Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 2605
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, this is Canadian Environment Week, and it is a great time to remind ourselves that our country's natural beauty needs protection. That is why the Conservative Party released its plan, “Secure the Environment”.
This plan will protect our environment and uphold our commitments without pitting one region against another, the way the Liberal government does. We will ban the disposal of plastic in our oceans thanks to the bill introduced by the member for York—Simcoe.
Bill C-204 would ban the export of plastic waste to other countries to be dumped in the ocean and instead handle it here at home. Sadly, the Liberals oppose the bill and would rather see us export our plastic waste around the world.
The Liberal government sees the environment as a way to create divisions between Canadians. On our side, we will secure the environment and secure the future for all Canadians.
I wish everyone a happy Environmental Week.
Monsieur le Président, cette semaine est la Semaine canadienne de l'environnement, et c'est le moment de tous nous rappeler que la beauté naturelle de notre pays doit être protégée. C'est pourquoi le Parti conservateur a publié son plan intitulé Agir pour l'environnement.
Ce plan protègera notre environnement et respectera nos engagements, sans dresser une région contre une autre comme le fait le gouvernement libéral. Nous défendrons l'élimination du plastique dans nos océans grâce au projet de loi du député de York—Simcoe.
Le projet de loi C-204 interdirait l'exportation à l'étranger de déchets de plastique qui seraient jetés dans l'océan; il propose plutôt de les traiter ici même au Canada. Malheureusement, les libéraux s'opposent à cette mesure et préféreraient que le Canada exporte ses déchets de plastique un peu partout dans le monde.
Le gouvernement fédéral considère l'environnement comme un moyen de diviser les Canadiens. De notre côté, nous entendons protéger l'environnement et assurer l'avenir de l'ensemble des Canadiens.
Je souhaite à tous une bonne Semaine de l'environnement.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, today, I rise as the member for Lac-Saint-Jean, the vice-chair of the Subcommittee on International Human Rights of the House of Commons, and the vice-chair of the Canada-Uighur Parliamentary Friendship Group, but, above all, I rise as a human being who cares about other human beings, no matter who they are or where they live on this planet.
It is important to know why we are having this debate today, despite what government members might say, since they do not agree on the reason for this debate. Every other member of the House knows why we are having this important debate.
Why are we here? We are here because a report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development has been tabled. It is important to know what it says, because these are the words that will guide our subsequent actions. This report, which is barely a paragraph long, says the following:
That the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development strongly condemn the unacceptable sanctions imposed by the People's Republic of China against one of the Committee's Vice Chairs, the Member of Parliament for Wellington—Halton Hills, and the House of Commons Subcommittee on International Human Rights which represent an affront to Canada's democracy and parliamentary system; as parliamentarians, we will continue to actively denounce human rights violations and breaches of international law in keeping with our respect for basic human rights; and that this motion be reported to the House.
When I rise in the House, I often ask who we work for. We should also ask ourselves what we are working for. In this case, we are working for international human rights, for those who are experiencing genocide. We have evidence. The Subcommittee on International Human Rights did studies in 2018 and 2020, and the evidence is mounting around the world. The BBC did reports on this issue and is no longer allowed to broadcast in China. We know a genocide is happening. The question is not whether it is happening, but how to put a stop to it.
I will read the statement that the subcommittee made on October 21, 2020, which went somewhat unnoticed. It says, and I quote:
The Subcommittee unequivocally condemns the persecution of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang by the Government of China. Based on the evidence put forward during the Subcommittee hearings, both in 2018 and 2020, the Subcommittee is persuaded that the actions of the Chinese Communist Party constitute genocide as laid out in the Genocide Convention.
There are some Liberal members on that committee, which, as we know, does not operate by vote but by consensus. That means that all of the members of the committee agreed with the statement that was made. A press conference was even held, even though the media did not really pick up on it.
I would like to remind members of the recommendations that the subcommittee made and that were adopted on March 12, 2021, by the standing committee it reports to, namely the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development. This is important, and I want to make sure that the House is aware of the recommendations that the subcommittee made to it.
Here is the first recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada, in coordination with international allies, condemn the Government of the People's Republic of China's use of concentration camps to unjustly detain Uyghurs and other Turkic Muslims.
Here is the second recommendation:
The Subcommittee recommends that Global Affairs Canada coordinate an international campaign calling on the Government of the People's Republic of China to immediately release unjustly detained Uyghurs and other Turkic Muslims from its concentration camps.
Here is the third recommendation:
The Subcommittee recommends that Global Affairs Canada coordinate an international effort to pressure the Government of the People's Republic of China to allow independent observers unfettered access to Xinjiang to evaluate the situation of Uyghurs and other Turkic Muslims.
Here is the fourth recommendation:
The Subcommittee recommends that Global Affairs Canada enhance its import control mechanisms to ensure products made with forced labour are not entering the Canadian market. This should include strong punitive measures for individuals and companies that benefit from the use of forced labour.
Here is the fifth recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada enhance the mandate of the Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise to ensure the office has the power to conduct independent investigations, the authority to compel documents and testimony from companies and their executives, and the resources to investigate alleged human rights abuses.
Here is the sixth recommendation:
The Subcommittee recommends that the Department of Justice develop a comprehensive human rights due diligence law that compels businesses to respect the most current international human rights standards across their global operations and supply chains and be held accountable for harms caused in relation to their operations.
Here is the seventh recommendation:
The Subcommittee recommends that Global Affairs Canada undertake a review of Canadian equipment and technologies exported to China to better understand how they are being utilized by end-users in that country. Further to that review, the Government of Canada should implement measures to ensure Canadian individuals, companies and public bodies are not supplying information or technologies that could be used in support of the violation of fundamental human rights.
Here is the eighth recommendation:
The Subcommittee recommends that Public Safety Canada systematically track cases of harassment, by Chinese authorities, of Uyghurs and other Turkic Muslims living in Canada, as well as individuals and groups advocating on their behalf. The Subcommittee also urges the Government of Canada to respond punitively to attempts to repress freedom of expression in Canada and urges it to continue raising the issue with the Government of the People's Republic of China officials.
Here is the ninth recommendation:
The Subcommittee recommends that Immigration, Refugees and Citizenship Canada use existing refugee programs and create an exceptional stream to expedite entry into Canada for Uyghurs and other Turkic Muslims in need of protection, especially human rights defenders, because they are fleeing persecution in Xinjiang and elsewhere. The Canada Border Services Agency should suspend the removal of Uyghurs and other Turkic Muslims to China or other states where they are at risk of deportation.
Here is the 10th recommendation:
The Subcommittee recommends that Global Affairs Canada use all the tools at its disposal to secure the release of Huseyin Celil, including but not limited to the appointment of a special envoy specifically tasked with seeking his release and return.
Here is the 11th recommendation:
The Subcommittee recommends that the House of Commons adopt a motion recognizing the Government of the People's Republic of China's persecution of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang as constitutive of genocide.
This was done, but without the support of the executive of the government.
Here is the 12th recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada declare the Government of the People's Republic of China's oppression of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang as constitutive of genocide. As such, the Government of Canada should also condemn the Government of the People's Republic of China for its organized and systematic persecution of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang.
This has not been done.
Here is the 13th recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada support the request of Canada's ambassador to the United Nations Human Rights Council to gather evidence and investigate the Government of the People's Republic of China's persecution of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang.
Here is the 14th recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada call for the establishment of an impartial and independent United Nations mechanism to monitor and report on the human rights situation of Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang.
Finally, here is the 15th recommendation:
The Subcommittee recommends that the Government of Canada apply targeted sanctions under the Justice for Victims of Corrupt Foreign Officials Act against officials responsible for committing gross violations of human rights against Uyghurs and other Turkic Muslims in Xinjiang. The Government of Canada should also encourage international allies and like-minded countries to pursue similar sanctions.
These words are of immense importance. However, they elicited zero response from the government and its executive, the Minister of Foreign Affairs and the Prime Minister. Every time we asked them a question in the House, they answered that they were working on it and that they are worried about the situation.
Being worried is all well and good, but we are well past that now.
On Saturday, the Uighurs will be protesting in front of the Canadian Olympic Committee's offices, calling for the relocation of the Olympic Games. That is the idea behind the motion moved by the member for Wellington—Halton Hills, which we amended. The government is refusing to comment. It is still worried.
The Uighur genocide started to get more media attention when it became associated with the idea of moving the 2022 Olympics out of Beijing. Suddenly, the media decided to take a closer look at the issue. However, the government is still telling us it will not comment, even though Liberal members who are not part of the executive voted in favour of that motion. I asked my colleague about this earlier. I wanted to know if a Liberal backbencher's vote is worth less than that of a member who is in the executive of the Liberal government.
It is a valid question. If parliamentary secretaries, ministers and the Prime Minister decide not to comment on the issue, what does that tell us as MPs? It tells us that there is a lack of courage, of political will. It tells us that, once again, our government is knuckling under to what can only be described as the tyrannical regime currently in power in China.
We are speaking with Uighurs every day. We are writing to them every day. My Conservative and New Democrat colleagues are doing it, and so are my Liberal colleagues, the ones who are not part of the executive. How can anyone look themselves in the mirror knowing that they are part of a government that cannot call a spade a spade?
If we are to address a problem, we need to be able to name it. The Prime Minister is unable to name the problem. This is not a minor problem. It is a genocide. Genocide is the most serious crime that a human being can perpetrate against another human being. The evidence of this genocide is there, all over the world. The Prime Minister and the Minister of Foreign Affairs cannot bring themselves to say the word “genocide”, even though members of their own party can.
We need to ask ourselves again: What are we working for, and who are we working for? When I get up in the morning, I do not have any trouble looking myself in the mirror. I, too, am on China's blacklist. Honestly, that does bother me, because I have no ties to China and no intention of travelling there in the near future. However, some members of the House who were put on that list have family in China. Perhaps they would have liked to go visit those family members because they are concerned about them, but those members stood up and took that risk. They can look themselves in the mirror every morning.
We wrote an open letter. I think I am pretty lucky, because that open letter was signed by members from all parties of the House, members of the Quebec National Assembly, and Jean-Luc Brassard, who won an Olympic gold medal for Canada in 1994. They signed this letter calling for the Beijing Olympics to be relocated if China continues its genocidal campaign.
Everyone is telling me that I am crazy because it is impossible to relocate the Olympics with just one year's notice. My answer is that where there is a will, there is a way. That is the first thing. Scientists created a vaccine in short order. Everyone told them it was impossible, yet they did it.
Politicians only need the political will. It could have been done. The Tokyo Olympic Games were delayed one year because of the pandemic. Everyone agreed, and no one asked questions when it was announced that the Tokyo Olympics would be postponed for one year. When the Olympics are delayed because of a pandemic, everyone is all right with it, but when we go after the 2022 Olympics because of a genocide, I am told it cannot be done.
Where is the logic in that? If we were able to do it for Tokyo, why can we not do it for Beijing? It is not a pandemic, it is a genocide. Is that not important enough?
I do not understand why any members would be against this idea, given that they get up in the morning telling themselves that they work for their voters and for what is right. What is right is to fight against a tyrannical regime and protect the people who are being oppressed by this regime.
Personally, I am happy, because when I look myself in the mirror, my conscience is clear. There are members on the other side of the House who are going to have to ask themselves a question of vital importance: Why do we enter politics?
Politicians always have to make difficult decisions. They are difficult to make because obviously we know full well what kind of country China is. We know that it is a force to be reckoned with, a global power, and no one wants to upset a global power, considering the economic repercussions. There are also the two Michaels and Huawei to think of.
Do people go into politics expecting it to be easy? No, people go into politics knowing they will have to make difficult decisions. Still, they must be fair. Just because it is hard does not mean it is not fair.
The Prime Minister needs to take a hard look in the mirror. This government needs to look in the mirror and decide whether it will name the problem or not. Once it names the problem, it will be a lot easier to tackle it.
A genocide is currently being carried out in Xinjiang against Uighurs and Turkic Muslims. The government needs to name it and stand up to China. I hope the Liberals will be able to take a good hard look at themselves once they do.
Madame la Présidente, aujourd'hui, je prends la parole à titre de député de Lac-Saint-Jean, de vice-président du Sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes et de vice-président du Groupe d'amitié parlementaire Canada-Ouïghours, mais, surtout, je prends la parole à titre d'être humain qui se soucie d'autres êtres humains, peu importe qui ils sont et où ils vivent sur la planète.
Il est important de savoir pourquoi nous avons ce débat aujourd'hui, et ce, malgré ce que peuvent nous dire les membres de ce gouvernement qui ne sont pas d'accord sur la raison pour laquelle nous avons ce débat. Tous les autres députés de la Chambre savent pourquoi nous tenons cet important débat.
Pourquoi sommes-nous ici? Nous sommes ici parce qu'un rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international a été déposé. ll est important de savoir quels mots ont été utilisés dans ce rapport, parce que ce sont les mots qui dirigent nos actions par la suite. Ce rapport d'à peine un paragraphe dit:
Que le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international condamne fermement les sanctions inacceptables imposées par la République populaire de Chine à l'endroit de l'un des vice-présidents du Comité, le député de Wellington—Halton Hills, et du Sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes et que cela représente un affront à la démocratie et au système parlementaire canadien; en notre qualité de parlementaires, nous continuerons de dénoncer avec vigueur les violations des droits de la personne et du droit international, conformément au respect que nous vouons aux droits de la personne fondamentaux; et que cette motion fasse l'objet d’un rapport à la Chambre.
Quand je me lève à la Chambre, je demande souvent pour qui nous travaillons. Il faut aussi que nous nous demandions pourquoi nous travaillons. Dans le cas qui nous occupe aujourd'hui, nous travaillons pour les droits internationaux de la personne, c'est-à-dire pour ceux qui sont en train de subir un génocide. Nous en avons les preuves. Le Sous-comité des droits internationaux de la personne avait mené des études en 2018 et en 2020, et les preuves s'accumulent de partout sur la planète. La BBC a fait des reportages sur ce dossier et elle est maintenant interdite de diffusion en Chine. Nous savons qu'un génocide est en cours. La question n'est pas de savoir s'il y en a un, mais de savoir comment y mettre fin.
Je vais lire la déclaration qu'a faite le Sous-comité le 21 octobre 2020 et qui a un peu été passée sous silence:
Le Sous-comité condamne sans réserve la persécution des Ouïghours et des autres musulmans turciques du Xinjiang par le gouvernement chinois. À la lumière des témoignages qu’il a recueillis au cours de ses audiences, en 2018 et en 2020, le Sous-comité est persuadé que les gestes du Parti communiste chinois constituent un génocide aux termes de la Convention sur le génocide.
Des députés libéraux font partie de ce comité, et, comme nous le savons, ce sous-comité ne fonctionne pas par vote, mais par consensus. Cela signifie que tous les députés présents à ce comité étaient d'accord sur la déclaration qui a été faite. Une conférence de presse a même eu lieu, mais cela a un peu été passé sous silence dans les médias.
Je rappellerai les recommandations qui ont été faites par ce Sous-comité et qui ont été adoptées le 12 mars 2021 par le comité permanent dont il relève, c'est-à-dire le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international. Cela est important, et je tiens à m'assurer que la Chambre soit consciente des recommandations que ce Sous-comité a faites à la Chambre des communes.
Voici la première recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada, en collaboration avec ses alliés internationaux, condamne l’utilisation, par le gouvernement de la République populaire de Chine, de camps de concentration pour détenir injustement des Ouïghours et d’autres musulmans turciques.
Voici la deuxième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Affaires mondiales Canada coordonne une campagne internationale exhortant le gouvernement de la République populaire de Chine à libérer immédiatement les Ouïghours et les autres musulmans turciques injustement détenus dans ses camps de concentration.
Voici la troisième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Affaires mondiales Canada coordonne une action concertée à l’échelle internationale en vue d’exercer des pressions sur le gouvernement de la République populaire de Chine pour qu’il accorde un plein accès au Xinjiang à des observateurs indépendants afin qu’ils évaluent la situation des Ouïghours et des autres musulmans turciques.
Voici la quatrième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Affaires mondiales Canada améliore ses mécanismes de contrôle des importations afin de garantir que des produits issus du travail forcé ne soient pas vendus sur les marchés canadiens. Entre autres, de lourdes sanctions devraient être imposées aux particuliers et aux entreprises qui tirent profit du travail forcé.
Voici la cinquième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada renforce le mandat de l’ombudsman canadien de la responsabilité sociale pour qu’il ait le pouvoir de mener des enquêtes indépendantes et d’obliger les entreprises et leurs dirigeants à produire des documents et à témoigner et qu’il dispose des ressources nécessaires pour faire enquête sur les violations présumées des droits de la personne.
Voici la sixième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le ministère de la Justice élabore une loi exigeant des entreprises qu’elles fassent preuve de diligence raisonnable en matière de droits de la personne, qui les obligera à respecter les normes internationales les plus récentes en matière de droits de la personne dans le cadre de leurs activités et des chaînes d’approvisionnement internationales et soient tenues responsables des torts attribuables à leurs activités.
Voici la septième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Affaires mondiales Canada entreprenne un examen des technologies et des équipements canadiens exportés en Chine pour mieux comprendre comment ils sont employés par les utilisateurs finaux de ce pays. À la suite de cet examen, le gouvernement du Canada devrait mettre en œuvre des mesures pour garantir que les particuliers, les entreprises et les organismes publics du Canada ne fournissent pas de renseignements ou de technologies pouvant être utilisés pour appuyer des violations des droits fondamentaux de la personne.
Voici la huitième recommandation:
Le Sous-comité recommande que Sécurité publique Canada fasse un suivi systématique du harcèlement que font subir les autorités chinoises aux Ouïghours et à d’autres musulmans turciques vivant au Canada, ainsi qu’aux personnes et aux groupes qui militent pour eux. Le Sous-comité exhorte également le gouvernement du Canada à imposer des sanctions en cas de tentatives visant à réprimer la liberté d’expression au Canada et à continuer d’aborder le problème avec les officiels du gouvernement de la République populaire de Chine.
Voici la neuvième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ait recours aux programmes existants s’adressant aux réfugiés et crée une catégorie spéciale pour accélérer l’entrée au pays des Ouïghours et d’autres musulmans turciques, surtout ceux qui militent pour les droits de la personne et ont besoin de protection parce qu’ils fuient la persécution au Xinjiang et ailleurs. L’Agence des services frontaliers du Canada devrait suspendre le renvoi des Ouïghours et d’autres musulmans turciques vers la Chine ou d’autres États où ils risquent d’être expulsés.
Voici la dixième recommandation:
Le Sous-comité recommande qu’Affaires mondiales Canada utilise tous les outils à sa disposition pour obtenir la libération de Huseyin Celil, y compris, sans s’y limiter, la création d’un poste d’envoyé spécial dont la tâche consisterait précisément à demander sa libération et son retour.
Voici la onzième recommandation:
Le Sous-comité recommande que la Chambre des communes adopte une motion afin de reconnaître que la persécution des Ouïghours et des autres musulmans turciques au Xinjiang par le gouvernement de la République populaire de Chine constitue un génocide.
Cela a été fait sans l'appui de l'exécutif du gouvernement.
Voici la douzième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada déclare que l’oppression par le gouvernement de la République populaire de Chine des Ouïghours et des autres musulmans turciques au Xinjiang constitue un génocide. Par conséquent, le gouvernement du Canada devrait également condamner le gouvernement de la République populaire de Chine pour sa persécution méthodique et systématique des Ouïghours et autres musulmans turciques au Xinjiang.
Cela n'a pas été fait.
Voici la treizième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada appuie la demande de l’ambassadeur du Canada auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en vue de la collecte d’information et de la tenue d’une enquête sur la persécution, par le gouvernement de la République populaire de Chine, des Ouïghours et autres musulmans turciques au Xinjiang.
Voici la quatorzième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada demande la mise en place d’un mécanisme onusien impartial et indépendant pour surveiller la situation des droits de la personne des Ouïghours et autres musulmans turciques au Xinjiang et en faire rapport.
Finalement, voici la quinzième recommandation:
Le Sous-comité recommande que le gouvernement du Canada impose, en vertu de la Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus, des sanctions ciblées à l’endroit des représentants ayant commis de graves violations des droits de la personne contre les Ouïghours et autres musulmans turciques au Xinjiang. Le gouvernement du Canada devrait également encourager ses alliés internationaux et d’autres pays aux vues semblables à imposer des sanctions semblables.
Ces mots sont immensément importants. Pourtant, du côté du gouvernement et de son exécutif, le ministre des Affaires étrangères ainsi que le premier ministre, en premier lieu, c'est le silence radio. Chaque fois que nous leur avons posé une question à la Chambre, on nous a répondu qu'on y travaillait et que la situation les inquiétait.
C'est beau de s'inquiéter, mais on est rendu pas mal plus loin que cela.
Samedi prochain, les Ouïghours vont faire une manifestation devant les locaux du Comité olympique canadien, afin de demander qu'on relocalise les Jeux olympiques. C'est l'idée proposée dans la motion que nous avons amendée du député de Wellington—Halton Hills. Le gouvernement reste encore silencieux. Il est toujours inquiet.
On a commencé à parler de façon plus large dans les médias du génocide des Ouïghours, quand on a rattaché l'idée de relocaliser les Jeux de Pékin en 2022. Soudainement, les médias ont décidé de traiter le dossier de façon plus large. Pourtant, le gouvernement nous dit toujours qu'il ne se prononcera pas, alors que les députés libéraux qui ne font pas partie de l'exécutif ont voté pour cette motion. Je posais la question tantôt à mon collègue. Je me demandais si un vote d'un député d'arrière-ban libéral vaut moins qu'un député qui fait partie de l'exécutif du gouvernement libéral.
La question se pose. Si les députés secrétaires parlementaires, les ministres et le premier ministre ont décidé de ne pas se prononcer sur la question, qu'est-ce que cela nous dit à nous, parlementaires? Cela nous dit qu'il y a un manque de courage; cela nous dit qu'il y a un manque de volonté politique; cela nous dit encore une fois qu'on plie l'échine devant le régime tyrannique, il faut le dire, qui est présentement en poste en Chine.
Nous parlons aux Ouïghours chaque jour. Chaque jour, nous leur écrivons. Mes collègues conservateurs et néo-démocrates le font, mes collègues libéraux — ceux qui ne font pas partie de l'exécutif — le font. Comment peut-on se regarder dans le miroir, lorsqu'on fait partie de ce gouvernement et qu'on est incapable de nommer les choses, parce qu'il s'agit bien de cela?
Pour s'attaquer à un problème, il faut d'abord être capable de le nommer. Présentement, le premier ministre est incapable de nommer le problème. On ne parle pas que d'un petit problème. On parle d'un génocide. Le génocide, c'est le crime le plus grave que l'être humain peut faire subir à l'être humain. Présentement, on a les preuves de ce génocide, partout sur la planète. Présentement, le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères sont incapables de dire le mot « génocide », alors que les membres de leur propre parti sont capables de le faire.
Il faut se poser la question encore une fois. Pourquoi travaille-t-on et pour qui travaille-t-on? Quand je me lève le matin, je n'ai pas de misère à me regarder dans le miroir. Moi aussi, je fais partie des personnes qui sont sur la liste noire de la Chine. Sincèrement, cela ne me fait fait pas un pli, parce que je n'ai rien en Chine et que je ne prévois pas de faire un voyage là-bas dans les prochains jours. Par contre, il y a des députés de la Chambre qui ont été mis sur cette liste et qui ont de la famille en Chine. Ils auraient aimé peut-être aller voir les membres de leur famille pour qui ils sont inquiets, mais ils se sont levés et ont pris ce risque. Le matin, ils sont capables de se regarder dans le miroir.
Nous avons écrit une lettre ouverte. Je me trouve assez chanceux, parce que les députés de tous les partis de la Chambre ont signé cette lettre ouverte, tout comme ceux de l'Assemblée nationale du Québec et Jean-Luc Brassard, un médaillé d'or olympique sous le drapeau canadien en 1994. Ils ont signé cette lettre qui demande qu'on relocalise les Jeux olympiques de Pékin si les actes génocidaires de la Chine continuent.
Tout le monde me dit que je suis fou, parce que c'est impossible de relocaliser les Jeux à un an d'avis. Je leur réponds qu'avec la volonté on est capable de faire tout. C'est la première des choses. Les scientifiques ont créé un vaccin en très peu de temps. Tout le monde leur disait que c'était impossible, mais, pourtant, cela a été fait.
Tout ce qui manque aux politiciens, c'est la volonté politique de le faire. Cela aurait pu être fait. On a été capable de reporter les Jeux de Tokyo d'un an, parce qu'il y a une pandémie. Tout le monde était d'accord, personne n'a posé de question quand on a dit qu'on allait reporter les Jeux de Tokyo d'un an. Quand on reporte les Jeux à cause d'une pandémie, on trouve cela tout à fait normal, mais, quand on s'attaque aux Jeux de 2022 à cause d'un génocide, on me dit que c'est impossible.
Je ne sais pas où se trouve la logique. Si nous avons été capables de le faire pour Tokyo, pourquoi ne le sommes-nous pas pour Pékin? Ce n'est pas une pandémie, mais un génocide. N'est-ce pas suffisamment important?
Je ne comprends pas que des gens puissent être contre cette idée, alors qu'ils se lèvent le matin en se disant qu'ayant été élus par les citoyens, ils doivent travailler pour eux et pour ce qui est bien. Ce qui est bien, c'est justement de se battre contre un régime tyrannique et de protéger les gens qui subissent les foudres de ce régime.
Personnellement, je suis content, parce que, quand je me regarde dans le miroir, je n'ai pas de problème avec moi-même. Maintenant, il y a des députés de l'autre côté de la Chambre qui vont devoir se poser une question importante et vitale: pourquoi s'engage-t-on en politique?
On s'engage en politique pour prendre des décisions difficiles. Elles sont difficiles, car on sait évidemment très bien qui est la Chine. On sait qu'elle est une force sur la planète Terre, qu'elle est une puissance mondiale, et on ne veut pas gêner une puissance mondiale, parce qu'il y a des intérêts économiques, qu'il y a les deux Michael et qu'il y a Huawei.
S'engage-t-on en politique pour que ce soit facile? Non, on s'engage en politique et il y a des décisions difficiles à prendre. Or, elles doivent être justes. Ce n'est pas parce que c'est difficile que ce n'est pas juste.
Le premier ministre doit se regarder dans le miroir. Ce gouvernement doit se regarder dans le miroir et décider si, oui ou non, il va nommer le problème. Le jour où il aura nommé le problème, ce sera beaucoup plus facile de s'attaquer à ce même problème.
Un génocide est présentement perpétré au Xinjiang contre les Ouïghours et contre les musulmans turciques. Que le gouvernement le nomme et qu'il se lève. Je lui souhaite de pouvoir se regarder dans le miroir quand il l'aura fait.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I rise again to speak to Bill C-204, an act to amend the Canadian Environmental Protection Act, 1999, the final disposal of plastic waste.
This bill, if enacted, will prohibit the export of plastic waste from Canada for final disposal. The government will not be supporting the legislation for multiple reasons, including because the approach it takes is deeply flawed and unlikely to be effective at addressing the problem it purports to solve, which is the shipment of waste to countries that are unable to handle it.
Let me be clear that the government firmly believes we must handle our waste in an environmentally sound manner both at home and internationally. That is why domestically we have advanced a comprehensive agenda to achieve zero plastic waste. Our approach will ensure we drive a circular economy for plastics; that means keeping plastics in our economy and out of our environment. Our comprehensive approach includes banning harmful single-use plastics, where warranted, supported by science.
Specifically, we are proposing to ban six items that have been shown to be prevalent in the environment causing harm, are difficult to recycle and where readily available alternatives exist. These items are plastic checkout bags, straws, stir sticks, six-pack rings, cutlery and foodware made from hard-to-recycle plastics.
However, our approach is not just about bans. We know that plastics are a valuable commodity and that we need to be better managing them at the end of their useful life. That is why we are working with provinces and territories to advance extended producer responsibility, which will make plastic producers responsible for their plastic waste.
Additionally, we are working toward the introduction of minimum recycled content standards for plastic products. This approach will ensure that we keep the plastics we use in Canada in the Canadian economy and not export them. These actions will drive the transition to a more circular economy. This will not only reduce pressure on the environment, but will also increase competitiveness, stimulate innovation and create jobs.
To this end, Canada will host the World Circular Economy Forum later this year. The WCEF recognizes that truly competitive solutions are born when the economy and the environment go hand in hand, a phrase the Conservatives have recently adopted. The WCEF brings together a broad range of stakeholders, including policy-makers, business leaders and other experts. The WCEF explores the world's best circular economy solutions, with the aim of accelerating the global transition of a circular economy.
Organized for the first time in North America, the WCEF 2021 in Canada will bring dynamic new voices to the global conversation on a circular economy and take an in-depth look at circular opportunities in a North American global context. It will also offer an excellent opportunity to demonstrate Canada's progress on plastics and explore the systemic changes needed to accelerate the global circulation transition.
The WCEF seeks to position the circular economy as a tool to help us respond to the challenges we face from the pandemic as well as the crises of climate change, biodiversity loss and pollution, including that of plastic pollution. We want to play our part as responsible global citizens, which is why we are following through on new international controls on trade in plastic waste and taking a leadership role on plastic on the international stage.
These controls, advanced under Basel Convention on transboundary movement of hazardous wastes and their disposal, will ensure that we are not exporting our waste to countries that are not able to manage it in an environmentally sound manner.
Recently, Canada ratified amendments under the Basel Convention respecting the control of plastic waste. These amendments include within the scope of the convention certain non-hazardous and non-recyclable plastic waste, like mixing or contaminated plastic waste and certain resins and PVC.
The Basel amendments on plastic waste also clarify that hazardous plastic waste is covered by the convention. With the amendments, prior and informed consent must be obtained before plastic waste covered by the convention can be exported. The purpose of the amendments is to contribute to a cleaner trade of plastic waste globally by controlling exports of plastic waste to countries that face challenges to properly manage it.
These controls effectively make Bill C-204 redundant, because Canada is already implementing effective controls on the movement of plastic waste. Further, Bill C-204 would have the effect of creating two sets of potentially conflicting requirements for plastic waste exports in Canada: those captured under this bill and those captured under the Basel Convention.
Last, Bill C-204 would leave the much larger issue of plastic waste destined for recycling unaddressed. If the member's intent was to address plastic waste exports to countries that were unable to manage them in an environmentally sound manner, the bill would be unlikely to address this problem.
The federal government is implementing a comprehensive agenda to manage our plastic waste both domestically and internationally. In contrast, Bill C-204 would be ineffective at addressing the problem it purports to solve. It would be problematic to administer and enforce and it would very likely create conflicting requirements with respect to Canada's management of plastic waste exports. As I have also said, it is unnecessary. Canada is already implementing controls under the Basel Convention to ensure we are managing our waste in a responsible manner, so it is not being exported to countries that are unable to manage it.
Given these considerations, the government remains opposed to the legislation. I hope my opposition colleagues will re-evaluate their support for the legislation, given the arguments I have advanced today.
Madame la Présidente, je me lève à nouveau pour parler du projet de loi C-204, Loi de 1999 modifiant la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, au sujet de l’élimination définitive de déchets plastiques.
S’il est édicté, ce projet de loi interdira l’exportation de déchets plastiques du Canada en vue de leur élimination définitive. Le gouvernement n’appuiera pas la mesure législative pour de multiples raisons, notamment parce que l’approche adoptée comporte de graves lacunes et ne fera probablement pas grand-chose pour régler le problème qu’elle cherche à régler, c’est-à-dire l’expédition de déchets vers des pays qui sont incapables de les traiter.
Soyons clairs. Le gouvernement croit fermement qu’il faut traiter nos déchets d’une manière respectueuse de l’environnement, autant ici qu’à l’étranger. C’est pourquoi nous avons mis de l’avant, au pays, un programme complet pour atteindre l’objectif de zéro déchet de plastique. Grâce à notre approche, nous pourrons favoriser une économie circulaire pour le plastique, ce qui signifie que notre économie continuera de réutiliser le plastique, évitant ainsi qu’il se retrouve dans l’environnement. Notre approche complète comprend l’interdiction des plastiques à usage unique nocifs, lorsque c’est justifié, notamment selon la science.
Plus précisément, nous proposons d’interdire six articles qui, comme il a été démontré, sont répandus dans l’environnement et causent des préjudices, sont difficiles à recycler et peuvent être remplacés facilement par des produits existants. Parmi ces articles, on compte les sacs remis aux caisses des magasins, les pailles, les bâtonnets pour mélanger, les anneaux pour les canettes et les ustensiles de table en plastique de même que les articles pour manger fabriqués en plastique difficile à recycler.
Cependant, notre approche ne comporte pas que des interdictions. Nous savons que les plastiques sont une marchandise utile et que nous devons mieux les gérer à la fin de leur vie utile. C’est pourquoi nous collaborons avec les provinces et territoires pour favoriser la responsabilité élargie des producteurs, qui rendra les producteurs de plastique responsables de leurs déchets plastiques.
De plus, nous cherchons à instaurer des normes minimales sur le contenu recyclé des produits en plastique. Grâce à cette approche, nous garderons les plastiques que nous utilisons au Canada dans l’économie canadienne au lieu de les exporter. Ces mesures favoriseront la transition vers une économie plus circulaire. Non seulement vont-elles réduire les pressions exercées sur l’environnement, mais elles augmenteront la compétitivité, stimuleront l’innovation et créeront des emplois.
À cette fin, le Canada tiendra le Forum mondial de l’économie circulaire plus tard cette année. Ce forum reconnaît que des solutions vraiment concurrentielles sont créées lorsque l’économie et l’environnement sont étroitement liés. Il s’agit d’une phrase que les Conservateurs ont récemment adoptée. Le Forum réunit un vaste éventail d’intéressés, y compris des décideurs, des chefs d’entreprises et d’autres experts. Le Forum étudie les meilleures solutions d’économie circulaire au monde, dans le but d’accélérer la transition mondiale vers une économie circulaire.
Organisé pour la première fois en Amérique du Nord, le Forum mondial de l’économie circulaire qui se tiendra cette année au Canada permettra l’expression de points de vue novateurs sur l’économie circulaire et favorisera l’examen des possibilités qui se présentent dans ce domaine dans le contexte nord-américain. Ce sera également une excellente occasion de faire la démonstration des progrès du Canada en ce qui concerne les déchets plastiques et d’examiner les changements systémiques qu’il convient d’apporter pour accélérer la transition mondiale vers une économie circulaire.
Le forum a pour mission de faire de l’économie circulaire un outil pour relever les défis générés par la pandémie, les changements climatiques, la perte de biodiversité et la pollution, y compris la pollution par les plastiques. Nous voulons assumer nos responsabilités de citoyens responsables, et c’est la raison pour laquelle nous mettons en place de nouveaux contrôles internationaux sur les déchets plastiques et que nous assumons dans ce domaine un rôle de leadership sur la scène internationale.
Ces contrôles, qui découlent de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, permettront de nous assurer que nous n’exportons pas nos déchets vers des pays qui ne sont pas capables de les gérer sans nuire à l’environnement.
Récemment, le Canada a ratifié des amendements à la Convention de Bâle au sujet du contrôle des déchets plastiques. Ces amendements portent notamment sur certains déchets plastiques non dangereux et non recyclables, comme les déchets plastiques contaminés, certaines résines et le PVC.
Les amendements de la Convention de Bâle sur les déchets plastiques précisent également que les déchets plastiques dangereux sont visés par la convention. Ils exigent le consentement préalable et éclairé avant l’exportation de déchets plastiques. L’objectif de ces amendements est d’assurer un commerce plus propre des déchets plastiques à l’échelle internationale, en contrôlant les exportations de ces produits vers les pays qui ont des difficultés à les gérer de façon adéquate.
Le projet de loi C-204 me semble redondant puisque le Canada a déjà mis en place des contrôles efficaces sur les mouvements des déchets plastiques. De plus, le projet de loi aura pour effet de créer deux séries de critères potentiellement contradictoires pour les exportations de déchets plastiques au Canada: celles qui seront couvertes par ce projet de loi et celles qui seront couvertes par la Convention de Bâle.
Enfin, le projet de loi C-204 ne règle pas le problème beaucoup plus large que constituent les déchets plastiques destinés au recyclage. Si l’objectif du député est de régler le problème des exportations de déchets plastiques vers les pays qui ne sont pas capables de les gérer sans nuire à l’environnement, le projet de loi ne règle pas ce problème.
Le gouvernement fédéral est en train de mettre en place un plan d’action complet pour gérer nos déchets plastiques à la fois sur notre territoire et à l’étranger. Par contre, le projet de loi C-204 ne permettra pas de régler le problème qu’il propose de régler. Il serait difficile à faire appliquer et il générerait fort probablement des critères contradictoires en ce qui concerne la gestion des exportations de déchets plastiques. Comme je l’ai dit, ce projet de loi est inutile. Le Canada est déjà en train de mettre en œuvre les contrôles prescrits par la Convention de Bâle, afin de gérer nos déchets de façon responsable et de ne pas les exporter vers les pays qui ne sont pas capables de les gérer.
Pour toutes ces raisons, le gouvernement reste opposé à ce projet de loi. J’espère que mes collègues de l’opposition reviendront sur leur décision, étant donné les arguments que j’ai avancés aujourd’hui.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is always a pleasure to rise in the House, especially to talk about the environment and how we must move forward on protecting the environment and reducing greenhouse gases.
I have to say that it is rather refreshing to see members of the Conservative Party introduce environmental bills. Although it lacks some teeth and is still timid, it is a good step forward, and I thank the hon. member for York—Simcoe for his work.
On the other hand, I would say that it is rather discouraging to see the Liberals oppose this bill.
I would remind the House that the bill seeks to prohibit the export to foreign countries of certain types of plastic waste for final disposal. This makes sense to us.
In Canada right now, we should be able to recycle all the plastic waste we produce. No plastic waste should be destined for final disposal. Unfortunately, the reality is that this is not the case.
Still, a number of things happened during the study in committee, and it is clear that the bill is not perfect.
For example, it could have been improved by an opposition amendment proposing that the prohibition “not apply to plastic waste consisting exclusively of one non-halogenated polymer or resin”, certain other types of polymers and other materials that I will not list because they have rather complicated names, “provided the plastic waste is destined for recycling in an environmentally sound manner”.
As I said, Canada does not recycle all of its plastic waste. Countries like the United States, by contrast, have technology that allows them to recycle certain types of plastic waste. The amendment would have allowed us to continue, for example, to export certain types of plastic waste to the United States, on the condition that they be recycled in an environmentally sound manner.
Unfortunately, the amendment was rejected, but the bill still works, so long as there is a provision in clause 1(1.3) that allows the government to amend the list of plastic wastes set out in Schedule 7. This schedule would thus allow the government to exclude the prohibition of certain plastics destined for export to the United States to be recycled there.
It is not perfect, but at least it allows the bill to pass muster. It is a good bill and the Bloc Québécois remains in favour of its adoption.
However, we need to acknowledge that we might not necessarily be tackling the right problem, and we need to go further. The fact is, we need to produce less waste and be able to dispose of the waste we do produce ourselves. This bill once again highlights the Liberals' doublespeak on environmental issues.
On the one hand, the government wants to ban straws and four or five other single-use plastics. That is great, but it is not nearly enough. On the other hand, it wants to keep sending its garbage to other countries, without worrying about it being used as fuel or ending up in the environment.
Why does the government refuse to accept responsibility and manage its own waste?
Is it because that would be too embarrassing, since it would reveal the enormous amount of plastic we produce, import, use and throw away? It is a valid question.
It is clear that we need to do more than the provisions of Bill C-204 because that is what is needed to tackle the climate crisis. As a rich country, we have a duty to lead by example. The next generation is watching us and will judge the government by its actions, not just the speeches it makes.
Prohibiting the export of our waste is important, we can all agree on that, but the thing that requires more urgent action is the production of that waste. It seems pretty clear that the limitation of Bill C-204 is that it does not get to the heart of the problem. We must absolutely reduce our production of plastic waste.
Look at the production and distribution of single-use plastic. Why is that still allowed? We definitely need to rethink the way we manage the life cycle of materials in our economy.
If the government really wants to take action on this issue and walk the green talk, it should transfer funds to Quebec and the provinces that, like Quebec, are already implementing a strategy of extended producer responsibility. The transfers should come with no strings attached because the provinces are entirely capable of finding winning solutions to this incredible challenge. In fact, the federal government must act now to give recycling companies the means to recycle more complex plastic products.
There is a very real and urgent need to reduce our production and consumption of single-use plastics. Municipalities in my riding understand the urgency and are already doing their part.
In 2020, the mayors of the 34 municipalities in the RCMs of La Mitis and La Matapédia voted to ban single-use plastic bags as of January 1, 2021. Elected officials in La Mitis went one step further: They will ban single-use packaging, such as styrofoam, which is widely found in grocery stores or cafeterias, for instance. Theoretically, RCMs do not have the authority to ban these products. It is, therefore, up to each municipality to adopt a resolution to ban them. On May 17, the Mont-Joli municipal council got the ball rolling by adopting a bylaw to ban single-use plastics.
I must admit that I am quite proud to represent a region that is already more proactive on environmental issues than the federal government. I hope that municipalities across the country will follow this example and get involved. By doing so, we are taking part in the fight against climate change in a concrete way. Taking action means taking concrete steps that will certainly have a positive impact in the end. I also hope that they will inspire the federal government to take concrete action on a larger scale.
I remind members that one of the most visible consequences of plastic products is the massive amount of waste produced that remains in the environment for years. Small amounts of plastics can be found in the water and in the ground, and they sadly pose a serious threat to wildlife and ecosystems.
We already knew that Canada was a big consumer of single-use plastics, but the pandemic has exacerbated the problem. In its September 2020 report, Oceana Canada says that Canada currently uses 4.6 million tonnes of plastics every year. That is roughly 125 kilograms per person, which is a massive amount. Experts predict that, by 2030, that number will grow to more than six million metric tonnes of plastic.
Plastic packaging accounts for nearly half of all plastic waste, and the COVID-19 pandemic is only making things worse. Just think of all of the plastic containers used for takeout meals or the increased use of disposable masks and gloves.
Renowned magazine The Economist, a mostly right-leaning magazine, reported that consumption of single-use plastic may have grown by 250% to 300% in North America during the pandemic, as a result of the increased use of food containers.
Again, according to Oceana Canada, that increase is even more worrisome because most of the plastic used in Canada never gets recycled. The federal government itself estimated the rate of recycling at less than 10% in 2019. The rest mainly ends up in landfills, but it also gets discarded in the environment, in waterways and oceans.
I was saying that we need to rethink how materials circulate. It is important to understand that we need to transition to a circular economy. In a circular logic, the goal is to reduce the environmental footprint while contributing to the well-being of individuals and communities. It is a way to produce, trade and consume goods and services by optimizing the use of resources at all stages of their life cycle. To make that happen on a large scale, we need to rethink our methods of production and consumption in order to use fewer resources and protect the ecosystems that generate them. To that end, we need to extend the lifespan of our products and give them new life.
The circular economy gives priority to the shortest and most local routes. It has many advantages and positive spinoffs. It makes it possible to create wealth by adding value to our raw materials, keeping our raw materials here, promoting the local economy and establishing successful companies. It is a win-win situation.
The federal government should encourage this practice. It is a cycle. We need to produce less, convert our waste into new products, and give those products a second life here instead of sending them overseas.
Oceana Canada has sounded the alarm. Over a 30-year period, Canada exported four million tonnes of plastic waste. That is the weight of 800 blue whales per year. It is a striking image. The organization estimates that Canada's contribution to the global plastic catastrophe is disproportionate. Canada produces up to 3.6 times more plastic waste than some countries in Southeast Asia and almost twice as much as some Scandinavian countries.
It goes without saying that the government must take urgent action. It must ban single-use plastics immediately. Its current plan targets a paltry six products. The government needs to do better or it will not come close to achieving its zero plastic waste goal by 2030.
Earlier, I talked about the circular economy and waste reduction. That is important because recycling is not a panacea. Given the quantity of plastic we produce, getting people to recycle will not cut it. The government needs to do its part, stop talking out of both sides of its mouth and introduce initiatives like my colleague from York—Simcoe's Bill C-204. I want to reassure my colleague that the Bloc Québécois will vote in favour of that bill and I thank him again for his work. I hope the debate at second reading will be productive.
Madame la Présidente, c'est toujours un plaisir de prendre la parole à la Chambre, surtout pour parler d'environnement et de la façon dont on doit aller de l'avant concernant la protection de l'environnement et la réduction des gaz à effet de serre.
Je dois dire que c’est quand même rafraîchissant de voir des députés conservateurs déposer des projets de loi à saveur environnementale. Même si cela manque un peu de mordant et que cela demeure timide, c'est un bon pas en avant et je remercie le député de York—Simcoe de son travail.
D’un autre côté, je dirais que c’est plutôt décourageant de voir les libéraux s’opposer à l’adoption de ce projet de loi.
Je rappelle que le projet de loi vise à interdire l’exportation dans des pays étrangers de certains types de déchets plastiques destinés à l’élimination définitive. Cela nous paraît logique.
Au pays, à l’heure actuelle, on devrait être en mesure de recycler tous les déchets plastiques qu’on produit. Aucun déchet plastique ne devrait être destiné à l’élimination définitive. La réalité, malheureusement, c’est que ce n’est pas le cas.
Quand même, plusieurs choses se sont passées lors de l’étude en comité, et il est clair que le projet de loi n’est pas parfait.
Il aurait notamment pu être amélioré par un amendement de l’opposition qui proposait que l’interdiction « ne s’applique pas aux déchets plastiques constitués exclusivement d’un polymère ou d’une résine non-halogéné », de certains autres types de polymères et d'autres matériaux que je n’énumérerais pas, car ce sont des mots un peu compliqués, « à condition que les déchets plastiques soient destinés à être recyclés d’une manière écologiquement rationnelle ».
Comme je le disais, le Canada ne recycle pas tous ses déchets plastiques. Des pays comme les États-Unis disposent, pour leur part, de technologies qui permettent de recycler certains types de déchets plastiques. L’amendement aurait donc permis de continuer, par exemple, d’exporter certains déchets plastiques aux États-Unis, à condition qu’ils soient recyclés d’une manière écologiquement rationnelle.
Malheureusement, l’amendement a été rejeté, mais le projet de loi fonctionne encore dans la mesure où il y a une disposition au paragraphe 1(1.3) qui permet au gouvernement de modifier l’annexe 7, donc de modifier la liste des déchets plastiques. Cette annexe permettrait donc au gouvernement d’exclure de l’interdiction certains plastiques destinés à être exportés aux États-Unis pour y être recyclés.
Ce n'est pas parfait, mais cela fait au moins en sorte que le projet de loi tient un peu la route. C’est donc un bon projet de loi et le Bloc québécois demeure en faveur de son adoption.
Cependant, il faut demeurer conscient qu’on ne s’attaque pas nécessairement à la bonne chose, et il faut aller plus loin que cela. Le fait est que nous devrions produire moins et être en mesure de disposer nous-mêmes de nos déchets. Ce projet de loi met en évidence, encore une fois, le double discours des libéraux en matière environnementale.
D’un côté, le gouvernement veut interdire les pailles et quatre ou cinq autres plastiques à usage unique. C’est très bien, mais c’est largement insuffisant. D’un autre côté, il veut conserver son privilège d’envoyer ses poubelles ailleurs dans le monde, sans se soucier qu’elles servent de combustible ou se retrouvent dans l’environnement.
Pourquoi est-ce que le gouvernement refuse d’assumer ses responsabilités en gérant lui-même ses propres déchets?
Est-ce que ce serait trop gênant parce que cela rendrait visible la quantité incalculable de plastique que l'on produit, que l'on importe, que l'on utilise et que l'on jette? La question se pose.
Il est clair qu’il faut aller plus loin que le texte du projet de loi C-204, car la crise climatique l’exige. En tant que pays riche, nous avons un devoir d’être exemplaire. La jeune génération nous observe et jugera des actions que le gouvernement pose et pas seulement des discours qu’il prononce.
Interdire l’exportation de nos déchets est important, nul n’est contre la vertu, mais là où il y a urgence d’agir, c’est sur la production de ces déchets. Il apparaît assez clair que la limite du projet de loi C-204 est qu’il ne s’attaque pas au fond du problème. Nous devons absolument réduire notre production de déchets plastiques.
Pensons à la production et à la distribution des produits plastiques à usage unique. Pourquoi est-ce encore permis? Il faut absolument repenser la manière dont est organisé le cycle des matières dans l’économie.
Si le gouvernement en place veut réellement agir dans ce dossier et se montrer aussi vert qu’il dit l’être, il aurait tout intérêt à transférer des sommes aux provinces et au Québec, à l’instar du Québec qui s'est déjà engagé dans une stratégie de responsabilisation élargie des producteurs. Il aurait tout intérêt à faire ce transfert sans condition, car les provinces sont tout à fait en mesure de trouver des solutions gagnantes à ce défi de taille. En fait, le fédéral doit agir maintenant pour que les entreprises de recyclage aient les moyens de recycler des produits plastiques plus complexes.
L’urgence de réduire notre production et notre consommation de plastique à usage unique est réelle. D’ailleurs, des municipalités de ma circonscription ont compris cette urgence et ont déjà agi en ce sens.
En avril 2020, les maires et mairesses des 34 municipalités des MRC de La Mitis et de La Matapédia se sont prononcés en faveur du bannissement des sacs de plastique à usage unique dès le 1er janvier 2021. Dans La Mitis, les élus ont fait un pas de plus: ils vont interdire les emballages à usage unique, comme la styromousse, que l'on retrouve beaucoup dans les marchés d'alimentation ou dans les cantines, par exemple. Théoriquement, les MRC ne disposent pas du pouvoir d'interdire ces produits. C'est donc à chaque municipalité d'adopter une résolution pour les bannir. Le 17 mai dernier, le conseil municipal de Mont-Joli a lancé le bal en adoptant un règlement visant à bannir les produits de plastique à usage unique.
Je dois admettre que je ne suis pas peu fière de représenter une région qui est déjà proactive en matière environnementale et qui l'est davantage que le gouvernement fédéral. J'espère que les municipalités de partout au pays suivront cet exemple et s'engageront concrètement dans la lutte. Agir en ce sens, c'est prendre part à la lutte contre les changements climatiques de façon concrète. Agir en ce sens, c'est poser des gestes concrets qui auront certainement un impact positif au bout du compte. J'espère également qu'elles inspireront le fédéral à poser des gestes concrets à plus grande échelle.
Je me permets de rappeler que l'une des conséquences les plus visibles des produits plastiques est la quantité impressionnante de déchets qu'ils engendrent et qui reste dans l'environnement pendant des années. On les retrouve en petits morceaux dans l'eau et dans le sol. Cela représente malheureusement une menace importante pour la faune et pour les écosystèmes.
On savait déjà que le Canada était un grand consommateur de plastique à usage unique. Toutefois, la pandémie a aggravé le problème. Selon le dernier rapport, publié en septembre dernier, par le groupe Oceana Canada, le Canada utilise 4,6 millions de tonnes métriques de plastique chaque année. C'est environ 125 kg par citoyen, ce qui est énorme. Les chercheurs croient que, en 2030, le volume passera à plus de 6 millions de tonnes métriques de plastique.
En fait, les emballages représentent près de la moitié des déchets de plastique et la crise de la COVID-19 ne fait qu'empirer les choses. On n'a qu'à penser aux contenants de plastique utilisés pour les mets à emporter ou à l'utilisation massive de gants et de masques jetables.
Le réputé magazine The Economist, un magazine plutôt de droite, a fait état d'une hausse possible de l'utilisation de produits de plastique jetables de 250 à 300 % au cours de la pandémie, en Amérique du Nord, notamment en raison de la hausse de l'utilisation des contenants pour aliments.
Toujours selon Oceana Canada, cette hausse est d'autant plus préoccupante que la majorité du plastique qui est utilisé au pays n'est jamais recyclé. Le gouvernement fédéral évaluait lui-même le taux de recyclage en 2019 à moins de 10 %. Le reste se retrouve principalement dans les dépotoirs, mais aussi dans l'environnement, dans les cours d'eau et dans les océans.
Je disais qu'il faut repenser la manière dont est organisé le cycle des matières. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on doit impérativement se tourner vers l'économie circulaire. Dans une logique circulaire, on vise à réduire l'empreinte environnementale, tout en contribuant au bien-être des individus et des collectivités. C'est une façon de produire, d'échanger et de consommer des biens et des services en optimisant l'utilisation des ressources à toutes les étapes de leur cycle de vie. Pour y arriver à grande échelle, il faut repenser nos modes de production et de consommation, afin de moins consommer de ressources, tout en protégeant les écosystèmes qui les génèrent. Pour y arriver, on doit prolonger la durée de vie de nos biens et leur donner une nouvelle vie.
L'économie circulaire privilégie les circuits les plus courts et les plus locaux. Elle apporte plusieurs bénéfices et retombées positives. Elle permet de créer de la richesse en donnant de la valeur à nos matières, en les gardant chez nous, en favorisant l'économie locale et en développant des entreprises performantes. Bref, on gagne sur tous les plans.
Le gouvernement fédéral doit encourager cette pratique. C'est une roue qui tourne. Il faut moins produire, tout en s'assurant de transformer nos déchets et de leur donner une seconde vie chez nous au lieu de les envoyer outre-mer.
D'ailleurs, Oceana Canada tire la sonnette d'alarme: en 30 ans, le Canada a exporté 4 millions de tonnes de déchets plastiques. Cela équivaut au poids de 800 baleines bleues par année. L'image est quand même assez frappante. L'organisme estime que le Canada contribue au désastre mondial du plastique de manière disproportionnée. Le Canada produit jusqu'à 3,6 fois plus de déchets plastiques que certains pays d'Asie du Sud-Est et presque le double que certains pays scandinaves.
Inutile de dire que c'est urgent que le gouvernement agisse. Il doit interdire, dès aujourd'hui, les produits de plastique à usage unique. Il doit aller plus loin que son approche actuelle, qui cible seulement une mince liste de six produits. On est loin de l'engagement du gouvernement à atteindre l'objectif zéro déchet de plastique d'ici 2030.
Plus tôt, j'ai parlé de l'économie circulaire et de la réduction de déchets. C'est important, parce que le recyclage n'est pas une panacée. Vu la quantité de plastique que l'on produit, on n'y arrivera jamais sur la base du recyclage individuel. Le gouvernement doit fournir sa part d'efforts, cesser le double discours et mettre en place des initiatives telles que le projet de loi C-204, déposé par mon collègue de York—Simcoe. D'ailleurs, je tiens à le rassurer: le Bloc québécois votera en faveur du projet de loi. Je le remercie encore une fois de son travail. J'espère que le débat à l'étape de la deuxième lecture sera fructueux.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, it is an honour and a privilege to rise today to comment on Bill C-204, an act to amend the Canadian Environmental Protection Act in the final disposal of plastic waste.
Coming from a coastal community in a country that has the largest coastline in the world, and understanding that a garbage truck of plastic is going into our waterways every minute around the world, one can imagine that combatting plastic pollution is of the utmost priority for anybody who lives in coastal communities. In a country that has the most fresh water per capita in the world, it is something that is very important to all Canadians.
I have risen many times on plastic pollution and raised awareness in the House. I was very fortunate to have the support of my colleagues from all parties in passing my Motion No. 151 to come up with a strategy to combat plastic pollution back in 2018. However, I am happy to see this bill come forward from my enthusiastic colleague from York—Simcoe, who is passionate about the bill and about tackling plastic pollution.
I do have some concerns. Certainly, as Canadians, we are among the largest producers of plastic waste in the world per capita, which means that we need to take greater leadership. It also means that when we bring forward legislation, it needs to be legislation that is going to make a great impact on our reduction of plastic waste and our responsibility when it comes to tackling plastic waste.
Half of the plastic right now in our country is produced from packaging alone. My former colleague from Skeena—Bulkley Valley, Nathan Cullen, the new minister of state for British Columbia, tabled a bill about plastic packaging, to eliminate packaging that is absolutely useless.
I was disappointed when government members came up with only six items to ban on single-use plastics. They had an opportunity to stretch that quite a bit further. They did not even ban plastic lids on coffee cups, which can easily be replaced by paper. They have come up with a theory that they are going to take a very small stab at the reduction of plastics and are really going to focus on the creation of and actually growing the plastic industry.
I was glad to hear my colleague previous to me speak about the need for us to reduce and eliminate the use of plastics, especially where it is unnecessary. However, the government's approach is that it is going to take a small stab at reducing a few items and claim that it is going to take real action, but we have not seen the action that is necessary.
We need the government to invest in robust structures across our country when it comes to recycling so that we can do our part when it comes to recycling, but we need to reduce plastics. It is expected that plastic production is going to be over 13% of the overall carbon budget in terms of greenhouse gas emissions globally by 2050. This is something that has to be taken care of, and can be, by good legislation.
Now, it is clear that we need to stop exporting waste to developing countries. We are contributors and responsible for plastic slums that exist in developing nations that do not have the capacity. Canada has decided to ship our waste, or our problem, if we want to call it that, to other countries that do not have the systems in place, and it is ending up in their waterways, river systems and drinking water. Children are living in plastic slums, and it is our responsibility.
In 2016, it is estimated that only 9% of our plastics were actually recycled; 86% were landfilled; 4% were incinerated for energy recovery, and 1% were released directly into the environment. We are failing at a rate that is absolutely alarming, and we know that non-recycled plastic poses a serious threat to our environment and to human health. This is proven. Plastic waste is considered a hazardous substance because of the pollutants it creates, particularly if it is burned. It is not responsible for us to look at burning plastic as a solution in the long term. We have to ensure that we have the infrastructure to deal with it. We know about our history in terms of shipping plastic to other countries.
I do appreciate the spirit of the bill, but I do believe it has been hijacked by industry.
We ship over 44,000 tonnes of plastic to other countries. Members heard me in the House calling out the Canadian government for our failure to deal with garbage that had been left in the Philippines, in Manila. Back in 2019, the government spent over a million dollars bringing illegally shipped garbage back to our country. We had a similar diplomatic dispute with Malaysia. It has been embarrassing.
Not only do we have to be more responsible, but we have to improve diplomatic ties with developing nations around the world by improving our systems and showing responsibility here at home in how we are going to manage our plastic pollution. We also must support those countries in developing their systems, because our oceans are all interconnected. We can do better.
When we look at the legislation that is being brought forward and we see other countries, such as China, pivoting away and not accepting our garbage, it is important that the wealthiest nations, such as ours, take action.
Canada was one of the original signatories to the Basel Convention, which restricts shipping waste to the developing world. Had Canada actually adhered to the Basel Convention and taken leadership, this bill would be completely unnecessary and would not have been brought to the floor of the House of Commons.
We refused to ratify the plastic waste amendments to the Basel Convention initially that would have stopped plastic waste exports, which absolutely needs to happen. Canada has come under fire for continuing to ship plastic to developing nations. We have seen Canada use loopholes and whatnot to ship plastic through other countries that are not signatories to the Basel Convention, such as the United States.
We finally ratified the plastic waste amendments in December of last year. Right now we need the government to use the Basel Convention not as a backdoor agreement with the United States, but to take action in ratifying the Basel Convention, implementing it and demonstrating the leadership that we need to take.
I talked about some of the things happening in our country. Right now, this legislation has huge gaps. It focuses on areas where not all plastics are banned. All plastics should be banned, unless the plastic is going to an OECD country that can take responsibility instead of dumping plastic onto developing nations.
Right now in my riding, the government is looking at going ahead with implementing a shellfish and geoduck licence. They are loaded with microplastics. When PVC tubes break down, they release toxins and microplastic particles into the environment, and these toxins and microplastic particles permanently contaminate the water where the shellfish are growing and where food is growing. We need to make sure that the government is not just looking at what we are currently doing, but also taking action on industrial uses of plastic.
We heard testimony from Dr. Sabaa Khan, the director general for Quebec and Atlantic Canada of the David Suzuki Foundation. I will only have the chance to read a short quote because I see I am running out of time. In reference to this legislation, she said:
To effectively prohibit Canadian plastic waste from being dumped in developing countries, Canada should ratify the Basel ban amendment, which would restrict all hazardous waste exports to non-OECD countries. Bill C-204 should further implement the Basel ban amendment according to best international practice. This would require that the bill be amended to explicitly prohibit export of all plastic wastes to non-OECD countries, except those non-hazardous plastic wastes listed under annex IX of the Basel Convention.
We brought forward two amendments at committee and they were both shot down. The Liberal government filibustered at committee, basically reading into testimony statements from industry that were standing against any sort of amendments to this legislation.
Jim Puckett, who is the executive director for the Basel Action Network, said:
What we're getting at here is that the Basel Convention's latest rules, adopted in 2019, divide plastic into three categories: hazardous plastic, plastics for special consideration and non-hazardous plastics. We would like to see those for special consideration—the mixed and dirty, difficult-to-recycle plastics—controlled for all countries but banned to the developing countries. We can accept the final disposal ban that Mr. Davidson is proposing, because that's very little of the trade, actually, and then add the real problem, as the EU has done, and say that we're not going to export that annex II waste anymore to developing countries.
We need to ban shipping all plastics to developing nations.
Monsieur le Président, c'est un honneur et un privilège de prendre la parole au sujet du projet de loi C-204, Loi modifiant la Loi canadienne sur la protection de l’environnement concernant l'élimination définitive de déchets plastiques.
Étant originaire d'une localité côtière du pays qui possède le plus long littoral au monde, et sachant que l'équivalent d'un camion à ordures rempli de plastiques est déversé dans des cours d'eau chaque minute partout dans le monde, je comprends bien pourquoi il est urgent de lutter contre la pollution par le plastique pour tous les habitants des régions côtières. C'est d'autant plus important au Canada, le pays avec le plus d'eau douce par habitant de la planète, ce qui en fait un enjeu auquel les Canadiens accordent beaucoup d'importance.
J'ai souvent pris la parole dans cette enceinte à propos de la pollution par le plastique afin d'accroître la sensibilisation des députés à ce problème. En 2018, j'ai été très choyé de pouvoir compter sur l'appui de députés de tous les partis pour faire adopter ma motion, la motion no 151, qui demandait d'établir une stratégie de lutte contre la pollution par le plastique. Or, je suis heureux de constater que ce projet de loi est proposé par mon collègue de York—Simcoe, qui travaille sur cette mesure avec beaucoup d'enthousiasme et qui est très dévoué à la lutte contre la pollution par le plastique.
J’ai quelques inquiétudes. Il est certain qu’en tant que Canadiens, nous sommes parmi les plus grands producteurs de déchets plastiques au monde par habitant, ce qui signifie que nous devons assumer un plus grand leadership. Cela signifie également que lorsque nous présentons un projet de loi, celui-ci doit avoir une incidence importante sur la réduction des déchets plastiques et sur notre responsabilité en matière de lutte contre les déchets plastiques.
À l’heure actuelle, la moitié du plastique dans notre pays provient uniquement des emballages. Mon ancien collègue de Skeena—Bulkley Valley, Nathan Cullen, le nouveau ministre d’État de la Colombie-Britannique, a déposé un projet de loi sur les emballages plastiques, pour éliminer les emballages absolument inutiles.
J’ai été déçu quand les députés du gouvernement n’ont proposé que six articles à interdire sur les plastiques à usage unique. Ils avaient la possibilité d’aller beaucoup plus loin. Ils n’ont même pas interdit les couvercles en plastique des tasses à café, qui peuvent facilement être remplacés par du papier. Ils sont arrivés avec une théorie selon laquelle ils vont se contenter d’un tout petit coup de couteau pour réduire les plastiques et vont vraiment se concentrer sur la création et la croissance de l’industrie du plastique.
J’ai été heureux d’entendre ma collègue qui m’a précédé parler de la nécessité de réduire et d’éliminer l’utilisation des plastiques, surtout lorsqu’elle est inutile. Cependant, l’approche du gouvernement consiste à se contenter de réduire quelques articles et à prétendre qu’il va prendre des mesures concrètes, mais nous n’avons pas vu les mesures nécessaires.
En ce qui concerne le recyclage, nous avons besoin que le gouvernement investisse dans des structures solides dans tout le pays afin que nous puissions collaborer sur ce plan, mais nous devons réduire les plastiques. On s’attend à ce que la production de plastiques représente plus de 13 % du budget carbone global pour ce qui est des émissions de gaz à effet de serre dans le monde d’ici 2050. C’est un problème qui doit être réglé, et qui peut l’être, par des lois judicieuses.
Il est désormais clair que nous devons cesser d’exporter des déchets vers les pays en développement. Nous contribuons aux bidonvilles en plastique qui existent dans les pays en développement qui n’ont pas les capacités nécessaires et en sommes responsables. Le Canada a décidé d’expédier nos déchets, ou notre problème, si l’on peut dire, vers d’autres pays qui n’ont pas les systèmes en place, et ils se retrouvent dans leurs cours d’eau, leurs systèmes fluviaux et leur eau potable. Des enfants vivent dans des bidonvilles en plastique, et c’est notre responsabilité.
En 2016, on estime que seuls 9 % de nos plastiques ont été effectivement recyclés; 86 % ont été mis en décharge; 4 % ont été incinérés à des fins de valorisation énergétique et 1 % a été rejeté directement dans l’environnement. Nous échouons à un rythme absolument alarmant, et nous savons que le plastique non recyclé constitue une menace sérieuse pour notre environnement et pour la santé humaine. C’est prouvé. Les déchets plastiques sont considérés comme une substance dangereuse en raison des polluants qu’ils créent, notamment s’ils sont brûlés. Il n’est pas responsable de notre part d’envisager la combustion du plastique comme une solution à long terme. Nous devons nous assurer que nous disposons des infrastructures nécessaires pour gérer cela. Nous connaissons notre histoire en matière d’expédition de plastiques vers d’autres pays.
J’apprécie l’esprit du projet de loi, mais je crois qu’il a été détourné par l’industrie.
Nous expédions plus de 44 000 tonnes de plastiques à l’étranger. Les députés m’ont entendu à la Chambre reprocher au gouvernement canadien de ne pas s’être occupé des déchets qui avaient été laissés aux Philippines, à Manille. En 2019, le gouvernement a dépensé plus d’un million de dollars pour ramener dans notre pays des déchets expédiés illégalement. Nous avons eu un différend diplomatique similaire avec la Malaisie. C'est gênant.
Non seulement nous devons être plus responsables, mais nous devons améliorer les liens diplomatiques avec les pays en développement du monde entier en améliorant nos systèmes et en faisant preuve de responsabilité ici, chez nous, dans la façon dont nous allons gérer notre pollution par les plastiques. Nous devons également aider ces pays à développer leurs systèmes, car nos océans sont tous reliés. Nous pouvons faire mieux.
Quand nous examinons le projet de loi qui est présenté et que nous voyons d’autres pays, comme la Chine, se détourner et ne pas accepter nos déchets, il est important que les nations les plus riches, comme la nôtre, agissent.
Le Canada a été l’un des premiers signataires de la Convention de Bâle, qui restreint l’expédition de déchets vers les pays en développement. Si le Canada avait réellement adhéré à la Convention de Bâle et pris l’initiative, ce projet de loi serait complètement inutile et n’aurait pas été présenté à la Chambre des communes.
Nous avons d'abord refusé de ratifier les modifications apportées à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques, qui auraient mis un frein aux exportations de déchets plastiques, ce qui doit absolument être fait. Le Canada a essuyé des critiques pour avoir continué à expédier du plastique dans des pays en développement. En effet, le Canada s'est servi d'échappatoires, entre autres, pour expédier du plastique en passant par d'autres pays qui n'ont pas signé la Convention de Bâle, comme les États-Unis.
Nous avons finalement ratifié les modifications concernant les déchets plastiques en décembre de l'année dernière. Il faut maintenant que le gouvernement se serve de la Convention de Bâle non comme d'une entente en coulisses avec les États-Unis, mais pour agir en ratifiant la Convention de Bâle, en l'appliquant et en faisant preuve de leadership à cet égard.
J'ai parlé de certaines choses qui se produisent au pays. À l'heure actuelle, cette mesure législative comporte d'énormes lacunes. Elle cible les régions où les plastiques ne sont pas tous interdits. Tous les plastiques devraient être interdits, sauf celui à destination d'un pays de l'OCDE pouvant en assumer la responsabilité, au lieu de s'en débarrasser en l'expédiant dans des pays en développement.
Dans ma circonscription, à l'heure actuelle, le gouvernement veut accorder des permis de pêche pour la palourde royale et les crustacés. Ils sont bourrés de microplastiques. Lorsque les tuyaux de PVC se rompent, ils relâchent des toxines et des particules de microplastique dans l'environnement, et ces toxines et ces particules de microplastique viennent contaminer de façon permanente l'eau où les crustacés se développent et où la nourriture pousse. Il faut veiller à ce que le gouvernement ne se contente pas de regarder ce que nous faisons actuellement, mais qu'il prenne aussi des mesures pour limiter l'utilisation industrielle des plastiques.
Nous avons entendu le témoignage de Mme Sabaa Khan, directrice générale pour le Québec et le Canada atlantique de la Fondation David Suzuki. Je pourrai vous lire seulement un petit extrait, car je vois que je vais manquer de temps. Voici ce qu'elle a mentionné au sujet de ce projet de loi:
Afin d'interdire de manière efficace l'expédition des déchets plastiques canadiens vers les pays en développement, le Canada doit ratifier l'amendement d'interdiction de la Convention de Bâle, limitant ainsi l'exportation de tout déchet dangereux vers les pays non membres de l'OCDE. Par ailleurs, le projet de loi C-204 doit mettre en œuvre l'amendement d'interdiction conformément aux pratiques exemplaires internationales. Pour ce faire, il faut amender le projet de loi de sorte [à] interdire explicitement l'exportation de tout déchet plastique vers les pays non membres de l'OCDE, à l'exception des déchets plastiques non dangereux inscrits à l'annexe IX de la Convention de Bâle.
Nous avons proposé deux amendements au comité et ils ont tous deux été rejetés. Le gouvernement libéral a fait de l'obstruction en comité; il a essentiellement lu au comité des déclarations de l'industrie qui s'opposaient à toute forme d'amendement au projet de loi.
Jim Puckett, le directeur exécutif du Basel Action Network, a dit ceci:
Ce qu'il faut retenir, ici, c'est que les règles les plus récentes incluses dans la Convention de Bâle, qui ont été adoptées en 2019, divisent les plastiques en trois catégories: les plastiques dangereux, les plastiques demandant un examen spécial et les plastiques non dangereux. Nous aimerions que les plastiques demandant un examen spécial — les plastiques mixtes, sales et difficiles à recycler — soient contrôlés pour l'ensemble des pays, mais interdits dans les pays en développement. Nous pouvons accepter l'interdiction de l'élimination définitive que M. Davidson propose, parce qu'il y a très peu de commerce de ce type de plastiques, mais nous devons aussi nous attaquer au véritable problème comme l'Union européenne, c'est-à-dire interdire l'exportation de déchets inscrits à l'annexe II vers les pays en développement.
Nous devons interdire l'expédition de tous les plastiques dans les pays en développement.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is an honour to speak to Bill C-204. It was introduced by my very good friend, the member for York—Simcoe.
This legislation is straightforward, in that it would prohibit the export of plastic waste to foreign countries for final disposal purposes. Before I discuss the merits of this bill, let me take this opportunity to commend my friend for York—Simcoe for his leadership in bringing it forward.
From the time the hon. member first arrived in this place, following a by-election in 2019, he has been a consistent champion of responsible environmental stewardship. In that regard he has been a tireless advocate for his riding and the beautiful waters of Lake Simcoe, where he has repeatedly and loudly called on the Liberal government to restore the Lake Simcoe cleanup fund. It had been established by the previous Conservative government and was very successful for the span of 10 years before it was arbitrarily and shamefully disbanded by the Liberal government. Equally, the hon. member has been tireless in championing this bill through the second reading stage, the environment committee and now through the third and final reading stage in the House.
This bill presents a unique opportunity for Canada to take a leadership role in combatting the real global environmental challenge of plastics pollution. It is a targeted bill that, quite appropriately, focuses only on plastics that are exported for final disposal. In that regard, it would not affect plastics that are traded for recycling, for example. Speaking of recycling, this bill would provide an opportunity to expand Canada's domestic recycling capacity, given the fact that only 9% of plastic waste is recycled domestically. It would provide an opportunity to grow the circular economy in Canada, with all of the economic and environmental benefits.
Unfortunately, Canada has been part of the problem when it comes to global plastics pollution. Each year, Canada exports approximately 90,000 tonnes of plastic waste. Much of this plastic waste is destined for developing countries, particularly in southeast Asia. Most of these countries have incredibly lax to non-existent environmental and waste management standards. As a result, a considerable volume of plastic waste, even waste that is ostensibly sent for the purpose of recycling, ends up being dumped or burned with devastating environmental consequences.
That problem has only been exacerbated since 2017, when China suddenly banned imports of plastic waste. China had handled approximately 50% of the world's plastic waste. As a result, more plastic waste is being diverted to southeast Asian countries that simply do not have the capacity to properly handle all that they are taking in.
In light of this growing global environmental challenge, many countries are stepping up to the plate to take action. Australia, for example, has passed legislation to ban the export of plastic waste. The United Kingdom and the European Union have made similar commitments.
The Basel Convention, which requires parties to the convention to provide for the procedural mechanism of informed consent respecting the import and export of hazardous and other materials, was amended in 2019 to expressly include solid plastic waste.
In addition to that, some 98 Basel parties amended the Basel Convention with a robust ban to prevent the export of plastic waste to non-OECD developing countries: countries that lack the capacity or do not have appropriate environmental and waste management standards.
As other countries take action, it begs the question of what Canada has done under the Liberals to help combat this problem. Very simply, the government has spent a lot of time talking. We saw, for example, the Liberal-controlled Standing Committee on Environment and Sustainable Development issue a report in 2019 that called for ending the export of plastic waste, which is something this bill seeks to enshrine in law.
Then there is the environment minister, who has repeatedly talked about combatting plastic pollution. For all of the talk on the part of the government, its actions often fly in the face of its lofty rhetoric. This, after all, is a government that has dragged its feet when it comes to ratifying the Basel Convention amendments.
Indeed, it was not until literally the eve of second reading debate on Bill C-204 that the Liberals suddenly and coincidentally announced they would accept the Basel amendment relating to informed consent. It is an amendment that does not prohibit the export of plastic waste. It should be noted the Liberals waited 18 months to announce ratification, and only after 186 countries proceeded before Canada.
The Liberals have refused to adopt the much more robust Basel amendment to block the export of plastic waste to non-OECD developing countries, and at every step of the way, the Liberals have worked to obstruct, block and attempt to defeat my friend's bill, Bill C-204.
While the Liberals talk, Bill C-204 would enshrine in law banning the export of plastic waste to all countries, including the United States. It would close a loophole the Liberals negotiated with the United States that would see plastic waste be exported from Canada to the United States and then to developing countries.
In addition, this bill would have the effect of legislating and enshrining in law the Basel Convention amendments respecting plastic waste. Finally, this legislation would provide teeth: It would provide for an enforcement mechanism, namely the Canadian Environmental Protection Act, to hold violators accountable to the fullest extent of the law.
Bill C-204 is an important step for Canada to take to combat the truly global environmental challenge of plastics pollution. Let us get it done. Let us pass Bill C-204.
Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole au sujet du projet de loi C-204. Il a été présenté par mon bon ami le député d'York—Simcoe.
Cette mesure législative est bien simple; elle interdirait l'exportation des déchets de plastiques à l'étranger pour leur élimination définitive. Avant de parler du projet de loi, je veux profiter de l'occasion pour féliciter mon ami le député d'York—Simcoe du leadership dont il a fait preuve en présentant ce projet de loi.
Depuis l'arrivée du député à la Chambre, à la suite d'une élection partielle tenue en 2019, il a toujours défendu la gérance responsable de l'environnement. Dans le cadre de ce travail, il a défendu sans relâche sa circonscription et les magnifiques eaux du lac Simcoe, au sujet duquel il a talonné le gouvernement libéral pour qu'il rétablisse le Fonds d'assainissement du lac Simcoe. Ce fonds avait été créé par le précédent gouvernement conservateur et il a porté ses fruits pendant 10 ans avant que le gouvernement libéral ne le démantèle de façon arbitraire et honteuse. En outre, grâce à ses efforts inlassables, le député a fait adopter le projet de loi à l'étape de la deuxième lecture, à l'étape du comité, devant le comité de l'environnement, et, maintenant, le projet de loi est rendu à l'ultime et dernière étape à la Chambre, l'étape de la troisième lecture.
Ce projet de loi offre au Canada une occasion unique de jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le véritable défi environnemental mondial que représente la pollution par les plastiques. Il s'agit d'un projet de loi ciblé qui, à juste titre, se concentre uniquement sur les plastiques exportés en vue de leur élimination définitive. En ce sens, il ne concerne pas les plastiques échangés pour être recyclés, par exemple. Sur le plan du recyclage, ce projet de loi serait l'occasion d'accroître la capacité de recyclage nationale du Canada, étant donné que seulement 9 % des déchets plastiques sont recyclés au pays. Il permettrait de développer l'économie circulaire au Canada, avec tous les avantages économiques et environnementaux qui en découlent.
Malheureusement, en ce qui concerne la pollution mondiale par les plastiques, le Canada fait partie du problème. Tous les ans, le Canada exporte environ 90 000 tonnes de déchets plastiques, dont une grande partie est envoyée dans les pays en développement, notamment en Asie du Sud-Est. La plupart de ces pays ont des normes en matière d'environnement et de gestion des déchets incroyablement laxistes, voire inexistantes. En conséquence, un volume considérable de déchets plastiques, même ceux qui sont notoirement envoyés à des fins de recyclage, finissent dans des décharges ou sont brûlés, avec des conséquences environnementales dévastatrices.
Ce problème n'a fait que s'aggraver depuis 2017, lorsque la Chine a soudainement interdit les importations de déchets plastiques. La Chine traitait, jusqu'alors, environ 50 % des déchets plastiques de la planète. En conséquence, davantage de déchets plastiques sont envoyés vers des pays d'Asie du Sud-Est qui n'ont tout simplement pas les moyens de s'occuper correctement de tous les déchets qu'ils reçoivent.
Face à ce problème environnemental mondial croissant, de nombreux pays prennent les devants et agissent. L'Australie, par exemple, a adopté une loi visant à interdire l'exportation de déchets plastiques. Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont pris des engagements similaires.
La Convention de Bâle, qui exige des parties à la Convention qu'elles mettent en place un mécanisme procédural de consentement éclairé concernant les importations et exportations de matières dangereuses et autres, a été modifiée en 2019 afin d'inclure expressément les déchets plastiques.
De plus, quelque 98 parties à la Convention ont modifié la Convention afin d'y ajouter une interdiction robuste pour empêcher les exportations de déchets plastiques dans les pays en développement non membres de l'OCDE, soit les pays qui n'ont pas la capacité de les gérer ou qui n'ont pas de normes environnementales et de gestion des déchets appropriées.
Comme d'autres pays passent à l'action, il y a lieu de se demander ce que le Canada a fait sous les libéraux pour lutter contre ce problème. Pour le dire très simplement, le gouvernement a passé beaucoup de temps à en parler. Nous avons vu, par exemple, le Comité permanent de l'environnement et du développement durable, contrôlé par les libéraux, publier un rapport en 2019 préconisant de mettre fin aux exportations de déchets plastiques, une mesure que ce projet loi tente d'enchâsser dans la loi.
De son côté, le ministre de l'Environnement a sans cesse parlé de la lutte contre la pollution par le plastique. Le gouvernement parle beaucoup, mais ses actions entrent souvent en contradiction avec ses belles paroles. Nous avons un gouvernement qui, en fait, n'a pas ratifié la modification à la Convention de Bâle parce qu'il s'est traîné les pieds.
En effet, il aura fallu attendre littéralement jusqu'à la veille de la deuxième lecture du projet de loi C-204 pour que, par hasard, les libéraux annoncent soudainement qu'ils acceptent les modifications à la Convention de Bâle relatives au consentement éclairé. Ces modifications n'interdisent pas l'exportation des déchets de plastique. Je souligne que les libéraux ont attendu 18 mois pour annoncer cette ratification, qui vient seulement après celle de 186 autres pays.
Les libéraux refusent d'adopter les modifications beaucoup plus costaudes à la Convention de Bâle qui visent à empêcher l'exportation de déchets de plastique dans les pays en développement qui ne sont pas membres de l'OCDE et, à chaque étape, ils s'efforcent de bloquer le projet de loi de mon ami, le projet de loi C-204, d'y faire obstruction et, si possible, de le défaire en Chambre.
Tandis que les libéraux nous servent des paroles creuses, le projet de loi C-204, lui, inscrirait dans la loi l'interdiction d'exporter des déchets de plastiques n'importe où, y compris aux États-Unis. Nous pourrions ainsi remédier à un vide juridique que les libéraux ont négocié avec les États-Unis et qui permet l'exportation de déchets de plastique du Canada aux pays en développement en passant par les États-Unis.
En outre, ce projet de loi permettrait d'inscrire dans la loi les modifications à la Convention de Bâle en matière de déchets de plastique. Enfin, ce texte législatif nous donnerait le pouvoir d'agir, puisqu'il assurerait la mise en œuvre d'un mécanisme d'application, soit la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, de sorte à tenir les contrevenants responsables de leurs actes avec toute la rigueur de la loi.
Le projet de loi C-204 est un pas important que le Canada doit franchir pour vraiment lutter contre le défi environnemental mondial que représente la pollution par les plastiques.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to start by thanking colleagues on both sides of the aisle for their review of and engagement with the bill during previous debates in this House and at committee. We are now engaged in the final hour of debate on Bill C-204. This is our last opportunity to consider the merits and drawbacks of the bill before we vote on whether it should proceed to the Senate.
Many substantive concerns have been raised throughout the study and debate on this bill, including by a number of stakeholders. I urge parliamentarians to consider those concerns carefully before deciding on the fate of this bill. I will reiterate the government does not support this bill.
Despite the time spent debating Bill C-204 in the House and studying it at committee, there continues to be some confusion on the aspects of the existing regime in Canada that controls the export of plastic waste for final disposal and recycling. I will use my time to speak to some of those aspects and also to echo some of the comments made by my colleague, the member for Winnipeg South, during the last debate on this bill.
The Government of Canada ratified the Basel Convention on plastic waste amendments as of January 1, 2021. The amendments have been fully implemented through Canada's Export and Import of Hazardous Waste and Hazardous Recyclable Material Regulations. Plastic waste destined for recycling and for final disposal are captured by this regime. Therefore, all plastic waste, hazardous and non-hazardous, controlled under the Basel Convention is subject to domestic controls. This means that controls are already in place to ensure Basel-controlled plastic waste is only exported to Basel parties if the importing party provides its consent. The regime that Canada currently implements to manage its plastic waste exports will be considerably more effective than Bill C-204, which narrowly focuses on plastic waste exports destined for final disposal.
During the last debate on this bill, the member for Repentigny stated she would like some clarification on the Canada-U.S. trade relationship, given the United States is not a signatory to the Basel convention.
Similarly, the sponsor of the bill highlighted that the United States is not a party to the Basel Convention and plastic waste exported from its country is not subject to the same controls and further went on to say that environmental groups believe that Canada's plastic waste exports to the United States exploit a significant loophole in our global obligations on plastic waste that directly contravenes international law.
At that time, my colleague, the member for Winnipeg South, provided clarification on the Canada-U.S. regime for Basel-controlled plastic waste. However, since there is still some confusion about that regime, I will reiterate some of the key points with respect to this arrangement.
It is correct the United States is not a party to the Basel Convention. However, the convention contains a provision prohibiting parties like Canada from trading in Basel-controlled waste with non-parties like the United States in the absence of an agreement or arrangement between these countries. That is exactly why Canada and the United States entered into an arrangement that affirms that non-hazardous plastic waste, subject to the convention, circulating between the two countries, is managed in an environmentally sound manner in both countries as per the agreement both countries have in place and intend to maintain the measures that ensure the environmentally sound management of waste. The arrangement is in accordance with the requirements of the Basel Convention.
In addition, the existing Canada-U.S. agreement applies to hazardous waste, including hazardous plastic waste. This agreement requires prior and informed consent to be provided for shipments of hazardous waste between Canada and the U.S.
The government is confident that exports of plastic waste from Canada to the United States are undertaken in a manner that fully respects the international regime. Since January 1, 2021, an export permit is required for the export of plastic waste subject to the Basel Convention when the waste is exported to a party to the Basel Convention. The waste is also subject to the permit process when it is defined or considered hazardous under the legislation of the importing country or if its importation is prohibited under the legislation of the importing country. Thus far, only requests for permits to export plastic waste for recycling have been received by Environment and Climate Change Canada. No requests for permits to export plastic waste for its final disposal have been received.
Rest assured the Government of Canada will continue to assess permit requests in light of the Basel amendments, which have been implemented through comprehensive regulations that provide for the environmentally sound management of waste.
I am pleased to highlight that Environment and Climate Change Canada, in close collaboration with the Canada Border Services Agency, participated in Operation DEMETER VI, a successful enforcement operation aimed at tackling the illegal movement of controlled waste, including plastic waste, between countries.
In addition to these actions, Environment and Climate Change Canada work closely with Global Affairs and competent authorities in foreign countries to facilitate the return of controlled plastic waste that were exported without a valid permit and support the work of Canada Border Services Agency agents in this regard.
Finally, predictability is important for a well-functioning regulatory regime. Helpfully, this bill before us would establish a second regime on top of the existing controls that would prohibit the export for final disposal of a subset of plastic waste in Canada. The current regime, which requires the consent of importing countries, is an efficient safeguard that ensures that imports meet domestic requirements of the importing country. As such there is no need to prohibit exports and having two regulatory regimes would create significant operational and implementation challenges. It would likely also be difficult for those under the regulation structure to understand and comply with. The government invests in implementation of international obligations and efforts to increase compliance with a comprehensive set of controls that are already in place for Canada.
In closing, I want to remind colleagues that results will not happen overnight. We are taking the necessary steps along the path, with full implementation of the Basel plastic waste amendments and communication with Canadian stakeholders. On the basis of all this information, I ask parliamentarians to consider the meaningful impact of Bill C-204 on ensuring the environmentally sound management of plastic waste.
The government's position is that it is not necessary and that it, instead, creates considerable confusion.
Monsieur le Président, j’aimerais commencer en remerciant mes collègues des deux côtés de la Chambre d’avoir participé à l’examen du projet de loi au cours des débats et au comité. Nous en sommes maintenant à la dernière étape des discussions concernant le projet de loi C-204. Nous avons une dernière chance d’examiner ses mérites et ses lacunes avant de voter pour savoir si nous le renvoyons au Sénat.
De sérieuses réserves ont été émises lors de l’étude et du débat concernant ce projet de loi, notamment par certaines parties intéressées. J’implore mes collègues d’examiner ces réserves avec soin avant de décider du sort de ce projet de loi. Je réitère que le gouvernement ne le soutient pas.
Malgré tout le temps passé à discuter du projet de loiC-204 à la Chambre et au comité, il semble encore régner une certaine confusion concernant le système en place au Canada pour contrôler les exportations des déchets plastiques en vue de procéder à leur élimination ou à leur recyclage. Je vais profiter de mon temps de parole pour élaborer sur ce point, mais aussi pour reprendre certains commentaires que mon collègue le député de Winnipeg-Sud a formulés au cours du dernier débat concernant ce projet de loi.
En date du 1er janvier 2021, le gouvernement du Canada a ratifié les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques. Les modifications ont été entièrement mises en œuvre par le Règlement sur l'exportation et l'importation de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses du Canada. Les déchets plastiques destinés au recyclage et à l'élimination définitive sont couverts par ce régime. Par conséquent, tous les déchets plastiques dangereux et non dangereux assujettis à la Convention de Bâle sont soumis à des contrôles nationaux. Cela signifie que des contrôles sont déjà en place pour empêcher l'exportation de déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle vers des signataires de la Convention sans le consentement de la partie importatrice. Le régime de gestion des exportations de déchets plastiques du Canada qui est en cours de mise en œuvre sera considérablement plus efficace que le projet de loi C-204, qui est étroitement axé sur les exportations de déchets plastiques destinés à l'élimination finale.
Étant donné que les États-Unis n'ont pas signé la Convention de Bâle, la députée de Repentigny a déclaré lors du dernier débat sur le projet de loi qu'elle aimerait avoir des précisions sur les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis.
Dans le même ordre d'idées, le parrain du projet de loi a souligné que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle et que les déchets plastiques exportés de ce pays ne sont pas soumis aux mêmes contrôles. Il a ajouté que les groupes environnementaux estiment que les exportations de déchets plastiques du Canada vers les États-Unis exploitent une lacune importante dans nos obligations mondiales en matière de déchets plastiques, ce qui contrevient directement au droit international.
Mon collègue, le député de Winnipeg-Sud, a alors fourni des précisions sur le régime canado-américain en ce qui concerne les déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle. Cependant, comme il y a encore une certaine confusion à ce sujet, je vais réitérer quelques-uns des points saillants de cette entente.
Il est vrai que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle. Toutefois, la convention contient une disposition interdisant à un pays signataire, comme le Canada, de faire des échanges commerciaux visant des déchets assujettis à la Convention de Bâle avec un pays non signataire, comme les États-Unis, en l'absence d'un accord ou d'un arrangement entre ces pays. C'est précisément la raison pour laquelle le Canada et les États-Unis ont conclu une entente qui confirme que les déchets plastiques non dangereux, assujettis à la convention et circulant entre les deux pays, sont gérés de manière écologique dans les deux pays. Conformément à l'accord, les deux pays ont des mesures en place pour que ces déchets soient gérés de façon écologique, et ils comptent maintenir ces mesures. L'entente en question est conforme aux exigences de la Convention de Bâle.
De plus, l'accord actuel entre le Canada et les États-Unis s'applique aux déchets dangereux, ce qui comprend les déchets plastiques dangereux. Aux termes de cet accord, le transport de déchets dangereux entre le Canada et les États-Unis nécessite un consentement préalable et éclairé.
Le gouvernement est confiant que les exportations de déchets plastiques du Canada aux États-Unis sont effectuées dans le complet respect du cadre international. Depuis le 1er janvier 2021, il faut avoir un permis pour les exporter au titre de la Convention de Bâle, lorsque des déchets sont transportés vers un pays signataire. Il faut aussi avoir un permis si les déchets sont définis ou considérés comme dangereux en vertu de la législation du pays importateur ou si l’importation de ce type de déchets y est légalement interdite. Jusqu’ici, Environnement et Changement climatique Canada n’a reçu que des demandes de permis pour exporter des déchets plastiques aux fins de recyclage. Aucune demande de permis visant à l’élimination des déchets n’a été reçue.
Je peux garantir que le gouvernement du Canada continuera d’évaluer les demandes de permis à la lumière des modifications à la Convention de Bâle qui ont été mises en place au moyen de règlements détaillés qui encadrent la gestion écologiquement rationnelle des déchets.
Je suis heureux de souligner qu’Environnement et Changement climatique Canada, en collaboration étroite avec l’Agence des services frontaliers du Canada, a participé à l’opération Demeter VI, un exercice d’application de la législation dans le but de combattre la circulation illégale des déchets assujettis à la Convention de Bâle, y compris des déchets plastiques, entre les pays.
En plus de ces mesures, Environnement et Changement climatique Canada collabore étroitement avec Affaires mondiales Canada et les autorités compétentes à l'étranger pour faciliter le retour des déchets plastiques contrôlés qui ont été exportés sans permis valide et soutenir le travail des employés de l'Agence des services frontaliers du Canada dans ce dossier.
Enfin, la prévisibilité est importante pour assurer le bon fonctionnement d'un régime réglementaire. Le projet de loi dont nous sommes saisis ajouterait un second régime aux mesures de contrôle existantes, qui interdirait au Canada l'exportation d'un sous-ensemble de déchets plastiques destinés à l'élimination définitive. Le régime actuel, en nécessitant le consentement des pays importateurs, prévoit une mesure de sauvegarde efficace: les importations doivent respecter les exigences du pays importateur. Il est donc inutile d'interdire les exportations, et créer deux régimes réglementaires entraînerait d'importants défis sur le plan opérationnel et de la mise en œuvre. Il serait aussi probablement difficile de comprendre un tel cadre et de s'y conformer. Le gouvernement investit dans la mise en œuvre d'obligations et d'efforts sur la scène internationale pour accroître le respect d'un ensemble exhaustif de mesures de contrôle qui sont déjà en place pour le Canada.
En conclusion, je rappelle à mes collègues que nous n'obtiendrons pas de résultats du jour au lendemain. Nous prenons les mesures nécessaires pour y arriver, notamment en mettant pleinement en œuvre les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques et en communiquant avec les intervenants canadiens. À la lumière de toute cette information, je demande aux parlementaires de réfléchir à la véritable incidence du projet de loi C-204 pour assurer une saine gestion environnementale des déchets de plastique.
Le gouvernement est d'avis que le projet de loi n'est pas nécessaire et qu'il crée plutôt beaucoup de confusion.
View Sébastien Lemire Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, thank you for your generosity. I was not expecting that.
We are debating Bill C-204 introduced by the Conservative member for York—Simcoe in Ontario. I give him my regards. This bill amends the Canadian Environmental Protection Act to prohibit the export of certain types of plastic waste to foreign countries for final disposal.
It is a good start, but there are solutions that we should not dismiss in this debate, including converting non-recyclable waste into biofuel through advanced chemical recycling of products using low-carbon hydroelectricity. Quebec is well placed since it has the necessary hydroelectricity to convert non-recycled waste material into low-carbon second-generation biofuel.
A biofuel plant is being built in Varennes on Montreal's south shore, Recyclage Carbone Varennes, an Enerkem company and an $875-million project. This plant will process the byproducts of composting, waste recovery or recycling, anything that cannot be recycled or composted, to produce a low-carbon second-generation biofuel. In the world of waste management, support from Recyclage Carbone Varennes will be considerable.
Every year, the facility will convert more than 200 tonnes of non-recyclable materials into almost 125 million litres of biofuel. It will generate $85 million in annual revenues and also create 500 jobs during the facility's construction and provide 100 jobs when operational. I apologize for the advertising, but the company's representatives appeared before the Standing Committee on Industry, Science and Technology when we studied the green economic recovery, and I thought it would be useful to provide this information to the House.
However, to get there, we need to create a competitive market to attract private investment and start up bioenergy projects. An investment tax credit could help provide funding for businesses. At present, foreign markets, especially in Europe and the United States, are more attractive because they have implemented regulations supporting the use of low-carbon second-generation fuels, or green chemical products. It is more profitable for Enerkem to sell its products in California or Europe because there are also relevant regulations that encourage choosing green chemicals, also known as circular chemistry. That is not the case in Canada. We need a regulatory framework and I invite members to think about that.
Canada should put in place the market conditions necessary to carry out projects that support using biofuel made from low-carbon hydroelectricity. The regulatory framework needs to have indirect obligations. It must ensure that all waste from landfills is recognized through credits. Also, a percentage must be established for circular or organic components, and electricity must be recognized as being carbon-neutral in order to support increased production in Canada. The regulatory framework must recognize innovation and grant credits to industries like Enerkem for diverting waste toward recycling plants, for example, to take into account what would happen if they were not recycled.
Currently, according to life cycle analyses, putting plastic into the ocean is considered acceptable from an environmental viewpoint. It is rather absurd that, in life cycle analyses, there are no credits granted for measures aiming to act differently.
The Bloc Québécois supports Bill C-204, which seeks to prohibit the export of plastic waste for final disposal. We believe plastics exported to be recycled should be properly sorted and labelled and definitely traceable. They should not be used for fuel in foreign countries, nor should they ever end up in the environment.
The Bloc Québécois believes it is fair to prohibit both the export of waste and the production of certain single-use items, but that is not enough. We need to rethink how materials circulate in the economy. Enerkem offers one such solution. Furthermore, Quebec is already ahead of the Canadian provinces, since it has its own model for managing how materials circulate in the economy.
If the federal government wants to do something, it should transfer the money unconditionally to the provinces, which, like Quebec, are already implementing a circular economy strategy and extended producer responsibility. Quebec has proven many times over that it has the skills and methods, in particular through our powerhouse, Hydro-Québec, to recycle waste with a very small carbon footprint.
Bill C-204 is good because the anti-dumping measures complement the proactive steps taken to reduce plastic production and improve waste management. However, the upcoming federal policy banning single-use plastics does not free Canada from the need to take immediate action and stop exporting its plastic waste to developing countries.
Conditions must be put in place in the short and medium terms to ensure that recycling companies in Quebec have ways to recycle their more complex plastic products and to improve the quality of life of recyclable materials.
Furthermore, the member for York—Simcoe says that he wants to keep non-recyclable household plastic waste from becoming hazardous waste in foreign countries. Enerkem is one solution to that problem.
Final disposal implies that the material is not destined for recycling. Canada recycles only 9% of plastic waste. The rest ends up in landfills or in the environment. Canada's plastics economy is primarily linear. Approximately 9% of plastic waste is recycled, 4% is incinerated for energy recovery, 86% ends up in landfill and 1% ends up in the environment. A regulatory framework is needed to redirect waste, especially plastic, to innovative companies like Enerkem.
Obviously, we have to stop exporting our plastic to the rest of the world. The Basel Convention reminds us that the richest countries have to stop dumping their waste in developing countries. Exporting plastic waste involves a moral responsibility towards nature and towards other peoples and states in the world today who refuse to be our garbage can. Just think of Malaysia. We have to listen to them.
As a final point, I want to remind the House of Quebec's strong action on the circular economy, taking a less linear approach. The waste we produce can also serve as the raw materials for further regulations. Since we have a duty to act here in Parliament, I think we need to make sure we have good regulations so that it costs more to send our waste to landfill. At the same time, we need to create programs that allow us to move forward and promote the circular economy by finding ways to reuse waste materials. In my region, for instance, forestry waste can be used as a fuel source to heat mines.
Monsieur le Président, je vous remercie de votre générosité, je n’en demandais pas tant.
Nous étudions le projet de loi C-204, du député conservateur de York—Simcoe, en Ontario. Je le salue d'ailleurs. Ce projet de loi modifie la Loi canadienne sur la protection de l'environnement afin d'interdire l'exportation dans les pays étrangers de certains types de déchets plastiques destinés à l'élimination définitive.
C'est un bon début, mais il existe des solutions qui ne faut pas écarter du débat, soit la transformation des déchets non recyclables en biocarburant par le recyclage chimique avancé de produits à partir d'hydroélectricité à faible intensité de carbone. Le Québec est en bonne position puisqu'il dispose de l'hydroélectricité nécessaire pour transformer des matières résiduelles non recyclées en biocarburant de deuxième génération à faible intensité de carbone.
Je rappelle la construction d'une usine de biocarburant à Varennes sur la Rive-Sud de Montréal, l'usine Recyclage Carbone Varennes, une entreprise d'Enerkem et un projet de 875 millions de dollars canadiens. Cette usine traitera les matières résiduelles après le compostage, la valorisation ou le recyclage, tout ce qui n'est pas recyclable ou compostable, donc, afin de produire un biocarburant de deuxième génération à faible intensité de carbone. Dans l'univers de la gestion des déchets, l'appui de Recyclage Carbone Varennes sera considérable.
Chaque année, l'usine convertira plus de 200 tonnes de matières non recyclables en près de 125 millions de litres de biocarburant. Elle générera des retombées annuelles de 85 millions de dollars, en plus de créer 500 emplois pendant la construction de son usine et 100 emplois pendant son fonctionnement. Je demande pardon de cette publicité, mais les gens de cette entreprise ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie lors de notre étude sur la relance économique verte et je trouvais intéressant de transmettre cette information à la Chambre.
Pour y arriver toutefois, il faut créer un marché compétitif pour l'attraction d'investissements privés et le déploiement de projets en bioénergie. Un crédit d'impôt à l'investissement pourrait faciliter le financement des entreprises. Présentement, les marchés extérieurs, notamment en Europe ou aux États-Unis, sont plus attrayants, car ils ont mis en place une réglementation favorisant l'utilisation de carburant de deuxième génération à faible teneur en carbone, soit des produits chimiques verts. Il est plus rentable pour Enerkem de vendre ses produits en Californie ou en Europe, car la réglementation y est aussi adéquate et elle incite à choisir la chimie verte, aussi appelée chimie circulaire. Ce n'est pas le cas au Canada. Il faudrait un cadre réglementaire et j'invite les députés à y réfléchir.
Il faudrait que le Canada mette en place les conditions de marché nécessaires à la réalisation de projets visant la consommation de biocarburant produit à partir d'hydroélectricité à faible intensité de carbone. Dans le cadre réglementaire, il faut des obligations indirectes. Il faut veiller à ce que le détournement de tous les déchets des sites d'enfouissement soit reconnu par des crédits. Il faut également qu'un pourcentage de composants circulaires ou biologiques soit établi, et reconnaître l'électricité renouvelable comme ayant une intensité de carbone nulle, afin de soutenir l'augmentation de la production au Canada. Il faut que le cadre réglementaire reconnaisse l'innovation et qu'il accorde des crédits aux industries comme Enerkem pour le détournement des déchets vers les usines, par exemple, pour tenir compte de ce qui se passerait s'ils n'étaient pas recyclés.
Présentement, selon les analyses du cycle de vie, envoyer du plastique dans les océans est considéré acceptable du point de vue de l'environnement. Il est un peu aberrant que, dans les analyses de cycle de vie, il n'y ait pas de crédits alloués à des mesures visant à agir autrement.
Le Bloc québécois appuie le projet de loi C-204, qui vise à interdire l'exportation des déchets plastiques aux fins d'élimination définitive. Nous considérons que les produits plastiques exportés destinés au recyclage doivent être mieux triés et labellisés et que leur traçabilité doit aussi être assurée. Ils ne doivent pas servir de combustible à l'étranger et en aucun cas se retrouver dans l'environnement.
Le Bloc québécois estime qu'il est juste, mais insuffisant, d'interdire tant l'exportation des déchets que la production de certains produits à usage unique. Il faut repenser la manière dont est organisé le cycle des matières dans l'économie. Enerkem répond à cette manière d'organiser le cycle des matières dans l'économie. De plus, le Québec est déjà en avance sur les provinces canadiennes, disposant déjà de son propre modèle pour organiser le cycle des matières dans l'économie.
Si le fédéral souhaite agir, il devrait donc transférer la somme sans condition aux partenaires provinciaux qui, à l'instar du Québec, sont déjà engagés dans la stratégie de mise en œuvre de l'économie circulaire et dans la responsabilisation élargie des producteurs. Le Québec a maintes fois prouvé ses compétences et ses façons de faire, particulièrement par notre grande force qu'est Hydro-Québec, qui permet de recycler les déchets avec une très faible empreinte carbone.
Le projet de loi C-204 est bon, car les mesures antidumping sont complémentaires aux actions déployées en amont pour réduire la production de plastique et améliorer la gestion des déchets. Par contre, la politique fédérale à venir sur l'interdiction des plastiques à usage unique ne dispense pas le Canada d'agir tout de suite pour ne plus exporter ses déchets plastiques dans des pays en voie de développement.
À court et à moyen terme, les conditions doivent être mises en place pour que les entreprises de recyclage du Québec aient les moyens de recycler leurs produits plastiques plus complexes, et pour améliorer la qualité de vie des matières recyclables.
Par ailleurs, le député de York—Simcoe affirme vouloir empêcher que les ordures ménagères en plastique ne pouvant pas être recyclé ne deviennent des matières dangereuses dans des pays étrangers. L'entreprise Enerkem est une solution à cette situation.
La notion d'élimination définitive suppose que la matière n'est pas destinée au recyclage. Le Canada ne recycle que 9 % des déchets plastiques. Le reste se retrouve dans les sites d'enfouissement ou dans l'environnement. L'économie canadienne du plastique est principalement linéaire, avec environ 9 % des déchets plastiques qui sont recyclés, 4 % qui sont incinérés avec récupération d'énergie, 86 % qui sont enfouis et 1 % qui se retrouvent dans l'environnement. On a donc besoin d'un cadre réglementaire pour déplacer des déchets, particulièrement le plastique, vers des entreprises innovantes comme Enerkem.
Il faut évidemment arrêter d'exporter notre plastique dans le monde. La Convention de Bâle rappelle qu'il faut empêcher les pays les plus riches de faire du dumping dans les pays en voie de développement. La question de l'exportation des déchets plastiques est une responsabilité morale envers la nature et envers les autres peuples et les États d'aujourd'hui qui refusent d'être la poubelle du monde. On se souvient de l'exemple de la Malaisie. On doit les entendre.
Je conclurai en rappelant la force du Québec d'agir dans l'économie circulaire, et non dans un modèle linéaire. Les déchets qui sont produits peuvent être aussi la matière première d'autres réglementations. Comme on a cette responsabilité d'agir, au Parlement, je dirais qu'il faut s'assurer d'avoir une bonne réglementation pour que cela coûte plus cher d'enfouir nos déchets. Il faut en même temps avoir de bons programmes qui nous permettent d'aller de l'avant pour encourager l'économie circulaire par la réutilisation d'un résidu. Par exemple, dans ma région, un résidu forestier peut être la matière première pour réchauffer des chaudrons dans les mines.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, at the outset, I would like to again give my deep appreciation to everyone who has contributed to see Bill C-204 get to where it is today, and this is very exciting.
I would like to thank my colleague, the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola, the Conservative shadow minister for the environment, for his support and assistance.
I am also grateful for the insight and wisdom of my colleagues, including the member for St. Albert—Edmonton, who is always willing to roll up his sleeves to make things happen.
Legends are not born; it takes hard work and dedication. I would like to thank the hon. member for Thornhill, who is going to be sorely missed for his incredible knowledge and commitment to Canadians and to the residents of Thornhill.
We benefited from the contributions of the member for Parry Sound—Muskoka, where, of course, the environment is the economy.
I know each of these members share my passion for the environment, and that was reflected in their remarks.
I would also like to thank the member for Perth—Wellington, who graciously allowed for this bill to come up for debate again at the earliest opportunity. He is a class act.
I am thankful for the constructive conversations and collaborations I have had with my Conservative colleagues, members of the NDP, the Bloc and the Greens, many of whom seconded this bill. It is a minority Parliament and we will get this done.
Of course, I would also like to acknowledge the many environmental groups, industry organizations and others who have offered their expertise on Bill C-204 and the issues it seeks to address.
Finally, I am very grateful for the continual hard work of my staff, including Patrick Speck, who has worked diligently throughout this whole process. I cannot thank him enough; he is a beauty.
It is an honour to sponsor Bill C-204 and put in the work to get it here. We know more still needs to be done to protect the environment, and I am sure my colleagues in the chamber will want to know I am not done yet.
The Lake Simcoe clean-up fund is still cancelled; raw sewage is still being dumped in our waterways; first nations are still having to fight to get access to clean drinking water; and until Bill C-204 comes into force, Canada is still exporting its plastic waste to foreign countries.
I may not be in my hip waders now, but I can assure members, especially those on the government side, I will keep pushing every day and keep grinding it out to ensure the environment is protected. They can count on that. That is why we are today.
As I have said before, Bill C-204 would strike the right balance. It is clear that we cannot continue to send our plastic waste overseas, where it is devastating our environment. Canada needs to show leadership on this important issue before it is too late.
Many other countries have already taken action on plastic waste exports, but Canada has fallen behind. Sadly, the Liberal government insists that the shameful practice is beneficial despite the harmful impacts it is having on the environment.
Members know that this week is Canadian Environmental Week. Much has been said about the need to protect the environment, but Canadians want to see more than just words. We need action. They want Canada to stop treating the rest of the world like our dumping ground. We must protect our natural environment for future generations without sacrificing the jobs Canadians need today or impacting our ability to properly recycle plastic waste.
It is why Bill C-204 would implement a reasonable prohibition on plastic waste exports intended for final disposal to foreign countries. With the passage of Bill C-204, we can take responsibility for our own plastic waste and ensure it is handled properly, not dumped in the ocean, landfilled or burned in a developing country that just cannot handle it in the right way. This bill would also ensure legitimate environmentally sound plastic recycling could continue and Canadian industry would be supported in their innovative efforts.
It is time to ban the export of non-recyclable plastic waste from Canada to foreign countries. This is one environmental target we can all hit together. Let us put our words into action this Canadian Environmental Week. I urge all members to support Bill C-204.
Monsieur le Président, j'aimerais d'emblée exprimer à nouveau ma profonde gratitude à toutes les personnes qui ont permis au projet de loi C-204 de faire tout ce chemin, ce qui est très emballant.
Je tiens à remercier mon collègue, le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola et ministre du cabinet fantôme responsable de l'environnement, pour son soutien et son aide.
Je suis également reconnaissant à mes collègues pour leurs réflexions et sagesse, y compris le député de St. Albert—Edmonton, qui est toujours prêt à se retrousser les manches pour faire bouger les choses.
Les légendes ne sont pas le fruit du hasard, mais bien de la détermination et d'un travail acharné. Je tiens à remercier le député de Thornhill. C'est un député qui nous manquera pour ses connaissances inouïes et son engagement envers les Canadiens et résidants de Thornhill.
Évidemment, nous avons profité de la contribution du député de Parry Sound—Muskoka, là où l'environnement est synonyme d'économie.
Je sais que ces députés partagent tous ma passion pour l'environnement, ce que l'on a pu constater dans leurs observations.
J'aimerais aussi remercier le député de Perth—Wellington, qui a gracieusement accepté de saisir à nouveau la Chambre de ce projet de loi pour que nous puissions en débattre dès que possible. C'est un vrai champion.
Je remercie mes collègues conservateurs, néo-démocrates, bloquistes et verts de leur collaboration et des discussions constructives que j’ai eues avec eux. Beaucoup d’entre eux appuient ce projet de loi. Le Parlement est minoritaire, et nous arriverons à le faire adopter.
J’aimerais également remercier les nombreux groupes environnementaux, les associations industrielles et les autres qui nous ont fait profiter de leur expertise au sujet du projet de loi C-204 et des problèmes qu’il propose de régler.
Enfin, je remercie très sincèrement mes collaborateurs qui n’ont pas ménagé leurs efforts, notamment Patrick Speck qui s’est dépensé sans compter pendant tout le processus. Je ne le remercierai jamais assez, c’est un ange.
Je suis heureux de parrainer le projet de loi C-204 et d’avoir fait tout le travail nécessaire pour en arriver là. Mais il y a encore beaucoup de choses à faire pour protéger l’environnement, et mes collègues seront ravis d’apprendre que je ne vais pas m’arrêter là.
Le Fonds d’assainissement du lac Simcoe n’a toujours pas été réinstitué. Des eaux d’égout brutes continuent de se déverser dans nos cours d’eau. Les Premières Nations sont encore obligées de se battre pour avoir accès à de l’eau potable. Et tant que le projet de loi C-204 ne sera pas adopté, le Canada continuera d’exporter ses déchets plastiques.
Je n’ai pas mes bottes-pantalons aujourd’hui, mais je peux assurer les députés, surtout les députés ministériels, que je vais continuer d’œuvrer chaque jour pour que l’environnement soit mieux protégé. Ils peuvent en être sûrs. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui.
Comme je l’ai déjà dit, le projet de loi C-204 représente un juste milieu. Il est évident que nous ne pouvons pas continuer d’exporter nos déchets plastiques vers des pays dont ils dévastent l’environnement. Le Canada doit faire preuve de leadership sur cette question importante, avant qu’il ne soit trop tard.
Beaucoup d’autres pays ont déjà pris des mesures en ce qui concerne leurs exportations de déchets plastiques. Malheureusement, le gouvernement libéral prétend que cette pratique honteuse a des avantages, malgré son impact nocif sur l’environnement.
Les députés n’ignorent pas que c’est la Semaine canadienne de l’environnement. On a beaucoup parlé de la nécessité de protéger l’environnement, mais les Canadiens ne se contentent pas de belles paroles, ils veulent des actes concrets. Ils veulent que le Canada cesse de traiter les autres pays comme une décharge. Nous devons protéger notre environnement naturel pour les générations futures sans sacrifier les emplois dont nous avons besoin aujourd’hui et sans nuire à notre capacité de recycler correctement les déchets plastiques.
C’est la raison pour laquelle le projet de loi C-204 propose d’interdire les exportations de déchets plastiques, pour leur élimination définitive. S’il est adopté, nous assumerons la responsabilité de nos propres déchets plastiques et nous nous assurerons qu’ils sont manipulés de façon adéquate, et non pas déversés dans l’océan, dans une décharge ou dans un lieu d’incinération par un pays en développement qui n’a pas la capacité de les gérer correctement. Ce projet de loi propose également de poursuivre le recyclage écologique de ces déchets et d’aider l’industrie canadienne dans ses efforts d’innovation.
L’heure est venue d’interdire les exportations de déchets plastiques non recyclables. C’est un objectif environnemental que nous pouvons réaliser tous ensemble. Il faut que nos discours se traduisent par des actions concrètes, surtout en cette Semaine canadienne de l’environnement. J’invite tous les députés à appuyer le projet de loi C-204.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I request a recorded division.
Monsieur le Président, je demande un vote par appel nominal.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
Accordingly, pursuant to an order made on Monday, January 25, the division stands deferred until Wednesday, June 2, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Pursuant to order made on Monday, May 31, the House shall now resolve itself into committee of the whole to consider Motion No. 6 under government business.
The House will now resolve itself into committee of the whole.
En conséquence, conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est reporté au mercredi 2 juin, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 31 mai, la Chambre se forme maintenant en comité plénier pour étudier la motion no 6 sous la rubrique des affaires émanant du gouvernement.
La Chambre se forme maintenant en comité plénier.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:40 [p.7672]
Madam Chair, on April 9, 2020, the former minister of foreign affairs and the then minister of finance announced the creation of an advisory panel of independent experts to review best practices in arms exports of states party to the Arms Trade Treaty to ensure that export controls were as robust as possible.
When the acting director general of export controls at Global Affairs Canada appeared before the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development in October 2020, she said that the group would be tasked with evaluating permits at several committee meetings. Many witnesses with expertise in the matter told us that no action had been undertaken by Global Affairs Canada and the minister's office to set up this advisory panel of independent experts.
Where do things stand now?
Madame la présidente, le 9 avril 2020, le précédent ministre des Affaires étrangères et le ministre des Finances de l'époque ont annoncé la création d'un groupe consultatif de spécialistes indépendants qui examinerait les meilleures pratiques en matière d'exportation d'armes des États parties du Traité sur le commerce des armes, afin de s'assurer que le contrôle et l'exportation sont aussi rigoureux que possibles.
Lorsque la directrice générale intérimaire pour le contrôle des exportations à Affaires mondiales Canada a comparu devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, en octobre 2020, elle a déclaré que le groupe serait chargé d'évaluer les délivrances des licences lors de plusieurs séances du Comité. Un grand nombre de témoins possédant une expertise sur le sujet nous ont indiqué qu'aucune action n'avait été entreprise par Affaires mondiales Canada et le bureau du ministre afin de mettre en place ce groupe consultatif de spécialistes indépendants.
Qu'en est-il aujourd'hui?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, on the general question of arms exports, that is an extremely serious topic, and I personally take it very seriously, since I am the one who signs off on exporting arms.
I want to assure my colleague that, as he knows, we have signed on to the Arms Trade Treaty, which has a strong focus on human rights. This is a responsibility that I take extremely seriously. We are working with various groups to ensure that the regime in place will guarantee that we will not grant permits if there is a risk of human rights violations.
Madame la présidente, sur la question générale de l'exportation des armes, c'est un sujet extrêmement sérieux et que je prends personnellement très au sérieux, puisque c'est moi qui signe l'autorisation d'exporter les armes.
Je veux assurer à mon collègue que nous avons, comme il le sait, accédé au Traité sur le commerce des armes qui mise beaucoup sur la question des droits de la personne. C'est une responsabilité que je prends extrêmement au sérieux. Nous travaillons avec différents groupes pour nous assurer que le régime en place va garantir que nous n'accorderons pas de permis s'il y a un risque de violation des droits de la personne.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:42 [p.7673]
Madam Chair, it has been more than a year after this announcement, and the advisory panel has not yet been established.
Can the minister assure us that this group will be set up as soon as possible given its importance and its relevance in the current context?
Madame la présidente, plus d'un an après cette annonce, le groupe consultatif n'est toujours pas constitué.
Le ministre peut-il nous assurer que ce groupe sera mis sur pied dans les plus brefs délais, compte tenu de son importance et de sa pertinence dans le contexte actuel?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I thank my colleague for his question.
I will definitely get back to him.
My colleague mentioned that this commitment was made by my predecessor, and I will look into it.
Madame la présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je lui reviens sur cette question, certainement.
Mon collègue a mentionné qu'il s'agissait d'un engagement de mon prédécesseur, et je vais examiner la situation.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:42 [p.7673]
Madam Chair, in September 2020, 39 civil society organizations complained that they were excluded from the process of creating the advisory panel of experts, and that no details had trickled down after the minister's announcement in April 2020. These organizations sent the Prime Minister of Canada a letter to inform him of their displeasure, but this letter has gone unanswered.
Has the government launched this consultation process?
Madame la présidente, en septembre 2020, 39 organismes de la société civile se plaignaient d'avoir été exclus du processus de création du groupe consultatif et qu'aucun détail n'avait filtré après l'annonce du ministre, en avril 2020. Pour signifier leur mécontentement, ces organisations ont envoyé une lettre au premier ministre du Canada, mais cette lettre est demeurée sans réponse.
Ont-ils entamé ce processus de consultation?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, our government pledged to implement a more transparent and robust arms export system. That is why we became a party to the Arms Trade Treaty. Canada has one of the best control systems in the world, and respect for human rights is enshrined in our legislation on the control of this type of export. We are in contact with various groups to ensure that the terms and conditions of this arms export system are the best for Canada.
Madame la présidente, notre gouvernement s'est engagé à mettre en place un système d'exportation d'armes plus transparent et plus rigoureux. C'est la raison pour laquelle nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Le Canada possède l'un des meilleurs systèmes de contrôle au monde et le respect des droits de la personne est inscrit dans notre législation sur le contrôle de ce type d'exportation. Nous sommes en contact avec différents groupes pour nous assurer que les modalités de ce système d'exportation d'armes sont les meilleures pour le Canada.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 19:44 [p.7673]
Madam Chair, we can certainly expect the minister to take into consideration the views of the groups that expressed an interest in participating in the process. Unfortunately, there was no indication to that effect in his response.
However, the minister said that the Canadian system is among the most robust. The Standing Committee on Foreign Affairs and International Development heard about a certain number of issues early in the process, before exportation, and downstream after the sales. We discovered that some countries check afterwards, but Canada does not.
What are the minister's intentions in this regard?
Madame la présidente, d'une part, on peut certainement s'attendre que le ministre prenne en considération les points de vue des groupes qui ont manifesté un intérêt à participer au processus. Malheureusement, dans sa réponse, je n'ai pas eu d'indication à cet égard.
D'autre part, le ministre disait que le système canadien est l'un des plus robustes. Or, au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, nous avons constaté un certain nombre de problèmes en amont et un certain nombre de problèmes en aval. Nous avons constaté que des pays font des vérifications après coup, ce que le Canada ne fait pas.
Quelles sont les intentions du ministre à cet égard?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I think our recent decision on the export of arms to Turkey demonstrates very clearly that we are keeping a close eye on what we consider to be violations of arms export agreements.
First, my predecessor temporarily suspended such exports last fall. I subsequently made the decision to revoke certain arms export permits to Turkey.
Madame la présidente, je crois que la décision que nous avons prise récemment au sujet de l'exportation d'armes vers la Turquie démontre très bien que nous surveillons de près ce que nous considérons comme des violations des ententes relatives à l'exportation d'armes.
D'abord, mon prédécesseur a arrêté ce genre d'exportation temporairement, à l'automne dernier. Ensuite, j'ai pris la décision de révoquer certains permis d'exportation d'armes vers la Turquie.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:54 [p.7674]
Madam Chair, I want to turn now to arms exports. Thanks to our efforts in the foreign affairs committee, we recently received and made public documents that show that Canada has not been doing its due diligence on arms exports.
Will the minister commit to enhance Canada's arms export regime to ensure that end-user adherence takes place by recipients of all Canadian military exports?
Madame la présidente, je souhaite maintenant parler des exportations d'armes. Grâce à nos efforts au sein du comité des affaires étrangères, nous avons récemment reçu et rendu publics des documents qui montrent que le Canada n'a pas fait preuve de la diligence raisonnable requise en matière d'exportation d'armes.
Le ministre s'engagera-t-il à améliorer le régime d'exportation d'armes du Canada de sorte que les destinataires de toutes les exportations militaires canadiennes respectent les modalités d'utilisation finale?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, as I said before, I take this very seriously because I sign export permits. A recent example of us rescinding arms permits to Turkey because of violations of the agreement is a clear indication that we take this issue extremely seriously and that there are strict conditions associated with providing arms export permits.
Madame la présidente, comme je l'ai dit, je prends cela très au sérieux, puisque je signe des permis d'exportation. Comme en témoignent les récentes révocations de permis d'exportation d'armes en Turquie en raison de violations de l'accord, nous prenons ce problème très au sérieux et les permis sont assortis de conditions strictes.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2021-05-31 19:55 [p.7674]
Madam Chair, one has to wonder how Canadian WESCAM sensors ended up in Nagorno-Karabakh during last fall's conflict there.
We also have an allegedly strong human rights interest internationally, yet Saudi Arabia's human rights violations are appalling and Canada continues to sell it arms, $3 billion worth in 2019 alone. How can the minister continue to say that we are committed to international human rights when we continue to sell arms to a country that is fuelling the war in Yemen and has been called out by the United Nations Security Council on this issue?
Madame la présidente, on peut se demander comment des capteurs WESCAM canadiens se sont retrouvés au Nagorno-Karabakh pendant le conflit qui s'y est déroulé l'automne dernier.
Par ailleurs, nous sommes censés vouloir défendre avec vigueur les droits de la personne à l'échelle internationale. Or, même si l'Arabie saoudite commet d'horribles violations des droits de la personne, le Canada continue de lui vendre des armes, et il lui en a vendu pour une valeur de 3 milliards de dollars en 2019 seulement. Comment le ministre peut-il encore affirmer que le Canada est déterminé à défendre les droits internationaux de la personne quand il continue de vendre des armes à un pays qui alimente la guerre au Yémen et qui a été dénoncé par le Conseil de sécurité des Nations unies à ce sujet?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, yes, Saudi Arabia is guilty of human rights violations within its own country. We have worked hard to improve the specific contract that he is talking about that was signed by the previous government to meet Canada's international human rights obligations and preserve, at the same time, jobs within Canada.
The cancellation of the current contract has important financial implications for Canada, but over and above that, we will not hesitate to take action if we feel there are any violations of human rights. That was part of our agreement when we ratified the Arms Trade Treaty.
Madame la présidente, il est vrai que l'Arabie saoudite est coupable de violations des droits de la personne sur son propre territoire. Nous avons travaillé fort afin d'améliorer le contrat dont parle le député et qui a été conclu par le gouvernement précédent afin de répondre aux obligations internationales du Canada en matière de droits de la personne tout en préservant des emplois au Canada.
L'annulation du contrat actuel a des répercussions financières importantes pour le Canada, mais au-delà de cela, nous n'hésiterons pas à prendre des mesures si nous considérons qu'il y a eu des violations des droits de la personne. Cela fait partie de l'entente que nous avons conclue lorsque nous avons ratifié le Traité sur le commerce des armes.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2021-05-31 20:34 [p.7681]
Madam Chair, what is the dollar value of yearly Canadian exports?
Madame la présidente, à combien se chiffrent, en dollars, les exportations canadiennes annuellement?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:34 [p.7681]
Madam Chair, through my department officials, let me get that information back to her at a subsequent answer. I do not have it at hand.
Madame la présidente, je vais obtenir ces renseignements auprès des fonctionnaires de mon ministère et je les lui transmettrai au cours d'une autre intervention. Je ne les ai pas sous la main.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
View Anita Vandenbeld Profile
2021-05-31 21:35 [p.7690]
Madam Chair, I would like to take the time this evening to highlight some of the important work that has been done by this government, especially by my colleagues on the Standing Committee on International Trade, over the last year.
COVID-19 has presented serious challenges for Canadian businesses looking to export and for the global trading system as a whole. Our government has been keenly engaged on these issues from the very start.
In October, the Standing Committee on International Trade heard from official representatives on Canada's efforts to support exporters and to position Canada as a leader in the post-pandemic recovery.
Officials noted the important work being done by the Trade Commissioner Service, which leveraged its irreplaceable network of international contacts in business and government, as well as its knowledge of Canada's industrial capabilities, to facilitate the acquisition of personal protective equipment, vaccines and other essential supplies needed to fight the COVID-19 pandemic in Canada.
Throughout the pandemic, the Trade Commissioner Service has continued to help Canadian businesses connect with global opportunities and partners. Adapting to new challenges, the TCS has served 10,000 clients through virtual tools and services, and has provided more than $33 million in support through the CanExport program to companies looking to diversify their export markets.
The TCS and Export Development Canada, along with the Business Development Bank of Canada, the Canadian Commercial Corporation and Invest in Canada, are all part of what we call Canada's trade tool box. These organizations have all been working together, along with our provincial and territorial partners, with a team Canada approach to help businesses and entrepreneurs succeed at home and abroad. They will continue to do so as we recover from the economic effects of the pandemic and adopt new ways of doing business.
Continuing on from a study that began just days before the start of the pandemic, the Standing Committee on International Trade has resumed studying the World Trade Organization and the Canada-led efforts through the Ottawa Group to push for reforms of the organization to ensure that it can continue to face the increasingly challenging global trading environment. Here, again, officials laid out the important work that our government is doing to leverage the WTO in support of the global COVID-19 response and the post-COVID economic recovery. Our government is committed to a comprehensive global response to COVID-19 that leverages the entire multilateral trading system, with the WTO at its core, in reaching a rapid and just end to the pandemic.
Since the pandemic began, our government has worked with international partners to advocate for open trade and free-flowing supply chains and to identify barriers to accessing vaccines and other medical products. This includes Canada's leadership role in the WTO Ottawa Group. Canada continues to actively engage on the trade and health initiative at the WTO, which aims to strengthen global supply chains and support the delivery of essential medicines and medical supplies, including vaccines around the world.
We know that the pandemic will not end anywhere unless it ends everywhere. That is why Canada has committed to discussing an international property waiver for COVID-19 vaccines under the WTO TRIPS agreement. We are committed to finding solutions and reaching an agreement that accelerates global vaccine production and does not negatively impact public health.
Canada will continue working closely with all WTO members, including engaging on new proposals from any member or group, in seeking a consensus-based outcome to address any intellectual property challenges created by COVID-19. Canada also continues to encourage the WTO director general's global dialogue with the pharmaceutical sector toward accelerating the production and distribution of COVID-19 vaccines and other medical products, in coordination with other relevant organizations.
Our government remains committed to continued engagement with all members of the international community to find solutions to these global challenges.
More recently, the Standing Committee on International Trade and the recently established special committee on Canada-U.S. economic relations have been studying a wide range of areas to position Canada to continue to grow our exports and Canadian businesses.
COVID-19 has propelled a green recovery. Canadian clean-tech firms are driving economic growth and are heavily reliant on exports, with exports increasing 26% from 2015 to 2019, from $8.4 billion to $10.6 billion. The Government of Canada's $17.6-billion green recovery investments announced in budget 2021 build on the $3.3 billion in previous investments since 2016 to promote clean-tech research, development and adoption. This commitment helps to ensure that Canadian clean-tech firms are competitive and well positioned to export.
Our close economic ties to the United States will also be of vital importance to Canada's COVID recovery. That is why Canada is engaging the U.S. administration, members of Congress and allies across the U.S. to advocate for a Canada-U.S. approach to the U.S. infrastructure package that President Biden announced in March. Canada is very much focused on achieving an outcome that would allow suppliers on both sides of the border to participate and be subject to the same requirements as U.S. counterparts. We will always take a team Canada approach, working with Canadian businesses, exporters, manufacturers and industries, as we have done for the past five years and continue to do so.
Lastly, we know that COVID-19 has had a disproportionate impact on women around the world and has amplified existing inequalities. Today, as we look to rebuild, it is more important than ever to take concrete action to boost women's participation in the economy by placing them at the centre of our recovery efforts, including in the area of trade. This is critical not only for a speedy global recovery, but also to ensure that our supply chains will be more diverse, more competitive and more stable.
By putting women at the centre of our recoveries, we are ensuring that our supply chains will be more diverse, competitive and stable moving forward. Supporting the full and equal participation of women in trade is the right thing to do and the economically sound thing to do. Looking ahead to 2036, we could add up to $12 trillion to the global economy if we advance women's economic empowerment and access in the economy. This is how we build back better.
Madame la présidente, j'aimerais profiter de l'occasion ce soir pour souligner une partie de l'important travail effectué par le gouvernement, surtout par mes collègues du Comité permanent du commerce international, au cours de la dernière année.
La COVID-19 a posé des défis de taille aux entreprises canadiennes désireuses d'exporter leurs produits, de même que pour l'ensemble du système commercial mondial. Le gouvernement s'intéresse vivement à ces enjeux depuis le début.
En octobre, le Comité permanent du commerce international a entendu des représentants officiels sur les efforts déployés par le Canada pour soutenir les exportateurs et pour positionner le Canada en tant que chef de file dans la reprise post-pandémique.
Les fonctionnaires ont souligné l'important travail effectué par le Service des délégués commerciaux. Ce dernier a mis à profit son réseau irremplaçable de contacts internationaux dans les entreprises et les gouvernements ainsi que sa connaissance des capacités industrielles canadiennes pour faciliter l'acquisition par le Canada d'équipements de protection individuelle, de vaccins et d'autres éléments essentiels à la lutte contre la pandémie de la COVID-19 au Canada.
Tout au long de la pandémie, le Service des délégués commerciaux a aidé les entreprises canadiennes à profiter des débouchés sur les marchés mondiaux et à établir des liens avec des partenaires mondiaux. S'adaptant aux nouveaux défis, le Service des délégués commerciaux a servi 10 000 clients à l'aide d'outils et de services en ligne, en plus d'offrir un soutien financier de plus de 33 millions de dollars par l'entremise du programme CanExport aux entreprises souhaitant diversifier leurs marchés d'exportation.
Le Service des délégués commerciaux, Exportation et développement Canada, la Banque de développement du Canada, la Corporation commerciale canadienne et Investir au Canada font tous partie de ce qu'on appelle la boîte à outils pour le commerce du Canada. Ces organismes travaillent de concert, avec nos partenaires provinciaux et territoriaux, selon une approche Équipe Canada, pour aider les entreprises et les entrepreneurs à réussir tant ici qu'à l'étranger. C'est ce qu'ils continueront de faire, à mesure que nous nous remettons des conséquences économiques de la pandémie et que nous adoptons de nouvelles façons de faire des affaires.
Le Comité permanent du commerce international a repris une étude, entamée quelques jours à peine avant le début de la pandémie, sur l'Organisation mondiale du commerce, ou OMC, et les efforts déployés par le Canada, par l'intermédiaire du Groupe d'Ottawa, pour réclamer une réforme de l'organisation afin qu'elle puisse continuer de composer avec des conditions commerciales de plus en plus difficiles. Là encore, des fonctionnaires ont présenté l'important travail effectué par le gouvernement pour mettre à contribution l'OMC dans la réponse mondiale à la COVID-19 et la relance économique après la pandémie. Le gouvernement du Canada s'est engagé à mettre en place une réponse mondiale complète à la COVID-19 qui tire parti du système commercial multilatéral, dans lequel l'OMC joue un rôle central, pour trouver une solution rapide et juste à la pandémie.
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement collabore avec ses partenaires internationaux pour faire valoir le libre-échange et la fluidité des chaînes d'approvisionnement ainsi que pour cerner les obstacles à l'obtention de vaccins et d'autres produits médicaux. Cela inclut le rôle de chef de file du Canada au sein du Groupe d'Ottawa de l'OMC. Le Canada continue de participer activement à l'Initiative sur le commerce et la santé de l'OMC, laquelle vise à renforcer les chaînes d’approvisionnement mondiales et à faciliter dans le monde entier la circulation des médicaments et des fournitures médicales essentiels, dont les vaccins.
Nous savons que nul endroit ne sera complètement à l'abri de la pandémie tant que celle-ci ne sera pas complètement éliminée partout dans le monde. Voilà pourquoi le Canada s'est engagé à discuter d'une dérogation à la propriété intellectuelle pour les vaccins contre la COVID-19 dans le cadre de l’Accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce. Nous demeurons déterminés à trouver des solutions et à parvenir à un accord permettant d’accélérer la production mondiale de vaccins sans incidence négative sur la santé publique.
Le Canada continuera de collaborer étroitement avec tous les membres de l'OMC et demeure ouvert aux nouvelles propositions de tout membre ou groupe pour trouver une solution fondée sur un consensus pour remédier aux problèmes relatifs à la propriété intellectuelle créés par la COVID-19. Le Canada continue également à encourager le dialogue mondial de la directrice générale de l'OMC avec le secteur pharmaceutique en vue d'accélérer la production et la distribution de vaccins contre la COVID-19 et d'autres produits médicaux, en collaboration avec d'autres organismes pertinents.
Le gouvernement demeure résolu à continuer à associer ses efforts à ceux de tous les membres de la communauté internationale afin de trouver des solutions à ces problèmes d'envergure planétaire.
Plus récemment, le Comité permanent du commerce international et le tout récent Comité spécial sur les relations Canada-États-Unis se sont penchés sur une vaste gamme d'enjeux en vue de positionner le Canada de manière à entretenir la croissance des exportations et des entreprises.
La pandémie de COVID-19 a donné des ailes à la relance verte. Les entreprises d'énergie propre canadienne stimulent la croissance économique et elles dépendent fortement des exportations. Les exportations dans ce secteur ont augmenté de 26 % de 2015 à 2019, passant de 8,4 milliards de dollars à 10,6 milliards de dollars. Le gouvernement du Canada a annoncé un total de 17,6 milliards de dollars pour les énergies vertes dans le budget de 2021, et cet argent s'ajoute à la somme déjà consentie de 3,3 milliards de dollars, depuis 2016, pour promouvoir la recherche, le développement et l'adoption des technologies propres. Cet engagement permettra aux entreprises de technologie propre du Canada d'être concurrentielles et d'être bien placées pour exporter leurs produits.
Nos liens économiques étroits avec les États-Unis seront également cruciaux pour stimuler la relance de l'économie canadienne après la pandémie. Voilà pourquoi le Canada tisse des liens avec le gouvernement des États-Unis, des membres du Congrès et des alliés d'un bout à l'autre de ce pays pour promouvoir une approche Canada-États-Unis dans le programme d'infrastructures annoncé par le président Biden en mars. Le Canada est très déterminé à concrétiser une approche où les mêmes règles s'appliquent aux fournisseurs des deux côtés de la frontière. Nous allons toujours privilégier une approche Équipe Canada, en misant sur la collaboration avec les entreprises, les exportateurs, les fabricants et les industries du Canada, comme nous l'avons fait au cours des cinq dernières années et comme nous allons continuer de le faire.
Enfin, nous savons que la COVID-19 a eu un impact disproportionné sur les femmes du monde entier et a amplifié les inégalités existantes. Aujourd'hui, alors que nous cherchons à reconstruire, il est plus important que jamais que nous prenions des mesures concrètes pour faire progresser la participation économique des femmes en les plaçant au centre de nos efforts de relance, notamment dans le domaine du commerce. Cela est non seulement crucial pour une reprise mondiale rapide, mais aussi pour garantir que nos chaînes d'approvisionnement seront plus diversifiées, plus compétitives et plus stables.
En accordant une place importante aux femmes dans la relance économique, nous veillons à ce que nos chaînes d'approvisionnement soient plus diversifiées, concurrentielles et stables pour les années à venir. Appuyer la participation pleine et égale des femmes dans les échanges commerciaux est la bonne chose à faire et c'est avantageux sur le plan économique. En ayant en tête l'horizon de 2036, la croissance de l'économie pourrait représenter jusqu'à 12 billions de dollars si nous misons sur l'autonomisation économique des femmes et leur accès à l'économie. Voilà comment nous reconstruisons en mieux.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2021-05-31 22:02 [p.7694]
Madam Chair, the Government of Canada is often inconsistent in its approach to international trade, in particular with respect to awarding contracts or export permits. The government's approach makes it seem as though there is a two-tier process that often puts Quebec companies at a disadvantage. This was the case with Pratt & Whitney Canada, for example, which has been waiting for permits to export aircraft engines to China for two years.
Why has the Government of Canada not yet issued these permits?
Madame la présidente, le gouvernement du Canada fait souvent preuve d'incohérence en matière de commerce international, notamment dans l'attribution de contrats ou de permis d'exportation qui laisse transparaître un processus à deux vitesses souvent défavorable à des sociétés québécoises. C'est le cas, entre autres, pour la compagnie Pratt & Whitney Canada, qui attend depuis deux ans les autorisations d'exporter des moteurs d'avions en Chine.
Pourquoi le gouvernement du Canada n'a-t-il toujours pas émis ces autorisations?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Madam Chair, I thank my colleague for his question.
I will get back to my colleague on this very specific question regarding the Pratt & Whitney engines to be exported to China.
Madame la présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je vais revenir à mon collègue sur cette question très précise concernant des moteurs de Pratt & Whitney Canada destinés à la Chine.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, I will be sharing my time with the member for Chicoutimi—Le Fjord.
My questions are for the Minister of Foreign Affairs.
President Biden, in his made-in-America executive order on January 25, made a clear statement about the priority and direction that the U.S. would take in terms of ensuring the future is made in America and by all of America's workers.
Has the minister gained commitment from the United States that Canadian companies will be able to bid directly on all aspects of the U.S. $2 trillion federal infrastructure plan?
Madame la présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Chicoutimi—Le Fjord.
Mes questions s'adressent au ministre des Affaires étrangères.
Avec le décret qu'il a rendu le 25 janvier au sujet de produits fabriqués aux États-Unis, le président Biden a indiqué clairement que la priorité et l'approche des États-Unis consistent à veiller à ce que l'avenir soit bâti aux États-Unis et par ses travailleurs.
La ministre a-t-elle obtenu un engagement des États-Unis à faire en sorte que les entreprises canadiennes puissent soumissionner directement dans le cadre de tous les volets du plan d'infrastructure fédéral des États-Unis, évalué à 2 billions de dollars américains?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:21 [p.7696]
Madam Chair, this is an area of extreme importance to Canada's economy. Our supply chain is inextricably connected to the United States. We will work with the United States to ensure there is no impact on Canada's exports.
Madame la présidente, c'est un domaine extrêmement important de l'économie canadienne. Notre chaîne d'approvisionnement est étroitement liée à celle des États-Unis. Nous allons travailler avec les États-Unis pour veiller à ce qu'il n'y ait pas d'incidence sur les exportations du Canada.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Madam Chair, could the minister let us know whether she has been successful in gaining a commitment that Canada will not be excluded from the federal infrastructure plan of the United States?
Madame la présidente, la ministre peut-elle nous dire si elle a obtenu l'engagement que le Canada ne sera pas exclu du plan d'infrastructure fédéral des États-Unis?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 22:22 [p.7696]
Madam Chair, I just want to clarify that Canada is exempt from buy America requirements due to the WTO agreement on general procurement. If there is an effort to expand or introduce new domestic content requirements under buy America, we will absolutely ensure that this does not affect Canadian supply chains.
Madame la présidente, je tiens seulement à préciser que le Canada est exempté des exigences sur les achats aux États-Unis en raison de l'accord sur les marchés publics de l'Organisation mondiale du commerce. Si on tente d'élargir les exigences de contenu ou d'en créer d'autres au titre de la politique d'achats aux États-Unis, nous veillerons certainement à ce que cela n'ait aucune incidence sur les chaînes d'approvisionnement du Canada.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-05-31 23:04 [p.7703]
Mr. Chair, an example of the incoherentness of our foreign policy is when we provide humanitarian funds to Yemen and still sell arms to Saudi Arabia to use against the Yemeni people. In fact, Canada's foreign policy is so incoherent that Canada was condemned by the United Nations for contributing to grave human rights abuses.
Will the government stop selling arms to Saudi Arabia?
Monsieur le président, prenons un exemple du manque de cohésion dans notre politique étrangère: nous versons des fonds humanitaires au Yémen tout en continuant de vendre des armes à l'Arabie saoudite, qui les utilise contre les Yéménites. En fait, notre politique étrangère est à ce point incohérente que les Nations unies ont reproché au Canada de contribuer à de graves violations des droits de la personne.
Le gouvernement cessera-t-il de vendre des armes à l'Arabie saoudite?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I reject the premise of that question. We are providing humanitarian aid to Yemen, a very stricken area. We also have, separately from that, very strict requirements with respect to the export of arms. We are respecting that requirement as well.
Monsieur le président, je rejette la prémisse de cette question. Nous offrons une aide humanitaire au Yémen, une région qui est durement touchée. Nous avons également, dans un tout autre dossier, des exigences très strictes encadrant l'exportation d'armes. Nous respectons ces exigences.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-05-31 23:05 [p.7703]
Mr. Chair, does the minister honestly believe that Canada will ever be considered for a Security Council seat and will ever be considered as a legitimate peacekeeper when it fuels conflict and war, as it is doing in the Yemeni conflict?
Monsieur le président, le ministre croit-il vraiment que le Canada aura un jour la possibilité d'obtenir un siège au Conseil de sécurité et d'être considéré comme un véritable gardien de la paix alors qu'il alimente des conflits et la guerre, comme il le fait dans les affrontements au Yémen?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, again, I reject those comments. They are very inflammatory comments about fuelling a war and unrest. I totally reject them.
Canada is a member of the United Nations. Yes, perhaps sometime in the future we will have a seat on the Security Council, but we will continue to work within the United Nations' multilateral body.
Monsieur le président, une fois de plus, je rejette ces commentaires. Il s'agit de commentaires fortement incendiaires selon lesquels on alimenterait un conflit armé et des désordres. Je les rejette complètement.
Le Canada est membre des Nations unies. Oui, nous aurons peut-être un siège au Conseil de sécurité un jour. Quoi qu'il en soit, nous continuerons de travailler avec cet organisme multilatéral que sont les Nations unies.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-05-26 23:21 [p.7451]
Mr. Chair, what is the expected growth rate for the natural resource sector in exports? It is a critical component of this economy.
Monsieur le président, quel est le taux de croissance prévu pour les exportations de ressources naturelles? Il s'agit d'une composante essentielle de l'économie.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I agree, and let me just take an opportunity to talk about a text conversation I have been having this evening with Mark Little, the CEO of Suncor. It has just updated its strategy to get to net zero by 2050, and that includes reducing emissions by 10 megatonnes by 2030.
Monsieur le président, je suis d'accord et je veux profiter de l'occasion pour parler d'une conversation par messagerie texte que j'ai eue ce soir avec Mark Little, le PDG de Suncor. La société vient de mettre à jour sa stratégie pour atteindre la carboneutralité d'ici 2050, ce qui inclut une réduction des émissions de 10 mégatonnes d'ici 2030.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I request that the motion be agreed to on division.
Madame la Présidente, je demande que la motion soit adoptée avec dissidence.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Is that agreed?
Some hon members: Agreed.
The Assistant Deputy Speaker (Mrs. Alexandra Mendès): I declare the motion carried on division.
When shall the bill be read a third time? By leave, now?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
La vice-présidente adjointe (Mme Alexandra Mendès): Je déclare la motion adoptée avec dissidence.
Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la troisième fois? Avec la permission de la Chambre, maintenant?
Des voix: D'accord.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-05-14 13:49 [p.7261]
moved that the bill be read the third time and passed.
He said: Madam Speaker, York—Simcoe is a great riding, the soup and salad bowl of Canada.
It is a privilege to rise in this House and speak once more to Bill C-204, an act to amend the Canadian Environmental Protection Act, final disposal of plastic waste. I am very grateful to my colleagues who have supported this proposed legislation and who worked to study and improve it over the last few months. I am also greatly appreciative of the contributions of the many experts, advocacy groups, industry organizations and other interested Canadians who offered their insight and expertise on Bill C-204 and the issues it will address.
It has been 462 days since I first introduced Bill C-204 in this chamber. We have lost a lot of time already. The impacts of plastic waste remains a significant and pressing concern here in Canada and around the world. Over time, discarded plastic breaks down, and if not dealt with properly, it ends up contaminating our lakes, oceans and rivers. It also threatens our ecosystem with drastic implications for wildlife and our natural environment.
Canada has both a national and global responsibility to step up and show leadership to address the impact of plastic waste. Sadly, under the government, we are doing the exact opposite. One of the greatest contributors to global plastic pollution has been the export of plastic waste from countries such as Canada to other countries around the world. Between 2015 and 2018, almost 400,000 tonnes of plastic waste were exported from Canada to foreign countries. We continue to ship almost 90,000 tonnes overseas every year. This is a serious problem.
Since China banned the import of all types of plastic waste in January of 2018, much of our plastic waste has been sent to Southeast Asia to countries such as Malaysia, Vietnam, Thailand, Indonesia and the Philippines. Many of these countries lack the regulatory controls or waste management capabilities to properly dispose of plastic waste imported from Canada and elsewhere. Consequently, it has all too often been disposed of improperly. It is ending up in landfills, dumped in the ocean or burned.
This is having a harmful impact on the environment and on the population of these countries. In Indonesia, for example, the burning of plastic waste has increased the air pollution and caused contamination in the local food chain because of high toxin levels. These toxin levels are linked to serious, long-term health problems, such as cancer, respiratory illness, diabetes and compromised immune systems.
It is no wonder that many of the countries that have been inundated with plastic waste from abroad are now looking to put a stop to these imports. Last year, Malaysia returned more than 150 shipping containers of non-recyclable plastic waste to Canada and other developed countries. The Malaysian environment minister justified this decision by declaring, “we do not want to be the garbage bin of the world”. We all remember this incident.
Globally, many of Canada's counterparts around the world have already recognized how unsustainable and harmful the impacts of exporting plastic waste are. This includes countries that share our strong commitment to open global trade. Both Australia and New Zealand have brought in strict domestic controls on plastics, which include prohibiting plastic waste from their respective countries.
The United Kingdom is pursuing similar legislation, as have every member state of the European Union and 70 other countries. Additionally, 98 countries have ratified an amendment to the Basel Convention, which governs the transboundary movement of waste. This amendment bans the export of plastic waste from OECD countries to non-OECD countries.
Unfortunately, there has been no effort by Canada's Liberal government to address the continuing export of non-recyclable plastic waste and the devastating effects it is having on the environment. The Liberals have refused to establish a prohibition on plastic waste within our domestic laws. They have refused to ratify the comprehensive Basel Convention amendment that would address these issues.
In fact, they actively worked to negotiate a gaping loophole to get around existing international obligations governing the plastic waste trade. This cannot be allowed to continue. Now is the time for Canada to prohibit the export of non-recyclable plastic waste to foreign countries. This is why we are all here today.
Bill C-204 amends the Canadian Environmental Protection Act to prohibit the export of plastic waste for final disposal. The bill establishes this prohibition in a reasonable and effective manner that protects the environment while supporting the many innovative recycling and plastic reuse businesses that operate right here in Canada.
Bill C-204 targets plastic waste exports destined for final disposal. This is a specifically defined term that is clearly established within our domestic regulations and recognized within our international agreements. By doing so, this bill ensures that plastic waste will be recycled, reused, recovered or reclaimed in an environmentally sound manner. Plastic waste will continue to be exported, but plastic waste being exported just to be dumped in a landfill, released into the ocean or burned will no longer be permitted.
Bill C-204 strikes an important and delicate balance. It will put in place an export ban on non-recyclable plastic waste that will protect the environment. It will make sure that when Canadians throw something in their blue bin, it will not end up floating in the ocean halfway around the world. Critically, this would be accomplished in a responsible way that would provide certainty and clarity to Canadian industry. We need to support the many Canadian businesses involved in plastic recycling, which are doing so much to innovate and responsibly manage our plastic waste.
Bill C-204 further strengthens our ability to control what happens to our plastic waste when it is exported. Currently, once plastic waste leaves our borders, we lose much of our ability to ensure it is being handled properly. Most of our plastic waste is being sent to the United States across our shared border, the amount of which has been increasing significantly every year. More than 60,000 tonnes was shipped from Canada to the U.S. annually between 2017 and 2019. Last year that amount increased to over 83,000 tonnes.
Just last fall, the Liberal government negotiated a special agreement between Canada and the United States concerning plastic waste that has been criticized for being both opaque and uncontrolled. This arrangement allows for Canadian plastic waste exports to be shipped onward from the U.S. for final disposal in developing countries.
I ask members to bear in mind that the United States is not a party to the Basel Convention, and plastic waste exported from their country is not subject to the same controls. As such, many environmental groups are very concerned. They believe that Canada's plastic waste exports to the U.S. exploit a significant loophole in our global obligations on plastic waste that directly contravenes international law.
To address these concerns, Bill C-204 prohibits the export of non-recyclable plastic waste to all foreign countries. This ensures that the same environmental standards are applied to exported plastic waste, no matter where in the world it ends up, so that it is disposed of properly and our environment is protected.
Another key element of Bill C-204 is ensuring that the various types of plastic waste exported from Canada are addressed. That is why the list of plastic waste outlined in schedule 7 of Bill C-204 is derived directly from the internationally recognized annex IV(B) of the Basel Convention on plastic waste. Any of the items on the list can be added or removed by the minister through the Governor in Council as necessary.
I note that at committee, the member for Victoria successfully moved an amendment for schedule 7 to include PVC. This constructive addition to the list strengthens Bill C-204 further. I would like to thank the hon. member for her contribution.
Of course, any federal legislation concerning plastic waste will have implications on the provinces and the municipalities. At the local level, Canadians participate in recycling and curbside waste programs with the expectation that their plastic waste will be dealt with properly and in an environmentally sound manner.
Bill C-204 will do this. With the inclusion of subsection 1.4, we can be assured that it would respect all these constitutional jurisdictions. I would like to extend my appreciation to the hon. member for Repentigny for this important addition.
Bill C-204 would apply fines and penalties against anyone who contravenes it, as they are already established in the Canadian Environmental Protection Act. Unfortunately, there are some bad actors who will try and get around these sorts of prohibitions. These fines will ensure that the law will be enforced and followed.
I have always believed that no one has a monopoly on good ideas, that the best solutions and the right way forward can come from anywhere, and it is becoming more important than ever to work together to make a difference. That is why it was so unfortunate that the Liberal government has opposed, delayed and blocked Bill C-204 at every turn. It opposes this bill, simply because it was sponsored by a Conservative member of Parliament, and continues to ignore the serious issues that it seeks to address.
Last month, the Minister of Environment and Climate Change said, “We need to explore and capitalize on all our options for reducing plastic waste and pollution”, but by opposing Bill C-204, the Liberals are rejecting a meaningful and effective measure to put an end to the plastic pollution of non-recycled plastic waste exports.
The Liberals' inaction on this issue is very unfortunate, but not unexpected. They have called the practice of sending non-recyclable plastic waste to developing countries beneficial. They refuse to see the deficiencies with our current legislation on plastic waste. Worst of all, they refuse to acknowledge the serious impacts plastic waste exports are having on the environment.
It is not just inaction. Unfortunately, during the environment committee study of Bill C-204, Liberal members on the committee repeatedly and actively sought to undermine the legislative process and the will of the House with their conduct. This was very disappointing. Protecting the environment by addressing the export of plastic waste should not be a partisan issue. That is why I am pleased to have the support of the members of the NDP, the Bloc, the Green Party, and all of my Conservative colleagues. Sadly, the same cannot be said of the Liberals.
I think Canadians would be very disappointed to see the Liberal government failing to act on the environment yet again. We have seen this many times before. After all, this is the same Liberal government that cancelled the Lake Simcoe cleanup fund, which made such a difference in protecting Lake Simcoe and its ecosystem. It is unfortunate that, after the Conservatives pledged to bring back the cleanup fund, the Deputy Prime Minister showed up in Barrie and said the Liberals would do the same, but as we continue to see, the government is all talk and no action on the environment. The cleanup fund still remains cancelled today.
Canadians want to see real meaningful action to address the issue of plastic waste exports and the impact it is having on the environment. When it comes to the environment, there is no “out of sight, out of mind”. The impacts of plastic pollution affect us all. It is time for Canada to stop exporting non-recyclable plastic waste for other countries to deal with. This can finally be accomplished with Bill C-204, so together, let us make this happen.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Madame la Présidente, ma formidable circonscription, York—Simcoe, constitue le potager du Canada.
J'ai le privilège de prendre la parole pour débattre encore une fois du projet de loi C-204, Loi modifiant la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) (élimination définitive de déchets plastiques). Je suis très reconnaissant envers les députés qui ont soutenu ce projet de loi et qui ont contribué à son amélioration au cours des derniers mois. De plus, j'apprécie grandement la contribution des nombreux experts, des groupes de défense, des organisations de l'industrie et d'autres Canadiens intéressés, qui ont offert leurs commentaires et leur expertise pour le projet de loi C-204 et pour les enjeux auxquels il s'attaque.
Voilà 462 jours que j'ai présenté le projet de loi C-204 à la Chambre. Nous avons déjà perdu beaucoup de temps. Les conséquences des déchets plastiques demeurent une préoccupation pressante ici au Canada et dans le monde entier. Avec le temps, les plastiques jetés se décomposent et s'ils ne sont pas traités adéquatement, ils finissent par contaminer les lacs, les rivières et les océans. Ils menacent aussi l'écosystème en ayant de lourdes conséquences sur la faune et sur l'environnement.
Le Canada a la responsabilité, à la fois au niveau national et sur la scène mondiale, de montrer l’exemple et de lutter contre les effets des déchets plastiques. Malheureusement, sous ce gouvernement, nous faisons exactement l’inverse. L’exportation des déchets plastiques de pays comme le Canada est un des principaux facteurs de pollution par les plastiques sur la planète. Entre 2015 et 2018, le Canada a exporté près de 400 000 tonnes de déchets plastiques. Nous continuons d’en expédier chaque année près de 90 000 tonnes à l’étranger. Le problème est grave.
Comme la Chine a interdit l’importation de tous les types de déchets plastiques en janvier 2018, une grande partie de nos déchets plastiques est envoyée en Asie du Sud-Est dans des pays comme la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande, l’Indonésie et les Philippines. Nombre de ces pays n’ont pas de contrôles réglementaires ou de capacités de gestion des déchets qui leur permettraient d’éliminer correctement les déchets plastiques importés du Canada ou d’ailleurs. En conséquence, ces déchets y sont trop souvent mal éliminés. Ils finissent dans des décharges; ils sont rejetés à la mer ou ils sont brûlés.
Cela a des répercussions néfastes sur l’environnement et sur la population de ces pays. En Indonésie, par exemple, l’incinération des déchets plastiques fait augmenter la pollution atmosphérique et entraîne la contamination de la chaîne alimentaire locale à cause des niveaux élevés de toxines. Ces niveaux de toxines sont liés à des problèmes de santé chroniques graves, comme le cancer, les maladies respiratoires, le diabète et l’affaiblissement du système immunitaire.
Il n’est pas étonnant que beaucoup de pays inondés de déchets plastiques venus de l’étranger cherchent maintenant à arrêter ces importations. L’an dernier, la Malaisie a renvoyé au Canada et dans d’autres pays développés plus de 150 conteneurs d'expédition remplis de déchets plastiques non recyclables. Le ministre de l’Environnement malaisien a justifié cette décision en déclarant que son pays ne veut pas être la poubelle du monde. Nous nous souvenons tous de cet incident.
Beaucoup de pays comme le Canada ont déjà admis que les déchets plastiques exportés ont des répercussions nocives intolérables. Il s’agit notamment de pays eux aussi très attachés à la libéralisation du commerce mondial. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont toutes deux instauré des contrôles stricts sur les plastiques, dont l’interdiction d’exporter les déchets plastiques.
Le Royaume-Uni cherche à légiférer dans le même sens, tout comme l'ont fait tous les États membres de l’Union européenne et 70 autres pays. De plus, 98 pays ont ratifié un amendement à la Convention de Bâle, qui régit la circulation transfrontière des déchets. Cet amendement interdit l’exportation de déchets plastiques des pays de l’OCDE vers des pays non membres de l’OCDE.
Malheureusement, le gouvernement libéral du Canada ne fait aucun effort pour s’attaquer à l’exportation continue de déchets plastiques non recyclables et à ses effets dévastateurs sur l’environnement. Les libéraux refusent d’interdire les déchets plastiques dans les lois nationales. Ils refusent de ratifier l’amendement général à la Convention de Bâle qui réglerait ces problèmes.
En fait, ils se sont employés activement à négocier une faille béante pour contourner les obligations internationales en vigueur régissant le commerce des déchets plastiques. Cette situation ne peut plus durer. Le moment est venu pour le Canada d’interdire l’exportation de déchets plastiques non recyclables vers des pays étrangers. Voilà pourquoi nous sommes tous ici aujourd’hui.
Le projet de loi C-204 modifie la Loi canadienne sur la protection de l’environnement afin d’interdire l’exportation de déchets plastiques destinés à l’élimination définitive. Il établit cette interdiction d’une manière raisonnable et efficace qui protège l’environnement tout en soutenant les nombreuses entreprises novatrices de recyclage et de réutilisation des plastiques qui exercent leurs activités ici même au Canada.
Le projet de loi C-204 vise les exportations de déchets plastiques destinés à l’élimination définitive. Il s’agit d’une expression définie explicitement et clairement établie dans nos règlements nationaux et reconnue dans nos accords internationaux. Ce faisant, ce projet de loi garantit que les déchets plastiques seront recyclés, réutilisés, récupérés ou régénérés d’une manière écologiquement rationnelle. Des déchets plastiques continueront d’être exportés, mais il ne sera plus permis d’exporter des déchets plastiques uniquement pour les déverser dans une décharge, les rejeter dans l’océan ou les brûler.
Le projet de loi C-204 établit un équilibre important et délicat. Il imposera une interdiction visant l’exportation de déchets plastiques non recyclables qui protégera l’environnement. Il fera en sorte que lorsque les Canadiens jettent un objet dans leur bac bleu, celui-ci ne finisse pas par flotter dans l’océan à l’autre bout du monde. L’essentiel, c’est que cela se fasse de manière responsable, en apportant certitude et clarté à l’industrie canadienne. Nous devons soutenir les nombreuses entreprises canadiennes actives dans le recyclage du plastique, qui font tant pour innover et pour gérer nos déchets plastiques de façon responsable.
Le projet de loi C-204 renforce notre capacité à contrôler ce qu’il advient de nos déchets plastiques lorsqu’ils sont exportés. Actuellement, une fois que les déchets plastiques quittent nos frontières, nous perdons une grande partie de notre capacité à nous assurer qu’ils sont traités correctement. La plupart de nos déchets plastiques sont envoyés aux États-Unis à travers notre frontière commune et leur quantité augmente considérablement d’une année à l’autre. Plus de 60 000 tonnes ont été expédiées du Canada vers les États-Unis chaque année entre 2017 et 2019. L’année dernière, cette quantité est passée à plus de 83 000 tonnes.
Pas plus tard que l’automne dernier, le gouvernement libéral a négocié un accord spécial entre le Canada et les États-Unis sur les déchets plastiques qui a été critiqué pour être à la fois opaque et non contrôlé. Cet accord permet aux exportations canadiennes de déchets plastiques d’être expédiées par les États-Unis pour être éliminées dans les pays en développement.
Je demande aux députés de garder à l’esprit le fait que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle, et que les déchets plastiques exportés de leur pays ne sont pas soumis aux mêmes contrôles. À ce titre, de nombreux groupes environnementaux sont très inquiets. Ils estiment que les exportations de déchets plastiques du Canada vers les États-Unis exploitent une faille importante dans nos obligations mondiales en matière de déchets plastiques qui contrevient directement au droit international.
Pour répondre à ces préoccupations, le projet de loi C-204 interdit l’exportation de déchets plastiques non recyclables vers tous les pays étrangers. Cela garantira que les mêmes normes environnementales sont appliquées aux déchets plastiques exportés, peu importe où ils aboutissent dans le monde, afin qu’ils soient éliminés correctement et que notre environnement soit protégé.
Un autre élément clé du projet de loi C-204 consiste à s’assurer que les différents types de déchets plastiques exportés du Canada sont pris en compte. C’est pourquoi la liste des déchets plastiques figurant à l’annexe 7 du projet de loi C-204 est directement tirée de l’annexe IV(B) de la Convention de Bâle sur les déchets plastiques, reconnue dans le monde entier. Au besoin, le ministre peut ajouter ou retirer tout élément de la liste par l’entremise du gouverneur en conseil.
Je note qu’en comité, la députée de Victoria a proposé avec succès un amendement pour que le PVC soit inclus dans l’annexe 7. Cet ajout constructif à la liste renforce davantage le projet de loi C-204. Je tiens à remercier la députée pour sa contribution.
Bien entendu, toute loi fédérale concernant les déchets plastiques aura des répercussions sur les provinces et les municipalités. À l’échelle locale, les Canadiens participent à des programmes de recyclage et de collecte sélective des déchets en s’attendant à ce que leurs déchets plastiques soient traités correctement et de manière écologique.
C’est ce que fera le projet de loi C-204. Avec l’inclusion du paragraphe 1.4, nous pouvons être assurés qu’il respectera toutes ces compétences constitutionnelles. Je tiens à remercier la députée de Repentigny pour cet ajout important.
Le projet de loi C-204 prévoit l’application d’amendes et de pénalités à toute personne qui y contrevient, comme cela est déjà prévu dans la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Malheureusement, il y a de mauvais acteurs qui tenteront de contourner ce genre d’interdictions. Ces amendes garantiront que la loi sera appliquée et respectée.
J’ai toujours cru que personne n’a le monopole des bonnes idées, que les meilleures solutions et la bonne façon d’avancer peuvent venir de partout, et qu’il devient plus important que jamais de travailler ensemble pour changer les choses. C’est pourquoi il est si malheureux que le gouvernement libéral se soit opposé au projet de loi C-204, l’ait retardé et bloqué à tous les coups. Il s’oppose à ce projet de loi pour la simple raison qu’il a été parrainé par un député conservateur, et il continue d’ignorer les graves problèmes qu’il cherche à résoudre.
Le mois dernier, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique a déclaré, « Nous devons explorer et exploiter toutes les options pour réduire les déchets de plastique et la pollution ». Pourtant, en s’opposant au projet de loi C-204, les libéraux rejettent une mesure qui serait utile et efficace pour mettre fin à la pollution par le plastique due aux exportations de déchets plastiques non recyclés.
L’inaction des libéraux dans ce dossier est très regrettable, mais pas surprenante. Ils ont qualifié d'avantageuse la pratique qui consiste à envoyer les déchets plastiques non recyclables dans des pays en développement. Ils refusent de voir les faiblesses de notre réglementation actuelle en matière de déchets plastiques. Pire encore, ils refusent de reconnaître les graves conséquences environnementales des exportations de déchets plastiques.
Il ne s’agit pas seulement d’inaction. Malheureusement, pendant l’étude du projet de loi C-204 au comité de l’environnement, les députés libéraux ont tenté à plusieurs reprises de saper le processus législatif et d'aller à l'encontre de la volonté de la Chambre. C’était très décevant. Protéger l’environnement en réglant la question de l’exportation des déchets plastiques ne devrait pas être une question partisane. C’est pourquoi je suis heureux d’avoir l’appui des députés du NPD, du Bloc, du Parti vert et de tous mes collègues conservateurs. Hélas, je ne peux pas en dire autant des libéraux.
Je crois que les Canadiens seraient très déçus que le gouvernement libéral manque une fois de plus à l'appel dans le dossier de l'environnement. C'est déjà arrivé à de nombreuses reprises. Après tout, c’est ce même gouvernement libéral qui a annulé le Fonds d’assainissement du lac Simcoe, qui était tellement important pour protéger ce lac et son écosystème. Il est désolant qu’après que les conservateurs ont promis de rétablir le fonds d’assainissement, la vice-première ministre soit allée à Barrie déclarer que les libéraux prenaient le même engagement. Cependant, comme on peut le constater, le gouvernement parle beaucoup, mais ne fait rien pour l’environnement. À ce jour, le fonds d’assainissement n’a toujours pas été rétabli.
Les Canadiens veulent de vraies mesures pour régler la question des exportations de déchets plastiques et de leurs conséquences sur l’environnement. En matière environnementale, on ne peut pas dire « loin des yeux, loin du cœur ». Nous subissons tous les effets de la pollution par le plastique. Il est temps que le Canada cesse d’exporter ses déchets plastiques non recyclables pour que d’autres pays s’en chargent. Le projet de loi C-204 peut mettre fin à ces exportations. Alors, ensemble, adoptons-le.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech and his initiative. The NDP and many people in my riding, Rosemont—La Petite-Patrie, have been concerned about plastic pollution for years.
His bill on exporting plastic waste is quite good. However, I would like his thoughts on reducing our use of plastic and increasing our capacity to recycle it, which we are doing very little of in Canada, and very poorly at that.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours et de son initiative. Depuis des années, la pollution par le plastique préoccupe beaucoup le NPD, de même que beaucoup de gens de ma circonscription, Rosemont—La Petite-Patrie.
Son projet de loi sur l'exportation des déchets plastiques est fort bien. J'aimerais toutefois connaître sa vision concernant la réduction de notre utilisation du plastique et l'augmentation de nos capacités à le recycler, ce que nous faisons encore très peu et très mal au Canada.
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-05-14 14:03 [p.7263]
Madam Speaker, as my colleague knows, controlling plastic pollution is very important to me. That is why Bill C-204 takes a small step to having a toolbox we can use to all work together and highlight the issues that are out there.
Canada has to take a leadership role when it comes to plastic pollution. We know that our world's oceans are drowning in plastic now. I would like to thank my colleagues from the NDP for working with me on this bill to make this happen.
Madame la Présidente, comme le député le sait, je suis très attaché à la lutte contre la pollution par le plastique. Le projet de loi C-204 marque donc une petite étape dans la constitution d’une boîte à outils qui nous permettra de travailler tous ensemble pour mettre en évidence les problèmes à régler.
Le Canada doit faire figure de chef de file dans la lutte contre la pollution par le plastique. Nous savons que nos océans étouffent sous les déchets plastiques. Je tiens à remercier les députés du NPD de leur collaboration à l'égard de ce projet de loi pour enfin agir.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2021-05-14 14:04 [p.7263]
Madam Speaker, I had the pleasure of delivering a speech on this topic. One of the comments we kept hearing was that Canada did not have the necessary infrastructure. However, humans lived without plastic from the dawn of time until the 1950s. Without going back in time, what kind of strategies could we adopt to live with less plastic once again?
Madame la Présidente, j'ai eu le plaisir de faire un discours à ce sujet. Une des remarques qu'on nous faisait était que le Canada n'avait pas les infrastructures nécessaires. Or, l'être humain a vécu sans plastique depuis le début des temps jusqu'aux années 1950. Sans retourner en arrière, que pourrait-on faire pour aller de l'avant et mettre en place des stratégies pour qu'on puisse de nouveau vivre avec moins de plastique?
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-05-14 14:06 [p.7263]
Madam Speaker, I look forward to Bill C-204 coming into effect.
We have innovative companies in Canada that are making a difference with plastic waste. We do not want plastic waste in our world oceans. We do not want to see it thrown over the fence and exported to the third world.
Madame la Présidente, je suis impatient que le projet de loi C-204 entre en vigueur.
Des entreprises novatrices au Canada changent les choses en ce qui concerne les déchets plastiques. Nous ne voulons pas de ces déchets dans les océans. Nous ne voulons pas qu'ils soient jetés chez les voisins et exportés vers les pays du tiers monde.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, the hon. member for York—Simcoe is well known for his work protecting Lake Simcoe, the beautiful lake that connects both of our constituencies.
Could the hon. member tell me more about why he has sponsored Bill C-204, and how prohibition on exporting non-recyclable plastic waste will help the environment both in Canada and around the world?
Madame la Présidente, le député d'York—Simcoe est bien connu pour ses efforts afin de protéger le lac Simcoe, cette magnifique étendue d'eau qui relie nos deux circonscriptions.
Le député peut-il m'en dire davantage sur les raisons qui l'ont poussé à parrainer le projet de loi C-204 et comment l'interdiction d'exporter des déchets plastiques non recyclables aidera l'environnement, au Canada et dans le monde?
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-05-14 14:06 [p.7263]
Madam Speaker, I want to thank my hon. colleague, my neighbour from Barrie—Springwater—Oro-Medonte, for his leadership role in protecting Lake Simcoe.
As the House knows, I even wore hip waders in the House for Lake Simcoe. The bill is so important to me. Microbeads of plastic waste are quite big now. We want to protect the world's oceans. I always believe that small things add up to big things. This bill would make things move in the right direction and would stop this from happening in the developing world.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de la circonscription voisine, Barrie—Springwater—Oro-Medonte, pour le rôle de premier plan qu'il joue afin de protéger le lac Simcoe.
Comme les députés le savent, j'ai même porté un pantalon-bottes à la Chambre pour le lac Simcoe. Le projet de loi est très important pour moi. Les microbilles de déchets plastiques sont maintenant assez grosses. Nous voulons protéger les océans. J'ai toujours pensé que les petits pas peuvent mener loin. Le projet de loi permettrait d'avancer dans la bonne direction et empêcherait de déplacer le problème dans les pays en développement.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-05-14 14:07 [p.7263]
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for this bill and his hard work on this issue.
It is important for us to work together on issues like this to address some of the real challenges we are faced with on the environment. Could the member comment further on the need for all parties to get together to ensure we address practical issues like this that address some of the real concerns facing our environment both in our country and around the world?
Madame la Présidente, je tiens à remercier mon collègue du projet de loi et de son travail formidable dans le dossier.
Il est important que nous travaillions ensemble sur des questions comme celle-ci pour relever certains des défis réels auxquels nous sommes confrontés en matière d'environnement. Le député peut-il nous en dire plus sur la nécessité que tous les partis unissent leurs efforts pour s'attaquer aux problèmes pratiques comme celui-ci et donnent suite à certaines préoccupations réelles auxquelles nous sommes confrontés en matière d'environnement, tant au Canada que dans le monde entier?
View Scot Davidson Profile
CPC (ON)
View Scot Davidson Profile
2021-05-14 14:08 [p.7264]
Madam Speaker, Canadians have put us here to work together, especially in these times and especially on the environment.
At committee, I was pleased to work with the Bloc and the NDP to ensure that Bill C-204 would have a balanced approach, with the environment, industry and Canadian industry. Together, Canada will to once again take a leadership role with plastic pollution.
Madame la Présidente, les Canadiens nous ont élus pour que nous travaillions ensemble, surtout en cette période et sur le dossier de l'environnement.
Au comité, j'ai eu le plaisir de collaborer avec le Bloc et le NPD pour que le projet de loi C-204 propose une approche équilibrée à l'égard de l'environnement et de l'industrie, notamment au Canada. Ensemble, nous allons permettre au Canada de jouer à nouveau un rôle de chef de file dans le dossier de la pollution par le plastique.
View Terry Duguid Profile
Lib. (MB)
View Terry Duguid Profile
2021-05-14 14:09 [p.7264]
Madam Speaker, I would like to begin by recognizing the work of the House of Commons Standing Committee on Environment and Sustainable Development in its study of this bill. The work of the committee along with input from witnesses and others who participated in the study have given us a better understanding of the bill, its merits and, most important, its shortcomings.
This government continues to support work to address issues around plastic waste, including the impact of exports of plastic waste from Canada. However, the government maintains that Bill C-204 is not the appropriate vehicle to do so. As my colleague mentioned during a previous debate, significant progress has been made to address problematic exports of plastic waste from Canada since Bill C-204 was first introduced over a year ago.
To this day, 187 countries, including Canada, have ratified and are implementing controls agreed on at the international level on transboundary movement of hazardous and non-hazardous plastic waste destined for both recycling and final disposal.
Under the rules adopted by the parties to the Basel Convention in 2019, known as the plastic waste amendments, the transboundary movement of plastic waste among the parties to the convention can only take place if certain conditions are met and in accordance with certain procedures. All plastic waste, hazardous and non-hazardous, controlled under the Basel Convention requires prior informed consent of the importing country and any transit countries before the export can occur. This is true for waste destined for recycling or for final disposal.
Through the prior informed consent procedure, and this is important, countries enter into a joint process where the country of import must provide written consent to the import before the country of export can allow the export to occur. In providing its consent, the country of import confirms that the waste will be managed in an environmentally sound manner. In other words, the plastic waste amendments under the Basel Convention are designed to support recycling activities, while reducing exports of harder-to-recycle plastics to countries that may not be in a position to manage them in an environmentally sound manner. They also ensure that the importing party participates in the decision-making process by subjecting imports to its consent.
Given the inaccurate information provided to the committee during its study of the bill, I want to be clear. The Government of Canada has ratified the Basel Convention Plastic waste amendments and as of January 1, 2021, they have been fully implemented through Canada's domestic regulatory regime.
What does this mean? This means that under Canada's export and import of hazardous waste and hazardous recyclable material regulations, all plastic waste controlled under the Basel Convention, both hazardous and non-hazardous, is considered hazardous waste or hazardous recyclable material under these domestic regulations and is subject to export controls. Given this, Canada is in full compliance with its obligations under the convention.
Bill C-204 differs from the internationally agreed approach, which has been adopted by all parties to the Basel Convention, by proposing a blanket stop to trade in plastic waste as defined by the bill and destined for final disposal. The bill actually has a more limited control on exports of plastic waste.
More specifically, the bill would prohibit the export of plastic waste that is listed in the schedule to the bill and destined for final disposal only, while our existing domestic regulatory regime not only controls what is likely a broader scope of plastic waste, but also for broader purposes: plastic waste destined for final disposal and recycling.
Should the bill be enacted, it would establish two coexisting regimes in Canada for the export of plastic waste. For plastic waste listed in the schedule to the bill and exported for final disposal, export would be prohibited. For all other plastic waste covered by the Basel Convention and not covered by the bill, exports for final disposal and recycling requires the prior informed consent procedure under the regulations. This would create confusion and uncertainty, making it very challenging for stakeholders to determine and understand their regulatory obligations.
I want to discuss some of the measures currently in place with respect to trade and plastic waste between Canada and the U.S., as concerns were raised at committee.
The U.S. is not a party to the Basel Convention. I want to clarify that the Basel Convention explicitly prohibits countries that have ratified it from trading in Basel-controlled waste with non-parties unless an agreement or arrangement is in place between a party and non-party, which requires that provisions are not less environmentally sound than those provided for by this convention.
As a result, Canada and the U.S. entered into an arrangement that affirms that plastic waste circulating between Canada and the U.S. is managed in an environmentally sound manner in both countries. As per the arrangement, both countries have in place and intend to maintain the measures that ensure the environmentally sound management of waste.
Therefore, while Basel-controlled plastic waste can be exported from Canada to the U.S., that waste can only be exported from the U.S. to another Basel party if the two have entered into arrangement or agreement that is compatible with the environmentally sound management of waste as required by this convention. There is more.
Basel-controlled waste exported from Canada, which transits through the U.S. but is destined to a party to the Basel Convention requires an export permit prior to export. Such a permit is only granted if the destination party explicitly grants consent to receive the waste.
It is also important that all parliamentarians understand that enacting the bill could potentially impact waste management in Canada. The implications raised at second reading and during the ENVI study of this bill merit consideration as we prepare to vote on whether this bill should pass and then be sent to the Senate.
A concrete impact of this bill is that exports of Canadian municipal solid waste for final disposal would be banned, given that it generally contains plastics covered by the bill. The export prohibition proposed by the bill is expected to impact waste management in Canada by increasing pressure on domestic waste management systems. The Ontario Waste Management Association, in its written correspondence to ENVI, raised concerns that the bill's prohibition would put severe pressure on already limited landfill capacity in Ontario. The correspondence also indicated that Ontario's landfill capacity was projected to be exhausted by 2034.
Before we enact a prohibition of this nature at the federal level, we will need to consult with our territorial, provincial and municipal partners to ensure we fully understand and assess the impact that a prohibition of this kind would have on domestic waste management. For this reason and all the others I have explained, we remain opposed to the enactment of this bill.
I encourage fellow parliamentarians to carefully consider the current regime on transboundary movement of plastic waste along with the domestic implications of the bill if it were to become law.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à souligner le travail réalisé par le Comité permanent de l'environnement et du développement durable de la Chambre des communes dans le cadre de son étude du projet de loi. Le travail du comité et les commentaires des témoins et des autres participants à l'étude nous ont permis de mieux comprendre le projet de loi, ses mérites et, surtout, ses lacunes.
Le gouvernement continue d'appuyer les travaux visant à régler les problèmes liés aux déchets plastiques, y compris les conséquences des exportations de déchets plastiques du Canada. Toutefois, le gouvernement maintient que le projet de loi C-204 n'est pas le moyen approprié pour y arriver. Comme mon collègue l'a dit lors d'un débat précédent, des progrès importants ont été réalisés pour éliminer les exportations problématiques de déchets plastiques du Canada depuis que le projet de loi C-204 a été présenté il y a plus d'un an.
À ce jour, 187 pays, dont le Canada, ont ratifié et mis en œuvre des contrôles convenus à l'échelle internationale sur les mouvements transfrontaliers de déchets plastiques dangereux et non dangereux destinés à la fois au recyclage et à l'élimination définitive.
Selon les règles adoptées en 2019 par les parties à la Convention de Bâle, connues sous le nom de modifications concernant les déchets de plastique, les mouvements transfrontaliers de déchets plastiques entre les parties à la Convention peuvent avoir lieu seulement si certaines conditions et procédures sont respectées. Tous les déchets plastiques, dangereux et non dangereux, contrôlés en vertu de la Convention doivent faire l'objet du consentement préalable donné en connaissance de cause par le pays importateur et tout pays de transit avant que leur exportation ait lieu. C'est le cas lorsque ces déchets sont destinés au recyclage ou à l'élimination définitive.
Dans le cadre de la procédure de consentement préalable donné en connaissance de cause — et c'est un point important —, les pays s'engagent dans un processus commun, où le pays importateur consent par écrit à l'importation avant que le pays exportateur autorise l'exportation. En donnant son consentement, le pays importateur confirme que les déchets seront gérés de façon écologique. Autrement dit, les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques visent à appuyer les activités de recyclage tout en réduisant les exportations de plastiques difficiles à recycler vers des pays qui sont peut-être incapables de les gérer de façon écologique. Elles garantissent aussi que la partie importatrice participe au processus décisionnel en assujettissant les importations à son consentement.
Étant donné l'inexactitude de certains renseignements fournis au comité durant son étude du projet de loi, je tiens à être clair: le gouvernement du Canada a ratifié les modifications à la Convention de Bâle concernant les déchets plastiques, et elles ont été entièrement mises en œuvre à partir du 1er janvier 2021 par l'entremise du régime de réglementation du Canada.
Cela signifie qu'en vertu du Règlement sur l'exportation et l'importation de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses, tous les déchets plastiques régis par la Convention de Bâle, qu'ils soient dangereux ou non, sont considérés comme des déchets dangereux ou des matières recyclables dangereuses au titre de ce règlement national et sont assujettis à un contrôle d'exportation. Ainsi, le Canada respecte entièrement ses obligations aux termes de la convention.
L'approche prévue dans le projet de loi C-204 diffère de celle dont on a convenu à l'échelle internationale et qui a été adoptée par toutes les parties à la Convention de Bâle. En effet, le projet de loi propose un arrêt complet du commerce des déchets plastiques définis dans le projet de loi et destinés à l'élimination définitive. Il prévoit en fait un contrôle plus limité des exportations de déchets plastiques.
Plus précisément, le projet de loi interdirait l'exportation des déchets plastiques figurant à son annexe et destinés à l'élimination définitive seulement, alors que le régime canadien de réglementation non seulement régit ce qui est peut-être un plus vaste éventail de déchets plastiques, mais il le fait aussi à des fins plus larges, soit l'élimination définitive et le recyclage.
Si le projet de loi était adopté, le Canada se retrouverait avec deux régimes parallèles en ce qui concerne les exportations des déchets plastiques. En effet, il serait interdit d'exporter les déchets de plastiques énumérés à l'annexe 7 en vue de leur élimination définitive. Pour tous les autres types de déchets de plastiques assujettis à la Convention de Bâle et non couverts pas le projet de loi, la réglementation en vigueur exige de respecter la procédure de consentement préalable et éclairé avant de les exporter, que ce soit pour les éliminer ou les recycler. Cela créerait de la confusion et de l'incertitude parmi les intervenants, qui auraient beaucoup de difficulté à comprendre leurs obligations.
Comme des préoccupations ont été soulevées lors des séances du comité, j'aimerais parler de certaines mesures en vigueur en ce qui concerne les déchets de plastique et le commerce entre le Canada et les États-Unis.
Les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle. Je tiens à préciser que la Convention de Bâle interdit explicitement à un pays signataire de faire des échanges commerciaux impliquant les déchets assujettis à la Convention de Bâle avec un pays non signataire, sauf si un accord ou un arrangement a été conclu entre eux, sous réserve que les dispositions ne soient pas moins écologiquement sûres que celles de la Convention.
Le Canada et les États-Unis ont donc conclu une entente qui confirme que les déchets plastiques circulant entre le Canada et les États-Unis sont gérés de manière écologique dans les deux pays. Les deux pays ont des mesures en place pour que ces déchets soient gérés de façon écologique, et ils comptent maintenir ces mesures.
Cela dit, bien que les déchets plastiques assujettis à la Convention de Bâle puissent être exportés du Canada jusqu'aux États-Unis, les États-Unis peuvent seulement les exporter vers un autre pays signataire de la convention s'ils ont conclu avec lui une entente ou un accord compatible avec la gestion écologique des déchets, comme l'exige la convention. Ce n'est pas tout.
Quand des déchets assujettis à la Convention de Bâle sont exportés du Canada, passent par les États-Unis et sont destinés à un autre pays signataire de la convention, il faut obtenir un permis d'exportation avant de les exporter. Pour que ce permis soit accordé, le pays de destination doit consentir explicitement à recevoir les déchets.
Tous les parlementaires doivent bien comprendre que l'adoption du projet de loi pourrait avoir une incidence sur la gestion des déchets au Canada. Il faut tenir compte des conséquences mentionnées à l'étape de la deuxième lecture et pendant l'examen du comité de l'environnement pour déterminer s'il serait bon d'adopter ce projet de loi et de le renvoyer au Sénat.
Ce projet de loi aurait comme effet concret d'interdire l'exportation des déchets solides des municipalités destinés à l’élimination définitive, car ces déchets contiennent généralement des plastiques qui sont visés par le projet de loi. Cette interdiction visant les exportations devrait avoir une incidence sur la gestion des déchets au Canada en exerçant des pressions supplémentaires sur les réseaux de gestion des ordures ménagères. Dans sa correspondance avec le comité de l'environnement, l'Ontario Waste Management Association a dit craindre que l'interdiction prévue dans le projet de loi mette à rude épreuve les capacités déjà limitées des sites d'enfouissement de l'Ontario. Elle précise par ailleurs que ces sites devraient atteindre leur capacité maximale d'ici 2034.
Avant d'imposer une interdiction de cette nature à l'échelle fédérale, nous devrions consulter nos partenaires des territoires, des provinces et des municipalités pour bien comprendre et évaluer les effets qu'elle pourrait avoir sur la gestion des ordures ménagères. Pour cette raison et toutes les autres que j'ai expliquées, nous demeurons opposés à l'adoption de ce projet de loi.
J'encourage mes collègues parlementaires à se pencher de près sur l'actuel régime de transport transfrontalier des déchets de plastique et sur les répercussions que ce projet de loi pourrait avoir à l'échelle du pays s'il devenait loi.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-14 14:17 [p.7265]
Madam Speaker, when I listen to the speeches, I realize that not everyone sees the bill in the same way.
The bill introduced by my colleague from York—Simcoe was referred to the Standing Committee on Environment and Sustainable Development—
Madame la Présidente, à écouter les discours, je me rends compte que tout le monde ne comprend pas le projet de loi de la même façon.
Le projet de loi de mon collègue de York—Simcoe a cheminé vers le Comité permanent de l’environnement et du développement durable...
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2021-05-14 14:18 [p.7265]
Madam Speaker, based on what I am hearing from members, it seems as though no one is interpreting Bill C-204 the same way.
The bill introduced by my colleague from York—Simcoe has made its way to the Standing Committee on Environment and Sustainable Development. I thank the member for the speech he just gave, because he gave a good description of how plastic can harm the environment and human health if it is not strictly controlled.
The content of the bill seems to be a hot-button issue, especially among companies in the recycling industry and the plastics trade. This is where the Basel Convention, which is not mentioned in Bill C-204, comes in, and more specifically the amendments to annexes II, VII and IX of this convention. These amendments came into force on January 1, 2021, and were accepted by the Government of Canada on December 20, 2020. The House indicated its intention to comply with these amendments on October 28, 2020, in an explanatory memorandum.
The preamble of the Basel Convention states that the production of wastes should be minimized and, where possible, “be disposed of in the State where they were generated”. The main body of the convention states that the exporting country must receive prior informed consent from the recipient country before hazardous wastes are sent.
The amendments set out a list of plastics that it is prohibited to export, unless the importing country has made an informed decision and can dispose of those plastics in an environmentally friendly way. Companies involved in the trade of plastic waste with the United States who communicated with members of the committee say that Bill C-204 will have a major negative economic impact on their activities. They are concerned about the constraints imposed by Bill C-204.
Clearly, there are irritants for companies in the sector, which are now facing additional constraints. They must consult the annex of the Basel Convention to determine which substances are now identified as hazardous under the convention and they must also comply with national law in that regard. What is more, if the trade in plastics continues, clear labelling will be required so that the countries that are importing these materials are not receiving non-compliant packages, for example.
The note that I mentioned earlier that was submitted to the House on October 28 explained the following: Canada and the United States came to an arrangement to confirm that plastic waste that is subject to annex II of the convention is managed in an ecologically sound manner. Canada therefore complies with its obligations under the convention and is now in a position to accept the amendments.
In the wake of the trade concerns that were raised, I really would have liked to have some clarification on the Canada-U.S. trade relationship, given that the United States is not a signatory of the Basel Convention. Unfortunately, the officials chosen by the government to answer MPs' questions on Bill C-204 were very clear when they said they could not talk about the specifics of the bill.
It is important to understand that collection and recycling centres operate best when they are located near major consumer centres. Our neighbours to the south have more sites because their population justifies it. I am not suggesting that the United States is a champion of the circular economy, I would never say that, but the fact remains that Americans are buying our plastic waste because they know how to reclaim it. The officials explained the waste package tracing system saying that possible dumping to a third party would be unlikely.
The truth is that we do not have the necessary infrastructure to meet the needs in this area. We must absolutely take action on this issue to limit as much as possible the export of any and all plastics until we are able to reduce our waste, which would be ideal.
There is still a lot of work to be done. Why not adopt an approach where this resource would be developed here? Let us keep this economy and its jobs. It is good for the environment in Quebec and in Canada.
All the discussions in committee, along with the readings and debates on this critical issue directly related to our capacity to deal with our waste here, lead me to reiterate the following facts.
The Bloc Québécois believes that, before we even consider exporting plastic waste, Canada has a duty to rethink how materials circulate in the economy. We fully subscribe to the Basel Convention's preamble.
As it happens, the committee study on single-use plastics ties in with Bill C-204. Though separate, the study addresses another aspect of the plastics issue: what we produce and consume, what we can eliminate, what virgin resin producers want to maintain, what we need to do to establish a true circular economy sooner, and more.
I will not go into detail about the data, the stats, per capita plastic production and consumption, the difference between “toxic” and “dangerous”, or the environmental consequences of the massive plastic burden we are saddled with.
The government may not have been ready for the reaction of industries affected by Bill C-204, which, to be clear, requires Canadian legislation to align with the Basel Convention, but it had plenty of time to get ready. The government has known since at least 2019 that the Basel Convention amendments had to be adopted. It ratified them at the eleventh hour without bothering to help industry prepare. Anyway, that is how it looks to me, and it has to be said.
For its part, the Canadian Council of Ministers of the Environment has been discussing plastics for several years. How is it that an international agreement like the Basel Convention and its important amendments has never been examined? We need concrete action and state-of-the-art recycling and reclamation facilities. Quebec has a pool of expertise, especially with respect to the circular economy, that is more than willing to participate in this work.
As elected members of a legislative assembly, I believe it is our duty to legislate. Laws determine conduct and guide society towards transformation, especially in the case of markets. However, we also have a duty to guide the economic and social environments that must adapt.
Yes, we must implement measures. They need not be draconian, but they must be planned. Our decisions must result in predictability. When industries and economic sectors are kept abreast of the acts and regulations put in place by the legislator in their regard, the market adapts and workers can be trained. In order for this adaptation to occur properly, there must be reasonable deadlines. I am not talking about unlimited deadlines dictated by the stakeholders, but deadlines that are established by listening to their concerns.
I am pleased that my colleagues from the committee were receptive to my amendments to change the timeline for implementing Bill C-204 in order to provide this predictability and respect the jurisdictions of Quebec and the provinces. Speaking objectively, it would have been preferable if this had been done from the outset.
In what should be called the great plastics file, the governments of Quebec and the provinces should be at the heart of the discussion. In fact, the key element of Bill C-204 is the management of waste materials, which is a responsibility exclusive to Quebec and the provinces.
I will close by simply reminding members that the federal government holds 50% of tax revenues, but only a meagre 6.8% of the responsibility for municipal infrastructure. Municipalities must get what they need to participate in the economy of tomorrow. Quebec and the provinces are relying on the federal government to give them their fair share, especially since the government is focusing heavily on eliminating plastic waste.
Madame la Présidente, quand j'écoute les discours, je vois que tout le monde n'interprète pas le projet de loi C-204 de la même façon.
Le projet de loi de mon collègue de York—Simcoe a cheminé vers le Comité permanent de l'environnement et du développement durable. Je le remercie du discours qu'il vient de prononcer, parce qu'il a bien décrit les dommages que peut poser le plastique sur l'environnement et sur la santé humaine lorsqu'il n'est pas contrôlé de façon très stricte.
Il m'apparaît évident que le contenu du projet de loi a soulevé bien des passions, plus particulièrement de la part des entreprises du secteur du recyclage et du commerce des matières plastiques. Or voilà qu'entre en scène la Convention de Bâle, qui n'est aucunement mentionnée dans le projet de loi C-204, et plus spécifiquement les amendements de cette convention aux annexes II, VIII et IX, entrés en vigueur le 1er janvier 2021, acceptés par le gouvernement du Canada le 20 décembre 2020 et dont l'intention de s'y conformer a été signalée à la Chambre le 28 octobre dernier par une note explicative portant sur lesdits amendements.
Rappelons que le préambule de la Convention de Bâle indique qu'il faut minimiser la production des déchets et que ces derniers devraient, dans la mesure du possible, « être éliminés dans l'État où ils ont été produits ». Le texte principal, de son côté, exige qu'un pays exportateur obtienne le consentement éclairé préalable du pays destinataire avant l'envoi des déchets dangereux.
Les amendements spécifient une liste de plastiques interdits d'exportation, sauf si le pays importateur, ayant pris une décision éclairée, peut en disposer d'une manière respectueuse de l'environnement. Les entreprises qui font le commerce de déchets plastiques avec les États-Unis et qui ont communiqué avec les membres du Comité soutiennent que le projet de loi C-204 aura des conséquences économiques négatives majeures sur leurs activités. Elles déplorent les contraintes que le projet de loi C-204 présente.
Manifestement, il y a des irritants pour les entreprises du secteur, qui sont placées devant un resserrement, celui de voir, par l'annexe de Bâle, des substances désormais identifiées comme dangereuses au sein de la Convention, et, par le fait même, un droit national qui doit s'y conformer. De plus, si le commerce des matières plastiques se poursuit, il sera nécessaire de procéder à de l'étiquetage clair, afin que les pays importateurs de ces matières ne reçoivent pas, par exemple, des ballots qui seraient non conformes.
La note qui a été remise à la Chambre le 28 octobre et dont j'ai fait mention précédemment explique ceci: le Canada et les États-Unis ont instauré une entente pour confirmer que les déchets plastiques assujettis à l'annexe II de la Convention sont gérés d'une façon écologiquement rationnelle. Le Canada se conforme donc à l'obligation de la Convention et est désormais en mesure d'accepter les amendements.
Pour ma part, à la suite des préoccupations commerciales formulées, j'aurais vraiment aimé obtenir des clarifications sur cette relation commerciale Canada—États-Unis alors que les États-Unis ne sont pas signataires de la Convention de Bâle. Malheureusement, les fonctionnaires choisis par le gouvernement pour répondre aux questions des députés sur le projet de loi C-204 ont été clairs: ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas s'exprimer sur les particularités du projet de loi.
Il faut comprendre que les installations de collecte et de recyclage opèrent de façon optimale lorsqu'elles sont situées à proximité des grands centres de consommation. Nos voisins du sud disposent de plus de sites, car la population le justifie. Sans prétendre que les États-Unis sont champions de l'économie circulaire — je ne prétendrais jamais cela —, il n'en demeure pas moins que, s'ils achètent nos déchets plastiques, c'est qu'ils savent comment les revaloriser. Les fonctionnaires nous ont expliqué le système de traçage des ballots de déchets en précisant que l'éventuel dumping vers un tiers serait improbable.
La vérité, c'est que nous ne disposons pas des infrastructures requises pour faire face aux besoins en la matière. Nous devons donc absolument agir sur cette question, afin de limiter au maximum l'exportation de quelque matière plastique que ce soit avant qu'on ne soit en mesure de réduire nos déchets, ce qui serait idéal.
Il reste toutefois beaucoup de travail à faire. Pourquoi alors ne pas adopter une approche où cette ressource serait valorisée ici? Gardons cette économie, où il y a des emplois. C'est favorable pour l'environnement au Québec et au Canada.
Tous les échanges en comité, ainsi que les lectures et les débats sur cet enjeu crucial directement lié à notre capacité à s'occuper de nos déchets ici, m'amènent à réitérer les faits suivants.
Au Bloc québécois, nous sommes d'avis qu'avant même d'envisager l'exportation de déchets plastiques, le Canada a la responsabilité de repenser la manière dont est organisé le cycle des matières dans l'économie. Nous portons entièrement le préambule de la Convention de Bâle.
Il se trouve que l'étude en comité sur les plastiques à usage unique s'est fait une place en lien avec le projet de loi C-204. Cette étude, bien que distincte, aborde une autre dimension du plastique: ce que l'on produit et consomme, ce qui peut être éliminé, ce que les producteurs de résine vierge veulent maintenir, ce qui doit être fait pour accélérer l'avènement d'une réelle économie circulaire, et j'en passe.
Je n'entrerai pas dans les points suivants: les données, les statistiques, la production de plastique ou de consommation par habitant, la différence entre les définitions de « toxique » et de « dangereux », ainsi que les conséquences environnementales du fouillis de plastique qui nous accable.
Si le gouvernement n'a pas été préparé à la réaction de l'industrie touchée par le projet de loi C-204, lequel, je le précise, rend nécessaire une conformité du droit national avec la Convention de Bâle, ce n’est pas faute d'avoir eu le temps de le faire. Le gouvernement savait depuis au moins 2019 que les amendements à la Convention de Bâle devaient être adoptés. Or, il les a ratifiés à minuit moins une, sans préparer l'industrie d'aucune manière que ce soit. En tout cas, c'est ce qu'il me semble et cela doit être dit.
De son côté, le Conseil canadien des ministres de l'environnement discute du dossier des plastiques depuis plusieurs années. Comment se fait-il qu'une entente internationale comme la Convention de Bâle et ses importants amendements n'ait jamais fait l'objet d'aucune attention? Nous avons besoin d'actions concrètes, d'installations de recyclage et de revalorisation à la fine pointe de la technologie. Le Québec a un bassin d'expertise, particulièrement en économie circulaire, qui ne demande pas mieux que de participer à ces chantiers.
Comme élus membres d'une assemblée législative, je considère que notre devoir consiste à légiférer. Ce sont les lois qui dictent les comportements et qui guident la société vers des transformations, notamment pour les marchés, mais notre devoir consiste tout autant à accompagner l'environnement économique et social qui devra s'adapter.
Oui, il faut prendre des mesures. Elles ne doivent pas être draconiennes, mais planifiées. Nos décisions doivent produire de la prévisibilité. Lorsque les industries et les secteurs économiques qui sont touchés par la réglementation et la législation qui relèvent du législateur en sont prévenus, le marché s'adapte et il est possible de former des travailleurs. Pour que cette adaptation puisse se faire correctement, il faut des délais raisonnables. Je ne parle pas de délais interminables, dictés par les parties prenantes, mais bien de délais établis en ayant à l'écoute leurs préoccupations.
Je suis heureuse que mes collègues du Comité aient été réceptifs aux amendements que j'ai présentés visant à revoir le délai de mise en application du projet de loi C-204, justement pour permettre cette prévisibilité, et visant aussi le respect des compétences du Québec et des provinces. De façon objective, un travail en amont aurait été préférable.
Dans ce qu'il conviendrait d'appeler le grand dossier des plastiques, les gouvernements du Québec et des provinces doivent être au cœur des discussions. En effet, l'élément indissociable du projet de loi C-204 demeure la gestion des matières résiduelles et il s'agit d'une compétence appartenant au Québec et aux provinces.
Je terminerai en rappelant simplement que le fédéral tient dans ses mains 50 % des recettes fiscales, mais que seul un maigre 6,8 % des responsabilités en infrastructures municipales lui incombe. Les municipalités doivent recevoir ce dont elles ont besoin pour participer à l'économie de l'avenir. Le Québec et les provinces doivent compter sur la juste part du palier fédéral, surtout quand celui-ci mise beaucoup sur l'élimination des déchets plastiques.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, it is a great pleasure for me to rise in the House today to take part in this very important debate, one that affects us all. The NDP has been raising concerns about plastic waste for several years now.
We are talking about the export of plastic waste, and there is a lot to say on the subject. I am also going to talk about reducing the use of plastics in general and especially single-use plastics, such as water bottles, which unfortunately are still used too often. I will also address the topic of reducing waste in general, plastic or otherwise, since this is the source of many problems.
I would be remiss if I did not highlight local initiatives in Rosemont—La Petite-Patrie. People really want to see action taken by businesses that have a vision for reducing plastic waste and waste in general.
I would like to applaud the initiatives of some of our local shops: Épisode, Vrac & Bocaux, La Cale zero-waste pub, Méga Vrac Rosemont, Rose Ross, La Brume dans mes Lunettes, Le Frigo de Bacchus, La réserve naturelle, La fabrik éco, Dispatch café, Manitoba, Véganation and Le Cornélien, not to mention Vrac sur Roues. That last one is not located in Rosemont—La Petite-Patrie, but it delivers bulk products by bike and therefore does not produce any greenhouse gases. Delivery is available in my riding and in other neighbourhoods.
My first point is about exports of plastic waste, which is what Bill C-204 is about. If I have time, I will also talk about the use of plastic in general and waste reduction.
The situation right now is alarming. As my colleague said, there are plastic islands in our seas and oceans. In fact, a plastic continent is floating around the Atlantic Ocean, not to mention the plastic pollution littering the shores of our rivers and lakes and the St. Lawrence River. For years, people have been participating in clean-up campaigns and picking up as much litter as possible to stop fish and turtles from dying due to the plastic bags that are washing up on shore and to have a cleaner environment that is not so damaged by the presence of humans and industry.
Canada is truly a lame duck when it comes to plastics exports. Our country is not assuming its responsibilities and is literally shovelling its waste into the neighbour's yard when we are no longer willing or able to manage it here.
I would like to point out that this problem has probably been exacerbated by the pandemic. More plastic is being used today, often for medical reasons that are quite understandable. As for greenhouse gas emissions, the economic downturn has probably helped bring them down a bit or at least kept them stagnant rather than increasing them. With respect to plastic pollution, the pandemic has probably made it worse, because of all the masks we still have to wear. It is obviously understandable why we need to wear them, but that does not make it any less of a problem. Instead, the problem has only worsened, and it is even more important to find solutions quickly.
In 2018, Canada shipped 44,000 tonnes of plastic waste to other countries. Many will recall the quarrel between Canada and the Philippines. We had to spend over $1 million to bring back 69 illegally shipped containers. For six years we tried to convince the Philippines to dispose of the waste we had shovelled into to their yard. We wanted them to deal with our waste and our problems.
This is not the only time that this has happened. This year the Malaysian government sent 11 shipping containers of plastic waste back to Canada. We are incapable of taking responsibility and complying with the international agreements that the member for Repentigny spoke about a little earlier.
Canada is incapable of dealing with its own plastic waste or reducing its plastic consumption. We send it to third world countries and ask them to dispose of our waste, which sometimes includes medical waste.
We do this because our capacity for recycling the plastic waste we produce is far too limited. Generally, this waste used to be shipped to China, but it has decided, quite rightly, to refuse because we are unable to handle it ourselves. However, not only is it the right thing to do, it is the responsible thing to do. It can also be a niche market that could create jobs. Having the capacity to recycle waste is good for the environment and could be good for the economy.
A few years ago, I toured a business in the heart of Quebec that was shredding laundry soap containers made of type 2 plastic, a fairly hard plastic. They made small pellets that were then used to manufacture irrigation pipes for our farmers. Instead of burning this plastic or throwing it into fields or rivers, the company reused this plastic and turned it into a product that agricultural producers need. What was even more extraordinary with this company was that it fostered labour market integration as most of the people hired had a hearing impairment. This created jobs for people who generally face barriers to employment.
I think we need to be aware of the need to reduce our use of plastics, especially single-use plastics. Plastic needs to be recycled, and that takes infrastructure. The fact that we do not have that infrastructure in this day and age is outrageous. The various levels of government, including the federal government, should invest to help us recycle plastic. However, we must reduce our use of plastics.
For example, it is not that hard to pick up prepared foods from the store using a recyclable container brought from home instead of the store's styrofoam container. It is not that hard to carry around a small reusable water bottle for when we get thirsty. More and more people are doing it, but, unfortunately, even more people are buying their drinking water in plastic bottles, when there is tap water at home, free, filtered municipal water that is perfectly good to drink.
If we are to reduce the use of plastic, we also need to talk about over-packaging. This is important. I am very pleased to represent the riding of Rosemont—La Petite-Patrie, which hosted the first ever plastic attack in all of North America. It has happened a few more times since.
Two or three years ago, three young women asked people leaving a grocery store to remove all of the plastic packaging from their fruits and vegetables. Their goal was to teach these people that they did not need to purchase over-packaged products and that they could use reusable or mesh bags to do their groceries. They were also sending a message to the grocery store owners that people would rather purchase products that are not over-packaged.
One of the examples I talk about a lot and that drives me crazy is when bananas are sold on a styrofoam tray wrapped in plastic and wrapped in another layer of plastic. Bananas come with a peel. They are already protected and need no extra packaging.
There are so many changes to be made to our production and consumption patterns. This plastic attack was done in collaboration with the grocery store, and people quite liked being asked to think about these issues.
We also need to reduce how much waste we produce in general. We are told that Quebeckers and Canadians are among the largest waste producers in the world, with an average of two kilograms per person per day. To change these habits, we will need to make a tremendous effort collectively, but also locally and individually.
These new habits will cause different businesses to change how they offer their products. I have to come back to the great initiatives of all the businesses, grocery stores, pubs and restaurants aiming for zero waste. We should be encouraging them, because these are all excellent initiatives. They can be found across Quebec. We must identify which businesses are doing it and encourage them.
Madame la Présidente, cela me fait extrêmement plaisir de me lever à la Chambre aujourd'hui pour participer à ce débat fort important. Il s'agit d'un débat qui nous touche tous. Le NPD a d'ailleurs soulevé, depuis plusieurs années, des préoccupations en lien avec les déchets plastiques.
Évidemment, nous parlons de l'exportation des déchets plastiques, et il y a beaucoup à dire à ce sujet. Je vais aussi parler de la réduction de l'utilisation du plastique en général et, surtout, du plastique à usage unique, comme les bouteilles d'eau que l'on utilise malheureusement encore trop souvent. Je vais aussi aborder le thème de la réduction des déchets en général, plastiques ou autres, puisque cela est à la source de plusieurs problèmes.
Je m'en voudrais de ne pas souligner les initiatives locales dans Rosemont-La Petite-Patrie. Les gens veulent vraiment que des gestes soient posés par des entreprises qui ont une vision quant à la réduction de l'utilisation des déchets plastiques et des déchets en général.
J'aimerais saluer les initiatives de certains commerces présents dans nos quartiers: Épisode, Vrac & Bocaux, La Cale pub zéro déchet, Méga Vrac Rosemont, Rose Ross, La Brume dans mes Lunettes, Le Frigo de Bacchus, La réserve naturelle, La fabrik éco, le café Dispatch, Manitoba, Véganation et Le Cornélien, sans oublier Vrac sur Roues. Ce dernier n'est pas situé dans Rosemont-La Petite-Patrie, mais il fait la livraison à vélo de produits en vrac; il ne produit donc pas de gaz à effet de serre. La livraison est offerte dans ma circonscription et dans d'autres quartiers.
Le premier élément que j'ai soulevé portait sur l'exportation des déchets plastiques, ce à quoi touche le projet de loi C-204. Si j'en ai le temps, je vais aussi parler de l'utilisation du plastique en général et de la réduction des déchets.
La situation actuelle est absolument dramatique. Comme le disait mon collègue, dans nos mers et nos océans, il y a des îles de plastique. En fait, un continent de plastique se promène dans l'océan Atlantique, sans compter la pollution plastique sur les rives de nos rivières, de nos lacs ou du fleuve Saint-Laurent. Depuis des années, des gens font des corvées pour ramasser le plus de déchets possible, afin d'éviter que des poissons et des tortues meurent à cause des sacs de plastique qui jonchent les berges et pour avoir un milieu naturel plus propre et moins endommagé par la présence humaine et, surtout, par la présence industrielle.
Quand vient le temps de parler de l'exportation de plastiques, le Canada est vraiment un cancre. Notre pays ne prend pas ses responsabilités et pellette littéralement dans la cour du voisin les déchets qu'il n'est plus capable de gérer ou qu'il ne veut pas gérer ici.
Je tiens à souligner que ce problème s'est probablement accentué avec la pandémie. On utilise plus de plastique aujourd'hui, pour des raisons médicales que l'on peut fort bien comprendre. Quant aux émissions de gaz à effet de serre, le ralentissement économique nous a probablement permis de les réduire un peu ou de les faire stagner au lieu de les augmenter. En ce qui a trait à la pollution par le plastique, la pandémie a probablement empiré le phénomène, à cause de tous les masques que nous sommes encore obligés de porter — on peut très bien comprendre pourquoi il faut les porter, mais cela ne veut pas dire que le problème a disparu. Le problème a été amplifié, et il est d'autant plus important de trouver rapidement des solutions.
En 2018, le Canada a expédié 44 000 tonnes de déchets plastiques vers d'autres pays. On se souvient de la chicane entre le Canada et les Philippines, où l'on a dû dépenser plus de 1 million de dollars pour rapatrier 69 conteneurs expédiés illégalement. Pendant six ans, nous avons tenté de convaincre les Philippines d'éliminer les déchets que nous avions envoyés dans leur cour; nous voulions que les Philippines s'occupent de nos déchets et de nos problèmes.
Ce n'est pas la seule fois que cela est arrivé. En effet, cette année, le gouvernement de la Malaisie a renvoyé au Canada 11 conteneurs de déchets plastiques. Nous ne sommes pas capables de prendre nos propres responsabilités et de respecter les traités internationaux dont la députée de Repentigny nous a parlé un peu plus tôt.
Le Canada est incapable de traiter ses propres déchets plastiques ou de réduire la consommation de plastique. Nous envoyons donc cela dans les pays du tiers-monde en leur demandant de s'occuper de nos déchets — il s'agit parfois de déchets médicaux.
On fait cela parce qu'on a une capacité bien trop limitée de recyclage des déchets plastiques qu'on produit. Généralement, on les envoyait en Chine, mais celle-ci a décidé, à bon escient, de désormais les refuser parce qu'on n'est pas capable de s'en occuper soi-même. Pourtant, c'est non seulement la bonne chose à faire, la chose responsable à faire, mais, en plus, c'est un créneau dans lequel créer des emplois. Avoir la capacité de recycler ses déchets, c'est bon pour l'environnement et cela peut être bon pour l'économie.
Je me rappelle avoir visité il y a quelques années une entreprise au cœur du Québec qui procédait au déchiquetage des contenants de lessive à base de plastique de catégorie 2, assez dur. Elle en faisait de petites pastilles qui étaient ensuite utilisées pour fabriquer des tuyaux d'irrigation pour nos agriculteurs et nos agricultrices. Elle donnait donc une deuxième vie à ce plastique, au lieu de le brûler ou de le jeter dans les champs ou dans nos rivières, en aidant à fabriquer un produit nécessaire à notre agriculture. Ce qui était encore plus extraordinaire avec cette entreprise, c'est qu'elle favorisait l'insertion à l'emploi en embauchant des gens dont la plupart avaient un handicap auditif. Cela créait donc de l'emploi pour des personnes ayant généralement de la difficulté à s'en trouver.
Je pense qu'on doit être conscient de la nécessité de réduire l'utilisation du plastique, souvent à usage unique. Il faut le recycler et il faut pour cela des infrastructures. Le fait de ne pas les avoir à l'heure actuelle est un scandale. Les différents paliers de gouvernement, y compris le gouvernement fédéral, devraient investir pour qu'on en soit capable. Toutefois, il faut réduire l'utilisation du plastique.
Par exemple, il n'est pas compliqué d'aller chercher une commande de nourriture au magasin en apportant son propre contenant recyclable au lieu que le magasin utilise un contenant en styromousse. Il n'est pas compliqué d'avoir une petite bouteille réutilisable pour transporter son eau quand on a soif. De plus en plus de gens le font, mais malheureusement il y a encore trop de gens qui achètent leur eau potable en bouteilles de plastique, alors qu'il y a souvent un robinet d'eau dans la maison, de l'eau filtrée par les municipalités, gratuite et tout à fait potable.
La réduction de l'utilisation du plastique exige de parler aussi du suremballage. Cela est important. Je suis très content de représenter la circonscription de Rosemont—La Petite-Patrie, car c'est là qu'il y a eu la première « attaque au plastique » de toute l'Amérique du Nord, laquelle s'est répétée quelques fois depuis.
Il y a deux ou trois ans, trois jeunes femmes ont pris l'initiative de demander aux gens qui sortaient d'une épicerie d'enlever tout le plastique qui emballait leurs fruits et légumes. Leur but était de faire prendre conscience à ces gens qu'il n'était pas nécessaire d'acheter des produits suremballés et qu'ils pouvaient prendre des sacs réutilisables ou un filet pour aller faire leur épicerie. Il s'agissait aussi de passer aux propriétaires d'épicerie le message qu'on préfère acheter des produits qui ne sont pas suremballés.
Un des exemples que je donne souvent à ce sujet et qui me rend complètement dingue, c'est celui des bananes qui sont vendues dans un carton en styromousse enveloppé de pellicule de plastique et d'une autre couche de plastique. La banane a déjà une pelure, elle est déjà protégée, on n'a pas besoin d'avoir tout cela en plus.
Dans nos habitudes de production, mais également de consommation, il y a tellement de choses à changer. Cette « attaque de plastique » s'était faite en collaboration avec l'épicerie et les gens avaient bien aimé qu'on leur demande de réfléchir à ces questions.
Il faut réduire également notre production de déchets en général. On dit que les Québécois et les Canadiens sont parmi les plus grands producteurs de déchets au monde, à raison en moyenne de deux kilos par personne, par jour. Pour changer ces habitudes de vie, on a donc un effort formidable à faire collectivement, mais également localement et individuellement.
Changer ces habitudes va entraîner un changement dans l'offre des différents commerces. Je reviens ici aux belles initiatives de tous ces commerces, épiceries, pubs et restaurants qui visent zéro déchet. Il faut qu'on les encourage, car ces initiatives sont vraiment bonnes. Il y en a partout au Québec, il faut découvrir quels commerces le font, et les encourager.
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2021-05-14 14:38 [p.7268]
Madam Speaker, it is a real pleasure to speak to this timely bill brought by my colleague, the member for York—Simcoe. Before I get to the details of Bill C-204 and the impact that this proposed legislation has already had on a government that was dragging its feet in joining the global movement to ban the export of hazardous plastic waste, I would like to thank the member for his wider, passionate and loud commitment to the magnificent body of water that lends its name to his constituency. It is about an hour's drive north of my riding of Thornhill. I am speaking of Lake Simcoe, of course.
Since his arrival in the House of Commons after his election two years ago, the member has regularly raised his voice urging the government to re-establish the Lake Simcoe cleanup fund, killed by the Liberals in 2017. The virtual challenges imposed on the workings of the House over the past year have forced us to limit attendance on the Hill and to work from constituency offices and homes. While all of this has frustrated many members, the MP for York—Simcoe has taken advantage of his remote technology a number of times to bring the lake, and the government's dereliction of duty to a cleaner Lake Simcoe, to the attention of the House and Canadians. He positioned himself in front of the lake one time, and as he has referred to today, he made a statement while actually standing in Lake Simcoe in hip waders to call for re-establishment of the highly effective cleanup fund our Conservative government funded for 10 years.
His proposed legislation, Bill C-204, is on one hand simple in the changes that it proposes to the Canadian Environmental Protection Act, but also profound in what it could achieve. As the member for York—Simcoe reminded us when he spoke, for far too long Canada has been sending too much of the plastic waste that we all generate to other countries for disposal.
There was a time when there was a significant market for clean and sorted plastic waste, both in Canada and abroad, particularly in China. A corporate constituent in my riding of Thornhill was producing a broad range of products 10 years ago that included furniture, planks for decks and docking, buckets, barrels, sports gear and so forth made from a variety of plastic waste material. It was bumped from the market when China began outbidding it and other Canadian recyclers for Canada's plastic waste.
In 2017, after dominating international trade in waste plastic, China abandoned the practice and the market because its customers around the world raised their quality standards on imported recyclables. These included Canada, to its credit.
That recycling market was for clean, select and sorted plastic waste. More of Canada's plastic waste, much of it contaminated, has been exported to the United States and a number of Asian countries for disposal by incineration, landfilling or abandonment. As the member for York—Simcoe points out, between 2015 and 2018 almost 400,000 tonnes of Canadian plastic waste was shipped to Thailand, Malaysia, Vietnam, India, Hong Kong, China and the United States.
In many of these countries where environmental standards actually exist, they are often very poorly enforced. These tonnes of waste are not only irresponsibly burned or improperly added to landfills. In many cases they are simply dumped and defile the environment, groundwater, surface water and air. Unlike China, which banned waste plastic because of market rejection, some of those countries are now prohibiting plastic waste trade for environmental reasons, in some cases because of the sudden surge in plastic waste dumped on their countries resulting from the huge tonnage rejected by China.
Canada's environmental image abroad was bruised terribly last year when the governments of the Philippines and Malaysia demanded that Canada, at great cost to Canadian taxpayers, repatriate thousands of tonnes of contaminated plastic waste that had been dumped on their rural communities and countryside. All of this happened at the same time as countries around the world came together to more responsibly regulate the way countries controlled the import and export of plastic waste in its many forms.
Party countries to the Basel Convention on the Control of Transboundary Movements of Hazardous Wastes and their Disposal, a convention that was created in 1989 in the wake of scandals involving the dumping of toxic waste in Africa and other developing countries, agreed, in 2019, to update the Basel Convention to ban the transboundary movement of plastic waste from industrialized countries to developing countries, specifically the types of plastic waste that are considered hazardous and contaminated.
Members will remember that I mentioned earlier that Canada has been dragging its feet in joining the global movement to ban the export of plastic waste. The government failed to demonstrate leadership by not immediately joining other countries in the ratification of the Basel Convention amendments, and that is where Bill C-204 made a big difference even before this debate. The Liberals, who had been derelict in their duty again to ratify the Basel amendments, suddenly, two days before the member for York—Simcoe was to speak to this bill, announced that they would ratify it, and they did, although they were more than a year late, 18 months late, and after 186 other countries had signed.
Now, does that mean that the export of all plastic waste from Canada will suddenly stop? Unfortunately not. The Basel Convention amendments apply to a specific list of types of plastic considered hazardous, but not to another list of plastic waste that is presumed not to be hazardous, provided these safe, uncontaminated waste plastics are destined for recycling in an environmentally sound manner. The Liberals think that makes it okay for some Canadian waste plastic to be exported. They claim that it helps businesses abroad, as if Canada's plastic trash is some kind of development assistance.
This makes Canada an outlier in the OECD, because there is another amendment to the Basel Convention, known as the ban amendment, which bans absolutely the export of plastic waste from OECD countries to non-OECD countries. There are 98 countries that have signed that amendment, democracies such as Australia and the United Kingdom, but to date, Canada refuses to sign.
Canadians watching from home or reading a transcript of my speech today in Hansard should know that much of the media reporting on these issues confuses the two amendments, which the Liberals use to their advantage when they claim that Bill C-204 is unnecessary because Canada signed, belatedly, the first amendment.
The sponsor of Bill C-204, the member for York—Simcoe, believes that Canada should not be exporting any plastic waste. The member believes that because there are any number of Canadian companies prepared and capable of recycling plastic waste, it is time for Canada to stop treating the rest of the world as a dumping ground for Canadian plastic waste.
He referenced in his speech an Alberta company that can convert all types of plastic to diesel fuel. It is ready to build refineries across the country that could convert 3,000 tonnes of plastic waste a day, diverting more than a million tonnes from landfill and foreign destinations. He mentioned another company in Nova Scotia that, like my corporate constituent in Thornhill, could manufacture a broad range of products from plastic waste. However, these companies need access to adequate volumes of clean plastic waste to make their business plans work, and if Canada kept its vast tonnage here, they would work.
The member for York—Simcoe told the House that Canadians from coast to coast want action on this environmental issue. He said that the Liberal government could no longer justify a practice that many other industrialized countries have ended, and that developing countries should no longer be expected to fulfill disposal services that we should take care of in a safe and environmentally sound manner.
I agree with my colleague from York—Simcoe, and I hope all members will join me in supporting his bill, Bill C-204.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole au sujet de ce projet de loi opportun présenté par mon collègue, le député de York—Simcoe. Avant d'entrer dans les détails du projet de loi C-204 et de l'incidence qu'il exerce déjà sur un gouvernement qui tardait à se joindre au mouvement mondial visant à interdire l'exportation de déchets plastiques dangereux, j'aimerais remercier le député de son engagement général, passionné et éloquent à l'égard de la magnifique étendue d'eau qui prête son nom à sa circonscription et qui est située à environ une heure de route au nord de ma circonscription, Thornhill. Je parle, bien sûr, du lac Simcoe.
Depuis son élection à la Chambre des communes il y a deux ans, le député intervient régulièrement pour exhorter le gouvernement à rétablir le Fonds d'assainissement du lac Simcoe, que les libéraux ont supprimé en 2017. Les défis que la participation à distance a imposés aux travaux de la Chambre au cours de la dernière année nous ont forcés à limiter notre présence sur la Colline et à travailler à notre bureau de circonscription ou chez nous. Bien que cette situation ait causé bien du souci à de nombreux députés, le député de York—Simcoe a, à plusieurs reprises, tiré parti de la technologie à distance pour attirer l'attention de la Chambre et des Canadiens sur le lac Simcoe, de même que sur le manquement du gouvernement à son devoir de l'assainir. Comme il l'a rappelé aujourd'hui, il s'est même filmé dans le lac Simcoe en pantalon-bottes, en demandant le rétablissement du fonds d'assainissement très efficace que le gouvernement conservateur a soutenu pendant 10 ans.
Le projet de loi C-204 qu'il présente est à la fois très simple, du point de vue des changements qu'il propose à la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, et aussi très approfondi si l'on tient compte de tout ce qu'il permettrait d'accomplir. Comme nous l'a rappelé le député de York—Simcoe dans son allocution, le Canada a expédié pendant beaucoup trop longtemps une trop grande quantité des déchets de plastique que nous produisons tous dans d'autres pays, en vue de leur élimination.
À une époque, il y avait un marché important pour les déchets plastiques propres et triés, tant au Canada qu'à l'étranger, plus particulièrement en Chine. Une entreprise de ma circonscription, Thornhill, fabriquait un vaste éventail de produits il y a 10 ans, qui incluait des meubles, des planches pour les ponts et les quais, des seaux, des barils et de l'équipement de sport, tout cela à partir de divers matériaux de déchets plastiques. Elle a été délogée du marché quand la Chine a commencé à surenchérir sur elle et d'autres entreprises canadiennes de recyclage pour les déchets plastiques du Canada.
En 2017, après avoir dominé le commerce international des déchets plastiques, la Chine a abandonné cette pratique et s'est retirée du marché parce que ses clients partout dans le monde ont augmenté leurs normes de qualité pour les produits recyclables importés, y compris — et c'est tout à son honneur — le Canada.
Ce marché du recyclage était désormais réservé à certains déchets plastiques propres et triés. Un grand nombre de déchets plastiques du Canada, en majeure partie contaminés, ont été exportés aux États-Unis et dans certains pays asiatiques pour y être incinérés, enfouis ou abandonnés. Comme le député d'York—Simcoe l'a signalé, entre 2015 et 2018, presque 400 000 tonnes de déchets plastiques du Canada ont été envoyées en Thaïlande, en Malaisie, au Vietnam, en Inde, à Hong Kong, en Chine et aux États-Unis.
Or, les normes environnementales sont souvent mal appliquées dans bon nombre de ces pays, lorsqu'au moins elles existent. Non seulement des tonnes de déchets sont brûlées de façon irresponsable, mais il arrive aussi qu'on dépose des déchets dans des décharges de façon irrégulière. Dans bien des cas, les déchets sont simplement jetés là et ils polluent l'environnement, les eaux souterraines, les eaux de surface et l'air. Contrairement à la Chine, qui a interdit les déchets de plastique parce qu'ils ne trouvaient pas preneur sur les marchés, certains de ces pays en interdisent maintenant le commerce pour des raisons environnementales. Dans certains cas, ils l'ont fait parce qu'ils se sont retrouvés avec une énorme quantité de déchets de plastique dont la Chine ne voulait pas.
L'image environnementale du Canada à l'étranger a énormément pâti l'an dernier, quand les gouvernements des Philippines et de la Malaisie ont exigé qu'il rapatrie des milliers de tonnes de déchets de plastique contaminés qui avaient été déchargés dans leurs collectivités rurales, à grands frais pour les contribuables canadiens. Cela s'est produit au même moment où des pays se réunissaient afin de réglementer de façon plus responsable la façon dont les pays contrôlent l'importation et l'exportation des déchets de plastique sous toutes leurs formes.
En 2019, les pays signataires de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, une convention créée en 1989 à la suite de scandales liés au déversement de déchets toxiques en Afrique et dans d'autres pays en développement, ont convenu de mettre à jour la Convention afin d'interdire les mouvements transfrontières de déchets plastiques de pays industrialisés à destination de pays en développement, en particulier les types de déchets plastiques considérés comme dangereux et contaminés.
Les députés se souviendront que j'ai dit plus tôt que le Canada est réticent à se joindre au mouvement mondial visant à interdire l'exportation de déchets plastiques. Le gouvernement n'a pas fait preuve de leadership lorsqu'il a refusé de se joindre immédiatement aux autres pays pour ratifier les modifications à la Convention de Bâle, et c'est à ce moment que le projet de loi C-204 a commencé à avoir des effets bénéfiques, c'est-à-dire avant même que la Chambre commence à en débattre. Deux jours avant que le député de York—Simcoe ne prenne la parole au sujet du projet de loi, les libéraux, qui ne s'étaient pas encore acquittés de leur devoir de ratifier les modifications à la Convention de Bâle, ont soudainement annoncé qu'ils allaient s'exécuter. C'est effectivement ce qu'ils ont fait en fin de compte, mais 18 mois en retard, après 186 autres pays.
Cela signifie-t-il que l'exportation de tous les déchets plastiques du Canada va soudainement cesser? Malheureusement, non. Les modifications à la Convention de Bâle s'appliquent à une liste précise de déchets plastiques considérés comme dangereux, mais pas à une autre liste de déchets plastiques qui ne sont présumément pas dangereux, dans la mesure où ces déchets plastiques sûrs et non contaminés sont destinés à être recyclés d'une manière écologique. Les libéraux pensent que cela justifie l'exportation de certains déchets plastiques. Ils prétendent que cela aide les entreprises à l'étranger, comme si les déchets plastiques du Canada étaient une sorte d'aide au développement.
Cette situation fait du Canada une aberration au sein de l'OCDE, car il existe une autre modification à la Convention de Bâle, la modification sur l'interdiction des exportations, qui interdit catégoriquement l'exportation de déchets plastiques des pays membres de l'OCDE vers des pays non membres de l'OCDE. Il y a 98 pays signataires, dont l'Australie et le Royaume-Uni, mais à ce jour, le Canada refuse de signer.
Les Canadiens qui nous regardent de chez eux ou qui lisent la transcription de mon discours d'aujourd'hui dans le hansard doivent savoir qu'une grande partie des articles dans les médias sur ces questions confondent les deux modifications, ce que les libéraux utilisent à leur avantage lorsqu'ils prétendent que le projet de loi C-204 est inutile parce que le Canada a signé, tardivement, la première modification.
Le parrain du projet de loi C-204, le député d'York—Simcoe, est d'avis que le Canada ne devrait pas exporter de déchets plastiques. Selon lui, comme le Canada compte des entreprises qui sont prêtes à recycler les déchets plastiques et en mesure de le faire, il est temps que le Canada cesse de traiter le reste de la planète comme un dépotoir où envoyer ces déchets.
Il a parlé, dans son discours, d'une entreprise albertaine qui peut transformer tous les types de plastique en carburant diesel. Elle est prête à bâtir partout au pays des raffineries qui pourraient transformer chaque jour 3 000 tonnes de déchets plastiques. On éviterait ainsi d'en envoyer plus de 1 million de tonnes au dépotoir et vers l'étranger. Il a aussi parlé d'une organisation de la Nouvelle-Écosse qui, tout comme une entreprise de ma circonscription, Thornhill, pourrait fabriquer une grande variété de produits à partir de déchets plastiques. Pour que leurs plans d'affaires puissent fonctionner, elles doivent toutefois avoir accès à des quantités suffisantes de déchets plastiques propres. Ce serait possible si le Canada gardait sur son territoire ses nombreuses tonnes de déchets.
Le député d'York—Simcoe a signalé à la Chambre que, d'un océan à l'autre, les Canadiens souhaitent voir les choses changer dans ce domaine. Il dit que le gouvernement libéral ne peut plus justifier le recours à une pratique abandonnée par beaucoup d'autres pays industrialisés, et qu'on ne devrait plus demander aux pays en développement d'offrir un service d'élimination de déchets dont nous devrions nous occuper nous-mêmes d'une façon sécuritaire et respectueuse de l'environnement.
Je suis d'accord avec le député d'York—Simcoe. J'espère que tous les députés appuieront avec moi son projet de loi, le projet de loi C-204.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I want to thank the member for introducing Bill C-204. There has been some discussion today, and he seems disappointed that some people on this side of the House have indicated that they are not going to vote in favour of it. However, it seems as though the NDP and the Bloc are onside with it, so I would suggest to the member that indeed a majority is a victory, even though it might not be unanimous.
Madame la Présidente, je remercie le député d'avoir présenté le projet de loi C-204. Des discussions ont eu lieu aujourd'hui et il paraît déçu que certains députés de ce côté-ci de la Chambre ne comptent pas voter en faveur du projet de loi. Il semble toutefois que le NPD et le Bloc se rangent de son côté. Je dirais donc au député qu'une majorité est en fait une victoire, même s'il n'y a pas unanimité.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The time provided for the consideration of Private Members' Business has now expired and the order is dropped to the bottom of the order of precedence on the Order Paper.
La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée et l'ordre est reporté au bas de l'ordre des priorités au Feuilleton.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2021-05-12 15:09 [p.7113]
Mr. Speaker, violence in East Jerusalem is deeply disturbing. Demolitions, forcibly removing Palestinians from their homes and blocking access to important gathering spots are all violations of human rights and international laws.
Instead of taking action to stop or deal with the long-standing illegal occupation, the Prime Minister is effectively supporting the status quo and going as far as to sell weapons to Israel. Arming one side of the conflict is undermining the peace process and supporting illegal occupation.
Will the Prime Minister commit to stopping the sale of arms to Israel while it is violating international human rights?
Monsieur le Président, la violence qui sévit dans Jérusalem-Est est extrêmement troublante. Les démolitions, l'expulsion de Palestiniens de chez eux et le blocage de l'accès à des lieux de rassemblement importants sont autant de violations des droits de la personne et du droit international.
Au lieu d'intervenir pour mettre fin à cette occupation illégale de longue date ou de résoudre ce conflit, le premier ministre se trouve à promouvoir le statu quo et va jusqu'à vendre des armes à Israël. Armer l'une des parties à ce conflit mine le processus de paix au profit de l'occupation illégale.
Le premier ministre s'engagera-t-il à mettre un terme à la vente d'armes à Israël pendant que ce dernier est en train de commettre des violations des droits internationaux de la personne?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-05-12 15:10 [p.7113]
Mr. Speaker, we are following the situation with grave concern. We call on all parties to end the violence, de-escalate tensions, protect civilians and uphold international law.
Rocket attacks against Israel are completely unacceptable, and Canada supports Israel's right to ensure its own security. Violence at Al-Aqsa is also unacceptable. Places of worship are for people to gather peacefully and should never be sites of violence. We are also gravely concerned by continued expansion of settlements and evictions.
Canada supports the two-state solution, and we urge all parties to renew their commitment to peace and security.
Monsieur le Président, nous suivons la situation avec beaucoup d'inquiétude. Nous exhortons toutes les parties à mettre fin à la violence, à désamorcer les tensions, à protéger la population et à respecter le droit international.
Les attaques à la roquette contre Israël sont tout à fait inadmissibles, et le Canada appuie le droit d'Israël d'assurer sa propre sécurité. La violence à la mosquée al-Aqsa est tout aussi inacceptable. Les lieux de culte sont des endroits où les gens se réunissent de façon pacifique et où on ne devrait jamais commettre de violence. L'expansion continue des colonies de peuplement et les expulsions nous préoccupent également au plus haut point.
Le Canada appuie la solution à deux États et demande instamment aux parties de renouveler leur engagement à promouvoir la paix et la sécurité.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-05-11 12:24 [p.7038]
Mr. Speaker, within the budget did the member for Beauce see any specific strategies about growing the agri-food industry and gaining more market share throughout the world?
Monsieur le Président, dans le budget, le député de Beauce a-t-il vu des stratégies portant explicitement sur la croissance du secteur agroalimentaire et l’acquisition d’une plus grande part de marché dans le monde entier?
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2021-05-11 12:24 [p.7038]
Mr. Speaker, I thank the member for Edmonton Centre for his question.
From my reading of the budget, I did not see much to stimulate the growth of the agri-food sector in any way that would really help expand our export markets.
Canada is an agri-food exporter, and the budget should have included concrete measures to capitalize on the margins that we do have in Canadian agri-food to export, but unfortunately they just were not there.
Monsieur le Président, je remercie le député de Edmonton-Centre de sa question.
À la lecture que j'en ai faite, je n'ai pas vu grand-chose pour stimuler toute la question du développement de l'agroalimentaire pour aller, réellement, vers nos marchés d'exportation.
Le Canada est un pays exportateur dans l'agroalimentaire, mais, malheureusement, on aurait dû voir dans le budget des mesures concrètes pour utiliser la marge que nous avons dans l'agroalimentaire au Canada pour exporter.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am participating in today's debate as the Bloc Québécois's representative on the Special Committee on the Economic Relationship between Canada and the United States, where I am one of the vice-chairs.
Just a few weeks ago, the committee spent a few meetings studying concerns about Line 5 and the potential impact if it were to close. I would venture to say that unanimity ruled. Every single one of the witnesses said the same thing: closure would be catastrophic. However, none of the witnesses were able to put any figures on anything related to jobs at risk in Quebec.
I asked every witness the same question. Have any studies shown that we have reason to fear? None of them had any such studies handy, nor could any of them clarify anything about Michigan's claims. The witnesses' verdict was clear: The governor of the U.S. state was simply wrong. Nobody even suggested or raised the merest hint of even the slightest possibility that everything was perhaps not entirely unfounded.
I want to inform the House that the Bloc Québécois is well aware that a shutdown of Line 5 would have consequences for jobs in Quebec. There is a chance that Line 5, an Enbridge pipeline that supplies a good number of the refineries in Quebec, could be shut down, which raises legitimate concerns that require informed responses.
I want to stress that our position may sound ideological, but it is not. We recognize that Line 5 is not as bad as tanker trucks, for example, which come with their own dangers. We recognize that it is not as bad as shipping oil by rail, and we experienced the hazards of this mode of transportation with the tragedy in Lac-Mégantic, caused by deregulation in the sector by successive federal governments.
I remind members that in 2013, a train filled with oil exploded in the middle of a small town called Lac-Mégantic, killing 47 people and destroying some 40 buildings in a massive fire. Inadequate regulation of the transportation of oil by rail is part and parcel of Canada's economic vision. Ottawa has cut the number of inspectors for rail cars and the railways themselves.
This issue speaks to my constituents because a few years ago, members of an activist group in my riding known as Convoi citoyen, ventured onto the tracks not far from the Saint-Hyacinthe station and took several photos of uncovered wires and tracks that were sitting on wet earth instead of cement. We are not stupid. We know that Line 5 is better and less dangerous than rail transportation.
It is also clear that Line 5 is better than using tanker ships to transport oil. Quebec, and specifically the St. Lawrence, has become a key part of the geopolitics of Canadian oil. Quebec unfortunately has no jurisdiction over the waterways, seaways, railways or airways that cross our territory, other than the ones that exist exclusively in Quebec. Canada is entitled to act as it sees fit, in spite of protests from local communities.
In 2014, the riverside municipalities of Sorel-Tracy and L'Isle-aux-Coudres complained about the fact that the width of the supertankers had increased from 32 to 44 metres, but the municipalities that received them had not been consulted, nor had the emergency plans been adapted. We know that just 5% to 20% of oil spilled in the river can be recovered.
The case of Lac Saint-Pierre, designated an UNESCO world biosphere reserve in 2000, is striking. Pressure to ban the transportation of bitumen on that part of the river has been totally ineffective despite the publication of a study showing that an oil spill would traverse the entire lake in just eight hours.
Again, we are no fools. If we look a little more closely—on paper, to be sure—line 5 is a lesser evil in comparison to trucks, trains and ships.
Unfortunately, we would have liked to hear a more critical point of view on pipelines. The witnesses at committee were unanimous, as were our colleagues. All the federal parties kept referring to “team Canada”. Today I am talking on behalf of “team Quebec”.
The Bloc Québécois is focused on the 21st century economy, or the energy transition.
We applauded the U.S. President's intention to revoke the permit for the Keystone XL pipeline, whose only objective is to create new markets for oil from the oil sands.
Citizens are sharing their concerns with us about the environmental safety of pipelines, particularly with regard to waterways, but also about the potential economic impact of shutting down those pipelines. We are not stupid. We want to keep jobs but not at any price, because we do not want to put our waterways at risk. We also understand the concerns many people have about the gas prices at the pump because the cost of energy and transportation is taking a toll on the wallets of Quebec families, who are already struggling because of everything that has been going on this past year.
It is important to make the distinction between the Keystone XL pipeline and Enbridge Line 5. While Keystone XL seeks to further develop the oil sands, Line 5 was built in 1953 and essentially carries light crude oil and natural gas liquids to refineries in Quebec. It passes through the United States, mainly the much-talked-about State of Michigan.
Line 5 was approved under U.S. State Department regulations and not by presidential permit as was Keystone XL. Line 5 is protected by the 1977 Agreement between the Government Of Canada and the Government of the United States Of America Concerning Transit Pipelines. Therefore, there are still legal avenues to be explored.
We should also ask ourselves whether the repercussions of a potential shutdown would be as catastrophic as we are hearing for the price of gas at the pumps for Quebeckers. We know that Quebec refineries also have other possible market supply sources and that the shutdown would be problematic primarily for Ontario. We are aware of that.
However, we should remember that Newfoundland and Labrador is Canada's third-largest producer. If Enbridge's Line 5 is shut down, it would still be possible to consider Canadian supply from that region. For example, if people wanted a nearby source, one inside Canada's border, Newfoundland and Labrador could be a source of supply.
Let us move on to environmental safety. As I mentioned earlier, during our study, each and every witness we heard told us that the State of Michigan was way off base every step of the way. No one was willing to consider that the concerns were legitimate, and yet, we know there was a leak in 2010 that resulted in an oil spill in the Kalamazoo River, in southern Michigan. It seems to me that we can also understand that Michigan is worried about the risk pipelines pose to waterways. At the time, the people from Enbridge said not to worry, that they would really strengthen their safety measures. That is fine. In that case, the burden of proof lies with them to show that real measures were taken.
I think everyone agrees that every accident is one too many, and each is a collective failure to protect ecosystems. Because Line 5 has had leaks, perhaps the idea of retrofitting it should not be excluded. Perhaps the status quo is untenable. Unfortunately, we are not hearing anyone in this place speak about this possibility.
We must now come at the oil issue another way because Canada, as we know, has the third-biggest oil reserve in the world. According to official statistics, it has 172 billion barrels of extractable oil, of which 166 billion are in the Alberta oil sands. Canada is ranked fourth in global production and fourth in global oil exports.
I certainly recognize that, when we talk about transition, it does not mean that we should celebrate and hope to wake up tomorrow morning with no more oil. It is not that simple. That is the very definition of transition. However, we need to have a plan.
Let us agree, however, as scientists do, that 80% of oil must stay in the ground if we want to take an environmentally responsible approach. Furthermore, 96% of Canada's oil comes from the oil sands, which means that only a very small amount does not come from that source. Oil from the oil sands is among the most polluting in the world. The Natural Resources Canada website touts the technological advances that are leading to less greenhouse gases per barrel. That is also the argument put forward by the Montreal Economic Institute.
It is true that the oil industry has been rapidly evolving. Just 50 years ago, offshore drilling was done by humans. Today, robots are doing the job. Nevertheless, from an environmental standpoint, between 1990 and 2018, greenhouse gas emissions from tar sands development have increased by 456%.
Exclusive dependence on this one source of energy is also a major economic problem. Historically, this phenomenon has been referred to as Dutch disease, which is the structural dismantling of the manufacturing sector and possible ensuing deindustrialization resulting from a strong commodities export sector. The development of natural resources is therefore closely related to the decline in the manufacturing industry of the country in question. Does that remind my colleagues of anything? It makes me think about the loss of over 100,000 jobs related to the increase in the Canadian dollar as a result of the increase in oil exports.
The term “Dutch disease” was coined in the 1960s when the Netherlands had a major increase in revenue following the discovery of natural gas deposits. The country's currency appreciated, which made the export of non-gas products less competitive. Dutch disease serves as a necessary reminder that a country must not depend solely on its commodities sector.
Canada's economic development centres on the extraction of raw materials. That is a paradigm that has existed since the beginning of the Canadian experience, when the Canadian colony specialized in bulk commodities, agricultural products and extractible materials for export. These products do not require a lot of processing and their market is mainly centred around international trade.
Canada's history has been shaped by the search for products that already have a market, by the state, and by capital to extract those products. Basically, it was the easy way to pay Canadian workers and import the goods consumers needed. Canada's economic growth was therefore closely linked to demand in the industrialized countries with which it did business.
Political life in Canada has been heavily influenced by our reliance on exports because political power and wealth are concentrated in the hands of the elite who, historically, combined the two. Geographical realities also explain all this, of course. The state has had to supply capital that the business world did not have the means to provide.
However, focusing on exporting raw materials has a significant influence on public policy. To keep the country competitive, politicians have had to provide infrastructure and adjust their environmental and health regulations.
Exploiting these resources did not require particularly sophisticated technological expertise if they were not being processed in any significant way, though. Essentially, Canada was just an outpost used to supply raw materials for use in processing industries in ways that supported the economic development of the industrialized nations and Canadian companies involved.
The expectation was that the supply of resources dedicated to supporting these exports would continue expanding forever. It was an infinite growth model. The railway, which is what led to the creation of Canada in the first place, had to be paid for by transporting resources, and that helped stall the exploration of new technological opportunities. Ultimately, the system ended up reinforcing our reliance on unprocessed materials. It was a vicious cycle. Increased reliance on raw material exports created a need for greater investment in transportation infrastructure, and that meant less money available for other economic sectors.
This system underpinned colonial history, but the Canadian economy has diversified and become more complex since then. It cannot be summed up as Quebec's forests, Saskatchewan's farms, Ontario's mines or Alberta's oil, of course. Markets have changed, new opportunities have been found, and people have flocked to the cities. However, it is clear that Canada is staying true to that spirit by consistently opting to specialize in natural resources in order to compete worldwide.
Western Canada has focused all its efforts on oil extraction, neglecting the necessary diversification of its economy. To get back to Dutch disease, the consequences could be even greater if the oil sector also goes through some difficulties, like the depletion of its reserves or fluctuations in the price per barrel.
The impact on Canada's economic future is considerable. We are paying for it today with the COVID-19 crisis, as well as the oil crisis, the price of the unwavering support that Ottawa, the banks and the pension funds provide to the oil sector. Pension funds like the Caisse de dépôt et placement du Québec have increased their investments in the sector. Canadians' and Quebeckers' pensions have therefore been jeopardized by being dependent on oil fluctuations. However, oil investments by foreign companies have declined steadily over the last four years, meaning there are very few royalties to be had.
Shale oil, for example, is a very bad development opportunity, and yet Canada cannot seem to escape it. One of Canada's biggest disappointments is that in the global marketplace, in the midst of this great geopolitical struggle, Canada is ultimately a minor player with basically no influence. It is easy to see the problems that could arise from stubbornly putting all the eggs in one basket, especially when that basket refers to a deregulated and fluctuating energy sector.
It is really tough to get out of oil, though. When the price is high, investments pour in. The renewable energy sector is looking to grow, but the money is just not going there because investments continue to pour in for oil. Conversely, when the price is low, investments will be minimal, almost non-existent, but consumers, whether individuals or companies, will rush to the pump, so there is no money left for renewable energy. I could say it is a lose-lose situation for anyone thinking about a real transition. This is where political will is needed. It is imperative and urgent that we make the transition. Crises come with serious repercussions, but they can also bring great opportunity.
The energy transition that many have been calling for and talking about for quite some time needs to begin with decisive action. We must put an end to Canada's oil dependency. In the meantime, demanding a safe supply of oil can no longer be a luxury. In other words, Line 5 is the lesser evil compared to other modes of transportation that are more dangerous. However, we must not depend on it. We also need to look very closely at the real environmental considerations that can be linked to safety and that are entirely legitimate. They must not be dismissed out of hand, as Canada's federal politicians seem to be doing.
Madame la Présidente, aujourd'hui, je participe à ce débat à titre de représentant du Bloc québécois au sein du Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis, dont je suis également l'un des vice-présidents.
Récemment, il y a quelques semaines, le Comité a consacré quelques séances à l'étude de la canalisation 5, des doutes qui ont été soulevés et des effets potentiels liés à sa fermeture. Si l'on peut dire, l'étude a en fait été un grand spectacle d'unanimisme. Les témoins invités ont tous en chœur affirmé la même chose: la fermeture serait une catastrophe. Cependant, aucun n'a malheureusement été en mesure de chiffrer quoi que ce soit en lien avec les emplois qui sont à risque au Québec.
J'ai posé à chaque témoin la question suivante: y a-t-il des études qui permettent de crier au loup? Aucun d'entre eux n'en avait sous la main. Aucun non plus n'était en mesure d'apporter quelque nuance que ce soit à propos des affirmations du Michigan. Le verdict des témoins était clair: la gouverneure de cet État américain était tout simplement dans le tort. Personne n'a même abordé ni effleuré le début du commencement de la possibilité que tout n'était peut-être pas entièrement infondé.
Je vais dire aux membres de la Chambre que nous, au Bloc québécois, sommes bien conscients que, si la canalisation 5 fermait, cela ne serait pas sans conséquence pour les emplois du Québec. Il est possible que la canalisation 5, c'est-à-dire un pipeline d'Enbridge qui alimente en grande partie les raffineries du Québec, soit fermée, et cela suscite bien sûr des inquiétudes légitimes qui méritent des réponses éclairées.
Je tiens à préciser notre position, qu'on pense idéologique, mais qui ne l'est pas. Nous sommes bien au fait que la canalisation 5 est un moindre mal par rapport, par exemple, aux camions-citernes, lesquels ne sont pas sans danger, ou par rapport au transport du pétrole par rail, dont la tragédie de Lac-Mégantic — résultat des déréglementations successives d'Ottawa dans le secteur — a démontré les risques.
Rappelons qu'en 2013, un train rempli de pétrole a explosé au cœur de la petite ville de Lac-Mégantic, entraînant la mort de 47 personnes en plus de détruire une quarantaine de bâtiments dans un incendie monstrueux. La réglementation défaillante du transport ferroviaire du pétrole s'inscrit pleinement dans la vision canadienne de l'économie. Ottawa a en effet coupé dans le nombre d'inspecteurs tant pour les wagons que les voies ferrées.
Cela touche encore ma circonscription parce que, il y a quelques années, des militants maskoutains, membres d'un regroupement qui s'appelait Convoi citoyen, s'étaient aventurés directement sur les rails non loin de la gare de Saint-Hyacinthe, et avaient pris plusieurs photographies, montrant notamment des fils à l'air libre ou des rails reposant, non pas sur du ciment, mais sur de la terre mouillée. Nous ne sommes donc pas fous et nous savons que la canalisation 5 vaut mieux que le rail et qu'elle est moins dangereuse.
Il est aussi évident que la canalisation 5 vaut mieux que le transport de pétrole par bateau. Le Québec, en particulier le fleuve Saint-Laurent, est devenu un élément central de la géopolitique pétrolière canadienne. Or, l'État québécois n'a malheureusement aucune compétence sur les voies fluviales, maritimes, ferroviaires et aériennes qui traversent son territoire, à moins que celles-ci ne s'y trouvent exclusivement. Malgré les protestations des populations locales, l'État canadien est donc en droit de procéder à sa guise.
En 2014, les municipalités riveraines de Sorel-Tracy et de L'Isle-aux-Coudres se sont plaintes du fait que la largeur des bateaux des superpétroliers avait été augmentée de 32 à 44 mètres sans que les municipalités qui les accueillent aient été consultées et les plans d'urgence, adaptés. Pourtant, on sait qu'à peine 5 à 20 % des hydrocarbures déversés dans le fleuve peuvent être récupérés.
Le cas du lac Saint-Pierre, désigné réserve mondiale de la biosphère par l'UNESCO en 2000, est frappant. En effet, les pressions pour faire interdire le transport de bitume dans cette partie du fleuve sont restées lettre morte, et ce, malgré la publication d'une étude démontrant qu'une marée noire traverserait l'ensemble du lac en à peine huit heures.
Encore une fois, nous ne sommes pas fous. À bien y regarder — sur papier, bien sûr —, la canalisation 5 est un moindre mal par rapport aux camions, aux trains et aux bateaux.
Malheureusement, nous aimerions entendre un point de vue un peu plus critique sur les oléoducs. À l'unanimisme des témoins que nous avons reçus s'ajoutait celui de nos collègues députés. Nous entendions toujours l'ensemble des partis fédéraux se réclamant de la même « Équipe Canada » Je parle plutôt aujourd'hui au nom de l'« Équipe Québec ».
Le Bloc québécois est résolument tourné vers l'économie du XXIe siècle, c'est-à-dire vers les énergies de transition.
Nous avons salué l'intention du président américain de révoquer le permis de construction de l'oléoduc Keystone XL, dont le seul objectif est d'offrir de nouveaux débouchés pour le pétrole des sables bitumineux.
Les citoyens nous font part de leurs inquiétudes quant à la sécurité environnementale des oléoducs, notamment en ce qui concerne les cours d'eau, mais également quant aux conséquences économiques potentielles de leur fermeture. Nous ne sommes pas fous. Nous voulons conserver les emplois, mais pas à n'importe quel prix, parce que nous ne voulons pas faire courir de risques à nos cours d'eau. Nous comprenons aussi l'inquiétude de beaucoup de gens concernant le prix de l'essence à la pompe, parce que le prix de l'énergie et du transport pèse lourd sur le portefeuille des familles québécoises déjà éprouvées par tout ce que l'on vit depuis un an.
Il faut bien sûr distinguer le projet d'oléoduc Keystone XL de la canalisation 5 d'Enbridge. Alors que Keystone XL se veut un projet visant à développer davantage les sables bitumineux, la canalisation 5 a été construite en 1953 et transporte essentiellement du pétrole brut léger et du liquide de gaz naturel vers les raffineries du Québec en passant par les États-Unis, notamment le fameux État du Michigan.
La canalisation 5 a été autorisée par le truchement des règlements du département d'État américain, et non par un permis présidentiel comme pour Keystone XL. C'est une canalisation qui est protégée par l'Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement des États-Unis d’Amérique concernant les pipe-lines de transit, conclu en 1977. Dans les faits, il reste donc encore aussi des recours légaux à cet égard.
Il faut aussi se demander si une éventuelle fermeture aurait les répercussions aussi catastrophiques qu'on le dit sur les prix de l'essence à la pompe pour les Québécois. On sait que les raffineries québécoises ont aussi d'autres sources possibles d'approvisionnement sur les marchés et qu'une telle fermeture serait surtout problématique pour l'Ontario. On en est conscient.
Rappelons aussi cependant que Terre-Neuve-et-Labrador se classe au troisième rang des provinces canadiennes productrices. En cas de fermeture de la canalisation 5 d'Enbridge, l'idée d'un approvisionnement de source canadienne en provenance de Terre-Neuve-et-Labrador serait encore une possibilité. Par exemple, si des gens voulaient s'approvisionner à proximité, à l'intérieur des frontières du Canada, la province de Terre-Neuve-et-Labrador serait capable d'être une source d'approvisionnement.
Abordons maintenant la question de la sécurité environnementale. Au cours de notre étude, comme je le mentionnais plus tôt, l'ensemble des témoins que nous avons reçus nous ont dit que l'État du Michigan était, de A à Z, à côté de la plaque. Personne n'était capable de considérer que les inquiétudes sont légitimes. Pourtant, on sait qu'il y a eu une fuite en 2010 et un déversement de pétrole dans la rivière Kalamazoo, dans le Sud du Michigan. Il me semble que l'on peut aussi comprendre que le Michigan est inquiet du risque que représentent les oléoducs pour les cours d'eau. À ce moment, les gens d'Enbridge ont dit de ne pas s'inquiéter, qu'ils allaient réellement renforcer la sécurité. C'est bien parfait. Dans ce cas, c'est à Enbridge d'avoir le fardeau de la preuve et de démontrer que des actions réelles ont été entreprises.
Nous serons d'accord pour dire que chaque accident est un accident de trop et que c'est un échec collectif pour protéger les écosystèmes. Parce qu'il y a eu des fuites à la canalisation 5, il est aussi possible que l'idée d'une rénovation de cette dernière ne soit pas à exclure et que le statu quo ne soit pas tenable. Malheureusement, nous n'entendons personne parler ici de cette possibilité.
Il faut maintenant aussi aborder la question pétrolière sur une autre base, parce que le Canada, comme on le sait, détient la troisième réserve de pétrole au monde. Il disposerait, selon les statistiques officielles, de réserves de 172 milliards de barils de pétrole extractibles, dont 166 milliards se trouveraient dans les sables bitumineux albertains. En importance, le Canada est le quatrième producteur mondial et le quatrième exportateur de pétrole dans le monde.
Je veux bien admettre ce qui suit: quand on parle de transition, cela ne veut pas dire qu'il faut se réjouir et souhaiter qu'il n'y ait plus de pétrole dès demain matin. Cela ne se fera pas aussi simplement. C'est la définition même d'une transition. Cependant, il faut avoir un plan.
Entendons-nous quand même, comme le font les scientifiques, sur le fait que 80 % du pétrole doit rester sous terre si l'on veut adopter une approche écoresponsable. Qui plus est, 96 % du pétrole canadien est issu des sables bitumineux; cela indique que la part qui n'en est pas issue est marginale. Le pétrole des sables bitumineux est parmi les plus polluants au monde. Or le site Internet de Ressources naturelles Canada vante le progrès technologique qui mènerait à une quantité moindre de gaz à effet de serre par baril. C'est aussi l'argument qui est avancé par l'Institut économique de Montréal.
C'est vrai que l'industrie pétrolière a évolué très rapidement. Il y a à peine 50 ans, les forages en mer étaient réalisés par des êtres humains. Aujourd'hui, ce sont des robots qui s'acquittent de cette tâche. Il n'en demeure pas moins que, sur le plan environnemental, entre 1990 et 2018, les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'exploitation des sables bitumineux ont augmenté de 456 %.
Il y a aussi un problème économique majeur dans le fait de ne dépendre que de cette source d'énergie. Historiquement, on appelle ce phénomène la maladie hollandaise. Cela désigne un processus de désarticulation structurelle de la production, qui peut s'accompagner de désindustrialisation d'un pays et qui est causé par un important secteur d'exportation de matières premières. L'exploitation de ressources naturelles sera alors étroitement liée au déclin de l'industrie manufacturière du pays en question. Cela rappelle-t-il quelque chose à mes collègues? Selon moi, cela évoque certainement la perte de plus de 100 000 emplois liée à la hausse du dollar canadien, elle-même reliée à la hausse des exportations de pétrole.
Le terme « maladie hollandaise » est apparu au cours de la décennie 1960, quand les revenus des Pays-Bas ont connu une importante augmentation lors de la découverte de gisements de gaz. La monnaie s'est ensuite appréciée, ce qui a nui aux exportations qui n'étaient pas gazières. On retiendra quand même la maladie hollandaise comme un nécessaire rappel qu'un pays doit impérativement ne pas dépendre uniquement de son secteur des matières premières.
Le développement économique canadien est centré sur l'extraction des matières premières. C'est un paradigme qui est présent depuis les débuts de l'expérience canadienne, quand la colonie canadienne se spécialisait dans les marchandises en vrac, les produits de l'agriculture et les matières extractibles destinés à l'exportation. Ce sont des produits qui ne nécessitent pas beaucoup de transformation et leur marché est en grande partie conditionné par le commerce international.
L'histoire du Canada est marquée par la recherche, par l'état et par le capital quant à l'extraction de produits qui possèdent déjà un marché. C'est la voie facile, en somme, pour pouvoir payer les travailleurs canadiens et importer les biens demandés par les consommateurs. La croissance économique canadienne était ainsi étroitement liée à l'état de la demande dans les pays industrialisés avec lesquels le Canada faisait affaire.
La vie politique canadienne est fortement influencée par la dépendance aux exportations, parce que le pouvoir politique et la richesse sont concentrés entre les mains de l'élite qui, historiquement, faisait converger les deux. Il faut dire que les contraintes géographiques expliquent aussi tout cela. L'État doit fournir certains capitaux que le milieu d'affaires n'a pas les moyens d'envisager.
Toutefois, l'accent mis sur l'exportation des matières premières a des conséquences importantes sur les politiques publiques. La classe politique est appelée, pour préserver la compétitivité nationale, à fournir des infrastructures, mais aussi à ajuster ses réglementations environnementales et sanitaires.
Par contre, le développement de ces denrées ne nécessite pas un niveau de spécialisation technique particulièrement élevé, vu l'absence de transformation importante du produit. Finalement, le territoire canadien n'est plus qu'un arrière-poste qui sert à fournir les produits bruts qui vont être ouvragés par les industries de transformation, pour le grand bénéfice du développement économique des pays industrialisés et des compagnies canadiennes impliquées.
Les ressources consacrées à soutenir ces exportations sont appelées à grossir perpétuellement. C'est donc un schéma sans fin. Je rappelle que le chemin de fer qui est à l'origine même de la création du Canada devait être rentabilisé par le transport des denrées, ce qui a contribué à geler l'exploration de nouvelles voies technologiques. Finalement, le résultat a été de renforcer encore plus la dépendance aux produits qui n'étaient pas transformés. C'est donc une logique d'autorenforcement. La dépendance accrue aux exportations de matières premières amène une nécessité d'investissements accrus dans les infrastructures de transport. Ce sont donc des sommes qui ne sont pas injectées dans d'autres domaines de l'économie.
C'est la base de l'histoire coloniale, mais, depuis, l'économie canadienne s'est diversifiée, elle s'est complexifiée. Elle ne se résume pas aux forêts du Québec, aux fermes de la Saskatchewan, aux mines de l'Ontario ou au pétrole albertain, bien entendu. Les marchés ont changé, il y a de nouveaux débouchés qui ont été trouvés, les villes se sont peuplées. Cependant, force est d'admettre que le Canada reste fidèle à cet esprit, en optant encore et toujours pour une spécialisation dans le domaine des ressources naturelles pour tirer son épingle du jeu dans la compétitivité mondiale.
L'Ouest canadien a ainsi misé maximalement sur l'extraction pétrolière, délaissant la nécessaire diversification de l'économie. Or, pour revenir à la maladie hollandaise, les conséquences peuvent être encore plus grandes, si ledit secteur connaissait lui aussi des difficultés comme un épuisement des gisements ou des fluctuations du prix du baril.
L'impact sur l'avenir économique du Canada est considérable. On paie aujourd'hui avec la crise de la COVID-19, avec celle du pétrole, le prix du soutien indéfectible d'Ottawa, des banques et des fonds de pension au secteur du pétrole. Les fonds de pension, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec, ont multiplié les investissements dans ce secteur. Les pensions des Canadiens et des Québécois ont donc été mises à risque, en étant dépendantes des fluctuations pétrolières. La part d'entreprises étrangères qui se sont lancées dans le pétrole n'a pourtant jamais cessé de baisser depuis quatre ans. Cela rapporte donc très peu de redevances.
Le pétrole de schiste, par exemple, est une très mauvaise opportunité de développement. Le Canada semble malgré tout en être prisonnier. L'un de ses plus grands drames, c'est que sur le marché mondial, au cœur de cette grande lutte géopolitique, le Canada est, au bout du compte, un joueur mineur qui est incapable d'influencer le jeu. On perçoit bien les ennuis que peut apporter une obstination à mettre tous les œufs dans le même panier qui est celui d'un secteur énergétique déréglementé et fluctuant.
Il est très ardu de sortir du pétrole, par contre. Quand le prix est élevé, les investissements pleuvent. Le secteur des énergies renouvelables cherche à se développer, mais l'argent ne va pas là, parce que les investissements pleuvent dans le pétrole. À contrario, quand le prix est faible, les investissements vont être minimes, faméliques, mais les consommateurs, que ce soit les particuliers ou les entreprises, vont se bousculer à la pompe. Il n'y a donc pas plus d'argent pour les énergies renouvelables. C'est donc, pour le dire dans la langue du Canada, un lose-lose pour quiconque pense à une réelle transition. C'est là-dessus qu'il faut qu'il y ait de la volonté politique. Il nous faut impérativement et urgemment opérer la transition. Les crises sont des moments lourds de conséquences, mais peuvent aussi être porteuses d'occasions.
La transition énergétique pensée et réclamée depuis si longtemps doit en fait être enclenchée de manière décisive. Il nous faut sortir du pétrocanadianisme. D'ici là, ce n'est pas un luxe d'exiger que l'approvisionnement se fasse en toute sécurité. Autrement dit, la canalisation 5 est un moindre mal par rapport à d'autres modes de transport qui sont plus dangereux. Il faut cependant ne pas en dépendre. Il faut également observer de très près les réelles considérations environnementales qui peuvent être liées à la sécurité et qui sont pleinement légitimes. Il s'agit de ne pas les rejeter du revers de la main comme la classe politique canadienne semble le faire.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Mount Royal.
I would like to take some time today to talk about the relationship between Canada and the United States, the trade relationship specifically, because it is germane to the discussion we are having as it relates to understanding what the relationship is like between Canada and the United States and how important it is to both countries.
I will remind members that no two nations are dependent more on each other for their mutual security and prosperity than Canada and the United States. We are stronger together, and as recent history has shown during the COVID-19 pandemic, we can rely on the strength and security of that relationship between Canada and the United States, and the supply chains that exist.
Canada and the U.S. have one of the largest trading relationships in the world, and I will provide a few trade figures that underscore the sheer scale of our cross-border trade.
In 2019, bilateral trade in goods and services totalled $1 trillion. That is more than $2.7 billion in trade every single day. Our level of economic integration is unique. Approximately 76% of Canadian exports to the U.S. are inputs used to make goods in the U.S., and in addition to what we sell to the U.S., contains on average roughly 20% American content. We make things together and value together.
Canada is the number one export market for most U.S. states; 32 in 2019 and 2020 to be more precise. Approximately 75% of Canada's goods export to the U.S. The U.S. is the single greatest investor in Canada. In 2020, the U.S. stock investment in Canada was $457 billion, representing nearly half of all investment in Canada, and Line 5 is part of this relationship.
Our enduring trade relationship, starting with the Canada-U.S. Free Trade Agreement in 1989 and continuing with NAFTA in 1994, has been a model for success in the world. We renewed our commitment to the commercial relationship with the coming into force of the Canada-United States-Mexico Agreement, or CUSMA. This new NAFTA addresses modern trade challenges, reduces red tape at the border and provides enhanced predictability and stability for workers and businesses across the integrated North American market. These outcomes strengthen our commercial relationship, promote new opportunities for Canadians and support our collective economic prosperity.
Crucially, the new agreement preserves virtually duty-free trade in North America and ensures continued predictability and secure market access for Canadian exporters to the United States. Under the agreement, Canada and the U.S. offer trade on similar terms, and bilateral trade is generally balanced. These outcomes reinforce integrated North American supply chains and help enhance our competitiveness globally.
Importantly, the new NAFTA also incorporates new and modernized provisions that seek to address 21st century issues, including digital trade, small and medium-sized enterprises, good regulatory practices and binding obligations on labour and environment. The new agreement supports inclusive trade with outcomes that advance interests of importance to gender equality and indigenous peoples.
The U.S. represents an especially attractive market for Canada's under-represented exporters, including women, indigenous and racialized peoples and LGBTQ entrepreneurs. We are pleased to have implemented an agreement that preserves the elements of NAFTA that are most important to Canadians and are fundamental to support cross-border trade and investment, such as the NAFTA chapter 19 binational panel dispute settlement mechanism, the cultural exemption and the provisions on temporary entry for business persons.
Our unique relationship with the United States was recognized in a “Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership” announced by the Prime Minister and President Biden on February 23. The two leaders committed to work closely together in many areas, including launching strategies to strengthen that relationship and supply chain security. My colleagues across the government and myself are working with our U.S. counterparts to strengthen and advance our integrated bilateral supply chains in areas critical to growth and seeking other ways to continue to build together.
This collaboration contributes to the North American competitive advantage on the world stage, which, in addition to CUSMA, is bolstered by our integrated energy market, long-standing foreign policy and security co-operation, and is resilient and well-balance in the supply chains. Canada and the U.S. can be competitive internationally with an integrated North American market.
Despite continued collaboration and success, there are always going to be challenges such as those with softwood lumber and what we are seeing today. U.S. duties on Canadian softwood lumber, for example, are unwarranted and unfair. This long-standing trade irritant distracts from the strong commercial relationship with the U.S., hampers current efforts and economic recovery, and harms workers and communities across Canada as well as U.S. consumers and home builders.
Canada remains ready to work together with the United States to find durable, mutually acceptable negotiated outcomes to this dispute. In the meantime, Canada will continue to vigorously pursue its challenges of U.S. duties under NAFTA chapter 19, CUSMA chapter 10, before the WTO.
The COVID-19 pandemic brought into focus the complexity and deep integration of medical supply chains between Canada and the U.S. Our collaboration allows for smooth flow of personal protective equipment across the border and into the hands of health care workers in both countries. It is important to keep our integrated supply chains working and ensure that products can flow across the borders unimpeded.
Canada is a trading nation with the U.S. and is by far the most important export destination. Approximately 80% of new exporters are SMEs that export to a single market, and almost 70% of new exporters choose the U.S. as their first export destination. The U.S. is a proven testing ground for new exporters and established ones piloting a new product or service.
Most Canadian exporters active in overseas markets originally began their exporting journey in the U.S., and the markets remain attractive to new exporters, particularly as the ongoing COVID-19 pandemic both limits international travel and exacerbates the risk of faulty business decision-making in unfamiliar cultural environments.
This is a challenging business environment. Canada's Trade Commissioner Service in the U.S. is continuing to adapt and bring new service offerings to support Canadian companies of all sizes. E-commerce and related technologies are playing a critical role at this time and this will likely accelerate in the coming months. The Trade Commissioner Service is committed to supporting our companies to take advantage of this shift to digital trade by helping more exporters access online e-commerce platforms and helping our digital start-ups access the U.S. and other major players in a global and tangible economy.
To briefly summarize, Canada and the U.S. enjoy one of the most productive, collaborative and mutually beneficial bilateral relationships in the world. The continued safe operation of Line 5 supports this for both nations. Our government is deeply committed to further building on this foundation as we continue to keep our people safe and healthy from the impacts of the global COVID-19 pandemic and work toward our mutual economic recovery and growth.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Mont-Royal.
Je souhaite parler un peu aujourd'hui de la relation entre le Canada et les États-Unis, plus précisément de leur relation commerciale, qui est pertinente dans le contexte de notre discussion, puisqu'il est bon de comprendre comment se déroule cette relation et l'importance qu'elle revêt pour nos deux pays.
Je rappelle aux députés qu'il n'y a pas deux pays dans le monde qui dépendent davantage l'un de l'autre, pour leur sécurité et leur prospérité mutuelles, que le Canada et les États-Unis. Nous sommes plus forts ensemble. Comme on a pu le voir depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous pouvons compter sur la relation solide et sûre qui unit le Canada et les États-Unis, et sur les chaînes d'approvisionnement en place.
La relation commerciale entre le Canada et les États-Unis est l'une des plus importantes de la planète. Je présenterai quelques chiffres qui illustrent toute l'ampleur de ce commerce transfrontalier.
En 2019, le commerce bilatéral des produits et services totalisait 1 billion de dollars. C'est plus de 2,7 milliards de dollars par jour. L'intégration économique de nos deux pays est sans pareille. Environ 76 % des produits que nous exportons vers les États-Unis servent à fabriquer des biens là-bas, et à peu près 20 % du contenu de ce que nous vendons à nos voisins américains provient de l'autre côté de la frontière. Nous fabriquons des produits ensemble et nous créons des produits à valeur ajoutée ensemble.
Le Canada est le principal marché d'exportation pour la plupart des États américains — 32 pour être exact si l'on se fie aux données de 2019 et de 2020. Approximativement 75 % des exportations canadiennes prennent le chemin des États-Unis. Personne n'investit plus ici que les Américains. En 2020, les Américains ont acheté pour 457 milliards de dollars d'actions d'entreprises au Canada, ce qui représente quasiment la moitié de tous les investissements réalisés en sol canadien, et la canalisation 5 en fait partie.
La relation commerciale durable entre nos deux pays, qui s'est cristallisée pour une première fois en 1989 avec l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, puis encore en 1994 avec l'ALENA, est un modèle de réussite dans le monde. L'entrée en vigueur de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique marque le renouvellement de notre engagement envers cette relation commerciale. Ce nouvel ALENA tient compte des défis modernes du commerce, réduit les formalités administratives à la frontière et procure une prévisibilité et une stabilité accrues pour les travailleurs et les entreprises dans l'ensemble du marché intégré de l'Amérique du Nord. Ces résultats renforcent nos relations commerciales, ouvrent de nouveaux débouchés pour les Canadiens et favorisent notre prospérité économique collective.
Surtout, le nouvel accord préserve un commerce presque entièrement exempt de droits de douane en Amérique du Nord et assure le maintien d'un accès prévisible et sûr au marché américain pour les exportateurs canadiens. Le commerce entre le Canada et les États-Unis s’effectue à des conditions similaires dans le cadre de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique, et le commerce bilatéral est généralement équilibré. Ces résultats renforcent les chaînes d'approvisionnement intégrées en Amérique du Nord et contribuent à accroître notre compétitivité à l'échelle mondiale.
Fait important, le nouvel ALENA intègre également des dispositions nouvelles et modernisées en réponse aux enjeux du XXIe siècle, notamment dans les domaines du commerce numérique, des petites et moyennes entreprises, des bonnes pratiques réglementaires et des obligations contraignantes relatives au travail et à l’environnement. Le nouvel accord favorise un commerce inclusif de manière à faire avancer les intérêts d'importance pour l'égalité des genres et les Autochtones.
Les États-Unis représentent un marché particulièrement attrayant pour les exportateurs sous-représentés du Canada, notamment les femmes, les Autochtones, les personnes racialisées et les entrepreneurs LGBTQ. Nous sommes heureux d'avoir mis en œuvre un accord qui préserve les éléments de l'ALENA qui sont de la plus haute importance pour les Canadiens et qui sont fondamentaux pour soutenir le commerce et l'investissement transfrontaliers, tels que le mécanisme de règlement des différends par des groupes spéciaux binationaux, prévu au chapitre 19, l'exception culturelle et les dispositions relatives à l'admission temporaire des gens d'affaires.
Notre relation unique avec les États-Unis a été reconnue dans la « Feuille de route pour un partenariat renouvelé États-Unis—Canada » annoncée par le premier ministre et le président Biden le 23 février. Les deux dirigeants se sont engagés à collaborer étroitement dans de nombreux dossiers, notamment le lancement de stratégies en vue de renforcer cette relation et la sécurité des chaînes d'approvisionnement. Mes collègues ministériels et moi travaillons avec nos homologues américains pour renforcer et faire progresser nos chaînes d'approvisionnement bilatérales intégrées dans des domaines essentiels à la croissance et recherchons d'autres moyens de continuer de bâtir ensemble.
Cette collaboration contribue à l'avantage concurrentiel de l'Amérique du Nord sur la scène internationale, qui est renforcé non seulement par l'ACEUM, mais aussi par l'intégration de notre marché de l'énergie, notre collaboration de longue date en matière de politique étrangère et de sécurité, et nos chaînes d'approvisionnement résilientes et bien équilibrées. Le Canada et les États-Unis peuvent soutenir la concurrence internationale grâce à un marché intégré à l'échelle nord-américaine.
Malgré cette collaboration et cette réussite soutenues, il y aura toujours des différends comme celui qui concerne le bois d'œuvre et les autres défis auxquels nous devons faire face aujourd'hui. Par exemple, les droits que les États-Unis imposent sur le bois d'œuvre canadien sont injustes et injustifiés. Ce différend commercial de longue date détourne l'attention de notre solide relation commerciale avec les États-Unis, freine les efforts de relance économique actuels et cause du tort à des travailleurs et à des collectivités du Canada ainsi qu'aux consommateurs et aux constructeurs d'habitations des États-Unis.
Le Canada est toujours prêt à travailler de concert avec les États-Unis pour négocier une façon durable et mutuellement acceptable de résoudre ce différend. En attendant, le Canada continuera de contester avec vigueur les droits imposés par les États-Unis devant l'OMC, en vertu du chapitre 19 de l'ALENA et du chapitre 10 de l'ACEUM.
La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la complexité et l'intégration étroite des chaînes d'approvisionnement médical du Canada et des États-Unis. Notre collaboration permet d'assurer la libre circulation de l'équipement de protection individuelle de part et d'autre de la frontière pour approvisionner les travailleurs de la santé des deux pays. Il est important d'assurer le fonctionnement des chaînes d'approvisionnement pour que les produits puissent circuler librement d'un pays à l'autre sans difficulté.
Le Canada fait beaucoup de commerce avec les États-Unis, un pays qui est de loin notre plus important marché d'exportation. Environ 80 % des nouveaux exportateurs sont des PME qui exportent vers un seul marché et près de 70 % des nouveaux exportateurs choisissent les États-Unis comme première destination à l'exportation. Les États-Unis sont un terrain d'essai éprouvé pour les nouveaux exportateurs et pour les entreprises établies qui veulent proposer un nouveau produit ou un nouveau service.
La plupart des exportateurs canadiens qui sont présents dans les marchés à l'étranger ont d'abord exporté aux États-Unis, et ce pays demeure attrayant pour les nouveaux exportateurs. C'est particulièrement le cas en raison de la pandémie de COVID-19, qui limite les déplacements à l'étranger et exacerbe le risque associé aux décisions d'affaires erronées dans des environnements culturels méconnus.
Le contexte commercial est difficile. Le Service des délégués commerciaux du Canada aux États-Unis continue à s'adapter et à offrir de nouveaux services pour soutenir les entreprises canadiennes de toutes tailles. Le commerce électronique et les technologies qui y sont associées jouent un rôle essentiel en ce moment, et l'implantation de cet aspect du commerce va probablement s'accélérer dans les mois à venir. Le Service des délégués commerciaux est déterminé à soutenir les entreprises d'ici pour qu'elles tirent profit de ce virage numérique. Pour y arriver, il aide plus d'exportateurs à utiliser les plateformes de commerce électronique. Il aide les jeunes entreprises du secteur numérique à accéder aux États-Unis et à d'autres grands joueurs de l'économie tangible dans le monde.
En résumé, le Canada et les États-Unis entretiennent des relations bilatérales parmi les plus productives, collaboratives et mutuellement avantageuses du monde. Le maintien de l'exploitation sécuritaire de la canalisation 5 est dans l'intérêt des deux pays. Le gouvernement est fermement résolu à bâtir sur ces bases alors que nous continuons à assurer la sécurité et la santé de nos populations en les protégeant des répercussions de la pandémie mondiale de COVID-19 et que nous travaillons à stimuler la relance économique et la croissance des deux côtés de la frontière.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2021-04-28 21:46 [p.6344]
Madam Speaker, the member for Kelowna—Lake Country is also our shadow minister for export promotion and international trade; I will probably step on her toes a bit, talking about supply chain. She was also the 2006 RBC Woman Entrepreneur of the Year and, like me, she is an alumni of the University of Calgary, so to her I say:
[Member spoke in Gaelic]
[English]
“I will lift up my eyes” is a translation from Gaelic.
I will also be stepping on the toes of our shadow minister for infrastructure, the member for Regina—Qu'Appelle.
Unfortunately, this is a situation today where the government could not fail. The stakes were just too high for the government to fail. We have talked about it a lot today, but I will repeat some of the core facts again.
The Port of Montreal is the second most important port in Canada. The previous 19-day work stoppage last summer cost wholesalers over $600 million in sales over a two-month period. It took three full months to clear the backlog created by the stoppage. I am also sure we have heard previously today that every day the port is shut down, the economy loses $10 million to $20 million. The words of my leader earlier this week are true: Because of the Prime Minister's failure to get a deal done, jobs and contracts are at risk and millions of dollars will be lost.
I am going to approach this from the transport perspective today, as I am the shadow minister for transport. I am going to look at three things in particular: imports, which affect the cost of living; exports, which affect our economy; and then processes and infrastructure, which of course also affect our economy.
When we are talking about imports and the cost of living, and Canadians are seeing the cost of living increase, RBC expects that groceries alone will go up 2% to 2.5% in 2021. We can look at a couple of things. The first thing is the change in demand that we have seen over the last year. Canadians have been at home throughout the pandemic. They are unable to travel. They are unable to go to the theatre or to their favourite restaurants, as a result of several lockdowns, and so we are seeing a much greater demand for consumer goods. Of course, this is putting additional pressure on our supply chain.
The second thing, and this has been brought up previously, is the container shortage which is having significant impact on supply of goods. For example, India, the world's second-largest sugar producer, exported only 70,000 tonnes in January, less than a fifth of the volume shipped a year earlier. In addition, Vietnam, the largest producer of the Robusta coffee beans used to make instant drinks and espresso, is also struggling to export. Shipments dropped more than 20% in November and December, so we are seeing very big changes in supply there.
As well, we are hearing that:
The strike at the port isn’t necessarily going to shut down (auto) production, it’s just going to make the supply chain even more inefficient and increase costs.... Canada, as a manufacturing jurisdiction, we have to constantly compete with the United States and Mexico. And a critical component of being a competitive manufacturing jurisdiction is having a reliable trade infrastructure.
That was in the Financial Post.
We have seen action from the U.S. government in regard to the container shortage, but not here. Perhaps that is the reason why the Freight Management Association of Canada sent a letter to the Minister of Transport, using the example that, “pulse growers and lumber exporters are 'losing international sales' while shipping companies are sending empty containers back to Asia”.
One last example I will give of the strain on supply is right here in my hometown of Calgary. Bowcycle cannot import enough bicycles. Have members tried to buy a bicycle last spring or this spring? I have, for my son. They are almost impossible to come by, but these are the problems we are seeing as a result of the government's inability to handle supply chains and to handle our port capacity. That is why it was so critical that this deal get done.
Port backups are described as the worst ever, and delivery times are the longest in 20 years of data collection. In addition, a federal maritime commissioner described the west coast backups as the worst that we have ever seen.
Finally, I have the following quote:
In December, spot freight rates were 264% higher for the Asia to North Europe route, compared with a year ago, according to [a] risk intelligence solutions manager at [a] supply chain risk firm.... For the route from Asia to the West Coast of the U.S., rates are up 145% year over [last] year.
Again, we are seeing a decrease in supply, resulting in the cost of living being driven up as a result of the government's inability to handle its supply chains. Let us talk about the impacts, which I know that my colleague who spoke previously heard about, in terms of stakeholder quotes, as well as in conversations with stakeholders.
Karen Proud, CEO of Fertilizer Canada stated:
Hundreds of thousands of tonnes of fertilizer enter Canada through the Port of Montreal during the spring seeding season. These fertilizer products are destined for farms across [Ontario and Quebec and the Atlantic provinces] … and ensure that farmers are able to produce the crops that keep our grocery aisles full.
These products are now in jeopardy as the result of the strike at the Port of Montreal, so we are seeing the impact of the government's inability to manage the port's supply chains and, unfortunately, this dispute is having on our exporters.
Brad Chandler, CEO of Hensall Co-op stated that, “Hensall Co-op is Canada's largest exporter of edible dry beans and non-gmo soybeans.... We have established relationships with customers in over 40 countries.” These relationships are currently at extreme risk. That is what businesses need right now. They need certainty. They need stability through supply chains. The government is not providing the means for these exporters to have it and it is putting the economy at risk.
Greg Cherewyk, President of Pulse Canada said that, “it was imperative to avoid a labour disruption that would damage the Canadian pulse and special crops industry, our international reputation, and the wider economy.” That is another example of the failure of the government to manage supply chains and this dispute.
Finally, from Ron Lemaire, President of the Canadian Produce Marketing Association, “There is also significant concern that a labour stoppage at the Port of Montreal would aggravate backlogs in other shipping modes, including rail as shipments are forced to be diverted, particularly as Canada continues to grapple with the economic impacts of the COVID-19 pandemic. It is of utmost importance that the Government of Canada use every tool at its disposal to avoid job losses, increased food insecurity and higher food prices, all which could result from a strike.”
Let us talk then for a couple of minutes about processes and infrastructure of our supply chains which touch closer to the transport file.
KPMG recently made some recommendations in regards to how businesses can adapt to these supply chain challenges. What are businesses doing? They are examining micro supply chains. They are starting to reduce risks, rather than costs, which is a scary thought to consider that businesses are doing this. The KPMG CEO outlook survey indicated that around two-thirds of CEOs believe that their supply chains are in need of a complete redesign. The government should take note from these CEOs.
Many stakeholders believe that the government does not have a handle on its supply chains. Were I the minister of transport, my first task would be to map out all modes of these supply chains, so that we would understand completely where the faults lie. In addition, stakeholders believe that the government does not use data and metrics to the greatest benefit possible, in an effort to amplify and maximize our supply chains.
Finally I will go to infrastructure. In conversations with the Port of Vancouver, unfortunately, I must say that the expansion of the Port of Vancouver, which is so desperately needed, is currently under review with the current environmental minister. Increasing capacity is crucial. Many members of the Port of Vancouver board believe that they will run out of capacity by the mid-2020s. Our infrastructure capacity gap is growing and other countries believe that our ports do not have the capacity for the current demand of goods.
In closing, I will say that the government and the Prime Minister's actions have been too little, too late. I have seen it with the aviation sector. I have seen it with the supply chain capacity and, unfortunately, we have seen it here with the Port of Montreal dispute resolution.
Madame la Présidente, comme la députée de Kelowna—Lake Country est aussi la ministre du cabinet fantôme de notre parti pour la promotion des exportations et le commerce international, je vais probablement marcher quelque peu sur ses platebandes en parlant de la chaîne d'approvisionnement. Elle a également été nommée entrepreneure de l'année par la RBC en 2006, et comme moi, elle est diplômée de l'Université de Calgary. J'aimerais donc lui dire:
[La députée s'exprime en gaélique.]
[Traduction]
Cette phrase en gaélique peut se traduire par « je lèverai les yeux ».
Je vais aussi marcher sur les plates-bandes du ministre du cabinet fantôme de notre parti en matière d'infrastructure, le député de Regina—Qu'Appelle.
Malheureusement, nous sommes aujourd'hui dans une situation où le gouvernement ne pouvait pas se permettre d'échouer, car les enjeux étaient tout simplement trop importants. Nous en avons beaucoup parlé aujourd'hui, mais je vais répéter quelques faits essentiels.
Le port de Montréal est le deuxième port en importance du Canada. L'arrêt de travail précédent, survenu l'été dernier, a duré 19 jours et fait perdre plus de 600 millions de dollars aux grossistes sur une période de deux mois. Il a fallu trois mois complets pour rattraper le retard créé par l'arrêt de travail. Par ailleurs, je suis sûre qu'on a déjà dit aujourd'hui que, chaque jour où le port est fermé fait perdre 10 à 20 millions de dollars à l'économie. Cette semaine, le chef de mon parti a dit à juste titre que, en raison de l'incapacité du premier ministre à obtenir une entente, des emplois et des contrats sont en péril, et des millions de dollars seront perdus.
J'aimerais aborder cette question sous l'angle des transports aujourd'hui, puisque je suis la ministre du cabinet fantôme pour les transports. J'aimerais me concentrer sur trois choses en particulier: les importations, qui ont une incidence sur le coût de la vie; les exportations, qui ont un effet sur l'économie; les processus et les infrastructures, qui ont aussi une incidence sur l'économie, bien entendu.
En ce qui concerne les importations et le coût de la vie — et les Canadiens constatent la hausse du coût de la vie —, la Banque Royale du Canada s'attend à ce que le prix du panier d'épicerie augmente de 2 à 2,5 % en 2021. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Il y a d'abord la variation de la demande depuis un an. Les Canadiens sont restés à la maison tout au long de la pandémie. Ils ne peuvent pas voyager. Ils ne peuvent pas aller au théâtre ou à leur restaurant préféré à la suite de plusieurs mesures de confinement. La demande pour des biens de consommation est donc beaucoup plus forte. Bien sûr, cette situation exerce une pression supplémentaire sur notre chaîne d'approvisionnement.
Ensuite, comme il a déjà été soulevé, il y a une pénurie de conteneurs, ce qui a des répercussions importantes sur l'approvisionnement en marchandises. Par exemple, l'Inde, le deuxième plus grand producteur de sucre du monde, en a exporté seulement 70 000 tonnes en janvier. C'est moins d'un cinquième du volume envoyé l'année précédente. De plus, le Vietnam, le plus grand producteur de grains de café robusta, qui est utilisé pour préparer des boissons instantanées et des espressos, a aussi du mal à exporter. Les expéditions ont chuté de plus de 20 % en novembre et décembre. Il y a donc d'importants changements dans l'offre.
De plus, on apprend ce qui suit:
La grève au port ne fera pas nécessairement cesser la production (automobile); elle va simplement ralentir la chaîne d'approvisionnement et faire augmenter les coûts [...] En tant que pays manufacturier, le Canada doit constamment rivaliser avec les États-Unis et le Mexique, et l'un des éléments essentiels qui permettent à un pays d'être concurrentiel sur le plan manufacturier, c'est la fiabilité des infrastructures commerciales.
C'était un extrait d'un article paru dans le Financial Post.
Le gouvernement américain a pris des mesures pour remédier à la pénurie de conteneurs, mais pas le gouvernement canadien. C'est peut-être la raison pour laquelle l'Association canadienne de gestion du fret a envoyé une lettre au ministre des Transports dans laquelle elle disait, pour illustrer la situation, que des producteurs de légumineuses et des exportateurs de bois d'œuvre perdaient des ventes sur le marché international alors que des sociétés de transport maritime renvoyaient des conteneurs vides en Asie.
Un dernier exemple illustrant les difficultés liées à la chaîne d'approvisionnement se trouve ici même, dans la ville où j'habite, Calgary. Bowcycle ne peut pas importer suffisamment de bicyclettes. Les députés ont-ils essayé d'acheter une bicyclette le printemps dernier ou ce printemps? Moi oui, pour mon fils. C'est presque impossible de s'en procurer un. C'est le genre de problèmes que nous observons en raison de l'incapacité du gouvernement de gérer les chaînes d'approvisionnement et la capacité portuaire. Voilà pourquoi il était si important de conclure l'entente.
Les attentes dans les ports sont décrites comme les pires de tous les temps, et les délais de livraison n'ont jamais été aussi longs en 20 ans de collecte de données. De surcroît, un responsable de la Federal Maritime Commission a décrit les attentes sur la côte Ouest comme les pires que nous ayons jamais vues.
Enfin, je tiens à lire la citation suivante:
En décembre dernier, les taux de fret au comptant pour le transport de l'Asie vers le Nord de l'Europe avaient augmenté de 264 % par rapport à l'année précédente, selon [un] gestionnaire des solutions en matière de renseignements sur les risques d'une entreprise spécialisée dans les risques liés aux chaînes d'approvisionnement [...] Pour le transport de l'Asie vers la côte Ouest des États-Unis, les taux ont augmenté de 145 % par rapport à l'année [dernière].
Encore une fois, nous voyons une diminution de l'offre, ce qui entraîne une augmentation du coût de la vie en raison de l'incapacité du gouvernement à gérer ses chaînes d'approvisionnement. Parlons des répercussions, dont ma collègue qui est intervenue avant moi a beaucoup entendu parler de la part d'intervenants. Voici quelques citations.
Karen Proud, la PDG de Fertilisants Canada, a déclaré ce qui suit:
Des centaines de milliers de tonnes d’engrais entrent au Canada par le port de Montréal pendant la saison des semailles du printemps. Ces engrais sont destinés aux fermes de [l'Ontario, du Québec et des provinces de l'Atlantique] et permettent aux agriculteurs de produire les cultures qui remplissent les tablettes de nos épiceries.
Ces produits sont menacés maintenant, à cause de la grève au port de Montréal. C'est le résultat de l'incapacité du gouvernement à gérer les chaînes d'approvisionnement du port et les conséquences que ce conflit a, malheureusement, sur nos exportateurs.
Brad Chandler, le PDG de Hensall Co-op a, quant à lui, affirmé ce qui suit: « Hensall Co-op est le plus grand exportateur canadien de haricots secs comestibles et de soya non génétiquement modifié [...] Nous avons établi des relations avec des clients dans plus de 40 pays. » Ces relations sont vraiment en danger en ce moment. Ces relations, c'est ce dont les entreprises ont besoin en ce moment. Les entreprises ont besoin de certitude. Elles ont besoin de stabilité dans les chaînes d'approvisionnement. Le gouvernement ne donne pas à ces exportateurs les moyens d'obtenir cela, et cela met l'économie en danger.
Greg Cherewyk, président de Pulse Canada, a déclaré qu'« il était impératif d'éviter un arrêt de travail qui nuirait à l'industrie canadienne des légumineuses et des cultures spéciales, à la réputation internationale du Canada et à l'économie en général ». Voilà un autre exemple de l'incapacité du gouvernement à gérer les chaînes d'approvisionnement et le conflit.
Enfin, Ron Lemaire, président de l'Association canadienne de la distribution de fruits et légumes, a dit ceci: « On craint également beaucoup qu'un arrêt de travail au port de Montréal n'aggrave les retards dans d'autres modes d'expédition, y compris le transport ferroviaire, car les expéditions devront être détournées, surtout pendant que le Canada continue de se débattre avec les répercussions économiques de la pandémie de COVID-19. Il est de la plus haute importance que le gouvernement du Canada utilise tous les outils à sa disposition pour éviter les pertes d'emplois, la hausse de l'insécurité alimentaire et la hausse des prix des aliments susceptibles d'être entraînées par une grève ».
Prenons quelques minutes pour parler des processus et de l'infrastructure de nos chaînes d'approvisionnement qui touchent de près au dossier du transport.
KPMG a récemment émis des recommandations sur la manière dont les entreprises peuvent relever les défis liés aux chaînes d'approvisionnement. Que font les entreprises? Elles envisagent des microchaînes d'approvisionnement. Elles commencent à réduire les risques plutôt que de réduire les coûts. Cette tendance est alarmante. Selon le sondage faisant suite au rapport de KPMG intitulé « Perspective des chefs de la direction », environ les deux tiers des chefs de la direction considèrent que leurs chaînes d'approvisionnement ont besoin d'être complètement remodelées. Le gouvernement devrait les écouter.
Par ailleurs, de nombreux intervenants estiment que le gouvernement ne contrôle pas ses chaînes d'approvisionnement. Si j'étais ministre des Transports, ma première tâche consisterait à schématiser tous les maillons de ces chaînes d'approvisionnement pour comprendre où sont les failles. Les intervenants croient aussi que le gouvernement n'utilise pas à leur plein potentiel les données et les indicateurs pour optimiser nos chaînes d'approvisionnement.
Finalement, je veux parler des infrastructures. Dans mes conversations avec les responsables du Port de Vancouver, je dois malheureusement admettre que le ministre de l'Environnement étudie toujours le projet d'expansion, qui est désespérément nécessaire. Or, accroître la capacité est crucial. De nombreux membres du conseil d'administration du Port de Vancouver prévoient en effet que les installations seront saturées d'ici le milieu des années 2020. Notre écart sur le plan de la capacité d'infrastructures ne cesse de se creuser et des pays étrangers pensent que nos installations portuaires n'ont pas la capacité requise pour répondre à la demande actuelle de marchandises.
Je conclus en disant que le gouvernement et le premier ministre ont fait trop peu, trop tard. J'ai constaté les dégâts dans le secteur de l'aviation. J'ai constaté les faiblesses dans la capacité de la chaîne d'approvisionnement et, malheureusement, nous pouvons tous le constater dans la résolution du conflit au port de Montréal.
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2021-04-20 18:24 [p.5900]
Madam Speaker, I will start today by thanking my colleague from Edmonton—Manning. He is a great advocate for the Canadian oil and gas industry. He does great work here and has proven on the floor of the House of Commons again today virtually that he represents his riding very well.
Alberta's industrial heartland lies just outside Edmonton. I am certain a lot of his constituents work in that gem of an industrial infrastructure in Canada, which provides so much industrial benefit to this country. We can talk about Canadian champions. We can talk about the way the industry built up in that whole area, where we produce and add value to our resources. We are not just hewers of wood and drawers of water. We add significant value along the way.
I joined my colleague at the Enhance Energy and Wolf Midstream facility in Clive, Alberta to look at the actual end of the pipe where the CO2 is collected, up in the industrial heartland, and brought down for storage 150 kilometres away in central Alberta. It is magnificent world-leading technology, a highway to sequester the carbon that is produced in industrial facilities in Alberta. So many firms are going to come to Canada because of the forward thinking that this industry has provided in Canada. I again thank the member for Edmonton—Manning for everything he has brought to the debate on this.
As everybody knows, I have been a member of Parliament for a year and a half. I have learned a lot from my colleagues every day, including the member for Edmonton Manning. When I came here, it was under the premise that people in this place did not really understand the Canadian energy industry, including the Canadian oil and gas industry. I will say here today, after the remarks from every member of the other parties, that premise is resounding in spades.
I remember when I first got here, over a year and a half ago, I would go to committee meetings where certain people would say that the solution to our problem in Alberta is to get a big fund to transition everybody out of oil and gas jobs. I would sit there slack-jawed at the ignorance on display from some of my colleagues from across Canada about what this industry represents to Canada and how much it contributes to our national life every day.
We are world champions in the environmental production of our petroleum resource. We have reporting standards that are far greater than anywhere else in the world. I contrast investments in the Canadian oil and gas industry with those in the United States and those overseas. I can attest that the only country that comes close to Canada's environmental standards is Norway. It has a declining base and is drilling further and further into the North Sea in order to access more resources because its $1.1-trillion wealth fund is built and entirely dependent on hydrocarbon resources.
We talk about a European business model, and I have heard a number of times in this debate about how the world is moving on. We should take a look at where the world is moving on to. The world is moving out of Canada because we are easy pickings to move away from, but in so doing, it is funding investments in the Middle East, which has a far worse environmental standards and human rights standards. They also have no transparency at all on how it is producing its oil.
We are comparing apples to oranges. Canada is the bar. Everybody else is below that bar. As Canadians, should be supporting that bar and looking at this industry as the champion we have built over the last decades here in Canada. As Canadian, we should accept it because it adds so much, not just from the employment perspective of 450,000 direct and indirect jobs, but also from a taxation perspective.
I will go through those numbers because we are talking about $130 billion in exports from our oil and gas industry per year. That is over 22% of our Canadian exports, which are contributing to the value of life here in Canada. Imagine our Canadian dollar if we did not have Canadian oil and gas exports. All kinds of taxation comes from here, provincially, federally and municipally, and it is in the hundreds of billions of dollars. It is an average of about $24 billion per year going back for the last 18 years.
Even the numbers going forward are great, quite frankly, for what we will contribute to Canadian taxes. It represents about $240 billion over the next 10 years, which is another $24 billion a year that will be going to Canadian taxpayers so they can have nice hospitals, pandemic responses, good schools, good universities and good seniors care. These are all funded by an industry that is a net contributor to Canada through and through. It has been for my whole lifetime and that of most members in this House.
We actually advanced with the free trade agreement in the United States. The core of that free trade agreement was our energy agreement, and trade with the United States has been fundamentally important to our lifestyle rising up in Canada. We can actually afford the things the rest of the world took for granted, and we have learned to take them for granted in Canada. One thing I am seeing quite clearly here is the division, between producing provinces and non-producing provinces, of knowledge about what this industry brings to Canada. I can assure members that revenue has been shared equitably across this country, and we have added so much value—
Madame la Présidente, je commencerai mon intervention aujourd'hui en remerciant mon collègue d'Edmonton Manning . Il est un grand défenseur de l'industrie pétrolière et gazière du Canada. Il fait un excellent travail à la Chambre des communes, et il a encore une fois prouvé aujourd'hui, par vidéoconférence, qu'il représente très bien sa circonscription.
Le centre industriel de l'Alberta se trouve juste à l'extérieur d'Edmonton. Je suis sûr que bon nombre des concitoyens du député travaillent dans ce joyau de l'infrastructure industrielle canadienne, qui procure tant d'avantages industriels à notre pays. Nous pouvons parler des champions canadiens. Nous pouvons aussi parler de la façon dont l'industrie s'est développée à l'échelle de cette région, où nous produisons des ressources et ajoutons de la valeur à ces dernières. Nous ne sommes pas uniquement des coupeurs de bois et des porteurs d'eau. Nous ajoutons une valeur considérable à ces ressources.
J'ai visité avec mon collègue les installations d'Enhance Energy et de Wolf Midstream, à Clive, en Alberta, afin de voir le centre industriel où le CO2 est capté et acheminé à 150 kilomètres de là pour être stocké dans le centre de l'Alberta. C'est une technologie exceptionnelle de calibre mondial qui est mise au point dans des installations industrielles de l'Alberta. De nombreuses entreprises viendront s'établir au Canada grâce aux procédés novateurs que cette industrie a mis en place au Canada. Encore une fois, je remercie le député d'Edmonton Manning de toutes les contributions qu'il a apportées à ce débat.
Comme tout le monde le sait, je suis député depuis un an et demi. J'ai appris beaucoup de choses en côtoyant mes collègues, dont le député d'Edmonton Manning. À mon arrivée, j'avais l'impression que nombre de députés ne comprenaient pas vraiment l'industrie canadienne de l'énergie, y compris le secteur pétrolier et gazier. Aujourd'hui, après avoir entendu les observations de tous les députés des autres partis, je dois dire que mon impression était on ne peut plus juste.
Je me souviens quand je suis arrivé ici, il y a plus d'un an et demi. Je me rendais à des réunions de comités où certaines personnes avançaient que, pour régler le problème en Alberta, il fallait établir un grand fonds pour assurer la transition de tous les travailleurs du secteur pétrolier et gazier vers d'autres domaines. J'étais bouche bée par la méconnaissance dont faisaient preuve certains de mes collègues des quatre coins du Canada à propos de ce que cette industrie représente pour le pays et son apport essentiel à notre vie nationale au quotidien.
Nous sommes les champions mondiaux de la production de ressources pétrolières respectueuses de l'environnement. Nous avons des normes de déclaration qui sont beaucoup plus strictes que partout ailleurs dans le monde. Je compare les investissements dans l'industrie pétrolière et gazière du Canada avec ceux aux États-Unis et ailleurs à l'étranger. Je peux confirmer que le seul pays qui s'approche des normes environnementales du Canada est la Norvège. Ses réserves sont à la baisse, et elle mène des activités de forage de plus en plus loin dans la mer du Nord pour accéder à plus de ressources. Elle doit le faire parce que son fonds souverain de 1,1 billion de dollars est fondé sur les hydrocarbures et en dépend entièrement.
On parle d'un modèle d'affaires européen et j'ai entendu dire plusieurs fois durant ce débat que c'est le monde qui passe à autre chose. Il faudrait voir à quoi il passe. Le monde passe des ressources canadiennes à celles d'autres pays, parce que c'est facile à faire, et ce faisant, il finance l'exploitation au Moyen-Orient, dont le bilan en matière de respect de l'environnement et des droits de la personne est bien pire que le nôtre. La transparence à l'égard de la production pétrolière y est aussi totalement absente.
On compare des pommes et des oranges. Le Canada constitue la norme. Tous les autres se trouvent sous cette norme. Les Canadiens devraient soutenir cette norme, et considérer cette industrie comme la championne que nous avons bâtie durant des décennies. Les Canadiens devraient accepter cette industrie, parce qu'elle leur procure beaucoup, non seulement avec 450 000 emplois directs et indirects, mais aussi du point de vue de la fiscalité.
Passons les chiffres en revue. L'industrie pétrolière et gazière du Canada exporte pour 130 milliards de dollars de produits par année. Cela représente plus de 22 % des exportations canadiennes et contribue à la qualité de vie au Canada. Imaginons la valeur du dollar canadien si le pays n'exportait ni pétrole ni gaz. Toutes sortes de recettes fiscales proviennent d'ici, au profit des municipalités, des provinces et du gouvernement fédéral. On parle de centaines de milliards de dollars. Depuis 18 ans, cette contribution s'élève à environ 24 milliards de dollars par année.
Même les prévisions sont excellentes quant à notre contribution aux recettes fiscales du Canada. En effet, on évalue que cette contribution s'élèvera à 240 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années, ce qui correspond à 24 milliards de dollars supplémentaires par année qui iront aux contribuables canadiens, de sorte qu'ils pourront bénéficier de beaux hôpitaux, de mesures d'aide en réponse à la pandémie, de bonnes écoles, de bonnes universités et de bons soins pour les aînés. Toutes ces choses sont financées par une industrie qui constitue un contributeur net à part entière à l'économie du Canada. Il en a été ainsi toute ma vie et durant toute la vie de la plupart des députés.
Nous avons, en fait, progressé grâce à l'accord de libre-échange avec les États-Unis. Le cœur de cet accord de libre-échange, c'était notre accord sur l'énergie, et les échanges commerciaux avec les États-Unis ont fortement contribué à l'augmentation de notre niveau de vie, au Canada. Nous pouvons, en fait, nous permettre les choses que le reste du monde tenait pour acquises, et nous avons appris à les tenir pour acquises, au Canada. Ce qui ressort ici, c'est que l'opinion sur ce que ce secteur offre au Canada diffère entre les provinces productrices d'énergie et les autres. Je peux assurer aux députés que les revenus ont été partagés équitablement à travers le pays, et nous avons ajouté tellement de valeur...
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
View Francis Scarpaleggia Profile
2021-04-13 10:06 [p.5471]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the third report of the Standing Committee on Environment and Sustainable Development, entitled “The Road Ahead: Encouraging the Production and Purchase of Zero-Emission Vehicles in Canada”.
This study, which is extremely relevant in today's context where we are making the transition to a greener economy, was proposed by the member for Repentigny.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests that the government table a comprehensive response to this report.
I would also like to present, in both official languages, the fourth report of the Standing Committee on Environment and Sustainable Development in relation to Bill C-204, an act to amend the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (final disposal of plastic waste). The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le troisième rapport du Comité permanent de l'environnement et du développement durable, intitulé « La route à suivre: inciter la production et l’achat des véhicules zéro émission au Canada ».
Cette étude, très pertinente dans le contexte actuel où nous suivons une transition vers une économie plus verte, a été proposée par la députée de Repentigny.
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
J'aimerais également présenter, dans les deux langues officielles, le quatrième rapport du Comité permanent de l'environnement et du développement durable, qui porte sur le projet de loi C-204, Loi modifiant la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) (élimination définitive de déchets plastiques). Le Comité a étudié le projet de loi et a convenu d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2021-03-26 11:44 [p.5360]
Madam Speaker, under the Liberal government, Canada is not back. Canada has dropped to 75th place in the list of countries contributing to peacekeeping efforts. Canada's official development assistance is lower than it was under Stephen Harper's Conservatives. Perhaps most shocking of all is that today, on the sixth anniversary of the conflict in Yemen, a humanitarian crisis that has been described as the worst place on earth, Canada continues to sell arms to Saudi Arabia.
Why is the government continuing to fuel one of the worst humanitarian crises in the world?
Madame la Présidente, sous le gouvernement libéral, on ne peut pas dire que le Canada est de retour. En effet, il a chuté au 75e rang au chapitre des contributions aux efforts de maintien de la paix. En ce qui a trait au développement, l'aide officielle offerte par le Canada est inférieure à celle accordée sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Fait peut-être plus étonnant encore, alors que nous soulignons aujourd'hui le sixième anniversaire du conflit au Yémen, une crise humanitaire décrite comme la pire dans le monde, le Canada continue de vendre des armes à l'Arabie saoudite.
Pourquoi le gouvernement continue-t-il de contribuer à l'une des pires crises humanitaires dans le monde?
View Karina Gould Profile
Lib. (ON)
View Karina Gould Profile
2021-03-26 11:45 [p.5360]
Madam Speaker, I had the honour of participating in the pledging conference for Yemen a couple of weeks ago, and Canada actually increased its humanitarian assistance.
With respect to official development assistance, we increased it by over $1.7 billion last year alone, and we have been stepping up in the fight when it comes to COVID-19. We are responding to humanitarian needs around the world, including in Yemen, and we will continue to do so.
Madame la Présidente, j'ai eu l'honneur de participer à la conférence des donateurs pour le Yémen, il y a quelques semaines, et en réalité, le Canada a augmenté son aide humanitaire.
Pour ce qui est de l'aide au développement officielle, nous l'avons augmentée de plus de 1,7 milliard de dollars l'année dernière seulement, et nous avons redoublé d'efforts en ce qui a trait à la lutte contre la COVID-19. Nous répondons aux besoins humanitaires partout dans le monde, y compris au Yémen, et nous allons continuer de le faire.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, documents released last week by Global Affairs Canada paint a troubling picture of the naïveté of this government's foreign policy. After a bit of pressure was put on the government by the arms export lobby and by Turkish authorities, and after the government was told that these arms exports would be used for the defence of human rights, the government buckled and naively reversed its earlier decision and approved these arms exports to Turkey.
Will the Prime Minister now admit that this was a mistake?
Monsieur le Président, des documents distribués la semaine dernière par Affaires mondiales Canada dressent un portrait troublant qui révèle la naïveté de la politique étrangère du gouvernement. Après que le lobby des exportateurs d'armes et les autorités turques ont légèrement augmenté la pression sur le gouvernement, et après qu'on a assuré au gouvernement que les armes ainsi exportées serviraient à défendre les droits de la personne, le gouvernement a cédé, il a naïvement infirmé la décision prise auparavant, et il a autorisé la vente d'armes à la Turquie.
Le premier ministre admettra-t-il qu'il s'agissait d'une erreur?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-03-24 15:02 [p.5182]
Mr. Speaker, when reports first came out about the possible utilization of Canadian technology in unsanctioned areas, we suspended the relevant export permits to Turkey, because we take very seriously the responsibilities we have under some of the most restrictive and constraining regulations in the world around arms exports. We will continue to push for proper accountability and transparency in arms exports: a system that was left in a very shoddy state after 10 years of Conservative government, which we were able to tighten up. We will continue to ensure that we have full accountability and full transparency, including from our NATO allies such as Turkey.
Monsieur le Président, dès que nous avons appris la possibilité d'une utilisation de la technologie canadienne dans des zones non autorisées, nous avons suspendu les permis d'exportation correspondants vers la Turquie, parce que nous prenons très au sérieux notre responsabilité de respecter les règles en vigueur au Canada sur l'exportation des armes, règles qui comptent parmi les plus restrictives et les plus contraignantes au monde. Nous continuerons d'exiger une reddition de comptes et une transparence adéquates relativement aux exportations d'armes. Le système devant régir ces exportations se trouvait d'ailleurs en très piteux état après 10 années de gouvernement conservateur, et nous sommes parvenus à le renforcer. Nous continuerons de nous assurer que la reddition de comptes et la transparence sont complètes, y compris de la part de nos alliés de l'OTAN comme la Turquie.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, in light of these revelations, will the Prime Minister promise not to make the same mistakes that contributed to fuelling the Armenia-Azerbaijan conflict and that were inconsistent with Canada's interests and values in the region?
Monsieur le Président, à la lumière de ces révélations, le premier ministre s'engage-t-il à ne pas répéter ses erreurs qui ont contribué à alimenter le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et qui étaient contraires aux intérêts et aux valeurs du Canada dans la région?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-03-24 15:04 [p.5182]
Mr. Speaker, I want to note that in the many conversations that I have had with Nikol Pashinyan, the Prime Minister of Armenia, during this conflict, including when I met him several years ago, I told him that we will always be there for our Armenian brothers and sisters.
We know the challenges they are facing as a country, and we will always support them, because Armenia is a country that shares our values. We have deep ties with Armenia.
Monsieur le Président, je souligne que dans les nombreuses conservations que j'ai eues avec Nikol Pachinian, le premier ministre de l'Arménie, pendant ce conflit, y compris quand je l'ai rencontré il y a plusieurs années, je lui ai dit que nous serons toujours là, avec nos frères et nos sœurs en Arménie.
Nous reconnaissons les défis auxquels ils font face en tant que pays et nous les appuierons toujours parce que l'Arménie est un pays qui partage nos valeurs et avec lequel nous avons des liens profonds.
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2021-03-23 10:11 [p.5088]
Mr. Speaker, I have two petitions to present.
The first petition is on the coup in Myanmar.
The petitioners call on the government to condemn the coup in the strongest terms. They call for the immediate and unconditional release of all elected officials as well as political prisoners. They want the government to take actions against the Myanmar military and call for the repeal of an unlawfully declared state of emergency and respect the November 2020 election.
The petitioners also call for an immediate law barring Canadian businesses from exporting arms and technologies to Myanmar and to put forward to the General Assembly of the United Nations a resolution calling for member states to address the long-term threat to peace and stability in Myanmar. They would like to see members of the Myanmar military and their families and associates barred from pursuing education or business opportunities in Canada as well as a draft resolution, a motion, to refer this matter to the International Criminal Court.
Monsieur le Président, j'aimerais présenter deux pétitions.
La première pétition porte sur le coup d'État au Myanmar.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de condamner le coup d'État avec la plus grande fermeté. Ils demandent également la libération immédiate et inconditionnelle de tous les élus et des prisonniers politiques. Ils exhortent le gouvernement à prendre des mesures contre l'armée du Myanmar et à demander l’abrogation de l’état d’urgence illégalement déclaré et le respect du résultat des élections de novembre 2020.
Les pétitionnaires réclament aussi que le gouvernement adopte immédiatement une loi interdisant aux entreprises canadiennes d’exporter des armes et des technologies au Myanmar et de proposer une résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies appelant les États membres à se pencher sur la menace à long terme qui pèse sur la paix et la stabilité au Myanmar. Les pétitionnaires veulent que le gouvernement empêche les membres de l’armée du Myanmar, leurs familles et leurs associés de poursuivre des études ou de faire des affaires au Canada et qu'il présente un projet de résolution, une motion, en vue de renvoyer cette question à la Cour pénale internationale.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2021-03-23 10:35 [p.5092]
Madam Speaker, I rise in the House today to speak to the opposition day motion.
Before I get into the specifics on economic recovery, I would like to take this time to reach out and thank the many members of all parties and Canadians at large who have supported me and my family through the passing of my son, Garrett Cumming.
Garrett had an extraordinary life in his 35 years on this planet, and I am extraordinarily proud of him. Garrett was like many at-risk Canadians and spent the year very isolated. His struggles