Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 4894
View David Yurdiga Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, energy security should be a concern for all Canadians. Distribution of Canadian energy through networks of pipelines is paramount to withstand shocks from a wide range of sources, like natural disasters, geopolitical conflicts and other merging threats. Energy distribution like Line 5 potentially being shutting down will initiate shortages, causing astronomical increases in the cost of everything.
The Liberal government's lack of understanding of the importance of ensuring reliable and cost-effective energy has put Canada at a huge disadvantage compared to other nations. As the Liberal government continues to spin the narrative of our economic standing globally, it is only countered with the facts.
Thanks to the pending Bill C-10, the Liberals will be able to shut down what we can hear and see, just like North Korea. Canada was once a nation that embraced freedom of speech, but I guess that will be a footnote in history if not censored by Bill C-10.
Madame la Présidente, la sécurité énergétique devrait préoccuper tous les Canadiens. Notre résilience face à un large éventail de circonstances, y compris les catastrophes naturelles, les conflits géopolitiques et d'autres menaces émergentes, dépend des réseaux de pipelines qui acheminent l'énergie canadienne. La fermeture de voies de distribution, comme la canalisation 5, entraînera des pénuries en plus de provoquer la hausse astronomique de tous les prix.
L'incapacité du gouvernement libéral de comprendre l'importance d'un approvisionnement fiable et rentable en énergie désavantage grandement le Canada par rapport aux autres nations. Bien qu'il continue de vanter notre situation économique par rapport au reste du monde, le gouvernement libéral est contredit par les faits.
Grâce au projet de loi C‑10 proposé, les libéraux pourront décider de ce que nous écoutons et regardons, à l'image de la Corée du Nord. Le Canada a déjà été une nation qui souscrivait à la liberté d'expression, mais je présume que ce ne sera qu'une anecdote dans notre histoire, si elle n'est pas censurée en vertu des dispositions prévues dans le projet de loi C‑10.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-06-14 14:59 [p.8339]
Mr. Speaker, the Liberals have shown the U.S.A. and the world that it is okay to openly disrespect our Canadian oil and gas sector. The Liberals' anti-oil and gas crusade has real-world consequences. The proof is the cancelling of Keystone XL, energy east, Pacific Northwest, northern gateway, Aurora LNG, Grassy Point LNG and Saguenay LNG. The Liberals’ “reimagined” agenda has set the course of the newest anti–oil project, with Governor Whitmer trying to cancel Line 5.
Did the Prime Minister even attempt to talk to President Biden about Line 5 or are we just going to add it to the ever-growing list of cancelled Canadian energy projects?
Monsieur le Président, les libéraux ont montré aux États‑Unis et au monde entier qu'il est acceptable de manquer ouvertement de respect au secteur pétrolier et gazier du Canada. Leur croisade anti-pétrole et anti-gaz naturel a des conséquences réelles. L'annulation des projets Keystone XL, Énergie Est, Pacific Northwest, Northern Gateway et ceux de gaz naturel liquéfié à Aurora, Grassy Point et Saguenay le prouve. Le programme « réinventé » des libéraux a pavé la voie au plus récent projet anti-pétrole, soit la tentative de la gouverneure Whitmer de fermer la canalisation 5.
Le premier ministre a-t-il au moins tenté de parler de la canalisation 5 au président Biden ou ajouterons-nous simplement cette fermeture à la liste grandissante de projets énergétiques canadiens annulés?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, let us talk about lists. TMX was approved and we are building it, with 7,000 jobs created so far. The Line 3 pipeline was approved, with another 7,000 jobs created. We approved NGTL 2021 and thousands of jobs were created. We are building LNG Canada. For orphaned and inactive wells, we have $1.7 billion, with tens of thousands of jobs to be created. Of course, the wage subsidy has kept more than 5,000 workers in their jobs during the pandemic in Alberta alone. That is our record.
Monsieur le Président, j'ai une liste moi aussi. Le pipeline TMX a été approuvé et est en construction, ce qui correspond jusqu'ici à 7 000 nouveaux emplois. La canalisation 3 a été approuvée, ce qui constitue encore là 7 000 nouveaux emplois. Nous avons approuvé le projet de NGTL en 2021, ce qui a mené à la création de milliers d'emplois. LNG Canada est en cours de construction. Nous avons prévu 1,7 milliard de dollars pour les puits orphelins et inactifs, ce qui entraînera la création de dizaines de milliers d'emplois. Sans compter que, uniquement en Alberta, la subvention salariale a permis à plus de 5 000 travailleurs de demeurer en poste pendant la pandémie. Voilà nos accomplissements.
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-11 13:07 [p.8298]
Mr. Speaker, I am very pleased to rise today and speak to the budget. I actually did not think I would get the opportunity to do this. I did not think I would see a budget from the government, so I am pleased to speak to it today.
I want to put this into the context of COVID-19. Last March, the government shut down the economy because of the pandemic, and we Conservatives co-operated with a lot of these emergency support measures, which was important to do at the time. I want to highlight the Liberals' approach to this.
The very first thing the Liberals did was use their bills as a power grab. They wanted to have the superpower to be able to do whatever they wanted and spend however much they wanted until December of this year, which is still six months from now. That is what they had asked for. Of course, we did not allow them to do this.
The second thing they did was take the power they did have, which was to spend some money, and direct that money to their friends. We think of former Liberal MP Frank Baylis, who got a contract for respirators even though his company had no experience or specialty in that area, and of course the WE scandal, which we have heard a lot about this week, where the government found a way to funnel money to its friends the Kielburgers.
When we exposed all those things, the Liberals did a third thing, which was to prorogue Parliament. They did not want investigations. They did not want documents to come out, and they did not want people to know what was going on. That prorogation of Parliament has created where we are now, where we have this last-ditch, last-hour effort to get this budget passed.
While all of that was going on, Canada was in a significant recession. Our GDP was negative 11.5% last summer. We had record double-digit unemployment, and many small businesses were shut down, including many in Saskatoon, particularly in the tourism sector. Then finally, in the fall, we got an economic statement. Finally, there was some acknowledgement that the government needed to provide some numbers, and yet even that understated the depth of the economic calamity that was hitting Canada.
While all that was going on, the solution to the problem, which was the acquisition of vaccines, was a failure by the government. The first thing the Liberals did was bet the farm on the Chinese dictatorship supplying all the vaccines Canada would need. Of course, that failed and the partnership with CanSino was a failure.
Once that failed, the Liberals talked a big game about ordering vaccines. They like to highlight all the vaccines they ordered. I was in charge of a manufacturing plant, and my boss was not overly concerned with what I ordered. He wanted output. He wanted me to produce products. When I told him I could not, he did not want to hear excuses; he just wanted the products produced. It is one thing to talk about excuses, about ordering this and that, but the real deal is landing those products in the country, in this case in Canada, and getting the vaccines into the arms of people.
Canada has consistently been at the bottom of OECD countries when it comes to getting people fully vaccinated. Why is that? It is because of this difference between ordering and actually landing products in the country. After all these months, we are still at less than 10% of Canadians fully vaccinated with two doses. The Liberals are very good at talking and not so good at actually doing.
On this budget, it is a major letdown. Unemployed Canadians feel let down, workers feel let down and families feel let down. It is not a growth budget. There is no plan to encourage Canada's long-term prosperity, and even the Parliamentary Budget Officer has said it will not stimulate jobs or create economic growth. This is a budget about Liberal partisan priorities. It is an election budget. There is not even a plan to return to a balanced budget in the forward-looking years.
For Saskatoon West, there was money for Meewasin Trail and for VIDO-InterVac, our vaccine-producing organization associated with the University of Saskatchewan. Both are projects I have been advocating for since my election. I have asked numerous question period questions, raised it at committee, written to ministers and brought media attention to it, and I think the Liberals finally just got tired and provided some funding there.
Was there money in Saskatoon for housing projects? No. Was there money for palliative care? No. Was there money for fighting the opioid crisis? No. Was there money for mental health resources? No. Did the people of Saskatoon West get slapped with the largest deficit and debt in the history of this country? Yes, they did. Let us talk about that deficit and debt.
This past year's debt is $354 billion, and next year's is going to be $154 billion. The deficit control plan of the government is getting the deficit down to $30 billion a year in five years' time. Now, 18 months ago, $30 billion would have been viewed as a massive deficit, and today it is seen as nothing. It is not nothing.
This document is projecting a $1.4-trillion debt. That is $37,000 of debt for every man, woman and child, every Canadian; $150,000 for a family of four. That is a small mortgage. It is like the government stole the identity of every Canadian, took their credit cards and racked up $37,000 in charges that they would have to pay. Not only that, in the background, the government is still taxing Canadians.
Some people would say, “So what? Who cares? Just print more money.” Basic market principles in economics care. Every time in history when a government prints money to pay off its debts, record inflation follows. Inflation means higher prices and the money Canadians earn is worth less and less.
I want to remind Canadians of events that occurred 30 years ago. The government, at that time, had racked up unprecedented debts, and by 1995, the government was unable to borrow money. Former Liberal finance minister Paul Martin was forced to raise taxes and reduce spending. A period of hardship and pain for all Canadians followed those decisions. The government was forced to get its debt in order by the markets.
I want to personalize this a bit, because decisions that we make here in this House affect individuals. My wife and I bought our first house in 1989, right in the middle of this period. Our interest rate on our first mortgage was 13%. To put that in perspective, if someone has a $1,000 mortgage payment today because of a 2% interest rate, and that interest rate were to go to 13%, like my first one, that $1,000 payment becomes a $2,700 a month payment, almost triple. Even if interest rates only went to 5%, that $1,000 becomes a $1,500 payment. It is a 50% higher payment.
With this budget, the Liberal government has made a trillion dollar bet that interest rates are going to stay low forever. Of course history says otherwise. From 1965 to now, the average five-year mortgage rate was about 9%. There was a 20-year period from 1975 to 1995 where the average mortgage rate was about 12%. It is only in the last decade that it has been consistently below 5%, and that is not sustainable.
The government is repeating the same mistakes of 30 years ago. At best, we are mortgaging our children's future. At worst, we are going to face another debt crisis, like Paul Martin did. The Liberals are spending money now, knowing that inflation is going to cost our younger generations.
What did we get for all this spending? We got $52 million for Liberal pet project A, and $300 million for Liberal pet project B, and hundreds of billions more split up against other Liberal pet projects. Will some of these benefit Canadians? Time will tell. Will the cost of Liberals buying votes for the next election burden generations of Canadians to come? Absolutely.
I want to turn to my home riding of Saskatoon West. Our Saskatchewan economy is built on agriculture, mining, forestry and energy. Saskatoon West is the centre of many of these industries. Our downtown houses many head offices. We have industrial parks, and we have a large railway switching hub and an airport that services all of Saskatchewan, especially the north.
I want to talk specifically about the energy sector. I sit on the environment committee, so I have a unique perspective. The budget was a missed opportunity to grow Canada's largest economic sector. In fact, the Liberals are failing our energy sector. Energy East, of course, cancelled. Teck Resources, Kitimat LNG cancelled. Keystone XL cancelled just this week. The Trans Mountain pipeline is in limbo. Also in limbo is Enbridge Line 5, which delivers much of western Canadian oil to Ontario and Quebec via the U.S.A.
What about small businesses in Saskatoon West? I have been a consistent advocate. The Liberal COVID-19 programs failed small businesses. The initial rent program was horribly designed, and left most tenants without help. The wage subsidy was initially written to exclude most workers, and we had to push the government for the rules to be changed. Then, of course, the CRA began auditing small businesses. We had to put forward a motion to end those unnecessary audits. I have spoken about these issues. Conservatives will continue to be there for small business.
I graduated from university as an accountant, and I worked for many years in business management. I worked in different companies, from large multinational businesses to owning and operating my own small business. The reason I ran for office here stemmed from my desire to bring some business acumen to the federal government. I believe we need a good cross-section of skills. We need drama teachers and journalists, but we also need financially minded people who understand economics and monetary policy. I think this budget proves my point very well.
This is an election budget. The foundational question was not what is in the best interests of Canadians. It was, what is the surefire way to get re-elected. Canadians can see right through this. That is why the people of Saskatoon West elected a Conservative MP in 2019, and that is why we need to elect more Conservative MPs next time. Only a Conservative government could secure our economy and secure our future.
Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole à propos du budget. Je ne pensais pas avoir l'occasion de le faire. En fait, je ne pensais pas que le gouvernement présenterait un budget. Je suis donc d'autant plus ravi d'en parler aujourd'hui.
Mettons les choses dans le contexte de la COVID‑19. En mars 2020, le gouvernement a paralysé l'économie en raison de la pandémie, et les conservateurs ont collaboré à l'adoption de nombreuses mesures d'aide d'urgence, ce qu'il fallait faire à ce moment-là. Je veux souligner l'approche des libéraux à cet égard.
La première chose que les libéraux ont faite, c'est de se servir de leurs projets de loi pour s'arroger des pouvoirs. Ils voulaient avoir des superpouvoirs qui leur permettraient de faire tout ce qu'ils voulaient et de dépenser autant qu'ils le souhaitaient jusqu'en décembre de cette année, c'est-à-dire dans six mois. C'est ce qu'ils ont demandé. Bien sûr, nous ne leur avons pas permis de le faire.
La deuxième chose qu'ils ont faite, c'est de se servir du pouvoir qu'ils avaient, soit celui de dépenser de l'argent, pour envoyer des fonds à leurs amis. Pensons à l'ancien député libéral Frank Baylis, qui a obtenu un contrat pour des respirateurs même si son entreprise n'avait aucune expérience ou expertise dans ce domaine, ou bien au scandale de l'organisme UNIS, dont il a beaucoup été question cette semaine, lors duquel le gouvernement libéral a trouvé un moyen d'acheminer des fonds à ses amis les Keilburger.
Lorsque nous avons dénoncé ces scandales, les libéraux ont fait une troisième chose: ils ont prorogé le Parlement. Ils voulaient éviter que des enquêtes soient menées, que des documents soient divulgués et que la population sache ce qui se passait. La prorogation du Parlement a créé la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui, où nous tentons désespérément d'adopter le budget à la dernière minute.
Pendant ce temps, le Canada subissait une grande récession. L'été dernier, le taux de croissance du PIB était de -11,5 %, et le taux de chômage était supérieur à 10 %, du jamais vu. De nombreuses petites entreprises ont fermé leurs portes, y compris à Saskatoon, notamment dans le secteur du tourisme. Puis, à l'automne, on nous a finalement présenté un énoncé économique. On a enfin reconnu que le gouvernement devait nous fournir des chiffres, mais les données qu'on nous a présentées ne reflétaient toujours pas la gravité de la catastrophe économique qui frappait le Canada.
Pendant que tout cela se passait, le gouvernement a complètement raté la mise en œuvre de la solution à nos problèmes, soit l'achat de vaccins. La première chose que les libéraux ont faite, c'est de mettre tous nos œufs dans le même panier et de faire confiance à la dictature chinoise pour l'entièreté de l'approvisionnement en vaccins au Canada. Évidemment, ce fut un échec et le partenariat avec CanSino est tombé à l'eau.
Après cet échec, les libéraux sont sortis en grande pompe pour annoncer les commandes de vaccins. Ils n'arrêtent pas de mentionner le nombre de vaccins qu'ils ont commandés. J'ai déjà été responsable d'une usine de fabrication et mon patron ne se souciait pas trop des commandes que je passais. Ce qui l'intéressait, c'était les résultats. Il voulait que l'usine produise. Si je lui disais que ce n'était pas possible, il ne voulait pas que je lui donne des excuses; il voulait que l'usine produise. C'est bien beau de parler de telle ou telle commande qui a été passée, mais ce qui compte, c'est que la marchandise soit livrée et, dans ce cas-ci, que les vaccins soient inoculés aux Canadiens.
Depuis le début, le Canada est parmi les derniers pays de l'OCDE pour ce qui est du nombre de personnes entièrement vaccinées. Pourquoi? C'est en raison de la différence qui existe entre commander quelque chose et obtenir sa livraison. Après tous ces mois, il y a toujours moins de 10 % des Canadiens qui ont reçu deux doses du vaccin. Les libéraux sont très forts pour ce qui est de prononcer de beaux discours, mais un peu moins pour agir.
Le budget est très décevant. Les chômeurs canadiens se sentent abandonnés, les travailleurs se sentent abandonnés et les familles se sentent abandonnées. Ce n'est pas un budget qui favorise la croissance. Il n'y a aucun plan pour favoriser la prospérité à long terme du Canada. Le directeur parlementaire du budget a même dit que le budget ne stimulerait ni la création d'emplois ni la croissance économique. C'est un budget conçu selon les priorités partisanes des libéraux. C'est un budget électoral. Il n'y a même pas de plan pour rétablir l'équilibre budgétaire dans les années à venir.
En ce qui concerne la circonscription Saskatoon‑Ouest, le budget prévoit du financement pour Meewasin Trail et VIDO-InterVac, l'organisme de production de vaccins associé à l'Université de la Saskatchewan. Ce sont deux projets que je défends depuis que j'ai été élu. J'ai posé de nombreuses questions à la période des questions. J'ai soulevé le sujet dans des réunions de comité. J'ai écrit à des ministres. J'ai attiré l'attention des médias. En fin de compte, je pense que les libéraux se sont lassés et ont accordé des fonds pour ces deux projets.
Cependant, le budget prévoit-il de l'argent pour financer des projets de logement à Saskatoon? Non. De l'argent pour les soins palliatifs? Non. Pour la lutte contre la crise des opioïdes? Non. Pour les ressources en santé mentale? Non. Les habitants de Saskatoon‑Ouest se sont-ils fait imposer le plus grand déficit et la plus grande dette de l'histoire du Canada? La réponse est oui. Parlons de ce déficit et de cette dette.
L'an dernier, la dette a atteint 354 milliards de dollars. L'an prochain, elle sera de 154 milliards de dollars. Le plan de maîtrise du déficit du gouvernement prévoit de réduire le déficit à 30 milliards de dollars par année dans cinq ans. Il y a 18 mois, on aurait considéré un déficit de 30 milliards de dollars comme colossal. Aujourd'hui, on se dit qu'il n'y a rien là. Ce n'est pourtant pas rien.
Le document à l'étude prévoit une dette de 1,4 billion de dollars. Cela correspond à une dette de 37 000 $ pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant; pour chaque Canadien. Il s'agit de 150 000 $ pour une famille de quatre personnes. C'est une petite hypothèque. C'est comme si le gouvernement avait volé l'identité de tous les Canadiens, leur avait pris leur carte de crédit et en avait débité des frais de 37 000 $ chacun dont ils devraient s'acquitter. Sans compter que le gouvernement continue de taxer les Canadiens en arrière-plan.
Certaines personnes diront qu'il ne faut pas s'en soucier et qu'il faut seulement imprimer plus de billets. Or, ceux qui suivent les principes de l'économie de marché s'en soucient. Historiquement, chaque fois qu'un gouvernement a imprimé des billets pour éponger ses dettes, une inflation record s'est ensuivie. L'inflation entraîne une augmentation des prix, ce qui signifie que les Canadiens en ont de moins en moins pour leur argent.
Je souhaite rappeler aux Canadiens les événements qui se sont produits il y a 30 ans. Le gouvernement de l'époque avait cumulé des dettes sans précédent à un point tel qu'en 1995, il n'avait plus de capacité d'emprunt. L'ancien ministre libéral des Finances, Paul Martin, avait alors été obligé d'augmenter les impôts et de réduire les dépenses. Tous les Canadiens ont ressenti pendant un certain temps les conséquences douloureuses de ces décisions. Les marchés ont forcé le gouvernement à prendre sa dette à bras-le-corps.
Je veux apporter une touche personnelle à mes propos, car les décisions que nous prenons ici, dans cette enceinte, ont des répercussions sur les gens. Ma femme et moi avons acheté notre première maison en 1989, en plein milieu de cette période. Le taux d'intérêt sur notre première hypothèque était de 13 %. Pour mettre les choses en perspective, si quelqu'un a un paiement hypothécaire de 1 000 $ aujourd'hui avec un taux d'intérêt de 2 %, et que le taux d'intérêt passe à 13 %, comme pour ma première maison, le paiement hypothécaire de 1 000 $ se transformerait en un paiement de 2 700 $ par mois, soit presque le triple. Même si les taux d'intérêt n'augmentaient que de 5 %, le paiement de 1 000 $ deviendrait un paiement de 1 500 $. C'est 50 % de plus.
Avec ce budget, le gouvernement libéral a parié 1 billion de dollars que les taux d'intérêt allaient rester bas pour toujours. Bien sûr, l'histoire dit le contraire. De 1965 à aujourd'hui, le taux hypothécaire moyen sur cinq ans était d'environ 9 %. Pendant une période de 20 ans, de 1975 à 1995, le taux hypothécaire moyen était d'environ 12 %. Ce n'est qu'au cours de la dernière décennie qu'il est resté constamment inférieur à 5 %, ce qui n'est pas une situation viable.
Le gouvernement répète les mêmes erreurs que celles commises il y a 30 ans. Au mieux, nous hypothéquons l'avenir de nos enfants. Au pire, nous allons devoir composer avec une autre crise de la dette, comme cela a été le cas pour Paul Martin. Les libéraux dépensent de l'argent maintenant, sachant que l'inflation va coûter cher aux jeunes générations.
Qu'est-ce que toutes ces dépenses nous ont apporté? Une somme de 52 millions de dollars est allée à un projet chouchou du gouvernement libéral, 300 millions de dollars sont allés à un autre de ses projets chouchous, et des centaines de milliards de dollars ont été répartis entre d'autres projets préférés des libéraux. Est-ce qu'une partie de tout cela profitera aux Canadiens? Le temps nous le dira. Ce que dépensent les libéraux afin d'acheter des votes aux prochaines élections deviendra-t-il un fardeau pour les futures générations de Canadiens? Oui, absolument.
Regardons un peu ma circonscription, Saskatoon-Ouest. L'économie de la Saskatchewan repose sur l'agriculture, les mines, la foresterie et l'énergie. Plusieurs de ces industries sont basées à Saskatoon-Ouest. Notre centre-ville regroupe beaucoup de sièges sociaux. Nous avons des parcs industriels, une grande gare de triage et un aéroport qui dessert l'ensemble de la Saskatchewan, particulièrement le Nord.
J'aimerais m'attarder un peu sur le secteur de l'énergie. J'ai un point de vue particulier, puisque je siège au comité de l'environnement. Le gouvernement n'a pas su profiter du récent budget pour favoriser la croissance du principal secteur économique du pays. Les libéraux laissent tomber le secteur de l'énergie, en fait. Le projet Énergie Est a été annulé, comme on le sait. Le projet de Teck Resources et le projet de gaz naturel liquéfié à Kitimat ont été annulés. Keystone XL a été annulé cette semaine. L'avenir du pipeline Trans Mountain est en suspens, tout comme celui de la canalisation 5 d'Enbridge, qui achemine une grande partie du pétrole de l'Ouest canadien jusqu'à l'Ontario et au Québec en passant par les États‑Unis.
Qu'en est-il des petites entreprises dans Saskatoon‑Ouest? Je n'ai jamais cessé de les défendre. Les petites entreprises sont les grandes oubliées des programmes libéraux liés à la COVID‑19. Le programme initial d'aide pour le loyer était horriblement conçu, et la plupart des locataires se sont retrouvés sans aide. La subvention salariale était initialement conçue de manière à exclure la plupart des travailleurs et nous avons dû insister pour que le gouvernement change les règles. Et, évidemment, il y a le fait que l'Agence du revenu du Canada a commencé à faire l'audit de petites entreprises. Nous avons dû présenter une motion pour mettre fin à ces vérifications superflues. J'ai déjà parlé de ces questions. Les conservateurs continueront à être là pour les petites entreprises.
J'ai une formation universitaire de comptable et j'ai travaillé de nombreuses années en gestion d'affaires, dans diverses compagnies. J'ai travaillé pour des multinationales et j'ai exploité ma propre petite entreprise. Je me suis lancé en politique parce que je voulais mettre mon sens des affaires au service du gouvernement fédéral. Selon moi, nous avons besoin d'un large éventail de compétences. Il nous faut des enseignants d'art dramatique et des journalistes, mais aussi des personnes qui comprennent les finances, l'économie et les politiques monétaires. Selon moi, le budget confirme très bien ce que j'avance.
Il s'agit d'un budget électoraliste. On ne s'est pas demandé ce qui est dans l'intérêt des Canadiens, mais quelle est la manière la plus sûre d'être réélu. Les Canadiens ne sont pas dupes. C'est pourquoi les gens de Saskatoon‑Ouest ont élu un conservateur en 2019. C'est pourquoi il faut élire plus de députés conservateurs aux prochaines élections. Seul un gouvernement conservateur est en mesure d'assurer la relance économique et l'avenir.
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, yesterday, Alberta and TC Energy announced the devastating news of the official termination of the Keystone XL project.
Canada's oil and gas industry has long been a sector that has fostered economic growth and prosperity for thousands of hard-working Canadians, generating tax revenues, which support social programs and infrastructure, like schools and hospitals. However, a guilty pleasure of the current Liberal government is watching the destruction of this industry, which is, after all, the Prime Minister's goal.
The Liberals shower the industry and its workers with empty praise, while implementing policies that serve to hasten its demise. Western Canadians deserve the security and dignity that comes with a secure, stable and well-paying job. Canada's Conservatives will secure the future and enact a comprehensive jobs plan to get Canadians back to work in the oil and gas sector, and in every other industry in Canada.
Monsieur le Président, hier, l'Alberta et l'entreprise TC Energy ont annoncé une nouvelle désastreuse: la fin officielle du projet Keystone XL.
L'industrie pétrolière et gazière du Canada est depuis longtemps source de croissance économique et de prospérité pour des milliers de travailleurs canadiens. Elle procure des rentrées fiscales qui servent à financer des programmes sociaux et des infrastructures, notamment des écoles et des hôpitaux. Le gouvernement libéral actuel regarde toutefois avec un plaisir coupable l'anéantissement de cette industrie, un résultat que souhaite le premier ministre, après tout.
Les libéraux vantent sans sincérité les mérites de l'industrie, ainsi que de ses travailleurs, tout en mettant en œuvre des politiques qui accélèrent son anéantissement. Les Canadiens de l'Ouest du pays ont droit à la sécurité et à la dignité que procure un emploi stable et bien rémunéré. Les conservateurs du Canada vont protéger l'avenir du Canada et mettre en œuvre un plan exhaustif de création d'emplois pour redonner de l'emploi aux Canadiens dans le secteur pétrolier et gazier et dans toutes les autres industries au pays.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I have a question concerning Line 5. What meetings or phone calls has any minister of the government had with any secretary of the U.S. administration regarding this matter and when did those meetings or phone calls take place?
Monsieur le président, j'ai une question au sujet de la canalisation 5. Quels réunions ou appels téléphoniques ont eu lieu entre l'un ou l'autre des ministres et l'un ou l'autre des secrétaires du gouvernement des États-Unis au sujet de ce dossier? Quand ces réunions ou ces appels téléphoniques ont-ils eu lieu?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I have spoken on a couple of occasions with the Secretary of State for the United States about Line 5.
Monsieur le président, je me suis entretenu à quelques occasions avec le secrétaire d'État des États-Unis au sujet de la canalisation 5.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, that has not been the case. The approach is not working.
The unilateral revoking of the Enbridge Line 5 easement remains unresolved, threatening the delivery of 540,000 barrels a day of petroleum products from Alberta and Saskatchewan that supply over 53% of Ontario's crude oil and 66% of Quebec's. This line is critical.
Has the Minister of Foreign Affairs met with the governor of Michigan?
Madame la présidente, ce n'est pas le cas. L'approche ne fonctionne pas.
La révocation unilatérale de la servitude de la canalisation 5 d'Enbridge reste non résolue, ce qui menace l'acheminement de 540 000 barils par jour de produits pétroliers en provenance de l'Alberta et de la Saskatchewan, qui approvisionnent plus de 53 % du pétrole brut de l'Ontario et 66 % de celui du Québec. Cette canalisation est essentielle.
Le ministre des Affaires étrangères a-t-il rencontré la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I have not met with Governor Whitmer. However, our excellent Ambassador Kirsten Hillman in Washington has had numerous conversations with her. We have a very active advocacy program under way to speak to people in the states of Michigan, Ohio and Pennsylvania.
Madame la présidente, je n'ai pas rencontré la gouverneure Whitmer. Toutefois, notre excellente ambassadrice à Washington, Kirsten Hillman, a eu de nombreuses conversations avec elle. Un programme très actif de promotion des intérêts est en cours, afin que l'on parle à des gens dans les États du Michigan, de l'Ohio et de la Pennsylvanie.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, could the minister tell us when he will be meeting with the Governor of Michigan?
Madame la présidente, le ministre peut-il nous dire quand il rencontrera la gouverneure du Michigan?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I do not have any plans to meet with the governor of Michigan at this time.
Madame la présidente, en ce moment, il n'est pas prévu que je rencontre la gouverneure du Michigan.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, this is critical. If the governor of Michigan is successful in shutting down Line 5, could the minister provide us with the plan that ensures the 540,000 barrels will be delivered by other means?
Il s'agit d'une question cruciale, madame la présidente. Si la gouverneure du Michigan réussit à faire fermer la canalisation 5, le ministre peut-il nous dire par quels moyens on assurera la livraison de 540 000 barils?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, we have been very active to try to ensure this pipeline does not close down. Ultimately, we would like Enbridge and the State of Michigan to resolve their issue, but we have also transmitted an amicus brief to the courts so they are aware—
Madame la présidente, nous travaillons très fort pour empêcher la fermeture du pipeline. Ultimement, nous aimerions voir Enbridge et l'État du Michigan régler leur différend, mais nous avons également déposé un mémoire d'amicus curiae devant les tribunaux, de sorte qu'ils sont au courant...
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I am glad to finally have an opportunity to speak on the federal budget. It has been long overdue, as the first one presented to this Parliament.
While we are looking at what the budget offers to Canadians, as well as the late timing, it is important for all of us to remember that the theme of the Liberal government is that the key to happiness is low expectations. It is also worth reminding the Liberal government that if it is going to keep people waiting or ask for an extension on a deadline, it had better make sure the final product is worth the wait by making it impressive.
However, it was not worth the wait. The large number of pages only makes it a bigger disappointment. It was disappointing that the Liberal government, unlike the provinces, did not even bother to present one at all for the last year. Speaking of the provinces, if the federal government really wanted to prioritize a pandemic response, we should have expected it to focus on the requested increase of health transfers. Whatever happened to those?
Apparently, for the Liberal government, giving fuller consideration to the future of Canadians, their grandchildren and their children's future was not worth the effort. Canadians were also not shown basic respect for their rights, time, money or trouble during the past year. What might be the worst part of the government's disregard is that it really shows up in this budget.
Today, I want to focus on where the lack of leadership is taking us as a country. In particular, I want to speak of the rural-urban divide. Especially at the federal level, we should always be trying to promote national unity in the face of any number of divisions. Regional differences have always been a source of tension and they continue to come up. It is getting more common, again, to hear and talk about the idea of western alienation, for example, as having the potential of turning into separatism.
As a western Canadian MP, I definitely believe that this is a growing social problem that needs to be addressed for the benefit of all Canadians. Sadly, we have already reached a point where it is obvious that the Liberal government does not care for western Canada. It is hardly a surprise to anybody, and with this budget, the Liberals are not even trying to pretend much more either.
While saying this, I also think we would be missing an another essential part of the larger issue if we do not consider the problems common to rural Canada, regardless of region. The rural-urban divide in Canada is one of the greatest divides experienced today, whether it is in the Prairies, the Atlantic, Ontario, the north, B.C. or Quebec.
Before getting into some of the details of how the Liberal budget will affect real Canadians or, more accurately, how it will leave them behind, we can get a general sense of the Liberal government's stated priorities from its own words. The nice thing about having a budget in front of us right now is that, for better or worse, it forces the Liberals to clarify on the record where they choose to place their priorities. Even though they have avoided and delayed this important measure of accountability and transparency, we now have a better idea of what they say they care about and what they apparently do not care about.
The word “environment” is mentioned 234 times in this document. The phrase “natural resources” is mentioned only 19 times. From those 19 times, I will point out some examples, and it becomes quickly apparent that the Liberals use the phrase “natural resources” in relation to anything but energy workers, especially those in the oil and gas industries.
There is $22.3 million for Natural Resources Canada to create an atomic workers recognition program, and $63.8 million over three years to create new flood maps for high-risk areas. To bring it even closer to home, these energy workers are mentioned once, one time, in the 724-page document. It is not even in the context of seriously proposing anything close to a full solution for this hard-hit sector of the economy. That single mention is in the context of how climate action could present opportunities for them.
Years before COVID first arrived in Canada, and even more during a restricted economy during the last year, thousands and thousands of these workers lost their jobs. Without any support and political certainty, many more Canadians will be joining them soon. This industry and these workers will comprise a large chunk of our nation's workforce and an even larger share of the national GDP. Again, they are mentioned once in 724 pages.
During the last six years of Liberal government, energy workers have come to understand that when they are mentioned as part of new climate opportunities, it actually means that they are going to lose their job. Meanwhile, all the talk about creating futuristic jobs with big spending provides no real certainty without any detailed practical planning.
What about pipelines? There is a reference to a pipeline of innovation, a pipeline of vaccines and a pipeline of talent, but there is not a single mention of energy pipelines. This is unaddressed in a year when nearly half of Ontario and Quebec's energy supply from Enbridge Line 5 is in danger of getting stopped by the Governor of Michigan. Western workers and investors are living with the fact that the dream project of Keystone XL is cancelled and fading away.
With Keystone XL, it is especially shameful because of who some of those investors are. It is very different from big corporations dreaming of profits. These are the dreams of real people. I especially feel the need to bring up the dreams of the Nekaneet First Nation and their Chief Alvin Francis, whose company owns a part share in Keystone XL. They were planning on using the profits to help the people of his community. When I met with him during the winter, before the cancellation of the project, he laid out quite clearly the plans for economic development and jobs beyond working on the pipeline.
These opportunities will no longer be happening thanks to the lack of effort of the current government.
The reality of indigenous participation is too often ignored. It is a reconciliation issue and we need to think of it that way. In my riding, which has an abundance of natural gas, there are mineral rights owned by first nations from across the province of Saskatchewan that are at risk of losing their biggest source of income because of the anti-energy policies of the Prime Minister, income that will not be replaced, income that lifted entire communities out of poverty. They do not have the luxury of waiting for the government to figure out an energy transition over 10 years or more, pushing it along without a plan. To these indigenous communities and all Canadians in all of Canada's energy sector, the silence is deafening.
The Liberal government has some stated priorities, but its record can easily lead anyone to question if it will deliver on what it says it is going to do. People who live in rural Canada, as my constituents and I do, are used to hearing a lot of empty promises, if we are lucky enough to hear anything from it at all.
Most recently, we have had to wait for it to begin rolling out the universal broadband fund, UBF. It has increased the UBF to $2.75 billion, up from last year's announcement of $1 billion, but the deadlines for the first billion dollars have been continually shifting, with almost nothing to show for it. Municipalities in my riding have been waiting for help to get broadband rolled out to their communities or even just increasing the amount of broadband available and are still waiting without so much as a peep from the government. Listing huge dollar amounts does not mean these problems will be solved. It also does not mean the Liberals will get around to finishing the job any time soon.
I have to say the more time I work in Parliament the more it becomes obvious how much Ottawa needs to regain more of a rural perspective. The best example for this debate might be the environment. If the Liberals want to mention the environment 234 times, they can go right ahead. Yes, let us protect and conserve the environment in every way. The economy can grow at the same time if we do it the right way, and we can all agree here on that, but do members know who already sets the bar high for doing this? It is rural Canadians, the people who work the land, enjoy it for sport and live out in the country surrounded by its beauty. They care about the environment. After all, farmers, ranchers, fishermen, energy workers and others live off the land. They do it the best, acting as if their way of life depends on it, quite simply, because it does.
However, they are not seeing a responsible approach to these issues; instead, they see a government that is more interested in pursuing out-of-touch radical ideas and pet projects. The Liberal government could learn a lot from rural people if it would start listening to them and their concerns. The Liberals need to start respecting the fact that farmers and ranchers are the true stewards of the environment. When we look at all the different ways the government is trying to focus on rural people, it is more or less trying to split them off into separate groups, treating them as if they are special interest groups, patting them on the head and offering them pretty words without actually doing anything to address the real concerns that are facing rural Canadians these days.
Canadians are looking for stability and trust following times of uncertainty. They are getting neither from the Liberal government, which has decided to offer a campaign platform in place of a budget.
This budget continues to miss the mark for rural Canadians. Looking further into some of the items in the budget, it talks about boosting rural transit. We are looking at announcements from companies like Greyhound, which has now basically all but removed itself from the Canadian picture. The Liberals treat that as if there is rural infrastructure that already exists for things like transit, but the fact is it is now completely gone and there is no alternative. I look at people who have to drive four, five, six hours sometimes to find the services they need. Literally, there is not even an option for them regarding transit, yet the government has chosen to use policies that are going to disproportionately impact rural Canadians. Its own assessment of these issues shows that it knows that, but it continues to choose to ignore it.
This budget would have been a good opportunity for the government to really signal to the people in rural Canada that it understands the struggles they face, but it has done absolutely nothing to address those issues.
Madame la Présidente, je suis heureux d'avoir enfin l'occasion de parler du budget fédéral. On l’attendait depuis longtemps, puisque c’est le premier budget présenté au cours de la présente législature.
Tandis que nous examinons ce que le budget offre aux Canadiens et que nous faisons le constat de sa présentation tardive, il est important pour nous tous de nous souvenir que l’idée maîtresse du gouvernement libéral est que la clé du bonheur consiste à avoir peu d’attentes. Il convient également de rappeler au gouvernement libéral que s'il fait attendre les gens ou s'il demande un délai supplémentaire, il a intérêt à s'assurer que le produit final en vaut la peine en le rendant impressionnant.
Le problème, c’est qu’il n’en valait pas la peine. Le grand nombre de pages ne fait qu'accroître la déception, car c’était une déception de voir que le gouvernement libéral, contrairement aux provinces, ne se donnait même pas la peine de présenter un budget l’an dernier. À propos des provinces, nous aurions pensé que si le gouvernement fédéral voulait vraiment accorder la priorité à la réponse à la pandémie, il se concentrerait sur la hausse demandée des transferts en santé. Que s’est-il passé avec les transferts?
Apparemment, pour le gouvernement libéral, il ne valait pas la peine d’accorder une plus grande attention à l'avenir des Canadiens et à celui de leurs enfants et petits-enfants. Il n’a pas non plus fait preuve du respect le plus élémentaire à l'égard de leurs droits, de leur temps, de leur argent ou de leurs difficultés au cours de l'année qui s’est écoulée. Ce qui est peut-être le pire dans le mépris du gouvernement est vraiment visible dans ce budget.
Aujourd'hui, je veux souligner les conséquences de ce manque de leadership pour notre pays. Plus précisément, je veux parler du fossé qui existe entre les régions urbaines et les régions rurales. Surtout au fédéral, nous devrions toujours essayer de promouvoir l'unité nationale face à toutes sortes de divisions. Les disparités régionales ont toujours été une source de tension et elles continuent de se manifester. Il est de plus en plus courant, une fois de plus, d'entendre dire que « l’aliénation de l'Ouest », par exemple, pourrait se transformer en séparatisme.
En tant que député de l'Ouest canadien, je suis convaincu qu'il s'agit d'un problème social croissant auquel il faut s’attaquer dans l'intérêt de tous les Canadiens. Malheureusement, nous avons déjà atteint un point où il est évident que le gouvernement libéral ne se soucie pas de l'Ouest canadien. Ce n'est une surprise pour personne, et avec ce budget, les libéraux ne cherchent même plus à faire semblant.
Cela dit, je pense aussi que nous passerions à côté d’une autre partie essentielle de la question plus vaste qui nous occupe si nous ne tenions pas compte des problèmes communs au Canada rural, quelle que soit la région. Le fossé rural-urbain au Canada est l’une des plus grandes fractures que nous connaissons aujourd’hui, que ce soit dans les Prairies, dans l’Atlantique, en Ontario, dans le Nord, en Colombie-Britannique ou au Québec.
Avant d’entrer dans les détails de la façon dont le budget libéral affectera les vrais Canadiens ou, plus précisément, comment il les laissera tomber, nous pouvons avoir une idée générale des priorités du gouvernement libéral en lisant ses propres déclarations. L’avantage d’avoir un budget sous les yeux en ce moment, c’est que, pour le meilleur ou pour le pire, cela oblige les libéraux à préciser officiellement où ils choisissent de placer leurs priorités. Même s’ils ont évité et retardé cette importante mesure de responsabilité et de transparence, nous avons maintenant une meilleure idée de ce dont ils disent se soucier et de ce dont ils ne se soucient apparemment pas.
Le mot « environnement » est mentionné 234 fois dans ce document. L’expression « ressources naturelles » n’est mentionnée que 19 fois. En les passant en revue — et j'en donnerai quelques exemples —, il devient rapidement évident que les libéraux utilisent l’expression « ressources naturelles » en relation avec tout sauf les travailleurs de l’énergie, en particulier ceux des industries pétrolière et gazière.
Il y a 22,3 millions de dollars pour permettre à Ressources naturelles Canada de créer un programme de reconnaissance des travailleurs de l’atome, et 63,8 millions de dollars sur trois ans pour créer de nouvelles cartes d’inondation pour les zones à haut risque. Pour ramener cela encore plus près de nous, ces travailleurs de l’énergie sont mentionnés une fois, une seule fois, dans le document de 724 pages. Ce n’est même pas dans le contexte d’une proposition sérieuse d’une solution complète pour ce secteur de l’économie durement touché. Cette unique mention est faite dans le contexte de la manière dont l’action climatique pourrait présenter des occasions pour eux.
Des années avant l’arrivée de la COVID au Canada, et encore plus pendant une économie restreinte au cours de la dernière année, des milliers de ces travailleurs ont perdu leur emploi. Sans soutien et sans certitude politique, de nombreux autres Canadiens les rejoindront bientôt. Cette industrie et ces travailleurs représenteront une grande partie de la main-d’œuvre de notre pays et une part encore plus grande du PIB national. Encore une fois, ils sont mentionnés une fois en 724 pages.
Au cours des six dernières années de gouvernement libéral, les travailleurs du secteur de l’énergie ont compris que lorsqu’ils sont mentionnés dans le cadre des nouvelles occasions climatiques, cela signifie en fait qu’ils vont perdre leur emploi. Pendant ce temps, tout le discours sur la création d’emplois futuristes avec de grosses dépenses n’apporte aucune certitude réelle sans aucune planification pratique détaillée.
Qu’en est-il des pipelines? Il y est question d’un pipeline d’innovation, d’un pipeline de vaccins et d’un pipeline de talents, mais pas une seule fois des pipelines énergétiques. Cette question n’est pas abordée en cette année où près de la moitié de l’approvisionnement énergétique de l’Ontario et du Québec par la canalisation 5 d’Enbridge risque d’être bloqué par la gouverneure du Michigan. Les travailleurs et les investisseurs de l’Ouest vivent avec le fait que le projet de rêve Keystone XL est annulé et disparaît peu à peu.
Dans le cas de Keystone XL, c’est particulièrement honteux en raison de l’identité de certains de ces investisseurs. C’est très différent des grandes entreprises qui rêvent de profits. Ce sont les rêves de personnes réelles. Je ressens particulièrement le besoin d’évoquer les rêves de la Première Nation de Nekaneet et de son chef Alvin Francis, dont l’entreprise possède une part dans le projet. Ils avaient l’intention d’utiliser les bénéfices pour aider les gens de sa communauté. Lorsque je l’ai rencontré au cours de l’hiver, avant l’annulation du projet, il a exposé très clairement les projets de développement économique et d’emplois autres que ceux liés au pipeline.
Ils n’auront plus accès à ces possibilités en raison du manque d’effort du gouvernement actuel.
La réalité de la participation des Autochtones est trop souvent négligée. Il s’agit d’une question de réconciliation et nous devons l’envisager de cette façon. Dans ma circonscription, qui regorge de gaz naturel, il y a des droits miniers appartenant à des Premières Nations de toute la province de la Saskatchewan qui risquent de perdre leur principale source de revenus à cause des politiques anti-énergie du premier ministre, des revenus qui ne seront pas remplacés, des revenus qui ont sorti des communautés entières de la pauvreté. Elles n’ont pas le luxe d’attendre que le gouvernement élabore une transition énergétique sur dix ans ou plus et la fasse avancer sans aucun plan. Pour ces communautés autochtones et pour tous les Canadiens dans l’ensemble du secteur énergétique du Canada, le silence est assourdissant.
Le gouvernement libéral a énoncé certaines priorités, mais son bilan peut facilement amener quiconque à se demander s’il va tenir ses promesses. Les gens qui vivent dans les régions rurales du Canada, comme mes électeurs et moi-même, sont habitués à entendre beaucoup de promesses vides, si tant est que nous ayons la chance d’en entendre parler.
Récemment, il a fallu attendre que le gouvernement se décide à déployer le Fonds pour la large bande universelle. Après avoir annoncé l'année dernière que ce fonds atteindrait 1 milliard de dollars, le gouvernement l'a fait grimper à 2,75 milliards de dollars, mais les dates relatives à la distribution du premier milliard de dollars ne cessent de changer et presque rien n'a été versé jusqu'à maintenant. Les municipalités de ma circonscription attendent de l'aide pour le déploiement d'Internet haute vitesse dans leur région ou pour l'augmentation de la capacité d'Internet haute vitesse et elles n'ont reçu aucun signal du gouvernement. Annoncer des montants gigantesques ne signifie pas qu'on a réglé le problème. Ces annonces ne garantissent pas non plus que les libéraux se décideront bientôt à se mettre au travail.
Depuis mon élection au Parlement, je me rends compte de plus en plus qu’Ottawa doit absolument s’intéresser davantage à la ruralité. Le meilleur exemple en est sans doute l’environnement. Si les libéraux veulent mentionner le terme 234 fois, grand bien leur fasse! Protégeons et conservons l’environnement du mieux que nous pouvons. Et si nous le faisons bien, la croissance économique ira de pair, nous sommes tous d’accord là-dessus. Mais en fait, qui ont été les premiers à fixer des objectifs élevés en la matière? Ce sont les Canadiens des zones rurales qui cultivent la terre, qui s’en servent à des fins récréatives ou qui ont tout simplement décidé de vivre au milieu de la nature. Ces gens-là se soucient de l’environnement. Après tout, les agriculteurs, les éleveurs de bétail, les pêcheurs et les travailleurs du secteur de l’énergie, entre autres, dépendent de la terre. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour la protéger, comme si leur vie en dépendait, et en fait, elle en dépend.
Ces Canadiens ne sont pas impressionnés par l’approche adoptée par le gouvernement, qui s’intéresse davantage à des idées et des projets surréalistes ou conformes à son idéologie. Le gouvernement libéral aurait beaucoup à apprendre des Canadiens des zones rurales, s’il se donnait la peine de les écouter. Les libéraux doivent commencer par comprendre que les agriculteurs et les éleveurs sont les vrais protecteurs de l’environnement. Le gouvernement adopte toutes sortes d’approches différentes face aux populations rurales, provoquant ainsi des clivages entre des groupes qu’il traite comme des groupes d’intérêts spéciaux, en les flattant de belles paroles, mais sans jamais rien faire pour résoudre leurs problèmes.
Après toute période d’incertitude, les Canadiens veulent de la stabilité et de la confiance. Ce n’est pas ce que leur offre le gouvernement libéral, qui a préféré présenter une plate-forme électorale plutôt qu’un budget.
Encore une fois, le budget ne répond pas aux besoins des Canadiens des zones rurales. Il propose notamment de renforcer les transports en milieu rural. Nous attendons de voir ce que vont annoncer des entreprises comme Greyhound, qui a pratiquement disparu de la carte. Les libéraux s’imaginent qu’il existe déjà des infrastructures rurales pour ces nouveaux transports, mais le fait est qu’il n’y en a plus du tout et qu’elles n’ont pas été remplacées. Je pense aux gens qui doivent parfois faire 4, 5 ou 6 heures de route pour avoir accès aux services dont ils ont besoin. Je le répète, ces gens-là n’ont aucune autre option en matière de transport. Et pourtant, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre des politiques qui vont avoir un impact disproportionné sur les Canadiens des zones rurales. Les analyses qu’il a faites sur le sujet montrent qu’il en est conscient, mais il continue de passer outre.
Ce budget aurait pu être l’occasion pour le gouvernement de démontrer aux Canadiens des zones rurales qu’il comprend leurs problèmes, mais il ne fait absolument rien pour y remédier.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2021-05-27 13:28 [p.7487]
Mr. Speaker, I know the member has been working tirelessly on Line 5 and the jobs in Sarnia. Did she see anything in this budget that would actually be there for the people of Sarnia in those jobs if Line 5 was to close?
Monsieur le Président, je sais que la députée a travaillé sans relâche au sujet de la canalisation 5 et des emplois à Sarnia. A-t-elle vu quoi que ce soit dans le budget qui pourrait aider les gens de Sarnia qui perdraient leur emploi si la canalisation 5 était fermée?
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-27 13:28 [p.7487]
Mr. Speaker, that is a great question from my colleague, who works hard on the Canada-U.S. committee. There is nothing in this budget. In fact, not only is there nothing for oil and gas and for natural resources, but there is no contingency in this budget in case Line 5 does shut down. That will certainly drive the costs of everything up, including fuel that the government uses.
Monsieur le Président, j’apprécie beaucoup la question de mon collègue, qui est un membre assidu du comité Canada-États-Unis. Il n’y a rien dans ce budget. En fait, non seulement il n’y a rien pour le pétrole, le gaz et les ressources naturelles, mais il n’y a rien non plus au cas où la canalisation 5 fermerait. Cela risquerait certainement de faire augmenter tous les coûts, y compris ceux du carburant que le gouvernement utilise.
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
View Tim Uppal Profile
2021-05-27 13:28 [p.7487]
Mr. Speaker, as always, it is an honour to rise in this House on behalf of my constituents of Edmonton Mill Woods.
In the lead-up to this budget, the longest lead-up ever, as we went over two years without a budget, there were dozens of news stories and trial balloons talking about how innovative this budget was going to be. We heard time and again about how this budget would be a stepping stone for the Liberal government to build back better, whatever that means. Instead, at 739 pages and nearly a quarter of a million words, the longest budget in the history of our great country is also the greatest disappointment.
There is no plan to deal with inflation. There is no plan to make the dream of home ownership more attainable for Canadians. There is no plan to create new jobs and economic opportunities for families and young people across this country. Instead, we are left with a budget that says so much, proposes so little, and leaves Canadian jobs, productivity, and economic growth behind.
Let me start by looking at the full picture. In my riding of Edmonton Mill Woods and right across Canada, there are countless families and businesses on the brink of losing everything. The jobs numbers that came out earlier this month revealed that another 207,000 people across Canada had to come home and tell their family and loved ones one of the most difficult things to hear, that they had lost their job.
To be clear, Alberta’s economic problems didn’t just start because of this pandemic. The Liberals' Bill C-69, which many people called the “no more pipelines” bill; Bill C-48, the tanker ban; and general disregard for the energy sector have driven away billions of dollars of investment and, with it, thousands of Canadian jobs. The government has failed to produce a plan for one of Canada’s largest economic sectors, the energy sector.
There are some things in this budget that we and our Conservative team are in favour of. For so many Canadians who continue to struggle throughout this pandemic, the budget does have the extension of emergency programs that our Conservative team supports, measures like the wage subsidy, rent subsidy and other recovery benefits, but there are still issues that remain with some of these programs. My office has heard from so many Canadians. It has heard repeatedly from small businesses that opened just before the pandemic or during the pandemic, which have been left behind by these wage subsidy and rent subsidy programs. When asked about it, the Liberals continue to repeat what everybody already knows, that small businesses are the backbone of our community, yet they continue to do nothing to rectify this issue, leaving many small businesses, and the Canadians employed by them, behind.
One thing that I know would bring jobs to Alberta and to Canadians from coast to coast is pipelines. Our natural resources sector accounts for nearly two million jobs and nearly one-fifth of Canada’s GDP. There are mentions of pipelines in this budget. They talk about a vaccine pipeline, a talent pipeline, an innovation pipeline and a PPE pipeline, but no mention of a pipeline to carry our natural resources. Once again, the Liberal government continues to ignore our energy sector, which will be instrumental in our economic recovery coming out of this pandemic. Instead, we continue to import oil from the likes of Saudi Arabia and Venezuela, where there are much lower environmental standards and horrific human rights records. Talk about a failure.
Perhaps the biggest failure, and the focus of my speech today, is the government’s failure to take inflation seriously. Canada’s inflation rate in April was 0.6%, or roughly 7% on an annualized basis. For the average family in my riding of Edmonton Mill Woods, that means the inflation tax is going to take nearly $6,500 out of their pocket this year. This has been seen right across the board, as Canadian consumer prices are climbing at the fastest pace in a decade. The average family will pay nearly $700 more in groceries this year because of inflation. Everything from meat and vegetables to cereals and bread has increased by about 5%. Gas prices are continuing to increase dramatically. As Bloomberg reported last week, they have increased more than 60% in a year.
Perhaps the most explicit case I can make here is with lumber prices, which have increased by 300% over the last year. As Kevin Lee, the CEO of the Canadian Home Builders' Association, points out, this drastic rise in lumber costs will add tens of thousands of dollars to the average price of a home.
This leads me to another area of failure in this budget, which is the lack of any semblance of a plan to address overwhelming housing affordability issues in Canada, which has pushed the dream of home ownership further out of reach for far too many Canadians. Prices across Canada are skyrocketing, with young families who were saving for their first home at the beginning of this pandemic even further behind than when they started.
This has led to feelings of hopelessness. A poll from the Royal Bank of Canada released last month revealed that 36% of non-homeowners under the age of 40 have given up on ever buying a home and 62% of respondents said they expect the majority of people will be priced out of the market over the next decade.
What is the government doing to address this concern of people being left out of the market? The hallmark of this budget’s efforts on housing affordability is a 1% tax on foreign owners of vacant housing, which will simply be seen as a very minor inconvenience for wealthy foreign investors who have seen their investments appreciate by 42% this past year. This will not solve the problem at all. Instead, the current government should be focused on the root of the problem, which is the shortage of supply right across Canada.
As a recent Scotiabank report points out, Canada has the lowest number of housing units per capita of any G7 country. If Canada set the modest goal of simply catching up to the United States, Canadian builders would have to complete an extra 100,000 homes. To catch up to the U.K., it would require an extra 250,000 homes. To put these gaps in perspective, we have had an average of 188,000 home completions in the last 10 years.
I believe this serves as a perfect microcosm of the government’s philosophy. When it identifies a problem, it does not address the root cause. Instead, it takes a small reactive step, creates a new government agency or program for it, and then dumps millions, if not billions, into it.
The budget introduces another $101 billion in new spending, pushing our debt-to-GDP ratio to over 50% over the next few years. What are we getting out of this increased spending and debt? The budget predicts that the growth rate will slow steadily starting in 2022, all the way down to 1.7% growth in 2025.
As Robert Asselin, the former policy and budget director to Bill Morneau and policy advisor to the Prime Minister, said of this budget, “it is hard to find a coherent growth plan.... [S]pending close to a trillion dollars [and] not moving the needle on…growth would be the worst possible legacy of this budget.” While the budget is entitled, “A Recovery Plan for Jobs, Growth, and Resilience”, there seems to be much concern about whether or not it will deliver on jobs or growth.
The budget has no investments to address the structural problems that have plagued productivity and our ability to compete on the global stage. There is no plan to address the unprecedented level of investment that is fleeing Canada. There is no plan for regulatory and tax reform to help us win on the global stage. There is no comprehensive innovation strategy to ensure Canadian tech start-ups keep their job-creating investments here at home.
This budget is not meant for the growth of the economy. I believe Canadians are looking for hope that things will soon get better and they will still have a bright future to look forward to. They want their jobs and small businesses back. They want their lives and communities back. They want the hope of being able to afford a house. Simply put, they want to return to normal and live the Canadian dream.
This budget fails to deliver. There is no growth plan. It is not meant for the people of Edmonton Mill Woods, Alberta or our future generations. It is a failure. That is why we will not be supporting it.
Monsieur le Président, comme d’habitude, c’est avec beaucoup de plaisir que je prends la parole dans cette Chambre, au nom des électeurs de la circonscription d’Edmonton Mill Woods.
Dans la période qui a précédé la présentation du budget, la plus longue de notre histoire puisque nous sommes restés deux ans sans budget, il y a eu des dizaines de reportages et de publicités vantant le caractère novateur du budget qui allait être présenté. Combien de fois on nous a dit que ce budget allait servir de tremplin au gouvernement libéral pour reconstruire en mieux, reste à définir ce que cela signifie. Or, nous nous sommes retrouvés avec un pavé de 739 pages et de près d’un quart de million de mots, le plus long budget de notre histoire, mais aussi la plus grande désillusion.
Il n’y a pas de plan pour parer à l’inflation. Il n’y a pas de plan pour rendre la propriété immobilière plus accessible aux Canadiens. Il n’y a pas de plan pour créer des emplois et des débouchés économiques pour les familles et les jeunes de notre pays. On nous a au contraire présenté un budget fort en belles promesses, mais faible en propositions concrètes, qui néglige la création d’emplois, la productivité et la croissance économique.
Voyons ce qui se passe dans la réalité. Dans ma circonscription, Edmonton Mill Woods, et partout au Canada, un grand nombre de familles et d’entreprises sont au bord de la faillite. Selon les chiffres qui ont été publiés ce mois-ci, 207 000 personnes ont dû annoncer à leur famille et à leurs proches ce qu’il y a de plus difficile à annoncer: qu’elles avaient perdu leur emploi.
Certes, les problèmes économiques de l’Alberta n’ont pas commencé avec la pandémie. Il y a eu de la part du gouvernement libéral le projet de loi C-69, communément appelé le Terminator des pipelines; le projet de loi C-48, qui interdisait les pétroliers; et un mépris général à l’égard du secteur de l’énergie, qui a refoulé des milliards de dollars d’investissement et, partant, détruit des milliers d’emplois canadiens. Le gouvernement n’a pas su présenter un plan pour l’un de nos secteurs économiques les plus importants, à savoir le secteur énergétique.
Il y a des propositions dans ce budget que nous, conservateurs, appuyons. Comme beaucoup de Canadiens sont toujours à la peine pendant cette pandémie, le budget propose une prolongation des subventions d’urgence, ce que nous approuvons. Je veux parler de la subvention salariale, de la subvention pour les loyers et des autres subventions pour la relance, mais tous ces programmes continuent de créer des problèmes. Mon bureau a reçu de nombreux appels, notamment de petits entrepreneurs qui avaient créé leur entreprise juste avant la pandémie, ou pendant, et qui n’ont pas pu avoir droit à la subvention salariale ou à la subvention pour les loyers. Quand on leur a posé la question, les libéraux ont continué de répéter ce que tout le monde sait, à savoir que les petits entrepreneurs sont l’épine dorsale de notre communauté, mais dans la réalité, ils ne font rien pour corriger le problème, de sorte que tous ces petits entrepreneurs, et leurs employés, se retrouvent sur le carreau.
Il y a une chose qui permettrait de créer des emplois pour les Albertains et pour les Canadiens de toutes les régions, ce sont les pipelines. Notre secteur des ressources naturelles représente près de 2 millions d’emplois et près du cinquième du PIB du Canada. Il est vaguement question de pipelines dans le budget, notamment d’un pipeline de vaccins, d’un pipeline de talents, d’un pipeline d’innovation et d’un pipeline d’équipement de protection individuelle, mais pas vraiment de pipelines pour transporter nos ressources naturelles. Encore une fois, le gouvernement libéral continue de négliger notre secteur énergétique qui, pourtant, jouera un rôle clé dans la relance économique au sortir de la pandémie. En attendant, nous continuons d’importer du pétrole de pays comme l’Arabie Saoudite et le Venezuela, où les normes environnementales et les droits humains sont loin d’être respectés. Quel fiasco!
Mais le pire échec du gouvernement, et celui sur lequel je veux m’attarder, c’est son incapacité à prendre l’inflation au sérieux. Notre taux d’inflation, en avril, était de 0,6 %, ou en gros 7 % sur une base annuelle. Pour une famille moyenne de ma circonscription, Edmonton Mill Woods, cela signifie que le taux d’inflation va diminuer son revenu disponible de près de 6 500 $. C’est ce qu’on voit partout, puisque les prix à la consommation n’ont jamais autant augmenté depuis 10 ans. La famille moyenne paie près de 700 $ de plus en épicerie par an, à cause de l’inflation. La viande, les légumes, les céréales et le pain ont augmenté d’environ 5 %. Le prix de l’essence est en train de s’envoler. D’après les chiffres de Bloomberg la semaine dernière, ce prix a augmenté de plus de 60 % en un an.
L’exemple le plus explicite que je peux utiliser ici est peut-être le prix du bois, qui a augmenté de 300 % par rapport à l’an dernier. Comme l’explique Kevin Lee, PDG de l’Association canadienne des constructeurs d’habitations, cette forte hausse du coût du bois fera grimper de dizaines de milliers de dollars le prix moyen d’une habitation.
Cela m'amène à parler d’une autre lacune du budget, c’est-à-dire l’absence total de plan pour remédier aux énormes problèmes d’abordabilité du logement au Canada en raison desquels beaucoup trop de Canadiens ont vu leur rêve de devenir propriétaire être encore plus difficile à réaliser. Partout au Canada, les prix explosent. Les jeunes familles qui épargnaient en vue de l’achat de leur première maison au début de la pandémie sont encore plus loin d’atteindre leur objectif.
Cette situation a suscité un sentiment de désespoir. Selon les résultats d'un sondage de la Banque Royale du Canada publiés le mois dernier, 36 % des personnes âgées de moins de 40 ans qui ne sont pas propriétaires d’une résidence ont abandonné le projet de devenir propriétaires et 62 % des répondants ont indiqué qu’ils s’attendaient à ce que la majorité des gens ne puissent plus se permettre d’acheter une maison au cours de la prochaine décennie.
Que fait le gouvernement pour remédier à la crainte que des gens soient exclus du marché? La mesure phare de ce budget en matière d’abordabilité du logement prend la forme d’une taxe de 1 % imposée aux propriétaires étrangers de logements inoccupés. Pour les riches investisseurs étrangers qui ont vu la valeur de leurs investissements croître de 42 % au cours de la dernière année, il ne s’agit que d’un très léger inconvénient. Cette mesure ne réglera pas du tout le problème. Le gouvernement actuel devrait plutôt mettre l’accent sur la cause du problème, c’est-à-dire l'offre insuffisante partout au Canada.
Comme le souligne un rapport récent de la Banque Scotia, le Canada affiche le nombre de logements le plus faible par habitant parmi les pays du G7. Si le Canada se fixait un objectif modeste, soit de tout simplement rattraper son retard par rapport aux États-Unis, les constructeurs canadiens auraient à construire 100 000 logements de plus. Pour rattraper le Royaume-Uni, il faudrait construire 250 000 logements de plus. Pour mettre ces lacunes en perspective, en moyenne, nous avons construit 188 000 logements au cours des 10 dernières années.
Je crois que cela représente un microcosme parfait de la philosophie du gouvernement. Lorsqu’il voit un problème, il ne cherche pas à en déterminer la cause fondamentale. Il adopte plutôt de petites mesures réactives, crée un nouvel organisme ou programme gouvernemental pour s’en occuper, avant d’y investir des millions, voire des milliards.
Le budget propose 101 milliards de dollars de nouvelles dépenses, ce qui va augmenter notre ratio dette-PIB à plus de 50 % au cours des prochaines années. Qu’est-ce que de telles dépenses vont nous apporter? Le budget prévoit que le taux de croissance va ralentir à partir de 2022 pour atteindre 1,7 % en 2025.
Comme l’a dit Robert Asselin, ancien directeur de la politique et du budget de Bill Morneau et ancien conseiller politique du premier ministre, à propos de ce budget: « il est difficile d’y trouver un plan croissance cohérent… Dépenser près d’un million de dollars et ne pas vraiment relancer la croissance serait la pire conséquence de ce budget ». Même si le budget s’intitule « Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience », il y a tout lieu de se demander s’il va vraiment créer des emplois et stimuler la croissance.
Le budget ne propose rien pour remédier aux problèmes structurels qui nuisent à notre productivité et à notre compétitivité sur les marchés internationaux. Il ne propose rien pour encourager l’investissement au Canada, qui a atteint son niveau le plus bas. Il ne propose rien pour réformer la fiscalité et la réglementation, ce qui nous aiderait sur les marchés étrangers. Il ne propose aucune véritable stratégie d’innovation pour encourager les jeunes entreprises de technologies canadiennes à continuer de créer des emplois au Canada.
Ce budget ne stimule en rien la croissance de notre économie. Je suis convaincu que les Canadiens espèrent que les choses iront mieux et que l’avenir sera plus prometteur. Ils veulent retrouver leur emploi et leur petite entreprise. Ils veulent retrouver une vie normale dans leur collectivité. Ils veulent pouvoir espérer être un jour propriétaires de leur logement. Bref, ils veulent retrouver une vie normale et vivre le rêve canadien.
Ce budget est loin de répondre aux attentes. Il ne propose pas de plan de croissance économique. Il ne propose rien pour les électeurs d’Edmonton Mill, pour l’Alberta et pour les prochaines générations. C’est un fiasco total. Et c’est la raison pour laquelle nous n’allons pas l’appuyer.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2021-05-27 13:44 [p.7489]
Mr. Speaker, before I begin my speech, I would just like to thank everybody who lives in the riding of Huron—Bruce for their tremendous work over the last year and a half in combatting COVID. The rates in Huron County and Bruce County are some of the lowest in Ontario, and may be some of the lowest in Canada.
This is because of everybody, not just one person. Everybody's efforts have made the difference. I thank them. We are all proud of everyone's efforts. That is likely the best news of this speech.
When I look at this budget, I think maybe we could call it the “lack of vaccine” budget. Here we are. Just a few days ago, we had our May long weekend. We are near the end of May. We are in Ottawa today. Sparks Street should be full. The markets should be full. The patios should be out. The restaurants should be busy. There should be kids here on class trips, coming on tours. The hotels should be full.
Why are they not? By and large, the reason, and this is just the microcosm of the entire Canadian economy in the service industry, is that we did not have vaccines quickly enough and we did not have enough of them. That is the reality of why we have spent so much more than we ever would have thought we would have needed to spend.
In the process, the Liberal government, in its lack of action, has decimated tens of thousands of people's equity in their business, their savings and equity in their home. That is the truth. There is no bank manager in the country who would argue that fact.
Maybe someone who sells four-wheelers as a business has had the best year of all time. However, certainly for those in the service sector, this has been a humbling experience, to say the least.
The Bank of Canada, and this is unprecedented, has purchased over 250 billion dollars' worth of bonds. Who would have ever thought that we would be doing this? Who would have ever thought? A high of $6 billion a week, currently around $3 billion or $4 billion a week. Clearly, we cannot sustain this at all.
We all know there is inflation. We could go up and down the streets in our communities and see the homes for sale, going for $100,000, $200,000 or $300,000 over the list price. I talked to a builder the other day. A two by four that is 16 feet long, I think he told me it was $28. It was $7.50 last May. To the member for Timmins—James Bay, $5,000 to spruce up a home is not going far.
The printing of money, the Bank of Canada buying, is creating inflation. The other day I saw some commentary about how, compared to the U.S. dollar, ours is looking pretty good. The U.S. is probably printing more than we are right now. I think last week I saw the fed bought $92 billion in the United States. The Canadian dollar is doing well against the American dollar, but if we look at it as a Canadian dollar and what could be bought, we can buy less.
What the government has tried to do is it has tried to help. I believe the government has tried to help people, but maybe in the wrong ways. This inflation has cost the very people it was trying to help the most, the ones in the service industry, the ones earning an hourly wage who maybe do not have benefits. In Ontario, the province I am from, that wage is $14 to $15 an hour. The last year and a half has made that $15 an hour more like under $10 an hour. Certainly, if anybody had any hopes of buying a home or a condo, almost 40% to 50% has been added to what people thought would reasonably have to be paid.
For a country that had 75% ownership, when Europe has about 25%, in short order we have almost taken away the opportunity for the middle class to ever own a home. That is a shame.
For the ultra-wealthy, the people who have multiple homes, investments and all sorts of apparatus to accumulate wealth, this has been the absolute best time of all time. If we think about it, the last two or three years should have been the opportunity to raise up everybody. The Prime Minister, his finance minister and the party have diminished the middle class and the poor working class. That is an absolute fact. People are now in bidding wars for rental properties, not to buy a home, but to rent. It is not sustainable and will probably go down as one of the darkest moments of the government.
I live in a rural community, a hard-working, resilient rural community, and I have been mystified for the last five or six years as to how the government continually gets it wrong in rural Canada. Money for rural infrastructure is a pittance compared to what urban centres receive. Rural areas do not carry the burden of so many people, but they also have the biggest burden of protecting the most precious resources. In my area, Lake Huron has fresh water. For rural infrastructure, water, sewage, culverts, bridges, just name it, there is not enough money.
Members do not have to think I am biased. They can talk to the mayors or CAOs of Huron County or Bruce County and they will say it is not enough. It is a bidding war to even get it. By the way, the way it works is backward. One has to pitch it to the federal government, it picks over the bones, then says it is approved, but does not even tell the MPP or MP for the area. It should be the other way around. It should be that the federal government allocates money to the provinces, the provinces pick their priorities based on what the mayors and wardens tells them and then they approve the projects. This is just common sense. We have been doing this now for six years and it does not work.
As for low-income and social housing, forget it. Members can talk to any community in my riding, Saugeen Shores, South Huron or Goderich. They apply, apply and apply and it is never approved. No one has to take my word for it because the mayors call me to complain.
Then there is strategic infrastructure. We are going beyond my riding, looking at other areas and what rural areas produce. In my area there are soybeans, corn, red meat, all those different things, and we are constantly under the pressure of not having enough capacity at the ports and other areas.
As for broadband, the SWIFT project was working. The minister changed it and what a mess. We had consistent funding for rural projects and they were starting to work. Now it has changed and what a mess.
There is a chronic labour shortage throughout Ontario, which is certainly exacerbated in my riding. We need workers. We need to motivate people to get to work. We need to speed up the process of bringing in new Canadians to work in our sectors, such as, for example, meat processing. Just name it and we need it.
God bless the trade minister, but she has made a mess of trade, in my opinion. The U.S. is running roughshod over us. Everybody thought that when Trump was gone, Biden would be Canada's best friend. We do not need friends like Joe Biden, the way he has treated us with buy America and softwood lumber tariffs.
How is it that Canada has a beef trade deficit with the United Kingdom? There are those who do not think we are getting treated poorly. We are getting treated poorly. We have a pork and beef deficit with the European Union. That is not fair trade. That is not a fair partner.
I would love to talk about our borders. What a mess the government has created at our borders. Port Huron is about an hour and a half from my hometown and I know there are a lot of business people awfully disappointed with how they have been treated at the border in an arbitrary way. It is not the officials. It is not the hard-working men and women who work there. It is the mixed messages they receive from the health minister and the public safety minister.
It is not a good situation. If they cannot fix it, we will do the heavy lifting. I am saying we are prepared to do it. They let Line 5 go to this state when in Huron—Bruce and many other ridings we need it. We need it to dry our crops and heat our homes and it is willy-nilly with the current government. I know the Liberals send out the resource minister and he has some things to say, but behind the scenes there is no way the message is getting drilled home to the United States. If they want to shut us down, they are going to shut us down.
Monsieur le Président, avant de commencer, j’aimerais remercier tous les citoyens de ma circonscription, Huron— Bruce, pour le travail énorme qu’ils ont accompli au cours des 18 derniers mois pour lutter contre la COVID. Les taux de contagion dans le comté d'Huron et dans celui de Bruce sont parmi les plus bas en Ontario et peut-être même au Canada.
Ce résultat est attribuable à l’ensemble des citoyens, et non à une seule personne. Ce sont les efforts de tous qui ont permis de garder des taux aussi bas. Je les en remercie. Nous sommes tous fiers de ce que tout le monde a accompli. Voilà le point le plus positif de mon allocution.
On pourrait peut-être appeler le budget d’aujourd’hui le budget « du manque de vaccins ». Nous y voilà. Il y a quelques jours seulement, c’était la longue fin de semaine de mai. Nous approchons de la fin du mois. Nous sommes à Ottawa aujourd’hui. La rue Sparks devrait être pleine de monde. Les marchés devraient être bondés. Les terrasses devraient être prêtes à accueillir les clients. Les restaurants devraient être occupés. On devrait voir des enfants en sortie scolaire. Les hôtels devraient être pleins.
Pourquoi n’est-ce pas le cas? Parce que, dans l’ensemble, nous n’avons pas obtenu les vaccins assez rapidement et que nous n’en avons pas obtenus assez, et le secteur des services ne constitue que le microcosme de l’économie canadienne. Voilà pourquoi nous avons dépensé beaucoup plus que nous l’avions envisagé au départ.
À cause de l’inaction du gouvernement libéral, des dizaines de milliers de gens d’affaires et de propriétaires ont perdu leurs économies et l'argent investi dans leur entreprise et leur résidence. Voilà la vérité. Aucun gérant de banque au pays dirait le contraire.
Les vendeurs de véhicules tout terrain ont peut-être connu leur meilleure année. Toutefois, il est certain que, pour les gens du secteur des services, les résultats de cette année ont été à tout le moins modestes.
La Banque du Canada a acheté des obligations à hauteur de plus de 250 milliards de dollars, soit plus que jamais auparavant. Qui aurait cru qu’une telle chose arriverait? Au plus fort, c’était à hauteur de 6 milliards de dollars par semaine, actuellement, c’est 3 ou 4 milliards de dollars par semaine. Franchement, nous ne pouvons vraiment pas continuer comme cela.
Nous savons tous qu’il y a de l’inflation. Nous pouvons tous voir dans nos coins de pays des maisons qui se vendent 100 000 $, 200 000 $ et même 300 000 $ de plus que le prix initial demandé. J’ai parlé à un entrepreneur en construction l’autre jour. Il m’a dit, si je me souviens bien, qu’un deux par quatre qui fait 16 pieds de long se vend 28 $, alors que la même pièce coûtait 7,50 $ en mai dernier. Je signale pour la gouverne du député de Timmins—Baie James qu'on ne va pas loin avec 5 000 $ quand on veut rénover une maison.
La Banque du Canada crée de l’inflation en imprimant de l’argent et en achetant des obligations. L’autre jour, j’ai pris connaissance d’un commentaire selon lequel le dollar canadien se porte assez bien comparativement au dollar américain. Les États-Unis impriment probablement plus d’argent que nous en ce moment. La semaine dernière, je crois avoir vu que la Réserve fédérale a acheté des obligations pour une valeur de 92 milliards de dollars. Le dollar canadien se porte bien comparativement au dollar américain, mais il faut reconnaître qu’il ne permet pas d’acheter autant.
Le gouvernement a essayé d’aider les gens, mais il ne s’y est peut-être pas pris de la bonne manière. L’inflation a nuit à ceux-là mêmes qu’il essayait d’aider le plus, c'est-à-dire les travailleurs du secteur des services, les gens qui sont payés à l'heure et qui n’ont peut-être pas d’avantages sociaux. En Ontario, la province d’où je viens, ces salaires sont de 14 à 15 $ l’heure. Toutefois, au cours des 18 derniers mois, ces salaires de 15 $ l'heure sont tombés à moins de 10 $ l’heure. Une chose est certaine: quiconque espérait s’acheter une maison ou un condo devra débourser de 40 à 50 % de plus que ce qu’il croyait raisonnable de dépenser au départ.
Au Canada, 75 % de la population est propriétaire de son logement, comparativement à 25 % en Europe, mais pourtant, nous avons tout à coup privé la classe moyenne de la possibilité d'accéder à la propriété. C’est une honte.
Pour les ultra-riches, ceux qui possèdent plusieurs maisons, des investissements et toutes sortes de moyens pour accumuler leur richesse, cette période a été la plus faste de tous les temps. Si l’on y réfléchit, les deux ou trois dernières années auraient dû être l’occasion d’élever tout le monde. Le premier ministre, son ministre des Finances et le parti ont réduit la classe moyenne et la classe ouvrière pauvre. C’est un fait irréfutable. Les gens se livrent maintenant à des guerres d’enchères pour des propriétés à louer, non pas pour acheter une maison, mais pour louer. Ce n’est pas viable et cela passera probablement à l’histoire comme l’un des moments les plus sombres de ce gouvernement.
Je vis dans une collectivité rurale résiliente et laborieuse, et depuis cinq ou six ans, je n’arrive pas à comprendre comment le gouvernement ne cesse de se tromper dans le Canada rural. Les fonds destinés aux infrastructures rurales sont dérisoires par rapport à ce que reçoivent les centres urbains. Les régions rurales ne portent pas le fardeau d’un si grand nombre de personnes, mais elles portent le plus lourd fardeau de protéger les ressources les plus précieuses. Dans ma région, le lac Huron renferme de l’eau douce. Pour l’infrastructure rurale, l’eau, les égouts, les ponceaux, les ponts, tout ce que vous voulez, il n’y a pas assez d’argent.
Que les députés ne pensent pas que j’ai un parti pris. Ils peuvent parler aux maires ou aux directeurs généraux des comtés de Huron ou de Bruce qui leur diront que ce n’est pas suffisant. Il y a une guerre d’enchères pour l’obtenir. En passant, ça fonctionne à l’envers. Il faut présenter le projet au gouvernement fédéral, qui en examine les grandes lignes, puis déclare qu’il est approuvé, mais n’en informe même pas le député provincial ou fédéral de la région. Ce devrait être l’inverse. Le gouvernement fédéral devrait attribuer des fonds aux provinces, celles-ci fixent leurs priorités en fonction de ce que les maires et les directeurs généraux leur disent, puis elles approuvent les projets. C’est tout simplement logique. Nous faisons cela depuis six ans maintenant et ça ne fonctionne pas.
Quant aux logements sociaux et à loyer modique, oubliez-les. Les députés peuvent parler à n’importe quelle collectivité de ma circonscription, Saugeen Shores, South Huron ou Goderich. Elles présentent demande après demande et elles ne sont jamais approuvées. Personne n’a à me croire sur parole, car les maires m’appellent pour se plaindre.
Ensuite, il y a l’infrastructure stratégique. Nous dépassons les limites de ma circonscription, nous regardons d’autres régions et ce que les zones rurales produisent. Dans ma région, il y a du soya, du maïs, de la viande rouge, tous ces produits différents, et nous vivons constamment sous la pression de ne pas avoir assez de capacité dans les ports et dans d’autres domaines.
En ce qui concerne la large bande, le projet SWIFT donnait de bons résultats. Le ministre l’a modifié, et quel gâchis. Nous avions un financement constant pour des projets ruraux qui commençaient à donner des résultats. Maintenant, il a été modifié, et quel gâchis!
Il y a une pénurie chronique de main-d’œuvre partout en Ontario, et elle est certainement exacerbée dans ma circonscription. Nous avons besoin de travailleurs. Nous devons motiver les gens à se mettre au travail. Nous devons accélérer le processus pour faire venir des immigrants afin qu'ils travaillent dans nos secteurs, comme celui de la transformation de la viande. Les besoins sont partout.
Sans vouloir manquer de respect à la ministre du Commerce, elle a créé un beau gâchis, à mon avis. Les États-Unis nous malmènent. Tout le monde pensait que lorsque Trump serait parti, Biden serait le meilleur ami du Canada. Nous n’avons pas besoin d’amis comme Joe Biden, à voir la façon dont il nous a traités avec sa politique d'achat aux États-Unis et les tarifs sur le bois d’œuvre.
Comment se fait-il que le Canada ait un déficit dans le commerce du bœuf avec le Royaume-Uni? Certains ne pensent pas que nous sommes malmenés. Nous le sommes. Nous avons un déficit dans le commerce du porc et du bœuf avec l’Union européenne. Ce n’est pas un commerce équitable. Ce n’est pas un partenaire équitable.
J’aimerais beaucoup parler de nos frontières. Le gouvernement a créé un beau gâchis à nos frontières. Port Huron est à environ une heure et demie de ma ville natale, et je sais que beaucoup de gens d’affaires sont terriblement déçus d'avoir été traités de manière arbitraire à la frontière. Ce n’est pas la faute des fonctionnaires. Ce n’est pas la faute des hommes et des femmes qui travaillent dur à la frontière. Le problème, ce sont les messages contradictoires qu’ils reçoivent de la part de la ministre de la Santé et du ministre de la Sécurité publique.
La situation est mauvaise. S’ils ne peuvent pas la corriger, nous nous occuperons de faire le travail. Je dis que nous sommes prêts à le faire. Ils ont laissé faire les choses pour la canalisation 5, alors que dans la circonscription de Huron-Bruce et dans de nombreuses autres circonscriptions, nous en avons besoin. Nous en avons besoin pour sécher nos récoltes et chauffer nos maisons, mais le gouvernement prend des décisions à l'aveuglette. Je sais que les libéraux envoient le ministre des Ressources naturelles et qu’il a des choses à dire, mais en coulisses, il n’y a aucun moyen de faire passer le message aux États-Unis. S’ils veulent nous fermer, ils vont nous fermer.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2021-05-26 17:32 [p.7399]
Madam Speaker, I want to begin my speech by addressing some of the things that we heard from the Green Party member just before this. He was talking about stranded assets. The eastern part of Canada could be significantly stranded if Line 5 gets shut down, and that is the reality.
He was talking about oil and gas being a sunset industry. That may be true, but that sunset is not likely to happen until several hundred years from now. We are still seeing an increase in demand for oil production around the world. Even if one believes all the projections, that increase in demand, not a reduction in demand, will continue for the next 30 years at a minimum.
What better place to get those hydrocarbons from than Canada? We have some of the most ethically produced oil on the face of the planet, with some of the lowest-carbon-intensity oil, right here in Canada. Never mind the fact that we are importing hydrocarbons from around the world to continue to supply Canada. That alone seems to be ridiculous, in my opinion. We are an energy-rich country. We have endless amounts of natural resources in this country, yet we rely on other countries to supply our energy.
In the case of Line 5, we are relying on another country to keep the licensing going for that particular pipeline. As far as I know, right now that pipeline is operating illegally. The most recent Line 5 news is that the easement through the State of Michigan has been revoked, but the pipeline continues to operate. We are hanging in limbo as we go forward.
I am speaking to Bill C-30, which is the budget implementation act. It has been fascinating to listen to all of the discussion around this particular budget. We hear repeatedly from folks about the subsidization of the oil and gas industry. I was just discussing with one of the Bloc members how the government subsidizes oil and gas, but does not subsidize the forestry industry. I have not seen any direct subsidies to the oil and gas industry, with the exception of buying a pipeline.
The Trans Mountain pipeline was being built by private industry. Due to the actions of the government, the pipeline was no longer to be built. The government subsequently bought that project. If that is what the Bloc member meant by subsidizing oil and gas, I get it. I do not think we need to be publicly funding pipelines either. Pipelines have been built successfully in this country for generations by private industry, and I would assume that would continue.
The Bloc member was commenting about the forestry industry in Quebec. In Northern Alberta, the forestry industry is a big contributor to jobs and the economy. Oil and gas are a shiny spot in our economy, but Alberta's economy is diversified. Where I come from, we do the three Fs: forestry, farming and fracking. Those are the big job creators in my area, and they are basically what support all of the population in the area. I am always interested in the challenges we see.
One aspect of this budget implementation act is the removal of interest on the apprenticeship loans that have been given out. I think that is a noble cause. I am the product of one of the apprenticeship programs in Alberta. I was one of the first to go through the rapid apprenticeship program when it was introduced back in 2003. I got my automotive ticket from Northern Alberta Institute of Technology.
The apprenticeship programs we have developed in Alberta are world-renowned and recognized. There is also the good work of NAIT, the Northern Alberta Institute of Technology. I went through there in classes full of apprentices.
Many of my friends have been apprentices. I got my journeyman's ticket back in 2007, so I know about the life of an apprentice. The beauty of apprenticeship programs is that people typically get to work while they are getting their training. Believe me, all of the apprentices I know are tradesmen. They are proud of what they do. They work with their hands. They would all very much appreciate having jobs right now, rather than having the interest on their loans waived. While I appreciate that in this particular bill, I do not see a lot in this bill that will get these people back to work.
I call Line 5 the magic pipeline because it has changed the Liberal rhetoric on pipelines dramatically. The Liberals are now starting to sound like Conservatives: Pipelines are the safest way to move petroleum products. If we did not have this pipeline there would be 8,000 rail cars and 15,000 tanker trucks on the road.
There is one way to get all of these apprentices back to work, and that is to start building some of the pipeline projects that had been proposed and were ready to be built back in 2015. One, in particular, runs parallel to Line 5 and is called energy east. That pipeline was ready to be built back in 2015 when I was first elected. The Liberals kiboshed that project, but we do not see anything. We do not see a repeal of Bill C-69: the “no more pipelines” bill. That would have been something they could have put in the budget to promote the development of our natural resources, promote jobs and promote private industry spending its own capital to get folks back to work and get us back to the lifestyle we were used to before COVID.
This seems like a prime opportunity to get us all back to work. It would ensure that we would have apprentices across the country making paycheques and being able to pay the interest on their student loans by going back to work. They could be raising their families, making money and doing all of the things that they do. I do not see a lot of those kinds of initiatives in this particular bill.
One thing that I saw in the budget was around the home renovation tax credit. I was hopeful we would get some details on it in this bill, but they are not evident. It was an initiative that the Conservatives undertook during the last great recession. We rapidly passed the home renovation tax credit, which allowed people to update their windows, insulation and other kinds of things. It could also be thought of as a green initiative. It was in the budget. We were talking about a particular $5,000 tax credit on a $40,000 loan. We do not see details of that in this particular bill, so I am disappointed about that.
Lastly, I want to talk a little about equalization. This bill touches on equalization, and on what is called the federal-provincial transfer act. One of the things that Albertans have been requesting for a number of years is the removal of the cap on that financial stabilization program. It is currently capped at $60. The Liberals have moved that cap to $166. That is a movement in the right direction, but there still is no logic as to why there is a cap on the equalization stabilization program.
Why is there a cap? If a province is suffering under duress and having less revenue than it had in the past, the stabilization program is there to maintain funding for programs while we go through a dip in revenue. Nobody can explain the logic for why there is a cap on that. We see that the government has acknowledged that maybe the cap is too low and it is going to raise the cap to $166, but the Liberals do not provide us with any logic whatsoever as to why there needs to be a cap on that program. If government revenues in a particular province are suffering in a major depression, the stabilization program is supposed to balance that out and ease the pain of that. Why would it have a cap on it? There has been no logic whatsoever provided for that. I am also quite frustrated by that.
I see that my time is up. I am always grateful to represent the people of Peace River—Westlock.
Madame la Présidente, je tiens tout d’abord à réagir aux propos que vient de tenir le député du Parti vert. Il parlait d’actifs délaissés. L’Est du Canada pourrait se sentir bien délaissé si la canalisation 5 est fermée, et c’est la réalité.
Il a décrit le secteur pétrolier et gazier comme étant en déclin. C’est peut-être vrai, mais il ne disparaîtra pas avant des centaines d’années. Nous voyons la demande de production de pétrole encore augmenter dans le monde. Même si l’on croit toutes les projections, cette augmentation de la demande, car elle ne diminue pas, continuera pendant les 30 ans à venir au minimum.
Où se procurer ces hydrocarbures sinon au Canada? Nous avons le pétrole produit de la façon la plus éthique du monde, et notre pétrole fait partie de ceux qui ont la plus faible intensité de carbone. Oublions que nous importons des hydrocarbures du monde entier pour continuer d’approvisionner le Canada. Cela me semble ridicule. Notre pays est riche en énergie. Nous avons d’infinies quantités de ressources naturelles, mais nous dépendons d’autres pays pour notre approvisionnement en énergie.
En ce qui concerne la canalisation 5, nous dépendons d’un autre pays pour conserver l’autorisation de ce pipeline. Pour autant que je sache, ce pipeline est actuellement exploité illégalement. Selon les nouvelles les plus récentes concernant la canalisation 5, la servitude passant par l’État du Michigan a été révoquée, mais le pipeline continue de fonctionner. Nous sommes dans les limbes pour l’avenir.
Je parle du projet de loi C-30, la Loi d’exécution du budget. Il a été fascinant d’écouter toutes les discussions concernant ce budget. Les gens ne cessent d’évoquer les subventions accordées au secteur pétrolier et gazier. Je discutais justement avec l’un des députés du Bloc du fait que le gouvernement subventionne le pétrole et le gaz, mais pas l’industrie forestière. Je n’ai vu aucune subvention directe au secteur pétrolier et gazier, si ce n’est l’achat d’un pipeline.
Le secteur privé construisait le pipeline Trans Mountain. En raison des actions du gouvernement, la construction du pipeline allait être interrompue. Le gouvernement a donc acheté le projet. Si c’est ce que le député du Bloc voulait dire en parlant de subventionner le pétrole et le gaz, je comprends. Je ne pense pas non plus que nous devrions financer les pipelines par le Trésor public. Le secteur privé a construit des pipelines avec succès dans ce pays depuis des générations, et je suppose que ce sera encore le cas.
Le député bloquiste parlait de l’industrie forestière au Québec. Dans le nord de l’Alberta, l’industrie forestière contribue grandement à l’emploi et à l’économie. Les projecteurs sont braqués sur le pétrole et le gaz dans notre économie, mais l’économie de l’Alberta est diversifiée. D’où je viens, nous avons les trois F: la foresterie, les fermes et la fracturation. Ce sont les principaux créateurs d’emplois dans ma région et ce sont essentiellement eux qui font vivre toute la population de la région. Je m’intéresse toujours aux défis que nous rencontrons.
L’élimination des intérêts sur les prêts accordés pour l’apprentissage est l’un des éléments de cette Loi d’exécution du budget. À mon sens, c’est une noble cause. Je suis le produit de l’un des programmes d’apprentissage de l’Alberta. J’ai été l’un des premiers à suivre le programme d’apprentissage accéléré lorsqu’il a été lancé en 2003. J’ai obtenu ma certification en mécanique automobile du Northern Alberta Institute of Technology.
Les programmes d’apprentissage que nous avons créés en Alberta sont réputés et reconnus dans le monde entier. Il y a aussi le bon travail du NAIT, le Northern Alberta Institute of Technology. Je suis passé dans des classes remplies d’apprentis.
Beaucoup de mes amis ont été des apprentis. J’ai obtenu ma carte de compagnon en 2007, je connais donc la vie d’un apprenti. La beauté des programmes d’apprentissage, c’est que les gens ont généralement l’occasion de travailler pendant qu’ils suivent leur formation. Croyez-moi, tous les apprentis que je connais sont des gens de métier. Ils sont fiers de ce qu’ils font. Ils travaillent de leurs mains. Ils aimeraient beaucoup avoir un emploi dès maintenant, au lieu d’être dispensés de payer des intérêts sur leurs prêts. Je suis reconnaissant que cela figure dans ce projet de loi particulier, mais je n’y vois pas grand-chose qui permettra à ces gens de retrouver du travail.
Je qualifie la canalisation 5 de pipeline magique parce qu’elle a radicalement changé le discours des libéraux à propos des pipelines. Les libéraux commencent maintenant à parler comme des conservateurs: les pipelines sont le moyen le plus sûr de transporter des produits pétroliers. Si nous n’avions pas ce pipeline, il y aurait 8 000 wagons sur les voies de chemin de fer et 15 000 camions-citernes sur les routes.
Il existe une façon qui permettrait à tous ces apprentis de retourner au travail, c’est-à-dire commencer les travaux de construction de certains projets de pipelines qui ont été proposés et dont la construction aurait pu commencer en 2015. Un projet en particulier longe la canalisation 5. Il s’agit du projet Énergie Est. La construction de ce projet aurait pu commencer en 2015, lorsque j'ai été élu pour la première fois. Les libéraux ont torpillé le projet. Cependant, nous n’avons rien vu. Le projet de loi C-69 n’a pas été abrogé. C’était le projet de loi « plus jamais de pipelines ». Ils auraient pu ajouter ces initiatives au budget, afin de promouvoir l’exploitation de nos ressources naturelles, les emplois et les dépenses par l’industrie privée de ses propres capitaux pour permettre aux gens de retourner au travail et de retrouver le style de vie auquel ils étaient habitués avant la COVID.
Nous disposons d’une occasion unique de tous retourner au travail. Nous pourrions garantir que les apprentis partout au pays reçoivent un chèque de paie et qu’ils sont en mesure de payer les intérêts de leurs prêts étudiants en retournant au travail. Ils pourraient élever leurs enfants, faire de l’argent et réaliser toutes leurs activités. Ce projet de loi ne comporte pas, à ce que je peux voir, un grand nombre de ce type d’initiatives.
Parmi les points que j’ai vus dans le budget, il y avait un crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire. J’espérais qu’on obtienne des détails à ce sujet dans le présent projet de loi, mais ils ne sont pas mis en évidence. Il s’agissait d’une initiative lancée par les conservateurs au cours de la dernière grande récession. Nous avions adopté rapidement le crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire, qui permettait aux gens de remplacer leurs fenêtres, leur isolation et d’autres composantes. On pouvait aussi le considérer comme une initiative écologique. Il était dans le budget. Nous parlions d’un crédit d’impôt de 5 000 $ pour un prêt de 40 000 $. Ce projet de loi n’offre pas de détails à ce sujet. J’en suis déçu.
Enfin, j’aimerais parler un peu de la péréquation. Ce projet de loi touche à la péréquation, et sur ce qu’on appelle la loi sur les transferts entre le gouvernement fédéral et les provinces. Parmi les demandes présentées depuis des années par les Albertains, il y a l’élimination du plafond de ce programme de stabilisation fiscale. Le plafond est actuellement fixé à 60 $. Les libéraux l'ont fait passer à 166 $. C’est un pas dans la bonne direction. Cependant, il n’existe aucune raison logique expliquant pourquoi un plafond est imposé dans le cadre du programme de stabilisation fiscale.
Pourquoi un plafond existe-t-il? Si une province éprouve des difficultés et obtient moins de revenus que dans le passé, le programme de stabilisation sert à maintenir le financement des programmes pendant la période caractérisée par la baisse des revenus. Personne ne peut expliquer pourquoi il existe un plafond. Le gouvernement a reconnu que ce plafond est peut-être trop bas et veut le faire passer à 166 $. Cependant, les libéraux ne nous fournissent pas de raison logique justifiant le maintien d’un plafond dans le cadre de ce programme. Si les revenus du gouvernement d’une province en particulier sont touchés lors d’une importante récession, le programme de stabilisation est censé établir un équilibre et atténuer les conséquences de la baisse. Pourquoi devrait-il être doté d’un plafond? Aucune raison logique n’est fournie pour expliquer cette situation. Cela me frustre.
Je vois que mon temps de parole est écoulé. Je suis toujours reconnaissant de représenter les gens de Peace River—Westlock.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2021-05-25 13:11 [p.7306]
Madam Speaker, I am pleased to rise to speak today to the budget implementation act. It is a budget I would name after the Rick Moranis film Honey, I Shrunk the Kids, but I am going to call it “Honey, I Sunk the Kids”. I would have used a different word for “sunk”, but that would have been unparliamentary language.
Why would I call it that? It is because of the massive intergenerational debt that we are passing on with very little thought or oversight of what it is going to do to our children and our grandchildren. How bad is it? It is $500 billion added in just two years and $700 billion of debt added over the next five years.
By the time I am done my 10-minute speech and five-minute question and answer period, $7.3 million will be added to the debt that Canadians will owe. People my age will remember Lee Majors as Steve Austin in The Six Million Dollar Man. That would be just about 13 minutes of today's time with the government's spending to rebuild him better.
In the budget, one of the big problems I have, as someone from Edmonton, Alberta, is that there is almost nothing for Albertans. There are well over 700 pages in the budget, yet next to nothing for the province. It has been described in our province as a slap in the face for Albertans.
Going through the budget, I saw it mentions pipelines several times. Hurray, but it mentions a talent pipeline; a vaccine pipeline, and we see how the government has failed on that; a genomics talent pipeline; an innovation pipeline; and a pipeline of PPE. We are going to see tomorrow in the Auditor General's report on PPE how the government has funnelled taxpayer money to people connected with the Liberal Party and other insiders, but it mentions a pipeline of PPE in the budget. What about a pipeline of oil and gas? Guess what, there is no mention of that.
We have seen what is going on in Michigan right now with Line 5. If Michigan shuts down Line 5, it will cost tens of thousands of jobs in Sarnia, Ontario, and other places, and it will probably double the price of gas, yet there is nothing in the budget to address that issue.
There is also no mention of the fact that Alberta's oil and gas industry is the largest employer for indigenous workers. At the operations committee we did a study on government procurement for the indigenous and every single witness from the indigenous community stated that the only one doing its job was the oil and gas industry. It was not the federal government. It was failing, but the oil and gas industry was providing wealth and prosperity for the indigenous communities. In this budget, we have nothing.
We have heard repeatedly in my riding that small businesses that opened just before or during the pandemic were left out of all the support, including the wage support and the rent support, through no fault of their own. I used to be in the hotel business, and it takes a year, two years, or even longer now with all the regulations, to build a hotel. If people had the misfortune of deciding to invest before COVID started, they were cut out from the support of the government.
We have asked repeatedly, in the House and at committee, for the government to address that. Each time, Liberals stand, hand over heart, and say small businesses are the backbone of the economy, but they are not going to do anything. There is nothing in the budget to address that.
A friend of mine in the riding, Rick Bronson, has a comedy club in West Edmonton Mall called The Comic Strip. He employs almost 100 people. He opened a new one in British Columbia just before COVID happened. It is no fault of his own, but he is shut out from the government program. Again, we have asked repeatedly to help small businesses, but there is nothing for them.
In Alberta, we had two main asks in the budget, one was money for carbon capture research. The premier shot for the moon asking for billions, so I was expecting maybe a billion less. No, we ended up with a plan with carbon capture tax incentives, but only if it is not used for enhanced oil recovery. We have spoken to all the big players and the junior players in oil and gas and they have all said the same thing. There is no economic way forward for carbon capture without it being available for enhanced oil recovery.
On the one hand, the Liberals put out a carrot, and on the next hand, they hit people with a stick. In the budget there is some money for carbon capture research, with $20 million next year to $220 million over the next five years.
Let us think about it. Oil and gas, even at reduced prices, is still our number one export. It absolutely dwarfs the automobile industry, and it dwarfs aerospace, yet we get a pittance toward tech research for it. To put it in perspective, the government has given wealthy Tesla owners $100 million in subsidies to buy Tesla cars, half as much as it has given to the entire oil and gas industry for carbon capture. It shows very clearly the current government does not care about Alberta and that it really does not care, when push comes to shove, for the environment.
The Liberals also did not fix the unfair cap on the fiscal stabilization program that punishes Alberta because resources are included in that. They changed it to benefit Quebec and Ontario, but they continue to discriminate against Alberta by adding a ceiling if oil and gas resource revenue is put in there. Since 2014, Albertans have been net contributors of over $110 billion to the federal purse. What we get back is a slap in the face.
Going back to carbon capture, there is $20 million next year for carbon capture research. Also in this budget is $22 million for a recognition program for atomic workers from the 1950s, during the Korean War era. It is wonderful that we are recognizing the work of people done 70 years ago, but there is as much money for a recognition program for the 1950s as there is for vital carbon capture research. It again shows the priorities of the current government are not working people and certainly not those in Alberta.
Of the 739 pages total in this budget, pipelines are only mentioned five times. The word “supports” shows up 1,000 times, and the word “benefits” shows up 1,300 times. “Productivity”, though, only appears 39 times and “competitiveness” appears just 13 times.
What do we get for $700 billion of added debt over the next five years? The government predicts in its own budget that the growth rate will slow every single year starting in 2022, all the way down to 1.7% growth in 2025. Let us think about that. There is $700 billion in added debt and all we get is a mediocre 1.7% growth.
Robert Asselin, the former policy and budget director to Bill Morneau and a policy adviser to the Prime Minister, stated about this budget, “it is hard to find a coherent growth plan...spending close to $1 trillion, [and] not moving the needle on...growth would be the worst possible legacy of this budget.”
Dave Dodge, former Bank of Canada governor, stated that it does not focus on growth and that it is not a reasonably prudent plan.
The budget's title, though, states it is a recovery plan for growth, but we know what is growing. It is not the economy. Taxes are growing. In this budget, taxes received by the current government are projected to grow 28% from 2019-2020 to the end of 2025.
Also scheduled for growth is the interest that we are paying to Bay Street and Wall Street bankers for this debt the Liberals are piling up. Forty billion dollars of interest is what we are going to be paying per year in five years. Let us think of what we could do with that $40 billion. We could buy off, 40 times, the amount for the WE scandal and keep the Prime Minister's friends in business for a while. More important, think of the health care that we could invest in with that $40 billion. Every single premier asked for an increase in the health care transfers. They got nothing, but we have $40 billion for wealthy bankers.
We could be investing in the aging population and in the military. There is $51 million in this budget for NATO participation. There is the rise of China with its aggression and there is Russia, and we put in $51 million, which is barely double what we are putting into a recognition program for atomic workers from 70 years ago.
It is clear that this budget is not meant for growth of the economy. It is not meant for the people of Edmonton West, and it is certainly not meant for Albertans. It is not meant for our future generations. This budget is a failure, and it is a disgrace. That is why I will not be supporting it.
Madame la Présidente, je suis ravi d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi d'exécution du budget. Pour qualifier ce budget, je m'inspire du film de Rick Moranis intitulé Chérie, j'ai réduit les enfants, mais je modifie le titre comme ceci « Chérie, j'ai coulé les enfants ». J'ai songé à utiliser un autre verbe que « couler », mais il appartient au vocabulaire non parlementaire.
Pourquoi ce titre? Il est à propos à cause de l'énorme dette que nous laissons aux générations futures sans vraiment penser aux conséquences qu'elles auront pour nos enfants et nos petits-enfants. La situation est-elle si catastrophique? En fait, la dette s'est alourdie de 500 milliards de dollars en à peine 2 ans et s'alourdira de 700 milliards de dollars au cours des 5 prochaines années.
D'ici la fin de mon intervention de 10 minutes et de la période de questions et réponses de 5 minutes qui s'ensuivra, 7,3 millions de dollars se seront ajoutés à la dette qui pèse sur les Canadiens. Les gens de mon âge se rappelleront Lee Majors qui incarnait le personnage de Steve Austin dans L'Homme de six millions. Au rythme actuel des dépenses du gouvernement, il faudrait environ juste 13 minutes pour le rebâtir en mieux.
En tant qu'originaire d’Edmonton, en Alberta, ce qui me déplaît le plus dans ce budget, c’est qu’il n’offre presque rien aux Albertains. Dans les plus de 700 pages qu'il contient, on n’y trouve presque rien pour notre province. Chez nous, les gens disent que ce budget est une gifle aux Albertains.
En parcourant le budget, j’ai vu qu’il y est question de pipelines à plusieurs reprises. Merveilleux! Mais il s’agit d’un pipeline de talents, d’un pipeline de vaccins, et nous savons comment le gouvernement a échoué à cet égard. On y parle d’un pipeline de talents en génomique, d’un pipeline d’innovation et d’un pipeline d’équipement de protection individuelle. Nous verrons demain, dans le rapport du vérificateur général sur l’équipement de protection individuelle, comment le gouvernement a acheminé l’argent des contribuables à des gens liés au Parti libéral et à d’autres proches, mais dans le budget, il parle d’un pipeline d’équipement de protection individuelle. Et un pipeline de pétrole et de gaz? Eh bien non, il n’en est pas question.
Nous avons vu ce qui se passe actuellement dans le Michigan avec la canalisation 5. Si le Michigan ferme celle-ci, Sarnia, l’Ontario et d’autres régions perdront des dizaines de milliers d’emplois, et le prix de l’essence doublera probablement. Mais il n’y a rien dans le budget pour régler ce problème.
On ne mentionne pas non plus le fait que l’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta est le plus grand employeur des travailleurs autochtones. Au comité des opérations, nous avons mené une étude sur les marchés publics pour les Autochtones, et tous les témoins de la communauté autochtone ont affirmé que l’industrie pétrolière et gazière est la seule qui fasse son travail et non le gouvernement fédéral, qui a échoué. L’industrie pétrolière et gazière amenait la richesse et la prospérité aux collectivités autochtones. Dans ce budget, nous n’avons rien.
Nous avons entendu dire à maintes reprises dans ma circonscription que les petites entreprises qui ont ouvert leurs portes juste avant ou pendant la pandémie n’ont pas été admissibles aux soutiens, notamment le soutien salarial et le soutien au loyer. Elles n’avaient rien fait pour mériter cela. J’ai travaillé dans le secteur hôtelier, et je sais qu’il faut maintenant un an, deux ans ou même plus pour construire un hôtel, à cause de tous les règlements. Les gens qui ont eu le malheur d’investir avant le début de la COVID ont été privés de l’appui du gouvernement.
Nous avons demandé à maintes reprises à la Chambre et au comité que le gouvernement se penche sur ce problème. Chaque fois, les libéraux disent, la main sur le cœur, que les petites entreprises sont l’épine dorsale de l’économie, mais ils ne font rien. Il n’y a rien dans le budget pour régler ce problème.
Un de mes amis dans ma circonscription, Rick Bronson, tient un Comédie Club dans le West Edmonton Mall qui s’appelle The Comic Strip. Il a près de 100 employés. Il en a ouvert un nouveau en Colombie-Britannique juste avant la COVID. Il est exclu du programme gouvernemental, et pourtant il n’a rien fait de mal. Je le répète, nous avons demandé à maintes reprises d’aider les petites entreprises, mais il n’y a rien pour elles.
En Alberta, nous avions deux demandes principales dans le budget, l’une étant de l’argent pour la recherche sur la séquestration du carbone. Le premier ministre de la province a visé la lune en demandant des milliards de dollars, alors je m’attendais donc à peut-être avoir un milliard de moins. Non, nous nous sommes retrouvés avec un plan proposant des incitatifs pour la séquestration du carbone, mais seulement si l’argent n’est pas utilisé pour la récupération assistée des hydrocarbures. Nous nous sommes entretenus avec tous les acteurs du secteur, grands et petits, et ils ont tous dit la même chose. Il n’existe pas de solution économique pour la séquestration du carbone sans la récupération assistée des hydrocarbures.
Les libéraux tendent une carotte d’une main, et de l’autre, ils frappent les gens avec un bâton. Le budget prévoit de l’argent pour la recherche sur la séquestration du carbone, soit 20 millions de dollars l’an prochain et jusqu’à 220 millions de dollars au cours des cinq prochaines années.
Réfléchissons à cela. Le pétrole et le gaz, même à des prix réduits, demeurent nos principaux produits d’exportation. Ce secteur domine complètement l'industrie automobile et l’industrie aérospatiale, et pourtant nous n’obtenons que des miettes pour la recherche technologique. Pour mettre les choses en contexte, le gouvernement a versé aux riches propriétaires d’automobiles Telsa 100 millions de dollars en subventions pour l’achat d’automobiles Tesla, soit la moitié de ce qu’il a donné à l’ensemble du secteur des hydrocarbures pour la séquestration du carbone. Cela démontre clairement que le gouvernement actuel ne se soucie pas de l’Alberta et que, quand vient le temps d’agir, il ne se soucie pas de l’environnement.
Les libéraux n’ont pas corrigé le plafond injuste établi pour le Programme de stabilisation fiscale qui pénalise l’Alberta parce que les ressources sont incluses dans le calcul. Ils l’ont modifié au profit du Québec et de l’Ontario, mais ils continuent de traiter l’Alberta de façon discriminatoire en imposant un nouveau plafond si les revenus générés par les ressources pétrolières et gazières y sont intégrés. Depuis 2014, les Albertains ont versé plus de 110 milliards de dollars net au Trésor fédéral. Et tout ce que nous avons en retour, c’est une gifle en plein visage.
Pour revenir à la séquestration du carbone, le budget prévoit 20 millions de dollars l’an prochain pour la recherche dans ce domaine. Il prévoit également 22 millions de dollars pour un programme de reconnaissance des travailleurs du nucléaire dans les années 1950, à l’époque de la guerre de Corée. C’est merveilleux de reconnaître la contribution faite par ces travailleurs il y a 70 ans, mais le budget prévoit autant d’argent pour le programme de reconnaissance de leur contribution dans les années 1950 qu’il en prévoit pour la recherche essentielle sur la séquestration du carbone. Encore une fois, cela démontre que la priorité de l’actuel gouvernement n'est pas les travailleurs, et certainement pas ceux de l’Alberta.
Sur les 840 pages de ce budget, les pipelines ne sont mentionnés que cinq fois. On y trouve environ 1 000 occurrences de l'expression « mesures de soutien », et environ 1 300 du mot « prestations ». Par contre, le mot « productivité » n’apparaît que 39 fois, et le mot « compétitivité » seulement 13 fois.
Qu’obtenons-nous pour cette dette supplémentaire de 700 milliards pour les cinq prochaines années? Le gouvernement prévoit, dans son propre budget, que le taux de croissance ralentira chaque année à compter de 2022 pour atteindre 1,7 % en 2025. Réfléchissons à cela. La dette passera à 700 milliards de dollars et tout ce que nous obtiendrons en retour, c’est un taux de croissance médiocre de 1,7 %.
Robert Asselin, l’ancien directeur des politiques et du budget de Bill Morneau et conseiller en politiques auprès du premier ministre, a dit au sujet du budget qu'« il est difficile d’y trouver un plan de croissance cohérent [...] après avoir dépensé près de 1 billion de dollars, ne rien faire pour stimuler la croissance à long terme [...] serait le pire héritage possible de ce budget. »
Dave Dodge, ancien gouverneur de la Banque du Canada, a déclaré que le budget ne met pas l’accent sur la croissance et qu’il ne s’agit pas d’un plan raisonnablement prudent.
Le titre du budget annonce toutefois qu’il s’agit d’un plan de relance pour la croissance, mais nous savons ce qui est en croissance. Ce n’est pas l’économie, mais bien les impôts. Dans ce budget, les impôts perçus par le gouvernement actuel devraient augmenter de 28 % de 2019-2020 à la fin de 2025.
Les intérêts que nous payons aux banquiers de Bay Street et de Wall Street pour cette dette que les libéraux accumulent devraient eux aussi connaître une croissance. Nous allons payer 40 milliards de dollars d’intérêts par année pendant cinq ans. Songeons à ce que nous pourrions faire avec ces 40 milliards de dollars. Nous pourrions investir 40 fois le montant du scandale UNIS et garder les amis du premier ministre en affaires pendant un certain temps. Plus important encore, songeons aux soins de santé dans lesquels nous pourrions investir ces 40 milliards de dollars. Tous les premiers ministres provinciaux ont demandé une augmentation des transferts au titre des soins de santé. Ils n’ont rien reçu, mais nous avons 40 milliards de dollars pour les riches banquiers.
Nous pourrions investir dans la population vieillissante et dans les forces armées. Le budget prévoit 51 millions de dollars pour la participation à l’OTAN. Il y a la montée de la Chine avec son comportement agressif et il y a la Russie, et nous investissons 51 millions de dollars, soit à peine le double de ce que nous prévoyons pour un programme de reconnaissance des travailleurs du secteur de l’énergie atomique d’il y a 70 ans.
Il est clair que ce budget n’est pas destiné à la croissance de l’économie. Il n’est pas conçu pour les gens d’Edmonton-Ouest, et certainement pas pour les Albertains. Il ne s’adresse pas aux générations futures. Ce budget est un échec et une honte, et c’est pourquoi je ne l’appuierai pas.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2021-05-25 13:41 [p.7310]
Madam Speaker, after waiting two long years for the Liberals to table a budget, they have instead presented a massive new debt burden for Canadians rather than a hopeful plan for a path forward post-pandemic—in a word, failure.
Unemployed Canadians wanted to see a plan to create new jobs. Workers who had their wages cut and their hours slashed had hoped to see a plan to reopen the economy. Families that simply cannot afford more taxes were looking for relief. Instead, this costly plan will add over $100 billion in new spending and will increase Canada's debt to a whopping $1.2 trillion. Yes, that is trillion with a “t", for the very first time in Canadian history.
It is a staggering amount that most Canadians cannot even begin to comprehend: $1.2 trillion. It is equivalent to every single Canadian being responsible for $33,000 of federal debt. Canadians and their children, their children's children and their children's children's children and on and on will be forced to pay off this massive debt of the government.
The Parliamentary Budget Officer recently released a report saying that this budget even underestimates the size of the federal deficits by about $5.6 billion per year. To quote the PBO, it “puts Ottawa on a long-term path of higher debt”.
What about fiscal anchors? No, there are none of those in there. There is only a vague mention on page 53, which says, “The government is committed to unwinding COVID-related deficits and reducing the federal debt as a share of the economy over the medium-term.” That sure sounds reassuring, does it not?
Canadians are right to be concerned about this Liberal spending. They will be footing the bill of $40 billion in taxes every year to pay the interest expenses on that debt alone. This is all predicated on a very risky assumption that interest rates and inflation will continue to remain low.
With all this spending and fiscal risk, one would expect some actual substance, but many Canadians are being simply left behind or ignored in this budget. How about a plan to unleash the prosperity-producing, economy-boosting Alberta energy? No, that one is definitely not in the budget. The government has been abundantly clear on its plan to landlock Canadian oil with Bill C-48 and Bill C-69 in the previous Parliament and the Prime Minister's comment that the oil sands need to be phased out.
The Liberal government already stood by idly while the U.S. administration cancelled Keystone XL, and of course it itself caused the cancellation of things like northern gateway and energy east. With Enbridge's Line 5, of course we know about the jeopardy it is in, and it is responsible for supplying half of the oil needs of Ontario and Quebec. The closure of that pipeline would literally create an energy crisis here in Canada, and then of course we would see more of Alberta's oil stranded, when Alberta's economy is already suffering. Instead, that biases it toward oil from places with far less environmentally friendly records elsewhere in the world.
All of that is due to the Liberals strangling Alberta oil in favour of that less environmentally friendly oil from other countries, which certainly do not share our commitment to environmental protection or to human rights. Again, the budget is completely silent on Alberta energy.
Despite this deafening silence by the Liberals, Conservatives will always continue to advocate for pipelines and projects that end our dependence on foreign oil and that will unleash our energy sector. Energy- and job-killing legislation from the Liberals has only decreased Canada's ability to produce and trade environmentally sustainable energy resources and to create more jobs.
Alberta's energy sector could be the key to economic growth and to success post-pandemic in Canada, but the Liberals have chosen instead to denigrate and ignore it. Its absence is glaringly obvious and Albertans will not forget it. Instead, this budget proposes a reimagined Canadian economy that dabbles in risky economic ideas that will leave the Canadian economy in a very precarious position.
However, so much more is also missed in the budget. For start-up businesses that are in desperate positions and do not meet the government's narrow rules of assistance programs, there is nothing either. For small businesses, there are major gaps and issues with federal programming that the Liberals continue to ignore. The CFIB said of the budget that “the government did not deliver on many of the major program gaps affecting thousands of small businesses facing restrictions, closures and huge amounts of COVID-related debt.”
Many of those small businesses are tourism businesses, and tourism businesses are desperate to have the government table a safe plan with metrics and targets to be able to open their businesses for the key summer season. I am sorry; there is nothing for them in the budget, either.
In my beautiful riding of Banff—Airdrie, tourism is a key economic driver that has been devastated by the pandemic. Lockdowns and border restrictions have stifled businesses. Many have been forced to lay off employees and in some cases, unfortunately, have closed down altogether.
This is happening everywhere, right across Canada. Tourism and travel-related businesses lost approximately $19.4 billion in revenue last year from the absence of international visitors. However, the government just extended, once again, the U.S.-Canada border closure well into the key summer tourist season without any kind of plan or any metrics on how or when it might be willing to safely reopen that border. Now, tourism businesses are looking at losing another key summer, and the budget is completely silent on a safe plan for reopening and for a safe way forward.
The government has unfortunately chosen winners and losers in this budget and unfortunately left many people out to dry. The Liberal government loves to tout the saying “We are all in this together,” but recently I heard another metaphor about the pandemic, which I thought was very apt to the chosen winners and losers in this debt-heavy Canadian Liberal budget. It is this: We are all in the same storm, but some are in yachts and others are in leaky rowboats. The Liberal government should not be waving to Canadians struggling in the pandemic storm in leaky rowboats while the Liberals are drinking champagne from the deck of their taxpayer debt-paid yacht. Spending without a proper plan is failure.
To the government, I say this: Fix this budget and give Canadians a hopeful path forward for economic recovery post-pandemic, not a lifetime of taxes and debt. That is what we see with this budget. We see a lot of money being spent, but a lot of people still being left behind, and what we then see is people being burdened. Canadians, their children, their grandchildren and their great-great-great-grandchildren will be seeing that burden of debt to pay for all of this spending.
That is the thing I think the Prime Minister and the Liberal government fail to understand. Money does not grow on trees. The government does not just manufacture the ability to spend money. That money comes from hard-working Canadian taxpayers who have earned that money, and it takes away from their ability to meet the needs of their families, to meet their own needs, to keep their businesses running and to keep their employees with jobs. That is not just now, but it is well into the future, to pay for the kind of debt burden that we have seen put on by the government.
It is just staggering to imagine the amount of money being spent and how there are still so many people being left behind. I talked about our oil and gas industry in Alberta. I talked about our important tourism industry across this country, about the small business owners, about the many people who have started new businesses and are left out of many of the government programs. The Liberals have been able to spend a lot of money, but they have not been able to help so many of the people who actually need it, and those are the same people who are going to have to pay for the burden being left by the government and all of its massive spending.
I say to the government that it has to try to do things to make sure it is not leaving people behind and that it is creating a hopeful and optimistic future, instead of burdening people with massive amounts of debt that will do the exact opposite.
Madame la Présidente, après avoir attendu deux longues années que les libéraux déposent un budget, les Canadiens se retrouvent avec le nouveau fardeau d’une dette énorme au lieu de recevoir un plan prometteur pour l’après-pandémie. Autrement dit, encore un échec.
Les chômeurs canadiens voulaient un plan qui crée de nouveaux emplois. Les travailleurs dont le salaire et les heures de travail ont été réduits espéraient un plan de relance de l’économie. Les familles qui n’ont tout simplement pas les moyens de payer plus d’impôts attendaient un allégement fiscal. Au lieu de cela, ce plan coûteux fera augmenter les dépenses de plus de 100 milliards de dollars et portera la dette du Canada à 1,2 billion de dollars. Oui, c’est un billion avec un « b », pour la toute première fois dans l’histoire du Canada.
C’est un montant ahurissant que la plupart des Canadiens n’arrivent même pas à comprendre: 1,2 billion de dollars. C’est comme si chaque Canadien devait assumer une tranche de 33 000 $ de la dette fédérale. Les Canadiens et leurs enfants, les enfants de leurs enfants et les enfants des enfants de leurs enfants seront forcés de rembourser cette énorme dette gouvernementale.
Le directeur parlementaire du budget a récemment publié un rapport selon lequel ce budget sous-estime même la taille des déficits fédéraux d’environ 5,6 milliards de dollars par année. Pour citer le directeur parlementaire du budget, cela place Ottawa à long terme sur une trajectoire d’endettement élevé.
Qu’en est-il des cibles budgétaires? Non, il n’y en a pas. On n’en trouve qu’une vague mention à la page 59: « Le gouvernement est déterminé à combler les déficits liés à la COVID-19 et à réduire la dette fédérale en tant que part de l’économie à moyen terme ». C’est très rassurant, n’est-ce pas?
Les Canadiens ont raison de s’inquiéter de ces dépenses libérales. Ils paieront 40 milliards de dollars en impôts chaque année seulement pour rembourser les intérêts sur la dette. Tout cela repose sur une hypothèse très risquée selon laquelle les taux d’intérêt et l’inflation demeureront bas.
Avec toutes ces dépenses et tous ces risques financiers, on s’attendrait à ce qu’il y ait de la substance, mais de nombreux Canadiens sont tout simplement laissés pour compte dans ce budget. Où est le plan visant à stimuler le secteur albertain de l’énergie qui contribue à la prospérité et à la vitalité économique? Non, ce n’est certainement pas ce budget-ci. Le gouvernement a été on ne peut plus clair en parlant de son plan d’enclaver le pétrole canadien lorsqu’il a présenté les projets de loi C-48 et C-69 au cours de la législature précédente. De plus, le premier ministre a dit qu’il fallait éliminer progressivement les sables bitumineux.
Le gouvernement libéral est déjà resté les bras croisés pendant que le gouvernement des États-Unis annulait le projet Keystone XL, ce qui a évidemment entraîné l’annulation de projets comme Northern Gateway et Énergie Est. Nous savons bien sûr que la canalisation 5 d’Enbridge est menacée alors qu’elle répond à la moitié des besoins pétroliers de l’Ontario et du Québec. La fermeture de cet oléoduc créerait littéralement une crise de l’énergie ici au Canada et, bien sûr, une partie plus grande du pétrole de l’Alberta resterait coincée, alors que l’économie de la province souffre déjà. Au lieu de cela, on favorise le pétrole de pays qui ont des bilans beaucoup moins respectueux de l’environnement ailleurs dans le monde.
Tout cela est attribuable au fait que les libéraux étranglent le secteur pétrolier de l’Alberta au profit du pétrole moins écologique d’autres pays, qui ne partagent certainement pas notre engagement à l’égard de la protection de l’environnement ou des droits de la personne. Encore une fois, le budget est complètement muet au sujet du secteur albertain de l’énergie.
Malgré ce silence éloquent des libéraux, les conservateurs continueront toujours de défendre les pipelines et les projets qui mettront fin à notre dépendance au pétrole étranger et qui libéreront notre secteur de l’énergie. Les mesures législatives des libéraux qui nuisent au secteur de l’énergie et à l’emploi n’ont fait que réduire la capacité du Canada de produire et d’échanger des ressources énergétiques durables sur le plan environnemental et de créer plus d’emplois.
Le secteur de l’énergie de l’Alberta pourrait être la clé de la croissance économique et du succès après la pandémie au Canada, mais les libéraux ont plutôt choisi de le dénigrer et de l’ignorer. Il n'est fait absolument aucune mention de ce secteur dans le budget et les Albertains ne l’oublieront pas. Le budget propose plutôt une économie canadienne repensée dans laquelle s’entremêlent des notions économiques risquées qui la placeront dans une situation très précaire.
Bien d'autres choses encore sont passées sous silence dans le budget. On n’y prévoit rien pour les entreprises en démarrage qui sont dans une situation désespérée car elles ne répondent pas aux critères étroits des programmes d’aide du gouvernement. Les programmes fédéraux destinés aux petites entreprises comportent des lacunes et des problèmes importants que les libéraux continuent d’ignorer. Au sujet du budget, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a dit que « le gouvernement n’a pas corrigé les lacunes de plusieurs programmes qui nuisent à des milliers de PME qui font toujours face à des restrictions, des fermetures et une énorme dette due à la COVID-19 ».
Bon nombre de ces petites entreprises sont des entreprises touristiques, et elles ont désespérément besoin que le gouvernement dépose un plan sûr, assorti de mesures et d’objectifs, pour pouvoir ouvrir leurs portes pour la saison estivale. Je suis désolé de le dire, mais il n’y a rien non plus pour elles dans le budget.
Dans la magnifique circonscription que je représente, Banff—Airdrie, le tourisme est un moteur économique clé qui a été frappé de plein fouet par la pandémie. Le confinement et les restrictions à la frontière ont étouffé les entreprises. Bon nombre d’entre elles ont été forcées de mettre à pied des employés et, dans certains cas, ont malheureusement carrément fermé leurs portes.
Cela se produit partout au Canada. L’an dernier, les entreprises touristiques ont perdu environ 19,4 milliards de dollars de revenus en raison de l’absence de visiteurs étrangers. Or, le gouvernement vient de prolonger encore une fois la fermeture de la frontière canado-américaine, bien au-delà de la principale saison touristique estivale, sans avoir ni plan ni données sur la façon dont il pourrait être disposé à la rouvrir en toute sécurité. Maintenant, les entreprises touristiques envisagent de perdre un autre été d'activités, et le budget est complètement muet concernant un plan sûr pour la réouverture et pour l’avenir.
Le gouvernement a malheureusement choisi des gagnants et des perdants dans ce budget et laissé beaucoup de gens en plan. Le gouvernement libéral adore répéter que nous sommes tous dans le même bateau, mais récemment, j’ai entendu une autre métaphore au sujet de la pandémie, que j’ai trouvée très appropriée pour les gagnants et les perdants choisis dans ce budget libéral qui nous endette lourdement. La voici: Nous sommes tous confrontés à la même tempête, mais certains sont dans des yachts et d’autres dans des chaloupes qui fuient. Le gouvernement libéral ne devrait pas se contenter d’envoyer la main aux Canadiens qui peinent à traverser la tempête de la pandémie dans une chaloupe qui fuit pendant que ses amis libéraux boivent du champagne sur le pont de leur yacht payé par les contribuables. Dépenser sans plan précis mène inévitablement à l’échec.
Je demande au gouvernement de corriger ce budget et de donner aux Canadiens un plan pour la relance économique après la pandémie qui leur donne espoir plutôt que de leur proposer une vie à payer des impôts et à rembourser la dette. C’est ce que nous voyons dans ce budget. On dépense beaucoup d’argent, mais il y a encore beaucoup de gens qui sont laissés pour compte, et nous constatons aussi qu'il imposera un lourd fardeau aux gens. Les Canadiens, leurs enfants, leurs petits-enfants et leurs arrière-arrière-petits-enfants devront assumer le fardeau de la dette contractée pour payer toutes ces dépenses.
À mon avis, c’est ce que le premier ministre et le gouvernement libéral ne comprennent pas. L’argent ne pousse pas dans les arbres. Ce n'est pas comme si le gouvernement créait la capacité de dépenser. L'argent dépensé vient des contribuables canadiens qui travaillent fort et qui l’ont gagné à la sueur de leur front, et ces dépenses diminuent leur capacités de répondre aux besoins de leur famille, de subvenir à leurs propres besoins, de faire fonctionner leur entreprise et de garder leurs employés au travail et les en empêcheront aussi dans l’avenir, quand il faudra bien rembourser la dette accumulée par le gouvernement.
Il est tout simplement ahurissant d’imaginer combien d’argent est dépensé et combien de personnes sont encore laissées pour compte. J’ai parlé de l’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta. J’ai parlé de l’importante industrie touristique partout au pays, des propriétaires de petites entreprises, des nombreuses personnes qui ont lancé de nouvelles entreprises et qui sont exclues des différents programmes gouvernementaux. Les libéraux ont été en mesure de dépenser beaucoup d’argent, mais ils n’ont pas été en mesure d’aider un grand nombre de personnes qui en ont vraiment besoin, et ce sont ces mêmes personnes qui devront assumer le fardeau de la dette laissée par le gouvernement en raison de toutes ses dépenses massives.
Je dis au gouvernement qu’il doit essayer de prendre des mesures pour ne pas laisser des gens en plan et qui créeront un avenir prometteur et optimiste, au lieu d'imposer aux gens des dettes astronomiques qui feront exactement le contraire.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-25 18:51 [p.7358]
Madam Speaker, it is a pleasure for me to join the proceedings this evening. I am looking forward to having a better answer than the one I received during question period on Thursday, May 13. I asked a question of the Minister of Natural Resources about Line 5 and what the government of the day had done to ensure it would continue to run.
I will give a bit of background on Line 5. Enbridge Line 5 dual pipeline is part of a system shipping oil from Saskatchewan and Alberta through pipelines to refineries in Sarnia, a petrochemical hub in the southern Ontario region. From there, it goes to Quebec via the Line 9 pipeline. These pipelines connect provinces around Canada and ensure we create jobs in a sustainable way. We all know pipelines are the safest and most efficient way to move oil and natural gas, which is also moved in Line 5. The minister, floundering through his CTV interview, said that if Line 5 was to be shut down, oil and gas would be moved by truck, rail and in tankers, which would be less efficient than through a pipeline.
I am hoping to get an answer on why the government filed the amicus brief at the last second. First, why did the government not submit it sooner to the district court? Second, why did the government not use some of its connections? We all know, and we have seen that it was on the BNN report. Maybe we could have picked up the phone and talked with President Biden to see if he would reach out to his political ally, Governor Whitmer, to see if they would cease the debate about whether Line 5 should be shut down. We know this was a political decision made by the governor in her 2018 campaign.
The actual costs if Line 5 is shut down are huge, not only in Canada but in the United States as well. It will cost tens of thousands of jobs. The Biden administration could, if it wanted to, issue an executive order either telling the Government of Michigan that it cannot revoke the easement or telling the governor not to revoke the easement until it has been determined whether a U.S.-Canada pipeline transit treaty applies. A pipeline transit treaty between the United States and Canada was brought into effect in 1977.
This was stated on BNN by Kristen van de Biezenbos, associate law professor at the University of Calgary, in regard to the 1977 transit treaty. This treaty has never been invoked and it was unclear whether it could actually be invoked in the Line 5 situation. There is still a question about whether it can be invoked, so it has to be settled in the courts.
At some point in time the government needs to take action before it reaches a crisis point. I wish the government would show western Canadians and the petrochemical workers at the refineries in Sarnia that this is a serious issue. I have concerns with the late reaction and coming to the table at the 12th hour to submit the amicus brief. Many people who I represent have told me that they sometimes feel they are not being heard as strongly as those in other areas of western Canada.
I would just ask whoever is going to answer the question why the brief was filed late, whether the 1977 pipeline treaty can be invoked and whether the Prime Minister picked up the phone and asked the President to intervene in this situation.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer aux délibérations ce soir. Je suis impatient d'obtenir une meilleure réponse que celle que j'ai reçue à la période des questions du jeudi 13 mai, lorsque j'ai posé au ministre des Ressources naturelles une question concernant la canalisation 5 et ce qu'a fait le gouvernement actuel pour assurer son maintien en exploitation.
Je vais donner un peu de contexte au sujet de la canalisation 5. Le pipeline double de la canalisation 5 d'Enbridge fait partie d'un réseau qui transporte du pétrole de la Saskatchewan et de l'Alberta par la voie d'oléoducs jusqu'aux raffineries de Sarnia, un carrefour pétrochimique de la région sud de l'Ontario. De là, le pétrole est transporté vers le Québec au moyen de l'oléoduc de la canalisation 9. Ces pipelines relient les provinces du Canada et nous permettent de créer des emplois de manière durable. Nous savons tous que les pipelines sont le moyen le plus sûr et le plus efficace de transporter le pétrole et le gaz naturel, lequel est également transporté dans la canalisation 5. Le ministre, qui a bafouillé tout au long de l'entrevue qu'il a accordée à CTV, a déclaré que si la canalisation 5 devait fermer, le pétrole et le gaz seraient transportés par camion, par train et par pétrolier, ce qui serait moins efficace que par pipeline.
J'aimerais qu'on m'explique pourquoi le gouvernement a attendu jusqu'à la dernière minute pour soumettre un mémoire d'amicus curiae. D'abord, pourquoi le gouvernement ne l'a-t-il pas soumis plus tôt à la cour de district? Ensuite, pourquoi n'a-t-il pas mis ses relations à profit? Tout le monde le sait; c'est ce que nous a appris le reportage de BNN. Peut-être qu'on aurait pu chercher à joindre le président Biden au téléphone pour lui demander de voir si son alliée politique, la gouverneure Whitmer, serait disposée à clore le débat sur l'avenir de la canalisation 5. Tout le monde sait qu'il s'agit d'une décision politique que la gouverneure a prise dans sa campagne de 2018.
Les coûts réels d'une éventuelle fermeture de la canalisation 5 seraient énormes, pas seulement pour le Canada mais pour les États-Unis aussi. Elle coûtera des dizaines de milliers d'emplois. Si elle le souhaitait, l'administration Biden pourrait émettre un décret présidentiel interdisant au gouvernement du Michigan de révoquer la servitude ou exigeant qu'il ne la révoque pas tant qu'on n'aura pas déterminé si les dispositions de l'accord Canada-États-Unis sur les pipelines de transit sont applicables. Un accord sur les pipelines de transit entre le Canada et les États-Unis est entré en vigueur en 1977.
C'est ce qu'a dit Kristen van de Biezenbos, professeure de droit agrégée à l'Université de Calgary, sur BNN au sujet du Traité sur les pipe-lines de transit de 1977. Ce traité n'a jamais été invoqué et on ne sait pas s'il pourrait l'être dans le cas de la canalisation 5. Étant donné qu'on ne sait toujours pas s'il peut être invoqué, la question doit être réglée par les tribunaux.
Le gouvernement devra un jour prendre des mesures avant que la situation n'atteigne un point critique. J'aimerais que le gouvernement montre aux Canadiens de l'Ouest et aux ouvriers de l'industrie pétrochimique qui travaillent dans les raffineries de Sarnia qu'il s'agit d'une question sérieuse. Je m'inquiète de la réaction tardive et de l'arrivée à la table des négociations à la dernière minute pour déposer le mémoire d'amicus curiae. De nombreuses personnes que je représente m'ont dit qu'elles ont parfois l'impression de ne pas être aussi bien entendues que les habitants d'autres régions de l'Ouest canadien.
Je demande simplement à la personne qui répondra à la question d'expliquer pourquoi le mémoire a été déposé en retard et d'indiquer si le Traité sur les pipe-lines de transit de 1977 peut être invoqué et si le premier ministre a décroché son téléphone et demandé au président d'intervenir dans cette situation.
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-05-25 18:55 [p.7358]
Madam Speaker, I thank the member opposite for allowing me to bring clarity to this very important matter. Despite all the partisan bickering, members of all four official parties have spoken with one voice in support of Line 5, including the small-c Conservative premiers of Alberta, Saskatchewan, Ontario and Quebec.
I can assure Canadians that this government has taken a firm stand on this matter since it emerged. Our government has engaged and continues to engage at all levels to advocate for Line 5. Most recently, we intervened in the legal dispute between Michigan Governor Whitmer's administration and Enbridge, asking the courts to ensure that the case remains at the federal level, especially in light of the 1977 Canada-U.S. treaty on transit pipelines.
This is exactly what members of the special committee on Canada-U.S. relations unanimously asked us to do. We will keep pushing at the political level, all the way to the top at the diplomatic level. As the Minister of Natural Resources has said repeatedly, this is non-negotiable. Energy workers and consumers will not be left out in the cold.
We worked very closely with the provinces, industry and unions, and we raised the issue of Line 5 directly with the U.S. administration. This approach was and continues to be a Team Canada approach. We continue to voice support for North American energy security because Line 5 is not only important infrastructure on the Canadian side of the border, it is vital to the United States. It also represents the integrated, intertwined and mutually beneficial relationship of our two countries. It is a relationship linked by more than 70 pipelines and almost three dozen transmission lines. This ecosystem of deeply integrated investment and trade is connected through shared supply and manufacturing.
The people of northern Michigan rely on Line 5 to heat their homes and businesses. We also move Marathon's refined oil, which is used as fuel for government vehicles, trucks and planes, among other things. Line 5 also supplies refineries in Ohio and neighbouring Pennsylvania, as well as in Ontario and Quebec.
We also regularly remind our counterparts in Washington and Michigan that Line 5 has been operating safely for 68 years.
That is why we support Enbridge's proposal of the Great Lakes tunnel project to add a layer of assurance over and above Enbridge's oversight of this outstanding pipeline. The debate also draws attention to the renewed Canada-U.S. relationship, bonded by a common objective to confront and overcome this pandemic. We will build our economies and leave no workers or communities behind, and we will join forces to take on the essential climate change crisis. We are also united in recognizing that we need our respective petroleum sectors. As we drive forward, we need the know-how, skill and financial muscle to make the changes necessary to reach our Paris targets.
Madame la Présidente, je remercie le député d'en face de me permettre d'apporter des précisions sur cette question très importante. En dépit de toutes les querelles partisanes, les députés des quatre partis officiels ont parlé d'une seule voix pour appuyer la canalisation 5, y compris le premier ministre conservateur avec un petit « c » de l'Alberta, et les premiers ministres de la Saskatchewan, de l'Ontario et du Québec.
Je peux assurer aux Canadiens que le gouvernement a adopté une position ferme dans ce dossier depuis qu'il en est saisi. Le gouvernement a collaboré et continue de collaborer à tous les niveaux pour défendre la canalisation 5. Plus récemment, nous sommes intervenus dans le litige entre l'administration de la gouverneure du Michigan, Mme Whitmer, et Enbridge, pour demander aux tribunaux de garder l'affaire au niveau fédéral, surtout à la lumière de l'accord de 1977 entre le Canada et les États-Unis concernant les pipelines de transit.
C'est exactement ce que les membres du comité spécial sur la relation entre le Canada et les États-Unis nous ont demandé de faire à l'unanimité. Nous continuerons d'exercer des pressions à l'échelon politique, jusqu'à l'échelon le plus haut, soit l'échelon diplomatique. Comme le ministre des Ressources naturelles l'a dit à maintes reprises, c'est non négociable. Les travailleurs du secteur de l'énergie et les consommateurs ne seront pas laissés pour compte.
Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les provinces, l'industrie et les syndicats et nous avons soulevé la question de la canalisation 5 directement auprès de l'administration américaine. Cette approche a été et continue d'être une approche d'Équipe Canada. Nous continuons à nous exprimer en faveur de la sécurité énergétique nord-américaine parce que la canalisation 5 n'est pas seulement un élément important d'infrastructure du côté canadien de la frontière, elle est surtout essentielle aux États-Unis. Elle représente aussi la relation intégrée, entrelacée et mutuellement bénéfique entre nos deux nations. C'est une relation reliée par plus de 70 pipelines et près de trois douzaines de lignes de transport d'électricité. Elle relie par des champs d'approvisionnement et de manufacture partagés un écosystème d'investissements et de commerces profondément intégrés.
Les habitants du Nord du Michigan s'en servent pour chauffer leurs maisons et leurs entreprises. Nous amenons également le pétrole raffiné de la société Marathon qui sert, entre autres, de carburant pour les voitures, les camions et les avions de l'État. De même, la canalisation 5 alimente les raffineries de l'Ohio et de la Pennsylvanie voisins, ainsi que de l'Ontario et du Québec.
Nous rappelons aussi régulièrement à nos homologues de Washington et du Michigan que la canalisation 5 fonctionne en toute sécurité depuis près de 68 ans.
C'est pourquoi nous appuyons le projet de tunnel des Grands Lacs proposé par Enbridge, qui procurerait encore plus d'assurance à propos de cet excellent pipeline, au-delà de la surveillance qu'exerce déjà Enbridge. Le débat met aussi en évidence la relation renouvelée entre le Canada et les États-Unis, deux pays unis par un objectif commun, celui de lutter contre la pandémie et de la surmonter. Nous allons bâtir nos économies et nous ne laisserons aucun travailleur et aucune communauté en plan. Nous travaillerons de concert pour régler la crise des changements climatiques, un enjeu essentiel. Nous avons aussi un autre point commun, celui de reconnaître que nous avons besoin de notre secteur pétrolier. Alors que nous continuons d'avancer, nous avons besoin du savoir-faire, des connaissances et des moyens financiers qui nous permettront d'apporter les changements requis pour atteindre les cibles de l'Accord de Paris.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-25 18:58 [p.7359]
Madam Speaker, I believe it was not bickering. I laid some pretty salient points on the table. We were concerned that it was a bit late coming. I think that is a fair comment.
A few other pipeline issues have come to a head and have not really gone well, in Saskatchewan and western Canada, the way they would like to see them. There was Keystone XL and other projects where we were looking forward to having the opportunity to build some nation-building projects like Teck Frontier and northern gateway. Trans Mountain is on the way, but we just want to make sure that people are hearing what we say. I am here to represent my constituents. There are a lot of people who work at Evraz steel and they want to see that good, sustainable and environmentally friendly pipeline used in making some of these nation-building projects.
Just to reiterate, we want to make sure that the government is on top of this particular file. Premier Moe did have a few comments about the natural resource minister's—
Madame la Présidente, je ne pense pas que c'était des querelles. J'ai soulevé des points assez importants. Nous étions inquiets que ce soit un peu tard, mais je pense que c'est tout à fait approprié.
Quelques autres éléments liés à des pipelines sont apparus, et les choses ne se sont pas vraiment bien déroulées — en Saskatchewan et dans l'Ouest canadien —, comme on l'aurait souhaité. Il y a eu Keystone XL et d'autres projets dans le cadre desquels nous espérions avoir l'occasion de construire des projets d'édification nationale, comme Frontier de la société Teck et Northern Gateway. Trans Mountain est en cours de réalisation, mais nous voulons simplement nous assurer que la population entend ce que nous disons. Je suis ici pour représenter les électeurs de ma circonscription. Il y a beaucoup de gens qui travaillent à l'aciérie Evraz, et ils veulent que le pipeline, qui est bon, durable et sans danger pour l'environnement, soit utilisé pour réaliser certains des projets d'édification nationale.
Je rappelle simplement que nous voulons que le gouvernement maîtrise ce dossier particulier. Le premier ministre Moe a fait quelques commentaires concernant le ministre des Ressources naturelles...
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-05-25 18:59 [p.7359]
Madam Speaker, we recognize that many across the country are concerned about Line 5. That is why I am proud that our Prime Minister has continued to stand up for this vital piece of energy infrastructure at every turn, as has every minister, every parliamentarian and every senior official wherever and whenever there is a chance to engage with their American counterparts.
Members of the four official parties asked Enbridge and the State of Michigan to settle this matter out of court. Line 5 is vital to the economy and security of both our countries, and maintaining operations supports good jobs for the middle class and thousands of workers in western Canada and in Sarnia, Montreal, Lévis and Quebec City.
I thank my hon. colleague for asking the question and for continuing to work together as part of Team Canada to put pressure on the State of Michigan to resolve this matter in consultation with Enbridge.
Madame la Présidente, je reconnais que beaucoup de gens au pays sont préoccupés au sujet de la canalisation 5. C'est pourquoi je suis fier que le premier ministre n'ait jamais cessé de défendre cet élément de l'infrastructure énergétique du pays, tout comme chaque ministre, chaque député et chaque haut fonctionnaire, dès que se présente l'occasion d'en parler à un homologue américain.
Les députés des quatre partis officiels ont demandé à Enbridge et à l'État du Michigan de régler cette affaire sans litige. La canalisation 5 est vitale pour l'économie et la sécurité de nos deux pays et la poursuite de ces activités permet de soutenir de bons emplois pour la classe moyenne et des milliers de travailleurs dans l'Ouest canadien et dans les villes de Sarnia, de Montréal, de Lévis et de Québec.
Je remercie mon honorable collègue d'avoir soulevé la question et de continuer à travailler ensemble dans l'Équipe Canada pour mettre la pression sur l'État du Michigan afin qu'il règle cela en consultation avec Enbridge.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-05-14 13:02 [p.7255]
Madam Speaker, it is an honour to rise on this important debate today. I begin with a quote from the great indigenous leader, Manny Jules:
Let me be a free man, free to travel, free to stop, free to work, free to trade where I choose, free to choose my own teachers, free to follow the religion of my fathers, free to talk, think and act for myself....
We forget often that these freedoms were enjoyed by first nations people before the arrival of Europeans. Of course, when Europeans came, they adopted a colonial, paternalistic and coercive relationship with the first peoples who had long before been here and who had been the owners of what we now call Canadian property. They imposed a system that allowed governments and other authorities to dictate the destinies of first nations that had prior been self-sufficient and had very well-developed systems of trade, governance and commerce that allowed them to provide for themselves.
Chief Jules, who is now in Kamloops and is one of the great intellectual leaders of first nations across the country, would like to have those same freedoms restored. He points out that archeological evidence of objects that predate the arrival of Europeans demonstrate that very sophisticated systems of free trade and free commerce existed between first nations across the Americas, well before Europeans came and formalized in law the European, and in particular the Scottish, understanding of markets. We see, for example, objects in one part of the Americas that could only have originated in other parts, meaning they must have been traded.
Chief Jules believes that the future for prosperity and opportunity for his people lies in restoring those freedoms that were taken away by so many ill-conceived, paternalistic and colonial policies of the past. Unfortunately, this bill does not achieve that goal. To the contrary, it fails to extend and return those freedoms back to the first nations people who rightly had them before. Chief Jules points that out about the achievements that are now well documented, that predate Europeans. He says:
Do you think this was all acheived through divine intervention from the gods? Or was it because we somehow evolved into a "natural" socialist system that lasted thousands of years? Both of these ideas are nonsense.
What he seeks today is a solution that would allow his people to be masters of their own destiny by controlling the economic decisions that affect their lives. For example, right now the federal government takes $700 million of revenue from first nations communities that is the result of the work and resource development that happens there. Then those same communities have to come to Ottawa and ask for some of that money back.
What Chief Jules has proposed is to allow first nations communities the autonomy to keep more of the revenues that they generate. That would allow more economic opportunities for jobs to fund local, clean water, health care and education initiatives in first nations communities. Instead, the government has attempted to maintain the colonial system which takes that money away from those to whom it naturally belongs and then requires that they come to talk to politicians in Ottawa to give back what is rightfully theirs.
This paternalistic system is not limited to taxation. The regulatory obstacles the federal government imposes on resource and commercial development in first nations communities is more obstructive than those imposed in neighbouring non-first nations communities.
I am splitting my time with the member for St. Albert—Edmonton, Madam Speaker.
That means it is more difficult for communities that want to develop commerce and industry to provide for their people to do so. Therefore, he proposes to allow more autonomy in first nations communities and less interference from the governments in Ottawa and the provincial capitals. Naturally, if we want to allow first nations to regain the freedoms they lost with the arrival of the Europeans, this proposal is entirely justified.
Furthermore, leaders like Chief Bear in Saskatchewan have said that the federal government should work with willing first nations that want to change land use policies to allow their residents to buy a home and collateralize it to get a mortgage. That would allow more first nations to develop net equity, the collateral and the credit rating that would them to allow to build into the future. We cannot start a business if we do not have collateral to get a small business loan, but because of the colonial and paternalistic nature of the Ottawa-knows-best system we now have, it is very difficult for many first nations to achieve that basic right that every other Canadian off-reserve can aspire to achieve.
Furthermore, we see a double standard from the government and from all the political parties, except the one in which I am a member, and that is on the issue of resource development. None of the other parties are interested in the views of first nations on resource development, unless it is to use them to block those projects.
For example, we look at the northern gateway pipeline, a project that was supported by 75% of the first nations communities along the pipeline route. It would have generated $2 billion in wages and other benefits for first nations people, and it would have had a first nations president and CEO overseeing it. It would have allowed young first nations to get positions as apprentices, so they could become welders or pipe fitters and obtain their Red Seal certification in many other high-paying, in-demand trades positions.
What did the Prime Minister do? Without honouring the duty to consult first nations that is embedded in the Charter of Rights and Freedoms, he killed the project and vetoed it, even after extensive environmental approvals had been granted by independent, non-partisan authorities and even though 32 of 40 first nations communities supported it.
Dale Swampy is the national president of the National Coalition of Chiefs, which has as its singular mandate to defeat on-reserve poverty by allowing more development. He said that Bill C-15, “adds to the confusion about who has the authority to provide or deny consent on behalf of Indigenous peoples, be it chief and council, hereditary chiefs, or small groups of activists. It also implies that a single nation can deny consent — a veto in practice if not in name — on projects that cross dozens of territories, be they pipelines, railroads or electric transmission lines.”
Is that not exactly the kind of colonialism we should be against, where 19 communities support a program and one does not, that the 19 are overpowered by one having the veto power? That is not the kind of opportunity and freedom that first nations should enjoy. Everyday first nations people want the opportunity that we all have: to work, to gain employment and to supply benefits to their own communities. We should allow those communities the freedom to extend those opportunities.
This bill would not do so, but let us work together with all first nations in the spirit of allowing them to fulfill their dreams and their ambitions.
Madame la Présidente, c’est un honneur pour moi de participer à cet important débat aujourd’hui. Je commencerai par citer un grand dirigeant autochtone, Manny Jules:
Laissez-moi être un homme libre, libre de voyager, libre de s’arrêter, libre de travailler, libre de commercer où je veux, libre de choisir mes propres enseignants, libre de suivre la religion de mes pères, libre de parler, de penser et d’agir pour moi-même...
Nous oublions souvent que les Premières Nations jouissaient de ces libertés avant l’arrivée des Européens. Bien sûr, quand les Européens sont arrivés, ils ont adopté une attitude colonialiste, paternaliste et coercitive avec les premiers peuples qui étaient ici depuis longtemps et qui étaient les propriétaires de ce qu’on appelle maintenant le patrimoine canadien. Ils ont imposé un système qui permettait aux gouvernements et à d’autres autorités de dicter le destin des Premières Nations, qui étaient auparavant autosuffisantes et qui avaient des systèmes de commerce et de gouvernance très bien développés qui leur permettaient de subvenir à leurs besoins.
Le chef Jules, qui est maintenant à Kamloops et qui est l’un des grands leaders intellectuels des Premières Nations au pays, aimerait que ces mêmes libertés soient rétablies. Selon lui, la découverte d’objets datant d’avant l’arrivée des Européens montre que des systèmes très sophistiqués de libre-échange et de commerce existaient entre les Premières Nations des Amériques, bien avant que les Européens n'arrivent et que l'on inscrive dans la loi la compréhension qu'ont les Européens, en particulier les Écossais, des marchés. On a découvert, par exemple, dans une partie des Amériques, des objets venant d’ailleurs qui n’ont pu arriver là que grâce aux échanges.
Le chef Jules croit que la prospérité et les possibilités futures pour son peuple résident dans le rétablissement des libertés qui ont été enlevées par tant de politiques paternalistes et colonialistes mal conçues du passé. Malheureusement, ce projet de loi n’atteint pas cet objectif. Au contraire, il ne rend pas ces libertés aux membres des Premières Nations qui en disposaient déjà à juste titre. Le chef Jules a souligné cela au sujet de réalisations qui sont maintenant bien documentées et qui sont bien antérieures à l’arrivée des Européens. Je le cite:
Pensez-vous que tout cela est le résultat de l’intervention des dieux? Ou est-ce parce que nous sommes devenus un système socialiste « naturel » qui a duré des milliers d’années? Ces deux idées n’ont aucun sens.
Ce qu’il demande aujourd’hui, c’est une solution qui rendrait son peuple maître de son destin et lui permettrait de prendre les décisions économiques qui ont une incidence sur la vie de son peuple. À titre d’exemple, le gouvernement fédéral perçoit actuellement 700 millions de dollars de recettes provenant des communautés des Premières Nations, de l’argent gagné par leur travail et l’exploitation des ressources. Ces mêmes communautés doivent ensuite venir à Ottawa réclamer le remboursement d’une partie de cet argent.
Le chef Jules a proposé de donner aux communautés des Premières Nations la possibilité de garder une plus grande partie des revenus qu’elles génèrent. Cela leur permettrait de créer plus de débouchés économiques et d’emplois pour financer des initiatives locales dans les domaines de l’eau potable, des soins de santé et de l’éducation au sein même des communautés. Au lieu de cela, le gouvernement a essayé de maintenir le système colonial qui enlève cet argent à ceux à qui il appartient et oblige les Premières Nations à venir à Ottawa réclamer aux élus cet argent qui leur revient de droit.
Ce système paternaliste va bien au-delà de la fiscalité. Les obstacles réglementaires que le gouvernement fédéral impose sur l’exploitation des ressources et le développement commercial dans les communautés des Premières Nations sont plus contraignants que ceux qu’il impose aux collectivités non autochtones voisines.
Madame la Présidente, je partage mon temps de parole avec le député de St. Albert—Edmonton.
À cause de cela, il est plus difficile pour les communautés qui souhaitent développer leur commerce et leur industrie d’aider les gens à se lancer en affaires. C’est pourquoi il propose de conférer une plus grande autonomie aux communautés des Premières Nations et de réduire l’ingérence des gouvernements fédéral et provinciaux dans leurs affaires. Évidemment, si nous voulons aider les Premières Nations à retrouver les libertés qu’elles ont perdues à l’arrivée des Européens, cette proposition est tout à fait justifiée.
De plus, des dirigeants comme le chef Bear de la Saskatchewan, ont dit que le gouvernement fédéral devrait collaborer avec les Premières Nations qui veulent changer les politiques d’utilisation des terres afin de permettre à leurs résidants d’acheter une maison et de la donner en garantie pour obtenir une hypothèque. Cela permettrait à un plus grand nombre de Premières Nations d’acquérir les capitaux nets, les garanties et la cote de crédit dont elles ont besoin pour bâtir leur avenir. Il nous est impossible de nous lancer en affaires si nous n’avons pas de garantie à offrir pour obtenir un prêt. En raison de l’attitude coloniale et paternaliste d’Ottawa qui gère le système actuel, il est très difficile pour de nombreuses Premières Nations d’obtenir ce droit fondamental auquel peuvent aspirer tous les autres Canadiens vivant hors réserve.
De plus, on applique deux poids deux mesures, au gouvernement et dans tous les partis politiques, sauf le mien, sur la question de l’exploitation des ressources. Aucun des autres partis ne s’intéresse au point de vue des Premières Nations sur l’exploitation des ressources, sauf quand elles décident de bloquer des projets.
Prenons par exemple le projet d’oléoduc Northern Gateway, qui a reçu l’appui de 75 % des communautés des Premières Nations le long du tracé. Il aurait généré 2 milliards de dollars en salaires et autres avantages pour les membres des Premières Nations et il aurait été supervisé par un président-directeur général des Premières Nations. Cela aurait permis aux jeunes des Premières Nations de décrocher des postes d’apprentis, de devenir soudeurs ou monteurs de tuyaux et d’obtenir leur certificat Sceau rouge dans de nombreux autres métiers bien rémunérés et en demande.
Qu’a fait le premier ministre dans ce dossier? Faisant fi de l’obligation de consulter les Premières Nations qui est enchâssée dans la Charte des droits et libertés, il a torpillé le projet et y a opposé son veto, même après que maintes approbations environnementales ont été accordées par des autorités non partisanes, indépendantes et même si 32 des 40 communautés des Premières Nations l’appuyaient.
Dale Swampy est président national de la Coalition nationale des chefs, qui a pour mandat unique de lutter contre la pauvreté dans les réserves en favorisant un développement accru. Il a déclaré que le projet de loi C-15 « ajoute à la confusion quant à savoir qui a l'autorité de fournir ou de refuser le consentement au nom des Autochtones, qu'il s'agisse des chefs et des conseils, de chefs héréditaires ou de petits groupes de militants. Cela signifie également qu'une seule nation peut refuser le consentement — un veto en pratique, sinon en nom — pour des projets qui traversent des dizaines de territoires, qu'il s'agisse de pipelines, de chemins de fer ou de lignes de transport d'électricité. »
N’est-ce pas exactement le genre de colonialisme auquel nous devrions nous opposer, lorsque 19 communautés appuient un programme alors que l’une d’entre elles ne l’appuie pas, et que la volonté des 19 communautés est annulée par celle d’une autre qui a un droit de veto? Ce n’est pas le genre de possibilités et de liberté dont devraient jouir les Premières Nations. Tous les jours, les membres des Premières Nations veulent avoir la possibilité de travailler, d’obtenir un emploi et d’apporter une contribution à leurs propres communautés. Nous devons donner à ces communautés la liberté d’élargir ces possibilités.
Ce projet de loi est un échec à cet égard, mais nous pouvons travailler avec toutes les Premières Nations pour leur permettre de réaliser leurs rêves et leurs ambitions.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-13 15:02 [p.7195]
Mr. Speaker, Enbridge's Line 5 has been consistently sanctioned as safe by the U.S. regulator. Now the governor of Michigan is trying to overrule that federal oversight authority. Enbridge is being pushed into a U.S. court to defend the energy needs of Canadians and the 30,000 jobs in Ontario that depend on Line 5. This pipeline operates under an international agreement signed by our two nations.
For the sake of Canada’s energy security, will the Prime Minister step up and engage with the U.S. president on the enforcement of our treaty?
Monsieur le Président, les autorités de réglementation des États-Unis ont maintes fois reconnu la sécurité de la canalisation 5 d'Enbridge. Pourtant, la gouverneure du Michigan essaie d'avoir préséance sur cet organe fédéral de surveillance. Enbridge est forcé de défendre devant les tribunaux américains les besoins énergétiques des Canadiens et les quelque 30 000 emplois en Ontario qui dépendent de la canalisation 5. Ce pipeline est exploité en vertu d'un accord international signé par les deux pays.
Afin de protéger la sécurité énergétique du Canada, le premier ministre interviendra-t-il en ayant une discussion ferme avec le président américain sur le respect de ce traité?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical energy and economic link between Canada and the U.S. Because of our efforts, it continues to operate today. On Tuesday, the Government of Canada filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan, sending a clear signal as to where Canada stands on this issue.
I want to thank my counterparts, Minister Savage in Alberta, Minister Eyre in Saskatchewan, Minister Rickford in Ontario and Minister Julien in Quebec, for their collaboration and their unity on this issue. This is a full-court press by team Canada, with the support of industry and labour.
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un lien énergétique et économique crucial entre le Canada et les États-Unis. C'est grâce à nos efforts si ce pipeline est encore en fonction aujourd'hui. Mardi, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire d'amicus curiae devant la cour de district du Western District du Michigan pour envoyer un message clair quant à la position du Canada dans ce dossier.
Pour leur collaboration et la solidarité dont ils font preuve dans ce dossier, j'aimerais remercier mes homologues: la ministre Savage, de l'Alberta; la ministre Eyre, de la Saskatchewan; le ministre Rickford, de l'Ontario; et le ministre Julien, du Québec. Ils forment l'artillerie lourde d'Équipe Canada, avec l'appui des ministères de l'Industrie et du Travail.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-13 15:03 [p.7195]
Mr. Speaker, we have seen nothing but incompetence from the natural resources minister. Why do we have to wait for a U.S. mediator to tell us if and how long we can continue to use Line 5. On this file, the minister has done the very least he could and all at the very last moment. Line 5 is a critical piece of energy infrastructure in Canada. It supplies western Canadian oil to eastern refineries and creates good-paying jobs along the way.
If the relationship has never been better between the U.S. and Canada, why does the Prime Minister not pick up the phone, call President Biden and get the Line 5 issue resolved today?
Monsieur le Président, nous n'avons vu que de l'incompétence de la part du ministre des Ressources naturelles. Pourquoi devons-nous attendre qu'un médiateur aux États-Unis nous dise si nous pouvons continuer d'utiliser la canalisation 5 et pendant combien de temps? Dans ce dossier, le ministre n'a fait que le strict minimum à la toute dernière minute. La canalisation 5 est un élément essentiel des infrastructures énergétiques canadiennes qui approvisionnent les raffineries de l'Est en pétrole de l'Ouest canadien tout en créant de bons emplois bien rémunérés.
Si les relations canado-américaines sont meilleures que jamais, alors pourquoi le premier ministre ne veut-il pas téléphoner au président Biden pour régler le dossier de la canalisation 5 dès aujourd'hui?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I take exception to the hon. member's comments. First of all, we are taking the exact approach that the Canada-U.S. special committee asked us to, the same approach that the provinces of Alberta, Saskatchewan, Quebec and Ontario urged us to take.
Canada has filed an amicus brief in the U.S. District Court for the Western District of Michigan. It sends a clear signal as to where Canada stands on this issue. We are encouraged that Enbridge and the State of Michigan continue to participate in the court-ordered mediation process. We are confident it will yield a local solution.
Monsieur le Président, je m'inscris en faux contre les observations du député. Premièrement, nous suivons exactement l'approche recommandée par le comité spécial Canada-États-Unis et l'approche réclamée par l'Alberta, la Saskatchewan, le Québec et l'Ontario.
Le Canada a présenté à la cour de district du Western District du Michigan un mémoire d'amicus curiae qui établit clairement la position du Canada dans ce dossier. Nous trouvons encourageant qu'Enbridge et l'État du Michigan continuent de participer au processus de médiation ordonné par la cour. Nous sommes convaincus qu'il permettra de trouver une solution à l'échelle locale.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-13 17:33 [p.7217]
Madam Speaker, first off, is this 2021? I only ask because, after reading Motion No. 61 moved by my colleague from Edmonton Manning, I wonder if I travelled back in time.
This motion echos the language of another century. It illustrates the deep divide between a green, progressive Quebec that is ready to deal with climate change and an official opposition that, unsurprisingly, is digging in deeper and deeper in oil.
What part of “climate emergency” does the Conservative Party not understand? The Bloc Québécois is firmly against this motion, but I do not have enough time to raise every argument I have against this motion from top to bottom, so I will limit myself to paragraphs (i) and (iii) of the motion.
Paragraph (i) calls on the House to recognize that:
(i) replacing oil and gas with more environmentally sustainable options is not technologically or economically feasible;
I would like to come back to what a former Saudi oil minister said in 2000, “The Stone Age did not end for lack of stone, and the Oil Age will end long before the world runs out of oil.” That is where we are right now.
By saying the transition is not feasible, the motion flatly denies the growth potential of renewable energy in Canada. It is just not true for Quebec, for Canada or for the rest of the world. It is so off the mark that I want to point out that the renewable energy sector has grown at an unprecedented rate, according to the International Energy Agency's 2020 report. According to the IEA, “Last year, the increase in renewable capacity accounted for 90% of the entire global power sector’s expansion”.
Earlier this week, Le Devoir reported on massive wind farms under construction in China. We may have legitimate complaints about China, but it has made huge strides in beginning its transition while maintaining its economic growth.
In the United States, the Biden administration has given the green light to the Vineyard Wind project, which will include 84 turbines producing 800 megawatts and supplying power to 400,000 households. By 2030, wind power projects that are currently under way could supply enough energy for 10 million households.
This transition is not only technologically feasible, it is already under way and is economically necessary. I do not want to dwell on that, so I will simply say that countless investment funds understand this already.
If the Conservative Party is determined to remain in the last century with this unfortunate and backward point of view that will deprive future generations of access to economic progress and prosperity, that is their choice. Just because the Conservatives refuse to consider the immense progress of renewable energy technologies and to recognize their potential does not mean that they do not exist. Willful blindness does have its limits.
Quebec's innovative and creative society, rich in clean energy and renewable resources, is eager to contribute to the post-pandemic world. Where do the Conservative members from Quebec stand on this issue? Do they not have a responsibility to promote the regions they represent? Repeating the same message over and over again, just with different wording, does not make it any more true.
Paragraph (iii) of the motion calls on the House to recognize that:
(iii) Canadian oil and natural gas are produced with the highest environmental standards in the world, and domestic producers are global environmental leaders and responsible corporate citizens;
Here is the truth. Even if Canadian producers complied with the highest environmental standards, we are talking about the standards set for their industry, which is an undeniably polluting industry. Complying with environmental regulations is not a moral accomplishment, nor is it an act of good corporate citizenship; it is a requirement.
Sure, producers make an effort to mitigate some environmental impacts by using technology that improves efficiency. However, the problem remains that greenhouse gas emissions associated with these industries are the primary source of emissions in Canada. These industries, from production all the way to the end use of this resource, account for 81% of our total emissions.
Even more worrisome, the technologies to make operations more efficient simply allow for increased production. There is not a single technology that is capable of reversing the very nature of this industry, which will forever be incompatible with the Paris targets. I remind members that the signatory states to this agreement committed to preventing the climate catastrophes that are threatening life as we know it now, not just for polar bears or belugas, but for humans as well.
Greenhouse gas emissions have reached troubling levels. Greenhouse gas emissions directly produced by energy industries have increased by 38.5% since 1990. In 1990, oil and gas emitted 106 megatonnes of CO2 compared to 195 megatonnes in 2017. In 1990, oil sands operations emitted 15 megatonnes of CO2, while in 2017 they emitted 81 megatonnes.
I remind members that Canada has 0.5% of the world's population and is responsible for 16% of all carbon emissions. I think that the worst phrase I have ever heard is “green oil”. I even am disgusted putting those two words together. The Canadian industry began using another phrase because “green oil” drew outrage. Now we hear “the greenest oil in the world”. No. The oil sands are an environmental disaster that has resulted in clear-cut forests, destroyed landscapes, air pollution and the contamination of water tables. All these sad realities and many others have been well documented.
You cannot develop the third-largest oil field in the world and think you are doing the planet a favour when it comes to climate change. That is not how it works. The Bloc Québécois will repeat this as long as it takes: The government must stop subsidizing fossil fuels. Our position reflects what Quebeckers want. We are proposing that we create wealth and avoid generating even more greenhouse gases.
The Bloc Québécois believes in the principle of a just transition. This involves recognizing that it would be unjust to expect workers and their families to make this transition happen overnight, especially since they are the primary victims of the crisis in the energy sector and of the challenges associated with climate change.
Our leader, the member for Beloeil—Chambly, has said more than once that the obscene amounts of public money, billions of dollars, invested in Trans Mountain should be put towards helping the workers out west through the transition and establishing geothermal, wind and clean energy sources in these areas. The parliamentary secretary was just saying that Trans Mountain shows that government can make a difference. That is true, but only if it acknowledges its mistake.
In a study published in March, Simon Fraser University confirmed that the pipeline will put taxpayers close to $12 billion in the hole. The facts are clear. The government must abandon the pipeline and invest in renewable energy. Even BP, Total and Shell are more lucid than the government. Believe it or not, given shrinking demand for oil, these industries and companies are moving their investments over to green energy.
As the saying goes, a fault confessed is half redressed. Is there any hope that the government will admit it made a mistake and start walking its constant talk about fighting climate change for real? The government loves to use the word “leadership”, it really does, but true leadership shows in actions, policies and responsible legislation. A government embodies leadership when it has the courage to make tough decisions and stick by them.
I still believe that the Conservative Party is not some monolithic organization. Conservative MPs are ready to consider that climate change is the challenge of the century. However I will tread with caution in these considerations because, apart from withdrawing from the Kyoto protocol, the 10-year reign of a Conservative government resulted in the review of the environmental assessment process for the sole purpose of reducing barriers for oil projects, major cuts to climate research, the muzzling of government experts preventing them from speaking publicly on topics related to their expertise, and, now, this motion asking members of the House to celebrate the existence of the fossil fuel industry. Members will forgive the play on words, but it is high time Conservative members pulled their heads out of the tar sands.
I will close with the following words, which are just as important. The current government should stop saying one thing and then its opposite. It should seize, immediately and firmly, the opportunity presented to it, namely to be responsible, diligent and consistent regarding its commitment to put climate action at the centre of all its governmental and environmental decisions.
Other countries have done it. What is the Canadian government waiting for?
Madame la Présidente, je demande d'entrée de jeu: sommes-nous en 2021? Je le demande, parce que, à la lecture de la motion M-61 de mon collègue d'Edmonton Manning, je me demande si je ne suis pas revenue dans le passé.
En effet, cette motion s'inscrit résolument dans le discours d'un autre siècle. Elle illustre la profondeur du fossé qui distingue, d'une part, un Québec vert et progressiste, prêt à affronter les changements climatiques et, d'autre part, une opposition officielle qui, sans surprise, s'enlise de plus en plus dans le pétrole.
Je me demande même ce que le Parti conservateur ne comprend pas dans les mots « urgence climatique ». Le Bloc québécois est résolument contre cette motion, mais le temps dont je dispose ne suffira même pas selon moi à soulever tous les arguments qui invalident les éléments de cette motion, du premier au dernier. Je vais donc me limiter aux points (i) et (iii) de la motion.
Le point (i) demande à la Chambre de reconnaître que:
(i) remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques n’est pas faisable sur le plan technologique ou économique [...]
J'aimerais revenir à ce qu'un ancien ministre saoudien du pétrole a dit en 2000: « L’âge de pierre ne s’est pas terminé parce que le monde a manqué de pierre, et l’âge du pétrole se terminera bien avant que le monde ne manque de pétrole. » Nous y sommes.
En affirmant l'impossibilité de la transition, la motion nie carrément le potentiel de croissance des énergies renouvelables au Canada. C'est contraire à la vérité, autant pour le Québec que pour le Canada et le reste de la planète. C'est tellement faux que je tiens à mentionner la croissance inédite des énergies renouvelables rapportée il y a quelques semaines par l'Agence internationale de l'énergie pour l'année 2020. Selon l'Agence, « [...] la hausse des capacités renouvelables a représenté 90 % de la croissance mondiale du secteur de la production d'énergie ».
Le quotidien Le Devoir rapportait plus tôt cette semaine de phénoménaux chantiers éoliens mis de l'avant par la Chine. On peut avoir des doléances justifiées envers la Chine, mais pour commencer sa transition et maintenir sa croissance économique, ce pays a réellement entrepris des actions concrètes.
Aux États-Unis, le feu vert a été donné par l'administration Biden pour le projet Vineyard Wind, 84 turbines qui produiront 800 mégawatts et qui fourniront de l'électricité à 400 000 foyers. D'ici 2030, les projets d'éolienne en développement pourront fournir assez d'énergie pour 10 millions de foyers.
La transition n'est pas seulement faisable sur le plan technologique, elle est déjà en route et elle est nécessaire aussi sur le plan économique. Sans m'y attarder, je dirais simplement qu'un nombre incalculable de fonds d'investissement l'ont déjà compris.
Si le Parti conservateur est résolument décidé à demeurer dans le siècle dernier avec ce malheureux point de vue — rétrograde — qui nie l'accès aux progrès économiques et à la prospérité des générations à venir, nous lui laissons ses positions. Ce n'est pas parce qu'il refuse de considérer les progrès immenses des technologies liées aux énergies renouvelables et de reconnaître leur potentiel que ceux-ci n'existent pas. L'aveuglement volontaire a quand même ses limites.
La société innovante et créative qu'est le Québec, riche de son énergie propre et de ses ressources renouvelables, ne demande qu'à être mise à profit pour contribuer au monde de l'après-pandémie. Où logent les élus conservateurs du Québec sur cette question? N'ont-ils pas la responsabilité de valoriser les régions qu'ils représentent? Répéter encore et encore quelque chose qui est formulé d'une autre manière ne rend pas les propos plus véridiques.
Pour sa part, le point (iii) de la motion demande à la Chambre de reconnaître que:
(iii) le pétrole et le gaz naturel canadiens sont produits selon les normes environnementales les plus strictes du monde et les producteurs canadiens sont des chefs de file du domaine environnemental à l’échelle mondiale ainsi que des entreprises socialement responsables [...]
Voici maintenant la vérité. Même si les producteurs canadiens respectaient les meilleures normes environnementales, ce sont des normes environnementales pour leur industrie et cette industrie est indéniablement polluante. Respecter la réglementation environnementale, ce n'est pas un accomplissement moral, ce n'est pas un geste de bon voisinage corporatif, c'est une obligation.
Les producteurs font certes des efforts pour mitiger certains impacts environnementaux en recourant à des technologies qui améliorent l'efficience. Cependant, le problème demeure: les émissions de gaz à effet de serre associées à ces industries sont la première source d'émissions au Canada, comptant pour 81 % du total d'émissions quand on parle de la production à l'utilisation finale de la ressource.
Plus préoccupant encore, les technologies visant l'efficacité accrue des opérations résultent, tout simplement, en une production accrue. Il n'existe de près ou de loin aucune technologie capable de renverser la nature même de cette industrie, laquelle restera toujours incompatible avec les objectifs de l'Accord de Paris. Je rappelle que, dans ce dernier, les États signataires ont confirmé leur volonté d'éviter les catastrophes climatiques qui menacent la vie telle que nous la concevons maintenant, pas juste pour les ours polaires ou pour les bélugas, mais également pour les humains.
Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des sommets inquiétants. Les émissions de gaz à effet de serre provenant directement des industries énergétiques ont connu une hausse de 38,5 % depuis 1990. En 1990, le pétrole et le gaz émettaient 106 mégatonnes de CO2. En 2017, ils en émettaient 195 mégatonnes. En 1990, l'exploitation des sables bitumineux émettait 15 mégatonnes de CO2. En 2017, elle en émettait 81 mégatonnes.
Le Canada, je le rappelle, compte pour 0,5 % de la population mondiale et serait responsable de 16 % de tout le carbone rejeté dans l'atmosphère. Je pense que la pire formulation que j'aie entendue sera toujours « pétrole vert ». J'ai même un sentiment de dégoût à prononcer ces deux mots ensemble. Alors, l'industrie canadienne a utilisé une autre formulation, parce que « pétrole vert » soulevait l'indignation. Elle dit maintenant « le pétrole le plus propre au monde ». Non! Les sables bitumineux sont un désastre écologique, de la forêt rasée aux paysages détruits, en passant par la pollution de l'air et la contamination des nappes phréatiques. Toutes ces tristes réalités et bien d'autres sont largement documentées.
On ne peut pas exploiter le troisième plus grand gisement de pétrole au monde et penser qu'on rend service à la planète dans une perspective de lutte aux changements climatiques. Cela ne va pas. Le Bloc québécois le répétera autant de fois qu'il le faudra: le gouvernement doit cesser les subventions aux énergies fossiles. Nous sommes au diapason des aspirations des Québécoises et des Québécois. Nous proposons plutôt de créer de la richesse tout en évitant une nouvelle hausse des gaz à effet de serre.
Le Bloc québécois adhère au principe de la transition juste. Cela implique de reconnaître qu'il serait injuste d'exiger que l'effort soit réalisé d'un seul coup par les gens qui sont les premières victimes de la crise du secteur de l'énergie et des défis posés par les changements climatiques, c'est-à-dire les travailleurs et leur famille.
D'ailleurs, notre chef, le député de Beloeil—Chambly, a dit plus d'une fois, en parlant des sommes indécentes d'argent public investies dans Trans Mountain, qu'il fallait investir ces milliards de dollars dans la transition pour les travailleurs de l'Ouest et développer la géothermie, l'éolien et les sources d'énergie propre pouvant être entièrement implantées dans ces régions. Tantôt, le secrétaire parlementaire disait justement, avant moi, que Trans Mountain montrait qu'un gouvernement peut changer les choses. Oui, s'il reconnaît son erreur.
L'Université Simon Fraser a confirmé, dans une étude publiée en mars dernier, que cet oléoduc engendrera des pertes nettes de près de 12 milliards de dollars pour les contribuables. Les constats sont faits. Le gouvernement doit abandonner ce projet et investir dans des énergies renouvelables. Même BP, Total et Shell sont plus lucides que le gouvernement. Il faut le faire! Devant la baisse de la demande de pétrole, ces industries et ces entreprises procèdent à des transferts d'investissement vers l'énergie verte.
Il y a un dicton en français qui dit qu'une faute avouée est à demi pardonnée. Peut-on espérer que le gouvernement admette son erreur et qu'il se montre conséquent lorsqu'il dit à qui veut l'entendre qu'il entend mener une véritable lutte aux changements climatiques? Le véritable leadership, ce mot qui est choyé et largement surutilisé par le gouvernement, se manifeste dans des actions, des politiques et une législation responsable. Cela s'incarne dans un gouvernement qui a le courage de prendre des décisions difficiles, mais qui s'imposent sans ambiguïté.
Je persiste à croire que les élus conservateurs ne font pas un bloc monolithique uniforme. Ils sont prêts à considérer les changements climatiques comme le défi du siècle. Toutefois, je vais rester prudente sur ces considérations, du fait que le règne de 10 ans d'un gouvernement conservateur a donné, outre le retrait du Protocole de Kyoto, la révision du mode d'évaluation environnementale dans le seul but de réduire les obstacles aux projets pétroliers, les coupes importantes dans la recherche sur la question climatique, l'interdiction pour les experts du gouvernement de s'exprimer publiquement sur des sujets relatifs à leur expertise, et maintenant, cette motion demandant aux élus de la Chambre de célébrer l'existence de l'industrie des énergies fossiles. On me pardonnera le jeu de mots, mais il est grand temps que les élus conservateurs se sortent la tête du sable, même s'il est bitumineux.
Je terminerai sur les mots suivants, qui sont tout aussi importants. Que le gouvernement actuel cesse de dire une chose et son contraire. Qu'il saisisse immédiatement et avec fermeté l'occasion qui s'offre à lui, c'est-à-dire d'être responsable, diligent et conséquent à l'égard de son engagement de placer la lutte contre les changements climatiques au centre de toute son action gouvernementale et environnementale.
D'autres États l'ont fait; qu'attend le gouvernement canadien?
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
I am also frustrated by this comment because of the simple reality that we are talking about a non-renewable resource. That means it will end. The Conservative vision seems to believe that we will still be here, on this planet, if we keep using this resource in the way we are today. I do not agree with this idea and I say this confidently, knowing that most scientists in the relevant fields keep saying repeatedly, in so many different ways, that this is happening, that the climate crisis is here and we fundamentally have to change. The fact that Canada, the government, is not listening is terrifying to me. It is time for bold solutions and investing in a future that leaves our children with a planet that is livable.
All too often when we discuss the shift to a low-carbon reality, Conservatives repeat that it cannot be done, that it is too expensive or that people in Canada do not believe in or stand to support it. Whenever I hear this, it makes me think of a leader I greatly admire, who once told all Canadians “Do not let them tell you that it cannot be done.” What I hear is that the people of Canada expect us to do this. They are becoming more and more disappointed and cynical about feeble government responses to climate change.
Options that are more environmentally sustainable are technologically feasible. The electrification of Canada's vehicles is happening. It is happening faster than was expected. Even the most optimistic experts could not have imagined the progress we are seeing. The results are in: A KPMG survey found that 70% of Canadians want their next car to be electric.
Conservatives admitted this in their late and somewhat confusing plan to fight climate change. I am still a little concerned about their membership voting on whether or not climate change is real, when scientists have been very clear, repeatedly. I am also concerned about the other reality, that Conservatives are unclear on their position regarding climate change and what is happening in our environment. Hopefully, we will see some clarity soon.
Canada knows that to fuel electric vehicles we need non-emitting, clean electrical sources. Already, 80% of Canada's electricity is non-emitting. Renewable solutions like wind and solar projects, combined with utility-grade storage and strategic renewal of our electrical grid, can be built to fill in the difference. These solutions are economically feasible. Wind and solar are the cheapest energy sources on the planet.
Even with this knowledge, Canadians watch as both Conservatives and Liberals throw billions of dollars at the fossil fuel industry, building more and more, larger and larger pipelines in a desperate attempt to pump oil out of the ground faster, right at a time when the oil demand is predicted to decline. The demand must decline, and decline rapidly. As countries look to live up to the Paris targets, it must decline if we are to halt the horrific impacts of climate change. The cost of this inaction is in the trillions of dollars.
Second, the motion says, “Canada's energy needs require the use of oil and gas to heat Canadian homes”. Energy efficiency in our homes and buildings in Canada is one of the lowest-hanging fruits in the fight against climate change. If Canada invested in a serious program to retrofit buildings, reduce energy consumption and change building codes to ensure that new buildings use little to no energy, we can easily get rid of a quarter of our carbon dioxide emissions. The technology is there. Again, Canada needs to ensure that the investment is supported.
The motion also states, “Canadian oil and natural gas are produced with the highest environmental standards in the world”. There is no doubt that most domestic oil and gas producers are doing their very best to reduce their industrial emissions. Yes, we have some of the highest environmental standards in the world, which Canadians expect. This does not change the fact that the oil sands will require an investment of over $200 billion to rehabilitate. This is very concerning, as no company has put that sort of money aside to do this work. In Canada, we see companies abandoning idle wells, and billions of taxpayer dollars will be spent to clean them up.
This motion also states that Canadian resources create Canadian jobs. Our country was built on natural resources. That is why I brought forward Motion No. 53, “Principles for a sustainable and equitable future”. The history of Canada is one rich in resources and the extraction of resources. The reality is that things are changing, and as they change, workers need to be at the core of the solutions. My motion addresses this by asking for workers to be supported during the change and that resources flow from the federal government to all ridings in this country.
Most high-resource industry areas are in rural and remote areas in Canada. Significant wealth has come out of those regions, and when resources change or are limited, they area often left behind. My motion addresses these concerns. While we recognize that addressing the climate emergency is a priority, we also have to make sure that solutions are local and that the potential jobs that are there are invested in to support our workers.
This motion also speaks to the fact that first nations communities receive some income from these projects. This cannot be taken lightly, especially as we must all recognize in this place that where we sit has created legislation for well over 100 years to assure that economic marginalization continues in first nations communities.
As we face the climate crisis, the energy transition is key, and working with innovation and first nations communities must be at the very core of every decision made. We need measures in this country that look at sustainability and support everyday workers, and measures that address fairness and not giving so much power to big corporations that take money and leave Canadians holding the costs of fixing things and workers without a job. The motion does not address this; therefore, I cannot support it.
Cette observation m'exaspère aussi pour la simple raison qu'il s'agit d'une ressource non renouvelable, ce qui veut dire qu'elle finira par s'épuiser. La vision des conservateurs semble reposer sur l'idée que nous puissions continuer de vivre sur cette planète en continuant d'exploiter cette ressource comme nous le faisons actuellement. Je ne souscris pas à cette vision, et je le dis sans réserve, sachant que la plupart des scientifiques dans les domaines concernés ne cessent de répéter de toutes les manières que la crise climatique est en train de se produire et que nous devons apporter des changements fondamentaux. Je suis terrifiée à l'idée que le Canada et le gouvernement n'en tiennent pas compte. Il est temps de trouver des solutions audacieuses et d'investir dans des mesures prometteuses pour léguer une planète habitable à nos enfants.
Quand nous discutons de la transition vers un avenir à faibles émissions de carbone, les conservateurs répètent trop souvent que c'est impossible, que c'est trop cher ou que les Canadiens n'y croient pas ou n'appuient pas une telle démarche. Quand j'entends cela, je pense à un leader que j'admire beaucoup et qui a déjà dit aux Canadiens: « Ne laissez personne vous dire que ce n'est pas possible. » Je crois comprendre que les Canadiens s'attendent à ce que nous fassions cette transition. Ils sont de plus en plus déçus et cyniques face à l'intervention inefficace du gouvernement pour lutter contre les changements climatiques.
La technologie permet maintenant des solutions plus respectueuses de l'environnement. L'électrification des véhicules au Canada est en cours. Elle se produit plus rapidement que prévu. Même les experts les plus optimistes n'auraient pu imaginer les progrès auxquels nous assistons. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Selon un sondage KPMG, 70 % des Canadiens souhaitent que leur prochaine voiture soit électrique.
Les conservateurs l'ont admis dans leur plan tardif et quelque peu déroutant de lutte contre les changements climatiques. Je suis encore un peu préoccupée par le fait que leurs membres votent pour déterminer si les changements climatiques sont réels ou non, alors que les scientifiques ont dit très clairement qu'ils l'étaient, et ce, à maintes reprises. Je suis aussi préoccupée à propos d'une autre réalité, à savoir que les conservateurs ne savent pas trop quelle position adopter par rapport aux changements climatiques et à ce qui se passe dans notre environnement. J'espère que nous aurons droit à des précisions bientôt.
Le Canada sait que pour alimenter les véhicules électriques, il faut des sources d'électricité propres non émettrices. Déjà, 80 % de l'électricité canadienne est non émettrice, et des solutions d'énergie renouvelable comme des projets éoliens et solaires, conjuguées à un stockage commercial et au renouvellement stratégique du réseau électrique, peuvent être mises en place pour combler la différence. Ces solutions sont économiquement réalisables. Le vent et le soleil sont reconnus comme les sources d'énergie les moins chères de la planète.
Bien que tout cela soit connu, les Canadiens voient les conservateurs et les libéraux verser des milliards de dollars à l'industrie des combustibles fossiles et bâtir des pipelines de plus en plus gros et nombreux, dans une tentative désespérée de pomper le pétrole du sol plus rapidement, au moment même où l'on prédit un déclin de la demande de pétrole. Il est certain que la demande diminuera, et ce, rapidement. Tandis que les pays cherchent à atteindre les cibles de l'Accord de Paris, la demande doit diminuer si l'on veut stopper les effets terribles des changements climatiques. Le coût de ne pas agir en ce sens se chiffrerait dans les billions de dollars.
Par ailleurs, on affirme dans la motion que « le Canada a besoin du pétrole et du gaz pour chauffer les maisons ». L'efficacité énergétique des maisons et des immeubles au Canada constitue l'un des objectifs les plus faciles à atteindre dans la lutte contre les changements climatiques. Si le Canada investit dans un programme sérieux de rénovation éconergétique, réduit la consommation d'énergie et modifie le code du bâtiment pour que les nouveaux immeubles utilisent peu ou pas d'énergie, nous pourrions facilement réduire du quart la quantité de dioxyde de carbone que nous émettons. La technologie existe. Encore une fois, le Canada doit soutenir cet investissement.
La motion indique également que « le pétrole et le gaz naturel canadiens sont produits selon les normes environnementales les plus strictes du monde ». Il ne fait aucun doute que la plupart des producteurs canadiens de pétrole et de gaz font de leur mieux pour réduire leurs émissions industrielles. Oui, nous avons des normes environnementales parmi les plus strictes au monde, ce qui correspond aux attentes des Canadiens. Cela ne change rien au fait que les sables bitumineux nécessiteront un investissement de plus de 200 milliards de dollars pour la remise en l'état de l'environnement. C'est très inquiétant, car aucune entreprise n'a mis de côté de telles sommes pour effectuer le travail. Au Canada, nous voyons des entreprises abandonner des puits inutilisés, et des milliards de dollars des contribuables seront dépensés pour les nettoyer.
Cette motion indique aussi que les ressources canadiennes permettent de créer des emplois au Canada. Notre pays a été bâti grâce aux ressources naturelles. Voilà pourquoi j'ai présenté la motion M-53, intitulée « Principes pour un avenir durable et équitable ». L'histoire du Canada est riche en ressources et en extraction des ressources. Les choses sont toutefois en train de changer, et les travailleurs doivent être au cœur des solutions. Ma motion s'attaque à la question en demandant qu'on soutienne les travailleurs tout au long de ce changement et que le gouvernement fédéral appuie financièrement toutes les circonscriptions du pays.
La plupart des zones riches en ressources se trouvent dans des régions rurales ou éloignées du Canada. Ces régions ont été des sources de grandes richesses, mais lorsque leurs ressources changent ou se tarissent, elles sont souvent laissées pour compte. Ma motion vise à s'attaquer à ces préoccupations. Elle admet qu'il faut accorder la priorité à la lutte contre les changements climatiques tout en affirmant qu'il faut veiller à trouver des solutions locales qui permettront de créer des emplois pour nos travailleurs.
La motion fait aussi valoir que certaines communautés autochtones tirent un revenu de ces projets. C'est un aspect qui ne peut être pris à la légère, d'autant plus que nous devons reconnaître que pendant plus d'une centaine d'années, la Chambre où nous siégeons a créé des lois visant à faire perdurer la marginalisation économique des communautés autochtones.
La crise climatique rend la transition énergétique essentielle. Il faut placer l'innovation et les communautés autochtones au cœur de chaque décision. Le Canada doit prendre des mesures tenant compte de la durabilité et venant en aide aux travailleurs, des mesures assurant l'équité et donnant moins de pouvoirs aux grandes sociétés qui, après s'être rempli les poches, laissent les Canadiens payer les pots cassés et les travailleurs au chômage. La motion n'aborde pas ces aspects, par conséquent, je ne peux l'appuyer.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-05-13 17:53 [p.7220]
Madam Speaker, today I rise in the House to speak to this important motion introduced by my colleague and friend, the MP for Edmonton Manning.
I stand in support of Canada's oil and gas sector. I stand on behalf of families in my riding of Essex and the many workers in the energy sector across Windsor and Essex, whose jobs are in jeopardy because of Governor Whitmer's intended closure of the Line 5 pipeline.
Before I get into the issue of Line 5, which is important to my riding, my region, my province and Canadians in Quebec and the east, as well as to the border issue, and the significant contributions of Canada's oil and gas sector as a whole, please indulge me as I share some personal news.
Last weekend I received a promotion, not in this House, but something much more important than that. I went from being a father of three to a father of three and a grandfather of one. As tradition has it in my family I am now known by this precious little boy as “Pip”. My grandson, Levi James Lewis entered the world on May 8. He is the first-born son of proud parents Cody and Grace. As other grandparents in this House can attest, there is no feeling like it. When I left for Ottawa on Sunday he was still in the hospital. Our first meeting was virtual. I can hardly wait to get home to wrap my arms around him.
Now I will get back to the important issue of the day.
With the intended closure of Line 5 much is at stake, not just in the present, but also in the future. As the current government prints money, deficit spends, accumulates massive debt and jeopardizes key industries such as our oil and gas sector, will the next generation be able to provide for their family, own a home or even buy a car?
For over six decades, the Line 5 pipeline has delivered crude oil and other petroleum products across Wisconsin and Michigan to Sarnia through the Straits of Mackinac. In all that time, the pipeline has operated efficiently and responsibly. It has never experienced a leak. The pipeline is tested regularly with the latest and most advanced technology available. Recent inspection reports show that Line 5, from an engineering and integrity perspective, is like new and in excellent condition. Nevertheless, Enbridge has been working on a plan to reroute the pipes through a tunnel beneath the bedrock of the straits.
According to The Daily Mining Gazette:
The Line 5 crossing features an exceptional and incredibly durable enamel coating, and pipe walls that are three times as thick—a minimum of 0.812 inches—as those of a typical pipeline.
It further states:
...renowned for the Hoover Dam [the builder] built Line 5 in an area of the Straits that would minimize potential corrosion due to lack of oxygen and the cold water temperature.
Built in 1953, this feat of engineering, Line 5, currently has 540,000 barrels a day flow through it, providing half of all the supply of light crude oil, light synthetic crude oil and natural gas liquids in Ontario and Quebec. That is a lot of households that rely on this ready supply of crude for their basic needs. While they put the highest value on the importance of protecting our waterways, particularly the magnificent Great Lakes, which just so happen to be in my backyard, they support measures to preserve our environment for future generations. Shutting down this pipeline will have catastrophic consequences in the near future not only for the workers whose livelihoods will be jeopardized, but also for those citizens, communities and industries that are dependent on this pipeline for an affordable supply of energy.
To put it in real terms, this oil heats homes and businesses, fuels vehicles and powers industry. This includes fuelling Ontario's airports, including the Pearson International Airport. As the airline industry makes a comeback, the last thing it needs is fuel shortages at exorbitant costs. Small businesses left in tatters because of the pandemic cannot afford another hit. Workers and their families need the stability these well-paying jobs provide. Many farmers use propane to heat homes, barns and commercial greenhouses, as well as to dry the grain. Sourcing propane elsewhere could drive the costs of agriculture production up, along with the cost of food for Canadian families.
Aaron Henry, the senior director of natural resources and sustainable growth at the Canadian Chamber of Commerce, describes Line 5 as “probably one of the most critical pieces of infrastructure for energy use in Central Canada”. Further, shutting down this pipeline will not reduce the demand: It will only shift the transport to other modes, by truck, rail or ship, with potentially more risks.
The Minister of Natural Resources told the House that “it would take 800 rail cars and 2,000 trucks in Canada alone to move an equivalent amount of petroleum products”.
There is a tendency among environmentalists, in their surrogate legislatures, to minimize the importance of the oil and gas sector and to magnify its supposed negatives. I know that it is fashionable to do so, but I view such tactics as counterproductive as Canada moves in the direction of a greener economy. If we are going to move certain industries to zero emissions, such as the auto sector, we need to root our goals in reality. To do otherwise is to create unnecessary hardship and suffering and to risk energy poverty instead of substantial growth.
Even though ideological opponents of the oil and gas sector are loath to admit it, the revenues from the oil and gas sector provide significant revenue to government coffers. These revenues facilitate transfer payments that benefit all Canadians and allow Canada to afford the social programs upon which all Canadians depend. As well, our technology is among the cleanest and most advanced in the world. We should be capitalizing on that as part of our contribution to our green global initiatives.
The current government's record on the oil and gas industry is among its saddest legacies. It alleges support for Line 5, the minister describing it as non-negotiable, but the government has done little to demonstrate that support. I was encouraged to hear the minister say in QP today that Canada has worked with several provincial ministers of energy to file an amicus brief with the Michigan court. That is commendable, and good news indeed. However, the urgency and importance of keeping Line 5 open for business needs effort on several fronts, not just last-minute court briefs. It also requires political will.
Has the Prime Minister called President Biden? Has he made the case directly to the President for upholding the 1970 treaty with the U.S. that guaranteed the uninterrupted transit of crude oil across the border? In January 2021, the leader of Canada's Conservatives and the official opposition stated:
Enbridge Line 5 is an essential part of our Canadian energy supply chain. The results of the cancellation are clear: immediate and alarming fuel shortages across Ontario and Quebec, increased truck and rail transportation of oil, increased fuel prices, and greater environmental risks.
He went on to say:
[The Prime Minister] and his government need to ensure this vital infrastructure link remains uninterrupted and jobs are not lost. Canada can’t afford another Liberal failure like Keystone XL.
In February 2021, he urged the acting American ambassador to Canada to tell Washington to preserve the Line 5 pipeline to the United States. He appealed to the Americans' self-interest, saying correctly that shutting down Line 5 would have a negative economic impact on both countries.
To wrap up, so far the current government's approach to Line 5 looks a lot like its approach to Keystone XL in November. It is praying for the best and hoping the worst does not come to pass. That is not leadership. Canada needs real action to secure our future.
Today, the leader of the official opposition again raised the issue in the House, saying, “Tomorrow, the Governor of Michigan was to shut down the Line 5 pipeline that is critical to the Canadian economy. After months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government failed again”. These are legitimate questions. The Conservative leader has exemplified true leadership in the defence of Line 5.
In closing, I wish to thank again my colleague, the MP for Edmonton Manning, for introducing this motion and giving me the opportunity to speak to the importance of Line 5. Thousands of Canadians are depending on the government taking action.
Madame la Présidente, je prends la parole à la Chambre aujourd'hui à propos de cette motion importante présentée par mon collègue et ami, le député d'Edmonton Manning.
J'appuie le secteur pétrolier et gazier du Canada. Je défends les intérêts des familles de ma circonscription, Essex, ainsi que des nombreux travailleurs du secteur de l'énergie de Windsor et d'Essex, dont l'emploi est menacé à cause de la gouverneure Whitmer qui veut fermer la canalisation 5.
Avant de parler de la canalisation 5, qui est importante pour ma circonscription, pour ma région, pour ma province et pour les Canadiens du Québec et de l'Est, ainsi que de la question des frontières et des contributions majeures de l'ensemble du secteur pétrolier et gazier du Canada, j'aimerais vous faire part d'une grande nouvelle sur le plan personnel.
En fin de semaine, j'ai reçu une promotion. Pas ici à la Chambre, mais dans un domaine encore plus important de ma vie. Je suis passé de « père de trois enfants » à « père de trois enfants et grand-père d'un petit-enfant ». Comme le veut la tradition dans ma famille, ce gentil petit bout d'homme me connaît désormais sous le surnom de « Pip ». Mon petit-fils, Levi James Lewis, est venu au monde le 8 mai. C'est le premier-né de Cody et Grace, qui n'en sont pas peu fiers. Comme le confirmeront les autres grands-parents ici présents, rien ne se compare à ce sentiment. Quand je suis parti pour Ottawa, dimanche, il était encore à l'hôpital, et notre première rencontre a été virtuelle. Je pense seulement à la première fois que je pourrai le tenir dans mes bras.
Revenons maintenant à la question du jour.
La mise hors service de la canalisation 5 aura de graves conséquences, maintenant et pour l'avenir. Le gouvernement a beau jeu: il dépense comme s'il imprimait de l'argent, il accumule les déficits, il donne à la dette des proportions monstrueuses et il met en péril des pans entiers de l'économie, comme le secteur pétrolier et gazier, mais ceux qui nous suivront, eux, auront-ils les moyens de subvenir aux besoins de leurs proches, d'acheter une maison, ou même une voiture?
Depuis plus de six décennies, la canalisation 5 achemine du pétrole brut et d'autres produits pétroliers jusqu'à Sarnia en passant par le Wisconsin, le Michigan et le détroit de Mackinac. Le pipeline a été exploité de façon efficace et responsable pendant toutes ces années. Il n'y a jamais eu de fuite. Le pipeline fait l'objet de tests réguliers menés au moyen des technologies les plus poussées. Les rapports d'inspection récents montrent qu'au chapitre de l'ingénierie et de l'intégrité, la canalisation 5 est comme une canalisation neuve et en excellent état. Enbridge élabore tout de même un plan en vue de faire passer les tuyaux dans un tunnel placé sous la roche de fond du détroit.
D'après ce qu'on peut lire dans le Daily Mining Gazette:
La partie de la canalisation 5 qui traverse le détroit est recouverte d'une couche d'émail exceptionnelle et incroyablement durable. De plus, les parois de la canalisation sont trois fois plus épaisses — 0,812 pouces au minimum  — que celles d'un pipeline typique.
L'article dit aussi ceci:
[le constructeur], reconnu pour la construction du barrage Hoover, a bâti la canalisation 5 dans une partie du détroit qui permet de minimiser les risques de corrosion étant donné l'absence d'oxygène et la basse température de l'eau.
Construite en 1953 et véritable exploit d'ingénierie, la canalisation 5 transporte actuellement 540 000 barils par jour, soit la moitié de tout l'approvisionnement en pétrole brut léger, en pétrole brut synthétique léger et en liquides de gaz naturel de l'Ontario et du Québec. De nombreux foyers dépendent de cette source fiable d'approvisionnement en pétrole brut pour répondre à leurs besoins de base. S'ils accordent la plus haute importance à la protection des cours d'eau, en particulier des magnifiques Grands Lacs, qui se trouvent d'ailleurs dans ma région, ils soutiennent surtout les mesures qui préservent l'environnement pour les générations futures. La fermeture de cette canalisation aura des conséquences catastrophiques à court terme, non seulement pour les travailleurs dont le gagne-pain sera menacé, mais aussi pour ces gens, ces collectivités et ces industries qui en dépendent pour avoir une source abordable d'énergie.
Pour parler concrètement, ce pétrole chauffe les maisons et les entreprises, fait rouler les véhicules et alimente les industries. C'est notamment le cas des aéroports de l'Ontario, dont l'aéroport international Pearson. Alors que l'industrie du transport aérien est sur le point de se relever, la dernière chose dont elle a besoin, ce sont des pénuries de carburant qui entraînent des prix exorbitants. Les petites entreprises qui vivotent à la suite de la pandémie ne peuvent pas se permettre de subir un autre coup. Les travailleurs et leur famille ont besoin de la stabilité offerte par ces emplois bien rémunérés. De nombreux agriculteurs utilisent le propane pour chauffer des maisons, des granges et des serres commerciales, en plus de s'en servir pour sécher le grain. S'approvisionner ailleurs pourrait faire augmenter les coûts de production dans le secteur agricole ainsi que le prix des aliments pour les familles canadiennes.
Aaron Henry, directeur principal des ressources naturelles et de la croissance durable de la Chambre de commerce du Canada, a affirmé que la canalisation 5 était probablement l'une des plus importantes infrastructures énergétiques dans le Centre du Canada. En outre, la fermeture de ce pipeline n'aurait aucun effet sur la demande: il faudrait transporter la ressource par d'autres moyens comme les camions, les trains et les pétroliers, ce qui entraînerait une augmentation possible des risques.
Le ministre des Ressources naturelles a affirmé à la Chambre qu'il faudrait 800 wagons et 2 000 camions par jour seulement au Canada pour transporter la même quantité de produits pétroliers que celle transportée par la canalisation 5.
Dans les Parlements qu'ils contrôlent, les environnementalistes ont tendance à minimiser l'importance du secteur du pétrole et du gaz et à exagérer les inconvénients qui y seraient associés. Si ces tactiques ont le vent en poupe, elles sont contre-productives pour une transition harmonieuse vers une économie plus verte. Pour que certaines industries, comme le secteur automobile, deviennent carboneutres, il faut des objectifs réalistes. Autrement, nous créerons des problèmes et des souffrances inutiles et nous risquerons de causer une pauvreté énergétique plutôt qu'une croissance importante.
Même si ceux qui s'opposent au secteur pétrolier et gazier pour des raisons idéologiques répugnent à l'admettre, les redevances, l'impôt et les taxes que paie ce secteur représentent un revenu considérable pour le Trésor public. Ces revenus facilitent les paiements de transfert qui bénéficient à tous les Canadiens et permettent au Canada de se payer les programmes sociaux dont dépendent tous les Canadiens. De plus, notre technologie est l'une des plus propres et des plus avancées au monde. Nous devrions miser sur cet atout et le considérer comme une partie de notre contribution à un monde plus vert.
Le bilan du gouvernement actuel relativement à l'industrie pétrolière et gazière constitue l'un de ses legs les plus tristes. Le gouvernement prétend appuyer la canalisation 5, le ministre décrivant son maintien en exploitation comme étant non négociable. Or, le gouvernement fait peu pour manifester cet appui. J'ai été encouragé d'entendre le ministre dire à la période des questions aujourd'hui que le Canada a collaboré avec plusieurs ministres provinciaux responsables de l'énergie pour soumettre un mémoire d'amicus curiae auprès de la cour du Michigan. Je félicite le gouvernement de cette démarche. C'est, en effet, une bonne nouvelle. Toutefois, l'urgence et l'importance de maintenir en exploitation la canalisation 5 nécessitent des efforts sur plusieurs fronts, et non uniquement un mémoire de dernière minute à l'intention de la cour. Il doit également y avoir une volonté politique.
Le premier ministre a-t-il appelé le président Biden? A-t-il présenté directement au président ses arguments pour faire valoir le respect du traité conclu en 1970 avec les États-Unis qui garantit le transit transfrontalier ininterrompu du pétrole brut? En janvier 2021, le chef du Parti conservateur du Canada et de l’opposition officielle a déclaré:
La canalisation 5 d’Enbridge est un élément essentiel de la chaîne d’approvisionnement énergétique canadienne. Les conséquences de l’annulation sont claires: des pénuries de carburant immédiates et alarmantes partout en Ontario et au Québec, l’augmentation du transport de pétrole par camion et par train, l’augmentation du prix de l’essence et des risques environnementaux accrus.
Il a poursuivi en ces termes:
[Justin Trudeau] et son gouvernement doivent assurer que ce lien d’infrastructure vital reste fonctionnel et qu’aucun emploi n’est perdu. Le Canada ne peut pas se permettre un autre échec libéral comme Keystone XL.
En février 2021, il a exhorté l'ambassadrice américaine par intérim au Canada à dire à Washington de garder ouverte la canalisation 5 jusqu'aux États-Unis. Il a fait appel à l'intérêt personnel des Américains, affirmant à juste titre que la fermeture de la ligne 5 aurait des conséquences économiques négatives sur les deux pays.
En conclusion, je dirai que jusqu'à présent, l'approche du gouvernement actuel en ce qui concerne la canalisation 5 rappelle beaucoup celle qu'il a eue dans le dossier Keystone XL, en novembre. Il croise les doigts en espérant que le pire n'arrivera pas. Ce n'est pas du leadership. Le Canada a besoin de mesures concrètes pour assurer son avenir.
Aujourd'hui, le chef de l'opposition officielle a, encore une fois, soulevé la question à la Chambre, en ces termes: « Demain, la gouverneure du Michigan devrait fermer la canalisation 5, qui est essentielle à l'économie canadienne. Après des mois d'inaction, ce matin, quelques heures à peine avant l'échéance, le gouvernement libéral s'est montré encore une fois incapable de prendre quelque mesure que ce soit. » Ces interrogations sont tout à fait légitimes. En défendant la canalisation 5, le chef conservateur a montré ce que cela signifiait qu'être un vrai leader.
Pour terminer, j'aimerais remercier mon collègue, le député d'Edmonton Manning d'avoir présenté cette motion et de m'avoir donné l'occasion de parler de l'importance de la canalisation 5. Le sort de milliers de Canadiens est entre les mains du gouvernement.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is obviously always a pleasure to speak on behalf of the Bloc Québécois and my constituents in Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
Honestly, I do not even know where to start after reading the terms of the motion. I am certainly not the first to do this, but I still want to use these seven minutes to break down this motion together.
The member for Edmonton Manning is calling on the government to recognize that “replacing oil and gas with more environmentally sustainable options is not technologically or economically feasible”.
I see a huge problem right there, because we have many reasons to believe that the opposite is true. It is possible to replace oil and gas with more environmentally sustainable options and it is technologically feasible to do so. In fact, this is already being done in Quebec and in other places. Furthermore, scientists say that oil is a finite fossil fuel energy resource and that we will eventually need to learn to live without it.
Many have already replaced this energy source with electricity produced by wind energy, for example, which is a renewable energy. Wind will always exist, but the same cannot be said for oil.
I would even add that I find it absolutely deplorable that a company like Enercon has to close its Matane plant because wind energy is not valued as much as oil is. I find it absolutely deplorable that a company like Marmen, also in Matane, has to lay off more than half of its employees because it has no work to offer them. The company is not getting enough contracts to produce wind turbine blades because our governments do not place enough value on renewable energy projects.
Instead, the federal government continues to provide subsidies to the oil and gas industry, knowing full well that it will never meet its greenhouse gas reduction targets if it continues to do so.
For the benefit of those who say it is not economically feasible, I reiterate that there are several indications to the contrary. Last June, the International Renewable Energy Agency, an intergovernmental organization with 161 member countries, reported that more than half of the renewable energy capacity added in 2019 was cheaper than any other available option on the fossil fuel side.
The best part of all this is that solar and wind energy prices are going to continue to drop dramatically, which means there is a golden opportunity here to stimulate the economy while doing good for the environment.
With all due respect, the first item of this motion simply does not hold water. It is not only possible but actually necessary to replace oil and gas with greener options, and this is feasible, both technologically and economically.
I would add that the energy transition we must make is fundamental. We must change the ways we produce and consume energy to eliminate our dependency on oil. We can move to a low-carbon economy by replacing fossil fuels with renewable energies. By stating that the transition is impossible, the motion clearly denies the growth potential of renewable energy in Canada. That is just not true, for Quebec and for Canada.
Coming back to the economic argument, it has to be said that the oil and gas industry is primarily responsible for pollution, which is very costly. Greenpeace estimates that it costs approximately $50 billion a year. Besides the economic cost, there is also a cost in terms of human lives. Air pollution contributes to the premature death of approximately 21,000 people in Canada every year.
Therefore, we absolutely must not deny the fact that burning fossil fuels impacts our health and our economy. Decarbonizing the economy helps reduce the economic costs associated with non-renewable energy.
Renewable energy sources are definitely profitable, according to Desjardins and the Caisse de dépôt et placement du Québec, who are increasingly investing in them. The Desjardins Group announced in 2020 that its 17 SocieTerra funds and portfolios would completely move away from oil and pipelines. The investment in fossil fuels went from 5% to 0%. That speaks volumes. Even investment firms think it is time to walk away from oil.
That being said, on top of wind power, hydro and solar power both have a future in Quebec, as do geothermal energy, offshore wind power, tidal power, bioenergy and forest biomass.
In Quebec, the more we power our industries and transportation with our own clean energy, the less we need to import oil and gas, which will do wonders for our trade balance. We will be less dependent on oil and we will pollute less.
I realize that this motion contains several elements and that I will not be able to go over all of them in detail. I certainly had a lot to say on this point. If I may, I would like to quickly address the third part of the motion, which asks the government to recognize that “Canadian oil and natural gas are produced with the highest environmental standards in the world, and domestic producers are global environmental leaders and responsible corporate citizens”.
My colleague from Repentigny said it best, in her brilliant way. According to her, the truth is that even if oil and gas producers meet the highest environmental standards, they are meeting the highest standards set for their industry, which is still a polluting industry. Complying with environmental laws is not a great moral accomplishment, but rather a requirement.
The oil and natural gas producers of Canada are heavily publicizing their measures to minimize environmental impacts, and that is the same talk we hear from the Conservative Party. Even if producers are making efforts to mitigate certain environmental impacts or if they invest in technologies to improve efficiency, the fundamental problem remains: greenhouse gas emissions associated with these industries are the biggest source of Canada's emissions and they are incompatible with meeting our Paris targets and reaching the Liberals' much desired net-zero by 2050.
It is unfortunate to have to say it, but the main objective of producers remains to produce more, to sell more and to export more. I am perhaps in agreement with the part of the motion that says “using Canadian resources creates Canadian jobs”. Indeed, harnessing the power of water to produce hydroelectric energy creates many jobs for many Quebeckers.
The Conservatives often forget that the oil industry is not the only job creator. If renewable energy sources were developed more and if we moved away from fossil fuels, it would certainly create jobs for people who might have lost theirs in another sector.
I also want to say a few words about the fifth point of the motion, which asks the government to recognize that “First Nations involved in Canada's oil and gas industry experience significant and profound positive economic effects, including higher rates of employment, higher incomes, and improved health and educational attainments”.
I assume that the first nations' deep attachment to their lands and the fact that building a pipeline on their lands without their consent is completely unacceptable was purposely omitted. The Conservatives seem to have quickly forgotten about the Wet'suwet'en nation's opposition to TransCanada's Coastal GasLink project since 2010. Their resistance came to a head last January, when the Wet'suwet'en feared a violent repression by the RCMP after an escalation of tensions surrounding the pipeline. I would not be so confident about claiming that first nations fully support of the oil and gas industry. I think we should ask them first.
As for the part of the motion that says that “Canada's oil and gas industry from Western to Atlantic Canada is essential to the well-being of the nation and should be celebrated”, I would just like to note that journalist Andrew Nikiforuk's book Tar Sands was published in French with the subtitle “Canada's shame”. The tar sands certainly do not deserve to be celebrated.
I will close by saying that the Bloc Québécois believes Quebec's future lies in ending our dependence on oil, using our electricity in our transportation, increasing the development of our renewable forest resources, and trying to develop a zero-emission plane.
Balancing the economy and the environment is not a constraint. Rather, it is an opportunity to create wealth. With all due respect to my Conservative colleagues, I think they should start considering this angle instead of clinging to an energy source that belongs in the last century and that is going to disappear one day anyway. That is the only way we will meet our greenhouse gas reduction targets and contribute our share to the global effort.
Madame la Présidente, c'est évidemment toujours un plaisir de prendre la parole au nom du Bloc québécois et au nom des citoyens et des citoyennes d’Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
Honnêtement, je ne sais même pas par où commencer quand je lis le libellé de cette motion. Je ne suis certainement pas la première à me prêter à l'exercice, mais j'ai quand même envie que nous décortiquions la motion ensemble en sept minutes.
D'abord, le député d'Edmonton Manning demande au gouvernement de « [...] reconnaître que,(i) remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques n'est pas faisable sur le plan technologique ou économique [...] ».
D'emblée, je vois là un problème flagrant, parce que plusieurs éléments nous portent à croire que le contraire serait vrai. Il est possible de remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques et c'est faisable sur le plan technologique. En effet, cela se fait déjà, au Québec et ailleurs. En plus, les scientifiques disent que le pétrole est une énergie fossile épuisable, et que, plus tôt que tard, il faudra apprendre à vivre sans.
Plusieurs le font déjà. Ils l'ont remplacé notamment par de l'électricité, qui est entre autres produite par l'énergie éolienne, une énergie renouvelable. Du vent, il y en aura toujours, mais on ne peut en dire autant du pétrole.
J'ajouterais même que je trouve absolument déplorable qu'une entreprise comme Enercon doive fermer son usine de Matane parce que l'éolien n'est pas autant valorisé que le pétrole. Je trouve absolument déplorable qu'une entreprise comme Marmen, toujours à Matane, doive licencier plus de la moitié de ses employés parce qu'elle n'a pas de travail à leur offrir. L'entreprise ne reçoit pas suffisamment de contrats pour produire des pales d'éolienne parce que nos gouvernements ne valorisent pas suffisamment les projets d'énergie renouvelable.
Au lieu de cela, le gouvernement fédéral continue d'offrir des subventions à l'industrie gazière et pétrolière, alors qu'il sait très bien qu'il n'atteindra jamais les cibles de réduction de gaz à effet de serre qu'il s'est fixées s'il continue d'agir de la sorte.
Pour ceux qui disent que ce n'est pas faisable économiquement, je répète que plusieurs éléments nous indiquent le contraire. En juin dernier, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables, une organisation intergouvernementale qui compte 161 pays membres, rapportait que plus de la moitié de la capacité de production d'énergie renouvelable ajoutée en 2019 était moins chère que toute autre option offerte du côté des carburants fossiles.
Ce qu'il y a de plus beau là-dedans, c'est que la diminution rapide des prix de l'énergie solaire et éolienne n'est pas prête de s'arrêter et qu'il y a là une occasion en or de stimuler l'économie tout en faisant du bien à l'environnement.
En tout respect, le premier point de cette motion ne tient tout simplement pas la route. Il est non seulement possible, mais nécessaire de remplacer le pétrole et le gaz par des options plus écologiques, et c'est faisable, autant sur le plan technologique qu'économique.
J'ajouterais que la transition énergétique que nous devons entreprendre est fondamentale. Nous devons changer nos façons de produire et de consommer l'énergie pour nous défaire de notre dépendance au pétrole. La décarbonisation de l'économie passe par le remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables. En affirmant l'impossibilité de la transition, la motion nie carrément le potentiel de croissance des énergies renouvelables au Canada. C'est contraire à la vérité, autant pour le Québec que pour le Canada.
Pour revenir à l'argument économique, il faut dire que le pétrole et le gaz sont grandement responsables de la pollution, et que cette pollution nous coûte extrêmement cher. Greenpeace estime qu'elle coûte environ 50 milliards de dollars par année. Elle n'est pas coûteuse qu'en dollars, elle l'est en vies humaines également. La pollution de l'air contribue au décès prématuré d'environ 21 000 personnes au pays par année.
On ne peut donc absolument pas nier le fait que la combustion des énergies fossiles a des répercussions sur notre santé et sur notre économie. Décarboniser l'économie, c'est contribuer à réduire les coûts économiques liés à l'exploitation des énergies non renouvelables.
Pour ce qui est des énergies renouvelables, elles sont certainement rentables selon Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui misent de plus en plus sur cela. Le Mouvement Desjardins a annoncé en 2020 que ses 17 fonds et Portefeuilles SociéTerre se retiraient complètement du pétrole et des pipelines. La proportion investie dans les énergies fossiles est donc passée de 5 à 0 %. C'est un geste qui en dit long. Même les sociétés de placement pensent qu'il est temps de laisser tomber le pétrole.
Cela dit, en plus de l'apport de l'éolien, l'hydroélectricité et le solaire ont un avenir chez nous, tout comme la géothermie, l'énergie éolienne en mer, l'énergie marémotrice, la bioénergie et la biomasse forestière.
Au Québec, plus nous alimenterons nos industries et nos transports à partir de notre électricité propre, plus nous réduirons nos importations de pétrole et de gaz naturel, et ce sera grandement positif pour notre balance commerciale. Nous serons mois dépendants du pétrole et moins polluants.
Je me rends compte que cette motion comporte plusieurs points et que je ne pourrai malheureusement pas tous les repasser en détail. J'en avais certainement long à dire sur ce point-ci. Si on le veut bien, je m'attarderai rapidement au troisième point de la motion qui demande au gouvernement de reconnaître que « [...] le pétrole et le gaz naturel canadiens sont produits selon les normes environnementales les plus strictes du monde et les producteurs canadiens sont des chefs de file du domaine environnemental à l’échelle mondiale ainsi que des entreprises socialement responsables [...] ».
Ma collègue de Repentigny l'a illustré de façon tout à fait brillante: la vérité, c'est que, même si les producteurs de gaz et de pétrole respectaient les meilleures normes environnementales, ils respecteraient les meilleures normes pour cette industrie, et cette industrie-là demeure polluante. Respecter les lois environnementales n'est pas un grand accomplissement moral, c'est une obligation.
Les producteurs de pétrole et de gaz naturel du Canada publicisent fortement leurs actions pour minimiser leur répercussion sur l'environnement, et c'est le discours que le Parti conservateur tient. Même si les producteurs font des efforts pour mitiger certains impacts environnementaux ou encore investissent dans des technologies qui améliorent l'efficience, le problème fondamental demeure: les émissions de gaz à effet de serre associées à ces industries sont la première source des émissions du Canada et elles sont incompatibles avec l'atteinte des objectifs de l'Accord de Paris et l'atteinte de la carboneutralité tant convoitée par les libéraux d'ici 2050.
C'est dommage à dire, mais l'objectif premier des producteurs demeure de produire plus pour vendre plus et exporter plus. Je suis peut-être d'accord avec cette partie de la motion qui dit que « [...] l’exploitation de ressources canadiennes crée des emplois pour les Canadiens [...] ». En effet, l'exploitation de l'eau par l'hydroélectricité crée de nombreux emplois pour de nombreux Québécois.
Il n'y a pas que le pétrole qui crée des emplois, et les conservateurs l'oublient souvent. Si on valorisait davantage les énergies renouvelables et qu'on délaissait les combustibles fossiles, on créerait très certainement des emplois pour ceux qui auraient perdu le leur dans un autre secteur.
Je me permets également de glisser un mot sur le cinquième point de la motion qui demande au gouvernement de reconnaître que « [...] les Premières Nations participant à l’industrie canadienne du pétrole et du gaz en récoltent des bénéfices économiques considérables, comme des taux d’emploi supérieurs et des salaires supérieurs, mais aussi une amélioration de la santé et du niveau d’études [...] ».
J'imagine qu'on a volontairement oublié de mentionner que les Premières Nations sont également extrêmement attachées à leur territoire et que, de faire passer un pipeline sur leur terre sans leur consentement, c'est tout à fait inacceptable. Les conservateurs semblent avoir rapidement oublié la résistance de la nation Wet'suwet'en au projet Coastal GasLink, de TransCanada, depuis 2010. Cette résistance s'est rapidement envenimée alors que, en janvier dernier, les membres la nation craignaient une violente répression de la GRC à la suite d'une escalade des tensions autour du passage de ce pipeline. Je ne serais pas si rapide à reconnaître la pleine et entière reconnaissance de l'industrie pétrolière et gazière par les Premières Nations. Je pense qu'il faudrait d'abord le leur demander.
Pour ce qui est de la partie de la motion qui dit que « [...] l’industrie canadienne du pétrole et du gaz, de l’Ouest du pays jusqu’en Atlantique, est essentielle au bien-être de la nation et devrait être célébrée », je citerai seulement le titre du livre du journaliste Andrew Nikiforuk: « Les sables bitumineux: la honte du Canada ». Ils ne méritent certainement pas d'être célébrés.
Je terminerai en disant qu'éliminer notre dépendance au pétrole, utiliser notre électricité dans nos transports, transformer davantage les ressources renouvelables de nos forêts, tenter de développer l'avion carboneutre, voilà comment le Bloc québécois entrevoit l'avenir pour le Québec.
La conciliation entre économie et écologie n'est pas une contrainte, elle est une occasion de création de richesse. En tout respect pour mes collègues conservateurs, je pense qu'ils devraient commencer à considérer cette vision au lieu de se raccrocher à une énergie qui appartient au siècle dernier et qui, de toute façon, va un jour disparaître. C'est de cette façon, et seulement de cette façon, que nous réussirons à atteindre nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre et à fournir notre part d'efforts sur le plan mondial.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2021-05-13 18:12 [p.7223]
Madam Speaker, before I begin my final remarks, for God's sake, can anyone tell me what the Bloc Québécois Party stands for?
Today is the last hour of debate on my private member's motion, Motion No. 61, before it goes to a vote next week. It has been a pleasure and an honour to present this motion and to listen to the discussion on it in this place.
I know that I have said before that this motion would call on the House and the government to support our oil and gas industry. I know that I have also said before, and I am happy to say again, that this industry deserves our support. It creates jobs for Canadians, for men and women from coast to coast to coast. These are jobs for Canadians of all stripes and creeds. It also puts food on the table and puts kids through school. It is an industry that I am happy to throw my support behind.
However, that is not all it does. It is also a massive source of government revenue from resource royalties and taxes. It provides a stream of revenue in the billions of dollars to our provincial and federal governments. Right now, while we are fighting a global pandemic, with deficits in the range of hundreds of billions of dollars, these are revenues we need so that we can fund health care programs and schools and support Canadians during the pandemic, which has brought so much hardship to all of us.
Just as importantly, not just to present but to the future Canadians, this industry has been at the forefront of developing green technologies and carbon capture technology. Our oil and gas industry is a world leader in green technologies and innovation, and just as importantly, it is a world leader in environmental preservation and restoration.
Our oil and gas sector needs our support more than ever. Not only is it under attack from special interests groups, but it is now under siege from the American Democrats' green strategy. Keystone XL was shut down by President Biden and now Line 5 is at risk thanks to Michigan's governor, Gretchen Whitmer. This line supplies oil and gas for essential public infrastructure, such as Toronto Pearson International Airport. If Line 5 is shut down, all Canadians from coast to coast to coast will feel the economic downturn, as gas prices will rise drastically across eastern Canada.
I would like to think the choice on how to vote on this motion is rather obvious. Our oil and gas industry does so much for Canadians and for Canada. There are few other industries that provide the triple whammy of good, well-paying jobs for Canadians, revenues to help fund programs in health care and education and an industry-wide commitment to help combat climate change. Our oil and gas sector is an industry that has done so much to help Canadians, directly or indirectly, and it is the reason that hundreds of thousands of Canadians are able to support their families.
As I said in the speech that I delivered when I introduced Motion No. 61, this is an industry that has done so much to support Canada. I think it is time that Canada, the House and this government support it. That is why I am asking that all of my colleagues support this motion, so that we can stand in support of one of Canada's most important industries.
Madame la Présidente, avant de faire mes dernières observations, pour l'amour du ciel, est-ce que quelqu'un peut me dire quelle est la position du Bloc québécois?
C'est la dernière heure de débat prévue sur ma motion d'initiative parlementaire, la motion M-61, avant qu'elle soit mise aux voix la semaine prochaine. Ce fut un plaisir et un honneur de présenter cette motion et d'écouter les députés en débattre.
Je sais que j'ai déjà dit que la motion demanderait à la Chambre et au gouvernement d'appuyer l’industrie canadienne du pétrole et du gaz. Je sais que j'ai aussi dit avant, et je suis heureux de le répéter, que cette industrie mérite notre appui. Elle crée des emplois pour les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Je parle d'emplois pour les Canadiens de tous les horizons et de toutes les croyances. L'industrie du pétrole et du gaz aide les gens à mettre du pain sur la table et à payer les études de leurs enfants. Je suis heureux de l'appuyer.
Cependant, ce n'est pas tout. Ce secteur permet aussi au gouvernement de percevoir énormément de recettes sous forme de redevances et d'impôts. Il permet aux gouvernements provinciaux et fédéral de percevoir des milliards de dollars en recettes fiscales. Alors que nous devons lutter contre une pandémie mondiale et que nous accumulons des déficits qui s'élèvent à des centaines de milliards de dollars, nous avons besoin de ces recettes afin de financer des programmes de santé et des écoles et d'aider les Canadiens à traverser cette pandémie qui a durement touché tous nos concitoyens.
Il est tout aussi important de rappeler, non seulement pour la génération actuelle, mais pour les générations futures, que cette industrie joue un rôle de premier plan dans la conception de technologies vertes et de technologies de captage du carbone. L'industrie pétrolière et gazière est un chef de file mondial en matière d'innovation et de technologies vertes. Il est également à noter qu'elle est un chef de file mondial en ce qui concerne la protection et la restauration de l'environnement.
Le secteur pétrolier et gazier canadien a plus que jamais besoin de notre aide. Non seulement il subit les attaques de certains groupes d'intérêts spéciaux, mais il est maintenant menacé par la stratégie verte des démocrates aux États-Unis. Le projet Keystone XL a été annulé par le président Biden, et maintenant, la canalisation 5 est menacée à cause de la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer. Cette canalisation approvisionne en produits pétroliers et gaziers des infrastructures publiques essentielles comme l'aéroport international Pearson de Toronto. Si la canalisation 5 est fermée, la population de l'ensemble du pays subira un ralentissement économique, puisque le prix de l'essence augmentera énormément partout dans l'Est du Canada.
J'ose espérer que, lors du vote sur la motion, le choix à faire sera plutôt évident. L'industrie pétrolière et gazière soutient énormément les Canadiens et le Canada. Rares sont les autres industries qui offrent les trois avantages suivants: de bons emplois bien rémunérés pour les Canadiens, des recettes qui contribuent à financer des programmes de santé et d'éducation, et un engagement à l'échelle de l'industrie à participer à la lutte contre les changements climatiques. Le secteur pétrolier et gazier a tant fait pour aider les Canadiens, directement ou indirectement, et c'est grâce à lui que des centaines de milliers de Canadiens peuvent subvenir aux besoins de leur famille.
Comme je l'ai dit dans le discours que j'ai prononcé lorsque j'ai présenté la motion M-61, il s'agit d'une industrie qui a énormément aidé le Canada. Je pense qu'il est temps que le Canada, la Chambre et le gouvernement la soutiennent. C'est pourquoi je demande à tous mes collègues d'appuyer la motion, afin que nous puissions soutenir l'une des industries les plus importantes du Canada.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-12 14:12 [p.7103]
Mr. Speaker, it is a sad day for Canada. Through the government's willful ignorance, we are facing yet another crisis in the western Canadian oil and gas sector with the shutdown of Line 5.
Tens of thousands of men and women are concerned about their ability to provide for their families. The government knew back in 2018 that action needed to be taken when Governor Whitmer campaigned and was elected on the promise to shut down Line 5 once and for all. She then sought a legal order to halt the flow of oil and gas through the pipeline by today, May 12, calling it an unreasonable risk for the Great Lakes.
Once again the Prime Minister shows his refusal to act on any western Canadian issue that is critical until it reaches the crisis point, if he acts at all. I cannot help but think maybe a negative outcome is what the Liberals truly want when they reimagined Canada. They are hoping that Governor Whitmer will be re-elected in 2022 and will see her promise fulfilled. This would help the Prime Minister fulfill his promise to phase out the western Canadian oil and gas sector.
Monsieur le Président, c'est un triste jour pour le Canada. L'ignorance crasse du gouvernement a provoqué une autre crise dans le secteur pétrolier et gazier de l'Ouest du Canada, cette fois à cause de la fermeture de la canalisation 5.
Des dizaines de milliers de travailleurs craignent de ne pas être en mesure de subvenir aux besoins de leur famille. Déjà en 2018, quand la gouverneure Whitmer avait promis, pendant sa campagne électorale, de fermer la canalisation 5 pour de bon, le gouvernement savait qu'il fallait agir. Une fois élue, la gouverneure a demandé une ordonnance judiciaire pour faire cesser l'acheminement de pétrole et de gaz par ce pipeline à compter d'aujourd'hui, le 12 mai, soutenant que cet élément d'infrastructure pose un risque déraisonnable pour les Grands Lacs.
Encore une fois, le premier ministre montre qu'il refuse d'intervenir dans les dossiers cruciaux concernant l'Ouest du Canada tant que le point de crise n'est pas atteint, si toutefois il décide d'agir. Je ne peux m'empêcher de penser qu'étant donné le nouveau modèle qu'ils ont imaginé pour le Canada, les libéraux souhaitent peut-être vraiment que les choses tournent mal dans ce dossier. Ils espèrent peut-être que la gouverneure Whitmer sera réélue en 2022 et qu'elle aura tenu sa promesse. Un tel scénario aiderait le premier ministre à tenir sa promesse d'éliminer progressivement le secteur pétrolier et gazier de l'Ouest du Canada.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-12 14:14 [p.7103]
Mr. Speaker, time is up for Enbridge's Line 5, and the government waited until the eleventh hour to take action for Canadians.
Why is this Prime Minister so slow to act? He was slow to close the borders, slow to provide rapid tests, slow to provide Canadians with vaccines and slow to protect jobs in Quebec. This Prime Minister's trademark is being slow to react when Canadians need him to act.
The Liberals waited until the last possible second to do something about Enbridge's Line 5. This Prime Minister's sluggish pace could end up costing Quebeckers dearly, especially the thousands of workers at the Suncor refinery in Montreal and the Valero refinery in Lévis.
Line 5, which is in danger of being shut down today by the Governor of Michigan, supplies about two-thirds of the crude oil refined and consumed in Quebec. Hundreds of engineers, technicians and day labourers are in danger of losing their jobs. The airports in Montreal and Quebec City could run out of fuel. Gas prices across Quebec could skyrocket.
Time is up, and the Liberal government is still incapable of guaranteeing that Enbridge's Line 5 will not be shut down. The 600 Suncor workers and the 460 Valero workers—
Monsieur le Président, il est minuit pour la canalisation 5 d'Enbridge, et le gouvernement a attendu jusqu'à minuit moins une pour agir pour les Canadiens.
Pourquoi ce premier ministre est-il si lent? Il est lent à fermer les frontières, lent à fournir des tests de dépistages rapides, lent à fournir des vaccins aux Canadiens, et lent à protéger les emplois au Québec. C’est la marque de commerce de ce premier ministre, qui est lent à réagir quand vient le temps d’agir pour les Canadiens.
Il a fallu attendre la toute dernière minute pour que les libéraux bougent enfin dans le dossier de la canalisation 5 d’Enbridge. La lenteur de ce premier ministre risque de coûter cher aux Québécois, particulièrement aux milliers de travailleurs des raffineries Suncor de Montréal et Valero de Lévis.
La canalisation 5, qui risque d’être fermée aujourd’hui par la gouverneure du Michigan, fournit environ les deux tiers du pétrole brut raffiné et consommé au Québec. Des centaines d’ingénieurs, de techniciens et de journaliers risquent de se retrouver au chômage. Les aéroports de Montréal et de Québec pourraient être privés de carburant. Le prix de l'essence pour tous les Québécois risque d’exploser.
Il est minuit et le gouvernement libéral est toujours incapable de nous garantir que la canalisation 5 d’Enbridge ne sera pas fermée. Les 600 travailleurs de Suncor et les 460 travailleurs de Valero ...
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-12 14:15 [p.7103]
Mr. Speaker, today is the day Governor Whitmer has ordered Enbridge Line 5 to be shut down. Yesterday, chambers of commerce in Canada and the U.S., our government, trade unions and affected states filed briefs of support in the court case to show support for keeping the line open.
Independent studies show that at least 33,000 jobs will be impacted in both countries if Line 5 is shut down, 23,000 of those in my riding of Sarnia—Lambton, and $21 billion in economic damage would result.
For all the Liberal government's many words to insist it will do everything diplomatically, legally and politically to keep Line 5 open, I am concerned it waited until the last possible moment to file a brief of support.
I call on the Prime Minister to elevate the importance of Line 5 in his discussions with President Biden. Hopefully, a mediated solution will be accepted to support the project that will put the pipeline below the bedrock encased in a tunnel so we can protect the many people across the states and provinces who are worried about their jobs.
Monsieur le Président, la gouverneure Whitmer avait ordonné que la canalisation 5 d'Enbridge soit fermée aujourd'hui. Hier, des chambres de commerce du Canada et des États-Unis, le gouvernement du Canada, des syndicats et les États touchés ont déposé des mémoires en appui au maintien en exploitation de la canalisation aux fins de l'affaire qui est devant les tribunaux.
Des études indépendantes montrent que la fermeture de la canalisation 5 toucherait au moins 33 000 emplois dans les deux pays, dont 23 000 emplois dans ma circonscription, Sarnia—Lambton, et qu'elle causerait des pertes économiques de 21 milliards de dollars.
Bien que le gouvernement libéral dise et répète, avec insistance, qu'il fera tout ce qui est possible sur les plans diplomatique, juridique et politique pour que la canalisation 5 reste ouverte, je trouve inquiétant qu'il ait attendu jusqu'à la dernière minute pour déposer un mémoire à l'appui de ce maintien en exploitation.
Je demande au premier ministre de mettre en valeur l'importance de la canalisation 5 pendant ses discussions avec le président Biden. J'espère qu'une solution issue de la médiation sera acceptée, plus précisément celle de faire passer le pipeline dans un tunnel placé sous le fond rocheux. Cette solution permettrait de protéger les nombreux résidants de divers États et provinces qui craignent de perdre leur emploi.
View Ron Liepert Profile
CPC (AB)
View Ron Liepert Profile
2021-05-11 14:11 [p.7055]
Mr. Speaker, it is now less than 24 hours before Enbridge's Line 5, carrying important petroleum products through Ontario and Quebec, is due to be shut down. If the Michigan governor follows through on her promise, thousands of jobs in western Canada will be in jeopardy. More important, the impact will be felt by Canadians east of the Great Lakes.
When we wake up in the morning, the Minister of Canadian Heritage, who has spent much of his adult life hanging from the sides of buildings protesting pipelines, will have to explain to his constituents why they do not have propane to heat their homes. Liberal MPs from Toronto who want to phase out fossil fuels will have to explain to their constituents why planes carrying vaccines can no longer land at Pearson airport because there is a shortage of jet fuel.
On second thought, maybe Conservative MPs should allow the Michigan governor to shut down this pipeline, because she may be able to drive home a point to political parties in this place that no amount of debate to date could accomplish.
Monsieur le Président, la fermeture prévue de la canalisation 5 d'Enbridge, qui transporte d'importants produits pétroliers en Ontario et au Québec, est dans moins de 24 heures. Si la gouverneure du Michigan tient sa promesse, des milliers d'emplois seront compromis dans l'Ouest du Canada, mais l'impact sera surtout ressenti par les Canadiens à l'est des Grands Lacs.
Demain matin, le ministre du Patrimoine canadien, qui a passé la plus grande partie de sa vie adulte à grimper aux façades d'immeubles pour protester contre les pipelines, devra expliquer aux habitants de sa circonscription pourquoi ils n'ont pas de propane pour chauffer leur demeure. Les députés libéraux de Toronto qui veulent éliminer progressivement les combustibles fossiles devront expliquer aux gens de leur circonscription que les aéronefs qui transportent des vaccins ne peuvent plus atterrir à l'aéroport Pearson, parce qu'il y a pénurie de carburéacteur.
À bien y penser, les députés conservateurs devraient peut-être laisser la gouverneure du Michigan fermer le pipeline. Peut-être pourrait-elle ainsi faire comprendre aux partis politiques de la Chambre un argument qu'aucun débat jusqu'à présent n'a pu leur faire saisir.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:18 [p.7056]
Mr. Speaker, tomorrow the Governor of Michigan wants to shut down the Line 5 pipeline that is critical to the Canadian economy. After many months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government filed an objection with the court.
Is this last-minute legal action an admission that the Prime Minister's outreach to President Biden has failed?
Monsieur le Président, la gouverneure du Michigan veut fermer la canalisation 5 demain alors qu'il s'agit d'un pipeline vital pour l'économie canadienne. Après des mois d'inaction, voilà que ce matin, quelques heures à peine avant l'échéance, le gouvernement libéral a déposé une objection devant les tribunaux.
Ce recours juridique de dernière minute est-il un aveu du premier ministre indiquant que ses pourparlers avec le président Biden ont échoué?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:18 [p.7056]
Mr. Speaker, Line 5 is a critical piece of infrastructure for both Canada and the United States. It is vital for energy workers and families on both sides of the border. Today, the Government of Canada filed a submission in U.S. court in support of the continued safe operation of Line 5 and in support of continued mediation between Michigan and the company.
As we have for many months, Ambassador Hillman and government officials will continue to engage with our counterparts on this important issue.
Monsieur le Président, la canalisation 5 est une infrastructure essentielle à la fois pour le Canada et les États-Unis. Elle est vitale pour les travailleurs du secteur de l'énergie et les familles des deux côtés de la frontière. Aujourd'hui, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire devant les tribunaux américains pour appuyer non seulement la poursuite sécuritaire de l'exploitation de la canalisation 5, mais aussi celle du processus de médiation entre le Michigan et la société pétrolière.
Comme nous l'avons fait durant des mois, l'ambassadrice Hillman et les représentants du gouvernement vont continuer de collaborer avec nos homologues dans cet important dossier.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2021-05-11 14:19 [p.7056]
Mr. Speaker, tomorrow the Governor of Michigan wants to shut down the Enbridge Line 5 pipeline. This closure will affect every worker from Montreal to Lévis. After many months of inaction, this morning, mere hours before the deadline, the Liberal government filed an objection with the court.
Is the Liberal government too late once again to protect Canadian jobs?
Monsieur le Président, la gouverneure du Michigan veut fermer demain la canalisation 5 d'Enbridge. Cette fermeture concernera tous les travailleurs de Montréal à Lévis. Après plusieurs mois d'inaction, ce matin, quelques heures avant la date limite, le gouvernement libéral a déposé une objection au tribunal.
Est-ce que le gouvernement libéral est encore en retard pour protéger les emplois canadiens?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-11 14:19 [p.7056]
Mr. Speaker, quite the opposite. Line 5 is a critical piece of infrastructure both for Canada and the United States and that is why we have been working on this issue for months. It is vital for energy workers and families on both sides of the border. Today, the Government of Canada filed a submission in U.S. court in support of the continued safe operation of Line 5 and in support of continued mediation between Michigan and Enbridge.
As we have for many months, Ambassador Hillman and government officials will continue to engage with the American authorities on this important issue.
Monsieur le Président, c'est tout le contraire. La canalisation 5 est une infrastructure essentielle pour le Canada et les États-Unis, et c'est pour cette raison que nous travaillons là-dessus depuis des mois. Cette canalisation est vitale pour les travailleurs du secteur de l'énergie et pour les familles des deux côtés de la frontière. Aujourd'hui, le gouvernement du Canada a déposé un mémoire devant les tribunaux américains qui appuie la poursuite de l'exploitation sécuritaire de la canalisation 5 et la poursuite de la médiation entre le Michigan et l'entreprise Enbridge.
L'ambassadrice Hillman et d'autres responsables de notre gouvernement continuent d'aborder cette question avec les autorités américaines, comme nous le faisons depuis des mois.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I declare the motion carried.
Pursuant to order made on January 25, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on the motion at second reading stage of Bill C-19.
Je déclare la motion adoptée.
Conformément à l'ordre adopté le 25 janvier, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-19.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-05-10 14:51 [p.6959]
Mr. Speaker, the Lévis and Montreal refineries depend on Line 5 to supply Canadians with 50% of their oil and gas. Thousands of jobs depend on Line 5 continuing to operate. However, the Governor of Michigan has said she wants to shut it down in two days, and the government has done nothing to protect it.
What will the government do in the next 48 hours to protect these jobs?
Monsieur le Président, les raffineries de Lévis et de Montréal dépendent de la canalisation 5 pour fournir la moitié du pétrole et de l'essence à la population. Des milliers d'emplois dépendent de la continuation de la canalisation 5. Cependant, la gouverneure du Michigan a dit vouloir la fermer dans deux jours, et le gouvernement n'a rien fait pour la protéger.
Qu'est-ce que le gouvernement va faire, dans les prochaines 48 heures, pour protéger ces emplois?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is a critical piece of energy infrastructure, vital to North American energy security. We are working on the diplomatic level, we are working on the political level and we are working on the legal level to defend it.
Last week, the House had an emergency debate; there was no daylight between parties. The members for Banff—Airdrie and Sarnia—Lambton suggested that the Leader of the Opposition actually spoke with the Governor of Michigan on this issue. In the spirit of a team Canada approach to this, and this is important, will the hon. member perhaps share with this House what the governor said?
Monsieur le Président, la canalisation 5 est un élément crucial de l'infrastructure énergétique et elle est vitale pour la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord. Nous déployons des efforts sur les fronts diplomatique, politique et juridique pour la défendre.
La semaine dernière, la Chambre a tenu un débat d'urgence sur la question et il est évident que les partis abondent dans le même sens. Les députés de Banff—Airdrie et de Sarnia—Lambton ont laissé entendre que le chef de l'opposition s'était entretenu avec la gouverneure du Michigan sur la question. Dans un esprit de collaboration à la canadienne dans ce dossier — ce qui est important —, le député peut-il faire part à la Chambre de ce que la gouverneure a dit?
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2021-05-10 14:52 [p.6959]
Mr. Speaker, it is no surprise that the minister and the Prime Minister cannot get the governor on the phone themselves, because, of course, they have done nothing but fail in Canada-U.S. relations for the last five years.
They failed to get a buy America exemption, as Harper did under Obama. They failed to resolve the softwood lumber dispute, as Harper did under George W. Bush. They have had three presidents to work with, and yet no concessions whatsoever. The U.S. President will not even intervene right now to help save this vital energy link on which thousands of jobs and our entire energy system in central Canada depend.
Why should we have any confidence that they will do better this time, after their failures the last times?
Monsieur le Président, on ne s'étonnera pas que ni le ministre ni le premier ministre n'arrivent à communiquer par téléphone avec la gouverneure parce que, depuis cinq ans, ils n'ont fait qu'accumuler les échecs dans les relations canado-américaines.
Ils n'ont pas réussi à négocier une exemption à la politique favorisant les achats aux États-Unis, comme l'avait fait le gouvernement Harper avec l'administration Obama. Ils n'ont pas réussi à résoudre le conflit sur le bois d'œuvre, comme le gouvernement Harper l'avait fait avec l'administration de George W. Bush. Ils auraient pu collaborer avec trois présidents, mais ils n'ont obtenu absolument aucune concession. Le président américain n'interviendra même pas pour sauver ce lien énergétique vital dont dépendent des milliers d'emplois et l'ensemble du réseau énergétique du Centre du Canada.
Pourquoi devrions-nous croire que les libéraux feront mieux cette fois-ci, après tous les échecs qu'ils ont accumulés?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I will take that as a non-answer.
At a time when producers and workers in western Canada are concerned about getting their products to market, when consumers are worried about the price of gas and how that will affect the heat in their homes, what have the Conservatives been doing? They have been fundraising off threats to shut down Line 5, fundraising for their election campaign. It is insulting to oil and gas workers and insulting to Canadians who just want to heat their homes.
While Conservatives are focused on improving their bank account, we are standing up for Line 5 with a full team Canada.
Monsieur le Président, je considère que le député n'a pas répondu à la question.
Alors que les producteurs et les travailleurs de l'Ouest du Canada se préoccupent de faire acheminer leurs produits jusqu'aux marchés et que les consommateurs s'inquiètent d'une hausse possible du prix de l'essence et du mazout et des répercussions que cela pourrait avoir sur la facture de chauffage de leur maison, que font les conservateurs? Ils se servent des menaces de fermeture de la canalisation 5 afin de recueillir des fonds pour leur campagne électorale. Une telle attitude constitue une insulte pour les travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière et pour les Canadiens qui souhaitent simplement chauffer leur maison.
Alors que les conservateurs s'emploient à faire grossir leur compte de banque, nous défendons la canalisation 5 avec toute l'Équipe Canada.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 14:54 [p.6960]
Mr. Speaker, today is May 10. In two days, on May 12, the government will fail if the Governor of Michigan closes down Line 5. When is the government going to actually recognize that this is something serious it has to deal with? When is the government going to talk to the Governor of Michigan, and also with the President of the United States, and get this problem solved?
Monsieur le Président, nous sommes aujourd'hui le 10 mai. Dans deux jours, soit le 12, le gouvernement devra admettre son échec si la gouverneure du Michigan met la canalisation 5 hors service. Quand le gouvernement va-t-il enfin comprendre qu'il s'agit d'une urgence dont il doit s'occuper? Quand va-t-il s'adresser à la gouverneure du Michigan et au président des États-Unis afin de régler ce problème?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, Line 5 is not just an issue for producers in Alberta or consumers in Ontario. It supports the entire country. Thousands of jobs depend on it, and thousands of homes depend on it for heating.
We are working closely with Minister Savage in Alberta, with whom I was just on the phone, and with Minister Eyre in Saskatchewan as well. We have been talking with Minister Rickford in Ontario, with Sarnia mayor Mike Bradley, and I have been speaking with Minister Julien in Quebec. This is a full-court press by team Canada.
While the Conservatives are more focused on using this to fundraise, we are standing up for oil and gas workers and defending Line 5.
Monsieur le Président, la canalisation 5 n'est pas seulement utile aux producteurs de l'Alberta ou aux consommateurs de l'Ontario. Non, elle sert à approvisionner le pays tout entier. Des milliers d'emplois en dépendent, et des milliers de ménages ont besoin du pétrole qu'elle transporte pour chauffer leur demeure.
Nous collaborons de près avec la ministre Savage, de l'Alberta — que je viens d'ailleurs d'avoir au téléphone — et avec la ministre Eyre, de la Saskatchewan. Nous sommes également en contact avec le ministre Rickford, de l'Ontario, le maire de Sarnia, Mike Bradley, et le ministre Julien, du Québec — l'Équipe Canada au grand complet, quoi.
Pendant que les conservateurs se servent de ce dossier pour recueillir des fonds, nous préférons défendre les travailleurs du secteur pétrolier et gazier et la canalisation 5.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 14:55 [p.6960]
Mr. Speaker, the Minister of Natural Resources is leaving no stone unturned, he says, and he is looking at all options. That is what he tells us. However, there are 48 hours left before 30,000 jobs and millions of people who depend on them are affected. Fuel shortages, food distribution impacts, essential goods and personal protective equipment not being manufactured are what awaits us if the government does not have a contingency plan in place.
Where is the Prime Minister while his minister is turning over stones and not getting it done?
Monsieur le Président, le ministre des Ressources naturelles dit qu'il ne ménagera aucun effort et qu'il examine toutes les options. C'est ce qu'il nous dit. Or, il reste 48 heures avant que 30 000 emplois ainsi que les millions de personnes qui en dépendent soient touchés par la fermeture. Si le gouvernement ne met pas en place un plan d'urgence, on peut s'attendre à ce qu'il y ait des pénuries de carburant et des perturbations dans la distribution alimentaire, et à ce que des biens essentiels et de l'équipement de protection individuelle cessent d'être produits.
Où se trouve le premier ministre, alors que son ministre ne ménage aucun effort, mais ne livre pas la marchandise?
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House that we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We will work at the political level, at the diplomatic level and at the legal level. We are ready to intervene at precisely the right moment.
We are standing up for energy workers, we are standing up for energy consumers and we are standing up for energy security. People will not left be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. Nous sommes prêts à intervenir au moment opportun.
Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie, les consommateurs d'énergie, et la sécurité énergétique. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Lianne Rood Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, two days, that is all the time that is left before the Line 5 pipeline is set to shut down. My constituents in Lambton—Kent—Middlesex and farmers across southwestern Ontario are worried. Farmers depend upon propane supplied by Line 5. Where and how will they get their propane to heat their barns and greenhouses, and dry their grain?
Will the Prime Minister get on the phone with President Biden and stress the urgency and importance of keeping Line 5 open? There is less than 48 hours left.
Monsieur le Président, il ne reste que deux jours avant que la canalisation 5 ne soit fermée. Les habitants de Lambton—Kent—Middlesex et les agriculteurs du Sud-Ouest de l'Ontario sont inquiets. Les agriculteurs dépendent du propane provenant de la canalisation 5. Où et comment pourront-ils obtenir le propane dont ils ont besoin pour chauffer leurs granges et leurs serres et pour sécher leur grain?
Le premier ministre appellera-t-il le président Biden pour souligner l'urgence et l'importance de garder la canalisation 5 ouverte? Il reste moins de 48 heures.
View Seamus O'Regan Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I can assure the House and the hon. member we are looking at all our options. We will leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We are working at the political level, we are working at the diplomatic level, we are working at the legal level and we will be ready to intervene at precisely the right moment. We will stand up for energy workers and for energy consumers in the country. We are standing up for Canada's energy security. People will not be left out in the cold.
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre et à la députée que nous examinons toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons sur tous les fronts: politique, diplomatique et juridique. De plus, nous serons prêts à intervenir au moment opportun. Nous défendrons les travailleurs du secteur de l'énergie et les consommateurs d'énergie au Canada. Nous défendons la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas laissés pour compte.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 15:36 [p.6966]
Mr. Speaker, I move that the first report of the Special Committee on the Economic Relationship between Canada and the United States, presented on Thursday, April 15, be concurred in.
I will be splitting my time today with the member for Chilliwack—Hope.
Today is May 10. In two days, on May 12, the Governor of the State of Michigan has stated that she will shut down Enbridge Line 5, which provides 540,000 barrels of oil per day to Canadian refineries in Sarnia in southern Ontario, and further feeds facilities in Quebec. It is estimated that 30,000 jobs depend on this important international infrastructure in southern Ontario alone. Today, we are debating concurrence of the report of the Special Committee on the Economic Relationship between Canada and the United States, which was presented to this House on April 15. That was 25 days ago and still there are no signs that the Prime Minister is engaged on this file.
How much of Canada's petroleum needs will be disrupted? In fact, 540,000 barrels per day equates to about 25% of Canada's daily consumption of oil. That shortage will fall on the backs of two provinces, Ontario and Quebec, as it will represent approximately half of the supply of this vital energy feedstock to its economic output as the products refine into inputs for petrochemicals, plastics and textiles, and much more that is at the heart of Canada's manufacturing sector, to heating homes, driving cars and getting goods like food and supplies to markets efficiently and quickly.
In short, cutting off this infrastructure will result in a disastrous outcome for Canada. Tens of thousands of jobs in the supply chain that feeds our economy and a manufacturing sector that has been built on and depends on this critical infrastructure, all waiting, with their fingers crossed, for the outcome. It is safe to say that the closure of this energy infrastructure represents a national energy security emergency. Two days away, yet Line 5 has been threatened with closure since November 13, 2020. Six months have passed. I spoke about this matter needing resolution quickly at that time, but the government frittered its time away.
Enbridge, one of Canada's great companies, has actively engaged with the governor's office, and moved the matter to the U.S. federal court where it seems to belong, yet the governor wants the matter heard in a state court. Nevertheless, the federal court did instruct the parties to enter into mediation discussions, which have been ongoing. It should be noted that the governor would not even return calls from Enbridge on the matter prior to the federal court judge's instructions. Although seemingly a productive exercise, the governor has insisted during mediation talks that she would be shutting down Line 5 on May 12, whatever the process, timing or outcome of mediation discussions. This is hardly a productive or a mediatory stance.
Why is the Governor of Michigan taking on this posture, as unreasonable as it seems to a friendly trading partner, international security partner, energy security partner and environmental progress partner for a line that is an energy lifeblood for her state and other neighbouring states, as well as Canada? Ostensibly, for the safety of water in the Great Lakes Basin, they will shut down a pipeline that has never leaked, in which the company operating it is actively going through state regulatory processes to make it even more secure with an underground concrete tunnel.
The outcome of this misguided approach will move that product to trucks, railcars and barges on the Great Lakes. All of those outcomes have larger environmental footprints and greater environmental risks, even to the Great Lakes, than the intrinsically safe pipeline option. By clear analysis, there are other reasons. The governor is a politician, so it must be politics. For whose benefit, we can speculate, but at whose cost it is clear: Those parties dependent upon this energy infrastructure for their livelihood, their jobs, their farms, the goods they produce, and the heat for homes and barns, so that our food supply is safe; and an international trade relationship between two of the world's most friendly trading nations. This is the fallout of what is really at stake.
The economies of our two countries, Canada and the U.S., have prospered over decades, better than economies elsewhere in the developed world because of our strong trade links and the rule of law that governs our institutions, including our trading relationships. The backbone of this mutually beneficial trade relationship is our infrastructure and the fundamentally most important part of that infrastructure is our energy infrastructure. Previous governments, of all stripes in Canada and the U.S., have recognized this importance.
In 1977, our two governments signed the Transit Pipelines Treaty to ensure that the energy transportation and trade between our two nations did not suffer because of political whims or short-term self-interest at the expense of our joint long-term prosperity and security and, yet, here we are. A state government is acting unilaterally, seemingly in direct contravention of our international treaty. It begs the question as to whether there is any meaning behind the words in that treaty or we have a trade partner that recognizes a Canadian government that either does not want to stand up for Canada's energy security or perhaps does not know how. Surely it cannot be because the Government of Canada does not recognize the importance of the infrastructure and the associated energy security.
It follows on our country's disastrous showing in renegotiating the new NAFTA, CUSMA, and a negotiating strategy where Canada did not show up with the real issues to be discussed for our benefit until too late. At one point, we were excluded from the trade discussions because the other parties did not take us seriously. No one was there to solve the emerging issues between our countries. In the end, we ended up with far less in the trade agreement than we had in the previous agreement, and our elected officials were relieved to sign it because it could have been so much worse. A victory is now defined by the current government as doing worse, but not losing completely. The bar is being lowered.
Since then, the U.S. has continued to ignore the trade treaty's terms on steel and aluminum and now is pursuing a buy America policy in which Canada is an outsider. So much for preferential access to our markets. So much for free trade. So much for trade treaties. So much for Canada's standing up for the terms it negotiates in these agreements. The current government will roll over on any trade issue. We need to get serious.
Monsieur le Président, je propose que le premier rapport du Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis, présenté le jeudi 15 avril, soit agréé.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Chilliwack—Hope.
Nous sommes aujourd'hui le 10 mai. La gouverneure du Michigan a annoncé que, dans deux jours, soit le 12, elle mettra hors service la canalisation 5, qui fournit 540 000 barils de pétrole par jour aux raffineries de Sarnia, dans le Sud de l'Ontario, et alimente aussi celles du Québec. Seulement en Ontario, ce sont environ 30 000 emplois qui dépendent de cette infrastructure transfrontalière. Aujourd'hui, nous débattons du rapport du Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États­Unis, dont la Chambre a été saisie le 15 avril. Pas moins de 25 jours se sont écoulés depuis, et le premier ministre n'a pas encore fait mine de s'intéresser à ce dossier.
Dans quelle mesure les besoins en pétrole du Canada seront-ils bouleversés? En fait, 540 000 barils par jour équivalent à environ 25 % de la consommation quotidienne de pétrole du Canada. La pénurie va se faire sentir dans deux provinces, l'Ontario et le Québec, car elle coupera environ de moitié l'approvisionnement en cette matière première énergétique qui est essentielle à la production économique — les produits raffinés servant à la fabrication de produits pétrochimiques, de plastiques et de textiles, et bien d'autres choses encore, qui sont au cœur du secteur manufacturier du Canada —, au chauffage des habitations, au fonctionnement des véhicules et à l'acheminement efficace et rapide de marchandises comme les aliments et les fournitures vers les marchés.
Bref, la fermeture de cette infrastructure aura un effet désastreux pour le Canada. Des dizaines de milliers d'emplois dans la chaîne d'approvisionnement qui alimente l'économie et un secteur manufacturier qui s'est établi grâce à cette infrastructure et qui en dépend; tous attendent, les doigts croisés, l'issue de la situation. On peut dire sans se tromper que la fermeture de cette infrastructure énergétique représente une urgence en matière de sécurité énergétique nationale. La canalisation 5 est pourtant menacée de fermeture depuis le 13 novembre 2020, et nous sommes à deux jours du dénouement. Six mois se sont écoulés. J'ai dit à l'époque que la question devait être résolue rapidement, mais le gouvernement a laissé traîner les choses.
Enbridge, l'une des grandes entreprises du Canada, communique activement avec le bureau de la gouverneure et a soumis le dossier à la Cour fédérale des États-Unis, qui semble être l'entité chargée de ce type de cas. Pourtant, la gouverneure veut que l'affaire soit portée devant un tribunal de l'État. La Cour fédérale a néanmoins statué que les parties devaient entamer des négociations par l'entremise d'un médiateur, et ce processus se poursuit à l'heure actuelle. Il est bon de souligner que la gouverneure ne retournait pas les appels d'Enbridge en lien avec ce dossier avant que le juge de la Cour fédérale ne donne ses instructions. Lors des négociations, bien que ce processus semble productif, la gouverneure a insisté sur le fait qu'elle allait fermer la canalisation 5 le 12 mai, et ce, peu importe la démarche de médiation choisie pour mener les discussions, le moment où elles auront lieu et leur résultat. Il est difficile d'y voir une attitude propice à l'atteinte de résultats ou de compromis.
Pourquoi la gouverneure du Michigan adopte-t-elle une attitude aussi déraisonnable envers un bon partenaire commercial, un partenaire international en matière de sécurité, un partenaire de sécurité énergétique de même qu'un partenaire sur le plan des progrès environnementaux pour une canalisation qui sert de lien énergétique vital pour son État, les États avoisinants et le Canada? Manifestement, pour la sécurité des eaux du bassin des Grands Lacs, elle va fermer un pipeline qui n'a jamais fui et dont l'exploitant respecte rigoureusement les processus réglementaires de l'État afin de le rendre encore plus sécuritaire au moyen d'un tunnel souterrain en béton.
À cause de cette approche malavisée, on en sera réduit à assurer le transport du pétrole par camion, wagon et barge sur les Grands Lacs, toutes des solutions dont l'empreinte et les risques environnementaux sont plus grands, même pour les Grands Lacs, que la solution intrinsèquement sûre du pipeline. Il y a donc d'autres raisons; c'est évident. La gouverneure est une politicienne; il doit donc s'agir de politique. Au bénéfice de qui? On peut faire des hypothèses, mais il est évident que cela se fera au détriment des parties qui dépendent de cette infrastructure énergétique pour leurs subsistances, leurs emplois, leurs fermes, les biens qu'elles produisent et le chauffage dans leurs maisons et leurs granges, et au détriment de liens commerciaux internationaux entre les nations commerçantes les plus amicales au monde. C'est ce qui est réellement en jeu, dans ce dossier.
L'économie du Canada et celle des États-Unis ont prospéré au fil des décennies. Elles ont mieux fait que celle des autres pays développés en raison de la solidité de nos liens commerciaux et de la règle de primauté du droit qui régit nos institutions, notamment nos relations commerciales. L'épine dorsale de ces relations commerciales mutuellement bénéfiques est notre infrastructure et la partie la plus importante de cette infrastructure est, fondamentalement, notre infrastructure énergétique. Les gouvernements canadiens et étatsuniens précédents, toutes allégeances confondues, ont reconnu cela.
En 1977, nos deux gouvernements ont signé l' Accord concernant les pipe-lines de transit afin que le transport et le commerce de l'énergie entre nos deux pays ne souffrent pas de changements d'humeur politique ou d'intérêts personnels à court terme, aux dépens de notre prospérité et de notre sécurité communes à long terme et, pourtant, c'est là où nous en sommes. Le gouvernement d'un État agit unilatéralement, en violation apparente de notre traité international. C'est à se demander si les mots de ce traité ont un sens ou si notre partenaire commercial a compris que le gouvernement canadien ne veut pas défendre la sécurité énergétique du Canada ou, peut-être, ne sait pas comment s'y prendre pour ce faire. La situation ne peut certainement pas s'expliquer par l'incapacité du gouvernement du Canada de reconnaître l'importance de l'infrastructure concernée ni de la sécurité énergétique qui y est associée.
Rappelons que le Canada a vraiment fait piètre figure pendant la négociation du nouvel ALENA, l'Accord Canada-États-Unis-Mexique, alors qu'il a eu pour stratégie d'attendre trop longtemps avant d'aborder les vrais enjeux dont il fallait discuter pour défendre les intérêts du pays. À un certain moment, le Canada a été exclu des discussions commerciales parce que les autres parties ne le prenaient pas au sérieux. Personne n'était sur place pour résoudre les nouvelles questions qui émergeaient. Au final, nous avons obtenu un accord commercial beaucoup moins favorable que le précédent, et nos élus l'ont signé avec soulagement parce qu'il aurait pu être bien pire encore. Le gouvernement actuel considère maintenant comme une victoire le fait de perdre du terrain mais sans perdre complètement. La barre est vraiment basse.
Depuis, les États-Unis continuent de faire fi des dispositions du traité portant sur l'acier et l'aluminium, et ils mettent maintenant de l'avant une politique d'achat de produits américains qui exclut le Canada. L'accès préférentiel aux marchés en prend pour son rhume, tout comme le libre-échange et les traités commerciaux, et le Canada ne lutte pas pour faire respecter les dispositions des traités qu'il a négociés. Le gouvernement actuel s'incline chaque fois. Il faut reprendre les choses en main.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
Canada's standing in the world, economically and diplomatically, has declined precipitously in the past six years. We are viewed as a non-serious world player more concerned with virtuous statements than fulfilling any objectives or standing for any principles. The ranking of our competitiveness has fallen from fifth in the world to 13th, between 2015 and 2019. In foreign affairs, we have moved to a status where trade disputes are handled by our trade partners with hostage diplomacy.
It is as if we can foresee the headlines for 2030: When did Canada lose its relevance in the world? The world will point to this period, a period when an aimless, disinterested, non-serious government spoke virtuous words of all it stood for and then delivered no tangible results. It failed to recognize Canada's strengths, its role in the world and its ability to add value to world events. It lost sight of getting things done. It could not build domestic pipelines after cancelling some of its most promising ones, delaying others and making the process for approving infrastructure opaque, adding years to regulatory process. Accountability and oversight disappeared and Canadians were not paying attention to the incompetence. Canada was, is, led by a government intent on staying in power at all costs, including the future of the country itself. Then a foreign government, our most important trading partner and ally, ignored a treaty between our two countries and allowed the shutdown of a key piece of infrastructure on which Canada's energy security depends. Why did the Government of Canada not engage adequately with the U.S. government? Perhaps it was because the interest groups that supported the Governor of Michigan were the same ones on which the Government of Canada relied for its own virtue signalling; or, perhaps it was just an incompetent Prime Minister who did not know that international engagement meant getting involved in personal diplomacy with his U.S. counterpart when Canada's interests were at grave risk.
Line 5 is recognized as a critical piece of international infrastructure, and its regulation is overseen by PHMSA in the United States. The Canadian equivalent would be the Department of Transport. Other critical departments that should be actively involved in this file include foreign affairs, international trade and energy. This issue requires a whole-of-government approach and the leader of that effort should be the Prime Minister. Delegating this matter to the Minister of Natural Resources does not accord it the importance it requires. We need to do better. The Prime Minister needs—
Sur les plans économique et diplomatique, la réputation du Canada dans le monde a chuté rapidement au cours des six dernières années. Le Canada est vu comme un acteur qui manque de sérieux et qui aime mieux faire des déclarations vertueuses qu'atteindre des objectifs ou défendre des principes. Au chapitre de la compétitivité, le Canada est passé de la 5e à la 13e place à l'échelle internationale entre 2015 et 2019. Dans le domaine des affaires étrangères, nos partenaires commerciaux profitent du statut actuel de notre pays et ont recours à la diplomatie des otages pour régler des différends commerciaux.
Dans les journaux de 2030, on pourrait s'attendre à de grands titres comme: « Quand le Canada a-t-il perdu son importance sur la scène internationale? » Le monde désignera la période actuelle, une période où un gouvernement indifférent, sans vision et incapable de faire preuve de sérieux a tenu un discours vertueux sur ce qui lui tient à cœur sans toutefois obtenir de résultats concrets. Il n'a pas su tirer parti des forces du Canada, du rôle qu'il occupe dans le monde et de sa capacité à apporter sa contribution sur la scène internationale. Il a oublié de se concentrer sur les résultats. Il n'a pas su mener à bien des projets de pipeline au Canada après avoir annulé certains projets parmi les plus prometteurs, retardé d'autres projets et rendu le processus d'approbation des projets d'infrastructure moins transparent, ajoutant ainsi des années au processus réglementaire. On a cessé de rendre des comptes et d'exercer une surveillance, et les Canadiens n'ont pas porté attention à cette incompétence. Le Canada a été et est encore dirigé par un gouvernement qui veut rester au pouvoir à tout prix, même s'il doit compromettre l'avenir du pays. Par ailleurs, le gouvernement d'un autre pays, le principal allié et partenaire commercial du Canada, a fait fi d'un traité entre les deux pays en autorisant la fermeture d'un élément d'infrastructure essentiel à la sécurité énergétique du Canada. Pourquoi le gouvernement du Canada n'est-il pas intervenu adéquatement auprès du gouvernement des États-Unis? C'est peut-être parce que les groupes d'intérêt qui ont appuyé la gouverneure du Michigan sont les mêmes groupes sur lesquels le gouvernement du Canada s'appuyait pour faire étalage de sa vertu, à moins que ce soit simplement parce que nous sommes en présence d'un premier ministre incompétent qui ne savait pas que la collaboration internationale comprenait aussi le fait de participer personnellement aux efforts diplomatiques auprès de son homologue des États-Unis lorsque les intérêts du Canada étaient gravement menacés.
La canalisation 5 est considérée comme un élément d'infrastructure internationale essentiel. Aux États-Unis, sa réglementation relève de la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration. Au Canada, ce genre de dossier relève du ministère des Transports. D'autres ministères clés devraient s'engager activement dans ce dossier, y compris les ministères responsables des affaires étrangères, du commerce international de l'énergie. Ce dossier exige une approche pangouvernementale, et les efforts devraient être menés par le premier ministre. Confier ce dossier au ministre des Ressources naturelles, ce n'est pas lui accorder l'importance qu'il mérite. Nous devons faire mieux. Le premier ministre doit...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 15:46 [p.6968]
Madam Speaker, the Conservative opposition party continues its shameful, destructive force on the floor of the House of Commons. It is simply amazing. Canadians are concerned about the pandemic, among other things, and the Conservatives still want to play political partisan games in the House. There was an emergency debate on the issue, yet the Conservatives have not seen fit to put it as one of the opposition days. When will the Conservatives start recognizing what Canadians want, get serious and allow government legislation to move forward. Why the constructive moves coming from the Conservative Party day in and day out?
Madame la Présidente, l'opposition conservatrice continue d'agir comme une force destructrice et honteuse à la Chambre des communes. C'est tout simplement renversant. Les Canadiens s'inquiètent au sujet de la pandémie, entre autres, et les conservateurs persistent à se livrer à des jeux partisans à la Chambre. Un débat d'urgence a été tenu sur la question, et les conservateurs n'ont pas cru bon d'y consacrer une journée de l'opposition. Quand les conservateurs comprendront-ils que les Canadiens veulent les voir faire preuve de sérieux et laisser les projets de loi du gouvernement suivre leur cours? Pourquoi les conservateurs posent-ils constamment des gestes constructifs?
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 15:47 [p.6968]
Madam Speaker, I thank my colleague on the other side of the House for that Freudian slip.
This is very constructive. This is about Canadian jobs. This is about one of the most important issues for the future of Canada and a pattern we see happening. We are speaking up loudly at this point in time for the interests of Canadians and asking the Prime Minister to meet with the U.S. President and get this matter resolved along the terms of the transit pipelines treaty today or tomorrow. The deadline set by the Governor of Michigan is at our door. When will the Prime Minister act?
Madame la Présidente, je remercie le député d'en face de ce lapsus freudien.
C'est très constructif. Des emplois canadiens sont en jeu. Le débat porte sur l'une des questions les plus importantes pour l'avenir du Canada et sur une tendance qui se dessine. Nous parlons haut et fort dans l'intérêt des Canadiens et demandons que le premier ministre rencontre le président des États-Unis et règle la situation conformément à l'Accord concernant les pipe-lines de transit, aujourd'hui ou demain. La date limite fixée par la gouverneure du Michigan arrive à grands pas. Quand le premier ministre passera-t-il à l'action?
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, listening to the member for Calgary Centre and his speech when opening this debate, I think pretty much everybody in this House wants this dispute settled and settled quickly. It is undoubtedly going before the courts, and part of that is based on the transit pipelines treaty, which he mentioned a couple of times. The treaty also states that it is “subject to regulations by the appropriate governmental authorities”. I am not a lawyer, but I would assume that might include state authorities, so this could go on and on.
I wondered, beyond what we did in the emergency debate last Thursday, what the member thinks we could be doing here to move this forward. We all care about those thousands of jobs in Ontario and Quebec and I just do not see the point of this debate here today.
Madame la Présidente, après le discours du député de Calgary-Centre qui a lancé le débat, je pense que pratiquement tous les députés veulent que ce différend soit réglé et qu'il le soit sans délai. Il ne fait aucun doute que la question ira devant les tribunaux, et c'est en partie en raison de l'Accord concernant les pipe-lines de transit, qu'il a mentionné à quelques reprises. L'Accord indique aussi que les pipelines « seront soumis à la réglementation des autorités gouvernementales appropriées ». Je ne suis pas avocat, mais je suppose que cette disposition pourrait inclure les autorités des États. Le différend pourrait donc s'étirer.
Je me demande ce que le député pense que nous pouvons faire, au-delà du débat d'urgence que nous avons eu jeudi dernier, pour faire avancer ce dossier. Nous nous soucions tous de ces milliers d'emplois en Ontario et au Québec, mais je ne vois pas à quoi sert ce débat aujourd'hui.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 15:49 [p.6969]
Madam Speaker, we are talking about accepting a parliamentary report, the Enbridge Line 5 interim report, from a parliamentary committee. This is a concurrence motion today to get this on the table two days before this line shuts down. We have been calling on the Prime Minister to get actively engaged in this file for several months now. It is not happening without his engagement. I appreciate that the member on the other side does not understand the difference between federal primacy and international treaties versus state regulation, but it is a transit pipeline treaty for the security of two nations, which was designed that way and is meant to overrule all the other regulations, except for of course safety. We are looking at a very important international treaty here that is at risk.
Madame la Présidente, il s'agit d'adopter le rapport d'un comité parlementaire, le rapport intérimaire sur la canalisation 5 d'Enbridge. Cette motion d'adoption vise à étudier cette question deux jours avant la fermeture de la canalisation. Nous demandons au premier ministre de participer activement à ce dossier depuis plusieurs mois maintenant. La situation ne sera pas résolue sans sa participation. Je peux comprendre que le député d'en face ne saisisse pas la différence entre la primauté fédérale dans les traités internationaux et la réglementation d'État. Toutefois, l'Accord concernant les pipe-lines de transit assure la sécurité de deux pays. Il a été conçu de cette façon et doit prévaloir sur toutes les autres réglementations, à l'exception des questions de sécurité, bien sûr. Nous parlons d'un traité international très important qui est menacé.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-10 15:50 [p.6969]
Madam Speaker, very quickly I would add that we did canvass the issue in an emergency debate. It is a legitimate concern of the State of Michigan to protect the waters of the Great Lakes, but we all agree a solution must be found. This is an existing route and it should be maintained by one means or another.
I would say this very quickly to the hon. member. He mentioned in debate the other night that losing the energy chapter of NAFTA in the new CUSMA somehow hurt Canada's energy security. I actually believe it is the opposite since that section only served to ensure that whatever quantity of fossil fuels or any product Canada was exporting to the U.S. would have to be maintained in perpetuity for those energy products. For instance, even if we were running out of our supplies of natural gas we would be required to continue to sell whatever share the U.S. got at its highest level. Would he not agree this is an improvement to have autonomy?
Madame la Présidente, très rapidement, je voudrais ajouter que nous avons débattu de cette question dans le cadre d'un débat d'urgence. L'État du Michigan a raison de vouloir protéger les Grands Lacs, mais nous réalisons tous qu'il faut trouver une solution. Il s'agit d'un tracé existant qu'il faudrait maintenir d'une façon ou d'une autre.
J'ai quelque chose à dire au député, très rapidement. L'autre soir, pendant le débat d'urgence, il a affirmé que l'élimination du chapitre de l'ALENA sur l'énergie dans le nouvel Accord Canada—États-Unis—Mexique nuisait à la sécurité énergétique du Canada. Je crois que ce serait plutôt l'inverse, puisque tout ce que prévoyait ce chapitre, c'est d'obliger le Canada à maintenir à perpétuité les niveaux d'exportation pour tous les combustibles fossiles et tous les autres produits énergétiques vers les États-Unis. Par exemple, s'il devait y avoir une pénurie de gaz naturel au Canada, le pays devrait tout de même continuer à vendre aux États-Unis la même quantité que le niveau maximal atteint. Le député ne croit-il pas qu'avoir plus d'autonomie est un avantage?
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-05-10 15:51 [p.6969]
Madam Speaker, that is a good question. The actual terms of the energy agreement in the former NAFTA was a proportional sharing agreement. It was not an absolute sharing agreement to the highest levels that we provide to the U.S.; it was a proportional sharing agreement so that if in some emergency or international incident we had to cut back one-quarter to the U.S. we would be incumbent to cut back one-quarter of our own supplies, as would the U.S. if we think about the way this product goes across the borders in both its raw and finished states. It is called a treaty for a reason, so that we can get some solidity on our energy security as an economy going forward.
Madame la Présidente, c'est une bonne question. En fait, l'entente sur l'énergie dans l'ancien ALENA prévoyait un partage proportionnel. Il n'était pas question de valeur absolue de la quantité maximale exportée aux États-Unis; il s'agissait d'une entente de partage proportionnel, qui faisait que, advenant une situation d'urgence ou un incident international contraignant le Canada à réduire d'un quart ses exportations aux États-Unis, il aurait dû réduire d'un quart ses propres réserves, et ce serait la même chose pour les États-Unis, si on pense à la façon dont ces produits traversent la frontière, autant sous leur forme brute que sous leurs formes raffinées. Ce n'est pas pour rien qu'on parle d'un traité; l'idée est de consolider la sécurité énergétique du pays en vue de soutenir notre économie dans le futur.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2021-05-10 15:52 [p.6969]
Madam Speaker, it is a pleasure to share time with the member for Calgary Centre, who did an excellent of job laying out the Conservative Party's frustration with this situation.
The potential shutdown of Line 5 has been on our radar since November of 2020 and, once again, the government has ignored a deadline or failed to manage to a deadline. We are now two days away from that deadline and we have not heard much from the government.
I find it quite interesting that the parliamentary secretary to the government House leader has declared a discussion on Line 5 and the tens of thousands of jobs that will be lost in Sarnia and other places, where workers are anxious, quite frankly, as to what is going to happen with Line 5, a waste of time. For him to declare that as a waste of time and for him to declare that the House should not consider this issue at every possible opportunity just shows the entire government's approach on this issue. The Liberals do not want to talk about it and they have not talked about it. As a result of their ignoring the issue and not pursuing it as a priority, we have a situation where we are two days away from a deadline imposed by the Governor of Michigan and we still do not have a resolution to this matter.
I am the vice-chair of the special committee, the committee that was created because of an initiative by the Conservative opposition. We saw Line 5 as a priority, we saw buy America as a potential threat to our country, so we took action and proposed that this committee be created to specifically hear from witnesses on this issue. We did, and every witness we heard from agreed that the pipeline should continue to operate and that the only way this would be resolved outside of a lengthy and drawn out court process was for the Prime Minister of Canada to get directly involved and elevate this to the level of President Biden. We have not seen that happen. We have not seen the Prime Minister take this up directly with the President. We have not seen this become a priority. We have not seen him making any noise on it, so we will make noise on it.
As the official opposition, we will continue to draw attention to the fact that the government is failing the workers in Sarnia and elsewhere along this route. This is an unacceptable dereliction of duty for the Prime Minister to have simply allowed this to go on. This is exactly the same approach we saw with the Keystone XL pipeline. The Prime Minister made some token efforts and said some token words about support for the Keystone XL pipeline, but when President Biden cancelled it and cancelled the tens of thousands of high-paying union jobs, the Prime Minister simply said that President made campaign promise so what could they do about it.
If only the Prime Minister of Canada placed the same weight on his own campaign promises, but he does not seem to care much for those. However, when President Biden says he will shut down a pipeline and kill thousands of jobs, the Prime Minister of Canada just simply walks away from the fight and the tens and thousands of jobs that have been lost.
That is, quite frankly, what our concern is. The Prime Minister has some token words. He said that he would like it to keep running, but no one believes that if he were in the position of the Governor of Michigan, that he would not have the same approach. The Prime Minister has shut down and cancelled approved pipeline projects on the flimsiest of evidence. He cancelled the northern gateway pipeline, which had gone through a massive approvals process, had met all the environmental reviews, had buy-in, a $2 billion stake for indigenous communities along the way. They would all be a key part of that pipeline and he killed it because he said, “the Great Bear Rainforest is no place for a pipeline.”
That is the level of engagement, that is the level of scientific rigour that the Prime Minister will put on cancelling a pipeline. It is no wonder that he sits idly by while the Governor of Michigan threatens the pipeline. It supposedly threatens the Great Lakes even though, as my colleague from Calgary Centre has said, this thing has operated for decades without threatening the Great Lakes. The biggest threat to the Great Lakes would be additional rail, truck and barge traffic carrying that same 550,000 barrels a day from a safe pipeline onto those less safe, more emission intensive modes of transportation
I want to take a moment to thank the member for Sarnia—Lambton for standing up for her constituents. Today, the NDP have declared this debate to be a waste of time. The Liberals have declared this debate is a waste of time. The member for Sarnia—Lambton has been standing up for her community and the tens of thousands of jobs that are at risk.
We have heard from union leaders for whom supposedly the Prime Minister stands up. I guess he does not care too much for their jobs, but he likes their votes. They were very upset that the Keystone XL pipeline had been cancelled along with the jobs. They issued a direct request to the Prime Minister, a challenge.
Scott Archer from UA Local 663 in Sarnia said, “I'd like to issue a challenge to...[the Prime Minister] and the federal government. This is a call to action. [As Canadians, this] is non-negotiable. You need to take a stand to protect Canadian families, businesses and industry.”
I would submit that the Prime Minister has absolutely failed to take up that challenge. He has failed to make this issue a priority. He likes to go to the summits. He likes to give speeches with Selena Gomez. He likes to do all the high-profile stuff that brings him positive headlines. However, when it comes to actually getting down to business and standing up for Canadian workers who will be impacted not only in Sarnia but also in Alberta, we know exactly what the Prime Minister thinks about that industry.
He has said before that he wants to phase out the oil sands. He has said before that he is opposed to these types of pipelines. Albertans and Western Canadians know exactly what kind of advocate they have in the Prime Minister for their jobs, which is none. He has shown before that for political gain he is willing to sacrifice them and the industry they represent.
One would hope that the Prime Minister would take this up more effectively and more publicly, quite frankly, with President Biden instead of simply saying now that the bad man President Trump is gone everything is back to normal. There are still immediate threats on the horizon.
However, we hear nothing from the Prime Minister on those. He seems content to let President Biden do whatever he wants when it comes to the relationship with Canada. It does not matter how many well-paying union jobs will be killed. It does not matter how our energy sovereignty is threatened. It does not matter that tens of thousands of jobs in Sarnia alone will be impacted or that tens of thousands more trucks will come across places like Windsor and Essex, jamming up those crucial crossings and bringing petrochemicals onto our highways. It does not matter. The Prime Minister cannot be bothered to pick up the phone and make this into a matter that President Biden will take seriously.
We know Governor Whitmer was on the short list for vice-president. She has a strong relationship with President Biden and it is time for the Prime Minister to take advantage of that. It is time he take advantage of the supposed new-found friendship and relationship with President Biden and escalate this matter. All we have heard so far are pretty words and good intentions, but we have seen no action and no results.
The people who depend on this pipeline for their family supporting jobs cannot rely on the Prime Minister saying he has it under control when he has shown time and time again that he will fail to stand up for energy sector workers, that he will fail to stand up for Canadian pipelines, the safest way to transport petroleum products in the world. He will not stand up for those jobs. He will not stand up for that industry. He has failed them time and time before, and he is failing them right now.
The official opposition does not think that talking about Line 5 and the jobs it supports is a waste of time. We say shame on those in the other parties who have said this is a waste of time and shame on the Prime Minister for his failure to get this matter resolved diplomatically.
Madame la Présidente, je suis heureux de partager mon temps de parole avec le député de Calgary-Centre, qui a fait un excellent travail en expliquant la frustration du Parti conservateur à l'égard de la situation.
La fermeture potentielle de la canalisation 5 fait partie de nos priorités depuis novembre 2020, et, une fois de plus, le gouvernement n'a pas tenu compte d'une échéance ou ne s'est pas arrangé pour la respecter. Nous sommes maintenant à deux jours de l'échéance et le gouvernement n'a pas été trop bavard à ce sujet.
Je trouve assez intéressant que le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes ait déclaré qu'une discussion sur la canalisation 5 et les dizaines de milliers d'emplois qui seront perdus à Sarnia et dans d'autres régions, où les travailleurs sont vraiment inquiets de ce qui va se passer avec la canalisation 5, était une perte de temps. Le fait qu'il déclare qu'il s'agit d'une perte de temps et que la Chambre ne devrait pas se pencher sur la question à chaque occasion possible montre bien l'approche du gouvernement dans le dossier. Les libéraux ne veulent pas en parler et ils n'en ont pas parlé. Comme ils ont ignoré la question et qu'ils ne l'ont pas traitée en priorité, nous nous retrouvons à deux jours d'une échéance imposée par la gouverneure du Michigan et nous n'avons toujours pas de solution.
Je suis vice-président du comité spécial, dont la création est une initiative de l'opposition conservatrice. À nos yeux, la canalisation 5 est une priorité et la politique d'achat aux États-Unis est une menace pour notre pays. Nous sommes donc passés à l'action et avons proposé de créer le comité afin d'entendre des témoins sur ce sujet en particulier. C'est ce que nous avons fait, et tous les témoins entendus ont convenu que l'exploitation du pipeline doit se poursuivre et que la seule façon de régler la situation sans procéder à de longues démarches judiciaires consiste à mettre le premier ministre du Canada directement en communication avec le président Biden. Cela ne s'est pas produit. Nous n'avons pas vu le premier ministre aborder la question directement avec le président. La question n'est pas devenue une priorité. Comme nous ne voyons pas le premier ministre protester au sujet de la question, nous allons le faire à sa place.
L'opposition officielle va continuer à souligner le fait que le gouvernement laisse tomber les travailleurs de Sarnia et des localités situées le long du tracé du pipeline. En laissant simplement les choses suivre leur cours, le premier ministre manque à son devoir de manière inacceptable. Il a adopté exactement la même approche dans le dossier Keystone XL. En ce qui concerne l'appui au pipeline Keystone XL, le premier ministre a posé des gestes symboliques et exprimé de bonnes intentions, mais lorsque le président Biden a annulé le projet et, du coup, supprimé des dizaines de milliers d'emplois rémunérateurs et syndiqués, le premier ministre s'est contenté de dire qu'il s'agissait d'une promesse électorale du président et qu'on ne pouvait rien y faire.
Si seulement le premier ministre du Canada accordait autant d'importance à ses propres promesses électorales, mais il s'en soucie peu. En revanche, lorsque le président Biden déclare qu'il fermera un pipeline et supprimera des milliers d'emplois, le premier ministre du Canada abandonne le combat et les dizaines de milliers d'emplois qui sont en jeu.
Honnêtement, voilà ce qui nous inquiète. Le premier ministre a de bonnes intentions. Il a dit qu'il aimerait que la canalisation 5 demeure fonctionnelle, mais personne ne croit que son approche serait différente s'il était à la place de la gouverneure du Michigan. En utilisant un prétexte peu convaincant, le premier ministre a fermé et annulé des projets de pipeline qui avaient pourtant été autorisés. Il a annulé le projet Northern Gateway, qui avait pourtant été soumis à une évaluation rigoureuse, avait satisfait à tous les critères environnementaux, avait l'assentiment de la population locale et promettait des retombées de 2 milliards de dollars pour les communautés autochtones au fil du temps. Celles-ci auraient joué un rôle clé dans le projet, mais le premier ministre l'a annulé en prétextant que « la forêt pluviale du Grand Ours n'est pas un endroit convenable pour un pipeline. »
Voilà le niveau d'engagement et de rigueur scientifique qui amène le premier ministre à annuler un projet de pipeline. Il n'est pas étonnant qu'il reste là à ne rien faire pendant que la gouverneure du Michigan menace la survie d'un autre pipeline. Apparemment, ce pipeline menace aussi les Grands Lacs. Pourtant, il est utilisé depuis des décennies sans nuire aux Grands Lacs, comme l'a souligné le député de Calgary-Centre. La pire menace pour les Grands Lacs serait d'avoir recours à d'autres moyens moins sûrs et plus polluants, comme le train, le camion ou la barge, moyens dont la circulation augmenterait, pour transporter les 550 000 barils qui passent chaque jour dans le pipeline, un moyen de transport sécuritaire.
Je veux prendre un instant pour remercier la députée de Sarnia—Lambton de défendre les intérêts des habitants de sa circonscription. Aujourd'hui, tant les néo-démocrates que les libéraux ont déclaré que ce débat est une perte de temps. La députée de Sarnia—Lambton, quant à elle, défend sa collectivité et les dizaines de milliers d'emplois menacés.
Nous avons parlé à des dirigeants syndicaux, que le premier ministre prétend appuyer. Je suppose qu'il ne se soucie guère de leur emploi, mais qu'il aime leur vote. Ces dirigeants étaient très mécontents de l'annulation du projet Keystone XL et de la perte d'emplois que cela a engendrée. Ils ont adressé une demande directe au premier ministre ou, plus précisément, ils lui ont lancé un défi.
Scott Archer, de la section locale 663 de l'Association unie de Sarnia, a dit ceci: […] j'aimerais lancer un défi au [premier ministre] et au gouvernement fédéral. C'est un appel à l'action qui est non négociable. Il faut que vous agissiez concrètement pour protéger les familles, les entreprises et les industries canadiennes. »
J'estime que le premier ministre n'a pas du tout réussi à relever le défi. Il n'a pas fait de cet enjeu une priorité. Il aime participer à des sommets. Il aime prononcer des discours avec Selena Gomez. Il aime assister à des événements très médiatisés qui le font bien paraître dans les médias. Toutefois, quand il doit s'atteler à la tâche et protéger les travailleurs à Sarnia et en Alberta, le premier ministre montre exactement ce qu'il pense de cette industrie.
Il a déjà dit qu'il souhaitait éliminer progressivement les sables bitumineux. Il a déjà dit qu'il s'opposait à ce type de pipeline. Les Albertains et les Canadiens de l'Ouest savent pertinemment que le premier ministre ne défendra jamais leurs emplois. Il a déjà démontré que, pour des gains politiques, il est prêt à les sacrifier, ainsi que l'industrie qu'ils représentent.
Bien franchement, on devrait être en droit d'espérer que le premier ministre défende ce dossier de façon plus efficace et publique auprès du président Biden au lieu de dire simplement, maintenant que le méchant président Trump est parti, que tout est de retour à la normale. Des menaces imminentes planent toujours à l'horizon.
C'est toutefois le silence radio de la part du premier ministre. Il semble satisfait de laisser le président Biden faire ce qui lui plaît en ce qui concerne les relations avec le Canada. Peu importe combien de bons emplois syndiqués bien rémunérés seront perdus ou à quel point notre souveraineté énergétique est menacée. Peu importe que des dizaines de milliers d'emplois à Sarnia seulement soient en jeu, ou que des dizaines de milliers de camions passeront à des endroits comme Windsor ou Essex, encombrant des postes frontaliers cruciaux et transportant des produits pétrochimiques sur nos routes. Peu importe tout cela. Le premier ministre n'a que faire de prendre le téléphone afin que le président Biden prenne ce dossier au sérieux.
Nous savons que la gouverneure Whitmer figurait sur la liste des quelques candidats retenus pour la vice-présidence. Elle entretient des liens étroits avec le président Biden, et il temps que le premier ministre en tire parti. Il est temps pour lui de tirer profit de la nouvelle relation d'amitié qu'il dit avoir établie avec le président Biden pour faire avancer ce dossier. Pour l'instant, nous n'avons entendu que de belles paroles et des vœux pieux, mais pas de gestes ni de résultats concrets.
Les gens qui comptent sur ce pipeline pour pouvoir faire leur travail et subvenir aux besoins de leur famille ne peuvent pas croire le premier ministre sur parole lorsqu'il dit avoir la situation bien en main, puisqu'il a montré à maintes reprises qu'il est incapable de défendre les travailleurs du secteur de l'énergie et de promouvoir les pipelines canadiens, alors que c'est le moyen le plus sûr de transporter les produits pétroliers partout dans le monde. Il n'est pas prêt à protéger ces emplois. Il n'est pas prêt à défendre cette industrie. Il a déjà abandonné ce secteur à maintes reprises, et c'est ce qu'il fait encore aujourd'hui.
L'opposition officielle ne croit pas que parler de la canalisation 5 et des emplois qui en sont tributaires soit une perte de temps. Nous croyons qu'il est honteux que des députés des autres partis aient dit que c'est une perte de temps et que le premier ministre n'ait pas su régler ce dossier de façon diplomatique.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 16:02 [p.6970]
Madam Speaker, could my colleague comment on why the Conservatives, in the emergency debate last Thursday, did not come up with any tangible ideas outside of criticizing the government by saying we needed to talk more to U.S. officials?
Could the member indicate what the Conservative Party would do differently? Could the member also tell the House why the Conservatives have not used an opposition day, but rather choose to do a concurrence motion? On an opposition day, they would be able to ensure there is a vote on the issue.
Madame la Présidente, mon collègue pourrait-il nous dire pourquoi, lors du débat d'urgence de jeudi dernier, les conservateurs n'ont pas proposé la moindre idée concrète et se sont contentés de critiquer le gouvernement en disant qu'il devait parler davantage aux responsables des États-Unis?
Le député pourrait-il indiquer en quoi le gouvernement conservateur agirait différemment? Le député pourrait-il également dire à la Chambre pourquoi les conservateurs ont décidé de se servir d'une motion d'adoption plutôt que d'une motion de l'opposition? S'ils avaient eu recours à une motion de l'opposition, on aurait pu tenir un vote sur la question.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2021-05-10 16:02 [p.6970]
Madam Speaker, we did bring forward an opposition day motion on Line 5. It created the Special Committee on the Economic Relationship between Canada and the United States, which was specifically tasked with hearing from witnesses and delivering the report we are discussing today.
I am sorry the parliamentary secretary to the government House leader has not been able to follow the parliamentary process along to see that exactly what we are talking about today is a direct result of an opposition motion to discuss Line 5.
We heard witness after witness say that this needed to be a priority for the Prime Minister himself. This cannot be delegated to bureaucrats or ministers. It cannot be delegated down the line. The Prime Minister has to raise this with President Biden and so far, the Prime Minister has absolutely failed to meet that challenge. He has failed the workers not only in the oil sands, but he has failed them in the refineries in Sarnia as well.
Madame la Présidente, nous avons présenté une motion d'opposition à propos de la canalisation 5. Elle a contribué à la mise sur pied du Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis, dont la mission était précisément d'entendre des témoins et de produire le rapport dont nous discutons aujourd'hui.
Je suis désolé que le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes n'ait pas été capable de suivre le processus parlementaire: il aurait compris que ce dont nous parlons aujourd'hui est le résultat direct d'une motion de l'opposition sur la canalisation 5.
Témoin après témoin nous ont dit que cela devait être une priorité pour le premier ministre lui-même. Ce n'est pas un dossier qu'on peut déléguer à des bureaucrates ou à des ministres. On ne peut pas le déléguer. Le premier ministre doit soulever la question auprès du président Biden et jusqu'à présent, il ne l'a pas fait. Il a laissé tomber les travailleurs non seulement dans les sables bitumineux, mais aussi dans les raffineries de Sarnia.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I do not know whether I should thank my colleague, since no one asked for the debate we are having today. I remind members that we held an emergency debate last week on the same topic. We do not have any choice in the matter, though, so here we are.
I have a simple question for my hon. colleague. Is he worried about the safety of Line 5? I ask this because a problem with this pipeline could compromise the drinking water supply of millions of people.
When someone says that Line 5 has never had a problem, I cannot help but think of the people of Pompeii. They would have said that Vesuvius had never been a problem, but we know what unfortunately happened next with that volcano.
Does my colleague not think there are safety issues with Enbridge's Line 5?
Madame la Présidente, je ne sais pas si je dois remercier mon collègue, car nous sommes en train d'avoir une discussion que personne ici ne voulait. Je rappelle que nous avons tenu un débat d'urgence la semaine passée sur le même sujet. Puisque nous y sommes, cependant, nous n'avons pas vraiment le choix.
J'aimerais poser une simple question à mon honorable collègue: s'inquiète-t-il de la sécurité de la canalisation 5? C'est une question qui se pose parce que c'est l'approvisionnement en eau potable de millions de personnes qui pourrait être compromis advenant un problème avec cette canalisation.
Quand on me dit que la canalisation 5 n'a jamais connu de problème, cela me rappelle les habitants de Pompéi. Ces derniers disaient que le Vésuve ne leur avait jamais causé de problème. Malheureusement, on sait ce qui est arrivé par la suite avec ce volcan.
Mon collègue ne croit-il pas qu'il y a des problèmes de sécurité relatifs à la canalisation 5 d'Enbridge?
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2021-05-10 16:04 [p.6971]
Madam Speaker, the proof is in the pudding. Line 5 has operated safely without major incident for 68 years. Enbridge has proposed additional safety measures to improve the safety of an already safe pipeline. Yes, there are constant measures, world-leading measures. Any time there is a Canadian pipeline, we know it will be the safest in the world, built to the highest standard and have the highest levels of monitoring.
However, I have a question for my colleague. This pipeline provides 50% of the propane that goes to Quebec. Is he really saying that we should not be concerned about this pipeline continuing and providing the energy and materials on which his province relies?
Of course, we want to see it done safely. Line 5 is proven to be safe and it should continue to operate. The Prime Minister should get on the phone and demand President Biden intervene to ensure it continues to operate, as it has, safely, for the last 68 years.
Madame la Présidente, les faits parlent d'eux-mêmes. La canalisation 5 a été exploitée en toute sécurité sans incident majeur pendant 68 ans. Enbridge a proposé des mesures de sécurité supplémentaires pour améliorer la sécurité d'un pipeline déjà sûr. Oui, il y a toute sorte de mesures qui sont respectées, de calibre mondial, et on sait, concernant les pipelines canadiens, qu'ils seront construits selon les normes les plus élevées qui soient, qu'ils seront les plus sûrs au monde et qu'ils feront l'objet d'une surveillance minutieuse.
Quoi qu'il en soit, j'ai une question pour mon collègue. Ce pipeline fournit 50 % du propane qui va au Québec. Dit-il vraiment que nous ne devrions pas nous inquiéter de la pérennité de ce pipeline et de la fourniture d'énergie et de matériaux dont sa province dépend?
Bien sûr que nous voulons que tout cela se fasse de manière sûre. La canalisation 5 a toujours fonctionné de manière sûre et devrait continuer à fonctionner. Le premier ministre devrait sauter sur son téléphone et demander au président Biden d'intervenir pour qu'elle continuer à fonctionner, comme elle le fait en toute sécurité depuis 68 ans.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to reiterate that we are having a different pipeline debate than the Trans Mountain Keystone XL debates, which were about expansion projects. This is about a business-as-usual project, not expanding the oil sands in Alberta. In the NDP, we do care about those thousands of jobs, and I hope the member for Windsor West, my colleague, will have an opportunity to speak about that later in the debate.
The member says that this is a safe pipeline. It reminds me of its sister pipeline, Line 6B, that spilled into the Kalamazoo River and destroyed 50 kilometres of river. Does he see why Michigan might be interested in the environmental aspects?
Madame la Présidente, j'aimerais rappeler que nous ne débattons pas des pipelines Keystone XL ou Trans Mountain, qui étaient des projets d'expansion. Nous discutons d'un projet pour le maintien des activités actuelles, et non pour l'expansion des sables bitumineux en Alberta. Au NPD, nous nous soucions de ces milliers d'emplois, et j'espère que le député de Windsor-Ouest, mon collègue, aura la chance de participer au débat un peu plus tard.
Le député a dit que la canalisation est sécuritaire. Cela me rappelle le déversement de la canalisation 6B dans la rivière Kalamazoo, ce qui a entraîné la destruction de 50 kilomètres de rivière. Peut-il comprendre pourquoi l'État du Michigan s'intéresse aux aspects environnementaux?
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2021-05-10 16:07 [p.6971]
Madam Speaker, everyone is interested in the safety of pipelines. Everyone is interested in the environmental protection of waters. It is why pipelines undergo the most rigorous environmental testing and constant monitoring. Everyone wants to see the environment protected and the safest way, the most environmentally friendly way, to transport petroleum products is through pipelines. It always has been; it always will be. That is why we will support Line 5 and the tens of thousands of jobs this pipeline supports in Sarnia and the tens of thousands more it supports in Alberta.
Madame la Présidente, tout le monde s'intéresse à la sécurité des pipelines. Tout le monde veut assurer la protection environnementale de l'eau. C'est pourquoi les pipelines font l'objet des analyses environnementales les plus rigoureuses et d'une surveillance constante. Tout le monde veut que l'environnement soit protégé, et les pipelines représentent la façon la plus sûre et la plus écologique de transporter des produits pétroliers. Ils l'ont toujours été et ils le seront toujours. C'est pourquoi nous soutenons la canalisation 5, les dizaines de milliers d'emplois qui y sont associés à Sarnia et les dizaines de milliers d'emplois qui en dépendent en Alberta.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 16:07 [p.6971]
Madam Speaker, to say whether I am surprised or disappointed, the short answer would be no. I am not surprised that the Conservatives would move a motion of concurrence on a particular report. They have demonstrated in the recent months that they have really lost focus on the pandemic. I am trying to be nice in my criticism here, but I do believe at times that I need to be bold and to say what I believe the Conservatives are actually doing, which is not focusing at all or giving the attention that should be there from the official opposition in dealing with what is a very important issue to all Canadians.
The Conservatives continue to want to play partisan politics, and that is why I am not surprised, because they have been doing this for a while now. I am disappointed. I am disappointed again, and ongoing, because as the Conservatives insist on playing games on the floor of the House of Commons, they are filibustering whenever they can in an attempt to encourage a dysfunctional House of Commons and discourage important legislation from being debated so they can ultimately say that the government cannot even get its legislation through. If we look at the behaviour of the Conservative Party, it does not take a genius in a group of 12 to cause a lot of frustration on the floor of the House of Commons, and we get the official opposition choosing to do that.
Today is an excellent example. Earlier today, I was on a Zoom call with the Prime Minister, my Manitoba colleagues and a hundred nurses in the province of Manitoba. We were listening to what nurses in Manitoba had to say. That is the priority, and has been the priority, of this government from day one. I contrast that to what we have witnessed day in and day out over the last number of months coming from the Conservative Party of Canada. They should be ashamed of themselves.
The member for Chilliwack—Hope tries to give the impression that I do not care about Line 5 or the jobs and the other indirect and direct things related to Line 5 and that is why I do not support having us debate this motion we are debating today, the concurrence on the report. That is balderdash. It is just not true. Like all Liberals in the House of Commons, I am very much concerned about Line 5 and the impact it is having, not only on Canada, but also on the U.S. We understand and appreciate the importance of the issue. The Minister of Natural Resources, whether in question period or other debates, including the emergency debate, has been very clear on the issue.
The Conservative Party, surely to goodness, would recognize that we just had an emergency debate on the issue, just last Thursday. Members should listen and read in terms of what was actually said then. It started off with Conservatives just bashing Ottawa and saying how bad we are in regard to Alberta, to try to perpetuate more misinformation, as if this Prime Minister and this government do not care about the province of Alberta. Members can look and see what kind of ideas came from the Conservative Party in the emergency debate. There was not one Liberal who said “no” to having an emergency debate.
I had a chance to speak during that debate, and I am going to share some of the comments I made on Thursday night, but even with the emergency debate that took place, the Conservatives came up with this concurrence motion on a report that has absolutely nothing to do with Line 5 or a relationship between Canada and the U.S. For those who are listening or participating, or who care about what is taking place in the House, that is not the real motivation here. The Conservatives can say whatever they want and try to come across as meaningful as they want, but at the end of the day, it has more to do with frustrating the government's legislative agenda, the things we want to accomplish in the House of Commons.
They continue to push, saying that the House of Commons is dysfunctional. The Conservatives try to do two things. The first is character assassinations, and I understand I was one of them earlier today in an S.O. 31. The second is the ongoing filibustering taking place in the House of Commons so that important legislation cannot get through.
We should look at some of the debates and frustrations that have been sensed on the floor of the House of Commons because of the irresponsible official opposition. Those who might be sympathetic to their terrible behaviour should look at Bill C-3, as an example, and the hours and hours of debate on the education and training of judges in the future on sexual assault and so forth. It was a Conservative bill. It passed everything and is coming back. We introduced it as a government bill so we could put it in place. Everyone agreed to it, even in the Senate. It got royal assent very recently. The Conservatives debated that for hours and hours on the floor of the House of Commons. Was that really necessary? No.
What about Bill C-14? The economic statement was released in November, and the legislation was brought forward in December. No matter when we called it up, the Conservatives attempted to filibuster that through concurrence motions, too. In that legislation, there were important things to subsidize and support Canadians, individuals, families and small businesses. One would think the Conservative Party would have cared, but it had no problem filibustering that one, too.
We just had to bring in time allocation on Bill C-19. It is a minority government. We have to ensure, as much as possible, that Elections Canada is best prepared, enabling it to do a little more on a temporary basis. However, the political spinners within the Conservative Party do not want to go that way. They say they want to remain focused. Being focused to them is to push for a dysfunctional chamber and character assassination. That is what they are all about. It is—
Madame la Présidente, si on me demandait si je suis surpris ou déçu, je répondrais brièvement que non. Je ne suis pas surpris que les conservateurs présentent une motion d'adoption d'un rapport en particulier. Ces derniers mois, ils ont montré qu'ils ont vraiment cessé de se concentrer sur la pandémie. J'essaie de me faire conciliant lorsque je formule des critiques ici. Je pense toutefois que je dois parfois oser souligner ce que les conservateurs font selon moi, c'est-à-dire n'accorder aucune forme d'importance ni une quelconque attention à un sujet crucial pour tous les Canadiens, ce que devrait pourtant faire l'opposition officielle.
Sans grande surprise, les conservateurs continuent de faire de la politique partisane, comme ils le font depuis un bon bout de temps déjà. Je suis déçu. Encore une fois, les conservateurs insistent pour se livrer à de petits jeux à la Chambre et font de l'obstruction à toutes les occasions qui se présentent afin de nuire au fonctionnement de la Chambre et de nous empêcher de débattre les projets de loi importants, de sorte qu'ils puissent reprocher, au bout du compte, au gouvernement de ne pas être en mesure de faire adopter ses projets de loi. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que le Parti conservateur cherche à créer beaucoup de frustration à la Chambre. C'est exactement le comportement que choisit d'adopter l'opposition officielle.
Nous en avons actuellement un excellent exemple. J'ai participé aujourd'hui, par l'entremise de Zoom, à une vidéoconférence avec le premier ministre, mes collègues du Manitoba et une centaine d'infirmiers de la province du Manitoba. Nous écoutions ce que les infirmiers du Manitoba avaient à dire. Voilà la priorité du gouvernement depuis le début de la pandémie. C'est un net contraste par rapport à ce que nous observons jour après jour de la part du Parti conservateur du Canada, ces derniers mois. Les conservateurs devraient avoir honte.
Le député de Chilliwack—Hope tente de donner l'impression que je ne me préoccupe pas de la canalisation 5 et des éléments, dont les emplois, qui y sont rattachés directement et indirectement, ce qui expliquerait pourquoi je ne souhaite pas que nous débattions aujourd'hui de la motion d'adoption du rapport. Ce sont des balivernes. C'est tout simplement faux. Comme tous les députés libéraux, je me soucie beaucoup de la canalisation 5 et des retombées qu'elle a non seulement au Canada, mais aussi aux États-Unis. Nous sommes conscients de l'importance de cet enjeu. Le ministre des Ressources naturelles a fait des observations très claires à ce sujet, tant pendant la période des questions que lors d'autres débats, dont le débat d'urgence.
Bonté divine, le Parti conservateur doit bien se souvenir que nous avons tenu un débat d'urgence à ce sujet jeudi, il y a quelques jours à peine. Les députés devraient écouter ou lire ce qui a été dit à ce moment-là. D'entrée de jeu, les conservateurs ont critiqué vertement Ottawa et raconté que nous malmenions vraiment l'Alberta. Ils ont ensuite continué sur leur lancée de désinformation, prétendant que le premier ministre actuel et son gouvernement se fichaient de l'Alberta. Les députés peuvent regarder ou lire le débat d'urgence et se faire une idée du genre de commentaires présentés par les conservateurs. Aucun libéral ne s'est opposé à la tenue d'un débat d'urgence.
J'ai eu la chance de prendre la parole lors de ce débat et je vais faire part à la Chambre de certaines des observations que j'ai faites jeudi soir. Toutefois, même s'il y a eu un débat d'urgence, les conservateurs ont présenté une motion d'adoption d'un rapport qui n'a absolument rien à voir avec la canalisation 5 ou la relation entre le Canada et les États-Unis. Je tiens à dire à ceux qui nous écoutent, qui participent au débat ou qui s'intéressent à ce qui se déroule à la Chambre, qu'adopter le rapport n'est pas la véritable raison pour laquelle la motion a été présentée. Les conservateurs peuvent dire ce qu'ils veulent et tenter d'avoir l'air sincères, mais en définitive, leur motion vise davantage à entraver le programme législatif du gouvernement, c'est-à-dire nous empêcher d'accomplir ce que nous souhaitons à la Chambre des communes.
Les conservateurs continuent à exercer des pressions en disant que la Chambre des communes est dysfonctionnelle. Ils tentent de faire deux choses. Primo, ils calomnient leurs adversaires, et je crois comprendre que j'ai fait l'objet de ce type d'attaque tout à l'heure dans une déclaration de député en vertu de l'article 31 du Règlement. Secundo, ils font systématiquement de l'obstruction à la Chambre des communes pour empêcher l'adoption d'importantes mesures législatives.
Voyons plutôt tout le mécontentement que l'attitude irresponsable de l'opposition officielle a suscité sur le parquet de la Chambre des communes. Ceux qui auraient tendance à sympathiser avec les conservateurs devraient se rappeler le projet de loi C-3 et les nombreuses heures que nous avons passées à débattre de la formation en matière d'agressions sexuelles que devraient suivre les juges. Le pire, c'est qu'il s'agissait d'un projet de loi conservateur. Il avait failli être adopté, mais il est revenu, sous forme d'initiative ministérielle. Tout le monde l'approuvait, même au Sénat. Il a d'ailleurs obtenu la sanction royale il y a quelques jours. Or, les conservateurs en ont débattu pendant des heures et des heures. Était-ce vraiment nécessaire? Non.
Pensons également au projet de loi C-14. L'énoncé économique qu'il mettait en œuvre a été présenté en novembre, et le texte lui-même, en décembre. Peu importe le moment où nous souhaitions le soumettre au débat, les conservateurs faisaient de l'obstruction en présentant des motions d'adoption. Cette mesure législative contenait pourtant des dispositions importantes, qui permettaient de soutenir financièrement les Canadiens, y compris les familles et les petites entreprises. Il me semble que c'est le genre de chose dont le Parti conservateur aurait dû se soucier, mais non: il était trop occupé à perturber les travaux parlementaires.
Nous devons de soumettre le projet de loi C-19 à l'attribution de temps. Je rappelle que nous sommes en contexte minoritaire. Nous devons faire tout ce qui est en notre possible, y compris prendre des mesures temporaires, pour qu'Élections Canada soit prêt à tout. Malheureusement, les stratèges du Parti conservateur ne l'entendent pas ainsi. Les conservateurs affirment qu'ils veulent se concentrer sur les sujets d'importance, mais ce sont eux qui saisissent toutes les occasions de perturber les travaux et de calomnier leurs collègues. Ce comportement est d'ailleurs tout à fait représentatif de ce qu'ils sont. Ils...
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2021-05-10 16:16 [p.6972]
Madam Speaker, I want to speak to relevance. The member has been going off on a tangent that is nowhere near the concurrence report we are debating. He is talking about Bill C-3, Bill C-14, Bill C-19, all except the matter before the House right now. This is a concurrence report. We are supposed to be debating about Line 5. This is important.
Madame la Présidente, je veux parler de pertinence. Le député a ouvert une parenthèse et s'est complètement écarté du sujet du débat, qui porte sur la motion d'adoption du rapport. Il parle des projets de loi C-3, C-14 et C-19 — il parle de tout, sauf de la question dont la Chambre est saisie en ce moment. Le débat porte sur l'adoption du rapport. Nous sommes censés discuter de la canalisation 5. C'est important.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 16:17 [p.6972]
Madam Speaker, of course, these are just my preliminary remarks to try to explain the behaviour. If I were a Conservative MP, I would be embarrassed, too, and would want to get right to the motion on Line 5.
We debated Line 5 extensively in an emergency debate. If the member had listened to his colleague who introduced this report, he would have heard his colleague also make reference to the trade agreement. I fully understand the embarrassment of the Conservatives when the truth of the reality, in terms of their destructive force, is being pointed out. Maybe they disagree with the House leadership of the Conservative caucus, and I would encourage them to have that discussion.
However, when it comes to Line 5, let me provide some specific quotes. This is how the minister has responded. The Conservative Party of Canada is saying that the government is not doing anything on Line 5 and that it does not appreciate the importance of Line 5. Nothing could be further from the truth. From day one, the government has been following the issue and, more importantly, taking action on the issue.
On the day the emergency debate was introduced, a question was put to the minister. I specifically quoted it during the emergency debate. Let me quote the answer that the Minister of Natural Resources gave last Thursday:
Mr. Speaker, people will not be left out in the cold. The heating of Canadian homes or the flying of Canadian jets or the operation of Canadian refineries are non-negotiable.
Line 5 is not just vital to Canada, it is also vital to the United States. Therefore, it is vital to all of North America. Shutting it down would have profound consequences. There are 5,000 direct jobs in Sarnia, 23,000 indirect jobs in the region, thousands of jobs at refineries in Montreal and Lévis, but also in Ohio, Pennsylvania and Michigan, and that is the case we are making. Line 5 is essential for North American energy security.
The minister has provided answers on many different occasions, all providing assurances that the government understands the importance of it. The other day, when I was talking about the issue of longevity, at one time I pointed out that it was oil tankers that actually shipped the oil products, and then it went to pipelines. Ever since then, and I believe it was in the 1950s, it has been delivered through the pipeline. I believe it has met the expectations of people on both sides of the border.
I understand the economics of it. It is not just about the gasoline that is being shipped, or the final product. It is about all forms of commodities, including gasoline, propane, clothes and all sorts of things. Is there any wonder why the Government of Canada is seized with the issue?
We saw the Conservatives throughout that emergency debate and during question period. I do not believe there is going to be anything that comes out of today other than the Conservatives saying, “We did some more filibustering during Government Business.” We will not see anything further come out of this than what we heard last Thursday night. The Conservatives will continue to say that the government is not doing enough and that it should be talking to so and so.
Let me give another quote from the Minister of Natural Resources that I quoted last Thursday night. This is in response to my Conservative friends who continue to try to spread misinformation to Canadians and try to give a false impression that the Government of Canada is not active on this file.
During the emergency debate last Thursday night, he said:
We have been clear from the start. We would leave no stone unturned in defending Canada's energy security. We have been looking at all of our options. We are working at the political level. We are working at the diplomatic level. We are working at the legal level. It is a full-court press.
We raised Line 5 directly with the President of the United States and members of his cabinet during the virtual Canada-U.S. summit in February. The Prime Minister also raised the critical importance of North American energy security in conversation with Vice President Harris.
I raised the issue with U.S. Energy Secretary Jennifer Granholm in our very first call. I was frank and unequivocal in expressing how significant this issue was for Canada. The Minister of Transport raised Line 5 with his counterpart, Transport Secretary Buttigieg, whose department oversees the Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration, the U.S. federal regulator for pipelines, which has consistently stated that Line 5 is safe. The Minister of Foreign Affairs raised this issue with his counterpart, Secretary of State Blinken. Ambassador Hillman has been making the case directly to Governor Whitmer. Meanwhile, in Detroit and in Lansing, Consul General Joe Comartin has been making the case to state lawmakers and members of the Whitmer administration.
Let me take this opportunity to thank Governor Whitmer, Consul General Joe Comartin in Detroit, the team at the Canadian embassy in Washington and all of our diplomats who have been engaging on this issue in Washington, Detroit and Lansing who defend Canada's interests there every day.
It begs the question: What is the Conservative Party talking about? Do the Conservatives just believe they can click their heels and voila, or they can pull something out of a hat and the issue is resolved overnight? Do they believe that three days from now there will not be any gas coming through the pipeline? That is the impression they are trying to give when they portray this issue.
It is a very serious issue, and I do not want to do anything to marginalize the importance of it. However, I will criticize the Conservative Party for its attitude and its ongoing desire to give misinformation on what is such an important issue. Some provinces that are likely more affected than other provinces include Alberta, Ontario and Quebec. However, this affects all of us in Canada, if not directly then indirectly.
As the minister, the Prime Minister and the government as a whole have recognized the importance of this issue, there have been many discussions taking place. I wonder if the Conservatives' national caucus can share with the House specifically what it has done. Better yet, why do the Conservatives not provide a real, tangible idea, as opposed to being concentrated on trying to promote western alienation or giving misinformation to people of Ontario and outside of that area?
The Government of Canada understands the issue. We continue to have dialogue on all fronts at the political and diplomatic levels and are using many other mechanisms to make Canada's case as strong as it is. We all know that is the case.
We all know that the emergency debate would have sufficed, and that the real reason the Conservative Party is bringing the report forward on a concurrence motion has nothing to do with the report. It has everything to do with wanting to be a destructive force on the floor of the House of Commons.
Madame la Présidente, je ne faisais que des observations préliminaires pour expliquer le comportement du parti d'en face. Si j'étais député conservateur, je serais embarrassé moi aussi et je voudrais passer directement à la motion sur la canalisation 5.
La Chambre a abondamment discuté de la canalisation 5 dans le cadre d'un débat d'urgence. Si le député avait écouté son collègue qui a présenté le rapport, il l'aurait entendu faire mention aussi de l'accord commercial. Je comprends fort bien l'embarras des conservateurs quand on attire l'attention sur la dure réalité, notamment sur leur force destructrice. Si les conservateurs ne sont pas d'accord avec la direction de leur caucus à la Chambre, je les encourage à discuter de la question.
Toutefois, pour en revenir à la canalisation 5, j'aimerais citer les propos du ministre concernant les mesures qu'il a prises. Le Parti conservateur du Canada affirme que le gouvernement ne fait rien pour protéger la canalisation 5 et qu'il n'en mesure pas toute l'importance. Rien n'est plus faux. Depuis le début de cette crise, le gouvernement suit le dossier et, surtout, il prend des mesures pour trouver une solution.
Jeudi dernier, soit le jour où le débat d'urgence a été demandé, une question a été posée au ministre. J'en ai fait mention au cours du débat d'urgence. J'aimerais citer la réponse qu'a donnée le ministre des Ressources naturelles ce jour-là:
Monsieur le Président, personne ne sera abandonné à son sort. Qu'il s'agisse du chauffage dans les foyers canadiens, du carburant qui garde nos avions dans les airs ou de l'exploitation de nos raffineries, rien de cela n'est négociable.
Non seulement la canalisation 5 est vitale pour le Canada, mais elle l'est aussi pour les États-Unis. Donc, elle est vitale pour toute l'Amérique du Nord. Sa fermeture aurait des conséquences catastrophiques. Quelque 5 000 emplois directs à Sarnia, 23 000 emplois directs dans la région, des milliers d'emplois dans les raffineries de Montréal et de Lévis, mais aussi en Ohio, en Pennsylvanie et au Michigan sont en jeu, et c'est ce que nous faisons valoir. La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique nord-américaine.
Le ministre a fourni des réponses à diverses occasions, en garantissant que le gouvernement comprenait l'importance du dossier. L'autre jour, lorsque je parlais de la question de la longévité, j'ai fait remarquer que les produits pétroliers ont d'abord été transportés par les pétroliers et ensuite par les pipelines. Depuis les années 1950, si je ne me trompe pas, le pipeline achemine le pétrole canadien et, depuis, je crois qu'il a été à la hauteur des attentes de la population des deux côtés de la frontière.
Je comprends l'aspect économique. Il ne s'agit pas seulement de l'essence qui est transportée ou du produit fini. Il est question de toutes sortes de biens, comme de l'essence, du propane, des vêtements, et cetera. Est-il étonnant que le gouvernement du Canada soit saisi de cette question?
Nous avons vu comment les conservateurs se sont comportés tout au long du débat d'urgence et durant la période des questions. Je crois que nous n'arriverons à rien d'autre aujourd'hui qu'à entendre les conservateurs parler d'obstruction pendant la période des ordres émanant du gouvernement. Il n'y aura rien de plus que ce que nous avons obtenu jeudi soir dernier. Les conservateurs persisteront à dire que le gouvernement n'en fait pas assez, et qu'il devrait parler à l'un ou à l'autre.
Je vais citer le ministre des Ressources naturelles, que j'ai aussi cité jeudi soir dernier. Il s'agit d'une réponse aux députés conservateurs qui continuent d'essayer de déformer les faits et de donner aux Canadiens l'impression, fausse, que le gouvernement du Canada se croise les bras dans ce dossier.
Durant le débat d'urgence jeudi soir dernier, il a dit:
Nous avons fait connaître notre position dès le départ: nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique des Canadiens. Toutes les options sont sur la table. Nous poursuivons autant la voie politique, que diplomatique ou juridique. Nous avons sorti l'artillerie lourde, quoi.
Nous avons abordé le dossier de la canalisation 5 directement avec le président des États-Unis et les membres de son cabinet lors du sommet canado-américain qui s'est tenu en mode virtuel, en février dernier. Le premier ministre a aussi évoqué l'importance de la sécurité énergétique sur le territoire nord-américain lorsqu'il s'est entretenu avec la vice-présidente Harris.
Moi-même, j'ai abordé la question avec la secrétaire à l'Énergie des États-Unis, Jennifer Granholm, lors de notre toute première conversation téléphonique. J'ai été franc avec elle et je lui ai expliqué sans détour à quel point ce dossier est important pour le Canada. Le ministre des Transports a parlé de la canalisation 5 à son homologue, le secrétaire aux Transports Buttigieg, dont relève l'organisme fédéral américain qui régit les pipelines, la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration. Or, cet organisme a toujours affirmé que la canalisation 5 ne présente aucun danger. Le ministre des Affaires étrangères a évoqué ce dossier avec son homologue, le secrétaire d'État Blinken. L'ambassadrice Hillman a abordé la question de front avec la gouverneure Whitmer. Pendant ce temps, à Detroit et à Lansing, le consul général Joe Comartin a multiplié les contacts avec les législateurs du Michigan et les membres du gouvernement Whitmer.
J'en profite d'ailleurs pour remercier la gouverneure Whitmer, le consul général à Detroit, Joe Comartin, l'équipe de l'ambassade du Canada à Washington et tous les diplomates canadiens qui ont soulevé la question, que ce soit à Washington, à Detroit ou à Lansing, et qui défendent sans relâche les intérêts du Canada.
On est donc en droit de se poser la question: de quoi parle le Parti conservateur? Est-ce que les conservateurs croient qu'il leur suffirait de claquer des doigts ou de donner un coup de baguette magique pour que le problème soit réglé du jour au lendemain? Est-ce qu'ils croient que, dans trois jours, il n'y aura plus du tout de gaz dans ce pipeline? C'est ce qu'ils cherchent à laisser entendre lorsqu'ils décrivent la situation.
Cet enjeu est très important et loin de moi l'idée de faire quoi que ce soit qui risquerait de banaliser son importance. Toutefois, je vais critiquer le Parti conservateur pour son attitude et sa volonté constante de propager des informations trompeuses sur cet enjeu si important. Parmi les provinces qui seraient les plus touchées, on compte l'Alberta, l'Ontario et le Québec. Toutefois, entendez-moi bien: tout le Canada sera affecté; si ce n'est pas d'une manière directe, ce sera indirectement.
Puisque le ministre, le premier ministre et le gouvernement en général ont reconnu l'importance de cet enjeu, de nombreuses discussions ont eu lieu. Je me demande si le caucus national du Parti conservateur pourrait présenter de manière précise à la Chambre ce qu'il a fait. Mieux encore, pourquoi les conservateurs ne fourniraient-ils pas une idée concrète au lieu de chercher à aliéner l'Ouest ou à propager des informations trompeuses aux gens de l'Ontario et d'ailleurs?
Le gouvernement du Canada comprend l'enjeu. Il continue d'entretenir la communication sur tous les fronts dans les sphères politiques et diplomatiques. De plus, il utilise bien d'autres mécanismes pour que les arguments du Canada soient aussi solides qu'ils le sont. Nous savons tous que c'est ce qu'il fait.
Nous savons tous que le débat d'urgence aurait suffi et que la vraie raison pour laquelle les conservateurs ramènent le rapport au-devant de la scène en recourant à une motion d'adoption n'a rien à voir avec le rapport en soi. Cela a tout à voir avec la volonté de créer une vague dévastatrice sur le parquet de la Chambre.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-10 16:28 [p.6973]
Madam Speaker, the parliamentary secretary wanted to know what the Conservatives have done. I have done an email and letter-writing campaign to Governor Whitmer with all the stakeholders; brought petitions to the House; and participated in the lobby. However, despite all the government's words about how it will do everything politically, legally and diplomatically possible, here is the crux of the matter: Within less than 24 hours, the legal brief of support for the court case on Line 5 will be due. Enbridge has requested that the government do the amicus curiae brief. The Canada-U.S. committee unanimously said that the government should do the brief.
The government has waited until the eleventh hour. Where is the brief of support for Line 5?
Madame la Présidente, le secrétaire parlementaire voulait savoir ce que les conservateurs ont fait. J'ai lancé une campagne d'envoi de lettres et de courriels à la gouverneure Whitmer, en collaboration avec toutes les parties intéressées; j'ai présenté des pétitions à la Chambre et j'ai participé aux efforts de lobbying. Le gouvernement répète sans cesse qu'il fera tout son possible sur les plans politique, juridique et diplomatique. Or, voilà le cœur du problème: l'échéance pour soumettre un mémoire en faveur du maintien de la canalisation 5 est dans moins de 24 heures. Enbridge a demandé que le gouvernement présente le mémoire d'amicus curiae au tribunal. Tous les membres du comité canado-américain étaient aussi d'avis que c'était à lui de le faire.
Le gouvernement a attendu à la dernière minute. Où est le mémoire en faveur de la canalisation 5?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 16:29 [p.6973]
Madam Speaker, the government, its ministries, the diplomats and our professional civil servants all know what their responsibility is. They understand the importance of this issue to Canadians and North America, and will, in fact, ultimately be prepared to defend Canada's interests, as they have been doing for the last number of months and beyond.
Madame la Présidente, le gouvernement, ses ministères, les diplomates et nos fonctionnaires professionnels savent tous quelle est leur responsabilité. Ils comprennent l'importance que cet enjeu revêt pour le Canada et l'Amérique du Nord, et ils seront prêts à défendre les intérêts du Canada, comme ils le font depuis des mois et même avant cela.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I was appalled when my hon. colleague said during his speech that the Conservatives are blocking the work of the House. The Liberals are the ones who walked away and shut Parliament down. It is unbelievable. The Liberals shut Parliament down, yet they dare to accuse others of blocking the work of the House. That takes a lot of nerve.
The Liberals shut the House down for a month and a half under the pretext of preparing a new throne speech, when they could have shut it down for only 24 hours. We all know that they did it to try to cover up scandals. My family is all too familiar with hairnets, so my question for my hon. colleague is this: would he not agree that there is not a hair's breadth between the Liberals and the Conservatives?
Madame la Présidente, j'ai été estomaqué pendant le discours de mon honorable collègue quand il nous a dit que les conservateurs étaient en train de bloquer les travaux de la Chambre. Les libéraux, eux, sont partis, ils ont fermé le Parlement. C'est incroyable: les libéraux ont fermé le Parlement et osent accuser les autres de bloquer les travaux de la Chambre! C'est avoir du front tout le tour de la tête.
Ils ont fermé la Chambre pendant un mois et demi sous prétexte de préparer un nouveau discours du Trône, alors qu'ils auraient pu ne la fermer que 24 heures. On sait tous que c'était en fait pour étouffer des scandales. On connaît bien les bonnets dans ma famille, alors je vais poser ma question à mon honorable collègue: ne trouve-t-il pas que c'est bonnet blanc et blanc bonnet?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-10 16:32 [p.6974]
Madam Speaker, it is true that the government prorogued and we lost two days, but for the first time in 30-plus years, the House of Commons sat during the summer, albeit as a committee. However, for all intents and purposes it was like question period, and literally hundreds if not thousands of questions were asked. This provided opposition parties a great opportunity to hold the government accountable on a wide variety of issues.
I make no apologies in this area, as we provided more transparency and accountability than the previous administration. The member can take a look at the number of questions that were put forward. I would have loved, as an opposition member, a five-minute time slot to ask three-second or three-minute questions or to give a five-minute speech. We did that last summer.
Madame la Présidente, il est vrai que le gouvernement a prorogé le Parlement et que nous avons perdu deux jours. Cependant, pour la première fois en plus de 30 ans, la Chambre des communes a siégé pendant l'été, même si c'était en comité. Toutefois, à tous égards, c'était semblable à la période des questions, et des centaines, voire des milliers de questions, ont été posées. Ces séances d'été ont donné aux partis de l'opposition une excellente occasion de demander des comptes au gouvernement sur une vaste gamme de questions.
Nous n'avons pas à nous excuser. Nous avons été plus transparents et responsables que le gouvernement précédent. Le député peut regarder le nombre de questions qui ont été posées. Lorsque j'étais dans l'opposition, j'aurais aimé avoir cinq minutes pour poser des questions de trois secondes ou trois minutes ou pour prononcer un discours de cinq minutes. C'est l'occasion que nous avons donnée aux députés de l'opposition l'été dernier.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2021-05-10 16:33 [p.6974]