Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-07 13:39 [p.16140]
Mr. Speaker, I took part in this debate a few weeks ago and I kept repeating the same thing in what I would call a philosophical critique of the bill.
First, I think that making cabinet gender balanced is a terrible idea because having qualified ministers should be more important than gender parity.
In fact, I would go so far as to say that parity is the Liberals' way to prevent women from advancing to cabinet. Under this bill, women will never be able to make up more than 50% of cabinet. Is that just or fair considering that, for decades, men made up 100%, 70%, or 60% of cabinet? Now, the very clear message to women is that never will they ever represent more than half the cabinet. That is an interesting way of looking at this and I would not be surprised if that were the Liberal's primary objective.
Monsieur le Président, j'ai participé à ce débat il y a quelques semaines et j'ai souvent répété la même chose, qui était une sorte de critique philosophique de ce projet de loi.
D'abord, je pense que c'est épouvantable de rendre le Conseil des ministres paritaire, parce qu'on devrait rechercher la compétence et non la parité.
En fait, je serai prêt à dire que la parité est un moyen que les libéraux ont trouvé pour stopper l'avancement des femmes au Conseil des ministres. À cause de ce projet de loi, les femmes ne pourront jamais former plus de 50 % du Conseil des ministres. Pense-t-on que c'est juste et égal, alors que pendant des décennies, les hommes ont formé 100 %, 70 % ou 60 % du Conseil des ministres? Maintenant, ce qu'on dit définitivement aux femmes, c'est que jamais, au grand jamais leur représentation ne dépassera 50 % au sein du Conseil des ministres. C'est une façon intéressante de le voir, et je ne serais pas surpris que ce soit l'objectif premier des libéraux.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-06 16:39 [p.10295]
Mr. Speaker, thank you for giving me the opportunity to speak this afternoon. I am pleased that you are the one in the chair right now.
I am rising today to share some of my thoughts and, of course, those of Her Majesty's official opposition on Bill C-25, An act to amend the Canada Business Corporations Act, the Canada Cooperatives Act, the Canada Not-for-profit Corporations Act, and the Competition Act.
It is important to begin by saying that this bill targets some 270,000 federally incorporated companies, which are, for the most part, small and medium-sized businesses that do not sell shares and to which the changes will not apply.
It is important to remember that the amendments proposed in Bill C-25 are the result of a legislative review that was conducted by a House of Commons committee in 2010, two Parliaments ago. Consultations were then held by our government and Industry Canada in 2014.
Like the majority of my colleagues who have spoken to Bill C-25, I think it is commendable and fantastic in many ways that the current government was open enough to use old legislation from the Conservatives' 2015 budget to develop Bill C-25.
However, what my opposition colleagues and I find a little unfortunate is the lack of substance in the bill we have before us at the current stage and, in fact, the lack of substance we see all too often in the current government's bills. I would even say the lack of bills, quite simply. No more than 50 bills have been tabled by the Liberal government since October 19, 2015. The minority government of the Right Hon. Stephen Harper had tabled three times as much legislation by 2007.
Certainly, the bills lack substance. In addition, there is a lack of real change. I will come back to the bill after this aside. The Liberals campaign slogan was “real change”. We can certainly change the things we say. That is obviously what the Liberals have done. However, Canadians expect legislative change, and that is not what we are seeing currently.
The Liberal government is missing several opportunities to do a good job in the House and bring in concrete measures for Canadian society, to address problems affecting workers, seniors, the unemployed, and corporate boards. This is how I am getting back to the bill.
We are delighted that the Liberal government is using legislation that the previous Conservative government worked very hard on. However, in committee, we brought forward two main amendments that, it appears, do not suit the opposition, or rather the government. Excuse me. I misspoke. I saw the future and called the government the official opposition. That will be two and a half years from now.
During the committee stage of Bill C-25, the Conservatives proposed amendments that would have strengthened the bill. First, we proposed to define the word “diversity”, which is an integral part of the bill.
It is one of the key components of the bill since the other side of the House wants to impose diversity, which is still undefined, within various federally regulated corporate boards and institutions.
The amendment we wanted to bring forward would define the word correctly. The need for this was also raised by a number of the witnesses who appeared before the committee. The official opposition critic responsible for this issue and several of my Conservative colleagues met with these witnesses.
The second amendment would require a review of the diversity policy in three years.
There is a reason why the Liberal government did not accept this amendment, which would define the word “diversity”. One of the things this government most often does is present sweeping concepts that they do not want to define. In this case, it is diversity. In another case, it is the 1%. For the next two and a half years I will repeat that the 1% does not exist. We are one of the world’s fairest societies, one of the societies where wealth redistribution is unparalleled in the history of mankind. I really find it incredible. I had the chance to go to university and I can say that any professor or academic would tell you that there is no such thing as the 1%.
I would like to give a parallel example that will explain why imposing diversity could have consequences that are not necessarily what the government intends. I will go out on a limb: I assume that by diversity, they mean cultural minorities of all kinds. Today it is rather fashionable to identify all kinds of minorities, when what really counts is protecting the political minority, first and foremost. I will give an example of some of the consequences that sometimes result from a desire found only in rhetoric. When the Liberals talk about a gender-balanced cabinet, I see rather significant consequences. It is not in law, thank God, but if by misfortune the next government decides to continue with that, this would then become a convention. We would have a sort of parliamentary convention to have a gender-balanced cabinet.
According to the Liberals, having a convention saying that cabinet must be gender balanced means that women will forever hold half the power in the cabinet that forms the government. From another perspective, this also means that from now on, women will never be the majority in cabinet. Is that not a bit ironic to think that for centuries, cabinet was composed mostly of men, and now, with this convention we end up never seeing a cabinet composed mostly of women?
I believe this is a first consequence of this rather dangerous convention, based on misconceptions, dangerous social interpretations, and political capital, which, furthermore, in a way endangers—to put it bluntly—the possibility of having the best cabinet possible. I am sure that my colleague from Glengarry—Prescott—Russell, across the way, would make a wonderful minister. I was with him on the Standing Committee on Government Operations and Estimates. He is incredible, clever and has an outstanding mind. However, because of gender parity, he will probably never be as close to me on the seating plan as he could be. We will never get the best by relying on sweeping misconceptions.
Creating such misconceptions of social reality that can be interpreted differently can have consequences. We therefore need to define the word “diversity” to ensure that this bill will not have negative consequences on corporate administration.
Monsieur le Président, je vous remercie de me donner la parole cet après-midi. Je suis content que ce soit vous qui soyez là en ce moment.
Je me lève aujourd'hui pour présenter un peu ma vision et celle, bien entendu, de l'opposition officielle de Sa Majesté, concernant le projet de loi C-25, Loi modifiant la Loi canadienne sur les sociétés par actions, la Loi canadienne sur les coopératives, la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif et la Loi sur la concurrence.
Il est intéressant de débuter en précisant que ce projet de loi vise quelque 270 000 sociétés constituées en vertu de la loi fédérale, qui sont en bonne partie des petites et moyennes entreprises qui ne vendent pas d'actions et à qui les changements ne s'appliqueront pas.
Il faut rappeler que les modifications proposées dans le projet de loi C-25 découlent d'un examen législatif d'un comité de la Chambre des communes datant de l'avant-dernière législature, puisque c'était en 2010. Par la suite, des consultations ont été menées par notre gouvernement et par Industrie Canada en 2014.
Comme la majorité de mes collègues qui se sont exprimés sur la question du projet de loi C-25, je pense qu'il est louable et fantastique à bien des égards que le gouvernement au pouvoir en ce moment ait eu l'ouverture nécessaire pour utiliser d'anciennes mesures législatives provenant du budget conservateur de 2015 pour élaborer le projet de loi C-25.
Par contre, ce que mes collègues de l'opposition et moi trouvons un peu malheureux, c'est le manque de substance qui affecte le projet législatif à l'étape à laquelle nous sommes actuellement et, à vrai dire, le manque de substance qu'on remarque trop souvent dans les projets de loi du gouvernement actuel. Je dirai même le manque de projets de loi, tout simplement. Sauf erreur, pas plus de 50 projets de loi ont été mis en avant par le gouvernement libéral depuis le 19 octobre 2015. C'est trois fois moins que ce que le gouvernement du très honorable Stephen Harper avait fait en 2007, alors que son gouvernement était minoritaire.
Certainement, les projets de loi manquent de substance. Également, il y a un manque de réels changements. Je vais revenir au projet de loi après cet aparté. Le slogan des libéraux durant la campagne électorale était: « Du vrai changement ». On peut faire des changements en ce qui a trait au discours. Les libéraux l'ont fait, de toute évidence. Par contre, les Canadiens s'attendent à du changement sur le plan législatif législatif, et ce n'est pas ce qu'on observe actuellement.
Le gouvernement libéral manque plusieurs occasions de faire un bon travail à la Chambre, d'instaurer des mesures concrètes pour la société canadienne, de cibler les problèmes touchant les travailleurs, les aînés, les chômeurs, ainsi que les conseils d'administration des entreprises. Voilà comment je reviens au projet de loi.
Nous nous réjouissons du fait que le gouvernement libéral utilise des mesures législatives sur lesquelles le précédent gouvernement conservateur a travaillé très fort. Cependant, lors du comité, nous avons proposé deux amendements principaux qui, semble-t-il, ne font pas l'affaire de l'opposition, ou plutôt du gouvernement. Pardon. J'ai fait un lapsus. J'ai entrevu le futur et j'ai donné au gouvernement le nom d'opposition officielle. Ce sera pour dans deux ans et demi.
Pendant l'étude en comité du projet de loi C-25, les conservateurs ont présenté des amendements qui auraient renforcé le projet de loi. D'abord, nous proposions de définir le mot « diversité », qui est partie intégrante du projet de loi.
Il en est une des composantes principales puisque, de l'autre côté de la Chambre, on veut imposer une certaine diversité, qui reste à définir, au sein des conseils d'administration d'entreprises et d'institutions diverses assujetties aux règlements fédéraux.
L'amendement que nous voulions mettre en avant visait à définir ce mot correctement. Cette nécessité a été également reconnu par plusieurs intervenants qui ont témoigné en comité. Le porte-parole responsable de ce dossier pour l'opposition officielle et plusieurs de mes collègues conservateurs ont rencontré ces intervenants.
Le deuxième amendement prévoit un examen de la politique sur la notion de diversité, dans trois ans.
Ce n'est pas pour rien que le gouvernement libéral n'a pas accepté cet amendement, c'est-à-dire de définir le mot « diversité ». En effet, une des choses les plus courantes que fait ce gouvernement, c'est de présenter des concepts à l'emporte-pièce, qu'il ne veut surtout pas définir. Dans ce cas, c'est la diversité. Dans un autre cas, c'est le 1 %. Je vais répéter pendant deux ans et demi que le 1 %, cela n'existe pas. On est une des sociétés les plus équitables au monde, une des sociétés où la redistribution de la richesse est sans pareille dans l'histoire de l'humanité. Je trouve cela assez incroyable. J'ai eu la chance de faire des études universitaires, et je peux dire que n'importe quel professeur ou académicien dirait que ce 1 % est un faux concept.
J'aimerais donner un exemple parallèle qui va expliquer pourquoi imposer la diversité pourrait avoir des conséquences qui ne sont pas nécessairement ce que le gouvernement vise. Je me lance dans l'inconnu: je présuppose que par diversité, on parle des minorités culturelles et de toutes sortes. Aujourd'hui, c'est un peu à la mode d'identifier toutes sortes de minorités, alors que ce qui compte, c'est de protéger la minorité politique, d'abord et avant tout. Je donne un exemple de certaines conséquences qui peuvent parfois découler d'une volonté qui se retrouve seulement dans le discours. Quand les libéraux parlent de la parité au Cabinet, j'y vois des conséquences assez importantes. Ce n'est pas une loi, Dieu merci, mais si par malchance le prochain gouvernement décidait de suivre cette voie, cela deviendrait alors une convention. On aurait une certaine convention parlementaire pour avoir un Cabinet paritaire.
Selon les libéraux, le fait d'avoir une convention qui dit qu'un Cabinet doit être paritaire, cela veut dire qu'à tout jamais les femmes auront la moitié du pouvoir au sein du Cabinet qui forme le gouvernement. Or selon une autre perspective, cela veut également dire qu'à tout jamais les femmes ne formeront jamais la majorité au Cabinet. Ne pense-t-on que c'est quand même paradoxal de penser que pendant des siècles, le Cabinet a été majoritairement composé d'hommes, et que maintenant, on arrive avec cette convention qui dit que jamais on ne pourra voir un Cabinet composé à majorité de femmes.
Selon moi, c'est une première conséquence de cette convention fort dangereuse, basée sur de faux concepts, des interprétations sociales dangereuses et du capital politique et qui, de plus, met en danger en quelque sorte — c'est un gros mot —, la possibilité d'avoir le meilleur Cabinet possible. Je suis convaincu que mon collègue de Glengarry—Prescott—Russell, de l'autre côté, serait un formidable ministre. J'étais avec lui au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Il est incroyable, ingénieux et c'est un esprit hors pair. Or à cause de la parité, il ne sera probablement jamais aussi proche de moi qu'il pourrait l'être sur le plan des sièges à la Chambre. On ne va pas chercher les meilleurs en se basant sur des prétendus concepts à l'emporte-pièce.
Créer de telles notions de la réalité sociale qui sont fausses et qui peuvent être interprétées différemment peut avoir des conséquences. Alors, on doit définir le mot « diversité » afin de s'assurer que ce projet de loi n'aura pas de conséquences négatives sur l'administration de nos entreprises.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-06 16:52 [p.10296]
Mr. Speaker, obviously, liberalism and the capitalist system result in these kinds of problems. A good government must always ensure that wealth is redistributed in the best interests of all Canadians.
That said, if I were told that 30% of Canadians were a lot richer than others, I would say we are starting to have a problem. However, the concept of the 1% leads to dangerous political battles, since it makes Canadians cynical.
Canadians live in one of the wealthiest countries in the world, one of the only countries where anyone, even the poorest of the poor, can do their best and succeed, since there is the crown government. Canada presents all sorts of opportunities. We need to stop talking to Canadians as though they were pathetic children. Quite the contrary, we need to show them that this great country is there for them and for their future. We especially have to stop coming up with sweeping concepts that create cynicism day after day in society.
Monsieur le Président, de toute évidence, le libéralisme et le système capitaliste entraînent de tels problèmes. En tant que bon gouvernement, il faut toujours s'assurer que la redistribution de la richesse se fait dans le meilleur intérêt de l'ensemble des Canadiens.
Cela dit, si on me disait que 30 % des Canadiens étaient pas mal plus riches que les autres, je dirais qu'on commence à avoir un problème. Toutefois, le concept du 1 % entraîne des bagarres politiques dangereuses, car il génère du cynisme chez les Canadiens.
Les Canadiens vivent dans un des plus riches pays du monde, un des seuls pays où n'importe qui, même le plus pauvre des pauvres, peut faire de son mieux et réussir, car il y a l'État de la Couronne. Il y a toutes sortes de possibilités au Canada. Il faut arrêter de parler aux Canadiens comme s'ils étaient des enfants qui font pitié. Au contraire, il faut leur démontrer que ce grand pays est là pour eux et pour leur avenir. Il faut surtout mettre fin aux concepts à l'emporte-pièce qui créent du cynisme jour après jour dans la société.
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data