Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 2727
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-17 19:32 [p.8715]
Madam Speaker, I want to begin by saying that I will be sharing my time with the hon. member for Berthier—Maskinongé, whom I affectionately refer to as my favourite MP.
On June 9, the House adopted Motion No. 69, which was moved by my colleague from Montarville. The motion presents six concrete measures to help the government take more effective action against tax evasion and tax avoidance.
This evening, I would like to remind the House of those six measures. I expect the government to take action. I would also like to remind the House that our role as legislators involves guiding the government on such motions. Since the motion was adopted, I expect concrete action to be taken. I expect the government to follow through on this.
The first measure is as follows:
amend the Income Tax Act and the Income Tax Regulations to ensure that income that Canadian corporations repatriate from their subsidiaries in tax havens ceases to be exempt from tax in Canada;
Here, the motion calls for subsection 5907(1) of the income tax regulations to be repealed.
I would note that this subsection, which was adopted behind closed doors, allows Canadian corporations to repatriate money tax-free from their subsidiaries in one of the 23 tax havens with which Canada has a tax information exchange agreement.
This measure would change things so that any income repatriated by a Canadian corporation would be taxed. There is no need for a bill to do that. The motion was adopted in the House, and the order was sent to the government. All the minister had to do was delete it from the income tax regulations, thereby revolutionizing the fight against tax evasion and tax avoidance. That is what we are asking the government to do. We are in a pandemic, and spending levels are higher than ever. The motion proposes measures that will enable to government to bring in more revenue and increase tax fairness.
The second measure is as follows:
review the concept of permanent establishment so that income reported by shell companies created abroad by Canadian taxpayers for tax purposes is taxed in Canada;
When a company registers a subsidiary or a billionaire establishes a trust abroad, that subsidiary or trust is considered a foreign national, independent from the Canadian citizen or company that created it, and its income becomes non-taxable.
In taxation jargon, these subsidiaries or trusts are referred to as permanent establishments, in other words, they have a taxable fixed place of business independent of their owner. In many cases, they are shell companies with no real activity. There is no justification for treating them differently from any other bank account and exempting the income they generate from tax.
The Standing Committee on Finance is looking into shell companies set up on the Isle of Man by KPMG. Things need to change. The motion adopted by the House contains a measure to do that. We expect the government to take action with a view to collecting additional revenue in order to offset the additional expenses arising from the pandemic.
The third measure is as follows:
require banks and other federally regulated financial institutions to disclose, in their annual reports, a list of their foreign subsidiaries and the amount of tax they would have been subject to had their income been reported in Canada;
This may surprise many people, but for years banks were required to include that in their annual reports. It used to be released and that requirement needs to be reinstated. Here, the House is calling on the government to require the banks to be transparent again. It would just take a simple directive from the Superintendent of Financial Institutions. The government can send this notification and this very simple measure could be applied very quickly because it does not require any international negotiations or any legislative or regulatory change.
In 2019, the six Bay Street banks made a record profit of $46 billion. That is a 50% increase over five years. In 2020, despite the pandemic, they made $41 billion in profits. Their profits rise, but they pay less tax because they report their most profitable activities in tax havens, where their assets keep growing.
Until the door to the use of tax havens is closed shut, consumers could at least be able to choose their financial institution in an informed manner, and taxpayers would be able to judge whether the banks deserve government assistance.
Some of the measures the government announced in its latest budget are consistent with the fourth measure, which reads as follows:
review the tax regime applicable to digital multinationals, whose operations do not depend on having a physical presence, to tax them based on where they conduct business rather than where they reside;
We see this in rich countries. There are two pieces of good news in this budget. First, the government will finally start collecting the GST on services sold by digital multinationals as of July 1, so two weeks from now. This tax change was included in the notice of ways and means that the House voted on.
It is hard to understand why Ottawa waited so long, when Quebec has been doing it for two years and it is going great, but as they say, better late than never.
Also, still on the topic of this measure, the budget announces the government's plan to tax multinational Internet companies on their activities at a rate of 3% of their sales in Canada beginning on January 1, 2022. This commitment might be merely hot air, however, since there is talk of a possible implementation after the likely date of the next election. There is speculation that it will be called in mid-August, if the polls remain comfortable for the party in power, but still, this commitment is good news. It will be really good when it happens.
During the last election campaign, which was not so long ago, the Bloc Québécois proposed such a measure and the use of the revenue generated to compensate the victims of web giants, the creators. We are talking about the artists and the media who do not receive copyright fees from the web giants that use their content. The government is not going that far, but is instead reporting this GAFAM tax in the consolidated revenue fund. Nevertheless, we applaud this measure. It is a good start.
The fifth measure is as follows:
work toward establishing a global registry of actual beneficiaries of shell companies to more effectively combat tax evasion;
This is an extremely important measure. This needs to happen. Experts told the committee that the problem was that the information was not accessible; we cannot see the information. The fifth measure adopted by the House changes that. In many cases, tax havens are opaque, and it is impossible to know who truly benefits from the companies and trusts that are set up. Often, we only know the name of the trustee that manages them or the legal or accounting firm that created them, but not the name of the person hiding behind them. Such a setup is a real boon for fraudsters who can hide their money with complete impunity.
This type of registry already exists in Luxembourg, but it is accessible only to financial institutions. These institutions do their own audits, but this type of registry must be made available to governments or tax agencies. Tax evasion and avoidance has gone on too long. We do not know who is hiding behind these companies. I am calling on the government to implement the fifth measure.
The sixth and final measure is a very important one
:use the global financial crisis caused by the pandemic to launch a strong offensive at the Organisation for Economic Co-operation and Development against tax havens with the aim of eradicating them.
As members know, in response to the 2008-09 financial crisis, the OECD has been working hard to combat the use of tax havens. It was then that countries started to seriously go after tax havens within the OECD by launching a broad multilateral instrument on international taxation and tax base recovery called the framework on base erosion and profit shifting, better known as BEPS. Some progress has been made since the initiative was launched, but not much.
We are facing a global economic crisis, as countries took on record amounts of debt in an effort to provide income support and stabilize the economy. These efforts are absolutely warranted when they are well done and well used. However, this crisis is a reason to emphasize that everyone needs to pay their fair share and implement, once and for all, the recommendations proposed by the OECD. This is extremely important. It is a matter of justice and tax fairness.
In conclusion, I remind members that less than two weeks ago the House adopted a motion setting out these six actions. We are calling on the government to move forward. These are good solutions, and the current pandemic is the right time to implement them.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le député de Berthier—Maskinongé, que je surnomme affectueusement « mon député préféré ».
Le 9 juin dernier, la Chambre a adopté la motion M‑69, présentée par mon collègue de Montarville. La motion présente six mesures concrètes pour que le gouvernement agisse plus efficacement contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal.
Ce soir, je tiens à rappeler à la Chambre ces six mesures. Je m'attends à ce que le gouvernement agisse. Je tiens aussi à rappeler à la Chambre que notre rôle de législateur consiste notamment à orienter le gouvernement sur de telles motions. Comme la motion a été adoptée, je m'attends à des gestes concrets. Je m'attends à ce que le gouvernement y donne suite.
La première mesure est la suivante:
modifier la Loi de l’impôt sur le revenu et le Règlement de l’impôt sur le revenu pour que les revenus que les sociétés canadiennes rapatrient de leurs filiales dans les paradis fiscaux cessent d’être exempts d’impôt au Canada;
Ici, la motion demande d'abroger le paragraphe 5907(1) du Règlement de l'impôt sur le revenu.
Je rappelle que ce paragraphe, qui a été adopté en catimini, permet aux entreprises canadiennes de rapatrier, sans payer d'impôt, les sommes qui proviennent de leurs filiales enregistrées dans l'un des 23 paradis fiscaux avec lesquels le Canada a conclu un accord d'échange de renseignements fiscaux.
Cette mesure ferait que, dorénavant, ces revenus seraient imposables lorsque l'entreprise canadienne les rapatrierait. On n'a pas besoin d'un projet de loi pour faire cela. Comme la motion a été adoptée par la Chambre et que l'ordre a été renvoyé au gouvernement, la ministre a simplement à biffer cela du Règlement de l'impôt sur le revenu. Ainsi, elle révolutionnerait la lutte contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal. C'est que nous demandons au gouvernement. Nous sommes en pandémie, et les dépenses ont atteint un niveau record. La motion propose des mesures qui vont permettre au gouvernement d'aller chercher plus de revenus et d'augmenter la justice fiscale.
La deuxième mesure est la suivante:
revoir la notion d’établissement stable pour que les revenus comptabilisés dans des coquilles vides que des contribuables canadiens ont créées à l’étranger pour fins fiscales soient imposés au Canada;
Lorsqu'une entreprise enregistre une filiale ou qu'un milliardaire crée une fiducie à l'étranger, cette filiale ou cette fiducie est considérée comme un résident étranger indépendant de la personne ou de l'entreprise canadienne qui l'a créée et devient non imposable.
Dans le jargon fiscal, on dit de ces filiales ou de ces fiducies qu'elles sont des établissements stables, c'est-à-dire qu'elles ont une existence réelle et indépendante de leur propriétaire. Or, dans bien des cas, ce sont des coquilles vides sans activité réelle. Rien ne justifie de les traiter différemment de n'importe quel compte de banque et d'exempter d'impôt les revenus qu'elles génèrent.
Le Comité permanent des finances se penche sur les sociétés-écrans créées à l'île de Man par KPMG. Il faut que les choses changent. La motion que la Chambre a adoptée comprend une mesure en ce sens. On s'attend à ce que le gouvernement agisse, afin d'aller chercher des revenus additionnels, en vue de compenser les dépenses additionnelles qui ont eu lieu pendant la pandémie.
La troisième mesure est la suivante:
forcer les banques et les autres institutions financières de compétence fédérale à divulguer, dans leurs rapports annuels, la liste de leurs filiales à l’étranger et le montant d’impôt auxquelles elles auraient été assujetties si leurs revenus avaient été comptabilisés au Canada;
Cela peut en surprendre plusieurs, mais, pendant des années, c'était exigé dans les rapports annuels des banques. C'était dévoilé, et cela doit être remis en place. Ici, la Chambre demande au gouvernement de redonner aux banques l'obligation d'être transparentes. Cela se ferait par simple directive du surintendant des institutions financières. Le gouvernement peut envoyer cette indication et cette mesure, très simple, pourrait être prise très rapidement, parce qu'elle ne demande aucune négociation internationale ni aucun changement législatif ou réglementaire.
En 2019, les six grandes banques de Bay Street ont fait des profits record de 46 milliards de dollars. C'est une augmentation de 50 % en cinq ans seulement. En 2020, malgré la pandémie, elles ont dégagé 41 milliards de dollars. Or, même si les profits des banques augmentent, leur contribution fiscale diminue, parce qu'elles comptabilisent leurs activités les plus rentables dans les paradis fiscaux, où leurs actifs augmentent sans cesse.
D'ici à ce qu'on ferme complètement la porte à l'utilisation des paradis fiscaux, les consommateurs pourraient au moins choisir leur institution financière de manière éclairée, et les contribuables pourraient juger si les banques méritent que les gouvernements les aident.
Le gouvernement a déjà annoncé dans le dernier budget des éléments qui vont dans le sens de la quatrième mesure, qui va comme suit:
revoir le régime fiscal applicable aux multinationales du numérique, dont les affaires ne dépendent pas d’une présence physique, pour les imposer dorénavant selon le lieu où elles mènent des activités plutôt que selon leur lieu de résidence;
On voit cela dans les pays riches. Le budget comporte deux bonnes nouvelles à ce sujet-ci. D'abord, le gouvernement va finalement commencer à percevoir la TPS sur les services vendus par les multinationales du numérique à partir du 1er juillet, donc dans deux semaines. Ce changement fiscal est inscrit dans l'avis des voies et moyens que la Chambre a voté.
On comprend mal pourquoi Ottawa a attendu aussi longtemps, alors que le Québec le fait depuis deux ans et que cela se déroule super bien, mais, comme on dit, mieux vaut tard que jamais.
Ensuite, toujours au sujet de cette mesure, le budget annonce l'intention du gouvernement d'imposer les multinationales d'Internet sur leurs activités à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires au Canada, à partir du 1er janvier 2022. Il est possible que cet engagement ne soit que du vent, parce qu'on parle d'une possible mise en œuvre après la date probable des prochaines élections. On s'attend à ce que celles-ci soient déclenchées à la mi-août, si les sondages demeurent confortables pour le parti qui est au pouvoir, mais, quand même, cet engagement est une bonne nouvelle. Elle sera vraiment bonne lorsqu'elle se sera concrétisée.
Lors de la dernière campagne électorale, il n'y a pas si longtemps, le Bloc québécois proposait une telle mesure et utilisait les revenus qu'elle générait pour dédommager les victimes des géants du Web: les créateurs. On parle des artistes, des médias dont les géants du Web utilisent le contenu sans payer de droit d'auteur. Le gouvernement ne va pas aussi loin et comptabilise plutôt cet impôt sur les GAFAM dans les fonds consolidés, mais c'est une mesure que nous saluons. Ce n'est qu'un début.
La cinquième mesure prévoit ceci:
travailler à l’établissement d’un registre mondial des bénéficiaires réels de sociétés-écrans pour lutter plus efficacement contre l’évasion fiscale;
C'est une mesure hyper importante. Il faut que ce soit fait. Dans le cadre des travaux du comité, les spécialistes sont venus nous dire que le problème était que l'information n'était pas accessible; on ne voit pas l'information. La cinquième mesure que la Chambre a adoptée vient changer cela. Dans bien des cas, les paradis fiscaux sont opaques. Il est impossible de savoir à qui profitent réellement les sociétés et les fiducies qui y sont créées. Souvent, on n'arrive qu'à connaître le nom du fiduciaire qui les gère ou la firme d'avocats ou de comptables qui les a créées.On ne connaît pas le nom de la personne qui se cache derrière. Une telle situation est un vrai pactole pour les fraudeurs qui peuvent cacher leur argent en toute impunité.
Un tel registre existe déjà au Luxembourg, mais il est accessible seulement aux institutions financières. Elles font entre elles des vérifications, mais il faut qu'un tel registre soit disponible pour les gouvernements ou les agences de revenu. L'évasion fiscale et l'évitement fiscal, cela a trop duré. On ne sait pas qui se cache derrière ces sociétés. Je demande donc au gouvernement de mettre en œuvre la cinquième mesure.
La sixième et dernière mesure est très importante:
profiter de la crise des finances publiques, engendrée à l’échelle mondiale par la pandémie, pour lancer auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques une offensive vigoureuse contre les paradis fiscaux, dont l'objectif est de les éradiquer.
On le sait, l'OCDE fait beaucoup pour lutter contre l'utilisation des paradis fiscaux. Cela a été mis en place au lendemain de la crise financière de 2008-2009. Les pays ont commencé à s'attaquer sérieusement aux paradis fiscaux au sein de l'OCDE, à ce moment-là, en lançant une vaste initiative multilatérale sur la fiscalité internationale et le rétablissement de l'assiette fiscale, soit l'initiative sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices, mieux connue sous son acronyme anglais BEPS. Depuis la mise en place de l'initiative, les choses avancent, mais pas beaucoup.
Nous faisons face à une crise économique mondiale, un endettement record des pays qui ont pris des mesures pour soutenir le revenu et stabiliser l'économie, des mesures tout à fait justifiées quand c'est bien fait et bien utilisé. Par contre, il faut profiter de cette crise pour dire que chacun doit fournir sa juste contribution et mettre en œuvre pour vrai les recommandations proposées par l'OCDE. C'est hyper important. C'est une question de justice et d'équité fiscale.
En conclusion, je rappelle que, il y a moins de deux semaines, la Chambre a adopté une motion indiquant au gouvernement ces six actions. Nous demandons au gouvernement d'aller de l'avant. Ce sont de bonnes solutions et, avec la pandémie actuelle, c'est le moment de les mettre en œuvre.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-06-17 19:43 [p.8716]
Mr. Speaker, it appears the hon. member and I share a passion regarding tax evasion. As the critic for national revenue, I had the opportunity to write an Order Paper question on the matter of high-net-worth individuals, people who have wealth over $50 million. It is clear the Prime Minister wants to make it look like he is taking action on tax evasion while he continues to protect the wealthiest among us.
Despite the CRA's over 6,000 audits, and an increase of almost 3,000% in funding for its program expenditures, there have been no criminal prosecutions and consequently no convictions of millionaires who are not paying their fair share. Could the hon. member expand on the ways in which the ultrawealthy in this country continue to cheat Canadians out of their fair share of taxes?
Monsieur le Président, le député semble aussi engagé que moi en ce qui concerne l'évasion fiscale. En tant que porte-parole de mon parti en matière de revenu national, j'ai pu inscrire à l'ordre du jour une question sur les particuliers fortunés dont la fortune s'élève à plus de 50 millions de dollars. Il est évident que le premier ministre veut donner l'impression qu'il prend des mesures pour lutter contre l'évasion fiscale pendant qu'il continue de protéger nos concitoyens les plus fortunés.
Même si l'ARC a effectué plus de 6 000 vérifications et bénéficié d'une hausse de financement de près de 3 000 %, pour ses dépenses de programme, il n'y a pas eu de poursuites pénales, ce qui veut dire qu'aucun millionnaire qui ne paie pas sa juste part n'a été condamné. Le député pourrait-il expliquer de quelles façons les ultra-riches de ce pays continuent de flouer les Canadiens en ne payant pas leur juste part d'impôt?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-06-17 19:44 [p.8717]
Mr. Speaker, I sincerely thank my colleague from Hamilton Centre for his question and his comment. I completely agree with him: this is unacceptable. Things have to change, and that means taking concrete action.
Here is an example. Previously, a former KPMG associate appeared before the parliamentary committee. During his career, this person participated in putting together schemes that enabled multimillionaires and billionaires to avoid paying their fair share of taxes. He may still be doing so.
I told him that people with low incomes, such as orderlies and nurses, paid between 35% and 50% tax, while the super-rich paid just peanuts, something around 0%. I asked him if that was immoral. He replied that it was legal and refused to say more.
We have to change how the people who design these immoral schemes see things. That which is immoral must be made illegal. We have to do more.
Monsieur le Président, je remercie sincèrement mon collègue d'Hamilton‑Centre de sa question et de son commentaire. Je suis tout à fait d'accord avec lui pour dire que c'est inacceptable. Il faut que les choses changent et cela passe par des actions concrètes.
Je vais donner un exemple. Un peu plus tôt, nous avons accueilli en comité parlementaire un ancien associé de KPMG qui, dans sa carrière et possiblement encore, a participé à des montages de stratagèmes pour permettre aux multimillionnaires, voire aux milliardaires, de ne pas payer leur juste part d'impôt.
Je lui ai dit que les gens à faibles revenus, comme les préposés aux bénéficiaires ou les infirmières, payaient entre 35 % et 50 % d'impôt, alors que ces grands fortunés ne payaient que des peanuts, soit près de 0 %, et je lui ai demandé si c'était immoral. Il m'a répondu que c'était légal, sans vouloir se prononcer davantage.
Il faut changer les mentalités de ces ingénieurs de stratagèmes immoraux et rendre illégal ce qui est immoral. Nous devons continuer.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2021-06-11 10:16 [p.8263]
Mr. Speaker, my colleague spoke a lot about deficit, but here is the thing. While millions of people are worried about losing their jobs, Canada's 20 richest people have increased their wealth. Instead of making those richest people pay the cost of the economic recovery, the Conservatives, very much like the Liberals, want to protect their profits.
Can the member please explain why he refuses to make the richest in Canada pay their fair share?
Monsieur le Président, mon collègue a beaucoup parlé de déficit, mais voilà: alors que des millions de personnes s'inquiètent de perdre leur emploi, les 20 personnes les plus riches du Canada sont devenues encore plus riches. Au lieu de faire payer le coût de la reprise économique à ces personnes les plus riches, les conservateurs, tout comme les libéraux, veulent protéger leurs profits.
Le député peut-il expliquer pourquoi il refuse d'obliger les mieux nantis au Canada à payer leur juste part?
View Kerry Diotte Profile
CPC (AB)
View Kerry Diotte Profile
2021-06-11 10:17 [p.8263]
Mr. Speaker, everybody has to pay their fair share, obviously, but it is also people who create wealth in this country who are risking to create wealth. If we look at the young start-ups and entrepreneurs, they are starting from nothing. We can look at the history of growth in any developed nation and it starts with great ideas, and we have to cultivate these great ideas.
I know that certain members of the NDP adhere to the NDP philosophy to just take as much money as possible and redistribute that wealth, which is not a good philosophy. It has not worked in any country in the world, and there are many recent failures and long-time failures.
No, we Conservatives do not believe in punishing people for good ideas, growing economies and creating wealth.
Monsieur le Président, tout le monde doit évidemment payer sa juste part, mais c'est aussi les personnes créatrices de richesse au pays qui prennent des risques. Les jeunes et nouveaux entrepreneurs partent de rien. Depuis toujours, la croissance de tout pays développé a comme point de départ d'excellentes idées, et nous devons cultiver ces idées.
Je sais que certains députés néo‑démocrates adhèrent à la philosophie du NPD, qui consiste à enlever le plus possible d'argent aux riches pour le redistribuer. Ce n'est pas une bonne philosophie. Elle n'a pas donné de bons résultats ailleurs dans le monde. En fait, au fil des ans, y compris récemment, elle s'est souvent révélée un échec.
Les conservateurs ne croient pas qu'il faut punir les gens qui ont de bonnes idées, stimulent la croissance économique et créent de la richesse.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my Conservative colleague for his moving and heartfelt speech. It will be hard for me to follow that, and I will not be able to convey such a deep respect for human dignity in light of the horrific events that occurred all over the country and throughout its history. I thank my colleague for his speech and I will do my best to speak to Bill C‑30, the budget implementation bill.
There are some good things in this budget, but there are also things missing from it. I will obviously get back to this, since that is part of my job as an opposition member. What worries me most about this budget is that the government still seems to be putting a band-aid on a cancer and scrambling to fill in the potholes. This budget lacks vision. It is as though the government cannot see the forest for the trees.
We have not yet emerged from the crisis we have been dealing with for the past year and a half. However, the vaccination numbers, especially in Quebec and Ontario, are reassuring. We are on track for 75% of people to get their second dose by the end of the summer. Canada is behind many other countries, but I think we are getting through this together. This crisis was a huge tragedy. Tens of thousands of our fellow citizens got sick and will get sick in the coming years. Many others died.
Over the past 18 months, we have also realized how poorly prepared we were, and I am worried that future events could catch us just as unprepared. We want to believe that we learn from our mistakes and that things will be different next time, yet we have been through SARS and other epidemics before. Each time, we were not prepared and were caught unawares.
Both our social safety net and our health care systems had flaws and weaknesses. However, instead of fixing them, at times we made them worse, including by making cuts to health transfers to the provinces, something that was started by the Conservatives and carried on by the Liberals. Outside of some one-time measures, it does not seem like the government is really enhancing our capabilities and our public services to provide high-quality services and care with the right equipment to get through a pandemic like this one.
Make no mistake, this pandemic will not be the last. Pandemics happened several times in the 20th century, they have already happened a few times in the 21st century, and they will continue to happen. Will we be prepared next time?
Will our health care system and professionals be treated well? Will we provide our orderlies and nurses with better working conditions and decent shifts? Will we collaborate to ensure that we do not let down seniors in long-term care? The death toll at the beginning of the pandemic, especially at the Herron long-term care home in Dorval, on Montreal's West Island, was appalling.
Will we change the way we work? In terms of workplace relations, will we continue to work from home, or will we go back to the office? What will we do to prepare for next time? Will we have enough medical equipment for everyone?
Will Canada have the industrial capacity to do vaccine research, but also to design, create and manufacture vaccines as well? Over the past few years, our country has lost its entire domestic vaccine production capacity, and we saw how unprepared we were for the pandemic as a result and how dependent we were on our neighbours to manufacture vaccines, medical equipment, respirators and ventilators.
Will we have enough oxygen cylinders next time? If the next virus is more aggressive, more contagious and more deadly, will we be able to overcome it and ensure that our social safety net can protect everyone and leave no one behind?
I believe that this budget addresses some but not all of the short-term needs, but unfortunately, we are not planning for the post-pandemic reality and the new society that we could collectively create if we had the resources. We could create a society that is fairer, more prosperous, more equitable, greener, and also better prepared to face these kinds of challenges, because this will not be the last time that we have to.
This will also not be the last time that climate crises could worsen because of global warming. That is another subject, but it is still related because of the public health problems it can cause, whether it be respiratory problems or the spread of certain viruses, or simply disasters that will be extremely costly to both the agricultural sector specifically and societies in general.
This budget and this budget implementation bill have flaws. The pandemic demonstrated that we had societies that were very inequitable, and these inequalities have widened considerably over the past 18 months. I have seen statistics showing that the wealth of the richest families and individuals in Canada grew by about $78 billion during the pandemic. We are talking about less than 1% of the population. While most people were suffering, losing their jobs, watching their small businesses struggle to survive or even close down, the ultrarich were lining their pockets.
The Liberal government has not included any concrete measures in this budget to attack this excessive, outrageous and indecent increase in wealth, except for a special tax on the purchase of certain boats, luxury vehicles or private planes. A super-rich person who pocketed tens of millions of dollars in profit just has to avoid buying a private plane, and this measure will change absolutely nothing in their life.
As Oxfam Canada revealed a few months ago, as a result of this rise in inequality, people from big companies, like Amazon's Jeff Bezos, made truly gargantuan profits during this pandemic. Jeff Bezos has approximately 600,000 employees around the world, which is quite a lot. If Mr. Bezos took out his cheque book and wrote 600,000 cheques for $110,000, one for each of his employees, he would still be just as rich as he was before the pandemic. Needless to say, he was already far from poor before the pandemic.
What are the Liberals presenting in this budget to reduce inequality and make the super-rich, multi-millionaires and billionaires pay their share? Not much, as I said. The budget talks about boats and planes, but that is about it.
The government could have imposed a tax on wealth. It could have imposed an additional tax of 1% on people with a fortune of over $20 million. That does not seem excessive to me. It would free up a considerable amount of revenue so we could have social programs that would take care of people and a truly public health care system that could meet the needs of the population. Why is there no tax on wealth?
I mentioned Amazon and Jeff Bezos. Why is there no special tax on excessive profits during a pandemic? In the riding of Rosemont—La Petite‑Patrie and pretty much all over Montreal, small businesses have suffered and have had a hard time making ends meet. Many of them have gone out of business even as giant Internet corporations like Amazon and its ilk have raked in the cash. Not only are web giants not yet being taxed by the Liberal government on what they earn in Canada and Quebec, but they have also been reaping obscene profits during the pandemic. The Liberal government does not have the courage to do anything about this.
Why has the government not altered its approach to tax havens? Every serious assessment of the situation, including those by the Department of Finance and the Conference Board of Canada, tells us that we are losing tens of billions of dollars every year because the super-rich can squirrel their money away in the Cayman Islands or Barbados so they do not have to pay a penny in taxes in Canada or, if they do, it is a pittance. This has been going on for years, with neither Conservatives nor Liberals doing anything about it. Most of these tax havens were created by Canadian banks, which were able to make rules that suited them so they could enable their clients and KPMG clients to avoid paying tax here by using financial schemes that no federal government has made any real effort to take down.
As professor Alain Deneault has explained, if you are injured and you have to wait in an emergency room for 10 or 20 hours to see a doctor, it is because of tax havens. When you are waiting for a bus on a street corner in the rain and the bus does not come because it is broken down, there is no one to fix it and public transit is deficient, that is because of tax havens. If our communities do not have sufficient social housing and co-operative housing, it is because the rich are not paying their fair share. It is because of tax havens.
I wish we had a government that had the courage to tackle these issues. An NDP government will do just that one day.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue du Parti conservateur de son discours émouvant et bien senti. Il ne me sera pas facile de le suivre et je ne pourrai pas parler avec une telle profondeur du respect de la dignité humaine depuis les événements historiques absolument dramatiques qui se sont produits partout sur notre territoire. Je remercie donc mon collègue de son discours et je vais essayer de faire de mon mieux pour parler du projet de loi C‑30 sur la mise en œuvre du budget.
Dans ce budget, il y a de bonnes choses, mais il y a aussi des choses qui manquent. Je vais évidemment y revenir, car c'est mon rôle de député de l'opposition. Ce qui me préoccupe le plus dans ce budget, c'est que j'ai encore l'impression qu'on est en train de mettre des pansements sur un cancer et d'essayer de combler des nids-de-poule. C'est un budget qui me semble manquer de vision, un peu comme si on avait le nez collé sur un arbre et qu'on ne voyait pas la forêt derrière.
Nous ne sommes pas encore sortis de la crise que nous vivons depuis un an et demi. Cependant, les statistiques de vaccination, surtout au Québec et en Ontario, sont rassurantes et sur la bonne voie, puisque 75 % des gens vont avoir reçu leurs deux doses d'ici la fin de l'été. Le Canada est en retard par rapport à beaucoup d'autres pays, mais je pense quand même que nous sommes en train de nous en sortir collectivement. Cette crise a été une immense tragédie. En effet, des dizaines de milliers de nos concitoyens ont été malades et vont continuer de l'être dans les prochaines années. Plusieurs autres en sont décédés.
Au cours des 18 derniers mois, nous avons aussi appris à quel point nous étions mal préparés et je suis inquiet que cet état d'impréparation se reproduise à l'avenir. Nous avons toujours l'impression d'apprendre de nos leçons d'une fois à l'autre, en nous disant que, la prochaine fois, ce ne sera pas pareil. Pourtant, nous avons vécu le SRAS et d'autres épidémies auparavant, mais, à chaque fois, nous n'étions pas prêts et nous nous sommes fait prendre.
Tant notre filet de sécurité sociale que nos systèmes de santé comportaient des lacunes et des faiblesses. Cependant, au lieu de les combler, nous les avons parfois aggravées, notamment à cause des coupes dans les transferts aux provinces en matière de santé, initiées par les conservateurs et poursuivies par les libéraux. Hormis des mesures ponctuelles, nous n'avons pas l'impression de vraiment être en train de renforcer nos capacités et nos services publics pour offrir des services et des soins de qualité au moyen de l'équipement nécessaire pour faire face à une pandémie comme celle-ci.
Il ne faut pas se leurrer, ce ne sera pas la dernière fois que cela va se produire. C'est arrivé plusieurs fois au cours du XXe siècle, c'est survenu déjà à quelques reprises au cours du XXIe siècle, et cela va se reproduire par la suite. Serons-nous prêts la prochaine fois?
Notre système de santé et nos professionnels vont-ils être bien traités? Accorderons-nous de bonnes conditions de travail et des horaires décents à nos préposés aux bénéficiaires, à nos infirmiers et à nos infirmières? Allons-nous collaborer pour ne pas laisser tomber nos aînés en CHSLD? Il s'y est produit une hécatombe épouvantable au début de la pandémie, notamment au CHSLD Herron, situé à Dorval dans l'ouest de l'île de Montréal.
Allons-nous devoir changer nos façons de travailler? Pour nos relations de travail, allons-nous continuer de télétravailler à domicile ou retourner dans nos bureaux? Comment réussirons-nous à être prêts pour la prochaine fois? Aurons-nous le matériel médical nécessaire pour chacun?
Le Canada aura-t-il la capacité industrielle de faire de la recherche sur les vaccins, mais aussi d'en imaginer, d'en créer de nouveaux, d'en fabriquer? Au cours des dernières années, notre pays a perdu toute capacité nationale de fabrication de vaccins et nous avons pu constater à quel point nous n'étions pas prêts à affronter la pandémie et nous dépendions de voisins pour la fabrication de vaccins, de matériel médical, de respirateurs et de ventilateurs.
Aurons-nous assez de bouteilles d'oxygène la prochaine fois? Si le virus est plus virulent, plus contagieux et plus mortel, serons-nous capables de nous en sortir la prochaine fois et de nous assurer que notre filet de sécurité sociale pourra protéger tout le monde et ne laisser personne pour compte?
J'ai malheureusement l'impression que ce budget répond à certains besoins — pas tous — à court terme, mais que nous ne planifions pas l'après-pandémie ni la nouvelle société que nous pourrions créer collectivement si nous nous en donnions les moyens. Nous pourrions créer une société plus juste, plus prospère, plus équitable, plus verte, mais aussi plus prête à affronter ce genre de défis, parce que ce ne sera pas la dernière fois que nous aurons à le faire.
Ce ne sera pas non plus la dernière fois que l'on risque d'avoir une aggravation des crises climatiques à cause du réchauffement de la planète. C'est un autre sujet, mais il y est tout de même lié à cause des problèmes de santé publique que cela peut engendrer, qu'il s'agisse de problèmes respiratoires ou de propagation de certains virus, ou alors tout simplement de catastrophes qui vont coûter extrêmement cher tant au monde agricole qu'aux sociétés en général.
Ce budget et ce projet de loi de mise en œuvre du budget comportent des lacunes. On a vu, notamment avec la pandémie, que l'on avait des sociétés fortement inégalitaires, où les inégalités ont considérablement augmenté au cours des 18 derniers mois. J'ai vu des données montrant que les familles et les individus les plus riches du Canada se sont enrichis, pendant la pandémie, d'à peu près 78 milliards de dollars. On parle de moins de 1 % de la population. Pendant que la plupart des gens souffraient, perdaient leur emploi, voyaient leur petite entreprise avoir de la difficulté à survivre ou même carrément fermer, ces ultras riches s'en mettaient plein les poches.
Il n'y a dans ce budget aucune mesure concrète de la part du gouvernement libéral pour s'attaquer à cet enrichissement excessif, indigne et indécent, à part celle de mettre une taxe spéciale sur l'achat de certains bateaux, voitures de luxe ou avions privés. Une personne super riche, qui a empoché des dizaines de millions de dollars de profit, n'a qu'à ne pas s'acheter d'avion privé, et cette mesure ne changera absolument rien dans sa vie.
Comme Oxfam Canada le relevait il y a quelques mois, ces augmentations d'inégalités ont fait que des gens de grandes compagnies, comme Amazon avec Jeff Bezos, ont fait des profits vraiment gargantuesques pendant cette pandémie. Jeff Bezos a environ 600 000 employés partout dans le monde, ce qui n'est pas rien. Si M. Bezos prenait son chéquier et faisait 600 000 chèques de 110 000 $ à chacun de ses employés, il serait encore aussi riche qu'il l'était avant la pandémie. Nul besoin d'ajouter qu'il était déjà loin d'être pauvre avant la pandémie.
Que nous présentent donc les libéraux, dans ce budget, pour réduire les inégalités et faire payer leur part aux super riches, aux multimillionnaires et aux milliardaires? Ils ne nous présentent pas grand-chose, comme je l'ai dit. On parle de bateaux et d'avions, mais c'est à peu près tout.
Pourtant, on aurait pu avoir un impôt sur la fortune. On aurait pu imposer une taxe supplémentaire de 1 % aux gens qui ont une fortune de plus de 20 millions de dollars. Cela ne me paraît pas excessif. Cela dégagerait des revenus considérables qui nous permettraient, par la suite, d'avoir des programmes sociaux pour s'occuper de notre monde et d'avoir un vrai système de santé publique capable de répondre aux besoins de la population. Comment se fait‑il que l'on n’ait pas d'impôt sur la fortune?
Je parlais d'Amazon et de Jeff Bezos. Comment se fait‑il que l'on n’ait pas d'impôt spécial sur les profits excessifs en temps de pandémie? Dans la circonscription de Rosemont—La Petite‑Patrie, de même qu'un peu partout à Montréal, de petites entreprises ont souffert et eu de la misère à joindre les deux bouts. Elles ont bien souvent fermé leurs portes, alors que de grandes compagnies, comme les géants du Web, les GAFAM, s'en sont mis plein les poches. Non seulement les géants du Web ne sont pas encore imposés par le gouvernement libéral pour ce qu'ils font au Canada et au Québec, mais, en plus, ils ont fait énormément de profits en temps de pandémie. Le gouvernement libéral n'a pas eu le courage de s'attaquer à cela.
Comment se fait‑il que l'on n'ait pas de réforme des paradis fiscaux? Toutes les évaluations sérieuses, que ce soit celles du ministère des Finances ou du Conference Board du Canada, nous disent que nous perdons des dizaines de milliards de dollars chaque année, parce que des super riches sont capables de mettre leur argent aux îles Caïmans ou à la Barbade et qu'ils ne paient pas une cenne d'impôt au Canada, ou alors des miettes absolument dérisoires. Cela existe depuis des années et cela a continué de produire sous les conservateurs et les libéraux sans que l'on fasse quoi que ce soit. La plupart de ces paradis fiscaux sont des créations de banques canadiennes, qui ont fait en sorte de faire les règles qu'elles voulaient pour être capables de donner à leurs clients et à ceux de KPMG les possibilités de ne pas payer d'impôt ici, et ce, par le truchement de stratagèmes financiers qui n'ont été attaqués sérieusement par aucun gouvernement fédéral.
Comme le disait le professeur Alain Deneault, quand on attend dans une salle d'attente à l'urgence pendant 10 ou 20 heures, parce qu'on est blessé, et qu'on n'est pas capable de rencontrer un médecin, c'est à cause des paradis fiscaux. Quand on attend l'autobus au coin de la rue, sous la pluie, et que l'autobus n'arrive pas parce qu'il est en panne, qu'il n'y a personne pour le réparer et que le service de transports en commun est déficient, c'est à cause des paradis fiscaux. Si on n'est pas capable d'avoir de logement social et de coopérative d'habitation, c'est parce que les riches ne paient pas leur part. C'est à cause des paradis fiscaux.
J'aurais aimé avoir un gouvernement capable de s'attaquer avec courage à ces questions. Un jour, un gouvernement néo‑démocrate pourra le faire.
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
Mr. Speaker, I would like to first acknowledge that I am joining members from Treaty 5 territory, the traditional territory of the Nisichawayasihk Cree Nation, from my home community of Thompson, Manitoba.
Today, I join members to speak on behalf of our region on Bill C-30, the budget implementation act.
I speak today at a difficult time for our country and especially for my province of Manitoba. COVID is spreading faster here in Manitoba than in any other province in Canada. In fact, right now, it is the worst in all of North America. I want to share my thoughts and condolences with the many people and families who have lost loved ones to COVID-19 during this crisis. I also want to acknowledge the life-saving work of the people working on the front lines right now.
However, to be clear, it should not have had to be this way, and this did not just happen. This past year of the pandemic has proven how the system is broken. The neo-liberal agenda has proven not only dangerous but deadly for many: our elderly, our indigenous communities and our workers.
Indigenous communities, including those here in Manitoba, have faced some of the highest rates of infection of COVID-19. At least six first nations in our region received full support from the Canadian Armed Forces when they called for urgent help to be able to save lives in their communities. I want to acknowledge the leadership of first nation leaders across our region, who have done everything in their power, along with advocates and people on the front lines, to keep their community safe.
We have seen strict lockdowns. We have seen the need to take incredible measures to keep people in some of the most vulnerable communities in the country safe. We have heard time and time again, and I have certainly heard that they were doing this in the face of significant odds, which were completely avoidable. These odds were the result of decades of colonized policies, paternalistic policies and of systemic racism.
At the same time that communities were fighting a pandemic, they were also fighting a third world crisis of no running water, a third world crisis of inadequate housing and a third world crisis of not enough medical personnel, let alone doctors and nurses, in their communities. So many communities across our region, so many first nations, went above and beyond to keep their people safe.
Just yesterday we heard from the Auditor General that first nations across Canada did not have the personal protective equipment needed going into this pandemic to be safe, which is particularly the case in our region. We know that throughout this they have struggled in any way they could to access PPE.
I remember advocating on behalf of those in Sagkeeng. When they received the first test kits, they were very clear in their questioning of how could they do tests when they did not have access to personal protective equipment to administer the COVID-19 tests. This was early in the pandemic. This federal government has let first nations down time and time again, and we saw this explicitly during this pandemic.
I want to acknowledge the incredible leadership of communities and regional indigenous leaders here in Manitoba in fighting to get vaccines available to first nations, indigenous and northern communities on a priority basis. I was proud to work with indigenous and northern leaders, and colleagues in the NDP, to push the federal government to act on this front.
I am pleased to acknowledge that there was recognition and a response from the federal government early this year that first nations, and people living on reserve and across the north in particular, required priority access to the vaccine, but it is not enough. We continue to see, especially these days here in Manitoba, indigenous people be disproportionally impacted by COVID-19.
I am sad to say that Bill C-30, a bill that was developed during this crisis, does not deal with some of the fundamental challenges that first nations communities face. We know that one of the key contributors to the spread of COVID-19 on reserve is the lack of housing, particularly the existence of overcrowded, inadequate, mould-infested homes.
I remember the leadership of Cross Lake talking about, of course, that there would be a significant spread when there were 15, 17 or 20 people living in a home. The leadership in Shamattawa made clear that the spread back in December was as significant as it was because of the overcrowded housing that people in that community live in.
This is not new. This is something for which leaders and people across the region have been fighting for a long time. Bill C-30, unfortunately, does nothing to address the housing shortage in first nations and northern communities across the region.
I also want to acknowledge that the second and third waves of COVID-19 have hit working people especially hard: front-line workers, workers in long-term care, in meat-packing plants, in warehouses, taxi drivers, migrant workers, many of them racialized and many of them immigrant. In Manitoba, people of Southeast Asian descent are most disproportionately affected by COVID-19 at this time. They are impacted 13 times the rate that white people are.
Working people have been forced to work throughout this pandemic without personal protective equipment, without paid sick leave, without targeted shutdowns and without access to vaccines. They have been forced to work by employers, corporations and governments that have chosen to prioritize profits ahead of the lives of working people and their families. Women workers have also lost significant ground. Inequality and the lack of structural supports like child care holding us all back.
I want to acknowledge that while Bill C-30 has made a historic commitment to child care, it is not as a result of the benevolence of the Liberal government. This is the result of decades of women fighting for universal child care across our country. I am proud of the work the NDP has done to push this vision forward. Yes, it is time to see a historic investment in child care, especially as a result of what we have seen in this crisis, where women have had to leave work and have taken a hit financially and economically in terms of their stability because of the lack of child care in our country. Let us get moving on turning that commitment to child care into action.
However, let us be clear that Bill C-30 does not go far enough for working people. There is no commitment on paid sick days. We know that a critical factor in keeping people and workers safe is the ability to stay home and get well.
We also know that the government has not gone far enough in changes to EI. While there are some in Bill C-30, it does not go far enough to ensure that workers are supported, especially in this day and age when the nature of work has changed significantly and the rise of precarious work is a significant challenge for so many.
The reality is that we cannot afford the status quo. The COVID-19 pandemic has proven that. If we want different results, we need to make different choices. We need to tax the rich and ensure that those who have made an extraordinary profit on the backs of working people pay their fair share. We need to go after pandemic profiteers who have made money hand over fist during a time when so many are suffering and many have lost their lives.
We need to go further and push for supports for those pushed to the margins. We need to cancel student debt, recognizing that many students right now are paying for an education that will leave them significantly in debt and are heading into a job market that is pretty abysmal. We need Canada to take a stand for students. We need to go further than that and ensure that we are committing to free education for students across our country.
We need to take on one of the biggest challenges of our time, the climate crisis, recognizing that without climate justice, we cannot achieve justice for all. We need to move in that direction as soon as possible.
The bottom line is that we need a transformative vision for our world, one that seeks to prioritize the well-being of people and our planet over profits, a vision rooted in the power of the collective, a vision that believes we can achieve the social, environmental and economic justice that we all deserve.
Monsieur le Président, j’aimerais d’abord souligner que je me joins aux députés en provenance du territoire visé par le Traité no 5, le territoire traditionnel de la Nation crie Nisichawayasihk, de ma collectivité natale de Thompson, au Manitoba.
Aujourd’hui, je me joins aux députés pour parler au nom de notre région du projet de loi C-30, la Loi d’exécution du budget.
Je prends la parole aujourd’hui à un moment difficile pour notre pays et surtout pour ma province, le Manitoba. La COVID se répand plus rapidement ici au Manitoba que dans toute autre province du Canada. En fait, à l’heure actuelle, la situation est la pire de toute l’Amérique du Nord. J’aimerais transmettre mes pensées et mes condoléances aux nombreuses personnes et familles qui ont perdu des êtres chers à cause de la COVID-19 pendant cette crise. Je tiens également à souligner le travail des personnes qui œuvrent aux premières lignes pour sauver des vies.
Cependant, pour être claire, cela n’aurait pas dû se passer ainsi, et cela n’est pas arrivé par hasard. La dernière année de pandémie a montré à quel point le système est défaillant. Le programme néolibéral s’est avéré non seulement dangereux, mais aussi mortel pour beaucoup: nos personnes âgées, nos communautés autochtones et nos travailleurs.
Les communautés autochtones, y compris celles de ma province, le Manitoba, ont enregistré les taux les plus élevés d’infection à la COVID-19. Au moins six Premières Nations de ma région ont reçu l’aide des Forces armées canadiennes lorsqu’elles ont réclamé des secours d’urgence pour sauver la vie de membres de leurs communautés. Je salue le leadership dont ont fait preuve les chefs autochtones de ma région, ainsi que le personnel de première ligne, pour assurer la sécurité des membres de leur communauté.
Nous avons vécu des confinements très stricts. Nous savons que des mesures incroyables ont été prises pour assurer la sécurité de certaines de nos communautés les plus vulnérables. Combien de fois ai-je entendu dire que ces mesures avaient été prises dans des circonstances extrêmement difficiles, qui auraient tout à fait pu être évitées. Ces circonstances étaient dues à des décennies de politiques empreintes de colonialisme, de paternalisme et de racisme systémique.
Pendant qu’elles luttaient contre la pandémie, ces communautés devaient également faire face à des conditions dignes du tiers-monde: pas d’eau courante, des logements inadéquats, pas assez de personnel soignant, et encore moins de médecins et d’infirmières. Un grand nombre de communautés de Premières Nations de ma région ont dû faire l’impossible pour assurer la sécurité de leur population.
Pas plus tard qu’hier, le vérificateur général nous a dit que les Premières Nations du Canada n’avaient pas les équipements de protection individuelle nécessaires au début de la pandémie, et c’était particulièrement le cas dans notre région. Je sais combien elles se sont démenées pour obtenir ces équipements.
Je me souviens avoir défendu la communauté de Sagkeeng, qui avait reçu ses premiers tests de COVID-19, mais qui ne savait pas comment les utiliser puisqu’elle n’avait pas d’équipements de protection individuelle. C’était au début de la pandémie. Le gouvernement fédéral continue de négliger les Premières Nations, et ce fut particulièrement évident pendant la pandémie.
Je tiens à saluer le leadership incroyable dont ont fait preuve les chefs autochtones des communautés et de la région, ici, au Manitoba, pour que les vaccins soient distribués en priorité aux communautés autochtones et du Nord. Je suis fière d’avoir travaillé avec ces chefs autochtones et avec mes collègues néo-démocrates pour convaincre le gouvernement fédéral d’agir sur ce front.
Je me réjouis que le gouvernement fédéral ait reconnu que les habitants des réserves et du Nord en particulier devaient être vaccinés en priorité, mais cela ne suffit pas. Nous continuons d’observer, surtout en ce moment au Manitoba, que les communautés autochtones sont plus touchées que les autres par la COVID-19.
Je suis navrée de dire que le projet de loi C-30, un projet de loi créé pendant cette crise, ne permet pas de relever certains des défis fondamentaux auxquels les communautés des Premières Nations doivent faire face. Nous savons que, parmi les principaux facteurs favorisant la propagation de la COVID-19 dans les réserves, il y a le manque de logement, tout particulièrement la présence de foyers surpeuplés, inadéquats et remplis de moisissures.
Je me souviens des dirigeants de Cross Lake qui ont dit qu'il était évident qu’il y aurait une propagation considérable puisque chaque logement peut abriter 15, 17 ou 20 personnes. Les dirigeants de Shamattawa ont indiqué clairement que la propagation si importante en décembre s’expliquait par le surpeuplement que vivent les gens de cette communauté.
Ce n’est pas nouveau. C’est un problème sur lequel les dirigeants et les gens de la région se penchent depuis longtemps. Malheureusement, le projet de loi C-30 ne prévoit rien pour combler la pénurie de logements dans les communautés des Premières Nations et du Nord de la région.
Je souhaite également reconnaître que les deuxième et troisième vagues de COVID-19 ont frappé les travailleurs particulièrement durement, qu’il s’agisse des travailleurs de première ligne, des travailleurs dans les établissements de soins de longue durée, dans les usines de conditionnement de la viande et dans les entrepôts, des chauffeurs de taxi ou des travailleurs migrants. Ils sont nombreux à être racialisés et immigrants. Au Manitoba, les gens de descendance du Sud-Est asiatique sont présentement les plus disproportionnellement touchés par la COVID-19. Ils sont 13 fois plus touchés que les personnes blanches.
Pendant la pandémie, les travailleurs ont été forcés de travailler sans équipement de protection individuelle, sans congé de maladie payé, sans fermetures ciblées et sans accès à des vaccins. Les employeurs, les sociétés et les gouvernements les ont forcés à travailler, choisissant d’accorder la priorité aux profits plutôt qu’à la vie des travailleurs et de leurs familles. Les travailleuses ont également subi d’énormes pertes. Les inégalités et le manque de soutiens structurels, comme les services de garde pour jeunes enfants, nous empêchent d’avancer.
Je tiens à souligner que, même si le projet de loi C-30 prévoit un engagement historique à l’égard des garderies, nous ne le devons pas à la bienveillance du gouvernement libéral, mais bien à plusieurs décennies de lutte des femmes pour l’universalité des services de garde d’enfants partout au pays. Je suis fière du travail que le NPD a accompli pour faire avancer cet objectif. Oui, il est temps de faire un investissement historique dans les services de garde, surtout dans le contexte de la crise actuelle, où des femmes ont dû quitter leur emploi et ont été durement touchées sur les plans financier et économique en raison du manque de services de garde dans notre pays. Passons à l’action pour concrétiser cet engagement en matière de garde d’enfants.
Toutefois, soyons clairs, le projet de loi C-30 ne va pas assez loin pour les travailleurs. Il n’y a pas d’engagement concernant les congés de maladie payés. Nous savons qu’un facteur essentiel pour assurer la sécurité des gens et des travailleurs est la capacité de rester à la maison afin de se rétablir.
Nous savons aussi que le gouvernement n’est pas allé assez loin dans les changements apportés à l’assurance-emploi. Même si le projet de loi C-30 en prévoit quelques-uns, il ne va pas assez loin pour assurer un soutien aux travailleurs, surtout à notre époque où la nature du travail a beaucoup changé et où l’augmentation du travail précaire constitue un défi de taille pour bien des gens.
La réalité, c’est que le statu quo n’est pas envisageable. La pandémie de COVID-19 l’a prouvé. Si nous voulons des résultats différents, nous devons faire des choix différents. Il faut taxer les riches et faire en sorte que ceux qui ont fait des profits extraordinaires sur le dos des travailleurs paient leur juste part. Nous devons nous attaquer aux profiteurs de la pandémie qui ont fait de l’argent à outrance à un moment où tant de gens ont souffert et où beaucoup ont perdu la vie.
Nous devons aller plus loin et faire pression pour obtenir du soutien pour ceux qui sont marginalisés. Nous devons annuler l’endettement des étudiants, car bon nombre d’entre eux paient actuellement pour des études qui les laisseront lourdement endettés et qui les mèneront vers un marché de l’emploi plutôt mince. Le Canada doit prendre position en faveur des étudiants. Nous devons aller plus loin et nous engager à offrir une éducation gratuite aux étudiants de partout au pays.
Nous devons relever l’un des plus grands défis de notre époque, la crise climatique, en reconnaissant que sans justice climatique, il n’y a tout simplement pas de justice pour tous. Nous devons aller dans cette direction le plus tôt possible.
En fin de compte, nous avons besoin d’une vision transformatrice pour notre monde, une vision qui accorde la priorité au bien-être des gens et de notre planète plutôt qu’aux profits, une vision enracinée dans le pouvoir de la collectivité, un objectif selon lequel nous pouvons aspirer à la justice sociale, environnementale et économique que nous méritons tous.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, it is indeed an honour to rise virtually to participate in the debate on the budget and to provide the perspective of many Canadians, especially that of my constituents in northern Saskatchewan who feel left out, forgotten and, in some cases, at complete odds with the Liberal government.
It has now been 19 months since I was selected the member of Parliament for Desnethé—Missinippi—Churchill River. During that time, my team and I have done what we could under the current restrictions to meet with as many constituents, local representatives, indigenous representatives, business owners and many others across northern Saskatchewan to keep in touch with their priorities.
For example, in an attempt to reach as many constituents as possible, my office developed an online survey, targeted through social media to the people in my riding. The results show just how out of touch the Liberal government is with the people in northern Saskatchewan. When given a list of 10 issues and asked to choose their top three, the most common issues identified by the people in my riding were: ending and recovering from the COVID-19 pandemic, jobs and the economy, and rural and gang crime.
This budget was an opportunity for the government to chart a clear path forward, to introduce a growth and jobs budget that would provide hope for Canadians that the fight against COVID-19 is nearly over, and that we have a path to recovery. Instead, it is a poorly crafted campaign document that plunges Canada so far into debt that my grandchildren's grandchildren will be paying for the reckless spending of the Prime Minister.
I want to touch briefly on these top three issues that were raised by my constituents for the duration of my time, starting first with ending and recovering from the COVID-19 pandemic. As I am sure members have noticed, several weeks ago Saskatchewan Premier Scott Moe released a reopening Saskatchewan plan. This plan included vaccination targets by age groups and corresponding parts of the economy and social life that would be opened once these targets were met.
The response in Saskatchewan has been very positive. This has not only encouraged people to get vaccinated, but has done what I think is most important: it has given people hope, hope that this will soon be over, hope that there will be a return to normal, hope that we can once again gather with friends and loved ones, and hope for business owners that there is a light at the end of the tunnel.
Unfortunately, we have received no such plan from the Prime Minister or his government. We have been asking for months for a plan, for targets that once achieved would lead us on a path back to life as we know it. Instead, we see Liberal minister after Liberal minister stand in front of cameras and pat themselves on the back, while at the same time attacking premiers from across the country.
Speaking of premiers, premiers across Canada came together and had one ask for this budget. It was an increase in health care transfers to deal with the pandemic, and with the hundreds of billions of dollars the Liberals are spending, they could not even provide a commitment to the provinces on this matter. That is a shame.
Next, my constituents ranked jobs and the economy. Unemployed Canadians hoping to see a plan to create new jobs and economic opportunities for their families have been let down by this budget. Workers who have had their wages cut and their hours slashed hoping to see a plan to reopen the economy have been let down by the budget.
Finally, families who have seen their taxes continually increase over the past six years under the Liberal government and who are struggling to save more money for their children's education or to buy a home have been let down by this budget.
The Prime Minister and the government will tell us over and over again, in fact he did it this week, how the first thing they did was to increase taxes on the top 1% so that they could reduce taxes for the middle class. As someone who has prepared thousands of tax returns over the last 30 years, the vast majority of them for middle-class Canadians, I can assure this House that this is simply not true. I could provide example after example of people whose personal income taxes have in fact increased substantially since 2015.
These are not people who are earning hundreds of thousands of dollars a year. I am talking about people who are earning $50,000 to $80,000 a year in family income and who have seen their taxes increase significantly.
Let me move on to jobs. There are two very important sectors in northern Saskatchewan that have been devastated by the government's poor handling of the pandemic, as well as its weakness at the bargaining table. These sectors are the outfitting and tourism sector and the forestry sector. Believe it or not, many members in this House may be surprised to learn that not all of Saskatchewan is flat prairies where one can see rolling wheatfields for miles at a time.
My riding in northern Saskatchewan is home to many businesses and jobs that depend on the forestry sector. The government's failure to secure a softwood lumber agreement with the United States over the past six years has been very difficult for them, and honestly embarrassing for Canada. Canada has not had a softwood lumber agreement with the United States since the fall of 2015, and the Liberal government failed to negotiate softwood lumber into the Canada-United States-Mexico agreement recently.
My very first question in the House, after I was elected, was on this exact issue. Nearly two years later, Canadians have yet to see any meaningful action on softwood lumber by the government. In fact, we are now seeing a step backward with the United States Department of Commerce's announcement last week of increased duties on softwood lumber imports from Canada.
I do not think the Prime Minister nor his ministers understand the importance of businesses like NorSask Forest Products in my riding. This is a lumber mill. It is owned by nine first nations. As I have stated in the House on previous occasions, dividends paid from this entity provide integral funding for critical programs to the ownership first nations. For this mill and many others that are not owned by first nation entities in my riding, these duties are doubling with the announcement last week. The stakes are too high for the government to continue to fail on this issue.
Let me move on to the outfitting and tourism sectors. The government's total failure when it comes to the border with the United States has continued to leave outfitters and other tourism operators in my riding in the dark. These businesses operate during hunting and fishing seasons. They are seasonal businesses, mostly with customers who travel from the United States to enjoy beautiful northern Saskatchewan. As I said before, the government's lack of a plan is severely hampering these businesses and the many other northern tourism operators.
Many will write this off as partisan, however the Parliamentary Budget Officer has been very clear in his analysis of the budget. Not only will a significant amount of the Liberal spending in this budget not create economic growth or jobs, the Liberals and their budget greatly overestimate their growth prediction. To use a very technical term from my days as an accountant, it seems the Liberals may be fudging the numbers to make themselves look better. I am sure it is not the first time and I am sure it will not be the last.
It is very clear that the Liberal government's stimulus fund was more about spending on Liberal partisan re-election promises than creating jobs or growing the economy. With their uncontrolled spending, the Liberals have made it clear that they have no plan to return to a balanced budget. Once again, this is just another example where the Liberal Party is completely out of touch with Canadians. In fact, a recent poll by Nanos found that 75% of Canadians were worried about the growing deficit.
I realize I have used most of my time on the first two issues, so let me quickly comment on the third priority of my constituents, those in northern Saskatchewan, and that is the rural and gang crime issue. The Liberal government has spent more time and energy going after law-abiding firearm owners like hunters and sport shooters than they have on illegal gun importing and organized crime. Tomorrow and next week, we will have more opportunity to debate the Liberals' disastrous bills, Bill C-21 and Bill C-22, that would decrease penalties for dangerous gun, drug and gang-related crime, while simultaneously criminalizing behaviour like hunting, which many indigenous and non-indigenous people in my riding rely on to provide for their families.
It does not take much to notice how the government has failed Canadians. One need look no further than the current NHL playoffs, games south of the border with fan-filled arenas and life returning to normal, while in Canada, my beloved Toronto Maple Leafs are handily putting a beat down on the Montreal Canadiens in front of empty arenas. It is time for the government to admit its failure and introduce a plan to return to normal, one that focuses on jobs and the economy, and does what it takes to keep Canadians safe.
Monsieur le Président, c’est vraiment un honneur de prendre la parole à distance pour participer au débat sur le budget et présenter le point de vue de nombreux Canadiens, surtout celui des gens de ma circonscription du Nord de la Saskatchewan qui se sentent laissés pour compte, oubliés et, dans certains cas, en désaccord complet avec le gouvernement libéral.
Il y a maintenant 19 mois que j’ai été choisi comme député de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill. Pendant cette période, mon équipe et moi avons fait ce que nous pouvions, compte tenu des restrictions actuelles, pour rencontrer le plus grand nombre d’électeurs, de représentants locaux, de représentants autochtones, de propriétaires d’entreprises et bien d’autres personnes dans tout le Nord de la Saskatchewan afin de nous informer de leurs priorités.
Par exemple, dans le but d’atteindre le plus grand nombre possible de citoyens, mon bureau a mené dans les médias sociaux un sondage ciblant les gens de ma circonscription. Les résultats montrent à quel point le gouvernement libéral est déconnecté de la population du Nord de la Saskatchewan. Lorsqu’on leur a montré une liste de 10 problèmes et qu'on leur a demandé de choisir les trois plus importants pour eux, les problèmes les plus souvent choisis par les gens de ma circonscription étaient: mettre fin à la pandémie de COVID-19 et s’en remettre, les emplois et l’économie, et la criminalité rurale et des gangs.
Ce budget était l’occasion pour le gouvernement de tracer une voie claire vers l’avenir, de présenter un budget de croissance et d’emploi qui donnerait aux Canadiens l’espoir que la lutte contre la COVID-19 est presque terminée et que nous sommes en chemin vers la guérison. Au lieu de cela, c’est un document électoral mal conçu qui plonge le Canada si loin dans la dette que les petits-enfants de mes petits-enfants feront les frais des dépenses inconsidérées du premier ministre.
J’aimerais aborder brièvement les trois principales questions qui ont été soulevées par les gens de ma région pendant le temps qui m'est accordé, en commençant par mettre fin à la pandémie de COVID-19 et s’en remettre. Comme les députés l’ont sûrement remarqué, il y a plusieurs semaines, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a publié un plan de reprise économique pour la Saskatchewan. Ce plan comprenait des objectifs de vaccination par groupes d’âge et les secteurs correspondants de l’économie et de la vie sociale qui seraient relancés une fois ces objectifs atteints.
La réaction de la Saskatchewan a été très positive. Cela n’a pas seulement encouragé les gens à se faire vacciner, mais a fait ce qui, d’après moi, est le plus important: cela a donné de l’espoir aux gens, l’espoir que tout cela sera bientôt terminé, l’espoir d’un retour à la normale, l’espoir que nous pourrons à nouveau nous réunir avec nos amis et nos proches, et l’espoir pour les propriétaires d’entreprises qu’il y a une lumière au bout du tunnel.
Malheureusement, nous n’avons reçu aucun plan de ce type de la part du premier ministre ou de son gouvernement. Cela fait des mois que nous demandons un plan, des objectifs qui, une fois atteints, nous ramèneraient à la vie normale. Au lieu de cela, les uns après les autres les ministres libéraux se pavanent devant les caméras et se félicitent, tout en attaquant les premiers ministres des quatre coins du pays.
À ce sujet, les premiers ministres de tout le Canada se sont réunis et n’avaient qu’une seule demande pour ce budget: une augmentation des transferts en matière de soins de santé pour faire face à la pandémie, et avec les centaines de milliards de dollars que les libéraux dépensent, ils n’ont même pas pu prendre un engagement envers les provinces à ce sujet. C’est une honte.
Autre grand sujet de préoccupation de mes concitoyens, les emplois et l’économie. Le budget a déçu les chômeurs canadiens qui espéraient voir un plan pour la création de nouveaux emplois et de possibilités économiques pour leur famille. Il a aussi déçu les travailleurs dont les salaires ont été réduits et les heures de travail supprimées, et qui espéraient voir un plan de relance de l’économie.
Enfin, le budget a déçu les familles qui ont vu leurs impôts augmenter continuellement au cours des six dernières années sous le gouvernement libéral et qui luttent pour économiser davantage d’argent pour l’éducation de leurs enfants ou pour acheter une maison.
Le premier ministre et le gouvernement ne cesseront de nous répéter, comme le premier ministre l’a fait cette semaine, que la première chose qu’ils ont faite a été d’augmenter l’impôt des plus riches, qui représentent 1 % de la population, pour pouvoir réduire celui de la classe moyenne. En tant que personne ayant préparé des milliers de déclarations de revenus au cours des 30 dernières années, la grande majorité d’entre elles pour des Canadiens de la classe moyenne, je peux assurer à cette assemblée que ce n’est tout simplement pas vrai. Je pourrais donner exemple après exemple de personnes dont l’impôt sur le revenu des particuliers a en fait augmenté considérablement depuis 2015.
Il ne s’agit pas de personnes qui gagnent des centaines de milliers de dollars par an. Je parle de personnes dont le revenu familial se situe entre 50 000 $et 80 000 $ par an et qui ont vu leur impôt augmenter considérablement.
S'agissant de l'emploi, deux secteurs très importants dans le nord de la Saskatchewan ont été dévastés par la mauvaise gestion de la pandémie par le gouvernement, ainsi que par sa faiblesse à la table de négociation. Il s’agit du secteur des pourvoiries et du tourisme et du secteur forestier. Croyez-le ou non, de nombreux députés seront peut-être surpris d’apprendre que toute la Saskatchewan n’est pas constituée de prairies plates où des champs de blé ondulent à perte de vue.
Ma circonscription, dans le Nord de la Saskatchewan, compte de nombreuses entreprises et de nombreux emplois qui dépendent du secteur forestier. Le fait que le gouvernement n’ait pas réussi à conclure un accord sur le bois d’œuvre avec les États-Unis au cours des six dernières années a été très difficile pour eux et franchement gênant pour le Canada. Le Canada n’a pas conclu d’accord sur le bois d’œuvre avec les États-Unis depuis l’automne 2015, et le gouvernement libéral n’a pas réussi à s’entendre sur le bois d’œuvre dans le cadre de l’accord récemment conclu entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.
La toute première question que j’ai posée à la Chambre, après mon élection, portait précisément sur ce sujet. Près de deux ans plus tard, le gouvernement n’a encore pris aucune mesure concrète dans le dossier du bois d’œuvre. En fait, nous constatons même un recul puisque le département du Commerce des États-Unis a annoncé la semaine dernière une augmentation des droits de douane sur les importations de bois d’œuvre canadien.
Je ne crois pas que le premier ministre et ses ministres comprennent l’importance d’entreprises comme NorSask Forest Products dans ma circonscription. Il s’agit d’une scierie qui appartient à neuf Premières Nations. Comme je l’ai déjà dit à la Chambre, les dividendes versés par l'entreprise assurent un financement intégral des programmes essentiels aux Premières nations propriétaires. Pour cette usine et bien d’autres qui ne sont pas la propriété des Premières Nations dans ma circonscription, ces droits ont doublé depuis l’annonce de la semaine dernière. Les enjeux sont trop élevés pour que le gouvernement continue d’échouer dans ce dossier.
J’aimerais maintenant parler du secteur du tourisme et des pourvoiries. S’agissant de notre frontière avec les États-Unis, l’impéritie du gouvernement continue de laisser dans le noir les pourvoyeurs et les entreprises touristiques de ma circonscription. Ces entreprises sont actives pendant les saisons de la chasse et de la pêche. Ce sont donc des entreprises saisonnières, qui accueillent surtout des clients américains, amateurs des paysages nordiques de la Saskatchewan. Comme je l’ai déjà dit, l’incapacité du gouvernement à présenter un plan précis entrave gravement les efforts des pourvoyeurs et des entreprises touristiques du Nord.
Plusieurs me reprocheront mon côté partisan, mais il n’en demeure pas moins que le directeur parlementaire du budget a été très clair dans l’analyse qu’il a faite du budget. Non seulement une partie importante des dépenses qui sont annoncées ne contribueront pas à la croissance économique ou à la création d’emplois, mais les libéraux surestiment grandement leurs prévisions de croissance. Pour reprendre une expression très technique que j’utilisais quand j’étais comptable, on a l’impression que les libéraux trafiquent les chiffres pour se donner bonne figure. Je sais que ce n’est pas la première fois, et que ce ne sera sans doute pas la dernière.
Il est évident que le fonds de stimulation du gouvernement libéral a davantage été conçu pour financer les dépenses préélectorales des libéraux que pour créer des emplois ou relancer l’économie. En dépensant à tout-va, les libéraux laissent clairement entendre qu’ils n’ont pas l’intention de renouer avec l’équilibre budgétaire. Encore une fois, cela montre que le Parti libéral est complètement déconnecté de la population canadienne. En fait, selon un récent sondage Nanos, 75 % des Canadiens se disent inquiets de l’ampleur du déficit.
Je m’aperçois que j’ai consacré la majeure partie de mon temps de parole aux deux premiers sujets, si bien que je vais devoir passer rapidement sur le troisième sujet qui préoccupe les électeurs de ma circonscription, dans le Nord de la Saskatchewan: je veux parler de la criminalité en zone rurale et des crimes commis par des gangs. Le gouvernement libéral a préféré s’acharner contre les propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi, comme les chasseurs et les tireurs sportifs, plutôt que de s’attaquer à l’importation d’armes à feu illégales et au crime organisé. Demain et la semaine prochaine, nous aurons l’occasion de discuter des projets de loi catastrophiques que sont les projets de loi C-21 et C-22, puisqu’ils atténuent les sanctions prévues pour le port d’armes dangereuses, le trafic de stupéfiants et les crimes perpétrés par des gangs, alors qu’ils pénalisent des comportements comme la chasse, que de nombreux habitants, autochtones et non autochtones, de ma circonscription pratiquent régulièrement pour subvenir aux besoins de la famille.
Pas besoin de chercher bien loin pour se rendre compte que le gouvernement n’a pas su répondre aux attentes des Canadiens. Par exemple, pour les éliminatoires de la LNH, les matchs qui se déroulent au sud de la frontière ont lieu dans des stades remplis de supporteurs, la vie étant revenue à la normale, alors qu’au Canada, mes chers Maple Leafs de Toronto sont en train d’écraser les Canadiens de Montréal dans des arénas vides. Il est temps que le gouvernement reconnaisse ses échecs et qu’il présente un plan de retour à la vie normale, un plan axé sur la création d’emplois et la relance économique, tout en assurant la sécurité des Canadiens.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-26 17:17 [p.7396]
Madam Speaker, the budget makes some positive steps toward addressing the affordable housing and homelessness crisis in Canada. Unfortunately, it is not enough to make up for decades of neglect by the federal government. Housing is a human right, recognized in international law and affirmed in the national housing strategy. Much more needs to be done to ensure that right is respected. Weak regulations have allowed our housing market to be used by the global ultrawealthy for tax evasion and money laundering. These activities have driven up the cost of housing to unsustainable levels and it continues to climb. Where does this end?
We should be looking at regulations to protect Canada's residential real estate market. Many countries have regulations that restrict foreign buyers. I have heard both Conservatives and Liberals talk about how much they love foreign direct investment. When people earning median incomes can no longer afford to own or rent a home without spending 50% or more of their income, is foreign direct investment in housing benefiting Canadians? Housing prices in Canada have gone up an average of 30% in the past year. We have barely begun to see the fallout of that.
The investment in Canada's nature legacy is a very welcome addition, especially the funding directed to indigenous protected and conserved areas, or IPCAs. Reconnecting indigenous people back to their traditional lands is key to reconciliation. A sixth mass extinction is happening right now. Species are disappearing at a rapid rate, and we are losing important and endangered ecosystems around the planet. The endangered big tree old-growth ecosystems on Vancouver Island are a perfect example of where the funding from Canada’s nature legacy should be spent. Indigenous protected and conserved areas would put land under the control and authority of local first nations. This ensures long-term economic development built on harvesting second-growth forests and creating value-added forest products, while preserving old growth for eco-tourism and traditional practices.
Low-income seniors in my riding have been asking for additional pandemic relief and for a permanent increase in the old age security. The budget promises that old age security will increase in 2022, a year from now, but only for seniors over the age of 75. This is creating two classes of seniors: those 75 and up and those under 75. This is going to force more seniors to continue working in jobs that young people could be filling.
It is positive that the government is moving toward national standards for long-term care, but bolder action needs to be taken. The pandemic has exposed glaring deficiencies in some provinces that allowed for the warehousing of seniors in for-profit homes. Serious action should be taken against private for-profit long-term care homes that used pandemic relief funding to give executives and shareholders a bonus instead of fixing deficiencies.
The government has made a good start with additional support for students during the pandemic, with interest relief and an increase in student grants, but it is time to take bold action to bring Canada fully into the knowledge-based economy. It is time to follow the lead of northern European countries and make post-secondary education in this country tuition-free.
The Green Party has long been calling for improvements to our health care system, with an increase of health transfers and a system that recognizes provincial demographic differences. There is an incremental move toward universal pharmacare, but we need bolder steps to ensure Canadians have access to the medicine they need. We have been calling for universal pharmacare, universal dental care, universal mental health services, wellness care and a patient-centred focus on health and well-being to keep people out of the sickness care system, because we know that all of these things will save money in the long run and keep Canadians healthier.
Small businesses are going to have a more difficult recovery than large multinational companies that have been able to ride out the storm with big box stores and online sales. Small and medium-sized enterprises are the lifeblood of the economy. They hire the vast majority of private sector workers. Special consideration needs to be given to ensure that the hundreds of thousands of small and medium-sized businesses across this country are able to recover. The wage subsidy ends in September. Many businesses in my riding need help well beyond September.
This is Tourism Week. The budget commitments to the tourism industry are not enough. Tourism's contribution to the economy is underestimated. Tourism employs more people than oil and gas in Canada, and $500 million is not adequate to meet the needs of tourism operators across the country, especially for those who will not be in full operation again until at least 2022.
I hear from constituents like Shelley and Dave, who own and operate CruisePlus, a company that books tours in Canada and around the world. When the pandemic hit, they and their team worked hard to get Canadians home and cancel bookings. They have struggled to stay afloat during the pandemic. They have lost well-trained, loyal employees and are concerned about the end of the wage subsidy. They will lose support before they are expecting to be able to restart their business in a serious way.
The plan to lower the Canada recovery benefit from the current $500 a week to $300 a week by July needs to be re-examined. Workers are still struggling and may not be able to find enough work to compensate for that reduction.
The pandemic has demonstrated the need to improve our social safety net with a guaranteed livable income. We are going to see additional shocks to our economy with automation, artificial intelligence and climate change. A guaranteed livable income can help ensure that no one falls through the cracks as we navigate these new realities.
How will we pay for all these things? During the peak of the pandemic, more than 5.5 million Canadian workers lost their jobs or were working half of their normal hours. More than half of Canadians are within $200 of not being able to cover their monthly bills. At the same time, Canada's 48 richest billionaires increased their wealth by $78 billion and now have almost a quarter of a trillion dollars among them. We now know that some large corporations used taxpayer-funded relief programs to pay their shareholders and executives huge bonuses. That is disgusting.
Canada needs an increase in the progressive tax rate at the higher income brackets. We also need a wealth tax and an inheritance tax for the ultrawealthy. It is time to close tax loopholes that allow them to offshore their wealth and avoid paying taxes. It is time to tax the Internet giants that extract billions from our economy. Big banks and credit card companies have been raking in profits through increased user fees and interest rates they charge to consumers and businesses, and payday lenders are trapping low-income people into predatory loans with terms designed to keep them in endless cycles of debt. This is unacceptable. How have we let income inequality reach this point? All of these things could have been dealt with in this budget.
Over and over again during this debate, I have heard the Conservatives call on the government to spend less. They caution about deficits and increasing debt. I agree with them in at least one area: We need to end all taxpayer handouts to the fossil fuel industry. Real climate action requires that we cut all funding to the Trans Mountain pipeline expansion project, cut all subsidies to fracking companies and put them on notice that their climate-destroying practice will be banned within the year, and make the costs of industrial cleanup a non-dischargeable debt so we can stop subsidizing the cleanup of abandoned wells. The fossil fuel industry is a sunset industry. It is time to stop propping it up and invest those billions in a just transition to a renewable energy economy.
While there are a number of things that are positive in this budget, it falls short of dealing with the challenges of our time. We are in a climate emergency and we have growing inequality. Canada can and must do better for people and the planet. I will continue to work toward that goal.
Madame la Présidente, le budget contient des mesures positives pour s’attaquer à la crise du logement abordable et de l’itinérance au Canada. Malheureusement, il ne suffit pas de compenser des décennies de négligence de la part du gouvernement fédéral. Le logement est un droit de la personne reconnu en droit international et confirmé dans la Stratégie nationale sur le logement. Il faut faire beaucoup plus pour que ce droit soit respecté. La faiblesse de la réglementation a permis aux ultrariches du monde entier de profiter de notre marché immobilier aux fins d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. Ces activités ont fait grimper le coût du logement à des niveaux insoutenables et ce n’est pas fini. Où cela s’arrêtera-t-il?
Nous devons envisager une réglementation pour protéger le marché immobilier résidentiel du Canada. De nombreux pays ont des règlements qui restreignent les transactions par des acheteurs étrangers. J’ai entendu les conservateurs et les libéraux dire à quel point ils aiment les investissements étrangers directs. Lorsque les gens qui gagnent un revenu médian ne peuvent plus se permettre d’acheter ou de louer une maison sans dépenser 50 % ou plus de leur revenu, l’investissement étranger direct dans le logement profite-t-il aux Canadiens? Le prix des maisons au Canada a augmenté en moyenne de 30 % au cours de la dernière année. Nous commençons à peine à en voir les conséquences.
L’investissement dans le patrimoine naturel du Canada est un ajout très bienvenu, surtout le financement destiné aux aires protégées et de conservation autochtones, ou APCA. Rétablir le lien entre les peuples autochtones et leurs terres ancestrales est essentiel à la réconciliation. Nous assistons actuellement à une sixième extinction de masse. Les espèces disparaissent rapidement et nous perdons des écosystèmes importants et menacés partout sur la planète. Les grands écosystèmes de peuplements d’arbres matures menacés sur l’île de Vancouver sont un parfait exemple de la façon dont le financement du patrimoine naturel du Canada doit être dépensé. Les aires protégées et de conservation autochtones placeront les terres sous le contrôle et l’autorité des Premières Nations locales. Cela assurera un développement économique à long terme fondé sur l’exploitation des forêts de seconde venue et la création de produits forestiers à valeur ajoutée, tout en préservant les peuplements d’arbres matures pour l’écotourisme et les pratiques ancestrales.
Les aînés à faible revenu de ma circonscription ont demandé un allégement supplémentaire en raison de la pandémie et une augmentation permanente de la Sécurité de la vieillesse. Le gouvernement a promis dans le budget que la Sécurité de la vieillesse augmentera en 2022, soit dans un an, mais seulement pour les aînés de plus de 75 ans. Cela crée deux catégories d’aînés, à savoir ceux de 75 ans et plus et ceux de moins de 75 ans. Cela forcera un plus grand nombre d’aînés à continuer d’occuper des emplois auxquels des jeunes auraient pu autrement accéder.
Que le gouvernement s’oriente vers des normes nationales pour les soins de longue durée est un signe positif, mais des mesures plus audacieuses doivent être prises. La pandémie a révélé des lacunes flagrantes dans certaines provinces qui ont permis l’entreposage d’aînés dans des foyers à but lucratif. Des mesures rigoureuses doivent être prises contre les foyers de soins de longue durée privés à but lucratif qui ont utilisé les fonds de secours de la pandémie pour accorder une prime aux dirigeants et aux actionnaires au lieu de corriger les lacunes.
Le gouvernement a pris un bon départ en accordant un soutien supplémentaire aux étudiants pendant la pandémie, avec une exemption d’intérêt et une augmentation des bourses d’études, mais il est temps de prendre des mesures audacieuses pour faire entrer pleinement le Canada dans l’économie du savoir. Il est temps de suivre l’exemple des pays d’Europe du Nord et de rendre l’éducation postsecondaire gratuite dans notre pays.
Le Parti vert réclame depuis longtemps l’amélioration de notre système de soins de santé, avec une augmentation des transferts de santé et un système qui reconnaît les différences démographiques provinciales. Il y a un mouvement progressif vers l’assurance-médicaments universelle, mais nous avons besoin de mesures plus audacieuses pour assurer que les Canadiens ont accès aux médicaments dont ils ont besoin. Nous demandons l’instauration d’un régime universel d’assurance-médicaments, de soins dentaires, de services de santé mentale, de soins de mieux-être et d’une approche axée sur la santé et le bien-être des patients afin d’éviter que les gens n’aient recours au système de soins de santé, car nous savons que toutes ces mesures permettront d’économiser de l’argent à long terme et de garder les Canadiens en meilleure santé.
Les petites entreprises auront plus de mal à se remettre de la crise que les multinationales qui ont pu résister à la tempête grâce aux magasins grande surface et aux ventes en ligne. Les petites et moyennes entreprises sont le poumon de l’économie. Elles emploient la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Une attention particulière doit être accordée pour s’assurer que les centaines de milliers de petites et moyennes entreprises à travers le pays sont en mesure de se rétablir. La subvention salariale prend fin en septembre. De nombreuses entreprises de ma circonscription ont besoin d’aide bien au-delà de septembre.
C’est la semaine du tourisme. Les engagements budgétaires envers l’industrie touristique ne sont pas suffisants. La contribution du tourisme à l’économie est sous-estimée. Le tourisme emploie plus de personnes que le pétrole et le gaz au Canada, et 500 millions de dollars ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins des exploitants touristiques de tout le pays, surtout pour ceux qui ne seront pas de nouveau en pleine activité avant au moins 2022.
J’entends des électeurs comme Shelley et Dave, qui possèdent et exploitent CruisePlus, une entreprise qui réserve des circuits au Canada et dans le monde entier. Lorsque la pandémie a frappé, eux et leur équipe ont travaillé dur pour ramener les Canadiens chez eux et annuler les réservations. Ils se sont battus pour rester à flot pendant la pandémie. Ils ont perdu des employés loyaux et bien formés et s’inquiètent de la fin de la subvention salariale. Ils perdront leur soutien avant d’espérer pouvoir redémarrer sérieusement leur activité.
Le projet de réduire l’allocation de rétablissement du Canada de 500 $ par semaine actuellement à 300 $ par semaine d’ici juillet doit être réexaminé. Les travailleurs sont toujours en difficulté et pourraient ne pas être en mesure de trouver suffisamment de travail pour compenser cette réduction.
La pandémie a démontré la nécessité d’améliorer notre filet de sécurité sociale avec un revenu vital garanti. Notre économie subira d’autres chocs encore avec l’automatisation, l’intelligence artificielle et les changements climatiques. Un revenu vital garanti peut contribuer à faire en sorte que personne ne passe à travers les mailles du filet tandis que nous naviguons dans ces nouvelles réalités.
Comment allons-nous payer toutes ces choses? Au plus fort de la pandémie, plus de 5,5 millions de travailleurs canadiens ont perdu leur emploi ou travaillaient la moitié de leurs heures normales. Plus de la moitié des Canadiens sont à moins de 200 $ de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. En même temps, les 48 milliardaires les plus riches du Canada ont augmenté leur fortune de 78 milliards de dollars et possèdent désormais collectivement près d’un quart de billion de dollars. Nous savons maintenant que certaines grandes sociétés ont utilisé les programmes d’aide financés par les contribuables pour verser à leurs actionnaires et à leurs dirigeants d’énormes primes. C’est dégoûtant.
Le Canada a besoin d’une augmentation du taux d’imposition progressif dans les tranches de revenu supérieures. Nous avons également besoin d’un impôt sur la fortune et d’un impôt sur la succession pour les personnes richissimes. Il est temps de supprimer les échappatoires fiscales qui leur permettent de délocaliser leur richesse et d’éviter de payer leur impôt. Il est temps de taxer les géants de l’Internet qui extraient des milliards de notre économie. Les grandes banques et les sociétés de cartes de crédit ont accumulé des profits grâce à l’augmentation des frais d’utilisation et des taux d’intérêt qu’elles facturent aux consommateurs et aux entreprises, et les prêteurs sur salaire piègent les personnes à faible revenu dans des prêts prédateurs dont les conditions sont conçues pour les maintenir dans des cycles d’endettement infinis. Cette situation est inacceptable. Comment avons-nous laissé l’inégalité des revenus atteindre un tel niveau? Toutes ces choses auraient pu être réglées dans ce budget.
À maintes reprises au cours de ce débat, j’ai entendu les conservateurs demander au gouvernement de dépenser moins. Ils mettent en garde contre le déficit et l’augmentation de la dette. Je suis d’accord avec eux dans au moins un domaine: nous devons mettre fin à toutes les subventions des contribuables à l’industrie des combustibles fossiles. Une véritable action pour le climat exige que nous coupions tout financement au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, que nous supprimions toutes les subventions aux entreprises de fracturation et que nous les avertissions que leur pratique destructrice du climat sera interdite d’ici un an, et que nous fassions des coûts de l’assainissement industriel une dette dont il est impossible de se libérer afin de pouvoir cesser de subventionner le nettoyage des puits abandonnés. L’industrie des combustibles fossiles est une industrie en déclin. Il est temps d’arrêter de la soutenir et d’investir plutôt ces milliards dans une transition équitable vers une économie fondée sur les énergies renouvelables.
Bien qu’il y ait un certain nombre d’éléments positifs dans ce budget, il ne répond pas aux défis de notre époque. Nous sommes en situation d’urgence climatique et les inégalités se creusent. Le Canada peut et doit faire mieux pour les gens et la planète. Je continuerai à travailler dans ce sens.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Chair, I would also like to use my time to ask questions and listen to the minister's replies. I thank her for being here this evening.
In every previous crisis that Canada has lived through, there have been strict laws against profiteering and there has been a sense that we are all in this together. That has not happened this time with the government. Canada's billionaires have increased their wealth by an astounding $80 billion during the pandemic. Other countries have experienced this and have put into place measures such as a wealth tax. A wealth tax is supported by over 80% of Canadians, as the minister well knows.
My first question is very simple. Why does the government refuse to put into place a wealth tax as we go through this pandemic?
Madame la présidente, j'aimerais aussi utiliser mon temps de parole pour poser des questions et pour écouter les réponses de la ministre. D'ailleurs, je la remercie de sa disponibilité, ce soir.
Lors de chacune des crises que le Canada a traversées par le passé, il y a eu des lois rigoureuses contre le mercantilisme, et les gens avaient le sentiment qu'ils étaient tous dans le même bateau, mais ce n'est pas ce qui s'est produit sous le gouvernement actuel. Au cours de la pandémie, les milliardaires canadiens se sont enrichis d'une somme ahurissante de 80 milliards de dollars. D'autres pays se sont retrouvés face à la même situation et ont mis en place des mesures comme un impôt sur la fortune. Comme la ministre le sait bien, plus de 80 % des Canadiens appuient l'instauration d'un impôt sur la fortune.
Ma première question est très simple. Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d'instaurer un impôt sur la fortune alors que nous traversons la pandémie actuelle?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, let me also congratulate you on the tech support you just offered.
Let me say to the member opposite that I really believe, strongly, that we are all in it together. I share his conviction that everyone needs to pay their fair share. We have introduced measures in this budget to ensure that is the case. That is why we have introduced a luxury tax. That is why we have introduced a digital services tax. That is why we have introduced a tax on vacant property owned by non-resident, non-Canadian owners, and that is why we have introduced the most aggressive measures to fight tax evasion and tax avoidance that have ever been introduced by a Canadian government.
Madame la présidente, je tiens aussi à vous féliciter pour le soutien technique que vous venez d'offrir.
Je dirai au député d'en face que je crois fermement et sincèrement que nous sommes tous dans le même bateau. Je partage sa conviction selon laquelle tout le monde doit payer sa juste part. Dans le budget, nous avons présenté des mesures pour assurer que ce soit le cas. C'est pourquoi nous avons présenté une taxe de luxe. C'est pourquoi nous avons présenté une taxe sur les services numériques. C'est pourquoi nous avons présenté une taxe sur les biens immobiliers vacants appartenant à des étrangers non-résidents, et c'est pourquoi nous avons présenté les mesures les plus énergiques jamais présentées par un gouvernement canadien pour lutter contre l'évasion et l'évitement fiscaux.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-05-25 13:10 [p.7305]
Madam Speaker, I have met with many people who have asked for child care, whether it be parents, child care providers, advocates for child care or the business community. I find some of the member's comments a bit curious.
The question I have today is on the extreme wealth some of Canada's billionaires have accrued during this pandemic. When we talk about being fiscally responsible and when we talk about what needs to be done to balance the books, does the member not agree that a wealth tax would be a very smart way to make the wealthiest, those who have profited greatly during this pandemic, contribute to things like child care, pharmacare, dental care and mental care for people in Edmonton and in Alberta?
Madame la Présidente, j'ai rencontré beaucoup de personnes qui réclament des garderies, qu'il s'agisse de parents, de fournisseurs de services de garde, de défenseurs des services de garde ou d'entrepreneurs. Je trouve que certaines des observations du député sont un peu bizarres.
Aujourd'hui, je veux poser une question à propos de la richesse extrême de certains milliardaires canadiens, qui s'est accentuée durant la pandémie. Pour adopter une approche financièrement responsable permettant d'équilibrer le budget, le député ne convient-il pas qu'un impôt sur la fortune constituerait une façon très sensée de faire en sorte que les plus riches, qui ont beaucoup bénéficié de la pandémie, contribuent à certains programmes comme les garderies, l'assurance-médicaments, les soins dentaires et les soins de santé mentale pour les résidants d'Edmonton et de toute l'Alberta?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, on child care, I support engagement with child care but not a government-controlled, government-knows-best approach. Policies that provide direct support to parents who are looking for that are a much better alternative.
On the issue of a wealth tax—
Madame la Présidente, pour ce qui est des services de garde, je souscris à l'idée d'un engagement mais non d'un programme gouvernemental axé sur une approche condescendante. Les politiques qui appuient directement les parents qui le souhaitent constituent une bien meilleure solution.
Pour ce qui est d'un impôt sur la fortune...
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2021-05-25 17:34 [p.7347]
Madam Speaker, during the pandemic, inequalities have increased. The ultrarich are becoming richer, while those in need of help are still struggling to get by.
We have learned a lot about the Liberals in the last few years. They talk a good game, but time and again we see they have little intention of walking the walk when it comes to taking bold action. The Liberals choose to continue to give their rich friends a free ride, when what we need is for them to pay their fair share.
This is evident in budget 2021, which brings no wealth tax, no excess profits tax. If anything is clear in this pandemic, it is the fact that Canada needs a wealth tax on the super rich to rein in extreme inequality and contribute to crucial public investments in the wake of COVID-19. A wealth tax is economically and technically feasible, but it requires breaking with a status quo that all too often is just there to serve Bay Street and the wealthy few.
According to the Canadian group for fair taxation, three-quarters of Canadians surveyed are in favour of a wealth tax. What is clear is that the only thing lacking in bringing in a wealth tax is the political will to make this bold change. One has to ask what is wrong with this picture: According to the CCPA, Canada’s 87 richest billionaire families control 4,448 times more wealth than the average family and as much as the bottom 12 million Canadians combined. Budget 2021 will only serve to perpetuate such inequalities.
The Parliamentary Budget Officer estimated that if a 1% wealth tax was brought in for those with a net wealth of over $20 million, as proposed by the NDP, it would raise $5.6 billion in the first full fiscal year, rising to close to $10 billion per year by 2028.
In addition to a wealth tax, the NDP is also calling for a profiteering tax. Members should try to wrap their heads around this: The ultrarich made $78 billion over the course of the pandemic. Surely they can afford to pay a bit more to support Canadians in need. We also know that the ultrarich often stash their wealth in offshore accounts so they can avoid having to pay their fair share on their massive wealth.
It is a disgrace that budget 2021 only seeks to consult instead of taking action on tackling the problem of tax havens. Meanwhile, big banks are going unchecked, with no oversight. They are making billions during the pandemic, while hiking bank fees. This is wrong. We have to remember that Canadians were urged to avoid cash transactions during COVID-19, and now they are being dinged with increased bank fees.
All this is happening when one in five Canadians does not take the medication they need because they cannot afford it. As people continue to struggle, the call for a comprehensive universal public pharmacare continues to go unanswered after 24 years of promise by the Liberals. Not only that, but one in five Canadians avoids the dentist every year because of cost. The community is desperate for dental care, and that is not even mentioned in budget 2021.
As these basic needs are ignored by the Liberals, they have chosen to continue to provide fossil fuel subsidies to big corporations, and Canada continues to fail to meet its Paris accord targets. It is also disgraceful that the Liberals chose to turn a blind eye to the abuses of large companies that received the wage subsidy despite cutting jobs, increasing dividends to shareholders and increasing the salary of their executives.
The wage subsidy was clearly to protect Canadian workers and their jobs and was not meant for bonuses for top executives. Here on the west coast, the Pacific Gateway Hotel has terminated 140 workers. At the Hilton Vancouver Metrotown, another 100 workers have lost their jobs. The Sheraton Ottawa has fired 70 of its workers.
Any federal relief to be provided to big companies should require the companies to include an agreement on recall protections for workers who lost their jobs during the pandemic. This includes the new federal hiring subsidy, which should prioritize rehiring laid-off staff over replacements.
Speaking of supporting workers, the increase of EI sickness benefits from 15 weeks to 26 weeks in the budget implementation act is not enough. Not only that, but it would not take effect until 2022. For those suffering from chronic illnesses, 26 weeks is not sufficient. I have heard from constituents who are recovering from cancer or from a stroke and they are in dire situations because their EI benefit has run out. Since they did not lose their job because of COVID, they did not qualify for the CERB or the CRB. These families are falling through the cracks in their time of need. I am calling on the government to increase EI benefits to 50 weeks so that people can get the help they need.
On the CRB, while the government will extend the benefit for 12 weeks, for the last eight weeks, from July to September, the support will be reduced from $500 per week to $300 per week. This will be detrimental for workers in sectors that are slow to return. For many, $300 a week will not even cover rent, let alone ensuring that there is food on the table.
Similarly concerning is the fact that the Liberals have chosen to create two classes of seniors: those who are 65 versus those who are 75 and older. The increase for OAS should not be just for seniors over 75. We can afford to ensure that all seniors, 65 and older, are lifted out of poverty.
Also, it makes no sense that the Liberals have decided to study the needs of people with disabilities for three years instead of taking action now to lift them out of poverty. Most people living with disabilities have been excluded from some of the financial assistance offered by the Liberal government. Even the one-time payment to people with disabilities, a meagre $600 offered by the government, is difficult to access. For many people, because of the requirement to provide a disability tax credit certificate, it is not feasible for them to access this support. It is incomprehensible that the most vulnerable are not getting the help they need, while top executives are allowed to get big bonuses using government wage subsidies.
As this pandemic drags on, many Canadians are faced with significant rent arrears. The last thing we need to see is more people displaced without a home. That is why I fully support the National Right to Housing Network's call for action, which includes the call for a residential tenant support benefit. I also support Acorn's call to stop predatory lending.
On the issue of loans, the Liberals have finally taken the baby step of eliminating interest on student loans this year, although I have to note that this is not permanent. The Liberals need to stop making money from student debt, period. Not only do I want to see the interest gone, but I would like to see the government forgive student loans to help struggling students during the pandemic.
There is money to support Canadians in need. It is a matter of priorities.
As we look to the recovery, every effort must be made to support small businesses. There are huge gaps in the programs right now. Many new businesses that opened just prior to the pandemic did not get the support they need to get through the pandemic. Many of those businesses had to shut their doors.
Artists, musicians, performers and cultural workers have been among those hardest hit by the public health orders and advice issued in order to curb the spread of COVID-19. I have connected with many of my constituents and labour groups that represent theatre workers, like IATSE and ACTRA, to discuss the need for the federal government to provide better emergency pandemic supports in those sectors. I am in full support of their call for action on the #ForTheLoveOfLive campaign, which includes extensions of the wage subsidy and rental subsidy to the end of the pandemic, as well as additional sector-specific funding specifically for the live performance sector.
I am also renewing my call for the federal government to support the PNE. It needs to be able to access the wage subsidy. This 110-year-old institution in Vancouver East must be saved. Aside from the wage subsidy, I am also calling on the government to support the PNE with a grant similar to what was provided to Granville Island. Likewise, Vancouver's Chinatown needs support and this—
Madame la Présidente, pendant la pandémie, il y a eu une hausse des inégalités. Les personnes très riches se sont enrichies, tandis que les personnes ayant besoin d’aide continuent d’avoir de la difficulté à survivre.
Au cours des dernières années, nous en avons appris beaucoup sur les Libéraux. Ils font de belles promesses. Cependant, nous constatons toujours qu’ils ont très peu l’intention de respecter leur parole quand vient le temps de prendre des mesures audacieuses. Les Libéraux choisissent de continuer à favoriser leurs riches amis, alors que ceux-ci devraient plutôt payer leur juste part.
Cette situation est mise en évidence avec le budget de 2021, qui ne comporte aucun impôt sur la fortune ni impôt sur les excédents de bénéfices. La pandémie a mis en évidence un fait, c’est-à-dire que le Canada a besoin d’un impôt sur la fortune des personnes très riches, afin de réduire les inégalités extrêmes et de participer aux investissements publics cruciaux à la suite de la COVID-19. Un impôt sur la fortune est faisable sur le plan économique et le plan technique. Cependant, il nécessite l’élimination d’un statu quo qui existe trop souvent au bénéfice de Bay Street et de quelques riches.
Selon le groupe canadien pour la fiscalité équitable, les trois quarts des Canadiens ayant participé à un sondage sont favorables à un impôt sur la fortune. Il est évident que seule l’absence de volonté politique pour apporter ce changement ambitieux nuit à l’adoption d’un impôt sur la fortune. Il faut se demander ce qui cloche dans ce scénario. Selon le Centre canadien de politiques alternatives, les 87 familles milliardaires les plus riches au Canada ont accès à une fortune 4 448 fois plus élevée que celle de la famille moyenne et à une fortune équivalente à celle des 12 millions de Canadiens les plus pauvres réunis. Le budget de 2021 ne servira qu’à maintenir ces inégalités.
Selon le directeur parlementaire du budget, si un impôt de 1 % sur la fortune était imposé aux personnes dont la fortune nette est supérieure à 20 millions de dollars, comme le propose le NPD, on obtiendrait 5,6 milliards de dollars au cours du premier exercice. On recueillerait ainsi près de 10 milliards de dollars par année d’ici 2028.
En plus d’un impôt sur la fortune, le NPD demande l’imposition d’un impôt sur les bénéfices excessifs. Les députés doivent comprendre que les personnes très riches ont fait 78 milliards de dollars pendant la pandémie. Elles peuvent assurément payer un peu plus d’impôts pour soutenir les Canadiens dans le besoin. Nous savons aussi que les personnes très riches cachent souvent leur fortune dans des comptes à l’étranger, afin d’éviter de payer leur juste part en fonction de leur fortune massive.
Il est honteux que le budget de 2021 ne cherche qu’à tenir des consultations, au lieu de permettre la prise de mesures pour résoudre le problème des paradis fiscaux. Entre-temps, les principales banques ne font l’objet d’aucune vérification, et d’aucune surveillance. Pendant la pandémie, elles ont fait des milliards, tout en augmentant les frais bancaires. C’est injuste. Il ne faut pas oublier qu’on a exhorté les Canadiens à éviter les transactions en argent comptant pendant la COVID-19. Maintenant, on les punit en augmentant les frais bancaires.
Pendant ce temps, un Canadien sur cinq ne prend pas les médicaments dont il a besoin parce qu'il n'en a pas les moyens. Les gens continuent d'éprouver des difficultés et, malgré 24 ans de promesses, les libéraux restent sourds à l'appel en faveur d'un régime public et universel d'assurance-médicaments complet. De plus, un Canadien sur cinq évite de se rendre chez le dentiste chaque année en raison du coût. Les Canadiens ont désespérément besoin de soins dentaires, et il n'en est même pas question dans le budget de 2021.
Les libéraux ont choisi d'ignorer ces besoins fondamentaux et de continuer à accorder des subventions aux grandes entreprises pour les combustibles fossiles, et le Canada continue de ne pas atteindre les cibles de l'Accord de Paris. Il est également honteux que les libéraux aient choisi de fermer les yeux sur les abus des grandes entreprises qui ont reçu la subvention salariale malgré le fait qu'elles ont supprimé des emplois, augmenté les dividendes versés aux actionnaires et augmenté le salaire de leurs dirigeants.
La subvention salariale visait clairement à protéger les travailleurs canadiens et leurs emplois et n'était pas destinée à servir de primes pour des cadres supérieurs. Ici, sur la côte Ouest, l'hôtel Pacific Gateway a licencié 140 travailleurs. Au Hilton Vancouver Metrotown, 100 autres travailleurs ont perdu leur emploi. L'hôtel Sheraton Ottawa a licencié 70 de ses employés.
Pour recevoir une aide du gouvernement fédéral, quelle qu'elle soit, les grandes entreprises devraient être contraintes de respecter un accord visant à rappeler les travailleurs qui ont perdu leur emploi durant la pandémie. Cela inclut la nouvelle subvention à l'embauche, qui devrait accorder la priorité à la réembauche des travailleurs qui avaient été mis à pied au lieu de les remplacer.
À propos du soutien aux travailleurs, l'augmentation des prestations de l'assurance-emploi pour les faire passer de 15 à 26 semaines, comme le prévoit le projet de loi d'exécution du budget, ne suffit pas. En outre, elle entrera en vigueur seulement en 2022. En ce qui concerne les personnes atteintes d'une maladie chronique, une période de 26 semaines ne suffit pas. Des habitants de ma circonscription qui se remettent d'un cancer ou d'un accident vasculaire cérébral m'ont dit qu'ils se retrouvent dans une situation très précaire parce que leurs prestations d'assurance-emploi ont pris fin. Étant donné qu'ils n'ont pas perdu leur emploi en raison de la COVID-19, ils n'étaient pas admissibles à la Prestation canadienne d'urgence ni à la Prestation canadienne de la relance économique. Ces familles sont laissées à elles-mêmes pendant une période où elles sont très vulnérables. Je demande au gouvernement d'augmenter la période de prestations de l'assurance-emploi à 50 semaines de manière à ce que les Canadiens puissent recevoir l'aide dont ils ont besoin.
Concernant la Prestation canadienne de la relance économique, même si le gouvernement prolongera la période de prestations de 12 semaines, les prestations seront réduites durant les 8 dernières semaines, soit de juillet à septembre, passant de 500 $ à 300 $ par semaine. Cela sera très préjudiciable pour les travailleurs des secteurs qui redémarreront plus lentement. Pour nombre d'entre eux, 300 $ par semaine ne suffira pas à payer le loyer, encore moins à mettre de la nourriture sur la table.
Autre fait tout aussi préoccupant, les libéraux ont décidé de créer deux catégories d'aînés: ceux de 65 ans et ceux de 75 ans et plus. La hausse des prestations de la Sécurité de la vieillesse ne devrait pas être réservée aux aînés de plus de 75 ans. Nous avons les moyens d'agir pour que tous les aînés de 65 ans et plus sortent de la pauvreté.
Par ailleurs, il est illogique que les libéraux aient choisi d'étudier les besoins des personnes handicapées pendant trois ans au lieu d'agir immédiatement pour les sortir de la pauvreté. La plupart des personnes handicapées étaient exclues de certains des programmes de soutien financier offerts par le gouvernement libéral. Il est même difficile d'avoir accès au maigre paiement unique de 600 $ offert aux personnes handicapées. En effet, comme les demandeurs doivent fournir un certificat de crédit d'impôt pour personnes handicapées, beaucoup de gens n'y ont pas accès. Il est incompréhensible que les personnes les plus vulnérables ne reçoivent pas l'aide dont elles ont besoin alors que des hauts dirigeants peuvent très bien recevoir de généreuses primes payées à même les subventions salariales du gouvernement.
Comme la pandémie s'étire, beaucoup de Canadiens ont accumulé un retard considérable dans le paiement de leur loyer. Il faut absolument éviter que plus de gens soient déplacés et se retrouvent sans domicile. C'est pourquoi je soutiens sans réserve l'appel à l'action du Réseau national du droit au logement, qui demande la mise en place d'une allocation de soutien aux locataires résidentiels. J'appuie aussi l'organisme ACORN, qui demande de mettre fin aux pratiques de prêt abusives.
À propos des prêts, les libéraux ont finalement fait un premier pas en éliminant les intérêts sur les prêts étudiants cette année, même si je dois souligner que ce n'est pas de façon définitive. Les libéraux doivent cesser de faire de l’argent sur le dos des étudiants, un point c’est tout. En plus de souhaiter la disparition des intérêts, j’aimerais que le gouvernement rembourse les prêts étudiants pour soutenir notre jeunesse qui s’est retrouvée en difficulté économique pendant cette pandémie.
On peut injecter de l’argent pour aider les Canadiens dans le besoin. C’est une question de priorités.
Alors que la reprise s’annonce, nous devons tout faire pour aider les petites entreprises. Les programmes actuels ont des lacunes immenses. De nombreux commerces qui ont ouvert juste avant la pandémie n’ont pas pu accéder à des mesures d'aide pour traverser cette crise, et nombreux sont ceux qui ont dû fermer leurs portes.
Les artistes, les musiciens, les interprètes et les travailleurs culturels comptent parmi les personnes les plus durement touchées par les ordonnances de la santé publique et les recommandations qui ont été émises pour freiner la propagation de la COVID-19. J'ai discuté avec de nombreux résidants de ma circonscription et avec les représentants de nombreux syndicats qui représentent les travailleurs du théâtre, comme l'IATSE et l'ACTRA, à propos de la nécessité que le gouvernement fédéral propose de meilleures mesures d'urgence pour aider ces secteurs à affronter la pandémie. J'appuie entièrement leur appel à l'action, dans le cadre de la campagne #PourLAmourDeLaSCÈNE, qui demande de prolonger la subvention salariale et la subvention au loyer jusqu'à la fin de la pandémie et d'accorder un financement additionnel spécialement pour l'industrie des arts de la scène.
Je redemande aussi au gouvernement fédéral d'aider la Pacific National Exhibition, qui doit pouvoir être admissible à la subvention salariale. Cette institution vieille de 110 ans de Vancouver Est doit être sauvée. En plus de la subvention salariale, je demande aussi au gouvernement d'aider la Pacific National Exhibition en lui accordant une subvention semblable à celle qui a été fournie à Granville Island. Dans le même ordre d'idées, le quartier chinois de Vancouver a besoin d'aide, et ce...
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 14:48 [p.7109]
Mr. Speaker, the answer to my question is that rent has gone up more in the past year than it has in any other year since 2003. House prices have increased by up to 23%. This is a very difficult situation.
Why is the Prime Minister not taxing excessive profits and investing that money in building affordable housing now?
Monsieur le Président, la réponse, c'est que les loyers ont connu la plus forte augmentation annuelle depuis 2003 et que les prix des maisons ont augmenté jusqu'à 23 %. C'est une situation très difficile.
Pourquoi le premier ministre ne met-il pas en place une taxe sur les profits excessifs pour investir l'argent et bâtir des logements abordables immédiatement?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 14:49 [p.7109]
Mr. Speaker, that is exactly what we are doing.
We have invested billions of dollars all across the country to build housing now. We have agreements with municipalities, community organizations and the provinces to address the housing situation, and that is what we will continue to do.
As for taxing the wealthy, the first thing we did was raise taxes for the wealthiest Canadians and lower them for the middle class. Unfortunately, the NDP voted against that initiative.
Monsieur le Président, c'est exactement ce que nous faisons.
Nous avons investi des milliards de dollars partout au pays pour bâtir immédiatement des logements. Nous avons fait des ententes avec les municipalités, les organismes communautaires et les provinces, afin de régler la situation dans le domaine du logement, et nous allons continuer à le faire.
En ce qui a trait à l'impôt des mieux nantis, la première chose que nous avons faite a été d'augmenter l'impôt pour les plus riches et de le baisser pour la classe moyenne. Malheureusement, le NPD a voté contre cette initiative.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech. If we want to be able to have good public services for the long term, whether in health or to help the most vulnerable, like our seniors, we need to have the necessary revenues.
In that sense, there is nothing in the Liberal budget for collecting money from those who have it, in other words, companies such as Amazon, with its billions of dollars in profits, or web giants that are still not paying their taxes in Canada. We are also still not seeing a wealth tax.
Are those not things that the Conservatives would like to see in order to increase government revenues and avoid cuts in public services?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. Si nous voulons être en mesure d'avoir de bons services publics à long terme, que ce soit en santé ou pour aider les personnes les plus vulnérables comme nos aînés, nous devons avoir les revenus nécessaires.
En ce sens, on ne retrouve à peu près rien dans le budget libéral pour aller chercher l'argent là où il est, c'est-à-dire chez des compagnies comme Amazon, qui ont fait des milliards de dollars, et chez les géants du Web, qui ne paient toujours pas leur impôt au Canada. On n'y retrouve toujours pas non plus d'impôt sur la fortune.
Est-ce que ce ne sont pas des choses que les conservateurs voudraient voir pour justement augmenter les revenus de l'État et éviter des coupes dans les services publics?
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, what I would like to see is the Liberal government reduce its burdensome regulations on the oil and gas sector, which provides a lot of supports for many provinces, whether that is OAS, GIS, health care, schools and transfer payments. I would like to see the burden of the red tape and the regulations go away, so we can see increased revenue from our oil and gas sector.
Madame la Présidente, j'aimerais voir le gouvernement libéral alléger sa réglementation trop lourde dans le secteur pétrolier et gazier, qui est financièrement très bénéfique pour de nombreuses provinces. Grâce à lui, les gouvernements ont de l'argent pour la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, les services de santé, l'éducation et les paiements de transfert. J'aimerais que le gouvernement élimine le fardeau administratif et réglementaire pour que le secteur pétrolier et gazier puisse générer des recettes accrues.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague from Rosemont—La Petite-Patrie for his speech, which, once again, had plenty of substance and raised some extremely important issues.
As he pointed out, the government is cutting emergency benefits. It refuses to recognize housing as a human right, while the state of social housing in this country is appalling. Meanwhile, Canada has no wealth tax and no excess profits tax on the web giants and the billionaires who hide their money in tax havens. This all adds up to billions of dollars in lost revenue each year.
What will it take for the Liberals to ensure tax fairness and understand that the government really needs to make the ultrarich pay in this country, instead of always making cuts on the backs of ordinary Canadians?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Rosemont-La Petite-Patrie de son discours, encore une fois plein de substance et qui soulève des aspects extrêmement importants.
Comme il l'a mentionné, le gouvernement fait des compressions dans les prestations d'urgence. Il refuse de reconnaître le droit au logement, alors que le logement social est dans un état épouvantable au pays. D'un autre côté, le Canada ne taxe pas la richesse ni les profits excessifs des géants du Web, et ne perçoit aucun impôt sur les fortunes des milliardaires qui cachent leur argent dans les paradis fiscaux. Tout cela représente un manque à gagner de dizaines de milliards de dollars chaque année.
Qu'est-ce que cela prendra pour que les libéraux assurent une équité fiscale et comprennent que le gouvernement doit vraiment faire payer les ultrariches au pays au lieu de toujours faire des compressions chez M. et Mme Tout-le-Monde?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his excellent question and his comments.
I only touched on the subject, but we could talk about it at length. We could also talk about the capital gains tax and the tax loopholes that allow the wealthiest Canadians and Bay Street bankers to profit from the sale of certain shares. That money could help fund social housing, public transit, our health care systems, better access to university for students, and more research.
My New Democrat colleague raised a good point about tax havens. We hear about taxing the web giants and the wealthy, but the Liberal government has never done anything about tax havens. According to the Department of Finance, we lose about $16 billion a year to tax havens. As for taxing excess profits, the Parliamentary Budget Officer recently estimated that we could recover $8 billion that way.
The Liberals should truly work for ordinary people, for middle-class workers, not for bankers, as they are doing now.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son excellente question et de son intervention.
On pourrait en parler longtemps et aller beaucoup plus loin que ce que j'ai évoqué rapidement. On pourrait notamment parler de la taxe sur les gains en capital, ainsi que des échappatoires fiscales dans le cadre de la vente de certaines actions qui profitent aux plus riches et aux banquiers de Bay Street, ici au Canada. Cet argent pourrait servir à financer le logement social, le transport en commun, nos systèmes de santé, un meilleur accès à l'université pour nos étudiants et nos étudiantes, et davantage de recherche.
Mon collègue du NPD a soulevé un bon point, celui des paradis fiscaux. En effet, on parle de la taxation des géants du Web et des plus fortunés, mais le gouvernement libéral n'a jamais rien fait au sujet des paradis fiscaux. Pourtant, selon le ministère des Finances, environ 16 milliards de dollars par année pourraient y être récupérés. Pour ce qui est d'un impôt sur les profits excessifs, le directeur parlementaire du budget estimait récemment que huit milliards de dollars pourraient être récupérés.
Il faudrait que les libéraux travaillent vraiment pour les gens, pour les travailleurs et les travailleuses de la classe moyenne, et non pas pour les banquiers comme ils le font en ce moment.
View Jenica Atwin Profile
Lib. (NB)
View Jenica Atwin Profile
2021-05-11 12:56 [p.7043]
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to speak to Bill C-30 and to share some of my reflections, not only on the government's budget and its implementation, but also on how the government views its relationship to Canadians.
I have been open in my critique of this budget. There is some good, and there are some things to be optimistic about, but ultimately this long-anticipated budget lacks the courage required to lead this country into a bold, new future. Canadians were not given a clear picture of what concrete steps will be taken to lift us up from our darkest hour. What we all need is leadership.
A leader speaks with clarity. Instead, we often spin our wheels with mixed messaging. The government has clearly indicated that we will be net-zero by 2050, while missing the point entirely that the decade we are currently in is actually the most important to avoid the worst impacts of climate change.
A leader speaks with consistency. On the one hand, the government declared a climate emergency in 2019. Then, within the month, it had purchased the Trans Mountain pipeline to shepherd it through construction and more than double oil sands production.
A leader acts with integrity. The government says that no relationship is more important than its relationship with indigenous peoples, yet court injunctions are being enforced on unceded lands across this country in the name of law and order. Reconciliation has lost its meaning.
This budget is just another example of symbolism over substance, where we maintain the status quo under the guise of transformation. I am certain I am not the only one who feels as though the last 14 months have simultaneously trickled by at a snail's pace and disappeared in the blink of an eye.
Last March, the world had to stop. We had to stop travelling, stop going to the office and stop enjoying Sunday dinners with grandparents. We had to adapt. Week by week, month by month, we were tested. We saw COVID sweep through long-term care homes as residents had no access to PPE or rapid testing. We closed our borders as a nation and many provinces chose to do the same. In those early months, there was no certainty about vaccine production timelines. All the while, tremors were shaking the economy, hitting small and medium-sized businesses the hardest.
We now find ourselves 14 months into this pandemic, and the Deputy Prime Minister has tabled a budget said to focus on Canadians and the middle class, and those seeking to join it. This middle-class obsession is yet another way to avoid talking about the widening gap between those experiencing extreme poverty and the wealthy elite.
We are in the throws of a housing crisis from coast to coast to coast. Not only is it becoming more and more difficult for young people to purchase their first home, but people cannot afford apartments as rental market prices are skyrocketing. People across the nation still do not have access to a primary care provider, mental health care professionals or the ability to pay for their medications they require to live.
Research published last month exposed that over half of Canadians, 53% of them, are within $200 of not being able to cover their monthly bills. This includes the 30% who report they are already insolvent with no money left at month's end to cover their payments. This is unacceptable. How have we let income inequality reach this point? How is it that we are unwilling to face it down directly?
Instead, our government would rather reflect wistfully on the middle class, while banks increase their profits and children go hungry. People are having a hard time. The people we work for. They have done their best to manage so far, but I have felt the increased weight of it all in their correspondences to my office over the last month or two.
People's financial reserves are exhausted. Their emotional reserves are exhausted. They do not need insincerity from their government. They need to be seen. When over half of our population is living with the anxiety of maybe not being able to make ends meet, or already being unable to do so, perhaps this middle-class concept is a little more than a relic of a bygone era.
It is important to name things as they are so we can approach them with integrity. I want us to have real conversations about offering stability, health and well-being to Canadians, meeting them where they are at, understanding the urgency and acting. This budget is a missed opportunity to truly offer Canadians a shift to directly improve their quality of life.
I had been hoping that one lesson taught by the pandemic would have been that we were able to act quickly and put in place life-changing programs, such as the Canadian emergency response benefit. In many cases, it kept people quite literally alive. However, even with the CERB, the government demonstrated indifference to the most vulnerable. We determined an amount that would be livable, knowing full well that we were continuing to ask persons with disabilities, seniors and those on social assistance to live on much less.
We had a chance to offer Canadians the stability of a ground floor to ensure that basic needs are met. We could have offered a collective sigh of relief with a guaranteed basic income. Instead, many Canadians are still holding their breath. I will not hold mine while I wait for the promises of the government to come through.
Another lesson I was had hoped to see reflected in the budget was the need to address racism and systemic inequality. We are still waiting for action on missing and murdered indigenous women, girls and two-spirit people. Words will not protect them. Words will not have their cases investigated the way they should be, and words will not root out hate and white supremacy in our society.
The Federal Anti-Racism Secretariat should have a robust plan to reach into every corner of our institutions to confront the vectors of power that have been at play since colonization began. Racism kills. We must adopt Joyce's principle that aims to guarantee that indigenous people have equitable access to all health and social services and to the highest attainable standard without discrimination.
We also need concrete, long-lasting actions for change in the Criminal Code, police enforcement and the carceral system. We know that our society will not be able to thrive until we break down the barriers that prevent people from living their full lives. Until there are real reparations and real justice, we cannot talk about reconciliation.
This budget is supposed to be about building a more resilient Canada, one that is better, fairer, more prosperous and more innovative, but without implementing a guaranteed livable income, I do not see how it will help Canadians to be more prosperous. While refusing to hike the capital gains tax and a reticence to impose a significant wealth tax, this has nothing to do with being better or more fair.
Who will bear the brunt of the deficits anticipated for the next decades? It is one thing to announce long-overdue investments in health care and housing, but these were needed decades ago. Will the government have the courage to implement a tax to target the large corporations that are profiting off this pandemic? As things stand, these corporations are the ones building back better and they are doing it on the backs of Canadians.
The minister also said that this budget is in line with the global shift to a green, clean economy. Everyone here should know without any surprise that I strongly support that vision, but I wish I was able to believe that this statement had value beyond the rhetorical. I see the situation we are facing as a potential opportunity. As the entire world looks to shift away from fossil fuels, we are given an incentive to figure it out now, to invest in innovation that will meet the energy demand with renewable energy or that will reduce our total energy demand.
The economic opportunity of new industries combined with an effort to redirect workers to these sectors holds immense potential. I know that some Canadians, indeed some members of this House, see me as an idealist or perhaps even naive, but my commitment to the rotational workers in my home province and beyond is real. I believe with every fibre of my being that their best futures are not travelling to and from Alberta for dwindling work in a dying industry. Their knowledge and skills can be transferred to benefit the economy of the future, one that is sustainable and renewable, one they can proudly leave to their children and grandchildren. That takes courage to stand one's ground and to do what is right, even when some people do not like it.
I know that with all of my colleagues in this House, we share the common objective of improving the lives of Canadians, but I also know we see different ways of getting there. As a woman, a mother and an educator, I want to put the emphasis on the well-being of people above all. I know that with a healthy and happy society, we can all thrive. What we need is a government with the courage to lead, a government that will share a vision for Canada that inspires us and a resolve to charge forward in that direction with confidence. This is how we will transform our society. This is how we will build the Canada of tomorrow.
Monsieur le Président, je suis heureuse d’avoir l’occasion de parler du projet de loi C-30 et de partager certaines de mes réflexions, non seulement sur le budget du gouvernement et sa mise en œuvre, mais aussi sur la façon dont le gouvernement conçoit sa relation avec les Canadiens.
J’ai été franche dans ma critique de ce budget. Il y avait de bonnes choses et des raisons d’être optimiste, mais en fin de compte, ce budget tant attendu ne fait pas preuve du courage nécessaire pour guider notre pays vers un avenir nouveau et audacieux. Les Canadiens n’ont pas reçu une image claire des mesures concrètes qui seront prises pour nous sortir de notre heure la plus sombre. Ce dont nous avons tous besoin, c’est de leadership.
Un leader parle avec clarté. Au lieu de cela, souvent, le gouvernement tourne en rond et envoie des messages contradictoires. Le gouvernement a clairement déclaré que nous atteindrons la carboneutralité d’ici 2050, tout en omettant complètement de dire que la décennie dans laquelle nous nous trouvons actuellement est la plus importante si nous voulons éviter les pires effets du changement climatique.
Un leader parle avec cohérence. D’une part, le gouvernement a déclaré une urgence climatique en 2019, puis, le mois suivant, il a acheté le pipeline Trans Mountain pour le guider dans sa construction et ainsi plus que doubler la production des sables bitumineux.
Un leader agit avec intégrité. Le gouvernement affirme qu’aucune relation n’est plus importante que celle avec les peuples autochtones, mais nous voyons des injonctions judiciaires appliquées sur des terres non cédées dans tout le pays au nom de la loi et de l’ordre. La réconciliation a perdu son sens.
Ce budget n’est qu’un autre exemple du symbolisme qui l'emporte sur la substance, du maintien du statu quo sous l'apparence de la transformation. Je suis certaine que je ne suis pas la seule à avoir l’impression que les 14 derniers mois ont à la fois avancé à pas de tortue et défilé en un clin d’œil.
En mars dernier, le monde s’est arrêté. Nous avons dû cesser de voyager, d’aller au bureau et de souper le dimanche avec les grands-parents. Nous avons dû nous adapter. Semaine après semaine, mois après mois, nous avons été mis à l’épreuve. Nous avons vu la COVID balayer les maisons de soins de longue durée, car les résidents ne pouvaient pas accéder à l’équipement de protection individuelle ou aux tests rapides. Nous avons fermé nos frontières en tant que nation et de nombreuses provinces ont choisi d’en faire autant. Au cours de ces premiers mois, nous n’avions aucune certitude quant aux délais de production du vaccin. Pendant tout ce temps, des secousses ébranlaient l’économie, frappant le plus durement les petites et moyennes entreprises.
Nous voici maintenant 14 mois après le début de cette pandémie, et la vice-première ministre a déposé un budget dont on dit qu’il est axé sur les Canadiens et la classe moyenne, ainsi que sur ceux qui cherchent à s’y joindre. Cette obsession de la classe moyenne est une autre façon d’éviter de parler de l’écart grandissant entre ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté et l’élite riche.
Nous sommes en proie à une crise du logement d’un bout à l’autre du pays. Non seulement il devient de plus en plus difficile pour les jeunes d’acheter leur première maison, mais les gens ne peuvent pas se permettre de louer un appartement, car les prix du marché locatif montent en flèche. Dans tout le pays, les gens n’ont toujours pas accès à un médecin de famille, à des professionnels de la santé mentale ou à la possibilité de payer les médicaments dont ils ont besoin pour vivre.
Une recherche publiée le mois dernier a révélé que plus de la moitié des Canadiens, soit 53 %, sont à moins de 200 $ de ne pas pouvoir payer leurs factures mensuelles. Parmi eux, 30 % déclarent être déjà insolvables, n’ayant plus d’argent à la fin du mois pour couvrir leurs paiements. Cette situation est inacceptable. Comment avons-nous laissé l’inégalité des revenus atteindre ce point? Comment se fait-il que nous ne soyons pas disposés à y faire face directement?
Au lieu de cela, le gouvernement préfère songer avec nostalgie à la classe moyenne, tandis que les banques augmentent leurs profits et que les enfants ont faim. Les gens traversent des moments difficiles. Les gens pour qui nous travaillons. Ils ont fait de leur mieux pour s’en sortir jusqu’à présent, mais depuis un mois ou deux, je sens le poids croissant de tout cela dans leur correspondance qui arrive à mon bureau.
Les réserves financières des gens sont épuisées. Leurs réserves émotionnelles sont épuisées. Ils n’ont pas besoin de manque de sincérité de la part de leur gouvernement. Ils ont besoin d’être vus. Lorsque plus de la moitié de notre population vit dans l’angoisse de ne pas pouvoir joindre les deux bouts ou d’en être déjà incapable, peut-être que ce concept de classe moyenne est davantage une relique d’une époque révolue.
Il est important de dire les choses telles qu’elles sont pour pouvoir y faire face avec intégrité. Je veux que nous ayons de véritables conversations sur la façon d’offrir la stabilité, la santé et le bien-être aux Canadiens, de les rencontrer là où ils en sont, de comprendre l’urgence et d’agir. Ce budget est une occasion manquée d’offrir aux Canadiens un véritable changement pour améliorer directement leur qualité de vie.
J’espérais que l’une des leçons tirées de la pandémie serait que nous avons pu agir rapidement et mettre en place des programmes qui ont changé des vies, comme la Prestation canadienne d’urgence. Ce programme a littéralement gardé des gens en vie dans de nombreux cas. Mais même avec la PCU, le gouvernement a fait preuve d’indifférence à l’égard des plus vulnérables. Nous avons déterminé un montant qui serait vivable, sachant très bien que nous continuions à demander aux personnes handicapées, aux aînés et aux bénéficiaires de l’aide sociale de vivre avec beaucoup moins.
Nous avions l’occasion d’offrir aux Canadiens une stabilité leur permettant de répondre à leurs besoins fondamentaux. Nous aurions pu offrir une forme de soulagement collectif grâce à un revenu de base garanti, au lieu de quoi de nombreux Canadiens retiennent encore leur souffle. Je ne retiendrai pas le mien en attendant que les promesses faites par le gouvernement se concrétisent.
J'aurais espéré que le budget intègre une autre leçon en s’attaquant au racisme et à l’inégalité systémique. Nous attendons toujours des mesures concernant les femmes, les filles et les personnes bispirituelles autochtones disparues ou assassinées. Les mots ne les protégeront pas, ils ne permettront pas d’enquêter sur leurs cas comme ils le devraient, et ils ne permettront pas d’éradiquer la haine et la suprématie blanche dans notre société.
Le Secrétariat fédéral de lutte contre le racisme devrait avoir un plan solide pour aller dans le moindre recoin de nos institutions débusquer les vecteurs du pouvoir à l’œuvre depuis le début de la colonisation. Le racisme tue. Nous devons adopter le principe de Joyce qui vise à garantir que les Autochtones aient un accès équitable à tous les services sociaux et de santé et qu’ils bénéficient des normes les plus élevées, sans discrimination.
Il nous faut également des mesures concrètes et durables en faveur du changement dans le Code criminel, dans les services de police et dans le système carcéral. Nous savons que notre société ne pourra pas prendre son essor tant que nous n’aurons pas abattu les obstacles qui empêchent des personnes de vivre pleinement leur vie. Tant qu’il n’y aura pas de vraies réparations et une vraie justice, nous ne pourrons pas parler de réconciliation.
Ce budget est censé permettre de bâtir un Canada plus résilient, un Canada meilleur, plus juste, plus prospère et plus novateur, mais sans créer un revenu de subsistance garanti, je ne vois pas comment il aidera les Canadiens à être plus prospères. En refusant d’augmenter l'impôt sur les gains en capital et en se montrant réticent à créer un véritable impôt sur la fortune, il ne peut être question d’être meilleur ou plus juste.
Qui fera les frais des déficits prévus pour les prochaines décennies? C’est une chose d’annoncer des investissements qui s’imposaient depuis longtemps dans les soins de santé et le logement, mais il fallait les faire il y a des dizaines d’années. Le gouvernement aura-t-il le courage de créer un impôt sur les grandes sociétés qui profitent de la pandémie? À l’heure actuelle, ce sont elles qui se reconstruisent en mieux, et elles le font sur le dos des Canadiens.
La ministre a également déclaré que ce budget est en harmonie avec la période de transformation mondiale vers une économie verte et propre. Personne à la Chambre ne sera surpris que je soutienne vivement cette vision, mais j’aurais aimé croire que cette déclaration n’était pas de pure rhétorique. Je vois des possibilités dans la situation à laquelle nous faisons face. À l’heure où le monde entier cherche à se détourner des combustibles fossiles, nous avons une incitation à trouver le moyen de le faire, à investir dans des innovations qui permettront de répondre à la demande d’énergie avec des énergies renouvelables ou qui réduiront la demande totale d’énergie.
La perspective économique de nouvelles industries ajoutée à un effort pour réorienter les travailleurs vers ces secteurs est très prometteuse. Je sais que certains Canadiens, et même certains députés, voient en moi une idéaliste ou peut-être même une naïve, mais mon engagement envers les travailleurs en rotation dans ma province et ailleurs est réel. Je suis intimement convaincue que leur plus bel avenir n’est pas dans les allers et retours avec l’Alberta pour un travail qui décline dans une industrie mourante. Leur savoir et leurs compétences peuvent être transférés pour profiter à l’économie de demain, une économie durable et renouvelable, une économie qu’ils seront fiers de laisser à leurs enfants et à leurs petits-enfants. Il faut du courage pour défendre ses convictions et pour faire ce qui est bien, même lorsque cela ne plaît pas à tout le monde.
Tous mes collègues à la Chambre ont le même objectif que moi, améliorer la vie des Canadiens, mais nous divergeons sur les moyens d'y arriver. En tant que femme, mère et éducatrice, je tiens surtout à mettre l'accent sur le bien-être des gens. Je sais que, si la société est saine et heureuse, tout le monde peut prospérer. Ce dont nous avons besoin, c'est un gouvernement qui a le courage de diriger, qui a une vision inspirante pour le Canada et qui est résolu à foncer avec confiance dans cette direction. C'est ainsi que nous transformerons la société. C'est ainsi que nous bâtirons le Canada de demain.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I would be remiss if I did not acknowledge that this is an important week, National Nursing Week. I want to take this opportunity to thank not only the amazing nurses of Cowichan—Malahat—Langford but those who work across Vancouver Island, the province of B.C. and our great country for the hard work they do every day.
For people who doubt how severe an illness COVID-19 really is, they need only speak to a nurse who works incredibly long hours in an ICU, who helps patients in respiratory distress and who is often the only one there when a patient meets his or her end. I want to acknowledge our amazing nurses and thank them for their service. They do an amazing job on behalf of our communities.
We are at a point now where we have been battered quite hard by COVID-19, and this third wave has certainly been the worst of them all. I know people are exhausted everywhere. Some members before me have referenced the physical, mental and emotional exhaustion that we all feel at this moment. We are all looking for some light at the end of this very long and dark tunnel.
However, we are at the stage now where there is a noticeable uptake in vaccinations. We are certainly at a point in British Columbia right now where people in my age group are starting to book their vaccination appointments. In fact, I just booked mine today. I am looking forward to getting that first shot and joining the growing list of my fellow citizens who have received theirs.
Today, we are here to discuss Bill C-30, the government's budget implementation act, which followed its April budget. It proposes several legislative changes to bring those measures into force. However, I do not think that all the measures that were announced in the budget are contained in the bill. I have heard reference that a second implementation act will follow in the fall of this year.
I have been listening to the speeches on Bill C-30 today and to some of the concerns about the spending that is going on in this budget and the eye-watering deficit in which we find ourselves. We would not be at this stage if it had not been for the pandemic. We have had to open up the federal taps to help struggling small businesses and individuals weather this storm, and to ensure those small businesses are still in operation when we finally are clear of the pandemic.
However, in all the concerns I have heard about the spending, I have not really heard much discussion from either the Liberals or Conservatives on how we address the revenue shortfall, how we ensure that when we get back on the road of recovery, when we try to get the books back to a balanced status, that we do not unfairly place the burden on working families. We need only look at the example in the 1990s when the Liberal government, with finance minister Paul Martin, had a very large axe, and they swung it everywhere. There were incredible slashes made to health care transfers and housing, and that left a lot of working families in extreme pain.
How do we move forward in a way that saves working families from continuing to bear the brunt of the costs from this pandemic? The answer is simple. It is a wealth tax, which is a simple 1% on fortunes of over $20 million. We have proposed that because we are in a state now where over the last year we have seen Canada's billionaires increase their wealth by an exponential amount.
I am still scratching my head when I hear my Conservative colleagues say that this is not time to impose a tax. Clearly, Canadians of all political persuasion have indicated strong favour for imposing a wealth tax, for ensuring that the wealthy and well-connected are paying their fair share. A 1% tax on fortunes of over $20 million is not targeting our normal constituents. In fact, I do not think I know anyone personally with a fortune of over $20 million. This is a smart economic policy to ensure that the burden does not fall on most of our constituents. It is about finding that way forward.
I would have liked to have seen Bill C-30 and, indeed, the budget speech from April 19 contain some specific references to targeting very wealthy individuals, maybe putting in a profiteering tax, similar to what the Canadian government did during World War II, as well as harsher measures to crack down on tax evasion. So much revenue is slipping through the fingers of the CRA right now. People who can afford to pay that money, who have the means to pay the tax, are not paying their fair share and are using existing loopholes to escape notice. It is shameful behaviour and it is morally wrong. It means that the rest of our constituents have to shoulder that unfair burden.
I am also very interested in the part of the budget implementation legislation that deals with child care. I am a very strong believer and supporter of child care. I ran very strongly on this platform in 2015. I remember the Liberals criticizing the NDP plan back then, so it is nice to see they have now adopted it, almost six years later, and that it is finally in the budget.
However, I compare the rationale behind child care versus what the Liberals have said on pharmacare. Under division 34 of of the bill, we see a legislative framework to set up child care, yet when the NDP proposed a legislative framework that was based on the Canada Health Act to bring in a pharmacare system, the Liberals voted against that.
Child care is great, and I really hope this time around it does succeed, but when it comes to pharmacare, we have been waiting since 1997, when the Liberals last promised it. Every month, families right across the country are having to make those difficult decisions when there are unexpected medical costs. It can really break the family budget. Those investments can have a tangible impact on the budgets of working families and help them make it from month to month.
The member for St. John's East, my great colleague, has introduced a motion in the House of Commons to expand our health care system to include dental care. That is also a key missing element. For the life of me, I cannot understand why health care coverage ends at one's tonsils and does not include strong oral care. We know that poor oral health is a very strong indicator of more serious medical conditions. It is ultimately a class issue. People who have the means and the wealth can afford good dental care. Often people are lucky enough to have good dental coverage through their work. However, a lot of people have lost those benefits in this pandemic. They have had their hours reduced or they have lost their jobs altogether. We need to make those very important and specific investments in health care.
It is great that the budget implementation bill addressed EI sickness benefits, unfortunately raising it only to 26 weeks. The House of Commons has repeatedly indicated support for the full 52 weeks or even 50 weeks, which I have heard in some iterations. This is important because Canada pension plan disability benefits do not often kick in unless someone has a demonstrated illness or injury that will make them incapable of work for over a year. Often people are falling in the gap between what the Liberals are now proposing, the 26 weeks, and a full year, which is 52 weeks. That could have been done quite easily.
The Liberals do enjoy their half-measures, so if 26 weeks is what we will get this time, I will accept, but I want it to be known that it is not good enough. Definite improvements need to be made to that.
I know I am within my last minute, so I will end on a positive note. The budget is certainly a mixed bag, but as the NDP critic for agriculture, it is nice to see some investments coming to that sector, really trying to concentrate on the area of environmental sustainability. Our farmers are on the front lines of climate change, but they also have the tools to be one of our greatest weapons in fighting climate change. In the future, I would love to see more investments come their way, investments that concentrate on the sector's ability to sequester carbon.
Monsieur le Président, je m’en voudrais de ne pas souligner l’importance de cette semaine, la Semaine nationale des soins infirmiers. Je profite de l’occasion pour remercier non seulement le formidable personnel infirmier de Cowichan—Malahat—Langford, mais l’ensemble du personnel infirmier qui travaille partout sur l’Île de Vancouver, en Colombie-Britannique et dans notre grand pays, pour le dur travail qu’il accomplit chaque jour.
Ceux qui doutent de la gravité de la COVID-19 n’ont qu’à parler à une infirmière ou un infirmier qui travaille de longues heures dans une unité de soins intensifs, qui aide les patients en détresse respiratoire et qui est souvent la seule personne présente lors du décès d’un patient. Je tiens à rendre hommage à nos extraordinaires infirmières et infirmiers et à les remercier pour leur service. Ils font un travail extraordinaire au nom de nos collectivités.
Nous en sommes à un point où nous avons été très durement frappés par la COVID-19. Cette troisième vague a certainement été la pire de toutes. Je sais que, partout, les gens sont épuisés. Certains députés qui m’ont précédé ont parlé de l’épuisement physique, mental et affectif que nous ressentons tous en ce moment. Nous attendons tous une lumière au bout de ce très long et très sombre tunnel.
Cependant, nous en sommes maintenant au stade où nous constatons une augmentation sensible de la vaccination. Nous sommes certainement à un point en Colombie-Britannique où les personnes de mon groupe d’âge commencent à prendre rendez-vous pour se faire vacciner. En fait, j'ai pris le mien aujourd’hui. J’ai hâte de recevoir ce premier vaccin et de rejoindre la liste croissante de mes concitoyens qui ont reçu le leur.
Aujourd’hui, nous sommes ici pour discuter du projet de loi C-30, le projet de loi d’exécution du budget du gouvernement, qui fait suite à son budget d’avril. Il propose plusieurs modifications législatives pour mettre ces mesures en vigueur. Cependant, je ne pense pas que le projet de loi renferme toutes les mesures annoncées dans le budget. J’ai entendu dire qu’une deuxième loi d’exécution suivrait à l’automne prochain.
J’ai écouté les interventions portant sur le projet de loi C-30 aujourd’hui et certaines des préoccupations concernant les dépenses prévues dans ce budget et le déficit à faire pleurer dans lequel nous nous trouvons. Nous n’en serions pas là si ce n’était de la pandémie. Nous avons dû ouvrir les vannes fédérales pour aider les petites entreprises et les particuliers en difficulté à traverser cette tempête et veiller à ce que ces petites entreprises soient toujours en activité lorsque la pandémie sera enfin derrière nous.
Cependant, parmi toutes les préoccupations que j’ai entendues au sujet des dépenses, je n’ai pas vraiment entendu les libéraux ou les conservateurs aborder la façon de combler le manque à gagner dans les recettes, de veiller à ce que lorsque nous serons sur la voie de la relance, lorsque nous tenterons de rétablir l’équilibre budgétaire, nous ne fassions pas injustement porter le fardeau aux familles de travailleurs. Il suffit de regarder l’exemple des années 1990 lorsque le gouvernement libéral, par son ministre des Finances Paul Martin, a sorti son grand couperet et l'a fait tomber un peu partout. Des coupes incroyables ont été faites dans les transferts en matière de santé et le logement, ce qui a engendré une situation extrêmement pénible pour de nombreuses familles de travailleurs.
Que pouvons-nous faire pour éviter que les familles de travailleurs continuent à supporter le gros des coûts de cette pandémie? La réponse est simple: créer un impôt sur la fortune, un simple 1 % sur les fortunes de plus de 20 millions de dollars. Nous avons proposé cette mesure parce que nous sommes dans un contexte où nous avons vu, au cours de la dernière année, les milliardaires canadiens accroître leur richesse de façon exponentielle.
Je suis toujours perplexe quand j’entends mes collègues conservateurs dire que ce n’est pas le moment d’imposer une taxe. De toute évidence, les Canadiens de toute allégeance politique se sont montrés très favorables à l’imposition d’une taxe sur la richesse, pour garantir que les gens riches et bien branchés paient leur juste part. L’impôt de 1 % sur les fortunes de plus de 20 millions de dollars ne cible pas les électeurs moyens. En fait, je pense que je ne connais personne qui possède une fortune de plus de 20 millions de dollars. Il s’agit d’une politique économique judicieuse pour garantir que le fardeau ne pèse pas sur la plupart de nos électeurs. Il s’agit de trouver la voie à suivre.
J’aurais aimé que le projet de loi C-30 et, en fait, le discours du budget du 19 avril mentionne expressément des mesures visant les personnes très riches, peut-être en instaurant une taxe sur les profits réalisés grâce à la pandémie, comme ce qu'avait fait le gouvernement canadien pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que des mesures plus sévères pour réprimer l’évasion fiscale. Tant de recettes échappent à l’ARC à l’heure actuelle. Les personnes qui ont les moyens de payer cette somme, de payer l’impôt, ne paient pas leur juste part et utilisent les échappatoires existantes pour passer sous le radar. C’est un comportement honteux et moralement répréhensible. Cela signifie que tous les autres citoyens de nos circonscriptions doivent supporter ce fardeau injuste.
La partie de la loi d’exécution du budget qui porte sur les services de garde d'enfants m’intéresse aussi beaucoup. Je crois fermement en la garde d’enfants et j’en suis un fervent partisan. J’ai fait campagne en 2015 en insistant très fortement sur ce point. Je me souviens que les libéraux avaient critiqué le plan du NPD à l’époque, il est donc agréable de voir qu’ils l’ont maintenant adopté, presque six ans plus tard, et qu’il figure enfin dans le budget.
Cependant, je compare la justification des services de garde d’enfants à ce que les libéraux ont dit à propos de l’assurance-médicaments. À la section 34 du projet de loi, nous voyons un cadre législatif pour mettre en place des garderies. Pourtant, lorsque le NPD a proposé un cadre législatif fondé sur la Loi canadienne sur la santé pour mettre en place un régime d’assurance-médicaments, les libéraux ont voté contre.
Les garderies sont une excellente chose, et j’espère vraiment que cette fois-ci, l'initiative se concrétisera, mais en ce qui concerne l’assurance-médicaments, nous attendons depuis 1997, date de la dernière promesse des libéraux à cet égard. Chaque mois, partout au pays, des familles doivent prendre des décisions difficiles lorsqu’elles ont des frais médicaux imprévus qui peuvent vraiment défoncer le budget familial. Ces investissements peuvent avoir un effet concret sur le budget des familles de travailleurs et les aider à s’en sortir d’un mois à l’autre.
Mon excellent collègue de St. John’s-Est a présenté une motion à la Chambre des communes en vue d’étendre notre système de soins de santé afin d’y inclure les soins dentaires. Il s’agit d’un autre élément clé absent. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la couverture des soins de santé s’arrête aux amygdales et n’inclut pas les soins bucco-dentaires. Nous savons qu’une mauvaise santé bucco-dentaire est un très bon indicateur de conditions médicales plus graves. En dernière analyse, c’est une question de classe. Ceux qui ont les moyens et la richesse peuvent s’offrir de bons soins dentaires. Les gens ont souvent la chance d’avoir une bonne couverture des soins dentaires grâce à leur emploi. Cependant, beaucoup de gens ont perdu ces avantages au cours de la pandémie. Ils ont vu leur horaire réduit ou ont carrément perdu leur emploi. Nous devons faire ces investissements très importants et spécifiques dans les soins de santé.
C’est très bien que le projet de loi d’exécution du budget aborde la question des prestations de maladie de l’assurance-emploi, mais il ne les porte malheureusement qu’à 26 semaines. La Chambre des communes a indiqué à plusieurs reprises qu’elle souscrivait à une couverture complète de 52 semaines, voire de 50 semaines, ce que j’ai entendu dans différentes versions. C’est important parce que le versement de prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada n’est déclenché que si une personne est atteinte d’une maladie ou a une blessure qui la rend incapable de travailler pendant plus d’un an. Souvent, les gens passent entre les mailles du filet, entre ce que les libéraux proposent maintenant, soit 26 semaines, et une année complète, soit 52 semaines. Cela aurait pu être fait assez facilement.
Les libéraux aiment les demi-mesures, alors si ce sont 26 semaines que nous obtiendrons cette fois-ci, je l’accepterai, mais je veux qu’il soit clair que c’est insuffisant. Des améliorations concrètes doivent être apportées.
Je sais que j’en suis à ma dernière minute; je vais donc terminer sur une note positive. Le budget est certainement un fourre-tout, mais en tant que porte-parole du NPD en matière d’agriculture, je me réjouis de voir que certains investissements sont faits dans ce secteur et qu'on tente vraiment de se concentrer sur la durabilité environnementale. Nos agriculteurs sont aux premières lignes des changements climatiques, mais ils disposent aussi des outils pour en faire nos meilleures armes dans la lutte contre les changements climatiques. À l’avenir, j’aimerais voir davantage d’investissements leur être consacrés, des investissements qui se concentrent sur la capacité du secteur à séquestrer le carbone.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I say again in appreciation this morning that I am speaking from the traditional territory of the QayQayt First Nation and the Coast Salish Peoples.
Yesterday, I mentioned that this pandemic had been a tale of two countries: one is a country where billionaires have seen their wealth increase by $78 billion and where banks received $750 billion in liquidity supports, and the other is a country where people are struggling.
That is the fundamental issue we have to think about as we implement the budget through the passage of Bill C-30.
I spoke yesterday about the impacts of this pandemic. I spoke of businesses closing their doors forever. These are small community businesses, family-run businesses and community businesses that struggled to maintain themselves during the pandemic. I spoke about the front-line workers, health care workers and first responders, all of whom have shown incredible tenacity and courage while going about their jobs of making sure as many lives are preserved as possible through this pandemic. We mourn the 24,000 Canadians who have died so far in this pandemic.
I also spoke yesterday, and want to engage today, on what has happened to the vast majority of Canadians through this pandemic. The government, through Bill C-30, is basically doing a victory lap. It is saying, even as this third wave crashes upon our shores, that we need to scale back on supports that are given to Canadians.
This contrasts vividly with the remarkable speed with which the government stepped in, within four days of the pandemic hitting, and provided the banking sector with $750 billion in liquidity supports. The government's first priority, coming through the pandemic, was to make sure that bank profits were maintained. That is a source of shame that should last for the entire government mandate.
However, to the credit of Canadian democracy, in a minority Parliament the NDP caucus was able to shift the government's priority from banks and billionaires to putting in place programs that would make a difference for people. These included the emergency response benefit, support for students, support for seniors and support for people with disabilities, which I will come back to because it is full of holes and simply inadequate to meet their needs, as are many of the programs that we forced the government to put into place. We also forced the government to ensure sick leave and put in place a wage subsidy to maintain jobs and maintain businesses. We also fought and pushed for rent relief for small businesses.
All of those things came as a result of NDP pressure. In a minority Parliament, thankfully because of the strength of Canadian democracy, we were able to bring that about. The reality is that there are two countries: one of banks and billionaires, and another of everyone else, where we know that the majority of Canadians are within $200 of insolvency in any given month and we continue to see Canadians struggling to make ends meet, to put food on the table and keep roofs over their heads. The growing number of homeless people across our country is a testament to the impact of the pandemic and the inadequacy of the government response.
What does Bill C-30 do? As I mentioned earlier, it basically does a victory lap on all of those supports that the NDP forced the government to put in place. Regarding the response benefit, we see a dramatic cut in July. That is within a few weeks. As this third wave crashes on our shores, we see the government moving to dramatically slash emergency supports. We see that the wage subsidy and rent relief are all going to be phased out over the course of the summer, starting within a few weeks' time, at the very worst time in the pandemic.
We spoke last night about the crisis in Alberta, which is now the worst-hit jurisdiction in all of North America. At this critical time, the government says its job is done, its mission is accomplished and it is going to start withdrawing those supports.
We add to this the impact of government policies, for example CRA going after Canadians who were victims of fraud. We have seen over the past few years numerous cases, including with Desjardins, in which private information was leaked out, and fraudsters used it to apply for CERB in people's names. CRA is demanding repayment from people who never received payments in the first place.
Members will recall that last June the government wanted to go even further. It wanted to put people in jail if somebody else used their private information and defrauded the public. Fraud is a serious issue. The government should have put in place systems to prevent that, but the government overreach of asking people who were victims to pay back moneys they never received is unbelievable. That is how the government is reacting to ordinary people.
What has it done at this unprecedented time? This is the first crisis in Canadian history where the ultra-rich have not been asked to pay their fair share. Through World War II, Canada put in place an excess profits tax and wealth taxes to ensure that, because we were all in this together, everybody had to pay their fair share. Coming out of World War II, after vanquishing Nazism and fascism, we had the wherewithal to make unprecedented investments that led to the most prosperous period in Canadian history. These were investments in housing, education, health care and transportation.
What has happened this time? What has the current government done through this pandemic? It has basically given a free ride to the ultra-rich. Canadian billionaires, who have received over $78 billion in increased wealth, are not being asked to chip in or pay their taxes. There is no wealth tax, even though the PBO estimates that would bring in $10 billion a year. There is no pandemic profits tax, even though the Parliamentary Budget Officer estimates it would create $8 billion. That would be enough to eliminate homelessness in our country and ensure the right to housing, a roof over every single Canadian's head, yet the government refuses to do any of that.
The government did put a symbolic luxury tax in place, which is less than 1¢ for every dollar the PBO believes would be raised for the public good if a wealth tax were put into place. Curiously, that is one little symbolic gesture that the Liberals love to wave. They put a tax on yachts, so that means they are taking care of massive inequality, but it is not even in Bill C-30. What we actually see is a shell game. It is smoke and mirrors, with a tiny symbolic luxury tax of less than 1¢ for every dollar that a wealth tax would bring in, and that is not even on the government's radar screen.
It made the commitment and the promise, but as we have seen with so many other promises by the Liberal government, it is simply not worth the paper it is printed on. To reference previous broken promises, we just need to point to public universal pharmacare. Canadians have been waiting on its repeated promises for over 25 years. Regarding child care, we are told this time that the Liberals really mean it, but there are nearly 30 years of broken promises. Regarding boil-water advisories, there is over a decade of broken promises. The government says it really wants to tackle inequality. That is very rich, given that it has not done that either in the budget or in the budget implementation act.
The proposed act includes some curious and somewhat bizarre measures. For example, the budget implementation act acknowledges the increasing poverty of seniors, but says that seniors are only in this crucial poverty over the age of 75. Seniors from 65 to 74 would not get an OAS top-up, but seniors over 75 would. Poverty impacts all seniors, and for the government to discriminate is unacceptable. Also, the government acknowledges that students are having a tough time throughout this pandemic and would waive loan interest payments, but it is still forcing students to pay the principle. Students have to pay their loans back despite having to struggle through the pandemic.
I mentioned earlier the issues for people with disabilities who have struggled unbelievably throughout this pandemic. The NDP fought, not once or twice, but half a dozen times to finally get a one-time payment of $600 for a third of people with disabilities. Of all the fights that I mentioned at the beginning of my speech, it is the one for people with disabilities that the government resisted the most. Contrast this with the $750 billion given to the Bay Street banks in the blink of an eye. In four days, the government weighed in to maintain bank profits. However, of people with disabilities, who are struggling through this pandemic, who are half of the people who line up at food banks every week and who are many of the homeless in this country, one-third were given a one-time $600 payment. What does Bill C-30 reserve for them? The government has decided that it will do a three-year consultation to figure out whether people with disabilities really have any needs to be met. These people are being asked to wait three years, but it took four days for the government to weigh in with a $750 billion liquidity support bailout package. It is unbelievable, unacceptable and irresponsible.
Members might ask if there are any elements in the budget implementation act that I support. This government, which is so tired and so prone to spinning and acting rather than actually doing what comes with being the government, was struggling for inspiration. I gather somebody in the Prime Minister's Office discovered that they could be inspired by the 2015 NDP election platform. Tom Mulcair went to the public with a commitment for universal child care and a commitment to raise the federal minimum wage. Members will recall that the Prime Minister and Liberals at the time mocked the NDP for bringing these things forward. Well, that is the only thing that has inspired this government now. After six years of failure, the Liberals discovered that maybe the NDP election platform for 2015 was good and copied some of its elements. Now, in good faith, we say to the government let us get going on a minimum wage and let us get going on child care. We are here to make sure these things happen. We do not want this to be yet another empty Liberal platitude and another empty Liberal broken promise. We want to work with this government to make those things realities and not just other commitments or promises that it breaks for a quarter of a century, which has been the history of Liberal governments.
My final point is this. We do not see any real response to the crisis in housing affordability. It was Liberals who ended the national housing program, and they have yet to respond in any meaningful way. We also see the tragic, broken commitment to indigenous peoples and dozens of indigenous communities who do not have safe drinking water, and this government is now putting off any commitment to end the dangerous situation of boil-water advisories for another half decade. What message does that send to indigenous people, and what message does that send to indigenous children?
Bill C-30 has elements showing that the Liberals were able to copy the NDP platform from 2015. They should be inspired more from what the NDP is putting forward today, resolve these issues on behalf of Canadians and end the appalling levels of inequality that we are seeing in this country.
Monsieur le Président, encore une fois ce matin, j'aimerais reconnaître que je prends la parole depuis le territoire traditionnel de la Première Nation Qayqayt et des Salish du littoral.
Hier, j'ai mentionné le fait que nous avions deux pays alors que nous traversons cette crise de la pandémie: nous avons un pays dans lequel les milliardaires ont accru leur richesse de plus de 78 milliards de dollars et où le système bancaire a reçu plus de 750 milliards de dollars en appui aux liquidités, et nous avons un autre pays où les gens en arrachent.
Voilà la question fondamentale à laquelle nous devons réfléchir au moment de mettre en vigueur ce budget par l'adoption du projet de loi C-30.
Hier, j'ai parlé des répercussions de la pandémie. J'ai parlé aussi des entreprises, souvent locales, familiales et de petite taille, que la pandémie a malmenées et qui ont survécu de peine et de misère ou qui ont carrément dû fermer leurs portes. J'ai parlé des travailleurs de première ligne, notamment dans le réseau de la santé, et des premiers intervenants, qui ont fait preuve d'une ténacité et d'un courage exemplaires et qui ont sauvé toutes les vies qu'ils ont pu tout au long de cette crise. Malgré tout, la pandémie a coûté jusqu'ici la vie à 24 000 Canadiens.
Hier, j'ai aussi parlé de ce qui est arrivé à la vaste majorité des Canadiens depuis le début de la pandémie, et c'est là-dessus que j'aimerais revenir aujourd'hui. Avec le projet de loi C-30, le gouvernement fait de l'autocongratulation, il n'y a pas d'autre moyen de le dire. Alors que le pays est encore en pleine troisième vague, il estime que nous devons mettre graduellement fin aux mécanismes de soutien qui sont actuellement offerts aux Canadiens.
Nous sommes loin de la remarquable rapidité avec laquelle il est intervenu l'an dernier, puisqu'à peine quatre jours après le début officiel de la pandémie, il fournissait 750 milliards de dollars au secteur bancaire pour qu'il ne manque pas de liquidités. Il appert donc que la priorité numéro un du gouvernement consistait à maintenir les profits des grandes banques. Voilà qui devrait entacher son bilan au moins jusqu'à la fin de son mandat.
Toutefois, le NPD a été en mesure, en situation de gouvernement minoritaire — et c'est tout à l'honneur de la démocratie canadienne —, de réorienter les priorités du gouvernement, qui sont passées des banques et des milliardaires à la création de programmes visant à améliorer les choses pour les gens. Je parle entre autres de la Prestation canadienne d'urgence et de la mesure de soutien pour les étudiants, de celle pour les aînés et de celle pour les personnes handicapées, auxquelles je reviendrai, car elles sont lacunaires et ne répondent tout simplement pas aux besoins, comme beaucoup de programmes que nous avons obligé le gouvernement à mettre en oeuvre. Nous avons également forcé le gouvernement à veiller à ce qu'il y ait des congés de maladie et à mettre en place une subvention salariale pour assurer la survie des emplois et des entreprises. Nous nous sommes aussi battus pour que de l'aide au loyer soit offerte aux petites entreprises.
Toutes ces mesures ont vu le jour à la suite des pressions exercées par le NPD. En situation de gouvernement minoritaire, nous y sommes arrivés, grâce à la force de la démocratie canadienne. En réalité, il y a deux pays: celui des banques et des milliardaires, et celui des autres, où, comme on le sait, la majorité des Canadiens sont à 200 $ de l'insolvabilité mois après mois. Des Canadiens ont toujours de la difficulté à joindre les deux bouts, à mettre de la nourriture sur la table et à maintenir un toit au-dessus de leur tête. Le nombre croissant de sans-abris un peu partout au pays témoigne de l'impact de la pandémie et de l'inefficacité de la réponse du gouvernement.
Que fait le projet de loi C-30? Comme je l'ai mentionné plus tôt, il représente une victoire quant aux mesures d'aide que le NPD a forcé le gouvernement à mettre en place. En ce qui concerne la Prestation canadienne d'urgence, il y aura une importante diminution en juillet, et ce, en quelques semaines seulement. Alors que la troisième vague déferle sur nos rives, le gouvernement choisit de sabrer les mesures d'aide d'urgence. La subvention salariale et l'aide au loyer seront éliminées graduellement durant l'été, à quelques semaines d'intervalle, au pire moment de la pandémie.
Hier soir, nous avons discuté de la crise en Alberta, qui est la région la plus durement touchée par la pandémie en Amérique du Nord. C'est à ce moment que le gouvernement affirme que son travail est terminé, que sa mission est accomplie, et qu'il va commencer à éliminer les mesures d'aide.
Il faut ajouter à cela les répercussions des politiques gouvernementales, comme l'Agence du revenu du Canada qui pourchasse des Canadiens ayant été victimes de fraude. Au cours des dernières années, nous avons été témoins de nombreuses situations, comme celle à Desjardins, où des fraudeurs ont dérobé des renseignements personnels, puis s'en sont servi pour demander la PCU au nom des victimes. L'Agence du revenu du Canada réclame le remboursement de paiements que les victimes n'ont jamais reçus.
Comme les députés s'en souviendront, en juin dernier, le gouvernement voulait aller encore plus loin. En effet, il souhaitait emprisonner des Canadiens, même si leurs renseignements personnels avaient été obtenus frauduleusement. La fraude constitue un enjeu de taille. Le gouvernement aurait dû prendre des mesures pour la prévenir, mais il est incroyable qu'il demande maintenant aux victimes de rembourser des sommes qu'elles n'ont jamais reçues. Voilà comment le gouvernement traite les gens ordinaires.
Qu'a-t-il fait en cette période sans précédent? C'est la première crise de l'histoire canadienne où on n'a pas demandé aux ultrariches de payer leur juste part. Durant la Seconde Guerre mondiale, le Canada a instauré un impôt sur les profits excessifs et un impôt sur la fortune pour que tout le monde soit solidaire et paie sa juste part. À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, après avoir triomphé du nazisme et du fascisme, nous avions les moyens d'effectuer des investissements sans précédent dans le logement, l'éducation, les soins de santé et le transport, ce qui a mené à la période la plus prospère de l'histoire canadienne.
Que s'est-il passé cette fois-ci? Qu'est-ce que le gouvernement actuel a accompli depuis le début de la pandémie? Il a essentiellement accordé un traitement de faveur aux ultrariches. Il ne demande pas aux milliardaires canadiens, qui ont accru leur richesse de plus de 78 milliards de dollars, de verser une contribution ou de payer des impôts. Il n'y a pas d'impôt sur la fortune, même si le directeur parlementaire du budget estime que cela rapporterait 10 milliards de dollars par année. Il n'y a pas non plus de taxe sur les profits générés pendant la pandémie, même si le directeur parlementaire du budget estime que cela rapporterait 8 milliards de dollars, ce qui serait suffisant pour éradiquer l'itinérance au Canada et veiller à ce que tous les Canadiens aient un toit sur la tête. Pourtant, le gouvernement ne veut rien faire en ce sens.
Le gouvernement a mis en place une taxe de luxe symbolique inférieure au montant de 1 cent par dollars qui, selon le directeur parlementaire du budget, pourrait être perçue si on mettait en place un impôt sur la fortune. Étonnamment, c'est le genre de petit geste symbolique dont les libéraux aiment bien faire l'étalage. Ils imposent une taxe sur les yachts pour pouvoir dire qu'ils font quelque chose pour lutter contre les énormes inégalités, mais la mesure que j'ai mentionnée ne se trouve même pas dans le projet de loi C-30. C'est un tour de passe-passe. Le gouvernement jette de la poudre aux yeux en imposant une minuscule taxe de luxe symbolique inférieure au montant de 1 cent qu'on pourrait percevoir sur chaque dollar si on mettait en place un impôt sur la fortune, mais ce n'est pas du tout dans les intentions du gouvernement.
Il a promis de le faire, mais comme on l'a vu avec bien d'autres de ses engagements, cette promesse du gouvernement libéral ne vaut pas grand-chose. Nous n'avons qu'à penser à une autre promesse brisée, celle de mettre en place un régime universel d'assurance-médicaments. Les Canadiens attendent qu'on remplisse cette promesse faite à maintes reprises depuis plus de 25 ans. En ce qui concerne les services de garde, on nous dit cette fois-ci que les libéraux comptent vraiment remplir leur engagement, mais cela fait près de 30 ans qu'on manque à cette promesse. Pour ce qui est des avis de faire bouillir l'eau, les promesses sont brisées depuis plus d'une décennie. Le gouvernement affirme qu'il veut vraiment s'attaquer aux inégalités. C'est plutôt fort de la part d'un gouvernement qui n'a rien proposé en ce sens, que ce soit dans le budget ou dans son projet de loi d'exécution.
Le projet de loi comprend des mesures surprenantes et quelque peu bizarres. Par exemple, la loi d’exécution du budget reconnaît que les aînés sont de plus en plus pauvres, mais que cette pauvreté critique ne concerne que les aînés de 75 ans et plus. En effet, les aînés de 65 à 74 ans n'auront pas droit à la prestation complémentaire de la Sécurité de la vieillesse, contrairement aux aînés de 75 ans et plus. Tous les aînés sont menacés par la pauvreté et que le gouvernement fasse une distinction selon l'âge est inacceptable. En outre, le gouvernement reconnaît que les étudiants vivent des difficultés pendant la pandémie et il entend leur accorder un congé d'intérêts sur leurs prêts étudiants, mais il continuera d'exiger qu'ils paient le capital. Les étudiants doivent continuer de rembourser leurs prêts, même s'ils peinent à joindre les deux bouts pendant la pandémie.
J'ai parlé plus tôt des problèmes vécus par les personnes handicapées, qui ont la vie très dure pendant la pandémie. Le NPD s'est battu, pas une ou deux fois, mais une demi-douzaine de fois avant de finalement obtenir un versement ponctuel de 600 $ pour le tiers des personnes handicapées. De toutes les batailles dont j'ai parlé au début de mon discours, c'est dans celle qui concerne les personnes handicapées que le gouvernement s'est montré le plus réfractaire, alors qu'il a accordé 750 milliards de dollars aux banques de Bay Street sans hésiter une seconde. Il n'a fallu que quatre jours au gouvernement pour décider d'aider les banques à maintenir leurs profits. Or, dans le cas des personnes handicapées, qui peinent à joindre les deux bouts pendant la pandémie, qui comptent pour la moitié des bénéficiaires hebdomadaires des banques alimentaires et qui représentent une bonne partie des itinérants au pays, seulement le tiers a reçu le paiement ponctuel de 600 $. Qu'y a-t-il pour les personnes handicapées dans le projet de loi C-30? Le gouvernement a décidé de mener des consultations sur trois ans pour déterminer si les personnes handicapées ont des besoins à combler. On dit à ces personnes d'attendre trois ans, alors qu'il a fallu quatre jours au gouvernement pour décider de la création d'un programme d'urgence pour le soutien des liquidités des banques chiffré à 750 milliards de dollars. C'est incroyable, c'est inacceptable et c'est irresponsable.
Les députés se demandent peut-être si j'appuie quoi que ce soit dans le projet de loi d'exécution du budget. Le gouvernement, qui est très fatigué et très enclin à privilégier les belles paroles au lieu de vraiment prendre ses responsabilités, a eu une panne d'inspiration. J'imagine que quelqu'un du Cabinet du premier ministre a découvert que les libéraux pourraient s'inspirer de la plateforme électorale de 2015 des néo-démocrates. Tom Mulcair s'était alors engagé auprès de la population à mettre en place un programme universel de garderies et à augmenter le salaire minimum fédéral. Comme les députés s'en souviendront, le premier ministre et les libéraux s'étaient moqués de ces propositions des néo-démocrates. Revirement de situation: c'est la seule source d'inspiration du gouvernement en ce moment. Après six ans d'échecs, les libéraux ont découvert que la plateforme électorale proposée par le NPD en 2015 pourrait bien être intéressante et ils en ont récupéré une partie. En toute bonne foi, nous encourageons aujourd'hui le gouvernement à faire avancer les dossiers du salaire minimum et des services de garde. Nous sommes là pour garantir que ces choses se réalisent. Nous ne voulons pas que ce soit une autre occasion pour les libéraux de ressasser des platitudes et de briser leurs promesses. Nous voulons travailler avec le gouvernement pour que ces changements deviennent réalité au lieu d'être de simples engagements ou promesses qu'il laisse traîner pendant un quart de siècle. C'est ce à quoi les gouvernements libéraux nous ont habitués.
En terminant, je souligne qu'aucune mesure concrète n'a été prise pour s'attaquer à la crise liée à l'abordabilité du logement. Ce sont pourtant les libéraux qui ont mis fin au programme national de logement, mais ils n'ont pas encore proposé de solution sérieuse. Par surcroît, le gouvernement n'a pas tenu son engagement envers les Premières Nations et des dizaines de communautés autochtones qui n'ont pas d'eau potable; la situation est tragique. Or, le gouvernement refuse de s'engager avant cinq ans à mettre un terme à la dangereuse situation qui donne lieu à des avis de faire bouillir l'eau. Quel message ce refus envoie-t-il aux Premières Nations, notamment aux enfants autochtones?
Le projet de loi C-30 comporte des éléments que les libéraux ont tirés de la plateforme électorale néo-démocrate de 2015. Ils devraient s'inspirer davantage de ce que le NPD propose aujourd'hui, s'attaquer aux problèmes dont j'ai fait mention pour le bien des Canadiens et remédier aux inégalités déplorables qui existent au Canada.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2021-05-06 11:14 [p.6767]
Mr. Speaker, we know this budget will do nothing to end fossil fuel subsidies. We see the federal government giving billions of dollars every year to companies like Royal Dutch Shell and Imperial Oil.
We know that Canada's richest Canadians increased their wealth by $78 billion this year, yet there is no meaningful action on a wealth tax.
I think my hon. colleague and the Liberals will vote against the NDP motion to provide dental care to six and a half million Canadians who do not have any coverage today, which would cost $1.5 billion per year as estimated by the parliamentary budget officer. Why does the member not support allocating $1.5 billion so Canadians can have access to this basic health need, when there are tens of billions of dollars of available funds that his government refuses to tax?
Monsieur le Président, nous savons que le budget ne met pas un terme aux subventions pour les combustibles fossiles. Nous voyons que le gouvernement fédéral continue de donner chaque année des milliards de dollars à des entreprises comme Royal Dutch Shell et Imperial Oil.
Nous savons que la fortune des Canadiens les plus nantis a augmenté de 78 milliards de dollars cette année, mais le budget ne prévoit pas de véritable impôt sur la fortune.
Je crois que mon collègue et les libéraux vont voter contre la motion du NPD qui propose de couvrir les soins dentaires de 6 millions et demi de Canadiens qui ne sont pas assurés, ce qui coûterait 1,5 milliard de dollars par an, selon le directeur parlementaire du budget. Pourquoi le député ne veut-il pas appuyer une motion proposant d’investir 1,5 milliard de dollars pour que les Canadiens aient accès à des soins aussi essentiels, alors que son gouvernement refuse de fiscaliser des dizaines de milliards de dollars de fonds disponibles?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-06 12:14 [p.6776]
Madam Speaker, one thing that has come to everyone's attention during the pandemic is the significant inequality that remains in Canada. We have seen a greater impact from the disease itself and from its economic impact on seniors, young people and working people on front lines and in factories. However, we are not seeing the Liberals respond to calls for greater fairness going forward, such as with a dental care plan to help seven million Canadians get access to oral health care they cannot afford, for a fraction of 1% of current health care costs. As well, they refuse to tax the super wealthy, even while billionaires in Canada have increased their wealth by $78 billion during this pandemic. The token luxury tax we have seen on airplanes and yachts is not even in the budget implementation act.
Why are the Liberals doing nothing to ensure that those who have done so well by Canada's economy are paying their fair share?
Madame la Présidente, il y a une chose qui a sauté aux yeux de tous au cours de la pandémie. Il s’agit de l’importante inégalité qui persiste au Canada. La pandémie en soi et ses répercussions économiques ont eu des répercussions plus importantes sur les aînés, les jeunes et les travailleurs de première ligne et ceux des usines. Toutefois, nous ne voyons pas les libéraux répondre aux demandes d’une plus grande équité à l’avenir, comme la mise en place d’un régime de soins dentaires pour aider 7 millions de Canadiens à avoir accès à des soins de santé buccodentaire qu’ils n’ont pas les moyens de se payer, et ce, pour une fraction de 1 % des coûts actuels des soins de santé. De plus, ils refusent d’imposer les super riches, même si la richesse des milliardaires du Canada a augmenté de 78 milliards de dollars pendant la pandémie actuelle. La taxe symbolique sur les avions et les yachts ne figure même pas dans le projet de loi d’exécution du budget.
Pourquoi les libéraux ne font-ils rien pour veiller à ce que ceux qui ont si bien profité de l’économie canadienne paient leur juste part?
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-05-06 16:44 [p.6819]
Madam Speaker, we know that millions of people are worried about losing their jobs. At the same time, Canada's richest people have gotten richer. We have seen excess profits for large corporations that have benefited from the pandemic.
The NDP has gone to the PBO and costed out an excess-profits tax. It would get $8 billion from the companies that profited from the pandemic. We would get $9 billion from a 1% wealth tax on people with over $20 million. We could close tax havens, which would generate tens of billions of dollars in taxes.
Does my colleague believe that we should be charging the superwealthy and those who have made a profit on the pandemic, instead of leaving this on the backs of everyday Canadians? We know that paying down the enormous deficits that have been incurred will mean either a tax increase to the middle class or cuts in services. Does my colleague support ensuring that those who can afford to pay for it should pay their share?
Madame la Présidente, nous savons que des millions de personnes craignent de perdre leur emploi, alors que les Canadiens mieux nantis, eux, se sont enrichis. Nous avons vu des grandes entreprises tirer des profits excessifs de la pandémie.
Le NPD est allé voir le directeur parlementaire du budget pour évaluer le coût d'un impôt sur les profits excessifs. Un tel impôt permettrait de percevoir 8 milliards de dollars auprès des entreprises ayant profité de la pandémie. Une taxe de 1 % sur les fortunes de plus de 20 millions de dollars nous rapporterait 9 milliards de dollars. Nous pourrions éliminer les paradis fiscaux, ce qui générerait des recettes fiscales de dizaines de milliards de dollars.
Mon collègue croit-il que nous devrions obliger les super riches et ceux ayant profité de la pandémie à payer leur juste part, au lieu de laisser les Canadiens moyens porter seuls le fardeau? Nous savons que pour réduire l'énorme déficit accumulé, il faudra soit alourdir le fardeau fiscal de la classe moyenne ou procéder à des compressions dans les services. Mon collègue croit-il que nous devons veiller à ce que les personnes qui en ont les moyens paient leur juste part d'impôt?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2021-05-06 16:45 [p.6819]
Madam Speaker, the Conservatives believe in lifting up all Canadians by reducing taxes, getting Canadians back to work, attracting investment and making Canada more competitive.
When it comes to everyday Canadians, life is becoming less and less affordable, in part because the government is printing money and—
Madame la Présidente, les conservateurs estiment qu’il faut aider tous les Canadiens en réduisant les impôts, en leur permettant de retourner au travail, en attirant les investissements et en améliorant la compétitivité du Canada.
Le coût de la vie des Canadiens devient de moins en moins abordable, en partie parce que le gouvernement imprime de l’argent et…
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-05-06 17:00 [p.6821]
Madam Speaker, the member's speech covered a lot of ground and a lot of programs that were needed to help people. I appreciate hearing her talk about the social programs we need to help people at this time. I know a lot of small businesses in my community are having a hard time. They are disappointed with the amount of money that came in for tourism dollars, because a lot of small businesses rely on tourism.
One of my concerns again is about the profiteering that has happened during this pandemic. We now know some 47 billionaires have a quarter of a trillion dollars of the Canadian wealth. They have gained $78 billion during this pandemic and they need to pay their fair share. Does the hon. member think they should pay their fair share as well?
Madame la Présidente, la députée a abordé beaucoup de sujets et parlé de beaucoup de programmes dont les gens avaient besoin. J’ai bien aimé l’entendre parler des programmes sociaux qu’il nous faut actuellement pour aider les gens. Beaucoup de petites entreprises dans ma collectivité vivent de grandes difficultés. Ces gens sont déçus du montant d’argent accordé pour l’industrie touristique, parce que beaucoup de petites entreprises appartiennent à ce secteur.
Ce qui me préoccupe encore, entre autres sujets, ce sont les profits réalisés par certains pendant la pandémie. Nous savons maintenant que 47 milliardaires détiennent un quart de billion de dollars de la richesse canadienne. Ils ont gagné 78 milliards de dollars pendant la pandémie, et il faut qu'ils paient leur juste part. La députée est-elle également d’avis que ces gens devraient payer leur juste part?
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, at the end of the day, if people make more, they pay more. That is very common. We already see that in the grading system of the tax system, but it should still continue to be reviewed.
Madame la Présidente, au bout du compte, les gens qui gagnent plus paient plus. Il n’y a rien d’inhabituel là-dedans. Nous pouvons le constater dans l’échelle graduelle du régime fiscal, mais cette échelle devrait encore être revue.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my colleague is a student of history. He knows that during the Second World War, the last big crisis this country lived through, we put in place an excess profits tax, which led to the unparalleled growth that came after we had vanquished Nazism and fascism.
Today, we see a government that is absolutely refusing to put in place a pandemic profits tax or wealth tax, despite the fact that Canada's billionaires have increased their wealth by over $78 billion during this pandemic. These measures were supported by over 80% of Canadians, including two-thirds of Conservative voters.
Do the Conservatives believe that the Liberals have acted inappropriately by giving a free ride to the ultra-rich?
Madame la Présidente, le député a étudié l'histoire. Il sait que pendant la Seconde Guerre mondiale, la dernière grande crise que le pays a traversée, nous avons instauré un impôt sur les bénéfices excessifs qui a permis une croissance sans précédent après que nous ayons triomphé du nazisme et du fascisme.
Aujourd'hui, le gouvernement refuse absolument de mettre en place un impôt sur les bénéfices générés pendant la pandémie ou un impôt sur la fortune, malgré le fait que les milliardaires canadiens se soient enrichis de plus de 78 milliards de dollars pendant la pandémie. Ces mesures ont reçu l'appui de plus de 80 % des Canadiens, dont les deux tiers des électeurs conservateurs.
Les conservateurs croient-ils que les libéraux ont agi de façon inappropriée en accordant un traitement de faveur aux ultra-riches?
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2021-05-05 16:44 [p.6694]
Madam Speaker, it seems every time I give a speech in the House, the member asks me the same question. I will give him the same answer that I have given in the past.
Coming out of the pandemic, coming out of an economic crisis is the worst time to raise taxes. Now I know that given the fact that the Liberal government has run up huge debts and huge deficits and has no plan to go to balance in the future, it is very clear that it will have to raise taxes in the future. It maybe an inheritance tax, maybe a home equity tax, maybe an increase in the GST or the carbon tax, we do not know.
However, I am pretty certain, under the Prime Minister, eventually there will be significant increases in the tax burden on Canadians, which is the worst thing a government can do. The best thing it can do is put in place the strategies, programs and investments that will position the country for long-term prosperity—
Madame la Présidente, il semble que chaque fois que je prononce un discours dans cette enceinte, le député me pose la même question. Je vais lui servir la même réponse que les fois précédentes.
Quand la pandémie sera terminée, le moment ne pourrait être plus mal choisi pour hausser les impôts. Je sais pertinemment que maintenant que le gouvernement libéral a accumulé des dettes colossales et des déficits énormes et qu'il n'a pas de plan pour retrouver l'équilibre budgétaire, il ne fait aucun doute qu'il devra augmenter les impôts dans un proche avenir. Cela pourrait prendre la forme d'un impôt sur les successions, d'une taxe sur la valeur nette des propriétés, voire même d'une augmentation de la TPS ou de la taxe sur le carbone, nous n'en savons rien pour l'instant.
Or, je suis convaincu que le premier ministre, s'il reste au pouvoir, augmentera considérablement le fardeau fiscal des Canadiens. C'est la pire chose qu'un gouvernement puisse faire. La meilleure chose à faire serait de mettre en place des stratégies, des programmes et des investissements pour assurer la prospérité à long terme de notre pays...
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, unlike BIAs in any other crisis we have had in Canadian history, this budget implementation act basically gives a free ride to the ultrarich. Canada's billionaires have increased their wealth by over $78 billion, yet there is no wealth tax, there is no pandemic profits tax and the luxury tax is purely symbolic, bringing in less than one cent on the dollar of what the PBO has said a wealth tax would provide for.
At the same time, the Liberal government is slashing benefits. Starting in July, the emergency response benefit will be slashed almost in half. Students are still forced to pay for their loans during the pandemic, and people with disabilities get a three-year consultation. Try putting food on the table with a consultation.
My question is very simple: Why is the government slashing benefits at the same time as it is giving a free ride to the ultrarich?
Madame la Présidente, contrairement à ce qui s'est passé dans toutes les autres crises que nous avons connues dans l'histoire du Canada, la présente loi d'exécution du budget donne essentiellement un traitement de faveur aux ultrariches. Les milliardaires canadiens ont accru leur richesse de plus de 78 milliards de dollars, mais il n'y a pas d'impôt sur la richesse, il n'y a pas d'impôt sur les profits réalisés grâce à la pandémie et l'impôt sur le luxe est purement symbolique, rapportant moins d'un cent par dollar de ce qu'un impôt sur la richesse rapporterait, selon le directeur parlementaire du budget.
Parallèlement, le gouvernement libéral coupe des prestations. À compter de juillet, la Prestation canadienne d'urgence sera réduite presque de moitié. Les étudiants sont toujours obligés de rembourser leurs prêts durant la pandémie, et les personnes handicapées obtiennent une consultation de trois ans. Essayez donc de mettre de la nourriture sur la table avec une consultation!
Ma question est très simple : pourquoi le gouvernement sabre-t-il dans les avantages sociaux alors qu'il récompense les ultrariches?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I would like to thank the member for New Westminster—Burnaby for his very great concern for the people he represents. I appreciate that.
I take a very different view about what this budget is putting forward. This budget would extend the emergency support measures for individuals and businesses through to the end of September. It would extend the enhanced EI benefits for a full year and would create a new hiring credit that would run from June to November. These are important support measures, and we are glad to put them in place.
When it comes to students and young people, I agree with the hon. member that we need to support them. That is why there is nearly $6 billion in this budget to support young Canadians.
Finally, when it comes to taxes, let me highlight a very important element of this budget: unprecedented efforts to fight tax evasion, to close loopholes, including action on—
Madame la Présidente, j'aimerais remercier le député de New Westminster-Burnaby de sa très grande préoccupation pour les gens qu'il représente. Je lui en suis reconnaissante.
J'ai un point de vue très différent sur ce que le budget propose. Il prolongerait les mesures de soutien d'urgence aux particuliers et aux entreprises jusqu'à la fin septembre. Il prolongerait les prestations améliorées d'assurance-emploi pour une année complète et créerait un nouveau crédit d'embauche qui s'appliquerait de juin à novembre. Ce sont des mesures de soutien importantes, et nous sommes heureux de les mettre en place.
En ce qui concerne les étudiants et les jeunes, je suis d'accord avec le député pour dire que nous devons les soutenir. C'est pourquoi près de 6 milliards de dollars sont prévus dans le budget pour aider les jeunes Canadiens.
Enfin, en ce qui concerne les impôts, permettez-moi de souligner un élément très important du budget: des mesures sans précédent pour lutter contre l'évasion fiscale, supprimer les échappatoires, notamment des mesures sur —
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I agree with my colleague that the finance committee certainly is going to have its work cut out for it. Tying into the last question on the size of the debt, I am very concerned that, as we have seen in the past, it is going to be small businesses and our vulnerable workers who have to shoulder this burden while very wealthy corporations and very wealthy individuals have been making out like bandits for this entire pandemic.
I know the member has spoken at great length in previous speeches about tax evasion, tax avoidance and the need for a wealth tax. Can he tell the House about maybe his disappointment that the budget did not really address those key areas? Going forward, the government needs to make sure those at the very top are in fact paying their fair share and that the burden is not unfairly falling on everyone else, as we have seen in the past.
Madame la Présidente, je conviens avec avec mon collègue que le comité des finances aura certainement du pain sur la planche. Pour faire suite à la dernière question sur l'ampleur de la dette, je suis très préoccupé par le fait que, comme nous l'avons déjà vu par le passé, ce sont les petites entreprises et les travailleurs vulnérables qui devront porter ce fardeau, alors que des sociétés et des particuliers très riches se sont enrichis comme des brigands durant la pandémie.
Je sais que le député a longuement parlé, dans des interventions antérieures, de l'évasion fiscale, de l'évitement fiscal et de la nécessité d'un impôt sur la fortune. Peut-il dire à la Chambre qu'il est déçu, peut-être, que le budget n'ait pas vraiment abordé ces enjeux clés? À l'avenir, le gouvernement doit s'assurer que ceux qui sont au sommet paient leur juste part et que le fardeau ne retombe pas injustement sur les épaules de tous les autres, comme on l'a vu par le passé.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-05-05 17:44 [p.6703]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague, and I sincerely salute all the work he does in the House for the well-being of ordinary Canadians.
Can Canada still afford to allow the wealthiest, multinationals and Bay Street banks to shelter their money to avoid paying income tax? Given the colossal amount the pandemic cost, can we still allow them that privilege? In my opinion, we cannot.
Everyone should contribute according to their means. I am thinking about the big Bay Street banks that earned more than $40 billion in 2020, that took advantage of the pandemic and that are protected by regulation. They should no longer be able to use tax havens to avoid paying income tax. The budget presented by the minister does some things, but does not go far enough. We will continue to put pressure on the government.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue et je salue sincèrement tout le travail qu'il fait à la Chambre pour le bien-être des gens ordinaires.
Est-ce que le Canada a encore les moyens de permettre aux plus fortunés, aux multinationales et aux banques de Bay Street de détourner artificiellement leur argent pour ne pas payer d'impôt? Étant donné la somme colossale que nous a coûtée la pandémie, peut-on leur laisser ce privilège? À mon avis, la réponse est non.
Il faut que chacun contribue selon ses moyens. Je pense par exemple aux grandes banques de Bay Street qui ont fait plus de 40 milliards de dollars en 2020, qui ont profité de la pandémie et qui sont dans un cadre réglementé et protégé. Il ne faut plus qu'elles aient le droit de détourner leurs profits artificiellement dans les paradis fiscaux pour ne pas payer leur impôt. Le budget présenté par la ministre fait certaines choses, mais cela ne va évidemment pas assez loin. Nous allons continuer à mettre de la pression.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my colleague, whom I much admire and whom I work with on the Standing Committee on Finance, mentioned the whole issue of tax havens, the lack of a tax on wealth that other countries have put in place and the fact that there is no tax on pandemic-related profits, even though billionaires saw their wealth grow by $78 billion during the pandemic.
Meanwhile, we are seeing contradictions. The government made cuts to emergency programs. Students are being forced to pay back their loans during the pandemic, and of course there is nothing in the budget for people with disabilities, who will have to wait three years for bogus consultations.
I would like to ask my colleague whether he sees a contradiction in this situation, where the ultra-rich are not paying anything and ordinary Canadians are being forced to bear the entire burden of this pandemic.
Madame la Présidente, mon collègue que j'apprécie beaucoup et avec lequel je travaille au Comité permanent des finances a bien mentionné toute la question des paradis fiscaux, l'absence de taxe sur la richesse que d'autres pays ont mise en place et le fait qu'on n'a pas de taxe sur les profits liés à la pandémie, et ce, même si des milliardaires se sont enrichis à hauteur de 78 milliards de dollars pendant la pandémie.
En même temps, on voit des contradictions. On a coupé dans les programmes d'urgence. Des étudiantes et des étudiants sont obligés de payer leur prêt pendant la pandémie. Bien sûr, les personnes handicapées n'ont rien reçu dans le budget et elles sont plutôt obligées d'attendre trois ans pour obtenir une consultation bidon.
J'aimerais demander à mon collègue s'il voit une contradiction entre les ultra-riches qui ne paient rien et les Canadiennes et les Canadiens qui sont obligés de porter tout le fardeau de cette pandémie.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2021-05-05 17:47 [p.6703]
Madam Speaker, the admiration is mutual. I appreciate how productively we work together at the Standing Committee on Finance.
He raised some super-important issues. As I was saying to a colleague who spoke earlier, this inequity has been around for decades. It is actually getting worse. The gap between rich and poor is widening.
My question is, given the economic and social costs of the pandemic, can society still afford to hand out gifts to the very rich?
I think the answer is clear. The answer is no, and this has to change now.
Madame la Présidente, je salue aussi mon collègue. C'est un plaisir de travailler de façon productive avec lui au Comité permanent des finances.
Il soulève ici des questions hyper importantes. Comme je le disais à un collègue précédent, cela fait des décennies que dure cette iniquité. Cela va même en augmentant. On assiste à un accroissement des écarts de richesse.
Ce que je pose comme question c'est, étant donné le coût de la pandémie, sur le plan économique et social, est-ce que la société a encore les moyens de donner ces cadeaux aux plus fortunés?
À mon avis, la réponse est claire: c'est non, et il faut que cela change maintenant.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to mention that I am speaking today from the traditional unceded territory of the Qayqayt First Nation and of the Coast Salish peoples.
I would like to underscore today, sadly. As members know, every day in Parliament I wear the Moose Hide square to commemorate the stolen sisters, missing and murdered indigenous women and girls, and two-spirit people. Today is Red Dress Day, when we commemorate their lives and we recommit to fight for accountability, dignity and justice and to say that there will be, one day, no more stolen sisters.
I have only a few minutes to start the debate today, but I would like to set the table talking about a tale of two countries during this pandemic.
During this pandemic, we have seen one country, a country of very ultrawealthy Canadians, billionaires who have seen their wealth increase by $78 billion during this pandemic, an astounding amount. At the same time, we have seen unprecedented supports showered on the banking sector to maintain bank profits, $750 billion in liquidity supports, which has led to, so far in the pandemic and we will have the latest figures in the next few weeks, over $40 billion in profits.
This flies in the face of every other crisis we have come through, where there has been a sense that we are all in this together and that the ultrarich have to pay their fair share. Notably, in the Second World War, an excess profits tax ensured that we had the wherewithal to fight Nazism and fascism and to rebuild, most vigorously, our economy, putting in place record investments in health care, education, housing and transportation in the postwar period. Sadly, that is not the case through this pandemic with the current government, which has allowed the ultrarich to benefit, to profit and to profiteer in an unprecedented way and refuses even to ask them to pay their fair share of taxes.
There is another country in this tale of two countries, and that is regular Canadians who have been struggling through this pandemic. We have seen Canadians losing their jobs. We have seen Canadians who have invested in their family-owned community businesses for years having to take that sad step of closing the door and turning the key for the very last time. We have seen students struggling to pay for their student loan during the course of this pandemic, as if paying back a Canada student loan should be their priority, rather than putting food on the table or keeping a roof over their heads. We have seen people with disabilities who have struggled and, through this entire pandemic, in about a third of cases with people with disabilities, they have received a $600 one-time stipend.
I contrast that with the land of the billionaires and the banks, with $750 billion in liquidity supports, $78 billion in increased wealth and $42 billion in profits. Throughout this pandemic, we have seen our inequalities exacerbated. We have seen more and more that difference between the ultrawealthy and all the privilege they get from the government, and the struggles that regular Canadian families are having to go through.
I must shout out to our frontline workers, the health care workers and the emergency responders, all of whom have been struggling with all of the financial challenges of this pandemic, often with no supports at all, and at the same time are showing, with great courage, their ability to continue to fight and contribute, fight for people's lives and support Canadians in the health care system, as first responders or as frontline workers. This is the contrast—
Madame la Présidente, je tiens à mentionner que je parle aujourd'hui à partir du territoire traditionnel non cédé de la Première Nation des Qayqayt et des peuples salish de la côte.
Je tiens à commémorer quelque chose aujourd'hui, malheureusement. Comme les députés le savent, tous les jours, je porte, au Parlement, le carré symbole du mouvement Moose Hide pour commémorer la vie qu'on a volée à nos soeurs, les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, ainsi qu'aux personnes bispirituelles. Aujourd'hui, c'est la Journée de la robe rouge, l'occasion de commémorer leur vie et de nous engager une nouvelle fois à lutter pour la responsabilisation, la dignité et la justice, en promettant qu'un jour, il n'y aura plus de sœurs à qui on aura volé la vie.
Je ne dispose que de quelques minutes pour lancer le débat aujourd'hui, mais j'aimerais commencer par parler de l'histoire de deux pays, pendant cette pandémie.
Nous avons bien vu, pendant cette pandémie qu'il y a deux pays: le premier, c'est celui de Canadiens ultra riches, des milliardaires, dont la richesse a augmenté de 78 milliards de dollars pendant cette période. C'est ahurissant. C'est celui de banques qui ont reçu 750 milliards de dollars de liquidités pour pouvoir continuer à faire des profits. C'est sans précédent. On aura les tout derniers chiffres dans les prochaines semaines, mais ces profits seraient supérieurs à 40 milliards de dollars.
Cela ne ressemble à aucune des autres crises que nous avons traversées, où nous avions l’impression d’être tous dans le même bateau et que les ultra-riches devaient payer leur juste part. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, un impôt sur les bénéfices excédentaires nous a notamment donné les moyens de lutter contre le nazisme et le fascisme et de rebâtir, de façon plus vigoureuse, notre économie en faisant des investissements records dans les soins de santé, l’éducation, le logement et le transport pendant l’après-guerre. Malheureusement, ce n’est pas le cas de cette pandémie avec le gouvernement actuel, qui a permis aux ultra-riches d’en profiter, de réaliser des profits sans précédent et qui refuse même de leur demander de payer leur juste part d’impôt.
Il y a un autre pays dans cette fable de deux pays, et c’est celui des Canadiens ordinaires qui ont lutté contre cette pandémie. Des Canadiens ont perdu leur emploi. Des Canadiens qui avaient investi dans des entreprises familiales pendant des années ont dû décider à contrecœur de mettre la clé dans la porte pour la dernière fois. Des étudiants ont eu du mal à rembourser leur prêt d’études au cours de cette pandémie, comme si le remboursement d’un prêt d’études canadien devrait être la priorité des Canadiens, plutôt que de nourrir ou loger leur famille. Des personnes handicapées ont été aux prises avec toutes sortes de difficultés et, pendant toute cette pandémie, environ le tiers des personnes handicapées ont reçu une maigre allocation de 600 $.
Comparons tout cela au pays des milliardaires et des banques, qui ont reçu 750 milliards de dollars de soutien des liquidités, 78 milliards de dollars de plus dans leurs coffres et 42 milliards de dollars de bénéfices. Tout au long de cette pandémie, nous avons vu les inégalités s’aggraver. La différence est de plus en plus palpable entre les ultra-riches et tous les privilèges que leur accorde le gouvernement, et les difficultés que vivent les familles canadiennes moyennes.
Je tiens à saluer nos travailleurs de première ligne, les travailleurs de la santé et les intervenants des services d’urgence, qui ont tous été aux prises avec toutes les difficultés financières liées à cette pandémie, souvent sans aucun soutien, et qui montrent en même temps, avec beaucoup de courage, leur capacité de continuer à se battre et à contribuer, à lutter pour la vie des gens et à soutenir les Canadiens dans le système de santé, comme premiers intervenants ou travailleurs de première ligne. C’est le contraste…
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, today I am speaking from the traditional unceded territory of the Qayqayt first nation and the Salish peoples.
I want to start by sharing with all members of Parliament and all Canadians our deep appreciation for the frontline workers, for the first responders and for health care workers, who have been carrying us with such courage and bravery through this pandemic. We know how costly this pandemic has been. The third wave has now hit. We have lost over 24,000 Canadians over the course of the last year and a bit.
It is with an appreciation for the courage of those frontline workers, those first responders, those health care workers that I speak today about what has been a traditional right of passage in Parliament. I have been on the finance committee for a number of years, so I have been through a number of different versions of this, where the finance committee goes out and does pre-budget consultations across the country.
This year, due to the pandemic, these consultations were conducted largely by email and on Zoom. In previous years, we have seen, regardless of whether the administration was Conservative or Liberal, members of the House of Commons finance committee going out across the length and breadth of our country and having hearings on what the shape and form of the budget should be.
The budget, after all, is really the seminal document for the course of the year. The budget document is the most important document, and the budget implementation act is the most important legislation that we see over the course of the year.
Every year we see Canadians, organizations and communities step up to offer a very compelling vision of the future of this country. We have seen municipalities across the length and breadth of this country, and I would like to speak both to the City of Burnaby and the City of New Westminster, which spoke over the course of the last year to the finance committee.
We see as well organizations, seniors, groups of students, workers and labour organizations all stepping forward and putting an enormous amount of time into making sure that the submissions they provide and the statements they make to the finance committee fully communicate the importance of a shift in our budget orientations and essentially a shift in our values. People with disabilities step forward as well to talk about their vision of the country.
This has been happening for years. We have Canadians stepping forward in good faith, providing remarkably detailed suggestions and a vision for the future of our country. Every year, whether it is a Conservative administration or a Liberal government, we see the finance committee take all those great suggestions and documents and leave 90% of them on the cutting room floor.
We see in the budget even less reflection of the importance of what we need to do as a country moving forward. Often we will hear Liberals and Conservatives say that we do not have the money for this, and ask how we can get the money for these compelling issues that people are bringing forward, compelling solutions that would make a difference in Canadians' lives.
Permit me for a moment a detour around the issue of how we pay for this compelling vision that the vast majority of Canadians share. I have been in Parliament since the Conservatives and the outset of the financial crisis in 2008-09. They did not think of small businesses, did not think of people, workers or families. Their first thought was to the big bankers and bank profits, so they waded in with an unprecedented, at that time, $116 billion in liquidity supports for Canada's big banks. The first priority of the Harper Conservatives was making sure that the banking sector maintained high levels of profit, so $116 billion was put forward for the banking sector.
We now fast-forward to this pandemic, a crisis that we have not seen certainly since the Second World War, arguably a crisis, a pandemic of this nature that we have not seen in a century. The first thought of the Liberal government was not families, small businesses or communities. The first thought was maintaining banking profits. Therefore, the first and most important decision financially that the federal government took under the Liberals was, this time, $750 billion in liquidity supports. That is three-quarters of a trillion dollars showered on Canada's big banks to make sure that their profits were maintained.
There is no doubt that when we raise those figures with Canadians, they find it astounding that the same members of the parties that are constantly asking “How do we pay for this?” are willing to turn on a shower of money without precedents, both in the previous financial crisis and now during this pandemic.
The words “How do we pay for these things?” ring hollow when we compare the amount of money that both Liberals and Conservatives have been prepared to put forward to make sure that the banking industry is going well, but we will talk about some of the other items they have showered money on in a moment.
The point is that we have Canadians of good will coming forward each year and putting forward a compelling vision of this country that ends up on the cutting room floor because Liberals and Conservatives prefer to go to Bay Street and make sure that Bay Street's vision of the country is maintained, rather than the Main Street vision that so many Canadians share.
This is not just about liquidity supports for the banking system. This is also about the $25 billion that flows to tax havens every year. Over 10 years, that is a quarter of a trillion dollars, $250 billion, that the Conservatives and Liberals have injected into the system to help this country's ultra-rich. That is the difference between what the vast majority of Canadians see and what they get, whether it is the Conservatives or the Liberals in power.
What is the compelling vision that Canadians brought forward? We saw this from witness after witness in the hundreds of briefs that we received from across this country: Canadians want to see the ultrarich actually pay their fair share. The $25 billion per year that goes to overseas tax havens is tax dollars, as the Parliamentary Budget Officer has indicated so carefully. That is a quarter of a trillion dollars over the course of the last decade. If we couple that with $750 billion for the banking sector, we see that a trillion dollars has been granted in a heartbeat to the ultrarich.
What Canadians want to see is an end to those practices, an end to Canada being perceived as and very clearly indicating that it is a home for those who want to take their money overseas and not ever pay a cent of taxes.
Canadians want to see a wealth tax. They believe that as we have gone through this pandemic, the ultrarich should actually pay their fair share of taxes. The Parliamentary Budget Officer and the Canadian Centre for Policy Alternatives have indicated that this is a $10-billion-a-year investment that Canadians could receive for things like resolving the homelessness crisis, ensuring that we have in place public universal pharmacare, ensuring that we actually adequately fund our health care system. We are looking to put in place a national child care. It has been promised for 30 years and is still being promised by the Liberals, but as yet they have not made any concrete steps.
These things are all indicative of a broader vision that Canadians have, a vision of building a country where nobody is left behind. As we know, last week the Parliamentary Budget Officer also indicated that a pandemic profits tax would bring another $8 billion. That is enough to resolve the homelessness crisis in our country and ensure that everyone has the right to housing and a roof over their head at night.
Previous governments had a better vision and were more in tune with where Canadians are. In the Second World War, we had an excess profits tax. We ensured that everybody was in it together.
Those taxes, the wealth tax and profits tax, served to fuel our fight against fascism and Nazism and to win it, and to ensure that when women and men in the service came back home after the Second World War, we could make unparalleled investments in housing, transportation, health care and education.
That is not the vision the Liberals and Conservatives put forward today. In the pre-budget consultations, we see a scant reference to tax justice, except in the NDP dissenting report. We see a scant understanding of the vision that so many organizations and Canadians provided to the finance committee as a road map to follow, not something to be rejected because Bay Street wanted to have a free ride.
What are the other compelling components that were part of this vision Canadians brought forward?
Here is what Canadians wanted or would have liked to see in the budget that was just tabled: every person's right to affordable housing, pharmacare and a social safety net that is not full of holes. Every one of those elements is extremely important, and that is the vision Canadians share.
Over the course of the last year, we have seen the cuts in real terms. I fault the Conservatives and Liberals equally on this. They have, over time, simply not provided the needed funding for health care. As a result of that, we see our health care system struggling under the weight of this pandemic. That is a vision Canadians put forward to the finance committee, to ensure we had adequate funding for health care, to ensure that these cuts, which have been gradual but nonetheless very present, would get reversed.
Canadians had a compelling vision also that they shared with the finance committee of applying home care. We know that in providing supports for home care we save enormously in the health care system. It is much better to have seniors provided with the support in their homes rather than in a hospital bed at a much greater cost and a much lower quality of life in one of the nation's health care centres.
Ensuring home care, public universal pharmacare and dental care are put into place are all part of a vision that Canadians share. When Tommy Douglas brought forward and forced a former government back in the 1960s to put in place universal health care, his dream, and the dream of Canadians, always was to expand and ensure we had, as the member for Burnaby South, the national leader of the NDP, said so compellingly, “from the top of our head to the soles of our feet” health care that would cover everything. That was the vision Tommy Douglas brought forward, repeated now and amplified by the member for Burnaby South. It is a vision the vast majority of Canadians share.
A few years ago Canadians from all walks of life, all backgrounds and creeds were asked who their most famous Canadian in history was, their favourite Canadian, the one who best typified Canadian values. They overwhelmingly chose Tommy Douglas. They share this vision of ensuring that we have a full public and universal health care system that includes all the other elements, pharmacare, dental care and home care as well.
At a time now, when 10 million Canadians have difficulty paying for their medication and have no access to a drug plan during a pandemic, any weakness in health care, like not being able to fully pay for one's medication, can lead to inestimable tragedy. This means those people are more vulnerable. At all those times, it strikes again. I think the number of Canadians who massively support public universal pharmacare is at a rate of more than 80%.
For the Liberals and Conservatives to have said no, to have voted down the Canada pharmacare act at the end of February is something that strikes at how hypocritical it is when Liberal and Conservative MPs say that they will listen to this vision of tomorrow, but will reject it and not provide any supports for it. However, for bankers and billionaires who want to take their money overseas, they will ensure everything is in their favour so they can accomplish that.
When we look at the overall situation in our country, we know that Canadians are struggling to make ends meet, that more than 50% of Canadians are $200 away from insolvency on any given month. We know that people with disabilities struggle. Half of those people have to go to food banks and half of them are homeless. A growing number of homeless across the length and breadth of our country are people with disabilities, yet the Liberal government showed alacrity in providing $750 billion in liquidity supports for banks within four days of the pandemic hitting.
We should contrast that with the fight that the NDP had to undertake for months to get a one-time $600 payment to people with disabilities. Even in that case, the Liberals refused to provide it to everybody with a disability. Let us contrast that $750 billion for Canada's big banks and that $600 for about a third of Canadians with disabilities, who are struggling with the pandemic as they have had to struggle in their everyday lives. Again, the statistic is something that needs to be absorbed by all of us. Half of those who go to food banks to make ends meet are Canadians with disabilities. Half of them are homeless.
The tens of thousands of Canadians who are homeless across the length and breadth of our land are people with disabilities, yet the finance committee report does not reflect the urgent nature of putting in place something like a guaranteed livable basic income or provide income supports for people with disabilities. There is no reflection of that. We have, instead, and the budget confirmed a study that would take a number of years and would lead to nothing.
In the case of an urgent need for people with disabilities, not only did the finance committee majority not step up but the Liberal government, in its budget, did not step up at all. We are seeing an increasing inequality that is profoundly disturbing.
Currently 1% of Canadians hold more than a quarter of all the wealth in Canada. It is clear that 40% of Canadians are sharing almost nothing because of the alarming growth in the rate of inequality. For their part, Canadian billionaires saw their wealth grow to $78 billion during the pandemic. This creates an enormous gap between the needs of Canadians and what the governments, whether Conservative or Liberal, provide to the public.
What should the finance committee pre-budget consultation really have included? It should have accurately reflected the views of Canadian organizations from coast to coast to coast. It should have set out that compelling vision of ensuring that we would build a country where every single Canadian would matter, where nobody would be left behind. It should have put in place public, universal pharmacare, not promise it for 30 years, and universal child care. It should have ensured there was a right to housing for all Canadians. It should have put in place a guaranteed livable basic income. It should have ensured the needs of Canadians, regardless of their backgrounds, regardless of the region they live in, would be met. That would have been a finance committee report that we could all stand behind and that would have reflected where Canadians want Canada to go.
Madame la Présidente, je tiens à mentionner que je parle aujourd'hui à partir du territoire traditionnel non cédé de la Première Nation Qayqayt et des peuples salish.
Je veux tout d'abord dire à tous les députés et à tous les Canadiens la reconnaissance profonde que nous éprouvons envers les travailleurs de première ligne, les premiers intervenants et les travailleurs de la santé, qui nous viennent en aide avec tant de courage et de bravoure durant la pandémie. Nous savons à quel point la pandémie nous a coûté cher. La troisième vague bat son plein. Nous avons perdu plus de 24 000 Canadiens au cours de la dernière année, ou à peu près.
C'est avec une reconnaissance pour le courage de ces travailleurs de première ligne, de ces premiers intervenants, et de ces travailleurs de la santé, que je veux parler aujourd'hui d'un rite de passage du Parlement. Je fais partie du comité des finances depuis un certain nombre d'années. J'ai donc été témoin de multiples versions de ce rite, lors duquel le comité des finances entreprend des consultations prébudgétaires pancanadiennes.
Cette année, en raison de la pandémie, ces consultations ont été menées principalement par courriel et par Zoom. Auparavant et peu importe que le gouvernement soit conservateur ou libéral, les membres du comité des finances arpentaient notre vaste pays pour écouter les citoyens exprimer leurs souhaits à l'égard du budget.
Après tout, le budget est la pierre angulaire pour déterminer la voie à suivre pour toute l'année. Le budget est le document le plus important et la loi d'exécution du budget est la plus cruciale de toute l'année.
Chaque année, nous rencontrons des citoyens, des organisations et des communautés qui nous font connaître leur vision très intéressante de l'avenir de notre pays. Nous avons entendu des représentants des municipalités de toutes les régions du pays, et je veux souligner plus particulièrement la participation des représentants de Burnaby et de New Westminster qui se sont adressés au comité des finances au cours de la dernière année.
Il y a aussi des organismes, des aînés, des groupes d'étudiants, des organisations de travailleurs et des syndicats qui prennent les devants et consacrent un temps considérable pour avoir la certitude que leurs présentations et leurs déclarations au comité des finances démontrent toute l'importance des répercussions que peut avoir un changement dans nos orientations budgétaires et, au fond, dans nos valeurs. Les personnes handicapées font aussi connaître leur point de vue sur le pays dans lequel elles souhaitent vivre.
Cela se fait depuis des années. Des Canadiens viennent vers nous en toute bonne foi, font des suggestions extrêmement bien articulées et parlent du Canada de l'avenir. Chaque année, que ce soit sous un gouvernement conservateur ou libéral, nous voyons le comité des finances examiner toutes ces suggestions et tous ces documents de qualité pour ensuite en ignorer 90 % du contenu.
Nous voyons que le budget accorde encore moins d'importance à ce qu'il faut faire pour faire avancer le pays. Les libéraux et les conservateurs disent souvent qu'il n'y a pas assez d'argent, et ils se demandent comment nous pouvons financer des solutions pour répondre aux besoins pressants de la population et faire une différence dans la vie des Canadiens.
Je me permets de parler brièvement d'autre chose que de la façon de financer ce projet que la vaste majorité des Canadiens ont en commun. Je suis au Parlement depuis le début de la crise financière de 2008-2009. À l'époque, le gouvernement conservateur ne pensait pas aux petites entreprises, à la population, aux travailleurs ou aux familles. Il se souciait d'abord des grandes banques et de leurs profits. Il a donc offert une aide, alors sans précédent, de 116 milliards de dollars en liquidités pour aider les grandes banques canadiennes. La plus grande priorité du gouvernement conservateur de Stephen Harper était de s'assurer que le secteur bancaire continue de réaliser d'énormes profits. Il lui a donc offert une aide de 116 milliards de dollars.
Revenons maintenant à la pandémie, crise inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, sans doute une crise, ou du moins une pandémie qui ne s'était pas vue depuis un siècle. La première pensée du gouvernement libéral n'a pas été à l'égard des familles, des petites entreprises ou des communautés. Elle a été pour les profits des banques. Ainsi, la plus importante décision financière qu'ait prise le gouvernement libéral s'est traduite par des mesures d'aide équivalant à des liquidités de 750 milliards de dollars. C'est trois quarts de billion de dollars saupoudrés sur les grandes banques canadiennes, afin de garantir leurs profits.
Nul doute qu'en entendant ces chiffres, les Canadiens trouvent ahurissant que les députés mêmes qui demandent constamment « comment allons-nous faire pour payer ceci ou cela? » trouvent tout d'un coup des montagnes d'argent, que ce soit lors de la crise financière précédente ou aujourd'hui à l'occasion de la pandémie.
La question « comment allons-nous faire pour payer ceci cela? » sonne creux quand on songe à tout l'argent que les libéraux et les conservateurs ont accepté de dépenser pour assurer le bien-être du secteur bancaire, et je parlerai dans un instant d'autres bénéficiaires de ces largesses.
Des Canadiens de bonne foi nous défendent chaque année une vision inspirante de notre pays, mais elle finit par être taillée en pièces parce que les libéraux et les conservateurs préfèrent se tourner vers Bay Street. Ils veillent à ce que la vision de Bay Street soit maintenue au lieu d'opter pour celle que de nombreux Canadiens partagent.
Il ne s'agit pas seulement des appuis aux liquidités dans le système bancaire, il y a aussi les 25 milliards de dollars qui vont chaque année dans les paradis fiscaux. En 10 ans, on parle d'un quart de billion ou de 250 milliards de dollars que les conservateurs et les libéraux ont injectés pour aider les ultras riches de notre pays. C'est cela, la différence entre ce que la très grande majorité des Canadiens et des Canadiennes voient et ce qu'ils reçoivent, que ce soit sous les conservateurs ou les libéraux.
Quelle vision inspirante les Canadiens défendent-ils? Elle se dessine dans les centaines de mémoires que nous avons reçus de partout au pays: les Canadiens veulent que les ultrariches paient leur juste part. Les 25 milliards de dollars qui vont chaque année dans les paradis fiscaux à l'étranger sont des deniers publics, comme le directeur parlementaire du budget l'a si soigneusement indiqué. Cela fait un quart de billion de dollars au cours des 10 dernières années. Si nous ajoutons les 750 milliards de dollars qui ont été versés au secteur bancaire, nous constatons qu'un billion de dollars ont été donnés en cadeau aux ultrariches sans la moindre hésitation.
Les Canadiens veulent que ces pratiques prennent fin. Ils veulent que le Canada cesse de s'afficher et d'être perçu comme un pays indulgent envers ceux qui veulent envoyer leur argent à l'étranger et ne pas payer un sou d'impôt.
Les Canadiens veulent un impôt sur la fortune. Ils croient que, pour nous aider à traverser la pandémie, les ultrariches devraient payer leur juste part d'impôt. Le directeur parlementaire du budget et le Centre canadien de politiques alternatives ont indiqué qu'une somme de 10 milliards de dollars par année nous permettrait de régler la crise de l'itinérance, de mettre en place un régime public et universel d'assurance-médicaments et d'assurer un financement adéquat de notre système de santé. Nous cherchons également à mettre en place un programme national de garderies. Cela fait 30 ans qu'on en promet un, et c'est une promesse que font aussi les libéraux, mais ils n'ont pas encore pris de mesure concrète à cet égard.
Tout cela révèle la vision globale qu'ont les Canadiens, la vision d'un pays où personne n'est laissé pour compte. Comme nous le savons, la semaine dernière, le directeur parlementaire du budget a aussi indiqué que l'imposition d'une taxe sur les profits récoltés pendant la pandémie générerait 8 milliards de dollars supplémentaires, ce qui serait suffisant pour résoudre la crise de l'itinérance au Canada et pour veiller à ce que tout le monde ait droit à un logement et un endroit où dormir la nuit.
Les gouvernements antérieurs avaient une meilleure vision et étaient plus à l'écoute des Canadiens. Durant la Seconde Guerre mondiale, un impôt sur les profits excessifs a été levé pour que tout le monde soit solidaire.
Les impôts sur la fortune et sur les profits nous ont permis de lutter contre le fascisme et le nazisme, de gagner la guerre et de faire en sorte que, lorsque les femmes et les hommes qui servaient dans l'armée sont rentrés chez eux, après la Seconde Guerre mondiale, nous puissions consacrer des sommes sans précédent au logement, aux transports, aux services de santé et à l'éducation.
Ce n'est pas la vision que les libéraux et les conservateurs proposent aujourd'hui. Dans les consultations prébudgétaires, il est fait peu référence à la justice fiscale, sauf dans le rapport dissident du NPD. Cette vision a peu à voir avec celle dont de nombreux Canadiens, particuliers et organisations, ont parlé au comité des finances, une sorte de feuille de route à suivre et non une idée à rejeter parce que Bay Street veut avoir le champ libre.
Quels sont les autres éléments convaincants qui font partie de cette vision que des Canadiens ont proposée?
Quand on regarde ce que les Canadiens et les Canadiennes veulent ou auraient aimé voir dans le budget qui vient d'être déposé, on trouve le droit de chacun à un logement abordable, l'existence d'un régime universel d'assurance-médicaments et la présence d'un filet social qui ne soit pas plein de trous. Tous ces éléments-là sont extrêmement importants et c'est la vision que les Canadiennes et les Canadiens partagent.
Au cours de la dernière année, nous avons vu les effets bien tangibles des compressions. Je blâme autant les conservateurs que les libéraux, à ce sujet. Au fil du temps, ils n'ont tout simplement pas débloqué les fonds nécessaires pour les services de santé. En conséquence, notre système de santé a vacillé sous les coups de boutoir de la pandémie. C'est la vision que les Canadiens ont présentée au comité des finances, afin que les soins de santé soient adéquatement financés pour renverser l'effet de ces compressions, graduelles, mais bien réelles, imposées par les conservateurs et les libéraux.
Des Canadiens ont également présenté une vision convaincante au comité des finances quant à la prestation de soins à domicile. Nous savons que soutenir les soins à domicile peut mener à d'énormes économies dans le système de santé. Il est préférable d'offrir le soutien dont un aîné a besoin chez lui plutôt qu'à l'hôpital, dans un centre de soins, où les coûts explosent et la qualité de vie de la personne est bien inférieure.
Assurer la mise en œuvre des soins à domicile et de régimes publics et universels d'assurance-médicaments et d'assurance dentaire fait partie d'une vision commune aux Canadiens. Lorsque, dans les années 1960, Tommy Douglas a présenté l'idée d'un régime d'assurance-maladie universel et a forcé le gouvernement de l'époque à le mettre en place, son rêve, et celui des Canadiens, était d'étendre la couverture du régime d'assurance-maladie et de faire en sorte que les Canadiens soient assurés de la tête aux pieds, comme l'a souligné avec éloquence le chef national du NPD, le député de Burnaby-Sud. C'était la vision présentée par Tommy Douglas, la même qui est répétée et amplifiée aujourd'hui par le député de Burnaby-Sud. C'est une vision partagée par la majorité des Canadiens.
Il y a quelques années, on a demandé à des Canadiens de tous les horizons qui était le Canadien le plus célèbre de l'histoire, qui était leur Canadien préféré, celui qui représentait le mieux les valeurs canadiennes. La très grande majorité des gens interrogés ont choisi Tommy Douglas. Ils croyaient, eux aussi, qu'il fallait s'assurer que le régime d'assurance-maladie du pays soit entièrement public et universel et qu'il couvre aussi tous les autres volets, notamment les médicaments, les soins dentaires et les soins à domicile.
En pleine pandémie, alors que 10 millions de Canadiens ont du mal à payer leurs médicaments et n'ont pas accès à un régime d'assurance-médicaments, toute faiblesse en matière de soins de santé, telle que l'incapacité de payer ses médicaments, peut mener à une tragédie incalculable. Cela signifie que ces personnes sont plus vulnérables. Ces tragédies surviennent encore et encore. Je crois que plus de 80 % des Canadiens sont favorables à la création d'un régime public et universel d'assurance-médicaments.
Les libéraux et les conservateurs ont dit non. Ils ont voté contre la loi canadienne sur l'assurance-médicaments à la fin février. Cela montre à quel point ils sont hypocrites. Les députés libéraux et conservateurs disent qu'ils vont adopter cette vision d'avenir, mais ne l'appuient pas. Ils la rejettent. Par contre, ils font tout pour faciliter les choses aux banquiers et aux milliardaires qui souhaitent emporter leur argent à l'étranger.
Examinons la situation globale au pays. Nous savons que les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts, que plus de la moitié d'entre eux sont à 200 $ de l'insolvabilité mois après mois. Nous savons que les personnes handicapées éprouvent des difficultés. La moitié d'entre elles doivent recourir aux banques alimentaires. Une personne handicapée sur deux est sans abri. Un nombre croissant d'itinérants au pays sont des personnes handicapées. Pourtant, à peine quatre jours après le début de la pandémie, le gouvernement libéral s'est empressé de verser 750 milliards de dollars de liquidités aux banques.
Il faut comparer cette situation à la lutte que le NPD a dû mener pendant des mois pour obtenir un paiement unique de 600 $ pour les personnes handicapées. Même dans ce cas, les libéraux ont refusé de l'accorder à toutes les personnes handicapées. Comparons les 750 milliards de dollars pour les grandes banques canadiennes et les 600 $ pour environ un tiers des Canadiens handicapés qui luttent contre la pandémie comme ils doivent le faire dans leur vie quotidienne. Il faut que chacun d'entre nous assimile cette statistique. La moitié des personnes qui se rendent dans les banques alimentaires pour joindre les deux bouts sont des Canadiens handicapés. La moitié d'entre eux sont des sans-abri.
Les dizaines de milliers de Canadiens sans-abri au Canada sont des personnes handicapées. Pourtant, le rapport du comité des finances ne communique pas l'urgence de mettre en place des mesures comme un revenu de base garanti ou un soutien du revenu pour les personnes handicapées. Il n'en fait aucune mention. Au lieu de cela, comme le budget le confirme, nous ferons une étude qui prendra des années et qui ne mènera à rien.
En ce qui concerne un besoin urgent pour les personnes handicapées, non seulement la majorité des membres du comité des finances n'est pas intervenue, mais le gouvernement libéral n'a prévu aucune mesure dans son budget. Nous assistons à une inégalité croissante qui est profondément troublante.
À l'heure actuelle, 1 % des Canadiens détient plus du quart de toute la richesse canadienne. On voit que 40 % des Canadiens ne partagent presque rien à cause de la croissance inquiétante du taux d'inégalité. Pour leur part, les milliardaires du Canada ont augmenté leur richesse pendant la pandémie, atteignant un niveau de 78 milliards de dollars. Cela crée un écart massif entre les besoins des Canadiennes et des Canadiens et ce que les gouvernements, qu'ils soient conservateurs ou libéraux, offrent à la population.
Qu'est-ce qui aurait dû être pris en considération dans le cadre des consultations prébudgétaires du comité des finances? On aurait dû tenir compte des opinions des organisations canadiennes de l'ensemble du pays. Le rapport aurait dû présenter la vision inspirante qui consiste à bâtir un pays où chaque Canadien compte, où personne n'est laissé pour compte. Il aurait dû prévoir la mise en place d'un régime public et universel d'assurance-médicaments, plutôt que de briser une promesse vieille de 30 ans, et d'un système universel de garde d'enfants. Il aurait dû garantir le droit au logement pour tous les Canadiens. Il aurait dû parler de la mise en place d'un revenu de base garanti. Il aurait dû veiller à ce que les besoins des Canadiens, quelles que soient leurs origines et leur région de résidence, soient satisfaits. Voilà un rapport du comité des finances que nous aurions tous pu appuyer et qui aurait reflété ce que la population canadienne souhaite pour le pays.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I hope you did not pay too much attention to the last two speeches we just heard, because they were rather hypocritical.
These people say one thing and do the opposite. They are grasping at straws, looking for excuses. When they find things that do not suit their narrative, they say it is too complicated, it would be hard to do, or we have to wait for the OECD. These people have incredible resources, but they look for excuses to get out of doing anything.
We see that from both the Conservatives and the Liberals. As far as tax evasion and the use of tax havens are concerned, the system was built under Conservative and Liberal governments with the support of Canada's big banks and major accounting firms, which have spent years having fun helping Canadian millionaires, billionaires and corporations profit from not having to pay their fair share of taxes.
I want to point out that the NDP has been monitoring and working on the issue of tax evasion and tax havens for years.
I have already congratulated my colleague from Montarville on Motion No. 69, which we are debating today. I also want to acknowledge the work of the member for Joliette, who has been passionate about this file for years and has spoken about it a number of times. I can assure him that we want the same thing.
I do want to caution my colleagues though. I moved a motion in favour of fighting tax havens during the previous Parliament. The motion we moved in the House was adopted, and the Liberals voted in favour of it. However, they went on to sign new tax treaties with other tax havens.
I wish my colleague from Montarville the best of luck, but I want to warn him that the Conservatives and the Liberals may sometimes vote in favour of a given declaration of intent or worthy principle with which we agree as a progressive, left-wing political party, but that does not always produce the expected results. Let us hope it will be different this time. My colleague can always count on the NDP caucus to demand more justice and equity in this area.
The principle behind tax havens is not very complicated. I spoke about it earlier. It has been explained by many people, including Alain Deneault, who wrote a book called Une escroquerie légalisée: précis sur les « paradis fiscaux », or “A legalized scam: a closer look at tax havens”. Contrary to what my Conservative colleague said, we must fight all illegal actions. That is obvious, but the problem is that, with all the agreements and treaties that have been signed over the years, the use of tax havens is largely legal. This is due to the principle of avoiding double taxation.
Based on that principle and the use of tax havens, the same income or profit cannot be taxed twice. Let me give a simple example, that of Barbados, which is the oldest tax haven with which Canada has had an agreement, since 1980, if memory serves.
People send their money, profits or income to Barbados, where they pay 1% tax on that income. Then they can bring that money back to Canada and say that they have already paid taxes on it, and they will not be taxed twice on the same income. If it is a business, it should pay a minimum of 15% tax here. If it is an individual, it would be 30% in taxes. I am giving these percentages as examples, but the principle is that income cannot be taxed twice.
However, why could we not eliminate the advantage of using tax havens by telling these people that although the tax in Barbados is 1%, when they return to Canada, repatriate their money and put it Canadian accounts, the difference will be taxed?
They would be made to pay the taxes they did not pay here, in Canada. If someone only pays 1% in taxes on their company's profits because they were sent to Barbados, why could we not make them pay 14% in taxes?
This would eliminate any incentive to use such schemes. In the end, they would not pay more tax, but they would pay exactly the same percentage as other Quebec and Canadian citizens and other businesses, small or large, in Canada. This would uphold the principle of tax equity and eliminate all the advantages of using these schemes, which Alain Deneault does not refer to as avoidance of double taxation but rather “double non-taxation”, meaning these profits are basically not taxed anywhere. Someone pays a negligible amount of taxes in the tax haven, and then they pay nothing here, with the excuse that the revenue has already been taxed.
According to the member for Montarville, the traditional governing parties, the Liberals and Conservatives, sometimes say they cannot do anything about it. The NDP thinks they can. We think they are accommodating, complicit even, because they operate according to these rules. They want things to work this way, so they work hand in hand with the big Canadian banks. For years, those banks have had branches in tropical paradises, where it is warm and lovely, so they can help the super-rich, the millionaires and billionaires, avoid paying their fair share for our public services, like health, public transit, education and well-funded, public universities.
More than $80 billion Canadian are hidden in Barbados alone, the oldest tax haven with which Canada does business. Canada cannot access that money. That is what happens when people use tax havens. It undermines the equality of individuals and our ability to act.
Tax havens have multiplied over the years. One of the most obvious and glaring examples is the Cayman Islands, where there are more registered companies than there are residents. This means one of two things. Either their inhabitants are extremely entrepreneurial and own two or three companies each, or the Cayman Islands have become a kind of post office box where companies pretend to have a branch or office. Entire buildings contain nothing but post office boxes, so that companies can prove they have an address there, and therefore not pay taxes.
All of these schemes are well known, and yet Canadian governments, led by the traditional parties, have done absolutely nothing for years. This has serious repercussions, especially in these pandemic times, when huge investments are needed not only to fight COVID-19, but also to ensure an equitable, fair and green economic recovery that takes climate change and the climate crisis into account.
Government spending or investments are considerable and that is normal. We are living beyond our means, however, and at some point we are going to have to think about making cuts. Then it will be time for the Conservatives' favourite topic: austerity and making cuts to public services and services for families, seniors and students.
That is not the path the NDP wants to take whatsoever. If we look at government spending alone without looking at revenues, then we are getting it wrong. As the left-leaning progressive party, we are saying that we can bring in a healthy portion of revenues from the fight against tax havens.
We must seize this opportunity. A few years ago, the Department of Finance said that Canada loses roughly $16 billion a year to tax havens and that was a conservative estimate. The Conference Board of Canada thinks it is more than $90 billion. That organization is not known to have an international socialist bent that wants to bleed the big banks and the wealthy. Let us just say that we are talking about tens of billions of dollars.
Why can we not all work together and take this opportunity to say that enough is enough and put an end to this? We can accomplish a lot of things more effectively in a coalition or multilaterally with our OECD partners, and that is a good thing.
However, most of Canada's tax treaties are bilateral, between Canada and one other country. There is therefore no need to wait for the United Nations or the OECD to act. If they do, that is great and we will collaborate, but we can act on our own initiative. That would bring in more money and would be more fair for our businesses that pay their fair share of taxes in Canada.
The NDP has other measures to propose to increase revenues, such as a tax on wealth for those who earn over $20 million a year and a tax on the excessive profits of companies like Amazon and Netflix. In that regard, a report from the Parliamentary Budget Officer indicated that a temporary tax on the excessive profits of these companies could bring in up to $8 billion a year.
We therefore have to seize these opportunities, and the NDP will be very proud to support Motion No. 69. It is a step in the right direction, but there are still many other things we can do to improve tax fairness. The NDP has all kinds of good ideas to share in that regard.
Monsieur le Président, j'espère que vous n'avez pas trop porté attention aux deux derniers discours que nous venons d'entendre, car cela ressemblait beaucoup à la valse des hypocrites.
Ces gens disent une chose et font le contraire. En effet, on cherche des bébites, on cherche des excuses. Quand on trouve des choses qu'on ne veut pas voir, on dit que c'est compliqué, que c'est difficilement applicable ou qu'il faut attendre l'OCDE. Ces gens-là ont des ressources incroyables, mais ils cherchent des faux-fuyants pour ne pas agir.
Nous le voyons autant du côté des conservateurs que de celui des libéraux. En ce qui concerne l'évasion fiscale et l'utilisation des paradis fiscaux, le système a été bâti sous des gouvernements conservateurs et libéraux, avec l'appui des grandes banques canadiennes et des grandes firmes de comptables qui s'amusent, depuis des années, à faire profiter les millionnaires, les milliardaires et les grandes compagnies canadiennes du fait de ne pas avoir à payer leur juste part d'impôt.
Je tiens à dire que le NPD suit le dossier de l'évasion fiscale et de la lutte aux paradis fiscaux et qu'il y travaille depuis des années.
J'ai déjà félicité mon collègue de Montarville pour la motion M-69, que nous débattons aujourd’hui. Je tiens également à souligner le travail du député de Joliette, qui a ce dossier à cœur depuis des années et qui a fait plusieurs interventions à cet égard. Je peux dire que nous allons dans la même direction.
Je tiens toutefois à mettre en garde mes collègues. J'avais déjà déposé une motion au sujet de la lutte aux paradis fiscaux, lors de la précédente législature. La motion que nous avions déposée à la Chambre avait été adoptée, et les libéraux avaient voté en faveur. Toutefois, ils ont par la suite signé de nouvelles conventions fiscales avec d'autres paradis fiscaux.
Je souhaite la meilleure des chances à mon collègue de Montarville. Or il faut faire attention: les conservateurs ou les libéraux peuvent parfois voter en faveur d'une déclaration d'intention, d'un bon principe avec lequel nous sommes d'accord en tant que progressistes et parti politique de gauche, mais cela ne donne pas toujours les résultats escomptés. Espérons que ce sera différent cette fois-ci. Mon collègue pourra toujours compter sur le caucus du NPD pour exiger plus de justice et d'équité dans cette sphère.
Le principe de l'utilisation des paradis fiscaux n'est pas très compliqué. J'en ai parlé plut tôt. Il a été expliqué par bien des gens, notamment par Alain Deneault, qui a écrit le livre Une escroquerie légalisée: précis sur les « paradis fiscaux ». Contrairement à ce que mon collègue conservateur disait, il faut lutter contre toutes les actions qui sont illégales. C'est évident, mais le problème est que l'utilisation des paradis fiscaux, avec toutes les ententes et les traités qui sont signés depuis des années, est en bonne partie légale. C'est le principe de la non double imposition.
Selon ce principe et selon l'utilisation des paradis fiscaux, on ne pourrait pas imposer deux fois un même revenu ou un même profit. Je vais donner un exemple assez simple, soit celui de la Barbade, qui est le plus vieux paradis fiscal avec lequel le Canada a une entente depuis 1980 — si ma mémoire est bonne.
Des gens envoient leur argent, leurs profits ou leurs revenus à la Barbade. Là-bas, ils payent 1 % d'impôt sur ce profit. Une fois qu'ils rapatrieront leurs billes ici, au Canada, ils nous diront qu'ils ont déjà payé de l'impôt. Ils ne voudront pas qu'on impose deux fois le même revenu. Comme il s'agit d'une entreprise, elle devrait payer ici 15 % d'impôt au minimum. S'il s'agit d'un particulier, ce serait 30 % d'impôt, par exemple. Je donne ces pourcentages au hasard, mais le principe est qu'on ne peut imposer leurs revenus deux fois.
Pourquoi, cependant, ne pourrait-on pas annuler l'avantage de l'utilisation des paradis fiscaux en leur disant qu'ils ont été imposés de 1 % à la Barbade, mais que, quand ils reviendront au Canada, quand ils rapatrieront leurs billes pour les mettre dans des comptes au Canada, on devra leur imposer la différence?
On les ferait donc payer l'impôt qu'ils n'ont pas payé ici, au Canada. Pourquoi ne pourrions-nous pas faire payer 14 % d'impôt à quelqu'un qui n'a payé que 1 % d'impôt sur les profits de sa compagnie parce qu'il les a envoyés à la Barbade?
Cela enlèverait tout incitatif à l'utilisation de tels stratagèmes. Au bout du compte, ils ne payeraient pas plus d'impôt, mais ils payeraient exactement le même pourcentage que les autres citoyens québécois et canadiens et que les autres entreprises, petites ou grandes, au Canada. Cela maintiendrait le principe de l'équité fiscale et enlèverait tous les avantages d'utiliser ces stratagèmes, qu'Alain Deneault appelle non pas la « non double imposition », mais la « double non-imposition », c'est-à-dire qu'on n’est imposé nulle part finalement. On paie là-bas, en impôt, des pourcentages négligeables. Ensuite, on ne paie rien ici sous prétexte que ces revenus ont déjà été imposés.
Selon le député de Montarville, les partis qui se succèdent au pouvoir, libéraux et conservateurs, disent parfois qu'ils sont impuissants. Or, le NPD ne pense pas qu'ils sont impuissants. Nous pensons qu'ils sont complaisants, et même complices, car ils travaillent en fonction de cela. Ils veulent que cela fonctionne ainsi et ils travaillent en commun accord avec les grandes banques canadiennes. Depuis des années, ces dernières ont des succursales dans ces pays à palmiers, où il fait beau et chaud, pour éviter que les plus riches d'entre nous, les millionnaires et les milliardaires, ne paient leur juste part pour nos services publics de santé, de transports en commun, d'éducation, et d'universités bien financées et non privatisées.
Uniquement à la Barbade, le plus vieux paradis fiscal avec lequel le Canada fait affaire, c'est plus de 80 milliards de dollars canadiens qui y sont cachés et auxquels on n'a pas accès. Voilà les conséquences de l'utilisation des paradis fiscaux: cela mine l'égalité entre les citoyens, ainsi que notre capacité à agir.
Les paradis fiscaux se sont multipliés au cours des ans. Un des exemples les plus manifestes et frappants est celui des Îles Caïmans, où il se trouve plus d'entreprises enregistrées que de citoyens. Cela peut vouloir dire deux choses: soit leurs habitants ont vraiment un grand sens de l'entrepreneuriat et possèdent chacun deux ou trois compagnies, soit les Îles Caïmans sont devenues une espèce de boîte postale où les compagnies font semblant d'avoir une succursale. Des immeubles au complet accueillent uniquement des boîtes postales, permettant à une compagnie de prouver qu'elle y a une adresse et ainsi ne pas payer d'impôts.
Tous ces stratagèmes sont connus et les gouvernements canadiens, dirigés par les partis traditionnels, ne font absolument rien depuis des années. Cela a de grandes conséquences, surtout en ces temps de pandémie où il est nécessaire, non seulement de beaucoup investir pour lutter contre la COVID-19, mais également d'assurer une relance économique qui va être équitable, juste, verte et qui va prendre en considération les changements et l'urgence climatiques. On a l'occasion maintenant de faire les choses autrement.
Les dépenses ou les investissements du gouvernement sont considérables et c'est normal. Nous vivons au-dessus de nos moyens, par contre, et en y réfléchissant, il va falloir à un moment donné faire des compressions. On en reviendra alors au bon vieux discours d'austérité si cher aux conservateurs, selon lequel il faut couper dans les services publics et dans les services aux familles, aux aînés et aux étudiants.
Au NPD, ce n'est pas du tout la voie que nous voulons suivre. Quand on ne regarde que les dépenses gouvernementales sans s'intéresser aussi aux recettes, on fait erreur. Comme parti de gauche progressiste, nous nous disons qu'une bonne partie des recettes que l'on peut aller chercher est le fruit de la lutte contre les paradis fiscaux.
Il faut saisir cette occasion. Il y a quelques années, le ministère des Finances disait que le Canada perd environ 16 milliards de dollars par an à cause des paradis fiscaux, une estimation très prudente. Pour sa part, le Conference Board du Canada parle de plus de 90 milliards de dollars. Cet organisme n'est pourtant pas réputé comme étant une association socialiste internationale qui veut saigner à blanc les grandes banques et les plus riches. Disons donc qu'il s'agit de dizaines de milliards de dollars.
Pourquoi ne peut-on pas, tous ensemble, saisir cette occasion et dire que cela suffit et que l'on met fin à cela? Je comprends qu'il est possible d'accomplir beaucoup de choses plus efficacement en coalition ou de façon multilatérale avec nos partenaires de l'OCDE, et c'est une bonne chose.
Cependant, la plupart des conventions fiscales qui existent au Canada sont des conventions bilatérales, c'est-à-dire entre le Canada et un autre pays. Il n'est donc pas besoin d'attendre que les Nations unies ou l'OCDE agissent. Si elles le font, c'est bien et nous allons collaborer, mais nous pouvons agir de notre propre initiative. Cela nous rapporterait plus d'argent et ce serait plus équitable pour nos entreprises, qui paient leurs impôts de manière tout à fait correcte au Canada.
Le NPD a d'autres mesures à proposer pour augmenter les recettes: un impôt sur la fortune pour les gens qui gagnent plus de 20 millions de dollars par année, ainsi qu'un impôt sur les profits excessifs engrangés par les Amazon ou Netflix de ce monde. À ce dernier sujet, un rapport du directeur parlementaire du budget affirmait qu'un impôt temporaire sur les profits excessifs de ces entreprises pourrait rapporter jusqu'à 8 milliards de dollars par année.
Il faut donc saisir ces occasions et le NPD va être très fier d'appuyer la motion M-69. Elle va dans la bonne direction, mais il y a encore beaucoup d'autres choses que l'on peut faire pour accroître l'équité fiscale. Le NPD a un paquet de bonnes idées à partager sur la question.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the government has encouraged unbelievable profiteering during this pandemic. Canada's billionaire's have increased their wealth by over $78 billion, yet the government refuses to follow the lead of other countries and put in place a wealth tax. Now the parliamentary budget officer has released new figures on how much a pandemic profits tax would bring. It is $8 billion, more than enough to put a roof over every Canadian's head and eliminate homelessness in Canada, yet the Liberals refuse yet again to curb profiteering.
Why do Liberals always give a free ride to the ultra-rich?
Monsieur le Président, le gouvernement encourage des entreprises à engranger des profits exorbitants depuis le début de la pandémie. Bien que la fortune des milliardaires canadiens ait augmenté de plus de 78 milliards de dollars, le gouvernement refuse de suivre l'exemple d'autres pays et d'instaurer un impôt sur la fortune. Le directeur parlementaire du budget vient de publier une nouvelle estimation de ce que rapporterait un impôt sur les bénéfices exceptionnels réalisés pendant la pandémie: il rapporterait 8 milliards de dollars, une somme qui permettrait amplement de loger tous les Canadiens et d'éliminer l'itinérance au Canada, mais les libéraux refusent toujours de restreindre les profits exorbitants.
Pourquoi les libéraux laissent-ils toujours les ultra-riches s'en tirer à bon compte?
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2021-04-27 14:47 [p.6246]
Mr. Speaker, let me correct the record. I will remind the hon. member that in 2015 when we raised taxes on the wealthiest 1% so we could cut them for the middle class, the NDP voted against it. When we implemented the Canada child benefit, improved finances for nine out of 10 families and stopped sending child care cheques to millionaires, the NDP voted against it. When we increased investments in the CRA to combat tax evasion, the NDP voted against it.
The budget includes measures that will support vulnerable Canadians and will ask the wealthiest Canadians to pay more. I trust the NDP will buck the historical trend and support the budget when it has the opportunity.
Monsieur le Président, permettez-moi de rectifier les faits. Je rappelle au député qu'en 2015, lorsque nous avons augmenté l'impôt du 1 % le plus riche pour pouvoir réduire celui de la classe moyenne, le NPD a voté contre ces changements. Quand nous avons instauré l'Allocation canadienne pour enfants, que nous avons amélioré la situation financière de neuf familles sur dix et cessé d'envoyer aux millionnaires des chèques de prestations pour enfants, le NPD a voté contre ces changements. Quand nous avons augmenté les sommes affectées à l'Agence du revenu pour lutter contre l'évasion fiscale, le NPD a aussi voté contre cette initiative.
Le budget contient des mesures qui procureront du soutien aux Canadiens vulnérables et demanderont aux Canadiens les mieux nantis de payer davantage. J'ose espérer que le NPD agira différemment cette fois-ci et qu'il appuiera le budget quand il en aura l'occasion.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 484--
Mr. Ben Lobb:
With regard to reports that more than 8,500 Canadians have higher tax bills after being the victim of identity theft related to the Canada Emergency Response Benefit (CERB) program: (a) how many CERB payments does the government estimate were made to individuals committing identify theft; and (b) why is the Canada Revenue Agency requiring these victims of identity theft to pay income tax on the amount thieves swindled from the government's CERB program?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA. In response to part (a), as analysis and verification work is still under way, the CRA cannot confirm how much fraud related to CERB there has been.
The vast majority of Canadians are applying correctly and are making good efforts to comply. The CRA is committed to protecting the integrity of programs that provide financial support for taxpayers using Canadian tax dollars.
In response to part (b), taxpayers who are victims of identity fraud will not be held responsible for any money paid out to scammers using their identity. The CRA remains dedicated to resolving these incidents. Taxpayers’ T4A slip or RL-1 slip will be corrected as required. Once the issue has been resolved, an amended slip will be issued. In the event that individuals need to file their return before the corrective measures have been completed, they should only file using the income they actually received.
As noted above, affected individuals will not be held liable for unauthorized claims made by fraudsters using their account. Where appropriate, the CRA works with the Royal Canadian Mounted Police, the Canadian anti-fraud centre, CAFC, financial institutions and local police to investigate the incident. In many cases, the CRA will also provide the taxpayer with credit protection and monitoring services.
The CRA is committed to taking action to assist those whose accounts have been compromised due to incidents of fraud or identify theft. It takes the protection of taxpayer information very seriously and has robust safeguards in place to identify fraudulent applications for emergency and recovery benefits, including the CERB.
The CRA recognizes that waiting for a response in these situations can be stressful and aims to resolve such issues quickly by addressing cases as fast as possible.

Question No. 487--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the Department of Justice’s use of outsourced legal agents, since October 21, 2019: (a) how many times has the Department of Justice retained outsourced legal agents; (b) when were said these contracts awarded; (c) what was the value of each contract; (d) for which cases or other matters were these contracts awarded; (e) to which firms or legal agents were these contracts awarded; and (f) who approved the awarding of these contracts?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of Justice’s policy on contracting for legal services and legal agent appointment establishes the principles and requirements to ensure that contracting for legal services and legal agent appointments are conducted in a diligent and accountable manner, with rigorous and detailed selection and assessment criteria.
Legal agents are private sector law practitioners appointed by or under the authority of the Minister of Justice and Attorney General of Canada to provide defined legal services to the Crown.
The department publishes all legal agent contracts as part of its proactive disclosure. Information on legal agent contracts can be found here: https://www.justice.gc.ca/eng/trans/pd-dp/contra_leg/rep-rap.aspx.
The information requested in parts (c), (d) and (f) is protected by solicitor-client privilege.

Question No. 490--
Mr. Phil McColeman:
With regard to security equipment currently being used in Canada’s diplomatic missions, broken down by location: (a) which brands of security equipment, including closed-circuit television cameras and X-ray scanners, are currently in use; and (b) for each location, what are the (i) brands used, (ii) type and quantities of equipment, broken down by brand?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
In response to (a) and (b), in processing parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act. As such, information that could reasonably be expected to facilitate the commission of an offence has been withheld to protect the vulnerability of particular buildings or other structures or systems, including detection and monitoring systems, e.g. X-ray, CCTV, etc., or methods employed to protect such buildings or other structures or systems.
Information on contracts worth more than $10,000 that does not fall under the national security exemption is available on the Open Government site, under “Proactive Disclosure”: https://open.canada.ca/en/search/contracts?f%5B0%5D=org_name_en%3AGlobal%20Affairs%20Canada.

Question No. 493--
Mr. Rob Moore:
With regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, since October 21, 2019: (a) how many times has the director of public prosecutions informed the Attorney General about any prosecution, or intervention that the director intended to make which raised important questions of general interest, as per section 13 of the act; (b) what was the nature and content of those prosecutions or interventions; (c) what was the rationale for these prosecutions or interventions; and (d) how does the director of public prosecutions determine what prosecutions or interventions raise questions of general interest?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, in response to (a), the Director of Public Prosecutions informed the Attorney General 79 times about prosecutions or interventions that raised important questions of general interest as per section 13 of the act from October 21, 2019 to March 9, 2021.
In response to (b) and (c), this information is confidential; it is covered by solicitor-client privilege and may also contain personal information.
In response to (d), the information can be found in chapter 1.2 of the Public Prosecution Service of Canada deskbook at the following link: https://www.ppsc-sppc.gc.ca/eng/pub/fpsd-sfpg/fps-sfp/tpd/p1/ch02.html.
We note that in processing parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act and the Privacy Act. Information has been withheld on the grounds that it constitutes solicitor-client privilege and personal information.

Question No. 494--
Mr. Rob Moore:
With regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, since October 21, 2019: (a) how many times has the Attorney General intervened in a prosecution in first instance, as per section 14 of the act; (b) how many times has the Attorney General intervened in a prosecution on appeal, as per section 14 of the act; and (c) for which cases did the Attorney General intervene, and what was the rationale for his interventions?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to An Act respecting the office of the Director of Public Prosecutions, there has been no intervention from the Attorney General as per section 14 of the act from October 21, 2019 to March 9, 2021.

Question No. 496--
Mr. Tako Van Popta:
With regard the service costs on the national debt: has the government analyzed how much the debt service costs will go up based on an interest rate increase of (i) one per cent, (ii) two per cent, (iii) three per cent, and, if so, what are the projections for how much the debt service costs will increase?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the most recent projections for Government of Canada debt charges can be found in the fall economic statement 2020, which was released on November 30, 2020 and is available at the following link: https://www.budget.gc.ca/fes-eea/2020/home-accueil-en.html. Specifically, the projection for interest paid on the federal debt for the current year and the following five years can be found in table A1.5 on page 126, in the row labelled “Public debt charges”.
These public debt charge projections have been calculated using interest rate projections provided by private sector forecasters through a survey conducted in September 2020. Further details and the results of the September survey can be found on pages 119-121 of the fall economic statement 2020, including the private sector projection of the Government of Canada three-month treasury bill and the 10-year bond rates, which are projected to rise by 100 and 130 basis points, respectively, over the five-year forecast horizon. An update of the government’s public debt charge projections will be provided in budget 2021.

Question No. 497--
Mr. Tako Van Popta:
With regard to the government's economic advisory panels: (a) which taxes has each advisory panel recommended that the government raise in order to sustain higher levels of federal spending; and (b) at what levels did the advisory panels recommend the taxes be raised to?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system. As part of this approach, the government regularly seeks feedback from Canadians and various advisory panels.
The government reduced the rate of the second personal income tax bracket from 22% to 20.5%. This tax cut for the middle class, which has been in effect since 2016, is benefitting more than nine million Canadians. Single individuals who benefit are seeing an average tax reduction of $330 every year, and couples who benefit are seeing an average tax reduction of $540 every year.
The government also introduced the Canada child benefit in 2016, which has meant more money for the families who need it most. The Canada child benefit has helped lift nearly 300,000 children out of poverty, giving them a better start in life.
In addition, the government’s proposed increase in the basic personal amount would lower taxes for close to 20 million Canadians. By 2023, single individuals could save close to $300 in taxes each year, while families, including those led by a single parent, could save nearly $600 in taxes each year. Nearly 1.1 million more Canadians will no longer pay tax in 2023. A detailed breakdown of the net impact of these measures is available on the Finance Canada website: www.canada.ca/en/department-finance/news/2020/02/annex-net-impact-of-measures-to-make-life-more-affordable-for-canadians.html.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 499--
Mr. Tako Van Popta:
With regard to the impact that government tax increases have on Canadians: has the government done an analysis on how Canadians will be impacted by future tax increases, and, if so, what are the details, including findings of any analysis conducted, broken down by type of future tax increase?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system.
The government reduced the rate of the second personal income tax bracket from 22% to 20.5%. This tax cut for the middle class, which has been in effect since 2016, is benefitting more than nine million Canadians. Single individuals who benefit are seeing an average tax reduction of $330 every year, and couples who benefit are seeing an average tax reduction of $540 every year.
The government also introduced the Canada child benefit in 2016, which has meant more money for the families who need it most. The Canada child benefit has helped lift nearly 300,000 children out of poverty, giving them a better start in life.
In addition, the government’s proposed increase in the basic personal amount would lower taxes for close to 20 million Canadians. By 2023, single individuals could save close to $300 in taxes each year, while families, including those led by a single parent, could save nearly $600 in taxes each year. Nearly 1.1 million more Canadians will no longer pay tax in 2023. A detailed breakdown of the net impact of these measures is available on the Finance Canada website: www.canada.ca/en/department-finance/news/2020/02/annex-net-impact-of-measures-to-make-life-more-affordable-for-canadians.html.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 500--
Mr. Blake Richards:
With regard to government tax increases: has the government done an analysis of how much taxes will need to increase in order to sustain expected higher levels of federal spending, and, if so, what are the details, including findings of such an analysis?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the government’s approach to tax policy is to build on its record of making life more affordable for the middle class and those working hard to join it, while promoting greater fairness in the tax system.
The first action of the government’s second mandate was to introduce a measure that would increase the amount of money Canadians can earn before paying federal income tax to $15,000 by 2023. To ensure that this tax relief goes to the people who need it most, the benefits would be phased out for the wealthiest Canadians.
This measure builds on the success of key initiatives during its first mandate, including the middle-class tax cut announced in 2015, higher personal income taxes for the wealthiest Canadians, as well as the introduction of the Canada child benefit and the Canada workers benefit. The government has also improved tax fairness by closing loopholes, eliminating measures that disproportionately benefit the wealthy, and cracking down on tax evasion so that every Canadian has a real and fair chance at success.
At this time, the government’s top priority is to help families and businesses get through the challenges they face as a result of the COVID-19 pandemic. When COVID-19 is under control and Canada’s economy is ready to rebound, the government’s focus will be to make smart, targeted investments to jump-start the country’s economic recovery and begin to repair the damage done by the pandemic.

Question No. 501--
Mr. Blake Richards:
With regard to the government's analysis conducted on the financial situation of Canadians: has the government conducted any analysis of how many Canadians would experience severe financial hardship if they lost their job, or had their taxes increased, and, if so, what are the details, including findings of the analysis?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, data from the 2016 survey of financial security was used to assess how sensitive Canadian households could be to short-term income loss. While this survey was carried out a few years ago, the distribution of wealth evolves slowly over time, and as such, the survey is likely a reasonable approximation of the potential financial vulnerability of Canadian families going into the COVID-19 pandemic. The department estimated that over half of working households had insufficient liquid assets to fully replace a two-month interruption in after-tax income. As such, these households could see a significant deterioration in their living standards and would face difficulties in meeting their financial obligations or essential needs.
Financially vulnerable households are found across the country, with the highest shares in Atlantic Canada, Quebec and the Prairies. Younger households were at higher risk of financial vulnerability: 54% of younger households are financially vulnerable to a two-month work interruption, compared to 46% of older households. In a similar analysis, using the 2016 survey of financial security, the Bank of Canada found that households in the occupations most at risk from the pandemic, e.g., sales and service, had the weakest financial positions: https://www.bankofcanada.ca/2020/06/staff-analytical-note-2020-8/. Similarly, based on low-income cut-off thresholds, Statistics Canada reported that one in four working households would not have enough liquid assets to keep them out of low income during a two-month work interruption: https://www150.statcan.gc.ca/n1/en/pub/45-28-0001/2020001/article/00010-eng.pdf?st=DG2ZxWGC.
These results suggest that a sizable number of Canadian households had limited financial buffers to cope with temporary income losses during the pandemic. This finding underlines the importance of Canada’s COVID-19 economic response in targeting people who need it most and bridging Canadians through the shock: e.g., Canada emergency response benefit, Canada emergency wage subsidy and mortgage payment deferrals, among others. This support has been critical to helping minimize financial difficulties of households thus far during the pandemic.

Question No. 502--
Mr. Blake Richards:
With regard to the escalator tax on alcohol introduced by the government in the 2017 budget: what is the total amount of revenue collected from the tax in each year since 2017?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA. Excise duty revenues reflect the impact of the escalator tax. The latter, effective April 1, 2017, refers to the annual increase in the excise duty rate. Excise duty revenues are reported in volume II of the public accounts, “National Revenue”, under the “Revenues” section.
Please find below total excise duty revenues for the fiscal years 2017-18 to 2019-20.
According to the Public Accounts of Canada 2018, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2018, from April 1, 2017 to March 31, 2018, total excise duty revenues were $3,504,206,215.
According to Public Accounts of Canada 2019, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2019/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2019, from April 1, 2018 to March 31, 2019, total excise duty revenues were $3,727,618,734.
According to Public Accounts of Canada 2020, available at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2020/vol2/rn-nr/rev-eng.html, for the fiscal year ended March 31, 2020, from April 1, 2019 to March 31, 2020, total excise duty revenues were $3,510,617,737.

Question No. 504--
Mr. Dan Albas:
With regard to the government’s commitment to plant two billion trees and an initial focus on urban trees: (a) how many plots of land have been identified for planting the trees; (b) what are the details of each plot, including the (i) location of the land, (ii) type of landowner (municipality, private owner, federal government land, etc.), (iii) cost of acquisition or projected cost of acquisition, if applicable, (iv) species of trees to be planted on the land; (c) which municipalities have been contacted about urban tree planting; (d) what is the projected cost per tree of trees planted in an urban environment; and (e) and what is the percentage of the total program that is expected to be taken by urban trees?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is fully committed to delivering on its commitment to plant two billion trees over the next 10 years.
Natural Resources Canada is looking to engage those interested in growing Canada’s forests as a nature-based solution to support national climate change actions. The growing Canada’s forests program has recently launched two new processes, an expression of interest and a request for information, to identify the desire and capacity of organizations to plant trees across Canada over the coming years.
A future participants request for information launched recently to identify interested organizations and learn about their vision and capacity to implement or contribute to large-scale, single- or multi-year tree-planting projects across Canada. This will help to determine the design of the growing Canada’s forests program, develop future processes to maximize program participation and strengthen collaboration.
The growing Canada’s forests program will allocate approximately 16% of the contribution funding towards urban and peri-urban tree planting, collaborating with municipalities and organizations that can engage broad community groups: e.g., school boards, indigenous communities and others. Tree-planting opportunities include the expansion, maintenance and diversification of urban and other forests, which may also help communities to become more climate change resilient, mitigating risks such as increased forest fire danger.
Existing federal programs are already supporting tree planting, with approximately 150 million seedlings expected to be planted by 2022 through the low-carbon economy fund in working with provinces and territories, as well as trees planted through the disaster mitigation and adaptation fund in working with local communities. The Government of Canada also continues to support the Highway of Heroes tree campaign, which has planted more than 750,000 out of a planned two million trees in Ontario between Trenton and Toronto.
As part of its commitment to supporting Canada’s forests and forest sector, the Government of Canada took early action in the face of the COVID-19 pandemic by providing up to $30 million to support small and medium-sized forest sector firms, including tree-planting operations, and defray the costs associated with COVID-19 health and safety measures. This funding helped ensure a successful 2020 tree-planting season and the planting of an estimated 600 million trees, while protecting workers and communities.

Question No. 515--
Mr. John Williamson:
With regard to the Royal Canadian Navy (RCN) since January 1, 2018: (a) how many times have Her Majesty’s Canadian Ships of the RCN transited the Taiwan Strait in the South China Sea; and (b) what were the dates of these transits?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, as part of its defence policy, “Strong, Secure, Engaged” Canada committed to being a reliable player in the Asia-Pacific region through consistent engagement and strong partnerships.
The Canadian Armed Forces plays an active role in the region, through regular training and engagements with key allies and partners. These efforts enhance Canada’s ability to promote multilateralism and the rules-based international order, and demonstrate our steadfast commitment to stability and security in the Asia-Pacific region.
As part of deployments to the region, Royal Canadian Navy vessels will periodically sail through the Taiwan Strait.
Canada is committed to promoting maritime peace and security, and maintaining the rules-based international order.
During all international deployments, Canadian Armed Forces vessels operate in a manner that is consistent with international law, including the United Nations Convention on the Law of the Sea.
With regard to parts (a) and (b), Royal Canadian Navy vessels transited the Taiwan Strait in the South China Sea five times between January 1, 2018, and March 10, 2021.
The date of these transits are as follows: October 4-5, 2018; June 17-18, 2019; September 9-10, 2019; September 23-24, 2019; and October 2-3, 2020.

Question No. 519--
Mr. Dave Epp:
With regard to financial analysis conducted by the government: has an analysis of the increase in household debt been conducted since 2016, and, if so, what did the analysis conclude are the greatest contributors to the increase in household debt?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, Statistics Canada released the results from the 2019 Survey of Financial Security, December 22, 2020. The survey showed that almost one-third, or 30.2%, of Canadian families were debt-free in 2019, virtually unchanged from the 2016 results. For those who held debt, the median value of debt in 2019 stood at $79,000 per family which was about $6,400 less than in 2016 after adjusting for inflation.
Families overall reported holding more mortgage debt in 2019, up $7 billion from 2016. However, the median level of mortgage debt for those with mortgages fell over the same period from $201,200 to $190,000. The level of non-mortgage debt was unchanged between 2016 and 2019. The median was $20,000.
Please see www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201222/dq201222b-eng.htm.

Question No. 523--
Mrs. Kelly Block:
With regard to government employees, broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity: how many and what percentage of employees worked from home as of (i) March 1, 2020, prior to the pandemic, (ii) March 1, 2021?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the Prime Minister, to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, Lib.):
Mr. Speaker, the physical and psychological health and safety of employees remain an absolute priority for the Government of Canada. The Government of Canada continues to be guided by the advice and guidance of public health authorities, including Canada’s chief public health officer, and the direction of provinces/territories and cities. While the COVID-19 pandemic presents ongoing challenges for Canadians and for the public service, the government has been moving collectively and successfully towards managing COVID-19 as part of its ongoing operations and the continued delivery of key programs and services to Canadians.
Public health authorities have signalled that physical distancing requirements must remain in place. As such, many federal public service employees across the country will continue to work remotely and effectively for the foreseeable future to continue delivering key programs and services to Canadians. The information regarding public servants who are working from home is not systematically tracked in a centralized database.
Deputy ministers and other heads of federal public service organizations make decisions regarding access to worksites and necessary safety protocols based on government-wide guidance, taking into consideration the local public health situation, individual organizations’ operational requirements and the nature of the work. Access to federal worksites for employees varies from organization to organization, based on operational requirements.
The Government of Canada is committed to supporting employees, whether physically in the workplace or at home. Together and apart, the government will continue to deliver information, advice, programs and services that Canadians need.

Question No. 524--
Mrs. Kelly Block:
With regard to government statistics related to the effect of the pandemic on the number of women in the workforce: what are the government's estimates on how many women, in total, (i) were employed prior to the pandemic, as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 8,733,600 employed women in Canada in February 2021, compared with 9,082,500 12 months earlier in February 2020, a decrease of 348,900, or 3.8%. Over the same period, the number of women in the labour force, either employed or unemployed, fell by 73,700, or 0.8%.
The source is Statistics Canada, Labour force characteristics, monthly, seasonally adjusted and trend-cycle, last five months, at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410028701.

Question No. 526--
Ms. Jag Sahota:
With regard to the statement printed in the Toronto Star from the director of communications to the Minister Labour "ESDC-Labour has put a team in place dedicated to this work and has taken steps to build its capacity" in relation to stopping the importation of products made with forced labour: (a) who is on the team; (b) on what date was the team established; (c) how many meetings has the team had and on what dates did those meeting occur; (d) what is the team's mandate; (e) how many proactive assessments of supply chains have been initiated by the team; (f) how many reactive complaints have been received and investigated; and (g) what was the finding in each investigation in (e) and (f)?
Response
Mr. Anthony Housefather (Parliamentary Secretary to the Minister of Labour, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), a number of ESDC-Labour officials are working on the issue of forced labour. Those officials are part of the international and intergovernmental labour affairs, IILA, directorate. The team working on forced labour includes policy officers, policy analysts and managers, under the supervision of a director.
With regard to part (b), the forced labour import prohibition flows from an obligation in the Canada-United States-Mexico Agreement that came into force on July 1, 2020. The team that conducts the research and analysis of problematic supply chains is housed within an existing division of IILA. They are developing an approach and establishing the mechanisms that will allow Canada to address the issue of imports of goods produced with forced labour. Other members of the IILA team have since been undertaking research and analysis of problematic supply chains.
With regard to part (c), meetings and conversations on the issue of forced labour and problematic supply chains have been taking place regularly for several months, in a variety of formats and at various levels. Given that this is a novel initiative, meetings have taken place and continue to take place to operationalize the forced labour import prohibition, to coordinate with other implicated federal departments, and to discuss approaches to research and analysis.
With regard to part (d), the team’s main responsibility is to review allegations of forced labour being used in supply chains. After reviewing an allegation, the ESDC-Labour team conducts research and analysis, and prepares factual reports with a view to establishing the likelihood that a specific shipment contains goods produced by forced labour.
With regard to part (e), please refer to the response from part (g).
With regard to part (f), please refer to response from part (g).
With regard to part (g), while ESDC-Labour is proactively conducting research on supply chains in the Xinjiang region, the department is committed to examining and completing its due diligence research and analysis on all allegations received by the CBSA.

Question No. 527--
Ms. Jag Sahota:
With regard to government statistics related to the impact of the pandemic on unionized employees in Canada: how many unionized employees, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, aaccording to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 4,992,000 employees with union coverage in Canada in February 2021, compared with 4,930,700 in February 2020, an increase of 61,300, or 1.2%. The Labour Force Survey does not collect information about the former union coverage status of people who are no longer in the labour force, that is, who are not employed or unemployed.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0069-01 Union coverage by industry, monthly, unadjusted for seasonality (x 1,000) at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410006901.

Question No. 529--
Mr. John Barlow:
With regard to government statistics on the effect of the pandemic on the workforce, since March 1, 2020: how many Canadians have had their (i) work hours reduced, (ii) income reduced, since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, in February 2021, compared with 12 months earlier, there were 406,000, or 50%, more people working fewer than half their usual hours for reasons likely related to COVID-19. The LFS does not collect information on whether an individual’s earnings have changed over time. However, the following information about the number of employees in various wage brackets was reported with the release of February 2021 data from the LFS.
Immediately before the pandemic in February 2020, about one-quarter of all employees in Canada earned $17.50 per hour or less, while one-quarter earned more than $36 per hour. These wage brackets are helpful in understanding the ongoing impacts of COVID-19 on lower-paid and higher-paid workers.
The number of employees making $17.50 per hour or less increased by 203,000 in February. This number is not seasonally adjusted. This partly offset a decline of 321,000 in January and coincided with a February rebound in employment in the retail trade, and accommodation and food services industries, where lower wages are more prevalent.
There were 791,000, or 19.7%, fewer employees in this wage bracket in February 2021 than 12 months earlier. Nearly two-thirds, or 63.6%, of the losses were among women, with similar declines in all age groups. Young men were far less affected by the decline, 82,000 fewer, or 11.4%, than were young women, 178,000 fewer, or 20.9%. This number is not seasonally adjusted.
In contrast, there were 410,000, or 10.3%, more employees making more than $36 per hour in February compared with one year earlier. This number is not seasonally adjusted. The number of people in this highest-earning wage bracket followed an upward trend during the summer and early fall of 2020 before flattening in recent months, and was little changed in February. This is not seasonally adjusted.
For Chart 6, Employment among employees earning the lowest wages far behind in the recovery, please see www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/cg-a006-eng.htm
The source is Labour Force Survey, LFS, February 2021, The Daily www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/dq210312a-eng.htm and LFS supplementary indicators used in February 2021 analysis.

Question No. 530--
Mr. John Barlow:
With regard to government statistics related to the impact of the pandemic on post-secondary students: how many post-secondary students, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 1,019,000 employed students aged 15 to 24 in February 2021, compared with 1,199,700 in February 2020, a decrease of 180,800, or 15.1%. This figure is not seasonally adjusted. Over the same period, the number of students in the labour force, employed or unemployed, fell by 77,300, or 5.8%. This figure is not seasonally adjusted. These data do not distinguish the type of school, secondary versus post-secondary.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0021-01, Unemployment rate, participation rate and employment rate by type of student during school months, monthly, unadjusted for seasonality, at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410002101.

Question No. 532--
Mr. John Barlow:
With regard to the government statistics related to the impact of the pandemic on the employment of professionals working in manufacturing in Canada: how many manufacturing professionals, in total, (i) were employed at the beginning of the COVID-19 pandemic, or as of March 1, 2020, (ii) are currently employed, (iii) have left the workforce since the start of the COVID-19 pandemic?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, according to Labour Force Survey, LFS, estimates, there were 1,746,900 people employed in the manufacturing industry in February 2021, virtually unchanged from February 2020, when there were 1,747,200.
The source is Statistics Canada, Table 14-10-0355-01 Employment by industry, monthly, seasonally adjusted and unadjusted, and trend-cycle, last 5 months (x 1,000), found at www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1410035501.

Question No. 540--
Ms. Leah Gazan:
With regard to the payment of a one-off sum of up to $300 per child and the subsequent temporary change in the formula for calculating the Canada Child Benefit: (a) has the government assessed the additional number of families who would receive the payment whose net family income is above the threshold established in the previous formula, and if so, what is the result of this assessment; (b) has the government estimated the additional cost of paying the maximum of $300 per child to families whose net family income is above the threshold in the old formula, if so, how much is the estimated cost; and (c) what was the methodology used for the temporary change in the formula?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the CRA’s analysis determined that an additional 265,000 families with a net family income above the threshold from the previous formula received the one-time payment of up $300 per child.
With regard to part (b), the same analysis described in part (a) also determined that those families with a net income above the threshold in the old formula received payments totalling almost $88 million.
With regard to part (c), the Canada child benefit, CCB, is governed by section 122.6 of the Income Tax Act, ITA. Section 122.6 of the ITA is amended from time to time to reflect changes in the benefit calculation. The legislation was amended in 2020 to add section (1.01) to include the CCB one-time payment to the calculation for the month of May 2020:
COVID-19 — additional amount
(1.01) If the month referred to in subsection (1) is May 2020, each amount expressed in dollars referred to in paragraphs (a) and (b) of the description of E in subsection (1) is deemed, for that month, to be equal to that amount (as adjusted under subsection (5)) plus an additional amount of $3,600. For greater certainty, the adjustment in subsection (5) shall not take into account this additional amount.
The total annual maximum amount per child, regardless of age, was increased by $300 for children eligible for the May 2020 payment.
Amounts were increased for the month of May as follows: per eligible child under six years old: $6,639 plus $3,600, for a total of $10,239; and per eligible child age six to 17 years old: $5,602 plus $3,600, for a total of $9,202.
The $3,600 divided by 12 months results in the $300 calculation for May 2020.
There was no change to the phase-out threshold or rates.

Question No. 541--
Mr. Matthew Green:
With regard to the CRA's decision to temporarily suspend, as of March 2020, the programs and services of "high-risk audits", "international large business", "high net worth compliance", "GST/HST audit of large businesses", "audit of complex transactions", "audit of flow-through shares" and "foreign tax whistleblower program", broken down by each of the programs and services mentioned, by month, since March 2020 to the re-establishment of the service of audits, and by risk level of non-compliance: (a) how many audits were suspended as a proportion of total audits; (b) of the audits in (a), how many are still suspended as a proportion of total resumed audits; (c) what duties were performed by the auditors during the suspension period; (d) how many files were closed; (e) of the files closed in (d), what was the average amount of time spent processing each file before a decision was made to close it; (f) of the files closed in (d), (i) how many have been assessed (ii) how many have been transferred to the criminal investigation program; and (g) what was the change in the number of auditors, in terms of full-time equivalent?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, what follows is the response from the CRA to the above-noted question since March 1, 2020. With regard to parts (a), (b), (d), (e), (f) (i), and (g), due to the COVID-19 pandemic, several programs were temporarily suspended during the time period requested, as they were considered non-critical services. Therefore, employee workloads were shifted to reflect critical services. The CRA is unable to provide the data that is being requested, as the CRA did not create a system indicator to determine which files were put on hold due to the COVID-19 suspensions. Throughout the pandemic, the CRA has worked to design and implement COVID-19 related benefit programs. The CRA has also redeployed many auditors to assist with the verification activities associated with these new programs. In light of the COVID-19 pandemic and redistribution of workloads, the CRA’s volume of files under audit is lower than expected
With regard to part (c), due to the COVID-19 pandemic, several programs were temporarily suspended as they were considered non-critical services. Employee workloads were shifted to reflect critical services, such as the COVID-19 benefit programs, COVID-19 related call centre activities and operation activities. Audit activity continued throughout the pandemic, but was limited to high-risk audits and exceptional circumstances.
With regard to part (f)(ii), between April 1, 2020 and December 31, 2020, the latest data available, there were 40 referrals from all CRA audit programs to the CRA's criminal investigations program. The CRA cannot provide a breakdown of referrals from each program in the manner requested, since CRA systems do not track this level of detail.

Question No. 543--
Ms. Leah Gazan:
With regard to the compliance monitoring of the Canada Emergency Wage Subsidy since its inception, broken down by level of risk of non-compliance with tax laws and by industry sector: (a) how many applications have been (i) approved, (ii) denied; (b) of the applications in (a), how many companies have a subsidiary or subsidiaries domiciled in foreign jurisdictions of concern as defined by the Canada Revenue Agency (CRA); (c) has the CRA verified that the companies in (b) have a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern, and, if not, why; (d) how many businesses have been identified as having benefited from overpayments; (e) of the businesses in (d), what is the total value of these overpayments; and (f) has the CRA cross-referenced the data between companies that have benefited from an overpayment and that have one or more subsidiaries domiciled in foreign jurisdictions of concern, and, if so, what is the total value of these overpayments of companies that have one or more subsidiaries in foreign jurisdictions of concern?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, audit data on the Canada emergency wage subsidy, CEWS, program is highly sensitive information. Providing detailed information regarding the specific number of audits planned/conducted for a given compliance program could embolden some taxpayers to cut corners and take aggressive positions in the hopes that they will avoid detection.
With regard to parts (a)(i) and (ii),the total number of Canada emergency wage subsidy applications that have been approved is available on the CRA website on the “Claims to date: Canada Emergency Wage Subsidy” page at www.canada.ca/en/revenue-agency/services/subsidy/emergency-wage-subsidy/cews-statistics.html/. As of March 7, 2021, 10,670 initial CEWS applications were cancelled/disallowed, i.e., denied. Of that figure, 7,020 were cancelled whereas 3,650 were disallowed.
With regard to parts (b), (c) and (f), the CRA does not capture the number of corporate CEWS applicants that had a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern in the manner in which the information is requested for this benefit program. The majority of taxpayers that are likely to have a subsidiary or subsidiaries in foreign jurisdictions of concern have not yet filed their current corporate income tax return and all related information returns covering the qualifying periods for which CEWS claims were made. As such, the CRA will be applying its risk assessment systems to these required tax filings, and will identify the highest risk taxpayers for its core compliance programs and for its CEWS post-payment audit program, which can include an examination of subsidiaries in foreign jurisdictions of concern, depending on the compliance risks identified.
As a general matter, the CRA does use the presence of subsidiaries in foreign jurisdictions of concern as a risk factor in selecting files for audit.
With regard to part (d), compliance activities are still ongoing. A notice of determination will be sent to the taxpayers when, as a result of a post-payment audit, it is determined that the taxpayers’ claims should be reduced or denied.
With regard to part (e), as noted above, compliance activities are ongoing and it is premature to report on this, however, the total amount that has been denied through claims either fully or partially disallowed is just over $800 million as of March 22, 2021.

Question No. 550--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to the government's 2019 election commitment to plant two billion trees: (a) how many trees have been planted to date; and (b) what is the number of trees planted to date, broken down by (i) province, (ii) municipality or geographical location?
Response
Mr. Marc Serré (Parliamentary Secretary to the Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is fully committed to delivering on its commitment to plant two billion trees over the next 10 years.
Natural Resources Canada is looking to engage those interested in growing Canada’s forests as a nature-based solution to support national climate change actions. The growing Canada’s forests program has recently launched two new processes, and expression of interest and a request for information, to identify the desire and capacity of organizations to plant trees across Canada over the coming years.
A future participants request for information launched recently to identify interested organizations and learn about their vision and capacity to implement or contribute to large-scale, single or multi-year tree-planting projects across Canada. This will help to determine the design of the growing Canada’s forests program, develop future processes to maximize program participation and strengthen collaboration.
Existing federal programs are already supporting tree planting, with approximately 150 million seedlings expected to be planted by 2022 through the low-carbon economy fund, working with provinces and territories, as well as trees planted through the disaster mitigation and adaptation fund, working with local communities. The Government of Canada also continues to support the Highway of Heroes tree campaign, which has planted more than 750,000 out of a planned two million trees in Ontario between Trenton and Toronto.
As part of its commitment to supporting Canada’s forests and forest sector, the Government of Canada took early action in the face of the COVID-19 pandemic by providing up to $30 million to support small and medium-sized forest sector firms, including tree-planting operations, and defray the costs associated with COVID-19 health and safety measures. This funding helped ensure a successful 2020 tree-planting season and the planting of an estimated 600 million trees, while protecting workers and communities.

Question no 484 --
M. Ben Lobb:
En ce qui concerne les informations selon lesquelles plus de 8 500 Canadiens doivent payer plus d’impôt parce qu’ils ont été victimes d’un vol d’identité en lien avec la Prestation canadienne d’urgence (PCU): a) selon les estimations du gouvernement, combien de paiements de PCU ont-ils été versés à des personnes ayant volé l’identité de quelqu’un d’autre; b) pourquoi l’Agence du revenu du Canada exige-t-elle que ce soit les victimes de vols d’identité qui paient l’impôt sur les montants volés à la PCU?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a: de la question, comme les travaux d’analyse et de vérification sont toujours en cours, l’ARC n’est pas en mesure de confirmer le nombre de fraudes qui ont été commises relativement à la PCU.
La grande majorité des Canadiens présentent une demande en bonne et due forme et déploient de grands efforts afin de se conformer aux exigences. L’ARC s’engage à protéger l’intégrité des programmes qui fournissent un soutien financier aux contribuables au moyen de l’impôt canadien.
En réponse à la partie b) de la question, les contribuables qui se révèlent être des victimes de fraude d’identité ne seront pas tenus responsables des montants versés aux fraudeurs qui ont utilisé leur identité. L’ARC reste déterminée à résoudre ces incidents. Le feuillet T4A ou RL-1 sera corrigé au besoin. Une fois le problème réglé, un feuillet modifié sera délivré. Si une personne doit produire sa déclaration avant que les mesures correctives aient été prises, elle ne devrait produire sa déclaration qu’en utilisant le revenu qu’elle a réellement reçu.
Comme il est indiqué ci-dessus, les personnes touchées ne seront pas tenues responsables des demandes non autorisées faites par des fraudeurs qui utilisent leur compte. Au besoin, l’ARC collabore avec la Gendarmerie royale du Canada, le Centre antifraude du Canada, ou CAFC, les institutions financières et la police locale pour enquêter sur l’incident. Dans de nombreux cas, l’ARC fournira également au contribuable des services de protection et de surveillance du crédit.
l’ARC s’engage à prendre des mesures pour aider ceux dont les comptes ont été compromis en raison d'incidents de fraude ou de vol d'identité. L’ARC prend très au sérieux la protection des renseignements des contribuables et a mis en place des mesures de protection solides pour déceler les demandes frauduleuses de prestations d’urgence et de relance économique, y compris la PCU.
L’ARC reconnaît que l’attente d’une réponse dans ces situations peut être stressante et vise à résoudre ces problèmes rapidement en traitant les cas le plus rapidement possible.

Question no 487 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne le recours à des services de mandataires externes par le ministère de la Justice, depuis le 21 octobre 2019: a) combien de fois le ministère de la Justice a-t-il fait appel à des mandataires externes; b) quand ces contrats de sous-traitance ont-ils été attribués; c) quelle était la valeur de chaque contrat; d) pour quelles affaires ou autres questions ces contrats ont-ils été attribués; e) à quels cabinets ou mandataires ces contrats ont-ils été attribués; f) qui a approuvé l’attribution de ces contrats?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, la Politique sur les marchés de services juridiques et la nomination des mandataires du ministère de la Justice établit les principes et les exigences applicables pour garantir que les marchés de services juridiques et les nominations de mandataires sont effectués de manière diligente et responsable selon des critères de sélection et d’évaluation rigoureux et détaillés.
Les mandataires sont des professionnels du droit du secteur privé nommés par le ministre de la Justice et procureur général du Canada, ou sous son autorité, pour fournir des services juridiques déterminés à la Couronne.
Le ministère publie les contrats de tous les mandataires conformément à son processus de divulgation proactive. Les renseignements sur les contrats des mandataires sont accessibles au lien suivant: https://www.justice.gc.ca/fra/trans/dp-pd/contra_leg/rap-rep.aspx.
Les renseignements demandés dans les parties c), d) et f) sont protégés par le secret professionnel de l’avocat.

Question no 490 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne les équipements de sécurité utilisés actuellement dans les missions diplomatiques du Canada, ventilés par lieu: a) quelles marques d’équipement de sécurité, y compris les caméras de télévision en circuit fermé et les détecteurs à rayons X, sont utilisées actuellement; b) pour chaque endroit, quelles sont (i) les marques utilisées, (ii) le type et les quantités d’équipement, ventilés par marque?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
En réponse aux parties a) et b) de la question, lorsqu’il traite les déclarations parlementaires, le gouvernement applique les principes énoncés dans la Loi sur l’accès à l’information. Ainsi, les renseignements dont on pourrait raisonnablement s’attendre à ce qu’ils facilitent une infraction ont été retenus, afin de protéger la vulnérabilité de bâtiments particuliers ou d’autres structures ou systèmes, y compris les systèmes informatiques ou de communication, ou les méthodes employées pour protéger ces bâtiments ou autres structures ou systèmes.
Les renseignements sur les contrats de plus de 10000 $ canadiens qui ne sont pas visés par l’exemption pour raisons de sécurité nationale sont disponibles sur le site du gouvernement ouvert, sous l’onglet « Divulgation proactive » à l’adresse: https://ouvert.canada.ca/fr/search/contrats?f%5B0%5D=org_name_en%3AGlobal%20Affairs%20Canada

Question no 493 --
M. Rob Moore:
En ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, depuis le 21 octobre 2019: a) combien de fois le directeur des poursuites pénales a-t-il informé le procureur général de toute poursuite ou de toute intervention soulevant d’importantes questions d’intérêt général qu’il se proposait de faire, en vertu de l’article 13 de la Loi; b) quelles étaient la nature et la teneur de ces poursuites ou interventions; c) quelle était la justification de ces poursuites ou interventions; d) sur quels éléments s’appuie le directeur des poursuites pénales pour décider qu’une poursuite ou intervention soulève des questions d’intérêt général?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, en réponse à la partie a) de la question,: La directrice des poursuites pénales a informé le procureur général 79 fois des poursuites ou interventions soulevant d’importantes questions d’intérêt général en vertu de l’article 13 de la Loi du 21 octobre 2019 au 9 mars 2021.
En ce qui concerne les parties b) et c), ces informations sont confidentielles; elles sont protégées par le secret professionnel de l’avocat et pourraient aussi contenir de l’information personnelle.
Au sujet de la partie d), l’information se trouve dans le chapitre 1.2 du Guide du Service des poursuites pénales du Canada au lien suivant: https://www.ppsc-sppc.gc.ca/fra/pub/sfpg-fpsd/sfp-fps/tpd/p1/ch02.html.
Notons que lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Les renseignements demandés n’ont pas été fournis, car il s’agit de renseignements personnels et protégés par le secret professionnel de l’avocat.

Question no 494 --
M. Rob Moore:
En ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, depuis le 21 octobre 2019: a) à combien de reprises le procureur général est-il intervenu en première instance d’une poursuite, conformément à l’article 14 de la Loi; b) à combien de reprises le procureur général est-il intervenu en appel, conformément à l’article 14 de la Loi; c) dans quelles affaires le procureur général est-il intervenu, et quels motifs ont été avancés pour justifier ses interventions?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la Loi sur le directeur des poursuites pénales, il n’y a eu aucune intervention de ma part en qualité de procureur général en vertu de l’article 14 de la Loi pour la période du 21 octobre 2019 jusqu’au 9 mars 2021.

Question no 496 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne les frais de service de la dette nationale: le gouvernement a-t-il analysé dans quelle mesure les frais de service de la dette augmenteront si les taux d’intérêt augmentent de (i) 1 %, (ii) 2 %, (iii) 3 % et, le cas échéant, quelles sont les projections quant à l’augmentation des frais de service de la dette?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les plus récentes projections concernant les frais de la dette publique sont présentées dans l’Énoncé économique de l’automne 2020, qui a été publié le 30 novembre 2020, et peuvent être consultées à partir de l’adresse suivante: https://www.budget.gc.ca/fes-eea/2020/home-accueil-fr.html. De façon plus particulière, les projections concernant l’intérêt versé sur la dette fédérale pour l’année en cours et pour les cinq années suivantes sont présentées au tableau A1.5, à la page 126, dans la rangée intitulée « Frais de la dette publique ».
Ces projections des frais de la dette publique ont été calculées en fonction des prévisions des taux d’intérêt qui ont été fournies par les prévisionnistes du secteur privé dans le cadre d’un sondage mené en septembre 2020. D’autres renseignements à ce sujet et les résultats de ce sondage effectué en septembre, sont présentés aux pages 119 à 121 de l’Énoncé économique de l’automne 2020, ce qui comprend les projections du secteur privé du taux des bons du Trésor à trois mois et des taux des obligations du gouvernement à dix ans du gouvernement du Canada, lesquelles devraient respectivement augmenter de 100 et de 130 points de base au cours d’une période de planification de cinq ans. Une mise à jour des projections concernant les frais de la dette publique du gouvernement sera fournie dans le cadre du budget de 2021.

Question no 497 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne les comités consultatifs en matière d’économie du gouvernement: a) quels impôts chacun des comités consultatifs a-t-il recommandé au gouvernement de hausser pour maintenir des niveaux plus élevés de dépenses fédérales; b) dans quelle mesure les comités consultatifs ont-ils recommandé de hausser les impôts et taxes?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal. Dans le cadre de cette approche, le gouvernement cherche régulièrement à obtenir des commentaires des Canadiens et de divers groupes consultatifs.
Le gouvernement a réduit le taux de la deuxième tranche d’imposition du revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %. Cette réduction d’impôt pour la classe moyenne, en vigueur depuis 2016, bénéficie à plus de 9 millions de Canadiens. Les particuliers célibataires qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 330 $ chaque année et les couples qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 540 $ chaque année.
Le gouvernement a également introduit l’Allocation canadienne pour enfants en 2016, ce qui signifie plus d’argent pour les familles qui en ont le plus besoin. L’Allocation canadienne pour enfants a aidé près de 300 000 enfants à sortir de la pauvreté, en leur donnant un meilleur départ dans la vie.
De plus, l’augmentation proposée du gouvernement du montant personnel de base réduirait les impôts de 20 millions de Canadiens. D’ici 2023, les particuliers célibataires pourraient économiser près de 300 $ en impôts chaque année, alors que les familles, y compris les familles monoparentales, pourraient économiser près de 600 $ en impôts chaque année. Près de 1,1 million de Canadiens de plus ne paieraient plus d’impôt en 2023. Une ventilation détaillée des incidences nettes de ces mesures est disponible sur le site Web du ministère des Finances Canada: www.canada.ca/fr/ministere-finances/nouvelles/2020/02/annexe--incidence-nette-des-mesures-visant-a-rendre-le-cout-de-la-vie-plus-abordable-pour-les-canadiens.html.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à rebondir, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 499 --
M. Tako Van Popta:
En ce qui concerne l’incidence que les hausses de taxes et d’impôt du gouvernement ont sur les Canadiens: le gouvernement a-t-il mené une analyse pour déterminer les répercussions des futures hausses d’impôt et de taxes sur les Canadiens et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les conclusions de toute analyse effectuée, ventilés par type de hausse d’impôt ou de taxes à venir?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal.
Le gouvernement a réduit le taux de la deuxième tranche d’imposition du revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %. Cette réduction d’impôt pour la classe moyenne, en vigueur depuis 2016, bénéficie à plus de 9 millions de Canadiens. Les particuliers célibataires qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 330 $ chaque année et les couples qui en bénéficient obtiennent une réduction moyenne de leur impôt de 540 $ chaque année.
Le gouvernement a également introduit l’Allocation canadienne pour enfants en 2016, ce qui signifie plus d’argent pour les familles qui en ont le plus besoin. L’Allocation canadienne pour enfants a aidé près de 300 000 enfants à sortir de la pauvreté, en leur donnant un meilleur départ dans la vie.
De plus, l’augmentation proposée du gouvernement du montant personnel de base réduirait les impôts de 20 millions de Canadiens. D’ici 2023, les particuliers célibataires pourraient économiser près de 300 $ en impôts chaque année, alors que les familles, y compris les familles monoparentales, pourraient économiser près de 600 $ en impôts chaque année. Près de 1,1 million de Canadiens de plus ne paieraient plus d’impôt en 2023. Une ventilation détaillée des incidences nettes de ces mesures est disponible sur le site Web du ministère des Finances Canada: www.canada.ca/fr/ministere-finances/nouvelles/2020/02/annexe--incidence-nette-des-mesures-visant-a-rendre-le-cout-de-la-vie-plus-abordable-pour-les-canadiens.html.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à rebondir, le gouvernement se concentrera sur des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 500 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne les hausses de taxes par le gouvernement: le gouvernement a-t-il effectué une analyse des hausses de taxes qui seront nécessaires pour soutenir la croissance prévue des dépenses fédérales et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les constatations d’une telle analyse?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, l’approche du gouvernement à l’égard de la politique fiscale est de s’appuyer sur son historique visant à rendre le coût de la vie plus abordable pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, tout en favorisant une plus grande équité dans le régime fiscal.
La première action du deuxième mandat du gouvernement était d’introduire une mesure qui augmenterait les montants que les Canadiens peuvent gagner avant de devoir payer l’impôt sur le revenu fédéral à 15?000 $ d’ici 2023. Afin de s’assurer que cet allègement fiscal vise les personnes qui en ont le plus besoin, les avantages seraient progressivement éliminés pour les Canadiens les plus riches.
Cette mesure s’appuie sur la réussite d’initiatives clés au cours de son premier mandat, y compris la baisse d’impôt pour la classe moyenne annoncée en 2015, le taux d’imposition plus élevé du revenu des particuliers pour les Canadiens les plus riches, ainsi que l’introduction de l’Allocation canadienne pour enfants et de l’Allocation canadienne pour les travailleurs. Le gouvernement a également amélioré l’équité fiscale en éliminant des échappatoires, en retirant des mesures qui profitent de manière démesurée aux plus riches et en luttant contre l’évitement fiscal afin que chaque Canadien ait une chance réelle et juste de réussir.
Pour l’instant, la priorité du gouvernement est d’aider les familles et les entreprises à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de la pandémie de COVID-19. Une fois que la COVID-19 sera sous contrôle et que l’économie du Canada sera prête à reprendre, le gouvernement se concentrera à faire des investissements ciblés intelligents pour relancer l’économie du pays et commencer à réparer les dommages causés par la pandémie.

Question no 501 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne l’analyse de la situation financière des Canadiens effectuée par le gouvernement: le gouvernement a-t-il réalisé une analyse sur le nombre de Canadiens qui éprouveraient de graves difficultés financières s’ils perdaient leur emploi, ou si leurs impôts augmentaient, et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les conclusions de l’analyse?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les données de l’Enquête sur la sécurité financière de 2016 ont été utilisées pour évaluer à quel point les ménages canadiens étaient sensibles à la perte de revenus à court terme. Bien que cette enquête ait été menée il y a quelques années, la répartition de la richesse évolue lentement avec le temps et, par conséquent, l’enquête est une approximation raisonnable de la vulnérabilité financière potentielle des familles canadiennes à l’arrivée de la pandémie de COVID-19. Le ministère estime que plus de la moitié des ménages qui travaillent ont une quantité insuffisante d’actifs liquides pour pleinement remplacer une interruption de deux mois du revenu après impôt. Par conséquent, ces ménages pourraient subir une importante détérioration de leur qualité de vie et pourraient éprouver des difficultés à s’acquitter de leurs obligations financières ou à répondre à leurs besoins essentiels.
Les ménages vulnérables sur le plan financier se retrouvent partout au pays, avec les plus grandes parts au Canada atlantique, au Québec et dans les Prairies. Les plus jeunes ménages ont un risque plus élevé de vulnérabilité financière: 54 %des plus jeunes ménages sont vulnérables sur le plan financier à une interruption de travail de deux mois comparativement à 46 % des ménages plus âgés. Dans une analyse semblable qui utilise l’Enquête sur la sécurité financière de 2016, la Banque du Canada a constaté que les ménages dans les domaines professionnels les plus vulnérables à la pandémie, par exemple, les ventes et les services, ont les positions financières les plus faibles. La source se trouve à l’adresse: https://www.banqueducanada.ca/2020/06/note-analytique-personnel-2020-8/. Dans le même ordre d’idées, selon les seuils de faible revenu, Statistique Canada a indiqué qu’un ménage qui travaille sur quatre n’aurait pas suffisamment d’actifs liquides pour demeurer hors de la catégorie des faibles revenus au cours d’une interruption de travail de deux mois. La source se trouve à l’adresse: https://www150.statcan.gc.ca/n1/en/pub/45-28-0001/2020001/article/00010-fra.pdf?st=DG2ZxWGC.
Ces résultats suggèrent qu’un nombre important de ménages canadiens ont une marge de manœuvre financière limitée pour faire face à des pertes de revenus temporaires au cours de la pandémie. Ces constatations soulignent l’importance de l’intervention économique du Canada à la COVID-19 en ciblant les gens qui en ont le plus besoin et en permettant aux Canadiens de traverser ce choc, par exemple, la Prestation canadienne d’urgence, la Subvention salariale d’urgence du Canada et le report des paiements sur les prêts hypothécaires, entre autres. Ce soutien a été critique pour aider à atténuer les difficultés financières des ménages jusqu’à maintenant au cours de la pandémie.

Question no 502 --
M. Blake Richards:
En ce qui concerne la taxe avec indexation sur l’alcool instituée par le gouvernement dans le budget de 2017: quel est le total des recettes perçues au moyen de cette taxe chaque année depuis 2017?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, les revenus des droits d'accise reflètent l'impact de la taxe avec indexation. Cette dernière, en vigueur depuis le 1er avril 2017, représente l'augmentation annuelle du taux de droit d'accise. Les revenus des droits d'accise sont présentés dans le volume II des Comptes publics, Revenu national, sous la section Revenus.
Voici les revenus totaux des droits d'accise pour les années financières 2017-2018 à 2019-2020.
Selon les Comptes publics du Canada de 2018 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2018, soit du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 504 206 215 $.
Selon les Comptes publics du Canada de 2019 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2019/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2019, soit du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 727 618 734 $.
Selon les Comptes publics du Canada de 2020 disponibles à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2020/vol2/rn-nr/rev-fra.html, pour l’année financière se terminant le 31 mars 2020, soit du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, les revenus totaux des droits d’accise se sont élevés 3 510 617 737 $.

Question no 504 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne l’engagement du gouvernement de planter deux milliards d’arbres, en se concentrant initialement sur les milieux urbains: a) combien de terrains ont été repérés pour y planter des arbres; b) quels sont les détails relatifs à chaque terrain, y compris (i) son emplacement, (ii) le type de propriétaire (municipalité, propriétaire privé, gouvernement fédéral, etc.), (iii) coût d’achat ou coût d’achat prévu, s’il y a lieu, (iv) espèces d’arbres à planter; c) quelles municipalités ont été pressenties au sujet de la plantation d’arbres en milieu urbain; d) quel est le coût prévu par arbre planté en milieu urbain; e) quel pourcentage de l’ensemble du programme devraient représenter les arbres en milieu urbain?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada est résolument déterminé à respecter son engagement de planter 2 milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années.
Ressources naturelles Canada souhaite mobiliser ceux qui pensent que faire croître des forêts au Canada constitue une mesure fondée sur la nature qui vient soutenir les autres mesures nationales de lutte contre les changements climatiques. Le programme Accroître les forêts canadiennes a récemment lancé deux nouveaux processus, soit un appel de déclaration d’intérêt et une demande de renseignements, pour déterminer le souhait et la capacité des organisations de planter des arbres dans l’ensemble du Canada au cours des années à venir.
Une demande de renseignements auprès des futurs participants a été lancée récemment pour répertorier les organisations intéressées et en savoir davantage sur leur vision et leur capacité de mettre à exécution des projets de plantation d’arbres d’envergure, pendant une année ou pendant plusieurs années à l’échelle du Canada, ou de participer à de tels projets. Cela contribuera à déterminer le concept du programme Accroître les forêts canadiennes, à élaborer les futurs processus pour maximiser la participation au programme et renforcer la collaboration.
Le programme Accroître les forêts canadiennes accordera environ 16 % du financement sous forme de contribution pour la plantation d’arbres dans les régions urbaines et périurbaines, en collaboration avec les municipalités et les organisations qui peuvent mobiliser de vastes groupes communautaires, par exemple, les commissions scolaires, les collectivités autochtones, et d’autres. Les possibilités de plantation d’arbres comprennent notamment l’expansion, l’entretien et la diversification des forêts urbaines, qui peuvent également contribuer à la résilience des collectivités face au changement climatique, en atténuant les risques tels que les dangers accrus d’incendie de forêt.
Des programmes fédéraux existants appuient déjà la plantation d’arbres, alors qu’environ 150 millions de semences devraient être plantées d’ici 2022 par l’entremise du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, en collaboration avec les provinces et les territoires, et des arbres devraient être plantés par l’entremise du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes, en collaboration avec les collectivités locales. Le gouvernement du Canada continue aussi d’appuyer la campagne de plantation d’arbres le long de l’Autoroute des héros, qui a permis de planter plus de 750 000 arbres sur les 2 millions prévus en Ontario entre Trenton et Toronto.
Dans le cadre de son engagement à appuyer les forêts et le secteur forestier du Canada, le gouvernement du Canada a pris des mesures rapides en raison de la pandémie de COVID-19 en fournissant jusqu’à 30 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises du secteur forestier, y compris les exploitations de plantation d’arbres, et défrayer les coûts liés aux mesures de santé et sécurité pour la COVID-19. Ce financement a contribué à assurer le succès de la saison 2020 de plantation d’arbres et la plantation d’environ 600 millions d’arbres, tout en protégeant les travailleurs et les collectivités.

Question no 515 --
M. John Williamson:
En ce qui concerne la Marine royale canadienne (MRC), depuis le 1er janvier 2018: a) combien de fois des Navires canadiens de Sa Majesté de la MRC ont-ils emprunté le détroit de Taïwan dans la mer de Chine méridionale; b) quelles sont les dates de ces transits?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, dans le cadre de sa politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, le Canada s’est engagé à être un acteur fiable dans la région Asie-Pacifique par son engagement durable et de solides partenariats.
Les Forces armées canadiennes jouent un rôle actif dans la région grâce à une formation régulière et à des engagements avec des alliés et des partenaires clés. Ces efforts renforcent la capacité du Canada à promouvoir le multilatéralisme et l’ordre international fondé sur des règles, et démontrent son engagement ferme envers la stabilité et la sécurité dans la région Asie-Pacifique.
Dans le cadre de déploiements dans la région, des navires de la Marine royale canadienne traverseront périodiquement le détroit de Taïwan.
Le Canada est déterminé à promouvoir la paix et la sécurité maritimes et à maintenir l’ordre international fondé sur des règles.
Lors de leurs déploiements à l’étranger, les navires des Forces armées canadiennes sont exploités conformément au droit international, y compris à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.
En réponse aux parties a) et b) de la question, les navires de la Marine royale canadienne ont traversé le détroit de Taïwan dans la mer de Chine méridionale à cinq reprises entre le 1er janvier 2018 et le 10 mars 2021.
Voici les dates de ces passages: 1) les 4 et 5 octobre 2018; 2) les 17 et 18 juin 2019; 3) les 9 et 10 septembre 2019; 4) les 23 et 24 septembre 2019; et 5) les 2 et 3 octobre 2020.

Question no 519 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne l’analyse financière effectuée par le gouvernement: une analyse de l’augmentation de l’endettement des ménages a-t-elle été réalisée depuis 2016, et, le cas échéant, quels étaient les principaux facteurs ayant contribué à l’augmentation de l’endettement des ménages selon les conclusions de l’analyse?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, Statistique Canada a diffusé les résultats de l’Enquête sur la sécurité financière de 2019 le 22 décembre 2020. L’enquête a démontré que presque le tiers, soit 30,2 %, des familles canadiennes étaient sans dettes en 2019, une proportion presque inchangée depuis les résultats de 2016. Pour celles qui étaient endettées, la valeur médiane de leur dette en 2019 était de 79 000 $ par famille, ce qui représentait environ 6 400 $ de moins qu’en 2016 en tenant compte de l’inflation.
Les familles, dans leur ensemble, ont rapporté détenir davantage de dette hypothécaire en 2019, en hausse de 7 milliards de dollars par rapport à 2016. Cependant, la valeur médiane des hypothèques pour les familles qui en avaient une a chuté au cours de la même période de 201 200 $ à 190 000 $. Le niveau de la dette non hypothécaire est demeuré inchangé entre 2016 et 2019, une valeur médiane de 20 000 $.
Les détails se trouvent à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201222/dq201222b-fra.htm.

Question no 523 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne les employés du gouvernement, ventilés par ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale: combien et quel pourcentage des employés travaillaient à la maison en date du (i) 1er mars 2020, avant la pandémie, (ii) 1er mars 2021?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire du premier ministre, du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Monsieur le Président, la santé et la sécurité physiques et psychologiques des employés restent une priorité absolue pour le gouvernement du Canada. Le gouvernement du Canada continue à être guidé par les conseils et les directions des autorités de santé publique, y compris l'administrateur en chef de la santé publique du Canada, et par les directives des provinces, des territoires et des villes. Bien que la pandémie de COVID-19 présente des défis permanents pour les Canadiens et pour la fonction publique, le gouvernement s'est engagé collectivement et avec succès dans la gestion de COVID-19 dans le cadre de ses activités courantes et de la prestation continue de programmes et de services clés aux Canadiens.
Les autorités de santé publique ont signalé que les exigences en matière d'éloignement physique doivent rester en place; ainsi, de nombreux employés de la fonction publique fédérale de partout au pays continueront de travailler à distance et de manière efficace dans un avenir prévisible afin de continuer à offrir des programmes et des services clés aux Canadiens. Les informations concernant les fonctionnaires qui travaillent à domicile ne sont pas systématiquement suivies dans une base de données centralisée.
Les sous-ministres et les autres administrateurs généraux des organisations de la fonction publique fédérale prennent des décisions concernant l'accès aux lieux de travail et les protocoles de sécurité nécessaires en se fondant sur des directives pangouvernementales, en tenant compte de la situation locale en matière de santé publique, des exigences opérationnelles de chaque organisation et de la nature du travail. L'accès des employés aux lieux de travail fédéraux varie d'une organisation à l'autre, en fonction des exigences opérationnelles.
Le gouvernement du Canada s'engage à soutenir les employés, que ce soit physiquement sur le lieu de travail ou à domicile. Ensemble et séparément, le gouvernement continuera à fournir les informations, les conseils, les programmes et les services dont les Canadiens ont besoin.

Question no 524 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales sur les répercussions de la pandémie sur le nombre de femmes sur le marché du travail: quelles sont les estimations du gouvernement pour le nombre de femmes, au total, (i) qui avaient un emploi avant la pandémie, en date du 1er mars 2020, (ii) qui ont actuellement un emploi, (iii) qui ont quitté la population active depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 8 733 600 femmes employées au Canada en février 2021, comparativement à 9 082 500 en février 2020, 12 mois plus tôt, soit une diminution de 348 900 ou -3,8 %. Au cours de la même période, le nombre de femmes sur le marché du travail, c’est-à-dire qui étaient employées ou au chômage, a diminué de 73 700, ou -0,8 %.
La source se trouve sur le site de Statistique Canada, Caractéristiques de la population active, données mensuelles désaisonnalisées et la tendance-cycle, 5 derniers mois, à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410028701&request_locale=fr.

Question no 526 --
Mme Jag Sahota:
En ce qui concerne la déclaration parue dans le Toronto Star du directeur des communications de la ministre du Travail, « EDSC-Travail a mis sur pied une équipe chargée de cette tâche et a pris des mesures pour en renforcer les capacités », au sujet de l’interdiction d’importer des biens qui sont le produit de travail forcé: a) qui sont les membres de l’équipe; b) à quelle date l’équipe a-t-elle été mise sur pied; c) combien de réunions l’équipe a-t-elle eues et à quelles dates s’est-elle réunie; d) quel est le mandat de l’équipe; e) combien d’évaluations proactives des chaînes d’approvisionnement l’équipe a-t-elle entreprises; f) combien de plaintes réactives ont été reçues et ont donné lieu à une enquête; g) quelle a été la conclusion de chacune des enquêtes en e) et f)?
Response
M. Anthony Housefather (secrétaire parlementaire de la ministre du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, un certain nombre de fonctionnaires du Programme du travail d’Emploi et Développement social Canada, ou EDSC, travaillent sur la question du travail forcé. Ces fonctionnaires font partie de la Direction des affaires internationales et intergouvernementales du travail, ou AIIT. L’équipe qui s’affaire sur le travail forcé comprend des agents des politiques, des analystes des politiques et des gestionnaires, sous la supervision d’un directeur.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, l’interdiction de l’importation de biens issus du travail forcé découle d’une obligation de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique qui est entré en vigueur le 1er juillet 2020. L’équipe qui effectue la recherche et l’analyse des chaînes d’approvisionnement problématiques est intégrée dans une division existante d’AIIT. Elle travaille à l’élaboration d’une approche et à la mise en place de mécanismes qui permettront au Canada de s’attaquer à la question des importations de biens produits par du travail forcé. Depuis, d’autres membres de l’équipe d’AIIT ont également entrepris des recherches et des analyses sur les chaînes d’approvisionnement problématiques.
Concernant la partie c) de la question, des réunions et des conversations sur la question du travail forcé et des chaînes d’approvisionnement problématiques ont lieu régulièrement depuis plusieurs mois, dans divers formats et à différents niveaux. Étant donné qu’il s’agit d’une initiative nouvelle, des réunions ont eu lieu et continuent d’être tenues pour rendre opérationnelle l’interdiction d’importation de biens issus du travail forcé, pour assurer la coordination avec les autres ministères fédéraux concernés et pour discuter des approches de recherche et d’analyse.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, la principale responsabilité de l’équipe est d’examiner les allégations selon lesquelles des chaînes d’approvisionnement ont recours à du travail forcé. Après avoir examiné une allégation, l’équipe du Programme du travail d’EDSC effectue des recherches et des analyses, et prépare des rapports factuels en vue d’établir la probabilité qu’un chargement précis contienne des biens issus du travail forcé.
Concernant la partie e) de la question, il faut de référer à la réponse de la partie g)
Concernant la partie f) de la question, il faut se référer à la réponse de la partie g)
En réponse à la partie g) de la question, bien que le Programme du travail d’EDSC mène des recherches proactives sur les chaînes d'approvisionnement dans la région du Xinjiang, il s'engage à examiner et à compléter ses recherches et analyses de diligence raisonnable sur toutes les allégations reçues par l'Agence des services frontaliers du Canada.

Question no 527 --
Mme Jag Sahota:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales sur les répercussions de la pandémie sur les employés syndiqués au Canada: combien d’employés syndiqués, au total, (i) avaient un emploi au début de la pandémie de COVID-19 ou en date du 1er mars 2020, (ii) ont actuellement un emploi, (iii) ont quitté la population active depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 4 992 000 employés syndiqués au Canada en février 2021, comparativement à 4 930 700 en février 2020, soit une augmentation de 61 300 ou +1,2 %. Notons que que l’Enquête sur la population active ne recueille pas d’information sur l’ancien statut de couverture syndicale des personnes qui ne font plus partie de la population active, c’est-à-dire les personnes qui ne sont pas employées ou au chômage.
La source se trouve à Statistique Canada. Tableau 14-10-0069-01 Couverture syndicale selon l'industrie, données mensuelles non désaisonnalisées (x 1 000) à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410006901&request_locale=fr.

Question no 529 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques du gouvernement relatives aux effets de la pandémie sur la main-d’œuvre, depuis le 1er mars 2020: combien de Canadiens ont vu leurs (i) heures de travail réduites, (ii) revenus réduits, depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon l’Enquête sur la population active, en février 2021, comparativement à 12 mois plus tôt, il y avait 406 000 personnes de plus, soit +50 %, qui travaillaient moins de la moitié de leurs heures habituelles pour des raisons probablement liées à la COVID-19. L’Enquête sur la population active ne permet pas de déterminer si les gains d’une personne ont changé au fil du temps. Toutefois, les renseignements suivants sur le nombre d’employés selon diverses tranches salariales ont été communiqués lors de la diffusion des données de février 2021 de l’Enquête sur la population active:
Juste avant le début de la pandémie en février 2020, environ le quart de tous les employés au Canada gagnaient 17,50 $ l'heure ou moins, tandis qu'un quart d'entre eux gagnaient plus de 36 $ l'heure. Ces tranches de salaires aident à comprendre les effets persistants de la COVID-19 sur les travailleurs faiblement rémunérés et les travailleurs mieux rémunérés.
Le nombre d'employés gagnant 17,50 $ l'heure ou moins a augmenté de 203 000 en février, selon les données non désaisonnalisées. Cela a contrebalancé en partie la baisse de 321 000 observée en janvier et a coïncidé avec le redressement de l'emploi observé en février dans les secteurs du commerce de détail et des services d'hébergement et de restauration, où les salaires moins élevés sont plus fréquents.
En février 2021, le nombre d'employés dans cette tranche de salaires avait diminué de 791 000, ou -19,7 %, par rapport à 12 mois plus tôt. Près des deux tiers des baisses, ou 63,6 %, ont touché les femmes, et tous les groupes d'âge ont enregistré des diminutions semblables. Les jeunes hommes ont été bien moins touchés par la baisse, soit -82 000 ou -11,4 %, que les jeunes femmes, soit -178 000 ou -20,9 %, selon les données non désaisonnalisées.
En revanche, 410 000 employés de plus, soit +10,3 %, gagnaient plus de 36 $ l'heure en février comparativement à un an plus tôt, selon les données non désaisonnalisées. Le nombre d'employés dans cette tranche de salaires élevés a suivi une tendance à la hausse pendant l'été et au début de l'automne 2020, avant de se stabiliser au cours des derniers mois et de rester à peu près inchangé en février, selon les données non désaisonnalisées.
Le graphique 6 - La reprise de l'emploi est la plus lente chez les employés les plus faiblement rémunérés, se trouve au lien suivant: www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/cg-a006-fra.htm
La source se trouve dans l’Enquête sur la population active de février 2021, Le Quotidien www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210312/dq210312a-fra.htm et les indicateurs supplémentaires de l’Enquête sur la population active utilisés dans l’analyse de février 2021.

Question no 530 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques gouvernementales relatives aux effets de la pandémie sur les étudiants de niveau postsecondaire: combien d’étudiants de niveau postsecondaire, au total, (i) avaient un emploi au début de la pandémie de COVID-19 ou au 1er mars 2020, (ii) ont un emploi à l’heure actuelle, (iii) ont quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, il y avait 1 019 000 étudiants âgés de 15 à 24 ans occupant un emploi en février 2021, comparativement à 1 199 700 en février 2020, soit une diminution de 180 800, ou -15,1 %, selon les données non désaisonnalisées. Au cours de la même période, le nombre d’étudiants sur le marché du travail, c’est-à-dire ayant un emploi ou sans emploi, a diminué de 77 300, ou -5,8 % selon les données non désaisonnalisées. Il est à noter que ces données ne font pas de distinction entre le type d’école, secondaire et postsecondaire.
La source est Statistique Canada. Tableau 14-10-0021-01 Taux de chômage, taux d'activité et taux d'emploi selon le genre d'étudiant durant les mois d'étude, données mensuelles non désaisonnalisées, disponible à l’adresse www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410002101&request_locale=fr.

Question no 532 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les statistiques du gouvernement relatives à l’incidence de la pandémie sur l’emploi des professionnels travaillant dans le secteur de la fabrication au Canada: en tout, combien de professionnels de la fabrication, (i) étaient employés au début de la pandémie de COVID-19, ou en date du 1er mars 2020, (ii) sont actuellement employés, (iii) ont quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie de COVID-19?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, selon les estimations de l’Enquête sur la population active, 1 746 900 personnes travaillaient dans l’industrie manufacturière en février 2021, soit pratiquement le même nombre qu’en février 2020, soit 1 747 200.
La source est Statistique Canada. Tableau 14-10-0355-01 Emploi selon l'industrie, données mensuelles désaisonnalisées et non désaisonnalisées, et tendance-cycle, 5 derniers mois (x 1 000) disponible à l’adresse (www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410035501&request_locale=fr.

Question no 540 --
Mme Leah Gazan:
En ce qui concerne le paiement d’une somme ponctuelle allant jusqu’à 300 $ par enfant et le changement temporaire subséquent à la formule de calcul de l’Allocation canadienne pour enfants: a) le gouvernement a-t-il évalué le nombre supplémentaire de familles qui recevraient le paiement et dont le revenu familial net est au-dessus du seuil établi dans la formule précédente et, si tel est le cas, quel est le résultat de cette évaluation; b) le gouvernement a-t-il évalué le coût supplémentaire associé au paiement du montant maximal de 300 $ par enfant aux familles dont le revenu familial net est au-dessus du seuil établi dans la formule précédente et, si tel est le cas, quel en est le coût estimatif; c) quelle méthode a été utilisée pour le changement temporaire à la formule?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’ analyse de l’ARC a déterminé que 265 000 familles supplémentaires dont le revenu familial net était supérieur au seuil de la formule précédente recevaient le versement unique d’au plus 300 $ par enfant.
En ce qui concerne la partie b) cette même analyse mentionné dans la partie b) a également déterminé que les familles dont le revenu net était supérieur au seuil de l’ancienne formule recevaient des versements totalisant près de 88 millions de dollars.
Pour ce qui est de la partie c) l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE, est régie par l’article 122.6 de la Loi de l’impôt sur le revenu. L’article 122.6 de la Loi est modifié de temps à autre pour refléter les changements dans le calcul de prestations. La Loi a été modifiée en 2020 pour ajouter l’article 1.01 afin d’inclure le versement unique de l’ACE dans le calcul du mois de mai 2020, comme suit:
COVID-19 — somme additionnelle
(1.01) Si le mois visé au paragraphe (1) est le mois de mai 2020, chaque somme exprimée en dollars visée aux alinéas a) et b) de l’élément E de la formule figurant au paragraphe (1), telle que rajustée en vertu du paragraphe (5), est réputée être égale pour ce mois au total de cette somme et d’une somme additionnelle de 3 600 $. Il est entendu que le rajustement visé au paragraphe (5) ne s’applique pas à l’égard de cette somme additionnelle.
Le montant maximal annuel total par enfant, quel que soit son âge, a été augmenté de 300 $ pour les enfants admissibles au versement de mai 2020.
Les montants ont été augmentés pour le mois de mai comme suit: pour chaque enfant admissible de moins de 6 ans: 6 639 $ plus 3 600 $, pour un total de 10 239 $; pour chaque enfant admissible âgés de 6 à 17 ans: 5 602 $ plus 3 600 $, pour un total de 9 202 $
Le montant de 3 600 $ réparti sur 12 mois équivaut à 300 $ pour le mois de mai 2020.
Aucun changement n’a été apporté au seuil ou aux taux d’élimination.

Question no 541 --
M. Matthew Green:
En ce qui concerne la décision de l’ARC de suspendre temporairement, à compter de mars 2020, les programmes et services de « vérifications à risque élevé », « grandes entreprises internationales », « observation des contribuables à valeur nette élevée », « vérification de la TPS/TVH des grandes entreprises », « vérification des transactions complexes », « vérification des actions accréditives » et « programme de dénonciateurs de l’inobservation fiscale à l’étranger », ventilé par chacun des programmes et services mentionnés, par mois, depuis mars 2020 jusqu’au rétablissement des services de vérification, et par niveau de risque d’inobservation: a) quelle est la proportion de vérifications suspendues par rapport à l’ensemble des vérifications; b) parmi les vérifications en a), quelle est la proportion de vérifications encore suspendues par rapport au total des vérifications qui ont été reprises; c) quelles étaient les tâches effectuées par les auditeurs pendant la période de suspension; d) combien de dossiers ont été fermés; e) pour les dossiers fermés en d), quelle était la durée moyenne du traitement d’un dossier avant que l’on décide de le fermer; f) parmi les dossiers fermés en d), (i) combien ont fait l’objet d’un avis de cotisation, (ii) combien ont été transférés au programme d’enquêtes criminelles; g) quel a été le changement dans le nombre de vérificateurs, exprimé en équivalent temps plein?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b), d), e), f)(i) et g), en raison de la pandémie de COVID-19, plusieurs programmes ont été temporairement interrompus durant la période demandée puisqu’ils n’étaient pas jugés comme des services critiques. Les charges de travail des employés ont donc été remplacées par des services critiques. L’ARC n’est pas en mesure de fournir les données qui sont demandées, car elle n’a pas créé d’indicateur de système visant à déterminer quels dossiers ont été mis en suspens en raison des interruptions liées à la COVID-19. Depuis le début de la pandémie, l’ARC a travaillé à la conception et à la mise en œuvre des programmes de prestation liées à la COVID-19. L’ARC a également réaffecté plusieurs vérificateurs afin de contribuer aux activités de vérification liées à ces nouveaux programmes. Compte tenu de la pandémie de COVID-19 et de la redistribution des charges de travail, le volume de dossiers faisant l’objet d’une vérification par l’ARC est plus faible que prévu.
En réponse à la partie c) de la question, en raison de la pandémie de COVID-19, plusieurs programmes ont été temporairement interrompus puisqu’ils n’étaient pas jugés comme des services critiques. Les charges de travail des employés ont été remplacées par des services critiques, tels que les programmes de prestations liés à la COVID-19, les activités des centres d’appels liées à la COVID-19 et les activités d’exploitation. Les activités de vérification se sont poursuivies tout au long de la pandémie, mais elles étaient limitées aux vérifications à risque élevé et aux circonstances exceptionnelles.
En réponse à la partie f)(ii) de la question, entre le 1er avril 2020 et le 31 décembre 2020, selon les données les plus récentes disponibles, 40 renvois des programmes de vérification de l’ARC au Programme des enquêtes criminelles de l’ARC ont eu lieu. Nous ne pouvons pas fournir une ventilation des renvois de chaque programme de la manière demandée étant donné que les systèmes de l’ARC ne permettent pas d’assurer le suivi de ce niveau de détail.

Question no 543 --
Mme Leah Gazan:
En ce qui concerne la surveillance de la conformité de la Subvention salariale d’urgence du Canada depuis sa création, ventilé par niveau de risque de non-respect de la législation fiscale et par secteur d’activité: a) combien de demandes ont été (i) approuvées, (ii) rejetées; b) parmi les demandeurs en a), combien d’entreprises ont une ou des filiales établies dans des États jugés préoccupants par l’Agence du revenu du Canada (ARC); c) l’ARC a-t-elle vérifié si les entreprises en b) ont une ou des filiales dans des États préoccupants et, si non, pourquoi pas; d) combien d’entreprises ont reçu des trop-payés attestés; e) parmi les entreprises en d), quelle est la valeur totale de ces trop-payés; f) l’ARC a-t-elle fait le recoupement des données entre les entreprises ayant reçu un trop-payé et celles ayant une ou plusieurs filiales établies dans des États préoccupants et, le cas échéant, quelle est la valeur totale de ces trop-payés versés à des entreprises ayant une ou plusieurs filiales dans des États préoccupants?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, les données de vérification du programme de Subvention salariale d'urgence du Canada, ou SSUC, sont des renseignements de nature très délicate. Le fait de fournir des renseignements détaillés sur le nombre exact de vérifications prévues ou effectuées pour un programme d’observation donné pourrait encourager certains contribuables à prendre des raccourcis et des positions abusives dans le but d’éviter d’être repérés.
En réponse à la partie a) de la question, le nombre total de demandes pour la SSUC qui ont été approuvées est disponible sur le site Web de l’ARC à la page intitulée Demandes à ce jour – Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) à l’adresse www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/subvention/subvention-salariale-urgence/ssuc-statistiques.html. En date du 7 mars 2021, 10 670 demandes initiales du SSUC ont été annulées ou rejetées, c'est-à-dire refusées. De ce chiffre, 7 202 ont été annulées, et 3 650 ont été rejetées.
Concernant les parties b), c) et f), l’ARC ne recueille pas le nombre de sociétés demanderesses de la SSUC qui ont une ou des filiales dans des administrations étrangères préoccupantes de la manière dont les renseignements sont demandés pour ce programme de prestation. La majorité des contribuables qui sont susceptibles d’avoir une ou des filiales dans des administrations étrangères préoccupantes n’ont pas encore produit leur déclaration de revenus des sociétés et toutes les déclarations de renseignements connexes couvrant les périodes admissibles pour lesquelles les demandes de SSUC ont été présentées. Par conséquent, l’ARC appliquera ses systèmes d’évaluation du risque à ces déclarations de revenus requises et elle relèvera les contribuables présentant le risque le plus élevé pour ses programmes d’observation de base et pour son programme de vérification après paiement de la SSUC, ce qui peut comprendre un examen des filiales se trouvant dans des administrations étrangères préoccupantes en fonction des risques liés à l’observation qui sont décelés.
En règle générale, l’ARC utilise en effet la présence de filiales se trouvant dans des administrations étrangères préoccupantes comme un facteur de risque lors de la sélection des dossiers à des fins de vérification.
Pour ce qui est de la partie d), les activités d’observation sont toujours en cours. Un avis de détermination sera envoyé aux contribuables lorsqu’il est déterminé, à la suite d’une vérification après paiement, que les demandes des contribuables devraient être réduites ou refusées.
Concernant la partie e) de la question, comme il a été mentionné, les activités d’observation sont en cours et il est trop tôt pour établir un rapport à cet égard. Toutefois, le montant total qui a été refusé par l’entremise de demandes rejetées en totalité ou en partie était d’un peu plus de 800 millions de dollars en date du 22 mars 2021.

Question no 550 --
Mme Shannon Stubbs:
En ce qui concerne la promesse du gouvernement faite lors de la campagne électorale de 2019 de planter deux milliards d’arbres: a) combien d’arbres ont été plantés à ce jour; b) quel est le nombre d’arbres plantés à ce jour, ventilé par (i) province, (ii) municipalité ou lieu géographique?
Response
M. Marc Serré (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada est résolument déterminé à respecter son engagement de planter 2 milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années.
Ressources naturelles Canada souhaite mobiliser ceux qui pensent que faire croître des forêts au Canada constitue une mesure fondée sur la nature qui vient soutenir les autres mesures nationales de lutte contre les changements climatiques. Le programme Accroître les forêts canadiennes a récemment lancé deux nouveaux processus, soit un appel de déclaration d’intérêt et une demande de renseignements, pour déterminer le souhait et la capacité des organisations de planter des arbres dans l’ensemble du Canada au cours des années à venir.
Une demande de renseignements auprès des futurs participants a été lancée récemment pour répertorier les organisations intéressées et en savoir davantage sur leur vision et leur capacité de mettre à exécution des projets de plantation d’arbres d’envergure, pendant une année ou pendant plusieurs années à l’échelle du Canada, ou de participer à de tels projets. Cela contribuera à déterminer le concept du programme Accroître les forêts canadiennes, à élaborer les futurs processus pour maximiser la participation au programme et renforcer la collaboration.
Des programmes fédéraux existants appuient déjà la plantation d’arbres, alors qu’environ 150 millions de semences devraient être plantées d’ici 2022 par l’entremise du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, en collaboration avec les provinces et les territoires, et des arbres devraient être plantés par l’entremise du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes, en collaboration avec les collectivités locales. Le gouvernement du Canada continue aussi d’appuyer la campagne de plantation d’arbres le long de l’Autoroute des héros, qui a permis de planter plus de 750 000 arbres sur les 2 millions prévus en Ontario entre Trenton et Toronto.
Dans le cadre de son engagement à appuyer les forêts et le secteur forestier du Canada, le gouvernement du Canada a pris des mesures rapides en raison de la pandémie de COVID-19 en fournissant jusqu’à 30 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises du secteur forestier, y compris les exploitations de plantation d’arbres, et défrayer les coûts liés aux mesures de santé et sécurité pour la COVID-19. Ce financement a contribué à assurer le succès de la saison 2020 de plantation d’arbres et la plantation d’environ 600 millions d’arbres, tout en protégeant les travailleurs et les collectivités.
Advisory bodiesAlbas, DanAlcoholic drinksAudits and auditorsBarlow, JohnBenefits for childrenBlock, KellyCanada Emergency Response BenefitCanada Emergency Wage SubsidyCanada Revenue AgencyChampagne, François-Philippe ...Show all topics
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2021-04-26 16:24 [p.6188]
Madam Speaker, we have seen pandemic profiteers using government funding to pay executive bonuses and shareholder dividends. We have also seen additional wealth accumulation of the billionaire class during the pandemic, amounting to $87 billion. The Green Party believes that we need a wealth tax and stronger rules to ensure that people are not enriching themselves with COVID relief funding.
Would the hon. member agree with me?
Madame la Présidente, des gens ont profité de l'aide gouvernementale liée à la pandémie pour verser des primes à des dirigeants et des dividendes à des actionnaires. Des milliardaires ont accumulé davantage de richesse — quelque 87 milliards de dollars — pendant la pandémie. Le Parti vert croit qu'il faut un impôt sur la fortune et des règles plus strictes pour empêcher les gens de s'enrichir au moyen de l'aide financière versée en réponse à la COVID.
Le député partage-t-il mon avis?
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2021-04-26 16:25 [p.6188]
Madam Speaker, we completely agree.
The member for Joliette fought tooth and nail to get money back from tax havens and for people who use them to pay their taxes. It is a matter of horizontal and vertical equity. Everyone pays taxes. Why should those people not pay theirs?
Once again, the Canadian government is signing agreements with tax havens, allowing people to avoid paying their fair share. Those are the consequences of the lax attitude adopted by the Liberals and Conservatives, the latter being even worse.
It is hard to imagine that anyone could be worse than the Liberals when it comes to tax havens, but the Conservatives are. Neither party really wants vertical and horizontal equity or for the rich to pay their taxes so that the money can be used to help the public. That is obvious.
Madame la Présidente, nous sommes parfaitement d'accord.
Le député de Joliette s'est battu bec et ongles pour qu'on puisse aller chercher de l'argent dans les paradis fiscaux et pour que ces gens paient leurs impôts. C'est une question d'équité horizontale et verticale. Tout le monde paie ses impôts. Pourquoi ces gens ne paieraient-ils pas les leurs?
Encore une fois, le gouvernement canadien signe des ententes avec des paradis fiscaux, permettant aux gens d'éviter de payer leur juste part. Ce sont les conséquences du laxisme des libéraux et des conservateurs, et ces derniers sont encore pires.
On ne pouvait pas penser qu'il y aurait pire que les libéraux relativement aux paradis fiscaux. Or oui, il y a les conservateurs. Les deux partis ne veulent vraiment pas que l'équité verticale et horizontale soit respectée et que les riches paient leurs impôts afin qu'on puisse mettre cet argent au service des citoyens. C'est une évidence.
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
Madam Speaker, we know that during this pandemic, the rich have become richer and more and more Canadians are struggling. Despite the Liberals' long-time commitment to fight for the middle class and lift Canadians up, the budget does not include a wealth tax, which would be critical in ensuring that the rich pay their fair share of taxes and that everybody can be lifted up.
What do the Liberals have against the rich paying their fair share of taxes?
Madame la Présidente, nous savons que, durant cette pandémie, les riches se sont enrichis et que les Canadiens sont de plus en plus nombreux à avoir du mal à joindre les deux bouts. Malgré l’engagement de longue date des libéraux à défendre la classe moyenne et à améliorer le sort des Canadiens, le budget ne prévoit pas de taxe sur la richesse, ce qui serait essentiel pour que les riches paient leur juste part d’impôts au profit de tout le monde.
Pourquoi les libéraux s’opposent-ils à ce que les riches paient leur juste part d’impôts?
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-04-22 10:41 [p.6002]
Madam Speaker, as I go through the budget, I see it as definitely an equity-seeking one, whether it is through the luxury tax on vehicles or a more robust system for ensuring we catch tax evaders. The difference between the Canadian economy and other economies around the world is that we are not a quid pro quo system where Canadians put in money to get something back for an individual service. The Canadian system and Canadian society are really about all pitching in to ensure that our neighbours are well taken care of and that on a rainy day we are taken care of.
When I look at budget 2021, again, it is one of the most equity-seeking, most equitable budgets that I have seen in a very long time and—
Madame la Présidente, en parcourant le budget, je constate que c’est assurément un budget qui vise l’équité, que ce soit au moyen de la taxe sur les véhicules de luxe ou d’un système plus robuste pour contrer l’évasion fiscale. La différence entre l’économie canadienne et d’autres économies du monde, c’est que les services fournis aux Canadiens ne sont pas conditionnels au versement d'une contrepartie financière. Dans la société et le système canadien, tout le monde se serre les coudes. Nous voulons que nos voisins soient bien traités et que tous reçoivent l'aide dont ils ont besoin durant les périodes difficiles.
Je le répète, le budget de 2021 est l’un des plus équitables que j’ai vus depuis longtemps et…
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, during the pandemic, during the crisis, many, many families and small business employees suffered, but other people raked in huge profits. Canada's richest people increased their wealth by $78 billion in the past year.
Does my colleague think the wealthiest people and big corporations such as Amazon and Netflix should pay for the recovery, so that workers and their families do not have to?
Madame la Présidente, pendant la pandémie, pendant la crise, énormément de familles et de travailleurs de petites entreprises ont souffert, mais d'autres personnes en ont profité énormément. Les plus fortunés du Canada se sont enrichis de 78 milliards de dollars au cours de la dernière année.
Ma collègue ne pense-t-elle pas que, pour éviter que les travailleurs et leur famille paient pour la relance, il faudrait plutôt que cela soit les plus riches et les grandes compagnies, comme Amazon ou Netflix?
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2021-04-22 10:58 [p.6005]
Madam Speaker, the rich get richer, and the most connected, elite, big companies, the ones with the big lobby firms and the big connections, and the people behind them, are always the ones that do best when government brings out big government spending and big government programs and tries to help.
That is why I think Canadians should have expected the budget to have a recovery plan that would allow for a path to get back to balancing the budget, so future generations of governments would have the ability to make decisions that reflect their priorities, and actually enable the private sector and entrepreneurs to create jobs and invest in the economy.
I guess, just like how not one of 2 billion trees promised managed to plant itself, neither does the budget balance itself.
Madame la Présidente, les riches continuent de s’enrichir, car c’est toujours l’élite, les grandes sociétés de lobbying et les gens qui travaillent pour eux qui en profitent le plus lorsque le gouvernement se lance dans des dépenses effrénées pour mettre en œuvre des programmes d’aide.
C’est la raison pour laquelle les Canadiens s’attendaient, je pense, à ce que le gouvernement propose un plan de retour à l’équilibre budgétaire, afin que les gouvernements futurs soient en mesure de prendre des décisions qui reflètent leurs priorités et afin que le secteur privé et les entrepreneurs puissent créer des emplois et investir dans l’économie.
C’est comme les deux milliards d’arbres qui avaient été promis et dont personne n’a vu la couleur: rien n’est prévu pour un retour à l’équilibre budgétaire.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to thank the hon. member for his comments, especially around economists. I once heard a respected conservative economist say that economists exist to make astrologers look good.
I want to ask the member about taxing the ultrawealthy to help pay back this pandemic debt. It is low-income Canadians who have been really impacted by this. People have lost their jobs and some people have lost their lives. Why has the government not brought in a wealth tax? Eighty per cent of Canadians want a wealth tax on the ultrawealthy. Instead, we get a luxury tax of 10% on people's latest Ferrari or yacht. Why has the government not taken the bold step to bring in a wealth tax so that the wealthy are paying this debt down?
Madame la Présidente, je remercie le député de sa réponse, surtout en ce qui concerne les économistes. Je me souviens qu’un économiste conservateur respecté m’a dit un jour que les économistes ne sont là que pour mettre en valeur les astrologues.
J’aimerais parler de la possibilité de taxer les ultrariches pour rembourser la dette due à la pandémie. Ce sont surtout les Canadiens à faible revenu qui ont été touchés par cette pandémie. Ils ont perdu leur emploi, et parfois même leur vie. Pourquoi le gouvernement ne propose-t-il pas un impôt sur la fortune? Quatre-vingts pour cent des Canadiens y sont favorables. Au lieu de cela, on nous propose une taxe de 10 % sur l’achat d’une Ferrari ou d’un yacht dernier cri. Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas eu l’audace de proposer un impôt sur la fortune, afin que les mieux nantis contribuent au remboursement de la dette?
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I will tell the hon. member that I do not own a yacht or a fancy car, unless one calls a Subaru a fancy car.
The short answer is that wealth taxes do not work. When they have been tried, they have been abandoned. The most effective wealth tax we have is the capital gains tax. I expect that, given the irrational exuberance of the some of the real estate sales, there will be quite a significant windfall for the government on the sales of assets.
Madame la Présidente, je répondrai au député que je ne possède ni yacht ni voiture de luxe, à moins que l'on considère qu’une Subaru est une voiture de luxe.
La réponse est simple: l’impôt sur la fortune ne sert à rien. Les gouvernements qui l’ont essayé l’ont abandonné. L’impôt sur la fortune le plus efficace est l’impôt sur la plus-value. Je suppose que, étant donné l’exubérance irrationnelle de certaines transactions immobilières, le gouvernement va bénéficier d'une manne considérable.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Hochelaga.
She knows that many people have suffered during this pandemic, in particular workers, seniors and business owners in her riding.
Many others have become much richer. The wealthiest have amassed an additional $78 billion during this crisis. Big companies like Amazon and Netflix have made record profits.
Unfortunately, her government refuses to create a wealth tax or an excess profits tax. Why are the Liberals going to make families pay for the economic recovery?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue d'Hochelaga.
Elle sait que beaucoup de gens ont souffert durant cette pandémie, notamment des travailleurs, des travailleuses, des personnes âgées et des entrepreneurs de sa circonscription.
Or, beaucoup de gens se sont considérablement enrichis. Les plus fortunés ont amassé 78 milliards de dollars de plus pendant cette crise. De grandes compagnies comme Amazon ou Netflix ont fait des profits records.
Malheureusement, son gouvernement refuse d'instaurer un impôt sur la fortune ou un impôt sur les profits excessifs. Pourquoi les libéraux vont-ils faire payer aux familles la relance économique?
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-04-22 11:43 [p.6011]
Madam Speaker, I would remind my colleague that our government is committed to making GAFAM and their ilk pay and ensuring that they contribute to our country's economic and cultural system.
However, it is up to Canadians as a society to take on debt in order to get through this pandemic.
Madame la Présidente, je rappellerai à mon collègue que notre gouvernement s'est engagé à faire payer les GAFAM de ce monde et à s'assurer qu'ils vont contribuer au système économique et culturel de notre pays.
C'est toutefois aux Canadiens, collectivement, de s'endetter pour passer au travers de la pandémie.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, today we are talking about the 2021 federal budget. This is the Liberals' first budget in two years.
I have to say that, sadly, this does not bode well for future generations. In addition to about $400 billion in unbudgeted spending over the past year, this budget includes another $150 billion in red ink for the year to come. Moreover, if everything is okay in five years, the government is projecting a more modest $31-billion deficit for 2025-26. On Monday, Radio-Canada described that as pretty close to balancing the budget.
They seem to have lost sight of the value of money. They do not know the difference between $1 and $1 billion. This is nothing like Liberals' fiscal rigour under Jean Chrétien. It does not even come close to what the Liberals under the current Prime Minister promised when, in 2015, the Liberal Party leader projected three small $10-billion deficits and a balanced budget by 2019. Let us not forget that.
I understand, of course, that the pandemic has created the need for temporary support programs to get through this crisis, programs that we have supported and even helped improve many times over the past year. However, that does not explain this orgy of spending, this $101 billion in new spending that is not all related to the pandemic and that, once in place, will be here to stay. A government program is the closest thing to eternal life on earth. It does not actually exist.
Worse still, we learned that the budget, presented in the House of Commons on Monday, was already outdated the next day. The Prime Minister came out and said he would increase health transfers— something the provinces and the opposition parties have been calling for—right after the pandemic. Either the Prime Minister thinks the pandemic is going to last until 2025, or he has not included the increases to health transfers in his spending. This will inevitably add to the deficit after the pandemic.
We also want to act on the request made by the provincial premiers. Ideally, it would be unconditional, because health services are entirely under provincial jurisdiction. The only problem is that the amounts requested are nowhere to be found in the budget.
This budget is an 725-page brick, a half-baked document that the government took two years to complete. It was presented less than 48 hours ago, it has not even been voted on yet, and we already know that the figures for the next five years will have to be modified because the government did not have the foresight to include an amount for health transfers.
I have a feeling that many other amounts will have to be added or modified after seniors aged 65 to 74 begin complaining because they just learned that the announced increase in OAS applies only to those aged 75 and over. This is a measure that involves increasing the pension by 10% next year, but also offering a one-time $500 payment this year, just before the election. In fact, there is a good chance that an election will be triggered in August.
This issue was met with public outcry in my riding, including from Ms. Bélanger in Saint-Jean-Port-Joli, Mr. Fortin in Saint-Aubert, Ms. Plourde in Notre-Dame-du-Portage, Ms. Petit in Rivière-du-Loup and Mr. Saint Pierre in Sainte-Anne-de-la-Pocatière. These people and many others have called me since the budget was tabled, and they are very angry.
The government's discrimination against younger seniors, a group I will soon be a part of, shocked the people at the Fédération de l'âge d'or du Québec, the FADOQ, and other seniors' associations across the country. I would not be surprised if the government eventually had to put things right by raising the pensions of seniors between the ages of 65 and 74. The $12 billion could potentially grow to $24 billion or $30 billion. Once again, the projections in the budget are obsolete.
The budget does not contain more money for the third link in Quebec City or the extension of Highway 20 to Rimouski. If the government is so willing to go into debt and extend the deficits for years and even decades to stimulate the economy, in can at least build something of use for future generations.
We also had to run deficits under the Harper government. Members will recall that deficits were necessary during the 2008-09 crisis. However, the money was used in large part to support our communities by building and renewing infrastructure, which would serve and continues to serve Canadians.
In 10 or 20 years, what will the Liberals' legacy be to justify all these billions of dollars of borrowed money?
After the budget was tabled, we made a troubling discovery. By 2022-23, the deficits that the Liberal government has been accumulating since 2015 will have exceeded the eye-watering sum of $662 billion. That is more than the $630 billion in total debt accumulated by all other prime ministers combined since Confederation. The debt has doubled in the span of eight years. It is unbelievable, and it makes no sense.
Did Canada's GDP double in eight years? Did all Canadians' wages double in eight years? Obviously not. The Liberals just do not get it.
Despite mismanaging its own programs, the Liberal government now wants to get into child care, which it announced a long time ago but never did anything about.
I have nothing against day cares. The shortage of day care spots is a problem for many young mothers in my riding. However, child care, like health, is an area of provincial jurisdiction.
I am certain that the two provincial representatives in my riding are doing everything they can to improve access to child care services in these difficult times. In Quebec, we made the political choice to implement universal access to subsidized day care, and we pay for it with provincial income taxes. As everyone knows, nothing is free. This was a choice we made as a society. Quebeckers agreed to pay more income tax to support young families.
I would like to point out that, in Quebec, individuals pay 15% income tax on the first $45,000, compared with British Columbians, who pay only 5% provincial income tax on the first $42,000. In the next bracket, $84,000, Quebeckers pay 20% of their income to Quebec City, while British Columbians pay only 7.7% of their income to Victoria. That is a difference of 10% to 12%, which is enormous.
I will ask the government this: Why should Quebeckers take on 23% of the new debt? The $30 billion that the Liberals intend to invest in child care will be funded entirely through deficits. Quebec already has a child care system. That means that we will be paying twice, through our income tax, each year. Since the Liberals cannot restrain their centralizing federalist tendencies, we can also expect any transfers or compensation to be subject to the federal government's conditions.
Clearly, today's Liberals are far from being able to manage public funds as well as they did under Jean Chrétien and Paul Martin. Who would have guessed that a Conservative member would ever say such a thing? I have no choice but to admit that some Liberals did do a good job of managing this country.
This budget is a huge, 739-page campaign brochure that is not intended to get the country back on a solid foundation for the future, but to trigger an election and promise something for everyone. Canadians, especially the young Canadians who will have to pay for all of this, are not fooled by this attempt to buy Canadians' votes with their own money.
Two days ago I was shocked by the Liberal budget and I still am. For two days, I have been getting endless phone calls, email and text messages. People in my riding cannot understand why the government chose to run such huge deficits. These deficits were racked up before the infamous pandemic. Mr. Trudeau did not keep his promise. That is the first thing that needs—
Madame la Présidente, nous discutons aujourd'hui du budget fédéral de 2021. Il s'agit du premier budget présenté par les libéraux depuis deux ans.
Je dois dire que ce n'est malheureusement pas de bon augure pour les générations futures. En plus de dépenses sans budget d'environ 400 milliards de dollars au cours de la dernière année, on retrouve 150 autres milliards de dollars à l'encre rouge pour l'année à venir. Qui plus est, si tout va bien dans cinq ans, le gouvernement projette, pour 2025-2026, un déficit plus modeste de 31 milliards de dollars. Selon les dires de Radio-Canada lundi, ce serait presque l'équilibre budgétaire.
On ne connaît vraiment plus la valeur de l'argent, on a perdu le nord entre 1 $ et 1 milliard de dollars. Nous sommes très loin de la rigueur fiscale que les libéraux ont connue sous Jean Chrétien, et même de celle promise par les libéraux de l'actuel premier ministre, qui s'attendait, comme chef du Parti libéral en 2015, à faire trois petits déficits de 10 milliards de dollars, suivis d'un retour à l'équilibre budgétaire en 2019. Ne l'oublions pas.
Je peux évidemment comprendre que la pandémie ait entraîné la nécessité d'offrir des programmes d'aide ponctuels pour traverser la crise, ce que nous avons appuyé, et même cherché à améliorer de nombreuses fois au cours de la dernière année. Or, cela ne peut pas expliquer cette orgie de dépenses, ces 101 milliards de dollars en nouvelles dépenses qui ne sont pas toutes liées à la pandémie et qui, une fois en place, sont là pour rester. Un programme gouvernemental, c'est ce qui ressemble le plus à la vie éternelle sur Terre: c'est une chose qui n'existe pas.
Pire encore, nous avons appris que le budget, présenté lundi à la Chambre des communes, était déjà désuet le lendemain. En effet, le premier ministre est allé dire que l'augmentation des transferts en santé, réclamée haut et fort par les provinces et par les partis de l'opposition, aurait lieu immédiatement après la pandémie; soit le premier ministre croit que la pandémie va durer jusqu'en 2025, soit il n'a pas intégré dans ses dépenses l'augmentation des transferts en santé. Des sommes seront donc inévitablement ajoutées au déficit après la pandémie.
Nous souhaitons également, de notre côté, donner suite à la demande faite par les premiers ministres provinciaux. Cela se ferait idéalement sans condition, parce que les services de santé relèvent entièrement de la compétence provinciale. Le seul problème, c'est que les sommes demandées ne sont aucunement mentionnées dans le budget.
Ce budget est une brique de 864 pages, un brouillon que le gouvernement a mis deux ans à publier. Il a été présenté il y a moins de 48 heures, il n'est même pas encore voté, et on sait déjà que les chiffres des cinq prochaines années vont devoir être modifiés parce que le gouvernement n'a pas eu la présence d'esprit de prévoir un montant pour les transferts en santé.
J'ai l'impression que bien d'autres montants devront être ajoutés ou modifiés à la suite de la grogne des aînés de 65 ans à 74 ans, qui ont appris que l'augmentation annoncée pour la Sécurité de la vieillesse ne s'appliquait qu'aux 75 ans et plus. On parle ici d'une mesure visant à rehausser la pension de 10 % l'année prochaine, mais également à offrir un chèque de 500 $ cette année, tout juste avant les élections. En effet, la probabilité que des élections soient déclenchées au mois d'août est élevée.
Dans ma circonscription, cette question a soulevé un tollé, notamment auprès de Mme Bélanger, de Saint-Jean-Port-Joli; de M. Fortin, de Saint-Aubert; de Mme Plourde, de Notre-Dame-du-Portage; de Mme Petit, de Rivière-du-Loup; et de M. Saint Pierre, de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Ces personnes et plusieurs autres m'ont appelé depuis le dépôt du budget, car elles sont vraiment fâchées.
La mesure discriminatoire envers les jeunes aînés, dont je ferai bientôt partie, a fait sursauter les gens de la Fédération de l'âge d'or du Québec, la FADOQ, et d'autres regroupements de personnes âgées au pays. Je ne serais pas surpris que le gouvernement doive éventuellement corriger le tir en augmentant également la pension des gens de 65 ans à 74 ans. Le montant de 12 milliards de dollars pourrait donc potentiellement atteindre de 24 milliards à 30 milliards de dollars. Encore une fois, les projections incluses dans le budget sont désuètes.
On ne se retrouve pas non plus, dans le budget, avec davantage de sommes pour le troisième lien à Québec ou pour le prolongement de l'autoroute 20 vers Rimouski. Si le gouvernement est à ce point prêt à s'endetter et à faire perdurer les déficits pour encore des années ou des décennies afin de stimuler l'économie, il pourrait au moins bâtir quelque chose pour les générations futures, qui pourraient en faire usage.
Nous avons aussi eu à faire des déficits sous le gouvernement Harper. On se souvient que des déficits ont été nécessaires lors de la crise de 2008-2009. Cependant, les sommes ont alors servi en grande partie à soutenir nos communautés en bâtissant et en renouvelant des infrastructures, qui allaient servir et qui servent toujours aux Canadiens.
Dans 10 ou 20 ans, quel aura été le legs des libéraux permettant de justifier tous ces milliards de dollars empruntés?
À la suite de la présentation du budget, on peut faire un constat troublant: d'ici à 2022-2023, les déficits cumulatifs du gouvernement libéral, en place depuis 2015, auront dépassé la somme colossale de 662 milliards de dollars. C'est plus que les 630 milliards de dollars de la dette totale accumulée par tous les autres premiers ministres canadiens depuis la Confédération. En l'espace de huit ans, la dette a doublé. C'est incroyable et cela n'a pas de bon sens.
Est-ce que le PIB du Canada aura doublé en huit ans? Est-ce que le salaire de tous les Canadiens aura doublé en huit ans? La réponse est évidemment non. Les libéraux n'ont rien compris.
Malgré que le gouvernement libéral gère très mal les programmes qui sont sous sa gouverne, il cherche à se lancer de nouveau dans les garderies, ce qui a été annoncé depuis belle lurette, mais qui n'a jamais été fait.
Je n'ai rien contre les garderies. Le manque de places en garderie est un problème auquel plusieurs jeunes mères de ma circonscription sont confrontées. Or les services de garde, tout comme la santé, relèvent du gouvernement provincial.
Je suis certain que les deux élus de ma circonscription font tout leur possible pour améliorer l'accès à ces services en ces temps difficiles. Au Québec, nous avons fait le choix politique de mettre en place l'accès universel au service de garde subventionné, et nous le payons au moyen de l'impôt provincial. Comme chacun le sait, rien n'est gratuit. Il s'agit d'un choix de société. Les Québécois se sont engagés à payer plus d'impôt pour soutenir les jeunes familles.
J'aimerais souligner que, au Québec, un particulier paie 15 % d'impôt sur la première tranche de 45 000 $, alors qu'en Colombie-Britannique, un particulier paie seulement 5 % d'impôt provincial pour une tranche de revenu semblable de 42 000 $. Dans la tranche suivante, celle de 84 000 $, un Québécois paie 20 % de son salaire à Québec, alors qu'un résident de la Colombie-Britannique paie seulement 7,7 % de son salaire à Victoria. Il s'agit d'une différence de 10 % à 12 %, ce qui est énorme.
Je pose la question au gouvernement: pourquoi les Québécois devraient-ils assumer 23 % de la nouvelle dette? On doit admettre que les 30 milliards de dollars que les libéraux prévoient investir dans les garderies seront entièrement financés par les déficits. Le Québec a déjà un programme de garderie. Cela fait que l'on paierait en double, par l'entremise de nos impôts, et ce, chaque année. Comme les libéraux ne peuvent s'empêcher d'agir en fédéralistes centralisateurs, on peut également s'attendre à ce que tout transfert ou toute somme compensatoire soit assujetti à des conditions qu'Ottawa voudra imposer.
De toute évidence, les libéraux actuels sont loin d'être les bons gestionnaires de fonds publics qu'ils étaient à l'époque de Jean Chrétien ou de Paul Martin. Qui aurait cru qu'un député conservateur allait dire cela un jour? Je n'ai d'autre choix que d'avouer que certains libéraux ont déjà bien géré le pays.
Il s'agit d'une grande brochure électorale de 864 pages qui ne vise pas à remettre le pays sur des bases solides pour assurer son avenir, mais qui vise plutôt à déclencher des élections et à promettre quelque chose à tout le monde. Les Canadiens, et surtout les jeunes qui auront à payer tout cela, ne sont pas dupes de cette tentative d'acheter les Canadiens, avec leur propre argent, pour obtenir leur vote.
Il y a deux jours, j'ai été estomaqué par le budget libéral, et je le suis encore. Depuis deux jours, je reçois d'innombrables appels, courriels et textos. Les gens de ma circonscription ne comprennent pas pourquoi le gouvernement a choisi de faire des déficits aussi importants. Ces déficits ont été faits avant la fameuse pandémie. M. Trudeau n'a pas respecté sa promesse. C'est la première chose qu'il faut...
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his speech. I will address his concerns about a balanced budget.
Looking beyond the necessary spending and investments, the NDP noticed that this budget contains some of our own ideas, including a universal affordable child care program.
We also need to look at the revenue column, something the Conservatives rarely do. Does my colleague agree that web giants like Amazon should pay taxes and that there should be a wealth tax and an excessive profits tax?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours. Je vais aller dans le sens de ses préoccupations quant à un possible équilibre budgétaire.
Nous, au NPD, au lieu de ne regarder que les dépenses et les investissements nécessaires, nous constatons que ce programme contient certaines de nos idées, notamment un programme de services de garde universel et abordable.
Or, il faut aussi regarder la colonne des revenus, ce que les conservateurs font rarement. Mon collègue serait-il d'accord que les géants du Web paient leurs impôts et qu'il y ait un impôt sur la fortune et sur les profits excessifs, comme ceux d'Amazon?
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
We have always agreed that people who do business in Canada should pay their fair share of taxes. This is a good principle that applies to all Canadians.
My colleague is correct in saying that, in accounting, there is a right-hand column and a left-hand column. The problem with the Liberals is that they only pay attention to the spending, not the revenues. The budget says nothing about revenues, so we find only spending and, of course, deficits, because we do not have enough revenue to balance the budget.
That is unfortunate. The Liberal government will not make any cuts, but it must make responsible decisions at some point to make sure we return to a balanced budget. That is not addressed anywhere in the 664 pages of this budget.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Nous avons toujours été d'accord avec la notion que les gens qui font des affaires au Canada paient les impôts qu'ils doivent. Ce principe est bon pour l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes.
Mon collègue a raison de dire que, en comptabilité, il y a une colonne de gauche et une colonne de droite. Le problème avec les libéraux, c'est qu'ils ne s'attardent qu'aux dépenses, pas aux revenus. Dans ce budget, on ne parle pas de revenus et on se retrouve avec seulement des dépenses, mais aussi des déficits puisqu'on n'a justement pas assez de revenus pour équilibrer le budget.
C'est malheureux. Le gouvernement libéral ne fera pas de compressions, mais il devra prendre des décisions responsables à un moment donné pour s'assurer de revenir à un équilibre budgétaire, ce qui n'apparaît nulle part dans les 664 pages de ce budget.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2021-04-22 15:59 [p.6053]
Mr. Speaker, the hon. member spoke lovingly about watching the historic moment with his daughters when Canada's first woman delivered a budget as Minister of Finance, yet while 5.5 million Canadian workers lost their jobs or had their hours cut, Canada's 47 billionaires made a record $78 billion during the pandemic.
In her book Plutocrats: The Rise of the New Global Super-Rich and the Fall of Everyone Else, the minister wrote that political decisions helped create the super-elite in the first place and as the economic might of the super-elite class grew so did the political muscle.
Was it the political muscles and economic might of the super-elite that resulted in this budget not having a wealth tax or an excise profit tax or consultations rather than real action on tax haven reform?
Monsieur le Président, le député raconte avec émotion qu'il a assisté avec ses filles à un moment historique lorsque la ministre des Finances a été la première femme du Canada à présenter un budget. Pourtant, 5,5 millions de travailleurs canadiens ont perdu leur emploi ou ont vu leurs heures de travail réduites, tandis que les 47 milliardaires du Canada ont gagné un revenu record de 78 milliards de dollars durant la pandémie.
Dans son ouvrage intitulé Plutocrats: The Rise of the New Global Super-Rich and the Fall of Everyone Else, la ministre soutient que des décisions politiques ont contribué à la création de la super élite et que le pouvoir économique de la super élite s'est accru en même temps que son influence politique.
Est-ce en raison du pouvoir économique et de l'influence politique de la super élite que le budget ne prévoit pas de taxe sur la fortune ou sur les profits excessifs, et ne propose que des consultations plutôt que de véritables mesures concernant une réforme pour lutter contre les paradis fiscaux?
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2021-04-22 16:00 [p.6053]
Mr. Speaker, a luxury tax on luxury items such as vehicles and airplanes is included in the budget. There is also a 1% tax on the value of properties for Canada's first national tax on vacant properties owned by non-residents, non-Canadians who can afford property in Canada. We are doing many things to ensure we provide and protect the middle class, and we will continue to do more.
Monsieur le Président, le budget instaure une taxe de luxe sur les véhicules et les avions, de même que la première taxe nationale du Canada de 1 % sur les biens vacants appartenant à des non-résidents, des non-Canadiens qui ont les moyens d'acquérir une propriété au Canada. Nous prenons de nombreuses mesures pour protéger la classe moyenne et nous continuerons à faire davantage.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, my colleague is a fellow British Columbian, so he knows very well that my constituents in New Westminster—Burnaby are hard working. They are running small businesses. Families, people with disabilities, seniors and students are all struggling through this pandemic and we have now hit this tragic third wave, which is the worst yet in the pandemic. My constituents are shocked with the fact that the Liberal government will be cutting the supports that people so desperately need during this pandemic and are angered by the profiteering we have seen during this pandemic. Canada's billionaires are adding $78 billion to their wealth at a time when so many people are struggling.
My question for my colleague is very simple. The budget gives a free ride to the ultra-wealthy in the country. Does he feel it is appropriate, at this critical time, that the Liberals are giving a free ride to Canada's ultra-wealthy?
Madame la Présidente, mon collègue est un compatriote de la Colombie-Britannique, et il est donc bien placé pour savoir que les électeurs de ma circonscription de New Westminster-Burnaby font partie des classes laborieuses. Un certain nombre d’entre eux gèrent des petites entreprises. Que ce soit des familles, des personnes handicapées, des personnes âgées ou des étudiants, ils se démènent tous pour faire face à cette pandémie qui en est à sa troisième vague, la pire de toutes. Les électeurs de ma circonscription ne comprennent pas pourquoi le gouvernement libéral supprime les aides dont les gens ont désespérément besoin pendant cette pandémie, et ils sont furieux lorsqu’ils voient les profits excessifs que certains ont tirés de la crise sanitaire. Les milliardaires canadiens vont se mettre dans les poches 78 milliards de dollars, à une époque où tant de gens tirent le diable par la queue.
La question que je voudrais poser à mon collègue est très simple. Avec ce budget, le gouvernement permet aux Canadiens les plus riches du pays de s’en tirer à bon compte. Pense-t-il que cela soit approprié, en cette période particulièrement difficile?
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2021-04-20 10:48 [p.5831]