Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:21 [p.17726]
Madam Speaker, first of all, I wish to inform you that I will be sharing my time with the very honourable and very competent member for Mégantic—L'Érable, a beautiful riding that has a beautiful lake I swam in a few years ago. As I always do, I would also like to say hello to the many residents of Beauport—Limoilou who are listening to us today and those I meet in my travels, whether I am going door to door or attending events at community centres and so on.
Today I want to talk about the stark realities of budget 2018. I would like to draw a parallel to the disastrous trip to India that my constituents have been upset about and have been talking about so much in recent weeks. This trip was not out of character for this government. The trip was ill-defined and achieved virtually nothing, other than having the Prime Minister dress up in ridiculous costumes—ridiculous only because it was the Prime Minister wearing them. The clothes themselves are not ridiculous; what is ridiculous is the fact that the Prime Minister of Canada wore them instead of wearing the type of clothing he should be wearing to such international meetings. He toured around India making a mockery of the office of Prime Minister, and he was the laughingstock of the international press. He then returned home after announcing hardly anything to Canadians.
This trip pretty much reflects how this government acts every day in the House. It is also exactly like budget 2018: a political agenda with no substance, with page after page of lofty words, and void of any concrete measures.
The Liberals and the Prime Minister, the hon. member for Papineau, brag about forming a government that is not cynical, that will put democracy back on track, that is more transparent, and that wants to restore Canadians' trust in the political system. In my opinion, one of the best ways to restore Canadians' trust is keep the most basic of promises. Not only have the Liberals broken key promises, such as changing the voting system, but they have also broken basic, structural promises that they made with their hands on their hearts in 2015.
The Prime Minister promised to run annual deficits of no more than $10 billion. He also said that in 2018, the deficit would not exceed $6 billion. Less than two weeks ago, the government announced that the deficit for 2018-19 is $18 billion, three times the amount that was promised during the 2015 campaign.
The second broken promise is just as important. The Liberals promised a return to a balanced budget by 2020. As my dear colleague from Louis-Saint-Laurent always says in a delightful turn of phrase, never has a Canadian government ever run a deficit outside wartime, such as during the Second World War, or outside a major economic crisis, like the one we went through when Mr. Harper was leading the government. He was a great prime minister, by the way.
The Prime Minister is running major deficits and has no plan to return to a balanced budget, even though our economy is in a favourable position compared to most countries around the world. I will get into this economic situation a bit later. It is unbelievable.
Here is what the parliamentary budget officer thinks about it, as reported by the QMI Agency:
...Canada's fiscal watchdog notes that the federal government's vagueness about [balancing the budget] conflicts with the objectives set out in the mandate letter of finance minister Bill Morneau.
The PBO also notes that the mandate letter from the Prime Minister explicitly asks the minister to ensure “that our fiscal plan is sustainable by meeting our fiscal anchors of balancing the budget in 2019/20 and continuing to reduce the federal debt-to-GDP ratio throughout our mandate”.
Lastly, the article states:
However, in its 2016 budget, Ottawa abandoned its intention of reaching a zero deficit in 2019-20.
Ottawa confirmed two weeks ago that not only will a balanced budget not be reached this year, but it will certainly not be reached by 2023, or by 2045, based on forecasts.
As for infrastructure, it is the biggest joke of all. It is unbelievable. After the election, the government bragged about implementing the largest infrastructure program in Canadian history, a $180-billion program.
I am not the one saying this. Barely a week ago, the parliamentary budget officer said that only $10 billion had been released so far. The media has been covering this story for last few days, thank heaven. All the billions of dollars that should be spent on infrastructure by 2019 will be delayed until 2022, 2023, and 2024.
I will come back to balancing the budget and to deficits. When the Prime Minister promised deficits of no more than $10 billion a year, he brazenly insisted that these deficits were for infrastructure, not for international relations, or for climate change in third-world countries, or for endless funding for all of Canada's diversity groups. No, he said that they were for infrastructure.
The parliamentary budget officer said that the Liberals do not yet have a plan for how the federal government will spend $186.7 billion in infrastructure money over the next 12 years. Is this not the same Liberal government that keeps repeating that meeting environmental targets, for example, requires a plan? The Liberals have no plan for the environment, just as they have no plan for infrastructure. One of their flagship promises, which was so important that it formed the basis for the other promises, was to balance the budget in 2019 and to run annual deficits of $10 billion.
Meanwhile, taxes are going up for the fine constituents of Beauport—Limoilou. The average increase for middle-income families is exactly $840 per year, whereas by the end of 10 wonderful years of Conservative government, from 2006 to 2015, the average Canadian family paid about $2,000 less in taxes. There is an increase in Canada Pension Plan contributions, up to $2,200 per household, there is a carbon tax, up to $2,500 per household, and the cancellation of the family tax cut. This has a direct impact on the people of Beauport—Limoilou. All my neighbours in Beauport—Limoilou have children who play sports or take part in fitness or arts activities. For example, on Sunday mornings, my daughter takes music lessons at the Cascades school of music. It is a great place and I am proud to mention it today. They also cancelled the tax credits for education and textbooks, which could be as much as $560 per student, and they raised EI premiums. This does not even include the disastrous tax reforms imposed by the Minister of Finance, even though he himself wanted to hide some of his income from the federal taxman, frankly.
The sad part is that the debt keeps piling up. After three years in office, the current government has grown the national debt by $60 billion. According to projections by the Department of Finance, in other words, our dear, dedicated public servants, the budget will not be balanced until 2045, which will add $450 billion to the debt. A colleague opposite spoke about 3- to 17-year-old girls not being able to access this or that thing. I will tell her that, in 30 years, fully all of these girls will be paying the debt piled up by the current government. Only one thing is certain: men and women alike will be paying a lot more on the debt in 30 or 40 years, because of the bad fiscal management by this bad government, which, I hope, will be calling it quits in 2019.
What is even more unbelievable is that the government brags about having wonderful financials thanks to its prowess at managing public funds. That is not the case. We know full well that the current growth is primarily due to a recovery in the oil sector. That is good for the entire oil industry, but again, it is not because of the Liberals' sound management. In addition, house prices increased by 16% in 2016, bringing in additional revenue. Oil and gas exports went up. The Canadian dollar fell, and so did interest rates. All those factors combined to produce strong economic growth in Canada. What should we do under such circumstances, when the economy is doing well? We should address the issues and ensure that there is money for potential emergencies, such as the crisis in the aluminum and steel industries, the potential end of NAFTA in a few months, or a global economic crisis that could erupt at any moment.
When the economy is doing well, we must prepare for future crises. The current government is simply being reckless with the Canadian economy. The constituents of Beauport—Limoilou have a right to know.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le très honorable et très compétent député de Mégantic—L'Érable, une très belle circonscription où il y a un très beau lac dans lequel je me suis baigné il y a quelques années. J'aimerais également, comme je le fais toujours, saluer les nombreux citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent et ceux que je rencontre un peu partout, que ce soit lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires ou lors d'autres activités.
Aujourd'hui, je vais parler un peu de la réalité patente du budget de 2018. J'aimerais faire un parallèle concernant le voyage en Inde dont mes concitoyens m'ont beaucoup parlé au cours des dernières semaines, ce voyage désastreux qui leur a tant déplu. Celui-ci était un peu à l'image de ce gouvernement. C'était un voyage flou et sans aucune substance lors duquel le premier ministre s'est drapé dans des costumes on ne peut plus ridicules, ridicules du fait que le premier ministre les a portés. Ce ne sont pas les costumes qui sont ridicules, c'est le fait que le premier ministre canadien les a portés plutôt que de s'être habillé comme il se doit lors de telles réunions internationales. Il a fait le tour de l'Inde en ridiculisant la fonction de premier ministre, et la presse internationale s'est moquée de lui. Il est ensuite revenu à la maison sans presque rien annoncer aux Canadiens.
Ce voyage ressemble à ce que nous voyons à la Chambre tous les jours de la part de ce gouvernement. C'est aussi exactement ce qu'est le budget de 2018: un programme politique sans aucune substance qui contient des mots vertueux page après page et qui ne contient aucune action concrète.
Les libéraux et le premier ministre, le député de Papineau, se targuent de former un gouvernement qui n'est pas cynique, qui va remettre la démocratie sur le droit chemin, qui est plus transparent et qui veut rétablir la confiance des Canadiens à l'égard du système politique. Eh bien, une des façons de rétablir la confiance des Canadiens, à mon avis, c'est d'abord et avant tout de remplir ses promesses les plus rudimentaires. Or non seulement les libéraux ont brisé plusieurs promesses d'envergure, comme celle concernant le changement du mode de scrutin, mais ils ont aussi brisé des promesses structurelles et rudimentaires qu'ils avaient faites la main sur le coeur en 2015.
Notamment, le premier ministre avait promis de faire des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année. Puis, il avait dit qu'en 2018, le déficit ne dépasserait pas 6 milliards de dollars. Or, il n'y a même pas deux semaines, le gouvernement nous a annoncé un déficit de 18 milliards de dollars pour l'année 2018-2019, soit trois fois plus que ce qui avait été promis lors de la campagne de 2015.
La deuxième promesse brisée est aussi importante. Les libéraux avaient promis de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2020. Comme mon chaleureux collègue de Louis-Saint-Laurent le dit toujours, et j'aime bien cette phrase, jamais, au grand jamais un gouvernement canadien n'a fait de déficits sans être en période de guerre, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, ou en période de crise économique majeure, comme celle que nous avons vécue lorsque M. Harper était à la tête du gouvernement. Il était un très grand premier ministre, en passant.
Le premier ministre crée donc des déficits importants et n'a aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, alors que nous sommes dans une situation économique favorable sur le plan international. D'ailleurs, je parlerai de cette situation économique un peu plus tard. C'est incroyable.
Voilà ce qu'en pense le directeur parlementaire du budget dans un article de l'Agence QMI:
[...] le chien de garde des finances canadiennes souligne que le flou entretenu par le fédéral sur [la question de l'équilibre budgétaire] contrevient aux objectifs formulés dans la lettre de mandat du ministre des Finances Bill Morneau.
Le DPB rappelle également que le premier ministre demande explicitement au ministre, dans sa lettre de mandat, de « s'assurer que notre plan fiscal est viable en respectant nos cibles fiscales, qui sont d'équilibrer le budget en 2019-2020 et de réduire le rapport entre la dette fédérale et le PIB tout au long de notre mandat. »
Finalement, dans cet article, on dit:
Ottawa a toutefois abandonné dans son budget 2016 son intention d'atteindre le déficit zéro en 2019-2020.
Ottawa l'a confirmé il y a deux semaines: non seulement l'équilibre budgétaire ne sera pas atteint cette année, mais il ne le sera sûrement pas d'ici 2023, ni d'ici 2045, si on se fie aux prévisions.
Par ailleurs, sur le plan des infrastructures, c'est la plus belle des blagues. C'est incroyable. Après les élections, le gouvernement se targuait de mettre en oeuvre le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire du Canada, un programme de 180 milliards de dollars.
Ce n'est pas moi qui le dis. Il y a une semaine à peine, le directeur parlementaire du budget a dit que seulement 10 milliards de dollars sont sortis jusqu'à maintenant. On en parle d'ailleurs dans les médias depuis quelques jours, Dieu merci. Tous les milliards de dollars qui devaient sortir pour l'infrastructure d'ici 2019 vont être retardés à 2022, 2023 et 2024.
Je vais revenir sur l'équilibre budgétaire et sur les déficits. Le premier ministre, lorsqu'il a promis qu'il ferait des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année, a soutenu sans vergogne que ces déficits étaient engrangés pour les infrastructures, pas pour les relations internationales, ni pour les changements climatiques dans les pays du tiers monde ni pour l'octroi de fonds à n'en plus finir à tous les groupes de diversité du Canada. Non, il a dit que c'était pour les infrastructures.
Le directeur parlementaire du budget « souligne que les libéraux n’ont pas encore de plan indiquant la façon dont le gouvernement fédéral dépensera 186,7 milliards $ en infrastructures au cours des 12 prochaines années. » N'est-ce pas ce même gouvernement libéral qui répète toujours que pour atteindre les cibles environnementales, par exemple, il faut un plan? Les libéraux n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'environnement, tout comme ils n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'infrastructure. Une de leurs promesses phares, qui était à ce point importante que c'est sur elle que se fondaient les autres promesses, était d'arriver à l'équilibre budgétaire en 2019 et de faire des déficits de 10 milliards de dollars par année.
Pendant ce temps, pour mes chers concitoyens de Beauport—Limoilou, les impôts augmentent. L'augmentation moyenne pour les familles à revenu moyen est de 840 $ par année, ni plus ni moins, alors qu'à la fin des 10 merveilleuses années au pouvoir des conservateurs, de 2006 à 2015, une famille moyenne canadienne payait environ 2 000 $ de moins d'impôt. Il y a une augmentation des cotisations au Régime de pensions du Canada, jusqu'à 2 200 $ par ménage, il y a la tarification du carbone, qui va jusqu'à 2 500 $ par ménage, et l'annulation de la baisse d'impôt pour les familles. Cela touche directement les gens de Beauport—Limoilou. Tous mes voisins à Beauport—Limoilou ont des enfants qui participent à des sports ou à des activités de conditionnement physique ou artistiques. Par exemple, les dimanches matins, ma fille suit des cours de musique à l'École de musique des Cascades. C'est un super endroit et je suis content d'en parler aujourd'hui. De plus, on a annulé les crédits d'impôt pour l'éducation et les manuels, qui pouvaient aller jusqu'à 560 $ par étudiant, et on a augmenté les cotisations à l'assurance-emploi. C'est sans parler des désastreuses réformes fiscales perpétrées par le ministre des Finances, alors que lui-même aimait bien cacher certains de ses revenus au fisc canadien, disons.
Ce qui est encore plus triste, c'est que l'endettement ne cesse d'augmenter. En trois années au pouvoir, le gouvernement actuel a augmenté la dette nationale de 60 milliards de dollars. Selon la projection du ministère des Finances, donc, de nos chers et valeureux fonctionnaires, le budget ne sera pas équilibré avant 2045, ce qui ajoutera 450 milliards de dollars à la dette. Une collègue de l'autre côté de la Chambre parlait des filles de 3 ans à 17 ans qui n'ont pas accès à telles ou telles choses. Je vais lui dire que, dans 30 ans, 100 % des filles vont payer la dette engrangée par le gouvernement actuel. Une seule chose est certaine: autant les hommes que les femmes vont payer beaucoup plus pour la dette dans 30 ans et 40 ans, à cause de la mauvaise gestion des finances publiques de ce mauvais gouvernement, qui va, je l'espère bien, retourner chez lui en 2019.
Ce qui est encore plus incroyable, c'est que le gouvernement se targue d'avoir des états financiers fantastiques grâce à sa gestion des finances publiques. Ce n'est pas le cas. Nous savons très bien que la croissance actuelle était principalement due à une reprise dans le secteur pétrolier. C'est bien, quand même, pour tout ce secteur, mais, encore une fois, ce n'est pas dû à la bonne gestion des libéraux. Également, le prix des habitations a augmenté de 16 % en 2016, apportant des revenus additionnels. Les exportations pétrolières et gazières ont augmenté. Le dollar canadien était plus bas et les taux d'intérêt également. Tout cela mis ensemble fait qu'il y a une forte croissance de l'économie au Canada. Que faut-il faire dans un tel contexte, alors que l'économie va bien? Il faut s'attarder aux enjeux et s'assurer d'avoir de l'argent pour des crises potentielles, comme celle de l'aluminium et de l'acier, comme la fin possible de l'ALENA dans quelques mois ou comme une crise économique mondiale qui pourrait advenir à tout moment.
Quand l'économie va bien, il faut se préparer aux crises à venir. Le gouvernement actuel ne fait qu'être insouciant par rapport à l'économie canadienne. Les citoyens de Beauport—Limoilou sont en droit de le savoir.
Result: 1 - 1 of 1