Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 668
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2021-06-08 12:01 [p.8082]
Mr. Speaker, the national housing strategy sets a target for seniors housing and, for the first time ever, has a carve-out specifically for seniors in retirement living. We are also stepping up with long-term care investments, which is another form of housing, with deeper supports that benefit not just seniors but all sorts of Canadians who live in long-term care facilities, who require supports to realize the highest quality of life possible at affordable rates.
Working with seniors-led organizations, there is a project in Woodstock, a fascinating project that is off the grid. It actually contributes more electricity to the city than it takes. It was built not just with national housing strategy dollars but also with some of the funds made available through NRCan and through our programs that support the conversion of housing or the upgrading of the environmental performance of housing. It is a form of housing that is actually cheaper to operate and therefore has a lower price for seniors.
It has been working with the local city government to waive fees; it has been categorizing the waiving of fees as a contribution. It delivered seniors housing to keep people in a small rural community and to allow the homes they used to occupy to be made available to more Canadians to purchase.
All of the elements of the national housing strategy approach all of the different housing needs, and seniors are not forgotten in this calculation, nor are people with disabilities or people with specific medical needs who require specific kinds of housing to be built to accommodate the choices they need to make in their lives. Seniors are a very strong—
Monsieur le Président, la Stratégie nationale sur le logement est assortie d’une cible pour le logement des personnes âgées et, pour la première fois, prévoit des logements spécifiquement pour les retraités. Nous intervenons également en injectant des fonds dans les établissements de soins de longue durée, qui sont une autre forme de logements, afin de mieux venir en aide non seulement aux personnes âgées mais à tous les Canadiens qui vivent dans des établissements de soins de longue durée et qui ont besoin d'aides pour vivre dans les meilleures conditions possibles, à des tarifs abordables.
Nous travaillons avec des organisations de personnes âgées, et il y a, à Woodstock, un lotissement fascinant qui n’est pas relié au réseau électrique. En fait, il fournit davantage d’électricité à la ville qu’il n’en consomme. Ce projet a été réalisé non seulement avec des fonds de la Stratégie nationale sur le logement, mais aussi avec des crédits de RNCan et de divers autres programmes fédéraux qui encouragent la conversion de logements ou la rénovation de logements pour les rendre plus écologiques. Ce type de logement coûte moins cher à entretenir et est donc plus abordable pour les personnes âgées.
Ils ont réussi à obtenir, de l'administration municipale, une exonération des charges, laquelle est considérée comme une contribution. Ce projet a permis de construire des logements pour les personnes âgées dans des petites collectivités rurales et de mettre sur le marché les logements qu’elles ont libérés, augmentant ainsi l’offre immobilière.
La Stratégie nationale sur le logement prend en compte tous les différents types de logements dont la population a besoin, y compris les personnes âgées, les personnes handicapées et les gens dont la condition médicale nécessite des logements avec des fonctionnalités particulières. Les personnes âgées sont…
View Kenny Chiu Profile
CPC (BC)
View Kenny Chiu Profile
2021-06-08 13:10 [p.8093]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Calgary Shepard.
I am the father of two young adult daughters who, in the not-so-distant future, with their effort and determination, like countless other young Canadians, will be entering the home-buying market. Similar to countless other young Canadians, my daughters are living at home, watching the never-ending stream of media reports saying housing in Canada is entirely unaffordable. Young Canadians looking to enter the market cannot do so on their own, nor should they bear the expectation that they should at this time, especially in my home city of Richmond. Even with hard work and saving up for a down payment, the reality is that many will still require parental support, something I will likely be blessed to be able to give my daughters, but something that is not available to everyone.
We see Canadians faced with a sudden expectation adjustment, one reminiscent of our Prime Minister's comment that this generation could be the first generation in many decades to be worse off than their parents. I, for one, would like to point out that the rampant, reckless spending and deficit spending prior to or after the pandemic and the types of policies being implemented by his government will pretty much guarantee that outcome.
The reality is that much-anticipated tax expansion and government programs will not address the affordable housing shortage or the underlying causes of our housing crisis. To the contrary, the tax burden imposed by reckless spending over the past six years, even excluding pandemic relief, will tie the hands of future governments and prevent them from tackling other housing priorities such as homelessness and poverty.
Home prices have skyrocketed over this past COVID year and the dream of home ownership is becoming more distant for Canadians to attain. The national average home price was a record $678,000 in February 2021, up 25% from the same month last year. In my home city of Richmond, single detached home prices are up 20% in the past year, averaging at $1.5 million, far above the rest of the country. I find it ridiculous and ironic that Canada, with the world's second-largest land mass and sparse population, has to suffer such a housing crisis. The difficulties Canadians face are certainly exacerbated by the government's mismanagement of supply in our housing markets. Its incompetence is not limited to only home ownership.
The Liberal government has done nothing to address the rental market as an affordable option for Canadians either. Increasing supply within the rental market would be a boon for renters trying to make ends meet in increasingly unaffordable conditions. The government's ideas so far do nothing to address the real issues affecting affordability in our real estate market, namely through the lack of housing supply. To top it off, the two-years-too-late Liberal budget failed to rule out the introduction of capital gains taxes on the principal residences of Canadians. Punishing those who have a home as a way to pay for the government’s current or future excessive and poorly managed spending does not help solve the housing crisis.
The Liberals' national housing strategy has been defined by funding delays and cumbersome, difficult-to-navigate programs. It has consistently failed to get funding out of the door in a timely fashion for the projects that need it most. The national housing co-investment fund is one of the worst-offending programs, as we have heard from the member for Vancouver East.
However, members do not have to listen to me on this. Housing providers across the country have called it “cumbersome” and “complicated”, which is slightly higher praise than what the Liberals received on their first-time homebuyer initiative, a program that has proven to be a fatally flawed, dismal failure. It was intended to help 20,000 Canadians in the first six months, but has only reached 10,000 in over 18 months. It did not accomplish its primary objective of improving affordability in high-cost regions. These changes will not help prospective buyers in Victoria, Vancouver or Toronto.
When the Liberals' only solution to affordable home ownership is to take on a share of a Canadian's mortgage, and when their solution is actively discouraged by brokers, the government should realize that it is time to change direction, not double-down on poor policy. The Liberals should be helping Canadians by giving them the tools to save, lowering their taxes and creating jobs. For example, by incentivizing the use of RRSPs, Canadians could leverage their own savings to purchase a home.
Once again, the bureaucratic, Ottawa-knows-best approach is hurting our communities. It goes to prove that the Liberal government consistently misses the concerns of Canadians, such as concerns over legislative and enforcement gaps that have allowed the drug trade to launder illicit money through our real estate markets; concerns over supply, funding and support program criteria for long-term care homes; and the concern to fix the shortfalls of the national housing co-investment fund, a program that housing providers across the country have voiced their criticism of, stating that the application process is too cumbersome and the eligibility criteria too complicated.
Canadians cannot afford more inaction. Only Conservatives are focused on ensuring Canadians are not left paying the price for Liberal mismanagement. Conservatives recognize the severity of the nationwide housing affordability crisis faced by Canadians.
I believe in a bold vision for my home of Richmond, one where every family who works hard and saves responsibly can achieve home ownership. I believe that the future of housing in Canada will be built on proper management of our nation's supply. Following consultation with my colleagues, I was pleased to learn that Conservatives share a belief in a nationwide plan to get homes built as part of Canada's economic recovery.
We believe in real action, not lip service, to address the consequences of money laundering and the negative impacts it has in our society. Our plan to secure the future will prioritize the needs of Canadians before foreign investors, provide meaningful housing solutions and put families in the housing market. Conservatives have advocated and will continue to advocate for improvements to mortgage policies, to the taxation system, to combat money laundering, to increase housing supply across the continuum, and to address rampant speculation and unfair profiteering.
Canada needs a plan to get our economy back on track, but over a year into the pandemic the Liberal government, like a ship that has lost its anchor, is still operating lost at sea. In response, we Conservatives have developed Canada's recovery plan that sets a course to secure Canada's future, including the modest dream of owning a home.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Calgary Shepard.
Je suis père de jeunes filles adultes qui, dans un avenir rapproché et grâce à leur travail et à leur détermination, envisageront l’achat d’un logement, comme des milliers d’autres jeunes Canadiens. À l’instar de nombreux jeunes Canadiens, mes filles vivent à la maison et suivent les reportages médiatiques qui répètent sans cesse que le prix des logements est hors de portée au Canada. Les jeunes Canadiens qui songent à entrer sur le marché du logement ne peuvent pas y arriver par eux-mêmes et ne devraient pas s’attendre à le faire maintenant, en particulier dans ma ville, Richmond. Même s’ils travaillent fort afin d'économiser pour une mise de fonds, bon nombre de jeunes ont encore besoin de l’aide des parents. J’aurai la chance de pouvoir aider mes filles, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
Les Canadiens doivent soudainement revoir leurs attentes, ce qui nous rappelle le commentaire du premier ministre qui disait que cette génération serait la première depuis de nombreuses décennies à connaître une situation pire que celle de leurs parents. Je voudrais souligner que les dépenses irréfléchies et l’énorme déficit, que ce soit avant ou après la pandémie, de même que les politiques mises en place par l'actuel gouvernement mèneront droit à ce résultat.
En réalité, l'élargissement fiscal et les programmes gouvernementaux tant attendus ne régleront pas la pénurie de logements abordables ni les causes sous-jacentes de la présente crise du logement. Au contraire, le fardeau fiscal découlant des dépenses inconsidérées des six dernières années, même en excluant les mesures d’aide dans le contexte de la pandémie, liera les mains des futurs gouvernements et les empêchera de s’attaquer à d’autres priorités en matière de logement, comme l’itinérance et la pauvreté.
Le prix des maisons a grimpé en flèche au cours de cette année marquée par la COVID et le rêve d’accession à la propriété devient de plus en plus hors de la portée des Canadiens. Le prix moyen d’une maison a atteint un sommet de 678 000 $ en février 2021, une hausse de 25 % par rapport au même mois il y a un an. À Richmond, où j'habite, le prix d’une maison unifamiliale a augmenté de 20 % par rapport à l’an dernier, frisant maintenant 1 million et demi de dollars, ce qui est beaucoup plus élevé que dans le reste du pays. Je trouve ridicule et paradoxal que le Canada, un pays peu peuplé occupant le deuxième rang au monde pour sa superficie, soit aux prises avec une crise du logement de cette ampleur. Les difficultés que doivent surmonter les Canadiens sont certainement exacerbées par la mauvaise gestion de l’offre, par le gouvernement, sur les marchés du logement. Son incompétence ne se limite pas à l’accession à la propriété.
Le gouvernement libéral n’a rien fait non plus pour que le marché locatif soit une option abordable pour les Canadiens. L’augmentation de l’offre sur le marché locatif serait une aubaine pour les locataires qui essaient de joindre les deux bouts dans des conditions de plus en plus inabordables. Les idées du gouvernement jusqu’à maintenant ne font rien pour régler les problèmes réels qui ont une incidence sur l’abordabilité de notre marché immobilier, notamment en raison du manque de logements. Pour couronner le tout, le budget libéral, qui arrive avec deux ans de retard, n'a pas écarté la mise en place d'un impôt sur les gains en capital sur les résidences principales des Canadiens. Ce n’est pas en punissant ceux qui ont une résidence pour payer les dépenses excessives et mal gérées, actuelles ou futures, du gouvernement qu’on pourra régler la crise du logement.
La Stratégie nationale sur le logement des libéraux est caractérisée par des retards de financement et par des programmes lourds et difficiles à comprendre. Elle n'a jamais permis de financer en temps opportun les projets qui en ont le plus besoin. Le Fonds national de co-investissement pour le logement est l’un des pires programmes, comme l’a dit la députée de Vancouver-Est.
Toutefois, les députés n’ont pas à me croire sur parole à ce sujet. Les fournisseurs de logements de tout le pays ont qualifié ce programme de « lourd » et de « compliqué », ce qui est légèrement mieux que les commentaires que les libéraux avaient reçus à propos de leur initiative pour l’achat d’une première propriété, un programme qui s’est avéré un échec lamentable. Ce programme devait aider 20 000 Canadiens au cours des six premiers mois, mais il n’en a aidé que 10 000 en plus de 18 mois. Il n’a pas réalisé son principal objectif, qui était d’améliorer l’abordabilité dans les régions où les coûts sont élevés. Ces changements n’aideront pas les acheteurs potentiels de Victoria, de Vancouver ou de Toronto.
Lorsque la seule solution des libéraux pour l’accès à la propriété à un prix abordable est d’assumer une partie de l’hypothèque d’un Canadien, et lorsque leur solution est activement découragée par les courtiers, ils devraient se rendre compte qu’il est temps de changer de cap et non pas d’en rajouter en adoptant de mauvaises politiques. Les libéraux devraient aider les Canadiens en leur donnant les outils nécessaires pour épargner, en réduisant leurs impôts et en créant des emplois. Par exemple, si l’utilisation des REER était encouragée, les Canadiens pourraient utiliser leurs propres économies pour acheter une maison.
Encore une fois, l’approche bureaucratique d’Ottawa « qui sait mieux que quiconque ce qu’il faut faire » nuit à nos collectivités. Cela prouve que le gouvernement libéral passe constamment à côté des préoccupations des Canadiens, notamment en ce qui a trait aux lacunes législatives et aux lacunes en matière d’application de la loi qui ont permis aux trafiquants de drogue de blanchir de l’argent illicite sur nos marchés immobiliers, aux préoccupations au sujet de l’offre, du financement et des critères du programme pour les foyers de soins de longue durée, ainsi qu’aux préoccupations liées aux lacunes du Fonds national de co-investissement pour le logement, un programme que les fournisseurs de logements de tout le pays ont critiqué en affirmant que le processus de demande est trop lourd et que les critères d’admissibilité sont trop compliqués.
Les Canadiens ne peuvent assumer plus longtemps les coûts de l'inaction du gouvernement. Seuls les conservateurs sont déterminés à faire en sorte que les Canadiens ne paient pas le prix de la mauvaise gestion des libéraux. Les conservateurs reconnaissent la gravité de la crise liée à l’abordabilité du logement à laquelle les Canadiens sont confrontés à l’échelle nationale.
Je crois en une vision audacieuse pour ma ville, Richmond, une vision où chaque famille qui travaille fort et qui économise de façon responsable peut accéder à la propriété. Je crois que l’avenir du logement au Canada reposera sur une bonne gestion de l’offre dans notre pays. Après avoir consulté mes collègues, j’ai été heureux d’apprendre que les conservateurs croient en un plan national de construction de maisons dans le cadre de la relance économique du Canada.
Nous croyons dans de vraies mesures, pas dans de belles paroles, pour remédier aux conséquences du blanchiment d’argent et à ses répercussions négatives sur notre société. Notre plan pour protéger notre avenir fait passer les besoins des Canadiens avant ceux des investisseurs étrangers, prévoit de vraies solutions de logement et met les familles sur le marché de l’habitation. Les conservateurs réclament et continueront de réclamer des améliorations aux politiques hypothécaires et à la fiscalité, ainsi que des mesures pour lutter contre le blanchiment d’argent, pour augmenter l’offre de logements sur l’ensemble du continuum et pour combattre la spéculation effrénée et les profits indus.
Il faut au Canada un plan pour relancer l’économie, mais plus d’un an après le début de la pandémie, le gouvernement libéral continue d’errer comme un navire à la dérive. Les conservateurs ont donc défini un plan de relance du Canada qui fixe un cap afin de protéger l’avenir de notre pays, y compris le modeste rêve de posséder un logement.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I live in Mississauga and I proudly represent my constituents of Mississauga East—Cooksville. I know how hard they work to provide for their families; protect their health and provide a better education for their kids, which we know are the keys to a better future; and to take care of their aging parents and grandparents. In short, they work to build and to dream. That is what Mississauga East—Cooksville is all about, and in turn, that is what the Canadian dream is from coast to coast to coast.
That is why, when a once-in-a-lifetime pandemic such as COVID-19 shook the very foundations of our health care, and social and economic systems, our government stepped up and ensured that we would do everything we could to help protect Canadians. As the Prime Minister often says, we have Canadians' backs, meaning we will be there for Canadians every step of the way to support them and to help them weather this storm. The actions we have taken have helped Canadians stay safe and buffer the worst economic impacts.
This third wave has hit hard, with further public health restrictions and regional lockdowns leading to many Canadians facing unemployment or reduced hours this last couple of months. As we work to finish the fight against COVID-19, we will continue to support Canadians through programs such as the Canada recovery benefit, a more flexible EI program and the Canada emergency wage subsidy, which continue to be lifelines for so many Canadians.
That is why we announced through budget 2021 that we will be maintaining flexible access to EI benefits for another year until the fall of 2022, fulfilling our campaign promise to extend EI sickness benefits from 15 to 26 weeks, extending the Canada recovery benefit by an additional 12 weeks until September 25, and expanding the Canada workers benefit to support low-wage workers.
These are historic investments that address the most pressing issues exacerbated by COVID-19, which are to put people first, create jobs, grow the middle class, set businesses back on a track, and ensure a healthier, greener and more prosperous Canada.
I would like to commend the Minister of Finance because Bill C-30 brings us to the next stage. It is a recovery plan for jobs, growth and resilience, the Government of Canada’s plan to finish the fight against COVID-19 and ensure a robust economic recovery that brings all Canadians along. The COVID-19 recession is the steepest and fastest economic contraction since the Great Depression. It has disproportionately affected low-wage workers, young people, women, and racialized Canadians.
The pandemic has laid bare long-standing inequities in our economy. Budget 2021 is an inclusive plan that takes action to break down barriers to full economic participation for all Canadians. It would establish a $15 federal minimum wage.
For businesses, it has been a two-speed recession, with some finding ways to prosper and grow, but many businesses, especially small businesses, fighting to survive. Budget 2021 is a plan to bridge Canadians and Canadian businesses through the crisis and toward a robust recovery. It proposes to extend business and income support measures through to the fall and to make investments to create jobs and help businesses across the economy come roaring back. Budget 2021 is a plan that puts the government on track to meet its commitment to create one million jobs by the end of the year.
Budget 2021 is a historic investment to address the specific wounds of the COVID-19 recession by putting people first, creating jobs, growing the middle class, setting businesses on track for that long-term growth, and ensuring that Canada’s future will be healthier, more equitable, greener and more prosperous.
The Government of Canada’s top priority remains protecting Canadians’ health and safety, particularly during this third, aggressive wave of the virus and its variants. Vaccine rollout is under way across Canada, with federal government support in every province and territory.
In my riding of Mississauga East—Cooksville, over 60% of adults have received their first vaccine, and this past weekend we began to inoculate kids 12 and over. I accompanied my 15-year-old twin boys, Alexander and Sebastien, to get their first shot through Trillium Health Partners Mississauga Hospital mass vaccination site this weekend.
I want to thank all the frontline staff, volunteers and emergency services for making the experience a friendly, efficient safe and secure one. We could see how proud, joyful, hopeful and, I have to say, patriotic people felt, that they were doing their part to safeguard themselves, their family members, their community and their country by getting vaccinated and helping shield us from this horrible virus. People are starting to be cautiously hopeful as vaccines roll out and we approach herd immunity. Canadians can dream once again of something approaching normality.
During last week's constituency week, I had the opportunity to meet with Mississauga and Peel Region's leadership team of elected officials, management and stakeholders to discuss long-term care and the continuum of care with a focus on our seniors and vulnerable populations. The COVID-19 pandemic has strained our long-term care facilities across the country and in my community of Mississauga East—Cooksville like never before. I want to thank the Minister of Finance for the well-deserved measures to strengthen long-term care and supportive care.
Many seniors have faced economic challenges as they take on extra costs to stay safe and protect their health. This 2021 budget proposes to provide $90 million to Employment and Social Development Canada, a government department responsible for social programs, to launch the age well at home initiative. This initiative would assist community-based organizations to provide practical support that helps low-income and otherwise vulnerable seniors to age in place, such as matching seniors with volunteers who can help them with meal preparation, home maintenance, daily errands, yardwork and transportation. This initiative would also target regional and national projects to help expand services that have already demonstrated results helping seniors stay in their homes. Funding would be provided over a three-year period starting in 2021-22. I am pleased to say that many non-profits and charitable organizations working with seniors across the country stand to benefit from this measure.
In addition, the 2021 budget proposes to build on work conducted by the Health Standards Organization and Canadian Standards Association in launching a process to develop national standards focused on improving the quality of life of seniors in long-term care homes. This budget would provide $3 billion over five years to Health Canada to support provinces and territories, ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made; and, $41.3 million over six years and $7.7 million ongoing, starting in 2021-22, for Statistics Canada to improve data infrastructure and data collection on supportive care, primary care and pharmaceuticals.
We made a campaign commitment promising to increase old age security, OAS, benefits for seniors aged 75 and older. Many seniors are living longer and they are relying on monthly benefits to afford retirement. These funds would be delivered in two steps. The 2021 budget would support seniors by providing a one-time payment this August of $500 and increase regular OAS payments for pensioners 75 and over by 10% on an ongoing basis as of July next year. This would increase the benefits for approximately 3.3 million seniors, providing additional benefits of $766 for full pensioners in the first year and indexed to inflation going forward. This would give seniors more financial security later in life, particularly at the time when they face increased care expenses. In total, the two measures represent $12 billion over five years for our seniors in additional financial support, beginning in 2021-22; and at least $3 billion per year ongoing, to be delivered by Employment and Social Development Canada.
Budget 2021 invests in Canada's biomanufacturing and life sciences sector to rebuild domestic vaccine manufacturing capacity. It has a plan to put in place national standards for long-term care and mental health services.
Budget 2021 makes a generational investment to build a Canada-wide early learning and child care system. This is a plan to drive economic growth, increase women's participation in the workforce and offer each child in Canada the best start in life. Budget 2021 would invest almost $30 billion over the next five years and provide permanent ongoing funding, working with provincial and territorial and indigenous partners to support quality not-for-profit child care, ensuring the needs of early childhood educators are at the heart of the system. The goal is to reach $10 per day on average by—
Madame la Présidente, j'habite à Mississauga et je suis fier de représenter les habitants de Mississauga-Est—Cooksville. Je sais combien ils travaillent dur pour assurer la subsistance de leurs familles, protéger leur santé et offrir une meilleure éducation à leurs enfants, laquelle est la clé d'un bel avenir, mais aussi pour prendre soin de leurs parents vieillissants et de leurs grands-parents. Bref, ils travaillent pour pouvoir rêver et concrétiser leurs rêves. Voilà à quoi tient Mississauga-Est—Cooksville et en quoi consiste le rêve canadien partout au pays.
C'est ce qui a poussé le gouvernement à intervenir, quand la pandémie de COVID-19 a ébranlé les fondements du système de soins de santé et du système socioéconomique du Canada. Il s'est assuré de faire tout ce qui était dans son pouvoir pour protéger les Canadiens. Comme le premier ministre l'a souvent dit, nous sommes là pour les Canadiens, c'est-à-dire que nous serons là pour leur offrir du soutien à chaque étape et les aider à surmonter cette crise. Les mesures que nous avons prises ont permis aux Canadiens de se protéger et d'atténuer le pire des répercussions économiques.
La troisième vague nous a frappés de plein fouet avec l'ajout de restrictions sanitaires et les confinements régionaux. De nombreux Canadiens se sont retrouvés sans emploi ou ont dû composer avec un horaire de travail réduit au cours des derniers mois. Alors que nous nous efforçons d'achever la lutte contre la COVID-19, nous continuons de soutenir les Canadiens par l'entremise de mesures comme la Prestation canadienne de la relance économique, l'assouplissement du programme d'assurance-emploi et la Subvention salariale d'urgence, qui sont toujours essentielles pour tant de personnes.
C'est pour cette raison que le gouvernement a annoncé dans le budget de 2021 qu'il maintiendrait l'accès souple à l'assurance-emploi pour une autre année, soit jusqu'à l'automne 2022, qu'il tiendrait sa promesse électorale de prolonger les prestations de maladie de l'assurance-emploi de 15 à 26 semaines, qu'il prolongerait la Subvention salariale d'urgence jusqu'au 25 septembre, soit 12 semaines supplémentaires, et qu'il élargirait l'Allocation canadienne pour les travailleurs afin de soutenir les travailleurs à faible salaire.
Il s'agit d'investissements historiques qui répondent aux problèmes les plus urgents aggravés par la COVID-19 et qui cherchent notamment à accorder la priorité aux gens, à créer des emplois, à favoriser la croissance de la classe moyenne, à aider les entreprises à se remettre sur les rails et à veiller à la création d'un Canada plus sain, plus vert et plus prospère.
J'aimerais féliciter la ministre des Finances, car le projet de loi C-30 nous fait passer à la prochaine étape. C'est un plan de relance pour les emplois, la croissance et la résilience, le plan du gouvernement du Canada visant à terminer la lutte contre la COVID-19 et à créer une économie robuste qui ne laisse aucun Canadien pour compte. La récession de la COVID-19 représente la contraction économique la plus forte et la plus rapide depuis de la Grande Dépression. Elle a touché de façon disproportionnée les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racisés.
La pandémie a mis au jour des iniquités de longue date dans notre économie. Le budget de 2021 est un plan inclusif qui prévoit des mesures pour éliminer les obstacles à la pleine participation économique de tous les Canadiens, notamment un salaire minimum fédéral de 15 $.
Pour les entreprises, la récession a été à deux vitesses, certaines trouvant des moyens de prospérer et de croître, mais de nombreuses autres, surtout les petites, se battant pour survivre. Le budget de 2021 est un plan visant à aider les Canadiens et les entreprises canadiennes à traverser la crise et à assurer une reprise vigoureuse. Il prévoit la prolongation des mesures de soutien des entreprises et du revenu jusqu’à l’automne, ainsi que des investissements pour créer des emplois et aider les entreprises de l’ensemble de l’économie à se relever. Le budget de 2021 est un plan qui met le gouvernement sur la bonne voie pour respecter son engagement de créer un million d’emplois d’ici la fin de l’année.
Le budget de 2021 représente un investissement historique pour venir à bout des séquelles de la récession liée à la COVID-19, en donnant la priorité aux gens, en créant des emplois, en faisant prospérer la classe moyenne, en mettant les entreprises sur la voie de la croissance à long terme et en veillant à assurer au Canada un avenir en meilleure santé, plus équitable, plus vert et plus prospère.
La priorité absolue du gouvernement du Canada demeure la protection de la santé et de la sécurité des Canadiens, particulièrement pendant cette troisième vague agressive du virus et de ses variants. La campagne de vaccination est en cours partout au Canada, avec l’appui du gouvernement fédéral dans chaque province et territoire.
Dans la circonscription que je représente, Mississauga-Est—Cooksville, plus de 60 % des adultes ont reçu leur première dose de vaccin, et la fin de semaine dernière, les enfants de 12 ans et plus ont commencé à être vaccinés. J’ai accompagné mes jumeaux de 15 ans, Alexander et Sebastien, pour qu’ils reçoivent leur première dose cette fin de semaine à la clinique de vaccination de masse de l’hôpital Trillium Health Partners de Mississauga.
Je tiens à remercier tout le personnel de première ligne, les bénévoles et les services d’urgence de faire de cette expérience une expérience conviviale, efficace et sécuritaire. Nous avons pu voir à quel point les gens semblaient fiers, joyeux et pleins d’espoir et nous avons même pu sentir leur patriotisme dans ce geste de se faire vacciner pour se protéger et protéger les membres de leur famille, leur communauté et leur pays contre cet horrible virus. Les gens commencent à avoir de l’espoir avec le déploiement des vaccins et l’approche de l’immunité collective. Les Canadiens peuvent aspirer à nouveau à quelque chose qui s’approchera de la normalité.
Au cours de la dernière semaine, dans la circonscription que je représente, j’ai eu l’occasion de rencontrer l’équipe de gestion de Mississauga et de la région de Peel, composée d’élus, de gestionnaires et d’intervenants, afin de discuter des soins de longue durée et du continuum des soins, en mettant l’accent sur nos aînés et nos populations vulnérables. La pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve, comme jamais auparavant, nos établissements de soins de longue durée partout au pays et dans la circonscription de Mississauga-Est—Cooksville que je représente. Je tiens à remercier la ministre des Finances pour les mesures bien méritées visant à renforcer les soins de longue durée et les soins palliatifs.
De nombreux aînés ont fait face à des difficultés économiques parce qu’ils ont dû assumer des coûts supplémentaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé. Le budget de 2021 propose d’accorder 90 millions de dollars à Emploi et Développement social Canada, un ministère responsable des programmes sociaux, pour lancer l’initiative Vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aiderait les organismes communautaires à offrir un soutien pratique pour aider les aînés à faible revenu et vulnérables à vieillir chez eux. Ces organismes pourraient par exemple jumeler des aînés avec des bénévoles qui leur prépareraient des repas, effectueraient des tâches ménagères, feraient leurs courses, les aideraient à entretenir leur terrain ou les conduiraient à différents endroits. Cette initiative aiderait également des projets régionaux et nationaux à étendre des services qui ont déjà permis à de nombreux aînés de continuer à vivre chez eux. Le financement serait fourni sur une période de trois ans à partir de 2021-2022. Je suis heureux de pouvoir dire que de nombreux organismes sans but lucratif et de bienfaisance qui travaillent auprès des aînés partout au pays profiteront de cette mesure.
De plus, le budget de 2021 propose de s’appuyer sur le travail effectué par l’Organisation de normes en santé et par l’Association canadienne de normalisation pour lancer un processus d’élaboration de normes nationales visant à améliorer la qualité de vie des aînés dans les établissements de soins de longue durée. Le budget accorderait 3 milliards de dollars sur cinq ans à Santé Canada pour appuyer les provinces et les territoires, pour veiller au respect des normes de soins de longue durée et pour apporter des changements permanents. Il affecterait 41,3 millions de dollars sur six ans et 7,7 millions de dollars par la suite à partir de 2021-2022 pour que Statistique Canada améliore l’infrastructure de données et la collecte de données sur les soins de soutien, sur les soins primaires et sur les produits pharmaceutiques.
Pendant la campagne électorale, nous avons promis d’augmenter les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans et plus. De nombreux aînés vivent plus longtemps et comptent sur ces prestations mensuelles pour prendre leur retraite. Ces fonds seraient versés en deux étapes. Le budget de 2021 appuierait les aînés en prévoyant un paiement unique de 500 $ en août et en augmentant les prestations régulières de la Sécurité de la vieillesse pour les retraités de 75 ans et plus de 10 % de façon continue dès le mois de juillet de l’année prochaine. Cela augmenterait les prestations d’environ 3,3 millions d'aînés, ce qui se traduirait par des prestations supplémentaires de 766 $ pour les pensionnés touchant la prestation intégrale la première année. Ces prestations seraient indexées à l’inflation. Cela assurerait aux aînés une plus grande sécurité financière plus tard dans la vie alors qu’ils font face à des coûts de soins de santé beaucoup plus élevés. Au total, ces deux mesures représentent un soutien financier supplémentaire de 12 milliards de dollars sur cinq ans pour nos aînés à partir de 2021-2022 et d’au moins 3 milliards de dollars par année par la suite, qui sera distribué par Emploi et Développement social Canada.
Le budget de 2021 investit dans le secteur canadien de la biofabrication et des sciences de la vie afin de rebâtir la capacité nationale de fabrication de vaccins. Il présente un plan de mise en œuvre de normes nationales sur les soins de longue durée et sur les services de santé mentale.
Le budget de 2021 prévoit un investissement générationnel pour bâtir un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ce plan vise à stimuler la croissance économique, à accroître la participation des femmes au marché du travail et à offrir à chaque enfant canadien le meilleur départ possible dans la vie. Le budget de 2021 prévoit un investissement de près de 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années ainsi qu’un financement permanent pour fournir, en collaboration avec des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones des services sans but lucratif de garde d’enfants de qualité et en veillant à ce que le système soit axé sur les besoins des éducateurs de la petite enfance. L’objectif est d’atteindre 10 $ par jour en moyenne d'ici...
View Peter Fragiskatos Profile
Lib. (ON)
View Peter Fragiskatos Profile
2021-05-26 16:43 [p.7391]
Madam Speaker, I have known the hon. member for a number of years now as he was my seatmate prior to the pandemic. As a result of that, I know that during his time as a member of provincial parliament in Ontario and certainly since 2015 in federal politics, he has been a champion for seniors' issues.
We heard him speak passionately about provisions in the budget that will assist seniors, but I wonder if he could expand on that specifically on the issue of long-term care and what it means to his constituents in Mississauga.
Madame la Présidente, je connais le député depuis un certain nombre d’années puisqu’il était mon voisin de banquette avant la pandémie. Par conséquent, je sais que, lorsqu’il était député provincial en Ontario, et certainement depuis 2015 en politique fédérale, il s’est fait le champion des questions touchant les aînés.
Nous l’avons entendu parler avec passion des dispositions du budget qui aideront les aînés, mais je me demande s’il pourrait nous en dire davantage sur la question des soins de longue durée et sur ce que cela signifie pour les électeurs de Mississauga qu’il représente.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to thank the hon. member and great friend for giving me the opportunity to speak to something that I am very passionate about.
When it comes to long-term care, we saw through this pandemic the tragedy in our long-term care homes, particularly here in Mississauga, but also in London and right across our province and across our country. We saw seniors not treated to the standards to which we believe Canadians should be treated, to have the dignity and respect. We have come forward with $3 billion to be able to assist and work with our partners, the provinces and the municipalities to be able to provide the level of care that we deem should be a standard and is vitally important. All Canadians feel the same way. It broke our hearts to see how seniors were treated in long-term care homes.
Madame la Présidente, je remercie le député et mon grand ami de me donner l’occasion de parler d’un sujet qui me passionne beaucoup.
En ce qui concerne les soins de longue durée, nous avons été témoins de la tragédie qui s’est produite dans nos foyers de soins de longue durée, particulièrement ici à Mississauga, mais aussi à London et dans l’ensemble de la province et du pays. Nous avons vu des personnes âgées ne pas être traitées selon les normes auxquelles nous nous attendons pour les Canadiens, c’est-à-dire dans la dignité et le respect. Nous avons prévu 3 milliards de dollars pour pouvoir aider nos partenaires, les provinces et les municipalités et collaborer avec eux, afin d’offrir le niveau de soins que nous jugeons nécessaire et essentiel. Tous les Canadiens sont de cet avis. Cela nous a tous brisé le cœur de voir comment les aînés ont été traités dans les foyers de soins de longue durée.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:17 [p.7396]
Madam Speaker, the budget makes some positive steps toward addressing the affordable housing and homelessness crisis in Canada. Unfortunately, it is not enough to make up for decades of neglect by the federal government. Housing is a human right, recognized in international law and affirmed in the national housing strategy. Much more needs to be done to ensure that right is respected. Weak regulations have allowed our housing market to be used by the global ultrawealthy for tax evasion and money laundering. These activities have driven up the cost of housing to unsustainable levels and it continues to climb. Where does this end?
We should be looking at regulations to protect Canada's residential real estate market. Many countries have regulations that restrict foreign buyers. I have heard both Conservatives and Liberals talk about how much they love foreign direct investment. When people earning median incomes can no longer afford to own or rent a home without spending 50% or more of their income, is foreign direct investment in housing benefiting Canadians? Housing prices in Canada have gone up an average of 30% in the past year. We have barely begun to see the fallout of that.
The investment in Canada's nature legacy is a very welcome addition, especially the funding directed to indigenous protected and conserved areas, or IPCAs. Reconnecting indigenous people back to their traditional lands is key to reconciliation. A sixth mass extinction is happening right now. Species are disappearing at a rapid rate, and we are losing important and endangered ecosystems around the planet. The endangered big tree old-growth ecosystems on Vancouver Island are a perfect example of where the funding from Canada’s nature legacy should be spent. Indigenous protected and conserved areas would put land under the control and authority of local first nations. This ensures long-term economic development built on harvesting second-growth forests and creating value-added forest products, while preserving old growth for eco-tourism and traditional practices.
Low-income seniors in my riding have been asking for additional pandemic relief and for a permanent increase in the old age security. The budget promises that old age security will increase in 2022, a year from now, but only for seniors over the age of 75. This is creating two classes of seniors: those 75 and up and those under 75. This is going to force more seniors to continue working in jobs that young people could be filling.
It is positive that the government is moving toward national standards for long-term care, but bolder action needs to be taken. The pandemic has exposed glaring deficiencies in some provinces that allowed for the warehousing of seniors in for-profit homes. Serious action should be taken against private for-profit long-term care homes that used pandemic relief funding to give executives and shareholders a bonus instead of fixing deficiencies.
The government has made a good start with additional support for students during the pandemic, with interest relief and an increase in student grants, but it is time to take bold action to bring Canada fully into the knowledge-based economy. It is time to follow the lead of northern European countries and make post-secondary education in this country tuition-free.
The Green Party has long been calling for improvements to our health care system, with an increase of health transfers and a system that recognizes provincial demographic differences. There is an incremental move toward universal pharmacare, but we need bolder steps to ensure Canadians have access to the medicine they need. We have been calling for universal pharmacare, universal dental care, universal mental health services, wellness care and a patient-centred focus on health and well-being to keep people out of the sickness care system, because we know that all of these things will save money in the long run and keep Canadians healthier.
Small businesses are going to have a more difficult recovery than large multinational companies that have been able to ride out the storm with big box stores and online sales. Small and medium-sized enterprises are the lifeblood of the economy. They hire the vast majority of private sector workers. Special consideration needs to be given to ensure that the hundreds of thousands of small and medium-sized businesses across this country are able to recover. The wage subsidy ends in September. Many businesses in my riding need help well beyond September.
This is Tourism Week. The budget commitments to the tourism industry are not enough. Tourism's contribution to the economy is underestimated. Tourism employs more people than oil and gas in Canada, and $500 million is not adequate to meet the needs of tourism operators across the country, especially for those who will not be in full operation again until at least 2022.
I hear from constituents like Shelley and Dave, who own and operate CruisePlus, a company that books tours in Canada and around the world. When the pandemic hit, they and their team worked hard to get Canadians home and cancel bookings. They have struggled to stay afloat during the pandemic. They have lost well-trained, loyal employees and are concerned about the end of the wage subsidy. They will lose support before they are expecting to be able to restart their business in a serious way.
The plan to lower the Canada recovery benefit from the current $500 a week to $300 a week by July needs to be re-examined. Workers are still struggling and may not be able to find enough work to compensate for that reduction.
The pandemic has demonstrated the need to improve our social safety net with a guaranteed livable income. We are going to see additional shocks to our economy with automation, artificial intelligence and climate change. A guaranteed livable income can help ensure that no one falls through the cracks as we navigate these new realities.
How will we pay for all these things? During the peak of the pandemic, more than 5.5 million Canadian workers lost their jobs or were working half of their normal hours. More than half of Canadians are within $200 of not being able to cover their monthly bills. At the same time, Canada's 48 richest billionaires increased their wealth by $78 billion and now have almost a quarter of a trillion dollars among them. We now know that some large corporations used taxpayer-funded relief programs to pay their shareholders and executives huge bonuses. That is disgusting.
Canada needs an increase in the progressive tax rate at the higher income brackets. We also need a wealth tax and an inheritance tax for the ultrawealthy. It is time to close tax loopholes that allow them to offshore their wealth and avoid paying taxes. It is time to tax the Internet giants that extract billions from our economy. Big banks and credit card companies have been raking in profits through increased user fees and interest rates they charge to consumers and businesses, and payday lenders are trapping low-income people into predatory loans with terms designed to keep them in endless cycles of debt. This is unacceptable. How have we let income inequality reach this point? All of these things could have been dealt with in this budget.
Over and over again during this debate, I have heard the Conservatives call on the government to spend less. They caution about deficits and increasing debt. I agree with them in at least one area: We need to end all taxpayer handouts to the fossil fuel industry. Real climate action requires that we cut all funding to the Trans Mountain pipeline expansion project, cut all subsidies to fracking companies and put them on notice that their climate-destroying practice will be banned within the year, and make the costs of industrial cleanup a non-dischargeable debt so we can stop subsidizing the cleanup of abandoned wells. The fossil fuel industry is a sunset industry. It is time to stop propping it up and invest those billions in a just transition to a renewable energy economy.
While there are a number of things that are positive in this budget, it falls short of dealing with the challenges of our time. We are in a climate emergency and we have growing inequality. Canada can and must do better for people and the planet. I will continue to work toward that goal.
Madame la Présidente, le budget contient des mesures positives pour s’attaquer à la crise du logement abordable et de l’itinérance au Canada. Malheureusement, il ne suffit pas de compenser des décennies de négligence de la part du gouvernement fédéral. Le logement est un droit de la personne reconnu en droit international et confirmé dans la Stratégie nationale sur le logement. Il faut faire beaucoup plus pour que ce droit soit respecté. La faiblesse de la réglementation a permis aux ultrariches du monde entier de profiter de notre marché immobilier aux fins d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Ces activités ont fait grimper le coût du logement à des niveaux insoutenables et ce n’est pas fini. Où cela s’arrêtera-t-il?
Nous devons envisager une réglementation pour protéger le marché immobilier résidentiel du Canada. De nombreux pays ont des règlements qui restreignent les transactions par des acheteurs étrangers. J’ai entendu les conservateurs et les libéraux dire à quel point ils aiment les investissements étrangers directs. Lorsque les gens qui gagnent un revenu médian ne peuvent plus se permettre d’acheter ou de louer une maison sans dépenser 50 % ou plus de leur revenu, l’investissement étranger direct dans le logement profite-t-il aux Canadiens? Le prix des maisons au Canada a augmenté en moyenne de 30 % au cours de la dernière année. Nous commençons à peine à en voir les conséquences.
L’investissement dans le patrimoine naturel du Canada est un ajout très bienvenu, surtout le financement destiné aux aires protégées et de conservation autochtones, ou APCA. Rétablir le lien entre les peuples autochtones et leurs terres ancestrales est essentiel à la réconciliation. Nous assistons actuellement à une sixième extinction de masse. Les espèces disparaissent rapidement et nous perdons des écosystèmes importants et menacés partout sur la planète. Les grands écosystèmes de peuplements d’arbres matures menacés sur l’île de Vancouver sont un parfait exemple de la façon dont le financement du patrimoine naturel du Canada doit être dépensé. Les aires protégées et de conservation autochtones placeront les terres sous le contrôle et l’autorité des Premières Nations locales. Cela assurera un développement économique à long terme fondé sur l’exploitation des forêts de seconde venue et la création de produits forestiers à valeur ajoutée, tout en préservant les peuplements d’arbres matures pour l’écotourisme et les pratiques ancestrales.
Les aînés à faible revenu de ma circonscription ont demandé un allégement supplémentaire en raison de la pandémie et une augmentation permanente de la Sécurité de la vieillesse. Le gouvernement a promis dans le budget que la Sécurité de la vieillesse augmentera en 2022, soit dans un an, mais seulement pour les aînés de plus de 75 ans. Cela crée deux catégories d’aînés, à savoir ceux de 75 ans et plus et ceux de moins de 75 ans. Cela forcera un plus grand nombre d’aînés à continuer d’occuper des emplois auxquels des jeunes auraient pu autrement accéder.
Que le gouvernement s’oriente vers des normes nationales pour les soins de longue durée est un signe positif, mais des mesures plus audacieuses doivent être prises. La pandémie a révélé des lacunes flagrantes dans certaines provinces qui ont permis l’entreposage d’aînés dans des foyers à but lucratif. Des mesures rigoureuses doivent être prises contre les foyers de soins de longue durée privés à but lucratif qui ont utilisé les fonds de secours de la pandémie pour accorder une prime aux dirigeants et aux actionnaires au lieu de corriger les lacunes.
Le gouvernement a pris un bon départ en accordant un soutien supplémentaire aux étudiants pendant la pandémie, avec une exemption d’intérêt et une augmentation des bourses d’études, mais il est temps de prendre des mesures audacieuses pour faire entrer pleinement le Canada dans l’économie du savoir. Il est temps de suivre l’exemple des pays d’Europe du Nord et de rendre l’éducation postsecondaire gratuite dans notre pays.
Le Parti vert réclame depuis longtemps l’amélioration de notre système de soins de santé, avec une augmentation des transferts de santé et un système qui reconnaît les différences démographiques provinciales. Il y a un mouvement progressif vers l’assurance-médicaments universelle, mais nous avons besoin de mesures plus audacieuses pour assurer que les Canadiens ont accès aux médicaments dont ils ont besoin. Nous demandons l’instauration d’un régime universel d’assurance-médicaments, de soins dentaires, de services de santé mentale, de soins de mieux-être et d’une approche axée sur la santé et le bien-être des patients afin d’éviter que les gens n’aient recours au système de soins de santé, car nous savons que toutes ces mesures permettront d’économiser de l’argent à long terme et de garder les Canadiens en meilleure santé.
Les petites entreprises auront plus de mal à se remettre de la crise que les multinationales qui ont pu résister à la tempête grâce aux magasins grande surface et aux ventes en ligne. Les petites et moyennes entreprises sont le poumon de l’économie. Elles emploient la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Une attention particulière doit être accordée pour s’assurer que les centaines de milliers de petites et moyennes entreprises à travers le pays sont en mesure de se rétablir. La subvention salariale prend fin en septembre. De nombreuses entreprises de ma circonscription ont besoin d’aide bien au-delà de septembre.
C’est la semaine du tourisme. Les engagements budgétaires envers l’industrie touristique ne sont pas suffisants. La contribution du tourisme à l’économie est sous-estimée. Le tourisme emploie plus de personnes que le pétrole et le gaz au Canada, et 500 millions de dollars ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins des exploitants touristiques de tout le pays, surtout pour ceux qui ne seront pas de nouveau en pleine activité avant au moins 2022.
J’entends des électeurs comme Shelley et Dave, qui possèdent et exploitent CruisePlus, une entreprise qui réserve des circuits au Canada et dans le monde entier. Lorsque la pandémie a frappé, eux et leur équipe ont travaillé dur pour ramener les Canadiens chez eux et annuler les réservations. Ils se sont battus pour rester à flot pendant la pandémie. Ils ont perdu des employés loyaux et bien formés et s’inquiètent de la fin de la subvention salariale. Ils perdront leur soutien avant d’espérer pouvoir redémarrer sérieusement leur activité.
Le projet de réduire l’allocation de rétablissement du Canada de 500 $ par semaine actuellement à 300 $ par semaine d’ici juillet doit être réexaminé. Les travailleurs sont toujours en difficulté et pourraient ne pas être en mesure de trouver suffisamment de travail pour compenser cette réduction.
La pandémie a démontré la nécessité d’améliorer notre filet de sécurité sociale avec un revenu vital garanti. Notre économie subira d’autres chocs encore avec l’automatisation, l’intelligence artificielle et les changements climatiques. Un revenu vital garanti peut contribuer à faire en sorte que personne ne passe à travers les mailles du filet tandis que nous naviguons dans ces nouvelles réalités.
Comment allons-nous payer toutes ces choses? Au plus fort de la pandémie, plus de 5,5 millions de travailleurs canadiens ont perdu leur emploi ou travaillaient la moitié de leurs heures normales. Plus de la moitié des Canadiens sont à moins de 200 $ de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. En même temps, les 48 milliardaires les plus riches du Canada ont augmenté leur fortune de 78 milliards de dollars et possèdent désormais collectivement près d’un quart de billion de dollars. Nous savons maintenant que certaines grandes sociétés ont utilisé les programmes d’aide financés par les contribuables pour verser à leurs actionnaires et à leurs dirigeants d’énormes primes. C’est dégoûtant.
Le Canada a besoin d’une augmentation du taux d’imposition progressif dans les tranches de revenu supérieures. Nous avons également besoin d’un impôt sur la fortune et d’un impôt sur la succession pour les personnes richissimes. Il est temps de supprimer les échappatoires fiscales qui leur permettent de délocaliser leur richesse et d’éviter de payer leur impôt. Il est temps de taxer les géants de l’Internet qui extraient des milliards de notre économie. Les grandes banques et les sociétés de cartes de crédit ont accumulé des profits grâce à l’augmentation des frais d’utilisation et des taux d’intérêt qu’elles facturent aux consommateurs et aux entreprises, et les prêteurs sur salaire piègent les personnes à faible revenu dans des prêts prédateurs dont les conditions sont conçues pour les maintenir dans des cycles d’endettement infinis. Cette situation est inacceptable. Comment avons-nous laissé l’inégalité des revenus atteindre un tel niveau? Toutes ces choses auraient pu être réglées dans ce budget.
À maintes reprises au cours de ce débat, j’ai entendu les conservateurs demander au gouvernement de dépenser moins. Ils mettent en garde contre le déficit et l’augmentation de la dette. Je suis d’accord avec eux dans au moins un domaine: nous devons mettre fin à toutes les subventions des contribuables à l’industrie des combustibles fossiles. Une véritable action pour le climat exige que nous coupions tout financement au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, que nous supprimions toutes les subventions aux entreprises de fracturation et que nous les avertissions que leur pratique destructrice du climat sera interdite d’ici un an, et que nous fassions des coûts de l’assainissement industriel une dette dont il est impossible de se libérer afin de pouvoir cesser de subventionner le nettoyage des puits abandonnés. L’industrie des combustibles fossiles est une industrie en déclin. Il est temps d’arrêter de la soutenir et d’investir plutôt ces milliards dans une transition équitable vers une économie fondée sur les énergies renouvelables.
Bien qu’il y ait un certain nombre d’éléments positifs dans ce budget, il ne répond pas aux défis de notre époque. Nous sommes en situation d’urgence climatique et les inégalités se creusent. Le Canada peut et doit faire mieux pour les gens et la planète. Je continuerai à travailler dans ce sens.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2021-05-26 22:04 [p.7439]
Madam Chair, the elderly are some of the most vulnerable members of our population in Canada, and the pandemic has highlighted and exacerbated some of the issues that currently exist with respect to long-term care facilities.
To complement the work by the Health Standards Organization and the Canadian Standards Association to establish national standards for long-term care, budget 2021 proposes a series of investments to support long-term care in all provinces and territories. It considers the importance of culturally appropriate palliative care and steps to support seniors so that they can live independently for as long as possible, recognizing the importance and benefits of seniors living in the comfort of their own homes and allowing them to continue to be close to their communities.
Can the minister speak about some of the efforts that will be made through this budget to keep seniors safe in Canada and ensure that they are receiving the highest quality of care?
Madame la présidente, les aînés font partie des groupes les plus vulnérables de la société canadienne, et la pandémie a révélé et aggravé certains problèmes qui sévissent actuellement dans les centres de soins de longue durée.
Pour contribuer aux efforts de l'Organisation de normes en santé et de l'Association canadienne de normalisation en vue d'établir des normes nationales pour les centres de soins de longue durée, le budget de 2021 propose une série de dépenses pour aider les centres de soins de longue durée de l'ensemble des provinces et des territoires. Cette mesure prend en considération l'importance des soins palliatifs adaptés à la culture et des mesures visant à aider les aînés à vivre de façon autonome le plus longtemps possible, étant donné l'importance et les avantages de permettre aux aînés de vivre dans le confort de leur propre maison et de rester près de leur communauté.
La ministre peut-elle parler de certaines mesures qui seront prises dans le cadre de ce budget pour protéger les aînés du pays et veiller à ce qu'ils reçoivent des soins de première qualité?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-05-26 22:05 [p.7439]
Madam Chair, COVID-19 has highlighted many of the concerns facing our elderly population, and our government is committed to enhancing our current long-term care system and establishing national standards that meet and exceed the needs. That is why we have allocated $3 billion to support provinces and territories in ensuring that they are meeting long-term care standards and that the necessary changes are being made.
To continue to support seniors during COVID, we propose an increase in old age security for seniors aged 75 and up and will provide a one-time payment of $500 to these seniors to help them pay their bills. We also understand the importance of living at home for many of our seniors and propose an investment of $90 million towards the launch of our “age well at home” initiative to provide seniors with the support needed to ensure that they can live in the comfort of their own homes for as long as possible.
I will conclude by saying that we have also proposed an investment of $41.3 million to improve our data infrastructure and collection on supportive care, primary care and pharmaceuticals so that we can gather the data needed to continue to monitor the challenges and support future investments. We know that seniors are among the most—
Madame la présidente, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière bon nombre des préoccupations des aînés, et le gouvernement est déterminé à améliorer le système actuel de soins de longue durée et à établir des normes nationales qui répondent aux besoins des gens et qui les dépassent. C'est pourquoi nous avons investi 3 milliards de dollars pour aider les provinces et les territoires à respecter les normes de soins de longue durée et pour veiller à ce que les changements nécessaires soient apportés.
Pour continuer à appuyer les aînés au cours de la pandémie de COVID-19, nous proposons d'augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus et nous verserons un paiement unique de 500 $ à ces derniers pour les aider à payer leurs factures. Nous comprenons aussi qu'il est important pour de nombreux aînés de vivre à la maison et nous proposons un investissement de 90 millions de dollars pour lancer l'initiative Vieillir dans la dignité à la maison, qui vise à fournir aux aînés l'aide dont ils ont besoin pour pouvoir vivre dans le confort de leur foyer le plus longtemps possible.
Je terminerai en disant que nous avons aussi proposé un investissement de 41,3 millions de dollars pour améliorer l’infrastructure et la collecte de données sur les soins de soutien, les soins primaires et les produits pharmaceutiques afin que nous puissions recueillir les données nécessaires pour continuer à surveiller les difficultés et à appuyer les futurs investissements. Nous savons que les aînés sont parmi les plus...
View Dominic LeBlanc Profile
Lib. (NB)
View Dominic LeBlanc Profile
2021-05-13 10:56 [p.7156]
Madam Speaker, I am here today to discuss the motion presented by my hon. friend from La Prairie on the possibility of a pandemic election.
Let me begin by saying our focus as a government, since the beginning of the pandemic, has been on delivering for Canadians. Canadians expect their Parliament to work to deliver for them through the pandemic and, indeed, over the past many months, the government has done just that.
The government has no interest in an election. We have repeatedly said that. The Prime Minister has said that. However, as the House is well aware, an election could happen at any time in a minority Parliament. It is our responsibility as parliamentarians to be prepared for such a scenario, which is why the government introduced, following a report from the Chief Electoral Officer of Canada, Bill C-19, which would allow for temporary amendments to the Canada Elections Act in the context of a pandemic.
We agree with the opposition that holding an election during a pandemic would be unfortunate without first implementing these provisions that would ensure that Canadians are able to vote in a way that is safe and secure. The opposition has demonstrated a reckless disregard for the health and safety of Canadians in recent weeks. It has voted no confidence in the government 14 times, which is 14 times in favour of an immediate election. If the opposition feels strongly about not taking Canadians to the polls, perhaps it should stop voting for an immediate election.
The government wants the House of Commons to work constructively, as it has over the past number of months. Part of that includes a timely study of Bill C-19 to ensure that if an election were held, the obvious desire of many opposition members, it would be safe and secure, and accessible to as many electors as possible.
We are ready to work with all parliamentarians to ensure that these temporary changes to the Canada Elections Act address our collective goals, but that requires the opposition to also work constructively at parliamentary committees. The current tactics by the opposition to paralyze the work in the House and in committees can sometimes be nothing short of dysfunctional.
Allow me to quote the Right Hon. Stephen Harper, who said, “It's the nature of the opposition to oppose the government but at the same time I hope we can concentrate our efforts on real issues, issues of public policy.”
Every responsible prime minister has to make a decision on the effective functioning of Parliament. I would encourage our colleagues in opposition to focus, as the government has, on delivering real results for Canadians. From investing in PPE to increasing capacity for testing and tracing and delivering more than 20 million vaccine doses for Canada, we have spared no effort in fighting the pandemic and providing support to those most affected by it.
A team Canada approach is clearly the best way of beating COVID-19 and keeping Canadians safe and healthy. I would urge my colleagues in the House to continue to work productively in our shared work to protect and support Canadians.
I would like to touch briefly, as the motion compels us to, on the situation in Quebec over the last year. The COVID-19 pandemic has had widespread and unprecedented effects on Canadians, including, of course, Quebeckers. That is why our government has provided significant support to all the provinces and territories, including Quebec.
Under the safe restart agreement, Quebec will receive over $3 billion for necessary measures like rapid testing, contact tracing, help for municipalities and public transportation, as well as child care services for parents returning to work.
In addition, through the safe return to class fund, Quebec will receive over $432 million, and Quebec's funding allocation under the new COVID-19 resilience stream, which is part of the infrastructure program, is also over $432 million.
Finally, over two million Quebeckers applied for the CERB.
I believe our support for Canadians throughout this pandemic has been clear, and we are grateful to the opposition parties that have helped us put forward these programs that have benefited so many Canadians.
This motion also presents an opportunity to discuss the measures in Bill C-19, which would help ensure that if Canadians go to the polls while Canada is in the midst of the COVID-19 pandemic, they could do so with the full confidence in their safety and security and the integrity of the election. I am optimistic we can find similar support from the opposition for many of these common-sense measures. I note that all opposition parties voted in favour of the bill at second reading.
From the earliest days of the pandemic last year, electoral administrators across the country began to consider how to hold elections that would be safe for both electoral workers and volunteers and that would maintain the high stands of integrity that Canadians expect. Since March 2020, general elections have been held in four provinces and one territory. COVID-19 may have restricted many aspects of life in Canada, but elections carried on, albeit modified, and with the safety interests of everyone in mind. Additionally, the Chief Electoral Officer of Canada oversaw the administration of two federal by-elections in Toronto in October, 2020.
Bill C-19 is based on the October 2020 recommendations of the Chief Electoral Officer regarding holding an election in the context of a pandemic and the essential work of our colleagues, who carried out a study on the same topic.
Bill C-19 contains four measures that I will explain in greater detail: a three-day polling period, the safe administration of the vote to residents of long-term care facilities, increased adaptation powers for the Chief Electoral Officer, and the strengthening of measures related to mail-in voting.
Before I move onto these measures, I would like to highlight the unique nature of the legislative changes outlined in Bill C-19. I will reiterate that none of these proposed amendments would be permanent amendments to the Canada Elections Act, and that the bill does include a sunset clause. These measures are written so that they will cease to be in effect six months after the Chief Electoral Officer, following consultation with the Chief Public Health Officer, determines these measures are no longer necessary.
As we have seen throughout the country, this pandemic has not stopped Canadians from expressing their democratic rights. It is our role as elected representatives to ensure that if the time came for Canadians to go back to the polls, they would be able to do so in a manner of their preference and be assured of their safety and the health of their communities.
In every modern general election and by-election, the Chief Electoral Officer has been provided with adaptation powers that can be applied to the Canada Elections Act to ensure that electors can exercise their right to vote. These adaptation powers can assist in running elections in the event of an emergency or other unforeseen circumstances.
The Chief Electoral Officer exercised this power in the last election, for one to allow workers temporarily residing outside their electoral districts to vote. However, the ongoing uncertainty generated by the current pandemic justifies broadening the grounds for adapting the act. This bill would strengthen the Chief Electoral Officer's power to adapt provisions of the Canada Elections Act to ensure the health and safety of electors and election officials, including volunteers.
This would enable them to put in place protective measures in polling places to minimize the spread of COVID-19. These measures are particularly important when considering that Canada's election workforce largely skews toward an older cohort that we know are particularly vulnerable to COVID-19.
These adaptation measures will help support another key measure outlined in Bill C-19, which is the extension of the polling period from a single Monday to three days.
To facilitate physical distancing at polling stations, this bill provides for two additional polling days consisting of the Saturday and Sunday before the traditional voting day on Monday. This measure would reduce the number of people in a polling station at any given time. It will be particularly useful in ridings where public health authorities have established strict limits on the number of people allowed in public places.
We have heard from some colleagues that the three-day voting period is too much time or that the election should be held either only on the Monday or only on the weekend. From work and family obligations to religious observance to the need to access adequate child care or public transportation, there are a number of reasons somebody may have difficulty reaching the polls. The three-day polling period would provide the Chief Electoral Officer and local election officials greater freedom in identifying adequate and accessible polling places.
During an election period, Elections Canada becomes Canada's single-largest employer. Over 250,000 workers were hired for the 2019 election. While Bill C-19 does not address the challenge of electoral worker recruitment, I would like to emphasize a change that was made through the Elections Modernization Act in 2018 that would allow Elections Canada to hire 16 and 17 year olds as election workers.
I would now like to turn to another key part of the bill, which I know interests all colleagues, and it is the way to protect some of Canada's most vulnerable people to exercise their democratic right to vote. Across Canada, long-term care facilities have been hit hard by COVID-19. Even with rising vaccination rates, these facilities must still be protected against the threat of the virus.
Bill C-19 would make it easier for residents of long-term care homes, who are particularly vulnerable and have borne the brunt of the pandemic, to exercise their right to vote safely. Bill C-19 provides for a 13-day period prior to polling day that would facilitate the administration of votes in these facilities. This period would enable Elections Canada to coordinate with long-term care home staff to ensure residents could vote safely.
As it currently stands, election workers travel from one facility to the next administering the vote only on election day. The safety implications of this practice are obvious in the context of COVID-19, and were highlighted also by the Chief Electoral Officer of Canada as a challenge in his special report last October.
The flexibility of this 13-day period would allow Elections Canada to work closely with individual facilities to find dates and times that would be most convenient and safe for residents to vote. These facilities are essential to the safety of Canadians and these flexibilities will also assist vulnerable persons.
If there were to be a general election during the pandemic, the Chief Electoral Officer expects we would see an increase in the number of mail-in ballots, possibly as high as five million ballots. Indeed, we saw a significant rise in mail-in ballots in British Columbia's October 2020 general election and in the United States presidential election last November.
Mail-in voting is safe and secure for Canadians to exercise their democratic rights. The electors in Canada have long had the ability to vote by mail, but in recognition of its clear importance during a pandemic, Bill C-19 introduces measures to ensure that the mail-in ballot system in Canada is as simple and as accessible as possible.
Currently, registration to vote by mail can only be done through the mail or in person. Bill C-19 would allow electors to register online for the first time. I should note that providing this option would not inhibit those without access to the Internet to register to vote by mail or in person. By allowing online registration, we would simply be giving Canadians one more option to register to vote.
The bill proposes the installation of secure reception boxes at all polling stations and returning officers' offices. This way, people who are not able to mail in their ballots will have a way to submit them securely. These measures will ensure that, should an election be required during a pandemic, it will be more safe and secure and will give electors as many options as possible to exercise their democratic right.
My final comment on mail-in ballots is for colleagues who have expressed a concern whether the expected influx of special ballots could lead to delays in the counting or the announcing of the election results. I can assure the House that we have heard from the Chief Electoral Officer and he does not expect any delays in the results of a general election based on the increase of mail-in ballots.
The pandemic has affected every aspect of the lives of Canadians. No one has been spared the incredible difficulties of the past year, yet we have also seen the remarkable resilience of Canadians. We have seen that Canadians have not been stopped from exercising their democratic rights in British Columbia, Saskatchewan, Newfoundland and Labrador, Yukon, and even in my home province of New Brunswick. Our role in the House should be to ensure that, if required, Canadians are able to carry out their democratic rights in a way that ensures their personal safety and the public health of their communities as well.
If the opposition members are going to continue to vote non-confidence in the government, it is irresponsible for them not to work with the government to ensure these measures are in place to protect Canadians. The current hyper-partisanship of the opposition risks paralyzing the agenda of the government and the supports we urgently need to put in place to help Canadians. While we have no desire to go to the polls, the Prime Minister, as any responsible Prime Minister in a minority Parliament, needs to understand when he has and when he does not have the confidence of the House and be able to act accordingly.
Madame la Présidente, je suis ici pour débattre de la motion présentée par mon ami de La Prairie sur l’éventualité d’une élection en cas de pandémie.
Permettez-moi de commencer en disant que, depuis le début de la pandémie, notre gouvernement s’est efforcé de répondre aux besoins des Canadiens. Les Canadiens s’attendent à ce que leur Parlement s’efforce de les aider tout au long de la pandémie et, en effet, au cours des derniers mois, c’est ce que le gouvernement a fait.
Le gouvernement n’a aucun intérêt à ce qu’il y ait des élections. Nous l’avons dit à plusieurs reprises. Le premier ministre l’a dit. Cependant, comme la Chambre le sait bien, une élection peut survenir à tout moment dans un parlement minoritaire. Il nous incombe, en tant que parlementaires, de nous préparer à une telle éventualité. C’est pourquoi, à la suite d’un rapport du directeur général des élections du Canada, le gouvernement a présenté le projet de loi C-19, qui permettrait de modifier temporairement la Loi électorale du Canada dans le contexte d’une pandémie.
Nous convenons avec l’opposition qu’il serait malheureux de tenir une élection pendant une pandémie sans d’abord mettre en œuvre ces dispositions qui permettraient aux Canadiens de voter en toute sécurité. L’opposition a fait preuve d’un mépris total pour la santé et la sécurité des Canadiens au cours des dernières semaines. Elle a formulé 14 fois un vote de défiance, ce qui signifie qu’elle a voté 14 fois pour une élection immédiate. Si l’opposition tient à ce que les Canadiens ne se rendent pas aux urnes, elle devrait peut-être cesser de voter pour des élections immédiates.
Le gouvernement veut que la Chambre des communes travaille de façon constructive, comme elle l’a fait au cours des derniers mois. Cela comprend notamment une étude opportune du projet de loi C-19 afin de faire en sorte que, si une élection devait se tenir, ce que souhaitent manifestement de nombreux députés de l’opposition, elle serait sûre et sécurisée, et accessible au plus grand nombre d’électeurs possible.
Nous sommes prêts à travailler avec tous les parlementaires pour faire en sorte que ces changements temporaires à la Loi électorale du Canada répondent à nos objectifs collectifs, mais cela exige que l’opposition travaille également de façon constructive au sein des comités parlementaires. Les tactiques actuelles de l’opposition visant à paralyser le travail à la Chambre et dans les comités ne sont parfois rien de moins que dysfonctionnelles.
Permettez-moi de citer le très honorable Stephen Harper, qui a dit: « C’est dans la nature de l’opposition de s’opposer au gouvernement, mais en même temps, j’espère que nous pourrons concentrer nos efforts sur les vraies questions, les questions de politique publique. »
Tout premier ministre responsable doit décider du bon fonctionnement du Parlement. J’encourage nos collègues de l’opposition à viser, comme l’a fait le gouvernement, l’obtention de résultats concrets pour les Canadiens. Qu’il s’agisse d’investir dans de l'équipement de protection individuelle, d’accroître la capacité de dépistage et de recherche des contacts ou de livrer plus de 20 millions de doses de vaccin dans le Canada, nous n’avons ménagé aucun effort pour lutter contre la pandémie et apporter un soutien aux personnes les plus touchées.
Une approche d’Équipe Canada est clairement la meilleure façon de vaincre la COVID-19 et de maintenir la sécurité et la santé des Canadiens. Je demande instamment à mes collègues de la Chambre de continuer à travailler de manière productive dans le cadre de notre travail commun pour protéger et soutenir les Canadiens.
Maintenant, j'aimerais discuter brièvement, comme la motion nous l'impose, de la situation au Québec au cours de la dernière année. La pandémie de COVID-19 a eu des effets étendus et sans précédent sur les Canadiens, y compris les Québécois, évidemment. Cela a amené notre gouvernement à fournir un soutien important à l'ensemble des provinces et des territoires, dont le Québec.
En vertu de l'Accord sur la relance sécuritaire, le Québec recevra plus de 3 milliards de dollars pour, entre autres mesures essentielles, des tests de dépistage rapide et la recherche de contacts, les municipalités et le transport en commun, ainsi que les services de garde d'enfant pour ceux qui retournent au travail.
De plus, en vertu du Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire, le Québec recevra plus de 432 millions de dollars, et l'allocation du Québec en vertu du nouveau volet Résilience à la COVID-19, qui fait partie du programme d'infrastructure, est également de plus de 432 millions de dollars.
Enfin, il y a eu plus de deux millions de demandes au Québec pour la Prestation canadienne d'urgence.
Je crois que le soutien que nous avons offert aux Canadiens tout au long de cette pandémie a été évident, et nous sommes reconnaissants aux partis de l’opposition qui nous ont aidés à mettre en place ces programmes dont tant de Canadiens ont bénéficié.
Cette motion offre également l’occasion de discuter des mesures prévues dans le projet de loi C-19. Elles contribueraient à garantir que si les Canadiens devaient se rendent aux urnes alors que le Canada est en pleine pandémie de COVID-19, ils pourraient le faire en toute confiance en ce qui concerne leur sécurité et l’intégrité de l’élection. J’ai bon espoir que nous pourrons compter sur un soutien similaire de la part de l’opposition pour bon nombre de ces mesures qui relèvent du bon sens. Je constate que tous les partis d’opposition ont voté pour le projet de loi en deuxième lecture.
Dès les premiers jours de la pandémie l’an dernier, les administrateurs des élections de tout le pays ont commencé à réfléchir à la façon de tenir des élections en toute sécurité pour les travailleurs et les bénévoles, tout en maintenant les normes élevées d’intégrité auxquelles les Canadiens s’attendent. Depuis mars 2020, des élections générales ont eu lieu dans quatre provinces et un territoire. La COVID-19 a peut-être restreint de nombreux aspects de la vie au Canada, mais des élections ont encore lieu, quoique sous une forme modifiée, et en tenant compte des intérêts de chacun en matière de sécurité. De plus, le directeur général des élections du Canada a supervisé l’administration de deux élections fédérales partielles à Toronto en octobre 2020.
Le projet de loi C-19 s'appuie sur les recommandations émises en octobre 2020 par le directeur général des élections concernant le vote dans le contexte d'une pandémie, ainsi que sur le travail essentiel de nos collègues qui ont réalisé une étude sur la tenue d'une élection dans le contexte d'une pandémie.
Le projet de loi C-19 contient quatre éléments que je vais expliquer en détail: une période de scrutin de trois jours, le déroulement du scrutin en toute sécurité pour les résidents des centres de soins de longue durée, des pouvoirs d'adaptation accrus pour le directeur général des élections et le renforcement des mesures relatives au vote par correspondance.
Avant d’aborder ces mesures, j’aimerais souligner la nature exceptionnelle des modifications législatives prévues dans le projet de loi C-19. Je répète qu’aucune des modifications proposées ne constituerait une modification permanente de la Loi électorale du Canada, et que le projet de loi comporte une disposition de caducité. Ces mesures sont rédigées de manière à ce qu’elles cessent d’être en vigueur six mois après que le directeur général des élections, après avoir consulté l’administratrice en chef de la santé publique, détermine que ces mesures ne sont plus nécessaires.
Comme nous l’avons vu à la grandeur du pays, cette pandémie n’a pas empêché les Canadiens d’exercer leurs droits démocratiques. C’est notre rôle, comme représentants élus, de veiller à ce qu’ils puissent le faire de la manière qu’ils préfèrent, si le moment est venu pour les Canadiens de retourner aux urnes, et être assurés de leur sécurité et de la santé de leur collectivité.
Dans toutes les élections générales et partielles modernes, le directeur général des élections s’est vu conférer des pouvoirs d’adaptation qui peuvent être appliqués à la Loi électorale du Canada afin que les électeurs puissent exercer leur droit de vote. Ces pouvoirs d’adaptation peuvent faciliter la tenue d’élections en cas d’urgence ou d’autres circonstances imprévues.
Aux élections précédentes, le directeur général des élections a exercé ce pouvoir, entre autres pour permettre aux travailleurs résidant temporairement à l'extérieur de leur circonscription de voter. Cependant, l'incertitude de la pandémie actuelle justifie l'élargissement des motifs pour lesquels la loi peut être adaptée. Le projet de loi renforcerait les pouvoirs d'adaptation du directeur général des élections afin de lui permettre d'adapter les dispositions de la Loi électorale du Canada pour assurer la santé et la sécurité des électeurs et du personnel électoral, y compris les bénévoles.
Il lui permettrait de mettre en place des mesures de protection dans les bureaux de scrutin afin de réduire la propagation de la COVID-19. Ces mesures sont particulièrement importantes quand on songe au fait que, lors d'élections fédérales, le personnel électoral est largement composé d'aînés qui, nous le savons, sont particulièrement vulnérables à la COVID-19.
Ces mesures d'adaptation contribueront à soutenir une autre mesure clé du projet de loi C-19, soit le prolongement de la période de scrutin, qui passerait du lundi seulement à trois jours.
Afin de faciliter la distanciation physique dans les bureaux de vote, le projet de loi propose d'ajouter deux jours de scrutin supplémentaires, soit le samedi et le dimanche précédant le jour du scrutin traditionnel du lundi. Cette mesure diminuerait le nombre de personnes présentes aux bureaux de scrutin à un moment précis. Elle sera particulièrement utile dans les circonscriptions où les autorités de santé publique ont établi des limites strictes sur le nombre de personnes permises dans les lieux publics.
Certains collègues ont dit qu'une période de scrutin de trois jours, c'est trop long, ou encore que la période de scrutin devrait avoir lieu soit seulement le lundi, soit pendant la fin de semaine. Une foule de raisons peuvent expliquer le fait qu'une personne puisse avoir de la difficulté à aller voter: le travail, des obligations familiales, des motifs religieux, la nécessité d'avoir accès à des services de garde d'enfants ou à des transports publics adéquats, et j'en passe. La période de scrutin de trois jours offrirait davantage de souplesse au directeur général des élections et aux responsables électoraux locaux pour déterminer des lieux de scrutin adéquats et accessibles.
Pendant une période électorale, Élections Canada devient le plus important employeur au pays. Plus de 250 000 travailleurs ont en effet été embauchés pour les élections de 2019. Même s'il n'est pas question du défi que pose le recrutement du personnel électoral dans le projet de loi C-19, j'aimerais souligner un changement qui a été apporté en 2018 grâce à la Loi sur la modernisation des élections: Élections Canada pourra dorénavant embaucher des travailleurs âgés de 16 et 17 ans.
J'aimerais maintenant aborder un autre élément clé du projet de loi, élément qui, je le sais, intéressera tous mes collègues. Il s'agit de la protection de personnes aptes à exercer leur droit de vote qui comptent parmi les plus vulnérables au Canada. Partout au pays, les établissements de soins de longue durée ont été durement touchés par la COVID-19. Malgré les taux de vaccination élevés, il est nécessaire de protéger ces établissements contre la menace du virus.
Le projet de loi C-19 faciliterait l'exercice du droit de vote de manière sécuritaire pour l'un des groupes les plus vulnérables et durement touchés par la pandémie, soit les personnes vivant dans des établissements de soins de longue durée. Le projet de loi C-19 établirait une période de 13 jours avant le début du scrutin pour faciliter l'administration du vote dans ces établissements. Cette période permettrait au personnel d'Élections Canada d'assurer une coordination avec le personnel des établissements de soins de longue durée de manière à s'assurer que les résidants peuvent voter en toute sécurité.
Selon la loi actuelle, les travailleurs d'élection ne se déplacent d'un établissement à l'autre pour administrer le vote que le jour du scrutin. Les répercussions de cette pratique sur la sécurité sont évidentes dans le contexte de la COVID-19. Le directeur général des élections du Canada a d'ailleurs souligné la difficulté qui en résulte dans son rapport spécial d'octobre dernier.
La souplesse de cette période de 13 jours permettrait à Élections Canada de travailler en étroite collaboration avec chaque établissement pour déterminer les dates et les heures les plus propices et les plus sûres auxquelles les résidants pourront voter. Ces établissements sont essentiels à la sécurité des Canadiens et cette souplesse aidera également les personnes vulnérables.
Si une élection générale est déclenchée pendant la pandémie, le directeur général des élections s'attend à ce que le nombre de bulletins de vote par correspondance augmente, peut-être même jusqu'à 5 millions. Nous avons effectivement constaté une hausse importante du nombre de bulletins de vote par correspondance lors de l'élection générale d'octobre 2020 en Colombie-Britannique et lors de l'élection présidentielle américaine de novembre dernier.
Le vote par correspondance permet aux Canadiens d'exercer leurs droits démocratiques en toute sécurité. Les électeurs canadiens ont depuis longtemps l'option de voter par correspondance; toutefois, compte tenu de l'importance évidente de ce mode de scrutin pendant une pandémie, le projet de loi C-19 prévoit des mesures visant à garantir que le système de vote par correspondance au Canada est le plus simple et le plus accessible possible.
À l'heure actuelle, l'inscription au vote par correspondance peut seulement se faire par la poste ou en personne. S'il était adopté, le projet de loi C-19 permettrait désormais aux électeurs de s'inscrire en ligne. Je précise au passage que cette nouvelle option n'empêcherait absolument pas les Canadiens qui n'ont pas accès à Internet de continuer à s'inscrire par la poste ou en personne. C'est juste qu'en autorisant les inscriptions en ligne, nous élargirons la gamme d'options s'offrant aux Canadiens.
Le projet de loi prévoit l'installation de boîtes de réception sécurisées dans tous les bureaux de scrutin et dans les bureaux des directeurs de scrutin. Cela permettra à celles et à ceux qui ne peuvent pas faire parvenir leur bulletin de vote par la poste de le déposer en toute sécurité. Ces mesures visent à assurer qu'une élection, si elle doit avoir lieu pendant une pandémie, sera plus sécuritaire et offrira aux électeurs le plus grand nombre de possibilités d'exercer leur droit démocratique.
La dernière partie de mon intervention sur le vote par correspondance s'adresse aux députés qui se demandent si le grand nombre de bulletins spéciaux pourrait retarder le décompte des voix ou l'annonce des résultats. Je peux tout de suite rassurer la Chambre: selon le directeur général des élections, le nombre élevé de bulletins de vote par correspondance ne devrait pas retarder l'annonce des résultats du scrutin.
La pandémie a complètement chamboulé la vie des Canadiens. Les difficultés ont été considérables, et personne n'a été épargné, mais cette année exceptionnelle aura aussi permis de mettre en lumière l'extraordinaire résilience des Canadiens. Chose certaine, la pandémie ne les a pas empêchés d'exercer leurs droits démocratiques en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Yukon et même dans ma province, le Nouveau-Brunswick. De notre côté, nous devons tout faire pour qu'en cas de besoin, les Canadiens puissent les exercer aussi au niveau fédéral, sans mettre leur santé et celle de leurs concitoyens en danger.
Si les députés de l'opposition continuent de ne pas vouloir accorder leur confiance au gouvernement, il est irresponsable de leur part de ne pas travailler de concert avec le gouvernement en vue de mettre en place ces mesures destinées à protéger les Canadiens. La partisanerie à outrance de l'opposition risque d'empêcher le gouvernement de mettre en œuvre son programme et d'offrir l'aide dont les Canadiens ont désespérément besoin. Nous ne souhaitons pas déclencher des élections, mais comme tout premier ministre responsable en situation minoritaire, le premier ministre doit déterminer quand il a ou n'a pas la confiance de la Chambre, et agir en conséquence.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to participate in today's discussion on the Bloc Québécois's opposition motion.
It gives me an opportunity to comment on something that New Democrats care a lot about, and that is the ability to stay the course and be consistent. Not every political party has that ability, and I find myself in a rather unusual position in that I support the motion but am struggling to understand the Bloc Québécois's approach.
I would like to reread the motion:
That:
(a) the House remind the government that a general election was held in October 2019 and sadly note that more than 1.3 million Canadians, including almost 360,000 Quebecers, have been infected with COVID-19 and that nearly 25,000 people have died as a result; and
(b) in the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
That is good. That is what the NDP has been saying for months, but is it what the Bloc Québécois and the member for Beloeil—Chambly have been saying for months?
I have here a Radio-Canada article from about six or seven months ago. I will read the end of the article, which shows that things have changed dramatically.
The article says, “As for whether a second COVID-19 wave could interfere with his plan, [the Bloc Québécois leader] says there are ways to keep people safe at the polls. He thinks COVID-19 itself is not enough of a reason to avoid triggering an election. ‘If we follow that reasoning to its logical conclusion, that would mean that as long as we are in a pandemic, we live in a dictatorship.’” That was the Bloc Québécois leader's conclusion then.
I wonder what happened. The only explanation I can think of is that the Bloc Québécois caucus and members did a little soul-searching and thought about whether holding an election during a pandemic would be the safe, sensible and responsible thing to do, given the presence of the virus and its variants. I am happy that the Bloc Québécois has come on side with the NDP and its leader, who have been arguing for months that it would be unwise.
An election could put people at risk. Hundreds of cases are being diagnosed every day. Not long ago, Quebec, Ontario and other provinces were reporting thousands of cases. The Bloc Québécois's change of heart is hard to comprehend.
A short while ago, the Bloc Québécois was boasting that it would hold to its convictions, that the NDP would save the Liberals and that it would be all right if there were an election because the Bloc was standing tall. Today, the Bloc is presenting a motion saying it would be a bad idea to hold an election. What happened?
I get the impression that the member for Beloeil—Chambly had a road to Damascus moment. He saw the light and fell off his horse. Something must have happened to him for him to say that he would avoid an election out of respect for Canadians. I find it extremely interesting to see the Bloc Québécois finally come around to the NDP's sensible, reasonable and responsible arguments. We have been saying over and over for months now that we will not risk our constituents' health and safety by holding an election no one wants.
None of my constituents in Rosemont—La Petite-Patrie are telling me that it is time to hold an election and that it is really a priority. No one is telling me they would be happy about it, that it would be a good thing, that it would be easy and fun. We saw quite clearly what happened with the election in Newfoundland and Labrador.
For months now, the Bloc Québécois has been threatening to trigger an election. They did it during the first, second and third waves. Today, they came around to the NDP's arguments, and that is just fine. I will take it, but I am having trouble following the Bloc's reasoning. That is why I said how important it is to stay the course and be consistent.
This week is National Nursing Week, a time to recognize the work of nurses, who are doing a fantastic job. For over a year now, nurses have been on the front lines in our health care facilities, saving lives, often at the risk of their own. Let us not forget the other health care professionals either, like physicians, orderlies and technicians.
I think that, out of respect for these people, the work they do and the risks they take, the Bloc should have said from the outset, as the NDP did, that it would not increase the risk of spreading the virus by triggering an election, which involves door-knocking, rallies and line-ups to vote. That would have been the right thing to do from the beginning.
In the article I quoted from a few months ago, did the leader of the Bloc Québécois forget to respect the work of these professionals? I am not accusing anyone. I am simply asking valid questions. It seems to me that this is something that can be done, since I have already heard it somewhere.
If we want to avoid putting the people who work in our health care system at risk, people who have had it tough for months, who are dropping like flies and whose working conditions are challenging, the right thing to do is to say that there should not be an election as long as the pandemic continues.
I sincerely wish the Bloc Québécois had said so much sooner and shown consistency out of respect for health care professionals and the health and safety of all Canadians. It is good that it got there in the end.
Going back to health care professionals and National Nursing Week, I think we obviously need to talk about the federal government's responsibility to provide the best possible working conditions for these professionals. They are working extremely hard to care for our seniors and our sick. They are saving lives and caring for patients who have been suffering intensely for weeks, if not months.
I must draw my colleagues' attention to the Liberal government's failures with regard to provincial health transfers. We unanimously agree that the federal government needs to do more and increase its share of funding for the public health care system to cover 35% of the total. Right now, federal funding is hovering around 20%, which is woefully inadequate and puts tremendous pressure on the provinces, including Quebec. Austerity measures have been introduced in recent years, and they have had an impact on working conditions, particularly orderlies' wages and nurses' schedules, making their job all the more challenging and difficult.
The pandemic revealed the extent of the crisis and exposed just how badly our health care system needs more funding and a better structure, and how the people who work in it deserve more respect and recognition. The federal government needs to contribute to this effort, but it is not doing so, preferring to inject funds on an ad hoc and temporary basis so as to avoid responsibility. Injecting billions of dollars here and there is all well and good, but it all comes to an end eventually. Then the provinces, the hospitals and the health care professionals are left with the same problems.
What we are asking for is stable and permanent transfers from the federal government to the provinces in order to improve our capacity and our health care and to ensure proper care for our seniors, so that the carnage we saw in long-term care centres never happens again.
Working together is the least we can do. We have a shared responsibility, as representatives of our constituents, to work hard to ensure a modicum of decency for our seniors, so they can live out their lives in dignity, without their rent becoming someone else's profits.
As the NDP leader keeps saying over and over, profit and the private sector have no place in long-term care facilities. That is what we need to fix to help our seniors. We must prevent the problems we saw in Dorval, where some people were pocketing thousands of dollars in profits every year on the backs of these seniors, only to abandon them when the crisis came. These seniors ended up alone, dehydrated, lying on the floor, with rotten food and no one to take care of them. We have to work together to prevent this from ever happening again.
A day will come when there will be an election and people will have choices to make. This government's preferences for billionaires, big business and web giants are bad choices that do not serve the public interest, public services or the common good. Until that day comes, however, let us be responsible and avoid having an election. I am pleased that the majority of parties have come around to the arguments that the NDP has been making for months now.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer à la discussion d'aujourd'hui sur cette motion de l'opposition déposée par le Bloc québécois.
Cela me permet de faire certains commentaires sur un aspect qui est cher aux néo-démocrates, soit la capacité de garder le cap et d'être cohérent. Toutes les formations politiques n'ont pas cette capacité, et je me trouve dans une situation assez inusitée alors que j'appuie la motion tout en trouvant les détails de la démarche de mes collègues du Bloc québécois assez difficiles à comprendre.
Je vais relire la motion.
Que:
a) la Chambre rappelle au gouvernement que des élections générales se sont tenues en octobre 2019 et constate avec tristesse que plus de 1,3 million de Canadiens, dont près de 360 000 Québécois, ont été atteints de la COVID-19 et que près de 25 000 personnes en sont mortes;
b) de l’avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu’il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
C'est bien, et c'est d'ailleurs ce que le NPD dit depuis des mois. Par contre, est-ce ce que le Bloc québécois et le député de Beloeil-Chambly disent depuis des mois?
J'ai devant moi un article de Radio-Canada qui date de six ou sept mois environ. Je vais lire la fin de l'article, laquelle indique qu'il y a eu un renversement de situation dramatique.
« Quant à savoir si une deuxième vague de COVID-19 pourrait freiner son projet, [le chef du Bloc québécois] affirme que des mesures existent pour assurer la sécurité des gens qui voteraient. La COVID-19 en soi n’est pas une raison suffisante pour s'empêcher de déclencher des élections, croit-il. “Si on prend le raisonnement a contrario, ça voudrait dire que tant qu’il y a pandémie, nous vivons en dictature”. » C'est ce qu'a conclu le chef du Bloc québécois.
Je me demande ce qui s'est passé. La seule explication que je vois, c'est que le caucus et les députés du Bloc québécois ont procédé à un examen de conscience et se sont demandé si ce serait une chose saine, responsable et sécuritaire que de tenir des élections en temps de pandémie, alors que le virus et ses variants sont sur le terrain. Je suis heureux de voir que le Bloc québécois s'est rangé aux arguments du NPD et de son chef, qui répètent depuis des mois que ce ne serait pas prudent.
En tenant une élection, on risque de mettre des citoyens et des citoyennes en danger, alors que l'on compte des centaines de nouveaux cas chaque jour et, qu'il n'y a pas si longtemps, on en comptait des milliers au Québec, en Ontario et dans d'autres provinces. Le renversement de position du Bloc québécois est difficile à suivre.
Il y a peu de temps, le Bloc québécois bombait le torse en disant qu'il se tiendrait debout, que le NPD sauverait les libéraux et que ce n'était pas grave si des élections étaient déclenchées, parce que, lui, il se tenait droit. Aujourd'hui, le Bloc présente une motion qui indique que ce serait une mauvaise idée de tenir des élections. Qu'est-ce qui s'est passé?
J'ai l'impression que le député de Beloeil-Chambly a trouvé son chemin de Damas. Il a vu la lumière et est tombé de son cheval. Il lui est arrivé quelque chose pour qu'il dise qu'il éviterait des élections par respect pour les citoyens et les citoyennes. Je trouve extrêmement intéressant de voir que le Bloc québécois se range finalement aux arguments sensés, raisonnables et responsables des députés du NPD. Nous martelons depuis des mois que nous n'allons pas mettre la santé et la sécurité de nos concitoyens en danger en déclenchant des élections dont personne ne veut.
Aucun de mes concitoyens de Rosemont-La Petite-Patrie ne me dit que c'est le temps de déclencher des élections et qu'il s'agit vraiment d'une priorité. Personne ne me dit que cela lui ferait plaisir, que ce serait une bonne chose, que ce serait facile et amusant. On a bien vu ce qui s'est produit lors des élections à Terre-Neuve-et-Labrador.
Depuis des mois, le Bloc québécois menace de déclencher des élections. Il l'a fait durant la première, la deuxième et la troisième vague. Aujourd'hui, il s'est rendu aux arguments du NPD, et c'est tant mieux. Je ne vais pas cracher là-dessus, mais j'ai du mal à suivre le raisonnement du Bloc. C'est pour cela que je parlais de l'importance de garder le cap et d'être cohérent.
En cette Semaine de la profession infirmière, nous reconnaissons le travail des infirmières, et c'est merveilleux. Depuis plus d'un an, les infirmières et des infirmiers sont au front dans nos établissements de santé pour sauver des vies, souvent au risque de la leur. Il ne faut pas non plus oublier les autres professionnels de la santé comme les médecins, les préposés aux bénéficiaires, les techniciens et les techniciennes.
Je pense que, par respect pour ces gens, pour le travail qu'ils font et pour les risques qu'ils prennent, on aurait dû dire dès le départ, comme le NPD l'a fait, qu'on n'augmenterait pas le risque de propagation du virus en déclenchant une élection, avec son porte-à-porte, ses rassemblements et ses files d'attente pour aller voter. C'est ce qui aurait été la bonne chose à faire depuis le début.
Dans l'article que je citais et qui date de quelques mois, est-ce que le chef du Bloc québécois avait oublié le respect du travail de ces professionnels et de ces professionnelles? Je n'accuse personne, je ne fais que poser des questions légitimes. Il me semble que c'est quelque chose qu'on peut faire, puisque j'ai déjà entendu cela quelque part.
Si on veut éviter de faire courir un risque aux gens qui travaillent dans notre réseau de santé, des gens qui vivent des moments difficiles depuis des mois, qui tombent comme des mouches et dont les conditions de travail sont pénibles, la bonne chose à faire est de dire qu'il ne doit pas y avoir d'élections tant qu'on est en pandémie.
J'aurais sincèrement aimé que le Bloc québécois le dise bien plus tôt et fasse preuve de cohérence par respect pour les professionnels de la santé, ainsi que la santé et la sécurité de l'ensemble de nos concitoyens. C'est bien qu'il y soit arrivé.
Pour revenir aux professionnels de la santé et à la Semaine nationale des soins infirmiers, je pense qu'il faut évidemment parler de la responsabilité qu'a le gouvernement fédéral d'offrir les meilleures conditions de travail possible à ces gens qui travaillent extrêmement fort pour soigner nos aînés et nos malades, à ces gens qui sauvent des vies et qui soignent des patients qui souffrent énormément depuis des semaines, voire des mois.
Je dois attirer l'attention sur les lacunes du gouvernement libéral en matière de transferts en santé pour les provinces. Le besoin que le gouvernement fédéral en fasse plus et augmente sa part du financement du système public de santé à 35 % du total fait l'unanimité. Aujourd'hui, il patauge autour de 20 %, ce qui est carrément insuffisant et met une pression énorme sur les provinces, notamment le Québec. Des mesures d'austérité ont été instaurées ces dernières années qui ont eu des répercussions sur les conditions de travail, notamment les salaires des préposés aux bénéficiaires et les horaires des infirmières, rendant leur travail d'autant plus pénible et difficile.
La pandémie a révélé l'ampleur de la crise, montrant à quel point notre système de santé devrait être mieux financé et structuré, et devrait accorder davantage de respect et de reconnaissance aux gens qui y travaillent. Le gouvernement fédéral doit contribuer à cet effort et il ne le fait pas, préférant injecter des fonds de manière ponctuelle et temporaire afin de se soustraire à sa responsabilité. Or, injecter tant de milliards de dollars en santé sur tel ou tel aspect, c'est bien beau, mais tout cela finit par prendre fin. Ensuite, les provinces et les hôpitaux et les professionnels de la santé se retrouvent aux prises avec les mêmes problèmes.
Ce qu'on demande, c'est un transfert stable et permanent du gouvernement fédéral aux provinces pour améliorer nos capacités et nos soins de santé et accroître nos garanties de soins à nos aînés, afin que les hécatombes qu'on a vues dans les centres de soins de longue durée ne se répètent plus.
Travailler ensemble, c'est la moindre des choses. Nous avons la responsabilité commune, comme représentants de nos concitoyens et de nos concitoyennes, de travailler fort pour assurer un minimum de décence à nos aînés, afin qu'ils puissent vivre les dernières années de leur vie dans la dignité sans que leurs loyers ne soient une source de profits.
Comme le chef du NPD le répète ad nauseam, la notion de profit et le secteur privé n'ont pas leur place dans les centres de soins de longue durée. C'est ce qu'on doit faire pour aider nos personnes âgées. Il faut éviter ce qu'on a vu à Dorval, alors que des gens ont empoché des milliers de dollars de profits chaque année sur le dos de ces personnes âgées, pour les abandonner quand le moment était venu de les aider pendant la crise. Ces personnes âgées se sont retrouvées seules, déshydratées, couchées par terre, avec de la nourriture avariée et sans quiconque pour prendre soin d'elles. Nous devons tous travailler ensemble pour éviter que de telles situations ne se reproduisent.
Un jour viendra où il y aura un scrutin et les gens auront des choix à faire. Les préférences de ce gouvernement, notamment pour les milliardaires, les grandes compagnies et les géants du Web, représentent de mauvais choix qui ne servent pas l'intérêt public, les services publics, ni le bien commun. D'ici ce scrutin, cependant, soyons responsables et évitons des élections. Je suis content de constater que la majorité des partis se sont rendus aux arguments que le NPD met de l'avant depuis maintenant des mois.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-05-13 14:05 [p.7184]
Mr. Speaker, last Thursday, a massive fire swept through the Citadel Mews West continuing care facility in St. Albert, displacing more than 100 seniors.
Despite the massive scale of the fire, there was no loss of life. That is as a result of dedicated caregivers, firefighters and other first responders as well as several good Samaritans who acted quickly and fearlessly to evacuate residents. More than 100 firefighters throughout the region battled the fire, stopping it from spreading and saving part of the facility.
In the wake of the fire, there has been an outpouring of generosity and support from our community to the residents. While the loss to the residents cannot be understated, they can at least take some comfort in knowing that they live in a community that truly does care, and will do everything to help them get through this trying time.
Monsieur le Président, mardi dernier, un gros incendie a ravagé l'établissement de soins de longue durée des Citadel Mews West, à St. Albert, et nécessité le déplacement de plus de 100 personnes âgées.
Malgré l'ampleur de l'incendie, il n'y a eu aucune perte de vie. Il en a été ainsi grâce au dévouement des soignants, des pompiers, d'autres premiers intervenants et de plusieurs bons samaritains qui ont agi rapidement et courageusement pour évacuer les résidents. Plus de 100 pompiers de toute la région ont lutté contre l'incendie et l'ont empêché de se propager, ce qui a permis de sauver une partie de l'établissement.
L'incendie a suscité, dans ma collectivité, un grand élan de générosité et de solidarité pour les résidents. Même si on ne peut minimiser la perte subie par les résidents, ils peuvent au moins se consoler en sachant qu'ils vivent dans une collectivité qui se soucie vraiment d'eux et qui fera tout pour les aider à traverser cette dure épreuve.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-05-13 15:44 [p.7201]
Madam Speaker, I rise today on this Bloc Québécois opposition day to speak to the important issue of elections during a pandemic.
The motion reads as follows:
That:
(a) the House remind the government that a general election was held in October 2019 and sadly note that more than 1.3 million Canadians...have been infected with COVID-19 and that nearly 25,000 people have died as a result;
The critic for seniors adds here that seniors were the first victims of this pandemic, and that the government should not try to use them in a cheap election ploy by promising them a one-time cheque for $500 in August, just before its target period for launching the election during the pandemic. I will continue reading:
(b) in the opinion of the House, holding an election during a pandemic would be irresponsible, and that it is the responsibility of the government to make every effort to ensure that voters are not called to the polls as long as this pandemic continues.
This afternoon, I will address this issue from three perspectives. First, I will explain the theme we chose for our opposition day, then I will put on my former journalism student's hat, and finally, I will put on my former political science student and confirmed social democrat's hat.
To begin with, I would like to remind the House that the Bloc Québécois does agree with one thing. If there is an election during the pandemic, adjustments will have to be made to ensure that polling takes place in compliance with the public health rules issued by Quebec and the provinces. That is the question though: Should there be an election?
We moved this motion today for several reasons. From a technical perspective, the bill is flawed and contains significant grey areas we have to discuss and debate. From a public health and ethics point of view, holding an election under the current circumstances is not responsible. Here is a specific example.
As the Bloc Québécois's critic for seniors, I am concerned. The bill provides for polling stations in residences for 16 days before voting day. Somehow or other, election workers would have to be there for 19 days. That is not necessary, and we would have liked to change that. Voters have a number of different ways to cast their ballot. If they cannot go to a polling station, they can always vote by mail, as usual.
In addition to the logistical issue, there is also the psychological issue around strangers being in these homes and constantly asking people to vote. We do not yet know exactly how it will unfold, but it is not hard to imagine.
Furthermore, as a former journalism student, I always pay attention to what commentators have to say. I will quote a few of them to show that this is not just a whim of the Bloc, as the other parties would have people believe with their rhetoric. Rather, our motion today is based on the concerns of the people of Shefford who wrote to me, as well as those of other Quebeckers and Canadians.
First, there was Mario Dumont on QUB radio. This is what he said on his show on May 10:
I remember that, at the National Assembly, the advisory committee of the chief electoral officer was meeting in camera because they did not want to have public grandstanding and bickering over the Quebec Election Act. They said that the parties had to agree first…
Invoking closure to pass new election rules for an election that is only a few weeks away is not a good thing…
This may be difficult to understand for the Liberals, who have a tendency to ignore the specifics relating to Quebec and its National Assembly.
Furthermore, on the May 10 episode of La joute, Emmanuelle Latraverse said that wanting to amend a law without going through Parliament was against the rules of our electoral system, which encourages seeking consensus.
The irony is that the Liberal Party has put a gag order on a bill to amend the elections legislation, but the Liberals made a big fuss when the Harper government tried to pull the same stunt. The more things change, the more they stay the same. The Liberals have only themselves to blame for the timing of this legislation. I could name several others who have spoken out in response to what they have heard on the ground.
Still in the media world, in order to gauge public opinion, Ipsos conducted a poll for Global News on April 18, 2021, so relatively recently, and found that 57% of voters believed that an election during a pandemic would not be fair. A Leger poll on April 16, 2021, found that only 14% of Canadians wanted an election this spring, 29% this fall and 43% later. Liberal voters are even more hesitant. Only 6% want a spring election and 26% want a fall election. Sixty percent want it to be later. That is a huge number.
Finally, as a former student of politics, I am very worried. It is well known that every crisis carries two main risks. One is the federal government interfering in the jurisdictions of Quebec and the provinces, and the second is austerity for the recovery. This could be disastrous, especially for our health care system.
I would add to that the serious risk of eroding our democratic systems. That is why it is inconceivable that a government is imposing time allocation in Parliament on a bill meant to frame the democratic rights of the people.
Let us not forget the context for introducing Bill C-19. Since the beginning of the pandemic in March 2020, there have been questions about holding an election in this particular context given the minority status of the current government. Using the current provisions of the legislation, general elections were held in New Brunswick, British Columbia and Saskatchewan and two federal by-elections were held in Ontario.
Then there is the example of the provincial election in Newfoundland and Labrador. We all know what happened there. That election illustrated the risks of holding an election during a pandemic. The rise in the number of COVID-19 cases forced the cancellation of a polling day and the shift to mail-in voting.
In 2019, 61% of Newfoundlanders voted and that rate fell to not quite 51% in the last election, which tarnishes the legitimacy of a government. We need to do what we can to have the highest voter turnout possible. That is what should happen. In a federal election this type of scenario could have a considerable impact on voter turnout.
Let us now continue with our timeline. On October 5, the Chief Electoral Officer of Canada tabled a special report with his recommendations for holding an election during a pandemic. On December 8, the Standing Committee on Procedure and House Affairs released a report entitled “Interim Report: Protecting Public Health and Democracy During a Possible Pandemic Election”. The Bloc Québécois issued a supplementary opinion, proof of its usual willingness to collaborate.
The government ignored the work of the committee and introduced its bill to amend the Canada Elections Act in response to COVID-19 on December 10, 2020. For his part, the Chief Electoral Officer considered a range of administrative measures to adapt to operations during a pandemic.
I am going to discuss the impact of COVID-19. Since Bill C-19 was introduced five months ago, we have had only four hours to debate it. Finally, last Friday, the Leader of the Government in the house of Commons indicated that he intended to move a time allocation motion, or closure, with respect to Bill C-19 on the following Monday, May 10, 2021.
After a 45-minute debate on the gag order, there was a vote. The Bloc Québécois and the Conservative Party voted against the gag order but in favour of sending the bill to the Standing Committee on Procedure and House Affairs. This was followed by three hours and 15 minutes of debate, primarily on the gag order. The Liberals let this bill languish and now they are rushing it through at the end of the session, as we approach the summer break and a drop in their polling numbers.
Furthermore, running a Canada-wide mail-in vote presents some significant logistical challenges and could prevent some people from exercising their right to vote.
In conclusion, the Liberals' gag order on C-19 shows that they plan to call an election during the pandemic. That is how pundits are interpreting this unnecessary legislative manoeuvre. The Liberals are telling us that their political agenda comes before getting everyone vaccinated, helping our economy recover and lifting the health measures and stay-at-home orders. This will not all be wrapped up with a wave of a magic wand at the end of the summer.
I repeat, nobody wants an election. The Bloc Québécois wants all the party leaders to meet, reach a consensus and find common ground. Yes, the Bloc Québécois is a party of ideas.
In our democratic system, we are well within our rights to make demands of the government. The government's job is to listen to opposition proposals to make Parliament work.
We wanted health transfers to go up to 35% of total health spending. That is what Quebec and the provinces called for during the health crisis. We wanted an extra $100 per month for seniors 65 and up. Our asks are perfectly legitimate and absolutely essential. The government chose not to take them into account in its budget, so it is responsible for the fact that we voted against that budget.
We have always said that if it is good for Quebec, we will vote for it, but if it is not good for Quebec or if it is against our interests, we will vote against it. We made our intentions clear well in advance.
If the government had been sincere, it would not have hidden everything or tried any excuse to trigger elections to gain a majority. It would have listened to us and would not have settled for a budget that announced a host of electoral promises. In fact, many of the measures it announced will not be rolled out until 2022, after the next election. Is that a coincidence?
My leader, the member for Beloeil—Chambly, reached out to the government and suggested organizing a private meeting, inviting anyone the government chose. They could have met in an office and tried to reach a consensus, without resorting to closure—
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui dans le cadre de la journée de l'opposition du Bloc québécois sur cette importante question des élections en temps de pandémie.
La motion va comme suit:
Que:
a) la Chambre rappelle au gouvernement que des élections générales se sont tenues en octobre 2019 et constate avec tristesse que plus de 1,3 million de Canadiens [...] ont été atteints de la COVID-19 et que près de 25 000 personnes en sont mortes [...]
La porte-parole en matière d'aînés ajoute ici qu'ils ont été les premières victimes de cette pandémie, et que nous ne devons pas tenter de les instrumentaliser en leur promettant par une basse manœuvre électoraliste un chèque unique de 500 $ au mois d'août, juste avant la période visée par le gouvernement pour lancer les élections en pandémie. Je poursuis ma lecture:
b) de l'avis de la Chambre, tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu'il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie.
J'aborderai donc cette question cet après-midi sous trois aspects. D'abord, j'expliquerai le choix du thème de notre journée, puis je mettrai mon chapeau d'ancienne étudiante en journalisme et, finalement, mon chapeau d'ancienne étudiante en politique et profondément sociale-démocrate.
Je rappellerais donc, pour débuter, que le Bloc québécois est d'accord sur une chose: s'il y a des élections en temps de pandémie, des rajustements seraient effectivement nécessaires afin que le scrutin se déroule dans le respect des règles sanitaires édictées par le Québec et les provinces. La question est justement toute là: les élections doivent-elles être tenues?
Il y a plusieurs raisons motivant le dépôt de notre motion aujourd'hui. Du point de vue technique, le projet de loi contient les lacunes et des imprécisions importantes desquelles on doit discuter et débattre. Sur le plan de la santé publique, voire de l'éthique, des élections dans le contexte actuel ne sont pas une décision qui est responsable. Je vais donner un exemple précis.
En tant que porte-parole en matière d'aînés au Bloc québécois, je me préoccupe. Ce que nous aurions voulu changer dans la loi, c'est le fait qu'il y aurait des centres de votation où, peu importe comment cela sera organisé, dans les résidences, pendant les 16 jours précédant le scrutin, des travailleurs d'élection vont se relayer pendant 19 jours. Ce n'est pas nécessaire. Les électeurs ont plusieurs façons de voter. S'ils ne peuvent pas se déplacer, il y a toujours le vote par la poste, comme d'habitude.
Au-delà de l'aspect logistique, il y a aussi l'aspect psychologique d'avoir possiblement des inconnus dans la résidence qui incitent constamment à voter. Même si on ne sait pas encore comment cela va se passer, on peut l'imaginer.
Par ailleurs, en tant qu'ancienne étudiante en journalisme, je suis toujours intéressée par les commentaires des commentateurs. Je vais en citer quelques-uns. C'est pour montrer que ce n'est pas une lubie du Bloc, comme essaient de le faire croire par de beaux arguments les autres partis, mais notre motion d'aujourd'hui est collée sur les préoccupations des citoyens de Shefford qui m'ont écrit, du Québec et du Canada.
D'abord, il y a eu Mario Dumont à la radio Qub. Lors de son émission du 10 mai, il a déclaré:
Je me souviens, à l'Assemblée nationale, il y avait [...] le Comité consultatif du directeur général des élections qui siégeait à huis clos parce qu'on ne voulait pas que la loi électorale fasse l'objet sur la place publique d'esclandres et de chicanes. On disait qu'il faut que les partis essaient de s'entendre avant [...]
Adopter sous bâillon de nouvelles règles électorales pour une élection qui est dans quelques semaines, c'est pas sain du tout [...]
C'est peut-être difficile à comprendre pour les libéraux qui ont cette tendance à ne pas tenir compte des spécificités québécoises et de son Assemblée nationale.
En outre, lors de La joute du lundi 10 mai, Emmanuelle Latraverse a dit que le fait de vouloir modifier une loi sans passer par le Parlement contrevient aux règles de notre régime électoral qui prône la recherche d'un consensus.
L'ironie dans toute cette histoire, c'est que le PLC a mis un bâillon pour modifier la loi électorale, mais les libéraux avaient eux-mêmes déchiré leur chemise lorsque le même enjeu s'était posé sous le régime Harper. Plus cela change, plus c'est pareil. Les libéraux n'auront qu'eux-mêmes à blâmer pour la gestion du calendrier de cette loi. Je pourrais en nommer plusieurs autres qui se sont exprimés en écho à ce qu'ils ont entendu sur le terrain.
Toujours dans l'univers médiatique, en tâtant le pouls de la population, un sondage Ipsos pour Global News révélait que, en date du 18 avril 2021, donc assez récemment, 57 % des électeurs croyaient qu'une élection en temps de pandémie ne serait pas juste. Selon un sondage Léger en date du 16 avril 2021, seuls 14 % des Canadiens souhaitaient des élections ce printemps, 29 % cet automne et 43 % plus tard. Les électeurs libéraux sont encore plus hésitants. Seuls 6 % veulent une élection printanière et 26 % un scrutin automnal. Ils sont 60 % à vouloir que cela se déroule plus tard. C'est énorme.
Enfin, l'ancienne étudiante en politique que je suis est très inquiète. Chaque crise comporte deux principaux risques, c'est bien connu. Il s'agit de l'ingérence du gouvernement fédéral dans les champs de compétence du Québec et des provinces et le risque d'austérité au moment de la reprise. Cela pourrait être une catastrophe, notamment pour notre système de santé.
J'ajouterais à cela les risques sérieux d'érosion de nos systèmes démocratiques. C'est pourquoi il est inconcevable qu'un gouvernement minoritaire impose un bâillon au Parlement sur un projet de loi destiné à encadrer les droits démocratiques des citoyens.
Rappelons ici le contexte du dépôt de projet de loi C-19. Depuis le début de la pandémie en mars 2020, les questions entourant la tenue d'élections dans ce contexte particulier se posent compte tenu du statut minoritaire de l'actuel gouvernement. Faisant appel aux dispositions actuelles de la loi, des élections générales se sont tenues au Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, et deux élections partielles fédérales se sont tenues en Ontario.
Rappelons aussi l'exemple de l'élection provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador, dont nous connaissons maintenant les résultats. Cette dernière a illustré les risques d'une élection en temps de pandémie, l'augmentation du nombre de cas de COVID-19 ayant forcé l'annulation de la journée du scrutin et la tenue du vote par correspondance.
En 2019, 61 % des citoyens avaient voté. Ce taux n'a pas atteint 51 % lors de la dernière élection, ce qui entache la légitimité d'un gouvernement. Il faudrait plutôt tout faire pour avoir le plus haut taux de participation possible. C'est la façon dont cela devrait se passer. Dans le cadre d'une élection fédérale, un tel scénario pourrait influencer considérablement la participation des électeurs.
Poursuivons maintenant notre ligne du temps. Le 5 octobre dernier, le directeur général des élections du Canada déposait un rapport spécial comportant ses recommandations pour la tenue d'une élection en temps de pandémie. Le 8 décembre, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a adopté un rapport intitulé « Rapport intérimaire: protéger la santé publique et la démocratie advenant une élection en temps de pandémie ». Le Bloc québécois a d'ailleurs émis une opinion complémentaire à ce rapport, preuve de sa bonne volonté habituelle de collaboration.
Le gouvernement a fait fi des travaux du Comité et a déposé le 10 décembre 2020 son projet de loi modifiant la Loi électorale du Canada en réponse à la COVID-19. De son côté, le directeur général des élections du Canada envisage diverses mesures de nature administrative pour s'adapter au fonctionnement en temps de pandémie.
Je vais parler de l'incidence de la COVID-19. Depuis le dépôt du projet de loi C-19 il y a cinq mois, seulement quatre heures de débat ont eu lieu. Finalement, vendredi dernier, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a signifié son intention de déposer une motion d'attribution de temps — un bâillon — pour le projet de loi C-19 dès le lundi suivant, le 10 mai 2021.
Après un débat de 45 minutes sur le bâillon, il y a eu un vote. Le Bloc québécois et le Parti conservateur ont voté contre le bâillon, mais en faveur de renvoyer le projet de loi au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Ont suivi trois heures et quart de débat, qui ont principalement traité du bâillon. Bref, les libéraux ont laissé traîner, puis ont précipité un débat en fin de session, à l'approche du congé estival et d'une baisse dans leurs intentions de vote.
De plus, le vote par correspondance à la grandeur du Canada risquerait de présenter des défis logistiques importants et de porter atteinte à l'exercice du droit de vote.
En conclusion, le bâillon sur C-19 révèle que les libéraux ont l'intention de déclencher des élections durant la pandémie. C'est ce que retiennent les observateurs à la suite de cette manœuvre législative qui n'était pas nécessaire. Les libéraux démontrent que leur agenda électoral passe avant la fin de la vaccination, la reprise économique et la levée des mesures sanitaires et des confinements. Cela ne se règlera pas par un coup de baguette magique à la fin de l'été.
Je le répète: personne ne veut pourtant d'élections. Le Bloc québécois propose plutôt une réunion de tous les chefs de parti pour en arriver à un consensus et trouver un terrain d'entente. Oui, le Bloc québécois est un parti de propositions.
Dans notre système démocratique, nous sommes tout à fait dans notre droit de faire des demandes au gouvernement. Le gouvernement a le devoir d'écouter les propositions de l'opposition pour faire fonctionner le Parlement.
Nous avons voulu faire passer les transferts en santé à 35 % des coûts totaux, comme l'ont demandé unanimement le Québec et les provinces en période de crise sanitaire. Nous avons demandé une aide supplémentaire de 100 $ par mois pour les aînés âgés de 65 ans et plus. Ces demandes sont tout à fait légitimes et plus que nécessaires. Si le gouvernement n'a pas voulu en tenir compte dans son budget, il est responsable du fait que nous avons voté contre.
Nous avons toujours dit que si c'est bon pour le Québec, nous allons voter pour, mais que si ce n'est pas bon pour le Québec ou que c'est contre nos intérêts, nous allons voter contre. Nous avions déjà annoncé à l'avance nos couleurs.
Si le gouvernement était sincère, il n'aurait pas du tout caché ou cherché n'importe quel prétexte pour déclencher des élections dans le but d'obtenir une majorité. Il nous aurait écoutés et ne se serait pas contenté d'un budget annonçant un lot de promesses électorales. En effet, hasard et coïncidence, plusieurs des mesures annoncées n'arriveront qu'en 2022, après une prochaine élection.
Mon chef, le député de Beloeil—Chambly, a tendu la main au gouvernement en lui proposant d'organiser une rencontre privée avec toute personne que le gouvernement aurait voulu désigner. Ils auraient pu se rencontrer dans un bureau et chercher à obtenir un consensus, sans appliquer le bâillon...
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2021-05-13 16:14 [p.7206]
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Outremont.
Today is May 13, and it my father's first birthday since his death. My father is among those people who died during the pandemic. The first part of the Bloc Québécois motion refers to all of the Quebeckers and Canadians who died during the pandemic. I want to express my condolences to all of the families in Quebec, in my riding and across Canada who have lost loved ones.
My father had been in a long-term care unit. Our country has some significant problems when it comes to long-term care. I truly hope that we will take everything that we have learned to ensure that people like my father will be better served in the future.
I fully support the idea of national standards, and I hope that all Canadians will respect not only provincial jurisdictions but also national standards to guarantee that our seniors can enjoy their right to be safe in long-term care homes.
The motion also talks about an election, and I can assure the Bloc Québécois and all the hon. members of the House that I do not have any interest in an election, nor do any of the other people I know on our side of the House. It is one of those things where we can keep repeating it and people may or may not believe us, but in the end result, that is the case.
We also, of course, understand that we are in a minority Parliament. The government does not get to control when the next election happens. All of the opposition parties could force an election, and I am not saying that it is necessarily in bad faith that people may vote non-confidence in the government. It could happen for a variety of reasons.
If non-confidence in the government is voted, then we need to have a safe election. There is no doubt about it, with the entire idea of potentially having an election. I am not blaming opposition parties for voting non-confidence. They have a right to do so, but there have been 14 times in recent weeks when opposition parties have voted non-confidence in one way or another, and as a result we could have an election, so it is really important that we appreciate that we need to find a way to bring Bill C-19 through the House in order to have a fair and safe election.
We have talked a lot about it, and I am very proud of our government having taken many measures to ensure safety in the workplace. Elections Canada needs to ensure safety for its poll workers and for all Canadians who wish to express their right to vote in our society. I am also very pleased that we are in a country where we have national rules on national elections. We see what has happened with our neighbours to the south, where there are different rules in every state and different rules, sometimes, in every county in a state. Different types of election machines in different counties led to a 2000 election where Palm Beach County in Florida managed, by itself, to reverse the results of an election.
In the most recent election in the United States, there was a candidate who refused to accept the results of the election. He launched many lawsuits, which were all unsuccessful, and now he continues to maintain that the election was unfair and is trying to get states to create legislation that makes it more difficult for people to vote.
I am pleased that we would be making it safer and better to vote with Bill C-19. We know that the Chief Electoral Officer and the procedure and House affairs committee are really cognizant of the importance of this issue, as evidenced by their significant work and associated recommendations. In addition to supporting the committee's recommendation with respect to long-term care voting and extending the voting period, Bill C-19 proposes a number of other measures to ensure that our electoral process remains resilient, taking into account the current public health context. Both the committee and Bill C-19 propose increased adaptation powers for the Chief Electoral Officer for the purposes of ensuring the health and safety of electors and election workers, should an election occur during the COVID-19 pandemic.
In its final report, the committee acknowledged that it has the utmost confidence in Elections Canada in undertaking the diligent planning and preparedness necessary to deliver a successful and accessible election during the pandemic.
This is reflected in Bill C-19's temporary amendment to extend the Chief Electoral Officer's power to adapt the provisions of the act to ensure the health and safety of electors or election officers. It seeks to offer greater flexibility, given the rapidly changing nature of the pandemic and the diverse logistics of conducting 338 elections, and each riding having different challenges. On the committee's recommendation that rapid tests be provided, the government is committed to supporting Elections Canada's preparedness, all while respecting its independence.
An election during the pandemic also means that more electors will vote by mail, as we have seen in various Canadian and international jurisdictions. Indeed, the chief electoral officers of British Columbia, Saskatchewan, New Brunswick and Prince Edward Island all told the committee that there were significant increases in demand to vote by mail during their respective provincial elections held during the pandemic. We certainly saw the same thing with our neighbours to the south.
In British Columbia, there was a 100-fold increase of mail-in ballots between the 2017 and 2020 provincial general elections. At the federal level, the Chief Electoral Officer testified that surveys had indicated that 4 million to 5 million electors intend to vote by mail if a federal general election is held during the pandemic. The Chief Electoral Officer noted that steps had been taken to ensure that Elections Canada would be prepared for such an increase.
Although the committee's recommendations on mail-in voting were primarily directed to Elections Canada, it is evident through the report and witness statements that access to mail-in ballots would support electors that may face barriers. As such, measures to shore up the mail-in ballot system are important. That is why Bill C-19 seeks to implement measures to improve access to mail-in voting for all Canadians in numerous ways, including the installation of mail reception boxes at all polling stations and allowing for the receipt of online applications for mail-in ballots.
The committee's final report highlights that mail-in voting was identified by several witnesses as a means of increasing accessibility for electors who face barriers to voting, including persons with disabilities, indigenous voters, persons living in poverty and students. Augmenting mail-in voting procedures will ensure the system is easy to use, accessible and responsive to voter's needs. It will also provide additional alternatives for those who are most vulnerable during the pandemic.
Ensuring that our electoral system is easy to use, accessible and responsive to voter's needs is also very much the advice we heard from international partners and experts from government, industry and civil society. We want good practice. We want a solution tailored to communities. We do not need a one-size-fits-all approach, but we need to ensure that the same access to voting exists across the country.
Multiple witnesses, including Canada's Chief Electoral Officer, told the committee that holding a federal general election during the pandemic would pose significant challenges and difficulties for Elections Canada. Elections Canada has exchanged information on our best practices and contingency planning and commissioned research.
Bill C-19 will reaffirm to Elections Canada, political entities and Canadian electors that the government remains committed to ensuring that a general election during a pandemic, should one be required, which all of us say we do not want, would be delivered in a manner that is safe for electors and election workers, and ensures the overall integrity of the electoral process.
In conclusion, I do believe it is important to pass Bill C-19, whether or not there is an election on the horizon.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps avec la députée d'Outremont.
Aujourd'hui, nous sommes le 13 mai et c'est le premier anniversaire de mon père depuis son décès. En effet, mon père est une des personnes qui sont mortes durant la pandémie. La première partie de la motion du Bloc québécois parle de tous les Québécois et de tous les Canadiens qui sont morts durant la pandémie. Je veux envoyer mes condoléances à toutes ces familles du Québec, de ma circonscription et de partout au Canada qui ont perdu des gens qu'ils ont aimés.
Mon père était dans une unité de soins de longue durée. Dans notre pays, il y a de grands problèmes en matière de soins de longue durée. J'espère bien que nous allons utiliser tout ce que nous avons appris pour nous assurer que les gens comme mon père seront mieux servis dans l'avenir.
J'appuie énormément la notion de normes nationales et j'espère que tous les citoyens du Canada vont respecter les compétences des provinces, mais aussi s'assurer qu'il existe des normes nationales sur lesquelles nous serons tous d'accord pour garantir que nos aînés jouissent de leur droit de vivre en sécurité dans des centres de soins de longue durée.
La motion parle également d'élections, et je peux assurer au Bloc québécois et à l'ensemble des députés de la Chambre que je ne suis pas intéressé par une telle perspective, pas plus d'ailleurs que les autres députés que je connais de ce côté-ci de la Chambre. On pourra le répéter autant comme autant et les gens pourront ou non nous croire, mais il n'en demeure pas moins que c'est la réalité.
Par ailleurs, force est de reconnaître que nous sommes en situation de gouvernement minoritaire. En pareil cas, le gouvernement ne choisit pas le moment des prochaines élections. Les partis de l'opposition pourraient s'allier pour forcer la tenue d'élections. Je ne dis pas que ce serait nécessairement par mauvaise foi que les gens voteraient pour une motion de défiance contre le gouvernement. Cela pourrait se produire pour diverses raisons.
Néanmoins, advenant une motion de défiance contre le gouvernement, il faudrait que les élections se déroulent en toute sécurité. C'est certain, étant donné la possibilité d'élections. Je ne conteste pas le droit des partis de l'opposition de recourir à une motion de défiance. Ils en ont le droit. Cependant, au cours des dernières semaines, ils ont eu la possibilité de le faire 14 fois, pour une raison ou une autre, ce qui aurait déclenché des élections. Par conséquent, il importe vraiment de comprendre qu'il faut que la Chambre adopte le projet de loi C-19 pour assurer la tenue d'élections justes et sécuritaires.
Il a beaucoup été question de cet aspect. Je suis fier que le gouvernement libéral ait pris des mesures pour assurer la sécurité sur les lieux de travail. Élections Canada doit assurer la sécurité de ses travailleurs dans les bureaux de scrutin et de tous les Canadiens qui veulent exercer leur droit de vote. Je me réjouis également d'habiter un pays où des règles nationales régissent les élections fédérales. Nous avons été témoins de ce qui s'est passé chez nos voisins du Sud, où chaque État, et parfois chaque comté, a ses propres règles. Différents types de machines électorales dans différents comtés ont permis au comté de Palm Beach, en Floride, de renverser à lui seul les résultats des élections de 2000.
L'un des candidats aux dernières élections aux États-Unis refuse d'accepter le résultat de l'élection. Il a lancé de nombreuses poursuites. Aucune n'a abouti, pourtant, il continue d'affirmer que les élections étaient injustes et il cherche à obtenir des États la création de lois qui compliqueront l'exercice du droit de vote.
Je suis heureux que le projet de loi C-19 vise à permettre aux Canadiens de voter plus facilement et en toute sécurité. Nous savons que le directeur général des élections et le Comité de la procédure et des affaires de la Chambre sont très conscients de l'importance de cette question, comme en témoignent leur travail important et les recommandations connexes. En plus d'appuyer la recommandation du comité concernant le vote dans les établissements de soins de longue durée et la prolongation de la période de vote, le projet de loi C-19 propose un certain nombre d'autres mesures qui visent à maintenir la résilience du processus électoral en tenant compte du contexte actuel de la santé publique. Le comité et le projet de loi C-19 proposent tous deux d'accorder des pouvoirs d'adaptation accrus au directeur général des élections afin d'assurer la santé et la sécurité des électeurs et des travailleurs d'élections si une élection devait avoir lieu pendant la pandémie de COVID-19.
Dans son rapport final, le Comité indique qu'il fait pleinement confiance à Élections Canada pour entreprendre avec diligence la planification et la préparation nécessaires pour assurer le succès et l’accessibilité d’une élection tenue en période de pandémie.
C'est ce que reflète les règles temporaires prévues au projet de loi C-19 et visant à élargir le pouvoir du directeur général des élections d’adapter les dispositions de la Loi électorale du Canada pour protéger la santé ou la sécurité des électeurs ou des fonctionnaires électoraux. Elles visent à offrir une plus grande souplesse, compte tenu de la rapidité avec laquelle la pandémie évolue et de la diversité de la logistique nécessaire pour tenir 338 élections, chaque circonscription ayant des défis différents. En ce qui concerne la recommandation du comité de fournir des tests de dépistage rapide, le gouvernement s'engage à soutenir la préparation d'Élections Canada tout en respectant son indépendance.
Des élections pendant la pandémie signifient également qu'un plus grand nombre d'électeurs voteront par la poste, comme nous l'avons constaté à divers endroits au Canada et à l'étranger. En effet, les directeurs généraux des élections de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard ont tous dit au comité qu'il y avait eu une augmentation importante de la demande de vote par la poste lors de leurs élections provinciales respectives tenues pendant la pandémie. Nous avons certainement constaté la même chose chez nos voisins du Sud.
En Colombie-Britannique, le nombre de bulletins de vote envoyés par la poste a été multiplié par 100 entre les élections provinciales de 2017 et de 2020. À l'échelle fédérale, selon le témoignage du directeur général des élections, des sondages indiquent qu'entre 4 et 5 millions d'électeurs voteraient par la poste si une élection générale fédérale était déclenchée pendant la pandémie. Le directeur général des élections a ajouté que des mesures avaient été prises afin qu'Élections Canada soit prêt pour une telle augmentation.
Même si les recommandations du comité sur le vote par la poste visaient surtout Élections Canada, à la lecture du rapport et des déclarations des témoins, il est évident que les électeurs qui pourraient être confrontés à des obstacles bénéficieraient du vote par la poste. C'est pourquoi il est important de prendre des mesures pour renforcer le système de vote par la poste. Le projet de loi C-19 prévoit diverses façons d'améliorer l'accès au vote postal pour l'ensemble des Canadiens, notamment par l'installation de boîtes de réception à tous les bureaux de scrutin et la possibilité de soumettre une demande de bulletin de vote postal par voie électronique.
Le rapport final du comité met l'accent sur le fait que plusieurs témoins ont indiqué que le vote par la poste est un moyen d'accroître la participation des électeurs qui doivent surmonter des obstacles pour aller voter. Je songe par exemple aux personnes handicapées, aux électeurs autochtones, aux personnes pauvres et aux étudiants. Le fait d'améliorer les procédures de vote par la poste rendra le système plus convivial, accessible et adapté aux besoins des électeurs. Cela permettra aussi d'offrir des solutions de rechange à ceux qui sont les plus vulnérables en période de pandémie.
Des partenaires internationaux ainsi que des experts du gouvernement, de l'industrie et de la société civile nous conseillent de veiller à ce que le système électoral soit plus convivial, accessible et adapté aux besoins des électeurs. Nous voulons une bonne méthode qui soit adaptée aux communautés. Nous ne voulons pas d'une approche universelle, mais nous souhaitons que les électeurs puissent voter aussi facilement, peu importe où ils se trouvent au pays.
De nombreux témoins, y compris le directeur général des élections du Canada, ont affirmé au comité que la tenue d'une élection générale fédérale pendant la pandémie entraînerait de sérieuses difficultés pour Élections Canada. Élections Canada a fourni de l'information sur nos meilleures pratiques, la planification d'urgence et les travaux de recherche commandés.
Le projet de loi C-19 confirmera à Élections Canada, aux organisations politiques et aux électeurs canadiens que le gouvernement demeure déterminé à faire en sorte que, s'il devenait nécessaire de tenir une élection générale durant la pandémie — nous avons tous indiqué que ce n'est pas notre désir —, les élections se dérouleraient de façon sécuritaire pour les électeurs et le personnel électoral, tout en préservant l'intégrité globale du processus électoral.
En terminant, je crois qu'il est important d'adopter le projet de loi C-19, peu importe qu'une élection générale ait lieu dans un proche avenir ou non.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-05-13 16:28 [p.7208]
Madam Speaker, as we all know, our society and our government are still facing unprecedented challenges brought on by the COVID-19 pandemic.
For the time being, the pandemic has forced us to change how we live our lives to keep our fellow citizens safe. To be honest, I would have loved to debate this motion and many others with my colleagues in person in the House, but here we are on Zoom in our living rooms back home in our ridings. We now vote remotely using an app.
The pandemic has forced us to change the voting procedure in the House of Commons, a first in 200 years. It has forced us to adapt, and we have had to adapt the electoral process as well. Since the pandemic hit, there have been two federal by-elections and a number of provincial, territorial and local elections. These elections have given voters a broad range of options to exercise their right to vote safely.
Holding an election during a pandemic is, of course, a major challenge. The government has drawn on the experience of elections held in Canada and other jurisdictions, as well as on the analyses of Elections Canada and the Standing Committee on Procedure and House Affairs.
To ensure both the safety of voters and their ability to exercise their right to vote in as large numbers as possible, the government introduced Bill C-19 on December 10 of last year.
Before getting into the details of this bill, I would like to say very clearly that I absolutely do not want an election. Throughout this pandemic, we have worked together to govern the country responsibly and in collaboration with the other parties. We did this to help Canadians and we will continue to do so.
I want to be very clear on another thing: I have nothing against this motion, but I have a real problem with the way this debate has been filled with small partisan attacks implying that the government wants an election during a pandemic. That is totally false, as the facts show.
Getting back to Bill C-19, it makes provisional changes to the Canada Elections Act to support a safe and accessible vote in the event of a general election during the pandemic. This bill is based on recommendations made by the Chief Electoral Officer in October 2020 regarding voting in the context of a pandemic, as well as the critical work of our colleagues on the Standing Committee on Procedure and House Affairs, whom I thank.
Bill C-19 is structured around four main points. First, in order to facilitate physical distancing at the polls, the bill proposes to add two additional voting days, on the Saturday and Sunday before the traditional Monday voting day. This would reduce the number of people at the polls at any given time, which is very important. It would be especially useful in ridings where public health authorities have set strict limits on the number of people allowed in public places. This measure will also provide additional flexibility to those for whom voting on election day would be a problem.
Second, the bill would strengthen the powers of the Chief Electoral Officer to adapt the provisions of the Canada Elections Act to ensure the health and safety of voters and election staff. In its current form, the Canada Elections Act grants these powers only to enable electors to vote or to enable the counting of votes.
Third, the bill would make it easier to exercise the right to vote in a safe manner for one of the most vulnerable groups that has been hit the hardest by the pandemic, those residing in long-term care institutions. The bill would establish a period beginning 13 days before election day to facilitate the administration of voting in these institutions. This period would allow Elections Canada staff to coordinate with the staff of these long-term care institutions and ensure that residents can vote safely.
The bill proposes four measures to enhance access to mail-in voting for all Canadians. This measure makes sense when we know that mail-in voting was the preferred tool used in many countries such as the United States, where nearly two-thirds of voters voted by mail during the presidential election. According to Elections Canada, up to five million voters would choose mail-in voting if there is an election during the pandemic.
First, the bill would allow voters to register online to be able to vote by mail. Then, it would allow voters to use an identification number, for example, like the one on a driver's licence, to confirm their identity and their place of residence in the context of mail-in voting.
It would install secure reception boxes at every polling station and at the offices of the returning officers. This would allow those who cannot send their ballot by mail to deposit it securely.
The bill would allow people who initially chose to vote by mail to change their mind and vote in person, while protecting the integrity of the electoral process.
Together, these measures seek to ensure the security of an election that might be held during a pandemic by providing as many ways possible for voters to exercise their democratic rights.
It is important to note that these measures would be temporary. They would only apply to an election that is called 90 days after this legislation receives royal assent, or earlier if the Chief Electoral Officer has indicated that all the necessary preparations have been completed. These measures would cease to be in effect six months after a general election was administered during the pandemic or earlier, as determined by the Chief Electoral Officer after consultation with Canada's chief public health officer.
We must take steps now to ensure that the next election be held safely and that it be accessible to all voters.
I want to commend Elections Canada for its exceptional work and thank all those who are involved and who will be involved in administering a safe election in unprecedented circumstances.
I am pleased to take questions from and debate with my colleagues.
Madame la présidente, comme nous le savons tous, la pandémie de la COVID-19 continue de poser des défis sans précédent pour notre société comme pour notre gouvernement.
La pandémie nous a forcés à changer, ne serait-ce que provisoirement, notre mode de vie et nos pratiques afin de protéger la santé de nos concitoyens. Très honnêtement, j'aurais tellement aimé pouvoir débattre avec mes collègues de cette motion et de bien d'autres en personne à la Chambre, mais nous voici en ligne sur Zoom dans nos salons, dans nos circonscriptions. Nous votons maintenant de manière virtuelle et au moyen d'une application électronique.
La pandémie nous a forcés à changer le mode de scrutin à la Chambre des communes, du jamais-vu en 200 ans. Elle nous a forcés à nous adapter, et les élections n'ont pas échappé à ce besoin d'adaptation. Depuis le début de la pandémie, le Canada a connu deux élections partielles fédérales et plusieurs élections à l'échelle provinciale, territoriale et locale. Ces scrutins ont offert aux électeurs un large éventail d'options pour exercer leur droit de vote en toute sécurité.
La tenue d'une élection générale pendant une pandémie représente bien sûr un défi d'importance. Le gouvernement a donc tiré profit des enseignements se dégageant des expériences d'élections canadiennes et de scrutins tenus à l'étranger, ainsi que des analyses d'Élections Canada et du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
Afin d'assurer à la fois la sécurité des électeurs et l'exercice aussi large que possible du droit de vote, le gouvernement a introduit le 10 décembre dernier le projet de loi C-19.
Avant d'entrer dans les détails de ce projet de loi, je tiens quand même à dire très clairement que je ne veux absolument pas d'une élection. Tout au long de cette pandémie, nous avons travaillé de manière collaborative pour gouverner le pays de manière responsable et en collaboration avec les autres partis. Nous l'avons fait pour aider les Canadiens et nous continuerons de le faire.
Je veux aussi être très claire: je n'ai rien contre cette motion, mais j'ai un réel problème avec le cadrage de ce débat rempli de petites attaques partisanes impliquant que le gouvernement veut une élection en temps de pandémie. C'est tout faux et les faits le démontrent.
Pour revenir au projet de loi C-19, il apporte à la Loi électorale du Canada des modifications provisoires soutenant la tenue d'un scrutin sécuritaire et accessible dans l'éventualité d'une élection générale pendant la pandémie. Ce projet de loi s'appuie sur les recommandations faites par le directeur général des élections en octobre 2020 concernant le vote dans le contexte d'une pandémie, ainsi que sur le travail essentiel de nos collègues du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, que je remercie.
Le projet de loi C-19 s'articule autour de quatre mesures principales. D'abord, afin de faciliter la distanciation physique dans les bureaux de vote, le projet de loi propose d'ajouter deux jours supplémentaires de scrutin, le samedi et le dimanche précédant le jour du scrutin traditionnel du lundi. Cette mesure diminuerait le nombre de personnes présentes au bureau de scrutin à un moment précis, ce qui est très important. Elle serait particulièrement utile dans les circonscriptions où les autorités de santé publique ont établi des limites strictes sur le nombre de personnes permises dans les lieux publics. Cette mesure accordera également une flexibilité supplémentaire à ceux et celles pour qui l'exercice du droit de vote le jour du scrutin poserait problème.
Deuxièmement, le projet de loi renforcerait les pouvoirs d'adaptation du directeur général des élections afin de lui permettre d'adapter les dispositions de la Loi électorale du Canada pour assurer la santé et la sécurité des électeurs et du personnel électoral. Sous sa forme actuelle, la Loi électorale du Canada ne lui accorde ces pouvoirs d'adaptation que pour permettre aux électeurs de voter ou pour permettre le dépouillement des voix.
Troisièmement, le projet de loi faciliterait l'exercice du droit de vote de manière sécuritaire pour un des groupes les plus vulnérables et les plus durement touchés par la pandémie, soit les personnes vivant dans les établissements de soins de longue durée. Le projet de loi établirait une période de 13 jours avant le début du scrutin pour faciliter l'administration du vote dans ces établissements. Cette période permettrait au personnel d'Élections Canada de se coordonner avec le personnel des établissements de soins de longue durée de manière à s'assurer que ces résidents peuvent voter en toute sécurité.
Enfin, le projet de loi propose quatre mesures visant à accroître l'accès au vote par correspondance pour l'ensemble des citoyens canadiens. Cette mesure prend tout son sens lorsqu'on sait que le vote par correspondance a été l'outil privilégié utilisé dans de nombreux pays, comme aux États-Unis, où à peu près les deux tiers des électeurs ont voté par la poste lors de l'élection présidentielle. Selon Élections Canada, ce sont jusqu'à 5 millions d'électeurs qui choisiraient de s'en prévaloir dans l'éventualité d'une élection pendant la pandémie.
D'abord, le projet de loi permettrait aux électeurs de s'inscrire en ligne pour pouvoir voter par correspondance. Ensuite, il permettrait aux électeurs d'utiliser un numéro d'identification, par exemple, celui que comporte un permis de conduire, pour confirmer leur identité et leur lieu de résidence dans le contexte d'un vote par correspondance.
Par ailleurs, il prévoit l'installation de boîtes de réception sécurisées dans tous les bureaux de scrutin et dans les bureaux de directeurs de scrutin. Cela permettrait à celles et ceux qui ne peuvent pas faire parvenir leur bulletin de vote par la poste de le déposer en toute sécurité.
Enfin, le projet de loi permettrait aux citoyens ayant initialement choisi de voter par correspondance de changer d'idée et de voter en personne, tout en protégeant l'intégrité du processus électoral.
Ensemble, ces mesures visent à assurer la sécurité d'une élection qui aurait lieu pendant la pandémie, en offrant le plus de moyens possible aux électeurs d'exercer leur droits démocratiques.
Il est important de souligner que ces mesures ne seraient que temporaires. Elles s'appliqueraient à une élection déclenchée 90 jours après l'obtention de la sanction royale, ou plus tôt, si le directeur général des élections devait indiquer que les préparatifs nécessaires avaient été achevés. Elles expireraient six mois après la tenue d'une élection générale tenue pendant la pandémie, ou plus tôt, à la discrétion du directeur général des élections du Canada, après consultation avec l'administrateur en chef de la santé publique du Canada.
Il nous incombe de prendre des mesures maintenant pour veiller à ce que la tenue de la prochaine élection se fasse de façon sécuritaire et à ce qu'elle soit accessible à tous les électeurs.
Je souhaite enfin souligner le travail exceptionnel d'Élections Canada et exprimer ma reconnaissance envers ceux et celles qui contribuent et qui contribueront à la tenue d'élections sécuritaires dans des circonstances inédites.
Je serai heureuse de répondre à des questions et d'en débattre avec mes collègues.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 14:31 [p.7106]
Mr. Speaker, the military report into the long-term care home crisis in Ontario and Quebec has revealed additional shocking details. Many of the people who died in long-term care did not die because of COVID-19. They died because of neglect. They were dehydrated and malnourished. Despite knowing this, the Prime Minister has yet to take action on bringing in national standards or a commitment to removing profit from long-term care.
What will it take for the Prime Minister to take concrete action to save lives in long-term care?
Monsieur le Président, le rapport militaire concernant la crise des établissements de soins de longue durée en Ontario et au Québec révèle des détails supplémentaires choquants. Bon nombre des personnes décédées dans un établissement de soins de longue durée ne sont pas décédées de la COVID-19, mais de négligence. Ces personnes étaient déshydratées et mal nourries. Malgré cette information, le premier ministre tarde toujours à instaurer des normes nationales ou à s'engager à éliminer le modèle à but lucratif dans le secteur des soins de longue durée.
Que faudra-t-il pour que le premier ministre prenne des mesures concrètes afin de sauver des vies dans les établissements de soins de longue durée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:31 [p.7106]
Mr. Speaker, only the NDP would consider that $3 billion in budget 2021 towards long-term care would not be enough or would not be action.
People living in long-term care deserve safe, quality care and to be treated with dignity. This pandemic has shown us that there are systemic issues affecting long-term care homes across Canada. That is why we invested that $3 billion to create standards for long-term care and make permanent changes.
We will continue working with our partners to protect our loved ones in long-term care right across the country.
Monsieur le Président, seul le NPD considérerait comme étant insuffisants ou comme équivalant à de l'inaction de la part du gouvernement les 3 milliards de dollars prévus pour les soins de longue durée dans le budget de 2021.
Les personnes qui résident dans un établissement de soins de longue durée méritent de vivre en toute sécurité, de recevoir des soins de qualité et d'être traitées avec dignité. Cette pandémie nous montre qu'il existe des problèmes systémiques dans les établissements de soins de longue durée au Canada. Voilà pourquoi nous investissons ces 3 milliards de dollars afin d'instaurer des normes de soins de longue durée et d'opérer un changement permanent.
Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires pour protéger nos êtres chers qui ont besoin de soins de longue durée, où qu'ils vivent au pays.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 14:32 [p.7106]
Mr. Speaker, only the Liberals and the Prime Minister would think that their actions were sufficient. People are still dying in long-term care, it is still clear that neglect is ongoing and it is still clear that there are no national standards in place to protect seniors and residents of long-term care.
Certainly, the government has failed to do something as basic as make a commitment to remove profit from long-term care, starting with Revera. Again, I ask when will the Prime Minister take concrete action to save lives in long-term care?
Monsieur le Président, seuls les libéraux et le premier ministre pourraient croire que leurs gestes étaient suffisants. Des gens continuent de mourir dans des établissements de soins de longue durée, il est clair que la négligence persiste et il est clair qu'il n'existe aucune norme nationale pour protéger les aînés et les résidants des établissements de soins de longue durée.
Manifestement, le gouvernement a omis de faire quelque chose d'aussi fondamental que de s'engager à éliminer la recherche du profit dans le domaine des soins de longue durée, en commençant par Revera. Je répète ma question. Quand le premier ministre va-t-il prendre des mesures concrètes pour sauver des vies dans les établissements de soins de longue durée?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:33 [p.7107]
Mr. Speaker, the situation facing residents in long-term care across the country is absolutely deplorable. We have seen far too many lives lost because of unacceptable situations. That is why as a federal government, we have stepped up and worked with the provinces and territories, whose jurisdiction it is, to send them supports and create standards so that every senior right across the country can be properly protected. They can retire and live in safety and dignity. That is something that we know, but it is also something that we understand is led by the provinces.
Monsieur le Président, la situation des résidants des établissements de soins de longue durée est absolument déplorable partout au pays. Beaucoup trop de vies ont été perdues à cause de situations inacceptables. Voilà pourquoi le gouvernement fédéral est intervenu afin de collaborer avec les provinces et les territoires, de qui relèvent ces établissements, pour leur envoyer de l'aide et établir des normes afin de protéger adéquatement tous les aînés du pays. Ces aînés pourront ainsi prendre leur retraite et vivre de façon digne, en toute sécurité. Nous savons tout cela, mais nous comprenons aussi qu'il s'agit d'un dossier de compétence provinciale.
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, all of us in this place know that so many Canadians have suffered great loss over the course of this pandemic. Some of us have also been affected by some of that loss. Whether it has been loss of life, health or paycheques, we know this past year has been extremely difficult. Certainly, we know no Canadian has been immune. All Canadians have experienced a loss of control and a loss of normalcy. It has been two years in the making, with Canadians across the country desperate and anxious to turn the corner on the pandemic.
There was a lot of expectation for the recently tabled budget. Unfortunately, for far too many, this budget fell flat, but by no means for a lack of spending. We know the Prime Minister has added $155 billion in new debt this year alone, and Canada's federal debt will pass $1.2 trillion this year for the first time ever. The government has tried to paint all its spending as stimulus spending, but that is not accurate. Yes, some spending will help stimulate the economy, but significant amounts are being spent on the Liberal government's own partisan interests.
Simply put, this is a spending budget, not a growth budget. The limited amount of funds being spent on stimulus have been confirmed by our Parliamentary Budget Officer, who also cautioned that continued debts and deficits will limit the government's future ability to introduce new permanent programs without cuts or tax increases. That fact is simply unavoidable. Massive deficit spending is unsustainable. It jeopardizes the long-term sustainability of the many social programs that many Canadians depends on. It limits the government's ability to react to future challenges and ultimately leads to higher taxes.
It is a hard truth that the Liberal government wanted to ignore the pandemic, but Canadians footing the bill will not have the luxury of ignoring it. Missing from the budget are focused spending on long-term growth and a clear plan to reopen Canada's economy safely. Unfortunately, that means more uncertainty for my constituents. This budget abandons the natural resource sector, one of the greatest contributors to our national prosperity, as a fiscal anchor. While the Liberal government's disregard for the energy sector is not a shock to any of my constituents, who depend on jobs in the industry to put food on the table and keep the lights on, it is nonetheless devastating for those workers who have lost their jobs, had their wages cut or are seeing opportunities and businesses in their industry dwindle. There is no support for them in this budget.
Emergency wage supports are not a meaningful replacement for a stable and predictable paycheque. That is exactly what Canadians want, stable and predictable paycheques. Our oil and gas workers have taken hit after hit at the hands of the Liberal government and now continue to be overlooked as the Prime Minister fails to see the financial and environmental opportunities in the oil and gas sector. That failure has a massive impact on my constituents, but the missed opportunity will ultimately be felt by all Canadians, who also benefit from the success of this sector.
Similarly, consistently overlooked and undervalued by the government are our farmers and farm families. While the budget introduces some measures to alleviate some of the ballooning costs facing our agricultural producers, it cannot be lost that it is the Liberal government's policies that are burying those agricultural producers in costs. The Liberal government has repeatedly failed to recognize the significant financial, food security and environmental contributions of our world-class agricultural sector.
The Liberal government's unfocused spending and failure to deliver a growth plan lets Canadians down. It lets down western Canadians, who do not see themselves or their livelihoods in the Liberal government's reimagined economy. It lets down those Canadians who have lost their jobs during the pandemic and do not know what the future holds. It lets down those Canadians who cannot afford more taxes and are already struggling to make ends meet, which includes low-income seniors, who were left out of this budget.
We know that seniors have been disproportionately impacted by this pandemic, from health to social isolation to financial costs. Not one senior has been immune to the fallout of this pandemic. Despite this, seniors have never really been a priority for the Prime Minister. The supports that are included in this budget and its legislation are either short on details or leave too many seniors behind.
Prior to the budget, Conservatives called on the Prime Minister to deliver increased financial supports for low-income seniors. The proposed one-time payment and the increase to old age security do nothing to support low-income seniors under the age of 75. For those seniors aged 74 and under who are facing an increased cost of living and unexpected costs due to the pandemic, and who are struggling with overstretched budgets, there is no support.
As shadow minister for seniors, I have been hearing from seniors from across the country who are upset and who feel forgotten. I share in their disappointment. Instead of focusing on spending on seniors who need it the most, the Liberal government has divided seniors. Our seniors, who have worked hard and helped build this country, should not be struggling to make ends meet. They deserve to live securely and with dignity, and this includes seniors living in long-term care.
The pandemic has sadly revealed how far we have missed the mark in ensuring the health and well-being of our seniors living in long-term care. Every level of government has a responsibility to Canada's seniors. We know that federal support is necessary to address the acute challenges in long-term care. While this budget proposes significant spending, there are unanswered questions on how it will be delivered.
The Liberal government has made many announcements, but seniors living in long-term care, their families and those who care for them need us to move beyond announcements. We need a federal government working in collaboration with provinces, territories, seniors advocates and caregiving organizations to ensure that meaningful and appropriate solutions are delivered in the immediate and the short-term. Collaboration is crucial to moving the needle.
As we look to improve the continuum of housing and care needs, aging in place is an important part of that conversation. It is good to see supports in this area, though the budget is short on details. However, noticeably absent from this budget is recognition or support for caregivers. There is also no clear plan for seniors concerned about managing their retirement savings through this crisis and beyond. Seniors deserve to live in dignity and security, but this Liberal budget leaves too many behind.
The potential permanent impact of unfocused and uncontrolled spending is also greatly concerning. Massive deficit spending without a clear plan for growth jeopardizes the long-term viability of our health care system and important social programs. It is critical that social programs, such as old age security and the guaranteed income supplement, continue to be viable in the long term for those seniors who depend on them. That is why Conservatives have put forward a recovery plan that is focused on long-term growth.
Canadians do not need the Liberal government to spend the most money to achieve less than our global counterparts. They do not need massive spending that fails to grow the economy, and instead saddles them and their children with higher taxes. Canadians need measures that create jobs and boost economic growth. They need a plan to safely reopen our economy. They need a plan that includes them regardless of where they live or what sector of the economy they work in.
Canadians want to return to normal and get back to work. Unfortunately, this legislation fails to do that. It leaves millions of Canadians behind. It is time for a real path forward.
Madame la Présidente, tous les députés savent que beaucoup de Canadiens, dont certains d'entre nous, ont subi de grandes pertes au cours de la pandémie. Qu'il s'agisse de pertes de vie, de santé ou de chèques de paie, nous savons que l'année qui vient de s'écouler a été extrêmement difficile. Nous savons certainement qu'aucun Canadien n'a été épargné. Tous les Canadiens ont connu une perte de contrôle et de normalité. Il a fallu attendre deux ans pour un budget et, pendant ce temps, les Canadiens d'un océan à l'autre étaient désespérés et impatients de tourner la page sur la pandémie.
Les attentes étaient grandes par rapport au récent budget. Malheureusement, pour beaucoup trop de gens, ce budget est tombé à plat, mais ce n’est en aucun cas faute de dépenses. Nous savons que rien que cette année, le premier ministre a ajouté 155 milliards de nouvelles dettes et que la dette fédérale du Canada dépassera 1,2 billion de dollars pour la toute première fois. Le gouvernement s’est efforcé de dépeindre toutes ces dépenses comme des dépenses de relance, mais ce n’est pas exact. Oui, certaines dépenses aideront à stimuler l’économie, mais des sommes importantes sont consacrées aux intérêts partisans du gouvernement libéral.
En termes simples, il s’agit d’un budget de dépenses, pas d’un budget de croissance. Le directeur parlementaire du budget a confirmé la part limitée des fonds consacrés à la relance. Il a également mis en garde contre le fait que les dettes et les déficits continus limiteront la capacité du gouvernement à mettre en œuvre de nouveaux programmes permanents sans comprimer les dépenses ni augmenter les impôts. Ce constat est tout simplement indéniable. Les dépenses déficitaires massives ne sont pas viables. Elles compromettent la viabilité à long terme de nombreux programmes sociaux dont dépendent de nombreux Canadiens. Elles limitent la capacité du gouvernement à réagir aux défis futurs et, à terme, elles entraînent une hausse des impôts.
La vérité toute crue, c’est que le gouvernement libéral a voulu ignorer la pandémie, mais les Canadiens qui paient la facture n’auront pas le luxe de l’ignorer. Le budget ne prévoit pas de dépenses ciblées pour la croissance à long terme ni de plan clair pour rouvrir l’économie canadienne en toute sécurité. Malheureusement, cela se traduira par encore plus d'incertitude pour mes concitoyens. Ce budget abandonne le secteur des ressources naturelles, l’un des plus grands moteurs de notre prospérité nationale, comme point d’ancrage fiscal. Le mépris que le gouvernement libéral manifeste envers le secteur de l’énergie n’étonnera aucun de mes concitoyens, qui dépendent des emplois dans l’industrie pour mettre du pain sur la table et garder les lumières allumées, mais il est néanmoins dévastateur pour ces travailleurs qui ont perdu leur emploi, ont vu leur salaire réduit ou voient disparaître les débouchés et les entreprises dans leur secteur. Ce budget ne prévoit aucun soutien pour eux.
Les mesures de soutien salarial d’urgence ne remplacent pas de manière satisfaisante un chèque de paie stable et prévisible. Or, c’est exactement ce que les Canadiens veulent: un chèque de paie stable et prévisible. Nos travailleurs du secteur pétrolier et gazier ont été malmenés à maintes reprises par le gouvernement libéral et ils continuent d’être négligés, le premier ministre ne voyant pas les possibilités financières et environnementales qu’offre le secteur pétrolier et gazier. Cet échec a des répercussions massives pour mes concitoyens, mais l’occasion ratée en viendra à être ressentie par tous les Canadiens qui profitent eux aussi du succès de ce secteur.
De même, le gouvernement oublie et sous-estime constamment nos agriculteurs et leur famille. Le budget renferme bien certaines mesures visant à alléger certains coûts croissants que nos producteurs agricoles doivent supporter, mais il ne faut pas perdre de vue que ce sont les politiques du gouvernement libéral qui ensevelissent ces producteurs agricoles sous les coûts. À maintes reprises, le gouvernement libéral n’a pas su reconnaître les contributions importantes de notre secteur agricole de classe mondiale à notre santé financière, à la sécurité alimentaire et à l’environnement.
Les dépenses non ciblées du gouvernement libéral et son incapacité à présenter un plan de croissance laissent en plan les Canadiens. Le gouvernement laisse en plan les Canadiens de l’Ouest qui ne voient pas la place qui leur est réservée dans l’économie repensée par le gouvernement libéral ni celle réservée à leurs moyens de subsistance. Il laisse en plan les Canadiens qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie et qui ne savent pas ce que l’avenir leur réserve. Il laisse en plan les Canadiens qui ne peuvent se permettre de payer plus d’impôt et qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts, notamment les aînés à faible revenu, qu’on ne voit pas dans ce budget.
Nous savons que les aînés ont été touchés de façon disproportionnée par la pandémie, que nous parlions de santé, d’isolement social ou de coûts. Aucun aîné n’a été épargné par les répercussions de la pandémie. Malgré cela, ils n’ont jamais vraiment été une priorité pour le premier ministre. Les mesures de soutien prévues dans le budget et dans sa loi d’exécution manquent de détails ou laissent trop d’aînés pour compte.
Avant le budget, les conservateurs avaient demandé au premier ministre de prévoir un soutien financier accru pour les aînés à faible revenu. Le paiement ponctuel proposé et l’augmentation des prestations de la Sécurité de la vieillesse ne font rien pour soutenir les aînés à faible revenu de moins de 75 ans. Pour les aînés de 74 ans et moins qui doivent composer avec une augmentation du coût de la vie, des coûts imprévus en raison de la pandémie et un budget déjà trop serré, il n’y a aucun soutien.
En tant que porte-parole en matière d’aînés, j’ai entendu des aînés de partout au pays qui sont mécontents et qui se sentent oubliés. Je partage leur déception. Au lieu de se concentrer sur les dépenses pour les aînés qui en ont le plus besoin, le gouvernement libéral a divisé les aînés. Nos aînés, qui ont travaillé dur et qui ont contribué à bâtir ce pays, ne devraient pas avoir du mal à joindre les deux bouts. Ils méritent de vivre en sécurité et dans la dignité, et cela vaut pour les aînés qui vivent dans un établissement de soins de longue durée.
La pandémie a tristement révélé à quel point nous avons raté la cible pour assurer la santé et le bien-être de nos aînés vivant dans ces établissements. Chaque ordre de gouvernement a une responsabilité envers les aînés du Canada. Nous savons que l’aide fédérale est nécessaire pour relever les défis pressants des soins de longue durée. Ce budget propose des dépenses considérables, mais des questions demeurent sans réponse en ce qui concerne la façon dont elles seront effectuées.
Le gouvernement libéral a fait de nombreuses annonces, mais les aînés qui vivent dans un établissement de soins de longue durée, leur famille et ceux qui en prennent soin ont besoin que nous fassions plus que des annonces. Nous avons besoin d’un gouvernement fédéral qui travaille en collaboration avec les provinces, les territoires, les défenseurs des droits des aînés et les organismes de soins pour veiller à ce que des solutions concrètes et adaptées soient mises en œuvre dans l’immédiat et à court terme. La collaboration est essentielle pour faire bouger les choses.
Il est important d'aborder la question du maintien des personnes âgées chez elles lorsqu'on cherche à répondre à leurs besoins en logement et en soins. Le budget prévoit de l'argent à ce chapitre, et je m'en réjouis, même si j'aurais aimé y trouver plus de détails. Cependant, aucune forme de reconnaissance ni aucune aide n'est prévue dans le budget pour les aidants naturels. On n’y trouve pas non plus de plan clair pour venir en aide aux aînés qui gèrent avec inquiétude leur épargne-retraite dans la crise actuelle et qui ne sont pas rassurés pour l'avenir. Ils méritent de vivre dans la dignité et en toute sécurité, mais le budget libéral dont nous débattons abandonne trop de gens à leur sort.
Il y a lieu aussi de s'inquiéter sérieusement des conséquences irrémédiables que risquent d'avoir les dépenses inconsidérées et effrénées du gouvernement. Lorsqu'on accumule des déficits massifs et qu'on n'a pas de plan de croissance économique, on risque de compromettre la viabilité à long terme du système de santé et d’importants programmes sociaux. Il est essentiel que les programmes sociaux, comme la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti, demeurent viables à long terme pour les aînés qui en dépendent. C’est pourquoi les conservateurs ont présenté un plan de relance axé sur la croissance à long terme.
Les Canadiens n’ont pas envie que le gouvernement fédéral dépense des tonnes d'argent pour obtenir de moins bons résultats que d'autres pays comparables au nôtre. Ils ne souhaitent pas voir des dépenses massives qui sont inefficaces pour stimuler l'économie et qui ont plutôt comme effet d'alourdir grandement leur fardeau fiscal et celui de leurs enfants. Les Canadiens ont besoin des mesures qui créent des emplois et stimulent l’économie. Ils ont besoin d’un plan qui permet à l'économie du pays de redémarrer en toute sécurité, un plan pour tous, quel que soit l'endroit où l'on vit et le secteur de l’économie où l'on travaille.
Les Canadiens veulent revenir à la normale et se remettre au travail. Malheureusement, cette loi ne le permet pas. Elle laisse tomber des millions de Canadiens. Il est temps de se donner un vrai plan pour avancer.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, with your permission, I would like to take a few seconds in the House to commemorate the work of anthropologist, radio host and distinguished author Serge Bouchard. For years, he filled our evenings with his reassuring voice and his profound vision of Quebec and our relations with the first nations. We have lost a great Quebecker. We will all miss him.
I would like to address several topics, because we are talking about the first federal budget in two years, so this is an important event.
The past two years have left their mark and turned life upside down in every one of our communities. Over these two years, we have all had to relearn how to live, work, communicate and get things done. Worse still, we saw businesses suffer and close up shop, workers lose their jobs, and entire sectors get turned upside down, especially the tourism sector, the cultural sector, including our artists, and the restaurant and bar sector.
Then there is the health care system, which had to perform miracles with very limited resources and in difficult working conditions, but I will get back to that later. Thousands of Quebeckers and Canadians fell ill and died in great numbers and are still dying or, even if they recover, can suffer long-term after-effects, known as long COVID.
Does the budget meet people's expectations when it comes to improving the situation and being better prepared for the future? There are some major flaws. There are tons of things missing. One of the first things is, how is it that the budget does not provide for stable and permanent health transfers so that Quebec and the other provinces can treat their employees well, treat their patients properly and face another crisis, another wave or another virus?
Over the years, the federal government has been investing less and less in our public health care system. That is very serious. In the NDP, we share the provincial governments' demand to raise funding to 35% of costs. In recent years, a Conservative government, under Mr. Harper, cut transfer payments to the provinces by reducing the annual increase from 6% to almost 3%. At the time, the Liberals made a big fuss about that, saying that it was a terrible thing that would threaten our public health care system but, when they came to power, they maintained and renewed exactly the same agreement. For that reason, our public health care system is now in dire straits. We need to make difficult choices. Times were hard even before the health crisis, with austerity budgets aimed at cutting corners everywhere. We are now seeing the results of those policies.
We need to give our public health system the means, the tools and the resources it needs. We need to work together to be able to care for our seniors in long-term care facilities. We saw the carnage in the first wave. Some of our seniors, the people who built Quebec by the sweat of their brow, were abandoned, left on the floor, left in their beds, dehydrated, without care and with rotten food, if they had any food at all.
As New Democrats and social democrats, we find this treatment disgraceful. It strips our seniors of their dignity, and we must do something to make sure it never happens again. We are not looking away and saying that it is not our problem. We are asking what we can do to help so that we never find ourselves in that situation again.
It feels like spring is coming, people will be getting vaccinated, and the recovery is on its way, so much the better. These are all good things. We are starting to see the light at the end of the tunnel. However, we cannot forget what happened last year. If we do, things will never change. The cycle will start all over again, and the same thing is going to happen.
One of the reasons we did not have the means to ensure a basic level of quality care for our seniors in long-term care facilities is the lack of resources. There were management problems, but the Quebec government is taking care of that, because it is not the federal government's jurisdiction, of course.
If we do not help the provinces provide decent care and look after their health care workers, what happens?
When orderlies earning $14 an hour are forced to work mandatory overtime and insane schedules, and this is compounded by a crisis, where a virus enters the workplace, it creates a vicious cycle. It is no longer worth their while to go to work because it is too dangerous, they are not paid enough and they do not want to take the risk. As a result, workers stay at home, and that exacerbates the problem.
Earlier, a member from Quebec said that this is world health worker week and that tomorrow is International Nurses Day. Let us consider. What are we offering them in exchange for caring for our sick patients and our seniors? What are we offering them to make the work attractive and make sure that they still want to go to work even when it is harder than usual, when there is a crisis and they are at greater risk?
For now, that is not what we are seeing, and the Liberal government's budget does not offer any answers. Sure, the government transferred some money, but only on a one-time basis, in the middle of a crisis. There is no plan for the future, yet we know that we need permanent, stable funding.
There is another important issue, and that is child care. We can see how accessible child care services help families and young parents in Quebec and how they allow women to rejoin the labour market. It is a good idea in itself, and I do not want to be a killjoy, but this was a flagship proposal in the NDP's 2015 and 2019 election platforms. It is a good idea, but only if it is executed properly. It could really help people, especially since we are in an economic crisis right now that is disproportionately affecting women. Women's participation in the labour market has dropped sharply, and we know that affordable public child care gives women greater access to the labour market, since they have unfortunately inherited traditional societal responsibities, such as caring for children.
It is a good measure that is very fitting under the circumstances. We could be happy, if only the Liberals had a shred of credibility in the matter. As I said earlier, they have been promising a child care program for the past 28 years. The first time was in Jean Chrétien's red book in 1993. That was quite a while ago. Should we believe them?
Let us see their action plan and what they are going to do, and let us watch how they work with the provinces. Perhaps the Liberals will want to act quickly to meet the need, because there is indeed a need. We see it in Quebec, where the minister of families is desperate. Quebec needs 50,000 more child care spaces, and federal money would be welcome. I met with Quebec's minister of families a few months ago. He asked us to try to put pressure on the government for a federal transfer so that he could open more spaces and pay more educators. That would be a good thing for the Liberals to do, but I have my doubts that it will happen.
Let us remember that, in the last budget, the Liberals' big promise for a major social program was public pharmacare. The NDP agrees that we should have a public pharmacare program, as do the Union des consommateurs, the FTQ, the CSN and the CSQ. There are holes in Quebec's system, which is a hybrid system and is not perfect. Such a program would also help many sick people in English Canada reduce the cost of their medication and access the drugs they need. How is it that pharmacare was a priority two years ago, and now it is suddenly off the table? How is it that we were told that other consultations would be held, but now there is no funding for this program and it is over and done with? One year it is pharmacare, and the next it is child care. The government is playing games by going from one to another. The government does not seem very serious about these things.
There is also a lack of funding for housing, even though there is a major housing crisis in Montreal and across Quebec. There is nothing in the budget about making the tax system fair and equitable. Web giants are still not paying taxes in Quebec and Canada. There is probably even a loophole so that Netflix does not have to pay taxes. The government is even playing favourites among the web giants. I think we need to get to a point where companies that make excessive profits, like Amazon, are taxed more and a tax is imposed on wealth over $20 million. These are solutions that the NDP is putting forward so that we can pay for a vibrant, green and prosperous economic recovery that benefits everyone.
Monsieur le Président, avec votre permission, je voudrais prendre quelques secondes à la Chambre pour souligner l'œuvre de Serge Bouchard, cet anthropologue, animateur de radio et grand écrivain. Pendant des années, il a bercé nos soirées avec sa voix si rassurante et avec sa vision si profonde du Québec et de nos relations avec les Premières Nations. Un grand Québécois vient de nous quitter. Il va nous manquer à tous et à toutes.
Je veux parler de plusieurs sujets parce qu'on parle du premier budget du gouvernement fédéral en deux ans, alors c'est quand même un événement important.
Ces deux années ont marqué et ont bouleversé nos vies dans l'ensemble de nos communautés et de nos collectivités. Ce sont deux années pendant lesquelles nous avons tous dû réapprendre à vivre, à travailler, à communiquer, à pousser des projets vers l'avant. On a vu aussi, et c'est extrêmement triste, des commerces éprouver énormément de difficulté et fermer leurs portes; des travailleurs perdre leur emploi; des secteurs complets être bouleversés, notamment le secteur touristique, le secteur culturel, qui comprend nos artistes, le secteur de la restauration ainsi que les propriétaires de bars et j'en passe.
Il y a aussi, il faut bien le dire, un système de santé qui a dû essayer de faire des miracles avec le peu de moyens à bord, avec des conditions de travail difficile — et j'y reviendrai — et où on a vu des milliers de Québécois, de Québécoises, de Canadiens et de Canadiennes tomber malade, perdre la vie en très grand nombre, perdre encore la vie aujourd'hui ou, même s'ils guérissent, risquer de subir des séquelles de ce virus, ce qu'on appelle le phénomène de la COVID-19 de longue durée.
Est-ce que ce budget répond aux attentes des gens pour améliorer la situation et mieux se préparer pour l'avenir? Il y a de grands trous. Il y a un paquet de choses qui manquent. Une des premières choses c'est: comment se fait-il que ce budget ne prévoie pas de transferts en santé de manière stable et permanente afin de donner au Québec, entre autres, mais aussi aux autres provinces, la capacité de bien traiter les employés, de bien traiter les patients et de faire face peut-être à des nouvelles crises, des nouvelles vagues ou un nouveau virus, à un moment donné?
Avec les années, le gouvernement fédéral a désinvesti dans notre système public de santé. C'est extrêmement grave. Au NPD, nous partageons la revendication des gouvernements provinciaux de ramener ce financement à 35 % des coûts. Dans les dernières années, on a vu un gouvernement conservateur, sous M. Harper, couper les transferts aux provinces en réduisant l'augmentation annuelle de 6 % à presque 3 % selon les calculs. Alors qu'ils avaient déchiré leur chemise en disant que c'était épouvantable et que cela allait menacer notre système de santé publique, les libéraux, quand ils ont pris le pouvoir, ont maintenu et ont reconduit exactement la même entente. Cela fait que, aujourd'hui, notre système de santé publique est pris à la gorge. Des choix difficiles doivent être faits. Les années ont été difficiles, avant même cette crise sanitaire, avec des budgets d'austérité pour essayer de couper à droite et à gauche et tourner les coins ronds. Dans les derniers mois, on a pu en constater les conséquences.
Il faut donner les moyens, les outils et les ressources à notre système de santé publique. Il faut travailler ensemble pour être capable de prendre soin de nos aînés dans les centres de soins de longue durée. Lors de la première vague, on a vu que cela a été une hécatombe. Il y a eu de nos personnes âgées, des gens qui ont bâti le Québec à la sueur de leur front, être carrément abandonnées, laissées sur le plancher, laissées dans leur lit, déshydratées, sans soins, sans nourriture ou encore avec de la nourriture avariée.
En tant que néo-démocrates et que sociaux-démocrates, nous disons que cela est infâme, cela brise la dignité de nos aînés et il faut faire quelque chose pour éviter que cela se reproduise. Nous ne disons pas que cela ne nous concerne pas, en regardant ailleurs. Nous demandons ce que nous pouvons faire pour aider afin que cette situation ne se reproduise plus jamais.
J'ai l'impression que le beau temps va arriver, les gens vont être vaccinés, la relance s'en vient, tant mieux; ce sont toutes des bonnes choses, on voit la lumière au bout du tunnel. Toutefois, il ne faudrait pas oublier ce qui est arrivé il y a un an. Sinon, ce sera toujours la même chose. On va recommencer et la même chose va arriver.
Une des raisons pour laquelle on n'avait pas des moyens nécessaires pour assurer un minimum de qualité de soins pour nos aînés dans les centres de soins de longue durée, c'est le manque de ressources. Il y a eu des problèmes de gestion, mais c'est le gouvernement du Québec qui s'occupe de cela, évidemment; ce n'est pas au gouvernement fédéral à s'en occuper.
Si on n'aide pas les provinces afin qu'elles soient capables d'assurer un minimum de soins et de s'occuper des travailleurs et des travailleuses de la santé, qu'arrive-t-il?
Quand les préposés aux bénéficiaires ont un salaire de 14 $ l'heure, des heures supplémentaires obligatoires et un horaire de travail tout croche et que survient une crise comme celle-là, où un virus fait son entrée dans le milieu de travail, il se produit un effet vicieux. Pour eux, cela ne vaut plus la peine d'aller au travail, parce que c'est trop dangereux, qu'ils ne sont pas assez bien payés pour le faire et qu'il n'est pas question de prendre des risques. Des travailleurs restent donc à la maison, et cela aggrave le problème.
Plus tôt, une députée québécoise disait que nous étions en pleine semaine mondiale des employés des systèmes de santé et que, demain, ce serait la Journée internationale des infirmiers et des infirmières. Posons-nous des questions. Que leur offrons-nous collectivement pour prendre soin de nos malades et de nos aînés? Que leur offrons-nous pour que ce travail soit attrayant et qu'ils veuillent tout de même s'y rendre même quand c'est plus difficile, qu'il y a une crise et que les risques sont accrus?
Pour l'instant, ce n'est pas ce que nous avons vu, et le budget du gouvernement libéral ne répond pas à cela. Oui, le gouvernement a transféré des sommes, mais il l'a fait de manière ponctuelle, en temps de crise. Tout cela n'a pas de lendemain, alors que nous avons besoin d'un financement permanent et stable.
Il existe un autre sujet important. C'est celui des services de garde. On peut voir à quel point des services de garde accessibles aident les familles et les jeunes parents au Québec, à quel point cela permet aussi à beaucoup de femmes d'effectuer un retour sur le marché du travail. C'est en soi une bonne idée, et je ne voudrais pas faire mon pisse-vinaigre. C'était tout de même une proposition phare de la plateforme électorale du NPD en 2015 et en 2019. C'est donc une bonne idée, mais seulement si c'est bien fait. Cela peut réellement aider les gens, d'autant plus que nous avons une crise économique, en ce moment, qui touche particulièrement les femmes. On a vu une chute importante de leur place sur le marché du travail, et on sait qu'un service de garde public et abordable permet un accès plus grand pour les femmes au marché du travail, lesquelles ont hérité des rôles traditionnels, comme celui de s'occuper des enfants, qui ont hélas encore cours dans nos sociétés.
Il s'agit donc d'une bonne mesure, qui, dans les circonstances, est bien adaptée. Nous pourrions être contents, mais il faudrait que les libéraux aient un peu de crédibilité dans ce domaine. Je le rappelais un peu plus tôt: cela fait tout de même 28 ans qu'ils promettent un service de garde. La première fois, ce fut en 1993 dans un livre rouge, avec Jean Chrétien. Cela commence à faire plusieurs années. Devrions-nous les croire?
Regardons leur plan d'action et ce qu'ils vont mettre en œuvre, et surveillons la manière dont ils vont travailler avec les provinces. Peut-être les libéraux voudront-ils agir rapidement pour combler les besoins, parce que, des besoins, il y en a. On le voit au Québec: le ministre de la Famille est aux abois. Il manque 50 000 places en garderie, et l'argent du fédéral serait le bienvenu. J'ai rencontré le ministre de la Famille du Québec, il y a quelques mois, qui nous a demandé d'essayer de faire pression pour un transfert du fédéral afin qu'il puisse ouvrir des places en garderie et payer des éducateurs et des éducatrices. Ce serait une bonne chose, que les libéraux le fassent. Or, j'ai un doute.
Rappelons-nous que, dans le dernier budget, la grosse promesse des libéraux — leur gros programme social — était l'assurance-médicaments publique. Au NPD, nous sommes d'ailleurs d'accord sur un régime d'assurance-médicaments publique, comme le sont l'Union des consommateurs, la FTQ, la CSN et la CSQ. En effet, il y a des trous dans le système québécois, qui est hybride et n'est pas parfait, et cela aiderait beaucoup les gens malades, au Canada anglais, à réduire le coût de leurs médicaments et à y avoir accès. Comment se fait-il que l'assurance-médicaments, qui était une priorité il y a deux ans, soit soudainement mise en dessous de la table? Comment se fait-il que nous nous soyons fait dire que d'autres consultations allaient faites, mais qu'il n'y a finalement pas d'argent et que c'est terminé? Une année, c'est l'assurance-médicaments. L'année d'après, ce sont les services de garde. On joue ainsi en passant de l'un à l'autre. Cela ne m'apparaît pas tellement sérieux.
Par ailleurs, il y a un manque d'investissements en logement alors qu'on vit une crise majeure à Montréal, mais aussi un peu partout au Québec. On ne retrouve rien dans le budget sur la fiscalité juste et équitable. Les géants du Web ne paient toujours pas d'impôts au Québec et au Canada. Il y a même probablement une échappatoire pour que Netflix ne paie pas d'impôts. On ferait même de la discrimination entre les géants du Web. Je pense qu'il faut arriver à un point où les compagnies comme Amazon, qui font des profits excessifs, doivent être davantage taxées et où on instaure une taxe sur les fortunes de plus de 20 millions de dollars. Ce sont des solutions que le NPD met de l'avant pour que nous soyons capables de nous payer une relance économique vibrante, mais également verte, prospère et solidaire.
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
Mr. Speaker, we have heard a lot from the Conservatives about the need to take the COVID crisis more seriously, and I agree. We have seen the deadly toll COVID has taken, especially in long-term care homes. So many elders and seniors have been lost during this COVID crisis. They should not have been.
We in the NDP have made it clear that we need to ensure the long-term care system is in public hands. However, the Conservative leader does not seem to have an issue with for-profit long-term care.
Why is it that the Conservative leader and the Conservative Party cannot seem to recognize the deadly impacts of for-profit, privatized long-term elder care in our country?
Monsieur le Président, les conservateurs ont souvent dit qu'il fallait prendre la crise de la COVID-19 plus au sérieux, et je suis d'accord. Elle a coûté la vie à beaucoup de nos concitoyens, en particulier dans les centres de soins de longue durée. De nombreux aînés sont disparus pendant cette crise. Ces morts auraient dû être évitées.
Au NPD, nous avons dit clairement que le réseau des soins de longue durée doit être entre les mains du secteur public. Or, le chef du Parti conservateur ne semble pas voir d'inconvénient à ce que ces soins soient confiés à des établissements à but lucratif.
Pourquoi le Parti conservateur et son chef semblent-ils incapables de reconnaître que la privatisation des soins de longue durée offerts aux aînés et le fait de les confier à des établissements à but lucratif ont des conséquences mortelles dans ce pays?
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-05-11 13:26 [p.7048]
Mr. Speaker, long-term care is vital. Seniors are the pioneers who helped build this country, and there are many different aspects we can continue to invest in to create better atmospheres and outcomes in long-term care. We talked about having standard metrics to make sure people are being treated equally across the country, and that comes with those same conversations to have with health ministers. Many arrows need to be in the quiver for long-term care in order to treat seniors with the respect they deserve and to make sure the ends of their lives are as successful, prosperous and comfortable as possible.
Monsieur le Président, les soins de longue durée sont essentiels. Les aînés sont les pionniers qui ont contribué à bâtir ce pays, et il y a une foule de mesures dans lesquelles nous pouvons continuer d'investir pour créer de meilleurs environnements et obtenir de meilleurs résultats dans le domaine des soins de longue durée. Nous avons parlé de mettre en place des normes pour nous assurer que les gens sont traités de la même façon dans l'ensemble du pays, et cela fait partie des discussions que nous devons avoir avec les ministres de la Santé. En ce qui concerne les soins de longue durée, nous devons avoir plusieurs outils à notre disposition afin que l'on traite les aînés avec le respect qu'ils méritent et qu'ils puissent mener la vie la plus enrichissante, la plus fructueuse et la plus confortable possible.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-05-11 16:28 [p.7076]
Mr. Speaker, surely the member for Brampton South is not suggesting that the paltry $500 one-time payment is lifting those seniors out of poverty. It is to the contrary.
We know that for-profit long-term care facilities like Extendicare and Sienna received $157 million in support and paid out $74 million in dividends. The previous speaker talked about supporting frontline workers, yet thousands of seniors have died in inhumane conditions at LTC facilities.
Despite the evidence that more people have died in private long-term care facilities, the government continues to protect its profits. Could the member explain why the government is putting the profits of for-profit care providers ahead of the quality of care for the seniors in her riding of Brampton South?
Monsieur le Président, la députée de Brampton-Sud n'essaie sûrement pas de nous faire croire que le misérable paiement ponctuel de 500 $ dont elle parle sortira ces aînés de la pauvreté. Ce n'est absolument pas le cas.
Nous savons que les établissements de soins de longue durée à but lucratif comme Extendicare et Sienna ont reçu 157 millions de dollars d'aide gouvernementale et qu'ils ont versé 74 millions de dollars en dividendes. L'intervenante précédente a parlé du soutien offert aux travailleurs de première ligne et, pourtant, des milliers d'aînés sont décédés dans des conditions inhumaines dans les établissements de soins de longue durée.
Malgré les faits qui montrent que plus de décès sont survenus dans les établissements de soins de longue durée du secteur privé, le gouvernement continue de protéger les profits de ces derniers. Est-ce que la députée pourrait expliquer pourquoi le gouvernement accorde plus d'importance aux profits des fournisseurs de soins de santé du secteur privé qu'à la qualité des soins prodigués aux aînés de sa circonscription, Brampton-Sud?
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2021-05-11 16:29 [p.7076]
Mr. Speaker, for long-term care, our government is there to help seniors. Our policies are also showing positive results as 25% fewer seniors live in poverty than when we took office in 2015. That is a direct result of the good work our government has undertaken, including restoring the age of eligibility for OAS and GIS to 65 years, and increasing the GIS for the most vulnerable single seniors.
Monsieur le Président, en ce qui a trait aux soins de longue durée, le gouvernement est là pour aider les aînés. De plus, nos politiques donnent des résultats positifs, puisque 25 % moins d'aînés vivent dans la pauvreté que lorsque nous sommes arrivés au pouvoir en 2015. C'est directement attribuable au bon travail qu'a accompli le gouvernement, notamment en ramenant à 65 ans l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti, et en augmentant le Supplément de revenu garanti pour les aînés les plus vulnérables vivant seuls.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2021-05-10 13:40 [p.6947]
Madam Speaker, on top of all the partisan speeches, the government members are showing disrespect towards the opposition members by repeatedly asking whether they have read the bill. It would be nice if they stopped doing that. Members have a duty to do their jobs well, and they have read the bill. I would appreciate some real answers on the actual substance.
My colleague raised some very interesting points in his speech. He—
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Yves Perron: Madam Speaker, ironically enough, the people I am talking about right now are not listening.
My colleague raised some very interesting points in his speech. He spoke about voter identification and the lengthy writ period for seniors' homes. We are all very concerned about safety.
I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Madame la Présidente, non seulement les discours sont partisans, mais les députés du gouvernement méprisent les gens de l'opposition en répétant qu'ils se demandent si ces derniers ont lu le projet de loi. Ce serait agréable que cela cesse. Les députés ont le devoir de bien faire leur travail et ils ont lu le projet de loi. J'aimerais obtenir de vraies réponses sur le vrai contenu.
Dans son discours, mon collègue a soulevé des éléments très intéressants. Entre autres, il...
Des voix: Oh, oh!
M. Yves Perron: Madame la Présidente, c'est drôle, mais les gens dont je parle présentement ne m'écoutent pas.
Dans son discours, mon collègue a soulevé des éléments très intéressants. Il a parlé, entre autres, de ses doutes quant à l'identification des électeurs et aux très longues périodes de vote qui seront prévues dans les résidences pour personnes âgées. Nous sommes tous soucieux de la sécurité.
J'aimerais connaître l'opinion de mon collègue à cet égard.
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-10 13:41 [p.6947]
Madam Speaker, the provision for a particularly lengthy writ period is tremendously important both for the safe conduct of polling residents in long-term care and seniors residences, but also to prepare Elections Canada officials and the polling stations for those Canadians who choose to vote in place. I attended and observed the two by-elections last year, and it is very complicated and difficult, and safety must prevail.
It will also take that period of time to distribute the mail-in ballots and to get them—
Madame la Présidente, il extrêmement est important de prévoir une période électorale particulièrement longue afin de permettre aux résidents des foyers de soins de longue durée ou des résidences pour aînés de voter en toute sécurité, mais aussi pour donner aux fonctionnaires d’Élections Canada et aux employés des bureaux de scrutin le temps de se préparer à accueillir des électeurs qui choisissent de voter sur place. Pour avoir assisté, à titre d’observateur, aux deux élections partielles de l’an dernier, je peux dire que le processus est très compliqué et difficile, et que la sécurité doit prévaloir.
Il faudra aussi un certain temps pour distribuer les bulletins de vote par la poste et les recevoir…
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-05-10 13:45 [p.6948]
Madam Speaker, as I was saying, we could expect if we were to hold a federal election in Canada, especially without passing Bill C-19, voters would face many of the similar challenges we have seen across our country over the last year and a bit since the advent of the COVID-19 pandemic. Some Canadians would probably choose not to vote rather than go to a public place to cast their ballot.
During this devastating third wave, the last thing our government wants is an election. I, for one, always say that the only election date I want to talk about is the one in October 2023, which is four years after the last one. I know many would see an election during a COVID pandemic as a public health risk and would limit Canadians' access to their democratic right to cast a vote. As such, in my opinion, it is really important for us to advance this bill swiftly so that in the unlikely event of an election, we can improve the conditions and opportunities for Canadians to safely vote as well as protect our democratic process.
Why have we introduced the legislation? Elections Canada realized there could be an election during this pandemic, as we did as the national government, and after much consultation has proposed some temporary rules in the unlikely event an election should occur.
Elections Canada has been following the provincial elections in our country and the various different elections that have taken place around the world. It has monitored contingency planning that has been developed both by international and various electoral management bodies. It has engaged with Canadian public officials, heard about best practices from various bodies and learned from recent elections held during COVID. Elections Canada has also established an internal working group to determine how it can be as prepared as possible for an election held during COVID-19.
Out of this work, on October 5, the Chief Electoral Officer suggested the study and adoption of a new temporary law.
Some of the key changes the Chief Electoral Officer proposed was making Saturday and Sunday voting days, increasing voting hours from 12 hours on one day to 16 hours over two days; granting authorization for the Chief Electoral Officer to determine how and when voting could occur in long-term care facilities and other similar settings; and adding more flexibility to adapt the act to emergency situations to make it easier to respond to the pandemic. Bill C-19 builds on these recommendations and adds other special measures to ensure Canadians can vote safely.
What are some of the additional measures we have proposed in the bill?
First, we would give the Chief Electoral Officer more flexibility to adapt the act to ensure the safety of election officers and voters. It would also give the Chief Electoral Officer the power to set days and hours for polling divisions established in long-term care homes.
Our government recognizes that vulnerable populations like seniors have very specific needs in this pandemic. We also know we need to protect their right to participate in the Canadian democracy and ensure Elections Canada has a way to safely collect votes from them. This bill would provide a 13-day window to safely deliver the vote to long-term care facilities and similar institutions. This period would give election staff enough time to engage with those facilities and to determine a safe time for them to deliver the vote.
Bill C-19 would also extend voting hours, giving Canadians more opportunity to vote in a safe way that works for them. It would create a three-day polling period which, to me, is awesome. People could vote Saturday, Sunday or Monday. It would help spread the voters out, reducing crowds in voting places, and would give people who might not be able to vote on the weekend, maybe because of a religious observance on Saturday or Sunday, the option to vote on Monday. It would also add more advanced polling days, four days of 12 hours each, for voting since we would anticipate more Canadians to vote early in a pandemic election.
Bill C-19 would grant the Chief Electoral Officer the authority to respond to emergency situations like local unexpected outbreaks of COVID-19. It would allow the Chief Electoral Officer to modify the day on which certain things would be authorized or required to be done before the polling period. The Chief Electoral Officer would also be able to move a deadline a day backward or a day forward by up to two days, or the Chief Electoral Officer could also move the starting date or the ending date of a period in which certain things would be authorized or required to be done by up to two days.
Finally, the bill would make mail-in voting even more accessible. If Canadians did go to the polls in the pandemic, we anticipate that many more would want to vote by mail. Of course, we know that this would be a whole new way of voting in Canada, other than in the provinces that have already seen such elections. We know this is an option that many Canadians would want to see.
With Bill C-19 passed, Canadians will also be able to apply online to register to vote by mail and cast a ballot from the comfort and safety of their home. It will also allow for secure drop boxes at polling stations so that those who do not have time to send their ballots through the mail can instead drop them off. It makes voting more accessible by allowing voters to register to vote by mail using an ID number, like a driver's licence number, rather than a full copy of their identification. Finally, it gives voters the flexibility to choose to vote in person instead if they have already registered to vote by mail. If they do, they would have to return their mail-in kit or sign a declaration at the in-person voting location that they have not yet voted.
There is a clear need for the bill as indicated by the Chief Electoral Officer, but it is important to note that there are some limitations of the bill. The primary one is the need for a preparation period for Elections Canada. This means that Parliament needs to move swiftly to get the bill to committee. I have heard a number of amendments and recommendations that my colleagues would like to propose, and they should be genuinely considered. Then it still needs to come back to the House for a third reading. Elections Canada then needs 90 days to implement the bill after royal assent. The longer we wait, the greater the risk of a possible election during a pandemic with no safety measures for Canadians.
I want to reiterate that the special legislative measures that are being proposed would cease to be in effect six months, or at an earlier date determined by the CEO, after a notice is given by the Chief Electoral Officer that indicates the measures are no longer necessary in the context of the COVID-19 pandemic. This notice would only be issued following the consultation with the Chief Public Health Officer.
With such a limited scope, I see no reason for disagreement or delay on the bill. All parties should be able to unite to quickly get these common-sense protections for voters into place.
I am thankful for the opportunity to speak to the importance of Bill C-19 and why it should be passed quickly.
Madame la Présidente, comme je le disais, si nous tenions des élections fédérales au Canada, surtout si nous n’adoptons pas le projet de loi C-19, les électeurs seraient confrontés à de nombreux défis semblables à ceux que nous avons vus partout au pays au cours de la dernière année, depuis le début de la pandémie de COVID-19. Certains Canadiens choisiraient probablement de ne pas voter plutôt que de se rendre dans un lieu public.
Pendant cette troisième vague dévastatrice, la dernière chose que notre gouvernement veut, c’est de tenir des élections. Pour ma part, je dis toujours que le seul rendez-vous électoral qui m’intéresse est celui d’octobre 2023, soit quatre ans après le dernier scrutin. Je sais que beaucoup de gens considéreraient des élections en pleine pandémie de COVID comme un risque pour la santé publique qui limiterait l’accès des Canadiens à leur droit démocratique de voter. Par conséquent, j’estime très important de faire en sorte que ce projet de loi progresse rapidement afin que, dans le cas improbable où nous serions appelés aux urnes, nous soyons en mesure d’améliorer les conditions du scrutin et la possibilité, pour les Canadiens, de voter en toute sécurité, et que nous protégions le processus démocratique du pays.
Pourquoi avons-nous déposé ce projet de loi? Élections Canada a compris qu’il pourrait y avoir des élections durant la pandémie, tout comme nous en tant que gouvernement national, et, après moult consultations, a proposé des règles temporaires dans l’éventualité peu probable du déclenchement d’une élection générale.
Élections Canada a suivi les élections provinciales qui ont eu lieu dans notre pays ainsi que les diverses élections tenues ailleurs dans le monde. Il a surveillé les mesures de planification d’urgence mises en place par des instances internationales et divers organismes de gestion électorale. Il a consulté des fonctionnaires canadiens, a été informé des pratiques exemplaires utilisées par divers organismes et a tiré des leçons des récentes élections tenues durant la pandémie de COVID. Élections Canada a également mis sur pied un groupe de travail interne chargé de l’aider à se préparer du mieux possible à la tenue éventuelle d'élections durant la pandémie de COVID-19.
Au terme de ce travail, le directeur général des élections a recommandé, le 5 octobre dernier, l’étude et l’adoption d’une nouvelle mesure législative temporaire.
Le directeur général des élections a proposé divers changements, notamment d’ajouter le samedi et le dimanche comme jours de scrutin, de prolonger les heures de scrutin à 16 heures étalées sur deux jours, au lieu de 12 heures en une seule journée, d’autoriser le directeur général des élections à déterminer comment et quand pourrait avoir lieu le vote dans les établissements de soins de longue durée et autres établissements semblables et de lui donner une plus grande latitude pour adapter la loi aux situations d’urgence dans le contexte de la pandémie. Le projet de loi C-19 donne suite à ces recommandations et prévoit des mesures supplémentaires afin que les Canadiens puissent voter en toute sécurité.
Voici d’autres mesures que nous avons proposées dans le cadre de ce projet de loi.
Premièrement, nous donnerions au directeur général des élections la latitude nécessaire pour adapter la loi dans le but de garantir la sécurité des fonctionnaires électoraux et des électeurs. Le projet de loi lui donnerait également le pouvoir de fixer des jours et des heures pour les sections de vote mises en place dans les établissements de soins de longue durée.
Le gouvernement reconnaît que les groupes vulnérables de la population, notamment les aînés, ont des besoins particuliers durant la pandémie. Nous savons également que nous devons protéger leur droit de participer à la démocratie canadienne et veiller à ce qu’Élections Canada puisse recueillir leurs votes en toute sécurité. Le projet de loi prévoit une période de 13 jours pour que le vote se déroule en toute sécurité dans les établissements de soins de longue durée et autres établissements semblables. Cette période donnerait au personnel électoral suffisamment de temps pour communiquer avec les responsables de ces établissements et pour déterminer un moment sécuritaire pour la tenue du vote.
Le projet de loi C-19 prolongerait également les heures de vote, ce qui donnerait aux Canadiens plus de possibilités de voter en sécurité, de la manière qui leur convient le mieux. Il créerait une période de vote de trois jours, ce qui me semble formidable. Les électeurs pourraient voter le samedi, le dimanche ou le lundi, ce qui permettrait de diluer l’affluence dans les lieux de scrutin. De plus, les électeurs qui ne pourraient aller voter la fin de semaine, en raison d’une règle religieuse qui leur interdit de voter le samedi ou le dimanche, pourraient voter le lundi. Le projet de loi ajoute également des jours de vote par anticipation, soit quatre jours de 12 heures chacun, puisque nous prévoyons que les Canadiens seront plus nombreux à voter par anticipation en période de pandémie.
Le projet de loi C-19 conférerait au directeur général des élections le pouvoir d’adapter la loi face à des imprévus, par exemple à une éclosion locale de COVID-19. Le directeur général des élections pourrait également avancer ou reculer d’au plus deux jours le jour où certaines choses doivent ou peuvent être accomplies ou la date de début ou de fin d’une période pendant laquelle certaines choses doivent ou peuvent être accomplies.
Enfin, le projet de loi rendrait le vote postal encore plus accessible. Même si des Canadiens se sont rendus aux urnes pendant la pandémie, nous nous attendons à ce qu’ils soient beaucoup plus nombreux à vouloir voter par la poste. Évidemment, il s’agirait d’une toute nouvelle façon de voter au Canada, sauf dans les provinces où cela s’est déjà fait, mais nous savons que c’est une option que de nombreux Canadiens aimeraient avoir.
Si le projet de loi C-19 est adopté, les Canadiens pourront également s’inscrire en ligne pour voter par la poste et exprimer leur choix dans le confort de leur domicile en toute sécurité. Le projet de loi permettra aussi d’installer des boîtes de dépôt sécurisées dans les bureaux de scrutin, afin que ceux qui n’ont pas eu le temps d’envoyer leur bulletin de vote par la poste puissent le déposer là. Cela rendra le scrutin plus accessible en permettant aux électeurs de s’inscrire pour voter par la poste grâce à un numéro d’identification, comme un numéro de permis de conduire, plutôt qu’au moyen d’une copie de leur pièce d’identité. Enfin, le projet de loi donnera aux électeurs la possibilité de voter en personne, même s’ils se sont déjà inscrits pour voter par la poste. S’ils le font, ils devront retourner leur trousse postale ou signer une déclaration au bureau de vote en personne indiquant qu’ils n’ont pas encore voté.
Il est clair que le projet de loi est nécessaire, comme l’a indiqué le directeur général des élections, mais il est important de noter qu’il comporte certaines limites. La première est la nécessité de prévoir une période de préparation pour Élections Canada. Cela signifie que le Parlement doit agir rapidement pour renvoyer le projet de loi au comité. J’ai entendu mes collègues parler d’un certain nombre d’amendements et de recommandations qu’ils aimeraient proposer, et ceux-ci devraient vraiment être pris en considération. Par la suite, le projet de loi doit être renvoyé à la Chambre pour la troisième lecture. Puis, Élections Canada a besoin de 90 jours pour le mettre en œuvre après la sanction royale. Plus on attend, plus on risque d’avoir des élections en pleine pandémie sans mesures de sécurité pour les Canadiens.
Je tiens à répéter que les mesures législatives spéciales qui sont proposées cesseraient d’être en vigueur six mois, ou à une date antérieure fixée par le directeur général des élections, après un avis donné par ce dernier indiquant que les mesures ne sont plus nécessaires dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Cet avis ne serait émis qu’après consultation de l’administrateur en chef de la santé publique.
Compte tenu de la portée limitée du projet de loi, je ne vois aucune raison de le rejeter ou de le retarder. Tous les partis devraient pouvoir s’unir pour mettre rapidement en place ces mesures de protection sensées pour les électeurs.
Je suis heureuse d’avoir eu l’occasion d’intervenir pour souligner l’importance du projet de loi C-19 et les raisons pour lesquelles il devrait être adopté rapidement.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-10 18:40 [p.6992]
Mr. Speaker, it is an honour to present this petition initiated by seniors advocates in my riding of Nanaimo—Ladysmith. The petitioners call upon the Government of Canada to: include long-term care in the public health care system under the Canada Health Act; work with provinces to develop national standards for person-centred relational care, which includes the Registered Nurses' Association of Ontario's basic care staffing guarantee formula; eliminate profit-making by government-funded, corporate for-profit chains by ensuring funds provided are spent as allocated and by banning subcontracting; provide standardized, equitable living wages and benefits and implement single-site employment for all staff; ensure government oversight and initiate strong penalties and clawbacks for facilities not complying with standards and regulations; and require independent family councils with protected rights.
Monsieur le Président, je suis honoré de présenter une pétition lancée par les défenseurs des droits des personnes âgées de Nanaimo—Ladysmith. Les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada d’inclure les soins de longue durée dans le système de santé publique sous le régime de la Loi canadienne sur la santé; de travailler avec les provinces à élaborer des normes nationales sur des soins relationnels centrés sur la personne qui comprennent la formule de dotation garantissant des soins de base de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario; d’éliminer la recherche de profits par des chaînes commerciales à but lucratif subventionnées par le gouvernement en veillant à ce que les fonds publics soient dépensés aux fins prévues et en interdisant la sous-traitance; de normaliser des salaires et des avantages sociaux équitables et décents, et d’exiger que tous les employés ne travaillent qu’à un seul endroit; d’assurer une surveillance gouvernementale et de prévoir de lourdes pénalités et mesures de récupération à l’encontre des établissements qui ne respectent pas les normes et les règlements; et d'exiger l'établissement de conseils de famille indépendants dont les droits sont protégés.
View Emmanuella Lambropoulos Profile
Lib. (QC)
View Emmanuella Lambropoulos Profile
2021-05-10 18:45 [p.6994]
Mr. Speaker, thank you for allowing me the time this afternoon to speak to Bill C-19, an act to amend the Canada Elections Act, COVID-19 response.
For obvious reasons, I think this is an important bill that should be taken very seriously for the health and safety of Canadians. For over a year now, we have been dealing with a pandemic, and despite how long we have lived with it, we still do not know enough about this virus.
We are making progress in Quebec, where the numbers are down. The lockdown could be lifted soon, perhaps in the summer. If Quebeckers are lucky, they could return to a more or less normal life like last summer. However, in other provinces, like Ontario, the situation is less positive. There are variants circulating that make COVID more contagious. Fortunately, more and more people are getting vaccinated. That is great, but the truth is, we do not know how long the immunity will last.
That is why we must implement measures to protect Canadians. If possible, we must find ways to avoid endangering the public. For these reasons, I am happy to speak to Bill C-19, as it is an important initiative that will help Elections Canada hold an election safely if necessary during the current pandemic.
Worldwide, it has been more than a year now that events have been cancelled, a necessary measure to keep the public safe. Since we do not know how long this situation will last, we must find ways to ensure the health of our democratic institutions. If a general election were to be held, it would have to happen in a way that is safe for everyone, including electors, volunteers and election officials.
While the need for physical distancing and other public health measures resulted in the postponement of elections at the provincial and municipal levels in some provinces last year, we have realized that, because so little is known about how long we will be in this situation of living with the pandemic, we must find solutions rather than postpone. In a democracy such as Canada, it is important to give the population the right to choose its government and representatives when the time comes to do so.
We can no longer indefinitely postpone elections. Instead, we must make the necessary changes and adapt to our current reality so as to protect Canadians and also the health of our democratic institutions. Some elections have been held worldwide since the start of the pandemic, and efforts have been made to put strict public health measures in place, such as requiring people to wear masks and practice physical distancing, or providing hand sanitizer or disposable gloves to voters.
Bill C-19 would add a new part to the Canada Elections Act that would further protect Canadians in the context of an election. This new part would include extending the Chief Electoral Officer's power to adapt the provisions of the act to ensure the health and safety of electors and election officers; authorizing a returning officer to constitute polling divisions that consist of a single institution where seniors or persons with disabilities reside, or a part of such an institution, and to set the days and hours a polling station would be open; providing for a polling period of three consecutive days, consisting of a Saturday, Sunday and Monday; providing for the hours of voting during the polling period; providing for the opening and closing measures at polling stations; setting the days for voting at advance polling stations; authorizing the Chief Electoral Officer to modify the day on which certain things are authorized, or required to be done, before the polling period by moving that day backward or forward by up to two days, or the starting date or ending date of a period in which certain things are authorized, or required to be done, by up to two days; providing that an elector may submit an application for registration and special ballot under division 4 of part 11 in written or electronic form; and providing that an elector whose application for registration and special ballot were accepted by the returning officer in their electoral district may deposit the outer envelope containing their special ballot in a secure reception box.
This would allow some flexibility to the Chief Electoral Officer to make changes, as he or she sees fit, that would better protect Canadians. It would make voting more accessible to seniors and people living with disabilities, who would have more of an opportunity to have polling stations within the buildings where they reside. Furthermore, more Canadians would have access to mailing in their ballots. This may be a great option for many vulnerable Canadians who are at higher risk of getting sick, or even for Canadians who are afraid of going to polling stations and would prefer not to do so.
Elections Canada estimates that up to five million electors could choose to vote by mail if the election had to be held during the pandemic. To meet this demand, Bill C-19 provides for the installation of secure reception boxes to receive online applications for mail-in ballots and would allow identification numbers to be accepted as proof of identity for these applications.
Furthermore, it would allow electors who have requested a mail-in ballot to change their minds and subsequently vote in person. Certain conditions are attached to this measure to protect the integrity of the electoral system.
We have to understand that in the context of the current pandemic many Canadians will prefer to vote using the mail-in options. The mail-in vote measures outlined in the bill are designed to strengthen a mail-in vote system that is expected to see a significant surge in electors opting to vote in this manner. The overall goal is to facilitate the use of this voting method for Canadians who may not feel safe to show up at the polling station in person. Electors would have the option of using an identification number rather than a copy of their ID to establish their identity and residence when registering to vote by mail.
Furthermore, extending the voting period from one day to three days would allow Canadians more flexibility as to when to go vote, which would allow for less gathering to take place at a given polling station. After having lived with physical distancing for over a year now, I am sure we can all see the reason behind extending the voting period.
With regard to long-term care considerations, the federal government recognizes that our most vulnerable Canadians should be able to exercise their right to vote in a safe way that does not endanger their health in any way. Bill C-19 proposes specific measures to ensure we protect the right to participate in the democratic process while allowing them to do so in a healthy and safe environment.
Specifically, it would provide a 13-day period during which election workers can safely deliver the vote to residents of these facilities. The period would provide election staff with enough time to determine, along with employees of these facilities, specific dates during which the vote can be safely delivered. Furthermore, it would allow election workers to create polling stations even on certain floors within a given building in recognition of hot spots or quarantine areas that have been established across these many facilities.
In short, this bill would make elections safer for Canadians. It is important to remember that elections can occur at any time when there is a minority government. We must take precautions to protect Canadians in the event that an election is called.
As I mentioned earlier, we do not know when this pandemic will be over. If it lasts longer and there is a fourth or fifth wave after this one, we will not have a choice about holding an election during the pandemic. Let us do the right thing and make elections safer for Canadians.
Let us vote in favour of this bill to ensure if there are elections held during this pandemic, even though all of us do not want it to be case, we can do so in a safe way. Hopefully we will be over this pandemic soon enough and before the next election.
Monsieur le Président, je vous remercie de m'avoir accordé du temps cet après-midi pour parler du projet de loi C-19, Loi modifiant la Loi électorale du Canada en réponse à la COVID-19.
Pour des raisons évidentes, je trouve que c'est un projet de loi important qui devrait être pris en considération très sérieusement pour la sécurité et la santé des Canadiens et des Canadiennes. Depuis plus d'un an maintenant, nous sommes aux prises avec une pandémie et, même si cela fait déjà très longtemps, nous n'en savons pas encore assez au sujet de ce virus.
Dans la province du Québec, nous faisons des progrès, puisque les statistiques sont en baisse. On pourrait voir un déconfinement bientôt, peut-être cet été. Si les Québécois et les Québécoises sont chanceux, ils pourraient retourner à une vie plus ou moins normale comme l'été dernier. Par contre, dans d'autres provinces comme en Ontario, la situation n'est pas aussi positive. Il existe des variants qui rendent la COVID plus contagieuse. Heureusement, il est vrai que de plus en plus de gens se font vacciner. C'est excellent, mais la vérité demeure que nous ne savons pas combien de temps l'immunité durera.
C'est pour cela qu'il faut mettre en place des mesures pour protéger les Canadiens et les Canadiennes. Si on le peut, il faut trouver des manières d'éviter de mettre la population en danger. Pour ces raisons, cela me fait plaisir de discuter du projet de loi C-19, une initiative importante qui permettra à Élections Canada de tenir une élection de façon sécuritaire si elle devait se dérouler durant l'actuelle pandémie.
Mondialement, cela fait plus d'un an que des événements sont annulés, une mesure nécessaire pour garder la population en sécurité. Comme nous ne savons pas combien de temps nous allons demeurer dans cette situation, nous devons quand même trouver des manières d'assurer la santé de nos institutions démocratiques. Si une élection générale devait avoir lieu, il faut qu'elle puisse se dérouler de façon sécuritaire pour tout le monde, y compris les électeurs, les bénévoles et les fonctionnaires électoraux.
Comme des élections provinciales et municipales ont été reportées dans certaines provinces l'an dernier, en raison de la nécessité de pratiquer l'éloignement physique et d'appliquer d'autres mesures sanitaires, nous avons conclu que, puisque nous ne savons pas au juste combien de temps la pandémie durera, il fallait trouver des solutions plutôt que de reporter les élections. Dans une démocratie comme le Canada, il est important de donner à la population l'occasion d'exercer son droit de choisir son gouvernement et ses représentants lorsque le moment est venu de le faire.
Nous ne pouvons pas continuer à reporter les élections indéfiniment. Nous devons plutôt apporter les modifications nécessaires et nous adapter à la réalité actuelle afin de protéger les Canadiens et la santé des institutions démocratiques. Depuis le début de la pandémie, des élections ont été tenues un peu partout dans le monde et des efforts ont été déployés pour mettre en place des mesures de santé publique strictes, comme exiger le port du masque et l'éloignement physique, ou fournir du désinfectant pour les mains ou des gants aux électeurs.
Le projet de loi C-19 ajouterait une nouvelle partie à la Loi électorale du Canada pour mieux protéger les Canadiens dans le contexte d'élections. Cette nouvelle partie aurait notamment les effets suivants: élargir le pouvoir du directeur général des élections d'adapter les dispositions de la loi pour protéger la santé ou la sécurité des électeurs ou des fonctionnaires électoraux; permettre au directeur du scrutin de créer des sections de vote constituées d'un seul établissement où résident des personnes âgées ou ayant une déficience ou d'une partie d'un tel établissement et de fixer les jours et heures d'ouverture du bureau de scrutin; prévoir une période du scrutin de trois jours consécutifs, soit les samedi, dimanche et lundi; prévoir les heures de vote pendant la période du scrutin; prévoir les mesures à prendre à l'ouverture et à la fermeture du bureau de scrutin; fixer les jours de vote aux bureaux de vote par anticipation; permettre au directeur général des élections d'avancer ou de reculer d'au plus deux jours le jour où certaines choses doivent ou peuvent être accomplies ou la date de début ou de fin d'une période pendant laquelle certaines choses doivent ou peuvent être accomplies; prévoir qu'une demande d'inscription et de bulletin de vote spécial peut être faite au titre de la section 4 de la partie 11 par écrit ou sous forme électronique; et prévoir que l'électeur dont la demande d'inscription et de bulletin de vote spécial a été approuvée par le directeur du scrutin de sa circonscription peut déposer l'enveloppe extérieure contenant son bulletin de vote spécial dans une boîte de réception sécurisée.
On accorderait ainsi une certaine souplesse pour que le directeur général des élections puisse apporter les modifications qu'il juge nécessaires afin de mieux protéger les Canadiens. On pourrait rendre le processus électoral plus accessible pour les aînés et les personnes handicapées, car ils auraient plus de chances d'avoir accès à un bureau de scrutin dans l'immeuble où ils habitent. Par ailleurs, un plus grand nombre de Canadiens auraient accès au vote par correspondance. Cela pourrait être une excellente option pour bon nombre de Canadiens vulnérables qui ont plus de risques de tomber malades ou même pour les Canadiens qui ont peur de se rendre à un bureau de scrutin et qui préféreraient ne pas avoir à le faire.
Élections Canada estime que jusqu'à 5 millions d'électeurs pourraient choisir de voter par correspondance si l'élection devait avoir lieu durant la pandémie. Pour répondre à cette demande, le projet de loi C-19 prévoit l'installation de boîtes sécurisées pour recevoir des demandes de vote par correspondance en ligne et de permettre que les numéros d'identification soient acceptés comme preuve d'identité pour ces demandes.
De plus, il permettrait aux électeurs qui auront fait la demande de vote par correspondance de changer d'idée et tout de même choisir de voter en personne. Cette mesure vient avec certaines conditions pour protéger l'intégrité du système électoral.
Nous devons comprendre que, dans le contexte de la pandémie actuelle, bon nombre de Canadiens préféreront recourir au vote par correspondance. Les mesures du projet de loi sur le vote par correspondance sont conçues pour renforcer ce mode de scrutin, car on s'attend à une hausse soudaine du nombre d'électeurs qui choisiront de voter de cette manière. L'objectif général est de faciliter l'accès à ce mode de scrutin pour les Canadiens qui pourraient ne pas se sentir en sécurité en se rendant à un bureau de scrutin. Les électeurs pourraient utiliser un numéro d'identification plutôt qu'une copie de leur pièce d'identité pour établir leur identité et leur lieu de résidence au moment de s'inscrire au vote par correspondance.
Par ailleurs, en prolongeant la période de scrutin pour la faire passer d'un à trois jours, on accorderait plus de souplesse aux Canadiens quant au moment choisi pour voter, et on réduirait ainsi le nombre de personnes qui se réunissent à un bureau de scrutin donné. Comme nous avons dû composer avec les mesures de distanciation physique pendant plus d'un an, je crois que nous pouvons tous comprendre pourquoi on prolongerait la période de scrutin.
En ce qui concerne les soins de longue durée, le gouvernement fédéral est conscient que les Canadiens les plus vulnérables devraient pouvoir exercer leur droit de vote de façon sécuritaire sans courir le moindre risque pour leur santé. Le projet de loi C-19 contient des mesures qui visent précisément à protéger le droit de participer au processus démocratique dans un environnement sain et sécuritaire.
Plus précisément, le projet de loi prévoit une période de 13 jours durant laquelle les travailleurs d'élections peuvent recueillir les votes des résidants de ces établissements en toute sécurité. Cela donnerait au personnel électoral suffisamment de temps pour déterminer, de concert avec les employés de ces établissements, des dates précises où le vote peut être tenu de manière sécuritaire. En outre, cela permettrait aux travailleurs d'élections d'installer des bureaux de scrutin à certains étages d'un immeuble donné pour tenir compte des zones chaudes ou des zones de quarantaine qui ont été établies à l'échelle de ces nombreux établissements.
Bref, ce projet de loi rendrait les élections plus sécuritaires pour les Canadiens et les Canadiennes. Il est important de se rappeler que des élections pourraient arriver à tout moment alors que le gouvernement est minoritaire. Nous devons prendre des précautions pour protéger la population dans le cas où des élections seraient déclenchées.
Comme je l'ai dit plus tôt, nous ne savons pas quand cette pandémie sera derrière nous. Si elle dure plus longtemps et qu'il y a une quatrième ou une cinquième vague après celle que nous traversons actuellement, nous n'aurons pas le choix de procéder à des élections durant la pandémie. Faisons donc la bonne chose et rendons les élections plus sécuritaires pour les Canadiens et les Canadiennes.
Votons en faveur du projet de loi pour nous assurer que s'il y a des élections durant cette pandémie — ce que personne ne souhaite —, elles puissent quand même se tenir en toute sécurité. J'espère, toutefois, que la pandémie se terminera bientôt et avant les prochaines élections.
View Louise Charbonneau Profile
BQ (QC)
View Louise Charbonneau Profile
2021-05-07 10:17 [p.6885]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her presentation.
I did not hear her speak about voting in seniors' residences. I would like her to comment on that.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa présentation.
Je ne l'ai pas entendue parler du scrutin dans les résidences pour aînés et j'aimerais ses commentaires à ce sujet.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2021-05-07 10:18 [p.6885]
Mr. Speaker, I thank the member for her question.
The committee heard witnesses speak on long-term care homes. They indicated they would like a shorter voting period, which Bill C-19 does not provide for. I therefore believe that we should make an amendment to provide for as short a voting period as possible in long-term care homes.
Monsieur le Président, je remercie la députée de sa question.
Le comité a entendu des témoins au sujet des résidences de soins de longue durée. Ceux-ci ont indiqué vouloir une période de vote plus courte, ce que le projet de loi C-19 ne prévoit pas. Je pense donc qu'il faudrait y apporter un amendement prévoyant une période de vote la plus courte possible pour les résidences de soins de longue durée.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague. I will be splitting my time with the member for Calgary Skyview.
As I was saying, the boxes that would be at these stations would help folks like our seniors who may not feel safe going inside a polling station on election day but may be okay to go for a quick drive to drop off their ballot. This would also be a great thing for people who, like me, have last-minute things. If the ballot has not been mailed, they could still ensure that it gets counted in the election by just dropping it in that box.
The Chief Electoral Officer is working hard to make sure that Canadians remain safe in an election. However, I have some concerns about the suggested expansion of his powers in Bill C-19. While some of these suggestions are definitely reasonable, some of the more major shifts lack robust accountability. Unfortunately, some of the mechanisms in Bill C-19 would give the Chief Electoral Officer too much latitude to make significant changes without being accountable to Parliament.
Of course, during an election, Parliament is dissolved, so how can we make sure the Chief Electoral Officer remains accountable? At committee, we made the suggestion that the CEO should take certain actions only with the agreement of the Advisory Committee of Political Parties, which is struck under the Canada Elections Act. This is certainly not a perfect solution, and I would be happy to hear other solutions. There are definitely other ways in which the CEO could be more accountable instead of making certain decisions unilaterally, and this is just one.
Although I think very highly of Mr. Perrault and I trust that he will do his best in a very difficult situation, I am also sure that he shares my desire to ensure that there is absolutely no doubt when it comes to election results. In fact, there are a few parts of Bill C-19 that I feel would unnecessarily cause stress for Canadians regarding the outcome of an election.
The aspect of Bill C-19 that I have the most concern with is the willingness of the government to accept mail-in ballots after the polling stations are closed. This delay opens up a window of time when Canadians could feel uncertain of the results as mail-in ballots are counted. As we have seen in other elections around the world and even at home, confusion around election results is almost never helpful. These kinds of delays would cause Canadians anxiety and stress, and they would bring a sense of frustration around our democratic process.
We know that our election processes and procedures can never be absolutely perfect, but Canada's system is extremely reliable. However, we must do everything we can to ensure that Canadians have faith that the system is working well. If we introduce new delays that disrupt the system, I fear that it would create unnecessary frustration instead of promoting faith in our institutions. In my opinion, it would be better to ensure that all ballots are received and counted on the final day of polling. That way, Canadians can have an election night that feels normal, for the most part, one where the results are announced right away and Canadians can process that information, instead of waiting around for votes to be counted over a number of days.
Some of my colleagues will certainly say that allowing an extra day for mail-in ballots to be counted is necessary to make sure that we capture as many as possible. I agree with this idea in principle. However, we know that, unfortunately, there will always be late ballots, no matter how late we push the deadline, just like in a normal election there are always people who arrive at the polling station just a little too late. I have faith that the vast majority of Canadians are capable of completing their ballots and submitting them on time, to be counted by the end of the last polling day.
I also have a lot of questions for the government about how it created its plan for long-term care homes, and hopefully we will have more discussion on this. Bill C-19 would allow polling stations to be opened in long-term care homes 13 days prior to polling days, and these polling stations would be allowed to be open for a total of 12 hours in that 13-day period. This seems a bit of a strange solution to me.
Instead of expanding the level of access that Elections Canada workers have to long-term care homes, I believe that it is more important to make sure that Elections Canada workers are vaccinated and tested for COVID-19 and are actively limiting any potential transmission to long-term care residents. This likely means having fewer Elections Canada workers entering these homes. The government needs to make sure that these workers pose as small a risk as possible to our long-term care residents. To that end, the government must consult with long-term care experts to do right by our seniors at this time.
I will conclude, as I often do, by using the concrete example of my parents. My mom and dad are young at heart, especially my dad, but like many elderly Canadians, they need to take steps to make sure they stay healthy these days. I am happy that Bill C-19 offers people like my parents flexibility around voting through multiple voting days, mail-in options and other flexibilities.
In these uncertain times, it is more important than ever that people like mom and dad have clarity around these measures and have the confidence that they will be safe if they go to vote. It is our job as parliamentarians to make sure that Canadians can feel safe voting and that their vote counts. Some of the changes of Bill C-19 help that goal, and others hurt that goal. I hope we can really look into this bill at committee to make sure we can get it right. I look forward to this important work.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue. Je vais partager mon temps de parole avec la députée de Calgary Skyview.
Comme je le disais, les boîtes qui seraient mises à disposition aux bureaux de scrutin aideraient les gens, notamment les aînés, qui ne se sentent pas à l'aise, pour des raisons de sécurité, d'entrer dans un bureau de scrutin le jour de l'élection, mais qui seraient tout à fait prêts à se rendre rapidement au bureau de scrutin en véhicule pour y déposer leur bulletin de vote. Ce serait très pratique pour les gens qui, comme moi, sont toujours à la dernière minute. Ainsi, les personnes qui n'ont pas posté leur bulletin de vote pourraient tout de même faire en sorte que leur voix compte en le déposant tout simplement dans cette boîte.
Le directeur général des élections travaille fort pour s'assurer que les Canadiens demeurent en sécurité dans l'éventualité d'une élection générale. Toutefois, j'ai quelques préoccupations concernant l'expansion de ses pouvoirs proposée dans le projet de loi C-19. Bien que certaines de ces suggestions soient tout à fait raisonnables, il manque à certains des changements majeurs la reddition de comptes robuste qui s'impose. Malheureusement, certains des mécanismes prévus dans le projet de loi C-19 donneraient au directeur général des élections trop de latitude, permettant à celui-ci de faire des changements importants sans avoir à rendre de comptes au Parlement.
Évidemment, pendant des élections, le Parlement est dissous, alors comment faire pour que le directeur général des élections puisse continuer à rendre des comptes? Au comité, nous avons proposé que le directeur général des élections ne puisse prendre certaines mesures qu'avec l'aval du comité consultatif des partis politiques constitué aux termes de la Loi électorale du Canada. Ce n'est certainement pas une solution parfaite, alors je suis ouverte aux suggestions. Il y aurait assurément d'autres façons de faire en sorte que le directeur général des élections doive rendre des comptes plutôt qu'il prenne certaines décisions unilatéralement.
Même si j'ai une très haute estime de M. Perrault et que j'ai la certitude qu'il fera de son mieux dans cette situation complexe, je suis également convaincue qu'il partage mon souhait de faire en sorte qu'il n'y ait absolument aucun doute quant aux résultats des élections. D'ailleurs, je crois que certaines parties du projet de loi C-19 ne feraient que causer de l'anxiété aux Canadiens concernant le résultat d'éventuelles élections.
Ce qui m'inquiète le plus au sujet du projet de loi C-19, c'est le fait que le gouvernement soit prêt à reconnaître les bulletins de vote postaux après la fermeture des bureaux de scrutin. Cela créerait la possibilité que les Canadiens demeurent dans l'expectative des résultats pendant le décompte des bulletins de vote postaux. Comme nous l'avons vu lors d'élections tenues ailleurs dans le monde et même au pays, la confusion quant aux résultats est rarement une bonne chose. Un tel retard dans la confirmation des résultats entraînerait du stress et de l'anxiété pour les Canadiens et causerait de la frustration quant au processus démocratique.
Nous savons que nos processus électoraux et nos procédures électorales n'atteindront jamais la perfection, mais le système canadien demeure extrêmement fiable. Cependant, nous devons tout faire pour nous assurer que les Canadiens aient confiance en la bonne marche du système. Si nous créons des retards qui perturbent le système, je crains que cela entraîne de la frustration inutile au lieu de favoriser la confiance en nos institutions. À mon avis, il serait préférable que tous les bulletins de vote soient reçus et comptés la dernière journée du scrutin. De cette manière, les Canadiens pourraient vivre une soirée des élections relativement normale, en grande partie, où les résultats sont annoncés sur-le-champ pour permettre aux Canadiens de traiter l'information, au lieu d'attendre que les votes soient comptés sur une période de quelques jours.
Certains députés diront certainement qu'il faudrait prévoir une journée supplémentaire pour permettre le comptage des bulletins de vote postal, afin d'en obtenir le plus possible. Je suis d'accord avec cette idée, en principe. Cependant, nous savons que, malheureusement, il y aura toujours des bulletins qui arriveront en retard, peu importe jusqu'où nous repoussons l'échéance, à l'instar des élections normales où il y a toujours des gens qui arrivent au bureau de scrutin quelques minutes trop tard. Je suis certaine que la grande majorité des Canadiens pourront remplir leur bulletin de vote et le soumettre à temps, afin qu'il soit compté avant la fin de la dernière journée de scrutin.
J'ai aussi beaucoup de questions à poser au gouvernement au sujet du plan qu'il a mis en place pour les établissements de soins de longue durée. J'espère que nous en discuterons plus en détail. Le projet de loi C-19 permettrait aux bureaux de scrutin d'ouvrir dans ces établissements 13 jours avant le premier jour du scrutin pour un total de 12 heures pendant cette période. Cette solution me semble un peu étrange.
Au lieu de prolonger la présence des employés d'Élections Canada dans les établissements de soins de longue durée, je crois qu'il serait plus important de faire en sorte que ces employés soient vaccinés, qu'ils subissent un test de dépistage de la COVID-19 et qu'ils s'efforcent de limiter les risques de transmission aux résidants. Cela pourrait vouloir dire qu'un nombre restreint d'employés d'Élections Canada auraient accès à ces établissements. Le gouvernement doit s'assurer que les employés présentent le moins de risques possible pour les résidants des établissements de soins de longue durée. À cette fin, le gouvernement doit consulter des experts en soins de longue durée pour bien protéger les aînés dans le contexte actuel.
Pour conclure, je vais avoir recours à l'exemple de mes parents, comme je le fais souvent. Mon père et ma mère sont jeunes de cœur — c'est particulièrement le cas de mon père. Toutefois, comme beaucoup d'aînés canadiens, ils doivent prendre des mesures pour protéger leur santé ces temps-ci. Je suis heureuse que le projet de loi C-19 offre plus de latitude aux gens comme mes parents, notamment en augmentant le nombre de jours de vote et en facilitant le vote postal.
En cette période d'incertitude, il est plus important que jamais que les Canadiens comme ma mère et mon père sachent clairement à quoi s'en tenir en ce qui concerne ces mesures et qu'ils aient l'assurance de pouvoir aller voter en toute sécurité. Il nous revient, en tant que parlementaires, de veiller à ce que les Canadiens se sentent en sécurité pour exercer leur droit de vote et qu'ils aient la certitude que leur vote compte. Or, certaines modifications prévues dans le projet de loi C-19 vont dans ce sens, mais d'autres, non. J'espère que ce projet de loi sera renvoyé au comité pour un examen approfondi afin que nous puissions bien faire les choses. J'ai très hâte d'accomplir cette tâche importante.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2021-05-07 10:49 [p.6890]
Mr. Speaker, leadership often requires making difficult decisions. A good leader makes decisions in the best interests of the people. A bad leader makes decisions in the best interests of him or herself, often to the detriment of the people.
Since the beginning of this pandemic, the government has used the phrase “unprecedented times” to justify many ludicrous actions, such as when it tried to get away with giving itself unlimited taxing and spending powers until 2022, or when it replaced Parliament with a special committee where only certain questions were permitted, or when Parliament was prorogued in order to cover up the Prime Minister's scandal: the unethical conduct he engaged in with the WE Charity Foundation. All of these actions were taken in the name of “unprecedented times”.
Canadians are watching and are catching on. They are beginning to see a pattern wherein the government is exploiting the pandemic in order to engineer scenarios that benefit it politically. This bill is another example of exactly that. While no one would suggest that we do not want to be prepared for an eventual election with a minority Parliament, we also need to be aware that the COVID-19 crisis continues to worsen. Canadians are losing their businesses. We have the highest unemployment rate in the G7 and we have a runaway deficit with zero plan for economic recovery.
Any reasonable person would understand that other priorities need to take precedence over calling an election. In fact, every single party has said it does not want an election, speaking on behalf of what they are hearing from Canadians. What are the Liberals thinking about? They are thinking about sending Canadians to the polls in the middle of a pandemic.
We have learned from the Prime Minister that talk is cheap. He has said his government cares about protecting Canadians, but when it comes down to it, all he seems to care about is protecting his own job. Why else would this bill be rushed through the House of Commons before receiving a report that is supposed to come forward from the Procedure and House Affairs Committee? This committee conducted a study specifically on having an election during the COVID-19 pandemic. Why is there a rush? Why act so quickly? Could it be that the Prime Minister is in fact trying to time things just right so that he can go to the polls when it is most politically advantageous for him to do so? Again, a good leader would govern in the interests of the people.
Many components of this bill are cause for serious concern. They grant the Chief Electoral Officer unprecedented powers to extend the vote time, to allow mail-in ballots to be counted past the deadline, to determine what is satisfactory proof of identity and residence and to accelerate the timeline for these changes to go into effect. I do not believe I need to inform the House of what happens when a large portion of the public questions the validity of election results. Let us just say that chaos ensues.
For democracy to work, it is imperative that the public have confidence in the electoral process. Given that there are so many uncertainties at this time, the government should ensure that the rules are definitive and clear. Instead, we see the opposite in this legislation. This bill gives significant discretionary powers to the Chief Electoral Officer and creates a ton of uncertainty for voters.
While I can appreciate that adjustments need to be made to accommodate safety precautions and various health measures, I believe we should come with concrete rules, not arbitrary guidelines that can be modified on the whim of an individual. This is a recipe for disaster.
What is needed? Any additional powers given to the Chief Electoral Officer should be subject to approval by each party represented in the House of Commons. After election day, no mail-in ballots should be counted. Straying from this norm could create an opportunity for all sorts of problems, and we see this in other countries. Perhaps most importantly, this bill, which will amend the Canada Elections Act in response to COVID-19, must have a sunset clause. We have seen the Liberals attempt to entrench pandemic policies post-pandemic. That cannot be the case with the amendments being made to this legislation. This bill must stop being in effect after the pandemic has subsided. It is so important that this bill have a sunset clause.
Another change to the Canada Elections Act the Liberals are proposing with this piece of legislation is to allow polling stations at long-term care homes to commence 13 days before the end of the election. This one makes zero sense. Sadly, the pandemic has illuminated very tragic realities in senior care homes across this country. Based on the statistics, the elderly are most vulnerable when it comes to suffering from COVID-19 and the loss of life. Instead of minimizing potential exposure, the government now thinks it would be a good idea to have polling stations open even longer, therefore maximizing the opportunity for exposure to COVID-19.
In what world does that make sense? There is zero evidence for this change to the act. It is putting our most vulnerable at risk, and it must not go through. It is ludicrous. It is silly. It is incomprehensible. Clearly the Liberals are in a hurry to hold an election in the middle of a pandemic, and they are putting their partisan interests above the health and well-being of people, the elderly and those with disabilities in particular.
Canadians do not want an election in the middle of a pandemic. We saw the spikes in COVID cases after the B.C. election and the Saskatchewan election. Just imagine what that would look like on a federal level. By not considering the testimony of the health officials appearing during the committee study, the Prime Minister has wasted the valuable time of public health officials and the valuable advice they have offered.
The Liberals have continued to scheme to push through this legislation as quickly as possible, when they should have been prioritizing Canadians and our economic recovery as well as our health. There are legitimate concerns about this new legislation's effect on the safety of seniors, those in long-term care and those with disabilities. I dare say there are concerns for all Canadians.
Canadians deserve clarity around their electoral process and any changes to it, especially if they are forced to go to the polls in the potentially high-risk environment of a worsening pandemic. This bill brings uncertainty and puts vulnerable Canadians at risk at a time when so many Canadians are just trying to keep their heads above water.
It would be nice to see the leader of this country divert some attention from himself and his political career toward the Canadian public and what is in their best interests. The pandemic has exposed the true colours of the Liberal government and where its focus lies. The crafting of this legislation, and the speed at which it is being pushed forward, are prime examples. It is undeniable that this bill was unilaterally constructed on behalf of the Liberals and for the benefit of the Liberal Party of Canada, not the Canadian people.
Our focus as parliamentarians should be on Canadians: on their health, safety, welfare and future. We need to see an economic recovery plan, not a Liberal election plan, as was provided in the 2021 budget. Democracy in Canada has taken some significant hits from the government currently in power. It would be my hope that for the remainder of the House, those on the side of opposition would band together and take a stand on behalf of the Canadian people, insisting on good legislation as we move forward.
It would be my hope, then, that we do not continue the trend of a declining democracy and that we vote against this legislation as it stands today.
Monsieur le Président, pour faire preuve de leadership, il faut souvent prendre des décisions difficiles. Un bon leader prend des décisions qui sont dans l'intérêt supérieur de la population. Un mauvais leader prend des décisions en fonction de ses propres intérêts, souvent au détriment de la population.
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement parle d'une période sans précédent pour justifier de nombreuses mesures insensées, comme lorsqu'il a cru pouvoir s'accorder des pouvoirs d'imposition et de dépense illimités jusqu'en 2022, ou lorsqu'il a remplacé le Parlement par un comité spécial où on ne pouvait poser que certaines questions en particulier, ou encore lorsque le Parlement a été prorogé pour camoufler la conduite scandaleuse du premier ministre, qui a agi contrairement à l'éthique en faisant affaire avec la fondation UNIS. Tout cela a été fait sous prétexte que nous vivions une « période sans précédent ».
Les Canadiens sont attentifs et ils comprennent ce qui est en train de se passer. Ils commencent à voir une tendance se dessiner et à comprendre que le gouvernement exploite la pandémie pour trouver des moyens de se donner des avantages politiques. Ce projet de loi en est justement un autre exemple. Personne ne laisserait entendre qu'il ne faut pas se préparer à d'éventuelles élections lorsque le gouvernement est minoritaire, mais nous devons aussi être conscients que la crise de la COVID-19 continue de s'aggraver. Le Canada a le taux de chômage le plus élevé parmi les pays du G7, son déficit grimpe de manière incontrôlée, et il n'a aucun plan de relance économique.
Toute personne raisonnable comprendrait que d'autres priorités doivent l'emporter sur le déclenchement d'élections. En fait, chaque parti a indiqué que la tenue d'élections n'est pas souhaitée, en se fondant sur ce qu'ils ont entendu de la part des Canadiens. À quoi les libéraux pensent-ils? Ils songent à envoyer les Canadiens aux urnes en pleine pandémie.
Le premier ministre nous a appris que les belles paroles ne valent rien. Il a affirmé que le gouvernement tient à protéger les Canadiens, mais, dans le fond, tout ce qui semble lui importer, c'est de conserver son poste. Quelle autre raison peut expliquer le fait que l'on se hâte de faire adopter le projet de loi par la Chambre des communes, avant même que l'on ait reçu le rapport que le comité de la procédure et des affaires de la Chambre est censé présenter? Le comité a mené une étude précisément sur la tenue d'élections durant la pandémie de COVID-19. Quelle est l'urgence? Pourquoi agissons-nous si précipitamment? Serait-ce parce qu'en fait, le premier ministre essaie de coordonner les choses de manière à déclencher des élections lorsque ce sera le plus avantageux pour lui? Encore une fois, un bon leader gouvernerait dans l'intérêt de la population.
Beaucoup d'éléments du projet de loi sont très préoccupants. La mesure législative accorde au directeur général des élections des pouvoirs sans précédent lui permettant de prolonger les heures de vote, d'autoriser le décompte des bulletins de vote postal après l'échéance, de déterminer ce qui constitue une preuve suffisante de l'identité et de la résidence de l'électeur et d'accélérer l'entrée en vigueur de ces changements. Je ne crois pas devoir informer la Chambre de ce qui se produit quand une grande partie de la population met en doute la validité des résultats d'élections. Disons seulement que cela provoque le chaos.
Pour que la démocratie fonctionne, il est impératif que la population ait confiance dans le processus électoral. Compte tenu de la grande incertitude qui règne actuellement, le gouvernement devrait s'assurer que les règles sont définitives et claires. Or, c'est tout le contraire que nous observons dans la mesure législative. Cette dernière confère de grands pouvoirs discrétionnaires au directeur général des élections et crée beaucoup d'incertitudes pour les électeurs.
Même si je peux comprendre que des modifications doivent être apportées pour permettre l'adoption de mesures de sécurité et de diverses mesures de santé, je crois que nous devrions mettre en place des règles concrètes, et non des lignes directrices arbitraires pouvant être modifiées selon les caprices d'une personne. Cela ne peut que provoquer des catastrophes.
Que nous faut-il? Tout pouvoir additionnel accordé au directeur général des élections devrait être soumis à l'approbation de chacun des partis représentés à la Chambre des communes. Une fois passé le jour des élections, aucun bulletin de vote postal ne devrait être compté. Tout écart à cette norme risquerait d'entraîner une pléthore de problèmes, comme on le constate dans d'autres pays. Par-dessus tout, ce projet de loi, qui vise à modifier la Loi électorale du Canada en réponse à la COVID-19, doit comprendre une disposition de caducité. Nous avons vu les libéraux tenter d'inscrire des politiques à l'égard de la pandémie qui s'appliqueraient après la pandémie. Cela est impossible avec les modifications proposées à cette loi. La loi qui découlera du projet de loi à l'étude devra cesser d'être en vigueur lorsque la pandémie se résorbera. Il est donc vraiment important que ce projet de loi comprenne une disposition de caducité.
Une autre modification que les libéraux proposent à la Loi électorale du Canada au moyen de ce projet de loi serait de permettre que les bureaux de scrutin dans les établissements de soins de longue durée ouvrent 13 jours avant la fin des élections. Cela n'a aucun sens. Malheureusement, la pandémie a mis en lumière la triste réalité dans les établissements de soins des aînés partout au pays. Les données indiquent que ce sont les aînés qui courent le risque le plus élevé de complications liées à la COVID-19, notamment d'en mourir. Plutôt que de réduire au minimum le risque d'exposition au virus, le gouvernement considère que ce serait une bonne idée de laisser les bureaux de scrutin être ouverts plus longtemps, ce qui aurait pour effet de multiplier le risque d'exposition au virus de la COVID-19.
Où sont-ils allés pêcher pareille solution? Aucune donnée ne justifie cette modification de la loi. Elle mettrait en danger les plus vulnérables d'entre nous; il ne faut pas qu'elle soit adoptée. C'est absurde. C'est ridicule. C'est incompréhensible. À l'évidence, les libéraux souhaitent tenir au plus vite des élections en pleine pandémie et ils cherchent à défendre leurs propres intérêts aux dépens de la santé et du bien-être des gens, en particulier des aînés et des personnes handicapées.
Les Canadiens ne veulent pas d'élections au milieu d'une pandémie. Nous avons vu la hausse des cas de COVID survenue après les élections en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Imaginons simplement l'ampleur que cela prendrait à la suite d'une élection générale fédérale. En ne tenant pas compte du témoignage des responsables de la santé publique qui ont comparu devant le comité dans le cadre de son étude, le premier ministre a gaspillé leur temps précieux et les précieux conseils qu'ils ont offerts.
Les libéraux continuent leurs stratagèmes en vue de faire adopter ce projet de loi le plus rapidement possible alors que leur priorité devrait être la santé des Canadiens et la relance économique. L'effet de ce projet de loi sur la sécurité des aînés, des prestataires de soins de longue durée et des personnes handicapées soulève des préoccupations légitimes. J'oserais même dire qu'il soulève des préoccupations pour tous les Canadiens.
Les Canadiens méritent des renseignements clairs au sujet du processus électoral et de toute modification de celui-ci, surtout si on les force à se rendre aux bureaux de scrutin dans l'environnement potentiellement très dangereux d'une pandémie qui s'aggrave. Le projet de loi crée de l'incertitude et expose les Canadiens vulnérables à des risques à un moment où tant de Canadiens tentent simplement de maintenir la tête hors de l'eau.
Il serait bien que le dirigeant de notre pays s'occupe d'autre chose que de lui-même et de sa carrière politique pour plutôt se concentrer sur la population canadienne et ce qui est dans l'intérêt de celle-ci. La pandémie a révélé le vrai visage du gouvernement libéral et ses priorités. La rédaction de cette mesure législative et son étude précipitée en sont des exemples patents. Il ne fait aucun doute que ce projet de loi n'a été créé que pour servir les libéraux et l'intérêt du Parti libéral du Canada, et non pas pour la population du pays.
En tant que parlementaires, nous devrions nous concentrer sur les Canadiens, sur leur santé, leur sécurité, leur bien-être et leur avenir. Nous avons besoin d'un plan de relance économique et non d'un plan électoral des libéraux, ce qu'est le budget de 2021. La démocratie au Canada a été malmenée par le gouvernement qui est présentement au pouvoir. J'espère que tous les députés de l'opposition feront front commun pour exiger un bon projet de loi au nom de la population canadienne.
Ainsi, j'espère que nous mettrons fin à cette tendance à l'affaiblissement de la démocratie et que nous voterons contre ce projet de loi dans sa version actuelle.
View Salma Zahid Profile
Lib. (ON)
View Salma Zahid Profile
2021-05-06 10:46 [p.6763]
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to virtually participate in today’s debate on the budget implementation act, as this is an important piece of legislation, which I believe we need to pass swiftly in order to deliver much-needed support to my constituents in Scarborough Centre.
Budget 2021 is an important and transformative plan, and Bill C-30 begins the process of putting this vision into action. It is a vision that recognizes where we are today, which is not yet through a pandemic that is still causing real challenges for many. It also recognizes the need to be ready for a post-pandemic Canada and begin laying the foundation for an economic recovery that would ensure no one in our country is left behind.
In Scarborough Centre, we are in the grip of the third wave. Most of our community is a designated COVID hot spot. Residents are eager to be vaccinated, and with more and more vaccines flowing into Canada every week, thanks to the diligent work of the Minister of Public Services and Procurement, vaccination rates are steadily rising. Vaccinations are a team Canada effort, and I am proud of how the federal and provincial governments are working together. I am especially proud of the hard work being done by local health authorities and our frontline health workers.
It is clear to me that there is still the need to support small businesses and individual Canadians through this pandemic. My community is one of small businesses. If one drives along Lawrence Avenue East from Victoria Park to Bellamy, they will not see any national chains. They will see countless family-owned and family-run restaurants, convenience stores and small groceries. These businesses are struggling and they still need our help.
Budget 2021 answers that call. We will extend the Canada emergency wage subsidy and the Canada emergency rent subsidy and lockdown support until September 25, allowing businesses to keep staff on payroll and pay the rent as the pandemic curtails revenues. We will also improve the Canada small business financing program designed for small and medium-sized businesses by expanding loan eligibility, increasing loan maximums and expanding program eligibility.
The budget also continues important support for individuals and families by providing up to 12 additional weeks of Canada recovery benefit support and expanding availability until September 25. We are committing to maintaining flexible access to employment insurance benefits for another year and extending the EI sickness benefit from 15 to 26 weeks.
Since the beginning of this pandemic more than a year ago, our government has been firm in its commitment to all Canadians. We will be there support them for as long as it takes. At the same time, budget 2021 looks ahead to a post-pandemic Canada and to laying the foundation for Canada to build back stronger, with a recovery that all Canadians can be a part of.
This pandemic has not impacted everyone equally. While I have been privileged to be able to work from home, many of my constituents cannot. Those with essential jobs, or jobs that cannot be done remotely, have to keep going into work. They stock our grocery shelves and cook our take-out meals. They sort and deliver our online orders. They expose themselves to greater risk, both in their workplaces and during their commutes. They are lower income and often from racialized communities. COVID has hit these communities harder.
The pandemic has also had a greater impact on women. Last summer, at the Standing Committee on the Status of Women, we studied the impact of the pandemic on women. We heard how the pandemic has led to women taking on more caregiving responsibilities within the household, especially in intergenerational households, both for children now doing virtual learning, as well as older parents needing care.
One of the key messages we heard was the importance of access to quality and affordable early learning and child care as part of any post-COVID recovery. As the first wave of the pandemic receded last summer and people began to return to work, we saw that women who had lost their jobs were not returning to work at nearly the same rate men were. One of the reasons is access to child care, and not all families can even afford child care when it is available.
This is not just a social issue; it is also an economic issue. If our economy is going to return to previous levels and grow, we need both men and women to be able to choose to participate in the workforce. A lack of access to child care is a major barrier to labour market access for some Black, indigenous, racialized and newcomer women.
The words of Armine Yalnizyan, an economist and the Atkinson fellow on the future of workers, really resonated with me. She said:
...there will be no recovery without a she-covery and no she-covery without child care. Let me be really clear. If we don't do this, we are actually voting to move towards economic depression—and not a recession but a prolonged contraction of GDP—by policy design.
Our budget’s plan for early learning and child care is not just innovative social policy. It is a necessity for our post-pandemic economic recovery. When women can choose to participate fully in the workforce, it is easier for businesses to access the labour and talent they need to grow their business.
When I was a mother of young children, as my husband and I were just beginning our lives here in Canada, we could not afford quality child care. I had no choice but to stay home and put off entering the workforce and beginning my career in Canada. I cherish the time I got to spend with my boys in their early years, but I want women today to be able to have the choice to make the decision that is best for them. It is their choice, and I support them whatever it is, but I want them to have a choice. This is a policy whose time has come.
We must also recognize the impact this pandemic has had on seniors. My riding is home to many long-term care homes, which I always enjoyed visiting before the pandemic. It has been painful to see how they have suffered over the past year. Budget 2021 proposes to invest $3 billion, working with the provinces to develop national standards for long-term care, and improve the safety and quality of life for seniors in care.
I was recently able to announce over one million dollars in joint federal-provincial funding to help two long-term care homes in my riding to improve their air quality and ventilation systems. This is vitally important funding that will keep seniors safer and healthier, as well as the hard-working staff. I am so glad to see the federal and provincial governments working on this. This is what we owe our seniors, and I hope this co-operation can continue to work to develop national standards.
Since we took office in 2015, 25% fewer seniors are living in poverty. With budget 2021, we are building on that progress by increasing OAS by 10% for seniors age 75 and over, which will help lift even more seniors out of poverty.
We are also providing needed assistance for our youth, who have seen major disruptions to learning during this pandemic. With budget 2021, we are extending the waiver of interest accrual on Canada student loans and Canada apprentice loans until March 31, 2023. We will also double Canada student grants and create new training and work opportunities for young Canadians, so they gain valuable skills and experience in the workforce. Our youth are our future. We must support them and set them up with the tools and support they need to succeed.
I look forward to working with my colleagues to see these important initiatives passed, so our constituents have the support they need to make it through this pandemic and build back stronger than before.
Monsieur le Président, je suis heureuse de pouvoir participer virtuellement au débat d'aujourd'hui sur la Loi d'exécution du budget, puisqu'il s'agit d'une mesure législative importante qui, selon moi, doit être rapidement adoptée afin d'offrir à mes électeurs dans Scarborough-Centre le soutien dont ils ont grand besoin.
Le Budget 2021 s'avère un plan transformationnel d'envergure, et le projet de loi C-30 entame le processus de déploiement de cette vision, qui tient compte de l'état des lieux. En effet, nous sommes toujours en pleine pandémie, ce qui entraîne toujours des difficultés concrètes pour bien des gens. Cette vision tient également compte du besoin pour le Canada de se préparer à la suite des choses, en jetant les bases d'une relance économique qui ne fera aucun laissé-pour-compte.
Dans la circonscription de Scarborough-Centre, nous sommes au cœur de la troisième vague. La majorité de notre communauté est considérée comme un point chaud de la COVID-19. Les résidants ont hâte de se faire vacciner et, vu la quantité toujours croissante de doses que nous recevons chaque semaine grâce au travail consciencieux de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, le taux de vaccination continue de croître. La vaccination est le fruit d'un travail d'équipe national, et je suis fière de la collaboration qu'affichent les gouvernements provinciaux et fédéral, et plus encore du travail acharné effectué par les autorités sanitaires locales et les travailleurs de la santé de première ligne.
Il m'apparaît évident qu'il faut encore aider les petites entreprises et les particuliers pendant cette pandémie. Ma circonscription se caractérise par ses petites entreprises. Quand on conduit sur l'avenue Lawrence Est, de Victoria Park à Bellamy, on ne voit pas de commerce faisant partie d'une chaîne nationale, mais un grand nombre de restaurants, de dépanneurs et de petites épiceries qui appartiennent à des familles et sont exploités par elles. Ces entreprises sont en difficulté et elles ont encore besoin de notre aide.
Le budget de 2021 vient prêter main-forte à ces entreprises. Nous prolongerons la Subvention salariale d'urgence du Canada et la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer ainsi que les mesures d'aide en cas de confinement jusqu'au 25 septembre, et ce, afin de permettre aux entreprises de continuer de rémunérer leur personnel et de payer leur loyer, alors que la pandémie réduit leurs revenus. Nous améliorerons aussi le Programme de financement des petites entreprises du Canada, conçu pour les PME, en élargissant l'admissibilité aux prêts, en augmentant le plafond des prêts et en élargissant l'admissibilité au programme.
Le budget continue aussi d'aider les particuliers et les familles en prolongeant d'un maximum de 12 semaines le versement de la Prestation canadienne de la relance économique et en repoussant jusqu'au 25 septembre l'échéance pour demander cette prestation. Nous nous engageons à maintenir un accès souple aux prestations d'assurance-emploi pendant encore un an et à prolonger la période de versement des prestations de maladie de l'assurance-emploi en la faisant passer de 15 à 26 semaines.
Depuis le début de la pandémie, il y a plus d'un an, le gouvernement a toujours été là pour les Canadiens et il le sera tant que la crise ne sera pas derrière nous. Cela n'empêche pas le budget de 2021 de songer à l'après-pandémie et de jeter les bases qui permettront au pays de revenir plus fort grâce à une relance dont tous les Canadiens pourront bénéficier.
La pandémie n'a pas eu le même effet sur tout le monde. Même si j'ai moi-même eu le privilège de pouvoir travailler de la maison, ce n'est pas le cas de nombreux habitants de ma circonscription. Ceux dont l'emploi est essentiel ou ne peut pas se faire à distance ont dû continuer de pointer au travail. Ces travailleurs, ce sont eux qui garnissent les tablettes des épiceries, qui cuisinent les mets que nous prenons pour emporter, qui prennent nos commandes en ligne et en font la livraison, et ils s'exposent tous à d'énormes risques, que ce soit au travail même ou dans leurs déplacements pour s'y rendre. Il s'agit souvent de travailleurs à faible revenu et issus de minorités ethniques. La COVID a fait très mal à tous ces gens.
L'été dernier, le Comité permanent de la condition féminine a voulu connaître les effets de la pandémie sur les femmes, et il a constaté qu'elles ont été plus durement touchées que les hommes, car elles ont dû assumer une part accrue des responsabilités domestiques, surtout dans les ménages intergénérationnels, par exemple lorsque les enfants devaient faire l'école à distance et qu'il fallait aussi prendre soin de parents âgés.
Il a beaucoup été question de l'accès à des services d'apprentissage et de garde d'enfants abordables et de qualité après la pandémie. Lorsque la première vague a pris fin, l'été dernier, et que les gens ont recommencé à travailler, nous avons constaté que les femmes qui avaient perdu leur emploi étaient beaucoup moins nombreuses que les hommes à revenir sur le marché du travail. La garde des enfants explique en partie ce phénomène, car ce ne sont pas toutes les familles qui ont les moyens d'envoyer les enfants dans une garderie, si tant est qu'elles aient une place, évidemment.
Il ne s'agit pas seulement d'un enjeu social; il s'agit aussi d'un enjeu économique. Pour que l'économie se rétablisse et croisse, nous avons besoin que les hommes et les femmes puissent avoir le choix de participer au marché du travail. Le manque d'accès à des services de garde est un obstacle qui empêche certaines femmes noires, autochtones, racialisées et nouvellement arrivées de se joindre au marché du travail.
Les propos suivant d'Armine Yalnizyan, économiste et titulaire de la bourse de recherche Atkinson sur l'avenir des travailleurs m'ont vraiment interpellée:
[...] il n'y aura pas de relance sans relance au féminin et pas de relance au féminin sans services de garde. Je veux être très claire. Sans cela, nous votons pour une dépression économique qui ne sera pas une dépression, mais une contraction prolongée du PIB issue d'un choix politique.
Notre plan pour l'éducation préscolaire et les services de garde d'enfants qui est contenu dans le budget n'est pas seulement une politique sociale novatrice. C'est une nécessité pour relancer l'économie après la pandémie. Lorsque les femmes peuvent choisir de participer pleinement au marché du travail, les entreprises peuvent plus facilement recruter la main-d'oeuvre et les talents dont elles ont besoin pour croître.
Lorsque j'avais de jeunes enfants et que mon mari et moi commencions notre vie ici au Canada, nous ne pouvions pas nous offrir des services de garde de qualité. Je n'avais pas d'autre choix que de rester à la maison et de retarder mon entrée sur le marché du travail et ma carrière ici. Je conserve un tendre souvenir du temps que j'ai passé avec mes garçons pendant leurs premières années, mais je veux que les femmes aient le choix aujourd'hui de prendre la décision qui leur convient le mieux. C'est un choix qui leur revient et que j'appuie, quel qu'il soit, mais je veux qu'elles aient ce choix. L'heure est venue de mettre en oeuvre cette politique.
Nous devons également prendre en compte les répercussions de cette pandémie sur les personnes âgées. Il y a beaucoup d’établissements de soins de longue durée dans ma circonscription, et j’aimais aller rencontrer leurs résidents avant la pandémie. C’est très triste de voir toutes les souffrances qu’ils endurent depuis un an. Le budget de 2021 propose d’investir 3 milliards de dollars pour élaborer, en collaboration avec les provinces, des normes nationales pour les établissements de soins de longue durée, afin d’accroître la sécurité et la qualité de vie des personnes âgées qui y résident.
J’ai eu récemment le plaisir d’annoncer un financement fédéral-provincial de plus d’un million de dollars octroyé à deux établissements de soins de longue durée de ma circonscription pour qu'ils améliorent leurs systèmes d’aération et de ventilation. C’est une aide très importante qui permettra d’améliorer la santé et la sécurité des personnes âgées et du personnel qui travaille auprès d’elles. Je suis ravie que les gouvernements fédéral et provincial conjuguent leurs efforts. Nos personnes âgées le méritent bien, et j’espère que cette collaboration aboutira à l’établissement de normes nationales.
Depuis que nous sommes arrivés au pouvoir en 2015, le nombre de personnes âgées vivant sous le seuil de la pauvreté a diminué de 25 %. Le budget de 2021 va nous permettre de poursuivre sur notre lancée, puisque nous proposons d’augmenter de 10 % les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans et plus, ce qui contribuera à réduire encore davantage le nombre de personnes âgées vivant dans la pauvreté.
Nous venons également en aide aux jeunes, dont les études sont grandement perturbées depuis le début de la pandémie. Le budget propose de prolonger la renonciation à l’accumulation d’intérêts sur les prêts d’études canadiens et les prêts canadiens aux apprentis jusqu’au 31 mars 2023. Nous proposons également de doubler les bourses d'études canadiennes et d'offrir de nouvelles possibilités de formation et d’emploi pour les jeunes Canadiens, afin de leur permettre d’acquérir des compétences et une expérience qui leur seront précieuses. Les jeunes sont notre avenir. Nous devons les aider en leur donnant les outils et l’aide dont ils ont besoin pour réussir.
J’ai hâte que, tous ensemble, nous donnions le feu vert à ces mesures importantes, afin que les Canadiens puissent recevoir l’aide dont ils ont besoin pour traverser la pandémie et rebâtir plus solidement qu'avant.
View Angelo Iacono Profile
Lib. (QC)
View Angelo Iacono Profile
2021-05-06 11:48 [p.6772]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with my colleague from Kingston and the Islands.
I have been listening with great interest to my colleagues' speeches on Bill C-30, and I am pleased to have a turn to speak to this important legislation.
Much like budget 2021, this bill focuses on finishing the fight against COVID-19, healing the financial, social, emotional and physical wounds caused by the pandemic, and creating more jobs and prosperity for Canadians across the country. The purpose of Bill C-30 is to help Canada build back better and become a fairer and more equitable country.
We need to rebuild, but not haphazardly. We need to make sure that we address the gaps that the pandemic has exposed and even exacerbated. As we rebuild, we must protect the most vulnerable.
When I mention vulnerable people, I am thinking, for example, of the elderly. The COVID-19 pandemic has had devastating effects on our seniors. Since day one, I have received calls from seniors in my riding of Alfred-Pellan. They were worried about the situation and all the measures that were being implemented to ensure our communities’ safety. They were anxious about not seeing their families and their friends. They were preoccupied about the impacts that the situation would have on their finances.
That is why, building back better also means ensuring that we protect the health and well-being of seniors in our communities. After a life of hard work, they deserve a safe and dignified retirement without financial worries. This question must be asked: What can be done to help them? More and more of them are living longer than before, and many of them rely on their monthly old age security benefits.
It is in that spirit that our government has reduced the age of eligibility for old age security from 67 to 65. We made sure that seniors, including those who are more vulnerable, can live their retirement in dignity. With Bill C-30, we are implementing another of our government’s commitments, which is to increase the amount of benefits for seniors aged 75 and over.
Seniors become more vulnerable with age, especially when it comes to their financial situation. Indeed, Canadians are living longer and longer, and many of them rely on old age security.
That is why Bill C-30 proposes to amend the Old Age Security Act to increase these monthly payments by 10% for seniors aged 75 or over. By giving an increase to those 75 or older, we are providing targeted support. In practical terms, this would give seniors in this group greater financial security at a time in their lives when they face increased care expenses and a greater risk of running out of savings. The increase will be implemented in July of next year.
In the meantime, to address immediate needs, the 2021 budget also proposes to provide a one-time payment of $500 in August of this year to old age security pensioners who will be 75 or older in June 2022. The targeted increase to old age security will really improve the lives of people who deserve more support, especially single seniors who are struggling to make ends meet, like Solange, Antoinette and Leonardo, who live in my riding.
This would increase benefits for about 3.3 million seniors across the country. For those receiving the full benefit, it would mean an additional $766 in annual benefits in the first year, which would be indexed to inflation thereafter. I am thinking of Jeannine, who lives in my riding. She lives alone, and this money would help her buy all the food she needs instead of going without meals to pay her rent.
I believe that our society has a duty to do more to support seniors. That was true before the pandemic and will still be true afterward. COVID-19 has laid bare society's vulnerabilities and inequalities in Canada and around the world.
Seniors have felt this on a financial level. Many have run into economic hardship as they took on extra costs to stay safe. They have also faced social challenges. Many seniors in the Alfred-Pellan community and across the country spent the past year isolated from their family and friends. For far too many of them, COVID-19 has been tragic. I am thinking particularly of those living in long-term care facilities. They have been the overwhelming casualties of the pandemic in Canada.
In fact, another thing the pandemic exposed is the systemic problems that affect long-term care facilities across the country. The situation in these institutions was such that the Canadian Armed Forces were deployed to lend a hand to the teams on site. My riding was not spared, and I had the opportunity to meet the soldiers deployed to the long-term care centres in Laval. I am grateful for their work.
The pandemic has laid bare a rather dire situation, which is why I am so pleased to see that budget 2021 proposes to provide $3 billion over five years to support the provinces and territories in ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made when necessary.
I know that many people are worried about this measure, but I want to assure those who are wary that our government will work with the provinces and territories and respect their jurisdiction over health care. We must protect seniors and improve their quality of life, no matter where in the country they live. This is true for long-term care facilities, which is why this investment is so important.
It is also true for seniors who still live at home. That is why budget 2021 proposes to launch the age well at home initiative to help Canadians age in dignity. With this investment, community organizations could provide practical support to low-income and otherwise vulnerable seniors. For example, the program would support initiatives to pair seniors with volunteers who would help them prepare meals, do housekeeping, run errands, do odd jobs around the house or even help them get outside their home.
This kind of support is what Miguel and Jane from my riding need to allow them to stay in their home. Their kids help, but additional support is much needed. This help is particularly useful to elderly people with no children to look after them, like Anne and John.
The COVID-19 pandemic has affected all Canadians and the economic impacts of the situation are undeniable. However, the consequences have not been the same for everyone. Our government’s recovery plan puts people first, but focuses on the groups that have been most affected by the situation.
Canadians have been combatting COVID-19 for over a year now. We are all tired, but we cannot give up. Now is the time to finish the fight against COVID-19, get back on our feet and secure the recovery by protecting the most vulnerable. This is certainly true for seniors, who deserve to live out their retirement in dignity.
I therefore support Bill C-30 and urge all members to do the same.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps avec mon collègue de Kingston et les Îles.
J'écoute avec beaucoup d’intérêt les discours de mes collègues sur le projet de loi C-30 et je suis heureux de prendre la parole à mon tour sur cette importante mesure législative.
Tout comme le budget de 2021, le projet de loi vise à achever la lutte contre la COVID-19, à guérir les blessures financières, sociales, morales et physiques causées par la pandémie, et à créer plus d’emplois et de prospérité pour les Canadiens partout au pays. Le projet de loi C-30 a pour objectif de reconstruire en mieux, pour que le Canada devienne un pays plus égalitaire et plus équitable.
Il faut reconstruire, mais pas n’importe comment. Il faut le faire en s’assurant de combler les lacunes que la pandémie a mises en évidence, ou même exacerbées. Il faut reconstruire en protégeant les plus vulnérables.
Lorsque je parle de personnes vulnérables, je pense entre autres aux personnes âgées. La pandémie de COVID-19 a eu des effets dévastateurs sur nos aînés. Dès le premier jour, j’ai reçu des appels d’aînés de ma circonscription, Alfred-Pellan. Ils s’inquiétaient de la situation et de toutes les mesures qui étaient mises en place pour assurer la sécurité de nos communautés. Ils étaient inquiets de ne pas voir leur famille et leurs amis. Ils étaient préoccupés par les répercussions que la situation aurait sur leurs finances.
Voilà pourquoi rebâtir en mieux signifie aussi s’assurer de protéger la santé et le bien-être des aînés de nos communautés. Après une vie de dur labeur, ils méritent une retraite sûre et digne, sans souci financier. Il faut se poser la question: Que pouvons-nous faire pour les aider? Ils sont de plus en plus nombreux à vivre plus longtemps qu’avant, et beaucoup d’entre eux comptent sur leurs prestations mensuelles de la Sécurité de la vieillesse.
C’est dans cet esprit que notre gouvernement a réduit l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse de 67 à 65 ans. Nous nous sommes assurés que les personnes âgées, y compris les plus vulnérables, puissent vivre leur retraite dans la dignité. Avec le projet de loi C-30, nous donnons suite à un autre engagement de notre gouvernement, soit d’augmenter le montant des prestations pour les aînés de 75 ans et plus.
La vulnérabilité des aînés, particulièrement leur précarité financière, augmente avec l’âge. En effet, les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et plusieurs d’entre eux comptent sur la pension de la Sécurité de la vieillesse.
C’est pour cette raison que le projet de loi C-30 propose de modifier la Loi sur la sécurité de la vieillesse de façon à ce que ces versements mensuels soient majorés de 10 % dès que l'on atteint l’âge de 75 ans. En accordant une augmentation aux personnes de 75 ans et plus, nous offrons un soutien ciblé. Concrètement, cela donnerait aux aînés de ce groupe une plus grande sécurité financière à un moment de leur vie où ils font face à de plus grandes dépenses qu’avant liées aux soins, mais aussi à un risque accru de manque d’épargnes. La bonification sera mise en œuvre en juillet de l’année prochaine.
D’ici là, pour répondre aux besoins immédiats, le budget de 2021 propose aussi de verser un paiement unique de 500 $ en août de cette année aux pensionnés de la Sécurité de la vieillesse qui auront 75 ans ou plus en juin 2022. La bonification ciblée de la Sécurité de la vieillesse améliorera vraiment la vie de gens qui méritent bien qu’on les appuie davantage, particulièrement les aînés vivant seuls qui ont de la difficulté à arrondir leurs fins de mois, comme Solange, Antoinette ou Leonardo, qui vivent dans ma circonscription.
Cette mesure augmenterait ainsi les prestations d’environ 3,3 millions d’aînés au pays. Pour ceux qui touchent la prestation intégrale, cela voudrait dire des prestations annuelles supplémentaires de 766 $ dès la première année, une somme qui serait indexée en fonction de l’inflation par la suite. Je pense à Jeannine, qui réside dans ma circonscription. Elle vit seule et cette somme lui permettra d'acheter toute la nourriture dont elle a besoin plutôt que de se priver de repas pour payer son loyer.
Je crois que notre société a le devoir d'appuyer davantage les aînés. C'était vrai avant la pandémie et ce le sera encore après. La COVID-19 a mis en lumière les vulnérabilités et les inégalités dans la société, que ce soit au Canada ou ailleurs.
Chez les aînés, cela s'est fait sentir sur le plan financier: plusieurs d'entre eux ont fait face à des difficultés économiques, car ils ont dû assumer des coûts supplémentaires pour assurer leur sécurité. Cela s'est aussi fait sentir sur le plan social. Plusieurs aînés de la communauté d'Alfred-Pellan et de partout au pays ont passé la dernière année isolés de leur famille et de leurs amis. Pour un trop grand nombre d'entre eux, la COVID-19 a été tragique. Je pense particulièrement à ceux qui habitent dans des établissements de soins de longue durée. Ils représentent la majorité des victimes de la pandémie au Canada.
En fait, une autre chose que la pandémie a mise en lumière, ce sont les problèmes systémiques qui touchent les établissements de soins de longue durée dans l'ensemble du pays. La situation dans ces établissements a été telle que les Forces armées canadiennes ont été déployées dans le but de prêter main-forte aux équipes sur place. Ma circonscription n'a pas été épargnée, et j’ai eu l'occasion de rencontrer les militaires déployés dans les centres de soins de longue durée à Laval. Je leur suis reconnaissant de leur travail.
La pandémie a mis en lumière une situation peu reluisante, et c'est pourquoi je me réjouis de voir que le budget de 2021 propose d'investir 3 milliards de dollars sur cinq ans afin d'aider les provinces et les territoires à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d'apporter des changements permanents lorsque c'est nécessaire.
Je sais que cette mesure en inquiète plusieurs, mais je tiens à rassurer les plus réticents en soulignant que notre gouvernement collaborera avec les provinces et les territoires, tout en respectant leur compétence en matière de soins de santé. Il est primordial de protéger les aînés et d'améliorer leur qualité de vie, peu importe où ils vivent au pays. C'est vrai pour les centres de soins de longue durée, d'où l'importance de l'investissement dont je viens de parler.
Cela vaut aussi pour les aînés qui vivent encore chez eux. C’est pourquoi le budget de 2021 propose de lancer l’Initiative pour vieillir dans la dignité à la maison. Grâce à cet investissement, les organismes communautaires pourraient offrir un soutien concret aux aînés à faible revenu et autrement vulnérables. Par exemple, le programme financerait des initiatives visant à jumeler des personnes âgées avec des bénévoles qui les aideraient à préparer les repas, à faire le ménage et des courses, à effectuer de petits travaux à la maison ou même à sortir de chez eux.
C’est ce genre d’aide dont Miguel et Jane, de ma circonscription, ont besoin pour pouvoir rester chez eux. Leurs enfants les aident, mais une aide supplémentaire est grandement nécessaire. Cette aide est particulièrement utile aux aînés qui n’ont pas d’enfant pour s’occuper d’eux, comme Anne et John.
La pandémie de COVID-19 a touché tous les Canadiens et les répercussions économiques de la situation sont indéniables. Cependant, les conséquences n’ont pas été les mêmes pour tous. Le plan de relance de notre gouvernement accorde la priorité aux gens, mais se concentre sur les groupes qui ont été les plus touchés par la situation.
Voilà plus d'un an que les Canadiens luttent contre la COVID-19. Nous sommes tous fatigués, mais nous ne devons pas baisser les bras. Il est temps de finir la lutte contre la COVID-19, de se relever et d'assurer notre relance en protégeant les plus vulnérables. C'est certainement vrai pour les aînés. Ils méritent de vivre leur retraite dans la dignité.
J'appuie donc le projet de loi C-30 et j'invite tous les députés à faire de même.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-06 16:00 [p.6814]
Madam Speaker, it is always a pleasure to be able to address the House of Commons, and this is a special time in that we are once again debating very important legislation. I am feeling very positive and encouraged because we presented, for the very first time in Canada by a female Minister of Finance, plan of action that would have a profoundly positive impact in every region of our country.
It is with pleasure that I encourage my colleagues across the way to recognize the true value in this legislation. As I suspect there is a chance a good number of opposition members will be supporting the legislation, we need to try to get it through the House of Commons in an appropriate and timely fashion, and not go through the same process we did with Bill C-14, given the very nature of the limited time frame we have to get government agenda items through the House of Commons. I encourage the House to deal with the legislation accordingly.
It is an exciting budget, therefore it is a solid and exciting budget implementation bill. Before I comment on that, I wanted to give a bit of a personal update on why I think Canadians should be feeling more positive and have a sense of hope. In the news in recent days and weeks, we have heard a lot about the coronavirus and how it is affecting our country, particularly some of those hard-hit areas, in this third wave. I am thinking of the province of Ontario and many of my Ontario colleagues, who are very strong advocates and who are expressing their concerns to make sure the Prime Minister and the House of Commons understand the severity of what is taking place in the province.
Last night we held an emergency debate regarding the the hardships and impacts of the third wave in Alberta. No matter the area or region of the country, the Government of Canada, headed by the Prime Minister, is doing everything it can to ensure we minimize the negative impacts of the coronavirus. As I have said on many occasions in the past, we have been there since day one on this issue.
The Winnipeg Free Press ran a wonderful story that reads something to the effect that bookings for the second dose of the vaccine could begin as early May 22. Vaccines are a major part of the recovery, and I am feeling very optimistic because of the numbers. Not only have we been able to, as a national government, secure the vaccine doses so critically important for our recovery, but we have also exceeded the numbers we told the provinces they would be receiving.
For example, for the first quarter, we said to Canadians before December that we were looking at getting six million doses. I think it was closer to nine million. Recently, we heard very good news about the total number of vaccines we will have before the end of June. We anticipate receiving somewhere in the range of 48 million to 50 million doses before the end of June. Keep in mind that we have a population base of 37.5 million.
We are on track and the numbers show that. Today's headlines regarding the number of doses in the province of Manitoba and the second dose reinforce that. For example, today we have had more than 14.5 million vaccine doses administered in Canada. We have actually received over 16.8 million doses, which have been circulated to provinces and territories. I believe we can see the light at the end of the tunnel.
Contrary to what many of my Conservative friends would try to leave with Canadians, misinformation is not what we want. What we want to do is send a very simple message to Canadians today on ways they could continue to help and make a difference in fighting this pandemic.
The first and most important thing is to get the vaccine. When the opportunity is there to get the vaccine, Canadians should take advantage of it and get the shot. People ask which vaccine is the best one. As the Prime Minister, the Minister of Health and a litany of other leaders throughout this country have said, the best shot is the first available shot. I believe the Prime Minister and the Minister of Health got the AstraZeneca shot, because that was the first shot available to them.
Another thing that everyone could do is encourage others to get vaccinated. We have to appreciate that there are people who have concerns. For those who have concerns, we need to talk to them and explain in the best way we can how their concerns could be dealt with and how important it is that people get vaccinated, including those individuals who have concerns.
We need to listen to what our health experts are saying and what science is telling us. The best way, the healthiest way for Canada to recover and build back better is to build confidence in our communities, get people vaccinated and ensure that we continue to do whatever else we can. For example, in the meantime, we still need to maintain physical distancing. We need to continue to wash our hands and wear masks. All of these things are important, and every one of us could practise that, along with the promotion of getting vaccinated.
I believe that if Canadians look at the budget document being debated today, they will see that it fits with what the Prime Minister indicated 12-plus months ago. The first priority is indeed the coronavirus, and being there for Canadians in that very real and tangible way. I will get into that shortly. That was the first priority, and we need to remain focused on that. The second is not to forget all the other responsibilities that we have as legislators, cabinet and others who are feeding into the decisions, and the importance of dealing with all other aspects of governance at the national level.
I am very proud of the fact that this budget reflects those types of priorities. It takes into consideration the extension of programs that have been absolutely essential to support Canadians through this very difficult time over the last number of months. It does that by ensuring that there are extensions. The legislation we are debating today is going to be there to support those types of extensions of critical programs: the Canada emergency wage program, the Canada emergency rent support program, and the recovery benefits program, which is a takeoff from the CERB program.
When we go back to the origins of the programs, we find that the direct payments to individual Canadians have been an overwhelming success. Yes, there may have been some problems here and there that crept in, but the overriding concern of getting money into the pockets of Canadians was achieved by these programs. We are talking about just under nine million people. Members should think about that. Out of 37.5 million people, nine million were affected directly through a program of that nature. We can think about the jobs and the wage subsidy program, and how this legislation would enable the extension of that program. Do members know how many people it kept in the workforce during this very difficult time for companies? Tens of thousands, going into millions, of jobs were allowed to continue in good part because of this program.
I remember when the Prime Minister held a virtual meeting with some of the ethnic diversity of the province of Manitoba. The Folk Arts Council of Winnipeg was one of them. The council talked about the importance of the wage subsidy program and how it has allowed it to keep its doors open. The impact of the Folk Arts Council for the city of Winnipeg is tremendous. We need the folk arts. That is Folklorama, where we can talk about the arts and celebrate diversity. That is what Folklorama is all about. Not only did the wage subsidy program help employees in manufacturing and many other jobs, but it also helped in the area of arts and culture and non-profit organizations. We have many non-profit organizations that stepped up to the plate to support Canadians throughout the many different regions and communities within Canada.
The pandemic is not over. We need to ensure that those programs, at least in some fashion, continue on, and we see a government that, through this legislation and the budget, maintains that commitment. How many businesses are receiving the rent support program? Some businesses would say that had it not been for the rent subsidy program, it is questionable whether or not they would be able to open their doors.
Here is the problem with the Conservative approach to the last 12 months. The first couple of months, the Conservatives wanted to be part of team Canada, but toward the end of June of last year they forgot that and put on the political partisanship hat. I do not care what any of them say; that is the reality. The Conservatives are more concerned about getting a political advantage than they are about contributing in a healthy way. I can demonstrate many examples of that.
I found it interesting listening to the Conservatives today. What are they talking about? They are talking about the debt, how much money we are spending, and how it is so much money. How many times did they support us unanimously in order for us to spend some of the money they are criticizing us for spending today? On the one hand, they talk about deficits, but I think they have some hard-right Conservatives in there. We have to look at the background of the Conservatives. There is a very strong reform element to the Conservative Party. It is not the same Progressive Conservative Party of the 1980s. There are a lot of hard-right personalities, going back to Stephen Harper himself. It is funny that they talk about caring for seniors. What did they do for the CPP? They did nothing. One of Stephen Harper's goals in life was to suggest the dismantling of the CPP.
The far-right Conservatives and their reform mentality are no friends to progressive policies that are helping Canadians today and will continue to help them into the future. Hobbes means a lot to them, the whole dog-eat-dog world type of thing. I do not believe for a moment that they would develop the same types of programs that we have put forward. There is a certain element within the Conservative rank and file that seems to be dominating the debates recently, which is on the far right with that reform mentality.
I believe, at the end of the day, that we needed to be able to borrow the monies to support Canadians. The Conservatives would have rather seen more bankruptcies, more personal debts. Where would the support have come from if people could not pay their mortgage or buy the groceries for their family? What would have happened because they could not work? That is why it was critical that we develop these programs. There is a progressive element within the Conservative Party that I believe recognizes that, but it seems to be a little more quiet nowadays and we rather tend to hear the others.
We see that in terms of the Conservatives' approach to the coronavirus. It is truly amazing. We can just look at some of the debate that took place last night about Alberta. All the Conservative speakers could do is think about how to blame Ottawa. This is all about blaming Ottawa.
Ottawa has been working with provinces, territories, indigenous leaders, stakeholders and so many others throughout this process, including many of those comments incorporated into the budget itself. When the Prime Minister said that we can learn from this experience and we can build back better, that is exactly what is taking place in this budget.
We can think of child care. Quebec has, over the years, developed a wonderful child care program. We are looking at ways in which we can expand that. Not only does the individual family benefit, but so does the economy. We know that. Economists tell us that if we can expand the economy by increasing the workforce, the contribution to the GDP will be enhanced. It is a progressive policy.
We could talk about other initiatives. We recognize that there were serious problems, for example, with long-term care facilities, so the Government of Canada listened to what Canadians in all regions of our country were saying about long-term care and the concerns they had, especially in the first six months or so of the pandemic, when there were some serious problems, to the degree that we had to bring in the Canadian Forces and the Red Cross to assist in our care home facilities. One thing that has come out of it is that we needed to ensure that there are some national standards dealing with long-term care.
My Bloc friends are really offended by that. I would tell them that even people in Quebec recognize the value of national standards for long-term care. That is something we need to see and, as a government, we are committed. Every Liberal member wants to see our seniors being taken care of properly and recognizes that Ottawa does have a role to play—
Madame la Présidente, c’est toujours un plaisir de pouvoir s’adresser à la Chambre des communes, et c’est un moment spécial, car nous débattons encore une fois d’un projet de loi très important. Je me sens très optimiste et encouragé parce que nous avons présenté, pour la toute première fois au Canada par une femme ministre des Finances, un plan d’action qui aurait des retombées extrêmement positives dans toutes les régions de notre pays.
C’est avec plaisir que j’encourage mes collègues d’en face à reconnaître la véritable valeur de cette mesure législative. Comme je soupçonne qu’un bon nombre de députés de l’opposition vont appuyer le projet de loi, nous devons essayer de le faire adopter par la Chambre des communes d’une manière appropriée et opportune, et ne pas passer par le même processus que pour le projet de loi C-14, étant donné la nature même du délai limité dont nous disposons pour faire adopter les éléments du programme du gouvernement par la Chambre des communes. J’encourage la Chambre à traiter le projet de loi en conséquence.
C’est un budget prometteur et donc, un projet de loi d’exécution du budget solide et prometteur. Avant que je commente le tout, je voulais faire une mise à jour sur les raisons qu'ont, selon moi, les Canadiens d'être plus positifs et d'espérer. Au cours des derniers jours et des dernières semaines, nous avons entendu beaucoup parler du coronavirus aux nouvelles, ainsi que de son incidence sur notre pays, plus particulièrement les régions durement touchées, au cours de la troisième vague. Je pense à l’Ontario et à de nombreux collègues ontariens, qui sont d’ardents défenseurs et qui expriment leurs préoccupations pour veiller à ce que le premier ministre et la Chambre des communes comprennent la gravité de la situation dans la province.
Hier soir, nous avons tenu un débat d’urgence sur les répercussions de la troisième vague en Alberta et les épreuves qui en découlent. Sans égard à la région au pays, le gouvernement du Canada, sous la direction du premier ministre, fait tout ce qu’il peut pour réduire au minimum les répercussions négatives du coronavirus. Comme je l’ai mentionné à maintes reprises dans le passé, nous sommes là depuis le premier jour de la pandémie.
Le Winnipeg Free Press a publié un article exceptionnel disant qu’on pourrait commencer à prendre rendez-vous pour la deuxième dose de vaccin dès le 22 mai. Les vaccins sont une partie importante de la relance. Les chiffres m’incitent à être optimiste. Non seulement nous avons été en mesure, à titre de gouvernement national, d’obtenir les doses de vaccins si cruciales pour notre relance, mais nous avons également livré plus de doses aux provinces que ce que nous avions dit qu'elles recevraient.
Par exemple, pour le premier trimestre, nous avons dit aux Canadiens, avant décembre, que nous allions recevoir six millions de doses. Je crois que nous en avons reçu près de neuf millions. Récemment, nous avons eu de très bonnes nouvelles au sujet du nombre total de doses que nous recevrons d’ici la fin de juin. Nous prévoyons recevoir de 48 à 50 millions de doses d’ici la fin de juin. N’oubliez pas que nous avons une population de 37,5 millions d’habitants.
Nous sommes sur la bonne voie, comme les chiffres le montrent. Les manchettes d’aujourd’hui au sujet du nombre de doses au Manitoba et de la deuxième dose le confirment. Par exemple, aujourd’hui, le nombre total des doses de vaccins administrées au Canada atteint plus de 14,5 millions. Nous avons, en fait, reçu plus de 16,8 millions de doses qui ont été distribuées aux provinces et aux territoires. Je crois que nous pouvons voir la lueur au bout du tunnel.
Contrairement à ce que nombre de mes collègues du Parti conservateur tentent d’affirmer aux Canadiens, nous ne voulons pas de désinformation. Aujourd’hui, nous voulons envoyer un message très simple aux Canadiens sur ce qu'ils peuvent faire pour continuer d'aider et pour contribuer à la lutte contre la pandémie.
Le plus important est de se faire vacciner. Lorsqu’ils ont la possibilité de se faire vacciner, les Canadiens devraient en profiter. Les gens se demandent quel vaccin il faut privilégier. Comme le premier ministre, la ministre de la Santé et un vaste groupe d’autres leaders partout au pays l’ont dit, le meilleur vaccin est le premier vaccin qu’il est possible d’avoir. Je crois que le premier ministre et la ministre de la Santé ont reçu le vaccin d’AstraZeneca, car c’était le premier vaccin qui leur était offert.
Une autre chose que tous peuvent faire est d'encourager les gens à se faire vacciner. Nous devons tenir compte du fait que certaines personnes ont des préoccupations. Dans ce cas, nous devons leur parler et leur expliquer de la meilleure manière possible comment calmer leurs inquiétudes et à quel point il est important que les gens se fassent vacciner, y compris les personnes qui ont des craintes.
Nous devons écouter ce que disent les spécialistes de la santé et ce que dit la science. La meilleure et la plus saine façon de permettre la relance au Canada et de rebâtir en mieux est d'accroître la confiance au sein des collectivités, de faire vacciner les gens et de veiller à continuer de faire tout ce que nous pouvons faire d’autre. Par exemple, il faut continuer de maintenir la distanciation physique. Nous devons continuer de nous laver les mains et de porter un masque. Toutes ces mesures sont importantes. Nous devrions tous les mettre en pratique, en plus de promouvoir la vaccination.
Je crois que, si les Canadiens consultaient le document dont on parle aujourd’hui, ils comprendraient qu’il cadre avec les déclarations que le premier ministre a faites il y a plus de 12 mois. La lutte contre le coronavirus et le fait d’être là pour les Canadiens d’une manière réelle et concrète représentent la principale priorité. Je vais y revenir sous peu. C'est la principale priorité. Nous devons continuer de mettre l’accent sur celle-ci. Ensuite, il ne faut pas oublier toutes les autres responsabilités que nous avons à titre de législateurs, de membres du Cabinet et d’autres décideurs, ainsi que l’importance de tenir compte de tous les autres aspects de la gouvernance à l’échelle nationale.
Je suis très fier du fait que ce budget tient compte de ces types de priorités. Il prend en considération une prolongation des programmes qui ont été essentiels, au cours des derniers mois, pour soutenir les Canadiens pendant cette période très difficile. Il y parvient en garantissant qu'il y aura des prolongations. La mesure législative dont nous parlons aujourd’hui sera là pour permettre de prolonger des programmes cruciaux, comme la Subvention salariale d’urgence du Canada, la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, et la Prestation canadienne de la relance économique, qui succède à la Prestation canadienne d’urgence.
Lorsque nous regardons ces programmes depuis leurs débuts, nous constatons que le versement de paiements directs aux Canadiens a été un immense succès. Oui, il y a peut-être eu des problèmes ici et là, mais ces programmes ont permis d'atteindre l'objectif principal, qui était de verser un soutien financier aux Canadiens. Cela a permis d'aider près de neuf millions de personnes. Sur 37,5 millions de personnes, neuf millions ont reçu une aide directe grâce à un programme du genre. Pensons aux emplois et au programme de subvention salariale, ainsi qu’au fait que cette mesure législative permettrait de prolonger ce programme. Les députés savent-ils combien de personnes ont pu conserver leur emploi pendant cette période très difficile pour les entreprises? Ce programme a permis, en grande partie, à dizaines de milliers, voire à des millions de personnes de conserver leur emploi.
Je me souviens que le premier ministre a participé à une vidéoconférence avec certains des intervenants en matière de diversité ethnique du Manitoba, dont le Folk Arts Council of Winnipeg. Il a parlé de l'importance du programme de subventions salariales et de la façon dont il lui a permis de garder ses portes ouvertes. Les retombées du Folk Arts Council sur la ville de Winnipeg sont énormes. Nous avons besoin des arts populaires. Il y a le festival Folklorama, où nous pouvons parler des arts et célébrer la diversité. Il s'agit de la raison d'être du festival. Le programme de subventions salariales a aidé non seulement les employés du secteur manufacturier et de nombreux autres secteurs, mais aussi le secteur des arts et de la culture et les organismes sans but lucratif. Beaucoup d'organismes à but non lucratif sont intervenus pour soutenir les Canadiens dans de nombreuses régions et collectivités du Canada.
La pandémie n'est pas terminée. Nous devons veiller à ce que ces programmes se poursuivent, sous une forme quelconque, et à ce que le gouvernement maintienne cet engagement au moyen du projet de loi et du budget. Combien d'entreprises sont inscrites au programme d'aide pour le loyer? Selon certaines entreprises, c'est à se demander si elles auraient été en mesure d'ouvrir leurs portes sans ce programme.
Voici le problème de l'approche des conservateurs ces 12 derniers mois. Dans les premiers mois, ils voulaient faire partie de l'Équipe Canada, mais, vers la fin de juin, ils ont changé d'avis pour faire de la partisanerie. Peu m'importe ce qu'ils peuvent dire; c'est la réalité. Les conservateurs tiennent plus à obtenir un avantage politique qu'à contribuer sainement aux débats. Je peux en donner de nombreux exemples.
Il est intéressant d'écouter les conservateurs aujourd'hui. De quoi parlent-ils? Ils parlent de la dette, des sommes dépensées et du fait que c'est beaucoup d'argent. Combien de fois ont-ils donné leur appui pour que nous dépensions une partie de l'argent qu'ils nous reprochent aujourd'hui d'avoir dépensé? Ils parlent des déficits, mais je pense qu'il faut reconnaître la présence de quelques conservateurs d'extrême droite dans le parti. Il faut voir aussi leurs antécédents: il y a un fort mouvement réformiste au sein de leur parti. Ce n'est plus le Parti progressiste-conservateur des années 1980. Il y a un bon nombre de personnalités de l'extrême droite, à commencer par Stephen Harper lui-même. C'est drôle de les entendre parler de prendre soin des aînés. Qu'ont-ils fait pour le Régime de pensions du Canada? Rien. L'un des grands objectifs de Stephen Harper était de le démanteler.
Avec leurs idées réformistes, les conservateurs d'extrême droite sont allergiques aux politiques progressistes qui aident les Canadiens aujourd'hui et qui les aideront encore demain. Ils aiment beaucoup Hobbes et le fait que pour lui, il n'y a que la loi de la jungle qui vaille. Je ne crois pas un seul instant qu'ils créeront des programmes comparables à ceux que nous avons nous-mêmes créés. Il y a une certaine idéologie d'extrême droite réformiste qui émane de la base conservatrice et qui semble dominer les débats depuis un certain temps.
Selon moi, nous devions nous donner les moyens d'emprunter l'argent nécessaire pour venir en aide aux Canadiens. Les conservateurs auraient sans doute préféré que les Canadiens soient plus nombreux à faire faillite ou à s'endetter jusqu'au cou. Qui était censé voler au secours des gens qui étaient incapables de rembourser l'hypothèque ou d'acheter de quoi nourrir leur famille? Que leur serait-il arrivé, une fois au chômage? Il fallait créer tous ces programmes, nous n'avions pas le choix. Je crois qu'il y a une frange du Parti conservateur qui en est consciente et qui le reconnaît, mais on ne l'entend presque pas ces jours-ci, parce que les autres font trop de bruit.
Nous le voyons dans l'approche des conservateurs envers le coronavirus. C'est vraiment stupéfiant. On n'a qu'à penser au débat d'hier soir sur la situation en Alberta. Tous les intervenants conservateurs ne pensaient qu'à accuser Ottawa. Il s'agit toujours d'accuser Ottawa.
Ottawa a collaboré avec les provinces, les territoires, les dirigeants autochtones, les intervenants, entre autres, tout au long du processus et a tenu compte d'une grande partie des commentaires dans le budget. Le premier ministre a affirmé que nous pouvions tirer des leçons de l'expérience et rebâtir en mieux, et c'est exactement ce que nous faisons avec ce budget.
Pensons aux services de garde. Au fil des ans, Québec a mis sur pied un programme formidable de services de garde. Nous cherchons à faire fond sur ce programme. Les familles en profitent, de même que l'économie. Nous en sommes conscients. Les économistes nous disent que si nous favorisons l'économie en faisant croître la main-d'oeuvre, le PIB augmentera. C'est une politique progressiste.
Nous pourrions parler d'autres initiatives. Nous sommes conscients des problèmes graves survenus dans les établissements de soins de longue durée, par exemple. Le gouvernement du Canada a donc écouté ce que les Canadiens de toutes les régions du pays avaient à dire au sujet des soins de longue durée et leurs préoccupations à ce sujet, notamment durant les six premiers mois environ de la pandémie, alors que la situation était grave au point qu'il a fallu faire appel aux Forces canadiennes et à la Croix-Rouge. Il en est ressorti, entre autres, qu'il fallait établir des normes nationales en matière de soins de longue durée.
Les députés du Bloc en sont très offensés. Selon moi, même les gens du Québec reconnaissent le bien-fondé de normes nationales en matière de soins de longue durée. C'est une chose nécessaire, à laquelle le gouvernement s'engage. Chaque député libéral souhaite que l'on s'occupe des aînés de manière convenable et reconnaît qu'Ottawa a un rôle à jouer...
View Kody Blois Profile
Lib. (NS)
View Kody Blois Profile
2021-05-06 17:02 [p.6821]
Madam Speaker, it is great to see some of my colleagues having a good laugh, some good discourse and a level of levity, despite the challenging circumstances.
I am very pleased to have the chance to speak to Bill C-30, which is the budget implementation act. I had the chance a couple weeks ago to speak to the budget writ large, and I am going to use my time here today to highlight some investments that may not be the headlines, but which I think are extremely important to what the budget represents in terms of major proposed programs.
I will start with the continuation of the emergency measures. Nova Scotia was not under lockdown two weeks ago. We had not suffered from the third wave that other jurisdictions in the country had. Right now we have over 1,000 cases in the province, which seems relatively small, but per capita it is quite significant.
These measures really matter. The government, by continuing the emergency wage subsidy, the rent subsidy and the Canada response benefit, the suite of programs, until September, with the ability to extend it under the legislation, illustrates that this is extremely important. I think I would be remiss if I did not start from that basis. Our government is committed to getting Canadians, individuals and businesses through the pandemic, and that is extremely important.
I want to talk about biomanufacturing investments. The budget would allocate $2.2 billion toward these types of initiatives. We know that coming into the pandemic. I think all parliamentarians, and indeed all Canadians and countries around the world, on the other side of the pandemic, are going to be asking themselves what the key industries we will need to make sure we have domestic capacity. Whether it is for an event like COVID or some other type of event, the country needs to have that capacity.
For me, one industry would be agriculture, but of course, biomanufacturing is important. Our government has made investments throughout the pandemic. We are committing to making sure this does not happen again.
I look at companies in my own riding. For example, in Windsor, Nova Scotia, there is BioVectra, which has its base in Prince Edward Island, but which also has a presence in my riding of Kings—Hants. I think of BioMedica. These are the companies we can build, and we can continue to nurture that local expertise to make sure we have the capacity in our country in the days ahead.
Long-term health care was something I heard a lot about during the height of the pandemic, particularly when the reports from the Canadian Armed Forces were presented on the conditions in Quebec and Ontario. We need to be able to create national standards. We need to do better in this domain.
Yes, it is the domain and the jurisdiction of the provinces, but the federal government has shown leadership on health care initiatives, and it is really important that there is $3 billion in the budget to help support those standards. This is on top of the fall economic statement, which had a billion dollars allocated directly to the provinces. Of course, my colleagues and others have talked at great length about the programs that have been put in place, such as the safe restart program, to help support provinces. I wanted to highlight that for Canadians who might be watching here today and, indeed, my own constituents.
We know that the cost of the pandemic has been significant, and our government, from day one, has said we will be there with individuals and small businesses. The deficit is about $355 billion this year alone because of that support, which we determined as a government was a better path than the economic scarring that would come of not intervening in a positive way.
It is important that this budget helps create and drive economic growth to make the spending we have taken on during the pandemic sustainable over time, so I want to take an opportunity, and hopefully my colleagues will listen with intent, to talk about some of the important measures in the budget that I think need to be highlighted.
I wrote in September 2020 about regulatory modernization and regulatory reform. This is an important element for small business and businesses across the board. I tip my cap to my predecessor, Scott Brison, who was president of the Treasury Board during the last Parliament. He served with great honour and respect in Kings—Hants for 22 years, and I consider him a mentor and a friend.
He took a great leadership role in the last Parliament on regulatory reform, and we are committing to build on that success in this budget with $6.1 million dollars allocated to continue efforts on that front at the federal level. I think that is extremely important.
Regarding interprovincial barriers to trade, estimates suggest that we could be losing somewhere between $50 billion and $130 billion to our economy every year because of internal barriers to trade. We would be allocating $21 million over the next three years toward trying to reduce those barriers and have co-operation between provinces and territories on harmonization of standards. We have a lot to gain in efficiencies and economic outcomes by working within Canada, and of course this is building on the success our government has already had in the last Parliament.
I talk about this a lot, but it bears repeating. We have an emerging wine sector in Kings—Hants. We have world-class wines. We know that the excise exemption that was created under the late Jim Flaherty in 2007 when he was the finance minister has been important to the success of our 100% Canadian wine industry. I am very pleased to see our government has committed $101 million over the next two years to help support the industry.
Of course, that is on the heels of the existing excise exemption being deemed not trade compliant. I look forward to working with the Minister of Agriculture and my colleagues to help keep driving those initiatives to support the sector in the days ahead. The ability to create interprovincial trade would allow small businesses in my riding of Kings—Hants to take advantage of that.
It is very difficult for consumers in Ontario or Quebec to enjoy some of our wines. I would encourage my colleagues to look at some of the many vineyards we have in the area. I am happy to provide recommendations. We need to be able to break down those barriers. I am proud our federal government got rid of any type of barriers at the federal level. I hope my provincial or territorial colleagues who might be watching can also take some leadership in easing and facilitating trade across provincial and territorial boundaries.
I do not think the Canada Small Business Financing Act has warranted a lot of conversation in this House, but I want to highlight some of the elements that are there. We know, particularly in rural communities, the importance of small businesses and what they mean with respect to providing jobs and opportunities for people in our communities. We are committing to expanding the loan eligibility under the Small Business Financing Act and increasing the maximum loan amount to $500,000 for non-real property loans.
We are also opening up opportunities for non-profits and charities. I have spoken at great length about the important role our volunteer sector plays, particularly in rural Canada. I am very pleased to see it will have access to financing under this mechanism as well, and a new line of credit option.
We will help reduce credit card merchant fees. How many of us are paying cash right now? Not a whole lot of people. I am the type who still likes to have a bit of cash in my wallet, but more and more people are using credit or debit cards. Our government is committed to help reduce the merchant fees associated with online or credit card transactions. I see this as a very positive step. I know there are restaurants and many different retail businesses that will welcome this type of thinking.
I also want to talk about the $1.9 billion for what is the national trade corridors fund. I sit on the agriculture committee, and I consider myself an advocate in this House for agriculture-related issues. This national corridors trade fund is crucial to helping make sure we have important links to get our many wonderful Canadian agriculture products to export markets. I am very pleased to see this.
Also, there is additional money, over $500 million, for the borders to improve trade and travel. I think about the chicken producers who talk about spent fowl at the border. This money could go to support those types of mechanisms to protect our supply-managed industry, which I know is so important to so many members in this House and, indeed, to many Canadians.
I will finish with three quick points.
One is around significant investments in the aerospace industry. In Kings—Hants, Halifax Stanfield International Airport is just outside my riding boundary, but we have thousands of jobs in my riding that are tied to the aviation industry writ large. I am very pleased to see those types of investments in the budget.
I often talk about my riding in the context of agriculture, but in the same sense we are a coastal community. We are home to the highest tides in the world. The $300 million over the next two years for small craft harbours is extremely important.
Finally, there are historic investments for indigenous communities. I have three indigenous communities in my riding I am proud to represent. I am also proud that our government is continuing on its legacy and good work around reconciliation.
Madame la Présidente, c’est fantastique d’entendre certains de mes collègues pouffer de rire, prononcer un bon discours et faire montre d’humour en ces temps difficiles.
Je suis très heureux d’avoir la chance de parler du projet de loi C-30, qui est le projet de loi d’exécution du budget. Il y a deux ou trois semaines, j’ai eu la chance de parler du budget dans son ensemble. Je vais utiliser le temps qui m’est imparti aujourd’hui pour me concentrer sur certains des investissements prévus dans le budget qui n’ont peut-être pas fait les manchettes, mais qui, selon moi, sont très importants pour les grands programmes proposés.
Je vais d’abord parler du maintien des mesures d’urgence. La Nouvelle-Écosse n’était pas en confinement il y a deux semaines. Nous n’avions pas été frappés par la troisième vague comme d’autres provinces l’ont été. Toutefois, actuellement, nous avons plus de 1 000 cas, ce qui semble relativement peu, mais, par habitant, c’est vraiment beaucoup.
Ces mesures sont extrêmement importantes. Le gouvernement le reconnaît en maintenant la subvention salariale d’urgence, la subvention pour le loyer et la Prestation canadienne de relance économique — l’ensemble des programmes, en gros — jusqu’en septembre, avec la possibilité de les prolonger en vertu de la loi. Je m’en voudrais de commencer mon allocution sans apporter cette précision. Notre gouvernement a à un cœur d’aider les Canadiens, les particuliers et les entreprises, à traverser la pandémie. C'est extrêmement important.
Je veux parler des investissements en biofabrication. Le budget permettrait d’accorder 2,2 milliards de dollars à ce genre de projets. La pandémie a mis au jour un besoin dans ce domaine. Je crois que tous les parlementaires, et en fait tous les Canadiens et tous les pays dans le monde, une fois la pandémie passée, vont chercher à savoir quelles industries seront nécessaires pour garantir une production nationale. Qu’il s’agisse d’une autre pandémie ou d’un événement d’un autre genre, le pays doit se donner les moyens de s’autosuffire.
À mon sens, il y a d’abord l’agriculture, mais, naturellement, la biofabrication est importante. Notre gouvernement a fait des investissements pendant toute la pandémie. Nous sommes déterminés à veiller à ce que cela ne se produise plus.
Je regarde les compagnies de ma circonscription. Par exemple, à Windsor, il y a BioVectra, dont le siège social est à l’Île-du-Prince-Édouard, mais qui est aussi présente dans Kings—Hants. Je pense à BioMedica. Ce sont des sociétés que nous pouvons appuyer. Nous pouvons continuer à encourager l’expertise locale pour doter notre pays d’une capacité pour l’avenir.
J’ai beaucoup entendu parler des soins de longue durée au pire de la pandémie, particulièrement quand les Forces armées canadiennes ont présenté leurs rapports sur la situation qui a eu cours au Québec et en Ontario. Il faut que nous puissions établir des normes nationales. Nous devons obtenir de meilleurs résultats dans ce domaine.
Oui, les soins de longue durée relèvent des provinces, mais le gouvernement fédéral a fait montre de leadership dans les soins de santé, et il est vraiment important que le budget prévoie 3 milliards de dollars pour la mise en place de ces normes. Cette somme s’ajoute aux 1 milliard de dollars attribués directement aux provinces dans l’énoncé économique de l’automne. Naturellement, mes collègues et d’autres personnes ont longuement parlé des programmes qui ont été mis en place, comme le programme de relance sécuritaire, pour appuyer les provinces. Je veux mettre cette aide en évidence pour ceux qui nous regardent aujourd’hui, notamment les citoyens de ma circonscription.
Nous savons que la pandémie a coûté cher, et le gouvernement, dès le premier jour, a déclaré qu’il serait là pour les particuliers et pour les petites entreprises. Le déficit s’élève à environ 355 milliards de dollars pour cette année seulement, en raison de l’aide apportée, mais le gouvernement a estimé qu’il valait mieux intervenir ainsi et éviter les dommages économiques qui seraient survenus autrement.
Il est important que le budget favorise la croissance économique pour que les investissements faits pendant la pandémie donnent des résultats durables. Je vais donc saisir l’occasion, et j’espère que mes collègues m’écouteront d’une oreille attentive, pour parler de certaines des importantes mesures prévues dans le budget qui méritent d’être mentionnées.
En septembre 2020, j’ai rédigé un document sur la modernisation et la réforme de la réglementation. C’est un élément important pour les petites entreprises et le secteur des affaires en général. Je lève mon chapeau à mon prédécesseur, Scott Brison, qui était président du Conseil du Trésor au cours la législature précédente. Il a remarquablement bien représenté les citoyens de Kings—Hants pendant 22 ans, et je le considère comme un mentor et un ami.
Il a exercé un immense leadership pendant la dernière législature pour la réforme réglementaire, et nous sommes déterminés à poursuivre dans cette voie avec les 6,1 millions de dollars prévus dans le budget à cet égard. C’est, à mon avis, extrêmement important.
On estime que les barrières commerciales interprovinciales pourraient faire perdre entre 50 et 130 milliards de dollars à notre économie chaque année. Le budget prévoit 21 millions de dollars sur trois ans pour tenter de réduire ces barrières commerciales et amener les provinces et les territoires à harmoniser leurs normes. Nous avons beaucoup à gagner sur le plan économique en favorisant les échanges à l’intérieur du Canada et, ce faisant, nous poursuivons le travail déjà bien amorcé par le gouvernement pendant la dernière législature.
J’en ai beaucoup parlé, mais il vaut la peine de le répéter: nous avons un secteur viticole émergent dans ma circonscription, Kings—Hants. Nous avons des vins de classe mondiale. Nous savons que l’exemption de la taxe d’accise mise en place en 2007 par le regretté Jim Flaherty, l’ancien ministre des Finances, a joué un rôle important dans la réussite de tout le secteur viticole canadien. Je suis très heureux de constater que le gouvernement s’est engagé à fournir 101 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour appuyer ce secteur.
Naturellement, ceci fait suite au fait que l’exemption de la taxe d’accise a été jugée non conforme aux règles commerciales. J’attends avec impatience l’occasion de travailler avec la ministre de l’Agriculture et mes collègues pour aider à réaliser ces initiatives qui viendront en aide au secteur dans l’avenir. Les échanges commerciaux interprovinciaux qui seront ainsi facilités seront avantageux pour les petites entreprises de Kings—Hants.
Il est très difficile pour les consommateurs de l’Ontario ou du Québec de profiter de certains de nos vins. J’encouragerais mes collègues à jeter un coup d’œil à certains des nombreux vignobles que nous avons dans ma région. C’est avec plaisir que je leur ferai des recommandations. Il faut que nous puissions faire tomber ces barrières. Je suis fier que le gouvernement fédéral se soit débarrassé de toutes les barrières au niveau fédéral. J’espère que mes homologues des provinces ou des territoires qui nous regardent peut-être exerceront également un certain leadership pour faciliter les échanges commerciaux entre les provinces et les territoires.
Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de beaucoup parler de la Loi sur le financement des petites entreprises au Canada, mais je veux souligner certains éléments qui s'y rapportent. Nous connaissons l'importance des petites entreprises, en particulier dans les collectivités rurales, qui sont créatrices d'emplois et de possibilités pour les habitants de nos communautés. Nous nous engageons à élargir l'admissibilité aux prêts dans le cadre de la Loi sur le financement des petites entreprises et à porter le montant maximal des prêts à 500 000 $ pour les prêts non destinés à l'achat de biens immobiliers.
Nous élargissons aussi l'admissibilité aux prêts pour inclure les entreprises à but non lucratif et de bienfaisance. J'ai beaucoup parlé du rôle important que joue le secteur bénévole, en particulier dans les régions rurales du Canada. Je suis très heureux de voir qu'il aura aussi accès à du financement dans le cadre de ce mécanisme et à une nouvelle option de crédit.
Nous aiderons aussi les marchands à réduire les frais liés aux cartes de crédit. Combien d'entre nous paient comptant de nos jours? Nous ne sommes pas nombreux. Je suis du genre qui aime encore avoir de l'argent comptant dans son portefeuille, mais de plus en plus de gens utilisent des cartes de crédit ou de débit. Le gouvernement s'est engagé à aider les marchands à réduire les frais associés aux transactions en ligne ou par carte de crédit. Je considère cela comme un premier pas très important. Je sais que les restaurants et de nombreux commerces de détail accueilleront favorablement cette idée.
J'aimerais aussi parler des quelques 1,9 milliard de dollars destinés au Fonds national des corridors commerciaux. Je siège au comité de l'agriculture et me vois comme un défenseur de la cause agricole, à la Chambre. Ce fonds est essentiel à la mise en place d'un important réseau pour exporter nos nombreux et merveilleux produits agricoles canadiens à l'étranger. C'est quelque chose qui me réjouit beaucoup.
En outre, plus de 500 millions dollars supplémentaires sont destinés aux services frontaliers pour améliorer les échanges commerciaux et les voyages transfrontaliers. Je pense aux producteurs de volaille et aux volailles de réforme, à la frontière. Cet argent pourrait servir à appuyer des mesures pour protéger notre industrie, qui est soumise à la gestion de l'offre, laquelle est, je le sais, très importante pour de nombreux députés à la Chambre et, en fait, pour de nombreux Canadiens.
Je vais faire trois remarques rapides, pour finir.
La première concerne les investissements massifs dans l'industrie aérospatiale. L'aéroport international Stanfield d'Halifax se trouve juste à l'extérieur des limites de ma circonscription, Kings-Hants, mais en fait, des milliers d'emplois, dans ma circonscription, sont liés à l'industrie aéronautique en général. Je suis très heureux de voir ce genre d'investissements prévus dans le budget.
Je parle souvent de ma circonscription dans le cadre de débats relatifs à l'agriculture, mais c'est aussi une communauté côtière. C'est chez nous qu'on observe les marées les plus hautes du monde. Les 300 millions de dollars prévus pour les ports pour petits bateaux au cours des deux prochaines années sont extrêmement importants.
Enfin, des investissements historiques sont faits dans les communautés autochtones. Ma circonscription compte trois communautés autochtones et je suis fier de les représenter. Je suis également fier que le gouvernement poursuive son bon travail sur la voie de la réconciliation qu'il laissera en héritage.
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, first of all, my heart goes out to my colleague. I listened to her speech, and I can hear the fear and worry in her voice for her community, her province and the people there. I share her worry and concern.
We are at a critical point in the fight against COVID-19, and the third wave is sweeping across many parts of the country. As my colleague pointed out, hospitalizations and ICU admissions are surpassing previous records. Unfortunately, this third wave is, indeed, taking an enormous toll on Albertans. As I have said before, this is an unprecedented situation and we have to respond with unprecedented and swift actions together.
The government has been offering Alberta support. We will continue to be there for Alberta and Albertans, of course. We have done this recently, as we have with other provinces that have been facing rising numbers of cases. We work continuously with our provincial counterparts to share expertise and provide support to augment the provinces' capacities to respond.
My colleague talked about vaccination. As she knows, despite her claims, we have continued to deliver vaccines to the provinces as they scale up and expand vaccination programs. I happen to have the numbers today: 17.2 million vaccines were delivered across the country and nearly 15 million have been put into arms. We are making tremendous progress, but as we vaccinate Canadians, we have to continue to keep each other safe. This virus has shown us time and again that it is sneaky, it is insidious and it can gain on us very quickly if we do not take it seriously.
We have to remain focused on reducing infections, protecting each other and ensuring that people stay safe in their communities. This means that despite how tired we all are, we have to continue to follow public health guidance and do everything in our power, individually and collectively, to stop the spread of the virus. Vaccination is the finish line, but until we are all safe, we have to keep each other safe. Businesses, governments, families and communities have to do everything in their power to reduce the risks to each other.
Health Canada has authorized four different COVID-19 vaccines: Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca and Janssen. Just today, Health Canada authorized the use of the Pfizer-BioNTech vaccine in children 12 to 15 years of age. All of the authorized vaccines have been shown to be very effective at preventing hospitalizations and deaths.
We are making good progress, as I said, distributing these vaccines to the provinces and territories. Over 17 million doses of all authorized COVID-19 vaccines have gone to the provinces and territories, and nearly 15 million Canadians have received their first dose.
Earlier this week, we received two million doses of Pfizer-BioNTech, the largest shipment from the manufacturer to date, and last month, my colleague, the Minister of Public Services and Procurement, announced that Canada has secured COVID-19 vaccines from Pfizer for 2022 and 2023, with options to extend into 2024. As we have often said, we will be there for Canadians in this fight against COVID with whatever it takes, for as long as it takes. We expect that COVID-19 vaccines will be available to every eligible Canadian who wants to be vaccinated well before September 2021. This is just part of our commitment to the provinces and territories as we stand together in the fight against COVID-19.
We continually work with our colleagues to make sure that they have the help they need to manage outbreaks and keep people safe. This includes purchasing and delivering vaccines and PPE, buying and boosting the use of rapid tests, working with the private sector to deploy rapid tests and augmenting contact tracing. Eight dollars of every $10 spent across our country to respond to the pandemic has come from the Government of Canada.
Much of the on-the-ground support is being provided through the COVID-19 public health rapid surge capacity initiative. This program, in addition to the safe restart agreements, has provided the provinces and territories with $19 billion in federal investments and additional support for health care system capacity, testing, contact tracing, epidemiological support and other social services to support Canadians. It allows the provinces and territories to respond more effectively to outbreaks and to mitigate transmission in hot zones where there is additional pressure on the health care system. It allows for isolation housing for families and communities that do not have the ability to isolate safely when they become infected or have been in close contact with an infected person.
Of course, this support can also be used to strengthen existing services in areas where there is the most need. The eight fields of response under this program include the public health rapid response team; outbreak management; vaccine support; COVID-19 patient testing; laboratory services and equipment; contact tracing; safe voluntary isolation sites; and human resources recruitment.
Recently, we have been able to help struggling health care systems in Ontario, for example, with the health human resource assistance program. This program will provide reimbursement to the provinces and territories that need to use health human resources from another jurisdiction. This will help particularly with respect to staffing intensive care units. The funding helps to ensure that specialized health care services, including ICU nurses, physicians and respiratory therapists, among others, are deployed where and when they are needed. Up to $20 million per province or territory will be available to support their deployment of resources to other jurisdictions in need.
This is really a team Canada moment. The provinces and territories are stepping up for each other, and the federal government is helping to make sure that financial resources are in place to move the health human resources to where they are needed the most.
I will speak for a moment about testing and screening, which, along with public health measures, continue to be at the foundation for slowing the spread of COVID-19. So far, more than 25 million rapid tests have been shipped to the provinces and territories, and when combined with the federal allocation, over 41 million rapid tests have been distributed across the country.
The Province of Alberta recently announced that more than 2 million rapid tests will be available for businesses in the province. This follows the successful rollout of more than 1.2 million rapid tests to long-term care facilities, hospitals, homeless shelters and other outbreak sites where we see the virus transmit more easily. These rapid tests have value. They can help identify presymptomatic and asymptomatic cases, which allows for earlier isolation and quicker stoppage of the spread of COVID-19 in workplaces and other settings.
Another example in Alberta is the Suncor employee screening program. Suncor is one of the first members of the Creative Destruction Lab Rapid Screening Consortium. That is quite the name, but it is an innovation and a private sector workplace initiative that utilizes rapid COVID-19 screening with a commitment to keeping people healthy in the workplace.
Suncor's COVID-19 screening program is focused on the hundreds of fly-in, fly-out workers that conduct maintenance in northern Alberta over the spring and summer months. The company is using 100,000 rapid tests, provided through the Alberta government's allotment, and is administering over 300 tests a week. Suncor is also conducting rapid testing for first nations and Métis communities in Fort McKay, including for regional health facility workers and primary caregivers for the elder care centre. The Government of Canada has so far provided Alberta with almost 3 million rapid tests to support initiatives like this one.
The government continues to work closely with all the provinces and territories, as I said, to ensure that they have the tools they need to respond to the pandemic, including procuring point-of-care PCR and rapid tests, in addition to other public health measures. This is another layer of protection that can help keep workers safe.
We have also worked really closely with the provincial and territorial governments to strengthen health care and adapt the system to the challenges of delivering health care during the COVID-19 pandemic. Just last month, I announced the signing of a bilateral agreement with Alberta to support efforts to expand virtual health care services for its residents. We know that virtual health care has been a real boon to community members across this country who are accessing health care from the safety of their own home or from the safety of their own residence. Under this agreement, the province will invest federal funding to accelerate virtual health care services during the pandemic. This bilateral agreement allows Alberta to receive nearly $16 million to expand its efforts on these virtual health care services.
Some initiatives Alberta will use the funding for include expanding My Health Record patient portal information and capabilities, and developing a privacy and security framework for virtual care. These initiatives will help the province not only improve access to health care services, but also prioritize the patient experience and keep the privacy and security considerations of health information top of mind, something that we know is important to people accessing virtual care across the country.
We know that COVID-19 presents a significant physical health risk, but we also know that the COVID-19 pandemic has taken a toll on folks with respect to mental health. That is why early on in the pandemic we launched Wellness Together Canada, which is an online portal that offers free mental health and substance-use support 24 hours a day, seven days a week, in both official languages with translation into 60 others.
Budget 2021 proposes to provide $100 million over three years to support projects for innovative mental health interventions, because we know that many populations have been disproportionately impacted by COVID-19, including health care workers, frontline workers, youth, seniors, indigenous people, racialized communities and Black Canadians. There are so many incredible community organizations across this country, including in Alberta, that are closest to folks and know how best to deliver those services. We want to support them, especially as we see demand for these kinds of services growing.
Thankfully, we continue to see a significant drop in the number of outbreaks in long-term care homes. We are working to ensure that long-term care residents and caregivers are well supported. The fall economic statement invested $6.4 million to the Canadian Foundation for Healthcare Improvement. This funding is being used to expand its long-term care program to address pandemic preparedness.
I have to say the foundation has done incredible work on helping long-term care homes across the country become more equipped at infection prevention and control, and other measures to protect their residents. Alberta has 238 of the 350 long-term care homes and retirement homes supported through this program.
I will close with a few thoughts about the ongoing importance of public health measures. Vaccination campaigns are ramping up, but as we have said before and as we can see, we are not out of the woods yet. Even those who are vaccinated must continue to follow the basic public health measures that are keeping all of us safe. While numbers are growing every day, many people in Canada, in fact most people, are not fully vaccinated yet. Until they are, we need to hold the epidemic at bay with public health measures to provide protection of the population level.
Lifting measures too soon will cause an upsurge in cases, and indeed the modelling all along has shown that. The science has not been wrong. If we lift measures too quickly, or apply them too slowly, people will surely get sick and some will die. That is the reality. Despite the frustration, the fatigue that infuses us all, we have to continue and commit to each other to apply public health measures because they do work.
International experiences show that stringent public health measures control rapid epidemic growth and allow that time that we need for vaccination rates to grow and to work to reduce the spread. We are at a critical point in the battle against COVID-19. We need to be very careful and protect the progress we have made, even as we look towards a more hopeful future.
That means acting on the evidence and continuing to work closely with provinces, territories and municipalities on a coordinated response. It means we need to keep public health measures in place and encourage Canadians to continue to protect themselves by taking the appropriate personal precautions. It means we have to be patient, and we have to hold on just a little more before we relax our guard. It means that we need to hold on together, governments at all levels, businesses and people.
We cannot ignore this virus. COVID is not partisan. It does not care about our divisions. In fact, it actually exploits them. It exploits communities and countries that do not work together. It is why our federal government has been there for provinces, people, workers and businesses. Every step of the way, we have been there for Canadians. We will continue to be there for Albertans every step of the way. We will be there with resources, people, vaccines and equipment, testing, and financial supports for families, as they work so hard to protect each other.
The Government of Canada will continue to support provinces and territories as we finish this fight. I spoke with Minister Shandro last week. The Prime Minister has spoken with Premier Kenney last night. We both reiterated our ongoing offers of support for Alberta and Albertans during this tough time.
I know Albertans are working hard together, and I encourage every Canadian, every Albertan to accept vaccination when it is their turn. Vaccines do save lives, and they stop the spread. It is the biggest gift of health that we can give ourselves and our communities.
We can see the finish line. We need all to take actions together that will defeat this virus from infecting new people. We have come a long way over the past year. We have learned a lot of hard lessons. Now our challenge is to stay the course. The Government of Canada is committed to doing that, and I know that Canadians share that determination. We will continue to support each other until we have overcome this third wave of the pandemic and have emerged even stronger on the other side.
Madame la Présidente, premièrement, j'aimerais offrir toute ma compassion à ma collègue. À l'écoute de son discours, j'ai pu comprendre sa peur et son inquiétude pour sa communauté, sa province et les gens là bas. Tout comme elle, je suis inquiète.
Nous sommes à un point critique de la lutte contre la COVID-19, et la troisième vague frappe de nombreuses régions d'un bout à l'autre du pays. Comme l'a soulevé ma collègue, le nombre d'hospitalisations et d'admissions aux soins intensifs fracasse tous les records précédents. Malheureusement, il est vrai que cette troisième vague touche très sévèrement les Albertains. Comme je l'ai mentionné déjà, nous sommes dans une situation sans précédent à laquelle nous devons répondre ensemble et rapidement par des mesures sans précédent.
Le gouvernement a aidé l'Alberta. Évidemment, nous allons continuer d'être là pour l'Alberta et les Albertains. Nous avons pris des mesures récemment, tout comme nous l'avons fait pour les autres provinces aux prises avec une augmentation des éclosions. Nous collaborons continuellement avec nos homologues provinciaux pour partager les connaissances et fournir du soutien afin de renforcer les capacités des provinces à lutter contre la pandémie.
La députée a parlé de la vaccination. Malgré ses affirmations, elle sait très bien que nous continuons de livrer des vaccins aux provinces pendant qu'elles élargissent leurs programmes de vaccination. J'ai entre les mains les chiffres d'aujourd'hui: 17,2 millions de vaccins ont été livrés d'un bout à l'autre du pays et près de 15 millions de doses ont été administrées. Les choses avancent merveilleusement bien, mais nous devons continuer de nous protéger mutuellement tandis que la vaccination se poursuit. Le virus nous a souvent démontré qu'il est sournois et insidieux et peut gagner du terrain très rapidement si on ne le prend pas au sérieux.
Nous devons garder le cap sur la réduction des infections, continuer de nous protéger mutuellement et veiller à ce que les gens demeurent en sécurité dans leur communauté. C'est donc dire que, malgré notre fatigue, il faut continuer de suivre les consignes de la santé publique et faire tout notre possible, individuellement et collectivement, pour enrayer la propagation du virus. La vaccination marque la ligne d'arrivée, mais, tant que nous ne serons pas tous protégés, nous devons nous protéger mutuellement. Les entreprises, les gouvernements, les familles et les communautés doivent faire tout leur possible pour réduire les risques de transmission du virus.
Santé Canada a autorisé quatre vaccins contre la COVID-19, soit ceux de Pfizer-BioNTech, de Moderna, d'AstraZeneca et de Janssen. Pas plus tard qu'aujourd'hui, Santé Canada a autorisé l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 12 à 15 ans. Tous les vaccins autorisés se sont avérés très efficaces pour prévenir les hospitalisations et les décès.
Comme je l'ai dit, la distribution des vaccins aux provinces et aux territoires va bon train. Plus 17 millions de doses de tous les vaccins autorisés contre la COVID-19 ont été remises aux provinces et aux territoires, et près de 15 millions de Canadiens ont reçu une première dose de vaccin.
Plus tôt cette semaine, nous avons reçu 2 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, ce qui est la plus importante livraison en provenance de ce manufacturier à ce jour. Le mois dernier, ma collègue la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement a annoncé que le Canada a réservé des vaccins contre la COVID-19 auprès de Pfizer pour 2022 et 2023, avec des options de prolongation jusqu'en 2024. Comme nous le disons souvent, nous serons là pour les Canadiens dans la lutte contre la COVID, avec tout ce qu'il faut et aussi longtemps qu'il le faudra. Nous nous attendons à ce que tous les Canadiens admissibles et désireux de se faire vacciner aient accès à un vaccin bien avant septembre 2021. Cela fait partie de notre engagement envers les provinces et les territoires, avec lesquels nous luttons en toute solidarité contre la COVID-19.
Nous allons continuer de collaborer avec nos collègues et de leur offrir l'aide dont ils pourraient avoir besoin pour circonscrire les éclosions et assurer la sécurité de la population. Il peut par exemple s'agir d'acheter et de distribuer des vaccins et de l'équipement de protection individuelle, d'acheter des tests de dépistage rapide et d'en faciliter l'utilisation, de requérir les services d'entreprises privées pour distribuer les tests de dépistage rapide et intensifier la recherche de contacts. Pour chaque tranche de 10 $ qui servent à lutter contre la pandémie, 8 $ proviennent du gouvernement du Canada.
Une bonne partie du soutien sur place provient de l'initiative Soutien de la capacité d'intervention rapide. Ce programme, qui s'ajoute aux Accords sur la relance sécuritaire, fournit 19 milliards de dollars aux provinces et aux territoires afin qu'ils puissent augmenter la capacité de leurs établissements de santé, intensifier le dépistage et la recherche de contacts et offrir du soutien épidémiologique et divers autres services sociaux aux Canadiens. De cette façon, les provinces et les territoires peuvent réagir plus efficacement en cas d'éclosion et réduire la propagation dans les zones chaudes, c'est-à-dire là où la pression sur le réseau de la santé est la plus forte. Ils peuvent aussi offrir des lieux où peuvent aller les familles et les gens qui contractent la COVID ou qui sont entrés en contact avec une personne infectée et qui ne pourraient pas s'isoler autrement.
Il va sans dire que cet argent peut aussi servir à consolider les services existants là où les besoins sont les plus criants. Le programme en question compte huit domaines d'intervention: l'équipe d'intervention en rapide en santé publique, la gestion des éclosions, le soutien à la vaccination, le dépistage de la COVID-19, les services et l'équipement de laboratoire, la recherche de contacts, les lieux sûrs d'isolement volontaire et le recrutement des ressources humaines.
Récemment, nous avons pu aider des systèmes de santé en difficulté, dont celui de l'Ontario, dans le cadre du programme d'aide en matière de ressources humaines en santé. Ce programme permettra d'offrir un remboursement aux provinces et aux territoires qui ont besoin de recourir aux ressources humaines en santé d'une autre administration. Cela aidera notamment à fournir des ressources humaines aux services de soins intensifs. Ce financement aide à soutenir les services de soins spécialisés en déployant du personnel au moment et à l'endroit où on en a besoin, y compris, entre autres, du personnel infirmier pour les soins intensifs, des médecins et des inhalothérapeutes. Chaque province ou territoire pourra recevoir jusqu'à 20 millions de dollars pour le déploiement de ressources vers d'autres endroits qui en ont besoin.
C'est véritablement l'occasion de faire montre d'un esprit d'équipe à l'échelle du pays. Les provinces et les territoires sont prêts à s'entraider, et le gouvernement fédéral veille au déploiement des ressources financières nécessaires pour affecter des ressources humaines là où on en a le plus besoin.
Je veux parler des tests et du dépistage, qui, de concert avec les mesures de santé publique, demeurent les principaux moyens employés pour ralentir la propagation de la COVID-19. Jusqu'à maintenant, plus de 25 millions de tests rapides ont été expédiés dans les provinces et les territoires. En les combinant avec l'attribution fédérale, on calcule que plus de 41 millions de tests rapides ont été distribués partout au pays.
La Province de l'Alberta a récemment annoncé que plus de 2 millions de tests rapides seraient disponibles pour les entreprises de la province. Cela fait suite à la distribution réussie de plus de 1,2 million de tests rapides à des établissements de soins de longue durée, des hôpitaux, des refuges pour sans-abri, et d'autres foyers d'éclosion où le virus se transmet facilement. Ces tests rapides sont utiles. Ils peuvent contribuer à identifier des cas présymptomatiques ou asymptomatiques, ce qui permet d'isoler plus tôt les personnes atteintes et d'endiguer plus rapidement la propagation de la COVID-19 dans les lieux de travail, entre autres.
Comme autre exemple en Alberta, on retrouve le programme de dépistage des employés de Suncor, qui a été un des tout premiers membres du Creative Destruction Lab Rapid Screening Consortium. C'est bien son nom. Il s'agit d'une initiative novatrice du secteur privé qui consiste à utiliser le dépistage rapide de la COVID-19 afin d'assurer la santé des employés dans leur milieu de travail.
Le programme de dépistage de la COVID-19 mis en place par Suncor pour ses employés cible les centaines de travailleurs devant se déplacer régulièrement par avion pour mener des activités d'entretien dans le Nord de l'Alberta, au printemps et à l'été. L'entreprise utilise 100 000 tests de dépistage rapide, distribués par le gouvernement de l'Alberta, et fait passer plus de 300 tests par semaine. De plus, Suncor mène des tests de dépistage rapide auprès des communautés des Premières Nations et des communautés métisses de Fort McKay, y compris auprès des travailleurs des établissements régionaux de la santé et des principaux fournisseurs de soins dans les centres de soins pour les aînés. À ce jour, le gouvernement du Canada a fourni près de 3 millions de tests de dépistage rapide à l'Alberta pour appuyer des initiatives comme celle-ci.
Comme je l'ai dit, le gouvernement continue à collaborer étroitement avec l'ensemble des provinces et des territoires afin de s'assurer qu'ils disposent des outils nécessaires pour lutter contre la pandémie, y compris en leur procurant des tests PCR et des tests rapides aux points de service, qui viennent s'ajouter à d'autres mesures de santé publique. Il s'agit là d'une couche de protection additionnelle qui peut contribuer à assurer la sécurité des travailleurs.
Nous avons également travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour renforcer le système de santé et l'adapter aux difficultés associées à la prestation de services de santé pendant la pandémie de COVID-19. Le mois dernier, j'ai annoncé la signature d'un accord bilatéral avec l'Alberta pour appuyer les efforts visant à élargir les services de santé offerts à distance aux Albertains. Nous savons que ces services sont une véritable bénédiction pour les Canadiens qui, un peu partout au pays, peuvent les obtenir à partir de chez eux en toute sécurité. Cet accord permettra à la province de disposer de fonds fédéraux pour accélérer la mise en œuvre des services de santé à distance pendant la pandémie. L'accord bilatéral permet à l'Alberta de recevoir près de 16 millions de dollars pour accroître ses efforts relativement aux services de santé à distance.
L'Alberta utilisera notamment cet argent pour fournir plus de renseignements dans le portail des patients My Health Record, pour accroître les capacités du portail et pour élaborer un cadre de sécurité et de protection de la vie privée applicable aux services à distance. Ces mesures permettront non seulement à la province d'améliorer l'accès aux services de santé, mais aussi d'accorder la priorité à la qualité des services ainsi qu'à la confidentialité et la sécurité des renseignements sur la santé, ce qui est, comme nous le savons, un facteur important pour les personnes qui accèdent aux services de santé à distance dans l'ensemble du Canada.
Nous savons que la COVID-19 pose un risque important pour la santé physique, mais nous savons aussi que la pandémie a eu de lourdes conséquences sur la santé mentale des gens. C'est pourquoi, au début de la pandémie, nous avons lancé l'Espace Mieux-être Canada, un portail en ligne qui offre un soutien gratuit en matière de santé mentale et de toxicomanie 24 heures par jour, sept jours par semaine, dans les deux langues officielles ainsi que dans 60 autres langues.
Le budget de 2021 prévoit un financement de 100 millions de dollars sur trois ans afin de favoriser les interventions novatrices en santé mentale parce que nous savons que de nombreux groupes ont été touchés de façon disproportionnée par la COVID-19, notamment les travailleurs de la santé, les travailleurs de première ligne, les jeunes, les aînés, les Autochtones, les communautés racialisées et les Canadiens noirs. Il y a tellement d'organismes communautaires incroyables au Canada, notamment en Alberta, qui sont près des gens et qui savent mieux que quiconque comment fournir ces services. Nous voulons leur venir en aide, surtout à l'heure actuelle, puisque nous voyons la demande pour ce genre de services augmenter.
Heureusement, nous continuons à observer une diminution marquée du nombre d'éclosions dans les établissements de soins de longue durée. Nous veillons à ce que les résidants et les aidants naturels dans les établissements de soins de longue durée soient bien soutenus. Dans l'énoncé économique de l'automne, nous avons consacré 6,4 millions de dollars à la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé. Ces fonds sont utilisés pour élargir son programme de soins de longue durée afin d'accroître la capacité d'intervention en cas de pandémie.
Je dois dire que la Fondation fait de l'excellent travail pour aider les établissements de soins de longue durée au pays à mieux s'outiller pour prévenir les infections et à prendre d'autres mesures pour protéger leurs résidants. Sur les 350 établissements de soins de longue durée et maisons de retraite qui reçoivent de l'aide dans le cadre de ce programme, 238 se trouvent en Alberta.
Je terminerai sur les quelques réflexions qui suivent concernant l'importance des consignes de santé publique. La vaccination va bon train, mais comme nous l'avons dit auparavant et comme nous pouvons tous le constater, nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge. Même les personnes qui sont vaccinées doivent continuer à suivre les consignes élémentaires de santé publique qui nous ont permis de rester en sécurité jusqu'ici. Même si les chiffres augmentent de jour en jour, de nombreux Canadiens — la majorité d'entre eux, en fait — n'ont pas encore reçu leurs deux doses. D'ici là, c'est en misant sur les mesures de santé publique que nous pourrons continuer de contenir la pandémie et de bien protéger la population.
Si nous levons les restrictions trop vite, le nombre de cas va remonter en flèche, comme le disent les modèles statistiques depuis le début. Les scientifiques avaient vu juste: si on lève les restrictions trop rapidement ou si on ne les applique pas avec assez de rigueur, les gens vont tomber malades et certains mourront. C'est la réalité. Même si c'est dur sur le moral et même si nous sommes tous épuisés, ce n'est pas le temps de lâcher; nous devons tous nous engager à continuer d'appliquer les mesures de santé publique, car elles ont fait leurs preuves.
L'expérience des autres pays nous a appris que l'application de mesures strictes de santé publique permet de ralentir la propagation de la maladie, ce qui laisse le temps aux autorités de vacciner la population et aux vaccins de faire leur œuvre. Nous en sommes à un moment critique dans la bataille contre la COVID-19. Nous devons être extrêmement vigilants et ne pas mettre inutilement en péril les progrès réalisés jusqu'à présent, même si nous pouvons enfin commencer entrevoir un avenir meilleur.
Bref, il faut poser des gestes fondés sur les données probantes et continuer de collaborer étroitement avec les provinces, les territoires et les municipalités afin de coordonner nos interventions. Il faut aussi garder les consignes de santé publique en place et encourager les Canadiens à continuer de prendre les précautions nécessaires pour se protéger. Il faut être patient et attendre encore un peu avant de baisser la garde. Les pouvoirs publics, les entreprises et la population doivent tous rester unis.
On ne peut pas faire comme si le virus n'existait pas. La COVID-19 n'est pas partisane. Elle ne s'intéresse pas à nos divisions. Elle les exploite, en fait. Elle profite des communautés et des pays qui ne travaillent pas de concert. C'est pourquoi le gouvernement fédéral est là, depuis le début, pour les provinces, les gens, les travailleurs et les entreprises. Nous sommes là pour les Canadiens depuis le début, et nous continuerons d'être là pour les Albertains à chaque étape. Alors qu'ils déploient beaucoup d'efforts pour se protéger les uns les autres, nous serons là pour leur offrir des ressources, des intervenants, des vaccins, de l'équipement, des tests et de l'aide financière pour les familles.
Le gouvernement du Canada continuera de soutenir les provinces et les territoires pendant que la lutte se poursuit. J'ai parlé avec Ie ministre Shandro la semaine dernière. Le premier ministre a parlé avec le premier ministre Kenney hier soir. Nous avons tous les deux réitéré que nous sommes prêts à aider l'Alberta et les Albertains en ces temps difficiles.
Je sais que les Albertains travaillent fort ensemble, et j'encourage chaque Canadien, chaque Albertain à accepter le vaccin lorsque son tour viendra. Les vaccins sauvent des vies et ils arrêtent la propagation. C'est le plus grand cadeau de santé que nous puissions nous offrir à nous et à notre collectivité.
Nous pouvons voir la ligne d'arrivée. Nous devons tous unir nos efforts pour empêcher le virus d'infecter de nouvelles personnes. Nous avons parcouru un long chemin au cours de la dernière année. Nous avons appris beaucoup de dures leçons. Le défi consiste maintenant à maintenir le cap. Le gouvernement du Canada est déterminé à le faire, et je sais que la population canadienne est tout aussi déterminée. Nous continuerons à nous soutenir mutuellement jusqu'à ce que nous ayons surmonté la troisième vague de la pandémie et que nous en sortions encore plus forts.
View Angelo Iacono Profile
Lib. (QC)
View Angelo Iacono Profile
2021-05-04 14:47 [p.6625]
Mr. Speaker, I am proud to be part of the Liberal government that recognizes the valuable contributions that seniors have made to Canada and continue to make in our communities, like my riding of Alfred-Pellan. It is essential that we support the health and security of seniors, particularly at this critical moment in the pandemic when we need to defeat COVID-19.
Could the Minister of Seniors update the House of our commitments in budget 2021 to protect and support seniors?
Monsieur le Président, je suis fier de faire partie du gouvernement libéral, car il reconnaît la valeur de l'apport des aînés au Canada et au sein de nos communautés, comme dans Alfred-Pellan. Il est primordial de veiller à la santé et à la sécurité de nos aînés, surtout en cette période critique de la pandémie où nous devons vaincre la COVID-19.
La ministre des Aînés peut-elle faire un bilan de nos engagements prévus dans le budget de 2021 pour protéger et soutenir les aînés?
View Deb Schulte Profile
Lib. (ON)
View Deb Schulte Profile
2021-05-04 14:47 [p.6625]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for his leadership with the Liberal seniors caucus.
Budget 2021 recognizes seniors' increased needs as they age. In August, we are issuing to seniors who are 75 and older as of June 2022 a one-time $500 payment and we are delivering on our commitment to increase old age security by 10% for those age 75-plus in July of 2022. We are also investing $3 billion in long-term care and $90 million over three years to launch our age well at home initiative.
Our government will always be there to support seniors.
Monsieur le Président, je veux remercier mon collègue de son leadership au sein du caucus libéral pour les aînés.
Le budget de 2021 reconnaît que les besoins des aînés augmentent au fur et à mesure qu'ils vieillissent. Au mois d'août, nous allons verser un montant ponctuel de 500 $ aux aînés qui auront 75 ans et plus en juin 2022. De plus, nous honorerons notre promesse d'augmenter la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour ceux qui auront 75 ans et plus en juillet 2022. Nous investirons 3 milliards de dollars dans les soins de longue durée et 90 millions de dollars sur trois ans pour lancer notre initiative pour vieillir dans la dignité à la maison.
Le gouvernement sera toujours là pour aider nos aînés.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
During this time of COVID-19, we need to adapt.
Let us add a splash of colour to spring. That was the theme of the invitation I extended to the people of Portneuf—Jacques-Cartier in February when I asked them to submit colourful drawings to create a mural or poster to brighten our seniors' spring. We got a nice surprise. We received over 350 drawings from across the riding to help create this collective piece of artwork.
The posters will be sent to 33 seniors' residences in the riding. I believe this wave of colour will bring them a little bit of comfort in the circumstances that we are all facing. This is a good way to remind our precious seniors that we are thinking of them and that we need to keep going and not give up.
Once again, I am very proud of the people of Portneuf—Jacques-Cartier. Congratulations to Léa Roy from Saint-Gabriel-de-Valcartier and Victoria Cantin from Neuville who are the lucky winners of the two gift bags. Their names were chosen at random from among all those who submitted a drawing. I thank all participants, both young and not-so-young, and I wish them all a happy spring.
Monsieur le Président, en temps de pandémie, il faut se réinventer.
Ajoutons de la couleur à notre printemps! C'est sous ce thème que j'ai lancé une invitation en février dernier à la population de Portneuf—Jacques-Cartier. Le but était de créer une murale pour égayer le printemps de nos aînés avec une affiche colorée, montée à partir des dessins et des coloriages reçus. Nous avons eu une belle surprise: plus de 350 dessins provenant de l'ensemble du territoire nous ont été transmis pour créer cette œuvre collective.
Les affiches seront expédiées dans 33 résidences pour aînés dela circonscription. Cette vague de couleurs saura apporter, je le crois bien, un peu de réconfort dans les circonstances que nous vivons tous. C'est une belle façon de rappeler à ces pierres précieuses que sont nos aînés que nous pensons à eux et qu'il faut continuer et ne pas lâcher.
Une fois de plus, je suis très fier des citoyens de Portneuf—Jacques-Cartier. Félicitations à Léa Roy, de Saint-Gabriel-de-Valcartier et à Victoria Cantin, de Neuville, qui sont les heureuses gagnantes des deux sacs cadeaux. Leurs noms ont été tirés au sort parmi les dessins reçus. Je remercie tous les participants, jeunes et moins jeunes, et je leur souhaite tous un bon printemps.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-03 18:14 [p.6559]
Madam Speaker, it is a pleasure to speak yet again on this very important matter. I was quite encouraged by a couple of things today. I understand that we have delivered more than 14.5 million doses of vaccine to the provinces and territories. I believe it is 14,700,000. While I was sitting at the convention centre in Winnipeg, I did a bit of research on my cellphone and found out, from one particular site, that 12,696,698 people have been vaccinated with their first dose. As of this afternoon, I am one of the individuals who have been vaccinated, and I am very grateful.
Like others, I waited for my turn. Other people's turns will come and they will become eligible too. It is therefore really imperative that all members of Parliament and leaders within our communities encourage constituents to get vaccinated. Somewhere in the neighbourhood of 34% of our population has been vaccinated, and the rate is growing. That is really quite encouraging. Compared with other G20 countries, we are a strong and healthy third in getting out the first dose. I am really quite pleased and wanted to start off on this very positive note.
Canadians from coast to coast to coast have heard so many speeches, facts, numbers and statistics over the last number of months, so I thought I would pick up on something a little different. It is something we have talked a great deal about since last summer, going into September.
The Prime Minister has often said that as we go through the pandemic, there are things we can learn from, such as what was taking place in personal care facilities in different regions of our country and concerns related to the financial supports provided to Canadians. The Prime Minister wanted us to listen, take action, lobby and advocate not only for changes, but for ways we could build back better. A number of members of Parliament will often use the phrase “build back better”, and I really believe we can do that.
It is really quite encouraging to see how successful the Minister of Finance, the Minister of Middle Class Prosperity and the parliamentary secretary were in canvassing our country and the many stakeholders to ultimately present a budget. Others were involved too, but I highlight those three people in particular.
The Deputy Prime Minister put forward an economic statement in November of last year, and most recently, a couple of weeks ago, we had the budget. If we read it and get an understanding of what the Minister of Finance has put to the House of Commons, we will see that it reflects what we have been hearing across the country. I know this has been very important to the Prime Minister and the Liberal caucus as a whole. We wanted to ensure that what was put on the floor of the House of Commons reflected what is being talked about in our communities. I will highlight a couple of examples of that.
We all know, for example, what has taken place with our seniors. They have had a very difficult time as a result of the pandemic, and there are things we have learned from that. We take supporting our seniors very seriously. We need to make life easier and more affordable for them. We understand that, and it is something we all heard about in a very clear and tangible way. We would often see in our newscasts, media reports and consultations with a wide spectrum of stakeholders that the need is there, it is real and it is tangible, and the government has responded very positively.
We are going to support Canada's seniors. This is absolutely essential, especially as many seniors continue to cope with isolation not only from their loved ones in particular, but in general. They are experiencing financial difficulties, not to mention the many different health struggles that have resulted from the pandemic and the outcomes that have followed. We are particularly concerned about the long-term care facilities as well.
Budget 2021 highlights a plan of action that deals with COVID-19 and the issues it has created, among many other things affecting our seniors. It is why I am so glad we committed to a one-time payment of $500 for old age security, which will be distributed in August 2021 for seniors who are age 75 and over. We also provided a permanent increase of 10% to the OAS pension, a significant increase, for those age 75 and over. It will take effect in July 2022. These commitments are going to strengthen the financial security of over three million seniors, and it is estimated that they will lift well over 60,000 seniors out of poverty. Also, when we look at the numbers with a gender lens, 65% of that group is women. I am very proud of that initiative.
At the same time, it fulfills a campaign election commitment the government made in the last election, just over a year and a half ago, when we said we would increase OAS for seniors over 75. To a certain degree it is a little disappointing that other political parties are being critical of us for giving that 10% to them, because it was an election promise. However, it is exactly what has been filled out, in addition to providing other support.
We also created, through budget 2021, the age well at home initiative. It will assist seniors in being able stay in their homes longer by funding supports for community-based organizations.
I was a fairly proactive member of the Manitoba legislature for just under 20 years, and I can can say that on many different occasions, whether it was inside the Manitoba legislature or in talking to seniors, we advocated for them. We can support our seniors best by providing supports wherever we can to enable them to stay living in their communities longer. Within this budget, we are seeing just that. I see it as a very strong commitment to seniors.
We talk about supporting provinces and territories to ensure that long-term care standards will be applied, so that seniors can feel safe in their environments and have dignified conditions. This is absolutely essential. We learned that while going through the pandemic, and the Deputy Prime Minister listened.
This government is responding to that, yet unfortunately there are still those who criticize the government for doing it, whether members from the Conservatives or from the Bloc. We need to recognize, as Canadians have, that the national government has a role to play and we can look at best practices in jurisdictions across Canada. We can provide some support financially to encourage that standard. Those who would say that the federal government has no jurisdiction need to listen to their constituents and to Canadians as a whole. The expectation of Canadians is that the Government of Canada will bring in, promote and encourage those national standards.
We talk about building, repairing and supporting an additional 35,000 affordable housing units for vulnerable Canadians, including seniors. There are many ways in which we are supporting seniors in Canada, directly or indirectly, through the last budget and through many actions to date.
Another item I want to highlight is in regard to the child care commitment. Members should all be saying that it is a great way to build back better, and that it will make a difference. We often talk about child care in the province of Quebec, and how Quebec has been fairly successful at enabling both parents or a single parent to get into the workforce because the desire is often there and sometimes the economic need is there.
We see that the government has recognized that value by supporting a nationwide program. It is a tangible commitment. We are going to be looking for leadership among the provinces, territories and even other stakeholders to come to the table to recognize the true value. Depending on whom we talk to, an economist or whomever it might be, we will see that there is great value in expanding the workforce, not to mention benefits for the individuals who will be recipients of child care. It is a generational change that will have a profoundly positive impact on Canadians from coast to coast to coast. Whether or not people have children, they will benefit because a nationwide child care program will contribute to overall success and increase Canada's GDP, which will enable us to do more as a nation.
A list of things comes to mind that I could comment on, such as housing. I am going to be encouraging my constituents to look at opportunities so they can take advantage of federal programs to assist them with interest-free loans, if possible, to improve some of the structures within our communities: our homes. As our housing stock continues to age, it provides opportunities for our constituents not only to build or improve their homes, but also to be energy efficient. It will be better for our environment. Individuals can go to, for example, high-efficiency furnaces and air conditioners and look to the government for support to do that. It is a program that I believe will make a huge difference.
Having said all of that, there are some other aspects that I want to provide my thoughts on to members. I look at Canadian priorities. From day one, this government has been there in a very real and tangible way. It is one of the reasons why Liberal members of Parliament regularly provided information to the Government of Canada and the ministers, to ensure that we listened and brought in the programs that were necessary.
When I think of the pillars of Canada's COVID-19 economic response, I think of programs such as the emergency business account and the Canada emergency commercial rent assistance program, not to mention the lockdown support program. My personal favourites were the emergency response benefit, CERB, and the Canada emergency wage subsidy. These put cash into the pockets of Canadians when they needed it most. CERB was a hugely successful program, with close to nine million Canadians directly benefiting from it. The wage subsidy program literally saved tens of thousands of jobs in different regions of our country, as opposed to companies going bankrupt or having to permanently lay off workers. As a result of those types of investments, we are going to be able to recover more quickly.
We continue on through the recovery sickness benefit, the caregiving benefit and the Canada recovery benefit. We have seen a suite of programs to support Canadians. I made reference to our seniors already and the one-time payment for seniors last summer. I could talk about the disability payments or the many different supports for students and young people, such as the enhancement of the summer youth program. We are talking about significant numbers.
While the Conservatives have been focused on the negative side of politics, the Prime Minister, the government and the Liberal members of the House of Commons have been focused on minimizing the damage caused by the coronavirus day in and day out, 24 hours a day and, I would suggest, seven days a week. We want to be able to build back better and are committed to doing just that. That is where this budget and all of this consultation leading up to the budget has put us today.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de prendre de nouveau la parole à la Chambre au sujet de cette importante question. Les nouvelles ont été très encourageantes aujourd'hui. À ce que je sache, nous avons livré plus de 14,5 millions de doses de vaccins aux provinces et aux territoires. Je crois que le chiffre exact serait 14 700 000. Pendant que j'attendais au centre des congrès de Winnipeg, j'ai fait quelques recherches sur mon cellulaire et j'ai découvert dans un site que 12 696 698 personnes avaient reçu leur première dose. Depuis cet après-midi, j'en suis du nombre et j'en suis très reconnaissant.
Comme d'autres, j'ai attendu mon tour. Éventuellement, ce sera le tour d'autres personnes lorsqu'elles deviendront admissibles. Il est donc impératif que tous les députés et les leaders communautaires encouragent la population à se faire vacciner. Environ 34 % de la population ont été vaccinés et le taux ne fait qu'augmenter. C'est vraiment encourageant. Si on compare la situation du Canada à celle d'autres pays du G20, le pays arrive bon troisième pour l'inoculation de la première dose. J'en suis tout à fait ravi et je voulais commencer mon intervention sur cette note très positive.
Les Canadiens, d'un océan à l'autre, ont entendu tellement de discours, d'histoires, de chiffres et de statistiques au cours des derniers mois que j'ai pensé aborder un sujet un peu différent. C'est quelque chose dont nous avons beaucoup parlé depuis l'été dernier, jusqu'en septembre.
Le premier ministre a souvent dit, pendant la pandémie, que nous pouvions tirer des enseignements, par exemple, de la situation dans les établissements de soins de longue durée dans différentes régions de notre pays et des inquiétudes suscitées par les aides financières fournies aux Canadiens. Le premier ministre voulait que nous écoutions, que nous agissions, que nous favorisions non seulement les changements, mais que nous préconisions aussi des manières de rebâtir en mieux. Un certain nombre de députés utilisent souvent l'expression « rebâtir en mieux », et je crois vraiment que nous sommes en mesure de le faire.
C'est très encourageant de voir le succès que la ministre des Finances, la ministre de la Prospérité de la classe moyenne et le secrétaire parlementaire ont rencontré lors de leurs déplacements à travers tout le pays et leurs multiples rencontres avec des intervenants pour, au bout du compte, présenter un budget. D'autres encore ont participé, mais je voudrais souligner le rôle de ces trois-là en particulier.
La vice-première ministre a présenté un énoncé économique en novembre de l'année dernière, et plus récemment, le budget, il y a quelques semaines. Si vous parcourez ce budget, vous constaterez qu'il reflète ce que nous avons entendu dans tout le pays. Je sais que cela a été très important pour le premier ministre et le caucus libéral dans son ensemble. Nous voulions nous assurer que ce qui était présenté sur le parquet de la Chambre des communes reflétait l'opinion des Canadiens dans nos collectivités. Je vais vous en donner quelques exemples.
Nous savons tous, par exemple, ce qui s'est passé avec nos aînés. Ils ont vécu des moments très difficiles à cause de la pandémie et nous en avons tiré des leçons. Nous prenons le soutien des aînés très au sérieux. Nous devons rendre leur vie plus facile et moins chère. Nous le comprenons et nous avons tous entendu des témoignages très clairs et concrets. Nous avons souvent vu des bulletins de nouvelles, des reportages et des consultations avec un large éventail d'intervenants qui indiquaient qu'il existait un besoin réel et concret, et le gouvernement a répondu de façon très positive.
Nous soutiendrons les aînés du Canada. C'est absolument essentiel, d'autant plus que nombre d'entre eux continuent d'être isolés non seulement de leurs proches, mais aussi des gens en général. Ils éprouvent des difficultés financières, sans parler des nombreux problèmes de santé qui ont découlé de la pandémie et des résultats qui ont suivi. Nous sommes également particulièrement préoccupés par les établissements de soins de longue durée.
Le budget de 2021 prévoit un plan d'action pour s'attaquer à la pandémie de COVID-19 et aux problèmes qu'elle a engendrés. Il s'agit de quelques-uns des problèmes qui ont touché les aînés. Voilà pourquoi je suis si fier que nous ayons promis un paiement unique de 500 $ aux prestataires de la Sécurité de la vieillesse, qui sera versé en août 2021 aux aînés de 75 ans et plus. Nous avons aussi bonifié de 10 % les prestations de la Sécurité de la vieillesse des personnes de 75 ans et plus, ce qui constitue une augmentation importante et permanente. L'augmentation aura lieu en juillet 2022. Ces engagements renforceront la sécurité financière de 3 millions d'aînés, et on estime qu'ils permettront de sortir plus de 60 000 aînés de la pauvreté. De plus, quand on examine ces chiffres sous l'angle des différences entre les femmes et les hommes, 65 % de ce groupe sont des femmes. Je suis très fier de cette initiative.
Parallèlement, elle répond à un engagement que le gouvernement a pris lors de la dernière campagne électorale, il y a un peu plus d'un an et demi, où nous avions dit que nous allions bonifier la Sécurité de la vieillesse des personnes de 75 ans et plus. Dans une certaine mesure, il est un peu décevant que d'autres partis politiques nous critiquent d'avoir bonifié de 10 % les prestations de ces personnes parce qu'il s'agissait d'une promesse électorale. Toutefois, c'est exactement ce que nous avons fait, en plus de fournir d'autres mesures de soutien.
Nous avons également créé, dans le budget de 2021, l'initiative pour vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aidera les aînés à demeurer chez eux plus longtemps en finançant le soutien qui leur est offert par des organismes communautaires.
J'ai pris pas mal d'initiatives au sein de l'Assemblée législative du Manitoba pendant tout près de 20 ans, et je peux dire que, à de nombreuses occasions, nous avons défendu les intérêts des aînés, que ce soit par notre travail à l'assemblée ou dans nos échanges avec eux. La meilleure façon de soutenir les aînés est de leur offrir, dans la mesure du possible, du soutien pour leur permettre de demeurer plus longtemps au sein de leur communauté. C'est ce que nous faisons dans ce budget. J'estime qu'il s'agit d'un engagement très ferme à l'égard des aînés.
Nous parlons de soutenir les provinces et les territoires pour appliquer des normes en matière de soins de longue durée, de sorte que les aînés puissent se sentir en sécurité dans leur environnement et vivre dans la dignité. C'est absolument essentiel. C'est une leçon que nous a apprise la pandémie et la vice-première ministre en a tenu compte.
Le gouvernement intervient à ce chapitre. Malheureusement, certains le lui reprochent, que ce soit les députés conservateurs ou bloquistes. Nous devons reconnaître, comme le font les Canadiens, que le gouvernement national a un rôle à jouer à ce chapitre. Nous pouvons nous inspirer des pratiques exemplaires dans certaines régions du Canada. Nous pouvons offrir une certaine aide financière pour favoriser le respect de ces normes. Ceux qui disent qu'il n'appartient pas au gouvernement fédéral d'intervenir dans ce dossier auraient intérêt à écouter les citoyens de leur circonscription et l'ensemble des Canadiens. Les Canadiens s'attendent à ce que le gouvernement du Canada instaure et fasse valoir ces normes nationales et à ce qu'il en favorise le respect.
Nous parlons d'aménager, de réparer et de soutenir 35 000 unités de logement abordable supplémentaires pour les Canadiens vulnérables, y compris les aînés. Nous soutenons les aînés du Canada de bien des façons, directement ou indirectement, dans le plus récent budget ainsi que dans les nombreuses mesures que nous avons prises jusqu'à présent.
Autre point à souligner, l'engagement en matière de services de garde. Les députés devraient tous dire que c'est un excellent moyen de rebâtir en mieux et que cela aidera les familles. Nous parlons souvent des services de garde d'enfants au Québec et du fait que la province a assez bien réussi en permettant aux deux parents — ou à un seul parent — d'intégrer le marché du travail, car c'est souvent ce qu'ils souhaitent, et parfois c'est nécessaire du point de vue financier.
Nous constatons que le gouvernement a reconnu la valeur d'une telle initiative en soutenant un programme national. Il s'agit d'un engagement concret. Nous faisons appel au leadership des provinces, des territoires et même d'autres intervenants pour reconnaître la valeur réelle du programme. Qu'on ait un économiste ou quelqu'un d'autre comme interlocuteur, nous verrons les avantages considérables à renforcer la main-d'œuvre sans parler de l'intérêt que cela représente pour les bénéficiaires de ces services. Il s'agit d'un changement générationnel qui aura d'immenses retombées sur les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Que les gens aient des enfants ou non, ils en profiteront, car un programme national de services de garde d'enfants contribuera à la réussite collective et il augmentera le PIB du Canada, ce qui nous permettra d'en faire plus en tant que nation.
Je pense à divers sujets que je pourrais commenter, dont le logement. J'encourage les gens de ma circonscription à examiner les programmes fédéraux de prêts sans intérêt dont ils pourraient se prévaloir pour renforcer certaines infrastructures comme les logements. Le vieillissement du parc domiciliaire est l'occasion de rénovations ou de nouvelles constructions plus écoénergétiques. C'est l'occasion d'acheter, avec l'aide du gouvernement, une chaudière ou un climatiseur à haut rendement. Ce programme particulier fera une immense différence, je crois.
Cela dit, j'ai d'autres propositions à faire aux députés. Je pense aux priorités du Canada. Depuis le tout début, le gouvernement actuel répond présent d'une manière bien réelle et bien tangible. C'est l'une des raisons pour lesquelles les députés libéraux ont fourni régulièrement des renseignements au gouvernement du Canada et aux ministres. C'était une façon d'être à l'écoute pour mettre en place les programmes nécessaires.
À propos des piliers de l'intervention économique du gouvernement du Canada pour répondre à la COVID-19, je pense aux programmes comme le Compte d'urgence pour les entreprises, l' Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial, sans oublier la mesure de soutien en cas de confinement. Mes mesures préférées ont été la Prestation canadienne d'urgence, ou PCU, et la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a secouru les Canadiens au moment où ils en avaient le plus besoin. La PCU s'est avérée un franc succès: près de 9 millions de Canadiens en ont directement profité. Le programme de subvention salariale a permis de sauver littéralement des dizaines de milliers d'emplois dans diverses régions du pays, et a permis aux entreprises d'éviter la faillite ou la mise à pied définitive d'employés. Grâce à ces investissements, nous serons en mesure de nous rétablir plus rapidement.
Il y a aussi la prestation de maladie pour la relance économique, la prestation pour proches aidants et la Prestation canadienne de la relance économique. C'est là toute une gamme de programmes pour soutenir les Canadiens. J'ai fait allusion aux aînés et au paiement ponctuel qui leur a été versé l'été dernier. Je pourrais parler du paiement versé aux personnes handicapées et des nombreuses mesures de soutien destinées aux étudiants et aux jeunes, comme la bonification du programme d'emplois d'été pour les jeunes. On parle de chiffres considérables.
Pendant que les conservateurs se sont concentrés sur le côté négatif de la politique, le premier ministre, le gouvernement et les députés libéraux de la Chambre des communes se sont efforcés d'atténuer les dommages causés par le coronavirus et ce, 24 heures sur 24, bref, en permanence. Nous voulons rebâtir en mieux, et nous sommes déterminés à le faire. C'est ce que nous avons voulu faire à la suite des consultations prébudgétaires, et c'est ce que nous proposons dans ce budget aujourd'hui.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, maybe the best place to start is where we left off with the last speaker. Although I admired his quip about the PMO handing me documents, I will assure the member that I have three extremely capable, young, energetic staffers who do the vast majority of my research. Since I am singling them out, I am going to name them: Parth, Kaitlin and Kelly. They are absolutely incredible, and they do amazing work for me. They are the ones who quite often bring these very important pieces of information forward that I can use in debate. I am extremely lucky to have those incredible young Canadians working for me.
To the member's point about fact checking, let us fact check. I will admit I was younger at the time and not as engaged in politics as I am now; however, my understanding is that Paul Martin and Ken Dryden had worked out a deal with all the provinces. That is kind of required in these constitutional things. I know the member completely disregarded that with the pharmacare private member's bill he brought in. Of course, he does not see the need to work with our partners, especially the ones we are constitutionally required to work with.
Nonetheless, Ken Dryden and Paul Martin worked with the provinces and finally got the infrastructure or the programming structure set up so that national child care could be brought into Canada. This is where the budget part comes into it. This member, with the Conservatives, teamed up against Paul Martin and Ken Dryden and took down the government. That is why we do not have national child care. That is the reality of the situation. He should really go and do some fact checking on that, although I assume that he would have known, given that he was here at the time. However, who am I? I was only 29 at the time, and perhaps not paying as much attention as I should have been.
I really look forward to using the remaining 18 minutes of my time to talk about this very important concurrence motion that was introduced by the member for Carleton. He brought in the concurrence motion on the report from the finance committee. It is a very important report, with 145 recommendations in total, outlining the budget consultation process and what the government should be focusing on as it looks toward the budgeting process.
I know the previous speaker said he was very disappointed that the budget seemed to miss the mark on a number of different initiatives brought forward during the time of the consultation. He went to great lengths to explain how the consultation is done.
I would like to highlight some of the recommendations within the report that I thought were very good. Some made it into the budget and will have a meaningful impact on, and beneficial changes for, the lives of Canadians. There are a number of different sections to the recommendations. I will start in the section on health care.
One of the recommendations there, specifically with regard to mental health, was extremely important. We are living in a day and age when mental health is finally being recognized as the health problem that it is. I find it very frustrating that we have always been able to focus on the health issues that affect people's physical well being, and are very quick and responsive to invest money there, but we are not as good when it comes to mental health. I say that as a society. Certainly, there is always more that could be done.
A number of years ago the government brought in big stimulus for research and for helping to give people with mental health issues the supports they need. There is always going to be so much more work to be done, and I am glad to see that the committee came to that conclusion, based on research and recommendations given by various stakeholders throughout the process.
The other item in the health care section that I really liked seeing, and is something that has been talked about a lot in this House lately, was the request for long-term care national standards. What we have realized during this pandemic is that we have failed Canadians. Again, I do not say this as one particular party or another; I just mean society as a whole. We failed our seniors. We did not set up the right systems in order to protect them at a time when they would need it the most. The responsibility for this needs to be shared by everybody, by society as a whole, and we need to do better. If there is anything we have learned from this pandemic, it is that we have an opportunity to do better when it comes to long-term care standards and we need to act on that.
I know there are some members of this House who are very concerned about national standards for long-term care, including my colleagues from the Bloc Québécois. However, I really think that this does not have to be a top-down approach, as they are suggesting it is. It can actually be an opportunity to share best practices, to develop standards that can then be used throughout the country as provinces see fit.
I have said this many times and I will say it again: I compare it to something like our National Building Code. A lot of people probably do not even realize that there is a National Building Code in Canada because provincial jurisdictions use the building code. At least people who live in Ontario or Quebec may not realize that the National Building Code exists because Ontario and Quebec have their own building codes. The rest of the country pretty much uses those national standards. When we think of a building code, we think of the best practices that are put in there. If we compare the National Building Code to Ontario's Building Code, with which I am more familiar than I am with the Quebec one, we will see that the two are almost identical because Ontario is getting its best practices from the national code and I am sure that the national code is also influenced heavily by Ontario's Building Code and Quebec's Construction Code.
Therefore, I look at this as an opportunity to do something very similar as it relates to national long-term care standards. It is to develop some standards, not to impose them and force them upon provinces but to set the standards so that they can be adopted as best practices where provinces see fit.
One of the other sections that I enjoyed seeing in this report was the section on children and families in particular, and talking about a national child care system. Members heard me speak about this at the beginning of my speech and in the questions I was asking for the previous speaker. It is long overdue. I know there is a tendency to say, “What about this? What about that?” The Liberals have been promising it since the early 1990s when I was still in high school. I do not know what the situation is and why this happened, other than what I have been referencing around the Paul Martin time, but, as a parent who has children who have gone through nursery school and day care, I see so many parents out there, more often women, who do not put their kids into day care or child care because it just does not make economic sense. One of the parents, more often than not the woman, ends up staying home and she does not have the opportunity to realize her full potential in the marketplace.
When I talk about child care, it is not just about taking care of children in day care and giving the parents a break; this is about unleashing an economic opportunity here. Imagine what it would mean to put so many more people into the workforce and what that would mean for our economy. If one does not care about the social impact of child care, one should at least consider the economic impact of it. It has the opportunity to unleash new people working in our marketplace, which is only good for the growth of our economy.
I also note that there was a recommendation with respect to domestic abuse victim supports. I liked seeing that. There will never be enough that we can do to support victims of domestic abuse.
When I was younger, in high school in the early nineties, as I alluded to earlier, my mother worked at the Kingston Interval House, which was a special house to support more often than not women who were subject to domestic abuse and give them the support they needed right then and there to help them. To know the committee has heard from people in our country who are advocating for this is important. As we move forward I hope we will see more supports being put into this particular initiative of protecting and giving supports to those who have been subject to domestic abuse.
Another section I found very interesting when I was reading through the report was on employment and labour. There was a recommendation to fund Statistics Canada to make sure it had the funding it needed to do its job. My predecessor Ted Hsu introduced a private member's bill on this particular topic about reinstating the long-form census. Nothing is more important to government, agencies and businesses for that matter than good data. Getting that data and making sure Statistics Canada can compile that data in order for organizations, businesses and government to utilize is truly important for our economy and the social fabric of our communities.
There were also, in the employment and labour section, recommendations on supporting and developing training for green jobs. I talked about this earlier when we were discussing Bill C-12. The opportunity here of Canada being at the forefront of those green jobs and allowing Canadians to really expand their skills as these new industries are created in our economy is truly important, but we need to make sure people, and particular workers, have the skills they need for these jobs.
Along those lines, I know in the education and training section of the report there were also recommendations on investing in young Canadians for skills training specifically. I do not know if anybody has tried to hire a plumber or an electrician lately, but they are not easy to get and can pretty much charge whatever they want.
I come from this generation where my parents are immigrants from Italy and Holland who came here very young. They saw the struggles their parents went through, and the only thing their parents wanted was for their children to be lawyers, doctors and teachers, or “professionals”. That gets passed down to the next generation, and unfortunately, in the process of doing that, we have somehow devalued the core skills of those really important jobs. We made a giant mistake in doing that, as a society, when I say “we”.
To put resources into making sure that skills training can continue and people can get trained for those skilled trades jobs in particular truly is important in this day and age. If any of my three children come to me and say they want to get into a skilled trade, I will be beside myself and excited by this because I know they will be set for life and will be making money taking care of everybody else's problems for years to come.
There was also a lot in the report about arts, culture and hospitality. I come from a riding that really needs a lot of supports right now. About 11% or 12% of the economy in Kingston specifically is in tourism. These industries are struggling right now. We have a number of museums in Kingston, which make up the tour in Kingston, that literally have been sitting empty for a year, and these museums and cultural amenities that exist throughout the country really need the supports to get through this particular time so we can still have those cultural assets when we get through this pandemic. I was really happy to see that recommendation in there.
Perhaps the part of the recommendations I liked the most were the last five recommendations of the report, which focus on electric vehicles. I think there is such a huge opportunity here, as we discover that we will transition to electrified vehicles. There is no stopping that. It is going to happen. I genuinely believe we have passed the tipping point. It is really going to take off, and it will do so at a much more increased pace than it is now.
I heard a member from British Columbia, I believe it was one of the Green Party members, indicate that B.C. is now selling approximately 10% of its vehicles as electric vehicles. This industry is really going to take off, so putting investments and incentives into research and development, which is what one of the recommendations calls for, makes me wonder about what that will lead to.
When NASA does research to build new things for space, quite often we get a ton of spinoffs that end up becoming new products, which become available for more residential and commercial uses. Therefore, the spinoffs that will come from research and development in electrifying vehicles, for example, will be tremendous.
I also think there is a huge opportunity here. We are starting to see electric vehicles get to the end of their lifespan, as some have been around for a good 10 or 15 years now, and there is an opportunity to do a lot of research and development in what to do with an electric vehicle when it gets to the end of its life. I think there is a huge opportunity here, and I am really glad to see that was in one of the recommendations of this concurrence report.
Of course, there was also another recommendation in that same section on incentivizing the purchase of electric vehicles. I think it is extremely important to do that, but I know there are a lot of people out there who criticize the incentivization of electric vehicles.
I will be the first to admit that I have taken advantage of those incentives in Ontario on a number of occasions. We are on our fourth electric vehicle. People who are overly critical of these incentives are being very short-sighted on how much we actually help the fossil fuel industry in Canada, in particular with the incentives that are out there and the credits that are being applied to the fossil fuel industry.
Of course, there was another recommendation to increase the electrification of the federal government fleet dramatically. That is something I am very encouraged to see. It is another great recommendation, which I think the government should act on. We need to be leaders. If we are going to convince other people to buy an electric vehicle, the government needs to introduce a lot of electric vehicles into its own fleet.
I made a comment earlier about electric vehicles being an industry that is evolving. I can tell members that our first electric vehicle we had was a Chevy Volt. We could get 40 kilometres after plugging it in, and then we were using gas after that. We now have a Chrysler Pacifica, which is a minivan. We get about 60km and then use gas.
Then we have a Hyundai Kona, which I get about 400 kilometres on and which I drive to and from Ottawa. To see the evolution, just from my own limited experience of how these vehicles have changed in such a short period of eight or nine years, is truly inspiring. I know it is only a matter of time before they are flooding the market and everybody will be driving electric vehicles.
Madame la Présidente, l'idéal serait peut-être de commencer mon intervention là où le dernier intervenant s'est arrêté. Même si j'apprécie sa boutade sur des documents qui m'auraient été remis par le Cabinet du premier ministre, je tiens à assurer le député que j'ai trois jeunes employés extrêmement compétents et énergiques qui effectuent la vaste majorité de mes recherches. Puisque je les mentionne, je précise qu'ils se nomment Parth, Kaitlin et Kelly. Ils sont tout à fait incroyables, et ils font un travail extraordinaire pour moi. Ce sont eux qui, bien souvent, me soumettent ces renseignements cruciaux que je peux utiliser lors des débats. Je suis extrêmement chanceux d'avoir à mon service ces jeunes Canadiens remarquables.
Le député a parlé de vérifier les faits; alors, faisons-le. J'admets que j'étais plus jeune à l'époque, et que je n'étais pas aussi actif sur la scène politique que maintenant. Cependant, j'ai cru comprendre que Paul Martin et Ken Dryden étaient parvenus à une entente avec toutes les provinces. Ce genre d'entente s'impose lorsque la Constitution est concernée. Je sais que le député a fait complètement fi de cette obligation quand il a présenté son projet de loi d'initiative parlementaire sur l'assurance-médicaments. Bien sûr, il ne voit pas la nécessité de travailler avec nos partenaires, surtout ceux avec lesquels nous sommes tenus de travailler aux termes de la Constitution.
Quoi qu'il en soit, Ken Dryden et Paul Martin ont travaillé avec les provinces et ont finalement réussi à mettre en place l'infrastructure nécessaire à la mise sur pied d'un programme national de services de garde d'enfants. C'est là qu'intervient le budget. Le député s'est ligué avec les conservateurs contre Paul Martin et Ken Dryden pour faire tomber le gouvernement. C'est pourquoi nous n'avons pas de programme national de garderies. C'est ainsi. Il devrait vraiment aller vérifier les faits à ce sujet, bien que je suppose qu'il devrait être au courant, étant donné qu'il était là à l'époque. Mais qui suis-je? Je n'avais que 29 ans à l'époque et je n'étais peut-être pas aussi attentif que j'aurais dû l'être.
Je suis vraiment très content d'avoir encore18 minutes pour parler de cette très importante motion d'adoption présentée par le député de Carleton, qui vise l'adoption du rapport du comité des finances. Il s'agit d'un rapport très important, qui contient 145 recommandations au total, qui décrit le processus de consultation budgétaire et qui souligne ce sur quoi le gouvernement devrait se concentrer en vue du processus budgétaire.
Je sais que l'intervenant précédent a dit être très déçu que le budget semble passer à côté du but en ce qui concerne un certain nombre d'initiatives différentes présentées pendant la période de consultation. Il s'est donné beaucoup de mal pour expliquer comment la consultation se déroule.
J'aimerais souligner certaines des recommandations du rapport qui, à mon avis, sont très bonnes. Certaines ont été retenues dans le budget et elles auront un impact significatif et bénéfique sur la vie des Canadiens. Les recommandations sont regroupées en différentes sections. Je vais commencer par la section sur les soins de santé.
Une des recommandations de cette section est extrêmement importante et concerne la santé mentale. De nos jours, les problèmes de santé mentale sont enfin reconnus pour ce qu'ils sont. Je trouve vraiment frustrant que nous ayons toujours pu répondre aux problèmes de santé physique des gens et que les investissements soient toujours arrivés rapidement dans ce domaine, mais que nous ne soyons pas aussi efficaces en matière de santé mentale. Je parle de la société en général. Assurément, il sera toujours possible d'en faire plus.
Il y a quelques années, le gouvernement a pris d'importantes mesures pour encourager la recherche et aider les personnes qui ont des troubles de santé mentale. Il sera toujours possible d'en faire beaucoup plus et je suis content de voir que le comité est arrivé à cette conclusion à partir de la recherche et des recommandations faites par les différents intervenants pendant tout le processus.
L'autre élément de la section sur les soins de santé dont je me suis vraiment réjoui, et dont on a beaucoup parlé à la Chambre ces derniers temps, est la demande de normes nationales pour les soins de longue durée. Ce que nous avons réalisé au cours de la pandémie, c'est que nous avons laissé tomber les Canadiens. Je ne dis pas cela d'un parti plus que d'un autre; je parle de la société dans son ensemble. Nous avons tous laissé tomber les aînés. Nous n'avons pas mis en place de systèmes appropriés pour les protéger au moment où ils en avaient le plus besoin. Nous, la société dans son ensemble, sommes tous responsables de la situation, et nous devons faire mieux. S'il y a une chose que la pandémie nous a apprise, c'est que nous pouvons faire mieux en ce qui concerne les normes en matière de soins de longue durée et que nous devons prendre des mesures en ce sens.
Je sais que certains députés, notamment mes collègues du Bloc québécois, sont très préoccupés par la possibilité de normes nationales en matière de soins de longue durée. Cependant, contrairement à ce qu'ils suggèrent, je ne pense pas qu'une telle approche doit nécessairement être descendante. Cela peut en fait être une occasion d'échanger des pratiques exemplaires et d'élaborer des normes qui pourront ensuite être utilisées d'un bout à l'autre du pays, selon les besoins des provinces.
Je l'ai dit à maintes reprises et je vais le répéter: je vois cela comme le Code national du bâtiment. Bien des gens ne savent probablement même pas que le Canada dispose d'un Code national du bâtiment parce que ce sont les provinces qui l'utilisent. Du moins, les personnes qui vivent en Ontario et au Québec ne savent peut-être pas qu'il existe parce que ces deux provinces ont leur propre code du bâtiment. Le reste du pays utilise essentiellement les normes nationales. Quand on pense à un code du bâtiment, on pense aux pratiques exemplaires qu'il contient. Si on compare le Code national du bâtiment au Code du bâtiment de l'Ontario, que je connais mieux que celui du Québec, on constate que les deux sont presque identiques parce que l'Ontario s'inspire des pratiques exemplaires du code national, et je suis sûr que celui-ci est en retour aussi lourdement influencé par les codes du bâtiment de l'Ontario et du Québec.
Par conséquent, je vois cette situation comme une occasion de faire quelque chose de très semblable afin d'établir des normes nationales pour les soins de longue durée. Le but est d'établir certaines normes, et non de les imposer aux provinces. Nous devons établir des normes, que les provinces utiliseront selon leurs besoins comme des pratiques exemplaires.
L'une des autres sections du rapport que j'ai aimées est celle qui est principalement consacrée aux enfants et aux familles et qui traite d'un système national de garderies. Les députés m'ont entendu en parler au début de mon intervention et les questions que j'ai posées à l'intervenant précédent portaient sur le sujet. Ce système se fait attendre depuis longtemps. Je sais qu'on a tendance à dire: « Qu'en est-il de ceci? Qu'en est-il de cela? » Les libéraux promettaient déjà de mettre en place un tel système au début des années 1990, alors que j'étais encore à l'école secondaire. Je ne sais pas quelle est la situation et pourquoi cela s'est produit, à l'exception de ce que j'ai dit concernant l'époque de Paul Martin, mais en tant que père dont les enfants ont fréquenté la prématernelle et la garderie, je vois tant de parents, souvent des mères, qui ne confient pas leurs enfants à une garderie ou à un service de garde parce que le faire n'est tout simplement pas rentable. L'un des parents, la plupart du temps la mère, finit par rester à la maison et n'a pas la possibilité de réaliser son plein potentiel sur le marché du travail.
Lorsque je parle des services de garde, il n'est pas seulement question d'offrir un peu de répit aux parents en leur permettant de faire garder leurs enfants, mais aussi de libérer un potentiel économique. Imaginons permettre à tous ces parents d'entrer sur le marché du travail et les répercussions que cela aurait sur l'économie. Si on ne se soucie pas de l'impact social des services de garde, on devrait au moins penser à leur impact économique. C'est l'occasion de faire entrer une vague de nouvelles personnes sur le marché du travail, ce qui ne peut qu'être favorable à l'économie.
Je souligne également qu'il y a une recommandation concernant le soutien offert aux victimes de violence familiale. Je m'en suis réjoui. Nous n'en ferons jamais assez pour les victimes de violence familiale.
J'ai déjà fait allusion au fait que, lorsque j'étais plus jeune et au secondaire, au début des années 1990, ma mère travaillait à la Maison Interval de Kingston. Il s'agissait d'une maison spéciale pour soutenir les victimes de violence familiale — le plus souvent des femmes — et leur offrir une aide immédiate. Il est important de savoir que le comité a entendu des gens du pays qui militent pour cela. J'espère qu'il y aura plus de mesures pour protéger et soutenir les personnes qui ont fait l'objet de violence familiale.
En lisant le rapport, j'ai trouvé très intéressante la partie sur l'emploi et la main-d’œuvre. On y recommande de mettre à la disposition de Statistique Canada les ressources financières nécessaires pour faire son travail. Mon prédécesseur, Ted Hsu, a présenté un projet de loi d'initiative parlementaire précisément sur le rétablissement du formulaire détaillé du recensement. Rien n'est plus important pour le gouvernement, les organismes et les entreprises que des données de qualité. Recueillir ces données et faire en sorte que Statistiques Canada les compile de manière à ce que les organismes, les entreprises et le gouvernement puissent s'en servir est vraiment important pour notre économie et le tissu social de nos collectivités.
Par ailleurs, la section sur l'emploi et la main-d'oeuvre contient des recommandations pour soutenir et développer la formation pour les emplois verts. J'en ai parlé un peu plus tôt quand nous débattions le projet de loi C-12. Le Canada se retrouve dans une situation très propice pour devenir un chef de file en matière d'emplois verts et pour que les Canadiens puissent vraiment approfondir leurs compétences dans ce secteur en pleine expansion. Cependant, nous devons veiller à ce que les gens, surtout les travailleurs, aient les compétences requises pour occuper ces emplois.
Parallèlement, je sais que la section du rapport sur l'éducation et la formation professionnelle comporte des recommandations pour investir dans les jeunes Canadiens, surtout dans la formation professionnelle. Je ne sais pas si quelqu'un ici a essayé d'obtenir les services d'un plombier ou d'un électricien dernièrement, mais ils sont difficiles à trouver et ils peuvent facturer leurs services comme bon leur semble.
Je viens d'une génération dont les parents sont des immigrants. Ils étaient très jeunes quand ils sont arrivés ici, de l'Italie et de la Hollande. Ils ont vu leurs parents trimer dur, leurs parents qui ne souhaitaient qu'une chose pour leurs enfants: qu'ils deviennent avocats, médecins, enseignants ou des professionnels d'un autre type. Cette façon de voir est transmise d'une génération à l'autre et, malheureusement, en cours de route, nous avons dévalorisé les compétences essentielles de métiers importants. Nous avons fait une grave erreur d'agir de la sorte. Quand je dis « nous », je parle de nous en tant que société.
À l'heure actuelle, il est particulièrement important de consacrer les ressources nécessaires pour que la formation professionnelle puisse continuer et que les gens apprennent des métiers. Si l'un de mes trois enfants m'annonce un jour qu'il souhaite apprendre un métier spécialisé, je déborderai de joie et d'enthousiasme, convaincu qu'il aura du travail pour le reste de ses jours et qu'il gagnera sa vie en réglant les problèmes de tout le monde.
Dans le rapport, il est aussi beaucoup question des arts, de la culture et de l'hospitalité. Je viens d'une circonscription qui a besoin de beaucoup de soutien en ce moment. Autour de 11 à 12 % de l'économie de Kingston est axée sur le tourisme, un secteur en difficulté à l'heure actuelle. Kingston compte plusieurs musées qui font partie de la visite de la ville et qui sont littéralement vides depuis un an. Les musées et les attraits culturels de partout au pays ont vraiment besoin de soutien pour pouvoir traverser la pandémie et faire encore partie de nos richesses culturelles une fois la pandémie terminée. J'ai été ravi de voir la recommandation à ce sujet.
Les recommandations que j'ai aimées le plus sont probablement les cinq dernières, qui portent sur les véhicules électriques. Je crois qu'il y a une occasion exceptionnelle à saisir, car nous voyons que la transition vers les véhicules électriques est amorcée. Elle aura lieu; c'est inévitable. Je crois que nous avons véritablement atteint le point de non-retour. Les choses vont vraiment aller en s'accélérant, et on avancera beaucoup plus vite qu'actuellement.
J'ai entendu un député de la Colombie-Britannique — je crois que c'était un des députés du Parti vert — dire que les véhicules électriques représentent actuellement environ 10 % des véhicules vendus en Colombie-Britannique. Cette industrie va vraiment prendre son envol. Alors, je me demande comment les choses évolueront si on fait des investissements et qu'on fournit des incitatifs pour la recherche et le développement, comme il est recommandé dans le rapport.
Dans bien des cas, lorsque la NASA fait de la recherche pour concevoir de nouvelles technologies spatiales, les retombées sont nombreuses, et on voit apparaître de nouveaux produits à usage résidentiel et commercial. On peut donc s'attendre à ce que la recherche et le développement dans un domaine comme l'électrification des véhicules génèrent des retombées considérables.
Je vois aussi de grandes possibilités alors que les premiers véhicules électriques approchent de la limite de leur vie utile après avoir été en circulation de 10 à 15 ans. Il est donc possible de faire beaucoup de recherche et de développement pour déterminer ce qu'on peut faire d'un véhicule électrique qui est à la fin de sa vie utile. À mon avis, les possibilités sont immenses, et je suis ravi que ce soit l'une des recommandations du rapport dont nous sommes saisis.
Bien sûr, il y a une autre recommandation dans la même section sur l'offre d'incitatifs à l'achat de véhicules électriques. Je pense qu'une telle mesure est très importante, mais je sais que beaucoup de gens critiquent les incitatifs pour les véhicules électriques.
Je serai le premier à admettre que j'ai profité de ces incitatifs en Ontario à plusieurs occasions. Nous en sommes à notre quatrième véhicule électrique. Les gens qui critiquent vertement ces incitatifs mettent de côté toute l'aide que nous offrons à l'industrie des combustibles fossiles au Canada. Je pense en particulier aux incitatifs et aux crédits qui sont appliqués à cette industrie.
Bien sûr, on recommande aussi d'augmenter de manière significative l'électrification du parc de véhicules du gouvernement fédéral. C'est quelque chose que je trouve fort encourageant. Il s'agit là d'une autre excellente recommandation, à laquelle je pense que le gouvernement devrait donner suite. Nous devons être des chefs de file. Si nous voulons convaincre d'autres personnes d'acheter des véhicules électriques, le gouvernement doit inclure beaucoup de véhicules électriques dans son propre parc.
J'ai précisé plus tôt que l'industrie des véhicules électriques évolue. Je peux dire aux députés que le premier véhicule électrique que nous avons eu était une Chevrolet Volt. Après avoir été chargée, elle pouvait parcourir 40 kilomètres avant que nous devions y mettre de l'essence. Nous avons maintenant une mini-fourgonnette Chrysler Pacifica, qui peut parcourir environ 60 kilomètres avant de devoir utiliser de l'essence.
Nous avons également une Hyundai Kona, qui peut parcourir une distance d'environ 400 kilomètres et que je conduis pour me rendre à Ottawa et en revenir. Il est vraiment inspirant de voir, en me fondant uniquement sur ma propre expérience, comment ces véhicules ont évolué en seulement huit ou neuf ans. Je sais que ce n'est qu'une question de temps avant que les véhicules électriques inondent le marché et que tout le monde en conduise.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2021-04-29 12:06 [p.6394]
Madam Speaker, it is an honour to speak on behalf of the people of Timmins—James Bay. People are very tired. People have come through really difficult times and this third wave is hitting us the hardest of all. People's emotions are stretched, and small businesses are hanging by a thread. We should never have been in this situation where these new variants are causing such havoc, destruction and heartache.
The people of Canada have inspired me so incredibly with their determination and stepping up. People are carrying heavy loads and are not giving in to conspiracy; that is a small, small margin. The average person is doing their part, but COVID is a very hard teacher. COVID is teaching us just how unequal our society is and exposing the hypocrisy of governments that are refusing to step up and show leadership. If we are frustrated at anything, it is the complete lack of a national vision and an international vision to respond to a pandemic that is worse than anything we could have ever imagined.
In this motion today, the Leader of the Opposition has decided he is going to demand that we have everyone vaccinated by the May long weekend, when the Conservatives know it is not possible. What are they doing here? They want a gotcha moment. We do not gotcha moments, and Canadians do not need gotcha moments. We need a plan.
However, we do not see a plan from the Liberal government. At the beginning of the pandemic, our Prime Minister really rallied Canadians. It was going to be a team Canada approach. That is what people wanted. People were willing to do their part. Then Mr. Team Canada started missing game after game, shrugging it off, refusing to deal with the issue of the border closures and refusing to deal with the fact that we do not have vaccine capacity in Canada. While other countries were investing in vaccines, he believed that we could trust the international market and it would look after us. He is the last of the Davos believers, and we are suffering for it today.
When CERB ended, that is when the workers began to die. We pushed the government to put in place a national sick benefits program, which the Liberals laughed at but agreed to. However, it is cumbersome and difficult to use. There are workers and racialized workers dying in horrific numbers while we see the absolute negligence in Ontario of the Doug Ford government.
This is another failure of the Liberals. They do not mind that Doug Ford is looking like a complete buffoon in his negligence, and they are more than willing to say that it is a provincial jurisdiction. There is no national vision. There is no desire to stand up and fight and say that we need to work together.
The enormous capacity of the federal government to offer help and bring together an emergency plan, which the New Democrats asked for, could have addressed the crisis happening in places like Vaughan, Peel and Scarborough. To see hundreds and hundreds of people lining up in the cold to try to get a vaccine in Scarborough shocked me. I never thought I would see something like that in this country.
What we are learning now from the first wave of the pandemic is that 3,700 senior citizens died in long-term care homes in Ontario. The negligence and indifference to their suffering was known, it was documented, and nobody bothered to go in and enforce the rules, and people died. Finally the army had to go in, and it found senior citizens left in diapers. It found senior citizens who were not sick left in rooms with COVID patients.
There was negligence and people died. People died in numbers that are of wartime totals: 3,700 of our parents, grandparents, uncles and aunts died from that negligence. We should have learned a lesson, but we did not. There was a belief that we would just carry on and hope we would get through, that maybe all the vaccines would come and maybe we could end the lockdowns more quickly.
Now we are into this third wave, where the people who are dying are the young, the racialized, the indigenous and those in urban centres because they have to go to work. They have no choice. Doug Ford's solution was that he was going to call the cops, stop them on their way to work and make sure the kids could not play in the playgrounds.
We never heard the Prime Minister once step up about what is happening in Peel and Brampton in those factories and the Amazon warehouse, which is a partner of the Liberal government and where 900 people became sick, and say that we have to deal with this as a national disaster. Let us face it, Canada, it is because they are considered disposable people, and the disposable people are the indigenous, racialized people working in these factories.
We lost 13-year-old Emily Victoria Viegas. She should not have died, but her parents had to go to work because Doug Ford and the Prime Minister are arguing about something everybody knows we need, which is a proper sick day benefit. Why are they saving money with this? What it is doing is extending the length of this crisis.
I received my first vaccine the other day, and I was very proud, but I am told I will not get my second dose until August. That is a long time in the life of a pandemic. Canada had the opportunity to produce the AstraZeneca vaccine here and we turned it down. The government opted for the international market. We are falling further and further behind. We are now 33rd globally for doses per 100 people. We are 74th globally for the number of people who are fully vaccinated. When I see the Liberals come into the House and pat themselves on the back about what a great job they are doing, I find that to be an absolute shameful disgrace because it is about the Liberal Party brand, not about the fact that as a federal government they could have been bringing the people together and that we needed an emergency response to an unprecedented catastrophe. That is what this is, a catastrophe.
We also see Canada on the global stage stealing vaccines from the third world because the Liberals blew it here. They took from the COVAX vaccine program. The fact is that Canada has been called out by third world countries for blocking the WTO waiver for them to produce their own vaccines. I would ask the Prime Minister if he, Mr. Davos, Mr. Trust the Global Markets, thinks this pandemic will not come and hit us even harder, with more virulent strains, if the third world is not able to be vaccinated. We are in this crisis right now because of the new strains coming out of places like Brazil. As it stands now, even if we get vaccinated by the end of the year, we will not have worldwide vaccine immunity until 2023. The potential we have seen from this disastrous virus is that it is mutating fast and getting more virulent. The fact that the Prime Minister is using Canada on the international stage to stop the ability of third world countries to produce their own vaccines because he wants to protect the intellectual patent rights of big pharma shows that the Prime Minister is more than willing to put corporate interests ahead of the lives of people, and that will come back to bite Canada in a very concerning and deep way.
What COVID has taught us is this. We hit this catastrophe last March and realized very quickly that within three weeks millions of Canadians would not have enough financial savings to pay their rent. We learned that our trust in global free trade meant that we did not even have the capacity to create PPE and workers were having to go into very dangerous situations on the front lines because Canada could not make its own PPE. When the decision could have been made a year ago to start investing in vaccines, like the company in Calgary that is trying to get Canadian vaccines on the market, we opted to trust international capital to look after us, and it is not looking after us.
We need to bring people together at this time. This third wave could easily become a much more dangerous fourth wave. We need to start putting the needs of Canadians first and respect the incredible suffering and vigilance that Canadians are showing. We need to rise to where the average Canadian is, stop playing these games and get a plan to save lives, particularly now, when we are seeing so many young people die in the factories and warehouses in the GTA.
Madame la Présidente, c’est un honneur de prendre la parole au nom des citoyens de Timmins-Baie James. Les gens sont très fatigués. Ils ont traversé des périodes très difficiles et cette troisième vague nous frappe plus durement que les autres. Les émotions sont à fleur de peau et les petites entreprises ne tiennent qu’à un fil. Nous n’aurions jamais dû nous retrouver dans cette situation où ces nouveaux variants causent tant de ravages, de destruction et de douleur.
Le peuple canadien m’a inspiré de façon incroyable par sa détermination et sa résilience. Les gens portent de lourdes charges et ne cèdent pas à la conspiration; la marge est petite, très petite. Le citoyen moyen fait sa part, mais la COVID est un professeur très dur. La COVID nous apprend à quel point notre société est inégale et expose l’hypocrisie des gouvernements qui refusent de s’engager et de faire preuve de leadership. Si quelque chose nous contrarie, c’est l’absence totale de vision nationale et internationale pour réagir à une pandémie qui est pire que tout ce que nous aurions pu imaginer.
Dans la motion d’aujourd’hui, le chef de l’opposition a décidé d’exiger que tous les Canadiens soient vaccinés avant le long weekend de mai, alors que les conservateurs savent que c’est impossible. Que font-ils ici? Ils veulent tendre un piège, pouvoir dire « Je t’ai eu ». Nous ne tombons pas dans le piège, et les Canadiens n’ont pas besoin d’un piège. Nous avons besoin d’un plan.
Cependant, nous ne voyons pas de plan de la part du gouvernement libéral. Au début de la pandémie, le premier ministre a vraiment rallié les Canadiens. Nous allions avoir une approche Équipe Canada. C’est ce que les gens voulaient. Les gens étaient prêts à mettre la main à la pâte. Puis, M. Équipe Canada a commencé à rater un match après l’autre, à prendre les choses à la légère et à refuser de se pencher sur le dossier de la fermeture des frontières. Il ne voulait pas régler le problème de l'absence de capacité de production de vaccins au Canada. Tandis que d’autres pays investissaient dans les vaccins, il croyait que nous pouvions nous fier au marché international et que celui-ci prendrait soin de nous. Il est le dernier des croyants de l'église de Davos, et nous en payons le prix aujourd’hui.
C’est au moment où la PCU a pris fin que les travailleurs ont commencé à mourir. Nous avions poussé le gouvernement à mettre en place un programme national de prestations de maladie, dont les libéraux se sont moqués, mais qu’ils ont accepté. Cependant, il est lourd et difficile à utiliser. Un nombre épouvantable de travailleurs, parfois racisés, sont morts tandis que nous constatons la négligence absolue du gouvernement de Doug Ford en Ontario.
C’est un autre échec des libéraux. Cela ne les dérange pas que Doug Ford ait l’air d’un parfait bouffon à cause de sa négligence, et ils sont tout à fait disposés à dire que la vaccination est de compétence provinciale. Il n’y a pas de vision nationale. Il n’y a aucune volonté de lutter et de dire que nous devons travailler ensemble.
Par sa capacité énorme à offrir de l’aide et à établir un plan d’urgence, comme les néo-démocrates l’ont demandé, le gouvernement fédéral aurait pu s’attaquer à la crise qui sévit dans des endroits comme Vaughan, Peel et Scarborough. J’ai été choqué de voir des centaines et des centaines de gens faire la queue dans le froid en espérant se faire vacciner à Scarborough. Je n’aurais jamais cru voir une telle chose dans ce pays.
Nous apprenons maintenant que, pendant la première vague de la pandémie, 3 700 personnes âgées sont mortes dans des établissements de soins de longue durée en Ontario. La négligence et l’indifférence à l’égard de leurs souffrances étaient connues. Elles étaient consignées, mais personne ne s’est donné la peine d’intervenir pour faire respecter les règles, alors des gens sont morts. L’armée a finalement dû intervenir, et les soldats ont trouvé des personnes âgées dont la couche n’avait pas été changée. Ils ont trouvé des personnes âgées qui n’étaient pas malades et qui partageaient leur chambre avec des patients atteints de la COVID-19.
Il y a eu négligence, et des gens sont morts. Des gens sont morts dans des proportions qui correspondent à des statistiques de temps de guerre: 3 700 personnes comptant parmi nos parents, grands-parents, oncles et tantes sont mortes de cette négligence. Nous aurions dû en tirer une leçon, mais nous ne l’avons pas fait. Selon la croyance, nous devions simplement garder espoir pour nous en sortir. Nous devions espérer que tous les vaccins arrivent, ce qui allait peut-être nous permettre de cesser plus rapidement les confinements.
Nous voilà maintenant dans la troisième vague, et les personnes qui meurent sont des jeunes, des membres de minorités raciales, des Autochtones et des personnes vivant en milieu urbain parce qu’elles doivent aller travailler. Elles n’ont pas le choix. La solution de Doug Ford a été d’appeler les policiers en renfort pour qu’ils arrêtent ces personnes sur le chemin de leur travail et empêchent les enfants d’aller jouer dans les parcs.
Nous n’avons jamais entendu le premier ministre se lever pour dénoncer ce qui se passe dans les usines de Peel et de Brampton et dans l’entrepôt d’Amazon, un partenaire du gouvernement libéral, où 900 personnes sont tombées malades, ni pour dire qu’il s’agissait d’une catastrophe nationale. Le Canada doit regarder la réalité en face: c’est parce que ces personnes sont considérées comme des employés jetables, et ces employés jetables sont les Autochtones et les personnes racialisées qui travaillent dans ces usines.
Nous avons perdu Emily Victoria Viegas, âgée de 13 ans. Elle n’aurait pas dû mourir, mais ses parents étaient obligés d’aller travailler parce que Doug Ford et le premier ministre ne cessent de tergiverser au sujet d’une chose dont nous avons absolument besoin, comme tout le monde le sait, soit des jours de congé de maladie suffisants. Pourquoi cherchent-ils à faire des économies là-dessus? Cela ne fait que faire perdurer cette crise.
L’autre jour, j’ai reçu mon premier vaccin, et j’étais très fier, mais on me dit que je ne recevrais pas ma deuxième dose avant le mois d’août. C’est une longue attente en période de pandémie. Le Canada a eu l’occasion de produire le vaccin AstraZeneca ici, mais nous ne l’avons pas saisie. Le gouvernement a préféré se tourner vers le marché international. Nous prenons de plus en plus de retard. Nous sommes maintenant au 33e rang mondial pour le nombre de doses par tranche de 100 personnes, et au 74e rang mondial pour ce qui est du nombre de personnes ayant reçu leurs deux doses de vaccin. Quand je vois les libéraux venir à la Chambre et se féliciter pour leur excellent travail, je trouve cela absolument honteux, car c’est seulement pour soigner l’image de marque du Parti libéral. En tant que gouvernement fédéral, ils auraient dû réussir à mobiliser les forces et reconnaître que nous avions besoin d’une intervention d’urgence face à cette catastrophe sans précédent. C’est bien d’une catastrophe qu’il s’agit.
Sur la scène internationale, vous voyons le Canada voler des vaccins destinés au tiers monde parce les libéraux ont lamentablement échoué ici. Ils ont pigé dans le programme de vaccination COVAX. Le Canada a été montré du doigt par des pays du tiers monde pour avoir bloqué la demande de dérogation présentée à l’OMC afin de permettre à ces pays de produire leurs propres vaccins. Je demande au premier ministre si lui, M. Davos, M. Faites-Confiance-aux-Marchés-Internationaux, pense que cette pandémie ne viendra pas nous frapper plus durement encore, avec des souches encore plus virulentes, si les gens du tiers monde ne peuvent se faire vacciner. Nous sommes dans cette crise maintenant parce que les nouvelles souches nous arrivent de pays comme le Brésil. À l’heure actuelle, même si nous nous faisons vacciner d’ici la fin de l’année, nous n’aurons pas l’immunité mondiale contre le vaccin avant 2023. Le risque que pose ce terrible virus, c’est qu’il mute rapidement et qu’il devient de plus en plus virulent. Le fait que le premier ministre utilise le Canada sur la scène internationale pour empêcher les pays du tiers monde de produire leurs propres vaccins parce qu’il veut protéger les brevets des grandes sociétés pharmaceutiques démontre qu’il est plus que jamais disposé à placer les intérêts des grandes sociétés avant la vie des gens. Cela risque de se retourner amèrement contre le Canada, ce qui est très inquiétant.
Voici ce que nous a appris de la COVID. Nous avons été frappés par cette catastrophe en mars dernier et nous nous sommes rendu compte très rapidement que trois semaines plus tard, des millions de Canadiens n’auraient plus suffisamment d’économies pour payer leur loyer. Nous avons appris qu’à cause de la confiance que nous avions placée dans le libre-échange mondial, nous n’avions même pas la capacité de fabriquer de l'équipement de protection individuelle. À cause de cette incapacité, les travailleurs de première ligne se sont retrouvés dans des situations très dangereuses. Il y a un an, lorsque nous aurions pu décider d’investir dans les vaccins, une entreprise de Calgary essayait de lancer ses vaccins canadiens sur le marché. Or, nous avons plutôt choisi de faire confiance à des capitaux internationaux qui devaient nous aider, mais qui ne nous aident pas du tout.
Cette fois-ci, il faut vraiment mobiliser les gens. Cette troisième vague pourrait facilement se transformer en une quatrième vague encore plus dangereuse. Nous devons commencer à accorder la priorité aux besoins des Canadiens et à reconnaître leurs souffrances et leur vigilance incroyables. Nous devons nous mettre dans la peau du Canadien moyen, cesser de jouer à ces petits jeux et élaborer un plan pour sauver des vies, surtout maintenant, alors que tant de jeunes meurent dans les usines et dans les entrepôts de la région du Grand Toronto.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am pleased to speak to budget 2021 today.
In 2019, our government was elected for a second time, with the commitment to invest in the things that matter most to Canadians: healthcare, child care, affordable housing, creating good well-paying jobs, support for seniors and families, and protecting the environment. Budget 2021 makes important investments to deliver on our commitment and continue to build on the work we have done to support Canadians during the pandemic.
This past year has been an extraordinarily difficult time for Canadians and people around the world. COVID-19 has changed the way we do everything, including how the House of Commons operates. Over the last year, there has been a historic flow of federal aid to brace the financial foundations of businesses and households across Canada. Budget 2021 lays the groundwork for a strong post-pandemic recovery and outlines spending for critical measures aimed at getting our country through the third wave of the pandemic and stimulating the economy.
Canada entered the global pandemic in a strong fiscal position, which has allowed our government to provide unprecedented support for Canadians. Budget 2021 is a progressive budget that lays out a clear plan to ensure that Canada builds back better by focusing on three main fundamental challenges: keeping Canadians safe, recovering from immediate pain and rebuilding for the long term. I cannot possibly speak about all the investments in the budget, so I will highlight just a few.
Our government has been there to support Canadians through the pandemic from day one, and we know there is a need for more immediate spending to address the third wave of COVID-19, which is hitting hard. This will be done through the extension of key subsidy programs. With variants of concern spreading and COVID-19 case counts on the rise, budget 2021 includes a three-month extension of the federal wage and rent subsidies. Set to expire in June, the supports will now be available through September, at a cost of approximately $12 billion.
The pandemic has been called a “she-cession” because women have been disproportionately impacted. It has shone a light on the need for safe, affordable child care and early learning. This need is not new. We have known since 50 years ago that the number one thing holding women back in the workforce is access to child care. In the last Parliament, as vice-chair of the status of women committee, I too recognized that child care would allow women to participate fully in the economy.
Thirty-one years ago, when my son was born, I had three months of maternity leave. I worked in real estate investment banking, and when it came time to return to work, I realized the cost of child care was too expensive to make it worthwhile. I called my boss and told him that while I wanted to return to work, it did not make financial sense. He said he would double my salary to start and told me that I could take whatever time I needed if my son was sick. I recognize that I was incredibly privileged to have a boss that was willing to do that, and even though he was incredibly generous over the years and was always true to his word about time off work, child care was a constant worry. That is why our investments in early learning and child care are so important to me.
As part of a feminist economic policy, budget 2021 proposes to provide $30 billion over five years, and $8.3 billion per year thereafter, to build a high-quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada. This funding will allow for a 50% reduction in average fees for regulated early learning and child care in all provinces outside of Quebec, to be delivered by the end of 2022. It will also ensure annual growth in quality and affordable child care spaces across the country, ensuring high-quality early learning and child care, for an average of $10 a day. This is social infrastructure that will drive jobs and growth. It is feminist economic policy. It is smart economic policy that will increase Canada’s GDP by 1.2%, allowing more women to return to the workforce.
Cancer is a leading cause of disease-related death in Canadian children. More targeted research is needed to help save lives. Budget 2021 proposes to provide $30 million over two years to the Canadian Institutes of Health Research to fund pediatric cancer research that can lead to better outcomes and healthier lives for these young patients. The funding will support promising research projects with the greatest potential for fighting pediatric cancer. I know too many children like Ayverie Caster, Carson Clapham and Teagan Walsh, who were lost to this terrible disease. I am so proud of the work being done at SickKids by Dr. David Malkin, who is fighting childhood cancer, and look forward to what he and others can do with this new funding.
A recommendation that came out of the Halton round tables on youth vaping I have hosted over the last two years was the need for a tax on vaping products. Budget 2021 proposes to introduce a new taxation framework for the imposition of excise duties on vaping products in 2022. The federal government will work with any province and territory that may be interested in a federally coordinated approach to taxing these products.
I have had the pleasure of working with Diabetes Canada and Mike Swartz from my riding to advance the need for investments in a national framework for diabetes. Budget 2021 proposes to provide $25 million over five years, starting in 2021-22, to Health Canada for additional investments for research on diabetes, including in juvenile diabetes, surveillance, prevention and to work toward the development of a national framework.
Budget 2021 also proposes to provide $10 million over five years for a new diabetes challenge prize. This initiative will help surface novel approaches to diabetes prevention and promote the development and testing of new interventions to reduce the risks associated with type 2 diabetes.
As Parliamentary Secretary to the Minister of Indigenous Services, I am pleased to see the historic investments for indigenous peoples and their businesses included in budget 2021. Through this budget, we are proposing historic new investments of over $18 billion over the next five years to improve the quality of life and create new opportunities for people living in indigenous communities. Working with indigenous partners, these investments would make significant strides in closing gaps between indigenous and non-indigenous peoples; support healthy, safe and prosperous indigenous communities; and advance meaningful reconciliation with first nations, Inuit and the Métis nation.
The COVID-19 pandemic has been devastating for Canada’s seniors. Many have spent the past 13 months isolated from family and friends. For far too many seniors who live in long-term care, this year has been tragic: They have been the overwhelming casualties of the pandemic. Budget 2021 proposes to provide $3 billion over five years to Health Canada to support provinces and territories in ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made.
To keep seniors safe and improve their quality of life, the federal government will work collaboratively with provinces and territories, while respecting their jurisdiction over health care, including long-term care. This work will ensure seniors and those in care live in safe and dignified conditions. The budget also proposes to increase old age security by 10% for seniors 75 and over, beginning in 2022.
Budget 2021 builds on Canada’s investments in youth, with over $5.7 billion over five years to help young Canadians pursue and complete their education, to provide additional relief from student loan debt for young graduates, and to create 215,000 new job skills development and work opportunities. To ensure youth and students can access valuable job skills and experience, budget 2021 is proposing to invest $721 million in the next two years to help connect them with employers and provide them with quality job opportunities.
This budget mentions Black Canadians an unprecedented 122 times. I heard from individuals in my riding like Colin Lynch and Evangeline Chima about the need for investments in Black communities and businesses. The budget proposes $200 million to endow a philanthropic fund dedicated to supporting Black-led charities and organizations serving youth and social initiatives, as well as $100 million for the supporting Black Canadian communities initiative. It also proposes to invest an additional $51 million for the Black entrepreneurship program.
Budget 2021 takes on reasonable and sustainable debt. Not only can we afford these investments, it would be short-sighted of us not to make them. There is so much in this budget: a national autism strategy, funding to support our efforts to tackle climate change and so much more. Budget 2021 will continue to support Canadians, help Canada to build back better and grow our economy safely for years to come.
Madame la Présidente, j'interviens avec plaisir aujourd'hui pour parler du budget de 2021.
En 2019, quand notre gouvernement a été réélu, il s'est engagé à investir dans les enjeux auxquels les Canadiens tiennent le plus, soit les soins de santé, la garde des enfants, le logement abordable, la création de bons emplois bien rémunérés, le soutien des aînés et des familles, et la protection de l'environnement. Le budget de 2021 contient des sommes importantes afin de concrétiser ces engagements. Il continue aussi de tabler sur le travail que nous avons déjà accompli pour soutenir les Canadiens pendant la pandémie.
La dernière année a été terriblement difficile pour les Canadiens et les gens du monde entier. La COVID-19 a bouleversé toutes nos façons de faire, y compris à la Chambre des communes. Pendant la dernière année, le gouvernement fédéral a mis en place une série de mesures sans précédent pour renforcer les assises financières des entreprises et des ménages de partout au pays. Quant au budget de 2021, il prépare le terrain en vue de favoriser une solide reprise après la pandémie et il prévoit aussi des dépenses cruciales conçues pour aider le Canada à traverser la troisième vague et pour stimuler l'économie.
Le Canada se trouvait dans une excellente situation financière quand la pandémie mondiale a frappé, ce qui a permis au gouvernement d'offrir une aide sans précédent aux Canadiens. Le budget de 2021 est un budget progressiste, qui prévoit un plan clair afin que le Canada rebâtisse en mieux en mettant l'accent sur trois questions fondamentales: assurer la sécurité des Canadiens, guérir des souffrances immédiates et rebâtir à long terme. Comme il m'est impossible de parler de tous les investissements prévus dans le budget, j'en soulignerai seulement quelques-uns.
Le gouvernement est là pour aider les Canadiens à traverser la pandémie depuis le début et il sait qu'il est nécessaire d'investir immédiatement davantage pour lutter contre la troisième vague de la COVID-19, qui frappe fort. Pour ce faire, nous prolongerons des programmes de subvention importants. Vu que des variants préoccupants se propagent et que le nombre de cas de COVID-19 est à la hausse, le budget de 2021 prévoit un prolongement de trois mois de la subvention salariale et de la subvention pour le loyer du fédéral. Ces mesures de soutien, qui devaient arriver à échéance en juin, seront offertes jusqu'en septembre, au coût d'environ 12 milliards de dollars.
La pandémie a été qualifiée de « récession au féminin » parce que les femmes en ont été touchées de manière disproportionnée. Cela a fait ressortir la nécessité d'avoir des services de garde et d'éducation préscolaire sûrs et abordables. Cette nécessité n'est pas nouvelle. Nous savons depuis 50 ans que le principal obstacle à la réintégration des femmes sur le marché du travail est le manque d'accès à des services de garde. Lors de la dernière législature, en tant que vice-présidente du Comité permanent de la condition féminine, j'ai moi-même reconnu que l'accès aux services de garde permettrait aux femmes de participer pleinement à l'économie.
Il y a 31 ans, lorsque mon fils est né, j'avais droit à trois mois de congé de maternité. Je travaillais dans le domaine des services bancaires d'investissement immobilier et, au moment de retourner au travail, j'ai constaté que le coût de la garderie était trop élevé pour que cela en vaille la peine. J'ai appelé mon patron pour lui dire que même si je voulais retourner au travail, cela n'avait pas de sens financièrement. Il a proposé de doubler mon salaire et m'a dit que je pourrais prendre congé n'importe quand si mon fils était malade. Je sais que j'étais incroyablement chanceuse d'avoir un patron qui était prêt à faire cela, mais, même s'il a été incroyablement généreux au fil des ans et même s'il a été fidèle à sa parole, les services de garde étaient une source constante d'inquiétude. Voilà pourquoi les investissements dans les services de garde et d'éducation préscolaire me tiennent tellement à cœur.
Dans le cadre d'une politique économique féministe, le budget de 2021 propose de consacrer 30 milliards de dollars sur cinq ans, et 8,3 milliards de dollars chaque année par la suite, pour établir un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible dans l'ensemble du Canada. Ce financement contribuera à réduire de moitié le coût moyen des services réglementés d'éducation préscolaire et de garde d'enfants dans toutes les provinces, à l'extérieur du Québec, d'ici la fin de 2022. Ce financement contribuera également à accroître d'année en année le nombre de places en garderie dans le but ultime de fixer à 10 $ en moyenne le coût quotidien pour des services de qualité et abordables en matière de garde d'enfants partout au Canada. C'est une infrastructure sociale qui stimulera la création d'emplois et la croissance économique. C'est une politique économique féministe. C'est une politique économique judicieuse qui augmentera le PIB du Canada de 1,2 % et qui aidera davantage de femmes à retourner sur le marché du travail.
Le cancer est l'une des principales causes de décès liés à la maladie chez les enfants au Canada. Il faut faire plus de recherches ciblées pour sauver des vies. Le budget de 2021 propose de consacrer 30 millions de dollars sur deux ans aux Instituts de recherche en santé du Canada pour financer la recherche sur le cancer chez les enfants afin que les jeunes patients bénéficient de meilleurs pronostics et d'une meilleure santé. Ces fonds soutiendront les projets de recherche les plus prometteurs pour éradiquer le cancer pédiatrique. Je connais trop d'enfants qui ont perdu la bataille contre cette terrible maladie, notamment Ayverie Caster, Carson Clapham et Teagan Walsh. Je suis très fière des travaux dirigés par le Dr David Malkin, au centre SickKids, dont la vocation est de lutter contre le cancer chez les enfants. J'ai très hâte de voir ce que lui et tant d'autres pourront accomplir avec ce nouveau financement.
Une des recommandations formulées lors des tables rondes sur le vapotage chez les jeunes que j'ai organisées à Halton au cours des deux dernières années portait sur la nécessité d'imposer une taxe sur les produits du vapotage. Le budget de 2021 propose d’instaurer un nouveau cadre de taxation en vue d’imposer des droits d’accise sur les produits de vapotage en 2022. Le gouvernement fédéral collaborera avec toutes les provinces et tous les territoires qui pourraient être intéressés par une approche fédérale coordonnée pour taxer ces produits.
J'ai eu le plaisir de travailler avec Diabète Canada et Mike Swartz de ma circonscription pour faire valoir la nécessité d'investir dans un cadre national sur le diabète. Le budget de 2021 propose d’allouer à Santé Canada un financement de 25 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour réaliser des investissements supplémentaires dans la recherche sur le diabète, y compris le diabète juvénile, et dans la surveillance et la prévention, ainsi que pour travailler à l’élaboration d’un cadre national sur le diabète.
Le budget de 2021 propose aussi un financement de 10 millions de dollars sur cinq ans pour mettre sur pied la nouvelle initiative Défis et prix du diabète. Cette initiative aidera à mettre en évidence de nouvelles approches en matière de prévention du diabète et favorisera l’élaboration et la mise à l’essai de nouvelles interventions visant à réduire les risques associés au diabète de type 2.
En tant que secrétaire parlementaire du ministre des Services aux Autochtones, je me réjouis des investissements sans précédent prévus pour les Autochtones et leurs entreprises dans le budget de 2021. Dans le cadre du budget de 2021, le gouvernement fédéral propose un nouvel investissement historique de plus de 18 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années afin d'améliorer la qualité de vie et de créer de nouvelles possibilités pour les habitants des communautés autochtones. En collaboration avec les partenaires autochtones, ces investissements contribueront à combler les écarts entre les peuples autochtones et non autochtones, favoriseront la santé, la sécurité et la prospérité des communautés autochtones et feront avancer une réconciliation significative avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse.
La pandémie de COVID-19 a eu des effets dévastateurs sur les aînés du Canada. Bon nombre d’entre eux ont passé les 13 derniers mois isolés de leur famille et de leurs amis. Pour un trop grand nombre d’aînés qui habitent dans des établissements de soins de longue durée, la dernière année a été tragique; ils représentent la grande majorité des victimes de la pandémie. Le budget propose d’accorder un financement de 3 milliards de dollars sur cinq ans à Santé Canada afin d’aider les provinces et les territoires à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d’apporter des changements permanents.
Afin de protéger les aînés et d’améliorer leur qualité de vie, le gouvernement fédéral collaborera avec les provinces et les territoires, tout en respectant leur compétence en matière de soins de santé, y compris les soins de longue durée. Ce travail garantira que les aînés et les personnes qui reçoivent ces soins vivent dans des conditions sécuritaires et dans la dignité. Le budget propose aussi de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour les aînés de 75 ans et plus, à compter de 2022.
Le budget de 2021 fait fond sur les investissements que le Canada a déjà faits dans la jeunesse. Il prévoit plus de 5,7 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les jeunes Canadiens à poursuivre et à terminer leurs études, pour alléger la dette de prêt étudiant des jeunes diplômés et pour créer 215 000 possibilités de perfectionnement des compétences et d'expériences de travail. Afin d’assurer aux jeunes et aux étudiants l’accès à des compétences et à une expérience professionnelles utiles, le budget de 2021 propose d’investir 721 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour les aider à établir des liens avec les employeurs et à accéder à des possibilités d’emploi de qualité.
Le présent budget accorde une attention sans précédent aux Canadiens noirs puisqu'il en fait mention 122 fois. Certaines personnes de ma circonscription, notamment Colin Lynch et Evangeline Chima, ont souligné la nécessité d'investir dans les communautés et les entreprises noires. Le budget propose un investissement de 200 millions de dollars afin d'établir un Fonds de dotation philanthropique destiné à soutenir des organisations dirigées par des Noirs, notamment à des fins caritatives et sociales, et les initiatives pour les jeunes. Il prévoit également 100 millions de dollars pour soutenir l'Initiative Appuyer les communautés noires du Canada et 51 millions de dollars additionnels au titre du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires.
Le budget de 2021 prévoit des dépenses raisonnables à des fins durables. Nous avons les moyens de faire les investissements proposés et il serait peu judicieux de notre part de ne pas aller de l'avant. Le présent budget propose de nombreuses mesures intéressantes. Je songe entre autres à la mise en place d'une stratégie nationale sur l'autisme et à un financement pour soutenir la lutte contre le changement climatique. Le budget de 2021 continuera de soutenir les Canadiens et aidera le Canada à rebâtir en mieux et à faire croître l'économie de façon sûre pendant de nombreuses années.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-04-23 11:12 [p.6088]
Madam Speaker, last election we made a promise to seniors over 75. Budget 2021 proposes to introduce legislation that will increase regular OAS payments for pensioners 75 and over by 10% in July 2022, and it will increase every year that follows. This August, a one-time $500 payment will be made to seniors 75 and older; 3.3 million seniors will benefit by the promise we made.
This budget also supports seniors by providing $3 billion over five years to ensure national long-term care standards. This is over and above previous commitments.
For example, we saw one-time payments to seniors over 65 last summer. Prior to the pandemic, shortly after our first election, we increased dramatically the guaranteed income supplement, which literally took hundreds of seniors in Winnipeg North out of poverty.
We care about our seniors.
Madame la Présidente, au cours de la dernière campagne électorale, nous avons fait une promesse aux aînés de plus de 75 ans. Dans le budget de 2021, nous proposons de bonifier de 10 %, par voie législative, les prestations de Sécurité de la vieillesse pour les retraités âgés de 75 ans et plus à compter de juillet 2022, puis de les bonifier annuellement. En août prochain, un paiement unique de 500 $ sera versé aux aînés de 75 ans et plus. Ainsi, 3,3 millions d'aînés bénéficieront de cette promesse que nous avons faite.
Le budget soutient également les aînés en consacrant 3 milliards de dollars sur cinq ans à la création de normes en matière de soins de longue durée. Cela honore et surpasse nos engagements antérieurs.
Par exemple, l'été dernier, nous avons versé un paiement ponctuel aux aînés âgés de plus de 65 ans. Avant la pandémie, peu après le début de notre premier mandat, nous avons considérablement augmenté le Supplément de revenu garanti, ce qui a permis de sortir, littéralement, des centaines d'aînés de Winnipeg-Nord de la pauvreté.
Nous avons à cœur les intérêts des aînés.
View Jean Yip Profile
Lib. (ON)
View Jean Yip Profile
2021-04-23 12:04 [p.6098]
Madam Speaker, the pandemic has shone a light on systemic issues affecting long-term care facilities across the country.
We have seen the devastating impacts of COVID-19 on those living and working in long-term care. We must do more to protect our most vulnerable. National standards of care for our seniors in Canada will ensure that regardless of where they live, all seniors will be treated with dignity.
Can the Parliamentary Secretary to the Minister of Health please tell the House how the government is taking action on this important issue?
Madame la Présidente, la pandémie a mis en lumière les problèmes systémiques qui touchent les établissements de soins de longue durée du pays tout entier.
Nous avons vu les effets dévastateurs de la COVID-19 sur la clientèle et le personnel de ces établissements. Il faut faire davantage pour protéger les plus vulnérables. Des normes nationales de soins garantiront que, quel que soit leur lieu de résidence, tous les aînés seront traités avec dignité.
La secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé pourrait-elle dire à la Chambre comment le gouvernement gère ce dossier prioritaire?
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank the hon. member for Scarborough—Agincourt for this important question. On a personal note, her strong advocacy has had a real impact on this policy, and I thank her for that.
She is absolutely right that we need to protect those living and working in long-term care. Our seniors built this country. They deserve safe and quality care, and to be treated with dignity.
That is why, in budget 2021, we provided $3 billion to create national standards for long-term care. We are going to work with provinces and territories to create these national standards. We need to make permanent changes to ensure this never occurs again.
Madame la Présidente, je remercie la députée de Scarborough—Agincourt pour cette importante question. À titre personnel, je tiens à souligner que son solide plaidoyer a eu des répercussions concrètes sur cette politique, et je l'en remercie.
Elle a tout à fait raison, nous devons protéger la clientèle et le personnel des établissements de soins de longue durée. Nos aînés ont bâti ce pays. Ils méritent des soins sécuritaires et de qualité, et d'être traités avec dignité.
C'est pourquoi, dans le budget de 2021, nous avons prévu 3 milliards de dollars pour des normes nationales pour les soins de longue durée, que nous allons élaborer en collaboration avec les provinces et les territoires. Nous devons apporter des changements permanents pour que les situations que nous avons connues ne se reproduisent plus.
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2021-04-22 14:05 [p.6033]