Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 1242
View James Maloney Profile
Lib. (ON)
View James Maloney Profile
2021-06-17 10:06 [p.8631]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the sixth report of the Standing Committee on Natural Resources, entitled “From Mineral Exploration to Advanced Manufacturing: Developing Value Chains for Critical Minerals in Canada”.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests that the government table a comprehensive response to this report.
I want to take the opportunity, as this will be the last opportunity to do this in this session, to thank my fellow committee members for their spirit of co-operation on a regular basis. I am proud to say we have a very good working relationship in our committee.
I want to give particular thanks to the staff, who make the committee run so smoothly: the translators, our clerk, and in particular our analysts, who have the challenging task of distilling a whole lot of information on complicated issues from a variety of sources, MPs and witnesses alike. They do a remarkably great job, and I just want to acknowledge that.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le sixième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, intitulé « De l’exploration minérale à la fabrication de pointe: développer les chaînes de valeur pour les minéraux critiques au Canada ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Puisque c'est la dernière fois que je peux le faire cette session-ci, je tiens à profiter de l'occasion pour remercier mes collègues du comité d'avoir constamment fait preuve d'un esprit de coopération. Je suis fier de dire que nous avons une très bonne relation de travail au sein du comité.
Je tiens à remercier particulièrement le personnel, qui assure le bon fonctionnement du comité: les traducteurs, la greffière et, surtout, les analystes, qui ont la tâche difficile de condenser beaucoup d'information sur des questions complexes provenant de multiples sources, députés et témoins. Ils accomplissent un travail remarquable, et je tiens simplement à le souligner.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-06-14 16:21 [p.8349]
Madam Speaker, it is an honour to table two petitions today.
The first is petition e-3159, which has 10,984 signatures from people who are concerned about approved strip mines in the Alberta Rocky Mountains.
The petition states that strip mining in all its forms causes irreversible damage to the environment, puts watersheds supplying clean drinking water for millions of Canadians at risk of permanent contamination and threatens billions of dollars in revenue and tens of thousands of jobs in agriculture, recreation and tourism. Removing overburden exposes contaminated materials to the elements, destroys habitat and allows wind and water borne pollution to be spread for hundreds of kilometres. Finally, proper consultations with indigenous communities about these mines were not done before they were approved.
The petitioners call upon the Government of Canada to impose an immediate ban on new or expanded strip mines in the Rocky Mountains.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui deux pétitions.
La première pétition, la pétition électronique e‑3159, porte la signature de 10 984 personnes préoccupées par l'exploitation autorisée de mines à ciel ouvert dans les montagnes Rocheuses de l'Alberta.
La pétition souligne que l'exploitation de mines à ciel ouvert sous toutes ses formes cause des dommages irréversibles à l’environnement, expose les bassins versants qui alimentent en eau potable des millions de Canadiens à un risque de contamination permanente et menace des milliards de dollars de revenus et des dizaines de milliers d’emplois dans l’agriculture, les loisirs et le tourisme. L’enlèvement des morts-terrains expose les matériaux contaminés aux éléments et détruit des habitats et permet à la pollution éolienne et hydrique de s'étendre sur des centaines de kilomètres. Enfin, les communautés autochtones n'ont pas été consultées adéquatement au sujet de ces mines avant qu'elles soient autorisées.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d’interdire immédiatement l’ouverture de nouvelles mines à ciel ouvert et toute expansion de mines existantes dans les montagnes Rocheuses.
View Eric Melillo Profile
CPC (ON)
View Eric Melillo Profile
2021-06-09 14:11 [p.8150]
Mr. Speaker, as the economy reopens, our focus must be on securing the future and supporting the families who have been impacted by the pandemic. It is vital that we have a strong recovery in all sectors and all regions of the country. That means targeted stimulus to the hardest-hit sectors and supporting the development of natural resources across northern Ontario.
Recently, the first nations of Cat Lake, KI, Slate Falls and Lac Seul have created a historic mining partnership with the Sioux Lookout Friendship Accord and nine regional companies to create a centre of excellence. The centre will provide training and jobs, and increase the first nations' participation in mining projects.
This partnership shows the importance of the mining sector to our economy and to the well-being of families across the Kenora riding. I say congratulations to all involved for reaching this milestone, and rest assured that Canada's Conservatives will continue to support our innovative and world-leading mining sector.
Monsieur le Président, alors que l'économie se remet en marche, nous devons veiller à protéger l'avenir des Canadiens et à soutenir les familles touchées par la pandémie. Il est essentiel que nous ayons une relance solide dans tous les secteurs et toutes les régions du Canada. Cela signifie des mesures de relance ciblées sur les secteurs les plus durement touchés et un soutien à l'exploitation des ressources naturelles dans le Nord de l'Ontario.
Récemment, les Premières Nations de Cat Lake, de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug, de Slate Falls et du lac Seul ont établi un partenariat minier historique avec le Sioux Lookout Friendship Accord et neuf entreprises régionales pour créer un centre d'excellence. Le centre offrira de la formation et des emplois et augmentera la participation des Premières Nations dans les projets miniers.
Ce partenariat montre l'importance du secteur minier pour notre économie et pour le bien-être des familles de la circonscription de Kenora. Je félicite tous les gens concernés d'avoir atteint cette étape importante et je les assure que les conservateurs du Canada continueront d'appuyer le secteur minier innovateur de calibre mondial du pays.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-08 10:45 [p.8070]
moved for leave to introduce Bill C-308, An Act to amend the Impact Assessment Act.
She said: Madam Speaker, I rise today to table my bill, Bill C-308, an act to amend the Impact Assessment Act. It is a great privilege to table this legislation on behalf of the incredible community members, activists, indigenous people, farmers, ranchers and Albertan who has raised their voice against coal mining in the Rocky Mountains of Alberta.
For generations, Albertans have enjoyed the majesty of the Rocky Mountains, their peaks, forests, lakes and rivers. Their beauty awes us. The mountains have made Alberta a destination for nature lovers, hunters, anglers and outdoor sports enthusiasts, providing billions in tourism dollars and tens of thousands of jobs. I grew up hiking, skiing and camping in these mountains, and I am raising my two children to have deep respect and love for these wild places as well.
For generations, Albertans have understood the importance of our Rockies, so for generations we have protected the Rocky Mountains and their slopes from the devastation of coal mining, until now. Now our beloved Rocky Mountains, their diverse ecosystems and life-giving waters are at risk. The provincial Conservative government has opened the Rocky Mountains and the eastern slopes for new coal mine development.
Foreign-owned coal mining companies, trailing a legacy of environmental devastation behind them, are at this very moment fencing off public land, building roads, hauling equipment and drilling exploratory holes for massive open-pit and mountaintop removal mines through Alberta's Rocky Mountains and eastern slopes.
These mines will divert millions of litres of water for their operations in areas where water is already scarce and needed to sustain delicate ecosystems, farms and ranches, as well as the millions of Canadians living downstream. These mines will damage ecosystems, pollute rivers and streams, and destroy our beloved mountains forever. Coal mining is an industry from our past. Coal mining is not our future. Tens of thousands of Albertans have signed petitions—
demande à présenter le projet de loi C-308, Loi modifiant la Loi sur l’évaluation d’impact.
— Madame la Présidente, je prends la parole pour déposer mon projet de loi, le projet de loi C-308, Loi modifiant la Loi sur l’évaluation d’impact. C'est un grand privilège de déposer ce projet de loi au nom des incroyables membres de ma collectivité, des militants, des Autochtones, des agriculteurs, des éleveurs et des Albertains qui s'insurgent contre les mines de charbon dans les Rocheuses, en Alberta.
Depuis des générations, les Albertains jouissent du caractère majestueux des Rocheuses, de leurs sommets, de leurs forêts, de leurs lacs et de leurs cours d'eau. Leur beauté nous ébahit. Ces montagnes font de l'Alberta une destination de choix pour les amoureux de la nature, les chasseurs, les pêcheurs et les amateurs de sports de plein air, ce qui génère des milliards de dollars en retombées touristiques et crée des dizaines de milliers d'emplois. En grandissant, j'ai fait de la randonnée, du ski et du camping dans ces montagnes. Aujourd'hui, j'inculque à mes deux enfants le même respect et le même amour profonds pour ces endroits sauvages.
Depuis plusieurs générations, les Albertains ont compris l'importance des Rocheuses et, de ce fait, les ont protégées jusqu'à ce jour — notamment les flancs — des effets dévastateurs liés à l'exploitation du charbon. Aujourd'hui toutefois, nos précieuses Rocheuses ainsi que les divers écosystèmes qu'elles abritent sont en péril. Le gouvernement conservateur provincial a autorisé l'exploitation de mines de charbon sur les versants est des Rocheuses.
Des sociétés minières étrangères, qui ont un bilan environnemental de dévastation à leur actif, sont actuellement en train de clôturer des terres publiques, de construire des routes, de transporter de l'équipement et de faire du forage exploratoire en vue de créer de vastes mines à ciel ouvert, notamment sur la cime et sur les flancs des Rocheuses albertaines.
Or, l'exploitation de ces mines nécessitera des millions de litres d'eau dans des secteurs où l'eau, déjà peu abondante, soutient les délicats écosystèmes, les exploitations agricoles et les ranchs ainsi que les millions de Canadiens qui habitent en aval. Ces mines endommageront les écosystèmes, pollueront les rivières et les ruisseaux et détruiront à tout jamais nos précieuses montagnes. L'industrie houillère est un vestige du passé et n'assurera pas l'avenir. Des dizaines de milliers d'Albertains ont signé des pétitions...
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-06-08 14:45 [p.8109]
Mr. Speaker, Alberta's United Conservative government has opened up the Rocky Mountains for new coal mines. Fences, roads and drill sites are going up in areas designated as critical habitat for species at risk. Benga Mining has applied to mine the Grassy Mountain site without a plan for controlling selenium pollution, and more new mines that avoid federal oversight are being pitched to investors. This will have devastating effects on our environment, and we need immediate action.
Will the minister commit to protecting the Rockies and eastern slopes from these new coal mines that will destroy our mountains and water for generations to come?
Monsieur le Président, le gouvernement conservateur uni de l'Alberta a décidé de permettre l'ouverture de nouvelles mines de charbon dans les montagnes Rocheuses. Des clôtures, des routes et des sites de forage sont construits dans des secteurs désignés comme étant des habitats essentiels pour des espèces en péril. L'entreprise Benga Mining a demandé l'autorisation d'extraire du charbon au site Grassy Mountain sans avoir prévu de plan pour le contrôle de la pollution par le sélénium. En outre, d'autres sites potentiels pour l'établissement de mines sans supervision du fédéral sont proposés aux investisseurs. Les effets sur l'environnement seront catastrophiques et il faut agir immédiatement.
Le ministre peut-il s'engager à protéger les Rocheuses et leur versant est contre le développement de mines de charbon qui détruiront les montages et pollueront l'eau pendant des générations?
View Jonathan Wilkinson Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, we certainly understand and have heard the concerns of many in Alberta with respect to the eastern slopes and other areas that are opened up for prospective mining. Certainly in the context of assessing them, that is exactly why we put into place the Impact Assessment Act to ensure that we are assessing, in a thoughtful way, all environmental impacts.
I agree with my colleague that the issues around selenium discharge are extremely important. We are working on them very actively with respect to coal mining effluent regulations.
We want to ensure that any projects are environmental sustainable on a go-forward basis.
Monsieur le Président, nous comprenons les inquiétudes exprimées par de nombreux Albertains concernant le versant est et d'autres secteurs où on permet les activités de prospection minière. Assurément, c'est dans le but de pouvoir faire l'évaluation de ces projets que nous avons adopté la Loi sur l'évaluation d'impact afin que tous les impacts environnementaux soient évalués de façon réfléchie.
Je suis d'accord avec ma collègue, la question des déversements de sélénium est extrêmement importante. Nous travaillons à cette question dans le contexte de la réglementation sur les effluents des mines de charbon.
Nous voulons que tous les projets soient respectueux de l'environnement.
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-05-12 14:06 [p.7101]
Mr. Speaker, I am pleased to recognize National Mining Week.
In 2019, the mining industry created 719,000 direct and indirect jobs across the country, including 16,000 jobs for indigenous people. It also contributed nearly $71 billion to Canada's GDP.
The industry is also a world leader in environmental practices, innovation and clean technologies that will secure our low-carbon future.
We are committed to the mining industry. That is why we invested $365 million to extend the mineral exploration tax credit, $36.8 million to advance our battery mineral processing and refining expertise, and $9.6 million to create a critical battery minerals centre of excellence.
I ask all hon. members to join me in celebrating National Mining Week and recognize the importance of Canada’s mineral industry.
Monsieur le Président, je suis heureux de souligner la Semaine minière du Canada.
En 2019, le secteur a créé 719 000 emplois directs et indirects dans l'ensemble du pays, dont 16 000 emplois pour les personnes autochtones, et a contribué au PIB du Canada à hauteur de près de 71 milliards de dollars.
L'industrie est également un chef de file mondial en matière de pratiques environnementales, d'innovation et de technologies propres qui assureront notre avenir à faible émission de carbone.
Nous prenons l'industrie minière à cœur. C'est pourquoi nous avons investi 365 millions de dollars pour prolonger le crédit d'impôt pour l'exploration minière, 36,8 millions de dollars pour faire progresser l’expertise en matière de traitement et de raffinement des minéraux de batterie critiques et 9,6 millions de dollars pour créer un centre d’excellence sur les minéraux de batterie critiques.
Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour célébrer la Semaine minière du Canada et reconnaître l'importance de l'industrie minérale du Canada.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-05-12 18:13 [p.7135]
Madam Speaker, it is an honour to rise today to speak to Bill C-15, an act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. I cannot reiterate strongly enough that this bill is long overdue.
Canada was built on the violent dispossession of the lands and resources of indigenous peoples. It is the kind of violence and genocide that we see perpetrated against indigenous women and girls, 2SLGBTQQIA individuals and sacred life-givers, including our mother earth and waters. We see a continuation of environmental destruction, supported by governments that violate human rights and continue to marginalize and oppress indigenous peoples on our own lands.
While big oil, big corporations and Canada benefit from resources, we continue to not even have our minimum human rights respected. The most minimum human right that anyone, indigenous or not, needs to have is joy. Our rights are constantly up for debate while corporations benefit.
I will be honest here today: There is no political party in this country that has not participated, or that does not continue to participate, in the violation of indigenous rights. Indigenous peoples on our very own lands are consistently and constantly a second thought, and our rights are often totally disregarded. This normalization of violating the rights of indigenous peoples needs to end. It is time that our very own Constitution is upheld, which includes aboriginal rights and title, along with the international legal obligations that Canada has signed onto.
We need to change this. We need to change the foundation of our relationship, which was built on human rights violations of indigenous peoples that were legislated through the Indian Act, and create a legal foundation that is grounded in a respect for human rights of all peoples, including indigenous peoples. We need the minimum human rights that are articulated in the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.
Although imperfect, I, along with our NDP team, believe that Bill C-15 is a step forward in upholding and protecting the fundamental human rights of indigenous peoples in Canada. As I mentioned, it is long overdue.
I will remind the House of what the General Assembly highlighted last December. It indicated that the declaration has “positively influenced the drafting of several constitutions and statutes at the national and local levels and contributed to the progressive development of international and national legal frameworks and policies.” In addition, it is also important to remember that the UN General Assembly has reaffirmed the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples for the 10th time since its adoption by consensus. This means there is no country in the world that formally opposes the declaration.
After the second reading of Bill C-15, we undertook a study at committee, and we are reporting the bill today with amendments. I would like to take this opportunity to address some of these amendments.
First, as a legislator it is my legal obligation to be clear about the purpose or purposes of any legislation. As such, our party supported an amendment at committee to clarify that Bill C-15 had two purposes, which include to affirm the declaration as having application in Canadian law; and, second, to provide a framework for the implementation of the declaration.
This bill would not “Canadianize” the declaration, but confirms that United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples has application in Canadian law as affirmed in preambular paragraph 18, which reads, “Whereas the Declaration is affirmed as a source for the interpretation of Canadian law”, in addition to other legal frameworks which include indigenous law, the Constitution, international law and treaties with indigenous peoples.
This legal reality has been confirmed by the Supreme Court as early as 1987. Even the Canadian Human Rights Tribunal has heavily relied on provisions of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples in their rulings about the racial discrimination that first nations children face living on reserve.
The declaration, in fact, has provided a source for legal interpretation for courts and tribunals, and protection of children, families and communities. Our children need this legislative protection to ensure that they are able to thrive, not just survive, to ensure that children and families are afforded the legal protection to ensure they can live with dignity and human rights, especially with the current government who willfully violates their rights.
As former Chief Justice Dickson confirmed in 1987, “The various sources of international human rights law—declarations, covenants, conventions, judicial and quasi-judicial decisions of international tribunals, customary norms—must, in my opinion, be relevant and persuasive sources for interpretation of the Charter’s provisions.”
Another significant amendment to Bill C-15 I would like to highlight is the inclusion of the living tree doctrine in preambular paragraph 19. This is a critical amendment. The living tree doctrine recognizes that rights are not frozen in time and that rights and treaties need to evolve overtime as our nations evolve and circumstances change.
The living tree doctrine is an important constitutional principle, which has also been affirmed by the Supreme Court of Canada. An example I would like to highlight is that in the 2004 Same-sex Marriage Reference Case, the court emphasized that the Constitution was a “living tree” subject to “progressive interpretation”.
The Supreme Court in this case ruled as follows, “The 'frozen concepts' reasoning runs contrary to one of the most fundamental principles of Canadian constitutional interpretation: that our Constitution is a living tree which, by way of progressive interpretation, accommodates and addresses the realities of modern life.”
In the Hunter v. Southam Inc. case of 1984, the Supreme Court described the doctrine in the following way, “A constitution....is drafted with an eye to the future....It must, therefore, be capable of growth and development over time to meet new social, political and historical realities often unimagined by its framers.”
For example, the $5 given to treaty people during treaty days every year should have gone up with inflation. I would argue that it is not a symbolic act but an act of bad faith. Let us not forget Canada was built on the violent and ongoing genocide of indigenous peoples. This is why this amendment is so critical. We need legal tools to hold the government to account when it acts in bad faith.
Five dollars fails to take into consideration inflation or compensation owed for destroying lands, impairing our ability to participate in traditional forms of sustenance, perpetuating violence in our communities and leaving many unsheltered on our very own lands, while the masses and corporations continue to privilege off the human rights violations of indigenous peoples. This is gross privilege.
Since the time of invasion, our nations have gone through change, whether by choice or as a result of aggressive assimilation policies. This transformed our families and nations. However, although our colonizers set out to eradicate us, we are still here standing strong in the protection of our rights, the very rights that our ancestors put their lives on the line to protect.
We are still in this battle, whether it is in the courtroom or at the end of an RCMP sniper gun, as witnessed in Wet'suwet'en territory or at the military siege of Kanehsatake. We continue to stand strong. Now we see the very little land that has not been exploited is still under threat, and it makes us stand even stronger.
We will never concede our rights, and our rights evolve and change over time. These are indigenous lands, yet we still have to fight for crumbs against the disregard of our treaties and a lack of good faith by governments to respectfully interpret the meaning, intent, and letter of them. I have not forgotten, we have not forgotten and we will never ever forget.
This is also an important constitutional principle. It is why the new preambular paragraph 19 is so important. It states:
Whereas the protection of Aboriginal and treaty rights—recognized and affirmed by section 35 of the Constitution Act, 1982—is an underlying principle and value of the Constitution of Canada, and Canadian courts have stated that such rights are not frozen and are capable of evolution and growth
I would suggest, in this particular instance, that UNDRIP is a new political, historical and certainly legal reality that Bill C-15 is acknowledging. I must admit, however, that I would have preferred this addition to be in the operative articles of the bill. In fact, I believe that it belongs in the operative articles, as some have proposed. However, I also recognize that the preambular paragraphs have legal effect, as confirmed in article 13 of the federal Interpretation Act.
The last amendment I wish to speak to is the addition of systemic racism as one of the measures to combat injustice and human rights violations against indigenous peoples.
We have serious issues with systemic racism in this country, and we have witnessed examples that have cost lives. The many indigenous lives that have been lost at the hands of the police include Eishia Hudson, Jason Collins and Colten Boushie. There is also the late Joyce Echaquan, who lost her life trying to get assistance in a health care system that intimidated her, mocked her, disrespected her life and let her die under its care, as though her life was of no value, leaving her children without a mother and her partner widowed. In addition, there is a continued lack of action to address the ongoing genocide against indigenous women and girls, and we see a rapidly rising movement of white nationalism and a growing number of white supremacists around the world and right here in Canada. This is a critical amendment to Bill C-15.
We need to move forward in a manner that ensures that all indigenous people can live with dignity and human rights in Canada. We need to begin living up to our identity as a country that values and respects human rights. We need to model behaviours and decisions that actually reflect that. That is still not happening in Canada, as we are witnessing with the continued violation of indigenous rights because, although the rhetoric that we are all equal in Canada continues, there is still a very clear division between the oppressed and the oppressor. The Canadian government continues to perpetuate a relationship of violent settler neo-colonialism in real time.
There is still no action plan to address the ongoing violence against indigenous women and girls and 2SLGBTQQIA individuals, and it is two years late. There are 10 non-compliance orders to immediately end racial discrimination against first nations children on reserve. People have unequal access to health care and education. There is continued inaction and a mould crisis. There has been a failure to end all boil-water advisories on reserve, in spite of the Liberal promise to end this by 2021.
The number of children in care is more than at the height of the residential school system. We have the highest level of unsheltered individuals in this country as a result of the violent dispossession of lands that left many of us homeless on our own lands.
There continues to be violation of land rights, privileging corporations over upholding the human rights of indigenous peoples. These include, but are not limited to, Kanesatake, Site C, TMX, Keystone XL, Muskrat Falls, Wet'suwet'en territory, Baffinland Mary River Mine and 1492 Land Back Lane. There is a continuation of the violation of the Supreme Court ruling in the Mi’kmaq fishing dispute, more than two decades after that decision was made. We continue to see a violation of our constitutional and international legal obligations in this House, and we are obliged to uphold these as members of Parliament. The list goes on.
The violation of indigenous rights by the current Liberal government is not even limited to Canada, but is perpetuated globally. In fact, Toronto-based Justice and Corporate Accountability Project, a legal advocacy group, noted, “28 Canadian mining companies and their subsidiaries were linked to 44 deaths, 403 injuries, and 709 cases of criminalization, including arrests, detentions, and charges in Latin America between 2000 and 2015.”
A working group states, “The financial and political backing that the government of Canada has provided to its mining companies has been strengthened by the de facto conversion of its cooperation agencies into mining investment promotion bodies.”
This working group reported human rights violations by Canada against indigenous peoples related to mining in, but not limited to, Venezuela, Chile, Colombia, Mexico and Guatemala.
We are watching on the news and social media events unfolding right now in Sheikh Jarrah, and Canada is turning a blind eye to the ethnic cleansing. It is failing to uphold international legal obligations, and children and loved ones continue to die. That is another gross example of Canada and the privileged picking and choosing when to uphold human rights, which is when it suits economic interests and does not threaten power and privilege. This must change.
I share this because, although we are working toward passing a bill to affirm the application of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples into Canadian law, in addition to other legal frameworks including indigenous law, international law, our Constitution and treaties, we consistently fail to uphold rights.
We must move forward in a manner that upholds these human rights in Canada and around the world. Lives depend on this. We have moved beyond a time when rhetoric cuts it, and we know what the violation of rights looks like in real time. It is denying individuals of their right to live in dignity, sometimes resulting in death.
We need to change this. Lives are on the line. Although Bill C-15 is not perfect, it is a start, and it must be followed with action. It is only then that we will achieve justice. There is no reconciliation without justice.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi d'intervenir aujourd'hui pour parler du projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Je ne saurais trop insister sur le fait que ce projet de loi est attendu depuis longtemps.
Pour construire le Canada, on a dépossédé, dans la violence, les Autochtones de leurs terres et de leurs ressources. C'est le genre de violence génocidaire qu'on voit se déchaîner contre les femmes et les filles autochtones, les personnes 2ELGBTQQIA, les donneuses de vie sacrées, notamment notre mère la Terre et l'eau. La destruction de l'environnement se poursuit, aidée par des gouvernements qui violent les droits de la personne et continuent de marginaliser et d'opprimer les peuples autochtones sur leurs propres terres.
Pendant que les grandes compagnies pétrolières et le Canada tirent avantage des ressources, nous ne respectons toujours pas les droits de la personne les plus fondamentaux. Le droit le plus fondamental dont tout le monde devrait jouir, c'est le droit au bonheur. Nos droits sont constamment remis en question et, pendant ce temps-là, les entreprises s'enrichissent encore et encore.
Soyons honnêtes: tous les partis politiques du Canada ont déjà bafoué et bafouent encore les droits des Autochtones. Même sur nos propres terres, nous passons toujours en second, et très souvent, nos droits sont carrément foulés aux pieds. Cette banalisation de la violation des droits autochtones doit cesser. Il est temps que nous appliquions la Constitution, y compris les dispositions sur les droits et les titres autochtones, et que nous honorions les obligations juridiques internationales qui sont les nôtres.
Il faut que les choses changent. Il faut changer les bases de notre relation, qui a comme point de départ la violation des droits des peuples autochtones — violation qui a d'ailleurs été légitimée par la Loi sur les Indiens —, afin qu'elle repose désormais sur le respect des droits fondamentaux de tous, y compris des peuples autochtones. On doit à tout le moins nous accorder les droits fondamentaux qui figurent dans la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
Même si le projet de loi C-15 est imparfait, l'équipe du NPD et moi-même considérons qu'il s'agit d'un pas en avant qui permettra de mieux protéger les droits fondamentaux des peuples autochtones du Canada, et il était temps, comme je l'ai déjà dit.
Je rappelle à la Chambre qu'en décembre dernier, l'Assemblée générale des Nations unies a indiqué que la Déclaration avait « eu une influence positive sur l’élaboration de plusieurs constitutions et statuts aux niveaux national et local, en plus de contribuer au développement progressif de cadres et de politiques juridiques sur les plans national et international. » Il importe aussi de rappeler que l'Assemblée générale des Nations unies a réaffirmé la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones pour la dixième fois depuis son adoption par consensus. Cela signifie qu’aucun pays au monde ne s'oppose officiellement à cette déclaration.
Après la deuxième lecture du projet de loi C-15, nous avons entrepris son étude en comité, étude dont nous faisons rapport aujourd'hui avec des amendements. J'aimerais profiter de l'occasion pour parler de certains de ces amendements.
Tout d'abord, en tant que législatrice, j'ai l'obligation légale de bien comprendre l'objectif ou les objectifs d'une mesure législative. C'est pourquoi notre parti a appuyé, lors des travaux du comité, un amendement visant à clarifier le fait que le projet de loi C-15 a deux objectifs: affirmer que la Déclaration a une application en droit canadien; encadrer la mise en œuvre de la Déclaration.
Ce projet de loi ne prévoit pas « canadianiser » la Déclaration; il confirme que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones a une application en droit canadien, comme on peut le lire au 18e paragraphe du préambule: « il y a lieu de confirmer que la Déclaration est une source d’interprétation du droit canadien ». C'est une source d'interprétation du droit à l'instar d'autres cadres juridiques, dont les lois autochtones, la Constitution, le droit international et les traités avec les peuples autochtones.
Cette réalité juridique a été confirmée par la Cour suprême dès 1987. Même le Tribunal canadien des droits de la personne s'est fortement inspiré des dispositions de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones dans ses décisions concernant des affaires de discrimination raciale subie par des enfants autochtones vivant dans des réserves.
En fait, la Déclaration est une source d'interprétation du droit pour les tribunaux ainsi qu'une source de protection pour les enfants, les familles et les communautés. Nos enfants ont besoin de cette protection juridique pour s'épanouir, au lieu de se contenter de survivre. Les familles et les enfants doivent pouvoir bénéficier de la protection juridique dont ils ont besoin pour vivre dans la dignité et le respect de leurs droits fondamentaux, surtout avec le gouvernement actuel, qui les viole sciemment.
L'ancien juge en chef Dickson confirmait cette réalité en 1987, lorsqu'il écrivait ceci: « Les diverses sources du droit international des droits de la personne — les déclarations, les pactes, les conventions, les décisions judiciaires et quasi-judiciaires des tribunaux internationaux, et les règles coutumières — doivent, à mon avis, être considérées comme des sources pertinentes et persuasives quand il s'agit d'interpréter les dispositions de la Charte. »
Un autre amendement important au projet de loi C-15 que je tiens à souligner est l'inclusion de la doctrine de l'arbre dans le 19e paragraphe du préambule. Il s'agit d'un amendement crucial. La doctrine de l'arbre reconnaît que les droits ne sont pas figés et que les droits et les traités doivent évoluer au fil du temps à mesure que le pays et la situation changent.
La doctrine de l'arbre est un principe constitutionnel important, qui a aussi été confirmé par la Cour suprême du Canada. À titre d'exemple, dans le renvoi de 2004 relatif au mariage entre personnes de même sexe, la Cour a souligné que la Constitution est un « arbre vivant » qui peut faire l'objet d'une « interprétation progressiste ».
Dans ce cas-ci, la Cour suprême a rendu la décision suivante: « Le raisonnement fondé sur l’existence de "concepts figés" va à l’encontre de l’un des principes les plus fondamentaux d’interprétation de la Constitution canadienne: notre Constitution est un arbre vivant qui, grâce à une interprétation progressiste, s’adapte et répond aux réalités de la vie moderne. »
Dans l'arrêt Hunter c. Southam Inc. rendu en 1984, la Cour suprême explique la doctrine de l'arbre vivant comme ceci: « [...] une constitution est rédigée en prévision de l'avenir [...] Elle doit par conséquent être susceptible d'évoluer avec le temps de manière à répondre à de nouvelles réalités sociales, politiques et historiques que souvent ses auteurs n'ont pas envisagées. »
Par exemple, il aurait fallu augmenter en fonction de l'inflation les 5 dollars donnés chaque année aux nations signataires, au jour anniversaire d'un traité. J'estime qu'il ne s'agit pas d'un geste symbolique, mais bien de mauvaise foi. N'oublions pas que le Canada s'est construit sur des actes de génocide — qui se poursuivent, d'ailleurs — contre les peuples autochtones. Voilà pourquoi cet amendement revêt une importance cruciale. Il faut des outils juridiques pour exiger que le gouvernement rende des comptes lorsqu'il agit de mauvaise foi.
Un paiement de 5 dollars ne tient pas compte de l'inflation et ne tient certainement pas lieu d'indemnisation pour la destruction de terres, l'affaiblissement de notre capacité de participer aux pratiques traditionnelles de subsistance, la perpétuation de la violence dans nos communautés et l'absence de logement pour de nombreuses personnes sur nos propres terres, alors que les masses et les grandes entreprises continuent de tirer profit de la violation des droits fondamentaux des peuples autochtones. Il s'agit d'un privilège honteux.
Depuis l'époque de l'invasion, nos nations ont vécu des changements, que ce soit par choix ou à cause de politiques d'assimilation agressives. Ces changements ont transformé nos familles et nos nations. Cependant, bien que les colonisateurs aient souhaité nous faire disparaître, nous sommes encore ici et nous réclamons vigoureusement la protection de nos droits, ces mêmes droits pour lesquels nos ancêtres ont risqué leur vie.
Nous poursuivons la lutte, que ce soit devant les tribunaux ou devant les fusils des agents de la GRC, comme c'est arrivé sur le territoire des Wet'suwet'en ou lors de l'occupation de Kanehsatake par des militaires. Nous continuons à réclamer nos droits. Aujourd'hui, on constate que le peu de territoire qui n'a pas été exploité est encore menacé, et cela renforce d'autant notre détermination à résister.
Nous ne céderons jamais nos droits, qui évoluent avec le temps. Il s'agit de terres autochtones, mais nous devons encore lutter pour des miettes contre le mépris de nos traités et l'absence de bonne foi des gouvernements lorsqu'il s'agit d'en interpréter la lettre et l'esprit. Je n'ai pas oublié, nous n'avons pas oublié, et nous n'oublierons jamais.
Il s'agit aussi d'un principe constitutionnel important. Voilà pourquoi la nouvelle version 19e paragraphe du préambule est très importante. Voici ce qu'elle dit:
que la protection des droits ancestraux ou issus de traités — reconnus et confirmés par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 — constitue une valeur et un principe sous-jacents à la Constitution du Canada et que les tribunaux canadiens ont déclaré que de tels droits ne sont pas figés et peuvent évoluer et s’accroître;
Dans ce cas particulier, je dirais que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones constitue une nouvelle réalité politique, historique et même juridique que reconnaît le projet de loi C-15. Cependant, je dois admettre que j'aurais préféré que cet ajout se retrouve dans les articles du corps du projet de loi. Je crois d'ailleurs que c'est là qu'on devrait le trouver, comme certains l'ont proposé. Je sais toutefois que les paragraphes du préambule ont quand même un effet juridique, comme le confirme l'article 13 de la Loi fédérale d'interprétation.
Le dernier amendement dont j'aimerais parler est l'ajout du mot « systémique » pour qualifier le racisme, lorsqu'il est question des mesures visant à lutter contre les injustices subies par les peuples autochtones et contre les violations de leurs droits fondamentaux.
Le racisme systémique est la source de graves problèmes dans notre pays, et nous avons tous entendu parler de cas où nos concitoyens sont morts à cause de cela. Parmi les Autochtones qui ont perdu la vie aux mains de la police se trouvent Eishia Hudson, Jason Collins et Colten Boushie. Souvenons-nous aussi de la regrettée Joyce Echaquan, qui est morte alors qu'elle appelait à l'aide et que le système de santé l'intimidait, se moquait d'elle et n'avait aucun respect pour sa vie. Le système de santé l'a laissée mourir alors qu'il devait lui fournir des soins. Il a traité cette femme comme si sa vie n'avait pas de valeur, ce qui fait que ses enfants ont perdu leur mère et que son conjoint est veuf. De plus, les autorités continuent de rester les bras croisés dans le dossier du génocide qui continue d'être perpétré contre les femmes et les filles autochtones. Nous assistons à une montée fulgurante du mouvement nationaliste blanc et à une hausse du nombre de suprémacistes blancs partout dans le monde, y compris au Canada. Cet amendement au projet de loi C-15 est essentiel.
Nous devons aller de l'avant en nous assurant que tous les Autochtones peuvent vivre dans la dignité et dans le respect des droits de la personne au Canada. Nous devons nous montrer à la hauteur du pays que nous sommes et qui dit valoriser et respecter les droits de la personne. Nos comportements et nos décisions doivent en témoigner. Ce n'est toujours pas le cas, puisque des Autochtones continuent de voir leurs droits bafoués et que, en dépit des beaux discours voulant que nous soyons tous égaux au Canada, il existe encore une division très marquée entre opprimés et oppresseurs. Le gouvernement canadien continue de perpétuer une relation de néocolonialisme violent encore aujourd'hui.
Il n'y a pas encore, deux ans plus tard, de plan d'action pour lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles autochtones et aux personnes 2ELGBTQQIA. Il y a 10 ordonnances de non-conformité pour mettre fin immédiatement à la discrimination raciale à l'égard des enfants des Premières Nations dans les réserves. Les gens n'ont pas un accès équitable aux soins de santé et à l'éducation. Le problème des moisissures attend toujours d'être réglé, tout comme celui des avis de faire bouillir l'eau dans les réserves que les libéraux avaient promis d'éliminer d'ici 2021.
Il y plus d'enfants pris en charge aujourd'hui qu'au plus fort du système des pensionnats. Nous avons le taux de sans-abris le plus élevé au pays en raison de la dépossession forcée de nos terres qui a laissé beaucoup d'entre nous sans abri sur nos propres terres.
Les violations des droits fonciers se poursuivent, ce qui privilégie les entreprises au détriment du respect des droits fondamentaux des peuples autochtones. Ce qui est notamment le cas à Kanesatake, au site C, pour les projets TMX et Keystone XL, à Muskrat Falls, dans le territoire de la nation Wet'suwet'en, à la mine de Mary River, sur l'île de Baffin et au 1492 Land Back Lane. La décision de la Cour suprême dans le conflit des pêcheurs micmacs n'est toujours pas respectée plus de deux décennies après qu'elle ait été rendue. À la Chambre, nous continuons d'observer un manquement à nos obligations juridiques constitutionnelles et internationales, et nous sommes tenus de les respecter en tant que députés. La liste est longue.
La violation des droits des Autochtones par le gouvernement libéral actuel ne se limite même pas au Canada; elle se perpétue à l'échelle mondiale. D'ailleurs, selon Justice and Corporate Accountability Project, un groupe de défense juridique basé à Toronto, « 28 sociétés minières canadiennes et leurs filiales ont été liées à 44 décès, 403 blessures et 709 cas de judiciarisation, y compris des arrestations, des détentions et des accusations en Amérique latine entre 2000 et 2015 ».
Un groupe de travail déclare ceci: « le soutien financier et politique que le gouvernement du Canada a fourni à ses sociétés minières a été renforcé par la transformation de fait de ses organismes de coopération en organismes de promotion des investissements miniers. »
Ce groupe de travail a signalé des violations des droits de la personne commises par le Canada à l'encontre de peuples autochtones dans le secteur de l'exploitation minière, notamment au Venezuela, au Chili, en Colombie, au Mexique et au Guatemala.
Nous regardons aux nouvelles et sur les médias sociaux les événements qui se déroulent en ce moment même dans le quartier de Sheikh Jarrah, et le Canada ferme les yeux sur ce nettoyage ethnique. Il ne respecte pas ses obligations juridiques internationales, et des enfants et des êtres chers continuent de mourir. C'est un autre exemple flagrant du Canada et des gens privilégiés qui choisissent quand faire respecter les droits de la personne, c'est-à-dire quand cela sert les intérêts économiques et ne menace pas le pouvoir et les privilèges. Les choses doivent changer.
Je le souligne parce que, bien que nous travaillions à faire adopter un projet de loi visant à affirmer l'application de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, comme c'est le cas dans d'autres cadres juridiques, notamment le droit autochtone, le droit international, la Constitution et les traités, nous échouons constamment à faire respecter les droits.
Nous devons nous efforcer de faire respecter les droits de la personne au Canada et dans le monde entier. Des vies en dépendent. Le temps des beaux discours est terminé. Nous savons que des droits sont violés en ce moment même. Des personnes ne peuvent pas exercer leur droit de vivre dans la dignité, et cela entraîne parfois leur mort.
Nous devons faire quelque chose. Des vies sont en jeu. Bien que le projet de loi C-15 ne soit pas parfait, c'est un début, et il faut passer à l'action. Ce n'est qu'après la prise de mesures que justice sera faite. Il n'y a pas de réconciliation sans justice.
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
Madam Speaker, as we know, there is a fair deal to look at in the budget, but one of the areas we have yet to see action on is when it comes to reinforcing the powers of the Canadian ombudsperson for responsible business enterprise. The government has failed to create an independent office with real powers to investigate abuses and redress the harms caused by Canadian companies, particularly mining companies operating abroad. This is not acceptable. We know that Canadian mining companies the world over are wreaking havoc.
How important is it for the government to step up and have the power to stop the rampant exploitation in which we see companies engage in the name of our country?
Madame la Présidente, il y a beaucoup de mesures à examiner dans le budget, mais il n'y en a toujours aucune visant le renforcement des pouvoirs de l'ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises. Le gouvernement n'a pas créé un bureau indépendant doté de vrais pouvoirs pour enquêter sur les cas d'abus et réparer les torts causés par les entreprises canadiennes, plus particulièrement les minières actives à l'étranger. C'est inacceptable. Nous savons que les minières canadiennes causent des ravages partout dans le monde.
Dans quelle mesure le gouvernement est-il prêt à prendre ses responsabilités et à se donner le pouvoir de mettre un terme à l'exploitation débridée que se permettent des compagnies au nom de notre pays?
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I have three points. The first is that the ombudsperson is a serious person and very capable. The second is that the government did give her a decent budget. The third is that she is right; we should have the appropriate suite of powers for the ombudsperson.
Madame la Présidente, je ferai valoir trois points. Premièrement, l'ombudsman est une personne sérieuse et éminemment compétente. Deuxièmement, le gouvernement lui a accordé un budget décent. Troisièmement, la députée a raison, l'ombudsman doit disposer de la série de pouvoirs voulus.
View Eric Melillo Profile
CPC (ON)
View Eric Melillo Profile
2021-05-03 17:56 [p.6556]
Madam Speaker, it is an honour to join the discussion today on Bill C-12. This is an issue of great importance for me as climate change is an urgent issue for me and for many of my constituents across the Kenora riding and of course, many Canadians from coast to coast to coast.
In northwestern Ontario, we have seen many environmental changes and challenges in recent years. There have been shorter and warmer winter seasons. There have been more sporadic weather patterns and changing behaviour of wildlife and these are all new realities that we must face. That is why I believe it is incredibly important that we work with Canadians and with industries to ensure that we are doing our part to aid in the global effort to preserve and protect our environment for future generations. I will speak to that in more detail shortly.
First, I want to address the bill directly as I believe that the title of the bill in itself is somewhat misleading to Canadians who may be watching at home or see the speech online. I believe the bill does very little to bring transparency and accountability to Canada's efforts of reaching net zero by 2050. I believe that the bill is a typical Liberal bill. It places accountability on future governments, not its own. Through nearly six years of the Liberal government, it spent the majority of time either pointing fingers and criticizing past governments or making commitments such as this one for future governments. The one thing that the Liberals failed to do is hold themselves accountable.
The bill proposes the goal of reaching net-zero emissions by 2050, but there are very few details on how the government is planning to get there. The goal of net zero is something that our party shares with the current government. We also know that many Canadian industries share that goal and they are already on a path to reduce their emissions, diversify their operations and find innovative solutions to help Canada reach these goals. Again, the bill does not truly provide any support for those solutions. It is in many ways simply stating the target that they were planning to get to.
The government is already failing to meet its current climate commitment set for the year 2030. It is interesting that instead of taking action to reach the government's current goal, Liberals are now instead looking further down the road and committing to more aspirational goals. Unfortunately, given their track record thus far, I have very little faith in their ability to put Canada on track to meeting either the 2030 or 2050 targets.
Truly this is a government that has been big on promises and short on action on the environment. We know Liberals said they would plant two billion trees, but they have no plan to reach that target. They said they would put Canada on a path to reducing emissions, yet emissions continue to rise. They also continue to export non-recyclable Canadian waste abroad and in my riding they failed to take meaningful action to protect Lake of the Woods.
What is worse, the Liberals claim that they would balance economic activity with environmental protections, but even as they have been missing these environmental targets, they have done nothing to allow Canadian industry, which is some of the cleanest in the world, to thrive. We know that Canadian oil and gas holds itself to very high environmental standards and many in the industry are already committed to net zero by 2050.
Last year, I had the opportunity to visit Fort McMurray, Alberta. I was joined by the member for Parry Sound—Muskoka and others. I toured Suncor and I learned about the great work it is doing to supply clean and sustainable energy to the world and ensure that the environmental impacts of this are as minimal as possible. Suncor alone has planted over eight million trees as part of its reclamation programs and we know that is many more trees than the Liberals have been able to plant. That is in addition to the belated efforts of other energy companies that have similar programs. I believe overall that Canadian energy companies, often vilified by the Liberals, are actually doing more for the environment than the government itself.
The cement industry as well is taking ambitious steps to lower its emissions by transitioning to lower intensity, Portland Limestone Cement is investing hundreds of millions in low-carbon fuels. This is an industry that employs many in my riding and across the country.
I would like to talk about the forestry industry as well. It is a big employer in northwestern Ontario. It is taking a leadership role in helping Canada reach its low-carbon goals. Weyerhaeuser, which has an operation in Kenora, reduced its GHGs by 53% over the past two decades. It is becoming greener and more efficient every year. Resolute Forest Products, which has a mill in Ignace, has reduced its emissions by 83% compared to 2000 levels. Since 2010, only a decade ago, Domtar, which has an operation in Dryden, has seen its emissions decrease by nearly 20%. These are figures that the government could only dream of meeting itself.
If we look at the mining industry, which also employs many in my riding and is a major employer of first nations, it is taking great strides to reduce its environmental impact. Evolution, which has a mine in Balmertown, has increased by 11% the amount of water it is able to reuse. It is also continuing to take steps to reach its climate risk mitigation targets. Lastly, we know that clean, Canadian natural gas has the potential to lower global emissions by displacing less clean forms of energy and preventing carbon leakage abroad.
Canada's Conservatives recognize that industry must be at the table when we are talking about reaching net zero. We can lean on its expertise to help us reach our climate goals, while supplying the world with sustainable, ethically harvested natural resources. That is why it is so incredibly disappointing that the Liberals continue to take their cues from activists who are determined to destroy our industries instead of recognizing their environmental leadership.
The government has failed to address many environmental concerns and is on track to miss its targets. The government's only climate plan is to implement a tax redistribution scheme that makes life more difficult for hard-working, rural Canadians, and also lets big emitters off the hook.
I would like to take some time to discuss some of the tangible actions we must take to meet our targets. Primarily, we must incentivize and invest in innovative technologies to reduce emissions. We must incentivize Canadians to make their homes and their businesses more efficient and support industries as they make their operations cleaner and greener. We can do our part to reduce global emissions by supporting the responsible production of clean, Canadian energy and get it to international markets, reducing the world's reliance on coal and other high-intensity forms of energy.
We also need to continue to invest in conservation initiatives so future generations can continue to enjoy cleaner air, cleaner water and the beauty of our natural environment. We must not forget that it was under a Conservative government with former prime minister Brian Mulroney that we took decisive action on the acid rain crisis. I believe we now need a Conservative government with a similar vision to address the environmental questions of our time. That is exactly what we intend to do.
The Leader of the Opposition recently announced our climate plan. It is ambitious, but it is practical, with real targets and concrete steps to reach them. Under a Conservative government, Canada would embrace innovation, making real investments in the production of electric cars and trucks, as well as hydrogen vehicles. We would also invest $1 billion to deploy small modular reactors, a zero-emission source of electricity and heat across the country.
We would work with our neighbours to the south to establish North American standards for industry with border adjustments to prevent big emitters from outsourcing their emissions and their jobs to countries with lower environmental standards. We would place carbon border tariffs on goods imported from big polluters, like China, to ensure that we are holding all nations to the same standards that we set for ourselves. Additionally, we would invest $5 billion in carbon capture, utilization and storage to help our energy sector reduce emissions while continuing to provide high-paying jobs for Canadians.
I could go on, but I see that I am limited in time. I would like to say that Canada's Conservatives are going to move forward on this plan and many other things I cannot get to right now, but this is the plan that Canada needs as we seek to secure a greener future, not more empty rhetoric from the Liberals. If we want to combat the effects of climate change, Canada needs more than aspirational goals and empty words, but unfortunately, empty words are all that the Liberal bill provides.
Canadians deserve better and the world deserves better. For years, the Liberals have been spinning their wheels in the fight against climate change. Conservatives actually have a road map and we are ready to get in the driver's seat to implement it.
Madame la Présidente, c'est un honneur de participer au débat d'aujourd'hui sur le projet de loi C-12. Il s'agit d'une question de grande importance pour moi, car les changements climatiques sont un problème urgent pour moi et pour bon nombre des électeurs de ma circonscription, Kenora, et bien sûr, pour de nombreux Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
Dans le Nord-Ouest de l'Ontario, il y a eu de nombreux changements et défis environnementaux au cours des dernières années. Les hivers ont été plus courts et plus chauds. Les régimes climatiques ont été plus sporadiques et le comportement de la faune a changé. Ce sont là de nouvelles réalités auxquelles nous devons faire face. Voilà pourquoi je crois qu'il est extrêmement important que nous travaillions avec les Canadiens et les industries pour contribuer à l'effort mondial de préservation et de protection de l'environnement pour les générations futures. Je vais en parler plus en détail dans un instant.
Premièrement, je parlerai du projet de loi lui-même, car son titre risque d'induire en erreur les Canadiens qui regardent les débats chez eux ou qui lisent le texte en ligne. Je crois que, dans les faits, ce projet de loi ne contribuera pas vraiment à accroître la transparence et la responsabilité du Canada dans le cadre des efforts qu'il déploie pour atteindre la carboneutralité en 2050. Selon moi, il s'agit plutôt d'un projet de loi libéral typique: il renvoie la responsabilité aux futurs gouvernements et non au gouvernement libéral actuel. Depuis son arrivée au pouvoir il y a près de six ans, le gouvernement libéral a passé la majorité de son temps soit à critiquer les gouvernements précédents, soit, comme il le fait ici, à prendre des engagements dont hériteront les prochains. S'il y a une chose que les libéraux ne font jamais, c'est d'accepter de rendre des comptes.
Le projet de loi mentionne l'objectif de carboneutralité d'ici 2050, mais il ne dit pas grand-chose sur les moyens que le gouvernement compte employer pour y arriver. Tout comme le gouvernement actuel, notre parti souhaite arriver à un Canada carboneutre. Nous savons aussi que beaucoup d'industries canadiennes visent ce même objectif et ont déjà entrepris de réduire leurs émissions, de diversifier leurs activités et de trouver des solutions novatrices qui aideront le Canada à atteindre ses objectifs. Le projet de loi ne prévoit pas vraiment d'appui pour ces solutions, encore une fois. Il se contente pratiquement de nommer la cible envisagée par les libéraux.
Le gouvernement n'arrive pas à respecter les engagements qu'il a déjà pris pour 2030. Il est très intéressant de voir qu'au lieu de mettre en place les changements requis pour atteindre les cibles existantes, les libéraux ont plutôt décidé de fixer des objectifs encore plus ambitieux et plus reculés dans le temps. Malheureusement, étant donné leur bilan en la matière jusqu'à maintenant, j'ai très peu d'espoir qu'ils seront capables de mettre le Canada en position d'atteindre les cibles de 2030 ou de 2050.
Dans les faits, le gouvernement n'hésite pas à faire de grandes promesses, mais en fait peu, pour l'environnement. Par exemple, nous savons que les libéraux ont annoncé qu'ils planteraient 2 milliards d'arbres, mais ils n'ont présenté aucun plan d'action pour atteindre cette cible. Ils ont dit que le Canada allait réduire ses émissions de gaz à effet de serre, pourtant elles ne cessent d'augmenter. Les libéraux continuent d'exporter des déchets canadiens non recyclables vers d'autres pays et, dans ma circonscription, ils n'ont même pas pris des mesures sérieuses pour protéger le lac des Bois.
Pire encore, les libéraux ont annoncé qu'ils allaient établir un équilibre entre les activités économiques et les protections environnementales, mais non seulement ils ratent les cibles environnementales, ils n'ont rien fait pour aider l'industrie canadienne — l'une des plus propres au monde — à prospérer. Nous savons que le secteur pétrolier et gazier du Canada est assujetti à des normes environnementales très élevées et que de nombreuses sociétés se sont déjà engagées à atteindre la carboneutralité d'ici 2050.
L'année dernière, j'ai eu l'occasion de me rendre à Fort McMurray, en Alberta. J'étais accompagné du député de Parry Sound—Muskoka et d'autres personnes. J'ai visité Suncor et j'en ai appris davantage sur l'excellent travail que fait l'entreprise pour fournir de l'énergie propre et durable au monde et réduire le plus possible les répercussions environnementales de ses activités. À elle seule, Suncor a planté plus de 8 millions d'arbres dans le cadre de ses programmes de mise en valeur des terres; nous savons que c'est beaucoup plus d'arbres que ce que les libéraux ont réussi à planter. Cela s'ajoute aux efforts tardifs d'autres sociétés énergétiques qui ont des programmes similaires. Je crois que, dans l'ensemble, les sociétés énergétiques canadiennes, qui sont souvent vilipendées par les libéraux, en font plus pour l'environnement que le gouvernement lui-même.
L'industrie du ciment prend également des mesures ambitieuses pour réduire ses émissions en faisant la transition vers les combustibles à faibles émissions. Portland Limestone Cement investit des centaines de millions dans des combustibles à faibles émissions de carbone. Il s'agit d'une industrie qui emploie de nombreuses personnes dans ma circonscription et dans tout le pays.
Je voudrais également parler de l'industrie forestière. C'est un des grands employeurs dans le Nord-Ouest de l'Ontario. Cette industrie est un chef de file des efforts du Canada pour l'atteinte de ses cibles de réduction des émissions de carbone. Weyerhaeuser, une entreprise située à Kenora, a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 53 % au cours des deux dernières décennies. D'année en année, l'entreprise est de plus en plus verte et de plus en plus efficace. L'entreprise Produits forestiers Résolu, qui a une usine à Ignace, a réduit ses émissions de 83 % par rapport au niveau de 2000. Depuis 2010, il y a à peine une décennie, Domtar, qui a une usine à Dryden, a réduit ses émissions de près de 20 %. C'est le genre de réductions que le gouvernement rêverait d'obtenir.
L'industrie minière, qui emploie beaucoup de gens de ma circonscription et qui est l'un des principaux employeurs des Premières Nations, fait d'importants efforts pour réduire son impact environnemental. Evolution, qui a une mine à Balmertown, a augmenté de 11 % la quantité d'eau qu'elle peut réutiliser. Elle poursuit notamment ses efforts pour atteindre ses cibles en matière d'atténuation des risques pour l'environnement. Enfin, nous savons que le gaz naturel canadien propre pourrait permettre de réduire les émissions à l'échelle mondiale en remplaçant d'autres sources d'énergies moins propres et en empêchant les fuites de carbone à l'étranger.
Les conservateurs du Canada reconnaissent que l'industrie doit faire partie des discussions sur l'atteinte de la carboneutralité. Nous pouvons tirer parti de son expertise pour nous aider à atteindre nos objectifs climatiques tout en fournissant au monde des ressources naturelles qui sont exploitées de façon durable et éthique. Voilà pourquoi il est extrêmement décevant que les libéraux continuent de se plier aux revendications des activistes qui sont déterminés à détruire les industries du Canada au lieu de reconnaître leur leadership environnemental.
Le gouvernement n'a pas réussi à répondre à de nombreuses préoccupations environnementales et il est en voie de rater ses cibles. Le seul plan de lutte contre les changements climatiques du gouvernement est la mise en place d'une taxe redistribuant la richesse. Cette taxe ne fait que compliquer encore plus la vie des vaillants Canadiens des régions rurales tout en laissant les grands émetteurs s'en tirer à bon compte.
Je vais prendre un instant pour parler de mesures concrètes que nous devons prendre pour atteindre nos cibles. D'abord, il faut mettre en place des mesures incitatives et investir dans les technologies novatrices pour réduire les émissions. Il faut encourager les Canadiens à rendre leur maison et leur entreprise plus éconergétiques et appuyer les industries qui rendent leurs activités plus propres et plus vertes. Nous pouvons contribuer à réduire les émissions mondiales en soutenant la production responsable d'énergie canadienne propre et en l'acheminement vers les marchés internationaux, ce qui réduira le recours au charbon et à d'autres formes d'énergie à haute intensité sur la planète.
Nous devons également continuer d'investir dans les initiatives de conservation de sorte que les futures générations puissent continuer de jouir d'un air pur, d'une eau propre et de la beauté de notre environnement naturel. N'oublions pas que c'est sous un gouvernement conservateur, sous l'ancien premier ministre Brian Mulroney, que nous avons pris des mesures décisives à l'égard de la crise des pluies acides. J'estime que nous avons maintenant besoin d'un gouvernement conservateur doté d'une vision similaire pour intervenir à l'égard des questions environnementales de notre époque. C'est ce que nous avons l'intention de faire.
Le chef de l’opposition a récemment annoncé notre plan pour lutter contre les changements climatiques. Il s'agit d'un plan ambitieux, mais pratique, assorti de véritables objectifs et énonçant des mesures concrètes pour les atteindre. Sous un gouvernement conservateur, le Canada embrasserait l'innovation et effectuerait de véritables investissements dans la production de voitures et de camions électriques ainsi que de véhicules à hydrogène. Nous investirions également 1 milliard de dollars pour déployer partout au pays de petits réacteurs modulaires, une source d'électricité et de chaleur sans émission.
Nous travaillerions avec nos voisins du sud pour établir des normes nord-américaines pour l'industrie soutenues par des ajustements à la frontière afin d'empêcher les grands pollueurs de déplacer leurs émissions et leurs emplois vers des pays qui ont des normes moins sévères sur la protection de l'environnement. Nous imposerions un tarif frontalier sur le carbone qui s'appliquerait aux marchandises importées de gros pollueurs, comme la Chine, de manière à appliquer à tous les pays les mêmes normes que nous nous imposons à nous-mêmes. En outre, nous investirions 5 milliards de dollars dans le captage, l'utilisation et la séquestration du carbone pour aider notre secteur énergétique à réduire ses émissions tout en continuant de fournir aux Canadiens des emplois bien rémunérés.
Je pourrais continuer, mais je constate qu'il me reste peu de temps. J'aimerais dire que les conservateurs du Canada iront de l'avant avec ce plan et prendront de nombreuses autres mesures dont je n'ai pas le temps de parler maintenant. Je préciserai, cependant, que c'est le plan dont le Canada a besoin pour que son avenir soit plus vert. Il n'a pas besoin d'autres paroles creuses de la part des libéraux. Si nous voulons lutter contre les effets des changements climatiques, le Canada a besoin de plus que des objectifs ambitieux et des paroles creuses. Malheureusement, le projet de loi libéral n'offre que des paroles creuses.
Les Canadiens méritent mieux, tout comme le monde. Depuis des années, les libéraux piétinent dans leur lutte contre les changements climatiques. Les conservateurs, eux, ont un plan, et nous sommes prêts à prendre les commandes pour le mettre en œuvre.
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-04-16 11:41 [p.5746]
Madam Speaker, Baffinland Iron Mines Corporation sent a letter to the Minister of Northern Affairs asking him to ensure a swift conclusion to the NIRB 's environmental and social assessment of the mine's proposed expansion. The minister has refused to meet with the Nuluujaat Land Guardians after multiple requests.
Reconciliation requires meaningful interaction with Inuit. Instead, the Liberals are ignoring requests to provide transparency and fulfill their obligations. Has the minister or his staff met with the Baffinland Iron Mines Corporation in the last six months?
Madame la Présidente, la société minière Baffinland Iron Mines Corporation a fait parvenir une lettre au ministre des Affaires du Nord pour lui demander une conclusion rapide à l'évaluation environnementale et sociale de la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions à l'égard de l'agrandissement proposé de sa mine. En dépit de nombreuses tentatives, le ministre a refusé de rencontrer les manifestants du groupe des Nuluujaat Land Guardians.
Pour arriver à la réconciliation, il faut établir de bonnes relations avec les Inuits. Au lieu de cela, les libéraux font fi des demandes de transparence et de respect de leurs obligations. Le ministre ou son personnel ont-ils rencontré les représentants de cette société au cours des six derniers mois?
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-04-16 11:42 [p.5746]
Madam Speaker, my colleague knows that the process regarding the Baffinland Mary River Mine project proposal is ongoing. In the coming weeks the independent Nunavut Impact Review Board will resume hearings on the project.
As was set out in the Nunavut agreement, the NIRB process was established with Inuit and territory partners to ensure the interests of all Nunavummiut were heard and protected. We are confident that all parties will continue their dialogue through that NIRB process, and it is not up to us to prejudge the outcome.
Madame la Présidente, comme la députée le sait, le processus concernant le projet de la mine Mary River de Baffinland suit son cours. Au cours des prochaines semaines, la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions poursuivra les audiences sur ce projet.
Conformément à l'entente du Nunavut, le processus de la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions a été mis en place en collaboration avec des partenaires inuits et territoriaux pour faire en sorte que les intérêts de tous les Nunavummiuts soient entendus et protégés. Nous sommes convaincus que toutes les parties poursuivront leurs discussions dans le cadre du processus de la Commission, et il ne nous revient pas de présumer de l'issue de ces discussions.
View Marc Serré Profile
Lib. (ON)
View Marc Serré Profile
2021-04-15 12:44 [p.5660]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country.
I am honoured today to speak to Bill C-15 as the member for Nickel Belt in Greater Sudbury, Canada's mining capital, which is located on the Robinson-Huron treaty territory of 1850 and on the traditional unceded lands of the Atikameksheng Anishnawbek and Wahnapitae people.
I would also like to acknowledge the presence of the Métis people. As a member of the Liberal indigenous caucus, I am especially proud to support this bill, which is so important to the future of my region and the country as a whole.
Like many other members, I work closely with indigenous communities and their leaders to build relationships, mutual respect and, in some cases, good friendships. We all know that too many of these communities across Canada are struggling with the legacy of residential schools, as well as other problems related to systemic racism, intergenerational trauma, housing, access to clean water, high incarceration rates and a lack of jobs.
Today, we are having a debate on legislation that will help us address these enormous challenges. Bill C-15 would bring Canadian legislation into line with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. UNDRIP sets out the rights of indigenous peoples around the world, including their right to self-determination and their right to develop their lands, territories and resources.
My speech today will focus on the role that our natural resource economy has played, is playing and will play in helping to right historical wrongs.
Let me share an example from my region. It involves Vale Canada's copper mine and Sagamok Anishnawbek First Nation. The property is less than 50 kilometres south of where I am in my riding, next door to my riding of Nickel Belt and the riding of my good friend, the hon. member for Sudbury.
Work began in the sixties, but hopes to extract the nickel, copper and precious metals vanished in the early 1970s due to the world's low pricing. That was during a time when most Canadian companies did not bother consulting local first nations. The Sagamok Anishnawbek people still refer to this ignorance as a 100-year wall of indifference.
Things have changed and while progressive companies have played a role, credit must go to indigenous rights' pioneers, leaders from B.C. to Nova Scotia, who launched court challenges, starting in the early 1970s, to assert their rights. It was in that context that the Sagamok Anishnawbek nailed down an agreement with Vale prior to the mine opening in 2014.
First nation members got training and access to jobs, which involved everything from underground mining to trucking, hauling and snow removal services. In 2019, the first nation acquired control of the mine's ore and waste rock haulage contract. More important to the community, it was a sense of pride.
At the time, the leaders of this first nation called it a historic event. It will go down in history. The future is here, and I am proud that our government is encouraging these partnerships all across Canada.
I just watched a video on YouTube about another success story in northern Ontario. Honestly, I got choked up.
Last year, Natural Resources Canada provided $500,000 in a training fund for the Agoke Development. The money came from the $13 million three-year indigenous forestry initiative.
Agoke, a forestry company in northern Ontario, is owned by three first nations. Their leaders are determined to create local jobs, especially for youth who otherwise have to leave their families and traditional territories to get employment. Today, they are truck drivers, millwrights, power engineers and heavy equipment mechanics, and some are trained in forestry management.
One of the youths in the video said that he was reluctant to take part, but then his grandparents convinced him to take that leap of faith. That youth was bursting with pride when he was asked if he was glad he had applied. He said that it was life changing. A young woman echoed that sentiment, telling other youth, “Honestly, just to sign up.“
The Natural Resources Canada program also gave $330,000 to the Cree first nation of Waswanipi in Quebec, which is located 800 kilometres north of Montreal. This financial assistance enabled the first nation to reopen a shuttered sawmill. That is fantastic, but the government cannot do this alone.
We need the private sector and its private purchasing power. Industry is answering the call, not only because it is the right thing to do, but also because it is a good business decision at a time when many companies are experiencing labour shortages, especially in areas that are remote and near indigenous communities. The oil industry already supports more than 10,000 indigenous jobs and has invested some $12 million in the communities.
Just last spring, the Canadian Association of Petroleum Producers reaffirmed its 2016 endorsement of the UN declaration as a framework for reconciliation. The LNG sector has helped set the pace. In fact, the Conference Board of Canada said recently that this sector had the potential to close the gap between indigenous and non-indigenous people.
Meanwhile, the Mining Association has taken action to support and embrace UNDRIP.
It revised its indigenous and community relationships protocol. This will make it possible for its members to align themselves with the requirements of our new Impact Assessment Act, our government's initiative to achieve the objectives of the declaration.
There are approximately 1,200 indigenous communities located near several hundred active mines and more than 2,500 active exploration properties. These agreements provide for training programs, apprenticeship opportunities, and substantial scholarships and retention bursaries. The objective is to provide transferable skills that can be used after the mine shuts down.
The forest products industry also recognizes the importance of establishing partnerships with indigenous peoples, 70% of whom live in or near forests.
In B.C., for instance, the various partnership agreements have brought roughly $250 million in benefits to indigenous communities. This progress is not confined to traditional resources and industries. Many communities will take part in a clean energy wave as we drive toward a net-zero 2050 target.
In northern Alberta, our government is helping indigenous communities build Canada's largest off-grid solar energy farm. This is hardly an isolated incident. The Conference Board of Canada noted that indigenous communities owned half of Canada's renewable projects, which is making real progress.
However, the truth is that there is still more work to do be done. That is why everyone, government, industries and these communities, must work harder and together to build that foundation of trust.
The natural resources sector is the largest employer of indigenous peoples in Canada. The natural resources economy provides jobs, equities and opportunities for indigenous businesses and impact agreements that benefit communities adjacent to natural resources. UNDRIP will provide a clearer picture for resource development in Canada, helping to ensure these projects are done in full partnership with indigenous people.
Working together, we can be part of correcting this grave historic injustice. I urge all members of the House to support the bill.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country.
J'ai l'honneur aujourd'hui d'aborder le projet de loi C-15, ainsi que de m'exprimer en tant que représentant de Nickel Belt dans le Grand Sudbury, la capitale minière du Canada, qui est situé sur le territoire du traité Robinson-Huron de 1850 et sur les terres ancestrales non cédées du peuple atikameksheng anishnawbek et wahnapitae.
J'aimerais également reconnaître la présence des peuples métis. En tant que membre du caucus autochtone libéral, je suis particulièrement fier d'appuyer ce projet de loi, si important pour l'avenir de ma région et du pays tout entier.
Comme bien d'autres députés, je travaille en étroite collaboration avec les collectivités autochtones et leurs dirigeants à établir des relations, à forger un respect mutuel et, dans certains cas, à créer de bonnes amitiés. Nous savons tous que, partout au Canada, un trop grand nombre de ces collectivités sont aux prises avec des séquelles des pensionnats, ainsi que d'autres problèmes liés au racisme systémique, aux traumatismes intergénérationnels, au logement, à l'accès à de l'eau potable, au taux élevé d'incarcération et à une absence d'emplois.
Aujourd'hui, nous tenons un débat sur la législation qui permettra d'affronter ces énormes défis. Le projet de loi C-15 ramènerait les lois canadiennes en harmonie avec la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cette Déclaration énonce les droits des peuples autochtones du monde entier, y compris leur droit à l'autodétermination et leurs droits de développer, sur leurs terres, leur territoire et leurs ressources.
Je me concentre aujourd'hui sur le rôle que notre économie de ressources naturelles a joué, joue et jouera pour aider à redresser les préjudices historiques.
Je vais donner un exemple dans ma région. Il concerne la mine de cuivre de Vale Canada et la Première Nation de Sagamok Anishnawbek. Cette mine se trouve à moins de 50 kilomètres au sud de l'endroit où je suis dans ma circonscription, juste à côté de ma circonscription, Nickel Belt, et de celle de mon bon ami le député de Sudbury.
Les travaux ont commencé dans les années 1960, mais le rêve d'y extraire du nickel, du cuivre et des métaux précieux s'était évaporé au début des années 1970 en raison de la faiblesse des prix sur le marché international. C'était à une époque où la plupart des entreprises canadiennes ne prenaient pas la peine de consulter les Premières Nations locales. Les Sagamoks Anishnawbeks parlent encore de cette période ignorante comme d'un mur d'indifférence qui a duré 100 ans.
Les choses ont changé et, bien que les entreprises progressistes aient contribué à ces changements, le mérite revient réellement aux pionniers des droits autochtones, des leaders de la Colombie-Britannique à la Nouvelle-Écosse, qui ont entrepris des contestations judiciaires dès le début des années 1970 pour revendiquer leurs droits. C'est dans ce contexte que les Sagamoks Anishnawbeks ont conclu un accord avec Vale avant l'ouverture de la mine en 2014.
Les membres de la Première Nation ont reçu une formation et ont eu accès à toutes sortes d'emplois allant de l'exploitation minière souterraine aux services de camionnage, de roulage et de déneigement. En 2019, la Première Nation a acquis le contrôle du contrat de roulage du minerai et des roches stériles de la mine. Plus important encore, pour la communauté, c'était une source de fierté.
À l'époque, les dirigeants de cette première nation ont qualifié cet événement d'historique. Nous écrivons une page d'histoire, l'avenir est ici, et je suis fier que, partout au Canada, notre gouvernement encourage ces partenariats.
Je viens de visionner une vidéo sur YouTube concernant une autre histoire à succès du Nord de l'Ontario. Honnêtement, j'en suis resté ému.
L'année dernière, Ressources naturelles Canada a versé 500 000 $ dans un fonds de formation destiné à l'Agoke Development Corporation. L'argent provenait de l'Initiative de foresterie autochtone, qui dispose de 13 millions de dollars de financement sur 3 ans.
Agoke, une entreprise forestière du Nord de l'Ontario, appartient à trois Premières Nations. Leurs dirigeants sont déterminés à créer des emplois locaux, surtout pour les jeunes, qui doivent autrement quitter leur famille et leurs territoires traditionnels pour se trouver un emploi. Aujourd'hui, ces jeunes sont camionneurs, mécaniciens d'entretien, ingénieurs électriciens et mécaniciens de machinerie lourde, alors que certains sont formés en gestion forestière.
Un des jeunes dans la vidéo a dit qu'il hésitait à se joindre à l'entreprise, mais ses grands-parents l'ont convaincu de faire le saut. Ce jeune était rempli de fierté quand on lui a demandé s'il était heureux d'avoir postulé. Il a répondu que cela avait changé sa vie. Une jeune femme a fait écho à ces paroles en disant ceci à d'autres jeunes: « Honnêtement, n'hésitez pas à postuler. »
Le programme de Ressources naturelles Canada a également fourni 330 000 $ à la Première Nation crie de Waswanipi au Québec. Cette aide financière a permis à la Première Nation, située à 800 kilomètres au nord de Montréal, de rouvrir une scierie fermée. C'est fantastique, mais le gouvernement ne peut pas faire cela tout seul.
Nous avons besoin du secteur privé et de son pouvoir d'achat privé. L'industrie répond à l'appel, pas seulement parce que c'est la bonne chose à faire, car c'est aussi une bonne décision commerciale à un moment où bon nombre d'entre-elles connaissent des pénuries de main-d'oeuvre, surtout dans les régions d'activité éloignées et près des collectivités autochtones. L'industrie pétrolière appuie déjà plus de 10 000 employés autochtones et un investissement d'une douzaine de millions de dollars dans les collectivités.
Le printemps dernier, l'Association canadienne des producteurs pétroliers a réaffirmé l'appui qu'elle avait donné en 2016 à la déclaration de l'ONU en tant que cadre de réconciliation. Le secteur du gaz naturel liquéfié a contribué à donner le ton. En fait, le Conference Board du Canada a dit récemment que ce secteur avait la capacité de combler l'écart entre les Autochtones et les non-Autochtones.
Entretemps, l’Association minière du Canada a pris des mesures pour appuyer sans réserve la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
Elle a révisé son protocole de relations avec les Autochtones et les collectivités. Cela permettra à ses membres de s'aligner sur les exigences de notre nouvelle Loi sur l'évaluation d'impact. Il s'agit de l'initiative de notre gouvernement pour réaliser les objectifs de la Déclaration.
On trouve environ 1 200 collectivités autochtones près de quelques centaines de mines productives et plus de 2 500 propriétés d'exploration active. Ces accords prévoient des programmes de formation, des stages d'apprentis, des bourses d'études et de persévérance scolaire importantes. Le but consiste à fournir des compétences transférables qui demeurent après la fermeture de la mine.
L'industrie des produits forestiers reconnaît également l'importance d'établir des partenariats avec les Autochtones, dont 70 % vivent dans la forêt ou sont proches d'elle.
À titre d'exemple, les divers accords de partenariat signés en Colombie-Britannique ont permis aux communautés autochtones de bénéficier de retombées totalisant environ 250 millions de dollars. Ces progrès ne se limitent pas aux ressources ni aux secteurs traditionnels. De nombreuses communautés joueront un rôle actif dans le secteur des énergies propres dans le cadre de notre démarche visant à atteindre la carboneutralité d'ici 2050.
Dans le Nord de l'Alberta, le gouvernement aide les communautés autochtones à construire la plus grande centrale solaire hors réseau au pays, et ce n'est pas un cas isolé. Le Conference Board of Canada a souligné que les communautés autochtones possèdent la moitié des projets d'énergie renouvelable au Canada, ce qui constitue de réels progrès.
Cependant, il ne faut pas se leurrer: il reste beaucoup de travail à faire. C'est pourquoi toutes les parties — le gouvernement, les industries et les communautés autochtones — doivent travailler encore plus fort et en partenariat pour bâtir les assises de cette relation de confiance.
Le secteur des ressources naturelles est le plus important employeur d'Autochtones au Canada. Il procure des emplois, de la richesse et des débouchés aux entreprises autochtones et permet aux communautés qui vivent à proximité des ressources naturelles de bénéficier d'ententes sur les répercussions et les avantages. La Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones établira un cadre plus clair pour l'exploitation des ressources au Canada, contribuant ainsi à ce que ces projets soient mis en œuvre en collaboration pleine et entière avec les Autochtones.
Si nous unissons nos forces, nous contribuerons à réparer cette grande injustice historique. J'exhorte tous les députés à appuyer le projet de loi.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2021-04-15 13:48 [p.5669]
Madam Speaker, I thank the my colleague for being so diligent in his responsibilities. I am sharing my time with my colleague from Beaches—East York.
I want to emphasize that we are enshrining this in legislation. It is an opportunity for renewed relationships in our country. The declaration itself, despite the naysayers out there, will help all of us chart a clear and more predictable path forward for the future.
Some people have questions, and we are hearing a lot of them today. There are some fears associated with clauses of the bill that speak to free, prior and informed consent and how this would be interpreted in the Canadian context, including the relationship to land, natural resources development, other developments and how it affects indigenous people.
Free, prior and informed consent is one of the key elements, one that we have probably heard more about than any other within the declaration. As one of my colleagues said a short time ago, it is grounded in self-determination. That is the piece we cannot forget. It is really about respectful two-way dialogue and the meaningful participation of indigenous peoples in decisions that affect them, their communities, their territories and the future generations of their people.
Implementation of the declaration can really help contribute to sustainable development and resource development and it affirms the range of indigenous rights and related protections that are relevant when it comes to natural resources, lands, territories and resources.
As I said earlier, I grew up in Labrador, where I speak from today, where we still have unsettled land claims with the federal government. I am part of the southern Labrador Inuit and the NunatuKavut Community Council, whose rights have, to date, not been affirmed by the Government of Canada in land claims and settlements. That is not good enough, in my mind. The colonial system under which we and many indigenous peoples have operated has prejudiced them in access to their own lands and having the opportunity to have a final say, a real say, in what happens.
In my riding today, Nunatsiavut is a territory with settled land claims. It got to settle those land claims because nickel was discovered in Voisey's Bay and because a large corporation had a resource deposit. That became the catalyst to settle land claims with the northern Inuit people of Labrador. If that had not materialized, they would probably still be at the table today fighting for what is their inherent right: to have full declaration in what happens within their lands and territory.
The land claims agreement with Nunatsiavut Inuit in northern Labrador is one of the most historic claims in Canada next to the one with the Cree. It is a landmark agreement. It is really what UNDRIP is speaking to today with the inclusion of the Inuit people in ensuring they have free, prior and informed consent. That mining operation went forward. It employs nearly 90% indigenous people. It is contributing to a community, but it was done through co-operation, through dialogue, through a two-way agreement on how to move forward.
When I attended my first United Nations permanent forum on indigenous rights with the Minister of Crown-Indigenous Relations back in 2016, she stood at the United Nations that day and affirmed Canada's support for UNDRIP for the first time in our history. It was a very proud moment for me to know that Canada could see this through the eyes of indigenous people and the rest of the world with respect to its importance and what needed to happen with regard to UNDRIP. Bringing it to where it is today has been, in my opinion, an absolute win for Canada and indigenous people. A lot of work still needs to be done, but as an indigenous person, there is nothing to fear here.
Our great country was built on consensus and co-operation. We are reaffirming and including indigenous people in the opportunity to have real say and opportunity within their own lands. Who would ever want to deny that or deny the indigenous rights and reconciliation within Canada?
I really believe getting to where we are today has not only involved indigenous participation and engagement, but also the natural resource sectors, corporations and people who have a vested interest in lands and indigenous lands across Canada. They know sustainable development comes with co-operation. It comes with working together and having a partnership with indigenous communities.
It means we build capacity, look at real benefit agreements, joint management and profit-sharing operations. That is where we are with companies like Vale today, which has been successful in Inuit lands and many others. There are models out there that have worked, but they worked because they were forced to the table, not because there was willing participation, in many cases. That is what is going to change here.
While industry leaders have invested time and energy into fostering many long-term relationships and building trust with indigenous groups, building an agreement that speaks to free, prior and informed consent, this bill asks for that and it would do that. There are many examples of that have already happened in Canada.
We have done outreach to many sectors, including the natural resources sector, of which I am a proud champion, including the mining industry. It is an industry that fits well for indigenous people, and we are the living proof of how that can work.
When I look at what is happening today, we might hear of the tremendous experiences and relationships that have been built between industry and indigenous people across many of these natural resource sectors and how they worked together in good faith and made every—
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de s’acquitter de ses responsabilités avec autant de diligence. J’ai l’intention de partager le temps qui m'est imparti avec mon collègue de Beaches-East York.
J’insiste sur le fait qu’avec ce projet de loi, nous consacrons cette déclaration dans la loi. Nous avons l’occasion de forger une nouvelle relation. Quoi qu’en disent nos adversaires, la déclaration va nous permettre de tracer une voie claire et prévisible pour l’avenir.
Certaines personnes ont des questions, et nous en recevons beaucoup. Il y en a qui concernent les dispositions du projet de loi relatives au consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause, et la façon dont elles pourraient être interprétées dans le contexte canadien, y compris la relation avec la terre, le développement des ressources naturelles et tout autre développement ayant un impact sur les peuples autochtones.
Le consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause est un élément important, et c’est sans doute celui qui soulève le plus grand nombre de questions. Comme l’a dit l’un de mes collègues tout à l’heure, c’est intrinsèquement lié à l’autodétermination. Il ne faut pas l’oublier. Il s’agit vraiment d’instaurer un dialogue, dans les deux sens, et de faire participer réellement les populations autochtones aux décisions qui les concernent, elles, leurs communautés, leurs territoires et les générations futures.
La mise en œuvre de la déclaration peut contribuer grandement au développement durable et à l'exploitation des ressources, et, s’agissant des ressources naturelles, des terres, des territoires et des ressources, elle énumère les droits autochtones et les garanties connexes qui s’appliquent.
Comme je l’ai dit tout à l’heure, j’ai grandi au Labrador, et c’est de là que je vous parle aujourd’hui. Nous avons toujours des revendications territoriales qui n’ont pas été réglées avec le gouvernement fédéral. Je fais partie des Inuits du Sud du Labrador et je suis membre du Conseil communautaire NunatuKavut, dont les droits n’ont toujours pas été reconnus par le gouvernement du Canada, s’agissant des revendications territoriales. C’est inacceptable, à mon avis. Le système colonial qui nous a été imposé, à nous et à beaucoup de peuples autochtones, nous a empêchés de jouir de nos propres terres et d’avoir notre mot à dire dans les décisions qui sont prises.
Aujourd’hui, dans ma circonscription, Nunatsiavut est un territoire dont les revendications territoriales ont été réglées. Elles l’ont été parce qu’on a découvert du nickel dans la baie de Voisey et parce qu’une grande entreprise y possédait des gisements. C’est ce qui a déclenché le règlement des revendications territoriales avec les Inuits du Nord du Labrador. Si l’on n’avait pas découvert ces gisements, nous serions sans doute toujours en train de négocier un droit pourtant inhérent, celui d’avoir notre mot à dire sur ce qui se passe sur nos terres et sur notre territoire.
L’Accord sur les revendications territoriales conclu avec les Inuits du Nunatsiavut, dans le Nord du Labrador, est l’un des plus célèbres, après l'accord conclu avec les Cris. C’est un accord remarquable. Il illustre ce que la déclaration des Nations unies signifie vraiment, c’est-à-dire l’inclusion des Inuits dans le processus de décision, en prévoyant leur consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause. La mine en question est entrée en activité, elle emploie aujourd’hui près de 90 % d’Autochtones, et la communauté profite de ses retombées. Mais il a fallu beaucoup de coopération et de dialogue pour en arriver là.
Quand j’ai assisté à mon premier forum des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, aux côtés de la ministre des Relations Couronne-Autochtones, en 2016, c’était la première fois qu’un représentant du Canada affirmait l'adhésion de notre pays à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. J’ai alors été très fière de voir que le Canada s’engageait de cette façon. Et quand je constate le chemin parcouru depuis cette époque, je ne peux que m'en féliciter, car c’est la formule gagnante à la fois pour le Canada et pour les peuples autochtones. Certes, il y a encore beaucoup à faire, mais en tant qu’Autochtone, je suis confiante.
C’est sur le consensus et la coopération que notre beau pays s’est construit. Nous donnons aux peuples autochtones la possibilité d’avoir leur mot à dire et de participer réellement aux décisions concernant leurs terres. Qui peut être contre cela, contre le respect des droits des Autochtones et contre la réconciliation?
Je suis convaincue que, si nous en sommes là aujourd’hui, c’est grâce non seulement à l’engagement des Autochtones, mais aussi à celui des entreprises et des personnes qui, dans le secteur des ressources naturelles, s'intéressent directement à la protection des terres des Autochtones et des autres terres. Elles savent que le développement durable passe par la coopération, par les partenariats avec les communautés autochtones.
Cela signifie qu’on développe des capacités, qu’on négocie des ententes bénéfiques et qu’on participe à la gestion. C’est ce qui a été fait avec une entreprise comme Vale, qui enregistre de bons résultats sur les terres inuites et ailleurs. Ce sont des modèles qui fonctionnent, mais uniquement parce que les gens ont été contraints de négocier. Au départ, ils ne voulaient pas négocier, la plupart du temps. Mais cela va changer.
Certes, les chefs de file de l'industrie ont investi du temps et de l’argent pour établir un lien de confiance avec les groupes autochtones, pour garantir aux Autochtones qu'aucun projet ne se réaliserait sans leur consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause, mais c’est précisément ce que ce projet de loi va permettre. Nous en avons déjà beaucoup d’exemples au Canada.
Nous collaborons avec beaucoup de secteurs, y compris celui des ressources naturelles, dont je suis un fier porte-étendard et qui comprend l’industrie minière. Cette industrie offre des emplois qui conviennent aux peuples autochtones, et nous sommes la preuve vivante que cela peut marcher.
Quand je vois ce qui se passe aujourd’hui, ce sont des expériences et des relations extraordinaires qu'ont bâties l’industrie et les peuples autochtones, dans le secteur des ressources naturelles, et ils ont travaillé ensemble en toute bonne foi…
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
NDP (NU)
View Mumilaaq Qaqqaq Profile
2021-03-23 14:15 [p.5124]
Mr. Speaker, the Baffinland mining corporation is looking to double the size of the Mary River Mine. Last month, Land Guardians braved temperatures as low as -36°C for days to have their voices heard to defend Nunavut from environmental and cultural harm.
Since the mine’s construction, we have heard an overwhelming amount of community concern. One hunter reminded us of something really important. He said, “This is our land—our home—being destroyed and we have to think about our future—our children.” I want to make my position clear. This expansion is a threat to my people, to indigenous sovereignty and to our environment. The government has been largely silent on this dangerous project. Because of this, I will be hosting a telephone town hall tomorrow night at 7 p.m. EST.
When the people of Nunavummiut get phone calls to invite them to the town hall, please join me to raise your concerns and let us fight for our rights.
Matna.
Monsieur le Président, la société minière Baffinland cherche à doubler la taille de la mine Mary River. Le mois dernier, les Land Guardians ont bravé des températures allant jusqu'à -36 degrés Celsius pendant plusieurs jours afin de se faire entendre et de protéger le Nunavut contre les dommages environnementaux et culturels que causerait cette expansion de la mine.
Depuis la construction de la mine, les habitants du territoire ont exprimé un très grand nombre de préoccupations. Par exemple, un chasseur nous a rappelé une réalité particulièrement importante. Il a dit: « C'est notre territoire, notre terre natale, qui se fait ravager, et nous devons penser à notre avenir et à celui de nos enfants. ». Qu'on me comprenne bien. L'expansion de cette mine représente une menace pour mon peuple, pour la souveraineté des peuples autochtones, ainsi que pour notre environnement. Le gouvernement a brillé par son absence en ce qui concerne ce projet dangereux, et c'est pourquoi je vais tenir une assemblée publique téléphonique dès demain en soirée, à 19 heures, heure de l'Est.
J'espère que les Nunavummiuts qui recevront un appel téléphonique les invitant à l'assemblée publique se joindront à moi pour soulever leurs préoccupations et défendre nos droits.
Matna.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-03-22 15:36 [p.5049]
Mr. Speaker, as an Albertan and someone who grew up hiking, skiing and playing in the Canadian Rocky Mountains, I am deeply honoured to table this petition, which is signed by over 18,000 Canadians.
These Canadians are urging the environment minister to ensure that there is a fulsome assessment of the impacts of all proposed coal developments and exploration activities in the Rocky Mountains. In particular, the petitioners wish to see the government ensure treaty and aboriginal rights, water quality, species at risk and environmental impacts are assessed and adequately protected.
In addition, until the federal government does such a study, on behalf of the over 18,000 Canadians who have signed this petition, I urge the minister and this government to delay a decision regarding the proposed Grassy Mountain coal project until the cumulative impacts of all mining activity in the region have been adequately considered.
Monsieur le Président, l'Albertaine et grande amatrice de randonnées, de ski et d'excursions dans les Rocheuses canadiennes que je suis a l'immense honneur de présenter la pétition que voici, qui a été signée par plus de 18 000 Canadiens.
Les pétitionnaires demandent au ministre de l'Environnement de faire le nécessaire pour que les répercussions de tous les projets d'exploration et d'exploitation du charbon dans les Rocheuses fassent l'objet d'une évaluation rigoureuse. Ils souhaitent notamment que le gouvernement respecte les droits des Autochtones, y compris ceux qui sont issus de traités, qu'il protège la qualité de l'eau et les espèces en péril, qu'il évalue les répercussions des projets sur l'environnement et qu'il assure la protection de celui-ci.
En attendant que le gouvernement fédéral se lance dans ce genre d'évaluations, je presse le ministre et le gouvernement, au nom des 18 000 Canadiens et plus qui ont signé cette pétition, d'attendre pour rendre une décision concernant le projet de mine de charbon Grassy Mountain que les effets cumulés de toutes les activités minières de la région aient été adéquatement pris en compte.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-03-12 13:58 [p.4999]
Madam Speaker, I would like to begin by just acknowledging the arguments put forward by my friend from the Bloc Québécois, who suggested that because he is a nice person, he would not want to suggest that this bill is somehow engaged in what he called “virtue signalling.” He raised some points around virtue signalling, and said that because he was nice, he would not say that.
In response, because I am also nice, I would suggest that he is actually not being naive about what is before us here today.
I am proud to rise on Bill C-231, an act to amend the Canada Pension Plan Investment Board Act in relation to investments, which has been put forward by the very learned MP from Cowichan—Malahat—Langford, who is bringing to us today a very serious response to all of the rhetoric we hear in this House about an international rules-based order.
The CPP is one of the largest pension funds in the world. As we have heard in the debate today, it totals almost half a trillion dollars. Bill C-231 seeks to amend the investment policies, standards and procedures of the Canada Pension Plan Investment Board, which manages the funds not needed to pay current beneficiaries. The amendments will require a proactive approach to due diligence with consideration towards ethical business practices in environment, labour and human rights.
As New Democrats, we understand that Canadians expect the investments of the CPP fund to be carried out with certain principles in mind. Despite its adherence to policy on responsible investing, this investment board has billions of dollars of our pension funds tied up in the oil and gas sector, weapons manufacturing, and other companies that do not always operate within ethical business practices. These include corporations that have been highlighted by the Public Eye Awards, which focus a spotlight on companies that have some of the very worst human rights and environmental records, and mining companies that have received single-digit scores on the Responsible Mining Index.
The Liberal Party talked about the lack of specificity. We heard that, in fact, from our friends in the Bloc. Let us be clear about specificity. I am going to take my time to drill down into what some of these examples might look like.
I will begin by saying that I think my Conservative friends missed their opportunity in this debate, which was to point out the cognitive dissonance of the Liberal government in having before us gun restriction laws on assault rifles and assault weapons while simultaneously, under our current laws, allowing the CPP to invest in these very weapons.
According to a CBC article in 2019, “Canadians who want to steer clear of investing in gun companies are out of luck if they pay into the Canada Pension Plan.
“CPP owns shares in American firearm manufacturers, including the parent company of handgun manufacturer Smith & Wesson, assault rifle maker Ruger, and Olin Corp., which produces ammunition for the AR-15, the weapon of choice for many perpetrators of mass shootings.”
The Alberta pension fund does not even own these shares anymore. The B.C. pension fund and Quebec do not own any.
It appears, then, that there is a bit of a consensus among provinces. We heard the Conservatives suggesting that we would have to get consensus on this stuff. It appears that the consensus is already there, because even those provincial pension funds think that these companies are too hot to handle. The CPP owns more of gun companies than BlackRock Asset Management Canada Limited.
As Canadians who pay into the fund, we are by extension the shareholders in the companies that benefit from the fund's investments. There is a lot of influence that could be had by divesting from companies that conduct themselves unethically or violate human rights or labour or environmental laws.
I have heard the Conservatives talking all week about virtue signalling. That is a very problematic term, and yet here they are, talking about Magnitsky sanctions against state operators who are involved in these human rights abuses. The hypocrisy is that the Conservative caucus fails to hold to account private corporations around the world that are involved in these types of atrocities and human rights abuses. They want to have a free market for international crime when it comes to profit, but when it comes to state actors, they want to pretend they are on the side of international human rights. We know this. We have heard it this week.
Divestment would be an opportunity available to us through amending section 35 of the CPPIB Act, which is what this legislation seeks to achieve by requiring the board of directors to take a proactive approach in ethical investments.
Let us look at a few of the examples of the types of impacts being experienced around the world.
Last week, the Peruvian organization, Derechos Humanos Sin Frontera/Human Rights Without Borders, wrote an open letter to the Peruvian delegation at the Prospectors & Developers Association's convention in Toronto and a more detailed letter to the Canadian mining company Hudbay. The letters denounced police repression against locals peacefully protesting stalled negotiations between Hudbay and the province on a framework agreement for the company's mine in Peru. At least 17 protesters were injured.
This speaks to a story we hear in Canada. We know that in the global south many of these people in these places like Peru are indigenous people. These are violations of the UN Declaration for the Rights of Indigenous Peoples. In the same way the Liberal government would violate indigenous rights in this country on behalf of oil and gas by refusing to provide free, prior and informed consent, it is more than willing in the CPP to take its investments abroad and do the same.
MiningWatch Canada in its mandate letter talks about creating better control for corporations. It states that Canadian mining companies operate around the world and dominate in the amount of capital raised in exploration. Bay Street funds the mining sector globally. However, there are no regulations in its activities to prevent it from profiting from weak protections for the environment, workers, indigenous peoples and human rights in the host countries.
In April 2019, the Liberal Minister of International Trade commissioned an external legal review to advise him on how to best equip the Canadian ombudsman for responsible enterprise with sufficient tools to engage in credible and effective investigation of alleged human rights abuses and to ensure that he had the powers to compel witnesses and documents. True to form, the performative Liberal government would like to speak the language of justice and human rights, but when it comes down to actually putting teeth in legislation to hold big businesses and corporations accountable, the Liberals do the sleight of hand. They say one thing to the public and they do something else when it comes to creating systems that will hold these people accountable.
For a year and a half, the government buried the results of the timed-bound external legal review and failed to give CORE the powers that were promised and the reviews that were confirmed as needed.
Last February, the Canadian Network on Corporate Accountability, which works tirelessly to ensure that Canadian mining, oil and gas companies respect human rights and the environment, when working abroad, stated, “The Government of Canada has caved to industry demands and is ignoring and concealing expert legal advice it commissioned on how to give the Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise (CORE) the powers it needs to do its job.”
The government has legal advice. When it talks about us not having specificity, we have these frameworks in place. The government just fails and refuses to act on them. The Liberals have the legal advice by the McIsaac report and for over a year and a half, they have failed to act on the report's findings and make that report public. The report had to be leaked by civil society just to see the light of day.
“By ignoring and hiding its own expert advice, the federal government is showing it is more interested in appeasing the demands of the mining industry than upholding its human rights obligations or making good on its promises.” That was a quote from Emily Dwyer, the coordinator for the Canadian Network on Corporate Accountability. She states, “The Government of Canada has turned its back on the communities and workers harmed by Canadian companies overseas.”
The element of the bill seeks to ensure labour rights are respected. This would have a positive impact by leveraging the CPP, which has funding purchasing power and the ability to punish corporations, through our divestment, with poor human rights track records, where labour practices are discriminatory against women. The government is a self-proclaimed feminist government. The Liberals have the ability to provide these GBA+ analysis that they talk about abroad, yet they refuse to act.
As New Democrats, we want a Pension Plan Board to take a proactive approach and due diligence in its investment policies. We want to leverage the half a billion dollars of investment and we want to ensure that all the companies have ethical business—
½Madame la Présidente, j'aimerais commencer par reconnaître les arguments avancés par le député du Bloc québécois, qui a laissé entendre que, parce qu'il était gentil, il n'allait pas dire que le projet de loi était en quelque sorte ce qu'il a appelé un « énoncé de notre vertu ». Il a soulevé certains points concernant l'étalage de la vertu et il a dit que, parce qu'il était gentil, il allait s'abstenir d'employer ce terme.
Parce que moi aussi je suis gentil, je dirais qu'en fait, le député n'est pas naïf à propos de ce que nous avons devant nous aujourd'hui.
Je suis fier de prendre la parole au sujet du projet de loi C-231, Loi modifiant la Loi sur l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada en ce qui concerne les placements, qui a été présenté par le très savant député de Cowichan—Malahat—Langford, qui nous présente aujourd'hui une réponse très sérieuse à tous les beaux discours que nous entendons dans cette enceinte au sujet d'un ordre international fondé sur des règles.
Le Régime de pensions du Canada est l'un des plus grands fonds de pension au monde. Comme nous l'avons entendu dans le débat d'aujourd'hui, il totalise près d'un demi-billion de dollars. Le projet de loi C-231 vise à modifier les principes, les normes et les procédures en matière de placement de l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada, qui gère les fonds qui ne sont pas nécessaires pour payer les bénéficiaires actuels. Les modifications exigeront une approche proactive en ce qui concerne la diligence raisonnable, en tenant compte des pratiques commerciales éthiques en matière d'environnement, de travail et de droits de la personne.
Les Canadiens s'attendent à ce que la gestion du fonds du RPC respecte certains principes, les néo-démocrates le comprennent. Pourtant, bien qu'il adhère à une politique en matière d'investissement responsable, l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada investit des milliards de dollars de notre régime de pensions dans le secteur pétrolier et gazier, dans la fabrication d'armes et dans d'autres entreprises dont les pratiques ne sont pas toujours conformes à l'éthique. Ce groupe comprend notamment des entreprises qui ont reçu le prix de la honte décerné par Public Eye, qui braque ainsi les projecteurs sur des entreprises qui affichent des bilans déplorables au chapitre des droits de la personne et de la protection de l'environnement, et des sociétés minières qui ont reçu un score de moins de 10 % dans l'indice minier responsable.
Le Parti libéral a parlé d'un manque de précision, nos amis du Bloc aussi. Regardons de plus près la question de la précision. Je vais prendre le temps de disséquer quelques exemples.
Je tiens à dire, tout d'abord, que les conservateurs semblent avoir raté une belle occasion pendant le débat, puisqu'ils auraient pu souligner la contradiction liée au fait que le gouvernement libéral présente des mesures législatives visant à restreindre les fusils d'assaut et les armes d'assaut alors qu'il permet au RPC d'investir dans ces armes, en vertu des lois actuelles.
D'après un article publié par la CBC en 2019, « les Canadiens qui veulent éviter d'investir dans des entreprises de fabrication d'armes seront déçus s'ils cotisent au Régime de pensions du Canada ».
« Le Régime de pensions du Canada détient des actions dans divers fabricants d'armes à feu des États-Unis, y compris dans la société mère de l'entreprise qui fabrique les armes de poing de marque Smith & Wesson, dans celle qui fabrique les fusils d'assaut de marque Ruger et dans Olin Corp., qui produit des munitions pour l'arme de prédilection de nombreux auteurs de fusillades, l'AR-15.
Le régime de pensions de l'Alberta s'est défait de ses actions de ces entreprises, tandis que celui de la Colombie-Britannique et du Québec n'en ont jamais eu.
On dirait bien qu'un consensus se dégage parmi les provinces. Les conservateurs prétendent qu'il est impossible d'agir sans consensus, mais il semblerait que nous y sommes déjà, car même les régimes de pensions provinciaux estiment que ces entreprises ont trop mauvaise presse pour qu'ils y investissent. Le Régime de pensions du Canada possède plus de parts d'entreprises de fabrication d'armes à feu que la société de gestion BlackRock Asset Management Canada Limited.
Dans la mesure où nous cotisons au RPC, nous sommes aussi actionnaires des entreprises dans lesquelles il investit. Il y aurait moyen de changer beaucoup de choses si l'on arrêtait d'investir dans les entreprises qui se comportent de manière contraire à l'éthique, qui violent les droits de la personne et qui contreviennent aux lois du travail et aux lois sur l'environnement.
Les conservateurs ont passé la semaine à accuser les autres de faire étalage de leur vertu. Il s'agit en soi d'une grave accusation, mais le problème, c'est qu'ils n'hésitent pas à réclamer que l'on applique les sanctions prévues dans la loi de Magnitski contre les agents de l'État qui bafouent les droits de la personne. C'est plutôt hypocrite de leur part, parce que le caucus conservateur s'est toujours gardé de demander des comptes aux sociétés étrangères privées qui se livraient à ce genre d'atrocités et de violations. S'il y a du profit à la clé, c'est « vive le libre marché et tant pis pour les crimes commis à l'étranger », mais dès qu'il est question d'États, les voilà qui se posent en défenseurs des droits de la personne. Qu'ils ne viennent pas dire le contraire, nous en avons eu la preuve cette semaine.
Il suffirait de modifier l'article 35 de la Loi sur l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada pour rendre le désinvestissement possible, et c'est ce que ce projet de loi vise en exigeant que le conseil d'administration se montre proactif et favorise les investissements éthiques.
Penchons-nous sur quelques exemples des répercussions vécues ailleurs dans le monde.
La semaine dernière, un organisme péruvien, Derechos Humanos Sin Frontera/Human Rights Without Borders, a écrit une lettre ouverte à la délégation péruvienne au congrès de l'Association des prospecteurs et développeurs à Toronto, et une lettre plus détaillée à la compagnie canadienne minière Hudbay. Dans ces lettres, on dénonce la répression policière exercée contre des habitants de l'endroit qui manifestaient pacifiquement pour protester contre les négociations entre Hudbay et la province, lesquelles stagnent et portent sur un accord-cadre entourant le projet minier de la compagnie au Pérou. Au moins 17 manifestants ont été blessés.
Cela en dit long sur une histoire que l'on entend au Canada. Nous savons que dans les pays de l'hémisphère Sud comme le Pérou, il y a beaucoup d'Autochtones. Il s'agit de violations de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Tout comme le gouvernement libéral est prêt à violer les droits des Autochtones de notre pays, pour l'industrie pétrolière et gazière, en leur refusant le consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause, il est tout à fait disposé à faire de même à l'étranger avec les investissements du Régime de pension du Canada.
MiningWatch Canada, dans sa lettre de mandat, parle d'un meilleur contrôle des entreprises. Il y est dit que les sociétés minières canadiennes sont présentes dans le monde entier et qu'elles dominent en ce qui concerne le montant des capitaux mobilisés pour l'exploration. La haute finance investit dans le secteur minier à l'échelle internationale. Cependant, ses activités ne sont assujetties à aucune réglementation qui l'empêcherait de profiter d'une faible protection de l'environnement, des travailleurs, des peuples autochtones et des droits de l'homme dans les pays hôtes.
En avril 2019, le ministre libéral du Commerce international a commandé un examen juridique externe pour se faire conseiller sur les meilleurs outils à donner au Bureau de l’ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises pour qu'il puisse mener des enquêtes crédibles et efficaces sur des violations présumées des droits de la personne et pour qu'il dispose des pouvoirs nécessaires pour pouvoir citer des témoins à comparaître et obtenir des documents. Fidèle à sa propension pour les discours de façade, le gouvernement libéral aime parler de la justice et des droits de la personne, mais lorsqu'il s'agit de donner du mordant à une loi visant à forcer les grandes entreprises et les sociétés à assumer leurs responsabilités, les libéraux se contentent de jeter de la poudre aux yeux. Ils disent une chose au public et font autre chose lorsqu'il s'agit de prendre des mesures pour obliger ces gens à rendre des comptes.
Pendant un an et demi, les libéraux ont enterré les résultats de l'examen juridique externe assorti d'une échéance et n'ont pas accordé au Bureau de l’ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises les pouvoirs qui lui ont été promis et ne lui ont pas fourni les examens qui ont été jugés nécessaires.
En février dernier, le Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises, qui travaille d'arrache-pied pour veiller à ce que les sociétés minières, pétrolières et gazières canadiennes respectent les droits de la personne et l'environnement dans leurs activités à l'étranger, a déclaré ceci: « Le gouvernement du Canada a cédé aux demandes de l’industrie et a ignoré et tenu secret les avis juridiques experts qu’il a commandés sur la façon de procéder pour accorder à l’Ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises (OCRE) les pouvoirs dont elle a besoin pour faire son travail. »
Le gouvernement dispose de conseils juridiques. Il dit qu'il y a un manque de précisions, mais ces cadres existent et il peut y recourir. Le gouvernement choisit tout simplement de les ignorer. Les libéraux ont reçu des conseils juridiques dans le cadre du rapport McIsaac il y a plus d'un an et demi, mais ils n'ont toujours pas donné suite aux conclusions du rapport et rendu ce dernier public. Il aura fallu que le rapport soit divulgué par la société civile pour que nous en connaissions l'existence.
« En ignorant et en tenant secrets les avis qu'il reçoit de ses propres experts, le gouvernement fédéral nous montre qu'il cherche davantage à apaiser l’industrie minière qu’à respecter ses obligations en matière de droits de la personne ou à tenir ses promesses. » C'est une citation d'Emily Dwyer, qui est coordonnatrice du Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises. Elle ajoute ceci: « Le gouvernement du Canada a tourné le dos aux communautés et aux travailleurs lésés par les entreprises canadiennes à l’étranger. »
Le projet de loi vise à assurer le respect des droits des travailleurs. Il vise à tirer parti du Régime de pensions du Canada pour obtenir des effets bénéfiques. Cet organisme a un gros pouvoir d'achat et, en retirant nos investissements, il est capable de punir les sociétés qui ont un piètre bilan en matière de droits de la personne et dont les pratiques de travail sont discriminatoires envers les femmes. Le gouvernement s'autoproclame féministe. Les libéraux aiment parler des analyses comparatives entre les sexes plus: ils ont la capacité de fournir de telles analyses sur les entreprises à l'étranger. Pourtant, ils refusent d'agir.
Mes collègues néo-démocrates et moi voulons que l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada adopte une approche proactive et fasse preuve d'une diligence raisonnable en ce qui concerne ses politiques d'investissement. Nous voulons tirer parti des investissements d'un demi-milliard de dollars et nous assurer que toutes les entreprises ont des pratiques commerciales éthiques...
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-02-26 12:59 [p.4622]
Madam Speaker, I rise today to discuss the state of our economy and Bill C-14, an act to implement certain provisions of the economic statement tabled in Parliament back in November.
Over the past year, many Canadians have faced a complete lack of certainty about their livelihoods as a result of COVID. To use a metaphor I recently heard: When it comes to COVID, we are all in this storm together, but some have yachts, others have life rafts, and some are just trying to keep their heads above water before they drown. While the Liberal cabinet members are on their yachts looking after their good friends who also have yachts, such as WE and the SNC-Lavalin group, many of my constituents are barely keeping their heads above water or are losing their businesses.
While programs such as the Canada emergency response benefit, the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency rent subsidy and other programs have been welcome, and Conservatives have supported them, there are still businesses and people falling through the cracks and drowning, like a young couple in my riding who have a fitness centre. They phoned me here about three weeks ago and were asking if there were any programs available to them. I went through the list, just as I did earlier, and they said that they had applied for them and were able to get about $2,000 from CERB, because with the full closures, partial closures and partial openings, they were not able to get much money. As well, with the rent control, they also only got about $600. During our conversation, they also said that because they cannot be financially viable, they were going to have to close their business. On top of this, now they also owe about $3,600 in debt, because they have to pay out their lease on the building before they can close.
This kinds of things are a big problem for our country. Together, as Canada, we face a lack of certainty in our economic outlook. We see nothing but endless lockdowns and failure after failure when it comes to vaccine procurement. The future looks bleak. Canadians need certainty back in their lives as soon as possible. Canada has the worst unemployment rate in the G7, and the last time I checked, we were 58th in the world in terms of vaccinations per capita.
The other day, my colleague from Carleton pointed out that for years the Prime Minister has been touting how low the unemployment rate is, saying it is the most important indicator, yet now Canada has the highest unemployment rate in the G7, so now it is not the best way of measuring how we are doing. It is funny how that works and that the most important statistics are always the ones that make the Liberals look best.
When I was growing up, we always talked about how many billion dollars our national debt was. When that grew too high, we started talking about debt-to-GDP ratio. Now that is growing too high and we do not even want to talk about that either. It is funny how the numbers and discussions keep changing to make the Liberals look better than what is really happening.
The government's snubbing of Alberta and its natural resources industry predates COVID, but the pandemic has made the bad economic situation worse. When the Prime Minister could be giving the green light to big natural resource projects, his government, as always, is going with its favourite job-killing strategy: death by delay. Across Alberta, hundreds of natural resource workers are wondering where to turn.
A year and a half ago, Teck made the application for the Frontier mine, and they managed to meet all of the Liberals' regulations. It was surprising that five months and three weeks later, the Liberals had still not made a decision as to whether the mine should go through. Yes, they will spout that Teck pulled out of the project, but we have to wonder why a company that spent years and millions of dollars developing the plan pulled out of the project in the last week. I assume they were probably scared that more restrictions were going to be put on than they could actually manage anymore, even though they were going to address how they would be carbon neutral by 2050.
COVID has been tough on families, especially those with young children, and that is why it is good to see in this legislation that the government would be restoring support for families after slashing the previous Conservative government's Canada child benefit program.
On our path to reopening the economy, we need to be incentivizing people to get back to work. A constituent of mine works reception at a small physiotherapy clinic. Under normal conditions, the clinic operates 40 hours per week, and appointments are fully booked. Because of COVID and people not making bookings unless essential, the clinic is now only getting 15 hours of bookings per week. The problem here is that if employees work more than 15 hours but less than 40 hours, they are worse off than they were before. If they work anything above 15 hours, they are no longer eligible for the CERB, and if they work anything less than 40 hours, they are making less than they would through the CERB.
People in all industries across the country are facing this issue. As we try to reopen the economy, we need to make sure that under no circumstances are we incentivizing Canadians to work less.
Most people I have talked to who are out of work want to get back to work. There is pride that comes with earning a paycheque, and those out of work right now are missing that, further contributing to mental health issues.
I was called by one of my friends, who is a young mother and a single parent. She started a business last year cleaning homes. Because she did not make $5,000, she was not eligible to collect the CERB. It was devastating to hear her crying on the phone, asking how she is going to pay her bills and feed her young daughter. This is the problem we have been facing.
We know that one of the industry's hardest hit by the pandemic has been the tourism industry. As a member of the transport committee and the member of Parliament for Yellowhead, having Jasper and Jasper National Park in my riding and many tourism operators across the constituency, I have heard first-hand the struggles of the industry. Small tourism-related businesses have taken out loans that will take a decade or more to pay off, and they expect to go even further into debt before things start to get better. The HASCAP program is a band-aid solution for a complex problem.
Airlines are also in a precarious situation. They have been promised federal assistance, but there is still nothing, a year into this pandemic.
The entire tourism industry needs some kind of plan and soon. These businesses and airlines cannot operate indefinitely while incurring losses.
This legislation is a scary sign of the times. A year and a half ago, when I was elected, I would never have imagined that I would be standing in Parliament today discussing legislation to expand Canada's borrowing capacity to just over $1.8 trillion by 2024. That is a staggering number. When people ask me why I am a Conservative, the simple answer is that I believe in good stewardship of tax dollars. With every dollar the government spends, we must remember that it comes off of Canadians' paycheques. When we are $1 trillion in debt, $1 million here and $1 million there might not matter to the Liberals, but to the average Canadian it is a lot of money we are taxing them on. Every dollar we spend must be respected and assessed for value.
Canadians have been hard hit by COVID over the last year, and the economic implications of the pandemic will be long-lasting. Spending is not good enough. We need a comprehensive recovery strategy and targeted investments to help get Canadians back to work.
As I mentioned earlier, many small businesses are suffering and need financial assistance now. Without this assistance, many other small businesses will go bankrupt through no fault of their own. It will simply be because of COVID. That is why it is very challenging to represent people with small businesses in the tourism sector. Without financial assistance, they definitely will be closing. This may not seem that important to the Liberals, but the point is that they are important to our economy. Without the small business sector, we definitely will be in financial trouble in the future. We need to look after it.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour discuter de l'état de notre économie et du projet de loi C-14, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique déposé au Parlement en novembre dernier.
Au cours de la dernière année, la pandémie de COVID-19 a plongé de nombreux Canadiens dans l'incertitude la plus totale quant à leur gagne-pain. Pour reprendre une métaphore que j'ai entendue récemment, en ce qui concerne la COVID-19, nous affrontons tous la même tempête, mais certains ont des yachts, d'autres des radeaux de sauvetage et d'autres encore essaient seulement de garder la tête hors de l'eau avant de se noyer. Alors que les ministres libéraux sont à bord de leurs yachts à s'occuper de leurs bons amis qui ont aussi des yachts, comme l'organisme UNIS et le groupe SNC-Lavalin, bon nombre de mes concitoyens gardent à peine la tête hors de l'eau ou perdent leur entreprise.
Si l'instauration de programmes comme la Prestation canadienne d'urgence, la Subvention salariale d'urgence du Canada, la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer et d'autres programmes était la bienvenue — et a été appuyée par les conservateurs —, il reste des entreprises et des particuliers qui sont laissés pour compte et qui sont en train de se noyer, comme un jeune couple de ma circonscription qui possède un centre de conditionnement physique. Ces personnes m'ont appelé il y a trois semaines pour demander s'il y avait des programmes qui pourraient les aider. J'ai dressé la liste des programmes, comme je l'ai fait plus tôt, et elles ont répondu qu'elles avaient fait des demandes pour chacun des programmes et qu'elles avaient pu obtenir environ 2 000 $ de la PCU, parce que, en raison de la valse des fermetures complètes, des fermetures partielles et des ouvertures partielles, elles n'ont pas pu obtenir grand-chose d'autre. De plus, avec le contrôle des loyers, le couple n'a pu obtenir qu'environ 600 $. Pendant la discussion, mes interlocuteurs m'ont dit que, comme leur entreprise ne pouvait être viable, ils étaient contraints de la fermer. Par-dessus le marché, ils doivent maintenant autour de 3 600 $, parce qu'il leur faut payer le solde du loyer avant de fermer l'entreprise.
Ce genre de situation est un gros problème au pays. Nous sommes aux prises avec une grande incertitude quant à nos perspectives économiques. Nous n'avons que des confinements interminables et des échecs sans fin en matière d'approvisionnement en vaccins à l'horizon. L'avenir est peu reluisant. Les Canadiens ont besoin de retrouver le plus rapidement possible une certaine mesure de certitude dans leur vie. Le Canada affiche le pire taux de chômage de tous les pays du G7, et la dernière fois que j'ai vérifié, nous nous classions 58e au monde au chapitre du taux de population vaccinée.
L'autre jour, mon collègue de Carleton a fait remarquer que pendant des années, le premier ministre s'est vanté de la faiblesse du taux de chômage, soutenant qu'il s'agit de l'indicateur le plus important. Pourtant, maintenant que le Canada affiche le taux de chômage le plus élevé du G7, il ne considère plus cette statistique comme la meilleure façon de mesurer son rendement. C'est drôle comment cela fonctionne et comment les statistiques les plus importantes sont toujours celles qui font le mieux paraître les libéraux.
Quand j'étais jeune, on mesurait la dette nationale en milliards de dollars. Lorsqu'elle est devenue trop élevée, on s'est mis à parler du ratio de la dette par rapport au PIB. Maintenant que ce dernier est trop élevé, on ne veut même plus en parler. C'est drôle comme les statistiques et le discours changent pour présenter les libéraux sous un meilleur jour que ce qui se produit réellement.
Le gouvernement snobe l'Alberta et ses industries des ressources naturelles depuis avant la COVID-19, mais la pandémie a aggravé la situation financière déjà précaire de cette province. Le premier ministre pourrait être en train de donner le feu vert à d'importants projets d'exploitation des ressources naturelles, mais son gouvernement a plutôt choisi d'adopter sa stratégie habituelle destructrice d'emplois: repousser la prise de décisions jusqu'à ce que les projets finissent par être abandonnés. Des centaines de travailleurs du secteur des ressources naturelles dans l'ensemble de l'Alberta ne savent plus vers qui se tourner.
Il y a un an et demi, la société Teck a présenté une demande pour le projet minier Frontier et a réussi à se conformer à tous les règlements des libéraux. Cinq mois et trois semaines plus tard, nous avons appris avec étonnement que les libéraux n'avaient toujours pas pris de décision relativement à la concrétisation de ce projet. Oui, ils vont faire valoir que Teck s'est retirée du projet, mais il faut quand même se demander pourquoi une société ayant consacré énormément de temps et dépensé des millions de dollars pour élaborer un plan s'est retirée du projet à la dernière minute. J'imagine qu'elle avait peur d'être assujettie à d'autres restrictions qu'elle ne pourrait pas gérer, et ce, même si elle avait l'intention de présenter un plan en vue d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050.
La COVID-19 a eu de lourdes répercussions sur les familles, surtout sur celles ayant de jeunes enfants. C'est pourquoi il est encourageant de voir dans cette mesure législative que le gouvernement rétablirait le soutien aux familles après avoir sabré l'Allocation canadienne pour enfants, mise en œuvre par le gouvernement conservateur précédent.
Dans notre plan de relance économique, nous devons inciter les gens à retourner au travail. Une personne dans ma circonscription travaille comme réceptionniste dans une petite clinique de physiothérapie. En temps normal, la clinique est ouverte 40 heures par semaine, et il y a plein de gens qui prennent rendez-vous. Or, à cause de la COVID, les gens prennent maintenant rendez-vous uniquement quand c'est essentiel. Pour cette raison, la clinique est maintenant seulement ouverte 15 heures par semaine. Le problème, c'est que si les employés travaillent plus de 15 heures, mais moins de 40 heures, ils se retrouvent dans une situation pire qu'avant. En effet, s'ils travaillent plus que 15 heures, ils ne sont plus admissibles à la Prestation canadienne d'urgence et s'ils travaillent moins que 40 heures, ils gagnent moins d'argent qu'ils en gagneraient grâce à cette prestation.
Les travailleurs de toutes les industries canadiennes sont aux prises avec ce problème. Tandis que nous cherchons à relancer l'économie, nous devons nous assurer que, en aucun cas, nous n'incitons les Canadiens à travailler moins.
La plupart des personnes sans emploi à qui j'ai parlé veulent reprendre le travail. Recevoir un chèque de paie, c'est une source de fierté, et ceux qui sont sans emploi en ce moment en sont privés, ce qui contribue à aggraver leurs problèmes de santé mentale.
J'ai eu un coup de fil d'une de mes amies, une jeune mère célibataire. L'année dernière, elle a créé une entreprise spécialisée dans le ménage à domicile. Comme son revenu n'avait pas atteint 5 000 $, elle n'avait pas droit à la PCU. C'était déchirant de l'entendre pleurer au téléphone et de se demander comment elle allait payer ses factures et nourrir sa fillette. C'est le problème auquel nous avons été confrontés.
Nous savons que l'un des secteurs les plus touchés par la pandémie est celui du tourisme. En tant que membre du Comité des transports et député de Yellowhead, étant donné que le Parc national Jasper se trouve dans ma circonscription et que de nombreux voyagistes habitent dans ma région, j'étais aux premières loges pour constater les difficultés de l'industrie. Les petites entreprises liées au tourisme ont contracté des emprunts qu'elles mettront une décennie et même plus à rembourser et elles s'attendent à s'endetter encore davantage avant que les choses ne s'améliorent. Le Programme de crédit pour les secteurs durement touchés est une solution de fortune à un problème complexe.
Les compagnies aériennes se trouvent aussi dans une situation précaire. On leur a promis une aide du fédéral, mais elles attendent toujours, un an après le début de la pandémie.
C'est l'ensemble de l'industrie touristique qui a besoin d'un plan, sous une forme ou une autre, très bientôt. Ces entreprises et compagnies aériennes ne peuvent pas fonctionner indéfiniment tout en accumulant les pertes.
Cette mesure législative est un reflet effrayant de la période que nous vivons. Il y a un an et demi, lorsque j'ai été élu, je n'aurais jamais imaginé que je prendrais la parole au Parlement aujourd'hui pour discuter d'un projet de loi visant à accroître la capacité d'emprunt du Canada à un peu plus de 1,8 billion de dollars d'ici 2024. C'est une somme ahurissante. Lorsqu'on me demande pourquoi je suis un conservateur, je réponds simplement que je crois en une bonne gestion de l'argent des contribuables. Pour chaque dollar que le gouvernement dépense, nous ne devons jamais oublier qu'il vient des chèques de paie des Canadiens. Lorsque la dette s'élève à 1 billion de dollars, les libéraux perdent peut-être le compte de tel ou tel million de dollars, mais pour le Canadien moyen, c'est énormément d'argent qui est tiré de ses impôts. Nous devons dépenser chaque dollar respectueusement et judicieusement.
Les Canadiens ont été durement touchés par la COVID-19 au cours de la dernière année, et les répercussions économiques de la pandémie se feront sentir longtemps. Il ne suffit pas de dépenser. Il nous faut une stratégie de relance complète et des investissements ciblés pour aider les Canadiens à retourner au travail.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, beaucoup de petites entreprises éprouvent de graves difficultés financières à l'heure actuelle et elles ont besoin d'aide. Sans cette aide, nombre d'entre elles viendront s'ajouter à celles qui ont déjà fait faillite, et ce, pour des raisons indépendantes de leur volonté. La faute sera uniquement imputable à la COVID-19. C'est la raison pour laquelle il est très pénible de représenter au Parlement des propriétaires de petite entreprise dans le secteur du tourisme. Sans aide financière, elles fermeront assurément leurs portes. Cet enjeu semble ne pas faire sourciller les libéraux, mais l'aspect fondamental à prendre en considération est que notre économie a besoin de ces entreprises. Sans elles, notre pays sera en proie à de graves ennuis financiers dans le futur. Nous devons faire quelque chose.
View Gerald Soroka Profile
CPC (AB)
View Gerald Soroka Profile
2021-02-23 10:16 [p.4413]
Mr. Speaker, my second petition is on thermal coal.
The petitioners call on the government to keep mining thermal coal in Alberta because it is produced to the highest environmental and labour standards, with very low sulphur content, thus giving China access to better coal to lower its environmental footprint.
Monsieur le Président, la deuxième pétition concerne le charbon thermique.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de poursuivre l'exploitation minière du charbon thermique en Alberta parce que la production de charbon là-bas respecte les normes du travail et les normes environnementales les plus élevées et que la teneur en soufre de ce charbon est faible, ce qui donne à la Chine accès à un combustible de meilleure qualité et lui permet de réduire son empreinte écologique.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-02-05 12:13 [p.4071]
Madam Speaker, I rise to present e-petition 2912, which has extraordinarily been signed by 27,720 petitioners. They are asking the House to take note of their deep concerns about the proposed Grassy Mountain coal mine in Alberta.
The petitioners point out in a lengthy petition with much data that there are significant threats from this coal mine for metallurgical coal against agriculture, tourism and water quality in the region. The petitioners are very concerned for the Crowsnest River and the Oldman watershed. They are concerned that the excavation and dumping of the overburden will contaminate the Oldman watershed and that there will be leaching of selenium, as well as other health risks to residents.
The petitioners call upon the government to reject the application to decapitate Grassy Mountain. They call for the project to be rejected.
Madame la Présidente, je prends la parole pour présenter la pétition électronique no 2912 qui, fait extraordinaire, a été signée par 27 720 personnes. Les pétitionnaires exhortent la Chambre à tenir compte de leurs vives préoccupations au sujet du projet de mine de charbon Grassy Mountain que l'on propose de mettre en œuvre en Alberta.
Les pétitionnaires font remarquer, dans leur volumineuse pétition comportant beaucoup de données, que l'exploitation d'une mine de charbon métallurgique constitue une menace importante pour l'agriculture, le tourisme et la qualité de l'eau de la région. Ils s'inquiètent particulièrement de la rivière Crowsnest et du basin hydrographique Oldman. Les pétitionnaires craignent que l'excavation du terrain et le déversement du sol de recouvrement ne contaminent le bassin hydrographique Oldman et ne donnent lieu à une infiltration de sélénium, entre autres risques pour la santé des résidants.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de rejeter la demande visant à procéder à l'excavation de la mine Grassy Mountain. Ils veulent que le projet soit abandonné.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-02-02 15:36 [p.3917]
Madam Speaker, I have three quick questions.
First, the member mentioned reducing carbon in mining. Would he support the idea of getting off-grid mines to use less carbon and get off of diesel?
Second, I was delighted to hear the member mention nature and clean areas. Would he also help celebrate President Biden's efforts to protect the Yukon-Alaska Porcupine Caribou herd?
Finally, does the member agree with Canada's recent record investments in nature and in protected areas of land and water?
Madame la Présidente, j'ai trois brèves questions.
Tout d'abord, le député a mentionné la réduction des émissions de carbone dans l'industrie minière. Soutiendrait-il l'idée que les mines isolées utilisent moins de sources d'énergie qui dégagent du carbone et abandonnent le diesel?
Ensuite, j'ai été ravi d'entendre le député mentionner la nature et les espaces propres. Contribuerait-il également aux efforts du président Biden visant à protéger la harde de caribous de la Porcupine au Yukon et en Alaska?
Enfin, le député est-il d'accord avec les récents investissements records du Canada au titre de la nature, notamment dans les zones terrestres et marines protégées?
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like begin by thanking the hon. member for his sensitivity on a number of issues, including the issue of reducing carbon in mining.
My colleague talked about diesel. I have heard that in Malartic, in Abitibi-Témiscamingue, trucks consume about 100,000 litres of diesel every day. This is obviously a site that has become huge, even bigger than the city. Solutions must be found, and the electrification of transportation is one of them. The government will have to take this path, because electricity is very strong. It is a powerful driver.
An industry like the mining industry could promote charging when its trucks are on short-haul trips. There are opportunities here.
I liked that my Liberal colleague talked to us about nature, clean areas and especially the Joe Biden effect. I am indeed satisfied with the response of Joe Biden, who opposed Keystone XL. I will not have time to say more about this third point.
Madame la Présidente, je remercie d'abord le député de sa sensibilité sur différentes questions, notamment celle de la réduction du carbone dans les mines.
Mon collègue a parlé du diésel. J'ai entendu dire que, chez nous, à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue, environ 100 000 litres de diésel sont utilisés chaque jour par les différents camions. C'est évidemment un site qui est devenu immense, et même plus grand que la ville. Il faut trouver des solutions, et l'électrification des transports en fait notamment partie. Le gouvernement devra s'engager sur cette voie, parce que, l'électricité, c'est très fort. C'est un puissant moteur.
Une industrie comme l'industrie minière pourrait favoriser le rechargement de ses camions. Cela pourrait se faire alors que ces derniers parcourraient de courtes distances. Il y a là des occasions à saisir.
J'ai aimé que mon collègue libéral nous parle de nature, d'espaces propres et notamment de l'effet de Joe Biden. Je suis effectivement satisfait de la réponse de Joe Biden, qui s'est opposé à Keystone XL. Je n'aurai pas le temps d'en dire davantage sur ce troisième volet.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am honoured to share my time with the hon. member for Saint-Jean.
In 1987, Canada signed the North American Free Trade Agreement, or NAFTA, with the United States and Mexico. The purpose of that free trade agreement was to reduce obstacles to North American trade as much as possible. The goal was to create a stable economic environment by reducing or eliminating tariff barriers, enabling the free flow of all goods and services and defining product standards, such as intellectual property. Since NAFTA, Canada has signed many more trade agreements with European, South American and Asian partners. Canada has access to most of the world's major markets.
Bill C-18, an act to implement the agreement on trade continuity between Canada and the United Kingdom, is unique because it is a carbon copy of the Comprehensive Economic and Trade Agreement between Canada and the European Union signed in 2017. The bill maintains the status quo in trade between Canada and the United Kingdom and provides time to negotiate a permanent trade agreement between these two countries. For reasons of stability in the current economic context, the Bloc Québécois supports Bill C-18.
This agreement is well received as it will kick-start Quebec's and Canada's economies after the current health crisis is over. This recovery will last years because Canada and Quebec cannot repay the tremendous debt we have accumulated without major consequences. As an aside, this crisis may lead to a major transformation of relations between Quebec and Canada.
The United Kingdom is an important market for Canadian exports. Our exports to the United Kingdom are estimated to total more than $18 billion. This market represents one-third of our trade with all European countries. The United Kingdom is one of our most important partners. It is not far behind the United States, Mexico and China.
A significant portion of international trade between Canada and the United Kingdom is in precious metals, such as gold. The mining industry is one of the largest in Quebec, and gold alone accounts for a large part of Canada's total exports to the United Kingdom. The mining industry is essential to the development of my region of Abitibi—Témiscamingue and for the economy of Quebec. Predictability is essential, and we achieve it through clear trade agreements that make it possible to identify the long-term benefits.
The Canada-U.K. trade continuity agreement fully protects Canada's dairy, poultry and egg sectors. The agreement does not provide for additional access to the cheese market or any other supply managed products. It is business as usual. I do want to remind the House that the damage has already been done. Canada made concessions at the expense of dairy producers under supply management in the last three agreements signed, namely the Comprehensive Economic and Trade Agreement with Europe in 2017, the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership in 2018, and the Canada-United States-Mexico Agreement in 2020. In total, producers, processors and businesses lost out on nearly 10% of market share and more than $400 million because of these concessions.
That is why the Bloc Québécois introduced Bill C-216 in the House. Unfortunately, the supply management system has become a bargaining chip for Ottawa in negotiations with its future international partners. On three occasions, even though the federal government promised to fully protect it, it broke its promise and created new breaches.
Producers want all their income to come from their work and do not want part of it to come from a compensation cheque. Our bill would ensure that the federal government could no longer make commitments that undermine supply management, whether in a treaty or an international trade agreement. The Bloc Québécois is calling for supply management to be protected in all other negotiations, including those that will be needed to make the agreement with the United Kingdom permanent. It is about the survival and sustainability of the Quebec agricultural model.
This agreement has some negative aspects, but we have to raise certain things.
The Bloc Québécois takes issue with the federal government's lack of transparency in the recent negotiations with the United Kingdom. How is it possible that the Standing Committee on International Trade discussed a transitional agreement with the parties directly involved without access to the document? Worse, the committee was supposed to submit its report on the transitional agreement the same day that it finally received the document.
It is hard to protect the interests of a population when the government does not provide all the information. This lack of transparency is unfortunate and in keeping with other international trade agreements recently negotiated by Canada.
The Bloc Québécois believes it is time to look at procedures we should implement here in Parliament to give the elected members of the House of Commons more control during trade agreement negotiations. For example, why not require the minister responsible for ratifying an agreement to table it in Parliament along with an explanatory memorandum and an economic impact study well before it is finalized? Why not require that same minister to inform the House of any intention to engage in trade negotiations 90 days before they begin and to submit his or her objectives 30 days ahead of time? That just makes democratic sense.
International agreements are binding not only on the Government of Canada but on all Quebeckers, all Canadians, and our businesses. Maybe we should invite citizens and businesses to be part of the decision-making process so they can have their say because, in the end, these free trade agreements affect our businesses.
The Bloc Québécois believes that parliamentarians and provincial representatives need to be more involved in the next rounds of talks leading to a permanent agreement between Canada and the United Kingdom. In fact, in order to be able to defend their own interests, the provinces should participate in the negotiations of all upcoming trade agreements between Canada and its partners.
In the upcoming negotiations leading to a permanent agreement between Canada and the United Kingdom, the provinces need to take part in the negotiations on decisions involving provincial jurisdictions such as standards, government contracts and government procurement. The more Quebec is involved quickly in these negotiations, the better chance it will have at defending its economic interests. It is because Quebec knows what is good for Quebec that it is in the best position to defend its own interests.
We need to raise the Canadian federation's democratic bar. With Brexit, the United Kingdom is trying to reclaim its sovereignty, control over its economy, and its autonomy. There is an interesting lesson in there. With Brexit, the United Kingdom is reclaiming all its power to become an economic force once again. I find that inspiring.
However, in order to raise the Canadian federation's democratic bar, the provinces need to participate in the negotiations when there are decisions to be made that affect provincial jurisdictions. Why reject such common sense now? On the contrary, we need to develop mechanisms. The United Kingdom taught us a lesson in sovereignty. Can we use it to make the provinces' economies run even better and to protect our domestic economy?
In closing, the Bloc Québécois believes that we need to pass Bill C-18 on the Canada-U.K. trade continuity agreement. We need to avoid making the current crisis worse with sudden economic losses. According to some assessments, Canada's GDP could drop by $350 million and 2,500 jobs could be lost if we do not manage to come to an agreement with the United Kingdom regarding this trade continuity agreement. Action needed to be taken and Canada chose the status quo, which is wise.
However, the elected members of this House did not take the opportunity to change the approach when negotiating this agreement. Obviously, they did not take that opportunity because they did not have the chance to do so, but that is something that needs to be done. Elected members need to have access to the reports and assessment notes before voting in the House. It just makes sense. Elected members need to be more involved in the negotiating process and the provinces need to be able to negotiate on any matters that fall under their jurisdiction. Agriculture is a perfect example of that.
As members, we have the duty to make the voices of our constituents heard both in this Parliament and in every federal government process.
Madame la Présidente, c'est avec honneur que je vais partager mon temps de parole avec l'honorable députée de Saint-Jean.
En 1987, le Canada concluait l'Accord de libre-échange nord-américain, ou ALENA, avec les États-Unis et le Mexique. L'objectif de cet accord de libre-échange était de réduire au maximum tous les obstacles aux échanges commerciaux en Amérique du Nord. Le but était de créer un environnement économique stable en réduisant ou en éliminant les barrières tarifaires, en imposant une liberté de circulation de tous les biens et services et en définissant les normes des produits, comme la propriété intellectuelle. Depuis l'ALENA, le Canada a conclu plusieurs autres accords économiques avec des partenaires européens, sud-américains et asiatiques. Le Canada a rejoint la plupart des grands marchés du monde.
L'actuel projet de loi C-18, Loi de mise en œuvre de l'Accord de continuité commerciale Canada—Royaume-Uni, est particulier, car il reproduit l'Accord économique et commercial global conclu en 2017 entre le Canada et l'Union européenne. Le projet de loi institue le statu quo dans les échanges commerciaux entre le Canada et le Royaume-Uni, le temps de négocier un accord commercial définitif entre ces deux pays. Pour des raisons de stabilité dans le contexte économique actuel, le Bloc québécois est en faveur du projet de loi C-18.
Cet accord est accueilli favorablement pour relancer l'économie du Québec et du Canada à la suite de la crise sanitaire actuelle. Cette relance durera des années, car le Canada et le Québec ne peuvent pas faire face à la dette gigantesque que nous avons aujourd'hui sans subir de conséquences majeures. Soit dit en passant, c'est une crise qui risque d'ailleurs de provoquer une transformation majeure des rapports entre le Québec et le Canada.
Le Royaume-Uni représente un marché important pour les exportations canadiennes. Des évaluations indiquent que nos exportations en direction du Royaume-Uni se chiffrent à plus de 18 milliards de dollars. Ce marché représente le tiers de nos échanges avec l'ensemble des pays européens. Le Royaume-Uni est l'un de nos partenaires les plus importants. Il se retrouve quelques places derrière les États-Unis, le Mexique et la Chine.
Une part importante du commerce international entre le Canada et le Royaume-Uni repose sur des métaux précieux, comme l'or. L'industrie minière est l'une des industries les plus importantes au Québec et l'or représente à lui seul une majeure partie des exportations totales du Canada vers le Royaume-Uni. L'industrie minière est essentielle pour le développement de ma région, l'Abitibi—Témiscamingue, et pour l'économie du Québec. La prévisibilité est essentielle et elle s'obtient par l'entremise d'accords commerciaux clairs qui permettent de déterminer les retombées à long terme.
L'Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni protège entièrement les secteurs canadiens des produits laitiers, de la volaille et des œufs. Il ne prévoit aucun accès supplémentaire au marché du fromage et de tout autre produit soumis à la gestion de l'offre. C'est le statu quo. Par contre, rappelons à cette Chambre que le mal a déjà été fait. Le Canada a fait des concessions sur le dos des producteurs laitiers sous gestion de l'offre dans trois précédents accords: l'Accord économique et commercial global avec l'Europe en 2017, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste en 2018, et l'Accord Canada—États-Unis—Mexique en 2020. Au total, c'est près de 10 % des parts du marché et plus de 400 millions de dollars que les producteurs, les transformateurs et les entreprises ont perdus à cause de ces concessions.
C'est pourquoi le Bloc québécois a déposé le projet de loi C-216 à la Chambre. Le système de gestion de l'offre est malheureusement devenu pour Ottawa une monnaie d'échange lors de négociations avec ses futurs partenaires internationaux. À trois reprises, même si le gouvernement fédéral s'était engagé à le protéger intégralement, il a trahi sa promesse et y a ouvert de nouvelles brèches.
Les producteurs veulent que tous leurs revenus proviennent de leur travail et ne veulent pas qu'une partie en vienne d'un chèque de compensation. Grâce au projet de loi que nous avons déposé, le gouvernement fédéral ne pourra plus prendre d'engagements qui affaibliraient le système de gestion de l'offre, que ce soit dans un traité ou une entente commerciale internationale. Comme le Bloc québécois l'exige, il faut protéger le système de gestion de l'offre dans toutes les autres négociations, notamment celles qu'il faudra effectuer pour rendre définitif l'accord avec le Royaume-Uni. Il y va de la survie et de la pérennité du modèle agricole québécois.
Le présent accord comporte des aspects négatifs, mais il faut soulever certains éléments.
Au Bloc québécois, nous reprochons le manque de transparence du gouvernement fédéral dans les récentes négociations avec le Royaume-Uni. Comment est-il possible que le Comité permanent du commerce international ait discuté de l'accord transitoire avec les parties directement impliquées sans avoir vu la moindre trace du document? Pire, le Comité a dû remettre son rapport sur l'accord transitoire le jour même où il en a enfin reçu le texte.
Il est difficile de protéger les intérêts d'une population quand le gouvernement n'en donne pas les moyens. Ce manque de transparence est malheureux, à l'image des précédents accords commerciaux internationaux récemment négociés par le Canada.
Au Bloc québécois, nous croyons qu'il est temps de se pencher sur les procédures à mettre en place au Parlement pour augmenter le niveau de contrôle démocratique par les élus de la Chambre des communes lors de négociations d'accords commerciaux. Par exemple, pourquoi ne pas obliger le ministre responsable de la ratification d'un accord à déposer celui-ci devant le Parlement en l'accompagnant d'un mémoire explicatif et d'une étude d'impacts économiques, et ce, évidemment, dans un délai suffisant? Pourquoi ne pas obliger ce même ministre à informer la Chambre de son intention d'entamer des négociations commerciales 90 jours avant que celles-ci ne débutent et à soumettre ses objectifs 30 jours avant? Ce n'est que du gros bon sens démocratique.
Les accords internationaux ne lient pas que le gouvernement du Canada. Ce sont des accords qui visent l'ensemble des Québécoises et des Québécois et de la population canadienne, ainsi que nos entreprises. Ne pourrait-on pas rapprocher la prise de décisions des citoyens et des entreprises pour qu'ils aient leur mot à dire, parce qu'en fin de compte, ce sont nos entreprises qui vont subir les conséquences de ces accords de libre-échange?
Au Bloc québécois, nous croyons qu'il est nécessaire que les parlementaires et les représentants des provinces soient davantage impliqués lors des prochaines rondes de pourparlers menant à un accord définitif entre le Canada et le Royaume-Uni. En fait, afin de pouvoir défendre leurs propres intérêts, les provinces devraient participer aux négociations de tous les prochains accords commerciaux entre le Canada et ses partenaires.
Lors des prochaines négociations menant à un accord définitif entre le Canada et le Royaume-Uni, il faut que les provinces participent aux négociations entourant les décisions touchant aux compétences provinciales comme les normes, les marchés publics ou les achats gouvernementaux. Plus le Québec s'impliquera rapidement dans ces négociations, plus il aura la chance de défendre ses intérêts économiques. En effet, c'est parce que le Québec sait ce qui est bon pour le Québec qu'il est le mieux placé pour défendre ses propres intérêts.
Il faut relever le niveau démocratique de la fédération canadienne. Avec le Brexit, le Royaume-Uni cherche à renouveler sa souveraineté et à reprendre le contrôle de son économie et de son autonomie: il y a là une leçon intéressante. Avec le Brexit, le Royaume-Uni reprend tous ses pouvoirs pour s'imposer à nouveau sur le plan économique. Je trouve cela inspirant.
Or, pour relever le niveau démocratique de la fédération canadienne, il faut que les provinces participent aux négociations quand les décisions à prendre concernent des compétences provinciales. Pourquoi rejeter maintenant ce gros bon sens? Au contraire, il faut développer des mécanismes. Le Royaume-Uni nous a donné une leçon de souveraineté. Peut-on s'en inspirer pour donner plus d'économie aux provinces et protéger notre économie intérieure?
En conclusion, le Bloc québécois est d'avis qu'il faut adopter le projet de loi C-18 sur l'Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni. Il faut éviter d'alourdir la crise actuelle par des pertes économiques soudaines. Selon certaines évaluations, le PIB du Canada pourrait diminuer de 350 millions de dollars et il pourrait survenir une importante perte de 2 500 emplois si l'on ne parvient pas à s'entendre avec le Royaume-Uni sur cet accord de continuité commerciale. Il fallait agir et le Canada a choisi le statu quo. C'est prudent.
Par contre, les élus de cette Chambre n'ont pas saisi l'occasion de modifier les façons de faire lors des négociations menant à cet accord. Évidemment, ils ne l'ont pas saisie parce qu'ils n'en ont pas eu la chance. Or, il faut le faire, il faut que les élus puissent avoir accès aux comptes-rendus et aux notes d'évaluation avant de voter à la Chambre. C'est du gros bon sens. Il faut augmenter l'implication des élus dans les processus de négociation et il faut que les provinces puissent négocier pour tout ce qui touche leurs compétences, l'agriculture en étant un parfait exemple.
Comme députés, nous avons le devoir de porter la voix des citoyennes et des citoyens de nos circonscriptions, tant dans ce Parlement que dans tous les mécanismes du fédéralisme canadien.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2020-11-26 10:16 [p.2483]
Mr. Speaker, I am very pleased today to speak in support of Bill C-12, which was presented in the House yesterday. I am very much in support of our government's commitment to making Canada a net-zero nation by 2050, because the urgency to act on the global climate crisis is real and the challenge of reducing our greenhouse gas emissions is also an opportunity to build back our economy more competitively, more sustainably and more inclusively. Attracting investments and creating jobs will benefit all Canadians.
While the global pandemic has turned much of our world upside down, it has not changed our resolve to build a clean energy future and to make sure we are putting people at the heart of this transition. This is what I would like to focus on with my time today. Before I do that, I also want to say I will be sharing my time with the member for Sherbrooke. I look forward to hearing her comments.
Climate change may be measured in tonnes of greenhouse gases emitted or saved, but it is lived by families and communities. A just transition is where the importance of climate change and government policy positively intersects with the lives and livelihoods of all Canadians.
That is particularly true for those who have been especially hard hit by COVID-19 and the recession: women, youth, indigenous communities, immigrants, racialized people, people with disabilities, rural communities and northern communities, where I live. It is also true for so many workers and communities that are directly affected by the rapid transformation of the global energy sector, which is why creating good, well-paying jobs in the low-carbon economy is essential.
It is essential that we build a sustainable and prosperous future for Canada and all Canadians. How do we that? This is the question that lingers in the minds of many who support the initiatives we have introduced around climate change. How can we do more? How do we play a larger role?
A key starting place is to ensure workers have the right skills to succeed in the clean growth economy. As most know, I am a huge supporter of alternate energy development, but I am also a big supporter of the resource development sector in Canada, especially the mining industry. I know many of these companies are working hard to invest properly to ensure they have a clean growth economy. They are looking at alternatives for fuelling and powering their operations and reducing their carbon footprints.
For example, we are working with communities and workers who have been affected by the phasing out of coal-fired electricity, with meaningful action to diversify their economies and create new jobs. One way we are doing this is with $185 million in new federal funding to support coal-dependent communities, including $35 million for skills development and economic diversification.
Our government not only set targets and adapted a vigorous agenda around clean energy and climate change, but it is making the investments available so people, communities and companies can move forward in Canada to ensure that these happen.
The remainder of some $150 million within the Government of Canada is now earmarked for new infrastructure projects, and so far this year we have invested more than $22 million in 36 projects across Alberta, Saskatchewan, New Brunswick and Nova Scotia. This funding has supported economic diversification initiatives in Leduc and Hanna, Alberta; a solar installation training program at Southeast College in Estevan, Saskatchewan; and similar projects in Atlantic Canada.
Right here in my hometown of Mary's Harbour, we are developing alternate energy to support and reduce the use of diesel generation in rural communities like the one I live in. This year, with a partnership from the federal government, we are the first remote community in Labrador to be able to combine hydro power and solar power to supplement, and reduce our dependency on, diesel and reduce our carbon footprint.
We are looking forward to doing projects like this in all communities that have become entirely dependent on diesel and move them off diesel dependency. This would include projects like the Glencore smelter and the Trevali closure diversification initiative in northern New Brunswick. We helped Ignite Labs in Nova Scotia, and we also announced that we were moving forward with the Atlantic loop. The Atlantic loop will connect surplus clean power to regions that are moving away from coal. It is a classic win-win that makes electricity more affordable as we create new jobs for workers and their communities.
I live in a region in Labrador that is one of the largest generators of hydro power. The Atlantic loop provides an opportunity for us to continue to fuel the economy with clean energy through massive development projects, such as those at Gull Island.
We are looking forward to the opportunities this provides, not just for Newfoundland and Labrador and Atlantic Canada, but for all Canadians. We see it as a real win-win situation and are happy that the Government of Canada, our government, is moving forward with the Atlantic loop.
That is just one example of how we are putting people at the heart of this energy transition. [Technical difficulty—Editor]
Monsieur le Président, je suis très heureuse de prendre la parole aujourd'hui à l'appui du projet de loi C-12, qui a été présenté à la Chambre hier. J'appuie fermement l'engagement du gouvernement à faire du Canada un pays carboneutre d'ici 2050, car il est réellement urgent de prendre des mesures face à la crise climatique mondiale et parce que, si la réduction des émissions de gaz à effet de serre est une entreprise difficile, elle donne également l'occasion de rebâtir notre économie de manière à ce qu'elle soit plus concurrentielle, plus durable et plus inclusive. Attirer les investissements et créer des emplois sera avantageux pour tous les Canadiens.
La pandémie mondiale a bouleversé notre monde, mais n'a pas altéré notre détermination à bâtir un avenir dans lequel l'énergie propre prédomine et à placer les gens au cœur de cette transition. Voilà, d'ailleurs, ce sur quoi j'aimerais concentrer mon intervention aujourd'hui. Auparavant, j'aimerais toutefois signaler que je vais partager mon temps de parole avec la députée de Sherbrooke, dont je suis impatiente d'entendre les observations.
Les changements climatiques se mesurent en tonnes de gaz à effet de serre émis ou évités, mais ils sont également ressentis par les familles et les collectivités. Une transition est juste lorsqu'il y a corrélation entre, d'une part, la lutte contre les changements climatiques et les politiques du gouvernement en la matière et, d'autre part, la qualité de vie des Canadiens et leur gagne-pain.
C'est d'autant plus vrai pour les personnes qui ont été les plus durement touchées par la COVID-19 et la crise économique: les femmes, les jeunes, les Autochtones, les immigrants, les personnes racialisées, les personnes handicapées et les habitants des collectivités rurales et nordiques, comme là où j'habite. C'est une réalité qui s'applique également à de nombreux travailleurs et à de nombreuses collectivités qui subissent les conséquences directes de la transformation rapide du secteur mondial de l'énergie. C'est pour cette raison qu'il est essentiel de créer de bons emplois bien rémunérés dans une économie à faibles émissions de carbone.
Il est primordial que nous bâtissions un avenir durable et prospère pour le Canada et tous les Canadiens. Comment pouvons-nous y arriver? Voilà la question que se posent toutes les personnes qui appuient les initiatives que nous avons présentées pour lutter contre les changements climatiques. Comment pouvons-nous en faire plus? Comment pouvons-nous jouer un rôle plus important?
L'un des principaux points de départ, c'est de veiller à ce que les travailleurs aient les compétences nécessaires pour réussir dans une économie axée sur une croissance propre. Comme la plupart des gens le savent, je suis une ardente défenseure de la mise au point d'énergies de remplacement, mais je suis également une grande partisane du secteur de l'exploitation des ressources du Canada, surtout l'industrie minière. Je sais que bon nombre de ces entreprises travaillent d'arrache-pied pour réaliser des investissements judicieux qui favorisent une économie axée sur la croissance propre. Elles envisagent des solutions de rechange pour s'alimenter en énergie tout en réduisant leur empreinte carbone.
Par exemple, nous collaborons avec des collectivités et des travailleurs qui ont été touchés par la fermeture progressive des centrales thermiques au charbon, en instaurant des mesures concrètes axées sur la diversification économique et la création d'emplois. Nous y parviendrons, entre autres, en consacrant 185 millions de dollars en argent frais pour soutenir les collectivités qui dépendent du charbon, dont une tranche de 35 millions de dollars est réservée au développement des compétences et à la diversification de l'économie.
Le gouvernement a établi des cibles et préparé un programme rigoureux qui porte sur l'énergie propre et les changements climatiques. Afin de faciliter la mise en œuvre de ce programme, le gouvernement du Canada fait les investissements nécessaires pour que les citoyens, les collectivités et les entreprises réalisent des progrès d'un bout à l'autre du pays.
Concernant l'autre tranche d'environ 150 millions de dollars, le gouvernement du Canada la consacrera à de nouveaux projets d'infrastructure. Depuis le début de cette année, nous avons investi plus de 22 millions de dollars dans 36 projets en Alberta, en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Tous ces investissements ont appuyé des initiatives de diversification économique à Leduc et à Hanna, en Alberta; un programme de formation sur l'installation de l'équipement pour l'énergie solaire au Collège Southeast, à Estevan, en Saskatchewan; ainsi que des projets similaires dans le Canada atlantique.
Chez moi, à Mary's Harbour, on travaille à la mise au point d'une énergie de remplacement dans le but de diminuer le recours au diésel dans les localités rurales comme la nôtre. Cette année, grâce à un partenariat du gouvernement fédéral, nous sommes la première collectivité éloignée du Labrador à pouvoir combiner l'hydroélectricité et l'électricité solaire pour compléter et réduire l'utilisation du diésel, et ainsi réduire notre dépendance à ce combustible et notre empreinte carbone.
Nous espérons réaliser des projets de ce genre dans toutes les localités qui dépendent entièrement du diésel afin de remédier à cette situation. Cela comprend des projets comme ceux touchant la fonderie de Glencore et l'arrêt d'activités de Trevali, une initiative de diversification dans le nord du Nouveau-Brunswick. Nous avons aidé Ignite Labs en Nouvelle-Écosse. Nous avons également annoncé que nous allions aller de l'avant avec le projet de la boucle de l'Atlantique, qui va permettre de fournir les surplus énergétiques à des communautés qui délaissent le charbon. Cette situation qui rend l'électricité plus abordable sera bénéfique à tous alors que nous créons des emplois pour les travailleurs et les collectivités.
J'habite une région du Labrador parmi les plus grandes productrices d'hydroélectricité. La boucle de l'Atlantique nous donne la possibilité de continuer à alimenter l'économie avec une énergie propre grâce à d'énormes projets d'exploitation, comme ceux de Gull Island.
Nous avons hâte de voir les possibilités qui en découleront, pas seulement pour Terre-Neuve-et-Labrador et le Canada atlantique, mais aussi pour l'ensemble des Canadiens. À notre avis, tout le monde y gagne et nous sommes heureux que le gouvernement du Canada, le gouvernement libéral, aille de l'avant avec le projet de la boucle de l'Atlantique.
Ce n'est là qu'un exemple des choses que nous faisons pour mettre les gens au coeur de la transition énergétique. [difficultés techniques]
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2020-11-17 14:04 [p.1995]
Mr. Speaker, I rise today to recognize the significant contributions of Canada's mineral and mining sector. Labrador is one riding in Canada where mining contributes to sustainable growth, strong employment and remarkable community partnerships.
Minerals and metals are the building blocks of the computers we use every day; the smart phones we rely on; the vehicles and public transit that get us places; the buildings where we live, work and play; and the green technologies that help make the world a more sustainable place. Across the north and right here at home, the industry is leading in innovation and clean technologies, fostering indigenous partnerships and building cutting-edge infrastructure to support their operations and the communities they work in.
As we look to address the challenges of COVID-19 and build back better, our government will continue to work with the Mining Association of Canada, with PDAC and with industry leaders across the country to enhance practices and ensure the competitiveness of Canada's mining sector in the world.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour souligner les importantes contributions du secteur des minéraux et des mines au Canada. Labrador est l'une des circonscriptions canadiennes où l'exploitation minière contribue à une croissance durable, à la création de bons emplois et à l'établissement de partenariats communautaires remarquables.
Les minéraux et les métaux constituent les composantes de base des ordinateurs que nous utilisons au quotidien, des téléphones intelligents sur lesquels nous comptons, des véhicules et des transports publics qui nous permettent de nous déplacer, des bâtiments où nous vivons, travaillons et nous amusons, et des technologies vertes qui contribuent à rendre le monde plus durable. Partout dans le Nord et ici même, l'industrie est à la pointe de l'innovation et des technologies propres. Elle favorise les partenariats avec les Autochtones et met en place des infrastructures de pointe pour soutenir ses activités et les collectivités dans lesquelles elles créent des emplois.
Alors que nous cherchons à relever les défis que pose la COVID-19 et à rebâtir en mieux, nous continuerons à travailler avec l'Association minière du Canada, avec l'ACPE et avec les chefs de file de l'industrie dans tout le pays pour améliorer les pratiques et assurer la compétitivité du secteur minier canadien dans le monde.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I recently had the opportunity to participate in a webinar about Canadian mining companies' shameful treatment of people in the Cordillera region of the Philippines and of the activists fighting for them.
I was there to explain what kind of work a parliamentarian can do in such situations. It was abundantly clear to the other participants and me that, thanks to COVID-19, regimes and corporations around the world are working hand in hand, quite happy that nobody is talking about their abuses, and that Canada is turning a blind eye. Never has it been more urgent for Parliament to do more to hold mining companies to account and punish them.
Canada can no long knowingly serve as a port of convenience for these multinationals. As parliamentarians, we must all stand and condemn abuses perpetrated behind the facade of the maple leaf. It is unacceptable. It is unworthy of the people we represent.
Madame la Présidente, dernièrement, j'ai eu la chance de participer à un webinaire portant sur le traitement gênant que les compagnies minières canadiennes réservent aux populations de la Cordillère des Philippines et aux activistes qui les défendent.
J'étais là pour leur expliquer le travail qu'un parlementaire peut faire pour ce genre de situation. Le constat de ces intervenants, et le mien, a été sans équivoque. Un peu partout dans le monde, grâce à la COVID-19, il y a des régimes et des entreprises qui travaillent main dans la main et qui sont bien contents qu'on ne parle pas de leurs abus pendant que, au Canada, on baisse les yeux. Il est plus urgent que jamais que le Parlement en fasse plus pour responsabiliser les minières et les punir.
Le Canada ne peut plus sciemment servir de port de complaisance pour ces multinationales. Comme parlementaires, nous devons tous nous lever et dénoncer les exactions commises à l'ombre d'un unifolié. C'est inacceptable. Ce n'est pas digne des gens que nous représentons.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, since the beginning of the pandemic, the official opposition has been offering solutions to ensure that gaps are filled in programs imperative to restarting our economy. For example, on March 9, Conservatives called for a mandatory quarantine for travellers, and on March 25, it was announced. On March 21, we called for an increase to the CEWS program, and on March 27, it was announced. On April 6, we called for an increase in eligibility to CEBA, and finally, on May 19, it was announced.
There is a pattern here. When the government actually listens to Conservatives, Canadians get results. When it does not, such as when it ignored our practical plan to make CERB more flexible with a back-to-work bonus, Canadians lose.
Since April, my party has been offering solutions to simplify the Canada emergency wage subsidy, yet here we are in the middle of July looking at making changes to this program through new legislation. This will require businesses of all sizes to hire accountants, lawyers and consultants to figure out if they might even qualify. I am digressing, but as a former public practice accountant who was, up until a year ago, practising and serving many small clients, I can assure the members that this would have made for a very busy summer for me.
I want to take a few minutes to consider some examples from my riding in northern Saskatchewan, where there are still some concerns with this legislation. Cameco, a uranium mining company, announced on March 23 that its Cigar Lake operation was being placed in a safe care and maintenance mode for four weeks. This was to protect the health and safety of Cameco employees, their family members and Cameco's partner communities in northern Saskatchewan.
On April 13, as the effects of the pandemic persisted, Cameco announced that it was extending the temporary production suspension indefinitely until a safe and sustainable restart was possible. The precautions and restrictions put in place by governments and local public health agencies, the increasing and significant concern among leaders in the remote, isolated communities of northern Saskatchewan, and the challenges of maintaining the recommended physical distancing at fly-in, fly-out sites with a full workforce were critical factors that Cameco considered in reaching this decision.
Cameco's president and CEO, Tim Gitzel, said:
The global challenges posed by this pandemic are not abating — in fact, they are deepening. We therefore need to stay vigilant and do everything we can to keep people and families safe. We are especially sensitive to the situation in the remote, isolated communities of northern Saskatchewan that are home to a sizeable portion of the workforce at Cigar Lake.
Cameco firmly believes that the proactive decisions made to protect its employees and to slow down the spread of COVID-19 were necessary decisions, and they are consistent with the company's values. During this period, Cameco, for the benefit of its employees and the northern communities where they live, continues to pay 75% of the salaries of its employees. It has also advocated for infrastructure investments in northern Saskatchewan to support the indigenous and northern businesses that make up the uranium mining supply chain while uranium production is suspended.
Clearly, Cameco recognizes that corporate social responsibility, partnerships and community matter. Early in the pandemic, Cameco created a COVID-19 relief fund and put out a call for organizations in need to apply. Cameco supported 67 community projects in Saskatoon and northern Saskatchewan through this $1-million fund.
This company is vital to employment and the economy of Desnethé—Missinippi—Churchill River, where it employs hundreds of northerners. It has voluntarily chosen not to apply for the Canada emergency wage subsidy until it has clarity regarding its eligibility for the program. I spoke with Cameco yesterday, and its finance team is analyzing the legislation and the backgrounder provided by Finance Canada to determine if the changes offered provide the clarity it seeks.
It has been 120 days since Cameco first suspended operations to keep its employees and the northern Saskatchewan communities safe, and it is just one example of the many companies that have waited too long for the answers they need. To compound this, in the backgrounder provided on the Department of Finance Canada website, there is no provision for retroactive application of these new rules.
I offer a second example. I received an email yesterday from a gentleman who owns and operates a lodge in Saskatchewan's far north. I am going to read his email, because I think he says it better than I could. He wrote:
I do have concerns that while the government is modifying the financial assistance programs to help small and medium businesses, no consideration is being given to seasonal businesses that generate all of their annual income in 2, 3 or 4 months.
While it is welcome news that the Liberal government is extending the wage subsidy, this is providing virtually no assistance to seasonal lodges and outfitters due to the eligibility criteria being tied to the loss of monthly income. For lodges such as ours, where all of our income is generated in one, two, three or four months, we are ineligible for the extended assistance since our lodges aren't operating and therefore have no income - even though we still have employees and are incurring expenses for the...8, 9, 10 or 11 months [for the rest] of the year.
For seasonal businesses, such as in the Canadian lodge and outfitting industry, where many of the operators have had a 100% loss of income in 2020, we are only eligible for assistance for the months in which we generated income in 2019. [My business] has incurred a 100% loss of income in 2020. Our operation normally generates [hundreds of thousands of dollars] of revenue each year during [a short] 45 day operating season. We contribute [hundreds of thousands of dollars] annually to our Saskatchewan suppliers and employees as well as paying federal and provincial income taxes, GST, payroll taxes and retail sales taxes.
Under the current government financial aid programs, such as the wage subsidy, because we are a seasonal business, only generating income during June and July each year, we are being penalized. We can only claim the wage subsidy for two months while we are incurring wage and other costs [I might add] the other ten months of the year.
It appears that the...government has not considered the situation of most Canadian lodges and outfitters, and the needs of seasonal businesses such as ours when formulating and “tweaking” the financial aid packages for small and medium businesses. I don't know if this huge hole in financing assistance affecting the lodge and outfitting industry, which contributes billions of dollars to the Canadian economy, has even been considered in the debate regarding the financial aid packages.
He concludes his email by stating:
Without financial aid for the lodge and outfitting industry, which is at least equitable to that being given to other segments of the economy - many, many lodges and outfitters will fail and close permanently.
These are only two of the many stories I could tell that describe what is happening on the ground in my constituency in northern Saskatchewan. There is a stark contrast between the headlines versus the reality in Desnethé—Missinippi—Churchill River.
This government, during the early days of the pandemic, when its attention should have been focused on helping Canadians or maybe, at the very least, avoiding conflicts of interest, issued an order in council on firearms. This provided the media with days of headlines that targeted law-abiding gun owners rather than actual criminals.
On January 24 of this year, Onion Lake Cree Nation in Saskatchewan declared a state of emergency as a result of a significant increase in drug- and gang-related activity. The leadership of Onion Lake and the surrounding first nation communities signed a western chiefs declaration with the support of the City of Lloydminster to tackle this very serious gang and rural crime problem. Unfortunately, the Liberal order in council does nothing to help these communities. It is headlines versus reality.
In 2015, the Prime Minister publicly claimed many times that the most important relationship for him was the one between his government and indigenous people. He even put it into all the mandate letters of his ministers at the time. Let us review what this relationship looks like for indigenous businesses during a pandemic.
First nation businesses that operate under a very common and limited partnership structure were initially left out of CEWS. On becoming more aware of this issue, I immediately contacted the finance minister's office, and I am still waiting for a reply. After much pressure from many organizations, this error was eventually corrected, and we appreciate that. There remained a gap in the forestry, mining, manufacturing, construction and consumer sales industries for indigenous people. It is headlines versus reality.
Indigenous small and medium-sized businesses heard an announcement on April 18 from the Prime Minister that would offer them short-term, interest-free loans and non-repayable contributions through aboriginal financial institutions, but they did not see any of that money flow until the middle of June, a full two months after the announcement. It is headlines versus reality.
Every time an announcement was made about support for businesses through programs like CEWS or CEBA, it required significant lobbying and exhaustive efforts before the government found a way to include indigenous businesses. It is headlines versus reality.
Being treated like an afterthought during a global pandemic does not strike me as being considered of high importance in a relationship. Again, headlines—
Madame la Présidente, depuis le début de la pandémie, l'opposition officielle a offert des solutions pour remédier aux lacunes de programmes indispensables à la reprise économique. Par exemple, le 9 mars, les conservateurs ont réclamé la mise en quarantaine obligatoire pour les voyageurs et, le 25 mars, celle-ci a été annoncée. Le 21 mars, nous avons réclamé une bonification du programme de subvention salariale d'urgence et, le 27 mars, celle-ci a été annoncée. Le 6 avril, nous avons demandé que soit élargie l'admissibilité au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et, le 19 mai, une annonce en ce sens a enfin été faite.
Une tendance se dégage. Lorsque le gouvernement prend la peine d'écouter les conservateurs, les Canadiens obtiennent des résultats. Lorsqu'il ne les écoute pas, comme lorsqu'il a ignoré notre plan concret pour rendre la Prestation canadienne d'urgence plus souple et l'assortir d'une prime de retour au travail, les Canadiens sont perdants.
Depuis avril, mon parti offre des solutions pour simplifier la Subvention salariale d'urgence du Canada et nous voilà à la mi-juillet en train d'étudier une mesure législative qui modifie le programme. Les entreprises de toutes tailles seront obligées d'embaucher des comptables, des avocats et des consultants afin de déterminer si elles sont admissibles. Je m'éloigne du sujet, mais, en tant qu'ancien expert-comptable qui, jusqu'à il y a un an, servait de nombreux petits clients, je peux affirmer aux députés que cette mesure législative m'aurait rendu très occupé cet été.
J'aimerais prendre quelques minutes pour citer quelques exemples dans ma circonscription du Nord de la Saskatchewan, où ce projet de loi suscite encore des inquiétudes. Le 23 mars, Cameco, une société d'exploitation de gisements d'uranium, a annoncé que son exploitation de Cigar Lake allait faire l'objet de mesures d'entretien et de sécurité pendant quatre semaines afin d'assurer la santé et la sécurité des employés de l'entreprise, des membres de leurs familles et des collectivités partenaires de l'entreprise dans le Nord de la Saskatchewan.
Les effets de la pandémie ayant persisté, le 13 avril, Cameco a annoncé qu'elle allait prolonger la suspension de la production pour une période indéterminée, jusqu'à ce que l'on puisse relancer les activités de façon sûre et durable. Les mesures de précaution et les restrictions mises en place par les gouvernements et les organismes de santé publique locaux, les préoccupations importantes et croissantes des dirigeants des collectivités éloignées et isolées du Nord de la Saskatchewan, ainsi que la difficulté d'appliquer des mesures de distanciation physique dans des sites accessibles par avion seulement tout en maintenant des effectifs complets sont autant de facteurs importants que Cameco a pris en considération au moment de prendre cette décision.
Tim Gitzel, président et chef de la direction de Cameco, a dit ceci:
L'ampleur des difficultés que pose cette pandémie ne va pas en diminuant, mais bien en augmentant. Nous devons donc demeurer vigilants et faire tout en notre pouvoir pour protéger les gens et leurs familles. Nous sommes particulièrement sensibles à la situation des collectivités éloignées et isolées du Nord de la Saskatchewan où vivent bon nombre des travailleurs de l'exploitation de Cigar Lake.
Cameco est convaincue que les décisions prudentes qu'elle a prises pour protéger ses employés et ralentir la propagation de la COVID-19 étaient nécessaires, en plus d'être conformes aux valeurs de l'entreprise. Pendant cette période, Cameco, dans l'intérêt de ses employés et des collectivités du Nord où ils habitent, continue de verser 75 % des salaires de son personnel. Elle a également réclamé des investissements dans les infrastructures du Nord de la Saskatchewan afin de soutenir les entreprises locales et autochtones qui constituent la chaîne d'approvisionnement de l'extraction de l'uranium pendant la suspension des activités de production.
De toute évidence, Cameco reconnaît l'importance de la responsabilité sociale des entreprises, des partenariats et de l'esprit de communauté. Au début de la pandémie, Cameco a créé un fonds de secours lié à la COVID-19 et a invité les organismes dans le besoin à présenter des demandes. Par l'entremise de ce fonds de 1 million de dollars, l'entreprise a soutenu 67 projets communautaires à Saskatoon et dans le Nord de la Saskatchewan.
Cette entreprise joue un rôle vital pour l'économie et l'emploi dans la circonscription de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill: elle y emploie des centaines d'habitants du Nord. Elle a décidé de ne pas présenter de demande dans le cadre de la Subvention salariale d'urgence du Canada jusqu'à ce que les critères d'admissibilité soient précisés. J'ai parlé à Cameco hier, et son équipe financière analyse le projet de loi et le document d'information de Finances Canada pour déterminer si les modifications offrent les clarifications qu'elle recherche.
Il y a maintenant 120 jours que Cameco a suspendu pour la première fois ses activités afin d'assurer la sécurité de ses employés et des collectivités du Nord de la Saskatchewan. Ce n'est qu'un seul exemple des multiples entreprises qui attendent depuis trop longtemps des réponses à leurs questions. De plus, le document d'information sur le site Web du ministère des Finances Canada ne traite d'aucune disposition pour l'application rétroactive de ces nouvelles règles.
Je donne un autre exemple. Hier, j'ai reçu un courriel du propriétaire exploitant d'un gîte du Nord de la Saskatchewan. J'aimerais en faire la lecture, car j'estime que cet homme s'exprime mieux que je ne le pourrais. Il écrit:
Je crains que, dans sa modification des programmes d'aide financière destinés aux PME, le gouvernement ne tienne pas compte des entreprises saisonnières qui génèrent l'ensemble de leur revenu annuel en deux, trois ou quatre mois.
Bien que la prolongation de la subvention salariale soit une bonne nouvelle, cela n'aide pratiquement en rien les gîtes et les pourvoiries d'exploitation saisonnière, car le critère d'admissibilité est lié à la perte de revenu mensuel. Les gîtes tels que le nôtre, dont la totalité du revenu est générée en quatre mois ou moins, sont inadmissibles à l'aide prolongée, puisque nos pavillons ne sont pas en exploitation et ne génèrent par conséquent aucun revenu. Or, nous avons toujours des employés et des dépenses à payer pendant le reste de l'année.
Les entreprises saisonnières telles que celles de l'industrie des gîtes et des pourvoiries, dont bon nombre d'exploitants ont subi une perte complète de revenu en 2020, ne sont admissibles à de l'aide que pendant les mois correspondant à ceux où elles ont généré un revenu en 2019. [Mon entreprise] a perdu la totalité de ses revenus en 2020. Habituellement, notre exploitation génère [des centaines de milliers de dollars] de revenu chaque année au cours d'une [courte] période d'exploitation s'étalant sur 45 jours. Nous versons chaque année [des centaines de milliers de dollars] à nos fournisseurs et employés de la Saskatchewan, en plus de payer l'impôt fédéral et provincial sur le revenu, la TPS, les charges sociales et la taxe de vente au détail.
À l'heure actuelle, nous sommes pénalisés par les programmes d'aide financière du gouvernement, tels que la subvention salariale, car notre entreprise est saisonnière et ne génère un revenu qu'en juin et en juillet d'une année à l'autre. Nous pouvons uniquement réclamer la subvention salariale pendant deux mois, alors que nous payons des salaires et d'autres frais [ajouterais-je] tout au long des dix autres mois de l'année.
Il semble que le gouvernement n'a pas tenu compte de la situation de la plupart des gîtes et des pourvoiries du Canada ni des besoins des entreprises saisonnières telles que la nôtre lorsqu'il a conçu et modifié les programmes d'aide financière destinés aux PME. Je ne sais même pas si, dans le débat entourant les programmes d'aide financière, l'on a tenu compte de cette énorme lacune laissant pour compte l'industrie des gîtes et des pourvoiries, qui contribue pourtant à l'économie canadienne à la hauteur de milliards de dollars.
Cet entrepreneur termine son courriel comme ceci:
À défaut d'une aide financière qui serait à tout le moins équitable par rapport au soutien accordé aux autres secteurs de l'économie, de nombreuses pourvoiries feront faillite et devront cesser leurs activités pour de bon.
Ce ne sont là que deux de nombreuses histoires que je pourrais citer pour décrire ce qui se passe sur le terrain dans ma circonscription du Nord de la Saskatchewan. Dans Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, la réalité est diamétralement opposée aux gros titres des médias.
Au début de la pandémie, alors qu'il aurait dû s'employer à aider les Canadiens ou, à tout le moins, à éviter les conflits d'intérêts, le gouvernement a émis un décret concernant les armes à feu. Cette décision a fait couler de l'encre pendant plusieurs jours dans les médias, avec pour cible les citoyens respectueux de la loi plutôt que les vrais criminels.
Le 24 janvier dernier, la nation crie d'Onion Lake, en Saskatchewan, a déclaré l'état d'urgence en raison d'une hausse importante des activités liées à la drogue et aux gangs. Les dirigeants d'Onion Lake et des communautés des Premières Nations environnantes ont signé une déclaration des chefs de l'Ouest, avec l'appui du conseil municipal de Lloydminster, pour lutter contre ces graves activités criminelles en région rurale. Malheureusement, le décret émis par les libéraux ne contribue absolument pas à aider ces communautés. En pratique, il y a loin des gros titres à la réalité.
En 2015, le premier ministre a déclaré publiquement à maintes reprises que la relation la plus importante à ses yeux était celle entre le gouvernement et les Autochtones. À l'époque, il l'a même inscrit dans toutes les lettres de mandat de ses ministres. Voyons ce que cette relation signifie pour les entreprises autochtones pendant une pandémie.
À l'origine, la Subvention salariale d'urgence du Canada a laissé pour compte les sociétés des Premières Nations de types très courants, comme les sociétés en commandite. Informé de ce problème, j'ai immédiatement communiqué avec le bureau du ministre des Finances. J'attends toujours une réponse d'ailleurs. Cette erreur a fini par être corrigée après de nombreuses pressions de la part de bien des organismes. Nous en sommes reconnaissants. Il est toutefois resté une lacune pour les entreprises autochtones des secteurs des forêts, des mines, de la fabrication, de la construction et des ventes au détail. En pratique, il y a loin des gros titres à la réalité.
Le 18 avril, les PME autochtones ont entendu le premier ministre annoncer qu'il allait leur offrir des prêts sans intérêt à court terme et des contributions non remboursables par l'entremise d'institutions financières autochtones, mais elles n'ont pas vu la couleur de cet argent avant la mi-juin, deux bons mois après l'annonce. En pratique, il y a loin des gros titres à la réalité.
À chaque annonce concernant une forme d'aide pour les entreprises grâce à des programmes comme la Subvention salariale d'urgence du Canada ou le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, un lobbying intensif et soutenu a été nécessaire pour que le gouvernement finisse par trouver le moyen d'inclure les entreprises autochtones. En pratique, il y a loin des gros titres à la réalité.
Il me semble qu'être constamment relégué au second plan pendant une pandémie mondiale, ce n'est pas ce qu'on appelle faire partie d'une relation importante. Encore une fois, il y a loin des gros titres...
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2020-07-08 12:43 [p.2541]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
The CCP, Chinese Communist Party, has bought up most of the cobalt mines in the Democratic Republic of Congo in its quest to dominate the lithium battery industry. UNICEF estimates that 40,000 children are labourers in the DRC. What measures has the government taken to protect the human rights of the children who are forced to extract this cobalt?
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Le PCC, le Parti communiste chinois, a acheté la plupart des mines de cobalt en République démocratique du Congo dans le cadre de ses efforts pour dominer l'industrie des piles au lithium. L'UNICEF estime à 40 000 le nombre d'enfants qui travaillent dans ce pays. Quelles mesures le gouvernement a-t-il prises pour défendre les droits des enfants contraints à extraire le cobalt de ces mines?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as the member and the House well know, human rights are a core pillar of our foreign policy. Everywhere around the world, where we can stand up and speak up for people who have been victims of human rights violations, we will stand up and we will speak up for them.
Monsieur le Président, comme le savent le député et l'ensemble de nos collègues, les droits de la personne sont au cœur de la politique étrangère du gouvernement. Nous serons toujours là pour défendre ceux dont les droits sont violés, quel que soit l'endroit dans le monde.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, it is a pleasure to rise in this House today to discuss a question I asked a few weeks ago of the Minister of Veterans Affairs.
The reality is that last year there was an NDP motion put forward in the House by the member for Courtenay—Alberni, who proposed that when we look at the reality of so many veterans in our country, we want to make sure to support them the best way we know how, and the best way to do that is to make sure that any unspent resources at the end of the fiscal year would move forward into the next fiscal year.
That motion was voted on in this House and actually was one, happily, that was voted on unanimously. It was good to see support from all members for the veterans who have served our country. The motion was voted on positively, but sadly, the implementation was not carried out. In fact, last year $381 million was not spent on veterans as it should have been, in my opinion. I believe that the veterans of this country who served us so fearlessly deserve better.
The minister answered the question that I asked by saying, “benefits are demand-driven”.
Then on February 10, multiple articles came out, letting Canadians know that there were 44,000 veterans waiting on information about their disability benefits. That list of veterans at the end of September 2019 showed a 10% increase from six months earlier. It was quite a startling number.
We know, because veterans have told us, that long delays are stressful. To change these delays, it seems to me that more resources are needed for things like finding staff who can actually help deliver these services so that those backlogs do not become so long.
What was interesting to me is that the minister, when interviewed on this particular fact, said in one article:
Of course I always want more money. But what we have to do is deal with the money that we have and make sure we put the system together as efficiently as possible.
The minister said that he would always want more money. There was a motion in the House saying that if there were unspent dollars at the end of the fiscal year, we would forward them and put them into the next year's fiscal year. That was the NDP motion, and we all voted for it in this House unanimously. Then we realized that the 2018-19 allotment for Veterans Affairs was actually $127 million less than the year before, and at the end of that same 2018-19 period, over $100 million was left unspent.
The veterans ombudsman's report stated very clearly that issues about wait times are the single greatest complaint that they receive.
Today I am here to ask the question again: Why are the resources promised to veterans not being forwarded, and when will action be taken?
Madame la Présidente, je suis heureuse de prendre la parole pour discuter d'une question que j'ai posée au ministre des Anciens Combattants il y a quelques semaines.
L'an dernier, une motion du NPD a été présentée à la Chambre par le député de Courtenay—Alberni. On y proposait, compte tenu de ce que vivent bien des vétérans au Canada, de veiller à les aider du mieux possible. La meilleure façon d'y arriver est de reporter à l'exercice suivant tout montant non utilisé à la fin d'un exercice donné.
La motion a été mise aux voix à la Chambre et, bonne chose, le vote a été unanime. C'était bien d'avoir l'appui de tous les députés pour les vétérans qui ont servi notre pays. La motion a été adoptée, mais, hélas, elle n'a pas été mise en oeuvre. L'an dernier d'ailleurs, un montant de 381 millions de dollars qui aurait dû, à mon avis, être dépensé pour les vétérans ne l'a pas été. J'estime que les vétérans canadiens, qui ont servi leur pays courageusement, méritent mieux.
Le ministre a répondu à ma question en disant: « les prestations que nous offrons sont fondées sur la demande ».
Puis, le 10 février, de multiples articles ont été publiés, et les Canadiens ont appris que 44 000 anciens combattants attendaient de recevoir des informations sur leurs prestations d'invalidité. À la fin du mois de septembre 2019, ce chiffre était en hausse de 10 % par rapport à six mois plus tôt. Il s'agit d'un chiffre assez étonnant.
Nous savons, car les anciens combattants nous l'ont dit, que les longs délais sont stressants. Il me semble que, si nous voulons réduire ces délais, le ministère a besoin de plus de ressources, notamment pour trouver du personnel qui peut aider à fournir ces services afin de réduire les arriérés.
J'ai trouvé intéressant que, dans le cadre d'une entrevue qu'il a accordée sur ce sujet pour un article, le ministre dise ceci:
Bien sûr, je veux toujours plus d'argent. Cependant, il faut gérer l'argent dont nous disposons et mettre en place le système le plus efficacement possible.
Le ministre a dit qu'il voudrait toujours plus d'argent. Une motion a été présentée à la Chambre pour reporter au prochain exercice financier tous les fonds non dépensés à la fin de l'exercice. C'était la motion du NPD, et elle a été adoptée à l'unanimité à la Chambre. Nous nous sommes ensuite rendu compte que 127 millions de dollars de moins avaient été affectés au ministère des Anciens Combattants pour 2018-2019 par rapport à l'année précédente. De plus, à la fin de 2018-2019, plus de 100 millions de dollars n'avaient pas été dépensés.
Il est écrit noir sur blanc dans le rapport de l'ombudsman des vétérans que les questions relatives aux délais d'attente sont à l'origine de la plupart des plaintes qu'il reçoit.
Je suis ici aujourd'hui pour poser de nouveau la question suivante: pourquoi les ressources promises aux anciens combattants ne leur sont-elles pas fournies et quand le gouvernement interviendra-t-il?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Madam Speaker, I want to thank my colleague for bringing up an issue that is very important not only to me and our government but to all Canadians: the well-being of our veterans, members of the Canadian Armed Forces and their families.
The House supported the motion in 2018 to end lapsed funding. We all want to ensure that veterans and their families have access to the supports and services they need when they need them. The well-being of veterans is a top priority for me and our government. That is why we are committed to doing more to support veterans and their families.
Our benefits are demand-driven. No matter how many veterans come forward, when eligible, they will receive their benefits. The process guarantees that whenever veterans come forward, whether it is this year, next year or beyond, they will receive those benefits. The resources are there for them at all times.
Over 90% of Veterans Affairs' budget goes to funding veterans programs and benefits. Every day, over $5 million in disability benefits goes to veterans. Last year alone, we spent $4.4 billion directly on benefits and services for veterans, their families and other eligible recipients. This is $1 billion more than the former Conservative government. This year, we expect to spend approximately $5 billion directly on services and benefits for our veterans. Changing how we account for lapsed funding will not change that or our priorities.
The veterans community is evolving and expanding along with its needs. Veterans Affairs is evolving too. For example, we opened 10 offices to provide better services, face to face, to veterans and their families. These offices were closed by the former Conservative government. We increased the amount of benefits provided to veterans with service-related injuries and illnesses. We introduced pension for life as an option for them. We also introduced eight new and enhanced initiatives to better support a seamless transition to life after service.
Our evolution in services and benefits and our success in reaching veterans and their families has led to a significant increase in volume. Disability benefit applications alone rose from 29,000 in 2015 to 54,000 last year, which is an increase of almost double. To respond to this increased demand, Veterans Affairs has increased its program budget. This guarantees that no matter how many veterans come forward or when, they will receive the benefits and services they are entitled to.
It is worthwhile to note that last year 98% of the estimated funds available was spent to support veterans and their families with the benefits and services they needed. The remaining 2% that the hon. member has identified provides VAC the required flexibility to ensure that sufficient funding is available to support all veterans who are approved for those benefits. Therefore, there has been no impact on our commitment to helping veterans or on the ability of the department to deliver the services required.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de parler d'une question très importante non seulement pour moi et pour le gouvernement, mais aussi pour tous les Canadiens: le bien-être des anciens combattants, des membres des Forces armées canadiennes et de leurs familles.
La Chambre a appuyé la motion de 2018 visant à mettre fin à l'inutilisation des fonds. Nous voulons tous que les anciens combattants et leurs familles aient accès au soutien et aux services dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin. Le bien-être des anciens combattants est une grande priorité pour le gouvernement et moi-même. C'est pourquoi nous sommes déterminés à en faire plus pour aider les anciens combattants et leurs familles.
Nos programmes d'aide sont axés sur la demande. Peu importe le nombre d'anciens combattants qui demandent de l'aide, s'ils sont admissibles, ils recevront ce soutien. Le processus garantit aux anciens combattants qu'ils recevront cette aide dès qu'ils la demanderont, que ce soit cette année, l'année prochaine ou plus tard. Les ressources sont à leur disposition en tout temps.
Plus de 90 % du budget du ministère des Anciens Combattants va au financement des prestations et des programmes destinés aux anciens combattants. Chaque jour, des prestations d'invalidité à hauteur de plus 5 millions de dollars sont versées aux anciens combattants. L'an dernier seulement, nous avons dépensé 4,4 milliards de dollars en avantages et en services offerts directement aux anciens combattants, à leur famille et à d'autres bénéficiaires admissibles. C'est 1 milliard de dollars de plus que l'ancien gouvernement conservateur. Cette année, nous nous attendons à dépenser environ 5 milliards de dollars pour les prestations et les services offerts aux anciens combattants. Modifier la manière dont nous rendons compte des fonds inutilisés ne changera rien à cela ou à nos priorités.
La communauté des anciens combattants évolue et grandit, de même que ses besoins. Le ministère des Anciens Combattants évolue également. Par exemple, nous avons ouvert 10 bureaux afin d'offrir, en personne, de meilleurs services aux anciens combattants et à leur famille. Ces bureaux ont été fermés par l'ancien gouvernement conservateur. Nous avons augmenté le montant des prestations versées aux anciens combattants ayant des blessures ou des maladies liées à leur service. Nous leur offrons la pension à vie. Nous avons également mis en place huit nouvelles mesures améliorées pour appuyer une transition sans heurt à la vie civile.
L'amélioration des services et des prestations de même que notre capacité à entrer en contact avec les anciens combattants et leur famille ont entraîné une importante augmentation des demandes. À elles seules, les demandes de prestations d'invalidité sont passées de 29 000 en 2015 à 54 000 l'an dernier, alors elles ont presque doublé. Pour répondre à l'accroissement de la demande, le ministère des Anciens Combattants a augmenté le budget alloué à ses programmes. On s'assure ainsi que peu importe le nombre d'anciens combattants qui se présentent, et peu importe le moment où ils le font, ils recevront les prestations et les services auxquels ils ont droit.
Il est intéressant de noter que l'année dernière, 98 % des fonds disponibles ont été consacrés à aider les anciens combattants et leur famille au moyen des prestations et des services dont ils avaient besoin. La proportion de 2 % qui est restée et dont parle le député représente la marge de manœuvre financière dont le ministère a besoin pour s'assurer que les anciens combattants admissibles reçoivent l'aide à laquelle ils ont droit. Par conséquent, l'argent qui est resté dans les coffres ne nous a pas du tout empêchés de remplir notre engagement à aider les anciens combattants et n'a pas diminué la capacité du ministère à fournir les services nécessaires.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am sort of shocked.
I would not disagree in any way that the Conservatives did not support veterans in the way they had demanded. That was something I witnessed. However, the reality is that the new government, which keeps comparing itself to the last government, has still not hired back the right number of people to do the work, those the Conservatives removed. It is definitely something the lapsed money could help out with.
There are 44,000 veterans on the wait-list for disability benefits. We are hearing from the government that they should not worry because they will receive their benefits. However, the question is, when? Why is this process taking so long?
I hope the government will take this seriously, treat veterans a bit better and look at the opportunity provided by the motion that was in the House to make sure that lapsed spending is given back to this particular group that needs it so desperately, especially when the wait-lists are very long.
Madame la Présidente, je suis un peu sous le choc.
Je suis tout à fait d'accord pour dire que les conservateurs n'ont pas aidé les anciens combattants comme ils l'avaient exigé. J'en ai été témoin. Toutefois, la réalité, c'est que le nouveau gouvernement, qui ne cesse de se comparer avec le gouvernement précédent, n'a toujours pas réembauché le nombre suffisant de personnes pour accomplir le travail, soit le nombre de personnes que les conservateurs ont mises à pied. C'est assurément un problème qui pourrait être réglé à l'aide des crédits inutilisés.
Il y a 44 000 anciens combattants qui attendent de recevoir des prestations d'invalidité. Le gouvernement nous dit qu'ils ne devraient pas s'en faire parce qu'ils les recevront. Or, la question est la suivante: quand les recevront-ils? Pourquoi ce processus est-il aussi long?
J'espère que le gouvernement prendra cette question au sérieux, qu'il traitera un peu mieux les anciens combattants et qu'il profitera de l'occasion offerte par la motion présentée à la Chambre pour s'assurer que les crédits inutilisés puissent être consacrés à ce groupe de citoyens en particulier, qui en a désespérément besoin, d'autant plus que les listes d'attente sont extrêmement longues.
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Madam Speaker, because Veterans Affairs Canada's programs and services are demand-driven, we will never be able to predict 100% accurately the exact funds required for the programs for the upcoming year. Rest assured, however, that there will always be money available to support those who are eligible for these benefits.
We will continue to adapt and provide programs and services to the changing needs of veterans and their families. We will review them and see where things can be improved.
Make no mistake, we always want to provide faster, more efficient and higher-quality service for our veterans. This government will never cease in its efforts to improve the lives of our veterans and their families.
Madame la Présidente, comme les programmes et les services fournis par Anciens Combattants Canada dépendent de la demande, nous ne pourrons jamais estimer avec une précision absolue les crédits nécessaires pour les programmes de l'année à venir. Toutefois, nous pouvons avoir l'assurance qu'il y aura toujours des fonds pour venir en aide aux personnes qui sont admissibles aux programmes et aux services.
Nous continuerons de nous adapter et de fournir des programmes et des services qui répondent aux besoins changeants des anciens combattants et de leur famille. Nous allons les examiner et apporter des mesures correctives là ou elles s'imposent.
Qu'on ne s'y trompe pas, notre principal objectif restera toujours la prestation de services plus rapides, plus efficaces et de meilleure qualité aux anciens combattants. Le gouvernement actuel ne ménagera jamais ses efforts pour améliorer la qualité de vie des vétérans et de leur famille.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
Mr. Speaker, Canadians take great pride in the peacekeeping and development work we do, but while Canadian aid organizations are drilling for water, international mining companies are flying the Canadian flag and poisoning the wells.
The Liberals said their ombudsman would solve this problem, but they gave it no teeth and are still inviting these companies to register here without fear of consequences.
When will the Liberals keep their promise to Canadians, to indigenous peoples, to human rights defenders and to communities around the world and give the ombudsman the power to do the job?
Monsieur le Président, les Canadiens sont très fiers du travail de maintien de la paix et de développement que nous faisons, mais pendant que les organismes d'aide canadiens forent des puits d'eau, des sociétés minières internationales déploient le drapeau canadien et empoisonnent les puits.
Les libéraux ont dit que l'ombudsman allait régler ce problème, mais ils ne lui ont pas donné de pouvoirs réels et continuent d'inviter ces sociétés à s'enregistrer ici sans craindre de conséquences.
Quand les libéraux vont-ils tenir leur promesse aux Canadiens, aux Autochtones, aux défenseurs des droits de la personne et aux communautés du monde entier et donner à l'ombudsman le pouvoir de faire son travail?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-02-04 15:07 [p.913]
Mr. Speaker, Canadians and our global partners should be able to trust that our businesses are accountable and operating lawfully, responsibly and at high ethical standards. That includes our strong commitment to corporate social responsibility and the respect for human rights of workers and local stakeholders both in Canada and around the world. This is why we created the first-ever ombudsman for corporate social responsibility, to help reflect our core values in the world and to deliver on our trade agenda.
Monsieur le Président, la population et les partenaires mondiaux du Canada devraient avoir l'assurance que les entreprises canadiennes doivent rendre des comptes, satisfaire des normes éthiques élevées et mener leurs activités d'une façon responsable et respectueuse de la loi. Pour ce faire, le Canada s'est engagé envers la responsabilité sociale des entreprises et le respect des droits des travailleurs et des intervenants locaux, tant au Canada qu'à l'étranger. Voilà pourquoi nous avons créé le tout premier poste d'ombudsman pour la responsabilité sociale des entreprises, qui nous aidera à faire valoir les valeurs fondamentales canadiennes à l'échelle mondiale et à réaliser notre programme commercial.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Dufferin—Caledon.
As this is the first time I have had the opportunity in the 43rd Parliament to stand and speak, I would like to thank the people of Kamloops—Thompson—Cariboo for giving me the honour of representing them again.
Everyone in the House owes so much gratitude to the people who volunteer for their campaign, the people who donate money, the people who do so much to ensure that democracy is strong and vibrant and that their goals and values are heard as we go through the election process.
A new parliamentary session is always opened with a Speech from the Throne. People watching on TV might be wondering about the purpose of the Speech from the Throne. The throne speech outlines the government's agenda for the upcoming session. In actual fact, in the 42nd Parliament, it outlined the government's agenda for the entire four years. The throne speech is a really important document in terms of the government's plans and where it is going to take this country.
On December 18, many of us in the House either went over to the Senate chamber to hear the speech or listened to it on TV, and in preparation for our comments about the Speech from the Throne, we had an opportunity to reread it.
On reading it again in the new year, I saw a number of statements that struck me as significant, not only in terms of what was said but more importantly in what was not said. We had some real concerns about what was not mentioned. If we partner that with ministers' mandate letters, which state how they are going to implement their plans, we realize that what was not said was not just a miss in a document that by nature has to be somewhat limited, but that there were really some big gaps in terms of what the government was going to do moving forward.
I want to first talk about fiscal discipline. The Liberal government is spending money that it cannot afford to spend. In many cases that money will not be spent in important areas like student loans, but rather will be wasted in many other areas.
The Liberals talk about a debt-to-GDP ratio, but they are using old figures. They have not looked at the more recent trends and the more recent numbers. They are on a very concerning path. The Liberals are talking about the debt-to-GDP ratio and saying Canada is in great shape, but they are also projecting significant deficits. Interest rates will not stay at historically low levels. We are spending more per capita adjusted than we ever have in the history of this country.
The Liberals not only lack fiscal discipline; they do not understand where that money comes from. They are moving forward on a position that over time will erode the revenue base that we in this country count on for paying for the important programs that my colleague from Milton talked about. We all care about having important programs such as support for students and seniors and support for health care, but we cannot do that if we destroy what drives our economy.
I want to start by talking a bit about the natural resource development sector, which is the portfolio I am delighted and honoured to focus on.
Out of the thousands of words about how the Liberals are going to support Canadians, about how they are going to spend money, about how they are going to do many things, natural resources came up in only one sentence. In the entire Speech from the Throne, there is only one sentence about natural resources, and that sentence is basically just lip service to the importance of natural resource development to this country. That sentence is not about the opportunities for our natural resource sector but rather an acknowledgement by the government of the hardships that our natural resource sector has experienced and a claim that it cares about those hardships.
It was not about opportunity. It was not about creating wealth. It was that people have had a hard time and we do need to care about that issue.
It is a huge problem if Liberals do not understand the importance of our natural resource sector to the economy of our country. I am going to be giving some more examples specifically as they relate to forestry and mining.
In 2017, the Prime Minister said that he was going to get a new softwood lumber agreement with President Obama. He did not get the job done. I do not question that we have a more challenging environment for arriving at a softwood lumber agreement, but there has been no effort to get it done. With the NAFTA agreement, the biggest trade irritant for the last 20-plus years in this country has been softwood. Did the Liberals attach this issue to the negotiations for NAFTA? The answer is no.
When the U.S. wanted to talk about having an agreement around minerals, did they say they would be willing to talk about minerals but that they also wanted to talk about the softwood lumber agreement? Did they do that? No. Are those issues in the minister's mandate letter? No.
We have 10,000-plus jobs there in British Columbia. New Brunswick is having its challenges as well, and this is adding approximately 20% to the cost of our products going over the border. Workers are hurting and suffering, but the government has not even put solving this issue in the mandate letter. Quite frankly, that is absolutely shameful.
I saw a presentation last week, and in terms of the lumber agreement, British Columbia is now the highest-cost producer in the world. It is not about labour or the cost of machinery and equipment. It is about the cost of doing business. It is about carbon taxes. It is about the eight pieces of legislation and the thousands of regulations, both federal and provincial, that are adding to the cost. B.C. is the highest-cost producer in the world in terms of its product. No wonder that its businesses are moving to the U.S. and fleeing the country.
I had another conversation with someone who wanted to add value to his products. He builds a very good product and has two factories where he does value added. When he hits the U.S. border, it is on the value added. He is not even paying 20%; he is paying significantly more in terms of the tariffs at the U.S. border. The Liberal government did not care, so what was his ultimate decision? He set up a factory in Everett, Washington, because he could not afford to do business anymore in Canada. He moved the jobs down to Everett, Washington. This softwood lumber agreement needs to be done, and it is shameful that the government has not made it a priority.
Mining is an increasingly non-competitive place to do business. We talk about the carbon tax. We talk about the clean fuel standards that will be added. We talk about all those additions.
I was at presentation where I learned Alaska exploration is going through the roof. What is happening in the Yukon and British Columbia is that they are worried about exploration. Why are they worried about exploration? The reason is the government has created a situation that makes it not competitive or appropriate for them to do business anymore.
The Liberals had a very unusual line in the Speech from the Throne about our being inextricably bound to the space-time continuum and the same planetary spaceship. I would like to suggest that maybe they have left energy workers off that spaceship. They are not on the same spaceship. Liberals have given areas like forestry and mining the lower berth and continue to support their favourite industries.
I am very worried about a blind spot of the government. I am very worried about our competitiveness and the generation of revenue, and I am certainly very worried about the Speech from the Throne and the direction it is going to take our country.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Dufferin—Caledon.
Puisqu'il s'agit de ma première intervention de la 43e législature, j'aimerais en profiter pour remercier les gens de Kamloops—Thompson—Cariboo de m'avoir permis de les représenter encore une fois. C'est un honneur.
Tous les députés doivent avoir une immense reconnaissance envers les gens qui s'investissent bénévolement dans leur campagne, les gens qui font des dons, les gens qui travaillent pour renforcer la démocratie et voir à ce que leurs objectifs et leurs valeurs soient entendus dans le cadre du processus électoral.
Une nouvelle session parlementaire commence toujours par un discours du Trône. Il y a peut-être des gens qui nous regardent à la télévision et qui se demandent à quoi sert ce discours. Le discours du Trône présente le programme du gouvernement pour la session qui commence. Dans le cas de la 42e législature, il a en fait servi à présenter le programme du gouvernement pour son mandat de quatre ans au complet. Le discours du Trône est un document très important, car il nous indique ce que prévoit faire le gouvernement et dans quelle direction il entend entraîner le pays.
Le 18 décembre, de nombreux députés se sont rendus au Sénat pour écouter le discours ou l'ont écouté à la télévision. Nous avons ensuite pu le relire pour nous préparer à y répondre.
Lorsque j'ai relu le discours du Trône, au début de la nouvelle année, ce qui m'a frappée le plus, ce n'est pas tant ce qu'il contient, mais plutôt ce qu'il ne contient pas. Ce qui n'y est pas mentionné nous inquiète sérieusement. Si on examine aussi les lettres de mandat des ministres, qui précisent comment ils vont mettre en œuvre leurs plans, on se rend compte que ce qui ne s'y trouve pas n'est pas attribuable à la longueur limitée des documents, mais plutôt au fait que le programme du gouvernement présente de grandes lacunes.
J'aimerais d'abord parler de la discipline financière. Le gouvernement libéral dépense de l'argent qu'il ne peut pas se permettre de dépenser. Dans bien des cas, cet argent ne sera pas dépensé dans des secteurs importants comme les prêts aux étudiants; il sera plutôt gaspillé pour bien d'autres choses.
Les libéraux parlent du ratio dette-PIB, mais ils utilisent des chiffres désuets. Ils n'ont pas examiné les tendances et les chiffres les plus récents. Ils empruntent une voie très inquiétante. Quand ils parlent du ratio dette-PIB, les libéraux disent que la situation est excellente au Canada, mais ils prévoient aussi des déficits considérables. Les taux d'intérêt ne vont pas rester à des niveaux historiquement bas. Les dépenses par habitant corrigées en fonction de l'inflation n'ont jamais été aussi élevées dans l'histoire du pays.
Non seulement les libéraux manquent de discipline budgétaire, mais ils ne comprennent pas non plus d'où provient l'argent. Ils vont de l'avant avec un plan qui, au fil du temps, érodera l'assiette fiscale sur laquelle le pays compte pour payer les programmes importants dont mon collègue de Milton a parlé. Tout le monde tient à avoir des programmes importants, notamment pour aider les étudiants et les aînés et pour financer les soins de santé, mais nous ne pouvons pas les mettre en place si nous détruisons ce qui stimule l'économie.
Je tiens d'abord à parler brièvement du secteur de l'exploitation des ressources naturelles, qui relève du portefeuille dont je suis ravie et honorée d'être la porte-parole.
Parmi les milliers de mots qui expliquent comment les libéraux aideront les Canadiens, dépenseront de l'argent et accompliront toutes sortes de choses, les ressources naturelles ne font l'objet que d'une seule phrase. Dans tout le discours du Trône, il n'y a qu'une seule phrase au sujet des ressources naturelles, et il s'agit essentiellement de paroles creuses sur l'importance de l'exploitation des ressources naturelles au Canada. Cette phrase ne porte pas sur des débouchés pour le secteur des ressources naturelles: elle sert plutôt au gouvernement à reconnaître les difficultés vécues par le secteur des ressources naturelles et à déclarer qu'il s'en soucie.
Il n'était pas question de débouchés. Il n'était pas question de créer de la richesse. On s'est contenté de dire que les gens ont connu des difficultés et qu'il faut s'en préoccuper.
Il est très préoccupant que les libéraux ne comprennent pas l'importance du secteur des ressources naturelles pour l'économie de notre pays. Je vais donner d'autres exemples qui concernent plus particulièrement le secteur forestier et le secteur minier.
En 2017, le premier ministre a dit qu'il allait conclure un nouvel accord sur le bois d'œuvre avec le président Obama. Il ne l'a pas fait. Je ne doute pas que les conditions sont moins propices à la conclusion d'un accord sur le bois d'œuvre, mais aucun effort n'a été déployé en ce sens. Outre le dossier de l'ALENA, le pire irritant commercial que le pays a connu depuis plus de 20 ans, c'est le dossier du bois d'œuvre. Les libéraux ont-ils inclus cette question dans les négociations sur l'ALENA? La réponse est non.
Lorsque les États-Unis voulaient parler d'un accord sur les minerais, les libéraux ont-ils dit qu'ils étaient prêts à en discuter, mais qu'ils voulaient aussi parler d'un accord sur le bois d'œuvre? L'ont-ils fait? Non. Est-il question de ces dossiers dans la lettre de mandat du ministre? Non.
Plus de 10 000 emplois sont en jeu en Colombie-Britannique. Le Nouveau-Brunswick connaît aussi son lot de difficultés et cela fait grimper d'environ 20 % le coût des produits que nous expédions de l'autre côté de la frontière. Les travailleurs souffrent, mais le gouvernement n'a même pas inclus le règlement de cette question dans la lettre de mandat. Pour être franche, je trouve que c'est absolument honteux.
J'ai vu une présentation la semaine dernière et, en ce qui a trait à l'accord sur le bois d'œuvre, la Colombie-Britannique est maintenant le producteur dont les coûts sont les plus élevés dans le monde, non pas à cause de la main-d’œuvre ou du coût des machines et du matériel, mais de ce qu'il en coûte pour faire des affaires. Il y a la taxe sur le carbone. Il y a les huit lois et les milliers de règlements, fédéraux et provinciaux, qui augmentent les coûts. La Colombie-Britannique est le producteur dont les coûts sont les plus élevés dans le monde. Il n'est pas étonnant que des entreprises déménagent aux États-Unis pour fuir le Canada.
J'ai eu une autre conversation avec quelqu'un qui voulait fabriquer des produits à valeur ajoutée. Il fabriquait un très bon produit et il possédait deux usines de produits à valeur ajoutée. À la frontière américaine, les calculs des droits étaient fondés sur la valeur ajoutée de ses produits. Il ne payait pas 20 % de droits de douane à la frontière américaine; il payait beaucoup plus. Sa situation ne faisait pas un pli au gouvernement libéral. Qu'a-t-il fait? Il a finalement décidé d'ouvrir une usine à Everett, dans l'État de Washington parce qu'il ne pouvait plus se permettre de faire des affaires au Canada. Du coup, il a transféré les emplois à Everett. Cet accord sur le bois d'œuvre doit être conclu, et il est honteux que le gouvernement n'en ait pas fait une priorité.
L'industrie minière est un secteur de moins en moins concurrentiel. Nous parlons de la taxe sur le carbone, des normes sur les combustibles propres qui seront ajoutées et de tous ces ajouts.
J'ai assisté à une présentation où j'ai appris que l'exploration en Alaska fracasse des records. Au Yukon et en Colombie-Britannique, on s'inquiète de l'exploration. Pourquoi s'en inquiète-t-on? Parce que le gouvernement a créé un contexte où il n'est plus avantageux ou opportun de faire des affaires.
Dans le discours du Trône, les libéraux se sont lancés dans une métaphore inusitée, selon laquelle nous sommes inévitablement liés au même continuum espace-temps, et que nous voyageons tous à bord du même vaisseau planétaire. Je ferai remarquer aux libéraux qu'ils ont peut-être laissés les travailleurs du secteur de l'énergie à l'extérieur de ce vaisseau. Ces travailleurs ne sont pas à bord du même vaisseau. Les libéraux ont fait des industries forestière et minière les parents pauvres de l'économie, tout en continuant à soutenir leurs secteurs préférés.
Je crains fort que le gouvernement n'ait laissé un angle mort. Je suis très préoccupée à propos de notre compétitivité et de notre capacité à dégager des recettes, et je m'inquiète certainement du discours du Trône et de l'orientation qu'il entend donner à notre pays.
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2019-12-13 13:01 [p.412]
Mr. Speaker, I want to inform you that I am splitting my time with the member for Calgary Centre.
It is my honour to rise in the House today for my maiden speech. I first want to thank the voters of Saskatoon West for putting their faith and trust in me as their representative in this House of Commons for this, the 43rd Parliament. I am humbled and honoured and grateful that they would trust me with this privilege. My pledge to them is that I will do my very best to represent them here in Ottawa and bring their views to Ottawa.
I want to thank my election team of Sunny, Braden, Alex, Kaitlyn, Donna-Lyn, Josh and Jared. I offer a special shout-out to the University of Saskatchewan Campus Conservatives club, which helped with a lot of door knocking. I offer big thank you to my friend the hon. member for Carlton Trail—Eagle Creek and her husband, Milton Block, for all of their encouragement, and to so many volunteers and donors who made this all possible.
As everybody in here knows, family support is critical to our success, and so I want to thank my parents, Alvin and Irene Redekopp; my sister, Gaylene Molnar, and her family; my two wonderful sons, Kyle and Eric Redekopp; and of course my beautiful wife, Cheryl Redekopp. I could not have done this without them.
It is for these people and for the 75,000 other people who live in Saskatoon West that I am replying to the Speech from the Throne today.
Unfortunately, I cannot and I will not support it.
This throne speech calls for “unity in the pursuit of common goals and aspirations.” The Prime Minister talks about listening and about parliamentarians working together, but the throne speech says almost nothing about the aspirations of people from Saskatoon. Not only that, the Prime Minister brings in policy after policy that targets the people of Saskatoon and our economy.
Let me explain the economy in Saskatchewan. If we think of a three-legged stool, the first leg is agriculture: wheat, canola, barley, oats and things like that. The second leg is mining: potash, uranium, gold and diamonds. The third leg is oil and gas. Last year, in 2018, these three sectors accounted for 36% of our GDP in Saskatchewan. The seat of the stool is manufacturing and construction. We manufacture machinery, industrial equipment and food products, while construction is the infrastructure that supports all of that work and all of the people. In 2018, those two sectors were 14% of our Saskatchewan GDP. Taken together, the legs and the seat of the stool account for 50% of Saskatchewan's GDP.
The other half of our GDP is the services that support our residents: things like stores, restaurants, education, health care and everything else. These things all sit on the stool, but the legs of our stool, the foundation of our GDP, are mining, oil and gas, and agriculture.
We all know that these three sectors are suffering in Saskatchewan.
In terms of the oil and gas leg, the no-more-pipelines bill, Bill C-69, has restricted capacity to ship our oil to markets. The selling price of oil is down, investment is down, and therefore there are fewer jobs.
The mining leg is also affected by Bill C-69. It politicizes the impact assessment process and adds significant time and uncertainty to the approval process. Companies no longer see Saskatchewan as the safe, stable place it once was to invest. Therefore, investments are going elsewhere and jobs are disappearing.
On the agricultural leg, the Liberals' continuing relationship failures with China have hurt our canola producers.
What does all this mean to the people of Saskatoon? When the legs of the stool are crippled, everyone suffers. Unemployment is up and people are struggling to pay their bills. During the election, I talked to many households and many families who were struggling to make their monthly payments, and on the campaign I spoke to many of the people we talk about who are short $200 every month.
I want to provide some vignettes of some real people and how this affects them.
I think of a young man who used to work on an oil drilling rig. He drove seven hours from Saskatoon to work in Drayton Valley, Alberta. He worked a two-week shift of 12-hour days, made really good money and spent that money in Saskatoon on vehicles, restaurants, stereo equipment, etc. I know this because this young man is my son. In 2015, the Liberals came to power. They introduced the no-more-pipelines bill and the no-more-tankers bill, and this drove down the price of our Canadian oil and reduced our investment. As a result, my son lost his job, and there was no more spending in Saskatoon.
Another example is a manufacturer who supplied components to the mining and the oil and gas industries. The manufacturer employed 140 people in Saskatoon. Those were well-paying jobs supporting 140 families in Saskatoon. I know this because my brother-in-law works at that company. Because of Bill C-69, investment in resource projects decreased, and the result was that people were laid off as the company adjusted to decreased business.
Fortunately, Saskatonians are resilient and creative problem-solvers, so they looked elsewhere and found business to keep the company going, but the business is smaller than it would have been had the oil and gas market kept going strong.
Let us think of an entrepreneur who build new homes for families, directly employed four people, indirectly hired 40 different contractors to complete all the work required and created several million dollars of economic spinoffs in Saskatoon. I know this because this was my business. Because of the Liberals' mortgage stress test, new homebuyers are forced out of the market. Because of changes in building codes, the cost to build a home significantly increased, and as a result, construction activity in Saskatoon has significantly slowed down. In fact, housing starts are at the lowest level in 14 years. Many good people in the construction industry are suffering or have lost their jobs.
What did I expect from the Liberal government throne speech in the spirit of working together? I certainly expected support for western Canadian jobs. After all, two days after the Liberals were reduced to a minority in October, the Prime Minister said he clearly has more to do to earn the trust of people in Saskatchewan. I expected support for oil and gas, mining and farmers.
What did I actually hear?
I heard a vague reference to natural resources and farmers, no mention of the Trans Mountain pipeline, no mention of a national energy corridor, nothing about repealing or even making changes to Bill C-69 and Bill C-48, and certainly no concern for our rapidly growing and dangerous debt. I think Rex Murphy said it best when he said the Speech from the Throne “is a semantic graveyard, where dullness and pretentiousness conspire, successfully, against the life and lift of our two wonderful official languages.”
Housing was mentioned in the throne speech, and I hope the government will follow through on that issue. There are many people in my riding for whom good, stable housing is out of reach. As a former home builder, I call upon the government to relax the mortgage stress test, as this has had a significant negative impact on construction in Saskatoon.
One thing barely mentioned in the throne speech was the word “job”. The Liberals are quick to offer money to Canadians for this or that and to offer handouts to make up for their lack of action on the economy, but let me tell members something about people from Saskatoon: We are proud, hard-working folks, and we do not want handouts; we want good-paying jobs.
Saskatoon is also filled with entrepreneurs, people willing to take great risks in order to employ others and build our economy. Entrepreneurs do not want handouts; they want a stable playing field with reasonable regulations and the freedom to work hard, succeed and then enjoy the benefits when success does happen.
There were two other words conspicuously absent from the throne speech: “balanced budget”. I am gravely concerned that the Liberal government has chosen to spend seemingly unlimited amounts of money on every kind of program, with no concern for the underlying economy that pays for all of this. We are burdening our future generations with debt that will have to be paid back at some point. I call upon the government to at least plan to return to balanced budgets.
Finally, Saskatchewan people care deeply about our environment. All three of the stool legs I spoke of earlier are rooted in our land. No one is a better steward of our land than people from Saskatchewan. We all understand that healthy land, water and air are critical to our long-term success, but we cannot adopt a zealot-like approach, assuming that the only way to have a healthy planet is to stop human development and to stifle innovation and economic growth. We cannot sacrifice the agriculture, mining, and oil and gas industries of Saskatchewan and Alberta in exchange for a photo op with Greta. We cannot stifle economic growth and continue to increase taxes on our people.
This throne speech made it clear that the government intends to continue to raise the carbon tax. Taxes will rise, with no meaningful impact on carbon. This will hurt ordinary Canadians and business owners.
In conclusion, Canada's Conservatives are focused on the aspirations of everyday Canadians, like the good people of Saskatoon West. We are the party of the middle class, and we will continue to present real and tangible ideas that will allow people to get ahead and get the government off their backs.
As I close, I want to congratulate and thank the leader of my party for his tireless dedication and work over the past 15 years. I also want to wish everyone in this chamber a very merry Christmas and a happy new year.
Monsieur le Président, sachez que je partagerai mon temps de parole avec le député de Calgary-Centre.
J'ai aujourd'hui l'honneur de m'adresser pour la toute première fois à la Chambre. J'aimerais donc commencer par remercier les électeurs de Saskatoon-Ouest de m'avoir fait assez confiance pour les représenter à la Chambre des communes tout au long de la 43e législature. C'est avec beaucoup d'humilité et de reconnaissance que j'accepte l'honneur et le privilège qu'ils me font. Je leur promets de les représenter de mon mieux et de bien faire valoir leur point de vue ici, à Ottawa.
Je remercie également mon équipe électorale, qui était composée de Sunny, de Braden, d'Alex, de Kaitlyn, de Donna-Lyn, de Josh et de Jared. J'envoie un salut bien spécial aux membres du club conservateur du campus de l'Université de la Saskatchewan, qui m'ont beaucoup aidé dans le porte-à-porte. Je tiens aussi à remercier chaleureusement mon amie et collègue de Sentier Carlton—Eagle Creek et son mari, Milton Block, pour tous leurs encouragements, ainsi que les nombreux bénévoles et donateurs, car c'est grâce à eux que je suis ici.
Je n'apprendrai rien à personne en disant que les députés ont absolument besoin du soutien de leur famille pour bien faire leur travail, alors j'aimerais remercier mes parents, Alvin et Irene Redekopp; ma soeur, Gaylene Molnar, et toute sa famille; ainsi que mes deux merveilleux fils, Kyle et Eric Redekopp. C'est évidemment sans oublier ma ravissante épouse, Cheryl Redekopp. Je n'aurais jamais réussi s'ils n'avaient pas été là.
C'est pour ces gens et pour les 75 000 autres personnes qui vivent dans Saskatoon-Ouest que je prends aujourd'hui la parole au sujet du discours du Trône.
Malheureusement, il m'est impossible de l'appuyer.
Le discours du Trône lance un appel « à l'unité dans la poursuite d'aspirations et d'objectifs communs ». Le premier ministre parle d'écoute et de collaboration entre les parlementaires, mais le discours du Trône ne contient pratiquement rien au sujet des aspirations des gens de Saskatoon. Pire encore, le premier ministre adopte de multiples politiques qui font mal aux habitants de Saskatoon et à l'économie canadienne.
Je vais décrire en quoi consiste l'économie de la Saskatchewan. Prenons l'exemple d'un tabouret à trois pieds. Le premier pied est l'agriculture: blé, canola, orge, avoine et autres cultures du genre. Le deuxième est l'exploitation minière: potasse, uranium, or et diamants. Le troisième pied est le secteur du pétrole et du gaz. L'année dernière, en 2018, ces trois secteurs réunis comptaient pour 36 % du PIB de la Saskatchewan. Le siège du tabouret représente le secteur manufacturier et le secteur de la construction. Le secteur manufacturier produit de la machinerie, de l'équipement industriel et des produits alimentaires, alors que celui de la construction produit les infrastructures pour soutenir toutes ces activités et toute la population. En 2018, ces deux secteurs représentaient 14 % du PIB de la province. Ensemble, les trois pieds et le siège du tabouret sont à l'origine de 50 % du PIB de la Saskatchewan.
L'autre moitié de notre PIB est générée par les services qui appuient les résidants: les magasins, les restaurants, les établissements d'enseignement, les établissements de soins de santé et tout le reste. Ces éléments s'assoient tous sur le tabouret, mais les pattes du tabouret, les piliers de notre PIB, ce sont l'exploitation minière, l'industrie pétrolière et gazière et l'agriculture.
Nous savons tous que ces trois secteurs souffrent en Saskatchewan.
Dans le cas de l'industrie pétrolière et gazière, le projet de loi anti-pipelines, le projet de loi C-69, restreint la capacité d'acheminer le pétrole vers les marchés. Le prix de vente a baissé, l'investissement a diminué et, par conséquent, il y a moins d'emplois.
L'exploitation minière est également touchée par le projet de loi C-69, qui politise le processus d'évaluation d'impact, prolonge les délais et rend le processus d'approbation encore plus incertain. Les entreprises ne perçoivent plus la Saskatchewan comme autrefois, c'est-à-dire comme un milieu sûr et stable où investir. Par conséquent, les investissements vont ailleurs et les emplois disparaissent.
En ce qui concerne l'agriculture, l'incapacité chronique du gouvernement libéral à rétablir ses relations avec la Chine cause du tort aux producteurs de canola.
Qu'est-ce que tout cela signifie pour la population de Saskatoon? Lorsque les pattes du tabouret sont instables, tout le monde en souffre. Le taux de chômage augmente et les gens ont du mal à payer leurs factures. En campagne électorale, j'ai parlé à bien des ménages et des familles qui peinent à arriver d'un mois à l'autre. Je me suis entretenu avec beaucoup de ces personnes dont nous parlons qui, chaque mois, sont à moins de 200 $ de la faillite.
Voici quelques exemples qui montrent que cette situation touche de vraies personnes.
Je repense à un jeune homme qui travaillait sur une plateforme de forage. Il faisait sept heures de route à partir de Saskatoon pour aller travailler à Drayton Valley, en Alberta. Il travaillait pendant un bloc de deux semaines à la fois, 12 heures par jour. Il faisait un bon salaire qu'il dépensait à Saskatoon: il achetait des véhicules et de l'équipement stéréo, allait au restaurant, et ainsi de suite. Je le sais, parce que ce jeune homme est mon fils. En 2015, les libéraux sont arrivés au pouvoir. Ils ont présenté leurs projets de loi anti-pipelines et anti-pétroliers, qui ont fait chuter le prix du pétrole canadien et les investissements. Résultat: mon fils a perdu son emploi, et il a cessé de dépenser à Saskatoon.
Je peux aussi vous parler d'un fabricant qui fournissait des pièces à l'industrie minière et à l'industrie pétrolière et gazière. Il avait 140 employés à Saskatoon. On parle ici d'emplois bien rémunérés, qui procuraient un revenu à 140 familles de Saskatoon. Je le sais parce que mon beau-frère travaille pour cette entreprise. Comme le projet de loi  C-69 a entraîné une baisse des investissements dans les projets de ressources, l'entreprise a vu ses activités chuter et a mis des gens à pied.
Les Saskatooniens savent heureusement résoudre les problèmes avec créativité et résilience. Ils ont donc fait des recherches et trouvé des contrats qui ont permis à l'entreprise de continuer ses activités, mais elle est maintenant plus petite qu'elle ne l'aurait été si l'industrie pétrolière et gazière avait continué de lui offrir un marché solide.
Pensons maintenant à un entrepreneur qui construisait de nouvelles maisons pour des familles, qui employait directement quatre personnes et indirectement 40 entrepreneurs pour faire le travail nécessaire, et qui a créé des retombées économiques de plusieurs millions de dollars à Saskatoon. Je le sais parce que c'était mon entreprise. À cause du test de résistance hypothécaire des libéraux, les nouveaux acheteurs sont exclus du marché. De plus, les changements apportés aux codes du bâtiment ont beaucoup augmenté le coût de construction des maisons. Résultat: la construction a nettement ralenti à Saskatoon. Les mises en chantier sont à leur niveau le plus bas en 14 ans. Dans le secteur de la construction, beaucoup de braves gens sont dans une situation difficile ou ont perdu leur emploi.
Qu'est-ce que je m'attendais à trouver dans le discours du Trône pour favoriser la collaboration? Je m'attendais certainement à y trouver des mesures destinées à soutenir l'emploi dans l'Ouest. Après tout, deux jours après que les libéraux se sont retrouvés à former un gouvernement minoritaire en octobre dernier, le premier ministre a déclaré qu'il devait manifestement en faire plus pour gagner la confiance des habitants de la Saskatchewan. Je m'attendais donc à ce que le gouvernement cherche à soutenir les travailleurs des secteurs pétrolier, gazier et minier, ainsi que les agriculteurs.
Qu'est-ce que j'ai entendu à la lecture du discours du Trône?
J'ai entendu une vague référence aux ressources naturelles et aux agriculteurs. Toutefois, il n'a pas été question du pipeline Trans Mountain, de la création d'un corridor énergétique national ou de la possibilité d'abroger les projets de loi C-69 et C-48, ni même d'y apporter des changements. Le gouvernement n'a pas dit non plus qu'il était préoccupé par la dette, qui ne cesse de croître et qui atteint un niveau dangereux. Je pense que Rex Murphy a très bien résumé la situation lorsqu'il a dit que le discours du Trône est un cimetière sémantique où la monotonie se conjugue à la suffisance pour réduire à néant la vitalité et le dynamisme de nos deux merveilleuses langues officielles.
Il a été question du logement dans le discours du Trône, et j'espère que le gouvernement passera de la parole aux actes. Dans ma circonscription, de nombreuses personnes n'ont pas les moyens de se payer un logement adéquat et stable. En tant qu'ancien constructeur d'habitations, je demande au gouvernement d'assouplir les critères de simulation de crise applicables aux prêts hypothécaires, car ceux-ci ont une incidence négative considérable sur le secteur de la construction à Saskatoon.
Ce que l'on a à peine mentionné dans le discours du Trône, c'est le mot « emploi ». Les libéraux sont prompts à offrir de l'argent aux Canadiens pour ceci ou pour cela et à accorder des subventions afin de compenser leur inaction sur le plan économique, mais je vais dire quelque chose aux députés au sujet des habitants de Saskatoon: ce sont des gens fiers qui travaillent fort et qui ne demandent pas la charité. Ils veulent des emplois bien rémunérés.
Saskatoon compte aussi beaucoup d'entrepreneurs, des gens prêts à prendre de grands risques pour en employer d'autres et bâtir l'économie. Les entrepreneurs ne veulent pas la charité: ils veulent un environnement stable, des règlements raisonnables et la liberté de travailler fort, de prospérer et de récolter les fruits de leur réussite.
Deux autres mots brillent par leur absence dans le discours du Trône: « équilibre budgétaire ». Je suis très inquiet que le gouvernement libéral ait décidé de dépenser des sommes apparemment illimitées sur toutes sortes de programmes, sans égard à l'économie sous-jacente qui devra payer la note. Nous alourdissons le fardeau fiscal des prochaines générations avec une dette qui devra être remboursée à un moment donné. J'exhorte le gouvernement à prévoir au moins un retour à l'équilibre budgétaire.
Enfin, les Saskatchewanais se soucient profondément de l'environnement. Les trois pieds du tabouret dont j'ai parlé tout à l'heure sont ancrés dans nos terres. Personne ne sait mieux gérer nos terres que les habitants de la Saskatchewan. Nous comprenons tous qu'une terre, une eau et un air sains sont essentiels à notre prospérité à long terme, mais nous ne pouvons pas adopter une approche fanatique et présumer que la seule façon d'assurer la santé de la planète consiste à mettre un terme au développement humain et à freiner l'innovation et la croissance économique. Nous ne pouvons pas sacrifier les industries agricole, minière, pétrolière et gazière de la Saskatchewan et de l'Alberta en échange d'une séance de photos avec Greta. Nous ne pouvons pas étouffer la croissance économique et continuer d'augmenter les impôts de la population.
Le discours du Trône a clairement indiqué que le gouvernement prévoit continuer d'augmenter la taxe sur le carbone. Les taxes augmenteront et il n'y aura aucune véritable incidence sur les émissions de carbone, ce qui causera du tort aux Canadiens ordinaires et aux propriétaires d'entreprise.
En conclusion, les conservateurs du Canada se concentrent sur les aspirations des Canadiens ordinaires, comme les gens de Saskatoon-Ouest. Nous sommes le parti de la classe moyenne et nous continuerons de présenter des idées concrètes et tangibles qui permettront aux Canadiens d'améliorer leur sort et qui feront en sorte que le gouvernement les laisse tranquilles.
En terminant, je tiens à féliciter et à remercier le chef de mon parti pour son travail et ses efforts incessants au cours des 15 dernières années. Je veux aussi souhaiter un très joyeux Noël et une bonne année à tous les députés.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-13 17:31 [p.29087]
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise to speak to Bill C-331, which was brought forward by the member for New Westminster—Burnaby.
I will talk about the bill and what it purports to do, and then I want to talk about the state of the nation in terms of the Federal Court system, because this bill proposes to make changes there.
The bill's intent is “[to amend] the Federal Courts Act to provide for the jurisdiction of the Federal Court over civil claims brought by non-Canadians in respect of alleged violations outside Canada of international law or a treaty to which Canada is party.”
The intent of the member who brought forward this private member's business was to address instances where, for example, Canadian companies operating in other jurisdictions are not being good corporate citizens and are violating in some way the human rights of individuals there.
In the member's speech, which I reviewed, he had a number of examples of companies. A lot of them were mining companies, such a Nevsun Resources, which had a gold, zinc and copper mine in Eritrea, where there were allegations of forced labour, slavery and torture of workers. Another case was the one of Hudbay Minerals in Guatemala, where people were shot and killed. The intent of this bill is to allow people who may not be Canadians and who have had things happen to them outside of Canada to come and use the Canadian Federal Court system to pursue civil actions.
The issue I have with that, first of all, is that the Federal Court system, as it is today, under the current Liberal government, is in tatters. The former justice minister did not appoint a sufficient number of judges, so court cases were backed up and there was a huge logjam. As a result of that, many murder cases and rape cases were being tossed out of court because they had been in the queue for more than two years, and according to Jordan's principle, these people, guilty of heinous crimes, have gone free.
The government has continually eroded the execution of justice in Canada with a weakening of the rules. The government introduced legislation such as C-75, which took some very serious crimes, such as the forcible confinement of a minor, and reduced them to summary convictions, which means a penalty of less than two years or a fine. There was a whole list of charges in that bill that took serious crimes and brought them back to something that was minor in nature. I would argue that a fine for the forcible confinement of a minor is like a slap on the wrist for something that I think all Canadians would agree is heinous.
We also saw the situation with Tori Stafford's killer, Terri-Lynne McClintic, who, even though she viciously participated in the murder of a child, was allowed to go to a healing lodge, where there was no security and she was in the presence of parents who had their children with them when they came to work.
I am concerned that we need to strengthen our Federal Court system as it stands today, not weaken it, and the Liberal government has not done that. I am concerned that if we open it up to non-Canadians in other countries, they would come and bring an extra caseload of court cases to a court system that is arguably already under stress and not delivering. There are Canadian crimes that we are not able to adequately prosecute on time. That is a real difficulty.
Within the bill, there are 17 different types of cases that could be brought forward. I will go through a few of these and talk about incidents that have occurred during the 42nd Parliament, to give members an idea of the volume of these cases that could come before the Federal Court.
First on the list is “genocide”, which everyone knows is a very serious crime. If we think about some of the genocides that have happened during this Parliament, the Yazidis come to mind. Yazidi women were brought to Canada after the genocide where those people were exterminated by ISIS terrorists. That is one. There are still outstanding actions to be taken on Rwanda. That is another genocide that could come our way.
Another item on the list is “slavery or slave trading”. Human trafficking of someone under 18 is also on the list. Human trafficking is a huge issue in Canada. In my riding of Sarnia—Lambton, which is a border city, we see a huge amount of human trafficking happening. There is an actual network between Sarnia and Toronto that couriers people, and not just people from out of the country. Young Canadian boys and girls are lured into this and trapped in that lifestyle for years. There is no doubt that it is a heinous crime, but when I think about the number of these cases in Canada today and the fact that we do not have the resources to adequately prosecute our own, I am concerned about opening that up to the rest of the world.
Any “extrajudicial killing or the enforced disappearance of a person” is on the list. Let us think about the Saudi Arabian journalist who was exterminated. Let us think about the two Canadian men who were killed in the Philippines.
Also on the list is “systemic discrimination”. This opens it way up. When I was the chair of the status of women committee, we had visits of people from countries all over the world where women were being systematically discriminated against. They came to see what we were doing here in Canada. Some would argue that we are still seeing systemic discrimination within our own country. LGBTQ is another group that sees a lot of systemic discrimination across the world. If all of those cases came and flooded our courts, we would be very busy indeed.
The human rights violations that we are seeing right now in Hong Kong come to mind. There are 300,000 Canadians living in Hong Kong, and the Chinese government is trying to bring in extradition rules that would allow it to take anyone from Hong Kong and bring him or her to China. I am very concerned that if this bill came into force, there might be a lot of non-Canadians who would want to take advantage of the Canadian court system to pursue some civil charges there as well.
Child soldiers are another item on the list. We know that in every battle we are seeing from ISIS, child soldiers are being raised up. We see that in a bunch of the wars that are happening in Africa and similar places. That would open it up to a huge number of people, as well, who may want to take action and get some civil reward from the Canadian court.
“Rape” is also on the list. Rape is rampant in Canada. The data says that one in three Canadian women will experience sexual violence during her life. When we think about how many cases we have, and how many of those are being kicked out of court, we really do not have the capacity to take others on.
“Forced abortion” and “forced sterilization” are on the list. We heard testimony today at the health committee about forced sterilization and the thousands of women in Canada who are undergoing this. It is horrible, but, once again, there are lots of cases of our own to take care of.
Issues like pollution have been put on the list. Let us think about plastics pollution by non-Canadians. We know that 95% of ocean pollution is happening from eight rivers in Asia and two in Africa. Again, that is a huge volume of complaints that could be brought forward.
“Environmental emergency” has been added. That could be like the climate emergency that the Liberals brought in debate. The debate was never brought back, so it must have been a non-urgent emergency. Climate emergencies and environmental emergencies like that could also make the list.
I know the member was well-intentioned in bringing the bill forward and wanting to address those Canadian corporations, for example, but the bill needs to be narrower in scope, and I do not think we have the capacity in the Federal Court system. I would encourage the government of the day, or, on October 21, the Conservative government, to restore the federal justice system.
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole au sujet du projet de loi C-331, présenté par le député de New Westminster—Burnaby.
Je vais décrire le projet de loi et ses objectifs. Je tiens également à parler de l'état de la nation, et de la manière dont ce projet de loi vise à modifier le système judiciaire fédéral.
Le projet de loi a pour but de modifier la « [...] Loi sur les Cours fédérales afin de conférer compétence à la Cour fédérale dans les actions au civil intentées par des non-Canadiens relativement à des violations du droit international ou de traités auxquels le Canada est partie qui auraient été commises à l’étranger. »
En présentant ce projet de loi d'initiative parlementaire, le député souhaitait traiter les cas où, par exemple, des entreprises canadiennes implantées dans d'autres pays n'adoptent pas un comportement socialement responsable et bafouent d'une manière ou d'une autre les droits de la personne des citoyens de ces pays.
Dans son discours, que j'ai passé en revue, le député a nommé un certain nombre d'entreprises à titre d'exemples. Bon nombre d'entre elles étaient des sociétés minières, comme Nevsun Resources, qui possède une mine d'or, de zinc et de cuivre en Érythrée et dont les travailleurs ont fait des allégations de travail forcé, d'esclavage et de torture. Un autre exemple est celui de Hudbay Minerals au Guatemala, où des gens ont été abattus. Le projet de loi a pour but de permettre à des gens qui ne sont peut-être pas Canadiens et qui ont été victimes d'un incident à l'extérieur du Canada d'intenter des poursuites civiles devant la Cour fédérale du Canada.
Tout d'abord, mon problème, c'est que le système judiciaire fédéral, tel qu'il existe aujourd'hui, sous le gouvernement libéral actuel, est en lambeaux. L'ancienne ministre de la Justice n'a pas nommé suffisamment de juges; les causes devant les tribunaux ont donc été retardées et il y a eu un énorme engorgement. Par conséquent, les tribunaux ont rejeté de nombreuses affaires de meurtre et de viol parce qu'elles étaient en attente depuis plus de deux ans et, conformément au principe de Jordan, ces personnes, qui sont coupables de crimes odieux, ont été libérées.
Le gouvernement n'a cessé de miner l'application de la justice au Canada en affaiblissant les règles. Il a présenté des mesures législatives comme le projet de loi C-75, qui a converti certains crimes très graves, comme la séquestration d'un mineur, en simples infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, qui sont passibles d'une peine d'emprisonnement de moins de deux ans ou d'une amende. Ce projet de loi contient toute une liste de crimes graves qui sont devenus des infractions mineures. Je dirais que le fait d'imposer une amende pour la séquestration d'un mineur, c'est comme recevoir une tape sur les doigts pour un acte odieux, et je crois que tous les Canadiens en conviendront.
Il y a aussi eu le cas de Terri-Lynn McClintic, la meurtrière de Tori Stafford, qui, même si elle avait pris part au meurtre cruel d'un enfant, a pu être transférée dans un pavillon de ressourcement, où il n'y avait aucune mesure de sécurité et où elle était en présence d'enfants qui accompagnaient leurs parents au travail.
Je crois que nous devons renforcer le système judiciaire fédéral actuel, et non l'affaiblir, et ce n'est pas ce que le gouvernement libéral a fait. Je crains que, si nous l'ouvrons à des non-Canadiens à l'étranger, les cas de ces derniers surchargent un système judiciaire qui est vraisemblablement déjà sous pression et qui ne répond pas à la demande. Il y a des crimes commis au Canada pour lesquels nous n'arrivons pas à intenter des poursuites adéquates en temps opportun. C'est un vrai problème.
Le projet de loi prévoit 17 types d'actions à l'égard desquelles la cour aurait compétence. J'aimerais passer certaines d'entre elles en revue et citer quelques exemples de choses qui se sont passées durant la 42e législature dans l'espoir d'illustrer, pour la gouverne des députés, le nombre d'affaires qui pourraient éventuellement se retrouver devant la Cour fédérale.
On trouve en premier lieu le génocide, qui, comme on le sait, est un crime très grave. Quand on songe aux génocides perpétrés durant la présente législature, il y a les yézidis. Le Canada a accueilli des femmes yézidies dans la foulée du génocide contre ces gens-là par les terroristes du groupe État islamique, qui les ont exterminés. C'en est un. Il y reste aussi des actions en cours concernant le Rwanda. C'est un autre génocide dont on pourrait se retrouver saisi.
On retrouve également l'esclavage et la traite des esclaves, ainsi que la traite de personnes âgées de moins de 18 ans. La traite des personnes est un grave problème au Canada. Il est très fréquent dans ma circonscription, Sarnia—Lambton, qui est située près de la frontière. Sarnia et Toronto font même partie d'un réseau qui déplace des gens d'une ville à l'autre — et les victimes ne viennent pas toujours de l'étranger. De jeunes Canadiens et Canadiennes se font attirer et restent prisonniers de ce mode de vie, parfois pendant des années. Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un crime odieux, mais quand je pense au nombre de cas au Canada en ce moment et au manque de ressources à notre disposition pour traduire en justice tous les auteurs d'infractions commises ici au pays, je ne suis pas certaine qu'on devrait commencer à s'occuper de ce qui se passe ailleurs dans le monde.
Je vois que « l’exécution extrajudiciaire ou la disparition forcée d’une personne » fait aussi partie de la liste. Pensons au journaliste saoudien qui a été exterminé. Pensons aussi aux deux Canadiens tués aux Philippines.
On a aussi inclus la « discrimination systémique ». C'est très large. Lorsque je présidais le comité de la condition féminine, nous recevions des visiteurs de différents pays où les femmes étaient victimes de discrimination systémique. Ces gens venaient voir comment on faisait les choses au Canada. Certains diront qu'il y a encore de la discrimination systémique au Canada. La communauté LGBTQ est un autre groupe qui fait l'objet de discrimination systémique dans le monde. Si nos tribunaux se retrouvaient submergés par toutes ces affaires de discrimination, ils seraient vraiment très occupés.
Les violations des droits de la personne qui ont cours actuellement à Hong Kong me viennent à l'esprit. Il y a 300 000 Canadiens qui vivent à Hong Kong. Le gouvernement de la Chine essaie de faire adopter des règles d'extradition afin de pouvoir faire venir en Chine toute personne qui vit à Hong Kong. Je suis très inquiète à l'idée que l'adoption de ce projet de loi puisse aussi amener de nombreux étrangers de cette région à profiter du système judiciaire canadien pour intenter des poursuites au civil.
L'enrôlement d'enfants dans les forces armées ou les groupes paramilitaires est un autre élément de la liste. Nous savons que, dans tous les combats que livre le groupe armé État islamique, des enfants soldats sont employés. C'est le cas dans différents conflits en Afrique et ailleurs. Cela ouvrirait également la voie à un grand nombre de personnes qui voudrait obtenir une compensation des tribunaux canadiens au niveau civil.
Un autre élément de la liste est le viol. Le viol est un crime répandu au Canada. Les données indiquent qu'une Canadienne sur trois sera victime de violence sexuelle au cours de sa vie. Si on pense au nombre de cas qui surviennent et au nombre que les tribunaux laissent tomber, on comprend qu'il ne serait pas possible d'en traiter davantage.
Il y a également l'avortement forcé et la stérilisation forcée dans la liste. Aujourd'hui, au comité de la santé, nous avons entendu des témoignages au sujet de la stérilisation forcée et des milliers de femmes qui la subissent au Canada. C'est horrible, mais, encore une fois, nous avons déjà beaucoup d'affaires du genre à traiter ici même.
Des enjeux comme la pollution se trouvent aussi sur la liste. Pensons à la pollution par le plastique causée par des personnes qui ne sont pas des Canadiens. Nous savons que 95 % de la pollution dans les océans provient de huit fleuves d'Asie et de deux fleuves d'Afrique. Encore là, il pourrait y avoir une montagne de plaintes à traiter.
Un autre élément de la liste est l'urgence environnementale. Ce pourrait être quelque chose comme l'urgence climatique dont les libéraux voulaient que nous débattions. Il n'en a plus jamais été question, alors ce devait être une urgence pas très urgente. Les urgences climatiques ou environnementales pourraient aussi être invoquées.
Je sais que les intentions du député étaient bonnes lorsqu'il a présenté le projet de loi et qu'il voulait cibler les problèmes liés aux entreprises canadiennes, par exemple, mais la portée du projet de loi doit être beaucoup plus restreinte et je ne crois pas que le système judiciaire fédéral ait la capacité requise. J'invite le gouvernement actuel ou, à partir du 21 octobre, le gouvernement conservateur, à rétablir les capacités du système judiciaire fédéral.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, it is indeed a great pleasure to stand in this House to speak to Bill C-331, brought in by the member for New Westminster—Burnaby.
I know this particular issue has been very dear to him over many Parliaments. It is really great to see that we are in the second hour of debate on Bill C-331, which means it is probably going to come to a vote next week. We will finally see where members of this House actually stand on this issue, because it does matter to a lot of people.
The long title of Bill C-331 is “An Act to amend the Federal Courts Act (international promotion and protection of human rights)”. The reason this is so important is that, at present, human labour and environmental rights are subject to few concrete, effective enforcement mechanisms. This bill fills this need for the victims of international rights violations when there is no forum available to them in the country where the violations are taking place.
By way of addressing my Conservative colleagues' concerns, this is not going to result in a flood of people coming to Canada. It is really just providing a forum in Canada when no such legal option is available to the person in the place where the violation happened.
Specifically, Bill C-331 is going to allow non-citizens to bring a civil suit against anyone for gross violations of the rights of indigenous peoples, and for basic labour, environmental and human rights violations when they are committed outside the country. Furthermore, judges on the Federal Court would have to satisfy themselves that their court is an appropriate forum to hear these cases.
This legislation, if enacted, is not going to force the court to hear every single case. It still specifies within the bill that Federal Court judges will have the ability to judge the merits of each case before them, and whether in fact there is enough evidence to proceed with trial.
When we look at Bill C-331 in detail, it is an amendment to the Federal Courts Act. The bill would add a specific section 25.1 after the existing section 25. Some of the claims listed within the bill are genocide; a war crime or a crime against humanity; slavery or slave trading; extrajudicial killing or the enforced disappearance of a person; torture or other cruel, inhuman or degrading punishment; prolonged arbitrary detention, and so on. These are crimes that really speak to some very horrible actions that take place around the world.
We are so very lucky to live in Canada under the rule of law. We have a judicial system that we place a lot of trust in. Generally, when people see police on the streets, we know they are doing their job. We have a lot of trust in those institutions, not only to keep us safe but also to hold people to account. In many places in the world, this is a luxury or simply does not exist.
Canadians, by and large, are fairly detached from some of the horrors that go on internationally. The unfortunate fact is that a lot of Canadian-based companies have actually been responsible for some of the worst behaviour around the world. We know some Canadian mining companies have been implicated in brutal crackdowns on local populations, because they were daring to protest a mining operation. They have employed paramilitary guards who have used sexual violence as a weapon. They have violated environmental rights by dumping mining tailings into a local drinking supply. These are companies that are based in Canada.
The issue here is to basically hold those companies accountable. We want to ensure that we are not engaging in a race to the bottom for economic reasons, while neglecting those very important rights.
We have corporations based here in Canada that generate a tremendous amount of wealth. That wealth is not equally distributed. Often, the wealth that is being generated is coming directly from the so-called global south and from countries that are rich in natural resources that are being exploited by companies, but the wealth is being unevenly distributed.
Therefore, corporate social responsibility should not be a voluntary thing. This is something we need to have firm legislation around and firm accountability. I believe that Bill C-331 is a step in the right direction.
If we look at Global Affairs Canada, we see, as I mentioned earlier, that 50% of the world's publicly listed exploration and mining companies are headquartered in Canada. If we look at the TSX, it is quite evident.
The federal government, just recently, in April, appointed Sheri Meyerhoffer as the first Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise. Before I receive any applause from my Liberal colleagues, they may want to listen to the next part of my speech.
This is what the Canadian Network on Corporate Accountability stated when that office was announced:
The government announced that it would create an independent office with the power to investigate. Instead, it unveiled a powerless advisory post, little different from what has already existed for years.
United Steelworkers Canada national director, Ken Neumann, said:
With today’s announcement...of the appointment of a special advisor, without the powers of an effective ombudsperson, this government has again disappointed thousands of Canadians who were expecting serious action on human rights.
Again, we cannot just create the office and then walk away without giving it the necessary powers, the legislative framework and the resources necessary to actually act on these particularly egregious crimes against humanity. As listed in Bill C-331, these are some of the worst crimes imaginable.
I am proud to be a member of a party that has long demonstrated a keen interest in this particular issue. The member for New Westminster—Burnaby, as I said in the introduction of my speech, has been pursuing this through multiple parliaments. Our former colleagues, Paul Dewar and Alexa McDonough, and the Liberal member for Scarborough—Guildwood also saw this as an important thing. Several parliaments ago, the member for Scarborough—Guildwood presented Bill C-300, which unfortunately ran aground because not enough Liberals showed up at a key vote.
It is important that we act on this. It is a signal to citizens of countries where these rights do not exist. This is a signal to the world that Canada actually means what it says when talking about human rights, labour rights and environmental rights. Furthermore, we are actually going to provide a forum for the affected party to come here and use our Federal Court system to pursue justice. I can think of no better signal to the world than Canada actually standing by what it says and showing, through this proposed legislation, that it is going to follow through with it.
We have some great endorsements for this proposed legislation, and the endorsements have kept on coming from the member for New Westminster—Burnaby. We have the Canadian Association of Labour Lawyers, the National Union of Public and General Employees and the B.C. Teachers' Federation. It is great to see Canadian civil society, and indeed international actors as well, come behind this legislation to recognize its importance.
To conclude, I am particularly and personally attached to this bill, because it is following in the same vein of what I am trying to do with my own private member's bill, Bill C-431, which would amend the Canada Pension Plan Investment Board Act to make sure that our public pension monies are no longer invested in entities that are guilty of human rights, labour rights and environmental rights transgressions. It is particularly shameful, when we ask the Library of Parliament to do research, that we find the Canada pension plan still invested in companies that are committing these kinds of rights transgressions around the world.
I am happy to see that we are going to put force behind our words, as New Democrats always do. I congratulate the member for New Westminster—Burnaby on this important bill, and I look forward so very much to next week, when I can stand in the House and vote on it on behalf of my constituents.
Monsieur le Président, j'ai en effet l'immense plaisir de prendre la parole à la Chambre au sujet du projet de loi C-331, qui a été déposé par le député de New Westminster—Burnaby.
Je sais qu'il s'agit d'une question qui lui tient à cœur depuis de nombreuses législatures. C'est vraiment fantastique de constater que nous en sommes à la deuxième heure du débat sur le projet de loi C-331, ce qui veut dire qu'il sera probablement soumis au vote la semaine prochaine. Nous allons enfin pouvoir connaître la position des députés sur cette question, car elle est importante pour de nombreuses personnes.
Le titre au long du projet de loi C-331 est Loi modifiant la Loi sur les Cours supérieures, promotion et protection des droits de la personne à l'échelle internationale. Si ce projet de loi est important, c'est parce qu'à l'heure actuelle, très peu de mécanismes d'application de la loi efficaces et concrets protègent les droits des travailleurs et les droits environnementaux. Le projet de loi vient donc combler cette lacune pour les victimes de violations du droit international lorsqu'elles n'ont aucun recours dans le pays où les violations ont lieu.
Pour répondre aux préoccupations de mon collègue conservateur, le projet de loi n'entraînera pas l'arrivée de milliers de personnes au pays. Il permet simplement d'offrir une tribune au Canada pour qu'une victime puisse se faire entendre lorsqu'aucun recours légal n'est possible dans le pays où la violation s'est produite.
Précisément, le projet de loi C-331 permettra à des non-citoyens d'intenter des actions au civil contre quiconque a commis une violation flagrante des droits des peuples autochtones ou une violation des droits du travail, des droits environnementaux ou des droits de la personne lorsque ces violations sont commises à l'étranger. Qui plus est, la Cour fédérale devra être convaincue qu'elle est le tribunal approprié pour entendre ces actions.
Si ce projet de loi est adopté, cela ne forcera pas le tribunal à entendre chaque action. Le projet de loi précise que les juges de la Cour fédérale pourront juger du bien-fondé de chaque action dont ils sont saisis et déterminer si la preuve est suffisante pour instruire un procès.
Lorsque nous examinons en détail le projet de loi C-331, il s'agit d'une modification à la Loi sur les Cours fédérales. Le projet de loi ajouterait l'article 25.1 après l'article 25 existant. Certaines des actions mentionnées dans le projet de loi incluent le génocide; un crime de guerre ou un crime contre l'humanité; l'esclavage ou la traite des esclaves; les exécutions extrajudiciaires ou les disparitions forcées d'une personne; la torture ou toute autre peine cruelle, inhumaine ou dégradante; la détention arbitraire prolongée; et cetera. Ce sont des crimes on ne peut plus horribles qui surviennent partout sur la planète.
Nous avons la très grande chance de vivre au Canada, un État de droit. Nous avons un système judiciaire auquel nous accordons une grande confiance. De façon générale, quand nous voyons des policiers sur la rue, nous savons qu'ils font leur travail. Nous faisons confiance à ces institutions. Nous leur faisons confiance pour nous protéger et pour tenir les gens responsables de leurs actes. Dans bien des pays du monde, une telle chose est un luxe ou n'existe simplement pas.
Dans l'ensemble, les Canadiens sont plutôt coupés de certaines des atrocités commises à l'étranger. Le fait est que, malheureusement, un grand nombre d'entreprises canadiennes sont responsables de certains des pires comportements observés dans le monde. Nous savons que des minières canadiennes ont été impliquées dans des attaques brutales contre les populations locales parce que ces dernières osaient s'opposer à leurs activités. Elles ont eu recours à des gardes paramilitaires qui se sont servis de la violence sexuelle comme d'une arme. Elles ont enfreint les droits environnementaux en déversant des résidus miniers dans une source locale d'eau potable. On parle d'entreprises établies au Canada.
Il s'agit ici, en gros, de tenir ces entreprises responsables de leurs actes. Il faut veiller à ne pas chercher la rentabilité à tout prix en faisant fi des droits primordiaux.
Certaines sociétés établies ici, au Canada, génèrent énormément de richesse, mais celle-ci n'est pas répartie de façon égale. Souvent, elle provient directement des pays dits du Sud, notamment de pays riches en ressources naturelles exploitées par les entreprises, mais elle est inégalement répartie.
Par conséquent, la responsabilité sociale des entreprises ne devrait pas être facultative. Il faut des lois fermes à cet égard et une obligation redditionnelle rigoureuse. Je crois que le projet de loi C-331 est un pas dans la bonne direction.
Comme je l'ai déjà dit, le siège social de la moitié des sociétés minières et d'exploration des ressources cotées en bourse dans le monde est situé au Canada. Il suffit de jeter un coup sur le TSX pour le constater.
Tout récemment, en avril, le gouvernement fédéral a nommé Sheri Meyerhoffer au poste de première ombudsman canadienne de la responsabilité des entreprises. Avant que mes collègues libéraux ne m'applaudissent, ils voudront peut-être écouter la suite de mon discours.
Voici ce que le Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises a déclaré au moment de cette annonce:
[...] le gouvernement annonçait la création d'un bureau indépendant habilité à enquêter. Au lieu de cela, il a dévoilé un poste consultatif sans pouvoir, ne différant que très peu de ce qui existe déjà depuis plusieurs années.
Ken Neumann, le directeur national du Syndicat des Métallos a pour sa part indiqué ce qui suit:
Des milliers de Canadiens qui s'attendaient à des mesures énergiques renforçant les droits de la personne ont été déçus par l'annonce du gouvernement, aujourd'hui [...] concernant la nomination d'un conseiller spécial démuni des pouvoirs normalement conférés aux ombudsmans.
Encore une fois, on ne peut pas simplement créer un poste et puis l'abandonner là, sans lui donner les pouvoirs, le cadre législatif ou même les ressources nécessaires pour pouvoir donner suite à ces crimes contre l'humanité particulièrement odieux. Les crimes dont il est question dans le projet de loi C-331 sont parmi les pires crimes imaginables.
Je suis fier d'appartenir à un parti qui porte — et ce, depuis longtemps — un vif intérêt à cette question. Comme je le disais au début de mon discours, c'est un enjeu que défend le député de New Westminster—Burnaby depuis maintes législatures. Paul Dewar et Alexa McDonough, tous deux d'anciens collègues, ainsi que le député libéral de Scarborough—Guildwood considéraient eux aussi la question importante. D'ailleurs, il y a maintenant plusieurs législatures, ledit député de Scarborough—Guildwood présentait le projet de loi C-300, qui n'a tristement pas reçu l'appui nécessaire quand trop peu de libéraux ont daigné se présenter pour un vote important.
Il est important que nous intervenions dans le dossier. Nous pourrions envoyer un message aux habitants des pays où ces droits n'existent pas. En adoptant le projet de loi, nous pourrions faire savoir au monde entier que le Canada est sérieux lorsqu'il parle de droits de la personne, de droits du travail et de droits environnementaux. Qui plus est, nous pourrions fournir une tribune aux parties lésées, qui pourraient venir ici et avoir recours à la Cour fédérale pour obtenir justice. L'adoption du projet de loi serait vraiment le moyen parfait de faire savoir au monde entier que le Canada a le courage de ses convictions.
D'excellentes organisations appuient la mesure, comme en témoignent les nombreuses attestations que le député de New Westminster—Burnaby continue de recevoir. Il y a l'Association canadienne des avocats du mouvement syndical, le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public et la Fédération des enseignantes et des enseignants de la Colombie-Britannique. Cela fait plaisir de voir la société civile canadienne, sans parler des organisations internationales, se rallier derrière ce projet de loi et reconnaître son importance.
Pour conclure, je me sens particulièrement attaché à ce projet de loi, car il s'inscrit dans le même ordre d'idées que mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-431, qui vise à modifier la Loi sur l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada pour faire en sorte que l'argent des fonds de pension publics ne puisse plus être investi dans toute entité qui a commis des violations des droits de la personne, des droits des travailleurs ou des droits relatifs à l'environnement. Une recherche à la Bibliothèque du Parlement permet de constater que le Régime de pensions du Canada continue d'investir dans des entreprises qui commettent ce genre de violations des droits de la personne ailleurs dans le monde. C'est une vraie honte.
Je suis heureux de constater que nous allons passer de la parole aux actes, comme nous les néo-démocrates avons l'habitude de le faire. Je félicite le député de New Westminster—Burnaby d'avoir présenté ce projet de loi important, et j'ai hâte de prendre la parole la semaine prochaine pour voter en sa faveur, au nom des gens de ma circonscription.
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2019-06-13 18:02 [p.29091]
Mr. Speaker, I am rising to express my strong support for the enormous contribution made by the member for New Westminster—Burnaby. He has been championing this legislation for so many years, in so many parliaments, and here it is again. It is a bill that would work toward the international promotion and protection of human rights.
I live in the province of British Columbia, where so many of our mining companies are headquartered. Sometimes, when we travel abroad, it is quite embarrassing to learn about what some of those companies, not all, have done. Whether they like it or not, they carry the Canadian flag on their back.
Some of the abuses involving sexual violence, human rights abuses and environmental degradation are things that come back and haunt us in Canada. That is why Mr. Justice Ian Binnie, formerly of the Supreme Court, has been calling on us, as parliamentarians, to do something about this, as have so many others. In fact, as the member for Cowichan—Malahat—Langford reminded us, groups that speak for over three million people have asked us to get the bill through Parliament.
I would like to address what was said just now by the Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board, who seems to be suggesting, if I understand his argument, that this is unconstitutional and cannot be done.
I have a legal opinion from a very well-known and highly respected constitutional law firm, Goldblatt Partners in the city of Toronto, which confirms, at great length, that the bill “is squarely within the jurisdiction of the federal Parliament.” I do not know who is giving legal advice to the minister or whether this is a smokescreen to, once again, avoid effective legislation, but I can assure the House, for reasons I will also describe in a moment, that is simply not the case.
Therefore, I would hope that the Canadians watching will beseech the Liberal members of Parliament to not be timid; to do what the Supreme Court justice has asked; to do what Canadians from coast to coast to coast have asked; to deal with those of us who are embarrassed sometimes when we go abroad to say we are from Canada, knowing what some of our mining companies have done abroad; to get with the program and do what has been done in so many other jurisdictions. Is it not ironic that we are here talking about doing in Canada what the Americans did in their alien foreign tort claims legislation so many generations ago? It just seems sad.
What would the bill do? It would amend the Federal Courts Act to provide that court with jurisdiction over civil claims brought by non-Canadians in respect of alleged violations outside of Canada of international law or a treaty violation to which Canada would be a party, particularly violations of human rights and recognized fundamental rights of indigenous peoples, labour and environmental groups.
As my friend from Cowichan—Malahat—Langford reminded us, Global Affairs said that over 50% of the world's listed publicly traded exploration and mining companies were headquartered in Vancouver. That gives us a particular responsibility to do something about this difficult problem.
Allegations have been made by NGOs and others of so many instances abroad, over so many years, where our mining companies were associated with human rights and environmental abuses. What is called for is that there be an effective independent mechanism to investigate complaints of abuses and for something to be done about it.
The government prides itself on the adviser position that was created, with absolutely none of the powers that would make a difference in the real world. Of course, that is what we are here to try to do.
I am pleased the hon. member for Scarborough—Guildwood, a Liberal member of Parliament, brought forth a bill not long ago that would have brought in some of the reforms we are talking about today. Unfortunately, that bill was defeated by his Liberal colleagues. Hopefully they will not do it this time and Canadians will successfully urge their Liberal members of Parliament to get with the program.
There is litigation, of course, that deals with the issue of what is called forum non conveniens. Normally, if one has a lawsuit in Canada but is told that the better forum to do such a lawsuit would be in Eritrea or Papua New Guinea or Guatemala where some of these cases have occurred, a Canadian court would dismiss the lawsuit on the basis that there is a better place for that to be heard.
I am happy to report that in British Columbia our Supreme Court rejected a claim involving a mining company called Nevsun that was listed in British Columbia but was doing business in Eritrea. The court concluded that there was a legitimate risk that the refugees would not get a fair trial in Eritrea. That was upheld on appeal.
It seems that there is a recognition in our courts that we might, in certain circumstances, allow for litigation in Canada. That was a good example of that. However, we cannot depend on that occurring. We need to get legislative change to confirm that. That is what this bill would do. That is what the hon. member for New Westminster—Burnaby has endeavoured to do with this legislation. I am so proud of the work that he has done.
Earlier someone quoted some of the many, many supporters of this legislation, one of whom is Ken Neumann of the United Steelworkers. He said this:
Stronger laws are urgently needed in Canada to address international violations of human and environmental rights and related corporate practices. Getting there requires leadership from our elected representatives.
Of course he is right. That is what Canadians are looking for on this. They are looking for a civil cause of action that our courts, the Federal Court of Canada, would be able to address when people from abroad come here and sue over outrageous transgressions of human rights or treaty rights to which Canada is a party. What is wrong with that? Why would that not be something we would all want to respect? Our country has had such a strong reputation for human rights and environmental good practices around the world. It gives us all a black eye when we hear of some of the horrible abuses that have taken place abroad, whether it be the genocide and suffering of people of Darfur or the murder of trade unionists at the hands of death squads in Colombia or the sexual violence that occurred in Papua New Guinea. I think it is critical that we fix it.
As I said earlier in my remarks, it is not like this is something terribly new. The Americans have the Alien Tort Claims Act that allows foreigners there to bring action in American courts for violations of the law of nations. They have had that since 1980. Here we are with this radical notion in Canada.
The Liberals seem to think it is unconstitutional and cannot be done. Of course it can be done. That is why the hon. member for Scarborough—Guildwood has also tried to get it done. I am sure he is feeling the same pressure that I have felt as a member of Parliament in Victoria when people come to me and beseech me to get this right. It is embarrassing to us to see what some of our companies are doing abroad. They are not going to be effectively sued in a court in Eritrea. They are not going to be effectively held to account in a court in Papua New Guinea. Canadians understand that. They want companies to be held accountable here where they are created and where their directors reside in many cases as well.
A civil claim will be easier to substantiate than a criminal matter, which requires foreign governments to be engaged in and the standard of proof, of course, of beyond a reasonable doubt makes it very hard to get criminal convictions where civil claims are available.
In conclusion, I want to thank the hon. member again for the excellent work that he has done in bringing this bill forward. It seems to me to be common sense legislation. In no way is it unconstitutional. If there is ever a doubt, let us let the courts test it, but let us not be so timid that we will not even give Parliament the opportunity to respond to the pressure that so many of us have heard from our constituents to take away that black eye that our companies are giving all of us abroad and let them be held accountable, where appropriate, here in courts in Canada.
Monsieur le Président, je prends la parole afin d'exprimer sans réserve mon appui à l'immense contribution du député de New Westminster—Burnaby. Il défend le projet de loi depuis des années et de nombreuses législatures et nous y revenons encore aujourd'hui. Le projet de loi contribuerait à la promotion et à la protection des droits de la personne dans le monde entier.
Je vis en Colombie-Britannique, où beaucoup de sociétés minières canadiennes ont établi leur siège social. Parfois, lorsque nous voyageons à l'étranger, il est assez gênant d'apprendre ce qu'ont fait certaines de ces sociétés — pas toutes. Qu'elles le veuillent ou non, elles représentent le Canada.
Il s'agit parfois de violence sexuelle, de manquements aux droits de la personne et de dégradation environnementale — des abus qui reviendront nous hanter au Canada. C'est pourquoi l'ancien juge de la Cour suprême Ian Binnie, comme beaucoup d'autres personnes, demande aux députés d'intervenir. En fait, comme le rappelle le député de Cowichan—Malahat—Langford, des groupes qui représentent plus de trois millions de personnes nous ont demandé de faire adopter le projet de loi au Parlement.
J'aimerais revenir sur ce que vient de dire le secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor. Si j'ai bien compris, il semble dire que c'est inconstitutionnel et que c'est donc impossible.
Or, dans un avis juridique fort détaillé, un cabinet d'avocats constitutionnalistes de Toronto bien connu et très réputé, Goldblatt Partners, confirme que le projet de loi « respecte entièrement le champ de compétence du Parlement fédéral ». J'ignore qui est le conseiller juridique du ministre, et je ne sais pas si on essaie, encore une fois, de faire diversion pour éviter de prendre de bonnes mesures législatives, mais, pour des raisons que je vais fournir dans un instant, je peux assurer à la Chambre que ce n'est tout simplement pas inconstitutionnel.
Par conséquent, j'espère que les Canadiens qui nous écoutent imploreront les députés libéraux de ne pas avoir peur, de faire ce que demandent la Cour suprême, des gens de partout au pays et certains d'entre nous qui ont parfois honte de dire qu'ils sont Canadiens à cause de ce que certaines sociétés minières ont fait à l'étranger. Il est temps de suivre l'exemple de bien d'autres pays. N'est-il pas paradoxal que nous parlions de faire au Canada ce que les États-Unis ont fait, bien des générations auparavant, avec l'Alien Tort Claims Act? Cela me semble plutôt triste.
Que ferait le projet de loi? Il modifierait la Loi sur les Cours fédérales afin que la cour puisse entendre les actions au civil intentées par des non-Canadiens relativement à des violations du droit international commises à l'étranger ou de traités auxquels le Canada est partie, en particulier les droits de la personne et les droits fondamentaux reconnus des peuples autochtones, des groupes de travailleurs et des groupes environnementaux.
Comme mon ami et député de Cowichan—Malahat—Langford me l'a rappelé, selon Affaires mondiales, plus de 50 % des sociétés d'exploration et d'exploitation minières cotées en bourse dans le monde ont leur siège social à Vancouver. Nous avons ainsi une responsabilité particulière d'agir pour remédier à ce problème épineux.
Des ONG et de nombreuses autres instances à l'étranger allèguent depuis de nombreuses années que nos sociétés minières sont associées à des violations des droits de la personne et des droits environnementaux. Ce qu'on veut, c'est qu'il y ait un mécanisme indépendant efficace pour faire enquête sur les plaintes d'abus et que des mesures soient prises à cet égard.
Le gouvernement s'enorgueillit d'avoir créé un poste de conseiller, mais sans lui avoir donné le moindre pouvoir pour améliorer les choses dans le vrai monde. Nous sommes ici, naturellement, pour tenter de le faire.
Je suis fier que le député de Scarborough—Guildwood, un député libéral, ait présenté un projet loi il n'y a pas si longtemps qui aurait apporté certaines des réformes dont il est question ici. Malheureusement, ce projet de loi a été rejeté par ses collègues libéraux. Il est à espérer qu'ils ne feront pas de même cette fois et que les Canadiens réussiront à exhorter les députés libéraux à appuyer le programme.
Il y a, bien sûr, des litiges sur le principe du forum non conveniens. Normalement, lorsqu'une personne ou une entreprise est poursuivie au Canada, mais qu'on lui dit qu'il serait préférable que ces poursuites se déroulent en Érythrée, en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou au Guatemala, où ont eu lieu certaines des violations mentionnées, le tribunal canadien rejetterait la poursuite, en partant du principe que la cause peut être entendue à un meilleur endroit.
Je suis heureux de signaler que la Cour suprême de la Colombie-Britannique a rejeté une telle demande de la part de Nevsun, une société minière qui était enregistrée à Vancouver, mais exerçait des activités en Érythrée. La cour a conclu qu'il y avait un véritable risque que les réfugiés n'obtiennent pas un procès équitable en Érythrée.
Il semble que nos tribunaux reconnaissent que, dans certaines circonstances, on peut permettre que des litiges soient réglés au Canada. L'affaire que je viens de mentionner en est un bon exemple. Toutefois, nous ne pouvons pas être certains que cela se produira. Nous avons donc besoin de modifier la législation à cet égard. C'est ce que ferait le projet de loi. C'est ce que le député de New Westminster—Burnaby s'efforce de faire en le présentant. Je suis extrêmement fier du travail qu'il a fait.
Quelqu'un a cité, plus tôt, quelques-uns des nombreux partisans du projet de loi. Parmi ces partisans se trouve Ken Neumann, des Métallurgistes unis. Il a dit:
Il est urgent que le Canada renforce ses lois pour lutter contre les violations des droits de la personne et des droits environnementaux à l'étranger ainsi que contre les pratiques connexes des sociétés. Pour ce faire, il faut que les élus fassent preuve de leadership.
Évidemment, il a raison. C'est ce que les Canadiens recherchent par rapport à ce projet de loi. Ils souhaitent que les tribunaux, la Cour fédérale du Canada, puissent entendre les actions au civil intentées par des étrangers au Canada à propos de manquements scandaleux aux droits de la personne ou aux droits issus de traités auxquels le Canada est partie. Qu'est-ce qui ne va pas là-dedans? Pourquoi ne voudrions-nous pas tous respecter cela? Notre pays jouit d'une si belle réputation dans le monde pour ses pratiques exemplaires au chapitre des droits de la personne et environnementaux. Cela ternit notre réputation lorsque nous entendons les atrocités commises à l'étranger, que ce soit le génocide et la souffrance de la population au Darfour, le meurtre de syndicalistes aux mains d'escadrons de la mort en Colombie ou la violence sexuelle qui se produit en Papouasie-Nouvelle-Guinée. J'estime qu'il est essentiel que nous réglions la question.
Comme je l’ai dit tout à l'heure, ce n’est pas comme si c’était quelque chose de vraiment nouveau. Aux États-Unis, la loi Alien Tort Claims Act permet aux étrangers d’intenter des poursuites devant les tribunaux américains pour violation du droit international. Cette loi est entrée en vigueur dans les années 1980. Et nous, au Canada, nous pensons révolutionner le monde.
Les libéraux semblent croire que c’est inconstitutionnel et qu’on ne peut pas le faire. Bien sûr que oui. C’est pourquoi le député de Scarborough—Guildwood a également essayé de faire avancer les choses. Je suis persuadé qu’il ressent la même pression que je ressens en tant que député de Victoria lorsque des gens viennent me voir et me supplient de passer à l’action. Nous devrions avoir honte du comportement de certaines de nos entreprises à l’étranger. Les entreprises canadiennes ne risquent pas vraiment d’être poursuivies en Érythrée ou en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les Canadiens en sont conscients. Ils veulent que les entreprises d’ici soient tenues de rendre des comptes chez nous, là où elles ont été créées et où résident généralement leurs administrateurs.
Il sera plus facile d’établir le bien-fondé d’une poursuite au civil qu’au criminel. Une procédure criminelle exige la participation d'un gouvernement étranger. De plus, comme il faut faire la preuve de la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable, il est très difficile de faire déclarer coupables au criminel des personnes qui pourraient faire l'objet de poursuites au civil.
En terminant, je tiens à remercier de nouveau le député de l'excellent travail qu'il a accompli pour présenter ce projet de loi. Il s'agit, selon moi, d'une mesure législative sensée. Elle n'a rien d'inconstitutionnel. Si jamais il y a des doutes, laissons les tribunaux en juger, mais ne soyons pas timorés au point de ne même pas donner au Parlement l'occasion de répondre aux pressions que bon nombre d'entre nous ont entendues de la part de leurs concitoyens, qui veulent que nous restaurions la réputation de notre pays, qui est ternie par ces entreprises à l'étranger, et que nous leur demandions des comptes, le cas échéant, devant les tribunaux du Canada.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2019-06-13 18:21 [p.29094]
Mr. Speaker, I am thankful for this opportunity to stand in support of private member's bill, Bill C-331. I would like to thank the hon. member for New Westminster—Burnaby for his work on the bill. It is very important legislation.
Speaking from personal experience, as a Canadian, I have had experience travelling in Central America. In the nineties, I was in Guatemala. My younger brother was part of the Managua team with the United Nations. My parents and I were involved in a human rights accompaniment with trade union activists who were trying to organize maquilas, the factory workers in Guatemala, and also working with people who were taking forward human rights complaints.
I spent some time travelling around Central America. I had a Canadian flag on my back. I could see, in different places where I went in Nicaragua and El Salvador, there were Canadian flags on bridges that had been built with Canadian money. People thanked me for being Canadian, for being there, for our country and for the role we played after the civil wars in Central America.
In 2014, I went back to El Salvador to take part in a delegation on mining. I was doing research for a film on investor state dispute settlements and looking into the case of Pac Rim Cayman LLC v. Republic of El Salvador. In that case, five of the environmentalists who stood up against this mine that nobody in the country wanted, because it would destroy the watershed that provided water to 60% of the population, were murdered. People had to leave the country as refugees because of the thugs who were involved with the mining company.
I took part in a conference, with delegates from Guatemala, Honduras and El Salvador. They all explained situations that were happening in their countries. They had photos and videos. I documented this conference and I put it up on my YouTube channel. However, the whole time I was hearing about how Canadian mining companies were involved in these projects in communities where they were unwanted. They ended up hiring thugs to intimidate local indigenous people and force them into accepting projects they did not want. They were destroying their communities, their local environment and their way of life. People were having to leave their homes under the threat of violence. People were being murdered, abused and sexually assaulted. To me, it was a very shameful experience. To know that we had companies abroad involved and engaged in these activities was very disheartening.
Therefore, I thank the hon. member for New Westminster—Burnaby for this work. This is a very important bill. People in these situations should be able to seek redress in this country, get justice and ensure that Canadian corporations abroad are responsible for the behaviour of the people they hire and work with in those countries.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir prendre la parole pour appuyer le projet de loi d'initiative parlementaire C-331. J'aimerais remercier le député de New Westminster—Burnaby de son travail sur cette mesure législative fort importante.
J'ai eu l'occasion de voyager en Amérique centrale. Je suis allé au Guatémala dans les années 1990. Mon frère cadet faisait partie de l'équipe des Nations unies de Managua. Mes parents et moi faisions partie d'une équipe d'accompagnement pour les droits de la personne auprès de militants syndicaux qui tentaient de syndiquer les travailleurs des maquilas, les travailleurs des usines du Guatémala, et nous travaillions aussi avec des gens qui voulaient déposer des plaintes pour atteinte aux droits de la personne.
J'ai passé un certain temps à parcourir l'Amérique centrale. Je portais le drapeau canadien. J'ai pu voir à différents endroits au Nicaragua et au Salvador des drapeaux canadiens sur des ponts qui avaient été construits avec des fonds provenant du Canada. Les gens me remerciaient parce que j'étais canadien, d'être là, pour notre pays et pour le rôle que le Canada a joué après les guerres civiles en Amérique centrale.
En 2014, je suis retourné au Salvador en tant que membre d'une délégation qui s'intéressait à l'exploitation minière. Je faisais des recherches pour un film sur le système de règlement des différends entre les investisseurs et l'État et je m'intéressais à l'affaire Pac Rim Cayman LLC c. Republic of El Salvador. Dans cette affaire, parmi les environnementalistes qui s'opposaient à la mine dont personne ne voulait au pays, car elle détruirait le bassin versant qui approvisionnait en eau 60 % de la population, cinq ont été assassinés. Des gens ont dû quitter le pays en tant que réfugiés à cause des bandits qui travaillaient pour la compagnie minière.
J'ai participé à une conférence avec des délégués du Guatemala, du Honduras et du Salvador. Ils ont tous expliqué ce qui se passait dans leur pays. Ils avaient des photos et des vidéos. J'ai enregistré la conférence et je l'ai mise sur ma chaîne YouTube. Tout au long de cette conférence, on a dit que des sociétés minières canadiennes participaient à des projets dans des collectivités où elles n'étaient pas les bienvenues. Ces sociétés ont fini par embaucher des bandits pour intimider les Autochtones de la région et les forcer à accepter des projets dont ils ne voulaient pas. Elles détruisaient les collectivités de ces Autochtones, leur région et leur mode de vie. Menacés, des gens étaient forcés de quitter leur foyer. D'autres étaient assassinés, maltraités et agressés sexuellement. Pendant la conférence, j'ai ressenti beaucoup de honte. J'ai été consterné d'apprendre qu'il y avait des entreprises canadiennes à l'étranger qui s'adonnaient à ce genre d'activités.
Par conséquent, je remercie le député de New Westminster—Burnaby de son travail. C'est un projet de loi très important. Les personnes qui se trouvent dans cette situation devraient pouvoir demander réparation au Canada, obtenir justice et exiger que les entreprises canadiennes à l'étranger soient responsables du comportement des personnes avec lesquelles elles travaillent et qu'elles embauchent dans ces pays.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-06-13 18:25 [p.29095]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleagues who spoke in favour of the bill. Obviously the bill has withstood the parliamentary scrutiny of the discussions and debates we have had over the two hours that have been accorded to it.
First, there have been a number of small technical issues, but they can be easily resolved through amendments. I want to make clear to all members, as I have in letters to every member of Parliament, that I am open to amendments and technical changes.
Second, we have heard from the government that this is not needed at all and that a bunch of people would apply. There is an obvious contraction there. If the bill is not needed, then victims will not come forward in the federal court. If victims come forward, it is because the bill is needed.
Just as we saw in the debate on the bill from the member for Scarborough—Guildwood about corporate responsibility, I suspect, after hearing the government members speak, that what is being heard here are the voices of corporate lobbyists. Corporate lobbyists are saying that no action should be taken on corporate responsibility. Corporate lobbyists are saying that victims should not be heard.
I would like to note in these final minutes of debate on this issue, before the important vote held next Wednesday, that other voices should be heard on the floor of the House of Commons when we cast our votes next Wednesday.
The voices that should be heard are those of the victims, like the victims of forced slave labour at Nevsun Resources in Eritrea. These people were forcibly conscripted, held as slaves and beaten. Their voices need to be heard on the floor of the House of Commons. They can only be heard by a yes vote on Bill C-331.
We should hear the voices of Adolfo Ich Chaman's family members. He was the activist who was shot and killed on the Hudbay Minerals property in Guatemala. There is also German Chub Choc, a local youth activist who was speaking out against mining operations. The voices of those in surviving families need to be heard on the floor of the House of Commons.
We need to hear from the victims of the appalling sexual violence taking place in Papua New Guinea. This happened on the grounds of the Barrick Gold operations. Those voices, those victims need to be heard on the floor of the House of Commons.
There are the surviving members of the family of the Salvadoran environmental activist, who was found murdered at the bottom of a well, his finger nails pulled out. That family needs to be heard on the floor of the House of Commons.
Those voices need to be heard, not those of corporate lobbyists. We should hear from the victims of these appalling human rights abuses taking place worldwide. In each of these cases, there can be no justice in those countries, because their judicial systems are corrupt and will not hear victims' pleas for justice.
Other voices need to be heard. There are the more than three million Canadians whose organizations have endorsed the bill and have called on members of Parliament to vote yes on the bill next Wednesday. Those voices need to be heard, as well as the voices of Canadians across the length and breadth of the country.
Poll after poll has shown that the vast majority of Canadians believe in corporate responsibility, believe in justice and believe that Canada needs to be a voice in the world for human rights and justice. We can accomplish that by a yes vote next Wednesday.
Canadians have said very clearly that they want parliamentarians to vote yes on the bill. I would urge Canadians to contact their members of Parliament in the coming days. The vote is next Wednesday. Parliamentarians need to be called by their constituents, and their constituents need to tell them to vote yes on Bill C-331.
The victims' voices, the victims of appalling human rights abuses, of violence, of murder and of sexual abuse, all of them are calling out today for members of Parliament to vote yes on Bill C-331. I hope all members of Parliament will heed the call and vote yes next Wednesday.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mes collègues qui se sont prononcés en faveur du projet de loi. De toute évidence, il a résisté à l'examen parlementaire, à savoir les discussions et le débat que nous avons tenus au cours des deux heures qui lui ont été accordées.
Primo, le projet de loi contient quelques petits problèmes de forme, mais ils peuvent être facilement résolus à l'aide d'amendements. Je tiens à préciser à tous les députés, comme je l'ai fait dans les lettres que je leur ai adressées, que je suis ouvert aux amendements et aux modifications de forme.
Secundo, le gouvernement nous a dit que ce projet de loi n'est pas nécessaire du tout et que beaucoup de gens présenteraient une demande. Il y a là une contradiction évidente. Si le projet de loi n'est pas nécessaire, les victimes ne s'adresseront pas à la Cour fédérale. Si des victimes se manifestent, c'est parce que le projet de loi est nécessaire.
Comme nous l'avons vu lors du débat sur le projet de loi du député de Scarborough—Guildwood sur la responsabilité des entreprises, je soupçonne, après avoir entendu les députés ministériels, que ce sont les lobbyistes des entreprises que nous entendons. Ces derniers disent qu'aucune mesure ne devrait être prise pour responsabiliser les entreprises. Ils disent aussi que les victimes ne devraient pas être entendues.
J'aimerais mentionner, pendant les dernières minutes de débat sur cette question, avant le vote important qui aura lieu mercredi prochain, que d'autres voix devraient être entendues à la Chambre des communes lorsque nous voterons mercredi.
Les voix que nous devrions entendre sont celles des victimes, notamment les victimes de l'exploitation d'esclaves à Nevsun Resources, en Érythrée. Ces gens ont été recrutés de force, réduits à l'esclavage et battus. Leurs voix doivent être entendues à la Chambre des communes. Seul un vote en faveur du projet de loi C-331 le permettra.
Nous devrions entendre les voix des membres de la famille d'Adolfo Ich Chaman, un activiste qui a été abattu sur la propriété d'Hudbay Minerals, au Guatemala. Il y a aussi German Chub Choc, un jeune de la région qui militait contre les exploitations minières. Les voix des membres des familles qui ont survécu doivent être entendues à la Chambre des communes.
Nous devons entendre les victimes de la violence sexuelle effroyable qui sévit en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il y a eu des incidents sur la propriété de Barrick Gold. Ces voix, ces victimes, doivent être entendues à la Chambre des communes.
Il y a aussi les membres survivants de la famille du militant environnemental salvadorien qui a été trouvé mort au fond d'un puits, les ongles arrachés. Cette famille doit se faire entendre à la Chambre des communes.
Ce sont ces voix qui ont besoin d'être entendues, et non celles des lobbyistes d'entreprises. Nous devrions écouter les victimes des violations épouvantables des droits de la personne qui sont perpétrées un peu partout dans le monde. Dans chacun de ces cas, la justice ne peut pas être rendue dans le pays d'origine, parce que le système judiciaire y est corrompu et refuse d'entendre les plaintes des victimes.
Il y a d'autres voix qu'il faut entendre, soit celles de plus de trois millions de Canadiens représentés par des organismes qui appuient le projet de loi et demandent aux députés de voter pour celui-ci mercredi prochain. Ces voix doivent être entendues, de même que les voix des Canadiens de partout au pays.
D'innombrables sondages montrent que la vaste majorité des Canadiens croient en la responsabilité des entreprises et en la justice, et estiment que le Canada doit défendre les droits de la personne et la justice dans le monde. Nous pouvons accomplir cela si nous votons pour le projet de loi mercredi prochain.
Les Canadiens ont clairement indiqué qu'ils souhaitent que les députés votent pour le projet de loi. Je presse les Canadiens de communiquer avec leur député au cours des prochains jours. Le vote aura lieu mercredi, alors les gens doivent contacter leur député et lui dire de voter en faveur du projet de loi C-331.
Les victimes de ces abus épouvantables, de violations des droits de la personne, de violence, de meurtre et d'agression sexuelle, demandent toutes aux députés de voter pour le projet de loi C-331. J'espère que tous les députés répondront à l'appel et voteront oui mercredi prochain.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 2426--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the government’s CC-150 (Airbus), since July 1, 2017: what are the details of the legs of each flight, including (i) date, (ii) point of departure, (iii) destination, (iv) number of passengers, (v) names and titles of passengers, excluding security or Canadian Armed Forces members, (vi) total catering bill related to the flight?
Response
(Return tabled)

Question No. 2427--
Ms. Rachel Blaney:
With regard to Tax-Free Savings Accounts (TFSA) in Canada, for the three most recent tax years available: (a) what is the total number of persons with at least one TFSA, broken down by age groups (i) 18 to 24, (ii) 25 to 34, (iii) 35 to 54, (iv) 55 to 64, (v) 65 and above; (b) what is the total number of persons with TFSAs, broken down by Fair Market Value Bracket (i) under $100,000, (ii) $100,000 to $250,000, (iii) $250,000 to $500,000, (iv) $500,000 to $1,000,000, (v) $1,000,000 and above; and (c) what is the total Fair Market Value of TFSAs, broken down by age groups (i) 18 to 24, (ii) 25 to 34, (iii) 35 to 54, (iv) 55 to 64, (v) 65 and above?
Response
(Return tabled)

Question No. 2428--
Mr. Mario Beaulieu:
With regard to federal spending in the riding of La Pointe-de-l'Île since 2015: what was the total amount of federal investments, broken down by year, department and project in the riding?
Response
(Return tabled)

Question No. 2430--
Ms. Linda Duncan:
With regard to Canada’s commitment in the Feminist International Assistance Policy to join global partnerships that promote sexual and reproductive health and rights (SRHR) for women and girls: (a) what steps is the government taking to ensure support for this work is sustained and scaled up beyond 2020; (b) does the government intend to commit to the Future Planning Initiative’s call for $1.4 billion per year for ten years for SRHR initiatives, including $500 million per year for the neglected areas of SRHR; and (c) will this funding be in addition to the official development assistance promised in the 2018 and 2019 budgets?
Response
(Return tabled)

Question No. 2433--
Mr. John Barlow:
With regard to the 2019 Canada Summer Jobs Program: (a) what was the total number of applications; (b) how many applications were (i) approved for funding, (ii) rejected or denied funding; and (c) what is the number of applications that were (i) approved for funding, (ii) rejected or denied funding, broken down by riding?
Response
(Return tabled)

Question No. 2434--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the $450 million Champions stream of the Low Carbon Economy Fund: (a) how many potential applicants submitted an expression of interest to Environment and Climate Change Canada, broken down by (i) small and medium-sized businesses, (ii) large businesses, (iii) provinces and territories, (iv) potential to reduce greenhouse gas emissions; (b) how many organizations were invited to submit a formal proposal, broken down by (i) provinces and territories, (ii) municipalities, (iii) Indigenous communities and organizations, (iv) small and medium-sized businesses, (v) large businesses, (vi) not-for-profit organizations, (vii) potential to reduce greenhouse gas emissions; and (c) how much has been spent to date, broken down by (i) business name, (ii) province and territory, (iii) potential to reduce greenhouse gas emissions for each business funded?
Response
(Return tabled)

Question No. 2435--
Mr. Alistair MacGregor:
With regard to the Phoenix pay system, and specifically with respect to problems experienced by constituents in the riding of Cowichan—Malahat—Langford: (a) how many open cases currently exist in the riding, and has a case officer been assigned to each; (b) what is the length of time each case has been open; (c) how many cases have been resolved within the current prescribed service standards dating back to the introduction of the Phoenix pay system; and (d) how many cases have not been resolved within the current prescribed service standards dating back to the introduction of the Phoenix pay system?
Response
(Return tabled)

Question No. 2436--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to the handling by Canada's National Contact Point for the OECD Guidelines (NCP) of a Request for Review from the not-for-profit Bruno Manser Fonds (BMF) of Switzerland regarding the Ottawa-based multinational Sakto Corporation and the role of the Department of Justice in this case: (a) following receipt of the Request for Review from the BMF in January 2016, did any person who was a member of, or associated with in any capacity, the NCP committee receive written or verbal notification of potential legal action from Sakto against any members or persons associated with the NCP committee, the NCP as an institution, federal employees, Cabinet ministers or ministers’ staff, or the government as a whole, in regard to this Request for Review; (b) what are the names and institutional positions of the persons who received and are aware of such notifications of potential legal action, and what are the names and institutional positions of persons and institutions of the government, ministers, or federal employees against whom such potential legal action was directed; (c) what was the stated cause or basis of potential legal action for the Request for Review in (a); (d) what role did the threat of legal action play in the NCP change of position from its draft initial assessment of October 2016 to dismissal of the case in March 2017 in a draft final statement; (e) which Members of Parliament were implicated by Sakto, and who engaged these Members of Parliament on behalf of Sakto during the NCP assessment process; (f) what are the names and institutional positions of the persons, including any ministers, who were approached by these Members of Parliament, and what actions did those persons who were approached take, including details of written or verbal communications with the NCP committee and its staff, in particular; (g) were members of the NCP committee, their staff and associated civil servants urged, encouraged or instructed by any Member of Parliament or minister, or their staff, to dismiss or consider dismissing the Sakto case that was under review and, if so, by whom; (h) what are the names and positions of the persons who challenged the NCP's jurisdiction on behalf of Sakto, and what was the nature of this challenge, including actions and details of written or verbal communications with the NCP committee and its staff, or others, and what are the names and positions of the persons who were aware of Sakto's challenge of the NCP's jurisdiction; (i) what is the name of the Deputy Minister of Justice to which Sakto’s made submissions, including details of the submissions, and what action, verbal or written communication did the Deputy Minister of Justice undertake in response; (j) why did the NCP decide to take the decision of removing a published final statement that had been posted on its web site for ten months; (k) on what legal basis did the Department of Justice issue cease and desist letters regarding documents issued by the NCP related to the Sakto Request for Review to BMF and OECD Watch; (l) on what legal basis did the NCP issues a cease and desist letter to MiningWatch Canada; (m) why and at whose request did the Department of Justice and the NCP issues these letters; (n) how did the Minister of Infrastructure and Communities and the Minister of International Trade Diversification explain the process followed by the NCP in this case, and what are the details of the Minister of Infrastructure and Communities’ and the Minister of International Trade Diversification’s written or verbal responses to the Secretary General of the OECD, or any other staff of the OECD; and (o) has the Minister of Infrastructure and Communities or the Minister of International Trade Diversification briefed or discussed the Sakto Request for Review with the Prime Minister, any staff now or previously employed in the Office of the Prime Minister, or any staff now or previously employed by the Privy Council Office, and, if so, what are the names and positions of these persons, what exactly was communicated to each of theses persons by the Minister of Infrastructure and Communities and the Minister of International Trade Diversification regarding the Sakto Request for Review and the topics raised in this question?
Response
(Return tabled)

Question No. 2437--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to the Canada–Mexico Partnership, Canada's relationship with Mexico in the areas of mining, energy and the environment, and visits between both countries, since October 2018, with members of the administration of Mexican President Andrés Manuel Lopez Obrador: (a) what are the agreements reached between Canada and Mexico with regard to training, technical support, exchanges and other types of support pertaining to consultation of Indigenous peoples and other mining-affected communities and their participation in natural resource development projects; (b) what are the agreements reached between Canada and Mexico with regard to training, technical support, exchanges and other types of support pertaining to increasing public confidence in mining; (c) what are the agreements reached between Canada and Mexico with regard to training, technical support, exchanges and other types of support pertaining to good governance and best practices in the mining sector; (d) is there a guide, guidelines, model or other document that outlines what the government considers as good governance and best practices, used in this or other similar collaborations; (e) what are the agreements reached between Canada and Mexico with regard to training, technical support, exchanges and other types of support pertaining to security and human rights in mining and energy activities; (f) is there a guide, guidelines, model or other document that outlines what the government considers to be exemplary in terms of security and human rights in mining and energy development projects, used in this or other similar collaborations; (g) what are the agreements reached between Canada and Mexico with regard to training, technical support, exchanges and other types of support pertaining to sustainable mining; (h) is there a guide, guidelines, model or other document that outlines what the government considers to be sustainable mining, used in this or other similar collaborations; (i) have there been or will there be training or capacity building sessions between Canada and Mexico in the areas of consultation of Indigenous peoples and other mining­affected communities and their participation in natural resource development projects, increasing public confidence in mining, good governance and best practices in the mining sector, sustainable mining, or security and human rights in mining and energy activities and, if so, (i) when have these taken place during the administration of President Enrique Peña Nieto, (ii) when have these taken place with members of the incoming administration of President Andrés Manuel Lopez Obrador, between October 1 and December 1, 2018, (iii) when have these taken place or are scheduled to occur after December 1, 2018; (j) what are the objectives of the training or capacity-building sessions being provided in the areas of consultation of Indigenous peoples and other mining-affected communities and their participation in natural resource development projects, increasing public confidence in mining, good governance and best practices in the mining sector, sustainable mining, or security and human rights in mining and energy activities; (k) what is the nature of the technical support or capacity building that Canada is providing or envisions providing to Mexico in the areas of consultation of Indigenous peoples and other mining-affected communities and their participation in natural resource development projects, increasing public confidence in mining, good governance and best practices in the mining sector, sustainable mining, or security and human rights in mining and energy activities, including (i) who is providing such training or capacity building, (ii) who is participating on the part of both countries, (iii) what funds have been allotted for this work, (iv) what is the source of these funds; (l) what exchanges have taken place or are planned or envisioned to take place between Canada and Mexico in the areas of consultation of Indigenous peoples and other mining­affected communities and their participation in natural resource development projects, increasing public confidence in mining, good governance and best practices in the mining sector, sustainable mining, or security and human rights in mining and energy activities, including (i) who is participating on the part of both countries, (ii) what funds have been allotted for this work, (iii) what is the source of these funds; (m) what was the program and related agenda of Mexican public officials from the Lopez Obrador administration who visited Canada in October and November of 2018, including (i) meetings held, (ii) mine sites visited, (iii) other events, (iv) guests present, (v) main takeaways and agreements reached, (vi) whether informal or formal; (n) what policies, norms or official guidelines do Canadian public officials need to respect with regard to security and human rights of communities affected by mining and energy projects when collaborating with the Mexican government in these areas; (o) what policies, norms or official guidelines do Canadian public officials need to respect with regard to security and human rights of communities affected by mining and energy projects when engaging with the private sector for related activities and investments or potential investments in Mexico; and (p) what mechanisms exist in the case where there are complaints as a result of violations on the part of Canadian public officials of the policies, norms or official guidelines delineated in (n) and (o)?
Response
(Return tabled)

Question No. 2438--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to the decision of the Canadian Armed Forces to refuse to extend peer support services to survivors of military sexual trauma: (a) what are the research and resources the department used to make this decision; (b) what is the title and date of each report; and (c) what is the methodology used for each report?
Response
(Return tabled)

Question no 2426 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne le CC-150 (Airbus) du gouvernement, depuis le 1er juillet 2017: quels sont les détails des étapes de chaque vol, y compris (i) la date, (ii) le point de départ, (iii) la destination, (iv) le nombre de passagers, (v) le nom et le titre des passagers, à l’exception des agents de sécurité et des membres des Forces armées canadiennes, (vi) le coût total des services de restauration pour le vol?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2427 --
Mme Rachel Blaney:
En ce qui concerne les comptes d’épargne libre d’impôt (CELI) au Canada, pour les trois derniers exercices disponibles: a) quel est le nombre total de personnes possédant au moins un CELI, ventilé par groupes d’âge (i) de 18 à 24 ans, (ii) de 25 à 34 ans, (iii) de 35 à 54 ans, (iv) de 55 à 64 ans, (v) 65 ans et plus; b) quel est le nombre total de personnes possédant des CELI, ventilé par juste valeur marchande, selon les tranches (i) de moins de 100 000 $, (ii) de 100 000 $ à 250 000 $, (iii) de 250 000 $ à 500 000 $, (iv) de 500 000 $ à 1 000 000 $, (v) de 1 000 000 $ et plus; c) quelle est la juste valeur marchande totale des CELI, ventilé par groupes d’âge (i) de 18 à 24 ans, (ii) de 25 à 34 ans, (iii) de 35 à 54 ans, (iv) de 55 à 64 ans, (v) 65 ans et plus?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2428 --
M. Mario Beaulieu:
En ce qui concerne les dépenses fédérales dans la circonscription de la Pointe-de-l'île depuis 2015: quelle est la somme totale, ventilée par année, par ministère et par projet, des investissements fédéraux dans la circonscription?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2430 --
Mme Linda Duncan:
En ce qui concerne l’engagement du Canada, dans le cadre de sa Politique d’aide internationale féministe, à se joindre à des partenariats mondiaux pour promouvoir la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) des femmes et des filles: a) quelles mesures le gouvernement prend-il pour soutenir ce travail et en élargir la portée au-delà de 2020; b) le gouvernement a-t-il l’intention de répondre à l’appel de l’Initiative de planification de l’avenir et fournir 1,4 milliard de dollars par année sur dix ans pour les mesures de SDSR, dont 500 millions de dollars par année pour les secteurs négligés de la SDSR; c) ces fonds seront-ils versés en sus de l’aide publique au développement promise dans les budgets de 2018 et 2019?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2433 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne le programme Emplois d’été Canada 2019: a) quel a été le nombre total de demandes; b) combien de demandes de financement ont été (i) approuvées, (ii) rejetées ou refusées; c) combien de demandes de financement ont été (i) approuvées, (ii) rejetées ou refusées, ventilées par circonscription?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2434 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne le volet des Champions de 450 millions de dollars du Fonds pour une économie à faible émission de carbone: a) combien de demandeurs potentiels ont présenté une déclaration d’intérêt à Environnement et Changement climatique Canada, ventilés par (i) petites et moyennes entreprises, (ii) grandes entreprises, (iii) provinces et territoires, (iv) potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre; b) combien d’organisations ont été invitées à présenter une proposition officielle, ventilées par (i) provinces et territoires, (ii) municipalités, (iii) collectivités et organisations autochtones, (iv) petites et moyennes entreprises, (v) grandes entreprises, (vi) organismes à but non lucratif, (vii) potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre; c) quel a été le total dépensé jusqu’à maintenant, ventilé par (i) nom de l’entreprise, (ii) provinces et territoires, (iii) potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour chacune des entreprises financées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2435 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne le système de paie Phénix, et particulièrement les problèmes que connaissent les citoyens de la circonscription de Cowichan—Malahat—Langford: a) combien de cas en instance existe-t-il à l’heure actuelle dans la circonscription, et un agent de traitement est-il affecté à chacun de ces cas; b) quel est le temps écoulé depuis l’ouverture de chaque cas; c) combien de cas ont été résolus à l’aide des normes de service prescrites actuelles, si l’on remonte à la mise en place du système de paie Phénix; d) combien de cas n’ont pas été résolus à l’aide des normes de service prescrites actuelles, si l’on remonte à la mise en place du système de paie Phénix?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2436 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne la façon dont le point de contact national (PCN) du Canada pour les Principes directeurs de l’OCDE a traité une demande d’examen déposée par Bruno Manser Fonds (BMF), organisme à but non lucratif suisse, à l’encontre de la multinationale Sakto, d’Ottawa, et le rôle joué par le ministère de la Justice dans cette affaire: a) suivant la réception de la demande d’examen déposée par BMF en janvier 2016, des membres du PCN ou des personnes affiliées d’une façon ou d’une autre au PCN ont-ils reçu un avis, écrit ou verbal, annonçant une poursuite en justice potentielle qu’intenterait Sakto contre des membres du PCN ou des personnes affiliées au PCN, contre le PCN en tant qu’institution, contre des fonctionnaires fédéraux, des ministres du Cabinet ou des employés ministériels, ou contre le gouvernement dans son ensemble, relativement à cette demande d’examen; b) quels sont les noms et les postes des personnes ayant reçu et connaissant l’existence de tels avis de poursuite en justice potentielle, et quels sont les noms et les postes des personnes et des institutions gouvernementales, des ministres ou des fonctionnaires fédéraux qui étaient visés par une telle poursuite en justice potentielle; c) quel était le fondement ou le motif énoncé de la poursuite en justice potentielle faisant suite à la demande d’examen en a); d) quel rôle la menace d’une poursuite en justice a-t-elle joué dans le changement de position du PCN entre l’ébauche de l’évaluation initiale qu’il a faite en octobre 2016 et le rejet de la demande qu’il a annoncé en mars 2017 dans une ébauche de communiqué final; e) quels députés ont été contactés par Sakto et qui a contacté ces députés au nom de Sakto pendant le processus d’évaluation du PCN; f) quels sont les noms et les postes des personnes, y compris des ministres, le cas échéant, qui ont été contactées par ces députés, et quelles mesures ces personnes qui ont été contactées ont-elles prises, y compris les détails de toute communication écrite ou verbale avec le PCN et son personnel, en particulier; g) les membres du PCN, son personnel et les fonctionnaires qui y sont affectés ont-ils reçu, de la part de députés ou de ministres ou de leur personnel, des exhortations, des encouragements ou des ordres en vue de rejeter ou d’envisager de rejeter la demande d’examen visant Sakto qui était en cours d’évaluation et, le cas échéant, de qui; h) quels sont les noms et les postes des personnes qui ont contesté la compétence du PCN au nom de Sakto, et quelle était la nature de cette contestation, y compris les actes et les détails des communications écrites ou verbales avec le PCN et son personnel, ou d’autres, et quels sont les noms et les postes des personnes qui étaient au courant que Sakto contestait la compétence du PCN;i) quel est le nom du sous-ministre adjoint de la Justice à qui Sakto a présenté ses arguments, y compris les détails de ces arguments, et quelles mesures ou communications verbales ou écrites le sous-ministre adjoint de la Justice a-t-il entreprises en réponse; j) pourquoi le PCN a-t-il décidé de supprimer un communiqué final qui était affiché sur son site Web depuis 10 mois; k) sur quel fondement juridique le ministère de la Justice a-t-il fait parvenir des lettres de cessation et d’abstention à BMF et à OECD Watch concernant des documents publiés par le PCN au sujet de la demande d’examen visant Sakto; l) sur quel fondement juridique le PCN a-t-il fait parvenir une lettre de cessation et d’abstention à MiningWatch Canada; m) pour quelles raisons et à la demande de qui le ministère de la Justice et le PCN ont-ils envoyé ces lettres; n) comment le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités et le ministre de la Diversification du commerce international ont-ils expliqué le processus suivi par le PCN dans cette affaire, et quels sont les détails des réponses écrites ou verbales données par le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités et le ministre de la Diversification du commerce international au secrétaire général de l’OCDE ou à d’autres membres du personnel de l’OCDE; o) le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités ou le ministre de la Diversification du commerce international a-t-il discuté de la demande d’examen visant Sakto avec le premier ministre, des membres du personnel actuels ou passés du Cabinet du premier ministre ou des membres du personnel actuels ou passés du Bureau du Conseil privé ou les en a-t-il informé, et, le cas échéant, quels sont les noms et les positions de ces personnes, et qu’est-ce qui a été communiqué au juste à chacune de ces personnes par le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités et le ministre de la Diversification du commerce international au sujet de la demande d’examen visant Sakto et des sujets soulevés dans la présente question?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2437 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne le Partenariat Canada–Mexique, la relation que le Canada entretient avec le Mexique dans les secteurs de l’exploitation minière, de l’énergie et de l’environnement, et les visites que se sont rendues, depuis octobre 2018, le Canada et des membres du gouvernement du président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador: a) quels accords le Canada et le Mexique ont-ils conclus relativement à la formation, au soutien technique, aux échanges et aux autres types de soutien concernant la consultation des peuples autochtones et des autres communautés touchées par l’exploitation minière, de même que leur participation aux projets d’exploitation des ressources naturelles; b) quels accords le Canada et le Mexique ont-ils conclus relativement à la formation, au soutien technique, aux échanges et aux autres types de soutien concernant les efforts destinés à accroître la confiance du public dans l’exploitation minière; c) quels accords le Canada et le Mexique ont-ils conclus relativement à la formation, au soutien technique, aux échanges et aux autres types de soutien concernant la bonne gouvernance et les pratiques exemplaires appliquées dans le secteur minier; d) dans le cadre de la collaboration dont il est ici question ou d’autres cas de collaboration semblables, le gouvernement utilise-t-il un guide, des lignes directrices, un modèle ou un autre document qui expliquent ce qu’il considère comme de la bonne gouvernance et des pratiques exemplaires; e) quels accords le Canada et le Mexique ont-ils conclus relativement à la formation, au soutien technique, aux échanges et aux autres types de soutien concernant la sécurité et le respect des droits de la personne dans les secteurs de l’exploitation minière et de l’énergie; f) dans le cadre de la collaboration dont il est ici question ou d’autres cas de collaboration semblables, le gouvernement utilise-t-il un guide, des lignes directrices, un modèle ou un autre document qui expliquent ce qu’il considère comme des pratiques exemplaires en matière de sécurité et de respect des droits de la personne dans les projets miniers et énergétiques; g) quels accords le Canada et le Mexique ont-ils conclus relativement à la formation, au soutien technique, aux échanges et aux autres types de soutien concernant l’exploitation minière durable; h) dans le cadre de la collaboration dont il est ici question ou d’autres cas de collaboration semblables, le gouvernement utilise-t-il un guide, des lignes directrices, un modèle ou un autre document qui expliquent ce qu’il considère comme de l’exploitation minière durable; i) y a-t-il eu ou y aura-t-il des séances de formation ou de renforcement des capacités entre le Canada et le Mexique concernant la consultation des peuples autochtones et des autres communautés touchées par l’exploitation minière, de même que leur participation aux projets d’exploitation des ressources naturelles, les efforts destinés à accroître la confiance du public dans l’exploitation minière, ainsi que la bonne gouvernance et les pratiques exemplaires appliquées dans le secteur minier et en matière d’exploitation minière durable ou de sécurité et de respect des droits de la personne dans les domaines de l’exploitation minière et du développement énergétique et, le cas échant, (i) quand ces séances ont-elles eu lieu au cours du mandat du président Enrique Peña Nieto, (ii) quand ces séances se sont-elles tenues en collaboration avec des membres du gouvernement du président désigné Andrés Manuel Lopez Obrador, entre le 1er octobre et le 1er décembre 2018, (iii) quand ces séances ont-elles eu lieu ou doivent-elles se tenir après le 1er décembre 2018; j) quels sont les objectifs des séances de formation ou de renforcement des capacités offertes concernant la consultation des peuples autochtones et des autres communautés touchées par l’exploitation minière, de même que leur participation aux projets d’exploitation des ressources naturelles, les efforts destinés à accroître la confiance du public dans l’exploitation minière, ainsi que la bonne gouvernance et les pratiques exemplaires appliquées dans le secteur minier et en matière d’exploitation minière durable ou de sécurité et de respect des droits de la personne dans les domaines de l’exploitation minière et du développement énergétique; k) quelle est la nature du soutien technique ou du renforcement des capacités que le Canada fournit ou envisage de fournir au Mexique concernant la consultation des peuples autochtones et des autres communautés touchées par l’exploitation minière, de même que leur participation aux projets d’exploitation des ressources naturelles, les efforts destinés à accroître la confiance du public dans l’exploitation minière, ainsi que la bonne gouvernance et les pratiques exemplaires appliquées dans le secteur minier et en matière d’exploitation minière durable ou de sécurité et de respect des droits de la personne dans les domaines de l’exploitation minière et du développement énergétique, y compris (i) qui fournit la formation ou le renforcement des capacités en question, (ii) qui y participe, du côté canadien et du côté mexicain, (iii) combien d’argent est consacré à ce travail, (iv) d’où provient cet argent; l) quels échanges le Canada et le Mexique ont-ils eus, ou prévoient-ils ou envisagent-ils d’avoir, concernant la consultation des peuples autochtones et des autres communautés touchées par l’exploitation minière, de même que leur participation aux projets d’exploitation des ressources naturelles, les efforts destinés à accroître la confiance du public dans l’exploitation minière, ainsi que la bonne gouvernance et les pratiques exemplaires appliquées dans le secteur minier et en matière d’exploitation minière durable ou de sécurité et de respect des droits de la personne dans les domaines de l’exploitation minière et du développement énergétique, y compris (i) qui y participe, du côté canadien et du côté mexicain, (ii) combien d’argent est consacré à ce travail, (iii) d’où provient cet argent; m) quels ont été le programme et les activités connexes de la délégation mexicaine du gouvernement Lopez Obrador qui est venue au Canada en octobre et novembre 2018, y compris (i) les rencontres organisées, (ii) les sites miniers visités, (iii) les autres activités, (iv) les invités présents, (v) les principales leçons à tirer de cette visite et les accords conclus, (vi) la tenue des rencontres dans un cadre formel ou informel; n) à quelles politiques, normes ou lignes directrices officielles les agents publics canadiens doivent-ils adhérer concernant la sécurité et le respect des droits de la personne des membres des communautés touchées par les projets miniers et énergétiques lorsqu’ils sont appelés à collaborer avec le gouvernement du Mexique à cet égard; o) à quelles politiques, normes ou lignes directrices officielles les agents publics canadiens doivent-ils adhérer concernant la sécurité et le respect des droits de la personne des membres des communautés touchées par les projets miniers et énergétiques lorsqu’ils sont appelés à travailler avec des entreprises privées pour les besoins d’activités connexes, d’investissements ou d’investissements possibles au Mexique; p) quels mécanismes entrent en fonction dans le cas de plaintes découlant du non respect, par les agents publics canadiens, des politiques, des normes ou des lignes directrices officielles indiquées en n) et o)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2438 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne la décision des Forces armées canadiennes de refuser d’offrir des services de soutien par les pairs aux survivants de traumatismes sexuels en milieu militaire: a) quelles recherches et quelles ressources le ministère a-t-il mis à profit pour prendre cette décision; b) quels sont le titre et la date de publication de chaque rapport; c) quelle est la méthodologie appliquée pour chaque rapport?
Response
(Le document est déposé.)
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, it is an honour to stand in the House to speak to this particular bill. Unfortunately, Bill C-88 is another anti-energy policy from the Liberal government, which is driving energy investment out of Canada, costing Canadian workers their jobs and increasing poverty rates in the north. Like Bill C-69 before it, Bill C-88 politicizes oil and gas extraction by expanding the powers of the cabinet to block economic development and adds to the increasing levels of red tape that proponents must face before they can get shovels in the ground.
Further, Bill C-88 reveals a full rejection of calls from elected territorial leaders for increased control of their natural resources. I am deeply concerned that with Bill C-88, the Liberals would entrench into law their ability to continue to arbitrarily and without consultation block oil and gas projects. As witnesses noted in the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs, again we see the Liberal government putting together very different pieces of legislation. Before taking office, they promised to table only legislation that stands alone, and they have run away from that promise altogether.
The former Conservative government viewed the north as a key driver of economic activity for decades to come. Other Arctic nations, including China and Russia, are exploring possibilities. The Liberals, meanwhile, are arbitrarily creating more barriers to economic development in Canada's north, with the Liberal government's top-down and ever-paternalistic action to do nothing to reduce poverty in remote and northern regions of Canada. Northerners face the unique challenges of living in the north with fortitude and resilience. They want jobs and economic opportunities for their families, and they deserve a government that has their back.
Bill C-88 is another one in the long list of failed Liberal environmental policies. There are Bill C-69, which will further throttle natural resource development; Bill C-68, the new fisheries act, which will add another layer of complications to all Canadian economic development; Bill C-48, the tanker ban; as well as Bill C-55, the marine protected areas law. Added together, it is a complete dog's breakfast of anti-development legislation.
The natural resource industries are extremely important in this country. Indeed, I am very honoured and proud to represent a natural resource constituency. What do the natural resources consist of in this country? They are energy, forestry, agriculture, mining, commercial fishing, hunting, fishing, trapping and so on. In my riding of Dauphin—Swan River—Neepawa, all of these activities take place in various regions, in all 66,000 square kilometres of my riding, and it sickens and angers me how the workers in the natural resource industries and the people in the communities are continually being attacked by the government, whether it is anti-firearms legislation, Bill C-69 or Bill C-68. All of these pieces of legislation collectively add up to a complete throttling of rural communities.
I listened with great humour to the parliamentary secretary's comments about the Mackenzie Valley. I cut my teeth as a young fisheries biologist doing environmental impact work in the Mackenzie Valley. I was there in 1971, 1972, 1975 and again in the 1980s. While I would certainly never claim to know as much about the Mackenzie Valley as does the hon. member for Northwest Territories, my experience as a biologist has been unique.
Back in the 1970s, when the first environmental impact assessment work was done in the Mackenzie Valley, I was part of teams of biologists who sampled every single waterway in the Mackenzie Valley where the pipeline would cross. We assessed fish and wildlife habitats up and down the valley, and I am one of the few people in this country, apart from the residents of the Mackenzie Valley itself, who have seen, experienced, photographed and measured essentially all of the environmental amenities and characteristics that the Mackenzie Valley has. In addition, I have also visited most communities. It was quite a while ago; nevertheless, I do not think a lot has changed.
The implication from the parliamentary secretary is that absolutely nothing has been done in the Mackenzie Valley, nothing at all. The work started in the 1970s, with the aforementioned environmental impact assessment that was done and that I was a part of. Those were the years of the Berger commission. The shameful Berger commission held hearing after hearing. That was a time when natural gas and energy prices were fairly high, so much so that Thomas Berger recommended that the project be shelved, which it was, after hundreds of millions of dollars were spent on exploration activities and with much community involvement. I was there. I saw it. I was part of it.
In the 1990s, it was done all over again. The same streams that we sampled in the 1970s were looked at, the same wildlife habitat, the same environmental characteristics were all measured and, again, the same conclusion was reached: no development.
The late 1990s were a time when natural gas prices were something like $15 per 1,000 cubic feet. It made the pipeline economical. Well, along came fracking, and the price of natural gas went down to $3 per 1,000 cubic feet, and in the mid-2000s, the pipeline project was shelved in perpetuity, leaving these communities consigned to poverty.
The Mackenzie Valley is a unique and wonderful place. The soils are rich and the trees are big. It is indeed an anomaly in the north. One does not have to go too far east of the Mackenzie Valley to hit the tundra. There have been experimental farms in the Mackenzie Valley. There was one at Fort Simpson when I was living there. Again, the agricultural and forestry potential is absolutely enormous.
The parliamentary secretary talks about the fragility of the Mackenzie Valley. I doubt he has seen it. All of the world's environments need to be treated with care. However, does he realize that there have been oil wells in Norman Wells since the Second World War? Does he realize that, in 1980, a pipeline was built from Norway House to Zama Lake, Alberta? All of these developments were done without any fanfare, and Norman Wells, producing some of the finest crude oil in the world, has been operating for decades now with little or no environmental impact. People who do not know what they are talking about and do not know about the environment are making laws that consign people in these communities to poverty in perpetuity, and that is absolutely shameful.
In terms of indigenous communities and resource development, one need only look at the Agnico Eagle gold mine at Baker Lake. I hate to break it to my friends opposite, who so object to resource development, but the employment rate in Baker Lake is 100%, thanks to that mining operation.
During the testimony for Bill C-69, I asked Pierre Gratton, the head of The Mining Association of Canada, about the social conditions in communities that operate in the diamond mining area. These are his words, not mine, but I am paraphrasing. He talked about the increase in education levels. Literacy went up; job training went up; and the social conditions improved.
The current government is consigning Canada's north and Canada's northern communities to poverty in perpetuity, and I hope it is happy about it, because I certainly am not. It is shameful what it is doing.
In my time as a biologist, I have seen the evolution of environmental policy, starting in the 1970s. I was not there, but I remember the first Earth Day in 1970, which Maurice Strong organized. Back in the mid-1980s, the Brundtland commission came out with “Our Common Future”, which talked about the concept of sustainable development. Gro Harlem Brundtland was very clear on the concept of sustainable development. She said clearly that sustainable development is not an environment concept; it is a development concept, and it is development in harmony with the environment. However, the current government has seen fit to break that particular compact with the people.
In the 2000s, of course, I also saw the rise of climate science and environmental policy. It is an evolution I have been very fortunate to witness, but what I see now, from the Liberals especially, is that they are phony environmentalists, most of them, apart from the member for Northwest Territories, whom I have an enormous amount of respect for. They talk a good game about the environment, but they do not know anything about it. They have never been there. They have never studied it. They do not measure it, and they have no concept of what goes on.
There are two paths in terms of environmental policy. One is with the Liberals and the NDP. For them, environmental policy is all about process, consultation and nothing else. Strategies without results are meaningless. On this side of the House, Conservative environmental policy is focused on real and measurable environmental results. It is no accident that former Conservative prime minister Brian Mulroney was named the greenest prime minister in Canadian history: the acid rain treaty, the Montreal Protocol, the green plan, the pulp and paper effluent regulations. My own previous prime minister, Stephen Harper, connected with that particular legacy.
The track record of Conservative governments is by far the best in terms of measurable results. Environmental assessments should be all about what effect a project would have on the environment, how we mitigate it and how we ensure the project moves ahead with all the attendant benefits that it will develop?
What is really interesting is that those on the Liberal left think modern society is the problem. Those of us on the Conservative side of the House say modern society is the answer.
A group of academics coined an index called the “environmental benefits index”. Basically, it is a graph comparing country income, per capita income in any given country, and environmental quality. It is very clear, if we look at measurable environmental indicators, such as water quality, air quality, amount of protected land, conservation agriculture, the fewest species at risk and on and on, that the wealthy countries have the best environments.
Which party delivers economic growth, economic development through trade, creating a business climate for economic growth? That is only the Conservatives. That is why, under Conservative governments, if one looks at the actual measurable environmental characteristics of Canada, for example, indeed all of the developed nations of the world, they are vastly superior to countries that are run under the stultifying control of excess governments.
We can look, for example, at the Sudbury miracle. What happened there? A few decades ago, a moonscape was around Sudbury. Investments were made in sulfur dioxide removal. Now the forests have all come back. There are still jobs there. The forest and the environment have come back. That is what happens when we have Conservative-style environmentalism. We actually get results.
Let us get back to the Mackenzie Valley. When we were doing our assessments in the Mackenzie Valley, we had aerial photographs. This was back in the days before GPS or any of that kind of stuff. We sat down with aerial photographs in our laps, big huge rolls. We were in the helicopter, following this black line through the Mackenzie Valley. The GEO chemist beside me would take notes, the hydrologist would take notes, and then the helicopters would land in various stream crossing areas, where we knew the pipeline would cross.
All of us scientific types, hopped out and did our various work, such such wildlife habitat and fisheries habitat assessments. I would set my little nets in the pools and see what was there. I have to confess something, I was actually paid to fish back in those days. It is something that a young biologist very much appreciated.
This was back in 1975, the care with which the pipeline was planned, the soil types were measured, the depth of the permafrost was looked at, all that kind of stuff. Even back then, in the dark ages of 1975, we knew darn well that that pipeline could be built and delivered in an environmentally sound way. Indeed, my friend, the natural resources critic would know how many kilometres of pipeline there are in the country, about 30,000 kilometres of pipeline, give or take. However, nobody knows where they are, because they are all cited according to our best environmental practices.
It always bugs me when I hear members opposite, or the NDP members, talk about cleaning up our economy, going green, clean tech and so on. I have a dirty little secret to share with them. All industries in Canada are already clean.
Let me give an example of that. Brian Mulroney, the Conservative PM in 1989, implemented the pulp and paper effluent regulations. They mandated the construction of a waste water treatment plant at every pulp and paper facility. What was once a toxic effluent now became an effluent that people could actually drink. Industry after industry across the country follows those exact same guidelines.
Before I became an MP, I had this pleasure through environmental assessment in the oil sands. I lived at the Denman camp, part of the Kearl project. It is a human tragedy what the Liberals are doing. I had a chance to mix, mingle and make friends with people all across the country of all ages, of all education levels, from tractor drivers to hydrogeochemists and everything in between. They were all fulfilling their dream, making a very good living, helping their families, paying their way through school, buying that first house. The Liberals are destroying that for the families of those good people who work in the oil sands. That is something I will never forgive. It is simply not true that our industries are not clean. They are the cleanest in the world.
Here we are importing oil from Saudi Arabia and Venezuela, leaving aside the social conditions in those countries. We know there are simply no environmental standards in those countries. The government and the NDP willingly import that kind of oil, yet block the exports of Canadian oil and gas whether it is from the Arctic or the west coast.
What is also interesting is that there are national security implications to this as well. I remember meeting with the ambassador from Slovakia. That country is dependent on Russian gas. It would only be too happy to buy energy from us. The implications of what the Liberals and NDP are doing to stop Canada's resource development goes far beyond our country. Indeed they go far beyond Alberta. Again, Canadians from all walks of life have worked in the oil sands.
Getting back to the bill for the Mackenzie Valley, it truly saddens me when I think about the communities of the Mackenzie Valley, which are ably represented by the member for Northwest Territories. It really saddens me to see what is perhaps going on there, apart from where there is no resource development. I mentioned Baker Lake and the diamond mines. Where there is resource development, communities are thriving. Wages are high. Environmental quality is very high because all these industrial activities, all these installations are built with the highest environmental standards in mind.
People say that this industry did this badly or this industry is not doing it right. Every industry in the country operates under the terms and conditions of an environmental licence. I should know. I managed an environmental licence for a paper company. We had to do the appropriate monitoring of our industrial activity. I had to submit reports. We were checked on a regular basis.
If any industry in the country does not operate in an environmentally sound way, it is not the industry's fault; it is the government's fault. Either the terms and conditions of the environmental licence are not right, but the company is following these terms, or the government is not enforcing the rules.
I, for one, will stand and proudly defend all the Canadian industry. What we do in our country is right and proper and is a model for the world.
Therefore, I move:
That the motion be amended by deleting all the words after the word “That” and substituting the following therefore:
Bill C-88, an act to amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act and to make consequential amendments to other acts, be not now read a third time, but be referred back to the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs for the purpose of reconsidering clauses 85 and 86, with a view to removing the ability for the federal cabinet to prohibit oil and gas activities on frontier lands based on “national interest”.
Madame la Présidente, c'est pour moi un honneur d'intervenir à la Chambre pour parler de ce projet de loi. Malheureusement, le projet de loi C-88 constitue une autre politique anti-énergétique du gouvernement libéral, qui fait fuir les investissements dans le secteur de l'énergie à l'extérieur du Canada, ce qui fait perdre des emplois aux travailleurs canadiens et accroît le taux de pauvreté dans le Nord. Tout comme le projet de loi C-69 avant lui, le projet de loi C-88 politise l'extraction du pétrole et du gaz en donnant au Cabinet le pouvoir de bloquer le développement économique et d'augmenter les formalités administratives que les promoteurs devront remplir avant de pouvoir amorcer les travaux.
De plus, le projet de loi C-88 témoigne d'un rejet total des appels lancés par les leaders territoriaux pour contrôler davantage leurs ressources naturelles. J'ai très peur qu'avec le projet de loi C-88, les libéraux consacrent dans la loi le pouvoir qu'ils se sont donné de bloquer de façon arbitraire et sans consultation les projets d'exploitation de pétrole et de gaz. Comme l'ont fait remarquer des témoins au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, nous voyons encore le gouvernement libéral regrouper des mesures législatives très différentes. Avant d'entrer en fonction, ils avaient promis de ne déposer qu'un seul projet de loi à la fois, mais ils n'ont pas tenu cette promesse.
L'ancien gouvernement conservateur voyait le Nord comme un moteur essentiel de l'activité économique pour les décennies à venir. D'autres pays de l'Arctique, dont la Chine et la Russie, explorent les possibilités que présente le Nord. Pendant ce temps, les libéraux créent arbitrairement plus d'obstacles au développement économique du Nord, et leur attitude autoritaire et leur paternalisme ne font rien pour réduire la pauvreté dans les régions éloignées et nordiques du Canada. Les gens du Nord ne doivent plus compter que sur leur courage et leur résilience. Ils veulent des emplois et des débouchés économiques pour leur famille et ils méritent un gouvernement qui défend leurs intérêts.
Le projet de loi C-88 s'inscrit dans la longue liste des politiques désastreuses du gouvernement libéral en matière d'environnement. Il y a le projet de loi C-69 qui étouffera encore davantage le développement des ressources naturelles, le projet de loi C-68, la nouvelle loi sur les pêches, qui ajoutera une autre série de complications pour tous les projets de développement économique au Canada, le projet de loi C-48, qui interdit la circulation des pétroliers, et le projet de loi C-55, la loi sur les zones de protection marine. Combinées, ces lois constituent le dispositif le plus complet qui soit contre le développement.
Les industries des ressources naturelles sont extrêmement importantes au pays. En effet, c'est avec beaucoup d'honneur et de fierté que je représente une circonscription riche en ressources naturelles. En quoi consistent les ressources naturelles au Canada? Il y a l'énergie, les forêts, l'agriculture, les mines, la pêche commerciale, la chasse, la pêche, le trappage, et cetera. Dans ma circonscription, Dauphin—Swan River—Neepawa, qui fait 66 000 kilomètres carrés, on pratique toutes ces activités dans diverses régions, et la façon dont le gouvernement s'en prend constamment aux travailleurs des industries des ressources naturelles et aux habitants des collectivités, que ce soit au moyen d'une mesure législative sur le contrôle des armes à feu ou des projets de loi C-69 ou C-68, me rend malade et me met en colère. Ensemble, toutes ces mesures législatives viennent carrément étouffer les collectivités rurales.
Les observations du secrétaire parlementaire au sujet de la vallée du Mackenzie m'ont bien amusé. J'ai fait mes premières armes dans la vallée du Mackenzie, où, en tant que jeune biologiste des pêches, j'ai effectué des évaluations d'impact environnemental. J'y étais en 1971, en 1972, en 1975 et encore dans les années 1980. Je ne prétendrai jamais en savoir autant que le député de Territoires du Nord-Ouest sur la vallée du Mackenzie, mais mon expérience en tant que biologiste est unique.
Dans les années 1970, quand les premiers travaux d'évaluation environnementale ont été faits dans la vallée du Mackenzie, je faisais partie des équipes de biologistes qui ont pris des échantillons dans chacun des cours d'eau de la vallée où passerait le pipeline. Nous avons évalué les habitats du poisson et les habitats fauniques d'un bout à l'autre de la vallée. Mis à part les résidants mêmes de la vallée du MacKenzie, je suis une des rares personnes au pays à avoir vu, constaté, photographié et mesuré essentiellement tous les aspects et caractéristiques de cette vallée. Qui plus est, j'ai également visité la plupart des collectivités. C'était il y a assez longtemps, mais je ne pense pas que les choses aient beaucoup changé.
À entendre le secrétaire parlementaire, absolument rien n'a été fait dans la vallée du Mackenzie, rien du tout. Les travaux ont commencé dans les années 1970, avec l'évaluation environnementale que je viens de mentionner et à laquelle j'ai participé. C'était à l'époque de la Commission Berger. Cette commission, une honte, a tenu une multitude d'audiences. Dans ces années-là, les prix du gaz naturel et de l'énergie étaient assez élevés, à tel point que Thomas Berger a recommandé que le projet soit mis de côté, ce qui a été fait, après que des centaines de millions de dollars aient été investis dans des activités d'exploration et une importante participation de la collectivité. J'y étais. Je l'ai vu. J'ai participé aux travaux.
Dans les années 1990, on a tout repris au complet. Les mêmes cours d'eau où nous avions prélevé des échantillons dans les années 1970 ont été réétudiés; le même habitat faunique et les mêmes caractéristiques environnementales ont été évalués à nouveau. Les mêmes conclusions ont été tirées: pas de projet d'exploitation.
À la fin des années 1990, le prix du gaz naturel a atteint les 15 $ les 1 000 pieds cubes. Le pipeline devenait économique. Toutefois, la fracturation a fait son entrée, et le prix du gaz naturel a chuté à 3 $ les 1 000 pieds cubes. Au milieu des années 2000, on a mis de côté le projet de pipeline pour de bon, ce qui a condamné ces communautés à la pauvreté.
La vallée du Mackenzie est un endroit unique et formidable. Les sols sont riches et les arbres, géants. C'est bel et bien une anomalie dans le Nord. Il suffit de se rendre un peu à l'est de la vallée du Mackenzie pour être plongé dans la toundra. Il y a eu des fermes expérimentales dans cette région. Quand j'y vivais, il y en avait une à Fort Simpson. Je le répète: le potentiel agricole et forestier y est carrément immense.
Le secrétaire parlementaire parle de la fragilité de la vallée du Mackenzie. Je doute qu'il y soit allé. Il faut prendre soin de tous les milieux naturels du monde. Cela dit, est-il conscient qu'il y a des puits de pétrole à Norman Wells depuis la Deuxième Guerre mondiale? Est-il conscient que, en 1980, on a construit un pipeline de Norway House jusqu'au lac Zama, en Alberta? Tous ces projets d'exploitation ont eu lieu sans tambour ni trompette. Les puits à Norman Wells, qui produisent le meilleur pétrole brut du monde, sont en activité depuis des décennies, et ce, en ayant peu ou pas d'impact environnemental. Des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent et qui ne s'y connaissent pas en environnement adoptent des lois qui condamnent ces communautés à rester éternellement dans la pauvreté. C'est absolument honteux.
En ce qui a trait aux communautés autochtones et à l'exploitation des ressources, on n'a qu'à penser à la mine d'or Agnico Eagle à Baker Lake. Je regrette d'en informer les députés d'en face, qui s'opposent vivement à l'exploitation des ressources, mais le taux d'emploi à Baker Lake est de 100 %, et ce, grâce aux activités minières.
Durant les témoignages sur le projet de loi C-69, j'ai demandé à Pierre Gratton, qui dirige l'Association minière du Canada de décrire les conditions sociales dans les collectivités qui participent à l'exploitation des mines de diamants. Je paraphrase ses propos. Il a dit que le niveau d'éducation avait augmenté, de même que le niveau d'alphabétisation et celui de la formation professionnelle, et que les conditions sociales s'étaient améliorées.
L'actuel gouvernement condamne le Nord du Canada et ses collectivités à vivre éternellement dans la pauvreté. Il s'en satisfait peut-être, mais ce n'est assurément pas mon cas. Ce qu'il fait est honteux.
Du temps où j'étais biologiste, j'ai suivi l'évolution de la politique environnementale à partir des années 1970. Je n'étais pas là, mais je me souviens du premier Jour de la Terre organisé par Maurice Strong dans les années 1970. Vers le milieu des années 1980, la commission Brundtland a publié « Notre avenir à tous », où il était question du concept de développement durable. Gro Harlem Brundtland s'est exprimée très clairement sur ce concept et a dit que le développement durable n'est pas un concept environnemental, mais une notion de développement en harmonie avec la nature. L'actuel gouvernement a cru bon de briser le pacte avec le peuple.
Évidemment, dans les années 2000, j'ai été témoin de la montée des sciences climatiques et des politiques environnementales. J'ai été très chanceux d'assister à cette évolution. Cependant, je constate qu'il y a maintenant des environnementalistes qui font semblant, chez les libéraux notamment — sauf le député de Territoires du Nord-Ouest, pour qui j'ai un immense respect. Les libéraux tiennent de beaux discours sur l'environnement, mais ils n'y connaissent rien. Ils n'ont jamais été sur le terrain. Ils ne l'ont jamais étudié. Ils n'ont jamais pris de mesures et ils n'ont aucune idée de ce qui se passe.
Il y a deux types de politique environnementale. Celui des libéraux et des néo-démocrates s'intéresse aux processus et aux consultations, et c'est tout. Une stratégie sans résultat ne vaut rien. De ce côté-ci de la Chambre, la politique des conservateurs se fonde sur des résultats environnementaux concrets et mesurables. Ce n'est pas un hasard que l'ancien premier ministre conservateur Brian Mulroney ait été nommé le premier ministre le plus vert de l'histoire du Canada: le traité sur les pluies acides, le Protocole de Montréal, le plan vert, le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers. C'est un legs qui interpellait d'ailleurs mon propre premier ministre, Stephen Harper.
Sur le plan des effets mesurables, les gouvernements conservateurs ont de loin le meilleur bilan. Les évaluations environnementales ne devraient-elles pas être réalisées dans le but de connaître les effets d'un projet sur l'environnement, de trouver des moyens de les atténuer et de veiller à ce que le projet puisse se réaliser et ainsi procurer tous les avantages qui en découlent?
Le plus intéressant, dans tout cela, c'est que la gauche libérale semble penser que c'est la société moderne qui pose problème. Les conservateurs, pour leur part, estiment que la société moderne est la solution.
Un groupe de chercheurs ont mis au point ce qu'on appelle l'indice des avantages environnementaux. Essentiellement, c'est un tableau comparant le revenu national, le revenu par habitant d'un pays donné, avec la qualité de l'environnement. Les indicateurs environnementaux mesurables tels que la qualité de l'eau, la qualité de l'air, la superficie de terres protégées, l'agriculture de conservation, le nombre d'espèces à risque, et ainsi de suite, illustrent très clairement le fait que les pays riches ont les meilleurs environnements.
Quel est le seul parti à stimuler la croissance et le développement économiques en prenant des mesures commerciales permettant de créer un milieu d'affaires propice à la croissance économique? Le Parti conservateur. Voilà pourquoi, sous la direction d'un gouvernement conservateur, les caractéristiques environnementales réelles et mesurables au Canada — et dans les autres pays développés, d'ailleurs — sont nettement supérieures à celles de pays dont le bon fonctionnement est entravé par un appareil gouvernemental trop contraignant.
Prenons, par exemple, le miracle de Sudbury. Que s'est-il passé là-bas? Il y a quelques décennies, il y avait un paysage lunaire autour de Sudbury. Des investissements ont été réalisés en vue d'éliminer le dioxyde de soufre. Maintenant, les forêts se sont reconstituées. Il y a encore des emplois dans la région. La forêt et l'environnement se sont rétablis. Ça, c'est de l'environnementalisme au sens où l'entendent les conservateurs. Nous obtenons des résultats.
Revenons à la vallée du Mackenzie. Lorsque nous faisions nos évaluations dans la vallée du Mackenzie, nous disposions de photographies aériennes. C'était avant l'arrivée des GPS et d'autres instruments de ce genre. Nous nous sommes assis avec des photos aériennes sur nos genoux; nous avions une quantité énorme. Nous étions dans l'hélicoptère et nous suivions une ligne noire à travers la vallée du Mackenzie. Le géochimiste à mes côtés prenait des notes, tout comme l'hydrologue, puis les hélicoptères atterrissaient dans diverses zones de franchissement de cours d'eau que nous savions que le pipeline allait traverser.
Tous les scientifiques, y compris moi, sortions des hélicoptères et effectuions nos diverses tâches, comme l'évaluation de l'habitat faunique et de l'habitat du poisson. Je plaçais mes petits filets dans les étendues d'eau afin de déterminer ce qui s'y trouvait. Je dois avouer qu'on me payait à pêcher à l'époque. C'est quelque chose qu'un jeune biologiste aime beaucoup.
Tout remonte à 1975, l'année où on a planifié soigneusement la construction du pipeline, mesuré les types de sols, examiné la profondeur du pergélisol et effectué d'autres activités de ce genre. Même à l'époque des ténèbres de 1975, nous savions très bien que le pipeline pouvait être construit tout en respectant l'environnement. D'ailleurs, ma collègue la porte-parole en matière de ressources naturelles sait combien de kilomètres de pipelines il y a au Canada; il y a environ 30 000 kilomètres de pipelines. Cependant, personne ne sait où ils se trouvent, car ils sont tous cités selon nos meilleures pratiques environnementales.
Cela m'embête lorsque j'entends des députés en face, ou des députés néo-démocrates, parler d'avoir une économie propre, de prendre le virage vert, de technologies propres et ainsi de suite. J'ai un petit secret à leur confier. Toutes les industries au Canada sont déjà propres.
Je vais en donner un exemple. Brian Mulroney, qui était premier ministre conservateur en 1989, a instauré le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers. Ce règlement exigeait la construction d'une usine de traitement des eaux usées à chaque usine de pâtes et papiers. Là où il y avait déjà eu un effluent toxique, il y avait dorénavant de l'eau potable. D'un bout à l'autre du pays, les industries ont l'une après l'autre suivi ces lignes directrices.
Avant de devenir député, j'ai participé à des évaluations environnementales dans les sables bitumineux. Je vivais au camp Denman, érigé pour le projet Kearl. Ce que les libéraux font entraîne une tragédie humaine. J'ai eu l'occasion de côtoyer des gens de partout au pays, de tous les âges, de tous les niveaux d'éducation, des conducteurs de tracteurs aux hydrogéochimistes. Ils vivaient tous leur rêve: ils gagnaient bien leur vie, aidaient leur famille, payaient leurs études, achetaient leur première maison. Les libéraux sont en train de détruire tout cela pour les familles de ces bonnes gens qui travaillent dans les sables bitumineux. C'est une chose que je ne pardonnerai jamais. Ce n'est simplement pas vrai que nos industries ne sont pas propres. Ce sont les plus propres du monde.
Nous importons du pétrole de l'Arabie saoudite et du Venezuela, sans égard aux conditions sociales dans ces pays. Nous savons qu'il n'y a pas simplement pas de normes environnementales dans ces pays. Le gouvernement et le NPD veulent importer ce genre de pétrole et bloquer les exportations canadiennes de pétrole et de gaz, que ce soit à partir de l'Arctique ou de la côte Ouest.
Il est aussi intéressant de noter les enjeux de sécurité nationale associés à ce dossier. Je me souviens d'avoir rencontré l'ambassadeur de la Slovaquie, un pays qui dépend du gaz russe et qui serait ravi d'acheter de l'énergie du Canada. Les démarches que font les libéraux et le NPD en vue d'empêcher l'exploitation des ressources canadiennes ont des incidences bien au-delà de l'Alberta et des frontières canadiennes. Rappelons que des Canadiens de tous les milieux ont travaillé dans le secteur des sables bitumineux.
Pour revenir au projet de loi sur la vallée du Mackenzie, je trouve vraiment désolant de penser aux collectivités de cette région représentée par le député des Territoires du Nord-Ouest. Je trouve désolant de voir ce qui se passe là-bas, outre le fait qu'il n'y a aucun projet d'exploitation des ressources. J'ai parlé de Baker Lake et des mines de diamant. Là où l'on exploite les ressources, les collectivités sont florissantes et les salaires sont élevés. La qualité de l'environnement est aussi excellente, puisque toutes les installations qui servent à des activités industrielles doivent respecter des normes environnementales très rigoureuses.
Des gens disent parfois que telle industrie n'a pas fait ceci correctement ou ne fait pas cela comme il faut. En fait, toutes les industries du pays sont tenues de respecter les dispositions d'un permis environnemental. Je suis bien placé pour le savoir, puisque j'ai déjà géré le permis environnemental d'une entreprise de papier. Nous devions faire un suivi approprié de nos activités industrielles et je devais fournir des rapports. Nous faisions régulièrement l'objet de vérifications.
Si une industrie du pays n'est pas respectueuse de l'environnement, il faut blâmer le gouvernement et non l'industrie. En effet, cela se produit parce que les dispositions du permis environnemental ne sont pas appropriées, bien que l'entreprise les respecte, ou parce que le gouvernement ne fait pas respecter les règles.
Personnellement, je défends avec fierté l'ensemble de l'industrie canadienne. Notre façon de faire est correcte et appropriée. C'est un modèle à suivre pour le monde entier.
Par conséquent, je propose:
Que la motion soit modifiée par substitution, aux mots suivant le mot « Que », de ce qui suit:
« le projet de loi C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois, ne soit pas maintenant lu une troisième fois, mais qu’il soit renvoyé de nouveau au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord afin qu’il réexamine les articles 85 et 86, en vue de supprimer le pouvoir du Cabinet fédéral d’interdire les activités pétrolières et gazières sur des terres domaniales en fonction de l’intérêt national. »
View MaryAnn Mihychuk Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, today I recognize the made-in-Canada mineral program that has reached global attention as countries around the world have been adopting sustainable practices set forth by the Canadian mineral sector.
The Towards Sustainable Mining 2019 Excellence Awards recognize the work of Canadian companies who advance social, environmental and economic practices. These practices include indigenous relations, health and safety, biodiversity and water management.
I would like to congratulate the winners of the 2019 TSM Excellence Awards. Glencore's Raglan Mine increased local Inuit employment by 110%. IAMGold's solar energy initiative reduced carbon dioxide emissions by 18,500 tonnes annually.
Canadian mineral companies are operating in over 100 countries across the world. Let us all be proud of our innovative practices that Canada's mineral sector has set here at home and around the world.
Monsieur le Président, je salue aujourd'hui le programme minier du Canada, qui se démarque sur la scène mondiale puisque nombre de pays adoptent des pratiques durables prônées par l'industrie minière canadienne.
En 2019, les prix Vers le développement minier durable rendent hommage aux entreprises canadiennes qui font progresser les pratiques sociales, environnementales et économiques, notamment en ce qui a trait aux relations avec les Premières Nations, à la santé et la sécurité, à la biodiversité et à la gestion de l'eau.
Je félicite les gagnants des prix Vers le développement minier durable de 2019. La mine Raglan de la société Glencore a augmenté le niveau d'emploi des Inuits de 110 %. Par ailleurs, grâce à son utilisation de l'énergie solaire, la société IAMGold a réduit ses émissions de dioxyde de carbone de 18 500 tonnes par année.
Les sociétés minières canadiennes sont présentes dans plus de 100 pays. Soyons fiers des pratiques novatrices que le secteur minier canadien a adoptées au Canada et à l'échelle mondiale.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2019-05-14 10:40 [p.27729]
Madam Speaker, I am glad to be joining this debate on the most exciting of subjects, tax and a tax treaty. For those constituents of ours who are tuning in on CPAC this early morning, or who have come to watch in the gallery, this is as exciting as this place is going to get, I think, until question period. I see the parliamentary secretary nodding his head, because he knows this too.
I am also glad his intervention covered so much subject matter beyond Bill S-6, because that now allows me to delve into the government's record on taxes, its management of different public policy issues like the Asian Infrastructure Investment Bank, consumer confidence in Canada and business confidence in Canada, as well as how the government has approached Bill S-6.
I will start with an observation about this tax treaty and some of the comments made by the parliamentary secretary. He seemed to be placing Bill S-6 within the confines of trying to achieve greater tax fairness and doing other great things with the Government of Madagascar. He said the bill would make sure that Canadian companies and Canadian taxpayers who may be doing business in Madagascar would not be double taxed, and that it would increase trade and do all of these wonderful things.
However, when I asked officials a question at the Standing Committee on Finance, we heard there was such a small number of tax filers with tax filings in Madagascar that each instance raises confidentiality concerns. Officials from Finance Canada responded to me that these concerns are such that, “consistent with the taxpayer confidentiality protections in the Income Tax Act, the department is precluded from releasing these data”.
This may be why Bill S-6 comes from the other place, the Senate side. The department told me in this official letter to the Standing Committee on Finance that there are so few tax filers impacted by this that the department would not be able to release the data. I had asked which sectors of the Canadian economy and which sectors of the Madagascar economy would be affected, and whether there were any good examples. I did a quick Google and DuckDuckGo search, and I was able to find that Sherritt International was one of the companies in question. It is mostly a mining consortium. There was very little else that I could find.
To the credit of the Department of Finance, it did a pretty thorough review. It reviewed sources including the T1134 information return on foreign affiliates of Canadian taxpayers, the T1135 information return that collects data on specified foreign property holdings, the T106 information return on non-arm's length transactions with related non-residents, and Schedule 21 to the T2 corporate tax return on foreign income tax credits. The department examined all of the years to 2011 and then the subsequent years.
For those still able to follow, either in the public gallery or at home, Finance Canada did a thorough search to double-check how many of these filings would include Madagascar in some way, and they are actually very, very few. Perhaps the tax treaty will enable more business to be conducted by Canadians in that particular country, and there are opportunities yet to be found for this tax treaty and the consolidation of some of the rules to make it simpler for individuals to do business in both. I was unable to find an instance through any international organization or online that showed that Madagascar was behaving like a tax haven. I think that assuages some of the concerns individuals may have had.
I am sure the government knows that I will be supporting this piece of legislation as well. There was no concern about curbing tax evasion through Bill S-6, or about a potential increase in tax evasion. In fact, this is a very small piece of legislation that does not do what the Parliamentary Secretary to the Minister of Finance said. It is not part of a broader approach. If there are so few tax filers that the information cannot be released, then the impact is negligible. Therefore, it cannot be counted as part of the government's broader plan.
I am pouring out my heart here on what I believe about Bill S-6 and its contents, having spent several meetings at committee looking at this particular piece of legislation. I am feeling lighter. As the Yiddish proverb goes, when one pours out one's heart, one feels lighter, so now that the parliamentary secretary has poured out his heart about the government and what he believes its achievements are, I am going to do the opposite. I am going to poke holes in a couple of things he said. I am going to poke holes in some of the Liberal government's achievements, including in some of the statistics it likes to use.
At committee we asked both Global Affairs and Finance Canada for information on the specifics of Bill S-6 and who it would impact. We were told the bill would impact the mining sector. We were also told that detailed information could not be released because it would compromise the privacy of certain tax filers.
That is unusual. In prior cases, when we have done these tax consolidation treaties or signed up to multilateral international instruments with respect to taxes, such as Bill C-82, which was the tax treaty of tax treaties, it was always tens or hundreds of thousands of Canadians who would be impacted. That included Canadian-controlled private corporations in Canada. There would be many of them, so it was easier for us to estimate the impact.
The parliamentary secretary mentioned base erosion and profit sharing, which is not a fixed section in this particular piece of legislation. We have already had legislation to cover that off.
When I mentioned to my kids, who are very young, with my oldest being 10, that I debated an obscure bill called the Canada-Madagascar tax treaty, the first thing they wanted to talk about was King Julien and Skipper, Kowalski, Rico and Private, the famed characters from Penguins of Madagascar and the other movies in the Madagascar series. My kids were thrilled to watch that series when they were younger, and they are still thrilled to watch it today.
However, this piece of legislation is not about that. I am sorry to burst their bubble but this, unfortunately, is not about King Julien or those four little penguins.
The parliamentary secretary went off on a tangent at one point. He mentioned that the tax treaty in Bill S-6 would increase consumer confidence, and that it was part of a slew of policy decisions the government has been making to increase both consumer and business confidence. If he had bothered to check the latest statistics posted by different economic analysis bodies online, or if he had bothered to check the Conference Board of Canada, he would have seen that consumer confidence is just as low as it was in 2015. It has not improved since then. We can see that in our communities. I can see it in cities and towns all over Alberta.
However, there is more consumer confidence in Alberta now that we have Premier Jason Kenney and the United Conservative Party in charge. A new cabinet has been sworn in, and on Tuesday of next week the members of the legislative assembly will be sworn in. I hope we will know the new plan for the province on Wednesday.
Some of that plan has already come out. The government of Alberta has already announced that it will get rid of the punishing provincial NDP carbon tax, which was far more punishing on Albertans and Alberta businesses than the federal backstop. That does not mean the backstop is any good. It does not mean the federal carbon tax is any better.
The Alberta government is basically proposing to return to the old system, which was working. It was the first system to put a price on carbon for the largest emitters, not directly on consumers. The system worked. It was lauded all across North America at the time. It did not punish consumers directly for their behaviour, but was specifically aimed at the largest emitters, who were making it part of their business plans. That is the difference. May 31 is the last day of the Alberta carbon tax.
We can really see consumer confidence returning in Alberta. People are more confident now that they have a government that is on their side and will back up the decisions of private businesses, everyday Albertans, the mom-and-pop convenience stores, the local dry cleaner and the small oil and gas servicing company that has somehow managed to just get by over the last few years.
Albertans are on the cusp. They know that prosperity might return with the right decisions being made by their government to get involved, not to make decisions for them but to support them in the decisions that will create new jobs, create more business investment and lead to higher returns in terms of corporate and personal income taxes.
That is how consumer confidence returns, not by having what we have seen from the federal Liberal government over the past four years. The Liberals created a situation here in Canada that made it impossible to build a pipeline. Energy east was cancelled because of regulatory red tape. Northern gateway was cancelled by cabinet order. There already is a functioning Trans Mountain pipeline, but the Liberals caused a situation in which Kinder Morgan saw no real means to get the expansion built. It was losing construction seasons to it, so the government expropriated it. The government bought it for $4.5 billion.
Now we know from the Parliamentary Budget Officer that the government not only overpaid for the pipeline project by $1 billion but will also need to extract another $8 billion to $9 billion from the taxpayer to build this pipeline.
There has been talk of legislation and there has been talk of an expedited process, but we are waiting until later in June to find out whether this pipeline will get perhaps half a construction season. We know that construction seasons in Canada are short. Basically, there is a construction season and then there is winter. These are essentially the two seasons we have in Canada. Most people who live in big cities know this, as they have experienced it. We are going to lose a second construction season, and this does nothing but reduce business confidence and reduce consumer confidence.
How can Canadians have faith in a government that purchases a pipeline, overpays for it, and loses money every single month operating it? When the interest being paid on the debt is subtracted from the tolls charged on the pipeline, Liberals are losing money every single month operating in the most profitable part of the energy sector, which is shipping.
As I hear constantly from the Minister of Natural Resources, who is from Edmonton and should know better, as once the oil gets to the west coast, 99.95% of the product shipped out of the port of Vancouver goes to California. Those are not my statistics; I am not making them up. I asked the Library of Parliament to confirm them for me. This is from the Greater Vancouver Board of Trade. The port itself has said that 99.95% of the product goes to California to feed the refineries there.
Therefore, this is not about reaching new markets on the current pipeline, and perhaps not even on the future pipeline. A series of public policy decisions led to a situation such that a private company felt unable to build a pipeline because of obstruction at the federal and provincial levels. Those obstructions are not gone; they have just become purely governmental. All the decision-making is on the government side.
When I knocked on doors in my communities and for my provincial counterparts, which I did during this past election in Alberta, I heard time and time again that people have no faith whatsoever in the Liberal government's ability to deliver on the construction of a pipeline and no faith in the government's ability to manage public finances.
The parliamentary secretary mentioned the Liberals' great plan to increase affordability for the middle class and that Liberals reduced the tax bracket from 22% to 20.5%. I remind the parliamentary secretary and all members of the House that the biggest tax break from those tax changes went to every single member of Parliament in this chamber. Those who were earning $45,000 or less got zero. They received no benefit whatsoever from that tax cut, but because of the way the progressive tax system works, every single member of Parliament in this chamber got over $800 off their taxes at the end of the day.
That is what the Liberal government did. Those of us in this chamber are not the middle class, but the Liberals did this and claimed it was for the benefit of the middle class. They gave themselves a bigger tax cut than they gave not so much to the working poor, but to people trying to get by and get ahead, people who are taking jobs that many people do not want to take. They work hard for the wages and salaries they earn.
Instead, they received higher payroll taxes. There has been a CPP increase as well, which is taking away from their income at the end of the day and taking away their ability to choose how they want to save.
The second part is that they have a carbon tax to pay. We heard the Parliamentary Secretary to the Minister of Finance speak to this, and in the scenarios he noted, he gave OECD numbers. A colleague of mine mentioned that a family on the lower income scale with two kids would not be getting back all of that money. The parliamentary secretary's numbers only make sense if we include the child benefit, which is just a re-badging of the old universal child care benefit. It is the original Conservative policy that was introduced when the government wanted to introduce a universal, one-size-fits-all, cradle-to-old-age welfare system. Whereas the government would take care of our children directly under this system, the UCCB was meant to empower parents, and that is how we should be looking at it.
The government claims that if we look at all government policy together, the carbon tax is not so bad. However, that does not help the kind of family my colleague mentioned, which is not seeing these rebates.
As well, if we look more closely at the GGPPA, which is the acronym for the government's carbon tax bill that is over 200 pages long, and then if we look at this latest budget document and some of the implementation portions of it, including the algebra formula that implements the rebate program for the federal carbon tax, we see that there is a provision that would allow the minister of finance to exclude any money he or she wishes from the rebate. A finance minister could give it to any other minister he or she wants, for any program, infrastructure or purpose. It is right there in the formula. There is no guarantee in the legislation that Canadians would receive any sort of rebate on the carbon tax, and it will never replace the full amount.
It is absolutely illogical and irrational to say that 100% of the collected tax will be returned to those who pay it. There always is and there always will be an administrative cost in collecting a tax, unless people think that public servants work for free and they think the lights and the heating in this place come for free, and they do not. It has to cost a certain amount of money, which is why we say the government is misleading them. The way the government presents the facts around the carbon rebate and the carbon tax is ingenious, but it is not an environmental plan; it is a tax plan. It is as simple as that.
To return to the point of consumer confidence and how we have not seen it return, some of the facts on LNG speak for themselves. In the case of LNG, 78 billion dollars' worth billion worth of projects in Canada have been cancelled since 2015. Those are LNG projects that have been completely abandoned by the companies that were proposing them. Tens of thousands of potential well-paying construction jobs, many of them unionized, are gone. They will not be created, because that $78 billion to put people to work has been removed from the private sector. That is an important fact to remember.
The only large-scale project that I am aware of that is going ahead is LNG Canada's project. LNG Canada is a consortium. Mitsubishi is involved and Petronas is involved. The only reason that the consortium went ahead with the project is that it has an exclusion and an exemption from the carbon tax. Of course a company will go ahead and build a large-scale industrial project, as LNG Canada is proposing to do, when it gets an exemption to a tax.
I cannot imagine any regular, everyday, hard-working taxpayers being told by the Liberal government that CRA is going to give them an exemption this year so that they do not have to pay taxes because they are doing so well in producing jobs and growing their business or are earning a higher salary because they work hard. Nobody gets that type of exclusion or exemption.
I will spend my last two minutes on my favourite subject, the Asian Infrastructure Investment Bank, because Madagascar, this country that we are signing a tax treaty with, is a member of this bank. As I said, the parliamentary secretary, by going on a tangent, has allowed me to go on a tangent here. Madagascar is a member of the Asian Infrastructure Investment Bank. As far as I know, it has not received any project yet. It has only spent $15 million to $20 million, which is a paltry sum compared to the nearly half a billion dollars that Canada has set aside. That same money is being used to build pipelines all over Asia, including in Azerbaijan, Bangladesh and the suburbs of Beijing.
I am pouring my heart out here. As my Yiddish proverb said, I am feeling lighter from being able to speak about the Asian Infrastructure Investment Bank. If we in Canada are unable to build pipelines, which are the safest way to move energy, it seems absolutely wrong to be giving a half a billion dollars to governments in Asia and to the China-controlled, Beijing-based Asian Infrastructure Investment Bank.
I support Bill S-6, a small piece of legislation coming to us from the Senate, but I do not support the government's agenda and its repeated failures to get large-scale energy infrastructure built in Canada. I do not support the government's policies that have undermined business confidence and the confidence of Canadians. October cannot come soon enough. The current Liberal government is not as advertised.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer à ce débat sur des sujets des plus emballants, soit l'imposition et la mise en oeuvre d'une convention fiscale. Pour les gens de nos circonscriptions qui nous écoutent sur la chaîne CPAC en cette matinée, ou pour les visiteurs à la tribune, je crois qu'il n'y aura rien de plus intéressant à entendre dans cette enceinte, du moins, jusqu'à la période des questions. Je vois le secrétaire parlementaire hocher la tête, car il sait de quoi je parle.
Par ailleurs, je suis heureux qu'il ait parlé de bien d'autres choses que la teneur du projet de loi S-6, car cela me permet de me pencher de plus près sur le bilan du gouvernement en matière de fiscalité, sur la façon dont le gouvernement a géré différents dossiers stratégiques comme la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures et la confiance des consommateurs et des entrepreneurs au Canada, ainsi que sur la façon dont le gouvernement a abordé le projet de loi S-6.
Je vais commencer par des observations sur cette convention fiscale et sur l'intervention du secrétaire parlementaire. Il semble avoir présenté le projet de loi S-6 comme un moyen d'assurer plus d'équité fiscale et de faire d'autres grandes choses avec le gouvernement de Madagascar. Il a dit que le projet de loi éviterait la double imposition aux entreprises et aux contribuables canadiens qui voudraient faire des affaires à Madagascar, qu'il stimulerait les échanges et qu'il apporterait une foule d'autres avantages formidables.
Cependant, lorsque j'ai posé une question aux fonctionnaires lors d'une séance du Comité permanent des finances, on m'a répondu que le très faible nombre de personnes ayant produit une déclaration de revenus à Madagascar fait en sorte que chaque cas soulève des questions de confidentialité. Des fonctionnaires de Finances Canada m'ont dit que ces préoccupations font en sorte que « conformément aux mesures de protection de confidentialité prévues dans la Loi de l'impôt sur le revenu, le ministère ne peut pas divulguer de tels renseignements ».
C'est peut-être pour cette raison que le projet de loi S-6 vient de l'autre endroit, du côté du Sénat. Dans une lettre officielle au Comité permanent des finances, le ministère indique que compte tenu du très faible nombre de déclarants touché par cette situation, il n'était pas en mesure de divulguer ces renseignements. J'avais demandé quels secteurs des économies du Canada et de Magagascar seraient touchés, et si on pouvait me fournir des exemples pertinents. En effectuant une recherche rapide sur Google et sur DuckDuckGo, j'ai découvert que Sherritt International, qui est essentiellement un consortium minier, est l'une des entreprises dont il est question. Je n'ai pas pu trouver grand-chose d'autre.
Il faut reconnaître que le ministère des Finances a procédé à un examen assez approfondi. Il a passé en revue des sources comme le formulaire T1134, la déclaration de renseignements sur les sociétés étrangères affiliées remplie par certains contribuables canadiens, le formulaire T1135, où sont inscrits les biens étrangers détenus, le formulaire T106, la déclaration de renseignements sur des opérations avec lien de dépendance effectuées avec des non-résidents, et l'annexe 21 du formulaire T2, la déclaration de revenus des sociétés, concernant les crédits pour impôt étranger. Le ministère a examiné toutes les années jusqu'en 2011, puis les années suivantes.
Pour ceux qui me suivent toujours, à la tribune ou à la maison, je dirai que Finances Canada a fait des recherches exhaustives pour déterminer le nombre de déclarations qui citeraient, d'une manière ou d'une autre, Madagascar: il y en avait, en fait, un très petit nombre. Cette convention fiscale permettra peut-être aux Canadiens de faire plus d'affaires dans ce pays en particulier. Il faut encore trouver des débouchés dans le cadre de cette convention fiscale et consolider certaines règles pour rendre les choses plus faciles pour ceux qui veulent faire des affaires dans les deux pays. Je n'ai rien trouvé, ni dans le cadre d'organisations internationales ni en ligne, qui prouve que Madagascar est un paradis fiscal. Je pense que cela répond aux inquiétudes que certains pouvaient avoir.
Le gouvernement sait certainement que je vais appuyer cette mesure législative aussi. Ni la lutte contre l'évasion fiscale proposée dans le projet de loi S-6 ni l'augmentation potentielle des cas d'évasion fiscale ne suscitaient de préoccupations. D'ailleurs, cette très courte mesure législative dont nous sommes saisis ne permet pas de faire ce que prétend le secrétaire parlementaire du ministre des Finances. Elle ne s'inscrit pas dans une approche globale. Si l'information ne peut être publiée parce qu'un trop petit nombre de contribuables produisent une déclaration de revenus, l'incidence de cette mesure est alors négligeable. Par conséquent, on ne peut considérer qu'elle fait partie du plan global du gouvernement.
Après avoir examiné cette mesure pendant plusieurs séances lors de l'étude en comité, j'exprime franchement le fond de ma pensée au sujet du projet de loi S-6 et de son contenu. Je me sens soulagé. Comme le dit le proverbe yiddish, dire ce qu'on a sur le coeur soulage. Ainsi, maintenant que le secrétaire parlementaire a mis tout son cœur à louanger le gouvernement et ce qu'il considère comme des réalisations, je vais faire l'opposé. Je vais réfuter certaines de ses affirmations. Je vais remettre en question certaines des prétendues réalisations du gouvernement libéral, notamment certaines statistiques qu'il se plaît à utiliser.
Lors de l'étude en comité, nous avons demandé aux représentants d'Affaires mondiales Canada et de Finances Canada de fournir des détails sur le projet de loi S-6 et d'en préciser l'incidence. Les témoins ont affirmé que cette mesure aurait des répercussions sur le secteur minier. Ils ont également affirmé qu'aucun détail ne pouvait être divulgué parce que cela porterait atteinte à la vie privée de certains déclarants.
C'est inhabituel. Par le passé, lorsque le Canada a signé des conventions pour la consolidation fiscale ou des instruments multilatéraux internationaux concernant les impôts, comme le projet de loi C-82, la convention fiscale par excellence, des centaines de milliers de Canadiens en ont invariablement fait les frais, notamment des sociétés privées sous contrôle canadien en activité au Canada. Comme celles-ci étaient nombreuses, il était facile pour nous d'évaluer l'incidence de cette mesure.
Le secrétaire parlementaire a fait mention de l'érosion de la base d'imposition et du transfert de bénéfices, enjeux qui ne font pas l'objet de dispositions particulières dans ce projet de loi. Néanmoins, d'autres mesures législatives en traitent déjà.
Quand j'ai mentionné à mes très jeunes enfants — l'aîné a 10 ans — que je discute d'un projet de loi obscur sur la convention fiscale Canada-Madagascar, ils ont tout de suite voulu parler de King Julien, de Skipper, de Kowalski, de Rico et de Private, les célèbres personnages du film Les Pingouins de Madagascar et des autres films de la série Madagascar. Mes enfants adoraient regarder cette série quand ils étaient plus jeunes, et ils la regardent toujours avec le même enthousiasme.
Toutefois, le projet de loi ne porte pas sur cette série. Je regrette de devoir les désillusionner, mais il n'a rien à voir avec King Julien ou ces quatre petits pingouins.
Le secrétaire parlementaire a fait une digression à un moment donné, dans son discours. Il a mentionné que la convention fiscale visée par le projet de loi S-6 augmenterait la confiance des consommateurs, et qu'elle s'inscrit dans toute une série de décisions politiques prises par le gouvernement pour accroître la confiance tant des consommateurs que des entreprises. S'il avait pris la peine de vérifier les récentes statistiques publiées en ligne par divers organismes d'analyse économique, ou s'il s'était donné la peine de vérifier auprès du Conference Board du Canada, le secrétaire parlementaire aurait constaté que la confiance des consommateurs est aussi faible qu'elle l'était en 2015. Elle ne s'est pas améliorée depuis. Nous pouvons le voir dans nos collectivités, ainsi que dans les villes et villages de l'ensemble de l'Alberta.
Toutefois, il y a un regain de confiance chez les consommateurs en Alberta depuis que le premier ministre Jason Kenney et le Parti conservateur uni sont au pouvoir. Un nouveau Cabinet a été assermenté et, mardi prochain, les membres de l'Assemblée législative seront assermentés à leur tour. J'espère que nous découvrirons mercredi le nouveau plan de l'Alberta.
Une partie du plan a déjà été annoncée. Le gouvernement de l'Alberta a déjà déclaré qu'il allait se débarrasser de la taxe provinciale sur le carbone du NPD, qui était punitive et qui nuisait beaucoup plus aux Albertains et aux entreprises albertaines que le filet de sécurité fédéral. Cela ne veut pas dire que le filet de sécurité fédéral est une bonne solution. Cela ne veut pas dire que la taxe fédérale sur le carbone est préférable.
Le gouvernement de l'Alberta propose essentiellement de revenir à l'ancien système, qui fonctionnait bien. Il s'agit du premier système à avoir imposé une tarification du carbone aux plus grands émetteurs et non directement aux consommateurs. Il était efficace. À l'époque, ce système a suscité des éloges partout en Amérique du Nord. On ne punissait pas directement les consommateurs pour leurs habitudes; il s'agissait expressément d'obliger les plus grands émetteurs à intégrer la taxe sur le carbone dans leurs plans d'entreprise. Elle est là, la différence. Le 31 mai marquera la fin de la taxe sur le carbone de l'Alberta.
Nous constatons réellement le retour de la confiance des consommateurs en Alberta. Les gens se sentent plus en confiance maintenant qu'ils ont un gouvernement qui les défendra et qui soutiendra les choix des entreprises, de l'Albertain moyen, du dépanneur du coin, du nettoyeur du quartier et de la petite entreprise de services pétroliers et gaziers qui a réussi le tour de force de rester en affaires au cours des dernières années.
Les Albertains voient la lumière au bout du tunnel. Ils savent que la prospérité pourrait revenir si le gouvernement prend les bonnes décisions et qu'il décide de s'impliquer, pas pour prendre les décisions à leur place, mais pour les soutenir dans les choix qu'ils font en vue de créer des emplois, de favoriser l'investissement des entreprises et d'amener davantage de recettes au moyen des taxes et impôts personnels et commerciaux.
C'est ainsi qu'on rétablit la confiance des consommateurs, pas en agissant comme l'a fait le gouvernement fédéral libéral au cours des quatre dernières années. Les libéraux ont fait en sorte qu'il soit impossible de bâtir un pipeline au Canada. L'oléoduc Énergie Est a été annulé en raison de lourdeurs administratives. Un décret du Cabinet a entraîné l'annulation de l'oléoduc Northern Gateway. L'oléoduc Trans Mountain est déjà en exploitation, mais l'environnement créé par les libéraux a convaincu Kinder Morgan qu'il n'était plus possible de procéder à son expansion. Plus le temps passait, plus l'entreprise ratait de saisons de construction, alors le gouvernement a choisi l'expropriation. Le gouvernement a procédé à l'achat de l'oléoduc pour 4,5 milliards de dollars.
Le directeur parlementaire du budget nous a appris que le gouvernement a non seulement payé ce projet d'oléoduc 1 milliard de dollars de trop, mais aussi qu'il devra dépenser de 8 à 9 milliards de dollars de fonds publics pour le construire.
Il a été question d'un projet de loi et d'un processus accéléré, mais nous ne saurons pas avant le mois de juin si ce chantier pourra bénéficier au moins d'une demi-saison de construction. Comme on le sait, la saison de la construction est courte au Canada. Il y a la saison de la construction, puis il y a l'hiver. Voilà essentiellement les deux saisons au Canada. La plupart des gens qui vivent dans les grandes villes le savent, car ils l'ont vécu. Nous allons perdre une autre saison de construction. C'est ainsi que les entreprises et les consommateurs perdent confiance envers leurs institutions.
Comment les Canadiens pourraient-ils faire confiance à un gouvernement qui achète un oléoduc, qui le paie trop cher et qui perd de l'argent chaque mois en l'exploitant? En effet, les intérêts sur la dette sont payés à même les droits de péage exigés. Chaque mois, les libéraux perdent ainsi de l'argent en exploitant des installations qui s'inscrivent pourtant dans le domaine le plus profitable du secteur de l'énergie, à savoir le transport du pétrole.
Comme le répète constamment le ministre des Ressources naturelles, qui vient d’Edmonton et qui devrait être un peu plus avisé, une fois que le pétrole arrive sur la côte Ouest, 99,95 % du volume expédié à partir du port de Vancouver est envoyé en Californie. Ce ne sont pas mes statistiques; je ne les invente pas. J’ai demandé à la Bibliothèque du Parlement de me les confirmer. Ces données proviennent de la chambre de commerce du Grand Vancouver. Les représentants du port eux-mêmes ont dit que 99,95 % du produit s’en va en Californie pour alimenter les raffineries là-bas.
Il n’est donc pas vraiment question d’atteindre de nouveaux marchés avec le pipeline actuel ni même avec le futur pipeline. Une série de décisions de politique publique a eu pour conséquence qu'une société privée s’est jugée incapable de construire un pipeline en raison de l’obstruction au niveau fédéral et provincial. L'obstruction n'a pas disparu; elle est juste devenue purement gouvernementale. Tout le pouvoir de décision est du côté du gouvernement.
Lorsque je faisais du porte-à-porte dans ma collectivité, notamment pour mon homologue provincial lors des dernières élections en Alberta, j’ai entendu à maintes reprises que les gens n’ont aucunement confiance en la capacité du gouvernement libéral à faire aboutir la construction du pipeline ni en sa capacité à gérer les finances publiques.
Le secrétaire parlementaire a parlé de l'excellent plan des libéraux qui vise à rendre la vie plus abordable pour les Canadiens de la classe moyenne et du fait que les libéraux ont fait passer le taux d'imposition de 22 à 20,5 %. Je rappelle au secrétaire parlementaire et à tous les députés que l'allégement fiscal le plus important découlant de ces changements a profité à chacun des députés qui siègent dans cette enceinte. Les personnes qui font 45 000 $ ou moins par année n'ont absolument rien reçu. Ils n'ont touché aucun avantage de cette baisse d'impôt. Toutefois, étant donné la façon dont fonctionne le régime fiscal progressif, chacun des députés a profité d'un allégement fiscal de 800 $.
C'est ce qu'a fait le gouvernement libéral. Les députés ne font pas partie de la classe moyenne. Pourtant, les libéraux ont adopté cette mesure et prétendu qu'elle profiterait à la classe moyenne. Ils se sont octroyé une baisse d'impôt plus importante que celle qu'ils ont consentie aux travailleurs pauvres, qui tentent de joindre les deux bouts et qui occupent des emplois que beaucoup de gens refusent. Ils travaillent fort pour le salaire qu'ils font.
Ces travailleurs ont plutôt vu leurs charges sociales augmenter. En outre, la bonification du Régime de pensions du Canada a pour effet de diminuer leur revenu et de les priver de leur capacité de choisir leur mode d'épargne.
C'est sans oublier ce que leur coûte la taxe sur le carbone. Quand il a abordé le sujet, le secrétaire parlementaire du ministre des Finances a cité certains chiffres de l'OCDE. Une de mes collègues lui a toutefois rappelé que les familles à faible revenu ayant deux enfants ne récupéreront pas toutes les sommes dont il a parlé. En réalité, les chiffres avancés par le secrétaire parlementaire ne tiennent la route que si on inclut l'allocation pour enfants dans le calcul, qui n'est rien d'autre que la Prestation universelle pour la garde d'enfants avec un nouveau nom. À l'origine, il s'agissait en effet d'une politique conservatrice, et ce sont les conservateurs qui l'ont créée quand ils ont voulu instaurer un régime d'aide sociale universel ne tenant pas compte de l'âge. Alors que le régime actuel cherche à s'immiscer directement dans l'éducation des enfants, la prestation mise sur pied par les conservateurs donnait au contraire les moyens aux parents de prendre les décisions qui leur convenaient le mieux. C'est ainsi que les choses devraient se faire.
Le gouvernement prétend qu'il suffit de la situer dans le contexte global des politiques gouvernementales pour constater que la taxe sur le carbone n'est pas aussi mauvaise qu'on le dit. Ce n'est pas ce genre de discours qui va aider les familles comme celle dont parlait ma collègue, car elles ne verront jamais la couleur de cet argent.
Qui plus est, si on compare attentivement le texte de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, qui fait plus de 200 pages, le dernier budget présenté par le gouvernement et le projet de loi qui le met en oeuvre, y compris la formule mathématique qui servira à calculer le remboursement associé à la taxe sur le carbone, on s'aperçoit qu'une disposition permet au ministre des Finances d'exclure toutes les sommes qu'il souhaite du calcul et de les redonner à n'importe quel autre ministre afin qu'elles servent à financer je ne sais quel programme, infrastructure ou projet. C'est écrit noir sur blanc. Absolument rien dans le projet de loi ne garantit que les Canadiens recevront le moindre remboursement lié à la taxe sur le carbone. De toute façon, quel qu'en soit le montant, un remboursement ne couvrira jamais ce que la taxe sur le carbone coûtera réellement aux gens.
Il est tout à fait illogique et irrationnel de prétendre que les revenus de cette taxe seront remboursés en totalité aux contribuables. Il y a toujours eu des frais administratifs liés à la perception d'une taxe, et il y en aura toujours, à moins que les gens s'imaginent que les fonctionnaires travaillent bénévolement et que l'éclairage comme le chauffage de cet endroit sont gratuits. Personne n'est dupe. Il existe des coûts pour tout cela, et c'est pourquoi nous affirmons que le gouvernement induit la population en erreur. Le gouvernement a une façon astucieuse de présenter sa taxe sur le carbone et le remboursement qui y est associé, mais ce n'est pas un plan environnemental. C'est un plan fiscal. C'est aussi simple que cela.
Pour revenir à la question de la confiance des consommateurs et au fait que nous n’en avons pas constaté le retour, certains faits concernant le gaz naturel liquéfié parlent d’eux-mêmes. Des projets de gaz naturel liquéfié représentant au total 78 milliards de dollars ont été annulés au Canada depuis 2015. Ce sont des projets qui ont été complètement abandonnés par les entreprises qui les proposaient. Des dizaines de milliers d’emplois potentiellement bien rémunérés dans le secteur de la construction, dont beaucoup syndiqués, ont disparu en fumée. Ils ne seront pas créés, parce qu’on a retiré au secteur privé les 78 milliards de dollars destinés à mettre les gens au travail. C’est un fait important à retenir.
À ma connaissance, le seul grand projet qui va de l’avant est celui de LNG Canada. LNG Canada est un consortium. Mitsubishi y participe, tout comme Petronas. La seule raison pour laquelle le consortium est allé de l’avant avec le projet, c’est qu’il bénéficie d’une exclusion et d’une exemption de la taxe sur le carbone. Bien entendu qu’une entreprise ira de l’avant et réalisera un projet industriel à grande échelle, comme LNG Canada propose de le faire, quand elle est exemptée d’une taxe.
Je ne peux imaginer qu’un contribuable ordinaire, qui travaille fort, se fasse dire par le gouvernement libéral que l’ARC va lui accorder une exemption cette année pour qu’il n’ait pas à payer d’impôt, parce qu’il réussit tellement bien à créer des emplois et à faire croître son entreprise ou qu’il gagne un salaire plus élevé parce qu’il travaille fort. Personne n’obtient ce genre d’exclusion ou d’exemption.
Je vais consacrer les deux minutes qu’il me reste à mon sujet favori, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, parce que Madagascar, ce pays avec lequel nous signons une convention fiscale, est membre de cette banque. Comme je l’ai dit, le secrétaire parlementaire, en faisant une digression, m’a permis de partir sur une tangente. Madagascar est membre de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures. À ce que je sache, aucun projet ne lui a encore été adjugé. Elle a dépensé seulement entre 15 et 20 millions de dollars, une somme dérisoire par rapport au demi-milliard de dollars que le Canada a mis de côté. Cet argent sert à construire des pipelines partout en Asie, y compris en Azerbaïdjan, au Bangladesh et dans les banlieues de Pékin.
Je me vide le cœur. Comme le dit mon proverbe yiddish, je me sens plus léger en parlant de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures. Si nous, au Canada, sommes incapables de construire des pipelines, le moyen le plus sûr de transporter l’énergie, il semble tout à fait inacceptable de donner un demi-milliard de dollars aux gouvernements de l’Asie et à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, dont le siège est à Pékin et qui est contrôlée par la Chine.
J’appuie le projet de loi S-6, un petit projet de loi qui nous vient du Sénat, mais je n’appuie pas le programme du gouvernement et ses échecs répétés à faire construire des infrastructures énergétiques à grande échelle au Canada. Je n’appuie pas les politiques du gouvernement qui ont miné la confiance des entreprises et des Canadiens. Le mois d’octobre ne saurait tarder. Le gouvernement libéral actuel n’est pas celui qu’il prétendait être.
View James Maloney Profile
Lib. (ON)
View James Maloney Profile
2019-05-14 15:02 [p.27765]
Mr. Speaker, our government understands the importance of the Canadian minerals and mining sector to our economy and to the communities across the country. Our government believes developing Canada's natural resources in cleaner, more sustainable ways will create good middle-class jobs, enhance competitiveness and reduce pollution as we move to a clean energy future. We have made significant investments to achieve these goals.
In celebration of National Mining Week, could the minister update the House on steps our government has taken to ensure Canada's mining sector continues on a path to prosperous sustainable development for years to come?
Monsieur le Président, le gouvernement comprend l'importance du secteur canadien des mines et des minéraux pour l'économie et les collectivités du pays tout entier. Le gouvernement estime que l'exploitation plus propre et plus durable des ressources naturelles du Canada créera de bons emplois de la classe moyenne, renforcera la compétitivité des entreprises et réduira la pollution pendant la transition vers un avenir énergétique propre. Nous avons fait d'importants investissements pour atteindre ces objectifs.
Alors que nous célébrons la Semaine minière du Canada, le ministre pourrait-il faire le point sur les mesures qu'a prises le gouvernement pour faire en sorte que le secteur minier canadien reste sur la voie d'un développement durable et prospère pour les années à venir?
View Amarjeet Sohi Profile
Lib. (AB)
View Amarjeet Sohi Profile
2019-05-14 15:03 [p.27765]
Mr. Speaker, I thank the member for his hard work.
The mining sector supports over 600,000 good middle-class jobs across the country. It is the second-largest private sector employer of indigenous peoples in Canada.
Our government stands behind this sector. That is why we extended the mineral exploration tax credit for a full five years and launched the minerals and metals plan. Workers in the sector help empower our clean economy. We wish them a very happy National Mining Week.
Monsieur le Président, je remercie le député du travail acharné qu'il accomplit.
Dans tout le pays, le secteur minier appuie plus de 600 000 bons emplois de la classe moyenne. C'est le second employeur d'Autochtones au sein du secteur privé.
Le gouvernement défend ce secteur. Voilà pourquoi nous avons prolongé de cinq ans le crédit d'impôt pour l'exploration minière et lancé le plan sur les minéraux et les métaux. Les travailleurs du secteur contribuent à rendre possible une économie propre. Nous leur souhaitons une excellente Semaine minière du Canada.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-04-29 11:03 [p.27073]
moved that Bill C-331, An Act to amend the Federal Courts Act (international promotion and protection of human rights), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, I am pleased to speak to Bill C-331, which is an act to amend the Federal Courts Act (international protection and promotion of human rights).
For any members who might question the need for a bill like this to be brought forward to the House of Commons, I would like to reference a number of the cases that are directly referenced by this bill. As members know, there are Canadian corporations involved abroad. There is no doubt that we live in a global economy. When it comes to mining operations in particular, many Canadian mining companies operate in a very effective and thoughtful manner, respecting human rights.
However, there are a number of cases of bad apples: Canadian mining companies that have not operated in public interest or in respecting basic human rights. That is why this bill is vitally needed. As well, we have had over 50 national organizations, representing over one million Canadians, that have stepped forward and asked members of Parliament to vote for and support this bill. Those are national organizations, including notable human rights organizations and major labour organizations across the country. They feel that it is in the public interest for Parliament to adopt this legislation. They see the need for it.
Debate starts today and continues over the course of the next few weeks. Now it is up to members of Parliament to make the vital decision on whether Canada is going to stand up for human rights and become a best practice model globally. Sadly, it has not been the case. I only have to cite a few of the many examples, some of which have come before Canadian courts, that were not able to work their way through the justice system because Bill C-331 was not in place. Of the many dozens of cases that have been brought forward, I would like to reference a few important ones that show the extent of the problem.
Average Canadians believe fundamentally in human rights. As a people, Canadians believe and understand the importance of having human rights at home and globally. When we look at these tragic cases, there is no doubt that Canadians would say it is vitally important that members of Parliament adopt Bill C-331.
There is the case of Nevsun Resources. Nevsun is a mining company that is currently being sued for its alleged complicity in forced labour, slavery and torture of workers at the Bisha gold, zinc and copper mine in Eritrea. In this case in Eritrea, these workers were enslaved. They were beaten if they did not comply. They were tortured. These are all activities taking place at a mine that has connections to Canada. Canadians would understand the importance of adopting this legislation so that these victims have a clear path of compensation.
There is the case of Hudbay Minerals. On the grounds of those mining operations in Guatemala, security personnel employed by the local subsidiary of the company shot and killed school teacher and anti-mining activist, Adolfo Ich Chaman. They shot and paralyzed a local youth activist, German Chub Choc, who was speaking out against the mining operations. They also perpetrated the most egregious sexual violence against 11 women in the community. If asked whether that is acceptable behaviour, no Canadian would agree. All Canadians would say that the perpetrators need to be brought to justice and the victims compensated for these most egregious human rights violations.
In 2017, Everlyn Guape and Joycelyn Mandi came to Canada to speak about the appalling levels of sexual violence, and violence generally, that has been perpetrated on the grounds of the Barrick Gold co-owned mining operations in Papua New Guinea.
They cited the village of Porgera. In Porgera, the security guards from the mining operations came to that village. The villagers had spoken out about the mining operations, and particularly the appalling level of environmental destruction that was taking place. Eighteen homes were burnt to the ground and there were appalling levels of sexual violence and beating of the villagers. In fact, those two witnesses who came to Canada spoke of 80% of the women in the communities surrounding the mine having been the victims of appalling levels of sexual violence. No Canadian would say that is acceptable. All Canadians would say that parliamentarians should take action.
In El Salvador, just a few years ago, an environmental activist who had spoken out against Canadian mining operations was found killed at the bottom of a well; his fingernails had been pulled out. In dozens of cases, we have heard of activists who have spoken up against mining operations disappearing or being killed through extrajudicial means. No Canadian would say that is acceptable behaviour. That is why it is vitally important to adopt Bill C-331. Bill C-331 would provide grounds and the means by which those victims could go to the Federal Court of Canada and seek compensation for these appalling human rights violations.
In the bill, there are 17 sections of grounds for actions that could be undertaken in the Federal Court of Canada. They include systemic sexual violence, extrajudicial killings, torture, slavery and wanton environmental destruction. All of those are part of what we consider in Canada to be grounds for a solid judicial framework. We believe that Canadians who violate human rights and who exhibit wanton environmental destruction should be brought to justice. We need to have that same clarity of vision when it comes to what we do internationally.
Most Canadian companies work within the framework of what are acceptable standards in Canada, but some companies do not. It is for that reason that we need to bring forward this legislation, so we can assure that all people around the world, when they are touched by the operations of Canadian companies, are subject to a process that allows them to seek compensation. It would be a best standard. It would, as well, allow Canadian companies around the world to say that Canadians hold their companies and their corporations to a higher standard than other countries. It would, in a very real, meaningful way, enhance Canadians' reputations abroad as well as serve as a deterrent for anyone who attempts to besmirch Canada's reputation by engaging in the most reprehensible human rights violations.
I would like to give credit to the co-authors of this important landmark legislation: Nick Milanovic, who is an adjunct professor at Carleton University in law; and Mark Rowlandson, who is a noted labour lawyer, the assistant to the national director of the steelworkers union in Canada. Mr. Rowlandson is watching us today from the galleries, and I believe he deserves the thanks of Canadians for the work that he has done.
This is an important bill. Bill C-331 will put an end to the current era in which Canadian companies can act with no regard for the impact on human rights.
It truly responds to all of the issues surrounding systemic sexual violence, killings, slavery and torture.
All these issues were raised when we looked at the operations of Canadian companies outside Canada. This bill truly responds to all of those issues. The bill enables victims of human rights violations outside Canada to take these Canadian companies before the Federal Court of Canada and get the compensation they deserve. That gives judges the opportunity to judge. Why are some of these victims not able to take legal action in their own country? The answer is very clear: it is because the justice systems of some countries are not well developed or are corrupt. In some countries, the police are getting money directly from the companies. Consequently, they are not impartial, and they are not able to uphold the human rights we enjoy in Canada.
If this bill is passed, these victims will finally be able to seek justice here in Canada. That is why it is so important that the House pass it. Over 50 major national organizations that advocate for human rights and workers' rights want members of the House, here, to vote on and pass this bill.
This bill will really create a framework for the best example of human rights policy in the world. Canada can be a leader. Canada can be the first country in the world to implement something that other nations will probably look to. I should mention that Canada is not the only country considering this kind of legislation. Other countries are doing it too. Europe is doing it as well. The origins of this bill actually lie in a bill introduced in the United States. Canada could be the first, and it could lead the way on the international stage.
Today, there are more than 50 national organizations, representing more than a million Canadians, that are calling upon the Parliament of Canada to adopt this important legislation. The number of organizations is growing: It is 56 as of today, and we expect that within a few days' time it will pass 60 or 70. The question would be how we could possibly vote against this legislation. People who are opponents of this kind of legislation say that it is not in the constitutional framework of the federal government. We went out and got constitutional opinions that actually show that it is constitutional and very clearly within the framework of the federal government.
Some might say that the announcement a few weeks ago of a special adviser on these issues that the Liberal government announced means that this issue has been dealt with. I could not but disagree with that. The ombudsperson, the special adviser who has been appointed, has been criticized by a number of important organizations, such as the steelworkers and the Canadian Network on Corporate Accountability. All of them have said that there are not the powers that need to be put in place for this ombudsperson's office. The reality is that in any event, even if we have a robust ombudsperson, and we in the NDP certainly believe that this should take place, all that would do is complement the important provisions in Bill C-331.
This is landmark legislation. Other countries are looking for the judgment of this Parliament to move forward on progressive human rights legislation that would put Canada on the forefront of human rights, and I hope members of Parliament will vote yes for this important legislation.
 propose que le projet de loi C-331, Loi modifiant la Loi sur les Cours fédérales (promotion et protection des droits de la personne à l’échelle internationale) soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
-- Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir au sujet du projet de loi C-331, Loi modifiant la Loi sur les Cours fédérales, pour la promotion et la protection des droits de la personne à l'échelle internationale.
Au cas où des députés mettraient en doute la nécessité de présenter à la Chambre des communes un projet de loi comme celui-ci, j'aimerais signaler quelques affaires qui sont directement visées par ce projet de loi. Comme les députés le savent, il y a des sociétés canadiennes qui mènent des activités à l'étranger. Nous vivons dans une économie mondialisée, c'est indéniable. Dans le secteur des mines en particulier, beaucoup de sociétés minières canadiennes fonctionnent de manière très efficace et humaine, dans le respect des droits de la personne.
Il existe toutefois un certain nombre de pommes pourries: des sociétés minières canadiennes qui n'agissent pas dans l'intérêt public ou qui ne respectent pas les droits fondamentaux de la personne. C'est pourquoi ce projet de loi est absolument nécessaire. En outre, plus de 50 organismes nationaux, qui représentent plus de 1 million de Canadiens, ont demandé aux députés d'appuyer ce projet de loi et de voter en faveur de celui-ci. Il s'agit notamment d'éminents organismes de protection des droits de la personne et d'importantes organisations syndicales de partout au pays. Ils estiment que le Parlement doit adopter ce projet de loi dans l'intérêt public. Ils sont d'avis que cette mesure législative est nécessaire.
Le débat sur ce projet de loi commence aujourd'hui et se poursuivra au cours des prochaines semaines. Il est temps que les députés prennent une décision cruciale pour que le Canada défende les droits de la personne et devienne un modèle en la matière à l'échelle internationale. Hélas, ce n'est pas le cas. Pour s'en convaincre, il suffit de citer quelques exemples parmi tant d'autres d'entreprises qui n'ont pas pu être traduites devant les tribunaux canadiens à cause de l'absence des mesures prévues dans le projet de loi C-331. Parmi les dizaines de cas connus, j'aimerais en citer quelques-uns qui sont importants et qui témoignent de l'ampleur du problème.
En général, les Canadiens croient de tout coeur aux droits de la personne. La population canadienne comprend pourquoi nous devons défendre ces droits, que ce soit ici ou à l'étranger. Or, les quelques exemples déplorables que je m'apprête à donner devraient suffire à convaincre les Canadiens que les députés doivent absolument adopter le projet de loi C-331.
Commençons par Nevsun Resources. Cette minière fait actuellement face à des accusations de complicité pour travail forcé, esclavage et torture contre des travailleurs de la mine d'or, de zinc et de cuire Bisha, en Érythrée. Les travailleurs en question ont été réduits à l'esclavage, ceux qui refusaient d'obéir étaient battus et torturés. Tout cela dans une mine qui entretenait des liens avec le Canada. Les Canadiens n'ont pas besoin qu'on leur explique que nous devons adopter la mesure législative que voici afin que ces victimes puissent obtenir réparation.
Passons maintenant à Hudbay Minerals, qui exploite une mine au Guatemala. Sur les installations mêmes de la mine, les agents de sécurité qui travaillent pour la filiale locale de Hudbay ont ouvert le feu sur l'enseignant et militant anti-minières Adolfo Ich Chaman, qu'ils ont abattu, et sur un jeune manifestant du coin, German Chub Choc, qui dénonçait les activités de la mine et qui en est demeuré paralysé. Ils se sont aussi rendus coupables des pires atrocités sexuelles contre 11 femmes de la région. Aucun Canadien ne cautionnerait ce genre d'abominations. Sans exception, les Canadiens seraient d'avis que les auteurs de ces crimes doivent être traînés en justice et que les victimes méritent d'être indemnisées pour la terrible manière dont leurs droits fondamentaux ont été violés.
En 2017, Everlyn Guape et Joycelyn Mandi sont venues au Canada pour dénoncer les atrocités sexuelles et les actes de violence en général qui sont perpétrés sur les terrains de la mine exploitée conjointement par Barrick Gold en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Elles ont donné comme exemple le village de Porgera. Des gardiens de sécurité de la mine sont allés dans ce village. Les villageois s'étaient exprimés sur les activités d'exploitation minière et, plus particulièrement, sur l'épouvantable destruction de l'environnement qu'elles entraînaient. Dix-huit maisons ont été incendiées complètement, les gens du village ont été battus et des actes de violence sexuelle effroyables ont été commis. Ces deux témoins qui sont venues au Canada ont dit que 80 % des femmes des localités situées à proximité de la mine avaient été victimes d'un nombre épouvantable d'actes de violence sexuelle. Aucun Canadien ne jugerait une telle chose acceptable. Toute la population canadienne serait d'avis que les parlementaires doivent agir.
Il y a quelques années seulement, au Salvador, un militant environnemental qui avait dénoncé les activités minières canadiennes a été retrouvé mort au fond d'un puits; on lui avait arraché les ongles. Nous avons entendu parler de dizaines de cas de militants ayant osé s'exprimer contre des activités d'exploitation minière qui ont été portés disparus ou ont été victimes d'une exécution extra-judiciaire. Aucun Canadien ne penserait que ce genre de chose est acceptable. Voilà pourquoi il est primordial d'adopter le projet de loi C-331. Ce dernier établirait les motifs et les mécanismes permettant aux victimes d'intenter des actions devant la Cour fédérale du Canada et de demander à être indemnisées dans ces cas de terribles violations des droits de la personne.
Le projet de loi contient 17 articles portant sur les motifs justifiant des poursuites devant la Cour fédérale du Canada, notamment la violence sexuelle systémique, les exécutions extrajudiciaires, la torture, l'esclavage et la destruction gratuite de l’environnement. Au Canada, on estime que tous ces motifs justifient un cadre judiciaire rigoureux. Nous estimons que les Canadiens qui violent les droits de la personne et qui détruisent gratuitement l'environnement devraient être traduits en justice. Nous devons faire preuve de la même clairvoyance relativement à nos activités à l'étranger.
La plupart des entreprises canadiennes travaillent en respectant les normes acceptables au Canada, mais d'autres ne le font pas. C'est pourquoi il faut adopter cette mesure législative. Nous pourrions ainsi garantir que tous les habitants de la planète touchés par les activités d'une entreprise canadienne bénéficient d'un processus leur permettant de demander une indemnisation. Il s'agirait d'une norme exemplaire. De plus, cette mesure législative permettrait aux entreprises canadiennes partout dans le monde de dire que les Canadiens demandent à leurs entreprises et à leurs sociétés de respecter des normes plus élevées que les autres pays. De façon très concrète, ce projet de loi améliorerait la réputation des Canadiens à l'étranger et il dissuaderait quiconque tente de salir la réputation du Canada en participant aux violations des droits de la personne les plus répréhensibles.
Je tiens à remercier les coauteurs de cet important projet de loi historique: Nick Milanovic, professeur adjoint à la Faculté de droit de l'Université Carleton, et Mark Rowlandson, éminent avocat spécialisé en droit du travail et adjoint du directeur national du Syndicat des Métallos au Canada. Aujourd'hui, M. Rowlandson observe le débat du haut de la tribune, et je crois qu'il mérite la gratitude des Canadiens pour le travail qu'il a accompli.
Il s'agit d'un projet de loi important. Le projet de loi C-331 va mettre fin à la période actuelle, où des compagnies canadiennes peuvent agir sans égard pour les conséquences sur les droits de la personne.
Il répond vraiment à toutes les questions relatives au viol systémique, au meurtre, à l'esclavage et à la torture.
Toutes ces questions ont été soulevées quand on a regardé les opérations des compagnies canadiennes à l'extérieur du Canada. Ce projet de loi répond réellement à toutes ces questions. Le projet de loi donne l'occasion aux victimes de violations des droits de la personne à l'extérieur du pays de poursuivre ces compagnies canadiennes devant la Cour fédérale du Canada et de recevoir la compensation qu'elles méritent. Cela donne au juge l'occasion de juger. Pourquoi, dans certains pays, ces victimes n'ont-elles pas l'occasion d'entamer ces poursuites dans leur pays d'origine? La réponse est très claire: c'est parce que le système judiciaire n'est pas bien développé, c'est parce que le système judiciaire est corrompu. La police, dans certains pays, est payée directement par les opérations des compagnies. Ainsi, elle n'est pas impartiale et elle est incapable de renforcer les droits de la personne que nous connaissons au Canada.
L'adoption du projet de loi va enfin permettre à ces victimes d'obtenir justice, ici, au Canada. C'est pour cette raison que c'est tellement important d'adopter le projet de loi. Plus d'une cinquantaine d'organisations nationales importantes, des organisations qui œuvrent pour les droits de la personne, militent aussi pour les droits des travailleurs et des travailleuses. Toutes ces organisations sont d'accord sur le principe voulant que les députés d'ici décident et adoptent ce projet de loi.
Ce projet de loi va véritablement encadrer le meilleur exemple de politiques de droits de la personne à l'échelle internationale. Le Canada peut être un meneur. Le Canada peut être le premier au monde à mettre en place quelque chose qui sera vraisemblablement regardé par d'autres pays. Il faut dire que le Canada n'est pas le seul pays à envisager ce type de mesure législative. D'autres pays le font aussi. En Europe, on fait la même chose. Si on se penche sur l'origine de ce projet de loi, on voit qu'il s'inspire d'un projet de loi qui existe aux États-Unis. Le Canada peut être le premier et il peut être le meneur à l'échelle internationale.
Aujourd'hui, il y a plus de 50 organismes nationaux représentant plus d'un million de Canadiens qui demandent au Parlement du Canada d'adopter cette importante mesure législative. Le nombre d'organismes augmente. Il est actuellement de 56 et nous nous attendons à ce que, d'ici quelques jours, il passe à 60 ou 70. Je ne vois pas pourquoi nous voterions contre. Ceux qui s'opposent à ce type de mesure législative disent qu'elle ne relève pas du cadre constitutionnel du gouvernement fédéral. Nous avons sollicité, à ce sujet, des avis qui indiquent qu'elle est constitutionnelle et qu'elle s'inscrit sans nul doute dans le cadre du gouvernement fédéral.
Certains diront peut-être que l'annonce, il y a quelques semaines, de la nomination d'une conseillère spéciale signifie que cette question est réglée. Je ne peux qu'être en désaccord. La nomination de l'ombudsman et conseillère spéciale a été critiquée par plusieurs organismes importants, dont les métallurgistes et le Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises. Tous disent que ce bureau n'a pas les pouvoirs nécessaires. Le fait est que, de toute façon, même si nous avons un solide ombudsman — et, au NPD, nous croyons certainement que nous devrions en avoir un — cela ne ferait que compléter les importantes dispositions du projet de loi C-331.
Cette mesure législative fera date. D'autres pays attendent de voir la décision que prendra notre Parlement pour aller de l'avant avec une mesure législative progressiste sur les droits de la personne qui mettrait le Canada au premier plan dans ce domaine, et j'espère que les députés voteront en faveur de cette importante mesure législative.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, thank you for giving me the opportunity to speak to this very important bill introduced by my colleague from New Westminster—Burnaby. It is important to the New Democratic Party, because we have introduced it ourselves in several different forms in the past. I think this is really interesting. I am going to come at this subject from a different angle, by focusing on the Canadian aspect and the international aspect. I will also respond to the member for Winnipeg North's intervention.
First off, I want to point out that Canada already offers many advantages to mining companies. That goes a long way to explaining why over 50% of the world's mining and mineral exploration companies are headquartered in Canada. It is because we have a very permissive tax system and regulatory system, making Canada highly appealing to these corporations. On that note, I urge my colleagues to check out the work of Alain Deneault. He has written two fascinating books on this subject, Imperial Canada Inc. and Canada: A New Tax Haven. These books clearly demonstrate that the Canadian tax system was designed to minimize mining companies' tax obligations and corporate responsibility.
My colleague spoke of human rights violations in a number of countries. Over half of the world's mining companies are headquartered in Canada, which is why we need a way to hold them to account. We need to give the Federal Court the power to make these companies take responsibility for their actions and those of their executives and employees. We see that as crucial to ensuring true accountability, not just lip service.
Governments used to say that these companies were out of reach because they operate internationally. My colleague shared some examples of the many excuses that have been used, but none of them hold water. The excuses we have heard from the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons do not hold water either. He said we do not necessarily need to give the Federal Court that power or have the Canadian justice system handle these issues because the government created the office of the ombudsperson for responsible enterprise.
The Liberals announced the creation of this office during their election campaign in 2015. Fifteen months ago, the government announced that the position was finally being created. The ombudsperson was appointed just this month, in April, but we still have not been given a breakdown of the duties of the office of the Canadian ombudsperson for responsible enterprise. Organizations that monitor this file very closely, such as MiningWatch and the Canadian Network on Corporate Accountability, are not terribly impressed with the government's efforts. It makes no sense that the creation of the office of the Canadian ombudsperson for responsible enterprise was announced 15 months ago, and we still have no idea what her job description entails.
This is crucial, because right now, the government, especially the minister of international trade, is under heavy lobbying from mining companies that are basically against increased powers for this office. They are opposed to the office being able to compel documents when it is investigating cases of mining company abuse in the world. They are opposed to the fact that this body could compel testimony from executives in mining companies. They have been heavily lobbied, as can be demonstrated through the lobby registry.
The Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons claims that we do not need this legislation and its ramifications because the government has created something, but that simply does not cut it.
I find it interesting that he also referred to the efforts of one of his Liberal MP colleagues, the member for Scarborough—Guildwood. He tabled Bill C-300, which was a step in the right direction. He said that it was a demonstration of the goodwill of the federal government on this file.
What he neglected to say is that at report stage for Bill C-300, back in October 2010, it failed by six votes. The bill was defeated by six votes. Fourteen Liberal MPs were missing during that vote, including the party leader, Michael Ignatieff, Scott Brison and John McCallum. Most of the front bench did not show up for the vote on that bill. If there had been seven or eight more MPs, that bill would have passed. That shows that the Liberals had no intention of letting the bill through.
A bill like this is necessary because of the countless examples of abuse we have seen in the past, especially in the mining sector. The environment has been destroyed by these companies, and entire communities have suffered as a result.
People in these countries have been abused and even murdered, particularly those who were concerned with the workers' situation and tried to advocate on their behalf. Unspeakable atrocities have been committed, and the mining industry does not want to take responsibility for its actions.
The acting president of the Mining Association of Canada said that his organization does not support the investigative powers that human rights advocates and groups like MiningWatch want the office of the ombudsman for responsible enterprise to have.
I doubt they agree with my colleague's bill.
Mining companies will say that they have improved their practices and that they are better than they were at the end of the 2000s and early 2010s, but that is no excuse. I hope they have improved their practices because many of them were indefensible. It goes without saying that we are pleased that this is happening.
Does that mean we do not have to have a stronger framework and better tools, given that these practices may well re-emerge? Is this an excuse to get Canada out of requiring a minimum level of accountability and responsibility in exchange for the extremely good benefits it gives to mining companies?
The bill introduced by my colleague is indeed necessary. I sincerely hope that the government will take note and do what it should have done when it was in this position in 2010, namely stand up and vote in favour.
The bill is currently at second reading stage. We want the bill to at least be studied in committee, which would allow us to debate it and call witnesses from around the world. We want the countries that are currently being exploited by some of these mining companies to inform us of what has happened and why Canada should introduce measures to protect ourselves. The courts, police, and the systems of law and order in many countries where mining companies do business are not as developed and robust as ours.
We have the means to ensure that this accountability is not just lip service. Words are often forgotten and fade away. Accountability must be written into the law and the judicial process so that mining companies operating abroad start conducting themselves as they would here and be subject to the same monitoring and oversight they would have in Canada.
For all these reasons I will be voting for my colleague's bill and strongly urging all members of the House, whether in government or the opposition, to vote in favour of it. This will ensure that the bill is sent to committee and that we can start working on it to advance objectives and ideas that should have materialized a long time ago.
Monsieur le Président, je vous remercie de me permettre de me prononcer sur ce projet de loi très important présenté par mon collègue de New Westminster—Burnaby. Il est important pour le Nouveau Parti démocratique, car nous l'avons présenté sous plusieurs formes dans le passé. Je trouve cela réellement intéressant. Je vais aborder le sujet sous un angle différent. Je vais plutôt me pencher sur la question canadienne et sur la question internationale. Je compte également répondre à l'intervention du député de Winnipeg-Nord.
Tout d'abord, il est important de souligner que le Canada donne déjà beaucoup d'avantages aux sociétés minières. Cela explique d'ailleurs en grande partie pourquoi plus de 50 % des sociétés d'exploration et d'exploitation minières du monde ont leur siège social au Canada. C'est parce que nous avons un régime fiscal et un régime réglementaire très permissifs, ce qui rend le Canada très attrayant comme terre d'accueil. À cet égard, j'invite mes collègues à jeter un coup d'œil au travail d'Alain Deneault. Il a rédigé deux livres assez intéressants sur le sujet, Paradis sous terre et Paradis fiscaux: la filière canadienne. Ceux-ci démontrent clairement que le régime fiscal canadien a été conçu de telle sorte que les minières aient le moins d'obligations possible sur le plan fiscal et sur le plan de la responsabilité d'entreprise.
Mon collègue a parlé des violations des droits de la personne dans plusieurs pays. C'est la raison pour laquelle nous devons, en tant que pays qui loge plus de 50 % des sociétés minières mondiales, nous doter d'un espace de responsabilisation et recourir à la Cour fédérale pour tenir ces entreprises responsables de leurs actes ou de ceux de leurs dirigeants et de leurs employés. Pour nous, cela constitue une étape fondamentale pour s'assurer que cette responsabilité ne se limite pas à des mots et qu'elle se traduit par des gestes.
Dans le passé, on disait qu'on ne pouvait pas vraiment toucher les entreprises parce qu'elles opéraient à l'échelle l'internationale. Toutes sortes d'excuses ont été trouvées — mon collègue en a cité quelques-unes —, mais elles ne tiennent pas la route. Celles présentées par le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes ne tiennent pas la route non plu