobs are coming. After a long, grim year, Canadians are ready to recover and rebuild. We will finish the fight against COVID. We will all get back to work, and we will come roaring back.
propose:
Que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.
— Monsieur le Président, conformément à l'article 83(1) du Règlement, j'aimerais déposer, dans les deux langues officielles, les documents budgétaires de 2021, y compris les avis de motions des voies et moyens.
Les détails concernant les mesures sont exposés dans ces documents.
Conformément à l'article 83(2) du Règlement, je demande que l'étude de ces motions soit inscrite à l'ordre du jour.
J'aimerais d'abord prendre un moment pour souligner la tragédie survenue en Nouvelle-Écosse il y a un an hier. Nous partageons le chagrin des familles et des amis des 22 personnes qui ont été tuées, ainsi que de tous les Néo-Écossais.
C'est aussi un jour où, partout au Canada, des gens luttent contre la vague la plus virulente du virus que nous ayons connue jusqu'ici. Les travailleurs de la santé dans de nombreuses provinces se démènent pour éviter que les unités de soins intensifs soient débordées. Et des millions de Canadiens sont confrontés à de nouvelles restrictions rigoureuses.
Nous sommes tous fatigués, frustrés, et même effrayés. Mais nous allons nous en sortir. Nous le ferons ensemble.
Ce budget vise à finir la lutte contre la COVID-19. Il vise à guérir les blessures économiques découlant de la récession causée par la COVID-19. Il vise également à créer plus d'emplois et de la prospérité pour les Canadiennes et les Canadiens dans les jours et les décennies à venir.
L'objectif est de répondre aux besoins urgents d'aujourd'hui et de bâtir à long terme. Il s'agit d'un budget axé sur les Canadiens de la classe moyenne et qui vise à amener davantage de Canadiens à en faire partie. Il s'agit d'un plan qui accepte ce moment de transformation mondiale vers une économie verte et propre.
Ce budget porte sur trois défis fondamentaux.
Tout d'abord, nous devons vaincre la COVID. Pour ce faire, il faut acheter des vaccins et soutenir les systèmes de soins de santé des provinces et des territoires. Il faut appliquer nos règles de mise en quarantaine à la frontière et au sein du pays. Il faut aussi fournir aux Canadiens et aux entreprises canadiennes le soutien dont ils ont besoin pour surmonter ces confinements difficiles de la troisième vague et pour revenir avec force lorsque l'économie rouvrira complètement.
Ensuite, nous devons sortir avec force de la récession causée par la COVID. Nous devons récupérer aussi rapidement que possible les emplois perdus et nous assurer que les entreprises durement touchées rebondissent rapidement. À cet égard, il faut fournir un soutien là où la COVID a le plus durement touché — aux femmes, aux jeunes, aux travailleurs à faible revenu et aux petites et moyennes entreprises, surtout dans les secteurs de l'hôtellerie et du tourisme.
Le dernier défi consiste à bâtir un Canada plus résilient: un Canada meilleur, qui est plus juste, plus prospère et plus innovateur. C'est-à-dire, il faut investir dans la transition verte du Canada et dans les emplois verts qui en découlent; dans la transformation numérique du Canada et l'innovation canadienne; et dans la construction d'infrastructures pour un pays dynamique et en pleine croissance. Il faut également fournir aux Canadiens une infrastructure sociale — de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants aux bourses d'études, en passant par les compléments de revenu — afin que la classe moyenne puisse prospérer et que plus de Canadiens puissent effectivement en faire partie.
Nos aînés ont été les principales victimes de ce virus: la pandémie les a attaqués sans pitié, mettant fin à des milliers de vies, et a obligé tous les aînés à subir un isolement effrayant. Nous avons échoué dans notre devoir d'aider ceux et celles qui vivent dans les établissements de soins de longue durée. À eux et à leurs familles, je dis ceci: je suis sincèrement désolée, ils méritent bien mieux que cela.
C'est pourquoi nous proposons un investissement de 3 milliards de dollars pour nous aider à nous assurer que les provinces et les territoires offrent une norme élevée de soins dans leurs établissements de soins de longue durée.
Aujourd'hui, nous tenons notre promesse de bonifier la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les Canadiennes et les Canadiens âgés de 75 ans ou plus.
Depuis le printemps dernier, notre gouvernement achète des vaccins de manière urgente et les fournit gratuitement aux Canadiens. À ce jour, près de 10 millions de Canadiens ont reçu au moins une dose de vaccin. D'ici la fin de septembre, le Canada aura reçu 100 millions de doses. C'est une quantité suffisante pour vacciner complètement chaque Canadien adulte.
Nous devons être prêts aux nouveaux variants de la COVID-19 et nous devons avoir les injections de rappel qui nous permettront de les contrôler. C'est pourquoi nous rétablissons notre capacité nationale en matière de biofabrication, afin que nous puissions fabriquer ces vaccins ici au Canada. Le Canada compte des scientifiques et des entrepreneurs brillants. Nous les appuierons en réalisant un investissement de 2,2 milliards de dollars dans le secteur de la biofabrication et des sciences de la vie.
Lorsque la COVID-19 a frappé pour la première fois, elle a plongé notre pays dans la plus profonde récession depuis la Grande Dépression. Toutefois, il s'agit d'un choc économique très particulier. Nous ne souffrons pas en raison des lacunes ou des déséquilibres endogènes de notre économie. La récession causée par la COVID-19 découle plutôt d'un événement entièrement externe, comme la dévastation économique que provoquerait une inondation, une tempête de neige, un feu de forêt ou une autre catastrophe naturelle. C'est pourquoi un élément essentiel de la lutte du Canada contre la COVID-19 a été le soutien fédéral sans précédent offert aux Canadiens et aux entreprises canadiennes.
Nous savions que les Canadiens avaient besoin d'un coup de main pour traverser la tempête de la COVID-19. Notre approche a fonctionné. Le PIB du Canada a augmenté d'environ 10 % au quatrième trimestre de la dernière année. Nous continuerons de faire tout ce qu'il faut. Notre gouvernement est prêt à prolonger les mesures de soutien aussi longtemps que la lutte contre ce virus le nécessitera.
À mesure que le Canada fera la transition vers la relance, notre plan économique en fera de même.
L'an dernier, nous avons promis de dépenser jusqu'à 100 milliards de dollars sur trois ans pour remettre le Canada au travail et pour veiller à ce que la vie et les perspectives des Canadiens ne soient pas retardées de manière permanente par cette récession causée par la pandémie. Ce budget respecte cette promesse. Dans l'ensemble, il permettra de créer quelque 500 000 nouvelles possibilités de formation et d'expérience de travail pour les Canadiens. Nous allons honorer l'engagement que nous avons pris dans le discours du Trône de créer un million d'emplois d'ici la fin de l'année.
Certains diront que notre sentiment d'urgence est injustifié. Je leur pose les questions suivantes: Avez-vous perdu votre emploi pendant le confinement lié à la COVID? Avez-vous été mis à pied à contrecœur par votre employeur, une petite entreprise qui était comme une famille pour vous, mais qui ne pouvait tout simplement plus payer votre salaire? Craignez-vous de perdre votre emploi durant cette troisième vague? Êtes-vous une mère, forcée de quitter votre emploi de rêve difficilement décroché, car il était impossible de continuer à travailler tout en prenant soin de vos jeunes enfants? Avez-vous obtenu votre diplôme universitaire au printemps dernier et avez-vous encore du mal à trouver du travail? Est-ce que votre entreprise familiale – peut-être démarrée par vos parents et que vous espériez léguer à vos enfants – est soudainement aux prises avec de lourdes dettes et évite chaque jour la faillite simplement grâce à votre courage?
Si la COVID-19 nous a appris quelque chose, c'est que nous sommes tous dans le même bateau. Notre pays ne peut pas prospérer si des centaines de milliers de Canadiens sont laissés pour compte.
Le monde a retenu la leçon de 2009 et sait ce qu'il en coûte de laisser perdurer les difficultés économiques. Dans certains pays, la démocratie elle-même a été menacée par cette erreur. Nous ferons en sorte que cela ne se produise pas au Canada.
Environ 300 000 Canadiens qui travaillaient avant la pandémie sont encore sans emploi et d'autres Canadiens pourraient perdre le leur en raison des confinements imposés de ce mois-ci. Afin de soutenir les travailleurs canadiens pendant la troisième vague et de leur offrir une passerelle économique d'ici le rétablissement complet de notre économie, nous renforcerons les améliorations que nous avons apportées pendant la pandémie.
Nous maintiendrons l'accès souple à l'assurance-emploi pour une année de plus, soit jusqu'à l'automne de 2022. La Prestation canadienne de la relance économique que nous avons créée pour les personnes non admissibles à l'assurance-emploi sera en vigueur jusqu'au 25 septembre et les Canadiens pourront maintenant profiter de 12 semaines supplémentaires de prestations. Alors que notre économie ouvrira complètement au cours de l'été, le montant des prestations passera à 300 $ par semaine à compter du 17 juillet.
Les travailleurs à faible revenu au Canada travaillent plus fort que n'importe qui d'autre au pays, pour un salaire moindre. Au cours de la dernière année, ils ont subi des risques d'infection importants et des mises à pied et beaucoup de gens vivent sous le seuil de la pauvreté, même s'ils travaillent à temps plein. Nous ne pouvons pas passer leur contribution et leurs épreuves sous silence et nous ne le ferons pas. Nous proposons d'élargir l'Allocation canadienne pour les travailleurs et d'investir 8,9 milliards de dollars sur six ans en soutien supplémentaire aux travailleurs à faible revenu, ce qui permettra d'offrir un complément salarial à environ 1 million de Canadiens supplémentaires et sortira près de 100 000 personnes de la pauvreté. De plus, ce présent budget instaurera un salaire horaire minimal fédéral de 15 $.
La pandémie de la COVID-19 a révélé que les prestations de maladie au Canada sont dangereusement inadéquates. Nous ferons notre devoir et respecterons notre engagement électoral en prolongeant de 15 à 26 semaines les prestations de maladie de l'assurance-emploi.
Nous savons que la pandémie a exacerbé les obstacles systémiques auxquels font face les Canadiens racisés. Le budget de 2021 prévoit donc un financement supplémentaire pour le Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires ainsi qu'un investissement dans le Fonds de dotation philanthropique dirigé par des Noirs, pour aider à lutter contre le racisme envers les Noirs et faire des avancées sociales et économiques dans les communautés noires.
L'un des aspects les plus frappants de la pandémie a été le sacrifice historique que les jeunes Canadiens ont fait pour protéger leurs parents et leurs grands-parents. Nos jeunes ont payé le prix fort pour que nous soyons en sécurité. Nous ne pouvons pas laisser les jeunes Canadiens devenir une génération perdue. Et nous veillerons à ce que cela ne se produise pas. Ils ont besoin de notre soutien pour commencer leur vie d'adulte et leur carrière dans un Canada sortant de la COVID — et ils l'obtiendront. Le présent budget propose d'investir 5,7 milliards de dollars sur cinq ans dans les jeunes du Canada. Nous rendrons le cégep et l'université plus accessibles et abordables. Nous créerons des emplois dans les métiers spécialisés et les industries de haute technologie. Nous doublerons également le Programme canadien de bourses aux étudiants pendant deux années supplémentaires, tout en prolongeant la dispense d'intérêts sur les prêts étudiants fédéraux jusqu'en mars 2023. Plus de 350 000 étudiants emprunteurs à faible revenu auront également accès à une aide au remboursement plus généreuse.
La COVID a jeté une lumière crue sur une réalité que les femmes connaissent depuis longtemps: sans service de garde d'enfants, les parents — habituellement les mères — ne peuvent pas travailler. La fermeture de nos écoles et de nos garderies a réduit la participation des femmes à la population active à son plus bas niveau depuis plus de deux décennies. L'apprentissage et la garde des jeunes enfants sont depuis longtemps une question féministe, et la COVID nous a tous montré qu'il s'agit également d'une question économique urgente.
J'avais deux ans lorsque la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme a exhorté le Canada à établir un système universel d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ma mère a fait partie de la deuxième vague de féministes canadiennes redoutables qui ont lutté pour concrétiser cette recommandation, mais qui, à l'extérieur du Québec, ont échoué. Une génération plus tard, Paul Martin et Ken Dryden ont essayé de nouveau.
Ce combat d'un demi-siècle témoigne de la difficulté et de la complexité de cette tâche, mais cette fois-ci, nous allons y parvenir. Le présent budget est notre carte et notre point de départ. Tout le spectre politique s'entend pour dire que l'apprentissage et la garde des jeunes enfants constituent la politique économique nationale dont nous avons besoin aujourd'hui. C'est une infrastructure sociale qui stimulera l'emploi et la croissance. C'est une politique économique féministe. C'est une politique économique très sensée. Voilà pourquoi le budget prévoit jusqu'à 30 milliards de dollars sur cinq ans — pour atteindre 9,2 milliards de dollars tous les ans, sur une base permanente — pour établir un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible dans l'ensemble du Canada.
Il ne s'agit pas d'un effort qui apportera une satisfaction immédiate. Nous établissons quelque chose qui, par nécessité, doit se faire progressivement, en collaboration et à long terme. Mais j'ai confiance en nous. Je suis convaincue que nous sommes un pays qui croit en l'investissement dans notre avenir; dans nos enfants; dans nos jeunes parents.
Notre objectif va comme suit: dans cinq ans, les parents canadiens de partout au pays devraient avoir accès à des services d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de qualité à un coût moyen de 10 $ par jour. En tant que leur ministre des Finances et en tant que mère sur le marché du travail, je fais cette promesse aux Canadiens aujourd'hui: nous y parviendrons.
Alors que nous prenons cet engagement historique, je tiens à remercier les leaders visionnaires du Québec, en particulier les féministes du Québec, qui ont montré au reste du Canada la voie à suivre. Bien entendu, ce plan prévoit également des ressources supplémentaires pour le Québec, lesquelles pourraient servir à soutenir davantage son système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants, qui fait déjà l'envie du reste du Canada, et même d'une grande partie du monde.
Les petites entreprises sont le cœur de notre économie et elles ont été les plus durement touchées par les confinements. Afin de réparer les blessures causées par la COVID, il faut un plan de sauvetage pour ces petites entreprises.
Le budget de 2021 propose donc de prolonger la subvention salariale, la subvention pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement pour les entreprises et les autres employeurs jusqu'au 25 septembre 2021, pour un total estimé de 12,1 milliards de dollars en soutien supplémentaire. Pour aider les entreprises les plus durement touchées à reprendre le chemin de la croissance, nous proposons le nouveau Programme d'embauche pour la relance économique du Canada, qui s'étendra de juin à novembre et offrira 595 millions de dollars pour permettre aux entreprises de réembaucher plus facilement les travailleurs qu'elles ont dû congédier ou pour en embaucher de nouveaux.
Toutefois, le gouvernement propose de faire bien plus qu'exécuter un sauvetage. Grâce à ce budget, nous effectuerons des investissements sans précédent dans les petites entreprises du Canada, ce qui les aidera à investir dans les nouvelles technologies et l'innovation. Nous proposons d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars pour aider jusqu'à 160 000 petites et moyennes entreprises à acquérir et à adopter les nouvelles technologies dont elles ont besoin pour croître.
Le Programme canadien d'adoption du numérique permettra également aux entreprises de bénéficier des conseils et de l'aide dont elles ont besoin pour tirer pleinement parti de ces nouvelles technologies. Le programme permettra de former 28 000 jeunes Canadiens — une communauté technologique canadienne — et de les intégrer à nos petites et moyennes entreprises. Ce programme innovateur aidera les petites entreprises canadiennes à passer au numérique et à devenir plus compétitives et efficaces.
Le financement accru de l'Initiative de catalyse du capital et de risque aidera à fournir des fonds aux entreprises canadiennes innovatrices, afin qu'elles puissent croître.
Nous encouragerons également les entreprises à investir en elles-mêmes. Nous autoriserons la passation en charges immédiate des investissements admissibles de sociétés privées sous contrôle canadien s'élevant jusqu'à 1,5 million de dollars, et ce, pour chacune des trois prochaines années. Ces déductions plus importantes aideront 325 000 entreprises à faire des investissements essentiels et à réaliser des économies totales de 2,2 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.
Bâtir pour l'avenir signifie investir dans l'innovation et les entrepreneurs. Nous proposons donc d'investir dans la prochaine étape de la Stratégie pancanadienne en matière d'intelligence artificielle et de lancer des stratégies semblables en génomique ainsi qu'en sciences et technologies quantiques, des domaines où le Canada est un leader mondial.
En 2021, la croissance de l'emploi signifie une croissance verte. Ce budget établit un plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 36 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030 et nous met sur la voie de la carboneutralité d'ici 2050. Il met en place le financement nécessaire pour réaliser nos objectifs de 25 % en matière de conservation des terres et des mers d'ici 2025.
En effectuant des investissements ciblés dans les technologies transformationnelles, nous pouvons nous assurer que le Canada est bien placé pour profiter de la prochaine vague mondiale d'investissements et de croissance.
Le secteur manufacturier et des ressources naturelles, soit l'énergie, l'exploitation minière, l'agriculture, la foresterie, l'acier, l'aluminium, l'automobile et l'aérospatial, sont les piliers économiques traditionnels du Canada et seront le fondement de notre économie résiliente et durable. Le Canada deviendra plus productif et plus compétitif en fournissant aux autres pays du monde les exportations vertes qu'ils recherchent et dont ils ont besoin.
C'est pourquoi nous allons faire un investissement sans précédent de 5 milliards de dollars sur sept ans, à compter de 2021-2022, dans l'Accélérateur net zéro. Grâce à ce soutien supplémentaire, qui s'ajoute aux 3 milliards de dollars que nous nous sommes engagés à verser en décembre, l'Accélérateur net zéro aidera encore plus d'entreprises à investir pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre tout en faisant croître leurs entreprises.
Nous allons accélérer la transition verte au moyen de nouvelles mesures fiscales, notamment pour les technologies carboneutres, le captage et le stockage du carbone et l'hydrogène propre. Nous nous trouvons à un point tournant de la transformation verte. Nous pouvons être un leader ou nous pouvons tirer de l'arrière. Notre gouvernement sait que le seul choix pour le Canada est d'être à l'avant-garde.
Notre population croissante est l'une de nos grandes forces économiques. Et un pays en croissance doit être en mode « construction ». Nous devons construire des logements. Nous devons renforcer le transport en commun. Nous devons bâtir un réseau à large bande. Nous devons construire des infrastructures. Et nous le ferons. Nous proposons d'investir 2,5 milliards de dollars et de réaffecter 1,3 milliard en fonds existants afin d'aider à construire, à réparer ou à soutenir 35 000 logements. Et nous soutiendrons la conversion en logements abordables des espaces de bureau vides qui sont apparus dans nos centres-villes, en réaffectant 300 millions de dollars de l'initiative Financement de la construction de logements locatifs.
Les maisons ne devraient pas être des instruments de placement passif pour l'argent étranger. Elles devraient être un foyer pour les familles canadiennes. C'est pourquoi, le 1er janvier 2022, notre gouvernement instaurera la première taxe nationale du Canada sur les biens vacants appartenant à des non-résidents, non-Canadiens.
Une croissance forte et durable dépend également de transports en commun modernes. C'est pourquoi, en février, nous avons annoncé un financement de 14,9 milliards de dollars sur 8 ans pour mettre sur pied de nouveaux projets de transport en commun, électrifier les réseaux de transport en commun existants et relier les communautés rurales, éloignées et autochtones.
Nous nous engageons donc à verser un montant supplémentaire de 1 milliard de dollars sur 6 ans au Fonds pour la large bande universelle afin d'accélérer l'accès à Internet haute vitesse dans les communautés rurales et éloignées.
Nous avons l'intention d'attirer au Canada des gens encore plus talentueux et hautement qualifiés, y compris des étudiants étrangers. Les investissements prévus dans ce budget permettront d'avoir un système d'immigration où il est plus facile de se retrouver et qui permet d'accueillir plus efficacement les nouveaux Canadiens — ces gens qui renforcent le Canada.
Le gouvernement a réalisé des progrès pour réparer les torts historiques dans la relation du gouvernement du Canada avec les peuples autochtones. Mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. Il convient de noter que les peuples autochtones ont été des leaders dans la lutte contre la COVID-19. Leur succès est attribuable au leadership et à l'autonomie des Autochtones.
Nous investirons plus de 18 milliards de dollars pour réduire davantage les écarts entre les peuples autochtones et non autochtones. Ces investissements favoriseront la santé, la sécurité et la prospérité des communautés autochtones et feront avancer la réconciliation avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse. Nous investirons plus de 6 milliards de dollars dans les infrastructures des communautés des Premières Nations, y compris 2,2 milliards de dollars pour aider à mettre fin à la tragédie nationale des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées.
Cette année, nous avons appris que chacun d'entre nous est véritablement le gardien de notre frère et de notre sœur. La solidarité nous aide à surmonter cette pandémie. Mais la solidarité dépend de la possibilité pour chacun d'entre nous de porter notre part du fardeau collectif. C'est pourquoi, aujourd'hui, plus que jamais, l'équité de notre régime fiscal est essentielle.
Afin d'assurer l'équité de notre régime, ce budget investira dans la lutte contre l'évasion fiscale, mettra en lumière les ententes en matière de propriété effective et assurera que les entreprises multinationales paient leur juste part d'impôt au Canada.
Notre gouvernement s'est engagé à collaborer avec nos partenaires de l'OCDE pour trouver des solutions multilatérales à la dangereuse course au moins-disant fiscal des sociétés. Cela comprend les travaux visant à conclure une entente sur l'imposition des grandes entreprises de service numérique.
Nous sommes optimistes sur le fait qu'une telle entente peut être conclue cet été. Entretemps, ce budget réaffirme l'engagement de notre gouvernement d'imposer une telle taxe de façon unilatérale jusqu'à ce qu'une approche multilatérale acceptable entre en vigueur.
Par ailleurs, il est juste que nous demandions à ceux qui ont prospéré au cours de cette triste année de faire un peu plus pour soutenir ceux qui ont toujours besoin d'aide. C'est pourquoi nous instaurons une taxe de luxe sur les nouvelles voitures et les avions privés d'une valeur de plus de 100 000 $, ainsi que sur les bateaux de plaisance d'une valeur supérieure à 250 000 $.
Ce budget permet de respecter notre promesse de faire tout ce qui est nécessaire pour aider les Canadiens à lutter contre la COVID et il fait d'importants investissements dans notre avenir. Toutes ces mesures coûtent beaucoup d'argent. Cela va donc de soi de se poser la question: pouvons-nous nous le permettre? Nous le pouvons. Et voici pourquoi.
En premier lieu, parce qu'il s'agit d'un budget qui investit dans la croissance. La meilleure façon de payer nos dettes est de faire croître notre économie. Les investissements que fait le présent budget dans l'apprentissage et la garde des jeunes enfants, dans les petites entreprises, dans les étudiants, dans l'innovation, dans le transport en commun, dans le logement, dans la large bande et dans la transition verte sont tous des investissements dans les emplois et dans la croissance. Nous bâtissons l'infrastructure sociale du Canada et notre infrastructure physique. Nous bâtissons notre capital humain et notre capital matériel. Le Canada est un pays jeune et vaste, qui possède une formidable capacité de croissance. Ce budget stimulera cette capacité. Ce sont des investissements dans notre avenir et ils rapporteront beaucoup. Dans le contexte actuel où les taux d'intérêt sont faibles, non seulement nous pouvons nous permettre ces investissements, mais il serait peu judicieux de notre part de ne pas faire ces investissements.
En deuxième lieu, parce que notre décision l'an dernier d'aider les Canadiens est déjà fructueuse. Les mesures décisives du gouvernement ont permis d'éviter les cicatrices économiques dans nos entreprises et nos ménages, ce qui a permis à l'économie canadienne de commencer à rebondir rapidement de la récession causée par la COVID, même avant que nous ayons vaincu le virus.
En troisième lieu, notre gouvernement a un plan, et nous respectons nos promesses. Nous avons dit dans l'Énoncé économique de l'automne que nous allions investir jusqu'à 100 milliards de dollars sur trois ans pour appuyer la relance économique du Canada — et c'est ce que nous faisons aujourd'hui. Nous avions prévu un déficit de 381,6 milliards de dollars en 2020-2021. Nous avons dépensé moins que prévu. Notre déficit pour 2020-2021 est de 354,2 milliards de dollars, ce qui est inférieur à nos prévisions.
Enfin, nous pouvons nous permettre ce budget ambitieux parce que les investissements que nous proposons aujourd'hui sont responsables et viables.
Nous savons qu'il y a des limites à notre capacité d'emprunt et que le monde ne fera pas de chèque en blanc au Canada. Nous ne nous attendons pas à cela. Le présent budget indique un ratio de la dette au PIB à la baisse et un déficit à la baisse, c'est-à-dire une réduction du ratio de la dette au PIB pour atteindre 49,2 % d'ici 2025-2026 et une réduction du déficit pour atteindre 1,1 % du PIB.
Ce sont des indicateurs importants parce qu'ils indiquent que les dépenses extraordinaires que nous avons engagées pour aider les Canadiens à surmonter cette crise et pour stimuler une relance rapide de l'emploi sont temporaires et limitées. Ils indiquent aussi que nos investissements à long terme stimuleront de façon permanente la capacité économique du Canada.
En 2015, le gouvernement fédéral s'est fait élire en promettant d'aider les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie. Nous avons promis d'investir dans les travailleurs et leur prospérité et dans la croissance à long terme au profit de tous, et nous l'avons fait. Aujourd'hui, nous relevons un nouveau défi, le plus grand que notre pays ait connu en une génération, avec une promesse renouvelée.
Des possibilités se présenteront. La croissance aura lieu. Des emplois seront créés. Après une longue année sombre, les Canadiens sont prêts à se rétablir et à rebâtir. Nous nous rendrons au bout de cette lutte contre la COVID. Nous allons tous retourner au travail. Nous ferons un retour en force.
8570-432-2 Budget 20218570-432-3 Ways and Means motion to amen ...8570-432-4 Ways and Means motion to amen ...8570-432-5 Ways and Means motion to amen ...8570-432-6 Ways and Means motion to intr ...8570-432-7 Ways and Means motion to intr ...8570-432-8 Ways and Means motion to intr ...Access to post-secondary educationAccommodation and hospitality servicesAircraftArtificial intelligence ...Show all topics
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-03-26 10:45 [p.5349]
Madam Speaker, it is a pleasure to speak to Bill C-19, the election in a pandemic bill.
What I would say at the outset is that Canadians do not want an election in a pandemic. The only people who want an election in a pandemic are the Liberals, because they are putting their partisan interests over the health and safety of Canadians.
The polls reflect what I am saying. The polls on whether Canadians want an election, and when they want that election, show that 47% of Canadians want it in the fall of 2023, as it is scheduled, and 10% would want it in 2022. A full 70% of Liberal supporters want it in 2023.
The Prime Minister needs to listen to Canadians. We have seen the disastrous things that have happened in the country when B.C. and Saskatchewan had their elections. There were huge spikes in COVID thereafter. I know some people believe that is only related to the Thanksgiving weekend, but the timing of the elections was very suspicious as well. We see what happened in Newfoundland and the fact that the COVID situation can change. We have seen that across the country. Regions can have spikes, and all of a sudden, they are in a difficult situation.
It is incumbent upon us as leaders to listen to Canadians, and to put their health and well-being first. First and foremost, I would say we need to do everything we can to not have an election in the middle of a pandemic. It is ridiculous to think that people cannot travel, but we could have a federal election, or that we would have areas on lockdown, but think it is okay to have a federal election. I cannot make the point too strongly that we must not, as leaders in this country, put people in jeopardy.
In terms of the proposed changes, I thought I would speak to those one at a time. The first change I want to talk about is extending the number of voting days to have voting periods on Saturday, Sunday and Monday. The whole purpose of this legislation is to try to protect the people who are working the election and the voters. Every measure we could put in place that would allow more time and more spacing between people would be very helpful.
There was some discussion about whether there would be bus transportation on those weekend days in some areas. However, the fact that the traditional Monday is retained would address that concern.
There were also some concerns expressed about the fact that churches are operating, some on Saturday and some on Sunday, and that this might have an impact on polling locations. I think it would be incumbent on the government to consider changing the time the voting stations would be open on the Saturday and Sunday in order to not eliminate those locations that would have quite a bit of space and would be conducive to COVID protocols and that kind of separation.
The next change would be the granting of additional powers to the Chief Electoral Officer to do a number of things, such as extend vote times up to midnight, increase the number of election officers at a polling station, determine what is satisfactory proof of identity and residence, adjust the timeline of election tasks other than polling days, and do whatever is needed to address health and safety.
I understand that we need some flexibility because the COVID situation is dynamic, but there needs to be some kind of oversight in order to protect a tried and true democratic process. Canadians have confidence in our process, and I think potentially having the oversight of a member representative, for example, one from each party that is represented here in the House, might be a good way to get a balance between giving the electoral officer the ability to be flexible to react to COVID situations and making sure that any changes that are put in place are felt to be fair by all.
In terms of the voting hours being extended to midnight, the only concern I have there is that in some ridings, such as my own, many people working the polling stations are seniors. If they had to be up multiple nights until midnight, that could be taxing on them, especially in this difficult period. That is something to think about.
The changes would go into effect 90 days after royal assent, but the Chief Electoral Officer could accelerate that. In speaking to some of the returning officers across the country, they have already been trained on these changes, even before we have talked about it here in Parliament, which I do not think is acceptable. Certainly a conversation should be held with the Chief Electoral Officer as to how much time they need in order to make sure they would be prepared. That is something the committee could consider when the bill goes back there.
The writ period being slightly longer due to the additional days is not necessarily a bad thing because, with all of the mail-in ballots we expect to see, perhaps an increase from the current 50,000 to five million or even 10 million, we need to make sure there is enough time to get those ballots out to people who request them, and for them to mail them back.
We know with the volumes we see around Christmas that sometimes there are delays with Canada Post, so that is a consideration. I would strongly recommend that we go to the longer electoral writ period. I certainly think that was the testimony of the Chief Electoral Officer and many of the stakeholders that were heard at PROC.
Another change would be that the location of polls could be changed as long as it is published on the chief electoral web page. We need to be very careful with that one to make sure that people do not get confused about where they need to go to vote.
Having reception boxes installed at each of the polling stations to receive mail-in ballots is a very good idea. This is going to make sure that people who have left it too late or are concerned that the ballot may not arrive in time through Canada Post because of the volume, can go to the nearby polling station and deposit those mail-in ballots. This is something that was tried in the B.C. election and was very successful. I really think it is a great idea.
In terms of allowing mail-in ballots to be counted after the election if the Monday is a holiday, I would say that we have a tried and true election process. Canadians have confidence in it. We do not have the same issues they have in other places, and we have to be very careful not to make any changes that are not needed in order to protect people from the COVID-19 pandemic. With the measures such as ballot boxes at the different polling stations for late mail-in ballots and things like that, this is really not something that is needed.
Allowing an electronic application for the mail-in ballot is something that people will want. The only thing that needs to be considered is the fact that many people, some of whom are seniors, will not necessarily have a printer with which they can photocopy their ID when they have to mail back their package. Some consideration of how that is going to be addressed from the point of view of capacity would be good as well.
As to long-term care institutions, we heard testimony at PROC that they were looking for the minimum amount of time and the minimum amount of interaction to minimize the risk from COVID. The legislation says that there will be 13 days for voting in long-term care, but not to exceed 28 hours. That is really much longer than what the long-term care folks wanted. They had envisioned people from Elections Canada coming in to potentially administer the vote from room to room to room for those who did not choose a mail-in ballot.
In addition, some of the folks I have spoken to have said that, should there be an election in a pandemic, they would want to make sure that the people working the election could have priority access to getting vaccinated, if they so choose, before the actual voting days. That is another consideration.
Rapid tests was another topic discussed. The use of rapid tests to ensure confidence that those going into the long-term care facilities did not add risk would be something to consider as well.
In terms of things that were not considered in this legislation that should be fixed or added, the sunset clause is in the summary, but it is not in the bill. There should be some statement that says whether we want these changes to be permanent, or whether we want these changes to fade after the pandemic is over, or some kind of provision like that.
I appreciated the point made about collection of signatures by the member for Saanich—Gulf Islands, with candidates being required to have those 100 signatures and that in a pandemic that it is probably not the best idea. It is going to be more difficult to do.
We should be looking at all the procedures related to candidates. Scrutineering would be another one. It is not clear in the legislation how we are going to do that, but one of the things that gives people confidence in the process is that there are scrutineers. If they have to stand six feet away from people, logistically, will they be able to see the ballots? How will we address that?
Concerning these mail-in ballots, I understand there was an error in the legislation and that the English version says something different from the French version, and that the Speaker clarified that the French version was correct. The local returning office is going to be where those mail-in ballots go. Depending on the volume there, how many people will be needed to scrutineer? Those details are not in the legislation, and so certainly that is a consideration to keep in mind to maintain the high confidence Canadians have in the electoral process.
We want to make sure that the mechanism to prevent double voting is in place. With the local returning offices being involved, they will then have a very easy way to take the voter's list and, once people have requested a mail-in ballot, to make sure that unless the mail-in ballot is returned, they would not be able to vote at the polling stations as well, and that sort of thing. That would be very important.
The main thing about this bill is that we want to protect the workers and the voters, and we want to do that in a way that continues to uphold the confidence that Canadians have in the electoral process in Canada.
I am a little disappointed that the Liberals introduced this legislation without waiting for the report from the PROC committee. That committee heard testimony from a lot of different kinds of people, from the disabled to our first nations people, on a lot of the specific considerations that would be needed to fine-tune this process and make sure it is suitable for every Canadian to have equal access to vote. To make sure that the process is well understood, one of the considerations when it comes to implementing a change is that the changes have to be well understood, or there will be confusion and people may not want to vote.
Let me just summarize again that Canadians do not want an election during the pandemic. They have been clear about that. We need to do everything that we can. I see committees being filibustered and some of the antics that are going on, which slow down the work that committees are trying to do. That is not helpful. We need to work together, as Parliament, and get through this pandemic. That has to be the priority and it behooves us to make that the case.
The additional thing I wanted to talk about was the changes for health and wellness. I do not think we have enough definition around that and the additional powers with the electoral officer. That will need some consideration when this goes to committee.
It is worth hearing from some of the stakeholders again to better define things like the long-term care facilities and how we are going to do that, especially with those on lockdown. What are we going to do in that scenario? There is more conversation to be held, but I see my time is up.
Madame la Présidente, c'est un plaisir de prendre la parole au sujet du projet de loi C-19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada, qui vise à assurer la tenue d'élections en toute sécurité dans le contexte d'une pandémie.
D'entrée de jeu, je dirais que les Canadiens ne veulent pas d'élections en temps de pandémie. Les seules personnes qui veulent des élections pendant une pandémie sont les libéraux, qui font passer leurs intérêts partisans avant la santé et la sécurité des Canadiens.
Les sondages confirment mes propos. Lorsqu'on a demandé aux Canadiens s'ils veulent des élections et à quel moment, 47 % des répondants ont dit vouloir qu'elles soient organisées en 2023, comme c'est déjà prévu, et 10 %, en 2022. En tout, 70 % des partisans libéraux veulent que ce soit en 2023.
Le premier ministre doit écouter les Canadiens. Nous avons vu les conséquences désastreuses lorsque la Colombie-Britannique et la Saskatchewan ont organisé leurs élections: le nombre de cas de COVID-19 est monté en flèche. Je sais que certains croient que c'est seulement à cause de la fin de semaine de l'Action de grâces, mais on s'est très sérieusement interrogé sur l'incidence du moment choisi pour les élections. Nous savons ce qui est arrivé à Terre-Neuve et que la situation de la COVID-19 peut changer. Nous l'avons constaté d'un bout à l'autre du pays. Certaines régions peuvent avoir une flambée du nombre de cas et, tout d'un coup, elles se retrouvent dans une situation différente.
En tant que leaders, nous avons tous la responsabilité d'être à l'écoute des Canadiens et de donner priorité à leur santé et à leur bien-être. Je dirais que nous devons, d'abord et avant tout, faire tout notre possible pour éviter la tenue d'élections en pleine pandémie. Il est ridicule de penser qu'on pourrait avoir une élection générale alors que les gens ne peuvent pas voyager, qu'il serait raisonnable de tenir des élections alors que des régions sont confinées. Je ne pourrai jamais trop insister sur le fait qu'en tant que leaders du pays, nous devons absolument éviter de mettre les gens en danger.
Pour ce qui est des changements proposés, j'ai l'intention de les aborder à tour de rôle. Je parlerai tout d'abord de l'idée d'augmenter le nombre de jours de vote et de faire en sorte que le vote ait lieu le samedi, le dimanche et le lundi. Ce projet de loi vise avant tout à protéger du mieux possible les personnes qui travaillent aux élections ainsi que les électeurs. Toute mesure qui permettra d'espacer les gens et de leur donner plus de temps pour voter sera donc très utile.
Certains se sont demandé s'il y a des autobus pendant la fin de semaine dans certains secteurs. Si cela est un problème, les gens qui le désirent pourront encore voter le lundi, conformément à la tradition.
Certains ont aussi exprimé des inquiétudes parce que certaines églises sont ouvertes le samedi et d'autres le dimanche et que cela pourrait avoir une incidence sur l'emplacement des bureaux de scrutin. Je pense que le gouvernement devrait envisager de changer les heures d'ouverture des bureaux de scrutin le samedi et le dimanche pour éviter qu'on élimine des endroits qui offrent beaucoup d'espace et qui se prêtent bien aux protocoles et aux mesures de distanciation à observer en raison de la COVID-19.
Le changement suivant consisterait à accorder des pouvoirs supplémentaires au directeur général des élections pour qu'il puisse notamment prolonger les heures de scrutin jusqu'à minuit, accroître le nombre de fonctionnaires électoraux affectés à un bureau de scrutin, déterminer ce qui constitue une preuve d'identité et de résidence acceptable, ajuster l'échéancier des tâches électorales autres que celles accomplies les journées de scrutin et prendre toutes les mesures de santé et de sécurité nécessaires.
Je suis consciente que nous devons avoir une certaine marge de manœuvre pour pouvoir répondre à l'évolution de la pandémie de COVID-19, mais il faut qu'il y ait des mesures de surveillance pour protéger un processus démocratique déjà éprouvé. Les Canadiens ont confiance dans notre processus, et je pense que le fait de pouvoir compter sur la surveillance d'un représentant de chaque parti, par exemple, pourrait être une bonne façon d'assurer un certain équilibre de manière à ce qu'on puisse à la fois permettre au fonctionnaire électoral de s'adapter en fonction de la pandémie et veiller à ce que tout changement mis en place soit jugé équitable par tous.
Pour ce qui est de la prolongation des heures de scrutin jusqu'à minuit, ma seule préoccupation vient du fait que, dans certaines circonscriptions, dont la mienne, nombre des personnes qui travaillent aux bureaux de scrutin sont des aînés. Le fait de devoir rester éveillé plusieurs soirs jusqu'à minuit pourrait être pénible pour eux, surtout en cette période difficile. Il faudrait y réfléchir.
Les changements entreraient en vigueur 90 jours après la sanction royale, mais le directeur général des élections pourrait raccourcir cette période. À la lumière des discussions que j'ai eues avec certains directeurs de scrutin à l'échelle du pays, j'ai constaté qu'ils ont déjà reçu de la formation sur ces changements avant même que l'on en discute au Parlement, ce que je trouve inacceptable. Bien entendu, des discussions devraient avoir lieu avec le directeur général des élections pour déterminer combien de temps il faudrait pour se préparer. Le comité pourrait prendre cet élément en considération dans le cadre de son examen du projet de loi.
Que la période préélectorale soit légèrement plus longue en raison du nombre additionnel de jours ne constitue pas nécessairement une mauvaise chose en soi, parce qu'avec tous les bulletins de vote postal qu'on s'attend à recevoir — 5 millions, voire 10 millions, au lieu des 50 000 que l'on reçoit à l'heure actuelle — nous devons nous assurer de disposer d'assez de temps pour faire parvenir les bulletins de vote à ceux qui les demandent et pour que ces personnes puissent nous les retourner par la poste.
Nous savons que, lorsque le volume du courrier est grand, par exemple, dans le temps des Fêtes, Postes Canada accuse parfois des retards. Il faut donc y penser. Je nous recommanderais fortement d'opter pour la période préélectorale la plus longue. Je crois que c'était l'essentiel des témoignages du directeur général des élections et de nombreux intervenants entendus au comité de la procédure et des affaires de la Chambre.
Parmi les modifications proposées, l'emplacement des bureaux de scrutin pourrait être changé si l'information est publiée sur la page Web du directeur général des élections. Il faut faire preuve d'une grande prudence à ce sujet: il ne doit y avoir aucune confusion quant à l'endroit où les gens doivent aller voter.
L'installation de boîtes de réception à tous les bureaux de scrutin pour les bulletins de vote postal est une très bonne idée. Ainsi, pour les gens qui ont attendu à la dernière minute ou qui craignent que leur bulletin de vote ne soit pas reçu à temps en raison du volume de courrier traité par Postes Canada, il sera possible de se rendre au bureau de scrutin pour y laisser leur bulletin de vote postal. Cette formule a été mise à l'essai dans le cadre des élections en Colombie-Britannique, et les résultats ont été très concluants. Je suis convaincue qu'il s'agit d'une excellente idée.
En ce qui concerne le décompte des bulletins de vote postal après les élections si le dernier jour du scrutin, le lundi, est un jour férié, je dirais que nous avons un processus électoral qui a fait ses preuves. Les Canadiens lui font confiance. Nous n'avons pas les mêmes problèmes que dans d'autres régions du monde. Néanmoins, nous devons prendre garde de ne pas apporter des changements qui ne sont pas nécessaires pour protéger la population contre la COVID-19. Grâce aux mesures comme l'installation de boîtes de réception aux bureaux de scrutin pour les bulletins de vote postal de dernière minute, ce changement n'est vraiment pas nécessaire.
Les gens seront favorables à l'inscription en ligne pour le vote postal. Le seul facteur qu'il faut prendre en considération est que de nombreuses personnes, y compris des aînés, n'auront pas forcément d'imprimante pour photocopier leur pièce d'identité quand elles devront renvoyer par la poste leur trousse. Ce serait aussi une bonne idée de déterminer comment nous pourrons régler ce problème.
Quant aux établissements de soins de longue durée, des témoins ont dit au comité de la procédure et des affaires de la Chambre qu'ils cherchaient à réduire au minimum la durée du vote et les interactions afin de minimiser le risque de contracter la COVID. D'après le projet de loi, la période du scrutin sera de 13 jours dans les établissements de soins de longue durée, mais le bureau ne pourra pas être ouvert pendant plus de 28 heures durant cette période. C'est vraiment bien plus long que ce que souhaitaient les résidants de ces établissements. Ils croyaient que les gens d'Élections Canada viendraient administrer le vote de chambre en chambre pour ceux qui n'ont pas choisi de voter par la poste.
En outre, certains des gens auxquels j'ai parlé ont dit que, si des élections ont lieu durant la pandémie, ils voudraient s'assurer que les travailleurs électoraux reçoivent le vaccin en priorité, si tel est leur choix, avant la période du scrutin. C'est un autre facteur à prendre en considération.
Nous avons également discuté des tests de dépistage rapide. Il faudrait également envisager l'utilisation de ces tests pour veiller à ce que les gens entrant dans les établissements de soins de longue durée ne mettent pas davantage à risque les résidants.
Il y a des lacunes qui devraient être corrigées et des mesures qui devraient être prises qui ne sont pas incluses dans le projet de loi. Par exemple, la disposition de caducité est mentionnée dans le résumé, mais pas dans le projet de loi. Il devrait y avoir un énoncé ou une disposition qui précise si nous souhaitons que ces modifications soient permanentes, ou qu'elles disparaissent après la fin de la pandémie.
Je comprends le point soulevé par la députée de Saanich—Gulf Islands à propos de l'obtention des signatures, étant donné que les candidats doivent obtenir ces 100 signatures et, pendant une pandémie, ce n'est peut-être pas une bonne idée. Cela va être plus difficile.
Nous devrions examiner toutes les procédures qui concernent les candidats et aussi la surveillance électorale. La mesure législative n'indique pas clairement comment nous allons procéder, mais l'une des choses qui donnent confiance aux gens dans le processus, c'est la présence de scrutateurs. Si les scrutateurs doivent se tenir à six pieds des gens, d'un point de vue logistique, seront-ils en mesure de voir les bulletins de vote? Comment allons-nous résoudre ce problème?
En ce qui concerne les bulletins de vote postal, je crois comprendre qu'il y a eu une erreur dans le projet de loi et que la version anglaise dit quelque chose de différent de la version française. Cependant, le Président a indiqué que la version française était correcte. C'est au bureau de scrutin local que les bulletins de vote postal seront envoyés. Selon le nombre de bulletins envoyés, combien de personnes faudra-t-il pour surveiller le scrutin? Ces détails ne figurent pas dans le projet de loi. Il faut certainement garder cela à l'esprit si nous voulons maintenir la grande confiance que les Canadiens ont dans le processus électoral.
Nous voulons nous assurer que le mécanisme de prévention des votes multiples soit en place. Puisque l'on fait intervenir les bureaux de scrutin locaux, ceux-ci auront un moyen facile de surveiller la liste des électeurs pour empêcher toute personne ayant demandé un bulletin de vote postal de voter aux urnes à moins qu'elle ne retourne son bulletin de vote postal vierge. Ce genre de chose est très important.
En ce qui concerne ce projet de loi, nous voulons surtout protéger les travailleurs et les électeurs et maintenir la confiance des Canadiens dans le processus électoral du Canada.
Je suis légèrement déçue que les libéraux aient présenté ce projet de loi sans attendre la publication du rapport du comité de la procédure et des affaires de la Chambre. Ce comité a entendu le témoignage de beaucoup de gens de divers horizons, notamment de personnes handicapées et de membres de Premières Nations, concernant de nombreux facteurs précis dont il faut tenir compte pour parfaire le processus et le rendre convenable afin que l'ensemble des Canadiens jouisse de la même possibilité d'exercer son droit de vote. Pour que le processus soit bien compris, tout changement doit être bien compris, sans quoi cela crée de la confusion, ce qui risque de décourager certaines personnes de voter.
Je veux simplement dire une fois de plus en bref que les Canadiens ne veulent pas d'une élection pendant la pandémie. Ils ont été très clairs à ce sujet. Nous devons tout faire pour l'éviter. Je vois l'obstruction qui est pratiquée dans les comités et toutes sortes de manigances destinées à ralentir les travaux que les comités tentent de mener. Ce n'est pas utile. Nous devons, en tant qu'assemblée législative, collaborer et traverser la pandémie. Ce doit être notre priorité et il incombe à chacun de travailler en ce sens.
L'autre point que je voulais soulever concerne les changements relatifs à la santé et au bien-être. Je ne crois pas que nous ayons adéquatement défini cette question ni les pouvoirs supplémentaires accordés au directeur général des élections. Il faudra étudier ce point lorsque le projet de loi sera renvoyé au comité.
Il vaudrait la peine d'entendre de nouveau certains des intervenants afin de mieux définir des éléments comme les établissements de soins de longue durée et la façon de procéder, en particulier dans le cas des établissements en confinement. Que ferons-nous si une telle situation survient? Il faut en discuter davantage, mais je vois que mon temps est écoulé.
View Marwan Tabbara Profile
Ind. (ON)
Madam Speaker, we know that reliable, public transportation will be essential as we build toward economic recovery. Public transit links can widen people's job search area and is essential for lower-income groups who lack access to vehicles. Tech companies in the Waterloo region have also advocated for increased public transportation, as highly skilled workers are more likely to travel longer distances for well-paying jobs.
Can the minister please explain what the government is doing to help ensure that we have cleaner and more sustainable transit?
Madame la Présidente, nous savons que des transports en commun fiables seront essentiels à nos efforts de reprise économique. Les réseaux de transport en commun permettent aux gens d'agrandir le rayon dans lequel ils peuvent effectuer une recherche d'emploi et sont essentiels pour les personnes à faible revenu qui n'ont pas de voiture. Des entreprises de technologie dans la région de Waterloo ont également milité en faveur d'un agrandissement du réseau de transport en commun, car les travailleurs hautement qualifiés sont plus enclins à parcourir de plus longues distances pour des emplois bien rémunérés.
La ministre peut-elle nous expliquer ce que fait le gouvernement pour créer un système de transport en commun plus vert et plus durable?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2021-03-12 12:07 [p.4983]
Madam Speaker, I would like to thank the member for Kitchener South—Hespeler for his commitment to public transit. Good transit, like the ION LRT in Kitchener-Waterloo, helps people get around the community whether they are heading downtown to the university or over to the Kitchener market. This is about getting cars off the road so that people do not waste time and money in traffic polluting our air.
Last month, our government announced almost $15 billion in new funding for public transit to support major projects like subways, LRTs, zero-emission buses, and bike and walking paths. That funding will start immediately so that we can create good jobs building out public transit all across Canada.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier le député de Kitchener-Sud—Hespeler de son engagement dans le dossier du transport en commun. Des systèmes de transport en commun efficaces, comme le train léger ION, à Kitchener-Waterloo, permettent aux gens de se déplacer au sein de leur collectivité, que ce soit pour aller à l'université au centre-ville ou au marché de Kitchener. L'idée, c'est de retirer des voitures de la circulation afin que les gens ne perdent plus leur temps et leur argent dans les embouteillages, qui sont une source de pollution.
Le mois dernier, le gouvernement a annoncé près de 15 milliards de dollars de nouveaux fonds pour le transport en commun, qui serviront entre autres à financer d'importants projets comme la création de lignes de métro et de réseaux de train léger, l'acquisition d'autobus zéro émission et l'aménagement de pistes cyclables et de sentiers pédestres. Ce nouveau financement a commencé à être versé immédiatement en vue de créer de bons emplois liés à la construction de réseaux de transport en commun partout au pays.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2021-02-26 12:07 [p.4613]
Madam Speaker, in Vimy, many of my constituents rely on safe, reliable and affordable public transit every day.
Can the Minister of Infrastructure explain how the new permanent public transit fund will help communities develop their public transit networks, while growing the economy and fighting climate change?
Madame la Présidente, à Vimy, beaucoup de mes électeurs comptent chaque jour sur des transports en commun sécuritaires, fiables et abordables.
La ministre de l'Infrastructure peut-elle expliquer comment le nouveau fonds permanent pour le transport en commun permettra aux collectivités de développer leurs réseaux de transport en commun, tout en faisant croître l'économie et en luttant contre les changements climatiques?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2021-02-26 12:07 [p.4613]
Madam Speaker, I thank the hon. member for Vimy for the question. There is no question that municipalities need predictable funding for public transit in order to plan and develop projects to help people get around in a clean, quick and cost-effective way.
These historic investments in public transit seek to truly help Canadians get around more quickly and in a more green and affordable way while creating good jobs, fighting climate change and creating cleaner communities.
Madame la Présidente, je remercie la députée de Vimy de sa question. Il est sûr que les municipalités ont besoin de financement prévisible pour le transport en commun, afin de planifier et réaliser des projets qui aident les gens à se déplacer de manière propre, rapide et économique.
Ces investissements historiques dans le transport en commun visent vraiment à aider les Canadiens à se déplacer d'une manière plus rapide, plus propre et plus abordable, tout en créant de bons emplois, en luttant contre les changements climatiques et en créant des communautés plus propres.
View Helena Jaczek Profile
Lib. (ON)
View Helena Jaczek Profile
2021-02-16 14:47 [p.4135]
Mr. Speaker, York Region, particularly Markham, Richmond Hill and Vaughan, and the city of Toronto, continue to grow each year. That means more cars on the road, more time spent getting around our region and more pollution in the air each day.
Can the minister update the House on our commitment to fund major transit projects and our plans to establish a permanent public transit fund?
Monsieur le Président, la région d'York, particulièrement Markham, Richmond Hill et Vaughan, et la ville de Toronto, ne cesse de croître d'année en année. Par conséquent, on compte davantage de voitures sur la route, il faut plus de temps pour se déplacer dans la région et la pollution ne cesse d'augmenter.
La ministre pourrait-elle faire le point, à l'intention de la Chambre, sur l'engagement que le gouvernement a pris de financer les grands projets de transport en commun et sur son projet de créer un fonds permanent pour le transport en commun?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2021-02-16 14:48 [p.4135]
Mr. Speaker, I thank the member for Markham—Stouffville for her commitment to public transit.
I understand the pain of sitting in a traffic jam on the Don Valley Parkway. It wastes people's time while polluting our air. Last week, our government announced $15 billion in new funding for public transit as well as $3 billion ongoing, as permanent public transit money, to support major projects like subways, zero-emission buses and bike paths. This is about public transit that will help Canadians get around in faster, cleaner and more affordable ways.
Monsieur le Président, je remercie la députée de Markham—Stouffville de son engagement à l'égard du transport en commun.
Je sais à quel point il est difficile d'être pris dans un embouteillage sur la promenade Don Valley. C'est une véritable perte de temps et une source de pollution atmosphérique. La semaine dernière, le gouvernement a annoncé un nouveau financement de 15 milliards de dollars pour soutenir de grands projets liés au métro, aux autobus zéro émission et aux pistes cyclables. Cette nouvelle enveloppe s'ajoute au financement permanent de 3 milliards de dollars au titre du transport en commun. L'objectif consiste à créer un réseau de transport en commun qui aide les Canadiens à se déplacer plus rapidement, à moindre coût et en polluant moins.
View Patrick Weiler Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, it is a privilege to lend my voice in support of the fall economic statement, more commonly referred to as the FES.
As we continue to combat the COVID-19 pandemic, our foremost commitment remains supporting the resilience of our people and businesses. To uphold this commitment, our government has provided an unprecedented $407 billion in overall support to keep Canadians and Canadian business afloat.
In doing so, the federal government has provided more than $8 out of every $10 spent in Canada to fight COVID-19 and to support Canadians through these challenging times. The significant investments we have made, in public health, in the provision of medical supplies and personal protective equipment, in income support and paid sick leave, have very much helped slow the spread of the virus. Our commitment of an additional $1 billion to a new safe long-term care fund will help ensure that seniors live in safe and dignified conditions and have exceptional infection prevention and control.
As a result of these efforts, apart from the island nation of Japan, Canada has the lowest peak new-infection rate among G7 nations in wave one and the lowest rate of new infections in wave two.
Canada has also experienced a rebound that is both vaster and stronger than initially forecast in the July economic and fiscal portrait, and which compares very well with its international counterparts. Whereas only about half of the American jobs lost through the pandemic have returned, in Canada 80% of these jobs have been recovered. British Columbia has very much been a leader in this regard, with 98.7% of the job losses recouped. These numbers are truly astounding when we consider the makeup of the B.C. economy and the economic sectors that have been hardest hit.
While it is always paramount that federal spending addresses the needs and desires of all Canadians, it is especially gratifying to discuss a fall economic statement that speaks to the most pressing and distinct concerns of British Columbia. I know, from speaking with business owners and non-profit representatives in my riding, that the federal supports that have been extended and expanded in the fall economic statement are, in so many cases, the only reasons why businesses have been able to keep their doors open and workers employed.
The Canada emergency wage subsidy, which has protected 3.9 million jobs across the country, is being extended until June and increased to a maximum subsidy rate of 75% so that employers can keep their workers through these challenging months. For small businesses, the Canada emergency business account has provided critical liquidity; and the Canada emergency rent subsidy has helped businesses with fixed costs, direct from the federal government to tenants, with additional support in the case of government-ordered closures.
While these subsidies have helped bolster our economy and protect our businesses, we also recognize that crucial sectors, such as tourism and hospitality and the arts, have been disproportionately impacted by the necessary travel restrictions and limitations on gatherings. This is certainly true in B.C., where tourism is one of our largest economic sectors, and it is especially relevant in my riding, where the resort municipality of Whistler alone, which has 12,000 permanent residents, is responsible for a quarter of the annual tourism export revenue for the whole province of British Columbia. Of course, our borders are now closed to non-essential travel. For this reason, the fall economic statement would create the highly affected sectors credit availability program to offer 100% government-guaranteed, low-interest loans of up to $1 million over extended terms for heavily impacted businesses. This program will be available very shortly from financial institutions.
We are also proposing a $500 million top-up for our regional development agencies for a total of $2 billion, so they can continue to support small business owners who otherwise would be unable to access the federal pandemic support programs, through the regional relief and recovery fund. Importantly, 25% of these funds is earmarked to support our local tourism businesses.
Given the unique and diverse economy in B.C., it has been a very long-standing priority to establish a separate regional development agency for our province. Previously, a single office in Vancouver was designated to serve over five million British Columbians. This is in very stark contrast to the 28 offices for the Atlantic Canada Opportunities Agency, which serve a population that is less than half of B.C.'s. That is why it is so important that the fall economic statement committed to splitting Western Economic Diversification into two distinct agencies: one for British Columbia and one for our prairie neighbours. This would allow for better service for both regions to help with the important sector transformations taking place and allow these regions to take advantage of the distinct economic opportunities that present themselves.
My riding of West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country is the most unaffordable region in the country that is not solely situated in an urban core. While the programs our government introduced have lifted over a million Canadians out of poverty since 2015, our work on addressing that affordability crisis is far from complete. However, the fall economic statement makes continued progress in this important direction.
All Canadians have the right to safety and shelter, as well as the ability to live comfortably as part of their community, but the pandemic has exacerbated the number of our most vulnerable community members who are facing housing insecurity. That is why our government has created the $1-billion rapid housing initiative to further the construction of modular housing, as well as the acquisition of land and conversions of existing buildings into supportive housing units. This program follows along some amazing leadership we have seen from cities such as Vancouver and Victoria.
For many in my generation, the idea of home ownership in our community is just a dream. To address the long-standing challenge of the lack of affordable housing, we are proposing to expand the rental construction financing initiative by $12 billion to continue to provide low-interest loans and mortgage insurance to support the construction of purpose-built affordable rental housing.
Since its inception in 2017, 30% of the initiative's investments nationwide have gone to British Columbia, including the recent construction of a 24-unit affordable rental housing building in Whistler, which will be managed by the Whistler Housing Authority to ensure affordable rental levels are maintained for the next 50 years.
Alongside housing concerns, many in my riding are under strain from a lack of affordable and accessible child care. In Squamish and Pemberton, for instance, there is a three-year minimum wait-list to receive licensed child care. In the meantime, parents are having to balance exhausting hours of dual work days against expensive and unlicensed private care.
To provide immediate relief for families with young children, the government is introducing a temporary and immediate support for low and middle-income families that are entitled to the Canada child benefit, raising the maximum benefit of $6,765 per child under the age of six by an additional $1,200 in 2021.
To address our long-term child care needs, the government is proposing to provide $420 million in the 2021-22 year for provinces and territories to support the attraction and retention of early childhood educators and workers by supplying grants and bursaries for students studying early childhood education.
Capilano University recently launched early childhood education programs in both Sechelt and Squamish in order to address this high demand for educators. This funding will support efforts like these, which, along with eliminating wage and infrastructure barriers, are crucial for us to meet the growing demand for educators right across B.C. and Canada.
The FES also commits to setting up a federal secretariat for early learning and child care to support the development of a Canada-wide system. We know this is not just sound policy to improve the lives of families, reduce gender inequalities and give children the best chance at success. It has also been widely identified by experts, including our former Bank of Canada governor Stephen Poloz, as one of the top two initiatives that could grow our GDP more than anything else.
The COVID-19 pandemic has exacerbated the existing and more deadly health crisis in B.C. The pandemic-imposed restrictions have had a cascading effect that have led to a more toxic and lethal supply of drugs, leading to 1,500 deaths in B.C. as part of the opioid epidemic last year.
To support Canadians struggling with substance abuse, we will provide an additional $66 million over two years to support community-based organizations responding to the opioid crisis. Funding like this will be vital for the creation and continuation of safe consumption and overdose prevention sites, such as the safe consumption site that opened in Squamish this past year and the one that opened in Sechelt as well.
While the pandemic has drastically curtailed the use of public transit across the country, it remains a critical link for essential workers and others. For this reason, we provided over a half-billion in support for public transit in B.C. under the safe restart agreement. We know once the pandemic is over ridership will rebound quickly in places such as metro Vancouver, which had the fastest-growing ridership of any public system in Canada and the U.S. prior to the pandemic.
To meet this growing demand, numerous projects are being planned or are under construction to expand this service. All orders of government on the north shore are working together as part of next step to alleviate congestion and improve public transit both to and from the north shore. I am pleased the federal government is stepping up to provide permanent public transit funding to support a lot of these efforts going forward.
The measures I have outlined in this speech are just some of the many way that the FES will help bridge British Columbians and Canadians through the pandemic by providing support for the Canadians and Canadian businesses that need it most. The FES also has a number of down payments on larger programs that set the stage to build back better to a greener, more inclusive and more resilient country on the other side of the pandemic.
These measures, among others, will be part of the $70 billion to $100 billion in stimulus over three years to ensure our economy comes back stronger and more resilient than before. The FES is good for British Columbians. It is good for Canadians and I urge my—
Monsieur le Président, c’est un privilège pour moi d’appuyer l’énoncé économique de l’automne.
Tandis que nous continuions à combattre la pandémie de COVID-19, notre principal engagement demeure le soutien de la résilience de nos gens et de nos entreprises. Pour respecter cet engagement, notre gouvernement a fourni un soutien global sans précédent de 407 milliards de dollars pour maintenir les Canadiens et les entreprises canadiennes à flot.
Ce faisant, le gouvernement fédéral a fourni plus de 8 $ de tranche de 10 $ dépensés au Canada pour lutter contre la COVID-19 et pour soutenir les Canadiens en ces temps difficiles. Les investissements importants que nous avons faits en santé publique, en fournitures médicales et équipement de protection individuelle, en soutien du revenu et en congés de maladie payés, ont beaucoup contribué à ralentir la propagation du virus. Notre engagement de 1 milliard de dollars supplémentaires pour un nouveau fonds de soins de longue durée sûr contribuera à garantir que les personnes âgées vivent dans des conditions sûres et dignes, et bénéficient d’une prévention et d’un contrôle des infections exceptionnel.
Grâce à ces efforts, à l’exception de l’île du Japon, le Canada a le taux de pointe d’infections le plus bas des pays du G7 pour la première vague et le taux le plus bas de nouvelles infections pour la deuxième vague.
Le Canada a également connu une reprise plus vaste et plus vigoureuse que prévue initialement dans le portrait économique et budgétaire de juillet, et elle est tout à fait comparable à celle de ses pendants étrangers. Alors que les États-Unis ont retrouvé seulement environ la moitié des emplois perdus au cours de la pandémie, le Canada, lui, en a retrouvé 80 %. La Colombie-Britannique a fait figure de véritable chef de file à cet égard car elle a retrouvé 98,7 % des emplois perdus. Ces chiffres sont vraiment renversants quand on tient compte de la composition de l'économie de la Colombie-Britannique et des secteurs économiques les plus durement touchés.
Il est toujours primordial que les dépenses fédérales répondent aux besoins et aux souhaits de l'ensemble des Canadiens, mais il est particulièrement gratifiant de discuter de l'énoncé économique de l'automne qui porte sur les préoccupations les plus pressantes propres à la Colombie-Britannique. Pour avoir parlé avec des propriétaires d'entreprise et des représentants d'organismes à but non lucratif de ma circonscription, je sais que les programmes d'aide fédéraux qui ont été prolongés et bonifiés dans l'énoncé économique de l'automne sont, dans bien des cas, la seule raison pour laquelle certaines entreprises ont pu poursuivre leurs activités et garder leurs employés.
La Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a permis de protéger 3,9 millions d'emplois dans tout le pays, a été prolongée jusqu'en juin, et le taux de subvention maximal a été porté à 75 % afin que les employeurs puissent garder leurs travailleurs au cours de ces mois difficiles. En ce qui a trait aux petites entreprises, le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes leur a fourni des liquidités essentielles. De plus, la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer a aidé les entreprises à assumer leurs coûts fixes, grâce à une aide fédérale offerte directement aux locataires, le tout accompagné d'un soutien supplémentaire dans le cas de fermetures ordonnées par le gouvernement.
Bien que ces subventions aient contribué à soutenir l'économie du pays et à protéger les entreprises canadiennes, nous reconnaissons également que les restrictions nécessaires en matière de voyages et de rassemblements ont nui de façon démesurée à des secteurs cruciaux, comme le tourisme, l'hôtellerie et les arts. C'est certes le cas en Colombie-Britannique, où le tourisme est l'un des principaux secteurs économiques, et c'est d'autant plus vrai dans ma circonscription, où la municipalité de villégiature de Whistler, qui compte à elle seule 12 000 habitants, est à l'origine du quart des recettes annuelles d'exportation du tourisme pour l'ensemble de la province. Bien entendu, nos frontières sont actuellement fermées aux déplacements non essentiels. Voilà pourquoi l'énoncé économique de l'automne prévoit la création du Programme de crédit pour les secteurs durement touchés afin d'accorder des prêts à faible taux d'intérêt, garantis à 100 % par l'État, pouvant atteindre 1 million de dollars, et assortis de périodes prolongées de remboursement à l'intention des entreprises durement touchées. Ce programme sera accessible sous peu auprès des institutions financières.
Nous proposons aussi d'accorder, par l'entremise du Fonds d'aide et de relance régionale, 500 millions de dollars de plus aux agences de développement régional, pour un total de 2 milliards de dollars, afin qu'elles puissent continuer de soutenir les chefs de petites entreprises qui, sans cette aide, ne pourraient plus bénéficier des programmes fédéraux de soutien. Il faut savoir que 25 % de ces fonds seront affectés aux entreprises touristiques régionales.
Compte tenu du caractère unique et de la diversité de l'économie de la Colombie-Britannique, il s'impose depuis très longtemps de créer une agence de développement régional distincte pour cette province. Jusqu'ici, un seul bureau, à Vancouver, devait desservir plus de 5 millions de Britanno-Colombiens. L'existence de ce seul bureau détonne complètement par rapport aux 28 bureaux de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique. C'est pour cette raison que nous nous sommes engagés, dans l'énoncé économique de l'automne, à scinder Diversification de l'économie de l'Ouest Canada en deux organismes distincts: l'un pour la Colombie-Britannique et l'autre pour les Prairies voisines. Ces deux organismes pourraient ainsi offrir de meilleurs services aux deux régions, faciliter la transformation des secteurs qui est en cours et permettre à chacune de ces régions de mieux tirer profit des débouchés économiques qui s'offrent à elle.
La circonscription de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country que je représente se trouve dans la région qui n’est pas constituée uniquement d’un noyau urbain et où le coût de la vie est le plus élevé au pays. Même si les programmes que notre gouvernement a mis en place ont permis à plus d’un million de Canadiens de se sortir de la pauvreté depuis 2015, notre travail pour remédier à cette crise d’abordabilité est loin d’être terminé, mais l’énoncé économique de l’automne nous a permis de faire des progrès en ce sens.
Tous les Canadiens ont droit à la sécurité et au logement, ainsi qu’à la possibilité de vivre convenablement dans leur collectivité, mais la pandémie a fait grimper le nombre de personnes les plus vulnérables de la collectivité qui sont confrontées à l’insécurité en matière de logement. C’est pourquoi notre gouvernement a lancé l’Initiative pour la création rapide de logements d’une valeur de 1 milliard de dollars, afin de favoriser la construction de logements modulaires, ainsi que l’acquisition de terrains et la conversion d’immeubles existants pour y aménager des logements supervisés. Ce programme s'inspire du leadership extraordinaire dont ont fait preuve des villes comme Vancouver et Victoria.
Pour beaucoup de gens de ma génération, l’accession à la propriété dans la collectivité que je représente n’est qu’un rêve. Pour remédier au problème de longue date que pose la pénurie de logements abordables, nous proposons d’élargir l’initiative Financement de la construction de logements locatifs de 12 milliards de dollars, afin de continuer à offrir des prêts à faible taux d’intérêt et de l’assurance hypothécaire pour appuyer la construction de logements locatifs abordables.
Depuis son lancement en 2017, 30 % des investissements de l’initiative à l’échelle nationale ont été faits en Colombie-Britannique, y compris la construction récente d’un immeuble de 24 logements locatifs abordables à Whistler, qui sera géré par l’Office d’habitation de Whistler, afin d’assurer le maintien de loyers abordables pour les 50 prochaines années.
Outre les problèmes de logement, de nombreuses personnes de la circonscription que je représente souffrent d’un manque de services de garde abordables et accessibles. À Squamish et à Pemberton, par exemple, il y a une liste d’attente d’au moins trois ans pour des services de garde accrédités. Entretemps, les parents doivent jongler entre d’épuisantes journées de travail doubles et des services de garde privés coûteux et non accrédités.
Afin d’offrir une aide immédiate aux familles ayant de jeunes enfants, le gouvernement met immédiatement en place un soutien temporaire pour les familles à revenu faible ou moyen qui ont droit à la Prestation canadienne pour enfants, augmentant de 1 200 $ la prestation maximale de 6 765 $ par enfant de moins de six ans, en 2021.
Pour répondre aux besoins à long terme en matière de garde d’enfants, le gouvernement propose de fournir 420 millions de dollars en 2021- 2022 pour aider les provinces et les territoires à attirer et à retenir des éducateurs et des travailleurs de la petite enfance en offrant des subventions et des bourses aux personnes qui étudient dans ce domaine.
L’Université Capilano a lancé dernièrement des programmes d’éducation préscolaire à Sechelt et à Squamish afin de répondre à cette forte demande d’éducateurs. Ce financement aidera des efforts comme ceux-ci qui, de pair avec l’élimination des obstacles sur le plan des salaires et de l’infrastructure, sont essentiels si nous voulons répondre à la demande croissante d’éducateurs dans toute la Colombie-Britannique et dans tout le Canada.
Dans l’énoncé économique de l’automne, le gouvernement s’engage aussi à créer un Secrétariat fédéral responsable de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants afin de soutenir la création d’un système pancanadien. Nous savons qu’il ne s’agit pas seulement d’une politique judicieuse pour améliorer la vie des familles, réduire les inégalités entre les sexes et donner aux enfants de meilleures chances de réussite. Nombre d’experts, dont l’ancien gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, y voient une des deux principales initiatives qui pourraient plus que toute autre favoriser la croissance du PIB canadien.
La pandémie de COVID‑19 a accentué la crise sanitaire mortelle qui existait déjà en Colombie-Britannique. Les restrictions imposées à cause de la pandémie ont eu un effet domino qui a conduit à une offre de drogues plus toxiques et plus mortelles. Résultat, la crise des opioïdes a fait 1 500 morts en Colombie-Britannique l’an dernier.
Pour aider les Canadiens aux prises avec la toxicomanie, nous fournirons une enveloppe supplémentaire de 66 millions de dollars sur deux ans en appui à des organismes communautaires qui interviennent face à la crise des opioïdes. Un financement comme celui-ci sera vital pour la création et le maintien de centres de consommation supervisée et de prévention des surdoses, comme le centre de consommation supervisée qui a ouvert à Squamish l’an dernier et celui qui a ouvert à Sechelt également.
La pandémie a considérablement réduit l’utilisation des transports en commun dans tout le pays, mais ils restent indispensables pour les travailleurs essentiels et pour d’autres encore. C’est pourquoi nous avons fourni plus d’un demi-milliard en appui aux transports en commun en Colombie-Britannique dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire. Nous savons qu’une fois la pandémie terminée, le nombre d’usagers augmentera rapidement dans des endroits comme la métropole de Vancouver qui, jusqu’à la pandémie, connaissaient la plus forte augmentation du nombre d’usagers de tout réseau public au Canada et aux États-Unis.
Pour répondre à cette demande croissante, de nombreux projets sont à l’étude ou en cours de réalisation afin d’accroître ce service. Tous les ordres de gouvernement de North Shore travaillent en collaboration dans le cadre de la prochaine mesure destinée à décongestionner le réseau et à améliorer les transports en commun en provenance et à destination de North Shore. Je suis heureux que le gouvernement fédéral apporte un financement permanent pour les transports en commun afin de soutenir bon nombre de mesures à l’avenir.
Les mesures dont j’ai parlé dans mon intervention ne représentent que quelques exemples de celles que l’énoncé économique de l’automne soutiendra pour aider les Britanno-Colombiens et les Canadiens pendant la pandémie en apportant une aide aux Canadiens et aux entreprises canadiennes qui en ont le plus besoin. L’énoncé économique de l’automne prévoit aussi plusieurs mises de fonds pour des programmes plus importants qui préparent le terrain pour rebâtir en mieux afin que le Canada soit plus écologique, plus inclusif et plus résilient après la pandémie.
Ces mesures, entre autres, feront partie des 70 à 100 milliards de dollars en fonds de relance sur trois ans destinés à faire en sorte que notre économie soit plus dynamique et plus résiliente qu’avant. L’énoncé économique de l’automne est positif pour les Britanno-Colombiens. Il est positif pour les Canadiens et je demande instamment à mes…
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-10-19 16:09 [p.873]
Mr. Speaker, today, I am presenting petition no. 10619053, which speaks to the urgent issue of access to public transit. The petitioners note that the 10-year transit plan will end in 2027, and that there is a need for ongoing, sustainable, predictable funding to ensure that public transit is available to all Canadians.
Monsieur le Président, je présente aujourd'hui la pétition no 10619053, qui porte sur la question urgente de l'accès au transport en commun. Les pétitionnaires font remarquer que le plan décennal de transport en commun prendra fin en 2027 et qu'il est nécessaire d'assurer un financement continu, durable et prévisible pour que tous les Canadiens aient accès au transport en commun.
View Majid Jowhari Profile
Lib. (ON)
View Majid Jowhari Profile
2020-10-06 10:20 [p.588]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House today to speak in support of the Speech from the Throne. The Speech from the Throne lays the foundation of our government's direction and goals, and how we will work to achieve them.
Before I begin, I want to recognize the hard work the front-line workers in my riding of Richmond Hill have continued to provide throughout the pandemic. Grocery store clerks, health care workers, law enforcement officers, first responders and small business owners are some of the many who have been the backbone of our community at this time. I want to thank them for their services.
In this time of need, members of our community have also been coming together to ensure they are not alone in the fight to flatten the curve. I have seen communities in Richmond Hill organize food drives, create handmade masks for local centres or donate their time and money to local organizations that serve our most vulnerable. It is my honour to represent the people of Richmond Hill and to continue to advocate for them.
This speech was created with everyday Canadians like the residents of Richmond Hill, in mind: Canadians who are working to support their families, who have local businesses, who give back to the community and who rely on the government to provide them with public services that empower them and their families.
Through the four major pillars of our speech, we told Canadians that their voices and advocacy had been heard, and that their opinions, indeed, matter. The four pillars are fighting the pandemic, supporting Canadian businesses, addressing the gaps in our social systems and standing up for who we are as Canadians. These will guide our government to best support the people of Canada and create a stronger, more resilient country.
The COVID-19 pandemic has shown us that when people are suffering, the onus is on the government to ensure that they remain stable and are equipped to fight this virus. From the outset of COVID-19, our government has had a plan to tackle the challenges brought on by the crisis.
Our first step was to ensure that Canadians and Canadian businesses were protected. This was why we introduced the Canada emergency response benefit. Our response ensured Canadians did not have to worry about putting food on the table or paying bills by providing direct support to them. The CERB was a temporary program that helped close to nine million Canadians through a very difficult time.
We ensured that businesses could keep their employees on the payroll by introducing the Canada emergency wage subsidy. The wage subsidy protected over 3.5 million jobs and preserved our nation's small businesses.
We also took further action by creating the made in Canada initiative, which invested in domestic PPE manufacturers and provided support to Canadian scientists researching and developing a vaccine. By investing in Canadians, we will fight the virus. As the throne speech highlighted, that support will continue. The Canada emergency wage subsidy will be extended until next summer so that businesses like Benson Lock in Richmond Hill can continue to keep workers employed.
Many Canadians in Richmond Hill benefited from the CERB, and the improved employment insurance program will continue to support them during this time. For those who do not qualify for EI, the Canada recovery benefit will help get them back on their feet.
To recover our economy, we must invest in our vulnerable industries. I have heard first-hand from those in the travel and hospitality industries, which have been hit the hardest. By expanding the Canada emergency business account to help businesses with fixed costs, and improving the business credit availability program, we are providing direct support to most vulnerable industries.
We are also investing in communities. The safe start agreement allocated $19 billion to municipalities to start their economies. Richmond Hill received $4 million to address associated start-up costs and protect the community. This funding for my riding ensured that safety measures were in place and public services could be maintained. It also enabled the municipal government to prepare for what is now the second wave of the virus.
As we prepare our municipalities, it is also imperative that we consider the long-term impact of the initiative and how it affects our environment. Climate action is a key component of our government's mandate. After consulting with climate activists and organizations in my riding, including Neighbours for the Planet, BlueDot and Drawdown, I understand the urgency of a comprehensive plan to fight climate change. The government will create millions of jobs for Canadians by retrofitting homes to save energy costs for families and by supporting investment in renewable energy and clean technology solutions.
We will also invest in our cities to deliver on fast public transit. As the representative of a thriving suburban community, my constituents rely on convenient and affordable transit options to go to work. We will transform the way we power our communities through the clean power fund and become a world leader in clean technology.
As we work to protect our planet, we must also do the same to protect the most vulnerable in our communities. That is why addressing the gaps in our social security system is a key priority for this government. Our nation's seniors have worked hard to build this country, and we owe it to them to provide the best long-term care. By working with the provinces and territories to create a new national standard for long-term care, we will allow our seniors to receive the best support possible.
We will also increase old age security once a senior turns 75, and boost the Canada pension plan survivor benefit.
These initiatives will benefit many seniors' organizations and long-term care centres in my riding. Seniors program organizations in Richmond Hill, such as Community and Home Assistance to Seniors, CHATS, and The Mariann Home are able to provide quality support and care to Richmond Hill seniors.
Next I would like to acknowledge another aspect of the speech that resonated with my riding and me. I have had the chance to work with organizations within Richmond Hill that address homelessness in our community, and the commitment to eliminate chronic homelessness in Canada is of great importance. The government's historic national housing strategy will increase investments in rapid housing in the short term, and will partner with not-for-profits and co-ops to find the best solution. The government will work with organizations like 360° Kids in my riding, which provides support to homeless youth in the York region.
This week is Mental Health Awareness Week. On the subject of mental health, our government understands that the mental health crisis in our country has reached a tipping point and it is urgent that we invest in community programs. As the chair of the parliamentary mental health caucus, I have worked with various stakeholders to advocate for more investments and resources in mental health research and support for those struggling. We will invest in people like Kathy Mochnacki from Home on the Hill Supportive Housing, whose organization provides resources for individuals with mental illness.
I am so glad to see a commitment to increasing intersectional wellness resources so more people can receive the support they need. I believe that supporting and recognizing the diversity of those in our community is crucial to uniting us as Canadians.
The last point I would like to mention is our government's plan to combat racism. The pandemic has exaggerated and highlighted what many of us already know: there is still much work to be done in the fight against systemic racism. I represent a riding that is incredibly diverse. Of the population of Richmond Hill, 60% identify as a visible minority and 57.4% are immigrants. The need for a comprehensive strategy to address racism is long overdue, and this government has proved that it will do that by continuing to fight hatred and discrimination, as well as by economically empowering disadvantaged communities so we can all succeed. The recently announced Black entrepreneurship loan fund, as well as initiatives aimed at strengthening indigenous communities, show that this government is committed to addressing systemic discrimination and empowering all Canadians.
As members can tell, this plan is ambitious, but it is necessary to protect and support Canadians. The benefits outweigh the costs, and keeping Canadians on their feet is the most important goal of our government. To quote the speech:
It is no small task to build a stronger, more resilient country. It will take hard work.
The hard work is what this government is prepared to do. I hope we can gain the support of all members on this goal and work together to build back our great country.
Madame la Présidente, c’est avec un immense plaisir que je prends la parole aujourd’hui pour affirmer mon soutien au discours du Trône. Dans ce discours, le gouvernement définit les contours de ses politiques et de ses objectifs, ainsi que les moyens pour les mettre en œuvre.
Avant de commencer, j’aimerais saluer les efforts considérables que déploient les travailleurs de première ligne de ma circonscription de Richmond Hill depuis le début de la pandémie. Les employés des épiceries, le personnel soignant, les agents de police, les premiers répondants et les propriétaires de petites entreprises ont été, pendant tout ce temps, l’épine dorsale de notre collectivité. Je les remercie sincèrement de tout ce qu’ils font.
Dans cette période difficile, les habitants de ma circonscription ont décidé de s’unir pour que, tous ensemble, on puisse réussir à aplanir la courbe. Ils ont par exemple organisé des collectes d’aliments, fabriqué des masques pour des centres locaux et donné du temps et de l’argent à des organisations locales qui viennent en aide aux personnes les plus vulnérables. C’est un honneur pour moi de représenter les habitants de Richmond Hill et de continuer à défendre leurs intérêts.
C’est en pensant aux Canadiens ordinaires, dont font partie les habitants de Richmond Hill, que j’ai préparé ce discours, et plus particulièrement en pensant à ceux qui travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille, à ceux qui exploitent des entreprises locales, à ceux qui donnent en retour à la collectivité et à ceux qui dépendent des services offerts par le gouvernement pour améliorer leur sort et celui de leur famille.
Conformément aux quatre grands piliers identifiés dans le discours, le gouvernement signifie aux Canadiens qu’il a bien entendu les besoins et les opinions qui ont été exprimés. Ces quatre piliers sont: lutter contre la pandémie, accompagner les entreprises canadiennes, combler les lacunes de nos programmes sociaux et défendre ce que nous sommes en tant que Canadiens. Ces quatre piliers vont servir au gouvernement de cadre général pour venir en aide aux Canadiens et bâtir un pays plus fort et plus résilient.
La pandémie de COVID-19 nous montre bien que, lorsque les gens souffrent, le gouvernement a le devoir de s’assurer qu’ils ont les moyens et la capacité de lutter contre ce virus. Dès le début de la pandémie, le gouvernement a su prendre les mesures nécessaires pour faire face aux difficultés engendrées par la crise.
La première de ces mesures a été d’assurer la protection des Canadiens et des entreprises canadiennes. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en œuvre la Prestation canadienne d’urgence, grâce à laquelle les Canadiens n’ont pas eu à se demander s’ils allaient avoir les moyens de nourrir leur famille et de payer les factures. La PCU était un programme temporaire qui a permis de venir en aide à près de 9 millions de Canadiens dans une période extrêmement difficile.
De plus, nous nous sommes assurés que les entreprises pourraient conserver leurs employés à leur effectif en leur offrant la Subvention salariale d’urgence, qui a permis de protéger plus de 3,5 millions d’emplois et de garder en activité nos petites entreprises.
Nous avons également décidé d’encourager la production locale en investissant dans la fabrication d’équipements de protection personnelle et en finançant la recherche et la mise au point d’un vaccin au Canada. En investissant dans les Canadiens, nous allons vaincre le virus. Comme le souligne le discours du Trône, ce soutien va se poursuivre. La Subvention salariale d’urgence va être prolongée jusqu’à l’été prochain pour que des entreprises comme Benson Lock, à Richmond Hill, puissent conserver leurs employés.
Un grand nombre d’habitants de Richmond Hill ont bénéficié de la PCU, et le programme bonifié d’assurance-emploi continuera de leur venir en aide pendant cette période. Ceux qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi pourront, au besoin, avoir accès à la Prestation canadienne de la relance économique.
Pour relancer l’économie, il faut investir dans nos industries vulnérables. Je sais que ceux qui travaillent dans les industries du tourisme et de l’hôtellerie ont été touchés de plein fouet par la crise. Nous avons décidé de leur venir directement en aide en prolongeant le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, pour le financement des coûts fixes, et en bonifiant le Programme de crédit aux entreprises.
Nous investissons également dans les collectivités. Avec un budget de 19 milliards de dollars, le Cadre de relance sécuritaire permet d’aider les collectivités du Canada à relancer leur économie. Richmond Hill a reçu 4 millions de dollars pour financer les coûts de lancement connexes et protéger la collectivité. Grâce à ce crédit, ma circonscription a pu prendre des mesures pour assurer la sécurité et le maintien des services publics. Cet argent a aussi permis au gouvernement municipal de se préparer à ce qui est désormais une seconde vague de la pandémie.
Alors que nous aidons les municipalités à se préparer, nous devons également examiner les impacts à long terme de l’initiative et ses effets sur l'environnement. La lutte contre les changements climatiques est un volet très important de la politique du gouvernement. Après avoir consulté des militants et des organisations de ma circonscription qui luttent contre les changements climatiques, notamment Neighbours for the Planet, BlueDot et Drawdown, je comprends tout à fait l’urgence d’élaborer un plan global à ce chapitre. Le gouvernement va créer des millions d’emplois pour les Canadiens en procédant à la rénovation thermique des logements, afin de réduire la facture énergétique des familles, et en encourageant l’investissement dans les énergies renouvelables et les technologies propres.
Nous allons également aider nos villes à se doter de transports publics rapides. Je représente une collectivité suburbaine dynamique, dont les habitants ont le choix entre diverses options de transport commodes et abordables pour se rendre à leur travail. Avec le Fonds pour l’énergie propre, nous allons aider les collectivités à se doter de réseaux adéquats, de sorte que le Canada deviendra un chef de file mondial en matière de technologies propres.
De la même façon que nous devons protéger notre planète, nous devons aussi protéger les personnes les plus vulnérables de nos collectivités. C’est la raison pour laquelle nous devons absolument combler les lacunes de nos programmes de sécurité sociale. Nos aînés ont travaillé fort pour bâtir ce pays, et c’est notre devoir de leur garantir les meilleurs soins à long terme possibles. En collaboration avec les provinces et les territoires, nous allons élaborer une nouvelle norme nationale en la matière, afin de leur garantir toute l’aide dont ils ont besoin.
Nous allons également augmenter la prestation au titre de la Sécurité de la vieillesse à partir de 75 ans et bonifier la prestation de survivant du Régime de pensions du Canada.
Ces initiatives bénéficieront à un grand nombre d’organisations de personnes âgées et d’établissements de soins à long terme de ma circonscription, par exemple Community and Home Assistance to Seniors, CHATS, et The Mariann Home, qui fournissent d’excellents services aux aînés de Richmond Hill.
Je tiens ensuite à souligner un autre élément du discours du Trône qui a trouvé un écho auprès des habitants de ma circonscription, moi compris. J'ai eu la chance de travailler avec des organismes qui luttent contre l'itinérance dans Richmond Hill et, à ce titre, la résolution d'éliminer l'itinérance chronique au Canada revêt une grande importance. Dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement, une initiative sans précédent, le gouvernement augmentera les investissements destinés aux placements rapides en logement à court terme et il travaillera en partenariat avec des organisations sans but lucratif et des coopératives pour trouver la meilleure solution à cet enjeu. Le gouvernement s'associera par exemple à des organismes tels que 360°kids, qui offre des services de soutien aux jeunes sans-abri dans ma circonscription, plus particulièrement dans la région d'York.
Par ailleurs, nous célébrons cette semaine la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales. À ce sujet, le gouvernement est conscient que la crise de santé mentale que connaît notre pays a atteint un seuil critique. Nous devons par conséquent investir de toute urgence dans les programmes communautaires. En tant que président du caucus parlementaire de la santé mentale, j'ai d'ailleurs collaboré avec divers intervenants pour recommander qu'on investisse davantage d'argent et de ressources dans la recherche en santé mentale et dans les services de soutien à ceux qui éprouvent des difficultés. Nous investirons dans les gens comme Kathy Mochnacki, de Home on the Hill Supportive Housing, dont l'organisation offre des ressources aux personnes qui souffrent d'une maladie mentale.
Je suis en outre ravi que le gouvernement s'engage à accroître les ressources intersectionnelles en matière de mieux-être de sorte que plus de personnes puissent recevoir le soutien dont elles ont besoin. Pour unir les Canadiens, je crois qu'il est crucial d'appuyer et de reconnaître la diversité dans notre communauté à cet égard.
Le dernier point dont je veux parler est le plan du gouvernement pour lutter contre le racisme. La pandémie a mis en lumière et amplifié ce que bon nombre d'entre nous savaient déjà: il reste encore beaucoup de travail à faire pour lutter contre le racisme systémique. Je représente une circonscription extrêmement diversifiée. Parmi les habitants de Richmond Hill, 60 % s'identifient comme membres d'une minorité visible et 57,4 % sont des immigrants. La nécessité d'une stratégie globale de lutte contre le racisme s'impose depuis longtemps, et le gouvernement a prouvé qu'il agira en ce sens en continuant à combattre la haine et la discrimination, ainsi qu'en donnant des moyens économiques aux milieux défavorisés afin que tout le monde puisse réussir. Le Fonds de prêts pour l’entrepreneuriat des communautés noires annoncé récemment ainsi que les initiatives visant à renforcer les communautés autochtones montrent que le gouvernement est résolu à lutter contre la discrimination systémique et à renforcer l'autonomie de tous les Canadiens.
Comme les députés peuvent le constater, ce plan est ambitieux, mais il est nécessaire pour protéger et appuyer les Canadiens. Les avantages sont supérieurs aux coûts, et l'objectif le plus important du gouvernement est d'aider les Canadiens à ne pas perdre pied. Pour reprendre le discours du Trône:
Ce n’est pas une tâche facile que de bâtir un pays plus fort et plus résilient. Il faudra travailler fort.
Le gouvernement est prêt à travailler fort. J'espère que nous pourrons obtenir l'appui de tous les députés pour atteindre cet objectif et que nous collaborerons pour rebâtir notre grand pays.
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2020-10-05 11:22 [p.514]
Mr. Speaker, first and foremost, I would like to thank you and the whole House of Commons team for working hard to ensure members of Parliament across the country can participate during this pandemic, as I am doing right now from Brampton. I would also like to give a shout-out to all of the amazing teachers, including my wife, on World Teachers' Day.
These past few months have been difficult for everyone and I am incredibly proud of Canadians for stepping up to the plate to take care of their loved ones, support their neighbours and pivot their business practices. Despite many success stories, this has been a period marked by loss and pain for many. I would like to extend my heartfelt condolences to the many families in my riding of Brampton East, as well as those across the country, who have been profoundly impacted by COVID-19.
Throughout these difficult months, I am pleased that our government took the bold steps needed to ensure Canadians could continue to provide for their families, and businesses were given the tools and resources to maintain their critical employee and supplier relationships, and pivot to providing essential services or safer versions of their services.
In my riding of Brampton East, Embassy Ingredients, a local food manufacture, was able to access much-needed federal resources, donated N95 masks to health care workers and began producing hand sanitizer. It is a terrific example of a socially minded company, whose public safety focus has helped our community, which was allowed to continue adding vibrancy to the neighbourhood while continuing to employ Canadians.
Our government acted quickly to help businesses weather the pandemic. Over three and a half million jobs across Canada were supported by the Canada emergency wage subsidy. We also established the Canada emergency business account, which provides interest-free loans. As our economy transitions into the recovery process, many businesses still require help. For this reason, we are extending the Canada emergency wage subsidy through to next summer, so workers can remain on the payroll.
Additionally, I look forward to the launch of a campaign with the goal of creating more than a million jobs. Creating direct investments in the social sector and infrastructure, providing immediate training to quickly scale up workers, and providing incentives for employers to hire and retain workers are all part of our economic recovery plan moving forward. This fall we will take further steps to bridge vulnerable businesses to the other side of the pandemic by expanding the Canada emergency business account to help businesses with fixed costs while improving the business credit availability program.
The Speech from the Throne highlighted how women, particularly those who are low income, have been hit hardest by COVID-19. Accelerating the women entrepreneurship strategy, which has already helped women across Canada grow their businesses, as well as giving parents access to affordable, inclusive and high-quality child care, are important to our action plan for the women in our economy.
As we go about fixing the holes in our system that have been identified through this pandemic, addressing climate change to transform how we power our economy and our communities will be a top priority of our government. Looking toward legislating Canada's goal of net-zero emissions by 2050, I am proud of our government's efforts in the last five years and during the pandemic to continue combatting climate change at the forefront of our efforts.
Our government has ambitious federal targets for zero-emission vehicles. They are to reach 10% of light duty vehicle sales per year by 2025, 30% by 2030 and 100% by 2040. In order to do this, the government has committed $130 million over five years and into 2024 to deploy a network of zero-emission vehicle charging and refuelling stations in more localized areas where Canadians live, work and play. Here in the Peel region alone, 43 new electric vehicle level 2 chargers were announced recently, with 12 in the city of Brampton. They will be located conveniently at community and recreation centres. Our government is also there to support industry to bring more electric vehicle production to Canada.
In July, the Minister of Infrastructure and Communities, my fellow Brampton MPs and I were proud to announce a $45-million investment from our federal government in Brampton transit. This is the largest investment in Brampton transit in over 10 years. These funds will go toward creating a transit hub, refurbishing buses and purchasing safety equipment. In an exciting step toward electrifying the transit system, 300 hybrid and conventional buses will be refurbished, making them more reliable for riders. Incentivizing the auto industry to transition into electric vehicle production, as well as dismantling convenience and accessibility barriers with a wide network of charging stations and a robust electrified public transit system, are tangible ways our government is working towards achieving our ambitious climate goals.
This year we are facing the most serious public health crisis Canada has ever seen. Our country has been presented with unprecedented challenges, with the safety of Canadians and protecting our economy being among the most pressing. Our government is working with Next Generation Manufacturing Canada, a not-for-profit organization that promotes collaboration between technology and manufacturing to identify critical health care priorities and supply shortages. Our government allocated $50 million in funding to launch production of innovative manufacturing solutions that will contribute to the fight against COVID-19 by assisting federal procurement for ventilators, test kits and PPE.
In a move to further engage the manufacturing industry, our Minister of Innovation, Science and Industry has been working hard with industry to retool and ramp up PPE production. I am exited to say that with the diligent work of the Minister of Innovation, Science and Industry and the Minister of Public Services and Procurement, Canada is now buying roughly half its personal protective equipment from Canadian companies producing PPE right here in Canada.
Every day throughout the early days of the pandemic, my office received many calls and emails with feedback and suggestions regarding our government's economic response to COVID-19. This served as an important reminder of the real faces and families being impacted. I am incredibly proud of our government's flexible and adaptive response allowing for more than nine million Canadians to access the Canadian emergency response benefit.
COVID-19 has been particularly hard on seniors, as they are among the most vulnerable to its effects. In order to help seniors, we invested in a one-time GIS and OAS additional payment, as well as partnered with the United Way, food banks and charities to get essential services and supplies to seniors. We also invested an additional $20 million into new horizons for seniors program. This additional investment went to community projects focused on reducing isolation, improving quality of life and helping seniors maintain a social support network.
The Brampton Bramalea Christian Fellowship in my riding of Brampton East received additional investment in order for them to expand upon their virtual programming. This allowed them to administer enhanced digital literacy training focused on apps in order to allow seniors to connect with others remotely, take part in online seniors fitness classes and mental health wellness workshops. I would like to offer my congratulations to all the organizations that identified a greater need than ever among our seniors and created innovative solutions to address them. I am thrilled our government was able to support these efforts.
The Government of Canada is providing Canadians with extra tools, such as the COVID-19 alert app, to help keep them safe and alert them if they have been in contact with someone who has tested positive for COVID-19. The COVID-19 alert app was developed as a secure way to make Canadians aware of their surroundings, while improving contact tracing for health officials. As we have all experienced an increase in the use of digital software, the COVID-19 alert app is a great example of how this government continues to provide Canadians with accessible technology and information to keep them safe.
Ensuring youth are not only supported, but also have the tools and skills training to improve their job opportunities and prospects, continues to be of utmost importance to our government. The Canada summer jobs program has provided funding to organizations that provide high-quality summer jobs to young people. This summer, employers were undoubtedly thrown a curve ball with COVID-19. I would like to congratulate the organizations in my riding and across Canada that were able to rise to the occasion and create virtual summer camps and other socially distant activities. They create unique and memorable experiences for their clients and customers, and provided substantial job experiences for youth.
Small businesses and organizations are the heart and soul of our neighbourhoods and communities. They provide skills development and training for workers of all ages across our country. In order to recover from this pandemic as a more resilient nation, we must invest in a stronger workforce. Our government is prepared to make the biggest investment in Canadian history for Canadian workers by supporting skills development in growing sectors, helping workers receive education and training, and connecting them to employers and good jobs in order to grow and strengthen the middle class.
In Brampton, as well as across the country, historic investments in comprehensive, affordable housing plans has been occurring. In August, the single largest funding announcement in the region of Peel of $276 million was established through the national housing co-investment fund from the Ministry of Families, Children and Social Development. This investment will allow vulnerable populations, including victims of abuse, seniors and people with mental and physical disabilities, to access affordable and safe housing.
I would also like to praise the Prime Minister for keeping Canadians informed and establishing a point of communication so that the support that Canadians and business owners needed was delivered efficiently. When hard-working Canadians were suddenly out of work, or had their hours cut beyond a liveable wage, our government stepped in with CERB. When businesses could not afford the costs of running their business or supporting their employees, our government stepped in with the Canada emergency wage subsidy and the Canada emergency business account.
When there was a fear of lack of PPE equipment in the country, the government stepped in by building a domestic manufacturing capacity and secure supply chains. When the provinces and territories were working on reopening schools, our government stepped in with a $2-billion investment through the safe return to class fund. As public health measures were implemented to allow businesses and public centres to reopen, the federal government stepped in with a $19-billion investment to the safe restart program. All this and more was done while making investments in green technologies, so Canada can reach its target of net-zero emissions by 2050 and create a better future for today and generations to come.
As we head into the fall and winter, I am energized by our government's ambitious Speech from the Throne to do everything we can to protect and support Canadians. Protecting Canadians, growing our economy, tackling climate change, protecting jobs and investing in job creation in emerging industries continue to be our government's top priorities.
I am proud to have been chosen to represent my riding of Brampton East and incredibly humbled by the efforts of small businesses, not-for-profit organizations and everyday people who are looking out for their neighbours while creating new opportunities to move our community forward. We have quite a lot of work ahead of us, but our government is committed to building a stronger and more resilient Canada together.
Monsieur le Président, je souhaite avant tout vous remercier ainsi que toute l'équipe de la Chambre des communes d'avoir travaillé fort pour que les députés de l'ensemble du pays puissent participer aux débats pendant pandémie, comme je le fais actuellement de Brampton. Par ailleurs, je souhaite saluer tous les enseignants exceptionnels, y compris mon épouse, en cette Journée mondiale des enseignants.
Ces derniers mois ont été difficiles pour tout le monde et je suis incroyablement fier des Canadiens qui ont fait le nécessaire pour prendre soin de leurs proches, aider leurs voisins et adapter leurs pratiques commerciales. Malgré de nombreuses belles réussites, pour beaucoup, la période de la pandémie a été marquée par des décès et des souffrances. Je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances aux nombreuses familles de ma circonscription, Brampton-Est, et de l'ensemble du pays qui ont été profondément touchées par la COVID-19.
Tout au long de cette période difficile, je suis heureux que le gouvernement ait pris les mesures audacieuses nécessaires pour que les Canadiens puissent continuer à subvenir aux besoins de leur famille. De plus, les entreprises ont obtenu les outils et les ressources nécessaires leur permettant de conserver des liens cruciaux avec leurs employés et leurs fournisseurs et de se tourner vers la prestation de services essentiels ou d'une version plus sécuritaire de leurs services.
Dans ma circonscription, Brampton-Est, Embassy Ingredients, un fabricant local de produits alimentaires, a pu obtenir des ressources fédérales dont il avait grandement besoin, a donné des masques N95 à des travailleurs de la santé et a commencé à produire du désinfectant pour les mains. Il s'agit d'un exemple remarquable d'entreprise qui a une conscience sociale et qui agit dans l'intérêt de la sécurité publique, ce qui a aidé la région tout en continuant à insuffler un dynamisme au quartier et à employer des Canadiens.
Le gouvernement est intervenu rapidement pour aider les entreprises à traverser la pandémie. Plus de trois millions et demi d'emplois ont été protégés grâce à la Subvention salariale d’urgence du Canada. Nous avons aussi instauré le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, qui permet de bénéficier d'un prêt sans intérêt. Alors que l'économie entre dans sa phase de reprise, de nombreuses entreprises ont encore besoin d'aide. C'est pourquoi nous prolongeons la Subvention salariale d’urgence du Canada jusqu'à l'été prochain afin que les travailleurs demeurent sur la liste de paie de leur entreprise.
De plus, nous allons bientôt lancer une campagne visant à créer plus d’un million d’emplois. Faire des investissements directs dans le secteur social et les infrastructures, offrir une formation immédiate pour permettre aux travailleurs d'acquérir rapidement des compétences et mettre en place des mesures incitant les employeurs à embaucher et à conserver leurs travailleurs, sont autant de mesures qui font partie de notre plan de relance économique. Cet automne, nous allons prendre d’autres mesures pour aider les entreprises vulnérables à traverser cette deuxième phase de la pandémie en assouplissant les modalités du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, ce qui les aidera à payer leurs coûts fixes, et en bonifiant également le Programme de crédit aux entreprises.
Le discours du Trône a mis l’accent sur les femmes, particulièrement sur celles qui ont de faibles revenus et qui ont été les plus touchées par la COVID-19. Notre plan d’action prévoit une accélération de la mise en œuvre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui a déjà aidé un grand nombre de Canadiennes à faire prospérer leurs entreprises, ainsi qu’un accès plus facile à des services de garde abordables, inclusives et de grande qualité.
Notre gouvernement s’est donné pour priorité absolue de combler les lacunes de notre système qui sont apparues pendant la pandémie, et de poursuivre la lutte contre le changement climatique en transformant la façon dont nous propulsons notre économie et nos communautés. En attendant d’inscrire dans la loi l’objectif canadien de carboneutralité d’ici à 2050, je tiens à dire combien je suis fier des efforts déployés par notre gouvernement pendant les cinq dernières années et pendant la pandémie, et des efforts qu’il continue de déployer pour lutter contre le changement climatique.
Notre gouvernement a fixé des cibles fédérales ambitieuses pour que les véhicules zéro émission atteignent 10 % des ventes de véhicules neufs légers d’ici à 2025, 30 % d’ici à 2030 et 100 % d’ici à 2040. Pour y parvenir, le gouvernement a prévu d’investir 130 millions de dollars sur cinq ans, jusqu’en 2024, pour déployer un réseau de bornes de recharge et de stations de ravitaillement pour les véhicules zéro émission, là où les Canadiens habitent, travaillent et se divertissent. Rien que pour la région de Peel, on a récemment annoncé l'installation de 43 bornes de recharge de niveau deux pour les véhicules électriques, dont 12 pour la ville de Brampton. Ces bornes seront placées à proximité de centres communautaires et de centres de loisirs. Notre gouvernement encourage également l’industrie à développer la fabrication de véhicules électriques au Canada.
En juillet, la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, mes collègues députés de Brampton et moi-même avons eu le plaisir d’annoncer un investissement de 45 millions de dollars du gouvernement fédéral dans les transports publics de Brampton, ce qui, pour cette ville, est un investissement record depuis 10 ans. Ces crédits serviront à financer la création d’une plaque tournante pour les transports, à moderniser les autobus et à acheter des équipements de sécurité. Dans l’optique réjouissante d’une électrification du système de transport, 300 autobus hybrides et traditionnels seront modernisés, afin de les rendre plus fiables pour les passagers. Nous allons également donner des incitatifs à l’industrie automobile pour l’encourager à fabriquer des véhicules électriques, et financer la création d’un vaste réseau de bornes de recharge et d’un système de transports publics électrifiés, afin de supprimer les obstacles à la commodité et à l’accessibilité. Ce sont là des objectifs ambitieux.
Cette année, nous traversons la pire crise sanitaire que le Canada ait jamais connue. Notre pays est confronté à des défis sans précédent, parmi lesquels la sécurité des Canadiens et la protection de notre économie sont les plus urgents. Le gouvernement travaille avec Fabrication de prochaine génération Canada, une organisation à but non lucratif qui encourage la collaboration entre les secteurs de la technologie et de la fabrication afin d’identifier les priorités en matière de soins de santé et les pénuries de produits. Le gouvernement a investi 50 millions de dollars dans la production de solutions de fabrication novatrices qui contribueront à la lutte contre la COVID-19 en facilitant les achats par le fédéral de respirateurs, de tests et d’équipement de protection individuelle.
Afin de mobiliser davantage l’industrie de la fabrication, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie travaille étroitement avec l’industrie pour réoutiller le secteur et accélérer la production d’équipement de protection individuelle. J’ai le grand plaisir d’annoncer que, grâce aux efforts diligents du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie et de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, le Canada achète désormais environ la moitié de l'équipement de protection individuelle à des entreprises canadiennes, qui le fabriquent ici au Canada.
Depuis les premiers jours de la pandémie, mon bureau continue de recevoir de nombreux appels et de nombreux courriels, avec des commentaires et des suggestions sur les mesures économiques prises par le gouvernement pour lutter contre la COVID-19. Cela nous a permis de rester très bien informés de ce à quoi les familles canadiennes sont confrontées dans le quotidien. Je suis extrêmement fier des mesures souples et adaptées que le gouvernement a su prendre pour permettre à plus de neuf millions de Canadiens de recevoir la Prestation canadienne d’urgence.
Les personnes âgées ont été particulièrement touchées par la COVID-19, car ce sont elles qui sont les plus vulnérables aux effets du virus. Afin de leur venir en aide, nous leur avons versé un paiement supplémentaire unique du Supplément de revenu garanti et de la Sécurité de la vieillesse, et nous avons collaboré avec Centraide, des banques alimentaires et des organismes caritatifs pour qu’elles aient accès aux services essentiels et aux produits dont elles ont besoin. Nous avons également investi 20 millions de dollars supplémentaires dans le programme Nouveaux Horizons pour les aînés, afin de permettre aux responsables de projets communautaires de veiller tout particulièrement à ce que les personnes âgées soient moins seules, qu’elles aient une meilleure qualité de vie et qu’elles maintiennent un réseau de soutien social.
Dans ma circonscription, Brampton-Est, la Brampton Bramalea Christian Fellowship a reçu un financement additionnel afin qu'elle développe ses programmes virtuels. Cela lui a permis d’organiser des formations plus poussées de littératie numérique, notamment sur l’utilisation des applications, afin d’aider les personnes âgées à communiquer entre elles à distance, de même qu'à participer à des cours en ligne de conditionnement physique pour aînés et à des ateliers sur le mieux-être et la santé mentale. Je tiens à féliciter toutes les organisations qui ont su comprendre que les besoins des personnes âgées n’avaient jamais été aussi grands et qui ont su trouver des solutions novatrices pour y répondre. Je me réjouis que le gouvernement ait pu soutenir tous ces efforts.
Le gouvernement du Canada a mis à la disposition des Canadiens des outils supplémentaires, comme l’application Alerte COVID, pour les aider à se protéger et à être informés au cas où ils auraient été en contact avec quelqu’un qui a été déclaré positif à la COVID-19. Cette application est une façon tout à fait sécuritaire d’informer les Canadiens de ce qui se passe autour d’eux, tout en améliorant le traçage par les responsables de la santé. Nous avons tous constaté une augmentation de l’utilisation des logiciels numériques, et l’application Alerte COVID est un excellent exemple de ce que fait le gouvernement pour mettre à la disposition des Canadiens les technologies et les informations qui les aideront à se protéger.
Il reste extrêmement important pour le gouvernement de faire en sorte que les jeunes soient non seulement soutenus, mais qu’ils disposent aussi des outils et de la formation nécessaires pour améliorer leurs possibilités d’emploi et leurs perspectives professionnelles. Le programme Emplois d’été Canada subventionne des organisations qui fournissent aux jeunes des emplois d’été de qualité. Cet été, la COVID-19 a indéniablement posé des problèmes aux employeurs. J’aimerais féliciter les organisations qui ont réussi à créer, dans ma circonscription et ailleurs au Canada, des camps d’été virtuels et d’autres activités respectant la distanciation sociale. Elles créent des expériences uniques et mémorables pour leurs clients et offrent à des jeunes des expériences professionnelles importantes.
Les PME et les organisations occupent une place essentielle dans nos quartiers et nos collectivités. Dans tout le pays, elles permettent à des travailleurs de tous âges de se former et de se perfectionner. Pour nous remettre de cette pandémie et devenir plus résilients, nous devons, en tant que pays, investir dans le renforcement de la population active. Le gouvernement est prêt à consentir le plus gros investissement de l’histoire du Canada pour les travailleurs canadiens en soutenant l’acquisition de compétences dans des secteurs en croissance, en aidant les travailleurs à faire des études et à suivre des formations, et en les mettant en lien avec des employeurs et de bons emplois, afin de développer et renforcer la classe moyenne.
À Brampton, comme dans le reste du pays, des investissements historiques sont faits dans des stratégies détaillées de logement abordable. En août, le financement le plus important dans la région de Peel, soit 276 millions de dollars, a pu être annoncé grâce au Fonds national de coinvestissement pour le logement du ministère de la Famille, des Enfants et du Développement social. Cet investissement permettra à des populations vulnérables, y compris à des victimes de violence, à des personnes âgées et à des personnes souffrant de maladie mentale ou handicapées physiques, d’accéder à un logement sûr et abordable.
Je souhaite également féliciter le premier ministre de tenir les Canadiens informés et d’avoir établi un point de communication afin que l’aide dont avaient besoin nos concitoyens et les propriétaires d’entreprise soit apportée efficacement. Quand des travailleurs canadiens se sont soudain trouvés sans emploi ou qu’ils ont vu leurs heures réduites au point de ne pouvoir gagner décemment leur vie, le gouvernement a mis en place la PCU. Quand les entreprises n’ont plus pu faire face aux dépenses courantes ou payer leurs employés, le gouvernement a mis en place la Subvention salariale d’urgence du Canada et le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes.
Quand on a craint de manquer d’équipement de protection individuelle dans le pays, le gouvernement a entrepris de constituer une capacité de fabrication canadienne et de trouver des chaînes d’approvisionnement. Quand les provinces et les territoires se sont efforcés de rouvrir les écoles, le gouvernement a investi 2 milliards de dollars dans le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire. Quand des mesures de santé publique ont été mises en œuvre pour permettre aux entreprises et aux centres publics de rouvrir, le gouvernement fédéral a investi 19 milliards de dollars dans le programme de relance en toute sécurité. Tout cela et plus encore en investissant dans des technologies vertes pour que le Canada atteigne son objectif de zéro émission nette d’ici 2050 et crée un meilleur avenir pour les générations actuelles et futures.
Avec l'arrivée de l’automne, puis de l’hiver, le discours du Trône ambitieux où le gouvernement s’engage à tout faire pour protéger et soutenir les Canadiens me galvanise. Protéger les Canadiens, faire prospérer notre économie, lutter contre les changements climatiques et investir dans la création d’emplois dans des industries émergentes restent les priorités du gouvernement.
Je suis fier d'avoir été choisi pour représenter la circonscription de Brampton-Est et je suis extrêmement touché par tous les efforts que déploient les petites entreprises, les organismes à but non lucratif et les Canadiens en général pour veiller sur leur prochain tout en ouvrant de nouveaux horizons pour le pays. Nous avons beaucoup de pain sur la planche, mais le gouvernement ne ménagera aucun effort pour que, tous ensemble, nous puissions renforcer les assises du Canada et le rendre plus résilient.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2020-10-05 11:36 [p.516]
Mr. Speaker, I heard the hon. member for Brampton East reference tackling climate change. I know that is a very important topic for my constituents. He referenced the production of electric cars and electric vehicles as one of the ways in which the Liberal government plans to do so, but at $60,000 to $70,000 a pop plus auto insurance, my question through you for the member is this.
Does he not agree that providing more significant investments in the operating dollars of public transit would be a real and meaningful step toward addressing climate change rather than a continued subsidy of private vehicles?
Monsieur le Président, j'ai entendu le député de Brampton-Est parler de la lutte contre les changements climatiques. Je sais qu'il s'agit d'un sujet très important pour mes concitoyens. Il a indiqué que la production de véhicules électriques est l'un des moyens par lesquels le gouvernement libéral prévoit contribuer à cette lutte. Cependant, puisque chaque véhicule coûte entre 60 000 $ et 70 000 $ en plus de l'assurance automobile, je voudrais, par votre entremise, poser la question suivante au député.
Ne convient-il pas que de plus grands investissements dans le budget de fonctionnement des réseaux de transport en commun constitueraient un pas plus concret et important dans la lutte contre les changements climatiques qu'une subvention permanente des véhicules privés?
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2020-10-05 11:36 [p.517]
Mr. Speaker, I would like to point out that our government believes in transit investments. Here in Brampton, over $45 million has been invested in transit. We know if we can provide consumers and our residents with better and cleaner transit options, it will help reduce vehicles on the road and in turn reduce pollution.
With respect to electric vehicles, I think it is important that we give Canadians access to electric vehicles through incentives so we can ensure we get to net zero by our target date.
Monsieur le Président, j'aimerais souligner que le gouvernement est convaincu de l'importance de financer le transport en commun. Ici, à Brampton, plus de 45 millions de dollars y ont été consacrés. Nous savons que si nous pouvons offrir aux consommateurs et à la population locale de meilleures options de transport, plus propres, cela contribuera à réduire le nombre de véhicules sur les routes, ce qui diminuera la pollution.
En outre, je pense qu'il est important d'offrir des incitatifs aux Canadiens pour leur donner accès aux véhicules électriques, afin que nous puissions atteindre la cible de zéro émission nette d'ici la date cible.
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2020-10-05 14:59 [p.548]
Mr. Speaker, the residents of Brampton East were thrilled to hear about the recent $45 million transit investment made by our federal government, which is one of the largest investments in Brampton transit in over 10 years. This funding will allow for increased reliability for riders at capacity, while providing cleaner transit options for the wonderful residents of Brampton.
Could the Minister of Infrastructure or parliamentary secretary please provide insight into our government's plan for clean transit solutions across the country?
Monsieur le Président, les habitants de Brampton-Est ont été ravis d'apprendre l'investissement récent de 45 millions de dollars du gouvernement fédéral dans le transport en commun, un des plus importants dans ce domaine à Brampton au cours des 10 dernières années. Ce financement permettra d'accroître la fiabilité du réseau pour les usagers à l'heure de pointe tout en offrant des options de transport plus propres aux merveilleux résidants de Brampton.
La ministre de l'Infrastructure ou le secrétaire parlementaire peuvent-ils nous en dire plus sur le plan du gouvernement visant des solutions pour des transports en commun propres d'un bout à l'autre du pays?
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2020-10-05 14:59 [p.548]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for Brampton East for all his hard work on behalf of his constituents.
We are committed to investing in communities as we build back better from the effects of COVID-19 pandemic. Our investing in Canada plan means new electric buses, new subways, new bike lanes and new multi-use paths.
We will continue to invest in public transit and active transportation to help Canadians get to work and back home to their families safely and quickly, while creating good jobs, economic growth and promoting environmentally-friendly transportation.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député de Brampton-Est de tout le travail qu'il fait au nom de ses concitoyens.
Nous nous sommes engagés à investir dans les collectivités alors que nous rebâtissons en mieux à la suite de la pandémie de COVID-19. Notre plan Investir dans le Canada comprend de nouveaux autobus électriques, de nouvelles lignes de métro, de nouvelles voies cyclables et de nouveaux sentiers polyvalents.
Nous continuerons d'investir dans le transport en commun et le transport actif afin d'aider les Canadiens à se rendre au travail et à rentrer chez eux, dans leur famille, en sécurité et rapidement tout en créant de bons emplois, en faisant croître l'économie et en encourageant des moyens de transport écologiques.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2020-09-30 18:27 [p.373]
Madam Speaker, first of all, I am so happy to see my friend and colleague from Winnipeg South Centre speaking on behalf of his constituents today. For sure, we want to hear the musical instrument that he plays so well.
It is an honour to address the House on behalf of residents of Brampton South to speak in support of the throne speech, which introduced our government's vision for the future of Canada. The throne speech acknowledged the difficult time our country has faced as a result of the worst health crisis of our generation, as well as the measures our government has taken to support Canadians throughout the pandemic. It also laid out the plan for our recovery.
Over the past six months, we have seen Canadians come together to help each other. We are united now more than ever as we face new challenges from COVID-19. People from across my riding have shared inspiring stories about acts of kindness and generosity, stories about young volunteers delivering groceries for seniors, non-profit organizations stepping up with donations and essential businesses serving the community.
When the pandemic started, our government moved quickly to support Canadian families and businesses. In fact, in Ontario, 97% of all direct financial support came from the federal government. The Canada emergency response benefit supported approximately nine million Canadians to help them pay their bills and support their families during these difficult times.
Canadians required a strong response, and our Liberal government has been there to provide direct support to the Canadians who needed it most. Over 9,500 seniors in my riding received a one-time GST payment. Thousands of workers were supported by the Canada emergency response benefit. Many businesses were supported through the wage subsidy, the Canada business account and more, while community organizations also received much-needed funding.
For example, Lady Ballers Camp is a not-for-profit charitable organization that provides girl-centred programs to encourage physical, emotional and educational development. Our government supported this organization through the Canada summer jobs program and the emergency community support fund. This support allowed Lady Ballers to continue operating, and our community is better because of that.
I had the pleasure of meeting with some other amazing organizations in my riding that are doing vital work throughout the pandemic, organizations like the Boys and Girls Club, Cancer Warrior Canada, United Achievers' Club, Canadian Association of Retired Persons, Lockwood Seniors Club, Brampton Senior Citizens' Council and many others. They have been stepping up to support our community. To all organizations supporting Bramptonians during these difficult times, I say thanks from the bottom of my heart.
This spring, my team and I worked tirelessly to reunite families of Brampton South who were stuck abroad. A constituent of mine was stuck in Morocco, and my office worked closely with the Minister of Foreign Affairs, Immigration, Public Safety Canada and Global Affairs Canada to make sure they had a flight home. This story is one of thousands from my riding and across the country from people who were thankful for our government's largest repatriation effort in Canadian history.
Health care workers have been on the front lines of this war since the very beginning. I had the chance to speak with many nurses, doctors and hospital staff at Peel Memorial Centre in my riding, as well as with experts such as Dr. Lawrence Loh and Dr. Naveed Mohammad. They are doing great work. Their dedication makes them real-life heroes. I thank health care workers across the country for their incredible efforts. I was honoured to thank health care workers in many socially distanced care parades, like the one at Amica Peel Village seniors' home.
On the topic of long-term care homes, it is an absolute tragedy what happened to seniors during the first wave of this pandemic. Eighty per cent of all COVID-related deaths in Canada occurred in long-term care homes during the first wave. The CAF report done in May on five long-term care homes in Ontario was deeply troubling for me and many in my riding.
One of the five homes mentioned in the report was in my riding of Brampton South. Since the Canadian Forces report, I have worked with a number of my colleagues in advocating for real change for our seniors. I would like to take a moment to recognize my colleagues: the member for Scarborough—Rouge Park, Etobicoke Centre, Pickering—Uxbridge, Humber River—Black Creek, Mount Royal, Ottawa—Vanier and others for their tireless advocacy. I was beyond thrilled to see our government make commitments to set new national standards for long-term care and to amend the Criminal Code to penalize those who neglect seniors under their care. This would ensure that Canadian seniors get the best care possible, which they deserve.
The throne speech has a good plan for workers and for businesses in Brampton South and across Canada. It extends the Canada emergency wage subsidy program through the next summer and expands the Canada emergency business account to help with fixed costs, which provides business owners with a clear path for getting through this challenging time. As we build back better from COVID-19, the federal government will launch a campaign to create over one million jobs to restore employment to previous levels. This will be done through investing in housing, transit and green infrastructure projects. I am looking forward to this much needed campaign to get people back to work and invest in communities like mine.
We have also moved forward with a new way of care and a $240 million investment, made in May, to develop, expand and launch virtual care and mental health tools to support Canadians. These measures will ensure that Canadians with chronic health conditions, such as diabetes, get the quality of care they deserve. During consultations with my residents, members of the CARP seniors organization and many others, I heard clearly the necessity for national pharmacare. I was pleased to see the reaffirmation of this national program.
Members of my Youth Council, a local organization and the Centre for Addiction and Mental Health told me about the importance of investing in mental health. That is why this government is going to expand on the first ever mental health promotion innovation fund, which provides national funding to support the delivery of community-based programs for mental health. Our government recognizes that infrastructure investment creates good jobs and builds healthy communities. Bramptonians know that we need strong investments in our city and I have been working hard to ensure we get our fair share, whether it be $35 million in safe restart funding to support the City of Brampton; the largest investment in housing by the federal government the Peel Region has ever seen, which will create over 2,200 affordable units and shelters; or more transit funding, like we saw this summer where the federal government invested approximately $45 million to upgrade Brampton's transit system. This government knows now is not the time for austerity. It is the time to invest in our communities and in Canadians.
Some of the people hardest hit by COVID-19 are women, especially low-income women. I am proud that the government has listened to the needs of women and is taking bold action to support them as they establish affordable, inclusive and high-quality child care. Creating a Canada-wide early learning and child care system will relieve the burden on women and families.
Recently I visited a local child care facility in my riding, Lullaboo Nursery, to see how it was adapting during COVID-19. I was thrilled to see that support is coming for this essential service. Let me be clear: There can be no recovery without recovery for women.
Finally, I would like to discuss the fight for racial equality for all Canadians. The throne speech addresses these concerns and will take steps to address online hate by introducing legislation to address systemic inequalities and by bringing reforms to the RCMP. Brampton South is a beautiful community that everyone should feel safe to call home. One's religion, who they love or the colour of their skin should not matter.
This is a vital moment to shape Canada's future for the better. Our Liberal government's Speech from the Throne lays out bold action on the environment, the economy and equality. We are focusing on protecting Canadians from COVID-19, and helping them get through the pandemic by supporting Canadians and businesses for as long as it lasts and building back better to create a stronger, more resilient Canada.
We are making commitments to extend key supports to help Canadian workers, families and small businesses through COVID-19. I am asking all members of Parliament to support the bill so that Canadians continue to receive the help they need in this most difficult time.
Madame la Présidente, d'abord, je suis très heureuse de voir mon collègue et ami de Winnipeg-Centre-Sud s'exprimer au nom des citoyens de sa circonscription aujourd'hui. Il est certain que nous aimerions entendre cet instrument de musique dont il joue si bien.
Je suis honorée de prendre la parole à la Chambre au nom des résidants de Brampton-Sud à l'appui du discours du Trône, qui présente la vision du gouvernement pour l'avenir du Canada. Le discours du Trône reconnaît la période difficile que traverse notre pays en raison de la pire crise sanitaire de notre génération. Il reconnaît également les mesures prises par le gouvernement pour soutenir les Canadiens durant la pandémie. Enfin, il énonce le plan de relance économique du gouvernement.
Au cours des six derniers mois, nous avons vu les Canadiens se mobiliser pour s'entraider. Plus que jamais, nous unissons nos efforts pour surmonter les difficultés qui découlent de la COVID-19. Des gens de partout dans ma circonscription racontent des histoires inspirantes de gestes bienveillants et d'actes de générosité, de jeunes bénévoles livrant l'épicerie à des aînés, d'organismes sans but lucratif ramassant des dons et d'entreprises essentielles au service de la collectivité.
Au début de la pandémie, le gouvernement a agi rapidement pour venir en aide aux familles et aux entreprises canadiennes. D'ailleurs, en Ontario, 97 % de tout le soutien financier direct provenaient du gouvernement fédéral. Environ neuf millions de Canadiens ont eu recours à la Prestation canadienne d'urgence pour payer leurs factures et soutenir leur famille en ces temps difficiles.
Les Canadiens avaient besoin d'une réponse forte et le gouvernement libéral était là pour soutenir directement les Canadiens qui avaient le plus besoin d'aide. Plus de 9 500 aînés de ma circonscription ont reçu un paiement ponctuel de TPS. Des milliers de travailleurs ont bénéficié de la Prestation canadienne d'urgence. De nombreuses entreprises ont eu recours à la subvention salariale, au compte d'entreprise du Canada et à d'autres mesures d'aide et les organismes communautaires ont également reçu du financement dont ils avaient un besoin urgent.
Par exemple, le camp Lady Ballers est un organisme de charité voué au développement physique, émotionnel et intellectuel des filles. Le gouvernement a soutenu cet organisme au moyen du programme Emplois d'été Canada et du Fonds d'urgence pour l'appui communautaire. Ces mesures ont permis à Lady Ballers de continuer ses activités et c'est la collectivité qui en profite.
J'ai eu le plaisir de rencontrer les représentants de certains organismes fantastiques de ma circonscription qui accomplissent un travail essentiel pendant la pandémie, des organismes tels que le Club de garçons et filles, Cancer Warrior Canada, le club des United Achievers, l'Association canadienne des individus retraités, le conseil des aînés de Brampton et de nombreux autres. Ils se sont mobilisés pour soutenir la collectivité. Je remercie de tout cœur tous les organismes qui sont venus en aide aux gens de Brampton en ces temps difficiles.
Le printemps dernier, mon équipe et moi avons travaillé sans relâche pour permettre aux gens de Brampton-Sud d'être réunis avec les membres de leur famille qui étaient coincés à l'étranger. Une personne de ma circonscription était coincée au Maroc et mon bureau a travaillé en étroite collaboration avec le ministre des Affaires étrangères, avec les services d'immigration, avec Sécurité publique Canada et avec Affaires mondiales Canada pour que cette personne puisse rentrer au pays. Ce n'est que l'un des milliers d'exemples de ma circonscription et de partout au pays de gens qui sont reconnaissants de l'effort de rapatriement du gouvernement, le plus important de l'histoire du Canada.
Les travailleurs de la santé sont en première ligne depuis le début de cette lutte contre le virus. J'ai eu la chance de parler à beaucoup d'infirmières, de médecins et de membres du personnel hospitalier du Peel Memorial Centre, dans ma circonscription, ainsi qu'à des experts comme le Dr Lawrence Loh et le Dr Naveed Mohammad, qui font un excellent travail et dont le dévouement en fait de véritables héros. Je remercie les travailleurs de la santé de partout au pays des efforts incroyables qu'ils ont déployés. J'ai eu l'honneur de remercier certains d'entre eux lors de nombreuses manifestations qui célébraient le personnel soignant, tout en respectant les mesures de distanciation physique. Je pense notamment à la manifestation qui s'est tenue devant le foyer de personnes âgées Amica Peel Village.
En ce qui concerne les centres de soins de longue durée, les personnes âgées ont vécu une véritable tragédie lors de la première vague de la pandémie. C'est d'ailleurs dans ces centres que sont survenus 80 % des décès liés à la COVID au Canada. En mai, le rapport des Forces armées canadiennes sur cinq centres de soins de longue durée en Ontario a été profondément troublant pour beaucoup de gens de ma circonscription, dont moi.
L'un des cinq établissements de soins de longue durée mentionnés dans le rapport se trouve dans ma circonscription, Brampton-Sud. Depuis la publication du rapport des Forces armées canadiennes, j'ai travaillé avec de nombreux collègues pour réclamer de vrais changements pour les personnes âgées. J'en profite d'ailleurs pour les saluer, ce sont le député de Scarborough—Rouge Park, le député d'Etobicoke-Centre, la députée de Pickering—Uxbridge, la députée de Humber River—Black Creek, le député de Mont-Royal et la députée d'Ottawa—Vanier. Je les remercie, ainsi que tous les autres, pour leur inlassable dévouement. Je me félicite des engagements que le gouvernement a pris pour établir de nouvelles normes nationales pour les établissements de soins de longue durée et pour modifier le Code criminel afin de sanctionner ceux qui négligent les personnes âgées confiées à leurs soins. Cette mesure ferait en sorte que les personnes âgées du Canada obtiennent ce qu'elles méritent, à savoir les meilleurs soins possible.
Le discours du Trône présente un excellent plan pour les travailleurs et les entreprises de Brampton-Sud et de tout le Canada d'ailleurs. Il prolonge la Subvention salariale d'urgence du Canada jusqu'à l'été prochain et élargit la portée du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes afin d'aider les propriétaires d'entreprises à subventionner leurs coûts fixes, ce qui leur donnera les moyens de traverser cette période difficile. Dans le cadre des efforts qu'il déploie pour rebâtir le Canada en mieux à la suite de la COVID-19, le gouvernement fédéral lancera une campagne visant à créer plus d'un million d'emplois et à rétablir le niveau d'emploi d'avant la pandémie. Il y parviendra en réalisant des investissements dans le logement, le transport en commun et les projets d'infrastructures vertes. J'attends avec impatience la mise en œuvre de cette campagne indispensable qui remettra les Canadiens au travail et qui aidera les collectivités comme la mienne.
Nous avons également pris des mesures pour opérer un changement dans notre façon de prodiguer des soins. En mai, le gouvernement a réalisé un investissement de 240 millions de dollars dans l’élaboration, l’élargissement et le lancement d’outils virtuels en matière de soins et de santé mentale pour appuyer les Canadiens. Ces mesures garantiront que les Canadiens qui souffrent de maladies chroniques, comme le diabète, obtiennent les soins de qualité qu'ils méritent. Lorsque j'ai mené des consultations auprès des résidants de ma région, notamment auprès de membres de l'organisme pour personnes âgées CARP et de nombreux autres, j'ai compris qu'il y avait un besoin criant pour un régime national d'assurance-médicaments. Je suis heureuse que le gouvernement se soit engagé de nouveau à œuvrer en ce sens.
Les membres du Conseil jeunesse de ma circonscription et le Centre for Addiction and Mental Health, qui aide les personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie et de santé mentale, ont tenu à me dire à quel point il est important d'investir dans la santé mentale. Voilà pourquoi le gouvernement entend bonifier le tout premier Fonds d'innovation pour la promotion de la santé mentale, qui offre du financement à l'échelle nationale aux programmes communautaires de santé mentale. Le gouvernement est conscient que les investissements dans les infrastructures permettent de créer de bons emplois et d'assurer la vitalité des villes et des villages. Les habitants de Brampton ont compris que leur ville a besoin d'investissements de taille, et j'ai fait des pieds et des mains pour que nous ayons notre part. Nous avons par exemple obtenu 35 millions de dollars dans la foulée du Cadre de relance sécuritaire afin d'aider la Ville de Brampton. Grâce au plus gros investissement en matière de logement jamais réalisé par le gouvernement fédéral dans la région de Peel, nous pourrons créer plus de 2 200 logements à prix abordable et places en refuge. Le transport en commun n'est pas en reste, comme on l'a vu cet été, puisque le gouvernement fédéral a décidé d'investir environ 45 millions de dollars pour moderniser le réseau de transport public de Brampton. Le gouvernement a compris que le temps n'est pas à l'austérité et qu'il faut au contraire investir dans les villes, les villages et la population du Canada.
Les femmes, surtout celles à faible revenu, sont particulièrement touchées par la COVID-19, et je suis fière de voir, premièrement, que le gouvernement a tenu compte de leurs besoins, mais surtout qu'il frappera un grand coup en dotant le pays d'un réseau de services de garde abordables, inclusifs et de qualité. Ce futur réseau de la petite enfance, qui s'étendra d'un océan à l'autre, allégera le fardeau qui pèse sur les épaules des femmes et des familles.
Il y a peu, j'ai visité une garderie dans ma circonscription, Lullaboo Nursery, pour voir comment elle s'adaptait pendant la pandémie. J'ai été ravie de constater que ce service essentiel allait recevoir de l'aide. Soyons bien clairs: il ne peut pas y avoir de reprise sans les femmes.
Enfin, j'aimerais parler de la lutte en faveur de l'égalité raciale pour tous les Canadiens. Le discours du Trône en parle et prévoit des moyens pour lutter contre la haine en ligne, notamment l'adoption de mesures législatives visant à remédier aux inégalités systémiques et des réformes de la GRC. Brampton-Sud est une belle collectivité où il devrait faire bon vivre, en toute sécurité, quelles que soient sa religion, son orientation sexuelle ou la couleur de sa peau.
C'est un moment crucial pour le Canada, pour le changer en mieux. Le discours du Trône du gouvernement libéral propose des mesures audacieuses sur le plan de l'environnement, de l'économie et de l'égalité. Nous essayons, avant tout, de protéger les Canadiens de la COVID-19 et de les aider à traverser la pandémie en restant à leurs côtés, ainsi qu'aux côtés des entreprises, et ce, aussi longtemps que la pandémie durera, et nous reconstruirons un Canada plus fort et plus résilient.
Nous nous engageons à prolonger les principales mesures d'aide afin d'aider les familles, les petites entreprises et les travailleurs canadiens pendant la crise de la COVID-19. Je demande à tous les députés de voter en faveur du projet de loi afin que les Canadiens continuent de recevoir l'aide dont ils ont besoin en cette période très difficile.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Honourable Senators,
Members of the House of Commons,
Ladies and Gentlemen,
Every day on our shared planet, millions face hardships that test the human spirit. Extreme weather, wildfires, poverty, conflicts, discrimination and inequalities. Rarely though, has all of humanity faced a single common insidious enemy. An invisible enemy that respects no borders, thrives anywhere, hits anyone.
To overcome a pandemic requires the work and resolve of every order of government, every community, and every one of us.
We don’t decide when hardship comes, but here in Canada, we have decided how we wanted to address it. We have adapted in remarkable ways.
We Canadians did our part. We changed our habits, postponed our plans, switched to teleworking or had to completely reinvent our work, all this, while caring for one another.
We owe an immense debt to those who served and still serve on the frontlines, to health care personnel and essential workers, women and men in uniform, volunteers and leaders, everywhere in the country.
There has been a lot of suffering and we all mourn those who have passed.
We trust science to lead the fight until a safe and effective vaccine becomes available. But until then, we must keep our guard up, using the tools that are available to us now – such as testing, treatments and physical distancing measures.
Like a reed in high winds, we might sway but we will not break. Because our roots are firmly in place, our goals clear, and because we have hope – the hope that lifts the soul on dark days and keeps us focused on the future.
Canadians have lived through uncertain times before and have always prevailed because determination, concern for others, courage, and common sense define our nation.
We must bring all those qualities to bear once again and continue to work for the common good, and for a better, safer and more just society.
This is who we are and what will see us through to brighter days.
Opening
For over 150 years, Parliamentarians have worked together to chart Canada’s path forward.
Your predecessors met when Confederation was only a few months old, setting the course for a young country. They stood united through Canada’s toughest days, leading the nation through wars and depression. And as they did, each Parliamentarian was called to meet their times.
Today, Canadians expect you to do the same. They expect you to work together on their behalf and meet this crucial moment.
Less than a year ago, we gathered here for a Throne Speech to open the 43rd Parliament. Since then, our realities have changed. And so must our approach.
This pandemic is the most serious public health crisis Canada has ever faced.
Over 9,000 Canadians have died in six months. For our neighbours in the United States, this figure is over 200,000. Globally, it’s nearly a million.
But these aren’t just numbers. These are friends and family. Neighbours and colleagues.
The pandemic is the story of parents who have died alone, without loved ones to hold their hand.
It is the story of kids who have gone months without seeing friends.
Of workers who have lost their jobs.
The last six months have laid bare fundamental gaps in our society, and in societies around the world. This pandemic has been hard for everyone. But for those who were already struggling, the burden has been even heavier.
For parents – and especially moms – who are facing impossible choices between kids and career.
For racialized Canadians and Indigenous Peoples who are confronted by systemic barriers.
For young people who are worried about what their future will hold.
For seniors who are isolated, frightened, and most at risk.
And for workers who, while earning the lowest wages in the most precarious sectors, have been on the frontlines of the pandemic.
We must address these challenges of today. But we also cannot forget about the tests of the future.
The world came into this pandemic facing the risks and consequences of climate change. A lesson that COVID-19 has taught us, is that we need to match challenges with decisiveness and determination.
On all of these fronts – health and the economy, equality and the environment – we must take bold action.
The Government will meet these challenges.
The Government’s approach will have four foundations.
The first foundation of this plan is to fight the pandemic and save lives.
The second foundation of the Government’s plan is supporting people and businesses through this crisis as long as it lasts, whatever it takes. Effectively dealing with the health crisis is the best thing we can do for the economy. Government action has already helped Canadians stay safe, and buffered the worst economic impacts.
The third foundation is to build back better to create a stronger, more resilient Canada. To do this, we must keep strengthening the middle class and helping people working hard to join it, and continue creating jobs and building long-term competitiveness with clean growth. We must also keep building safer communities for everyone.
The fourth and final foundation of this plan is to stand up for who we are as Canadians. We cannot forget what has made us a country that is welcoming. A country that celebrates two official languages. That achieves progress on gender equality, walks the road of reconciliation, and fights discrimination of every kind.
This is our generation’s crossroads.
Do we move Canada forward, or let people be left behind? Do we come out of this stronger, or paper over the cracks that the crisis has exposed?
This is the time to remember who we are as Canadians.
This is the opportunity to contain the global crisis and build back better, together.
Protecting Canadians from COVID-19
The first foundation of the Government’s approach is protecting Canadians from COVID-19.
This is priority number one.
It is the job of the federal government to look out for all Canadians and especially our most vulnerable. We need to work together. Beating this virus is a Team Canada effort.
Over the last six months, Canadians have stood united and strong. Their actions embody what has always been the purpose of the federal government: bringing Canadians together to achieve common goals.
Personal protective equipment has been shipped across the country. Members of the Canadian Forces were there in long-term care homes.
Close to 9 million Canadians were helped with the Canada Emergency Response Benefit and over 3.5 million jobs were supported by the wage subsidy.
The Government will continue to have people’s backs just like Canadians have each other’s backs.
Through the first wave, contact tracing and testing ramped up across the country. The surge this fall further reinforces what we already know – that we must do even more.
The federal government will be there to help the provinces increase their testing capacity. Canadians should not be waiting in line for hours to get a test.
At the same time, the Government is pursuing every technology and every option for faster tests for Canadians from coast to coast to coast. As soon as tests are approved for safe use in Canada, the Government will do everything it can to see them deployed. The Government will also create a federal Testing Assistance Response Team to quickly meet surge testing needs, including in remote and isolated communities.
Local public health authorities are the backbone of our nation’s efforts to stop outbreaks before they start. As members of the communities they protect, they know the devastating economic impact a lockdown order can have.
To prevent small clusters from becoming major outbreaks, communities may need to enact short-term closure orders. To make that decision easier for the public health authorities, and to help ease the impact that science- and evidence-based decisions can have on local businesses in the short term, the Government will work to target additional financial support directly to businesses which have to temporarily shut down as a result of a local public health decision.
This will ensure that decisions are made with the health of Canadians as the first priority.
The Government will also continue to work on what communities need more broadly.
The Government has already invested over $19 billion for a Safe Restart Agreement with provinces and territories, to support everything from the capacity of health care systems to securing PPE.
To address the challenges faced by provinces and territories as they reopen classrooms, the federal government invested $2 billion in the Safe Return to Class Fund, along with new funding for First Nations communities. This is money to keep kids – and staff – safe in the classroom, whether that’s by helping schools buy cleaning supplies or upgrade ventilation.
These commitments build on federal investments to support people who are most at risk and those who care for them, including with the federal wage top-up for personal support workers. People on the frontlines who have been looking after seniors do vital work and the Government will continue to have their backs.
At the same time, the Government will continue to support Canadians as they take action to keep each other safe.
Already, people are doing their part by wearing masks. That’s important, and we can build on that commitment. Working with private sector partners, the federal government created the COVID Alert app. Canadians living in Ontario, Newfoundland and Labrador, New Brunswick, and Saskatchewan now have an extra tool to keep themselves and others safe. The Government hopes all the others will sign on so that people in all parts of the country can both do their part and be better protected.
The Government will also continue to work on getting Canadians the PPE they need.
This spring, the Government issued a call, and thousands of Canadian businesses and manufacturers responded. From shop floors to companies big and small, Canada’s dynamic businesses met the challenge as their workers stepped up.
And in less than six months, Canadians are now manufacturing almost all types of PPE. The Government will continue building that domestic capacity, while securing supply chains to keep Canadians safe and create jobs.
Canadians are pulling together, whether that’s with PPE manufacturing, through the COVID Alert app, or by wearing a mask. In the same way, Canadian researchers and scientists are pitching in to the Team Canada effort with their knowledge and expertise.
Vaccine efforts
In the long run, the best way to end this pandemic is with a safe and effective vaccine.
Canada’s vaccine strategy is all about ensuring that Canadians will be able to get a vaccine once it is ready.
There are many types of potential candidates. Canada is exploring the full range of options. The Government has already secured access to vaccine candidates and therapeutics, while investing in manufacturing here at home. And to get the vaccines out to Canadians once they’re ready, the Government has made further investments in our capacity for vaccine distribution.
From the Vaccine Task Force that provides the best advice on vaccine purchasing and roll-out, to the Immunity Task Force looking at how COVID-19 is affecting vulnerable populations, Canada’s top scientific minds are guiding the Government every step of the way.
Helping Canadians through the pandemic
The medical and scientific fight against this virus is crucial. And so are the livelihoods of every single Canadian, worker, and family.
So the second foundation of the Government’s approach is supporting Canadians through this crisis.
The economic impact of COVID-19 on Canadians has already been worse than the 2008 financial crisis. These consequences will not be short-lived.
This is not the time for austerity. Canada entered this crisis in the best fiscal position of its peers. And the Government is using that fiscal firepower, on things like the Canada Emergency Response Benefit and the Canada Emergency Wage Subsidy, so that Canadians, businesses, and our entire economy have the support needed to weather the storm.
Canadians should not have to choose between health and their job, just like Canadians should not have to take on debt that their government can better shoulder.
Creating jobs
People losing their jobs is perhaps the clearest consequence of the global economic shock that Canadians – like those in other countries – have faced.
The CERB helped people stay healthy at home while being able to keep food on the table.
The CEWS helped people keep their jobs, or be rehired if they had been laid off.
But there is still more to be done.
Unemployment is in the double digits, and underemployment is high.
Women, racialized Canadians, and young people have borne the brunt of job losses.
Canadians need good jobs they can rely on.
To help make that happen, the Government will launch a campaign to create over one million jobs, restoring employment to previous levels. This will be done by using a range of tools, including direct investments in the social sector and infrastructure, immediate training to quickly skill up workers, and incentives for employers to hire and retain workers.
One way the Government will create these jobs is by extending the Canada Emergency Wage Subsidy right through to next summer. The Government will work with businesses and labour to ensure the program meets the needs of the health and economic situation as it evolves.
Another example of how the Government will create jobs is by significantly scaling up the Youth Employment and Skills Strategy, to provide more paid work experiences next year for young Canadians.
Now, more than ever, Canadians must work together – including by eliminating remaining barriers between provinces to full, free internal trade – to get the economy back up and running and Canadians back to work.
Supporting workers and their families
With the job losses that Canadians have faced, it became clear early on that many people would need help until they could find work once again. But existing income support systems were not designed to handle this unprecedented situation. That’s why the Government moved quickly to create the Canada Emergency Response Benefit as a temporary program to help millions of Canadians get through a very difficult time.
With the economic restart now well underway, CERB recipients should instead be supported by the Employment Insurance system. For people who would not traditionally qualify for EI, the Government will create the transitional Canada Recovery Benefit.
Over the coming months, the EI system will become the sole delivery mechanism for employment benefits, including for Canadians who did not qualify for EI before the pandemic. This pandemic has shown that Canada needs an EI system for the 21st century, including for the self-employed and those in the gig economy.
Women in the Economy
Women – and in particular low-income women – have been hit hardest by COVID-19. This crisis has been described as a She-cession.
Many women have bravely served on the frontlines of this crisis, in our communities or by shouldering the burden of unpaid care work at home.
We must not let the legacy of the pandemic be one of rolling back the clock on women’s participation in the workforce, nor one of backtracking on the social and political gains women and allies have fought so hard to secure.
The Government will create an Action Plan for Women in the Economy to help more women get back into the workforce and to ensure a feminist, intersectional response to this pandemic and recovery. This Plan will be guided by a task force of experts whose diverse voices will power a whole of government approach.
It has been nearly 50 years since the Royal Commission on the Status of Women outlined the necessity of child care services for women’s social and economic equality. We have long understood that Canada cannot succeed if half of the population is held back. Canadians need more accessible, affordable, inclusive, and high quality childcare.
Recognizing the urgency of this challenge, the Government will make a significant, long-term, sustained investment to create a Canada-wide early learning and childcare system.
The Government will build on previous investments, learn from the model that already exists in Quebec, and work with all provinces and territories to ensure that high-quality care is accessible to all.
There is broad consensus from all parts of society, including business and labour leaders, that the time is now.
The Government also remains committed to subsidizing before- and after-school program costs. With the way that this pandemic has affected parents and families, flexible care options for primary school children are more important than ever.
The Government will also accelerate the Women’s Entrepreneurship Strategy, which has already helped women across Canada grow their businesses.
Supporting businesses
As the Government invests in people, it will continue to support job-creating businesses.
Small businesses are the lifeblood of communities and the backbone of the economy. The Government introduced a range of supports for Canadian businesses, from help with payroll through the Canada Emergency Wage Subsidy to assistance with expenses through interest-free loans.
COVID-19 has caused businesses across the country, both large and small, to rethink their approaches. Entrepreneurs and owners are looking at more digital options, more creative solutions, and more climate-friendly investments.
The Government will help businesses adapt for the future and thrive.
This fall, in addition to extending the wage subsidy, the Government will take further steps to bridge vulnerable businesses to the other side of the pandemic by:
Expanding the Canada Emergency Business Account to help businesses with fixed costs;
Improving the Business Credit Availability Program;
And introducing further support for industries that have been the hardest hit, including travel and tourism, hospitality, and cultural industries like the performing arts.
Fiscal sustainability
This COVID-19 emergency has had huge costs. But Canada would have had a deeper recession and a bigger long-term deficit if the Government had done less.
With interest rates so low, central banks can only do so much to help. There is a global consensus that governments must do more. Government can do so while also locking in the low cost of borrowing for decades to come. This Government will preserve Canada’s fiscal advantage and continue to be guided by values of sustainability and prudence.
There are two distinct needs.
The first is to help Canadians in the short term, to do whatever it takes, using whatever fiscal firepower is needed to support people and businesses during the pandemic. The best way to keep the economy strong is to keep Canadians healthy.
The second need is to build back better, with a sustainable approach for future generations. As the Government builds a plan for stimulus and recovery, this must be done responsibly.
In the longer term, the Government will focus on targeted investments to strengthen the middle class, build resiliency, and generate growth. The Government will also identify additional ways to tax extreme wealth inequality, including by concluding work to limit the stock option deduction for wealthy individuals at large, established corporations, and addressing corporate tax avoidance by digital giants.
Web giants are taking Canadians’ money while imposing their own priorities. Things must change, and will change. The Government will act to ensure their revenue is shared more fairly with our creators and media, and will also require them to contribute to the creation, production, and distribution of our stories, on screen, in lyrics, in music, and in writing.
This fall, the Government will release an update to Canada’s COVID-19 Economic Response Plan. This will outline the Government’s economic and fiscal position, provide fiscal projections, and set out new measures to implement this Throne Speech.
This update will make clear that the strength of the middle class, and the wellbeing of all Canadians, remain Canada’s key measures of success.
Building back better – a resiliency agenda for the middle class
As we fight for every Canadian and defend everyone’s ability to succeed, we also need to focus on the future, and on building back better. This forms the third foundation of the Government’s approach.
Around the world, advanced economies are realizing that things should not go back to business as usual. COVID-19 has exposed the vulnerabilities in our societies.
The Government will create a resiliency agenda for the middle class and people working hard to join it.
This will include addressing the gaps in our social systems, investing in health care, and creating jobs. It will also include fighting climate change, and maintaining a commitment to fiscal sustainability and economic growth as the foundation of a strong and vibrant society.
Addressing gaps in our social systems
Central to this is recognizing that one of the greatest tragedies of this pandemic is the lives lost in long-term care homes. Elders deserve to be safe, respected, and live in dignity.
Although long-term care falls under provincial and territorial jurisdiction, the federal government will take any action it can to support seniors while working alongside the provinces and territories.
The Government will work with Parliament on Criminal Code amendments to explicitly penalize those who neglect seniors under their care, putting them in danger.
The Government will also:
Work with the provinces and territories to set new, national standards for long-term care so that seniors get the best support possible;
And take additional action to help people stay in their homes longer.
The Government remains committed to increasing Old Age Security once a senior turns 75, and boosting the Canada Pension Plan survivor’s benefit.
The Government will look at further targeted measures for personal support workers, who do an essential service helping the most vulnerable in our communities. Canada must better value their work and their contributions to our society.
COVID-19 has disproportionately affected Canadians with disabilities, and highlighted long-standing challenges. The Government will bring forward a Disability Inclusion Plan, which will have:
A new Canadian Disability Benefit modelled after the Guaranteed Income Supplement for seniors;
A robust employment strategy for Canadians with disabilities;
And a better process to determine eligibility for Government disability programs and benefits.
Over the last six months, it has become clearer than ever why Canadians need a resilient health care system.
The Government will ensure that everyone – including in rural and remote areas – has access to a family doctor or primary care team. COVID-19 has also shown that our system needs to be more flexible and able to reach people at home. The Government will continue to expand capacity to deliver virtual health care.
The Government will also continue to address the opioid epidemic tearing through communities, which is an ongoing and worsening public health crisis. Additionally, the Government will further increase access to mental health resources. All Canadians should have the care they need, when they need it. We will all be stronger for it.
The same goes for access to the medicine that keeps people healthy. Many Canadians who had drug plans through work lost this coverage when they were laid off because of the pandemic. So this is exactly the right moment to ramp up efforts to address that.
The Government remains committed to a national, universal pharmacare program and will accelerate steps to achieve this system including:
Through a rare-disease strategy to help Canadian families save money on high-cost drugs;
Establishing a national formulary to keep drug prices low;
And working with provinces and territories willing to move forward without delay.
In addition to good health infrastructure, Canadians also need strong, safe communities to call home.
The Government has banned assault-style firearms. The Government will also continue implementing firearms policy commitments, including:
Giving municipalities the ability to further restrict or ban handguns;
And strengthening measures to control the flow of illegal guns into Canada.
Women’s safety must be the foundation on which all progress is built. The Government will accelerate investments in shelters and transition housing, and continue to advance with a National Action Plan on Gender-Based Violence.
To keep building strong communities, over the next two years the Government will also invest in all types of infrastructure, including public transit, energy efficient retrofits, clean energy, rural broadband, and affordable housing, particularly for Indigenous Peoples and northern communities.
In the last six months, many more people have worked from home, done classes from the kitchen table, shopped online, and accessed government services remotely. So it has become more important than ever that all Canadians have access to the internet.
The Government will accelerate the connectivity timelines and ambitions of the Universal Broadband Fund to ensure that all Canadians, no matter where they live, have access to high-speed internet.
And to further link our communities together, the Government will work with partners to support regional routes for airlines. It is essential that Canadians have access to reliable and affordable regional air services. This is an issue of equity, of jobs, and of economic development. The Government will work to support this.
Strong communities are places where everyone has a safe, affordable home.
No one should be without a place to stay during a pandemic, or for that matter, a Canadian winter.
This week, the Government invested more than $1 billion for people experiencing homelessness, including for this fall.
In 2017, the Government announced that it would reduce chronic homelessness by 50 percent. The Government has already helped more than a million people get a safe and affordable place to call home. Given the progress that has been made, and our commitment to do more, the Government is now focused on entirely eliminating chronic homelessness in Canada.
At the same time, the Government will also make substantial investments in housing for Canadians.
The Government will add to the historic National Housing Strategy announced in 2017 by increasing investments to rapid housing in the short term, and partnering with not-for-profits and co-ops in the mid- to long-term. For the middle class, the Government will also move forward with enhancements to the First-Time Home Buyer Incentive, including in Canada’s largest cities, so families can afford to buy their first home.
Housing is something everyone deserves, and it’s also a key driver of the economy. Construction projects create jobs, and having a home is critical so people can contribute to their communities.
Just like everyone deserves a home, everyone deserves to be able to put nutritious food on the table.
The pandemic has made that harder for Canadians. The Government will continue to work with partners – including directly with First Nations, Inuit, and Métis Nation partners – to address food insecurity in Canada. The Government will also strengthen local food supply chains here in Canada.
The Canadian and migrant workers who produce, harvest, and process our food – from people picking fruit to packing seafood – have done an outstanding job getting good food on people’s plates. They deserve the Government’s full support and protection.
The Government will also ensure that those in Canada’s supply managed sectors receive full and fair compensation for recent trade agreements. Farmers keep our families fed, and we will continue to help them succeed and grow.
A stronger workforce
This pandemic has revealed gaps in health, housing, and food supply. And it has also laid bare inequalities Canadians face in the workforce.
We have an opportunity to not just support Canadians, but grow their potential. Working with the provinces and territories, the Government will make the largest investment in Canadian history in training for workers. This will include by:
Supporting Canadians as they build new skills in growing sectors;
Helping workers receive education and accreditation;
And strengthening workers’ futures, by connecting them to employers and good jobs, in order to grow and strengthen the middle class.
From researchers developing vaccines, to entrepreneurs building online stores, this pandemic has reminded us of the power of the knowledge economy, and how vital it is for our future.
Canadians are leading, and they should have government services that keep up.
The Government will make generational investments in updating outdated IT systems to modernize the way that Government serves Canadians, from the elderly to the young, from people looking for work to those living with a disability. The Government will also work to introduce free, automatic tax filing for simple returns to ensure citizens receive the benefits they need.
Government must remain agile, and ready for what lies ahead.
Taking action on extreme risks from climate change
Climate action will be a cornerstone of our plan to support and create a million jobs across the country.
This is where the world is going. Global consumers and investors are demanding and rewarding climate action.
Canadians have the determination and ingenuity to rise to this challenge and global market opportunity.
We can create good jobs today and a globally competitive economy not just next year, but in 2030, 2040, and beyond.
Canadians also know climate change threatens our health, way of life, and planet. They want climate action now, and that is what the Government will continue to deliver.
The Government will immediately bring forward a plan to exceed Canada’s 2030 climate goal. The Government will also legislate Canada’s goal of net-zero emissions by 2050.
As part of its plan, the Government will:
Create thousands of jobs retrofitting homes and buildings, cutting energy costs for Canadian families and businesses;
Invest in reducing the impact of climate-related disasters, like floods and wildfires, to make communities safer and more resilient;
Help deliver more transit and active transit options;
And make zero-emissions vehicles more affordable while investing in more charging stations across the country.
A good example of adapting to a carbon-neutral future is building zero-emissions vehicles and batteries. Canada has the resources – from nickel to copper – needed for these clean technologies. This – combined with Canadian expertise – is Canada’s competitive edge.
The Government will launch a new fund to attract investments in making zero-emissions products and cut the corporate tax rate in half for these companies to create jobs and make Canada a world leader in clean technology. The Government will ensure Canada is the most competitive jurisdiction in the world for clean technology companies.
Additionally, the Government will:
Transform how we power our economy and communities by moving forward with the Clean Power Fund, including with projects like the Atlantic Loop that will connect surplus clean power to regions transitioning away from coal;
And support investments in renewable energy and next-generation clean energy and technology solutions.
Canada cannot reach net zero without the know-how of the energy sector, and the innovative ideas of all Canadians, including people in places like British Columbia, Alberta, Saskatchewan, and Newfoundland and Labrador.
The Government will:
Support manufacturing, natural resource, and energy sectors as they work to transform to meet a net zero future, creating good-paying and long-lasting jobs;
And recognize farmers, foresters, and ranchers as key partners in the fight against climate change, supporting their efforts to reduce emissions and build resilience.
The Government will continue its policy of putting a price on pollution, while putting that money back in the pockets of Canadians. It cannot be free to pollute.
This pandemic has reminded Canadians of the importance of nature. The Government will work with municipalities as part of a new commitment to expand urban parks, so that everyone has access to green space. This will be done while protecting a quarter of Canada’s land and a quarter of Canada’s oceans in five years, and using nature-based solutions to fight climate change, including by planting two billion trees.
The Government will ban harmful single-use plastics next year and ensure more plastic is recycled. And the Government will also modernize Canada’s Environmental Protection Act.
When the Prairie Farm Rehabilitation Administration was closed by a previous government, Canada lost an important tool to manage its waters. The Government will create a new Canada Water Agency to keep our water safe, clean, and well-managed. The Government will also identify opportunities to build more resilient water and irrigation infrastructure.
At the same time, the Government will look at continuing to grow Canada’s ocean economy to create opportunities for fishers and coastal communities, while advancing reconciliation and conservation objectives. Investing in the Blue Economy will help Canada prosper.
The Canada we’re fighting for
This is a fight for Canadians today and Canada tomorrow. So we must never forget the values that make us who we are. The fourth and final foundation of the Government’s approach is defending Canadian values and ensuring they are lived experiences for everyone.
Canada is a place where we take care of each other. This has helped Canada weather the pandemic better than many other countries.
Canada must continue to stand up for the values that define this country, whether that’s welcoming newcomers, celebrating with pride the contributions of LGBTQ2 communities, or embracing two official languages. There is work still to be done, including on the road of reconciliation, and in addressing systemic racism.
Reconciliation
Throughout the pandemic, the Government has made it a priority to support Indigenous communities, which has helped contain the spread of COVID-19 and kept people safe. That is something the Government will continue to do.
The Government will walk the shared path of reconciliation with Indigenous Peoples, and remain focused on implementing the commitments made in 2019. However, the pandemic has shown that we need to keep moving forward even faster on a number of fronts including by:
Expediting work to co-develop distinctions-based Indigenous health legislation with First Nations, Inuit, and the Métis Nation, and a distinctions-based mental health and wellness strategy;
Accelerating work on the National Action Plan in response to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls’ Calls for Justice, as well as implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s Calls to Action;
And continuing to close the infrastructure gap in Indigenous communities, working on a distinctions-basis with First Nations, Inuit, and the Métis Nation to accelerate the government’s 10-year commitment.
The Government will also:
Make additional resiliency investments to meet the clean drinking water commitment in First Nations communities;
And support additional capacity-building for First Nations, Inuit, and the Métis Nation.
The Government will move forward to introduce legislation to implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples before the end of this year.
Addressing systemic racism
For too many Canadians, systemic racism is a lived reality. We know that racism did not take a pause during the pandemic. On the contrary, COVID-19 has hit racialized Canadians especially hard.
Many people – especially Indigenous people, and Black and racialized Canadians – have raised their voices and stood up to demand change.
They are telling us we must do more. The Government agrees.
The Government pledged to address systemic racism, and committed to do so in a way informed by the lived experiences of racialized communities and Indigenous Peoples.
The Government has invested in economic empowerment through the Black Entrepreneurship Program, while working to close the gaps in services for Indigenous communities. Important steps were taken with the release of Canada’s Anti-Racism Strategy for 2019-2022, the creation of an anti-racism secretariat, and the appointment of the first-ever Minister focused specifically on diversity and inclusion. This is all good, but much more needs to be done for permanent, transformative change to take shape.
The Government will redouble its efforts by:
Taking action on online hate;
Going further on economic empowerment for specific communities, and increasing diversity on procurement;
Building a whole-of-federal-government approach around better collection of disaggregated data;
Implementing an action plan to increase representation in hiring and appointments, and leadership development within the Public Service;
And taking new steps to support the artistic and economic contributions of Black Canadian culture and heritage.
Progress must also be made throughout the policing and justice systems. All Canadians must have the confidence that the justice system is there to protect them, not to harm them. Black Canadians and Indigenous Peoples are overrepresented in the criminal justice system. That has to change.
The Government will take steps to ensure that the strong hand of criminal justice is used where it is needed to keep people safe, but not where it would be discriminatory or counterproductive.
The Government will:
Introduce legislation and make investments that take action to address the systemic inequities in all phases of the criminal justice system, from diversion to sentencing, from rehabilitation to records;
Move forward on enhanced civilian oversight of our law enforcement agencies, including the RCMP;
Modernize training for police and law enforcement, including addressing standards around the use of force;
Move forward on RCMP reforms, with a shift toward community-led policing;
And accelerate work to co-develop a legislative framework for First Nations policing as an essential service.
Protecting two official languages
Our two official languages are woven into the fabric of our country.
The defence of the rights of Francophones outside Quebec, and the defence of the rights of the Anglophone minority within Quebec, is a priority for the Government.
The Government of Canada must also recognize that the situation of French is unique. There are almost 8 million Francophones in Canada within a region of over 360 million inhabitants who are almost exclusively Anglophone. The Government therefore has the responsibility to protect and promote French not only outside of Quebec, but also within Quebec.
In this vein, 51 years after the passage of the Official Languages Act, the Government is committed to strengthening this legislation among other things, taking into consideration the unique reality of French.
A welcoming Canada
Immigration remains a driver of Canada’s economic growth.
With other countries rejecting global talent that could help their economy, Canada has an opportunity as we recover to become the world’s top destination for talent, capital, and jobs. When people choose Canada, help build Canada, and make sacrifices in support of Canada, we should make it easier for them to formally become Canadian.
Earlier this year, the Government announced measures to grant permanent residency to people who, although not Canadian citizens, had cared for the most vulnerable in long-term care homes and other medical facilities.
The Government will continue to bring in newcomers and support family reunification. We know that there is an economic and human advantage to having families together.
As part of both the short-term economic recovery and a long-term plan for growth, the Government will leverage the advantage we have on immigration to keep Canada competitive on the world stage.
Canada in the world
We must take action on all of these priorities at home. But we must also address the world in which we live.
COVID-19 has accelerated the existing trends toward a more fragmented global order. It remains in Canada’s interest to create and maintain bilateral and multilateral relationships to advance peace and economic prosperity.
The Government will invest more in international development while supporting developing countries on their economic recoveries and resilience. Canada will also support work to ensure that people around the world have access to a vaccine. We cannot eliminate this pandemic in Canada unless we end it everywhere.
The Government will also continue to stand up for human rights and the rule of law. It is unacceptable that any citizen be arbitrarily detained. Michael Kovrig and Michael Spavor must be brought home. This is something for which all Canadians stand united.
The Government will continue to fight for free trade, including by leading the Ottawa Group to reform the World Trade Organization.
Our likeminded allies and partners are investing to make sure their societies emerge stronger. This Government’s plan does that as well.
Conclusion
Taken together, this is an ambitious plan for an unprecedented reality. The course of events will determine what needs to be done when.
But throughout, protecting and supporting Canadians will stay the top priority.
And the core values that have driven the Government since day one remain the same.
In 2015, Canadians asked their government to deliver real change on everything from middle class jobs to climate change. In 2019, the people chose a Parliament that would keep moving forward on these shared goals. And in 2020, Canadians expect nothing less.
It is no small task to build a stronger, more resilient country.
It will take hard work. It will require a commitment to finding common ground.
Parliamentarians, Canadians have placed a trust in you to guide this country forward. They have placed their faith in you to work together to meet whatever challenges we face.
Remember that we are here today because of the generations of Canadians who came before us. We are here because of the women and men – our parents, grandparents, and great-grandparents – who had the courage to reach for a better future.
Today, it is our turn. Our moment to build a stronger and more resilient Canada for everyone.
Members of the House of Commons, you will be asked to appropriate the funds to carry out the services and expenditures authorized by Parliament.
Members of the Senate and Members of the House of Commons, may you be equal to the profound trust bestowed on you by Canadians, and may Divine Providence guide you in all your duties.
Honorables Sénateurs et Sénatrices,
Députés de la Chambre des communes,
Mesdames et Messieurs,
Chaque jour, des millions de gens sur la planète font face à des fléaux qui mettent l’âme humaine à l’épreuve. Conditions météo extrêmes. Incendies ravageurs. Pauvreté. Conflits. Discrimination et inégalités. Rarement, toutefois, l’humanité a-t-elle fait face à un ennemi aussi insidieux, un ennemi invisible qui ne respecte aucune frontière, se répand partout et peut frapper n’importe qui.
Pour vaincre une pandémie, il faut le travail et la détermination de tous les ordres de gouvernement, de chaque communauté et de chacun d’entre nous.
On ne choisit pas quand les épreuves s’abattent sur nous, mais ici, au Canada, nous avons choisi la manière de les surmonter. Nous nous sommes adaptés d’une façon remarquable.
Nous, les Canadiens, avons fait notre part. Nous avons changé nos habitudes, reporté nos projets, nous sommes passés au télétravail ou avons dû complètement réinventer notre travail, tout cela en prenant soin les uns des autres.
Nous sommes immensément redevables à ceux qui ont servi et qui servent encore en première ligne, au personnel de la santé et aux travailleurs essentiels, aux femmes et aux hommes en uniforme, aux bénévoles et aux dirigeants, partout au pays.
Les souffrances ont été nombreuses et nous pleurons ceux qui sont décédés.
Nous faisons confiance à la science pour mener le combat jusqu’à ce qu’un vaccin efficace et sécuritaire soit disponible. Mais d’ici là, nous devons rester vigilants, et utiliser les outils disponibles – tels que le dépistage, les traitements et les mesures de distanciation physique.
Comme un roseau par grands vents, nous serons secoués, mais nous ne céderons pas. Parce que nos racines sont fermement en place, nos objectifs sont clairs, et parce que nous avons l’espoir – un espoir qui illumine notre âme lors des jours sombres et qui nous permet de demeurer tournés vers l’avenir.
Les Canadiens ont déjà vécu des temps incertains et ont toujours démontré que la détermination, le souci des autres, le courage et le bon sens définissent notre nation.
Nous devons puiser dans ces principes encore une fois et continuer à œuvrer pour le bien commun et à travailler pour une société meilleure, plus sûre et plus juste.
C’est ce que nous sommes et c’est ce qui nous permettra de passer à travers et d’atteindre des jours meilleurs.
Allocution d’ouverture
Depuis plus de 150 ans, les parlementaires travaillent ensemble pour définir la voie que doit suivre le Canada.
Vos prédécesseurs se sont réunis au moment où la Confédération n’avait que quelques mois d’existence, élaborant ainsi l’orientation d’un jeune pays. Ils sont restés unis pendant les jours les plus sombres du Canada, et ont dirigé le pays pendant les guerres et la Grande Crise. Ce faisant, chaque parlementaire a été appelé à se montrer à la hauteur de son époque.
Aujourd’hui, les Canadiens s’attendent à ce que vous agissiez comme eux. Ils s’attendent à vous voir travailler ensemble en leur nom et affronter ce moment crucial.
Il y a moins d’un an, nous nous sommes réunis ici lors d’un discours du Trône afin d’ouvrir la 43e législature. Depuis, notre réalité a changé. Cela veut dire que notre approche doit changer, elle aussi.
Cette pandémie constitue la plus grave crise de santé publique que le Canada ait connue.
Plus de 9 000 Canadiens sont décédés en l’espace de six mois. Chez nos voisins, les États-Unis, ce nombre s’élève à plus de 200 000. Dans le monde, c’est près d’un million.
Mais ce ne sont pas que des chiffres. Ce sont nos amis et des membres de nos familles. Nos voisins et nos collègues.
La pandémie est l’histoire de parents qui sont morts seuls, sans leurs proches pour leur tenir la main.
C’est l’histoire d’enfants qui n’ont pas vu leurs amis durant des mois.
L’histoire de travailleurs qui ont perdu leur emploi.
Les six derniers mois ont dévoilé les lacunes fondamentales de notre société, et celles des sociétés du monde entier. Cette pandémie a été difficile pour tout le monde. Mais pour ceux dont la situation était déjà difficile, le fardeau a été encore plus lourd à porter.
Pour les parents, et en particulier pour les mères, qui ont été confrontés à des dilemmes impossibles entre leurs enfants et leur carrière.
Pour les Canadiens racisés et les peuples autochtones qui se heurtent à des obstacles systémiques.
Pour les jeunes qui s’inquiètent de ce que l’avenir leur réserve.
Pour les personnes âgées qui sont isolées, effrayées et les plus exposées au risque.
Et pour les travailleurs qui, tout en gagnant les salaires les plus bas dans les secteurs les plus précaires, ont été aux premières lignes durant la pandémie.
Nous devons nous attaquer à ces problèmes d’aujourd’hui sans toutefois oublier ceux qui nous attendent demain.
Le monde est entré dans cette pandémie en faisant face aux risques et aux conséquences des changements climatiques. Une leçon que la COVID-19 nous a enseignée, c’est que nous devons relever les défis avec détermination.
Sur tous ces fronts – la santé et l’économie, l’égalité et l’environnement – nous devons agir en faisant preuve d’audace.
Le gouvernement affrontera ces défis.
L’approche du gouvernement reposera sur quatre piliers.
Le premier pilier de ce plan consiste à lutter contre la pandémie et à sauver des vies.
Le deuxième pilier du plan gouvernemental consiste à soutenir les gens et les entreprises aussi longtemps que la crise durera, en prenant les mesures qui s’imposeront. La meilleure chose à faire pour l’économie est de gérer la crise sanitaire de manière efficace. Les mesures du gouvernement ont déjà contribué à protéger les Canadiens et à amortir les pires conséquences économiques de cette crise.
Le troisième pilier consiste à rebâtir en mieux afin de créer un Canada plus fort et plus résilient. Pour ce faire, nous devons continuer à renforcer la classe moyenne et aider les personnes qui travaillent fort pour en faire partie, et continuer à créer des emplois et à mettre en place une compétitivité à long terme fondée sur une croissance propre. Nous devons également bâtir des communautés plus sécuritaires pour tout le monde.
Le quatrième et dernier pilier de ce plan consiste à être fidèle à qui nous sommes en tant que Canadiens. Nous ne pouvons pas oublier ce qui a fait de nous un pays accueillant. Un pays qui célèbre deux langues officielles, qui fait des progrès sur le plan de l’égalité des sexes, qui œuvre à la réconciliation et qui lutte contre la discrimination sous toutes ses formes.
Notre génération est à la croisée des chemins.
Allons-nous faire progresser le Canada ou laisser les gens pour compte? Allons-nous sortir plus forts de cette crise ou simplement balayer sous le tapis ce qu’elle a dévoilé?
C’est maintenant que nous devons nous rappeler qui nous sommes en tant que Canadiens.
C’est maintenant que nous devons saisir l’occasion de contenir la crise mondiale et de rebâtir en mieux, ensemble.
Protéger les Canadiens de la COVID-19
Le premier pilier de l’approche du gouvernement consiste à protéger les Canadiens de la COVID-19.
C’est la priorité absolue.
Le gouvernement fédéral a pour mission de veiller sur tous les Canadiens, et en particulier les plus vulnérables. Nous devons travailler ensemble. La victoire contre le virus se fait en équipe, d’un bout à l’autre du Canada.
Depuis les six derniers mois, les Canadiens se montrent unis et forts. Leurs gestes incarnent la raison d’être même du gouvernement fédéral: mobiliser les Canadiens autour d’objectifs communs.
De l’équipement de protection individuelle a été livré partout au pays. Les membres des Forces canadiennes étaient présents dans les centres de soins de longue durée.
Près de 9 millions de Canadiens ont bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence, et la Subvention salariale a soutenu plus de 3,5 millions d’emplois.
Le gouvernement continuera d’être là pour les Canadiens, tout comme les Canadiens sont là les uns pour les autres.
Durant la première vague, nous avons accéléré le dépistage et la recherche de contacts dans tout le pays. La poussée de cet automne confirme ce que nous savions déjà: il faut en faire encore plus.
Le gouvernement fédéral sera là pour aider les provinces à accroître leur capacité de dépistage. Les Canadiens ne devraient pas avoir à faire la queue pendant des heures pour se faire tester.
Du même coup, le gouvernement examine toutes les technologies et toutes les options permettant d’offrir des tests plus rapides afin d’aider les Canadiens d’un océan à l’autre. Dès que les tests seront approuvés pour une utilisation sûre au Canada, le gouvernement mettra tout en œuvre pour les rendre accessibles. Le gouvernement mettra également sur pied une équipe d’intervention en matière de dépistage pour répondre rapidement aux besoins urgents à cet égard, notamment dans les communautés éloignées et isolées.
Les autorités locales de santé publique sont la base des efforts déployés par notre pays pour enrayer les éclosions avant qu’elles se propagent. Comme elles font partie des communautés qu’elles protègent, ces autorités connaissent les effets économiques dévastateurs d’un ordre de confinement.
Pour éviter que de petits foyers d’éclosion ne se propagent encore plus, les communautés pourraient devoir imposer des ordres de fermeture à court terme. Pour faciliter la tâche des autorités de santé publique et atténuer l’impact que les décisions fondées sur la science et les données probantes peuvent avoir à court terme sur les entreprises locales, le gouvernement s’efforcera de fournir une aide financière supplémentaire directement aux entreprises qui doivent fermer temporairement leurs portes par suite d’une décision de santé publique locale.
Cette mesure permettra de prendre des décisions en gardant la santé des Canadiens au haut de la liste des priorités.
Le gouvernement continuera également de s’efforcer de répondre aux différents besoins des communautés de manière générale.
À cette fin, le gouvernement a déjà investi plus de 19 milliards de dollars dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire avec les provinces et les territoires afin de contribuer à tous les efforts, du renforcement des capacités des réseaux de soins de santé jusqu’à la fourniture d’équipement de protection individuelle.
Pour remédier aux difficultés rencontrées par les provinces et les territoires pendant la rentrée scolaire, le gouvernement fédéral a investi 2 milliards de dollars dans le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire ainsi que de nouveaux fonds destinés aux communautés des Premières Nations. Ces fonds serviront à assurer la sécurité des enfants – et du personnel – dans les salles de classe, que ce soit en aidant les écoles à acheter des produits de nettoyage ou à mettre à niveau leurs systèmes de ventilation.
Ces engagements s’ajoutent aux investissements fédéraux visant à soutenir les personnes les plus à risque ainsi que ceux qui s’occupent d’elles, notamment par le biais du complément de salaire fédéral accordé aux préposés aux bénéficiaires. Les intervenants de première ligne qui s’occupent des personnes âgées font un travail essentiel, et le gouvernement continuera de les soutenir.
En parallèle, le gouvernement continuera d’appuyer les Canadiens alors qu’ils agissent pour se protéger les uns les autres.
Les gens font déjà leur part en portant un masque. C’est une mesure importante, et nous pouvons donner suite à cet effort. En collaboration avec des partenaires du secteur privé, le gouvernement fédéral a conçu l’application Alerte COVID. Les habitants de l’Ontario, de Terre-Neuve-et-Labrador, du Nouveau-Brunswick et de la Saskatchewan disposent désormais d’un outil de plus pour assurer leur propre sécurité et celle des autres. Le gouvernement espère que les autres vont aussi l’adopter, pour que les gens d’un bout à l’autre du pays puissent à la fois faire leur part et être mieux protégés.
Le gouvernement continuera également de s’efforcer de fournir aux Canadiens l’équipement de protection individuelle dont ils ont besoin.
Le printemps dernier, le gouvernement a lancé un appel auquel des milliers d’entreprises et de fabricants canadiens ont répondu. Dans les ateliers et les usines des grandes et petites entreprises, les travailleurs se sont mobilisés et les entreprises canadiennes ont relevé le défi grâce à leur dynamisme.
Et en moins de six mois, le Canada s’est mis à fabriquer presque tous les types d’équipement de protection individuelle. Le gouvernement continuera de renforcer cette capacité nationale, tout en sécurisant les chaînes d’approvisionnement pour protéger les Canadiens et créer des emplois.
Les Canadiens se mobilisent, que ce soit en fabriquant de l’équipement de protection individuelle, en utilisant l’application Alerte COVID ou en portant un masque. De la même façon, les chercheurs et les scientifiques canadiens mettent leurs connaissances et leur expertise au service des efforts pancanadiens.
Efforts en matière de vaccins
À long terme, la meilleure façon de mettre fin à cette pandémie est de disposer d’un vaccin sûr et efficace.
La stratégie du Canada en matière de vaccins vise à garantir que les Canadiens pourront se faire vacciner dès que le vaccin sera au point.
Il existe plusieurs types de candidats-vaccins. Le Canada explore une diversité d’options. Le gouvernement s’est déjà assuré un accès à des candidats-vaccins et à des produits thérapeutiques, tout en finançant leur mise au point ici, au pays. Et pour pouvoir distribuer les vaccins aux Canadiens une fois qu’ils seront prêts, le gouvernement a fait des investissements supplémentaires dans sa capacité de distribution.
Que ce soit le Groupe de travail sur les vaccins, qui offre les meilleurs conseils sur l’achat et le déploiement des vaccins, ou le Groupe de travail sur l’immunité, qui se penche sur l’effet de la COVID-19 sur les populations vulnérables, les plus grands esprits scientifiques du Canada guident le gouvernement à chaque étape.
Aider les Canadiens durant la pandémie
La lutte médicale et scientifique contre ce virus est cruciale. Tout comme le gagne pain de chacun des Canadiens, des travailleurs et des familles.
Par conséquent, le deuxième pilier de l’approche du gouvernement consiste à soutenir les Canadiens durant cette crise.
Les répercussions économiques de la COVID-19 sur les Canadiens sont déjà pires que celles de la crise financière de 2008. Et elles ne seront pas de courte durée.
L’heure n’est pas à l’austérité. Le Canada est entré dans cette crise en meilleure position financière que ses pairs. Et le gouvernement met à profit sa capacité financière pour investir dans des initiatives comme la Prestation canadienne d’urgence et la Subvention salariale d’urgence du Canada et ainsi apporter aux Canadiens, aux entreprises et à l’ensemble de notre économie le soutien nécessaire pour traverser la tempête.
Les Canadiens ne devraient pas avoir à choisir entre leur santé et leur travail, tout comme ils ne devraient pas avoir à s’endetter alors que leur gouvernement peut mieux les soutenir.
Créer des emplois
Les pertes d’emploi sont peut-être la conséquence la plus évidente du choc économique mondial qu’ont subi tant les Canadiens que les populations des autres pays.
La Prestation canadienne d’urgence a aidé les gens à rester en santé à la maison et à pouvoir continuer à nourrir leur famille.
La Subvention salariale d’urgence a aidé les gens à conserver leur emploi ou à être réembauchés s’ils avaient été mis à pied.
Mais la tâche n’est pas terminée.
Le taux de chômage atteint les deux chiffres et le niveau de sous emploi est élevé.
Les femmes, les Canadiens racisés et les jeunes ont subi le plus lourdement les pertes d’emploi.
Les Canadiens ont besoin de bons emplois sur lesquels ils peuvent compter.
À cette fin, le gouvernement lancera une campagne visant à créer plus d’un million d’emplois, ce qui nous ramènera aux mêmes niveaux qu’auparavant. Pour ce faire, il utilisera une série d’outils. Il compte notamment faire des investissements directs dans le secteur social et les infrastructures, offrir une formation immédiate pour permettre aux travailleurs d’acquérir rapidement des compétences, et mettre en place des mesures incitant les employeurs à embaucher et à conserver leurs travailleurs.
L’une des façons qui permettront au gouvernement de créer ces emplois sera de prolonger la Subvention salariale d’urgence du Canada jusqu’à l’été prochain. Le gouvernement travaillera de concert avec les entreprises et les travailleurs afin de s’assurer que le programme tient compte à la fois de la situation sanitaire et économique, au fur et à mesure de son évolution.
Une autre façon pour le gouvernement de créer des emplois consistera à renforcer considérablement la Stratégie emploi et compétences jeunesse, pour offrir plus d’expériences professionnelles rémunérées aux jeunes Canadiens l’an prochain.
Aujourd’hui plus que jamais, les Canadiens doivent travailler ensemble, notamment en éliminant les derniers obstacles à un libre-échange complet entre les provinces, afin de relancer l’économie et de remettre les Canadiens au travail.
Soutenir les travailleurs et leur famille
Avec les pertes d’emploi que les Canadiens ont subies, il est très vite devenu évident que beaucoup d’entre eux auraient besoin d’aide jusqu’à ce qu’ils puissent retrouver du travail. Mais les systèmes de soutien au revenu existants n’ont pas été conçus pour faire face à une telle situation sans précédent. Voilà pourquoi le gouvernement a rapidement créé la Prestation canadienne d’urgence, un programme temporaire destiné à aider des millions de Canadiens à traverser une période très difficile.
La relance économique étant maintenant bien engagée, les prestataires de la PCU devraient désormais passer au régime d’assurance-emploi. Pour ceux qui n’auraient pas droit à l’assurance-emploi en temps normal, le gouvernement a créé temporairement la Prestation canadienne de la relance économique.
Au cours des prochains mois, le régime d’assurance-emploi deviendra le seul mécanisme de distribution des prestations d’emploi, y compris pour les Canadiens qui n’y avaient pas droit avant la pandémie. Cette pandémie a montré que le Canada a besoin d’un régime d’assurance-emploi adapté au XXIe siècle, y compris pour les travailleurs autonomes et les personnes qui travaillent dans l’économie à la demande.
Les femmes dans l’économie
Les femmes – en particulier celles avec de faibles revenus – ont été les plus touchées par la COVID-19. Les effets de cette crise ont été décrits comme une « récession au féminin ».
Nombreuses sont les femmes qui ont servi en première ligne dans nos communautés ou chez elles, en assumant la charge des soins non rémunérés.
Nous ne pouvons pas laisser la pandémie nous faire reculer dans le temps quant à la participation des femmes au marché du travail, ni perdre les gains sociaux et politiques pour lesquels les femmes et leurs alliés se sont battus si fort.
Le gouvernement va établir le Plan d’action pour les femmes dans l’économie pour aider plus de femmes à retourner sur le marché du travail et veiller à gérer la pandémie et la reprise d’un point de vue féministe et intersectionnel. Ce plan sera orienté par un groupe de travail composé d’experts dont la diversité des voix viendra stimuler l’approche pangouvernementale mise de l’avant.
Cela fait près de 50 ans que la Commission royale d’enquête sur la condition de la femme a souligné la nécessité de services de garde d’enfants pour favoriser l’égalité sociale et économique des femmes. Nous avons compris depuis longtemps que le Canada ne peut pas réussir si la moitié de la population est ignorée. Les Canadiens ont besoin de services de garde d’enfants plus accessibles, plus abordables, plus inclusifs et de meilleure qualité.
Conscient de l’urgence de cet enjeu, le gouvernement réalisera un investissement important, soutenu et à long terme dans la mise en place d’un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants à l’échelle du Canada.
Le gouvernement tablera sur des investissements antérieurs, apprendra du modèle mis en place au Québec et travaillera de concert avec les provinces et les territoires pour que des services de garde de haute qualité soient accessibles à tous.
Toutes les sphères de la société, y compris les dirigeants du monde des affaires et les dirigeants syndicaux, s’entendent pour dire que c’est le moment d’agir.
Le gouvernement reste déterminé à subventionner les coûts des programmes avant et après les classes. Compte tenu de la façon dont cette pandémie a touché les parents et les familles, il est plus important que jamais de disposer de possibilités de garde souples pendant l’école primaire.
Le gouvernement va également accélérer la mise en œuvre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui a déjà aidé des femmes de tout le Canada à faire prospérer leurs entreprises.
Soutenir les entreprises
Tout en investissant dans les gens, le gouvernement continuera de soutenir les entreprises qui créent des emplois.
Les petites entreprises sont le moteur des communautés et l’épine dorsale de l’économie. Le gouvernement a adopté une série de mesures pour soutenir les entreprises canadiennes, allant de l’aide à la masse salariale par l’intermédiaire de la Subvention salariale d’urgence du Canada à l’aide aux dépenses par le biais de prêts sans intérêt.
La COVID-19 a poussé les entreprises de tout le pays, grandes comme petites, à repenser leurs façons de faire. Les entrepreneurs et les propriétaires se tournent davantage vers les solutions numériques, les solutions créatives et les investissements respectueux du climat.
Le gouvernement aidera les entreprises à s’adapter à l’avenir et à y prospérer.
Cet automne, en plus de prolonger la subvention salariale, le gouvernement mettra en place d’autres mesures pour aider les entreprises à traverser la pandémie:
il étendra le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes pour aider les entreprises à assumer leurs coûts fixes;
il améliorera le Programme de crédit aux entreprises;
et il mettra en place d’autres mesures d’aide pour les industries les plus durement touchées, notamment l’industrie du voyage et du tourisme, l’industrie de l’accueil et les industries culturelles comme les arts de la scène.
Viabilité financière
L’urgence de la COVID-19 a entraîné d’énormes coûts. Cependant, si le gouvernement n’en avait pas fait autant, le Canada aurait subi une récession plus profonde et un déficit beaucoup plus élevé à long terme.
Étant donné les faibles taux d’intérêt, les banques centrales ne peuvent pas en faire davantage pour aider. Il existe un consensus mondial sur le fait que les gouvernements doivent en faire plus. Les gouvernements peuvent y arriver en conservant le faible coût des emprunts pour les décennies à venir. Ce gouvernement préservera les avantages fiscaux du Canada et restera guidé par les valeurs de la viabilité et de la prudence.
À l’heure actuelle, il existe deux nécessités distinctes.
La première consiste à aider les Canadiens à court terme et à faire tout ce qu’il faut, en utilisant l’arsenal budgétaire nécessaire pour soutenir la population et les entreprises pendant la pandémie. La meilleure façon de maintenir la vigueur de l’économie est de garder les Canadiens en bonne santé.
La deuxième nécessité est celle de rebâtir en mieux, en adoptant une approche durable pour les prochaines générations. Le gouvernement élabore un plan de stimulation et de relance, et il doit le faire de manière responsable.
À plus long terme, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés pour renforcer la classe moyenne, accroître la résilience et générer de la croissance. Le gouvernement déterminera également de nouveaux moyens de taxer les inégalités extrêmes sur le plan de la richesse, notamment en terminant le travail consistant à limiter les déductions pour option d’achat d’actions des gens riches des grandes entreprises établies et en s’attaquant à l’évitement de l’impôt sur les sociétés par les géants du numérique.
Un constat s’impose: les géants du Web empochent l’argent des Canadiens et imposent leurs propres priorités. Les choses doivent changer et elles vont changer. Le gouvernement agira afin d’assurer un partage plus équitable de leurs revenus avec nos créateurs et médias, en plus d’exiger qu’ils contribuent à la création, à la production et à la diffusion de nos histoires, à l’écran, en parole, en musique et à l’écrit.
Cet automne, le gouvernement rendra publique une mise à jour du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19. Il exposera la situation économique et financière du gouvernement, fournira des projections financières et présentera de nouvelles mesures visant à mettre en œuvre le présent discours du Trône.
Cette mise à jour établira clairement que la force de la classe moyenne et le bien-être de tous les Canadiens demeurent les principaux indicateurs de réussite du Canada.
Rebâtir en mieux – une stratégie pour améliorer la résilience de la classe moyenne
Pendant que nous nous battons pour tous les Canadiens et défendons leur capacité de réussir, nous devons également nous concentrer sur l’avenir et rebâtir en mieux. C’est le troisième pilier de l’approche du gouvernement.
Partout dans le monde, les économies avancées prennent conscience que les choses ne devraient pas revenir à ce qu’elles étaient avant. La COVID-19 a mis en évidence les vulnérabilités de nos sociétés.
Le gouvernement créera une stratégie pour améliorer la résilience de la classe moyenne et des personnes qui travaillent fort pour en faire partie.
Nous allons notamment réduire les écarts dans nos systèmes sociaux, investir dans les soins de santé et créer des emplois. Nous allons lutter contre les changements climatiques et poursuivre notre engagement à l’égard de la viabilité financière et de la croissance économique en tant que fondements d’une société forte et dynamique.
Réduire les écarts dans nos systèmes sociaux
Nous devons a priori reconnaître que l’un des plus grands drames de cette pandémie est la perte de vies humaines dans les centres de soins de longue durée. Tous les aînés méritent de vivre en sécurité, dans le respect et la dignité.
Même si les soins de longue durée sont de compétence provinciale et territoriale, le gouvernement fédéral fera tout en son pouvoir pour soutenir les personnes âgées en collaboration avec les provinces et les territoires.
Le gouvernement travaillera avec le Parlement pour apporter des modifications au Code criminel afin de sanctionner de manière claire les personnes qui négligent et mettent en danger les aînés dont ils prennent soin.
En outre, le gouvernement:
collaborera avec les provinces et les territoires en vue d’établir de nouvelles normes nationales pour les soins de longue durée afin que les personnes âgées bénéficient du meilleur soutien possible;
prendra des mesures supplémentaires pour aider les gens à vivre chez eux plus longtemps.
Le gouvernement reste déterminé à augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse lorsqu’une personne âgée atteint 75 ans et à augmenter la prestation de survivant du Régime de pensions du Canada.
Le gouvernement étudiera également d’autres mesures visant expressément les préposés aux services de soutien à la personne, qui offrent un service essentiel aux gens les plus vulnérables de nos communautés. Le Canada doit mieux valoriser leur travail et leur contribution à notre société.
La COVID-19 touche de façon démesurée les Canadiens en situation de handicap et a mis en lumière des problèmes qui durent depuis longtemps. Le gouvernement présentera son plan pour l’inclusion des personnes handicapées, lequel prévoit:
une nouvelle prestation canadienne pour les personnes en situation de handicap qui sera inspirée du Supplément de revenu garanti destiné aux aînés;
une stratégie d’emploi robuste qui ciblera les Canadiens en situation de handicap;
un meilleur processus pour déterminer l’admissibilité aux programmes et aux prestations du gouvernement qui visent les personnes en situation de handicap.
Depuis les six derniers mois, nous comprenons mieux que jamais pourquoi les Canadiens ont besoin d’un système de santé résilient.
Le gouvernement veillera à ce que tout le monde – y compris dans les zones rurales et éloignées – ait accès à un médecin de famille ou à une équipe de soins primaires. La COVID-19 a également révélé que notre système doit être plus souple et permettre de joindre les personnes à leur domicile. Le gouvernement continuera d’améliorer l’accessibilité des soins de santé virtuels.
Le gouvernement poursuivra sa lutte contre l’épidémie des opioïdes, une crise sanitaire qui déchire des communautés et ne cesse d’empirer chaque jour. De plus, le gouvernement offrira un meilleur accès aux ressources en santé mentale. Tous les Canadiens devraient recevoir les soins dont ils ont besoin, lorsqu’ils en ont besoin. Nous en sortirons tous plus forts.
Il en va de même pour l’accès aux médicaments qui aident les gens à rester en santé. Bien des Canadiens qui avaient un régime d’assurance-médicaments à leur travail ont perdu cette assurance lorsqu’ils ont été mis à pied en raison de la pandémie. Par conséquent, le moment est bien choisi pour redoubler d’efforts dans ce dossier.
Le gouvernement continue de croire en un régime national universel d’assurance-médicaments, et accélérera les étapes pour le mettre en place au moyen des mesures suivantes:
lancer une stratégie concernant les maladies rares pour aider les familles à réaliser des économies sur les médicaments coûteux;
établir une liste de médicaments admissibles pour que le prix des médicaments demeure bas;
travailler de concert avec les provinces et les territoires qui souhaitent aller de l’avant rapidement.
En plus d’une bonne infrastructure de santé, les Canadiens doivent pouvoir s’épanouir dans des communautés fortes et sécuritaires.
Le gouvernement a interdit les armes à feu de style arme d’assaut. Le gouvernement continuera aussi de mettre en œuvre ses engagements qui ont trait aux politiques sur les armes à feu. Il prendra notamment les mesures suivantes:
donner aux municipalités la capacité de restreindre davantage ou d’interdire les armes de poing;
renforcer les mesures de contrôle du flux d’armes illégales qui entrent au Canada.
La sécurité des femmes doit être le fondement sur lequel tout progrès est édifié. Le gouvernement accélérera les investissements dans les refuges et les logements de transition, et poursuivra la mise en œuvre d’un plan d’action national contre la violence sexiste.
Pour renforcer les communautés encore davantage, le gouvernement investira dans tous les types d’infrastructure au cours des deux prochaines années. Il investira dans le transport en commun, les rénovations écoénergétiques, l’énergie propre, le service à large bande en milieu rural et le logement abordable, en particulier pour les peuples autochtones et les communautés du Nord.
Ces six derniers mois, bien des gens ont commencé à travailler de la maison, à suivre leurs cours depuis leur table de cuisine, à magasiner en ligne et à accéder aux services du gouvernement à distance. Il est donc plus important que jamais que tous les Canadiens aient accès à Internet.
Le gouvernement accélérera le calendrier de mise en œuvre de la connectivité et reverra à la hausse les ambitions du Fonds pour la large bande universelle afin que les Canadiens de toutes les régions aient accès à Internet haute vitesse.
Et pour resserrer les liens entre nos communautés, le gouvernement travaillera avec des partenaires pour assurer les liaisons régionales des compagnies aériennes. Il est essentiel que les Canadiens vivant en région aient accès à un service aérien régional fiable et abordable. C’est une question d’équité, d’emplois et de développement économique. Le gouvernement travaillera en ce sens.
Pour des communautés fortes, tout le monde doit pouvoir vivre dans un endroit sûr et abordable.
Tout le monde devrait avoir un toit au-dessus de la tête pendant la pandémie, mais aussi pour traverser l’hiver canadien.
Cette semaine, le gouvernement a investi plus de 1 milliard de dollars pour les personnes en situation d’itinérance, notamment pour l’automne.
En 2017, le gouvernement a annoncé qu’il réduirait de 50 % l’itinérance chronique au Canada. À ce jour, le gouvernement a déjà aidé plus d’un million de personnes à se trouver un toit sûr et abordable. Compte tenu des progrès réalisés et de notre engagement à en faire davantage, le gouvernement entend désormais éliminer entièrement l’itinérance chronique au pays.
En même temps, le gouvernement réalisera des investissements importants dans le logement, pour l’ensemble des Canadiens.
Le gouvernement bonifiera la Stratégie nationale sur le logement, une initiative sans précédent annoncée en 2017. Pour ce faire, il augmentera les investissements destinés aux placements rapides en logement à court terme et il travaillera en partenariat avec des organisations sans but lucratif et des coopératives à moyen et à long terme. Pour aider la classe moyenne, le gouvernement apportera des améliorations à l’Incitatif à l’achat d’une première propriété, notamment dans les grandes villes canadiennes, pour permettre aux familles de s’acheter leur première maison.
Tout le monde mérite d’avoir un toit au-dessus de la tête, et le logement est aussi un moteur essentiel de l’économie. Les projets de construction créent de l’emploi, et lorsque les gens ont un chez-soi, ils sont mieux à même de contribuer à leur communauté.
Tout comme chaque personne mérite un foyer, chacun mérite de pouvoir offrir des repas nutritifs à sa famille.
En raison de la pandémie, cela a été plus difficile pour les Canadiens. Le gouvernement continuera de travailler avec des partenaires, y compris directement avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, pour combattre l’insécurité alimentaire au Canada. Le gouvernement renforcera aussi les chaînes d’approvisionnement alimentaire locales du pays.
Les travailleurs canadiens et migrants qui produisent, récoltent et transforment nos aliments – des cueilleurs de fruits jusqu’aux gens qui emballent nos fruits de mer – ont fait un travail remarquable pour mettre de la bonne nourriture dans l’assiette des gens. Ils méritent tout le soutien et la protection du gouvernement.
Le gouvernement veillera également à ce que les travailleurs des secteurs soumis à la gestion de l’offre au Canada reçoivent un dédommagement plein et équitable par suite des accords commerciaux conclus récemment. Nos familles peuvent se nourrir grâce aux agriculteurs, et nous allons continuer de les aider à réussir et à faire croître leurs entreprises.
Une main-d’œuvre plus forte
Cette pandémie a révélé des lacunes dans les secteurs de la santé, du logement et de l’approvisionnement alimentaire. Elle a aussi mis en lumière les inégalités auxquelles les Canadiens font face sur le marché du travail.
Nous avons l’occasion de non seulement soutenir les Canadiens, mais aussi d’accroître leur potentiel. En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement fera le plus grand investissement de l’histoire canadienne en formation des travailleurs. Cet investissement a pour objectif de:
soutenir les Canadiens qui acquièrent de nouvelles compétences dans des secteurs en croissance;
aider les travailleurs à suivre des formations et à obtenir des accréditations;
renforcer les futurs travailleurs, en les mettant en contact avec des employeurs et de bons emplois, dans l’objectif de faire croître et de renforcer la classe moyenne.
Que ce soit à travers les chercheurs qui mettent au point des vaccins ou les entrepreneurs qui créent des boutiques en ligne, cette pandémie nous a rappelé la puissance de l’économie du savoir, et à quel point elle est cruciale pour notre avenir.
Les Canadiens sont des chefs de file, et ils doivent disposer de services publics qui suivent la cadence.
Le gouvernement fera des investissements de longue durée afin de mettre à niveau les systèmes de TI désuets. Il pourra ainsi moderniser ses services aux Canadiens – les jeunes et moins jeunes, ceux qui se cherchent un emploi ou ceux qui vivent avec un handicap. Le gouvernement travaillera également à la mise en place d’un système gratuit de production automatisée des déclarations d’impôt pour les déclarations simples afin que les citoyens reçoivent les prestations dont ils ont besoin.
Le gouvernement doit rester agile et être prêt pour ce qui l’attend.
Agir contre les risques extrêmes découlant des changements climatiques
Les mesures en faveur du climat formeront la pierre angulaire de notre plan visant à soutenir et à créer un million d’emplois dans tout le pays.
Le monde s’en va dans cette direction. Les consommateurs et les investisseurs du monde entier exigent et saluent les mesures en faveur du climat.
Les Canadiens ont la détermination et l’ingéniosité nécessaires pour relever ce défi et saisir les débouchés mondiaux.
Nous pouvons créer de bons emplois aujourd’hui et développer une économie compétitive à l’échelle mondiale non seulement pour l’année prochaine, mais aussi pour 2030, 2040 et au-delà.
Les Canadiens sont conscients que les changements climatiques menacent leur santé, leur mode de vie et leur planète. Ils veulent une action climatique dès maintenant, et c’est ce que le gouvernement continuera de faire.
Le gouvernement mettra immédiatement en place un plan qui permettra de surpasser les objectifs climatiques du Canada pour 2030. Le gouvernement légiférera également sur l’objectif canadien de zéro émission nette d’ici 2050.
Dans le cadre de son plan, le Canada prévoit les mesures suivantes:
créer des milliers d’emplois dans la rénovation de maisons et d’immeubles, ce qui permettra de réduire la facture énergétique des familles et des entreprises canadiennes;
investir dans la réduction des effets des catastrophes climatiques, comme les inondations et les feux de forêt, pour rendre les communautés plus sûres et résilientes;
favoriser la mise en place d’un plus grand nombre de solutions de transports en commun et de transport actif;
rendre les véhicules zéro émission plus abordables et plus accessibles et investir dans l’élargissement de l’infrastructure de recharge à l’échelle du pays.
Un bon exemple d’adaptation vers un avenir neutre en carbone réside dans la construction de véhicules et de batteries zéro émission. Du nickel au cuivre, le Canada dispose des ressources nécessaires à ces technologies propres. Ces ressources, jumelées à l’expertise canadienne, représentent l’avantage concurrentiel du Canada.
Le gouvernement lancera un nouveau fonds pour attirer les investissements dans la fabrication de produits zéro émission et réduira de moitié le taux d’imposition des sociétés pour ces entreprises afin de créer des emplois et de faire du Canada un leader mondial dans le domaine des technologies propres. Le gouvernement cherchera à faire du Canada la destination la plus compétitive du monde pour les entreprises de technologies propres.
Le gouvernement prendra aussi ces mesures:
transformer la façon dont nous propulsons notre économie et nos communautés en allant de l’avant avec le Fonds pour l’énergie propre, notamment avec des projets comme la boucle de l’Atlantique, qui permettra de fournir les surplus énergétiques à des communautés qui délaissent le charbon;
appuyer les investissements dans les énergies renouvelables et dans les solutions et technologies d’énergie propre de prochaine génération.
Le Canada ne peut atteindre la cible zéro émission nette sans le savoir-faire du secteur de l’énergie et les idées novatrices de tous les Canadiens, notamment les gens de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve-et-Labrador.
Le gouvernement prendra ces mesures:
soutenir les secteurs de la fabrication, des ressources naturelles et de l’énergie dans leurs efforts de transition vers un avenir zéro émission, en créant des emplois bien rémunérés et durables;
reconnaître les agriculteurs, les forestiers et les éleveurs comme des partenaires clés dans la lutte contre les changements climatiques, en soutenant leurs efforts pour réduire les émissions et renforcer leur résilience.
Le gouvernement maintiendra sa politique de tarification de la pollution et continuera de redonner cet argent aux Canadiens. Il ne devrait pas être permis de polluer gratuitement.
La pandémie a rappelé aux Canadiens à quel point la nature leur est précieuse. Le gouvernement travaillera en collaboration avec les municipalités dans le cadre d’un nouvel engagement visant à accroître le nombre de parcs en milieu urbain, pour que tout le monde ait accès à un espace vert. Nous ferons cela tout en protégeant le quart des terres et des océans du pays dans cinq ans. Pour lutter contre les changements climatiques, nous allons en outre nous tourner vers des solutions naturelles, comme la plantation de 2 milliards d’arbres.
Le gouvernement interdira les plastiques à usage unique nocifs l’an prochain et veillera à ce que davantage de plastique soit recyclé. De plus, il modernisera la Loi sur la protection de l’environnement du Canada.
Lors de la fermeture de l’Administration du rétablissement agricole des Prairies par un gouvernement précédent, le Canada a perdu un outil important pour gérer ses eaux. Le gouvernement va créer une nouvelle agence canadienne de l’eau pour assurer la sécurité, la propreté et la bonne gestion de nos eaux. Le gouvernement cherchera également des moyens de construire des infrastructures hydrauliques et d’irrigation plus résilientes.
Parallèlement, le gouvernement continuera de faire croître l’économie océanique du Canada afin de créer des débouchés pour les pêcheurs et les communautés côtières, tout en faisant progresser les objectifs de réconciliation et de conservation. Ces investissements dans l’économie bleue contribueront à la prospérité du pays.
Le pays pour lequel nous menons ce combat
Nous menons ce combat pour les Canadiens d’aujourd’hui et le Canada de demain. Nous ne devons donc jamais oublier les valeurs qui nous définissent. Le quatrième et dernier pilier de l’approche du gouvernement consiste à défendre les valeurs canadiennes et à faire en sorte que tous en bénéficient.
Au Canada, nous prenons soin les uns des autres. C’est ce qui a aidé le pays à traverser la pandémie mieux que bien d’autres pays.
Le Canada doit continuer de défendre les valeurs qui le définissent, que ce soit d’accueillir de nouveaux arrivants, de souligner avec fierté l’apport des communautés LGBTQ2 ou de célébrer ses deux langues officielles. Il reste encore du travail à faire, notamment sur le chemin de la réconciliation et dans la lutte contre le racisme systémique.
Réconciliation
Tout au long de la pandémie, le gouvernement s’est fixé comme priorité de soutenir les communautés autochtones, ce qui a permis de contenir la propagation de la COVID-19 et de garantir la sécurité des gens. Le gouvernement poursuivra ses efforts en ce sens.
Le gouvernement continuera d’avancer sur la voie commune de la réconciliation et gardera le cap sur la mise en œuvre des engagements pris en 2019. Toutefois, la pandémie a révélé que nous devons progresser encore plus rapidement sur certains fronts. C’est pourquoi nous prendrons les mesures suivantes:
accélérer les travaux visant à élaborer conjointement avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse une loi sur la santé des Autochtones fondée sur les distinctions, ainsi qu’une stratégie de santé mentale et de bien-être fondée sur les distinctions;
accélérer les travaux réalisés dans le cadre du Plan d’action national pour donner suite aux appels à la justice énoncés dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation;
poursuivre les travaux visant à combler les lacunes en matière d’infrastructure dans les communautés autochtones et collaborer avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse dans le cadre d’une approche fondée sur les distinctions pour accélérer la réalisation de l’engagement sur 10 ans du gouvernement.
Le gouvernement va également:
effectuer des investissements supplémentaires dans la résilience pour respecter son engagement en matière d’eau potable dans les communautés des Premières Nations;
appuyer des projets de renforcement des capacités supplémentaires à l’intention des Premières Nations, des Inuits et de la Nation métisse.
Le gouvernement présentera un projet de loi visant à mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones d’ici la fin de l’année.
Lutte contre le racisme systémique
Pour trop de Canadiens, le racisme systémique est une réalité bien présente. Nous savons que le racisme n’a pas pris de pause pendant la pandémie. Au contraire, la COVID-19 a frappé de plein fouet les Canadiens racisés.
De nombreuses personnes – en particulier les Autochtones, les Noirs et les Canadiens racisés – ont demandé haut et fort à ce que les choses changent.
Ils nous disent que nous devons en faire plus. Le gouvernement est d’accord.
Le gouvernement a promis de s’attaquer au racisme systémique et s’est engagé à le faire en tenant compte des expériences concrètes des communautés racisées et des peuples autochtones.
Le gouvernement a investi dans l’autonomisation économique au moyen du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires, tout en s’efforçant de combler les lacunes dans les services destinés aux communautés autochtones. Des étapes importantes ont été franchies avec la parution de la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme 2019-2022, la création d’un secrétariat de lutte contre le racisme et la nomination, pour la première fois, d’un ministre attitré exclusivement à la diversité et à l’inclusion. Ce sont de bonnes mesures, mais il reste encore beaucoup à faire pour qu’un changement permanent et transformateur prenne forme.
Le gouvernement redoublera d’efforts pour:
lutter contre la haine en ligne;
renforcer les efforts d’autonomisation économique visant des communautés ciblées et accroître la diversité dans les marchés publics;
mettre en place une approche pangouvernementale fondée sur une meilleure collecte de données désagrégées;
mettre en œuvre un plan d’action visant à accroître la représentation dans les recrutements et les nominations ainsi que le développement du leadership au sein de la fonction publique;
prendre de nouvelles mesures pour soutenir les contributions artistiques et économiques de la culture et de l’héritage des communautés noires canadiennes.
Des progrès doivent également être réalisés dans l’ensemble des systèmes de police et de justice. Tous les Canadiens doivent avoir la certitude que le système judiciaire est là pour les protéger et non pour leur nuire. Les Canadiens noirs et les Autochtones sont surreprésentés dans le système de justice pénale. Il faut que ça change.
Le gouvernement prendra des mesures pour garantir que la justice pénale est administrée dans toute sa rigueur là où elle est nécessaire pour assurer la sécurité des gens et non pas de façon discriminatoire ou contreproductive.
Le gouvernement prendra les mesures suivantes:
adopter des mesures législatives et réaliser des investissements pour lutter contre les inégalités systémiques dans toutes les phases du système de justice pénale, de la déjudiciarisation à l’établissement des peines, de la réinsertion au casier judiciaire;
faire avancer le renforcement de la surveillance civile de nos organismes d’application de la loi, y compris la GRC;
moderniser la formation à l’intention des policiers et des agents responsables de l’application de la loi, notamment en ce qui concerne les normes pour le recours à la force;
faire progresser les réformes de la GRC, en privilégiant une approche de police communautaire;
accélérer le travail d’élaboration conjointe d’un cadre législatif pour les services de police des Premières Nations en tant que services essentiels.
Protection des deux langues officielles
Nos deux langues officielles sont indissociables du patrimoine de notre pays.
La défense des droits des minorités francophones à l’extérieur du Québec et la défense des droits de la minorité anglophone au Québec sont une priorité pour le gouvernement.
Mais le gouvernement du Canada doit également reconnaître que la situation du français est particulière. Il y a près de 8 millions de francophones au Canada dans un océan de plus de 360 millions d’habitants principalement anglophones. Le gouvernement a donc la responsabilité de protéger et de promouvoir le français non seulement à l’extérieur du Québec, mais également au Québec.
En ce sens, 51 ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles, le gouvernement s’engage notamment à renforcer cette loi en tenant compte de la réalité particulière du français.
Un Canada accueillant
L’immigration est toujours un moteur de la croissance économique du Canada.
Alors que d’autres pays ferment leurs portes aux talents mondiaux susceptibles d’aider leur économie, le Canada a la possibilité, dans le cadre de sa relance, de devenir la première destination mondiale pour les talents, les capitaux et les emplois. Lorsque les gens choisissent le Canada, contribuent à bâtir le Canada et font des sacrifices pour soutenir le Canada, nous devrions leur permettre de devenir officiellement des Canadiens.
Plus tôt cette année, le gouvernement a annoncé des mesures pour accorder la résidence permanente aux gens qui, même s’ils n’étaient pas des citoyens canadiens, ont pris soin des gens les plus vulnérables dans des centres de soins de longue durée et d’autres établissements de santé.
Le gouvernement continuera d’accueillir les nouveaux arrivants et de favoriser la réunification des familles. Nous savons qu’il y a un avantage économique et humain à ce que les familles soient ensemble.
Dans le cadre de son plan de relance économique à court terme et de son plan de croissance à long terme, le gouvernement mettra à profit les retombées de l’immigration pour maintenir la compétitivité du Canada sur la scène mondiale.
Le Canada dans le monde
Nous devons donner suite à toutes ces priorités au pays. Mais nous devons aussi reconnaître le monde dans lequel nous vivons.
La COVID-19 a accéléré les tendances actuelles vers un ordre mondial plus fragmenté. Il demeure dans l’intérêt du Canada de forger et de maintenir des relations bilatérales et multilatérales pour faire progresser la paix et la prospérité économique.
Le gouvernement investira davantage dans le développement international et aidera les pays en développement à mener à bien leur reprise économique et à accroître leur résilience. Le Canada soutiendra également les efforts visant à garantir l’accès des populations du monde entier à un vaccin. Nous ne pourrons pas éliminer cette pandémie au Canada si nous ne parvenons pas à l’enrayer partout dans le monde.
Le gouvernement continuera également de défendre les droits de la personne et la primauté du droit. Il est inacceptable que des citoyens soient détenus de manière arbitraire. Michael Kovrig et Michael Spavor doivent revenir au pays. Tous les Canadiens sont solidaires de leur situation.
Le gouvernement continuera de se battre pour le libre-échange, notamment en chapeautant le Groupe d’Ottawa sur la réforme de l’Organisation mondiale du commerce.
Nos alliés et partenaires aux vues similaires investissent pour s’assurer que leurs sociétés en sortent plus fortes. C’est aussi l’objectif du plan que se donne le gouvernement.
Conclusion
Ensemble, ces mesures forment un plan ambitieux qui nous permettra de composer avec une réalité sans précédent. Le cours des événements déterminera le moment où le travail à accomplir devra se faire.
Tout au long du processus, notre priorité est de protéger et de soutenir les Canadiens.
Et les valeurs fondamentales qui ont guidé le gouvernement depuis le premier jour restent les mêmes.
En 2015, les Canadiens ont demandé à leur gouvernement d’apporter de véritables changements dans tous les domaines, des emplois de la classe moyenne aux changements climatiques. En 2019, les citoyens ont élu un Parlement qui continuerait à faire avancer ces objectifs communs. Et, en 2020, les Canadiens n’attendent rien de moins.
Ce n’est pas une tâche facile que de bâtir un pays plus fort et plus résilient.
Il faudra travailler fort. Il faudra s’engager à trouver un terrain d’entente.
Mesdames et Messieurs les parlementaires, les Canadiens comptent sur vous pour faire progresser ce pays. Ils s’attendent à ce que vous travailliez ensemble afin de relever les défis auxquels nous sommes confrontés.
Souvenez-vous que nous sommes ici aujourd’hui grâce aux générations de Canadiens qui nous ont précédés. Nous sommes ici grâce aux femmes et aux hommes – nos parents, nos grands-parents et nos arrière-grands-parents – qui ont eu le courage d’aspirer à un avenir meilleur.
Aujourd’hui, c’est à notre tour. Nous avons l’occasion de bâtir un Canada plus fort et plus résilient pour tous.
Mesdames et Messieurs les députés, vous serez appelés à voter les crédits nécessaires pour financer les services et les dépenses approuvés par le Parlement.
Sénatrices et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les députés, puissiez-vous être dignes de la confiance placée en vous par les Canadiens et puisse la Divine Providence vous guider dans l’exercice de vos fonctions.
Adult education and trainingAirlinesApplication processApplication softwareArts, recreation and travelBanks and bankingBlack CanadiansBlack Entrepreneurship ProgramBroadband FundBroadband Internet servicesBudgetary policy ...Show all topics
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:17 [p.2653]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Vimy, who will be giving her maiden speech in this venerable House.
It is an honour for me to be in the House today and to speak on behalf of the residents of Davenport.
It is also an honour to join my colleagues to participate in this important debate on Bill C-20, which includes three key parts. The first part makes a number of adjustments that will expand the eligibility criteria around the Canada emergency wage. Part two covers a number of changes that must occur in order for us to provide a one-time payment to persons with disabilities for reasons related to COVID-19. In part three are a number of appropriate changes to certain acts that will provide some flexibility to certain time limits that were difficult or impossible to meet as a result of the exceptional circumstances produced by COVID-19. I will be talking to part two.
This bill would allow information sharing among several federal departments and agencies and Employment and Social Development Canada, so that a one-time payment can be made to support persons with disabilities during this pandemic. We have to allow for information to be shared among several departments in order to deliver this one-time payment as soon as we possibly can.
This one-time payment of $600 will help approximately 1.7 million Canadians with disabilities who are recipients of the disability tax credit certificate, CPP disability or QPP disability benefits and/or disability supports provided by Veterans Affairs Canada.
Bill C-20 is just one part of a much larger plan that our government has dedicated to supporting Canadians with disabilities. Today I want to talk about the evolution of our plan, the actions we have undertaken and our government's next steps toward creating an inclusive and barrier-free Canada.
In 2015, our government named the first-ever cabinet minister responsible for persons with disabilities and promised Canadians that we would pass legislation aimed at removing barriers to inclusion. This signalled our commitment to doing things differently in order to ensure that all Canadians have an equal chance at success.
One of the key milestones on this journey was the National Disability Summit that we held in May 2019, in the days prior to COVID. The summit provided an opportunity for participants to exchange best practices and to create and build on partnerships. It allowed us to understand the next steps to truly realize an inclusive and accessible Canada.
At the same time as the summit was taking place, the federal government's landmark legislation for the Accessible Canada Act was being finalized, following the most comprehensive consultations with the disability community in our country's history. More than 6,000 Canadians and 100 disability organizations shared their views and ideas about an accessible Canada. As we know, the act received royal assent on June 21, 2019 and came into force in July of that year.
The legislation builds upon existing mechanisms and ensures compliance and accountability. The Accessible Canada Act takes a proactive and systemic approach to identifying, removing and preventing barriers to accessibility in key areas within federal jurisdiction. The goal was to ensure that the act was based on safeguarding human rights and the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities. The act also created new entities such as Accessibility Standards Canada, which creates and reviews accessibility standards for federally regulated organizations.
I am proud of this legislation because it sends a clear message to Canadians that persons with disabilities will no longer be treated as an afterthought. From the start, systems will be designed to be inclusive for all Canadians. This is because it is our systems, our policies, our practices and our laws that need to be fixed, not our people.
I also want to point out that in the mandate letter of the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, a number of important additional measures will continue to ensure that we promote disability inclusion. These include, among other measures, undertaking initiatives to improve the economic inclusion of persons with disabilities, targeting barriers to full participation in the labour force including discrimination and stigma, raising public awareness, and working with employers and businesses in a coordinated way.
As the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion has said, we move from “Nothing about us, without us” to “Nothing without us”, because everything in society touches the lives of Canadians with disabilities.
The Government of Canada is leading the way in ensuring communities and workplaces are accessible and inclusive for persons with disabilities. It is the largest federal employer. It is also the single-largest purchaser of goods and services in the country, and provides vital programs and services to Canadians. As such, we have committed to hiring at least 5,000 persons with disabilities over the next five years in the federal public service. We are also committed to applying an accessibility lens to government procurement and project planning.
Over the last five years, our government has worked tirelessly to improve the lives of Canadians with disabilities. I wish to share some of the highlights over our two mandates, which began in 2015.
Our government applied a disability lens to our flagship policies and programs such as the Canada child benefit, the national housing strategy and the infrastructure program. The result is that families of children with disabilities receive an additional amount under the CCB. For example, from 2017 to 2018, 1.75 million children benefited from the disability supplement.
Under the national housing strategy, there is a commitment to promote universal design and visitability. This includes a requirement that public and shared spaces meet accessibility standards, and that at least 2,400 new affordable housing units for persons with developmental disabilities are created.
In the area of infrastructure we have approved nearly 800 accessibility projects, including almost 500 new para-transit buses and improvements to 81 existing transit facilities to make them more accessible to Canadians. This was made possible by ensuring that accessibility was an eligible expense in public transit projects. In just one year, almost $800 million was invested into our public transit systems to make them more accessible.
We have also increased our investments in existing programs such as the enabling accessibility fund, the social development partnerships program and the opportunities fund. All three of these programs were significantly enhanced, allowing people to keep doing the good work they are doing to improve the lives of Canadians with disabilities.
Current COVID-19 supports have been amply covered by my colleagues over the last 24 hours, but I want to bring them to mind briefly. Since the pandemic was declared, our government has taken a disability-inclusive response to the pandemic. This included adhering to the principle of “Nothing without us”, from the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities, and the creation of the COVID-19 Disability Advisory Group to bring the lived experience of persons with disabilities to our government's response to the pandemic.
We provided additional support to students with permanent disabilities and the one-time payment that is part of the debate today. We invested in mental health for the Wellness Together portal. We launched calls for proposals under two components of the enabling accessibility fund, and created a national workplace accessibility stream of the opportunities fund to help people with disabilities find jobs right now. Finally, we added funding to the social development partnerships program to enhance accessibility communications during this crisis, and invested $1.18 million in five new projects across the country through the accessible technology program to help develop dynamic and affordable technology.
In conclusion, from the Canadian Survey on Disability, we know Canadians with disabilities are underemployed compared with the general population, a situation made worse by this pandemic. As the economy opens up again, this represents an opportunity for a vast and largely untapped pool of talent: people who are available to work, who want to join the workforce and who are ready to apply their innovative ideas to our new normal.
In the meantime, I call upon my colleagues to quickly pass the legislation before us so we can get support out to the people who urgently and immediately need it.
I am now ready to take questions.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Vimy, qui donnera son premier discours dans cette auguste enceinte.
C'est un honneur pour moi d'être à la Chambre aujourd'hui et de prendre la parole au nom des habitants de Davenport.
C'est également un honneur de me joindre à mes collègues pour prendre part à l'important débat sur le projet de loi C-20, qui comprend trois grandes parties. La partie 1 apporte un certain nombre de modifications afin de réviser les critères d’admissibilité à la Subvention salariale d’urgence du Canada. La partie 2 vise un certain nombre de modifications qui doivent être apportées afin que nous puissions verser un paiement unique aux personnes handicapées pour des raisons liées à la COVID-19. Dans la partie 3, nous apportons quelques changements nécessaires à certaines lois pour combler le besoin de souplesse en ce qui a trait à certains délais qu'il est difficile ou impossible de respecter en raison des circonstances exceptionnelles découlant de la COVID-19. Je vais parler de la partie 2.
Le projet de loi permettra l'échange d'information entre, d'une part, plusieurs ministères et organismes fédéraux et, d'autre part, Emploi et Développement social Canada aux fins du versement d'un paiement unique aux personnes handicapées pour les aider au cours de la pandémie. Nous devons permettre l'échange d'information entre les nombreux ministères afin de pouvoir verser ce paiement dès que possible.
Ce paiement unique de 600 $ aidera environ 1,7 million de Canadiens handicapés qui détiennent un certificat pour le crédit d'impôt pour personnes handicapées, qui reçoivent des prestations d'invalidité du Régime de pensions du Canada ou du Régime des rentes du Québec, ou qui touchent des prestations d'invalidité d'Anciens Combattants Canada.
Le projet de loi C-20 n'est qu'une partie d'un plan beaucoup plus vaste du gouvernement ayant pour objectif de soutenir les Canadiens en situation de handicap. Aujourd'hui, je veux parler de l'évolution du plan, des mesures que nous avons prises et des prochaines étapes que souhaite franchir le gouvernement afin de créer un Canada inclusif et exempt d'obstacles.
En 2015, le gouvernement a nommé la toute première ministre responsable des personnes handicapées et il a promis aux Canadiens d'adopter une loi pour éliminer les obstacles à l'inclusion. Nous avons ainsi montré notre détermination à faire les choses différemment afin de garantir à tous les Canadiens des chances égales de réussir.
Le sommet national pour les personnes en situation de handicap que nous avons tenu en mai 2019, avant l'ère de la COVID, constitue l'un des principaux jalons de ce cheminement. Le sommet a été l'occasion pour les participants de mettre en commun des pratiques exemplaires ainsi que de nouer et de consolider des partenariats. Il nous a permis de comprendre les prochaines étapes qui rendront véritablement le Canada inclusif et accessible.
Alors que le sommet se déroulait, nous finalisions la mesure législative phare du gouvernement fédéral, la Loi canadienne sur l'accessibilité, après avoir mené les consultations les plus complètes auprès de la communauté des personnes handicapées de l'histoire du Canada. Plus de 6 000 Canadiens et plus de 100 organismes œuvrant auprès des personnes handicapées ont donné leur point de vue et fait part de leur vision pour un Canada accessible. Comme nous le savons, la Loi canadienne sur l'accessibilité a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Elle est entrée en vigueur en juillet dernier.
La Loi canadienne sur l'accessibilité fait fond sur des mécanismes qui existaient déjà. Elle garantit la conformité à la loi ainsi que la reddition des comptes. Elle repose sur une approche proactive et systémique pour trouver, éliminer et prévenir les obstacles à l'accessibilité dans des domaines clés de compétence fédérale. Il s'agissait de doter le pays d'une loi qui assurerait la protection des droits de la personne et le respect de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. La Loi a créé de nouvelles entités, comme l'Organisation canadienne d'élaboration de normes d'accessibilité, qui établit et qui examine les normes d'accessibilité pour les organismes sous réglementation fédérale.
Je suis fière de cette loi, car elle dit clairement aux Canadiens que les personnes handicapées ne seront plus reléguées au second plan. Les systèmes seront conçus au départ pour inclure tous les Canadiens, car ce sont les systèmes, les politiques, les pratiques et les lois qui doivent changer, et non les gens.
Je rappelle également que la lettre de mandat de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées prévoit une série d'autres mesures importantes pour continuer à promouvoir l'inclusion des personnes handicapées. Il s'agit par exemple d'initiatives visant à faciliter l'inclusion économique de ces dernières, à faire tomber les obstacles, comme la discrimination et les préjugés, qui les empêchent de participer pleinement au marché du travail, à sensibiliser le grand public ou à renforcer la collaboration avec les employeurs et les entreprises.
Comme l'a dit la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, l'ère du « rien à propos de nous, sans nous » est terminée; désormais, c'est « rien sans nous » tout court parce que les personnes handicapées du Canada sont présentes dans toutes les sphères de la société.
La fonction publique du Canada donne l'exemple en faisant le nécessaire pour que les milieux de vie et les lieux de travail soient accessibles aux personnes handicapées et inclusifs. Il s'agit après tout du plus gros employeur fédéral, mais aussi du plus important acheteur de biens et services du pays. C'est aussi elle qui administre les programmes et les services essentiels qui sont offerts aux Canadiens. Voilà pourquoi nous nous sommes engagés à embaucher au moins 5 000 personnes handicapées au cours des cinq prochaines années et à analyser les acquisitions gouvernementales et la planification des projets sous l'angle de l'accessibilité.
Depuis cinq ans, le gouvernement ne ménage aucun effort pour améliorer la vie des personnes handicapées du Canada, et j'aimerais revenir sur quelques-uns des hauts faits qui ont marqué nos deux mandats, dont le premier a débuté en 2015.
Le gouvernement a notamment analysé ses principaux programmes et politiques, dont l'Allocation canadienne pour enfants, la Stratégie nationale sur le logement et les programmes d'infrastructures, sous l'angle de l'accessibilité, et c'est suite à cette analyse qu'il a été décidé que l'Allocation canadienne pour enfants serait bonifiée pour les familles ayant des enfants handicapés. Ce sont donc 1,75 million d'enfants qui ont ainsi eu droit en 2018 à ce montant supplémentaire par rapport à 2017.
La Stratégie nationale sur le logement vise notamment à promouvoir la conception universelle et la visitabilité. Il faudra également que les espaces publics et partagés respectent les normes en matière d'accessibilité et que l'on construise au moins 2 400 logements abordables pour les personnes ayant une déficience développementale.
En ce qui concerne les infrastructures, nous avons approuvé près de 800 projets d'accessibilité, qui comprennent quelque 500 nouveaux autobus de transport adapté et des améliorations à 81 installations de transport en commun existantes dans le but de les rendre plus accessibles pour les Canadiens. On a rendu cela possible en faisant en sorte que les dépenses liées à l'accessibilité soient admissibles dans le cadre des projets de transport public. En seulement un an, près de 800 millions de dollars ont été investis dans les réseaux de transport public afin de les rendre plus accessibles.
Nous avons aussi augmenté les investissements dans des programmes déjà en place comme le Fonds pour l'accessibilité, le Programme de partenariats pour le développement social et le Fonds d’intégration. On a amélioré considérablement ces trois programmes afin que les gens puissent poursuivre leur bon travail pour améliorer la vie des Canadiens handicapés.
Au cours des 24 dernières heures, mes collègues ont abondamment parlé des mesures de soutien qui sont actuellement prises en raison de la COVID-19. Je voudrais néanmoins y revenir brièvement. Pour répondre à la pandémie, dès qu'elle a été déclarée, le gouvernement a adopté une approche inclusive par rapport aux personnes handicapées. Pour y arriver, il a notamment suivi le principe du « rien ne doit se faire sans nous » de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. Il a aussi créé le Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap afin que les expériences des personnes handicapées éclairent la réponse du gouvernement à la pandémie.
Nous avons offert un soutien additionnel aux étudiants ayant une invalidité permanente et le paiement unique qui est l'un des objets du débat d'aujourd'hui. Nous avons investi dans la santé mentale, notamment dans le lancement du portail Espace mieux-être. Nous avons lancé des appels de propositions visant deux composantes du Fonds pour l'accessibilité. Nous avons créé un volet national pour l'accessibilité en milieu de travail dans le cadre du fonds d'intégration pour aider les personnes handicapées à trouver des emplois dès maintenant. Enfin, nous avons augmenté le financement du Programme de partenariats pour le développement social afin d'améliorer l'accessibilité des communications pendant la crise et avons investi 1,18 million de dollars dans cinq nouveaux projets à travers le pays dans le cadre du Programme de développement de la technologie accessible pour soutenir le développement de technologies dynamiques et abordables.
En conclusion, l'Enquête canadienne sur l'incapacité indique que les Canadiens handicapés sont sous-employés par rapport à la population générale, une situation que la pandémie a aggravée. La relance de l'économie est une occasion de puiser dans un important réservoir de talents largement inexploité: ces personnes sont disponibles pour travailler, veulent se joindre à la population active et sont prêtes à appliquer leurs idées novatrices à notre nouvelle normalité.
Entretemps, j'exhorte mes collègues à adopter rapidement le projet de loi dont nous sommes saisis afin que nous puissions verser une aide aux gens qui en ont besoin de toute urgence.
Je suis prête à répondre aux questions.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-05-13 16:16 [p.2295]
Mr. Speaker, before I speak to the bill, I have sad news to announce to the House.
During National Nursing Week in London, my hometown and a town that I represent, Brian Beattie, a registered nurse who worked in a retirement village, died of COVID-19. He was the first registered nurse in Ontario to die of COVID-19. Brian is remembered as a dedicated nurse who loved his job and considered the residents in his care like his other family. My thoughts and deepest condolences go out to Brian's family and friends.
I want to sincerely thank front-line health care workers, who literally put their lives on the line to take care of others and take care of our families.
It is often hard to switch gears in these circumstances, but today I am pleased to speak to Bill C-16, an act to amend the Canadian Dairy Commission Act. The New Democrats are relieved to see this legislation finally come forward and are happy to support it.
I want to acknowledge the great work done by my colleague, the MP for Cowichan—Malahat—Langford, the NDP's agricultural critic. He could not be here today, as he lives fairly far away, but his work on behalf of farmers across the country is greatly appreciated, despite his absence.
The New Democrats believe that increasing the buyback limit that dairy processors have with the Canadian Dairy Commission from $300 million to $500 million, allowing this Crown corporation to purchase more surplus butter and cheese and helping processors with cash flow issues until the market stabilizes again will provide some help to dairy farmers and processors so they can weather the COVID-19 pandemic. These actions are ones we have pushed for. We know they will start to help the sector at this unprecedented time of need.
Because of the losses in liquid milk sales to restaurants and other retail sectors due to COVID-19 shutdowns in the sector, producers and processors need assistance. Of course, this help is late. I have heard from a lot of farming families in the area that surrounds my riding who have been worried for months. The uncertainty and stress caused by this pandemic have had a detrimental impact on everyone, especially farmers, so I am glad that we are here today to support this plan.
Before I get into truly addressing some details regarding this legislation and the supports that are much needed for our agricultural sector and dairy sector, I will speak to some of the key issues that women working in the agricultural sector sometimes face, issues that have been long-standing but exacerbated by this pandemic.
According to the United Nations, “With the spread of the COVID-19 pandemic, even the limited gains made in the past decades are at risk of being rolled back.” The Canadian Human Rights Commission has echoed this statement, saying, “These disproportionate impacts could have long-term and far reaching consequences.” As the Canadian Women's Foundation notes, “The pandemic circumstances intensify inequalities related to gender, and other factors, such as economic status, race, culture, language, and other intersecting elements of our identities.”
The lack of access to services is felt by women nationwide, but rural women or women living in smaller towns are especially hit hard by the issue of the provision of services, simply because of their location or gender. Rural women have to travel long distances to get the help they need. We know women have felt the impact of this pandemic at disproportionate rates, and when they work in the agricultural sector, they often live in rural and remote areas. Their access to services is therefore dramatically reduced.
This is why the announcement last week that Greyhound is suspending its bus service operations has raised many flags with women's organizations, as the ridership of these services is 60% women and Greyhound is used by many trying to get to work. I will continue to call on the government to help people in my riding of London—Fanshawe and others across southwestern Ontario who rely on the inner-city bus industry. Travel, of course, is a necessity of life in rural Canada, and every community in Canada should be able to count on reliable transit to connect people to their jobs, health care services, schools and family members.
Connectivity in person during this time is obviously limited, which for so many has put a great deal of emphasis on virtual connectivity. Again, this pandemic has exacerbated many of the failures within our infrastructure for farmers and people living in rural and remote areas across this country. There are issues that consecutive governments have ignored for far too long.
Women, and in particular women living in rural Canada, too often feel isolated, and this is compounded by their inability to access or afford a stable Internet connection or cellphone service. It is so important to physically distance right now, but social isolation must be avoided. I have heard from so many women who say they miss their families and their grandkids, the hugs and support they provide.
In particular, I want to address the needs of women who need access to supports from government programs for mental health support and domestic violence hotlines. Those are just some examples. If they do not have that connectivity to online supports, they are left in further, more devastating isolation.
The New Democrats' vision of Canada is one of equality, balance and fairness, a country where women's organiz