Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 457
View Steven MacKinnon Profile
Lib. (QC)
View Steven MacKinnon Profile
2021-06-07 14:06 [p.8014]
Mr. Speaker, this week, the Canadian Roofing Contractors Association and its 400 corporate members are celebrating National Roofing Week. The objective of this national week is to increase awareness across Canada about the significance of roofs to every home and business.
Let us remind ourselves that the roof is one of the most important components of every structure and is also the first line of defence against natural elements.
I would like to take this opportunity to recognize one of its members, an entrepreneur from the Outaouais, Alain Raymond, president and founder of Raymond Group. Mr. Raymond is an accomplished businessman who was named person of the year by the Gatineau chamber of commerce in 2018. His company now has more than 300 employees across Quebec.
As the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, I am proud of my work with the construction industry across Canada. I am delighted to wish all roofers in the Outaouais and Canada a happy National Roofing Week.
Monsieur le Président, cette semaine, l'Association canadienne des entrepreneurs en couverture et ses 400 membres corporatifs célèbrent la Semaine nationale des couvreurs. Cette semaine nationale a pour but de faire connaître dans tout le Canada l'importance des toits pour les commerces et les foyers.
Rappelons-nous que le toit est l'une des composantes les plus importantes de toute structure et qu'il est aussi la première ligne de défense contre les éléments naturels.
Je profite donc de cette occasion pour reconnaître l'un de leurs membres et entrepreneurs de l'Outaouais, M. Alain Raymond, président et fondateur du Groupe Raymond. M. Raymond est un homme d'affaires accompli qui a même été nommé personnalité de l'année par la Chambre des commerces de Gatineau en 2018. Son entreprise compte maintenant plus de 300 employés partout au Québec.
À titre de secrétaire parlementaire de Services publics et Approvisonnement Canada, je suis fier de mon implication auprès de l'industrie pancanadienne de la construction. C'est donc avec grand plaisir que je souhaite à tous les couvreurs de l'Outaouais et du Canada une bonne Semaine nationale des couvreurs.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-06-04 13:40 [p.7987]
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-234. Since my colleague from Joliette already announced it in a previous speech, it will come as no surprise when I say that the Bloc Québécois will vote against Bill C-234. We have serious doubts about the effectiveness of such a bill and feel it would only push people to spend more on security systems that would not actually make them safer.
This bill seeks to amend the Income Tax Act to create a non-refundable tax credit for individuals who purchase a home security system. It would grant a credit of up to $5,000 for the total of all amounts spent on home security. This includes the acquisition, installation, maintenance and monitoring of a security system installed in an individual's home. The eligible home includes any structure that is separate from the house, such as a garage or even a barn. The credit could be used every year. However, in cases where more than one member of the household claims it, the maximum amount eligible would be $5,000.
In my speech, I will approach this bill from three angles. First I will explain why we believe this money could be put to much better use. I will then talk about the issue of rising crime, which we discussed at the Standing Committee on the Status of Women. Finally, I will propose some solutions to address this problem.
First of all, we oppose Bill C-234 because we believe that the money that would be spent to subsidize the purchase of such systems would be much better spent on provincial police, indigenous police and the RCMP. First nations police services are in dire need of resources, and the government needs to start by funding them properly to help remote communities. Just this week, actually, when I was filling in at the Standing Committee on Public Safety and National Security, we were discussing the problem of lack of resources at the RCMP.
Bill C-234, introduced by the member for Prince Albert, from the Conservative Party, says that rural crime is increasing at a higher rate than urban crime. It attributes this to the fact that rural areas are sometimes not as well served by law enforcement, which apparently leads some residents to install security systems, such as cameras or alarms. If the police already have a hard time responding, what is the point of investing in an alarm system?
Clearly, the police response would be too slow to prevent the crime anyway. I myself live in what would be considered a rural area, and I have sometimes come across this problem and this reality. The member even acknowledged that his bill will not fix the problem. The Bloc Québécois is not indifferent to this concern, of course, and neither am I, after hearing testimony at the Standing Committee on the Status of Women. However, why not invest more in the RCMP and in provincial police forces by transferring that money to Quebec, the provinces and the territories?
This type of tax credit encourages people to spend money on systems that are not likely to prevent crime. The preamble to Bill C-234 nevertheless tries to justify the relevance of this bill by stating:
Whereas the House of Commons Standing Committee on Public Safety and National Security, in its Thirty-third Report of the 42nd Parliament, recognized that crime in rural areas is of growing concern to rural residents across the country; Whereas the Committee heard that while crime in rural areas is more acute in western Canada, eastern provinces are also experiencing high crime rates in rural areas; And whereas the committee heard from witnesses of incidents related to property crimes, such as break-ins, thefts and, in some cases, violent assaults, including sexual violence and violence towards women;
I will repeat that Bill C-234 will merely push people to spend money on goods and services that will only give them a false sense of security.
Indigenous communities are sorely lacking in resources and are often poorly served by police forces. Money spent by this bill would be much better spent on security in first nations communities, which are asking that this become an essential service. According to Jerel Swamp, the vice-president of the First Nations Chiefs of Police Association, indigenous police services work with limited resources. What we did realize at the Standing Committee on the Status of Women is that indigenous women are often the most affected by security issues. It is difficult to understand why indigenous police services are the only ones in Canada that are not deemed an essential service.
I have another example from the Rama police service in Ontario, which does not have money to fund forensic and crime investigation units or to provide aid to victims. This is essential in cases of sexual assault.
In its throne speech, the federal government committed to accelerating the implementation of a legal framework to recognize first nations policing as an essential service. It promised to take action on this shortly after the 2019 election. These promises were renewed after indigenous protests against the Coastal GasLink pipeline in British Columbia. Those indigenous peoples are still waiting for royal assent.
Again according to Mr. Swamp, Public Safety Canada currently funds services through the first nations policing program, but the funding received is inadequate to provide the services the communities require.
The federal promise to make first nations policing services an essential service is a step in the right direction. Our departments, Public Safety, have said that passing legislation to make indigenous policing an essential service will require developing a better funding framework.
The first nations policing program was created in 1991 to provide funding for agreements between the federal government, the provincial or territorial governments, and first nations and Inuit communities to provide policing services to these communities. The federal government contributes 52% of the funding for the first nations policing program, with the remainder coming from the provincial and territorial governments. The program provides policing services to nearly 60% of first nations and Inuit communities.
In 2018-19, the Department of Public Safety spent more than $146 million through that program to support 1,322 police officer positions in over 450 first nations and Inuit communities. According to Mr. Swamp, however, the funding is inconsistent and always allocated for the short term. This makes planning difficult and creates a lack of predictability. Even so, the police chief believes that these services are effective in investigating violent crimes using their limited resources.
Second, as part of its study on women living in rural communities, the Standing Committee on the Status of Women addressed the issue of crime, not only in urban settings, but also in rural areas.
Some of the other potential solutions proposed by witnesses in committee include a suggestion that the government transfer operational funding, on an ongoing basis, to Quebec, the provinces and the territories for the community-based shelters and halfway houses that help women affected by violence. Another suggestion was that more money be sent to Quebec and the provinces to help survivors of violence.
Some recommended better training on the realities women face, in particular for the RCMP, to help stamp out bias and teach officers how to respond to the trauma these women may have experienced. Others said that we need to work on lifting women out of poverty by, for example, getting them better access to the job market by supporting universal child care services.
Speaking of universal child care, I want to point out that the government must give Quebec the right to opt out of the federal program, with full compensation, since Quebec already has its own program, which has been proven to lift many women out of poverty.
I am calling for the government to take a feminist and economic approach to this crisis that recognizes that the programs are often poorly suited to women entrepreneurs.
Third, we also need to work on prevention by enhancing social programs that improve our health care system, particularly in the area of mental health. There is no magic solution for that. It will take more resources, financial resources in particular. It is absolutely essential that the government increase health transfers significantly, permanently and unconditionally so that they cover up to 35% of health care system costs. That would enable us to take care of our people.
In closing, I believe, as does my colleague from Joliette, that the fight against crime begins with the fight against poverty. We need to work proactively to improve the situation and to ensure greater equality of opportunity. That is a value that is important for Quebeckers. The end justifies the means. If we help people stay out of a vulnerable position where they have no food and live in unsafe, inadequate housing conditions, then we will be helping to reduce opportunities for crime. We have a duty to act.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-234. Tout comme mon collègue de Joliette l'a déjà exprimé dans un précédent discours, je ne surprendrai personne en affirmant que le Bloc québécois votera contre le projet de loi C-234. Nous doutons fortement de l'efficacité d'un tel projet de loi et jugeons qu'il ne ferait que pousser les gens à dépenser pour des systèmes de sécurité qui ne les protègeront pas davantage.
Ce projet de loi vise à modifier la Loi de l'impôt sur le revenu afin de créer un crédit d'impôt non remboursable pour l'achat d'un système de sécurité domiciliaire pour les particuliers. Il crédite un taux maximum de 5 000 $ et comprend le total des sommes dépensées pour la sécurité domiciliaire. Cela comprend l'acquisition, l'installation, l'entretien et la surveillance d'un système de sécurité installé au domicile d'un particulier. Le domicile admissible comprend les constructions séparées de la maison, comme un garage ou même une grange. Le crédit peut être utilisé chaque année. Toutefois, en cas de dépenses faites par plusieurs membres d'un même domicile, le montant total du crédit ne pourra dépasser 5 000 $.
J'aborderai ce discours sous trois angles, d'abord en expliquant pourquoi nous croyons que cet argent pourrait être beaucoup mieux utilisé. Je parlerai ensuite de la question de la hausse de la criminalité, dont nous avons notamment discuté au Comité permanent de la condition féminine. Finalement, je proposerai des pistes de solutions pour contrer ce problème.
Tout d'abord, si nous nous opposons au projet de loi C-234, c'est parce que nous croyons que l'argent dépensé pour subventionner l'achat de tels systèmes serait beaucoup mieux dépensé si on le transférait aux corps de police provinciaux, aux policiers autochtones et à la GRC. Les corps de police des Premières Nations manquent cruellement de ressources, et le gouvernement doit commencer par les financer adéquatement afin d'aider les communautés éloignées. J'ai aussi eu l'occasion de discuter du problème du manque de ressources à la GRC dans le cadre d'un remplacement que j'ai fait cette semaine même au Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Le projet de loi C-234, déposé par le député de Prince Albert, du Parti conservateur, dit que l'augmentation de la criminalité dans les zones rurales est plus prononcée que dans les régions urbaines. Il attribue ce fait aux régions parfois mal desservies par les forces de l'ordre. Les citoyens se tourneraient ainsi parfois vers des systèmes de sécurité, comme des caméras ou des systèmes d'alarme. Si la police a déjà de la difficulté à intervenir, à quoi bon investir dans un système d'alarme?
Il est évident que l'intervention policière serait trop lente pour prévenir le crime, de toute façon. Habitant moi-même en région dite rurale, je me suis parfois butée à ce type de problème et de réalité. Le député a d'ailleurs lui-même reconnu que son projet de loi ne résoudra pas le problème. Le Bloc québécois n'est évidemment pas insensible à cette préoccupation, et je ne le suis pas non plus, ayant entendu des témoignages au Comité permanent de la condition féminine. Toutefois, pourquoi ne pas investir davantage dans la GRC et dans les corps de police provinciaux en transférant ces montants au Québec, aux provinces et aux territoires?
En donnant un tel crédit d'impôt, on encourage plutôt les gens à dépenser pour des systèmes qui n'aideront probablement pas à prévenir les crimes. Le préambule du projet de loi C-234 tente pourtant de justifier la pertinence du projet de loi en mentionnant:
Attendu: que le Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes, dans son trente-troisième rapport de la quarante-deuxième législature, reconnaît que la criminalité en milieu rural est de plus en plus préoccupante pour les résidents des régions rurales de l'ensemble du pays; que le Comité a entendu que, même si la criminalité en milieu rural est un problème plus criant dans l'Ouest canadien, les provinces de l'Est sont également aux prises avec un taux de criminalité élevé en milieu rural; que des témoins ont rapporté au Comité des incidents liés aux crimes contre les biens, tels des introductions par effraction, des vols et, dans certains cas, des agressions avec violence, notamment de violence sexuelle et de violence envers les femmes, [...]
Je le répète, ce projet de loi C-234 ne fera que pousser les gens à dépenser pour des services et des produits qui ne donneront qu'un faux sentiment de sécurité.
Les communautés autochtones manquent cruellement de ressources et sont souvent mal desservies par les corps de police. L'argent dépensé par ce projet de loi serait beaucoup mieux investi s'il l'était dans la sécurité pour les communautés des Premières Nations, qui demandent que cela devienne un service essentiel. Selon le vice-président de l'Association des chefs de polices des Premières Nations, Jerel Swamp, « les ressources des services de police autochtones sont limitées ». Ce que nous avons pu constater au Comité permanent de la condition féminine, c'est que les femmes autochtones étaient souvent les plus touchées par les problèmes de sécurité. Il est difficile d'imaginer que ces services de police soient les seuls au Canada à ne pas être classés comme étant un service essentiel.
Je cite un autre exemple, celui du service de police de Rama, en Ontario, qui n'a pas d'argent pour financer une unité médicolégale ou criminelle ou pour procurer de l'aide aux victimes. Cela est pourtant essentiel, notamment dans les cas d'agressions sexuelles.
Le gouvernement fédéral s'était pourtant engagé dans son discours du Trône à accélérer la mise en place d'un cadre juridique pour reconnaître les services de police des Premières Nations comme un service essentiel. Il avait déjà promis de prendre des mesures à ce sujet peu après les élections de 2019. Ces engagements avaient été renouvelés après les manifestations autochtones contre le projet d'oléoduc de Coastal GasLink, en Colombie-Britannique. Or, les Autochtones attendent toujours la sanction royale.
Toujours selon M. Swamp, le ministère de la Sécurité publique finance les services par l'entremise du Programme des services de police des Premières Nations, mais le financement reçu est insuffisant pour fournir les services dont les communautés ont besoin.
La promesse fédérale de faire des services de police des Premières Nations un service essentiel est un pas dans la bonne direction. Nos ministères de la Sécurité publique ont dit que l'adoption d'une loi visant à faire de la police autochtone un service essentiel nécessitait la mise en place d'un meilleur cadre financier.
Le Programme des services de police des Premières Nations a été créé en 1991 pour financer des accords entre le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux ou territoriaux et les collectivités des Premières Nations ou inuites, afin de fournir des services de police à ces collectivités. Le gouvernement fédéral contribue 52 % du financement du Programme des services de police des Premières Nations, le reste étant assuré par les gouvernements provinciaux et territoriaux. Le Programme fournit des services de police à près de 60 % des collectivités des Premières Nations et inuites.
En 2018-2019, le ministère de la Sécurité publique a dépensé plus de 146 millions de dollars dans le cadre du Programme, pour soutenir 1 322 postes d'agent de police dans plus de 450 communautés des Premières Nations et inuites. Selon M. Swamp, ce financement ne serait cependant pas uniforme et ne s'applique qu'à court terme. Cela rend donc la planification difficile et entraîne un manque de prévisibilité. Malgré tout, le chef de police croit que ces services sont efficaces pour enquêter sur des crimes violents tout en ne disposant que de ressources limitées.
Deuxièmement, dans le cadre d'une étude sur les femmes en milieu rural, le Comité permanent de la condition féminine a abordé la problématique de la criminalité, non seulement dans les milieux urbains, mais aussi dans les régions rurales.
Parmi les autres pistes de solution proposées par des témoins ayant comparu devant le Comité, il a notamment été suggéré que le gouvernement transfère au Québec, aux provinces et aux territoires un financement d'exploitation durable pour les refuges et maisons de transition qui viennent en aide aux femmes touchées par la violence dans les collectivités. Il a aussi été proposé que plus d'investissements soient transférés au Québec et aux provinces pour aider les survivantes d'actes violents.
Certains ont recommandé, notamment pour la GRC, de la formation mieux adaptée aux réalités des femmes, dans le but de lutter contre les préjugés et de tenir compte du traumatisme qu'elles ont pu subir. Pour d'autres, il faut que l'on travaille à sortir les femmes de la pauvreté, notamment en leur permettant d'avoir un meilleur accès au marché du travail en bénéficiant de services de garde universels.
À ce sujet, il faut donner au Québec un droit de retrait du programme fédéral proposé, avec pleine compensation, étant donné que le Québec possède déjà un tel programme, lequel a fait ses preuves puisqu'il a permis à beaucoup de femmes de sortir de la pauvreté.
Je demanderais d'ailleurs ici une sortie de crise qui soit féministe et économique et qui tienne compte du fait que les programmes sont souvent mal adaptés aux femmes entrepreneures.
Troisièmement, il faut aussi travailler en prévention, notamment en bonifiant les programmes sociaux qui améliorent notre système de santé, particulièrement dans le domaine de la santé mentale. Pour cela, il n'y a pas de solution magique: cela va prendre plus de moyens, notamment financiers. Une hausse des transferts en santé est plus que nécessaire, et ce, d'une façon substantielle, permanente et prévisible, et qui couvre jusqu'à 35 % des coûts des systèmes de santé, ce qui nous permettra de prendre soin de notre monde.
En conclusion, je crois tout comme collègue de Joliette que la lutte contre la criminalité passe d'abord par la lutte contre la pauvreté. Il faut travailler en amont à améliorer la situation et à viser une plus grande égalité des chances. C'est une valeur qui est importante pour nous au Québec. La fin justifie les moyens: si nous évitons que des gens se retrouvent dans un état de vulnérabilité, sans nourriture et dans un logement insalubre et inadéquat, nous contribuons à réduire un terreau fertile à la criminalité. Nous avons donc le devoir d'agir.
View René Arseneault Profile
Lib. (NB)
Mr. Speaker, the young people of Madawaska—Restigouche are certainly inspiring.
A 12-year-old young man from my riding decided to start a business. With the help of his family, Malik Duguay started a company called Hogwork's. He makes and sells magic wands inspired by the Harry Potter universe. He sculpts the wands himself, paints them and adds details. He also adds copper and metal detailing, depending on the order. The company continues to grow, year after year, and is now doing so well that Malik has made over 200 magic wands that have been sold to customers around the world. His fondest dream is for his company to grow even bigger. Given his perseverance, I have no doubt that he will succeed.
On June 9, Malik will be receive the Leaders de demain award for future leaders.
Anyone who would like to experience a little magic during this pandemic can buy a wand on the Hogwork's website or Facebook page.
Congratulations, Malik, and good luck with this venture.
Monsieur le Président, décidément, la jeunesse est inspirante au Madawaska—Restigouche.
Un jeune homme de ma circonscription âgé de 12 ans a décidé de se lancer en affaires. À l'aide de sa famille, Malik Duguay a monté une entreprise appelée Hogwork's. Il fabrique et vend des baguettes magiques inspirées de l'univers de Harry Potter. Ses baguettes sont sculptées de ses mains. Il les peint, y apporte des détails, y ajoute du cuivre et du métal, selon la demande. Bon an, mal an, l'entreprise prend de l'ampleur, si bien que Malik a maintenant fabriqué plus de 200 baguettes vendues un peu partout dans le monde. Voir son entreprise grandir davantage est son rêve le plus cher. Comme il démontre beaucoup de persévérance, parions que c'est déjà dans la poche.
Le 9 juin prochain, Malik Duguay sera récompensé du prix Leader de demain.
Pour ceux qui veulent un peu de magie en ce temps de pandémie, on peut se procurer une baguette en se rendant sur son site Web ou sur sa page Facebook Hogwork's.
Bravo, Malik, et bonne chance dans cette aventure.
View Emmanuel Dubourg Profile
Lib. (QC)
View Emmanuel Dubourg Profile
2021-06-02 15:09 [p.7826]
Mr. Speaker, I was delighted to launch the Black entrepreneurship loan fund earlier this week, alongside the Minister of Small Business. The fund is the first of its kind in Canada. Black entrepreneurs can apply for loans of up to $250,000 to start, grow and expand their businesses.
Can the Prime Minister explain how this fund fits into our government's approach to empowering these entrepreneurs?
Monsieur le Président, cette semaine, j'ai eu le plaisir de me joindre à la ministre de la Petite entreprise pour le lancement du Fonds de prêts pour l'entrepreneuriat des communautés noires. C'est le premier de ce genre au Canada. Les entrepreneurs noirs pourront obtenir des prêts allant jusqu'à 250 000 $ afin de pouvoir démarrer, accroître et développer leur entreprise.
Le premier ministre peut-il nous expliquer comment ce fonds s'intègre dans notre approche gouvernementale pour rendre plus autonomes ces entrepreneurs?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2021-06-02 15:10 [p.7826]
Mr. Speaker, I would first like to thank the hon. member for Bourassa for his hard work to combat systemic racism.
The loan fund is just one of the three pillars of the Black entrepreneurship program. To ensure that the program supports the success of Black entrepreneurs and business owners, we have increased its funding to $400 million. We recognize that systemic racism also exists in the business world, and the loan fund is a step towards meaningful, long-term change.
Monsieur le Président, je veux d'abord remercier le député de Bourassa de son travail acharné visant à lutter contre le racisme systémique.
Le Fonds de prêts n'est qu'un des trois piliers du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires. Pour nous assurer que le Programme soutient la réussite des entrepreneurs et des propriétaires d'entreprise noirs, nous avons augmenté son financement à 400 millions de dollars. Nous reconnaissons que le racisme systémique est aussi dans le monde des affaires, et le lancement du Fonds de prêts est un pas vers un changement significatif à long terme.
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-05-31 20:04 [p.7676]
Madam Chair, good evening to all members attending today's committee.
With the rapid rollout of vaccines, I am optimistic that we will be able to reopen our economy, and with the investments we are making in budget 2021, we can look forward to a strong, sustainable and inclusive economic recovery.
Our government's COVID-19 economic response plan has protected millions of jobs, provided emergency supports to countless families and kept businesses afloat throughout the pandemic. We have had the backs of Canadians and businesses since day one.
Budget 2021 sets us up to finish this fight against COVID-19 and to keep Canadians healthy and safe, all the while building a better, fairer and more prosperous future for generations to come. The time to act is now and this budget puts us on the right path. However, this is not 2009. We cannot afford to take a decade to recover from the COVID recession.
We are taking prompt, decisive, responsible action.
We are making ambitious and targeted investments to accelerate job and business growth, driving toward faster recovery than if we did not take any action. This is the most small-business friendly budget in Canadian history.
We are extending the Canada emergency wage subsidy and the Canada emergency rent subsidy to September, with flexibility to go further than that if public health measures require it.
We are also announcing new supports to bridge the recovery, such as the Canada recovery hiring program, as 500,000 Canadians are still unemployed or have reduced hours because of the pandemic. We will invest $600 million so that businesses can hire more workers or increase hours and compensation for those they already have.
We also announced significant investments to support the success of diverse entrepreneurs through the Black entrepreneurship program, the women entrepreneurship strategy and investments for indigenous entrepreneurs. This is part of the greater action our government is taking to make our economy more inclusive and to bridge the gaps that racialized and under-represented entrepreneurs and businesses have faced for far too long.
Budget 2021 is ambitious.
It will not just get us onto the road to recovery. It will take us where we need to go to be competitive, to be more prosperous and to become even more resilient. Since my first day as minister, I have been focused on ensuring that businesses have the tools they need to start up, scale up and access new global markets. COVID-19 and our economic recovery have only increased the importance of this work.
Our businesses need the tools and the financing to compete in today's economy. That is why we are expanding the Canada small business financing program loans of up to $500,000, with a potential line of credit of up to $150,000, to provide liquidity for start-up costs and intangible assets, such as software for data management and supports for intellectual property. We have also committed to taking decisive action to lowering credit card fees for small businesses, helping to make consumer interactions more beneficial so that our main streets can be even more competitive.
Beyond financing, we want to ensure that our Canadian entrepreneurs have the expertise and tools to protect their Canadian innovations in the increasingly intangible global economy. The pandemic has greatly expedited the shift to the digital economy. More businesses have gone online in the last six months than in the last 10 years.
The pandemic has also shown the importance of businesses needing the latest tools, technologies and expertise to compete. In budget 2021, we are investing $4 billion for small and medium-sized businesses to go digital and to adopt new technology so they can grown and be even more competitive. This will support some 160,000 businesses and create jobs for nearly 30,000 young Canadians.
It will ensure long-term post-recovery growth and competitiveness.
Today, our small businesses are just a click away from being exporters, and we want to support as many as possible to grow around the world, while anchoring their success here in Canada, and to create jobs.
We have seen another global shift, one to sustainability. We know that the environment and the economy go hand in hand, which is why we have also announced $1 billion over five years to help draw in private sector investment for Canadian clean tech projects, ensuring that they remain competitive and on the cutting edge of innovation. This will help us reach our target of net-zero emissions by 2050. Through this budget, we are setting up our businesses to start up and scale up now, and to be ready to succeed and thrive in the economy of the future.
While travel has been limited through COVID-19, I have not let it slow us down in our efforts to create opportunities for trade and investment, to diversify our trade and to develop solutions to supply chain challenges, especially for essential goods. COVID-19 should not and cannot be used as an excuse to stop trading or to turn inward with protectionist policies.
International trade has been critical to create jobs and opportunities for growth. This is truer in our economic recovery more than ever. By working to implement the new NAFTA, CETA and the CPTPP, Canada's businesses are able to access new markets to expand their companies.
Canada and Canadian workers from coast to coast will benefit.
We have continued our work to ensure that Canada's 14 free trade agreements, including the new NAFTA and the recent trade continuity agreement with the United Kingdom, continue to serve Canadian interests and Canadian businesses, entrepreneurs, workers and families.
Earlier this month, I met with my Mexican and U.S. counterparts to discuss the implementation of the new NAFTA, and to work together on our shared priorities, such as the environment, labour and inclusive trade, for our shared economic recovery. From steel and dairy, to forestry and clean tech, we have the backs of Canadian businesses and workers in all sectors.
Our government has pivoted during the pandemic to support Canadian businesses through virtual trade missions to France, Singapore, Taiwan and South Korea; through the first Canada-Africa clean growth symposium; and through our virtual CETA road show last year. With over 2,000 entrepreneurs attending, we have made international trade more accessible. We have led over 150 business-to-business connections for our Canadian businesses.
We continue to take a team Canada approach to help businesses and entrepreneurs succeed here at home and abroad with Canada's trade tool kit: the Trade Commissioner Service, Export Development Canada, the Business Development Bank of Canada, the Canadian Commercial Corporation and Invest in Canada. They are all working together and focused on supporting Canadian businesses and their needs.
Budget 2021 will support the Trade Commissioner Service by providing $21.3 million over the next five years, and $4.3 million on an ongoing basis, to boost Canada's clean tech exports. We will work with our international partners and multilateral institutions to reduce unnecessary trade barriers and restrictions, keep supply chains open and build back a more resilient and inclusive economy. We will continue to work together, as we have done throughout the pandemic, including through our work on the WTO's trade and health initiative, to ensure that our essential health and medical supply chains remain open and resilient.
Crucially, we must also continue our hard work with one another and with all of our international partners to find solutions that accelerate the production and equitable distribution of affordable, effective life-saving vaccines. The pandemic is not over anywhere until it is over everywhere. We are committed to continuing our work toward a speedy and just global recovery.
I look forward to answering questions.
Madame la présidente, bonsoir à tous les députés qui participent au débat du comité plénier d'aujourd'hui.
Grâce à la distribution rapide des vaccins, j'ai bon espoir que nous serons en mesure de relancer notre économie. Les investissements prévus dans le budget de 2021 permettront d'avoir une relance économique forte, durable et inclusive.
Le Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 du gouvernement a protégé des millions d'emplois, offert des mesures d'urgence qui ont aidé d'innombrables familles et permis à des entreprises de se maintenir à flot pendant la pandémie. Nous soutenons les citoyens et les entrepreneurs canadiens depuis le début de la pandémie.
Le budget de 2021 prévoit des mesures pour nous aider à venir à bout de la COVID-19 et protéger la santé et la sécurité des Canadiens, tout en assurant un avenir meilleur, plus équitable et plus prospère pour les générations futures. Le moment est venu d'agir, et le budget nous met sur la bonne voie. Toutefois, nous ne sommes pas en 2009. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre une décennie pour nous remettre de la récession causée par la COVID.
Nous prenons des mesures promptes, décisives et responsables.
Nous procédons à des investissements ambitieux et ciblés pour accélérer la création d'emplois et la croissance des entreprises, ce qui permettra une relance plus rapide que si nous n'avions rien fait. C'est le budget le plus favorable aux petites entreprises de toute l'histoire du Canada.
Nous prolongeons la Subvention salariale d'urgence du Canada et la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer jusqu'à septembre, échéance qui pourrait être reportée si les mesures de santé publique l'exigent.
Nous annonçons aussi de nouvelles mesures de soutien pour faciliter la relance, comme le Programme d'embauche pour la relance du Canada, parce que 500 000 Canadiens sont encore au chômage ou ont un horaire de travail réduit à cause de la pandémie. Nous investirons 600 millions de dollars pour permettre aux entreprises d'embaucher plus de travailleurs ou d'augmenter les heures de travail et la rémunération de leurs employés actuels.
Nous avons également annoncé des investissements importants pour favoriser la réussite d'entrepreneurs diversifiés par l'entremise du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires, de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat et d'investissements pour les entrepreneurs autochtones. Cela s'inscrit dans l'approche globale adoptée par le gouvernement pour rendre l'économie canadienne plus inclusive et combler les écarts auxquels se heurtent les entrepreneurs racialisés et sous-représentés depuis bien trop longtemps.
Le budget de 2021 est ambitieux.
Il ne nous permettra pas seulement de nous engager sur la voie de la reprise. Il nous mènera là où nous devons aller pour être concurrentiels, plus prospères et encore plus résilients. Dès que j'ai été nommée ministre, j'ai voulu faire en sorte que les entreprises aient les outils dont elles ont besoin pour lancer leurs activités, prendre de l'expansion et accéder aux nouveaux marchés mondiaux. La COVID-19 et la reprise économique n'ont fait que rendre ce travail encore plus important.
Les entreprises d'ici ont besoin des outils et du financement nécessaires pour être concurrentielles dans l'économie d'aujourd'hui. C'est pourquoi nous bonifions le Programme de financement des petites entreprises du Canada en faisant passer le montant maximal des prêts à 500 000 $, avec une marge de crédit potentielle pouvant aller jusqu'à 150 000 $, afin d'offrir des liquidités pour couvrir les frais de démarrage et les actifs incorporels, comme les logiciels de gestion des données et la propriété intellectuelle. Nous nous sommes aussi engagés à prendre des mesures décisives pour baisser les frais de carte de crédit pour les petites entreprises, ce qui contribuera à rendre les transactions avec les clients plus profitables. Nos rues principales deviendront ainsi encore plus concurrentielles.
Au-delà des questions de financement, nous voulons que les entrepreneurs d'ici aient l'expertise et les outils pour protéger les innovations canadiennes dans une économie mondiale de plus en plus intangible. La pandémie a grandement accéléré le virage vers l'économie numérique. Plus d'entreprises ont fait leur entrée dans le monde numérique au cours des six derniers mois que dans les 10 dernières années.
La pandémie a aussi montré le besoin des entreprises d'avoir l'expertise, les technologies et les outils de pointe pour soutenir la concurrence. Dans le budget de 2021, nous investissons 4 milliards de dollars dans les petites et moyennes entreprises pour leur permettre de passer au numérique et d'adopter de nouvelles technologies afin de croître et de renforcer leur compétitivité. Cette mesure soutiendra quelque 160 000 entreprises et permettra de créer des emplois pour près de 30 000 jeunes Canadiens.
Au-delà de la reprise, il vise à assurer la croissance et la compétitivité à long terme.
De nos jours, les petites entreprises sont à un clic de devenir des exportatrices et nous voulons aider le plus grand nombre d'entre elles à prospérer à l'échelle mondiale et à ancrer leur réussite au Canada, où elles créeront des emplois.
Il y a également eu une autre transition planétaire, celle de la durabilité. Nous savons que l'environnement et l'économie vont de pair, et c'est pourquoi nous avons annoncé 1 milliard de dollars sur 5 ans pour inciter le secteur privé à investir dans les projets technologiques propres au Canada, pour que ces derniers demeurent concurrentiels et à la fine pointe de l'innovation. Cela contribuera à l'atteinte de l'objectif de zéro émission nette au Canada d'ici 2050. Grâce au budget, nous aidons les entreprises à démarrer et à prendre de l'expansion dès maintenant et à être prêtes à réussir et à prospérer dans l'économie du futur.
Même si les voyages ont été limités en raison de la COVID-19, cela n'a pas ralenti nos efforts de création de débouchés en matière de commerce et d'investissement, de diversification commerciale et de recherche de solutions aux problèmes de la chaîne d'approvisionnement, surtout en ce qui concerne les biens essentiels. La COVID-19 ne peut servir d'excuse au ralentissement du commerce international ou au repli sur soi par des politiques protectionnistes.
Le commerce international joue un rôle essentiel dans la création d'emplois et de débouchés permettant la croissance. Ce sera plus vrai que jamais pour la relance économique au pays. Grâce à la mise en œuvre du nouvel ALENA, de l'Accord économique et commercial global et de l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste, les entreprises canadiennes ont accès à de nouveaux marchés qui leur permettent de prendre de l'expansion.
Le Canada et nos travailleurs d'un océan à l'autre en bénéficieront.
Nous avons poursuivi notre travail afin que les 14 accords de libre-échange du Canada, y compris le nouvel ALENA et le récent accord de continuité commerciale avec le Royaume-Uni, continuent de servir les intérêts du Canada ainsi que les entreprises, les entrepreneurs, les travailleurs et les familles du pays.
Au début du mois, j'ai rencontré mes homologues mexicains et américains pour discuter de la mise en œuvre du nouvel ALENA et travailler avec eux sur nos priorités communes, dont l'environnement, la main-d'œuvre et le commerce inclusif, dans le cadre de notre reprise économique commune. De l'industrie sidérurgique à l'industrie laitière, en passant par l'industrie forestière et les technologies propres, les entreprises et les travailleurs canadiens de tous les secteurs peuvent compter sur nous.
Le gouvernement a réorienté ses efforts pendant la pandémie pour appuyer les entreprises canadiennes en organisant des missions commerciales par vidéoconférences en France, à Singapour, à Taïwan et en Corée du Sud, en organisant le premier Symposium Canada-Afrique sur la croissance propre et en organisant l'an dernier une tournée de présentation de l'AECG en ligne. Plus de 2 000 entrepreneurs y ont participé; nous avons donc rendu le commerce international plus accessible. Nous avons établi plus de 150 liens entre les entreprises pour les entreprises canadiennes.
Nous continuons à adopter une approche Équipe Canada pour aider les entreprises et les entrepreneurs à réussir au pays et à l'étranger au moyen de la trousse d'outils commerciaux du Canada, qui réunit le Service des délégués commerciaux, Exportation et développement Canada, la Banque de développement du Canada, la Corporation commerciale canadienne et Investir au Canada. Ils travaillent tous ensemble et se concentrent sur le soutien des entreprises canadiennes et de leurs besoins.
Le budget de 2021 appuiera le Service des délégués commerciaux en affectant un montant de 21,3 millions de dollars au cours des cinq prochaines années et de 4,3 millions de dollars par la suite pour stimuler les exportations canadiennes dans le domaine des technologies propres. Nous travaillerons avec nos partenaires internationaux et des institutions multilatérales pour réduire les restrictions et les obstacles au commerce, maintenir l'ouverture des chaînes d'approvisionnement et reconstruire une économie plus inclusive et résiliente qu'avant. Nous continuerons de travailler ensemble, comme nous l'avons fait pendant la pandémie, notamment dans le cadre de l'initiative sur le commerce et la santé de l'Organisation mondiale du commerce, pour maintenir l'ouverture et la résilience de nos chaînes d'approvisionnement cruciales dans le domaine de la santé et des soins médicaux.
Il est essentiel de poursuivre notre travail les uns avec les autres ainsi qu'avec tous nos partenaires internationaux pour trouver des solutions qui permettront d'accélérer la production et la distribution équitable de vaccins abordables et efficaces contre des maladies mortelles. On ne viendra à bout de la pandémie que le jour où on y aura mis fin partout. Nous sommes déterminés à poursuivre notre travail pour qu'il y ait une reprise mondiale équitable et rapide.
Je suis prête à répondre aux questions.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
I now have some questions.
During the minister's opening remarks, she spoke about diversity and the importance of making sure that diverse entrepreneurs and business owners are able to access global markets. I would like to add that in my riding I have a group of indigenous entrepreneurs, whom I recently met with. This is a group of people who have enormous ideas, and they were able to give me some very concrete recommendations.
We know that COVID-19 has impacted many businesses and entrepreneurs, and in particular indigenous entrepreneurs. We also know that indigenous economic development and entrepreneurship are critical aspects of self-determination. This group of indigenous entrepreneurs and businesses in my riding of Ottawa West—Nepean wants to know more about what the government is doing to help them not just start up, but also scale up and access export markets.
As to my question for my colleague, what is our government doing to support indigenous entrepreneurs to succeed both at home and in global markets?
J'aurais maintenant quelques questions à poser.
Dans son discours, la ministre a parlé de la diversité et de l'importance d'aider des entrepreneurs et propriétaires d'entreprises diversifiés à avoir accès aux marchés mondiaux. J'aimerais ajouter que, dans ma circonscription, il existe un groupe d'entrepreneurs autochtones, que j'ai rencontrés récemment. Ces gens ont plein d'idées et ils m'ont fait quelques recommandations bien concrètes.
Nous savons que la COVID-19 a touché de nombreuses entreprises et de nombreux entrepreneurs, en particulier chez les Autochtones. Nous savons également que le développement économique et l'entrepreneuriat chez les Autochtones sont des éléments clés de l'autodétermination. Le groupe d'entrepreneurs et d'entreprises autochtones en question dans ma circonscription, Ottawa-Ouest—Nepean, souhaite en savoir davantage sur ce que fait le gouvernement pour les aider non seulement à démarrer des entreprises, mais aussi à les faire prospérer et à accéder aux marchés d'exportation.
Concernant la question que je veux poser à ma collègue, que fait le gouvernement pour aider les entrepreneurs autochtones à prospérer au pays et à l'étranger?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2021-05-31 21:46 [p.7691]
Madam Chair, I understand there is a ruling of the House that a cap is permitted as long as it is removed before a member takes the opportunity to speak. Therefore, I will remove my cap, but I understand the Montreal Canadiens won the series just a few moments ago.
I would like to thank my hon. colleague, the parliamentary secretary, for raising the issue of supporting indigenous entrepreneurs.
I would like to also mention that today was a historic day for supporting marginalized communities and communities that face systemic racism. Today, we announced that loans were now open for the Black entrepreneurs program, an announcement that was made by our Prime Minister and the Minister of Small Business.
With respect to indigenous entrepreneurs as well, there is a lot of good news. We have been supporting indigenous entrepreneurs for many years now. About $420 million has been invested for indigenous businesses in particular and budget 2021 committed an additional $42 million to expand that program as well as $22 million toward indigenous women entrepreneurship in particular.
We are committed to supporting the fabulous and very interesting indigenous businesses across the country. We continue to diversify to ensure they are able to export right across the globe.
Madame la présidente, je sais qu'un règlement de la Chambre permet à un député de porter une casquette, pourvu qu'il la retire avant de prendre la parole. En conséquence, je retire ma casquette, mais je souligne que les Canadiens de Montréal viennent de remporter leur série il y a quelques instants à peine.
Je veux remercier ma collègue, la secrétaire parlementaire, de soulever la question de l'aide aux entrepreneurs autochtones.
J'aimerais également souligner qu'il s'agit aujourd'hui d'une journée historique pour soutenir les communautés marginalisées ou qui sont aux prises avec du racisme systémique. Aujourd'hui, nous avons annoncé que des prêts étaient maintenant disponibles dans le cadre du Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires. Cette annonce a été faite par le premier ministre et par la ministre de la Petite entreprise.
S'agissant des entrepreneurs autochtones, il y a beaucoup de bonnes nouvelles. Nous appuyons les entrepreneurs autochtones depuis de nombreuses années déjà. Environ 420 millions de dollars ont été investis dans des entreprises autochtones et le budget de 2021 prévoit une somme additionnelle de 42 millions pour élargir le programme, ainsi que 22 millions pour l'entrepreneuriat des femmes autochtones.
Nous sommes déterminés à soutenir les fabuleuses et très intéressantes entreprises autochtones partout au pays. Nous poursuivons la diversification pour faire en sorte qu'elles puissent exporter dans le monde entier.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, it is a great pleasure for me to rise in the House today to take part in this very important debate, one that affects us all. The NDP has been raising concerns about plastic waste for several years now.
We are talking about the export of plastic waste, and there is a lot to say on the subject. I am also going to talk about reducing the use of plastics in general and especially single-use plastics, such as water bottles, which unfortunately are still used too often. I will also address the topic of reducing waste in general, plastic or otherwise, since this is the source of many problems.
I would be remiss if I did not highlight local initiatives in Rosemont—La Petite-Patrie. People really want to see action taken by businesses that have a vision for reducing plastic waste and waste in general.
I would like to applaud the initiatives of some of our local shops: Épisode, Vrac & Bocaux, La Cale zero-waste pub, Méga Vrac Rosemont, Rose Ross, La Brume dans mes Lunettes, Le Frigo de Bacchus, La réserve naturelle, La fabrik éco, Dispatch café, Manitoba, Véganation and Le Cornélien, not to mention Vrac sur Roues. That last one is not located in Rosemont—La Petite-Patrie, but it delivers bulk products by bike and therefore does not produce any greenhouse gases. Delivery is available in my riding and in other neighbourhoods.
My first point is about exports of plastic waste, which is what Bill C-204 is about. If I have time, I will also talk about the use of plastic in general and waste reduction.
The situation right now is alarming. As my colleague said, there are plastic islands in our seas and oceans. In fact, a plastic continent is floating around the Atlantic Ocean, not to mention the plastic pollution littering the shores of our rivers and lakes and the St. Lawrence River. For years, people have been participating in clean-up campaigns and picking up as much litter as possible to stop fish and turtles from dying due to the plastic bags that are washing up on shore and to have a cleaner environment that is not so damaged by the presence of humans and industry.
Canada is truly a lame duck when it comes to plastics exports. Our country is not assuming its responsibilities and is literally shovelling its waste into the neighbour's yard when we are no longer willing or able to manage it here.
I would like to point out that this problem has probably been exacerbated by the pandemic. More plastic is being used today, often for medical reasons that are quite understandable. As for greenhouse gas emissions, the economic downturn has probably helped bring them down a bit or at least kept them stagnant rather than increasing them. With respect to plastic pollution, the pandemic has probably made it worse, because of all the masks we still have to wear. It is obviously understandable why we need to wear them, but that does not make it any less of a problem. Instead, the problem has only worsened, and it is even more important to find solutions quickly.
In 2018, Canada shipped 44,000 tonnes of plastic waste to other countries. Many will recall the quarrel between Canada and the Philippines. We had to spend over $1 million to bring back 69 illegally shipped containers. For six years we tried to convince the Philippines to dispose of the waste we had shovelled into to their yard. We wanted them to deal with our waste and our problems.
This is not the only time that this has happened. This year the Malaysian government sent 11 shipping containers of plastic waste back to Canada. We are incapable of taking responsibility and complying with the international agreements that the member for Repentigny spoke about a little earlier.
Canada is incapable of dealing with its own plastic waste or reducing its plastic consumption. We send it to third world countries and ask them to dispose of our waste, which sometimes includes medical waste.
We do this because our capacity for recycling the plastic waste we produce is far too limited. Generally, this waste used to be shipped to China, but it has decided, quite rightly, to refuse because we are unable to handle it ourselves. However, not only is it the right thing to do, it is the responsible thing to do. It can also be a niche market that could create jobs. Having the capacity to recycle waste is good for the environment and could be good for the economy.
A few years ago, I toured a business in the heart of Quebec that was shredding laundry soap containers made of type 2 plastic, a fairly hard plastic. They made small pellets that were then used to manufacture irrigation pipes for our farmers. Instead of burning this plastic or throwing it into fields or rivers, the company reused this plastic and turned it into a product that agricultural producers need. What was even more extraordinary with this company was that it fostered labour market integration as most of the people hired had a hearing impairment. This created jobs for people who generally face barriers to employment.
I think we need to be aware of the need to reduce our use of plastics, especially single-use plastics. Plastic needs to be recycled, and that takes infrastructure. The fact that we do not have that infrastructure in this day and age is outrageous. The various levels of government, including the federal government, should invest to help us recycle plastic. However, we must reduce our use of plastics.
For example, it is not that hard to pick up prepared foods from the store using a recyclable container brought from home instead of the store's styrofoam container. It is not that hard to carry around a small reusable water bottle for when we get thirsty. More and more people are doing it, but, unfortunately, even more people are buying their drinking water in plastic bottles, when there is tap water at home, free, filtered municipal water that is perfectly good to drink.
If we are to reduce the use of plastic, we also need to talk about over-packaging. This is important. I am very pleased to represent the riding of Rosemont—La Petite-Patrie, which hosted the first ever plastic attack in all of North America. It has happened a few more times since.
Two or three years ago, three young women asked people leaving a grocery store to remove all of the plastic packaging from their fruits and vegetables. Their goal was to teach these people that they did not need to purchase over-packaged products and that they could use reusable or mesh bags to do their groceries. They were also sending a message to the grocery store owners that people would rather purchase products that are not over-packaged.
One of the examples I talk about a lot and that drives me crazy is when bananas are sold on a styrofoam tray wrapped in plastic and wrapped in another layer of plastic. Bananas come with a peel. They are already protected and need no extra packaging.
There are so many changes to be made to our production and consumption patterns. This plastic attack was done in collaboration with the grocery store, and people quite liked being asked to think about these issues.
We also need to reduce how much waste we produce in general. We are told that Quebeckers and Canadians are among the largest waste producers in the world, with an average of two kilograms per person per day. To change these habits, we will need to make a tremendous effort collectively, but also locally and individually.
These new habits will cause different businesses to change how they offer their products. I have to come back to the great initiatives of all the businesses, grocery stores, pubs and restaurants aiming for zero waste. We should be encouraging them, because these are all excellent initiatives. They can be found across Quebec. We must identify which businesses are doing it and encourage them.
Madame la Présidente, cela me fait extrêmement plaisir de me lever à la Chambre aujourd'hui pour participer à ce débat fort important. Il s'agit d'un débat qui nous touche tous. Le NPD a d'ailleurs soulevé, depuis plusieurs années, des préoccupations en lien avec les déchets plastiques.
Évidemment, nous parlons de l'exportation des déchets plastiques, et il y a beaucoup à dire à ce sujet. Je vais aussi parler de la réduction de l'utilisation du plastique en général et, surtout, du plastique à usage unique, comme les bouteilles d'eau que l'on utilise malheureusement encore trop souvent. Je vais aussi aborder le thème de la réduction des déchets en général, plastiques ou autres, puisque cela est à la source de plusieurs problèmes.
Je m'en voudrais de ne pas souligner les initiatives locales dans Rosemont-La Petite-Patrie. Les gens veulent vraiment que des gestes soient posés par des entreprises qui ont une vision quant à la réduction de l'utilisation des déchets plastiques et des déchets en général.
J'aimerais saluer les initiatives de certains commerces présents dans nos quartiers: Épisode, Vrac & Bocaux, La Cale pub zéro déchet, Méga Vrac Rosemont, Rose Ross, La Brume dans mes Lunettes, Le Frigo de Bacchus, La réserve naturelle, La fabrik éco, le café Dispatch, Manitoba, Véganation et Le Cornélien, sans oublier Vrac sur Roues. Ce dernier n'est pas situé dans Rosemont-La Petite-Patrie, mais il fait la livraison à vélo de produits en vrac; il ne produit donc pas de gaz à effet de serre. La livraison est offerte dans ma circonscription et dans d'autres quartiers.
Le premier élément que j'ai soulevé portait sur l'exportation des déchets plastiques, ce à quoi touche le projet de loi C-204. Si j'en ai le temps, je vais aussi parler de l'utilisation du plastique en général et de la réduction des déchets.
La situation actuelle est absolument dramatique. Comme le disait mon collègue, dans nos mers et nos océans, il y a des îles de plastique. En fait, un continent de plastique se promène dans l'océan Atlantique, sans compter la pollution plastique sur les rives de nos rivières, de nos lacs ou du fleuve Saint-Laurent. Depuis des années, des gens font des corvées pour ramasser le plus de déchets possible, afin d'éviter que des poissons et des tortues meurent à cause des sacs de plastique qui jonchent les berges et pour avoir un milieu naturel plus propre et moins endommagé par la présence humaine et, surtout, par la présence industrielle.
Quand vient le temps de parler de l'exportation de plastiques, le Canada est vraiment un cancre. Notre pays ne prend pas ses responsabilités et pellette littéralement dans la cour du voisin les déchets qu'il n'est plus capable de gérer ou qu'il ne veut pas gérer ici.
Je tiens à souligner que ce problème s'est probablement accentué avec la pandémie. On utilise plus de plastique aujourd'hui, pour des raisons médicales que l'on peut fort bien comprendre. Quant aux émissions de gaz à effet de serre, le ralentissement économique nous a probablement permis de les réduire un peu ou de les faire stagner au lieu de les augmenter. En ce qui a trait à la pollution par le plastique, la pandémie a probablement empiré le phénomène, à cause de tous les masques que nous sommes encore obligés de porter — on peut très bien comprendre pourquoi il faut les porter, mais cela ne veut pas dire que le problème a disparu. Le problème a été amplifié, et il est d'autant plus important de trouver rapidement des solutions.
En 2018, le Canada a expédié 44 000 tonnes de déchets plastiques vers d'autres pays. On se souvient de la chicane entre le Canada et les Philippines, où l'on a dû dépenser plus de 1 million de dollars pour rapatrier 69 conteneurs expédiés illégalement. Pendant six ans, nous avons tenté de convaincre les Philippines d'éliminer les déchets que nous avions envoyés dans leur cour; nous voulions que les Philippines s'occupent de nos déchets et de nos problèmes.
Ce n'est pas la seule fois que cela est arrivé. En effet, cette année, le gouvernement de la Malaisie a renvoyé au Canada 11 conteneurs de déchets plastiques. Nous ne sommes pas capables de prendre nos propres responsabilités et de respecter les traités internationaux dont la députée de Repentigny nous a parlé un peu plus tôt.
Le Canada est incapable de traiter ses propres déchets plastiques ou de réduire la consommation de plastique. Nous envoyons donc cela dans les pays du tiers-monde en leur demandant de s'occuper de nos déchets — il s'agit parfois de déchets médicaux.
On fait cela parce qu'on a une capacité bien trop limitée de recyclage des déchets plastiques qu'on produit. Généralement, on les envoyait en Chine, mais celle-ci a décidé, à bon escient, de désormais les refuser parce qu'on n'est pas capable de s'en occuper soi-même. Pourtant, c'est non seulement la bonne chose à faire, la chose responsable à faire, mais, en plus, c'est un créneau dans lequel créer des emplois. Avoir la capacité de recycler ses déchets, c'est bon pour l'environnement et cela peut être bon pour l'économie.
Je me rappelle avoir visité il y a quelques années une entreprise au cœur du Québec qui procédait au déchiquetage des contenants de lessive à base de plastique de catégorie 2, assez dur. Elle en faisait de petites pastilles qui étaient ensuite utilisées pour fabriquer des tuyaux d'irrigation pour nos agriculteurs et nos agricultrices. Elle donnait donc une deuxième vie à ce plastique, au lieu de le brûler ou de le jeter dans les champs ou dans nos rivières, en aidant à fabriquer un produit nécessaire à notre agriculture. Ce qui était encore plus extraordinaire avec cette entreprise, c'est qu'elle favorisait l'insertion à l'emploi en embauchant des gens dont la plupart avaient un handicap auditif. Cela créait donc de l'emploi pour des personnes ayant généralement de la difficulté à s'en trouver.
Je pense qu'on doit être conscient de la nécessité de réduire l'utilisation du plastique, souvent à usage unique. Il faut le recycler et il faut pour cela des infrastructures. Le fait de ne pas les avoir à l'heure actuelle est un scandale. Les différents paliers de gouvernement, y compris le gouvernement fédéral, devraient investir pour qu'on en soit capable. Toutefois, il faut réduire l'utilisation du plastique.
Par exemple, il n'est pas compliqué d'aller chercher une commande de nourriture au magasin en apportant son propre contenant recyclable au lieu que le magasin utilise un contenant en styromousse. Il n'est pas compliqué d'avoir une petite bouteille réutilisable pour transporter son eau quand on a soif. De plus en plus de gens le font, mais malheureusement il y a encore trop de gens qui achètent leur eau potable en bouteilles de plastique, alors qu'il y a souvent un robinet d'eau dans la maison, de l'eau filtrée par les municipalités, gratuite et tout à fait potable.
La réduction de l'utilisation du plastique exige de parler aussi du suremballage. Cela est important. Je suis très content de représenter la circonscription de Rosemont—La Petite-Patrie, car c'est là qu'il y a eu la première « attaque au plastique » de toute l'Amérique du Nord, laquelle s'est répétée quelques fois depuis.
Il y a deux ou trois ans, trois jeunes femmes ont pris l'initiative de demander aux gens qui sortaient d'une épicerie d'enlever tout le plastique qui emballait leurs fruits et légumes. Leur but était de faire prendre conscience à ces gens qu'il n'était pas nécessaire d'acheter des produits suremballés et qu'ils pouvaient prendre des sacs réutilisables ou un filet pour aller faire leur épicerie. Il s'agissait aussi de passer aux propriétaires d'épicerie le message qu'on préfère acheter des produits qui ne sont pas suremballés.
Un des exemples que je donne souvent à ce sujet et qui me rend complètement dingue, c'est celui des bananes qui sont vendues dans un carton en styromousse enveloppé de pellicule de plastique et d'une autre couche de plastique. La banane a déjà une pelure, elle est déjà protégée, on n'a pas besoin d'avoir tout cela en plus.
Dans nos habitudes de production, mais également de consommation, il y a tellement de choses à changer. Cette « attaque de plastique » s'était faite en collaboration avec l'épicerie et les gens avaient bien aimé qu'on leur demande de réfléchir à ces questions.
Il faut réduire également notre production de déchets en général. On dit que les Québécois et les Canadiens sont parmi les plus grands producteurs de déchets au monde, à raison en moyenne de deux kilos par personne, par jour. Pour changer ces habitudes de vie, on a donc un effort formidable à faire collectivement, mais également localement et individuellement.
Changer ces habitudes va entraîner un changement dans l'offre des différents commerces. Je reviens ici aux belles initiatives de tous ces commerces, épiceries, pubs et restaurants qui visent zéro déchet. Il faut qu'on les encourage, car ces initiatives sont vraiment bonnes. Il y en a partout au Québec, il faut découvrir quels commerces le font, et les encourager.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
View Ruby Sahota Profile
2021-05-12 14:10 [p.7102]
Mr. Speaker, today I would like to wish every mother across Canada a happy belated Mother’s Day. We know women, specifically caregivers and mothers, have been hard hit by this pandemic. We must make sure that Canada’s economic recovery pulls women up.
Canada’s competitive edge depends on women being able to participate fully and equally in the economy. That is why budget 2021 prioritizes investing an additional $146 million to expand the women entrepreneurship strategy, a commitment to strengthen gender and racial diversity in corporate governance. It also prioritizes announcing a historic investment in child care. Our plan will reduce the cost of child care to $10 a day by 2026, providing every child the best start in life, and every parent an opportunity to excel in the workforce and realize their full potential.
I know investments like these will make a real and lasting difference in the lives of women in Brampton North.
Monsieur le Président, j'aimerais souhaiter une joyeuse fête des Mères en retard à toutes les mères du Canada. Nous savons que les femmes, en particulier les aidantes naturelles et les mères, ont été durement touchées par la pandémie. Nous devons nous assurer que la reprise économique du Canada permette aux femmes de s'en tirer.
L'avantage concurrentiel du Canada dépend de la capacité des femmes à participer pleinement et de façon égale à l'économie. Voilà pourquoi le budget de 2021 prévoit un investissement de 146 millions de dollars supplémentaires pour élargir la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Cette stratégie s'inscrit dans le cadre de notre engagement à renforcer la diversité sexuelle et raciale dans la gouvernance des entreprises. Le budget met l'accent sur un investissement historique en matière de services de garde d'enfants. Le plan du gouvernement vise à réduire le coût des services de garde à 10 $ par jour d'ici 2026, offrant ainsi à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie et à chaque parent la possibilité d'exceller sur le marché du travail et de réaliser tout son potentiel.
Je sais que des investissements comme ceux-ci amélioreront de manière réelle et durable la vie des femmes de Brampton-Nord.
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2021-05-11 14:01 [p.7053]
Mr. Speaker, this past week, greater Vancouver lost a pillar of its community. Ambrose Won-Chul Choi and his family immigrated to Canada in 2004 and started their family business. After years of hard work, Ambrose Holdings Canada became a successful exporting company and started to give back to the community.
The Ambrose and Matilda charity concerts have raised funds to benefit hospital foundations, homeless shelters and numerous charities. They have also touched many hearts in my riding of Richmond Centre. I was there during Veterans' Week last year at a special concert they coordinated at YVR to honour the veterans and to thank the frontline people at the airport. To cheer the medical staff of the Richmond Hospital, the Richmond Food Bank and children with disabilities, they delivered to them boxes of chocolates, the locally made Matilda's chocolates.
Ambrose, a proud Canadian of Korean descent, suffered a heart attack and is now with the Lord. To Matilda, Eric and Alex, I thank them for sharing with us their beloved husband and father. He will surely be missed.
Monsieur le Président, la communauté du Grand Vancouver a perdu un de ses piliers la semaine dernière. En 2004, Ambrose Won Chul Choi et sa famille ont immigré au Canada et lancé leur entreprise familiale. Après des années de dur labeur, Ambrose Holdings, devenu une compagnie d'exportation prospère, a commencé à rendre à la communauté ce qu'elle lui avait donné.
Ambrose et Matilda ont tenu des concerts de bienfaisance, au profit de fondations d'hôpitaux, de refuges pour sans-abri et de divers organismes caritatifs. Ils ont aussi touché le cœur de bien des gens de ma circonscription, Richmond-Centre. L'an dernier, au cours de la Semaine des anciens combattants, j'ai assisté à un concert tenu à l'Aéroport international de Vancouver qu'ils avaient organisé spécialement pour honorer les anciens combattants et remercier les travailleurs de première ligne de l'aéroport. Afin de gâter un peu le personnel médical de l'Hôpital Richmond, le personnel de la banque alimentaire Richmond et des enfants handicapés, ils leur ont fait parvenir des boîtes de chocolats fabriqués localement par Matilda's Chocolates.
Ambrose, un fier Canadien d'origine coréenne, a subi une crise cardiaque et est maintenant auprès du Seigneur. Je remercie Matilda, Eric et Alex d'avoir partagé avec nous leur époux et père bien-aimé. Chose certaine, il nous manquera.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2021-05-11 14:39 [p.7060]
Mr. Speaker, while small businesses in my riding are struggling with yet another lockdown, the Liberals have been showering their rich Bay Street friends with millions of taxpayer dollars. We recently learned that a hedge fund company worth $180 billion in assets received nearly $3 million from the taxpayer through the wage subsidy.
Meanwhile a woman entrepreneur in my riding who opened up a gym right before the pandemic hit has been unable to qualify for any federal programs. The Liberals refuse to fix it.
Will the Prime Minister explain to women entrepreneurs why Bay Street hedge funds deserve more support than they do?
Monsieur le Président, tandis que les petites entreprises de ma circonscription sont, une fois de plus, aux prises avec un confinement, les libéraux inondent leurs riches amis les financiers de Bay Street de millions de deniers publics. Récemment, nous avons appris qu'un fonds spéculatif aux actifs d'une valeur de 180 milliards de dollars a reçu près de 3 millions de dollars des contribuables dans le cadre de la subvention salariale.
Pendant de temps, une entrepreneure de ma circonscription qui a ouvert un centre de conditionnement physique juste avant que frappe la pandémie n'est admissible à aucun programme d'aide du fédéral. Les libéraux refusent de rectifier la situation.
Le premier ministre pourrait-il expliquer aux femmes entrepreneures pourquoi un fonds spéculatif de Bay Street mérite plus de soutien qu'elles?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, the member's question gives me an opportunity to talk about how important it is that our business support programs, including the wage subsidy, continue to be in place and will be in place until September 25. The wage subsidy alone has supported more than 5.3 million jobs, that is 5.3 million Canadians and Canadian families.
When it comes to small business and women entrepreneurs, I am very pleased to inform the member opposite that this budget provides unprecedented support for small business and unprecedented support for women entrepreneurs.
Monsieur le Président, la question de la députée me donne l'occasion de parler de l'importance de maintenir en place nos programmes de soutien aux entreprises, y compris la subvention salariale, jusqu'au 25 septembre. À elle seule, la subvention salariale soutient plus de 5,3 millions d'emplois, c'est-à-dire 5,3 millions de Canadiens et de familles canadiennes.
En ce qui a trait aux petites entreprises et aux femmes entrepreneures, je suis très heureuse d'informer la députée d'en face que le budget prévoit une aide sans précédent pour les petites entreprises de même qu'une aide sans précédent pour les femmes entrepreneures.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-11 14:42 [p.7060]
Mr. Speaker, I have an important question.
As small businesses fight to survive, especially in Quebec's red zones, the minister is turning a blind eye to problems with the Canada emergency wage subsidy.
JM Fund Management was so successful in 2020 that it was ranked as the third-best-performing hedge fund in Canada, and it received thousands of dollars from the federal government. Meanwhile, countless small businesses got nothing and are angry about ultra-rich funds cashing in on the pandemic.
Why does the Prime Minister think his Bay Street buddies deserve more support than Canada's small businesses?
Monsieur le Président, je vais poser une question pertinente.
Alors que les petites entreprises continuent de se débattre pour survivre, particulièrement dans les régions se trouvant en zone rouge au Québec, la ministre ferme les yeux sur les dérives du programme de Subvention salariale d'urgence du Canada.
JM Fund Management a connu un tel succès en 2020 qu'il s'est classé au troisième rang des fonds spéculatifs les plus performants au Canada, et ce fonds a reçu des milliers de dollars du gouvernement fédéral. Pendant ce temps, de nombreuses petites entreprises n'ont rien reçu et sont choquées de voir les fonds ultras riches s'enrichir sur le dos de la pandémie.
Pourquoi le premier ministre estime-t-il que ses petits amis de Bay Street méritent plus d'appui que les petites entreprises canadiennes?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question, which gives me an opportunity to reassure all Canadians and all Canadian businesses that the federal government will be there for them. All of our programs to support businesses and Canadians have served a critical purpose, especially now as the third wave of the pandemic is hitting us hard. The wage subsidy enabled 5.3 million Canadians to keep their jobs.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, qui me donne l'occasion d'assurer à tous les Canadiens et à toutes les entreprises canadiennes que le fédéral sera là pour eux. Tous nos programmes d'appui aux entreprises et d'appui aux Canadiens ont fait un travail nécessaire, surtout maintenant, alors que la troisième vague de la pandémie nous frappe très fort. La Subvention salariale a permis à 5,3 millions de Canadiens de conserver leur emploi.
View Tony Van Bynen Profile
Lib. (ON)
View Tony Van Bynen Profile
2021-05-07 11:05 [p.6893]
Mr. Speaker, I am happy to announce that summer is right around the corner. I know that because last weekend both the Newmarket Farmers Market and The Aurora Farmers Market opened for the season. Every weekend from May to October we can expect over 40 vendors to welcome us, from farmers and artisans to community groups. Every year, these markets provide our community with an opportunity to support local, eat fresh and catch up with friends and neighbours.
While we continue to fight this virus, I am proud of how both markets have adapted and implemented local public health guidelines to keep us all safe. I look forward to visiting both markets over the next few months and catching up with constituents, while masked and physically distanced, rain or shine.
Monsieur le Président, je suis heureux d'annoncer que l'été est à nos portes. Je le sais parce qu'en fin de semaine, le marché public de Newmarket et celui d'Aurora ont ouvert. Toutes les fins de semaine de mai à octobre, plus d'une quarantaine de producteurs, d'agriculteurs, d'artisans et de groupes communautaires nous accueilleront. Tous les ans, ces deux marchés permettent aux gens de soutenir les entreprises locales, de se procurer des produits frais et de faire un brin de causette avec leurs voisins et amis.
La bataille contre le virus n'est pas encore gagnée, alors j'ai été heureux d'apprendre que les deux organisations se sont adaptées et qu'elles feront respecter les consignes sanitaires locales afin que tout le monde soit en sécurité. Beau temps mauvais temps, j'aurai le plaisir dans les mois qui viennent de me rendre sur place, avec mon masque, et de prendre des nouvelles de mes concitoyens, à distance de deux mètres.
View Jaime Battiste Profile
Lib. (NS)
View Jaime Battiste Profile
2021-05-07 11:45 [p.6901]
Mr. Speaker, reconciliation is a journey of many steps: closing the infrastructure gap, supporting indigenous economies through this pandemic and connecting indigenous economies with the world.
Throughout the pandemic, indigenous communities in Atlantic Canada have received $38 million in flexible funding through the indigenous communities support fund and more than $9 million through the community business fund, supporting indigenous communities to build back better.
Could the minister update the House on the future of these programs?
Monsieur le Président, la réconciliation est un processus en plusieurs étapes: combler le manque d'infrastructures, soutenir les économies autochtones durant la pandémie et relier les économies autochtones au reste du monde.
Tout au long de la pandémie, les communautés autochtones du Canada atlantique ont reçu 38 millions de dollars de financement souple par le truchement du Fonds de soutien aux communautés autochtones et plus de 9 millions de dollars dans le cadre du Fonds d’appui aux entreprises communautaires autochtones afin d'aider les communautés autochtones à mieux se rebâtir.
Le ministre peut-il faire le point sur l'avenir de ces programmes?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, through budget 2021, our government is investing over $18 billion to improve the quality of life, close socio-economic gaps and create new opportunities for indigenous communities and peoples. This includes an additional $1.4 billion to fight COVID; over $6 billion, with $389 million ongoing to support indigenous infrastructure; $100 million for indigenous entrepreneurship and economic development opportunities; and near and dear to the member's heart, there is an additional $275 million for indigenous languages, including Mi’kmaq.
Wela'lin.
Monsieur le Président, dans le budget de 2021, le gouvernement investit plus de 18 milliards de dollars pour améliorer la qualité de vie, combler les écarts socioéconomiques et créer de nouvelles possibilités pour les communautés et les peuples autochtones. Cela comprend 1,4 milliard de dollars supplémentaires pour lutter contre la COVID-19; plus de 6 milliards de dollars, dont 389 millions de dollars par la suite pour soutenir l'infrastructure autochtone; 100 millions de dollars pour l'entrepreneuriat autochtone et les possibilités de développement économique; et, ce qui est cher au cœur du député, 275 millions de dollars supplémentaires pour les langues autochtones, notamment le micmac.
Wela'lin.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-05-07 12:08 [p.6905]
Mr. Speaker, the Indigenous Tourism Association of Canada has played a pivotal role in helping indigenous businesses survive the pandemic, yet budget 2021 fails to recognize its important contributions. The government is spending more money to promote the Formula 1 Grand Prix in Montreal than it is to support struggling indigenous businesses across the country. Without sector-specific support, indigenous-led tourism will disappear. This is another blow to preserving indigenous languages and cultures.
Why are indigenous business not a real priority for the Liberals, and when will specific investments for pandemic recovery be made for indigenous tourism operators?
Monsieur le Président, l'Association touristique autochtone du Canada a joué un rôle essentiel pour aider les entreprises autochtones à survivre à la pandémie, mais le budget de 2021 ne reconnaît pas ses précieuses contributions. Le gouvernement dépense plus d'argent pour promouvoir le Grand Prix de Formule 1 de Montréal que pour soutenir les entreprises autochtones en difficulté au pays. En l'absence de soutien ciblé, le secteur du tourisme autochtone disparaîtra. C'est un autre coup porté à la préservation des langues et des cultures autochtones.
Pourquoi les entreprises autochtones ne sont-elles pas une véritable priorité pour les libéraux, et quand des investissements pour la reprise après la pandémie seront-ils faits pour les exploitants d'entreprises touristiques autochtones?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, this budget makes unprecedented investments in reconciliation and in supporting indigenous people across Canada, with $18 billion over five years. That includes significant investments in supporting indigenous businesses and indigenous entrepreneurship. Moreover, this budget includes more than $1 billion to support tourism across Canada.
Monsieur le Président, le budget prévoit des investissements sans précédent dans la réconciliation et dans le soutien aux peuples autochtones du Canada, à hauteur de 18 milliards de dollars sur cinq ans. Cela comprend des investissements substantiels pour soutenir les entreprises autochtones et l'entrepreneuriat autochtone. De surcroît, le budget prévoit plus de 1 milliard de dollars pour soutenir le tourisme dans l'ensemble du Canada.
View Dan Vandal Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, kwe, kwe. Tansi.
Today I am participating in the debate from my office in the riding of Saint Boniface—Saint Vital in Winnipeg, the homeland of the Métis nation and Treaty 1 territory.
I am proud to support Bill C-30. There are many important reasons to proceed with passing this essential budget implementation bill. Although all those reasons are important to our collective future, the most important, in my view, has to do with how this bill will benefit indigenous peoples and those living in Canada's north.
Our recovery plan for jobs, growth and resilience will improve the lives of people in the north in a significant and measurable way through investments in the fight against climate change, education, health, well-being and young people.
Bill C-30 creates economic opportunities for northerners while responding to the many socioeconomic challenges that have been exacerbated by the COVID-19 pandemic.
This bill addresses the need to fight climate change, and nobody is more aware of the need for urgent action on the climate crisis than those living in the north and in the Arctic. Canada's north is warming at three times the global rate, which has massive repercussions on the lives and livelihoods of northerners. The territories are experiencing increased wildfires, loss of sea ice, shoreline erosion, melting permafrost and adverse impacts on roads and infrastructure due to a change in climate. Indigenous peoples are experiencing its impact on their way of life, which is closely tied to land and water.
The good news is that those experiencing this would benefit from our plans to build back better. This is already apparent in places like Yukon, where the government is funding 100 climate change and clean-energy projects totalling over $50 million. This funding has supported northern and indigenous climate leadership to prepare for climate impacts and introduce innovative renewable energy projects that are locally led.
I recently had the opportunity to meet virtually with three first nations in Yukon and northern British Columbia who were able to install microgrid systems to reduce reliance on diesel with funding from our northern reach program. It was so very impressive to see how this is helping to improve food security by installing solar panels on a teaching and working farm and providing power to fish and culture camps so people connecting with the land through traditional activities now have access to sustainable power. To continue supporting locally led solutions, budget 2021 commits a further $25 million this year to the Government of Yukon to support its climate change priorities.
To help more northern communities transition to clean energy, budget 2021 proposes to invest $40.4 million over three years, effective this fiscal year, to support the feasibility and planning of hydroelectricity and grid interconnection projects in the north, providing clean power to northern communities and helping reduce emissions from mining projects. This could advance projects such as the Atlin hydro expansion project in Yukon and the Kivalliq hydro-fibre link project in Nunavut. Just this week, I joined Kivalliq Inuit Association in announcing an additional $3 million to support progress on this very important project.
Budget 2021 also proposes to invest $36 million over three years through the strategic partnership initiative. These funds would be used to build capacity for local economically sustainable clean-energy projects in indigenous communities.
The pandemic has hurt many, many small and medium-sized businesses, indigenous partners and particularly the tourism and hospitality sector in the north and we are responding with historic investments to help. Five hundred million dollars would be earmarked for a tourism relief fund which would be administered by the regional development agencies, supporting local tourism businesses in adapting their products and services to public health measures.
Budget 2021 also proposes to provide $2.4 million to the Indigenous Tourism Association of Canada to help the indigenous tourism industry rebuild and recover from the impacts of COVID. To help indigenous entrepreneurs start and grow businesses, and to create jobs to generate prosperity in their communities, the budget pledges to invest $42 million over three years, starting this year, to expand the aboriginal entrepreneurship program. This would directly support indigenous-led businesses and help indigenous communities generate wealth by improving access to capital and business opportunities.
Our government is determined to ensure that northerners, and particularly young people, will be able to fully capitalize on increasing business opportunities and contribute their skills and talents to their communities. A reflection of this commitment is budget 2021's proposal to provide $8 million over two years, starting this year, to the Government of Northwest Territories to facilitate the transformation of Aurora College to a polytechnic university. This would help create new opportunities in the Northwest Territories and prepare northerners for good jobs.
To further boost employment, budget 2021 would expand access to the travel component of the northern residents deduction. Northerners without employer-provided travel benefits would be able to claim up to $1,200 in eligible travel expenses. This measure would take effect as of the 2020-21 tax year. We have also proposed $117 million to renew the indigenous business community fund. This proposed funding would bring the total of indigenous community business fund support to $234 million to ensure indigenous communities can continue to provide services and support jobs for their members through collectively owned businesses and micro-businesses affected by this pandemic.
Another way budget 2021 is designed to meet the needs of northerners is by increasing access to housing, which is integral to people's health and welfare. If approved by Parliament, this budget would provide immediate support of $25 million this year to the governments of NWT and Nunavut as a down payment on the construction of 30 new housing units across the territories.
Indigenous peoples across the north would also have access to a wide range of enhanced programs and supports strengthened by budget 2021's proposed $18-billion investment to close the gaps between indigenous and non-indigenous peoples. This would include $4.3 billion over four years, starting in 2021-22, for the indigenous community infrastructure fund, a distinctions-based fund, to support immediate demands prioritized by indigenous partners, such as housing or other infrastructure.
The price of food in northern Canada is considerably higher than in the rest of the country. That is why budget 2021 proposes to provide $163 million over three years to expand the nutrition north Canada program and enable me, as the Minister of Northern Affairs, to work directly with indigenous partners, including those in Inuit Nunangat, to combat food insecurity.
Last year, our government launched the harvesters support grant, which provides funding to help reduce the high costs associated with hunting and provide better access to traditional food. That is an essential component of food sovereignty.
Northerners will benefit from ongoing investments in the development of infrastructure and fast-track initiatives to end the national tragedy of missing and murdered indigenous women, girls and 2SLGBTQQIA+ people.
The goals and objectives of Canada's Arctic and northern policy framework were developed jointly with Arctic and northern partners.
This budget reflects what I have heard from northerners since I became minister. It recognizes the important roles that northerners play in our country. It is a critical step forward to reconciliation with indigenous peoples. I encourage everyone to support this legislation.
Monsieur le Président, kwe, kwe. Tansi.
Aujourd'hui, je participe au débat à partir de mon bureau, qui est situé dans la circonscription de Saint Boniface—Saint Vital, à Winnipeg, patrie de la nation métisse et territoire du Traité no 1.
Je suis fier d'appuyer le projet de loi C-30. En effet, il y a plusieurs raisons importantes de faire cheminer ce projet de loi essentiel d'exécution du budget. Bien que ces raisons soient toutes importantes pour notre avenir collectif, la plus importante à mes yeux concerne les avantages que ce projet de loi aura pour les peuples autochtones et ceux qui vivent au Nord du Canada.
Notre plan de relance pour l'emploi, pour la croissance et la résilience améliorera la vie des gens du Nord d'une manière importante et mesurable par des investissements dans la lutte contre les changements climatiques, l'éducation, la santé, le bien-être et les jeunes.
Ce projet de loi C-30 crée des possibilités économiques pour les habitants du Nord, tout en répondant à de nombreux défis socioéconomiques qui ont été exacerbés par la pandémie de la COVID-19.
Le projet de loi traite de la nécessité de lutter contre les changements climatiques, et personne n'est plus conscient de la nécessité de prendre des mesures immédiates pour contrer la crise climatique que les habitants du Nord et de l'Arctique. Le Nord du Canada se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la planète, ce qui a d'énormes répercussions sur la vie et le gagne-pain des habitants du Nord. En raison des changements climatiques, le nombre de feux de friches a augmenté, et la fonte des glaces marines, l'érosion du littoral, la fonte du pergélisol et les impacts négatifs sur les routes et les infrastructures ont empiré dans les territoires. Les Autochtones en subissent les conséquences sur leur mode de vie, qui est étroitement lié à la terre et à l'eau.
La bonne nouvelle, c'est que les personnes touchées bénéficieront de nos plans visant à rebâtir en mieux. Cela se voit déjà dans des endroits comme le Yukon, où le gouvernement finance 100 projets de lutte contre les changements climatiques et d'énergie propre, pour un total de plus de 50 millions de dollars. Ce financement soutient le leadership en matière de climat chez les habitants du Nord et les Autochtones et leur permet de se préparer aux répercussions climatiques et de mettre en place des projets novateurs d'énergie renouvelable qui sont dirigés localement.
Récemment, j'ai eu l'occasion de rencontrer en mode virtuel trois Premières Nations du Yukon et du Nord de la Colombie­Britannique, qui ont pu installer des systèmes de microréseaux afin de réduire la dépendance au diésel grâce à des fonds provenant du programme ARDEC Nord. C'était très impressionnant de voir comment le programme a permis d'accroître la sécurité alimentaire: des panneaux solaires ont été installés dans une ferme d’enseignement et de travail, et l'électricité produite alimente les camps de pêche et de culture, ce qui permet maintenant aux gens qui renouent avec la terre en pratiquant des activités traditionnelles d'avoir accès à une source d'énergie durable. Pour continuer à appuyer les solutions régionales, le budget de 2021 prévoit verser 25 millions de dollars de plus cette année au gouvernement du Yukon pour appuyer ses priorités en matière de lutte contre les changements climatiques.
Pour aider davantage de communautés nordiques à faire la transition vers une énergie propre, le budget de 2021 propose d’investir 40,4 millions de dollars sur trois ans, à compter du présent exercice, afin de soutenir l’évaluation de la faisabilité et la planification de projets d’hydroélectricité et d’interconnexion des réseaux électriques dans le Nord. Les projets fourniront une énergie propre aux communautés nordiques et permettront de réduire les émissions produites par les projets miniers. Ce financement pourrait faire avancer certains projets, comme le projet d’agrandissement d’Atlin Hydro, au Yukon, et le projet de liaison hydroélectrique et de fibre optique dans la région de Kivalliq, au Nunavut. Cette semaine, j'ai annoncé, ce concert avec l'Association inuite du Kivalliq, une somme supplémentaire de 3 millions de dollars afin de favoriser l'avancement de ce projet très important.
Le budget de 2021 propose aussi d'investir 36 millions de dollars sur trois ans par l'entremise de l'Initiative sur les partenariats stratégiques. Ces fonds seraient utilisés pour renforcer la capacité à exécuter des projets d'énergie propre locaux et durables sur le plan économique dans les communautés autochtones.
La pandémie a fait du tort à de très nombreuses petites et moyennes entreprises, à des partenaires autochtones et en particulier au secteur du tourisme et de l'hôtellerie dans le Nord. Face à cela, nous réalisons des investissements historiques. Cinq cents millions de dollars seront affectés à un fonds d'aide au tourisme qui sera administré par les agences de développement régional et qui aidera les entreprises touristiques locales à adapter leurs produits et services aux mesures de santé publique.
Le budget de 2021 propose également de fournir 2,4 millions de dollars à l’Association touristique autochtone du Canada afin d’aider l’industrie du tourisme autochtone à se reconstruire et à se remettre des répercussions de la COVID-19. Pour aider les entrepreneurs autochtones à mettre sur pied et à développer des entreprises, créant ainsi des emplois générateurs de prospérité dans leur communauté, le budget prévoit un investissement de 42 millions de dollars sur trois ans, à compter de cette année, pour élargir le Programme d'entrepreneuriat autochtone. Cela soutiendra directement les entreprises dirigées par des Autochtones et aidera les communautés autochtones à générer de la richesse en améliorant l’accès aux capitaux et les possibilités d’affaires pour ces entreprises.
Le gouvernement est résolu à faire en sorte que les habitants du Nord, et en particulier les jeunes, soient en mesure de tirer pleinement parti des possibilités commerciales croissantes et de mettre leurs compétences et leurs talents au service de leur communauté. Témoignant de cet engagement, le budget de 2021 propose de fournir, à compter de cette année, un financement de 8 millions de dollars sur deux ans au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour appuyer la transformation du Collège Aurora en une université polytechnique. Cet investissement contribuerait à créer de nouvelles possibilités dans les Territoires du Nord-Ouest et à préparer les habitants du Nord à de bons emplois.
Afin de stimuler encore plus l'emploi, le budget de 2021 prévoit d'élargir l'accès à la composante relative aux voyages de la déduction pour les habitants du Nord. Les habitants du Nord sans indemnités de déplacement fournies par leur employeur pourraient réclamer jusqu'à 1 200 $ en frais de déplacement admissibles. Cette mesure entrerait en vigueur à partir de l'année d'imposition 2020-2021. Nous avons aussi proposé des investissements de 117 millions de dollars pour renouveler le Fonds d’appui aux entreprises communautaires autochtones, dont le financement total s'élèverait désormais à 234 millions de dollars. Ce fonds vise à aider les communautés autochtones à continuer d'offrir des services et des emplois à leurs membres par l'entremise d'entreprises et de microentreprises en propriété collective affectées par la pandémie.
Par ailleurs, le budget de 2021 est conçu pour répondre aux besoins des Canadiens qui habitent dans le Nord en augmentant l'accès au logement, un facteur essentiel à la santé et au bien-être. S'il était approuvé par le Parlement, ce budget fournirait une aide immédiate de 25 millions de dollars cette année pour les gouvernements des Territoires-du-Nord-Ouest et du Nunavut. Cet argent serait utilisé comme versement initial pour la construction de 30 nouvelles unités de logement dans les territoires.
Les Autochtones qui habitent dans le Nord auraient accès à un vaste ensemble de programmes améliorés et d'appuis renforcés. En effet, le budget de 2021 propose des investissements de 18 milliards de dollars pour combler les écarts entre les Autochtones et les autres Canadiens. Cela comprend 4,3 milliards de dollars sur quatre ans, à partir de 2021-2022, dans un fonds pour l'infrastructure communautaire autochtone qui est axé sur des distinctions pour soutenir les demandes immédiates jugées prioritaires par les partenaires autochtones, comme le logement et d'autres infrastructures.
Dans le Nord canadien, le prix de la nourriture est considérablement plus élevé que dans le reste du pays. C'est pourquoi le budget de 2021 propose de fournir 163 millions de dollars sur trois ans pour élargir le programme Nutrition Nord Canada et me permettre, en tant que ministre des Affaires du Nord, de travailler directement avec des partenaires autochtones, y compris dans l'Inuit Nunangat pour lutter contre l'insécurité alimentaire.
L'année dernière, notre gouvernement a lancé la Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs, qui fournit des fonds pour aider à faire face aux coûts élevés associés à la chasse et pour offrir un meilleur accès aux aliments traditionnels. C'est un élément essentiel de la souveraineté alimentaire.
Les habitants du Nord bénéficieront des investissements continus dans le développement des infrastructures et des mesures accélérées pour mettre fin à la tragédie nationale des femmes, des filles et des personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones assassinées ou disparues.
Les buts et les objectifs du Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord du Canada ont été élaborés conjointement avec les partenaires arctiques et du Nord.
Le budget met en évidence ce que les gens du Nord me disent depuis que je suis ministre. Il reconnaît le rôle crucial que jouent les gens du Nord dans notre pays. Il s'agit d'une étape essentielle sur la voie de la réconciliation avec les peuples autochtones. J'encourage tout le monde à appuyer le projet de loi.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, love is more contagious than COVID. Today I am honoured to stand and recognize a leader in my community, Ken Foster, the founder of the Love Over COVID initiative.
After seeing other community members helping those in need, whether by delivering groceries for seniors or simply checking in on neighbours, Ken was inspired to bring positivity and spread love. Love Over COVID sells tote bags and graphic T-shirts with its slogan “Love is more contagious than COVID”. The simple idea is that we can stay six feet apart and build bridges between the small distances that separate us. The best part about this initiative is that after each purchase, Ken chooses a local food bank in the city the purchase was ordered from and donates all the proceeds to it.
I encourage everyone to visit loveovercovid.com to purchase a T-shirt and wear one forward to their friends and family. I am proud to have such a caring individual in my riding of Kingston and the Islands. I thank Ken for all of his efforts in promoting Love Over COVID.
Monsieur le Président, l'amour est plus contagieux que la COVID-19. Aujourd'hui, je suis honoré de vous parler d'un homme remarquable dans ma communauté, Ken Foster, qui a créé l'initiative Love Over COVID.
En voyant d'autres membres de sa communauté aider leur prochain, que ce soit en livrant l'épicerie à des aînés ou simplement en s'assurant que leurs voisins se portent bien, Ken a eu l'idée de semer l'optimisme et de propager l'amour autour de lui. Le slogan de l'initiative Love Over COVID est « L'amour est plus contagieux que la COVID », et on le retrouve sur des sacs réutilisables et des t-shirts que l'on peut se procurer. L'idée derrière ce projet est que nous pouvons demeurer à deux mètres de distance tout en continuant de tisser des liens entre nous. Le plus beau dans toute cette histoire est que Ken verse la totalité des recettes tirées de la vente des produits à une banque alimentaire de son choix dans la ville de chaque client.
Je vous encourage tous et toutes à visiter le site Web loveovercovid.com pour vous procurer un t-shirt et le porter fièrement et à faire connaître cette initiative à vos amis et aux membres de votre famille. Je suis fier de compter un homme aussi généreux dans Kingston et les Îles. Je remercie Ken de tous ses efforts pour promouvoir l'initiative Love Over COVID.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2021-05-05 22:25 [p.6741]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Calgary Midnapore.
As I enter into the emergency debate related to the crisis that is taking place here in Alberta, I want to acknowledge that there are a number of friends of mine currently in the hospital. It appears that they are going to pull through, but it has been a challenging time for many Albertans and many, many Canadians. Certainly it drives home the seriousness of what we are discussing in this place. I also want to acknowledge the 24,000 or so Canadians who have passed away because of COVID and COVID-related complications. I was reading an article earlier today about the so-called “COVID long-haulers” and the challenges they have.
On the other side of that issue are the millions of Canadians who are facing significant impacts, as well as businesses. As I was getting groceries earlier today, a business owner came up to me asking if there was anything I could do to help him get support as his business fell through all the cracks, in terms of qualifying for support. It did not quite meet the income threshold on the months that were prescribed, but had zero income in certain other months. It speaks to the significant challenges that all Canadians have faced in the last year and a half.
When I learned that this debate would be taking place, I thought of a couple of main subjects that I want to touch on: one, the challenges that many Canadians are facing as this third wave has gripped Alberta and gripped our country, and to ensure that there is some context provided with some of the challenges that certainly my constituents are facing in Battle River—Crowfoot, and then to talk about some of the other challenges and the reason why we are here.
I found it very interesting listening to some of the Liberal members. The Prime Minister was asked a number of weeks ago whether there was anything he regretted. There have been a number of analogies used in this debate this evening, so I will use another one: When a sports team, be it someone's favourite hockey team or favourite football team, makes some mistakes, the people who take responsibility are the captain of the team and the coaches. They take responsibility for their mistakes and they commit to do better.
I heard for the first time a number of Liberal members admit their failures, because the captain of their team, the leader of this country, refuses to admit mistakes. Unfortunately, it is not surprising. I have been a long-time political observer and a member of Parliament for a year and a half. Seeing the Prime Minister's personality, it is unfortunately not surprising that he refuses to take responsibility for some of these clear failures.
Monsieur le Président, je vais partager le temps dont je dispose avec la députée de Calgary Midnapore.
Pour commencer mon discours, à l'occasion du débat d'urgence qui a lieu présentement sur la crise en Alberta, je tiens à dire que des amis à moi sont actuellement à l'hôpital. Ils semblent avoir de bonnes chances de s'en tirer, mais de nombreux Albertains et de nombreux autres Canadiens vivent des moments difficiles. Cette réalité met en évidence le sérieux de notre sujet de discussion actuel, à la Chambre des communes. Je tiens aussi à rappeler à mes collègues qu'environ 24 000 Canadiens sont décédés de la COVID-19 ou de complications liées à cette maladie. Je lisais aujourd'hui un article sur les personnes qui subissent des effets à long terme de la COVID-19 et sur les problèmes que cela leur cause.
Par ailleurs, la pandémie inflige d'importantes répercussions à des millions de Canadiens et à des entreprises. Tandis que je faisais l'épicerie, aujourd'hui, un propriétaire d'entreprise est venu me demander si je pouvais faire quelque chose pour l'aider parce que son entreprise n'a jamais été admissible à aucun programme d'aide financière. Son chiffre d'affaires pour les mois désignés était inférieur au seuil donnant droit à une assistance et il a été de zéro pour d'autres mois. Voilà qui illustre les difficultés importantes auxquelles tous les Canadiens se heurtent depuis un an et demi.
Lorsque j'ai appris que ce débat aurait lieu, j'ai pensé à deux grands sujets que je voulais aborder: d'abord, les difficultés que vivent de nombreux Canadiens alors que la troisième vague frappe l'Alberta et notre pays, et le contexte dans lequel ces difficultés s'inscrivent pour mes concitoyens de Battle River-Crowfoot, puis certaines autres difficultés et la raison pour laquelle nous sommes ici.
Les propos de certains députés libéraux me semblent plutôt intéressants. Il y a quelques semaines, on a demandé au premier ministre s'il avait des regrets. Puisqu'on a utilisé un certain nombre d'analogies dans le débat de ce soir, je vais en utiliser une à mon tour: lorsqu'une équipe sportive, qu'il s'agisse de l'équipe de hockey ou de football préférée de quelqu'un, commet des erreurs, ceux qui en assument la responsabilité sont le capitaine de l'équipe et les entraîneurs. Ils assument la responsabilité de leurs erreurs et s'engagent à faire mieux.
J'ai entendu pour la première fois certains députés libéraux admettre leurs échecs, parce que le capitaine de leur équipe, le leader de ce pays, refuse d'admettre les siens. Malheureusement, ce n'est pas surprenant. Cela fait longtemps que j'observe la politique et je suis député depuis un an et demi. Vu la personnalité du premier ministre, il n'est malheureusement pas surprenant qu'il refuse d'assumer la responsabilité de certains de ces échecs flagrants.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, right before the pandemic hit, I attended the grand opening of a Little Caesars restaurant in my riding, owned by a local entrepreneur, Ravi Prakash Singh. Tragically, in the early morning hours of Saturday, April 24, this business, along with five others, burned to the ground. The other businesses are K-Lee Boutique, KFC, Chopped Leaf, Dr. Bernstein Clinic and Great Clips.
My heart goes out to all who were affected. This terrible event comes on top of all the strain and pain that local business owners and their employees have been experiencing. Literally or metaphorically, many have seen decades of hard work go up in flames.
I want to recognize the Strathcona fire department, which worked through the night of the fire to contain the damage. As always, our community comes together in the face of tragedy, with GoFundMe pages launched and random gifts delivered to the lawns of business owners. I took my kids to an ice cream store owned by the proprietor of the same Little Caesars that was destroyed. Eating ice cream is a form of solidarity that my children would like to see us practise more often.
I am so honoured to represent Strathcona County and Fort Saskatchewan. A strong community and social solidarity will continue to get us through and keep us moving forward.
Madame la Présidente, juste avant le début de la pandémie, j'ai assisté à l'ouverture officielle d'un restaurant Little Caesars de ma circonscription, détenu par Ravi Prakash Singh. Fait tragique, le samedi 24 avril, au petit matin, ce restaurant et cinq autres commerces ont été détruits par les flammes. Les cinq autres commerces étaient la Boutique K-Lee, le restaurant PFK, Chopped Leaf, la clinique du Dr Bernstein et Great Clips.
Je compatis de tout cœur avec les personnes touchées. Cette catastrophe s'ajoute à toutes les difficultés et les tensions que vivent déjà les propriétaires d'entreprise et leurs employés. Plusieurs d'entre eux ont vu des décennies de travail partir en fumée, littéralement et métaphoriquement.
Je tiens à remercier le service d'incendie de Strathcona, qui a travaillé pendant toute la nuit afin de contenir l'incendie. Une fois de plus, l'esprit d'entraide de notre communauté est mis en lumière par cette tragédie: les gens ont lancé des campagnes GoFundMe et ont déposé toutes sortes de cadeaux sur la pelouse des propriétaires des commerces. Je suis allé avec mes enfants à un comptoir de crème glacée détenu par le propriétaire du restaurant Little Caesars qui a brûlé. Selon mes enfants, on devrait manger plus souvent de la crème glacée en geste de solidarité.
C'est un grand honneur de représenter le comté de Strathcona et Fort Saskatchewan. Grâce à notre communauté solide et solidaire, nous pourrons continuer de surmonter les épreuves et d'avancer.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, during this holy month of Ramadan, I rise today to pay tribute to a trailblazer from Scarborough: the late Danish Memon.
Danish was a community builder, a dedicated community leader, entrepreneur and mentor to countless young people in Scarborough and beyond. Sadly, Danish struggled with mental health and ultimately took his own life.
Recently, Ahmed Ismail and Ginella Massa, two Scarborough trailblazers, hosted a virtual online event seen all around the world to acknowledge Danish’s work and his impact in our community. They highlighted the necessity of challenging the stigma of mental health and ensuring proper mental health supports are available to all, especially to those from marginalized communities.
I want to thank his wife, Yasmin Merchant, and his children, Usama, Mariam, Safiyyah and Aaminah, for their extraordinary courage in sharing their story so publicly. I thank Brother Danish for his inspiring work. We miss him and we honour him, his legacy and his family today.
Monsieur le Président, en ce mois saint du ramadan, je prends la parole pour rendre hommage à un pionnier de Scarborough: le regretté Danish Memon.
M. Memon était un bâtisseur et une personnalité dévouée du milieu communautaire, un entrepreneur et un mentor pour de nombreux jeunes de Scarborough et d'ailleurs. Malheureusement, il était aux prises avec des problèmes de santé mentale et il s'est ultimement enlevé la vie.
Récemment, Ahmed Ismail et Ginella Massa, deux pionniers de Scarborough, ont organisé un événement en ligne qui a été vu partout dans le monde pour reconnaître le travail de M. Memon et son influence dans notre collectivité. Ils ont souligné la nécessité de lutter contre les préjugés liés à la santé mentale et de faire en sorte qu'une aide appropriée soit accessible à tous, en particulier aux membres des communautés marginalisées.
Je remercie son épouse, Yasmin Merchant, et ses enfants, Usama, Mariam, Safiyyah et Aaminah, qui ont eu l'extraordinaire courage de raconter leur expérience publiquement. Je remercie M. Memon du travail inspirant qu'il a accompli. Il nous manque, et nous rendons hommage à sa mémoire et à sa famille aujourd'hui.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am pleased to speak to budget 2021 today.
In 2019, our government was elected for a second time, with the commitment to invest in the things that matter most to Canadians: healthcare, child care, affordable housing, creating good well-paying jobs, support for seniors and families, and protecting the environment. Budget 2021 makes important investments to deliver on our commitment and continue to build on the work we have done to support Canadians during the pandemic.
This past year has been an extraordinarily difficult time for Canadians and people around the world. COVID-19 has changed the way we do everything, including how the House of Commons operates. Over the last year, there has been a historic flow of federal aid to brace the financial foundations of businesses and households across Canada. Budget 2021 lays the groundwork for a strong post-pandemic recovery and outlines spending for critical measures aimed at getting our country through the third wave of the pandemic and stimulating the economy.
Canada entered the global pandemic in a strong fiscal position, which has allowed our government to provide unprecedented support for Canadians. Budget 2021 is a progressive budget that lays out a clear plan to ensure that Canada builds back better by focusing on three main fundamental challenges: keeping Canadians safe, recovering from immediate pain and rebuilding for the long term. I cannot possibly speak about all the investments in the budget, so I will highlight just a few.
Our government has been there to support Canadians through the pandemic from day one, and we know there is a need for more immediate spending to address the third wave of COVID-19, which is hitting hard. This will be done through the extension of key subsidy programs. With variants of concern spreading and COVID-19 case counts on the rise, budget 2021 includes a three-month extension of the federal wage and rent subsidies. Set to expire in June, the supports will now be available through September, at a cost of approximately $12 billion.
The pandemic has been called a “she-cession” because women have been disproportionately impacted. It has shone a light on the need for safe, affordable child care and early learning. This need is not new. We have known since 50 years ago that the number one thing holding women back in the workforce is access to child care. In the last Parliament, as vice-chair of the status of women committee, I too recognized that child care would allow women to participate fully in the economy.
Thirty-one years ago, when my son was born, I had three months of maternity leave. I worked in real estate investment banking, and when it came time to return to work, I realized the cost of child care was too expensive to make it worthwhile. I called my boss and told him that while I wanted to return to work, it did not make financial sense. He said he would double my salary to start and told me that I could take whatever time I needed if my son was sick. I recognize that I was incredibly privileged to have a boss that was willing to do that, and even though he was incredibly generous over the years and was always true to his word about time off work, child care was a constant worry. That is why our investments in early learning and child care are so important to me.
As part of a feminist economic policy, budget 2021 proposes to provide $30 billion over five years, and $8.3 billion per year thereafter, to build a high-quality, affordable and accessible early learning and child care system across Canada. This funding will allow for a 50% reduction in average fees for regulated early learning and child care in all provinces outside of Quebec, to be delivered by the end of 2022. It will also ensure annual growth in quality and affordable child care spaces across the country, ensuring high-quality early learning and child care, for an average of $10 a day. This is social infrastructure that will drive jobs and growth. It is feminist economic policy. It is smart economic policy that will increase Canada’s GDP by 1.2%, allowing more women to return to the workforce.
Cancer is a leading cause of disease-related death in Canadian children. More targeted research is needed to help save lives. Budget 2021 proposes to provide $30 million over two years to the Canadian Institutes of Health Research to fund pediatric cancer research that can lead to better outcomes and healthier lives for these young patients. The funding will support promising research projects with the greatest potential for fighting pediatric cancer. I know too many children like Ayverie Caster, Carson Clapham and Teagan Walsh, who were lost to this terrible disease. I am so proud of the work being done at SickKids by Dr. David Malkin, who is fighting childhood cancer, and look forward to what he and others can do with this new funding.
A recommendation that came out of the Halton round tables on youth vaping I have hosted over the last two years was the need for a tax on vaping products. Budget 2021 proposes to introduce a new taxation framework for the imposition of excise duties on vaping products in 2022. The federal government will work with any province and territory that may be interested in a federally coordinated approach to taxing these products.
I have had the pleasure of working with Diabetes Canada and Mike Swartz from my riding to advance the need for investments in a national framework for diabetes. Budget 2021 proposes to provide $25 million over five years, starting in 2021-22, to Health Canada for additional investments for research on diabetes, including in juvenile diabetes, surveillance, prevention and to work toward the development of a national framework.
Budget 2021 also proposes to provide $10 million over five years for a new diabetes challenge prize. This initiative will help surface novel approaches to diabetes prevention and promote the development and testing of new interventions to reduce the risks associated with type 2 diabetes.
As Parliamentary Secretary to the Minister of Indigenous Services, I am pleased to see the historic investments for indigenous peoples and their businesses included in budget 2021. Through this budget, we are proposing historic new investments of over $18 billion over the next five years to improve the quality of life and create new opportunities for people living in indigenous communities. Working with indigenous partners, these investments would make significant strides in closing gaps between indigenous and non-indigenous peoples; support healthy, safe and prosperous indigenous communities; and advance meaningful reconciliation with first nations, Inuit and the Métis nation.
The COVID-19 pandemic has been devastating for Canada’s seniors. Many have spent the past 13 months isolated from family and friends. For far too many seniors who live in long-term care, this year has been tragic: They have been the overwhelming casualties of the pandemic. Budget 2021 proposes to provide $3 billion over five years to Health Canada to support provinces and territories in ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are made.
To keep seniors safe and improve their quality of life, the federal government will work collaboratively with provinces and territories, while respecting their jurisdiction over health care, including long-term care. This work will ensure seniors and those in care live in safe and dignified conditions. The budget also proposes to increase old age security by 10% for seniors 75 and over, beginning in 2022.
Budget 2021 builds on Canada’s investments in youth, with over $5.7 billion over five years to help young Canadians pursue and complete their education, to provide additional relief from student loan debt for young graduates, and to create 215,000 new job skills development and work opportunities. To ensure youth and students can access valuable job skills and experience, budget 2021 is proposing to invest $721 million in the next two years to help connect them with employers and provide them with quality job opportunities.
This budget mentions Black Canadians an unprecedented 122 times. I heard from individuals in my riding like Colin Lynch and Evangeline Chima about the need for investments in Black communities and businesses. The budget proposes $200 million to endow a philanthropic fund dedicated to supporting Black-led charities and organizations serving youth and social initiatives, as well as $100 million for the supporting Black Canadian communities initiative. It also proposes to invest an additional $51 million for the Black entrepreneurship program.
Budget 2021 takes on reasonable and sustainable debt. Not only can we afford these investments, it would be short-sighted of us not to make them. There is so much in this budget: a national autism strategy, funding to support our efforts to tackle climate change and so much more. Budget 2021 will continue to support Canadians, help Canada to build back better and grow our economy safely for years to come.
Madame la Présidente, j'interviens avec plaisir aujourd'hui pour parler du budget de 2021.
En 2019, quand notre gouvernement a été réélu, il s'est engagé à investir dans les enjeux auxquels les Canadiens tiennent le plus, soit les soins de santé, la garde des enfants, le logement abordable, la création de bons emplois bien rémunérés, le soutien des aînés et des familles, et la protection de l'environnement. Le budget de 2021 contient des sommes importantes afin de concrétiser ces engagements. Il continue aussi de tabler sur le travail que nous avons déjà accompli pour soutenir les Canadiens pendant la pandémie.
La dernière année a été terriblement difficile pour les Canadiens et les gens du monde entier. La COVID-19 a bouleversé toutes nos façons de faire, y compris à la Chambre des communes. Pendant la dernière année, le gouvernement fédéral a mis en place une série de mesures sans précédent pour renforcer les assises financières des entreprises et des ménages de partout au pays. Quant au budget de 2021, il prépare le terrain en vue de favoriser une solide reprise après la pandémie et il prévoit aussi des dépenses cruciales conçues pour aider le Canada à traverser la troisième vague et pour stimuler l'économie.
Le Canada se trouvait dans une excellente situation financière quand la pandémie mondiale a frappé, ce qui a permis au gouvernement d'offrir une aide sans précédent aux Canadiens. Le budget de 2021 est un budget progressiste, qui prévoit un plan clair afin que le Canada rebâtisse en mieux en mettant l'accent sur trois questions fondamentales: assurer la sécurité des Canadiens, guérir des souffrances immédiates et rebâtir à long terme. Comme il m'est impossible de parler de tous les investissements prévus dans le budget, j'en soulignerai seulement quelques-uns.
Le gouvernement est là pour aider les Canadiens à traverser la pandémie depuis le début et il sait qu'il est nécessaire d'investir immédiatement davantage pour lutter contre la troisième vague de la COVID-19, qui frappe fort. Pour ce faire, nous prolongerons des programmes de subvention importants. Vu que des variants préoccupants se propagent et que le nombre de cas de COVID-19 est à la hausse, le budget de 2021 prévoit un prolongement de trois mois de la subvention salariale et de la subvention pour le loyer du fédéral. Ces mesures de soutien, qui devaient arriver à échéance en juin, seront offertes jusqu'en septembre, au coût d'environ 12 milliards de dollars.
La pandémie a été qualifiée de « récession au féminin » parce que les femmes en ont été touchées de manière disproportionnée. Cela a fait ressortir la nécessité d'avoir des services de garde et d'éducation préscolaire sûrs et abordables. Cette nécessité n'est pas nouvelle. Nous savons depuis 50 ans que le principal obstacle à la réintégration des femmes sur le marché du travail est le manque d'accès à des services de garde. Lors de la dernière législature, en tant que vice-présidente du Comité permanent de la condition féminine, j'ai moi-même reconnu que l'accès aux services de garde permettrait aux femmes de participer pleinement à l'économie.
Il y a 31 ans, lorsque mon fils est né, j'avais droit à trois mois de congé de maternité. Je travaillais dans le domaine des services bancaires d'investissement immobilier et, au moment de retourner au travail, j'ai constaté que le coût de la garderie était trop élevé pour que cela en vaille la peine. J'ai appelé mon patron pour lui dire que même si je voulais retourner au travail, cela n'avait pas de sens financièrement. Il a proposé de doubler mon salaire et m'a dit que je pourrais prendre congé n'importe quand si mon fils était malade. Je sais que j'étais incroyablement chanceuse d'avoir un patron qui était prêt à faire cela, mais, même s'il a été incroyablement généreux au fil des ans et même s'il a été fidèle à sa parole, les services de garde étaient une source constante d'inquiétude. Voilà pourquoi les investissements dans les services de garde et d'éducation préscolaire me tiennent tellement à cœur.
Dans le cadre d'une politique économique féministe, le budget de 2021 propose de consacrer 30 milliards de dollars sur cinq ans, et 8,3 milliards de dollars chaque année par la suite, pour établir un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité, abordable et accessible dans l'ensemble du Canada. Ce financement contribuera à réduire de moitié le coût moyen des services réglementés d'éducation préscolaire et de garde d'enfants dans toutes les provinces, à l'extérieur du Québec, d'ici la fin de 2022. Ce financement contribuera également à accroître d'année en année le nombre de places en garderie dans le but ultime de fixer à 10 $ en moyenne le coût quotidien pour des services de qualité et abordables en matière de garde d'enfants partout au Canada. C'est une infrastructure sociale qui stimulera la création d'emplois et la croissance économique. C'est une politique économique féministe. C'est une politique économique judicieuse qui augmentera le PIB du Canada de 1,2 % et qui aidera davantage de femmes à retourner sur le marché du travail.
Le cancer est l'une des principales causes de décès liés à la maladie chez les enfants au Canada. Il faut faire plus de recherches ciblées pour sauver des vies. Le budget de 2021 propose de consacrer 30 millions de dollars sur deux ans aux Instituts de recherche en santé du Canada pour financer la recherche sur le cancer chez les enfants afin que les jeunes patients bénéficient de meilleurs pronostics et d'une meilleure santé. Ces fonds soutiendront les projets de recherche les plus prometteurs pour éradiquer le cancer pédiatrique. Je connais trop d'enfants qui ont perdu la bataille contre cette terrible maladie, notamment Ayverie Caster, Carson Clapham et Teagan Walsh. Je suis très fière des travaux dirigés par le Dr David Malkin, au centre SickKids, dont la vocation est de lutter contre le cancer chez les enfants. J'ai très hâte de voir ce que lui et tant d'autres pourront accomplir avec ce nouveau financement.
Une des recommandations formulées lors des tables rondes sur le vapotage chez les jeunes que j'ai organisées à Halton au cours des deux dernières années portait sur la nécessité d'imposer une taxe sur les produits du vapotage. Le budget de 2021 propose d’instaurer un nouveau cadre de taxation en vue d’imposer des droits d’accise sur les produits de vapotage en 2022. Le gouvernement fédéral collaborera avec toutes les provinces et tous les territoires qui pourraient être intéressés par une approche fédérale coordonnée pour taxer ces produits.
J'ai eu le plaisir de travailler avec Diabète Canada et Mike Swartz de ma circonscription pour faire valoir la nécessité d'investir dans un cadre national sur le diabète. Le budget de 2021 propose d’allouer à Santé Canada un financement de 25 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour réaliser des investissements supplémentaires dans la recherche sur le diabète, y compris le diabète juvénile, et dans la surveillance et la prévention, ainsi que pour travailler à l’élaboration d’un cadre national sur le diabète.
Le budget de 2021 propose aussi un financement de 10 millions de dollars sur cinq ans pour mettre sur pied la nouvelle initiative Défis et prix du diabète. Cette initiative aidera à mettre en évidence de nouvelles approches en matière de prévention du diabète et favorisera l’élaboration et la mise à l’essai de nouvelles interventions visant à réduire les risques associés au diabète de type 2.
En tant que secrétaire parlementaire du ministre des Services aux Autochtones, je me réjouis des investissements sans précédent prévus pour les Autochtones et leurs entreprises dans le budget de 2021. Dans le cadre du budget de 2021, le gouvernement fédéral propose un nouvel investissement historique de plus de 18 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années afin d'améliorer la qualité de vie et de créer de nouvelles possibilités pour les habitants des communautés autochtones. En collaboration avec les partenaires autochtones, ces investissements contribueront à combler les écarts entre les peuples autochtones et non autochtones, favoriseront la santé, la sécurité et la prospérité des communautés autochtones et feront avancer une réconciliation significative avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse.
La pandémie de COVID-19 a eu des effets dévastateurs sur les aînés du Canada. Bon nombre d’entre eux ont passé les 13 derniers mois isolés de leur famille et de leurs amis. Pour un trop grand nombre d’aînés qui habitent dans des établissements de soins de longue durée, la dernière année a été tragique; ils représentent la grande majorité des victimes de la pandémie. Le budget propose d’accorder un financement de 3 milliards de dollars sur cinq ans à Santé Canada afin d’aider les provinces et les territoires à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d’apporter des changements permanents.
Afin de protéger les aînés et d’améliorer leur qualité de vie, le gouvernement fédéral collaborera avec les provinces et les territoires, tout en respectant leur compétence en matière de soins de santé, y compris les soins de longue durée. Ce travail garantira que les aînés et les personnes qui reçoivent ces soins vivent dans des conditions sécuritaires et dans la dignité. Le budget propose aussi de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour les aînés de 75 ans et plus, à compter de 2022.
Le budget de 2021 fait fond sur les investissements que le Canada a déjà faits dans la jeunesse. Il prévoit plus de 5,7 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les jeunes Canadiens à poursuivre et à terminer leurs études, pour alléger la dette de prêt étudiant des jeunes diplômés et pour créer 215 000 possibilités de perfectionnement des compétences et d'expériences de travail. Afin d’assurer aux jeunes et aux étudiants l’accès à des compétences et à une expérience professionnelles utiles, le budget de 2021 propose d’investir 721 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour les aider à établir des liens avec les employeurs et à accéder à des possibilités d’emploi de qualité.
Le présent budget accorde une attention sans précédent aux Canadiens noirs puisqu'il en fait mention 122 fois. Certaines personnes de ma circonscription, notamment Colin Lynch et Evangeline Chima, ont souligné la nécessité d'investir dans les communautés et les entreprises noires. Le budget propose un investissement de 200 millions de dollars afin d'établir un Fonds de dotation philanthropique destiné à soutenir des organisations dirigées par des Noirs, notamment à des fins caritatives et sociales, et les initiatives pour les jeunes. Il prévoit également 100 millions de dollars pour soutenir l'Initiative Appuyer les communautés noires du Canada et 51 millions de dollars additionnels au titre du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires.
Le budget de 2021 prévoit des dépenses raisonnables à des fins durables. Nous avons les moyens de faire les investissements proposés et il serait peu judicieux de notre part de ne pas aller de l'avant. Le présent budget propose de nombreuses mesures intéressantes. Je songe entre autres à la mise en place d'une stratégie nationale sur l'autisme et à un financement pour soutenir la lutte contre le changement climatique. Le budget de 2021 continuera de soutenir les Canadiens et aidera le Canada à rebâtir en mieux et à faire croître l'économie de façon sûre pendant de nombreuses années.
View Gudie Hutchings Profile
Lib. (NL)
View Gudie Hutchings Profile
2021-04-26 17:13 [p.6196]
Madam Speaker, I am pleased to be here today to discuss budget 2021, a transformative agenda that values the work of women and recognizes the contribution of women in creating a more sustainable and resilient economy.
I will be sharing my time today with my colleague, the member for Surrey Centre.
Budget 2021 is a feminist plan. It is a plan built from the continuous advocacy of Canadian women all across our country from coast to coast to coast, and for the first time in our country's history, it was tabled by a woman.
We have long understood that supporting women's safety, prosperity and leadership will help ensure a truly inclusive post-pandemic recovery.
All throughout the last year, we have heard from front-line organizations and women's rights advocates who have been doing the heavy lifting throughout this pandemic. I am proud of this gender-progressive plan, because I know it will make a difference for millions of women and under-represented Canadians.
It has now been over a year since COVID-19 first impacted our communities. This has been a hard time for everyone, but it has been particularly difficult for those who are already marginalized, vulnerable or struggling.
Women, girls, LGBTQ2 people, youth, indigenous people and minority groups have been hit the hardest by COVID-19.
Since the beginning of the pandemic, women have faced job losses, reduced work hours and have had to take on most of the additional unpaid care responsibilities at home. In the early stages of the pandemic, women lost jobs at almost twice the rate of men. This was particularly true for young women and younger people in general. More than a year later, women are still struggling. During the second and now the third wave of COVID-19, as the public restrictions have tightened again, women have lost jobs again at nearly double the rate of men.
In times of greater isolation, we have seen an increase in intimate partner violence as well as unprecedented barriers for those seeking help. Let us pause and think about what this really means.
When the world shut down, it took away safe locations for women to access outside their homes. It created new barriers for child care, employment loss and took away community supports. In the third wave of the pandemic, the problem is only getting worse for these women. Rates of gender-based violence have increased somewhere between 20% to 30%, and the severity of violence experienced by women has intensified.
The prevalence of gender-based violence means that it is happening or has happened to someone near us. It means that it is happening in my community and it is happening in other members' communities too. If any of the women or girls we know are indigenous, living with a disability, lesbian, bisexual or trans, then they are at an even greater risk.
From the onset of this pandemic, our government has been there for Canadians. We have provided the support they need to continue to make ends meet while staying safe and healthy. We also took action in providing $100 million in emergency funding to women's shelters and sexual assault centres to help them accommodate public health measures and to keep their doors open during this crucial time. This funding supported over 1,000 organizations and another 500 are receiving long-term funding. Six million people have benefited from their important work.
We know that women's safety has to be the cornerstone of all progress. Budget 2021 reflects that commitment.
This budget includes significant, historic investments to address and prevent gender-based violence. We are committing $601.3 million over five years to continue work on the national action plan to end gender-based violence. This includes $200 million over two years to support gender-based violence organizations; $105 million over five years to enhance a gender-based violence program with a focus on initiatives that engage men and boys, combat human trafficking, support at-risk populations and survivors and provides support for testing and implementing best practices; $14 million over five years for a dedicated secretariat to coordinate the ongoing work toward the development of an implementation of a national action plan to end gender-based violence; $11 million over five years for gender-based violence research and knowledge mobilization; $55 million over five years to support gender-based violence prevention programming led by indigenous women and LGBTQ people; and $30 million over five years for crisis hotlines to serve the urgent needs of more Canadians to prevent the escalation of gender-based violence.
It is impossible to speak about gender-based violence without acknowledging the disproportionate violence, systemic racism and the long-standing structural and inequalities faced by indigenous women, girls, two-spirit, and LGBTQ2 people in Canada. It is an injustice that simply cannot continue.
This budget includes $2.2 billion over five years and $106.9 million ongoing to support initiatives to preserve, restore and promote indigenous culture and language, foster health systems free from racism, support culturally responsive of policing, develop an indigenous justice strategy to address systemic discrimination, enhance support for indigenous women and LGBTQ organizations, and work with indigenous partners to monitor and to measure the progress.
We are also taking action to support a more diverse and inclusive Canada through targeted measures to promote LGBTQ equality, promote LGBTQ rights and address discrimination against LGBTQ communities both past and current. This includes investing $15 million over three years for a new LGBTQ2 projects fund. This will support community-informed initiatives to overcome key issues facing the LGBTQ communities, such as assessing mental health services and employment support.
Earlier this year, courageous women have been sharing their stories of sexual misconduct in the Canadian Armed Forces and unfortunately, these stories are not new. For 30 years, women have been advocating for cultural change. This was highlighted in the Deschamps report. Now we are at a pivotal point where we can actually make it happen.
This budget also includes $236.2 million over five years and $33.5 million per year ongoing to the Department of National Defence and Veterans Affairs Canada to support the contributions to the national action plan to end gender-based violence and expand their work to support survivors and eliminate sexual misconduct and gender-based violence in the military.
Our government had committed that there was no recovery without child care, and we are delivering on that. The budget makes a generational investment of $30 billion over five years and $8.3 billion ongoing to build a Canada-wide early learning and child care system.
Only weeks ago, a Conservative member introduced back door anti-abortion legislation. Women are tired of this debate. Women and women alone have the right to make decisions about their own bodies. To provide every person in Canada with equal access to sexual and reproductive health resources and services, no matter where one lives, budget 2021 commits $45 million to improve access to sexual and reproductive health care support, information and services for vulnerable populations.
Since we know that being able to stay home and stay safe is not an option for everyone, we are investing $2.5 billion in additional funding over seven years and $1.3 billion in reallocating funding to support a wide-range of affordable housing initiatives. That includes $1.5 billion to address the urgent housing needs of vulnerable Canadians; $315 million over seven years to help low-income women and children fleeing violence with their rent payments; and $250 million in reallocated funding to support the construction, repair and operating costs of an estimated 560 units of transitional housing and shelter spaces for women and children fleeing violence.
Women still face unique and systemic barriers to starting and growing businesses, so to help women entrepreneurs adapt their businesses to meet current and future challenges, we are committing up to $146.9 million over four years to strengthen the women entrepreneurship strategy.
To provide affordable high-quality, high-speed Internet to everyone in Canada, including those living in rural, northern and remote communities, we are investing an additional $1 billion over six years for the universal broadband fund. That is bringing us one step closer to reaching our goal of connecting 98% of Canadians all across the country by 2026 and all Canadians by 2030.
As we celebrate our progress, we recognize that there is still a lot more to do.
We know there can be no recovery from the pandemic if we do not address the systemic challenges and inequalities facing women. They have been amplified through this past year—
Madame la Présidente, je suis heureuse d'être ici aujourd'hui pour discuter du budget de 2021, un programme transformateur qui accorde de l'importance au travail des femmes et qui reconnaît leur contribution dans la création d'une économie plus durable et plus résiliente.
Je partagerai mon temps de parole aujourd'hui avec mon collègue le député de Surrey-Centre.
Le budget de 2021 est un plan féministe. Ce plan est le fruit des efforts constants de femmes des quatre coins du pays, et, pour la première fois de l'histoire du Canada, c'est une femme qui l'a présenté.
Nous reconnaissons depuis longtemps qu'il est important de veiller à la sécurité, à la prospérité et au leadership des femmes pour favoriser une relance vraiment inclusive après la pandémie de la COVID-19.
Au cours de la dernière année, nous avons écouté les organismes de première ligne et les défenseurs des droits des femmes, qui font l'essentiel du travail depuis le début de la pandémie. Je suis fière de ce plan progressiste en matière d'égalité des genres parce que je sais qu'il aura un effet positif pour des millions de femmes et de Canadiens sous-représentés.
Cela fait maintenant plus d'un an que la COVID-19 sévit au Canada. Tout le monde traverse une période difficile, mais la situation est particulièrement sombre pour les personnes déjà marginalisées, vulnérables ou en difficulté.
Les femmes, les filles, les personnes LGBTQ2, les jeunes, les Autochtones et les groupes minoritaires ont été les plus durement touchés par les répercussions de la COVID-19.
Depuis le début de la pandémie, des femmes ont perdu leur emploi, ont vu leurs heures de travail être réduites et ont dû assumer la responsabilité de la majorité des soins non payés prodigués à domicile. Au début de la pandémie, presque deux fois plus de femmes que d'hommes ont perdu leur emploi. C'était surtout le cas des jeunes femmes et des jeunes en général. Plus d'un an plus tard, les femmes éprouvent encore des difficultés. Au cours des deuxième et troisième vagues de la COVID-19, les femmes ont recommencé à perdre leur emploi à un taux presque deux fois plus élevé que les hommes parce que les restrictions ont de nouveau été resserrées.
Dans les moments de plus grand isolement, nous avons observé une hausse de la violence contre un partenaire intime, ainsi que des obstacles sans précédent pour les personnes cherchant de l'aide. Prenons un instant pour réfléchir à ce que cela signifie concrètement.
Lorsque le monde a fermé ses portes, cela a privé les femmes de leur accès à des lieux sûrs à l'extérieur de leur domicile. Cela a créé de nouveaux obstacles en matière de garde d'enfants, entraîné des pertes d'emplois et fait disparaître des services de soutien communautaire. Maintenant, dans la troisième vague de la pandémie, la situation de ces femmes ne fait que s'aggraver. Le taux de violence contre les femmes a augmenté d'environ 20 à 30 %, et la gravité des actes de violence perpétrés contre les femmes a aussi augmenté.
La prévalence de la violence contre les femmes implique que quelqu'un que nous connaissons en est ou en a déjà été victime. Donc, cela arrive dans ma collectivité et dans les collectivités des autres députés. Les femmes ou les filles autochtones, handicapées, lesbiennes, bisexuelles ou trans que nous connaissons courent un risque encore plus grand.
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement est là pour les Canadiens. Nous leur avons fourni l'aide dont ils avaient besoin pour continuer à joindre les deux bouts tout en restant en sécurité et en santé. Nous avons également accordé un financement d'urgence de 100 millions de dollars à des refuges pour femmes et des centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelles afin qu'ils puissent respecter les mesures de santé publique et rester ouverts en cette période cruciale. Ce financement a aidé plus de 1 000 organismes, et 500 autres bénéficient d'un financement à long terme. Six millions de personnes ont bénéficié de leurs services importants.
Nous savons que la sécurité des femmes doit être à la base de tous les progrès. Le budget de 2021 reflète cet engagement.
Ce budget comprend des investissements substantiels et historiques pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Nous nous engageons à verser 601,3 millions dollars sur cinq ans pour poursuivre les travaux du Plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre. Cela inclut 200 millions de dollars sur deux ans pour les organismes qui viennent en aide aux victimes de violence fondée sur le sexe; 105 millions de dollars sur cinq ans pour élargir le Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe, en mettant l'accent sur des projets visant à conscientiser les hommes et les garçons, à lutter contre la traite des personnes, à soutenir les populations à risque et les survivants; et à mettre en œuvre des mesures pour faire l'essai et appliquer des pratiques exemplaires; 14 millions de dollars sur cinq ans pour financer un secrétariat ayant le mandat de coordonner les travaux en cours axés sur la mise en place du Plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre; 11 millions de dollars sur cinq ans pour financer la recherche et mobiliser les connaissances sur la violence fondée sur le sexe; 55 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir les programmes axés sur la prévention de la violence fondée sur le genre qui sont dirigés par des femmes autochtones et des membres de la communauté LGBTQ; et 30 millions de dollars sur cinq ans pour mettre en place des lignes d'intervention en cas de crise pour répondre aux besoins urgents d'un plus grand nombre de Canadiens afin de prévenir l'escalade de la violence fondée sur le genre.
Il est impossible de parler de la violence fondée sur le genre sans reconnaître la violence sans commune mesure, le racisme systémique et les inégalités structurelles et de longue date auxquels sont confrontées les femmes, les filles, les personnes bispirituelles et les personnes LGBTQ2 autochtones au Canada. De telles injustices ne peuvent tout simplement pas perdurer.
Le budget prévoit 2,2 milliards de dollars sur cinq ans et 106,9 millions de dollars par année par la suite pour soutenir des initiatives visant à préserver, restaurer et promouvoir la culture et la langue autochtones, à favoriser des systèmes de santé exempts de racisme, à appuyer des services de police aptes à s'adapter aux différences culturelles, à élaborer une stratégie de justice autochtone pour lutter contre la discrimination systémique, à accroître l'aide aux organisations de femmes et de personnes LGBTQ autochtones et à travailler avec des partenaires autochtones pour surveiller et mesurer les progrès accomplis.
Nous prenons aussi des mesures pour soutenir un Canada plus diversifié et inclusif par l'intermédiaire de mesures ciblées visant à promouvoir l'égalité et les droits des personnes LGBTQ et à lutter contre la discrimination passée et actuelle envers les communautés LGBTQ. Cela signifie 15 millions de dollars sur trois ans investis dans un nouveau fonds dont l'objectif est de soutenir des initiatives communautaires, comme des services d'évaluation de la santé mentale et une aide à l'emploi, afin d'aider les communautés LGBTQ2 à surmonter les problèmes majeurs auxquels elles sont confrontées.
Un peu plus tôt cette année, des femmes courageuses ont raconté les agressions sexuelles dont elles avaient été victimes dans les Forces armées canadiennes. Malheureusement, il n'y a rien de nouveau là-dedans. Depuis 30 ans, les femmes militent pour un changement de culture. Le rapport Deschamps en soulignait l'importance. Nous sommes arrivés à un tournant: nous pouvons réellement commencer à faire bouger les choses.
Le budget propose également de fournir un financement de 236,2 millions de dollars sur cinq ans, et de 33,5 millions par année par la suite, au ministère de la Défense nationale et à Anciens Combattants Canada afin de soutenir les contributions au Plan d’action national visant à mettre fin à la violence fondée sur le genre et d'élargir leurs efforts pour éliminer l’inconduite sexuelle et la violence fondée sur le genre dans les forces armées et appuyer les survivants.
Le gouvernement avait déclaré qu'il ne pouvait y avoir de relance sans services de garde d'enfants, et il agit en conséquence. Le budget de 2021 propose des investissements pour les générations à avenir de 30 milliards de dollars sur cinq ans et de 8,3 milliards par année par la suite pour élaborer un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants.
Il y a quelques semaines à peine, une députée conservatrice a essayé de faire passer en douce un projet de loi anti-avortement. Les femmes en ont assez de ce débat. Les femmes — et seulement elles — ont le droit de disposer de leur corps comme elles l'entendent. Pour fournir à chaque personne dans l'ensemble du pays le même accès à des ressources et des services de santé sexuelle et reproductive, le budget de 2021 prévoit un financement de 45 millions de dollars afin d'améliorer l'accès au soutien, aux renseignements et aux services de santé sexuelle et reproductive pour les populations vulnérables.
Puisque nous savons qu'il n'est pas à la portée de tous de rester à la maison en sécurité, nous investissons 2,5 milliards de dollars supplémentaires sur sept ans et réaffectons 1,3 milliard de dollars au financement d'une panoplie d'initiatives en matière de logement abordable. Notamment, nous investissons 1,5 milliard de dollars pour répondre aux besoins urgents en logement des Canadiens vulnérables, et 315 millions de dollars sur sept ans pour aider les enfants et les femmes ayant un faible revenu qui fuient la violence à payer leur loyer. De plus, nous réaffecterons 250 millions de dollars pour financer les coûts de construction, de réparation et d'exploitation d'environ 560 logements de transition et places en refuge pour les femmes et les enfants qui fuient la violence.
Les femmes demeurent aux prises avec des obstacles uniques et systémiques au moment de démarrer et de faire croître une entreprise. Pour les aider à adapter leur entreprise de façon à surmonter les défis actuels et futurs, nous nous engageons à verser jusqu'à 146,9 millions de dollars sur quatre ans pour renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.
Afin d'offrir une connexion Internet haute vitesse de haute qualité et abordable à tous les Canadiens, y compris ceux qui habitent dans les collectivités rurales, nordiques ou éloignées, nous investirons un montant supplémentaire de 1 milliard de dollars sur six ans dans le Fonds pour la large bande universelle. Cela nous rapprochera de notre objectif de donner accès à Internet à 98 % des Canadiens d'ici 2026 et à la totalité d'entre eux d'ici 2030.
Alors que nous célébrons le chemin parcouru, nous reconnaissons qu'il reste encore beaucoup à faire.
Nous savons qu'il ne peut y avoir de relance après la pandémie si nous ne nous attaquons pas aux difficultés et aux inégalités systémiques auxquelles les femmes sont confrontées. Ces problèmes ont été amplifiés au cours de la dernière année...
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, women entrepreneurs are crucial to Canada’s economic success, and supporting their innovation is key to ensuring a strong, inclusive recovery from the COVID-19 pandemic.
Last month, our government provided $235,500 in top-up funding for Haltech Regional Innovation Centre in Burlington, which to support women entrepreneurs across Halton in navigating this crisis and to continue to grow their businesses. This funding is in addition to the Women entrepreneurship strategy funding previously provided to Haltech, for a total of $543,300.
Haltech provides important support to help a diverse group of women entrepreneurs to start-up, scale-up and reach global markets. Activities include training sessions through cohort-based programming and mentorship opportunities.
I am proud of the hard-working women supported by Haltech, led by Shann McGrail. These women entrepreneurs play an important role in stabilizing and growing our local and national economy.
Madame la Présidente, les femmes entrepreneures sont essentielles à la réussite économique du Canada. Il est primordial de soutenir leur innovation pour assurer une relance forte et inclusive après la pandémie de COVID-19.
Le mois dernier, le gouvernement a accordé un financement complémentaire de 235 500 $ au Haltech Regional Innovation Centre de Burlington, afin d'aider les femmes entrepreneures de la région d'Halton à traverser la crise et à continuer de faire croître leur entreprise. Ces fonds s'ajoutent au financement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat déjà accordé à Haltech, pour un total de 543 300 $.
Haltech offre des services importants qui permettent d'aider un groupe diversifié de femmes entrepreneures à démarrer leur entreprise, à lui faire prendre de l'expansion et à se tailler une place sur les marchés mondiaux. Les activités proposées comprennent notamment des séances de formation, des programmes par cohorte et des occasions de mentorat.
Je suis fière des femmes travaillantes qu'appuient Haltech et sa directrice, Shann McGrail. Ces femmes entrepreneures jouent un rôle important pour la stabilisation et la croissance de l'économie locale et nationale.
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
View Iqra Khalid Profile
2021-04-22 10:27 [p.6000]
Madam Speaker, I will start by sharing the story of Sandy, a constituent of mine. She has a really good education, but her struggles are those of many Canadians around the world. She gave up her career to start a family, and she continued to stay away from her career because child care in Ontario was too expensive and the waiting list was too long. Now, as her children are age five and seven, she finds herself living in a shelter, because she does not have housing as she tries to flee from an abusive marriage. She is now working part time while staying at this transitional house for women just like her. She is looking for housing and a stable job, but because of COVID, the situation of schools, and everything becoming so precarious, it is so hard for her to get into that workforce. The jobs that she does find are precarious, part-time and minimum-wage.
Women, in particular low-income women, have been hit the hardest by the COVID-19 crisis. They have faced steep job losses and shouldered the burden of unpaid care work at home. All the while, many have bravely served on the front lines of this crisis in our communities. There is no doubt that we remain firmly in a “she-cession” as lockdowns continue to impact our communities and many Canadians stay at home to stem the spread of an even more aggressive third wave.
I have heard from businesses in my riding about what would ensure the health of the economy of a city like Mississauga, a province like Ontario and, indeed, a country like Canada. For example, the Mississauga Board of Trade in my city has been quite clear: We need to have increased labour force participation. We need to have an empowered labour force of people who are willing, able and eager to contribute to our economy, to empower themselves and those around them, and to bring financial stability and economic prosperity, not just for themselves and their families but for all Canadians. Based on that feedback, our government has a plan through budget 2021 to emerge from the pandemic with a stronger and more inclusive society. Increasing opportunities for women's participation in our economy is at the forefront of our growth and recovery plan.
As I mentioned, the closure of schools and child care centres due to COVID-19 has really exacerbated work-life balance challenges for parents, and especially for women. It has made it more difficult for some women to work full time or, in some cases, such as Sandy, at all. More than 16,000 women have dropped out of the labour force completely, while the male labour force has grown by about 91,000. Child care is an essential social infrastructure and without it, parents, particularly women, cannot fully participate in our economy. Parents have told me this. Businesses have told me this. Single mothers have told me this.
This is an economic issue as much as it is a social issue. TD Economics has pointed to a range of studies that have shown that for every dollar spent on early childhood education, the broader economy receives between $1.50 and $2.80 in return. It is a sound investment. We can simply look at the impact of Quebec's early learning and child care system, where women in the province with children under the age of three have some of the highest employment rates in the world. Further, a study shows that child care alone has raised Quebec's GDP by 1.7%.
It is clear: Now is the time for the rest of Canada to learn from Quebec's example, and this is exactly what our government is proposing to do through budget 2021. We are making generational investments of up to $30 billion over five years to work with provincial, territorial and indigenous partners to build a Canada-wide, community-based system of quality child care, bringing the federal government to a fifty-fifty share of child care costs with provincial and territorial governments and meeting the needs of indigenous families.
Our government's plan includes a strategy for unprecedented expansion in child care across the country. This proposed investment would also be a critical part of reconciliation.
Early learning and child care programs designed by and with indigenous families and communities give indigenous children the best start in life. That is why this generational investment includes $2.5 billion over five years toward an early learning and child care system that meets the needs of indigenous families.
By 2025-26, new investments in child care will reach a minimum of $8.3 billion per year ongoing, including indigenous early learning and child care.
Our vision is to bring fees down to $10 per day on average by 2025-26 everywhere in Canada outside of Quebec. This would start with a 50% reduction in average fees for preschool care by 2022. Simply put, this investment will drive jobs and growth. It is a smart economic policy and it is the right policy for Canadians at this juncture.
However, it is not the only way that we are supporting women through budget 2021.
Budget 2021 also lays out an expansive jobs and growth plan that is very much a feminist plan. It seeks to build a recovery that gives all women in Canada the ability to fully participate in our economy.
For example, Canadian women entrepreneurs still face unique and systemic barriers to starting and growing a business. In light of this pandemic, that has become even more challenging.
To address these challenges, budget 2021 proposes to provide up to $146.9 million to strengthen the women entrepreneurship strategy, which will help provide greater access to financing, and support mentorship and training activities. Ensuring women have opportunities to work and grow in their businesses is absolutely crucial, but, of course, protecting the health and safety of women is also a priority.
Our government is also moving forward on developing a national action plan to end gender-based violence through new proposed investments of over $600 million, which will provide support for action against gender-based violence, for indigenous women and for 2SLGBTQQIA+ organizations, for the design and delivery of interventions that promote healthy relations and prevent violence and for increased access to information and support. This is in addition to reallocating $250 million in existing funding to support housing and shelter spaces for women and children fleeing violence.
We are accelerating work on a national action plan in response to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls’ calls for justice and the implementation of the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action. To support this work, budget 2021 proposes to invest an additional $2.2 billion over five years, and $160.9 million ongoing, to help build a safer, stronger and more inclusive society.
Finally, budget 2021 proposes to invest $236.2 million over five years, starting in 2021-22, and $33.5 million per year ongoing to expand work to eliminate sexual misconduct and gender-based violence in the military and support survivors. This investment will reinforce the systemic efforts to change the culture and working conditions in the Canadian Armed Forces. Ultimately, these measures support the objective of increasing representation of women in the Canadian Armed Forces from 15% to 25% by 2026, which, if achieved, will further positively reinforce culture change.
It is absolutely absurd to think that, in 2021, we are talking about the need for some of these measures instead of simply living in a society where women and men are on equal footing, with the same opportunities to succeed in a truly inclusive society.
Our government will continue to build a feminist intersectional action plan for women in the economy that will work to push past systemic barriers and inequalities for good. The—
Madame la Présidente, je commencerai par parler du cas de Sandy, une résidante de ma circonscription. Cette jeune femme possède un très bon niveau d'éducation, mais elle est confrontée aux mêmes défis que de nombreuses Canadiennes et d'autres femmes dans le monde. Elle a mis sa carrière en veilleuse pour avoir des enfants et n'a pas repris ses activités professionnelles parce que, en Ontario, les services de garde d'enfants sont très chers et les listes d'attente interminables. Aujourd'hui, alors que ses enfants ont 5 et 7 ans respectivement, elle se retrouve dans un refuge parce qu'elle a dû quitter son domicile pour fuir un conjoint violent. Elle travaille maintenant à temps partiel et habite dans une maison de transition pour des femmes qui vivent une situation semblable à la sienne. Sandy cherche un logement et un emploi stable mais, à cause de la COVID, de la situation dans les écoles et de l'instabilité omniprésente, il lui est vraiment difficile d'intégrer le marché du travail. Elle ne trouve que des emplois précaires, à temps partiel et au salaire minimum.
Les femmes, particulièrement celles qui ont un faible revenu, constituent le segment de la population le plus durement frappé par la crise de la COVID-19. De nombreuses femmes ont perdu leur emploi et ont assumé la charge des soins non rémunérés. Pourtant, nombre d'entre elles sont bravement allées travailler sur la ligne de front pour lutter contre la crise dans nos collectivités. Il ne fait aucun doute que le Canada demeure confronté à une « récession au féminin » alors que les mesures de confinement continuent à avoir des répercussions sur les collectivités et que de nombreux Canadiens restent à la maison pour freiner la propagation d'une troisième vague plus virulente que les précédentes.
Des entrepreneurs de ma circonscription m'ont parlé de ce qui pourrait assurer la santé économique d'une ville telle que Mississauga, d'une province telle que l'Ontario et d'un pays tel que le Canada. À la chambre de commerce de Mississauga, par exemple, on a été très clair: il faut accroître la participation au marché du travail. Il faut une main-d'œuvre autonome composée de personnes qui sont disposées à travailler, qui sont capables de le faire et qui sont impatientes de contribuer à notre économie, des gens qui veulent se donner les moyens ainsi qu'à leur entourage, et qui souhaitent parvenir à une stabilité financière et économique, non seulement pour eux et leur famille, mais aussi pour tous les Canadiens. En se fondant sur ces commentaires, le gouvernement a élaboré, dans le cadre du budget de 2021, un plan visant à ce que notre société sorte de la pandémie plus forte et plus inclusive. Augmenter les possibilités, pour les femmes, de participer à notre économie est à l'avant-plan de notre plan de croissance et de reprise.
Comme je l'ai indiqué plus tôt, la fermeture des écoles et des garderies en raison de la COVID-19 a vraiment exacerbé les problèmes de conciliation travail-famille pour les parents, et surtout pour les femmes. La pandémie a fait en sorte que les femmes ont davantage de difficulté à travailler à temps plein ou, dans certains cas — comme celui de Sandy —, à travailler, point. Plus de 16 000 femmes ont complètement quitté le marché du travail, tandis que la main-d'œuvre masculine a augmenté d'environ 91 000 personnes. Les services de garde d'enfants constituent une infrastructure sociale essentielle sans laquelle les parents, et plus particulièrement les femmes, ne peuvent participer pleinement à notre économie. C'est ce que des parents m'ont dit. C'est ce que des entreprises m'ont dit. C'est ce que des mères seules m'ont dit.
C'est autant une question économique qu'une question sociale. Les Services économiques TD soulignent que différentes études ont montré que, pour chaque dollar investi dans l'éducation des jeunes enfants, ce sont entre 1,50 $ et 2,80 $ qui sont injectés dans l'économie en général. Il s'agit d'un investissement judicieux. Il suffit de regarder les résultats obtenus grâce au système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants au Québec, où le taux d'emploi des femmes qui ont des enfants de moins de 3 ans est l'un des plus élevés au monde. En outre, une étude a montré que, à lui seul, le régime de garderies au Québec a fait croître le PIB de la province de 1,7 %.
C'est évident, il faut maintenant que le reste du Canada tire des leçons du Québec et c'est ce que le gouvernement propose dans le cadre du budget de 2021. Nous réalisons des investissements historiques atteignant jusqu'à 30 milliards de dollars sur cinq ans afin de collaborer avec nos partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones en vue d'établir un système pancanadien et communautaire de services de garde d'enfants de grande qualité, de façon à ce que le gouvernement fédéral assume la moitié du coût des services de garde des provinces et des territoires et à ce qu'on réponde aux besoins des familles autochtones.
Le plan du gouvernement comprend une stratégie pour une croissance sans précédent des places en garderie dans l'ensemble du pays. L'investissement proposé constituera également un élément essentiel de la réconciliation.
Les programmes d'apprentissage et de garde des jeunes enfants conçus par et avec les communautés et les familles autochtones donnent aux enfants autochtones le meilleur départ possible dans la vie. C'est pourquoi cet investissement de longue durée réservera une tranche de 2,5 milliards de dollars sur cinq ans pour la mise en place d'un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants qui répond aux besoins des familles autochtones.
D'ici 2025-2026, les nouveaux investissements dans les services de garde d'enfants seront fixés au minimum à 8,3 milliards de dollars par année de façon continue, et cela comprendra l'apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones.
Notre but est de réduire le coût de ces services à 10 $ par jour, en moyenne, d'ici 2025-2026 partout au Canada, à l'extérieur du Québec. Le premier pas dans cette direction sera de réduire de moitié le coût moyen des services de prématernelle d'ici 2022. Autrement dit, cet investissement stimulera la création d'emplois et la croissance économique. Il s'agit d'une politique économique intelligente, et c'est la bonne stratégie pour les Canadiens dans le contexte actuel.
En ce qui concerne les femmes, le gouvernement ne s'est pas arrêté à cette seule mesure d'aide dans le budget de 2021.
Le budget de 2021 présente aussi un vaste plan de croissance et d'emploi qui est fondamentalement féministe. Il cherche à mettre en place une reprise qui donne à toutes les Canadiennes la possibilité de participer pleinement à l’économie du pays.
À titre d'exemple, les femmes entrepreneures demeurent aux prises avec des obstacles uniques et systémiques au moment de démarrer et de faire croître une entreprise. Les défis sont encore plus grands dans le contexte de la pandémie.
Afin de contrer ces obstacles, le budget de 2021 propose de fournir jusqu’à concurrence de 146,9 millions de dollars afin de renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui permettra d'améliorer l'accès des femmes au financement, au mentorat et à la formation. S'il est absolument crucial de veiller à ce que les femmes aient la possibilité de travailler et de s'épanouir dans leur entreprise, il est tout aussi crucial de protéger leur santé et leur sécurité.
Ainsi, le gouvernement libéral fera progresser la mise en œuvre d'un plan d'action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre, au moyen de nouveaux investissements dépassant les 600 millions de dollars. Ces sommes seront consacrées à la lutte contre la violence fondée sur le genre, à des organismes voués aux femmes autochtones et aux personnes 2SLGBTQQIA+, à la conception et à l'exécution d'interventions qui favorisent des relations sécuritaires et préviennent la violence, et elles serviront à rendre l'information et le soutien plus accessibles. Signalons aussi qu'un financement existant de 250 millions de dollars a été réaffecté au soutien de logements et de places en refuge pour les femmes et les enfants fuyant la violence.
Nous accélérons les efforts visant à créer un plan d'action national en réponse aux appels à la justice formulés dans l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et à la mise en œuvre des appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation. Pour appuyer ces efforts, le gouvernement propose, dans le budget de 2021, d'investir un montant additionnel de 2,2 milliards de dollars sur cinq ans et de 160,9 millions de dollars par la suite pour aider à bâtir une société plus sûre, plus forte et plus inclusive.
Enfin, le budget de 2021 prévoit un investissement de 236,2 millions de dollars sur cinq ans à compter de 2021-2022 et de 33,5 millions de dollars par année par la suite pour élargir les efforts visant à éliminer l'inconduite sexuelle et la violence fondée sur le genre dans les forces armées et à soutenir les survivants. Cet investissement renforcera les efforts systémiques visant à changer la culture et les conditions de travail dans les Forces armées canadiennes. Au bout du compte, ces mesures appuient l'objectif de faire passer la représentation des femmes dans les Forces armées canadiennes de 15 % à 25 % d'ici 2026 et, s'il est atteint, cela renforcera encore plus favorablement le changement de culture.
Il est tout à fait absurde de penser que, en 2021, nous parlons de la nécessité de mettre en œuvre certaines de ces mesures au lieu de simplement vivre dans une société où les femmes et les hommes sont sur un pied d'égalité et ont les mêmes chances de réussir dans une société véritablement inclusive.
Le gouvernement continuera à élaborer un plan d'action féministe intersectionnel pour les femmes dans l'économie qui visera à éliminer pour de bon les obstacles et les inégalités systémiques. Le...
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2021-04-22 11:38 [p.6010]
Madam Speaker, my colleague from Vegreville had commented earlier today about the Liberals' propensity for announcements instead of actual action, and I want her to reference this.
She talked about the need to promote entrepreneurship among women. I will note that three or four years ago the operations committee tabled in the House a report on helping women entrepreneurs with government procurement. Now, three years later, the government has not acted on a single one of over two dozen recommendations.
She also talks about the need to promote French language in Quebec, which I understand and I support. I will note that the Treasury Board, in providing a billion-dollar, sole-sourced grant to its friends at WE, violated Treasury Board rules and did not do the official languages impact analysis. The President of the Treasury Board from Quebec City violated his own rules. Why the hypocrisy?
Madame la Présidente, la députée de Vegreville a parlé tout à l’heure de la propension qu’ont les libéraux à faire des beaux discours plutôt qu'à passer à l’acte, et j’aimerais lui en donner un autre exemple.
Elle a parlé de la nécessité de promouvoir l’entrepreneuriat chez les femmes. J’observe qu’il y a trois ou quatre ans, le comité des opérations a présenté un rapport à la Chambre sur la façon d’aider les femmes entrepreneures à obtenir des contrats du gouvernement. Trois ans plus tard, j’observe que le gouvernement n’a donné suite à aucune recommandation, parmi la trentaine que proposait le rapport.
Elle a aussi parlé de la nécessité de promouvoir la langue française au Québec, ce que je comprends et que j’approuve tout à fait. J’observe que le Conseil du Trésor, en accordant un contrat à fournisseur unique d’un milliard de dollars à ses copains de l’organisme UNIS, a violé ses propres règles en ne procédant pas à une analyse linguistique avant de l’autoriser. Le président du Conseil du Trésor, qui vient de la ville de Québec, a violé ses propres règles. Quelle hypocrisie!
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2021-04-22 11:40 [p.6011]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
I think that we basically share the same concerns, particularly that of ensuring that women are able to return to the labour market, and that is exactly what our budget proposes.
I would also like to remind my colleague that our government is the first federal government to recognize the decline of French and the need to protect the French language to ensure its vitality and demographic weight in North America.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Je pense que nous partageons, à la base, les mêmes préoccupations, notamment celle de s'assurer que les femmes pourront retourner sur le marché du travail, et c'est exactement ce que propose le budget que nous avons présenté.
J'aimerais aussi rappeler à mon collègue que notre gouvernement est le premier gouvernement fédéral à reconnaître le déclin du français, ainsi que la nécessité de protéger la langue française pour assurer sa vitalité et son poids démographique en Amérique du Nord.
View Maninder Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Maninder Sidhu Profile
2021-04-22 15:46 [p.6050]
Mr. Speaker, I would like to start by thanking the hon. member for Surrey—Newton for his kind words. I am thankful for the chance to address the House and all Canadians during this time of extreme difficulty for our country, particularly for my province of Ontario.
As we encourage residents to stay at home and practise extra vigilance, our federal government will always have Canadians' backs. We exceeded our original quarter one commitments for the total of 9.5 million doses received. With over 13 million now delivered to provinces and territories, we are currently third among G20 countries for people receiving their vaccines and we are well on track to provide a vaccine to every adult who would like one by September.
As we look to our new budget, I want to reflect on how our government has continued to support and invest in Canadians throughout this pandemic. The Canada recovery benefit has now helped more than 1.8 million Canadians put food on the table and pay their bills, including $14.5 billion in direct support.
Last month, we increased the number of weeks for the program availability to families and workers. The wage subsidy has provided $73 billion to workers with over three million approved applications to date. There have been 669,000 approved applications for the rent subsidy, totalling over $2 billion in support. These are crucial supports that support Canadian families, workers and businesses.
On Monday, my two proud daughters watched our first female Deputy Prime Minister and Minister of Finance table a historic budget. As she put it herself, this budget is about completing our fight against COVID-19, alleviating the damage left by the recession it created, and building up to create more opportunities for Canadians to thrive in years to come.
We have not seen such a steep and fast economic contraction in recent times. As many members know first-hand, those disproportionately affected include low-wage workers, young people, women and racialized Canadians. Some businesses have found innovative ways to prosper and even grow and others, due to circumstances outside their control, have had to fight just to survive.
I am thrilled to be able to speak on a budget that is delivering on our government's commitment to creating jobs, growing the middle class, helping businesses get on track for long-term growth, and ensuring that Canadians' future will be healthier, more equitable, greener and more prosperous. Our top priority remains protecting Canadians' health and safety, particularly during this third aggressive wave.
Budget 2021 invests in Canada's biomanufacturing and life sciences sector to rebuild domestic vaccine manufacturing capacity. Our government is proposing a $3-billion investment to support provinces and territories and ensuring standards for long-term care are applied and permanent changes are established.
We will also provide $90 million to launch an “age well at home” initiative. This would assist community-based organizations to provide practical support to help low-income and otherwise vulnerable seniors to age in place, such as matching seniors with volunteers who can help with meal preparation, home maintenance, daily errands, yard work and transportation.
Our government is also proposing to increase the old age security for seniors age 75 and over beginning in 2022, including a one-time top-up payment of $500 this August, as we want to make sure we are there for our seniors who have built our country.
Ontario will see an investment of $466 million to support health care system capacity in responding to surges in COVID-19 cases, as well as heightened demand for those experiencing challenges related to mental health, substance abuse and homelessness.
The pandemic has created new barriers for those needing access to mental health services and the stresses associated with the pandemic, whether job, health or isolation related. Budget 2021 represents a $1.2-billion investment nationwide to help mitigate this challenge.
For our economy to reach its full potential, we must ensure we have the highest participation rate possible in our workforce. To do so, our government is proposing a transformative investment to build a Canada-wide early learning and child care system. This unprecedented plan will drive economic growth, increase women's participation in the workforce and ensure each child has the best start in life. We will aim to reduce fees for regulated child care by 50% on average by 2022, with the goal of reaching $10 per day on average by 2026. We will provide almost $30 billion over the next five years and provide permanent, ongoing funding.
We are committed to supporting women entrepreneurs as we aim to build back stronger and more inclusively. Our budget proposes allocating $146 million to strengthen the women entrepreneurship strategy. Women entrepreneurs will have greater access to financing, mentorship and training. We will work with financial institutions to develop a voluntary code to support the inclusion of women and other under-represented entrepreneurs as clients in the financial sector.
To support low-wage workers, our budget proposes to expand the Canada workers benefit to support about one million additional Canadians, helping them return to work and increasing benefits for those most vulnerable. The government will raise the income level at which the benefit starts being reduced to $22,944 for single individuals without children and to $26,177 for families.
Investing in youth has never been more important than at this moment. Many young people, recent graduates and students are struggling to find valuable job experience and growth opportunities due to the barriers caused by the pandemic.
Our budget is proposing to waive interest accrual on Canada student loans and Canada apprenticeship loans until March 31, 2023. We are proposing to double student grants for an additional two years, effectively covering 90% of the average undergraduate tuition in Canada for low-income students during the pandemic.
Further supports for youth include $118 million in after-school programming and $239 million in student work placement programs to support 50,000 work integrative learning opportunities for post-secondary students, up 20,000 from last year.
We will invest $80 million to help kids learn to code, and $109 million to create 7,000 more jobs through the youth employment and skills strategy to better meet the needs of vulnerable youth facing various and often multiple barriers to employment. An additional 94,000 job placements will be made available through Canada summer jobs funding.
To further our progress in prioritizing job creation in small business, our budget will extend business and income support measures through to the fall. We will support almost 500,000 new training and work opportunities, including 215,000 opportunities for youth.
Budget 2021 is a plan that puts the government on track to meet its commitment to create one million jobs. Our budget proposes $700 million over three years for the regional development agencies to support business financing. This would position local economies for long-term growth by transitioning to a green economy and enhancing competitiveness.
We also propose to launch the Canada digital adoption program to assist over 160,000 businesses with the cost of new technology. This will provide businesses with the advice they need to get the most out of new technology, while employing 28,000 young Canadians who will be trained to work with them. In addition, we also propose to allow small businesses to fully expense up to $1.5 million in capital investments and assets, including digital technology and intellectual property. This constitutes an additional $2.2 billion investment in the growth of entrepreneurial companies.
Fighting climate change has been and will always be one of our government's biggest priorities. Budget 2021 includes a plan to allow 200,000 Canadians to make their homes greener. Our investments are aimed at reducing the pollution from fuels used in the transportation and production of goods by increasing Canada's production of low carbon fuels, including biofuels. They are aimed at encouraging the developing of innovative new technologies to reduce pollution in heavy industry, and conserving up to one million square kilometres more land and inland waters to help achieve our 25% protected area by 2025 targets.
This plan puts Canada on track to exceed its Paris targets and reduce greenhouse gas emissions by 36% by 2030. This also puts us on a path to reach net zero emissions by 2050.
As part of our green recovery plan, we are proposing $5 billion to the net zero accelerator. This would allow the government to provide up to $8 billion in support for projects that will help reduce domestic greenhouse gas emissions across the economy.
We are proposing to reduce general, corporate and small business income tax for businesses that manufacture zero emission technologies. More investments in this plan include $56 million to develop and implement a set of codes and standards for retail ZEV charging and fuelling stations. We will provide $98 million to support our commitment to power federal buildings with 100% clean energy by 2022, and $104 million to strengthen greenhouse gas emission regulations for light and heavy-duty vehicles and off-road residential equipment.
Canada entered the pandemic in a strong fiscal position. This allowed our government to take quick actions, supporting people and businesses, and to make historic investments in the recovery. To respond to the pandemic, $8 out of $10 spent in Canada has come from the federal government. I am incredibly proud that our government stepped up to support Canadians through an unprecedented year.
I would like to end today by talking about a conversation I had with a constituent who was filled with emotion just talking about the historic child care announcement and what it meant for her. It meant she would no longer have to choose between staying home to care for her child or going to work only to see a majority of her paycheque go toward paying for costly child care. It would mean giving her child the opportunity to learn and grow in a professional setting, providing this constituent the opportunity to focus on her career and feeling proud that she would be able to contribute to the Canadian economy.
This is why we are here, to make real, positive impacts in the lives of so many. I am proud to stand behind such a historic budget that will support all Canadians from coast to coast to coast.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier le député de Surrey—Newton de ses bons mots. Je suis heureux d'avoir la chance de m'adresser à la Chambre et à l'ensemble des Canadiens en cette période extrêmement difficile pour notre pays, et plus particulièrement pour ma province, l'Ontario.
Tout en encourageant les gens à rester à la maison et à demeurer très vigilants, le gouvernement fédéral sera toujours là pour aider les Canadiens. Nous avons reçu 9,5 millions de doses de vaccin, ce qui dépasse le nombre que nous avions prévu pour le premier trimestre. Les provinces et les territoires ont reçu plus de 13 millions de doses, le Canada se classe actuellement au troisième rang parmi les pays du G20 au chapitre du nombre de vaccinations, et nous sommes en bonne voie de pouvoir vacciner tous les adultes qui le désirent d'ici septembre.
Puisque nous étudions le nouveau budget, je tiens à faire des observations sur les mesures que le gouvernement a prises pour continuer d'aider les Canadiens pendant cette pandémie. La Prestation canadienne de la relance économique, qui comprend une aide directe de 14,5 milliards de dollars, a aidé jusqu'à présent plus de 1,8 million de Canadiens à se nourrir et à payer leurs factures.
Le mois dernier, nous avons augmenté le nombre de semaines d'admissibilité au programme pour les familles et les travailleurs. La subvention salariale a fourni 73 milliards de dollars aux travailleurs; à ce jour, plus de trois millions de demandes ont été approuvées. En ce qui a trait à la subvention pour le loyer, 669 000 demandes ont été approuvées, pour un soutien total de plus de 2 milliards de dollars. Il s'agit de mesures essentielles pour soutenir les entreprises, les familles et les travailleurs canadiens.
Lundi, mes deux filles ont regardé fièrement la première femme vice-première ministre et ministre des Finances présenter un budget historique. Comme elle l'a dit elle-même, le budget cherche à vaincre la COVID-19, à remédier aux dommages causés par la récession qu'a créée la pandémie et à renforcer l'économie afin de créer plus d'occasions pour favoriser la réussite des Canadiens dans les années à venir.
Cela fait longtemps que nous n'avons pas vu une contraction économique aussi forte et aussi rapide. Comme beaucoup de députés le savent d'expérience, les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racialisés en sont touchés de façon disproportionnée. Certaines entreprises ont trouvé des façons novatrices de prospérer et même de croître. D'autres, pour des raisons qui leur échappent, ont dû se battre simplement pour survivre.
Je suis ravi de pouvoir prendre la parole sur un budget qui respecte l'engagement qu'a pris le gouvernement de créer des emplois, faire croître la classe moyenne, remettre les entreprises sur les rails en vue d'une croissance à long terme et garantir aux Canadiens un avenir plus sain, plus équitable, plus vert et plus prospère. Notre priorité absolue est toujours de protéger la santé et la sécurité des Canadiens, surtout pendant cette troisième vague agressive.
Le budget de 2021 investit dans le secteur canadien de la biofabrication et des sciences de la vie pour rebâtir la capacité nationale de fabrication de vaccins. Le gouvernement propose un investissement de 3 milliards de dollars pour soutenir les provinces et les territoires et assurer l'instauration de normes pour les soins de longue durée et l'établissement de changements permanents.
Nous fournirons également 90 millions de dollars pour lancer une initiative pour vieillir dans la dignité à la maison. Cette initiative aiderait des organismes communautaires à apporter du soutien pratique pour aider les aînés à faible revenu et autrement vulnérables à vieillir chez eux, y compris par le jumelage d’aînés avec des bénévoles qui les aideront à préparer les repas, à faire l’entretien ménager, les courses, et les menus travaux, et à se déplacer.
Le gouvernement propose également de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés âgés de 75 ans et plus à compter de 2022 et de leur verser un paiement unique de 500 $ en août 2021, car nous voulons être là pour les aînés qui ont bâti le Canada.
L'Ontario bénéficiera d'un investissement de 466 millions de dollars pour renforcer la capacité des systèmes de santé à réagir aux flambées de cas de COVID-19 et à la demande accrue de services pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d'itinérance.
La pandémie a dressé de nouveaux obstacles pour les personnes qui ont besoin de services de santé mentale et a exacerbé le stress que vivent les Canadiens, qu'il soit lié au travail, à la santé ou à l'isolement. Le budget de 2021 représente un investissement de 1,2 milliard de dollars à l'échelle nationale pour aider à atténuer ce problème.
Pour que notre économie atteigne son plein potentiel, nous devons veiller à ce que le taux de participation à la population active soit le plus élevé possible. Pour ce faire, le gouvernement propose un investissement transformateur en vue de créer un système pancanadien d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ce plan sans précédent favorisera la croissance économique, augmentera la participation des femmes à la population active et fera en sorte que chaque enfant jouisse du meilleur départ possible dans la vie. Nous viserons une réduction de 50 % des frais moyens des services réglementés de garde d'enfants d'ici 2022, l'objectif étant d'atteindre une moyenne de 10 $ par jour d'ici 2026. Nous y consacrerons près de 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années et fournirons un financement permanent continu.
Alors que nous cherchons à rebâtir une économie plus forte et plus inclusive, nous sommes résolus à soutenir les femmes entrepreneures. Le budget propose de consacrer 146 millions de dollars au renforcement de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Ainsi, les femmes entrepreneures auront un meilleur accès au financement, au mentorat et à la formation. Nous collaborerons avec les institutions financières afin d'élaborer un code volontaire qui contribuera à soutenir l'inclusion des femmes et d'autres entrepreneurs sous-représentés en tant que clients dans le secteur financier.
Pour soutenir les travailleurs à faible salaire, le budget propose de bonifier l'Allocation canadienne pour les travailleurs afin d'appuyer environ 1 million de Canadiens supplémentaires, ce qui les aidera à retourner au travail tout en augmentant les prestations pour les personnes les plus vulnérables. En outre, le gouvernement fera passer à 22 944 $, dans le cas des personnes seules sans enfant, et à 26 177 $, dans le cas des familles, le niveau de revenu à partir duquel la prestation commence à être réduite.
Il n'a jamais été aussi important d'investir dans la jeunesse. De nombreux jeunes, récents diplômés et étudiants ont du mal à trouver des occasions d'acquérir une expérience de travail ou de croissance, à cause des obstacles imposés par la pandémie.
Le budget propose d'éliminer l'intérêt sur les prêts canadiens aux étudiants et aux apprentis jusqu'au 31 mars 2023. Il propose aussi de doubler les bourses d'études pendant deux années de plus, afin de couvrir durant la pandémie 90 % des droits moyens de scolarité des programmes de premier cycle au Canada pour les étudiants à faible revenu.
Parmi les autres mesures d'aide offertes aux jeunes, on retrouve 118 millions de dollars pour les programmes parascolaires et 239 millions de dollars pour les programmes de stages pratiques pour étudiants, afin de soutenir 50 000 occasions d'apprentissage en milieu de travail pour les étudiants au niveau postsecondaire, soit une hausse de 20 000 par rapport à l'année dernière.
Nous investirons 80 millions de dollars pour aider les enfants à s'initier à la programmation et 109 millions de dollars pour créer 7 000 nouveaux emplois dans le cadre de la Stratégie emploi et compétences jeunesse, afin de mieux répondre aux besoins des jeunes vulnérables, qui se heurtent à divers et souvent multiples obstacles à l'emploi. De plus, 94 000 nouvelles occasions de placement seront offertes grâce au financement d'Emplois d'été Canada.
Afin de prioriser encore davantage la création d'emplois dans les petites entreprises, le budget prolongera les mesures d'aide aux entreprises et de soutien du revenu jusqu'à l'automne. Nous financerons près de 500 000 nouvelles occasions de formation et d'emploi, dont 215 000 pour les jeunes.
Le budget de 2021 est un plan qui permettra au gouvernement de tenir sa promesse de créer un million d'emplois. Le budget propose d'allouer 700 millions de dollars sur trois ans aux agences de développement régional pour qu'elles offrent un soutien financier aux entreprises. Cette mesure permettrait aux économies régionales de faire la transition vers une économie verte et d'améliorer leur compétitivité, ce qui les placerait en bonne position pour poursuivre leur croissance à long terme.
Nous proposons aussi de lancer le Programme canadien d'adoption du numérique pour aider plus 160 000 entreprises à assumer le coût des nouvelles technologies. Dans le cadre de ce programme, les entreprises recevront les conseils dont elles ont besoin pour tirer le meilleur parti possible des nouvelles technologies, tout en donnant du travail à 28 000 jeunes Canadiens qui seront formés pour travailler avec elles. En outre, nous proposons de permettre aux petites entreprises la passation en charges immédiate d'un montant maximal de 1,5 million de dollars en actifs et en investissement en capital, y compris les technologies numériques et la propriété intellectuelle. Il s'agit d'un investissement additionnel de 2,2 milliards de dollars dans la croissance des entreprises.
La lutte contre les changements climatiques a toujours été et demeure une des plus grandes priorités du gouvernement. Le budget de 2021 comporte un plan pour permettre à 200 000 Canadiens de rendre leur maison plus écologique. Nos investissements visent à réduire la pollution provenant des carburants servant au transport et à la production des biens en accroissant la production canadienne de carburants à faible teneur en carbone, y compris les biocarburants. Ils visent à encourager le développement de nouvelles technologies novatrices pour réduire la pollution de l'industrie lourde ainsi qu'à préserver jusqu'à un million de kilomètres carrés de terres et d'eaux intérieures de plus pour atteindre l'objectif de 25 % d'aires protégées d'ici 2025.
Ainsi, le budget place le Canada en bonne position pour atteindre les cibles fixées dans l'Accord de Paris et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 36 % d'ici 2030, en plus de nous aider à atteindre la carboneutralité d'ici 2050.
Dans le cadre de notre plan pour une relance verte, nous proposons d'investir 5 milliards de dollars dans le fonds accélérateur net zéro. Ainsi, le gouvernement pourra investir jusqu'à 8 milliards de dollars dans des projets qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada, tous les secteurs économiques confondus.
Nous proposons aussi de réduire les taux d'imposition générale des sociétés et des petites entreprises qui fabriquent des technologies à zéro émission. Parmi les autres investissements prévus au budget, on compte une enveloppe de 56 millions de dollars pour élaborer et mettre en œuvre une série de codes et de normes pour les bornes de recharge et les stations de ravitaillement de véhicules zéro émission de détail. En outre, nous allons fournir 98 millions de dollars pour respecter notre engagement de convertir entièrement les édifices fédéraux à l'énergie propre d'ici 2022, et 104 millions de dollars pour renforcer la réglementation concernant les émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules légers et lourds et pour l'équipement résidentiel hors route.
Le Canada se trouvait dans une excellente position financière quand la pandémie est survenue. Cela a permis au gouvernement de mettre rapidement en place des mesures pour aider les Canadiens et les entreprises et faire des investissements records pour relancer l'économie. En ce qui concerne les sommes investies en réponse à la pandémie, huit des dix dollars investis au Canada provenaient du gouvernement fédéral. Je suis très fier que le gouvernement n'ait pas hésité à aider les Canadiens durant cette année sans précédent.
Je voudrais conclure en parlant de la conversation que j'ai eue avec une personne de ma circonscription qui m'a parlé avec émotion de l'annonce inouïe que nous avons faite concernant la garde d'enfants et de ce que cela signifiait pour elle. Pour cette femme, cela signifie qu'elle n'aura plus à choisir entre rester à la maison pour prendre soin de son enfant ou aller travailler et voir la majeure partie de sa paie s'envoler en frais de garde coûteux. Cela signifie que son enfant pourra apprendre et s'épanouir grâce aux services professionnels qu'il recevra et qu'elle pourra se concentrer sur sa carrière et être fière de contribuer à l'économie canadienne.
C'est pour cette raison que nous sommes ici, pour faire une différence concrète et positive dans la vie de plein de gens. Je suis fier de soutenir ce budget sans précédent qui appuiera tous les Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 455--
Mr. Kenny Chiu:
With regard to the statement by the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs in the House of Commons on February 23, 2021, that “A registry of foreign agents is something that we are actively considering”: (a) what is the timeline for when a decision on such a registry will be made, including the timeline for the implementation of such a registry; (b) when did the government begin considering a foreign agent registry; (c) who has been assigned to lead the government’s consideration of a foreign agent registry, and when did that person receive the assignment; (d) what other changes have been implemented since January 1, 2016, to address the threat of foreign influence; and (e) what other specific actions does the government plan to implement to address the threat of foreign influence, and what is the timeline for the implementation of each such measure?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
In response to (a), the Government of Canada does not tolerate harmful activities such as foreign interference and applies a whole-of-government approach to safeguarding our communities, democratic institutions, and economic prosperity.
In December, Minister Blair publicly outlined the threats related to foreign interference and the critical work of the security and intelligence community in a letter addressed to all members of Parliament. The Government of Canada is always evaluating the tools and authorities required by our security agencies to keep Canadians safe, while respecting their fundamental rights.
In response to (b), the Government of Canada is always looking to learn from the experiences of our international partners to see what may be advisable or possible in Canada.
In response to (c), the Government of Canada takes a whole-of-government approach to combatting foreign interference. As part of this effort, the Government of Canada is always evaluating the tools and authorities that our national security agencies need to help keep Canadians safe. This involves officials across multiple departments and agencies.
In response to (d), Canada has been leading the G7 rapid response mechanism aimed at identifying and responding to foreign threats to democracy since it was agreed at the 2018 Charlevoix summit. Since its establishment, the mechanism has focused on countering foreign state-sponsored disinformation, in recognition of the critical threat this issue poses to the rules-based international order and democratic governance. The mechanism’s coordination unit, located at Global Affairs Canada, also supports whole-of-government efforts aimed at safeguarding the Canadian federal elections, as a member of the security and intelligence threats to elections, SITE, task force, along with the Communications Security Establishment, the Canadian Security Intelligence Service and the Royal Canadian Mounted Police.
There has been an increase in foreign interference, FI, investigations at the RCMP over the last few years, which could be attributed to several factors, including increased reporting by victims, greater awareness by local police, and media attention.
It is predominantly the RCMP’s federal policing national security program that looks to identify common activities that could be attributed to FI, including intimidation, harassment and threats. This work requires collaboration with police of local jurisdiction and other local partners, as these types of criminality are almost always brought to their attention first. Should there be criminal or illegal activities occurring in Canada that are found to be backed by a foreign state, the federal policing national security program will take the lead in these types of investigations, given the complexity and the classification of information that form their basis. As such, the RCMP can only confirm that it is monitoring and actively investigating threats of FI in Canada.
The RCMP has a broad, multi-faceted mandate that allows it to investigate and disrupt FI by drawing upon various legislative statutes with a view to laying charges under the Criminal Code of Canada. The RCMP also works closely with its security and intelligence partners to identify and protect those who may be experiencing harassment or intimidation, which may be at the direction of a foreign state. Furthermore, the RCMP works with police of local jurisdiction and other local enforcement to ensure that instances of harassment and intimidation, which are commonly reported at the local level, with potential links to national security are considered by the RCMP’s federal policing national security program for investigation.
In response to (e), the Government of Canada’s security and intelligence community is combatting foreign interference threats within their respective mandates. The Government of Canada continues to look for new and innovative ways to enhance the measures in place to address foreign interference.

Question No. 456--
Mr. Taylor Bachrach:
With regard to the Canada Revenue Agency’s (CRA) actions concerning the Panama Papers case and the Paradise Papers case, broken down by each case: (a) how many taxpayer or Canadian business files are currently open with the CRA; (b) how many taxpayer or Canadian business files have been referred to the Public Prosecution Service of Canada; (c) what is the number of employees assigned to each case, broken down by job post title; (d) how many audits have been conducted since each case was disclosed; (e) how many notices of assessment have been issued by the CRA; (f) what is the total amount recovered so far by the CRA; (g) what is the average time to close a case; (h) what is the average return for closed cases; and (i) how many have been settled and what was the loss in amounts recovered?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA.
In response to part (a), as of December 25, 2020, the most recent data available, the CRA defines “files” as audits, and there are 160 taxpayers audits currently ongoing related to the Panama papers and close to 50 audits currently ongoing related to the paradise papers.
In response to part (b), as of March 31, 2020, the most recent data available, no cases related to the Panama papers or the paradise papers have been referred to the Public Prosecution Service of Canada, PPSC.
Criminal investigations can be complex and require years to complete. The length of time required to investigate is dependent on the complexity of the case, the number and sophistication of individuals involved, the availability of information or evidence, the co-operation or lack thereof of witnesses or the accused, and the various legal tools that may need to be employed to gather sufficient evidence to establish a case beyond reasonable doubt.
In response to part (c), the CRA is interpreting the term “employees” as noted in the question as the budgeted full-time equivalents, FTEs, in the auditors, AU, category: 37 auditors are assigned to the Panama papers workloads, and 14 auditors are assigned to the paradise papers workloads. It is important to note that these auditors are not solely dedicated to Panama papers and paradise papers, and some auditors work on both the Panama papers and the paradise papers workloads.
In response to part (d), as of December 25, 2020, the most recent data available, the CRA has completed close to 200 taxpayer audits linked to the Panama papers and close to 80 taxpayer audits linked to the paradise papers.
In response to part (e), as of December 25, 2020, the most recent data available, there have been over 35 audits resulting in reassessment for the Panama papers and under five for the paradise papers that resulted in tax earned by audit, TEBA.
It is important to note that with each individual audit, there may be multiple notices of reassessment issued to each taxpayer depending on the number of years audited and whether penalties are applicable to the audit. For example, if there are six years under audit, there can be potential for several notices of reassessment issued for the one taxpayer audit should non-compliance be identified.
In response to part (f), the CRA is unable to respond in the manner requested, as it does not track payments against specific account adjustments like audits, as its systems apply payments to a taxpayer’s cumulative outstanding balance by tax year, which can represent multiple assessments, reassessments such as audits of different types, and other adjustments.
However, based on an October 2020 study by the Parliamentary Budget Officer of recent federal budget investments in the CRA tax compliance operations, it was generally estimated that approximately 80% of total audit fiscal impact will materialize and result in successful collection actions.
In response to part (g), the CRA is defining “case” as an audit. Please note that there are many factors that could impact the amount of time to complete a Panama papers and paradise papers audit, such as the time from the date the case is created to the date the case is assigned to an auditor; delays beyond our control such as the time it takes the taxpayer to respond to questions; cases involving offshore assets require exchange of information with other jurisdictions, other tax administrations, which can take a significant time. The average time to complete a Panama papers audit is close to 380 days per audit and close to 360 days per audit for paradise papers.
In response to part (h), as outlined in part (d), there have been close to 280 taxpayers audits completed linked to the Panama papers and paradise papers, resulting in more than $21 million in federal taxes and penalties assessed. The average return, TEBA, for closed audits for the Panama papers is $110,216.
However, as noted under part (e), to date, there have been fewer than five taxpayer audits with links to the paradise papers that resulted in non-compliance. Under the confidentiality provisions of the acts administered by the CRA, in situations where the sample size is so small that a taxpayer or business could be directly or indirectly identified, aggregate data is not released. Therefore, disclosing dollar values related to paradise papers cannot be provided as the identities of the taxpayers or businesses could be revealed or inferred.
In response to part (i), under the confidentiality provisions of the acts administered by the CRA, in situations where the sample size is so small that a recipient could be directly or indirectly identified, aggregate data is not released. Given the small volume of cases and the need to ensure confidentiality, the details cannot be provided as the identities of the taxpayers or businesses could be revealed or inferred.

Question No. 457--
Mr. Gérard Deltell:
With regard to the announcement by the current Parliamentary Secretary to the Minister of Innovation, Science and Industry on February 19, 2018, related to a federal contribution of $2,066,407 to have Bell install broadband Internet in Lac Pemichangan and certain other Outaouais communities: (a) did the government chose which communities would be covered or did Bell; (b) what specific criteria was used to determine which communities would be covered by the announced funding; (c) on what date did (i) the Minister of Innovation, Science and Industry, (ii) the current Parliamentary Secretary to the Minister of Innovation, Science, and Industry, become aware that the Chief Executive Officer of Bell had a vacation property in Lac Pemichangan; and (d) why was the funding not used to expand broadband service in Chelsea or other more populated areas of the Outaouais?
Response
Ms. Gudie Hutchings (Parliamentary Secretary to the Minister for Women and Gender Equality and Rural Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a) connectivity has never been more important, and we continue to make progress in ensuring all Canadians have access to reliable high-speed Internet, no matter where they live. Since 2015, we have approved programs and projects that will connect 1.7 million Canadian households. Our government has introduced programs like connect to innovate, or CTI, and the universal broadband fund that are working to improve Internet connectivity, because we understand that all Canadians need access to high-speed Internet to live, work and compete in today’s digital world.
Through CTI, we are helping more than 900 rural and remote communities, more than triple the 300 communities initially targeted and including 190 indigenous communities, get access to high-speed broadband. This project was chosen under the CTI program. CTI focused on building transformative high-capacity backbone connectivity to connect public institutions like schools, hospitals, and first nations band councils.
Applications were accepted between December 2016 and April 2017 for broadband infrastructure projects in areas identified as underserved because they lacked a backbone connection of one gigabit per second, Gbps. Innovation, Science and Economic Development Canada’s, ISED’s, national broadband Internet service availability map was used to determine these areas. For this project, ISED selected Bell’s application, in which Bell proposed to provide backbone access to the underserved communities of Grand-Remous, Clément, Lac-Pemichangan, Petit-Poisson-Blanc, Danford Lake, Alcove and Lascelles and did not include the last mile connection to homes.
The communities ultimately covered by this project were decided through contribution agreement negotiations between ISED and Bell. However, Bell had committed to invest its own contribution to build a last mile network to connect homes. As no federal funding contributed to the building of the last mile network, Bell is solely responsible.
In response to (b), eligible communities were identified on the eligibility map on the CTI website. The data for these maps was provided by a number of sources, including Internet service providers, or ISPs, provinces, territories and others to identify where points of presence, PoP, delivering service of at least 1 Gbps are located. For CTI, an eligible rural community was defined as a named place with a population of fewer than 30,000 residents that was two kilometres or more from the nearest 1 Gbps PoP.
All applications to the CTI program were assessed using a three-stage assessment process. First was the eligibility screening to determine if the applicant was eligible for funding. The second was the assessment of essential criteria, which included technological merit and the extent to which the application demonstrated a feasible project management plan. The sustainability of the proposed solution, including whether the applicant had a reasonable plan and the financial potential to maintain the infrastructure and services on an ongoing basis for five years after the project is completed, was also considered at this stage. Finally, those applications that met the essential criteria underwent an assessment against a series of comparative criteria in the categories of community benefits and partners and costs. Taken together, the program must ensure that projects provide a good regional distribution, allow the program to reach a sufficient number of communities, and do not exceed available resources. This project went through each of the steps outlined above.
In response to (c), the Minister of Innovation, Science and Economic Development and the parliamentary secretary became aware of this via media reports in February 2021.
In response to (d), projects were selected from applications received for the underserved communities identified on ISED’s eligibility maps.

Question No. 458--
Mr. Taylor Bachrach:
With regard to offshore tax havens, since November 2015: (a) how many taxpayer or Canadian business files are currently open with the Canada Revenue Agency (CRA); (b) how many taxpayer or Canadian business files have been referred to the Public Prosecution Service of Canada; (c) what is the number of employees assigned to each case, broken down by job post title; (d) how many audits have been conducted since each case was disclosed; (e) how many notices of assessment have been issued by the CRA; (f) what is the total amount recovered so far by the CRA; (g) what is the average time to close a case; (h) what is the average return for closed cases; and (i) how many have been settled and what was the loss in amounts recovered?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the CRA. In response to parts (a), (c), (d), (e), (f), and (g), while the CRA may use the term "tax havens" for illustrative purposes to communicate with a broader audience, in practice the CRA’s risk assessments focus on jurisdictions of concern. There are generally two essential attributes that are used to identify offshore jurisdictions of concern: no taxes or low effective rates of tax; and banking secrecy or confidentiality laws providing anonymity.
The CRA does not capture all the audit activity completed involving all jurisdictions of concern information in the manner requested above. The CRA does not specifically maintain an official list of offshore jurisdictions of concern. Through collaborative efforts with international partners, the CRA is able to identify and take action against those who are evading and avoiding paying their fair share of tax. Furthermore, where tax treaties or tax information exchange agreements are in place, sharing of information amongst tax authorities can also be used to help identify and address non-compliance.
In response to part (b), between April 1, 2015, and March 31, 2020, the latest data available, 16 cases with an international component, regarding 19 taxpayers, were referred to the Public Prosecution Service of Canada, PPSC. As with any criminal investigation undertaken by law enforcement bodies, including the CRA, these cases can be complex and require years to complete. The amount of time required to investigate is dependent on the complexity of the case, the number of individuals involved, whether international requests for information will be needed, the availability of information or evidence, the co-operation or lack thereof of witnesses or the accused, and the various legal tools that may need to be employed to gather sufficient evidence to establish a case beyond reasonable doubt.
In response to parts (h) to (i), between April 1, 2015 and March 31, 2020, the latest data available, there were seven cases with an international component, regarding nine taxpayers, that resulted in convictions. This involved $2,639,269 in federal tax evaded and court fines totaling $1,501,097 and 24 years in jail. The average return for convictions was $377,038.42 per case.

Question No. 460--
Ms. Kristina Michaud:
With regard to youth policy and the launch of the national conversation that sought to develop a new Canadian youth policy and that involved over 10,000 individual responses and 68 submissions from youth-led discussions and youth-serving organizations: (a) where did these 10,000 individual responses and 68 briefs come from, broken down by (i) the official language in which the responses and briefs were submitted, (ii) the home province of these participants; (b) during the consultations, did the government pay close attention to the needs of francophones, including francophones in minority communities, as well as those in rural areas; and (c) what was the total cost of the Canada Youth Summit, that took place on May 2 and 3, 2019?
Response
Mr. Adam van Koeverden (Parliamentary Secretary to the Minister of Diversity and Inclusion and Youth and to the Minister of Canadian Heritage (Sport), Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a)(i), out of the 10,000 individual responses from youth-led discussions, 12% of respondents provided responses to the “Have Your Say” booklet in French; 88% of respondents provided responses to the “Have Your Say” booklet in English; there were 68 submissions from youth-led round tables and stakeholder discussions, youth-serving organizations, and participants and stakeholders were offered the opportunity to respond in the official language of their choice.
The response to (a)(ii) is Ontario 47%, Quebec 13%, British Columbia 12%, Alberta 9%, Manitoba 6%, Nova Scotia 5%, Saskatchewan 2%, New Brunswick 2%, Newfoundland and Labrador 1%, Northwest Territories 1%, Prince Edward Island 1%, Nunavut less than 1%, Yukon less than 1%.
In response to (b), during the consultations, the government listened to the needs of all youth, including francophones from official-language minority communities. Participants were offered the opportunity to respond in the official language of their choice. The summit also provided simultaneous translation and interpretation services.
Various youth-serving organizations were included in the consultation process, for example Indspire, Fédération de la jeunesse canadienne-française, Oxfam-Québec, RDÉE, leader in the economic development of the francophone and Acadian communities, Regroupement des jeunes chambres du commerce du Québec, YMCA Montréal.
The consultation was designed to gather feedback from young Canadians, including indigenous youth, youth from different income groups, youth living in rural and remote areas, newcomers, vulnerable youth facing social and economical barriers, and youth from diverse backgrounds and communities.
Seventy-seven per cent of respondents indicated that they live in an urban community; 20% of respondents indicated that they live in a rural community; 3% of respondents indicated that they live in a remote community.
The response to (c) is $86,000.

Question No. 461--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the motion adopted by the House of Commons on June 19, 2019, calling on the United Nations to establish an international independent investigation into allegations of genocide against Tamils committed in Sri Lanka: (a) does the government support calls for an international investigation into allegations of genocide; (b) has the government made any official statements or representations to other states, multilateral bodies, or other international entities respecting a possible independent investigation, and, if so, what are the specific details, including (i) who made the representation, (ii) the date, (iii) the summary of the contents, (iv) the form of representation (official statement, phone call, etc.), (v) the name of the state, body or entity the representation was made to, (vi) the title of individuals whom the representation was made to; and (c) does the government intend to raise this issue or any other issues related to human rights in Sri Lanka during upcoming United Nations Human Rights Council sessions?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
Canada has long supported calls for credible truth-seeking, accountability and justice in Sri Lanka.
In 2014, Canada supported the UN Human Rights Council’s, UNHRC, mandated investigation by the Office of the High Commissioner for Human Rights, OHCHR, into alleged serious violations and abuses of human rights and related crimes in Sri Lanka, OISL. In 2015, Canada supported UNHRC resolution 30/1, co-sponsored by Sri Lanka, which affirmed that a credible justice process should include independent judicial and prosecutorial institutions and the participation of Commonwealth and other foreign judges. Canada also supported resolutions 34/1, 2017, and 40/1, 2019, which rolled over the commitments agreed to by the Government of Sri Lanka in 2015, while calling for their timely implementation.
When the Government of Sri Lanka withdrew its support from the above resolutions in February 2020, Canada, along with its core group partners on the resolution, led efforts to bring a new resolution to the 46th session of the UNHRC, February-March 2021. This was done in recognition that previous domestic processes have proven insufficient to tackle impunity and deliver real reconciliation, and that the international community’s continued scrutiny of Sri Lanka at the UNHRC constitutes a key step for advancing accountability.
The new resolution 46/1, adopted on March 23 strengthens the capacity of the OHCHR to collect and preserve information and evidence of crimes related to Sri Lanka’s civil war that ended in 2009. It also requests the OHCHR to enhance its monitoring and reporting on the situation of human rights in Sri Lanka, including the preparation of a comprehensive report with further options for advancing accountability to be presented at the Human Rights Council 51st session, September 2022. Canada and the international community will consider these options for future accountability processes, which may include an international investigation, when the OHCHR presents its comprehensive report.
Canada played a key role in building support for the adoption of this resolution during the council session. This included the Minister of Foreign Affairs’ statement during the high-level segment on February 24, during which he shared Canada’s concern over warning signs of a deteriorating human rights situation in Sri Lanka, recognized the lack of progress in achieving accountability and reconciliation, acknowledged the frustration of victims, and reiterated Canada’s belief that the council has a responsibility to continue to closely monitor and engage on the human rights situation in Sri Lanka.
On February 25, the Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs delivered Canada’s statement on the OHCHR report on Sri Lanka. He echoed concerns about Sri Lanka’s commitment to a domestic reconciliation process and he asked council members whether Sri Lanka’s newly announced commission of inquiry could achieve justice for victims of the conflict, given it lacks a comprehensive mandate, independence and inclusivity.
Canada, alongside core group partners, also conducted advocacy and outreach to council members to build support for the resolution in the weeks leading up to the vote. These coordinated advocacy efforts were critical to the resolution’s successful adoption.
Canada will continue to urge Sri Lanka to uphold its human rights obligations, end impunity and undertake a comprehensive accountability process for all violations and abuses of human rights. Resolution 46/1 is a step toward securing a safe, peaceful and inclusive future for Sri Lanka, and, to this end, Canada stands ready to support efforts that work towards this goal.

Question No. 462--
Mr. Taylor Bachrach:
With regard to the rebuilding regulations developed as part of implementing the 2019 amendments to the Fisheries Act: (a) will the regulations include definitions of targets for each prescribed fisheries stock; (b) will these targets be set to a level that will produce maximum sustainable yields; (c) will the regulations include a timeline for rebuilding each prescribed stock; (d) what criteria will be used to develop each timeline; (e) will all prescribed stocks in the critical zone be included in the first set of regulations to be released; (f) will the regulations direct related fisheries management to ensure science-based decision making; (g) will the departmental review of the resulting rebuilding plans be made public; (h) what indicators will be used to track progress towards the objectives of rebuilding plans; and (i) will the regulations seek to ensure protection and recovery of all conservation units within a Stock Management Unit consistent with Canada’s Policy for Conservation of Wild Pacific Salmon?
Response
Hon. Bernadette Jordan (Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, the proposed regulations to implement the Fisheries Act Fish Stocks provisions, sections 6.1–6.3, recently went through the Canada Gazette, part 1, CG1, 30-day public comment period. Fisheries and Oceans Canada, DFO, is currently examining the feedback received.
With regard to parts (a)-(g) and (i), as the process to develop the proposed regulations is still under way, DFO may not comment on any specific changes that might be made to the regulations based on the public feedback received. However, the member’s points in (a) through (i) will be taken into account as DFO continues to review the comments received on the regulations during CG1.
With regard to part (h), the indicators used to track progress towards rebuilding plan objectives will depend on the particular objectives set for a stock in its rebuilding plan and the nature of the stock assessment for the stock, as the latter will determine the types of indicators that can be used. Thus the indicators may vary by fish stock. As an example, if an objective is to promote the growth of a stock’s biomass to a certain amount, estimated in tonnes, within a certain number of years, then the indicator would be the estimated biomass. DFO would estimate the biomass as part of the scheduled peer-reviewed science stock assessment process for the stock. If the biomass cannot be estimated for a certain stock, then other indicators may be used to determine progress to promote the growth of the stock. For example, for a salmon stock, the department may estimate the number of fish that return to a river or lake to spawn or the number of eggs per square metre laid in a riverbed.
Finally, with regard to part (i), DFO is committed to the conservation and sustainable use of Canada’s fish stocks and ensuring that Canada’s fisheries are managed sustainably using the best available scientific information. The department is also committed to taking actions aimed at rebuilding fish stocks that have declined and remains committed to implementing Canada’s policy for the conservation of wild Pacific salmon.

Question No. 463--
Mr. Peter Julian:
With regard to the Canadian-American Council for the Advancement of Women Entrepreneurs and Business Leaders and the implementation of its recommendations by federal government, since its inception, and broken down by fiscal year: (a) how much was spent by the government; (b) which recommendations have been implemented by the government; (c) of the recommendations in (b), what is the implementation status of each recommendation; (d) which recommendations are still not implemented and what is the rationale for each; (e) how many full time staff have been assigned; (f) what are the details of contracts awarded by the Council, including (i) the date of the contract, (ii) the value of the contract, (iii) the name of the supplier, (iv) the reference number, (v) the description of the services rendered; (g) what are the details of all travel expenses incurred, including for each expense (i) the name of the traveller, (ii) the purpose of the trip, (iii) the dates of travel, (iv) the air fare, (v) the cost of any other transportation, (vi) accommodation, (vii) meals and incidental expenses, (viii) other expenses, (ix) the total amount; and (h) what are the details of all hospitality expenses incurred by the Council, including for each expense (i) the name of the guest, (ii) the location of the event, (iii) the service provider, (iv) the total amount, (v) the description of the event, (vi) the date, (vii) the number of participants, (viii) the number of officials present, (ix) the number of guests?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the Prime Minister, to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, Lib.):
Mr. Speaker, the full and equal participation of women in the economy is not just the right thing to do; it is also good for the bottom line. Canadian women entrepreneurs are key to our economic success as a country, and are critical to key sectors. However, women today still face unique and systemic barriers to starting and growing a business, and these challenges have been amplified by the COVID-19 pandemic.
The Canada-United States Council for Advancement of Women Entrepreneurs and Business Leaders, which was created in February 2017 to drive women’s participation, leadership and success in the workforce, developed advice to help boost women’s economic engagement and share the many inspiring stories of progress and successful women to motivate others to follow their lead.
As the final report highlighted, to create real opportunities for women business leaders, we need to make gender diversity in leadership a priority. This is why in the 2018 budget, our government took action by introducing the women’s entrepreneurship strategy, WES, and new policies to help more parents take parental leave. We also introduced new legislation to encourage diversity on boards and recognize corporations committed to promoting women leaders.
The women’s entrepreneurship strategy is a nearly $5-billion investment that aims to increase women-owned businesses’ access to the financing, talent, networks and expertise they need to start up, scale up and access new markets. In fall 2020, the government committed to accelerating the work of the WES.
The Government of Canada will continue to support women-led businesses as part of their long-standing commitment to advancing women’s economic empowerment, which is key to Canada’s COVID-19 economic response plan. Women-led businesses provide good jobs that support families across the country, and by supporting them today, Canada will be in a stronger position as we rebuild for future success.

Question No. 466--
Mr. Peter Julian:
With regard to the Canada Emergency Wage Subsidy and the applications of companies practicing aggressive tax avoidance and tax evasion, broken down by aggressive tax avoidance case and tax evasion case: (a) how many full-time employees were verifying the applications of enterprises, broken down by category of employees; (b) what is the average duration of each verification; (c) how many verifications were carried out; (d) what are the steps in the verification process; and (e) how many applications were refused?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to parts (a), (b), (c) and (e), the CRA does not track Canada emergency wage subsidy, CEWS, applications in this manner, by companies practising aggressive tax avoidance and tax evasion, broken down by aggressive tax avoidance case and tax evasion case. Part 1 of the COVID-19 Emergency Response Act, No. 2, S.C. 2020, c. 6, notes that CEWS is available to qualifying entities, sets out definitions for the terms that apply to the emergency wage subsidy, and provides definitions of both eligible employees and qualifying entities. The CRA’s role is to administer legislation as it has been approved by Parliament and assented to by the Crown.
With regard to part (d), when the CRA processes CEWS applications, it uses an automated validation process and manually verifies certain elements of the claims when necessary. Manual verification can include contacting applicants directly. The CRA has also put procedures in place to identify fraudulent wage subsidy claims before it issues a payment. These procedures include intercepting claims from taxpayers associated with tax evasion or fraud. After payment, through the CEWS post-payment audit program, the CRA further verifies the legitimacy of wage subsidy claims and payment amounts. Taxpayers are selected for a post-payment audit through CRA’s risk assessment systems and processes. Selected taxpayers are sent an initial contact letter requesting information focused on the payroll and revenue tests. For many small and medium taxpayers that provide the required documentation, these tests can be performed swiftly, and if fully compliant, the audit can be closed quickly. The audit team conducts the payroll tests like any other payroll audit and confidentiality of the eligible employee information is maintained. In regard to the revenue test, where the taxpayer has used a consolidated accounting method or made an election in computing the revenue drop, then more audit work is required. The CRA examines whether the taxpayer took additional steps to artificially reduce or defer revenue to meet the requirements of the wage subsidy, and application of the specific anti-avoidance rule and the related 25% penalty is considered if the reporting of revenues have been manipulated.

Question no 455 --
M. Kenny Chiu:
En ce qui concerne la déclaration faite en Chambre le 23 février 2021 par le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères selon laquelle « la création d'un registre des agents étrangers est une possibilité que nous étudions activement »: a) quel est l’échéancier prévu en ce qui a trait à une décision relative à ce registre, y compris l’échéancier prévu pour la mise en œuvre du registre; b) à quel moment le gouvernement a-t-il commencé à envisager la création d’un registre des agents étrangers; c) qui a été chargé de diriger l’examen du gouvernement sur un registre des agents étrangers et quand lui a-t-on confié cette tâche; d) quels autres changements ont été mis en œuvre depuis le 1er janvier 2016 pour contrer la menace de l’influence étrangère; e) quelles sont les autres mesures précises que le gouvernement prévoit mettre en œuvre pour contrer la menace de l’influence étrangère et quel est l’échéancier prévu pour la mise en œuvre de ces mesures?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
En réponse à la partie a) de la question, le gouvernement du Canada ne tolère pas les activités nuisibles comme l’ingérence étrangère et adopte une approche pangouvernementale pour protéger nos collectivités, nos institutions démocratiques et notre prospérité économique.
En décembre, le ministre Blair a exposé publiquement les menaces liées à l’ingérence étrangère et le travail essentiel de la communauté de la sécurité et du renseignement dans une lettre adressée à tous les députés. Le gouvernement du Canada évalue constamment les outils et les pouvoirs dont ont besoin nos organismes de sécurité pour assurer la sécurité des Canadiens, tout en respectant leurs droits fondamentaux.
En réponse à la partie b) de la question, le gouvernement du Canada cherche toujours à tirer des leçons de l’expérience de ses partenaires internationaux pour voir ce qui pourrait être conseillé ou possible au Canada.
En ce qui concerne la partie c) de la question, le gouvernement du Canada adopte une approche pangouvernementale pour lutter contre l’ingérence étrangère. Dans le cadre de cet effort, le gouvernement du Canada évalue constamment les outils et les pouvoirs dont nos organismes de sécurité nationale ont besoin pour assurer la sécurité des Canadiens. Des fonctionnaires de plusieurs ministères et organismes participent à ces efforts.
Au sujet de la partie d) de la question, le Canada dirige le mécanisme de réponse rapide du G7, créé pour identifier les menaces étrangères contre la démocratie et y intervenir depuis qu’il a été convenu au Sommet de Charlevoix de 2018. Depuis sa création, le mécanisme s’est concentré sur la lutte contre la désinformation parrainée par des États étrangers, reconnaissant l’importante menace que cet enjeu représente pour l’ordre international fondé sur des règles et la gouvernance démocratique. L’unité de coordination du mécanisme, située à Affaires mondiales Canada, soutient également les efforts pangouvernementaux visant à protéger les élections fédérales canadiennes, en tant que membre du Groupe de travail sur les menaces en matière de sécurité et de renseignement pour les élections, de concert avec le Centre de la sécurité des télécommunications, les Service canadien du renseignement de sécurité et la Gendarmerie royale du Canada.
La GRC a connu une augmentation des enquêtes sur l’ingérence étrangère au cours des dernières années, qui peut être attribuée à plusieurs facteurs, dont l’augmentation des signalements par les victimes, une plus grande sensibilisation de la police locale et l’attention des médias.
C’est principalement le programme de la GRC sur la police fédérale et la sécurité nationale qui cherche à identifier les activités courantes pouvant être attribuées à l’ingérence étrangère, notamment l’intimidation, le harcèlement et les menaces. Ce travail nécessite une collaboration avec les services de police locaux et d’autres partenaires locaux, car ces types de criminalité sont presque toujours portés à leur attention en premier. S’il s’avère que des activités criminelles ou illégales se déroulant au Canada sont soutenues par un État étranger, le Programme de la sécurité nationale de la Police fédérale dirigera ces types d’enquêtes, compte tenu de la complexité et de la classification des renseignements qui en constituent le fondement. À ce titre, la GRC ne peut que confirmer qu’elle surveille les menaces en matière d’ingérence étrangère au Canada et qu’elle enquête activement sur celles-ci.
La GRC a un vaste mandat à multiples facettes qui lui permet d’enquêter et de perturber les activités d’ingérence étrangère en s’appuyant sur diverses lois législatives afin de porter des accusations en vertu du Code criminel du Canada. La GRC travaille également en étroite collaboration avec ses partenaires de sécurité et de renseignement afin d’identifier et de protéger les personnes susceptibles d’être victimes de harcèlement ou d’intimidation appuyées par un État étranger. De plus, la GRC collabore avec les services de police locaux et d’autres organismes d’application de la loi locaux pour veiller à ce que les cas de harcèlement et d’intimidation, qui sont couramment signalés à l’échelle locale et qui peuvent avoir des liens avec la sécurité nationale, soient pris en compte par le programme de sécurité nationale de la police fédérale de la GRC aux fins d’enquête.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, la communauté de la sécurité et du renseignement du gouvernement du Canada lutte contre les menaces d’ingérence étrangère dans le cadre de leurs mandats respectifs. Le gouvernement du Canada continue de chercher des moyens nouveaux et novateurs d’améliorer les mesures en place pour lutter contre l’ingérence étrangère.

Question no 456 --
M. Taylor Bachrach:
En ce qui concerne les mesures prises par l’Agence du revenu du Canada (ARC) à propos du cas des « Panama Papers » et de celui des « Paradise Papers », ventilées par chacun des cas: a) combien de dossiers portant sur des contribuables ou des entreprises canadiennes sont en cours de traitement à l’ARC; b) combien de dossiers portant sur des contribuables ou des entreprises canadiennes l’ARC a-t-elle renvoyés au Service des poursuites pénales du Canada; c) quel est le nombre d’employés affectés au traitement de chaque cas, ventilé par titres de poste; d) combien d’audits l’ARC a-t-elle effectués depuis la publication de chaque ensemble de documents; e) combien d’avis de cotisation l’ARC a-t-elle envoyés; f) quel est le montant total des sommes recouvrées par l'ARC jusqu’à maintenant; g) combien de temps faut-il en moyenne pour clore un dossier; h) quel est le montant moyen des sommes recouvrées lorsqu’un cas est clos; i) combien ont été réglés et quel est le montant des pertes des sommes recouvrées?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la question ci-dessus, vous trouverez ci-après la réponse de l’ARC.
En réponse à la partie a) de la question, l’ARC définit les « dossiers » comme des vérifications et, en date du 25 décembre 2020, selon les données les plus récentes, 160 vérifications de contribuables liées aux Panama Papers étaient en cours et près de 50 vérifications liées aux Paradise Papers étaient en cours.
Au sujet de la partie b) de la question, en date du 31 mars 2020, selon les données les plus récentes, aucune affaire n'avait encore été renvoyée au Service des poursuites pénales du Canada, ou SPPC.
Les enquêtes criminelles peuvent être complexes et durer des années. Le temps nécessaire pour enquêter dépend de la complexité de l'affaire, du nombre et de la complexité des personnes impliquées, de la disponibilité des informations ou des preuves, de la coopération ou du manque de coopération des témoins ou de l'accusé et des divers outils juridiques qui peuvent être employés pour recueillir suffisamment de preuves pour établir une affaire hors de tout doute raisonnable.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, l’ARC interprète le terme « employés » comme les vérificateurs employés à temps plein prévus au budget dans le groupe AU. Au total, 37 vérificateurs sont assignés aux charge de travail liée aux Panama Papers et 14 vérificateurs sont assignés aux charge de travail liées aux Paradise Papers. Il est important de souligner que ces vérificateurs ne se consacrent pas exclusivement aux Panama Papers et aux Paradise Papers et que certains vérificateurs travaillent à la fois sur la charge de travail liée aux Panama Papers et sur la charge de travail liée aux Paradise Papers.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, en date du 25 décembre 2020, selon les données les plus récentes, l’ARC avait terminé près de 200 vérifications de contribuables liées aux Panama Papers et près de 80 vérifications de contribuables liées aux Paradise Papers.
En réponse à la partie e) de la question, en date du 25 décembre 2020, selon les données les plus récentes, il y avait eu plus de 35 vérifications ayant mené à l’établissement de nouvelles cotisations pour les Panama Papers, et moins de 5 vérifications liées aux Paradise Papers ont donné lieu à un impôt généré par la vérification, ou IGV.
Il convient de noter que pour chacune des vérifications, plusieurs avis de nouvelle cotisation peuvent être émis à chaque contribuable en fonction du nombre d’années visées par la vérification et des pénalités applicables. Par exemple, si six années sont visées par la vérification, il est possible que plusieurs avis de nouvelle cotisation soient émis pour une seule vérification de contribuable si des cas d’inobservation sont relevés.
Concernant la partie f) de la question, l’ARC n’est pas en mesure de répondre de la manière demandée, car elle n’effectue pas le suivi de paiements concernant des rajustements de compte spécifiques comme les vérifications, car les systèmes de l’ARC appliquent les paiements relatifs au solde en souffrance cumulatif du contribuable par année d’imposition, ce qui peut comporter des cotisations et des nouvelles cotisations multiples comme des vérifications de différents types, et d’autres rajustements.
Toutefois, selon une étude du directeur parlementaire du budget en octobre 2020 portant sur les récents investissements budgétaires fédéraux dans les activités d’observation de l’Agence, il était généralement estimé que l’incidence fiscale totale de la vérification se concrétisera dans une proportion d’environ 80 % et entraînera des mesures de recouvrements réussies.
En réponse à la partie g) de la question, l’ARC définit un « cas » comme une vérification. Notons que plusieurs facteurs peuvent avoir une incidence sur le temps qui a été nécessaire pour effectuer une vérification liée aux Panama Papers et aux Paradise Papers, tels que les éléments suivants: le délai entre la date de création du cas et la date d’attribution à un vérificateur; les retards indépendants de notre volonté, comme le temps qu’un contribuable prend pour répondre aux questions; les cas comprenant des actifs à l’étranger requièrent des échanges de renseignements avec d’autres administrations fiscales, ce qui peut prendre beaucoup de temps. Le temps moyen requis pour effectuer une vérification liée aux Panama Papers est de près de 380 jours par vérification, et le temps moyen requis pour effectuer une vérification liée aux Paradise Papers est de près de 360 jours par vérification.
Concernant la partie h) de la question, comme il est indiqué dans la réponse à la partie d), il y a près de 280 vérifications de contribuables liées aux Panama Papers et aux Paradise Papers ont été effectuées, qui ont entraîné plus de 21 millions de dollars en impôt fédéral et pénalités. Le rendement moyen d’IGV pour les vérifications fermées liées aux Panama Papers est de 110 216 $.
Cependant, tel qu'indiqué à la partie e), à ce jour, il y a eu moins de cinq vérifications de contribuables avec des liens vers les Paradise Papers qui ont abouti à l'inobservation. En raison des dispositions de confidentialité des lois administrés par l’ARC, dans les situations où la taille de l'échantillon est trop petite et pourrait permettre l'identification directe ou indirecte d'un contribuable ou entreprise, les données d'ensemble ne sont pas divulguées. Par conséquent, il n'est pas possible de divulguer les valeurs en dollars liées aux Paradise Papers, car l'identité des contribuables ou des entreprises pourrait être révélée ou déduite.
Au sujet de la partie i) de la question, en raison des dispositions de confidentialité des lois administrés par l’ARC, dans les situations où la taille de l'échantillon est trop petite et pourrait permettre l'identification directe ou indirecte d'un contribuable ou entreprise, les données d'ensemble ne sont pas divulguées. Étant donné le petit nombre de cas, les détails ne peuvent être fournis, car l’identité des contribuables ou des entreprises pourrait être révélée ou déduite.

Question no 457 --
M. Gérard Deltell:
En ce qui concerne l’annonce faite par le secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie le 19 février 2018 concernant une contribution fédérale de 2 066 407 $ pour que Bell installe l’Internet à large bande dans la région du lac Pemichangan et dans d’autres municipalités de l’Outaouais: a) est-ce le gouvernement ou Bell qui a choisi quelles municipalités seraient visées; b) quels critères précis ont été appliqués pour déterminer quelles municipalités seraient visées par le financement annoncé; c) à quelle date (i) le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, (ii) l’actuel secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, ont-ils su que le président directeur général de Bell possédait une résidence secondaire aux abords du lac Pemichangan; d) pourquoi le financement n’a-t-il pas servi à étendre le service à large bande à Chelsea ou à d’autres régions plus populeuses de l’Outaouais?
Response
Mme Gudie Hutchings (secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la connectivité n'a jamais été aussi importante, et nous continuons à faire des progrès pour que chaque Canadien ait accès à un service Internet haute vitesse fiable, peu importe où il vit. Depuis 2015, nous avons approuvé des programmes et des projets qui permettront de connecter 1,7 million de foyers canadiens. Notre gouvernement a mis en place des programmes comme Brancher pour innover, ou BPI, et le Fonds pour la large bande universelle qui visent à améliorer la connectivité Internet, car nous comprenons que tous les Canadiens doivent avoir accès à Internet haute vitesse pour vivre, travailler et être compétitifs dans le monde numérique d'aujourd'hui.
Grâce au programme BPI, nous aidons plus de 900 communautés rurales et éloignées, soit plus du triple des 300 communautés initialement ciblées, dont 190 communautés autochtones, à accéder au haut débit. Ce projet fut choisi dans le cadre du programme BPI. Le programme BPI visait à mettre en place une connectivité de base à grande capacité de transformation afin de brancher des établissements publics tels que des hôpitaux, des écoles et des conseils de bande de Premières Nations.
Les demandes étaient acceptées entre décembre 2016 et avril 2017 pour les projets d’infrastructure à large bande dans des régions ciblées en tant que mal desservies, car elles ne disposaient pas d'une connexion d'au moins un gigabit par seconde. La carte nationale des services Internet à large bande d’ISDE a été utilisée afin de déterminer ces régions. Dans le cadre de ce projet, ISDE avait choisi la demande présentée par Bell, car elle proposait de fournir un accès à l'infrastructure de base aux collectivités mal desservies de Grand-Remous, Clément, Lac Pemichangan, Petit-Poisson-Blanc, Lac-Danford, Alcove et Lascelles et n'incluait pas le dernier kilomètre de connexion aux foyers.
Les collectivités bénéficiaires de ce projet ont été choisies dans le cadre de négociations de l’entente de contribution entre ISDE et Bell. Cependant, Bell s'était engagée à investir sa propre contribution pour construire un réseau du dernier kilomètre afin de connecter les foyers. Comme aucun financement fédéral n'a contribué à la construction du réseau du dernier kilomètre, Bell est la seule responsable.
En ce qui concerne la partie b) de la question, les collectivités admissibles ont été déterminées par la carte du site Web du programme Brancher pour innover. Les données de ces cartes étaient fournies par bon nombre de sources, notamment les fournisseurs de services Internet, les provinces, les territoires et autres parties afin de cerner l’emplacement des points de présence, ou POP, offrant un débit de l’ordre d’au moins un gigabit par seconde. Dans le cadre du programme Brancher pour innover, une communauté admissible est définie comme un endroit désigné avec une population de moins de 30 000 habitants et qui est situé à une distance de deux kilomètres ou plus à partir du POP le plus proche offrant un débit de l'ordre d’un gigabit par seconde
Toutes demandes reçues dans le cadre du programme Brancher pour innover ont été évaluées à l’aide d’un processus d'évaluation en trois étapes. Tout d’abord, l’évaluation de l'admissibilité a servi à déterminer l’admissibilité du demandeur au financement. Ensuite, l’évaluation des critères essentiels comprenait le mérite technique et la mesure à laquelle la demande montrait un plan de gestion de projet réalisable. La durabilité de la solution proposée, c’est-à-dire si le demandeur avait en place un plan raisonnable ainsi que le potentiel financier pour maintenir l’infrastructure et les services de façon continue pour cinq ans après l’achèvement du projet, était également évaluée à cette étape du processus. Finalement, ces demandes qui répondaient aux critères essentiels devaient ensuite faire l’objet d’une évaluation à l’aide de critères comparatifs dans les catégories des avantages pour la communauté, des partenaires et des coûts. Au moyen de tous ces critères, le programme devait veiller à ce que les projets fournissent une bonne distribution régionale, permettent au programme d’atteindre un nombre suffisant de collectivités, et n’excèdent pas les ressources disponibles. Le projet s’est déroulé conformément aux étapes précisées ci-dessus.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie et le secrétaire parlementaire en ont pris connaissance par le truchement des médias en février 2021.
En réponse à la partie d) de la question, les projets ont été choisis parmi les demandes reçues visant les communautés mal desservies cernées par la carte nationale des services Internet à large bande d’ISDE.

Question no 458 --
M. Taylor Bachrach:
En ce qui concerne les paradis fiscaux étrangers, depuis novembre 2015: a) combien d’entreprises ou de contribuables canadiens ont des dossiers actuellement actifs à l’Agence du revenu du Canada (ARC); b) combien de dossiers d’entreprises ou de contribuables canadiens ont été renvoyés au Service des poursuites pénales du Canada; c) combien d’employés sont affectés à chaque cas, ventilé par titre de poste; d) combien d’audits ont été réalisés depuis que chaque cas a été révélé; e) combien d’avis de cotisation ont été délivrés par l’ARC; f) quel montant total l’ARC a-t-elle récupéré à ce jour; g) combien de temps faut-il en moyenne pour clore un dossier; h) quel est le montant moyen des sommes recouvrées lorsqu’un cas est clos; i) combien ont été réglés et quel est le montant des pertes des sommes recouvrées?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président en réponse aux parties a), c), d), e), f) et g), bien que l’ARC puisse faire référence au terme « paradis fiscaux » à des fins d'illustration pour but de communiquer avec un public plus général, en pratique, les évaluations des risques de l'ARC se concentrent sur des administrations étrangères préoccupantes. Il y a généralement deux attributs essentiels qui sont utilisés pour déterminer des administrations étrangères préoccupantes: aucun impôt ou faibles taux d’imposition effectifs; et les lois sur le secret bancaire ou la confidentialité assurant l’anonymat.
L’ARC n’est pas en mesure de consigner toutes les activités de vérification effectuées pour toutes les administrations préoccupantes de la manière demandée ci-dessus. L'ARC ne tient pas spécifiquement une liste officielle des administrations préoccupantes de l’étranger concernées. Grâce à des efforts de collaboration avec des partenaires internationaux, l'ARC est en mesure d'identifier et de prendre des mesures contre ceux qui se soustraient à l'impôt et évitent de payer leur juste part d'impôt. De plus, lorsque des conventions fiscales ou des accords d'échange d'informations fiscales sont en place, le partage d'informations entre les autorités fiscales peut également être utilisé pour aider à identifier et à traiter les cas de non-conformité.
En ce qui concerne la partie b) de la question, entre le 1er avril 2015 et le 31 mars 2020, selon les données les plus récentes disponibles, 16 cas concernant 19 contribuables ayant une composante internationale ont été renvoyés au Service des poursuites pénales du Canada. Comme pour toute enquête criminelle entreprise par un organisme d’application de la loi, y compris l’ARC, ce processus peut être complexe et nécessiter des années. Le temps requis dépendra de la complexité du cas, du nombre de personnes impliquées, si des demandes d’entraide internationales seront nécessaires, de la disponibilité de l’information ou de la preuve, de la collaboration des témoins ou des accusés et des divers outils juridiques utilisés pour recueillir la preuve suffisante et établir un cas hors de tout doute raisonnable.
En réponse aux parties h) et i) de la question, entre le 1er avril 2015 et le 31 mars 2020 selon les données les plus récentes disponibles, il y a eu sept cas avec une composante internationale représentant neuf contribuables condamnés. Cela impliquait 2 639 269 $ en impôt fédéral éludé et des amendes judiciaires totalisant 1 501 097 $ et 24 ans de prison. Le rendement moyen des condamnations était de 377 038,42 $ par affaire.

Question no 460 --
Mme Kristina Michaud:
En ce qui concerne la politique jeunesse et le lancement de la conversation nationale, visant à élaborer une nouvelle politique jeunesse du Canada, qui a donné lieu à plus de 10 000 réponses personnelles et 68 mémoires provenant de discussions dirigées par des jeunes et des organismes au service des jeunes: a) quelle est la provenance des 10 000 réponses personnelles et 68 mémoires reçus, ventilée par la (i) langue officielle dans laquelle ces réponses et ces mémoires ont été fournis, (ii) province d’origine des participants; b) lors des consultations, le gouvernement a-t-il porté une attention particulière aux besoins des francophones, y compris les francophones en situation minoritaire, de même que ceux vivant en milieu rural; c) combien a coûté au total le Sommet jeunesse du Canada, qui s’est tenu les 2 et 3 mai 2019?
Response
M. Adam van Koeverden (Secrétaire parlementaire de la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse et du ministre du Patrimoine canadien (Sport)):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a)(i) de la question, sur les 10 000 réponses personnelles tirées de discussions dirigées par des jeunes, 12 % des répondants ont répondu au livret « À vous la parole » en français; 88 % des répondants ont répondu au livret « À vous la parole » en anglais; 68 mémoires provenaient de discussions dirigées par des jeunes et des intervenants d’organismes au service des jeunes), et les participants et les intervenants avaient la possibilité de répondre dans la langue officielle de leur choix.
La réponse à la partie a)(ii) se décline ainsi: 47 % de l’Ontario, 13 % du Québec, 12 % de la Colombie-Britannique, 9 % de l’Alberta, 6 du Manitoba, 5 % de la Nouvelle-Écosse, 2 % de la Saskatchewan, 2 % du Nouveau-Brunswick, 1 % de Terre-Neuve-et-Labrador, 1 % des Territoires du Nord-Ouest, 1 % de l’Île-du-Prince-Édouard, moins de 1 % du Nunavut et moins de 1 % du Yukon.
En ce qui concerne la partie b) de la question, pendant les consultations, le gouvernement a tenu compte des besoins de tous les jeunes, y compris les francophones provenant de communautés majoritaires et minoritaires. Les participants avaient la possibilité de répondre dans la langue officielle de leur choix. Des services de traduction et d’interprétation simultanée ont aussi été offerts durant le Sommet jeunesse du Canada.
Divers organismes au service des jeunes ont participé au processus de consultation, notamment Indspire, la Fédération de la jeunesse canadienne-française, Oxfam-Québec, le Réseau de développement économique et d’employabilité - leader du développement économique des communautés francophones et acadiennes, le Regroupement des jeunes chambres du commerce du Québec et YMCA Montréal.
Le processus de consultation a été conçu pour recueillir des commentaires de jeunes Canadiens, y compris des jeunes Autochtones, des jeunes de différentes catégories de revenu, des jeunes vivant en région rurale ou éloignée, des nouveaux arrivants, des jeunes de toutes les communautés culturelles et des jeunes provenant d’un contexte social difficile.
En tout, 77 % des participants ont indiqué qu’ils « vivent dans une collectivité urbaine », 20 % des participants ont indiqué qu’ils « vivent dans une collectivité rurale » et 3 % des participants ont indiqué qu’ils « vivent dans une collectivité éloignée ».
La réponse à la partie c) de la question est 86?000 $.

Question no 461 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne la motion adoptée le 19 juin 2019 par la Chambre des communes en vue de demander aux Nations unies d’organiser la tenue d’une enquête internationale indépendante pour examiner les allégations relatives au génocide des Tamouls au Sri Lanka: a) le gouvernement soutient-il les demandes relatives à la tenue d’une enquête internationale sur les allégations de génocide; b) le gouvernement a-t-il fait des déclarations ou des représentations publiques officielles s’adressant à d’autres États, à des organisations multilatérales ou à d’autres entités internationales au sujet d’une éventuelle enquête indépendante, et, le cas échéant, quels en sont les détails précis, y compris (i) la personne ayant fait la représentation, (ii) la date, (iii) le résumé du contenu, (iv) la formule de la représentation (déclaration officielle, appel téléphonique, etc.), (v) le nom de l’État, de l’organisation ou de l’entité à qui s’adressait la représentation; c) est-ce que le gouvernement a l’intention de soulever cette question ou toute autre question relative aux droits de la personne au Sri Lanka au cours des prochaines réunions du Conseil des droits de l’homme des Nations unies?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
Le Canada soutient depuis longtemps les appels à la recherche crédible de la vérité, à la reddition de comptes et à la justice au Sri Lanka.
En 2014, le Canada a soutenu l'enquête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, ou HCDH, mandatée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ou CDH, sur les allégations de violations et d'abus graves des droits de la personne et de crimes connexes au Sri Lanka, ou OISL. En 2015, le Canada a appuyé la résolution 30/1 du CDH, coparrainée par le Sri Lanka, qui affirmait qu'un processus de justice crédible devait inclure des institutions judiciaires et de poursuites indépendantes et la participation de juges du Commonwealth et d'autres juges étrangers. Le Canada a également soutenu les résolutions 34/1 en 2017 et 40/1 en 2019, qui ont reconduit les engagements convenus par le gouvernement du Sri Lanka en 2015, tout en appelant à leur mise en œuvre rapide.
Lorsque le gouvernement du Sri Lanka a retiré son appui aux résolutions susmentionnées en février 2020, le Canada, avec ses partenaires du Groupe central sur la résolution, a dirigé les efforts visant à présenter une nouvelle résolution à la 46e session du CDH, en février-mars 2021. Cette démarche s'explique par le fait que les processus nationaux antérieurs se sont avérés insuffisants pour lutter contre l'impunité et permettre une véritable réconciliation, et que l'examen continu du Sri Lanka par la communauté internationale au sein du CDH constitue une étape essentielle pour promouvoir la reddition de comptes.
La nouvelle résolution 46/1, adoptée le 23 mars 2021, renforce la capacité du HCDH à recueillir et à préserver les renseignements et les preuves des crimes liés à la guerre civile au Sri Lanka qui s'est terminée en 2009. Elle demande également au HCDH d'améliorer sa surveillance et ses rapports sur la situation des droits de la personne au Sri Lanka, et de préparer notamment un rapport complet avec d'autres façons de promouvoir la reddition de comptes, qui sera présenté à la cinquante et unième session du Conseil des droits de l'homme, en septembre 2022. Le Canada et la communauté internationale examineront ces solutions pour les futurs processus de reddition de comptes, qui pourraient inclure une enquête internationale, lorsque le HCDH présentera son rapport complet.
Le Canada a joué un rôle clé dans le soutien à l'adoption de cette résolution au cours de la session du Conseil. Le ministre des Affaires étrangères a notamment fait une déclaration lors du segment de haut niveau du 24 février 2021, dans laquelle il a fait part des préoccupations du Canada concernant les signes avant-coureurs d'une détérioration de la situation des droits de la personne au Sri Lanka, a reconnu l'absence de progrès en ce qui concerne la reddition de comptes et la réconciliation, a pris acte de la frustration des victimes et a réitéré la conviction du Canada que le Conseil avait la responsabilité de continuer à surveiller étroitement la situation des droits de la personne au Sri Lanka et à poursuivre le dialogue.
Le 25 février 2021, le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères a présenté la déclaration du Canada sur le rapport du HCDH sur le Sri Lanka. Il a fait écho aux préoccupations concernant l'engagement du Sri Lanka à l'égard d'un processus de réconciliation nationale et a demandé aux membres du Conseil si la commission d'enquête récemment annoncée par le Sri Lanka pouvait rendre justice aux victimes du conflit, étant donné qu'elle n'a pas de mandat complet ni d'indépendance ou d'inclusivité.
Le Canada, aux côtés de ses partenaires du Groupe central, a également mené des activités de défense des intérêts et de sensibilisation auprès des membres du Conseil afin de renforcer le soutien à la résolution dans les semaines précédant le vote. Ces efforts coordonnés ont été essentiels à l'adoption de la résolution.
Le Canada continuera d'exhorter le Sri Lanka à respecter ses obligations en matière de droits de la personne, à mettre fin à l'impunité et à entreprendre un processus complet de reddition de comptes pour toutes les violations et tous les abus des droits de la personne. La résolution 46/1 constitue un pas en avant vers un avenir sûr, pacifique et inclusif pour le Sri Lanka et, à cette fin, le Canada est prêt à appuyer les efforts visant à atteindre cet objectif.

Question no 462 --
M. Taylor Bachrach:
En ce qui concerne la réglementation sur le rétablissement élaborée dans le cadre des modifications de 2019 apportées à la Loi sur les pêches: a) les objectifs pour chaque stock de poissons désigné seront-ils définis dans la réglementation; b) ces objectifs seront-ils établis à un seuil permettant de produire un rendement maximal soutenu; c) un calendrier de rétablissement de chaque stock désigné sera-t-il inclus dans la réglementation; d) quels critères seront utilisés pour l’élaboration de chaque calendrier; e) tous les stocks désignés dans la zone critique seront-ils prévus dans la première série de règlements qui seront publiés; f) la réglementation orientera-t-elle la gestion connexe des pêches en appuyant un processus décisionnel fondé sur la science; g) l’examen ministériel des plans de rétablissement qui en découleront sera-t-il rendu public; h) quels indicateurs utilisera-t-on pour suivre les progrès réalisés vers l’atteinte des objectifs des plans de rétablissement; i) la réglementation visera-t-elle à assurer la protection et le rétablissement de toutes les unités de conservation à l’intérieur d’une unité de gestion des stocks dans le respect de la Politique du Canada pour la conservation du saumon sauvage du Pacifique?
Response
L’hon. Bernadette Jordan (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, le projet de règlement visant à mettre en œuvre les dispositions relatives aux stocks de poissons de la Loi sur les pêches, articles 6.1–6.3, fait l'objet d'une période de commentaires publics de 30 jours dans la partie 1 de la Gazette du Canada , ou CG1. Pêches et Océans Canada, ou MPO, examine actuellement les commentaires reçus.
Pour les parties a) à g) et i) de la question, comme le processus d'élaboration des règlements proposés est toujours en cours, le MPO ne peut pas commenter les changements particuliers qui pourraient être apportés aux règlement en fonction des commentaires reçus du public. Cependant, les points a) à i) de la question du député seront pris en compte lorsque le MPO continuera d’examiner les commentaires reçus sur le règlement en cours de la GC1.
En ce qui concerne la partie h) de la question, les indicateurs utilisés pour suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du plan de rétablissement dépendront des objectifs particuliers fixés pour un stock dans son plan de rétablissement et de la nature de l'évaluation du stock, car cette dernière déterminera le type d'indicateurs qui peuvent être utilisés. Ainsi, les indicateurs peuvent varier selon le stock de poissons. Par exemple, si l'objectif est de promouvoir la croissance de la biomasse d'un stock jusqu'à une certaine quantité, estimée en tonnes, en un certain nombre d'années, l'indicateur sera la biomasse estimée. Dans le cadre du processus prévu d’évaluation des stocks par des scientifiques évalués par des pairs, le MPO examinerait la biomasse du stock. Si la biomasse ne peut être estimée pour un certain stock, d'autres indicateurs peuvent être utilisés pour déterminer les progrès réalisés pour favoriser la croissance du stock. Par exemple, pour un stock de saumon, le ministère peut estimer le nombre de poissons qui retournent dans une rivière ou un lac pour frayer ou le nombre d'œufs par mètre carré pondus dans le lit d'une rivière.
Enfin, en ce qui concerne le point i) de la question, le MPO s’est engagé à conserver et à utiliser de façon durable les stocks de poissons du Canada et à veiller à ce que les pêches du Canada soient gérées de façon durable en utilisant les meilleures données scientifiques disponibles. Le ministère s’engage également à prendre des mesures visant à rétablir les stocks de poissons qui ont diminué et je reste déterminé à mettre en œuvre la Politique du Canada pour la conservation du saumon sauvage du Pacifique.

Question no 463 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne le Conseil canado-américain pour l’avancement des femmes entrepreneures et chefs d’entreprises et la mise en œuvre de ses recommandations par le gouvernement fédéral, depuis la création du Conseil, et ventilé par exercice: a) quelle somme le gouvernement a-t-il consacré au Conseil; b) quelles recommandations le gouvernement a-t-il mises en œuvre; c) pour chaque recommandation mentionnée en b), à quel stade la mise en œuvre est-elle rendue; d) quelles recommandations n’ont toujours pas été mises en œuvre et les raisons pour lesquelles leur mise en œuvre n’a pas encore débuté; e) combien d’employés à temps plein travaillent à leur mise en œuvre; f) quels sont les détails des contrats octroyés par le Conseil, y compris (i) la date du contrat, (ii) la valeur du contrat, (iii) le nom du fournisseur, (iv) le numéro de référence, (v) la description des services rendus; g) quels sont les détails de toutes les dépenses de déplacement engagées, y compris pour chaque dépense (i) le nom du voyageur, (ii) l’objet du déplacement, (iii) les dates de déplacement, (iv) le tarif aérien, (v) le coût de tout autre moyen de transport, (vi) l’hébergement, (vii) les dépenses liées aux repas et les faux-frais, (viii) les autres dépenses, (ix) le montant total; h) quels sont les détails de toutes les dépenses d’accueil engagées par le Conseil, y compris pour chaque dépense (i) le nom de l’invité, (ii) l’emplacement de l’activité, (iii) le fournisseur de services, (iv) le montant total, (v) la description de l’activité, (vi) la date, (vii) le nombre de participants, (viii) le nombre de représentants présents, (ix) le nombre d’invités?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire du premier ministre, du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Monsieur le Président, favoriser la participation pleine et égale des femmes à l'économie n'est pas seulement la bonne chose à faire; il s'agit également d'une approche profitable. Les femmes entrepreneures canadiennes sont la clé de notre réussite économique en tant que pays, et sont essentielles à des secteurs clés. Cependant, les femmes d'aujourd'hui sont encore confrontées à des obstacles uniques et systémiques lorsqu'il s'agit de démarrer et de faire croître une entreprise, et ces défis ont été amplifiés par la pandémie de la COVID-19.
Le Conseil canado-américain pour l’avancement des femmes entrepreneures et chefs d’entreprises, qui a été créé en février 2017 pour stimuler la participation, le leadership et la réussite des femmes sur le marché du travail, a élaboré des conseils pour aider à stimuler l'engagement économique des femmes et à partager les nombreuses histoires inspirantes de progrès et de réussite des femmes pour motiver les autres à suivre leur exemple.
Comme l'a souligné le rapport final, pour créer de réelles opportunités pour les femmes chefs d'entreprise, nous devons faire de la diversité des genres dans le leadership une priorité. C'est pourquoi, dans le budget de 2018, notre gouvernement a pris des mesures en introduisant la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, ou SFE, et de nouvelles politiques pour aider davantage de parents à prendre un congé parental. Nous avons également présenté une nouvelle loi pour encourager la diversité dans les conseils d'administration et reconnaître les sociétés qui s'engagent à promouvoir les femmes leaders.
La SFE est un investissement de près de 5 milliards de dollars qui vise à accroître l'accès des entreprises appartenant à des femmes au financement, aux talents, aux réseaux et à l'expertise dont elles ont besoin pour démarrer, passer à l'échelle et accéder à de nouveaux marchés. À l'automne 2020, le gouvernement s'est engagé à accélérer le travail de la SFE.
Le gouvernement du Canada continuera de soutenir les entreprises dirigées par des femmes dans le cadre de son engagement de longue date à faire progresser l'autonomisation économique des femmes - ce qui est essentiel au Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19. Les entreprises dirigées par des femmes fournissent de bons emplois qui soutiennent les familles partout au pays, et en les soutenant aujourd'hui, le Canada sera dans une position plus forte, alors qu'il se reconstruit pour sa réussite future.

Question no 466 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la Subvention salariale d'urgence du Canada et les demandes d’entreprises se livrant à des pratiques sauvages d’évasion et de fraude fiscales, ventilées par cas d’évasion fiscale et par cas de fraude fiscale: a) combien d’employés à temps plein vérifiaient les demandes d’entreprises, ventilé par catégorie d’employés; b) combien de temps accorde-t-on en moyenne à une vérification; c) combien de vérifications a-t-on effectuées; d) quelles sont les étapes du processus de vérification; e) combien de demandes a-t-on rejetées?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b), c) et e), l’ARC n’assure pas le suivi des demandes de subvention salariale d’urgence du Canada, ou SSUC, de cette manière, par sociétés pratiquant l’évitement fiscal abusif et l’évasion fiscale, ventilées par cas d’évitement fiscal abusif et par cas d’évasion fiscale. La partie 1 de la Loi no 2 sur les mesures d’urgence visant la COVID-19, L.C. 2020, ch. 6, mentionne que la SSUC est accordée aux entités admissibles et fournit les définitions des termes applicables en lien avec la subvention salariale d'urgence ainsi que les définitions des employés admissibles et des entités admissibles. Le rôle de l’ARC est de voir à l’application de la Loi une fois qu’elle est approuvée par le Parlement et qu’elle a reçu la sanction royale.
En ce qui concerne la partie d) de la question, lorsque l’ARC traite les demandes de SSUC, elle utilise un processus de validation automatisé et vérifie manuellement certains éléments des demandes, au besoin. La vérification manuelle peut comprendre la communication directe avec les demandeurs. L’ARC a également mis en place des procédures visant à repérer les demandes de subvention salariale frauduleuses avant d’émettre un paiement. Après le paiement, par l’entremise du Programme des vérifications après paiement de la SSUC, l’ARC vérifie davantage la légitimité des demandes de subvention salariale et les montants des paiements. Les contribuables sont sélectionnés à des fins de vérification après paiement au moyen des systèmes et des processus d’évaluation du risque de l’ARC. Une lettre de contact initiale est envoyée aux contribuables sélectionnés, leur demandant des renseignements axés sur les critères liés à la paie et au revenu. Pour bon nombre de contribuables qui font partie de la population des petites et moyennes entreprises et qui fournissent les documents requis, ces critères peuvent être réalisés promptement et, si le contribuable est pleinement conforme, la vérification peut être fermée rapidement. L’équipe de vérification réalise les critères liés à la paie comme toute autre vérification des feuilles de paie et la confidentialité des renseignements relatifs à l’employé admissible est maintenue. En ce qui a trait aux critères liés au revenu, lorsque le contribuable a utilisé une technique comptable de consolidation ou a fait un choix lié au calcul de la diminution du revenu, d’autres travaux de vérification sont requis. L’ARC examine si le contribuable a pris des mesures supplémentaires pour réduire ou reporter artificiellement son revenu afin de répondre aux exigences de la subvention salariale, puis l’application de la disposition anti-évitement précise et la pénalité connexe de 25 % est envisagée si la déclaration des revenus a été manipulée.
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2021-04-14 14:06 [p.5553]
Mr. Speaker, last month, Canada lost a businessman, philanthropist, arts patron, family man and Nova Scotian, the likes of which we may not see again.
Today, I invite members in the House to join me in paying tribute to the life of Donald Creighton Rae Sobey.
Starting in the basement of his family's grocery store in New Glasgow, Nova Scotia, Donald went on to become president, and later chairman, of Sobeys' parent company, Empire. Donald will also be remembered for his commitment to post-secondary education, delivering a variety of significant scholarships, as well as his passion for the arts, best expressed through his creation of the Sobey Art Award, which is today the pre-eminent prize for contemporary Canadian art.
Donald was a fiercely proud Nova Scotian who believed in the promise of our province and its people. In 2014, he was appointed to the Order of Canada, and yet he taught us all that we are never too important to be nice to people. Donald Sobey lived a full life of purpose and charity.
I invite all members and all Canadians to join me in offering our sincere condolences to his family and loved ones.
Monsieur le Président, le mois dernier, le Canada a perdu un homme comme on n'en verra peut-être jamais plus, qui était à la fois homme d'affaires, philanthrope, mécène, chef de famille et Néo‑Écossais.
Aujourd'hui, j'invite les députés à se joindre à moi pour rendre hommage à Donald Creighton Rae Sobey.
Donald a fait ses débuts dans le sous-sol de l'épicerie de ses parents à New Glasgow, en Nouvelle‑Écosse, pour devenir éventuellement chef de direction et, plus tard, président d'Empire, la société mère de Sobeys'. On se souviendra aussi de Donald pour son engagement envers l'enseignement postsecondaire et les diverses bourses d'études considérables qu'il a offertes, ainsi que pour son amour des arts, lequel s'est manifesté notamment dans la création du Prix artistique Sobey, qui est devenu le prix le plus prestigieux destiné à l'art contemporain canadien.
Donald était un Néo‑Écossais extrêmement fier, qui croyait en la promesse de notre province et de son peuple. En 2014, il a été nommé membre de l'Ordre du Canada. Pourtant, il nous a montré à tous que l'on n'est jamais trop important pour être bienveillant envers les autres. Donald Sobey a mené une vie bien remplie, pleine de détermination et de compassion.
J'invite tous les députés et tous les Canadiens à se joindre à moi pour offrir nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I rise today to pay tribute to a man who was a true pillar of the Saint-Hyacinthe community.
François Grisé, who passed away four days ago, was so much more than a businessman. He was a mentor to the entrepreneurs of Saint-Hyacinthe, especially those with businesses downtown.
Of course, many will remember him for his years running the popular microbrewery Le Bilboquet, at a time when Quebec was hardly a mecca for that sort of thing. He also co-founded the excellent restaurant L'Espiègle. He chaired the Société de développement commercial centre-ville Saint-Hyacinthe, our local BIA, and he was a big supporter of Mareiwa Café when it was starting up. He was a dedicated volunteer with many organizations. More than anything, he will be remembered as a man of boundless generosity who was always there for others. He will be sadly missed by the entire community, but his presence is still felt on the streets of downtown Saint-Hyacinthe.
On behalf of the Bloc Québécois, I offer my sincere condolences to Mr. Grisé's family and loved ones.
Thank you, François Grisé.
Monsieur le Président, aujourd'hui, je veux rendre hommage à un véritable monument de la ville de Saint-Hyacinthe.
M. François Grisé est décédé il y a quatre jours. François Grisé était bien plus qu'un homme d'affaires, il était un mentor pour les entrepreneurs maskoutains, particulièrement pour ceux du centre-ville.
Certes, on retiendra de lui qu'il a dirigé pendant quelques années la réputée microbrasserie Le Bilboquet, à l'époque où le Québec était tout sauf une terre d'expertise dans ce domaine. Il a également cofondé l'excellent restaurant L'Espiègle. Il a présidé la Société de développement commercial centre-ville Saint-Hyacinthe et il a grandement soutenu le démarrage du Mareiwa Café. Il a été un bénévole dévoué au sein de plusieurs organismes. Plus encore, on se souviendra d'un être humain entier à la générosité sans borne et toujours là pour son prochain. Il manquera assurément à la communauté, mais sa présence se ressent toujours dans les rues du centre-ville de Saint-Hyacinthe.
Au nom du Bloc québécois, j'offre mes sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Grisé.
Merci, François Grisé.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2021-04-12 14:05 [p.5404]
Mr. Speaker, on March 31, Saguenay lost a great member of its community, a great advocate for regionalism. A friend to all and director of memories, Robert Hakim was more than a cousin to me. He was a friend. He put Saguenay on the cultural map. People from Saguenay and Quebec were able to participate in major events organized by Productions Hakim. One need think only of the Festival international des rythmes du monde and the Festival des bières du monde, which were two of his biggest accomplishments. Robert was a vital part of the community and knew practically everyone. He was intelligent, trustworthy, refined and, above all, extremely generous. He made a big difference in many people's lives, including mine.
The entire region will miss you. On March 31, I said that Saguenay would wake up the next day to a little more darkness, one less ray of sunshine, but, in reality, Robert, your light will continue to shine bright and strong.
Thank you for everything, and rest in peace.
Monsieur le Président, le 31 mars dernier, le Saguenay a perdu un grand Saguenéen, un grand régionaliste. Ami de tous, metteur en scène de souvenirs, Robert Hakim était plus qu'un cousin pour moi, c'était un ami. Il a mis le Saguenay sur la carte dans le milieu culturel. Les Saguenéens et les Québécois ont pu profiter des événements d'envergure organisés par les Productions Hakim. On n'a qu'à penser au Festival international des rythmes du monde et au Festival des bières du monde qui sont parmi ses grandes réussites. Robert était un incontournable. Il était connecté, intelligent, crédible, cultivé et surtout extrêmement généreux. Il a eu une grande influence dans la vie de plusieurs personnes, dont la mienne.
Tu vas manquer à toute la région. Le 31 mars, j'ai dit que le Saguenay se réveillerait avec un peu plus d'ombre, avec un rayon de soleil en moins. En réalité, Robert, cette flamme que tu as fait vivre va se poursuivre.
Merci pour tout, et repose en paix.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-03-09 12:02 [p.4729]
Mr. Speaker, it is a huge honour and privilege to rise to speak on today's motion. I want to thank my colleague from Abbotsford for tabling this very important motion today because we know that so many main street businesses have been hard hit by the COVID-19 pandemic. Truly, we do not talk enough about small business owners being the unsung heroes of this pandemic. They closed their doors to protect public health. These small businesses and their workers are not just the engine of job creation in Canada in the important role they play in every community across our country, but these mom and pop shops also keep our communities running and need our support now more than ever.
Small businesses need a government that helps them access the services and infrastructure they need to recover and thrive and expand while investing in a healthy, intelligent workforce. We know how COVID-19 has dramatically altered the environment in which our small businesses operate. Various provinces are going through different stages of lockdown. Experts are predicting that 181,000 businesses are at risk of closing over the next year. This would result in the loss of approximately 2.4 million jobs.
While many of the federal relief programs have provided much-needed support to both employers and employees, many small business owners continue to fall through the cracks. In fact, 76% of businesses have said that 2020 was the most difficult year they have ever had in business. CFIB data shows that only 51% of businesses are fully open and only 39% fully staffed.
I am really glad that are talking about tourism and hospitality because tourism was responsible for over $105 billion in GDP and one in 10 Canadian jobs before the pandemic. Right now the tourism economy is in such crisis that there are 531,000 fewer Canadians employed in that sector than a year ago.
When we think about what the government has been doing, we know that the Prime Minister and the Liberals have been going to great lengths since the beginning of the pandemic to protect big corporations. I talked earlier about the big banks. The government offered only very little to workers at the beginning, only wanting to pay 10% of the wage subsidy initially. It was the NDP, working alongside labour and small business, that pushed back and forced the government to go to 75%. The government did not want to help with rent initially. It brought forward a proposal that excluded many tenants in a botched program, and we continued to apply pressure. The government did fix that program, but still has not backdated it for all of those small business owners who were not able to access it.
We see many small businesses struggling, but we still see big corporations getting access to these programs, like Bell and Imperial Oil, which have been taking millions of dollars in public COVID relief and paying millions in dividends to their rich stakeholders. The Prime Minister still has not fixed these gaps in the programs and has refused to do it.
The sense of urgency could not be greater. The government rolled out an extension and expansion of the CEBA given the extent of the lockdowns and the uncertainty impacting small businesses. We were glad to see the extension, but many businesses cannot get access to it. MPs' phones are ringing off the hook because small businesses cannot get answers on why they are now being excluded from the expansion of the loan program. These are businesses that received the CEBA loan program initially, and they need help.
I do not think the government understands the emergency part of its emergency programs. We hear now that it is not going to table a budget until possibly April or later. I am thinking about the Indigenous Tourism Association of Canada, which was just informed that it is going to get 83% less than it was expecting to operate on. This is an organization that delivered supports to over 800 businesses. It was a vehicle to get $15 million out the door in the fastest growing, and most-at-risk sector in the tourism industry. They cannot wait until April or May. They are going to be laying off departments that are critical to our recovery. I call on the government to get support to those organizations while it is dragging its feet on getting a budget out the door.
My colleague from Skeena—Bulkley Valley mentioned that the NDP has been calling on the government to make sure that we get refunds to passengers. We also have to make sure that we protect the travel agents who collected commissions. We want both to happen. We want the refunds to happen. We want to make sure that people get money, not just some promise down the road. As well, travel agents tend to be women, and we know that women have been disproportionally affected by COVID. They should not be hit with having to repay the large amounts of commissions.
I am glad to see that the motion included the aviation industry. We have been hearing Unifor call for a national aerospace industrial strategy to protect the air transportation industry, which has been absolutely decimated throughout this crisis. We want to hear what supports are coming forward there.
I am also glad that we are talking about bus transportation. We need to ensure that we have strong support for the bus industry. For example, Tofino Bus in my riding is critical to the transportation needs of our communities and for access to health care and other needs. The Coast to Coast Bus Coalition is calling for a national highway transportation board so that it can create an essential bus network in partnership with the motor coach industry. This really needs to happen. The government cannot continue to download this onto the provinces.
We are not hearing enough about start-ups. They cannot access the CEBA loans, the wage subsidy or the commercial rent assistance program. They have been completely forgotten. This is a generation of businesses that have been abandoned by the government. They can demonstrate they are genuine, through their leases and the wages they have been paying, and it is absolutely unfair that they have been forgotten. We need to provide support. The government needs to come to their aid and ensure that it expands these programs to help them out. Giving out more loans is not going to do it. They need access to the same programs that their neighbouring competitors are getting.
We also believe that big corporations that have profited from the pandemic should pay their fair share, so that we can support the backbone of our communities: our small businesses. I am not talking about the bike shop that might be doing well during the pandemic. I am talking about the Amazons, those big corporations that are making excess profits from the pandemic.
We want the government to ensure that it is providing support into the future and that the wage subsidy is extended not just to June but to the end of the pandemic, which is what the tourism industry has been asking for. We were glad to see that the pressure we applied last week made the government extend this to June, but it needs to go further. As well, the government needs a hotline for small businesses to call to get assistance in applying for government supports, as I said earlier. This has to happen.
One thing we are not talking enough about is the critical importance of child care for small business owners and for our recovery. We know that women have been disproportionately impacted by the pandemic. Child care is absolutely critical. We are not talking about a child care program that starts in 2028. We need the government to act now. The New Democrats understand how important child care and affordable housing are for supporting economic growth.
We also need a hard cap on credit card merchant fees. Australia, the U.K. and Europe pay less than one-third of the rates we are paying in Canada. Members heard me ask a question of the Conservatives earlier. They believe that government should get out of the way and that the free market will take care of things. Well, this is how it is playing out for Canadian merchants: They are paying exorbitant rates. The government needs to intervene, like governments have in the EU, Australia and the U.K.
Many employees have lost their pharmacare and dental care plans, as they have been disconnected from their employers. We need a pharmacare and dental care plan. It would save small business owners approximately $600 per employee. It is absolutely critical that we provide this important social infrastructure to support these businesses.
To get back to the sense of urgency, we need the government to act with urgency to cover the gaps for start-ups. We should get the CEBA loans out the door for those who have not been able to access the programs. Huge economic leakages will be created if we do not save small businesses in our communities. They are critical to the survival of our communities and critical for our future and getting through the pandemic with a strong economic recovery.
Monsieur le Président, c’est un honneur pour moi de prendre la parole au sujet de la motion dont nous sommes saisis. Je remercie mon collègue, le député d’Abbotsford, de l’avoir présentée, car nous savons que beaucoup de petits commerces ont été durement touchés par la pandémie de COVID-19. En fait, nous ne disons pas assez que les petits entrepreneurs sont les héros méconnus de cette pandémie. Ils ont dû fermer leurs portes au nom de la santé publique. Or, ces petits entrepreneurs et leurs employés sont non seulement le moteur de la création d’emplois au Canada, mais ils jouent aussi un rôle très important dans les collectivités canadiennes, car ce sont eux qui assurent le dynamisme de nos collectivités, et aujourd’hui, ils ont plus que jamais besoin de notre aide.
Les petites entreprises ont besoin que le gouvernement les aide à avoir accès aux services et aux infrastructures qui leur sont indispensables pour redémarrer leurs activités et se développer, tout en investissant dans une main-d’œuvre qualifiée et en bonne santé. Nous savons que la COVID-19 a considérablement altéré l’environnement dans lequel fonctionnent ces petites entreprises. Les provinces se retrouvent actuellement dans des niveaux de confinement différents. Selon les experts, 181 000 entreprises risquent de fermer leurs portes au cours des 12 prochains mois, ce qui met en péril environ 2,4 millions d’emplois.
Même si beaucoup de programmes fédéraux ont permis d’accorder aux employeurs et aux employés une aide financière dont ils avaient grand besoin, un grand nombre de petits entrepreneurs continuent de tomber entre les mailles du filet. En fait, pour 76 % des entrepreneurs, l’année 2020 a été la plus difficile qu’ils aient jamais connue. Les données de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante indiquent que seulement 51 % des entreprises continuent de fonctionner normalement et que seulement 39 % ont conservé tout leur personnel.
Je suis vraiment content que nous parlions de tourisme et d’hôtellerie, car le tourisme représentait, avant la pandémie, plus de 105 milliards de dollars du PIB et un emploi sur 10 au Canada. À l’heure actuelle, ce secteur est littéralement sinistré, après avoir perdu 531 000 emplois en un an.
S’agissant de l’action du gouvernement pendant la pandémie, nous savons que le premier ministre et les libéraux n’ont pas ménagé leurs efforts pour protéger les grandes sociétés. J’ai parlé tout à l’heure des grandes banques. Au début, le gouvernement était prêt à verser une subvention salariale équivalant à seulement 10 % du salaire. C’est le NPD qui, avec l’aide des syndicats et des petites entreprises, a forcé le gouvernement à offrir une subvention correspondant à 75 % du salaire. De même, au début, le gouvernement ne voulait pas accorder d'aide pour les loyers. Sa première proposition, qui était très mal ficelée, excluait un grand nombre de locataires, mais nous avons continué à faire pression. Finalement, le gouvernement a remanié son programme, mais il ne l’a toujours pas rendu rétroactif pour tous les petits entrepreneurs qui en avaient été exclus au départ.
Pendant qu’un grand nombre de petites entreprises se démènent pour survivre, les grandes sociétés continuent d’avoir accès à ces programmes, comme Bell et Imperial Oil, qui ont raflé des millions de dollars d’aide COVID-19 pour verser des millions de dollars de dividendes à leurs riches actionnaires. Le premier ministre n’a toujours pas corrigé les lacunes de ces programmes et il continue de refuser de faire.
Il y a vraiment un sentiment d’urgence. Le gouvernement a bonifié le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes à cause de l’ampleur des confinements et de l’incertitude qui paralysait les petites entreprises. Nous nous en réjouissons, mais un grand nombre d’entreprises n’y ont pas accès. Les députés sont inondés d’appels téléphoniques parce que les petits entrepreneurs n’arrivent pas à savoir pourquoi ils sont exclus du programme de prêts. Il s’agit d’entrepreneurs qui étaient auparavant admissibles aux prêts du Compte d’urgence, et ils ont besoin d’aide.
Je n’ai pas l’impression que le gouvernement comprend bien le caractère d’urgence des programmes qu’il a mis en place. Nous savons que le budget ne sera pas présenté avant le mois d’avril, au plus tôt. Je pense à l’Association touristique autochtone du Canada qui vient d’apprendre qu’elle allait recevoir 83 % de moins qu’elle escomptait pour assurer le fonctionnement de ses activités. C’est une organisation qui vient en aide à plus de 800 entreprises. C’était le moyen d’acheminer 15 millions de dollars vers une industrie du tourisme qui, si elle est en pleine expansion, n’en est pas moins très vulnérable. Ils ne peuvent pas attendre avril ou mai. Ils vont devoir supprimer des services qui sont indispensables à notre reprise économique. J’invite instamment le gouvernement à venir en aide à ces organisations, au lieu de se faire tirer l’oreille pour présenter son budget.
Mon collègue, le député de Skeena-Bulkley Valley, a dit tout à l’heure que le NPD demande au gouvernement de s’assurer que les compagnies aériennes rembourseront les passagers. Mais nous devons également protéger les agents de voyage qui ont perçu des commissions. Nous voulons les deux. Que les passagers soient remboursés, et cela ne doit pas être une promesse en l’air. Et que les agents de voyage, qui sont souvent des femmes, soient protégés, car nous savons que les femmes ont été affectées de façon disproportionnée par la COVID. Elles ne devraient donc pas être en plus obligées de rembourser ces commissions, qui représentent une somme importante.
Je me réjouis de voir que la motion inclut l’industrie de l’aviation. Nous savons qu’Unifor réclame une stratégie nationale pour l’aérospatial, afin de protéger l’industrie des transports aériens qui a été complètement décimée pendant la crise. Nous aimerions savoir quelles mesures sont envisagées pour aider ce secteur.
Je me réjouis également qu’il soit question de transport par autocar. Nous devons fournir une aide conséquente à cette industrie. Par exemple, dans ma circonscription, Tofino Bus joue un rôle essentiel pour les gens, que ce soit pour se rendre à un rendez-vous médical ou pour toute autre destination. La coalition nationale des sociétés d’autocars réclame la création d’une commission nationale des transports routiers, pour qu’elle organise un réseau d’autocars en partenariat avec l’industrie des autocars. C’est indispensable. Le gouvernement ne peut pas continuer à refiler cette responsabilité aux provinces.
Qu’en est-il des jeunes entreprises? Elles ne sont admissibles ni aux prêts du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, ni à la subvention salariale, ni à l’aide d’urgence pour le loyer commercial. On les a complètement négligées. Voilà une génération d’entreprises qui a été complètement abandonnée par le gouvernement. Pourtant, ce sont de vraies entreprises, elles peuvent le démontrer avec leurs quittances de loyer et les salaires qu’elles paient à leurs employés, et il est donc tout à fait injuste qu’elles soient laissées pour compte. Nous devons leur venir en aide. Le gouvernement doit leur venir en aide et, pour ce faire, élargir la portée de ces programmes. Il ne suffit pas d’accorder davantage de prêts. Ces entreprises ont besoin d’avoir accès aux mêmes programmes que leurs concurrents.
Nous estimons également que les grandes sociétés qui ont profité de la pandémie doivent être tenues de payer leur juste part afin que nous puissions venir en aide aux petites entreprises qui sont l’épine dorsale de nos collectivités. Je ne parle pas du marchand de vélos qui s’en est sans doute bien sorti pendant la pandémie. Je parle d’Amazon et consorts, ces grandes sociétés qui tirent des profits excessifs de la pandémie.
Il faut que le gouvernement prolonge ses programmes d’aide et que la subvention salariale soit versée, non pas jusqu’en juin, mais jusqu’à la fin de la pandémie, comme le réclame l’industrie du tourisme. Nous nous réjouissons que le gouvernement, suite à nos pressions, ait prolongé ce programme jusqu’en juin, mais il doit faire mieux. Il doit aussi mettre en place un service téléphonique pour les petits entrepreneurs pour qu’ils puissent se renseigner sur la façon de présenter une demande d’aide, comme je l’ai dit tout à l’heure. C’est indispensable.
Nous ne parlons pas assez de l’importance des garderies pour les petits entrepreneurs et pour la reprise de notre économie. Nous savons que les femmes ont été touchées de façon disproportionnée par la pandémie. Les garderies revêtent une importance cruciale, et nous n’allons pas attendre 2028 pour avoir un programme de garderies. C’est maintenant que nous en avons besoin. Le gouvernement doit prendre des mesures. Les néo-démocrates sont conscients de l’importance des garderies et des logements abordables pour la relance de notre économie.
Il faut aussi imposer un plafond strict aux frais imposés aux commerçants par les sociétés émettrices de cartes de crédit. En Australie, au Royaume-Uni et en Europe, ces frais représentent à peine le tiers de ce que nous payons au Canada. J’ai eu l’occasion d’interroger les conservateurs à ce sujet, eux qui pensent que le gouvernement devrait se désengager du dossier et laisser le marché décider. Voici comment les choses se passent pour les commerçants canadiens: ils paient des taux exorbitants. Le gouvernement se doit d’intervenir, comme l’ont fait les gouvernements de l’Union européenne, de l’Australie et du Royaume-Uni.
Beaucoup d’employés n’ont plus de régime d’assurance-médicaments et d’assurance dentaire car ils ont perdu leur emploi. Nous avons besoin d’un programme d’assurance-médicaments et d’un programme d’assurance dentaire. Cela permettrait aux petits entrepreneurs d’économiser à peu près 600 $ par employé. Il est crucial que nous mettions en place cette infrastructure sociale pour leur venir en aide.
Pour en revenir au sentiment d’urgence dont je parlais tout à l’heure, je dirai que le gouvernement doit intervenir le plus rapidement possible pour que les jeunes entreprises aient accès à ces programmes. Il faut que les prêts du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes soient accessibles à celles qui en ont été exclues jusqu’à présent. Si nous n’allons pas à la rescousse des petites entreprises, nous risquons de saper l’économie de nos collectivités. Les petites entreprises sont essentielles à la survie de nos collectivités et à la reprise de notre économie au sortir de la pandémie.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2021-03-09 15:51 [p.4765]
Madam Speaker, it is an honour to rise in this place to speak on behalf of the people of Chilliwack—Hope and on behalf of Canadians. We are here today debating a motion put forward by the Conservative party. We are talking about things that we would like to see included in the next federal budget.
Of course, it has been over two years since the government has deigned to present its financial plan through a budget to Canadians. It is the longest time in Canadian history that we have gone between the presentation of budgets in the House, and that is quite shocking. Yes, we are in a pandemic, but this is a country that has gone through two world wars. We have managed to have budgets presented in the House where the government laid out its plans, priorities and the fiscal situation in the country. We now have a situation where we are over two years, the longest time in Canadian history, where no budget has been presented.
I would submit to the House, and we heard today from the parliamentary secretary to the government House leader, that it is because the Liberal party holds this place in contempt. The way that it has operated over the last year has shown that it does not view what we do here as important, that it views the work of Parliament as a nuisance and that, when we are debating and trying to improve government legislation, we are filibustering, we are standing in the way and not doing what Canadians want us to do. If we look at the record of the government, from day one of this pandemic, it has treated this place with contempt.
The first bill the Liberals brought forward to deal with a crisis like we had not seen in generations gave Bill Morneau and the Liberal Party power over spending, taxing and all the rest of it. They wanted to strip Parliament of its power for 21 months. That was the initial foray of the government in this pandemic, to strip away the rights of members of Parliament to hold the government to account and to improve legislation that our constituents needed to see pass, but the Liberals knew best. They have known best this entire time. Any time we have raised any concerns, we have been condemned as standing in the way, because they view Parliament as a rubber stamp for the Prime Minister's Office.
We heard this from the parliamentary secretary to the government House leader when he accused the Conservative Party of filibustering a bill. The bill was introduced yesterday at about 3:15 p.m., debated for about three hours and that was enough time. That is too much time for the Liberal government to have scrutiny placed on its legislation. We are clearly not in it for Canadians, if we are not passing that bill. Why did that bill have to come forward? Because the government messed up the bill that created a loophole that allowed travellers who went to Hawaii to come back and collect $1,000 from the government because they had to quarantine.
I got so excited at the beginning, Madam Speaker, I forgot to say I will be splitting my time with the member for Oshawa, and I know he has some excellent things that he too would like to say.
The Liberals brought in Bill C-2 late in September, after they had shut down the House. Members will recall that they shut down Parliament rather than face an ethics and finance committee review of their WE charity scandal. We have learned quite a few things about WE charity as a result of the studies that have happened at committee. The Liberals tried to shut that down. They truly did filibuster that. When they could not shut it down, they padlocked Parliament. They shut this place down for weeks and weeks on end as the deadline came for the Canada emergency response benefit. When that deadline started to come in October, they deigned to bring back the House. Then the Liberals said that we needed to pass Bill C-2 immediately or else we would be putting Canadians out on the street. As we have done throughout this pandemic, the Conservatives have worked to get benefits to Canadians. We have expressed our concerns, and we got the benefits to Canadians.
We pointed out the problem with returning travellers getting $1,000 from the government because they had to quarantine at home, and now we have Bill C-24, which seeks to address that. Another deadline approaches, March 28. and the government did not bring in the bill at the start of this session. It waited a month or so. Then after it brought it in, it told us, after three hours of debate, that if we did not pass it, we were the ones who were holding up relief for Canadians. What a joke. That is how the Liberal government is treating this Parliament. It has done it throughout.
The government should have learned its lesson. Every time it introduced legislation, it treated Parliament as if it was something that should receive the back of its hand, a nuisance that was not worthy of a response and was not worthy of sitting with its full powers. We can obviously do it in a hybrid format, but the powers were stripped away for months. I talked about that first bill that took away the rights of Parliament to scrutinize budgets.
We also had the original wage subsidy, which was only a 10% subsidy, not the 75% subsidy on which we had insisted. The government finally relented and provided it.
We talked about promoting the wage subsidy over the CERB, but the government took so long to get it right that it was less advantageous for employees to stay with their company right at the start of the pandemic, which was a huge mistake.
The original rent assistance program, which called upon a landlord to make the application directly for someone renting from them, was very poorly designed and had hardly any uptake, but the government did not care. It had not consulted with the other parties. It knew best.
That is what has happened here throughout. We just heard it again from the member for Surrey—Newton. People who raise concerns about their specific sectors should just be grateful for what they are getting, because the government knows what they need. If they are calling for more support, it must mean they do not understand the brilliance of the government. This is not as it should be.
We heard about the original CEBA accounts. That is mentioned in our motion. Those that had personal accounts with a bank, not a business account, were ineligible. A number of small businesses, farmers, etc. were not able to access those guaranteed loans.
Startups were not able to access the government programs because they could not show a loss of revenue. People who had just started, pouring their lifesavings into their work, were told, sorry, the government was not here for them.
All of these problems were identified, but the government did not listen because it knew best. It is time that it starts to put Parliament back to work, that it starts to take into account that there are 338 of us here who are all working for our constituents who have been devastated by this pandemic. We all have good ideas. We all represent people who are suffering, who want this to be over as soon as possible and who want the government, and expect the government, to be there for them when they need them.
We were elected to hold the government to account. When there have been good measures, we have supported them. However, we cannot just simply rush everything through. We cannot say that the new posture is that a bill is tabled and on the same day it is expected to be passed at all stages, no witnesses, no committee study, no one who will be directly impacted being consulted.
That is a folly of the government, and it is time that we start to put Parliament back at the centre of government in the country. We need to stop treating this institution with contempt. That starts, quite frankly, at the top. Press conferences have replaced Parliament for the Prime Minister since day one.
It is time that Parliament took the central role and that we all take back the roles that we have been given to hold the government to account, to scrutinize legislation, to propose solutions that will help our constituents. We are not a rubber stamp for the Prime Minister's Office. We are not an afterthought. This is an essential service and we should start to treat it like that. We should not be an afterthought for the Liberal government.
There is a number of things we have identified in our motion that call for sector specific changes. If the government had listened from the start, programs would have been better, more Canadians would have been better served. It is time for the government to start treating Parliament with the respect it deserves.
Madame la Présidente, c’est un honneur pour moi de prendre la parole au nom des habitants de Chilliwack—Hope et des Canadiens. Nous débattons aujourd’hui d’une motion présentée par le Parti conservateur. Nous parlons de mesures que nous aimerions voir incluses dans le prochain budget fédéral.
Évidemment, cela fait plus de deux ans que le gouvernement a daigné présenter son plan financier dans un budget aux Canadiens. C’est la plus longue période de l’histoire du Canada entre la présentation des budgets à la Chambre, et c’est assez troublant. Oui, nous sommes en pleine pandémie, mais notre pays a connu deux guerres mondiales. Nous avons toujours réussi à présenter des budgets à la Chambre dans lesquels le gouvernement exposait ses plans, ses priorités et la situation financière du pays. Nous sommes maintenant dans une situation où, depuis plus de deux ans, soit la plus longue période de l’histoire du Canada, aucun budget n’a été présenté.
Je dirais à la Chambre, et cela a été confirmé encore aujourd’hui par ce que nous a dit le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre, que c’est parce que le Parti libéral méprise la Chambre. La façon de fonctionner des élus de ce parti au cours de la dernière année montre que ce que nous faisons dans cette enceinte n'a pas d'importance à leurs yeux, qu’ils considèrent le travail du Parlement comme un mal nécessaire et que, lorsque nous débattons et essayons d’améliorer des projets de loi du gouvernement, nous faisons de l’obstruction et nous nous opposons à la volonté des Canadiens. Dès le début de la pandémie, le gouvernement a fait preuve de mépris envers la Chambre.
Le premier projet de loi que les libéraux ont présenté pour faire face à une crise comme nous n’en avions pas vu depuis des générations donnait à Bill Morneau et au Parti libéral le pouvoir de dépenser, d’imposer des mesures fiscales et de faire comme bon leur semblait. Ils voulaient priver le Parlement de ses pouvoirs pendant 21 mois. La première idée qui est venue à l'esprit du gouvernement dans cette pandémie consistait à priver les députés de leur droit de demander des comptes au gouvernement et d’améliorer les mesures législatives dont nos électeurs avaient besoin, mais les libéraux avaient d’autres plans en tête. Ils ont toujours eu d’autres desseins. Chaque fois que nous avons soulevé des préoccupations, nous avons été accusés de faire obstacle, car ils considèrent que le Parlement devrait approuver automatiquement ce que propose le Cabinet du premier ministre.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre l’a dit lorsqu’il a accusé le Parti conservateur de faire obstruction à un projet de loi. Le projet de loi a été présenté hier vers 15 h 15, il a été débattu pendant environ trois heures et ils considèrent que c’était suffisant. C’est trop de temps consacré à l’examen d’un projet de loi selon le gouvernement libéral. Selon lui, il est clair que nous ne sommes pas là pour les Canadiens si nous n’adoptons pas ce projet de loi. Et pourquoi donc ce projet de loi devait-il être présenté? Parce que le gouvernement a bousillé le premier projet de loi, qui a créé une échappatoire permettant aux voyageurs qui se rendaient à Hawaï de revenir et de recevoir 1 000 $ du gouvernement parce qu’ils devaient être mis en quarantaine.
Madame la Présidente, j’étais tellement fébrile au début de mon intervention que j’ai oublié de dire que je partagerai mon temps de parole avec le député d’Oshawa, et je sais qu’il a de très intéressantes choses à dire, lui aussi.
Les libéraux ont déposé le projet de loi C-2 à la fin de septembre, après avoir mis fin aux travaux de la Chambre. Les députés se souviendront qu’ils ont fermé le Parlement pour éviter que le comité de l’éthique et des finances se penche sur le scandale de l’organisme UNIS. Nous avons appris beaucoup de choses au sujet d’UNIS à la suite des études menées par le comité. Les libéraux ont essayé de l’empêcher de travailler. Ils ont vraiment fait de l’obstruction. Quand ils ont compris qu’ils ne réussiraient pas, ils ont cadenassé le Parlement. Ils ont fermé cette enceinte durant des semaines et des semaines jusqu’à l’expiration de la Prestation canadienne d’urgence. Quand la date butoir est arrivée en octobre, ils ont daigné rappeler la Chambre. Les libéraux nous ont ensuite sommés d’adopter le projet de loi C-2 sans délai, faute de quoi des Canadiens se retrouveraient à la rue à cause de nous. Comme nous l’avons fait tout au long de cette pandémie, nous, les conservateurs, avons travaillé pour que les Canadiens obtiennent des prestations. Nous avons exprimé nos préoccupations et nous avons réussi à obtenir des prestations pour les Canadiens.
Nous avons signalé le problème posé par le versement, par le gouvernement, de 1 000 $ aux voyageurs qui rentraient au pays parce qu’ils devaient se mettre en quarantaine à la maison, et voilà qu'on nous présente le projet de loi C-24, qui porte justement sur les prestations. Une autre date butoir, celle du 28 mars, approche, et, au lieu de déposer le projet de loi dès le début de la présente session, le gouvernement a attendu près d’un mois. Après l’avoir déposé, il nous a dit, au bout de trois heures de débat, que si nous ne l’adoptions pas, c’est nous qui empêcherions les Canadiens de recevoir de l’aide. C’est une farce! Voilà comment le gouvernement fédéral traite le Parlement. C’est ce qu’il n’a cessé de faire.
Le gouvernement aurait dû avoir appris sa leçon. Chaque fois qu’il a présenté un projet de loi, il a traité le Parlement comme s’il méritait une gifle, comme s’il était un empêcheur de tourner en rond, comme s’il ne méritait pas de réagir et d’exercer ses pleins pouvoirs. Nous pouvons évidemment le faire en format hybride, mais cela fait des mois que ces pouvoirs nous ont été retirés. J’ai déjà parlé du premier projet de loi qui a retiré au Parlement son droit d’examiner les budgets.
Il y a également eu la subvention salariale initiale de seulement 10 %, au lieu de la subvention de 75 % que nous réclamions avec insistance. Le gouvernement a fini par céder et l’offrir.
Nous avons parlé de promouvoir la subvention salariale de préférence à la PCU, mais le gouvernement a tellement tardé à faire les choses correctement qu’au début de la pandémie, il était moins avantageux pour des employés de rester dans leur entreprise, ce qui a été une grosse erreur.
Le programme initial d’aide au loyer, qui exigeait que les propriétaires présentent une demande directement pour leurs locataires, était très mal conçu. Il n’a reçu presque pas de demandes, mais le gouvernement s’en fichait. Il n’avait pas consulté les personnes qui en auraient eu besoin. Il avait toujours raison.
C’est ce qui s’est produit tout au long du processus. Notre collègue de Surrey—Newton vient de nous le rappeler. Les gens qui soulèvent des préoccupations au sujet de leurs secteurs particuliers devraient simplement être reconnaissants de ce qu’ils obtiennent, car le gouvernement sait ce dont ils ont besoin. S’ils demandent plus d’appui, c’est qu’ils ne comprennent pas les idées brillantes du gouvernement. Cela ne devrait pas se produire.
Nous avons entendu parler du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes initial, le CUEC. Il est mentionné dans notre motion. Ceux qui avaient un compte personnel à la banque, et non un compte d’entreprise, n’y étaient pas admissibles. Un certain nombre de petites entreprises, d’agriculteurs et autres n’ont pas eu accès à ces prêts garantis.
Les entreprises en démarrage n’ont pas eu accès aux programmes gouvernementaux parce qu’elles ne pouvaient pas faire état d’une perte de revenus. Des gens qui venaient de se lancer en affaires, qui y avaient investi toutes leurs économies, se sont fait dire que le gouvernement était désolé, mais qu’il ne pouvait pas les aider.
Tous ces problèmes ont été signalés, mais le gouvernement n’a pas écouté parce qu’il savait ce qu’il fallait faire. Il est temps qu’il remette le Parlement au travail et qu’il tienne compte du fait que nous, ses 338 députés, défendons des électeurs que cette pandémie a ruinés. Nous avons tous de bonnes idées. Nous représentons tous des gens qui souffrent, qui veulent que le problème soit réglé le plus rapidement possible et qui veulent que le gouvernement les aide quand ils en ont besoin.
Nous avons été élus pour demander des comptes au gouvernement. Quand il a appliqué de bonnes mesures, nous les avons appuyées. Cependant, nous ne pouvons pas tout faire à la hâte. Nous ne pouvons pas affirmer qu’une fois déposé, un projet de loi doit être adopté à toutes les étapes le même jour sans témoignages, sans étude en comité, sans consultation des personnes directement touchées.
Le gouvernement fait une folie, et il est temps de remettre les rênes du pays entre les mains du Parlement. Cessons de traiter cette institution avec mépris. L’origine de ce problème, très franchement, part du plus haut niveau de la hiérarchie. Dès son premier jour au pouvoir, le premier ministre a remplacé les débats du Parlement par des conférences de presse.
Il est temps que le Parlement joue un rôle central et que nous reprenions tous les rôles qui nous ont été confiés, notamment de demander des comptes au gouvernement, d’examiner les projets de loi et de proposer des solutions qui aideront nos électeurs. Nous ne sommes pas une chambre d'enregistrement des décisions prises par le Cabinet du premier ministre. Nous ne sommes pas une considération secondaire. Notre rôle est essentiel, et il faut commencer à le traiter comme tel. Nous ne sommes pas une pensée après coup pour le gouvernement libéral.
Notre motion exige un certain nombre de changements sectoriels. Si le gouvernement avait écouté dès le départ, ses programmes auraient été meilleurs et auraient servi un plus grand nombre de Canadiens. Il est temps que le gouvernement commence à traiter le Parlement avec le respect qu’il mérite.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2021-03-08 14:05 [p.4660]
Mr. Speaker, happy International Women's Day. Today we celebrate the contributions of all women, especially entrepreneurs and leaders within our communities.
In my riding of Brampton South, I would like to thank women driving the feminist recovery. They are the small business owners, such as Mary from Cristina's Tortina Shop and Dipinder from Freshii; Parveen Rashid, Swati Thakur, Balbir Malhi, Maninder and Mandeep, who are doing charity work in Brampton; Melloney Campbell from StartUp Peel; and many more, such as Suzy Godefroy from the Downtown Brampton BIA, which has helped Brampton businesses throughout the pandemic.
Today we celebrate women like them, but we must continue to dismantle the barriers for women and work together. Initiatives such as GBA+, pay equity and a women's independence strategy will encourage the economic participation of women in the workforce. Together, we can uplift women within our communities and further Canada's journey toward gender equality.
Monsieur le Président, bonne Journée internationale des femmes. Aujourd'hui, nous célébrons les contributions de toutes les femmes, en particulier celles des entrepreneuses et des leaders de nos communautés.
Dans ma circonscription, Brampton-Sud, j'aimerais remercier les femmes qui se trouvent au front de la relance féministe. Il s'agit de propriétaires de petites entreprises comme Mary, de Christina's Tortina Shop, et de Dipinder, de Freshii; de Parveen Rashid, Swati Thakur, Balbir Malhi, Maninder et Mandeep, qui font du travail caritatif à Brampton; de Melloney Campbell, de StartUp Peel; et de beaucoup d'autres comme Suzy Godefroy, de la zone d'amélioration commerciale du centre-ville de Brampton, qui est venue en aide aux entreprises de Brampton durant la pandémie.
Aujourd'hui, nous célébrons les femmes comme celles-là, mais nous devons continuer à travailler ensemble pour faire tomber les obstacles qui entravent la voie des femmes. Des initiatives comme l'ACS+, l'équité salariale et une stratégie d'indépendance pour les femmes encourageront la participation économique des femmes au marché du travail. Ensemble, nous pouvons élever les femmes dans nos communautés et faire avancer le Canada dans son cheminement vers l'égalité des genres.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, today Lévis is mourning the loss of one of its most illustrious citizens, Maurice Tanguay.
Originally from Saint-Philémon, in Bellechasse, Mr. Tanguay's passion for hockey grew during his time at Collège de Lévis. It was in Lévis in 1961 that he opened the first store under the banner that would become so well known: Ameublements Tanguay.
In 1995, he founded the Rimouski Océanic Hockey Club, fuelling Quebec's passion for major junior hockey. He also became an architect of the Rouge et Or at Université Laval, a prestigious part of Quebec football.
However, his true passion was helping children who were underprivileged, sick or living with disabilities. Thirty years ago he founded the Fondation Maurice Tanguay and was honoured many times for his compassion for human suffering. He and his family created a true dynasty of generosity.
For his exceptional involvement and his human values, we thank Maurice Tanguay and offer our condolences to his loving and devoted wife Madeleine, their children Jacques, Hélène and France, and the entire extended Tanguay family.
Madame la Présidente, Lévis porte aujourd'hui le deuil de l'un de ses plus illustres citoyens, Maurice Tanguay.
Originaire de Saint-Philémon, dans Bellechasse, c'est au Collège de Lévis qu'il aiguise sa passion pour le hockey. C'est aussi à Lévis, en 1961, qu'il ouvre le premier magasin d'une bannière qui allait devenir célèbre: Ameublements Tanguay.
En 1995, il entame la saga de L'Océanic de Rimouski, qui nourrit la passion du hockey junior majeur au Québec, puis est un artisan du Rouge et Or de l'Université Laval, qui donne ses titres de noblesse au football québécois.
Or sa véritable passion, ce sont les enfants malades, handicapés ou défavorisés, et il fondait, il y a 30 ans, la Fondation Maurice Tanguay. Honoré à maintes reprises, il se laissait toucher par la détresse humaine. Il a créé avec sa famille une véritable dynastie de la générosité.
Pour son implication exceptionnelle et ses valeurs humaines, nous disons merci à Maurice Tanguay et nous offrons nos condoléances à sa tendre et fidèle épouse Madeleine, à leurs enfants Jacques, Hélène et France, ainsi qu'à toute la grande famille Tanguay.
View Élisabeth Brière Profile
Lib. (QC)
View Élisabeth Brière Profile
2021-02-03 14:14 [p.3947]
Mr. Speaker, entrepreneurial innovation is in full swing in Quebec. As an MP, I do whatever I can to help innovative Sherbrooke businesses and make sure they have what they need to grow.
In my riding last week, I had an opportunity to announce $920,000 in funding for Productique Québec, a college centre for technology transfer affiliated with the Sherbrooke CEGEP. Productique Québec specializes in transitioning businesses to Industry 4.0. This funding will help Productique Québec acquire digital manufacturing facilities, state-of-the-art measuring equipment and an automated additive manufacturing machine, which will enable it to keep stimulating innovation as well as offer several Sherbrooke CEGEP students high-quality practical internships directly related to their studies.
I am extremely proud of this technology transfer centre in my riding, and I wish it every success going forward.
Monsieur le Président, l'innovation entrepreneuriale est très présente au Québec. En tant que députée, j'encourage les entreprises de Sherbrooke qui innovent et je m'assure qu'elles ont ce dont elles ont besoin pour croître.
La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'annoncer, dans ma circonscription, une contribution de 920 000 $ à Productique Québec, un centre collégial de transfert de technologies, ou CCTT, affilié au Cégep de Sherbrooke. Productique Québec est spécialisé dans la transition des entreprises vers l'industrie 4.0. L'aide offerte lui permettra de faire l'acquisition d'un centre d'usinage numérique, d'équipements de mesure de pointe ainsi que d'une machine automatisée de fabrication additive. Non seulement l'entreprise pourra continuer de stimuler l'innovation, elle permettra également à plusieurs étudiants du Cégep de Sherbrooke d'avoir accès à des stages appliqués de qualité, directement liés à leur domaine d'études.
Je suis extrêmement fière de ce CCTT de ma circonscription et je lui souhaite le meilleur des succès pour le futur.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2021-02-02 15:56 [p.3920]
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-14 on the economic statement, which is extremely important during COVID-19. The bill seeks to implement certain provisions of the November 30, 2020, economic statement and other measures.
I basically want to talk about three things. First, I will share our party's position on the measures for seniors. Second, I will speak about certain measures that are still letting some businesses fall through the cracks, and third, I will say a few words about the problems that this pandemic has created for women and about my desire to support a more feminist economy.
For the fiscal year ending March 31, 2021, the law already allows for the funding of the various health initiatives set out in the bill. That totals approximately $900 million, including an investment of over $500 million in long-term care. The safe restart agreement between Canada, Quebec and the provinces should absolutely be amended to include long-term care. In the economic statement, the government provided for an investment of up to $1 billion to create an infection prevention and control fund to help Quebec and the provinces protect people living in long-term care facilities.
What exactly is being done about long-term care?
I will quote the November 30 economic statement again:
...the Government of Canada is committing up to $1 billion for [an infection control fund] to help provinces and territories protect people in long-term care and support infection prevention and control. Funding will be contingent on a detailed spending plan, allocated on an equal per capita basis and conditional on provinces and territories demonstrating that investments have been made according to those spending plans.
Need I once again remind the House that Quebec and the provinces have extensive authority over health care pursuant to a number of provisions in the Constitution Act, 1867, including section 92.7, which gives Quebec and the provinces exclusive jurisdiction over the establishment, maintenance and management of hospitals.
Moreover, all provinces have exclusive jurisdiction over the direct delivery of most medical services. Clearly, therefore, Quebec and the provinces, not the federal government, have the experience and expertise to handle long-term care homes. Quebec and the provinces also pay for the vast majority of these services.
In 2014, the Canadian Institute for Health Information estimated that 73% of the costs related to long-term care facilities in Canada were funded by provincial, territorial and municipal systems and organizations in Quebec and the provinces, while 23% of the costs were borne by residents or through their private insurance.
Any funding from the federal government with conditions of any kind is unacceptable to the Bloc Québécois. The federal government has only one role to play in health care, and that is funding. It does have the means to do more.
Ottawa's revenues, at 4.1%, are increasing faster than those of the provinces, at 3.5%, while health care spending in Quebec and the provinces is increasing at an annual rate of 5%. Remember, the federal government's share of health care is shrinking significantly every year.
In 2019 Quebec, the provinces and territories funded 40% of health care spending, while the Canadian government absorbed only 22%, according to Conference Board of Canada data. At the current growth rate, the federal share of health care funding will drop below 20% by 2026. That is unacceptable.
If the federal government is truly concerned about seniors then it needs to accede to the reasonable request made by the united front formed by Quebec and the other provinces and backed by the National Assembly of Quebec. Starting this year, not after the crisis, the government needs to bring its annual contribution to health care funding in Quebec and the provinces to 35% on an ongoing basis. In fact, and this is significant, the Fédération des médecins spécialistes du Québec, or the FMSQ, also supports this request by Mr. Legault.
As for the possibility of bringing in national standards in long-term care facilities, let us not forget that the Canadian Armed Forces' report following their time in Quebec's long-term care facilities was very clear: Despite there being many standards and rules on contamination prevention and control, or on wearing protective equipment, they were not enough to stop the virus.
The big question has more to do with the capacity to adhere to the existing standards and rules and enforcing them. The primary reason these rules were more difficult to follow is just as clear: the labour shortage. Let us properly fund our health care system. It is not just the Bloc Québécois and I calling for that, but major seniors' organizations such as the FADOQ.
The army's report says, and I quote, “According to our observations, the critical need for CHSLDs is an improved level of staff with medical training.” The provinces and Quebec do not need federal standards for long-term care homes. They already have standards.
Quebec and the provinces need the means to properly care for seniors. The successive Liberal and Conservative federal governments need to stop withholding spending.
In addition, the federal government can and must ensure that we have an adequate supply of vaccines. Once seniors in long-term care homes and seniors residences are taken care of, seniors living alone need to get out of isolation. Even though part of the bill amends the Food and Drugs Act, the delays we have seen are increasing stress and frustration levels.
I remind members that since the beginning of the pandemic, seniors have been saying that the $300 cheque that seniors receiving old age security got in July and the $200 cheque sent to seniors receiving the guaranteed income supplement have been woefully inadequate. The government needs to permanently increase old age security benefits by $110 a month, but this is not included in the economic measures.
Second, many people in the riding of Shefford work in the sectors most affected by the pandemic, those associated with tourism in general, such as hotels, restaurants and major cultural events. All these sectors are essential for the economic vitality of the riding. I am thinking of such well-known cultural institutions as the Granby international song festival, the Palace de Granby, the Maison de la culture de Waterloo, the Yvonne L. Bombardier Cultural Centre and the Maison de la culture de Racine, to name but a few.
We have a lot of questions about the terms of the highly affected sectors credit availability program, HASCAP. Why is it that almost two months after announcing this program, the Trudeau government is still unable to provide details on its terms?
Let us remember that, from the beginning of this pandemic, the Bloc Québécois has demonstrated how important it is to develop assistance programs tailored to each industry, since one-size-fits-all programs really do not work. On May 13, 2020, the Bloc Québécois was already unequivocally calling for targeted assistance for seasonal industries, particularly the tourism industry. Some of the programs that had already been rolled out, such as the Canada emergency commercial rent assistance program, were poorly designed for these sectors and turned out to be a real disaster.
We then suggested that a real assistance program to cover fixed costs be implemented. In the spring, the Parliamentary Secretary to the Minister of Economic Development even came to tell members of the Haute-Yamaska chamber of commerce that those sorts of measures were coming. Several months later, it is clear from talking to tourism operators that the measures announced so far are insufficient. Many concerns remain, particularly for Quebec's sugar shacks, a key symbol of our heritage. They are still wondering whether they will be able to benefit from the Canada emergency wage subsidy.
We must not forget that tourism is a vital industry for the regions of Quebec. More than 400,000 workers benefit from the tourism industry, which generates $15 billion for Quebec's economy. Two-thirds of those businesses are located outside the metropolitan regions of Quebec City and Montreal and employ fewer than 20 workers, making them crucial to keeping our communities alive. Tourism is one of the industries that was hit hardest by the pandemic, and stakeholders are still waiting for the federal government to show some more empathy.
In closing, I want to point out the importance of making an economic she-covery a priority because the pandemic has hit women harder than men. Some programs, like the Canada emergency business account, have been harder for women to access. Groups such as Femmessor told the Standing Committee on the Status of Women about the importance of developing programs that are a better fit for female entrepreneurs. I heard that again earlier this week from a Bank of Montreal representative who wants more programs to do a better job of taking female entrepreneurs' reality into account. Family tax credits are not going to help women. They need programs that will help them leverage their economic power and escape poverty. Helping mothers is good, but enabling them to achieve their goals is even better.
The women who own the store Orange coco la vie en vrac, for example, work incredibly hard but do not seem to qualify for any of the programs.
In conclusion, we are in dire need of measures for seniors, for the cultural tourism industry, for restaurants and for women, all of which have been hit harder than most by the pandemic, along with measures for a greener, fairer economic recovery. Let us make that happen.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui sur le projet de loi C-14 concernant l'énoncé économique, qui est d'une grande importance en période de pandémie. Il vise à exécuter certaines dispositions de l'énoncé économique du 30 novembre 2020 et à ajouter d'autres mesures.
Je traiterai essentiellement trois aspects. J'aborderai d'abord la position de notre parti sur la question des mesures visant les aînés. Ensuite, je parlerai de certaines mesures qui laissent encore des entreprises tomber dans les craques. Enfin, je dirai quelques mots sur les difficultés qu'a engendrées la pandémie pour les femmes et parlerai de mon souhait d'appuyer une économie plus féministe.
Pour l'exercice se terminant le 31 mars 2021, la loi permet déjà le paiement des sommes qui sont nécessaires à plusieurs initiatives en santé énumérées dans le projet de loi pour un montant total d'environ 900 millions de dollars, dont un investissement de plus de 500 millions dans les soins de longue durée. L'Accord sur la relance sécuritaire entre le Canada, le Québec et les provinces devra être modifié pour inclure absolument les soins de longue durée. Dans l'énoncé économique, on prévoyait un investissement pouvant atteindre 1 milliard de dollars pour la création d'un fonds pour la prévention et le contrôle des infections afin d'aider le Québec et les provinces à protéger celles et ceux qui vivent dans des établissements de soins de longue durée.
Qu'en est-il justement de ces fameux soins de longue durée?
Toujours dans l'énoncé économique du 30 novembre dernier, on peut lire ce qui suit:
[...] le gouvernement du Canada s'engage à verser jusqu'à 1 milliard de dollars pour la création [de ce] fonds et le contrôle des infections afin d'aider les territoires et les provinces à protéger ceux qui vivent dans les établissements de soins de longue durée et pour appuyer les activités de prévention et de contrôle des infections. Ce financement sera cependant conditionnel à la présentation des plans de dépenses détaillés et attribués selon un montant égal par habitant, à condition que l'administration en question démontre que ses investissements étaient conformes aux plans de dépenses.
Faut-il rappeler encore une fois que le Québec et les provinces exercent un pouvoir très vaste en matière de santé, en vertu de plusieurs dispositions de la Loi constitutionnelle de 1867, notamment à l'article 92.7 qui prévoit l'exercice exclusif par le Québec et les provinces de la compétence sur l'établissement, l'entretien et l'administration des hôpitaux.
De plus, toutes les provinces ont la responsabilité exclusive de la prestation directe de la plupart des services médicaux. Manifestement, on peut donc affirmer que ce sont le Québec et les provinces qui ont l'expertise et l'expérience en matière de foyers de soins de longue durée, pas le fédéral. Ce sont également le Québec et les provinces qui financent la grande majorité de ces services.
En 2014, l'Institut canadien d'information sur la santé estimait que 73 % des coûts attribuables aux établissements de soins de longue durée étaient financés au Canada par des régimes et des organismes provinciaux, territoriaux et municipaux du Québec et des provinces, tandis que 23 % des coûts étaient assumés par les résidants ou par l'intermédiaire de leurs assurances privées.
Tout financement provenant du gouvernement fédéral assorti de conditions, quelles qu'elles soient, est inacceptable pour le Bloc québécois. Le fédéral a un seul rôle à jouer en matière de santé, celui de financer. Il a les moyens d'en faire plus.
Ottawa voit en effet ses revenus augmenter plus vite, à 4,1 %, que ceux des provinces, à 3,5 %, alors que les dépenses en santé au Québec et dans les provinces augmentent à un rythme annuel de 5 %. Rappelons que la part du fédéral dans les soins de santé se réduit comme peau de chagrin, année après année.
En 2019, le Québec, les provinces et les territoires finançaient 40 % des dépenses en santé, alors que le gouvernement canadien en absorbe seulement 22 %, selon les données du Conference Board du Canada. Le taux de croissance actuellement fixé fait en sorte que la proportion fédérale consacrée au financement des soins de santé chutera à moins de 20 % d'ici 2026. C'est inacceptable.
Ce que le fédéral doit faire s'il se préoccupe réellement des aînés, c'est d'acquiescer à la demande raisonnable du front commun formé par le Québec et les autres provinces, appuyée par l'Assemblée nationale du Québec, en portant de façon récurrente dès cette année et non pas après la crise à 35 % sa contribution annuelle au financement des soins de santé au Québec et dans les provinces. Par ailleurs, et ce n'est pas négligeable, la Fédération des médecins spécialistes du Québec, ou FMSQ, appuie aussi cette demande de M. Legault.
Pour ce qui est de la possibilité de mettre en place des normes nationales dans les établissements de soins de longue durée, rappelons que le rapport remis par les Forces armées canadiennes à la suite de leur passage dans les CHSLD du Québec était très clair: même s'il y a beaucoup de normes et de règles sur la prévention et le contrôle de la contamination, ou sur le port d'équipement de protection, celles-ci n'ont pourtant pas suffi à stopper le virus.
La grande question est bien plus la capacité à respecter les normes et les règles en place et à les appliquer. La raison principale qui explique que ces règles ont été plus difficiles à respecter est tout aussi claire, c'est la pénurie de main-d'oeuvre. Donnons donc les moyens à notre système de santé. Ce n'est pas seulement le Bloc québécois et moi qui le demandons, mais des organismes d'aînés aussi importants que la FADOQ.
« Selon nos observations, le besoin criant des CHSLD est au niveau du personnel avec formation médicale » peut-on lire dans le rapport de l'armée. Ce n'est donc pas de normes fédérales dans les établissements de soins de longue durée que les provinces et le Québec ont besoin, ils en ont déjà.
Le Québec et les provinces ont besoin de moyens pour assurer des services décents aux aînés. Il est temps que les gouvernements fédéraux libéraux et conservateurs qui se succèdent mettent fin à leur pouvoir de ne pas dépenser.
Une autre des choses que le fédéral peut et doit faire est d'assurer un approvisionnement adéquat en vaccins. Après les aînés en CHLSD et en résidences pour aînés, les aînés qui sont seuls dans leur logement ont besoin de briser leur isolement. Malgré la partie du projet de loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues, les retards actuels accentuent leurs angoisses et leurs frustrations.
En effet, rappelons que, depuis le début de la pandémie, tant le seul et unique chèque de 300 $ reçu en juillet dernier par ceux qui touchent des prestations de la Sécurité de la vieillesse que le chèque de 200 $ envoyé à ceux qui ont droit aux prestations du Supplément de revenu garanti ont été jugés nettement insuffisants par les aînés. Il faut une hausse permanente de 110 $ par mois des prestations de la Sécurité de la vieillesse, mais cela ne se retrouve pas dans les mesures économiques.
En deuxième partie, plusieurs des habitants de la circonscription de Shefford travaillent dans les secteurs les plus touchés par la pandémie, ceux du tourisme en général: hôtellerie, restauration, grands événements culturels. Ce sont tous des secteurs essentiels pour la vitalité économique de la circonscription de Shefford. Je pense notamment à des institutions culturelles importantes comme le Festival international de la chanson de Granby, le Palace de Granby, la Maison de la culture de Waterloo, le Centre culturel Yvonne-L.-Bombardier ou encore la Maison de la culture de Racine, pour ne nommer que celles-ci.
Nous nous interrogeons beaucoup sur les modalités du Programme de crédit pour les secteurs durement touchés, le PCSDT. Comment se fait-il que, près de deux mois après avoir annoncé ce programme, le gouvernement Trudeau soit toujours incapable de nous en donner toutes les modalités en détail?
Rappelons que, dès le début de la pandémie, le Bloc québécois avait manifesté toute l'importance de développer des programmes d'aide adaptés à la réalité de chaque industrie, puisque les programmes d'application générale ne fonctionnent vraiment pas. Le 13 mai 2020, le Bloc demandait déjà sans équivoque une aide ciblée pour venir en aide aux industries saisonnières, plus particulièrement à l'industrie touristique. Certains des programmes déjà déployés, comme l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial, ont été mal conçus pour ces secteurs et se sont avérés un véritable fiasco.
Nous avons alors suggéré d'adopter un véritable programme d'aide pour les coûts fixes. La secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique est même venue au printemps dernier dire à des membres de la Chambre de commerce Haute- Yamaska que cela allait venir. Plusieurs mois plus tard, il faut bien constater en parlant avec des intervenants en tourisme que ce qui est annoncé actuellement n'est pas suffisant. Plusieurs inquiétudes demeurent, notamment pour les cabanes à sucre du Québec, symbole phare de notre patrimoine, qui se demandent encore si elles pourront bénéficier de la Subvention salariale d'urgence du Canada.
Rappelons-le, l'industrie touristique est un secteur vital pour les régions du Québec: plus de 400 000 travailleurs et travailleuses y sont reliés et l'industrie génère 15 milliards dans l'économie québécoise. Les deux tiers de ces entreprises se situent à l'extérieur des régions métropolitaines de Québec et de Montréal et comptent moins de 20 employés, ce qui en fait une composante cruciale de l'occupation de notre territoire. Cette industrie fait partie des secteurs les plus durement éprouvés par la pandémie et attend toujours que le gouvernement fédéral démontre un peu plus d'empathie.
En terminant, j'aimerais mentionner l'importance de viser une relance économique féministe, les femmes ayant été plus touchées que les hommes par la pandémie. Certains programmes comme le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes ont été difficiles d'accès pour elles. Des groupes comme Femmessor sont venus témoigner au Comité permanent de la condition féminine de l'importance de développer des programmes mieux adaptés à la situation des femmes entrepreneures. Cela m'a été confirmé en début de semaine par un intervenant de la Banque de Montréal, qui souhaite que plus de programmes tiennent davantage compte des réalités de l'entrepreneuriat au féminin. Ce ne sont pas des crédits d'impôt pour la famille qui vont aider les femmes, mais plutôt des programmes qui vont leur permettre de reprendre leur pouvoir économique et se sortir de la pauvreté. Aider les mères, c'est bien, mais leur permettre de se réaliser comme elles le désirent, c'est encore mieux.
J'ai une pensée particulière pour les entrepreneures propriétaires de la boutique Orange coco la vie en vrac qui, bien qu'elles travaillent fort, ne semblent pouvoir se qualifier pour aucun programme.
En conclusion, il faut vivement des mesures pour les aînés, pour l'industrie touristique culturelle, pour les restaurateurs et pour les femmes, qui ont toutes et tous en commun d'avoir été plus durement touchés par la pandémie, ainsi que pour une relance économique plus verte et plus juste. Agissons!
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is great to hear from the parliamentary secretary, but I have heard from the owners of numerous start-ups who started off in 2020, and they are continuing to be denied these business supports for COVID-19.
Markus, a constituent in Elgin—Middlesex—London, opened a new business called The Icebox. Markus contacted my office regarding the federal government, which did not revise criteria for small businesses despite the Province of Ontario making these necessary changes.
Will the finance minister commit to revising the eligibility criteria of COVID-19 supports for businesses, and stop disqualifying business owners who are trying to survive under these public restrictions?
Monsieur le Président, je suis heureuse d'entendre le secrétaire parlementaire, mais de nombreux propriétaires de jeunes entreprises qui ont ouvert leurs portes en 2020 m'ont indiqué qu'ils continuent à se voir refuser l'admissibilité aux mesures de soutien liées à la COVID-19 pour les entreprises.
Markus, un résidant d'Elgin—Middlesex—London, a fondé une entreprise appelée The Ice Box. Il a communiqué avec mon bureau pour signaler que le gouvernement fédéral n'a pas revu les critères pour les petites entreprises, alors que l'Ontario a apporté les changements nécessaires.
La ministre des Finances s'engagera-t-elle à revoir les critères d'admissibilité aux mesures de soutien liées à la COVID-19 pour les entreprises et cessera-t-elle d'exclure les propriétaires d'entreprise qui tentent de survivre en dépit des restrictions imposées par le gouvernement ?
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2021-01-29 11:47 [p.3772]
Mr. Speaker, I thank the hon. member for her continued advocacy for small businesses.
From the very beginning of this pandemic, we have been listening to and working with businesses to make sure that there is a broad range of supports. I was very pleased, earlier this week, to announce an additional support, a lifeline support: the highly affected businesses program, otherwise called HASCAP. It is another way to help our businesses with loans from $25,000 to $1 million. Those businesses under one entity that have multiple locations can receive up to $6.25 million. This is another way that—
Monsieur le Président, je remercie la députée de ses efforts soutenus pour défendre les petites entreprises.
Depuis le début de la pandémie, nous écoutons les entreprises et collaborons avec elles afin de fournir un large éventail de mesures de soutien. Au début de la semaine, j'ai eu le plaisir d'annoncer une autre mesure de soutien essentielle, soit le Programme de crédit pour les secteurs très touchés. Il s'agit d'une autre façon d'aider les entreprises avec des prêts allant de 25 000 $ à 1 million de dollars. Les entreprises comptant plusieurs établissements sous une même bannière peuvent recevoir jusqu'à 6,25 millions de dollars. C'est une autre façon de...
View Kyle Seeback Profile
CPC (ON)
View Kyle Seeback Profile
2021-01-26 12:26 [p.3522]
Mr. Speaker, 58,000 businesses closed their doors in 2020. There are 58,000 families who will not have the income they would have had from the family business. The CFIB is now estimating that there will be up to 200,000 small businesses closing in 2021. Think of the devastating impact that will have on the families who depend on them for their livelihood, and on the communities where jobs will be lost. The economic spin-offs of those business closures will be devastating.
New businesses have been particularly ignored by this Liberal government throughout the pandemic. In December, I had the opportunity to ask the government a question with respect to new businesses. I talked about a gentleman named Paul in my riding. Paul was going to launch his new small business in March 2020. Of course, that did not happen because of the first lockdown, and his business launch was pushed into May. Since then, he has desperately tried to make his business viable. He is not eligible for the wage subsidy. He is not eligible for the rent subsidy. Why is this? It is because he decided to start a business, and the government has deliberately chosen not to support people who made the decision to start a small business. Why it has made that choice, I do not know. I have asked questions about this many times. I do not get answers.
People like Paul invest their life savings, the money they have worked their entire life for, into a business at great risk. They put hundreds of hours into that business, 50, 60, 70, 80 or 90 hours a week. That is what entrepreneurs do to try to make their businesses successful.
To keep his business going, Paul has had to access a line of credit against his home and put more money into the business in a desperate attempt to have his life's work remain viable. I pleaded his case to the minister in December. I outlined exactly the circumstances that I am outlining now. I asked the minister to please give something to Paul.
The response was that Paul should look at the regional relief programs. That was where there would be something. Of course, I had looked at the regional relief programs in a desperate attempt to help Paul and businesses like his, not only in my riding but all across the country. As I learned in law school, the devil is in the details. In order for Paul to be eligible for a regional relief program, he had to have been operational before March 15, 2020. Basically, the minister's response was, “Sorry, there is nothing there for Paul.”
Since I asked the question in December, I have had dozens of new businesses in my riding get in touch with me, desperately asking how they can access some form of financial support so that their businesses can continue, so that they will not go bankrupt and lose their life's savings, so that they can continue to employ people in their businesses who can then support their families. They are desperate to stop the domino effect of the closure of businesses and the devastating impact that has on the business owners, the employees and the community. Unfortunately, I have no good answer for these people, because the government knows this issue exists.
I have asked about it in question period, and my Conservative colleagues have asked this question many times in question period and there is never an answer. Here we are debating a bill that would implement new economic programs. Conservatives have asked the government what it is doing to support new businesses and why these businesses are undeserving of any support. Therefore, Liberals know of the issue. It is clear. They have heard it. They have heard it from CFIB and from opposition members, who have asked if there is anything in this legislation to help new businesses. The answer to that is absolutely nothing.
We are left asking ourselves this question. This is a government that has opened the floodgates of spending. It is spending money on everyone and everything. We are racking up debt at a horrific rate. Why have the Liberals deliberately chosen not to support new businesses? I want to go back to that.
When people decide to become entrepreneurs and to set up a business, they do it at great risk. They have to invest their own money and often have to provide personal guarantees, including maybe a collateral mortgage against their home. People do that at great risk. They put in 50, 60, 70, 80, 90 hours a week in the hope that their business will be successful. The lockdown occurred, we understand that, but why has the government deliberately chosen to ignore people like Paul and like Michella, whom I spoke to yesterday about her business? It is something I cannot comprehend.
When I think about the answer the government gives on this, which is effectively to maybe look at a regional relief program, it is so tone deaf and offensive to business owners who have worked so hard to try to make their businesses successful. It reminds me of someone else who was incredibly tone deaf in the midst of a crisis. There is the infamous quote by Marie Antoinette. When she was told the people had run out of bread, she said, “Let them eat cake.” Guess what, the government is effectively saying to entrepreneurs and new business owners who have risked so much, “Let them eat cake.” I find that offensive.
I am here advocating on behalf of small businesses and new businesses not only in my riding, but also on behalf of businesses all across the country. They deserve better than what the government is giving them. If the government is going to give them nothing, if it has made that deliberate decision, which is the only thing I am left to conclude, that it has deliberately decided to let those businesses fail, then it should stand up and say it. Do not say they should look at some program that offers absolutely no support. The government should just say it is sorry, because it has decided that those businesses are going to fail and good luck.
Right now, there is only one business in my riding that is expanding rapidly and doing extraordinarily well. We see their signs everywhere, in strip plazas and downtown cores. Do members what to know what that business is? It is “For Rent” or “For Lease”. It is exploding all across my riding and all across this country. Why is that? It is because of the decisions the government has deliberately made, and I do not have an answer as to why. I would like to know why new businesses are being told that the Liberals do not care and that they can go out of business. They have an opportunity to correct it. We are debating this bill now. Why will they not make some simple changes so new businesses do not go bankrupt?
Monsieur le Président, 58 000 entreprises ont fermé leurs portes en 2020. Il y a 58 000 familles qui n’auront pas le revenu qu’elles auraient pu tirer de leur entreprise familiale. Selon la FCEI, le nombre de petites entreprises qui fermeront leurs portes en 2021 pourrait atteindre 200 000. Pensez aux conséquences dévastatrices que cela aura sur les familles qui dépendent de ces entreprises pour gagner leur vie ainsi que sur les collectivités où des emplois seront perdus. Les conséquences économiques de ces fermetures d’entreprise seront dévastatrices.
Les nouvelles entreprises ont été particulièrement ignorées par le gouvernement libéral tout au long de la pandémie. En décembre, j’ai eu l’occasion de poser au gouvernement une question concernant les nouvelles entreprises. J’ai parlé d’un homme du nom de Paul, qui habite dans ma circonscription. Paul allait lancer sa petite entreprise en mars 2020. Bien sûr, cela ne s’est pas produit en raison du premier confinement, et le lancement de son entreprise a été reporté au mois de mai. Depuis lors, il a fait des efforts désespérés pour que son entreprise soit viable. Il n’a pas droit à la subvention salariale. Il n’a pas droit à la subvention pour le loyer. Pourquoi en est-il ainsi? C’est parce qu’il a décidé de créer une entreprise et que le gouvernement a délibérément choisi de ne pas soutenir les personnes qui ont pris la décision de créer une petite entreprise. Je ne sais pas pourquoi le gouvernement a fait ce choix. J’ai posé la question à de nombreuses reprises. Je n’ai toujours pas de réponse.
Les gens comme Paul investissent leurs économies, l’argent pour lequel ils ont travaillé toute leur vie, dans une entreprise et prennent un grand risque. Ils consacrent des centaines d’heures à cette entreprise, 50, 60, 70, 80 ou 90 heures par semaine. C’est ce que font les entrepreneurs pour faire prospérer leur entreprise.
Pour continuer à faire tourner son entreprise, Paul a dû obtenir une ligne de crédit garantie par sa maison et y investir davantage dans une tentative désespérée pour que l’œuvre de sa vie reste viable. J’ai plaidé sa cause auprès de la ministre en décembre. J’ai exposé exactement les circonstances que je présente maintenant. J’ai demandé à la ministre de bien vouloir donner quelque chose à Paul.
La réponse a été que Paul devrait se tourner vers les programmes d’aide régionaux. C’est là qu’il y aurait quelque chose. Bien sûr, j’avais examiné les programmes d’aide régionaux en tentant désespérément d’aider Paul et les entreprises comme la sienne, non seulement dans ma circonscription, mais dans tout le pays. Comme je l’ai appris à la faculté de droit, le diable se cache dans les détails. Pour que Paul puisse bénéficier d’un programme d’aide régional, il devait être opérationnel avant le 15 mars 2020. En gros, la réponse de la ministre a été: « Désolée, il n’y a rien pour Paul. »
Depuis que j’ai posé la question en décembre, des dizaines de propriétaires d'une nouvelle entreprise de ma circonscription se sont adressés à moi, me demandant désespérément comment ils pouvaient obtenir une forme de soutien financier pour pouvoir poursuivre leurs activités, éviter la faillite et ne pas perdre les économies de toute une vie, pour que leur entreprise puisse continuer à employer des personnes qui pourront ensuite faire vivre leurs propres familles. Ces gens veulent désespérément mettre fin à l’effet domino de la fermeture des entreprises et à l’impact dévastateur que cela a sur les propriétaires, les employés et la collectivité. Hélas, je n’ai pas de bonne réponse pour ces personnes, car le gouvernement est conscient du problème.
J’ai posé la question lors de la période de questions, et mes collègues conservateurs ont fait de même à de nombreuses reprises, et il n’y a jamais eu de réponse. Nous débattons maintenant d’un projet de loi qui mettrait en œuvre de nouveaux programmes économiques. Les conservateurs ont demandé au gouvernement ce qu’il faisait pour soutenir les nouvelles entreprises et pourquoi ces entreprises ne méritaient aucun soutien. Par conséquent, les libéraux sont au courant de la question. C’est clair. Ils l’ont entendue. Ils l’ont entendue de la part de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante et des députés de l’opposition, qui ont demandé si cette loi comportait des mesures pour aider les nouvelles entreprises. La question est absolument rien.
Cela nous amène à nous poser la question suivante. Le gouvernement a ouvert les vannes des dépenses. Il dépense de l’argent pour tout et pour tous. Nous accumulons des dettes à un rythme effroyable. Pourquoi les libéraux ont-ils délibérément choisi de ne pas soutenir les nouvelles entreprises? Je voudrais que l’on revienne à cette question.
Quand des personnes décident de devenir entrepreneurs et de créer une entreprise, elles le font en prenant beaucoup de risques. Elles doivent investir leur propre argent et, souvent, fournir des garanties personnelles, ce qui peut comprendre une garantie hypothécaire sur leur maison. Elles prennent beaucoup de risques. Elles travaillent 50, 60, 70, 80, 90 heures par semaine dans l’espoir que leur entreprise sera florissante. Le confinement a été décidé, nous le comprenons, mais pourquoi le gouvernement a-t-il délibérément choisi d’ignorer des personnes comme Paul ou Michella, avec qui j’ai parlé hier de son entreprise? Cela dépasse mon entendement.
Quand je pense à la réponse que le gouvernement donne à ce sujet, qui est en fait peut-être d’envisager un programme d’aide régional, elle est tellement décalée et insultante pour les propriétaires d’entreprise qui travaillent d’arrache-pied à la réussite de leur activité! Cela me rappelle quelqu’un d’autre qui était tout à fait déconnecté de la réalité en pleine crise. Il y a ce terrible propos de Marie-Antoinette. Alors que la population ne trouvait plus de pain, elle a dit: « Donnez-leur de la brioche ». Vous savez quoi? C’est ce que dit le gouvernement aux entrepreneurs et aux propriétaires de jeunes entreprises qui risquent tellement. « Donnez-leur de la brioche. » Je trouve cela insultant.
Je défends ici les intérêts non seulement des petites entreprises et des nouvelles entreprises de ma circonscription, mais aussi des entreprises de tout le pays. Elles méritent mieux que ce que leur donne le gouvernement. S’il ne va rien leur donner, s’il a pris délibérément cette décision, ce que je suis bien obligé de conclure, s’il a choisi sciemment de laisser péricliter ces entreprises, il devrait le dire. Ne les renvoyez pas à un programme qui n’offre absolument aucune aide. Le gouvernement devrait dire qu’il est désolé parce qu’il a décidé que ces entreprises vont péricliter et leur souhaiter bonne chance.
En ce moment, il n’y a qu’une activité qui prospère rapidement dans ma circonscription et qui se porte à merveille. Ses panneaux sont partout, dans les centres commerciaux et au cœur des centres-villes. Les députés veulent-ils savoir quelle est cette activité? C’est celle des panneaux « À louer ». Ils prolifèrent dans toute ma circonscription et dans tout le pays. Pourquoi? À cause des décisions que prend délibérément le gouvernement, et je ne saurais dire pourquoi. J’aimerais savoir pourquoi on dit aux nouvelles entreprises que les libéraux n’en ont rien à faire et qu’elles peuvent cesser leur activité. Ils ont l’occasion de corriger cela. Nous débattons de ce projet de loi maintenant. Pourquoi refusent-ils d’y apporter quelques simples changements pour que de jeunes entreprises ne fassent pas faillite?
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2021-01-26 12:39 [p.3524]
Mr. Speaker, I really want to thank my colleague for raising this very important issue about start-ups being ineligible for the government's emergency relief programs. I raised this very issue with the Minister of Small Business on Friday.
We have many businesses in our riding that have not been eligible and whose owners have invested a tremendous amount of their life savings to open a business or to restart a business from the past. They cannot collect the wage subsidy or the commercial rent program. They cannot access the CEBA loan program. There are ways for the government to create measures that would allow these businesses to qualify, and to avoid concerns about fraudulent businesses.
These are businesses with expenses that they can prove. Many of them have met payroll or paid rent for months. The government needs to allow them to access these programs. Many of them are in their second or third lockdown without any support. This includes a veteran-led business in my colleague from Cowichan—Malahat—Langford's riding where some of the profits go to helping those with PTSD. These are the kinds of social enterprises and businesses we have to save, or we are going to lose a generation of businesses.
I want to thank my colleague. If he wants to bring forward some ideas on how government can use measures to support those start ups, that would be great.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député d’avoir soulevé cette question très importante au sujet des jeunes entreprises qui n’ont pas droit aux programmes d’aide d’urgence du gouvernement. J’ai posé la même question vendredi à la ministre de la Petite Entreprise.
Beaucoup d’entreprises de ma circonscription ne sont pas admissibles à ces programmes et leurs propriétaires ont investi énormément de leurs économies pour créer une entreprise ou en relancer une. Elles n’ont pas droit à la subvention salariale ou au programme d’aide au loyer commercial. Elles ne peuvent pas accéder au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. Le gouvernement peut prendre des mesures qui permettraient à ces entreprises d’être admissibles à des aides et qui éviteraient d’avoir à se préoccuper d’entreprises fraudeuses.
Ces jeunes entreprises ont des dépenses qu’elles peuvent prouver. Nombre d’entre elles ont réussi à payer des salaires ou des loyers pendant des mois. Le gouvernement doit les autoriser à accéder à ces programmes. Beaucoup en sont à leur deuxième ou troisième confinement sans aucune aide. C’est le cas notamment d’une entreprise dirigée par un vétéran dans la circonscription de Cowichan—Malahat—Langford de mon collègue dont une partie des bénéfices sert à aider des personnes souffrant de stress post-traumatique. C’est le genre d’entreprise sociale et d’entreprise tout court que nous devons sauver. Sinon, nous perdrons une génération d’entreprises.
Je tiens à remercier le député. S’il veut présenter quelques idées sur les mesures que peut prendre le gouvernement pour aider ces jeunes entreprises, j’en serai ravi.
View Kyle Seeback Profile
CPC (ON)
View Kyle Seeback Profile
2021-01-26 12:40 [p.3524]
Mr. Speaker, I thank the hon. member for adding his voice to this. As he points out, there are lots of metrics the government could look at for a new business to see if they should be eligible for some of these programs. I am more than happy to work with the government on determining what those metrics should be.
I know I have very little time left, but I want to really try to impress something upon the government. Maybe the Prime Minister and finance minister should take a phone call from someone who started a business and is now going to lose that business. I get many phone calls like that every single week. People are desperate and they are heartbroken. They think they are going to lose their homes when their businesses go under. Anyone listening to dozens of phone calls like that is going to be affected. I find it incredibly difficult to answer those calls, speaking to those individuals and saying that I am sorry and that there is nothing I can do to help them. The government has chosen to abandon them.
Maybe if members from the government would take the time to take a few phone calls like that, they would make changes to this bill to support small business. Behind every one of those small businesses is an owner and a family. They are in desperate times and desperately need help from the government.
Monsieur le Président, je remercie le député d’avoir ajouté sa voix à ce sujet. Comme il le souligne, il y a beaucoup de paramètres que le gouvernement pourrait examiner dans le cas d’une nouvelle entreprise, afin de déterminer si elle peut être admissible à certains de ces programmes. C’est avec plaisir que je travaillerais avec le gouvernement pour déterminer quels devraient être ces paramètres.
Je sais qu’il me reste très peu de temps, mais je veux vraiment essayer de faire comprendre quelque chose au gouvernement. Peut-être que le premier ministre et le ministre des Finances pourraient répondre à l’appel téléphonique d’une personne qui a lancé une entreprise et qui va maintenant la perdre. Je reçois beaucoup d’appels de ce genre chaque semaine. Les gens sont désespérés et ils ont le cœur brisé. Ils croient qu’ils vont perdre leur maison lorsque leur entreprise fera faillite. Tous ceux qui écoutent des dizaines d’appels de ce genre en seront affectés. Je trouve incroyablement difficile de répondre à ces appels, de parler à ces personnes, de leur dire que je suis désolé et que je ne peux rien faire pour les aider. Le gouvernement a choisi de les abandonner.
Peut-être que si les membres du gouvernement prenaient le temps de répondre à certains de ces appels, ils modifieraient ce projet de loi pour soutenir les petites entreprises. Derrière chacune de ces petites entreprises, il y a un propriétaire et une famille. Ils vivent une situation désespérée et ont désespérément besoin de l’aide du gouvernement.
View Pat Kelly Profile
CPC (AB)
View Pat Kelly Profile
2021-01-26 15:18 [p.3551]
Mr. Speaker, it is my pleasure to rise virtually today to join the debate on Bill C-14, an act to implement certain provisions of the economic statement.
The bill has seven parts, mostly containing items to which I do not object and aims that I support under the circumstances that Canada currently finds itself. Having said that, I have three main criticisms of the bill. First, it does not contain a plan or indeed any reason for hope for the millions of Canadians who own, work for or otherwise depend on small businesses, especially new businesses that have been ignored in aid measures that have been either adopted or proposed by the government. Second, the bill contains nothing to address the significant problems that were facing the Canadian economy before COVID. Third, the government should not be granted the unnecessary increase to the borrowing authority contained in the bill.
To my first two issues, some would say that it is not fair to criticize a bill for something it does not say. Ordinarily I would agree, but this is not an ordinary bill, nor is this an ordinary time.
The government is closing in on two years without a budget. The fall economic statement is as close as the government has come to tabling a budget, and that statement followed a period of chaos and crisis management. Here I am not referring to the COVID crisis, but to the tumultuous months during which we saw a government that should have been procuring vaccines, approving and distributing rapid at-home test kits and figuring out ways to allow the economy to function, if and when the second wave would hit. Instead, it was consumed by the scandal that saw the resignation of the former finance minister, prorogation of this Parliament and the appointment of a new finance minister. The bill is the government's missed opportunity to help small businesses that have fallen through the cracks in its aid measures and to fix its series of failures that left Canada on the brink of a recession before COVID.
As the shadow minister for small business and the member for Calgary Rocky Ridge, I have spoken to many small business owners who had been left behind by the government. These small business owners are the pillars of our communities.
There are millions of owners, workers and customers who depend on small businesses and who are paying the price for the government's failures, like the owners of the Bitter Sisters Brewing Company in Calgary, whose owners live in my riding. They do not qualify for the wage subsidy or the rent subsidy, because they reopened their business in March 2020 after spending most of 2019 refurbishing it. The owners of this business exhausted their capital. They went through a lengthy period when reinventing their business, and they opened literally within days of the declaration of a global pandemic. They do not have access to government aid measures. I spoke to another constituent last week who had expanded his successful tattoo studio in early 2020. As a result, he does not qualify for either the rent subsidy or the wage subsidy. His rent is $30,000 a month and his revenue is zero.
I know that every member of the House has heard similar stories from their constituents and from other members during debate on the bill. The fall economic statement and the bill do not help these constituents.
It is easy to forget the extent to which the government's fiscal and economic mismanagement was coming to a head before COVID. This is a government that was elected in 2015 on a promise, which it immediately broke, to run modest deficits to fund infrastructure for three years, returning to surplus in the fourth. Its maximum deficit of $10 billion was to be its fiscal anchor.
That anchor was cut immediately after the Liberals took office, and the 2015 election promise was seemingly obliterated into an Orwellian memory hole never again to be acknowledged by the government. It was replaced by a new anchor: that Canada's debt-to-GDP ratio was low and would always shrink.
The finance minister clung to that anchor until it was clear, before COVID, that the deficit was going to rise as a percentage of GDP, and replaced that anchor with the last one, which was maintaining Canada's AAA credit rating. That anchor was cut loose as well, and there have been no fiscal anchors articulated by the government since then.
We saw all of this backsliding into a serious structural deficit before COVID. The Liberal government piled on nearly $100 billion in new debt at a time when it should have been running surpluses, like the one it inherited, in order to prepare for a financial disaster like COVID, but it did not. Furthermore, the government piled on job-killing laws, like Bill C-69 and Bill C-48 that devastated the western economy and will harm Canada's ability to recover from COVID.
This bill does not contain elements that would undo the damage the government did to our economy that prevent and reduce our ability to recover from COVID. It brought in a carbon tax in the last Parliament and has announced that it will almost immediately break its promise not to raise it in this Parliament.
There is nothing in this bill that will address the hostility of the government to the energy industry, which is an essential part of the federal government's tax base. It is historically Canada's largest and most valuable export. It is the creator of great high-paying jobs in every province across Canada, not just in Alberta.
The fall economic statement that this bill is to implement does not address the past economic mistakes the government made and that had Canada teetering on the brink of recession before COVID. It does not repeal the red tape that killed projects, like Teck Frontier, and scared off the private sector investors that would have built Trans Mountain without taxpayer support.
There is nothing in this bill for the thousands of Canadian workers who will lose their jobs due to the devastating Keystone decision or those already without jobs, whose hopes for returning to work are now reduced in the wake of the Keystone decision.
There is nothing in this bill to rein in the culture of wasteful corporate welfare that the government has and the ease with which it ran up significant debt, again, before COVID.
This brings me to my third criticism of this bill and that is the unprecedented increase to Canada's borrowing limit. Make no mistake, and I will say this again, that at a time when governments force businesses to close and lay off workers, governments need to support them. Governments do need to support Canadians who are being compelled not to work and to support businesses that are being compelled to close their doors.
This crisis has created a temporary necessity for extraordinary spending measures to support Canadians, but the government's proposal in this bill to increase its borrowing limit to $1.8 trillion is simply not justified. It is not justified by the government's present needs, not by its short-term needs, not by its medium- or long-term needs, and certainly not by its past enthusiasm for non-crisis deficit financing.
Parliament at its most basic function exists to authorize taxation, expenditure and borrowing by the government on behalf of the governed. As legislators, we have a responsibility to vote whether or not to grant the government these powers, and there is simply no reason to grant such an extraordinary sum for the government to borrow when its own fall statement and the estimates that have already been voted on do not require the authority for the level of borrowing that is contained in this bill.
If the Liberal government, or indeed a future government, needs to increase the national debt to $1.8 trillion, then that should be left for a future debate in this Parliament or a future Parliament. In the meantime, I urge the government to focus on establishing a coherent COVID policy, one that would result in a vaccinated population, a reopened economy and a full employment workforce fuelled by private investment into Canada's economy, unshackled by job-killing regulations.
We must return to an employment-based economy as soon as possible. While there are items in this bill that would help some Canadians cope with the difficult circumstances of the present, I urge the government to get serious about giving Canadians more hope for the future, especially for those small businesses that have consistently fallen through the cracks of the government's aid measures.
With that, I look forward to questions from the floor.
Monsieur le Président, je suis ravi de prendre part, en ligne, au débat sur le projet de loi C-14, portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique.
Le projet de loi compte sept parties qui, pour la plupart, contiennent des dispositions que j'accepte et des objectifs auxquels je souscris étant donné la situation à laquelle le Canada est actuellement confronté. Cela dit, j'ai trois grandes critiques à exprimer au sujet de cette mesure. Premièrement, elle ne propose aucun plan et ne donne aucun espoir aux millions de Canadiens qui sont propriétaires d'une petite entreprise, qui travaillent pour ce genre d'entreprise ou en dépendent d'une façon ou d'une autre. Je songe particulièrement aux nouvelles entreprises, que le gouvernement a ignorées lorsqu'il a fait adopter ou proposé des mesures d'aide. Deuxièmement, le projet de loi ne prévoit rien pour s'attaquer aux graves problèmes qui plombaient l'économie canadienne avant la COVID. Troisièmement, le Parlement ne devrait pas accorder au gouvernement l'augmentation injustifiée du pouvoir d'emprunt prévue dans le projet de loi.
En ce qui concerne mes deux premières questions, certains diront qu’il n’est pas juste de critiquer un projet de loi pour quelque chose qu’il ne dit pas. Normalement, je serais d’accord, mais ce n’est pas un projet de loi ordinaire ni une période ordinaire.
Deux années se seront bientôt écoulées depuis le dernier budget du gouvernement. L’Énoncé économique de l’automne est ce qui ressemble le plus à un budget déposé par le gouvernement; un énoncé qui a suivi une période de chaos et de gestion de crise. Je ne parle pas ici de la crise de la COVID, mais des mois tumultueux au cours lesquels le gouvernement aurait dû acheter des vaccins, approuver et distribuer des trousses de tests rapides à domicile et trouver des moyens de permettre à l’économie de fonctionner, si et quand la deuxième vague allait frapper. Ces mois ont plutôt été dominés par le scandale qui a vu la démission de l’ancien ministre des Finances, la prorogation du Parlement et la nomination d’un nouveau ministre des Finances. Le projet de loi est l’occasion manquée par le gouvernement d’aider les petites entreprises non couvertes par les mesures d’aide et de réparer sa série d’échecs qui ont laissé le Canada au bord d’une récession avant la COVID.
À titre de ministre du cabinet fantôme pour les petites entreprises et député de Calgary Rocky Ridge, j’ai parlé à de nombreux propriétaires de petites entreprises qui avaient été laissés pour compte par le gouvernement. Ces propriétaires de petites entreprises sont les piliers de nos collectivités.
Il y a des millions de propriétaires, de travailleurs et de clients qui dépendent des petites entreprises et qui font les frais des échecs du gouvernement, comme les propriétaires de la Bitter Sisters Brewing Company à Calgary, qui demeurent dans ma circonscription. Ils ne répondent pas aux conditions requises pour avoir droit à la subvention salariale ou à la subvention pour le loyer, car ils ont rouvert leur entreprise en mars 2020 après avoir passé la plus grande partie de l’année 2019 à la remettre à neuf. Les propriétaires de cette entreprise ont épuisé leur capital. Ils ont pris beaucoup de temps pour réinventer leur entreprise, et ils ont ouvert littéralement dans les jours qui ont suivi la déclaration d’une pandémie mondiale. Ils n’ont pas accès aux mesures d’aide gouvernementales. La semaine dernière, j’ai parlé à un autre électeur qui avait agrandi son studio de tatouage, très prospère, au début de 2020. Il n’a donc droit ni à la subvention pour le loyer ni à la subvention salariale. Son loyer est de 30  000 $ par mois et il n’a aucun revenu.
Je sais que tous les députés ont entendu des histoires semblables de leurs électeurs et d’autres députés lors du débat sur le projet de loi. L’Énoncé économique de l’automne et le projet de loi n’aident pas ces électeurs.
Il est facile d'oublier que la mauvaise gestion financière et économique du gouvernement avait atteint son paroxysme avant la pandémie de COVID‑19. Le gouvernement de l'heure a été élu en 2015 après avoir promis qu'il n'enregistrerait que des déficits modestes pour financer des projets d'infrastructure pendant trois ans avant de renouer avec les excédents budgétaires la quatrième année. Évidemment, c'est une promesse que les libéraux ont immédiatement rompue. La cible budgétaire qui devait être établie était un déficit maximal de 10 milliards de dollars.
Les libéraux ont abandonné cette cible budgétaire tout de suite après leur arrivée au pouvoir, et la promesse électorale de 2015 semble avoir complètement disparu de la mémoire du gouvernement. La cible a été remplacée par une autre: le ratio dette-PIB du Canada était bas, et il diminuerait à tout jamais.
Le ministre des Finances s'est accroché à cette cible jusqu'à ce qu'il devienne évident, avant la pandémie, que le déficit, en tant que pourcentage du PIB, allait augmenter. Il a ensuite remplacé cette cible-là par une toute dernière, soit de conserver la cote de crédit AAA du Canada. Cette dernière cible budgétaire est elle aussi passée à la trappe, et le gouvernement n'en a évoqué aucune autre depuis.
Nous avons régressé au point où nous devions déjà faire face à un grave déficit structurel avant l'apparition de la COVID-19. Le gouvernement libéral a ajouté près de 100 milliards de dollars à la dette au moment où il aurait dû réaliser des excédents comme celui dont il a hérité afin de se préparer à une crise financière comme celle causée par la COVID-19, mais il ne l'a pas fait. Le gouvernement a par ailleurs imposé des projets de loi nuisibles pour l'emploi, comme le projet de loi C‑69 et le projet de loi C‑48, qui ont ravagé l'économie de l'Ouest et qui nuiront à la capacité de relance du Canada après la pandémie.
Ce projet de loi ne contient aucune mesure permettant de réparer les torts que le gouvernement a causés à notre économie et qui nuiront à notre capacité de relance après la pandémie. Lors de la dernière législature, le gouvernement a mis en place une taxe sur le carbone, et pendant la législature actuelle, il a annoncé qu'il allait presque aussitôt briser sa promesse de ne pas l'augmenter.
Ce projet de loi ne contient aucune mesure pour contrer l'hostilité du gouvernement envers l'industrie de l'énergie, qui contribue pourtant de façon essentielle à l'assiette fiscale fédérale. L'énergie est depuis longtemps le plus important et le plus précieux des produits d'exportation du Canada. Ce secteur crée d'excellents emplois bien rémunérés non seulement en Alberta, mais dans toutes les provinces du pays.
L’Énoncé économique de l’automne que ce projet de loi mettra en œuvre ne tient pas compte des erreurs économiques que le gouvernement a commises et qui ont quasiment plongé le Canada en récession avant la COVID. Il n’élimine pas la bureaucratie qui a signé l’arrêt de mort de certains projets, comme Teck Frontier, et qui a fait peur aux investisseurs du secteur privé qui auraient pu construire le pipeline Trans Mountain sans l’argent des contribuables.
Ce projet de loi ne prévoit rien pour les milliers de travailleurs canadiens qui perdront leur emploi en raison de la décision dévastatrice visant le projet Keystone ou ceux qui ont déjà perdu leur emploi, qui ont vu s’envoler en fumée leurs rêves de retrouver un emploi à la suite de la décision visant le projet Keystone.
Ce projet de loi ne prévoit rien pour mettre un terme à la culture dépensière axée sur l’aide aux entreprises mise en place par le gouvernement et l’empêcher d’engendrer avec facilité des dettes considérables, situation qui s’est encore produite avant la COVID.
Cela m’amène à ma troisième critique du projet de loi. Il s’agit de la hausse sans précédent du plafond d’emprunt du Canada. Comprenez-moi bien. Je vais l’affirmer à nouveau. Lorsque les gouvernements forcent des entreprises à fermer et à mettre à pied des travailleurs, les gouvernements doivent les soutenir. Les gouvernements doivent soutenir les Canadiens qui sont contraints de ne pas travailler, ainsi que les entreprises qui sont contraintes de fermer leurs portes.
Cette crise a rendu temporairement nécessaires des dépenses extraordinaires pour soutenir les Canadiens. Cependant, dans ce projet de loi, le gouvernement propose d’accroître son plafond d’emprunt à 1,8 billion de dollars, une demande tout simplement injustifiée. Cette demande n’est pas justifiée en fonction des besoins actuels du gouvernement, que ce soit ses besoins à court terme, à moyen terme ou à long terme. Elle n’est certainement pas justifiée compte tenu de l’enthousiasme dont il a déjà fait preuve à l’égard du financement déficitaire en temps normal.
À la base, le Parlement existe pour autoriser l’imposition, les dépenses et les emprunts du gouvernement au nom des administrés. À titre de législateurs, nous devons voter quand vient le temps d’accorder ces pouvoirs au gouvernement. Il n’existe tout simplement aucune raison justifiant le fait de permettre au gouvernement d’emprunter une somme si extraordinaire lorsque son propre énoncé de l’automne et le budget des dépenses ayant déjà fait l’objet de votes n’exigent pas d’autorisation pour le niveau d’emprunt prévu dans ce projet de loi.
Si le gouvernement du Parti libéral ou un gouvernement futur doit accroître la dette nationale pour la faire passer à 1,8 billion de dollars, cela devrait faire l’objet d’un débat devant ce Parlement ou devant un Parlement futur. D’ici là, j’exhorte le gouvernement à mettre l’accent sur l’établissement d’une politique cohérente pour lutter contre la COVID, une politique qui permettrait de vacciner la population, de relancer l’économie et d’avoir un plein emploi grâce à des investissements privés dans l’économie canadienne, libérée des règlements favorisant les pertes d’emploi.
Nous devons revenir le plus rapidement possible à une économie axée sur l'emploi. Certes, le projet de loi contient des éléments qui aideraient certains Canadiens à faire face aux conditions difficiles actuelles, mais j'invite le gouvernement à chercher sérieusement à donner aux Canadiens plus d'espoir en l'avenir, surtout dans le cas des petites entreprises qui ont systématiquement été laissées pour compte par les mesures d'aide du gouvernement.
Sur ce, je suis prêt à répondre aux questions des députés.
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2020-12-09 14:06 [p.3199]
Mr. Speaker, today I would like to congratulate the Black Business Initiative in my riding of Halifax on 25 remarkable years of service to Nova Scotia.
Since 1996, BBI has been a champion for my province's Black business community. Through mentorship and counselling, networking, marketing and outreach activities as well as loan and equity lending, BBI supports Black-owned businesses to get started, grow and overcome systemic challenges they face along the way.
BBI also has a strong record of engaging Black and other marginalized youth eight to 35 years old to become active, creative and successful members of the business community through initiatives like its wildly successful business is jammin' program.
I invite all members in the House to join me in offering my profound gratitude to the Black Business Initiative for a quarter century of service to Nova Scotia.
Monsieur le Président, j'aimerais aujourd'hui féliciter la Black Business Initiative, ou BBI, qui œuvre au sein de ma circonscription, Halifax, pour ses 25 années remarquables au service de la Nouvelle-Écosse.
Depuis 1996, la BBI prend fait et cause pour les entrepreneurs de race noire de ma province. Grâce au mentorat, aux services de consultation, au réseautage, au marketing et à des activités de sensibilisation, ainsi qu'à des prêts et des prêts sur la valeur nette, la BBI aide les entreprises appartenant à des gens d'affaires noirs à démarrer, à se développer et à surmonter les difficultés systémiques auxquelles elles sont confrontées en cours de route.
La BBI s'appuie sur un solide bilan en matière d'engagement auprès des jeunes Noirs et autres jeunes marginalisés de 8 à 35 ans pour qu'ils deviennent des membres actifs, créatifs et prospères de la communauté des affaires grâce à des initiatives comme son programme « Business is jammin' », qui connaît un grand succès.
J'invite tous les députés à se joindre à moi pour exprimer leur profonde gratitude envers la Black Business Initiative pour un quart de siècle de services rendus à la Nouvelle-Écosse.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, last week I had the pleasure of visiting Curio Exploration Hub, an innovative new child activity centre opened by the mother of two young children, Stephanie Stoute. Ms. Stoute is a hard-working entrepreneurial woman who unfortunately, through no fault of her own, found herself opening her business during the pandemic. Ms. Stoute is struggling to survive and keep her business open. As a new business, she does not qualify for any of the current government assistance programs. Ms. Stoute has put her heart, soul and savings into this business.
Why will the government not fix these flawed programs and help Ms. Stoute?
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai eu le plaisir de visiter le Curio Exploration Hub, un nouveau centre d'activités novateur pour les enfants qui a été créé par Stephanie Stoute. Cette mère de deux jeunes enfants est une entrepreneure qui travaille fort et qui s'est trouvée sans le vouloir à ouvrir son entreprise pendant la pandémie. Mme Stoute peine à joindre les deux bouts et à garder son entreprise ouverte. Sa nouvelle entreprise n'est pas admissible à l'un ou l'autre des programmes d'aide du gouvernement. Mme Stoute a mis son cœur, son énergie et ses économies dans cette entreprise.
Pourquoi le gouvernement ne veut-il pas corriger les lacunes de ces programmes et aider Mme Stoute?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, first let me remind Canadians that our government has put in place an extensive safety net for Canadian businesses. I would argue no country has in place as extensive a safety net to support its businesses, with the wage subsidy, the rent subsidy and CEBA.
Now in putting together our programs, we need to balance integrity measures against the pressing need to support Canadian businesses. We are always looking at ways to improve the programs and are looking at particular cases that fall through the cracks.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord rappeler aux Canadiens que le gouvernement a mis en place un vaste filet de sécurité pour les entreprises canadiennes. Je dirais qu'aucun autre pays n'a mis en place un aussi vaste filet de sécurité pour aider les entreprises grâce à des programmes comme la subvention salariale, la subvention pour le loyer et le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes.
Au moment de concevoir les programmes, nous devons tenir compte à la fois des mesures d'intégrité et des besoins urgents des entreprises canadiennes. Nous cherchons toujours des façons d'améliorer les programmes et de nous pencher sur les cas particuliers qui ne sont pas couverts.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I will be splitting my time with the member for Mégantic—L'Érable.
I am participating in this debate tonight from my hometown of Meadow Lake, Saskatchewan. Right next door to me is the Flying Dust First Nation, one of nine members of the Meadow Lake Tribal Council. On the east side of my riding is the Prince Albert Grand Council, which is comprised of 12 first nations. There are also many Métis communities across my northern Saskatchewan riding along with a huge agricultural sector and tourism.
The reason I highlight this is that all our communities, including the first nation and Métis communities in northern Saskatchewan, are looking to the government for a clear and competent vaccine plan, but they are not finding one.
The text of today's motion indicates that “a vaccine is essential to the health, safety, and economic security of every Canadian.” My constituents are now observing countries around the world as they detail their vaccine plans, with real tangible timelines, and are asking where Canada's plan is.
The Prime Minister naively announced on election night in 2015 “Canada is back.” Now we understand just how true those words were. Canada is indeed at the back of the line, behind one-third of the world population, in getting vaccines.
The attack from the Liberals on this is easily predicted, that we as Conservatives are playing politics. It may come as a shock to the Liberals, but as Canada's official opposition, it is indeed our job to push back, to hold government accountable and, in some cases, even oppose and criticize it. Without the great work of my colleagues in the Conservative Party, Canada and Canadians would be much worse off than they are today in the face of this pandemic.
What do I mean by that? In my role as shadow minister for indigenous services, at many times throughout this pandemic I have identified gaps and serious issues facing indigenous people. This began with many indigenous businesses not being able to access the government's wage subsidy program because of the way it was structured. After weeks of fighting, finally the government modified its program and allowed these businesses to access the wage subsidy.
Next was the issue of elections on first nations. As Canada was dealing with the first wave of this pandemic, elections were scheduled to occur, while many first nations were developing public health measures to ensure their people were kept safe. As members can imagine, contrary to what the Liberals clearly want, the height of a pandemic is no time to hold an election. Therefore, I, with the help of many, pushed the minister and his department to find a solution. They did. They found the ability to delay these elections in regulations created under the Indian Act.
A few months into the pandemic, I was made aware of a major gap in the government's CEBA loan program, thanks to the excellent advocacy of Tabatha Bull of the Canadian Council for Aboriginal Business, Shannin Metatawabin of the National Aboriginal Capital Corporations Association and many others. Indigenous businesses do not often use traditional banking systems. Instead, they make use of the many aboriginal financial institutions, AFIs, across Canada. Alongside many stakeholders, we advocated for the government to create the emergency loan program administered through NACCA. It was eventually announced at the end of April, but still businesses could not access it until over two months later.
Let us not forget that it was the Conservative Party that first raised the idea of closing our borders to international travellers. Our concerns were met with scoffs and suggestions of racism from the health minister. Then what happened? The government eventually listened and closed our borders.
In addition to that, it was our party that fought the government to investigate rapid tests after countries around the world started to introduce them for use. The Liberals at the time, which I predict they will again do today, accused us of being too partisan. What happened? Within weeks of us raising it, the government started looking into and approving rapid tests.
It is clear that if it were not for our strong, principled opposition, Canadians would be far worse off than they are today in the face of the second wave of this pandemic. Here we are today once again identifying a major gap in the government's handling of the pandemic, hoping to receive all-party support and finally receive some semblance of a plan from the Liberals.
Getting back to the motion, the Conservatives, and I believe all Canadians, want to know how each type of vaccine will be safely delivered to Canada, stored and distributed to Canadians; the data on which each vaccine type will be first deployed in Canada and the rate of vaccinations anticipated by month; any intended federal guidance with respect to the deployment of the vaccine by priority group, such as front-line health workers and seniors; and, finally, the plan for distribution of the vaccine to indigenous communities, members of the Canadian Armed Forces and veterans.
For the remainder of my time, I want to focus on the importance of a plan for rural and remote indigenous communities, urban indigenous people and indigenous businesses.
During the first wave of the pandemic, indigenous people experienced far lower positive and mortality rates for COVID-19 because of strong local leadership. While the Liberals were playing politics about closing borders, many first nations did exactly that and were able to control who came into their communities in order to keep their people safe.
It is no secret that there are many unsafe living conditions in many of these indigenous communities across our country. In the face of such adversity, indigenous people weathered the first wave better than any other demographic across the country.
As Canada has experienced the second wave, indigenous communities are now dealing with increased COVID fatigue, leading to people to let their guard down and sometimes make poor decisions, thus increasing the risk to their families and communities. With no plan from the government on when these communities may receive a vaccine, how it will be transported to them and how many doses they will be provided, the leadership in these communities cannot provide hope that this will soon be over. This is precisely why we need a plan from the government.
Eight months ago, I raised the issue of collecting accurate and comprehensive data on urban indigenous people with the Minister of Indigenous Services. The purpose of this would be to reduce jurisdictional wrangling. Unfortunately, as we saw last week, instead of action, the minister decided to point the finger at the provinces and municipalities. Without accurate and comprehensive data on urban indigenous people, how can the government plan to vaccine this vulnerable population and learn from this pandemic?
My office has been in close contact with the Aboriginal Friendship Centres of Saskatchewan as well as its national organization. These groups have been providing much of the care for urban indigenous populations throughout the pandemic and they also have been advocating for better data so they can continue to provide these high-quality services. Without a plan that includes answers on the how, when and who, these organizations are left to fill the gap on which the government should be providing leadership.
An issue that has become near and dear to me, as I have served in the capacity as shadow minister over the past year, is indigenous businesses. I strongly believe that without true economic reconciliation, Canada's relationship with indigenous people will continue to be one of dependence. We need to put our effort and focus on supporting indigenous entrepreneurs who remain so connected to their nations and allow them to reinvest in their communities to provide real and lasting positive outcomes. That means the Liberals making good on their promise of a 5% procurement target for indigenous businesses.
The government cannot continue to operate in silos. This need to be a whole-of-government approach across all departments. Out of all the contracts awarded to businesses across Canada to produce PPE, the fact that indigenous businesses made up less than 1% is unacceptable, especially when hundreds of indigenous businesses lined up to be providers.
Indigenous businesses, like all businesses, need a level of certainty in order to successfully operate and make continued investments. As I pointed out, the government has done a poor job in supporting indigenous businesses throughout this pandemic and now, as these businesses are again looking for a plan, they are seeing a government with no plan.
In speaking with indigenous business stakeholders this week, we heard concerns regarding the lack of a mention of indigenous entrepreneurs in the fall economic statement. This has led them to be very disappointed and concerned with their ability to even survive a second wave, instead of focusing on the critical role they could be playing in the economic post-pandemic recovery.
That is why it is so important today that we pass this motion to provide these businesses and all Canadians some semblance of certainty during this difficult time.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Mégantic—L'Érable.
C'est à partir de Meadow Lake, en Saskatchewan, que je prends part au débat de ce soir. Tout près de chez moi se trouve le territoire de la Première Nation Flying Dust, c'est-à-dire l'une des neuf nations qui composent le Conseil tribal de Meadow Lake. Dans l'Est de ma circonscription se trouve le Grand Conseil de Prince Albert, qui regroupe 12 nations. La circonscription que je représente, qui est située dans le Nord de la Saskatchewan, compte aussi de nombreuses communautés métisses, un vaste secteur agricole et des entreprises touristiques.
Si j'en parle, c'est parce que tous ces gens, y compris les membres des Premières Nations et les Métis qui vivent dans le Nord de la Saskatchewan, espèrent que le gouvernement leur présentera un plan de vaccination clair et bien ficelé, mais jusqu'ici, ils sont restés sur leur faim.
La motion d'aujourd'hui précise que la création d'un vaccin « est essentielle à la santé, la sûreté et la sécurité économique de tous les Canadiens ». Quand les gens qui habitent dans ma circonscription voient que les autres pays sont déjà en train d'expliquer les détails de leurs plans de vaccination, avec des dates et tout, ils se demandent ce que fait le Canada.
Le soir des élections de 2015, le premier ministre a naïvement déclaré que le Canada était de retour. Le problème, c'est que, dans la course aux vaccins, il est de retour en queue de peloton, derrière les pays du tiers-monde.
Il est facile de prédire ce que les libéraux diront: ils accuseront les conservateurs de faire de la politique. Cela pourrait surprendre les libéraux mais, en tant qu'opposition officielle du Canada, il nous incombe de résister, de demander des comptes au gouvernement et même, parfois, de s'y opposer et de le critiquer. Sans l'excellent travail de mes collègues conservateurs, le Canada et les Canadiens seraient en bien plus mauvaise posture face à cette pandémie.
Qu'est-ce que j'entends par là? En tant que ministre du cabinet fantôme en matière de services aux Autochtones, à maintes reprises pendant la pandémie, j'ai relevé des lacunes et de graves problèmes avec lesquels les Autochtones devaient composer. Tout d'abord, de nombreuses entreprises autochtones n'étaient pas en mesure d'accéder au programme de subvention salariale mis en place par le gouvernement à cause de la façon dont il était structuré. Après des semaines de lutte de la part des entreprises, le gouvernement a enfin modifié le programme, ce qui leur a permis de recevoir des subventions salariales.
Un autre enjeu concernait les élections au sein des Premières Nations. Au moment où le Canada traversait la première vague de la pandémie, des élections étaient prévues et beaucoup de Premières Nations mettaient en place des mesures sanitaires pour protéger leurs membres. Comme les députés peuvent l'imaginer, malgré ce que souhaitent clairement les libéraux, tenir des élections au plus fort d'une pandémie n'est pas idéal. Beaucoup de personnes, moi y compris, ont donc fait pression sur le ministre et sur son ministère pour qu'ils trouvent une solution, ce qu'ils ont fait. Ils ont trouvé, dans un règlement pris en vertu de la Loi sur les Indiens, la possibilité de reporter les élections.
Quelques mois après le début de la pandémie, j'ai appris l'existence d'une énorme faille dans un programme de prêt du gouvernement, le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, grâce à l'excellent travail de Tabatha Bull, du Conseil canadien pour le commerce autochtone, et de Shannin Metatawabin, de l'Association nationale des sociétés autochtones de financement, parmi tant d'autres. Les entreprises autochtones font rarement affaire avec les banques traditionnelles. Elles choisissent plutôt les nombreuses institutions financières autochtones du pays. Nous avons milité auprès du gouvernement, avec de nombreux intervenants, pour qu'il établisse un programme de prêts d'urgence géré par l'Association nationale des sociétés autochtones de financement. Bien que ce programme ait été annoncé à la fin avril, il a fallu plus de deux mois avant que les entreprises y aient accès.
N'oublions pas que c'est le Parti conservateur qui a été le premier à recommander de fermer les frontières aux voyageurs internationaux. Nos préoccupations ont été accueillies avec dérision et des allusions de racisme de la part de la ministre de la Santé. Que s'est-il produit ensuite? Le gouvernement a éventuellement écouté et a fermé les frontières.
En outre, c'est notre parti qui a insisté auprès du gouvernement pour qu'il étudie les tests de dépistage rapide après que des pays étrangers aient commencé à les utiliser. À ce moment-là, les libéraux nous ont accusés d'être trop partisans et je prédis qu'ils feront de même aujourd'hui. Que s'est-il passé? Quelques semaines après que nous ayons soulevé le sujet, le gouvernement a commencé à étudier et à entreprendre le processus d'approbation des tests de dépistage rapide.
De toute évidence, n'eût été notre opposition forte et fondée sur des principes, la situation des Canadiens serait bien pire aujourd'hui, en pleine deuxième vague de la pandémie. Nous voilà encore une fois aujourd'hui en train de cerner une sérieuse lacune dans la manière dont le gouvernement gère la pandémie. Nous espérons recevoir l'appui de tous les partis, afin que nous obtenions enfin un semblant de plan de la part des libéraux.
Pour revenir à la motion, les conservateurs et, selon moi, tous les Canadiens, veulent connaître la façon dont chaque type de vaccin sera livré en toute sécurité au Canada, entreposé et distribué à la population canadienne; la date à laquelle chaque type de vaccin commencera à être déployé au Canada et les taux de vaccination mensuels prévus; toute directive fédérale prévue en ce qui concerne le déploiement du vaccin par groupe prioritaire, comme les travailleurs des soins de santé de première ligne et les aînés; et, enfin, le plan de distribution du vaccin aux communautés autochtones, aux membres des Forces armées canadiennes et aux anciens combattants.
Pendant le temps qu'il me reste, je veux parler de l'importance d'un plan pour les communautés autochtones dans les régions rurales et éloignées, ainsi que pour les Autochtones et les entreprises autochtones en milieu urbain.
Durant la première vague de la pandémie, le taux de positivité à la COVID-19 et le taux de mortalité étaient nettement inférieurs chez les Autochtones, grâce au leadership des dirigeants locaux. Pendant que les libéraux faisaient de la politique à propos de la fermeture des frontières, plusieurs Premières Nations n'ont pas hésité à fermer les leurs et sont ainsi parvenues à contrôler les personnes voulant entrer dans leurs collectivités et à assurer la sécurité de leur population.
Tout le monde sait que les conditions de vie de nombreuses communautés autochtones sont loin d'être idéales. Face à une telle adversité, les Autochtones ont traversé la première vague mieux que tout autre groupe démographique au pays.
En pleine deuxième vague de la pandémie, les communautés autochtones font désormais face à un relâchement par rapport à la COVID. Les Autochtones baissent la garde et ils leur arrivent de prendre de mauvaises décisions, ce qui fait courir des risques accrus aux familles et aux communautés. Étant donné que le gouvernement ne propose aucun plan indiquant à ces communautés quand elles recevront des vaccins, comment ces vaccins leur seront acheminés et combien de doses leur seront fournies, les dirigeants de ces communautés n'arrivent pas à nourrir l'espoir que la pandémie tire à sa fin. Voilà exactement pourquoi il nous faut un plan du gouvernement.
Il y a huit mois, j'ai soulevé la question de la collecte de données précises et détaillées sur les Autochtones en milieu urbain auprès du ministre des Services aux Autochtones. L'objectif de cette initiative serait de mettre fin aux querelles de compétences. Malheureusement, comme nous l'avons vu la semaine dernière, au lieu d'agir, le ministre a décidé de jeter le blâme sur les provinces et les municipalités. Si le gouvernement ne dispose pas de données précises et détaillées sur les Autochtones en milieu urbain, comment peut-il établir un plan de vaccination pour ce groupe vulnérable de la population et tirer des leçons de cette pandémie?
Mon bureau collabore étroitement avec les centres d'amitié autochtones de la Saskatchewan et avec leur association nationale. Depuis le début de la pandémie, ces groupes fournissent la majorité des soins offerts aux populations autochtones en milieu urbain et ils militent pour avoir de meilleures données afin d'être en mesure de continuer à prodiguer des services de haute qualité. Puisque le gouvernement n'a pas établi de plan qui se penche sur le comment, le quand et le qui, les organisations sont laissées à elles-mêmes pour ce qui est de combler les lacunes causées par le manque de leadership du gouvernement.
Une question qui me tient vraiment à cœur, comme j'ai occupé le poste de ministre du cabinet fantôme au cours de la dernière année, c'est celle des entreprises autochtones. Je crois sincèrement que, sans véritable réconciliation économique, la relation du Canada avec les Autochtones demeurera une relation de dépendance. Nous devons travailler à soutenir les entrepreneurs autochtones, qui sont intimement liés à leur communauté, et leur permettre de réinvestir dans cette communauté si nous voulons obtenir des résultats concrets et durables. Pour cela, il faut que les libéraux respectent leur promesse relative à la cible de 5 % pour l'approvisionnement auprès des entreprises autochtones.
Le gouvernement doit cesser de travailler de façon compartimentée. Il faut une approche pangouvernementale englobant tous les ministères. Le fait que, parmi toutes les entreprises au Canada qui ont obtenu des contrats pour la production d'équipement de protection individuelle, seul 1 % étaient des entreprises autochtones est inacceptable, surtout que des centaines d'entreprises autochtones ont levé la main pour en produire.
Comme n'importe quelle autre entreprise, les entreprises autochtones ont besoin d'un certain niveau de certitude pour prospérer et continuer à faire des investissements. Comme je l'ai souligné, le gouvernement n'a pas réussi à soutenir convenablement les entreprises autochtones pendant la pandémie et maintenant, ces entreprises veulent encore qu'on leur présente un plan, mais le gouvernement n'a rien à leur présenter.
Les gens d'affaires autochtones à qui nous avons parlé cette semaine se sont dits préoccupés par l'absence de mention des entrepreneurs autochtones dans l'énoncé économique de l'automne. Cette omission les a beaucoup déçus et fait en sorte qu'ils se préoccupent de leur capacité à survivre à une deuxième vague, alors qu'ils devraient plutôt se concentrer sur le rôle déterminant qu'ils pourraient jouer dans la relance économique après la pandémie.
C'est pourquoi il est si important que nous adoptions aujourd'hui cette motion, qui fournira aux entreprises autochtones et à tous les Canadiens un semblant de certitude en ces temps difficiles.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
These measures will encourage consumer spending and investment while greening our economy and creating well-paying jobs.
This is a recession like no other we have faced. Women, young people, new Canadians, Black and racialized Canadians have been disproportionately hurt by the COVID-19 recession. They are, after all, the Canadians who are most likely to work in some of our hardest-hit industries, including care, hospitality and retail. We know that first nations, Inuit and Métis peoples are also disproportionately affected by this pandemic. Our growth plan will be designed with this particular damage in mind and will seek to heal it. This unique recession demands a unique response.
COVID-19 has exposed and exacerbated the systematic barriers faced by Black entrepreneurs and owners of small and medium-sized businesses in Canada. Therefore, the government, in partnership with Canadian financial institutions, has announced an investment of up to $221 million, including up to $93 million from the Government of Canada over the next four years, to launch the country's first Black entrepreneurship program.
There is an unacceptable gap in infrastructure in indigenous communities, so our government proposes to invest $1.5 billion, beginning in 2020-21, to speed up the lifting of all long-term drinking water advisories in first nation communities.
COVID-19 has been especially hard for young children and their families. We know that many middle-class families are really struggling. Therefore, to provide immediate relief for families with young children, our government proposes to introduce temporary additional support, totalling up to $1,200 in 2020-21, for each child under the age of six for low and middle-income families entitled to the Canada child benefit.
We know that COVID-19 is rolling back many of the gains Canadian women have fought for and won in my lifetime. That is why today, as part of our commitment to an action plan for women in the economy, we are laying the foundation for a Canada-wide early learning and child care system. Just as Saskatchewan once showed Canada the way on health care and British Columbia showed Canada the way on pollution pricing, Quebec can show us all the way on child care.
I say this both as a working mother and as a finance minister. Canada will not be truly competitive until all Canadian women have access to the affordable child care we need to support our participation in our country's workforce.
This is a feminist agenda and I say that proudly. It is also an agenda that makes sound business sense and is supported by many of Canada’s corporate leaders, people who have witnessed first-hand the toll this crisis has taken on women, their families and our children. We can only all do better when every one of us is contributing to our full potential.
Ces mesures favorisent les dépenses de consommation et les investissements et contribueront à rendre notre économie plus écologique et à créer des emplois bien rémunérés.
Nous sommes confrontés à une récession sans précédent. Les femmes, les jeunes, les nouveaux Canadiens, les Noirs et les Canadiens racisés ont été touchés de manière disproportionnée par la récession causée par la COVID-19. Ils représentent après tout les Canadiens les plus susceptibles de travailler dans certains de nos secteurs les plus durement touchés, notamment les soins, l'hôtellerie et la vente au détail. Et nous savons que les Premières Nations, les Inuits et les Métis sont également touchés de manière disproportionnée par cette pandémie. Nos mesures de relance tiendront compte de ces conséquences particulières et viseront à y remédier. Cette récession unique exige une intervention unique.
La COVID-19 a mis en évidence et exacerbé les obstacles systémiques auxquels sont confrontés les propriétaires de petites et moyennes entreprises et les entrepreneurs noirs au Canada. Le gouvernement, en collaboration avec les institutions financières canadiennes, a donc annoncé un investissement pouvant atteindre 221 millions de dollars pour lancer le tout premier Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires du Canada. De cette somme, 93 millions de dollars seront versés par le gouvernement du Canada au cours des quatre prochaines années.
Il existe des lacunes inacceptables dans les infrastructures des communautés autochtones. Notre gouvernement propose donc d'investir 1,5 milliard de dollars, à partir de 2020-2021, pour accélérer la levée de tous les avis concernant la qualité de l'eau potable à long terme dans les communautés des Premières Nations.
La COVID-19 a été particulièrement difficile pour les jeunes enfants et leurs familles. Nous savons que de nombreuses familles de la classe moyenne ont du mal à joindre les deux bouts. Alors, pour apporter une aide immédiate aux familles ayant de jeunes enfants, notre gouvernement propose de fournir une aide supplémentaire temporaire pouvant atteindre 1 200 $ en 2021 pour chaque enfant de moins de 6 ans dans les familles à faible et à moyen revenu qui ont droit à l’Allocation canadienne pour enfants.
Nous savons que la COVID-19 a fait régresser bien des progrès réalisés par les Canadiennes au cours des dernières décennies. C'est pourquoi aujourd'hui, dans le cadre de notre engagement à l’égard d'un plan d'action pour les femmes et l'économie, nous jetons les bases d'un système d'apprentissage et de garde d'enfants pancanadien. Tout comme la Saskatchewan a montré au Canada la voie à suivre en matière de soins de santé et la Colombie-Britannique en matière de tarification de la pollution, le Québec peut nous montrer la voie à suivre en matière de garde d'enfants.
Je dis cela à la fois en tant que mère au travail et en tant que ministre des Finances: le Canada ne pourra être réellement compétitif que lorsque toutes les femmes canadiennes auront accès aux services de garde d'enfants abordables dont nous avons besoin pour soutenir notre participation à la population active de notre pays.
C'est un programme féministe et je le dis avec fierté. C'est aussi un programme qui est logique sur le plan économique et qui est soutenu par de nombreux dirigeants d'entreprises canadiennes, des personnes qui ont été les témoins directs des conséquences de cette crise sur les femmes, leurs familles et nos enfants. Pour que tout le monde fasse mieux, il faut que chacun contribue à son plein potentiel.
View Angelo Iacono Profile
Lib. (QC)
View Angelo Iacono Profile
2020-11-27 11:58 [p.2625]
Madam Speaker, Black communities in Laval are active in the business world and community life. Their involvement helps to enhance Laval's prosperity and vitality, but they are still facing many obstacles in 2020.
Could the minister explain to Black communities in Laval what our government is doing to support our Black business owners and community leaders?
Madame la Présidente, à Laval, nos communautés noires sont actives autant dans le milieu des affaires que dans le secteur communautaire. Leur implication soutient la prospérité et la vitalité de ma communauté lavalloise. Pourtant, encore en 2020, ils font face à de nombreux obstacles.
La ministre pourrait-elle expliquer aux communautés noires à Laval ce que notre gouvernement fait pour soutenir nos entrepreneurs et nos leaders communautaires noirs?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-11-27 11:59 [p.2625]
Madam Speaker, I thank my colleague for his important question and his work with Laval business owners.
Our government knows that, when everyone participates in the economy, everyone benefits. That is why, earlier this week, we announced the launch of two of the three pillars of the Black entrepreneurship program, the first program of its kind in Canada.
We know that systemic racism exists. It exists everywhere, including in the business community, and to fight it, we need to take concrete action like we are doing with this innovative program.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question importante et pour son travail auprès des entrepreneurs lavallois.
Notre gouvernement sait que, lorsque tout le monde participe à l'économie, c'est tout le monde qui en bénéficie. C'est pourquoi, plus tôt cette semaine, nous avons annoncé le lancement de deux des trois piliers du Programme pour l'entrepreneuriat des communautés noires, le tout premier programme de ce genre au pays.
Nous savons que le racisme systémique existe. Il existe partout, y compris dans le monde des affaires, et il nous faut des actions concrètes comme ce programme novateur pour le combattre.
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2020-11-26 14:09 [p.2518]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House today to congratulate Saskatchewan entrepreneur Murad Al-Katib for being selected CEO “Innovator of the Year” by The Globe and Mail for his incredible innovations in crop proteins.
Known affectionately at home as the “lentil king”, Murad's company AGT Food exports its products to over 100 nations and has 29 manufacturing plants in five different countries. Murad and AGT have also donated enough food parcels to feed around 15 million people in Iraq, Syria and other countries.
Whether he is in the boardroom or coaching football, Murad has the heart of a champion. He strives for excellence in everything he does and it shows in the business he has built. Murad and AGT Food continue to showcase not only the potential of Saskatchewan agriculture but the power of Saskatchewan entrepreneurship.
I would ask my colleagues to join me in congratulating Mr. Al-Katib on this notable accomplishment and thank AGT Food for its excellent contribution to Canada's agricultural industry.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour féliciter Murad Al-Katib, un entrepreneur de la Saskatchewan, qui a été nommé PDG innovateur de l'année par le Globe and Mail pour les innovations incroyables qu'il a mises au point dans le secteur des protéagineux.
Surnommé affectueusement le « roi de la lentille » dans sa région, M. Al-Katib est à la tête de l'entreprise AGT Food, qui exporte ses produits dans plus de 100 États et compte 29 usines de fabrication dans cinq pays. M. Al-Katib et AGT Food ont également donné suffisamment de colis alimentaires pour nourrir environ 15 millions de personnes en Irak, en Syrie et ailleurs dans le monde.
Que ce soit dans son rôle de PDG ou d'entraîneur de football, M. Al-Katib a le cœur d'un champion. Il vise toujours l'excellence, comme le montre l'entreprise qu'il a bâtie. M. Al-Katib et AGT Food continuent de mettre en valeur non seulement le potentiel agricole en Saskatchewan, mais également la force de l'esprit entrepreneurial dans la province.
J'invite mes collègues à se joindre à moi pour féliciter M. Al-Katib de cette réussite remarquable et pour remercier AGT Food de son apport exceptionnel à l'industrie agricole du Canada.